Les actualités à Madagascar du Dimanche 15 Septembre 2019

Modifier la date
Madagate0 partages

Andry Rajoelina PAK : “faire de Madagascar la Vitrine de la Révolution sportive en Afrique”

Rappels

15 juillet 2017. Le PAK ou Pland'action de Kazan (situé en Fédération de Russie) a été adopté le 15 juillet 2017 par la Sixième Conférence internationale des ministres et hauts fonctionnaires responsables de l’éducation physique et du sport (MINEPS VI). Ce plan marque l'engagement de lier l'élaboration des politiques sportives au programme de développement 2030 des Nations Unies, ainsi que le soutien à un cadre général de suivi de la politique sportive et à cinq domaines prioritaires pour une coopération internationale et nationale multipartite.

10-13 Septembre 2019, Antananarivo. La première conférence régionale des ministres africains sur la mise en œuvre en Afrique du Plan d’Action de Kazan, organisé avec le soutien de l’Union Africaine et de l’UNESCO, a rassemblé experts et Ministres africains en charge de l'éducation physique et le sport avec l’objectif de développer un plan d’action régional pour la mise en œuvre du PAK en Afrique et pour établir un partenariat multipartite durable pour promouvoir le pouvoir du sport.

Après l'expiration du Cadre d'action pour le développement durable du sport en Afrique (2008-2018), la mise en œuvre du Plan d'action de Kazan, représente une occasion unique afin de poursuivre les efforts visant à développer le continent africain et à réaliser l'Agenda 2063 à travers l'éducation physique, l'activité physique et le sport.

Cette première Conférence régionale a été organisée en deux parties : une réunion d'experts (10-11 septembre) et une réunion ministérielle (12-13 septembre). La discussion a mis l'accent sur la qualité de l'éducation physique de qualité et la nécessité de trouver des nouveaux chemins permettant d'assurer la mise à disposition d'enseignants qualifiés et des infrastructures nécessaires.

Ci-après le discours du Président de Madagascar, Andry Rajoelina, le 13 septembre 2019 au CCI Ivato :

(...) Un grand Africain, qui est particulièrement approprié pour l'évènement que nous célébrons ce jour, Nelson Mandela, a dit un jour : le Sport a le pouvoir de changer le monde, le pouvoir d'inspirer, le pouvoir d'unir les gens comme une personne. Le sport peut relayer l'espoir quand il n'y a plus que le désespoir tout autour” .

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de vous exprimer ma joie d'être présent avec vous aujourd’hui. Heureux comme, à chaque fois que j'ai l'opportunité de célébrer le Sport et mettre en avant son importance dans l'émergence de notre pays et de notre continent l'Afrique.

Madagascar est fier d'abriter la première Conférence régionale des ministres africains sur la mise en œuvre en Afrique du Plan d'action de Kazan, en faveur de la promotion et du développement de l’Éducation physique et sportive en Afrique.

Je salue, ici, la présence des ministres, des représentants et éminentes personnalités, des représentants des organisations sportives nationales et internationales. Je voudrais adresser, ici, mes vifs remerciements à la Directrice générale de l'Unesco d'avoir permis à Madagascar d'être l'hôte de cet évènement. Mais, surtout, merci, merci à vous tous qui m'avez choisi pour être le Champion de la Promotion et du Développement de l’Éducation physique et sportive en Afrique. Un grand merci à vous tous, pour votre geste.

Je sais ce qui motive votre choix. La jeunesse, la détermination que j'incarne, en tant que le plus jeune Chef d’État en Afrique, et Africain. Mais je comprends également les attentes et les aspirations de la jeunesse africaine et de nos athlètes, car je suis moi-même sportif pratiquant et fervent supporter du sport en Afrique et dans le monde. J'assumerai avec conscience, honneur et fierté, le Leadership de cette initiative. Je mettrai tout en œuvre pour que l'alliance scellée atteigne ses objectifs.

Mesdames et Messieurs,

L'Afrique, comme Madagascar, a une population jeune en recherche de repères et d'activités, et je suis convaincu que nos défis sont les mêmes; mener un développement économique et social inclusif et durable, à travers la participation de la force vive de la nation, à savoir la jeunesse et les femmes. Il s'agit d'une cause qui me tient particulièrement à cœur, et pour laquelle je m'engage.

Ensemble, nous allons promouvoir le Sport et faire renaître l'Espoir et raviver le Patriotisme dans le cœur de la Jeunesse africaine. Cela est primordial dans la réalisation de la vision de l’Émergence de l'Afrique. Concernant Madagascar, l’État soutient activement le Sport. C'est pour cela que nous allons construire de nombreux stades, gymnases et aires d'exercice physique, aux normes internationales, à travers tout Madagascar pour lutter contre la délinquance et le décrochage scolaire. Et dès cette année même, nous allons rénover et agrandir le stade emblématique de notre pays, le stade de Mahamasina. Il deviendra le plus grand stade de l'océan Indien avec une capacité de 50.000 places.

