Les actualités à Madagascar du Mardi 15 Octobre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara32 partages

Association Bâtir la République : Carton plein pour la 2e célébration du 14 octobre.

Bâtir la République poursuit l’organisation de débats à la fois sociaux, économiques et politiques.

Comme depuis le 60e anniversaire en 2018, l’association Bâtir la République, fondée par Beboarimisa Ralava, a fait du 14 octobre une journée de visites d’expositions et de débats, des actions que l’association pérennise pour la deuxième année d’existence. 

L’association Bâtir la République vient de fêter la 61e année de la République. Pour cette fois, elle a choisi le thème “Ny fahefana ara-drazana ao anatin’ny rafitra Repoblikana”. En effet, l’autorité traditionnelle occupe une place importante dans la société malagasy, comme en fait foi les demandes de bénédiction de presque tous les candidats aux élections auprès des détenteurs de cette dite autorité. De son côté, Bâtir la République entend depuis deux ans revenir à la source des débats, à la fois sociaux, économiques et politiques, et se veut être une plateforme d’ouverture à toutes les idées porteuses de la société malagasy contemporaine. Conscient de la place de cette autorité traditionnelle, très influente chez les Antemoro, berceau de l’autorité traditionnelle à Madagascar, Bâtir la République a choisi ce sujet pour cette année. Le fondateur de l’association, d’ascendance Antemoro, à la fois homme politique et homme d’actions, est passé par plusieurs secteurs d’activités à forte aspiration pour l’environnement et le social. Beboarimisa Ralava travaillait en effet avec des ONG à Madagascar, et était directeur exécutif de la Fondation des Aires Protégées pour la Biodiversité à Madagascar, avant d’être nommé ministre de l’Environnement et celui des Transports et de la Météorologie.

Tradition. Les maîtres-mots qui guident les orientations de l’association sont clairs, selon ses membres : « l’environnement et les citoyens, les citoyens dans son développement à la fois social, culturel et économique qui s’imprègnent du souci pour la nature et le climat ». D’après leurs dires, ce sont ces idées qui ont conduit à la création de Bâtir la République, une association créée en 2018 avec des citoyens soucieux de la sauvegarde des biens communs, dont les premiers sont l’environnement et les moyens de production encore disponibles, malgré les contraintes économiques, climatiques et sociales qui pèsent actuellement. En somme, les panélistes et les intervenants de la conférence de cette édition 2019 sont d’accord sur une idée : la République doit redonner sa place à l’autorité traditionnelle. A nous de trouver la forme la plus adaptée pour notre pays. « L’autorité traditionnelle doit inéluctablement aller de pair avec l’autorité Républicaine à Madagascar », a affirmé Lomotsy Ludovic, Magistrat à la Cour Suprême. Pour sa part, l’anthropologue politique Michaël Randriamaniraka a insisté sur le fait que « le Malagasy doit bâtir sa République en tenant en compte de sa propre culture pour éviter les crises identitaires cycliques qui ont frappé le pays ces dernières décennies ». Et enfin, Vahömbey Rabearison, Ingénieur Culturel et Mpanandro, a développé l’idée que « le développement de Madagascar ne peut commencer que par la prise de conscience de l’identité culturelle des Malgaches ».

Unification. En définitif, les actions passées et à venir de l’association, visent à rassembler les citoyens et produire des idées à soumettre aux gouvernants et aux législateurs. Comme toutes les associations, Bâtir la République est une plateforme ouverte à tous les citoyens et à tous les courants d’idées susceptibles d’interpeller chaque citoyen, afin d’améliorer la manière de débattre dans le pays.  D’ailleurs, en tant que laboratoire d’idées, les prochains événements concoctés par l’association promettent des énergies très positives quant à l’élévation des débats autour des grands sujets nationaux. Initiatives à suivre de près.

Antsa R.

Midi Madagasikara5 partages

Litige Air Madagascar – Air France : Un enjeu de 42 millions USD, verdict attendu ce jeudi

Bien que les deux avions A340-300 engendrent d’énormes pertes à Air Madagascar, la Compagnie a du mal à s’en débarrasser.

Le sort d’Air Madagascar dépendra du verdict prononcé par le Tribunal de commerce de Paris, le 17 octobre. En parallèle, la compagnie nationale est en train de rater le virage vers le digital, impératif sur le secteur du transport international.

 Ses dirigeants l’ont déjà affirmé ! Air Madagascar n’a pas la capacité de payer la somme réclamée par Air France, si jamais elle perd le procès sur l’affaire concernant les deux avions A340-300.  Pour rappel, en 2012 lors de la Transition, la compagnie nationale malgache a pris en leasing-achat deux Airbus A340 d’Air France pour un montant total de 67 millions USD, ce qui représente un tarif largement supérieur aux prix du marché de l’occasion, à l’époque entre 10  à 20 millions USD pour un avion de ce genre, selon les connaisseurs. Certes, les dirigeants de la compagnie malgache ont amèrement regretté d’avoir signé ce contrat avec précipitation. En effet, les A340 sont très budgétivores, alors que la compagnie malgache ne peut pas s’en débarrasser, à cause d’une clause de réserve de propriété, qui indique que les deux avions restent propriétés d’Air France, jusqu’à ce que la dernière mensualité soit payée. En 2018, Air Madagascar – qui a déjà payé 55 millions USD de loyers – a essayé d’acquérir les derniers titres par anticipation, en payant le solde estimé à quatre millions USD, afin de pouvoir revendre les deux avions. Mais la compagnie française a refusé, en avançant une nouvelle clause de restitution de 15 millions USD et de frais de remise à niveau des avions, le tout atteignant 46 millions USD. Bref, si le Tribunal de Paris donne raison à la compagnie française, Air Madagascar aura à payer cette somme, et aura dépensé en tout, 101 millions USD, pour acquérir des avions qui ne pourraient jamais être rentables.

Mauvaises décisions. Ces acquisitions ne sont pas les seules décisions maladroites des dirigeants d’Air Madagascar. Il y a deux semaines, une délégation de la compagnie a rendu visite à 700 agences en Europe pour une campagne de prospection. Et pourtant, nul n’ignore que cette option n’est plus efficiente. Pour en avoir le cœur net, nous avons questionné un expert en la matière, Rija Randriamalalaniaina, chef de Projet Digital et E-commerce auprès d’une multinationale française, non moins intervenant professionnel en Marketing Digital, à l’Université de Franche Comté. « Effectivement, Air Madagascar doit considérer l’importance du virage vers le digital, à l’heure où 79% des voyageurs préparent leur séjour sur Internet et 55% des réservations se passent en ligne. Miser gros sur les agences serait une mauvaise idée, car même les géants comme Thomas Cook ont fait faillite, à cause du développement numérique. Maintenant, la compagnie malgache accumule un retard considérable en stratégie Online. A ce que je sache, elle n’a pas de stratégie d’acquisition en place, pas de CRM dédié pour le B to C, on constate parfois des erreurs en Yield management et en distribution en ligne, etc. Il est vrai que la restructuration d’Air Madagascar devrait passer par un renouvellement de la flotte et d’un rebranding parce que les retards et les annulations ne sont plus tolérés. L’image de marque d’Air Madagascar est complètement dégradée. Cependant, le succès d’une restructuration passe avant tout vers le remplissage des Avions et la guerre se trouve désormais sur internet », a expliqué l’expert en marketing digital.

Compétitivité. La concurrence online est féroce avec les OTAS (Online Tourism Agency), comparateurs et les compagnies aériennes, selon Rija Randriamalalaniaina, qui a martelé qu’Air Madagascar doit impérativement trouver des solutions pour améliorer sa compétitivité. « J’ai acheté par exemple des billets Paris – Tana – Paris à 650€ en faisant des escales à Doha et Nairobi avec Qatar Airways. Une stratégie digitale n’est pas uniquement avoir un site internet e-commerce. C’est créer tout un écosystème autour du parcours client. C’est investir dans l’acquisition des clients et dans la transformation pour développer les réservations et remplir les avions. C’est gérer l’e-réputation de la marque, créer des ambassadeurs et mobiliser des influenceurs. C’est développer et coordonner les points de contact online et offline via une expérience omnicanale, etc. Tout cela dans une logique de ROI (Retour sur Investissement) », a-t-il soutenu. Depuis des dizaines d’années, des moyens considérables sont mobilisés par les pouvoirs publics, au frais des contribuables, pour relancer en vain les activités d’Air Madagascar. Internet et le digital nous offre une opportunité importante, à nous de décider de prendre le virage ou foncer tout droit vers le mur, a-t-il conclu.

Antsa R.

Midi Madagasikara5 partages

Ambassadeur turc à Madagascar : « 100 millions d’échanges commerciaux entre Madagascar et la Turquie »

L’ambassadeur turc à Madagascar, Metin Hüsrev Ünler, a déclaré qu’on va encourager les hommes d’affaires turcs à investir à Madagascar. (Photo Yvon RAM)

L’ambassadeur de Turquie à Madagascar, Metin Hüsrev Ünler, a tenu une conférence de presse hier après-midi, portant notamment sur la relation turco-malgache, mais également sur l’opération militaire de la Turquie dans le Nord-Est de la Syrie. Sur le premier point, l’ambassadeur a fait savoir que les échanges commerciaux entre les deux pays est de l’ordre de 100 millions de dollars. Et d’enchaîner qu’«on va encourager les hommes d’affaires turcs à investir à Madagascar ».  Afin de raffermir davantage la relation entre la Turquie et la Grande île, le diplomate attend la mise en place de l’agence turque de coopération dans notre pays. Notons que l’ouverture d’une ambassade de la Turquie à Madagascar remonte en 2010 et que la ligne aérienne « Turkish Airlines » reliant Antananarivo-Istanbul a été établie en 2015.

Menace. Concernant le deuxième volet, l’ambassadeur a déclaré qu’« on nettoie nos frontières du terrorisme. Nous sommes le seul pays à lutter contre le DAECH ». Et de continuer que « la menace en provenance de la Syrie ne se limite pas seulement au DAECH. Nous sommes exposés à des attaques terroristes ». Dans la même foulée, le ministre des Affaires Etrangères turc a récemment déclaré dans le journal « New York Times » que « la Turquie a lancé l’opération afin d’assurer  sa sécurité nationale en éliminant le danger posé par les terroristes le long de ses régions frontalières. Cette opération libérera les syriens qui y vivent sous la tyrannie des organisations terroristes, et éliminera la menace qui pèse sur l’intégrité territoriale et l’unité politique de la Syrie ».

Dominique R.

Midi Madagasikara3 partages

NTIC: Le GEM propose une suppression des droits d’accises sur les télécommunications

Normalement c’est aujourd’hui que  débute la session extraordinaire de l’Assemblée Nationale dans laquelle notamment, le projet de Loi de Finances 2020 sera étudié.

Appelé à se prononcer sur  le sujet,  le Groupement des Entreprises de Madagascar (GEM) a proposé un certain nombre de mesures.

Baisse des prix. Parmi ces mesures, la détaxation du gaz domestique pour lutter contre la déforestation,  et la suppression ou la réduction forte des droits d’accises pour le secteur des télécommunications. Sur ce dernier point et  sous l’impulsion du président du Groupement des Opérateurs de Télécommunications (GTM), Patrick Pisal-Hamida , par ailleurs Administrateur Directeur Général du Groupe Telma,  appuie cette initiative qui est la seule à ses yeux pouvant permettre une baisse des prix des télécommunications pour les usagers Malagasy sans impact pour les finances de l’Etat. En effet, suite aux études présentées, une baisse significative des droits d’accises accompagnée d’une baisse des prix pour les consommateurs entrainera de facto, une hausse de la consommation et donc une hausse des recettes de TVA…compensant ainsi l’impact d’une baisse des DA. Le secteur des télécommunications connait une croissance annuelle supérieure à 10% depuis quelques années. Une croissance annuelle en 2020 de 25% de l’usage entraînerait une hausse des recettes fiscales de TVA de 5% (la TVA étant de 20%) …compensant ainsi une baisse de 5% des DA (si les DA passaient de 8% actuellement à 3%) comme suggéré par Patrick PISAL-HAMIDA. « Il est donc indispensable pour créer ce levier supplémentaire de croissance que tous les opérateurs proposent des mesures fortes », soutiennent les opérateurs

Désenclavement rural. Telma n’a pas lésiné sur les efforts souhaités par les consommateurs. En effet,  en cas de réduction de 5% des DA, elle s’est engagée à baisser immédiatement de 50% le prix de son offre de fibre optique grand Public dans tout le pays (125 000 ARTTC au lieu de 249 000 ArTTC). Ce prix permettra à des dizaines de milliers de foyers Malagasy de pouvoir se connecter au monde numérique pour notamment, l’éducation de leurs enfants. Telma s’est aussi engagé à investir massivement pour le désenclavement rural et permettre l’adoption par tous les Malagasy des télécommunications et du numérique…ce qui accentuera la croissance du secteur et les recettes fiscales de TVA. Cette réduction forte et exemplaire des prix et ces investissements massifs dans les zones rurales s’inscrivent pleinement dans le projet présidentiel consistant à placer le numérique comme moteur d’un développement rapide du pays. Un exemple que les  autres opérateurs  devraient suivre en proposant  d’une part, des réductions aussi fortes, et d’autre part des engagements clairs d’investissement rural pour bénéficier de cette mesure tant attendue par les consommateurs, et ainsi répondre au souhait du ministre de tutelle de faire baisser rapidement les prix des télécommunications…

R.Edmond

Midi Madagasikara2 partages

RN44 : Rajoelina met ses « Velirano » en route

Andry Rajoelina a entretenu des contacts directs avec la population de l’Antsihanaka.

Selon les explications, le barrage hydraulique de Bevava servira à irriguer 36 000Ha de terrains cultivables.

Neuf mois après son investiture, Andry Rajoelina débute les grands chantiers de ses engagements dans la Région Alaotra Mangoro. Hier, il s’est rendu à Ambatondrazaka pour assister au lancement de plusieurs projets sociaux. Entre autres, le premier coup de pèle pour la construction de la bretelle de 800m à Feramanga Nord, le lancement du terrain synthétique du stade Rasolonjatovo, la construction d’une « EPP manara-penitra » à Sabotsy, la construction du barrage hydraulique de Bevava et l’extension du forage d’eau à Ambodiakondro Ambalavato. Le numéro Un d’Iavoloha a aussi donné le coup d’envoi des travaux de réhabilitation de la route RN5A à Manaingazipo. En effet, « Andry TGV » décide d’enclencher la vitesse supérieure et met ses « Velirano » en route. Lors de sa rencontre avec la population de l’Antsihanaka, il a déclaré : « un Velirano est sacré, il doit être honoré ». Une manière à lui de réitérer que tous les engagements qu’il a annoncés vont être réalisés. D’où les nombreux projets d’envergure en cours de mise en œuvre à Ambatondrazaka. L’objectif étant de désenclaver cette région à vocation agricole, connue et reconnue depuis toujours comme le premier grenier à riz du pays. Outre la RN5A à Manaingazipo, le Chef de l’Etat a aussi lancé la réhabilitation de la route de 5km reliant l’aéroport au centre-ville.

7 000Ha de terrains. Pour mettre fin aux problèmes d’accès à l’eau potable dans la capitale de la Région Alaotra Mangoro, le régime lance l’extension d’un système de forage d’eau à Ambodiakondro Ambalavato. « L’objectif pour ce projet est de produire 20m3 d’eau par heure pour plus de 12 000 bénéficiaires directs à Ambatondrazaka et ses environs », a-t-on expliqué. En ce qui concerne le barrage hydraulique de Bevava, les travaux sont désormais réalisés à 90%. Cette infrastructure servira à irriguer 36 000 Ha de terrains cultivables. Avec le barrage déjà réhabilité de Sahamaloto, plus de 7 000Ha de terrains à Ambatondrazaka sont irrigués. « Ces barrages nous aideront à parvenir à l’autosuffisance alimentaire », a déclaré le président Andry Rajoelina. En outre, les compagnies de la Gendarmerie d’Ambatondrazaka et d’Andilamena ont également reçu un don de quatre véhicules 4×4. Le Chef de l’Etat a aussi annoncé durant cette descente dans l’Antsihanaka qu’un bonus d’ancienneté de grade et des primes de bravoure seront octroyés aux éléments des forces de l’ordre les plus méritants dans l’exercice de leurs fonctions.

A l’écoute. Par ailleurs, 36 têtes de moutons, deux tonnes de paddy, quatre rouleaux de tissus et deux machines à coudre ont été remis aux associations et coopératives locales. La population d’Ambatondrazaka a réservé un accueil chaleureux au Chef de l’Etat. Tout au long de sa journée marathon, Andry Rajoelina a entretenu des contacts directs avec les gens. Il s’est mis à l’écoute, notamment des mères de familles qui se sont plaintes des difficultés qu’elles subissent au quotidien. Mis à part les ministres concernés, le Chef de l’Etat a été également accompagné par le Gouverneur nouvellement nommé de la Région Alaotra Mangoro, Ramandeamanana Richard, durant cette visite. Ce jour, le président est attendu à Moramanga où il assistera au lancement officiel des travaux de construction de la RN44.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Le redressement difficile de la Jirama

Le chemin qui mène au redressement de la Jirama est long, mais la volonté de ceux qui s’en occupent est inébranlable. Il ne peut pas en être autrement si l’on veut avoir une société qui satisfasse les besoins des usagers et dont les comptes sont à l’équilibre. Le nouveau PCA l’a clairement laissé entendre lors de sa conférence de presse, samedi dernier. Les intentions avaient été affichées depuis longtemps, mais elles ont été cette fois-ci réaffirmées avec fermeté et clarté.

Le redressement difficile de la Jirama

La Jirama arrive péniblement à satisfaire les besoins des consommateurs. Les critiques sont acerbes et les responsables de la société d’Etat les acceptent. Ils héritent de plusieurs années de gabegie et d’imprévoyance  et la  décision prise par les plus hautes autorités de l’Etat  de mettre un  terme à sa lente descente aux enfers a été  acceptée. Le diagnostic a été fait et le plan de redressement a été élaboré. Mais son application  va mettre du temps. La volonté affichée du président de la République de parvenir à un assainissement complet de la gestion  de la Jirama  est irrévocable. Cela passe par la révision des contrats d’approvisionnement avec les fournisseurs  d’énergie. La justification de  cette décision a été faite, preuves à l’appui, par le PCA   de la société d’Etat, samedi dernier. Les négociations sont toujours en cours, mais elles risquent d’être rompues car l’Etat n’a pas l’intention  de faire marche arrière.  Il est question d’une importation directe du carburant nécessaire au fonctionnement des centrales et de diminuer ainsi les coûts de production. La Jirama, vit des moments difficiles car elle doit gérer un réseau hydroélectrique vétuste. Elle doit faire face  aux récriminations des usagers victimes de coupures d’eau. Cela durera encore  un certain temps  car il n’est pas facile de remettre en état de marche des infrastructures hors d’état de fonctionner.

