Les actualités Malgaches du Dimanche 15 Octobre 2017

Modifier la date
La Vérité3198 partages

Téléréalité - Wawa représente Madagascar au « Coke Studio »

Prônant l’échange et la diversité de la culture musicale africaine, Coke Studio est un concept musical lancé officiellement par la marque Coca-cola il y a déjà quelques années. Il  ne s’agit plus de compétition mais plutôt de rassembler les talents africains autour d’une même plateforme et de célébrer la diversité de l’art musical du continent. En réalité, Coke Studio met en lumière l’incroyable talent musical de l’Afrique en associant différents styles musicaux et artistes de divers horizons,  rassemblés pour inspirer une nouvelle génération de fans de bonne musique sur le continent. Bien plus encore, le concept offre aux stars africaines de demain l’opportunité de travailler avec les meilleurs producteurs dans l’industrie musicale africaine et internationale et bénéficier ainsi de leur expertise.

C’est alors une occasion unique de mettre ensemble des talents du continent, d’époques et de styles musicaux différents, pour leur permettre de créer à travers cette fusion, un genre musical africain à la fois moderne et singulier. C’est justement le cas de Denise car grâce à un concours de musique organisé à l’échelle panafricaine, elle a pu décrocher un contrat avec Universal Music. Le premier clip « Universal » de la chanteuse était « Allofo ». Sur les canaux de Coke Studio, elle apparait aujourd’hui dans cette version live d’Allofo avec Nasty C et Runtoawn, des rappeurs très célèbres en Afrique du Sud et au Nigéria. 

 Plusieurs pays

 L’année dernière, Coke Studio a rassemblé 11 pays. Cette fois-ci, il regroupe les artistes des pays embouteilleurs de Coca Cola en Afrique, à savoir l’Afrique du Sud, le Rwanda, le Zimbabwe, le Togo, Madagascar, l’Ile Maurice, le Kenya, l’Ouganda, la Tanzanie, le Nigeria, le Ghana, la Mozambique, la RDC, l’Ethiopie ainsi que Cameroun. Les artistes de ces 16 pays se sont retrouvés dans les locaux de « Coke Studio » au Kenya. La Grande île est représenté par le jeune chanteur originaire de Nosy Be, Wawa qui prône son Salegy Motro. Mais « Coke Studio », outre la plateforme de rencontre et d’échanges musicaux, est également décliné en une émission de téléréalité au cours de laquelle le grand public découvrira au quotidien la vie en communauté des artistes participant à cette grande ouverture. Pour Madagascar, la première émission a été diffusée samedi dernier et à l’écran pendant un mois et demi. 

 Promotion

 Pour la première fois, la Grande île est représentée au sein de cette plateforme. Une soirée de présentation officielle du concept a d’ailleurs été organisée vendredi dernier à l’hôtel Ibis en présence de plusieurs artistes, journalistes et représentants de la marque. Par ailleurs, les consommateurs de Coca-cola, particulièrement du 30cl, pourront également jouer à des jeux, en parallèle avec l’émission. Le principe est de faire gagner des lots en découvrant un code sous la capsule. En partenariat avec l’opérateur mobile Telma numéro 1 de la culture Malagasy, parmi les cadeaux à gagner figureront des Sms, des appels, des téléphones ou des data mobiles. Le jeu est ouvert à partir de ce lundi 16 octobre jusqu’à fin novembre. Il ne reste plus qu’à entrer le code *481# après avoir ouvert le bas du capsule contenant le code et suivre les instructions. Une animation, entre autre, traduisant l’esprit de générosité et de partage que la marque véhicule depuis toujours.  La musique est l’âme et le moteur de plusieurs communautés à travers le continent africain. Du Bongo, au Kwaito en passant par le Salegy Malagasy, Coke Studio est une émission à ne pas rater.  

Tahiana Andrianiaina 

Madagate13 partages

Zafy Albert. Lamesa tao aminy Ekar Antanimena. SARY 2

Alahady 15 oktobra 2017: fotoam-pivavahana ho an'ny fialan-tsasatry ny fanahin'ny Profesora Zafy Albert, Filoham-pirenena malagasy teo aloha (1993-1996) tao amin’ny EKAR Antanimena, izay notarihin’ny Mgr Odon Marie Arsène Razanakolona. Sary dingana faharoa. Ny adidy, Tompoko, tsy an'olon-dratsy. Marihina fa tsy misy fepetra ny fampiasana ny sarinay ato aminy madagate.org satria ny Profesora Zafy Albert dia Olom-bahoaka ao anatin'ny Tantaram-pirenena malagasy).

