Les actualités à Madagascar du Mardi 15 Septembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara2 partages

Convocation des électeurs aux sénatoriales : Le KMF-CNOE demande l’annulation auprès de la HCC

Le Palais d’Anosikely sera occupé par 18 sénateurs

Le KMF-CNOE a saisi la haute cour constitutionnelle pour attaquer le décret de convocation des électeurs en vue des sénatoriales. 

La société civile a émis une réserve concernant l’organisation des élections sénatoriales en décembre prochain. Le KMF-CNOE, oeuvrant dans les élections depuis des décennies, s’oppose à la tenue de ces consultations à la date du 11 décembre et saisit, à cet effet, selon son président national, la cour constitutionnelle pour « annuler le décret de convocation du collège électoral pour les élections sénatoriales ». Ce membre de la société civile a également déposé une requête pour « sursis à exécution » de ce décret auprès du conseil d’Etat, toujours selon Andoniaina Andriamalazaray. 

Elections pendantes. Le comité national d’observation des élections critique la constitution du collège électoral qui va élire les nouveaux sénateurs. Selon le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa, ce collège sera formé par les maires et les conseillers communaux et municipaux déjà en place depuis 2019. Mais, le Cnoe, quant à lui, veut que les autres communes, dont les élections des dirigeants n’ont pas encore été bouclées en raison de l’annulation du scrutin ou des dossiers de contentieux toujours en instance, participent à ces élections sénatoriales. En effet, le KMF-CNOE estime qu’il faut d’abord régler les élections pendantes avant l’organisation des sénatoriales. Le 09 septembre dernier, ce membre de la société civile a déjà interpellé l’Etat sur ce sujet. Mais l’Etat n’a pas donné une suite favorable aux questions soulevées par le Cnoe. 

Victoire écrasante. La date du 11 décembre, proposée par la commission électorale, a été entérinée par le gouvernement. Cependant, le KMF-CNOE estime que la date du 11 décembre n’est pas opportune pour organiser les élections sénatoriales. « Tenir une élection à cette date viole les dispositions des textes en vigueur en matière électorale », a soutenu Andoniaina Andriamalazaray, président de cette organisation. Et s’il y a réellement « urgence » pour tenir les sénatoriales cette année, d’autres options peuvent être étudiées, poursuit-il. Pourtant, si le régime s’obstine à maintenir le cap, le Cnoe est sceptique pour un horizon politique apaisé. Tenir au forceps ces consultations pour élire les nouveaux membres du sénat peut emmener, sans aucun doute, à une victoire écrasante et sans appel du régime, analyse le président du KMF-CNOE. Mais « les scores de près de 100% en 1971 ou en 1989 aux élections ont conduit les régimes d’alors à une issue compliquée », soutient-il. 

Rija R.

Midi Madagasikara2 partages

Transparency International : Débat sur les lanceurs d’alertes

Transparency International – Initiative Madagascar (TI-MG) organise ce jour un débat (en ligne) sur les lanceurs d’alertes.

Il lance ainsi un appel aux autorités compétentes, et en particulier au BIANCO et au SAMIFIN, d’enquêter sur ces révélations afin de confirmer ou d’infirmer leur véracité.

Dans le cadre de la Journée Internationale de la Démocratie 2020, Transparency International – Initiative Madagascar (TI-MG) organise ce jour à 10h, un débat (en ligne) sur les lanceurs d’alertes. Les intervenants sont composés notamment de Lova Rabary-Rakotondravony, Journaliste, Herilaza Imbiki, SG Ministère de la Justice, Mbolatiana Raveloarimisa, Activiste, Fetraniaina Mamimbahoaka, DRM Ministère de la Communication et de la Culture et Christian Tomarielson, Syndicaliste. Avec comme modérateur Ketakandriana Rafitoson, Directeur Exécutif de TI-MG.

Journalistes d’investigation. Faut-il rappeler que L’organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), un groupement international de journalistes d’investigation partenaire de Transparency International dans le cadre de l’initiative Global Anti-Corruption Consortium (GACC), a publié hier 09 septembre 2020, sur son site internet un article en anglais intitulé « Belgian Passport-Maker Paid Bribes to Win Madagascar Contract ». Cet article révèle de façon très détaillée et documentée, la façon dont une société dénommée SEMLEX, a obtenu en 2006 le contrat public de fournitures de passeports biométriques pour le compte de l’Etat malagasy. Ce contrat a été renouvelé en 2013 pour une nouvelle période de 10 ans.

Révélations. A cet effet, Transparency International lance ainsi un appel aux autorités compétentes, et en particulier au BIANCO et au SAMIFIN, d’enquêter sur ces révélations afin de confirmer ou d’infirmer leur véracité. Il en est également de la Haute Cour de Justice, de juger conformément à ses prérogatives constitutionnelles, les affaires de corruption impliquant de hautes personnalités politiques, en toute impartialité et avec célérité, ainsi qu’au Ministère de la Sécurité Publique, d’expliquer les raisons de l’attribution en 2006 du contrat de fourniture de passeports biométriques à la société SEMLEX, et les conditions du renouvellement dudit contrat en 2013, dont le contenu intégral doit sans attendre être rendu public.

Et de continuer « à l’inverse, toute tentative de remettre en cause l’indépendance des PAC et des autres organes publics de lutte contre la corruption, menacerait grandement la capacité du système anti-corruption malagasy à faire face au type de malversations révélées par ce récent article de l’OCCRP, en particulier lorsque de hautes personnalités de l’Etat sont impliquées ».

Recueillis par Domlinique R.

Midi Madagasikara2 partages

Régions Androy et Anosy : Facilité d’accès au crédit Fihariana pour 200 entrepreneurs

Le Programme Alimentaire Mondiale (PAM) et le programme national de l’entrepreneuriat Fihariana ont signé une convention de partenariat hier à Ambatoroka, et ce, au profit des régions Androy et Anosy.

Les entrepreneurs ruraux localisés dans les régions Androy et Anosy bénéficieront des avantages particuliers en matière d’accès au crédit. C’est le fruit du partenariat entre le programme national pour le soutien des entrepreneurs malagasy Fihariana et le Programme Alimentaire Mondiale (PAM). Ainsi, 200 entrepreneurs ruraux, membres des groupements ou d’associations de producteurs paysans identifiés par ce dernier, obtiendront une facilité d’accès au crédit de Fihariana moyennant un taux d’intérêt unique. « L’objectif consiste à les soutenir sur les plans technique et financier afin qu’ils puissent développer leurs activités génératrices de revenus ou leurs entreprises. En outre, nous continuons de développer des partenariats pour que nos offres répondent bien aux besoins spécifiques des entrepreneurs bénéficiaires et de leurs communautés locales », a expliqué Valérie Zafindravaka, le Secrétaire exécutif du programme national Fihariana, lors de la signature de cette convention de partenariat hier à Ambatoroka.

Education financière. Plus concrètement, le programme Fihariana et le PAM s’engagent à accompagner ces entrepreneurs ruraux bénéficiaires à travers une meilleure éducation financière. Il faut savoir également que le partenariat entre les deux parties contribue bien au développement des deux régions. En effet, le Programme Alimentaire Mondiale, a entre autres, pour mission de lutter contre la faim et la pauvreté comme son nom l’indique tout en répondant aux besoins d’urgence, et en y appuyant au développement économique et social. En revanche, le programme national Fihariana de son côté, se charge d’accompagner les producteurs locaux à développer leurs entreprises rurales. Et à part la facilitation d’accès au crédit, les entrepreneurs d’Androy et d’Anosy bénéficiaires auront également des appuis techniques leur permettant de se formaliser et de mieux se structurer, afin de pérenniser leurs activités. En tout, « le programme Fihariana se démarque par une approche basée sur un schéma de mise en œuvre passant par différentes étapes qui ont une double vocation. La première est de miser sur le capital humain et la seconde est de sécuriser au mieux les entreprises sélectionnées et les fonds qu’ils ont empruntés. Par ailleurs, nous ne ménageons pas nos efforts pour atteindre la réalisation des deux « Velirano » du Président de la République, Andry Rajoelina. Il s’agit notamment de l’autosuffisance alimentaire et l’industrialisation régionale », a conclu Valérie Zafindravaka, le Secrétaire exécutif de ce programme.

Navalona R. 

Midi Madagasikara1 partages

Investissement de la Jirama : Un grand transformateur de 60 MVA à Ambohimanambola

Le grand transformateur de 60 MVA, réceptionné dimanche dernier par le DG de la Jirama, Vonjy Andriamanga à Ambohimanambola.

Il s’agit de l’un des deux plus grands transformateurs à Madagascar, dotés chacun de 60  MVA. Cet investissement vise à renforcer la puissance électrique pour l’alimentation du RIA (Réseau Interconnecté d’Antananarivo), selon la communication faite par la Jirama. « Ce grand transformateur débarque à Ambohimanambola ,et a été réceptionné par Vonjy Andriamanga, directeur général de la Jirama, le 13 septembre 2020. Outre le renforcement de l’alimentation du RIA, les deux grands transformateurs préparent déjà l’installation du quatrième groupe dans la centrale hydroélectrique de la Jirama à Andekaleka.Ces générateurs vont, ainsi recevoir l’énergie produite par celle-ci remplaçant les trois, (90 MVA au total), existant depuis 40 ans », a indiqué la Jirama dans son communiqué. A noter que l’acquisition de ces deux nouveaux Transformateurs relève de la collaboration entre la Jirama et la Banque Mondiale à travers le projet PAGOSE (Projet d’Amélioration de la Gouvernance et des Opérations dans le Secteur de l’Electricité). Selon les informations, le deuxième grand transformateur qui est déjà à Toamasina, devrait arriver à Antananarivo, la semaine prochaine. 

 

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Covid 19 : la vigilance et le respect de règles plus que nécessaires

La Covid -19 est toujours d’actualité en ce début de semaine même si on finit par s’habituer au bilan quotidien dressé  par les autorités sanitaires de notre pays. Il y a toujours des décès, des cas contaminés, mais cela n’est pas  entièrement contrebalancé par le nombre de guérisons annoncées. Chez nous, la situation n’est pas  alarmante pour le moment, mais tout peut déraper si on ne fait pas preuve de vigilance. On assiste dans certains pays européens et en Israël à un nouveau départ de l’épidémie qui amène  leurs dirigeants à préconiser un nouveau confinement.

Covid 19 : la vigilance et le respect de règles plus que nécessaires

A Madagascar, les autorités sont conscientes du relâchement  constaté dans divers endroits. Le week-end dernier, des membres des forces de l’ordre ont opéré des contrôles  dans des localités considérées comme étant des  foyers du virus. Ce fut le cas dans le nord de l’île où les contrevenants ont été sanctionnés durement. Les individus ne portant pas de masques ont été arrêtés et ont été contraints de faire des travaux d’intérêt général. Des bars ont été fermés. Ce raidissement est nécessaire pour rappeler qu’il y a des règles à respecter pour empêcher la propagation du virus. En Europe une deuxième vague est réelle. Certains pays ont décrété un confinement  partiel ou même total. En France, on n’en est pas encore là, mais on multiplie les mesures pour éviter d’en arriver là. En Espagne, on a procédé à un confinement partiel.  En Autriche, un confinement total  va avoir lieu dans les prochains jours. En Israël, ce sera le cas  à partir de vendredi. Des manifestations ont  commencé  pour protester contre la gestion désastreuse  de l’épidémie faite par le Premier ministre Benyamin Netanyahu. Un ministre de son gouvernement a décidé de démissionner.  Aucun pays n’est à  l’abri d’une nouvelle vague de contamination et  on sait que la situation est extrêmement fragile. À Madagascar, les autorités sont plus que jamais décidées à faire respecter les gestes barrières et le port  du masque. Le retour à une vie normale a un prix, celui de la discipline.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Russie – Madagascar : Poursuite de la coopération militaire

Entrevue entre le général Richard Rakotonirina et l’ambassadeur russe Stanislav Akhmedov.

La coopération russo-malgache dans le domaine militaire va se poursuivre. C’est en substance l’issue de l’entrevue entre le ministre de la Défense nationale, le général Richard Rakotonirina et l’ambassadeur russe Stanislav Akhmedov, le 10 septembre dernier, indique-t-on. La visite du diplomate russe a informé « sur la continuité du partenariat entre les deux parties », lit-on sur la page facebook du ministère. Durant le mandat du général Béni Xavier Rasolofonirina, ancien ministre de la Défense nationale et prédécesseur de Richard Rakotonirina, la coopération sur le plan militaire entre la Russie et Madagascar a connu des avancées significatives. Un protocole d’accord relatif à la coopération militaire entre le gouvernement de la République de Madagascar et le gouvernement de la Fédération de la Russie, a été signé en septembre 2018. Le chef-adjoint de l’Etat Major Général des Forces Armées de la Fédération de Russie et du ministère de la Défense de la Fédération de Russie, Evgenii Burdinskii, a fait spécialement le déplacement dans le pays pour honorer cette « renaissance » de la coopération militaire russo-malgache. « Cette coopération militaire portera sur des échanges d’expériences en matière de maintien de l’ordre, de la paix, également sur la lutte contre le terrorisme et la piraterie maritime », lit-on sur le site du ministère des Affaires étrangères.

Recueillis par Rija R. 

Midi Madagasikara1 partages

Rapport planète vivante 2020 : Alerte sur le déclin de la nature dans la Grande Île

La biodiversité de Madagascar est en péril.

Sorti le 10 septembre 2020, le rapport « planète vivante 2020 » interpelle sur la nécessité de préserver ce qui reste comme richesses en biodiversité. 

La nature est en déclin et Madagascar n’est pas en reste. Ce que fait savoir le rapport « planète vivante 2020 » publié le 10 septembre 2020 dernier. Fruit des études menées par plus de 125 experts et scientifiques du globe, le document dresse un bilan sombre des espèces du monde, plus particulièrement celles de la Grande Île. « Nos espèces sont encore plus près de l’extinction selon le rapport planète vivante 2020 », peut-on lire dans un communiqué émanant du WWF Madagascar. Dans un esprit d’interpellation, le rapport en question rappelle que « la biodiversité de Madagascar est indiquée à haut risque depuis 2016. Que le pays risque de perdre 30% de ses espèces de faune et de flore à la fin du XXIème siècle ». Avant de noter « qu’en 2018, les régions des tropiques ont été affectées à cause des activités humaines dont la déforestation, la perte d’habitats naturels, le braconnage, impactant sur les espèces comme le cas des tortues des plateaux Mahafaly ». Le tout en revenant sur le rapport de l’UICN de cette année faisant savoir que «31 % de toutes les espèces de lémuriens de Madagascar sont aujourd’hui en danger critique d’extinction». Tout en enchaînant sur un rapport scientifique du WWF datant de 2019 démontrant que, 53% des aires protégées terrestres du pays sont très vulnérables au changement climatique. 

Partagée. Dans son communiqué, WWF Madagascar invite toutes les parties prenantes à « agir maintenant ». « Ensemble, protégeons et restaurons la nature, fondement d’une société Malagasy saine et d’une économie prospère », peut-on lire dans le document. La branche malagasy du WWF de préciser que « l’Etat à lui seul ne peut tout faire » et qu’il faut la « mobilisation de tout un chacun pour sauver la Nature ».« L’avenir de Madagascar et des Malagasy repose sur les ressources naturelles renouvelables que le pays dispose », lance le WWF Madagascar avant d’inviter à « mettre fin à tous les trafics de ressources naturelles et appliquer fermement les lois en vigueur dans leurs aspects préventifs que répressifs ». « Nous devons aussi assurer la pérennité de nos aires protégées et nos ressources marines ; cette biodiversité est « l’infrastructure » qui soutient notre société et notre développement », peut-on lire dans le communiqué du WWF Madagascar.

Recueillis par José Belalahy

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Réouverture du bloc opératoire du CHU Anosiala

Le bloc opératoire du centre hospitalier universitaire CHU Anosiala a dû fermer ses portes il y a plus de six mois de celà, à cause de l'épidémie du coronavirus. Maintenant que la situation semble s'améliorer, le bloc a rouvert ses portes.
A partir de ce 15 septembre, le bloc est ouvert pour tous les patients. De différentes mesures de prévention sont mises en place et demandées à être respectées par chaque personne se rendant au CHU Anosiala.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le ministère de la santé a reçu des ambulances

La lutte contre le coronavirus continue à Madagascar. Bien que le pays avance progressivement vers le déconfinement total , le virus est encore présent au pays. Les effectifs quotidiens sont de moins en moins nombreux, mais des décès continuent à survenir, hier 14 Septembre 2020 il y a eu seulement 12 cas positifs sur plus de 500 tests effectués.
En guise d'aide au Ministère de la Santé Publique à faire face à l'épidémie, Madagascar International Container Terminal Services, avec la fondation BOA a offert un don de 6 ambulances, qui seront départagées dans les zones difficiles à accéder à cause de l'état des routes.
Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus2 maty, 12 ny tranga vaovao

Niampy roa ny olona lavon’ny coronavirus, ka ny 01 teto Analamanga, ary ny 01 hafa tany Diana, raha ny tatitry ny Pr Vololontiana Hanta omaly.