 Patrice  RABE

Midi Madagasikara1 partages

Ciel Textile: Plus de 18 millions de pièces de vêtements exportées

Harold Mayer, CEO de Ciel Textile, félicitant les meilleurs employés

Implanté à Madagascar depuis 1989,  Ciel Textile  est l’un des pionniers  de  l’industrie du textile  qui contribue efficacement au développement économique du pays.

C’est l’entreprise qui a eu le premier certificat de zone franche textile malgache, il y  a trente ans de cela. Preuve que Ciel Textile est un des leaders du secteur à Madagascar. Et avec ce que cela suppose bien évidemment d’impacts positifs sur l’économie malgache.

Position privilégiée. Les chiffres parlent d’eux-mêmes quant à cette puissance de Ciel Textile dans l’industrie du textile.  Avec ses 7000 collaborateurs, Ciel Textile Madagascar  a exporté près de 15,8 millions de pièces de vêtements de grande marque sur le marché international. Dans ses activités textiles, le groupe  est connu à travers trois enseignes, en l’occurrence : Floréal pour la bonneterie, Aquarelle pour la confection des chemises et Tropic Knits pour la confection de tricots. « Madagascar a une position privilégiée dans  les activités du groupe » a expliqué vendredi dernier  lors d’une conférence de presse, Jean Pierre Dalais Group Chief Executiv de l’entreprise.  Parmi les 20 unités de production sises à Maurice, Inde et Bangladesh, six se trouvent à Madagascar avec des opérations à Antsirabe et à Antananarivo. Outre la production, Ciel Textile Madagascar excelle aussi  en matière de responsabilité sociétale d’entreprise. En matière environnementale, par exemple, il plante chaque année 37.000 arbres.

Culture d’excellence. Mais ce qui fait aussi la force de ce  groupe, c’est sans doute la culture d’excellence qu’il installe au sein de ses employés. Une excellence que le groupe récompense chaque année, à travers le Chairman’s Manufacturing Excellence Awards (CMEA) dont l’édition 2019 s’est déroulée à Madagascar. Plus exactement au CCI Ivato, lors d’une soirée exceptionnelle samedi dernier.  C’était en effet  dans une ambiance conviviale que s’est déroulée la cérémonie de remise de prix ayant vu la présence des hauts dirigeants du groupe Ciel et des autorités locales dont la ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala, et l’Ambassadeur de Madagascar à Maurice, Camille Vital. Le « Chairman’s Manufacturing Excellence Awards » met à l’honneur les collaborateurs du Groupe CIEL Textile à travers une remise de prix visant à saluer le travail de ses salariés ainsi que leur implication et leur fidélité. L’objectif principal est de cultiver la valeur essentielle de l’excellence auprès de chacun des employés, ainsi qu’à générer un esprit d’innovation et de compétitivité. Une initiative qui date de plusieurs années et qui démontre la bienveillance portée par le Groupe sur ses employés.

Meilleurs employés. A l’occasion de cette cérémonie, une dizaine de prix ont été décernés aux meilleurs employés, parmi les 18 000 collaborateurs du Groupe CIEL Textile et aux meilleures usines parmi les 20 entités situées à Madagascar, à Maurice, en Inde et au Bangladesh. Parmi les lauréats figurent Raharimaminjanahary Jandine Ida d’Aquarelle Madagascar Antananarivo, Razafimanantsoa Hanitra d’Aquarelle Madagascar Antsirabe,  Ravoaviandriamampionona  Sedramijoro Ferlin Ernest de  Laguna Madagascar , Jean René de Floreal Tana, Ravelondrainibe  Mampionona David de Floreal Antsirabe, Herinaina Benjanirina Victor Laria de  Tropic Knits Mauritius, et Ramanankoazy  Benja Jeremia de Tropic Knits Madagascar.  Les récompenses ont été attribuées dans les catégories portant sur les thèmes suivants : « Sustainability », « Act for our community », et « Act for our environment . Depuis sa création, le Groupe CIEL Textile cultive l’esprit du bien-être au travail. Il s’emploie à créer un cadre propice au développement des compétences et à l’épanouissement personnel de chaque collaborateur. Un système efficace dans lequel les employés s’impliquent et s’engagent pour garantir une qualité de service optimale. Ces atouts indéniables participent à la stabilité et à la performance de l’entreprise dans laquelle, les qualités humaines et le savoir-faire reposent sur un même pied d’égalité. « Dans le travail, comme dans tout ce que nous entreprenons, la motivation est liée à l’intérêt que nous procurent nos missions, au sentiment d’accomplissement, à la qualité des relations et à la reconnaissance que nous en retirons. C’est une vraie fierté pour moi de recevoir ce prix. Cette initiative très fédératrice démontre que le Groupe CIEL Textile sait offrir une vraie proximité et reconnaissance à ses collaborateurs », souligne un employé.

Acteur important. Entreprise citoyenne, le Groupe CIEL Textile met également à profit son engagement social et environnemental. En tant qu’acteur important dans le pays, le Groupe est pleinement impliqué dans des actions sociales visant à aider des organismes à but non lucratif telles que des écoles publiques, des associations d’aide aux personnes en difficulté, des orphelinats… D’autre part, conscient des enjeux liés à l’importance de l’environnement, le Groupe affirme son intérêt et sa responsabilité vis-à-vis des impacts de ses décisions et activités, se traduisant par un comportement éthique et transparent qui contribue au développement durable, y compris la santé et le bien-être de la société. Le Groupe CIEL Textile a mis en place pour ce faire, un système d’audit basé sur des standards internationaux.

R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

Vangaindrano : Mpandraharahan’ny fonja maty novonoin’ny jiolahy

Mirongatra ny asa ratsy sy fanafihana mitam-piadiana any amin’ny Distrikan’i Vangaindrano, ka velon-taraina sy mampiaka-peo amin’ny mpitondra fanjakana ny mponina any an-toerana mandry andriran’antsy lava, ary mangataka izy ireo mba hananganana ny Andrimasom-pokonolona sy hanaovan’ny mpitandro filaminana « ronde » amin’ny alina fa mijaly ny vahoaka.

Raim-pianakaviana iray mpandraharahan’ny fonja avy niasa alina handeha hamonjy fodiana no maty novonoin’ny jiolahy, tao Ampasy avaratry ny « lycée ». Raha ny vaovao voaray, dia nandeha moto ity mpandraharahan’ny fonja ity (Aban’i Kevin) no novelesin’ny olon-dratsy tamin’ny vatan-kazo, tokony ho tamin’ny iray naraina tany ho any, ka nidaraboka tamin’ny tany ary tsy tafatsangana intsony, izay voa mafy teo amin’ny lohany ary potika mihitsy ny ilan-tavany havanana sy ny masony. Raha ny fanazavana azo, dia nitoreo niantso vonjy ity raim-pianakaviana ity, nefa noho ny tahotra tsy nisy sahy nivoaka ny trano ny olona teo amin’ny manodidina.

Eric Manitrisa

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Coup d’envoi des promesses présidentielles dans la région Alaotra Mangoro.

Dans le cadre de la réalisation des projets inclus dans le Velirano, Andry Rajoelina est descendu sur terrain au chef-lieu de la région Alaotra Mangoro. Le 14 Octobre, il a réaffirmé devant une foule immense qu’il tiendra parole. Il a pu procéder au lancement et à l’inauguration de plusieurs projets dont la réhabilitation de la RN 3A, du stade Rasolonjatovo, d’une EPP Manarapenitra.
La réhabilitation de la RN 44 est également parmi les priorités du président pour désenclaver le grenier à riz de la grande île. En effet, en saison sèche, la route menant Moramanga à Ambatondrazaka se fait en 7 heures alors qu’en saison estivale elle se fait en une journée entière.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les anciens combattants Malagasy pour la France réclament leur droit à la France.

Selon les informations reçues par des représentants des anciens combattants français, ils ne recevraient qu’ 1/10 de pension perçue par les anciens combattants français. Selon les explications, le gouvernement français n’a pas tenu ses promesses sur les indemnisations de ces anciens combattants.
Les matériels utilisés lors de la seconde guerre mondiale ont été remis par une organisation non-gouvernementale française. Parmi les 500 militaires, seuls 2 sont encore vivants et dont l’un est dans un état de santé assez critique.
Tia Tanindranaza0 partages

TANANDAVA BEKILYMpiandry vala lavo, omby 56 tafaverina

Efa naverina amin'ny tompony ao Satra Tanandava ny omby miisa 56 raha maty voatifitra ny 3.

 

Tia Tanindranaza0 partages

TALATA-VOHIMENA MANANDRIANADahalo 1 lavo, kalaky 1 azon’ny fokonolona

Resin’ny tanam-polo ny dahalo 30 nitondra fitaovam-piadiana mahery vaika.

Tia Tanindranaza0 partages

AMBANDRIKA – MANAKARATrano 585 tafo indray kilan’ny afo

Trano 585 tafo no indray kilan’ny afo hotohoto tsy nisy noraisina intsony omaly atoandro tokony ho tamin’ny 12 ora tao amin’ny kaominina ambanivohitra Ambandrika, kaominina ambanivohitr’i Manakara.

Tia Tanindranaza0 partages

ManakaraOlona 54 voapoizina ara-tsakafo

Olona manodidina ny 54 no mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaly Manakara amin’izao fotoana izao, noho ny fanampoizinana ara-tsakafo nohanin’izy ireo.

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo Renivohitra Tsy rariny intsony ny havoretrana...

Mivalan-drano etsy sy eroa, manary fako eny rehetra eny... Santionany ireo.

 Dia hanome tsiny indray fa ny kaominina no tsy manao ny asany sy tsy manadio ? Sao kosa efa raiki-tapisaka ilay toe-tsaina lomorina hoe efa misy olona voakarama hanadio sy hamafa ka hanao inona fotsiny ireny ? Mihevitra fa tsy maintsy hampiasa polisy monisipaly hiambina toy ny omby ve vao hanaja ny hafa sy ny fahadiovana ? Ireo mpivarotra koa moa dia ny hahalafo ny entany ihany no masaka ao an-dohany fa ankoatr'izay dia tsy misy iasany saina. Dia gaga ve isika raha tsy maha-te honina sy maimbo ary hitangoronan' ny voalavo eto an-drenivohitra ? Ao anatin'ny adihevitra indrindra isika izao amin' ny fifidianana ben'ny tanàna. Iza amin'izy dimy mirahalahy no hahay handamina ny tanàna ? Ny fanazavana ny tanàna. Momba ireo fako indrindra ny fiaraha-miasa amin'ny Samva. Ahoana ny fiahiana ireo beantitra sy ireo tsy manan-kialofana ? Eo koa ny fiahiana ireo misy aretin-tsaina izay mampidi-doza amin'ny haromotana. Iza no hanana drafi-panajariana mifanaraka amin'ny filàna ? Ny zava-misy ankehitriny dia voretra ny tanàna ary tsy mahagaga raha tanàna faharoa maloto, indrindra maneran-tany Antananarivo noho isika ihany.

 

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

AMPANGABE - ORINASA MPANDRENDRIKA VY Tratra nampiasa zaza tsy ampy taona

Orinasa iray mpandrendrika vy eny Ampangabe eny no fantatra fa tratra nampiasa zaza tsy ampy taona, ankizy izay mbola tokony hianatra sy hovelomin-dray aman-dreniny.

Tia Tanindranaza0 partages

Fandehanana fiaramanidina etoTsy mba natao ho an’ny Gasy kely mahatra...

1 100 000 ariary ny saram-piaramanidina Antananarivo-Toliara. 1 200 000 ariary indray, Antananarivo-Sambava. Raha hihazo an'i Toamasina miainga eto Antananarivo dia 500 000 ariary.

Santinony amin'ireo saram-piaramanidina eto amintsika izany. Raha oharina amin’ny any ivelany dia avo roa heny ary mety hahatratra avo folo heny. Ohatra, Paris-Miami, dia 175 euros na 717 500 ariary (1€=4100 ariary). Washington mankany New York, 109 euros na 446 900 ariary. Ireo tarehimarika ireo dia miparitaka eo anivon'ny tambajotra fifandraisana. Raha ny fanazavan'ny mpahay toekarena iray, mifampiankina amin'ny fiovaovan'ny vidin-tsolika ampiasaina amin'ny fiaramanidina no mahalafo na mahamora ny zotram-pifamoivoizana ana habakabaka. Hisy fiantraikany amin'ny lafiny ara-barotra izany. Mahakasika ny saram-piaramanidina dia misy "optimisation" atao. Misy ireo sokajiana ho mpanjifa be, indrindra ireo misehatra eo amin'ny angovo, no mandoa sarany latsaka noho ny mpanjifa tsotra. Teboka iray tsy azo adino koa fa ny olona amin'ny faritra dia lafo kokoa ny herinaratra raha oharina amin'ny eto Antananarivo. Noho izany, hakarina ny isan'ny mpanjifa. Hisy fiantraikany ihany koa amin'ny orinasa maro misehatra amin'ny fizahantany io fiakaran' ny saram-piaramanidina io, indrindra eo amin'ny lafiny fifanakalozana avy any ivelany na eto an-toerana. Rehefa kajiana ny hetra takiana amin'ireo mpandraharaha amin'ny sehatra fitaterana an habakabaka dia mampiakatra io sarany io. Tsy handeha fiaramanidina mihitsy ny gasy kely raha izao no zava-misy eto amintsika satria tsy ho takatry ny fahefa-mividy. Ny karama farany ambany eto Madagasikara (SMIC) aza moa dia 200 000 ariary izay tsy ny rehetra no mahazo azy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

IMERIMANDROSOTsy omby intsony fa olona no alain’ny dahalo

Miaina anaty fitaintainana tanteraka ireo mponina ao anatin’ny kaominina Imerimandroso, distrikan’Ambohidratrimo.

Lohalaharana ny tsy fandriampahalemana izay tena mahazo vahana tokoa. Dahalo mirongo basy miisa 30, andro vitsy lasa izay, no nanohitra fokonolona handeha hanenjika omby very miisa telo ka niveri-maina fotsiny ireto farany. Mandefa feo indray ny dahalo nanomboka ny faran’ny herinandro teo raha araka ny vaovao azo omaly fa olona indray no alaina hanaraka azy manomboka eto fa tsy omby intsony. Tsy vitsy amin’ireo zaza amam-behivavy no tsy sahy mivoaka ny trano intsony na dia handeha ho any an-tsaha aza sao dia misy maka. Eo an-danin’izay, diso be loatra ireo olona milaza ho tompon’andraikitra any ambanivohitra any raha araka ny fijoroana vavolombelona nataon’ireo mponina hatrany. Anisan’ireny ireo milaza ho dahalo niova fo ary vonona ny hiaro ny vahoaka toy ny zaza mainty sy ny zaza mena. Eo ihany koa ny DAS izay tsy maintsy handoavan’ny olona feno taona  vola 800 Ar isam-bolana mba hiambina azy  ka mahatsiaro ho sahirana ny mponina. Miantso ny fitondram-panjakana hijery akaiky ny zava-misy any ambanivohitra ireo mponina ao Imerimandroso. Tonga nihaino izany teny an-toerana omaly ny solombavambahoaka Johnny Rakotoarisoa, voafidy tao anatin’ny distrikan’Ambohidratrimo ary nampanantena fa handray ny andraikiny. Nisy ihany koa ny tatitra natao taorian’ny telo volana nandraisany ny andraikitra amin’ny maha solombavambahoaka azy.

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mampanahy ny tohin’ny BakaloreaNitombo 59 ny voasambotra, 19 any am-ponja

Tafiakatra 59 ny olona nosamborina tamin’ny raharaha bakalorea. 19 notanana vonjimaika any am-ponja, ary 7 no arahin’ny fitsarana maso akaiky na “sous contrôle judiciaire”,

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby à XV Gold Top 20-2019 J 3Nandresy ny Stm Savony indray ny 3Fai Vaknà

Tontosa tamin’ny sabotsy 12 sy omaly alahady 13 oktobra 2019, teny amin’ny kianja Makis Andohatapenaka, ny andro faha-3 amin’ny fifaninanana rugby à XV “Gold Top 20-2019”.

