Les actualités à Madagascar du Mercredi 15 Juillet 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara212 partages

Utilisation des fonds contre le Covid-19 : La transparence, encore et toujours réclamée par la société ...

Le CCOC réclament l’accès aux informations concernant les fonds dédiés à la lutte contre la pandémie de Covid-19 à Madagascar.

Le respect de la transparence et de la redevabilité devrait être naturel chez les dirigeants qui cherchent à appliquer la bonne gouvernance. Hier, le CCOC a envoyé une lettre ouverte à la CCO Covid-19, pour réclamer cette transparence sur les marchés publics.

 Ce n’est pas la première fois que la transparence dans l’utilisation des financements de la lutte contre le Covid-19 est critiquée. Malgré les diverses interpellations, le Collectif des citoyens et des organisations citoyennes (CCOC) n’est pas encore satisfait. Celui-ci a adressé une lettre ouverte au Centre de commandement opérationnel (CCO) – Covid-19, pour réclamer la transparence sur les marchés publics et le financement de la lutte contre la pandémie. « En ces périodes troublées par le Covid-19, la confiance citoyenne est essentielle pour une meilleure appropriation par la population des mesures permettant d’éradiquer la pandémie. Tous les acteurs de la Nation sont persuadés que cette confiance ne peut se gagner que par la transparence et la redevabilité des gouvernants par rapport à toutes ces décisions et mesures prises. A cet effet, nous, Organisations de la Société Civile (OSC) impliquées dans la promotion de la transparence, de la redevabilité et de la bonne gouvernance, apportons notre part dans l’instauration de cette confiance en retraçant les allocations dédiées à la lutte contre le Covid-19 selon leurs sources ; en mettant en place un mécanisme de suivi jusqu’au niveau local, des passations de marchés publics et des allocations aux bénéficiaires, notamment des programmes Tosika Fameno, Vatsy Tsinjo, Tsena Mora destinés aux couches vulnérables ; en réalisant un suivi et évaluation du fonds Covid-19 et de la mise en œuvre du Plan Multisectoriel d’Urgence ; et communiquant aux citoyens les informations que nous aurons obtenues », indique le CCOC dans la lettre ouverte.

Insatisfait. D’après le Collectif, une requête a déjà été soumise au CCO Covid-19, le 11 juin dernier, pour accéder à certaines informations relatives aux marchés publics. « Nous n’avons eu jusqu’ici aucune réponse et réitérons aujourd’hui cette demande. Nous renouvelons ainsi ici notre demande pour la mise à disposition de ces informations », a indiqué le CCOC. A noter que ces informations concernent le cadre légal et réglementaire régissant l’attribution des marchés publics, conformément à l’actuelle situation d’état d’urgence sanitaire et l’exécution des dépenses liées à la lutte contre le Covid-19 ; la liste des ministères et institutions ayant demandé une autorisation de réallocation de leur budget avec les montants et les utilisations prévues ; la liste des marchés publics attribués dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 ; ainsi que le décret portant création du fonds de riposte adopté en conseil du gouvernement le 02 juillet 2020. « Nous incitons l’Exécutif à jouer pleinement le jeu de la transparence, particulièrement dans cette situation d’état d’urgence sanitaire qui confère aux décisions prises, un caractère obligatoire avec un minimum de publicité, en régularisant dans les plus brefs délais l’accès aux textes et décisions après leur promulgation sur les sites web des institutions. Parmi les éléments les plus urgents à régulariser l’enregistrement des marchés publics au sein du SIGMP pour assurer leur traçabilité et faciliter le contrôle des dépenses par les ISC, et le suivi par les citoyens et les OSC », note le CCOC dans sa lettre ouverte adressée au CCO. Certes, le pays est encore en temps de crise et en état d’urgence. Cependant, la transparence et la redevabilité ne doivent, en aucun cas, être mises de côté pour être rattrapées plus tard, selon les organisations de la société civile.

Antsa R.

Midi Madagasikara14 partages

Art contemporain : Madame Zo s’en est allée

Madame Zo lors du concours Paritana

Le tissage malagasy, elle lui a redoré son blason d’or. Elle, c’est Madame Zo. Cette grande figure de l’art contemporain a quitté la terre en laissant derrière elle ses précieuses œuvres.

La mort n’est rien… Ce qui n’est pas tolérable, c’est le tissage qui traverse la peau et le cœur. Furieusement optimiste, Madame Zo était « La tisserande ». Zoarinivo Razakaritrimo, a rejoint les étoiles lundi. Dans son domaine, elle était une pionnière. Grâce à son talent, elle a brillé dans le monde de l’art contemporain. Un monde qu’elle embrasse depuis plus de vingt ans à travers des expositions, des ateliers et des rencontres artistiques aussi bien à Madagascar qu’ailleurs. Aujourd’hui, ses tissages font partie des créations contemporaines malagasy les plus emblématiques de ces dernières années. Lauréate de la quatrième édition du Prix Paritana, ses œuvres ont trôné au Musée Quai Branly dernièrement.

Les hommages fusent sur les réseaux sociaux. « Madame Zo nous a toujours fait voyager : dans le temps, dans l’espace, dans les matières, à travers les objets. En partant de ces mètres-bandes magnétiques, aux guidons de bicyclettes, nous avons vu dans son atelier un véritable sanctuaire du tissage, un « matériauthèque » vraiment riche. Artiste engagée dans l’éco-récupération, elle était ferme dans sa position « rien ne se perd, tout devient beau ! », peut-on lire sur la page de la Fondation H. « Mais c‘est moi, me disait-elle avec ravissement quand on a fini d’accrocher le dernier carré. Nous avons imaginé ensemble cette installation-portrait retraçant ses années passées à tisser les matières. Je savais qu’elle détestait quand on se mêle de ses œuvres, de ses idées et de « ses rêves d’art », pourtant elle m’a laissé, par amitié, fabriquer ce qui allait devenir « notre rêve d’art » relate Rina Ralay-Ranaivo, son complice dans la préparation d’une de ses expositions à L’IFM Analakely.

Pour sa part, la Fondation H s’engage à conserver, à préserver et à mettre en valeur sa belle collection d’œuvres afin de lui rendre hommage et de continuer à promouvoir et à faire vivre son talent. Rien ne sera perdu ni oublié. Les projets, elle en avait tout plein, une résidence à Paris, des expositions à la cité internationale des arts, à Paris et à Madagascar. « Elle a réussi son pari, « nous tisser tous ». Pas sur une de ses œuvres, mais sur toutes les autres lignes : aujourd’hui, nous sommes tous réunis dans la tristesse de l’avoir perdue, mais aussi et surtout, dans la reconnaissance de son travail artistique fabuleux et du magnifique patrimoine qu’elle a laissé à son pays, un véritable trésor national. Nous lui serons toujours reconnaissants : pour sa simplicité dans les relations humaines, pour son honnêteté professionnelle, mais surtout pour sa façon singulière de nous faire rêver des horizons possibles dans lesquels elle pouvait nous entraîner », confient ceux qui ont travaillé avec elle dernièrement.

Recueillis par Zo Toniaina

Midi Madagasikara13 partages

Education : Les solutions du SEMPAMA pour le secteur de l’éducation

(photo d’archives)

La réaction de la confédération syndicale SEMPAMA ne s’est pas fait attendre après l’annonce par le président de la République des dates de déroulement des examens officiels. « Les efforts menés par les autorités du pays pour sortir les dates des examens officiels, malgré le contexte sanitaire actuel, montrent qu’il y a un réel engagement de l’Etat pour l’éducation des enfants malagasy. Néanmoins, rien ne permet d’être certain qu’une embellie de la situation est possible aux dates mentionnées par le chef de l’Etat », s’inquiètent les membres du SEMPAMA. Pour eux, il est encore trop tôt pour annoncer la date des examens ; et l’absence de mesures pédagogiques pour préparer les élèves à participer aux examens compromet la qualité de ces tests d’évaluation.

Solutions. C’est ainsi qu’à travers son président, Claude Raharovoatra, le SEMPAMA s’est permis de proposer quelques solutions afin de sortir de cette situation. Tout d’abord, ce collectif recommande à ce qu’une officialisation des vacances scolaires pour une durée indéterminée soit prononcée, et ce pour toutes les classes sans aucune exception. Ils estiment aussi qu’il faut attendre que la situation sanitaire soit sereine avant de fixer la date de fin de l’année scolaire. Puis, concernant les examens, le SEMPAMA propose d’accorder aux élèves et aux enseignants une période d’un mois au minimum pour retrouver les bancs d’école. Cela va permettre aux enfants de se remettre dans le bain avant d’attaquer les examens.

Les frais de scolarité. Au sujet des écoles privées, « des discussions franches devront être engagées avec les parents d’élèves afin de décider du paiement des frais de scolarité. L’idée étant de permettre aux établissements de survivre à cette crise sans précédente en leur permettant d’assurer comme il se doit leurs charges fixes durant la période de la crise sanitaire tout en tenant compte que la plupart des parents d’élèves sont également des victimes de cette crise et que s’acquitter à 100% des frais de scolarité alors que leurs enfants ne sont pas allés à l’école depuis le mois de mars, est tout simplement incompréhensible », ont soutenu les membres de la confédération syndicale.

Enfin, durant cette crise sanitaire, ce syndicat souhaite aussi l’accélération de la nomination d’un nouveau ministre de l’Education nationale.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara9 partages

15 juillet, la Journée de la démocratie et de l’unité nationale en Turquie

Nuri Kaya BAKKALBAŞI, Ambassadeur de Turquie

Quatre années importantes se sont écoulées depuis la tentative de coup d’Etat du 15 juillet perpétrée par l’Organisation Terroriste FETÖ.

Le peuple turc qui s’est opposé à cette horrible menace a démontré au monde, avec une ferveur et un courage exemplaires, qu’il ne reconnaissait aucun pouvoir au-dessus de sa volonté et qu’il était prêt à sacrifier sa vie afin de protéger son Etat et son système démocratique. Cette nuit-là, deux cent cinquante-et-un citoyens sont morts en martyrs et plus de deux milles personnes ont été blessées.

FETÖ ET LA TENTATIVE DE COUP D’ÉTAT DU 15 JUILLET

 Fetullah Gülen est le chef de file d’une organisation clandestine, criminelle et terroriste appelée FETÖ, qui est sans précédent par sa portée mondiale, ses ambitions et ses méthodes. Gülen est le cerveau de ce qui s’est passé en Turquie le 15 juillet 2016. Gülen et ses partisans ont planifié et essayé de s’emparer de la République de Turquie à cette date. Ils ont tenté d’assassiner le Président de la République de Turquie. Ils ont attaqué le véhicule du Premier ministre et bombardé la Grande Assemblée nationale. Le complexe présidentiel, les bâtiments de l’Organisation nationale du renseignement et des départements de la Police nationale turque ont été attaqués. Toutes les preuves recueillies jusqu’à présent tout au long des enquêtes et des procès démontrent que l’attaque terroriste la plus sanglante de l’histoire de la Turquie a été orchestrée par FETÖ, sous les instructions de Fetullah Gülen. Nous disposons d’une vaste collection de preuves factuelles, notamment les séquences vidéo, les documents numériques recueillis sur la Base aérienne d’Akıncı (le centre d’opérations des comploteurs de coup d’État), les communications par satellite entre comploteurs, les aveux des membres de FETÖ ayant participé activement à la tentative de coup d’État et les déclarations des officiers turcs ayant résisté à cette tentative. Nous savons maintenant qu’ils se sont rendus à plusieurs reprises aux États-Unis en 2016, la dernière fois du 11 au 13 juillet 2016, juste deux jours avant la tentative de coup d’État. Ils ont rencontré Fetullah Gülen en Pennsylvanie.

QU’EST-CE QUE FETÖ?

Juger les actes de Fetullah Gülen et de FETÖ uniquement sur la base de ce qui s’est passé le 15 juillet serait une erreur. Les crimes commis dans la nuit du 15 juillet n’étaient que la partie émergée d’un iceberg. Tout a commencé sous le couvert d’un effort d’éducation charitable dans les années soixante-dix. Fetullah Gülen et ses partisans se sont déguisés comme un mouvement d’éducation bienveillant, lorsqu’ils ont lancé la campagne de fondation d’écoles en Turquie et, plus tard, dans le monde entier. A l’apogée de leur puissance, ils ont contrôlé des milliers d’écoles en Turquie et plus de huit cents institutions éducatives dans le monde.  En termes de portée, ils étaient sans précédent.

Il y avait également des fraudes massives aux examens: afin d’infiltrer les postes gouvernementaux critiques, les étudiants affiliés à FETÖ recevaient à l’avance les réponses aux examens d’entrée. Il y a actuellement de nombreuses enquêtes menées sur les fraudes massives aux examens en Turquie, y compris les tests d’entrée à l’Académie de police, les tests centralisés d’admission au service public, les tests pour les écoles militaires et d’autres postes gouvernementaux.

Les responsables de ces membres de FETÖ affectés à des postes gouvernementaux critiques tenaient leur endoctrinement à jour et transmettaient les instructions de FETÖ. En tant que fonctionnaires civils ou militaires, les membres de FETÖ n’étaient pas loyaux à la nation ou à l’État qu’ils servaient. Ils ne se souciaient pas de faire respecter la constitution ou le système juridique du pays.Au fur et à mesure que sa force grandissait, l’organisation a commencé à revendiquer une mission messianique mondiale, en décrivant Fetullah Gülen comme « l’Imam de l’Univers ».

Les membres de FETÖ infiltrant les postes critiques de l’État ont abusé de leur pouvoir pour éliminer les opposants à l’organisation, par des écoutes téléphoniques illégales, la fabrication de preuves, des arrestations illégales, en intimidant et ainsi en faisant du chantage à une grande partie de la société, y compris des politiciens, des gens d’affaires, des journalistes, et même des athlètes et des artistes, parmi tant d’autres.

Quand le gouvernement turc a compris ce qui était réellement en place, les actions juridiques nécessaires ont été engagées contre FETÖ. En particulier, la divulgation de leurs systèmes de communication secrets (ByLock, Eagle, etc.) et les interceptions des instructions de FETÖ ont facilité nos efforts pour identifier leurs plans et les incriminer.

Le 15 juillet a été planifié au moment où le gouvernement avait découvert et répertorié la plupart des soi-disant officiers militaires qui étaient en fait des recrues de FETÖ et il s’apprêtait donc à les congédier. En d’autres termes, le 15 juillet était la dernière action désespérée de Fetullah Gülen et de ses partisans pour garder leur contrôle en place sur la Turquie et s’emparer de l’État.

FETÖ est présent dans environ cent soixante pays, avec des milliers d’écoles, d’entreprises, d’ONG et de maisons de presse. Leur mode de fonctionnement est le même partout dans le monde. Comme ils visent à s’infiltrer et à étendre leur influence économique et politique mondiale, ils constituent une menace directe envers la sécurité pour tout pays où ils opèrent.

NOTRE LUTTE CONTRE FETÖ

Au cours de ces quatre dernières années, la lutte contre FETÖ, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Turquie, a constitué l’une des principales priorités de notre pays. En Turquie, nos efforts sont menés dans le cadre de trois piliers :

a) Tout d’abord, les auteurs de la tentative de coup d’État du 15 juillet ont été traduits en justice sur la base de l’État de droit. Plusieurs procédures judiciaires sont encore en cours par les autorités compétentes et des enquêtes sont menées sur FETÖ dans notre pays.b) La structure organisationnelle de FETÖ au sein des institutions gouvernementales a été dévoilée; des procédures administratives et judiciaires ont été engagées à l’encontre de ses membres, et la « structure parallèle d’État » a donc été démantelée.c) A part ceux des institutions gouvernementales, les tentatives de FETÖ de s’étendre à tous les domaines de l’économie par l’intermédiaire de ses société-écrans; en particulier dans les secteurs de l’éducation, des médias et des banques, ont été éliminées dans notre pays.

Au fur et à mesure que ces développements ont eu lieu, FETÖ a subi une profonde transformation. L’organisation, ayant perdu son épine dorsale en Turquie, essaye maintenant de survivre en utilisant sa structure à l’étranger. Ainsi, la lutte contre les structures de FETÖ a gagné de l’importance.

La lutte contre les structures de FETÖ à l’étranger figure parmi l’une des principales priorités de notre pays.

Parmi les résultats concrets de ces démarches officielles, plusieurs organisations internationales ont adopté des résolutions d’une importance majeure concernant FETÖ. En outre, les pays qui ont enquêté et surveillé ce groupe ont souvent constaté qu’ils étaient impliqués dans une longue liste de crimes tels que le blanchiment d’argent, l’intimidation, la corruption et la fraude de passeport / visa.

Plusieurs pays et organisations internationales ont classé FETÖ parmi les organisations terroristes. La prise de conscience concernant FETÖ dans les pays tiers a également stimulé une surveillance et une enquête plus étroites des activités liées à ces éléments par les fonctionnaires des certains pays. Des actes illégaux commis par des organisations affiliées à FETÖ ont donc été révélés dans divers pays.

Les écoles et centres éducatifs affiliés à FETÖ dans trente-huit pays ont été clôturés ou repris par le pays concerné. Dans vingt d’entre eux, les écoles et centres d’enseignement affiliés ont été transférés à la Fondation Maarif de Turquie. En outre, la Fondation Maarif de Turquie a ouvert des écoles dans vingt-deux pays, dont Madagascar.

Pendant que son réseau mondial est bouleversé de manière visible, l’organisation s’efforce encore d’inventer des histoires de victimisation en recourant à des informations sans fondement par l’entremise de ses médias existants. Elle tente également de renforcer la coopération avec les milieux hostiles à la Turquie, par le biais de l’utilisation de méthodes de relations publiques et de lobbying.

Nos efforts visant à éradiquer complètement les structures de FETÖ à l’étranger constituent un combat à long terme. Le Gouvernement turc maintiendra résolument ses efforts à cet égard.