 

 213 izany ireo lavo hatramin’izay manome taham-pahafatesana 1,35% mitaha amin’ny tranga hatramin’izay miisa 15 769. 71 478 ny fitiliana hatramin’izay, ary 15769 kosa ireo efa voa, izay manome taham-pahavoazana ankapobeny 22,06%. Miisa 12 ny tranga vaovao omaly, azo tamin’ny fitiliana 506, izay manome taham-pahavoazana 2,37%. Azo ambara ho ambany ny tranga sy ny taham-pahavoazana omaly. Teto Analamanga ny 09 tamin’ireo tranga vaovao, ary ny 03 kosa tany Boeny Faritanin’i Mahajanga.

1143 NY MBOLA TSABOINA

Miisa 43 ireo sitrana vaovao, ka ny 09 teto Antananarivo (05 Analamanga, 04 Vakinankaratra) ; 02 Toamasina Faritra Antsinana, 13 Fianarantsoa (08 Manakara Faritra Vatovavy Fitovinany, 05 05 Faritra Amoron'Imania) ; 12 Mahajanga (02 Boeny, 08 SOFIA ka ny 06 Antsohihy, 2 Mandritsara, 01 Melaky, ary 01 Betsiboka), ary 07 Antsiranana ao anatin’ny Faritra Sava avokoa. 14 411 ny sitrana hatrizay manome taha 91,38%. Miisa 1143 kosa no mbola manaraka fitsaboana, manome taha 7,24%. Nihena 4 ny "forme grave" mitaha amin’ny afak’omaly, ka 30 izany amin’izao fotoana izao. Ny 17 eto Analamanga, 01 Vakinankaratra (Antsirabe), 08 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), 01 Atsimo Andrefana (Toliara), ary 03 DIANA.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fizarana fanampiana eto AnalamangaAdino i Manjakandriana , Andramasina, Ankazobe…

Manaitra ny fanjakana ireo mponina ao anatin’ireo distrika sasany ato anatin’ny Faritra Analamanga eo anatrehan’ny fizarana fanampiana sy tohana avy amin’ny fanjakana.

 Ireo distrika vitsivitsy manodidina ihany no voajery, fa adino ny distrika sasany izay tena misy olona sahirana toa an’i Manjakandriana, Andramasina, Ankazobe, Anjozorobe,… hoy ny fitarainana. Samy nasaina nihiboka sy nikatso ny asa fivelomana, ary i Manjakandriana aza dia toerana nahitana trangana covid-19 sy nisiana olona maty mihitsy, hoy ny fanamarihana. Ny any amin’ny toerana tsy nisy coronavirus aza mahazo ny anjarany, ka mba jereo izahay, hoy ny antso avo. Zary lasa miandrandra ity fanampiana hanaovan’ny fanjakana fampisehoana etsy sy eroa ity ny vahoaka amin’izao fotoana izao. Miharihary anefa, fa tsy ny Malagasy rehetra no misitraka ka misy ny mahatsapa fa atao anjorom-bala, kanefa ny fanampiana sy ny trosa dia amin’ny anaran’ny Malagasy. Tena io tokoa ve anefa no vahaolana mahomby sy maharitra eo anatrehan’ny olana ankehitriny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra AndroyHerintaona tsy nisy rotsak'orana

Rivotra sy hain'andro no iainan’ny mponina any amin’ny Faritra Androy. Herintaona tsy nisy rotsak'orana tamin’iny faritra iny.

 

Vokatr’izany dia tsy misy antenaina ny fambolena sy fiompiana izay mba fiveloman’ny eny ambanivolo. Voatery amidy mora ny vorontsiloza sy ny osy sy omby eo ampelantanana hividianana rano sy sakafo hohanina, toy ny mangahazo, katsaka. Manao antso avo ny vahoaka ny mba hahazoan’izy ireo tohana ara-tsakafo.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Asa tanana MalagasyVahiny sy Malagasy any an-dafy no tena liana

Tsy dia nisy ny tsena teo amin’ny tontolon’ny asa tanana nandritr’iatra sy mpivarotra asa tanana Malagasy vita amin’ny hodi-biby iray etsy Antsahazay fihibohana izay raha ny fanadihadiana natao taminampamokvola

 

. 2  volana aza moa tena tsy nisokatra mihitsy ny toeram-pivarotana, hoy ny fanazavan’ny tompon’andraikitra. Tamin’ny fotoana niverenan’ny fisokafana indray dia misy fotoana kapa 1 no lafo ao anatin’ny herinandro. Tamin’ireny fotoana mbola tsy nidiran’ny Coronavirus ireny aza moa, hoy izy, nisy fotoana entana 1 monja isan’andro no lafo. Maro karazana ireo vokatra amidy, toy ny poketra, poketram-behivavy, malety, poketram-bola, fehikibo, kiraro, satroka. Hoditr’omby, hoditr’ondry, hodi-bibilava kosa no akora fampiasa. Raha misy mpanjifa miisa 10, hoy hatrany izy, dia 6 amin’ireo ihany no Malagasy ary saika Malagasy mila ravinahitra any an-dafy. Antony maha lafo ireo entana amidy ihany koa, raha ny fanazavan’ireto mpisehatra amin’ny asa tanana ireto, dia ny tsy fisian’ny akora hiasana satria tsy misy ny vola hanjifana izany. Izahay no manamboatra sy mikarakara ary maka ireo akora hanaovana ny entana amidinay any Sina, hoy izy. Manodidina ny 130.000 ariary ka hatramin’ny 800.000 ariary moa no vidin’ireo entana ao amin’ity magazay iray ity, raha ny fanampim-panazavany hatrany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsaboana nentim-paharazanaMisandrahaka manerana ny nosy FITRAMA

Taorian’ny nisitahan-dRakotondranaivo Jean Pierre dia nivondrona nanambatra heriny tanteraka ireo Mpitsabo nentim-paharazana eo anivon’ny orinasa FITRAMA manerana ny Nosy, tantanan-dRafanomezantsoa Jean Nirina.

 

 Hery lehibe manosika azy ireo ny antso avo nataon’ny Filoham-pirenena tamin’ny volana Martsa lasa teo mikasika ny ady hatao amin’ny valan’aretina Covid 19 izay mbola tsy resy. Ankoatra ity valan’aretina ity dia maro ny aretina tsaboin’izy ireo toy ny homamiadana, diabeta, voa …ary efa maro no sitrana. Efa misandrahaka amina faritra maro ny Mpitsabo Malagasy FITRAMA araka izany ary io marika io no mipetaka amin’ny tavoahangy misy ny fanafody vokariny. Anisan’ny efa ahitana azy ny ao Ambolomadinika Toamasina, ny ao Amborongony Toliara, ny ao Sakaraha, ny ao Anosizato Atsinanana, ny eny amin’ny 67 ha, ny ao Mahitsy, Antsirabe, Arivonimamo, Imerintsiatosika, Analavory, Tsiroanomandidy, Manjakandriana, Vatomandry ary Mahanoro. Ho avy tsy ho ela kosa ny any Mampikony, Port Berge, Antsohihy, Sambava, Antsiranana ary Nosy Be.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

CNaPS - DGINapetraka ny rafitra E-salariés

12%n` ireo orinasa eto Madagasikara ihany no manao filazana karama sy fanambarana ny mpiasa ara-dalàna eo anivon` ny CNaPS.

 Vitsy amin` izy ireo anefa no mahalala ny tombotsoa misy eo anivon` ity sampandraharaha misahana ny fiahiana ara-tsosialy ity. Napetraka ny rafitra E-salariés, izay fomba fiasa manaraka ny teknolojia amin'ny fandoavan-ketra ataon' ny orinasa, mba hanamorana ny mpikambana hisitraka ny tombony izay eo anivon` ny CNaPS. Tsotra ho an`ny mpikambana ihany koa no mijery manao ny mombamomba ny mpampiasa iray sy ny mpiasa iray raha mihoatra ny filazan-karama sy fandrotsahana latsakem-boka ataony. Ankoatra izay dia tombotsoa goavana azo amin` ity E-salariés ity koa ho an` ny CNaPs sy ny foibem-pitantanana ankapobeny ny hetra (DGI) ny fahafahana miaraka mikirakira ny vaovao indray mandeha lasa fikirakirana vaovao tambatra raha toa ka samy manana ny azy ny tsirairay avy teo aloha. Araka izany, raha teo aloha ny mpampiasa manao filazan-karama mitokana sy filazan-ketra mitokana, ankehitriny dia afaka miaraka ato izany amin` ny alalan` ity rafitra vaovao ity. Hanafoanana tsikelikely ny fikirakirana taratasy sy hidirana amin` ny teknolojia vaovao no tanjona amin` izany. Omaly no notanterahina teny Antaninarenina ny fanasoniavana ny fifanaraham-piaraha-miasa eo amin'ny CNaPS sy ny foibem-pitantanana ankapobeny ny hetra (DGI) ary ny PAPSP amin'ny fametrahana ny Rafitra E-salariés.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanakanto Rolf« Fay tanteraka aho, anatra ho antsika iny »

Niala tsiny tamin’ny vondron’olona, olon-tsotra, haino aman-jery, andrim-panjakana, fivavahana,…

 

sy iray rehetra voatohitohina tamin’ny zavatra rehetra nosoratany tao amin’ny tambajotra Facebook i Rolf Rafindrakoto fantatry ny rehetra amin’ny hoe « Rolf » eo amin’ny tontolon’ny zava-kanto, araka ny nambarany tamina onjam-peo iray omaly. Tsy marina ilay iray tapitrisa ho an’ny mpanakanto sasantsasany, isan’ny tena nitondrany fanakianana sy tena mamoafady, raha tsiahivina. Nentin’ny fo fotsiny aho, ary manentana ny olona rehetra, fa izahay mpanakanto dia mitaiza sy mifampitaiza. Ajanony ny resaka momba an’iny amin’ny facebook, satria mila mandamina ilay tantara aho. Tandremo ny zavatra soratana, ary aza miteny na inona na inona, aza manoratra na inona na inona raha mbola ao anatin’ny fahatezerana. Ataovy am-panajana foana, ataovy am-pitiavana. Niala tsiny ihany koa tamin’ny mpanakanto Rossy sy ny Sendikan’ny Artista i Rossy, ary nisaotra namerina ahy tamin’ny toerako satria zoky nananatra zandry tsy hiteniteny foana, hoy izy. Izaho no nahazo lesona, fa anatra sy lesona ho an’ny rehetra iny. Fay tanteraka ary manomboka izao ary ho mandrakizay, dia tsy hanao zavatra hafa intsony afatsy ny fizarana tsikitsiky sy fitiavana aho amin’ny Facebook. Hizara zavatra miabo fa tsy hizara zavatra ratsy tsy mitondra mankaiza amin’izao fiainana efa ratsy izao, hoy hatrany i Rolf. Tsiahivina fa ny 10 septambra no niakatra fitsarana i Rolf sy olona 3 hafa, ary eo ambany fanaraha-mason’ny fitsarana.

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa AmbatovyHiala ny Sherritt Kanadianina

Hiala tanteraka amin'ny fitrandrahana nikela sy kobalta ao anatin’Ambatovy ny Sherritt International rehefa niditra teo ambany fiarovan'ny lalàna amin'ny bankiropitra any Kanada.

 

 Nanaiky hanakalo ny anjara petra-bolany (actions) amin'ny trosa be tokony nefainy ny Sumitomo Corporation Japoney, izay nanamora ny fialan’ny Sherritt. Ity orinasa japoney ity izany no lasa tompon'ny anjara 54% ao Ambatovy. Mandeha ihany koa ny resaka fa mikasa hivarotra ny anjarany ao Ambatovy ilay « actionnaire » Koreanina KORES, ary mitady mafy mpividy ankehitriny. Ambatovy no orinasa lehibe indrindra mitana ny 26% eo ho eo amin’ny fanondranana entana ataon’i Madagasikara. Mpiasa mivantana sy tsy mivantana efa ho an’aliny no miankina aminy, ary manodidina ny 40 tapitrisa euros isan-taona ny hetra ampidiriny ao anatin’ny kitapom-bolam-panjakana. Midika fahasahiranana lehibe ny fisitahan’ireo orinasa goavana manana petra-bola ao, izay ahiana hisy fiantraikany amin’ny hoavin’ity orinasa goavana ity

. FANAMORANA NY FIVERENAN’IREO MPIASA

Miisa 850 ireo mpiasa teratany vahiny avy amina orinasa 39 mpiasan’Ambatovy nody any ivelany ny faran’ny volana mey. Ny 18 agositra teo, nisy ny fifampidinihana momba ny fanamorana ny famerenena azy ireo nandritra ny fihaonana teo amin’ny Minisitry ny asa sy lalàna sosialy Rtoa Gisèle Ranampy sy ny masoivohon’i Japon miasa eto amintsika, Atoa Higuchi Yoshihiro. Ankoatra an’Ambotovy moa, dia mpiara-miombon’antoka voalohan’ny fanjakana Malagasy amin’ny fanitarana ny seranantsambon’i Toamasina ny Japoney nanomboka tamin’ny Fanjakana Rajaonarimampianina.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon’ny fampianaranaAhiana hisavorovoro indray…

Mbola tsy ampy iray volana akory no nitantanan` ny minisitry ny fanabeazam-pirenena (MEN) vaovao, Sahondrarimalala Marie Michelle, dia efa miseho lany sahady ny tsy fahatokisan` ny mpampianatra sy mpanabe ny mpitondra ankehitriny.

 Araka ny loharanom-baovao iray dia mialoha ny fanendrena ny minisitra hitantana ity minisitera ity dia nisy ny fihaonana tamin'ireo mpitarika sendikaly teo anivon ny MEN tamin'ny fiadidiana ny Repoblika sy ny primatiora. Nametraka marimaritra iraisana ny telo tonta amin` ny masontsivana hametrahana izay olona hitantana ity minisitera ity saingy nivoana tamin` ny fifampiresahana moa ny fanapahn-kevitra. Tsy nametraka olana kosa izy ireo satria anjarany Filoha sy ny Praiminisitra no misafidy izay olona mety afaka hiara-hiasa aminy ao anaty governemanta. Manaraka izany, mahakasika ny famolavolana rafi-pitantanana (organigramme). Rehefa misy fanovana na fanatsarana tiana hatao dia ny teknisianina eo anivon` ny MEN no mamolavola izany saingy tsy fantatra hoe rafi-pitantanana mipoitra avy taiza no navoaka. Araka io loharanom-baovao io hatrany dia tsy nitana ny teny nomeny sahady ny minisitra vaovao raha nihaona tamin'ny solontenan'ny mpiasa raha vao nandray ny asany izy. Voalaza tamin` izany fa hiezaka hametraka ny antsoina hoe "promotion interne" ny minisitra saingy mifanohitra amin` izany ny zava-misy. Ny olona rehetra voatendry sy mbola ho tendrena atoato araka ny fantatra dia tsy misy mpiasa avy ao amin` ny MEN ny ankamaroany. Ny fitaleavana misahana ny fiainanan` ny mpiasa (DRH) ohatra dia adminisitratera sivily. Manahy ny hiverenan`ny antsonjay sy ny fahoriana mafy izay noentiny nandritra ny tale misahana ny maha olona izay mpitsara tamin'ny andron` ny fitondrana Rajanarimampianina ireo mpampianatra sy mpanabe, hoy hatrany ny fanazavana.Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly CHU AnosialaHiverina amin’ny laonina 7 volana aty aoriana

Ny zoma 4 septembrateo dia niroso tamin'ny fanadiovana faobe ny hopitaly ireo Mpiaramiasa eto amin'ny CHU Anosiala. Nofaranana tamin'ny firahamisakafo izany.

 

Nanomboka nandray ireo marary tsy mitondra ny tsimokaretina Covid-19 ny sampandraharaha rehetra ny 7 septambra ary hiverina hisokatra manomboka ny 15 septambra ny sampandraharaha misahana ny fandidiana rehefa niato nandritra ny 7 volana, hoy ny fampitam-baovao avy amin’io ivon-toerana ara-pahasalamana io. Tsiahivina, fa nivadika ho toeram-pandraisana sy fitsaboana ireo olona voan’ny covid-19 ny CHU Anosiala, ary izao miverina amin’ny laoniny izao. Entanina hatrany ireo Mpanjifa hanaraka ny torimarika sy ny fandaminana mba hisorohana hatrany ny valanaretina, hoy ny toromarika.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Miandry ny anjara masoandrony

Mbola tsy hita be eny ihany, hoy ny mpanao politika iray izay, ny hiafaran’ity resaka Coronavirus eto Madagasikara ity.

