Les actualités Malgaches du Mercredi 15 Novembre 2017

Modifier la date
Ino Vaovao442000 partages

KOLIKOLY : Efa eny anivon’ny fitsarana ireo raharaha mafana teto amin’ny firenen

Anisany nibahan-toerana tamin’izany ny mahakasika ny raharaha Razaimamonjy Claudine, izay toa nangingina sy tsy nandrenesam-peo intsony tato ho ato, niaraka tamin’ireo raharaha nafana maromaro. Nambaran’ny teo anivon’ny birao mahaleo tena misahana ny ady amin’ny kolikoly na ny bianco fa efa nalefa eny amin’ny fitsarana avokoa ny ankabeazan’ireo raharaha ireo taorian’ny fanadihadiana sy ny famotorana lalina izay nataon’izy ireo. 

“Araka ny efa fantatsika dia fanadihadiana no atao aty ary rehefa vita ny fanadihadianay dia alefanay any amin’ny fitsarana ny tohiny. Mahakasika ireo raharaha mafampana tamin’ity taona ity sy tamin’ny herintaona dia misy ny efa vita. Ireny efa niarahantsika nahalala ireny dia efa natolotra ny fitsarana”, hoy ny fanazavana noentin’ny talem-paritry ny bianco eto Analamanga. 

Voavaly araka izany ny fanontaniana nifamaofao teo anivon’ireo mpanara-baovao mahakasika ny raharaha Claudine Razaimamonjy izay efa eny am-pelatanan’ny fitsarana, araka ny vaovao voaray hatrany. Nilaza kosa ity tompon’andraikitry ny bianco ity fa mahakasika ireo raharaha eo am-pelatanan’izy ireo dia mbola eo am-panatanterahana ny fanadihadiana rehetra izy ireo ary efa mamaramparana ny famotorana aza.  

Avotra Isaorana

L'express de Madagascar14000 partages

Nicolas Dupuis – « Je suis satisfait de l’équipe »

Le sélectionneur des Barea, Nicolas Dupuis, se dit satisfait après la semaine passée à Paris. L’équipe nationale se tourne maintenant vers les prochaines échéances.

La semaine des Barea de Mada­gascar s’est donc conclue par le match amical contre les Cœlacanthes comoriens, samedi au stade Saint-Leu La Forêt, à Paris.Une semaine durant laquelle ils ont effectué un stage dans la capitale française, avant de disputer cette rencontre, qui s’est terminée sur le score d’un but partout. Le sélectionneur Nicolas Dupuis s’est dit satisfait de ses hommes. « C’était un bon match, malgré le terrain et les conditions (Ndlr : pluie incessante). Nous avons eu deux balles de matches, mais il y avait un bon gardien en face. Le résultat est assez logique. En première période, nous avions trois milieux de terrain, qui évoluaient dans le même registre et qui se marchaient dessus. Nous avons corrigé cela en deuxième mi-temps. Je suis satisfait de l’implication des joueurs », a-t-il lancé.Le onze de départ malga­che était composé de Dabo, Mombris-Bapasy-Fontaine-Bôlida, Ilaimaharitra-Amada-Anicet, Carolus-Paulin- Faneva. Madagascar a ouvert le score prématurément, à la 6ème minute, grâce à une tête de Bapasy.En seconde période, les Comores ont égalisé à la 54e minute grâce à M’Changama.Ce match entrait dans le cadre de la préparation pour la suite des qualifications de la Coupe d’Afrique des Nations 2019.Décrocher un ticket pour la CAN demeure le principal objectif de la Grande île. « Nous avons construit une équipe avec l’ambition de trouver les meilleurs joueurs en Europe. Il n’y avait pas de locaux puisqu’ils sont encore occupés avec le championnat de Madagascar sur place. Je leur fais un clin d’œil au passage. Les Comores ont été un bon sparring-partner pour nous et nous nous sommes bien préparés pour les prochaines joutes. Nous restons accrochs à notre rêve qui est de jouer la CAN », a rajouté Nicolas Dupuis.Ces qualifications pour le sommet continental reprendront l’année prochaine. À l’heure actuelle, Madagascar compte trois points, après avoir battu le Soudan chez lui, lors de la première journée. Au programme de la deuxième journée, en mars 2018, les Barea accueilleront les Lions de la Teranga du Sénégal. S’ensuivront deux confrontations avec la Guinée Equatoriale, en septembre, avant la réception du Soudan, en octobre.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar10000 partages

Deux détenus extraits de la prison

La police a extrait deux détenus épinglés dans une nouvelle affaire de faux billets, à Antsirabe, hier. Ils sont soupçonnés d’être  les propriétaires de matériel avec lequel deux faux-monnayeurs confectionnent leurs produits. Les taulards ont nié l’accusation, selon une source policière.

L'express de Madagascar226 partages

Naly Ravelonarivo – « Nos coureurs sont fin prêts »

Avant de participer à la XIVème édition du Tour cycliste international de Madagascar, Naly Ravelonarivo, président de la ligue régionale de cyclisme d’Analamanga fait un petit bilan. Il livre aussi ses perspectives pour cette grande fête du cyclisme malgache.

La ligue régionale d’Ana­lamanga a été très active durant cette saison. Pourquoi un tel investissement?Pour tout dire, la ligue d’Analamanga de cyclisme a pu organiser dix sept courses en ligne durant cette saison. Nous avons vraiment offert le maximum à nos coureurs et nous avons pu avoir des résultats qui sont à la hauteur de notre investissement. Cet investissement s’est fait dans le but de préparer au mieux nos coureurs pour la XIVème édition du Tour cycliste international de Madagascar. Derniè­rement, nous nous sommes vraiment réjouis de la performance d’Emile Randria­nan­tenaina qui a gagné la grande course de Tana de 128km réel en côte en 3h21mn04s. Nous les avons bien motivés à chaque course en matériel et c’est aussi pour cela qu’ils ont été performants.

En parlant de Tour de Madagascar, quel sera votre objectif pour cette année?Tout d’abord, notre objectif est de qualifier un maximum de coureurs pour participer à ce Tour de Mada­gascar. Pour cela, la fédération malgache de cyclisme prévoit d’organiser avec des particuliers à Ilalaka le Grand Prix d’Ilakaka le 2 décembre. Nous allons nous préparer pour cet ultime test pour la fédération qui donnera la liste des coureurs malgaches qui participeront au Tour de Madagascar. Les qualifiés rejoindront directement la ville de Toliara pour prendre le départ le 7 décembre. Les non-qualifiés rentreront à Antana­narivo. Nous pensons briguer toutes les places en équipes nationales.

Durant le Tour de Mada­gascar, il y aura dix pays étrangers en lice. Comment voyez-vous cette sérieuse adversité?Cette nouvelle nous enchante. Nous attendons la participation de l’Angola, ou encore de l’Allemagne et de l’Erythrée et de ce fait nous aurons une sérieuse adversité comme vous le dites. Avoir des adversaires d’un cran au dessus sur le papier motivera nos coureurs à donner le maximum d’eux-mêmes. Nos coureurs se sont préparés au mieux pour ce grand rendez-vous et on verra bien le résultat. De notre côté, nous sommes sans regret, nous avons joué notre rôle en tant que ligue régionale et c’est aux coureurs de faire le reste pour briller sur le plan international

Propos recueillis par Dina Razafimahatratra

Tia Tanindranaza117 partages

Marc RavalomananaHopotehina hatramin’ny farany…

Mazava ny zava-misy amin’ny fikatsahana hamotika an’i Marc Ravalomanana mba tsy hirotsahany hofidiana filoha amin’ny 2018. Dradradradraina fa efa nosazian’ny fitsarana ny tenany, ka tsy afaka ny hirotsaka hofidiana.

 

 Fitsarana mahefa ve no nitsara azy ? Maloto ve ny “Casier judiciaire” ? Tsy misy afera intsony eo anivon’ny “cours d’appels” ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana, hoy ny mpisolovava Hanintra Razafimanantsoa omaly. Tsy misy fitsarana hatao na zavatra hatao ka hikitihana ny dosieny, raha ny fanazavan’io mpisolovava io, manoloana ny endrika fanasoketana azy sy ny mpomba azy amin’ny raharaha vaovao dia ny fahaverezana dosie tao amin’ny fitsarana. Ny hoe zavatra very dia boky mirakitra didim-pitsarana maro be, tamin’ny 2010, ka ao anatin’izay ny didy navoaka momba ny olona lazaina fa nanao heloka bevava tafiditra ao anatin’ireo didim-pitsarana ireo. Mety ho olona liana fa tsy voatery ho ny filoha Ravalomanana fa atao fitaovana sorona indray ny filoha teo aloha, ka inona no tiana hiaviana, hoy izy. Sinema daholo ny zavatra atao, hoy hatrany ny Me Hanitra Razafimanantsoa. Manomboka mihalalina ny fanenjehana, ka ny kaontin’i Marc Ravalomanana any amin’ny Banky, dia nogiazana. Efa mandeha ny resaka amin’ny hanagiazana ny fananany manontolo, mba handemena azy.

Azo antoka ny fahalaniany

Ny tsy azo lavina dia olona manana ny maha izy azy sy tsy azo ihodivirana eto Madagasikara i Marc Ravalomanana. Voasokajy ho manana toerana tsara indrindra raha resaka fankafizan’ny vahoaka. Porofo iray mitohaka amin’ny tenda, ary tsy azo hiadian-kevitra ny voka-pifidianana tamin’ny taona 2013. Tsy hiverenana intsony ny resaka hoe lany ny kandida notohanany fa natsimbadika noho ny resaka hala-bato sy mikimaky ny vokatra. Nitarika tamin’ny elanelan’isa lavitra be tamin’ny fihodinana voalohany. Ny fihodinana faharoa kosa dia nambara fa 46,51% ny vato azon’i Jean Louis Robinson, raha toa ka 53, 49% no azo’ny filoha ankehitriny Hery Rajaonarimampianina. Mbola sesitany tany ivelany i Marc Ravalomanana tamin’ireny, saingy tsy arakaraka izay ny voka-pifidianana. Eto Madagasikara izy ankehitriny ary efa nisy ny fidinana ifotony nihaonana tamin’ny vahoaka, ka izay aleha mankasitraka sy manantena azy avokoa. Tsy mila tambiny ara-bola toy ny fanaon’ny sasany io fa foto-kevitra sy faharesen-dahatra tsy azo hozongozonina hoe iny rangahy iny no nahavita sy mbola hahavita ny firenena. Mety samy nanana ny hadisoany ny mpitondra, saingy ny asa vita sy ny fandrosoan’ny firenena no hifampitsarana. Tsy sanatria natao hanaovana tsinontsinona ny hafa fa raha mirotsaka sy havela hirotsaka an-kalalahana i Marc Ravalomanana ary mangarahara ny fifidianana dia tsy sarotra ho azy ny mibata ny fandresena. Ny fanjakana ankehitriny kosa na ny olona nifidy azy aza dia efa azo antoka fa 10% raha be indrindra no mety hiverina handrotsa-bato. Lojika ny hanakanana an-dRavalomanana, saingy tsy azo tsinontsinoavina ihany koa fa manana ny paikadiny izy, fa tsy sanatria olona badraodra amin’ny resaka politika. Hitondra filaminana eto amin’ny firenena ve ny fanakanana azy tsy hirotsaka ?

Toky R

Tia Tanindranaza112 partages

AntananarivoEfa feno mpitsoa-ponenana vahiny ?

Tranga iray nahatonga saina ny maro ary niteraka adihevitra be hatry ny omaly ilay sarina rangahy iray manao fiakanjona arabo misy volombava be nivatsy entana isan-karazany nandeha teny an-dalambe teto Antananarivo Renivohitra.

 

 Tsy fantatra na iza na avy aiza ary handeha ho aiza fa dia iny izy aloha. Raha ny fahafantarana ireo teratany karana mitovitovy endrika aminy dia tsy mitombina firy ny hoe tsy nahaloa hofan-trano izy ka voaroaka ka nibata ny enta-keliny dia hitady trano hafa hisitrihana na sanatria hanatevina ny mpatory an-dalambe sy eny ambany tonelina. Sary tsy fahita teto hatramin’izay iny hitan’ny maro omaly iny fa efa zavatra hafa mihitsy. Nanizingizina hatramin’izay ny fitondram-panjakana fa tsy misy mpitsoa-ponenana niditra teto Madagasikara na dia efa nampiahiahy ny maro aza ny naneken’ny fitondram-panjakana ny hisian’ny zotran’ny Turkish Airlines tato anatin’ny roa taona izao. Tamin’ny 2016 dia tonga teto mihitsy ny filoha Tiorka Recep Tayyip Erdogan, tsy tonga hizahatany fotsiny fa hiara-kiasa amin’ny fitondrana Rajaonarimampianina. I Tiorkia izay fantatra tsara fa manana toerana goavam-be amin’ny fampiantranoana sy fandaminana ireo mpitsoa-ponenana noho ny ady misy any Syria sy Irak. Nanizingizina ny filoham-pirenena ny 16 septambra teny Iavoloha raha nihaona tamin’ny fianakaviamben’ny asa fanaovan-gazety fa tsy misy hevitra hanorina tanàna ho an’ny mpitsoa-ponenana eto Madagasikara. Roa volana aty aoriana, rehefa mijery ny zava-misy dia manahirana ihany ilay raharaha. Ankoatra izay, ahitana vatan-dehilahy mpanao aferana finday tsy Malagasy satria tsy mahay afa-tsy teny anglisy na fiteny hafa tato anatin’ny volana vitsivitsy eny Analakely, Andravoahangy, Isoraka, Ivandry. Olona avy aiza marina ireo ary nahoana no tsy manana anton’asa mazava fa manao bizna sady manam-bola sy manam-pitaovana tsara ? Mifandraika amin’io ihany, araka ny fanangonam-baovao sy fanadihadiana nataon’ny mpanao gazety teto amin’ny Tia Tanindrazana dia misy andiana Afrikanina teratany Somalianina monina sy mifamezivezy eny amin’ny faritra Itaosy Ambohijanamasoandro ao anatin’ny fokontany Vinany Ambavahaditokana. Tsy fantatra na manao inona izy ireo fa hita mifamezivezy isan’andro. Ny fahitana azy dia manam-bola sy afaka miaina tsara satria manofa trano raitra sy lafo izy ireo. Ahitana azy ireo ihany koa eny 67 ha. Voara-maso ve ireo ? Mampiaka-peo ny fitondram-panjakana rehefa mibosesika ny fanehoan-kevitra na fanakianana. Azo sorohana tsara anefa izany rehefa tonga ara-potoana ny fampitam-baovao ofisialy miaraka amin’ny fanzavana mitombina tsara.

RTT

L'express de Madagascar95 partages

Ambohidrapeto – Des trafiquants jettent des cadavres de tortues

Une centaine de bébés tortues radiata ont été découvertes mortes et jetées en contrebas de la route de Marobiby, à Ambohidrapeto, hier matin.

Des trafiquants à identifier à travers l’enquête de la gendarmerie ont jeté des cadavres de tortues dans la nuit de lundi à hier, à Ambohidrapeto. Ces reptiles astrochelys radiata, endémiques de Madagascar étaient enfouis dans des chaussettes dans un carton, un sac de 250 kg et une valise. La gendarmerie dénombre plus de cent dépouilles, dont une partie était déjà en état de putréfaction.Un badaud ayant aperçu le premier les balles éparpillées en contrebas a alerté les riverains. La brigade d’Itaosy a diligenté des gendarmes sur les lieux. « Nous avons été prévenus vers 10h. Les cadavres de ces bébés tortues étoilées ont été enterrés », a indiqué le commandant de brigade (CB) d’Itaosy, Olivier Raniriarison, hier.Les témoignages obtenus semblent insuffisants pour reconnaître les auteurs de cette magouille ratée. « Nous ignorons si des contrebandiers ont déposé les cadavres ici ou si c’est quelqu’un du voisinage même qui les a abandonnés », raconte un passant.Pour l’heure, la poursuite des bandits opérée par les éléments de la gendarmerie s’est avérée infructueuse. « Aucun suspect n’a été identifié ni arrêté, (ndlr : jusqu’à hier soir) », a précisé le CB, joint au téléphone. Une source au sein de l’Alliance Voahary Gasy ou la plateforme des organisations des sociétés civiles œuvrant dans le domaine de l’environnement, a affirmé ne pas avoir entendu parler d’une tentative d’exportation illicite des tortues avant cette découverte.

RéseauD’après les premiers éléments de l’investigation, une tortue étoilée se négocie à plus de deux cent dollars US sur le marché. « Après le démantèlement de trois réseaux de contrebandiers de ces reptiles en 2016, le trafic recommence à présent à faire grand bruit. Il attire l’attention des braconniers, alors que les barons restent insaisissables », a soulevé une source proche du secrétariat d’Etat chargé de lagendarmerie. Une mesure prise de leur part a été ainsi annoncée.Le commerce illicite de tortue est passible d’emprisonnement et d’amende s’élevant à dix millions d’ariary, selon les enquêteurs saisis de cette affaire.

Hajatiana Léonard 

L'express de Madagascar79 partages

Shine « Shyn »

À plusieurs reprises, j’ai voulu écrire sur eux mais je ne savais pas trop comment décrire ce que je ressentais, ce que je devais dire et comment le dire. Je n’y suis jamais arrivée. Il n’est pas vraiment de coutume, de ma part, d’écrire à la première personne du singulier. Car il nous est interdit par les « manières » journalistiques de personnaliser les choses. On pourrait dire que nous écrivons au nom de tous, pour tous même si une chronique engage plus celui qui l’écrit. Mais cette fois-ci, je déroge expressément à cette règle pour pouvoir clamer enfin, haut et fort, une admiration qui date de maintenant dix bonnes années. On me connaît plus pour mes sarcasmes acidulés, mes humours noirs et mes déprimes nationalistes. Pour une fois aussi, je pousse un grand soupir pour écrire un papier avec des paillettes et des confettis. « Quel soulagement ! » diront les uns ; « il en était temps ! » grogneront d’autres ; tellement je vous ai dépeint le monde avec ses cinquante nuances de gris.Revenons à nos moutons, ou plutôt à nos tourterelles ! Qu’ils sont beaux, qu’ils sont talentueux, qu’ils sont magnifiques, qu’ils sont fiers. Non, il ne s’agit nullement du couple présidentiel au cas où certains pourraient penser que je suis tombée sous le charme, après le fameux Honoris Causa de l’homme fort du pays. Je parle plutôt de ce jeune couple originaire de la ville de Tamatave et quiest actuellement propulsé sur la scène internationale grâce à ses efforts. Une pincée de chance, un zeste de folie, une poignée de créativité, deux cuillerées de vision, deux kilos de travail acharné, deux autres de professionnalisme et une bonne dose d’amour : voilà qui pourrait être la recette de leur essor. Shyn et Deenyz ; Deenyz et Shyn, on parle beaucoup d’eux depuis quelques mois.Ce qui est le plus touchant dans cette histoire, c’est que l’on peut vraiment écouter en boucle leurs tubes. Merina comme je suis, des fois je n’y comprends rien, je chantonne des mois avant de m’apercevoir que ce que je dis est vraiment autre chose. Ce jeune couple a réussi à mettre dans nos oreilles, dans nos bouches un dialecte métissé. Entre le merina, le betsimisaraka, l’anglais, le français et je ne sais quoi d’autre, ils ont partagé avec nous la langue de l’art, du beau, du « sans frontière ». Plein de fois, je demande à des amis « mais qu’est-ce qu’il dit ? ».Je suis un fan, oui ! Je suis reconnaissante que dans cette génération que l’on pense perdue, on puisse, de plus en plus, mettre en évidence des perles rares. Des jeunes gens qui donnent de bons exemples par le biais d’un travail âpre et soutenu. Et puis, Shyn et Deenyz prouvent que nous pouvons réussir, que nous avons des places à prendre dans le monde. À eux deux, on peut également voir un jeune couple soudé dans la vie comme dans les affaires. Mis à part le côté artistique, ils nous inspirent également un business propre, qui marche avec le temps et les efforts qu’il a fallu.2014, Deenyz est sacrée lauréate du concours panafricain « Island Africa Talent ». Elle sort, cette année, une merveille « Allofo » chez Universal. Puis il y a quelques jours, Shyn remporte le prix « Révélation de l’année » du concours international « Afrima Awards » ou « All Africa Music Awards ». Admiration et respect !

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Ino Vaovao57 partages

LALÀNA MIFEHY NY FIFIDIANANA : “Hiteraka korontana raha tsy ho eken’ny rehetra”

Namaly avy hatrany an’io fanambarana io ireo antoko politika izay nilaza mazava fa tsy mbola naharay izany volavolan-dalàna izany akory. Ankilany nilaza ihany koa izy ireo fa tsy noraisin’ny vaomiera iraisan’ny minisitera ao anatin’ilay volavolan-dalàna mifehy ny fifidianana ireo soso-kevitra sy fanitsiana niaraha-nidinika teo anivon’ireo vaomieran’ny fakan-kevitra izay nahitana ireo ankolafy politika sy fiarahamonim-pirenena. 

Manoloana an’io indrindra no antony ijorian’ity Kaomity ity mba hanara-maso ny demokrasia sy ny fifidianana, araka ny loharanom-baovao voaray. Tanjon’ity farany ao anatin’izany ny mba hitakiana ny fanitsiana an’io volavolan-dalàna io sy hanarahan’izy ireo akaiky raha ireo hevitra niaraha-nidinika no hivoaka ao anatin’ilay volavolan-dalàna farany mialohan’ny ahatongavany eo anatrehan’ny filan-kevitry ny governemanta.

Takian’izy ireo fatratra ny hahalala mialoha izay voarakitra ao anatin’ity lalàm-pifidianana mba tsy ho tonga eny amin’ny antenimierampirenena vao hampahafantarina ny besinimaro indray, ary mazava ho azy fa tsy maintsy ho lany. Nanambara ireo mpikambana ao anatin’ity Kaomity ity fa ny fametrahana ny volavolan-dalàna eken’ny rehetra ihany no azo antoka fa hampisy ny filaminana aorian’ny fanatanterahana ny fifidianana amin’ny taona 2018 io. 

“Aleo misoroka toy izay mitsabo. Ny antony anaovanay an’izao dia mba hisian’ny lalàm-pifidianana eken’ny rehetra, mangarahara ary tsy hampisy ady satria ny krizy nisy teto Madagasikara dia avy amin’ny fifidianana daholo, ka izay no mahatonga anay milaza hoe aleo atao ny fitsipi-dalao mba hoeken’ny rehetra. Rehefa eken’ny rehetra ny fitsipi-dalao, izay resy eo dia manaiky. Izay no antony”, hoy ny mpikambana ao anatin’ity kaomity vao najoro ity. Manahy amin’ny hisian’ny korontana tsy hifankahitana izy ireo raha tsy araka ny heverin’ny maro ny volavolan-dalàna mifehy ny fifidianana hipoitra eo.

Avotra Isaorana

Madagate45 partages

Madagascar Sport auto. Jimmy Rakotofiringa et sa volonté de tout escamoter

C’est aujourd’hui mercredi 15 novembre 2017, que la FSAM (Fédération du Sport automobile de Madagascar) va réunir un « tribunal sportif » pour statuer sur le sort des 4 personnes qu’il a suspendu de toute compétition de sport automobile pour une période de 2 ans et de faire partie de l’administration des clubs et de la fédération pour une période de 4 ans.

Leur crime? Avoir osé demander un audit des comptes de la FSAM sous sa présidence. De qui parle-t-on? Mais de Jimmy Rakotofiringa alias BB, alias le Chinois bien évidemment! L’homme dont le nom sera retenu par l’Histoire pour avoir politisé ce sport noble dans tous les sens du terme. Flash back chronologique sur une minable histoire de détournements d’aides financières de la FIA (Fédération internationale de l’Automobile), déguisée en «main de fer» d’un apprenti dictateur récidiviste car déjà condamné pour abus de confiance assorti de détournement de fonds.

Le temps n’efface pas les crimes commis, Jimmy!

Décidément, en voilà bien un qui croit vraiment que le temps effacera les crimes qu’il a commis. En l’occurrence le détournement des fonds alloués par la FIA. Il s’agit, bien évidemment, de Jimmy Rakotofiringa, donc, président de la FSAM qui vient encore une fois de reculer pour mieux sauter. Il veut embrouiller les esprits mais heureusement que les archives écrites restent. Que lui avait-on demandé, au départ? Un audit des comptes de la FSAM. C’est devenu une affaire de corruption teintée de politique. Puis, le silence pour mieux réfléchir à la dernière diablerie à mettre en action, sans aucun doute. Ainsi, parce que le cabinet chargé de l’audit n’a pas pu prouver que les comptes de la FSAM étaient clairs, il a été obligé d’abandonner la partie (le cabinet Apex pas Jimmy). Fort de cela, voilà le Jimmy en question qui reprend du poil de la bête en compliquant encore plus l’affaire qui le concerne particulièrement, mais dans laquelle il veut impliquer d’autres mécréants qu’il a acquis à sa cause d’une manière ou d’une autre.

Retraçons ensemble la chronologie de l’histoire :

- 07 mars 2016: Lettre de démission du Trésorier de la FSAM

- 27 février 2017: Attestation de dépôt de plainte Police économique

- 06 mars 2017: Convention Bipartite entre les présidents de clubs d'une part et les membres du comité Directeur plus 4 licenciés

- 13 mars 2017: Lettre de ACCT demandant clarification des comptes suivie des sanctions (La sanction tombe mais le compte reste flou)

- 24 avril 2017: Doléance au Ministère suivant conseil du DSF

- 24 avril 2017: Accusé de réception de la doléance par le bureau DSF

- 24 avril 2017: Accusé de réception de la doléance par le bureau FSAM

- 24 avril 2017: Copie du jugement de Jimmy Rakotofiringa pour abus de confiance et détournement

- 10 mai 2017: Rapport financier FSAM 2016 - 18 mai 2017: Notification de retrait à titre préventif de licence

- 19 mai 2017: Rejet de l'appel de suspension

- 29 mai 2017: Ordonnance du Tribunal pour l’audit des comptes appartenant à la FSAM

- 5 juillet 2017: Demande de pièces par le Cabinet APEX en vue de l’audit

- 5 juillet 2017: Les pièces demandées sont fournies à l’auditeur.

- 10 juillet 2017: accusé de réception des pièces par le cabinet APEX

- 24 juillet 2017: Convocation au Tribunal

- 20 octobre 2017: lettre de l’auditeur annonçant l’impossibilité de mettre en œuvre les procédures nécessaires pour obtenir l’assurance raisonnable qu’il n’existe pas d’inexactitudes ou d’anomalies importantes.

- 21 octobre 2017: Assemblée générale extraordinaire de la FSAM pour élire les membres du tribunal d’appel de la fédération, malgré la correspondance en date du 27 juillet 2015 venant du président de la FSAM:

«Suite à l'AGE du Samedi 25 Juillet 2015 en vue de la constitution du Tribunal sportif avec l'élection de ses membres, nous vous faisons parvenir sa composition:

- Président du Tribunal: Ratrimoarivony Solo

- Membres Titulaires: Andrianoely Gérard et Rakoto David

- Membres Suppléants: Rabesaotra Jean Paul et Rakotoniaina Voahangy.

Ce Tribunal Sportif est élu jusqu'en fin 2017, durée du mandat du Comité Exécutif de la FSAM actuel (2014-2017) ».

Par ailleurs, lors de cette Assemblée générale, la fédération a délibérément déformé la lettre de l’auditeur en annonçant que «la FSAM est étonnée que l’audit ait pris tout ce temps pour qu’à la fin, l’auditeur abandonne le travail». Le vice-président de la FSAM nouvellement élu a, de son côté, martelé qu’il «n’est pas satisfait de la décision prise par le conseil de discipline», qu’il aurait voulu que «les 4 personnes qui ont osé dénoncer les magouilles auraient dû être radiés à vie». Primo, un cabinet d’audit n’est et ne sera jamais à la solde d’un audité; secundo s’il a dû abandonner, c’est parce qu’il l’a spécifié noir sur blanc: «il n’a pas pu obtenir l’assurance raisonnable qu’il n’existe pas d’inexactitudes ou d’anomalies importantes». En clair: les comptes de la FSAM (il y en a trois à ce nom!) ne sont pas… clairs.

Du coup, Jimmy Rakotofiringa saute alors sur l’occasion pour changer illégalement les membres du tribunal sportif qui sera, ainsi, acquis à sa cause perdue. Et pour tenter de renflouer sa caisse trouée ou plutôt vidée, il a organisé ce truc à Mahamasina, le week-end dernier, qui a rameuté des sponsors naïfs, dans le cadre d’un RIM (Rallye international de Madagascar) sans participants étrangers. C’était pourtant le 38è du nom. Résultat? Aucun résultat de la compétition, justement. Car même ici, tout était flou. Et Jimmy a osé affirmer que «c’est règlementaire».

Mais de tout çà, je n’en ai rien à cirer. Je le répète: le temps n’efface pas les crimes commis, Jimmy! Pour l’heure, la FIA attend avec impatience les raisons de cette suspension d’une durée 4 ans pour les 4 licenciés. Demande à laquelle il n’a toujours pas daigné répondre. Même par pure politesse. Et s’il croit que la FIA ne s’intéresse pas à son cas, il se trompe lourdement. Cependant, j’ajouterai un mot sur ce 38è Rim en reprenant le titre du confrère Clément Rabary de Midi Madagasikara, qui a considéré cette compétition comme truffée de «bévues qui se multiplient au sein de la FSAM».

 

Rien à dire et à redire: les bévues financières de Jimmy Rakotofiringa ont des impacts semblables dans l’organisation même d’une compétition importante pour le championnat de Madagascar: négatifs. Et, avec sa volonté de tout escamoter, Jimmy Rakotofiringa risque bien de disparaître de lui-même du monde du sport automobile de Madagascar. Tout est possible ici bas les amis. Cela s’appelle jouer les filles de l’air. Mais on est bien souvent rattrapé par un passé sans barre stabilisatrice.

Jeannot Ramambazafy - Article publié également dans le quotidien La Gazette de la Grande Île de ce mercredi 15 novembre 2017

Madaplus.info43 partages

Connaissez-vous SOS Madagascar?

La présidente Elisabeth Baron nous raconte les actions des membres du SOS Madagascar dans notre pays.
"En octobre dernier, une délégation de l'association SOS Madagascar s'est rendue sur la grande île, représentée par six de ses membres.
À l'occasion de ce voyage humanitaire, l'objectif était de soutenir concrêtement d'une part le centre Akanisoa (orphelinat) d'Antsirabe dans le centre du pays et d'autre part le foyer des handicapés de Namahora à Morondava sur la côte ouest.
Après l'évaluation des besoins lors de la préparation du voyage et sur place, c'est l'aboutissement et la réalisation effective des projets élaborés et approuvés en Assemblée Générale.
La première étape de ce périple fût donc Antsirabe. Que de beaux moments, de rires, de joies partagés avec les enfants, l'équipe éducative et la Directrice Mme Berthe.
L'association a pu à cette occasion apporter des fournitures scolaires (cahiers, ardoises, crayons, stylos, ...) et des produits de première nécessité (vêtements, sous-vêtements, produits de toilette). A l'orphelinat, tous ont été émerveillés par les photos de l'album d'un précédent voyage de 2014 que la délégation leur a remis.
En effet 2014 constitue dans l'histoire récente d'Akanisoa une étape marquante par l'inauguration de deux salles de classes entièrement équipées par l'association.
En 2017, SOS Madagascar a concentré son action sur le centre de Namahora, seconde étape du voyage. Là encore, une copie de l'album photo a fait sensation.
Le centre scolarise des enfants en situation de handicap, assure l'hébergement de familles en grande difficulté ayant des enfants handicapés et des personnes âgées isolées; il permet par ailleurs une insertion par le travail à plusieurs personnes handicapées.
Ce dernier point est primordial car il constitue une intégration des personnes handicapées dans la ville par le biais de services proposés par exemple :
- formations aux outils standards de bureautique et mise à disposition des équipements du centre,
- réalisation et vente de chaussures orthopédiques.
L'atelier informatique continue de progresser grâce à un travail d'équipe, de vos dons et de l'investissement de bénévoles de l'association.
De même l'atelier de cordonnerie a bénéficié de la reconstitution du stock de matières premières. La couturière a reçu une machine à coudre multipoints électrique et manuelle.
Enfin les enfants n'ont pas été oubliés puisque l'association permettra au centre, dès la mi-novembre, de disposer de nouveaux mobiliers de classe et d'offrir un cadre plus agréable pour assurer la restauration des enfants avec de nouvelles tables et chaises pour 35 enfants.
Je ne peux ici que retranscrire les plus vifs, sincères et répétés remerciements aux donateurs de la part des responsables du centre Akanisoa d'Antsirabe et des soeurs de la congrégation Jeanne Delanoue du foyer des handicapés de Namahora à Morondava.
Soutenez-nous.
Venez nombreux à notre soirée festive le 9 décembre 2017 à 21 heures à la MTL de Roissy-en-Brie (77680).
Pour toute information, joignez-nous au 06-45-65-18-36
La présidente de SOS MADAGASCAR
Elisabeth BARON"
Madagascar Tribune41 partages

Guerre d’usure entre Ravalomanana et Ravololomanana

Lalatiana Ravololomanana, conseillère municipale à la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) après avoir interpellé l’inspection générale de l’Etat à contrôler le compte de l’Exécutif de la CUA a déposé une plainte contre l’équipe de Lalao Ravalomanana auprès du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) la semaine dernière. Lalatiana Ravololomanana reprocherait à l’équipe de la maire de corruption et de malversation financière.

L’équipe de l’Exécutif de la CUA par le biais du deuxième adjoint, Andriamorasata Julien, rétorque que tous les griefs énoncés par la conseillère municipale ne sont pas fondés et ne sont motivés que par la jalousie, « Elle a été avant dernière à l’élection municipale, sa fille qui travaillait à la CUA a été affectée pour faute grave : ce sont les véritables raisons de sa colère contre Lalao Ravalomanana ». Il écorche au passage cette dernière en disant que les membres de l’opposition ne doivent pas siéger dans le Conseil municipal car ils passent leur temps à entraver le travail de l’Exécutif et invite ainsi Lalatiana Ravololomanana à démissionner. Évidemment, cette dernière ne compte pas du tout abandonner son poste «  Je suis élue et non nommée » rappelle-t-elle « et je faisais et ferais ce que les électeurs attendent de moi : faire appliquer la bonne gouvernance pour le bien être de tous  ». La guerre entre les deux femmes politiques de la CUA ne s’arrêtera pas de sitôt.

Midi Madagasikara41 partages

Inaugurations et remise de dons : Hery Rajaonarimampianina en précampagne avec les moyens de l’Etat

Hery Rajaonarimampianina lance une offensive de charme auprès des élèves de la capitale.

Ce jour, le couple présidentiel se rendra au Coliseum d’Antsonjombe pour offrir des kits scolaires aux élèves de la capitale.

Deux poids deux mesures ! C’est ainsi que l’on peut qualifier l’inégalité de traitement des différents candidats potentiels à l’élection présidentielle de 2018. Pour l’heure, seuls Hery Rajaonarimampianina et le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » sont autorisés à organiser des rassemblements publics. Ce qui n’était pas le cas du « Tiako i Madagasikara » qui n’a pas pu fêter son quinzième anniversaire au stade de Mahamasina et dans les autres régions de la Grande Ile. Après sa nomination au Sénat, le président national du parti au pouvoir, Rivo Rakotovao, alors qu’il était en mission à Rome, a déclaré que sa nomination rentre dans le cadre de la stratégie politique du HVM en vue de l’élection présidentielle de 2018. L’élection du numéro Un du parti HVM à la Présidence du Sénat confirme la candidature de Hery Rajaonarimampianina à la course à la Magistrature suprême. On remarque d’ailleurs que depuis son retour de Rome, le Chef de l’Etat lance une véritable campagne avant la lettre avec de nombreuses descentes dans les régions et au niveau des différents quartiers d’Antananarivo. Pour ne citer que ce qui s’est passé hier où le président de la République a effectué une descente au CEG Tsimbazaza et à l’EPP Soanierana pour inaugurer des « zava-bita ». Si à l’EPP Soanierana, le bâtiment a été réhabilité totalement, pour ce qui est du CEG Tsimbazaza, le couple présidentiel a inauguré de nouvelles salles avec un laboratoire et une salle audiovisuelle équipée d’ordinateurs et de nouveaux bancs. Des kits scolaires ont également distribués à tous les élèves.