Jeannot Ramambazafy sy Harilala Randrianarison

Madagate4 partages

Eckehart Olszowski. Hommage culturel au CGM

Antananarivo, vendredi 13 Octobre 2017. Hommage culturel à l'intérieur du Cercle germano-malagasy (CGM) Analakely. En voici le reportage photographique inédit de Jeannot Ramambazafy. En attendant sa vidéo inédite qui immortalise intégralement cette journée exceptionnelle.

Mandria am-piadanana Olle!. Ihren Geist ist auf den Herrn Jesus gerichtet.

Madagate3 partages

Eckehart Olszowski. Hommage militaire devant le CGM

Antananarivo, vendredi 13 Octobre 2017, escalier Ranavalona III, menant vers Antananinarenina. Après un hommage culturel à l'intérieur du Cercle germano-malagasy (CGM), la dépouille mortelle du directeur, Eckehart Olszowski, a fait l'objet d'un hommage militaire en tant qu'Officier de l'Ordre national de Madagascar. En voici le reportage photographique inédit de Jeannot Ramambazafy. En attendant sa vidéo inédite qui immortalise intégralement cette journée exceptionnelle.

Mandria am-piadanana Olle!. Ihren Geist ist auf den Herrn Jesus gerichtet.

La Vérité2 partages

Kidnapping - Nahid Meralli Ballou libéré

Enlevé le soir du 6 octobre au volant de sa voiture tout près de son domicile à Ivandry, l’homme d’affaires français d’origine indo-pakistanaise Nahid Meralli Ballou (28 ans), aurait été relâché par ses ravisseurs. Comme l’information n’a pas encore été officiellement confirmée, la victime aurait retrouvé la liberté le week-end dernier.  Depuis le début de cette affaire, les sources d’information sur ce kidnapping, l’énième du genre, ont été quasiment inconnues et les observateurs n’ont aucune idée à propos des démarches prises par les proches de la victime pour arriver à un tel dénouement.

D’autant plus que rien n’a jamais filtré de la commission mixte de l’enquête menée par la Direction de la Police judiciaire et celle de la Gendarmerie nationale. Le Collectif des Français d’origine indienne de Madagascar (Cfoim) se serait beaucoup impliqué pour contribuer à trouver la lumière sur cet énième enlèvement de l’un de ses membres.  Pour un bref rappel des faits, il était 21h 30 le 6 octobre dernier lorsque Nahid Meralli Ballou a été enlevé. Il se trouvait alors au volant de sa voiture dans une rue se terminant en cul-de-sac dans le quartier d’Ivandry. Les ravisseurs ont utilisé son véhicule, un 4x4 gris, pour l’enlèvement. La voiture a ensuite été abandonnée par ces derniers du côté d’Ambohijatovo. Heureux dénouement en somme pour Nahid Meralli Ballou ainsi que pour l’autre indopaskitanais enlevé du côté d’Isoraka, il y a 10 jours. Celui-ci a été lui aussi libéré après une semaine de captivité.

Franck Roland

Madagate1 partages

Zafy Albert. Lamesa tao aminy Ekar Antanimena. SARY 1

Alahady 15 oktobra 2017: fotoam-pivavahana ho an'ny fialan-tsasatry ny fanahin'ny Profesora Zafy Albert, Filoham-pirenena malagasy teo aloha (2013-2016) tao amin’ny EKAR Antanimena, izay notarihin’ny Mgr Odon Marie Arsène Razanakolona. Sary dingana voalohany. Ny adidy, Tompoko, tsy an'olon-dratsy. Marihina fa tsy misy fepetra ny fampiasana ny sarinay ato aminy madagate.org satria ny Profesora Zafy Albert dia Olom-bahoaka ao anatin'ny Tantaram-pirenena malagasy).

Jeannot Ramambazafy sy Harilala Randrianarison

La Vérité1 partages

Football- Telma Coupe de Madagascar - Un club d’Analamanga en finale !