Tsy tompon’ny ampitso tokoa isika ary raha mijery ny zava-misy ankehitriny manoloana ity tarehimarika miaka-midina aseho isan’andro amin’ny haino aman-jery ity dia sarotra no tsy ho lasa saina ny amin’ny hoe hanao ahoana indray no tohiny, mba tsy hilazana hoe ho atao tohiny. Marihina tsinona fa ny tarehimarika izay naseho am-bolana maro izany izay dia vaky ihany fa tsy ten any isan’ireo marary fa ireo izay manaiky ho tiliana sy ho isaina. Anjaran’ny isan-tokantrano, araka izany, no maminavina ny tena mety ho isan’ireo tena voan’ity COVID 19 ity eto Madagasikara miainga amin’ireo tarehimarik’izay nanaiky ho ambara. Sombiny goavana amin’ny toe-draharaha mampiady saina ny maro ihany ny resaka Coronavirus ka hanadinoiny ireo areti-mandoza hafa, hoy ny dokotera sasany izay. Eo ihany ny lafiny ara-pahasalamana fa mamono mivantana sy ankolaka ny mpiray tanindrazana koa ankehitriny ny hanohanana sy ny fahaverezan’asa. Mitombo ihany koa ny tsy fisian’asa. Ny famonoan’izao fitondrana izao mivantana ireo asa efa nisy moa dia tsy takona hafenina toy ny masoandro be lohataona, hoy ny filazan’ny Ntaolo azy izay. Tsy ny vondrona AAA sy ny tariny, izay tarihin’ny filoham-pirenena teo aloha, Marc Ravalomanana irery, fa hatramin’ireo fihariana madinika sy salantsalany toy ny fivarotana tetsy Analakely sy fokontany maro tety Andrenivohitra. Voadingan’ny Vatsy tsinjo sy ny tsena mora toy ny efa nahazatra ihany koa hatramin’ny 2009 ny fiharian’ny tambanivohitra toy ny fambolem-bary sy ny fiompiana omby. Hanafatra ombivavy be ronono moa izany ny fitondrana raha toa ka nanary ny ronony ny tantsaha teto an-toerana. Samy miandry ny fahatanterahan’ny Tanamasoandry sy ny tohin’ny kianja masoandro ny mpanara-baovao saingy miandry ny anjara masoandrony kosa ny Malagasy.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao fitsapana Barea ≠ Burkina-Fasso Miandry ny fankatoavan’ny FMF i Dupuis

Amin'ny fiantombohan'ny volana oktobra io dia hiezaka hampivondrona ireo mpilalao ny tenako hampanao « stage » sy lalao ara-pirahalahiana, hoy i Nicolas Dupuis Mpanazatra ny Barean’i Madagasikara.

 Nanolotra tolo-kevitra vitsivitsy ho an'ny Federasiona, ary miandry ny fanapahan-kevitra sy safidin'izy ireo. Nisaotra Comité Exécutif (CE) izay efa nanainky ireo hevitra narosony i Dupuis satria tsapan'izy ireo fa tena ilaina ny fampivondronana mialohan'ny lalao amin'i Côte d'Ivoire fa indrindra mba hisian'ny fahaiza-miaraka amin'ireo mpilalao vaovao, hoy izy. Ny 09 sy 17 novambra moa no hifandonan’ny Barea amin’i Côte d’Ivoire. Nambaran’io mpanazatra io fa raha ao anatin'ny herinandro iray no tafaraka manao fanazaran-tena miaraka dia efa zava-dehibe ao anatin'ny ekipa izany satria mba efa ahitana an'ilay « automatisme » eo amin'ireo mpilalao tsirairay avy. Ary farany, lafo sy sarotra ny fahafahana manao lalao ara-pirahalahiana, ary etsy andanin'izany mbola tsy azo hanatanterahana an'izany lalao izany ihany koa ny aty Frantsa satria mbola voarara, hoy izy. Noho izany dia mbola eo am-pitadiavana vahaolana izay zakantsika indrindra isika izao. Marina fa ny fiarahana amin'ny alalan'ny fampivondronana no zava-dehibe, fa raha iray na roa andro fotsiny kosa dia lasa mampametra-panontaniana…. Teo am-pamaranana no nilazan’i Dupuis, fa nifampiresaka tamin'i Burkina-Faso mba hanao lalao ara-pirahalahiana izay hatao any Portugal ny tenany. Efa noresahiko tamin'ny FMF ny momba an'izany koa dia eo am-piandrasana ny valin-teny avy amin'io rafitra io izany isika, hoy izy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tale Jeneralin’ny Fitantanana ny hetra« Tsy nakatona tanteraka izany ny AAA»

« Tsy misy ambadika politika ny fanakatonana ny AAA ary ny DGI tsy manao politika, fa rehefa tsy manata-dalàna dia haverina amin’ny fanarahan-dalà

 

na. Tsy fanakatonana tanteraka, fa fampiatoana ara-panjakana (mésure administrative) ao anatin’ny 15 andro hahafahan’ny orinasa manaraka sy mameno ny fepetra araka ny lalàna no natao, hoy ny Tale Jenelin’ny Fitantanana ankapobeny ny hetra na ny DGI Atoa Gérmain omaly teny Antaninarenina. Nambarany fa tsy ny AAA ihany fa 22 no efa nanaovana izany hatramin’ny taona 2019. Ny AAA no nilaza, izahay tsy naka mpanao gazety tamin’ny fanakatonana, izay tafiditra ao anatin’ny tsiambaratelon’ny asa, hoy izy. Hetra mitentina 140 miliara ariary no tsy naloan` ny orinasa AAA – TIKO, hoy hatrany ny DGI. Misy antony matoa tonga amin’ny  fanakatonana hoy ny fanazavana : tsy nahaloa hetra na tsy manaraka ny lalàna mahakasika ny fandraharaharana. Tsy midika hoe rehefa nanao “déclaration fiscale” napetraka any amin`ny DGI dia ara-dalàna” hoy Germain, tale jeneralin` ny foibem-pitantanana ankapobeny ny hetra raha nanontaniana mahakasika ny raharaha Orinasa AAA- TIKO.

EFA DILA NY 15 ANDRO

Efa dila ny 15 andro ho an’ny Magro AAA Behoririka izay ny 19 aogositra no nakatona. Nakatona ihany koa ny Tiko sy AAA Toamasina ny 28 aogositra. Nitohy tao amin’ny ozinina Andranomanelatra ny 01 septambra, ary ny AAA Fianarantsoa ny 02 septambra. Nametraka fitoriana mangataka ny fanafoanana ny fanakatonana noho ny fahatsapan’izy ireo ny fisian’ny fanararaotam-pahefana na « récours en annulation pour excés de pouvoir » ny AAA ny 08 septambra teo. Ampatsiahivina ihany fa fanampiana ny orinasa no tokony hataon’ny fanjakana amin’izao krizy izao fa tsy fanakatonana. Tena tsy maintsy nakatona ve raha tsy misy ambadika politika marina ? Tsy afaka sady navela niodina ve ny orinasa amin’izao krizy izao, ary mameno miandalana ny fepetra raha tsy feno tokoa? 22 ve ny orinasa tsy manaja fepetra ara-ketra eo anatrehan’ny taham-pandoavan-ketra 12% raha be indrindra eto Madagasikara ? Andrasana ny tohiny satria efa tokony hisy fivoarany aty amin’ny 15 andro aty aoriana.

 

 

Marigny A sy Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin`ny Covid 19Tokony hisokatra ho an`ny hery rehetra

“Tokony hifanome tanana amin` izao vanim-potoanan` ny krizy ara-pahasalamana izao ary aorian` ny aretina vao tokony miresaka politika” hoy ireo mpanohana ny fitondrana .

 

Inona moa anefa no ho tombotsoan’ ny mpanohitra haniry ratsy ny mpiray tanindrazana aminy? Tena azo handrefesana tsara ny fomba fiasan’ny fitondrana anefa ny krizy ara-pahasalamana, izay efa hiditra amin` ny fahaenim-bolana ny fametrahana ny fahamehana eto amin` ny firenena. Maro ireo teboka tsy mazava, valy boraingina no azo amin’ireo manampahefana vao mba mitaky mangaraharaha, ary soketaina ho mpanakorontana ny mpanohitra na izay tsy mitovy hevitra amin’ny fitondrana.Tsy atao mahagaga raha maro no miahiahy fa manafin-javatra ny fanjakana, tahaka ny resaka tarehimarika ohatra. Maro ireo te handray anjara amin'ny ady atao amin'ity valanaretina Covid-19 ity; saingy noho ny teny an’avona sy latsa mahazatra ny ankamaroan’ireo manampahefana rehefa miteny dia miahotra ny olona.Ny fiaraha-mientana ihany anefa no hahafahana mandresy haingana ny Covid 19, ny aretina rahateo tsy mifidy hoe mpanohana na mpanohitra ny fitondrana fa izay sendra azy dia petahany aloha.Mila misokatra ny fomba fijery, tsy tery ny fomba fisainana…tsy izao ve no fotoana hanehoana ilay hambom-pom-pirenena sy fitiavan-tanindrazana ka hiara-miaentana tahaka ny natao tamin’ny Barea ireny e !

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fanajana fepetraOlona 2.252 no nampanaovina asa iombonana

Miezaka hatrany ny polisim-pirenena manentana ny isam-batan’olona mba hanaja ireo fepetra ara-pahasalamana ho fisorohana ny mety ho fihanaky ny valan’aretina Covid 19.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaMafotaka ny fanalana mpivarotra amoron-dàlana

Nesorin'ny avy eo anivon'ny fiadidiana ny tanànan’i Toamasina avokoa omaly ireo tsena rehetra voalaza fa tsy manara-dalàna manodidina ny Bazary kely.

 

Isan'izany ireo mpivarotra Matelas sy ny tsena maro samihafa izay sokajiana ho fositra mahatonga fitohanan'ny fifamoivoizana sy manimba ny endriky ny tanàna. Efa iaraha-mahita ihany koa fa mandoto no sady manaratsy endrika ny tanàna ny mpivarotra amoron-dalana, efa hita eto Antananarivo izany Etsy ankilany, mimenomenona ireo mpivarotra, ary milaza fa mandoa vola matoa mivarotra eo. Tsy mety ihany koa ny fanesorana azy amin'io toerana io anatin'izao fahamehana izao, hoy hatrany ireo mpivarotra, satria mbola anatin'ny tena fitadiavana ny rehetra.Mazava ho azy fa maro no very asa noho ny krizy ara-pahasalamana, ka ny vola maika hita hatramin’izay dia ny mivarotra satria tsy maintsy mihinana sy mitafy ny ankohonana.Heveriny samy manana ny rariny sy hitsiny ny andaniny sy ny ankilany eo anatrehan’ity toe-javatra ity, ny fahaizana mandamina ihany no tena vahaolana fa raha samy mihizingizina amin’ny heviny dia tsy hisy zava-banona.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Moto nifandona tamina taxibe 180Tovolahy iray maty tsy tsa-drano

Nitrangana lozam-pifamoivoizana namoizana ain’olona afak’omaly alahady 13 septambra hariva teny Ambodivoanjo lalana Andriantsihoarana Ratsimbazafy tokony ho tamin’ny 07 ora sy 20 minitra hariva.

 

 Fiara Mercedes Benz 207 D ao amin’ny Taxi be zotra 180 nizotra ho any amin’ny Pullman Ivandry no nifanehatra tamin’ny Moto Yamaha jog pro tsy misy laharana handeha ho any Analamahitsy. Noho ny hamafin’ny fifandonana dia nivadika ilay moto ka nitarika ny fahafatesan’ilay nitondra azy izay tovolahy vao 33 taona monja. Nalefa avy hatrany teny amin’ny tranom-paty HJRA Ampefiloha moa ny razana taorian’izany. Tonga teny an-toerana nanao fizahana ny zava-nitranga ny mpitandro ny filaminana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

TsiroanomandidyLehilahy 2 nampiahiahy tratra nitondra basy sy ody gasy

Lehilahy miisa 02 no voasambotry ny polisim-pirenena avy ao amin’ny Distrikan’i Tsiroanomandidy afak’omaly alahady 13 septambra nandritra ny « Barrage de sécurité »

 

izay nataony tao Ambohitsoa, kaominina ambonivohitr’i Tsiroanomandidy. Tokony ho tamin’ny 05 ora sasany hariva no nosakanana ny lehilahy 24 taona sy 36 taona rehefa nampiahiahy ny Polisy ny fihetsiny. Tamin’ny fisavàna azy ary dia basy vita gasy iray sy ody gasy maro no tratra teny amin’izy roalahy ireto. Nandritra ny fanadihadiana natao azy ireo dia nilaza ho mpimasy sy mpamboly ny asan’izy roalahy. Mbola mitohy kosa ny famotorana mahakasika ilay basy sy ny saika hampiasana azy. Vokatry ny fisavana nataon’ny Polisy hatrany moa dia olona miisa 96 no nosavaina. Kamiao lehibe miisa 19 ihany koa no nojerena ny antontan-taratsiny sy ny tao anatiny raha miisa 08 ireo fiara kely.Miisa 22 kosa ny taxi brousse raha 13 isa ny moto nosavaina. Ny 02 tamin’ireto farany no voasazy fa tsy nanao aro loha. Nahatratra 10 kosa ireo posiposy nomena fampitandremana raha 79 ireo olona nosavaina karapanondro.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritr’i SofiaNy distrikan’i Mampikony no tena tsy mandry fahalemana

Marina tokoa fa toy ny mirongatra ny tsy fandriampahalemana any amina distrika sasantsasany ao amin’ny faritr’i Sofia, hoy ny sekretera jeneralin’ny governora, Tolojanahary Maharavo, raha namarana ny iraka nataony teto Antananarivo omaly.

 

Ny distrikan’i Mampikony, hoy izy, indrindra indrindra. Taloha dia nisy ny atao hoe dinan’I Besaboa tao Sofia. Napetraka io ary tena nandry fahalemana ny fokontany rehetra saingy ny olana dia tsy nahazo fankatoavana na “homologation” io dina io. Rehefa izany dia be dia be ireo gadra noho ilay fampiarana dina. Rehefa tonga izay dia miheritreritra hoe ny fananganana dina ankatoavina no vahaolana ary ny fanavaozana ity dinan’i Besaboa ity ankehitriny no ezahanay apetraka ary efa ho vita izany. Tiako ho fantantrareo, hoy izy, fa tsy ny governora no tena miantsoroka ny fandriampahaleman’ny mponina amin’ny faritra fa ny prefe sy lehiben’ny distrika no misolo tena ny fanjakana. Fitantanam-paritra na “administration regionale” no ataony fa tsy solontenam-panjakana izy. Tsy afaka manao fanagiazana na manao “requisition” ny zandary na dia jeneraly aza ny governoran’ny faritr’i Sofia, hoy izy. Na teo aza izany ny ezaka maro nataony mifandray amin’ny fanjakana foibe toy ny fananganana “poste avancé” efa ho 20 mahery, ny fifampiraharahana avy hatrany amin’ny kaompania sy borigady noho ny serasera amin’ny maha samy zandary dia ny sefo distrika sy prefe no lehiben’ny fampandriana fahalemana. Raha misy, noho izany, ny firongatan’ny tsy fandriampahalemana dia ireo no tomponan’antoka mivantana amin’ny fanomezana baiko ny zandary ka any izao, hoy hatrany izy, no mila vahaolana maika hametrahana ilay dinam-paritra nankatoavina satria amin’izay fotoana izay vao lehiben’ny tompon’antoka ny governora.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Chandoutis Raoera“Fotoana hampiharana ny soatoavina izao ”

Aretim-be ny Coronavirus ary ny soatoavina Malagasy dia mametraka fa voalohan-karena ny fahasalamana, hoy ny mpampianatra mpikaroka momba ny politika, Chandoutis Raoera.

