Les actualités Malgaches du Samedi 15 Décembre 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara49 partages

Débat télévisé Rajoelina – Ravalomanana : Deuxième tour d’ « Ampamoaka » entre les 2 candidats...

Dernière passe d’armes entre les deux hommes avant le 19 décembre prochain.

Les deux candidats se retrouveront demain soir à 20 heures sur le plateau de TVM pour un second face-à-face après la première confrontation du 9 décembre dernier.

Ultime passe d’armes entre les deux adversaires au deuxième tour de la présidentielle ce dimanche 16 décembre 2018. Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana auront à débattre sur leurs « Vina et programmes ». L’occasion pour le numéro 13 de mettre en avant l’« Initiative pour l’Emergence de Madagascar » (IEM) ; et pour le numéro 25 de développer le « Madagascar Action Plan II ». Avec en filigrane les « 13 Velirano » pour le premier et le « Manifesto » pour le second.

Exercice du pouvoir. « Zandrikely » et « Dada » rivaliseront aussi d’arguments pour parler de leur politique respective. Notamment en ce qui concerne la composition du gouvernement ; l’exercice du pouvoir ; les îles éparses ; la corruption ; la réconciliation nationale ; la laïcité de l’Etat. L’Economie sera également à l’ordre du jour, avec la politique monétaire ; la politique foncière ; l’agriculture et l’élevage ; le social et l’éducation ; le genre où ils seront amenés à se prononcer, entre autres, sur le mariage pour tous.

Coup d’Etat. A travers ces thèmes qui leur ont été communiqués à l’avance, les deux concurrents « Ho eny Iavoloha » vont probablement faire des « Ampamoaka ». Marc Ravalomanana remettra sûrement sur le tapis, ce qu’il qualifie de « coup d’Etat de 2009 ». Andry Rajoelina ripostera immanquablement avec « l’auto-proclamation du 22 février 2002 » qui n’a pas été non plus cautionnée par la communauté internationale.

Bailleurs de fonds. A propos de communauté internationale, Marc Ravalomanana rappellera sûrement que les bailleurs de fonds avaient fermé le robinet durant la Transition en signe de sanction. Andry Rajoelina que les principaux bailleurs de fonds avaient suspendu les aides budgétaires dès décembre 2008 à cause du manque de clarté dans la gestion des finances publiques sur un certain nombre de transactions budgétaires dont l’acquisition de l’avion Force One II.

Hôtel de Ville. La question de la reconstruction de l’Hôtel de Ville qui a divisé les deux hommes dimanche dernier, pourrait également resurgir durant ce second débat.  Le numéro 25 va réaffirmer qu’il avait bel et bien débloqué cinq milliards pour la CUA face au numéro 13 qui soutiendra que le président de la République de l’époque n’avait rien donné à la CUA qu’il devait même déclasser en Commune de seconde catégorie.

2002 contre 2009. Comme l’indique son slogan de campagne « Mpanangana fa tsy mpandrava isika », Marc Ravalomanana va aussi retracer ce qui a été détruit en 2009 par son adversaire. Ce dernier pourrait également remonter à la période 2001 – 2002 durant laquelle le candidat du KMMR avait déclaré sur la Place du 13 mai : « Ravantsika daholo aloha dia avy eo manangana ».

Notam. Il n’est pas non plus exclu que l’ancien exilé en Afrique du Sud revienne sur le Notam qui ne lui avait pas permis de rentrer plus tôt à Madagascar. L’ancien président de la Transition ne manquera peut-être pas de lui rendre la monnaie de sa pièce en rappelant que, son adversaire avait aussi empêché l’avion de Pierrot Rajaonarivelo de se poser à l’aéroport d’Ambalamanasa à Toamasina en 2006, alors que l’ex-vice PM s’était porté candidat à l’élection présidentielle.

Débat d’idées.  En tout cas, ce second débat télévisé qui pourrait faire pencher la balance des votes d’un côté ou de l’autre, sera l’occasion pour les deux candidats de parler de tout sauf de rien, face aux téléspectateurs et leurs 27 partisans de chaque qui chaufferont la salle. Et sur laquelle planera probablement le communiqué de l’Ambassade de France qui, « comme les autres grands partenaires de Madagascar, invite les candidats à mener une campagne respectueuse et centrée sur le débat d’idées ». Le communiqué publié sur le site mg.ambafrance.org de préciser qu’« à notre connaissance,  aucun candidat n’est concerné par une procédure de la justice française ».

R. O

News Mada18 partages

Peste   Meef à l’heure de l’assainissement

Madagascar est en pleine période de saison pesteuse. Et, la meilleure prévention contre cette épidémie passe avant tout par l’assainissement. A ce sujet, les agents du ministère de l’Environnement de l’écologie et des forêts (MEEF) d’Ampandrianomby, Nanisana, Antsahavola, viennent d’observer leur deuxième opération d’assainissement au sein de leur département hier. La première s’est déroulée le 21 septembre dernier.

«Cette nouvelle initiative fait suite aux décisions prises lors du Conseil du gouvernement au mois de juillet dernier ainsi qu’à la communication verbale du ministère de la Santé publique, demandant à tous les secteurs et partenaires techniques et financiers de renforcer leurs activités de prévention contre la peste», a indiqué le secrétaire général du Meef, Liva Hariniaina Ramiandrarivo.

De souligner ensuite qu’une telle organisation au sein d’une institution et dans un lieu de travail devrait être impérative afin de promouvoir la propreté interne et externe ainsi que le comportement exemplaire en matière d’hygiène de vie.

Sera R.

News Mada5 partages

Kidnapping: navotsotr’ireo mpaka an-keriny i Sofiane Omrani

 

 Dimy andro taorian’ny nakan’ireo jiolahy nirongo fiadiana an-keriny azy, teny Soavina Atsimondrano, ny asabotsy 8 desambra teo, votsotra ny alin’ny alarobia teo ilay teratany tonizianina, Sofiane Omrani.

Iza ireo mpaka an-keriny ? Taiza sy ahoana ny fomba nihazonana azy ? Votsotra tamin’ny fomba ahoana ? Nisy ve fanomezana vola ho takalon’ny famotsorana azy ?… Tsy nisy fantatra ny antsipirihany, mikasika ny fakana an-keriny an’ity teretany tonizianina, Sofiane Omrani ity fa hoe votsotra fotsiny izy dia izay. Na ny mpitandro filaminana aza, araka ny fantatra, efa ny am-pitson’io andro namotsoran’ireo jiolahy azy fa nampahafantarin’ny fianakaviany. Tahaka izany koa no nitranga mikasika ilay teratany karana, Malik Karmaly, niara-nalaina an-keriny taminy.

Ity raharaha fakana an-keriny ity izay nilazan’ireo avy amin’ny CFOIM fa efa lasa raharaha iraisam-pirenena mihitsy, indrindra tamin’ny fakana an-keriny ity Tonizianina ity. “Efa ao anatin’ny lisitry ny firenena atahorana mafy ho an’ny vahiny i Madagasikara”, hoy izy ireo. Manao antso avo hatrany izy ireo amin’ny fitondrana mba hijery akaiky sy haka fepetra hentitra momba ity fakana an-keriny ity.

Noresahina tao amin’ny filankevitry ny minisitra, ny 3 desambra teo, ny momba ny fakana an-keriny eto amintsika. Nilaza ny filoham-panjakana ny hanamafisana ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana amin’ny faritra mafana eto amintsika. Ny fanetsehana ny mpitandro filaminana, sns. Tsy nisy zavatra nivaingana momba ny any ady amin’ny fakana an-keriny. Marihina fa efa nahatratra 13 ny isan’ny fakana an-keriny karana teto an-dRenivohitra, tamin’ity taona ity. Ahina ny mbola hitohizany.

Anisan’ny nahatonga ny Komandin’ny zandarimaria, faritra Atsinanana nanao teny masika ho andry zareo karana ihany koa anefa ny tsy fisian’ny fiaraha-miasa avy amin’ny fianakavian’ireo voakasin’izany. Tamin’izany no nanamarihan’izy ireo fa ny famaliana ny fitakiana volabe dia toy ny famahanana ireo jiolahy mpaka an-keriny, ka mahatonga ity raharaha kidnapping ity hitohy tsy misy farany.

Yves S.

News Mada4 partages

Marché intérieur: la part des produits locaux n’atteint pas les 10 %

 

L’Autorité nationale chargée des mesures correctives commerciales (ANMCC) a percé à jour les importations sauvages à Madagascar et ses impacts néfastes sur la production locale, durant une rencontre organisée hier, à Antanimena.

 « La part de marché des produits locaux n’atteint même pas les 10% sur le marché national », a fait savoir Barthélemy, directeur général de l’ANMCC, à cette occasion.

D’après ses dires, «  la capacité de production des industries locales est en mesure de répondre aux besoins du marché local. Mais souvent, les industries malgaches font face à un problème de compétitivité ».

Trois secteurs font l’objet d’une enquête par l’ANMCC depuis sa mise en place en 2017, suite à des requêtes déposées par les opérateurs locaux sur les procédures d’importation des détergents en poudre, des couvertures et des pâtes alimentaires.

Mesure restrictive non effective

Les enquêtes menées dans l’importation de détergents en poudre ont permis à l’ANMCC de sortir une mesure restrictive provisoire, notamment la majoration du droit des douanes à 36%.

Ce dispositif devait être effectif depuis juin dernier pour une durée de 6 mois. Seulement, la décision n’a pas été inscrite dans la Loi de finances cette année. A ce propos, Barthélémy de préciser que le processus doit être recommencé. Une autre mesure provisoire sera adoptée à partir de l’année prochaine.

Quant aux importations de couvertures et de pâtes alimentaires, l’ANMCC organisera une audition publique en janvier 2019.

Force est de constater que les chiffres relatifs à l’évolution des importations dans ces trois secteurs sont vertigineux, selon les informations apportées par l’ANMCC. Madagascar a importé 25 000 tonnes de pâtes alimentaires en 2015, puis 40 000 tonnes actuellement. De même pour les couvertures, l’importation de Madagascar est passée de 566 tonnes à 2404  tonnes entre l’année 2015 et 2017.

Riana R.

News Mada3 partages

IML: sekoly ambony amin’ny fahaiza-mitarika

 

Hisokatra, ny janoary 2019 izao, ny sekoly ambony Institut malagasy de leadership (IML). Fiaraha-miombon’antoka eo amin’ny Ivontoerana fianarana politika (IEP), ny Foibe fianarana ny diplaomasia sy ny paikady (CEDS), ny mpitantana sady mpampiofana amin’ny fahaiza-mitarika (leadership) ary ny orinasa DHL iraisam-pirenena. Hanome fiofanana matanjaka sy mahomby ny mpitantana ny orinasa tsy miankina sy ny seha-panjakana samihafa, hananana ny kolontsaina mahay mitarika sady manan-danja. Ao anatin’izany ny Andraikitra sosialin’ny orinasa (RSE), hananana toe-tsaina mahay mikaroka sy manatsara. Nambaran’ny talen’ny fanabeazana ao amin’ny IML, fa “hita amin’ireo mpitantana maneran-tany io kolontsaina io, ary nohadihadian’ny mpikaroka matihanina, toy ny Gallup na ny Talent +”.

Fampiharana ny 75%

Hanomboka ny 19 janoary 2019 ny fisoratana anarana, ary hiditra ny 5 marsa 2019 kosa ny andiany voalohany. Haharitra telo volana ny fiofanana ka ambony latabatra ny 25% fa fampiharana ny tetikasan’ny vondron’ny mpianatra ny 75%. Handalinana ny fahaiza-mitarika ny iray volana voalohany. Fanomezan-danja ny singa mafonja isaky ny mpiofana ny faharoan’ny volana ary hampiroboroboana ny fahaiza-mitarika ny volana fahatelo.

Nilaza ny filohan’ny ILM, Rakotondraibe Mamy, fa “vavahady misokatra ho an’izay hiditra eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ihany koa ity sekoly ity satria mivoatra ny teknolojia niomerika sy ny fihariana toekarena, sns. Tanjonay sy ny CEDS ary ny IEP ny hanome fiofanana avo lenta araka ny rafi-piofanana iraisam-pirenena atao any amin’ny firenena 220, ho an’ny mpitantana avy amin’ny firenena samihafa maherin’ny 10 000.

Njaka A.

News Mada3 partages

Manakaiky ny fety: be mpamandrika ny ankoho gasy sy ny vorona…

 

 Na eo aza ny fiomanana amin’ny fifidianana, mikarakara ny fanamarihana ny fety roa sosona koa ny isan-tokantrano. Samy manao izay mety arakaraka ny vola eo an-tanana…

10 andro katroka tsy hahatongavan’ny fetin’ny Krismasy isika izao. Efa be mpamandrika hatrany amin’ny mpiompy ireo akoho gasy vantombantony sy ny vorona gasy toy ny gana sy ny sarindokotra, ny dokotra, ny gisa, ny vorontsiloza…

Anisan’ireo mpamandrika izany ireo mpikarakara lanonana amin’ny fetin’ny Krismasy fa eo indrindra koa ireo manomana ny fetin’ny faran’ny taona. Ankoatra izany ireo fikambanana sy minisitera efa manomana sahady ny fifampiarahabana tratry ny taona mandritra ny volana janoary hatrany amin’ny volana marsa.

Mandeha, araka izany, ny “bizina” akoho gasy sy vorona gasy, tena nompiana amin’ireo karazan-tsakafo tsy misy akora simika. Mihinana katsaka sy ampombo…. Tsy be mpitady loatra kosa ny akoho fakana nofo na efa nisy aza ny fanazavana nataon’ny tompon’andraikitra fa tsy mankarary ny fihinanana azy ireny.

Manodidina ny 10 000 Ar hatramin’ny 15 000 Ar ny vantotr’akoho gasy iray raha ny eny an-tsena. Tafakatra hatrany amin’ny 25 000 Ar anefa izany ho an’ny akoholahy sy ny reniakoho vaventy.

15 000 Ar hatramin’ny 30 000 Ar ny gana, arakaraka ny habeny. Toraka izany ny sarindokotra. Ny gisa, manodidina ny 50 000 Ar ny kelikely ary 80 000 Ar ny vaventy.

Ho an’ny vorontsiloza, tsy misy latsaky ny 60 000 Ar ny salantsalany. Tafakatra any amin’ny 140 000 Ar ny vaventy ampy ho an’ny olona maro an-trano.

Tsy mbola betsaka ireo mividy akoho amam-borona raha ny eny an-tsena, raha ny filazan’ireo mpivarotra. Miandry akaiky fety mihitsy ny olona vao mividy azy ireny. Tsy manana tokotany hahafahana miompy azy mandra-pahatonga ny fety ny mponin’Antananarivo ka miandry roa na iray andro alohan’ny fety mihitsy vao mividy, matetika. Misarika mpangalatra ihany koa ny fisian’ny ankoho amam-borona ao an-tanàna ka izany ny antony tsy hividianan’ny olona azy ireo aloha.

Tatiana A

News Mada3 partages

Foot-CAF AWARDS 2018: les Barea de Madagascar sur la voie du succès

 

La qualification de Madagascar à sa première Coupe d’Afrique des Nations (Can) en 2019 lui a permis de prendre du galon. En effet, les Barea de Madagascar ont gagné leur place de finaliste dans la course à la meilleure équipe nationale masculine de la saison, d’après la liste définitive publiée par la Caf hier.

Une saison historique ! Les Barea de Madagascar ont marqué l’esprit lors de cet exercice 2018 au niveau continental grâce, notamment à cette première qualification magistrale pour la Can. Une grande première qui amène une autre, celle d’être sélectionnée parmi les finalistes au même titre que l’Ouganda et la Mauritanie,  pour le Prix de la meilleure équipe nationale masculine d’Afrique.

Ainsi, un premier sacre inédit attend l’une des trois équipes, le 8 janvier 2019, jour où sera dévoilé le nom du vainqueur. Pour cause, aucune d’entre elles n’a encore remporté cette récompense auparavant. Ce qui augure une bataille à trois acharnée

Sauf que le dernier mot revient aux votants composés du comité technique et de développement de la Caf, des experts médias, des légendes et entraîneurs des quart de finalistes de la ligue des Champions et de la Coupe de la confédération de la Caf.

Madagascar ait des arguments à revendre par rapport à ses deux adversaires. Et d’un, les Barea de Madagascar étaient effectivement les premiers à valider leur ticket pour la Can et de deux, ils ont obtenu leur qualification sans concéder la moindre défaite.

Moins reluisant

La journée d’hier était par contre morose sur le plan  individuel pour l’équipe nationale malgache. Ni Nicolas Dupuis, ni Faneva Ima Andriatsima n’ont pu accéder à la liste finale dans leurs catégories respectives,  à savoir «Équipe nationale masculine de l’année» et «Meilleur joueur africain de l’année».

Pourtant, suite à  sa réussite à la tête des Barea de Madagascar, Nicolas Dupuis était bien parti pour griller la politesse aux autres grands coachs du continent. Hélas, la Caf en a décidé autrement.

Naisa

 

News Mada3 partages

Licenciement abusif: l’Artec traîné en justice

 

Un scandale d’envergure internationale plane sur l’Artec, suite à la mauvaise gestion de l’équipe actuelle. Jeudi dernier, les enquêteurs de la Police nationale ont auditionné le directeur général de l’établissement pour répondre d’une accusation de licenciement abusif résultant de la situation.

Le syndicaliste et ancien membre du comité d’entreprise de l’Artec, Patrick Rakotoarimanana, a décidé de poursuivre en justice, son ancien employeur de l’Artec, une année après avoir subi l’arbitraire de ses supérieurs.

Il a révélé lors d’un point de presse hier, qu’il a été victime des complots de l’équipe du directeur général de l’établissement qui l’a licencié abusivement, le 22 novembre 2017, pour s’être opposé à ses manœuvres frauduleuses sur la gestion de cette entreprise publique, en plus des activités syndicales acculant ces dirigeants.

Corruption, détournements…

 «Le syndicat des employés de l’Artec a mis à nu de graves infractions constituées de corruption, détournements en tout genre, népotisme etc. au sein de l’entreprise durant ces 4 dernières années», a rappelé la victime. La dissension a empiré vers le mois de juin 2017, suite à une lettre adressée par le syndicat au directeur général, dénonçant des cas de mauvaise gestion dans les ordonnancements, les marchés publics, les recrutements et divers autres domaines, selon Patrick Rakotoarimanana.

«Des menaces s’ensuivirent alors, obligeant des syndicalistes à démissionner du comité d’entreprise», a-t-il ajouté. Sa détermination à affronter le réseau, tissé autour de la Direction générale, lui a valu d’être éjecté sur décision du Conseil de discipline et en violation de la procédure légale, selon ses dires.

Les accusés ayant usé d’influence dans cette affaire, la victime a informé le réseau syndical local et continental, en plus des organismes de défenses des droits de l’homme basés en Suisse, pour faire respecter la transparence de la procédure en cours.

Manou

News Mada3 partages

Sambava: litige foncier au lycée

Les élèves ont vivement réagi à Sambava, pour s’opposer aux tentatives de spoliations du domaine de l’annexe du lycée mixte de Soavinandriana par des groupes d’individus. Ils ont organisé une descente à travers la ville en signe de contestation.

Les lycéens de Sambava ont marché du lycée mixte central d’Analamandrorofo jusqu’à  l’annexe implanté dans le fokontany de  Soavinandriana, mardi dernier, pour protester contre l’invasion d’individus, se déclarant opposés à l’attribution de ce terrain au lycée, dans le domaine de ce nouvel établissement. Le chef du fokontany s’est désolidarisé de ces squatteurs en rappelant que le fokonolona a cédé officiellement ces terres au lycée, pour la promotion de l’éducation dans la région dans l’intérêt de la progéniture.

La Direction régionale de la population  a immédiatement engagé des négociations entre les notabilités locales et les responsables de l’Education nationale pour apaiser la tension.

 

News Mada3 partages

Justice francaise: «Aucun candidat n’est concerné», dixit la France

 

Ces derniers temps, les partisans du candidat Ravalomanana frisent le ridicule en publiant des fausses informations à l’encontre de leur principal concurrent Andry Rajoelina. L’Ambassade de France vient d’ailleurs de démentir l’un des mensonges sans fondement.

