Les actualités Malgaches du Jeudi 15 Août 2019

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le DG de la JIRAMA remercié, les grèves concernant les robinets à sec s’accentuent

La décision est tombée, pendant le conseil des ministres hier 14 Août 2019, Jaomiary Olivier a été remercié de son travail à la tête de la JIRAMA. Décision des dirigeants qui fait couler beaucoup d’encre. Limogé le DG de la JIRAMA est elle la solution pour résoudre le problème de cette société ? telle est la question la plus posée par les citoyens actuellement.
A Antananarivo, les grèves dans certains quartiers s’élargissent. Ankatso fut le premier à connaitre une manifestation des habitants concernant le problème d’eau qui sévit dans la capitale actuellement. Aujourd’hui, Tsarahonenana et Ampandrianomby ont aussi manifesté avec leurs bidons jaunes pour montrer leur mécontentement face à cette situation. Les manifestations d’aujourd’hui ont été quadrillées pas les forces de l’ordre afin d’éviter les débordements.
La Vérité0 partages

Prévention et lutte contre la torture - Pour une enquête sans violence !

Un acte inhumain et honteux. Des cas de torture sont encore présents à Madagascar, notamment durant les enquêtes policières. La représentante de la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) l’a reconnu lors de l’atelier de réflexion sur la journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, mardi dernier à Andraharo. M.Z, un membre de famille d’une victime, en témoigne. « Mon frère a succombé suite à des coups qu’il a reçus lors d’une enquête policière, il y a 3 ans. Pourtant, il n’a rien fait de grave à part trainer avec des « bandits » dont il ne connaissait pas les actes criminels commis. Nous avons demandé des comptes auprès de la Police mais elle a détourné le fait en déclarant que notre frère figurait parmi le groupe de bandits recherché », nous confie le jeune homme, encore sous le choc. Mais les choses ont évolué depuis, puisque la Police met en œuvre actuellement un projet de lutte contre la torture, pour une enquête sans violence. « Depuis la garde à vue d’un suspect, la Police lui fait une déclaration de droit », informe Laure Rabetokotany, secrétaire générale de l’ONG ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) Madagascar. « Lors des enquêtes, les prévenus sont bien traités. On les met à l’aise, sans oublier la lecture de leurs droits (avocat, famille, etc.) », ajoute un responsable auprès de la direction de la Police judiciaire.

 Un plan national en gestation Le premier draft établi. Les participants à l’atelier de réflexion sur la journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture ont pu le faire lors des travaux de groupe organisés à l’occasion. Ils sont issus de diverses entités ministérielles et judiciaires, sans oublier les représentants des Forces de l’ordre, ceux de l’université, des organismes internationaux et des ONG. « Madagascar dispose de la loi 2008-008 contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, dont la refonte est en bonne voie auprès de l’Assemblée nationale. Aussi, le plan d’action national de lutte contre ce fléau, actuellement en élaboration, devrait être achevé incessamment, avec la participation inclusive de tous les acteurs », souligne la secrétaire générale de l’ACAT. Pour parvenir à un réel changement de mentalité conduisant à l’abolition effective de la torture, une éducation citoyenne inculquant la culture de non-violence et de non recours à la torture devrait être transmise de temps en temps par les enseignants aux enfants malagasy dès leur plus jeune âge, à partir du niveau primaire jusqu’à au niveau secondaire. Une réforme qui devrait également être  appliquée dans l’éducation informelle réalisée par les diverses associations de jeunes, religieuses ou non, selon une responsable du ministère de l’Education nationale. La lutte contre la torture est devenue une affaire nationale, chacun doit prendre ses responsabilités et l’école est appelée à travailler en synergie avec la société civile.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Usage de faux billets de banque - 2 suspects placés à la prison d’Antanimora

Tard vers le début de la soirée du mercredi dernier, le verdict du Parquet d’Anosy était tombé afin de trancher sur le sort des 5 personnes entraînées dans une affaire de détention et de circulation de faux billets de banque à Volotara à Andoharanofotsy. Deux d’entre eux, le locataire d’une maison où étaient trouvés les matériels de fabrication et des fausses coupures ainsi que son présumé complice, ont été placés sous mandat de dépôt à Antanimora.  Quant aux trois autres individus, ils ont obtenu une liberté provisoire, ces derniers étant encore des mineurs, selon une information de la Gendarmerie.  Dans la genèse de l’affaire, tout a commencé le soir du 11 août 2019 par un renseignement fourni par un informateur à la Brigade de gendarmerie d’Andoharanofotsy.  Le renseignement a parlé de deux suspects qui étaient en possession de fausses coupures de 20 000 ariary dans cette localité. Après leur interpellation, les concernés ont été auditionnés à la brigade. Ils ont révélé l’identité de leurs présumés complices dans cette affaire.