Prérogatives. Ce jour, un grand évènement dans ce sens attend Voahangy et Hery Rajaonarimampianina. En effet, le couple présidentiel se rendra au Coliseum d’Antsonjombe ce matin pour distribuer des kits scolaires à 6 000 élèves issus de plusieurs écoles publiques et privées de la Ville des Mille. Après un long moment de « vacances de peste », les activités scolaires seront donc de nouveau suspendues ce jour. Bon nombre d’observateurs considèrent cette manifestation comme une véritable précampagne caractérisée par l’utilisation abusive des prérogatives de puissances publiques. Le Chef de l’Etat sera certainement accompagné par tous les membres du gouvernement, des parlementaires pro-régime et les leaders du parti HVM. Il convient de rappeler que ce rendez-vous sera animé par des artistes de renom tels que Stéphanie, Arione Joy et Mijah. Reste à savoir si le parti au pouvoir parviendra à faire mieux que le candidat du parti « Gideona Fandresena ny Fahantrana eto Madagasikara » (GFFM), le Pasteur Mailhol Christian Dieudonné qui a réussi à faire le plein à Antsonjombe lors de l’annonce de sa candidature.

Bain de foule. Hier, Hery Rajaonarimampianina s’est offert un bain de foule. Il s’est déplacé à pied en rejoignant le CEG Tsimbazaza depuis l’EPP Soanierana. Une récupération politique qui n’était pas forcément une réussite, puisque l’initiative n’a pas été suivie par les habitants du quartier et les parents d’élèves. Faut-il rappeler que lors de l’élection de 2013, le candidat « numéro 3 » a été battu à plate couture  par Jean Louis Robinson au niveau de tous les bureaux de vote de Tsimbazaza et de Soanierana. Et ce, même si à l’époque, la famille Rajaonarimampianina habitait encore le quartier. Reste à savoir s’il parviendra à renverser la tendance en 2018. Nul n’ignore qu’Antananarivo est caractérisé par un électorat connu par son attitude rebelle qui n’a jamais voté pour le candidat du parti au pouvoir. La question est donc de savoir si l’offensive de charme lancée actuellement par le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » ne constitue pas un combat perdu d’avance.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza38 partages

Kaominin’Antananarivo RenivohitraMangarahara tanteraka ny fitantanana

Manoloana ny fanaratsiana sy fanenjehana ataon’ny mpanolotsain’ny tanànan’Antananarivo Lalatiana Ravololomanana, ny ben’ny tanànan’Antananarivo Lalao Ravalomanana dia nampiantso mpanao gazety tetsy amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely omaly ny lefitra faharoan’ny ben’ny,

Mangarahara ny fitantanana ao amin’ny CUA

Naranty teo imason’ireo mpanao gazety mihitsy moa omaly ny kaontim-pitantanan’ny CUA 2015 sy 2016 ho porofo fa nangarahara hatrany ny fitantanana nisy. Efa ho 30 miliara ariary ny trosa nolovaina tamin’ireo mpitantana nifandimby ny tanàna, hoy hatrany ny fanazavana, ary efa maro ireo saika nanda tsy hiara-kiasa amin’ny CUA intsony. Voatery nitady fomba hafa ny kaominina hahafahana mampiodina ny raharaha rehetra ka isan’ny ho ampiroboroboana ny fiaraha-miasa amin’ny sehatra miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana. Tsy marina ny filazana fa tsy tafiditra tao anaty tetibolan’ny kaominina ny resaka Easy Park satria tsy maintsy tafiditra ao anatin’ny antsoina hoe “Rubrique budgétaire”  ny “droit de parking” na saram-piantsonana. Azo lazaina ho manome tombony ny kaominina mihitsy aza ity orinasa misahana ny resaka fiantsonana eto Antananarivo ity satria dia 80%n’ny enti-manana rehetra ahafahana mampandeha tsar a ny raharaha amin’izao fiatombohany izao dia iantohany avokoa. Mbola mariky ny fahatsaran’ny fitantanana ao amin’ny CUA, ihany koa, raha ny fanazavana hatrany ny fanomezana fankasitrahana manokana ireo mpiara-miasa amin’ny desambra. Miisa 3200 amin’izao fotoana izao ireo mpiasan’ny kaominina, raha 3450 teo aloha. Ary mitentina 8 miliara ariary isam-bolana no atokana ho karaman’ireo mpiasa raha 3 miliara ny an’ireo teo aloha.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza37 partages

Potika ny firenena, mahantra ny MalagasyMila vina ara-toekarena mazava isika, hoy Lanto Ratsida

Ao anaty fotoan-tsarotra i Madagasikara amin’izao noho ny antony maro. Anisan’ny lesoka ny tsy fahafehezan’ny mpitondra ny firenena. Ny vahoaka etsy an-daniny toa manaiky,

 ka zary tandra vadinkoditra ny miaina anaty fahantrana sy mitazam-potsiny ny hadalan’ny mpitondra. Nisy ny fanadihadiana sy fakan-kevitra natao tamin’ny mpandinika fiarahamonina Lanto Ratsida, mba hahazoam-baliny hoe inona tokoa no mety ho antony ?

Tia tanindrazana (TT) : Tena tsy voafehin’ny mpitondra intsony ny firenena ary mikorosy fahana hatrany. Inona tena olana raha ny fahitanao azy ?

Lanto Ratsida (LR): Taorian’ny krizy 2009 dia tsy dia mahagaga ihany satria tsy moramora ny manarina rehefa aorian’ny krizy. Kanefa izy ireo ny fijeriko azy, dia tsy manana sori-dalana mazava hiatrika ilay zava-nisy taorian’ny krizy, dia lojika izy ireo raha misafotofo, kanefa zavatra be dia be no sarotra alamina taorian’ireny. Ny toekarena efa latsaka, ary ny toe-tsain’ny olona ihany koa efa misy olana satria rehefa mandalo krizy dia misy ny dona lehibe. Io no maha sahirana azy ireo eo satria ialohavan’ny vanim-pitoana, raha ny fijeriko azy.

TT : Inona no mety ho antony mahatonga ny vahoaka mahari-pery sy manaiky lembenana na dia efa ampanantenaina poakaty aza, toy ny hoe efa 650Ar ny kapoakan’ny vary, saingy tsy hita izay vahaolana ?

LR: Ny vahoaka efa reraka satria rehefa avy voadonan-javatra (krizy) dia lasa marefo be. Iny vita ihany ny niatrika an’iny. Miandry izy saingy tsy mahita hoe hery faran’izay matanjaka azo hitokisana satria io vahoaka io tsy dia mihetsiketsi-poana. Misy dikany io matoa mihetsika, ka tsy mahita an’izay izy sady difotra tanteraka ao anaty fahantrana.

Mety hiaritra sy hilavo lefona tanteraka ve izany ny vahoaka, ka hanaiky foana izao zavatra iainany izao ?

LR : Mieritreritra aho hoe amin’io 2018 io mety hanahirana ihany, raha mbola mitohy ny fahasahiranana lavabe mitranga amin’ny vahoaka. Izao aloha tena difotra izy ary tsy mbola mahita izay azo itokiasana ao anatin’ity raharaha ity satria izay olona rehetra mety hoe nitsangana dia toa nalefaka tampoka. Ny vahoaka rehefa misy zavatra tsy tiany dia mijoro izy, raha ny hevitro. Nisy ihany teo nijoro, toy ny hoe rehefa tapaka ny jiro dia nitroatra. Mila mitandrina anefa ao anatin’izay satria rehefa misy ny tahaka izany dia tafiditry ny politika hatrany ary misy olona hafa tsy fantatra mitsofoka.

Inona ny torohevitra avy aminao ho an’ny vahoaka manoloana izany ?

LR: Raha izao no miresaka amin’ny vahoaka, dia aleo mijery zavatra lavitra foana, ary homanina tsara satria ny zavatra maimaika dia mora hidiran’ny mpandoto rano. Ny tena mahatonga ny vahoaka hitroatra, dia ilay izy mandry tsy lavo loha na mandry andriran’antsy. Tamin’iny tsaho momba ny vaksinin’ny pesta iny izao, dia lojika be ny fitaintainana satria zanaka menaky ny ainy. Na izany aza ve dia hiandry ny fotoana tahaka izany vao hihetsika ?

Inona no torohevitra avy aminao manoloana ny tsy fahafeheza’ny mpitondra ny firenena, ka mampikorosy fahana hatrany an’i Madagasikara ?

LR: Ho an’ny mpitondra dia mila mamerina fandaminana amin’ny ankapobeny mihitsy izy aloha amin’ny vina ara-toekarena sy ara-piarahamonina mba tsy hisy. Lalina be ny hantsana manasaraka ny mahantra sy ny manankarena. Ny zavatra hita anefa dia misy tetikasa madinika mahakasika olona vitsivitsy, kanefa na faritany iray aza no hanaovana tetikasa tsy izy fa ny tokony ho tetikasa mahafaoka ny firenena ary tena maty paika. Mila mahita vahaolana mahomby mba hampihenana haingana ny elanelana be eo amin’ny mahantra sy ny mpanankarena. Mba miray feo sy mba mila manome vahana ny mpandraharaha Malagasy ny mpitondra, fa tena ho fanina tanteraka ireo.

Nangonin’i Toky R

 

Midi Madagasikara35 partages

« Miss & Mister Malagasy 2017 » : zoom sur l’évènement et les finalistes

Tihavina – Adriana – Laura – LilasHéloise – Kanto – Andy – AnitaNelly – Sophie – Ashley — LaeticiaMirana – Miora – Rouxanna – Kimberley

A J-3 de la grande finale, tous les candidats sont en effervescence et attendent impatiemment de défiler sur le podium. C’est effectivement ce samedi 18 novembre que les 32 prétendants au titre de Miss et Mister vont se soumettre au regard du public et celui du jury.

« Une grande partie du travail a été faite. Le plus important reste encore à accomplir mais on est prêt. On a hâte ! Nous sommes d’ailleurs très fiers de vous présenter les candidats sélectionnés pour la finale. Ils sont 32. On les a rencontrés dans toute la France. Ils sont sérieux, ponctuels, très ambitieux, attentifs mais par-dessus tout, ils veulent faire avancer la Grande Ile et veulent monter des projets pour aider le pays .Nous nous devons de donner encore plus, parce que pour ces jeunes, cet événement est une porte à leur rêve de redresser leur pays ». Les candidats viennent de toutes les grandes villes de France : Toulouse, Limoges, Nice, Lyon, Le Mans, Grenoble, Nîmes et d’autres pays d’Europe comme la Suisse, l’Allemagne et la Russie. « Nous avons sillonné toute la France pour la préparation. On s’est déplacé parce que la majorité est  des étudiants. La plupart ont 17 à 25 ans et ont pour projet de s’investir dans des œuvres caritatives ». « Miss Mister Malagasy 2018 » gagneront un voyage en Europe, ils commenceront leur carrière en tant que représentant de Madagascar, notamment par une séance de « shooting » sur l’Ile de Santolini en Grèce. Des œuvres caritatives pour des villages à Madagascar seront également programmées, pendant leur année de trône. Ils vont porter le Titre « MISS et MISTER MALAGASY » pendant un an et représenteront notre Ile pour les prochaines élections de « Miss Union Africaine », « Miss Océan Indien », « Mister Afrique France ». Sloane, dauphine en 2015 et Jay Sam présenteront la grande soirée.

Franco – Serge – Niry – EdouardGeoffroy – Edwin – Tolotra – KevinMiranto – Thyssen – Corentin – AritianaJonathan – Loïc – Andrinirina – Andrandraina

La soirée. « Miss et Mister Malagasy » va investir le BOREAS. 500 personnes sont attendues à bord. Le bateau, bien évidemment, ne naviguera pas. « Les 16 candidats ouvriront le bal. Les femmes feront ensuite leur entrée. Tous devront défiler dans des tenues traditionnelles malgaches. D’ailleurs, chacun des prétendants aux titres sont tenus de présenter un discours en malgache. Le passage en tenue de plage est bien sûr obligé, sans oublier celui en tenue de soirée », explique Mc Jay Sam du comité d’organisation. Après élimination du jury, 12 concurrents dont  six hommes et  six femmes passeront à la phase finale. Les finalistes seront habillés par la Créatrice Malagasy Jeanny Leap, avec une collection faite à partir des matières collectées par l’école d’art « Abel Auvray ».  Les heureux gagnants ne seront connus que vers 2 h du matin. Le public, en attendant, pourra profiter de la  soirée dansante. « Quelques artistes feront le show entre le défilé : des jeunes chorégraphes, des danseuses venant des îles voisines, des chanteurs comme Nirintsoa finaliste de la Nouvelle Star ou encore le séduisant Rass entonneront par contre leurs plus grands tubes pendant que les prétendantes défilent en tenue de plage. Une demoiselle Malagasy très suivie sur les réseaux chantera pendant que les messieurs défileront en tenue classe ».Mahetsaka

L'express de Madagascar32 partages

Santé – Relance de la vaccination anti-poliomyélite

Défi. La poliomyélite n’est pas encore totalement éradiquée à Madagascar, malgré l’absence d’apparition de nouveaux cas depuis août 2015, et la déclaration de l’Orga­nisation mondiale de la Santé (OMS), sur l’interruption de la propagation du virus, en 2016. Nous sommes sur le point d’acquérir la certification de l’élimination de cette maladie paralysante. Toutefois, rien n’est encore gagné. Il faudra encore améliorer le taux de couverture vaccinal contre la poliomyélite qui n’est pas encore très convaincant pour assurer la protection de tous les enfants contre cette mala­die paralysante. « Le taux de couverture vaccinale est actuellement de 85%, cela devrait encore augmenter. Chaque district devrait enregistrer un taux de vaccination de plus de 80% », argumente le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andria­manarivo à Ambohidahy, lundi, dans le cadre d’une conférence de presse sur la campagne de vaccination contre la poliomyélite, les 6, 7 et 8 décembre.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara30 partages

« Miss ronde big fashion 2017 » : A la recherche de sa prochaine égérie !

Dianah Randrianarison, une des finalistes lors des éditions précédentes, encourage les rondes à être elles-mêmes à travers le concours.

Qui a dit qu’il faut toujours avoir une taille de mannequin pour pouvoir participer à un concours de beauté ? « Miss ronde Madagascar » prouve le contraire à travers son évènement, dédié aux femmes fortes, dont le second casting se tient ce jour à la galerie Pousse-Pousse Antaninarenina.

Oui, elles sont jeunes et jolies. Elles profitent à fond de la vie et ne se privent de rien. Les bonnes adresses en termes de cuisine? Elles en connaissent beaucoup. De ce qu’en disent les gens sur leurs kilos en trop ou du regard de dédain que leur portent parfois certains? Elles n’y font pas vraiment attention. Car contrairement à d’autres, elles sont bien dans leur peau et s’assument parfaitement. Elles n’ont aucun complexe. D’ailleurs, leurs quelques kilos en trop ne les ont jamais empêchées de porter des petites robes d’été ou de suivre les dernières tendances. C’est en hommage à toutes ces femmes et pour leur permettre de réaliser leurs rêves que cette élection de miss a été organisée. Pas une élection qui verra défiler des jeunes femmes minces et aux courbes parfaites mais une élection qui mettra en avant ces miss qui s’assument.

S’assumer. « Arrêtons de nous cacher dans de gros T-shirts et d’énormes pantalons de mec! Ce n’est pas parce qu’on est ronde qu’on n’a pas de style! Arrêtons les jugements gratuits ! Non, on n’est pas des patapoufs! Ici, on est ronde et on est sublime! ». Un message de Dianah Randrianarison qui encourage les femmes avec des kilos en trop à s’assumer complètement, comme elle le fait. Un message qui incite également ces membres de la gent féminine à se mettre sur le devant de la scène à travers le concours « Miss ronde big fashion 2017 ». Pour toutes celles qui se sont déjà inscrites, le second casting se tient ce jour à la galerie Pousse-Pousse Antaninarenina. Toutes celles qui auront été retenues passeront à nouveau devant le jury le samedi 25 novembre. La demi-finale se tiendra par contre le 2 décembre.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune25 partages

Menace de destitution du bureau permanent

Après les intentions de motion de censure contre le Gouvernement il y a de cela quelques semaines encore, voici qu’une intention de destitution du Bureau permanent se fait entendre à l’Assemblée Nationale. Et cela malgré un agenda chargé en perspective et alors que le vote de la loi de finances 2018 s’effectuera ce jour. Il semble que cette fois ci, l’intention des députés de mettre un terme au mandat des membres de ce bureau permanent dirigé par Jean Max Rakotomamonjy soit motivée par autres choses que des intérêts personnels.

Selon les informations recueillies auprès de quelques élus de la Chambre Basse, les députés pensent à cette probabilité à cause du fait que les membres de ce bureau permanent n’assurent tout simplement pas dans leurs tâches. Notamment dans la garantie de la transparence budgétaire et financière au niveau de l’Assemblée Nationale. Certains députés déplorent le fait que les membres du bureau permanent se hâtent uniquement d’effectuer des déplacements à l’étranger, des voyages qui coûteraient dans les 30 millions d’Ariary pour chaque déplacement. En parallèle, le bureau permanent est tenu selon le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale de faire deux rapports budgétaires chaque année. Or, jusqu’à maintenant, ces rapports n’ont pas eu lieu.

Responsabilités

Une question de responsabilité donc que les membres du Bureau permanent actuel ne semble pas prendre en compte si l’on se réfère à cette intention des députés de les destituer. On déplore également au niveau de l’Assemblée Nationale un taux d’absentéisme record pour cette seconde session ordinaire de 2017. Preuve en était le nombre de députés votant la loi sur les Zones économiques spéciales(ZES), alors que la question représentait un intérêt crucial. Face à cela, le Bureau permanent de l’Assemblée Nationale n’aurait pris aucune mesure, une autre cause du mécontentement de certains députés.

La procédure de destitution, si elle est engagée, risque de prendre du temps. Vu le programme de l’Assemblée Nationale avec le vote du projet de loi finances 2018 ce jour et la rencontre avec le Gouvernement pour la semaine prochaine, une procédure de destitution aura du mal à s’introduire dans l’ordre du jour des parlementaires. Le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale veut que pour une destitution du bureau permanent, les trois quart des députés doivent voter en ce sens, un quorum qui a toujours posé problème au sein de l’Assemblée Nationale, et qui a d’ailleurs fait reculer le projet de révision constitutionnelle prévu par le régime actuel.

Midi Madagasikara25 partages

Conférence Economique de Rome : Des opérateurs italiens débarquent à Madagascar

Laurent Pinna (à gauche) et Ciro Visone de la Chambre de Commerce et d’Industrie Italie – Madagascar sont là pour accompagner les opérateurs italiens.

Moins d’un mois après la rencontre avec leurs homologues malgaches dans la ville éternelle, des opérateurs italiens débarquent au pays.

« L’important, c’est le suivi », disait Laurent Pinna de la Chambre de Commerce et d’Industrie Italie – Madagascar au lendemain de la Conférence Economique de Rome. « Trois semaines après, il y a des résultats concrets », a fait remarquer hier, Johary Rajosefa, directeur des services aux investisseurs auprès de l’EDBM. Et lui d’annoncer dans la foulée l’arrivée d’opérateurs italiens samedi dernier, hier mardi et aujourd’hui mercredi. « Ils vont faire des prospections dans les secteurs du tourisme, de la transformation alimentaire et non-alimentaire, de l’agro-alimentaire, des mines et de l’immobilier ». En ce qui concerne ce dernier secteur, Ghiraldo Federico et Buffa Cuca de Grouppo Monviso Immobiliare sont actuellement dans nos murs pour étudier les possibilités de mettre en place un pont pour toutes les transactions immobilières des entrepreneurs et hommes d’affaires italiens qui comptent opérer à Madagascar.

Ghiraldo Federico et Buffa Cuca de Grouppo Monviso Immobiliare.

PME. Un autre opérateur italien, en la personne de Valentina Busa de Raffineria Valsa Bina a également débarqué à Ivato hier en début d’après-midi. « Les sociétés et entreprises qui viennent à Madagascar ne sont pas des grosses boîtes mais des PME qui constituent la structure de l’économie italienne », ont expliqué Ciro Visone et Laurent Pinna au lendemain de leur arrivée. Respectivement président et trésorier de la Chambre de Commerce et d’Industrie Italie – Madagascar, les deux hommes sont parmi les principaux artisans du rendez-vous économique dans la Ville éternelle qui sera aussi suivie par le déplacement d’opérateurs malgaches en Italie le mois prochain. En plus de l’économie, le côté culturel ne sera pas en reste avec notamment la signature par Vitry Michel Emmanuel dit Michel Le Dragon, d’un protocole d’accord qui est prévu pour le 15 décembre. Tout cela s’inscrit dans la relance des relations italo-malgaches amorcée en octobre dernier lors de la Conférence Economique de Rome.

R. S

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune24 partages

Services publics

En cette période d’adoption de la loi de finances pour 2018, quelques fondamentaux méritent d’être rappelés. La loi de finances est divisée en deux : la partie prélèvements et la partie dépenses. Car l’argent utilisé par l’Etat pour financer ses opérations ne tombe pas du ciel. Il est soit prélevé auprès des contribuables, emprunté auprès du FMI ou d’autres créanciers comme la Banque Mondiale, ou donné par d’autres partenaires techniques et financiers. Une fois prélevées, les recettes notamment fiscales et douanières doivent être réparties entre les institutions et ministères de l’Etat.

Dans les deux cas, ce qui sous-tend la démocratie, c’est le consentement des gouvernés. Après tout, ce qui a fait tomber les rois d’antan était le fait que le peuple (et notamment la bourgeoisie) n’avait rien à dire sur les taxes prélevées (surtout en période de disette ou autre difficulté) ni sur les dépenses (guerres ou châteaux somptueux). Ainsi, la loi de finances demande l’accord des contribuables quant aux taxes qu’ils paieront et sur la priorisation des programmes et dépenses de l’Etat.

Sur la partie prélèvement des recettes fiscales intérieures, il est utile de rappeler que le secteur privé joue un rôle central dans le prélèvement des impôts car les entreprises sont obligées de retenir à la source et verser les impôts sur les revenus de ses salariés. Les salariés ne savent peut-être pas combien ils contribuent aux caisses de l’Etat, n’ayant pas l’obligation (comme aux USA par exemple) de faire une déclaration annuelle individuelle de ses impôts. Les entreprises collectent et versent également la TVA payée par le consommateur ultime de biens (voiture, frigo ou shampoing dans une grande surface) ou de services. Essentiellement, en fait, le secteur privé formel (et en théorie, l’Etat et les organismes publiques qui collectent l’IRSA des fonctionnaires, des élus et des employés des sociétés publiques) est le principal acteur dans la collecte des ressources de l’Etat. Le citoyen lambda, surtout s’il est dans le milieu informel ou rural, n’est pas vraiment concerné.

En contrepartie de ce prélèvement, les citoyens attendent des services et investissements publics. Si l’on prend l’exemple de la Catalogne, qui se plaint que sur chaque euro qu’elle verse en impôts, elle ne reçoit que 63 centimes en services et investissements publics, imaginez si on faisait le parallèle pour le secteur privé ou pour les zones à forte contribution fiscale malgaches, comme, il va sans dire, le Grand Tana. Pour chaque Ariary en impôt, combien revient en biens et services publics ? Chaque année, nous devrions examiner de près le budget de l’Etat et analyser les soldes (salaires des fonctionnaires), les dépenses de fonctionnement et les projets d’investissements de nos institutions… Est-ce que la priorisation de ces allocations nous convient et que dégage-t-elle comme résultats ?

Enfin, une des grandes questions sans réponse claire dans la loi de finances concerne les différents prélèvements non-fiscaux, comme les redevances, les droits divers (payés pour une licence, un permis, une autorisation quelconque), les frais d’inscription et taxes de régulation diverses. Certains des ministères à budget modeste dans la loi de finances (comme la pêche, poste et télécom) se rattrapent ailleurs… Mais où est la transparence sur la collecte et l’utilisation des recettes ? Y a-t-il consentement des gouvernés ?

Sous pression du CCOC, le MFB a mis en ligne le projet de loi de finances 2018. Voir les liens ci-après :

http://www.mefb.gov.mg/textes_lois/PLF201/PROJET_CORPS_DE_LOI_LFI_2018.pdf

http://www.mefb.gov.mg/textes_lois/PLF2018/TOME_1.pdf

http://www.mefb.gov.mg/textes_lois/PLF2018/TOME_2.pdf

http://www.mefb.gov.mg/textes_lois/PLF2018/TOME_3.pdf

PLF 2018 Budget de l’Etat
L'express de Madagascar20 partages

Pétanque – La pointe, principal point  fort des Malgaches

« Notre principal point fort était la pointe », ont martelé les jeunes champions du monde de pétanque, hier après-midi. De retour de Chine, ils ont été accueillis en grandes pompes à l’aéroport d’Ivato, par les dirigeants fédéraux et leurs proches. Une caravane les a amenés au Palais des sports et de la culture Mahamasina par la suite, où la célébration de leur titre s’est poursuivie.« Nous avons bien suivi les consignes du coach et voilà le résultat », a rajouté Daniel Rakotondrainibe, alias Zigla. « Le coach Dolys a su trouver les mots justes pour chaque situation. Il a dirigé de la meilleure des manières la sélection. De notre côté, nous n’avions qu’à suivre ses directives », a renchéri Fitahiana Andria­mandamina, alias Newton. Voilà donc les ingrédients du succès malgache.Un succès attendu, d’après Tendry Fifaliana : « Nous avions pour objectif de ramener le titre. Nous savions que nous pouvions le faire. Au terme de la finale, nous avons laissé la joie nous envahir et nous nous sommes félicités. »En finale, Madagascar a battu l’équipe n°1 de la Fran­ce, sur le score de 13 à 9.

Force de caractèreUn match à rebondissements, où la Grande île s’est retrou­vée dos au mur prématurément. Miandritiana Ravo­hi- trarivo a très bien détaillé le scénario : « Nous avons débuté la rencontre du mauvais pied. Les Français ont rapidement mené au score (0-6). Le coach nous a parlé et nous a remonté le moral. Il nous a dit que si nous arrivions à prendre ne serait-ce qu’une mène, nous gagnerions. Nous avons égalisé dans la foulée (6-6). Les Français ont repris un léger avantage par la suite (7-9), mais nous avons réussi à prendre cinq points en une seule mène pour nous rapprocher grandement de la victoire (12-9). Nous n’avions plus qu’à conclure après ».Malmenés au début, les jeunes boulistes Malgaches ont donc su se relever. Ils ont montré une force de caractère digne de champions.

H.L.R.

Midi Madagasikara18 partages

Météo : Forte chaleur et des averses orageuses ce jour

Averses orageuses riment avec montée des eaux.

Nous sommes en pleine saison des pluies. Ce que l’on peut constater par le temps qu’il fait mais également confirmer par la Direction Générale de la Météorologie dans sa page Facebook. Ainsi, les prévisions météorologiques de la matinée prévoient des averses sur Sofia, Kandreho, Ambatomainty, Miandrivazo, la partie Ouest de Bongolava et de Vakinankaratra. Des pluies faibles seraient, par ailleurs, au rendez-vous à Antalaha, Analanjirofo, Atsinanana et Vatovavy-Fitovinany. L’après-midi, quant  à lui, fera place à des averses orageuses sur les régions de l’île autres que Antsiranana I et II, Sava, Besalampy, Maintirano et Toliary. Les températures prévues seront, par contre, comprises entre 35° C (température maximale à Antsohihy) et 16°C (température minimale à Antsirabe).

Recueillis par José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara17 partages

Mahaleo an-XLV : Clôture au Carlton et au Palais des Sports !

L’archiviste de Mahaleo et le représentant de Média consulting lors de la conférence de présentation de la clôture du 45e anniversaire du groupe. (photo : Nary Ravonjy)

Le meilleur pour la fin ! La bande à Dama a sillonné les plus grandes villes et les coins les plus reculés de Mada depuis le début de l’année pour aller à la rencontre de leurs inconditionnels.  Un clin d’œil et une attention qui ont particulièrement touché les fans. Après une tournée de 15 dates à travers la Grande Ile et cinq concerts en France, Mahaleo revient donc dans la Capitale. Une nouvelle qui fait le bonheur des mélomanes  ayant pris leur mal en patience. Le 1er décembre, la formation investira le Carlton Anosy. Les habitués du Palais des Sports ne seront pas en reste. Mahaleo leur donnera entière satisfaction à travers le spectacle qu’il va leur offrir le 3 décembre. Des invités sont d’ailleurs attendus. Des « guests » dont les noms sont, pour l’instant, tenus secrets. Une chose reste néanmoins sûre, ce sera un moment  de communion totale… comme toujours.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune16 partages

Peu de jeunes inscrits sur la liste éléctorale

Il est ressorti de l’audit effectué par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) auprès de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) que les jeunes étaient encore peu inscrits sur la liste électorale. Ceci alors que l’électorat malgache est composé à 60% de ces derniers.

Face à cela, la CENI et le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) ont décidé de conjuguer les actions afin d’inciter les jeunes à s’inscrire sur la liste électorale. Un protocole d’accord a été signé hier entre les deux entités. Il s’agira de pousser davantage la participation des jeunes aux élections. Une tâche qui s’annonce ardue. L’objectif de cette collaboration entre le MJS et la CENI est avant tout l’éducation électorale des jeunes, afin que ces derniers puissent prendre conscience de l’intérêt de la participation au processus électoral. L’insertion des jeunes dans ce processus sera une autre garantie de la crédibilité des élections à venir et d’éviter de possible trouble post-électorale. A partir de maintenant donc, les Jeunes Pairs Educateurs au sein du MJS se joindront à la CENI pour la réalisation de la dernière révision annuelle de la liste électorale avant les élections de 2018.

News Mada14 partages

Fiadidiana ny tanànan’ Antananarivo : «Mpikarama an’ady politika Ravololomanana Lalatiana»

 Nivoaka amin’ny fanginany.  Nitondra valin-kafatra manoloana ny nambaran’ny mpanolotsain’ny tanàna, Ravololomanana Lalatiana, ny lefitra faharoan’ny ben’ny tanànan’Antananarivo, Andriamorasata Julien, omaly tetsy Analakely. “Fankahalana tanteraka  ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao, tsotra izao fotsiny ny  azy… Mpikarama anady politika noho ny vola ny tenany   ka  miketrika ny hametraka PDS amin’izao  akaiky fifidianana izao. Diso kajy anefa Ravololomanana Lalatiana  fa tsy hiroso amin’izany ny  fanjakana”,  hoy izy.  Nohitsiny fa zary lasa vato  misakana ny fampandrosoana ireny mpanolotsaina tsy lany ireny ary ahitana  tahaka  izany  avokoa ny ankamaroan’ny kaominina manerana ny Nosy. Notanisainy ho anisan’ny hankahalan’ity mpanolotsaina  ity ny ben’ny tanàna ny nahazoan’ny CUA ny Amboara tamin’ny « Pact de Milan », loka  iraisam-pirenena momba ny fambolena an-tanàn-dehibe, ezaka nataon’ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao sy ny kaominina. Anisan’ny tsy levon’ny vavoniny koa ny  namindrana toerana ny zanany amin’ny andraikiny hafa ao amin‘ny CUA.

Fanalam-baraka ka azo torina…

 Nohitsin’ity lefitra faharoa ity koa  fa fanalam-baraka ny nambaran’io mpanolotsaina io ka  nilazany  fa manangom-bola amin’ny Omavet, hanaovana propagandy, Ravalomanana. “Tsy mitombina velively izany sady tsy misy taratasy porofo mazava.  Afaka mitory azy izahay sady mampigadra rahateo izany fanalam-baraka izany. Na izany aza, miantso fiaraha-miasa aminy hatrany ny ben’ny Tanàna Ravalomanana Lalao, amin’ny maha mpanolotsain’ny tanànan’Antananarivo azy”, hoy izy.  Notsiahiviny koa  fa tsara tantana ny vola azo  avy  amin’ny Easy Park,  ary efa vina tamin’ny andron’ny PDS Ny Hasina Andriamanjato fa narahin’ny aty aoriana. Nanteriny fa miezaka manatsara hatrany manoloana ny fimenomenoman’ny  olona amin’ny fomba fakana vola amin’ny fiantsonan’ny fiara io orinasa io  ary efa manomboka milamina izany amin’izao fotoana  izao.

Mibaby trosa ny CUA

Etsy andaniny, nambarany fa mibaby trosa 40 miliara Ar,  navelan’ny  mpitondra teo aloha,  ny kaominina ka tsy maintsy mitady hevitra hatrany hampandehanana ny asa, ao anatin’ny ara-dalàna hatrany. Teo koa ny fampahatsiahivany fa maro ireo mpiasa nampidirina tamin’ny fitondran’ireo PDS teo aloha  nefa tsy nosivanina ka sarona tamin’izany ireo 200 mahery nanao diplaoma hosoka. 3.200 sisa ny mpiasa noho ny fanadiovana sy ny fanatsaram-pitantanana. “Voaloa hatrany ny karaman’ny mpiasan’ny  kaominina hatramin’izao ary mbola  hahazo tambiny aza  izy ireo amin’ny farany taona noho  ny ezaka eo amin’ny fitantanana”, hoy  ihany izy.

Manoloana ireo  rehetra ireo, mangataka ny Bianco sy ny IGE ny CUA mba ho tonga hanara-maso izany fitantanana izany.  “Mangarahara  tanteraka ny fitantanana ato aminay”, hoy izy.

Randria

 

Midi Madagasikara14 partages

ORN – Amoron’i Mania : Des animateurs d’antenne et des journalistes formés en nutrition

« Les animateurs d’antenne et journalistes formés en nutrition avec leurs attestations ». Photo Anastase

Désormais, les arcanes de la lutte contre la malnutrition ne réserveront plus aucun secret aux  12 animateurs d’antenne et journalistes de la région d’Amoron’i Mania. C’est ce qui ressort de l’atelier de formation organisé les 7 et 8 novembre dernier à Ambositra, par les cadres de  l’unité de communication institutionnelle de l’ONN d’Antananarivo.

Objectifs. L’objectif global de cette rencontre, comme l’a souligné Andrianantenaina Doda, responsable de la communication institutionnelle au sein de l’Office National de Nutrition (ONN), est bien évidemment d’améliorer la connaissance des gens de la presse pour  qu’ils puissent participer pleinement au processus de changement de comportement de la population et que les journalistes formés se sentent capables de maîtriser les arcanes de la lutte contre la malnutrition traduite en actions dans le PNAN III.

Aussi, les objectifs spécifiques, a révélé le docteur Nick Rasoamiaramanana, responsable de la malnutrition  au sein de lONN, sont de faire connaître à la population de la région, les différentes facettes de la nutrition et les efforts entrepris actuellement par le gouvernement pour la réduction de la malnutrition ;  de transmettre à la population, aux lecteurs, auditeurs et  aux téléspectateurs en général, et les pères et les mères de familles en particulier, les informations sur les bonnes habitudes et bonnes pratiques nutritionnelles qui leur permettraient d’assurer un développement maximal des potentialités physiques et intellectuelles des enfants.

Médias. Des cours théoriques suivis d’application sur les sites ont été dispensés à ces 12 animateurs d’antenne et journalistes en provenance des quatre districts, Ambositra, Ambatofinandrahana, Fandriana et Manandriana. Rajaonarivony Julien Bernard, coordonnateur régional de l’ORN Amoron’i Mania a mis l’accent  sur le rôle et l’importance des médias à contribuer sur le changement de comportement de la population pour atteindre le but de la politique nationale de nutrition qui est d’assurer le droit de la population malgache à une nutrition adéquate et que la malnutrition n’est plus un problème de santé publique à Madagascar, elle est devenue aujourd’hui un problème majeur de développement.

64 %. Rappelons que selon les résultats de l’enquête nationale de suivi des objectifs du millénaire pour le développement (ESOMD 2012-2013), 47,3% des enfants malgaches  de moins de cinq  ans souffrent du retard de croissance dont 18,1% de retard de croissance sévère, 12,7% des nouveau-nés ont des faibles poids à la naissance. Spécifiquement dans l’Amoron’i Mania le taux de la malnutrition est de 64%.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar13 partages

Opportunités – Des investisseurs italiens débarquent

Les investisseurs italiens commencent à s’intéresser aux marchés malgaches. C’est le résultat de la conférence économique tenue à Rome, le mois dernier.