Un démenti en bonne et due forme. Dans un communiqué publié sur son site et relayé sur les réseaux sociaux, la France par le biais de son Ambassade à Madagascar a contesté les allégations et les informations des médias, à la solde du candidat Marc Ravalomanana, à propos de la prétendue convocation du candidat Andry Rajoelina par la justice française.

«Devant l’ampleur prise par certaines informations erronées impliquant la France, l’Ambassade de France souhaite démentir les allégations qui alimentent depuis plusieurs jours la presse, selon lesquelles des officiers de police judiciaire français se seraient rendus à Madagascar, en dehors de toute procédure légale, pour délivrer à l’un des candidats en lice pour le second tour de la présidentielle une convocation du Parquet de Paris. A notre connaissance, aucun candidat n’est concerné par une procédure de la justice française», a communiqué hier, la représentation locale de la France.

«L’ambassade de France, comme les autres grands partenaires de Madagascar, invite les candidats à mener une campagne respectueuse et centrée sur le débat d’idées», a-t-elle clarifié.

En manque de crédibilité

Par ailleurs, ce démenti met sur la sellette la directrice exécutive de Transparency International-Initiative

Madagascar, Ketakandriana Rafitoson, qui avait annoncé sur TV5 Monde que le candidat n°13 est «impliqué dans des affaires de biens mal acquis» en France. Ce qui est navrant pour «Transparency International» car cette affirmation gratuite porte un sérieux coup à la crédibilité de cet organisme non-gouvernemental.

En tout cas, voilà l’information, la réponse du berger à la bergère qui devrait clore ce chapitre que les proches de Ravalomanana veulent en faire tout un fromage, ces temps-ci.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que ce groupe tente de propager des informations erronées et fallacieuses pour manipuler l’opinion publique.

Au lendemain du premier tour, les communicateurs de l’ancien chef de l’Etat avaient aussi annoncé que leur méthode de décompte de voix avait été validée par le Pnud. L’institution onusienne avait par la suite publié un communiqué, en guise de démenti.

Il en est de même pour le prétendu soutien de l’Union européenne que l’organisation a également nié.  Sans oublier le fameux 5 milliards de Fmg octroyés à Andry Rajoelina du temps qu’il est premier magistrat de capitale, pour la reconstruction de l’Hôtel de Ville. Une déclaration contestée par les principaux responsables de l’époque, à savoir, le vice ministre en charge de l’Aménagement du territoire, Hajo Andrianainarivelo ou encore, l’architecte principal de cette bâtisse, Mamy Rajaobelina.

Rakoto

Madagate2 partages

Marc Ravalomanana. Les vérités de Jean Marc Chataigner et Niels Marquardt

Jean Marc Chataigner : Un discours sortant de l’ornière de la diplomatie-hypocrisie-politique de l’autruche

A Antananarivo, le 14 juillet 2009, comme chaque année, a été célébré à la résidence de France à Ivandry. N’ayant pu présenter ses lettres de créances pour cause de crise, le nouvel Ambassadeur Jean Marc Châtaigner a eu le «courage» de dire ses 4 vérités à la Communauté internationale mais aussi à tous, sans exception, impliqués dans cette crise politique. Extraits saillants de ce discours qui sort du jargon des diplomates qui n’ont jamais dit publiquement ce qu’ils ont au fond de leur pensée.

Une confiance excessive à de bonnes paroles technocratiques

« (…) Pour ce qui est de notre poutre (de la parabole biblique de la paille et de la poutre), je pense à la France, je pense à la Communauté internationale. Je pense qu’il faudra aussi qu’on s’interroge sur certaines positions que nous avons pu prendre l’an passé, que nous n’avons pas prises, parce l’important ce n’est pas dans ce qu’on fait mais l’important est aussi dans ce qu’on ne fait pas. Pourquoi sommes-nous restés silencieux quand les choses ont commencé à se détériorer, après l’immense espoir populaire de 2002 (Ndlr : l’auto proclamation de Marc Ravalomanana) ? Pourquoi nos institutions internationales financières n’ont-elles rien dit lorsque l’État a favorisé les intérêts d’un grand monopole privé (Ndrl : la société Tiko devenue un empire économique) ? Il lui a accordé des avantages indus par rapport à ses concurrents. Pourquoi la Communauté diplomatique n’a-t-elle pas protesté ou pas assez énergiquement ou pas suffisamment lorsque les atteintes à l’État de droit se sont multipliées ? Lorsqu’il y a eu des emprisonnements, des arrestations arbitraires et je sais qu’il y en a qui en ont subi qui sont parmi nous. Pourquoi n’avons pas protesté assez fort lorsque des entraves ont été mises à la liberté de la presse et d’expression et lorsque, parfois, la peur -certains d’entre vous l’ont dit- ont gagné les cœurs ? Si nous avions parlé plus fort, si nous n’avions pas donné une confiance excessive à de bonnes paroles technocratiques qui nous ont été prodiguées ; si nous avions décidé plus tôt de suspendre de nos aides budgétaires, si nous avions été réellement exigeants et rigoureux dans le contrôle des fonds publics et la dénonciation des conflits d’intérêts, peut-être que ces dérives ne se seraient pas produites. Peut-être que les dirigeants d'alors nous remercieraient-ils pour notre franchise et les conseils donnés. Peut-être que Madagascar aurait-elle pu continuer son développement sur de bons rails et affronter la crise économique mondiale dans de meilleures conditions (...) ».

Pensée émue pour les victimes innocentes du 7 février 2009 et toutes les autres

« (…) J’ai, bien sûr, une pensée émue, une  pensée très émue pour les dizaines de civils innocents qui ont été tués devant le Palais présidentiel, le 7 février 2009. Plus largement aussi, j’ai aussi cette pensée émue pour toutes les  victimes de cette crise politique ; toutes celles qui ont souffert ; toutes celles qui ont perdu un ou une de leurs proches ; toutes celles qui ont subi des exactions. Le pardon qui viendra le jour venu, ne devra pas exclure la justice. Si l’appui international est nécessaire pour établir la vérité, il devra être sollicité (…) ».

Pas d’ingérence dans les affaires d’un État partenaire et souverain

(…) Les accusations, que je ne balayerai pas d’un revers de main, même si elles sont souvent constituées d’insinuations sans fondements, d’interprétations malveillantes, de rumeurs… Tout ce qui est excessif est quand même insignifiant. Non ? Elles auraient été prises avec mépris si elles n’avaient pas été reprises  par des hommes politiques que, par ailleurs, nous estimons et que nous respectons. Je vous crois pour ces derniers, pour ces hommes politiques, que leurs paroles, prononcées sans doute sous le coup de l’énervement, sous le coup de la colère -toujours mauvaise conseillère-, qui ont trahi les pensées de leurs auteurs. Je remercie, d’ailleurs, les nombreux anciens ministres, les très nombreux parlementaires qui sont ici présents (Ndrl : L’Assemblée nationale et le Sénat n’ont pas été dissous mais suspendus par la HAT), pour les excuses personnelles qu’ils m’ont présenté, pour ce qu’ils estimaient, eux-mêmes, largement déplacé. Je vous rappelle avec la plus grande solennité, avec la plus grande fermeté, à vous de le répéter partout où vous pouvez : la France ne peut rester indifférente à ce qui se passe à Madagascar. Nous ne pouvons pas être indifférents. Mais nous ne pouvons pas nous ingérer dans les affaires d’un État partenaire et souverain (…) ».

Bravo Jean Marc ! C’est ce qui s’appelle être -non pas neutre comme la Suisse qui ne l’a jamais été réellement depuis la première guerre mondiale- mais être réaliste et lucide. Il faut savoir que l’ambassadeur de France est arrivé en plein « cafouillage » est qu’il n’a pu présenter ses lettres de créances à aucune entité officielle. En tout cas, dans son discours, tout le monde est concerné, sinon impliqué. Ce qui est formidable dans ce discours qui sort vraiment de l’ornière de la diplomatie-hypocrisie-politique de l’autruche, c’est que Jean Marc Châtaigner a des connaissances solides de l’Histoire récente de Madagascar. Il a su, en peu de mots, démontrer que la vraie raison de cette crise de 2009 émanait d’une très mauvaise gouvernance de la part de Marc Ravalomanana.

Jean Marc Châtaigner est actuellement Ambassadeur envoyé spécial de la France pour le Sahel depuis septembre 2017

********************

Niels Marquart : Nous avons constaté la démission de Marc Ravalomanana

Avant son départ définitif, l’ambassadeur américain, Niels Marquardt, eu un entretien avec un confrère deL'Express de Madagascar. Ses déclarations ont été publiées le samedi 22 mai 2010. (Re)voici des extraits pour les générations actuelles et les pro-n°25 qui basent leur campagne électorale de ce second tour de l’élection présidentielle sur le mensonge, la médisance et l’infamie qui finiront, tôt ou tard, par leur revenir comme un boomerang.

« Je m’attendais à autre chose que ce qu’il y a eu. Quand je suis arrivé (Ndlr : en 2007), je me suis dit que c’était le bon moment de venir à Madagascar. La Grande île était enfin sortie de son passé sombre. L’expérience socialiste, l’isolement, les choix politiques mal conçus, l’orientation vers la Corée du Nord, c’était fini. Mais au bout de quelques mois, j’ai commencé à me poser des questions. Il y a eu plusieurs rendez-vous manqués, que j’ai trouvés particulièrement dommage ».

Parlant donc de la période où Marc Ravalomanana était au pouvoir, l’ambassadeur Niels Marquardt a révélé :

« J’avais comme objectif de faire venir des investisseurs américains à Madagascar. En novembre 2007, s’est tenu au Cap, en Afrique du Sud, l’US-Africa Business Summit, une importante conférence qui se déroule tous les deux ans avec beaucoup d’investisseurs américains. L’ancien Président de la République (Ndlr : Marc Ravalomanana) devait personnellement participer à cette conférence, et il devait prononcer un discours à l’ouverture. Mais pour une raison que nous n’avons pas comprise, le Président a annulé sa participation au dernier moment. Il a envoyé son nouveau ministre de l’Économie. Celui-ci a fait un excellent travail, mais l’absence surprise du Président a laissé un goût amer du côté des Américains. Des hommes d’affaires américains sont certes venus ensuite, mais la plupart du temps, cela n’a abouti à rien ».

« Il y a aussi eu l’épisode Seabord, l’investisseur dans le secteur de la farine. Seabord était l’un des premiers investisseurs américains venus tester le climat des affaires à Madagascar. S’il avait réussi, il aurait entraîné beaucoup d’autres derrière lui. Mais il a constaté, et les autres aussi, que le climat des investissements à Madagascar n’était pas très fair-play. (Ndlr : Marc Ravalomanana a ruiné la société Kobama à Andranomanelatra appartenant à Edgard Razafindravahy). Ce qui a repoussé des intérêts potentiels vers des pays plus sains ».

« Vous devez également savoir que des discussions ont déjà été entamées sur la possibilité d’une deuxième phase du MCA (Ndlr : Millenium Challenge Account), et Madagascar ambitionnait d’obtenir 700 millions de dollars. Mais déjà, à l’époque, je doutais fort de la possibilité pour Madagascar d’être accepté à cette deuxième phase ».

« Je ne dis rien de neuf. Si vous regardez bien dans les archives, vous verrez que j’ai toujours eu un certain franc-parler. Le problème du conflit d’intérêt à Madagascar était un sujet qui nous préoccupait beaucoup. Mon adjoint avait même déjà proposé, à une époque, que le Président vende sa société (Ndlr : Tiko), et je partageais tout à fait son avis. Depuis 2002, tous les ambassadeurs américains ont toujours conseillé au Président de séparer ses affaires personnelles des affaires de l’État ».

« Il faut tracer une ligne bien distincte entre les deux mandats de l’ancien Président. Sous son premier mandat, on lui a accordé le bénéfice du doute. La communauté internationale a senti souffler un vent nouveau. Nous nous sommes dit que, pour le bien des Malgaches, il fallait laisser souffler ce vent libéral, pro-business et ouvert au monde extérieur. Mais après l’élection présidentielle de 2006, on a commencé à constater des problèmes. Nous n’avons pas compris la réforme constitutionnelle de mars 2007. Le courant passait aussi mal avec les sociétés américaines qui voulaient venir parce que le président voulait imposer ses critères. Il y a aussi eu ces tensions inutiles créées avec le maire d’Antananarivo (Ndlr : Andry Rajoelina) qui a pourtant été démocratiquement élu, ainsi que les promesses non tenues de la réforme électorale. Tout cela a choqué la communauté internationale ».

« Nous nous attendions à ce que la crise éclate. Nous voyions qu’en se créant ainsi des ennemis, Marc Ravalomanana allait dans le mauvais sens ».

« Je l’ai dit plusieurs fois, nous ne soutenons personne. Nous n’avons jamais réclamé le retour au pouvoir de Marc Ravalomanana, nous avons même constaté sa démission. Cette étiquette pro-Ravalomanana et anti-HAT est entièrement fausse. Nous soutenons la démocratie et le retour à l’ordre constitutionnel ».

Niels Marquardt est actuellement Consul général des États-Unis à Sydney depuis juin 2010.

Dossier de Jeannot Ramambazafy également publié à la « Une » du quotidien « La Gazette de la Grande île » du samedi 15 décembre 2018

Midi Madagasikara2 partages

Missié Sayda  va mettre le « fayah » au Fill’in

Ragga, Roots, Dancehall vont se faire entendre au Fill’in à Antsakaviro ce jour à 15 heures de l’après-midi.  « Ialao fa lolo »,  « Eisy e ry malala », « Omeo manja kely » seront  sans doute dans le répertoire du chanteur.  Les gars  d’Ambanidia record seront là pour  accompagner leur frère.  Raggaman et adepte de roots au début de sa carrière, Missié Sayda est dorénavant  un chanteur  qui s’ouvre à d’autres rythmes tels que l’Afropop, et quelques fois du soca music.

Iss Heridiny

News Mada1 partages

MEN: abus de pouvoir des pro-Ravalomanana

 

Nouvelles menaces de grève au ministère de l’Education nationale où le personnel dénonce des arbitraires perpétrés à son encontre. Une manifestation a été organisée devant le bâtiment du ministère pour attirer l’attention des dirigeants, hier.

Le personnel du ministère de l’Education nationale a manifesté dans la rue devant le ministère employeur hier, pour protester contre les abus de pouvoir de ses supérieurs. L’équipe du ministre issu du parti HVM, ralliée au candidat N° 25, se rabat sur les employés pour ressasser la défaite subie lors du premier tour de l’élection, d’après les explications du porte-parole des manifestants, Angelo Rakotonirina.

Ce dernier a déclaré qu’ils sont obligés de recourir à cette initiative pour dénoncer les dysfonctionnements de leur département. Outre l’appel pour protester contre les intimidations subies par les fonctionnaires de ce ministère actuellement, les manifestants exigent que la gestion de ce ministère soit confiée aux techniciens de l’éducation pour garantir son développement.

Abus de pouvoir

Il a été révélé au cours du mouvement que l’équipe dirigeante procède à des licenciements abusifs et des affectations collectives, depuis la publication des résultats de l’élection, par esprit de vengeance, créant un esprit d’instabilité au sein du personnel. Le cas du directeur des Ressources humaines du ministère, qui a dû recourir au Conseil d’Etat pour échapper à l’arbitraire, illustre bien l’ambiance vécue dans le monde de l’éducation où les directives du Premier ministre sont restées lettre morte actuellement, selon les victimes.

Les manifestants ont menacé que la situation pourra dégénérer en une grève générale devant paralyser de nouveau l’enseignement public.

Manou

 

Midi Madagasikara1 partages

Fanaovana sy fampiasana hosoka eto Toamasina : Misy mividy ireo kara-pifidianana tsy nisy naka eny amin’...

Misy ireo andian’olona mihevitra ny hanao hosoka goavana amin’izao fihodinana faharoan’ny fifidianana izay ho filoham-pirenena, hatao ny 19 desambra ho avy izao, raha ny fanambarana nataon’ny rantsa-mangaikan’ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana Toamasina.

Raha ny fanazavana azo, dia misy andian’olona manarama tonga eny amin’ny biraon’ny fokontany maromaro eto Toamasina, maka sy mividy ireo kara-pifidianana tsy misy maka ankehitriny. Ny angom-baovao no nahalalana, fa vidin’ireto andian’olona misy maniraka ireo 10.000 ariary ireo kara-pifidianana tsy nisy naka sy mihitsoka ary tsy voazara teny amin’ny fokontany ireto. Aorian’izay raha ny fanazavana azo tamin’ny rantsa-mangaikan’ny CENI Toamasina, dia hanamboaran’izy ireo kara-panondro hosoka amin’ny sisiny izy ireo ka omena ireo olona sahy hampiasa izany amin’ny fanomezana vola ireo andian’olona hampiasa izany mandritra ny fifidianana ny 19 desambra ho avy izao. Vokatr’izay dia manao antso avo ny CENI Toamasina, fa voararan’ny lalàna ny fanaovana sy fampiasana hosoka ka hanetsika ireo mpitandro ny filaminana izy ireo hijery ny eny anivon’ny biraom-pokontany sy hanara-maso ireo andian’olona mpanao izao hosoka izao, ary hampihatra avy hatrany ny lalàna, satria tsy azo ekena ny fanakorontanam-pifidianana, sy tsy fanajana ny demokrasia tian’ireto andian’olona ireto hatao izao.

Efa misy olona sy vondron’olona ary antoko voatonontonona amin’izao raharaha izao, raha ny fanazavana azo, izay efa ela no nanomanan’izy ireo izany teto Toamasina, saingy miankina amin’ny fanadihadiana ifotony eny amin’ireo biraom-pokontany ihany no hamaritra izany, raha ny voalazan’ny fanambaran’ny rantsa-mangaikan’ny CENI Toamasina azy ihany, omaly.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Leadership : Lancement officiel de l’Institut Malagasy en janvier

Mamy Rakotondraibe, président de l’Institut Malagasy de Leadership.

Concocté depuis huit mois, l’Institut Malagasy de Leadership (IML) ouvrira officiellement sa première année académique en début 2019. D’après les informations, les inscriptions commenceront le 19 Janvier, jour de lancement officiel. « La première promotion débutera la formation le 5 mars. Cet institut aura pour enjeu majeur d’insuffler les acteurs de hauts niveaux du secteur privé et public à s’approprier d’une culture de leadership axée sur le sens des valeurs incluant la RSE et orientée vers l’esprit d’innovation et de performance. Cette culture a été maintes fois observée auprès des grands leaders de ce monde et étudiée par des organisations de recherches telles que Gallupp ou Talent + comme la différence essentielle des dirigeants qui réussissent au 21e siècle auprès de la société », a expliqué le directeur Pédagogique. Selon lui, l’IML est issu d’un partenariat entre l’Institut d’Etude Politique (IEP), du Centre d’Etudes Diplomatique et Stratégique (CEDS Madagascar) et des dirigeants formateurs en Leadership d’une entreprise globale présente à Madagascar, DHL International. Le partenariat a pour objectif d’offrir une formation de haute qualité alliant approche kinesthésique, mode collaborative et simulations immersives.