Ces renseignements ont aidé les Forces de l’ordre à prendre en filature l’un des complices évoqués jusqu’à ce que cette traque ait finalement mené les gendarmes à son domicile mardi dernier. Munis d’un ordre de perquisition, les gendarmes ont fouillé le local. Ils y ont découvert les objets pouvant constituer de pièces à conviction à l’accusation : un carton rempli à moitié des coupures de 20 000 ariary déjà prêtes à être diffusées, de 10 paquets de bracelets en plastique, de 9 cache-bouches, de 10 paires de gants en latex, de 97 papiers emballages, d’un sachet contenant 150g d’une  poudre jaunâtre, 2 brushing,d’un instrument pour découper les paquets de billets et 31 vrais billets de 20000 ariary et 21 billets de 10000 ariary. Les personnes incriminées dans cette affaire risquent gros si les charges dont elles font les objets, s’avéreront fondées. La loi en vigueur punit les auteurs de l’infraction d’une peine de travaux forcés  à perpétuité. Franck Roland

La Vérité0 partages

Limogeage du Dg de la JIRAMA - Une étape pour accélérer le redressement de la compagnie

« C’est le bon moment ! » Ce sont sur ces mots que Vonjy Andriamanga, ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures (MEEH) a annoncé le limogeage du directeur général de la JIRAMA, compagnie nationale d’eau et d’électricité, Olivier Jaomiary. Effectivement, avant-hier, lors du dernier Conseil des ministres, la suppression du décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant sur la nomination du directeur général de la JIRAMA (Jiro sy Rano Malagasy) a été décidée. « Le changement de dirigeant fait partie de la vie courante d’une société qu’elle soit privée ou publique comme la JIRAMA. A travers ce changement de tête, l’enjeu est d’accélérer la mise en place de toutes les actions de redressement de cette compagnie nationale. Il ne faut pas oublier que nous nous sommes fixés comme objectif que d’ici deux ans, la JIRAMA atteindrait son équilibre opérationnel, plus particulièrement sur le plan financier » a expliqué le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, hier, à Ampandrianomby, lors d’une rencontre avec la presse. Pour les autorités concernées, cette décision de changement de dirigeant est ainsi une étape vers cette accélération de la mise en œuvre du plan de redressement de la JIRAMA. « Ici, il n’est pas question de l’échec d’une équipe dirigeante, puisque que cette même équipe a collaboré avec nous pour réduire les délestages dans plus de 90 villes du pays à seulement 19 depuis le début de l’année. Mais avec un objectif de taille, il faut  une équipe  plus performante », rassure-t-il.