Nous allons parcourir toute l'île pour découvrir des graines de talent afin d'en faire de futurs champions dans nos académies sportives. Nous allons professionnaliser la pratique du Sport à Madagascar et promouvoir les filières “Sport/Études” à travers la construction de l'Académie nationale du Sport de haut niveau. Ce lieu sera le Temple du Sport pouvant accueillir toutes les disciplines. Il s'ouvrira également à tous les athlètes malagasy mais aussi aux sportifs africains. Le Sport comme carrière, c'est possible.

Au-delà de mettre en place de nouvelles infrastructures, en alignement avec notre culture d'excellence, nous conduirons nos athlètes au plus haut niveau, c'est-à-dire à l'échelle, au niveau international. Nous allons faire de Madagascar la Vitrine de la Révolution sportive en Afrique. Mais il faut que cet engouement, que cette passion se propage, qu'elle rayonne au-delà de nos frontières et qu'elle contribue à réunir les peuples et renforcer les liens de notre continent, c'est-à-dire l'Afrique.

Vous tous, ici présents, vous serez les porte-flambeaux de cette vision que le Sport unit l'Afrique. C'est cela le leitmotiv et l'objectif que nous allons mettre en place.

Mesdames et Messieurs,

A Madagascar, comme un peu partout en Afrique, le Sport a toujours été relégué au rang de loisir, sans que son apport éducatif ne soit jamais valorisé et professionnalisé. Partout, le Sport, pourtant, peut forger l'Homme; le Sport c'est l’École de la vie. Le Sport et l’Éducation physique ont un pouvoir multidimensionnel et contribue à forger l'enfant en adulte, pour en faire un citoyen combatif, intègre et participatif. Il incarne l'Espoir, la Soif de vaincre et cultivera les valeurs de la solidarité. Pratiquer le Sport c'est agir, donner, partager, écouter, décider et s'impliquer. C'est se concevoir à travers quelque chose de plus grand que soi. C'est, avant tout, l'esprit d'équipe et non l'individualisme. C'est ainsi qu'à Madagascar, nous considérons que, désormais, le Sport sera le principal vecteur de l'Union nationale, il sera notre porte-flambeau.

La mémorable participation des Barea, lors de la CAN -vous l'avez spécifié tout à l'heure, Son Excellence, Madame la Ministre- nous l'a confirmé que les zébus malagasy ont uni le peuple malagasy. Et le Sport peut également unir tout le peuple et le continent africains.

Honorables invités,

Nous pouvons être fiers de cette initiative car le plan Kazan est un des plans le plus humaniste. Il inclut les jeunes de toutes les catégories sociales, les femmes et les personnes handicapées. C'est un plan d'action ambitieux, réaliste et pragmatique qui se fixe des objectifs éducatifs forts. Ce plan fédérateur prône la Paix et, surtout, l'épanouissement et le bien-être dans la perspective du développement durable de l'Afrique. Désormais, grâce à la mise en place de ce cadre de référence, nos ambitions communes en matière de Sport sont clairement définies. Il est évident que l'Union fait la Force. Et c'est en associant nos efforts avec ceux de nos partenaires que nos actions auront beaucoup plus d'impacts et de visibilité.

Mesdames et Messieurs,

Pour en finir, voici ce qui nous rassemble et nous unit: nous allons changer le visage de l'Afrique et inspirer nos populations. Nous allons faire de l'Afrique le Champion de l’Émergence africaine et de l’Émergence sportive. Je serai un Capitaine qui veillera, de concert avec chacun de vous, pour mener à bien ce beau projet et arriver ensemble à la ligne d'arrivée.

Transformons notre essai et marquons l'Histoire de l'Afrique.

Vive le Sport, vive l'Afrique!

Je vous remercie de votre aimable attention.

Andry Rajoelina

Président de la République de Madagascar

Transcription : Jeannot Ramambazafy

La Vérité0 partages

« SERA’B NY ASA » - Environ 500 jeunes recrutés

Quatre millions de chômeurs recensés à Madagascar, dont 70% constitués de jeunes. Pourtant, 500 000 jeunes par an intègrent le monde professionnel. Plus de 83% d’entre eux effectuent un travail précaire et 70% s’exercent dans le secteur informel. De plus, 75% de la main-d’œuvre jeune sont sous-utilisés. Ces statistiques émanant de l’Office national de l’Emploi et de la Formation (ONEF) en disent long sur la situation actuelle. Pour y remédier, le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction publique et des Lois sociales (MTEFPLS) et ses partenaires visent à promouvoir un cadre de rencontre des différents acteurs de l’emploi, à travers le « SERA’B NY ASA ».

Durant la première édition de ce salon de l’emploi, au mois de juin dernier au Palais des Sports de Mahamasina, environ 500 jeunes ont pu être embauchés durant les recrutements directs, selon les informations recueillies. Ils œuvrent actuellement dans divers domaines et secteurs, selon leurs diplômes, spécialités ou encore en tenant compte des besoins des entreprises recruteurs.