C’est une suite logique. Les résultats de la conférence économique de Rome tenue dans la capitale italienne, le mois dernier, commencent à se faire sentir. Des investisseurs italiens débarquent dans le pays ces derniers temps. Ils viennent ici pour prospecter et parler investissements. Ils ne veulent pas laisser cette opportunité passer.« Dès la tenue de cette conférence, les résultats sont probants. Les opérateurs ont trouvé de nouveaux débouchés pour leurs produits ou de nouveaux contrats. Des investisseurs italiens commencent à venir dans le pays. Ils sont issus de différents secteurs comme l’immobilier, le tourisme, la transformation agroalimentaire ou non alimentaire, les mines. De son côté, des opérateurs malgaches vont faire le déplacement en Italie, le mois prochain, pour faire un suivi de leurs partenariats avec leurs homologues italiens », a soutenu Johary Rajosefa, directeur de services aux investis­sements de l’Economic development board of Madagascar (EDBM).Par exemple, une délégation du Gruppo Monviso Immobiliare, une entreprise spécialisée dans des investissements immobiliers se trouve actuellement dans le pays. « Ils sont là pour prospecter des opportunités d’investissement dans le secteur immobilier dans deux régions, à savoir la ville de Nosy Be ou la ville de Toliara », a fait savoir Laurent Pinna de la chambre de commerce et d’industrie Italie-Madagascar (CCIIM), le principal organisateur de la conférence de Rome. D’après ce responsable, l’arrivée des responsables de la Raffineria Valsabbina est aussi attendue, cette semaine.

Intérêts grandissantsLa conférence économique de Rome s’est tenue dans la ville éternelle les 17 et 18 octobre. Plus de deux cent cinquante investisseurs italiens ont répondu présent à l’appel de la CCIIM, de l’EDBM et de l’État malgache. « C’est du jamais vu dans l’histoire du business entre les deux pays. Les investisseurs italiens sont très rassurés des déclarations du Président malgache lors de cette conférence. Nous n’attendons plus que des résultats positifs », avait réagi Ciro Visone, président de la CCIIM à l’issue de cette manifestation économique.Maintenant, l’Italie ouvre ses portes aux investisseurs malgaches. Il ne nous reste plus que de saisir cette opportunité, tout comme ces Italiens qui s’intéressent de plus en plus aux marchés malgaches.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara12 partages

Gouvernance financière : « La CUA n’a pas peur d’inspection »

Le 2e adjoint au maire a défendu hier les acquis de la bonne gouvernance financière à la CUA.

Julien Andriamorasata a déclaré que rien n’est caché dans la gestion financière de la commune urbaine d’Antananarivo.

La coupe est pleine. Le 2e adjoint au maire de la commune urbaine d’Antananarivo a crevé l’abcès hier face à ce qu’il qualifie d’une « haine personnelle » de la conseillère municipale Lalatiana Ravololomanana contre les dirigeants de la mairie. « L’attaque incessante de cette conseillère municipale contre la CUA s’explique par trois choses. Primo, elle n’est pas prête à oublier sa défaite lors de l’élection du maire d’Antananarivo. Secundo, elle ne digère pas le fait que le maire Lalao Ravalomanana vient de remporter le Prix de la Pacte de Milan (Milan Pact Award) à Valence, une sorte de reconnaissance internationale pour la première magistrate de la Capitale. Et tertio, Lalatiana Ravololomanana n’est pas prête à accepter le limogeage de sa fille, directeur des Affaires Juridiques à la CUA à l’époque. Cette dernière n’a pas pu assurer convenablement et selon la loi ses fonctions. Elle n’a pas transmis à temps au préfet de police les actes et délibérations du conseil municipal pour contrôle de constitutionnalité. Pour nous, c’est une infraction. », a révélé Julien Andriamorasata.

Affirmation gratuite et diffamation. Le 2e adjoint au maire a demandé publiquement hier à Lalatiana Ravololomanana des preuves à son affirmation selon laquelle les recettes de l’OMAVET sont destinées à financer la campagne électorale de Marc Ravalomanana en 2018. « C’est une affirmation gratuite, voire une diffamation publique. Je demande à Lalatiana Ravololomanana d’ apporter les preuves. », a-t-il lancé. Par rapport à l’Easy Park, Julien Andriamorasata de réitérer : « La CUA applique la bonne gouvernance financière dans la gestion de la part de la commune sur les recettes de l’Easy Park qui a obtenu le marché de la gestion des parkings de la Capitale du temps du PDS Ny Hasina Andriamanjato. Grâce aux mesures de bonne gouvernance financière adoptées depuis l’accession de Lalao Ravalomanana à la mairie, tout le monde peut suivre la traçabilité des recettes versées par Easy Park à la CUA. La gestion est transparente. Si Lalatiana Ravololomanana découvre des irrégularités et des détournements à la CUA, qu’elle en apporte les preuves.» Par ailleurs, Julien Andriamorasata a déclaré hier devant la presse à l’hôtel de ville Analakely que grâce à cette bonne gouvernance financière, la mairie de Lalao Ravalomanana a toujours pu payer ses employés sans avoir contracté  de dettes.  « En plus de cela, la commune arrive à régler petit à petit les 40 milliards d’Ariary de dettes laissées par les précédents PDS. », a-t-il révélé.

Bianco et IGE.  Bref, le 2e adjoint au maire Julien Andriamorasata a fait savoir hier que la commune urbaine d’Antananarivo est prête à accueillir l’inspection de l’IGE (Inspection Générale de l’Etat) et à répondre au Bianco si besoin est. « La CUA n’a pas peur d’inspection. », a-t-il laissé entendre. A en croire ce dernier hier, la réforme en matière de gouvernance financière se poursuit à l’Hôtel de ville Analakely. A ce propos, le système « Mobile Banking » sera mis en œuvre l’année prochaine pour le paiement de différents impôts et taxes dans les caisses de la CUA.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara12 partages

Bagarre entre deux députés à Soanierana Ivongo : Quelle mesure à prendre pour le président de l’Asse...

Ce qui s’est passé samedi dernier dans le district de Soanierana Ivongo est la honte pour l’Assemblée nationale. En effet, le député local Tody Arnaud a tout fait pour empêcher son collègue du IVe Arrondissement de la Capitale Paul Bert Rahasimanana dit Rossy d’y organiser un géant spectacle. Au stade de Soanierana Ivongo, les deux élus se sont violemment bousculés sous les regards des forces de l’ordre qui n’ont pu rien faire.

Cravate bleue. Pour certains observateurs, les deux députés ont terni l’image de l’Institution à laquelle ils appartiennent. On se pose donc la question de savoir si le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy va prendre des mesures pour redresser cette situation honteuse. A rappeler que les deux députés ont été élus sous les couleurs du Mapar, mais au fil du temps, l’élu de Soanierana Ivongo Tody Arnaud a changé des couleurs en devenant un député en cravate bleue.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada9 partages

Pakistaney, syrianina,… ? : teratany vahiny mampiahiahy

 Ankoatra ny teratany afrikanina, miha-maro hita mandehandeha eto an-drenivohitra, manao ”bizna” eny rehetra teratany vahiny, tsy fantatra na pakistaney, na syrianina, na inona.  Iza marina ary hanao inona eto? Mampiahiahy ny maro.

Tazana amin’ny faritra maromaro eto an-dRenivohitra toy ny eny Analakely, Esplanade, Anosy, Ampefiloha ny teratany vahiny milaza fa Pakistaney mivarotra finday amin’ny mpandalo. Manatona avy hatrany izy ireo ary mampiseho finday avo lenta toy ny Samsung 7 na Iphone 7 amidiny manodidina ny 1 tapitrisa Ar eo. Miteny anglisy mifangaro eo ireo olona ireo, izay mandeha tsirairay fa tsy miaraka.

Maromaro ny efa sendra azy ireo, ary misy ny matahotahotra amin’ny fihetsiny somary kaodikaody. Hatramin’ireo mpiserasera anaty tambajotra ara-tsosialy aza, nahazo azy ireo ary nanaparitaka izany. Lehilahy iray manao akanjo rebareba miloko volom-parasy no efa azo sary ary nisy nanaparitaka tanaty tambajotra sosialy.

Nisy ihany koa ireo azo sary nilanja entana mandehandeha toy ireny mifindra monina ireny. Eo indrindra ny mahatonga ny olona mametra-panontaniana momba azy ireo. Mpifindra monina sa ireo Karana eto an-tanàna ihany ireto mandehandeha hafahafa ireto. Mahazatra ny olona hatramin’izay mantsy ny fahitana teratany vahiny manan-karena sy mandeha fiara tsarabe, tahaka ireny teny Analamahitsy Ambatobe nisy nitifitra ireny.

Manampy trotraka ny fisian’ny resabe teo aloha teo momba ireo mpitsoa-ponenana syrianina izay hoe hanamboarana trano eny Ambohimangakely. Niteraka fanehoan-kevitra maro teto amintsika ny momba izany ary efa nivoaka an-gazety mihitsy. Namaly ny fanjakana avy eo nilaza fa tsy mandray mpitsoa-ponenana ny firenena malagasy ary tsy misy teratany syrianina eto.

Misava ny mpitandro filaminana

Rehefa nanontaniana ny momba ireo olona mahabe resaka eto an-dRenivohitra ny zandary, nilaza fa efa nanao ny fidinana ifotony nanao ny fanaraha-maso saingy tsy nahita ny fisiana mpitsoa-ponenana eto an-drenivohitra na amin’ny manodidina ny renivohitra ihany koa aza. “Manao ny fisavana sy ny fanaraha-maso ny teratany vahiny ny mpitandro filaminana raha misy ny mampiahiahy. Savaina ny pasipaoro sy ny “visa” ka raha tsy misy ireo, ampahalalana ny tonian’ny mpampanoa lalàna ary izy indray manome baiko momba ireo olona voakasika avy eo”, hoy ny avy amin’ny seraseran’ny zandary. Nanamafy ny zandary fa efa misy ny fisafoana sy ny fanaraha-maso.

Nitovy amin’izay ihany koa ny fanazavana avy amin’ny polisy rehefa nanontany ny tompon’andraikitra fa misy ny fisafoana sy ny fisavana ary tsy voamarina ny fisian’ny mpitsoa-ponenana na teratany vahiny mampiahiahy eto, araka ny voalazan’ny olona. Manamarina hatrany ny mpitandro filaminana ary efa asany isan’andro izany.

Na izany na tsy izany, mila fanazavana mazava avy amin’ny tompon’andraikitra momba ireo olona ireo ny olona. Iza ireo miendrika Karana, pakistaney mahabe resaka anaty tambajotra ka hatrany anaty fiaraha-monina ireo? Resaka miely mantsy mety hivadika tsaho ary hitera-doza ho an’ireo teratany vahiny ireo. Ny olona efa mora taitaitra rahateo.

Randria

 

News Mada9 partages

Marobiby Itaosy : fatin-tsokatra marobe hita tao anaty baoritra sy gony

 Hatairana ny an’ny mponina raha nahita fatin-tsokatra “Radiata” nisy nanary teny Marobiby Itaosy omaly maraina. Nofonosina lamba ary natao tanaty baoritra sy gony ireto fatin-tsokatra ireto mialoha ny nanariana azy teny amin’ny sampanan’i Marobiby Itaosy, omaly. Nahitana valizy iray foana koa teo akaikin’ireo gony sy baoritra nisy fatin-tsokatra ireto. Araka ny fanazavan’ireo olona nahita ireto fatin-tsokatra marobe ireo, ahina ho tamin’ny alina no nanariana azy ireo teny an-toerana. Somary mangingina rahateo iny faritra iny ka natsipin’ireo nahavanon-doza teny ireto fatin-tsokatra ireto. Olona sendra nandalo vao maraina no nahita ireo baoritra sy gony misy fatin-tsokatra narahina fofona maimbo. Nitangorona ireo olona nahita ireto fatin-tsokatra ireto. Tsy mbola fantatra kosa izay tompon’antoka tamin’izao fanariana sokatra izao. Efa mandeha ny famotorana ny amin’izay mety ho tompon’antoka amin’izao. Melohin’ny lalàna ny fanaovana trafikana itony sokatra ahina ho lany tamingana itony. Sokatra nokasaina haondrana tany ivelany ireto?

J.C

L'express de Madagascar9 partages

Santé – Faux résultats de diagnostic d’échographie

Certains cabinets d’échographie implantés un peu partout à Antananarivo faussent les résultats de diagnostic. « Je suis allé dans un cabinet d’échographie et les échographes m’ont dit qu’il y avait quelque chose qui enfle dans mon ventre. Et ils ont insisté pour que ce soit eux-mêmes qui fassent le traitement moyennant 45 000 ariary. Nous avons consulté un autre médecin qui a attesté que j’étais enceinte et qu’il n’y avait nullement autre chose d’inquiétant dans mon ventre », raconte Tiana Randrianarivo, mère de famille. En fait, la plupart des femmes ne consultent pas les gynécologues, faute de moyen financier, alors elles optent pour une échographie lorsqu’elles ont mal au bas ventre.« Les femmes ont tendance à aller dans des cabinets d’échographie un peu partout dans la capitale. Elles ne viennent dans les hôpitaux que si leur maladie s’aggrave. Ainsi, les femmes atteintes de fibrome consultent des médecins de l’hôpital lorsqu’elles commencent à avoir vraiment mal au bas-ventre », explique le professeur Auberlin Rakototiana, chirurgien urologue auprès de l’hôpital Joseph Ravoa­hangy Andrianavalona (HJRA). Bon nombre de personnes préfèrent fréquenter des guérisseurs qui pratiquent la médecine traditionnelle, avec qui des complications de traitement peuvent se présenter. « Certaines personnes traitent les maladies à leur façon et ignorent s’il s’agit de fibrome, de cancer du col de l’utérus ou d’autre chose », ajoute t-il.Selon Eric Andrianasolo, président de l’Ordre des médecins à Madagascar, l’examen échographique, bien que sans effet secondaire notable, ne doit se faire qu’à la demande d’un médecin après une consultation médicale. L’échographie ne doit servir qu’à confirmer ou à apporter des éléments nouveaux au diagnostic. Elle peut aussi servir à suivre l’évolution d’une grossesse. Mais toutes les pathologies ne sont pas décelables à l’échographie et son indication doit rester d’ordre médical. L’interprétation du résultat de cet examen engage la responsabilité du médecin et c’est, d’ailleurs, la raison pour laquelle des examens de contrôle sont demandés. Les médecins sont assermentés et ne peuvent, de ce fait, détourner l’usage de cet examen à des fins lucratives.

Mamisoa Antonia

Midi Madagasikara9 partages

Taux d’analphabétisme : Objectif de réduction à 25% d’ici à 2030

Parmi les adultes analphabètes à Madagascar figurent une majorité de femmes.

Madagascar s’attelle actuellement à la mise à jour de sa stratégie nationale d’alphabétisation, avec un objectif de réduction du taux d’analphabétisme, au niveau national, à 25% à l’horizon 2030.

La mise à jour de la stratégie nationale d’alphabétisation ou SNA est un passage obligé si Madagascar souhaite atteindre son objectif de réduire à 25% le taux d’analphabétisme dans le pays, dans le cadre des Objectifs de Développement Durable (ODD). Cette mise à jour vise à raffermir et coordonner  les actions à déployer afin d’atteindre cet objectif, par ailleurs, réaffirmé dans le Plan sectoriel de l’Education où l’alphabétisation constitue un volet à part entière. « Lancée en 2008, la SNA a escompté ramener le taux d’analphabétisme des adultes à 27,5% en 2015 dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement ou OMD », affirme le ministère de l’Education nationale (MEN) tout en reconnaissant qu’en dépit d’une réduction effective du taux d’analphabétisme, cet objectif n’a pas été atteint. Ravelonjanahary Mananjaona Arthur, directeur de l’Education préscolaire et de l’Alphabétisation au sein du MEN indique cependant que, depuis 2008, la lutte contre l’analphabétisme à Madagascar n’a cessé d’évoluer. « Le MEN dispose aujourd’hui d’une application en ligne baptisée Gamela pour examiner, gérer, améliorer, mettre à jour, faire le suivi et contrôler ses activités », a-t-il indiqué, ajoutant que le système d’alphabétisation doit être actualisé de telle sorte qu’elle devienne plus performante et à la hauteur des attentes.

Activités. Dans cette mise à jour de la stratégie nationale d’alphabétisation, le MEN et l’UNESCO, partenaire du ministère dans cette démarche, ont procédé à un recrutement de consultant. Dès cette semaine, les activités y afférentes sont entamées, pour accoucher  au final d’un plan d’action. Celui-ci regroupera toutes les actions à mettre en œuvre et  identifie le temps, la durée, les entités responsables, les ressources nécessaires, et établit un calendrier  d’exécution. Pour cela, une réunion de lancement, une revue documentaire ainsi qu’une  préparation des outils pour l’état des lieux seront effectuées. Tout cela afin de pouvoir d’une part, redéfinir les attentes et les aspirations, et d’autre part, réajuster les besoins des différentes parties prenantes à titre de mesures correctives.

Recueillis par Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada8 partages

Nosy Be : un projet routier, estimé à 2 milliards d’ariary, révélé

La commune urbaine de Nosy Be voit grand. Le maire Aly Aboudou mise sur le développement de cette île touristique en se conformant à un plan d’urbanisme strict. Un projet routier de plus de 2 milliards d’ariary est prévu en 2018 sur l’île, a annoncé le maire.

Les conséquences de son développement commencent à se ressentir sur l’île de Nosy Be.  La commune anticipe, selon le maire Aly Aboudou, révélant un projet routier estimé à plus de 2 milliards d’ariary pour désengorger la circulation de plus en plus saturée dans le chef-lieu. Par son statut de site touristique, en effet, Nosy Be doit se baser sur la fluidité de  sa circulation pour attirer les visiteurs. Ainsi, des travaux de curage des canaux d’évacuation ont débuté à travers les 6 arrondissements de la commune, pour éviter les inondations et l’insalubrité, en cette veille de la saison des pluies. Les travaux de terrassement du tronçon Navetsy-Belamandy ont aussi été achevés pour désenclaver cette partie de l’île de Nosy Be.

Développement prioritaire

La remise aux normes des infrastructures du marché de  Nosy Be est à l’étude actuellement pour l’adapter aux besoins des consommateurs, qui sont constitués majoritairement de clientèle haut de gamme, par le biais des établissements hôteliers de niveau international de l’île. Une réunion de concertation avec les associations des marchands opérant sur les lieux a déjà été effectuée dans ce cadre.

Parallèlement, la construction d’un nouveau CEG composé de deux salles de classe, pour l’arrondissement  de Befotaka, en partenariat avec le dirigeant du projet touristique Mont Passot, Lionel Jaofeno.

Les financements nécessités par ce vaste projet de développement obligent le maire de Nosy Be à s’atteler à l’augmentation du taux de pression fiscale dans sa circonscription avec la collaboration de la population.

Manou

Midi Madagasikara8 partages

Energies alternatives : 200 unités de production de biogaz à installer

Les expériences biogaz et foyers améliorés discutées lors d’un atelier. (Photo : Nary Ravonjy)

Les districts d’Ambanja et d’Ambilobe ont été choisis zones pilotes pour la mise en œuvre de ce projet à compter du début de l’année prochaine.

Plus de 94% des ménages utilisent encore du charbon de bois et des bois de chauffe comme énergie domestique à Antananarivo. Si aucune mesure ne sera prise, les ressources forestières de la Grande Ile vont disparaître. Raison pour laquelle, le ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures promeut des énergies alternatives dans le cadre de la mise en œuvre de sa Nouvelle Politique de l’Energie. Parmi lesquelles, on peut citer, entre autres, le biogaz et les foyers améliorés. Pour le premier, « nous allons mettre en place 120 à 200 unités de production de biogaz dans les districts d’Ambanja et  d’Ambilobe. Ces deux zones ont été choisies zones pilotes étant donné l’abondance des matières premières à utiliser, et ce, grâce au nombre élevé de cheptel de bovidés appartenant aux ménages ». Augustin Randrianarivony, le directeur des Energies Alternatives au sein du ministère chargé de l’Energie, l’a expliqué lors de l’atelier de restitution de la capitalisation des  expériences biogaz et foyers améliorés à Madagascar, organisé hier par ETC Terra à l’hôtel du Louvre à Antaninarenina.

Avantages. « C’est l’un des neufs projets dont bénéficient Madagascar dans le cadre de la mise en œuvre d’un programme sur l’énergie financé par la Commission de l’Océan Indien. Et ce projet va démarrer à compter du début de l’année prochaine. Ainsi, chaque ménage doit disposer d’un biodigesteur ou d’un dispositif technique servant à fermenter les bouses de vache pour une capacité de 8m3 par jour, soit l’équivalent des excréments de trois à quatre bœufs. La collecte de ces bouses est plus facile dans ces zones pilotes étant donné que le cheptel est mis dans un enclos la nuit. Et après un processus de  bio méthanisation, on peut produire 2,5m3 de gaz », a-t-il évoqué. En outre, ce directeur des Energies Alternatives a fait savoir que nombreux sont les avantages tirés de l’utilisation de ce biogaz. On peut citer entre autres, la production de l’énergie destinée à la cuisson de chaque ménage, la fourniture de l’électricité et l’approvisionnement en fertilisants plus productifs à partir des déchets organiques pour les activités agricoles. Pour ce faire, il faut des kits de production d’énergie avec des petits câbles d’alimentation ainsi qu’un foyer spécial pour chaque ménage bénéficiaire.

Facteur de blocage. Quant à la seconde énergie alternative, qu’est le foyer amélioré, discuté lors de cet atelier de restitution de la capitalisation des expériences biogaz et foyers améliorés à Madagascar, il a été exposé que le taux de pénétration était seulement à 4% dans la Capitale suite à une enquête menée en 2015. Cependant, la promotion de cette énergie alternative a commencé depuis les années 90. En effet, les ménages sont encore réticents à utiliser ces foyers améliorés du fait que leur coût n’est pas encore accessible à toutes les bourses, soit à peu près trois fois plus cher que le prix des foyers traditionnels. En outre, ils hésitent à en acheter à cause de l’abondance des foyers en argile non améliorés ou bien des foyers améliorés mais de moins bonne qualité. Leur durabilité les inquiètent également car certains sont plus fragiles et pouvant se casser en quelques semaines voire quelques jours après leur manipulation à chaque cuisson. L’ADES (Association pour le Développement de l’Energie Solaire) fournit par contre des foyers améliorés avec une garantie de trois ans. Ce qui permet de réduire de 50% la consommation des énergies combustibles. « Mais le prix d’acquisition de cet appareil constitue un facteur de blocage à sa vulgarisation. Il faut ainsi revoir cette politique de prix », a suggéré Augustin Randrianarivony.

Navalona R. 

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Ino Vaovao7 partages

FARITRA MENABE : Miaina ao anatin’ny horohoro ny mponina vokatry ny rà mandriaka

Mihantona, hoy ireo mponina ny orana, manjaka ny doro tanety, indrindra fa ny rà mandriaka vokatry ny asan-dahalo miseho isan’andro. Manjaka dia manjaka ny fanaovan’ireo olona sasantsasany ny doro tanety ka izany no anisany mahatonga ny orana tsy hirotsaka hatramin’izao, raha ny fijoroana vavolombelona nataon’ireo fokonolona hatrany. Raha mitohy izao, hoy izy ireo dia ahiana hihatra avy hatrany ny fisian’ny mosary amin’ny taona ho avy.

Miaina ao anatin’ny fahasahiranana ireo fokonolona ka miantso ny fandraisan’andraikitry ny mpitondra manoloana ny zava-misy. Toy ny zava-nitranga tao amin’ny Kaominina Masoarivo, omaly maraina izao dia tompon’omby iray indray no fantatra fa namoy ny ainy vokatry ny tifitra nataon’ny dahalo nandritra ny fandrobana. Omby aman-jatony no lasan’ireo andiana malaso ka rehefa vita ny nataony dia iny izy ireo no lasa nirohotra nitsoaka.

Nananosarotra ny fanoherana ireto dahalo satria tsy ampy isa ireo miaramila mpampandry tany raha ny tatitra voaray hatrany. Manantena ny fandraisan’andraikitra avy amin’ny fanjakana ireo mponina any an-toerana.

Tatianà R.

L'express de Madagascar7 partages

Entrepreneuriat – L’aphabétisation numérique vise les femmes

Contribution. Tout au long de cette semaine mondiale de l’entrepreneuriat ou Global Entrepreneurship Week (GEW 2017), du 13 au 18 novembre, l’Organisation non-gouvernementale (ONG) Hay Madagascar organise un programme de digital literacy ou l’alphabétisation numérique, à l’immeuble Besson à Ankadivato. Cette contribution de Hay Mada­gascar entre dans la célébration de la GEW 2017, où l’organisme opte pour l’initiation des jeunes au monde du numérique et des nouvelles découvertes en technologie numérique en guise de participation. Le programme vise essentiellement les jeunes et les femmes qui veulent se lancer dans le secteur de l’entrepreneuriat. Cette formation constituée de cinq modules dure quarante heures avec une attestation à la fin.Les outils numériques sont devenus des éléments nécessaires au quotidien, et encore plus dans le domaine du développement. Aujourd’hui, il est donc important, voire essentiel, de savoir les manier pour avancer. En tant que membre du Global entrepreneurship network (GEN Mada­gascar), Hay Madagascar propose des séances de formation gratuites de digital literacy, surtout aux jeunes femmes. « Les jeunes, y compris les jeunes femmes, constituent un dividende démographique non négligeable pour Madagascar. Nous travaillons pour une montée des compétences clés de ces jeunes afin d’augmenter le capital humain malgache », explique un responsable de cette ONG. Alignée aux Objectifs de Dévelop­pement Durable (ODD), cette formation, pour les dix-huit ans et plus, veut faire monter la compétence des jeunes à Madagascar à travers divers programmes à l’employabilité, mais aussi avec des programmes de développement social et éducatif.Cette organisation à but non lucratif voit aussi cet événement comme un moyen afin de favoriser et faciliter la réinsertion socio-économique des bénéficiaires du programme. C’est aussi une opportunité pour ces derniers d’acquérir des compétences et des concepts numériques. Grâce à ce programme élaboré et validé par Microsoft, une réduction de la fracture numérique chez les jeunes femmes est en cours à Madagascar, du moins à Antananarivo.

Tsiry Razafindrazaka

Midi Madagasikara7 partages

Toliara II : Vaky ny fasan’ny Ampanjaka Andrevola ao Benetsy, razana telo lasan’ny jiolahy

Nanao tohivakana tato ho ato ny vaky fasana, amin’iny Faritra Atsimo Andrefan’ny Nosy iny, ary lasibatry ny olon-dratsy hatramin’ny fasan’ireo Ampanjaka, raha araka ny tati-baovao samihafa voaray. Ny alin’ny alahady hifoha ny alatsinainy 29 oktobra lasa teo, dia nisy namaky ny tranon-jiny Andrevola ao Benetsy any amin’ny Kaominin’ Ankilimalinike Distrika Toliara II, ka razana Ampanjaka telo no lasan’ireo jiolahy voalaza fa  efa-dahy, dia ny taolambalon’ ny Ampanjaka Andrevola, ny an’ny zanany lahy ary ny zafiny. Ireo taolambalon’ ny razan’ny foko Masikoro ireo, raha ny fanazavana azo, dia samy mifono volamena sy volafotsy avokoa. Taorian’ny fitoriana nataon’ny fianakavian’ireo mpanjaka very razana, dia nidina nijery ifotony ny zava-misy tany an-toerana ny Lehiben’ny Faritra Atsimo Andrefana, ny Kolonely Rabe Jules sy ireo mpiara-miasa aminy, omaly. Nandritra ny kabary ambany kily, dia nanome baiko hentitra an’ireo mpikamban’ny Dinabe any an-toerana ny Lehiben’ny Faritra, fa tsy maintsy atao izay hahatrarana an’ireo olon-dratsy, satria manosihosy ny hasin’ny foko Masikoro sy ny vako-pirenena Malagasy izy ireo, ka tsy maintsy samborina faran’izay haingana. Nilaza kosa ireo mpiambina an’ity Zomba (fasana tranomasina manan-kasina toerana misy ireo razana) fa tsy nahita an’ireo mpandroba.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

Environnement des affaires : Forte dégradation causée par le problème d’accès à l’électricité

Le problème énergétique handicape beaucoup l’économie malgache.

Malgré certaines évolutions positives, Madagascar reste encore à la traîne, en termes d’amélioration de l’environnement des affaires. Les difficultés d’obtention de permis de construire et de raccordement à l’électricité sont les principales faiblesses du pays. Les différentes réformes menées pour l’amélioration de l’environnement à Madagascar ont donné quelques résultats, qui sont pourtant loin d’être suffisants. La GrandeIle est encore au 32e rang, sur les 48 pays de la région Afrique Subsaharienne, en termes de facilité de faire des affaires, d’après le rapport Doing Business 2018 publié par la Banque mondiale. Au niveau mondial, le pays se trouve au 162e rang, s’il était au 167e dans la précédente édition du rapport. En effet, quelques améliorations ont été constatées selon les statistiques sur le nombre de création d’entreprises, la facilité d’obtention de permis de construire, le raccordement l’électricité et l’obtention de prêts. Cependant, ces volets sur lesquels Madagascar a connu des progrès sont ceux où il a le plus de retard, comparé aux autres pays. Pour le raccordement à l’électricité, la GrandeIle est au 45e rang sur 48 dans la région Afrique subsaharienne et 184e sur 190 au niveau mondial.

Indicateurs. D’après le rapport, il faut en moyenne 450 jours pour avoir ce raccordement à l’électricité, contre 115,3 jours pour la moyenne régionale. En termes de coûts, ce raccordement nécessite pour un particulier l’équivalent de 5322% du revenu annuel par habitant. Mais le plus pénalisant est l’indice de fiabilité de l’approvisionnement et de transparence des tarifs, qui est de 0 sur 8. L’obtention de permis de construire est également un autre casse-tête, pour faire des affaires. Dans ce volet, le pays est également au 45e rang au niveau régional et au 183e rang au niveau mondial. D’après le rapport, cela nécessite en moyenne 185 jours et l’équivalent 54,5% du coût de la construction. Bref, les dirigeants ont encore à écarter ces difficultés pour améliorer l’environnement des affaires, de manière efficace, et pouvoir attirer plus facilement les investissements étrangers.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada5 partages

Exposition : «Régénération» avec Lari et Maeva

Jeunes et bourrées de talents, les deux jeunes artistes, Lari et Maeva, ont déjà surpris plus d’un l’année dernière, lors de leur première exposition  tenue à l’hôtel Le Louvre Antaninarenina au début de l’année. Ainsi, elles vont remettre cela dans le même espace, à partir de demain jusqu’au 30 novembre. D’ailleurs, le thème choisi est la «régénération» à travers de nouvelles créations et inspirations.

Agée de 19 ans, Lari, de son vrai nom Larissia Ratovonar, a commencé à peindre, il y a deux ans. Autodidacte, elle se lance dans la peinture au pastel sec, à l’acrylique ou encore à la pierre noire. Passionnée du style dripping, elle laisse couler les couleurs sur ses toiles en grand format et en ressort un résultat prodigieux.

D e son côté, Maeva ou Maeva Châteaux, âgée de 18 ans, est passionnée de mandala, une technique de dessin d’origine asiatique. Dans ses œuvres, elle essaie pourtant de donner une touche malgache en ajoutant quelques traits inspirés du Zafimaniry. Sa passion se reflète à travers la beauté de ses toiles réalisées à la main, et qui exige  de la précision et de la finesse.

Holy Danielle

 

News Mada5 partages

45 ans de Mahaleo : clôture en grande pompe dans la ville des Mille

On garde le meilleur pour la fin.  Après une quinzaine de spectacles donnés depuis le mois de février , dans le cadre de la célébration de son 45e anniversaire, le groupe Mahaleo est à l’heure d’une conclusion magistrale à travers deux concerts grandioses, le 1er décembre, au Carlton Anosy et le 3 décembre, au palais des Sports et de la culture à Mahamasina.

Après une tournée internationale couronnée de succès dans cinq grandes villes françaises, entre autres Paris, Lyon, Strasbourg, Nantes…, «le groupe Mahaleo est arrivé au pays le 7 novembre dernier et sera au grand complet pour la célébration finale», a lancé Média Consulting lors de la conférence de presse, hier, à Ankorondrano.

Selon l’organisateur, les deux spectacles ne se ressemblent pas. Au Carlton, l’ambiance sera plus conviviale tandis qu’au palais des Sports, elle s’annonce  sulfureuse et explosive  avec plusieurs artistes invités à l’affiche. Les billets seront disponibles à partir de vendredi, au Super music et au siège de Média Consulting à Ankorondrano.

Dans les annales

Lors de l’ouverture officielle du jubilé le 19 février dernier au palais des Sports à Mahamasina, Média Consulting a immortalisé le live sur DVD qui sera mis en vente durant ces deux concerts. Ainsi, le public et les fans du groupe pourront revivre ces moments de romance à tout moment.

2017 se termine donc sur une meilleure note pour Mahaleo. Quant à la suite, plus précisément le programme de l’année 2018, rien n’est encore en vue. D’ailleurs, selon les informations reçues, il se pourrait que le groupe n’effectue plus une tournée l’année prochaine. En effet, le contrat avec la société d’organisateurs d’évènement se termine cette année. «Jusqu’à l’heure, aucune discussion autour de ce sujet n’est encore à l’ordre du jour», a mentionné Média Consulting.

Par ailleurs, comme mesure de précaution contre la peste, une prise de température de tous les spectateurs avant leur entrée dans la salle est prévue. Puis, à l’intérieur du palais, des responsables seront mobilisés, en cas d’alerte.

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara5 partages

Propriété intellectuelle : Les actions pour l’innovation continuent

Madagascar figure parmi les pays qui enregistrent de bons résultats dans le domaine du développement de la propriété intellectuelle.

« Le réseau national des Centres d’Appui à la Technologie et à l’Innovation (CATI) à Madagascar, le bilan, le défi et les perspectives ». Tel a été le thème débattu lors de la première journée  de la réunion nationale relative à la mise en œuvre de la  politique et stratégie nationale d’innovation en matière de propriété intellectuelle de Madagascar  et l’atelier  de renforcement des capacités concernant le développement des Centres d’Appui à la Technologie et à l’Innovation.

Défis. Une conférence qui a intéressé au plus haut point les participants composés des autorités publiques, des opérateurs économiques, mais aussi des simples usagers impliqués dans le concept de la propriété intellectuelle. En tout cas, comme l’a indiqué le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Armand Tazafy, lors de l’ouverture de la réunion nationale, lundi dernier au Colbert, la mise en place des différents outils relatifs à l’innovation figure parmi les défis du gouvernement. Le CATI plus précisément est un outil mis en place conformément aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Propriété Industrielle, dans son plan de développement destiné aux pays en développement, plus particulièrement les Pays les Moins Avancés.  Le CATI est notamment destiné à stimuler l’innovation et la croissance économique à Madagascar, en facilitant l’accès à l’information technologique.  Depuis sa mise en place, le CATI a permis au pays de renforcer  sa capacité du pays à exploiter efficacement les informations issues de différentes bases de données et de sensibiliser le public à la propriété intellectuelle.

Efforts. Sur ce point, d’ailleurs, les efforts entrepris ont porté des fruits, puisque  depuis sa mise en place, le public s’intéresse de plus en plus à la propriété intellectuelle.  Le CATI permet en effet aux visiteurs d’effectuer des recherches mais également  et de consulter des ouvrages sur la propriété intellectuelle. Les utilisateurs peuvent aussi bénéficier de guide et de formations de la part du CATI pour leurs recherches. A noter que la navigation est gratuite dans les sites spécifiques et techniques nécessitant un identifiant et mot de passe aux utilisateurs. Mais le plus important est aussi pour le CATI  d’élargir les domaines des recherches malgaches, d’inciter les dépôts de nouvelles inventions par des Malgaches et enfin de réaliser une exploitation optimisée du système de la propriété intellectuelle par les petites et moyennes entreprises.  A noter qu’hier, la réunion nationale s’est poursuivie avec la présentation de la politique et stratégie nationale d’innovation  en matière de propriété intellectuelle à Madagascar et sa mise en œuvre. Nous en reparlerons.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Sécurisation foncière : Des résultats encourageants pour l’ARSF

Les demandes de certificat foncier sont de plus en plus nombreuses. Une situation  qui est prise au sérieux par le programme d’appui à la réforme et à la sécurisation foncière (ARSF) dont les résultats enregistrés jusqu’ici sont encourageants. En effet, malgré  l’insuffisance des fonds disponibles, le programme parvient à réaliser sa principale mission de soutenir les couches les plus vulnérables en leur octroyant  les certificats fonciers qui sécurisent leur propriété foncière.  Ainsi, pour cette année 2017, l’ARSF se fixe comme objectif de délivrer 28 000 certificats dans 75 communes des régions Analamanga et Itasy. Le projet précisons-le, a pour mission de délivrer 86 000 certificats et 14 000 titres fonciers pendant ses 45 mois de mise en œuvre.