Recrutement Dans cette recherche de la perle rare, un appel à manifestation d’intérêt sera lancé prochainement pour trouver le nouveau directeur général de la JIRAMA. « Nous engageons actuellement un processus clair et transparent de recrutement du nouveau directeur général. Il ne s’agira plus de désignation politique comme cela se faisait auparavant. Un appel à manifestation d’intérêt sera alors mis en place pour les prochains jours. Ensuite, la sélection viendra identifier le futur dirigeant de la JIRAMA», précise Vonjy Andriamanga. Jusqu’au recrutement du nouveau dirigeant, aucun directeur général par intérim ne sera  nommé.  « La JIRAMA a un dispositif de gestion et de pilotage dans ce genre de situation. De ce fait, il y a encore des dirigeants au sein de la JIRAMA qui se chargeront du bon fonctionnement de la compagnie d’ici-là », ajoute-t-il. Dans tous les cas, ce changement de dirigeant n’aura aucun impact sur la politique de fond de la JIRAMA.  Par ailleurs, des membres du personnel de la JIRAMA se réjouissent de ce limogeage de Jaomiary Olivier. Contrairement au ministre qui a utilisé des mots « diplomatiques » pour  justifier le remplacement du Dg de la JIRAMA, ces employés de la société, qui veulent garder l’anonymat, ne sont pas allés de main morte pour accabler leur ancien boss. Celui-ci, en effet, lors d’une manifestation au mois de février dernier a été prié par des employés, notamment les syndicalistes, à rendre son tablier. Il lui a été imputé la mauvaise gouvernance et l’incompétence et ce suite à la révélation faite par le ministre sur les contrats de la JIRAMA avec les prestataires. C’est peut-être la goutte d’eau qui a fait déborder le vase étant donné que dès le lendemain de la nomination de Jaomiary Olivier, la grogne montait au sein de la société. Les mauvaises langues affirmaient même que celui-ci ne serait pas issu des candidats sélectionnés mais parachuté par le pouvoir de l’époque après la clôture du dépôt des candidatures. C’est d’ailleurs le début d’un clash entre la direction générale, appuyée par le conseil d’administration, et certains employés. Quoi qu’il en soit, les consommateurs en général et la population en particulier n’aspirent qu’à une seule chose,  la qualité de service de la JIRAMA. Rova Randria

La Vérité0 partages

Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus

Le secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie Richard Ravalomanana a laissé entendre qu’il convoquera incessamment toutes les parties concernées par l’affaire d’Andilamena à une table ronde en vue de la régler pour de bon. Il s’agit d’un cas impliquant à la fois le groupement de la gendarmerie d’Alaotra-Mangoro et celui de Sofia ainsi que des civils d’Andilamena et de Mampikony, deux Districts adjacents mais appartenant à deux différentes Régions. Quelque 450 bœufs appartenant à un riche éleveur d’Andilamena, considéré comme un receleur, ont été amenés de force par les Besaboa de Mampikony appuyés par des gendarmes de la compagnie territoriale. Les gendarmes de la Sofia ont donc fait incursion dans le territoire sous le contrôle de leurs pairs d’Alaotra-Mangoro sans un accord préalable. Le troupeau est mis en fourrière à Mampikony. Mais il s’est avéré que le propriétaire ait pu produire des documents attestant ses pleins droits sur ses biens.

Le cas qui s’est produit en juillet n’a pas été résolu jusqu’ici. Le paiement du droit de fourrière aurait constitué le point de discorde. Les hauts responsables des deux groupements concernés se sont rencontrés à Mampikony deux semaines passées. Mais personne n’en savait trop le résultat. Les gendarmes sont en tout cas de plus en plus vigilants dans leur approche. Des sanctions tombent régulièrement au sein de la famille. Des gendarmes sont punis toutes les semaines ou presque. Beaucoup y voient un côté positif car les rangs comptent effectivement des brebis galeuses. Mais les gendarmes se plaignent aussi que, même pour un rien, il risque gros pour leur carrière à cause des accusations infondées machinalement rapportées à un niveau plus haut sans que les visés aient la possibilité de mettre en œuvre les moyens de défense.M.R.

La Vérité0 partages

Danger public

« Quatre morts en l’espace de vingt-et-une heure ! » Tel fut le gros titre à la Une d’un quotidien de la Capitale en début de ce mois entre Anosizato à Ampitatafika. Un autre presque au même moment à la Une également fit état de « 75 infractions par heure relevées aux 67 ha ». Quelques années auparavant, en 2015 on a enregistré 156 accidents routiers mortels. Et les statistiques continuent de monter en flèche. A ce rythme et en se basant uniquement sur ces indices très révélateurs et forts édifiants, la circulation routière caracole, sans ambages, en tête de peloton du secteur le plus meurtrier à Madagascar  en même temps détient le record de gabegie.   L’Agence nationale des transports terrestres (l’ATT), conçue et censée gérer pour la bonne gouvernance des circuits sur terre dont principalement la route, n’a pas su faire preuve, jusque-là, de capacité à mettre de l’ordre. En ville comme sur routes nationales et celles d’intérêt provincial, les accidents augmentent en nombre et deviennent de plus en plus graves sinon mortels.