Mankasitraka ny fitondrana manome hasina hitsaboana. Mahita kosa anefa izahay, hoy izy, fa fotoana hahatongavan-tsain’ny vahoaka izao hanarahana ireo fepetra toy ny fitondrana arotava sy fampiakarana hery fiarovana. Izaho dia isan’ny manamafy ny hoe mihinana vaomaintilany miisa 7 isan’andro ao anatin’ny 10 andro, hoy izy. Mampiakatra hery fiarovana be io. Matory anaty harem-be isika nefa mahantra. Tsy misy manana ireo hazo mitsabo eto amintsika izay ahiana ho lany tamingana ireo. Ny resaka vato koa toy izany ary hitanay raha nanao hatrikasa tany Taolagnaro. Malahelo ny any atsimo hoe maninona no tsy misy politika hanampiana anay? 7 ny renirano fa raha ireo no hajariana dia afaka mamboly mangahazo aman-taoniny izahay, hoy ireo avy any atsimo, ary any aminay, hoy izy, no tena misy ny toeram-pitrandrahana na “minerais” ahafahana manamboatra fiaramanidina eran’izao tontolo izao fa mila mahalala ny fahafaha-mamokatra eto isika Malagasy ary mila fahasalamana sy Andriamanitra. Maheno izany aho, hoy izy, dia mahita fa fotoana hampiharana ny soatoavina Malagasy izao dia ny fihavanana sy fifanomezan-kasina ary firaisankina.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadinana CAP sy CFA1.559 ireo mpiadina manerana ny nosy

Tontosa soamantsara omaly alatsinainy 14 septambra ny andro voalohany hanatanterahana ny fanadinana hahazoana ny mari-pahaizana Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) sy ny Certificat de Fin d’Apprentissage (CFA)

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fidiran’ny mpianatraMaro ireo sekoly mbola manaiky ireo fitaovana teo aloha

Ao anatin’ny fanomanana tanteraka ny fidiran’ny mpianatra ny Ray aman-dReny amin’izao na dia vao manomboka mivoaka tsikelikely ao anatin’ny fihibohana aza isika.

 

 Tsy vitsy araka izany ireo velon-taraina sy mikaikaika, ka tonga mitaraina sy midodododo eny anivon’ireny sekoly maro isan-tsokajiny ireny, indrindra fa ny sekoly tsy miankina. Misy amin’ireto farany araka izany no manaiky ilay aloha tsikelikely ka fanavaozana ny fisoratana anarana no tsy maintsy hatao aloha raha mbola afaka miandry ny saram-pianarana volana Oktobra. Misy amin’ireo sekoly tsy miankina ihany koa no nandefitra amin’ny fampiasana ireo karazana fitaovam-pianarana vaovao. Betsaka ireo manaiky ny hamerenana hampiasana ireo fitaovam-pianarana teo aloha toy ny crayon de couleur, ny feutre….. raha tsy maintsy vaovao kosa ny kahie. Misy fiantraikany goavana any amin’ireo mpivarotra fitaovam-pianarana eto amintsika izany raha araka ny fanadihadiana natao. Lasa tsy misy mpividy firy mantsy ny entan’izy ireo nefa tsy niakatra ny vidin’ny fitaovam-pianarana. Ho an’ny kahie 100 pejy ohatra dia mbola mahazo 1.000 Ar raha 1500 Ar no lafo indrindra miankina amin’ny kalitaony.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tale Jeneralin’ny ATT« Hifehezana ny saran-dalàna ny kitapom-bola iraisaina »

Niditra an-tsehatra ny Filohan’ny antokon-draharaha misahana ny fitanterana an-tanety na ny ATT Jeneraly Reribaky Jeannot eo anatrehan’ny fisokafan’ny zotra nasionaly amin’ny RN4 (Antananarivo-Mahajanga) sy ireo faritra hafa manomboka anio 15 septambra.

 Nandritra io no nilazany fa tsy tena mpitatitra ireo olona nitokona sy nanao hetsika ny faran’ny herinandro teo tao Mahajanga. Fanoherana ny «caisse unique » na kitapom-bola iombonana moa no notoherin’iretsy farany. Nilaza kosa ny Tale Jeneralin’ny ATT, fa fitazonana ny saran-dàlana, fandriampahalemana ho an’ny volan’ny olona, ary indrindra fa hifehezana ny tsy hiakaran’ny saran-dàlana eo anatrehan’ny fanararaotana samihafa no nanaovana io kitapom-bola iombonana io. Heverina fa ho maro ny mandeha hihazo an’i Mahajanga sy ny manodidina, ary tsy ho vitsy ihany koa ny avy any hiakatra aty an-dRenivohitra. Na izany aza, dia ilaina hatrany ny mitandrina satria isan’ireo toerana ahenoana tranga isan’andro ny eto Analamanga sy any Boeny. Isan’ny hisokatra manomboka anio ihany koa ny zotra Antananarivo-Ambatondrazaka.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

CCO Covid IvatoNidoboka am-ponja ilay vazaha nidaroka jeneraly

Nisehoana savorovoro teo anoloan’ny vavahadin’ny CCO Ivato ny faran’ny herinandro teo.

Teratany vahiny iray no voalaza fa nikasi-tànana ny Jeneraly Elack Olivier Andriankaja Mpandrindra ankapoben’ny CCO sady Tale Jeneralin’ny BNGRC. Mbola nopotehiny tamin’ny alalan’ny aroloha fampiasa amin’ny moto ny « rétroviseur » an’ny fiara nitondra ity jeneraly ity. Voalaza fa efa avy avy nikasi-tànana an’ity olona ambony ity io vahiny io vao niditra an-tsehatra ny mpiambina an’ilay manamboninahitra. Niantsoana mpitandro ny filaminana, ka notanana tany amin’ny tobin’ny zandary ilay teratany vahiny.Fototry ny savorovoro raha araka ny fantatra ny hoe nivoaka ny lalana avy ao amin’ny CCO ny fiara 4x4 nitondra ny jeneraly Elack Olivier, ilay vazaha nandeha moto avy any Ivato, ka saika nifandona ny roa tonta.Samy nijanona moa, nanatona ny fiara ilay vazaha izay hita fa tezitra ka nanao vava be sy avy hatrany dia nikasi-tanana. Niakatra fampanovana omaly ny tenany, ka nidoboka any am-ponja vonjimaika (MD) avy hatrany.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famarotana tany tsy ara-dalànaMisy tompon’andraikitra ambony voasaringotra

Sehatra iray ahitàna hosoka sy fisolokiana be indrindra ny fananan-tany. Misy no mahavatra mitondra taratasy fifampivarotana (acte de vente) mba handroahana olona amin’ny tany efa nokarakarainy an-taonany maro kanefa rehefa

 

hadihadiana lalina dia taratasy tsy misy sosony any anaty bokim-panjakana akory. Tahaka izany no nanjo ireto olona maromaro izay efa nonina an-taonany naharitra tamin’ny kaominina ao Toamasina kanefa tampotampoka eo dia misy milaza ho tompony ilay tany. Naniraka vadin-tany ny olona iray, voalaza fa tompon’andraikitra teo anivon` ny kaominina, nandroaka azy ireo. Araka ny nambaran’ny mpîsolovava an’ireto fokonolona efa nanamaintimolaly ny tany dia tsy marim-pototra io taratasy fiofampivarotana io fa hosoka kanefa nahagaga, hoy izy ny nanomezan’ny Fitsarana alalana azy io handroaka ireo olona efa nonina teo am-polo taonany maro. Ny nahagaga aza dia ireo olona efa nanamaintimolaly ny tany indray no niditra am-ponja vonjimaika tamin’izao raharaha izao. Raha ny fanazavana hatrany dia ilay taratasy fifampîvarotana teo amin’ilay mitonona ho nahazo ny tany sy ny solotenan’ny kaominina nanasonia ilay fifampivarotana dia fotoana fohy ihany satria tsy an-taonany, tsy am-bolana fa telo andro monja.Tsy zava-baovao akory ny fisiana adin-tany tahaka izao any Toamasina sy ny fisiana olona miray tsikombakomba fa efa zary mahazo vahana mihitsy. Ny Minisitry ny Fitsarana teo aloha moa raha nanontanian’ny mpanao gazety momba ny toetran’ireo tomponandraikitry ny fitsarana sasantsasany any Atsinanana ity dia niaiky fa misy ny zavatra tsy mandeha araka ny tokony ho izy ka na ireny antontan-taratasin’ady ireny afindra amin’ny toeran-kafa ny fitsarana azy na mpitsara hafa avy aty Antananarivo no asaina manao ny fitsarana. Ireo mpisolovava any an-toerana indray nefa dia nilaza fa toa manome fahasahiranana ny olona arovany ihany ny famindrana ny fitsarana any an-toeran-kafa.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny fahasalamanaNotoloran’ny Fondation BOA fiara 6

Nanolotra fiara tsy mataho-dàlana fitondrana marary miisa 06 ho an’ny Minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka ny « Fondation BOA » sy ny « Madagascar International Container Terminal Services » omaly ny 14 Septambra 2020.

 

Nisolo tena ny fitondram-panjakana nandray ireo fiara ireo teny amin’ny CCI Ivato toerana misy ny CCO ny Minisitry ny Fahasalamam-bahoaka sady filoha lefitry ny CCO, Profesora Rakotovao Hanitrala Jean Louis. Haparitaka any amin’ireo toerana saro-dàlana ireo fiara tsy mataho-dàlana satria any no tena ilaina azy noho ny tanjany, araka ny fanazavana. Nambara fa isan’ny tosika hanome fahasalamana manaja ny maha olona ho an’ny vahoaka malagasy (Humanisation des Soins) ireo fampitaovana ireo, ka notolorana fisaorana ny mpanolotra. « Mbola mitohy ny ady amin’ny Coronavirus ka ilaina ny fanomezan-tanana tahaka izao » hoy hatrany ny Minisitry ny fahasalamana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ravelonanosy BrunoNolavin’ny Fitsarana ny fangatahana fahafahana vonjimaika

Omaly no niakatra teny amin’ny Fitsarana ilay fangatahana fahafahana vonjimaika ho an-dRavelonanosy Bruno naiditra am-ponja ny 03 jona lasa teo noho ilay raharaha ady tany eny Antanandrano Ambohitrarahaba mirefy 34 ha.

 

Raha araka ny fanazavan’ny mpisolovava an-dRavelonanosy anefa dia efa atahorana be ny fahasalaman’ity farany amin’izao. Miakatra be ny tosi-drany, marary ihany koa ny fony ary mivonto ny tongony. Ankoatra izay dia mihamahia andro aman’alina izy ankoatra ilay aretina diabeta laharana fahatelo efa mahazo azy.Efa in-telo nangataka ny hamoahana azy eny hotsaboana eny amin’ny hopitaly ny tompon’andraikitra eo anivon’ny fonja raha ny fantatra saingy tsy mbola nahazo izany izy hatreto. Ahiana mafy araka izany ny ain-dRavelonanosy. Nambaran’ireo mpisolovava azy izay nitafa tamin’ny mpanao gazety omaly fa ahiana misy tsindry ao ambadik’ity raharaha fitazonana an-dRavelonanosy any am-ponja ity. Efa ireo tompon’ny tany mihitsy mantsy hoy izy ireo no nanamafy fa izy no nanome procuration an-dRavelonanosy fa tsy nanao fanomezam-pahefana hosoka izany ity farany noho izany tsy misy antony tokony hitazonana azy any am-ponja intsony. Na izany aza dia hanohy hatrany ny fangatahana fahafahana vonjy maika ho an-dRavelonanosy izy ireo mandrapisian’ny fanadihadiana lalina.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ravelonanosy BrunoNolavin’ny Fitsarana ny fangatahana fahafahana vonjimaika

Omaly no niakatra teny amin’ny Fitsarana ilay fangatahana fahafahana vonjimaika ho an-dRavelonanosy Bruno naiditra am-ponja ny 03 jona lasa teo noho ilay raharaha ady tany eny Antanandrano Ambohitrarahaba mirefy 34 ha.

 

Raha araka ny fanazavan’ny mpisolovava an-dRavelonanosy anefa dia efa atahorana be ny fahasalaman’ity farany amin’izao. Miakatra be ny tosi-drany, marary ihany koa ny fony ary mivonto ny tongony. Ankoatra izay dia mihamahia andro aman’alina izy ankoatra ilay aretina diabeta laharana fahatelo efa mahazo azy.Efa in-telo nangataka ny hamoahana azy eny hotsaboana eny amin’ny hopitaly ny tompon’andraikitra eo anivon’ny fonja raha ny fantatra saingy tsy mbola nahazo izany izy hatreto. Ahiana mafy araka izany ny ain-dRavelonanosy. Nambaran’ireo mpisolovava azy izay nitafa tamin’ny mpanao gazety omaly fa ahiana misy tsindry ao ambadik’ity raharaha fitazonana an-dRavelonanosy any am-ponja ity. Efa ireo tompon’ny tany mihitsy mantsy hoy izy ireo no nanamafy fa izy no nanome procuration an-dRavelonanosy fa tsy nanao fanomezam-pahefana hosoka izany ity farany noho izany tsy misy antony tokony hitazonana azy any am-ponja intsony. Na izany aza dia hanohy hatrany ny fangatahana fahafahana vonjy maika ho an-dRavelonanosy izy ireo mandrapisian’ny fanadihadiana lalina.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana ny firenenaMitamberina ny tetezamita

Ao anatin’ny fotoan-tsarotra ny firenena Malagasy vokatry ny krizy miseho ankehitriny.

 

Mitamberina ny fomba fitantanana tamin’ny tetezamita. Tezaina amin’ny resaka fanampiana ara-tsosialy ny olona, toy ny fampanantenana menaka 2000Ar/L sy vary 500Ar/Kg izay nentina nakana ny fom-bahoaka, saingy tsy naharitra ary tsy ny daholobe no afaka nisitraka azy. Ankehitriny, fomba fiasa ny fizarazaran-javatra etsy sy eroa, izay tsy ho vahaolana maharitra sy mandava-taona. Kofona tanteraka amin’ny ara-bola sy ara-toekarena anefa ny firenena. Miantehitra tanteraka amin’ny fanampiana avy any ivelany, ka ny karaman’ny mpiasam-panjakana aza tsy voaloa raha tsy misy an’izany, raha halalinina ny fanazavana efa nentin’ny Praiminisitra ny volana aogositra. Azo antoka, fa miha manify kitapom-bola, izay antony goavana mampitotongana ny sandan’ny ariary. Tsy dia misy ola hoenti-manatanteraka ny programan’asany izay miova eny am-pandehanana ny mpitondra, fa kosa miezaka mametraka tandindona sy dian-tànana. Tamin’ny tetezamita, dia namatam-bonona ny tahiry nahatratra 2 miliara dolara tany ho any navelan’ny fanjakana Ravalomanana, izay lojika raha afaka nampiodina ny raharaham-panjakana tsy nisy famatsiana i Andry Rajoelina. Nandeha foana rahateo ny fanampiana amin'ny lafiny mahaolona, saingy ny toekarena nivaralila tanteraka. Banky ropitra ny firenena niala teo ny tetezamita, isan’ny nahakofona ny Fanjakana Rajaonarimampianina nanarina ny potika. Ankehitriny miverina ny fanao, ny volan’ireo Orinasam-panjakana no katsahin’ny mpitondra holoarana, ka ny 20 janoary 2020, ohatra, no nilazan’ny Filoha fa ahavitana « building » 300 isa ny 300 miliara ao amin’ny CNaPS amin’ny fanatanterahana ny Tana-Masoandro. Ny 29 jolay 2019 herintaona mahery anefa izay no nilazan’Atoa Gérard Andriamanohisoa, mpanolontsain’ny Filoha, fa mpamatsy vola 21 no efa vonona. Aiza ny tohiny ? Inona ny tena marina? Tahaka izany ihany koa ny fampahafantarana ny IEM sy ny atrikasa tany Frantsa ny mey 2018. Narantiranty ny ambara fa mpiara-miombon’antoka sy mpamatsy vola. Nolazaina fa efa niomana 4 taona, kanefa toa ny fomba fiasa tetezamita ihany no miverina.

Toky R

La Vérité0 partages

Football - Alexandre rapatrié dans l’Hexagone

C’est officiel, Alexandre Ramalingom s’engage avec le CS Sedan Ardennes pour une saison ! Passé par RE Virton, AS Béziers ou AC Ajaccio, l’international malagasy de 27 ans va apporter son expérience avec les Sangliers en National 2 française. Libéré par le club belge du Royal Excelsior Virton, la nouvelle recrue des Barea, en la personne d’Alexandre Ramalingom, s'est engagée avec le CS Sedan en National 2 française, pour une saison. L’international malagasy retrouve le championnat de l’Hexagone, où il a déjà joué entre 2014 et 2019.

Alexandre Ramalingom avait été convoqué par Nicolas Dupuis après les aventures égyptiennes pour rajeunir son effectif, notamment pour faire face à la double confrontation avec la Côte d’Ivoire prévue au mois de mars dernier, dans le cadre des éliminatoires de la CAN. Ces deux affiches sont repoussées pour novembre en raison de la pandémie de Covid-19.

Une bonne nouvelle pour Alexandre Ramalingom car cela lui permet de rejoindre la sélection de la Grande île qui rêve de participer à sa deuxième CAN et d’avoir une qualification mondiale. Avant-hier, il s’est trouvé encore sans club alors que le Mercato se termine le 5 octobre.

Le défi sera de taille pour lui dans son club puisque le petit sanglier semble bien se trouver en difficulté dans le championnat en National 2. Face à une réserve d'Auxerre prenable, nos sedanais n'ont pas réussi à l'emporter. Le compteur points tourne au ralenti et cela inquiète les supporteurs.