Rappelons que l’ARSF travaille depuis janvier 2016 avec les bénéficiaires du programme Agro Sylviculture d’Antananarivo (ASA) qui recevront d’ici peu leurs certificats fonciers.  Il s’agit d’un programme soutenu par l’Union européenne. Selon les précisions de Jérôme Elisée Raomba, Coordonnateur du Programme, seulement les 75 communes sur les 104 concernées  sont servies, en raison de l’insuffisance des fonds disponibles. Les certificats seront délivrés le 20 décembre prochain au niveau des communes bénéficiaires qui ont procédé à des reboisements  pour sécuriser leurs terrains.

A noter que dans ses actions, l’ARSF collabore avec  différents organismes comme la Direction  Générale des Services Fonciers, la Cellule de Coordination de la Réforme Foncière, l’Observatoire du Foncier, l’Institut National de la Décentralisation et du Développement local ainsi que les ONG. A son actif, l’ARSF a déjà réalisé avec succès différentes actions comme la réhabilitation de 11 guichets fonciers, le renforcement de capacités des responsables communaux, la délivrance de certificat foncier à travers l’opération de certification groupée. L’Union européenne et l’Agence Française pour le Développement sont les principaux bailleurs de fonds du programme à hauteur de quatre millions d’euros.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Morondava : Dahalo telo maty rotiky ny balan’ny fokonolona

Nirongatra izay tsy izy tato ho ato ny asan-dahalo arahina vono olona any amin’ny Distrikan’ i Morondava. Ny harivan’ny 12 oktobra lasa teo, dahalo telopolo lahy no nanafika tao amin’ny Fokontany Belalanda Kaominina Analaiva. Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana, telo andro nialoha ny fanafihana dia efa nampiomana an’ity tanàna notafihany ireo malaso, ka nivonona tamin’ny fitaovana ny Fokonolona, ary niandry ny fahatongavan’ireo dahalo ny vantan-dehilahy matanjaka teo amin’ity Fokontany ity, raha nalefa nitsoaka natory tany anaty ala avokoa ireo zaza amam-behivavy sy ny olona antitra ary marary. Nampiomana nialoha an’ity tanàna notafihany ireo malaso. Rehefa tafiditra tao an-tanàna ireo mpanani-bohitra tonga dia nivantana tamina valan’ombina rangahy mpanarivo be omby iray ny sasany tamin’ireo malaso. Ny ambiny kosa nandeha namaky ny tranon’ity lehilahy mpanarivo naka entana sarobidy zakan’izy ireo. Tsy nihemotra mihitsy ny mponina, fa teo am-pamoahana an’ireo omby 60  mahery tao am-bala ireo olon-dratsy no raikitra ny fifampitifirana nandritra ny 10 minitra teo, ka mpangalatr’omby telo maty rotiky ny balan’ny fokonolona. Nalain’ireo andian-dahalo haingana nentin’izy ireo nitsoaka ny faty roa tamin’ireo namany lavon’ny bala, raha mbola tavela ao Belalanda hatramin’ny omaly naraina ny fatin’ny dahalo iray maty voatifitra.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Fanamparam-pahefana sy fisolokiana : Mpanara-maso ny hetra telo niakatra fitsarana

Mpanara-maso ny hetra na (conroleurs des Impôts) telo, miasa ao amin’ny Ivon-ketra etsy Ambohimanarina sy olon-tsotra roa no niakatra Fitsarana tetsy Anosy, omaly tolakandro. Fanararaotam-pahefana sy fisolokiana ary fitakiana vola amin’ny tsy ara-dalàna (abus de fonction, escroquerie et extorsion de fonds) no iampangana azy ireo. Voatazona am-ponja vonjimaika ireto olona ireto, amin’izao fotoana izao.

Sinoa tompon’orinasa mpanao mofo tsy Ambohimamory ao amin’ny kaominina Andranonahoatra no mpitory. Ity farany izay ny mpisolovavany no nisolotena azy teo anoloan’ny Fitsarana, omaly. Araka ny voalazan’ity farany, nitondra ny raharaha teo anoloan’ny Fitsarana ny olona arovany rehefa nahita ny tsy ara-dalàna natao taminy. Isan’izany ny fitsabahan’ireto mpiasan’ny Hetra ireto any amin’ny faritra izay tsy ananany fahefana, ny tsy fisian’ny taratasy maniraka (ordre de mission) azy ireo, ary farany ny nanerena ity sinoa ity handoa 1 000 000 ariary ka 600 000 ariary no voalaza fa efa lasan’ireto olona ireto, fa raha tsy izany dia havoaka daholo ny lafarinina ao amin’ilay toerana fanaova-mofo mba hahafahan’ireo mpiasan’ny hetra manatanteraka ny fitsirihana ataony. Fiampangana izay nolavin’ny voampanga, indrindra ireo mpiasan’ny Ivon-ketra telo sy ireo mpisolovava roa mpiaro azy ireo nandritra ny fifandaharana teo anoloan’ny mpitsara.

Fitorohana nataona mpiasa voaroaka. Araka ny fanazavana, nitranga izao raharaha izao noho ny fitorohana nataona mpiasa izay voaroaka tao amin’io orinasa io fa tsy manara-dalàna eo amin’ny eo amin’ny Hetra ity farany. Nambaran’ilay mpitoroka fa « Espace » io toerana io ary tsy manana kara-ketra (carte fiscale) akory. Nandre izany ny iray tamin’ireo mpiasan’ny hetra ireo dia nanapa-kevitra fa hidina eny an-toerana hanao fitsirihana, 27 oktobra lasa teo. Nambarany fa zony sy andraikiny no manao izany satria « Espace » no resahana. Manana fahazoan-dalana hanao izany ny tenany, hoy izy, satria mpikambana ao amin’ny tetik’asa fametrahana « caisse enregistreuse » izay natomboka eo anivon’ny hotely sy  ireo toeram-isakafoanana lahibe , ary manerana an’Antananarivo ny sehatra iasany na dia mpiasa ao Ambohimanarina aza ny tenany. Nitondra ny mpiara-miasa aminy izy, raha araka ny fiaraova-tenany hatrany, satria isan’ny fitsipiky ny asan’ny « controleur des Impôts » ny tsy miasa irery rehefa manao fidinana ifotony. Indrindra koa moa fa ilay fahatelo, dia manana fiara mba hitondra azy ireo eny Ambohimamory. Na teo aza anefa izany rehetra izany, nilaza ny mpitory fa tsy nampiseho izany fahazoan-dalàna manokana izany mihitsy ireto olona mpiasan’ny hetra ireto nefa dia nisava hatramin’ny  kara-ketran’ilay orinasa mihitsy.

Nolavin’ny lehibeny. Mikasika ity resaka « ordre de mission » ity.  Ny lehiben’ny Ivon-ketra eny Ambohimanarina sy ny eo anivon’ny Tale jeneralin’ny Hetra  etsy  Antaninarenina, dia samy nilaza fa tsy nampaniraka na nanome alalana ireto mpiasa ireto hanao izao fidinana ifotony izao avokoa. Fanomezan-dàlana izay tsy maintsy ilaina na fizahana tampoka na nasiana filazana mialoha no atao. Fanambarana izay nahatonga ny mpisolovava ny mpitory hilaza fa nisy tokoa ny finiavana hanararao-pahefana sy hisoloky ny olona arovany. Indrindra moa fa nisy ireo olon-tsotra roa ireo, izay voalaza fa niara-tonga tamin’ireo mpiasan’ny hetra ireo teny amin’ilay orinasa io 27 Oktobra io. Nilaza anefa ireto olona roa ireto,  fa tsy nisy mihitsy fifampiraharahana nataon’izy ireo tamin’ireo mpiasan’ny hetra ireo. Nefa araka ny filazan’ny mpisolovava ny mpitory dia ireo olona ireo no nitaky sy  nandray ny vola 600 000 ariary tamin’ilay Sinoa ny 30 oktobra rehefa avy nanery sy nandrahona ity farany nandritra ny fotoana maharitra. Nanda izany anefa ireto olon-tsotra ireto ka nilaza fa ilay Sinoa no niantso azy ireo mba hanampy azy, fa manana olona goavana izy manolona ny hetra. Niantso azy ireo ilay sinoa ary sitrapon’ilay Sinoa no nanomezana azy ireo nuy vola 600 000 ariary. Indrindra, hoy ihany izy ireo, fa hatao saran-dalana amin’ny asa izay hataon’izy ireo hanampiana ilay Sinoa no nanomezan’ity farany izany. Nankeny amin’ny Ivon-ketra teny amin’ny 67 ha izy ireo avy eo mba hizaha olona mety hanao izany fa tsy namonjy ireo mpiasan’ny hetra avy eny Ambohimanarina ireto mihitsy ary tsy nanome na ariary an’ireto farany izay nanizingizina fa tsy niresaka na niverina tany amin’ilay Sinoa intsony rehefa nahita fa ara-dalàna ny taratasy momba azy. Tsy misy « Esapce » ao amin’ny orinasa, fa fanaova-mofo ihany.

Mitaky fampiharana ny lalàna. Tao aorian’ny fifandaharana, dia nangataka ny fampiharana ny lalàna ny teo anivon’ny Fampanoavana rehefa nilaza fa feno ny fepetra mampitombina ny fiampangana ireo voampanga. Nisy ny fikasana hoy izy ary toa mitombina ny firaisana tsikombakomba amin’ireo olona dimy ireo. Tetsy ankilany kosa, nanitrikitrika ny mpisolovava ireo voampanga ny tsy mahameloka ny olona arovany. Aminy dia fahadisoana eo amin’ny asa no tokony hanenjehana azy ireo. Noho izany dia nangatahany ny fanafoanana ny fanenjehana ny olona arovany. Marihina, fa onitra 25 tapitrisa ariary no takian’ny mpitory tamin’izao raharaha izao. Nisy moa ny fangatahana fahafahana vonjimaika nataon’ny mpisolovava ny voampanga, saingy nolavin’ny Fitsarana izany. Naverina eny am-ponjaka avy hatrany noho izany izy ireo mandra-piandry ny didim-pitsarana izay hivoaka anio Alarobia 15 novambra.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Sakaraha : Zazalahy iray avy nianatra handeha hamonjy fodiana, maty nilatsaham-baratra

Nandritra ny ora-nikija narahina havandra sy kotroka, afak’ omaly hariva, dia zazalahy iray sahabo ho 11 taona eo no maty nilatsaham-potaka, tany amin’ny Distrikan’ i Sakaraha. Avy nianatra hamonjy fodiana ity tovolahy kely ity no tratry ny orana teny an-dàlana, ka nialoka teo ambodin- kily (voamadilo). Nirefotra nipoapoaka tsy nifandrenesana ny varatra sy kotroka tamin’io fotoana io ka niantefa tamin’ity ankizilahy ity. Mpivady niandry omby tsy lavitra ny toerana nisehoan’ny loza no nahita ny zava-niseho ka niezaka namonjy an’ity zazalahy, ary nitondra an’ity farany namonjy tanàna, indrisy tsy nisy azo natao tamin’ity zazalahy ity intsony, ka vatana mangatsiaka tsy nisy aina intsony no nalain’ny havany, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada4 partages

Lutte contre les inondations : aménagement des zones basses d’Antananarivo

Avec l’appui de la Banque mondiale, le ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE) vient de lancer le projet de développement intégré résilience pour faire face aux risques d’inondation durant les saisons pluvieuses à Antananarivo.

Le projet financé à hauteur de 70 millions de dollars porte sur l’aménagement de quelques communes et quartiers situés dans les zones basses de la capitale, notamment Anosizato, Bemasoandro, Anosibe ainsi que les quartiers traversés par le canal C3, tels qu’Andavamamba, 67Ha, Ankasina et Ambodimita.

A cet effet, des études technique, environnemental et social précèderont les travaux. Des équipes d’enquêteurs sont actuellement à pied d’œuvre au niveau des zones concernées, a souligné le directeur général de l’Aménagement du territoire, Gérard Andriamanohisoa, dans une note publiée par le M2Pate, hier.

«La loi exige que les foyers utilisant une infime ou la majeure partie des rives du canal C3 doivent répondre au questionnaire des enquêteurs. Ceci pour protéger leurs droits et le canal en question.  Il reste encore 15 jours d’enquête avant de remettre les documents au Conseil d’administration de la Banque mondiale pour son adoption», a-t-il précisé.

R.R.

 

News Mada4 partages

Taux d’inflation : évalué à 8% en 2017

Le taux d’inflation, fin de période, est évalué à 8% en 2017 contre un taux 7,0% en fin 2016. Cela est principalement dû à la hausse du prix des produits de première nécessité, peut-on lire dans le Tome 3 annexé au projet de Loi de finances 2018. Il y est inscrit également que le taux d’inflation est prévu enregistrer une tendance à la baisse, en passant respectivement de 7,9% à 5,4%, de 2018 à 2020.

Le taux d’inflation escompté en termes d’Indice des prix à la consommation (IPC) est ainsi de 7,8% en moyenne période pour 2018 contre une estimation de 8,1% pour l’année 2017. « Les hypothèses retenues sont une relative stabilité des cours mondiaux de pétrole et des produits alimentaires ainsi qu’une intervention efficace sur le marché monétaire en cas d’autres pressions inflationnistes », note ce projet de Loi.

La situation économique du pays est marquée surtout par une hausse incessante de l’inflation. Depuis le mois de février, l’indice des prix à la consommation s’est accéléré et a connu une hausse de 7,3% contre 6,9% en décembre 2016. L’inflation a continué pour atteindre le niveau de 8,2%, au mois de mars, alors que la prévision pour l’année 2017 était de 7,1%.

D’après les explications du gouverneur de la « Banky Foiben’i Madagasikara », au début de ce mois, cette inflation est tirée par la forte progression des coûts des produits locaux qui contribue à 85% de variation dans l’ensemble des prix.

Arh.

 

Midi Madagasikara4 partages

Slam national : La huitième édition prend une envergure internationale

Les membres du Madagaslam, organisateur du slam national.

Le slam national reste le plus grand événement de Slam poésie à Madagascar. Pour cette huitième édition, quatre pays orneront la programmation avec plusieurs dizaines de slameurs-poètes de la Grande Ile.

Depuis presque dix ans, les jeunes malgaches emboîtent le pas des grands auteurs malgaches, mais dans une autre forme d’art oratoire qui secoue autant par les mots que par les expressions. Le slam national met en confrontation des poètes issus des quatre coins de l’île et reste le plus grand rendez-vous des passionnés. Du 2 au 9 décembre, place à la huitième édition où les jeunes des lycées et universités, frappent par leur plume et leur voix. Poètes et slameurs se serrent les coudes pour captiver, émouvoir et persuader l’auditoire.

Les équipes de poètes et les invités internationaux seront présentés au public durant la cérémonie d’ouverture à l’Institut français de Madagascar. Des poètes confirmés d’Allemagne, du Gabon et de la Suisse répondront présents, en outre, le championnat est parrainé par Narcisse, slameur champion de France en 2013.

Si les finales baissent le rideau sur le tournoi, des ateliers, des rencontres et des échanges constitueront la programmation. Parmi les plus attendues, la performance de la poète belge Nadine Baboy dans « Terre riche».

Il est à rappeler qu’à Antananarivo plusieurs tournois de slam comme le « Tournoi de Slam de Tana » ont contribué à la mise en place d’une armée de slameurs malgaches depuis 2005. De ces tournois se sont révélés des talents cachés. Les tournois, se multiplient et devient tournoi national deux ans plus tard. Même si les Malgaches ne font pas partie des précurseurs de la poésie slam, les échanges et les tournois révèlent des talents, permettant à ces derniers de s’exprimer artistiquement aux travers des mots, des rimes et des rhétoriques.

La poésie est devenue alors, un moyen de locomotion d’idées, un outil d’initiation et de partage entre poètes mais aussi un instrument d’éducation et instruction dans l’art. Abordant des thèmes courants, comme la politique, socio-économique, l’amour, tout cela vu d’un œil de poète, les textes suivent l’actualité et se forment selon la conjoncture.

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Maevatanàna : Raim-pianakaviana notifirina sy notetehina tamin’ny famaky

Tokantrano iray tao amin’ny fokontany Ambohitromby, Kaominina Andriba, disitrikan’i Maevatanàna no nidiran’ny andian-dehilahy  20 nitondra basim-borona sy antsy ary famaky, ny  Alakamisy teo tokony ho tamin’ny 08 ora alina. Tsy nanànan’ireo olon-dratsy antitra ny raim-pianakaviana iray, 45 taona fa novonoin’izy ireo tamin’ny alàlan’ny tifitra basy, ary mbola notetehina famaky ihany koa. Naratra voadaroka kosa ny vadiny. Nalain’ireo jiolahy ny vola mitetina efatra hetsy ariary, niampy labiera efapolo tavoahangy niaraka tamin’ny vary roa gony. Ny olona dia tsy nisy sahy nanohitra, satria be loatra ny basy teny amin’ireo malaso ary tena nitifitra rahateo izy ireo. Tombanana ho efa nomanina mialoha ary nokendrena manokana ny tranon’ilay rangahy maty, ka tsy nisalasala namono sy nanapoaka basy ireo dahalo. Nirifatra nandositra avy hatrany izy ireo, raha vantany vao vita ny asa ratsiny. Naharay antso ihany ny mpitandro ny filaminana any an-toerana, saingy efa tsy nahatratra an’ireo olon-dratsy intsony. Nidina tany an-toerana nitsapa alahelo Rtoa Rasoarimalala Georgette dit Zory kely; izay solombavambahoakan’i Madagasikara  voafidy tato amin’ny disitrikan’i Maevatanàna. Efa eo am-pikarohana ireo jiolahy nanafika ny mpitandro ny filaminana ankehitriny. Mirongotra tanteraka ny asan-dahalo any an-toerana raha ny fanazavan’ny ben’ny tanàna teo aloha any Andriba, fanintelono ny tranga tamin’ny Alakamisy teo, tao anatin’ny iray volana monja izay. Raha ny fangatahan’ny mponina any an-toerana, dia mety kokoa amin’izy ireo raha haverina indray ny « Opération» nataon’ny Zandary teo aloha mba hiverenan’ny fandriampahalemana.

Ratantely

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Journée mondiale du diabète : 260 personnes dépistées et 10 cas positifs

Le dépistage du diabète, une étape-clé de la prévention et de la prise en charge.

La journée mondiale du diabète (JMD) fut célébrée dans le monde entier hier. Madagascar n’a pas échappé à la règle et a célébré dignement cette JMD.

Dès 8h, les portes de la Clinique de l’Association malgache contre le diabète (AMADIA) sise dans les hauteurs de Faravohitra furent ouvertes pour des séances de dépistages gratuits du diabète. Prévues se terminer vers 12h30, les séances ont été prolongées en raison de la demande. En effet, les personnes désireuses de se faire dépister affluaient régulièrement pendant la JMD et l’AMADIA a ainsi décidé de faire un effort afin de prioriser ainsi l’intérêt public. Car oui, le diabète est une maladie chronique d’ordre public à Madagascar, la preuve, l’insuline fait partie des médicaments essentiels depuis 2005. La prise en charge de cette maladie se paie encore au prix fort à Madagascar, un prix pas forcément à la portée de toutes les bourses, au moins 60 000 Ar par mois. Or actuellement, des études « socio-médicales » ont fait ressortir que le diabète touche, ces sept dernières années, une frange de plus en plus importante des couches vulnérables de la société est concernée par le diabète.

Dépistage. 260 personnes se sont fait dépister hier. Parmi ces 260 dépistages, 10 cas de diabète furent confirmés. Une prévalence du diabète de type 1 fut également notée. Neufcas sur les 10 confirmés relèvent du diabète de type 2, seul  un cas est attribué au diabète de type1. Il s’agit de celui d’une jeune fille de 16 ans (l’anonymat a été requis), dont le père vient d’être diagnostiqué positif au diabète il y a deux mois ; le facteur héréditaire étant prépondérant durant le diabète. Sa fatigue chronique et son amaigrissement soudain, en dépit d’un appétit conséquent l’ont poussé à se  faire dépister, d’autant plus qu’elle a eu vent des dépistages gratuits grâce à la presse.

Hygiène de vie. Dans son allocution, la présidente du Lion’s club doyen et non moins représentante résidente du Programme alimentaire mondial, Mme Fatimata a mis l’accent sur l’importance des efforts soutenus fournis par l’AMADIA pour une meilleure prise en charge du diabète à Madagascar, ainsi que l’importance capitale d’une alimentation équilibrée et d’exercices physiques dans la prévention du diabète. Notons que le Lion’s club doyen fait partie des initiateurs de l’institution de l’AMADIA, il y a de cela 35 ans déjà.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Maka Alphonse : Cap sur Addis-Abeba, hier

Le président du Conseil du « Fampihavanana Malagasy » (CFM) Maka Alphonse a mis le cap sur Addis-Abeba, hier. Il va assister notamment à la coopération Sud-Sud qui se tiendra les 15 et 16 novembre dans la capitale éthiopienne. Parmi les thèmes abordés, lors de ce Sommet, figurent notamment la paix et développement en Afrique. Notons que le président du CFM fera partie de la commission paix et développement qui sera consacrée également à la réconciliation nationale. L’objectif de cette assemblée générale, entrant dans le cadre de la coopération Sud-Sud, est de mettre en place un développement durable pour l’hémisphère Sud en général et pour le continent noir en particulier.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Association Smile 4 Madagascar : Mobilisation de 120 volontaires pour faire face à la peste

Les 120 volontaires ont reçu des formations avant leur envoi sur terrain.

La fin d’épidémie a été décrétée par les responsables auprès du ministère de la Santé publique. Les risques sont toutefois encore présents étant donné que la saison pesteuse court jusqu’au mois d’avril 2018 prochain. C’est dans cette optique de prévention que l’Association Smile 4 Madagascar a sollicité la Direction chargée de la Coordination Nationale du Volontariat à mobiliser des volontaires issus de différentes organisations et de départements ministériels. Ce, dans le dessein de sensibiliser et d’informer la population tananarivienne dans les actions et activités de lutte contre la peste. Diverses activités sont donc prévues dans le cadre de cette campagne de sensibilisation. Entre autres, la distribution de supports de communications tels que des affiches et des dépliants, l’affichage des supports en question dans des endroits et sur des véhicules de transports publics (taxis et « taxis-be »). Fait également partie de la liste des activités que les volontaires vont entreprendre la sensibilisation des familles sur l’importance de la propreté. Eparpillés dans les arrondissements et les gares routières de la capitale, les 120 volontaires vont également informer les familles sur les mesures de prévention à adopter tout en les informant sur les symptômes et mode de transmission de la peste.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Chef de région Analamanga : Des dons pour les 15 communes d’Ankazobe

Le chef de Région Analamanga remettant les bancs aux 15 communes d’Ankazobe.

Le chef de Région Analamanga Rakotonanahary Ndratonomena a rallié le district d’Ankazobe, avant-hier. Cette visite a été surtout marquée par la remise de 120 bancs pour les 15 communes que compte le district. La cérémonie s’est déroulée en présence des maires desdites communes. L’objectif étant de booster davantage l’éducation dans ce district. Le chef de Région n’a pas manqué également de parler de la peste. Il estime ainsi qu’il incombe à tout un chacun de garder la propreté pour combattre cette maladie contagieuse tout en soulignant au passage sur l’importance de lutter aussi contre ceux qui propagent de fausses nouvelles. Il invite ainsi ceux qui auraient eu vent de ces rumeurs d’alerter les autorités les plus proches.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada3 partages

Alaotra-Mangoro : retombées des aléas climatiques

La région Alaotra-Mangoro subit les revers des aléas climatiques de ces derniers jours. Outre les pluies diluviennes, une averse de grêle s’est abattue sur une partie de la région, hier.

Des pluies de grêle sont tombées sur une majeure partie de la région Alaotra Mangoro,  hier, accompagnant les averses très drues de ces derniers jours. Les dégâts immédiats sont plutôt bénins, selon les agriculteurs locaux qui craignent par contre leurs effets sur la riziculture. Cette région réputée grenier de Madagascar a perdu ses capacités de production suite à la sécheresse qui y sévit, ajoutée à la dégradation de l’environnement depuis quelques années. Les fortes précipitations ont comblé les lacunes dues au manque d’infrastructures agricoles mais la présence des grêles a changé la donne puisque les plants de riz risquent d’en souffrir.

Les conséquences négatives des grandes averses se répercutent dans différents domaines dans l’Alaotra Mangoro, actuellement, avec un début de montées des eaux dans plusieurs districts. Des communes entières sont menacées d’enclavement à cause de la dégradation avancée des axes routiers desservant les localités de la circonscription. Les projets de réhabilitations de routes initiés par la région ne seront efficaces qu’après bitumage des tronçons concernés. D’ailleurs, la réfection de la RN44, reliant Ambatondrazaka à Moramanga, demeure du domaine de l’hypothétique jusqu’à présent.

Manou

 

Midi Madagasikara3 partages

Pétanque – Mini Masters Bemiray : Les résultats de la deuxième étape !

Le sérieux du président de Bemiray Pétanque, Juan Eric Rakotondralambo, constitue déjà une bonne publicité pour ces Mini Masters.

Les Mini Masters de pétanque du club Bemiray se poursuivent et ne se ressemblent pas. Le nombre de participants grossit au fil des étapes avec une bonne trentaine d’équipes pour l’étape 2 qui se tenait, vendredi dernier, au boulodrome de Mahamasina, sur le site de l’ancien paddock.

A l’issue d’intenses batailles, l’équipe de Rina et de ses deux amis Lanto et Haja ont gagné haut la main la finale par 13 à 09 devant Mazava, Doda et Heritiana.

Ces deux triplettes se qualifient donc pour la grande finale avec six autres équipes de cette deuxième étape notamment Lipo, Andry et Josoa ainsi que Bary, Tiana et Lova. Bolo, le champion du monde junior, avec Noris et Fy sont également qualifiés tout comme la triplette composée de Toky, Solofo et l’expérimenté Kola.

Dida, Liva et Hery complètent la liste avec Zou, Lavakely et Eric.

Les recalés auront l’occasion de se rattraper lors de la 3e étape de ce vendredi 17 novembre toujours à Mahamasina.

Les deux étapes ont permis de montrer le savoir-faire du club Bemiray présidé par Eric Rakotondralambo avec une organisation digne des grands événements de la pétanque. Si l’on y ajoute ses qualités d’arbitre international, alors on comprend pourquoi les boulistes des provinces sont venus se mêler à la fête. Pour y prendre du plaisir. Et quel plaisir !

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

World Rugby : Un record de clubs pour Antananarivo

Le rugby attire les plus jeunes à Antananarivo.

Toutes les fédérations nationales se réunissent actuellement à Londres à l’occasion du congrès de World Rugby. Marcel Rakotomalala, président du « Malagasy Rugby » est sur place.

Le Conseil exécutif de World Rugby a débuté lundi dans la capitale anglaise. La désignation du pays hôte de la Coupe du monde 2023 est le point d’orgue de cette réunion. L’Afrique du Sud  est la grande  favorite. Le rugby ne cesse d’attirer de fans en Afrique. L’Angleterre, la Nouvelle-Zélande ou l’Afrique du Sud ne sont plus les pays où le rugby est le sport roi. D’autres pays les rejoignent pour ne citer que le cas de Madagascar. Un constat a été fait depuis deux ans environ, le nombre de joueuses de rugby a bondi de 50 %.

Selon le communiqué de l’APO « Dans un continent connu pour ses grandes nations de football, le rugby est discrètement en train de se faire une place au soleil. L’an passé, le nombre de joueurs licenciés a bondi de 770 000 à plus d’un million. En 2013, l’initiative “Get Into Rugby” de World Rugby a attiré 22 000 joueurs. En 2017 ils étaient 384 000. Le nombre de joueuses de rugby a bondi de 50% entre 2016 et 2017. Cette année, 20% des pratiquants de ce sport en Afrique sont des femmes et des jeunes filles ». C’est à Madagascar que le développement et la promotion du rugby est la plus palpable.  160 clubs de rugby, rien que dans la capitale Antananarivo. « Le rugby y est le sport national et il y a plus de clubs par habitant qu’aucun autre pays au monde. Le rugby y est le sport national et il y a plus de clubs par habitant qu’aucun autre pays au monde » poursuit le communiqué. Après l’Afrique du Sud, seul dans la Grande Ile que le rugby arrive à remplir le stade. A Madagascar, ainsi que dans les autres pays du continent, le rugby scolaire commence à prendre ses marques. 22 000 écoles offrent désormais le rugby dans leur programme d’études. En marge de cette réunion de la grande famille du rugby mondial, Rugby Africa a signé un partenariat avec APO Group, le leader en relations presse en Afrique et au Moyen-Orient.

Recueilli par T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Code électoral : Bis repetita ?

La société civile et les partis politiques ont été invités par le régime, comme il est tout à fait normal en démocratie, à envoyer leurs propositions concernant le code électoral. Ces derniers l’ont donc fait et espèrent que le projet de loi présenté prochainement à l’Assemblée nationale en tiendra compte. Mais ils ont ces derniers temps exprimé leur crainte de voir un code électoral déjà prêt à être voté par les députés. Ils redoutent que ce dernier connaisse le même sort que celui du code de la communication.

Code électoral : Bis repetita ?

Le monde de la presse s’est senti floué lors de l’élaboration du code de la communication. Les journalistes ont élaboré en collaboration avec le ministère de la Communication le projet de loi qui devrait être présenté à l’Assemblée nationale. Grand fut leur étonnement quand ils découvrirent les modifications apportées au texte final. Ils ont alors décidé d’entrer en résistance et organisé un vaste mouvement  de protestation. Les quotidiens de la capitale ont dénoncé la politique du fait accompli du ministère de la Communication qui a totalement ignoré cette colère des journalistes. Le texte qualifié par ces derniers de honteux a été présenté à la Chambre basse et voté presque en catimini par une vingtaine de députés. Il est ensuite passé en conseil des ministres. Conscient du malaise causé par la démarche adoptée, le régime semble s’être fait très discret et n’a plus parlé de ce code dont l’application est effective. La société civile et les partis politiques craignent que le même processus se déroule à propos du code électoral qui va revêtir une importance capitale lors de l’élection présidentielle de 2018. On sait que le régime a déjà une stratégie bien élaborée pour cette échéance. La crainte est réelle de le voir imposer ses vues.  Pour le moment, il ne s’agit que de supputations. Mais la question doit être  posée. Code électoral : bis repetita ?

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Ino Vaovao2 partages

BELO AMORON’I TSIRIBIHINA : Misedra olana maro ireo tantsaha, ahiana ny hisian’ny mosary

Fantatra mantsy fa maro lafy ny olana sedrain’ny tantsaha any amin’iny distrika iny hiatrehana ny asam-pambolena izay hatomboka tsy ho ela. Voalohany amin’izany ny fitadiavana masomboly ho volena satria lany avokoa ny teo am-pelatanana noho ny haratsian’ny vokatra niakatra tamin’ny taom-pambolena farany teo, ka tsy nahaleo ny sarany ny vidiny. 

Manampy trotraka ihany koa ny haintany satria dia mbola tsy misy ny ranonorana milatsaka amin’izao fotoana izao noho ny fahasimban’ny tontolo iainana. Izany dia vokatry ny fandripahana ala mahazo vahana any an-toerana sy ny doro tanety ataon’ny sasany. Fa anisany tena sakana goavana any amin’iny distrika iny ny tsy fisian’ny fandriampahalemana izay atahorana mafy amin’izao fotoana izao. 

Raha ho an’ny fambolem-boanjo manokana, izay tsy maintsy ampiasana omby ny fanatanterahana azy, dia misedra olana tokoa satria tsy misy ny omby, lasan’ny dahalo avokoa ny ankamaroan’ny omby any an-toerana. Ary ireo izay mbola manana azo ampiasaina dia matahotra ny ho ravàn’ny dahalo any amin’ny toeram-pambolena, hany ka tsy mahasahy mamoaka ny omby.

Efa maherin’ny 800 ny omby very tamin’ity volana ity

Raha asiana resaka ny mahakasika ity resaka tsy fandriampahalemana any an-toerana ity dia tsy misy tsy mitairaina vokatry ny asan-dahalo ny mponina rehetra saika manerana ny distrika iray manontolo. Raha tamin’ny fiandohan’ny volana novambra lasa teo izao dia tsy latsaky ny 800 isa ireo omby nangalarin’ny dahalo tao amin’ny distrikan’i Belo amoron’i Tsiribihina. 

Lasibatra tamin’izany ny tao amin’ny kaominina iray any an-toerana izay nahafatesan’ny tompon’omby mihitsy. Miseho ao amin’ny renivohitry ny distrika ihany koa ny asan-jiolahy amin’izao fotoana izao, araka ny fanazavana hatrany. Mihorohoro tanteraka ny vahoaka noho izany satria dia tsy vitan’ny mandrava fananana ihany ireo olon-dratsy fa sady mandatsaka aina mihitsy. 

Manoloana izany toe-javatra rehetra izany dia tsy afaka manatanteraka ny asany an-kalalahana ireo tantsaha fa mandositra miakatra an-tanàn-dehibe. Ahiana araka izany ny tsy hisian’ny fambolena ka hitarika mosary henjana any amin’iny distrika iny.

Lucien R.

News Mada2 partages

Fampianarana : notokanana ny CEG Tsimbazaza…

Nitombo roa indray ireo sekoly nisitraka fotodrafitrasa vaovao ho an’ity taom-pianarana 2017-2018 ity.  Omaly,  notokanana tamin’ny fomba ofisialy ny EPP Soanierana I sy ny CEG Tsimbazaza. Ahitana mpianatra miisa 1680 ny CEG Tsimbazaza izay ahitana mpampianatra 70.

Nisy ny fanarenana ny efitrano fikarohana, ny fananatsarana ireo birao eo anivon’ny sekoly, ary ny efitrano natokana hikirakirana ny teknolojia. Nisy koa ireo fanomezana natolotra ho an’ny mpianatra hanampy azy ireo amin’ny fikarohana ataony manoloana ny fanatontoloanaNohavaozina tanteraka kosa ny EPP Soanierana I izay niorina tamin’ny taona 1945.

Nanamarika ny mpianatra teny anivon’ireto sekoly ireto ny fananan’izy ireo tabilio natokana ho an’ny mpianatra tsirairay ary indrindra ny fahazoany ny tsirairay ny « Kits scolaires » hiatrehana ity taom-pianarana ity.

Tatiana A

Tia Tanindranaza2 partages

Mpamily taxi be sy ny reseveraMitondra 5.000 Ar isan’andro mody raha kely

Tsy maintsy mitondra vola mody 5.000 Ar isan’andro raha kely ireo mpamily taxi-be sy ny mpanampy azy, eto an-drenivohitra raha araka ny fanadihadiana natao.

Pati

Indian Ocean Times2 partages

Nouveau service financier via mobile

Lancé ce mardi 07 novembre, MVola Avance est le nouveau service financier via mobile de MVola, la 1ère solution de mobile money à Madagascar. Accessible à tous les Malgaches sans qu’ils aient besoin d’être bancarisés, MVola Avance repose sur les trois principes qui ont fait le succès de MVola : un service simple, immédiat et sécurisé. MVola Avance permet ainsi de recevoir instantanément une avance sur son compte MVola, de 1 000 Ar à 500 000 Ar, 24h/7j, partout à Madagascar, à partir d’un un simple téléphone mobile! En effet, de la vérification d’éligibilité, à la réception de l’avance et jusqu’à son remboursement toutes les opérations sont digitales et immédiates, sans déplacement, formalité, ni délai de réponse. Le client a 30 jours pour rembourser son avance avec un frais unique de 9%. Le montant de ce frais est clairement indiqué au client avant qu’il ne valide sa demande d’avance.   Innovation supplémentaire, MVola Epargne est l’unique offre d’épargne à Madagascar disponible depuis son téléphone mobile. L’ouverture d’un compte MVola Epargne, le dépôt de de 100 Ar à 10 000 000 Ar, les transferts d’argent entre les comptes MVola et MVola Epargne, sont aussi totalement numérisés, instantanés et complètement gratuits. De plus, MVola Epargne offre un taux de rémunération annuel de 2%. « MVola innove chaque jour pour Madagascar. MVola Avance est le petit coup de pouce simple, immédiat et sécurisé qui aide chaque Malagasy à réaliser ses rêves ! La BNI Madagascar, 1ère banque Malagasy est notre Banque Partenaire sur ce service, garante de toutes les opérations de MVola Avance » a déclaré Matthieu MACE, Administrateur Général de MVola.
News Mada1 partages

FJKM – SFL : « Lalao Matio 111 », fifaninanana toriteny « miavaka »

Tsy amin’ny toriteny, eny amin’ny piolipitra, na amin’ny hira ihany no azo itoriana ny tenin’Andriamanitra.