Besoin de leaders. La formation se déroule sur trois mois répartis sur 25% d’approche théorique et 75% d’accompagnement projets en équipe. « L’auditeur consacrera le premier mois à approfondir sa notion de leadership et acquérir les outils pouvant débloquer son potentiel de leader. Le deuxième mois lui permettra d’explorer les aspects majeurs à prendre en compte dans son environnement et de l’intégrer dans une dynamique de performance et d’innovation. Le dernier mois lui donnera l’opportunité de développer son sens du coaching pour débloquer tout le potentiel de ses collaborateurs quel que soit leur nationalité. La formation est sanctionnée par un Certificat Executif Trium Leadership International », ont expliqué les promoteurs de l’Institut. « Bien que visant en priorité les hauts cadres dirigeants recherchant à exceller dans leur sens de leadership, cette formation est aussi ouverte à tous ceux qui aspirent à diriger demain notamment au niveau international. Avec la digitalisation de l’économie mondiale, l’accélération du rythme des activités économiques et les exigences plus affirmées des consommateurs et des contribuables, Madagascar a besoin de préparer des leaders pour faire face à ces mutations. Ensemble avec CEDS et IEP, nous voulons apporter une formation de haut niveau inspirée d’un programme mondial déployé sur 220 pays et auprès de 10 000 Dirigeants de toutes nationalités. Les sortants auront une expertise poussée pour mener au 21e siècle avec succès »,  a affirmé Mamy Rakotondraibe, président de l’IML.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Kickboxing – Sommets nationaux : Une prime d’un million d’ariary pour les champions

Alléchante. Le président de la Fédération Malgache de Kickboxing et disciplines associées, Mamy Andrianome a déclaré hier, en marge de l’ouverture des Championnats nationaux séniors, que tous les champions recevront une prime de un million d’ariary. Ce afin de motiver les combattants à donner le meilleur d’eux-mêmes. Plus de 90 combattants vont partager leurs joutes pendant trois jours et se livreront bataille pour remporter les tickets pour les différentes compétitions internationales pour 2019.  Les finales sont programmées pour demain au Palais des Sports de Mahamasina. « Le choix des sociétaires au sein de l’équipe sera très rude. Cela fait 30 ans que j’ai baigné dans cette discipline. J’ai décidé de ne pas envoyer les combattants aux Championnats du monde en voyant le niveau des sélectionnés lors du regroupement » a déclaré le numéro Un de la boxe pied-poing.  Une année à la tête de la fédération, Mamy Be présentera son bilan d’activité ce jour à l’occasion de l’assemblée générale ordinaire au Palais des Sports de Mahamasina. Actuellement, 14 ligues constituent la fédération, si elles étaient neuf en 2018. Dans le cadre de la promotion de la discipline, une école de kickboxing a été ouverte dans trois ligues, à savoir la Haute-Matsiatra, Amoron’i Mania et V7V.

T.H

Midi Madagasikara1 partages

Résistance aux antimicrobiens : La menace est croissante

Peu connu du public, la résistance aux antimicrobiens est une menace et risque de toucher chaque individu, quelque soit son âge et son pays. Selon le communiqué émanant du ministère de la Santé publique publiée hier, la résistance aux antimicrobiens « compromet la prévention et le traitement efficaces d’un nombre croissant d’infection dues à des bactéries, des parasites, des virus ou des champignons« . Devant être gérée d’urgence, la résistance aux antimicrobiens serait une crise qui constitue un frein à l’atteinte des objectifs du développement durable. Le même communiqué d’observer une certaine émergence « accélérée du phénomène par l’utilisation des antibiotiques dans les secteurs de la santé publique et de l’élevage« . L’atelier de présentation et la validation du plan d’action national pour combattre la résistance aux antimicrobiens arrivent donc à point nommé. Devant être finalisé par le Comité Multisectorielle de Coordination de la lutte contre la Résistance aux Antimicrobiens (CMC-RAM), le plan national « fera l’objet d’une demande d’adoption par le gouvernement pour faire partie du programme gouvernemental pour la préservation de la santé de la population« .

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

IEM vs MAP2 : Quand les deux projets sont vus d’un point de vue technique

Faire une campagne électorale signifie vendre un projet de société et une vision, et non se lancer mutuellement des insultes et des dénigrements. Pour aider les citoyens à voter pour le projet qui leur sied, nous avons demandé l’avis d’un expert en économie (qui a requis l’anonymat) pour effectuer un comparatif des deux projets, des deux programmes qui ont leurs particularités.

Economie. Sur le plan économique, l’expert a lancé que l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) a « l’émergence » comme fer de lance de cette campagne. Le Madagascar Action Plan 2 (MAP 2) se focalise sur le « Madagascar naturellement ». Ce qui implique les explications suivantes : « l’IEM tend à rattraper le retard de Madagascar grâce à l’exploitation et la répartition équitable des ressources naturelles afin de nous défaire de la dépendance étrangère ; le MAP 2 ne prévoit pas cette émancipation mais entend pérenniser les négociations et la collaboration avec les étrangers, donc, il se peut que le pays s’endette encore ».

Politique monétaire. Toujours dans cette même lancée, l’expert a, également, donné des éclaircissements sur la fluctuation de l’ariary qui, selon lui, nécessite la mise en place d’une politique monétaire. « Le MAP 2 met en avant l’agribusiness et le textile. Ce dernier dépend essentiellement de l’AGOA, mais ne va pas stabiliser et apprécier l’ariary. L’IEM prévoit l’exportation de différents et divers produits locaux, manufacturés et fabriqués à Madagascar ; ce qui est bénéfique pour l’économie et l’ariary ».

Zones industrielles vs zones franches. Au niveau industriel, « l’IEM projette la mise en place de nouvelles villes dans les capitales régionales qui vont contenir des zones industrielles ; cela va créer des emplois locaux. Le MAP 2 va poursuivre les zones franches industrielles textiles et la mise en place des petites et moyennes entreprises dans tout Madagascar. Cette exploitation industrielle sera favorisée par l’agriculture et l’agro-industrie. Dans ce même cadre, le MAP 2 incite à l’utilisation des technologies mobiles en milieu rural et favorise l’agriculture économique », indique-t-il.

Négociation internationale vs souveraineté nationale. Au niveau international, « le MAP 2 continue les négociations internationales et se focalise sur la promotion de l’image économique de Madagascar et l’amélioration du climat pour attirer les grands investisseurs. L’IEM met en avant le gagnant-gagnant dans les accords de partenariats bilatéraux ou multilatéraux, et prime la souveraineté internationale ».

Recueillis par A. A

Madaplus.info0 partages

Madagascar: des nouvelles infrastructures à Ankaraobato grâce aux impôts

On peut dire que la commune d’Ankaobato fait peau neuve. On peut citer entre autes, les routes du Fokontany d'Antsahasoa qui ont été rénovées. Une nouvelle École Primaire Publique y a été implantée pour la première fois. Dorénavant, les écoliers ne sont plus obligés d'aller très loin pour étudier. Tout cela est grâce à la population qui s’est acquittée de leur responsabilité en payant leurs impôts.
Selon la population d’Ankarobato, la commune a connu un grand changement ces derniers temps et cela aurait considérablement des impacts majeurs dans leur vie quotidienne. Le maire disait qu'un nouveau projet pour la construction d'un Collège d’Enseignement Géneral serait également en cours, pour un budget d'un milliard cent millions d'Ariary, issu des impôts. Du coup, les premiers responsables de la commune incitent la population à toujours accomplir leur devoir pour l'amélioration régulière d'Ankaraobato.
News Mada0 partages

Kihon-dalana farany ho an’ny mpifidy: hifanatrika farany ao amin’ny TVM/RNM Ravalo sy Rajoelina

 

 Hiverina hifanatrika ao amin’ny TVM/RNM, rahampitso alina ny kandidà Ravalomanana sy Rajelina. Anisan’ny hitsaran’ny mpifidy azy ny heviny sy ny vina ary koa ny fihetsika sy fomba fiteny mandritra izany. Nitondra fanazavana mialoha izany yn Ceni.

« Ferana mazava ireo lahadinika hiadian’ny kandidà roa hevitra. Voalohany ny amin’ny tetikasa sy ny vinam-piarahamonina hitondrany ny firenena. Manaraka ny lafiny politika: hanao ahoana ny ho firafitry ny governemanta rehefa voafidy? Ahoana ny fampiharana sy ny fampiasana ny fahefam-panjakana eo an-tanana? Ahoana ny amin’ireo Nosy malagasy manodidina? » hoy ny filoha lefitry ny Ceni, Rakotonarivo Thierry, teny Alarobia, omaly. Hifanatrika farany Rajoelina Andry sy Ravalomanana  Marc, ao amin’ny TVM sy RNM, rahampitso.

Anisan’ny hiadian’ny kandidà roa hevitra ny ady amin’ny fahantrana, ny ady amin’ny kolikoly. Ny amin’ny fampihavanam-pirenena. Eo koa ny amin’ny tsy fampifangaroan’ny mpitondra ny lafiny fivavahana sy ny fitantanan-draharaham-panjakana.

Eo amin’ny toekarena: ahoana ny politika momba ny vola, ny politika momba ny fananan-tany? Manao ahoana ny lafiny fambolena sy ny fiompiana, ny asa… ? Ny sosialy sy fiarahamonina: ahoana ny lafiny fanabeazana, ny amin’ny miralenta eo amin’ny lahy sy ny vavy, ny fanambadian’ny mitovy fananahana…?

Miisa 27 avy ireo mpomba ny kandidà isanisany afa-manatrika ny fifanatrehana farany.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

TGV Frantsa: manao faradoboka koa anio any Paris

 

Na tsy mbola tanteraka aza ny zo tokony hifidy ho an’ny Malagasy any ivelany, tsy mipetra-potsiny ny sampana TGV any Frantsa. Antony, fandraisana andraikitra sahady amin’ny fitiavan-tandrazana sy hampandrosoana an’i Madagasikara amin’izao kihon-dalana ho an’ny firenena izao. Manao faradoboka koa izy ireo, anio asabotsy any Paris, manentana ny mpifidy malagasy handrotsa-bato ho an’ny kandidà faha-13, Rajoelina Andry.

Nohitsin’ny sekretera jeneraly (SG)-n’ny TGV Frantsa, Ramaharavoandrainy Michel, fintinina hoe Ravo Michel, fa “raha ny rariny sy ny hitsiny, tokony ho lany tamin’ny fihodinana voalohany Rajoelina Andry ka azo adika fa voahitsakitsaka indray ny zon’ny Malagasy. Tsy manana anton’asa afa-tsy ny mitsikera sady manaratsy ny sasany satria mialona ity kandidà ity.

Entanina ny mpifidy tsirairay hanamarina ny anarany ao anatin’ny lisi-pifidianana ary hifidy ny kandidà faha-13, hanatanterahany ny veliranony, hitondra fiovana goavana ho an’ny fiainan’ny Malagasy rehetra. Aoka hiaro ny zony ny tsirairay satria ny kandidà faha-13 no afaka hanatanteraka sy hanome fanantenana ny vahoaka malagasy tsy ankanavaka. Miankina amintsika ny ny hoavin’ny firenena”.

Randria

News Mada0 partages

Fiarahamonim-pirenena: ezahina hatsaraina ny sosialim-bahoaka

 

 « Vonona ny hampandroso sy hanatsara ny sosialim-bahoaka amin’ny lafiny rehetra izahay. Efa misy ireo fandaharanasa maty paika iarahanay miasa amin’ny kaominina, toy ny amin’ny kaominina Ampanotokana Mahitsy, Behenjy, Miarinarivo ary Anjiro Moramanga amin’ny hametrahana tsena. Tanjona napetrakay hatramin’izay ny politika fampandrosoana miainga eny anivon’ny fiarahamonina », hoy ny fanazavan’ny filohan’ny Hafari Malagasy, Rafanomezantsoa Jean Nirina, nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety, omaly, momba ny sosialim-bahoaka izay miara-miasa ao tahirim-pirenena ho an’ny tanora (FJN). Hisy koa ny fametrahana toeram-piantsonana goavana hametrahana kamiaobe eny amin’ny RN 2. Nahitsy ny fanazavan’ity mpikambana eo anivon’ny fiarahamonim-pirenena ity fa tsy maintsy miara-miasa amin’ny fanjakana izay mijoro izy ireo satria miainga eny ifotony mihitsy ny fampandrosoana. Maro ireo teknisianina eo anivon’ny FJN ary nilaza hatrany izy ireo fa tsy manao politika fa manao politika fampandrosoana. “Ny anay ny firenena no tena tohananay ary mijery ny firenena tsy ho simba izahay”, hoy hatrany ny FJN.

J.C

News Mada0 partages

EPP Faravohitra: nanolotra fanampiana 2 tapitrisa mahery ny kaonsilin’i Monaco 

 

 Mitohy ny fanohanan’ny consulat de Monaco ny EPP Faravohitra, amin’ity taom-pianarana vaovao ity. Nanolotra taratasim-bola mitentina  2 450 000 Ar indray ny vice consul de Monaco, Rabemanolontsoa Niry Harivelo, afakomaly teny an-toerana. Entina hanamavainana ny latsakemboka 15 000 Ar isaky ny ray aman-dreny aloa amin’ny fiandohan’ny taom-pianarana sy hividinana sakafo ny fanampiana izany, araka ny fanazavana azo. Nanomboka ny taona 2011 no ho mankaty, mahatratra 49 476 000 Ar ny sora-bola nanohanan’ny  consulat de Monaco ny EPP Faravohitra. Nohavaozina avokoa ny fotodrafitrasa hatramin’ny loko, ny tafo sy ny valin-drihana, nohatsaraina ny toeram-pivoahana ary azo ambara fa maodely ity EPP ity amin’ny hatsaran’ny efitrano fandraisana ireo mpianatra. Anisan’ny nampahafantarina, omaly, koa ny fahavitan’ny fandokoana ny atiny sy ny ivelan’ny efitrano sy ny sekoly iray manontolo, vaovao rahateo ny latabatra sy ny seza ka vonona hiatrika ny taom-pianarana vaovao ny mpianatra 104.

« Enina ny mpanabe mampihodina ny kilasy 11ème hatramin’ny 7ème izay efa mpiasam-panjakana avokoa », hoy ny talen’ny EPP, Raharimanana Céline.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Ambodin’Isotry: napetraka ny fantsona ikorianan’ny rano

 

Hahafahana manatanteraka am-pilaminana ny tetikasa fanadiovana an’Antananarivo (PIAA), tonga teny amin’ny Aigle Noir Ambodin’Isotry, boriborintany I, tamin’ity herinandro ity,  ireo mpiasan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra hanisaka sy hamindra ny toeran’ireo mpivarotra manamorona iny toerana iny. Tetikasa fanadiovana an’Antananarivo mba ho fisorohana ny tondradrano matetika eny amin’ireo faritra iva ny tanjona. Hisy, araka izany, ny fametrahana fantsona lehibe any ambanin’ny tany hahafahan’ny rano maloto mivarina any anatin’ireo lakandrano. Izay indrindra no tsy maintsy hanisahana sy hamindrana toerana vonjimaika ireo mpivarotra ireo. “Nizotra am-pilaminana ny asa fandaminana ireto mpivarotra ireto”, hoy ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny tsena.

Manentana ny mpivarotra ny kaominina hitandro fatratra ny fotodrafitrasa sy ny fahadiovana, hisorohana ny fiakaran’ny rano, amin’izao fotoam-pahavaratra izao.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Basikety – “CCCOI”: nakotroka ny fandraisana ny CosPN

 

Nigadona teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato, omaly tamin’ny 1 ora sy 30 mn maraina, ny ekipan’ny polisim-pirenena, ny CosPN, rehefa avy niady ny amboaran’ny CCCOI, tany Seychelles, ka nibata ny fandresena.

Nakotrokotroka ny fandraisana ny ekipa tompondaka malagasy, teto an-dRenivohitra, rehefa namakivaky an’Antananarivo ireo mpilalao sy ny mpiara-miombona antoka amin’izy ireo, niainga teny Ivato, nankeny amin’ny tobin’ny Fip eny Antanimora. Nankasitraka ny ezaka nataon’ity ekipa malagasy ity avokoa izay nolalovana rehetra. Nitohy teny Antanimora avy eo ny fiarahabana ny CosPN tamin’ny alalan’ny fizarana mari-pankasitrahana sy fanomezana avy amin’ny minisiteran’ny Filaminam-bahoaka, ny federasiona malagasy ny basikety ary ireo mpiara-miombona antoka rehetra. Tamin’izany indrindra no nanoloran’ny ministry ny Filaminam-bahoaka, ny inspeketera jeneraly ny Polisy, i Erick Michel Wouli Soumah Idrissa, ny lelavola 10 tapitrisa ariary, omby miisa 2, ary fitsangantsanganana any Nosy Be Hell Ville ho an’ireo mpilalao eo anivon’ny Polisim-pirenena ireto. Nanamafy ny minisitra fa mbola mafy ny ady miandry ny ekipan’ny CosPN ka mila fanohanana hatrany. “Mitohy ny dingana ho an’ny CosPN ary tsy hikely soroka amin’ny fanohanana ity ekipa ity ny minisitera”, hoy ny fampanantenana nataon’ny minisitra. Nampiseho izay fahavononana izay ihany koa ireo mpilalao ary vonona sahady amin’ny fanomanana ny “Afroleague” hotanterahina ny volana febroary 2019 izao. Mafy io lalao io kanefa hiady mafy ny CosPN, raha ny fanazavana nentin’ireo mpilalao.

Tetsy andaniny, tsy nijery fotsiny ny feserasiona malagasy, tarihin’ny filohany, Ramaroson Jean Michel, fa nanolotra lelavola 3 tapitrisa ariary ho an’ny CosPN ho fankasitrahana ny ezaka vitany.

Mi.Raz

News Mada0 partages

Rallye RC-Sommet national: la meilleure pour la fin

 

A la veille du derby final du Championnat rallye RC de Madagascar, prévu se dérouler sur le circuit des Frères Capucins Ambohimalaza Imerikasinina ce dimanche, la préparation s’annonce intense pour le Gasy RC. Du côté des pilotes, les châssis sont enfin prêts pour brûler cette dernière étape.

L’organisateur peaufine les derniers préparatifs de cette affiche haute en couleur. Quant aux pilotes, ils effectuent les derniers mis au point de leur bolide. En un mot, ils sont prêts à mettre le pied au plancher.

Et cette dernière manche ne se ressemble pas à une autre. Outre le titre, un trophée spécial attendra également le vainqueur. «J’ai confectionné un trophée unique pour boucler cette 2e édition», a partagé le président du Gasy RC, Kevin Andriamaholimanana.

4 titans pour un titre

Le décompte des points après la première édition est en cours. Mais 4 pilotes sont mieux placés pour ravir le titre. Il s’agit de Kevin Andriamaholimanana, Erick Andriamaholimanana, Rakotohaja Mamy et Micki Rafanoharana.

Pour Mamy, piloté passionné depuis 4 ans, il ne redoute personne. «Dès fois, même si le concurrent est expérimenté, parfois, la chance vous attend aussi sur la route ? Donc, on verra dimanche, qui sera le plus chanceux. N’empêche, je veux faire un essai ce jour pour tester les nouveaux réglages de ma caisse», a-t-il avoué.

Quant au fameux Kevin, toujours en tête des classements, le manque d’entraînement risque de lui jouer des tours. «Comme je suis le président du Gasy RC, c’est assez difficile de trouver du temps pour moi. Or, mon frère Erick et Micki se sont bien préparés. Donc, pour ma part, ma participation est la plus importante», a-t-il avoué.

Sendra Rabearimanana

 

News Mada0 partages

Basket : Cospn accueilli en grande pompe

Une journée inoubliable a été offerte au Cospn, champion de la zone 7, au siège des Forces d’intervention de la police nationale (Fip) à Antanimora hier. Non seulement, les joueurs ont reçu les éloges des Grands commis de la Police nationale ainsi que de la Fédération malgache du basket-ball (FMBB), mais comme il est de coutume, ils ont également été gâtés par les primes offertes par la FMBB et le ministre de la sécurité intérieure, Erick Michel Wouli Soumah Idrissa.

Ce dernier leur a octroyé la coquette somme de 10 millions d’ariary contre 3 millions d’ariary pour la fédération. C’était également l’occasion pour les acteurs de cette réussite de s’exprimer enfin, à l’image du président du Cospn, Rivo Harilaza Rakotovahoaka, qui n’est pas allé par quatre chemins pour évoquer que le résultat est plus que satisfaisant et que cela a été possible grâce en partie aux soutiens qu’ils espèrent se poursuivre en vue du sommet africain de 2019.

Plus technique dans ses explications, le coach Julien Chaignot avance déjà que l’effectif sera  renforcé. «Nous sommes dans l’obligation d’améliorer l’ossature de l’équipe en vue de l’AfroLeague 2019. Pour cause, les participants ne sont autres que les grosses pointures du continent. Ainsi, pour pouvoir briller, il est impératif de bien se préparer», a-t-il souligné.

Naisa

News Mada0 partages

Conservation des aires protégées: un énorme Gap à combler

 

Les besoins financiers des aires protégées (AP) sont loin d’être satisfaits. Avec les revenus tirés des placements de son capital, la Fondation pour les aires protégées de Madagascar et la biodiversité de Madagascar (FAPBM) n’arrive à financer que moins du tiers des besoins des 123 aires protégées.

Selon les dernières études officielles, les besoins financiers des 123 aires protégées de Madagascar, réparties sur 7 millions d’hectares, sont estimés à près de 21 millions de dollars, soit près de 73.500.000.000 ariary, à raison de 3 dollars par hectare.