Tia Tanindranaza0 partages

Karate MalagasyNahazo fiofanana tamin’i Me Allain Rajaonarison

Mandalo eto an-tanindrazana ka nizara traikefa ho an’ireo mpikatroka eto an-toerana mba hampivoarana ny karate Malagasy, tao amin’ny kianja mitafon’ny ANS Ampefiloha nandritra ny 2 andro (sabotsy 12 sy alahady 13 oktobra 2019),

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zandary tsy nanaja zon’olombelonaNiditra an-tsehatra ny masoivoho iray

Manoloana ny fihetsika tsy manara-dalàna, tsy manaja ny zon’olombelona,

 

 ary misy mamoafady ataon’ny zandary sasantsasany eny am-panatanterahana ny asany, dia nanao fanambarana hentitra ny eo anivon’ny fibaikoana ny zandarimaria tamin’ny alalan’ny komandy ambony Jeneraly Andrianjanaka Njatoharisoa omaly. Tsy handefitra velively amin’ny fihetsika tsy mendrika eny am-panatanterahana ny asa, tsy hiray tsikombakomba mihitsy na oviana na oviana amin’ireo mieritreritra ny tenany fa ambonin’ny lalàna.  Mandray andraikitra feno, mampanokatra fanadihadiana, ary manatitra ireny olona ireny eny amin’ny fitsarana amin’ny alalan’ny fanomezana fahazoan-dàlana manenjika na “autorisation de poursuite” ho an’ny fitsarana ny zandary, raha ny fanazavany. Nisy mantsy ny tatitra avy amina masoivoho iray eto amintsika nilaza fa nisy asa nataona zandary tsy manaja ny zon’olombelona. Hanokatra fanadihadiana ny zandary fa tsy hijanona fotsiny amin’izao, ka raha voaporofo fa tena nataon’ilay zandary ilay izy, dia handray andraikitra feno ny zandary. Avy tany Genève ihany koa dia naharaisana taratasy mahakasika ny tsy fanajana zon’olombelona, ka hanokafana fanadihadiana izany, hoy izy. Tsy hoe fitarainana fa tatitra ary matoa nanao izany, dia manameloka, hoy ny Kaomandin’ny zandarimariam-pirenena. Nisafidy ny tsy hanonana ny anaran’ilay masoivoho moa ny zandarimariam-pirenena. Raha tao anatin’ny asa araka ny tokony ho izy kosa dia anjaranay ny miaro ny zandary. Hatreto, niakatra ho 59 ireo zandary napetraka vonjimaika any am-ponja. 4 efa namoahana sazy noho ny resaka kolikoly, fikasihan-tànana ireo olona tazonina vonjimaika, firaisana tsikombakomba tamin’ny olon-dratsy,… Nahitana izany ny tany Mahajanga, Ambatofinandrahana, Betroka,… 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Zandary tsy nanaja zon’olombelonaNiditra an-tsehatra ny masoivoho iray

Manoloana ny fihetsika tsy manara-dalàna, tsy manaja ny zon’olombelona,

 

 ary misy mamoafady ataon’ny zandary sasantsasany eny am-panatanterahana ny asany, dia nanao fanambarana hentitra ny eo anivon’ny fibaikoana ny zandarimaria tamin’ny alalan’ny komandy ambony Jeneraly Andrianjanaka Njatoharisoa omaly. Tsy handefitra velively amin’ny fihetsika tsy mendrika eny am-panatanterahana ny asa, tsy hiray tsikombakomba mihitsy na oviana na oviana amin’ireo mieritreritra ny tenany fa ambonin’ny lalàna.  Mandray andraikitra feno, mampanokatra fanadihadiana, ary manatitra ireny olona ireny eny amin’ny fitsarana amin’ny alalan’ny fanomezana fahazoan-dàlana manenjika na “autorisation de poursuite” ho an’ny fitsarana ny zandary, raha ny fanazavany. Nisy mantsy ny tatitra avy amina masoivoho iray eto amintsika nilaza fa nisy asa nataona zandary tsy manaja ny zon’olombelona. Hanokatra fanadihadiana ny zandary fa tsy hijanona fotsiny amin’izao, ka raha voaporofo fa tena nataon’ilay zandary ilay izy, dia handray andraikitra feno ny zandary. Avy tany Genève ihany koa dia naharaisana taratasy mahakasika ny tsy fanajana zon’olombelona, ka hanokafana fanadihadiana izany, hoy izy. Tsy hoe fitarainana fa tatitra ary matoa nanao izany, dia manameloka, hoy ny Kaomandin’ny zandarimariam-pirenena. Nisafidy ny tsy hanonana ny anaran’ilay masoivoho moa ny zandarimariam-pirenena. Raha tao anatin’ny asa araka ny tokony ho izy kosa dia anjaranay ny miaro ny zandary. Hatreto, niakatra ho 59 ireo zandary napetraka vonjimaika any am-ponja. 4 efa namoahana sazy noho ny resaka kolikoly, fikasihan-tànana ireo olona tazonina vonjimaika, firaisana tsikombakomba tamin’ny olon-dratsy,… Nahitana izany ny tany Mahajanga, Ambatofinandrahana, Betroka,… 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaraha-maso ny fifidiananaHiasa am-pitiavana ny KMF/CNOE

Efa miparitaka manerana ny distrika ny fiarahamonim-pirenena KMF /CNOE.

Tia Tanindranaza0 partages

Politika sy fifidiananaMivonona amin'ny zava-drehetra ny TIM

Na eto an-toerana na any ivelany dia efa vonona ny mpiara-miasa sy ny mpanohana ny kandida atolotry ny antoko Tiako i Madagasikara eto Antananarivo Renivohitra Rina Randriamasinoro,

 izay tena mampiseho fa vonona amin’ny lafiny rehetra. Manohy ny nataon’i Marc Ravalomanana amin’ny hoe tsy maintsy hetsehana ny Malagasy  na aiza na aiza misy azy mba hanampy amin’ny fampandrosoana ny tanàna sy ny firenena. Na ara-teknika na ara-politika dia miezaka mampiseho fahavononana. Raha ny tantara teto tato anatin’ny 20 taona aloha, dia ny antoko TIM no efa tena manana fototra ara-politika, ary raha teto Antananarivo dia ben’ny tanàna 3 izay ny azy, dia i Marc Ravalomanana, Patrick Ramiaramanana, Lalao Ravalomanana. Antoko anisan’ny niaina ny tantara tao anatin’ny 20 taona tsy niala mihitsy, ary afaka mandray lesona tamin’ireo làlana nolalovany rehetra hatramin’izay. Naongana, nogadraina ny mpitarika, nenjehina,... fa mbola io eo ihany. Antoko manana rafitra politika hatrany ifotony raha tarafina amin’ireo nifaninana taminy tato anatin’ny 10 taona, izay niovaova anarana isaky ny fotoam-pifidianana. Manomboka mampiasa ireo jokerany i Marc Ravalomanana sy ny TIM amin’izao raha tarafina amin’ny dian’ny kandida Rina Randriamasinoro tany ampitan-dranomasina, ka nahitana indray an’ireo tompon’andraikitra ambony tamin’ny fanjakana Ravalomanana toy ny minisitra teo aloha Ivohasina Razafimahefa manampahaizana Malagasy manana ny toerany eo amin’ny Tahirim-bola iraisam-pirenena (FMI), izay “chef de mission” an’ny FMI tany Togo, nijery sy nandinika ny fanomezana ny tahirim-bolan’ny FEC (Facilité Elargie de Crédit) ho an’io firenena io. Eo ihany koa ry Marius Ratolojanahary izay mpampianatra amin’ny oniversite any Etazonia. Miezaka maneho ilay sary, fa tsy atoro voanjo hadiana amin’ny fiaraha-miombon’antoka raha tarafina tamin’ny fihaonana teo amin’i Rina Randriamasinoro sy ny ben’ny tanànan’i Alexandria, Virginia City Hall, Justin Wilson, ary tany Frantsa dia nitafa tamin’ilay depiote Frantsay-Malagasy Aina Kuric. Miezaka mampiseho hatrany ilay hoe : mahay, mahalala, mahavita,…

Toky R

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Politika sy fifidiananaMivonona amin'ny zava-drehetra ny TIM

Na eto an-toerana na any ivelany dia efa vonona ny mpiara-miasa sy ny mpanohana ny kandida atolotry ny antoko Tiako i Madagasikara eto Antananarivo Renivohitra Rina Randriamasinoro,

 izay tena mampiseho fa vonona amin’ny lafiny rehetra. Manohy ny nataon’i Marc Ravalomanana amin’ny hoe tsy maintsy hetsehana ny Malagasy  na aiza na aiza misy azy mba hanampy amin’ny fampandrosoana ny tanàna sy ny firenena. Na ara-teknika na ara-politika dia miezaka mampiseho fahavononana. Raha ny tantara teto tato anatin’ny 20 taona aloha, dia ny antoko TIM no efa tena manana fototra ara-politika, ary raha teto Antananarivo dia ben’ny tanàna 3 izay ny azy, dia i Marc Ravalomanana, Patrick Ramiaramanana, Lalao Ravalomanana. Antoko anisan’ny niaina ny tantara tao anatin’ny 20 taona tsy niala mihitsy, ary afaka mandray lesona tamin’ireo làlana nolalovany rehetra hatramin’izay. Naongana, nogadraina ny mpitarika, nenjehina,... fa mbola io eo ihany. Antoko manana rafitra politika hatrany ifotony raha tarafina amin’ireo nifaninana taminy tato anatin’ny 10 taona, izay niovaova anarana isaky ny fotoam-pifidianana. Manomboka mampiasa ireo jokerany i Marc Ravalomanana sy ny TIM amin’izao raha tarafina amin’ny dian’ny kandida Rina Randriamasinoro tany ampitan-dranomasina, ka nahitana indray an’ireo tompon’andraikitra ambony tamin’ny fanjakana Ravalomanana toy ny minisitra teo aloha Ivohasina Razafimahefa manampahaizana Malagasy manana ny toerany eo amin’ny Tahirim-bola iraisam-pirenena (FMI), izay “chef de mission” an’ny FMI tany Togo, nijery sy nandinika ny fanomezana ny tahirim-bolan’ny FEC (Facilité Elargie de Crédit) ho an’io firenena io. Eo ihany koa ry Marius Ratolojanahary izay mpampianatra amin’ny oniversite any Etazonia. Miezaka maneho ilay sary, fa tsy atoro voanjo hadiana amin’ny fiaraha-miombon’antoka raha tarafina tamin’ny fihaonana teo amin’i Rina Randriamasinoro sy ny ben’ny tanànan’i Alexandria, Virginia City Hall, Justin Wilson, ary tany Frantsa dia nitafa tamin’ilay depiote Frantsay-Malagasy Aina Kuric. Miezaka mampiseho hatrany ilay hoe : mahay, mahalala, mahavita,…

Toky R

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaManomana propagandy

Tamin’ny fampielezan-kevitra dia nilaza fa hatao ny làlam-pirenena faha-44. Ianareo no tsy mahavita fa I Andry Rajoelina sy ny vahoakan’Ambatondrazaka tsy maintsy mahavita. Saropady loatra ny velirano ka tsy maintsy tanterahina, hoy ny Filoha Rajoelina tany Ambatondrazaka omaly.

 

Nambara fa natomboka omaly ny fanamboarana ny RN44. Ao anaty fotoam-pahavaratra izany no hanaovana azy, raha hatao tokoa! Amboarina ny barazy any Bevava, Bevava,… Hatao tara ny làlana avy eny amin’ny seranam-piaramanidina mihazo ny tanàna. Hamboarina ny ao Manaingazipo, ka hatomboka anio ny fanamboarana. Notolorana fiara tsy mataho-dàlana miisa 4 ho an’ny mpitandro filaminana, ka io izany ny zavatra tena nivaingana aloha. Hahazo sekoly manara-penitra, hatao manara-penitra eken’ny Fifa ihany koa ny Kianja Rasolonjatovo, havadika angovo azo havaozina ny herinaratra, hasiana jiro amin’ny herin’ny masoandro manamorona ny fidinana Ratatamo,...  Mbola mitohy ihany balaroran’ny filoha. Hita mivandravandra izany tamin’ny filazany tamin’ny 2010 fa hatao kianja manara-penitra ny kianja Rasolonjatovo. Fampanantenana izay tsy notanterahina mihitsy ary nijanona teo amin’ny kisarisary na maquêtte 3D toy ny mahazatra. Notrongisina ny bozaka tamin’ny taona 2010 nitondran’ny tetezamita, dia lasa toy ny tanimbary hanentsana rehefa avy ny orana.  Omaly dia mbola sahiny indray ny niverina tao an-toerana ary nampanantena fanindroany, toa ny tamin’ny sivy taona lasa. Efa nampiomehy ny olona fotsiny izany sisa fa tsy nisy sahy niteny mafy noho ny tahotra. Ny eo tsy vita fa ny fampanantenana sy ny zavatra ambara fa hatao mandeha ihany, indrindra amin’izao akaiky fifidianana izao. Nirarakopana ny vava be omaly fa izy, hono, miasa vao mikabary, ny an’ny sasany mitsikera fa tsy miasa, mitsikera fa tsisy hapoaka,… Tsy vao izao I Andry Rajoelina no nanao balarora sy kobaka am-bava, raha tsy hilaza afatsy ny 7 novambra 2010 nilazana fa hanangana trano 10 000 ho an’ny tanora ary lasa 50 000 taty amin’ny propagandy 2018, ny nitenenana fa hanangana orinasa famokarana simenitra ka hisitrahan’ny Malagasy vidiny mora 14.000Ar isaky ny lasaka, ny filazana fa efa any anaty sambo ny Tramway saingy 10 taona aty aoriana tsy tonga fa mety rendrika ilay sambo!

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AmbohimanambolaVonona sy tsara tsodrano ny kandidan’ny TIM

Notanterahina ny sabotsy 12 oktobra lasa teo tao Ambohipeno ny fanolorana tamin’ny fomba ofisialy ireo kandidan’ny antoko TIM ho an’ny kaominina Ambohimanambola.

 

 

Ny fotoana dia notarihin’ny solombavambahoakan’i Madagasikara Andriamatoa Gerry Randriambolaina sy ireo biraon’ny antoko eo anivon’ny distrika. Nohamafisin’Andriamatoa solombavambahoka fa nandalo sivana ireo kandida ary ny fanendrena dia nataon’ny filohan’ny antoko Andriamatoa Marc Ravalomanana. Ny vina napetrak’ireo kandida dia mifototra amin’ny fampandrosoana ifotony ary mifandraika amin’ny fomba fijerin’ny antoko. Fivavahana no nanombohana ny fotoana. Ramatoa Nantenaina Rahagarison no kandida ho Ben’ny tanàna, mitondra ny laharana faha-5 amin’ny bileta tokana. Nohamafisiny tamin’ny lahateny nataony ny fahavononany hitondra ny kaominina. Efa hananako, hoy izy, ny drafitra ombam-paikady entina hampandrosoana ny kaominina. Tsy nionona tamin’ny fahafantarany ny kaominina nandritra ny fotoana naha ben’ny tanàna lefitra azy izy fa mbola nidina nitety ireo vohitra 47 mandrafitra ireo fokontany 10 naka ireo hetahetan’ny mponina. Ny fampandrosoana ny sosialy, hoy izy no anisan’ny laharam-pahamehana anatin’ny lahasa izay hataony. Nampahafantarina ihany koa ireo mpanolotsaina izay mitondra ny laharana faha-8 amin’ny bileta tokana. Naneho ny fahavononany hitondra fampandosoana sy hikatsaka ny mahasoa ny tanàna koa izy ireo. Tsy ho tsangan’olona fotsiny fa tena hijoro hanao ny asany. Mahafantatra ny filan’ny vahoaka izy ireo ary vonona hitondra izany eo anivon’ny mpitondra mpanatanteraka. Tonga avokoa ireo solontena dimy isam-bohitra. Velom-panantenana izahay, hoy izy ireo ary miombona tanteraka amin’ny teny filamatra hoe : “ho reharehantsika Ambohimanambola”.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko PSD“Masina amintsika ny fototry ny Repoblika”

« Feno 61 taona ny nahazoantsika malagasy ny Repoblika, izay tsiahivina fa azontsika tamin'ny 14 oktobra 1958.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko PSD“Masina amintsika ny fototry ny Repoblika”

« Feno 61 taona ny nahazoantsika malagasy ny Repoblika, izay tsiahivina fa azontsika tamin'ny 14 oktobra 1958.

 

Ino Vaovao0 partages

TALATA VOHIMENA : Dahalo iray maty, sarona ny basy kalachnikov iray, tafaverina ny omby

Araka ny  tatitra voaray  dia manodidina  ny  30 eo ny andrimasom-pokonolona antsoina hoe  : “Zazamainty” niandry kizo tao  amin’io  toerana voalaza  io. Vokany, dahalo iray no lavo, basy mahery vaika Kalachnikov (type FAC) iray koa  no azo.  Tafaverina avokoa ny omby 35 nangalarin’ny dahalo izay  nahavelom-bolo tanteraka ny  fokonolona. Raha tsiahivina  dia efa ho efa-bolana  eo ho eo izao no nanaovana fanentanana ny fokonolona  tao  amin’ity  kaominina ity  mba handray anjara mavitrika amin’ny paikady atao hoe "Auto-défense villageoise" na fiarovantenan’ny tantsaha, ka anisany fanatanterahana izany ny fiandrasan’ny Vondrona "Zazamainty" ireo kizo tena atahorana indrindra.

Efa tranga maro  no nambenan’ireo  Zazamainty  tao an-toerana raha ny fanazavana voaray  ary hita fa nahomby  tokoa ny paikady  entin’izy  ireo miady  amin’ny  asan-dahalo. Toy  ny  trangana halatr’omby  tao Soatono, fokontany  Sahamandresy,  Kaominina Talata-Vohimena, ny alin’ny 09 oktobra 2019 ka lasa tamin’ izany ny omby miisa 35. Rehefa nambenan’ireo Zazamainty ny kizo rehetra tamin’izay  fotoana  izay dia tao Ambatolahindravahy no lalan’ireo tsy mataho-tody, ka raikitra teo  indray  ny fifandonana raha mbola tsy voampandre ny mpitandro fialaminana. Nahitam-bokany  betsaka ny  fanentanana natao tamin’ny fiarovan-tenan’ireo  tao an-tanàna  sy  ny manodidina  mba hiara-hientana  ary nankasitraka ireo  "Zazamainty" ny  fokonolona noho ny fahafoizan-tenan’izy  ireo. Misokatra moa ny  fanadihadiana momba ilay  basy tratra hatreto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ORINASA IRAY ENY AMPANGABE : Orinasa tratra nampiasa zaza tsy ampy taona no tsy manaja ny zon’ny mpiasa

Nidina ifotony tao amin’ity orinasa ity ny tompon’andraikitra momba ny asa nanadihady ny mahakasika ny fijoroany. Fantatra nandritra izany fa maro amin’ireo mpiasa no tsy misitraka akory ny zo natao ho azy ireny. Tafiditra ao anatin’izany, ohatra, ny tsy fandoavan’ny orinasa ny volan’ny Cnaps sy ny tsy fampidirana akory ny mpiasa ao anatin’izany. Manginy fotsiny koa ankoatra izay ny tsy fanomezana fiahiana ara-pahasalamana, takin’ny lalàna hositrahin’ny mpiasa rehetra.

Nisy fotoana moa efa   nitroatra sy nitaraina ary nitokona mahakasika ity orinasa ity ny mponina eny an-toerana. Voalaza mantsy fa manimba ny tontolo iainana no sady miteraka tsy fahasalamana ho an’ny mponina ny setroka mainty  sy mamofona avoakan’ny orinasa. Tsy mifanalavitra amin’ny toeram-ponenan’ny mponina rahateo ny orinasa. Miandry fandraisana andraikitra avy amin’ny tompon’andraikitra rehetra voakasika, araka izany ireo mpiasa sy mponina eny an-toerana.

N.A

Ino Vaovao0 partages

AMBALAKINDRESY - DAHALO NANAFIKA : Roa maty voatifitra, telo azo sambo-belona

Raha ny  loharanom-baovao  voaray  dia dahalo miisa telo  no voasambotra raha toa ka nindaosin’ny  fahafatesana kosa ny roa tamin’ireo nandritra ny tifitra variraraka tamin’ny fifandonana. Voalaza mantsy fa nifanena tany anaty kizo ireo dahalo  am-polony mitam-piadiana  sy  ny  mpitandro  filaminana nampandry fahalemana tao an-toerana voalaza etsy  ambony, ny marainan’ny 12 oktobra. 

Marihina fa vao niainga kely tao Besora hanao fisafoana amin’ny faritra manodidina ireo mpitandro filaminana  rehefa  nahazo vaovao fa misy fanafihana ao Maroavaratra dia  efa voafitaka ireo  dahalo tamin’ny   fotoana nitsoahana ka mora foana ny nisamborana azy  ireo. Noheverin’ireto dahalo  mantsy fa lasa tsy hitampody ireo zandary ka dia raikitra ny fifandonana.  