Formation des jeunes chômeurs

Les 20 000 visiteurs de la première édition de ce salon, avec une centaine de participants, ont été constitués majoritairement de jeunes. Puisque seule une minorité d’entre eux ont pu être recrutés, à partir de divers critères, le reste bénéficiera d’une formation dispensée par le MTEFPLS et ses partenaires. La Direction générale en charge des Projets présidentiels auprès de la Présidence de la République ainsi que le Bureau international du travail (BIT) en font partie. L’objectif étant de leur faire assimiler les diverses techniques, entre autres la recherche et la création d’emplois ou encore le montage de projets. « Malgré leur initiative de créer des emplois, bon nombre de jeunes n’ont pas les moyens de les concrétiser, d’où la nécessité de leur dispenser les diverses techniques. A cela s’ajoute le renforcement des capacités  des jeunes chômeurs pour

le recrutement massif », explique Eudoxie Rasoatsiangizina, Directeur général de la promotion de l’emploi auprès du ministère de tutelle. Pour information, l’organisation du « SERA’B NY ASA » et la formation des jeunes chômeurs entrent dans le cadre de la mise en œuvre du « Velirano n°6 », relatif à l’emploi décent pour tous, ainsi que de la Politique générale de l’Etat.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Assaut de bandits à Toamasina - Les 3 présumés auteurs tombent dans une embuscade  de la Police

Avant que certains d’entre eux ne fussent tombés dans une embuscade de la Police quelques moments à peine après leur sale besogne, des bandits ont pris d’assaut la maison d’un particulier du quartier d’Andranomadio à Toamasina. L’acte a été perpétré vers 1h du matin jeudi dernier. Il s’est traduit aussi par le vol d’une somme de 2,5 millions d’ariary, d’une moto et d’un poste téléviseur. Les locataires victimes ont alerté la Force d’intervention de la police ou FIP. Une action de cette force a par la suite permis de faire tomber trois assaillants dans ses pièges.

 

En effet, les bandits, à l’arrivée des éléments de la FIP à l’endroit du forfait, ont cherché à prendre la fuite mais les membres des Forces de sécurité s’étaient lancés à la poursuite des fugitifs. La traque n’a pris fin qu’à un endroit baptisé « Ex-Relax ». C’est là que les gangs ont l’habitude de se planquer et de se partager du butin après chaque assaut perpétré quelque part, et les habitants de Toamasina le savent bien aussi bien que les Forces de l’ordre.

A l’ex-Relax, trois  fuyards étaient faits. Ils n’ont plus aucun moyen, ni pour s’opposer à la Police, ni pour reprendre leur fuite. Après leur capitulation, les gardiens de la paix ont trouvé également leur butin de vol sur les lieux. Ce dernier est constitué de quatre motos scooter, de trois téléviseurs à écran plat ainsi que trois couteaux avec lesquels les suspects ont perpétré leur méfait à Andranomadio, quelques moments auparavant.

On peut dire que, selon une source policière, les efforts en vue de sécuriser la ville portuaire, se traduisent souvent par l’envoi de patrouilles pour la quadriller de nuit. De toute façon, c’était de cette manière que cette patrouille de la FIP a pu rejoindre rapidement les victimes lorsqu’elles ont donné l’alerte.

Les Forces de l’ordre sont sur les dents après le constat d’une recrudescence de l’insécurité dans la capitale économique du pays au cours des trois derniers mois. Vers début août dernier, trois victimes ont perdu leur vie en trois jours seulement. En juillet, les bandits ont attaqué un ressortissant turc dans son domicile, preuve que les premiers ne font plus de distinction de cibles. Car s’ils ont mis un bémol aux enlèvements, en revanche, ils ont multiplié les attaques visant des propriétés privées, bravant ainsi la détermination et la présence des Forces de l’ordre, lesquelles ont dû se mobiliser 24h/24 pour contrecarrer leurs méfaits.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Ranohira - Trois coupeurs de route dans les filets de la Police et de la Gendarmerie

La nuit du mercredi dernier, 3 coupeurs de route sur les 6 qui ont intercepté un camion à Ranohira, étaient tombés dans les filets de la Police et de la Gendarmerie. L’assaut s’est produit à Ambakitany, dans le Fokontany d’Andriamanero. Les auteurs du forfait s’en étaient pris aux occupants du poids lourd, en particulier le conducteur qui a été attaqué avec une hache.

 

Cependant, des informateurs issus des victimes elles-mêmes et des villageois ont fourni un renseignement à propos des agresseurs dont trois résident dans la même Région. Suite à ces renseignements, la tâche des Forces de l’ordre était alors rendue aisée afin de remonter la piste menant vers les suspects. Notons que le camion venait de Beroroha et faisait route sur Ranohira. Pendant qu’ils dévalisaient le camion, les bandits ont obligé les occupants à se coucher, leur face contre terre. Néanmoins, certaines victimes ont pu de temps en temps relever la tête pour jeter un coup d’œil sur les agresseurs.

Franck R.