Hikaroka izay fomba hafa izay indrindra no tanjon’ny Sampana fivondronana laika (SFL) sy ireo mpiara-miasa aminy maro amin’ny fikarakarana ny « Lalao Matio 111 ».

Araka izany, fifaninanana mitory teny amin’ny fomba hafa, ankoatra ireo efa voalaza ireo, izy ity. Nosafidina ny hoe « Matio 111 » satria ao anatin’ny Filazantsaran’i Matio, toko faha-11 andininy voalohany ny hoe « … dia niala teo izy hampianatra sy hitory teny any an-tanànan’ny olona », izay lohahevitry ny fifaninanana.

Tanjon’izany ny hiantefan’ny tenin’Andriamanitra amin’ny olon-drehetra. Eo koa ny fampiasana ny talenta, ampitomboana ny fahafantaran’ny olona ny FJKM sy ny SFL. Tafiditra ao anatin’ny tetikasa « Vontosy Filazantsara ny Nosy Madagasikara » ihany koa ity fifaninanana ity.

Mahazo mandray anjara amin’ny « Lalao Matio 111 » ny tarika iray na roa avy amin’ny synodam-paritany. Na koa tarika iray ahitana olona 3 hatramin’ny 6 ka mpiofana na efa niofana tao amin’ny sekoly fanomanana laika ny antsasany, farafahakeliny. Mbola mahazo mandray anjara koa ireo tarika atolotra ary tohanan’ny vondrom-paritany laika. Marihina fa efa miisa 20 ny tarika nisoratra anarana, araka ny fanazavan’ny mpikarakara.

Misy an-dalan-tsoratra masina telo torian’ireo mpifaninana amin’ny fomba hitany fa vaovao sy mahomby : Mat.5/47b, IKor.14/12 ary ny IITim.1/8. Tontosaina amin’ity volana ity ny dingan’ny fifanintsanana. Amin’ny 16 desambra kosa ny manasa-dalana, arahin’ny famaranana ny 21 desambra, izay samy ao Antsahamanitra.

Landy R.

 

Ino Vaovao1 partages

FANODINKODINANA NY HAREM-PIRENENA : Zana-tsokatra maromaro efa maty nisy nanary tetsy Marobiby

Tsy fantatra ny isan’ireo biby satria hita fa lehibe tokoa ireo fitaovana. Raha ny tombatomban’ireo mponina dia ny alatsinainy alina no nanariana ireo biby anisany efa ho lany tamingana ireo teny an-toerana. Teny amin’ny arabe no nanariana ny entana ka olona sendra nandalo no nahatsikaritra ireo fitaovana nisokatra sady namofona teny amin’ny manodidina.

Nampandre ny Fokontany avy hatrany ity farany ka nidina teny an-toerana izy ireo niaraka tamin’ny mpitandro filaminana. Hatreto dia mbola tsy fantatra ny olona nanary ireo fatim-biby ireo teny an-toerana. Araka ny loharanom-baovao dia ahiana ho saika haondrana antsokosoko any ivelany ireo biby ireo saingy mety nisy tsy fifanarahana na tara ny fanomezana sakafo ireo biby. Fantatra fa mahazo laka ny fanondranana antsokosoko ity biby iray ity eto amintsika ary azo lazaina ho lafo vidy izy ireo any ivelany satria eto amintsika ihany no ahitana azy ireny.

Voalaza fa any amin’ny Faritra Atsimo no tena betsaka azy ireny. Fantatra fa efa manao ady amin’ny fanondranana antsokosoko ireo zana-tsokatra ireo ny tompon’andraikitra manokana amin’izany eto amintsika saingy tsy very lalana hatrany ny mpanao ratsy ka ahitan’izy ireo hirika ihany ny fitondrana izany.

Pounie

Tia Tanindranaza1 partages

Dosie very tao amin’ny fitsaranaTovolahy iray nidoboka eny Antanimora

Nadoboka am-ponja vonjimaika eny Antanimora ilay zanaky ny mpiray tampo amin’i Ihanta Randriamandrato, izay notondroina ho tompon’antoka tamin’ny halatra dosie tao amin’ny fitsarana.

 

Afaka nody kosa i Etienne Ralitera vadiny fa tsy maintsy miverina eny amin’ny fitsarana amin’ny alatsinainy 20 novambra izao. Notondroina ho nanolotsaina an’ilay tovolahy sy nampanao ilay fangalarana dosie izy. Navela nody ihany koa ilay mpisolovava voarohirohy, ary ilay olona fahatelo voasaringotra. Tsy nohenoina kosa ilay mpiraki-draharaha (gréffier) vavolombelona (témoin à charge), nahazo ny sarin'ilay nilaza ho mpisolovava mpiana-draharaha nitondra ilay dosie nitsoaka, izay karohina amin'izao. Efa fantatra ary ananana ny sarin’io mpisolovava mpiana-draharaha io, saingy voalaza fa tsy nohenoin'ny mpitsara ilay mpiraki-draharaha, ka izay no tena antony nanadobohana vonjimaika any Antanimora ilay tovolahy manodidina ny 30 taona, izay vao tonga avy any andafy, ka hiala sasatra no anton-diany eto. Tantara mitohy ity resaka fahaverezana dosie ity, izay heverina fa resaka politika hatrany hatreto no ao ambadika, ary misy vondron’olona tiana hopotehina ao anatiny.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza1 partages

Lalàna momba ny fananan-tanyTsy ampy ny fanazavana

Taorian’ny fahalanian’ilay volavolan-dalàna mikasika ny fananantany teny anivon’ireo parlemantera ny herinandro teo dia tsikaritra ho nirongatra ny ady teto amin’ny firenena.

 

J. Mirija

 

La Vérité1 partages

Tentative d’assassinat - Moustapha évacué à La Réunion

Moustapha Radjan Ameralli, cet Indo-pakistanais de nationalité française, victime d’une tentative d’assassinat lundi matin à Analamahitsy, a été bel et bien évacué à l’île de La Réunion, depuis mardi. Selon une source informée, décision fut alors prise pour l’évacuer,  et ce, après que les médecins locaux ont jugé son état transportable et capable de supporter un voyage en avion. Actuellement, Moustapha reste dans un état critique car une balle est encore restée logée dans sa poitrine. 

Sauf en cas d’imprévu, le concerné doit au plus tôt ce jour subir une seconde opération chirurgicale dans un centre de soins de cette île. Son agression sanglante a suscité de nombreuses questions.  Moustapha a un antécédent judiciaire. Il a par exemple écopé d’une peine de 15 ans de travaux forcés pour un forfait mais suite à une opposition qu’il a faite de ce verdict, Moustapha a été ensuite blanchi par la Justice.Accusé  avec trois autres Indo-pakistanais dans une affaire de trafic d’or et de blanchiment d’argent, il a été relaxé au bénéfice du doute contrairement aux deux autres co-accusés qui furent tous condamnés à des travaux forcés. Le Consulat français a suivi de très près ces affaires de Moustapha Radjan tout comme cette tentative d’assassinat dont il a été victime.Un bref rappel des faits s’impose. Moustapha était au volant de son Audi A6, alors bloquée dans un embouteillage dans une rue exigüe reliant Ambatobe et Analamahitsy lorsque les deux agresseurs étaient entrés en action. Une fois que le moto-cross qui les a transportés fut arrivé à la hauteur de l’Audi, le passager du deux-roues a dégainé une arme de poing avant de faire feu en direction de l’automobiliste. Touché surtout à son visage, ce dernier est grièvement blessé tandis que les assaillants ont fait demi-tour et ont disparu dans le flot de la circulation. Celui qui a tiré fut éjecté à terre lorsque la moto a embouti l’arrière d’un « taxi-be », mais il a pu se sauver à pied dans le dédale d’un cimetière avec la Police à ses trousses. Des témoins affirment avoir aperçu les traits d’individus blancs malgré qu’ils aient été escamotés par des cagoules et leurs casques.Franck Roland

L'express de Madagascar1 partages

Filankevitra Fampihavanana Malagasy – Un budget astronomique pour le cabinet

Érigé sous le signe de l’efficience, le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) semble gâter les membres de son cabinet.

Faramineux. La nouvelle version du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) prévoit une bagatelle d’un milliard cent quarante-deux millions d’ariary pour faire fonctionner son cabinet au titre de l’année 2018. La direction générale du budget auprès du ministère des Finances et du budget a publié sur son site web les détails de la prévision des dépenses par service. Pour le CFM, un budget de sept milliards cent vingt-trois millions d’ariary est prévu en 2018.Dans l’exposé de motif de la loi sur la réconciliation nationale, cette nouvelle formule ambitionne d’apporter des innovations. Le nombre réduit des mem­bres au niveau central en fait partie. « Son efficacité devrait être renforcée, grâce à une plus grande rationalisation des actions de ses Commissions et de ses démembrements », stipule la deuxième partie de cette loi promulguée en décembre 2016.  Le nombre des membres de la CFM est effectivement ramené à trente-trois au lieu de quarante-cinq  dans l’ancienne version de Sylvain Raboto­arison. Apparemment, le principe de l’efficience est respecté.

SuggestionsComme toute institution, le président dispose d’un cabinet. La loi sur la réconciliation nationale  prévoit par ailleurs, un secrétariat pour le bureau permanent. Toutefois, la prévision des dépenses pour l’année 2018 semble être aux antipodes de ce principe de l’efficience.  Chaque vice-président des six provinces dispose d’un crédit de cent millions d’ariary pour couvrir les frais de leur cabinet.  Le rapporteur général  ainsi que le rapporteur général adjoint sont un peu moins dotés mais la totalité des dépenses prévues pour les cabinets frôle le milliard d’ariary.Le projet de loi de finances n’est pas encore adopté par le Parlement. Soumis par le gouvernement à l’Assemblée nationale et présenté par la ministre des Finances et du budget, il y a quelques jours, les prévisions de dépenses stipulées dans le tome 2  demeurent des suggestions. Le projet de loi  de finances  2018, a été examiné en travail de commission, vendredi.  D’après une source proche du dossier, les commissaires n’ont donné que quelques observations sur quelques points. Ainsi, la réunion de la commission finance au niveau de l’Assem­blée nationale n’a duré que deux heures.Nommé par le Président de la République le 25 août, les trente-trois membres du CFM ont prêté serment et sont entrés en fonction depuis le 13 septembre. Mis en place suite à un long processus de sélection, cette institution a pour mission de conduire le processus de réconciliation nationale, d’instaurer une atmosphère politique sereine pour garantir l’unité nationale ainsi que de formuler des recommandations dans la résolution des conflits.Même sans surprise, le sort des  futurs membres du cabinet des vice-présidents et des rapporteurs généraux du CFM est entre les mains des députés. L’adoption du projet de loi des finances se tient à Tsimbazaza, ce jour.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar1 partages

Événement – Mahaleo clôt la célébration de ses 45 ans

Le groupe emblématique Mahaleo est de retour au pays  pour clôturer ses 45 ans de scène. Un événement qui promet d’emporter ses fans dans leurs éruptions d’émotion et de bonheur.

Une année exceptionnelle et festive de la part de ce groupe mythique et quasi-intemporel. Mahaleo a enchanté de son charisme et de sa musique plusieurs scènes, depuis le début de cette année pour la célébration de ses 45 ans de carrière. Parcourant de long en large le pays et même au-delà de ses frontières, le temps d’une tournée chaleureuse et fraternelle tout à son image, la bande à Dama, Dadah, Fafah, Bekoto et Charles a ravi un public de trois générations au moins. Clôturant ainsi la célébration de ce jubilé, et aussitôt les manifestations publiques de nouveau autorisées, Mahaleo donne rendez-vous à ses incondi- tionnels pour des retrouvailles conviviales, comme à l’accoutumée.Le 1er décembre à partir de 19 heures, c’est un concert nocturne dans un cadre cossu que le groupe proposera au public au Carlton Anosy. Tandis que le 3 décembre, fort de sa popularité légendaire, il retrouvera le grand public au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina à partir de 15 heures, pour un concert folklorique, porté par ce fameux adage qui a fait la renommée du groupe, à savoir « Ny fihavanana tsy ravan’ny taona », autrement dit « L’amitié est intemporelle».« Nous avons traversé des épreuves et vécu des aventures avant d’arriver à ce stade. Dans le malheur ou dans le bonheur, nous avons toujours continué notre chemin, dans le seul but de promouvoir la culture, la langue et la musique malgaches partout où nous allions. Plusieurs souvenirs sont donc à partager, des chansons à fredonner ensemble… Ce concert de clôture a été planifié pour se rappeler l’histoire, depuis nos débuts en musique jusqu’à maintenant », confie Dama. Le groupe a aussi tenu à marquer ce jour, par la sortie d’un DVD live.

Légende vivanteDama et ses confrères ont formé le groupe pendant le mouvement populaire de 1972. Cela fait 45 ans que le groupe Mahaleo berce ses fans. Des générations de familles ont assisté, et parfois même participé aux plus grands tournants de l’histoire. En racontant le quotidien en chanson, avec des accords faciles et des mélodies qui marquent, le groupe a réussi à transmettre au public ce goût du simple. Les jeunes, en grattant quelques notes à la guitare pour apprendre à jouer, ont tous interprété du Mahaleo. Et c’est certainement pour cette raison que les chansons du groupe, bien que n’ayant pas toutes été enregistrées, sont bien connues du grand public. Il ne se passe pas une seule fête de famille, ou entre communautés où l’on ne chante ses chansons. Un bel exploit pour lequel le groupe Mahaleo ne cache pas sa fierté. Normal donc qu’à chacun de ses concerts, les tickets se vendent comme des petits pains. Sur ce, pour ne pas manquer l’occasion, les billets seront disponibles d’ici le 17 novembre.Avec Media Consulting, comme à l’accoutumée, Mahaleo ne fera pas dans la dentelle pour enivrer de joie le public. Ces deux concerts s’annoncent déjà exceptionnels pour tous les férus de musique folklorique de la capitale, habitués à vivre des liesses populaires à travers les chansons de Mahaleo. De «Somambisamby» à « Sao dia ataon’ialahy hoe » en passant par « Adin-tsaina », ces tubes laisseront la part belle à cette nostalgie éternelle qui anime les fans du groupe!

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Moramanga – Les grêlons s’abattent sur la culture rizicole

Dommages considérables. Une importante superficie rizicole de Morarano, commune située à une trentaine de kilomètres de Moramanga, sur la RN 44, est détruite par les grêlons. « Une pluie battante suivie de grêlons s’est abattue depuis vendredi dernier. Les fokontany situés dans la partie Nord de la Commune de Morarano sont durement touchés par ces aléas. Des grêlons n’étaient pas encore fondus  lundi,  dans ces localités, notamment à Sandranondry », indique un habitant de Morarano. « Pour le moment, il n’est pas possible de quantifier de manière exacte  les surfaces affectées », souligne-t-il.Au mois de juillet, les riziculteurs ont essayé la culture de riz contre-saison, de cycle court, en raison des mauvaises conditions de culture au début de l’année. Une stratégie de résilience qu’ils ont adoptée depuis 2014, vu les problématiques du changement climatique.  « La production était à maturité, allait être rentable et moissonnée au mois de décembre prochain, mais voilà que les catastrophes naturelles ont détruit tout l’espoir des paysans », se plaignent les riziculteurs.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Maxiscooter – TMax-300V, un duo gagnant

Le club Maxiscooter 261 a organisé une grande randonnée, du 24 octobre au 1er novembre, direction Nosy Be. L’occasion de bien tester les TMax, roulant tous en 300V.

On dit toujours que les Yamaha TMax sont les rois des maxiscooters, n’en déplaise aux autres firmes. On en a eu la preuve une nouvelle fois, avec la randonnée du club Maxiscooter 261 Antananarivo-Nosy Be. « Tous les mois, nous organisons des sorties en périphérie. Mais chaque année, on se lance aussi le défi d’organiser une grande randonnée nationale. Pour 2017, le choix s’est porté sur l’Ile aux Parfums », souligne-t-on au sein du club, lors de la conférence de presse chez Design Auto à Ankorondrano, le lundi 23 octobre, soit la veille du départ.Pour précision, Design Auto soutient Maxiscooter 261, à travers l’huile Motul.

Ils étaient onze à prendre part à ce long trip. Chacun a effectué une vidange sur sa machine et mis de l’huile 300V, avant le départ. Un choix judicieux, vu les résultats obtenus. « Les gains de performance se situent à environ 2 CV avec l’huile 300V. Par exemple, sur un TMax 500 de 2010, la puissance est passée de 43 à 45 CV ou encore sur un TMax 530 de 2012, on passe de 46 à 48 CV. À partir de 11 heures du matin, la température dépassait les 30°C sur la RN4. Le goudron était à plus de 40°C. Les régimes oscillaient entre 6 000 et 7 000 tr/min, avec une vitesse moyenne entre 110 km/h et 120 km/h. Cependant, on ne ressentait aucune baisse de régime. Nos moteurs avaient plus de punch et répondaient toujours très bien à chaque sollicitation de la poignée de gaz, en sorties de courbes ou pour les dépassements », souligne Jean Marc du club Maxiscooter 261.

Tous les TMax roulaient en 300V sur ce trip.

Plus de 2000 km parcourus

À l’aller, le trajet a été divisé en deux parties. Soit 900 km bouclés de 6 heures à 17h30, entre Antananarivo et Antsohiy, le mardi 24 octobre, puis Antsohihy-Ankify dans matinée du mercredi 25. Et c’est à Ankify que les TMax ont embarqué sur un bac pour rallier Nosy Be. « Ça en valait vraiment la peine car c’est une ville très charmante. On peut être content et fier d’avoir réussi notre challenge Antananarivo-Nosy Be en maxiscooter. On va maintenant se détendre sur ces superbes plages », s’exclame Andry Kely, autre membre de Maxiscooter 261, à l’arrivée.

Le retour a, par contre, été divisé en trois étapes, pour ménager les organismes, entre autres, même si le confort de conduite est optimal sur ce genre de deux-roues. Ankify-Antsohihy, le lundi 30 octobre, puis Antsohihy-Maevatanàna, le mardi 31, et enfin Maevatanàna-Antananarivo, le mercredi 1er novembre. Au total, aller et retour additionnés, les TMax ont parcouru plus de 2 000 bornes. « Ils nous a fallu sept mois de préparations psychologique, physique, mécanique et logistique pour mener à bien ce trip. Nous sommes tous arrivés à bon port sans aucune panne. Nous tenons à remercier Motul, Motostore, Pilokak Moto et Garage 22, qui nous ont soutenus », conclut Jean Marc du club Maxiscooter 261.

Le port de gilets fluorescents, une mesure de sécurité efficace.

Port de gilets fluorescents

La sécurité avant tout. Les « TMax riders », qui ont pris part à cette grande randonnée vers Nosy Be, ont tous porté des gilets jaunes fluorescents. Ainsi, ils étaient visibles à plus de 300 mètres sur la route. « En nous voyant avec les gilets, les automobilistes, qui venaient en sens inverse, étaient immédiatement interpelés. Ils ralentissaient et serraient bien à droite au moment de nous croiser, afin d’éviter tout risque d’accrochage », indique Mika, membre de Maxiscooter 261. Tous les clubs de motards devraient adopter ce genre de mesure lors des longs trips, en plus des habituelles protections comme les casques, blousons, gants, genouillères et bottes.

Les onze TMax riders qui ont pris part à ce grand défi.

Fraternité entre les différents clubs

Une dizaine de motards ont accompagné Maxiscooter 261 jusqu’à Maevatanàna, à l’aller, le mardi 24 octobre. Au retour, le mercredi 1er novembre, ils étaient une trentaine à accueillir les TMax à Manerinerina. Des membres de différents clubs comme Team Bikers Gasikara, KTM Ready To Race Madagascar, Mad’Bikers, IBMoto notamment. « C’est vraiment touchant de voir tous ces amis motards qui nous ont accompagnés à l’aller, puis accueillis au retour. On ressent une véritable fraternité entre les passionnés de deux-roues », s’exclame Jimmy du club Maxiscooter 261.

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

 

L'express de Madagascar1 partages

Partenariat – Un trio pousse l’entrepreneuriat

L’English Language Institute (ELI) veut promouvoir l’entrepreneuriat à Madagascar. Il s’est donc joint à l’établissement de garantie Solidis et à l’établissement bancaire Microcred pour une convention de partenariat. La signature officielle s’est faite, avant-hier, à Ankadivato, entre Njaka Rajaonarison, directeur général d’ELI, et les représentants des deux autres entités. Les trois signataires recherchent tous une facilité d’accès au financement pour les porteurs de projets de création d’entreprise, les startups et les entreprises déjà formalisées.Une fois la signature faite, le directeur général a tenu à remercier les représentants de Microcred et Solidis pour leur volonté et leur confiance dans cette nouvelle collaboration pour le bien du pays. « Nous avons choisi Microcred et Solidis parce que nous avons totalement confiance en ces établissements sur les questions de garantie et de financement », affirme Njaka Rajaonarison.Même si ELI est plutôt réputé pour le secteur de l’éducation, avec ses 26 ans d’expérience, il s’essaye  aussi au business et l’entrepreneuriat en créant une nouvelle branche au mois d’août, l’ELI Business Center.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Un symbole de résistance à l’Europe coloniale

Si l’histoire accable Ranavalona Ire, ses défenseurs réagissent toutefois d’abord timidement. D’après Simon Ayache, les premières tentatives de sa réhabilitation émanent des milieux protestants, à l’époque coloniale. Mais déjà bien auparavant, dès que l’indépendance de Madagascar apparait menacée par les entreprises religieuses et politiques des Français, la reine tant détestée commence, « au lendemain même de sa mort », à symboliser l’effort de résistance à l’Europe coloniale.Er c’est Rahaniraka, le frère jumeau de Raombana, qui inaugure cette nouvelle tradition. Il approuve sans réserve l’œuvre de son frère et dans une Préface, présente et justifie les jugements de l’historien. Pour lui, la condamnation des superstitions et des cruautés de la reine par ce dernier s’explique par le désir et dans l’optique d’une rénovation de la culture morale malgache, mais « elle ne doit pas ternir à jamais sa mémoire ».En même temps, dans une lettre aux directeurs de la LMS, Rahaniraka s’insurge  contre les « calomnies » répandues en Europe par Ida Pfeiffer, dont il a lu l’ouvrage avec Radama II, calomnies qui rejaillissent sur tout le peuple malgache. « Ce livre contient une quantité de mensonges, par exemple, la reine défunte ne fut pas aussi cruelle que l’auteur veut le dire. Beaucoup de ses sujets, effectivement, furent tués sur son ordre, mais ce n’était pas le fait d’une cruauté voulue de sa part, c’était en application des lois instaurées par ses prédécesseurs : Ida Pfeiffer a donné de nous un sinistre tableau, à l’instigation, je pense, de M. Laborde… Ce Français devient ici tout à fait intolérable. Il ne cesse de parler contre vous et contre le gouvernement britannique. »Presqu’un siècle plus tard, dans le Mpanolo-tsaina (1905-1906), Andriamifidy plaide de la même façon en faveur de Ranavalo­manjaka. Ministre des Affaires étrangères de Ranavalona II, puis, à partir de 1898, pasteur d’Ambodin’Ampamarinana, il entreprend de présenter aux lecteurs de la grande revue protestante, une histoire des personnalités les plus célèbres du passé malgache, Tantaran’olo-malaza. Cette réflexion profonde et «engagée» sur la tradition merina, d’Andria­nampoinimerina à Radama II, n’accable plus du tout Ranavalona.Après le récit malheureux des persécutions, le pasteur Andriamifidy y liste l’œuvre positive de la reine : maintien des traditions, répression du mal par la force, amour de son peuple. Et d’où vient la « sévérité » de Ranavalona ? « Elle abusa des peines exemplaires car elle crut que cela suffirait pour empêcher le mal. » Et comment conçoit-elle la défense des coutumes ? « La reine voulait surtout maintenir les traditions. Mais elle accueillit tout ce qu’elle jugeait bénéfique et (encourageait les étrangers) à enseigner leurs techniques. » Ainsi, « l’on aperçoit, à travers même les sanctions horribles qu’elle fit subir, combien Ranavalona aimait son peuple et se souciait de lui ». Et Andriamifidy de conclure : « Supplices et souffrances furent infligés à cette époque parce qu’on les croyait utiles. Il ne faut donc pas trop en vouloir aux responsables. Rappelez-vous que même dans les pays civilisés d’aujourd’hui, on connut une sauvagerie semblable au temps de leurs aïeux. »Bakoly Domenichini-Ramiaramanana ajoute au dossier de la défense un argument de poids : « Ranavalona n’a jamais méprisé nil’instruction ni les hommes instruits. » Pour l’histoire en particulier, A. Délivré montre que l’on « doit à son initiative, à son désir de fixer la connaissance du passé, les premiers recueils de traditions orales ».Simon Ayache termine sur ce qu’en pensent les « Universitaires », auteurs des Manuels classiques. Hubert Deschamps ne s’attarde pas au portrait de la reine : « Ni folle ni sadique, c’était une petite femme grasse, très ordinaire, bonne mère assez reconnaissante à ceux qui la servaient bien, mais ignorante,  crédule, influençable. » Edouard Ralaimihoatra est plus sévère et reprend au désavantage de la reine, la comparaison avec Radama Ier. Quant à Pierre Boiteau, il met en accusation « les bourgeois monopolistes malgaches et européens », et conclut par une citation de l’historien R. W. Rabemananjara : « Au milieu de tous les périls, des appétits et des nouveautés, Ranavalona Ire a su mettre en mouvement les potentialités encore sommeillantes de la nation. Ses excès même ont servi à faire jaillir les sources insoupçonnées de la conscience malgache. Le droit pour son pays, elle a pu le faire respecter par les grandes puissances occidentales, dans le concert des nations libres et indépendantes, elle a marqué la place de Madagascar. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives Personnelles

News Mada0 partages

Tsimbazaza : le bureau permanent menacé de destitution

Coup d’Etat interne à Tsimbazaza ? Une rumeur de destitution des membres du bureau permanent (BP) plane à nouveau à l’Assemblée nationale. Des députés ont tenu une réunion hier sur place pour fomenter cette action qui devrait se dérouler ce jour.

Après le Sénat, c’est au tour de l’Assemblée nationale. Les 12 membres du bureau permanent sont de nouveau sur la sellette. Des députés issus des partisans du régime actuel se sont réunis hier dans l’enceinte de l’Assemblée nationale. Et si l’objectif de la rencontre a été de revendiquer une hausse du fonds pour le comité local de développement (CLD) et une franchise douanière pour les voitures 4X4, il s’est soldé par une action en faveur de la destitution du bureau permanent.

«C’est toujours la même rengaine lorsque nous sommes en phase d’étude d’un grand projet de Loi. La menace de destitution du BP est une forme de pression pour obtenir des avantages ? Et cette fois-ci, c’est la hausse du carburant et les voitures 4X4 qui sont au cœur des revendications»,  a expliqué un membre du bureau permanent.

Motif

Selon les explications de ce membre du bureau permanent, cette action est prévue se dérouler ce jour. «L’article 74 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale stipule que les membres du bureau permanent peuvent être démis de leurs fonctions respectives pour motif grave par un vote secret des deux tiers des députés soit 101 députés», a précisé par la suite la vice-présidente d’Antanananarivo, Hanitra Razafimanantsoa. «Nous n’avons rien à dire mais attendons de voir ce qui va se passer ce jour», a-t-elle conclu.

En tout cas, l’ambiance d’aujourd’hui risque d’être électrique. Avec l’examen de la LFI et ce projet de destitution, les yeux seront rivés à Tsimbazaza. Joint au téléphone hier dans la soirée, le député du Ve arrondissement Naivo Raholdina assure pour sa part n’avoir jamais entendu parler de cette affaire.

«Jusqu’ici, je n’ai jamais entendu parler d’une destitution du bureau permanent de l’Assemblée nationale (…). A ma connaissance, il n’y a jamais eu de résolution allant dans ce sens au niveau de la Chambre basse», a-t-il déclaré.

D’après lui, c’est seulement après une résolution adoptée par ses pairs qu’il pourrait se prononcer sur la faisabilité d’une telle initiative. En tout cas, comme prévu, depuis le début de la deuxième session de la Chambre basse, cette institution est devenue le centre de tous les rumeurs et autres supputations.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Addis-Abeba : hitondra ny fampihavanana i Maka Alphonse

Hiatrika ny fivorian’ireo  firenena atsimo samy atsimo  karakarain’ny sampan-draharahan’ny firenena mikambana momba ny fampandrosoana  (Pnud)  ny filohan’ny Filankevitry  ny fampihavanana, (CFM),  Maka Alphonse. Hotanterahina any Addiss-Abeba, manomboka anio izany. Anisan’ny lohahevitra hodinihina ny filaminana sy ny  fampandrosoana aty Afrika.  Ao anatin’izany ny vaomieran’ny fampihavanam-pirenena, handraisan’ny filohan’ny CFM anjara. Hovelabelariny ny fahamarinana  sy ny fampihavanam-pirenena hirosoantsika. Eo koa ny hitondrany  ny asa miandry ny rafitra tantaniny. Tanjon’ny fihaonana ny fampandrosoana maharitra lovain-jafy (ODD) napetraky ny ONU.

Tsiahivina fa anisan’ny asa miandry ny CFM ny fanomezana ny famotsoran-keloka, ny fametrahana ny fitoniana maharitra eto amin’ny firenena. Eo koa ny tsy hisian’ny maty manota ary ny hampihenana ny elanelana be loatra eo amin’ny lafiny fampandrosoana isam-paritra.  Manampy izany ny fisorohana ny tsy hiverenan’ny disadisa efa nisy teo aloha mandritra ireny fifidianana ireny.

Synèse R. 

 

News Mada0 partages

Rakotoniaina Pety : « Lehibe mialoha ny fifidianana ny fiainam-bahoaka »

Inona no zava-dehibe sy maika amin’izao? Fiainam-bahoaka aloha vao fifidianana, raha ny fijerin-dRakotoniaina Pety.

 

« Lehibe indrindra mialoha ny fifidianana ny fiainam-bahoaka. Tena sahirana ny vahoaka malagasy, na an-tanàn-dehibe na ambanivohitra: tena tsy milamina ny tany, tsy zakan’ny olona ny vidim-piainana. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny filohan’ny antoko Tambatra, Rakotoniaina Pety, tao amin’ny haino tsy miankina iray, afakomaly, manoloana ny fironan’ny ankamaroan’ny mpisehatra hanao fifidianana.

Na miteny aza ny tomponandraikitra fa voafehy, ohatra, ny delestazy eto Antananarivo, misy ny any amin’ny faritany. « Aoka tsy ho diso ny mpitondra fa tsy Antananarivo irery i Madagasikara », hoy izy.

Tsy nifidy praiminisitra sy minisitra ny olona, fa nifidy filohan’ny Repoblika izay tomponandraikitra voalohany. « Anjaranay ny miteny fa tsy mandeha izao… Mamitaka raha misy milaza fa mandeha izao », hoy ihany izy.

Tsy ho sarotra, ohatra, ny mandamina ny tany amin’ny tsy fandriampahalemana, fa ny finiavan’ny olona nomena andraikitra no tsy misy.

Iandrandrana fampandrosoana ny fifidianana

Misy andraikitry ny mpitondra, misy andraikitry ny olona manokana nandray anjara tamin’ny  fifidianana: diso sy tsy mety ny fomba nanehoany ny safidiny. Ahoana no tsy hiverenan’izay intsony? Matoa ny olona mifidy, miandrandra fampandrosoana.

Mirona amin’ny fifidianana ny mpisehatra politika sy ny mpitondra amin’ny ankapobeny. Tsy zava-baovao ny fifidianana eto Madagasikara. Izay mahatonga azy manontany ny vahoaka malagasy: « Fifidianana olona hanao fampandrosoana ve no hataontsika sa fifidianana hametraka olona hangoron-karena sy hitantana fahefana fotsiny ary ny tombontsoany ihany no jereny toy izay misy sy efa nisy teo aloha? »

Inona no hanaovana fifidianana raha tsy hiteraka fandrosoana? Nahoana no tsy miova ny fiainantsika, nefa manao fifidianana ihany? Rehefa sahirana ny firenena, mieritreritra foana isika fa ny fifidianana no vahaolana, araka ny fanazavany. Nodisoin’ny tantara izay, araka ny fanazavany.

Amin’ny ankamaroan’ny olona, tsy ny fifidianana amin’ny 2018 no lehibe fa ny fiainany. Tokony ho fantatry ny fitondram-panjakana, indrindra ny filohan’ny Repoblika, izany.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Réconciliation : Alphonse Maka à Addis-Abeba

Selon les informations fournies par les services de communication du Comité du fampihavanana Malagasy (CRM), le numéro un de cette institution, Alphonse Maka, sera en mission à Addis-Abeba à partir de ce jour.

«Il a obtenu une invitation dans le cadre de la coopération sud-sud, à travers le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). Il participera à une réunion portant sur la  paix et développement en Afrique qui se déroulera du 15 au 16 novembre», a-t-on indiqué. Selon toujours les informations, cette rencontre est une première en Afrique  dont l’objectif final demeure l’accession au développement durable (ODD).

Rappelons que, selon l’exposé des motifs de la Loi n°2016 -037 relative a la réconciliation nationale, le CFM est appelé à travailler sur la réconciliation nationale selon le concept «Vérité,  Justice, Pardon, Amnistie et Réconciliation». Dans le long terme, l’institution s’engage à établir une atmosphère politique sereine, à instaurer un environnement favorable à un fonctionnement apaisé des Institutions, la réconciliation nationale aboutissant à la refondation de la Nation et de la République.

Elle vise aussi  à éclairer les Malgaches sur leur passé pour qu’ils soient en mesure de prendre en main leur avenir dans  le cadre de l’évolution du monde moderne.

Rakoto

News Mada0 partages

Société civile : les droits humains à l’honneur

La rencontre des acteurs qui s’engagent pour les droits humains à Madagascar se tiendra ce 18 novembre prochain sur le parvis de l’Hôtel de Ville de la capitale. Une manifestation qui s’inscrit dans le cadre de la 4e édition du séminaire de la société civile portant sur le thème, «Société civile et respect des Droits Humains à Madagascar : regards croisés ».

C’est ainsi qu’une journée spéciale dédiée aux rencontres des Organisations de la société civile avec le public est au programme. Plusieurs manifestations seront au rendez-vous, notamment des animations, concours de plaidoirie sur les droits humains ou encore la présentation de la déclaration de la société civile pour les droits humains.

Rakoto

News Mada0 partages

Info ou intox ? : accord entre Ravalomanana et Rajaonarimampianina

Un projet d’accord entre le président actuel, Hery Rajaonarimpianina et l’ancien Chef de l’Etat Marc Ravalomanana, dont l’authenticité reste à vérifier et prouver, circule depuis peu sur les réseaux sociaux.

Dans cet accord, où les deux personnalités et le médiateur en chef durant la crise de 2009 à 2013, Joaquim Chissano, auraient apposé leur signature, il apparaît qu’un consensus avait été acté avant l’arrivée de l’ancien Président Ravalomanana au pays.

Le document, censé être signé en septembre 2014, en version malgache, fait état de plusieurs points à respecter par les deux personnalités, notamment la réouverture de Tiko, l’amnistie aux anciens dirigeants, le soutien des élus du Tim à la majorité présidentielle, la reconnaissance de l’actuel Chef de l’Etat par son prédécesseur ou encore son retour d’exil à Faravohitra.