Les quarts de finale de la Telma Coupe de Madagascar achevés hier ont permis d’identifier les composants des demi-finales du 5 novembre prochain ainsi que les affiches à ce stade de la compétition.

A l’issue des matchs du week-end, Adema (Analamanga), Fosa (Boeny), Cosfa (Analamanga) et Jet Mada (Itasy) ont obtenu leurs billets pour le carré final. A cette dernière marche vers le titre,  avec un programme établi bien avant le début de la compétition, on assistera à une confrontation Jet Mada et Fosa d’un côté et Cosfa –Adema de l’autre. Ce derby  signifie ainsi que la ligue d’Analamanga aura un représentant à la finale de la Telma Coupe de Madagascar. Autre fait majeur de cette édition 2017, les finalistes de l’année dernière, en l’occurrence la Cnaps Sport, vainqueur, et Elgeco plus ne seront plus dans la course. La détentrice éliminée, à la surprise générale, dès les huitièmes de finale par le Tam tandis que Elgeco plus a été écarté hier à Fianarantsoa par l’As Adema. 

 

Ce match entre les deux formations d’Analamanga a tenu en haleine le public fianarois dans la mesure où il a fallu recourir à la séance des tirs au but pour désigner le vainqueur. Avant cet exercice fatidique, le tableau indiquait un score de trois buts partout. Et dire que l’Elgeco plus a été mené par deux à rien dès la 35e minute et que l’As Adema jouait en infériorité numérique au milieu de la seconde période suite à un carton rouge d’un de ses éléments. Un bel exploit en somme pour l’équipe des aéroports de Madagascar qui, finalement, a réussi à s’imposer aux tirs au but en marquant quatre de ses tentatives contre un seulement pour Elgeco plus. Avant cette rencontre « fratricide » au stade d’Ampasambazaha, le Cosfa s’est adjugé l’un des billets pour les demi-finales en surclassant facilement le Fc Ilakaka par 3 buts à 0.

A Mahajanga, les heurts entre les forces de l’ordre et le public ont marqué la journée d’hier. Les autorités locales ont en effet décidé de tenir les rencontres à huis clos à cause de l’épidémie de peste. Mais comme tout le monde connait la ferveur des majungais pour le ballon rond, ces derniers ont commencé à s’agglutiner autour du stade et devant le portail durant la première rencontre à l’affiche, Jet Mada et Otiv (4-0). A quelques minutes de la fin de ce match, les jets de pierre  à l’endroit des militaires, qui ont fait le barrage pour interdire l’accès au stade, commençaient. Les spectateurs qui ne voulaient en aucun cas rater le second match au programme mettant aux prises la formation locale de Fosa junior et Tam (4-0), vainqueur de la Cnaps au tour précédent. Les spectateurs ont pu tout de même parvenir à leurs fins et ce malgré l’usage des gaz lacrymogène par les forces de l’ordre. 

Ce forcing risque toutefois  de coûter cher au public majungais le 5 novembre prochain. Plus d’un voit mal en effet que la fédération malagasy prendra le risque de faire disputer un des matchs des demi-finales à Mahajanga suite aux comportements du public et que les autorités locales en donnent l’autorisation. A moins que l’épidémie de peste soit maîtrisée….

Rata

La Vérité1 partages

Régime Rajaonarimampianina - Fierté dans la médiocrité

Le régime se délivre le satisfecit à lui-même. Le comble de la fatuité. Le Premier ministre s’enorgueillit que le pays ne soit qu’au stade 2 d’une épidémie de peste, tandis que de son côté, le ministre des Transports se dit fier d’avoir conclu la « vente » de la compagnie aérienne nationale. Une satisfaction démesurée… Le décompte macabre suite à l’épidémie de peste se poursuit. Selon le bilan publié samedi par le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes, 63 décès ont été recensés suite à la maladie depuis le début du mois d’août. 610 cas ont été rapportés sur toute l’île dont 49  enregistrés entre le 11 octobre et le 13 octobre… Face à la gravité de la situation, l’Organisation mondiale de la Santé avait indiqué que l’épidémie de peste était au stade deux.