La Vérité0 partages

Fin de carrière !

Terminus, tout le monde descend. Du moins pour quelqu’un d’âge avancé dont le « périple » (électoral) doit s’arrêter là. Pour de bon, le vieux renonce, bien malgré lui, à continuer le voyage. Le périple prend fin. En dépit du chant de la sirène, Marc Ravalomanana se rend à l’évidence que désormais il va falloir qu’il rejoigne le rang des « has been ». Son époque est révolue. Eh oui, Ramose pour les habitués ou pour les victimes, c’est selon, prend sa retraite. Il a dû décliner l’offre pour être « candidat unique » proposée par les camarades du RMDM ou les appels pour porter l’étendard du parti par les inconditionnels de Bel-Air.

 

A l’âge de 70 ans, pas tellement si vieux que cela, Marc Ravalomanana arrive prématurément au terme de sa carrière politique, du moins sur le plan des urnes. Handicapé par les échecs récurrents, il ne peut plus prétendre défier qui que ce soit en particulier son jeune rival de toujours, Zandry Kely. Son rêve de voir un jour battre son éternel adversaire, Rajoelina Andry Nirina, s’évanouit. En fait, il se caressait discrètement l’idée d’assouvir sa revanche. Mais tout part en fumée pour disparaitre définitivement.

En 2007, alors que le Chef de l’Etat Marc Ravalomanana se trouvait au sommet de sa gloire et de sa puissance, à peine réélu un an auparavant (2006) en sa qualité de Président de la République, il fit organiser les élections générales (anticipées) dont la mairie d’Antananarivo. Le tout puissant parti TIM alignait Hery Rakotomalala Rafalimanana qui n’est autre que le PDS de la ville, un candidat d’Etat. En face de lui se tenait debout prêt, un certain Andry Rajoelina sous la couleur du TGV. Résultats, TGV écrasait le TIM sous un score sans appel de 63,32% contre 32,40 %. Une victoire éclatante que le Président Marc Ravalomanana ne digérera à … jamais. Un revers cinglant que le régime TIM ne parvenait pas à dissiper. En tout cas, ce fut le début de la fin de Ravalo.

En 2009, en début d’année, le jeune téméraire maire de la Capitale, Andry Rajoelina, se trouvait à la tête des mouvements de contestation populaire contre le pouvoir en place. Suite à une décision irréfléchie et arbitraire du Chef de l’Etat Marc Ravolomanana de fermer  la station de télévision privée VIVA appartenant au premier magistrat de la ville, la goutte d’eau faisant déborder le vase, les sympathisants TGV suivis par une population exacerbée et haranguée par le jeune et courageux maire descendirent dans la rue pour exprimer violemment leur indignation voire leur ras-le-bol. Ils réclamèrent le départ du dictateur. En mars, le tout puissant Ravalomanana finit par céder et remit  sa démission et laissa la place à Zandry Kely. Un deuxième revers humiliant pour Ramose ! Une débâcle qui a conduit forcément le déchu à s’enfuir au pays de Nelson Mandela.

En 2018, le troisième et décisif round !  Admis au second tour de l’élection présidentielle, le duel de titan entre Ravalomanana et Rajoelina fit rage. La défaite sera fatale pour le perdant. Finalement, Rajoelina défait Ravalomanana. Une troisième et définitive déroute de Dada face à Zandry Kely!

Arrivé en fin de carrière, Marc Ravalomanana n’a d’autre choix que d’abandonner .Basta !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Foire internationale de l’Agriculture-Agribusiness-Agroalimentaire - Rallier les paysans aux capitaines d...

Pari tenu ! Pour cette année, cette troisième édition de la Foire internationale de l’Agriculture-Agribusiness-Agroalimentaire (FIA) a réussi à mobiliser, autant les professionnels que le grand public. En effet, pour cette édition, la FIA s’est fixé comme objectif de rallier les paysans aux capitaines d’industrie. « Au début de cet événement, nous voulions que les deux parties tissent des liens à travers cette plateforme d’échanges. Et nous l’avons fait. A travers les rencontres « B to B » ou tout simplement à travers les rencontres dans les différents stands d’exposition, ils ont en effet pu échanger et discuter pour voir les possibilités de collaboration.

C’est vrai que la structuration de la filière doit également se faire, mais cette première partie est déjà une esquisse amenant vers le développement de la filière », s’enthousiasme Michel D. Ramiaramanana, président du comité d’organisation de l’événement, hier, lors de la présentation du bilan de cette 3e édition, à Tanjombato. Dans les différents échanges, les industriels ont notamment affirmé leur volonté d’apporter des solutions pour permettre l’émergence du monde agricole. « Ils ont montré aux paysans qu’ils sont là, aux côtés des paysans, du début en fournissant les intrants dans la mise en place de la production jusqu’à la fin en achetant leurs produits. L’idée étant de leur permettre de vivre de leurs activités », poursuit-il.