Efa nivonona hatramin’ny  farany  hiady  tamin’ireo andian’olon-dratsy  rahateo koa ireo zandary tamin’io fotoana io, hany ka tsy  dia nananosarotra azy  ireo  ny  nifanandrina tamin’ireo  andian-dahalo. Nisaotra ny  fokonolona  araka izany  ireto  farany  tamin’ny  fanomezana vaovao  sy  fiaraha-miasa hentitra teo  amin’izy  ireo. Mbola manentana fiaraha-misalahy  hatrany hiadiana amin’ny  tsy  fandriam-pahalemana ao an-toerana ny avy amin’ny mpitandro filaminana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

GOVERNORAN’NY FARITRA SOFIA : Napetraka tamin’ny fomba ofisialy omaly

Tonga tany an-toerana nanome voninahitra ny lanonana sady nitarika ny fotoana nandritra izany ny Minisitry ny Atitany sy ny fitsinjaram-pahefana, Tianarivelo Razafimahefa, ny minisitry ny Fitsarana, Andrianasolo Jacques ary ireo olo-manan-kaja maro sivily sy miaramila. Nanome toky fa hampandry fahalemana ny Faritr’i Sofia ny Governora, Lylison René de Rolland. Nambarany fa hisy ny fanomezana fampitaovana vaovao ny mpitandro filaminana any an-toerana hanafoanana ny asan-dahalo. Hatsaraina sy hampanarahana ny lalàna misy eto amin’ny firenena koa ny «  Dina  » izay efa misy ao amin’ity Faritra ity. 

«  Mahazo matoky Andriamatoa Filoha fa ao ny Tafika hiantoka ny fandriam-pahalemana, hanohana ara-pitaovana an’ireo ny tenako ary hanome ny traikefa rehetra izay efa nananako satria ny tanjontsika dia i Sofia milamina, Sofia mandroso. Ao anatin’ny veliranon’ny Filoham-pirenena ny resaka dina, hampanarahantsika ny ara-dalàna io dina io ary hotanterahintsika avokoa ny velirano rehetra efa nambaran’ny Filoha  », hoy ny nambarany.

Fototra iaingan’ny fampandrosoana ny Governora

Tsy an-teny fotsiny ihany fa tena nampiharina tokoa ny fitsinjaram-pahefana tena izy, araka ny vina izay efa nambaran’ny Filohan’ny Repoblika Andry Rajoelina. Nohamafisin’ny Minisitry ny atitany io raha nametraka ity Governoran’ny Faritr’i Sofia ity tamin’ny fomba ofisialy tany an-toerana izy. «  Fototra iaingan’ny fampandrosoana ny Faritra ny fisian’ny Govenora ary tena manana andraikitra lehibe sahanina amin’izany  », hoy ny minisitra. Nomarihiny teto koa fa hiantoka ny fandriam-pahalemana any amin’ny Faritra rehetra misy azy ireny Governora ireny. Tsiahivina fa isan’ny olana lehibe nampikaikaika ny mponina tao amin’ny Faritr’i Sofia ny mahakasika io tsy fandriam-pahalemana io teo aloha. «  Tsy vitan’ny fanjakana irery ny fampandrosoana fa mila ny fifanomezan-tanan’ny vahoaka malagasy rehetra », hoy hatrany ny Minisitry ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana, Tianarivelo Razafimahefa.

Daty manan-tantara

14 oktobra 1958 no niditra tao anatin’ny rafitra repoblikana voalohany i Madagasikara. Nosafidiana manokana, araka izany ity 14 oktobra ity satria daty iray isan’ny manan-tantara eto amin’ny firenena. Nomena voninahitra sy notsiahivina manokana nandritra ny lanonana, omaly koa ny rain’ny fahaleovan-tena sady Filohan’ny Repoblika voalohany, Tsiranana Philbert. Tsiahivina fa talohan’ny lanonana dia nisy koa ny famindram-pitantanana teo amin’ny lehiben’ny Faritra mpisolo toerana sy ny governora voatendry.

N.A

Ino Vaovao0 partages

LEHIBEN’NY FARITRA BOENY MPISOLO TOERANA : Nijery ny tany hananganana ireo Trano Mora

Mifanindra an-dalana indrindra ary ho tohin’io fitsidihana nataon’ny Filoha io dia nisy ny fidinana ifotony nataon’ny lehiben’ny Faritra Boeny mpisolo toerana, Bazezy V. Clavelah tao anatin’ny Kaominina Belobaka, Distrikan’i Mahajanga faharoa. Nandritra izany no nijery toerana maromaro ahafahana hananganana ireo Trano Mora amin’ny vidiny mirary, araka ny velirano nataon’ny Filoham-pirenena ho an’ny vahoaka Malagasy.

Niara-dia taminy tamin’izany ny ekipan’ny Iem ao anatin’ny Faritra Boeny, ireo mpiara-miasa akaiky aminy, ireo solon-tenan’ny fandrefesan-tany ao  Boeny. Ankoatra ireo dia niara-dalana taminy ihany koa ny mpandraharaha Malagasy iray, Dr Emma Roseline Rasolovohangy miara-miasa amin’ny mpamatsy vola avy any Etazonia. Tanjona apetrakyAnisany hahazo tombony amin’ity fanorenana voalohany ity ny mpiasam-panjakana. Araka ny fepetra dia tahaka ny manofa trano ihany ireo nahazo ny trano. Misy ny fe-potoana tratrarina ka rehefa tapitra izany dia lasan’ilay nandoa vola isam-bolana madiodio ny trano. 

Ny anjaran’ireo tsy mpiasam-panjakana kosa dia voalaza fa mbola hodinihana amin’ny fotoana manaraka. Paikady napetraky ny Filoha izany mba hitsinjovana ny fari-piainan’ny vahoaka ary hananan’ny rehetra toeram-ponenana mendrika ny fanamboarana ny Trano Mora. Araka ny vinavina nataon’ireo mpandraharaha Malagasy izay hisahana ny asa ao Boeny dia trano manodidina ny roa arivo isa no haorina ao an-drenivohitry ny Faritra Boeny.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FESTIVAL JANGA MISOMA LATINO : Avy amin’ny lafivalon’ny Nosy ireo mpandihy

Noraisina manerana an’i Madagasikara ireo mpandray anjara tamin’i Diego magnitry danse ka nisy ny solontenan’i Mahajanga, Toamasina, Fianarantsoa, Antsirabe, Toliary, ankoatra ireo avy any Antsiranana.  Fahombiazana tanteraka ny Diego magnitry danse izay nokarakarain’i Roddy France satria ankoatra ny fanofanana sy fampianarana asa isan-karazany dia nisy ihany koa ny fitsidihana ny toerana fitsangantsanganana ao Antsiranana toy ny Salines, Montagne des français sy ny maro hafa.

Tao amin’ny Hôtel de la poste no natao ny fanokafana tamin’ny fomba ofisialy... ary nanatrika izany i Rijamanitra. Tsy nijanona mihitsy ireo hetsika mandra-pahavita ny festival izay niafara tamin’ny fifaninanana. Ny dihy latino no tena niangalian’ireo mpandihy nandritra izany ka i Toamasina no nitondra ny amboara. Vao vita ny tany Antsiranana dia tonga eto Mahajanga izy ireo. Nanomboka ny alatsinainy teo dia teto Mahajanga indray no nanao ny festival janga misoma latino, karakarain’i Roberto. 

Tonga eto Mahajanga ihany koa Elysé coach avy any Toamasina mpikarakara ny maresaka latino de l’océan Indien Tamatave.  Eto ihany koa Roddy France sy Rijamanitra avy amin’ny dih’art Antananarivo.  Nanome fanofanana ny mpandihy eto Mahajanga ireo roa voalohany, ka tao amin’ny maison des jeunes barday ny maraina.  Longcheng restaurant kosa ny hariva, Kizomba,  salsa, bachata no natao tamin’izany.  

Ny sabotsy hariva kosa dia nisy ny danses libres  nandraisan’ny rehetra anjara. Izay notohizana tamin’ ny alim-pandihizana tany amin’ny Cotton clubs.  Ny alahady kosa dia natokana tamin’ny fifaninanana ka tamin’ny ora nanoratanay dia mbola tsy nanomboka ny fifaninanana. 

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA ARA-KOLONTSAINA : Fahombiazana tanteraka ny Festival Tsolabe

Filohan’ny tetezamita i Andry Nirina Rajoelina tamin’izany fotoana izany, izay nanome toromarika an’i Saina Michel Désiré lehiben’ny Faritra Analanjirofo tamin’ izany fotoana izany ihany koa.  

Tanjona ny fampivoarana miaraka ny kolontsaina sy ny fizahantany. «  Tsola  » izay midika hoe «  dola  ». Ny tsolabe izany dia mira dolabe. Dolabe iarahan’ny olona rehetra mifety miaraka.

Ho an’ity andiany faha-11 ity, dia niavaka tamin’ny Tsolabe efa nisy hatrizay. Araka ny fanazavana nentin’ny filohan’ny fikambanana Tsolabe Addonis Angelot, dia ity andiany ity no nisian’ny fanohanana ara-bola be indrindra nataon’ny fanjakana. Nohamafisin’i Addonis hatrany fa mbola ity andiany faha-11 ity ihany koa no nisy fiaraha-miasa mafy indrindra teo amin’ny orinasan-tserasera, indrindra ny RNM sy TVM. Izany dia vokatry ny fanohanana nataon’ny minisiteran’ny Serasera sy Kolontsaina, ny minisiteran’ny Fitaterana sy fizahantany.  Teo ihany koa ny mpanohana avy amin’ny sehatra tsy miankina. Karnavaly mitety tanàna no nentina nanokafana tamin’ny fomba ofisialy ny festival ny zoma 11 oktobra. Fanokafana izay nialohavan’ny alim-pandihizana niarahana tamin’ny tarika Vaiavy Chila.Nofaranana teny amin’ny kianjan’ny festival io karnavaly io. Kianja festival Tsolabe izay tao amin’ny kianja lisea no nisy azy. Ireo rehetra nandray anjara tamin’ny kabary nifandimbiasana, dia samy nanipika fa zava-dehibe amin’ny fampahafantarana ny kolontsaina Antenosy izao festival izao sady misintona mpizaha tany. Nanana solontena niatrika ny festival ny Minisiteran’ny Serasera sy ny kolontsaina tamin’ny alalan’ny talem-paritra ao Analanjirofo Ndiamahazo Mickaelys sy ny talem-paritry ny tranoben’ny kolontsaina Andrianoelison Henri. Teo ihany koa ny iraky ny OFNAC.Nahatonga solontena ny avy amin’ny Minisiteran’ny Fitaterana, ny fizahantany ary ny famantarana ny toetr’andro tamin’ny alalan’ny talem-paritra Analanjirofo. Nandefa iraka ny filoha lefitry ny Antenimieram-pirenana faritany Toamasina Bavy Angelica Michelle. Ny mpanolo-tsaina manokany Saina Denis no nisolo tena azy.Taorian’ny kabary nifandimbiasana ny zoma nanokafana tamin’ny fomba ofisialy io, dia nisy avy hatrany ny fitsidihana ireo trano heva. Nisy ny fampisehoana ny tantaran’ny Repoblika I izay nokarakarain’ny OFNAC sampan-draharaha eo anivon’ny Minisiteran’ny Serasera sy kolontsaina. Nisy ihany koa ny fampirantiana an-tsary momba an’i Sainte-Marie sy ireo fomba amam-panao malagasy izay mbola ny Minisiteran’ny Serasera sy kolontsaina hatrany no tompomarika tamin’ izany tamin’ny alalan’ny Tranoben’ny kolontsaina Fenoarivo-Atsinanana sy ny foibem-paritry ny serasera sy kolontsaina Analanjirofo.

Nisy ny fampirantiana ireo sakafo Antenosy. Nahaliana sy nahasarika olona maro ireo fampirantiana rehetra. Anisany nandray anjara tamin’ny fampirantiana ihany koa ny Minisiteran’ny Fizahantany miaraka tamin’ny APMF.

Ankoatra ireo fampirantiana nataon’ny minisitera dia nisy ny fampirantiana ireo asa tanana mampalaza an’i Sainte-Marie  : asa sikotra momba ny trozona. Ny fampisehoana rehetra nataon’ireo mpanakanto nanafana ny festival dia nahaliana ny mponin’i Sainte-Marie sy ireo mpizaha tany tonga avokoa. Festival Tsolabe 2019 izay nahitana an’ireo mpakananto sangany :Fafass, Dalvis, Basta Lion, Tianjama, Vaiavy Chila, Dafamena. Nisy koa ny fifaninanana Miss Tsolabe 2019. Azon’i Carine ny laharana voalohany tamin’ izany. Nisy ny fifaninanana ara-panatanjahantena kitra lalaovin’olona  7 sokajy lahy sy vavy ary vétéran.  Na ny mpikarakara na ny mpanatrika dia samy nanipika fa nihatsara ny festival Tsolabe.  Fahombiazana araka izany ny Festival Tsolabe andiany faha-11 tao Sainte-Marie.

Nangonin’i TH

Ino Vaovao0 partages

FANARAHA-MASO NY FIFIDIANANA : Hanetsika ny mpikambana rehetra ao aminy ny Kmf/Cnoe

Hojerena manokana koa, hoy izy ireo, ny mahakasika ny Faritra rehetra ahiana hisy tsy fahatomombanana amin’ny fifidianana toy ny hosoka na hala-bato. «  Tsy maintsy hanara-maso ny fifidianana izahay, ny endrika itondrana ny fanaraha-maso dia miainga amin’ny alalan’ny fanetsehana ny mpikambana mivondrona eny anivon’ny renivohitry ny Distrika  », hoy ny fanazavany. Manana mpikambana maherin’ ny arivo mielim patrana manerana an’i Madagasikara ity komity mpanara-maso ny fifidianana ity. Notsindriany anefa fa mianto-tena avokoa ireo mpanara-maso ny fifidianana ireo, fa tsy misy ny vola avy aty amin’ny foibe omena azy. Araka izany, mety ho voafetra ihany ny Faritra azony iasana. 

«  Ny eo anivon’ny renivohitry ny Distrika rehetra dia azo antoka fa ho voaara-maso  avokoa fa tsy maintsy jerena koa anefa ireo ahiana hisy olana na dia ny any amin’ny Faritra lavitra indrindra aza », hoy hatrany ny fanazavan’ity filoha nasionalin’ ny Kmf/Cnoe ity.

Ankoatra ny fanaraha-maso ny zotram-pifidianana, isan’ny ahiahian’ny Kmf/Cnoe hiteraka korontana mandritra ny fanatontosana ny fifidianana ben’ny tanàna  koa ny mahakasika ny tsy fandriam-pahalemana any amin’ny Faritra sasantsasany manerana ny Nosy. Raha ity tsy fandriam-pahalemana ity mantsy no resahina dia efa nisy teto Madagasikara tokoa ny birao fandatsaham-bato nokorontanin’ny dahalo. Tamin’ny fifidianana Filoham-pirenena, fihodinana faharoa farany teo, ohatra, dia isan’ny nahitana io tranga io ny birao fandatsaham-bato miisa telo tao amin’ny kaominina Ankomajia, Distrikan’i Mampikony.

Matetika koa rehefa misy ny sakoroka mandritra ny fifidianana dia ny mpanara-maso ny fifidianana hatrany no iangonan’ny rihatra. «  Efa nisy mpanara-maso ny fifidianana naratra tamin’ny fifidianana solombavambahoaka lasa teo noho ny disadisa nisy, ka mila jerena ny mahakasika izay satria tsy misy mahaverina ny ain’izay maratra amin’ireny  », hoy hatrany Andriamalazaray Andoniaina.

N.A

Ino Vaovao0 partages

UNICEF : Nampiofana ireo mpanao gazety vehivavy teny amin’ny Carlton Anosy

Fiofanana  nentina nampahafantarana ny mpanao  gazety ireo lesoka tokony hahitsy eny  amin’ny  fiarahamonina, ny  ao  an-tokantrano, izay  nahitana teboka enina  izany dia  miantomboka amin’ny   :  fampinonoan-dreny, ny sakafo  ara-pahasalamana  isan-karazany  omena ny zaza, ny  fanaovam-bakisiny,  fanazarana hanasa  tanana ho fitandroana  ny  fahadiovana, fijanonana  amin’ny  fianarana noho ny  antony  maro samihafa  ary koa ny fanambadian’ ny ankizy aloha loatra.

Zava-dehibe no  novoaboasina tamin’io  fotoana io   ka  ny  tanjona tratrarin’ny  Unicef   dia ny  famolavolana  hetsika izay  mitondra vokatra avo lenta miorina eny anivon’ny  fianakaviana, indrindra  fa ireo sahirana ara-pivelomana. Ho fanamafisana  ny  fanatratrarana  ny  tanjona  manoloana   ireo  teboka voalaza ireo hatrany dia hitohy ny  fiaraha-miasa akaiky amin’ny  mpanao gazety  vehivavy sy ny  Unicef amin’izao fotoana izao mba ho  fandraisan’andraikitra   sy  ho  fanatsarana  satria anisany  adidy  miandry  ny mpanao gazety rahateo  koa  ny manentana sy  mampianatra eny  anivon’ny  tontolo manodidina azy. 

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Manao famelabelarana arahana adihevitra mandritra ny roa andro ny oniversite

Sambany no nisy teo anivon’ny oniversite teto Mahajanga izao andiany voalohany natao izao, raha efa hetsika fahefatra nandritra ny fitantanan’ny filoha vaovaon’izany oniversite izany teto an-toerana. Nifanitsa-kitro ireo mpianatra manovo fahalalana ao sy ireo tanora mpianatra vao afaka bakalorea tamin’ny taon-dasa ary ireo vao niatrika izany tamin’ity volana ity. 

Anisany nisongadina tao ny mahakasika ny zavatra miandry ny mpianatra iray hitady asa sy ny miandry azy rehefa tonga eo amin’ny tontolon’ny asa. Novoaboasan’ireo profesora matihanina tao ny fomba hifidianana izay mety ho sampam-pianarana ho an’ireo tanora aorian’ny fahazoany ny bakalorea.

Taorian’ny kabary nifandimbiasan’ny tompon’andraiki-panjakana sy nanokafan’ny profesora Dinaraly Odilon Tiandraza, filohan’ny oniversiten’i Mahajanga ity "forum des étudiants et métier" ity dia nanao tohivakana ny fandraisam-pitenenana. Ny filohan’ny Tranoben’ny antenimieran’ny varotra sy indostria eto Mahajanga no nisantatra izany, izay nampahafantarany ireo karazana fampiofanana arak’asa. Notohizan’ny dokotera Faharano Marcel sy i Tombomiadana Sabine, mahakasika indray ny fitadiavan’asa sy ny tontolo manodidiana izany. 

Ny mpampianatra mpikaroka na mpikaroka mpampianatra profesora Rabesa Zafera Antoine indray no nanohy ny ambaindain’ny fikarohana izay nataony, raha i dokotera Ralison Saholy Nirina, holafitry ny Odonto-stomatologie no namarana ny andro voalohany.