Un stade qui sous entend un risque de propagation national très élevé. Ce serait au niveau trois que la situation est le plus à craindre, annonce pourtant encore fièrement le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, car cela impliquerait l’isolement du pays…C’était lors d’une réunion sur l’épidémie de peste présidée par celui-ci mercredi dernier, en  présence des ministres concernés par le fléau, les Partenaires Techniques et Financiers à Madagascar et les Corps Diplomatiques. Le chef du gouvernement s’est peut-être voulu rassurant. Cependant, son affirmation donne l’impression qu’il est bien plus préoccupé par l’opinion internationale que par le sort de ses propres concitoyens. Avec ce régime, visiblement, tant que l’épidémie est au stade 2, tout va bien dans le meilleur des mondes ?  Les propos du Chef du gouvernement donnent également le sentiment que l’Exécutif se complait dans la médiocrité.   Dans un autre domaine, l’accord partenariat stratégique entre la compagnie aérienne nationale malagasy Air Madagascar et la compagnie Air Austral a été entériné la semaine dernière. Un partenariat qui scelle donc l’entrée de la compagnie réunionnaise dans le capital de sa consœur malagasy. La signature a eu lieu au Palais d’Ambohitsorohitra en présence du Président de la République. Commentant cet accord, le ministère des Transports n’avait pas caché sa joie. « Bravo à toute l'équipe ! Après des mois de dur labeur, l'accord de partenariat stratégique entre la compagnie nationale Air Madagascar et la compagnie Air Austral a enfin été signé. Je suis fier de faire partie de cet événement historique »,  pouvait-on par exemple lire sur les réseaux sociaux du ministère. Une fierté jugée comme démesurée par beaucoup d’analystes qui y voient l’éloge de la médiocrité. Faut-il rappeler que par cet accord l’Etat vient donc de céder presque la moitié d’une compagnie nationale, considérée comme un patrimoine national et qui a été le pionnier des compagnies aériennes dans l’océan Indien, à une compagnie à peine plus grande qu’elle. Même si l’accord de partenariat stratégique s’avère inéluctable pour sauver la compagnie, beaucoup estiment que crier sur tous  les toits sa fierté d’avoir cédé 49%  son fleuron « national » est quand même mal venu. Au contraire, le régime aurait dû se faire plutôt discret. 

A.R.

La Vérité0 partages

Epidémie de peste - Des journalistes non épargnés

Après les médecins traitants, les gens de la presse. L’épidémie de peste n’épargne personne, surtout ceux qui travaillent ou sont en contact avec les victimes. En fin de la semaine dernière, une journaliste d’un organe de presse de la Capitale a été affectée par la peste pulmonaire, sans vraiment le savoir. En fait, la victime ne présentait pas les symptômes de cette maladie, dont la fatigue et du sang dans les crachats. Elle se portait bien malgré un certain malaise. Il a fallu qu’elle consulte un médecin et fasse le test de diagnostic rapide, dont le résultat s’avère positif, pour en être certaine. Alarmés, ses collègues, amis et proches ont immédiatement consultés les centres de santé pour se faire ausculter ou pour bénéficier d’une prise en charge adéquate, notamment la chimioprophylaxie. Les Tdr de 2 autres journalistes ont effectivement été positifs. Ces derniers et leurs contacts suivent actuellement le traitement adéquat. Apparemment, ces gens de la presse ont pu être contaminés par la peste lors de leurs reportages sur terrain pour chercher des « scoop » ou rapporter des informations relatives à cette maladie. Mais ils s’en sortent finalement malades et sous traitement.

 

 610 cas, 63 décès

 Les données mises à jour traînent. Le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (Bngrc) n’arrive pas à diffuser à temps le bilan concernant la situation de la peste à Madagascar. D’après un responsable au sein de ladite entité, ce retard d’envoi des informations s’explique par la nécessité de traiter les chiffres émanant du ministère de la Santé publique (Msp). A cela s’ajoute le retard de la collecte d’infos auprès des zones périphériques. Dans tous les cas, le bilan official tarde vu que le dernier publié date de vendredi dernier. Celui-ci rapporte 610 cas dont 63 décès depuis le mois d’août jusqu’au 13 octobre. Ainsi, 49 nouveaux cas et 6 décès ont été notifiés entre le 11 et 13 octobre. Toutefois, un grand nombre de ces centaines de cas rapportés sont soient déjà sortis de l’hôpital et guéris, soient des cas probables mais non certifiés, soient des cas suspects mais non confirmés, à en croire le Bngrc. Une manière pour les autorités de rassurer la population que la situation est sous contrôle, surtout avec la forte mobilisation de ces derniers jours depuis les Fokontany jusqu’aux centres hospitaliers. Notons que le ministère de tutelle et l'Oms préparent en ce moment l'envoi des dotations d'équipements et de divers matériels spécialisés au niveau des 38 districts touchés par la peste. Ces équipements seront distribués aux responsables et des personnels de santé locaux.