Professionnalisme

En tout cas, cette plateforme a également permis aux industriels de se rendre compte de la bonne volonté des agriculteurs à travailler. « Les industriels et les opérateurs, à ne citer que DM Import, ont été touchés par le professionnalisme ainsi que la maturité des paysans. Malgré le fait que certaines normes doivent encore être mises en place, les paysans ont su montrer qu’ils savent ce qu’ils font, ce qu’ils veulent et où ils vont. Ils ont notamment compris les enjeux qui se posent à eux. Ils savent donc qu’ils arriveront à changer leur quotidien par le travail », affirme le président du comité d’organisation. En tout cas, la FIA a permis aux acteurs de comprendre que la situation actuelle de la filière agricole n’est pas une fatalité. Il suffit juste de mobiliser toutes les énergies pour œuvrer vers l’émergence du pays. Si chacun a ce même état d’esprit, nous n’aurons que de bonnes surprises.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Aviculture - Une filière prometteuse pour l’agro-industrie

L’offre n’arrive pas à honorer toutes les demandes. La filière poulet de chair et œuf à Madagascar offre des opportunités d’emploi pour les uns et permet d’arrondir la fin du mois pour les autres. Sa rapidité de rendement permet de gagner facilement de l’argent. Elle représente alors une grande opportunité d’affaires dans le secteur de l’agro-industrie. « L’aviculture est une source de revenus et un métier fiable. On a juste constaté qu’un dysfonctionnement s’installe au niveau de la production et du commerce par manque de formation des éleveurs pour son exploitation, l’instabilité du prix sur le marché et la qualité des produits pour la sécurité alimentaire des consommateurs. En plus, les aviculteurs ne développent pas leur filière.

Ainsi, ils n’élèvent pendant des années qu’une dizaine de poulets au lieu d’une centaine. Cela est dû à leur faible pouvoir d’achat. En outre, ils n’investissent pas dans la culture de maïs afin de réduire leurs dépenses en provendes. Toutefois, la filière reste prometteuse dans le domaine de l’agro-industrie », avance Razafindramanana John, technicien au sein de Farmshop lors d’une interview à la Foire internationale de l’agriculture.

Selon ce technicien, la viande de poulet s’avère la plus abordable sur le marché. « Un kilo de viande de poulet de chair tourne autour de 10 000 ariary, tandis que les poulets vivants s’achètent à 7 000 ariary chez les grossistes. A noter qu’un Malagasy consomme en moyenne 2,5 kilos par personne par an de viande de poulet, alors qu’un étranger arrive à en manger jusqu’à 20 kilos par an », poursuit-il.

La filière poulet de chair et œuf apporte ainsi une importante contribution à l’économie de Madagascar. Le Gouvernement actuel prévoit de faire procéder à un élevage de 20 millions de poussins qui seront destinés à devenir des poules pondeuses ou des poulets de chair. Cette année, 150 jeunes issus des Districts de Mahajanga I et Mahajanga II, Antsiranana I et II et Brickaville  bénéficient d’une formation sur cette filière.

Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés

Conformément aux dispositions de l'article 09 alinéa 3 du décret n° 2019-062 du 01 février 2019 fixant les attributions ainsi que l'organisation générale du ministère des Affaires étrangères (MAE), cette institution publique  effectue actuellement des rapatriements et des affectations des représentations extérieures de Madagascar, des agents, toutes catégories confondues, aux motifs d'admission à la retraite ou d'expiration de titre de séjour.Par conséquent, d'autres agents seront redéployés dans les représentations extérieures de Madagascar pour nécessité de service et afin de garantir le bon fonctionnement de l'administration. Désormais, le MAE va mettre fin aux pratiques de favoritisme bénéficiées par les personnes proches de l'administration.

Ce sont notamment les hauts cadres formés par l'Ecole nationale d'administration de Madagascar (ENAM) et des agents ayant longtemps servi auprès de ladite institution qui seront privilégiés. « Nombreux  sont les agents  sortant de l'ENAM disposant des expériences et compétences indispensables mais n'ont jamais décroché des postes à l'extérieur. Or, en suivant les procédures, ces agents doivent acquérir des expériences   au  niveau local pour réunir toutes les conditions nécessaires validant leur nomination à l'extérieur », affirme une source auprès du ministère des Affaires étrangères. En effet, la mobilité du personnel du MAE sera désormais réglementée afin de respecter le principe de rotation entre les différents services du ministère au sein du département central ainsi qu'au niveau des représentations extérieures  précise-t-il. D'après le communiqué publié par ce ministère, cette action prônera  la transparence au sein  du ministère.Cette démarche vise à insuffler un dynamisme nouveau et à renforcer l'efficacité et l'efficience du dispositif diplomatique malagasy. En outre, une telle initiative s'inscrit également dans l'optique de la professionnalisation des agents de l'Etat. A cet effet, un plan de carrière desdits agents sera incessamment soumis à l'Exécutif.