Toujours est-il que l’existence de ce genre de compromis n’a jamais été rendue publique auparavant. En tout cas, même si ce soi-disant accord est conclu, il y a des années, cette publication pourrait soulever beaucoup de questions, notamment à l’approche des élections. D’autant que ces temps-ci, l’actualité a été dominée par des informations qui prêtent souvent à confusion.

Rakoto

News Mada0 partages

Teatra sy dihy : “Naïf”, ho fahatsiarovana an’i Rudi

Seho marolafy, hifangaroan’ny teatra, mozika, poezia, tsilalaon-jiro, horonantsary ary soradihy ny “Naïf”. Tsangan’asan’i Gad Bensalem izy ity, izay narindran’i Fela Razafiarison. Tokony hiandraikitra ny soradihy ao anatiny i Judith Manantenasoa sy i Rudi Rehava saingy indrisy, tsy izay no lahatra.Hotontosaina ihany anefa ny seho, ary hatao ho fahatsiarovana ity mpandihy nanana ny maha izy azy ity izany. Hatao ny asabotsy 18 novambra izao, manomboka amin’ny 3 ora sy sasany, etsy amin’ny IFM Analakely ny seho.“Naïf”, kisary hita amin’ny gazety mpiseho isan’andro iray. Mampahatsiahy anarana andrarezina nahavita be teto amin’ny firenena koa anefa: ny profesora Rakoto Ratsimamanga Albert. Tantaran’ny lehilahy iray, nanamarika ny tantaran’ny fireneny… Naravon’ny mpanoratra ho lasa tantara tsangana, aseho anaty soradihy arahina poezia, rotsin’ny mozika ary ravahan’ny jiro sy ny sary izany…

Zo ny Aina

Ino Vaovao0 partages

FOKONTANY AMBATOMARO : Saron’ny polisy ilay jiolahy kalaza amina resaka famakiana trano

Noho ny hamaroan’ny fitarainana voarain’ny mpitandro filaminana no nahatratrarana ity jiolahy mpamaky trano ity. Taorian’izay nirosoan’ny Polisy avy ao amin’ny boriboritany fahatelo ny fikarohana ity farany ary ny andron’ny naharaisana ny fitarainana ihany dia sarona ny lehilahy. Teny amin’ny manodidina ny Fokontany ihany no nahatratrarana azy io ary mbola tra-tehaka tao aminy avokoa ireo entana nangalariny.

Nahitana fahasimbana ny sasantsasany tamin’ireo entana noho ny hetraketrak’ity mpanao ratsy ity. Voalaza fa efa tafaverina amin’ny tompony avokoa ireo entana tra-tehaka teny aminy, raha ny tatitry ny Polisy.Jiolahy telo raindahiny amin’ny vaky trano sy mpanao sintomahery ihany koa no saron’ny Polisim-pirenena avy ao amin’ny boriboritany fahaefatra tamin’ny sabotsy lasa teo teny Antohomadinika sy Andranomanalina Isotry. Ny iray tamin’ireo dia jiolahy efa raindahiny amin’ny vaky trano sy fandobana eny Isotry.

Efa nandrasan’ny polisy eny amin’iny Faritra iny hatramin’ny ela ny lehilahy. Nandritra ny fisafoana nataon’izy ireo no nahatratrarana azy io. Voalaza fa anisan’ny Faritra mafana amin’ny tsy fandriampahalemana ny Faritra iva, toy ireny. Jiolahy roa mpanao sinto-mahery sy fangalarana finday avo lenta no sarona tetsy Antohomadinika sy Ambodifiakarana ny faran’ny herinandro iny ihany.

Nandritra ny famotorana natao azy ireo no nahafantarana fa eny amin’iny Faritr’Isotry iny no tena fanaovan’izy ireo ny asa ratsiny ary mampiasa hery mihitsy izy ireo amin’izany. Efa natolotra ny fampanoavana avokoa ireo jiolahy tamin’ny alatsinainy teo ary naiditra am-ponja. Nisesisesy ny fahatratrarana ireo mpanendaka sy mpamaky trano ary ny mpivarotra rongony teto an-drenivohitra tato ho ato.

Nahitana vokany noho izany ny ezaka nataon’ny Polisy eto an-toerana amin’ny fampandriana fahalemana ny faritra Analamanga.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA TAO ANTSIRABE : Raim-pianakaviana sy ny zanany maty voatifitra, lasa ny fananana

Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia jiolahy am-polony nitam-basy sy nirongo zava-maranitra no tonga nandroba tao amin’ny tokantrano miisa roa teo amin’ny manodidina. Vao tafiditra tao an-trano ireto mpangalatra dia nitaky vola sy nandrava ny fananana rehetra tao an-trano. Vokatr’izay dia nampiasa hery ireo olon-dratsy nanoloana ny fanerena ireto fianakaviana voatafika ka maty voatsatoka antsy tamin’izany ny raim-pianakaviana tokony ho 60 taona ary ny zanany lahy kosa maty voatifitra.

Lasan’izy ireo tamin’io fotoana io ihany koa ny vola mitentina roa hetsy ariary sy ny fahitalavitra ary niampy finday miisa telo. Rehefa avy nanao ny asa ratsiny izy ireo dia vaky nandositra ka taorian’izay vao sahy nampandre ny mpitandro filaminana ny teo an-tanàna.

Efa tonga eo anivon’ny mpitandro filaminana ny fanaovana ny famotorana ankehitriny ka hatreto aloha dia mbola eo am-pikarohana ireo nahavanon-doza izy ireo.

Renim-pianakaviana sy ny zanany lahy saron’ny zandary nivarotra rongony sy nanao vola sandoka

Azo lazaina ho tena marisarisa ny tsy fandriam-pahalemana ao amin’ny Distrikan’Antsirabe amin’izao fotoana izao satria dia mpianaka mpamatsy sy mpivarotra rongony monina ao Mahazina Antsirabe indray no saron’ny Polisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina. Raha tsiahivina kely dia roa volana lasa izay no nisy fahatratrarana rongony nilanja 50 kg teto Antsirabe ary niampy indray ny loharanom-baovao hafa nahitana ireto olona mpianaka ireto.

Noho ny fiaraha-miasa tamin’olon-tsotra dia efa noahiahiana ny tokantrano nisy azy ireo. Noho ny fahazoan-dalana avy teny amin’ny fitsarana dia natao fisavana ny alatsinainy lasa teo ny trano fonenan’izy ireo. Vokatr’izay dia nahitana rongony nilanja teo amin’ny 2kg tokoa nandritra ny fisavana. Ankoatra ny rongony dia nahatratrarana fonosana roa hafa izay heverina ho fanaovana vola sandoka ihany koa tao amin’ireo olona ireo. Araka ny fanazavana nentin’ny Kaomisera Divizionera Ramilison Celestin, lehiben’ny Polisim-pirenena eto Vakinankaratra dia tsy mitsahatra ny mikaroka vahaolana mahakasika ny fandriampahalemana izy ireo satria azo antoka fa matoa misy ireo akora fanaovana vola sandoka ireo dia ahiahiana ho mbola mandehandeha any ny fitaovana fanaovana izany. Hatreto aloha dia mbola mangataka fiaraha-miasa amin’ny vahoaka ny tenany amin’ny fanomezam-baovao marim-pototra.

Marihana fa mitobaka izay tsy izy ny zava-mahadomelina ao an-toerana ankehitriny ka hisy ny fametrahana vela-pandrika amin’ny fokontany maromaro.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

VAROTRA IRAISAM-PIRENENA : Ambany ny tahan’ny fifanankalozana amin’ny samy Afrikana

Ity farany izay toa somary latsa-danja kokoa ny fifanankalozana ao anatiny raha mitaha amin’ny fifanankalozana amin’ireo tandrefana sy ny aziatika. Fantatra mantsy ankehitriny fa tsy misy afatsy 12%, izany hoe ambany dia ambany, ny fifanankalozana aty amin’ny samy firenena afrikana, raha toa ka tafakatra 70% any ny fanondranan’ireo firenena aty Afrika ny vokatra ao aminy makany amin’ireo firenena eropeana, ary 40% makany amin’ireo firenena aziatika.

Anisany fototra iray lehibe amin’ny fampandrosoana ara-toekaren’ny firenena anefa izay sehatry ny varotra eo amin’ny tsena iraisam-pirenena izay, raha ny voalaza hatrany. Ny fampiroboroboana io indrindra no anisan’ny tanjona tamin’ny nananganana ny fifanarahana «  zone de libre-échange tripartite ». Ity farany izay fifanarahana ara-barotra misokajy telo eo amin’ny samy tany afrikana izay ahitana ny Sadc, sy ny comesa, izay efa nataon’i Madagasikara sonia rahateo. Raha ho an’i Madagasikara manokana dia tokony hisy ny ezaka ataon’ny governemanta amin’ny fanatsarana izay varotra iraisam-pirenena izay. 

Misy ny tsena saingy tsy maharaka ny filàna kosa ny vokatra eto amintsika, araka ny fanazavan’i Chabani Nourdine, minisitry ny varotra sy ny fanjifana. Ankoatran’ny fampitomboina ny famokarana dia anisany sehatra tokony hasian’i Madagasikara ezaka goavana ihany koa, ary efa nirosoana amin’izao fotoana izao, ny lafiny fanodinana ny vokatra mba hamaly ny fenitra iraisam-pirenena.

Lucien R.

News Mada0 partages

Ho fiarovana ny voly : hamboarina hanara-penitra ny tohodrano, lakandrano, fefiloha

Manome fiofanana ho an’ny mpampiofana ny CPGU*, sampana ao amin’ny Primatiora,  misahana ny fisorohana ny vokatry ny loza ka miantraika any amin’ny fambolena. Ny 13 nitohy omaly 14 novambra izany fiofanana izany, eto an-dRenivohitra,  niantsoana ireo teknisianina avy amin’ny fambolena sy miandraikitra ny fotodrafitrasa (Genie rurale).

Faritra voasokajy ho sompitr’i Madagasikara kendrena amin’izao fampiofanana izao Alaotra,    i Sava, i Boeny ary i Menabe. Ho an’ny Faritra  Sava sy  Menabe aloha ny andiany voalohany niantsoana teknsianina avy amin’ny fambolena sy ny fotodrafitrasa, hisorohana na hampihena ny voka-dratsy noho ny tondradrano na loza voajanahary hafa manapotika ny fambolena. Anomezana azy ireo fiofanana ny momba ny fanamboarana sy fikajiana fotodrafitrasa, toy ny tohodrano, lakandrano, fefiloha.

Ho an’ireo toerana efa nisy ka efa antitra, atao izay hanarenana azy ireny hanara-penitra; ary hanamboarana vaovao hanara-penitra any amin’ireo toerana tsy mbola misy. Tanjona izany ny hahitana tohodrano, lakandrano na fefiloha afaka miaro tsara ny voly amin’izay mety fihohotsaky ny tany na tondradrano. Tsy maintsy arahina teknika mazava ny fanamboarana azy ireny, hialana amin’ny asa zara fa vita, miteraka fatiantoka goavana : vola very, voly tsy avotra.

Miara-miasa amin’ny minisiteran’ny Fambolena sy ny fiompiana ny CPGU. Efa nisy ihany karazana tetikasa roa mitovitovy talohan’izao, natao ho fiarovana ny fambolena ihany. Tena andrasana izany ny fanarenana na fanamboarana fotodrafitrasa vaovao ho an’ny tontolon’ny fambolena, izay hita tokoa fa tsy ampy  na efa simba ny maro eto an-toerana.

R.Mathieu

CPGU* : Cellule de prévention et de gestion des urgences.

News Mada0 partages

Rafidimanana L.F. : tokony ho efa sokajy kaominina « urbaine » Ambatondrazaka

 Ho an’ny ben’ny Tanànan’Ambatondrazaka an-tampon-tanàna, tsy sahaza ny hanasokajiana ity kaominina ho « suburbaine » fa tokony ho efa an-tanàn-dehibe (urbaine). Anisan’ny antony ny fandrosoan’ny fifanakalozana varotra sy toekarena vokatry ny fitombon’ny mponina.

Fampandrosoana! Mila omena tanjaka ny kaominina ambonivohitra. Hanamarinana izany ny fitombon’ny mponina eto Ambatondrazana. Niisa 80.000 ny isan’ny mponina teto an-tampon-tanàna ny taona 2007, ary tafakatra 120.000 10 taona aty aoriana, ny taona 2017. Ho an’ny ben’ny Tanàna, Rafidimanana Louis Félicité, “tsy olona nateraky ny mponina ny nahatonga izany fa ny vokatry ny fitomboan’ny vahiny mitady fivelomana aty Ambatondrazaka. Antony, tsy sarotra ny mitady vola amin’ny tanàn-dehibe toy ny aty, mivezivezy tsy tapaka sady mitombo haingana”.

Nohazavainy fa efa miditra amin’ny atao hoe “varotra mifampiampita” (mpanelanelana) ny eto Ambatondrazaka. Araka izany, mitombo ny asa ho an’ny sokajin’olona samihafa. Santionany, hafa ny mamboly any ivelan’ny tanàna, hafa ny mandray ny vokatra ary mamatsy ny mpivarotra mpamongady aty an-tanàn-dehibe, hafa ny mpaninjara, ary izay vao tonga any amin’ny mpanjifa.

Misy ny fifanitsahan’andraikitra

Azo ampitoviana ny zava-misy any Antananarivo Renivohitra ity tranga ity ka ho an’ny ben’ny Tanàna, tokony hamolavolana ny vina “Ambatondrazaka lehibe” na “Tetikasa Grand Ambato”  ihany koa. Tsy tokony hisy intsony izany kaominina manodidina ny tanàn-dehibe (suburbaine) hanasokajiana ny an-tampon-tanànan’Ambatondrazaka izany. Antony, misy ny fifanitsahana andraikitra manoloana ity fiitaran’ny tanàna ity. Miorina any ivelan’ny tanànan’Ambatondrazaka ny orinasa, ny trano fonenan’ny mpiasa sy ny fotodrafitrasa mifandraika amin’ireo, toy ny sekoly, ny tsena, ny toeram-pitsaboana, sns. Ho an-dRafidimanana Louis Félicité, “manana andraikitra goavana amin’izany ny fanjakana sy ny solontenany isam-paritra ary indrindra, ny vondrom-paritra itsinjaram-pahefana, toa anay kaominina, ohatra. Mora hanombohana ny famolavolana vina goavana sy mitondra fampandrosoana toy izao ny eto Ambatondrazaka. Efa noresahinay tamin’ny tompon’andraikitry ny Fitsinjaram-pahefana ity soso-kevitra ity”.

Rarivo sy Njaka A.

News Mada0 partages

Malaise à la Jirama : cinq recommandations de l’intersyndicale

Faisant suite à l’Assemblée générale de samedi, l’ intersyndicale de la Jirama a déposé une lettre de recommandations auprès de la Direction générale, hier après- midi. Cinq points ont été abordés dans ladite lettre, d’après les explications apportées par un membre du syndicat.

L’intersyndicale de la Jirama réclame actuellement la mise en concession de l’eau par la Jirama vu que le décret d’application portant de l’Etat sur cette décision n’est toujours pas sorti.

A ce propos, un membre du syndicat a avancé que «l’absence de cette décision de mise en concession de l’eau au niveau de la société sème le doute concernant une éventuelle privatisation». Par ailleurs, plusieurs activités de la Jirama ont été externalisées, entre autres, la fabrication de poteaux en bêton, les préparatifs relatifs aux compteurs mis en place au niveau des abonnés, qui étaient à la charge des agents technico- commercial de la Jirama auparavant, et la location des voitures.

Licenciement

En outre, le cas de licenciements de plusieurs employés de la Jirama est également abordé dans la lettre de recommandations. «Nous maintenons notre propos selon lequel il s’agit de licenciements abusifs car toutes les fautes commises par ces employés sont qualifiées de fautes lourdes. La hiérarchie des sanctions par rapport aux fautes n’est pas respectée», a poursuivi notre interlocuteur.

Le quatrième point porte sur des primes attribuées à une partie des employés de la Jirama. «La société met un accent particulier sur le recouvrement actuellement. Une partie du personnel, notamment les commerciaux, est primée pour atteindre les objectifs fixés. Mais le recouvrement des recettes de la Jirama dépend du travail de toute l’équipe et non d’une partie du personnel. Voilà pourquoi nous dénonçons cette mesure », martèle le syndicat de la compagnie d’eau et d’électricité. Enfin, la dernière recommandation du syndicat porte sur une question d’ «harcèlement moral» au niveau de la société.

Coupures fréquentes à Antananarivo

Les coupures fréquentes de l’électricité dans plusieurs  quartiers de la capitale ne sont pas passées inaperçues auprès des abonnés ces dernières semaines. Même si les premiers responsables au niveau de la Jirama insistent maintes fois qu’il ne s’agit pas de délestage mais plutôt de panne technique, «ça y ressemble de très près», selon les abonnés de la capitale.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Rallye Tia RC Tour : fahombiazana ny andiany voalohany

Afa-po ny Team Tia RC, mpikarakara ny andiany voalohany amin’ny Rallye Tia RC Tour, notanterahina teny amin’ny Zital Ankorondrano, ny alahady lasa teo. Fifaninanana tafiditra ao anatin’ny dingana fahatelo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, amin’ny RC.

Nisongadina  tamin’ireo mpifaninana 39 nisoratra anarana, Rakotohaja Mamy sy Andrianarison Mandresy, izay samy nahazo fandresena roa avy, tamin’ireo karazana hazakazaka natao. Raha iverenana ny vokatra, lasan’i Mamy avokoa ny teo amin’ny Rallycross électrique sy ny Run ary norombahin’i Mandresy ny Rallycross thérmique sy ny Rally thérmique. Afaka mandray anjara amin’ireo karazana fifaninanana  ny mpanamory iray ary afaka misolo fiara entina ihany koa. “Afa-po tanteraka izahay, tamin’ity andiany voalohany amin’ny Rallye Tia RC Tour ity. Hita ny fankafizan’ny mpifaninana sy ireo mpijery. Tsikaritra ihany koa fa efa manomboka manana ny toerany eto an-dRenivohitra, ity taranja ity ankehitriny, indrindra fa ireo mpilalao izay ahitana sokajin-taona samy hafa. Anisan’ny nahafaly koa ny tsy fisian’ny olana na loza, nandritra ny fifaninanana. Nanjaka ny “fair play” teo amin’ireo mpilalao nanomboka tany am-piandohana ka hatramin’ny fiafaran’ny hazakazaka. Efa eo am-piketrehana sahady ny fandaharam-potoana ho an’ny taona 2018 izao, izahay”,  hoy ny mpikarakara.

Nomena fankasitrahana ihany koa ny mpandray anjara vehivavy mendrika izay lasan-dRanaivo Mbolatiana. Natolotra an-dRandriambola Jerry kosa ny “Fair-play” ary ho an-dRakotondrahaja Toky, ny mpandray anjara tanora.

Torcelin

Ireo voka-dalao rehetra :

 

Rallycross électrique : 1-Rakotohaja Mamy ; 2-Mufasa Nary ; 3-Alain Sneil

Rallycross thermique : 1-Andrianarison Mandresy ; 2-Jason Chu ; 3-Andrianarison Mahery

Rallye électrique : 1-Mufasa Nary ; 2-Rakotohaja Mamy ; 3-Randazavony Mira

Rallye thermique : 1-Andrianarison Mandresy ; 2-Andrianarison Mahery ; 3-Rajaonah Dina

Run : 1-Rakotohaja Mamy ; 2-Ranaivoson Mtolotra ; 3-Andrianarison Mahery

 

News Mada0 partages

Manamafy ny zandary… : nivoaka ny fonja ilay gadra voarohirohy amina halatra omby

 Nanamafy ny teo anivon’ny zandarimaria ao Antsirabe fa gadra nivoaka ny fonjan’Antsirabe ilay voarohirohy tamin’ny halatra omby tao an-toerana, ny alin’ny 7 novambra 2017 lasa teo…

 

Nampiseho ireo porofo rehetra teo am-pelatanany ny zandary momba ity gadra nivoaka ny fonjan’Antsirabe voarohirohy tamin’ny halatra omby ity.  Araka ny valin’ny fanadihadiana nataon’ny zandary, voaporofo fa nivoaka ny fonja tokoa ilay voafonja antsoina hoe Venessa ary miasa mivaro-kena sy mividy omby halatra. Nandà mafy ny momba izany anefa ny teo anivon’ny fiadidiana ny fonjan’Antsirabe nandritra ny fidinana nanataon’ny ben’ny Tanànan’Ibity sy ny zandary nanamarina ny fisian’ity voafonja tafavoaka ity. Nanambara ny tompon’andraikitra eo anivon’ny fonjan’Antsirabe fa tsy mbola nivoaka na ora iray tao am-ponja io lehilahy io. Hitan’ny olona isan’andro eny an-tsena ao Ambohimena izy ary efa nividy omby indroa tany Belazao koa.

Nilaza rahateo ireo dahalo roa lahy nangalatra omby tao amin’ny kaominina Ibity tamin’io fotoana io fa ity voafonja ity no mandray ny omby sy miray tsikombakomba amin’izy ireo.

Hatolotra ny fitsarana indray ity raharaha ity ka ho hita eo indray ny marina momba izany. Nohamafisin’ny ben’ny Tanànan’Ibity fa antenaina ny hanasaziana ny mpiasan’ny fonja raha tena voaporofon’ny fitsarana fa misy ny firaisana tsikombakomba mamoaka ireo gadra izay lasa manao asa ratsy. “Mametraka fitokisana ny fitsarana izahay mba hisorohana ny fitsaram-bahoaka”, hoy hatrany izy.

J.C

News Mada0 partages

Séjour irrégulier : neuf Pakistanais interpellés par la police

Neuf ressortissants étrangers de nationalité pakistanaise ont été interpellés hier par les éléments de la Direction des renseignements et du contrôle de l’immigration et de l’émigration.

Poursuivis pour séjour irrégulier et activités non conformes au titre de séjour, les neuf étrangers ont été arrêtés du côté d’Analakely, Antaninarenina et Ampefiloha. Ils font actuellement l’objet d’une enquête serrée au bureau de la DRCIE à Anosy. Selon une source policière, ils sont entrés à Madagascar avec un visa touristique et la plupart d’entre eux sont restés au pays bien que la date de validité de leur visa de séjour est dépassée.

Ces derniers temps, on les voit dans les rues de la capitale, déambulant avec des téléphones portables haut de gamme qu’ils essayent de proposer aux gens. L’on sait pourtant que leur statut de touristes ne leur permet pas d’exercer des activités lucratives.

«L’un d’entre eux a échappé de justesse à une vindicte populaire. En effet, il a proposé un téléphone portable neuf à un passant. Le ton est monté d’un cran plus tard car après marchandage, l’étranger lui a remis un téléphone de même marque mais de mauvaise qualité. Sans l’intervention de la police, il aurait été lynché par la foule», a expliqué la source.

La police a indiqué que l’arrestation de ces 9 Pakistanais entre dans le cadre du contrôle des étrangers. «Tout d’abord, il faut savoir qu’il y a d’une part les étrangers résidents et d’autre part les touristes internationaux. Les premiers ont une adresse bien connue. Ce qui n’est pas le cas pour les touristes. Ceci étant, nous effectuons régulièrement des contrôles d’identité», a-t-elle conclu.

Mparany

 

News Mada0 partages

Violence basée sur le genre : deux cas par semaine signalés

En marge de la présentation officielle du manuel d’accompagnement des hommes auteurs de violence,  hier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano, la Coordinatrice du projet «Sahala» luttant contre les violences basées sur le genre (VBG), Nantenaina Sariaka a informé que «deux cas de violence conjugale par semaine sont signalés au niveau des bureaux de Fokontany en charge du projet Il s’agit entre autres  de Besarety, Anjanahary, Namontana, Andavamamba, Anosizato Est et Isotry».

Il a ajouté que, ««sur les dix quartiers où nous intervenons, 960 cas ont été signalés dernièrement, dont 360 seulement dénoncés dans les bureaux du fokontany».

A part la sensibilisation des victimes à briser leur silence sur les violences subies, le projet «Sahala», initié par «Capacity building for communities Madagascar (C-FOR-C)» et l’association «Jeudi» a mis en place des cellules d’écoute dont les hommes sont également ciblés dans ces fokontany. L’ objectif est de les accompagner dans un changement de comportement pour que  la paix puisse régner dans leur foyer.

Manuel d’accompagnement

Ainsi, un manuel d’accompagnement des hommes auteurs de violence, à l’intention des assistants sociaux des cellules d’écoute, a fait l’objet d’une présentation officielle.

Il sera distribué dans cinq cellules d’écoute partenaires du projet et dans les huit centres d’écoute instaurés par la Direction régionale de la population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (DRPPSPF) Analamanga, entrant dans le cadre d’un partenariat entre la DRPPSPF et «Sahala» dans la lutte contre les VBG.

Sera R

 

News Mada0 partages

Fotodrafitrasa ara-panatanjahatena : efa madiva ho vita ny «Centre sportif Andohalo»

Efa madiva ho vita ilay fotodrafitrasa fanatanjahantena,  manaraka ny fenitra iraisam-pirenena,  eny amin’ny zaridainan’Andohalo. Toerana, natao hitaizam-batana sy hialan’ny rehetra voly.

 

Kianja ho an’ny baolina kitra, lalaovina olona fito sy basikety ho an’olona telo, izay samy voarakotra bozaka artifisialy “synthètique”, miampy kianja ho an’ny tsipy kanetibe, atao anaty efitrano. Santionany amin’ireo fotodrafitrasa hita ao amin’ny «Centre sportif Andohalo» ireo. Goavana sy manaraka ny fenitra iraisam-pirenena ny fitaovana nampiasaina sy nanaovana azy ireo, izay nohafarana avy any ampita avokoa. Ny orinasa Mibfah no miantoka ny fanamboarana izany, izay mampiasa olona 40 ary hisahana ny fitantanana ny fotodrafitrasa ny Terrain synthètique Talatamaty, tarihin-dRasoamaromaka Hery. Izy ireo, izay nahazo ny tolotra avy amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, tamin’ny alalan’ny Institut des Métiers de la Ville, Île de France (IMV).

Tanjona ny hampandrosoana ny fanatanjahantena sy hanomezana sehatra ny daholobe,  indrindra ny tanora, hialana amin’ny mety ho fidorohana zava-mahadomelina sy ny herisetra. Hisy efitrano fisoloana akanjo roa ho an’ny lehilahy sy vehivavy, sy toeram-pidiovana ary fivoahana, ny Centre sportif Andohalo. Nomena tombony manokana ny vehivavy satria hisy ny “salle de fitness”. Hisy toerana fisakafoana sy fivarotana fitaovana fanatanjahantena koa ao aminy.

Araka ny fantatra, ho azo ampiasaina amin’ny alina koa ny fotodrafitrasa satria hisy jirobe na “projecteur” hanazava ny kianja rehetra, miampy “écran geant”, hanarahana ny hetsika miseho amin’izany fotodrafitrasa izany. Heverina hotokanana amin’ny tapatapaky ny volana desambra  ny “Centre sportif Andohalo”. Aorian’Andohalo, hahazo ny anjarany koa i Toamasina, i Mahajanga, i Toliara ary Antsiranana.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Kitra – “Mondial 2018” : tsy tafita any Rosia i Italia

Tsy anisan’ireo, handray anjara amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany  “Mondial 2018”, tanterahina any Rosia, ny Squadra Azzura Italia. Nosakanan’i Soeda, teo amin’ny lalao sakana mantsy ry zareo Italianina. Nisaraka ady sahala samy tsy nisy nitoko mantsy ny roa tonta, teo amin’ny lalao miverina, notanterahina, tao amin’ny kianja Milan, ny alatsinainy lasa teo. Tsy nety nahafaty baolina mihitsy mantsy ry zalahy, na dia nanao izay fara heriny aza.

Efa nanantombo, tamin’ny isa 1 no ho 0 anefa i Soeda, nandritra ny lalao mandroso,  notanterahina ny zoma lasa teo. Fahadisoam-panantenana tanteraka araka izany, ny an’ny vahoaka Italianina, tamin’ity.

Fanintelony amin’izao, no tsy  handraisan’Italia anjara amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany. Raha tsiahivina, tamin’ny taona 1930 ny voalohany, avy eo ny tamin’ny taona 1958 ary ny amin’ny taona 2018, ny manaraka. Tapitra, tamin’iny fihaonana nikatrohana tamin’i Soeda iny koa izany ny nilalaovan’i Buffon, mpiandry tsatobin’ny Squadra Azzura.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Miss Mister Malagasy : 32 candidats prétendants

« Plus que quelques jours et nous sommes déjà prêts pour la grande finale qui se déroulera le 18 novembre en France », a annoncé l’organisateur du concours Miss et Mister Malagasy, dans un communiqué de presse. En fait, 32 jeunes candidats, issus de grandes villes françaises et quelques pays de l’Europe, tels que la Suisse, l’Allemagne, la Russie…, sont qualifiés pour ce derby final.

Les préparatifs vont bon train. La soirée s’annonce majestueuse. « L’un des plus grands évènements de la diaspora malgache en France », a-t-il ajouté. En intégrant totalement le public dans une ambiance festive, plus réservée et classe, la grande finale se déroulera effectivement sur une péniche où 500 personnes environ seront attendues.

Selon le programme, la soirée débutera avec le défilé des 16 hommes candidats, précédant la parade des 16 prétendantes miss. Puis, ils enchaîner les tableaux et les tenues (Traditionnelle, plage, soirée). Par ailleurs, ils devront également effectuer un discours en malgache car l’objectif du concours est aussi d’inciter les jeunes à connaître davantage la culture malgache.

Seulement, six d’entre eux seront sélectionnés par le jury et concourront pour le sacre. Ils seront habillés par le styliste Jeanny Leap qui en profitera pour présenter ses nouvelles créations en collaboration avec l’école d’art Abel Auvray. Plusieurs artistes animeront aussi la soirée, entre autres, des danseurs, des chanteurs…

Holy Danielle

News Mada0 partages

Athlétisme : les bourses olympiques attendues

La préparation des athlètes malgaches en vue des Jeux olympiques (JO) de 2020 est mal partie ! Et pour cause, la réponse positive du Comité olympique malgache (Com) suite à la demande positivement de la Fédération malgache d’athlétisme (FMA) reste à attendre.

D’après les informations recueillies, le dossier relatif à la demande de bourses olympiques, envoyé par la FMA, a été refusée par le Com qui ne reconnait pas la fédération. Une décision qui, une fois de plus, démontre l’acharnement de Siteny Randrianasoliniaiko et compagnie à l’encontre de l’athlétisme malgache. Pourtant, aucune décision émanant de la Fédération internationale d’athlétisme (Fia) et même du Com,  n’interdit la FMA de poursuivre ses activités. De plus, la suspension des trois membres de la fédération prise par le Com n’est qu’une annonce sans effet en l’absence d’une note officielle.

En tout cas, la route vers les JO de 2020 s’annonce délicate pour les athlètes si le Com campe sur ses positions. Pourtant, la Solidarité olympique est claire dans ses dires : «Pour le plan 2017-2020, les programmes mondiaux visent en priorité à accroître l’aide aux athlètes et soutenir les CNO pour protéger les athlètes intègres, à renforcer la structure des CNO, à maintenir l’aide à la formation des entraîneurs et des dirigeants sportifs, ainsi qu’à promouvoir l’Agenda olympique 2020 ».

Quatre athlètes prétendants

Cette fois-ci, la FMA propose trois athlètes à bénéficier de bourses olympiques dans trois épreuves bien distinctes, à savoir, le 100m haies, le 400m et le 400m haies. Un quatrième athlète est également dans les starting blocks,  mais à ce stade, désormais la Fia n’octroie qu’un stage pointu par pays. Todisoa Franck Rabearison a été le dernier à obtenir cette bourse l’année dernière. Il a suivi une formation de 7 mois au centre international d’athlétisme de Maurice.

Naisa

 

News Mada0 partages

RIM 2017 : le suspense reste entier

Il faudra encore patienter avant de connaitre le classement général du Rallye international de Madagascar (Rim) qui s’est terminé dimanche dernier. A titre de rappel, pénalise puis privé d’une victoire logique, l’équipage Yves-Nitro de l’écurie TMF a fait appel. Et d’après le secrétaire général  de la Fédération du sport automobile de Madagascar (FSAM), Sanjy Rajaonarivelo, cela va prendre encore du temps.

«Une Assemblée générale extraordinaire devra être organisée dans les 15 jours. Après, le tribunal sportif sera mis en place et statuera sur l’affaire», a-t-il expliqué. Une attente qui risque de compromettre la stratégie de chaque équipage en vue de la manche finale de la joute nationale. «Il faudra attendre près de 30 jours pour connaitre l’issue de cette affaire. Pourtant, dans un mois, il y aura le rallye Asa Tana», a déclaré le président de TMF, Hery Rasomaromaka, alias Hery Be.

Malgré ce litige encore en cours, cette écurie ne remet pas en cause sa participation à la dernière manche du championnat de Madagascar.

«Nous n’abandonnerons pas la guerre pour le titre quelle que ce soit l’issue de ce litige. Outre l’équipage Yves-Nitro, nous avons également un autre prétendant au sacre, en l’occurrence Haja Danielson», a fait savoir Hery Be.

Naisa

News Mada0 partages

Taekwondo WF : l’Open national au rendez-vous

Le taekwondo WF malgache renoue avec une compétition d’envergure nationale après deux ans de disette. Le 18 novembre, le nouveau bureau de la Fédération malgache de taekwondo WF organise l’Open de Madagascar au gymnase de Mahamasina.

Une bonne nouvelle qui a failli ne pas l’être ! En cause, les agissements de Rivo Joachim Rakotobe et consorts. D’après les informations émanant des organisateurs, l’équipe de l’ancien président de la fédération a essayé d’empêcher la tenue de cette compétition, en demandant à la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) de retirer l’autorisation pour l’utilisation du gymnase de Mahamasina par la partie adverse.

Une mentalité qui mérite d’être signalée, de la part de ceux qui prétendent défendre l’intérêt de la discipline. Malheureusement pour eux, l’accord entre la CUA n’a rien à voir avec le litige qui oppose les deux camps. De ce fait, ils n’ont pas eu gain de cause.

Rendez-vous donc pour les férus de la discipline, ce samedi, pour la grand-messe du taekwondo WF d’autant que l’entrée est gratuite.

Naisa

 

News Mada0 partages

Chronique confusion de rôles : faute de servir d’exemple, donner des leçons

Jamais encore la population n’a autant ressenti un tel mal-vivre, de partout montent des critiques à propos de mauvaise gouvernance. Injuste jugement, de l’avis des gens du pouvoir. Possible. Toujours est-il que les résultats ne plaident pas à l’établissement d’un bilan positif. Au contraire, ne s’agissant pas d’une simple impression mais puisé sur la réalité du quotidien, il faut se rendre à l’évidence des difficultés qui se multiplient et qu’aggrave l’explosion des prix. En nombreux domaines, sauf en matière de liberté d’expression, la notion de liberté dérive et se résume à une sorte de permissivité, sans besoin d’avoir été décrétée l’anarchie s’installe. La liberté des prix n’échappe pas à la débandade. La réglementation et l’autorité échappent de plus en plus à un Etat dont la fonction se réduit à servir de décor à une République réduite à faire spectacle permanent d’opérette. Ce n’est pas faute au pouvoir de se prendre au sérieux, même si il donne la fâcheuse impression d’ignorer le sérieux à la tâche.

L’ivresse des cimes au sommet de l’Etat n’aident pas les têtes légères à prendre conscience des lourdes responsabilités qui sont les leurs. On en finirait à relever les signes d’une inclination à gouverner en égoïste et à soigner en premier des intérêts particuliers. S’enrichir par tous les moyens ou rester pauvre faute à pas de chance font partie de la liberté. L’opinion publique accepte sans plus rechigner les scandaleux enrichissements, toutefois les gens commencent à se formaliser à voir à l’abandon la défense des biens et intérêts du pays et de la population.