«Une bonne partie de ce montant ne pourrait être réunie chaque année, dans la mesure où la FAPBM, principal bailleur d’AP, ne peut obtenir qu’une partie du budget nécessaire», a-t-on précisé lors de la cérémonie de signature de convention de financement entre cette entité et les gestionnaires des AP, au titre de l’année 2019 hier, à l’hôtel Colbert à Antaninarenina.

Quoi qu’il en soit, la FAPBM ambitionne de pérenniser le financement destiné à conserver les AP. Sur ce, elle a recours aux revenus découlant des placements effectués sur son capital, pour assurer la durabilité des financements.

Cependant, ces revenus ne représentent même le tiers des besoins financiers de l’ensemble des zones protégées. Devant cette situation, la Fondation lance ainsi un appel à tous, grand public et/ou secteur privé, afin que tout un chacun participe à la préservation du capital naturel de Madagascar.

6.425.075.219 d’Ariary pour 35 AP

 Pour le compte de l’année prochaine, la Fondation a octroyé une enveloppe s’élevant à  6.425.075.219  Ariary pour les 35 AP, gérées par 11 gestionnaires bénéficiaires des financements de la FAPBM.

Notons que la FAPBM a pour mission de contribuer au développement humain durable, de valoriser et de conserver la biodiversité, à travers la mobilisation des sources de financements pérennes en faveur du Système des aires protégées de Madagascar (SAPM).

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires: période de l’avant élection, temps de l’Avent

 

Enfants chez les catholiques on s’amusait à croire faussement que l’orthographie d’Avent avec un E repose sur une simple coquille à l’origine, erreur que par amour-propre les pères n’ont pas voulu rectifier, et qu’au contraire ils se sont entêtés à conserver jusqu’à en faire une coquetterie afin de marquer la différence.

Cette période n’a pas comme seule singularité celle de précéder Noël, on la voue à préparer l’Avènement et pour cause elle oblige à s’imprégner de toute une mystique.  Ce qui ne fournit pas une justification à la particularité de l’orthographie. Chut ! Ça fait partie des voies et voix mystérieuses qui font l’ambiance et le charme pour guider et entourer les religions. Comme à chaque fois qu’il est question de religion, quelle que soit celle-ci, tout sujet prête à de longs débats pas nécessairement oiseux, tel n’est pas le propos ici, où seule la coïncidence entre temps de l’Avent et la période précédant les élections couvre l’attention. On est amené à croire qu’il n’est question que d’une pure coïncidence et non d’une malice à cadrer les élections de façon concomitante avec un quelconque calendrier religieux, en considération des événements qui ont précédé pour bousculer la classe politique à faire tout un cinéma et à précipiter la tenue de cette élection. Toutefois rien n’interdit à se référer à cette période de pratique religieuse. Comme il a été dit précédemment une mystique entoure le temps de l’Avent, qui dit mystique parle d’élévation de l’être pour approcher le niveau des principes qui cautionnent la marque de l’événement. Pourquoi ne trouverait-on pas l’opportunité de rêver d’un besoin d’élévation à l’occasion ? A bien y réfléchir du reste, plus que simples objets de besoin, s’élever et d’élever les débats se présentent nécessité majeure. Malheureusement même face aux nécessités les vents sont parfois contraires. Ici si les vents mauvais ne sont pas rares, il en est un actuellement qui souffle des difficultés inhabituelles au-delà des autres mille genres qui au quotidien éprouvent la population : une épidémie de rougeole. Comment s’élever lorsque déjà les circonstances obligent à ployer les genoux.

Alerte après apparition

Le mal rôde depuis plusieurs mois, la maladie présente les dimensions d’une épidémie et risque de revêtir une menace d’endémie, alors seulement on s’alerte pour de bon. Un peu tard pour prendre des mesures destinées à freiner avec efficacité l’évolution du phénomène. Ce retard à l’allumage caractérise un peu trop souvent le mode de gouverner dans le pays. En nombreux domaines les responsables inclinent davantage à réagir plus qu’à agir. Le fait qu’en des décennies on n’a fait qu’à accumuler du retard dans presque tous les secteurs, ne libère pas d’autant de la responsabilité à anticiper sur des événements qui pour la plupart ne sont pas simples accidents ou même graves.

Une fois encore l’on peut croire que les élections arrivent à point. Les débats que soulèvent nécessairement les élections pour éclairer ou pour convaincre de leur choix les populations, prêtent occasion à établir des priorités et en fonction de celles-ci à poser les questions utiles en vue de trouver des solutions adéquates autant pour résoudre les problèmes, qu’adaptées aux moyens, conformes aux normes, respectueuses des principes. Ça fait beaucoup à l’intérieur d’un système davantage enclin à verser dans l’improvisation et en conséquence logique à donner beau jeu à la débrouille avec tout ce que cela draine de permissivité et de gabegie pour ne pas dire de dépassement et violation de la rectitude. Certains discours des candidats, pas mal de comportements de la population portent des signes d’une prise de conscience quant à l’obligation d’opérer un profond changement.

Deux champions pour deux formes différentes de changement

Le premier tour de l’élection a donné l’occasion à la population de trancher de façon claire, presqu’une gageure l’option de confier à l’un de deux «redoublants» les commandes pour mener à bien le changement. Un fait acquis, l’un et l’autre ont gouverné dans les conditions du système qui doit subir la transformation radicale, de ce système ils en connaissent les tares. Les électeurs tout en misant sur la chance que les deux n’en conservent pas des stigmates, ont parié sur l’expérience pour leur prêter la présomption d’un avantage afin de mieux identifier les maux et de mieux les extraire. Or, hors le fait d’avoir l’un et l’autre exercé le pouvoir, tout le reste éloigne l’un de l’autre les deux hommes. Si à un moment les circonstances ont fait que des intérêts stratégiques partagés les ont rapprochés jusqu’à ce qu’ils deviennent des alliés objectifs, ça n’a été que de manière ponctuelle. Le passé que chacun traîne, le présent qu’ils présentent, le futur qu’ils déclinent, les séparent et différencient les risques et les chances de voter soit pour l’un soit pour l’adversaire de celui-ci. Chaque suffrage a un sens et porte un poids à l’égal propre à influer sur les résultats. L’électeur porte la plénitude d’une lourde responsabilité. Entre objectivité et subjectivité le devoir ne saurait trouver droit à balancer.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Voyage de M. le Gouverneur Général au lac Alaotra (2)

(Suite et fin.)

D’Anosiroa, dernière station du tramway, au lac Alaotra il reste une trentaine de kilomètres de voie ferrée à construire. Mais cette partie possède déjà une route empierrée qui permet l’exportation des produits de cette région.

Celle-ci mesure une égale étendue d’une centaine de kilomètres.

Tout le monde sait que cette région est une des plus fertiles de la colonie.

On conçoit dès lors le trafic intense qui se fait sur la nouvelle voie et le degré de prospérité qu’elle provoque dans les pays qu’elle dessert. Cette prospérité sera complète le jour où le railway aura atteint son point terminus au bord du lac Alaotra.

La houille blanche à Madagascar

On sait tout le parti qu’ont tiré les entreprises métropolitaines de la houille blanche, autrement dit de la force motrice fournie par les chutes d’eau.

Il serait facile d’obtenir le même résultat aux colonies, à Madagascar notamment, où les chutes d’eau sont nombreuses.

Rien qu’en considérant la région comprise dans un rayon de 100 kilomètres de Tananarive, et sans faire état, dans ce périmètre, des petites chutes inférieures à 200 chevaux, on peut obtenir les rendements suivants :

Sur l’Ikopa : 7 000 chevaux ; à Anlelomita, 1 200 chevaux ; à la Mandraka :

1 800 chevaux ; à Ramainandro : 1 500 chevaux ; à Andromba : 500 chevaux ; sur le Sisaony : 400 chevaux : soit un chiffre total de 12 800 chevaux, représentant en une année près de 100 millions de chevaux heure, soit l’équivalence de 100 000 tonnes de charbon. C’est donc une richesse inutilisée de 10 millions de francs que l’on pourrait facilement mettre en œuvre à peu de frais.

Dans ces chiffres, encore une fois, n’est pas comprise la force motrice qui pourrait être obtenue dans les autres provinces. Il ne faut pas oublier que presque toutes les rivières prennent leur source dans l’intérieur de l’île, à une hauteur moyenne de 1 000 mètres, surtout sur la Côte-Est ; de là, par un court trajet elles se précipitent jusqu’à la mer en cascade qui atteignent souvent cent mètres de hauteur. Cela représente une richesse incalculable. Mais cette richesse est méconnue et inutilisée.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Tgv France. «Venons nombreux et votons le candidat numéro 13»

 

La campagne électorale aborde sa dernière ligne droite ce week-end, à Madagascar. Nul doute, les deux candidats et leurs partisans respectifs vont mettre le paquet, dans le dessein d’élargir leur électorat. Les derniers meetings au programme vont faire à coup sûr beaucoup de bruit. Et pas seulement dans la Grande île.

Ailleurs, plus précisément dans l’Hexagone, même si les Malgaches résidents n’ont pas droit au vote, cela n’a pas empêché au TGV France de manifester son soutien au candidat numéro 13, à distance. Il organise aussi ce jour un «Faradoboka» au 7 Spirits, 7e rue de Saint Hélène (Paris 13), avec la participation de Ninah. A cette occasion, les membres de cette association n’ont qu’un message à transmettre à leurs compatriotes, «Venons nombreux et votons le candidat numéro 13», le 19 décembre.

Message fort

«Allons- nous encore une fois laisser les autres choisir à notre place et nous laisser faire sans réagir ?», telle a été la question de Roberto Sambahita, président du TGV France. «Notre candidat favori Andry Rajoelina aurait dû remporter le 1er tour. La voix de la majorité des Malgaches n’a pas été respectée», selon lui.

«C’est pour cela, chers compatriotes, que pour ce 2e tour, donnons- nous les moyens pour faire valoir notre droit. De ce fait, n’hésitez pas à vous rendre dans vos bureaux de vote respectifs afin de vérifier et confirmer que vous y êtes bien inscrits», a-t-il ajouté.

Le jour J

Pour le TGV France, Madagascar et sa population aspirent à de nouveaux horizons avec l’Initiative pour l’Emergence Madagascar. Mais pour y parvenir, il faut soutenir et aider Andry Rajoelina pour qu’en retour, il puisse réaliser son programme présidentiel, «Le jour J, n’hésitez pas à voter pour le candidat numéro 13. Car, le plus grand, c’est l’amour et le favori, c’est Andry Rajoelina», a conclu Roberto Sambahita.

RA

News Mada0 partages

Fimpima: hivory voalohany ny antenimiera foibe

 

Taorian’ny « Zaikabe » sady fifidianana hitondra ny Fikambanan’ny mpikabary malagasy maneran-tany (Fimpima maneran-tany) notontosaina tany Antsiranana, farany teo, hotanterahina anio ny fivorian’ny antenimiera foibe, voalohany, ho an’ity fikambanana ity. Fivoriana ahitana ny filohan’ny foibe, ny filoham-paritany ary ireo filohan-tsampana Fimpima maneran-tany. Handray anjara ihany koa ny birao foibe notendrena ary ny mpanolotsaina voafidy isam-paritra.

Mandritra ito fivoriana hotanterahina eny amin’ny Haitsiron’Iarivo Alarobia ity no hanaovana ny tatitra isam-paritany. Tatitra ataon’ny foibe, hanolorana ireo tetikasa taona 2019. Ao ihany koa ny fampahafantarana ireo vinavina tetiandro ho an’ny isam-paritra ary ny fandinihana ny fomba fiasa anaty sy ny tarazo.

Teny faneva ao anatin’izao fivoriana voalohan’ny antenimera foibe ho an’ny Fimpima maneran-tany izao ny « Hifarimbona isika, handroso, hanatsara ». Marihina fa hahafehy ny taom-piasana 2018 ka hatramin’ny taona 2022 ny ho tinapaka mandritra ny fivoriana anio. Ho an’ny filohan’ny foibe Fimpima maneran-tany, anisan’ny vaindohan-draharaha ny fanampiana ireo faritany na sampana Fimpima somary tratra aoriana raha oharina amin’ny hafa. Omena lanja kokoa, ohatra, ny fanofanana sy ny fifanakalozana, hoenti-manarina izay lesoka izay.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Fête de la nativité: la musique classique donne la mesure

 

Le concert classique de Noël, qui se déroule cet après-midi, à l’Ecar Saint Jean-Baptiste Faravohitra, invite les mélomanes à profiter d’un moment de fête et de partage avec la virtuosité de Quatuor Squad et la pureté des voix des Solistes Lyriques.

D’entrée, Quatuor Squad fera résonner ses cordes en interprétant le «Quartet en Do maj Opus 62 n°3» de Joseph Haydn. Ce sera un retour à ses premières amours pour cette formation qui est de nos jours hautement référencée dans le registre de la musique populaire.

La deuxième partie de concert laissera la part belle à la crème de la crème de la musique lyrique. On notera tout particulièrement la prestation de Natacha Rajemison, qui se démarque du lot, grâce à ses études supérieures effectuées à international et sa présence scénique sans pareille. Ce qui fait d’elle la meilleure soprane malgache du moment.

On retrouvera également l’alto Soraya Ranaivoson, qui a prêté sa fabuleuse et rare voix grave de femme aux rangs de différentes chorales de la capitale, depuis bientôt deux décennies. Au baryton, Rahf montrera l’étendue de son talent avec, notamment sa voix pouvant aller des graves aux plus aigües.  La dernière pièce du puzzle qui complète ce quatuor vocal met sur le devant de la scène le grand ténor lyrique Fitah Rasendrahasina, déjà récompensé par plusieurs prix de portée internationale.

Ils feront résonner sur les augustes murs de l’Ecar Saint Jean-Baptiste des morceaux de grands compositeurs européens, comme Wolfgang Amadeus Mozart, Gioaccimo Puccini, Georges Bizet, mais également et surtout des cantiques de Noël.

Ce concert classique de Noël, à l’initiative de Madagascar Mozarteum et de la délégation de l’Union européenne à Madagascar, «sera le début d’une longue série. D’autant que les organisateurs déploient tous les efforts nécessaires, de manière à faire bénéficier le public malgache des spectacles dont la qualité artistique est digne d’un niveau international», rapporte un communiqué.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

« Dakar court »: nomena sehatra ny sarimihetsika malagasy

Fanao isan-taona any Dakar, Renivohitr’i Sénegal, ity hetsika “Dakar court” ity. Tsy diso anjara tamin’izany ny sarimihetsika malagasy.

Nandritra ny fanokafana ny talata teo, anisan’ny nahazo tombondahiny ny sarimihetsika malagasy tamin’ny alalan’i Manohiray Randriamananjo sy ny sarimihetsika fohy nampitondrainy ny lohateny hoe “Afropower”. Teo koa ny an’i Rianando Ludovic, mitondra ny lohateny “Le petit bonhomme de riz” ary farany ny an’i Herizo Ramiliarijaonina, nampitondrainy ny lohateny “Ray”. Maro ireo nanatrika ity fotoana ity, indrindra ireo mpikirakira sarimihetsika maneran-tany. Anisan’izany i Laza Razanajatovo, talen’ny Rencontres du film courts de Madagascar. “Fantatro fa sarotra dia sarotra ny mikarakara hetsika tahaka izao, indrindra ny hahazoana mitazona izany mandritra ny fotoana maharitra. Sarotra ihany koa ny ahazoana mifehy sy mampitohy hetsika tahaka izao ho an’ny firenena 54 aty Afrika”, hoy izy.

Araka izany, heverina fa isan’ny manana ny maha izy azy aty Afrika ny sarimihetsika malagasy matoa nahazo tombony manokana manoloana ireo sarimihetsika hafa manerana an’i Afrika. Anisan’ny mpiray ombon’antoka sy niara-nikarakara ity hetsika “Dakar court” ity ny Institut français de Dakar sy ny Cinemarekk izay fivondronana mpilalao sarimihetsika sy mpikirakira sarimihetsika maromaro ao Sénégal sy manerana an’i Afrika.

Ankoatra izay, nisy koa hetsika hafa nifanindran-dalana tamin’ity “Dakar court” ity, nampitondraina ny anarana hoe “Métiers du cinéma” sy ny “Genre court métrage”, teo ambany fiahian’ireo matihanina amin’ny sarimihetsika avy aty Madagasikara sy avy any Gabon ary avy any Burkina Faso.

Landy R.

News Mada0 partages

Jardin d’Antaninarenina: Habaka Ankisôma mène la danse

Habaka Ankisôma rempile pour sa 16e édition ce week-end, au jardin d’Antaninarenina, histoire de tirer un trait sur la saison artistique.

Depuis hier, le jardin d’Antaninarenina attire le regard des passants. C’est devenu une tradition bien ancrée pour Habaka Ankisôma, de clôturer sa programmation artistique annuelle sur ce lieu symbolique pour véhiculer l’art et la culture. Malgré les nombreuses difficultés auxquelles a dû faire face le festival, la volonté de partage et l’engagement des danseurs participants, mais surtout l’acharnement des organisateurs figurent parmi les raisons qui ont permis à cet événement d’avoir lieu cette année.

Pour la journée inaugurale d’hier, 11 représentations issues des disciplines différentes ont été à l’affiche. Dans le registre contemporain, la compagnie Olondihy a laissé libre cours à son inspiration, à travers la pièce fraîchement intitulée «An-tany».

«La pièce relate le cycle de vie d’une plante, de la graine à l’arbre. Un bon arbre donne de bons fruits mais pas que, car il peut être également toxique», argumente Elytan Razafinjanahary, de la compagnie Olondihy, avant d’enchaîner que «c’est une création en cours. Quoi qu’il en soit, nous l’avons présenté pour la deuxième fois maintenant après le festival Voambolana en novembre dernier, dans le souci de bénéficier d’une expérience publique et d’avoir une version finale améliorée».

Joachin Michaël

News Mada0 partages

CCIFM: l’accompagnement des entreprises se concrétise

 

La Chambre de commerce et d’industrie France-Madagascar (CCIFM) a appuyé une dizaine d’entreprises malgaches au Salon international de l’alimentation (Sial) à Paris, du 21 au 25 octobre et au 22e forum international de développement des entreprises « Futurallia 2018 » de Tunis, du 14 au 16 novembre. Les résultats de ces voyages d’affaires ont été présentés, hier, dans les locaux de la CCIFM à Ankorondrano.

Pour le Programme d’appui à l’emploi et à l’intégration régionale (Procom), financé par l’Union européenne, cette initiative cadre avec sa mission d’accompagner les entreprises à percer de nouveaux  marchés et à promouvoir les activités, particulièrement relatives à l’exportation.

Durant les premiers jours de ces manifestations, certaines de ces entreprises ont déjà établi de bons contacts avec les autres partenaires, voire même des promesses de commandes.

«Les sept entreprises ayant participé au Sial ont enregistré au total 1.750 contacts et plus de 1,8 million d’euros de chiffres d’affaires estimatifs. Les trois participants au Futurallia ont également enregistré 64 rencontres durant deux jours, dont 10 rendez-vous intéressants avec des suites favorables», a rapporté André Beaumont, président de la CCIFM.

Le Sial, rappelons-le, est le premier Salon mondial de l’alimentation, porteur des grands enjeux pour la filière agroalimentaire mondiale, qui a lieu tous les deux ans. Quand au Futurallia, il s’agit plutôt d’une rencontre B to B ayant pour objectif de réunir en un même lieu des centaines de dirigeants et décideurs des PME/PMI, pour leur permettre de contracter des partenariats et des marchés à l’étranger.

Une plus grande visibilité

L’ensemble des délégations malgaches a déclaré que ces deux manifestations économiques d’envergure internationale offrent une plus grande visibilité pour Madagascar.

Heriniarina Ramboatiana, gérant de Phael Flor Export a indiqué que «c’était très important pour nous de participer à ces de rencontres économiques, notamment au Futurallia, pour saisir d’éventuelles opportunités d’affaires (…) Et l’avantage d’avoir des chefs d’entreprises, c’est la rapidité des prises de décisions».

Arh.

 

News Mada0 partages

Creation publicitaire: l’agence Facto primée

Pour la cinquième fois consécutive, l’agence conseil et communication Facto Saatchi Saatchi Madagascar a été primée «Agence de l’année», durant le concours Créatives des meilleures créations publicitaires, organisé par Memento.  Pour cette année, le jury, composé, entre autres, de personnalités reconnues dans le monde de la création en France, est présidé par Gabriel Lippis de l’agence W.