Nuri Kaya BAKKALBAŞI

Ambassadeur de Turquie

1131A/1-1

Midi Madagasikara4 partages

Parc national de Ranomafana : Un laboratoire naturel de classe mondiale

Le parc national de Ranomafana est aussi riche en cours d’eau.

Le parc national de Ranomafana, géré par Madagascar National Parks (MNP), est classé site patrimoine mondial couvert en quasi-totalité de forêt dense humide de basse et moyenne altitude, et de forêt à bambous. Son marécage abrite également de nombreuses espèces végétales et animales. On peut citer, entre autres, le Pandanus, le Varecia variegata variegata, les Écrevisses et la Limnogale Mergulus. A part cela, Ranomafana représente un laboratoire naturel exceptionnel de classe mondiale permettant d’étudier l’un des écosystèmes les plus diversifiés et uniques du monde. C’est d’ailleurs considéré comme étant l’un des plus grands laboratoires à ciel ouvert au monde. Un campus de recherche de classe mondiale y est même implanté depuis 2003.

Centaines d’études. Il s’agit du Centre Valbio situé en bordure du parc et dirigé par le docteur Patricia Wright, qui a découvert dans les années 90 le grand lémurien du bambou, une espèce de lémurien que l’on croyait éteinte. Cet endroit accueille tous les ans des scientifiques de renommée mondiale et nationaux. Des centaines d’études y ont été menées, notamment sur les espèces faunistiques et floristiques endémiques de Madagascar, ainsi que les diverses actions de conservation. Pour explorer ce sanctuaire de la nature, Madagascar National Parks a élaboré 5 circuits différents, basés sur les principes de l’écotourisme. Il est possible d’y pratiquer le birdwatching, le trekking ou faire du camping au milieu d’une nature préservée. Il est à noter que le parc national de Ranomafana se situe à plus de 400 km au Sud-est d’Antananarivo, à 65 km au Nord-est de Fianarantsoa et à 139 km à l’ouest de Mananjary. Ranomafana représente un laboratoire naturel exceptionnel pour étudier l’un des écosystèmes les plus diversifiés et uniques au monde. Par ailleurs, ce parc est riche en cours d’eau. On y compte 25 cours d’eau, ainsi que trois rivières dont l’une d’entre elles alimente la centrale hydraulique pour la production d’électricité.

Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

Histoire : « Mpaka fo » et « mpaka rà » des origines

Les tirailleurs, ici des Malgaches, ont participé à deux Grandes guerres, utilisés par la France pour servir de chair à canon selon plusieurs historiens.

Les légendes urbaines en noir et blanc, Antananarivo en regorge. En remontant vers la colonisation, les premières traces de celles–ci se retrouvent. Pour ne citer que les termes « mpaka fo » ou « mpaka rà », arracheur de cœur et suceur de sang, seraient bel et bien liés à la fascination, venant s’intercaler avec le mépris, envers les colons.

1913, dans la capitale. Tandis que l’administration coloniale s’évertuait à renforcer le système éducatif, « puisque la religion n’a pas pu civiliser les indigènes en plusieurs siècles, que la science a mis seulement plus de dix ans » à mettre au pas. Un médecin français qui faisait des enquêtes sur la « prophylaxie du paludisme », avait dû faire des prélèvements sanguins sur des enfants choisis dans les écoles.

Cela a suffi pour créer une rumeur selon laquelle les colons récoltaient le sang des petits pour fabriquer des talismans puissants. A cause de cela, le docteur a été intimé de stopper ses expériences. Cela n’a pas empêché le bruit d’enfler et de devenir une véritable légende urbaine à Antananarivo. Sans oublier que l’utilisation des « ody » était encore vivace dans la capitale. Une pratique mal vue, mais peu détournée, par l’église protestante et catholique de l’époque.

Ainsi naquit la légende des « Mpaka rà ». Une légende devenue moderne et urbaine jusque dans les années ’80. Surtout en milieu rural, où l’étranger était parfois soupçonné d’être un preneur de sang. Cette époque de « vampirisme » s’apparente aussi à la naissance de la légende des « Mpaka fo ». Selon un témoignage d’époque, beaucoup de Malagasy croyaient que les « blancs » étaient de grands sorciers.

Un exemple d’amulette malgache, où plusieurs matières (fer, bois, etc) se trouvent.

D’antan et d’aujourd’hui. En voyant les statues et les icônes chrétiennes, les autochtones croyaient qu’il s’agissait des « ody » puissants. La rumeur disait alors que les sorciers étrangers prenaient le cœur des enfants pour l’utiliser dans leur composition maléfique. Un témoignage a même été rapporté par un colon, « un indigène est venu chez lui et lui propose de tuer un enfant et de prendre son cœur pour en fabriquer un talisman ».

Si la monarchie pré–coloniale a tour à tour plus ou moins interdit et accordé l’utilisation des « gris–gris », l’administration coloniale et raciste française l’a interdit en mettant en avant les bienfaits de la civilisation et de la science. Des efforts vains, en quelque sorte, puisque lors du départ des tirailleurs malagasy pour la Grande guerre, une vague de féticheurs étaient venus en périphérie d’Antananarivo pour équiper en « ody bala », fétiche anti balle, les soldats malagasy.

Quand les colons étaient donc partis, la légende est restée. Cette fois, le « blanc » était remplacé par une voiture aux vitres fumées, par des personnes féroces ou encore par des bêtes enchaînées aux yeux rouges. Le pouvoir politique était même taxé d’être derrière ces « voleurs de sang et de cœur ».  Dans les années ’80 et jusqu’à la fin des années ’90, ces rumeurs ont été encore entendues dans le milieu rural, parfois en ville. Les soi–disant disparitions de personnes et d’enfants inexpliquées entretiennent également ces légendes.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara2 partages

Ady amin’ny kolikoly ao Maevatanana : Tompon’andraiki-panjakana sy talen-tsekoly MD

Fakàna vola tsy ara-drariny tamina  fahazoan-dalana manorina trano no hanenjehana ity tompon’andraikitra iray eo anivon’ny sampandraharaha miandraikitra ny fanajariana ny tany sy asa vaventy ao amin’ny faritra Betsiboka. Fanodinkodinam-bolan’ny sekoly kosa no nahavoarohirohy ny talen-tsekoly iray ao amin’ny kaominina Antanimbary. Samy nalefa any am-ponja vonjimaika avokoa moa izy ireto, taorian’ny fanapahan-kevitry ny Fitsarana, rehefa nanao ny fanadihadiana ny teo anivon’ny Bianco tao Maevatanana araka ny tatitra azo avy tamin’izy ireo.

Isan’ny nampitaraina fatatra ireo mponina any amin’iny faritra Betsiboka iny zavatra tsy nety nataon’ity tompon’andraikitra iray ity. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ity sampandraharaha tsy miankina misahana ny ady amin’ny kolikoly ity, dia hoe tsy maintsy mandalo eo amin’ity tompon’andraiki-panjakana eo anivon’ny fanajariana ny tany sy ny asa vaventy ireo kisary ara-teknikan’ny trano haorina, izay vao mahazo fahazoan-dalana hahafahana manorina tao an-tampon-tananan’i Maevatanana. Ity olona ity araka izany manome ny fankatoavana alohan’ny hamoahan’ny kaominina ny antontan-taratasy. Indrisy anefa fa aveziveziny ireo olona manan-draharaha na lazainy tsotr’izao fa tsy manaraka ny fenitra ara-teknika ilaina ilay drafitra. Eo anatrehan’izany anefa dia tsy tahotra tsy henatra ilay tompon’andraikitra maka vola aman’hetsiny maromaro any amin’ireo olona ireo ho sara-panitsiana ilay drafitra, izay voalaza fa tsy manaraka ny lalàna velona. Nandray ny andraikiny ny Bianco ka izao niafara tamin’ny fampidirana azy am-ponja vonjimaika izao.

Raha ny mikasika ilay talen-tsekoly fanabeazana fototra tao amin’ny kaominina Antanimbary indray, dia voalaza araka ny fampitam-baovao hatrany fa fanodinkodinam-bola sy fangalana vola tsy ara-drariny no nanenjehana azy. Nisy vola mitentina eo amin’ny telo tapitrisa ariary teo ho eo mantsy, izay avy amin’ny « frais généraux »-n’ireo mpianatra ary natokana hanitarana ilay sekoly, no nanjavona nandritra ny fotoam-pitantanany (2018-2019), raha ny fanadihadiana nataon’ny teo anivon’ny Bianco hatrany. Tsy vitan’izay, hoy hatrany ny vaovao, fa mbola naka vola mitentina roa alina ariary isaky ny mpianatra ihany koa ingahy talen-tsekoly, kanefa tsy nisy rosia sy tsy fantatra mazava izay antony. Nahatratra 185 moa ireo mpianatra notakiany izay vola izay. Mazava ho azy tsy nisy tatitra tamin’ireo fikamban’ny ray aman-dreniny mpianatra ny nanaovana io vola io. Ireo antony roa ireo no nandraisan’ny Bianco fepetra hanao fanadihadiana momba azy ka io izao nampidoboka azy am-ponja izao, taorian’ny nanolorana ny raharaha teny amin’ny Fitsarana.

m.L / Ratantely

Midi Madagasikara2 partages

Société civile : Pour une transparence sur le financement de la lutte contre le Covid-19

Les organisations de la société civile revendiquent plus de transparence sur le financement de la lutte contre le Covid-19. ( photo d’archives)

Les Organisations de la Société Civile (OSC) ont envoyé une lettre ouverte au Centre de Commandement Opérationnel – COVID- 19.

Elles revendiquent notamment de la transparence sur les marchés publics et le financement de la lutte contre le covid-19. Ces OSC de souligner notamment qu’« en ces périodes troublées par le COVID-19, la confiance citoyenne est essentielle pour une meilleure appropriation par la population des mesures permettant d’éradiquer la pandémie. Tous les acteurs de la Nation sont persuadés que cette confiance ne peut se gagner que par la transparence et la redevabilité des gouvernants par rapport à toutes ces décisions et mesures entreprises ».  Et d’enchaîner que « nous, Organisations de la Société Civile (OSC) impliquées dans la promotion de la transparence, de la redevabilité et de la bonne gouvernance, apportons notre part dans l’instauration de cette confiance en  retraçant les allocations dédiées à la lutte contre le Covid-19 selon leurs sources ; mettant en place un mécanisme de suivi jusqu’au niveau local, des passations de marchés publics et des allocations aux bénéficiaires, notamment des programmes « Tosika Fameno », « Vatsy Tsinjo », « Tsena Mora » destinés aux couches vulnérables; réalisant un suivi et évaluation du fonds Covid-19, et de la mise en œuvre du Plan Multisectoriel d’Urgence ; communiquant aux citoyens les informations que nous aurons obtenues ». A elles de rappeler que le 11 juin 2020, elles ont soumis une requête au CCO pour accéder à certaines informations relatives aux marchés publics, mais elles n’ont eu aucune réponse.

 Cadre légal. Les OSC ont ainsi renouvelé leur demande pour la mise à disposition des informations suivantes: à savoir le cadre légal et réglementaire régissant l’attribution des marchés publics, conformément à l’actuelle situation d’état d’urgence sanitaire, et l’exécution des dépenses liées à la lutte contre le Covid-19, la liste des ministères et institutions ayant demandé une autorisation de réallocation de leur budget avec les montants et les utilisations prévues ; la liste des marchés publics attribués dans le cadre de la lutte contre le Covid-19; et le décret portant création du fonds de riposte adopté en conseil du gouvernement le 02 juillet 2020.

Traçabilité. Toujours dans cette lettre « nous incitons l’Exécutif à jouer pleinement le jeu de la transparence, particulièrement dans cette situation d’état d’urgence sanitaire qui confère aux décisions prises, un caractère obligatoire avec un minimum de publicité, en régularisant dans les plus brefs délais l’accès aux textes et décisions après leur promulgation sur les sites web des institutions. Parmi les éléments les plus urgents à régulariser, l’enregistrement des marchés publics au sein du SIGMP (Système Intégré de Gestion des Marchés Publics) pour assurer leur traçabilité et faciliter le contrôle des dépenses par les ISC (Institutions Supérieures de Contrôle) et le suivi par les citoyens et les Organisations de la société civile ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Production d’énergie : Les pays émergents misent sur le solaire

Rewa Ultra Mega Solar Power. C’est le mégaprojet d’énergie solaire présenté la semaine dernière par le Premier ministre de l’Inde, Shri Narendra Modi. Selon lui, l’énergie solaire sera un moyen de répondre aux besoins énergétiques du 21e siècle, car elle est sûre, pure et sécurisée. En effet, il s’agit du plus grand projet énergétique d’Asie.« Le projet Rewa ferait de toute la région une plaque tournante pour l’énergie pure et propre au cours de cette décennie. Le Madhya Pradesh serait très prochainement le principal centre de l’énergie solaire en Inde, car de tels projets majeurs sont en cours à Neemuch, Shahapur, Chattarpur et Omkareshwar. Les plus grands bénéficiaires de ce projet seraient les pauvres, la classe moyenne, les tribus, les agriculteurs du Madhya Pradesh », a-t-il déclaré. Le Premier ministre a décrit l’énergie solaire comme la plus « sûre, pure et sécurisée ». Sûre, en raison de l’approvisionnement continu en énergie solaire; pure car elle est respectueuse de l’environnement et sécurisée tout en étant une source sûre pour les besoins énergétiques, a-t-il soutenu.

Dilemmes résolus. L’économie est un aspect important de l’autosuffisance et du progrès. Se référant au dilemme habituel pour se concentrer sur l’économie et l’écologie, le Premier ministre indien a déclaré que l’Inde avait résolu ces dilemmes en misant sur les projets d’énergie solaire et d’autres mesures respectueuses de l’environnement. D’après lui, l’économie et l’écologie ne sont pas contradictoires mais complémentaires.« Dans tous les programmes du gouvernement indien, la priorité était donnée à la protection de l’environnement, ainsi qu’à la facilité de vivre. Il a évoqué des programmes comme Swachh Bharat, la fourniture de bouteilles de GPL aux ménages pauvres, le développement de réseaux de GNC axés sur la facilité de vie et l’amélioration de la vie des pauvres et de la classe moyenne », a soutenu le Premier ministre Shri Narendra Modi. Pour l’Inde, la protection de l’environnement ne se limite pas à quelques projets; c’est un mode de vie.

Marché attractif. Shri Modi a déclaré que les progrès exemplaires de l’Inde dans le domaine de l’énergie solaire seraient une source majeure d’intérêt pour le monde. Selon lui, en raison de ces grandes étapes, l’Inde est considérée comme le marché le plus attractif de l’énergie propre.« L’Alliance Solaire Internationale (ISA) avait été lancée dans le but d’unir le monde entier en termes d’énergie solaire. L’esprit derrière était un monde, un soleil, une grille », a noté le Premier ministre de l’Inde. Bref, les ambitions de ce pays d’Asie vont au-delà de ses frontières.

Antsa R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : La fondation Viseo offre une ambulance pour la commune urbaine d'Antananarivo

Dans la lutte contre le coronavirus, la fondation Viseo a décidé dapporter son aide à la commune urbaine d'Antananarivo. Il s'agit d'une ambulance mobile, qui a été remis au Maire de la commune urbaine d'Antananarivo, Niaina Andriatsitohaina.
La remise a été faite hier, lundi 12 juillet. L'ambulance sera une sorte de CSB ( Centre de santé de base), surtout pour les personnes qui n'habitent pas dans le centre ville). Après l'épidémie, la mairie pourra garder l'ambulance.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Un autre Pasteur de l'église FLM décédé

L'église FLM (Fiangonana Loteranina Malagasy) a encore perdu un des leurs hier. C'est il y a encore trois jours de cela, les luthériens ont perdu leur président, qui était, lui aussi, président du conseil œcuménique des églises chrétiennes. Le deuil n'est pas fini au sein de la communauté Luthérienne.
Cette fois, il s'agit du pasteur Benjamin Rabenorolahy, qui lui aussi était déjà président de la FLM, entre l'année 1998 et l'année 2004. Il souffrait d'une insuffisance rénale, ce qui a causé sa mort, ce mardi 14 juillet à l'hôpital Ambohibao de l'Eglise.
Ino Vaovao0 partages

FISIAN’NY TRANGANA CORONAVIRUS : Mikatona ny fidirana ao amin’ny Faritra Sofia

Raha tsiahivina dia nahitana olona voan’ny valanaretina covid-19 ao amin’ny Faritra Sofia, araka ny fampitam-baovao avy tamin’ny Cco foibe, ny talata 14 jolay teo.Araka izany, dia aato ihany koa ny fampianarana ho an’ireo mpianatra amin’ny  kilasy tsy hanala fanadinam-panjakana fa ireo hiatrika izany indray dia hitohy ny fampianarana ary  manaraka ireo fepetra ara-pahasalamana. Aato ihany koa ny fitateram-bahoaka izay miditra sy mivoaka ny Faritra Sofia. Natao izany mba hifehezana amin’ny mety hiparitahan’ny valanaretina.

Hohamafisina no sady harahi-maso manokana amin’izany araka ny fanazavana nataon’ny governoram-paritra Sofia ny jeneraly Lylison René de Rolland tamin’ny haino aman-jery tao an-toerana ny fidirana ao Antsatramanera, distrikan’i  Mampikony, Anjozoromadosy  ao Bealanana ary ao Mandritsara sy Andilamena. Haparitaka manerana ny tsena ao Sofia ireo mpitandro filaminana handrindra ary hanara-maso ny fepetra  ara-pahasalamana. 

Araka ny voalaza hatrany, ireo rehetra voalaza ireo dia efa mihatra ao anatin’ny distrika miisa fito mandrafitra ny Faritra Sofia. Notsindrian’ity governoram-paritra Sofia ity hatrany fa tsy miala amin’ny fepetra napetraky ny Fitondram-panjakana foibe ny ao Sofia ary hohamafisina  ny fampiharana sy ny fanaraha-maso ireo fepetra ara-pahasalamana amin’izao fanakatonana amin’ny fidirana sy fivoahana ny Faritra Sofia izao.