Des constats qui justifient la place (11éme) au classement. L'arrivée d'Alexandre Ramalingom (Béziers, Ajaccio) est une première pièce qui peut redonner des couleurs aux Sangliers.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Démocratie - Une loi spécifique à la protection des lanceurs d’alerte évoquée

Le sujet des lanceurs d’alerte à Madagascar a été discuté au cours d’un débat sur visioconférence hier, organisée à l’initiative de la société civile. Un échange qui s’est tenu dans le cadre de la journée internationale de la démocratie. En effet, les lanceurs d’alerte contribuent à renforcer la transparence et donc la responsabilité démocratique. En effet, ces personnes font des signalements ou révèlent des informations concernant des menaces ou un préjudice pour l’intérêt général dans le contexte de sa relation de travail, dans le secteur public ou privé. Cela peut concerner les crimes ou délits, les erreurs judiciaires, la corruption, les atteintes à la sécurité, la santé publique ou l’environnement, les abus de pouvoir, l’usage illégal de fonds publics, les graves erreurs de gestion, les conflits d’intérêts ou la dissimulation des preuves afférentes.

La question spécifique à leur protection a ainsi été abordée lors du débat d’hier. Comme dans de nombreux pays en Afrique, le cadre juridique pour protéger les lanceurs d’alerte reste très faible à Madagascar. Le secrétaire général du ministère de la Justice, Imbiky Herilaza, rappelle notamment les dispositions légales qui protègent les témoins dans les affaires de corruption. Les intervenants ont également rappelé la loi sur la communication qui protège les sources des journalistes. La future loi sur l’accès à l’information publique pourrait possiblement également apporter son lot de renfort. Toutefois, tous se sont accordé à dire qu’il serait nécessaire de penser à élaborer une loi spécifique pour la protection des lanceurs d’alerte. Une loi dont la nécessité a été reconnue par le secrétaire général du ministère de la Justice. « Cela peut se faire. L’élaboration de cette loi peut être faite de concert avec les organisations de la société civile », opine-t-il.  Imbiky Herilaza estime cependant que les dispositions au sein de cette loi ne devront pas être « orientées » uniquement vers la protection des lanceurs d’alerte. Outre les dispositions légales qui régissent déjà les dénonciations calomnieuses et la diffusion de fausses informations, le Sg du ministère de la Justice soutient la nécessité d’instaurer des dispositions répressives dans l’éventuelle loi sur les lanceurs d’alerte, afin de prévenir que des personnes usent du statut de lanceurs d’alerte pour diffuser notamment des fausses informations.

La rédaction

La Vérité0 partages

Etablissements publics - Zones d’ombre autour de la gratuité !

20 000 à 60 000 ariary. Telle est la somme moyenne que les parents d’élèves inscrits dans les établissements publics, à savoir les Ecoles primaires publiques (EPP), les Collèges d’enseignement général (CEG) et les lycées, doivent allouer pour la scolarité de leurs enfants. Pourtant, les autorités compétentes, notamment le ministère de l’Education nationale (MEN), insistent sur la gratuité de l’inscription auprès de ces établissements. Des zones d’ombre persistent à ce sujet, si l’on tient compte de la grogne des parents et de l’impuissance des directeurs. « Nous continuons à payer une somme conséquente pour inscrire nos enfants à l’EPP chaque année.

Les responsables exposent qu’il s’agit de la cotisation annuelle des parents d’élèves, mais c’est quand même exorbitante avec le peu de moyens à notre disposition. Personnellement, je dois payer 15 000 ariary par élève par an alors que j’ai 3 enfants inscrits », nous confie Suzanne R., mère de famille résidant à Andranomanalina. « Pour notre collège, la gratuité n’existe pas. Les parents doivent payer 15 000 ariary par élève pour leur participation au fonctionnement et 20 000 ariary par parent pour la cotisation annuelle de la FRAM (association des parents d’élèves), destinés notamment pour le paiement de salaire des  enseignants et du gardien ainsi que pour la mise en œuvre de certains projets, à l’exemple de la réhabilitation des salles de classe ou des branchements électriques », informe le directeur d’un CEG dans la circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo Avaradrano, voulant garder son anonymat.

0 ariary de droit d’inscription

« Seul le droit d’inscription est gratuit dans les EPP et CEG, c'est-à-dire 0 ariary. Pour le reste, les parents d’élèves doivent contribuer, selon leur organisation et les besoins auprès de chaque établissement », souligne Feno Soja Richard, directeur des technologies de l’information et de la communication auprès du MEN. « La gratuité concerne uniquement l’inscription, laquelle ne constitue qu’une infime contribution dans le fonctionnement de l’établissement. Les enseignants FRAM doivent être payés, tout comme le gardien, d’où l’exigence d’une cotisation annuelle des parents », insiste Paul Mallory Randrianarivelo, directeur de l’EPP de Tanjombato. Pour cet établissement de la CISCO d’Antananarivo Atsimondrano, chacun des 5 maîtres FRAM perçoit un salaire mensuel de 100 000 ariary. La cotisation annuelle s’élève à 30 000 ariary par parent, notamment pour couvrir ces dépenses considérables.

A la place du droit d’inscription, le ministère de tutelle octroie la « Caisse école », comblant en partie le fonctionnement. Ce budget, tenant compte du nombre d’élèves inscrits, de l’emplacement de l’établissement et de l’effectif des enseignants, semble toutefois symbolique. De plus, son paiement traîne jusqu’au 2è trimestre. Questionné à ce sujet, le responsable du MEN n’a donné de détails. « Un communiqué y afférent sortira au cours de cette semaine », a-t-il répliqué. Quoi qu’il en soit, des explications détaillées devraient être fournies aux parents afin de dissiper leurs doutes, blâmant dans certains cas les directeurs d’établissement. Aussi, des mesures d’accompagnement devraient être adoptées face à la gratuité de l’inscription et aux autres services payants…

P.R.

La Vérité0 partages

Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Les habitants de la Commune de Vohilava dans le District de Mananjary manifestent de nouveau en signe de contestation contre une exploitation minière menée par une société étrangère dénommée Mac Lai Sime Gianna. Une exploitation qui provoque de nombreux effets catastrophiques sur l’environnement et la vie quotidienne des riverains comme l’ensablement des rizières, la pollution de l’eau qui conduit inévitablement à des conséquences sur la santé, entre autres. Selon le compte rendu de la commission, une quantité considérable d’or y est extraite et exportée clandestinement. Par conséquence, aucune retombée n’est perceptible pour les caisses de l’Etat.

 

La commission rappelle ainsi les antécédents de cette affaire notamment les débuts depuis l’année 2017. La localité fut alors le théâtre d’une manifestation qui s’est soldée par l’arrestation d’un dénommé Rajoany dit Raleva. Ce leader de manifestation a été détenu à Mananjary pendant 23 jours. Au cours de son procès, il apprit finalement le motif de son arrestation : usurpation de titre. Malgré le retrait de la plainte, Raleva fut condamné à deux ans d’emprisonnement avec sursis. « Il serait temps d’entendre enfin la voix de la population de Vohilava Mananjary, qu’elle n’ait pas le sentiment que l’Etat est contrôlé par des intérêts autres que les siens », préconise la CNIDH.

Sur un tout autre sujet, la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) saisit l’opportunité d’une formation organisée par la Cour suprême visant à accélérer le traitement des dossiers au sein de cette instance judiciaire pour interpeller sur la nécessité d’un audit de l’ensemble du système judiciaire en vue d’assainir ce milieu. Aux dernières nouvelles, le président du Conseil supérieur de la magistrature, Imbiky Anaclet a soumis une proposition de stratégie de lutte contre la corruption en milieu judiciaire en prévision de la relance économique post – Covid-19.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Recours présidentiel inédit !

Le Chef de l’Etat a adressé une lettre aux membres du Gouvernement. Motif ? Une demande ou un ordre, c’est selon, notifiant tous les ministres que « chacun dans les périmètres de ses responsabilités et des spécificités de son département de soutenir sans réserve et de faciliter la réalisation d’une usine de production de compléments alimentaires dans le Sud ». Il s’agit d’une lettre de recommandation à l’intention des membres du Gouvernement afin que chacun prenne sa disposition pour faciliter l’implantation et l’exploitation des usines de production d’aliments nutritionnels dans le Deep South.

 

Comme on le sait, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry accorde une importance particulière dans la recherche des voies et moyens pour sortir le grand Sud de cette insuffisance chronique alimentaire. Cette partie de la Grande île, victime de la sécheresse à presque 9 mois de l’année, se débat difficilement pour se nourrir. Lors de la campagne électorale de 2018, le candidat n° 13 a fermement promis de faire le nécessaire pour combattre de façon pérenne la précarité alimentaire dont les habitants du Sud en sont victimes.

En tant qu’homme de parole, le Président élu Rajoelina Andry prend au sérieux à traduire en actes ses engagements électoraux. L’homme est le genre de dirigeant qui n’oublie jamais ses engagements d’autant qu’il se sent redevable vis-à-vis du peuple. Sans doute, la popularité toujours intacte qu’il jouit auprès de son peuple trouve son origine dans ce geste de redevabilité qu’il manifeste à l’égard de la Nation.

Des contacts ont été faits auprès des partenaires approuvant leur consentement à collaborer et à accompagner Madagasikara dans la lutte contre la malnutrition et l’insuffisance alimentaire. La Fondation Mérieux, l’un de ces partenaires potentiels, répond favorablement. Ces unités de production et d’exploitation qui seront incessamment installées dans cette partie déshéritée de la Grande île apporteront une solution permanente au problème d’insuffisance chronique alimentaire qui fait souffrir durant des années le grand Sud.

Pour en revenir à cette fameuse « lettre », les observateurs s’interrogent « pourquoi le Chef de l’Etat devait-il recourir à une lettre pour s’adresser ou pour donner des instructions sinon des consignes à ses ministres ? » « Ne suffisait-il pas d’une communication verbale en Conseil des ministres ? ». Etant le Chef de l’Etat, le patron de l’Exécutif, le Président de la République n’a pas, normalement, besoin à passer par biais d’une lettre pour transmettre ses ordres. On a déjà noté plus d’une fois l’usage de ce mode opératoire par le Président. C’est un phénomène inédit dans les annales de la relation entre le Chef d’Etat et son Gouvernement. D’où les questionnements des observateurs.

Des éléments de réponse susceptibles d’éclaircir la zone d’ombre peuvent être décelés à travers certaines révélations par le locataire d’Iavoloha lui-même. Devant des journalistes, il déclarait sans ambages, dans le courant du mois de juillet 2019, que certains ministres ne parvinrent pas à suivre son rythme. Le patron de l’Exécutif avait l’impression de travailler seul, au four et au moulin, semblait-il. Il se rendait compte que l’exécution de ses instructions verbales laissait à désirer.

Ceci étant, vu l’importance que représente pour lui ce projet dans le Sud, le Président Rajoelina jugeait nécessaire à laisser des traces écrites à ces instructions. Obligation de résultats !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Exportation de vanille - Des opérateurs préfèrent spéculer

1 900 tonnes. C’est la prévision de la quantité de vanille à exporter cette année. Le début de campagne d’exportation a commencé hier et s’achèvera à la fin du mois de mai 2021. Les opérateurs disposent ainsi de huit mois pour vendre les vanilles préparées, selon la note publiée par le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA). Parmi les 231 demandes déposées, 124 opérateurs ont reçu leur agrément. Bien que le feu vert soit déjà lancé, le premier jour s’annonce plutôt morose pour certains opérateurs, d’après un responsable auprès de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) à SAVA, la plus grande Région productrice de Madagascar.

Des exportateurs préfèrent attendre une situation économique plus favorable avant d’expédier leur épice. « Le confinement a entraîné une chute de la demande, que ce soit au niveau national ou au niveau mondial. On ressent l’effritement du pouvoir d’achat de la population. A l’heure actuelle, les vanilles préparées se négocient bien au-dessous du prix de référence fixé par le Gouvernement. Sur le marché national, l’or noir s’achète entre 200 000 à 260 000 ariary le kilo alors que le prix de référence s’élève à 650 000 ariary le kilo. Cette situation est également liée au fait que notre Région se trouve encore au stade du pic de la pandémie. Les restrictions de déplacement restent encore en vigueur. En conséquence, nous ne pouvons pas bouger d’ici pour trouver des clients dans les autres Régions. Et même sur le marché international, les opérateurs ont du mal à trouver des clients sauf ceux qui reçoivent annuellement des commandes », rapporte le responsable.

Le président du groupement des exportateurs de vanille à Madagascar, Georges Geeraets a réaffirmé cette prudence des opérateurs dans une presse internationale. « Aujourd’hui, il n’y a pas encore d’impact directement mesurable à Madagascar. Toutefois, le confinement en Europe et aux Etats-Unis a conduit les ménages à faire leurs achats en ligne plutôt que dans les grandes surfaces. Nous subissons pour le moment un comportement attentiste de la part du marché à l’extérieur. La situation de pandémie mondiale doit probablement influencer les décisions et les stratégies d’achat », déclare-t-il.

Malgré les contestations, le ministère de tutelle veut pérenniser à tout prix la filière et garder notre position de leader mondial sur le marché. « Des mesures accompagneront les acteurs locaux dans cet effort, notamment pour la traçabilité, la recherche et le développement, les missions de développement commercial, le suivi dans l’utilisation frauduleuse de l’appellation "vanille naturelle" sur le marché, et enfin une campagne de communication internationale pour parler du savoir-faire, des pratiques durables entreprises par les acteurs et du taux de vanilline qui fait l’exception de la vanille de Madagascar », indique Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat. A rappeler que la filière vanille représente 7 % du produit intérieur brut du pays.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Reprise des vols domestiques - Les recettes de Tsaradia couvrent à peine ses dépenses

Les difficultés sont toujours présentes. Deux semaines après la reprise des vols internationaux, Tsaradia essaie tant bien que mal de maintenir sa tête hors de l’eau. Jusque-là, la compagnie reste toujours dans la zone rouge. Les recettes des vols effectués couvrent à peine en effet les dépenses de la filiale domestique d’Air Madagascar. « Cette reprise des vols domestiques est sur la bonne voie. Toutefois, les vols sont loin de suffire. Aujourd’hui, nous enregistrons près d’une trentaine de vols par semaine, alors qu’en temps normal, avant la pandémie, le total de nos vols hebdomadaires atteint les 200, voire 300 selon la période. La différence de revenus est alors particulièrement palpable.

Les activités actuelles ne couvrent ainsi que seulement 20 % de nos dépenses. Pourtant, nous avons des charges fixes comme le paiement de nos différents fournisseurs, la location des aéronefs ou encore la maintenance de nos appareils. Nous tenons à ce que nos clients se sentent toujours en sécurité », a expliqué Andriamamonjy Rafanomezantsoa, directeur général de Tsaradia.

Même avec ce bilan, la Direction de Tsaradia reste quand même optimiste pour la suite des événements. Elle attend surtout la reprise des vols commerciaux internationaux pour soutenir sa reprise après une suspension d’activité de près d’un semestre. « Il ne faut pas oublier que 70 % de la clientèle de Tsaradia se compose essentiellement de touristes étrangers. En tout cas, pour le moment, nous essayons de conquérir le plus de clients possibles au niveau local avec des offres promotionnelles allant jusqu’à 65 % en fonction de la destination et de la classe. Le point positif est que nous n’avons pas été obligés de faire des vols à vide jusqu’à présent », précise le premier responsable de la filiale d’Air Madagascar.

Depuis la reprise des vols domestiques, près de 5 134 personnes ont contacté la compagnie, dont plus de la moitié d'entre elles représentent de nouveaux clients. Sur les dix destinations autorisées, les plus prisées sont notamment Nosy Be et Taolagnaro, ainsi que Sambava. « Cette tendance n’est pas étonnant vu que nous sommes actuellement en pleine campagne de vanille. Plusieurs opérateurs font ainsi des allers-retours pour suivre de près leurs activités », notifie le DG de Tsaradia. En tout cas, la compagnie espère que cette tendance positive se poursuive, notamment avec l’ouverture des vols internationaux pour Nosy Be à partir du mois prochain.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Centre hospitalier d’Anosiala - Les autres services de nouveau opérationnels

Fermeture progressive de la page de la pandémie. D’après le docteur Rado Razafimahatratra, directeur du Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Anosiala Ambohidratrimo, il ne reste plus que 5 patients atteints du coronavirus soignés au sein de cet établissement. Par conséquent, ce dernier se concentre de nouveau sur la reprise des autres services, prenant donc en charge ceux qui sont atteints d’autres maladies. Ces services ont commencé à recevoir des malades à compter de la semaine dernière, tandis que le bloc opératoire a ouvert ses portes hier.