Ny andro faharoa, izay mbola nanasana ireo mpianatra ihany dia ny tontolon’ny fitantanan-draharam-panjakana, no novelabelarin’ i Todivelo Cyrile tao, raha i Brady Patrick no nitondra fanazavana momba ny fizahan-tany sy ny trano fandraisam-bahiny. I Judith Rachelle Rakotovao avy ao amin’ny orinasan-tserasera Rtn eto Mahajanga indray avy eo no niantsoroka ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety ho an’ny mpianatra manaraka izany lalam-piofanana izany. Mahakasika ny tontolo iainana, satria tsy vitsy ny mpianatra eny amin’ny oniversite misafidy io lalam-piofanana iray io, dia nohazavain-dRemisy Séraphin tao  ny momba izany, ary Andriamiadana Mihajasoa, mpitantana ny Mada composte no namarana tanteraka ny famelabelarana natao nandritra ny roa andro tetsy amin’ny Tranoben’ny antenimieran’ny varotra sy indostria. Tamin’ny farany dia nisy ny tomban’ezaka nataon’ny dokotera Hdr Razafimahefa nialoha ny kabary fanakatonana ofisialy ny famelabelaran-kevitra narahina adihevitra nataon’i profesora Dinaraly Odilon Tiandraza, filohan’ny oniversiten’i Mahajanga ity. 

Tsy hadino tamin’ity hetsika ity ny tranoheva miisa 17, nentina nampahalalana ny lalam-piofanana azo ratovina eto Mahajanga. Niezaka nitsidika izany ireo mpianatra nanatrika ny fotoana. Ankoatra ny lalam-piofanana efa misy ao amin’ny oniversiten’i Mahajanga dia teo koa ireo trano heva fampirantiana niarahana tamin’ny oniversite tsy miankina maro eto an-toerana. Marihina fa 167 no isan’ny mpampianatra, raha 594 kosa ny mpiasa birao ary 11 097 ny isan’ny mpianatra mandrato fahalalana eny amin’ny oniversiten’i Mahajanga tamin’ity taom-pianarana farany ity. 

Sekoly doktoraly miisa telo no heverina hatsangana amin’ity taom-pianarana ity, ary Institut na Ivon-toeram-pampianarana ambony roa kosa, dia ny Iostm sy Ufrss any Mandritsara no efa mihodina amin’izao fotoana izao. Tanjon’ny hetsika dia hampivelatra bebe kokoa ny fahafahana safidy ataon’ny mpianatra aorian’ny fahazoana ny bakalorea sy ho fanampiana azy ireo hikaroka ny lalam-piofanana sahaza ho azy, hifandraika amin’izay asa iriny hatao rehefa rahatrizay. Araka izany, mbola hisy ny andiany manaraka ho an’izany "forum des étudiants et métier" atao eto Mahajanga sy amin’ireo faritra hafa aorian’ity andiany voalohany sady sambany ity, hoy hatrany ny tompon’andraikitry ny oniversite eto Mahajanga.

Marcos.

Ino Vaovao0 partages

FAMOAHANA LAZA ADINA BAKALOREA : Tafakatra 59 ireo nosamborina sy nohadihadiana

Olona 16 hafa indray mantsy no voasambotry ny mpitandro filaminana sy nanaovana fanadihadiana nanampy ireo efa nosamborina teo aloha. Ny 19 tamin’izy ireo moa dia notanana am-ponja vonjimaika avy hatrany ary ny 7 kosa  arahin’ny Fitsarana maso akaiky ny momba azy.

Araka ny fanazavana, mpampianatra sy mpikirakira solosaina notendren’ny Minisiteran’ny fampianarana ambony tamin’ny fanomanana ny laza adina ireto nanaovana fanadihadiana sy nalaina am-bavany farany ireto. Nanazava ny kaomandin’ny Zandarimariam-pirenena, ny Jeneraly Andrianjanaka Njatoarisoa fa “tsy mbola tena fantatra mazava hatreto izay tena tanjon’ireo namoaka ny laza adina na tena fiketrehana fanakorontanana tokoa na fitia te hahazo naoty ambony mandritra ny fanadinana fotsiny ihany”. Voarohirohy ao anatin’ity raharaha ity koa ny mpandrindra ny fanadinana bakalorea ankapobeny raha ny fanazavana voaray hatrany.

N.A

La Vérité0 partages

Football-Pro League - Coup d’envoi ce samedi

Le football malagasy aura rendez-vous, une nouvelle fois, avec l’histoire en fin de semaine. Le nouveau championnat, la Ligue professionnelle ou « Pro League », sera lancé à partir de ce samedi 21 octobre dans six sites de compétition dans tout Madagascar. Elle réunira les 12 meilleures équipes de la Division 1 qui disputeront le titre de cette saison dans un match aller-retour qui s’étalera du 21 octobre 2019 au 21 juin 2020.

Il s’agit de Fosa Juniors (Boeny), CNaPS Sport (Itasy), Jet Mada (Itasy), As Adema (Analamanga), Elgeco Plus (Analamanga), COSFA (Analamanga),  Zanakala FC (Haute Matsiatra), FCA Ilakaka (Ihorombe), 3FB (Atsimo Andrefana), Ajesaia (Bongolava), Tia Kitra (Atsinanana), Club M Mananara (Analanjirofo). Les deux derniers clubs sont les finalistes de la Poule des As du national D2 de la saison dernière. Six rencontres par journée sur 132 matches seront au programme durant  les 22 journées.

 La formule de compétition est que tout le monde rencontre tout le monde et c’est l’équipe qui engrange le plus de points à la fin de la compétition qui sera officiellement sacrée championne. La dernière équipe au classement (12ème) sera reléguée directement en Ligue des Champions. Les deux finalistes de cette dernière disputeront des barrages contre les 10e et 11e du classement pour garder le maintien et la montée en Pro League.

Une soirée Awards du football sera organisée. Rappelons que la Pro League est organisée par  l’association des Clubs de football élite de Madagascar, et la Fédération malagasy de football (FMF) lui octroie un mandat de 4 ans. Cette nouvelle compétition déterminera le nouveau champion de Madagascar.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Interdiction d’entrée des marmites à La Réunion - Toujours aucune expertise malagasy !

Pas de suite ou du moins pour le moment. L’interdiction d’entrée et d’utilisation des marmites « made in Madagascar » et d’autres ustensiles dont les poêles et louches créés à partir du plomb à La Réunion, et cela pour des raisons de santé, n’a pas encore eu l’effet escompté à Madagascar, notamment du côté des autorités. Au lendemain de cette annonce qui faisait suite à une dizaine de prélèvements officiels aléatoires sur des ustensiles de cuisine en aluminium en provenance des fonderies de Madagascar, effectués par les agents de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes du pôle C au sein de la Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIECCTE), le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) - par le biais  de la Direction du commerce - a affirmé que l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN)  va effectuer une contre-étude de cette thèse réunionnaise.

Pourtant, jusqu’à l’heure où nous mettons sous presse, aucune une étude scientifique qui va dans ce sens n’a été entreprise. « Notre Direction n’a pas encore songé à procéder à une analyse de ces produits. Ce qui est primordial porte donc sur l’enquête y afférente. Mais cette démarche reste faisable, et cela ne tardera pas à commencer », souligne un responsable auprès de l’INSTN.

Or, pas plus tard que lundi dernier, la Préfecture de Mayotte vient également de mettre en garde les consommateurs et professionnels dans l’utilisation des ustensiles de cuisine et aluminium en provenance des fonderies artisanales de Madagascar. Une presse étrangère a même rapporté qu’à l’instar du préfet de la Réunion, celui de Mayotte a pris un arrêté en date du 10 octobre dernier visant à suspendre l’importation de nos ustensiles de cuisine en aluminium, et demandant le retrait du marché des produits concernés. Il a  été précisé dans  le communiqué officiel que seuls les articles prouvés comme étant conformes à la réglementation en vigueur ou ne présentant aucun danger pour la santé publique ou la sécurité des consommateurs pourront être remis sur le marché. Affaire à suivre !

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Inhumation de Ramino Paul - Un ultime adieu à l’église FJKM Amparibe Famonjena

« ... Mila aina ianao ry tany, aina mena toa anao, aina mety ny ho lany, ka miteraka hery vao. ’Njao mafana re ny rako, misy hery anatiko ao. Tily aho no miteny ka lazao izay hafatrao ry Madagasikara nosiko. Apetraho fa ho vitaiko hatramin’ny fara fofon’aiko... ». Un extrait que le pasteur Ramino Paul a écrit pour les scouts. A la fois poète et écrivain, il a composé d’autres chansons pour l’association « Tily eto Madagasikara », à l’exemple de « Fa ise no mpiandraikitra ahy ».

 

L’inhumation de cette icône du scoutisme de Madagascar s’est tenue hier à Mahalavolona Andoharanofotsy après un culte lui ayant rendu un dernier hommage à l’église Amparibe Famonjena. Ce pasteur à multiples facettes est l’une des figures emblématiques qui ont marqué l’histoire du scoutisme en particulier, et celle de Madagascar en général. Ramino Paul Abraham, né en 1942, est connu durant la période de la Transition à travers la création de la plateforme « Raiamandreny mijoro », une plateforme qu’il a confondée avec Madeleine Ramaholimihaso et le pasteur Daniel Rasoaherimanjato en 2010. Un mouvement qui a comme objectifs de reconstruire l’amitié et la fraternité entre le peuple malagasy et les dirigeants et de trouver une issue favorable à la crise politique que le pays a endurée durant cette période. Cette initiative a conduit le pasteur au sein du Conseil pour la réconciliation nationale (CFM).

Avant de devenir un politicien, le pasteur Ramino Paul a dirigé l’église FJKM Amparibe Famonjena durant 21 ans, notamment à partir de l’année 1986 jusqu’en 2007 où il a pris sa retraite. Il a également occupé jadis le poste de Secrétaire général du bureau de l’Eglise de Jésus-Christ à Madagascar. Ramino Paul était membre de l’association «  Tily eto Madagasikara » et le « Firaisan’ny skotisma eto Madagasikara ». D’ailleurs, il était président du comité d’organisation du jubilé des 90 ans du « Tily eto Madagasikara ». Il a également été membre de l’Union des poètes et écrivains de Madagascar (Havatsa-UPEM). Le pasteur est décédé samedi dernier à l’âge de 77 ans. Outre ses empreintes perçues au niveau mondial dans l’Histoire politique de Madagascar, il a laissé derrière lui des jeunes responsables, engagés et prêts à suivre ses pas au sein du scoutisme à Madagascar ainsi que le « Lamako », une tradition malagasy devenue un symbole de notre pays à l’international.

Anatra R. 

La Vérité0 partages

« Youth Connect Africa » - Le programme « Fihariana » représente les couleurs de Madagascar

Du 9 au 11 octobre dernier, Madagascar a participé à l'édition 2019 de l'« Youth Connect Africa » (YCA) à Kigali, Capitale du Rwanda. Cette grande réunion d'envergure internationale a notamment été une occasion pour près de 2 500 participants en provenance de 13 pays différents de discuter de l'entrepreneuriat et de la contribution des jeunes au développement. « Pour cette édition, outre l'entrepreneuriat, l'YCA a aussi été une occasion pour discuter de la place des femmes et de leurs droits mais également l'avenir des jeunes.

En tant que promoteur de l'entrepreneuriat des jeunes et des femmes, le programme « Fihariana » a tenu à apporter sa contribution lors de ces échanges, autant pour nouer de nouvelles relations avec les différents acteurs présents, mais aussi pour apporter notre point de vue sur le développement de l'entrepreneuriat pour ces deux catégories de personnes », a soutenu Gilberto Herimanarivo, responsable du programme national et également parmi les représentants du pays, lors d'une entrevue. Effectivement, « Fihariana » n'est pas le seul à avoir représenté les couleurs de la Grande île. Ainsi, le ministère de la Jeunesse et des Sports ainsi que le représentant de l'Organisation des Nations unies pour le développement (PNUD) ont aussi participé à cet évènement.

Dans cet esprit d'échange, la jeunesse africaine a pu se soutenir mutuellement durant ces trois jours. Le principe consiste donc à s'entraider afin de favoriser le renforcement des relations économiques entre les différents pays du continent africain, notamment dans le domaine de l'agriculture et de l'élevage, ainsi que les nouvelles technologies. « Effectivement, ce fut une occasion pour trouver des débouchés pour les produits malagasy. L'objectif est de permettre à nos jeunes entrepreneurs de trouver des marchés même s'ils sont encore des novices en la matière. En parallèle, nous avons aussi recherché des partenaires techniques pour le renforcement des capacités et des compétences de nos entrepreneurs. L'idée étant d'avoir des industries performantes, suivant les normes internationales tout en répondant aux besoins du marché », a soutenu Franck Andrianasolo, directeur exécutif du programme « Fihariana ». En tout cas, l'YCA prévoit de regrouper plus d'une cinquantaine de pays d'ici cinq ans. Une aubaine pour les pays déjà membres dont Madagascar, vu qu'ils pourront nouer au fur et à mesure de nouvelles relations avec de nouveaux partenaires.

Rova Randria

La Vérité0 partages

« Chairman’s Manufacturing Excellence Awards » - Ciel Textile mise sur son capital humain

Valoriser la culture de l’excellence. C’est dans cet esprit que Ciel Textile organise chaque année depuis plus d’une décennie, le « Chairman’s Manufacturing Excellence Awards » (CMEA).  L’idée étant de récompenser l’expérience de ses collaborateurs pour le travail accompli tout au long de l’année. Effectivement, le groupe a compris que le fait de miser sur son capital humain peut apporter de nombreux bénéfices. « Nous avons pris conscience que nos collaborateurs travaillent mieux quand ils aiment ce qu’ils font et que leurs efforts sont appréciés à leur juste valeur. Ainsi, nous avons mis notre capital humain au centre de toutes nos activités.

Ce qui nous a permis aujourd’hui de nous démarquer dans le secteur textile à Madagascar, mais aussi dans les différents pays où nous sommes implantés. Cet événement nous tient alors particulièrement à cœur parce qu’il nous permet de récompenser nos employés de leur dur labeur, de leur implication et de leur fidélité », a soutenu Harold Mayer, chief executive officer de Ciel Textile, samedi dernier, à l’occasion du CMEA 2019, au Centre de conférence international (CCI) à Ivato. A travers le CMEA, outre la valorisation des ressources humaines, Ciel Textile veut surtout cultiver la valeur essentielle de l’excellence dans chacun de ses employés, tout en générant un esprit de créativité mais aussi d’innovation et de compétitivité. « Cette année, notre chiffre d’affaires à dépassé les 300 millions d’euros pour la première fois. Et cet exploit, nous le devons à nos employés. Le CMEA est donc une occasion pour les encourager dans cette bonne lancée », ajoute-t-il.

Sept récompensés

Cette initiative de l’entreprise a été particulièrement saluée par Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat durant la célébration. « Certainement, si toutes les entreprises prennent conscience de la valeur du capital humain dans leurs activités, elles ne pourront qu’avancer. Certains opérateurs ont tendance à oublier que l’humain est le cœur qui fait fonctionner l’entreprise », a-t-elle défendu durant son discours. Ainsi, une dizaine de prix ont été décernés aux meilleurs employés, parmi les 18 000 collaborateurs du groupe Ciel Textile et aux meilleures usines parmi les 20 entités situées à Madagascar, à Maurice, en Inde et au Bangladesh. Parmi les lauréats figurent Jandine Ida Raharimaminjanahary de l’usine Aquarelle Madagascar basée dans la Capitale, Hanitra Razafimanantsoa pour celle située à Antsirabe, Sedramijoro Ferlin Ernest Ravoaviandriamampionona  de Laguna Madagascar, Jean René Randriamiandrisoa de l’usine Floréal à Antananarivo, Mampionona David Ravelondrainibe de celle d’Antsirabe, mais aussi Herinaina Benjanirina Victor Laria de Tropic Knits Mauritius et Benja Jeremia Ramanankoazy de Tropic Knits Madagascar. Les récompenses ont notamment été attribuées dans les catégories portant sur les thèmes suivants : « Sustainability » ou durabilité, « Act for our community », et « Act for our environment ».  

En tout cas, pour les années à venir, Ciel Textile compte bien étendre ses activités dans le pays, plus particulièrement à cause du fait que Madagascar reste une terre propice aux affaires.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Nuisible héritage

JIRAMA continue de sévir. Les menaces de délestage planent toujours et assènent aux moindres couacs. Et à la fin du mois, à titre de compensation, on vous présente une facture … salée. Quelles que soient les explications ou excuses avancées, par réseaux sociaux ou communiqués interposés, les usagers souffrent et continuent d'en pâtir. Pire, ce n'est pas encore pour demain la veille de la délivrance. Et on est bord d'une explosion.

 

La Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) au même titre que la Société nationale de transport, la Air Madagascar et toutes les Compagnies et Sociétés privées nationalisées, du moins la grande majorité, par le régime socialiste de Didier Ratsiraka périclitent les unes après les autres. Les banques avaient eu une chance par le fait que les anciens propriétaires avaient pu les récupérer. Par des efforts intenses et soutenus, les nouveaux acquéreurs plutôt les anciens proprios parviennent à les redresser. Ces rescapées de cette nationalisation à outrance existent encore et fonctionnent à merveille et manifestent même une seconde jeunesse. Le reste notamment JIRAMA et Air Mad, jalousement gardées par le régime délétère de Ratsiraka, végètent dans la boue.

Pourtant, la JIRAMA et Air Mad jouissaient de la fierté nationale. Des fleurons de l'économie du pays. Pour le cas de la Jiro sy Rano Malagasy spécialement, jusqu'en 1975, son ancêtre la compagnie des Eaux et Electricité de Madagascar (EEM) fit partie des Sociétés-clé de la Grande île au même rang que les banques (BNCI-OI, BAMES, BFC), etc. Le terme « délestage » fut inconnu sinon barbare à l'époque de l'EEM. Les usagers, ménages et unités de production confondus, vaquèrent sans souci à leurs activités respectives quotidiennes.

Durant le régime de la dictature rouge de l'Amiral Didier Ratsiraka, les Sociétés étatisées, en particulier la JIRAMA, tenaient au moins deux rôles majeurs : « boîtes » à caser les camarades et « vaches à lait » des tenants du pouvoir. A la chute de l'AREMA, Didier Ratsiraka légua en héritage aux générations futures des Sociétés ou entreprises « usées » ou « fatiguées » voire « exsangues » et ce sans parler ni insister sur la gestion catastrophique dont furent victimes ces unités de production. Au final, un héritage empoisonné voire nuisible.