Mpanjono  

Ino Vaovao0 partages

FARITRA VAKINANKARATRA : Tafakatra 57 ny ireo olona mitondra ny tsimokaretina covid-19

Araka ny tatitra nambaran’ny CCO any an-toerana sy ny fanambaràna nataon’ny seraseran’ny Faritra Vakinankaratra, efa tafakatra 57 amin’izao fotoana ny olona voamarina fa mitondra ny tsimokaretina covid-19, ka ny 11 amin’ireo dia efa ao anatin’ny ady sarotra (forme grave) avokoa. Miisa 934 ireo olona nahiboka ka ny 41 amin’ireo dia efa manaraka fitsaboana avokoa.

Efa nisy 13 ihany koa anefa sitrana soa aman-tsara rehefa nanaraka fitsaboana. Noho ireo antony ireo dia nanapa-kevitra ny tompon’andraikitra isan’ambaratongany any an-toerana, fa miverina ny tsy fahafahana mivezivezy amin’ny alina amin’ny 10 ora alina hatramin’ny 04 ora maraina.

Miverina ny tsy fahazoana mivezivezy alina

Mikatona tanteraka koa  ny fampianarana ambaratonga rehetra ao amin’ny  Faritra Vakinankaratra fa mitohy any an-trano ny fianarana amin’ny alalan’ny fanomezana entimody ireo mpianatra. Nakatona hatramin’ny 20 jolay ho avy izao koa ny toeram-pivavahana rehetra saingy mety hiitatra izany, arakaraka ny fivoaran’ny aretina. Natsahatra koa ny famoriana olona mihoatra ny 50 ary nentanina ireo mpikirakira vola sy banky any an-toerana hanao fanafody sy fanadiovana ireo toerana fakàna vola ary hampiasa ny "gel désinfectant" amin’ireo mpanjifa. Na izany aza anefa, nosokafana ihany ny tsena any an-toerana ny tapany maraina, saingy nambara fa hisy famendrahana ranom-panafody ireo fiara fitateram-bahoaka sy ny toerana be mpivezivezy rehetra. 

Mihantona koa ny  fanomezana taratasy fahazoan-dalana hanatanteraka famadihan-drazana na dia efa betsaka aza ny nangataka ny hanatanterahana izany any amin’iny Faritra iny.

N.A

Ino Vaovao0 partages

FIATREHANA NY COVID-19 : Nahazo tohana ara-bola avy amin’ny Frantsay i Madagasikara

Vola hoentina hanohanana manontolo an’i Madagasikara manoloana izao ady ara-pahasalamana vokatry ny fihanaky ny valanaretina Covid-19 izao. Fantatra io nandritra ny fankalazana ny fetim-pirenena Frantsay, omaly talata 14 jolay. Nambaran’ny masoivoho Frantsay miasa sy monina eto Madagasikara, Christophe Bouchard fa tsy maintsy hiverina ary vao mainka hihamafy indray ny fiaraha-miasa eo amin’ny Frantsa sy i Madagasikara raha vao milamina izao toe-java-misy maneran-tany izao.

Ny tenany izay nanindry hatrany ny fahavononan’ny Firenena frantsay hifanohana hatrany amin’i Madagasikara. Hiverina hisokatra ireo tetikasa sy ny fifanakalozana rehetra eo amin’ny Firenena roa tonta, hoy ny nambarany. Ankoatra izay dia nohamafisiny fa mijoro eo akaikin’i Madagasikara hatrany i Frantsa amin’izao ady mahamay lalovan’ny Firenena izao. Tsy vao sambany akory, hoy izy, fa efa nanampy an’i Madagasikara hatrany izy ireo tamin’ireo krizy ara-pahasalamana efa nifandimby teto amin’ny Firenena. Manolo-tena ny hanampiana sy hanome tanana an’ireo mpiasan’ny fahasalamana Malagasy ny Frantsay, tafiditra ao anatin’izany ny fanampiana ara-pitaovana sy ny ara-kojakoja rehetra. 

Miampy ireo dia nitondra tohana ara-bola ho an’ny Fitondram-panjakana Malagasy ihany koa izy ireo. Tohana ara-bola mitentina 15 tapitrisa Euros no azon’i Madagasikara. Ny 5 tapitrisa Euros amin’io dia hoentina hanatsarana ny toe-pahasalamana eny anivon’ny fonja. Ny ambiny kosa hoentina hanohanana ny “Institut Pasteur de Madagascar”. Ity farany izay isan’ireo ivon-toerana fanaovana fitiliana lehibe eto an-toerana. Nohamafisin’ny Masoivoho Frantsay fa vonona izy ireo hanampy an’i Madagasikara amin’ny fiatrehana izay vokatra ara-tsosialy sy ara-toekarena vokatry ny fisian’ity valanaretina ity. Tsy nisy ny lanonana manokana noentina nanamarihana izay fetim-pirenena Frantsay izay, omaly, teto Madagasikara noho ny fepetran’ny fihibohana.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

Ambohidahy-AnkadindramamyFaritra mena amin’ny Coronavirus

Voasokajy ho toerana be olona mitondra ny coronavirus eto Antananarivo Renivohitra ny Boriborintany faha-5.

 

 

 

Voalaza fa isan’ny toerana ahitana olona maro mitondra izany ny faritra Ambohidahy-Ankadindramamy, izay misy olona an-jatony maro na an’arivony isan’andro mifamoivoy noho ny fisian’ny tsena lehibe isan’andro. Nanomboka omaly, misy ny mpitanandro filaminana eraky ny làlana nanara-maso sy nanome toromarika ny olona amin’ny mba hanaja ny fiarovana ara-pahasalamana. Feno ny làlana sy teny anelanelan’ny olona, ary tsy misorona izy izy ireo miteny. Afaka mivarotra soa aman-tsara ihany ireo mpivarotra ao anatin’ny ora efa nofaritana hatramin’ny 12 ora atoandro, fa tsy tahaka ny any amin’ny toeran-kafa toa an’ireo eny Ambohitrarahaba, izay tsy avela mivarotra intsony ireo mpivarotra sakafo na gargôty tontolo andro, araka ny fampitam-baovao. Hatreto, mbola tsy misy ny resaka fizarana “jétons” na tapakila momba ny fisitrahana ny tosika fameno noresahin’ny Filoha Rajoelina ny alahady 12 jolay teo. Mangataka ny mponina mba tsy hampitomboina ny mpisitraka satria sahirana ny rehetra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Tsabotokay Honoré « Tena nanasitrana ahy ny CVO »

Nanambara ny fahasitranany tamin’ny aretina Covid19 tao amin’ny pejiny facebook i Tsabotokay Honoré, solombavam-bahoaka IRD voafidy tao Vohipeno, Faritra Vatovavy Fitovinany.

 

Tao amin’ny hopitaly Andohatapenaka no nitsaboana azy. Nijoro vavolombelona ny tenany fa tena nanasitrana ahy tokoa ny CVO na tambavy Covid Organics. CVO ihany koa hoy i Tsabotokay Honoré no nahasitrana ny zanany lahimatoa sy ny vinantony. Tamim-pahatokisana no nilazan’ity parlemantera ity fa ny fisotroana CVO no tsy nahavoa ny Covid19 ny vadiny sy ny mpamiliny izay isany nikarakara azy tamin’ny fotoana nitsaboany tena. Tamin’ny facebook no nanaovan’ny Depiote Tsabotokay Honoré fanambarana ny 2 jolay 2020 fa « marary ary natao test Covid19 ». Ny alahady 12 jolay 2020 ny filohan’ny Repoblika Andry Rajoelina no nampahafantatra fa 11 tamin’ireo solombavam-bahoaka natao fitiliana no voan’ny Covid19, na tsy nambara aza hoe : iza avy izy ireo. Covid19 ihany koa no nambaran’ny filoha fa nahavoa ka nitarika ny fahafatesan-dRakotomalala Lucien, solombavam-bahoaka IRD voafidy tao Morombe, Faritra Atsimo Andrefana.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Marc Koumba« Efa sitrana aho »

Ny 3 jolay lasa teo no nanao fitiliana coronavirus i Jean Marc Koumba, ilay lehilahy ranjanana mpiambina ny Filoha teo aloha Marc Ravalomanana taloha, ary lasa mpiambina an’Atoa Naina Andriantsitohaina ben’ny tanànan’Antananarivo taorian’ny fakana an-keriny nahazo ny zanak’ity farany ny desambra 2017.

Ny 4 jolay lasa teo no nivaly ny fitiliana azy teny amin’ny Institut Pasteur, ary voamarina fa voa izy. Nitantara ny zavatra niainany nanomboka tamin’ny fahafantarana fa voa i Jean Marc Koumba izay naneho fa tsy hoe tsy nampoizina, saingy tsy noheverina. Eo ny asa, ny olona nifaneraserana, ny fidinana teny amin’ny fokontany,… Nandamin-tsaina ary niomana tamin’izany izy sy ny vady andefimandriny, indrindra manoloana ny tranga maro voatily sy ny fahafatesana mihitsy tamin’ny toeram-piasany. Natao fitiliana ny ankohonany, saingy niiba avokoa. Nitantara ny nanjo azy, ny toe-batany, izay tsy misy ahiana, saingy manahy ihany tamin’ny ankohonany noho ny soritr’aretina toy ny kohaka madinika, fanaviana,…Nitsabo tena an-trano i Koumba ary nilaza fa efa sitrana araka ny fanamarihana nataon’ny mpitsabo taminy. Nanao antso avo mba ho mailo hatrany i Jean Marc Koumba, ary nitondra fampiononana ho an’ny fianankavian’ny namoy ny ainy rehetra. Nidera sy nankahery ny ezaka ataon’ny mpitsabo amin’ny famonjena ny ain’ny marary.

L

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Masoivoho Frantsay“Mbola ho mafy ny ady ao anatin` ny herinandro maro”

Voarara ny hetsika famoriana olona araka ireo fepetra ara-pahasalamana, ka tamin` ny alalan` ny tranonkalan` ny masoivoho Frantsay sy ny tambajotra serasera no nanarahana ireo kabary samihafa ny fetim-pirenena fratsay omaly 14 jolay.

 

 

Nitondra teny fankaherezana ho an` ireo fianakaviana namoy havana na tany Frantsa na teto Madagasikara na maneran-tany noho ny valanaretina COVID-19 ny ambasadaoro Christophe Bouchard. Nankahery ihany koa ireo mpiasan` ny fahaslaamana ny tenany izay miady mafy ary lohalaharana amin` ny valanaretina. Nitondra hafatra ho an` ireo teratany frantsay sy ireo mizaka ny zom-pirenena frantsay izy ka nilazany fa mbola sarotra ny ady amin` ny aretina ary mbola haharitra herinandro maro izany. Miantso fahamailoana amin` ny fiarovan-tena sy fanajàna ireo toromarika napetraky ny fanjakana Malagasy ny masoivoho frantsay, Christophe Bouchard, nandritra ny lahateniny tetsy Ivandry omaly.

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Krizy vokatry ny Covid 19Nampihena ny sakafo hohaniny ny 29%-n’ny tokantrano

Tena misy fiantraikany goavana eo amin’ny fiainan’ny isan-tokantrano ny krizy ateraky ny fiparitahan’ny COVID 19 eto amintsika. Voatery nanpihena ny fandaniana nataony avokoa ny rehetra, indrindra fa ireo very asa.

 

 

 Raha araka ny fanadihadiana nataon’ ny INSTAT nanomboka ny fiandohan’ny volana jona teo mantsy dia ny 29 %-n’ny tokantrano miisa 1.240 nanaovana fanadihadiana no nampihena ny sakafo hohaniny. Niampy 17 % kosa ireo tokantrano nampihena ny zavatra hampiasainy tsy tena ilaina raha 40% ireo tokantrano miezaka miaina araka ny zava-misy. Ity moa ny andiany voalohany tamin’ny fanadihadiana natao raha amin’ity volana jolay ity indray no hotanterahina ny fanadihadiana andiany faharoa izay hitodika any amin’ireo orinasa isan-tsokajiny. Tanjon’ny INSTAT moa ny handrafetana ny drafitra nasionaly handraisana an-tanana ny lafiny ara-tsosialin’ny mponina sy hamerenana amin’ny laoniny indray ny lafiny ara-toekarena.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirabeTonga any anaty orinasa afaka haba ny Covid-19

Misedra olana hatrany ireo mpiasa amina orinasa afaka haba ao Antsirabe. Teo ny fampiatoana mpiasa aman-jatony vao tsy ela izay,

 

 

 izay niteraka resabe tao an-toerana, ankehitriny dia olana goavana indray no sedrain'ireo mpiasa hany mba tavela tsy nalefa « chômage technique » satria misy amin’izy ireo no tratran'ny Covid-19. Raha niteny ny tompon'andraikitra ny solontenan'ny mpiasa dia nambara tamin’ireto farany fa « tsy azo ahato ny asa fa mba samy mitandrina ny tenany ny tsirairay ». Raha ny fantatra dia nakatona nohon'ny Covid-19 ny sampan'ity orinasa afaka haba ity eto Antananarivo ka nalefa any Antsirabe avokoa ny asa rehetra ary manenjika izany ireo mpiasa sisa notanana ireo. Mitaintaina tanteraka araka izany ireo mpiasa ka manaitra ny tompon'andraikim-panjakana mba hijery azy ireo.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Covid19 ao Nosy BeNaato ny fampianarana, mihatra ny « couvre-feu »

Mihamitobo ny isan’ny olona voamarina fa mitondra ny tsimok’aretina Covid19 ao Nosy Be Faritra DIANA, taorian’ny fitiliana natao azy ireo.

 

Nivory ny Komity miady amin’ny fiparitahan’ny valanaretina, tarihin’ny Prefen’i Nosy Be, ny 12 jolay teo, noho ny fahatsapana io firongatry ny valanaretina coronavirus ao an-toerana io ary nandray fepetra fa miato vonjy maika ny fandefasana mpianatra an-tsekoly. Mikatona ny bar, karaoké, trano fisakafoanana sy ireo toerana filaonana. Tsy azo atao ny fivorivoriana na fitangorongoronana rehetra. Mihatra ny « couvre-feu » manomboka amin’ny 9ora alina ka hatramin’ny 4ora maraina.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andrakata- AndapaNovonoina avy eo nariana tao anaty rano…

Habibiana tsy roa aman-tany no nihatra tamin’ny lehilahy iray, 24 taona, ka naningotra ny ainy tao Andrakata Distrika Andapa.

 Nofatorana dia notsatotsatohana ny antsy ny lohany avy eo natsipin’ireo olon-dratsy tany anaty rano, nahitan’ny fianakaviany azy. « Ny alatsinainy 29 jona 2020 no nahitanay havany azy farany ary tamin’ny zoma 10 jolay 2020 teo no hita ny nofo mangatsiakany nitsingevana teny anaty rono », hoy ny iray tampo aminy tafaresaka taminay. « Ny vadiny sy ny fianakaviany no ahiahiana », hoy hatrany ny loharanom-baovao akaiky ny fianakavian’ny maty. Efa misy ny voasambotra, ary mandeha ny fanadihadiana amin’izao ataon’ny zandarimaria.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fanjarian-tsakafo any atsimoMety mbola hiampy 10% mihoatra ny vinavina

Araka ny maridrefy momba ny tsy fanjarian-tsakafo na IPC dia mety ho tafakatra 527.000 any ny isan’ireo ho tratran’ny krizin-tsakafo any amin’ny faritra atsimon’ny nosy na ilay antsoina hoe “IPC Phase 3”.

 

 

 Tafakatra hatrany amin’ny 23%n’ireo mponina indray, araka izany, raha ny vinavina no mety ho tratran’izay krizin-tsakafo izay. Izany hoe hiampy 10% mihoatra ny vinavina natao ny volana oktobra 2019 teo. Mikasika ireo ho tratran’ny tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka ary mila fanavotana maika kosa na “IPC Phase 4”dia ahiana ho tafakatra hatrany amin’ny 27.400 isa na ny 1%n’ireo mponina nanaovana fanadihadiana, hoy ny avy eo anivon’ny rafitra iraisam-pirenena, Afrika risk view.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

NanisanaNosamborina ireo mpampiady akoho

Nampody olona tany amin’iny Nanisana iny ny polisy no sendra ireo olona mitangorongorona mijery adin'akoho.

 

Tsy nisy alaharo fa tonga dia nosamborin'izy ireo avokoa ireo olona miisa 08 nitondra ny akohony entina hampiadiana teny amin'ilay toerana.Tovolahy miisa 02 niaraka tamin’ny gitara indray avy eo no nifanena tamin'ny polisy tetsy Ivandry ary nilaza izy roalahy fa mba handeha hanala azy kely. Nentin'ny polisy avy hatrany tany amin'ny biraon'ny Kaomisaria ihany koa ireto "mpanala azy "hafa kely ireto.Antony nisamborana azy ireo moa raha tsiahivina ny fanohizany hatrany ny fiainana andavanandro toy ny teo aloha na dia efa ao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana aza isika noho ny fiparitahan’ny tsimok’aretina COVID 19. Maro ireo olona efa namoy ny ainy ka tsy manaiky lembenana amin’izany intsony ny mpitandro ny filaminana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

SPAT Port ToamasinaNavaozina ilay trano lehibe fitahirizana varimbazaha

Anisan'ny fotodrafitrasa iandraiketan’ny orinasam-panjakana mahaleotena mitantana ny seranan-tsambon’i Toamasina na SPAT Port Toamasina ny fanarenana ny trano lehibe (SILO) fitahirizana varimbazaha sy ny potika soja, ilaina amin’ny sakafom-biby.