Il est important de rappeler qu'en plus des personnels travaillant dans différents services, le nombre des représentants extérieurs compte à cette date 20 ambassades et 2 consulats généraux.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux

Après la parole, l’action! Samedi dernier, le Président Andry Rajoelina vient de concrétiser un autre « Velirano » de plus. En effet, le Chef de l’Etat a fait le déplacement à Toamasina pour donner le coup d’envoi des travaux de dragage du canal des Pangalanes qui s’étend sur 654km. Un ouvrage qui permettra de rebooster les activités touristiques et économiques le long de ce canal et qui s’inscrit parmi les promesses faites par Andry Rajoelina à la population du Betsimisaraka.

 

Le Président de la République était à la tête d’une délégation composée du ministre de l'Aménagement du territoire, de l'Habitat et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo, le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto, de la ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme, Irmah Naharimamy ainsi que du secrétaire d'Etat à la Gendarmerie, le Général de division Richard Ravalomanana. L’équipe de l’Exécutif a assisté à la cérémonie d'inauguration du poste de surveillance fluviale nouvellement construit à Manangareza et l'inauguration du nouvel embarcadère qui se trouve juste à côté. Ce fut l’occasion pour le Chef de l’Etat de monter à bord du matériel de dragage pour constater de visu l'activité de curage dudit canal.

Travaux en 3 étapes

D'après les explications du directeur général de l'APMF, le   capitaine de Vaisseau Jean Edmond Randrianantenaina, les travaux dureront 4 mois et seront divisés en trois étapes, à savoir, le curage du fond peu profond, l'élargissement de gueule de passage et l'élagage de l'emprise de gueule du canal. Les travaux  de curage du fond peu profond toucheront les parties situées à la sortie du Port de Toamasina, à l'entrée Nord du lac Rasoamasay et Rasoabe, à Masomeloka et ses environs. Quant à l'élagage de l'emprise de gueule de canal et l'élargissement du tronçon, les travaux y afférents se feront à Andringitra.

Le financement des travaux est assuré entièrement par l'Etat malagasy, par l'intermédiaire de l'Agence portuaire maritime et fluviale (APMF). Ce projet aura  des retombées directes sur la vie socioéconomique de la population dans plusieurs Districts et Communes longeant les Pangalanes, entre autres, Toamasina, Ambila Lemaitso, Andevoranto, Vatomandry, Mahanoro, Nosy Varika, Mananjary, Manakara et Farafangana.

Aucun assainissement pendant 59 ans

Ce grand chantier profitera à 3 millions de bénéficiaires qui sont à recenser d’après le Président Andry Rajoelina. Construit en 1901 sous l'ère coloniale, le canal des Pangalanes, l’une des plus longues voies navigables du monde, était impraticable depuis longtemps. La dernière réhabilitation du canal remonte à 1988. Il n'y a donc plus eu aucun assainissement depuis 59 ans d'indépendance. L'objectif pour cette nouvelle réhabilitation est de promouvoir le secteur touristique avec notamment la construction d'hôtels et d'infrastructures touristiques le long des Pangalanes. Cela favorisera aussi la création d'emplois. Après la série d'inaugurations, le Président Andry Rajoelina a assisté à la cérémonie de réception officielle d'un nouveau matériel tracker de la Société de manutention des marchandises conventionnelles (SMMC).

Une RN5 en béton armé

Hier, le Président de la République a poursuivi sa tournée dans la Région Atsinanana en suivant l'avancée des différents projets en cours dans cette Région dont une descente sur le chantier de construction de la RN5 reliant Toamasina et Foulpointe ce 15 septembre 2019.  Cette route nationale, comme toutes celles à travers l'île, sera renforcée et construite aux normes afin que les prochaines générations puissent en profiter a rassuré le Président de la République. « Tous les deux ou trois ans, cette route subit des réhabilitations. Il faut désormais regarder sur le long terme. Des travaux aux normes doivent être menés », a estimé le Président Andry Rajoelina. La chaussée sera en béton armé. Ce revêtement en béton présente plusieurs avantages notamment sa résistance à l’eau et aux charges des poids lourds. Une entreprise malagasy a obtenu le marché. La route sera garantie cinquante ans. L’entretien de la route est donc assuré.

Début sous peu de la construction des « buildings mora »

Débutés il y a un mois, les travaux entrepris sur la première tranche, entre Toamasina et Foulpointe, dureront trois mois.  Les travaux se poursuivront ensuite jusqu’à Soanierana Ivongo. Les « points noirs » ont été priorisés pour les travaux, selon le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo. Environ 15 km de chaussée seront entièrement reconstruits de

Toamasina à Soanierana Ivongo. Ce chiffre ne tient pas en compte des nids –de- poule qui seront également bouchés.Accompagné notamment du directeur général de l’Agence nationale d’appui au logement et à l’habitat (ANALOGH), le Président a ensuite effectué une visite des lieux  à Ambohijafy Toamasina sur l'emplacement des "buildings mora" dont les travaux débuteront sous peu a rassuré le Chef d'Etat. Enfin, une entrevue avec les techniciens à Tanandava pour voir de près la progression des travaux de construction de la voie rapide de 10km reliant le port de Toamasina à la RN2. Les travaux seront  prévus s'achever dans un an et demi.