Toutefois, le CHU Anosiala s’apprête déjà à faire face à une éventuelle deuxième vague de la pandémie dans le pays. Quelques salles ont été libérées pour recevoir de nouveaux patients atteints du coronavirus. Ainsi, tous les visiteurs et patients sont sollicités à suivre toutes les consignes et les dispositifs sanitaires mis en place afin de lutter contre la propagation de la pandémie. Avant cela, le personnel a déjà procédé à une désinfection totale de l'établissement.

Après la découverte du premier cas de coronavirus dans le pays au mois de février dernier, le CHU d’Anosiala a été réquisitionné. Environ 500 individus considérés comme des cas suspects ou confirmés de Covid-19 ont suivi leur traitement dans cet établissement hospitalier. Cependant, en juillet dernier, face à l’accroissement du nombre de malades, seuls les sujets ayant développé des formes sévères ou critiques de la maladie y ont été admis.

Cet établissement hospitalier est composé de service ORL, gynécologie obstétricale, chirurgie, service de poly-médecine et d’imagerie comme la radiographie, le scanner et l’échographie. Outre le CHU d’Anosiala, l’ouverture de tous les services au sein du CHU « Manara-penitra » d’Andohatapenaka est prévue pour cette semaine. Ce dernier a déjà accueilli 400 personnes atteintes du coronavirus.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Académie nationale des arts et de la culture - La majorité des gros œuvres achevés

Opérationnelle au premier trimestre 2021. Les travaux de construction de l'Académie nationale des arts et de la culture (ANAC) sise dans l'enceinte du Palais d'Etat d'Ambohitsorohitra avancent. « 60 à 90 % des gros œuvres, constitués de 4 lots, sont déjà achevés en ce moment. Pour la construction de la salle de représentation, avec 800 places, 60 % des travaux sont déjà entrepris. Le hall d'exposition de peinture, sculpture et autres œuvres d'art est construit à 80 %.

Pour les bureaux et les salles de cours/formation des 9 disciplines artistiques et culturelles, à l'exemple du cinéma, de la danse, de la dramaturgie, etc., 90 % des travaux sont déjà finis », informe Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture (MCC). C'était hier, lors d'une visite de chantier pour constater de visu l'avancement des travaux. Une fois ces gros œuvres clôturés, les travaux de finition et l'aménagement extérieur s'en suivront.

Avant-projet de loi en élaboration

Les travaux de construction de l'ANAC enregistrent du retard, dû non seulement à l'état d'urgence sanitaire lié à la pandémie de Covid-19 mais aussi à cause des soucis internes de la société qui a remporté l'appel d'offres. Lors de la pose de première pierre réalisée le 15 novembre 2019, les travaux étaient prévus se faire jusqu'en ce mois de septembre 2020. Mais au final, cette Académie nationale sera construite vers la fin janvier 2021, d'où son opérationnalisation au premier trimestre de l'année prochaine. En attendant, le ministère de tutelle s'attèle actuellement à l'élaboration de l'avant-projet de loi pour confirmer l'existence juridique de l'ANAC. Les techniciens sont à pied d'œuvre pour ce faire, avant que le cadre juridique soit présenté au Conseil du Gouvernement et celui des ministres. « L'ANAC se trouve déjà dans l'organigramme du ministère depuis cette année 2020 », rappelle le numéro Un du MCC. A noter que la construction de cette infrastructure s'aligne à la vision du Président de la République, Andry Rajoelina sur le développement et la valorisation de la diversité culturelle.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Pylône de haute tension à Anosizato-Est - Un fou s’approche dangereusement de la mort

Scène de panique générale vers 10h du matin à Anosizato-Est. Au mépris de la mort, un homme qui est loin d’être un « sans-abri », mais qui souffre plutôt de troubles mentaux, s’est hissé jusqu’au sommet d’un pylône de haute tension haut de plusieurs dizaines de mètres de la JIRAMA, près du grand carrefour de ce quartier. Du coup, l’alerte fut donnée ! Sitôt informée sur cette situation particulièrement dangereuse, et par souci pour la vie du  concerné, la société nationale de distribution d’électricité a décidé de couper  sur le champ le courant, non seulement dans tout le quartier, mais aussi dans plusieurs autres localités des environs  comme Ampitatafika, Itaosy, Ambohidrapeto mais aussi dans les secteurs des environs dont la route digue, Ambohibao ou encore Andraharo. Tous ces endroits bénéficient de l’électricité grâce à ce pylône.

 

La deuxième phase, qui était aussi palpitante voire angoissante que la première, fut l’opération menée par les sapeurs- pompiers de Tsaralalàna, afin de sauver l’imprudent, perché à plusieurs mètres au-dessus du vide. La manœuvre, qui a fait couper le souffle à des nombreux curieux, fut assez périlleuse, du moins pour l’équipe de pompiers dépêchée sur place. Deux d’entre eux se sont vus confier la tâche de monter jusqu’à la cime du pylône afin d’y récupérer le forcené, qui était loin d’être docile. Quatre autres étaient restés à la base de l’infrastructure. « La manœuvre a pris une trentaine de minutes du fait qu’il a fallu une préparation morale pour l’équipe, mais aussi celle du matériel dont la corde. Il fallait faire très attention afin que cette corde n’ait pas touché les fils ou autres éléments conducteurs de courant sur le pylône. Ce qui explique la délicatesse de la manœuvre », explique un officier commandant au sein des sapeurs- pompiers.  Comme il fallait s’y attendre, l’inconnu s’est opposé à ses sauveteurs et il a fallu pour ces derniers d’utiliser la force pour le maîtriser. « La victime a eu quelques blessures lors de cette lutte au corps à corps avec les pompiers », a ajouté notre interlocuteur.

Finalement, au bout de ces trente logues minutes qui paraissaient comme une éternité, les soldats du feu ont maîtrisé la situation et réussi à ramener la victime, saine et sauve, à terre. L’action des premiers fut saluée par la foule, qui a pu souffler un ouf de soulagement. Du coup, la victime fut transportée au Bureau municipal d’hygiène (BMH) pour un constat avant que la Police n’ait été saisie de l’affaire.

« L’enquête qu’elle mène a tenté de déterminer le motif de ce comportement ayant poussé le forcené à agir de cette sorte. La Police essaie de comprendre s’il y avait également un usage de stupéfiant ou non chez cet individu », a-t-il conclu.   

Les témoins à cette scène ont qualifié le geste du concerné à celui d’un forcené ! Bien qu’il soit resté en vie après cela, son imprudence et son manque de logique ont quand même privé d’électricité plusieurs localités de la ville, dont la plupart sont des quartiers industriels.

Franck R.

Midi Madagasikara0 partages

Sekoly ambony ENAP Antetezambaro : Vonon-kiady amin’ny kolikoly sy ny fahalovana

Tonga nanatitra fanampiana ny sekoly nasionaly ambony momba ny fandraharahana ny fonja, ENAP, ny minisitry ny fitsarana, Andriamahefa Rivo Johnny Richard, omaly maraina. Fiaraha-miasa tamin’ny vokatra fanohanana ny fitsarana Malagasy, PAJMA, tamin’ny fanampian’ny tahiry frantsay momba ny fampandrosoana, AFD, no nahazoana ny famatsiam-bola izay tafiditra amin’ny ady eo amin’ny kolikoly sy ny fahalovana ao anatin’ny minisiteran’ny fitsarana sy ny fandraharahana ny fonja. Nahitana ny solosaina entin-tanana, camera, vata vy fitehirizana entana mihidy, ary ireo fitaovana elektronika samihafa, no natolotra tamin’izany araka ny tenin’ny talen’ny sekoly ambony ENAP ao Antetezambaro Razafitsalama Désiré. Hiasa amin’ny fangaraharan’ny fifaninanana fidirana ho mpiasan’ny fandraharahana ny fonja ireto fitaovana ireo. Tsy mbola fantatra ny hanaovana ny fifaninana izay miandry ny hamehana ara-pahasalamana, saingy ho an’ireo mpiadina miisa 7.000 eo ho eo efa nisoratra anarana farany teo izay tokony nanao ny fifaninana ny volana aprily teo, dia mbola voatazona avokoa izany. Miisa 14 ny toeram-panadinana manerana ny nosy izay tsy maintsy hampiasana ireto fitaovana ireto mba tena hampangarahara sy eken’ny rehetra tanteraka valiny mety hivoaka eo. Araka ny fanazavana dia mahatratra 05 tapitrisa Euros ny fanampiana nomen’ny AFD hanampiana ny fandraharahana ny fonja malagasy, ka hisy koa ny fanamboarana ny trano hatokana ho an’ireo mpampianatra eo anivon’ny ENAP mba hananan’izy ireo mpianatra raikitra atsy ho atsy. Nomarihan’ny minisitry ny fitsarana koa fa tsy ny fandraharahana ny fonja ihany no mila izany mangarahara izany fa ny tontolon’ny fitsarana ihany koa, satria mila olom-banona ny fitsarana mba hampiova ny fijerin’ny mpanjifa azy ireo. Mafy tena mafy ny fanakihanan’ny olona ny tontolon’ny fitsarana noho ireo fahalovana sy kolikoly maro ao anatiny fantatry ny olona. Ho fisorohana izany, hoy ny minisitra, dia mila fitsarana vanona lavitry ny kolikoly sy ny fahalovana ny mpanjifa manomboka izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ecole de foot : Les jeunes pousses retrouvent leur pelouse

Les jeunes de l’école de foot ont retrouvé le chemin du stade.

Après la déclaration du président de la République concernant la nouvelle étape du déconfinement, la reprise du sport en club ou en association est désormais autorisée depuis la semaine dernière. Cela concerne surtout les écoles de football. En Effet, la plupart d’entre elles ont commencé leur premier entraînement ce week-end. Après presque sept mois de disette sportive, les terrains ne semblaient plus à présent vides et silencieux. Les jeunes pousses à l’issus de différentes écoles de foot ont retrouvé avec plaisir, le chemin de leur pelouse. Pourtant, les consignes sur le respect des gestes sanitaires étaient de mise, puisque la covid-19 reste dangereuse  et encore présente sur tous les territoires malagasy.

C’est le cas des jeunes du Net Foot Mada. Les catégories U8 à U12 sous la houlette de Rivo Manantsoa Rasolonanahary ont repris leur entraînement ce samedi sur le terrain de la HJRA Ampefiloha. C’était le moment qu’ils attendaient tous, l’autorisation de retoucher un peu le ballon. Ces joueurs de la première division ont aussi commencé à s’entraîner depuis hier dans le cadre de la préparation du championnat de la ligue. 

Pour l’école de Football Avenir de Madagascar (EFAM) à Toamasina, quant à elle, la première rencontre a été une véritable réussite pour la cinquantaine de joueurs et éducateurs présents. L’entraînement s’est encore basé sur les exercices de techniques individuelles durant un certain temps dans le but de respecter les diverses consignes de sécurité Covid-19 en vigueur sur la pelouse. Pourtant, les yeux des enfants expriment la joie de retrouver leurs copains et leurs entraîneurs. 

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Lu Pour vous : « Comme des sauvages » de Vincent Villeminot

Sorti le 10 septembre, « Comme des sauvages » de  Vincent Villeminot, est un roman d’aventure, de survie, fantastique, initiatique, écologique, philosophique, multiple et insaisissable. 

 « Comme des sauvages » est dense, riche. Il est aussi multiple donc difficile d’en résumer l’intrigue qui part un peu dans tous les sens mais dans le bon sens du terme. Pourtant, tout débute de façon assez banale. Les parents de Tom et Emma ont décidé de se séparer, sonnant la fin d’une époque. Le frère et la soeur qui ne sont pas particulièrement proches, partent alors ensemble dans le Parc naturel des Monts d’Ardèche pour quelques jours. Là-bas, au milieu des amis de Max, petit copain d’Emma, Tom s’évade en partant à la découverte de la nature sauvage environnante pendant qu’Emma tente de préserver son couple. Et puis Tom disparaît. A partir de là, l’intrigue bascule. Rien ne sera plus pareil pour Emma, ni pour le lecteur. Il ne faudra pas longtemps pour être happé par le mystère, l’atmosphère, les mots de l’auteur. Il sera déjà trop tard pour faire machine arrière, comme pour Tom, ignorant cet avertissement : « Celui qui pénètre dans cette partie de la forêt ne reviendra jamais en arrière. Jamais. » 

Ce roman, il commence d’une certaine façon, continue d’une autre, puis prend un autre tournant puis un nouveau virage pour nous emmener de plus en plus profondément dans ses méandres, au fond de la forêt, au cœur de la nature. Ce roman, il subjugue autant qu’il embrouille. Le découpage de l’histoire est étonnant lui aussi, et contribue à poser l’ambiance, mystérieuse et troublante. Des titres de chapitres, énigmatiques mais annonciateurs des événements à venir, jalonnent le texte. Ce livre, il nous mène sur des pistes plus ou moins praticables, plus ou moins nettes. Celle de plusieurs personnages que l’on va connaître brièvement, à qui il ne faudra pas forcément trop s’attacher pour ne pas être triste de les quitter. 

A travers les histoires de tous ces hommes et femmes, de ces enfants et de leurs comportements, de leurs rêves, de leurs utopies se dessine la nature humaine, ici bien souvent sauvage. Celle de bisons d’Amérique, créatures errantes dans ce récit qui ont un rôle capital, cristallisant les peurs, les envies, les désirs des protagonistes, comme le versant animal de chacun. Ces animaux sont parfois plus humains que les humains eux-mêmes. Celle de l’enfance, que certains et certaines veulent préserver alors qu’elle est éphémère, nous échappant un jour, irrémédiablement…. L’ombre de Peter Pan plane sur le récit, Vincent Villeminot y fait clairement référence. Par ailleurs, le thème s’insère parfaitement dans l’histoire, sert de base à l’ensemble. Une fois la dernière ligne lue, l’envie de refaire le voyage vient de suite.  Parcourir à nouveau ces pages qui, ne livrent pas tous leurs secrets, qui demandent d’y revenir de façon inexplicable mais très puissante.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Pandémie du COVID-19 : La 75e Assemblée générale de l’ONU en visioconférence

Inédit. L’assemblée générale des Chefs d’Etat et de Gouvernement des Nations-Unies sera cette année un évènement spécial et particulier. En raison de la pandémie du coronavirus, les rencontres se dérouleront en visioconférence cette année. Il n’y aura donc aucune rencontre physique entre les Chefs d’Etat et de Gouvernement. Il convient de rappeler que cette année 2020 marque le 75e anniversaire des Nations-Unies. Malgré le COVID-19, la diplomatie mondiale ne sera pas au point mort. Cependant, aucun dirigeant ne sera présent à New-York. Le Sommet en soi débute ce jour. En revanche, le débat général commence le 22 septembre. En effet, comme dans les périodes normales, tous les dirigeants du monde entier ont droit à présenter un discours. Tous les Chefs d’Etat sont invités à envoyer au Secrétariat général de l’ONU une vidéo préenregistrée de leur discours qui sera diffusée en direct. La population du monde entier pourra ainsi suivre en direct la prise de parole de leur dirigeant respectif.

Débat populaire. Ce sera le cas du président Andry Rajoelina qui ne manquera certainement pas de formuler un discours se rapportant sur des thèmes précis, probablement sur la gestion de la pandémie du coronavirus et les stratégies à adopter face aux Objectifs de Développement Durable (ODD). L’on s’attend également à ce que le numéro Un d’Iavoloha interpelle l’Assemblée générale des Nations-Unies par rapport à l’affaire des Îles Eparses. Un représentant de l’Ambassade de Madagascar aux États-Unis pourra être présent dans la salle de l’Assemblée générale durant le discours d’Andry Rajoelina. Les Nations-Unies célèbrent cette année son 75e anniversaire. A cette occasion, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres va lancer un vaste débat populaire axé sur la construction du futur. Ce dernier s’exprimera sur le sujet lors du débat général qui se tiendra au siège de l’ONU.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

DGI-CNaPS : Le module e-Salariés pour fusionner les déclarations IRSA et les cotisations

La DGI et la CNAPS innovent pour une meilleure efficacité dans leur mission respective

L’administration multiplie les efforts pour améliorer les services et satisfaire les usagers

L’heure est à l’innovation pour la Direction Générale des Impôts (DGI) et la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNAPS).  Pour une meilleure efficacité de leurs missions respectives, les deux entités ont signé un partenariat pour mettre en place une plateforme d’échanges de données.

Formulaire unique. Dénommé e-salariés, ce nouvel outil  consiste à fusionner la déclaration de l’Impôt sur les Revenus Salariaux (IRSA) et la déclaration de cotisation de la CNAPS dans un nouveau formulaire unique. Le système consiste à intégrer dans le portail e-hetra de la DGI, un module e-salariés qui permettra la télétransmission de la nouvelle déclaration unique  des salaires. Laquelle sera automatiquement transmise à la DGI et à la CNAPS.  Se basant sur les nouvelles technologies numériques, cette plateforme permet de doter la DGI et la CNAPS d’un certain nombre d’informations  très utiles dans l’accomplissement de leurs missions. A savoir, une déclaration mensuelle unique des salaires effectuée exclusivement en ligne pour les entreprises ; une liste détaillée de tous les salaires versés par les entreprises et qui alimente les systèmes de la DGI et de la CNAPS avec une base commune. Grâce aux informations communes, le système permet un calcul automatique des montants à payer à la DGI et à la CNAPS avec possibilité de télépaiement via e-hetra. Enfin la plateforme e-salariés  a le mérite de simplifier et de sécuriser toutes les transactions et tous les échanges entre la DGI et la CNAPS.