 

 

 Manodidina ny 25 000 taonina eo ho eo ireo vokatra heverina ho azo tehirizina ao amin'ity tranobe vao navaozina ity. Tranobe vita amin’ny simenitra milaro vatokely sy vy ary vy fotsy. Mandeha sy baikoina amin’ny informatika avokoa moa ny fitantanana sy fikirakirana ny fitaovana rehetra ao anatin'ity SILO lehibe ity. Ankoatra ny vina fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina mba ho afaka mandray sambo vaventy, ity foto-drafitrasa ity dia mifanitsy tanteraka amin'ny politikan'ny fitondrana momba ny ady amin'ny tsy fahampiana sakafo.

Nangonin’i Jean D.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famokarana herinaratra ao AndekalekaNanome 11,4 tapitrisa euros ny BEI

Mitohy hatrany ny famatsian’ny avy eo anivon’ny banky eoropeanina momba ny famatsiam-bola na BEI

 

 ho fanohanana ny fampiroboroboana ny angovo azo havaozina eto Madagasikara, raha ny fantatra omaly. Nanome 11,4 tapitrisa Euro indray mba hahafahana mametraka ny milina faha 4 ao amin’ny ivontoerana famokarana herinaratra ao Andekaleka ny BEI na dia eo aza ny fahamehana ara-pahasalamana eto Madagasikara, hoy ny fanazavana. Fanindroany izany izao no nisian’ity famoaham-bola ho an’ny angovo azo havaozina ity satria tsiahivina fa efa nisy andiany voalohany ny 5 aogositra 2019 teo. Hanampy ny tanjaka eo amin’ny lafiny famatsian-drano amin’ny alalan’ny angovo azo havaozina ary hanolo ny fampiasana menaka mavesatra misy ankehitriny moa, raha ny fanazavana hatrany, no anton’ity « turbine »  vaovao ity.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Eliana Bezaza« Foano ny fanadinana amin'ity taona ity »

Hisy ny fanadinam-panjakana ary nampahafantatra ireo daty ofisialy hanatanterahana izany ny filoha Andry Rajoelina nandritra ny fandaharana manokana tamin’ny haino aman-jery ny alin’ny alahady 12 jolay 2020.

Nangonin’i Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hajao ny fepetra

« Sorena kely aho miresaka aminareo androany, mba tsy hitenenako hoe sorena be” Ampahan-tenin` ny Filoha Rajoelina raha nanatrika ny fanaovana fitiliana faobe ny tsimokaretina COVID-19 tany Toamasina ny 07 mey lasa teo

manoloana ny fiakarana be ny isan` ny olona voamarina fa mitondra an` io tsimokaretina io. Raha ny zava-misy amin` izao dia mbola be ny goragora amin` ny fanajana an` ireo fepetra ara-pahasalamana napetraky ny fanjakana hoentina misoroka ny fiparitahan` ny valanaretina eto Madagasikara. Na dia misotro tambavy COVID Organics aza dia afaka tratry ny aretina foana raha tsy manaraka ireo fepetra voalohany amin` ny fisorohana ny aretina toy ny fanajana ny elanelana iray metatra, fanaovana aro vava, fanasana tanana amin` ny savony, fanampenana amin` ny sandry ny orona rehefa mikoaka na mievona…. Nanambara izany moa ny Pr Rafatro, raha nitafa fohy tamin` ny mpanao gazety. “Ny fanafody voalohany iadiana amin` ny covid-19 dia ny fanajàna ireo fepetra ara-pahasalamana toy ny elanelana iray metatra, fanaovana aron-vava. Ny CVO dia manampy ireo hery fiarovana ihany”. Mbola nanamafy ny tokony hanajàna ny fepetra ara-pahasalamana ny Pr Vololontiana Hanta omaly nandritry ny tatitra avy amin` ny CCO COVID-19. Mety hahavery an-javony an` ireo ezaka vita teo aloha raha mitohy ny tsy fanarahana an` ireo toromarika napetraka. Marina fa manana adidy hiahy ny vahoaka ny fanjakana, fa ny tsirairay kosa dia mila manaja lalàna sy manaja ireo toromarika..izany no antsoina hoe olom-pirenena vanona sy tompon’andraikitra fa tsy sanatria zazakely mila ambenana sy bedesina lava.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana Loterana MalagasyNodimandry ny Pastora Dr Rabenorolahy

Nodimandry vokatry ny valanaretina coronavirus Andro vitsy taorian’ny fodiamandrin’ny Filoha am-perinasan’ny Fiangonana Loterana Malagasy (FLM) Pasitora Dr Rakotonirina David ny alin’ny sabotsy 11 jolay lasa teo vokatry ny valanaretina coronavirus,

 dia namoy olobe iray indray ny Fiangonana omaly talata 14 jolay. Nodimandry teo amin’ny faha-80 taonany vokatry ny valanaretina covid-19 ihany koa ny Filohan’ny FLM teo aloha Pasitora Dr Rabenorolahy Benjamin, izay nitondra ny fiagonana teo anelanelan’ny taona 1989 hatramin’ny 2004. Notsaboina tao amin'ny Hopitaly Loterana Ambohibao ny Filohan'ny FLM izay efa nisotro ronono izao nodimandry izao. Efa loholon'i Madagasikara, isan’ireo notendren’ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana ihany koa ny tenany tamin’ny fotoan’androny. Any Toliara no tena tokony handevenana ny vantana mangatsiakany, saingy noho ny hamehana sy ny fepetra noraisin’ny fitondram-panjakana, dia tsy ho tody any ny vatana mangatsiakany. Hotanterahina anio 15 jolay eny Ambohijanaka, distrikan’Antananarivo Atsimondrano ny fandevenana azy, raha ny vaovao farany azo omaly hariva. Miombona alahelo sy mirary fiononana feno ho an’ny fianankaviany sy ny Fiangonana FLM manontolo isika eto amin’ny Tia Tanindrazana.

 Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

BAR nisokatra teny ItaosyOlona 17 nosamborina teo am-pirevena

Bar iray mody nikatona no tra-tehaky ny polisim-pirenena teny Itaosy omaly. Rehefa nandalo nanao fisafoana mantsy ireto farany dia nahare olona nitabataba tao anatin’ilay toerana ka niroso tamin’ny fisavana avy hatrany.

 

Noterena ilay tompon'ny bara hanokatra ilay trano ka mbola teo am-pirevena mihitsy no tra-tehaky ireo mpirevy miandahy miambavy miisa 17. Tsy misy ny ady hevitra fa nampidirina violon avy hatrany izy ireo sy ilay tompona bar. Nanamafy moa ny mpitandro ny filaminana fa tsy hilefitra amina fihetsika tsy voahevitra hanapoizinana ny mpiara-belona tahaka izao izy ireo. Ny fivorivoriana tahaka izao indrindra mantsy no manaparitaka haingana ny tsimokaretina COVID 19 ka tsy maintsy handraisana fepetra.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mandrahona hihetsika ny sendikan’ny mpiasa“Avoahy ny volan’ny CNaPS …”

Vao mainka mitombo ny fahaverezan’asa ankehitriny, tsy mijanona amin’ny “chômage technique” fa efa maro no niroso tamin’ny fandroahana, araka ny tatitry ny Fiombonamben’ny Sendika.

 Misy ny orinasa manao fandroahana faobe, ka hitadiavana fahadisoana hahafahana manao izany. Ny 40% amin’ny orinasa izay any amin’ny faritra tsy anaty fihibohana sisa amin’izao no voalaza fa miodina. Rehefa tsy hanampy ny orinasa amin’ilay fanampiana azo ny fanjakana, ary hanidy ny orinasa rehetra ohatran’izao atao izao, dia avoahy io volan’ny CNaPS io, hoy Atoa Barison Rakotomanga Sekretera Jeneralin’ny Fiombonamb’ny sendika. Misy io vola io, hoy ny Tale Jeneraly, ka avoahy io vola io ary aza andrasana hipoaka na hisy fipoahana ara-tsosialy vao ho taitra isika, hoy ny fanambarany. Tsy hipetrapetraka amin’izao ny mpiasa sy ny sendika. Mihidy tanteraka isika izao, ka mbola hetsika ara-taratasy no ataonay amin’izao, fa efa manomana ihany koa ny zavatra hatao atsy ho atsy satria izay no asan’ny sendika hoe mitady vahaolana, ka rehefa miziriziry manao bemarenina eo ny fanjakana dia hiditra amin’ny lalindalina kokoa izy ireo, raha ny nambaran'Atoa Barison Rakotomanga. Takian’ny sendika ny hamoahana ny vola eo anivon’ny CNaPS hanampiana ny mpiasa, ka nisy ny fanaterana taratasy momba izany teny amin’ny Primatiora, Minisiteran’ny vola sy ny tetibola, Minisiteran’ny asa sy lalàna sosialy, CNaPS,… Manampy trotraka izay, tsy azo heverina ny hahafahan’ny orinasa maro handoa ny hetra na eo aza ny fe-potoana fanalavana hatramin’ny 15 aogositra, fa ny fanafoanana izany no vahaolana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

ImerintsiatosikaHo vita atsy ho atsy ilay fonja manarapenitra

Sambany no hisy fonja manara-penitra natokana ho an’ireo gadra tsy maty manota eto amintsika. Ao Imerintsiatosika no hanorenana izany foto-drafitrasa izany amina velanaran-tany 4800 m².

 

 

 

 Ahitana efitrano 16 isa io fonja io ka ho hita ao anatin’izany ny biraon’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny, ny hopitaly handraisana ireo voafonja tsy salama…. Amin’ny ankapobeny dia ireo gadra avy any Toamasina sy Ikelivondraka aloha no hafindra toerana ao amin’ity fonja vaovao ity izay kasaina hotokanana amin’ny faran’ny taona 2020 ho avy izao. 500 isa eo ho eo ireo gadra azony raisina, hahafahana mampihena ny tahan’ireo voafonja any amin’ny fonja hafa. Ho any amin’ny faritra avaratra manokana raha araka ny fanazavan’ny Minisitry ny Fitsarana dia efa avo telo heny amin’ny isan’ireo voafonja tokony horaisiny no noraisina izany hoe raha miisa 100 ny ara-dalana dia efa tafakatra 300 isa izany ankehitriny. Ezaka hotratrarin’ny Fitondram-panjakana araka izany ny hanangana fonja manara-penitra manerana ny Nosy hamindrana ireo voafonja mamita ny saziny izay tafiditra ao anatin’ny fanajana ny zon’izy ireny tanteraka. Tsara ho marihana fa efa tamin’ny fitondrana Rajaonarimampianina no nananganana ity fonja vaovao eny Imerintsiatosika ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Nosy Manodidina“Fifampiresahana ihany no ahitana vahaolana iombonana”

Mbola resabe eo anivon` ny fiarahamonina sy eo anivon` izao tontolo izao ny resaka Nosy Manodidina.

 

 Nandritra ny fankalazana ny fetim-pirenena frantsay tetsy Ivandry dia nanamafy ny masoivoho frantsay, Christophe Bouchard, fa Frantsa dia vonona hatrany hanamafy ny fiaraha-miasa eo amin` ny firenena roa tonta mba hahafahana miaraka miatrika ireo fanambin` ny taonjato faha-21. “Hiverina hiha mafy ny fifandraisantsika rehefa milamina ny fahamehana ara-pahasalamana. Rehefa misokatra koa ny sisin-tany dia afaka mamerina amin` ny laoniny ireo tetikasa sy fifandraisana ao anatin` ny fifampitosikana”. Marihana fa tokony nialohan’ny datin’ny 26 jona teo no nivoahan’ny fehin-kevitra lehibe mahakasika ireo nosy malagasy ireo fa noho ny krizy ara-pahasalamana misy eran’izao tontolo izao dia tsy tanteraka izany. Ny volana martsa lasa teo mantsy no tokony nitohy tany Paris ny fifampiresahana eo anivon’ilay vaomiera iombonana iarahan’ny delagasionina avy amin’ny fanjakana frantsay sy malagasy, saingy nahemotra amin’ny fotoana tsy mbola fantatra. Ny volana jona lasa teo ihany koa dia nanomboka ny fanohanan’ireo vondrona iraisam-pirenena ny Fanjakana malagasy amin’ny fitakiana ireo Nosy Manodidina na ny îles Eparses tamin’ny alàlan’ny “video conférence” ny filankevitry ny minisitry eo anivon’ny CMO (Organe de Coopération en matière de politique, défense et de sécurité) ao amin’ny vondrona SADC. Raha tsiahivina dia tafiditra tao anatin’ny lahadiniky ny filankevitry ny minisitry eo anivon’ny CMO ao amin’ny SADC ny raharaha mahakasika ireto nosy kely malagasy ireto mbola bodoan’i Frantsa ireto dia satria nisy ny fampitan-teny na “note verbale” nalefan’ny ministeran’ny raharaham-bahiny malagasy any amin’io vondrona iraisam-pirenena io. Fampitan-teny izay mitsipaka ny fikàsan’ny governemanta frantsay hanangana “réserve naturelle nationale” ao amin’ny Nosy Sambatra na Îles Glorieuse. Manoloana izany rehetra izany moa dia mamporisika vahaolana iombonana amin` ny alalan` ny fifampiresahana momba ny Iles Eparses ny masoivoho frantsay, Christophe Bouchard.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo sy Antsirabe2 indray no matin’ny Covid-19

Niampy 2 ny namoy ny ainy vokatry ny coronavirus, nampiakatra ho 39 ireo namoy ny hatramin’izay. Raiamandreny am-panahy dia ny Filohan’ny Fiangonana FLM teo aloha ny iray,

 

 

 ary Talem-paritry ny Minisiteran’ny rano any Vakinankaratra ny iray, izay olona voalohany namoy ny ainy tany amin’io faritra io. 263 ihany ny tranga vaovao, ka 252 teto amin’ny Faritra Analamanga, 01 Bongolava, 01 Atsinanana, 04 Analanjirofo, 1 tany Port Berger ao anatin’ny Faritra SOFIA, 02 Faritra Atsimo Andrefana (Toliara), 01 Faritra Matsiatra Ambony, 01 Faritra Ihorombe (Ihosy). Fitiliana 560 no nahazoana ireo tranga vaovao 265 izay manome taham-pahavoazana 46,96% izany hoe ny antsasa-manila latsaka kely tamin’ny olona notiliana voa avokoa. Mitotaly 5343 ireo trangana coronavirus hatramin’izay izay, izay manome taham-pahavoazana 17,75% mitaha amin’ny fitiliana 30 100 vitantsika hatreto. 2646 (49,52%) no sitrana, ka 152 amin’ireo no omaly (03 Hopitaly Manarapenitra Andohatapenaka, 01 Hopitaly Fenoarivo, 04 Moramanga, 01 Hopitaly Analakininina Toamasina, 01 Hopitaly Andrainjato Fianarantsoa, 01 Hopitaly Toliara, ary ny 141 olona notsaboina tany an-tranony avokoa). 2658 (49,74%) kosa mbola manaraka fitsaboana, ka 45 ny "formes graves" izay nihena 14 mitaha amin’ny afak’omaly. 42 amin’ireo ato anatin’ny Faritra Analamanga (30 Hopitaly Befelatanana, 03 CHU Anosiala, 05 Hopitaly Manarapenitra Andohatapenaka, 03 Hopitaly Fenoarivo, 01 Hopitaly Ambohimiandra, 02 Antsirabe, 01 Toliara. Niakatra ho eo amin’ny laharana faha-92 maneran-tany isika amin’ny isan’ny olona voa, raha faha-96 teo aloha. 1 086 isaky ny olona iray tapitrisa ny salan’isan’ny fitiliana, raha 2 975 i Mauritanie, 1096 i Guinée, 4 112 I Kenya, 22 385 I Gabon, 183 294 i Nigeria.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

IhosyNandray fepetra ny faritra

Manoloana ny trangana covid-19 voamarina tamin'ity fiandohan'ity herinandro ity tany Ihosy dia nandray fepetra manokana ho fiarovana

 

 ny fihanak'izany tsimokaretina izany ny CCO Ihorombe rehefa niera taty amin'ny CCO Foibe.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

AmbatondrazakaNitombo izay tsy izy ireo voan’ ny Covid-19

Miha miakatra ny tarehimarika ho an’ireo voan’ny Covid 19 any amin’ny distrikan ' Ambatondrazaka ankehitriny.

Tamin'ireo olona niisa 50 nanaovana fitiliana tamin’ ity herinandro ity fotsiny de efa nahatratra 23 ireo " positives ". Azo antoka fa raha betsaka noho ireo no natao fitiliana de ho betsaka araka izany ireo efa voan'ny covid-19 any amin'ity distrika ity.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Tosika fameno eto Antananarivo45 000 no hisitraka, tsy ao anatiny ireo efa nahazo

45 000 eo ny fianankaviana hahazo ny fanampiana tosika fameno, izay hanomboka anio ny fisitrahana izany, raha ny fanazavan’ny Governoran’ny Faritra Analamanga Atoa Hery Rasoamaromaka.

 Ny governemanta, Faritra, Distrika, Kaominina, Fokontany,… no handrindra izany. Nambarany fa tsy hisitraka izany intsony ireo efa nahazo teo aloha, raha toa ka ny mifanohitra amin’izay no nambaran’ny tompon’andraikitra iray eo anivon’ny Minisiteran’ny mponina andro vitsy lasa izay, fa ireo efa nahazo amin’ny ankapobeny no mbola hahazo. 128 000 ny isan’ny olona voasoratra anarana tamin’ny tosika fameno teo aloha, ka 103 000 ihany no nahazo. Hampidirina ao anaty lisitra vaovao ny 25 000 tsy nahazo, ary nisy ny fitarainana 40 000 voaray, ka ireny no hisitraka, raha ny fanazavan’ny governora. Nanomboka omaly ny fizarana tapakila ahitana ny anaran’ny mpisitraka, ary efa vita ny fifanarahana tamin’ireo mpivarotra. ToEram-pivarotana iray efa misy famantarana “sosialim-bahoaka” no afaka hantonin’ireo nahazo ny tapakila, izay roa isaky ny “secteur” eo izany amin’ny ankampobeny. Tsy mihoatra ny 25 ny tapakila azon’ny mpivarotra iray raisina. Manomboka avokoa ny fisitrahana izany ho an’ny boriborintany enina, raha ny fanazavana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mpivarotra tsy manara-dalànaAlefa eny fitsarana izay mbola tratra mamerin-keloka

Roa isan’andro raha kely ireo mpivarotra tsy manara-dalana tratry ny mpitandro ny filaminana eny amin’iny distrikan’Antananarivo Atsimondrano iny, raha araka ny fanadihadiana natao.

