Les actualités à Madagascar du Vendredi 15 Novembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara176 partages

Coupures d’eau et d’électricité à Tana : Andry Rajoelina annonce des mesures d’urgences

« La JIRAMA est une Société d’Etat qui a des dirigeants et des employés. Mais nous ne pouvons pas rester les bras ballants et laisser la population dans cette situation de souffrance en permanence. C’est pour cela que j’ai décidé de prendre en main, moi-même, la situation ».

C’est en ces termes que le président Andry Rajoelina a réagi par rapport aux coupures incessantes de l’électricité et aux problèmes d’approvisionnement en eaux potables qui frappent actuellement la ville d’Antananarivo. Se comportant en  « Homme d’Etat », le président de la République refuse de se rejeter la responsabilité. « Nous devons trouver des solutions coûte que coûte. A chaque problème, on doit trouver une solution », rassure-t-il. Il, c’est le numéro Un d’Iavoloha qui aurait déjà convoqué une réunion d’urgence avec les responsables au niveau de la JIRAMA. « Des solutions d’urgence vont être apportées dès demain », a-t-il annoncé hier en marge de la cérémonie de pose de premières pierres de l’Académie Nationale des Arts et de la Culture qui s’est tenue à Ambohitsorohitra. Pour l’heure, il choisit d’entretenir le suspense en ce qui concerne les tenants et aboutissants des solutions que l’Etat va apporter pour résoudre les problèmes de la JIRAMA. En effet, Andry Rajoelina envisage d’effectuer une descente au niveau des sites de la JIRAMA dans les prochaines heures afin de constater de visu la vétusté des infrastructures. C’est lors de cette descente qu’il prévoit de révéler sa stratégie pour combattre les coupures de courant et contre les problèmes d’approvisionnement en eau.

Vétusté des matériels. En ce qui concerne l’eau, le Chef de l’Etat a expliqué que le besoin de la population d’Antananarivo est de 300.000m3, pourtant, les infrastructures actuelles de la JIRAMA ne produisent que 180.000m3. Il y a donc insuffisance de la production par rapport à la demande. Il a aussi évoqué la vétusté des infrastructures. Le président a notamment cité l’état des tuyaux qui datent de la première République en 1960, du temps où la JIRAMA était encore connue sous l’appellation Eau et Electricité de Madagascar.

Pour ce qui est de l’électricité, il n’y a que six sous-stations qui alimentent toute la Province d’Antananarivo, a expliqué Andry Rajoelina. Par ailleurs, la vétusté des matériels est  aussi sources des coupures répétées de l’électricité. Face à toutes les difficultés actuelles, Andry Rajoelina lance un appel au calme à l’endroit du peuple malgache. « On est dans une période de difficulté. Je connais la souffrance des gens qui sont privés d’eau mais de notre côté, on ne cesse de chercher des solutions, comme ce fut le cas ce jour pour le quartier de Faravohitra », a-t-il fait savoir. Le président de la République de réitérer que l’eau et l’électricité pour tous fait partie de ses engagements envers le peuple malgache. Des « Velirano » qu’il entend réaliser intégralement.  On aura donc plus de détails sur la stratégie que le Chef de l’Etat va avancer pour résoudre les problèmes de la JIRAMA dans les jours qui viennent.

Davis R

Midi Madagasikara68 partages

Emergence de Madagascar : « Il y a des prix à payer », selon l’économiste Rado Ratobisaona

Le processus d’émergence économique est un processus complexe. L’économiste Rado Ratobisaona nous apporte quelques éclaircissements. Interview.

 Midi Madagasikara (MM). Madagascar est en quête de son émergence. Pouvez-vous indiquer clairement ce que cela signifie? 

Rado Ratobisaona (RR). En bref, un pays est dit émergent, s’il est classé parmi ceux ayant un revenu intermédiaire, un pays nouvellement industrialisé. Un pays où sa voix et sa voie comptent au niveau international. Pour le cas de Madagascar, nous venons à peine de commencer à viser cette ambition nationale. Avoir un plan stratégique pour l’émergence est une étape, mais la mise en œuvre de ce plan en est une autre. Ce dernier nécessite une adhésion de toute la population.

Les conditions sont-elles remplies pour que le pays puisse réaliser cette ambition ? Quels sont les plus grands défis à relever?Pour le moment, la seule condition essentielle se trouve au niveau de la volonté des dirigeants. La conviction populaire mérite une attention particulière surtout dans l’imprégnation de la vision présidentielle, dans ce qu’on entend par émergence de Madagascar. La conscientisation collective, sur le fait que l’émergence de Madagascar ne vient pas du reste du Monde, est indispensable. En outre, les problèmes d’eau et d’électricité doivent impérativement être résolus par une solution à terme. La maîtrise des sources d’énergies est un indicateur clé dans le processus de l’industrialisation du pays. Les indicateurs clés tels que la sécurité, la gouvernance, la perception de la corruption, l’impunité, l’intégrité des responsables étatiques etc. doivent tourner dans le bon sens pour garantir la stabilité et la continuité de l’Etat. En d’autres termes, il y a des sacrifices à faire, un prix à payer pour l’émergence de Madagascar. Plusieurs solutions de financement ont été évoquées par les dirigeants chargés de mettre en œuvre le PEM. Sont-elles soutenables? Quels sont les enjeux pour le peuple malgache ?

Parmi les solutions avancées en matière de financement inscrites dans le PEM, la solution la plus efficiente est le financement local comme alternative fiable pour le développement local. Cette initiative financière nationale reflète un engagement du peuple malgache dans la prise en main de son avenir. Les aides et prêts concessionnels ne sont qu’une caution de garantie et de confiance de nos partenaires techniques et financiers pour notre voie de l’émergence nationale. Le PEM devrait partir des besoins de la population locale pour le rendre crédible. La mise en place d’une décentralisation politique, économique et sociale constitue un garant d’un vrai décollage économique. L’indicateur clé pour une vraie décentralisation réside essentiellement dans l’équité en matière de la gestion budgétaire locale. La nomenclature budgétaire actuelle doit être renversée dans sa répartition. Plus précisément, la consultation locale des besoins doit se répercuter sur la budgétisation participative dans le cadre du PEM.

Si Madagascar atteint réellement son émergence, pourrait-on espérer que cette évolution bénéficierait à tous, spécialement les Malgaches qui sont actuellement sur leurs terres ?L’émergence de Madagascar comme celle des autres pays engendre un prix à payer. Si l’ensemble la population malgache est conscient des enjeux nationaux et internationaux, nous trouverons notre propre voie pour la vraie émergence nationale. Du point de vue institutionnel, le PEM requiert une rigueur dans l’application de base juridique comme règle de jeu économique unique pour les nationaux et les pays et groupement de pays partenaires souhaitant l’émergence de Madagascar. Dans le cas contraire, nous allons encore tourner en rond avec des pics de croissances économiques, sources principales des inégalités sociales, des crises cycliques, de la pauvreté chronique, ainsi que la marginalisation d’une grande couche de la population nouvellement pauvre du point de vue multidimensionnel, dont les représailles de cette dernière peuvent être lourdes dans le contexte d’une institution politique et économique extractive.Antsa R.
Midi Madagasikara13 partages

Arnaques à Tana : Jo Willy et Gérald en tête de liste, toujours introuvables

Le premier, son nom est ancré dans l’esprit du public depuis la vente des ordinateurs « mora » (bon marché) mais qui, finalement, ne sont que des accessoires bonnes pour les poubelles. Parallèlement à cela, il fut le premier importateur des produits « power balance » vantés être bons pour la santé surtout pour stabiliser la tension artérielle. Mais avec un minimum d’expertise, ce n’étaient que des bracelets en plastique et rien de plus. Avec cette opération, Jo Willy a pu ramasser une fortune et comme il a les bras longs, les poursuites judiciaires de ses victimes n’ont abouti à rien. Avec le temps, l’affaire a sombré dans le silence et on a oublié son nom. Cinq ans plus tard, Jo Willy est revenu dans le pays comme si de rien n’était et avec l’esprit tranquille. Il a même apporté un nouveau concept, les voyages organisés pour des groupes à destination de l’Europe, de l’Asie, d’Afrique du Nord, du Moyen Orient et même en Terre Sainte. La formule a vite conquis les clients puisque le prix est à portée de toutes nles bourses pour une prise en charge totale durant le séjour. Il a de nouveau fait un succès à travers son agence de voyage dénommé « Sourc’in ». Les spots et encarts publicitaires aidant, les gens se bousculaient si bien que même les réservations pour Noël en France ou aux Etats-Unis étaient déjà toutes faites quelques mois auparavant avec des acomptes significatives. On parle de plusieurs milliards d’ariary déjà encaissés par l’Al-capone malgache. Le hic s’est présenté lorsqu’à Dubaï, ses clients se sont plaints du traitement local. On a pris leur passeport et on les a éjectés de leur hôtel. Ces gens se sont retrouvés dans les rues de Dubaï comme des moins que rien. Depuis, les choses ont évolué très vite, la police économique a lancé un avis de recherche avec arrestation immédiate en cas de découverte. Il reste introuvable et certains l’imaginent déjà en fuite à l’étranger en menant une belle vie avec les milliards escroqués.

Double vente. Le second, Gérald Ramangasoavina détient certainement le record historique de l’escroquerie à Madagascar. 3.600 plaintes ont été déposées contre lui. Il est le seul qui a eu le toupet de vendre la résidence présidentielle à Ivandry. L’affaire a fait plusieurs incarcérations dont des hommes de l’administration mais lui, Gérald, il a pu prendre la poudre d’escampette. Et comme les Malgaches oublient vite, dit-on, il est revenu dans l’arène de l’escroquerie à travers son agence immobilière « Tany gasy ». Il a ciblé, cette fois-ci, la classe moyenne pour la vente de terrains en lotissement un peu partout dans la périphérie de la Capitale. Les milliers d’acquéreurs commençaient à ériger leur maison quand d’autres s’insurgeaient car les terrains étaient censés leur appartiennent. Des litiges s’enchaînent. C’était après les recours judiciaires qu’on a compris que Gérald et consorts ont fait des double, voire triple ou encore quintuple ventes. Sur un simple lotissement, il a pu faire des millions d’ariary. Multipliez cela à 3.600 pour imaginer la somme colossale qu’il a pu empocher. Avis de recherche, interdiction de sortie du territoire et mandat d’arrêt, les procédures ne se sont pas fait attendre (comme à l’accoutumée) mais en vain. Depuis presque deux ans, il reste introuvable et ses victimes indignées semblent réduites au silence.

Ces deux cas laissent penser que les escrocs ne se cassent pas trop la tête aux sanctions judiciaires. Ils préparent juste leur échappatoire après leurs coups et ainsi s’achèvent leurs dossiers. Oui, les gens de type Alfonso Capone existent bel et bien à Madagascar…

D.R

 

Midi Madagasikara8 partages

Présidence de la République : Incendie au Palais d’Iavoloha

Un incendie s’est produit hier en début de soirée au Palais d’Etat d’Iavoloha. Selon un communiqué de la Direction de la Communication et des Relations Publiques au sein de la Présidence de la République, c’est un court circuit au niveau d’un bâtiment servant de salle de réunion aux éléments de la Garde Présidentielle, qui était à l’origine de l’incendie. Les sapeurs-pompiers du Palais ont eu du mal à maîtriser le feu. Il a fallu l’intervention des pompiers de Tsaralalàna pour les aider à éteindre le feu. Au moment où nous mettons cet article sous presse, il est encore impossible d’obtenir des informations sur le bilan de cet incendie.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Ga Ei, l’étoile montante de la musique urbaine malgache

Le nouveau single de Ga Ei sortira très bientôt.

« Je suis juste membre de ma chorale, solo sous la douche pendant des années » a-t-il affirmé. Ga Ei est pourtant une étoile montante de la musique urbaine à Madagascar. Ce jeune homme de 24 ans n’arrête pas d’impressionner le public avec sa voix alors qu’il n’ a commencé sa carrière musicale qu’en 2018.

 Il y a une semaine il était en duo avec la chanteuse Tence Mena. En une semaine, Amore Mio récolte plus de 80.000 vues. Ce n’est pas par hasard si Ga Ei a été choisi par la chanteuse Tence Mena pour l’accompagner dans ce morceau. Son talent était repéré par la Lady Boss (Tence Mena).

Henri Gaétan, connu sous le pseudo Ga Ei est issu d’une famille métissée. Entrepreneur, le jeune homme a passé sa vie entre Antananarivo et la partie nord de Madagascar. À part son travail, il aime écouter de la musique comme tous les jeunes de son âge. De Aretha Franklin à Ty Dolla Sign et Chris Brown, Ga Ei a le Soul comme playlist.  Passionné par la guitare, cet instrument fétiche l’accompagne partout où il va.

En 2018, il décide d’entamer sa carrière musicale. Mais cette décision est due a une rencontre. « j’ai fait la rencontre de Singuila et son frère ce qui m’a rapporté de bonnes mélodies ». Grâce à cet échange avec le chanteur de RnB français, Ga Ei a cultivé son talent. Dès lors il sort des morceaux en solo et en collaboration avec des artistes de la musique urbaine de la Grande Ile. Son premier single « Masova » parle de l’amour d’une fille qui a « illuminé sa vie ». Ensuite il sort une autre chanson d’amour « So sweet » en featuring avec Nash et Joudas. Les titres s’enchaînent. Il diffuse « Bombardé » avec le prince du ragga Basta Lion. Après, il sort « Bonita » et « Isanandro ». Ga Ei prépare des mélodies qui vont sortir très prochainement avant la fin de l’année. A travers ses chansons, le jeune artiste parle que d’amour et de désir. « C’est  sûrement beaucoup d’amour que je n’ai pas exprimé et qui est sorti dans mes chansons » a-t-il confié. Comme tout les artistes, Henri Gaétan s’inspire de ce qu’il voit, et en d’autre cas c’est la mélodie qu’il compose qui l’inspire dans les paroles.

Après la composition de ses chansons le jeune homme a effectué des tournées dans la partie Nord de Madagascar. D’Antsiranana à Nosy-Be en passant par Ambilobe, Ga Ei séduit bon nombre de jeunes malgaches. Son charme est aussi un atout pour gagner le cœur du public. Le 23 octobre est une date marquée d’une pierre blanche dans l’Histoire de Ga Ei : c’était son premier spectacle à Antananarivo avec le chanteur Mad Max. Pour lui c’était une découverte, la salle de Jao’s Pub était pleine, noire de monde. A seulement un an de carrière musicale, Ga Ei a déjà vu son succès monter en flèche.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara2 partages

Fisolokiana-Lavanilina : Mpandraharaha voasoloky roa miliara ariary, sady hatao lavanty ny tranony

Fisolokiana niranga tany amin’ny taona 2017 sy 2018 tany ity fisolokiana goavana tamina lavanilina nanjo ity mpandraharaha avy eto Toamasina, fa mpanao lavanilina lena sy maina any Antalaha sy Sambava. Ny taona 2019 ity vao vaky mbantsilana ny raharaha satria nitsoaka foana ilay mpisoloky teo aloha teo saingy nifanehitra tamin’ilay mpandraharaha ihany ny farany tao Antananarivo no nisehoan’izany; noho ny fitorian’ity mpandraharaha ity teo anivon’ny zandary sy polisy Toamasina dia ny fitsarana Toamasina ny misahana ny raharaha, na tao Antananarivo sy Sambava aza no natao ny fanadiadiana rehetra. Ny 11 janoary dia nanendry mpiara-miasa taminy ity mpandraharaha tompon’ny orinasa “DMP SAS Export” ity hividy lavanilina amin’ireo tantsaha sy mpanangom-bokatra samy hafa. Taratasim-bola fotsy tsy mbola misy sora-bola nefa voasonia no nentina nanao izany tany Antalaha sy Sambava. Ny 30 marsa anefa dia nofoanana ity fiaraha-miasa ity ka tokony hamerina ny taratasim-bola fotsy efa vita Sonia hividianana lavanilina ity ilay mpiara-miasa, saingy tsy nanao izany fa vao mainka nampiasany ilay taratasim-bola. Nahazoany lavanilina milanja 2.748 kilao tamina tantsaha  33 mitentim-bidy 3.542.750.000 ariary. Raha nisy ny fanafoanana ny fiara-miasa teo amin’ity mpiara-miasa taminy sy ilay tompon’ny orinasa, dia nofohanana teny amin’ny banky ihany koa ilay taratasim-bola efa vita Sonia tsy naverin’ilay mpiara-miasa taorian’ny fandroahana azy; vokany voasoloky ara-bola avokoa ireo tantsaha 33 nividianana ilay lavanilina. Nametraka fitoriana teo anivon’ny zandary sy polisy ireo tantsaha voasoloky izay nosolin’Atoa Fulgence tena azy ireo; ka voatonona tamin’izany ingahy Razafindraibe Celestin sy ingahy Clement Raphael. Nandoa vola ihany ingahy Celestin nandritra ny fotoana nomeny 15 andro io saingy in-09 ihany izy no nanao izany ka nitentina 01 miliara ariary no naloany tamin’izay tamin’ireo vola 03 miliara mahery vidin’ilay lavanilina. Taorian’izany dia tsy hita intsony no tany nisy azy hatramin’ny findainy efa niova. Ny volana septambra 2018 anefa dia nifanena tampoka tao Antananarivo ilay mpisoloky sy ny tompom-bola ary nifanome fotoana tany Sambava fa hefaina izany. Tsy nisy anefa izany ka ilay tompon’ny taratasim-bola efa nofoanana ity indray no niharan’ny fitakiana ilay ambim-bola 02 miliara ariary mahery tamin’ny fisolokiana nation-dRazafindrabe Celetsin tany Sambava ary miafara amin’ny hanaovana lavanty ny tranon’ilay tompon’ny taratasim-bola efa nofoanana nampiasan’ilay mpiara-miasa efa naato.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Hemerson Andrianetrazafy : Membre fondateur de Vaika

Atelier d’art plastique lors du Kolo Vaika 2010.