La JIRAMA, de mal en pis, continue son parcours et fait galérer ses abonnés. Et nous y sommes ! A titre de rappel, le régime HVM de Rajaonarimampianina n'a pas survécu. Pour cause, les tenants des manettes au pouvoir, aux cravates bleues, ne parvinrent pas du tout à surmonter les difficultés de la Société nationale et créèrent des ennuis intenables à l'endroit des usagers. Le Chef de l'Etat, de l'époque, Rajaonarimampianina, échoua complètement des promesses qu'il n'avait pas pu tenir.

Les nouveaux maîtres du pays sous le signe de l'IEM, se gardant à des promesses mirobolantes, font des pieds et des mains pour venir à bout de ce nœud gordien. Mais apparemment, le nuisible héritage de la Deuxième République semble faire de la résistance. Les coupures persistent au grand dam des abonnés. A la moindre flotte, c'est le black-out total, ni courant électrique ni goutte d'eau !

Le Chef de l'Etat Rajoelina Andry, en homme de parole, réussira à relever le défi. Il appartient également aux nouveaux dirigeants de la JIRAMA de faire preuve de compétence.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Route Nationale 44 - Fin du cauchemar en 2021 !

C’est officiel ! Les travaux de bitumage de la RN44 reliant Moramanga et Ambatondrazaka ont débuté hier à Morarano Gare, Moramanga. 18 mois, telle est la durée annoncée pour l’ensemble des ouvrages. De plus, les dépenses liées aux premières étapes de cette réhabilitation seront directement prises en charge par l’Etat malagasy. Le cauchemar se terminera donc définitivement en 2021 pour les usagers de cet axe routier. Depuis les régimes qui se sont succédé dans le pays, le Président Rajoelina est le seul à concrétiser la promesse de réhabilitation de cette voie nationale.

 

Nombreux sont les avantages qui découlent de ces travaux de réhabilitation. Parmi eux, la promotion des activités agricoles, touristiques et industrielles de la région, ainsi que la promesse d’une amélioration du niveau de vie de la population. Les agriculteurs de la Région Alaotra Mangoro, ayant souffert de la dégradation de cette route nationale depuis belle lurette, ne manqueront certainement pas de pousser un grand ouf de soulagement. La Région Alaotra Mangoro retrouvera son statut de grenier à riz de Madagascar.

Multiples projets de développement

Dans son allocution, le Président Andry Rajoelina a réitéré que le développement de la Région Alaotra Mangoro a toujours figuré parmi ses priorités et ce, notamment à travers la réhabilitation de la RN44. A cet ouvrage s’ajoutera d’autres projets de développement dont la construction d’infrastructures sanitaires.

Plutôt dans la matinée, le Président Andry Rajoelina a effectué plusieurs visites dans le District d’Ambatondrazaka. Il a notamment visité le Centre hospitalier de Référence d’Ambatondrazaka où il a donné des consignes fermes en vue d’une rénovation et dotation d’équipements au profit de l’hôpital. Le Chef de l’Etat s’est, par la suite, rendu à la Centrale de la JIRAMA. Quatre groupes électrogènes d’une puissance respective de 700Kwa sont maintenant opérationnels à cet endroit. Le Président Andry Rajoelina a indiqué que la Centrale de la JIRAMA devrait être délocalisée en dehors de la ville dans les meilleurs délais. Il a ajouté que les contrats d’approvisionnement de la JIRAMA vont également être révisés et que l’utilisation des sources d’énergies renouvelables devra bientôt être mise en place. Enfin, la visite présidentielle s’est achevée au siège de la coopérative Haivy-LAC, un groupement d’artisans producteurs de matériels agricoles. Cette coopérative a participé au programme national « Fihariana » et contribue à l’atteinte de l’objectif de l’autosuffisance alimentaire du pays. Le Président Andry Rajoelina a exprimé sa volonté d’aider ces artisans dans le perfectionnement de leurs produits et leurs recherches ainsi que dans l’obtention de leurs brevets.

La Rédaction 

La Vérité0 partages

Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

Les cas de Hasimpirenena Rasolomampionona, député élu dans le District de Fandriana sous les couleurs de l'IRD, et Raveloson Ludovic Adrien alias Leva, député élu à Mahabo sous une liste indépendante, devraient être étudiés durant l'actuelle session ordinaire du Parlement. Une commission mise sur pied à l'Assemblée nationale pourrait leur permettre de recouvrer la liberté en attendant la décision de justice sur leurs cas respectifs. Le premier, épinglé dans une affaire de corruption dans la vente d'un domaine public, et le second,  accusé de détention illégale d'arme, ont en effet été jetés en prison, durant la campagne électorale pour les législatives.

Leur incarcération est intervenue après la date limite de dépôt des candidatures et à défaut de verdict de condamnation par la Justice, les candidatures des deux hommes avaient été maintenues par la Commission électorale nationale indépendante. En prison, ce sont leurs colistiers et équipes qui ont fait la campagne avec au bout, leurs élections. Des victoires confirmées par la Haute Cour constitutionnelle. Etant incarcérés les deux élus n'ont toujours pas mis les pieds au sein de l'Assemblée nationale alors que celle-ci a ouvert hier sa troisième session depuis sa mise en place. Un cas qui constitue un casse-tête pour les observateurs avertis de la vie publique malgache.

L'annonce faite par Christine Razanamahasoa présidente de l'Assemblée nationale,  hier, lors de la cérémonie d'ouverture de la session ordinaire du Parlement, à Tsimbazaza, devrait éclaircir le paysage pour ces deux élus. Durant son discours, la numéro Une de l'Assemblée nationale a en effet martelé la nécessité d'appliquer des dispositions du règlement intérieur de l'Assemblée nationale, adopté au mois d'août dernier lors de la session extraordinaire du Parlement et déclaré conforme par la Haute Cour constitutionnelle. Christine Razanamahasoa cite notamment une disposition concernant l'immunité parlementaire des députés. Une commission de levée de l'immunité parlementaire devra ainsi être mise sur pied, rapidement, selon la tenante du perchoir de l'Assemblée nationale. Cette commission sera chargée notamment d'étudier la suspension de la détention ou suspension des mesures restrictives de liberté des députés. Une mesure qui concerne notamment les députés qui bénéficient encore de la présomption d'innocence, autrement, dit des députés non encore condamnés, précise-t-elle. Un cas qui concerne les deux députés cités plus hauts. En tout cas, outre le cas de ces deux parlementaires, plusieurs dossiers chauds attendent les députés durant l'actuelle session et retiendront également l'attention des observateurs. Christine Razanamahasoa a cité hier notamment le projet de loi des finances 2020, la proposition de loi sur le statut de l'opposition, l'élection des représentants de l'Assemblée nationale auprès de la Haute Cour de justice, ou encore les relations de l'Assemblée nationale avec les partenaires publics et privés. Les projets de texte sur l'apatridie, ou encore celui sur le droit d'asile devraient également atterrir dans les casiers des députés au cours de cette session.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar

L’enquête sur la fuite de sujets du baccalauréat 2019 est loin d’être close. La Gendarmerie à qui l’affaire a été confiée continue de fouiller partout afin de trouver la source de la fuite qui, en se référant à des informations glanées ici et là, ressemble plutôt à une déstabilisation. A preuve, le directeur des examens nationaux est accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Dès l’éclatement de la fuite, le ministre de l’Enseignement supérieur a pointé du doigt ce haut responsable de par ses comportements.

En effet, celui-ci était au courant de l’existence de la fuite avant même le début de l’examen et malgré les directives du ministère de distribuer le sujet de garde, il est resté amorphe. C’est ainsi cette seconde accusation qui l’a conduit en prison alors qu’avant le juge l’a mis sous contrôle judiciaire. Une administratrice d’un groupe sur facebook a connu également le même sort que le directeur des examens nationaux.

A part ces deux personnes, l’état récapitulatif concernant la Région Analamanga mentionne le placement en détention préventive à la maison d’arrêt d’Antanimora d’un autre inculpé, un professeur au sein d’un groupe éducatif reconnu. D’après les informations, celui-ci possédait avant l’heure les sujets de toutes les matières du baccalauréat de l’enseignement général. Le coordonnateur du conclave figure également parmi les personnes suspectées et placées sous mandat de dépôt ainsi qu’un informaticien et un opérateur de saisie. En tout, le juge d’instruction à l’issue du déferrement au Parquet a ordonné pour le compte d’Analamanga la détention de 14 personnes.

A Imerintsiatosika où a eu lieu la première arrestation, sur les sept personnes arrêtées, trois ont été incarcérées dont le proviseur d’un lycée local. Deux autres enseignants dans la province de Fianarantsoa se trouvent eux aussi en prison. A part ces suspects en détention préventive, en attendant leur procès,  sept individus sont soumis sous régime de contrôle judiciaire tandis que 33 sur les 59 personnes arrêtées dans tout Madagascar ont obtenu la liberté provisoire. Une vague d’arrestations et de sanctions qui, certainement, feront réfléchir ceux ayant la mauvaise intention de désorganiser le déroulement des examens officiels, notamment la session spéciale prévue dans le courant de ce mois.

La Rédaction 

Midi Madagasikara0 partages

Manandriana : « Kalach » azo teny am-pelan-tanan’ny dahalo

Tsy miandry ireo mpitandro filaminana foana akory ireo fokonolona vao afaka miaro ny tananany sy ny fananany manoloana ireo asan-dahalo miha-mahazo vahana tato ho ato izay. Toy izany ny nitranga tao amin’ny Ambatolahindravahy, kaominina Talata Vohimena, distrika Manandriana ny alin’ny alahady teo. Nifandona tao amin’io tanana io ny Zazamainty (andrimasom-pokonolona) sy ireo andian-dahalo teo amin’ny telopolo lahy teo, nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika. Tsy nanaiky nolembenena anefa ireto fokonolona niaro ny fananany ireto. Vokany, dahalo iray no lavon’izy ireo ary azo teny am-pelan-tanan’izy ireo ny basy mahery vaika iray, Kalachnikov (type FAC). Tafaverina dahalo ihany koa ireo omby nangalarin’ireo malaso. Araka ny fampitam-baovao nomen’ny zandary dia « efa ho efa-bolana izao no nanaovana fanentanana ny fokonolona ao anatin’ny kaominina Talata-Vohimena mba handray anjara mavitrika amin’ny paikady atao hoe “Autodéfense villageoise”, ka anisan’ny fanatanterahana izany ny fiandrasan’ny Vondrona “Zazamainty” ireo kizo tena atahorana ». Raha ny zava-nitranga tokoa mantsy dia notafihana andian-dahalo ny tananan’i Soatono, ao amin’ny fokontany Sahamandresy. Omby miisa 35 no lasan’ireo olon-dratsy tamin’izany. Nanomboka teo no niambina ireo kizo (toerana na tanana mety handehanan’ireo dahalo) ireo Zazamainty ary dia izao niafara tamin’ny fifandonana tao Ambatolahindravahy izao. « Ny fifanomezan-tanana toa izao no handresena ireo dahalo » hoy ireo tompon’andraikitry ny zandary. Fantatra moa fa mbola mitohy ny famotorana ny amin’ny nipoiran’ity fitaovam-piadiana ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Accidents, parvenu, baccalauréat et Bruegel

Aussitôt apparu sur la page du ministère, ce « post » (photo) a été aussitôt retiré

Depuis que « facebook » est devenu l’outil d’influence par excellence de la planète réseau social « malgache », le reflet de la société locale que cet immense outil numérique se situe entre le macabre, et l’absurde, sans doute puisque c’est un produit né en Amérique.

A commencer par ces récents accidents et embardés dans les quatre coins du pays, sept morts, des dizaines de blessés, des bébés gisant dans la morgue… Bref, le sort est en train de faire sa chasse à l’homme malgache apparemment.

Ensuite, il y a ces « posts » complètement « trash », il faut se l’accorder, mais lâcher par la page d’une institution, cela paraît quelque peu burlesque. Il y a quelques semaines ou quelques jours, on imagine la tête du « community manager » du ministère, celui-ci a diffusé un message : « Raha tsy tianao ny ho tara dia miaingà aloha », pour dire « Si tu ne veux pas être en retard, pars tôt ».

En quelques minutes, des centaines de personnes se sont insurgées, actuellement, la colère n’est plus trop du côté des « facebookers », plutôt choisir l’ironie, peut-être par pure résignation. Des dizaines de partages après, le ministère a retiré le post de son mur. Sûrement, quelques-uns ont réussi à faire une capture d’écran.

Ils ont aussi fait le buzz, ce baccalauréat 2019… Ces fuites de sujets, ces candidats et candidates à la lumière d’une bougie vers 21 h encore en train de passer les épreuves… et tout cela qui a failli gâcher cette fête d’anniversaire.

On ne sait de quelle manière, mais Madagascar rappelle de plus en plus au « Les moissonneuses » de Pieter Bruegel. Dans une belle campagne foisonnante, une terre qu’on imagine fertile, des animations ludiques, une mer, une église garantie d’une morale existante… Des personnages rembourrées, des travailleurs, profitant de la quiétude des bonnes récoltes… Pourtant, leurs visages sont monstrueux, tels des bêtes résignées…

Au centre de toute cette bénédiction presque divine, l’homme semble exténué. Un acharnement obéissant au travail laissant transparaître ce faciès de « zombie ». A la différence que sur cette belle île Rouge, les zombies se mangent ou se snobent entre eux.

Depuis longtemps, les interprétations ont pensé que l’œuvre de cet artiste du XVIe siècle affirmait la belle époque. Décrivant une nostalgie des bombances et des ripailles. Au fil du temps, il s’avérait que le peintre rappelait également la condition du « petit peuple », tandis que les seigneurs et le clergé se pavanaient, barbotaient dans les mares… Les bateaux engorgés quittaient le port pour on ne sait quelle contrée.

Trahissant son message à travers les rictus de névrosé arborés par les personnages en premier plan, Bruegel avait déjà un temps d’avance.

Quelque part, il est difficile de ne pas se dire que la société malgache actuelle est devenue une vaste mise en scène grâce aux réseaux sociaux. A force, les utilisateurs vouant un « culte » à cet outil risqueront d’être déconnectés de la réalité, et surtout de sa dynamique.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

AES : Une synergie des actions avec les PTF

Le Gal de Brigade, Hajatiana Rasolomanana est le directeur général par intérim de l’AES.

Organiser une réunion avec tous les partenaires techniques et financiers (PTF) pour une meilleure synergie des actions. Telle est l’une des priorités du nouveau directeur général par intérim de l’AES (Alimentation en Eau dans le Sud), le Général de Brigade, Hajatiana Rasolomanana, lors de la passation de services avec son prédécesseur hier dans ses locaux à Behoririka. « Cela fait 38 ans que l’on a créé l’AES, mais le problème persiste encore. Même en tant qu’intérimaire, je compte bien contribuer dans la recherche de solution définitive en matière d’approvisionnement en eau potable les districts d’intervention, qui sont localisés dans trois régions, à savoir, Atsimo-Andrefana, Anosy et Androy », a-t-il évoqué. Pour ce faire, il va effectuer une descente sur le terrain afin d’établir l’état des lieux dans ses zones d’intervention. Mais comme actions à court terme, « nous visons la réhabilitation des branchements qui ne sont pas encore opérationnels. Un appel de fonds sera également lancé étant donné qu’aucun projet d’investissement n’a eu lieu cette année au niveau de l’AES. Notre mission est de contribuer à l’objectif du ministère de tutelle, qu’est l’accès à l’eau potable pour 70% des ménages à l’horizon de 2023 », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

« Feeling far west » : L’histoire des Etats-Unis illustrée à travers la peinture

Zouzar fan de rock et de la musique country, il fera des esquisses de la vie quotidienne des Cow-boys.

Deux peintres atypiques exposeront leurs œuvres à la Feuille d’Erable à Antaninandro du 17 octobre au 1er novembre.  Zouzar Valibhay  et Apache présenteront  plus d’une  vingtaine de  tableaux.   « Feeling far west » tel est le thème proposé par ces deux artistes. Les œuvres exposées tourneront autour de ce sujet. Ils  raconteront l’histoire de l’Amérique du Nord à travers leurs toiles.  Paysagistes et portraitistes, ces artistes combineront leurs savoir-faire pour émouvoir le public. Passionnée de l’histoire des amérindiens depuis son époque de lycée,  Apache dessine des portraits des Navajos, peuple amérindien d’Amérique du Nord. Quant à Zouzar, fan de rock et de la musique country, il fera des esquisses de la vie quotidienne des Cow-boy du 19e siècle.

Point commun.  Dessinateur depuis 2010, Apache  a fait sa première exposition à l’IKM il y a 15 jours. Son talent fascine les visiteurs, y compris   Zouzar. En regardant ses œuvres, celui-ci   a été impressionné de son univers pictural.  Ainsi, les deux artistes ont discuté, et ont élaboré un projet.  « J’ai rencontré Apache lors de son exposition.  Nous nous sommes dit, il faut qu’on réalise quelque chose ensemble », a-t-il avancé.  Zouzar et Apache partagent  le même goût. Sans parler du troisième art, ces deux hommes sont des protecteurs farouches de l’environnement. Une occasion pour l’assistance  de découvrir cela  lors du vernissage qui aura lieu 17 octobre.

Iss Heridiny   

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – Coupe de Madagascar jeunes : GNVB triomphe en U20 garçons

Les volleyeurs de la Gendarmerie Nationale Volley-ball (GNVB) ont remporté le titre chez les juniors en évitant aussi le zéro pointé.