 

 Misy amin’izy ireny no mbola mahasahy mivoha mihoatra ny amin’ny 12 ora atoandro ihany na dia efa nanaovana fanentanana aza ankoatra ireo mivarotra kojakoja tsy ilain’ny mponina amin’ny fiainana andavanandro nefa mbola tsy manara-dalàna ihany. Raha araka ny fantatra anefa dia misy amin’ireo mpivarotra no tena manaja ny fepetra ara-pahasalamana napetraky ny Fitondram-panjakana raha misy ireo tena tsy miraharaha mihitsy. Manoloana izany dia fantatra fa alefa eny amin’ny Fitsarana avy hatrany ireo tratra mbola mamerin-keloka nefa efa nanaovana fanentanana. Tia tena loatra mantsy izy ireny hoy hatrany ity ny mpitandro ny filaminana satria sady tsy miaro ny tenany sy ny manodidina azy no tsy miaro ny mpiray tanindrazana ihany koa.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mpivarotra kojakoja ankoatra ny sakafo Nanaovan’ny miaramila bemidina ny teny Itaosy

Anisan’ny tanàna ho voasokajy maro olona mafy loha ny eny Itaosy sy ny manodidina na dia efa tsy mitsaha-mitombo aza ny isan’ireo olona mamoy ny ainy vokatry ny fiparitahan’ny Covid 19.

 

 Nanaovan’ny miaramila bemidina ny teny an-toerana omaly araka izany ka ankoatra ny teny Andranonahoatra dia nidiran’izy ireny ihany koa ny teny Ambaniala sy Ambanilalana izay feno olona mifanaretsaka isan’andro toy ny manao fety. Ankoatra ny fijerena sy ny fanaraha-maso ireo olona tsy manao arotava dia anisan’ny nojeren’izy ireo akaiky ireo tsena mivarotra zavatra kojakoja tsy tena ilain’ny mponina ankoatra ny sakafo toy ny akanjo, ny kapa, ny tavoahangy….Nasaina nangoron’entana avy hatrany ireo tratra ankoatra ny fampitandremana nomena azy. Nandany tapak’andro maraina mihitsy moa omaly ireto miaramila ireto raha nandalo teny Itaosy raha niandry teny amin’ireo sakana ara-pahasalamana toy ny mahazatra kosa ny polisy sy ny zandary. Mbola nanara-maso ny fanidina ny tsena rehetra ihany koa izy ireo nanomboka tamin’ny 12 ora atoandro.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsiana rano fisotro madioNeken’ny HCC ny fanatanterahana ny Jirama Water III

Neken’ny eo anivon’ny fitsarana avo momba ny lalampanorenana na HCC ny fanatanterahana ny tetikasa famatsiana rano fisotro madio eto Madagasikara

 

 

 

antsoina hoe Jirama Water III araka ny lalàna laharana 2020 - 009. Raha tsiahivina dia fifanarahana nataon’ny fanjakana Malagasy sy ny banky eoropeanina momba ny famatsiam-bola na BEI efa tamin’ny 9 desambra 2019 teo izy io. Famatsiam-bola hatrany amin’ny 65 tapitrisa Euros moa no efa natonton’ity banky ity ny janoary 2020 teo hahafahana manomboka izany fanadiovan-drano izany eto Antananarivo. Ny 35 tapitrisa amin’izy io dia nampindramina, raha toa ka fanomezana kosa ny 30 tapitrisa, raha tsiahivina hatrany. Isan’ireo hampiharana ny tetikasa ny tobim-pamokaran-drano etsy Ankadindratombo izay heverina fa afaka mamatsy rano 30.000 m³ isan’andro. Hisy toby miisa 2 ihany koa natao hahazaka 40.000 m³ eny Mandroseza. Isan’ny vinavina ankoatra izay moa ny hametrahana fitehirizan-drano miisa 5. Ny 1 natao hahazaka 3000m3 etsy Ambohitrimanjaka ary ny 4 eny Mahatazana, Alasora, Ambohimanambola ary Ambohibe ka mitentina 1000 m³, raha tsiahivina hatrany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antanambao I ToamasinaMangataka ny hanalana ny sefom-pokontany ny mponina

Nitokona ny mponina tao Antanambao I Toamasina omaly. Tsy mankasitraka ny hanohizan’ny sefom-pokontany ao an-toerana ny asany intsony mantsy izy ireo.

 

 

Diso tafahoatra hoy ireo mponina ny fanararaotana hataon’ity sefom-pokontany ity. Raha haka fanamarinam-ponenana ohatra dia manomboka amin’ny 10.000 Ar ny lelavola aloha amin’ izany no sady tsy misy rosia mazava, hoy hatrany ny vaovao. Tamin’ny andron’ny Tosika Fameno ihany koa dia nambaran’ireo mponina fa izay hakaiky ity sefom-pokontany ity ihany toy ny havany sy ny namany no nahazo sy nisitraka izany nefa samy sahirana avokoa. Miantso ny fandraisan’andraikitr’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny ao Toamasina izy ireo araka izany. Tsiahivina moa fa saika tazana nanohana ity hetsika ity avokoa ny ankamaroan’ireo mponina tao amin’ity Fokontany iray ity.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Sabotsy NamehanaHo taterina amin’ny fiara manokana ireo mpandray “pension”

Ho fitsinjovana ireo beantitra handray ny fisotroan-drononony ao amin’ny sampana fandraisana izany ao Analamahitsy, kaominin’I Sabotsy Namehana, dia naampahafantra ny fiadidiana ity kaominina ity fa hisy ny fiara manokana amin’ny alalan’itony

 

 

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Disadisam-piarahamonina sy politikaBen'ny tanànan teo aloha, nisy nitifitra

Voasambotra ireo jiolahy miisa dimy nanatanteraka mivantana ny fanafihana sy fitifirana ny Ben'ny tanàna teo aloha mivady ao Erada Distrika Ambovombe Faritra Androy.

 

 

 Ny alin’ny 12 jolay 2020 no nisy fanafihana mitam-basy nitranga tao amin'ny Kaominina ambanivohitra Erada ka voatifitra tamin’izany ny Ben'ny tanàna teo aloha sy ny vadiny ary olona roa hafa. Voasambotry ny zandary avokoa ireo tompon’antoka nivantana tamin’ity asa ratsy ity. Nitaky ny hampiharana kabarin-drazana tamin’ireo olon-dratsy ireo ny Fokonolona. Disadisam-piarahamonina sy politika eo an-tanàna no antony nahatonga izao tsy fandriampahalemana izao.

Jean D.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vono olona matetika tany AndapaTsy mahazo mivoaka ny trano ny ankizy rehefa folakandro

Tsy mahazo mivoaka ny trano intsony ny zaza tsy ampy taona rehetra manomboka amin’ny 02 ora folakandro any amin’ny distrikan’Andapa.

 

Ho fiarovana azy ireo amin’ireo karazana trangana vono olona niseho matetika tany an-toerana no anton’izany. Hatreto mantsy raha tsiahivina dia nahatratra 9 ireo namoy ny ainy tany amin’ity distrika iray ity tao anatin’ny fito volana ka tovovavy mbola tanora sy herotrerony avokoa ny ankamaroany. Hivondrona hiady amin’izany manomboka izao ireo Sojabe rehetraao Andapa, fikambanana izay vao natsangana afak’omaly. Hiara-kiasa amin’ny mpitandro ny filaminana sy ny andrimasom-pokonolona any an-toerana izy ireo hahitana ny tena marina mikasika ity vono olona lava miseho any Andapa ity.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasan’ny sekoly tsy miankinaMisy efa ho 5 volana no tsy nandray karama

Velon-taraina koa ireo mpanabe sy mpampianatra amin’ireo sekoly tsy miankina, indrindra, ireo antsoina mahazatra hoe “chargé de cours” satria ny ora hiasany ihany no hanomezana vola azy ,

 

 

 raha ny fanazavan’ny tomponandraikitra amina sekoly tsy miankina iray eny Ambohimanarina. Tsy misy ny asa ka noho izany dia tsy misy ny ho raisina, ny ray aman-drenin’ny mpianatra tsy mandoa saram-pianarana satria ny zanany ary tsy mbola mianatra. Aleon’ireo ray aman-dreny hanaovana tahiry aloha ny saram-pianarana. Saika miatrika izany olana izany avokoa, raha ny fanazavana, ny ankamaroan’ireo sekoly tsy miankina, raha tsy hiresaka afa-tsy ny eto Antananarivo fotsiny, hoy ny fanazavana. Misy amin’ireo mpampianatra sy mpanabe no efa ho 5 volana izao no tsy nandray karama vokatry ny hahamehana ara-pahasalamana. Mitaraina amin’ny fitondram-panjakana noho izany izy ireo mba hijery izay azo atao hanavotana izay fanabeazana eny amin’ny sehatra tsy miankina izay.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

AndapaOlona iray tratry ny Coronavirus

Renim-pianakaviana iray no fantatra fa lasibatry ny tsimok’aretina Covid 19 any amin’ny distrikan’Andapa.

 

 

 

 Ny 02 Jolay lasa teo izy no nahitana soritr’aretina hafahafa ka nampidirina hopitaly avy hatrany. Natao fitiliana TDR sy PCR ity renim-pianakaviana ity ka ny 06 Jolay teo no nivaly izany ary fantatra fa positif izy. Ny 05 jolay anefa izy no efa nivoaka ny hopitaly ka voatery nandray fepetra hentitra sy haingana ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny any an-toerana. Nozahana avokoa ireo olona nifanerasera taminy rehetra mba hatao fitiliana ka anisan’ireny ny fianakaviany. Toraka izany ihany koa ireo namany akaiky sy izay rehetra nifandray taminy. Napetraka ihany koa ny fepetra ara-pahasalamana any an-toerana hahafahan’ny rehetra miaro tena toy ny fanaovana aron-tava, ny fanajana ilay elanelana 1 metatra ary ny fanasan-tanana amin’ny savony matetika.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Lalam-pirenenaMihoatra ny 1000 isan’andro ireo fiara mikasa hivoakan’Analamanga

Marobe ireo fiara mikasa hivoaka ivelan’ny Faritra Analamanga hihazo ny lalam-pirenena eto amintsika isan’andro. Raha araka ny tatitry ny zandarimariam-pirenena dia mihoatra ny 1000 isa isan’andro izy ireo ka ny 500 hatramin’ny 600 isa amin’izy ireny no tsy maintsy averina avokoa.

 

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Hakim Abdallah ao amin’ny BareaMety hiova klioba ivelan’ny Frantsa

Ao anatin'ny heriny tsara i Hakim Abdallah, mpanafika vaovao eo anivon’ny ekipam-pirenena Malagasin’ny baolina kitra,

 

 

 amin'izao ary eo ampisafidiana ny klioba ilalaovany amin'ity taom-pilalaovana vaovao ity, hoy ny mpanazatra ny Barea, Nicolas Dupuis, nitatitra ny fihaonan’izy mianaka. Mety hijanona hilalao ao Frantsa nefa mety hisafidy koa ny hilalao any ivelan’I frantsa izy, raha ny fanazavan’ny mpanazatra hatrany. Maro ireo klioba mifampiraharaha aminy amin’izao fotoana izao, raha ny voalaza. Efa nomeko azy ny hevitro fa miandry izay fanapahan-keviny sy mirary soa ary miarahaba azy sahady isika, hoy hatrany i Nicolas Dupuis. Na dia milalao amin’ny ekipa fiandry na “resèrve” ao amin’ny FC Nantes, ao Frantsa, aza moa, farany teo, i Hakim dia heverina fa isan’ireo zandrikely hanana ny hoaviny satria vao 22 taona monja.

J. Mirija Legend: Hakim Abdallah

Tia Tanindranaza0 partages

Fanararaotam-pahefanaManome vahana ireo mpanao trafika lavanila ilay ragôva

Nampiteny ny moana ary mampiraviravy tanana ireo mpiara-miasa ambany fahefany ny fanararaotam-pahefana ataon’ilay ragôva iray, amin’ny baiko sy tsindry manome vahana ireo mpanao trafika lavanila.

 

In-telo miantoana, tao anatin’ny iray volana, teo anelanelan’ny jona sy jolay, ireo tompon’andraikitra amin’ny sakana ara-toekarena na « barrage économique », izay misy solontenam-panjakana sy mpitandro filaminana manara-maso ao amin’ny faritra iadidian-dragôva, no nahatratra mpitondra lavanila izay tsy manana fahazoan-dalana ara-dalàna hanangona sy hitatitra. Tsy misalasala ireto mpanao trafika miantso an-dragôva rehefa voasakana. Raha tokony giazana avy hatrany ary potehina sy dorana ireo lavanila tratra tsy manara-dalàna toy izany dia niditra an-tsehatra amin’ny antso an-telefaonina mivantana hatrany ingahy ragôva manome baiko ny hamotsorana ka hamelana handeha ny entana. Manodidina ny 200kg ny lanjan’ny lavanila tamin’ireo tranga telo ireo, ary notaterina tamin’ny moto avokoa. Malagasy maro no nanantena fiovana amin’ny fitantanan-draharaha ny fanjakana taorian’ireny hetsi-bahoaka notarihin’ny Depiote 73 nanomboka ny 21 aprily 2018 ireny, fihemorana miteraka fahadisoam-panantenana no vokany ary ny tranga toy ity ataon-dragôva ity vao mainka mampibaribary izany. J

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Mijilo - ManakaraVola sandoka 210.000 Ariary saika hividianana volamena

Lehilahy roa no tra-tehaky ny Zandarimaria tao amin’ny Kaominina ambanivohitra Mijilo Distrikan’i Manakara ny alahady 12 jolay 2020

 

nitondra vola sandoka miparitaka. Ravim-bola 20.000 Ariary sy 10.000 Ariary mitontaly 210.000 Ariary no tratra tany amin’izy ireo. Olona avy any Andonabe-Mananjary no voalaza fa nanatitra io vola io tao Mijilo ny sabotsy 11 jolay mba hividianana volamena, ka ny alahady izy roalahy tratra ireo vao nahafantatra fa sandoka ny vola kanefa tsy nampandre tompon’andraikim-panjakana na ny mpitandro filaminana. Mitohy ny fikarohana ireo mpiray petsapetsa mpanaparitaka ary mpamatsy ireo vola sandoka ireo.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

SambavaLasa fanaovana alim-pandihizana ilay EPP

Toy ny faritra maro dia miato ihany koa ny fampianarana any amin’ireo sekolim-panjakana any amin’ny distrikan’i Sambava. Voakasik’izany ny EPP ao Ambodivohitra izay navadiky ny sasany ho lasa toerana fandraisana alim-pandihizana mba hahazoana vola.

 

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsenan’asam-panjakana Covid-19Mitaky mangarahara ny firaisamonim-pirenena

Mangataka ny hamoahana ny mangarahara sy ny tamberin’andraikitra momba ny fitantanana ara-bola mikasika ny covid-19 ny Firaisamonim-pirenena. Isan’ny

tsy mbola nahazoana tatitra ny momba ny fahazoana ny tsenan’asam-panjakana. Ny volana jona dia efa nangataka izany tamin’ny CCO ny firaisamonim-pirenena, saingy tsy nisy valiny. Ny lisitr’ireo tsenan’asam-panjakana momba ny fiatrehana, ny vola hoenti-miady na ny “fonds de riposte” no angatahan’izy ireo mangarahara ny fomba nitantanana izany. Ady hevitra hatrany am-piandohana ny momba ny fangaraharana ara-pitantanana ny fanampiana iraisam-pirenena izay efa manodidina ny 600 tapitrisa dolara, ny tetibola miodina ao anatin’ny CCO,… Isan’ireo naneho izay fangatahana fangaraharana izay ny Filohan’ny Antenimieram-pirenena Rtoa Christine Razanamahasoa ny 03 jolay teo. Nilaza ny Filoham-pirenena ny alahady 12 jolay teo, fa mangarahara ny fitantanana, kanefa toa samihafa ny fomba firesaky ny samy mpitondra, toy ireo fiara tsy mataho-dàlana maro be, izay nandanian-Rtoa Lalatiana Andriatongarivo rora mihitsy fa fiaram-panjakana natao “requisition” sy nampindramin’ny orinasa manana fiara. Ny filoha anefa nilaza fa novidiana. Ahoana ny momba ireo fiara fitondrana marary nampiana ny anaran’ny Filoha tany Toamasina? Ohatrinona ny vola miodina ao anatin’ny CCO sy ny rafitra vaovao vao natsangana?

Toky R

La Vérité0 partages

Covid-19 à Toamasina - Il ne reste plus que 13 patients

Bilan encourageant. Les 907 malades du Covid-19 identifiés dans la Région d'Atsinanana, notamment dans les Districts de Toamasina I et II sont actuellement  réduits à 13.  Depuis le début de l'épidémie jusqu'à mardi dernier, la Région d'Atsinanana ne compte plus que 13 personnes testées positives au coronavirus dont 10 malades qui suivent leur traitement à domicile. Selon Rafidison Richard, gouverneur de ladite Région, le Centre hospitalier universitaire d'Analakininina ne compte plus qu'un patient, le Foyer social Canada en totalise deux. D'autres établissements assignés à la prise en charge des patients, à savoir le Centre hospitalier universitaire de Morafeno, la clinique auprès du site d'Ambatovy, le Gymnase  CRJS ainsi que la Maison centrale n'enregistrent plus aucune personne infectée par le Covid-19.