Entre 2000 et 2010, Vaika a permis d’apporter sa place à l’art contemporain malgache dans le paysage culturel malgache. Vingt ans après sa création, Hemerson Andrianetrazafy évoque cette grande aventure fondatrice.

Vaika c’est quoi exactement, un mouvement, un évènement ?

L’association VAIKA, ou Vondrona Andrafetana sy Ivoizana ny Kolontsain’ny Ampitso, a été créée en décembre 1999 pour agir dans le domaine culturel afin de porter l’interrogation sur le devenir de la société malgache face à la mondialisation en marche. Il y a 20 ans, ses initiateurs dont Richard Razafindrakoto, Dr Ratrema Andriamanetsiarivo, Rakotolahy Patrick, aujourd’hui disparus, et Hemerson Andrianetrazafy et Rfaral Randrianjafifaralalao ont porté le débat dans une logique pluri et transdisciplinaire. Par la création : plastique, littéraire… et l’approche universitaire par conférence-débat sur des thèmes identifiés…

Est-ce que ces questionnements ont encore raisons d’être aujourd’hui ?

Plus que jamais, puisque les véritables questionnements d’aujourd’hui ont été nos inquiétudes d’hier. La première voie que nous avons entrouverte portait sur la question identitaire : Qui sommes-nous, individuellement et collectivement ? Que pouvons-nous faire pour générer des systèmes de valeurs susceptibles d’impulser la culture malgache ?… Quel avenir pourrons-nous imaginer pour le mieux-être ? Pour le mieux devenir ? Toutes les actualités culturelles des années 2000 et 2010 ont été marquées par les actions de Vaika qui a tenu durant 17 ans sans interruption de 2000 à 2017 un salon annuel d’art contemporain.

Cela veut dire deux crises majeures traversées par le pays…

Les actions les plus marquantes ont accompagné  les moments les plus chauds de nos actualités socio-politiques. En 2009, pendant que les lacrymogènes empestait l’atmosphère d’Analakely, nous avons initié le mouvement transdisciplinaire TSINJO DIA. Pour renier le chaos et faire prévaloir la force de la créativité dans la construction du commun. « Tsinjo dia » a été décliné en trois versions d’une année à l’autre, en 2010, 2011 et 2012.

Au fil des années, Vaika a réussi à fédérer l’international, comment se sont déroulés ces échanges avec les artistes d’ailleurs ?

A part l’exposition internationale itinérante « Razana sy Vina/Ancêtre et Visions » qui a eu une dimension régionale à travers l’Océan Indien, l’association avait également tissé des liens avec d’autres partenaires comme l’association Lerka de la Réunion, Elabakana en 2006, Koif de 2010 à 2017…

Quels sont vos projets, étant donné que cela fait maintenant vingt ans que Vaika est en service ?

Actuellement nos actions se focalisent sur la formation et l’initiation des jeunes. Depuis ses débuts, l’association a été un tremplin et un terrain d’expérimentation pour les jeunes artistes contemporains d’aujourd’hui comme Nonoh Ramaro, Hasina Andrianjoanina, Herizo Ralaindimby, Damy Franco… On a formé plus de soixante-dix jeunes et moins jeunes, entre 6 et 65 ans . Quelques-uns de nos poulains ont trouvé leurs voies mais il reste encore beaucoup à faire. Car notre démarche vise plus à accompagner des individualités que de sensibiliser la masse. A partir de l’année prochaine, nous allons reprendre le chemin de la création d’évènements pour démultiplier nos questionnements… La célébration du 20e anniversaire sera tout d’abord une réunion de la grande famille VAIKA dans une exposition commune qui se tiendra au Cgm Analakely du 16 au 19 décembre 2019. Le 12 décembre se tiendra un atelier d’écriture.

Vaika a été décimée par la perte de plusieurs fondateurs, est-ce que la volonté est restée intacte ?

Nous avons été durement touchés par le sort. La plupart de nos ressources humaines ayant passé l’arme à gauche après le décès de Richard Razafindrakoto, le Dr Ratrema et Patrick Rakotolahy. Pourtant, nous pouvons compter sur la jeunesse. Malgré le naufrage social que nous traversons, il est permis d’espérer puisque la jeunesse dispose de cette force et de cette rage qui ne demande qu’à être aidée. Et c’est le rôle que devrait tenir l’association Vaika, servir de référent, d’interlocuteur et de mentor. Notre but n’est pas de nous reproduire en modelant des images d’Hemerson ou de Rfaral. Il nous importe d’aider ces jeunes à devenir ce qu’ils sont à la mesure de leurs potentiels respectifs.

Recueillis par Maminirina Rado

Midi Madagasikara1 partages

Détournement de 590 millions d’ariary : Six responsables ministériels devant le PAC

La détermination du régime actuel de couper court à l’impunité contre la gabegie et la dilapidation de deniers publics est effective. L’annonce des trois anciens ministres soupçonnés de détournement de fonds et devront être poursuivis auprès de la Haute Cour de Justice (HCJ) n’était pas fortuite. Puisque ces personnes bénéficient encore d’une certaine liberté en attendant l’effectivité de cette institution judiciaire. L’interpellation de leurs subordonnés est en cours. Hier, une affaire de détournement de fonds dans un marché public a été jugée au Pôle anti-corruption (PAC). Portant sur 590 millions d’ariary, cette affaire porte sur des travaux de réhabilitation de route dans le district d’Antsiranana. Durant le procès, le premier accusé était la Personne responsable des marchés publics (PRMP) auprès du Ministère des Travaux publics en 2016. Le fond du problème a été la désaffectation du budget sur un autre chantier non prévu par le projet. Puis la longueur de la route prévue dans le cahier de charges n’était pas proportionnelle à celle qui était écrite dans le dossier initial. Les autres accusés n’ont pas répondu présents à leur procès d’hier. A la lecture de l’acte d’accusation, ils ont été unanimes pour renvoyer la balle à la PRMP comme le seul responsable de cette affaire. A suivre…

T.M.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Incendie à coté du palais présidentiel malagasy.

Le 14 Novembre, de fortes pluies accompagnées d’orages ont frappé la ville des milles. Suite à cela, un coup circuit a eu lieu à la salle de réunion des militaires à Iavoloha. Le court circuit a été le noyau de l’explosion des installations électriques.
Les flammes se sont propagées et a provoqué un incendie difficile à gérer. Les pompiers se sont empressés de venir sur les lieux pour y remédier. Des éléments des forces de l’ordre ont également participé à la gestion des feux. Il est à signaler que le palais d’Etat dans lequel siège la présidence de Madagascar ainsi que les forêts environnants n’ont été victimes de cet incendie.
Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana ana habakabakaMaro loatra ny lesoka

Nisokatra omaly tetsy amin’ny Zone Forello Tanjombato ary haharitra 4 andro ny fampirantiana iraisampirenena andiany voalohany mahakasika ny fitaterana sy ny manodidina izany (salon international des transports, des Logistiques et de la manutention).

 Betsaka ny lesoky ny fitaterana eto Madagasikara miainga hatrany amin’ny fitaterana ana habakabaka, ny eny an-dranomasina sy an-dranomamy, ny lalamby ary ny sehatry ny lalana. Nanambara ny minisitry ny Fitaterana, ny fizahantany ary ny famantarana ny toetrandro, Joel Randriamandranto nandritra ny fanokafana fa tena tsy ampy ary tsy maintsy ampiana ny seranam-piaramanidina hatramin’ny taona 2023 handraisana sidina iraisampirenena. Efa misy 8 ny seranam-piaramanidina hitadiavana fiara-miasa amin’ireo mpandraharaha mpanambola amin’izo fotoana izao. Ny antso amin’ny tolobarotra aza moa efa vita tamin’ny volana Jolay ka ny 17 no namely izany ary ny 7 amin’ireo no nosafidiana. Amin’ny volana martsa 2020 izao, hoy ny minisitra no fantatra ireo mpiara-miombon’antoka vaovao. Izany no hatao mba hanatsarana ny fitaterana ana habakabaka izay tokony hampidi-bola amin’ny toekarena saingy noho ny lesoka maro dia ratsy laza maneran-tany.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zotra nasionalyMitokona ireo taksibrosin’ny RN1, RN4, RN6

Nitokona ireo mpitatitra amin’ny zotra nasionaly mihazo ny lalam-pirenena voalohany, faha-4, ary faha-6 omaly, ka nivoaka ivelan’ny toby fiantsonana tetsy amin’ny Gara Maki Andohatapenaka.

 Tsy mety amin’izy ireo sy tsy sitrany ny fepetra napetraky ny mpitantana ny toby fiantsonana sy ny atokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety (ATT), raha ny nambaran’ireo mpitatitra. Fepetra vaovao noraisina moa ny fanafoanana ny « soute » na ilay karazana lakavy namboarina manokana hametrahana entana ao ambany fiara; ferana ho 15kg ny entana azon’ny mpandeha iray entina ary tsy mihoatra ny 80cm ny haavon’ny entana eny ambony fiara.  Ankoatra izay, tsy tokony ho mpitantana tombim-piantsonana manokana ny toby, ka takiany ny famerenana ny fitantanana any amin’ny fanjakana. Tsy hiverina intsony izahay, raha tsy miala ny mpitantana. Tsy handoa intsony ny 5000Ar homena ny zandary ihany koa izahay satria mpiasam-panjakana ireo, hoy ireo mpitatitra. Misy tsy ara-dalàna ireo mpitatitra ireo, ka manakorontana, hoy kosa ny mpitantanana. Hitsidika eny ny ATT anio, raha tsy misy ny fiovana. Tsy tetsy Andohatapenaka ihany nitokona niray feo tamin’izy ireo ihany koa ny tao Mahajanga, dia ireo mpitatitra nasionaly mampifandray ny Renivohitry ny voninkazo sy Antananarivo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Varotra sy fanjifanaNiaiky ny minisitra : “malemy ny fanjakana”

Natomboka omaly ary hifarana anio etsy amin’ny tranoben’ny varotra etsy Antaninarenina ny atrikasa fampiofanana momba ny fampanarahana fenitra ny varotra sy fanjifana eto Madagasikara.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifanakalozana ara-barotra amin’i MalaiziaMaty antoka i Madagasikara hatreto

Tafakatra 85 tapitrisa dolara ny fanafarana entana nataon’i Madagasikara avy any Malaizia raha 5 tapitrisa dolara monja ny fanondranana tamin’ny taona 2018,

 araka ny tatitry  ny filankevitry ny fampandrosoana ara-toekarena (EDBM). Araka izany dia lavaka be ny fatiantoka ara-barotra ary maro ny antony mahatonga izany. Anisan’ny olana fototra ny tsy fisian’ny sidina mivantana Madagasikara-Malaizia ary tena manahirana ny mpandraharaha Malagasy. Maro anefa ireo entana afarana tahaka ny savony, ny menaka, ny taratasy sy ireo hafa izay mandalo firenena maromaro vao tonga aty Madagasikara. Avy any Malaizia dia mijanona ao Eoropa na Sina ny entana izay vao tonga eto amin’ny firenena. Izany no mahatonga ny fiakaram-bidy ary na ireo mpandraharaha malaizianina ihany koa aza dia mitaraina amin’ireo entana aondran’ny Malagasy tahaka ny episy sy lavanila amin’ny fahaelany. Izany rehetra izany no antony nampihaonan’ny fikambanana MMBC (Madagascar Malaysia Business Council) ny mpandraharaha 2 tonta niara-nijery vahaolana tetsy amin’ny Hotely Ibis Ankorondrano. Tanjona ny hampiroboroboana ny fifanakalozana ara-barotra mba samy hahazo tombony ireo firenena ireo.

Tsirinasolo

   

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoMiara-mihetsika indray

Manambana hitaky ny tsy hikitihana ny torapasik’I Libanona ny ao Taolagnaro.

Mitaky ny ampitsaharana ny fanitarana ny seranan-tsambo koa ny ao Toamasina. Mitohy ny fitakiana ataon’ny mpampianatra mpikaroka ary miha miitatra manerana ny nosy. Manambana ihany koa io ny an’ny mpitsara taorian’ity raharaha Faniry Ernaivo ity. Fitakiana efa noheverina natory tamin’ny taon-dasa aza io miverina mifoha indray ao amin’ilay fiangonana nalaza iray izay. Inona moa izany fa tsy ny boribory vetaveta efa nisy hatramin’izay ihany no mbola miverina iainana koa ao anatin’izao 2019 izao ? Toy ilay efa nambara hatramin’izay ihany hoe toy ireny efa misy fotoana voafaritra ireny izy ity. Hatramin’izao dia miara-mangina daholo. Rehefa volana izao na fotoana toy izao indray dia miara-mihetsika daholo. Ny mampametra-panontaniana foana aza dia hoe sao dia misy maniraka na misy ambadika indray ireto tolona miara-mifoha ato anaty fotoam-pifidianana ireto ? Tsy misy maha diso ny fitakiana sy ny mpitaky azy saingy heverina fa sady tsy hahasoa ny firenena no sady tsy rariny kosa angamba raha toa ka hatreo amina fetra hahazoana tombontsoa manokana toy ny tsikaritra hatramin’izay ihany no hijanonan’ireny hetsika ireny. Dia tsy mahita fomba fitolomana mahomby kokoa sy miteraka fampandrosoam-pirenena ankoatra io efa tamin’ny taona 1972 mbola hampiharina hatramin’izao io ve ireto mpitarika sendika sy fikambanana marobe ireto ? Sa mitombina ilay filazana fa efa fomban’ireo mpitarika hetsika eto mihitsy ny manao fitaovana ny mpiara-miasa aminy mba hahazoana tombontsoa manokana ?   

J. Mirija  

Tia Tanindranaza0 partages

SoanieranaMbola tondra-drano ihany

Rotsak’orana nandritra ny ora iray latsaka dia efa niverina amin’ny laoniny indray ny tondra-drano eny Soanierana omaly hariva. Samy nahatsikaritra ireo rehetra nampiasa iny lalana iny

 

(Andrefan’Ambohijanahary – Soanierana) fa dia niakatra  ny rano ary nahadifotra kodiarana ho an’ireo fiara kely. Efa nandritra ny  enim-bolana anefa no nanamboarana ny lakan-drano amin’ny sisin’ny arabe tamin’iny faritra iny. Miainga eny amin’ny toerana fitahirizan-tsolika manakaiky ny chocolaterie Robert ka hatreny amin’ny Rond Point Soanierana. Niaraka tamin’ny fanamboarana ny arabe izany. Somary nafonja kokoa ny orana omaly ary dia mazava izany izao fa tsy mbola ampy hitroka sy handefa ny rano amin’iny faritra iny izy io.maro no efa nanainga zipo sy namoritra pataloha omaly teny an-toerana noho ity rano be ity.Hita kosa anefa fa haingana kokoa ny faharitran’ny rano niangona.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha Fiangonana METMHiakatra fampanoavana anio

Miakatra fampanoavana anio etsy amin’ny lapan’ny fitsarana Anosy ny Pasitera ao amin’ny fiangonana FMKA Antohomadinika na Fiangonana mahaleotena karmela Ankorondrano, sampana Antohomadinika.