La rédaction

Madagate0 partages

Chine-Madagascar. Le discours intégral de l'Ambassadeur Yang Xiaorong, le 12.09.2019

A l'occasion de la célébration du 70ème anniversaire de la fondation de la République Populaire de Chine, l’Ambassadeur S.E.Mme YANG Xiaorong a invité la presse à assister au Salon des Médias qui s’est tenu, le 12 septembre 2019, à Nanisana. Ci-après le discours intégral retranscrit de Madame l'Ambassadeur.

Mesdames, Messieurs, chers amis,

J'ai l'honneur de vous exprimer une chaleureuse bienvenue à cette édition du Salon des Médias et d'en profiter pour me réunir joyeusement avec les vieux et nouveaux amis du milieu de la communication et de la presse à Madagascar. Le Salon d'aujourd'hui porte sur le 70ème anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine et les coopérations sino-malagasy.

A ce qu'on sache, le peuple chinois va célébrer le 70ème anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine dans moins de trois semaines. Au cours des 70 dernières années, le peuple chinois travaille dur et avec acharnement en ouvrant la voie de développement socialiste aux caractéristiques chinoises et a réalisé de grands acquis reconnus par le monde entier. Lorsque la Nouvelle Chine a été fondée en 1949, son PIB n'était que d'environ 18,9 milliards de dollars, et celui par habitant était de 35 dollars.

En 2018, le PIB de la Chine a atteint environ 13.700 milliards de dollars, et celui par habitant est de 9.462 dollars. Il est à noter qu'en quelques décennies seulement, plus de 700 millions de personnes en Chine sont sorties de la pauvreté. A l'horizon 2020, la Chine atteindra tous les objectifs de réduction de la pauvreté selon les normes existantes, ce qui sera un miracle dans l'histoire humaine de la lutte contre la pauvreté.

A l'heure actuelle, l'économie de la Chine reste généralement stable et connaît de bons progrès. Le PIB a connu une croissance de 6,3% au premier semestre par rapport à la même époque de l'année dernière, ce qui fait de la Chine l'une des grandes économies les plus dynamiques du monde. La Chine est le pays ayant le deuxième plus grand agrégat économique du monde et sa contribution à la croissance économique mondiale dépasse 30%. A présent, les risques pour l'économie mondiale ont augmenté, l'unilatéralisme et le protectionnisme se répandent sans cesse, des facteurs instables et incertains ont aussi augmenté.

La Chine est disposée à travailler avec la communauté internationale pour renforcer les coopérations multilatéralistes. Avec un marché intérieur immense et doté d'avantages multiples évidents, le développement économique de la Chine est très dynamique depuis longtemps et ses perspectives sont prometteuses. Le développement de la Chine a bénéficié au monde et a offert de grandes opportunités de développement pour tous les autres pays dont Madagascar.

Depuis la fondation de la République populaire de Chine, il y a 70 ans, en particulier depuis l'établissement de relations diplomatiques entre la Chine et Madagascar, il y a 47 ans, les relations sino-malagasy se sont développées de manière saine et stable et les deux peuples ont noué une profonde amitié. La Chine reste le premier partenaire commercial, le premier fournisseur d'importations et le quatrième destinataire d'exportations de Madagascar pendant de nombreuses années consécutives. La partie chinoise a construit plus de 20 projets d'infrastructures à Madagascar, notamment la RN2, le Palais national de la Culture et des Sports de Mahamasina, le Centre de Conférences international d'Antananarivo, l'hôpital d'Anosiala, etc.

La Chine a fourni à Madagascar plus de 50 lots de matériels, dont des aides alimentaires d'urgence, des matériels de secours en cas de catastrophe, des médicaments et matériels médicaux. La Chine a envoyé successivement plus de 600 médecins à Madagascar pour sauver des vies et soigner de patients malagasy, et elle a invité plus de 2.000 personnels malagasy en Chine, à participer à diverses formations techniques dans les domaines de l’Éducation, de la Santé, de l'Industrie, de l'Agriculture, de la protection de l'Environnement, du Commerce, de l'Information, du Sport, etc. Par ailleurs, le gouvernement chinois a offert aux plus de 600 élèves malagasy, des bourses gouvernementales pour étudier en Chine.

Depuis le début de cette année, en particulier, les relations entre les deux pays maintiennent un bon élan de développement. Les échanges de haut niveau entre les deux pays sont fréquents. Le Président chinois, Xi Jinping a accrédité un envoyé spécial à la cérémonie d'investiture du Président Andry Rajoelina. De nombreux ministres malagasy se sont rendus en Chine pour assister successivement à la Réunion des Coordinateurs sur la Concrétisation des Acquis du Sommet de Beijing du FOCAC, au Forum sino-africain sur la Paix et la Sécurité; à l'Exposition mondial de l'Horticulture de Beijing et à la Foire économique et commerciale sino-africaine.