«Ce prix récompense le dynamisme, la rigueur et la créativité d’une équipe proche et à l’écoute des besoins du marché malgache», a fait savoir une responsable auprès de l’agence.

Depuis 2001, les éditions du Kapokier ont organisé ce concours des meilleures créations publicitaires de l’année. Les meilleures créativités de l’océan Indien et de la France d’Outremer sont récompensées, afin de valoriser ce métier et le savoir- faire en la matière.

R.R.

News Mada0 partages

Blueline: des offres promotionnelles

Les festivités de fin d’année riment avec les offres promotionnelles. Et Blueline reste fidèle à cette tradition. L’équipe de cet opérateur en télécommunication a présenté hier, à Ankorondrano ses nouvelles offres, valables jusqu’au 15 janvier 2019. Comme à l’accoutumée, toutes les catégories sont servies (familles, professionnels, autres particuliers…).

D’après les détails apportés par David Ratsimbazafy, directeur marketing chez Blueline,  «Blueline offre gratuitement les frais d’activation de la Box 4G au prix de 149 000 ariary. Au moment de la souscription, le client ne paiera que le premier mois de sa consommation mensuelle».

Pour les offres TV sur les chaînes Blueline, l’opérateur offrira gratuitement le décodeur pout tout usager désireux de s’abonner. Plus encore, à partir de ce mois Blueline va ajouter 5 nouvelles chaînes à ses bouquets. L’achat d’autres matériels bénéficie également d’une offre promotionnelle.

R.R.

 

News Mada0 partages

EITI Madagascar: rencontre avec la Société civile

 

L’initiative pour la transparence des industries extractives (EITI) à Madagascar a réuni quelques membres de la Société civile, oeuvrant dans les zones à forte extraction minière de l’île, mercredi dernier, pour fournir toutes les informations sur les normes EITI et les enjeux de l’intégration de Madagascar à ce réseau.

 Il s’agit de la troisième séance d’information, après celle avec les entités déclarantes et les chefs d’entreprises. Ce processus entre dans le cadre de la préparation du prochain  rapport EITI couvrant l’exercice fiscal 2015-2016.

D’après les explications de Daniela Randriafeno, secrétaire exécutive de l’EITI Madagascar, «  La société tient un rôle majeur dans le secteur de l’extraction. Et, le rapport EITI contient toutes les informations sur le secteur minier à Madagascar, pour ne citer que le nombre des entreprises ayant effectué une déclaration en bonne et due forme de leurs activités, mais aussi celles qui ne l’ont pas fait ».

La responsable de préciser également que  « les données  dans les rapports EITI permettront aux sociétés civiles de mener à bien leurs actions ».

R.R.

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsiam-bola avy any ivelanyMila fahaiza-mampiasa mba hisy vokany

Tsy mbola mahaleotena i Madagasikara ary tena mbola firenena sokajiana ho marefo. Araka izany dia mila ny fanampiana sy ny fanohanana avy any ivelany, indrindra amin’ny lafiny famatsiam-bola.

 

70% amin’ny vola mihodina eto amin’ny firenena dia avy any ivelany avokoa. Araka izany, tsy maintsy miditra hatrany amin’ny fitrosana aloha i Madagasikara  saingy miankina amin’ny fampiasana sy ny fahaiza-manodina izany no hahatafavoaka. Ilaina ny fahaizana mikirakira sy mampiasa ireo vola azo avy amin’ny Tahirim-bola sy ny Banky Iraisam-pirenena. Nanambara ny filoha Marc Ravalomanana fa hatrany amin’ny fifampiraharahana (négociation), mitohy amin’ny fampiasana ny vola nindramina ary ny famerenana azy dia ilaina traikefa sy fahaiza-manao avokoa. Tsy ratsy ny mitrosa fa tokony ho tombony ho an’ny Malagasy raha mahay ny mpitondra fanjakana. 5 tapitrisa dolara be izao ny trosa nofafana fotsiny noho ny fahaizan’ny filoha Ravalomanana nifampiraharaha sy nandresy lahatra ireo mpamatsy vola tamin’ny taona 2005. Ilaina ny hafetsena fa tsy sanatria hanome tarazo sy hamela trosa ny taranaka faramandimby. Hahafahana manetsika tanteraka ny fandraharahana ny vola misy eo an-tanana satria iny ihany no mitera-bola avy eo. Ny azo ambara dia kapoakan’ny kandida laharana faha-25 tokoa ny sehatra fampiasam-bola, eny fa hatrany amin’ny fiandohan’ny fifampiraharahana. Fantatry ny Malagasy izany na dia misy hatrany aza ny sompatra sy fanaratsiana ataon’ny hafa, indrindra ny fakan-tahaka.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetibolam-panjakana 2019400 tapitrisa ho an’ny CLD, 800 ho an’ny kaominina

Naharitra 60 andro ny fivoriana ara-potoana faharoan’ny parlemantera izay nanomboka ny 16 oktobra lasa teo, ka nifarana omaly teo anivon`ny Antenimiera roa tonta.

 Ho an`ny Antenimierandoholona, lalàna iankian`ny aim-pirenena maromaro no lany teo anivon`ity Andrim-panjakana ary nisongadina tamin`izany ny fahalanian`ny tetibolam-panjakana nasiana fanitsiana. Tsy maintsy misy volavolan-dalàna fidiana maika mandritra ny roa andro mialoha ny krismasy ka tapaka fa tsy maintsy hiroso amn`ny fivoriana tsy ara-potoana indray ny loholona. Neken`ny Antenimierandoholona ny fampiakarana ny tetibola ampiasaina eo anivon`ny CLD ho 400 tapitrisa Ariary. Eo ihany koa ny fampitomboana ho 800 tapitrisa ariary ny tohana ho an`ny kaominina. Misy ihany koa ny fampiakarana ny tambin-karaman’ny sefom-pokontany sy ny lefiny ho 3 hetsy ariary. Nandritra ny lahateniny dia nisaotra ny mpikambana eo anivon`ny governemanta, Randriambololona Mananjara, filohan`ny Antenimierandoholona ary nanao antso amin`ny fametrahana ny fitoniana sy fandriampahalemana. Manana anjara andraikitra amin`izany ny loholona izay miantoka ny fifandanjan`ny  Andrimpanjakana sy ny fitoniana eto amin’ny firenena. Tapitra hatreo ihany koa ny fe-potoam-piasan`ireo depiote eny anivon`ny Antenimieram-pirenena. Solombavambahoaka miisa 12 no niatrika ny fihaonana fifanatrehana (face à face) teo amin`ny mpikambana eo anivon`ny governemanta izay tarihan`ny praiministra lehiben`ny governemanta, Ntsay Christian, izay nanambara fa ilaina ny fitoniana ahafahana mametraka ny laminasa ijerena ny tombontsoa rehetra. Nandritra ny lahateniny, ny filohan`ny Antenimieram-pirenena, Jean Max Rakotomamonjy, nanao jery todika ireo lalana nodiavin`ny Antenimiera ary nanamarika fa fivoriana ara-potoana faharoa sady farany ho an`ireo solombavambahoakan`i Madagasikara iny. Mahakasika ny tetibolam-panjakana taona 2019, tsy maintsy hamoahana didy hitsivolana izany mialoha ny faran`ny taona, hoy ny minisitry ny vola sy ny tetibolam-panjakana Andriambololona Vonintsalama Sehenosoa satria tsy misy fotoana handinihana intsony noho ny tsy fahampian`ny fotoana intsony . 

 

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

FIKAMBANANA HAFARI, ASTAFIM, ASCOMMijoro hanatsara ny sosialim-bahoaka

Vonona ny hijoro hanatsara ny sosialim-bahoaka ny fikambanana HAFARI Malagasy sy ny Astafim ary ny Ascom. Nanambatra ny heriny nivondrona ao anatin’ny fikambanana FJN ( Fond des Jeunes National Madagascar)

 

 

 

 izy ireo omaly ka anisan’ny tanjony ny hanome asa ho an’ny tanora amin’ny alalan’ny fanomezana fiofanana azy ireny,  ny hanatsara ny lafiny ara-pahasalamana, ny hamerina ny lafiny fandriampahalemana  ary ny fanomezana tany sy trano ho an’ny isan-tokantrano. Toerana efatra raha kely no efa hanatanterahan’izy ireo ny tetikasa ankehitriny dia ny eny Soaniedanana Pk 67, Ankazobe,  Miarinarivo ary Behenjy. Tsy adinon’ireo mpikambana ny naneho ny heviny mikasika ny toe-draharaham-pirenena ankehitriny. Mangataka ny fahasahian’ny kandida  roa izy ireo rahampitso alahady alina  ao anatin’ilay adihevitra karakarain’ny TVM  mba ho sahy hiteny ny amin’ny fahavononan’izy ireo hiara-kiasa sy hanekeny ny voka-pifidianana aorian’ny datin’ny 19 desambra ho avy izao. Toraka izany koa ny fampitsaharana ny fifandranitana sy ny fifampihantsiana satria iray ihany ny Malagasy, hoy izy ireo ka tsy tokony hifandrafy ary firenena iray ihany no hasoavina.

 

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana ny fako eto an-drenivohitra Tsy maintsy nitady vahaolana hafa ny kaominina

Toe-javatra iray misy manararaotra ho fitaovana politika amin’izao fotoana izao ny fitantanana ny fako eto Antananarivo.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lasa fahafinaretana ny manely tsahoTena azo tsapain-tànana ny loza aterany

Anisan’ny loharanom-baovao faran’izay haingana ireo tambajotran-tserasera toy ny facebook sy ny twitter ary ny instagram sy ny tariny saingy matetika dia faran’izay tsy mari-pototra ihany koa.

Saika io avokoa no nipoiran’ireo tsaho sy honohono ary lainga rehetra ary nahatonga olona maro tany am-ponja mihitsy. Tsy hidirana lalina intsony ny mikasika azy ireny fa ny tiana antitranterina fotsiny dia ny hoe tsy mbola nisy soa hita ho nateraky ny tsaho loatra aloha fa saika nampidi-doza foana izy ireny. Tranga nampivarahontsana vao tsy ela ny nitranga tany amin’iny faritr’i Fenoarivo Atsinanana iny. Tao amin’ilay kaominina antsoina hoe Ambodiazinina, raha ny marimarina kokoa. Tsaho no nahatonga ireo polisy telolahy ho matin’ny fitsaram-bahoaka. Nisy ny firosoan’ny mpitandro ny filaminana tamin’ny fisamborana ireo noheverina fa tompon’andraikitra tamin’io fitsaram-bahoaka io ary efa ho 20 isa mahery ireo voasambotra. Ankehitriny ihany koa dia lasa toy ny haolo ilay tanàna noho ny fahatahoran’ireo mponina mbola hosamborina na dia efa niezaka nidina tany an-toerana nanazava ny sain’izy ireo aza ireo tomponandraiki-panjakana fa tsy misy tokony hatahorany intsony. Sekoly EPP miisa 9 sy CEG miisa 2 no voatery nikatona. Vokatry ny tsaho, honohono, lainga, fita-bitro sy ny tariny daholo anefa izany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

MANJAKANDRIANA

Nafana hatrany ny fandraisan'ny vahoaka tao Manjakandriana an’i Marc Ravalomanana omaly, ka mankasitraka hatrany, hoy izy.

ZON’NY ANKIZY

Noho ny faha-70 taonan'ny fiarovana ny zon'olombelona dia nitsidika ny Ecole Privée Ravinala teny Ampitatafika ny Association Andrimaso omaly maraina. Nisy ny fampahafantarana ireo mpianatra sy ireo ray aman-dreny tonga nanatrika ny mahakasika ny zon'ny ankizy. Taorian'izay dia nisy fizarana kilalao ho an'ny mpianatra rehetra.

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fakana an-kerinyMiharatsy laza i Madagasikara

Loza amin’atambo no ateraky ny fakana an-keriny hanaovana fampirohoroana ny takalon`ny aina amina vola. Tsy fantatra intsony izay tena marina sy ao ambadik`io fomba ratsy io.

 

 Maro ny tranga fakana an-keriny nisesy tamin`ity taona ity ary tsy mba misy ny fitoriana kanefa vola tsy tambo isaina no takian`ireny tambajotra tsy mataho-tody ireny. Ho an`ny teratany vahiny manokana, tsy hay raha misy ambadika politika fa raha ny loharanom-baovao dia fandrahonana no atao azy ireo. Tsy fantatra mazava fa ny vola azo avy amin`ireny no nanaovana propagandy satria nisy olona akaiky tamina kandidà ho filoham-pirenena no voarohirohy tamin`ity resaka kidnapping ity. Tsy misy fanavakavahana fa na vahiny na tompon-tany dia samy mandry an-driran`antsy avokoa noho ny loza mitatao. Lasa misy fiantraikany any amin`ny olo-tsotra ity asa ratsy ity ary mizaka izany amin`izao ny tontolo any ambanivohitra. Tsy misy afa-tsy ny fanampiana ny isan`ny mpitandro ny filaminana no azo atao ary hamafisina ny sampandraharaham-pitsikilovana sy ny fiarovan-tenan`ny mponina any ambanivolo. Ho fanampin`izany, tokony hiverenana dinihana ihany koa ny momba ny dina. Lasa fanao sy niverimberina io asa ratsy io ka manaratsy endrika an`I Madagasikara hatrany. Inona no ataon’ny manampahefana e ? Mahakasika ny asa fakana an-keriny izay nihanahazo vahana tato ho ato, naverina ny “cellule d`enquete mixte” (CME) hisahana ny asa fakana an-keriny ka ho hita izay vokany.

Marigny A.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoManao adin’ny resy

Na dia mbola ato anatin’ny fampielezan-kevitra ary mamaramparana aza isika ankehitriny dia lohahevitra sy ventin-kevitra iray ezahan’ireo tonga saina hafantoka any an-tsain’ny rehetra ihany koa ny fihavanana sy fampihavanana.

 

 

 Ekena fa fifidianana no hatrehana afaka 4 andro. Ny rehetra anefa no miaiky fa tokony ho laharam-pahamehan’izay filoham-pirenena vaovao hiakatra eo rehefa tsy vita nialoha izao fifidianana izao ihany ireo. Ireo antsoin’ny tanora hoe “misekta” ihany no tsy miombon-kevitra. Antony nahatonga ilay kandida iray hametraka ny tenany ho mpanangana fa tsy mpandrava io fikasana iray io. Efa samy nanana ny nambarany tamin’ny fampielezan-kevitra, fa raha ny asa efa natao aloha no hifampitsarana dia mazava ho azy ny vokatra satria dia mitombina tanteraka ny hoe: “Ny iray mpangana, fa ny iray kosa mpandrava sy mpamotika”. Tsiahivina hatrany ny tenin’ilay mpanangana manao hoe mila filoham-pirenena hampiombona azy indray ny Malagasy. Etsy an-kilan’izay anefa ny mpifanandrina aminy dia tsy sasatry ny manaratsy azy. Ary na ireo ekipany aza dia mbola manohy ilay fivoizana fifankahalana amin’ny resaka tafovoany sy tanindrana na koa hoe kandida mpanavakavaka ity lazaina fa mpanangana fa tsy mpandrava ity. Rehefa hita fa tsy mbola mahomby hatramin’izao io fambolena adim-pirazanana sy foko io dia hita hatramin’ny hoe efa nigadra ity kandida mpanangana fa tsy mpandrava ity tamin’ny taona 1988. Raha izany no marina, maninona ary no navela nilatsaka ben’ny tanàna izy, 10 taona taorian’izay ? Maninona koa no navela hilatsaka ho filoham-pirenena tamin’ny taona 2001 ? Dia misy mahavatra mandany vola sy andro mihitsy mampiseho ny sariny miaraka amin’ny filoham-pirenena teo aloha hoe io sahady no ho praiminisitrany. Toy ireny mijery fifaninanana haiady tsy misy lalao madio ireny isika. Ho diso kajy sy ho lany andro eo anefa ny mpifaninana amin’ny mpanangana fa tsy mpandrava izay toa manao adin’ny resy sahady satria efa zatra ady sy mahay miala ireny karazan-tsompatra afafy aminy ireny ny mpanangana fa tsy mpandrava. Ary raha sanatria handresy aza ve dia hahafaly ny nahazo izany tamin’ny fomba tsy madio ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao Afrikanina 2018Anio alina ny lalaon’ny Kaizer Chief sy ny Elgeco Plus

Hotanterahina anio sabotsy 15 desambra 2018 manomboka amin’ny 21:15 ora Malagasy ,

  any Sweto Afrika Atsimo, ny lalao mandroso amin’ny fiadiana ny amboaran’ny CAF 2018/2019 lalao 1/32-ndalana ka hifanandrinan’ny Kaizer Chief Afrika Atsimo sy ny Elgeco Plus Madagasikara. Efa tonga any an-toerana hatramin’ny omaly zoma maraina ny ekipa Malagasy. Amin’ny 22 desambra 2018 izao kosa etsy Mahamasina ny lalao miverina no hatao. Tsara ny manamarika fa misy teratany Malagasy iray ao amin’ny Kaizer Chief dia i Arohasina Andriamirado na Dax, izay mpilalaon’ny Fosa Juniors Mahajanga teo aloha.

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrona Eoropeanina-MadagasikaraTetikasa goavana no hatao amin’ny 2019

2 109,7 tapitrisa euros ny fitambaran` ny volan`ny Vondrona oropeanina tao anatin`ny tahiry eoropeanina momba ny fampandrosoana (FED) hatramin`izay nentina nanatsarana ny politika, ny toekarena ary ny sosialy ka hitohy ao anatin`ny dinika politika hatramin`ny taona 2020.

 Nanomboka ny taona 1958 no soniavina voalohany ny fifandraisana ara-diplomatika ary ny fanampiana ny tanora Malagasy teo amin`ny lafiny fampandrosoana sy ny maha olona no tena nanorenana ny fiaraha miasa teo ampiandohana. Ho amin`ny taona ho avy, hivelatra amin`ny lafin`ny fotodrafitrasa, angovo, ny lalana ary ny fahasalamana ny fiarahamiasa amin`ny Vondrona Eoropeana amin`ny taona 2019 hoy Rivo Rakotovao nandritra ny fanikafana ny fankalazana ny faha 60 taonan`ny fiarahamiasa ara-diplomatika teo amin`i Madagasikara sy ny vondrona eoropeanina tetsy amin`ny ministeran`ny raharaham-bahiny omaly. Araka izany, hanomboka amin`ny taona 2019 ny fanamboarana ny lalana mampitohy an`I Ambanja sy Antsiranana izay iarahana amin`ny Vondrona Eoropeanina. Lalan-drà ny firenena mba hahazaon`ny tantsaha tombony ny lalana, hoy ny Filoham-panjakana Rivo Rakotovao, satria raha ratsy ny lalana dia lavitry ny tsena ny tantsaha. Ilaina tokoa izany satria tsy afaka mifaninana ny vokatra eto amintsika. Isan`ny manana tsena lehibe ihany koa ny Vondrona Eoropeanina satria firenena 28 no mandrafitra azy amin`izao fotoana izao. Raha ny fiaraha-miasa tamin`ny Vondrona Eoropeanina dia nivelatra teo amin`ny politika, toekarena, fampandrosoana, siansa, kolontsaina ary nymahaolona izany. Marihana fa sehetra telo no nanaovana sonia fifanarahana miasa tamin`ny vondrona Eoropeanina ka isan`izany ny Accord de Cotonou, fifanarahana mpiara-miasa ara-toekarena, ary fifanarahana mpiara-miasa mahakasika ny jono.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Teti-dratsy amin’ny fifidiananaNovakian’ny SAMARITANA bantsilana

Namaky bantsilana ny kajikajy politika maloto katsahina hatao amin’ny fififidianana ny fikambanana SAMARITANA na Sahy Marina Tia Tanindrazana:

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sesilany ny hetraketrakaMpikamban’ny K25 norasaina famaky

Mitohy ny herisetra na ara-batana na ara-tsaina atao amin’ny mpanohana ny kandida laharana faha-25 Marc Ravalomanana, izay saika hahitana izany na ambanivohitra na an-drenivohitra.