 

 Raha tsiahivina dia tohin’ilay raharaha METM tamin’ny taon-dasa izy ity. Araka ny fanazavan’ireo mpanaradia ity pasitera ity dia tsy neken’ny foibe METM tamin’izany fotoana ny fitakiana mangarahara nataon’ny pasiteran’izy ireo mikasika ny fitantanam-bolan’ny sekoly ao amin’ity fiangonana METM tetsy Antohomadinika ity ka nesorina tamin’ny toerany koa ilay pasitera. Tsy nanaiky ny mpino ka nikorontana ary nidiana vonjimaika ny fiangonana ny 16 martsa 2018 ka ny desambra 2018 no afaka nisokatra indray. Nisintaka tamin’ny METM ity fiangonana ity taty aoriana  ka niditra amin’ny fiangonana mahaleotena karmela Ankorondrano na FMKA ary nahazo ny taratasy ara-dalàna na “récépissé” tamin’ny distrika ny 12 martsa 2019. Misoratra amin’ny fiangonana protestanta Antohomadinika ny tany, hoy ireo mpiaradia amin’ity pasitera ity, ka tsy tokony hidiran’ny METM intsony. Mety hitohy, araka izany, ny hetsik’izy ireo, raha tsy mahafa-po ireto mpino ireto ny voka-pitsarana.

J Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon’ny herinaratraNanome 26 tapitrisa Euros ny Eoropeanina

Nahazo famatsiam-bola 26 tapitrisa euros (104 miliara ariary) avy amin’ny Vondrona Eoropeanina ny governemanta Malagasy, izay haompana amin’ny fampandrosoana ny tontolon’ny herinaratra.

 

Tontosa omaly ny fifanaovan-tsonia. Niatrika izany Masoivohon’ny Vondrona Eoropeanina eto amintsika  Giovanni Di Girolammo niara-dia tamin’ny delegasionina notarihin-Rtoa Isabelle Delattre, Lehiben’ny rantsan’ny Vondrona Eoropeanina miandraikitra ny faritra Atsimon’i Afrika sy ny Ranomasimbe Indianina. Ho an’ny firenena Malagasy kosa dia ny minisitry ny toekarena Richard Randriamandrato, ny minisitry ny fanajariana ny tany Hajo Andrianainarivelo. Tokony hisy fiantraikany amin’ny fivahan’ny olan’ny angovo sy herinaratra eto amintsika ny tahaka izao na ho ela na ho haingana. Io sehatra io izay tena mampijaly amin’izao, kanefa iankinan’ny toekarena sy ny famokarana na dia vao ny 15% amin’ny Malagasy aza no misitraka herinaratra. Ankoatra io, dia naneho ny Vondrona Eoropeanina tamin’ny alalan’ny masoivohony Giovanni Di Girolamo nandritra ny fihaonany tamin’ny minisitry ny fiarovam-pirenena Jeneraly Rakotonirina Léon, fa hanampy an’i Madagasikara amin’ny fiarovana ny sisin-dranomasintsika sy ny harena an-dranomasina ny Eoropeanina. Nihaona tamin’ny filohan’ny Antenimierandoholona Rivo Rakotovao ihany koa moa ny delegasionin’ny Vondrona Eoropeanina, ka anisan’ny noresahina ny fiaraha-miasa toy ny tontolon’ny jono misy loharanom-bola hatrany amin’ny 5 tapitrisa dolara.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Maitre Olala“Salama saina tsara aho ary hiverina hiasa.”

Mifarana anio zoma 15 novambra 2019 ny sazy nomen’ny avy eo anivon’ny holafitry ny mpisolovava ho an’ny mpahay lalàna,

Willy Razafinjatovo na ny Maitre Olala, raha ny fampahafantarana nataony omaly tetsy amin’ny fonenany etsy Ankadifotsy. Nampahatsiahiviny hatrany moa fa resaka tsy fitiavana manokana, raha ny fahitany azy, no antony nanasaziana azy herintaona. Anjaran’ny mpisolovava ny miaro olona toy izay nataony tamin’ny mpanjifany tamin’ny fotoan’androny kanefa dia nahatonga azy ho nahazo io sazy tao amin’ny filankevi-pitsipika na CODIS ao amin’ny olafitry ny mpisolovava. Rehefa nandeha ary ilay fampiatoana ahy tamin’ny asako, hoy hatrany izy, dia tokony ho afaka 48 ora no hisy fahafahana mangataka mampiato ny didy ka manana 7 andro ny vadintany ao amin’ny fitsarana tampony mandefa ny dosie any amin’ny filohan’ny fitsarana miandraikitra izany na “cours de cassation”. Rehefa tapitra izay dia alefa any amin’ny fitsarana tampony ka manana 3 andro ny filohan’ny fitsarana tampony hanekena na handavana ilay fampiatoana. Ny 9 jolay aho no nametraka ilay taratasy fangatahana fampiatoana didy farany teo kanefa dia notehirizin’ny filohan’ny fitsarana an-tampony izany, hoy ny nambarany. Tonga amin’ilay antsoina hoe “peine couverte”, araka izany, hoy izy, ity raharaha ity. Saingy na izany aza dia averiko hatrany fa salama saina tsara aho ary hiverina hiasa amin’ny alatsinainy, hoy hatrany ny tenany, na dia nanatontosa sazy tsy tokony ho nataoko aza.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Delegasionina hiady ny “Iles Eparses”“Olona mahavita no ilaina hiady hevitra”

Ny lapan`Andafiavaratra no handray ny fifampidinihana ho amin`ny alatsianiny 18 novambra izao miaraka amin’ny solontenan’ny fitondrana frantsay ny mikasika ireo Nosy Malagasy (Iles éparses) aty

 

amin’ny ranomasimbe Indiana. Iany fa 40 taona  aty aorian`ilay fanapahan-kevitra no raisin`ny firenena mikambana tamin`ny taona 1979 momba ny tsy maintsy hamerenan`ny frantsay ireo nosy Malagasy. Ny fanapahan-kevitra noraisin`ny firenena mikambana no zava-dehibe indrindra mialoha ny fifampidinihana noho ny maha antsika Malagasy ny Iles Eprases, hoy ny mpahay tantara, Jeneraly Desirè Ramakavelo. 30 taona taorian`io fanapahan-kevitra io vao namoaka lalàna ny frantsay fa azy ireo ny “Iles Eparses”. Tsotra ny paiakady, averina hatrany ny fanapahan-kevitra satria tsy mitombina ny lalàna navoakan`ny frantsay ny taona 2007. Nohamafisiny kosa fa olona mahavita hiatrika ireo solontena frantsay no ilaina hiady hevitrra mandritra ny fotoana. Solontenan`ny vahoaka miisa 27 tapitrisa izy ireo. Famerenana ny fiandrianam-pirenena sy famohazana ny fitiavan-tanindrazana ho an`ny vahoaka Malagasy ny fitakiana ireo nosy manodidina, izay an`i Madagasikara, hoy hatrany ny fanazavana.

Ireo Delegasiona

 

  Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa Tanà-masoandroManomboka milavo lefona Rajoelina…

Napetraka omaly ny vatofototry Akademiam-pirenena ho an’ny Kolontsaina sy ny zava-kanto Malagasy na ny ANAC (Academie Nationale des Arts et de la Culture)

 

eny Ambohitsorohitra, hifanatrika amin’ny farihin’Anosy. Ny filoham-pirenena no nametraka izany teny an-toerana niaraka tamin’ny mpiara-miasa aminy maromaro, toy ny minisitry ny kolontsaina. Ireo ho hita ao : ny efitrano lehibe fampirantiana, efitrano hanao teatra manaraka ny fenitra, ivontoeram-piofanana miisa 36 ahitana ny sary sokitra, hosodoko, efitrano fianarana mikabary,… Hampianarana sy hampiofanana momba ny zava-kanto raha haravona ny antom-pisiany. Fotodrafitrasa goavana kendrena ho vita ao anatin’ny herintaona izy io. Tany aloha raha niresaka fananganana fotodrafitrasa goavana, toy ny ivontoerana ho an’ny tanora, tranom-panjakana toy ny minisitera,… ny filoha Rajoelina, dia ny Tanà-masoandro hatrany no novoizina. Nambara mihitsy fa hafindra ny minisitera sy tranom-panjakana ho eny amin’ny Tanà-masoandro, saingy ity dia nisafidy ny mbola hanangana ato anatin’Antananarivo. Manomboka mihemotra amin’ny tanà-masoandro ve izany ny fanjakana matoa mbola ato anatiny no hanao zavatra goavana tahaka izany ? Akaiky ny fon’ny filoha ny kolontsaina, ka izay no nampanakaikezana ilay fotodrafitrasa amin’ny toeram-piasanay. Angaha tsy hafindra any amin’ny Tanà-masoandro ny Lapam-panjakana ? Maro rahateo ny olana mbola sedraina satria ny olona tompon’ny tany sy tanimbary hototofana tsy resy lahatra fa manohitra, ny vola hoenti-manana hanatanterahana ny tetikasa tsy mazava sy toa tsy misy akory, toa tsy misy fitsipi-dalao mazava ny fifanarahana mety hisy amin’ny vahiny, raha tena ny fanjakana no hanao an’io tokony ho hita taratra ao anatin’ny tetibolam-panjakana 2020 ny fandaniana. Ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana moa dia efa nilaza fa tsy manam-bola hanaovana an’io izany ny mpitondra. Raha namorona tanàna vaovao tahaka izao i Sénégal nanomboka ny 2016 dia tany amin’ny 30km miala an'i Dakar Renivohitra. Matoa hisisihana ny fanotorana dia mety efa misy mpitondra nandray vola tamin’ny vahiny tao, ka tsy afa-manoatra.

Toky R           

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fananganana tanàna vaovaoAzo atao tsara any amin’ny RN1

Raha tsy maintsy hanao tanàna vaovao ihany, andao apetraka ny fotodrafitrasa mifanandrify amin` izany.

 

Toerana tsy lavitra an`Antananarivo satria tena ilaina ny fanitàrana ny tanàna. Apetraka ny drafi-panarenana sy fanajariana amin’iny lalana mampitohy an`Antananarivo sy io tanàna io. Apetraka ihany koa ny fanajariana ny tontolo iainana noho ny tanàna vaovao ekolojika. Eo koa ny fifehezana ny rano sy ny toerana malalaka samihafa mba tsy ho tototry ny trano foana izay malalaka. Mandritra izany, atao fantatry ny olona ny homena azy ho takalony. Atao ny fanajariana ny toerana hamboleny sy hiompiany ka amin`izay izy ireo ihany dia efa afaka mamatsy vokatra ho an`Antananarivo. Toy izany ihany koa, izay rava trano, mba efa monina an-dapa izy toy ny nanjo ny mponin’Ambatovy. Amin’izay ny 20 tapitrisa dolara ampiasaina amin’ny fampandrosoana hafa. Ny tena mampilamina indrindra aloha dia ny tanety tsy mila totofana. 3 km miala amin’ny « centre-ville » i Ambohitrimanjaka. Maninona moa raha ny toerana nisy ny NASA fahiny, 22 km miala ny renivohitra, eny Imerintsiatosika izay an’ny fanjakana madiodio, no hananganana tanàna vaovao. Amin’ izay ny RN1 no hisy ny tanàna vaovao voalohany ary manana ny  lalana migodana voalohany. Amin`iny faritra iny rahateo no tena ahitana fitohanana matanjaka isan’andro : mpianatra, mpiasa, mpivarotra, mpiantsena… Noho izany, azo atao ny mamindra ny tetikasa sady tsy mandany vola be. Ary ny vohitra koa tsy hotrongisina afindra amin’ny lemak’Ambohitrimanjaka. Sao kosa misy mamatotra ny fanjakana manokana amin’io faritra io ? Ary omena an’iza ireo birao izay hafindra any amin’ny Tanà-masoandro ? 

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Andro ratsy sy kotro-baratraNirehitra ny Cercle Mess Iavoloha

Nirehitra ny trano fivorian’ny miaramila (Cercle Mess), tsy lavitry ny Lapam-panjakana eny Iavoloha omaly hariva.

Noho ny andro ratsy sy ny kotro-baratra dia nisy ny fipoahana nateraky ny herinaratra (court-circuit) raha ny fanazavana nataon’ny Fiadidian’ny Repoblika. Io no niteraka firehetana, izay tena goavana raha ny fahitan’ny olona azy avy lavitra satria tena nidedaka ny afo ary nanetroka be ity toerana ity. Henjana ny fahavoazana raha dinihina amin’izay. Tonga teny an-toerana ny mpamonjy voina na dia somary tara aza, ka nifanampy namono ny afo izy ireo sy ny miaramila. Lapam-panjakana izany tokony hisy fiarovana sy famonjena voina manokana, kanefa toa mpamonjy voina avy eny Tsaralalana no tsy maintsy nankeny. Tsy nisy fiantraikany tamin’ny Lapam-panjakana sy ny faritr’ala manodidina ity toe-javatra niseho ity, araka ny fampitam-baovaon’ny fiadidian’ny Repoblika. Tsiahivina fa ny volana oktobra 2014, dia efa nisy tranga mitovitovy tamin’izao teny amin’ny Lapan’Ambohitsorohitra nirehetan’ny biraon’ireo mpanamboatra lapa hazo somary ambanin’ny Banky Foibe.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loza mahatsiravinaNipotsaka ny atidohan’ilay zaza…

Sesilany ny lozam-pifamoivoizana amoizana ain’olona na eto Antananarivo na any amin’ny faritra. Nahitana zaza iray voadonan'ny fiara tsy mataho-dalana teny Anosibe omaly tolakandro, ka maty tsy tra-drano.

 Nipotsaka ny atidohany, ary nandriaka ny ra. Mahaontsa satria vatana mangatsiaka sisa no novantanin’ny rainy nanorohany sy nofihininy tao anatin’ny ranomaso. Nitangorona ny olona, saingy niditra an-tsehatra ny mpitandro filaminana. Nialoha io, tao Vatofotsy Antsirabe omaly maraina tokony ho tamin’ny 9ora, dia lehilahy iray tokony ho 40 taona no nitsoraka tao ambany kamiao. Mpanera no voalaza fa asany ary tsy nisy nanampo ny mety ho fihetsiny ireo namany sy mpiara-miasa tafiaraka taminy. Nijoro toy ny rehetra ny tenany ka raha vao nandalo ilay fiarabe mpitatitra entana dia avy hatrany izy dia nitsoraka tao ambanin’ilay fiara vaventy nizotra moramora, ka maty tsy tra-drano voahitsaka. Feno lavadavaka rahatateo iny lalany iny tsy ahafahan’ny fiara mandeha mafy ary tsy naka sarotra ranamana fa avy hatrany dia nitsoraka nanandrify ny kodiarana nanapitra ny ainy. Tapatapaka sy potika ny valahany. Tsy fantatra mazava ny antony namoonoany tena. Nisy fotoana izy efa nanambara tamin’ny namany fa te hamono tena, hoy ny fianakaviany. Fantatra fa manambady ary manan-janaka efatra ity lehilahy ity. Eny Talata Andraikiba no fonenany fa mikarama no andehanany ao Antsirabe. Vao tamin’ny fiandohan’ity herinandro ity ny minisiteran’ny fitaterana no nanao tatitra fa nitombo avo 2 heny ny lozam-pifamoivoizana teto Madagasikara tamin’ity taona 2019 ity mitaha ny tamin’ny taona 2018. Raha  148 izany tamin’ny taon-dasa dia 279 no efa voarakitra, ary mbola mety mahery lavitra an’io tarehimarika misy io mihitsy aza, hoy ny minisitry ny fitaterana Joel Randriamandranto. Misy ny fepetra raisina eo anatrehan’izany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fianarana any ivelanyFirenena 4 no tena mahaliana ireo tanora Malagasy

Tena mahaliana ny tanora Malagasy, indrindra ireo vao afa-panadinana Bakalôrea ny hanohy fianarana any ivelany.