Les garçons ont sauvé l’honneur des filles. La GNVB victorieuse de la finale l’opposant à l’Akany Sambatra Itaosy volley-ball par trois sets à un, a permis à la gendarmerie nationale de rentrer avec un titre chez les jeunes. Au terme de cette finale où les deux équipes se connaissent très bien, le collectif de la GNVB a fait la différence devant une belle résistance des gars d’Itaosy. La bande à Steven a remporté les deux premiers sets sans aucune encombre (25-21 et 25-16). Le réveil des Nisi, Harivelo et compagnie de l’ASI ne se fait pas attendre au troisième set en coiffant les gendarmes par 25 à 21. Il a fallu passer au quatrième set pour que la GNVB puisse boucler la boucle  par 25 à 15. « On aurait du plier le match en trois sets, mais, les joueurs ont eu trop de confiance et ont sous-estimé un peu l’adversaire qui a profité de l’occasion pour mener leur jeu. Heureusement, les joueurs ont repris la concentration au quatrième set. On a renforcé les attaques hautes et ils ont assuré aussi le service, ce qui a fonctionné » nous a livré Thierry Ranaivoson, coach de la GNVB. Un des artisans de cette victoire, Michel a été élu par les techniciens comme meilleur joueur de la compétition. L’équipe du CVBF de Farafangana complète le podium. Rideau alors sur cette coupe de Madagascar jeunes au Complexe sportif de Mahajanga qui a vu la participation de dix équipes en U16 filles, trois en U16 garçons, neuf en U20 filles et six en U20 garçons. « Tout au long de ces huit jours de compétition, j’ai constaté l’amélioration du niveau des joueurs et joueuses. C’est encourageant aussi de voir des joueurs et joueuses qui ont de gabarit et qui étaient des perles rares dans le monde du volley-ball malgache », a fait savoir Jean Honoré Razafinjatovo, directeur technique national au sein de la Fédération malgache de volley-ball. 90 matchs étaient au programme de ces rendez-vous des jeunes. Un classement sera établi par la direction technique nationale à l’issue de ces compétitions qui servira de point de départ pour la saison 2020.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimahasoa : Dahalo roa maty voatifitra, telo hafa azo sambo-belona

Nandritra ny fifadonana nisy teo amin’ny mpitandro filaminana mampandry fahalemana any amin’ny Distrikan’ Ambohimahasoa (Zandary sy Tafika BIA) sy ireo dahalo mpanakan-dalana mpangalatr’omby am-polony mitam-piadiana, tao Maroavaratra, Fokontany Andrainafototra, any amin’ny Kaominina mabanivohitra Ambalakindresy, ny marainan’ny asabotsy teo, dia dahalo miisa roa no lavon’ny bala tsy afa-manohy ny asa ratsiny intsony. Dahalo telo lahy kosa voasambotra, ary tafaverina ny omby folo avy nangalarin’ireo malaso. Raha ny fanazavana azo, vao niainga kely tao Besora hanao fisafoana amin’ny faritra manodidina ireo mpitandro filaminana no nahazo vaovao fa misy fanafihana ao Maroavaratra. Namonjy ny toerana voatondro ireo mpitandro filaminana izay hary fitaovana tsara sy feno herim-po, ka raikitra ny fifadonana. Karohina fatratra kosa amin’izao ireo dahalo tafaporitsaka, raha atao fanadihadiana lalina ireo telo lahy azo sambo-belona.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Star Tour Tamatave : Les vacances seront clôturées en beauté

Cyemci, l’un des Dj qui va faire bouger le monde à la plage de Toamasina

Après avoir  rendu  visite  à la capitale  du Vakinankaratra  et celle du Sakalava de Boeny, la caravane de Star Tour passera à Toamasina. Diverses  activités animeront la capitale betsimisaraka  du 26 au 27 octobre.  Selon les organisateurs, comme l’année dernière, le concept reste le même.  La plage accueillera les vacanciers et la population de Toamasina.

Les deux grands  humoristes    Honorat et Barhone seront invités pour divertir le public  avec des sketchs. Les amoureux de la poésie urbaine   seront servis car un Concours de slam sera organisé. Un Karaoké sera aussi dans le programme de l’organisateur. Les jeunes demoiselles pourront imposer leur style. Les bêtes de scène garantiront l’ambiance le soir. Le soir du samedi 27 octobre. Le chanteur de Rnb Lion Hill et  Stéphanie se succéderont sur la scène suivie d’une discothèque géante jusqu’à l’aube pour les noctambules   avec les Djs Teejay Jerry, Cyemci el SnoopyJoy. Les artistes interprèteront leurs tubes comme Lamban’akoho et Raosy jamba. La journée dominicale du  27,  Joudas et Tence Mena partageront  la scène aux sons du dancehall et de la musique tropicale. Agnilanao et tompom-bady seront sûrement dans le répertoire de ces deux grosses pointures.

Les organisateurs rassurent que  « la sécurité sera assurée par les forces de l’ordre et les sécurités civiles sur tout le site pendant les deux Jours. La croix rouge sera également présente pour assurer les premiers secours en cas de nécessité. Par ailleurs, l’équipe de la Société Tananarivienne de Réfrigération  sera mobilisée pour la propreté du site durant et après l’évènement ». Alliant loisirs et divertissements, Star Tour Tamatave est un événement de convivialité à vivre avec les proches pour la fin de ces vacances. Cette édition de Star Tour Tamatave sera en étroite  collaboration avec Orange Madagascar.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Mpanao gazety notafihana andian-dahalo mitam-piadiana

Manoloana ny firongatry ny tsy fandriampahalemana misy ao an-tampon-tanànan’i Sambava, dia kivy ny mponina, satria amin’izao fotoan’ny « Vavasaha » fiakaran’ny vokatra lavanila izao, dia tsy mifidy asiana sy robaina intsony ireo jiolahy, fa izay sendra azy ireo dia mitondra faisana avokoa. Ny alin’ny alatsinainy hifoha omaly talata, tokony tany amin’ny iray ora naraina tany ho any, dia tranona tovovavy mpiasana haino aman-jery mipetra-drery, izay monina ao amin’ny Fokontany Besopaka no norobain’ny andian-dahalo nitam-piadiana, ka lasan’ireo tsy mataho-tody avokoa ny entana rehetra tao an-trano, ary nadio sy babangoana ny trano novantanan’ny tompony omaly. Raha ny fanazavana azo, dia tsy tao an-tranony ny tompon-trano tamin’io fotoana io, fa namita iraka tany Antalaha nanomboka ny asabotsy naraina teo. Raha ny vaovao voaray hatrany, noho ny tahotra, tsy nisy sahy nivoaka ny trano na dia iray ireo mpifanila-bodirindrina.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Karaté-Mawado : Allain Rajaonarison à la rescousse des karatékas malgaches

Allain Rajaonarison en action lors du stage à l’ANS Ampefiloha

La grande famille du karaté-do s’est réunie ce week-end pour un stage organisé par Madagascar Wado-Ryu (MAWADO) à l’ANS Ampefiloha. Ce stage a été dirigé par Allain Rajaonarison, un ancien élève du club AKKA, et devenu actuellement un haut gradé et diplômé en karaté-do. La porte du gymnase de l’ANS était ouverte pour tous les styles. Cependant 75 karatékas chez les seniors et 80 karatékas chez les jeunes, ont assisté à cet événement , et ils étaient issus de la ligue d’Analamanga, du Vakinankaratra et de Haute Matsiatra. Sensei Allain les a enseignés sur les Tai Sabaki, Nagasu, Inasu, Noru, les Renzuku Waza, et sur les techniques de base de Wado-Ryu académie, notamment sur les souplesses et les décontractions du corps. Sa mission continue durant son passage à Madagascar. Ce sera le tour de la ligue d’Atsinanana de l’accueillir les 26 et 27 octobre prochains. A noter que Allain Rajaonarison et Jeannot Ranarivony ont juste terminé un stage d’excellence lors de la dixième rassemblement annuel Wado-Ryu en France, qui a regroupé les ceintures noires mais surtout tous les hauts gradés en septembre.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Droit de l’homme : « 28 ans plus tard », la détention préventive excessive au cinéma

Fifaliana Nantenaina, le réalisateur de « 28 ans plus tard »

Voilà maintenant plusieurs jours que la promotion et la protection des droits humains font l’objet d’une mobilisation en masse.  Dans la programmation, le film de Nantenaina Fifaliana a été projeté hier au Plazza Ampefiloha.

Plus qu’un film, « 28 ans plus tard » de Fifaliana Nantenaina traite d’un sujet épineux.  La détention préventive excessive qui fait plus de victimes que l’on ne le pense. Dans « 28 ans plus tard » c’est la propre mère du réalisateur qui incarne la figure de la victime. Une femme parmi tant d’autres, une proie du système judicaire malgache. En 27 minutes, le large public a eu un aperçu de « l’enfer sans flamme »  qu’Emma Ramamonjisoa peint à travers ses mots, et ouvre une fenêtre sur la dure réalité dans les milieux carcéraux.  Dans ses propos, elle n’hésite pas car « si je ne parle pas, je serais complice de cette injustice ».

Le film en revue retrace une pièce de l’enfance du cinéaste « c’est l’histoire de ma mère qui a été emprisonnée. Elle  raconte une réalité déconcertante en préparant le repas et allant faire des courses ». Elle y relate son histoire qui s’est passée en 1991 après s’être fait arnaquer par une dame. Elle raconte en gros les horreurs qu’elle a vécues dans la prison d’Antanimora pendant six mois. « Je voulais faire ce film depuis pas mal de temps parce que c’est un drame qui mérite d’être raconté. Je dis un drame familial car j’ai été privé de ma mère six mois de mes premiers jours en tant qu’enfant», poursuit-il. Le réalisateur se passe de musique de fond. Chaque voix, chaque bruit de fond, donne encore plus de dimension au film, et attire toute l’attention du spectateur sur l’essentiel.  Dans le film, Emma Ramamonjisoa qualifie la prison d’ « enfer sans flamme ». La carence alimentaire et les aléas des prisons inadmissibles. Des conditions d’incarcérations précaires pour lesquels  Amnesty international et plusieurs Ong malgaches tentent de mettre à la lumière du jour. A la fin de la projection, d’autres victimes ont apporté des témoignages poignants qui ont suscité mille et une questions sur le sujet, malgré la situation actuelle qui reste néanmoins « difficultueuse ».

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Basketball-Championnats U16 : Phoenix et Mb2all sacrés champions

Le terrain de Manakara était sous le feu du projecteur la semaine dernière lors des championnats U16 du basketball. Rien n’était perdu pour la ligue d’Analamanga car son honneur a été toujours sauvé par le Mb2all chez les garçons. La bande à Christodin a arraché le titre  en renversant BCF Amorin’i Mania sur le score de 59 à 54. En effet, ce dernier a pu éliminer les stars de Dream Team Sporting Club dans la souffrance (50-47), malgré un bon match réalisé par les protégés de Rija en premier et deuxième quart-temps. Du côté filles,  pas de chance pour Analamanga, puisque Phoenix Vakinankaratra a fait la différence, en s’imposant face à Sepa 67ha sur le score de 57 et 41 en finale.  Quant à l’Ascut, ses deux équipes ont terminé à la troisième place. Ses filles ont écarté Cosfa sur le score de 70 à 44, et ses garçons ont eu raison de 2BC sur le score de 92 à 61. Pour les titres individuels, Salohy Rasendrasoa de l’Ascut et Jean Paul du 2BC Analanjirofo ont  gagné les trophées de meilleurs marqueurs. Maya Nirinaharisoa de Sepa 67ha et Christodin du Mb2all ont remporté les trophées de meilleurs joueurs. Les championnats nationaux du basketball se poursuivent à Toliara pour les U-18 cette semaine.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Plan Régional de Développement : Repérage pour les Trano Mora à Belobaka

Le chef de région par intérim de Boeny et son équipe à Belobaka pour repérer les terrains qui vont accueillir les « Trano Mora ».

La mise en œuvre des projets pour l’émergence de Madagascar est menée, non seulement dans la Capitale, mais également dans les autres régions.

 Samedi dernier, le chef de région par intérim de la région Boeny, Clavelah Vanombe Bazezy, l’équipe de l’IEM (Initiative pour l’émergence de Madagascar) Boeny, ainsi que quelques géomètres se sont rendus dans la commune de Belobaka. Le but de la visite, faire un repérage des lieux pour la construction prochaine des fameux « Trano mora ». Le Dr. Emma Roseline Rasolovohangy, représentante des bailleurs américains était également avec la délégation du chef de région lors de cette descente sur terrain. Selon les explications, la région de Boeny aurait pour mission de faciliter la réalisation de ce projet, et que c’est pour cette raison que les responsables ont décidé de venir voir de plus près les éventuels terrains qui pourraient accueillir le projet « Trano Mora ».

Les « Trano Mora » à construire à Belobaka sont  destinées  aux fonctionnaires, toujours d’après les détails fournis par les responsables. Les bénéficiaires ont la possibilité de payer le prix de la maison par tranche, plus précisément avec un système de prélèvement mensuel. Une fois que le coût total de l’immobilier réglé, la personne devient propriétaire du bien et du terrain. 2000 logements sont prévus être construits dans la capitale de Boeny. Enfin, concernant ceux qui ne sont pas fonctionnaires mais qui souhaitent acheter une « Trano Mora », leurs cas seraient encore à étudier ultérieurement.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

RIM 2019 : Le classement final

Le verdict du Rallye International de Madagascar du week-end à Moramanga, a offert quelques surprises parfois désagréables comme celle qui est arrivée à l’équipage Fred-Andry Tahina qui a dû abdiquer alors qu’il pratiquait la course en tête avec les frères Randrianarivony, Rivo et Ando.

Pareil pour Teddy et Herman également trahis par la Ford Ranger et qui ont dû finalement se contenter de la 8e place du général  alors qu’il menait devant tous les Tout Terrains. Et c’est finalement Haja Danielson qui s’offre le titre en T2 avec sa Ssangyong.

L’autre surprise est l’œuvre de Sitraka qui termine à la seconde place avec sa Subaru Impreza devant la Mitsubishi Evo X de Hery Be et Lala. Ces derniers réalisent ainsi leur meilleur classement de la saison mais ils auraient pu faire mieux sans les quelques ennuis mécaniques à mi-parcours à la 12e spéciale.

En attendant, voici le top 10 de ce Rallye International de Madagascar 2019 :

1er) Rivo et Ando sur Subaru Impreza R4

2) Sitraka et Rado sur Subaru Impreza

3) Hery Be et Lala sur Mitsubishi Evo X

4) Haja et Rivo sur Ssangyong

5) Tonio et Jordan sur Subaru Impreza

6) Freddy et Jimmy sur Isuzi  D- Max

7) Anjabob et Tsitsi sur VW Golf

8) Teddy et Herman sur Ford Ranger

9) Koloina et Sonia sur Citröen Saxo

10) Fidinera et Alain sur Renault Clio

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

INSCAE : Des étudiants entrepreneurs s’affichent

Comme à l’accoutumée, l’association des étudiants de l’INSCAE (Institut National des Sciences Comptables et de l’Administration d’Entreprise), organise depuis hier, des « Journées entreprises » dans l’enceinte de cet institut aux 67ha.

A cette occasion, 32 entreprises y ont participé activement. Parmi lesquels, des groupes d’étudiants en 2e et 3e Année de l’INSCAE qui sont déjà des entrepreneurs formels, s’affichent pour la première fois en commercialisant leurs produits. « Bon nombre d’entre nous qui avons lancé des projets lucratifs en montant un business plan dans le cadre de nos études, plus précisément, par le biais de la matière « Comportement de manager et entrepreneurship ». Nous les réalisons selon nos moyens. Et cela devient même une activité principale pour certains d’entre nous », a expliqué le président de l’association. Pour Aïcha, elle met en œuvre un projet « sport diète » en ciblant les clients des salles de sport. « Nous leur proposons ainsi des menus diététiques leur permettant de perdre des poids tout en restant en pleine forme », a-t-elle confié. Quant à Agnès, elle a créé sa propre marque de vêtements de sports dite « Afo » au profit de tous les athlètes de différentes disciplines tout en promouvant le patriotisme économique. « On peut aussi gagner même si l’on ne porte pas des maillots de marque « nike » entre autres. Nous avons déjà honoré des commandes de moins de 200 T-shirts pour l’INSCAE, et un contrat de fournitures de 2 000 autres T-shirts est en vue prochainement », a-t-elle assuré.

Rentabilité. S’agissant du projet mené par Axel et son équipe, ils ont lancé le « Milkshak’Addict », une marque de gourmandise à base de biscuit Oreo avec des goûts très variés. « C’est très prisé par les jeunes car nous avons pu écouler nos produits en l’espace de quelques heures. Nous envisageons de mettre en place des points de vente prochainement », a-t-il raconté. Et pour le groupe de Nomena, il produit du « rainbow pao », soit coloré selon les ingrédients tels que formage, bœuf et poulet. « Au début, nous produisons 40 pao, maintenant, nous pouvons en produire 200 unités par jour », a-t-il témoigné. Notons que leurs projets ont démarré à peine un mois. Et enfin, Manou se lance dans le commerce en ligne de vêtements recyclés pour femmes avec des accessoires, depuis le début de l’année, et ce, via des réseaux sociaux. « Nous avons actuellement plus de 800 abonnés sur Instagram, entre autres », dixit-elle. Ces étudiants entrepreneurs témoignent que leurs projets, même si c’est encore en phase de démarrage, affichent déjà une rentabilité.

Encadrement. Par ailleurs, « la mise en relation entre ces étudiants start-uppers et les grandes entreprises, est à l’honneur dans le cadre de ces « journées entreprises », à part l’organisation des conférences et des tests de personnalité, ainsi que du speed recruting. Nous n’apportons que de l’appui logistique et de l’encadrement pour la tenue de cet événement organisé par l’association des étudiants de l’INSCAE », a évoqué Harimino Rakoto, le directeur général de cet institut. Pour cette journée, des animations et divers jeux seront organisés.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Journée internationale des filles : Différentes formes de célébration

Aperçu de la célébration de la journée internationale des filles à Mahamasina (crédit photo : Princy)

Vendredi 11 octobre était la journée internationale dédiée aux filles dans le monde. Un événement qui n’est pas passé inaperçu à Madagascar. Pour l’occasion, quelques organisations ont tenu des manifestations dans la capitale sous différents angles.

Pendant la matinée du vendredi, on a pu voir quelques stands érigés devant le stade municipal de Mahamasina. C’est l’association Fianakaviana Sambatra (FISA) qui était l’instigatrice de cet événement, rejointe par l’association AfriYan.  Selon les explications du Dr. Rabakomahefa Voahirana, Responsable de recherche, suivi et évaluation de FISA, « cette célébration se concentre sur la responsabilisation des jeunes filles dans la vie de société, base d’un meilleur futur pour elles »..Une journée où l’on a pu noter la présence des représentants des ministères de la Santé, de la Jeunesse et  de l’Education, ainsi que l’animation de la chanteuse Stéphanie qui à ce qu’il paraît est sensible à cette cause. De son côté, l’Unicef et l’UNFPA ont également co-organisé une célébration de la journée internationale des filles à l’hôtel Panorama. Cette fois-ci, le thème choisi était « des filles fortes, inarrêtables et sans stéréotypes ».  A travers cette célébration, les organisateurs ont voulu faire entendre les témoignages de quelques adolescentes souhaitant devenir des acteurs de changement dans la société, tout en inspirant d’autres jeunes filles. En gros, voilà donc les deux grands événements qui ont marqué cette journée internationale des filles à Madagascar. Discrets diront certains, d’autres y verront un pas en avant pour les jeunes filles malgaches. En tout cas, ces deux « festivités » ont déjà le mérite d’avoir été organisé.