 

Nisehoana herisetra mampiahiahy indray omaly taorian’ilay tamin’ny 6 desambra nanafihana tao an-tranony an’Atoa Rivojaona Raherimihaja mpikambana anatin’ny Biraon’ny K25 ao Morondava, ary efa kandida depioten'ny antoko TIM tao an-toerana. Nisy nanafika moa izy sy ny fianakaviany raha andeha hody tao an-tranony tao Namahora, ary naratra mafy. Mpikatroka K25 avy ao Morondava iray hafa antsoina hoe Said Allaoui indray omaly maraina tokony ho tamin’ny 4 ora no nisy nifofo ny ainy. Tombanana ho misy ifandraisana ny herisetra natao tamin’izy mirahalahy satria avy natory tao an-tranon’i Rivojaona Raherimihaja voalohany ity lehilahy anisan’ireo mavitrika amin’ny fanetsiketsehana ny fanohanana an’i Marc Ravalomanana any an-toerana ity no nisy nikapa famaky ny lohany. Handeha hanao fampielezan-kevitra any Belo izay lavitra ihany no programany, ka nomena toromarika nivoaka ny trano tamin’ny 4 ora maraina niandry ny fiara haka azy no tratry ny kapa famaky teo amin’ny lohany raha ny fampitam-baovao. Naratra mafy izy ary voatery nozairina ny lohany, ankoatra ny ratra hafa nahazo azy. Nalaina ny zavatra teny aminy, izay heverina ho natao mba hilazana fa olon-dratsy mpandroba no namely azy fa tsy misy ambadika politika. Raha halalinina ny zava-misy dia tsy fifanandrifian-javatra izao, fa tena efa tetika maloto sy fampihorohoroana ny mpanohana an’i Marc Ravalomanana. Sesilany rahateo ny karazana fandrahonana sy gafy, eny fa misy hatramin’ny teritery hampandaniana kandida iray. Herisetra ve sisa no fomba fiady katsahina hahazoana fahefana rehefa maivan-danja ny hevitra ka tsy maharototra vahoaka ?

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Manampy betsaka ny CENI ny EISA

Nanatanteraka hetsika fanentanana ho an’ny olom-pirenena Malagasy tsirairay avy ny fikambanan’ny tanora mianatra eny amin’ny oniversite mivondrona ao amin’ny AU Projet omaly zoma 14 desambra.

 

 

 Miara-miasa amin’ny fikambanan’ny fiarahamonim-pirenena EISA izay vatsian’ny tetikasa SACEM vola izy ireo. Ny tanjona dia ny hampihena ny tahan’ny vato maty sy ny vato fotsy. Ankoatra izay dia ezahina ihany koa ny fampiakarana ny tahan’ny mpifidy amin’ity fifidianana fihodinana faharoa ity mihoatra ny tamin’ny fihodinana voalohany. Araka izany dia tena fanohanana ny asan’ny vaomiera mahaleotena mikarakara ny fifidianana (CENI) no ataon’izy ireo amin’izao hetsika fanentanana faradoboka izao. Ankoatr’izay dia nisy ny fanaovana «caravane » nitety faritra maro tahaka an’Ambohijatovo, Ankorondrano, Manjakaray hatreny Andohalo nandresen-dahatra ny olom-pirenena haneho ny safidiny. Mbola hitohy ny hetsika anio ary hiezaka handrakotra ny faritra izay tsy mbola nolalovana omaly izy ireo amin’ny alalan’ny fizarana taratasy kely fanazavana (flyers) sy ny firesahana mivantana amin’ny tsirairay.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaMandindona azy ny faharesena…

Nangingina tsy toy ny talohan’ny fihodinana voalohan’ny fifidianana filoham-pirenena ny fampielezankevitry ny kandida Andry Rajoelina tamin’ity fihodinana faharoa ity. Mampametra-panontaniana antony.

 Fiahiahiana sa fahafantarana mihitsy fa tsy ho lany ve? Tsy ny lafiny propagandy ihany anefa fa ny lafiny fanohanana ihany koa dia hita ho nitsimbadika aty amin’ny kandida laharana faha-25, Marc Ravalomanana, ny ankamaroan’ny tohivakany. Na hatramin’ireo nilaza azy ho tsy tonga nifidy na ireo antsoina hoe “majorité silencieuse” toy ny fikambanana MCI aza dia efa nanao fanambarana ihany koa ary vao nanamafy izany ny alakamisy teo fa aleon-dry zareo i Dada. Hita ho mirona kokoa any amin’ity kandida ity ihany koa hatramin’ny fianakaviambe iraisampirenena ary efa voatatitry ny onjam-peo iraisam-pirenena RFI vao haingana moa izany fiaiken’ny avy any Dilambato izany fa tena mitombina na hoe “réaliste” kokoa ny fandaharan’asan’ny K 25. Ny ekipan’ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina, izay kandida nahazo isan-jato 8 mahery koa aza hita ho mirona amin’izany fanohanana an’i Dada izay. Ireo mpitondra fiarakaretsaka, vondron’olon-tsotra, ny ankamaroan’ireo tao amin’ny firaisankinan’ny kandida sy ny hafa maro tsy voatanisa dia toa efa mandindona sahady fa akaiky ny fandresen’i Dada.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Marc RavalomananaTsara fifandraisana amin’ny katolika

Tena mifandray ary mifampiresaka sy mifanakalo hevitra amin’ny fiangonana katolika i Marc Ravalomanana. Ao anatin’ny fifanajana sy fihavanana izany.

 

 

 Tsy mba manana olana amin’ireo Raiamandreny am-panahy, ka izy mivady mihitsy aza no niarahaba voalohany ny mpino katolika sy ny kristianina manontolo, ary nanatrika ny fandraisana ny Kardinaly Désiré Tsarahazana sy nirary soa azy hahaleo hahalasana amin’ny adidy sy andraikitra nankinina aminy tamin’ny fandraisana azy ny volana jolay. Vonon-kiresaka foana amin’ny fotoana ilana izany amin’ny maha olon’ny finoana azy, ary manoka-baravarana ho azy ny rehetra, toy ny nandraisan’ny S.E. Mgr Fidelis Rakotonarivo sy ireo pretra maro azy tao Ambositra ny 11 desambra teo, ary niara-paly sy niara-nifety noho ny tsingerin-taona faha-69-n’i Marc Ravalomanana. Toa ezahin’ny sasany hampifandrafesina anefa amin’izao ny hoe : ny kandida iray dia kandidan’ny fiangonana katolika ary i Marc Ravalomanana dia kandidan’ny FJKM, izay samy ao anatin’ny FFKM ihany. Azo adika ho fivoizana fifandrafiana ihany ireny, rehefa tsy dia mahomby ny fivoizana adim-poko. Ny fiangonana katolika rahateo, dia efa nanambara tamin’ny fomba ofisialy nandritra ny fihaonamben’ny tanora na ny JMJ tany Mahajanga ny volana oktobra lasa teo fa tsy manohana kandida ny fiangonana katolika. Nanamafy an’io ny Kardinaly Désiré Tsarahazana. Raha resaka fifandraisana amin’ny fiangonana na fanitsakitsahana ny hasiny, dia ny nataon’ny kandida iray amin’izao fotoana izao sy ny ekipany no heverina ary tsy azo lavina fa nahatezitra ny pretra sy relijiozy ary ny mpino maro, izay tsy avy amin’ny fiangonana katolika ihany fa ny kristianina manontolo. Tsy inona io fa ilay raharaha fitondrana basy tao amin’ny Episcopat Antanimena  ny 17 martsa 2009 nanaovana herisetra raiamandreny am-panahy, toy ny nandraisana tamin’ny vozon’ankanjony ny Pasitera Lala Rasendrahasina filohan’ny FJKM tamin’izany. I Marc Ravalomanana dia tsy hoe FJKM na protestanta irery ihany fa vonona hifandray amin’ny finoana rehetra, ary ireny niaraha-nahita ireny ny fanotronana ny hetsika samihafa toy ny JMJ tany Mahajanga, ka nandraisan’ny tanora maro azy tamin-kafaliana.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanohana ny kandida Vato fotsyRaikitra ny fampielezan-kevitra

Niantso ireo olompirenena 48% tsy tonga nifidy omaly ry zareo avy eo anivon’ny hetsika ho an’ny vato fotsy na Mouvement vote blanc.

 

Araka ny fanentanana nataon’izy ireo tetsy Analakely dia mankahery ihany koa ireo efa nandrotsaka vato fotsy izy ireo hanohy hatrany ny ataony ary miantso ireo tsy tonga tamin’iny 7 novambra iny kosa mba ho tonga amin’izay amin’ny 19 desambra izao hifidy ary handrotsaka ny vaton’izy ireo ho an’ny kandida Vato fotsy. Nanafatra ireo kandida ho filoham-pirenena roalahy koa izy ireo fa rehefa tafapetraka eo amin’ny fitondrana ny iray amin’ireto mpifaninana ireto dia hanolotra volavolan-dalàna mikasika ny fanisana vato fotsy ity hetsika ity. Antony dia ny fiantraikan’ny habetsaky ny vato fotsy no misoroka ny krizy aorian’ny fifidianana. Tany Mongolie, ohatra, dia elanelam-bato miisa 200 no nahalany ny filoham-pirenena vaovao. Misy lanja be dia be eo amin’ny sehatra iraisampirenena iny, hoy izy ireo. Efa niaraha-nahalala fa tsy nanara-dalàna ny fifidianana, ratsy fanomanana ary tery vay mantan’ny fianakaviambe iraisampirenena saingy tsy nihodivirantsika ka ny mandrotsaka vato fotsy no mety indrindra. Nanomboka omaly moa ny fampielezan-kevitr’ity hetsika ity ary hitohy toy ny an’ireo kandida roa hafa ihany koa.

J. Mirija / Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ampamoaka momba ny tantaram-pirenenaVoasongona Ratsirahonana

Naely nanerana ny haino aman-jery mpomba ny kandida n°13 tao ho ao ny hanaovan-dRatompokolahy Ratsirahonana Norbert Lala ampamoaka, mialoha ny fifidianana fihodinana faharoa ny 19 desambra izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana Asandratro ny firenekoTian’ny sokajin’olona rehetra Ravalomanana

Nandiso tanteraka ny feo mandeha ankehitriny ny profesora James Ratsimba, filohan’ny fikambanana Asandratro ny fireneko omaly mikasika ny filazan’ny sasany fa tsy tian’ny any anindrana sy ny tambanivohitra ary ny manam-pahaizana ny kandida Ravalomanana. Izy no tena tian’ny olona,

hoy ity profesora ity ary manantena 80 % izahay   aorian’ny fifidianana fihodinana faharoa satria efa tonga saina ny vahoaka ary mahay manavaka ny vary sy ny tsiparifary. Tsy adala aho manohana azy satria tsy te hahita ny firenena Malagasy hozarazaraina sy hamidin’ny kandida laharana faha-13 amin’ny vahiny eto. Naneho ny heviny niaraka tamin’ity profesora ity ireo mpandraharaha sy olona avy any amin’ny faritra ary ny tambanivohitra ka nilazan’izy ireo fa ny kandida Ravalomanana irery ihany no afaka hanavotra ny firenena sy hanafoana ny tsy fandriampahalemana misy eto amintsika. Mikasika ny fanehoan-kevitra hataon-dRatsirahonana amin’ny alatsinainy ho avy izao moa dia nanamafy ny profesora James Ratsima fa olona mpandainga sy mpamita-bahoaka ity farany ary efa  diso fantatry ny maro loatra izy tamin’ny fametrahana ireo mpitondra nifandimby teto amin’ny firenena ka tsy mahaliana intsony.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolo politikaVaky ny ambany tanàna

Azo ambara fa vaky ny eny ambany tanàna ankehitriny . Resy lahatra indray mantsy fa hanohana ny kandidà n°25 i Norbert Favoris “Norbert Arnès Razafimbelo” izay fantatry ny depiote Rossy tsara fa samy nanohana ny kandidà n° 13 izy ireo tamin’ny fihodinana voalohany.

Tia Tanindranaza0 partages

Fifanatrehana faharoaTsy hifampitsitsy Ravalo sy Rajoelina

Nisy ny fivoriana niarahan'ny CENI tamin'ny ORTM sy ny mpanentana ny fandaharana, ny solontenan'ny kandida roa tonta, ary ireo solontenan'ny

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanohanana maro be an’i DadaEfa mariky ny fandresena…

Tsy mbola nisy fientanam-po sy fanohanana tahaka ity ao amin’ny K25 ity hatramin’izay. Resy lahatra ny olona rehefa tena nandinika tsara amin’ny saina tony sy mahita ny zava-misy sy ny fomba fanaon’ny mpanao politika sasany.

 

Manoratra tantara vaovao ho an’ny firenena isika ankehitriny ary manomboka mifoha amin’ny torimasony ny vahoaka Malagasy mandray an-tanana ny hoavin’i Madagasikara. Manomboka ny fampihavanam-pirenena miainga avy amin’i Marc Ravalomanana. Miara-mientana manohana sy mampandany azy ny sokanjin’olona, fikambanana, antoko politika, olon-tsotra,…ny mpanakanto izay maro be no hanafana ny faradoboka etsy Mahamasina anio. Manjakandriana, Ankadinondry Sakay, Mandoto, Fenoarivobe,… no notsidihany omaly, ka vahoaka tsy tambo isaina no nanome toky azy. Fotoan-dehibe ny anio 15 desambra satria vahoaka an’aliny tsy avy eto Antananarivo ihany no ho avy eny Mahamasina, fa mialoha io dia hihaona amin’ny Vahoakan’i Mahitsy, Faratsiho, ary Antsirabe izy. Na ireo tsy nitovy hevitra sy tena nifanao sakay sy maso taminy aza resy lahatra fa i Marc Ravalomanana no afaka hitondra ainga vao indray ho an’ny firenena, ka tsy atao mahagaga raha miara-mientana ny ankamaroan’ny Malagasy. Azo eritreretina ve hoe: olona nigadra an-taonany maromaro tamin’ny fanjakana Ravalomanana no mijoro manohana azy ? Anisan’ireny ry kolonely Coutiti, Henri Rakotomalala na Riribe,… Ry kolonely Eugène Claude Josoa voasambotry ny zana-dambo ary saika maty tamin’ny 2002, dia manohana azy sy miara-mamolavola ny paikady hoenti-mandresy. Omaly, dia niara-nirodorodo teny amin’ny Foiben-toerana ireo minisitra maromaro teo aloha sy manamboninahitra misotro ronono dia Atoa Bary Rafatrolaza (Sekreteram-panjakana teo anivon’ny minisiteran’ny raharaham-bahiny tamin’ny andron-dRajaonarimampianina), José Raserijaona (Minisitry ny vola tamin’ny andron’i Pr Zafy), Ravelonarivo Laporte (minisitry ny fitaterana sy ny fizahantany tamin’ny andron-dRavalomanana), Jeneraly Behajaina Petera (Minisitry ny fiarovana tamin’ny andron-dRavalomanana), Jeneraly Guy Ratrimoarivony, ny loholona Fernand Jeannot,… Mahatsapa ny rehetra, fa mila an-dRavalomanana sy ny fahaiza-manaony ny fanavotana an’i Madagasikara. Misy tamin’ireo nanongana azy tamin’ny 2009, dia mijoro vavolombelona fa tena fanonganam-panjakana no nisy ary tonga saina sy mahatsapa fa tsy mendrika ny natao tahaka ireny i Marc Ravalomanana, ka dia manolo-tanana sy hampandresy azy tahaka an-dry Kolonely Charles Andrianasoavina. Fientanam-po hafa mihitsy no misy eto amin’ny firenena satria manomboka ny fifamelana, ary hipetraka ny fampihavanam-pirenena tena izy tsy nety tanteraka teto hatrizay. Hifanakaiky ny mpitondra sy ny entina amin’ny alalan’ny fitsinjaram-pahefana tena izy, hiainga any amin’ny fokontany, kaominina, faritra,… ka ho mirazotra ny fampandrosoana ny firenena. Rivotry ny fandresena no mitsoaka amin’izao fotoana izao, ary tsy fandresena amin’ny fifidianana ihany io, fa tena fandresen’ny fampihavanana ara-politika, ara-tsosialy, ara-toekarena … ho an’i Madagasikara.

 

Toky R

Midi Madagasikara0 partages

Faritra Vatovavy-Fitovinana : Ny fanekena ny Dina no hanafoana ny Fitsaram-bahoaka

Faritra isan’nymilamina ary tsy nahitana asan-dahalo maherivaika toy ny amin’izao fotoana izao i Vatovavy-Fitovinany teo aloha. Manolona izay tsy fandriam-pahalemana izay anefa, mirongatra ihany koa ny fitsaram-bahoaka any an-toerana. Mahatisiaro ho tompn’andraikitra mikasika izany dia mitondra ny fijeriny manokana Razafindraofa Jean Brunel, Olombe avy amin’iny Faritrainy sady Minisitry ny Fizahantany ankehitriny. Tsotra ny antony, hoy izy. Manana harena voajanahary betsaka iny toerana iny indrindra eo amin’ny an-kibon’ny tany. Ny mampahahelo anefa dia tsy manara-dalàna ny fitrandrahana izany.  Miteraka olana izany satria rehefa lany vatsy ireo mpitrandraka izay maro ny avy lavitra dia lasa manafika tanàna. Vokany ; manjaka ny tsy fandriampahalemana ka zary miraviravy tanana ny vahoaka tompon-tany. Tsy afaka mamokatra intsony ny olona ary tsy misitraka ihany koa izay mba nohariany. Mamokatra lavanila ihany koa iny faritra iny , saingy rehefa miakatra ny vokatra dia mirongatra ny fanafihana mitam-basy. Maniry,noho izany ity Minisitra ity, mba hisian’ny fandraisana andraikitra avy amin’ny Fitondram-panjakana manomboka aty amin’ny Foibe kahatrany ifotony. Mila mpitondra sahy mandray andraikitra ity Firenena hoy ity Oloben’ny Faritra Vatovavy-Fitovinany ity. Ilaina izany, hoy izy, satria lasa tsy matoky ny Fitondram-panjakana intsony ny vahoaka. Tsy atokisana intsony ny Mpitandro filaminana sy ny Fitsarana ka lasa tsy manaja azy ireo ny vahoaka. Tsy misy intsony ny fanajana eo amin’ny mpitondra sy ny entina, izay isan’ny fototry ny soatoavina malagasy. Manjaka ny fitsaram-bahoaka satria ampiharin’nyolona izany rehefa sahiny ilay heveriny fa nanao ny tsy nety teo amin’ny fiaraha-monina. Ny Fitondrana tsy manaja sy  manaiky ny soatoavina sy ireo ratsana miady amin’ny tsy fandriampahalemana, toy ny  Dina sy ireo fikambanana tanora toy ny Djama eny ambanivohitra. Nefa ireny rafitra ireny ihany no tena manakaiky ny vahoaka ary afaka hampandraisana andraikitra azy ireo hampandriana fahalemana ny tany sy ny Fanjakana.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Inter-syndicat de la Jirama : Menace de grève générale après les élections

La rencontre entre les deux parties a eu lieu hier au siège de la Jirama à Ambohijatovo.

La  rencontre entre la direction générale de la Jirama et l’inter-syndicat des employés de cette entreprise, qui a eu lieu hier à la salle de conférence de la Jirama à Ambohijatovo, est vouée à l’échec.

Les deux parties n’ont pas pu trouver un compromis face aux doléances de ce dernier.  Rappelons que l’inter-syndicat a dénoncé un licenciement abusif notamment des délégués syndicaux au sein de la Jirama. Un délégué syndical a été récemment renvoyé malgré le refus de l’Inspection du Travail. Cette dernière a mis ensuite une lettre de mise en demeure à l’endroit du directeur général de la Jirama le 21 novembre 2018  afin de régulariser sa réintégration. Mais de son côté, la direction générale ne revient plus sur sa décision compte tenu du fait que toutes les procédures légales de licenciement ont été respectées, selon ses dires. Du coup, l’inter-syndicat a menacé de faire une grève générale après le jour de l’élection présidentielle, soit jeudi prochain.