 

Hatreto raha araka ny fanadihadiana natao dia firenena  telo no tena mahaliana azy ireo dia i Kanada, Etazonia, Alemana ary ny  Nosy rahavavy Maorisy.  Hianatra momba ny business no tena mahaliana ireo ankizy saingy mitaky fahaizana sy fahafehezana ny tenim-pirenena vahiny kosa izany miankina amin’ilay firenena handehanana. Mba ho fanomezana fahafaham-po azy ireny ary dia manatanteraka hetsika antsoina hoe : “global expo special” etsy amin’ny hotel Carlton ny Faneducation agency nanomboka omaly. Haharitra roa andro izany ka anisan’ny tanjona ny hanampiana ireo ankizy liana te-hanohy fianarana any ivelany, manomboka amin’ny fikarakarana ny antontan-taratasiny ka hatramin’ny fifanentanany ireo oniversite lehibe tiany hianarana. Tsiahivina moa  fa ankoatra ireo oniversite lehibe toy ny any Amerika, Eoropa, dia anisan’ny vaovaobe azon’ireo mpianatra  Malagasy handehanana ihany koa izao ny any Azia sy Afrika. Mikasika ny vola omanina sy ilaina indray dia miankina amin’ilay sekoly ambony sy ny firenena handehanana izany.

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny kolikolyHiara-kiasa ny JIRAMA sy ny BIANCO

Hiara-kiasa hiady amin’ny kolikoly manomboka izao ny orinasa JIRAMA sy ny birao mahaleo tena iadiana amin’ny kolikoly na ny BIANCO.

 

 

 

 Saika tontolo hitrangan’ny endrika kolikoly hatrany ny sehatry ny asam-panjakana ka tsy maintsy hitadiavam-bahaolana izany. Nisy ny  atrikasa notanterahin’ny roa tonta teny Antanimena omaly. Ankoatra ny fijerena ireo tena maharary ny vahoaka sy ny olana misy dia hisy ny famoahana fehin-kevitra mifandraika amin’izany ka ny tanjona dia ho mangarahara avokoa ny famoaham-bola eo anivon’ity orinasa iray ity, hetsika tafiditra ao anatin’ny fanomezana fahafaham-po ny mpanjifa. Ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny approvisionnement sy ny recouvrement eo anivon’ny orinasa JIRAMA moa no tonga niatrika izany, izay hifarana anio.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Abel AnicetTsy haharesy antsika i Etiopia

Ankoatra ny fiderana manokana an’i Faneva Ima kapiteny namindra faneva taminy izay nambarany fa tena nahavita be tokoa teo amin’ny fanentanana an’ireo mpilalao Malagasy notarihany tao amin’ny Barea

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao BAREA - ETHIOPIEAnio zoma no hivarotana ny tapakila

Niova hevitra indray ny Federasiona Malagasin’ny Baolina kitra ka nambarany tetsy Mahamasina tamin’ny alalan’ny filohany,

Ino Vaovao0 partages

KANDIDA NAINA ANDRIANTSITOHAINA : Vita fatotra amin’ny fanarenana an’Antananarivo

Vonona izy ny hanarina ny tanànan’ Antananarivo ary vonona ny hamatotra ny tenany ho tombontsoan’ny vahoakan’ Antananarivo. Antoko politika miisa 14 ary fikambanana miisa 115 no vonona hanome tanana ny Kandida laharana faha-4, ary hanao ny fomba rehetra hampandaniana azy, ny alarobia 27 novambra ho avy izao. Ankoatra izay dia vonona ihany koa ny antoko politika sy fikambanana marobe ny hanohana ireo praograman’asa arosony ho fampandrosoana ny renivohitr’i Madagasikara izay vita sonia tamin’ny andron’ny omaly. 

«  Von-tady mampiray an’Iarivo  », io no teny filamatra   enti-manamafy ny fifamatoram-piaraha-miasa eo amin’ny telo tonta ity. Miaiky tanteraka ireto nisafidy ny hanohana ny Kandida Naina Andriantsi-tohaina, fa potika tanteraka Antananarivo. Fotoana izao, hoy izy ireo, ny hanarenana sy hanomezana aina vao indray ho an’ny vahoaka eto Antananarivo. Nahatsapa ihany koa ireto antoko sy fikambanana manohana an’i Naina Andriantsitohaina ireto, fa zava-dehibe ny fisian’ny kandida mitovy firehana amin’ny fitondram-panjakana. 

“Tokony hohararaotina ny fananantsika kandida mitovy fijery amin’ny Prezida Andry Rajoelina io”, hoy hatrany ny fanambaràna. Tsara lamina sy maty paika ny fandaharan’asa entin’ny Kandida Naina Andriantsitohaina hanangana an’Antananarivo. Toky no omen’ny vahoaka fa any aminy ny fanalahidy hamoahana ny tanàna ao anatin’izao lavaka mangitsokitsoky faharavana sy ny fahapotehana izao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

OLAN’NY JIRAMA : Hiditra an-tsehatra ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina

Nohamafisiny hatrany fa mandray ny andraikitra rehetra tandrify azy izy ary miasa andro aman’alina mitady vahaolana hanatsarana ity orinasam-panjakana ity. «  Tsy azo avela hijaly amin’ny tsy fisian’ny rano ny vahoaka malagasy. Efa noraisiko an-tanana ny mahakasika ny orinasa Jirama amin’izao fotoana izao, toky no omeko fa tsy maintsy voavaha io ary tsy mitsoaka adidy amin’ny famahana izany ny Filoham-pirenena, na izany aza, tsy ho vita ao anatin’ny iray andro avokoa ny fanatsarana rehetra satria olana efa nisy nandritra ny taona maro io  », hoy ny nambarany.

Tsy mifandanja...

Fanavaozana goavana no mila hapetraka eto Antananarivo, raha ny rano manokana no resahina. Voalaza mantsy fa mahatratra 300 000m3 ny rano ilain’ny mponina amin’izao fotoana izao. Ny rano vokarin’ny orinasa Jirama anefa tsy misy afa-tsy 180 000m3 ihany. Io tsy fifandanjan’ny filana io no mahatonga ny faritra sasantsasany eto an-drenivohitra mizaka ny tsy eran’ny ainy amin’ny tsy fisian’ny rano. Nanamafy hatrany ny Filoham-pirenena fa efa nisy ny fivoriana niarahany tamin’ny tompon’andraikitry ny Orinasa Jirama taorian’ny filan-kevitry ny minisitra ny alarobia lasa teo. 

Tapaka tamin’izany, hoy izy, fa hovahana faran’izay haingana ity olana ity ary amin’ity herinandro ity ihany dia hatomboka ny fijerena ny lafiny teknika rehetra. Ankoatra izay, olana fototra mahatonga ny fahatapahan-jiro sy tsy fahampian-drano koa ny fahanteran’ny fitaovana ampiasain’ny orinasa Jirama. Efa antitra tanteraka ny fantsona fitarihan-drano ka tsy mahagaga raha very am-pandehanana sy miparitaka eran’ny arabe fotsiny ny rano fa tsy tonga any an-tokantranon’ny mpanjifa akory. 

An-danin’izany anefa, ny orinasa mamokatra, mamokatra hatrany ary tsy mijanona mihodina. Mampametra-panontaniana koa ny mahakasika ny rano very eny amin’ny arabe. Misy amin’ireo fantsona fitarihan-drano mantsy no efa an-taonany maro no vaky sy manary rano nefa tsy hitan’ny tompon’andraikitra sy teknisiana eo anivon’ny orinasa Jirama akory.  

Mitombo ny fandaniana...

 Efa antitra sy potika avokoa ny fitaovan’ny Jirama satria ny fitaovana nampiasaina talohan’ny taona 1960 no mbola ampiasaina amin’izao. Tsy nisy fanovana ary maivana koa ny fikojakojana azy. «  Vahaolana no hoentina eo anatrehan’ny vahoaka malagasy, fantatro fa tena fijaliana izany tsy misy jiro, tsy misy rano izany, saingy efa manao ny ezaka rehetra izahay   », hoy hatrany ny Filoham-pirenena. Nanipika koa ny Filoham-pirenena fa mila mandray ny andraikitra tandrify azy avy ny tsirairay mba tsy hifanomezan-tsiny. Tsapa mantsy fa mitombo ny filana rano sy herinaratra eto an-drenivohitra noho ny fivoaran’ny teknolojia.

N.A

Ino Vaovao0 partages

FIATREHANA NY FIFIDIANANA : Efa naparitaka ny fitaovana hampiasaina amin’ny 27 novambra

Nanomboka omaly, no fantatra fa nanaparitahana ny fitaovana rehetra ilaina mandritra ny andron’ny latsa-bato izay hotanterahina, ny 27 novambra izao.Tafiditra ao anatin’izany ny fitaovana ara-informatika tokony ho ilaina sy ny pitsopitsony rehetra mifandraika amin’ny fanatanterahana ny fifidianana. Manerana ny Kaominina no hanaparitahana ny fitaovana niainga teo anivon’ny biraon’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidiananaa na Céni. 

Manodidina ny tapa-bolana no hiatrika izay fifidianana ben’ny tanàna sy mpanolo-tsain’ny tanàna izay ny olom-pirenena voasoratra anarana anaty lisi-pifidianana. Herinandro eo kosa sisa no ananan’ireo Kandida hanaovana ny fampielezan-kevitra sy handresen-dahatra ny mpifidy. Hatreto, tsy misy olana fa mizotra milamina ny fikarakarana rehetra. Nanamafy hatrany ny teo anivon’ny Céni fa malalaka ny fanaovana fitoriana raha toa ka misy mahita tsy fanarahan-dalàna mialoha sy mandritra ny fifidianana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MPIANATRA HO MANAM-BONINAHITRA NAMOY NY AINY : Hisokatra ny famotorana lalina ny raharaha

Nandeha  ny  resabe  noho ny  ahiahy tamin’ny  mangana  marobe hita teny amin’ny  vatany  izay  anisany  notsindrian’ny  fianakaviana mihitsy  aza fa hametraka  fitoriana  momba ny  raharaha  izy  ireo. Eo  anatrehan’izany  indrindra  dia nitondra  teny   fanazavana ny  inisitry ny  fiarovam-pirenena, ny  Jeneraly  Rakotonirina Richard, fa “hosokafana  ny  fanadihadiana lalina  momba  ity  tranga mampalahelo  ity. 

Nohamafisiny  tamin’ny  laha-teniny  hatrany   fa  tsy  hisy  zavatra afenina   ny  momba ity  raharaha ity  fa hatao  mangarahara  tanteraka”. Marihana  rahateo  koa aza fa  efa nivaly ny “autopsie” ary  efa eo am-pelatanan’ny    tompon’andraikitra rahateo  koa izany izay ahafahana    manampy betsaka  ny mpanao  famotorana hahitana ny tena  marina amin’ity raharaha  ity.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANDAPA SY NY MANODIDINA : Tsy marina ny tsaho niely mahakasika ny trangana vonon’olona

Nisokatra  ny  famotorana momba ny vono olona maromaro tamin’ny  fomba feno  habibiana ary  mbola ao  anatin’ny   fanatanterahana ny fandaminana  ny sain’ny  vahoaka  izy  ireo  mba tsy handairan’ny  resaka  tsaho  mampitombo  ny tebiteby mampisavoritaka ny  rehetra. 

Tao anatin’ny fanatanterahana ny fomba fiasa "Quick Win"  ny  alarobia lasa teo no nanaovana ny fanentanana sy fanabeazana ho an’ny fokonolona ao anatin’ny fokontany miisa 4 tao an-tampon-tanànan’ Andapa dia Antangena, Beanana Avara-drano, Atsimondrano, Anjiahely, Sahamazava. Hevi-dehibe  maro no natolotra ny fokonolona  ka nivoitra  tamin’izay  fotoana izay  fa tsy marina ny tsaho miely amin’ny tambajotran-tserasera "facebook" fa misy ny varomazina taovan’olombelona na  halatra  taova ao Andapa.   Tokony hatoky ny mpitandro filaminana ny fokonolona satria efa mandray andraikitra feno izy ireo, ka entanina mba hanome vaovao marina ara-potoana hisorohana ny loza.  Araka izany dia fadiana ny manao fitsaram-bahoaka rehefa mahasambotra olona ahiahiana.

 Voafetra  ny  fotoana  hivezivezena  amin’ny  alina

 Ho  fanatsarana  ny  fandriam-pahalemana  hatrany  dia hanamafy  ny  fisavana ny  olona  mivezivezy  amin’ny  alina  ny  tompon’andraikitra  ankehitriny,  ho fisorohana ny loza ary koa  hampilamina ny fiainam-bahoaka. Anisany voaresaka manokana  ny toeram-pisotroana ary  voalaza fa  tsy  maintsy hidiana mialoha ny amin’ny 9 ora alina araka ny didy navoakan’ny OMC. Tsy midika anefa  izany fa misy ny fepetra tsy fahafahana mivezi- vezy alina na "couvre-feu"  saingy samy afaka mivezivezy   ny mponina izay tsy maintsy miaraka amin’ny kara-panondro kosa anefa. Amin’ny  ankapobeny dia azo lazaina fa efa milamina ny  ao an-toerana amin’izao fotoana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTSOHIHY : Lehilahy noahiahiana ho jiolahy, niharan’ny fitsaram-bahoaka

Avy  hatrany  dia  nifanenjehan’ny fokonolona izy io taorian’ny hiaka sy antso vonjy nataon’olona voalaza fa  noendahiny. Tsy lasa lavitra akory anefa ilay noahiahiana dia tratran’ny fokonolona nanenjika azy.  Tonga dia nanda moa ilay lehilahy fa tsy  nandrava olona ary  koa namaly sy nandrahona  tamin’ny  antsy be teny  am-pelatanany ny  olona nanenjika  azy. 

Vao mainka nitombo ny  fahatezeram-bahoaka  ka  raikitra ny  fifandonana  ary  dia voadaroka mafy ity  farany  no  sady  naratra tsy  nahatsangana intsony.  Taorian’izay  vao  tonga ny  filoham-pokontany tao  Ambodimadiro, ka  nanentana  ny  olona mba tsy  hamono ity  lehilahy  ity  intsony ary  koa  nisintona ilay voadaroka mba hiarina.  Fotoana fohy taorian’izay no nisy andian’olona hafa nipoitra, izay nitonona ho naman’ity rangahy voadaroka ity. 

Nitondra  fitaovam-piadiana  toy ny lefona sy ny antsibe ireto andian’olona ireto ary nampibaribary ny foko misy azy ireo. Noho ny hatezerana, nandrahona ny hanapa-doha izay sendra azy ireto andian’olona nitonona ho iray foko amin’ilay voadaroka ka tsy  hanaiky  fa hamaly  faty  noho ny ratra  be nahazo  ny  naman’izy  ireo.  Nalaky  nisy  nampandre  ny mpitandro filaminana ka tonga  ara-potoana nandamina  ny  raharaha  sy nitondra haingana ity voadaroka tany amin’ny tobim-pahasalamana. Nanokatra  ny  fanadihadiana  mahakasika  ny  zava-niseho  moa  ny  zandary   ao  an-toerana  hatreto.

Tatianà R.

La Vérité0 partages

Kidnapping du DG d’Ocean Trade - 3 ans de prison ferme pour les auteurs

En juin 2018, Mustapha Hiridjee, le patron de la société Ocean Trade (O.T.), avait été enlevé à un endroit de la nouvelle route de Tsarasaotra. Jeudi dernier, les 12 personnes incriminées dans l’affaire ont comparu devant la Cour criminelle ordinaire du Pôle anti-corruption au 67ha. A l’issue de débats houleux, le juge a sorti son verdict : 5 d’entre elles ont été condamnées à une peine d’emprisonnement de 3 ans chacune. Parmi les concernés, un ex-chef Fokontany de la Commune d’Ambatolampy Tsimahafotsy, un agent pénitencier basé à Ambatondrazaka, mais aussi un mécanicien.

Pour le reste de la bande, la Cour criminelle l’a simplement relâché,  au bénéfice du doute. Un mineur figure également dans cette liste des personnes libérées. Démarcheur de pierres précieuses officiant à Anosizato, l’adolescent avait eu le malheur d’accompagner les autres  à chacun de leur déplacement. Il était impliqué dans cette affaire pour le fait que son père, un paraplégique, possédait les numéros de téléphone de tous les auteurs directs du forfait. Et fait curieux : tous les accusés viennent de la ville d’Ambatondrazaka.