La Journée internationale des filles. L’ONU a décrété en 2012 le 11 octobre comme étant la journée internationale des filles. Mais dans quel but ? Cette date a été consacrée en raison du fait que les petites filles et les adolescentes font souvent face à des difficultés différentes : grossesse et mariage précoce, exploitation, travail domestique, violence, trafic ou encore l’excision dans certaines régions du monde. Si le 11 octobre est aujourd’hui une date dédiée aux jeunes filles, on le doit aussi quelque part à l’ONG Plan International qui mène depuis plus de 80 ans plus de 500 projets pour la protection des droits des filles à travers le monde.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ambondrona : Trano lehibe may kila

Omaly tokony ho tamin’ny fito ora hariva tany ho any, trano lehibe iray no nirehitra tetsy Ambondrona, lalana mizotra ho any Faravohitra iny. Araka ny filazan’ireo nanatri-maso teny an-toerana dia niainga tao amin’ny rihana voalohany ny afo ary niampita nihazo ny rihana manaraka. Voalaza fa vokatry ny court-circuit no nahatonga ny loza. « Tamin’ilay herinaratra tapaka dia niverina tampoka iny ». Marihana fa avotra avokoa ireo olona tao anatin’izany trano izany, raha, zara raha nisy voavonjy kosa ny entana rehetra. Hatramin’ny ora nialànay teny an-toerana, tokony ho tamin’ny sivy latsaka teo ho eo dia mbola nitohy namono ny afo ny mpamonjy voina. (sary Yvon Ram)

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Rougeole : A quand la fin d’épidémie ?

Déclarée au mois de septembre 2018, la rougeole n’a pas eu jusqu’ici sa déclaration de fin d’épidémie à l’échelle nationale.

Les données sur l’épidémie de la rougeole recueillies auprès d’une source fiable le 24 septembre 2019 dernier, font état de « 204 407 cas enregistrés dont 948 décès ». Une situation qui correspondrait à « un taux de létalité de 0,5% ». Si d’un côté, la flambée de rougeole emprunte une courbe décroissante, « la déclaration de fin d’épidémie ne serait effectuée à l’échelle nationale tant que des cas cliniques sont notifiés dans un ou des districts du pays ». Ce qui ne serait plus qu’une question de temps d’après les dires du Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la promotion de la santé auprès du ministère de la Santé publique. « La déclaration est tributaire du seuil épidémique. L’on ne peut la faire tant que l’on notifie des cas cliniques. Et nous sommes actuellement en attente de ce seuil. Ce qui ne devrait plus pour être longtemps ».Ce qui est confirmé par notre source. « La déclaration de fin d’épidémie ne peut être effectuée si aucun district de santé ne notifie au moins cinq (5) cas suspects ou trois (3) cas confirmés en quatre (4) semaines successives ». Ainsi « aucun décès n’a été enregistré depuis la semaine vingt-quatre (24). Par ailleurs « cent districts ont notifié zéro cas. Si cinq autres ont notifié cinq cas ou moins. Six districts quant à eux ont notifié plus de cinq cas ». Par ailleurs, les informations sont difficilement accessibles du côté du ministère de la Santé publique. L’on est toujours dans l’expectative et l’on ne sait plus si le rôle de communiquer les informations relatives à la situation de la rougeole et/ou de la peste relève du ressort de la direction de la promotion de la santé (DPS) ou celui de la direction de la veille sanitaire, de la surveillance épidémiologique et de la riposte (DVSSR).

Actions. Divers facteurs ont été avancés pour expliquer une telle flambée de la maladie depuis 2018. « L’absence de deuxième dose de vaccin anti-rougeole dans le calendrier vaccinal du pays, la faible couverture vaccinale en vaccin anti-rougeole des cinq dernières années (63%-58% selon les enquêtes MICS 2018) ». Outre la riposte vaccinale en trois phases de campagne ayant ciblé des enfants de six mois à neuf ans, la prise en charge gratuite des cas auprès des hôpitaux, CSB et communautés, des actions à long terme sont prévues par les parties prenantes pour en finir une bonne fois pour toute, avec l’épidémie de rougeole. Si la revitalisation de la vaccination de routine devrait bientôt être lancée dans deux régions du pays (Alaotra Mangoro et Ihorombe), l’on prévoit également le vote d’une loi portant sur la sécurisation du financement de la vaccination à Madagascar. Jusqu’à l’heure où nous mettons ces informations sur colonnes, aucune information concernant les tenants et aboutissants de ladite loi n’a été obtenue. Le fait qu’elle vise à sécuriser le financement de la vaccination fait, par ailleurs, poser des questions sur la gouvernance des fonds alloués à la vaccination à Madagascar.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping à Ambohimangakely : La fillette sauvée, ses ravisseurs arrêtés

Cynthia (nom fictif), la fillette d’un an et demi a été bel et bien sauvée. Hier, elle a pu rentrer chez ses parents après un examen médical. Un peu fatiguée, Cynthia comportait quelques tâches bleues sur son corps. Elle n‘a pas arrêté de pleurer durant ces deux jours de séquestration par  ses ravisseurs . Vers 10heures et demie, hier, la gendarmerie d’Ambohimangakely a fini par attirer l’un des malfrats dans un guet-apens, après une stratégie mûrement réfléchie. Saisie de l’affaire, les enquêteurs ont pu identifier l’endroit auquel devrait se tenir le paiement de la rançon. Les parents de la petite Cynthia ont beaucoup coopéré que les investigations n’ont pas pris du temps.On a fini par localiser le « cash point » auquel la rançon d’une valeur de 14 millions d’ariary devrait être envoyée. L’endroit se situe au By-pass. De bon matin hier, des éléments en tenue civile ont observé tous les mouvements et comportements des usagers de la place indiquée. Ils ont fini par identifier le suspect, un jeune homme qui ne cessait d’utiliser son portable aux alentours du cash point. Il ne restait plus alors qu’appeler le numéro utilisé durant la correspondance des ravisseurs avec les parents de Cynthia. Et là, bingo ! Le kidnappeur a décroché et on imagine le reste de l’action. Ce dernier a fini par avouer et encore plus, montrer la cachette de Cynthia. Puisque la vie de l’enfant est en danger, la gendarmerie a tout de suite fait le déplacement jusqu’à une maison située dans un village aux alentours d’Ambohimalaza. Après les sommations d’usage, les deux gens à l’intérieur ont compris qu’ils n’avaient plus aucun choix. L’enfant est sortie sain  et sauf  malgré un signe de fatigue et quelques bleus sur son corps. Sa nounou, le présumé cerveau de l’affaire, s’est rendue les mains levées avec son complice. L’enquête préliminaire a été aussitôt ouverte par la brigade d’Ambohimangakely. Il faut admettre l’efficacité de ses enquêteurs qui n’a pris que deux jours pour démanteler le réseau du criminel, et encore, avec le peu de moyens en sa disposition. Oui, beaucoup sont les kidnappings du genre qui n’ont jamais été résolus…

Didi R.

Midi Madagasikara0 partages

Déclaration de patrimoine : Les ministres tenus d’indiquer leurs biens et comptes bancaires à l’étra...

La déclaration de patrimoine devrait permettre de savoir si un ministre s’est appauvri ou enrichi durant le temps où il était aux …affaires

La République Malgache est née le 14 octobre 1958 à 10h 50, une date qui avait marqué la fin de l’annexion de Madagascar mais qui semble avoir été reléguée dans les oubliettes de l’histoire.

Le 61e anniversaire de la proclamation de la République n’a fait hier l’objet d’aucune commémoration officielle. Seule l’héritière du PSD Eliana Bezaza a dérogé à cette amnésie collective. Et ce, nonobstant le hasard du calendrier qui a fait en sorte que la HCC publie le jour du 14 octobre, le formulaire de déclaration de patrimoine pour les ministres de la République. La Quatrième du nom qui n’aurait pas existé sans la Première République durant laquelle, les membres du gouvernement n’étaient pas pas encore, tenus de déclarer leurs biens.

Renseignements personnels. Six décennies après, la déclaration de patrimoine est devenue une obligation légale pour les princes qui nous gouvernent et/ou qui nous représentent. Tout particulièrement pour les ministres qui ont huit pages de renseignements personnels à remplir. Cela commence par la date de naissance, la profession, les numéros de téléphone et l’adresse mail. Vient ensuite le descriptif des activités professionnelles donnant lieu à rémunération ou gratification exercées à la date de la nomination, mais aussi au cours des cinq dernières années.

Conflit d’intérêts. Doivent aussi être déclarées, les activités de consultant exercées à la date de la nomination et au cours des cinq dernières années avec identification de l’employeur ou de la structure sociale d’emploi ; description de l’activité professionnelle ; et rémunération ou gratification perçue.  Même topo pour les participations aux organes dirigeants d’un organisme public ou privé, ou d’une société à la date de la nomination ou lors des cinq dernières années. Sans oublier les participations financières directes dans le capital d’une société à la date de la nomination. Le ministre est aussi tenu d’indiquer les activités professionnelles exercées à la date de la nomination par son conjoint avec identification de ce dernier et description de l’activité en question. Font aussi partie de la déclaration, les fonctions bénévoles susceptibles de faire naître un conflit d’intérêt ; les fonctions et mandats électifs exercés à la date de la nomination ; les activités professionnelles ou d’intérêt général, même non rémunérées, que le membre du gouvernement envisage de conserver.

Origine de la propriété. Concernant son patrimoine proprement dit, le déclarant doit énumérer ses comptes bancaires (courants ou d’épargne), ses livrets d’épargne et même les espèces ou autres. Avec leur valeur à la date de la déclaration. Sont également détaillés dans la déclaration, les immeubles bâtis ou non bâtis avec l’adresse, la nature du bien et superficie ; l’origine de la propriété (acquisition, succession, donation…) ; le régime juridique ; la date d’acquisition ; le prix d’acquisition et le montant des travaux effectués depuis ; la valeur vénale à la date de la déclaration.

Assurance vie. Le membre du gouvernement a également l’obligation de déclarer ses véhicules terrestres à moteur, bateaux, avions, etc… Avec indication de la nature, de la marque, de l’année d’achat, de la valeur d’acquisition et de la valeur actuelle. Idem pour les valeurs mobilières avec la dénomination et l’objet de l’entreprise, le prix d’acquisition, la valeur actuelle et le pourcentage de participation dans le capital social. Même formalité pour les fonds de commerce ou clientèle, charges et offices avec indication de la nature, de l’actif, de l’endettement et du résultat fiscal. S’il a une assurance vie, le ministre doit identifier l’établissement teneur du contrat et les références de chaque contrat. Sans omettre la nature et la date de la souscription, ainsi que la valeur de rachat.

Ministres « importés ». And last but not least, le ministre est tenu de déclarer les biens mobiliers et immobiliers ainsi que les comptes détenus à l’étranger avec leur nature et leur valeur à la date de la déclaration. Une obligation qui concerne principalement les ministres « importés », c’est-à dire ceux et celles qui ont travaillé à l’étranger jusqu’à leur nomination au sein du gouvernement dont les membres ont effectué collectivement leur déclaration de patrimoine le 1er février 2019. A l’exception du ministre de l’Economie et des Finances qui l’avait fait le 29 janvier de cette année. Et sans compter la nouvelle de la classe, Blanche Nirina Richard dont la déclaration de patrimoine n’est pas encore enregistrée auprès de la HCC où les formulaires remplis sont gardés par le président Jean-Eric Rakotoarisoa dans un coffre-fort. Et ce, par souci de confidentialité quand bien même « la transparence dans la gestion et la responsabilisation des dépositaires de la puissance publique » consacrée par la Constitution, voudrait que les déclarations de patrimoine des gouvernants soient consultables par les gouvernés, tel que c’est le cas en France qui nous avait annexé du 16 avril 1896 jusqu’au 14 octobre 1958 à avant 10h 49. Une date occultée depuis la chute de la Première République par les régimes successifs qui revendiquent pourtant l’héritage républicain.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Footbal- CHAN 2020 : Les Barea fin prêts pour affronter la Namibie

Après trois matches de préparation en autant de victoires, les Barea attendent le match de samedi avec un réel optimisme. Le groupe est fin prêt et espère logiquement une victoire, même si un score de parité propulserait Madagascar à la phase finale de cette CHAN 2020 qui aura lieu au Cameroun.

La délégation malgache forte de 29 membres quittera la Grande Ile le jeudi vers 2h du matin pour rallier la capitale namibienne, Windhoek, le jour même en vue du match de samedi.

Une dernière marche à franchir pour espérer aller à la phase finale de la CHAN. Une très belle opportunité pour le football malgache qui a là, une autre occasion de briller au sommet et de permettre aux Barea locaux de se faire connaître sur le marché des transferts.

La grande forme. Un but qui redonnera, c’est certain, des ailes aux 20 joueurs de ce déplacement que le coach et tout le staff technique ont choisi avec soin. Et Franckin Andriamanarivo qui s’estime heureux d’avoir un bon bloc défensif, ne cache pas aussi sa satisfaction de sa ligne offensive avec un Eliot de plus en plus performant, mais également Arnaud qui affiche la grande forme sans oublier les autres attaquants dont Tsito, Safidy, Jean Yves et Besna.

Franckin Andriamanarivo a finalement l’embarras du choix mais c’est mieux ainsi car il peut changer de formule au vu du plan adverse.

Mais c’est une certitude que le coach namibien se tablera sur la performance des Barea lors du match aller.  Autrement dit, il ne sait pas de quoi sont capables ceux qui viennent d’arriver notamment Tsito, Safidy, Santatra et même le jeune Andry Kely dont la prestation dans la charnière centrale est fort prometteuse.

Au bout, on aura des nouveaux Barea pour créer la surprise et surtout une équipe capable de bien défendre et de marquer. L’essentiel en fait.

La liste des joueurs :

1- Rakotohasimbola Razakanirina (As Adema)

2- Andriamalala Andoniaina Fanomezantsoa (CNaPS)

3- Njakanirina Sandratriniaina tobisoa (CNaPS)

4- Ratahinjanahary Tojosoa Patrick (Ajesaia)

5- Rakotonirina Jean Martin (Adema)

6- Razafindrabe Arari Mihanta Rija Nirina (Zanakala)

7- Andriamanjato Tokifandresena Rojolalaina (Ajesaia)

8- Ramahandrison Niaina Tsilavina (Elgeco)

9- Rajaonarivelo Ronald (CNaPS)

10- Rakotondrazaka Andrianavalona Andoniaina (CNaPS)

11- Richard Marcel (JetMada)

12- Marobe Jean Claude (Fosa)

13- Rakotoarisoa Baggio Jean Romario (Fosa)

14- Rafenoharisoa Maminiaina Safidy (Elgeco)

15- Razafindrasata Tsito Nasandratra (Jet Mada)

16- Razafindrakoto Jean Yves (Fosa)

17- Andrianirina Théodin (Fosa)

18- Randrianantenaina Arnaud (CNaPS)

19- Mbolatovo Elio Alexis (Zanakala)

20-Ramamananandro Andriniaina Danielson (Fosa)

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Aeroport Ivato : Deux policiers de la PAF arrêtés pour corruption

L’assainissement suit son cours au niveau de la Police nationale. La détermination du Ministre de la Sécurité publique, Roger  Rafanomezantsoa à appliquer strictement la discipline ainsi que la valorisation de l’éthique au sein de cette entité des forces de l’ordre, n’est plus une utopie. Désormais, le corporatisme n’a plus de place au sein de la police nationale. Puisque la lutte contre la corruption figure parmi les mots d’ordre du régime actuel, cet  idéal devient le fer de lance des actions dans tous les services de cette direction générale. Deux policiers de la Police de l’Air  et des Frontières sont actuellement gardés à vue auprès de la brigade criminelle à Anosy. Ils ont été surpris entrain de commettre de corruption à l’Aéroport d’Ivato. Pour l’instant, aucune information précise n’est divulguée sur la circonstance de leur arrestation, ainsi que la forme de corruption pour laquelle ils sont poursuivis. Interrogés sur ce fait, le service de l’Information et de la communication et des relations avec les institutions (Sicri) au niveau de la Police nationale affirment que pour le moment, il n’est  pas encore en mesure de se prononcer. Cette abstention s’explique, selon les dires du chef de ce service, par le respect de la hiérarchie au niveau de ce département. Cette réaction s’avère être logique d’autant plus que ce cas concerne principalement le fonctionnement de la Police nationale. Le Ministre de tutelle ainsi que le directeur général de la Police nationale devront y avoir des mots à dires, du moins pour transmettre de message à ses subordonnés et au grand public. On attend alors la version officielle de cette affaire émanant de ces hauts responsables.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

HOREB : Un développement en marche mais confronté à un obstacle

Dans le cadre des activités de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise), sept entreprises exportatrices adhérant à l’HOREB, qui est un référentiel de développement, renforcent le mot d’ordre du Président de la République « Miara-mirona ». Un exemple concret a été observé dans la commue rurale isolée d’Andondabe, à côté de la commune de Foulpointe. C’est une zone de production potentielle de litchi. Ces sociétés ont investi dans la réhabilitation de 21km de pistes rurales pour permettre d’évacuer plus de 1 000 tonnes de litchi de qualité, et ce, avec la participation active de 15 fokontany de la commune. Un grand événement y a été organisé tout récemment pour sensibiliser la population locale sur les bonnes pratiques d’hygiènes, la conservation et la préservation de l’environnement qui sont indispensables pour avoir une production de qualité. Des partenaires comme les projets PROSPERER, CASEF, Orange et l’ONG Mamizo, y ont participé.

Aspect transversal. L’an prochain, l’objectif de l’HOREB est de remettre en état 100km de pistes rurales dans six communes pour évacuer 2 500 tonnes de litchi de qualité avec des mesures d’accompagnement. Notons que ce référentiel a un aspect transversal en touchant plusieurs secteurs tels que la santé, l’adduction d’eau potable, l’environnement et l’éducation. Dans le cadre de la conservation de la biodiversité, l’HOREB investit notamment dans la recherche d’alternatives contre la déforestation en participant au projet « Madagasikara rakotr’Ala ». Des pépinières d’arbres de bambou sont entre autres lancées. Des sons de riz sont transformés en combustibles en remplacement du charbon. Orange propose également un moyen de préserver la forêt dans la réserve d’Analalava.

Plus de 360 millions Ar. Et enfin dans le domaine de l’éducation, HOREB a beaucoup investi dans la fourniture de kits scolaires et des équipements mobiliers dans les écoles primaires publiques. C’est un développement en marche mais les promoteurs rencontrent des obstacles, selon leurs dires. En effet, l’éducation est l’un des piliers de développement effectif qui permet de changer les comportements des acteurs. Des acteurs nationaux avec leurs partenaires étrangers ont entre autres, investi plus de 360 millions d’ariary pour mettre en place un centre de formation et d’éducation. « Mais cette infrastructure se trouve détournée et accaparée par une personne à qui on a confié la construction et qui n’a pas contribué financièrement au projet. Cette personne a été déjà condamnée par le tribunal de première instance de Toamasina avec sursis, mais elle cherche encore à comploter pour garder ce centre de haute importance pour la concrétisation du développement durable insufflé par HOREB. Ce qui devient un grand obstacle à la concrétisation des objectifs HOREB notamment à travers l’éducation », selon les promoteurs. Ceux-ci lancent ainsi un appel aux autorités compétentes pour résoudre ce problème.

Navalona R.