 

« Actuellement, on peut dire que la situation s'améliore progressivement par rapport aux mois du mai et juin derniers, durant lesquels les centres de prise en charge des patients ont été  complètement débordés. Cependant, au cours de ces 15 derniers jours, nous ne comptons plus que deux à trois cas positifs par jour », confirme-t-il. Tout en ajoutant que dans la semaine du 20 juin dernier, la majorité des personnes testées positives n'attendaient plus que le dernier résultat du test PCR confirmant la fin de leur traitement.  

« L'application du  dispositif "Tracing contact" a favorisé l'identification précoce des contacts à risque au sein de la communauté. Cela dans le but de limiter voire rompre la chaîne de transmission. Une fois les résultats obtenus, nous avons procédé au transfert systématique des cas positifs asymptomatiques et symptomatiques dans des lieux d'isolement. L'intervention des troupes militaires venues de la Capitale a également contribué à cette gestion de crise sanitaire dans notre Région,  sans parler du respect des gestes de barrières sanitaires », avance le gouverneur.

D'après ses explications, le maintien de la propagation du Covid-19 reste d'actualité, le virus circulant toujours. Toutes les mesures, notamment le respect des gestes de barrières sanitaires dont le port obligatoire des masques et la distanciation sociale, sont appliquées. Les attroupements demeurent interdits. « Une descente auprès des lieux de rassemblement par les autorités civiles et militaires est programmée hebdomadairement afin de sensibiliser et de rappeler à l'ordre la population », souligne-t-il.

K.R.

La Vérité0 partages

Cas grave du coronavirus - Paul Rabary s'en sort avec des séquelles

« Mon corps ne répondait plus à rien, faute de capacité à produire de l'énergie et d'oxygène. J'ai déjà fait mes adieux à ma famille, mes amis et proches puisque j'ai cru ne plus pouvoir m'en sortir. J'étais en détresse respiratoire à plusieurs reprises, sans parler des autres symptômes qui m'ont affaibli le corps et le moral », témoigne Paul Rabary, ancien ministre de l'Education nationale. Ce sociologue fait partie des patients ayant vécu une forme grave du Covid-19, avec son hypertension artérielle. Mais au bout d'une semaine de traitement intensif, il a pu s'en sortir… avec des séquelles. « Mon oreille droite n'arrive plus à entendre, puisque le virus a atteint la partie interne.

On dirait qu'il y a des grillons qui s'y sont installés, avec des bourdonnements permanents. D'après le médecin, il s'agit d'une surdité brusque unilatérale qui est irrémédiable. Désormais, je dois vivre avec. A part cela, je dois faire une rééducation et beaucoup d'exercices pour que mon corps se rétablisse », confirme l'ancien ministre.

Trop de médicaments

Paul Rabary a contracté le coronavirus il y a 3 semaines, sans le savoir. « Au début, je consultais le médecin pour une otite, de la sinusite ainsi que de la grippe, accompagnée d'angine. J'ai reçu les médicaments pour leur traitement, mais mon état de santé ne s'est pas amélioré. La situation s'est même aggravée. La forte fièvre et la bronchite nous ont alarmés et c'est seulement à ce moment que j'ai passé le test du Covid-19. Je n'arrivais plus à respirer et mon corps était tellement faible alors que j'ai pris trop de médicaments pour les symptômes. Le médecin m'a donné le choix d'être hospitalisé ou de suivre un traitement à la maison. J'ai choisi cette seconde option, en évitant de subir les mêmes calvaires que mes défunts parents. Outre les médicaments, j'ai fait une heure d'injection par jour pendant 7 jours. Une dose d'injection coûte 50 000 ariary. Mais au bout de 3 jours, mon état s'est empiré. C'est à cet instant que le médecin m'a de nouveau proposé une hospitalisation, mais j'ai préféré rester avec ma famille », relate le survivant. Il a, en parallèle, fait appel à un kinésithérapeute pour soulager ses douleurs.

Neuf cas contacts directs

L'ancien ministre de l'Education nationale est le seul vulnérable dans sa famille. « Nous sommes 10 à la maison. Ma femme, mes 2 enfants ainsi que nos employés de maison constituent les cas contacts directs. Ils ont effectivement été contaminés, vu les quelques symptômes comme la perte de goût, l'angine et la fièvre. Toutefois, ils se portent mieux maintenant, après quelques jours de traitement axé notamment sur le renforcement du système immunitaire, dont les remèdes traditionnels conseillés. Ils ont également suivi toutes les mesures et gestes barrières », relate-t-il.

Actuellement sur le point de se remettre, Paul Rabary n'a pas manqué d'exprimer sa reconnaissance envers les personnels de santé. Ces derniers travaillent dur, jour et nuit, pour accompagner et assurer le traitement des patients en cette période de crise sanitaire. Il s'est aussi adressé aux patients, dont ceux présentant des formes graves de la maladie, à tenir compte des petits gestes. Eviter les coups de froid pris sous la douche ou en consommant certains aliments et boissons, fait partie de ses conseils. Pour la population, ce survivant du coronavirus conseille le respect des consignes et le redoublement de vigilance face à la gravité de la situation. « Chaque expérience compte. A partir de chaque expérience, on peut sauver des vies », conclut-il.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Non-respect des gestes barrières - Huit amateurs de combat de coq arrêtés par la Police

Après les amateurs de boisson à Itaosy, c’était au tour de ceux qui s’adonnent au combat de coq d’être arrêtés par la Police au cours de ces 48 dernières heures, cette fois du côté d’Ivandry. Au total, ils sont huit à être embarqués ainsi au commissariat du 8e Arrondissement en vue d’une garde à vue pour non-respect de gestes barrières en cette période de confinement liée à la pandémie de Covid-19. De simples spectateurs, qui ont eu le malheur de passer leur temps à se délecter des spectacles de combats d’animaux, figurent dans la liste des personnes arrêtées.

 

Par ailleurs, la patrouille dudit commissariat a également mis deux autres jeunes en état d’arrestation. Munis d’une guitare, les suspects ont argué qu’ils auraient voulu passer le temps quelque part à leur manière. La Police les a également embarqués. Mais cette Force déplore que beaucoup de personnes qu’elle soumet à un contrôle mentent pour cacher ce qu’elles font réellement. « Ces personnes déclarent qu’elles rentrent chez elles après le travail. Or, une fois que la Police tourne le dos, elles prennent une toute autre direction pour une activité qui risque de propager l’épidémie », confie une source policière.

Et pourtant, nous entrons dans une période où le risque d’une multiplication sans précédent  des contaminations, n’est plus à démontrer. Actuellement, nul ne sait plus si son vis-à-vis soit contaminé ou non. D’où cette sensibilisation des citoyens par la Police afin que les premiers soient responsables et de ne pas compromettre la santé, sinon la vie d’autrui à cause de leur réticence à se conformer aux gestes barrières.

Franck R.

La Vérité0 partages

Exploitation illicite de bois - 286 « hazo ala » interceptés à Moramanga

Il fallait s'y attendre. Avec la permission donnée par le ministère de l'Environnement et du Développement durable aux opérateurs leur permettant de récupérer leurs stocks de bois légaux, les profiteurs fonceraient sur l'occasion. Rien que cette semaine, la Circonscription de l'environnement et du développement durable (CIREDD) de Moramanga a arrêté un camion transportant illégalement des bois. « Ce camion a transporté clandestinement 286 "hazo ala". Ces bois proviennent de la zone forestière située à proximité d'Ambatovy, dans la Commune d'Andasibe », ont précisé les responsables au niveau de la CIREDD Moramanga.

Cette interception a surtout pu se réaliser grâce à des informations fournies par une tierce personne. « Les investigations menées par notre équipe ont révélé que les propriétaires de ces bois acquis de manière illégale viennent d'Antananarivo. Les enquêtes se poursuivent afin d'identifier toutes les personnes impliquées dans cette affaire », rajoutent-ils.

Les exploitations illicites continuent de se multiplier en cette période de crise, entre la permission de quatre mois pour les opérateurs légaux et la délivrance de fausses autorisations. Les autorités mais aussi les citoyens doivent renforcer leur vigilance pour repérer ces exploitations illégales des ressources naturelles du pays. En tout cas, le ministère met toujours en application la « tolérance zéro » face à toute forme de crime environnemental et d'exploitation illicite des bois. Dans ce sens, la collaboration avec les partenaires et les communautés locales est particulièrement renforcée.

Ainsi, les auteurs de crimes environnementaux devront être punis selon les lois en vigueur. Pour ce faire, le ministère de l'Environnement et du Développement durable coopère avec la Justice et les Forces de l'ordre. Néanmoins, la lutte contre la dégradation de la nature ne devrait pas se limiter à l'arrestation des contrevenants. Le ministère compte également renforcer les sensibilisations et l'éducation environnementale. Mais il faudrait également prendre en considération les sources de revenu de tous les acteurs. Effectivement, si leur revenu reste limité, ils seront toujours attirés par l'argent facile en œuvrant dans l'exploitation illicite des ressources forestières.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Projet hydroélectrique à Andekaleka - 11,4 millions d'euros de la Banque européenne d'investissement

La quatrième turbine servant au projet hydroélectrique d'Andekaleka a reçu un financement de la Banque européenne d'investissement (BEI). La délégation de l'Union européenne à Madagascar a annoncé le décaissement, hier. « Malgré la crise liée au Covid-19, la Banque européenne d'investissement continue de soutenir le développement des énergies renouvelables à Madagascar à travers le récent décaissement de 11,4 millions d'euros, destinés au financement de la quatrième turbine pour la centrale hydroélectrique d'Andekaleka.

Il s'agit du deuxième financement lié à ce projet d'extension de la centrale hydroélectrique après un premier décaissement effectué le 5 août 2019. Cette turbine va ajouter du potentiel hydroélectrique, en remplacement du fuel utilisé actuellement », note le communiqué officiel. Il faut savoir que ce central hydroélectrique alimente la moitié des réseaux interconnectés d'Antananarivo. L'installation de ce quatrième groupe permettra ainsi d'augmenter la puissance nominale d'environ 33 mégawatts, mais également de réduire le coût du fuel qui représente une grosse dépense au sein de la société JIRAMA.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Cataclysme mondial

Jamais la planète Terre, du moins après les deux grandes Guerres, n'a connu un tel dégât ! Aucun continent n'est épargné. Pays pauvres, nations émergentes, grandes puissances et super-puissants, tous dans la même galère ! Parti de la Chine continentale, dans la province de Wuhan, le virus de la SARS-Cov 2 que l'OMS baptisait scientifiquement  Covid-19 (Coronavirus diseas- 2019), atteint le monde entier et sème la terreur dans les régions « conquises ». Fait bizarre, la Covid-19 assène plus fort que d'autres les pays nantis puissants ou super-puissants, censés disposer tous les moyens matériels, entre autres financiers, très sophistiqués capables de les protéger sinon les sécuriser contre toute attaque.

 

Au stade actuel, à un ou deux jours près, les dernières données statistiques  du coronavirus dans le monde révèlent des chiffres effarants : 13. 287. 651 cas confirmés, 7. 374 484 guéris et 577. 954 décès. Et les nombres évoluent rapidement. Dans les pays riches, la tendance affiche des hausses inimaginables. Aux Etats-Unis, les derniers chiffres disponibles affichent une situation alarmante : 3. 483. 905 confirmés avec 138.358 décès. En France, les chiffres récents révèlent pour les cas confirmés 173. 492, les guéris 78. 670 et 30. 037 décès. Ces différents tableaux n'ont rien à voir avec ceux  des pays pauvres. A Madagasikara, à la date d'hier (15 juillet), le nombre total des cas confirmés depuis le 20 mars s'élève à 5605 dont 262 nouveaux cas hier et 43 décès. Toute proportion gardée, en considérant le paramètre mettant en valeur la taille démographique de chaque pays susmentionné, il existe toutefois une différence. De là à en déduire qu'on soit tenté à sous-estimer la situation dans les pays en difficulté économique, loin de là. Les autorités compétentes concernées, pour le cas de la Grande île, à titre d'exemple, prennent très au sérieux l'évolution de la pandémie et ordonnent des mesures drastiques qui conviennent en pareille circonstance.

Pour tout dire, la pandémie de Covid-19 frappe fort notre planète. Aucun pays, aucune région même la plus reculée et fermée comme la forêt vierge de l'Amazone n'y échappent. L'interconnexion avancée ainsi que les importants mouvements des hommes à travers les cinq continents contribuent à la forte et rapide propagation de la pandémie.

Statistiquement parlant, nous sommes encore loin de la terrible « grippe espagnole », due au virus H1N1, qui avait submergé une grosse partie du globe en 1918-19. Les pays qui participaient à la Guerre de 14-18 furent les plus touchés. Selon certaines sources, la « grippe espagnole » avait tué 50 millions à 100 millions de personnes. Notons que c'était aux Etats-Unis, au Kansas dans un camp militaire d'entraînement, qu'on avait détecté pour la première fois le virus H1N1 mais non pas en Espagne.

Si les dirigeants de ce monde sous-estiment le péril dû au Covid-19, les dégâts humains et matériels avoisineraient l'hécatombe de la grippe espagnole. Déjà, on relève le fait que le système économique mondial se trouve dans un état critique. Les pays en développement ou pauvres tout court paient le plus lourd tribut.

Certes, au nom de la solidarité internationale, les organismes inter-Etats de crédits et d'investissements font de leur mieux pour venir en aide aux pays en difficulté comme Madagasikara afin de mieux supporter ce cataclysme mondial.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Ancienne Présidente de l’Ile Maurice - « Le Covid-Organics très prometteur »

L’ancienne Présidente de l’île Maurice, Ameenah Gurib-Fakim, a été l’invitée de l’émission Parlons Covid de la BBC Afrique, hier. Elle a défendu le Covid-organics de Madagascar qui est « prometteur », et incite les jeunes à prendre l’avenir de l’Afrique en mains.

 

Ameenah Gurib-Fakim, car il s’agit d’elle, l’ancienne Présidente de l’île Maurice a été hier l’invitée de l’émission Parlons Covid de la BBC Afrique. Elle a défendu le Covid-organics malagasy utilisé contre le coronavirus. Elle affirme que les retombées des premiers travaux réalisés en Allemagne sont connues et que « le Covid-organics est très prometteur » face au Covid-19. Il s’agit d’un remède traditionnel amélioré à base d’artemisia dont les retombées positives se font ressentir. Elle ajoute qu’il faut travailler et creuser dans cette richesse traditionnelle pour trouver des solutions à d’autres problèmes.

L’ancienne Présidente de l’île Maurice sait de quoi elle parle. Elle n’est pas non seulement une femme politique mais est titulaire d’un Doctorat en chimie organique. Elle est une amoureuse des plantes médicinales africaines et a publié un livre intitulé « Maurice à travers ses plantes médicinales ».  Mme Ameenah Gurib-Fakim a constaté que la médecine traditionnelle renferme des richesses mais ne sont pas encore valorisées. Il y a en effet de la richesse dans les traditions et les pratiques anciennes qui ne demandent qu’à être encadrées par des méthodes scientifiques. Il s’agit de la ligne directrice du Covid-organics élaboré par l’IMRA, sous l’impulsion du Président de la République Andry Rajoelina.

Les plantes médicinales et la médecine traditionnelle passionnent l’ancienne Présidente de l’île Maurice entre 2015 et 2018. Ce sont des domaines très porteurs, a-t-elle expliqué, mais qui ne sont pas valorisés. Il existe en effet des laboratoires qui extraient des molécules actives des plantes médicinales africaines et qui sont commercialisées comme médicament dans la médecine moderne. Les chaînes de valeur autour de ces deux domaines sont donc porteuses, de la plantation au développement, jusque dans la distribution des produits.

Raison pour laquelle l’ancienne Présidente de l’île Maurice incite les jeunes à devenir « entrepreneur » et non des demandeurs d’emploi. Pour elle, l’avenir de l’Afrique se trouve entre les mains des jeunes qui ont des « ressources » et du « talent ». Elle défend que l’histoire de l’Afrique doit être faite par les Africains. A la seule condition que l’on connaisse « la profondeur de notre histoire », a-t-elle souligné. Il est donc temps de se réveiller et de resserrer les rangs car nous avons notre histoire et nos traditions. Elle suggère que l’Afrique fasse comme les Chinois. Ils ont donné les mêmes valeurs à la médecine traditionnelle et la médecine moderne, donc accepté les traditions.

Madagascar est le premier pays à élaborer un médicament à la fois préventif et curatif contre le coronavirus. Un remède traditionnel amélioré, sur la base des traditions et pratiques malagasy, développé par un institut de recherches malagasy. Il s’agit d’un remède à utiliser dans le cadre de cette lutte contre la pandémie de coronavirus.

La Vérité0 partages

Société civile à Madagascar - Exigeante mais absente dans la lutte contre le Covid-19 !

La pandémie de Covid-19 a montré les limites des organisations de la Société civile à Madagascar. Une Société civile qui est restée totalement absente de la scène dans la lutte contre cet ennemi mondial. Pourtant, dans de nombreux pays, la Société civile est avant tout connue pour ses actions aussi bien sur le terrain que dans les bureaux à travers différents lobbying. En général, une Société civile tire sa force dans sa capacité d’influencer et d’intervenir notamment dans le domaine de l’aide au développement. Sous d’autres cieux, la Société civile donne de la voix aux communautés les plus susceptibles d’être laissées-pour compte dans la réponse publique aux situations d’urgence. Est – ce le cas pour la Société civile malagasy ? Difficile d’y répondre lorsqu’on sait que les organisations malagasy, pour la plupart, se limitent à jouer le rôle de gardien des financements extérieurs.

 

Récemment, la Société civile a adressé une lettre ouverte à l’endroit des responsables au sein du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19 à Ivato pour un motif de transparence sur les marchés publics et le financement de la lutte contre la pandémie. En d’autres termes, les organisations de la Société civile ont rappelé la nécessité de recevabilité et de transparence pour garantir la confiance citoyenne. « Nous incitons l’Exécutif à jouer le jeu de la transparence particulièrement dans cette situation d’Etat d’urgence (…) », soulignent lesdites organisations.