Recueillis par Patricia Ramavonirina  

La Vérité0 partages

Professeur Zafy Albert - Un dernier « Mada Raid » vers le Nord

Deux jours après son décès, l’hommage adressé au défunt Albert Zafy n’en finit pas. Son appellation de père de la réconciliation nationale lui fait, une fois de plus, honneur. En effet, depuis samedi, les personnalités politiques, toutes tendances confondues, lui ont tour à tour rendu hommage. Notons que la dépouille mortelle du Professeur Zafy Albert est arrivée au pays à bord d’un vol privé en provenance de l’île de La Réunion, samedi dernier et a été accueillie par une délégation gouvernementale dirigée par le Premier Ministre, Mahafaly Olivier Solonandrasana à l’aéroport d’Ivato.

Parmi le comité d’accueil, l’on pouvait également apercevoir l’ancien Président Didier Ratsiraka qui y a spécialement fait le déplacement. Le corps du défunt a par la suite été amené à sa résidence sise à la Villa La Franchise, Ivandry. Au cœur d’une veillée funéraire depuis hier au palais des Sports et de la Culture Mahamasina à la suite d’une messe à l’Ekar Antanimena dans la matinée, l’ancien président a reçu tous les honneurs. Plusieurs figures politiques sont venues présenter leurs condoléances à la famille. Parmi eux, l’ex – président de la Transition, Andry Rajoelina. « La démocratie et la sagesse que vous avez laissées sont un héritage pour Madagascar », tel fut le dernier message de l’ancien homme fort du régime transitoire sur la couronne destinée au défunt Professeur.  Après un culte œcuménique ce jour, le corps de l’homme au chapeau de paille partira à Betsiaka Ambilobe, en vue d’un dernier Mada Raid vers le Nord sur un parcours de plus de 1000km. En effet, sa famille a décidé que sa dépouille sera transportée à bord d’une voiture et traversera donc cet axe nord de l’île pour pouvoir s’arrêter en cours de route afin de recevoir les hommages des citoyens. Il traversera 4 régions à savoir Analamanga, Sofia, Betsiboka ainsi que la Diana et passera par les routes nationales n°4, 6 et 35A. Ses funérailles sont prévues pour samedi prochain.

  Sandra R.

La Vérité0 partages

Journée de la femme rurale - Participation féminine au développement de Madagascar

 

La journée de la femme rurale est célébrée le 15 octobre. Cette journée internationale de la femme rurale met en évidence le rôle de la gent féminine dans la promotion des activités économiques en milieu rural, notamment en ce qui concerne l'agriculture. Cette mise en évidence du rôle de la femme a surtout comme objectif d'améliorer la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté. Célébrer cette journée, pour la croissance de la situation rurale, implique l'octroi à ces femmes les crédits nécessaires pour leurs activités ainsi que leur donner l'accès aux systèmes d'épargne. Cette journée vise aussi à promouvoir leurs compétences économiques dans le secteur bancaire. Le thème de cette année 2017 pour cette journée est « une agriculture adaptable au climat pour l'égalité des genres et l'émancipation des femmes et des filles rurales. » Madagascar, étant un pays victime du changement climatique, vise à améliorer également la situation des femmes en adoptant des programmes qui œuvrent pour l'égalité des genres.