Synergie. La mise en place de cette plateforme va créer une synergie entre les deux institutions car elle a pour objectif d’améliorer les services rendus aux usagers, de disposer d’une base de données communes et d’établir des efforts communs en vue de dématérialiser les échanges et d’optimiser la collecte des recettes fiscales, ainsi que des cotisations sociales. Par conséquent, on s’attend à une mise à jour systématique des informations sur les contribuables et les  mouvements dans l’une des parties ; mais également l’assiduité des usagers pour faire leur déclaration directement en ligne et sur une seule plateforme. La réalisation de cette plateforme se fera par étape. Après la signature de la convention entre le Directeur Général des Impôts Germain, et le Directeur Général de la CNAPS Mamy Razafindraibe, les techniciens  de la DGI sont en train de créer le formulaire de Déclaration Unique de Salaires (DUS) et ses annexes avant de définir les flux techniques à mettre en place  avec la CNAPS durant ce mois de septembre. Le développement du module e-salariés se fera en octobre et novembre. Après les tests prévus avant fin novembre, la formation et la mise en production auront lieu en novembre. La nouvelle solution sera disponible pour toutes les entreprises à compter du 1er janvier 2021 et sera intégrée dans la loi de finances 2021  qui sera ainsi sous le signe de l’innovation et de la modernité. Le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato, ainsi que la ministre de la Fonction Publique, du Travail et des Lois Sociales, ont assisté à la cérémonie de signature de cette convention CNAPS-DGI.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Fanofanana arakasa eto Toamasina : Fiofanana momba ny asa atao any an-dranomasina

Nitsangana ny fanofanana tanora te hiasa eny an-dranomasina eto Toamasina, izay iarahana amin’ny CSCS avy any ivelany. Fiofanana maromaro no ataon’ireo tanora mandritra izany izay haharitra 05 volana, ka ao ny fiteny anglisy, ny fomba fanasana lovia any anaty sambo, ny fikarakaraka fandriana sy ny efitrano fatoriana, ary ny fomba fanoloran-kanina ihany koa. Tsy ny rehetra anefa no afaka manao izany fa misy ihany ny fisafidianana mialoha ireo mpiofana, ary ireo vahiny mpitady mpiasa no manao ny fifantenana amin’ny fanadihadiana (entretient) ireo tanora mpiofana. Efa misy ny CSCS ny ao Mahajanga, ny ao Fianaratsoa, ny ao Antsirabe, ny ao Antananarivo, ary izao tonga eto Toamasina izay indray. Tena tombontsoa betsaka ho an’i Toamasina ny fahazoana izao fanofanana iraisam-pirenena amin’ny asa an-dranomasina izao, satria maro ireo tanora te hiasa an-dranomasina nefa tsy manana fahaizana na traikefa mikasika izany akory. Efa manomboka ny fifantenana ireo tanora afaka hiatrika izany fiofanana izany amin’izao, ka hanairana ireo tanora mba hiditra amin’ny matihanina. Raha ny fanazavana dia saika any Etazonia sy ny manodidina azy no miasa ireo tanora voaray avy aty Madagasikara, amin’ireo sambo karaiba sy amerikana mpitondra olona mpitsangantsangana.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Secteur aurifère : Les exploitants réclament un prix de référence de l’or

Une forte délégation conduite par le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques, Fidiniavo Ravokatra a rencontré les différents acteurs opérant dans le secteur minier et aurifère et les membres de la société civile dans les régions de SAVA et DIANA. 

A cette occasion, les exploitants aurifères opérant dans les carrières de Betsiaka Ambilobe réclament à l’Etat la mise en place d’un prix de référence de l’or. En effet, « les collecteurs achètent notre production à bas prix. En plus, ils font une mauvaise pratique au niveau du pesage de ce métal jaune », ont-ils déploré. En revanche, d’autres exploitants aurifères souhaitent se formaliser dans leur secteur. Ils demandent ainsi à ce qu’il y ait une facilitation des procédures administratives. Les artisans lapidaires, de leur côté, ont  saisi cette opportunité pour dénoncer l’introduction des pierres synthétiques qui mine la filière pierre précieuse et pierre fine. Il faut savoir que ces deux régions ont une grande potentialité minière surtout en or. Raison pour laquelle, le ministre de tutelle a soulevé qu’il faut bien réinsérer tous les acteurs informels opérant dans ce secteur stratégique dans le circuit formel, afin d’assurer la traçabilité de la production aurifère. « Il n’est pas acceptable que des régions à forte potentialité en ressources minérales comme SAVA et DIANA soient dominées par les exploitations illicites de pierres précieuses et de l’or. En outre, la population de ces deux régions doit en bénéficier des retombées économiques positives », a-t-il enchaîné.

Services de proximité. Il est à noter que l’Etat a mis en place des services de proximité pour éviter la lourdeur administrative. En outre, « les acteurs qui travaillent dans les secteurs minier et aurifère, n’ont plus besoin de se déplacer au niveau de la direction interrégionale des Mines et des Ressources Stratégiques à Antsiranana. Les deux régions ont désormais chacune sa direction régionale chargée des Mines et des Ressources Stratégiques. Celle de la SAVA est dirigée par Tiandrazana Fortinant Issouf , tandis que celle de DIANA est maintenant  assurée par  Marinasy Edith Virginie. A part leurs désignations à ces postes, ces nouveaux directeurs sont en même temps dotés de matériels roulants », d’après toujours les explications du ministre de tutelle. Toujours dans le cadre de la mise en place de ces services de proximité, un Bureau d’Administration Minière (BAM) sera construit dans la commune de Vohémar.

Lutte contre le covid-19. Par ailleurs, la délégation conduite par le ministre Fidiniavo Ravokatra, accompagnée par le vice-Ministre chargé des Nouvelles Villes et des Logements, Angelo Zasy, a rencontré les responsables du Centre Régional de Commandement Opérationnel des deux régions concernées.  Les discussions portent sur les stratégies de lutte contre le covid-19 tout en identifiant les besoins nécessaires, étant donné que la pandémie y sévit encore. Cette délégation a également visité le bureau régional du Cadastre Minier de Madagascar à Sambava qui est transformé provisoirement en centre d’isolement des personnes infectées par le coronavirus.

Navalona R.  

Midi Madagasikara0 partages

« Antebellum » « Mulan » « Tenet » et « Les nouveaux mutants » : Les nouveautés de la semaine au C...

Doucement mais sûrement, le microcosme du septième art retrouve son rythme après plusieurs mois de confinement. Du côté du Cinepax Madagascar, voilà maintenant trois semaines que les cinéphiles retrouvent le multiplex à Ambodivona.  Jusqu’au 17 septembre, les films sont aussi alléchants les uns que les autres.  Parmi eux, séances horreur  avec Antebellum. Auteure à succès, Veronica Henley se retrouve prise au piège dans une réalité cauchemardesque, en plein cœur de la période esclavagiste américaine, et doit désormais trouver un moyen de s’en échapper… A l’affiche également, la légende de « Mulan », l’adaptation tant attendue  de la jeune guerrière qui combat pour l’honneur. Dans « Tenet » de Christopher Nolan, récemment sorti, met en scène un agent secret contraint de manipuler le temps pour éviter le déclenchement de la troisième guerre mondiale, tandis que « les nouveaux mutants »  deviennent une menace, pour eux tout comme pour la société et les individus qui les entourent. Retenus contre leur volonté dans un mystérieux hôpital psychiatrique, ils  sont frappés d’hallucinations et de flashbacks, tandis que leurs nouvelles capacités sont violemment mises à l’épreuve dans une lutte effrénée pour leur survie.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Dr Jaurès Churchill Rabemanantena : Le sport pour booster une carrière d’exception en médecine

Le Dr Jaurès Churchill Rabemanantena du haut des fameux « Tsingy » de Bemaraha

Il ne peut pas prétendre faire mieux que ceux à qui ses parents ont choisi ses prénoms. Difficile quand on se prénomme Jaurès et Churchill mais son nom de Rabemanantena suffit à son bonheur même si la suite le prédestine à une belle carrière internationale. Mais il l’avoue, il se faisait aider dans tout ce qu’il entreprend par les vertus de la pratique sportive. Car malgré son calendrier surchargé par les réunions et autres formations internationales après ses études de médecine à Ankatso, il reste un sportif plein.

Le Dr Jaurès Churchill Rabemanantena fait partie de ces travailleurs de l’ombre qui réalisent des merveilles sans chercher à se faire connaître du grand public.

Un battant. Sa modestie légendaire fait que l’homme préfère l’action directe à la tape à l’œil. Parmi ses principaux faits d’armes en tant que consultant international, on citera ses interventions pour sauver les 50 millions de GAVI (Global Alliance for Vaccination and Immunization) compromis par une affaire de détournement, mais le temps de voir le Premier ministre de l’époque notamment Kolo Roger, et il est parvenu à résoudre l’affaire. Une petite victoire pour lui car le budget en question avait permis de sauver une campagne de vaccination, mais également de doter de réfrigérateurs plusieurs centres de santé de base et même du matériel roulant. 

Bien avant, l’homme estime avoir forgé un caractère de battant de par les nombreuses disciplines sportives. Il est judoka mais il pratique aussi le karaté dans la pure tradition d’Okinawa. Mieux encore, il suit toujours des cours de bushido qui est le code des principes moraux des samouraïs japonais.  

Ajoutez à cela la boxe au sein du COSFAP mais aussi ce poste de gardien de but de l’équipe de football de FOFIMA Ambatolampy avec le brassard de capitaine, et vous avez devant vous, un sportif accompli. Avec ses valeurs et son sens de l’honneur doublé d’un mental à toute épreuve.

Percée aux USA. Logique si sa carrière s’est presque envolée. Signe du destin, il fait une percée chez les anglophones car il est à la fois certifié par Harvard Medical School sur le Programme de renforcement de la santé communautaire, mais aussi par le Massachusetts Institute of Technology portant sur la méthode de recherche qualitative.

Quand on connaît qu’entre-temps, Rabemanantena a décroché une maîtrise en droit privé, sans oublier ses nombreuses spécialités en médecine de santé publique en tant qu’épidémiologiste, biostatisticien et analyste, on ne peut que s’incliner sur les qualités de cet homme qui a derrière lui 23 années d’expérience dans le domaine de la santé ponctué par son passage à l’Université Henri Poincaré de Nancy.

Cerise sur le gâteau, cette satisfaction d’avoir été pour quelque chose dans l’éradication de la poliomyélite à Madagascar, ainsi que divers champs d’action sous la houlette de l’Organisation Mondiale de la Santé avec qui, il travaille étroitement en tant que team leader du Groupe OMS Scholar Madagascar International.

Un travail de titan qui l’a conduit aux Etats-Unis, en Espagne et dans une grande partie de l’Afrique. Mais il ne s’en plaint pas. Jamais. Une énergie supplémentaire sans doute tirée de ses longs cheveux.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Bazary kely Toamasina : Nesorina ireo mpivarotra akoho velona

Ny zoma teo no nampahalalana ireo mpivarotra akoho sy ireo mpivarotra kidoro “eponges” ao Bazary kely ny fanasorana azy ireo amin’ny toerany omaly alatsinainy. Raikitra izany ny alatsinainy teo saingy narahana romoromo ny fanalana ireo mpivarotra, satria nesorina izy ireo fa tsy hita ny toerana amindrana azy ireo, miala aloha ny baiko. Raha ny fanazavana nomen’ireo mpivarotra dia herisetra tsy misy fifanarahana ny fanalana azy ireo teo amin’ny toerany, satria izay tsy miala dia fiarabe mpanala fakon’ny kaominina no mandrava ilay tsena naorina. Ho an’ireto mpivarotra anefa, tsy nipetrapetraka fahatany izy ireo nipetraka teo fa noho fanamboarana ireo tsena teo amin’ny fiantsonan’ny fiara teo aloha, dia nafindran’ny ben’ny tanàna teo aloha teo amin’ity toerana nanesorana azy ity izy ireo. Raha izy ireo anefa no tokony hahazo ilay tsena vaovao natao teo amin’ny fiantsonan’ny fiara teo aloha tao Bazary kely, tokony hisy azy ireo, dia ireo mpivarotra hafa sy ireo mpivarotra enta-madinika indray no mivarotra ao ankehitriny. Ho an’ny ben’ny tanàna kosa dia ho fanatsarana ny tanànan’i Toamasina, mba hiverina amin’ny endriny teo aloha ny Bazary kely sy ny manodidina azy, no anton’ny fanesorana. Eo ihany koa ny fisian’ny valanaretina vokatry ny loto miseho (fièvre typhoide) eto Toamasina ankehitriny, noho io toerana io maloto sy be lalitra.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ambohijanaka : Tsy ampy taona nanao fanafihana mitam-piadiana

Voarohirohy ho nandray anjara tamin’ny fanafihana mitam-piadiana izy sy ny olona enina hafa. Nisy vehivavy tao anaton’ilay tambajotra ary nisy tsy ampy taona koa dia ny tenany izany. Ny alin’ny 6 septambra teo no nitranga nt fanafihana teny Ambohijanaka. Basy roa no niasa dia poleta 9mm ary koa basilava 12mm. Olona teo an-toerana ihany no nampandre tsimoramora ny zandary izay nanao ny fanaraha-maso. Rehefa nandeha tokoa ny fisavàna dia tratra tao an-trano ny tranom-bala 15 isa. Natao ny fanamarinana rehetra ary voaporofo fa bala izay nampiasaina tamin’ilay fanafihana teny Ambohijanaka izany. Nitohy tamin’ny fisamborana ny asan’ny zandary. Ny lehilahy iray antsoina hoe David no azo voalohany. Io avy eo no nanondro olon-kafa izay nolazainy fa niara-nanatontosa ilay asaratsy. Nivezivezy teto an-drenivohitra ireo mpitandro ny filaminana nisambotra ny naman’i David. Nisy ny azo teny Soavimasoandro, ny teny Andohatapenaka. Ny ankamaroany kosa dia teny Ambohijanaka, raha araka ny fanazavan’ny zandary hatrany. Izany hoe manafika ny mpiray tanàna ihany izany izy ireo. Hita ihany koa ireo entan’olona izau very tamin’ny fanafihana ary porofo ara-pitsaràna entina anenjehana ireo mpanao ratsy izany. Mbola misy olona karohina amin’ity raharaha ity. Izy io no voatondro ho tompon’ny basy 9mm nampiasaina tamin’ny fandrobàna. Vao vita ny fanafihana dia avy hatrany dia niala teto an-drenivohitra izy ary nizotra any amin’ny faritra, raha araka ny fanazavana azo. Natolotra ny fampanovana omaly ireo olona fito izay efa voasambotra. Mitohy kosa ny fitadiavana ilay atidoha nikotrika.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ivandry : Tovolahy nitondra moto maty nodomin’ny kamiao

Nandriaka indray ny rà … Tetsy Ambodivoanjo Ivandry, ny harivan’ny alahady lasa teo. Moto iray no nifanehatra tamina fiarabe. Potika tanteraka ilay kodiaran-droa. Maty tsy tra-drano ilay nitondra azy.

Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisim-pirenena dia tokony ho tamin’ny fito ora sy sasany hariva tany ho any no nitranga ity lozam-pifamoivoizana mahatsiravina ity tetsy Ambodivoanjo, lalana mizotra mihazo an’Ivandry iny. Ny iray fiarabe mitondra ny marika Mercedes Benz, izay hizotra ho any amin’iny Pullman iny, ary ny iray moto scooter Jog Pro, ho any Analamahitsy. Tsy fantatra mazava izay tena zava-niseho, tsy fahitan’ny mpamily ity  kodiaran-droa ve sa fisongonana tsy nahafahan’ilay moto ka nifatrarany teny amin’ity fiarabe. Nambaran’ny polisy hatrany fa tena mafy dia mafy ny fifandonana teo amin’ny roa tonta satria dia nivadibadika tanteraka ilay moto ary nitaritarika ilay mpitondra azy. Dikany, mety ho samy nandeha mafy izy ireo na ny iray tamin’ireto fitaovam-pitaterana ireto. Vokatry ny dona nahazo ilay tovolahy 33 taona moa dia namoy ny ainy teo no ho no eo ity farany. Vatana mangatsiaka sisa no nitsarara teo am-povoan’arabe, tao anaty rà mandriaka. Niditra an-tsehatra avy hatrany moa ny polisy teo anatrehan’ny zava-nitranga. Ary satria, nisy ny aina nafoy dia voatery nanokatra fanadihadiana ny teo anivon’ny polisy misahana ny lozam-pifamoivoizana, nitondra ilay mpamilin’ilay fiarabe natao famotorana. Nalefa avy hatrany eny amin’ny tranom-patin’ny Hjra etsy Ampefiloha kosa ny vatana mangatsiakan’ilay mpitondra moto.