Dans le box des accusés, les principaux individus incriminés ont beau nié l’accusation jusqu’au bout. Or, les débats à l’audience révèlent qu’au moment de leurs arrestations à Andravoahangy l’année dernière, la Police a trouvé sur eux des armes à feu de différents calibres. Dans la liste : un fusil de manufacture locale, mais aussi des Kalachnikov. A Andravoahangy, ces bandits s’apprêtaient à nouveau à commettre un autre sale coup lorsque la Police les a interpellés. Ils ont ainsi raté leur cible : le propriétaire de la société DISCOI. Rien qu’avec toutes ces armes, des preuves matérielles de leurs actes, ces malfaiteurs n’ont plus trouvé quoi dire pour tenter vainement encore de répondre aux questions pièges du juge.

De plus, ils n’ont plus trouvé aucun argument pour contester un détail soulevé par la présidente de la Cour dans les faits et à propos de leurs agissements. A Ambatondrazaka, ils s’étaient scindés en groupes, et se sont contactés par téléphone. C’est de cette façon qu’ils se sont ainsi donné des instructions à suivre dans la réalisation de leur plan pour enlever le DG d’Ocean Trade. D’ailleurs, dans l’acte d’accusation, on a pu bien lire que les deux groupes, qui ont voyagé en différents taxis-brousse, ont débarqué dans la même journée et presque à la même heure à Antananarivo.

Notons que la victime a affirmé s’être souvenue du déroulement de son kidnapping. Ses ravisseurs l’ont transférée plusieurs fois dans des voitures jusqu’à l’arrivée dans leur planque, située en dehors du centre-ville. Bien qu’ils lui aient bandé les yeux, M. Hiridjee était certain qu’on l’avait séquestré à Ivato. Les fréquents bruits de moteur d’avion entendus, semblent le confirmer. Pour l’otage, c’était 5 jours de véritable cauchemar et de désespoir. Finalement, les bandits l’ont relâché après que la famille du patron d’Ocean Trade a payé une forte rançon, laquelle s’éleverait à quelques milliards d’ariary selon l’information.

Enlevé le lundi 11 juin 2018 aux alentours de 17 h 30 à Alarobia, le directeur général d’O.T., qui se trouvait dans sa voiture, a été kidnappé par 7 hommes armés qui ont ensuite pris la nouvelle route Tsarasaotra - Ivato qui avait pourtant été fermée à la circulation au moment des faits. Depuis, un appel à témoins a été lancé par la famille du kidnappé qui devait même promettre une « très forte récompense garantie pour tout renseignement important ».

Franck R.

La Vérité0 partages

Football-Eliminatoires CAN 2021 - Tous derrière les Barea !

Après leur dernier match officiel perdu face à la Tunisie (0-3) à la phase finale de la CAN 2019, les Barea de Madagascar reviennent sur  le terrain cet après-midi à Mahamasina. Il s’agit de l’entame de la nouvelle campagne de la prestigieuse compétition de la Confédération Africaine de Football (CAF) à savoir la CAN qui se déroulera au Cameroun en 2021. Pour sa sortie inaugurale à cette phase éliminatoire, la sélection nationale affronte sur ses terres son homologue de l’Ethiopie avant de se déplacer, dans le courant de la semaine prochaine, au Niger pour le compte de la seconde journée.

 

Au-delà de la rencontre proprement dite, les Barea seront de nouveau à l’œuvre devant leur public. Un public, ou plutôt un peuple qui les a soutenus à bout de bras durant la CAN en Egypte et cet après –midi, voudrait revivre les moments forts, les beaux jeux et  la cohésion d’un groupe. Bref, les ingrédients qui étaient dans la sauce en Egypte expliquant ce beau parcours. Depuis le début de la semaine, l’effervescence autour de ce match de « retrouvailles » est palpable non seulement dans la Capitale mais dans tout Madagascar. Il suffisait de voir l’agglutinement des fans devant l’hôtel où les Barea logeaient, à Antaninarenina, la masse qui se déplaçait à chaque séance d’entraînement de la sélection nationale au stade de Mahamasina et surtout l’écoulement en un temps record des tickets d’entrée pour assister au match de cet après-midi. Les prix d’entrée, jugés exorbitants, de  80.000 Ar pour la tribune centrale,  30.000 Ar aux tribunes latérales et  10.000 Ar pour accéder aux gradins ne constituent en aucun cas un obstacle pour les amoureux de la balle ronde malagasy en général et des Barea en particulier. A l’heure où vous lirez ces lignes, tous les billets sont épuisés. Du jamais vu dans l’histoire du football malagasy. Afin de sauver les malchanceux, le ministère de la Communication par le biais de l’ORTM a décidé de retransmettre le match en direct sur le réseau terrestre de la Télévision Nationale. Ce qui fait que les abonnés des chaînes cryptées, via satellite, ne pourront pas suivre la rencontre. Il a fallu en effet débourser 150.000 euros pour avoir l’autorisation de diffuser le match en direct par satellite. Retour ainsi pour une durée de 90 minutes dans les années 90 où seules quelques villes avaient ce privilège. Mais qu’importe, la Radio Nationale est toujours là pour faire vivre aux 25 millions de malagasy la prestation de leur équipe nationale.

Devant le petit écran ou à travers  la Radio Nationale ou au stade de Mahamasina, il est plus que certain que le cœur des malagasy va se battre à l’unisson pour les Barea de Madagascar. L’une des rares causes qui met tout le monde sur la même longueur d’onde. Alefa Barea !

La Rédaction

La Vérité0 partages

Salon international des Transports, de la Logistique et de la Manutention - La concrétisation de l’« ...

S’ouvrir au monde. C’est en ces mots que le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto, a abordé la question de l’ « Open Sky » dans le pays. « Notre objectif est que d’ici 2023, en plus d’Antananarivo et de Nosy Be, d’autres aéroports de Madagascar pourront accueillir des vols internationaux. Pour que l’ouverture du ciel malagasy soit vraiment effective », a-t-il soutenu lors d’une entrevue, à l’ouverture officielle de la première édition du Salon international des Transports, de la Logistique et de la Manutention, hier, à la Zone Forello Expo.

Cet événement étant en effet le moment opportun pour discuter des solutions pour un développement concret du transport aérien dans le pays. A noter que le concept de l’ « Open Sky » ne se limitera pas seulement à la venue des compagnies aériennes internationales. « Effectivement, l’ouverture du secteur aérien se fera à l’international mais aussi au niveau régional. Nous comptons également développer le réseau domestique pour satisfaire les besoins des usagers. Nous sommes ainsi ouverts à toutes propositions de compagnies souhaitant desservir sur les lignes domestiques. Toutefois, nous veillerons toujours à préserver les intérêts de notre compagnie nationale », a précisé le ministre.

Partenaires identifiés

Toutefois, pour atteindre cet objectif, il faut les infrastructures qui vont avec. C’est pourquoi au mois de juillet dernier, l’ADEMA (Aéroports de Madagascar) a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour trouver des partenaires afin de développer huit aéroports sur les quatre coins de la Grande île. « Ces huit aéroports ont notamment été mis sur le marché des investissements dans le but de développer l’accessibilité et la connectivité aérienne. Dix-sept prétendants ont manifesté leur intérêt mais seulement sept ont été présélectionnés. D’ici le mois de mars 2020, nous devrions connaître le ou les noms de nos nouveaux partenaires », détaille le ministre. L’idée étant de créer de nouveaux hubs pour compléter Antananarivo, à savoir Antsiranana et Toliara. Pour l’exploitation du réseau domestique, de nouvelles compagnies aériennes viendront enrichir le nombre de celles déjà opérationnelles sur le réseau domestique, et ce avant la fin de cette année.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Environnement et corruption - Les évêques s’alarment

Dans le message qu’elle a adressé, hier, à la Nation, à l’issue de son Assemblée plénière, la Conférence des évêques de Madagascar s’est alarmée de la situation de l’environnement à Madagascar et de la détérioration du niveau et des conditions de vie des malagasy. « Des changements s’imposent »,  indiquent les évêques dans leur missive. « Madagascar a été béni », soutiennent de prime abord les prélats catholiques, citant notamment en exemple une nature luxuriante, les richesses minières et marines ou encore le climat. « Les relations avec la nature sont délaissées.

Les feux de brousse ne s’arrêtent jamais. Le pillage des richesses naturelles du et dans le sous-sol est patent. Il ne s’agit plus d’appropriation mais d’accaparement. Cela se répercute sur le climat qui change profondément. L’eau se tarit », déplorent-ils toutefois, continuant leur état des lieux en matière d’environnement. « La destruction de notre environnement abasourdit les étrangers. La faune et la flore disparaissent de plus en plus à cause de l’exploitation et l’exportation illicite vers l’étranger.  Tout le monde doit accepter que notre environnement est en train de péricliter », rajoutent-ils.

« Les Malagasy ont leur spécificité », soutiennent ensuite les évêques, soulignant notamment le caractère joyeux, ouvert des malagasy, ou encore le « Fihavanana ». Félicitant les Malagasy pour l’alternance démocratique à la tête du pays, les dignitaires catholiques constatent toutefois que les Malagasy aspirent toujours à vivre « dans un pays » heureux.  « Les habitations sont précaires. Les familles s’entassent dans les « trano bongo » dans le milieu rural. L’alimentation et l’eau potable sont insuffisants dans de nombreux endroits. Les personnes âgées ne bénéficient pas de soins nécessaires. Les pensions de retraite ne sont pas versées régulièrement. Les démunis s’appauvrissent »,  remarquent les évêques. Outre l’égoïsme et le non-respect des horaires de travail par certains fonctionnaires, ces derniers soulèvent la persistance de la corruption notamment dans le secteur de la justice, du service des domaines, des douanes et des centres de santé. « Si cela continue, le « fanahy maha-olona » disparaîtra. Ces destructions mèneront inéluctablement vers la mort et non la paix escomptée », affirment les évêques.

Malgré ces constats, les évêques refusent de verser dans le fatalisme. « Un changement drastique s’impose. La nature a besoin d’être protégée comme la prunelle de nos yeux. Surtout le peu qu’il nous reste, pour amener un développement humain. Cela ne doit pas être que des effets d’annonce. Il faut que cela soit suivi d’actions concrètes », soulignent-ils pour solutionner les problèmes environnementaux. Le reboisement massif mais surtout la coordination des efforts sont avancés comme solutions.  Le slogan de toujours « Ceux qui font des feux de brousse, brûlent la patrie » doit évoluer en « ceux qui font des feux de brousse, tuent les générations futures, tandis que ceux qui reboisent donnent la vie », indiquent les évêques. « Chaque personne doit bénéficier de son droit de vivre dans un environnement digne », martèlent les évêques. L’éducation et le travail au niveau des familles doivent être priorisés. Il faut regarder de près le système éducatif et le programme d’enseignement pour atteindre les objectifs, indiquent-ils. Les diplômés doivent être dispersés à travers toute l’île et non être concentrés dans la Capitale. Les objectifs communs ne seront atteignables que grâce à la solidarité de tous. Une solidarité aperçue notamment lors des victoires de l’équipe nationale de football malagasy (Barea) en Egypte et lors de la visite du Pape.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Elan national

Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.

 

Au mois de mai, à Paris, alors que le Chef de l’Etat malagasy Rajoelina Andry Nirina effectuait une visite d’Etat en France, il n’a pas raté l’occasion d’évoquer à l’Elysée le cas des îles Eparses. Il a été convenu qu’une Commission sera mise sur pied pour étudier ce délicat dossier. Une date butoir a été annoncée pour le 26 juin 2020 pour l’officialisation des résultats des travaux de la Commission. Madagasikara fêtera ce jour le Soixantième anniversaire du retour de la Grande île dans le concert des Nations indépendantes et souveraines.

En 2015 nous, à travers nos colonnes, avions déjà convié tous les concitoyens à un « sursaut national » pour dénoncer d’une seule voix contre la déclaration provocante, une insulte à la souveraineté nationale, de l’ambassadeur de France Véronique Vouland-Anéini, à peine débarquée au pays, « les îles Eparses appartiennent à la France ». Apparemment, nous avions lancé un appel dans le désert. Personne, du moins du côté du régime à l’époque, n’en avait fait écho.

En vue de l’assise de la Commission mixte pour le lundi prochain, nous revenons à la charge. Nous re-lançons un « vibrant appel » à tous les Malagasy pour un « élan national ». Les cinq membres de la délégation malagasy à cette Commission attendent incessamment de nous tous un SOUTIEN formel et sans faille. Quelle que soit la position politique de chacun vis-à-vis du régime en place en particulier le numéro Un du pays! Quelle que soit notre appartenance politique, du pouvoir ou de l’opposition, nous avons tous un devoir sacré de soutenir notre Chef d’Etat, élu démocratiquement. Il est des moments où la Nation, notre Mère-Patrie, a besoin de la cohésion de tous ses « enfants ».

Plus que jamais, un élan de solidarité nationale s’avère nécessaire en faveur de nos vaillants délégués. Certes, Ntsay Christian, PM et chef de délégation, Pr Ranjeva Raymond un éminent juriste d’envergure internationale, Dr Tehindrazanarivelo Djacoba Liva juriste de renom, vice-Amiral Louis Antoine de padoue Ranaivoseheno et le capitaine de Vaisseau Jean Edmond Andrianantenaina ne sont guère des « zanak’omby ampianarin-domano ». Etant des experts dans leur domaine respectif et triés sur le volet avec un seul critère : « la compétence intellectuelle et technique », la cohésion de tous les Malagasy leur est utile. A nous tous de prouver que nous sommes Un. Faisons un remake d’élan national pour les Barea à Mahamasina et aussi pour nos héros à Andafiavaratra.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »

D’une seule et même voix ! C’est ainsi que devrait ressembler la revendication de Madagascar en vue de la restitution des îles éparses. Tel est également le message du Président de la République, Andry Rajoelina à l’attention de tous les Malagasy. Rappelons que la semaine prochaine débuteront, dans la Capitale, les négociations entre la France et la Grande île. Si la composition de la délégation française n’est pas encore connue de manière exacte, celle de la partie malagasy a déjà été révélée.

Une forte délégation qui est notamment composée de 5 représentants à savoir le Premier ministre, Christian Ntsay, ainsi que du Professeur Raymond Ranjeva, actuel président de l’Académie malagasy et ancien ministre des Affaires étrangères du temps de Didier Ratsiraka, le vice–Amiral Louis Antoine de Padoue Ranaivoseheno, secrétaire général du ministère de la Défense nationale, le capitaine de Vaisseau Jean Edmond Randrianantenaina, directeur général de l’APMF ainsi que le Dr Tahindrazanarivelo Djacoba, enseignant en droit international et droit africain à l’Université en Suisse.

C’est justement en faisant référence à cette formation que le Chef de l’Etat s’est exprimé sur le sujet, hier, en marge de la prestation de serment du nouveau directeur général de la Banque centrale à Anosy. Il a particulièrement évoqué les divergences politiques qui existent entre lui et le Professeur Ranjeva. « Je ne vous cache pas les différences d’opinion voire divergence politique qui existe entre moi et le Professeur Ranjeva. Mais comme je l’ai toujours répété, il faut aller au-delà de ces désaccords car nous sommes tous des malagasy », a déclaré le locataire d’Iavoloha. Il entend ainsi montrer l’exemple à tous les citoyens qui doivent se constituer en un seul bloc, peu importe les couleurs politiques, pour revendiquer les îles malagasy de l’océan Indien.

Sur cette lancée, le Président de la République rappelle que depuis l’année 1979, moment de la sortie de la résolution des Nations Unies sur les îles éparses, aucun Président de la République malagasy n’a eu l’occasion de revendiquer directement ces îles à son homologue français.

Aujourd’hui que le sujet est remis sur le tapis, il est temps pour tous les Malagasy de faire preuve d’unité nationale au nom de l’intérêt supérieur de notre chère patrie. Comme le dit si bien le Président, « Seul, je marche vite mais ensemble nous irons loin » !

La Rédaction 

La Vérité0 partages

Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité

Pour une valorisation de la monnaie nationale. Suite à sa nomination en Conseil des ministres le 6 novembre dernier, le nouveau gouverneur de la Banque centrale de Madagascar (BCM) Henri Rabarijohn a prêté serment, hier, à la Cour Suprême Anosy. « Je jure de remplir mes fonctions avec honneur et probité dans le strict respect des lois et des statuts de la Banque centrale, de ne rien utiliser ou révéler de ce qui sera porté à ma connaissance et cela même après cessation de mes fonctions », affirme-t-il, en levant sa main droite, durant cette cérémonie présidée par Andry Nirina Rajoelina. Selon l’article 52 du statut de la BFM, son mandat est de quatre ans renouvelable une fois.