 

Notre pays se classe à la 37ème place en ce qui concerne la participation de la femme aux activités économiques dans le « Global Gender Gap Index 2014 ». Etant un pays à vocation agricole, Madagascar se doit d'appuyer les femmes dans le milieu rural afin qu'elles puissent accéder aux techniques et ressources agricoles productives. Les femmes malgaches font alors partie des acteurs dans le développement de ce milieu et dans cet élan, celui du pays. Pour ce faire, la Fédération des femmes paysannes de Madagascar s'est associée à l'organisation Entreprendre au féminin océan Indien (Efoi) qui regroupe les femmes entrepreneures de la Grande île. Cette association a été mise sur pied avec l'aide du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), garant d'un développement pour les pays comme le nôtre. Selon les Nations unies, « les femmes sont des puissants catalyseurs de changement qui permettront de relever les défis liés aux changements climatiques. » Ces femmes rurales malgaches ont donc une grande place parmi ceux qui vont aider Madagascar dans l'amélioration de sa situation économique.

Propos recueillis par Andrea Razafi.

 

La Vérité0 partages

Peste - Annulation des manifestations - Une répercussion sur l'essor économique

 

Madagascar a affiché une évolution économique de 4 % en 2016 et une perspective d'essor prévue de 4,5 % pour 2017. Le développement dépend des activités qui promeuvent les différentes activités du pays. En jetant un coup d'œil au secteur économique, maintes de ces activités sont organisées pour permettre un mouvement économique à l'instar de la Fim ou Foire internationale de Madagascar, de la Fier-Mada (Foire internationale de l'économie rurale de Madagascar) et des multiples autres foires prévues se dérouler dans les différentes régions de la Grande île. 

 

La présence de ces salons et foires est ainsi un atout majeur pour la promotion du domaine économique.

La manifestation la plus proche actuellement est le Salon de l'habitat qui est prévu se tenir le 19 jusqu'au 22 octobre prochains. Mais ce dernier est annulé au dernier moment. A cause de la peste qui fait rage dans la Capitale, beaucoup d'activités ont dû être annulées. Rappelons que la peste à Madagascar est actuellement au niveau 2 et si elle monte jusqu'au niveau trois, une mise en quarantaine de l'île serait envisageable. Ce qui renvoie au final à un gel des activités économiques du pays et un manquement aux opportunités tant au niveau national qu'international qui pourraient contribuer au développement de ce secteur. Il n'y a pas que ce domaine qui est handicapé par la peste. Actuellement, le secteur agricole et le domaine touristique en souffrent aussi. 

Andrea Razafi.

 

La Vérité0 partages

Orpheline

Zafy Albert, celui qui fut pris pour le « chantre » de la démocratie, disparait à l’âge de 90 ans. La démocratie perd l’un de ses plus grands défenseurs, sinon son père. Avec lui disparait, aussi, la vertu de l’humilité et de la probité. Propulsé au sommet de l’Etat des suites des contestations populaires au début des années 90 mettant fin au long règne de l’Amiral rouge Didier Ratsiraka, le Professeur Zafy Albert inaugura un nouveau style de gouvernance. Président de la Haute Autorité de l’Etat, HAE, il assuma la fonction de Chef de l’Etat, en tandem avec un certain Guy Willy Razanamasy à la Primature, et ce, grâce à la « Convention de Panorama » en 1991.  Mais, le « couple » ne devrait pas durer assez longtemps ! L’élection présidentielle de 1993, tout juste après un Référendum constitutionnel, devra le confirmer au poste de premier Président de la Troisième République. 