En quête de force et de crédibilité

L’initiative n’a rien de déplorable en soi. Néanmoins, l’on ne peut s’empêcher de s’interroger sur la force d’influence et la crédibilité de notre Société civile qui n’a jamais donné l’exemple en matière de transparence. D’emblée, il faut souligner que la majorité de ces organisations, pour ne pas dire toutes, bénéficient de financement émanant de bailleurs de fonds à l’étranger. Le principe de transparence n’est pas toujours appliqué dans la gestion de ces fonds. D’ailleurs, il arrive souvent que les organisations de la Société civile médiatisent leur partenariat et les financements qu’ils reçoivent de généreux donateurs sans en faire, par la suite, le compte rendu de toutes les dépenses effectuées à partir de ces fonds. Pire, certaines ONG sont loin d’être des exemples en matière de transparence dans l’utilisation des fonds qui leur sont destinés. A la fin de la même lettre adressée au CCO, les organisations se disent être ouvertes à une étroite collaboration avec les institutions, entités et acteurs participant à la lutte contre le Covid-19. Une proposition qui n’intervient que près de 4 mois après le début de la pandémie à Madagascar.

Rappelons que le ministère des Finances a déjà annoncé la publication de toutes les dépenses liées aux financements obtenus dans le contexte de la lutte contre le Covid-19 sur son site web officiel. La Société civile est dans son bon droit d’exiger plus de détails afin de garantir une meilleure information de la population mais se doit aussi de revoir ses actions, qui devraient avant tout être dictées par le bénévolat, pour se faire une place en tant que réel défendeur de l’intérêt public.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Campagne de vanille - La qualité, un enjeu majeur

Jean-Jacques Razafimanantsoa, chef de Région Analanjirofo par intérim, invite tous les acteurs de la filière vanille à bien veiller scrupuleusement sur le respect des mesures sanitaires et des normes de qualité notamment. La campagne 2020-2021 lancée mercredi pour le littoral Est se déroule dans un contexte de situation d'exception. La pandémie de coronavirus a sérieusement affecté l'économie mondiale et le marché de vanille, un des produits-phares pour Madagascar au niveau mondial, est aussi fortement touché.

 

Les Etats-Unis et l'Europe représentent le plus grand débouché pour la vanille malagasy. A titre indicatif, 80% de la vanille naturelle consommée au pays de l'Oncle Sam vient de la Grande île. Pourtant, l'industrie agroalimentaire de l'Ouest est au ralenti à cause du coup dur infligé par le virus à son système socioéconomique. La situation impose nécessairement une nouvelle dynamique de concurrence entre les exportateurs qui se bousculent pour écouler le plus de produit possible malgré le rétrécissement du marché.

Madagascar exporte chaque année entre 2 000 et 2 500 tonnes de vanille générant quelque 5 700 milliards d'ariary. Ces produits occupent environ 65% du marché international, le pays étant le premier producteur mondial de la vanille naturelle. Les trois dernières années étaient une période de vache grasse pour les acteurs de la filière. Tout le monde, depuis les producteurs, y trouvait son compte car le prix du kilo avait grimpé jusqu'à 2,4 millions d'ariary en 2017. Pourtant, une baisse vertigineuse du prix est inévitable cette année en raison de la crise mondiale.

Les mauvaises pratiques mettant en jeu la qualité de la vanille malagasy ne sont pas encore totalement maîtrisées. Des organismes internationaux comme le département américain du Travail (USDOL) en partenariat avec le Bureau international du Travail (BIT) interviennent pour appuyer le pays dans la promotion d'une filière vanille durable, en particulier par la promotion du travail décent et l'éradication du travail des enfants dans le secteur vanille. Mais des cas qui vont dans le mauvais sens ont toujours été rapportés.

Bien avant l'ouverture de la campagne en cours, des vols de gousses de vanille verte non encore arrivées à maturité a fait rage dans la brousse. La corruption et la lacune du contrôle sur les axes routiers permettent aux produits illicites de circuler librement. Des quantités clandestines sont parvenues à s'insérer dans des cargaisons envoyées à l'étranger. Les soi-disant propriétaires échappent ainsi au paiement des ristournes pour les collectivités et les impôts pour l'Etat.

Hier, le chef de Région Analanjirofo a rappelé la nécessité pour les acteurs de la filière de bien se conformer à la loi en vigueur. Si jamais la campagne se déroule mal, Madagascar risque gros pour l'avenir, qui reste encore incertain, car tout dépendra de l'évolution de la situation sanitaire mondiale. Entre temps, chaque pays producteur déploiera sûrement des efforts pour trouver les meilleures astuces pour rester compétitif eu égard à l'accroissement de la concurrence.

M.R.

La Vérité0 partages

Dénigrement d’Andry Rajoelina - La web tv française reconnaît ses fautes

20 millions de dollars de Bill Gates. Ce serait la somme que le Président de la République malagasy Andry Rajoelina aurait reçu de Bill Gates pour prodiguer un vaccin dangereux à la population malagasy en pleine pandémie de Covid-19. Cette information grotesque a été relayée sur la chaîne YouTube de « TVLibertés », une web tv réputée être d'obédience extrême droite française, par un pseudo-journaliste, un certain Pierre Jovanovic. En dépit de la triste renommée de ce dernier comme un super diffuseur de fake news, les responsables de la Web Tv en question lui ont laissé plusieurs minutes pour proférer des mensonges à propos du Président malagasy.

Une diffamation sans précédent que la Présidence de la République de Madagascar n’a pas laissé passer. Les conseillers du Président malagasy ont en effet saisi la TVLibertés. Les responsables de cette chaîne ont admis que les affirmations concernant le Chef de l’Etat malagasy ont été mensongères et qu'ils n'avaient nullement l'intention de nuire à celui-ci. Ils ont ainsi supprimé le passage où Pierre Jovanovic incrimine le numéro « un » malagasy. Soit de 17mn35s à 18mn18s. La vidéo est toujours en ligne mais tout le passage sur Madagascar et le Président Andry Rajoelina a été supprimé.

La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Taekwondo – Coupe de l’Ambassadeur : Junko Andrianintsoa et Tojoniaina Heritiana sacrés champions

Junko Andrianintsoa avait brillé en Poomsae.

La vidéo de démonstration de Junko Andrianintsoa et Tojoniaina Heritiana a séduit les juges lors de la Coupe de l’Ambassadeur de Corée du Sud. Ces deux taekwondoistes sont sacrés champions pour cette première édition.

Ça y est, les deux champions de la Coupe de l’Ambassadeur de Corée du Sud sont connus. Les juges ont dévoilé leurs noms hier, à l’issue d’un communiqué de presse. En effet, le championnat a été organisé sous deux catégories : le « Poomsae » et les coups de pieds ou « Bal Chagi ». Pour la catégorie Poomsae, la victoire a été arrachée par la championne nationale en titre, Junko Andrianintsoa du club Dynamic. Elle avait déjà tenté sa chance lors du premier championnat d’Europe en ligne mais sa victoire est tombée sur cette deuxième organisation. « Cela fait un moment que je voulais participer à une compétition de Taekwondo. A l’annonce de la Coupe de l’Ambassadeur, je n’ai pas hésité à candidater et je suis très contente d’être la gagnante de cette première édition », a-t-elle fait savoir.

En « Bal Chagi », Tojoniaina Heritiana est sacré champion parmi les 30 concurrents dans cette deuxième catégorie. En tout, 74 taekwondoistes issus de la ligue Analamanga, Boeny et Vakinankaratra ont participé à cette première édition. Mis à part le titre, les deux gagnants recevront chacun des matériels de taekwondo et un certificat de participation venant de l’organisateur.

Vu la situation actuelle, la compétition a été faite en ligne, à base d’une vidéo d’enchaînement que chaque participant a dû envoyer. Bien évidemment, c’est une initiative de l’Ambassade de la République de Corée du Sud en collaboration avec la Fédération Malagasy de Taekwondo. Les vidéos ont été jugées par deux maîtres taekwondo en l’occurrence LEE Jeong-Moo (6ème Dan) et CHUNG Dahun (5ème Dan). A titre de rappel, maître LEE a entraîné les militaires Malagasy pour une démonstration de Taekwondo dont ils ont brillamment enchaîné au courant de la fête de l’indépendance de l’an dernier, à Mahamasina.

Très satisfait, l’Ambassadeur coréen LIM Sang-woo a déclaré que « malgré la situation sanitaire actuelle, nous avons pu organiser cette première édition avec succès et avons vu la participation des candidats venant d’Antananarivo, de Mahajanga et d’Antsirabe. On espère pouvoir organiser les prochaines éditions directement sur site et attirer encore plus de participants. J’espère également que ceux qui ont participé, ceux qui ont voulu mais n’ont pas pu, ceux qui aimeraient participer et bien sûr, les deux gagnants par catégorie seront encore de la partie pour les prochaines éditions ».

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Nanisana-Ivandry-Bypass : Mpirevy, mpampiady akoho nosamborina

Tao ny mbola niaraka tamin’ny gitara sy toaka kely. Tao koa ny nitondra ny akohony ary nampiady izany. Nisy indray ny nandehandeha tamin’ny moto ary niara-nifoka rongony teny amin’ny milamindamina. Olona  11 no nosamborin’ny polisy noho ny tsy fanarahana ny lalàna mifehy ny hamehana ara-pahasalamana. Niainga teny Nanisàna izany ary nosamborina niaraka tamin’ny…akohony ireo mbola sahy nitangorona niloka nampiady ireo biby. Teny Ivandry indray, dia tovolahy roa mbola niaraka tamin’ny gitara no tsy nisalasala ny niteny fa mba hanala azy kely izy ireo. Noraofina avokoa ary nentina tany amin’ny kaomisaria izy ireo. Ny tetsy amin’ny Bypass indray dia nisy telo lahy nifamotoana nandeha kodiaran-droa. Rehefa avy nandehandeha kely tamin’ny moto ireo, dia nijanona teo Amoronankona ary nisotro sy nifoka zava-mahadomelina. Nifanandrify tamin’ny fandalovan’ny mpitandro ny filaminana izany ary dia noraisim-potsiny teo ireo. Rehefa nandeha ny fisavàna dia mbola nahitana rongony amin’ny fonosana maromaro tany amin’izy telo lahy. Ahiana ho sazy am-ponja ny azy ireo raha sazy famaizana no an’iretsy nosamborina ary notantaraina etsy ambony. Ankoatr’izay, dia mbola nisy koa ny fisamborana faobe nataon’ny polisy tetsy Itaosy. Ireo indray dia ny tompon’ny « bar » sy ny mpanjifa tao anatiny. Mihidy tanteraka ilay toeram-pisotroana raha jinery avy aty ivelany. Saingy tsy voafehin’ireo olona ny kotaba sy korana izay heno hatrany amin’ny arabe manamorona ilay « bar ». Nanintona ny polisy izany ary rehefa nohamarinina dia feno olona nisotro toaka tokoa tao anatiny. « Tsy nisy adihevitra fa dia nosamborina ary naiditra « violon » avokoa izy rehetra » raha araka ny fanazavan’ny polisy. Ny ankamaroan’ny olona, raha araka ny polisy ihany, dia mandainga fa hamonjy tokantrano avokoa ny anton-diany. Vao dify anefa ireo mpitandro filaminana, dia efa mivorivory etsy sy eroa ny sasany. Sarotsarotra ny fifehezana ny olona mihiboka ara-bakiteny.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimangakely : Lehilahy maty nodonin’ny kamiao, nitsoaka ny mpamily

Namono olona indray ny lalam-pirenena faharoa teny amin’iny faritra Ambohimangakely iny, ny harivan’ny alatsinainy lasa teo. Rangahy iray sendra nivoaka ny faritry ny arabe no voafaokan’ny kamiao lehibe  iray nandeha mafy teo amin’ny PK10+100 araky ny fanazavàna azo avy tamin’ny mpitandro filaminana. Indrisy anefa, fa tsy nijanona akory na dia nanopy maso ilay olona voadona aza ny mpamilin’izany fiarabe izany, fa vao mainka nanao tari-dositra. Nandray ny andraikiny avy hatrany ny zandary.

Hiaraha-mahalala tokoa fa malalaka ny lalana eto an-dRrenivohitra amin’izao fotoanan’ny fihibohana izao, indrindra moa fa rehefa hariva. Azo heverina fa nanararaotra izany fahalalahan’ny lalana izany ny mpamilin’ity fiarabe ity, izay efa nahazo alalàna hiditra rahateo eto an-dRenivohitra manomboka amin’ny roa ora tolakandro, ka nanampatra ny hafainganam-pandehany. Tamin’io fotoana io indrindra, tokony ho tamin’ny efatra ora mahery tany ho any no nisy lehilahy iray, izay mponina eny an-toerana  niampita tampoka teny amin’ny arabe, tsy nahita velively ilay fiarabe nandeha mafy. Tsy tana intsony ny loza. Voafaoka mafimafy ilay lehilahy ary niakarapoka tamin’ny tany. Nandriaka ny rà ary tsy nihetsika intsony ilay voadona.  Inoana fa mety ho hitan’ny mpamily ihany ity farany, saingy tsy nijanona mihitsy izy. Nisy nahita ny zava-niseho ka ireo no niezaka namonjy ilay voadona sy niantso mpitandro filaminana. Ilay lehilahy voadona moa, indrisy fa tsy nisy n’inona azo natao taminy intsony. Namoy ny ainy teo ho no eo, noho ny dona mafy sy ratra nahazo azy. Tetsy an-danin’izay kosa, nifanenjehan’ireo zandary avy hatrany ilay fiarabe ka efa tany By-pass araka ny fanazavana azo vao tratra. Nentina nofotorana avy hatrany ilehio ary nogiazana sy nampidirina am-balam-pamonjana kosa ilay fiara nahavanon-doza.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Maroantsetra : Tovolahy 24 taona notombotombohana ny antsy

Nisehoana vono olona tamin’ny  fomba feno habibiana tao amin’ny fokontany iray tao amin’ny distrikan’i Maroantsetra antsoina hoe Ankiakandrefana. Voalaza tamin’izany, fa tovolahy vao 24 taona antsoina hoe Rajaonarison Didiant Fraco ity hita faty nisy namono ity. Tao amin’ny toeram-pidiovana no namonoan’ireo namono azy, ny alahady 12 jolay lasa teo. Raha ny fanazavan’ny ray aman-dreniny, dia nanomboka ny alin’ny sabotsy 11 jolay no tsy tonga nisakafo tany amin’izy ireo intsony ity tovolahy ity ; matory ihany mantsy no ataony ao Ankiakandrefana, fa ao amin’ny fokontany Ambohitsara izy no tena mipetraka. Niangavian’ny fianakaviany niandy trano ny tenany ka izay no nahatonga azy tany Ankiakandrefana. Raha ny fanazavana ihany koa, dia miara-miambina ny trano  amin’ny sakaizany izy mandritra izany ihany koa ; saingy ny tsy fahatongavany nisakafo tao Ambohitsara ny alahady no tena nanaitra mafy ny ray aman-dreniny ka nojeren’izy ireo tany ilay tovolahy. Akory ny hatairan’izy ireo, fa vatana mangatsiaka tao anaty toeram-pidiovana feno dian’antsy 05 be izao no novantanan’izy ireo. Nahitana dian’antsy teo amin’ny lohany, teo amin’ny tendany ; ka avy hatrany dia ilay sakaizan’ilay tovolahy no nandehan’ny eritreritry ny ray aman-dreniny, satria tao alohan’izao dia nisy disadisa mafy teo amin’ilay tovolahy sy ilay sakaizany. Nanomboka ny alahady 12 jolay teo, dia tsy hita ny nanjavonan’ilay sakaizan’ilay tovolahy. Mandeha ny fikarohana rehetra amin’izao, nefa efa fantatra fa avy amin’ny tanàna antsoina hoe Imatso distrikan’i Befandriana Avaratra ny fiaviany. Efa mandray an-tànana ny raharaha ny mpitandro ny filaminana any an-toerana.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Eglise luthérienne de Madagascar : L’ex-président Benjamin Rabenorolahy mort du Covid-19

Le pasteur Benjamin Rabenorolahy est une figure de la médiation politique depuis la crise de 1991.

Une autre victime de la pandémie au sommet de l’église luthérienne. L’ancien président de l’église luthérienne malgache, le pasteur Benjamin Rabenorolahy s’est éteint hier au centre de santé luthérien d’Ambohibao, où il avait été admis pendant des jours. Selon les informations officielles, ce pasteur luthérien, qui a été à la tête de cette église pendant 16 ans avant 2004, a succombé au Coronavirus. Il était une figure de l’œcuménisme à Madagascar, un dirigeant exemplaire au sein de son institution. Mais il a aussi servi l’Etat, en étant sénateur de Madagascar sous l’ère de Marc Ravalomanana. Depuis la chute de ce dernier, Benjamin Rabenorolahy s’est retiré de la vie publique. Ce départ de Benjamin Rabenorolahy dans un monde meilleur assombrit davantage le ciel de l’église luthérienne qui venait de perdre, il y a quelques jours, son président en exercice, le pasteur David Rakotonirina, lui aussi mort du Coronavirus.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : Le Sénat et l’Assemblée nationale ferment leurs portes

Un agent en train de désinfecter la salle de séance du Sénat, hier

Pour éviter la propagation du Covid-19, le Sénat a pris des mesures drastiques. L’institution ferme ses portes pendant une semaine à Anosikely et y interdit toute fréquentation. Le personnel du Palais comme les sénateurs y sont interdits. Le télétravail serait conseillé pour gérer les affaires urgentes, a-t-on indiqué. Hier, le Palais a été désinfecté par une équipe de professionnels pour éliminer tout nouveau risque d’infection dans tout le local. Le week-end dernier, quatorze personnes ont été déclarées contaminées par le virus après les tests PCR sur soixante-quinze personnes, dont des sénateurs et des membres du personnel administratif.