Nambaran’ny antontan’isa azo avy amin’ireo mpitandro filaminana fa ny kodiaran-droa no mitana ny loharalaharana eo amin’ny lozam-pifamoivoizana, indrindra fa ireo loza namoizana aina. Tsy fitandremana io na vokatry ny ataon’ireo mpitondra moto sasantsany, na vokatry ny tsy fitandremana, tsy firaharahiana na fisotasotan’ireo mpamily fiara fotsiny ihany eny an-dalana no tsikaritra ho anisan’ny mahatonga izany antotan’isa hidangana be, indrindra fa tato anatin’iny fihibohana iny, rehefa voatery nampiasa ireo kodiaran-droa ny olona fa tsy nisy ny fiara mpitatitra. Ny aina afoy, ny tena maratra ary mety hitondràna takaitra mihitsy, ny fitaovana potika … tsy aleo ve entina milamina, samy mifanaja, samy mpampiasa lalana, samy tonga any amin’izay aleha soa aman-tsara !

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : 2 décès, 12 nouveaux cas et 43 guérisons

Les données recueillies auprès du CCO hier.

Les tendances continuent d’être à la baisse si l’on se réfère aux statistiques publiées par le Centre de Commandement Opérationnel Covid-19 Ivato hier. Le nombre de cas enregistrés hier était de douze, répartis dans deux régions du pays. A savoir la région Analamanga qui a affiché neuf (9) et Boeny avec ses trois cas. Par ailleurs, la lecture des statistiques officielles font savoir que le pays compte actuellement quarante-trois guérisons. Soit, cinq dans l’Analamanga, quatre dans le Vakinankaratra, deux à Atsinanana, huit dans la Vatovavy Fitovinany, cinq dans l’Amoron’i Mania, huit dans la Sofia, deux dans la Boeny, un dans la Melaky, un dans la Betsiboka et sept dans la SAVA. L’on déplore toutefois deux décès à Analamanga et dans la Diana. 

Les personnes souffrant de formes graves de la maladie sont actuellement au nombre de trente. 

Craintes. La peur d’une rechute persiste toujours avec le relâchement quasi-généralisé des Malagasy. Laisser-aller observé dans plusieurs régions du pays et qui prouvent un sens de « l’irresponsabilité » partagé par beaucoup de Malagasy. « Une insouciance collective » qui pourrait coûter chère au pays et à la nation toute entière. 

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Enseignement public : Débat sur la gratuité de l’inscription

Depuis une semaine maintenant, la question de la gratuité de l’inscription au niveau des établissements scolaires publics est beaucoup discutée sur les réseaux sociaux, ceci après la parution du montant des droits d’inscription au niveau de quelques collèges et lycées de la capitale. 

Si on revient sur ce qui a été dit et signé au Palais d’Iavoloha entre le gouvernement malagasy et l’Agence française de développement (AFD), les deux parties ont effectivement convenu de faire en sorte que l’inscription dans les écoles publiques devienne gratuite afin que le maximum d’enfants malagasy puisse être scolarisés. Néanmoins, il ne s’agissait encore que d’un projet dont la mise en œuvre se fera pas à pas. C’est d’ailleurs pour cette raison que lors de la précédente année-scolaire, seule l’inscription dans les écoles primaires publiques a été rendue gratuite. Si aujourd’hui, les collèges et les lycées maintiennent les droits d’inscriptions, on peut penser que comme le pays a traversé un événement inattendu avec cette crise de Covid-19, ce programme n’a pu être réalisé à temps, comme tant d’autres d’ailleurs.

Chose promise, chose due ? Mais une partie de l’opinion refuse l’idée de repousser l’application de cette gratuité. Ayant entendu dans les médias en début d’année qu’il n’y aura plus de droit à payer pour s’inscrire dans les établissements publics à partir de l’année scolaire 2020-2021, beaucoup se sont arrêtés à cette promesse. Ce qui peut se comprendre étant donné le niveau de vie de la population malagasy qui a été grandement affecté par la crise sanitaire. Rappelons que beaucoup de parents ont eu du mal à trouver les moyens pour envoyer leurs enfants à l’école cette année comme le prouve le témoignage du père de Damy : « je suis en chômage technique depuis 2 mois, sans aucune autre ressource financière… La rentrée est prévue dans un mois. Où est-ce que je suis censé trouver de quoi envoyer mon fils à l’école alors que nous n’avons même pas de quoi nous nourrir ? ». Aussi, si à cela s’ajoute une inscription payante, qu’adviendra-t-il des enfants issus des familles vulnérables ?

Bref, la situation est un peu plus complexe actuellement, que ce soit du point de vue économique, ou social. Et dans tout cela, c’est l’éducation des enfants qui risque d’en prendre un coup ; à un moment où le rehaussement du taux de scolarisation était au programme.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Fermeture administrative : Une vingtaine d’entreprises concernées

La fermeture administrative décidée  par la DGI à l’encontre de Triple A n’est pas un acharnement  contre cette entreprise de l’ancien Président de la République, Marc Ravalomanana. Interrogé par un journaliste sur cette question qui continue de nourrir les polémiques, le DGI Germain a répondu que cette affaire n’a rien à voir avec la politique. « C’est une mesure administrative qui va permettre à Triple A de régulariser sa situation », a-t-il déclaré en précisant qu’il y a actuellement une vingtaine d’entreprises qui ont fait l’objet d’une fermeture administrative. La Direction Générale des Impôts  n’est pas habilitée à communiquer le nom de ces entreprises, a-t-il ajouté. Les entreprises concernées ont 15 jours pour régulariser leur situation.

R .Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Agression du Général Elack Olivier : Le présumé auteur placé sous mandat de dépôt à Antanimora

Déféré au Parquet hier, le ressortissant étranger qui a agressé le Général Elack Olivier, coordonnateur général du Centre de Commandement Opérationnel Covid-19 (CCO) à Ivato la nuit du vendredi dernier, a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora. Coups et blessures volontaires ainsi que destruction de bien d’autrui. Tels sont les chefs d’inculpations retenus contre lui à l’issue de son audition qui a duré depuis le matin jusqu’aux environs des 13 heures. En effet, il y attendra le jour de son procès dont la date n’est pas encore prononcée. Pour rappel, cet acte a eu lieu la nuit du vendredi vers 22 heures à Ivato, soit devant le portail du CCO, lieu de travail du Général Elack Olivier. A bord de sa voiture tout terrain 4X4, ce dernier est parti de son bureau pour rentrer chez lui. Quand son véhicule a franchi le portail, il l’a stoppé après avoir aperçu une moto roulant à vive allure venant de Mandrosoa en direction d’Ivato. Arrivée devant lui, la moto s’est aussi arrêtée. En colère, le motard est descendu de son engin en reprochant au général d’avoir coupé sa route. Il a frappé avec son casque le rétroviseur gauche de sa voiture. Puis, il a asséné un coup de poing sur le visage de sa victime et a blessé la partie droite de sa face. Surpris par la réaction impulsive de cet étranger, le garde du corps du Général est intervenu pour maîtriser l’agresseur tout en appelant la gendarmerie la plus proche. Alertés, huit gendarmes de la brigade de Talatamaty, dirigés par leur commandant, se sont rendus sur le lieu pour constater les faits. Interpellé, l’étranger a reconnu la faute qu’il a commise. Ainsi, il fut arrêté et a été conduit à la brigade de la gendarmerie avant d’être livré au parquet du tribunal, hier. 

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

« Opération coup de poing » Covid-19 : Lehilahy 2 nahatratrarana basy sy ody gasy maro tao Tsiroanomandidy

Mba haidiana amin’ny fiparitahan’ny valanaretina Covid-19 dia manamafy hatrany ny fampiharana ireo fepetra rehetra mifandraika amin’izany ny polisim-pirenena ao amin’ny distrikan’i Tsiroanomandidy. Ankoatry ny fanenjehana ireo tsy manao arovava orona dia ezahina mafy ny amin’ny fanaraha-maso ny fivezivezen’ny olona sy ny fiara amin’ny alalan’ny fametrahana sakana ara-pahasalamana sy ara-pahandriampahalemana na «barrage de sécurité » amin’ny alalan’ny fanaovana ny atao hoe « opération coup de poing ». Nahitam-bokany izany teo amin’ny fampandriana fahalemana ny tanàna tamin’ny Alahady 13 septambra lasa teo. Lehilahy miisa 02 no voasambotry ny Polisim-pirenena avy ao amin’ny Distrikan’ny Tsiroanomandidy nandritran’ny « Barrage de sécurité » izay natao tao Ambohitsoa, kaominina ambonivohitr’i Tsiroanomandidy. Tokony ho tamin’ny 05 ora sasany hariva no nosakanana ireto lehilahy 24 taona sy 36 taona ireto rehefa nampiahiahy ny Polisy ny fihetsiny. Tamin’ny fisavàna azy ary dia basy vita gasy iray sy ody gasy maro no tratra teny amin’izy roalahy ireto. Nandritra ny fanadihadiana azy dia nilaza ho mpimasy sy mpamboly ny asan’izy roalahy. Mbola mitohy kosa ny famotorana mahakasika ilay basy sy ny saika hampiasana azy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme – Meeting de la Réunion : Reprise des entraînements pour les athlètes

A La Réunion, les cas positifs au Covid-19 ne cessent d’augmenter ces derniers jours laissant planer les doutes et les incertitudes.

Après la décision de l’Etat d’autoriser la reprise des entraînements à huis clos, les athlètes ont commencé à prendre le chemin des stades. Cela fait presque 5 mois et demi qu’ils ont été confinés chez-eux à ne pas pouvoir s’entraîner sous la houlette des techniciens. Une pause qui a sans doute une conséquence sur leur performance. « Maintenant, c’est la reprise à zéro. Ils avancent petit à petit pour ne pas trop forcer pour éviter les problèmes et les blessures. Les athlètes ont tous débuté les entraînements », a annoncé la présidente de la Fédération malagasy d’athlétisme, Norolalao Andriamahazo. Dans trois mois, s’il n’y a pas de changement de calendrier, deux athlètes pourraient faire le déplacement à l’Ile de La Réunion à l’occasion du Meeting International de Saint-Denis. « Le regroupement n’a pas encore commencé, mais, juste les entraînements avant que tout le monde soit dans le bain. Nous allons voir l’évolution de la situation à Madagascar et à La Réunion pour les visas et l’ouverture des frontières », a continué la présidente de la FMA. A La Réunion, les cas positifs au Covid-19 ne cessent d’augmenter ces derniers jours laissant planer les doutes et les incertitudes. A l’heure actuelle, aucune décision d’annulation n’a été décidée par les organisateurs. Avec le challenge Océan Indien, Madagascar sera représenté par douze athlètes engagés dans plusieurs épreuves à savoir le 100 m, 200 m, 4 x 100 m hommes et dames,  1.5OOm femmes et 3.000m hommes. En attendant, la fédération va se focaliser sur l’organisation des formations au niveau local.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ecoles privées : Rentrée « covidée » encadrée

Rentrée scolaire des plus anormales pour les tout-petits.

Depuis 8h du matin, des établissements scolaires privés de la capitale ont rouvert leurs portes aux écoliers. Un retour aux activités pédagogiques tant attendu et qui a mis les nerfs des parents, ainsi que des responsables des établissements à vifs. Le dilemme était, est, présent : « envoyer leurs enfants rejoindre les bancs des écoles malgré une situation épidémiologique plus ou moins floue, ou les gardes pour on ne sait combien de temps ». En effet, le choix était plus que difficile mais beaucoup de parents l’ont fait : « beaucoup de parents ont décidé de faire confiance aux établissements scolaires ». Les cours en « présentiels » étant la meilleure solution pour eux « d’évaluer l’enfant, de gérer ses incompréhensions, de le gérer tout court, loin de son enseignant, de ses camarades de classe et des outils professionnels que l’école met à sa disposition ». De leurs côtés, certains établissements scolaires ont mis au point un système d’encadrement des cours. Des groupes restreints de 15 à 20 élèves ont été formés afin de respecter les mesures sanitaires telles que les distanciations physiques au sein des élèves. Conséquence, les élèves vont à l’école trois fois par semaine afin d’éviter les rassemblements. Outre les dispositifs de lavages des mains à l’entrée des écoles, les établissements privés ont également exigé des élèves au port de masque et de gel hydroalcoolique.  Le retour à un semblant de normal n’est toutefois pas aisé pour les parents et les responsables des établissements qui, chacun de leurs côtés essayent de « trouver le fragile équilibre entre les risques de lacunes d’apprentissage et les risques sanitaires ». Si les établissements scolaires privés avancent une certaine organisation de la rentrée, l’on se demande comment cela va s’opérer dans le secteur public ?

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Aide sociale : Le Lions Club Antananarivo Salanitra au chevet des enfants d’Ambohimiadana

La communauté des Lions Club continue de servir la population, surtout les personnes vulnérables. Le Lions Club Antananarivo Salanitra a par exemple remis de la farine nutritive, du savon, et des friandises aux enfants du village d’Ambohimiadana le 06 septembre dernier. La remise de dons pour ce village s’est faite tout naturellement puisque ce club y a tenu sa première réunion statutaire mixte. La journée auprès des habitants de ce village a également permis d’effectuer une randonnée pédestre sur une distance de 8 km, afin de promouvoir les activités physiques dans le cadre de la prévention du Diabète. Mais encore, des sacs réutilisables ont été offerts aux familles du village pour qu’ils puissent les utiliser sur une longue période et ainsi contribuer à la protection de l’environnement. Mais tout ceci n’aurait pu aboutir sans la contribution des partenaires du Lions Club Antananarivo Salanitra. Pour cette fois, c’est la chaîne de distribution Super Maki qui a fourni les produits offerts aux enfants et aux familles d’Ambohimiadana. 

Durant les trois prochains mois avant la fin de l’année, les Lions Club prévoient tous d’autres actions sociales pour servir les communautés locales. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 eto Toamasina renivohitra : Henjehan’ny mpitandro ny filaminana indray ireo tsy manao aro vava-o...

Taorian’ny filazana fa miala anaty fihibohana i Toamasina, dia efa vitsy tamin’ireo vahoaka no nampiasa izany aro vava-orina izany amin’ny fiainany andavanandro. Niha-mafy izany tsy fanajana lalana izany tato ho ato ka voatery nandray fepetra mifanandrify amin’ny andraikiny ny mpitandro ny filaminana amintsika mbola ao anatin’izao amehana ara-pahasalamana 15 andro izao indray. Nanomboka ny alarobia tolakandro teo, izay hetsika atao koa isaky ny tolakandro, dia manao hetsika misambotra ireo izay tsy manao ara vava-orona ny mpitandro ny filaminana tarihan’ny Emmo-Reg izay iarahan’ny zandary – polisy – ary ny tafika, ka ireo tratra tsy manao izany na manao izany fa tsy amin’ny fitoerany dia samborina ary atao anatin’ny fiara tsy mataho-dalana ny Emmo-Reg avy hatrany. Efa maro no tratran’izy ireo tsy nanao izany tamin’iny herinandro nivalona iny, izay mbola mitohy ny hetsika amin’ity herinandro ity mandram-pahatapitry ny 15 andro ny amehana manaraka indray. Tsy maintsy manao ny asa fanerena iombonana (travaux d’interet general) ireo tratra aorian’ny fisamborana azy izay vao azo votsorana mody any an-tranony. Mimenomenona ny vahoaka vokatra izao hetsiky ny Emmo-Reg izao, nefa efa lalana navoakan’ny filoham-pirenena tamin’ny lahateny farany teo ny fanaovana sy fanohizana izany sazy izany amin’ireo tsy manaja ny lalan’ny aro vava-orona. Tsy ireo tsy manao aro vava-orona ihany no samborin’ny Emmo-Reg amin’izao hetsika ataon’izy ireo izao, fa eo koa ireo mpitangorongorona izay mbola tsy azo atao raha tsy misy antony ary tsy mihoatra ny 50 na 100 izany.

Malala Didier

Madagate0 partages

Madagascar CNaPS/DGI. Mise en place d'une plateforme e-salariés

Ministère de l’Économie et des Finances, Antaninarenina Antananarivo, le 14 septembre 2020. Signature d'une convention de partenariat entre la CNaPS et la DGI, représentées par le Directeur Général de la CNaPS, Mamy Rakotondraibe, et le Directeur Général des Impôts, Germain.