 

A la fin de la cérémonie, le Président de la République a partagé ses attentes vis-à-vis du nouveau gouverneur. «Notre priorité réside dans l’accumulation de l’or à la Banque centrale pour stabiliser notre monnaie. D’ailleurs, Madagascar est riche en ressources minières », lance-t-il devant la Presse. En effet, les réserves d’or ressemblent à une épargne d’un pays et sont utilisées dans le commerce extérieur. En cas de déficit commercial, c'est-à-dire l’importation est largement supérieure à l’exportation, l’Etat doit trouver un moyen de combler son déficit. Et cela peut se faire en puisant dans les réserves d’or. Cette consolidation passe par la formalisation du secteur, souligne Henri Rabarijohn. Dans l’exercice de ses fonctions, il assure la stabilisation de la monnaie nationale que ce soit en termes de taux de change ou en termes d’inflation.

En parallèle à cela, le nouveau gouverneur persiste et signe que les anciens billets portant les signatures de l’ancien gouverneur restent valables contrairement aux rumeurs qui courent dans certaines régions.  

Solange Heriniaina

 

Midi Madagasikara0 partages

Antsiranana : Quatre films documentaires projetés en quatre jours

Ateliers de lecture, diverses animations et jeux suivis d’une projection de film à Tanambao Nord. Crédit photo : Alliance française de Diégo-Suarez.

Du 19 au 22 novembre prochain les producteurs comme Cyrille Cornu et Geoffrey Gaspard interviendront sur leurs films documentaires. Par ailleurs, Baobabs, Terra, Zanaka, Ainsi parlait Félix, ainsi que Tavela seront projetés à l’Alliance française, à l’Université, et au Jardin tropical, ainsi que dans les écoles grace au Culturbus.

Créer davantage de moments forts à l’Alliance en lien avec la population locale, les enfants, les étudiants mais aussi les adultes est l’objectif principal du responsable de l’Alliance française de Diégo-Suarez. « À travers la semaine du documentaire, nous amenons le cinéma à Diégo, qui est en manque et nous rendons hommage aux artistes et à la tradition malgache ».

 Mardi 19 novembre à 18heures 30. Baobab entre terre et mer de Cyrille Cornu. Une expédition scientifique à la découverte des baobabs de Madagascar et des ‘Vezo’, l’un des derniers peuples nomades de la mer. L’équipe a pu explorer en juin 2013 en pirogue à balancier 400 kilomètres de côtes sauvages et isolées dans l’ouest malgache. Il dévoile des découvertes , des rencontres et des résultats scientifiques surprenants dans une partie de l’île peu étudiée. Réalisateur, producteur et explorateur, Cyrille Cornu a mené des recherches articulant information et biodiversité. « Ces activités m’ont permis d’étudier les forêts tropicales sèches en utilisant des images satellites afin de caractériser leur diversité biologique, l’impact de la déforestation et celui du changement climatique. Depuis dix ans, je me consacre plus spécifiquement à l’étude des baobabs de Madagascar dont je suis devenu un spécialiste. Chaque année, j’organise des expéditions uniques en leur genre mobilisant des moyens de transport locaux pour accéder au cœur des forêts sèches où vivent les géants. L’île de Madagascar est à plus d’un titre une source d’inspiration unique pour cinéastes et photographes. Nature et paysages y sont exceptionnels. La diversité culturelle y est également remarquable. Photographe passionné depuis de nombreuses années, j’ai décidé en 2015 de réaliser et de produire mon premier film documentaire intitulé ‘Baobabs entre terre et mer’».Mercredi 20 novembre à 15 heures, Terra de Yann Arthus-Bertrand et Michael Piot. Ce documentaire retrace le parcours unique d’espèces qui, parmi des millions d’autres, ont évolué et prospéré à travers les ères d’évolution de notre planète. Les réalisateurs démontrent « comment la perception de l’image et la représentation de la nature ont toujours été déterminantes dans l’histoire de l’Humanité ».

Jeudi 21 novembre à 18 heures à l’université d’Antsiranana et vendredi 22 novembre à 20 heures au jardin tropicale. Zanaka, ainsi parlait  Félix, un film de Nantenaina Lova, produit par Andemika Films et Autantik Films. Félix a combattu lors de l’insurrection du 29 mars 1947 pour reconquérir une liberté qui lui avait été volée par les colons français. Malgré les souffrances qu’il a endurées, il n’a pas laissé la rancœur envahir son âme… Après le film Zanaka, ainsi parlait Félix, Tavela sera également projeté au même lieu. Film de Goeffrey Gaspard, le film illustre la tradition ancestrale malgache qui est en train de disparaître au profit de la mondialisation. Le morengy, art de combat populairement pratiqué dans la région septentrionale de la Grande Ile, connaît un changement qui permet aux jeunes villageois de sortir de la misère.

Le culturbus : une annexe mobile de l’AFDS. Mis en place en 2017, ses objectifs sont les mêmes que ceux de l’Alliance francaise : la diffusion de la langue et de la culture française. « L’avantage ici c’est le côté “hors des murs”. Il nous permet de toucher un public qui n’ose pas venir à l’Alliance ou qui n’a pas le temps de venir ou encore qui n’est pas véhiculé  » a expliqué le responsable de l’Alliance française de Diégo-Suarez. En effet, il y a un réel engouement des écoles et de la population pour cet outil. Durant cette semaine documentaire les organisateurs vont intervenir auprès de la maison d’Arnaud, du  lycée Anjarasoa et de l’école Avotra.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Affaire Kianjan’Anosizato : Le déferrement reporté à une date ultérieure par le PAC

Prévu hier, le déferrement de l’affaire portant sur le terrain d’Anosizato, a été renvoyé par le Pôle anticorruption à une date ultérieure. Cette juridiction a pris cette décision après avoir constaté une faille dans ce dossier qui remonte à 2016. A cette époque l’association Hafari Malagasy a porté plainte auprès du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) pour dénoncer la cession de ce terrain appartenant à l’Etat à un acquéreur privé. L’association a dénoncé la possibilité de corruption dans cette transaction. Elle s’est levée pour contester le fait qu’un fils d’un haut responsable de la Commune urbaine d’Antananarivo a obtenu ce terrain. Puis, celui-ci l’aurait cédé à un ressortissant « karana ». Devenu propriétaire, ce « karana » a clôturé ce domaine et interdit aux jeunes d’Anosizato d’y accéder. Pendante auprès du Bianco, cette affaire a refait surface. Cette institution a décidé de rouvrir son enquête et a fini par l’interpellation de plusieurs personnes qui devaient être auditionnées au PAC, hier. Parmi elles figure l’ancien Secrétaire général de la CUA qui n’a pas répondu présent à l’audience d’hier. Or, il est supposé comme étant une personne clé dans cette affaire. Durant son enquête, le Bianco n’aurait pas pu auditionner cette personne dont l’interpellation n’était pas possible sans un ordre de poursuite émanant de son institution d’affiliation. Quoi qu’il en soit, Jean Nirina Rafanomezantsoa, président du Hafari Malagasy affirme avoir confiance à la justice dans le traitement de ce dossier.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Saison pluvieuse 2019-2020 : Tendance à la baisse des précipitations

La saison des pluies rime avec la montée des eaux.

Également appelée saison chaude et humide, la saison des pluies court du mois de  novembre au mois d’avril.

Des régions du pays devraient s’attendre à des précipitations inférieures à la normale saisonnière au début de la saison des pluies de cette année. C’est ce que fait comprendre la déclaration du forum sur les perspectives climatiques pour la saison chaude et humide 2019-2020. Un document émanant de la Direction générale de la  Météo qui relate les projections de la saison des pluies 2019-2020. Ainsi, et contrairement aux autres régions, la majeure partie du Nord du pays devrait avoir une quantité de « précipitations supérieures à la normale saisonnière » durant la première partie de la saison pluvieuse. Toujours pour la partie Nord de Madagascar, la tendance serait maintenue entre les mois de  décembre et  février. Les régions Analamanga, Melaky, Betsiboka, Alaotra Mangoro, Atsinanana, Vatovavy Fitovinany, quant à elles, devraient s’attendre à « des précipitations normales à supérieures à la normale ». La tendance inverse devrait être observée dans les autres régions. Par ailleurs, la déclaration du forum sur les perspectives climatiques pour la saison chaude et humide 2019-2020 annonce une fin de saison à précipitations normales à supérieures à la normale sauf pour Antananarivo, les régions Melaky, Betsiboka, Boeny, Alaotra Mangoro, Analanjirofo et Atsinanana.

Cyclone. La projection climatique publiée il y a de cela deux mois environ dénote une tendance où se mélangent diminution des précipitations et hausse de la température. Côté catastrophe naturelle, la même projection annonce la suivante:  «  Nous pouvons nous attendre à des cyclones potentiellement puissants provenant du Nord-ouest et du Nord-est de l’Île ». Aussi, « on estime à ce que 2 à 4 perturbations intéressent Madagascar durant la saison et que 1 à 2 pourraient atterrir sur les côtes malgaches  » peut-on également lire dans la déclaration du forum sur les perspectives climatiques pour la saison chaude et humide 2019-2020. Soit, une saison cyclonique proche de la « moyenne de la normale climatologique ». Cette dernière correspondant à la moyenne des trente dernières années d’après les explications d’un technicien de la météo. Soit, trois à quatre cyclones qui atterrissent chaque année à Madagascar. Par ailleurs, environ dix cyclones devraient se former dans la zone Sud-ouest de l’Océan Indien. Ce qui serait un peu en deçà de la normale.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Jirama : peut-être le bout du tunnel

Le calvaire des usagers de la Jirama n’est pas encore près de se terminer. Les atermoiements et les fausses solutions présentées par les responsables n’ont fait qu’empirer une situation alarmante. Il a donc fallu que le chef de l’Etat, lui-même, se penche sur le problème pour qu’une lueur d’espoir apparaisse. L’annonce qu’il a faite hier va, espérons-le, débloquer une impasse que l’on ne s’expliquait pas. Des mesures d’urgence vont être prises pour remettre en état un circuit qui avait besoin d’être totalement rénové.

Jirama : peut-être le bout du tunnel

Les usagers avaient fini par être sarcastiques au fur et à mesure que les explications des responsables de la Jirama étaient avancées. Les véritables raisons de la défaillance du système ont été passées sous silence et les limogeages de directeurs n’ont convaincu personne. Ils n’ont amené aucune amélioration de l’alimentation du circuit de distribution. Le mécontentement ne faisant qu’empirer, le chef de l’ Etat s’est donc enquis de la situation. Il a donc compris qu’il fallait prendre des décisions rapides pour remettre de l’ordre dans la maison Jirama. Il a compris qu’il y avait un certain laisser-aller dans la manière de résoudre les problèmes. Il a donc, avec ses collaborateurs, fait une analyse de la situation et établi les mesures d’urgence à prendre. Il a commencé à les annoncer hier, mais il entrera dans les détails aujourd’hui. Comme il avait déjà été dit auparavant, la défaillance du système vient principalement de la vétusté des infrastructures et il est urgent de les remplacer. Les procédures sont en cours. Le problème des carburants nécessaires aux centrales thermiques doit aussi être résolu, puisque la SPM va importer ce précieux combustible. Attendons les autres annonces que le président va faire aujourd’hui pour savoir si les consommateurs vont enfin voir le bout du tunnel.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Football-Éliminatoires CAN 2021 : Tous et toutes derrière les Barea

Jamais, au grand jamais, l’engouement autour d’un match de l’équipe nationale à domicile, n’a vu une telle ferveur. Une folle passion qui justifie aujourd’hui les prix de 80.000 ariary pour une place dans la tribune centrale. En un temps record, tous les billets ainsi que ceux des deux tribunes latérales ont été pris. Et même si l’existence des profiteurs n’est pas à exclure lors des ventes au marché noir, l’essentiel est de voir aujourd’hui que les Barea plaisent à tous les Malgaches sans parler de cette attirance des jeunes et même des moins jeunes pour Adrien Melvin.

Afin d’imprégner cette belle image des Barea, nous avons choisi dans notre dossier du jour, de vous livrer les photos des 24 acteurs où Marco Ilaimaharitra et Pascal Bapasy sont les seuls absents pour ce match contre les Antilopes Walya d’Ethiopie.

Les Barea présélectionnés

Les gardiens de but

– Melvin Adrien ( Football Club de Martigues)– Razakanirina (Nina) Rakotohasimbola (As Adema)– Andrianirinna Rajomazandry (As Jet Mada)– Fabrice Andriantsilavina (Fosa Juniors)

 Les défenseurs

– Thomas Fontaine (FC Lorient)– Romain Métanire (Minnesota United Football Club)– Jérémy Morel ( Stade Rennais Football Club)– Théodin Ramanjary (Fosa Juniors)– Mario Bakary (La Réunion)– Jérome Mombris (Grenoble Foot 38 )– Andoniaina Rakotondrazaka Andrianavalona (CNaPS Sport)

Les milieux:

– Ibrahim Amada (Al-Khor Sports Club)– Andriamirado Aro Hasina (Dax) (Black Leopards Football Club)– Jean Yves Razafindrakoto (Fosa Juniors)– Abel Anicet Andrianantenaina – Capitaine (PFC Ludogorets Razgrad)– Dimitry Caloin (FC Villefranche)– Lalaina Nomenjanahary (Bôlida) (Paris Football Club)– Rayan Raveloson ( Espérance sportive TAC)-Baggio Rakotoarisoa (Fosa Juniors)

Les attaquants :

– Faneva Ima Andriatsima (Abha Club)– Charles Carolus Andriamatsinoro (Al-Adalah)– Njiva Rakotoharimalala (FC Fleury 91)– Voavy Paulin (Misr El Maqasa)– Arnaud Randrianantenaina (CNaPS Sport)

Les Coachs :

– Nicolas Dupuis– Franklin Andriamanarivo– Auguste Raux

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Antsohihy : Jiolahy tra-tehaka, niharan’ny fitsaram-bahoaka

Rehefa nifanenjehan’ny Fokonolona, dia tra-tehaka tao Ambodimadiro ihany ity lehilahy iray nandroba raim-pianakaviana avy nirava niasa hamonjy fodiana, izay nahaverezana vola sy finday avolenta, ny harivan’ny alarobia teo, tokony ho tamin’ny 7 ora sy 40 minitra, tao amin’ny Fokontany Ambalabe Andrefana I. Rehefa tratra ity jiolahy, dia nandrahona tamin’ny antsy teny am-pelatanany, ka nitombo ny hatezeran’ny Fokonolona, ary raikitra ny vono sy ny daroka. Naratra mafy ity mpanao sinto-mahery vao navelan’ ny olona. Nandritra izany, tonga ny « Chef Secteur 2 » Ambodimadiro niangavy ny Fokonolona hamela azy sy nisintona ilay voadaroka mba hiarina. Fotoana fohy taorian’izay anefa, dia nisy andian’olona hafa nipoitra izay nirongo fiadiana toy ny lefona sy ny antsibe, ary nitonona ho namana sy iray foko an’ity mpangalatra voadaroka. Tezitra mafy ireto andian’olona ireto, ary nandrahona ny hanapa-doha izay sendra azy. Raha vao naheno izany ny Fokonolona teo an-tanàna, dia romotry ny hatezerana ihany koa, hoy ny vaovao voaray, ka saika raikitra ny fifandonana teo amin’ny roa tonta. Soa ihany fa tonga ara-potoana ny mpitandro filaminana nandamina haingana ny raharaha, ary nitondra ity voadaroka naratra mafy namonjy toeram-pitsaboana.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Golf – MCB Championship : 48 golfeurs professionnels en compétition

Présentation officielle du tournoi MCB Tour Championship à Ivandry.

Pour la toute première fois dans l’histoire, le tournoi international du golf MCB Tour Championship est arrivé à Madagascar. Jean-Baptiste Ramarozatovo sera le seul golfeur à défendre les couleurs nationales à Andakana.

Après l’Ile Maurice et les Seychelles, la Grande Ile a été désignée comme la nouvelle destination bénéficière du soutien de La Mauritius Commercial Bank (MCB) à l’extension du tournoi MCB Tour Championship, pour une période de trois ans. La bonne nouvelle était présentée hier par le président de la Fédération Malgache du Golf, Ranaivo Andrianasolo, et le président du Golf du Rova, Sylvain Rabetsaroana, avec leurs proches collaborateurs, en l’occurrence Marc Farry, joueur membre du Staysure Tour et le représentant du ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique, au Dzama Coktail Café à Ivandry.