L’ « homme au chapeau de paille », en dépit de son statut de premier magistrat du pays, n’a jamais  abandonné la cause du bas-peuple. Il sillonnait le pays et ne ratait point les occasions pour établir des contacts directs avec la population à travers les « Mada-raids » sur, presque, tout le territoire national. Avec Zafy Albert, la démocratie n’était pas un vain mot. Il conversait, souvent sans intermédiaire, avec les simples gens et écoutait leurs préoccupations. Il reconnaissait la liberté d’expression et d’opinion. Professeur Agrégé de Médecine, spécialité chirurgie thoracique, de son état, Zafy Albert voulut témoigner de son humilité et décida de rester humble, auprès de son peuple. Un style en contre-pieds avec son prédécesseur qui, en tant qu’Officier de la Marine, prônait le concept de la…distance, ne se mêlait jamais dans la masse populaire.    Cependant, pour bien diriger un pays, il ne suffit pas d’être honnête et humble, il faut aussi, surtout, de la compétence technique et du discernement. Les connaissances, haut de gamme, qu’il avait acquis en Médecine, ne lui servait uniquement pas à maîtriser les arcanes du pouvoir. Pourtant, il n’est pas un néophyte car en 1972, il occupait déjà le poste de Ministre de la Santé dans le Gouvernement Ramanantsoa. Et c’est là que le bât blesse !  Le Président de la République Zafy Albert péchait par l’inaptitude de ne pas avoir la haute main sur le régime qu’il dirigeait. Il a été, quelque peu déconnecté. Des maladresses qui lui ont coûté cher. Le pays s’enlisait. Les tragiques situations laissées par les crises de 1990-91 s’empiraient. De nébuleux investisseurs débarquèrent. L’épopée des financements parallèles semait la pagaille. En réplique, les bailleurs traditionnels serraient l’étau. En somme,  l’ « homme au chapeau de paille », le Professeur Zafy Albert, ne parvenait, après deux ans et demi de pouvoir, à inverser la tendance. Les échecs s’accumulèrent. A l’Assemblée nationale, largement dominée par les députés proches du régime, l’UNDD, le vote de l’empêchement n’avait pas pu être évité. Ainsi, le premier président de la Troisième République fut destitué. Sans broncher et en vrai démocrate,  Zafy Albert se plia. Et même, sans coup férir, il se candidata dès la prochaine mandature à Tsimbazaza. Déjà persécutée et meurtrie par un régime aux abois, la démocratie avec la disparition de cet illustre Professeur, perd son cher père. Une orpheline, difficile à consoler ! 

Ndrianaivo

Madagate0 partages

Zafy Albert. Tafaverina an-tanindrazana izy fa handao antsika indray ka tsy hiverina intsony

Ivato, 14 Oktobra 2017. Tonga tao amin’ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena ny nofo mangatsiaky ny Profesora Zafy Albert, Filoham-pirenena teo aloha (1993-1996) izay nodimandry tatsy amin'ny Nosy La Réunion, ny Zoma 13 Oktobra atoandro.

Tonga nitsena sy nanome voninahitra izany fahatongavana izany ny Praiminisitra, Lehiben’ny Governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier sy ireo mpikambana ao amin’ny Governemanta.

Hita teny an-toerana ihany koa ireo Filohan’ny Andrim-panjakana amin’izao sy teo aloha, ny Filoham-pirenena teo aloha, Didier Ratsiraka mivady, ny sokajin-kerim-politika maro samihafa ary ireo fianakaviana.

Rehefa avy nanaovana ny fomba rehetra fanomezam-boninahitra ny Filoham-pirenena teo aloha rehetra rehefa modimandry dia nihazo avy hatrany ny trano fonenany eny amin’ny Villa «La Franchise», ao Ivandry, nynofo mangatsiakan’ny Filoham-pirenena teo aloha Zafy Albert sy ireo rehetra nitsena azy teny Ivato.

*************

Toa izao ny fandaharam-potoana izay nomen’ny fianakaviany:

- Alin’ny 14 oktobra 2017: nandrasana tao amin’ny trano fonenany ao amin’ny Villa «La Franchise», Ivandry, nynofo mangatsiakan’ny Filoham-pirenena teo aloha, ny Profesora Zafy Albert. Ny fiaretan-tory dia natokana ho an'ny fianakaviana ihany.

- Alahady 15 oktobra 2017: fotoam-pivavahana ao amin’ny EKAR Antanimena izay tarihin’ny Mgr Odon Marie Arsène Razanakolona. Aorian’izay dia entina avy hatrany ao amin’ny Lapan’ny Fanatanjahantena sy ny Kolontsaina Mahamasina nynofo mangatsiakan’ny ny Profesora Zafy Albert, ho vangian’ny Malagasy tsy vaky volo ka hisy ny fiaretan-tory amin'izany.

- Alatsinainy 16 oktobra 2017: fivavahana firaisam-pinoana. Vita ny fotoam-pivavahana dia hizotra mianavaratra ny razana ka hiazo an' Ambilobe amin'ny alalàn'ny fiara (fa tsy fiaramanidina) vao handeha any Betsiaka toerana nahaterahany.

- Sabotsy 21 oktobra 2017: andro hanitrihana ny nofo mangatsiakan’ny Profesora Zafy Albert any amin'ny fasan-drazany any an-toerana.

Jeannot Ramambazafy 15 Oktobra 2017