Principe. En effet, « notre mouvement n’a aucun caractère politique mais c’est juste une revendication syndicale. Nous ne voulons pas ainsi perturber le déroulement des élections en tant que citoyens car c’est une phase décisive pour l’avenir de MadagascarEn outre,  il s’agit d’un différend collectif  car nous défendons le principe concernant l’abus de licenciement à l’encontre des délégués syndicaux et non une personne. Et malgré le fait que l’Inspection de Travail ait refusé le renvoi de notre collègue, la direction générale ne veut pas entendre cette décision alors qu’elle a été bien notifiée le 31 octobre 2018 avec un accusé de réception, soit dans le délai de 45 jours exigé par la loi. C’est un non-respect de la réglementation en vigueur », selon les explications des membres de l’inter-syndicat de la Jirama. Par contre, les deux parties ont convergé sur un point commun concernant les procédures de licenciement des employés. Cela doit se faire selon les procédures disciplinaires et au cas par cas, tout en ne défendant en aucun cas les voleurs ou les agents ayant effectués des détournements d’argent.   

Silence de l’administration. Et de son côté, la direction générale a souligné qu’elle n’a été notifiée de la décision de refus de licenciement de cet employé que le 8 novembre 2018, et ce, par voie d’un huissier, soit au-delà des 45 jours. Une décision administrative n’entre en vigueur qu’après avoir rempli la formalité de publication, et/ou de notification exigée par la loi. Et le silence de l’administration à l’issue d’un délai imparti par la loi vaut acceptation. C’est pourquoi la direction générale de la Jirama ne veut plus revenir sur sa décision. En outre, elle évoque que ce n’est qu’un conflit individuel.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Union Européenne : Pour des élections acceptées par tous

L’ambassadeur de l’Union Européenne à Madagascar de réitérer que l’UE est pour des élections acceptées par tous. (Photo d’archives)

La célébration du 60e anniversaire de la relation bilatérale entre Madagascar et l’Union Européenne s’est tenue, hier, au ministère des Affaires Etrangères, à Anosy. En marge de cette cérémonie, l’ambassadeur de la délégation de l’Union Européenne auprès de la République de Madagascar, Giovanni Di Girolamo, de réitérer que l’UE est pour des élections transparentes et acceptées par tous. Pour en revenir au 60 e anniversaire, l’ambassadeur de rappeler qu’il illustre l’histoire des relations profondes entre Madagascar et l’Union Européenne. Peu de temps après la proclamation de la République malagasy en 1958, l’Union Européenne anciennement connue sous le nom de communauté économique européenne, a installé un bureau technique dans la capitale pour soutenir la jeune République dans son acheminement vers le développement.

Dimensions. Selon toujours l’ambassadeur, «aujourd’hui, nos relations intègrent plusieurs dimensions : politique, économique, culturelle, scientifique, humanitaire, sans oublier l’intégration régionale et l’aide au développement de dimensions considérables qui fait que l’Union Européenne figure actuellement parmi les bailleurs de fonds ». Six décennies se sont ainsi écoulées depuis le début d’un partenariat qui s’est avéré mutuellement bénéfique et durable, entre l’Union Européenne et Madagascar.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping : L’homme d’affaire Tunisien relâché

Sofiane Omrani, ressortissant tunisien et récemment arrivé à Madagascar, a finalement été relâché par ses ravisseurs. Il a retrouvé sa liberté dans la nuit de jeudi dernier. Les circonstances de sa libération dont l’éventuel paiement de rançon ne sont pas connues comme à l’accoutumée. Pour un petit rappel, il a été kidnappé en plein jour du côté de Tanjombato avec une personne de nationalité indopakistanaise du nom de Malik Karmaly. Des gens armés de quatre kalachnikovs les ont pris de force dans leur voiture tout-terrain. Les victimes étaient pourtant avec leurs bodyguards, des civils armés. Pris de court, ces gardes du corps ont été maitrisés par les malfrats, ces derniers des gens qui sont forcément bien entraînés tant dans la maîtrise des adversaires que dans le maniement des armes. Si Malik Karmaly a été libéré le lendemain même de son enlèvement, son collègue le tunisien, lui, a attendu une semaine pour retrouver sa famille. Pour le collectif des français d’origine indienne de Madagascar, le kidnapping dans le pays a pris une ampleur internationale. « Madagascar a atteint le plus hauts sommet  en termes d’insécurité (…) vivre à Madagascar est devenu un challenge », a-t-on tiré de l’extrait de leur communiqué. Le collectif craint des troubles diplomatiques face à cette insécurité incessante qui confirme Madagascar dans la liste noire des pays à haut risque. « Le Cfoim dénonce une fois de plus ces actes de barbaries. Le pays traverse  une période difficile de son histoire et n’a pas besoin d’être confronté à des crises diplomatiques », selon le même communiqué. Rappelons que le pays est passé de la liste grise à la liste noire du Groupe d’Action Financière (GAFI) avec la non-adoption par les parlements des lois sur le recouvrement des avoirs illicites, le financement contre le terrorisme et la lutte contre le blanchiment d’argent. Une situation qui ne sera pas sans conséquence néfaste pour le pays. Les transactions bancaires sur l’échelon international seront sujettes à problèmes une fois le pays dans la liste noire du GAFI. Et l’on pourrait imaginer les effets en cascade qui peuvent en résulter. La série noire de kidnapping ne peut qu’enfoncer le clou et confirme davantage la situation difficile dans le pays en matière d’insécurité.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Biodiversité biologique : Processus de préparation d’un futur accord mondial

Le rideau tombé hier, sur la conférence mondiale sur le climat à Katowice rappelle, dans un domaine adjacent, les notes sur lesquelles s’est achevée fin novembre à Sharm-El-Sheikh, la 14è Conférence des parties pour la Convention des Nations Unies sur la Diversité Biologique (CDB COP 14). Au terme de ce rendez-vous mondial tenu en Egypte il y a moins de deux semaines, les parties se sont convenues de jeter les bases d’un processus menant vers un nouvel accord mondial pour la nature post-2020. En effet, à moins de deux ans de l’échéance 2020 pour l’atteinte des objectifs d’Aichi, la planète n’est pas réellement sur la bonne voie de les atteindre, bien au contraire. Les objectifs d’Aichi, rappelons-le, renvoient au plan stratégique mondial pour la diversité biologique pour la période 2011-2020, adopté en 2010 au Japon, et renfermant un cadre d’action pour les dix années de mise en œuvre.

Redoubler d’efforts. Ce futur accord post-2020 est considéré par les participants comme une étape décisive pour espérer mettre enfin, un cran d’arrêt à la perte de la biodiversité qui persiste actuellement. En d’autres termes, il va falloir redoubler d’efforts pour préserver la biodiversité. Elle-même qui fournit des services essentiels à la population humaine, son bien-être et sa survie. Le futur accord devra alors prendre en considération le rôle important des peuples autochtones et des communautés locales dans la réalisation des objectifs. Les participants estiment alors qu’un cadre mondial ambitieux pour la biodiversité post-2020 devrait intégrer ces points en mettant en avant les bonnes pratiques qui ont déjà fait leurs preuves en matière de gestion de la biodiversité.

Mais face à ce défi majeur, force est de constater que, le monde ne se donne pas suffisamment les moyens de ses ambitions en matière de préservation de la biodiversité, réservoir incontournable pour sa survie. En plus clair, les actions palpables en faveur de la nature, permettant d’inverser la tendance actuelle de la perte de la biodiversité, ne sont pas encore à la hauteur des objectifs. La nécessité de « redoubler » d’efforts prend alors tout son sens, à un peu plus d’un an de l’échéance de 2020.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Montée des eaux dans la capitale : Les solutions se font attendre

L’évacuation des eaux usées est une problématique majeure à Antananarivo.

Le schéma directeur en assainissement de la ville d’Antananarivo a été techniquement validé il y a à peu près deux semaines de cela. Les schémas directeurs des villes d’Antsirabe, des cinq ex-provinces, de Nosy-Be et de Fort Dauphin sont en cours de conception.

Il suffit de quelques heures de pluies pour que de nombreux quartiers d’Antananarivo soient sous les eaux. Les épisodes de mercredi et de jeudi derniers ont démontré à quel point la capitale malgache est vulnérable question montée des eaux. Une situation qui s’aggrave d’années en années si l’on fait le simple constat. D’Andravoahangy, Ambodin’Isotry à Ampefiloha en passant par Anosy, l’eau monte à une vitesse fulgurante dès qu’il y a une forte précipitation. Les cas des bas quartiers comme Besarety ou Anosibe ne sont plus à  présenter. Diverses causes sont avancées pour expliquer le phénomène. Entre autres, la vétusté des infrastructures d’évacuation des eaux usées face aux changements de « composition » des eaux. Lalaina Andrianamelaso, secrétaire général auprès du ministère de l’Eau, de lancer la question de « dimensionnement » desdites infrastructures. « Les infrastructures d’évacuations des eaux usées de la capitale datent des années 1940. Et selon les plans d’antan, elles ont été conçues pour seulement évacuer les eaux des collines de la capitale. Limités dans leur capacité, les canaux en question n’ont pas été construits pour des eaux composées de boues, de déchets ou encore de matières plastiques« , a-t-il noté. Bien qu’entretenues, lesdites infrastructures d’évacuation commenceraient à ne plus supporter les diverses pressions engendrées sur elles. Les comportements irresponsables et d’incivilité de la population d’Antananarivo, qui jette partout où elle va ses ordures, s’ajoutent auxdites pressions. La situation actuelle ne serait donc que la conséquence d’une irresponsabilité collective. D’une part, des dirigeants qui n’ont pas su prendre les mesures adéquates face à la vétusté des infrastructures. De l’autre, l’incivilité de la population tananarivienne qui n’est plus à démontrer.

Schéma. Des solutions ont été envisagées par diverses parties prenantes. Consistant en un schéma directeur en assainissement de la ville d’Antananarivo, lesdites solutions ont été concoctées par le ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène (MEAH), en partenariat avec le ministère de l’Aménagement et des partenaires techniques et financiers (PTF). Comme l’a fait savoir le SG du MEAH, « le schéma directeur de l’assainissement de la ville d’Antananarivo a été validé techniquement et s’affiche comme la solution aux problèmes d’assainissements de la capitale. On attend toutefois la validation institutionnelle avant d’en divulguer les contenus. Ce qui est sûr, c’est que la conception dudit schéma a été effectuée en suivant une approche systémique incluant toutes les parties prenantes. Entre autres : le ministère de l’Eau, le ministère de l’Aménagement, et les PTF« . Prévu être opérationnel en 2019, le schéma directeur en assainissement de la ville d’Antananarivo devrait donc changer la donne en ce qui concerne les problèmes de montée des eaux. Jusque là, et avec la saison des pluies qui est bien partie, les tananariviens vont donc être sous les eaux… d’autant plus que la mise en  œuvre dudit schéma va engager des travaux colossaux, donc plus de temps d’attente.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Tsiadana : Un « cash point » attaqué par des bandits armés

On dirait que le quartier de Tsiadana devient de plus en plus dangereux. En pleine expansion grâce à la prolifération de points de commerce, cet endroit devient la cible privilégiée des malfrats. Hier, un « cash point » ou un kiosque de transaction monétaire par  « mobile money » vient de perdre près de quatre millions d’ariary dans une attaque perpétrée par des bandits armés. L’acte a été commis vers 16 heures 30 minutes. Six bandits armés de fusils de pointe et à visage découvert se sont introduits dans un kiosque de « Cash point » à Tsiadana, dans le quartier appelé Akondro bordant la route en direction de l’Université d’Antananarivo  . Une fois sur les lieux, ils ont tiré des coups de feu avant de s’attaquer au caissier pour obliger celui-ci à se soumettre à leur exigence. En effet, les bandits ont dérobé le contenu de la caisse de l’entreprise avant de prendre la fuite.  Quatre millions d’ariary ont été dérobés et une personne a été blessée.  Alertés  de ce fait, des éléments de l’Unité d’intervention de la Police nationale et ceux du commissariat du deuxième arrondissement de la Sécurité publique à Ambohijatovo sont partis à la poursuite des assaillants. Le bouclage immédiat du quartier a permis d’appréhender  un suspect. Surpris avec une arme et quelque somme d’argent, celui-ci a été remis à la brigade criminelle de la Police nationale à Anosy qui se charger de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Second face-à-face télévisé : Attente d’un véritable débat d’idées

Nul ne sait s’il s’agira d’un tournant décisif de la campagne électorale, mais le second débat opposant Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina est attendu par de nombreux électeurs indécis pour se déterminer. En fait, celui de dimanche dernier a  laissé sur leur faim les centaines de milliers de citoyens présents devant leur écran, les questions de fond étant à peine effleurées.  Cette fois-ci, on attend de voir les débatteurs opposer devant les citoyens leur Vision d’avenir.  A voir le déroulement de la campagne électorale cette semaine,  on  est en droit de ne pas trop espérer de ce face-à-face. Ne préjugeons pas cependant  de son déroulement, car il suffit que, les équipes entourant les candidats se décident à abandonner les polémiques stériles.

Second face-à-face télévisé : Attente d’un véritable débat d’idées

De nombreux citoyens se sont déclarés déçus de la qualité des échanges durant le premier débat télévisé de ce second tour de l’élection présidentielle. On peut à la rigueur dire que, c’était une grande première et que  les organisateurs ont fait à cette occasion leurs premières armes. On peut donc espérer que ce second face-à-face sera plus maitrisé et que l’on abordera les questions de fond. La CENI a décidé d’interdire tous les instruments électroniques, tablettes, écouteurs ou téléphones qui avaient perturbé le déroulement de l’émission, le candidat  n°13 ayant cherché régulièrement de l’aide auprès de ses conseillers. Cette fois-ci, les candidats n’auront  qu’un papier et un crayon à leur disposition. On pourra ainsi  juger de la profondeur de la réflexion des débatteurs. Ces derniers ne pourront donc pas se défiler  lorsqu’on les interrogera sur leur programme.  Beaucoup d’électeurs indécis attendent  des réponses précises sur la manière dont les candidats envisagent de conduire le développement du pays. Des thèmes ont déjà été développés durant cette semaine, mais on  a hâte de la confrontation des projets : IEM contre MAP2.  Attend-on beaucoup de ce second face-à-face de demain ? En tout cas, à défaut d’être décisif, il sera très instructif.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Syndicat des Administrateurs civils : Rappel à l’ordre sur l’obligation de neutralité

Le Syndicat des Administrateurs Civils (SYNAD) sort de son mutisme à l’approche de l’élection du 19 décembre. En effet, dans un communiqué en date du 14 décembre, le syndicat demande aux représentants de l’Etat au niveau territorial dont les préfets de Police, les préfets et les chefs de district de  respecter l’obligation de neutralité dans l’exercice de leurs fonctions et de n’accepter d’aucune pression politique, d’où elle vienne. « Ces représentants de l’Etat ne doivent pas exécuter les ordres manifestement illégaux. Les administrateurs civils doivent respecter l’éthique (Obligation de réserve) et les valeurs républicaines. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités face aux pressions dont les agents de l’Etat font l’objet en cette période électorale. », affirme le SYNAD.

Résultats officiels. Le Synad demande en même temps aux candidats finalistes d’ accepter les résultats officiels proclamés par la HCC. « Le comportement des deux candidats doit servir de modèle sur ce point. », souligne le syndicat des administrateurs civils. Il demande également aux citoyens et aux électeurs d’attendre avec calme et sérénité ces résultats officiels.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimiadana-Ambositra : Tokantrano  3 indray no lasibatra ny jiolahy

Mitohy tsy an-kiato ny asan-jiolahy eto an-tampon’ny tanànan’Ambositra, isan’alina, dia andrenesana trangan-javatra. Etsy an-daniny, dia tsy andrenesana feo mihitsy ny eo anivon’ny fiadidina ny tanàna sy ireo tomponandraikitry ny filaminam-bahoaka. Mandry an-diran’antsy ny vahoaka.

Ny zoma 14 desambra lasa teo, tokony tamin’ny 1 ora maraina, dia tokantrano miisa telo indray no lasibatr’ireo mpangalatra tao amin’ny fokontany Ambohimiadana, ka lasan’izy ireo tamin’izany ny vilany, ny lamba firakotra sy ny maro hafa. Soa ihany fa tsy misy ny olona naratra tamin’ireo vaotafika. Niezaka ireo mpira-monina manodidina nanapoka basy indroa, saingy efa lasa lavitra ireo jiolahy.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le réchauffement global : « Nous tournons en rond, nous devons changer de tactique » Ibr...

Des dirigeants arborant fièrement le symbole du +1,5°C.

Depuis au moins neuf ans, nous répétons les mêmes choses, faisons les mêmes conférences sans avoir trouvé aucune solution au réchauffement climatique, a dit jeudi, à la veille de la fin de la vingt-quatrième Conférence des Nations Unies sur le Climat (COP 24), Ibrahim Mohamed Solih, Président des Maldives.

Rappel contextuel. Les mesures à prendre pour maintenir le réchauffement global au-dessous de 1,5°C suite au dernier rapport de l’IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) sur le réchauffement climatique font partie des trois points focaux des négociations de cette COP 24, avec la mise en œuvre de l’Accord de Paris et du Talanoa Dialogue. A la veille de la fin de la vingt-quatrième conférence des Nations unies sur le Climat (COP 24), les parties et négociateurs-notamment ceux adhérant au forum du CVF (Climate Vulnerable Forum)- ont déclaré leurs positions par rapport au rapport de l’IPCC. Durant la COP 24 qui est en train de se clôturer, quatre pays/parties l’ont pourtant « rejeté », autrement dit, ont minimisé ses impacts, sa légitimité et l’urgence de mettre en place des mesures radicales pour une juste transition énergétique, une neutralité climatique en gros, réduire l’émission de carbone et sauver des centaines de millions de vies ; et préserver la planète en passant. Ces quatre pays sont les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, le Koweït et la Russie.

Juste transition et énergie propre. Ce rapport scientifique et gouvernemental met l’accent sur les conséquences dévastatrices du réchauffement climatique global sur la planète Terre et la vie humaine, qui, s’il dépasse les 2°C, peut se résumer en un seul mot : la mort. Et comme l’a si bien souligné, Ibrahim Mohamed Solih, le président des Maldives- dont le cas et les enjeux sont partagés par tous les pays insulaires- : « La République des Maldives ne s’est pas encore préparée à mourir, elle n’est pas encore prête. Même si elle est particulièrement menacée par le réchauffement climatique, elle ne compte pas baisser les bras : nous avons des mangroves, des récifs coralliens et nous pouvons et devons nous battre pour protéger nos écosystèmes marins, nos populations et nos générations futures. Nous (le monde) avons 12 ans pour trouver des solutions et stabiliser le réchauffement climatique à 1,5°C, mais nous ne sommes pas en bonne voie pour la gagner. Nous tournons en rond, dépensons des millions de dollars à chaque COP sans résultats concrets en amont. Nous devons changer de tactiques, de points de vue, de pratique, sinon l’issue sera fatale. »  Comme changement de tactiques, il a notamment avancé la transition vers la juste transition, vers l’énergie propre (clean energy) et ensuite, cesser les discours coercitifs adressés aux grands pollueurs pour qu’ils arrêtent le financement des énergies fossiles- « Ils ne le feront jamais ; il me paraît plus pertinent pour nous, en tant que pays en voie de développement de continuer ou commencer nos actions sans les attendre, et de leur proposer d’investir dans les énergies renouvelables et propres qui sont aussi les moins chères et dont la distribution fait partie des plus faciles ». Notons par ailleurs qu’en raison de différends et différences politiques, ainsi que de conflits d’intérêt économique, les négociations n’ont pas encore abouti à du concret jusqu’à ce jour. Officieusement, la COP 24 se terminerait samedi soir, alors qu’elle était prévue officiellement s’achever ce vendredi 14 décembre. A l’heure où nous mettons sous presse, les négociations sont encore en cours et peu de négociateurs sont optimistes.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Sourc’In Mobile : Le Tab for kids se vend bien à l’Akoor Digue

La boutique Sourc’In Mobile à l’Akoor Digue, où le Tab for Kids est mis en vente, ne désemplit pas.