Pour cette occasion, 48 golfeurs professionnels issus des quatre coins du monde seront en lice du 29 novembre au 1er décembre sur le Golf du Rova Andakana, selon les explications du président de la fédération.

«La compétition est réservée aux 50 ans et plus. De ce fait, seul Ramarozatovo Jean Batiste qui répond aux critères d’adhésion et ce sera lui qui représentera Madagascar. Ce dernier avait doté des expériences tant nationales qu’internationales » a-t-il souligné. En effet, ce tournoi entre dans la structure de l’European Senior Tour, qui avait changé en Staysure tour. Les trois derniers tournois de la saison 2019 appelés Indian Icean Swing se disputeront dans les Mascareignes. Cependant, après Madagascar, les compétiteurs rejoindront, par la suite, les Seychelles du 5 au 7 décembre, avant le troisième tournoi à l’Ile Maurice du 13 au 15 décembre.

« La tenue de ce tournoi à Madagascar est comme un rêve. Les professionnels sont déjà venus ici à six reprises pour voir si nous sommes capables d’accueillir un sommet planétaire. Cette fois -ci, on a gagné la bataille et nous devons nous entraider pour la bonne organisation. L’entrée est libre et gratuite sur le Golf du Rova » a ajouté le président, Sylvain Rabetsaroana. Ainsi, le tournoi sera diffusé en différé sur les chaînes CANA+, GOLF+ et de L’Euro-Pean Tour Production. Les joueurs arriveront en terre malgache à partir de 25 novembre. Les journées des 26 et 27 novembre seront consacrées aux entraînements. Ils pourront découvrir les merveilles gastronomiques malgaches, la faune et la flore exceptionnelles des environs d’Antananarivo. Ensuite, il y en aura le PRO-AM Air Madagascar, une rencontre, avec les principaux sponsors. On verra la participation d’une vingtaine d’équipes composées de trois amateurs qui joueront avec les meilleurs pros.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Mangroves : Une perte de l’ordre de 13%

L’état des lieux des mangroves à Madagascar est alarmant. En effet, entre la période de 1995 à 2018, une perte de l’ordre de 13% de cet écosystème forestier est observée. Le ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Alexandre Georget, l’a évoqué lors de la signature de l’acte de l’atelier national sur les mangroves de Madagascar hier, à l’hôtel Carlton. C’est dû notamment aux activités de production de charbon, de coupes illicites des bois pour la construction et à la conversion des forêts de mangroves en parcelles de culture. Cependant, les mangroves jouent à la fois un rôle de production de bois, de miel, de soie sauvage, de protection contre l’érosion et les aléas climatiques et de régulation en matière de séquestration de carbone.

Baisse de 50% des captures. « C’est également un zone d’habitat et de nurseries des diverses espèces halieutiques comme les crabes et les crevettes. Et la dégradation de ces mangroves entraîne une baisse de capture de ces produits de pêche atteignant jusqu’à 50% pour la pêche crevettière », a soulevé le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Ranarivelo Lucien. Face à cette situation, les deux ministres concernés ont procédé à la signature d’un acte marquant leur engagement commun sur la gouvernance et la gestion durable des mangroves, et ce, avec l’appui de l’USAID Hay Tao. « Les mangroves de Madagascar représentent 2% des mangroves mondiales. Elles permettent entre autres d’atténuer les effets du changement climatique », selon le directeur de mission de l’USAID. Cet engagement commun vise à développer la stratégie nationale, à réviser le texte interdisant l’exploitation des bois de mangrove, à assurer la coordination des interventions entre les parties prenantes et à appliquer les lois en vigueur.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Communales à Tana : 2e round de débat public pour les 5 candidats

Les cinq candidats poursuivent leur campagne en se retrouvant hier en débat public à l’Hôtel de ville d’Analakely.

La campagne électorale pour les Communales du 27 novembre est à son dixième jour aujourd’hui. Dans la Capitale, les cinq candidats en lice adoptent cinq styles différents dans leur manière de convaincre les électeurs à voter pour eux. Les deux candidats considérés jusqu’ici comme étant les favoris de la course, à savoir Rina Randriamasinoro et Naina Andriatsitohaina, privilégient les contacts directs avec la population. Hier, les cinq candidats se sont retrouvés en débat public. Le premier round, réservé uniquement aux employés de la commune urbaine d’Antananarivo, a eu lieu le 08 novembre à l’Hôtel de ville d’Analakely. Le second a été organisé hier au même endroit par la fondation Friedrich Ebert Stiftung. Le débat d’hier qui a été un peu gâché au début par le délestage a duré trois heures de temps, de 16h à 19h. Généralement tendu étant donné que certains candidats ont versé dans des attaques personnelles, le face-à-face a permis aux prétendants à la mairie d’Antananarivo de partager leurs visions, leurs valeurs, leurs politiques et stratégies, leur programme ainsi que la réalisation de ce programme.

Election de proximité. Eliace Ralaiarimanana (N°1), Rina Randriamasinoro (N°2), Alban Rakotoarisoa (N°3), Naina Andriantsitohaina (N°4) et Feno Harison (N°5) ont pu également s’exprimer hier sur leur contribution à la proportion de nouveaux comportements citoyens, leurs perspectives des relations avec la population en tant que leader de la ville, leur vision des rapports entre la CUA et l’Etat central et leurs projets de réforme au sein de la mairie. Après le débat d’hier, les candidats ont encore dix jours pour convaincre les électeurs. Puisqu’il s’agit d’une élection de proximité, des candidats estiment que les contacts directs avec la population restent une stratégie efficace. Par ailleurs, des candidats se mettent actuellement à la mise en place des stratégies destinées à lutter contre d’éventuelles fraudes électorales. Le suivi du maniement des listes électorales au niveau des fokontany fait partie de ces stratégies anti-fraudes. A noter que la campagne électorale sera clôturée le 25 novembre à minuit.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

« Rond point » Ankorondrano : Nisy fiara nikarepoka indray, iray naratra

Tato anatin’ny fotoana vitsy izay dia efa tsy voaisa amin’ny ratsan-tanana intsony ny lozam-pifamoivoizana nitranga teo amin’io « rond point» teo Ankorondrano io.

Potika tanteraka tsy nisy azo noraisina ilay fiara kely marika Peugeot 305, voadonana fiarabe, Mercedes Benz 911, nitondra fasika tetsy amin’ny rond point Ankorondrano. Mafy dia mafy tokoa ny fifandonana satria dia nikainkona andaniny roa ilay fiara kely. Vao maika moa fa voapotsitra teo anelanelana andrin-jiro iray teny an-toerana sy ilay kamiao nandona azy. Olona iray no fantatra fa naratra mafy teny an-toerana : ny mpamilin’ilay fiara kely. Fantatra kosa fa olona efatra no tao anatin’io fiara voadona io saingy tsy dia nisy naninona avokoa izy ireo, raha ny fitantaran’ireo nanatri-maso teny an-toerana. Raha ny zava-nitranga : niditra « rond point » handeha hizotra ho any Ankazomanga any ilay fiarabe no nanapaka tampoka ilay fiara kely izay, handeha hihazo an’Antanimena, ary tsy tana intsony ny fifandonana. « Raha ny  tokony ho izy dia « priorité » izahay satria niditra « rond point » ka izay no tsy nijanonanay sy tsy nahatafajanona. Izy anefa mbola nisisika nandeha ihany » hoy ny fitantaran’ny mpanampin’ny mpamilin’ilay fiarabe, mbola hita teny an-toerana. Tsy nahazoana fanazavàna kosa ny ankilany. Ilay mpamilin’ilay kamiao dia voalaza fa hoe nandeha nitondra ilay mpamilin’ilay fiara voadona tany amin’ny toeram-pitsaboana.

Vao mainka nampikatso tanteraka ny fifamoivoizana teny an-toerana, izay efa fitohanana sesilany sy nampijaly ireo mpitondra fiara efa andro maromaro izay ity loza ity. Heverina fa mety ho izay fitohana lavareny izay no nahasorena ilay fiara kely ka tsy niraharahiana intsony ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana. Saingy izany moa tsy ho fantatra raha tsy aorian’ny fanadihadiana nataon’ireo mpitandro filaminana tonga teny an-toerana sy niezaka nandamina ny fifamoivoizana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Concert évangélique : Les « Lehilahy midera », ce dimanche Au FJKM Tranovato Ambatonakanga

Fondé en 2015 au sein de la Paroisse FJKM Tranovato Ambatonakanga, LEHILAHY MIDERA est un Chœur d’hommes dont la mission principale est l’évangélisation par le chant. Depuis sa création il reste fidèle à son Concert annuel qu’il veut aussi riche sur le fond que sur la forme.

Pour cette année, la représentation aura lieu dimanche prochain, 7 Novembre à 16 heures au Temple Tranovato Ambatonakanga et elle s’intitule ANDRIAMANITRA TSITOHA (Dieu Tout-Puissant). Comme fil conducteur Lehilahy Midera a choisi le verset biblique, tiré du livre de Job 22 : 21a « Attache-toi donc à Dieu et tu auras la paix… » et sur lequel cette formation veut surtout glorifier la supériorité de la Puissance de Dieu, Créateur de l’Univers, mais également Sauveur et Rédempteur du Monde.

Le concert sera exclusivement une interprétation de différentes œuvres et sera constitué de quinze titres ; citons entre autres : Aviavy (Ndriana Ramamonjy), Feno hafaliana (Vonjy), Mankasitraka Tompo ô (Parfait Lalanirina).

Il y aura également des œuvres traduites en malgache par Lehilahy Midera, tirées des recueils étrangers et chants évangéliques : Wonderful Grace (John Pantry- USA), Du Sang de ton Agneau (Thierry Ostrini – Suisse),Happiness is the Lord (Ira Stanphill – UK). Et enfin des mélodies sur lesquelles Lehilahy Midera a écrit des textes, notons en passant la Sérénade de Franz Schubert (Das Schwanenlied) et la Sonate de Ryu Shi Won (My Memory).

Un éventail de chants que la vingtaine de choristes vise à mieux faire passer le message du Concert. Par ailleurs, une touche originale va être apportée à la présentation, car elle sera prise en main par Andry Rajaonarivo, animateur de la Radio Fahazavana, partenaire de cet évènement aussi bien cultuel que religieux.

 

Le Concert est de libre participation mais Lehilahy Midera compte sur son public pour pouvoir réaliser sa contribution au projet de construction de l’Eglise FJKM Andiolava (Ranohira) à laquelle s’active actuellement la paroisse d’Ambatonakanga.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Madagascar – Union européenne : 26 millions d’euros pour le secteur électricité

Confiance mutuelle entre Madagascar et l’Union européenne.

Preuve de la confiance des bailleurs de fonds vis-à-vis de Madagascar et de son Plan Emergence, le ministère de l’Economie multiplie les signatures d’accords de financements.

Le 11e Fonds Européen de Développement (FED) prend fin cette année. Ce programme de financement communautaire d’un montant de 492 millions d’euros s’est étalé sur la période 2014-2020. Lors de la signature  d’une convention de financement du secteur électricité, hier au ministère de l’Economie et des Finances, l’Ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar, SEM Giovanni Di Girolamo a déclaré que le bilan du 11e  FED est globalement positif.  « Dans l’ensemble la totalité des fonds du 11ème FED sont engagés » a-t-il précisé. D’ailleurs, la convention de financement signée, hier est une des dernières de la série accordée par l’Union européenne dans le cadre du 11e FED.

Confiance. Il s’agit  d’une contribution  au développement  du secteur de l’électricité à Madagascar au travers de la Plateforme d’Investissement pour l’Afrique (PIA) d’un montant de 26 millions d’euros (104 milliards d’ariary).  Le financement permettra de réaliser  des investissements clés   dans le secteur de l’électricité à Madagascar et débouchera sur des projets rentables d’infrastructures durables.  Cette contribution financière de l’Union européenne, sous forme de don sera notamment affectée à la future ligne à haute tension entre Antananarivo et Toamasina et pourra ainsi contribuer au développement du futur réseau interconnecté  de transport électrique de Madagascar.  En tout cas, à travers ce projet, signé pour la partie malgache par le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato,  l’Union européenne  confirme sa détermination à appuyer Madagascar dans ses actions pour le développement conformément au  Plan Emergence Madagascar. « Madagascar est un pays qui mérite l’aide internationale »  a notamment déclaré Giovanni Di Girolamo. Sur ce point d’ailleurs, le 12e FED qui est actuellement en préparation apportera encore des centaines de millions d’euros de financement.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Destination Londres : Un voyage royal organisé par « Wander and Melanin »

Une grande première à Madagascar ! Une jeune entreprise dénommée « Wander and Melanin », basée en Angleterre, plus précisément dans la ville natale de Robin des Bois à Nottingham, organise un voyage royal au Royaume-Uni. En effet, si la destination Londres a été considérée auparavant coûteuse, elle est maintenant accessible aux voyageurs du monde entier, et ce, grâce à l’évolution de la situation économique locale. A part l’incertitude autour du Brexit, le Livre Sterling, a connu une dépréciation de l’ordre de 20% depuis le référendum en 2016 par rapport aux deux devises de référence sur le marché international, à savoir, le dollar et l’euro. Ce qui constitue une opportunité pour les touristes internationaux qui veulent choisir cette destination Londres, selon les promoteurs.

Tarif promotionnel. Il faut savoir que cette start-up est dirigée par deux membres de la diaspora malgache ayant une forte expérience dans le domaine du tourisme. Elle organise ainsi un circuit touristique au départ d’Antananarivo pour découvrir six villes historiques au Royaume-Uni. Il s’agit notamment de la ville du monde Londres, des villes universitaires Oxford et Cambridge, de la ville du football Manchester, de la ville des Beatles Liverpool et de Chester. « Wander and Melanin » assure ainsi toutes les réservations en avion pour les vols Aller et Retour ainsi que l’hébergement dans un hôtel 3 étoiles, les transports et les transferts locaux, sans oublier l’accès dans tous les sites d’attraction, et ce, pour un tarif du package promotionnel de 3 .599 euros par personne. Il y aura également des guides francophones qui vont faciliter les séjours des touristes malgaches une fois arrivés à destination, d’après toujours les explications des promoteurs.

Journée d’informations. Notons que ce voyage royal se tiendra du 14 au 28 février 2020. Des clients se sont déjà manifestés auprès de l’agence de voyage Azur qui travaille en étroite collaboration avec la société « Wander and Melanin », a-t-on appris. Ce samedi 16 novembre 2019, des représentants de l’agence de voyage Azur, organise une journée d’informations sur ce voyage royal suivie des séances d’inscriptions au grand public. Cet événement aura lieu au Gosh dans l’enceinte de Tanà Water Front à Ambodivona. « Nous ferons connaître aux intéressés les particularités de ce voyage inoubliable tout en leur rassurant que leur rêve est tout à fait réalisable », ont conclu les promoteurs.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Barreau de Madagascar : Me Olala reprend du service

La peine de suspension d’un an prononcée par la Cour d’appel d’Antananarivo à l’encontre de Me Willy Razafinjatovo alias Olala sera couverte demain 16 novembre 2019. La Cour d’Appel a rendu son verdict le 16 novembre 2018. « Je me suis pourvu en cassation il y a trois mois contre le verdict de la Cour d’Appel, mais, la Cour suprême ne s’est pas encore prononcée jusqu’à présent. », a martelé hier devant la presse Me Olala. Avant d’expliquer : « Normalement, la Cour de Cassation devait se prononcer sur mon recours dans un délai qui ne doit pas dépasser 15 jours. Ce qui n’est pas le cas. Mon recours a été déposé le 9 juillet 2019. »

Nullité de procédure. Me Willy Razafinjatovo a dénoncé que son droit de la défense n’a pas été respecté. « On m’a convoqué à comparaître devant le conseil de discipline de l’Ordre des Avocats, mais on ne m’a pas préalablement fait connaître de quoi je suis coupable. Je n’ai pas eu donc l’occasion de constituer ma défense. La procédure devait être alors déclarée nulle.», a-t-il fustigé. D’après Me Olala, il remettra sa toge d’avocat lundi prochain. « Ce qui ne m’a pas tué, m’a encore rendu plus fort. », a déclaré Me Willy Razafinjatovo hier à la presse.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

50e anniversaire du Rotary Club Anosy : Levée de fonds prévue le 06 décembre 2019

Bessa en visioconférence lors de la conférence de presse sur le 50e anniversaire du Rotary Club Anosy à Ivandry. (Crédit photo : Princy)

Hier, le Rotary Club Antananarivo Anosy a tenu une conférence de presse à Ivandry. L’objet de cet événement est l’annonce de la célébration du cinquantième anniversaire du Rotary Club Anosy et la tenue d’un concert du chanteur emblématique Bessa au CCI Ivato pour marquer l’événement mais surtout afin d’effectuer une levée de fonds. Ce concert est une œuvre caritative qui servira l’intérêt des populations défavorisées. En effet, d’après les explications des organisateurs, tous les fonds récoltés permettront au Rotary Club Antananarivo Anosy de réaliser ses diverses actions sociales pour les prochains mois à venir.