A Antananarivo-ville, l’anarchie règne. Les taxi-be créent des bouchons interminables. Les deux-roues et les charrues circulent n’importe où, n’importe comment. On dirait que les rues de la Capitale ne sont plus réglementées par aucun Code de la route. Le cas du grand quartier de 67 ha cité en haut avec  75 infractions en une heure nous révèle que le respect de la loi relative à la circulation routière à Tanà échappe totalement au code en vigueur. A chacun de faire son petit calcul, si les agents verbalisateurs feront le contrôle la journée entière, combiens d’irrégularités iront-ils constater ? Sans entrer dans les détails de l’insécurité, la Ville des Mille n’est autre que la Cité des « sans-loi ». Incapables de mettre sous contrôle la ville, les élus TIM tournent autour du pot et ne savent que faire.  Il est grand temps de changer et de renouveler l’équipe. La période des vacances pointe son nez ! L’opinion publique, pour ne pas dire les contribuables, attend de pied ferme le ministère des Transports et du Tourisme, en particulier l’ATT, qu’il prenne les mesures adéquates et fermes afin de juguler le bordel qui règne dans ce secteur … meurtrier. Il doit travailler de concert avec les professionnels du transport, de voyageurs notamment, de telle sorte  que les usagers (en ville ou sur route) puissent faire leur trajet dans la sérénité. A rappeler qu’en cette période de vacances, tout le monde aspire à une vie de repos, de farniente. C’est injuste de subir le … pire sinon l’ambiance de morgue en lieu et place de la gaieté et la liesse de l’air pur des côtes. Depuis belle lurette, on réclamait le lancement d’une vaste campagne nationale de sensibilisation et d’éducation axée sur le civisme et la bonne conduite à l’intention de tout usager de la route, malheureusement rien n’est fait du moins jusque-là. Le pouvoir public dont l’ATT au diapason avec le groupement professionnel du métier ont la lourde tâche de mettre en œuvre ce programme étalé sur toute l’année. Et surtout, veiller au contrôle et suivi.  Le transport terrestre, un secteur vital dans le mécanisme de la machine de la vie nationale,  risque de se muer inéluctablement en danger public national.

La Vérité0 partages

Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana

Avoir du pouvoir à tout prix ! L’on est tenté de croire qu’il s’agit du nouveau crédo de l’ancien président Marc Ravalomanana qui inscrit d’ailleurs parmi ses devises la fameuse formule « Never give up ». Ainsi, l’ex – chef d’Etat n’abandonne toujours pas l’idée de revenir sur le devant de la scène politique. Une plate – forme dénommée Rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia a vu le jour à l’issue d’un rassemblement des partis de l’opposition à l’hôtel Carlton Anosy. Ce fut à la suite de ce rassemblement que Marc Ravalomanana a été élu chef de l’opposition, selon sa déclaration avant – hier, en obtenant 15 votes en sa faveur sur les 21 voix des partis politiques présents. Des formations politiques qui sont pourtant des groupuscules et n’ont participé à aucune élection, donc ne disposent nullement d’élus.  Très ravi de son nouveau rôle, l’ancien prétendant à la magistrature suprême du pays a d’ores et déjà publié la nouvelle sur les réseaux sociaux. « Je viserai toujours le développement du pays même en tant qu’opposant », a – t – il déclaré.

Divergence Alors que le processus de révision de la loi sur le statut de l’opposition est déjà déclenché au niveau de l’Assemblée nationale, le parti « Tiako i Madagasikara » persiste dans sa manœuvre pour faire de son leader le chef de l’opposition. Un procédé qui est vu d’un très mauvais œil par les observateurs de la vie politique. En effet, ce candidat déchu de l’élection présidentielle semble vouloir faire son « come – back » dans l’arène politique par tous les moyens. Ce qui expliquerait cette insistance presque gênante à prendre la place de chef de l’opposition.De plus, ce nouveau forcing se heurte déjà à de vives critiques au sein même des formations politiques qui se positionnent en tant qu’opposant. Lalatiana Ravololomanana a remis en question cette élection. « Nous ne sommes pas prêts d’approuver quelque chose pour laquelle nous n’avons pas été consultés » a – t – elle affirmé. Des propos qui en disent long sur l’absence d’un véritable consensus au sein des partis de l’opposition.S.R.