Dans le même temps, les coopérations à l'effet pratique dans divers domaines ont réalisé des progrès globaux. 5 grands projets d'aide chinoise comme la RN A5; la voie rapide reliant le port de Toamasina et la RN2; la route des œufs; la voie rapide reliant l'aéroport d'Ivato et le boulevard de l'Europe; les forages de 200 puits dans le Sud, ont connu de bons avancement. Le projet d'accès à la télévision par satellite dans 500 villages s'est achevé.

Depuis le début de l'année, le gouvernement chinois a fourni respectivement 5 dons, tels que : 200 millions de RMB (Nota: Yuan, monnaie chinoise aussi appelée Renminbi) d'aide sans contrepartie au gouvernement malagasy; des matériels médicaux au ministère de la Santé publique; des matériels de formation professionnelle au ministère de l’Éducation nationale; des motos au Secrétariat d’État de la Gendarmerie et des matériels sportifs au ministère du Sport. Peu après, nous allons également fournir une assistance matérielle à la Croix-Rouge de Madagascar et une assistance humanitaire d'urgence pour la prévention et le contrôle des maladies infectieuses au ministère de la Santé publique.

Au cours de neuf premiers mois de cette année, le Gouvernement chinois a octroyé 41 bourses aux jeunes malagasy. En outre, les instituts Confucius et certaines universités et entreprises chinoises ont aussi fourni des dizaines de bourses à des étudiants malagasy. La partie chinois a invité plus de 300 personnes à participer à divers séminaires en Chine.

Aujourd'hui, les amis de la Presse, ici présents, qui viennent de terminer leur séminaire en Chine, sont invités à faire part de leurs expériences et découvertes en Chine. Les échanges culturels et humains entre les deux pays portent également des fruits abondants: la partie chinoise a invité des élèves malagasy polytechniques pour participer au concours mondial des compétences professionnelles dans le cadre de "La Ceinture et la Route"n et a invité 60 athlètes malagasy à participer à un entrainement sportif en Chine.

La troupe artistique Rakoto Frah Junior a également été invitée pour donner un spectacle en Chine. Le spectacle "Nouvelle mélodie de l’Ère" donné par la troupe d'art de Shenzen de Chine, s'est tenu avec succès à Antananarivo. L'Ambassade de Chine a organisé le Festival du cinéma chinois; la Journée de la Culture chinoise; l'Exposition de photos sur les relations sino-malagasy, et a tourné un documentaire conjointement avec la Télévision malagasy sur les fruits des coopérations sino-malagasy. Les relations amicales entre la Chine et Madagascar se sont bien enrichies. A l'avenir la perspective des coopérations gagnant-gagnant tous azimuts entre la Chine et Madagascar est plus que prometteuse.

Dans son discours liminaire à la Cérémonie d'ouverture du Sommet de Beijing du FOCAC, le Président chinois Xi Jinping, a souligné que la Chine est toujours fidèle aux principes de "sincérité, résultats effectifs, amitié et bonne foi" et de recherche du plus grand bien et des intérêts partagés à l'égard de l'Afrique, et appliquera les "huit initiatives majeures" de la coopération avec l'Afrique, par le biais de l'aide gouvernementale, de l'investissement et du financement d'institutions financières et d'entreprises qui comptent 60 milliards de dollars américains pour soutenir l'Afrique.

Sur la base du respect mutuel et de l'égalité, la Chine poursuit toujours la politique des "cinq non" dans nos relations avec l'Afrique, à savoir: ne pas d'ingérer dans la recherche par les pays africains d'une voie de développement adaptée à leurs conditions nationales; ne pas s'immiscer dans les affaires intérieures africaines; ne pas imposer notre volonté à l'Afrique; ne pas assortir nos aides à l'Afrique de conditions politiques quelconque, et ne pas poursuivre des intérêts politiques égoïstes dans notre coopération en matière d'investissements et de financements avec l'Afrique.

La Chine attache une grande importance au renforcement de la coopération amicale et mutuellement bénéfique avec Madagascar. Madagascar est une terre d'espoir et dispose d'un grand potentiel de développement. La Chine veut associer la concrétisation des acquis du Sommet de Beijing et l'Initiative "La Ceinture et la Route" avec "Initiative Émergence Madagascar". Nous souhaitons que nos deux pays continuent de travailler main dans la main, pour promouvoir de multiples projets de coopération en contribuant à construire une communauté de destin sino-africaine propice au développement commun.

La coopération amicale sino-malagasy est toujours largement soutenue par des amis de tous les milieux de Madagascar, y compris les médias, dans lesquels je voudrais exprimer ma sincère gratitude et souhaiterais que les amis des médias malagasy continuent à prêter attention aux résultats fructueux de la coopération Chine-Madagascar, et à faire les reportages intéressés de sorte à promouvoir le rehaussement des relations bilatérales à un nouveau niveau.

Merci à vous tous!

S.E.Mme YANG Xiaorong

Ambassadeur de Chine à Madagascar

Retranscription: Jeannot Ramambazafy