Concert unique. Il y a longtemps que Bessa n’a pas été vu sur scène et cette année il n’a donné aucun concert. Du haut de ses 75 ans, le chanteur sera ainsi de retour sur scène le 06 décembre 2019 au CCI Ivato, son unique show pour cette année selon les membres du Rotary Club Anosy. Ce jour sera l’occasion de célébrer deux anniversaires, les 75 ans du chanteur et les 50 ans du club. D’après ce qui a été dit et ce qu’on a vu sur l’affiche présentée hier, au restaurant L’Oriental Ivandry, le concert débutera à 19 h.

Pour la santé de la mère et de l’enfant. « Le Rotary Club Antananarivo Anosy œuvre dans beaucoup de domaines même si pour cette année nous nous sommes plutôt tournés vers la santé de la mère et de l’enfant. Parmi les projets que nous envisageons de mettre en place actuellement, il y a l’installation de lampes et d’électricité dans les salles d’accouchement de plusieurs hôpitaux malgaches » a déclaré le past président du Rotary Club Anosy, Mahafaly Rakotobe. Ainsi, tous les fonds récoltés par le biais de ce concert de Bessa vont permettre de concrétiser ce projet mais également d’autres qui vont toujours servir les intérêts de la société malgache, surtout celle qui vit dans de grandes difficultés.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Befelatanana : Don de matériels d’une valeur de 11 millions d’ar

Les actions sociales se poursuivent et ne se ressemblent pas pour le groupe Filatex. Plus de 4000 enfants passent chaque année au service des urgences pédiatriques de l’Hôpital Befelatanana. Les matériels manquent considérablement et ne répondent plus aux besoins des malades. Soucieux de la santé maternelle et infantile, le Groupe Filatex a remis des équipements à hauteur de 11 millions d’ariary au service des urgences pédiatriques de l’Hôpital Befelatanana mercredi dernier. Ces matériels comprennent deux photothérapies infantiles, un tensiomètre pour nouveau-né, un tensiomètre pour enfant, cinq thermomètres de diagnostic sans contact à infrarouge,  deux stabilisateurs et un bloc GD06K (4). Ce n’est pas la première fois que le Groupe Filatex intervient au sein de l’hôpital Befelatanana. Andréas Dominique a rappelé la redevabilité du groupe envers la population et le pays surtout dans le monde de l’éducation et de la santé.” Ce n’est pas la première fois que le Groupe appuie l’hôpital. On a déjà construit la passerelle qui relie les différents bâtiments de l’hôpital” a souligné Andréas Dominique. Acteur clé dans le paysage économique du pays, le groupe Filatex ne compte pas s’arrêter sur la promotion sociale et l’aide aux plus démunis et des couches défavorisées.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ambohitsorohitra : Lancement de la construction de l’Académie des Arts et de la Culture

Le président Andry Rajoelina a procédé, hier, au lancement de la construction de l’Académie des Arts et de la Culture.

Le président Andry Rajoelina a honoré de sa présence hier  la cérémonie de pose de premières pierres des travaux de construction de l’Académie des Arts et de la Culture (ANAC). Cette nouvelle infrastructure sera érigée à Ambohitsorohitra, dans l’enceinte même du Palais, juste en face du lac Anosy. L’ANAC prodiguera des formations dédiées, entre autres, aux arts plastiques et visuels, l’art de la scène, l’art oratoire, le cinéma et la photographie, le chant et la danse mais également à la conservation du patrimoine culturel et la conservation des traditions malgaches ainsi qu’à la communication culturelle. L’ANAC disposera également d’une grande salle d’exposition et d’une salle de spectacle qui pourra accueillir divers évènements et représentations culturelles. A terme, l’ANAC a pour objectif de former des professionnels dans les métiers des arts et de la culture. Outre sa vocation à la formation professionnelle, l’ANAC a surtout pour objectif de soutenir et promouvoir la culture malgache. Et ce, à l’échelle internationale.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Lehilahy namono tena, nitsoraka tao ambany kamiao

Lehilahy iray tokony ho 35 taona eo ho eo no maty namono tena, nitsoraka tao ambany kamiao omaly maraina. Tsy nisy nanampo ny mety ho fihetsik’ity lehilahy ireo namany sy mpiara-miasa tafiaraka taminy  omaly maraina tokony ho tamin’ny 9 ora sy sasany tao Vatofotsy, fa avy hatrany izy dia nitsambikina tao ambanin’ilay fiara vaventy nizotra moramora. Feno lavadavaka rahatateo iny lalany iny tsy afahan’ny fiara mandeha mafy ary tsy naka sarotra ranamana fa avy hatrany dia nitsoraka nanandrify ny kodiarana nanapitra ny ainy. Maty tsy tra-drano ity lehilahy ity, tapaka ny valahany sy ny tanany tsy nisy azo natao intsony. Tsy fantatra mazava aloha  ny tena antony nanaperany ny ainy, nisy fotoana izy no efa nanambara ny hamono tena hoy ny fianakaviany.

Fantatra fa manambady ary manan-janaka efatra ity lehilahy ity, mpanera no asany ary eny Talata Andraikiba no fonenany fa mikarama no andehanany eto Antsirabe.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Football- Barea- Antilopes Walya : Sécurité renforcée pour samedi !

Le président de la FMF, Arizaka Rabekoto Raoul, entouré d’officiers de la Gendarmerie et de la Police.

Non seulement les normes de sécurité exigées par la Confédération Africaine de Football sont remplies avec la mise en place de trois nouveaux portails d’entrée, mais les forces de l’ordre ont été renforcées pour assurer une sécurité maximale lors de ce match entre Madagascar et l’Ethiopie rentrant dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2021.

C’est la teneur de la conférence de presse d’hier à Mahamasina où le président de la FMF, Arizaka Rabekoto Raoul, entouré d’officiers supérieurs de la Gendarmerie et de la Police Nationale, a mis l’accent sur les nouvelles dispositions pour parfaire la sécurité.

Entrée plus fluide. Comme il fallait à tout prix voir tout en détail, la FMF n’a pas hésité à déroger à la règle en mettant en vente dès aujourd’hui les billets des gradins puisque tous les billets des tribunes ont été déjà vendus.

On sait en effet qu’il y a un risque en mettant en vente les billets des gradins avec cette possibilité de voir des faux et le préjudice que cela pourrait entraîner pour la FMF. Mais cette fois, les organisateurs ont trouvé la parade en marquant toutes les places et rendant ainsi l’entrée plus fluide car le numéro du billet détermine la place mais aussi l’entrée.

Et s’il y a un double d’un billet cela se saurait et comme les forces de l’ordre seront en nombre suffisant, on mettra très vite la main sur les faussaires.

Tous les atouts. L’idéal serait d’arriver à écouler tous les billets des gradins pour ensuite s’organiser sur les six entrées au stade de Mahamasina, le jour du match.

Le seul hic, c’est les supporters des provinces qui n’arrivent que samedi et qui risquent de n’avoir plus de place. Sauf peut-être s’ils passent directement leurs commandes au siège de la FMF.

En tout cas, le président Arizaka Rabekoto Raoul se réjouit de voir cet engouement de tous les Malgaches pour les Barea et remercie au passage tout le monde de ce très beau geste autour de notre équipe nationale.

« Nous avons mis tous les atouts du côté des Barea qui sont logés au Louvre mais nous avons aussi reconduit en totalité le staff technique lors de la CAN 2019 », explique le président Arizaka Rabekoto Raoul avec un brin d’optimisme car le match de samedi s’achemine vers celui de tous les records. Record d’affluence, record de recettes mais aussi record de…buts.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Gare routière d’Andohatapenaka : Grève des transporteurs

Les transporteurs desservant les routes nationales numéros une, quatre et six ont déserté la gare routière d’Andohatapenaka. Les nouvelles mesures mises en place par la nouvelle gérance et l’organisme en charge des transports terrestres seraient la cause de leur mécontentement. Entre autres, « la suppression de la soute pour tous les véhicules de transport desservant les routes nationales ». Il conviendrait de noter que la pratique des soutes en question ne date pas d’hier. Et que celles-ci sont spécialement aménagées par les transporteurs et les propriétaires des véhicules pour accueillir les bagages des passagers. La limitation du poids des bagages des passagers à 15 kg est également contestée par les transporteurs d’Andohatapenaka. Pour marquer leur mécontentement, ces derniers ont fait sortir leurs véhicules en dehors de l’enceinte de la gare routière  pour continuer leurs activités sur le parking du Kianja Maki. De son côté, le gestionnaire de la gare routière affirme « ne pas être au courant des raisons qui ont poussé les transporteurs à manifester ». Un responsable auprès de la société gestionnaire d’interpeller les manifestants sur l’importance du respect des droits des autres : « les transporteurs peuvent manifester. Ils devraient toutefois respecter le droit de leurs collègues ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

Le Glacier : J-Love en mode afro

Chaud devant! La jeunesse débarque au ‘Le Glacier’. Ce soir, J-Love se chargera de la soirée à Analakely. De la danse jusqu’au petit matin, le chanteur fera montre de son talent d’animateur au service des noctambules. De « Good bye » au « Zah tsy hiala anao », en passant par « Tsy hipody », le répertoire s’annonce ‘mafana’. Un moment à ne pas manquer pour les amateurs de musique afro et tendance.

Pavillon de l’Emyrne : Brigitte RM signe un retour au bercail

Dans les années 80, elle a connu ses heures de gloire dans la Capitale. 30 ans plus tard, Brigitte Rakotomalala Mazille, cette chanteuse de renom revient au bercail. Et ce soir, elle montera sur la scène du Pavillon de l’Emyrne à Isoraka. Accompagnée de Samy Andriamanoro au piano, Tahinavibe au saxophone et Tahiry Andriamanoro à la batterie, Brigitte RM ira à la rencontre des noctambules. Si auparavant, elle chantait principalement au Papillon Bar de Madagascar Hilton, ses plusieurs décennies d’expériences sous d’autres cieux l’ont beaucoup orientée vers le jazz et le blues. Une soirée inédite le temps d’un passage inédit.

Trass : Monsieur Bandy akama aux commandes

Une autre soirée pour les inconditionnels de Samoëla. Ce soir, Monsieur Bandy akama se retrouvera en terrain connu au Trass. Du côté de Tsiadana, la soirée s’annonce bon enfant avec une ambiance relaxante pour débuter en beauté ce week-end. La formule ? Un bon mélange de tous les albums de Samoëla avec quelques surprises en prime et bien évidemment du bon temps à passer avec son idole.

Piment Café : Mafonja en terrain connu

Mafonja, le chanteur en vogue du moment reprend le chemin du Piment Café ce soir. Préférant les scènes plus intimistes, il sera à Behoririka pour le bonheur des habitués des lieux. Sans trop changer de registre, c’est sur le ton du roots/reggae qu’il retiendra l’attention des amoureux de la musique actuelle. Auteur, compositeur, interprète il joue de la guitare et de la valiha. Le tout donne un parfait mélange entre reggae, rap et roots.

Bonara-Be : L’ambiance du Nord avec Les Robert

Véritable phénomène musical dans le Nord de l’île, Les Robert investiront le Bonara-be ce soir. Metteur d’ambiance digne de ce nom, le groupe est habitué des soirées endiablées qui séduisent toujours autant les noctambules avides de rythme. La bande au grand complet donnera le ton aux 67 ha pour ceux qui aiment les chansons effrénées et les soirées dynamiques. D’actualité comme jamais, ses titres comme « Délestage » entrent dans le contexte du moment.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Commission mixte pour les îles éparses : Un DG dans une position inconfortable

Un officier supérieur des forces aéronavales figure parmi les membres de la commission mixte pour les îles malgaches de l’Océan Indien. Il est actuellement le Directeur général de l’Autorité Portuaire, Maritime et Fluviale (APMF) après sa nomination en conseil des ministres, en juillet dernier. En parallèle, il occupe encore la même fonction au sein du Centre de Fusion d’Information Maritime (CFIM). Son décret de nomination N° 2016 – 239 du 06/04/16 n’a connu aucune abrogation. Soit une double fonction. Il l’a reconnu d’ailleurs, mais c’est dû à la procédure, a-t-il souligné. Une pareille situation relève encore d’un certain dysfonctionnement au sein de l’Administration. Maintenant, il fait partie de ladite commission. Une position qui reste inconfortable vu sa situation citée auparavant. Faut-il rappeler que cette rencontre entre les deux parties prévue pour lundi prochain en est à sa troisième édition, après celles de 1990 et de 2016. Toujours est-il que la partie malgache mise sur la résolution 34/91 de l’Assemblée générale des Nations unies prise en 1979 et qui demandait au gouvernement français d’entamer « sans plus tarder des négociations avec le gouvernement malgache en vue de la réintégration des îles, qui ont été séparées arbitrairement de Madagascar».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Valorisation des déchets : Contribution d’« enfants chercheurs » à travers un concours

Les déchets plastiques, présents partout, font d’importants dégâts sur l’environnement à Madagascar et inspirent de nombreux chercheurs afin de les revaloriser.Photo d’archives.

L’initiative paraît peu commune à Madagascar : un concours de recherche pour initier les enfants au travail de recherche et d’innovation. Dénommé « Enfants chercheurs », ce concours est organisé par le Syndicat de l’Industrie de Madagascar (SIM) en partenariat avec l’UNICEF et l’Université d’Antananarivo. Plus précisément, il s’agit d’un concours de recherche en faveur des enfants issus de 47 associations membres de la Plateforme de la Société Civile pour l’Enfance. Ce, dans le but de permettre à ces enfants vulnérables ou en situation de rue de s’épanouir dans le domaine de la recherche. Il s’agit par ailleurs d’accompagner des enfants à développer des prototypes mettant en exergue les technologies et innovations destinées aux enfants.

Matières de récupération. C’est ainsi que le concours «Enfants chercheurs » qui se tiendra du 13 novembre au 3 décembre 2019, sera orienté vers la recherche et l’innovation en matière de valorisation de déchets. Les enfants de 10 à 18 ans, divisés en trois catégories d’âge, sont appelés à créer un prototype à partir des matières récupérées (tissus, papiers, emballages en plastique ou métallique, légumes …). « L’Université d’Antananarivo accompagne les enfants pendant la préparation du prototype à travers l’encadrement des enseignants- chercheurs ou doctorants », a-t-il été précisé. Les candidats sélectionnés seront amenés à faire une présentation orale des résultats de leurs travaux de recherche. Les lauréats du concours seront parrainés par le SIM pendant le processus de vulgarisation de leurs œuvres et d’insertion professionnelle.Environnement. Ce concours entre dans le cadre du Salon de recherche, de l’Université d’Antananarivo, mais coïncide également avec la commémoration du 30e anniversaire de la Convention des Droits de l’Enfant, célébré le 20 novembre.« Cette initiative servira de tremplin aux enfants, permettant de développer leur créativité tout en les conscientisant sur la problématique de l’environnement dans leur quartier et découvrant des solutions innovantes sur leur quotidien », explique la vice-présidente du SIM. En somme, faire des enfants des acteurs du changement dans leur environnement de vie, voire au-delà. Pour l’UNICEF, cette initiative est le reflet de l’engagement du SIM à mettre en œuvre une responsabilité sociale durable envers les enfants vulnérables et assurer un accompagnement effectif pour que ces enfants puissent aspirer à un avenir meilleur. Ce programme est le premier pas dans la promotion de la participation des enfants à l’atteinte des objectifs du développement durable nº9 (industrie, innovation et infrastructure) et nº12 (consommation et production responsable).

Hanitra R.