Les gens du pouvoir, vautrés dans des aises, oublient de considérer que le public les observe,  des plus petites combines aux plus graves actes de forfaiture rien n’échappe aux observateurs. Il serait injuste de mettre tous les hauts responsables dans le même sac, il n’est pas interdit de penser qu’il en est certains qui sont de bonne foi. Est-ce pour se donner bonne contenance ou en raison d’une ignorance crasse, ils fonctionnent avec la même tare. Ne disposant d’aucun programme réaliste, n’ ayant par conséquent de chantier cohérent à une politique, ils pensent compenser le vide en se répandant en prêchi-prêcha, et pour les mêmes causes d’incapacité, manque de préparation et d’intérêt pour la chose, immanquablement se prennent les pieds dans les tapis. Attention à la chute.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Jamais encore la population n’a autant ressenti un tel mal-vivre, de partout montent des critiques à propos de mauvaise gouvernance. Injuste jugement, de l’avis des gens du pouvoir. Possible. Toujours est-il que les résultats ne plaident pas à l’établissement d’un bilan positif. Au contraire, ne s’agissant pas d’une simple impression mais puisé sur la réalité du quotidien, il faut se rendre à l’évidence des difficultés qui se multiplient et qu’aggrave l’explosion des prix. En nombreux domaines, sauf en matière de liberté d’expression, la notion de liberté dérive et se résume à une sorte de permissivité, sans besoin d’avoir été décrétée l’anarchie s’installe. La liberté des prix n’échappe pas à la débandade. La réglementation et l’autorité échappent de plus en plus à un Etat dont la fonction se réduit à servir de décor à une République réduite à faire spectacle permanent d’opérette. Ce n’est pas faute au pouvoir de se prendre au sérieux, même si il donne la fâcheuse impression d’ignorer le sérieux à la tâche.

L’ivresse des cimes au sommet de l’Etat n’aident pas les têtes légères à prendre conscience des lourdes responsabilités qui sont les leurs. On en finirait à relever les signes d’une inclination à gouverner en égoïste et à soigner en premier des intérêts particuliers. S’enrichir par tous les moyens ou rester pauvre faute à pas de chance font partie de la liberté. L’opinion publique accepte sans plus rechigner les scandaleux enrichissements, toutefois les gens commencent à se formaliser à voir à l’abandon la défense des biens et intérêts du pays et de la population.

Les gens du pouvoir, vautrés dans des aises, oublient de considérer que le public les observe,  des plus petites combines aux plus graves actes de forfaiture rien n’échappe aux observateurs. Il serait injuste de mettre tous les hauts responsables dans le même sac, il n’est pas interdit de penser qu’il en est certains qui sont de bonne foi. Est-ce pour se donner bonne contenance ou en raison d’une ignorance crasse, ils fonctionnent avec la même tare. Ne disposant d’aucun programme réaliste, n’ ayant par conséquent de chantier cohérent à une politique, ils pensent compenser le vide en se répandant en prêchi-prêcha, et pour les mêmes causes d’incapacité, manque de préparation et d’intérêt pour la chose, immanquablement se prennent les pieds dans les tapis. Attention à la chute.

Léo Raz

News Mada0 partages

Hevitra mandalo : resaky ny mpitsimpona akotry

Fitiavam-bola tafahoatra sy tsy fahaiza-mandamina

Rariny raha dinihina manokana ny hetsika ataon’ny pôlisy monisipaly (pôlisim-bohitra) eo amin’ny fizarana sazy ho an’izay fiara miantsona antsisin-dàlana. Sady mampitombo fahasahiranana ho an’ny mpandeha an-tongotra no manery ny làlan’ny fiara. Làlana izay fantatra fa tsy mahazaka ny tsenan’ny fifamoivoizana intsony.

Gaga ihany anefa raha nahita ireo iraky ny kaominina mandahatra tsy ankanavaka ireo fiara misoavaly sisindalana (trottoir) teny amin’ny route circulaire miainga avy eo

amin’ny Sekoly Rasalama mankany Antsakaviro.

Ny ezaka atao rehetra ve dia atao toy ny fanaovana ny ady amin’ny fahantrana ? Ny lelo mitsonika no fafafafana fa ny sery fototr’aretina tsy hay tsaboina. Aiza no mba azon’ny mpampiasa fiara anajanonany ny fiarany ? Marina fa matetika mitohana ny fifamoivoizana amin’iny ampahan-dàlana iny nefa raha mandinika ireo tompon’andraikitra, tsy iny no miteraka ny aretina fa any andohany any no manomboka ny fikatsoana. Eo amin’ny Sekoly Rasalama eo moa dia efa fihaonan-dàlana maro. Tazana anefa fa arakaraky ny androsoana ny fitombon’ny sakantsakana. Raha famafana lelo aza no atao, aiza no misy mahatsiravina toy ny amin’iny làlana mitsororika amin’iny Andravohangy-Ambony miala avy eo amin’ny Tetezana iny ? Tsy misy angamba làlana manahirana ny mpandeha an-tongotra mihoatra an’iny. Soa ihany ho an’ny mpandeha an-tongotra fa ny fiara koa dia mandady tsy afaka mirimorimo. Andaniny roa na mazava aza ny tsy maharariny izany dia bahanan’ny fiara ny ampahan-dàlana atao hoe trottoir. Misy aza takela-by manambara fa toerana voafaritra manokana. Fisandohana ny fametrahana ireny takela-by ireny na efa fahasahiana tsy miafina ny fisian’ny kolikoly eo amin’ny fanomezan-dàlana “parking réservé”. Hita tsy lavitra an’iny làlana tsy iharan’ny lalàna iny anefa ny pôlisy mpandamina ny fifamoivoizana. Vola moa no miteny eto amin’ny tanàna, na ny fitantanana aza dia mety ho baikony. Karazana Fiangonan’ny mpanao “affaires sy bizina” no didinin’ity arabe ity, tsapa ny onjany. Asa na isam-bolana na isan-taona ny mety ho fandoavana “écolage” ahazoana zo amin’ny fahafahana hanitsa-dalàna ety an-dàlambe. Ny fandoavana écolage no tsiambaratelo amin’ny sehatry ny kolikoly, ny vokatry ny fisian’ny toy izao efa tsy misy mametra izao, sanatria aza aderadera anaovana Ramatahora.

Léo Raz

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy mba menatra mihitsy !

Mihazakazaka ny fambaboan’ny fanjakana HVM ny fon’ny vahoaka. Anisan’ny resena lahatra fatratra ny eto Antananarivo. Raikitra ny fitokanan-javatra etsy sy eroa..

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Gidragidran’ny baolina kitraMalaza ratsy ny tompon’ny Elgeco Plus

Mbola resa-be hatramin’izao ny gidragidra niseho tany Fianarantsoa nandritra ny lalao nifanandrinan’ny ekipan’ny CNaPS Sport Itasy sy ny Elgeco Plus Itasy ny faran’ny herinandro teo.

 

 Maro ny zavatra tsy nampitovy hevitra ka toa niteraka korontana. Anisan’ny nitana ny sain’ny maro ny hoe fihetsika mamohehatra nataon’ny mpanohana ny ekipan’ny Elgeco Plus, izay voalaza fa tsy nanana ilay toe-tsaina mandala ny fanatanjahantena amin’ny alalan’ny “Fair play”. Teo ihany koa ny fitondran’ny mpiambina ny tompon’ity klioba ity basy tao anaty faritry ny kianja, izay tsy tokony hatao. Voatery niditra an-tsehatra tamin’ny fandaminana ny filohan’ny federasionina vonjimaika, Doda Andriamiasasoa. Miseholany ny fanakianana ny tompon’ny Klioba taorian’iny raharaha iny. Mivoaka ihany koa ny hoe mirehareha fatratra sy mitonona ho mpanolotsain’ny praiminisitra ny tompon’ity klioba ity, ka tsy any anaty kianja ihany no manao fihetsika tsy dia mety loatra indraindray fa na ety ivelany aza. Tsy hay aloha na tena mpanolotsaina tokoa izy na tsia, fa voalaza ho manapatra fahefana ny tenany, ka mampiasa “cocarde” rehefa mitondra fiara eny an-dalambe noho ny filazana fa mpanolotsain’ny praiminisitra. Re anefa fa tsy mitazona izany toerana izany ny tenany, ary mety ho fisandohana na fitia te hampiasa fahefana tsy ananana akory ilay fihetsika. Andrasana izay mety ho fanazavana misimisy kokoa avy amin’ny Elgeco Plus noho ity toe-javatra toa manaratsy endrika ny tompon’ny klioba sy ny klioba manontolo ity.

Rabri

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sampana fivondronana laika FJKMHikarakara lalao entina hitoriana ny filazantsara

Hikarakara lalao goavana entina hitoriana ny filazantsara ny Sampana Fivondronana Laika eo anivon’ny fiangonana FJKM.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

MananjaryTafajoro ny « Association Vary sy Rano »

Tafajoro ary nosokafana tamin’ny fomba ofisialy tamin’ny sabotsy 11 novambra 2017 teo ny “Association Vary sy Rano” manana an’Atoa Andriamanampisoa Gégé Bernard ho filohany.

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha ISTRALMA AmbohitsilaozanaHikarakara fampihavanana ireo olobe

Nivoitra nandritra ny dinik’asa niarahan’ireo olom-panjakana sy tangalamena ary ny fikambanan’ny mpianatra ao amin’ny oniversite annexe Ambohitsilaozana (ISTRALMA) ny alatsinainy 13 novambra teo fa hiroso amin’ny fampihavanana ny mpitantanana eo anivon’ny ISTRALMA sy ny mpianatra ireo oloben’ny faritra Alaotra Mangoro.

 

Nanambara Atoa Rasolosoa Joseph fa mila miray hina ny zanak’Alaotra Mangoro raha tiana ny ho lasa lavitra amin’ny fampandrosoana. Anisan’ireo angady nananana sy vy nahitana ny fijoroan’ny oniversite annexe Atoa Rasolosoa Joseph ka izay no mahatonga azy hirotsaka an-tsehatra hitarika ny fampihavanana eo anivon’ny disadisa miseho ao amin’ny ISTRALMA.

Niry A

 

Tia Tanindranaza0 partages

LehilahyMpanao herisetra avokoa ny 70 %

Mpanao herisetra avokoa ny 70%-n’ny lehilahy. Raha araka ny tarehimarika nomen’ny tetikasa Sahala dia efa saika niharan’ny herisetra ny 70 %-n’ny vehivavy Malagasy manerana ny Nosy fa ny endrika hisehoany no samihafa.

  Anisan’ny tena betsaka ireo hiharan’ny herisetra ara-tsaina, ny vono sy ny tsy fanomezana vola. Taorian’ny famatsian’izy ireo  ireo karazam-pitaovana ho an’ireo ivontoerana eto an-drenivohitra fihainoana ireo lehilahy mpanao herisetra ny herinandro teo dia niroso tamin’ny fampahafantarana ny hetsika tanterahiny manaraka indray izy ireo omaly, natrehin’ny solontenan’ny vondrona Eoropeanina. Tafiditra ao ny fanolorana boky ho an’ny lehilahy mpanao herisetra hahafahany miaina araka ny tokony ho izy eny anivon’ny fiarahamonina. Eo  ihany koa ny famatsiana fitaovana ho an’ireo  centre d’écoute….Fikambanana  maro eto an-drenivohitra miady amin’ny herisetra mahazo ny vehivavy  no tonga nandray anjara sady nanao sonia hahafahana manatevina  ny asa sahanin’ity tetikasa iray ity ihany koa. Tanjon’ny roa tonta ny hanafoanana tanteraka ny herisetra mahazo ny vehivavy, hidinan’ilay isa fito isan’andro mangataka fisaraham-panambadiana eny anivon’ny tribonaly.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

CNaPS – LABEL HOREB Miara-miasa hanampy tantsaha 176 any Atsinanana

Napetraky ny lalàna iraisam-pirenena sy ny lalàmpanorenana malagasy fa zo fototra ny fiahiana ara-tsosialy ho an’ny isam-batan’olona.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanSamy nitapolaka !

Tena sendra ny nahay azy kosa aloha ianao tamin’iny indray maka iny ry Jean a ! F’angaha moa izy ity rehefa avo vava sy mahery setra dia manana ny marina ?

  Mifandamina tsara aloha ianareo e ! Ianao moa malaza amin’ny fampitapolapolaham-bahoaka fa tamin’ity indray maka ity toa samy ianareo ihany no samy nitapolaka gilady tao an-tanàna tao a ! Amin’ny manaraka ianao mampirevy misimisy fa tamin’iny kosa aloha, hono, izany mba tsy mety satria mitandrina ny fanatsarany ny tanànany tsy ho simba kosa ry Jean kely. Tsy moramora ny nametraka ireny lalotra mafy be ireny kanefa dia sahinareo ny nandrava azy. Mahery ianareo e ¡ Nahita an’ilay pataloha nanaovanareo aho dia gaga fa niova taranja angamba i Jean. Raha ianareo mitsamy nifamaly omaly iny aloha dia tena mahagaga ahy ihany ny ahafahanareo mandinika volavolan-dina 700 pejy tahaka ilay farany teo  !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Hery Rajaonarimampianina« Antoky ny fampandrosoana ny firenena ny fanabeazana »

Nohavaozina tanteraka ny sekoly ambaratonga fototra etsy Soanierana I, fari-piadidiam-pampianarana Antananarivo Renivohitra. Omaly no noraisina tamim-pomba ofisialy ny fotodrafitrasa taorian’ny volana maro nanatanterahana ny asa.

 

 Tonga nitokana teny an-toerana ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina. Izy mivady rahateo niaraka tamin’ny mpiara-miombon’antoka maro samihafa no namatsy vola ny asa, niainga tamin’ny fanamboarana ny efitrano tsirairay avy, ny toerana fisakafoanan’ny mpianatra, ny lakozia hahandroana ny sakafo hatramin’ny fanavaozana ny jiro isaky ny efitrano sy ny fefy manodidina. Nisy ihany koa ny fanolorana dabilio miisa 800. Tanjona tamin’izao asa fanavaozana izao  ny hanomezana risi-po ny mpianatra hahafahany manatanteraka ilay hafatra napetraky ny filoham-pirenena hoe : mianara tsara daholo. Tsiahivina fa tena ratsy ity EPP iray ity teo aloha. Mpamatsy vola maro no efa notetezin’ny talen-tsekoly raha araka ny fanazavany saingy tsy nisy nety nanampy  azy ireo. Notokanana omaly ihany koa ny fanavaozana ny CEG eny Tsimbazaza izay sady novatsiana fitaovana toy ny solosaina, ny laboratoire de langue… ihany koa hahatonga ireo mpianatra Malagasy hitovy fari-pahaizana amin’ireo mpianatra any Eoropa, Azia….Narahin’ny fizarana “Kit scolaire” ho an’ny mpianatra rehetra ny hetsika, mbola fanomezana avy amin’ny filoham-pirenena mivady ihany koa. Nanantena hahita an-dRamatoa Voahangy Rajaonarimampianina moa ireo ankizy mpianatra izay efa nahalala mialoha izao fotoan-dehibe izao omaly saingy tsy tazana teny an-toerana izy.  Antenain’ny maro kosa fa ho hita eny amin’ny Coliseum izy anio satria izy mivady no tompon-kevitra amin’ny hetsika.

Pati

 

La Vérité0 partages

Antsakabary - L'exaction policière filmée

L'affaire Antsakabary et la police nationale sont de nouveau sous le feu des projecteurs. Alors que jusqu'ici aucune sanction n'a été prononcée à l'encontre de la quarantaine de policiers impliqués dans les exactions commises sur la population de cette commune rurale,  de nouveaux développements révélés pourraient mettre un coup de pied dans la fourmilière de ce corps des forces de l'ordre. Des vidéos pouvant être compromettantes pour ce corps des forces de l'ordre circulent actuellement sous le manteau. 

L'équipe de « Madagascar Matin l'Hebdo », du même groupe que le journal que vous avez en main, a réussi à se procurer des copies de ces enregistrements vidéo montrant des forces de l'ordre qui semblent être des policiers maltraitant des villageois d'une commune qui pourrait être Antsakabary.  Les vidéos qui n'ont pour l'heure pas été authentifiées seront détaillées par nos confrères dans l'hebdomadaire à paraître ce vendredi.  

Notons que huit mois après les incendies et exactions dans cette localité, la quarantaine de policiers impliqués dans l'incendie criminel d'Antsakabary ne semblent toujours pas être inquiétés. Le silence de ces éléments des forces de l'ordre et l'absence de preuves sont avancés par les forces de l'ordre comme les raisons du blocage des enquêtes.  Les vidéos en question, une fois authentifiées, devraient aider les enquêteurs à avancer. 

En étant limogé, le ministre de la Sécurité publique Norbert Anandra a jusqu'ici été le seul à « payer » les frais. La dernière audition des 40 policiers se serait tenue le 16 août. Le dossier devait être en cours de finalisation en vue d'un transfert auprès du Tribunal de première instance d'Antananarivo.  Aucun développement n'a plus été communiqué depuis maintenant deux mois. Dans le même temps pourtant, 5 prévenus dont un chef fokontany avaient été déférés au tribunal de première instance d'Antsohihy le 27 février 2017 et croupissent en prison depuis plusieurs mois, pour le meurtre de deux policiers.

Recueillis par A.R.

La Vérité0 partages

La rage de …

Médicalement parlant, la rage est une maladie infectieuse virale transmise à l’homme par la morsure de certains animaux caractérisée par une méningo-encéphalite et qui est mortelle sans traitement. Grâce aux progrès de la science et de la médecine, il existe un vaccin contre la rage tandis que pour le cas de la peste, il n’y en a pas encore.

En figuré, la rage est assimilée en mouvement violent ou impétueux de défi, de colère voire de fureur. Ainsi, on parle de la rage de vivre chez quelqu’un qui lutte, âprement, jusqu’à son dernier souffle pour rester en vie. On dit aussi d’une rage de réussir en parlant d’un individu qui, par tous les moyens, fait tout pour atteindre son objectif et réussir dans la vie. On cite, également, le cas de quelqu’un qui contre vents et marées, manifeste la rage de conquérir ou reconquérir son…amour ! Jusque-là, il est question, à la rigueur, d’un noble défi. Mais, il pourrait y a avoir une funeste motivation de la « rage ». Ainsi, quelqu’un dans un geste impétueux de colère ou de jalousie, comme une bête blessée, est agité par la rage de se venger ou d’abattre l’ennemi sinon d’éliminer son rival.A voir certains comportements des tenants du régime, on se rend compte, visiblement, qu’une certaine rage les bouscule.La rage de s’agripper au trône atteint, de plein fouet, l’homme fort du régime. Le fauteuil est tellement douillet et chaud qu’il est pratiquement difficile, sinon, impossible de l’abandonner facilement. On met en place, donc, des artifices afin de s’accrocher. A cette rage principale viennent s’ajouter des rages secondaires, parfois présentées  sous d’autres formes et pas moins importantes que la première.L’obstination de défigurer la Constitution de manière à arranger les choses quitte à assurer à 200 % la victoire en 2018 témoigne suffisamment la rage de gagner. Et l’entêtement des barons au pouvoir d’entretenir  l’opacité, un écran impénétrable, dans la confection finale du Code électoral conforte la rage du HVM à monopoliser, sans ménage, la mainmise de l’Etat.Nos princes usent de toutes les ficelles pour rester aussi longtemps à même si la conjoncture ne s’y prêterait plus. Un fait flagrant attire trop l’attention. Il s’agit de la rage de neutraliser les « ennemis » du régime. La presse indépendante se trouve, en premier lieu, dans la ligne de mire de la visière du pouvoir. On crée tous les astuces pour la neutraliser. Désormais, l’obtention de la Carte professionnelle passe par le « filtre » du Ministère de la Communication.Les leaders politiques, des candidats en puissance pour 2018, s’exposent, aussi, à la rage de nos aimables dirigeants de se maintenir au pouvoir. Et attention, c’est une rage dont la morsure est létale ! L’ancien président Marc Ravalomanana et l’ex de la Transition Andry Nirina Rajoelina en sont les cibles d’honneur.Et que dire de cette rage de reconquérir le cœur du « vahoaka ». En proie à une psychose, vu la médiocrité de sa côte de popularité, le Chef de l’Etat multiplie les gestes de séduction. Tel un commandant de navire, en détresse, qui tente désespérément de sauver « son » bâtiment.  Pour des campagnes électorales avant terme, on n’en fait aucun détail sur les ressources publiques.Ndrianaivo 

La Vérité0 partages

Sport Automobile : 38ème Rallye International de Madagascar - Le classement des quatre premiers tarde à s...

Cinq jours après la compétition, la Fédération de Sport Automobile de Madagascar (FSAM), suite à un appel déposé, n’a pas encore sorti le classement général des quatre premiers. La décision du collège commissaire sportif concernant le résultat du 38ème Rallye International de Madagascar (RIM), qui s’est tenu du 10 au 12 novembre, concerne le résultat par catégorie. Or, la remise des trophées se fera le jeudi 16 novembre 2017, en la grande salle de l'Hôtel de ville Analakely à 19h.

Rappelons que le classement général a été terni par un quiproquo, à l’issue de la course. L’équipage Yves et Nitro  a été éjecté du fauteuil de leader au classement général et rétrogradé à la 4ème place. Le résultat donnait la victoire à Yves  Rabarijoely (TMF) et  Lanja  Nitro  Ralambo (Asacm),  au classement général,  à l’issue de la 17e   épreuve spéciale avec  leur  Subaru  Impreza  N4. Mais ils   ont reculé à la quatrième position, en raison d’une pénalité de cinq minutes. Le collège des commissaires sportifs a pénalisé l’équipage pour non-respect  du  parcours  obligatoire. Ce litige revient à un  parcours  obligatoire qui  mentionne  un passage  auprès d’une  zone  de  refueling,  entre l’ES11 et l’ES12. « Durant la réunion d’information, il  a été  souligné  que les  équipages  qui  ne souhaitaient  pas faire du  refueling  pouvaient  éviter de  passer par  cette zone , et poursuivre vers l’épreuve  spéciale suivante », a martelé Yves. Cette déclaration a été  confirmée  par la FSAM.  Pourtant, cette dernière a précisé que rien n’a été noté noir sur blanc.  Une pénalisation qui bénéficie à Ndrianja et Fanja Rajemison, également sur Impreza N4. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction

Pour une meilleure professionnalisation du secteur de la construction. L'évènement tant attendu par les acteurs du bâtiment arrive enfin, et cela après un report d'un mois à cause des problèmes sanitaires rencontrés dans le pays, le mois dernier. Ainsi, la 19ème édition du Salon international de l'habitat ouvrira ses portes ce jour à la Zone Forello Expo, Tanjombato. Cet évènement ne sera clôturé que dimanche prochain.

« En 19 ans, nous avons pu constater une grande évolution du professionnalisme malagasy dans le monde de la construction. Effectivement, avec les différents facteurs qui s'imposent au développement du secteur, de nouvelles normes font leur apparition afin de garantir de meilleurs produits aux clients comme les normes sismiques ou encore anticycloniques et même celles qui se rapportent à l'urbanisation », affirme Michel D. Ramiaramanana, directeur de l'agence Première ligne, organisatrice de l'évènement. « De ce fait, nous tenons à montrer aux consommateurs l'amélioration du professionnalisme des acteurs de la construction mis à leur service », a-t-il ajouté. 

Plus de 120 exposants regroupant des professionnels de la construction et du bâtiment seront présents et répartis sur plus de 500 stands durant ce salon. Par conséquent, les visiteurs pourront retrouver dans un seul et même endroit tout ce qui leur faut pour construire ou encore pour embellir leur nid douillet que ce soit en matière de financements, d'acquisition de logement ou encore en ce qui concerne la décoration intérieure ou extérieure ainsi que l'ameublement. En parallèle à cela, il y aura également la « Biennale des arts » qui donnera l'opportunité aux artistes peintres malagasy d'exposer leurs œuvres afin que les visiteurs puissent également les découvrir et les apprécier. D'après Michel D. Ramiaramanana, « l'évènement a réalisé une très forte mobilisation et les acteurs montrent une grande motivation par rapport aux éditions précédentes ». Dans cette optique, certains exposants réservent de grandes surprises aux visiteurs afin de marquer leur expertise dans le secteur de l'habitat. 

Rova R.

La Vérité0 partages

Shyn - Une ouverture à l’international grâce à Afrima

Célébrer la musique sur le marché international, tel est l’objectif de l’Afrima, une cérémonie de récompense des artistes et acteurs de la musique africaine. Pour cette année 2017, les All Africa Music Awards ont eu lieu le dimanche 12 novembre dernier, à Lagos au Nigeria. A cette occasion, de nombreux artistes faiseurs de musique urbaine ont été récompensés pour la qualité de leur travail : Locko, Montess, Wizkid, Eddy Kenzo, Toofan et bien sûr le Malgache Shyn qui a reçu honorablement le trophée de la révélation du continent africain.

Arrivés au pays, Shyn et sa délégation ont  voulu remercier le public malgache à travers une conférence de presse qui s’est tenue dans la soirée de mercredi à l’hôtel Urban Ambatonakanga. « Nous n’avons pas attendu longtemps, juste après notre arrivée au pays, nous avons voulu vous rencontrer pour pouvoir transmettre à tous les malgaches nos remerciements et notre joie suite à cette grande victoire qui est celle de tous les compatriotes. Je tiens à dire que c’est tout simplement grâce à votre soutien que nous avions pu gagner 50% du vote qui dépendait du public. Lors de notre voyage, nous avions rencontré quelques problèmes notamment de visa, de logement… mais nous avons avancé la tête haute pour notre pays. La délégation malgache n’était composée que de trois personnes dans la  grande salle, où se déroulait la cérémonie, à voir la présence des grandes stars internationales. Lors de la remise des prix, j’étais le seul à porter un drapeau, mais j’étais fier car je représentais Madagascar. En tout cas, c’était un grand plaisir et une fois encore, la tête du monde entier se tourne vers la Grande île puisque beaucoup se sont étonnés de notre victoire et bon nombre des membres de l’assistance et même des journalistes ne me connaissaient pas, sûrement suite au problème technique qui a causé la suppression de ma chaîne Youtube », confie Shyn.Des projetsMême si toute la salle restait bouche bée et que la délégation malgache était la seule à crier de joie, et même l’annonceur ayant eu du mal à prononcer le nom de Shyn, ce dernier, avec  un grand sourire, a pris entre ses mains le trophée en or, en forme de micro. Il a d’ailleurs présenté officiellement la récompense durant la conférence de presse. Shyn a également évoqué le problème de sa chaîne Youtube qui est un moyen pour le monde entier de découvrir les œuvres de l’artiste. « On a sûrement été victime d’un piratage informatique qui a provoqué sa suppression. Quel dommage que nous devons repartir à zéro malgré les millions de vues qui ont été déjà enregistrés sur nos vidéos. C’est regrettable également car même les journalistes africains n’ont pas eu l’occasion de voir nos vidéos sur Youtube. A noter que les artistes en course pour le trophée étaient déjà des grosses pointures ayant des millions de followers et abonnés. Nous annonçons prochainement la réouverture d’une autre chaîne pour satisfaire le public », continue t-il.  Ainsi grâce au challenge,  Shyn est connu du monde entier. Il a d’ailleurs déjà trouvé des collaborations avec des artistes connus comme Eddy Quenzo qui devront bientôt commencer. L’on verra donc prochainement sur le petit écran des nouveaux clips de Shyn en featuring avec des stars africaines. Espérons aussi que le combattant sera  reçu par le ministre de la Culture pour être félicité et ce, pour son travail et l’encourager à continuer.T.A.

La Vérité0 partages

Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens

Hier, une distribution de kits scolaires pour les élèves des Ecoles primaires publiques et des collèges d'enseignement général a eu lieu au Coliseum d'Antsonjombe. Les plus hauts dirigeants du pays ont été invités à participer à cet évènement, à savoir le Premier ministre, les membres du gouvernement, des parlementaires, des artistes et bien sûr le Président de la République Hery Rajaonarimampianina… seul.

La première dame Voahangy Rajaonarimampianina n'était pas de la fête.  L'absence de la Première dame considérée comme la mère de la Nation a été vécue comme une déception totale par un certain nombre d'enfants et de parents qui espéraient voir la femme du Chef de l'Etat dont la présence a été pourtant annoncée sur les nombreuses affiches  de promotion de cet évènement pour remettre avec son époux, et les nombreux artistes, des kits scolaires aux enfants.D'après les informations, l'épouse du Chef de l'Etat a en effet quitté le territoire national la semaine dernière.  Elle est donc restée à peu près un mois dans le pays avant de repartir. La Première dame n'a écourté son séjour à l'étranger et revenir à Madagascar uniquement pour assister aux funérailles de l'ancien Chef d'Etat Zafy Albert, pour accueillir la Princesse Anne du Royaume Uni et accompagner son mari lors de l'inauguration de la centrale thermique à Ambohimanambola. Un certain nombre d'observateurs se posent toujours des questions sur les raisons pour lesquelles l'épouse Rajaonarimampianina préfère s'installer à l'étranger que de rester au pays.En tout cas, ce n'est pas la première fois que l'épouse du Chef de l'Etat est attendue et qu'elle brille par son absence. Elle est coutumière du fait. Beaucoup se rappellent encore par exemple de l'inauguration en grande pompe de la bibliothèque et du centre multimédia de l'Ecole primaire publique d'Antanimbarinandriana. L'initiative de la construction de ces infrastructure appartenait soit- disant à la Première Dame et pourtant, cette dernière n'avait pas daigné faire le déplacement pour procéder à l'inauguration laissant le soin à son époux d'officier durant l'évènement. C'est à se demander si l'épouse du Chef de l'Etat ne dédaigne pas les enfants malagasy.Déception et grogneLa cérémonie qui a eu lieu à Antsonjombe « marque l'importance du soutien au secteur éducatif pour le développement du pays », soutient le communiqué de Presse de la Présidence de la République. La Première dame ne voudrait-elle pas soutenir le secteur éducatif ?  En tout cas, d'autres cérémonies de distribution de kits scolaires « de précampagne » devraient, selon les informations, avoir lieu dans d'autres régions de la Grande île. Reste à savoir si ces occasions vont être saisies par la Première dame pour se rattraper.Outre l'absence remarquée et remarquable de la Première dame, la distribution de kits scolaires d'hier à Antsonjombe a engendré son lot de déception et de grogne, notamment du côté des parents.  Soulignons que pour cet évènement,  les élèves devaient obligatoirement être accompagnés par un de ses parents obligeant ainsi ces derniers, tout du moins ceux travaillant,  de demander une permission auprès de leurs employeurs. Les enfants dont les parents ne pouvaient pas se libérer n'ont donc pas pu faire le déplacement à Antsonjombe et recevoir leurs kits scolaires…  Certains parents s'insurgent également du choix du Coliseum pour procéder à cette distribution de kits scolaires. En fait, à cause de ce choix, des milliers de jeunes adolescents ont bravé le froid, le vent et les crachins, depuis la première matinée jusqu'au milieu de l'après-midi, et ce, sans avoir même mangé… afin de recevoir des kits d'une valeur de 6000 ariary.Pire, à cause d'un manque de kits scolaires, certains écoliers et collégiens ont dû retourner chez eux bredouille. Ils recevront leurs kits dans leurs établissements scolaires, selon les explications des responsables. Ces élèves et leurs parents, dont certains sont issus de la campagne de la Région Analamanga par leurs propres moyens, ont donc fait le déplacement pour rien… A.R.

La Vérité0 partages

Relogement des sans-abri - La Cua entre en scène

Il est formellement interdit par la loi de s'abriter et de répandre des saletés notamment dans des endroits publics. Pourtant, cette interdiction  est méconnue voire ignorée par la population dont les sans-abri. C'est ainsi que le nombre de ces personnes augmente de jour en jour dans la ville d'Antananarivo. Or, il existe des associations, des agences, des organisations non-gouvernementales  œuvrant pour la prise en charge ou l'accompagnement de ceux en besoin.

Pour la Commune Urbaine d'Antananarivo (Cua), il existe une Direction de l'Action Sociale (Das) qui s'occupe des personnes sans-abri. Ses activités portent sur la réinsertion sociale des personnes concernées. Elle les incite à rejoindre le foyer commun qui leur est attribué. Afin de mener cette lutte,  les équipes de la Das et les polices municipales ont effectué une descente sur terrain au niveau des fokontany d'Ankadifotsy, Ambodifilao et Analakely mardi dernier. Elles ont procédé à l'assainissement de ces endroits en sensibilisant ces « 4mi » à quitter les lieux. Notons que les sans-abri à  Antananarivo sont à l'origine de nombreux dégâts « obstruant » l'environnement urbain.  L'on peut citer l'insécurité. Les jeunes garçons comme les jeunes filles se procurent de l'argent en s'infiltrant dans des bandes de truands qui se lancent  dans des actes de banditisme.  Il existe également ceux qui  se ruent vers la mendicité. Or, en cas de contrariété, ils passent à des actes de violence et sèment la terreur au niveau des ruelles et des bas quartiers. En outre, ils rendent difficile le travail des agents de nettoyage appartenant à des secteurs privés ou publics. La défécation à l'air libre et l'éparpillement des ordures en sont leurs spécialités de jour comme de nuit.  Recueillis par KR.

Madagascar Tribune0 partages

Services publics

En cette période d’adoption de la loi de finances pour 2018, quelques fondamentaux méritent d’être rappelés. La loi de finances est divisée en deux : la partie prélèvements et la partie dépenses. Car l’argent utilisé par l’État pour financer ses opérations ne tombe pas du ciel. Il est soit prélevé auprès des contribuables, emprunté auprès du FMI ou d’autres créanciers comme la Banque Mondiale, ou donné par d’autres partenaires techniques et financiers. Une fois prélevées, les recettes notamment fiscales et douanières doivent être réparties entre les institutions et ministères de l’État.

Dans les deux cas, ce qui sous-tend la démocratie, c’est le consentement des gouvernés. Après tout, ce qui a fait tomber les rois d’antan était le fait que le peuple (et notamment la bourgeoisie) n’avait rien à dire sur les taxes prélevées (surtout en période de disette ou autre difficulté) ni sur les dépenses (guerres ou châteaux somptueux). Ainsi, la loi de finances demande l’accord des contribuables quant aux taxes qu’ils paieront et sur la priorisation des programmes et dépenses de l’État.

Sur la partie prélèvement des recettes fiscales intérieures, il est utile de rappeler que le secteur privé joue un rôle central dans le prélèvement des impôts car les entreprises sont obligées de retenir à la source et verser les impôts sur les revenus de ses salariés. Les salariés ne savent peut-être pas combien ils contribuent aux caisses de l’État, n’ayant pas l’obligation (comme aux USA par exemple) de faire une déclaration annuelle individuelle de leurs impôts. Les entreprises collectent et versent également la TVA payée par le consommateur ultime de biens (voiture, frigo ou shampoing dans une grande surface) ou de services. Essentiellement, en fait, le secteur privé formel (et en théorie, l’État et les organismes publiques qui collectent l’IRSA des fonctionnaires, des élus et des employés des sociétés publiques) est le principal acteur dans la collecte des ressources de l’État. Le citoyen lambda, surtout s’il est dans le milieu informel ou rural, n’est pas vraiment concerné.

En contrepartie de ce prélèvement, les citoyens attendent des services et investissements publics. Si l’on prend l’exemple de la Catalogne, qui se plaint que sur chaque euro qu’elle verse en impôts, elle ne reçoit que 63 centimes en services et investissements publics, imaginez si on faisait le parallèle pour le secteur privé ou pour les zones à forte contribution fiscale malgaches, comme, il va sans dire, le Grand Tana. Pour chaque Ariary en impôt, combien revient en biens et services publics ? Chaque année, nous devrions examiner de près le budget de l’État et analyser les soldes (salaires des fonctionnaires), les dépenses de fonctionnement et les projets d’investissements de nos institutions… Est-ce que la priorisation de ces allocations nous convient et que dégage-t-elle comme résultats ?

Enfin, une des grandes questions sans réponse claire dans la loi de finances concerne les différents prélèvements non-fiscaux, comme les redevances, les droits divers (payés pour une licence, un permis, une autorisation quelconque), les frais d’inscription et taxes de régulation diverses. Certains des ministères à budget modeste dans la loi de finances (comme la pêche, poste et télécom) se rattrapent ailleurs… Mais où est la transparence sur la collecte et l’utilisation des recettes ? Y a-t-il consentement des gouvernés ?