Les parlementaires viennent de terminer la session ordinaire, il y a une semaine, en pleine crise sanitaire, et ne sont pas épargnés par la contamination au Coronavirus. L’Assemblée nationale comme le Sénat ont eu chacun une victime du virus. Au niveau de la Chambre basse, le Palais de Tsimbazaza est aussi interdit à toute fréquentation depuis le début de cette semaine. Des tests sont réalisés sur les députés et le personnel de l’institution le jeudi 02 juillet dernier, et révèlent des cas positifs au Covid-19. Onze députés sont déjà atteints du virus. Le député Honoré Tsabotokay, élu à Vohipeno, a témoigné sur son cas en mettant en avant les bienfaits du tambavy covid-organics contre la maladie.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Anosizato : Mort suspecte d’un motard sur la route du Fasan’ny karana

La nuit du samedi dernier, un motard est retrouvé mort sur la route entre la gare routière Fasan’ny Karana à Anosibe. Âgé de 42 ans, cet homme aurait été victime d’un accident de circulation. A bord d’un scooter Jog Pro, il a percuté une charrette, à entendre les témoignages recueillis par la police. Par contre, le tireur de charrette s’en est sorti indemne. Des témoignages que les policiers remettent en doute compte tenu des circonstances. Selon l’information, cet accident est survenu juste au moment où la circulation sur cette route était de moins en moins fréquente suite à l’application du couvre-feu. Les éléments du commissariat du Vème Arrondissement de la Sécurité publique de la Police nationale de Mahamasina et des agents du Bureau municipal d’hygiène de la commune Urbaine d’Antananarivo se sont rendus sur place pour le constat de routine. Des policiers de la brigade des accidents et des éléments de la brigade criminelle y ont également débarqué. Par contre, ces hommes de loi affirment n’avoir pas vu ladite charrette qui serait à l’origine de l’accident. La moto ne présentait aucune trace qui pourrait expliquer qu’il y a eu une collision. La question se pose alors sur la cause exacte du décès de cet individu. C’est pourquoi, l’enquête est en cours au niveau de la brigade criminelle Anosy. Récupérée par des agents du bureau municipal d’hygiène de la commune urbaine d’Antananarivo, la dépouille de la victime a été emmenée à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona à Ampefiloha.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Sans commune mesure

La revue militaire allégée, Place de la Concorde, à l’occasion du 14 juillet rappelait, hier, toutes proportions gardées, le défilé du 26 juin sur l’Avenue de l’Indépendance.

Sans commune mesure

Comme c’était le cas trois semaines auparavant à Tana, la célébration de la fête nationale à Paris s’est déroulée hier sans public. Mais en revanche sans masque avec, toutefois, le respect de la distance sanitaire pour les 2 000 militaires. A l’inverse des 3 200 éléments des forces de l’ordre malagasy qui portaient des cache-bouches sans distanciation sociale dans les rangs. Par ailleurs, contrairement à l’armée malagasy qui soufflait en même temps ses 60 bougies, les militaires français « ont accepté d’offrir un peu la vedette aux soignants », dixit le président Emmanuel Macron dans l’interview qu’il a accordée à France 24 et TFI, à l’issue de la cérémonie. Il a répondu sans détour, dans un cadre sans « wera wera » et sans fard aux questions de Léa Salamé et de Gilles Bouleau qui se trouvaient respectivement à …gauche et à …droite. Sans lecture politique. A l’image du maître de l’Elysée qui croit « au dépassement politique ». La position – au propre comme au figuré – des deux journalistes français était sans pareil avec celle de leurs consoeurs malagasy qui sont toutes les deux …gauchères comme bon nombre de téléspectateurs l’ont constaté dimanche soir lors de l’interview du locataire d’Iavoloha. Une émission retransmise en mode « miara-manonja » tel que c’est le cas depuis la proclamation de l’état d’urgence sanitaire. L’interview en (vrai) direct réalisée par les deux principales stations françaises a été également reprise par les autres chaînes d’information en France sans que celles-ci aient fait l’objet de réquisition, à l’opposé de ce qui s’impose à Madagascar quoiqu’il s’agisse d’un même sujet. En l’occurrence, la pandémie de Covid-19 face à laquelle Emmanuel Macron a annoncé hier qu’ « on va permettre à toute personne de se faire tester même sans prescription médicale et sans symptôme ». Un protocole sans commune mesure avec ce qui se passe chez nous où la lutte contre le coronavirus est sans merci.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Îles éparses : L’ambassadeur de France à Madagascar prône le dialogue

Discours de l’ambassadeur de France à Madagascar, Christophe Bouchard, lors de la célébration du 14 juillet. (Photo fournie).

Elles constituent une pomme de discorde entre la France et Madagascar entraînant un bras de fer diplomatique entre les deux pays.

Vu la situation actuelle avec notamment le Covid-19, la célébration de la fête nationale française s’est faite en visioconférence, hier. Lors de son allocution, l’ambassadeur de France à Madagascar, Christophe Bouchard, a fait savoir que c’est sa première fête nationale depuis son arrivée dans la Grande île. Ce diplomate a rendu hommage à toutes les victimes de la pandémie en France, à Madagascar et dans le monde entier. Il a également souhaité un prompt rétablissement aux malades du Covid-19. Tout en soulignant au passage que « la France est plus que jamais déterminée à renforcer ses liens avec Madagascar ». Et d’enchaîner que cette relation forte se maintiendra « à trouver des solutions par le dialogue, à dépasser nos différends dans le canal de Mozambique ». Même s’il ne l’a pas dit ouvertement, il fait allusion aux îles éparses.

Position de Madagascar. La gestion de ces îles divise notamment les deux pays. Faut-il rappeler que le Gouvernement malagasy a réagi suite à l’initiative des autorités françaises, d’installer une « Réserve naturelle nationale » dans l’archipel des Glorieuses. A cet effet, le ministre des Affaires Étrangères, Dr Liva Tehindrazanarivelo Djacoba, a convoqué le 18 mai dernier dans son bureau à Anosy, l’Ambassadeur de France, Christophe Bouchard. Une occasion d’exprimer la position de Madagascar par rapport à cette initiative. Force est cependant de constater que le Gouvernement malagasy s’oppose fermement à ce projet et affirme que cette décision est « de nature arbitraire et non respectueuse du processus de négociation en cours entre les deux pays ». C’est également une violation manifeste des résolutions 34/91 et 35/123 de l’Assemblée générale des Nations-Unies, en date du 12 décembre 1979.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : 263 nouveaux cas hier, dont 252 à Analamanga, 152 guéris, deux décès

Statistiques de la journée d’hier.

L’épidémie suit son court. Les statistiques avancées par le centre de commandement opérationnel covid-19 font état de 263 nouveaux cas dont 252 à Analamanga. Chiffres obtenus sur 551 tests effectués et qui font qu’outre les cas observés à Analamanga, quatre nouveaux cas ont été localisés à Analanjirofo, deux cas à Atsimo-Andrefana, un cas à Matsiatra Ambony, un à Port-Berger, un dans le Bongolava, un dans l’Atsinanana et un à Ihosy. Aussi, les chiffres avancés hier font savoir que l’on compte 152 guérisons dont 141 auprès de patients qui se sont soignés chez eux et 11 dans les hôpitaux. Par ailleurs, les projections concernant l’évolution de la maladie courent. Les mois du pic de l’épidémie changent d’un institut à un autre. Si certains voient un pic au mois de septembre prochain, d’autres estiment que cela devrait avoir lieu au mois d’août comme l’a annoncé le président de la République lors de son intervention sur la chaîne nationale dimanche dernier. Ce qui est toutefois sûr, c’est que le pic ne veut en aucun dire disparition de la maladie. La prudence est toujours de rigueur et la maladie peut toujours atteindre les foyers malagasy.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Football – FC Lorient : Morel et Fontaine s’entraînent côte à côte

Fontaine et Morel contents d’être ensemble au FC Lorient. (Photo Bruno Perrel).

La préparation se poursuit pour l’équipe du FC Lorient à un mois du début du championnat de la Ligue 1. Selon le calendrier de la compétition, le FC Lorient affrontera le Racing Club de Strasbourg, le 23 août prochain, lors de la première journée. L’équipe de Jérémy Morel et Thomas Fontaine jouera son premier match pour son grand retour en Ligue 1 à domicile. Ayant rejoint l’équipe cette année, Jérémy Morel s’est entraîné avec le groupe depuis le 1er juillet dernier. Lundi dernier, toute l’équipe a effectué une préparation physique intensive. L’équipe des Merlus a déjà officialisé son nouveau maillot pour cette saison 2020. « 4 x 2 000m dans la joie et la bonne humeur avec mon compatriote Morel et mes coéquipiers. On souffre mais ça fait du bien », a posté Thomas Fontaine sur sa page Facebook. Les deux internationaux malagasy étaient côte à côte lors de cet entraînement comme avec l’équipe nationale des Barea de Madagascar.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Album : Ramjasy sort de sa tanière

Ramjasy Le rap fusion résonnera dans l’album

Confiné ou pas, Ramjasy a promis à ses followers une jaquette contenant une dizaine de chansons. Ce jeune rappeur fera régaler les adeptes du rap fusion en sortant son premier opus Toateny. Ce thème a été déjà publié sur les réseaux sociaux depuis quelque temps. Contrairement aux autres rappeurs qui se contentent de fier au beatmaker, Ramjasy a essayé de rénover. Son album sera « purement acoustique ». Un goût musical qu’il rêvait depuis le début de sa carrière. « Je suis sûr que mes fans vont adorer », a-t-il confirmé avec certitude. Bercé par le regret de Bob Marley, inspiré par « All eyes  on me » de 2pac, le jeune rappeur veut fusionner cela dans un album riche en sonorités. Effectivement les messages sont poignants. Le rappeur parle sans mâcher les mots. Il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Avec des mélodies existantes et motivantes, les rimes de Ramjasy sortent de l’ordinaire. Il est loin de ces « rappeurs Bling-Bling qui s’inventent des vies pour gagner l’attention des jeunes adolescents ». La vie quotidienne malagasy est au cœur de son thème. La misère et l’injustice sont les principaux messages du rappeur. « La vie est brutale, a-t-il constaté, alors il est de mon devoir de conscientiser mes proches et surtout les jeunes actuels, car j’étais comme eux. Je veux qu’ils sachent que la délinquance et la violence ne sont pas des solutions ». Assagi, Ramjasy s’est retrouvé dans son premier album. En outre, comme tous les rappeurs, l’ « egotrip » figure également parmi les dizaines de morceaux offerts à ses suiveurs. Quelques chansons relatent les échelons que le rappeur a gravis durant les années de sa carrière. Une carrière musicale qui n’était pas forcément en rose pour lui. Cet album ne sera pas une finalité, a-t-il promis. L’année prochaine, Ramjasy produira des singles pour assurer les admirateurs de rap conscients.

ISS heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Loi de finances rectificative : La HCC donne son avis de constitutionnalité

La HCC a donné son aval à la LFR 2020

La loi de finances rectificative 2020 a été élaborée et mise en œuvre suivant le processus démocratique d’usage. Une belle option pour le régime.

Sous les réserves posées aux considérants 12, 13 et 14, les dispositions de la loi n° 2020-010 portant Loi de Finances Rectificative pour 2020 sont conformes à la Constitution et peuvent faire l’objet d’une promulgation. Telle est la disposition de l’article premier de la décision N° 11-HCC du 14 juillet 2020 concernant la loi de finances 2020-010 portant loi de finances rectificative pour 2020. En somme, la juridiction constitutionnelle vient de donner son avis de constitutionnalité à la loi de finances rectificative, lors d’une audience tenue hier à Ambohidahy.

Immense effort. Il ne reste donc plus que la procédure de promulgation par le Président de la République Andry Rajoelina avant que cette LFR devienne effective. Et quand on sait à quel point ce dernier veut aller vite, cette promulgation aura probablement lieu ce jour, si ce n’était pas déjà fait hier. Ce sera par la suite au tour du ministère des Finances et de l’Économie de publier un arrêté portant répartition des crédits pour les différents départements ministériels et institutions avant que ces derniers ne puissent procéder à leur tour à des arrêtés d’ouverture de crédits en vue de l’utilisation des fonds alloués. En tout cas, le respect des procédures démocratiques qui s’est manifesté par le bouclage dans les temps impartis de cette LFR, l’adoption par l’Assemblée Nationale et le Sénat, puis cet avis de constitutionnalité de la HCC et la promulgation prouve l’immense effort réalisé par le gouvernement, en général, et le ministère de l’Economie et des Finances, en particulier. On rappelle également que le Président de la République et le Premier ministre se sont fortement impliqués lors de plusieurs séances d’arbitrage pour la répartition des crédits.

Rigueur et transparencen. Une loi de finances rectificative est censée permettre au gouvernement de faire face aux urgences et d’anticiper la relance post-pandémie. Concernant justement la gestion de l’urgence, on rappelle que le gouvernement a mis en place un Fonds de Riposte à la Pandémie Covid-19 dont les financements proviennent du budget général de l’Etat, mais aussi des appuis des bailleurs de fonds internationaux. Sur ce point, le Président Andry Rajoelina a insisté, dans son dernier discours, sur la rigueur et la transparence totale dans la gestion de ces fonds. Sur ce point d’ailleurs, l’arrêté du ministère de l’Economie et des Finances portant sur les modalités de gestion et d’exécution du Fonds de riposte Covid- 19 apporte des détails précis sur les règles de transparence et de contrôle de l’utilisation des fonds en question. On peut citer notamment une série de rapports mensuels d’avancement des rapports financiers périodiques qui seront d’ailleurs publiés sur les sites Internet du ministère de l’Economie et des Finances. En somme, contrairement à certaines allégations de détournement, la gestion des fonds se fait et continuera de se faire en toute transparence.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : La distanciation physique reste la mesure la plus efficace

Sans respect des geste-barrières, un cas peut entraîner des milliers d’autres. (crédit photo : Princy)

Afin de limiter la propagation du Covid-19, les autorités sanitaires et tous les acteurs engagés dans cette lutte n’ont de cesse de rappeler les quelques gestes-barrière nécessaires ; à savoir le lavage fréquent des mains avec du savon ou une solution hydro-alcoolique, le port de masque, mais surtout la distanciation physique ou sociale.

Si le fait de désinfecter les mains et le port de masque sont plus ou moins respectés, la distance d’un mètre entre chaque individu semble difficile à instaurer. 0r, les professionnels de la santé s’accordent à dire que « c’est la mesure la plus efficace ». D’ailleurs, la raison pour laquelle Analamanga a été reconfinée, c’est pour éviter qu’il y ait trop de rapprochement entre les personnes.

Mesure négligée. Malheureusement, dans les lieux de marché, la distanciation physique se respecte difficilement. Premièrement parce que l’espace ne le permet pas. Et deuxièmement, parce que les personnes ont tendance à penser que le port de masque est déjà suffisant. C’est ce qu’on peut d’ailleurs entendre sur les réseaux sociaux et de la bouche de certains animateurs. « S’il n’est vraiment pas possible de garder un mètre de distance, mettez au moins un masque de protection ». A se demander si ce type de discours a lieu d’être dans la situation actuelle. Un médecin nous explique : « il ne faut pas laisser le choix dans la mesure où il s’agit d’une crise sanitaire de grande ampleur. Tous les gestes-barrière doivent être appliqués simultanément; et ce, sans le moindre relâchement. Négliger la distanciation physique et dire que le port de masque peut suffire… c’est irresponsable ».

Transmission du Covid-19. Rappelons que le Covid-19, jusqu’à preuve du contraire, se transmet essentiellement par les postillons d’une personne porteur du virus qui tousse, parle ou éternue. Le virus peut aussi se propager à travers une main en contact avec une surface ou une personne infectée… et laquelle est portée à la bouche, aux yeux ou au nez. Aussi, afin d’éviter de contracter cette maladie, il convient de se tenir à distance de toute personne symptomatique ou asymptomatique, et se laver les mains régulièrement pour éliminer le virus. Pour diminuer les risques, le respect de la distanciation physique est fortement recommandé.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Baccalauréat 2020 : Environ 163 000 candidats inscrits

Les examens du baccalauréat devront avoir lieu à partir du 5 octobre prochain.

La date limite pour le dépôt des candidatures aux examens du baccalauréat de cette année est fixée au 17 juillet prochain.

Les estimations du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique quant au nombre des candidats inscrits aux examens du baccalauréat 2020 tournent autour de 163 000. C’est ce qui a été avancé par le directeur général de l’enseignement supérieur auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique lors d’un entretien organisé à Tsimbazaza hier. Ainsi, l’on aurait « enregistré une baisse du nombre des candidats cette année » par rapport aux années antérieures. Une situation qui pourrait avoir un lien avec la crise liée au covid-19, peut-on conclure de l’entretien avec le DG de l’enseignement supérieur. Par ailleurs, les préparatifs pour permettre une tenue sécurisée des examens officiels sont parallèlement en cours. Entre autres, l’identification des centres de conclave, la demande de proposition de sujets auprès des lycées du pays, ou encore l’identification des présidents du jury ainsi que des chefs de centre. L’entretien avec le directeur général de l’enseignement supérieur auprès du ministère de tutelle a également permis de connaître que les inscriptions seront clôturées le 17 juillet prochain à 18 heures.

Universités. Du côté des universités, les rattrapages en ce qui concerne les programmes de l’année universitaire 2019-2020 devraient se faire du 16 octobre au 20 décembre de cette année. La rentrée universitaire 2020 quant à elle devrait se faire au mois de mars 2021. Le directeur général de l’enseignement supérieur de noter toutefois : « la définition des dates relatives à la rentrée universitaire, quant à elle, devrait se faire durant la CoPries ou Conférence des Présidents des universités et Recteurs des instituts de l’enseignement supérieur ». Avant de préciser que toutes les décisions prises par le ministère de tutelle se conforment à celles prises par le gouvernement en fonction de l’évolution de la situation qui prévaut au pays. Les inscriptions aux examens du baccalauréat devraient prendre fin dans deux jours. Au-delà de cette date, aucun retour ne serait permis.

José Belalahy