Le Tab for Kids, la nouveauté de Sourc’In Mobile, se vend bien. Ce gadget pour enfant de plus de deux ans intéresse au plus haut point les parents. La preuve, la boutique Sourc’In de chez Akoor Digue ne désemplit pas car nombreux sont les acheteurs qui y viennent, soit  pour une démonstration, soit pour acheter tout de suite. Le Tab  for Kids, rappelons-le, est une tablette spéciale pour enfants. Un jouet éducatif permettant  à ces derniers de s’initier à travers des jeux en langue française, anglaise, chinoise et malgache. Outre le fait d’être éducatif, l’avantage de ce jouet pas comme les autres réside dans le fait qu’il  peut se conserver très longtemps. D’ailleurs, le Tab for Kids a été conçu pour une durée d’utilisation raisonnable, pour éviter que l’enfant  ne reste accroché sur sa tablette toute la journée. « La plupart des parents apprécient cette limitation raisonnable des heures d’utilisation de la tablette pour enfant » explique un responsable de Sourc’In Mobile. Précisons que ce cadeau de Noël pas comme les autres est vendu à 199 000 ariary sans la housse de protection. Cette dernière est vendue séparément à 35 000 ariary. Soit un total de 234 000 ariary seulement pour le kit complet.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Promotion des exportations : Succès au SIAL Paris et au Futurallia Tunisie

Neuf entreprises sélectionnées ont participé aux salons internationaux, SIAL (Salon international de l’alimentation) du 21 u 25 octobre à Paris et Futurallia du 14 au 16 novembre en Tunisie. Cette participation ayant pour but de promouvoir les exportations de biens et services, a été initiée par la CCIFM (Chambre de Commerce et d’Industrie France-Madagascar) et soutenue par le PROCOM (Programme d’appui à l’emploi et à l’intégration régionale) financée par l’Union Européenne. Hier, les membres des délégations qui ont participé aux deux salons ont présenté des résultats fructueux. « 650 participants issus de 30 pays ont participé à cette 22e édition du Futurallia. Il s’agit d’une rencontre BtoB dont l’objectif est de réunir en un même lieu les dirigeants et décideurs de PMI/PME, pour leur permettre de se développer à l’international et d’initier des alliances. Les participants malgaches ont eu l’occasion de rencontrer des partenaires et bénéficié de rendez-vous BtoB ciblés et personnalisés. 64 rendez-vous ont été honorés durant les deux jours, dont dix rendez-vous intéressants avec des suites favorables. L’événement a beaucoup répondu aux attentes des participants qui cherchaient surtout des partenaires techniques pour des échanges de services, des transferts de compétences et de technologie, etc. », a affirmé Rita Andriamiharisoa, chargée de mission auprès de la CCIFM.

Avantage comparatif. La participation au SIAL Paris a affiché le même succès, selon les participants. 7200 exposants issus de 119 pays dont 87% d’internationaux, ont été annoncés par les organisateurs. Pour cette édition, ils ont également affiché une fréquentation record de 310.000 acteurs de la filière, dont 73% de visiteurs internationaux et des milliers d’acheteurs et décideurs issus de près de 200 pays. Durant ce salon, les participants malgaches ont noué 1750 contacts, avec des chiffres d’affaires estimatifs d’un total de 1,8 million Euros, à l’issue du salon. Des importateurs, des distributeurs, des traders et des clients directs, figurent parmi ces nouveaux contacts.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

« Tournage » namoa-doza : Tovolahy iray maty an-drano tao Andraikiba

Zava-doza no niseho tao amin’ny farihin’Andraikiba ny alakamisy lasa teo. Tovolahy iray no namoy ny ainy, raha teo am-panodinana horonantsary izy ireo. Araka ny fantatra dia nitsambikina tanaty rano ity tovolahy ity sy ny namany maromaro no sady nalaina sary. Tsy nipoitra intsony anefa izy.

Raha ny angom-baovao azo avy any an-toerana dia toa hoe tanora amina fiangonana iray izy ireo. Saika hanodina horonan-tsary alefa amin’ny fetin’ny Noely ho avy izao izy ireo no sady mba mitsangantsangana ihany koa angamba. Mazava ho azy, misy hidirana rano sy sambo kely ilay horonantsary natao ary dia teny am-povoan-drano araka izany no natao. Eo no mifamahofaho be ihany ny fitantaran’ireo nanatri-maso ny zava-nisy, araka ny miparitaka anaty tambajotra sosialy. Misy ireo milaza mantsy fa hoe ilaina ary isan’ny tafiditra tao anatin’ilay horonantsary ny fisiana olona maromaro mitsoraka ao anaty rano. Etsy andanin’izay dia misy filazàna hafa ihany koa mitantara fa efa vita ny fanodinana ilay horonan-tsary ary efa namonjy ny moron-drano izy ireo. Noheverina fa marivo ity moron-drano ity ary tapa-kevitra ny haka sary miara-mitsambina anaty rano ireto tanora ireto. Valo izy ireo no niara-nitsambikina tany anaty rano araka izany. Voalaza anefa teo fa nisy efatra tamin’izy ireo no tsy nahay nilomano akory ary teo vao fantatra fa lalina loatra ilay rano. Niantso vonjy ireto farany ary avotra soa aman-tsara ny telo, saingy tsy nipoitra intsony kosa ilay tovolahy fahefatra. Nikoropaka ny rehetra. Niezaka nitady azy tao anaty rano ny namany saingy indrisy. Adim-pamantaranandro iray taty aoriana vao hita ilay tovolahy saingy efa ny vatana mangatsiaka sisa no nampiakarina tao. Efa nampandrenesina mahakasika ity loza ity moa ireo tompon’andraikitra tany an-toerana. Naterina tany amin’ny tranom-paty kosa ny razana natao fitiliana ary nomena ny fianakaviana avy eo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Smooth Night 8 : “Tribute to” Babyface, Brian McKnight et Boyz II Men, le remake

Fy Rasolofoniaina, parmi les chanteurs qui participent à ce Smooth Night 8.

La 8è édition du Smooth Night laisse  place à trois groupes phares des années 90. Jao, Patrick, Fabrice et Fy Rasolofoniaina interprèteront Babyface, Brian McKnight et Boyz II Men ce soir au Kudeta.

Ils ont fait sensation l’année dernière, avec leur interprétation des plus grands tubes du soul r’n’b US des années 90-2000. Les revoilà pour une performance exceptionnelle, qui se tiendra au Kudeta ce soir à partir de 21h, pour une petite der des ders de ce « Tribute to » (littéralement « hommage à ») Babyface, Brian McKnight et Boyz II Men. Jao, Patrick, Fabrice et Fy Rasolofoniaina seront les 4 garçons dans le vent de cette soirée, entourés des talentueux musiciens du moment: Zo Tantely, Hents, Johan, Princi, Tsanta, Miantsa et Tahina Vibe. L’affiche est tout simplement alléchante, surtout lorsqu’on connait les artistes qui vont y participer, car déjà on peut être sûr que leur interprétation de ces crooners sera parfaite. « Je n’avais pas vraiment envie de refaire la même chose, comme j’aime innover dans mes initiatives. Mais malgré les représentations de l’année dernière, au Trano Bongo, puis au Carlton, beaucoup de gens m’ont appelé pour me dire qu’ils voulaient revoir le show » explique Andry Mahery. « Comme j’aime cette musique ‘black’, je me suis dit pourquoi pas ?! » dit-il. Avec une affluence de 500 personnes l’année dernière au Carlton, Andry Mahery espère remplir le Kudéta. D’ailleurs, les tickets se sont vendus assez vite, il ne reste plus que quelques places disponibles pour ce soir. Ainsi, le public aura droit aux plus grands standards de ces artistes américains, qui ont marqué toute une génération. Car comme le disaient les Boyz II Men, « It’s so hard to say goodbye to yesterday ». Nostalgie, quand tu nous tiens!

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Football – Trophy Awards : Madagascar en bonne place !

Une très bonne nouvelle pour l’équipe, à qui il ne suffirait que d’une petite marche pour se parer du titre de meilleure équipe africaine 2019 lors de la Trophy Awards qui va se tenir à Dakar le 8 janvier.

Madagascar, malgré son faux pas contre le Soudan, a été retenu parmi les finalistes au chapitre de la meilleure équipe 2018. Les Barea auront tout juste à convaincre les jurys qu’ils sont meilleurs que les deux autres concurrents que sont la Mauritanie et l’Ouganda.

Touche sentimentale. Une issue bien dans ses cordes pour différentes raisons, parmi lesquelles le lieu du vote à Dakar, la ville qui va permettre à l’assistance de se rappeler que l’équipe malgache a réussi à tenir tête à l’ogre sénégalais. Et même si on ne le dit pas, le fait que le président de la CAF Ahmad soit Malgache, va apporter une touche sentimentale au choix des jurys, qui vont trouver un autre justificatif car Madagascar était le premier pays à avoir gagné sa qualification à la Coupe d’Afrique des Nations 2019.

Pour l’instant donc, tous les feux sont au vert pour offrir à Madagascar son premier trophée, contrairement aux deux autres nominés malgaches. Faneva Ima Andriatsima et Nicolas Dupuis ne figurent plus dans la liste finale.

Pas photo. Une issue presque logique car on voit mal le capitaine malgache pouvoir rivaliser avec le Sénégalais Sadio Mané ou l’Egyptien Mohamed Salah, déjà que beaucoup pensent que sa nomination est seulement due à son statut de capitaine, car il ne peut pas prétendre être le meilleur des Barea. Son rendement pour le groupe est bien en-deçà de ce que font Njiva Rakotoharimanana, Carolus Andriamahitsinoro, Jerôme Mombris, Ibrahim Amada et même Romain Métanire.

Des hommes qui ont, pourquoi avoir peur des mots, permis à Nicolas Dupuis de se faire connaître du monde du football, et que cela s’arrête là car dans ce secteur aussi, il n’y a pas photo entre les techniciens africains de la trempe du Sénégalais Aliou Cissé, pour ne citer que  lui, et encore entre les Français exerçant en Afrique. Une situation également logique pour un technicien qui n’est jamais allé aussi loin que le CFA2, la 5ème division française, quand il était entraîneur de l’AS Yzeure. Pour tout dire, il a pris un train en marche en étant favorisé par une bonne pioche dans les meilleurs joueurs… réunionnais.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – COSPN : 13 millions d’ariary et une vacance à Nosy-Be pour l’équipe

Les joueurs et le staff technique du Cospn section basket-ball avec le ministre et le président de la FMBB.

Après les titres  nationaux et régionaux, les joueurs ont les yeux rivés à l’Afro League prévu débuter au mois de janvier.

Retour triomphal des héros. Dans un élan de fierté et de joie, la grande famille de la police nationale a organisé un accueil triomphal à son équipe championne de la Coupe des Clubs Champions de l’Océan Indien (CCCOI). Un tour de la capitale a été organisé au départ d’Ivato pour montrer à la population tananarivienne leur trophée. Un mois et demain après leur titre national, les basketteurs du Cospn ont remporté la CCCOI aux Seychelles qui leur ouvre la porte du continent. « Cette victoire n’est pas seulement pour la police nationale, mais surtout pour Madagascar. Vous avez porté haut les couleurs nationales aux Seychelles et nous sommes encore prêts pour la suite de l’aventure » a annoncé le ministre, Erick Michel Wouli Soumah Idrissa, dans son discours. Fier de ses protégés, le numéro Un de la sécurité publique a offert une prime de 10 millions d’ariary à l’équipe en plus des deux zébus et une vacance à Nosy-Be.

Recrutement. « Aux Seychelles, la défense a fait défaut surtout lors du match aller contre Premium Cobras. Nous allons travailler le tir surtout le shoot à mi-distance en vue de l’AfroLeague. Nous avons besoin d’un tireur en permanence» a expliqué, Richard Ratsitokana, coach de l’équipe. Pour ce déplacement aux Seychelles, l’équipe de la police nationale a fait appel à deux renforts à savoir Livio Ratianarivo, élu meilleur joueur du tournoi et de Ricky Arnold. « Nous allons parler à leur dirigeant. Le COSPN a l’intention de les garder en passant par la mutation normale » a fait savoir, Rufin Libiria, président de la section basket Cospn. Porte-drapeau du basket-ball malgache aux Seychelles, Cospn fait la fierté de la FMBB. Présent à la fête organisée spécialement pour honorer le sacre de l’équipe, le  président de la FMBB a profité de l’occasion pour féliciter les efforts de l’équipe. Une prime de 3 millions Ariary a été attribuée à l’équipe. Dans un mois, l’équipe championne de la zone 7 participera à l’AfroLeague aux côtés de 15 autres formations.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

CONECS : Retour sous le signe de l’engagement pour le développement économique

Les membres fondateurs du CONECS étaient là.

Après une dizaine d’années de silence, le Conseil National Economique et Social de la Société Civile (CONECS) réapparaît. Les André Ramaroson, Roland Razafindramanitra et autres sont encore là pour redorer le  blason de ce groupement  du secteur privé qui a toujours milité pour  la défense des intérêts des entreprises nationales.

Le come-back s’est effectué hier lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à l’Orchidée Blanche à Androhibe. Une occasion pour les dirigeants du CONECS de réitérer leur engagement pour le développement.  D’ailleurs, le thème de ce retour, en l’occurrence « Madagascar à la croisée des chemins », en dit long sur les intentions du CONECS en ce qui concerne l’avenir du pays. « Nous sommes prêts à travailler avec le prochain Président de la République qui sera élu, car nous trouvons que le programme de chacun des candidats peut contribuer au développement »  a déclaré André Ramaroson, l’un des fondateurs du CONECS qui, depuis sa création en 1988, a toujours été présent pendant les grands événements qui ont changé le pays. En commençant par le forum national initié par le FFKM en 1990, et qui a abouti au changement de la constitution ; en passant par l’élaboration du pacte républicain pour les élections propres et transparentes en 2001 – 2002, jusqu’à l’élaboration de plusieurs textes fondamentaux comme le code minier et le code des investissements en 2008. Dix ans après donc, le CONECS est de nouveau là. Un retour qui remet sur les rails la mise en place du Conseil Economique Social et Culturel (CESC), une structure prévue par l’article 105 de la constitution de la 4ème République et qui joue un rôle important en matière de projets à caractère économique, social et culturel.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Mampikony : Olona efatra maty notetitetehin’ny dahalo

Tsy mifaditrovana. Rehefa tsy voan’ny balan’izy ireo ireto jamà efa-dahy dia ny zava-maranitra sy ny pilotra indray no nampiasain’ireo andian-dahalo. Maty tsy tra-drano voan’ny pilotra izy efa-dahy ary norasarasain’ireo olon-dratsy nony avy eo.

Efa lian-drà tanteraka ny dahalo ary tsy mamela mahazo mihitsy an’izay azony eo ambany fahefany. Toy izany ity zava-nitranga tany amin’ireo tanana vitsivitsy  eo anelanelan’ny distrika Mampikony sy Andilamena ity. Nitrangana fanafihan-dahalo mantsy tao amin’ny tanan’i Bepatso, Ambalavelona ary Ambalahasy tamin’ity herinandro ity. Araka ny fampitam-baovao dia manodidina ny dimampolo lahy teo ho eo ireo olon-dratsy ary nirongo basy mahery vaika sy zava-maranitra isan-karazany. Omby maromaro no lasa tamin’io fotoana io. Taorian’ny fanafihana dia nisy avy hatrany ny fanarahan-dia nataon’ireo fokonolona sy ny andrimasom-pokonolona fantatra amin’ny anarana hoe Jamà niisa efatra. Ireo farany, noho izy efa zatra ady dia somary nandeha mafimafy kokoa noho ireo fokonolona hany ka nahatratra ireo dahalo teo Tampoketsa. Rehefa raikitra teo ny fifandonana teo amin’ny roa tonga dia, nitsahatra tsy nitifitra intsony tampoka teo ireo dahalo. Novinavinain’ireo mpanenjika fa lany bala angamba ka dia nipoitra tamin’ny fiafenany izy ireo. Tamin’izay indrindra anefa no nohararaotan’ireo olon-dratsy nikendry azy ireo tamin’ny alalan’ny pilotra. Voan’ny vato ary naratra sy lavo iretsy jamà. Nohenjihan’ireo olon-dratsy notaperiny tanteraka ny ainy, tamin’ny alalan’ny firasarasana azy ireo tamin’ireo zava-maranitra teny am-pelantanany. Efa nampandresina mahakasika ity trangana habibiana miharo fangalarana ity moa ireo tompon’andraikitry ny filaminana any an-toerana. Mbola mitohy kosa ny fanarahan-dia sy ny fikarohana ireo olon-dratsy ataon’ireo fokonolona izay nampian’ny mpitandro filaminana any an-toerana. Marihana, araka ny angom-baovao azo fa tsy mbola nisy azo ireo omby aman-jatony lasan’ireto andian-dahalo ireto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Les quatre derniers jours décisifs de la campagne électorale

Il ne reste plus que quatre jours avant le scrutin de ce second tour de l’élection présidentielle.  Il n’y a pas eu de véritable tournant cette semaine dans la campagne électorale. On a pu toutefois se rendre compte de la légère inflexion apportée par l’un et l’autre candidat dans la manière de convaincre la partie de l’électorat encore indécise. L’un a essayé d’enfoncer le clou dans les failles supposées de son adversaire, l’autre a préféré parler de ses objectifs pour développer Madagascar. Le ton des interventions du premier est plutôt incisif tandis que le second a préféré se montrer conciliateur et rassembleur. On ne sait pas quel style sera le plus payant, mais les efforts déployés par  chacun pour essayer de conquérir  cette frange de la population, qui s’est soit abstenue, soit n’a pu voter au premier tour. Jusqu’à mardi,  la lutte, puisqu’il faut l’appeler ainsi, sera sans merci.  Le  débat télévisé de dimanche pourrait être décisif s’il  ne donne pas lieu à des polémiques, mais éclairera les téléspectateurs sur les  défis à surmonter pour sortir Madagascar sur la crise actuelle.  C’est dans une atmosphère  lourde, au propre comme au figuré, que les Malgaches abordent cette période décisive de leur histoire. Les fortes précipitations qui sont tombées ces derniers jours ont certes apporté un peu de fraîcheur à  des Tananariviens écrasés par la chaleur, mais le spectacle des rues démolies et jonchées de débris divers déprime encore plus ces derniers, qui doivent également faire face à la propagation de la rougeole, de la rubéole et de la peste. A cela s’ajoutent les problèmes d’alimentation en électricité et en eau  endurés par de nombreux usagers dans  certains quartiers de la capitale. Les Malgaches sont durs à  la douleur et  font face à l’adversité avec fatalisme. Ils râlent et c’est tout à  fait normal, mais  ils n’ont aucun geste de révolte.

La  France est depuis trois semaines au centre  de l’actualité internationale, mais les rebondissements de ces derniers jours l’ont encore plus exposée aux regards de la communauté internationale. A la crise des gilets jaunes, s’est ajoutée la menace d’attentats terroristes. En début de semaine, le président Emmanuel Macron a, dans un discours très attendu, essayé de répondre aux attentes des Français en général et des gilets jaunes en particulier. Le chef de l’Etat, tout en reconnaissant ses erreurs passées, a annoncé une série de mesures censées désamorcer la crise.  Ses annonces ont  été bien reçues par une majorité de la population, mais n’ont pas entamé la détermination des gilets jaunes les plus endurcis, décidés à continuer la lutte. C’est dans ce climat que s’est produit cet acte terroriste perpétré par un jeune homme de 29 ans à Strasbourg. Certains observateurs  se disent peu surpris par l’événement. L’Etat Islamiste s’est évidemment dépêché  de revendiquer l’attentat. La traque du terroriste s’est soldée par la mort de ce dernier. La question est maintenant de savoir comment va se dérouler la manifestation  des gilets jaunes d’aujourd’hui.

Les autres points de l’actualité, même s’ils sont importants, ne  suscitent pas autant de commentaires. C’est le cas de ce qui s’est passé à Londres. La première ministre britannique Thérésa May a remporté le vote de défiance organisé par des députés de son parti, après l’accord sur  le Brexit  signé avec Bruxelles. Elle a arraché cette victoire en promettant de quitter son poste  avant les prochaines élections législatives de 2022.  En attendant, elle va renégocier les termes du Brexit avec les 27 pays de l’Union Européenne.

Les candidats entament la dernière ligne droite de la campagne électorale. Toutes leurs forces sont jetées dans cette conquête d’un électorat qui doit décider de la victoire de l’un ou de l’autre. Les excès verbaux ou les dérapages ne servent pas la cause de ceux qui en abusent.  Les quatre jours à venir vont certainement permettre de voir vers quel côté va pencher le balancier de l’histoire.

Patrice RABE