Sous pression du CCOC, le MFB a mis en ligne le projet de loi de finances 2018. Voir les liens ci-après :

http://www.mefb.gov.mg/textes_lois/PLF201/PROJET_CORPS_DE_LOI_LFI_2018.pdf

http://www.mefb.gov.mg/textes_lois/PLF2018/TOME_1.pdf

http://www.mefb.gov.mg/textes_lois/PLF2018/TOME_2.pdf

http://www.mefb.gov.mg/textes_lois/PLF2018/TOME_3.pdf

PLF 2018 Budget de l’Etat
Madagascar Tribune0 partages

La CENI se défend face aux critiques sur le traitement des résultats du scrutin du 7 novembre

Réponse du berger à la bergère ! Après les attaques lancées par les partisans du candidat Andry Rajoelina à l’endroit de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sur le manque de transparence au niveau du traitement des résultats, cette dernière a réuni la presse à son siège hier à Alarobia. Lors de ce point de presse, Thierry Rakotonarivo a révélé que les représentants du candidat N°13 ont demandé à avoir les copies des procès-verbaux scannés de l’organe en charge de l’organisation de l’élection après avoir exigé à avoir les résultats par bureaux de vote en fichier électrique.

Pour les membres de cette commission électorale, c’est une demande de trop, impossible à satisfaire après qu’ils ont satisfaits les diverses revendications, synonyme de caprice, des représentants du candidat en question. Le Vice-président de cet organe regrette en effet que les représentants de ce candidat n’aient pas informé officiellement la CENI de leur décision de cesser d’observer le déroulement des traitements des résultats du scrutin à Alarobia. « Nous avons appris cette décision par la voie de la presse », indique-t-il.

Les commissaires de la CENI rassurent que le traitement des résultats du scrutin se déroule en toute transparence à Alarobia, contrairement à ce qu’on se la raconte à travers les réseaux sociaux. Pour entériner leurs dires, ils ont invité les journalistes à visiter les endroits où le traitement est effectué. Ils seraient également disponibles à répondre et à apporter des explications sur des questions qui peuvent tarauder les esprits des électeurs tout en soulignant qu’ils n’ont pas le pouvoir de modifier ni d’annuler les voix obtenues par chaque candidat.

« Nul ne nous oblige à publier les résultats provisoires de l’élection avant les sept jours fixés par la loi en vigueur dans le pays, mais par souci de transparence nous avons pris cette décision de publier les résultats bureau de vote par bureau de vote dès qu’on termine le traitement  », précise Thierry Rakotonarivo. Ainsi, « pour toute remarque et/ou critique envers les résultats du scrutin publiés par la CENI, les personnes ayant le droit de le faire ont deux jours après notre publication des résultats provisoires », rappelle-t-il.

La commission électorale nationale affirme que la proclamation des résultats provisoires devrait se faire avant le 20 novembre, la CENI ayant actuellement la capacité de traiter 3 500 bureaux de vote par jour. D’ailleurs, il resterait 11 districts sur les 119 existants où les résultats complets du scrutin ne sont pas encore parvenus à la CENI mais seraient déjà en route. Ce sont les districts de Farafangana, Vondrozo, Mananjary, Antsalova, Maintirano, Beloha, Ambovombe Androy, Analalava, Befandriana Nord, Mandritsara et Toliara 2.

Les commissaires de la CENI révèlent également qu’un seul bureau de vote sur les 24 852 existants dans le pays n’a pas pu parvenir son procès-verbal auprès de la Section de recensement de matériels de vote (SRMV), parce qu’aucune élection n’a pas pu se faire dans celui-ci faute de la présence des membres du bureau de vote. Ce bureau de vote se trouve dans la commune Solila, district de Farafangana.

Madagascar Tribune0 partages

Fanirisoa Ernaivo déboutée par le Conseil d’Etat

La requête de la candidate à la présidentielle Fanirisoa Ernaivo suite à la décision du Ministère de la Justice de la suspendre de sa fonction de magistrat a été rejetée par le Conseil d’Etat. Le verdict de cette instance judiciaire est tombé hier après un report du jugement mardi dernier.

« Nous étions surpris par cette décision, mais le tribunal en a décidé ainsi, nous n’allons pas commenter sa décision. Par contre, nous allons chercher tous les voies de recours possibles pour y parvenir », a déclaré l’avocat de Fanirisoa Ernaivo.

Subsitut du procureur au Tribunal de première Instance à Antananarivo, et ex-présidente du Syndicat des magistrats (SMM), Fanirisoa Ernaivo s’est présentée à l’élection présidentielle de cette année et a rejoint par la suite le collectif des 25 candidats qui a dénoncé les irrégularités sur la liste électorales et l’organisation du scrutin du 7 novembre. Agacée par la présence des forces de l’ordre qui ont quadrillé le stade de Mahamasina lors du meeting organisé par ce collectif le 29 octobre dernier, la magistrate a tenu des propos virulents à l’encontre de ces derniers. Des dérives verbales qui ont provoqué le tollé général et qui lui a valu cette suspension. Accusée de manquement grave au code d’éthique et de déontologie des magistrats, Fanirisoa Ernaivo a été suspendue de ses fonctions pour six mois et a été privée de soldes.

La ministre de la Justice, Harimisa Norovololona, a précisé que cette suspension n’a rien à avoir avec le statut de Fanirisoa Ernaivo en tant que candidate à l’élection présidentielle mais en tant que magistrat ayant manqué à ses devoirs de réserve. La police nationale de son côté a porté plainte contre Fanirisoa Ernaivo pour injures et diffamations.

L'express de Madagascar0 partages

Assemblée nationale – Le bureau permanent secoué

Les membres de la Chambre basse et le bureau permanent seraient de nouveau en froid. Une hostilité qui aurait mené certains à brandir la menace d’une destitution des gens du perchoir.

Tendue. Dans les coulisses de l’Assemblée nationale, l’ambiance semble houleuse. Un bruit court dans les travées de l’institution de Tsimba­zaza, depuis hier, concernant le souhait de certains députés à procéder à la destitution du bureau permanent.« La destitution du bureau permanent est, surtout, une menace que quelques députés ont brandie face à l’attitude de ses membres », a indiqué un membre de la Chambre basse. Selon ses explications, certains élus seraient excédés par le grand écart entre leurs conditions et celles des membres du bureau permanent. La source parlementaire ajoute que l’opacité dans laquelle des membres du bureau permanent gèrent les finances de l’Assemblée est, également, fortement critiquée.À l’instar des intentions de motion de censure contre le gouvernement, dont une est en train de faire son chemin dans les couloirs de la Chambre basse, la menace d’une destitution brandie contre les gens du perchoir, n’est pas une première à Tsimbazaza. Lors des précédentes tentatives, les avantages des membres du bureau permanent que certains députés estiment excessifs par rapport à leurs conditions et la gestion des finances de l’institution ont déjà été les motifs évoqués.

RecadrageUne précédente fronde des élus contre le perchoir a amené les questeurs de la Chambre basse à faire un rapport des engagements financiers de l’institution. « En principe, le bureau permanent doit faire un rapport financier lors de chaque session. Seulement, la seule fois où il l’a fait, c’était sous la pression d’une menace de destitution », a déclaré un autre député contacté.Les critères de sélection des députés à mandater pour les missions à l’étranger poseraient, également, problème. « En général, ce sont toujours les mêmes personnes qui sont désignées, pourquoi ? », s’interroge le député. À l’ordre du jour de l’Assemblée nationale, est affiché que les débats et le vote du projet de loi de finances 2018, se tiendront aujourd’hui, à partir de 9 heures.Seulement, selon les informations, la séance qui devrait être plénière pourrait être précédée d’une réunion à huis clos. Selon l’élu contacté, évidemment, nos problèmes avec le bureau permanent sera au centre des discussions.La tournure de cette séance où les portes de la salle de séance de Tsimba­zaza, seront fermées au public devrait décider du sort de Jean Max Rakotomamonjy, président de l’Assemblée nationale, et de son équipe.Selon la Constitution, les gens du perchoir de la Chambre basse, peuvent être démis de leurs fonctions respectives de membres du bureau permanent pour motif grave par un vote secret des deux tiers des députés.Ce prescrit constitutionnel est réaffirmé dans le règlement intérieur de l’Assemblée nationale. La configuration du bureau permanent à la Chambre basse est, toutefois, l’émanation de l’ancienne Plateforme pour la majorité présidentielle (PMP), échafaudée en 2014, pour éteindre l’hégémonie du Groupe des partisans de Andry Rajoelina (MAPAR), au sein de cette institution.Les groupes parlementaires Leader Fanilo, TIM, VPM-MMM pro-pouvoir, HVM et des dissidents du MAPAR siègent au perchoir de Tsimbazaza. Une composition qui, mathématiquement, pourrait leur donner une certaine assurance de rester en place.L’effectif du bureau permanent de l’Assemblée nationale, ne facilitera pas la traduc- tion en acte de la menace de destitution qui implique qu’il faudra un vote favorable des deux tiers des députés.Aussi, la séance à huis-clos qui pourrait démarrer la journée de travail des parlementaires de Tsimbazaza, aujourd’hui, ne devrait-elle servir qu’à laver les linges sales, un recadrage du bureau permanent. Ce serait, aussi, une occasion de rectifier le comportement de certains députés qui n’ont pas pu s’em­pê­cher d’afficher, hors des murs de Tsimbazaza, leur hostilité mutuelle. Le pugilat entre deux élus a, par exemple, été évité de peu à Sonierana Ivongo, le week-end dernier.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Établissement scolaire – Une longue série de réhabilitations en vue

Hery Rajaonarimampianina fait de l’éducation sa priorité. Il lance une série de réhabilitations de salles de classe.

Les établissements scolaires en ruine feront peau neuve. Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina a annoncé le début d’une longue série de réhabilitations des écoles de Mada­gascar, hier. L’école primaire publique (EPP) de Soanierana et le collège d’enseignement général (CEG) de Tsimbazaza en ont été les premiers témoins de cette ambition présidentielle. Ils brillent maintenant dans la ville des Mille, après la rénovation de leurs bâtiments. Le chef de l’État a honoré de sa présence, hier, les cérémonies d’inauguration de ces deux infrastructures, fruits des œuvres sociales du couple présidentiel.L’EPP Soanierana, construites en 1945, a été entièrement réhabilitée. Ses salles de classe, son réfectoire, son magasin, le logement de la directrice, sont tout neufs. Elle dispose, également, d’une cantine scolaire et a été dotée de deux cents tables-bancs.Son système électrique a été renouvelé.Quant au CEG Tsimba­zaza, le laboratoire de sciences de l’établissement, son centre audiovisuel ainsi que ses salles de classe ont été réhabilités. Il a été, par ailleurs, doté de huit cent trois tables-bancs individuels et de cinquante-cinq tablettes. Selon une source au sein du ministère de l’Éducation nationale, quatre cent quatre-vingt salles de classe, ruinées après le passage du cyclone Enawo, devront être reconstruites.

Kits scolaires aux collégiensLe chef de l’État a profité de cette occasion pour distribuer deux mille sept cents kits scolaires. Désormais, au même titre que les élèves des écoles primaires, ceux des CEG vont aussi bénéficier de kits scolaires, à partir de cette année scolaire. « C’est dans le cadre de l’application du Plan sectoriel de l’éducation (PSE). Le primaire et le collège seront fusionnés pour constituer l’éducation fondamentale, en 2020, lorsque l’examen du CEPE sera supprimé », argumente Paul Rabary, ministre de l’Édu­cation nationale.Ce jour, le Président lancera la remise de kits scolaires à plus de soixante mille élèves de la capitale et des périphéries, au Coliséum à Analamahitsy.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Ambohimahasoa – Un village déserté après un carnage

Une guerre tribale a éclaté samedi à Ambotry, commune de Sahatona, district d’Ambohimahasoa, faisant quatre morts et un blessé. Deux villages se sont affrontés suite à un vol de deux porcs commis par un membre du fokonolona d’Ambotry. Quatre individus âgés entre 21 et 30 ans ont péri lors de l’affrontement. Un homme âgé de 47 ans a été grièvement blessé.Une série de coups feu a retenti sur les lieux. L’échauffourée a duré environ une heure, d’après les précisions d’un villageois interrogé sur les faits, hier. Les habitants d’Ambotry ont déserté leur village pour aller se réfugier dans les broussailles, selon toujours le même interlocuteur.La compagnie de la gendarmerie de Fianarantsoa a ouvert une enquête. Cet affrontement meurtrier est le deuxième dans la région de Haute Matsiatra enregistré en un mois, après celui d’Antam­bohobe-Ambatofi­nandrahana qui a couté la vie à six personnes. « Un heurt entre civils et militaires du détachement d’appui à la sécurité (DAS) en était l’origine », a rappelé une source proche de la compagnie d’Ambatofinandrahana, hier.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Vintage – Retour aux sources avec la Combi

À l’occasion des soixante dix ans de la Combi, nous sommes allés à la rencontre d’un grand passionné du van allemand. Un vététiste qui vient juste de terminer la rénovation d’une Combi T2.

 De nombreux modèles de Volkswagen font l’objet d’un véritable culte mondial, entre autres la Coccinelle, la Golf et, bien évidemment, la Combi. On en a vu de toutes les couleurs lors du meeting organisé par Madacox, dimanche à Andohatapenaka. Et nous nous sommes attardés sur les Combi. Depuis son lancement en 1947, le « family van » a rencontré un succès retentissant. Il fête donc ses soixante dix ans cette année.

Parmi les machines présentes à ce meeting, l’historique de celle de Thierry Ramilison nous a touchés. Personnage aux nombreuses casquettes, pilote de motocross membre de Iarivo Moto Club, vététiste adepte des longs « cross country » et inconditionnel de la marque Volkswagen, il vient de boucler la rénovation de la dernière Combi en sa possession. Nous avons eu le plaisir de rouler à son bord pendant quelques instants. Un pur moment de jouissance mécanique consommé sans modération, mis à profit par Thierry pour nous raconter les étapes de son projet, entamé il y a deux ans.

La calandre a été modifiée pour accueillir le nouveau radiateur.

« J’ai trouvé cette Combi chez un voisin à Itaosy. J’étais à la recherche d’une base depuis longtemps et je suis tombé sur celle-ci complètement par hasard. J’ai discuté avec le propriétaire et il me l’a cédée. Elle n’avait plus roulé depuis plusieurs années, mais les équipements étaient néanmoins complets et encore en bon état », se remémore-t-il.

La rénovation a réellement débutée en janvier 2016. « Une fois la voiture chez moi, dans ma cour, j’ai tout d’abord fait appel à un tôlier. Il s’est occupé du retapage et de la peinture, jusqu’au mois d’avril. Par la suite, j’ai installé un moteur issu d’une Golf, un diesel 1,6L GTD. Un choix bien réfléchi vu la faible consommation de ce bloc, mais aussi par rapport à la disponibilité des pièces détachées », poursuit Thierry. À l’avant de sa Combi, on remarque immédiatement des grilles modifiées sur la calandre. Un changement nécessaire afin d’accueillir le nouveau radiateur.

Jantes Mercedes

Au niveau esthétique, le mariage des couleurs rouge et blanche est très réussi. Le style bi-tons lui va si bien. Et les belles jantes en alliage de dix-sept pouces lui apportent une touche un peu sexy, des jantes piquées sur une Mercedes. En parlant de la liaison au sol, les trains roulants ont fait l’objet d’une révision complète.

Thierry voue une bonne partie de son temps libre à la pratique du VTT. Et la Combi convient bien à cette passion. « J’apprécie aussi la Combi pour son côté pratique, avec son intérieur spacieux. On peut facilement emmener nos vélos. J’y ai également installé une table pliable pour les pique-niques, ainsi qu’un matelas. La rénovation est pratiquement bouclée. Il me reste à faire la sellerie et le capitonnage des portières et du plafonnier », conclut-il.

Une question revient souvent quand on parle des voitures anciennes : « Où peut-on encore trouver des pièces détachées pour ces machines vieilles de plusieurs dizaines d’années ? » Et bien, il est possible d’en dénicher auprès des brocanteurs et des revendeurs de pièces d’occasion. Une autre alternative consiste aussi à en importer, comme ce fut le cas pour le joint de pare-brise de la Combi de Thierry Ramilison. Une solution plus coûteuse cependant, choisie en dernier recours la plupart du temps. Mais comme on dit souvent, quand on aime on ne compte pas.

La Combi dispose d’un intérieur bien spacieux.

THIERRY RAMILISON – « Avec la Combi, on peut facilement embarquer nos vélos »

. D’où est venue votre passion pour la Combi ?

Depuis toujours, j’apprécie les voitures « vintage ». Avant, je roulais sur une Volkswagen Coccinelle, puis je suis passé à la Combi. On a le côté pratique avec l’intérieur spacieux de la Combi. Avec ma famille, on peut facilement emmener les vélos et autres pour un pique-nique par exemple, sachant que j’ai trois enfants. Sans oublier que c’est une machine bien robuste.

. Combien en possédez-vous ?

J’en avais déjà deux avant. Une première sur laquelle on retirait les pièces détachées et une seconde avec laquelle je roulais. Cependant, j’ai préféré m’en séparer, en raison de la consommation moyenne conséquente de son moteur essence. Celle que j’ai aujourd’hui est équipée d’un moteur diesel, bien plus économique.

Thierry en est à sa troisième Combi aujourd’hui.

Soixante dix ans de succès

La Combi a été lancée par Volkswagen en 1947. Rapidement, le « family van » a rencontré le succès. Pouvant être équipé d’un toit escamotable, d’une cuisine avec un réchaud à gaz, d’un réfrigérateur et d’un petit évier alimenté en eau, à l’arrière d’une banquette convertible en lit, il est un précurseur des camping-cars. Sa notoriété s’est d’autant plus décuplée quand il a été associé à l’époque hippie. Le mot « Combi » vient de l’abréviation de l’allemand « Kombinationenwagen », que l’on peut traduire par « multi usage ». Comme la plupart des modèles historiques dans son genre, la Combi compte des apparitions remarquées au cinéma. La plus mémorable remonte à 1985, dans le premier opus de la saga Retour vers le futur.

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

 

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le devoir de mémoire rappelé

Samedi, Français et Malgaches se sont donné rendez-vous pour commémorer l’Armistice de 1918 et rendre hommage à tous ceux qui sont morts pour la France.

Comme chaque année, les Français d’Antsiranana n’ont  pas manqué de commémorer l’Armistice qui  a mis  fin à la  première Guerre mondiale et qui fêtera son centenaire l’année prochaine. Dans la matinée de  samedi,  Français et Malgaches ainsi que des associations d’anciens combattants  ont  été réunis à Antsiranana, devant  le Monument  aux morts du cimetière militaire français à Tanambao, car la Grande Guerre a été l’une des plus meurtrières  de l’histoire des hommes. Un terrible conflit qui,  en quatre ans, de 1914 à 1918, mobilisera et  engagera  plus de 65 millions de personnes et  fera plus de 10 millions  de morts.

Car la  barbarie de ce conflit a touché la quasi-totalité  de notre planisphère. C’est pourquoi,  ensemble, ils ont naturellement  accompli leur devoir de mémoire pour rappeler cette période particulièrement  sombre de l’histoire des hommes et  pour contribuer à conserver, à entretenir le souvenir et  la mémoire de tous ces frères d’armes disparus.

« Aujourd’hui, plus aucun survivant  de ce conflit ne peut  témoigner de l’idéal qui  animait  ces hommes, de la  dureté et de la violence des combats pendant ces quatre longues  et  dures années, déclare Daniel Lozes.

Abnégation

Aussi le devoir  de mémoire  nous  amène régulièrement  à nous  interroger  sur  ce qui  a permis  à nos soldats  de tenir, de faire preuve d’un courage  et  d’une  abnégation sans  pareille », dit-il, rendant hommage à ces nombreux héros anonymes.

Le consul honoraire  de France, accompagné du secrétaire général de la  préfecture d’Antsiranana et des deux commandants de la région militaire et  de la  circonscription régionale de la  gendarmerie, a déposé des gerbes devant  le monument. Outre les remerciements adressés aux élèves du  Collège Français  qui  ont  entonné les deux hymnes nationaux  de  nos deux pays et  aux représentants  des anciens combattants pour leur implication  dans l’entretien des cimetières militaires, Daniel Lozes a saisi l’occasion  pour rappeler la valeur des 41 000 soldats malgaches qui  ont  soutenu leurs pairs  français  dans  les efforts, les difficultés et  les souffrances de la guerre. « Beaucoup d’entre eux ont  donné leur sang et  leur vie à la France. Fauchés par  le feu  ennemi, plus  d’un quart  d’entre eux, 11 000,  ne revinrent  pas à Madagascar », ajoute-t-il,  en citant  le 12e bataillon.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – Maeva et Lari dévoilent  « Régénération »

Elles sont jeunes mais talentueuses. Pour célébrer leurs premières années sur la scène artistique, Maeva Châteaux  et Larissia Ratovonar dévoilent leur passion à l’hôtel du Louvre Antaninarenina du 16 novembre au 30 décembre. Sous le thème « Régénération », les deux jeunes artistes plasticiennes mettront à l’honneur leur nouvelle collection intitulée «  Peuvres ».  Ainsi, ces deux demoiselles vont faire découvrir aux amateurs de la peinture, plus d’une cinquantaine de leurs œuvres.Maeva Chateaux, elle, est seulement âgée de 18 ans, mais son art parle déjà largement pour elle. Son style, elle l’a choisi en puisant dans l’art « Mandala », des peintures « Thangka » représentant généralement des diagrammes mystiques symboliques qui sont destinées le plus souvent à servir de support à la méditation. Un art qui fait écho au « Zafimaniry », un art typiquement malgache effectué par le peuple du même nom. Maeva interprète cet art à sa façon, en exprimant toutes ses inspirations, à travers ces formes sphériques où elle trouve son apaisement. La jeune fille est en tout cas à l’aube d’une carrière fulgurante en tant qu’artiste plasticienne.Quant à Lari Ratovonar, à 19 ans, elle est très avancée dans son art. Maîtrisant plusieurs techniques dont le « Dripping », où elle donne la parole à son inspiration, on peut dire que les résultats sont impressionnants. La demoiselle réalise des portraits nostalgiques accomplis avec beaucoup de délicatesse et riches en émotion, les traits sont tout simplement justes. Elle aime également utiliser la craie sur du tableau noir où  elle joue avec les lumières pour faire jaillir des sensations. Sa méthode est simple: ne pas en avoir, juste laisser faire le hasard qui, souvent, fait bien les choses.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Élection du CSM Victoire écrasante de Mathias Ramaromihisa à Toliara

Sans trop de surprise, les magistrats de la juridiction du ressort de la Cour d’appel de Toliara ont décidé de faire confiance au candidat Mathias Sylvestre Ramaromihisa, pour les représenter au sein du Conseil supérieur de la magistrature, CSM. Trois candidats étaient en lice: Juliette Razanabao, procureur général près la Cour d’appel de Toliara, Larsen Andriatsivery, premier président près la Cour d’appel de Toliara et enfin Mathias Ramaromihisa, actuel procureur du tribunal de première instance de Toliara. Soixante et un magistrats ont voté pour cette juridiction et le dépouillement qui a eu lieu vendredi, dans la grande salle du Tribunal de Toliara, a vu la victoire de Mathias Sylvestre Ramaromihisa qui a obtenu 36 voix au dépend des deux autres candidats.

Répondant aux questions des journalistes locaux après la cérémonie de dépouillement, le tout nouveau membre du CSM, a déclaré « que faire partie de l’institution étant une fonction d’image et de représentation, ma priorité sera de mériter la confiance qui m’a été témoignée par mes pairs et de redorer l’image de la magistrature en faisant du CSM une institution forte et respectée », précise-t-il. Auparavant,  il a été chef de la région d’Analanjirofo, sa ville natale, avant d’occuper il y a deux ans, le poste du premier responsable du parquet du tribunal de première instance de Toliara. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, la juridiction de Toliara aura deux représentants au sein du CSM car Tina José Rakotondrazaka, président du tribunal administratif de Toliara, a été également nommé par ses pairs pour représenter les tribunaux administratifs.

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Fonction publique – Suspension de solde pour des milliers d’agents

Sur la sellette. Le solde de plusieurs milliers de fonctionnaires risque de ne pas être versé à partir du mois de décembre. Ces agents ne seraient pas à leur poste, d’après la confrontation de l’organigramme de chaque ministère avec ceux qui touchent le solde. La décision a été prise au conseil des ministres du 8 novembre, lors duquel le résultat de rapprochement du fichier Applica­tion Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources Humaines de l’État ou  AUGURE et des états de paie, a été communiqué verbalement.C’est le fruit de l’opérationnalisation du logiciel  AUGURE, créé par le ministère des Finances et du budget, au sein de tous les ministères pour passer au peigne fin les agents en situation irrégulière. Il a permis de détecter dix sept mille agents non présents à leur poste. Sept mille huit cent d’entre eux sont des agents du ministère de l’Éducation nationale, et le reste appartient aux autres ministères. Le nombre exact des agents touchés par cette suspension de solde n’a pas encore été précisé. On sait, par ailleurs, que sur ces dix sept mille agents, certains ont été certifiés de fonctionnaires non fantômes.Le ministère de l’Édu­cation nationale incite les personnes concernées à présenter un « Certificat administratif signé par leur chef hiérarchique », pour régulariser leur situation. Étant considérés comme fonctionnaires fantômes, ceux qui n’ont pas été certifiés pourraient oublier au grand jamais ce solde.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Rallye International de Madagascar – Remise en état de la piste de Mahamasina

Comme annoncé la semaine dernière, la piste autour du terrain de football a fait l’objet d’une remise en état. Et ce, après avoir accueilli quatre épreuves spéciales du Rallye Inter­national de Madagascar, vendredi, samedi et dimanche.Les travaux ont immédiatement débuté au lendemain de la course, c’est-à-dire lundi. À part la piste en terre, la surface en goudron séparant le terrain des tribunes a également été nettoyée.Le choix du stade de Maha­masina a fait l’unanimité, cette année. Le spectacle fut au rendez-vous avec la formule poursuite, soit deux voitures simultanément sur le même tracé. L’un des moments les plus mémorables est survenu lors de la spéciale de nuit de samedi.D’un côté, Hery Be et Fafah, sur Mitsubishi Lancer Evolution X. Et de l’autre, Boom et Tax, sur Peugeot 306. Boom n’est autre que l’ancien pilote de l’Evo X. Le hasard a voulu donc que ce dernier affrontât son successeur dans le baquet de la célèbre machine japonaise.À l’approche de la fin des trois tours, Hery Be était à quelques mètres de rattraper Boom. Leur duel a tenu en haleine le public, venu en masse au stade municipal, comme ce fut le cas aussi pour les autres face-à-face du weekend.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Braquage sans faire de victime

Deux bandits armés de pistolet automatique et de sabre ont fait irruption chez un grossiste à Andava­mamba, hier vers 11h. Ils ont menacé le magasinier avec leurs armes avant de se servir dans la caisse. Aucun blessé n’est à déplorer pendant ce braquage. Les cambrioleurs sont repartis avec le pactole.

L'express de Madagascar0 partages

Tourner la page sur vingt ans de foot

Dans le monde qui est le mien, un séisme s’est produit ce lundi 13 novembre 2017 au stade San Siro de Milan. Oui, l’Italie ne participera pas à la prochaine Coupe du Monde de football en Russie. Une première depuis 1958. Mais, surtout, un monstre sacré mettait un terme à vingt ans d’une carrière extraordinaire : le gardien italien Gianluigi Buffon, 39 ans, aurait pu disputer une sixième Coupe du Monde, et établir un nouveau record, mais son parcours en «Nazionale» s’arrêtera donc à 175 sélections internationales. On se souviendra de son réflexe exceptionnel sur une tête de Zinédine Zidane en finale de la Coupe du monde 2006, que l’Italie allait remporter.Né en 1978, Buffon appartient à une décennie, la mienne, la nôtre, des années 1970 (mais, disons que les années 1970 peuvent avoir commencé en 1966, juste à temps pour la finale Allemagne-Angleterre). Tout récemment, le 6 novembre dernier, un autre grand joueur italien, Andrea Pirlo, surnommé «L’Architecte» et célèbre pour sa vision du jeu et ses longues transversales millimétrées, mettait également un terme à sa carrière après une élimination en demi-finales de la conférence Est : c’est anecdotique, du soccer aux États-Unis, une Major League de vieilles gloires qui avait accueilli les pionniers Pelé et Beckenbauer. Les générations plus anciennes que la nôtre s’extasiaient sur l’élégance au jeu et le port de tête altier de Franz Beckenbauer, surnommé le «Kaiser». Juste pour le plaisir, je reprends le commentaire d’un internaute à propos d’Andrea Pirlo : «Quelle putain d’élégance : le mec aurait pu jouer en costard et mocassins toute sa carrière, ça n’aurait surpris personne»… Cet admirateur savait-il que Pirlo avait, des semaines durant, peaufiné l’art du coup-franc à la Juninho, et que, le jour où il eut son eurêka, il avait marqué avec des mocassins… (lsofoot.com/vingt-ans-de-football-a-la-pirlo).Born 1979, Pirlo appartient également à cette décennie 1970s dont les derniers mohicans tirent leur révérence. Il ne s’agit pas seulement de la mélancolie d’un jeune vieux ou de la nostalgie du «bon vieux temps» : Pirlo et surtout Buffon incarnent une certaine idée du football, du club, du maillot. Pirlo jouait depuis dix ans au Milan AC (deux Scudetti, deux ligues des champions) quand on lui signifia qu’il était bon pour la retraite. À 30 ans, il rejoint la Juventus où il gagnera quatre autres Scudetti. Quant à Buffon, c’est plus simple : après des débuts à Parme, il évolue depuis seize ans à la Juventus. Cette génération semble la dernière à nourrir quelque loyauté à un club. Aujourd’hui, en début de saison, un joueur peut être intronisé sous un maillot, et juste quelques mois plus tard, de mercato en mercato, terminer la saison avec un autre club. Et dire qu’un autre Italien, Paolo Maldini (né en 1968), aura joué uniquement pour le Milan AC, durant vingt-quatre ans, de 1985 à 2009…Quand on repense à la carrière de Pirlo et de Buffon, à leur excellence dans leur domaine respectif, au respect et à l’admiration que leur accordent leurs pairs, on se demande avec incrédulité encore, comment le Ballon d’Or 2006 avait pu être décerné à Fabio Cannavaro. Certes, un autre Italien champion du monde, mais, franchement, qui s’en souvient !

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

 

L'express de Madagascar0 partages

Moustapha évacué à La Réunion

Dans le coma, Moustapha Ameralli Alibay Radjan pris pour cible par deux bandits à Ambatobe avant-hier a été évacué à La Réunion pour opération, hier. Il a été d’abord conduit d’urgence à la Polyclinique d’Ilafy pour essayer d’extraire une balle au dos qui a touché un poumon. La police affirme n’avoir aucune nouvelle des tireurs.

Midi Madagasikara0 partages

Tentative de meurtre à Ambatobe : Moustafa opéré hier à la polyclinique d’Ilafy

Vers midi hier, il se trouvait encore dans un état grave. La décision de l’opérer a été prise par l’équipe médicale, a-t-on appris de nos sources informées. Moustafa Amerali Alibay Radjan n’a pas été évacué à l’île de la Réunion, probablement il n’est pas dans un état transportable. L’extraction d’une balle au niveau de son poumon a été une urgence pour le maintenir en vie. Pour un petit rappel, lundi dernier vers huit heures, il a été la cible de deux individus armés à bord d’un moto-cross. Ils ont tiré avec leur fusil à pompe avant de prendre la fuite vers Ambatobe. Laissant Moustafa sur place avec trois balles dans son corps. L’hypothèse d’un règlement de compte se confirme en fouillant les archives le concernant. Les plus remarquables seraient son dépôt de plainte en mars 2013 pour menace de mort. Il s’agit d’une plainte nominative contre trois ressortissants indopakistanais connus dans la capitale. Sa doléance n’a jamais eu de suite favorable. Voilà une piste qui pourrait mettre la lumière sur cette affaire pour la brigade criminelle section 1 qui diligente une enquête là-dessus.D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Andavamamba : Jiolahy avy nanafika, tratra niaraka tamin’ny moara

Dimy lahy izy ireo, avy nanantanteraka fanafihana mitam-basy teny amin’iny faritra Andavamamba iny omaly. Nandray ny andraikiny tao anatin’ny fotoana fohy ireo pôlisy miandraikitra iny faritra iny, ka nisy iray tamin’ireo olon-dratsy no voasambotra. Fanafody gasy marobe no hita teny aminy, saingy tsy nahitana fitaovam-piadiana. Tafaporitsaka kosa ireo ambiny ary eo am-panaovana savahao sy fikarohana izany ny mpitandro filaminana. Raha ny zava-nitranga : nirefodrefotra ny basy ny teny amin’iny faritra Andavamamba Anjezika Faharoa iny, omaly tokony ho tamin’ny 11 ora tany ho any. Mpamongady iray amin’ny sehatry ny kojakoja ilaina andavanandro, teny an-toerana no lasibatry ny fanafihana mitam-piadiana. Andian-jiolahy teo amin’ny dimy teo izy ireo, hoy ny fanazavana azo avy amin’ny tompon’andraikitry ny pôlisy eny amin’iny faritra iny. Ny roa tamin’izy ireo no nitondra basy poleta, fa ny ambiny kosa nitondra sabatra. Nanao amboletra niditra avy hatrany tamin’ity tranombarotra ity ireto olon-dratsy ireto, ary nandrahona ireo tompon-trano. Sendra ny be no ho ny vitsy moa ireto voatafika ka tsy afa-nanoatra firy. Lasan’ireo olon-dratsy tamin’izany ny solosaina fentin-tànana nipetraka tao, niaraka tamin’ny firavaka volamena maromaro. Torak’izany ihany koa ny vola rehetra matin’ity tranombarotra ity nandritra io tapak’andro maraina io. Taorian’izay, dia nitsoaka ireto olon-dratsy no sady nanapoaka basy, hampitahorana izay olona sendra sahy manaraka azy ireo. Ny tsy fantany tamin’io fotoana io, dia voaray an-tsary tao anaty “camera” avokoa izy ireo. Hany ka nanamora ny asan’ireo pôlisy izay nidina avy hatrany teny an-toerana izany. Fotoana fohy taorian’ilay fanafihana tokoa mantsy, ary tao anatin’ny savahaon’ireo polisy mihitsy no nisy olona nitovy endrika sy fitafy tamin’ireo mpanafika ka nosamborina avy hatrany. Tsy nisy fitaovam-piadiana tany aminy, saingy nahitana moara sy fanafody gasy marobe, izay fentin’ireo dahalo any amin’ireo faritra mena sasantsany eto amintsika. Nentina avy hatrany tany amin’iny biraon’ny pôlisy misahana ny heloka bevava etsy Anosy moa ity farany. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo namany.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Foulpointe : 176 paysans bénéficient d’une couverture sociale

Les Malgaches sont à 80% ruraux, lesquels n’ont majoritairement jamais bénéficié d’une sécurité sociale. Conditions de travail, catastrophes naturelles et vieillesse difficile constituent autant d’obstacles à leur bien-être et à la prospérité de leur marché.

Retraite. Offrir une protection sociale efficiente à ces paysans constitue un premier pas pour contourner ces obstacles entravant leur productivité.C’est désormais chose faite avec la convention signée par la Caisse nationale de Prévoyance Sociale (CNaPS) et le référentiel HOREB dirigé par F. Rasamimanana- spécialisé dans l’achat de produits de rente (vanille et letchis), hier à Foulpointe, dans la région Atsinanana.176 producteurs de letchis regroupés au sein de la coopérative “TARATRA” (traduction: rayon de lumière) se sont ainsi engagés à verser les cotisations à la CNaPS pour bénéficier des prestations offertes par la CNaPS, telles que la pension de retraite.

Firesy président de la coopérative “TARATRA” est visiblement ravi de cette avancée: “Il y a longtemps que nous attendons ce beau momento, car en vieillissant nous deviendrons faibles et à chaque naissance de nos enfants nous n’avions jamais eu d’allocations. Aujourd’hui, nous sommes contents et remercions le directeur général de la CNaPS et le Référentiel HOREB, car “notre rêve” se réalise enfin”.

Régime agricole. Depuis aujourd’hui jusqu’à demain, les 176 paysans sur les obligations des employeurs en matière de protection sociale.Notons que “TARATRA” versera 8% des cotisations et les paysans payeront 1% des taux de cotisation. Ceci selon le régime agricole fixé par les articles 1 et 4 de l’arrêté ministériel n°5410/99 modifiant les arrêtés n° 1703-VP/TR/F du 23 avril 1969 et n° 2431-TRIF du 17 juin 1969 fixant les taux de cotisations dues à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale et portant réajustement de la clé répartition desdits taux. Après cette collaboration avec HOREB, d’autres collaborations avec les entités paysannes suivront.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires