Les actualités à Madagascar du Jeudi 15 Juin 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara1476 partages

Hiary Rapanoelina : Les artistes se mobilisent pour sa libération

Hiary Rapanoelina est toujours incarcéré à Antanimora

L’affaire Hiary Rapanoelina refait surface. Depuis hier, ses collègues artistes se mobilisent dans les réseaux sociaux pour revendiquer sa libération. Impliqué dans une histoire de « Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy), Hiary Rapanoelina écope d’une peine d’un an d’emprisonnement ferme. Sur son compte facebook, l’artiste Jaojoby a haussé le ton en rappelant que Hiary Rapanoelina n’a tué personne et n’a pas vendu des terrains aux étrangers. Pour le moment, les artistes se contentent d’une mobilisation dans les réseaux sociaux. D’après eux, ils pourraient aller plus loin si besoin est.

Retrait des plaintes. Si cette affaire « Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy » refait surface actuellement, c’est parce que les artistes constatent une justice à deux vitesses à Madagascar suite à une affaire criminelle où un jeune homme, pris en flagrant délit de conduite en état d’ébriété, a tué deux personnes dans un accident de voiture à Alarobia, alors qu’il n’a été condamné qu’à une peine de trois mois d’emprisonnement avec sursis. Les deux affaires présentent une similitude dans la mesure où les plaignants ont retiré leurs plaintes. Les verdicts sont pourtant différents et injustes : Un an d’emprisonnement ferme pour Hiary Rapanoelina et 3 mois de prison avec sursis pour Thierry Rajoelina.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara547 partages

FOOTBALL / DOM TOM Cup : Ando Ratre coach de la sélection malgache

Renouer avec le titre. Tel est l’objectif de la sélection malgache à la Coupe de DOM TOM Cup 2017 organisée par RISI et Tropical club association les 24 et 25 juin au Complexe Leo Lagrange. Invitée à cette compétition, la sélection malgache est en course pour remporter le 3e titre à cette compétition réunissant les départements et territoire outre-mer français. Madagascar sera dans le groupe de la Nouvelle Calédonie, Martinique et l’Espoir Risi. Le regroupement de l’équipe malgache a débuté depuis lundi. Des anciens joueurs à l’image de Deba, André, Odon Ralaivao, Angelo, Tovohery, Jimmy Radafison et des jeunes comme Ridkard et Fetra suivent actuellement la préparation. C’est Ando Ratre, coach de l’ASM, double vainqueur de la RNS qui assure l’encadrement de l’équipe assisté par Christian Rakotoarimanana. Des « Barea » pourront étoffer la liste de l’équipe à l’image de Faneva Ima, Deba Kely et Dabo. « Nous allons essayer d’offrir une préparation digne d’une équipe nationale à travers l’hébergement, la restauration et biens d’autres conditions » a expliqué Solonirina Raharijaona, président de l’UFICASM.

T.H.

Midi Madagasikara537 partages

Détournement de deniers publics : Claudine Razaimamonjy risque 5 à 20 ans de travaux forcés

D’après la Vice-présidente du SMM, Bora Rojovola, la Conseillère spéciale auprès de la Présidence de la République ne peut pas bénéficier d’une assignation à résidence.

La Conseillère spéciale auprès de la Présidence de la République, Claudine Razaimamonjy passe son quatrième jour d’emprisonnement à Antanimora ce jour. Beaucoup de rumeurs circulent autour de son cas. Hier, une information affirmant son assignation à résidence surveillée à Manjakandriana a fait le tour des réseaux sociaux. Une information démentie par une source proche de la maison centrale d’Antanimora. Joint au téléphone, cette source a confirmé que cette femme proche du couple présidentiel est toujours incarcérée à la prison. Afin de vérifier la véracité de cette information, des émissaires envoyés par un haut responsable au niveau de la Primature ont fait le déplacement à Antanimora mardi dernier pour vérifier sa présence physique mais aussi et surtout pour constater de visu ses conditions de détention. A entendre les explications de notre source, depuis son transfert dans cette prison, la baronne du parti au pouvoir a toujours été bien traitée. « Elle ne subit aucune maltraitance ni de la part des agents pénitentiaires, ni de la part des autres détenues », a-t-on fait savoir. Ce qui est une évidence vu le statut social de l’intéressée.

Bailleur de fonds. Notre source a aussi annoncé que « contrairement aux autres prisonniers ordinaires, elle bénéficie d’un traitement particulier, pour ne pas dire traitement de faveur ». En effet, pendant la journée, la femme milliardaire passe son temps au bureau du chef de poste du quartier des femmes, tandis que dans la nuit, elle est transférée à l’infirmerie. Une information qui se présente comme une sorte de démentie à ce qui a été communiqué avant-hier par le Directeur d’établissement d’Antanimora. Ce dernier a déclaré lundi que Claudine Razaimamonjy est considérée et traitée comme tous les autres détenus. En tout cas, jusqu’ici, aucun politicien n’a encore fait le déplacement à Antanimora pour rendre visite à celle dont bon nombre d’observateurs considèrent comme le bailleur de fonds du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». A noter cependant la visite remarquable d’un haut responsable au niveau de la Direction régionale de l’Administration pénitentiaire de Fianarantsoa.

Résidence surveillée. Du côté du Syndicat des Magistrats de Madagascar, l’on continue de réclamer le respect de la procédure légale et un traitement égalitaire pour tous les détenus. « Il convient de laisser les juges en charge du dossier faire librement leur travail pour connaitre la vérité sur cette affaire, mais aussi pour que tous ceux qui sont impliqués de près ou de loin dans les détournements de deniers publics soient poursuivis », martèle-t-on. Hier, la Vice-présidente du SMM, Bora Rojovola a réagi aux rumeurs sur un éventuel projet de placement en résidence surveillée. Selon ses dires, « la résidence surveillée constitue une alternative à la prison. Elle s’applique uniquement à des prévenus qui ont déjà fait l’objet d’un jugement définitif. L’affaire Claudine Razaimamonjy n’ayant pas encore franchi le stade de l’enquête au fond, elle ne peut donc pas être assignée à résidence surveillée. D’autant plus que la résidence surveillée est généralement réservée pour les détenus politiques et les élus ou les membres du gouvernement ». A entendre les explications de Bora Rojovola, la patronne de l’hôtel « AC » et ses complices risquent gros dans cette affaire. Selon ses dires, « si l’on se réfère à l’article 169 du Code pénale, le détournement de deniers publics et le blanchiment d’argent sont des peines criminelles passibles de 5 à 20 ans de travaux forcés ». A l’allure où vont les choses, le bras de fer entre les tenants du régime HVM qui cherchent à blanchir Claudine Razaimamonjy par tous les moyens et le Syndicat des Magistrats de Madagascar qui persiste et signe sur l’importance de l’application à la lettre de la loi en vigueur, risque de s’intensifier. Dans son communiqué publié mardi dernier, le SMM déclare qu’il suit de près l’évolution de cette affaire. Un contrôle de détention à la prison d’Antanimora n’est pas à écarter dans les jours qui viennent. Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara258 partages

Ihosy : Fiarana manambonahitra ambony, tratra nitatitra rongony

Omaly maraina, fiarana zandary mitondra ny laharana Z 5160, izay laharana ampiasain’ny Vondro-tobim-pileovan’ny zandary Androy any Ambovombe, no voatery najanon’ny pôlisin’Ihosy. Rehefa nojerena mantsy dia mampiahiahy tanteraka ny zavatra nentiny, izay tsy inona tamin’ny fisavàna fa rongony eo amin’ny 20 gony teo. Olona telo no tao anatin’ity fiara ity, ary ny mpamily dia manao fanamiana sy galonan’ny zandary. Nentina nanaovana fanadihadiana avy hatrany moa ireto farany. Nitondra fanazavàna mahakasika ity tranga ity avy hatrany moa ny zandarimariam-pirenena, izay nilaza fa : « fisandohana ho zandary sy fampiasana an-tsokosoko laharana fiarakodian’ny zandary io zavatra io ». Rehefa nohamarinina tokoa mantsy dia fiaran’olon-tsotra izy ity no mody nasiana ity laharana famantarana ny fiara ampiasan’ny zandary ity. Tetsy an-danin’izay dia fantatra ihany koa fa olona misandoka ho zandary ilay mpamily nitondra azy. « Zandary efa voaroaka tamin’ny taona 2010 (décision N° 391-COM/4DRH/PSO tamin’ny 22 septambra 2010) io mpamily io noho ny fanaovana asan-jiolahy sy fanafihana, ary koa efa niditra am-ponja teny amin’ny fonjaben’i Tsiafahy tamin’io taona io ihany no izao tratra manohy ny asa ratsiny izao indray » hoy ny fanazavàna hatrany. Tao anatin’ny fanadihadiana lalindalina ihany koa no nilazan’izy ireo fa tena misy ilay laharana ary « manamboninahitra ambony ao amin’ny zandarimariam-pirenena no tompony. Efa nandray ny fepetra ny nandefasana azy io any Ihosy mba hatao famotorana ny Tompon’andraikitra ambony ao amin’ny Zandarimariam-pirenena. Fantatra moa fa zokin’ilay mpamily nisandoka ho zandary ihany izy io ». Nosokafana avy hatrany moa ny fanadihadiana izay niarahan’ny zandary sy ny pôlisy izay nahatratra azy ireo. Eto kosa dia manamafy hatrany ny avy ao amin’ny zandarimariam-pirenena fa « tsy handefitra fa handray ny andraikitra manandrify izay mety ho fandikan-dalàna rehetra hita amin’izao raharaha izao ka hanao ny fampiharana ny lalàna manankery na ny araky ny lalàna famaizana izany na ny ara-pitsipi-pifehezana raha toa ka misy andraikitr’io manamboninahitra ambony io na ankolaka na mivantana amin’izao raharaha izao ». Ary « ny mpanao fanadihadiana sy ny fitsarana hanao ny asany fa ny ny ambaratongam-pahefana eo anivon’ny zandary kosa dia tsy hanao afa-tsy ny fampiharana sy fanatanterahana izay didy ho avoakan’ny fitsarana sy ny « conseil d’enquête ».

m.L

L'express de Madagascar240 partages

Traite de domestiques – Les Nations Unies crient haro

Des rencontres avec les autorités et les compagnies aériennes ont été organisées. Le but est de stopper l’exportation de domestiques vers des pays à risques.

Coup d’arrêt. Les exportations clandestines de travailleurs malgaches vers des destinations à hauts risques sur la sellette. Lundi et mardi, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), une agence intergouvernementale des Nations Unies, basée à Genève, a organisé des réunions de sensibilisation, ayant rassemblé les compagnies aériennes ainsi que les autorités en exercice à l’aéroport international d’Ivato, dont l’Aviation Civile de Mada­gascar, la Police de l’air et des Frontières et la gendarmerie.Des informations confirmées à demi-mot par des sources concordantes révèlent que l’exportation de main d’œuvre malgache, en l’occurrence d’aides familiales dans des pays où les voyants sont au rouge en matière de traitements de travailleurs et travailleuses immigrés, continue par des moyens qui laissent rêveur, bien que le gouvernement ait décidé de sa suspension en 2013, de par le ministère de la Fonction publique et des lois sociales. Le haro gouvernemental semble toutefois  contourné par des pratiques corruptives qui nourrissent tout un réseau, dont les maillons interagissent de manière ponctuelle mais aussi permanente, dans la mise en œuvre, voire la fabrication de papiers d’immigration, jusqu’à l’embarquement à bord de l’avion, des candidats pour l’incertain, lesquels sont le plus souvent aveuglés par des fines promesses.

RéclusionDans ces subterfuges, des fonctionnaires des services de l’immigration, des policiers en charge de la délivrance des passeports, des fonctionnaires de la police de l’air et des frontières, des responsables d’agences de placement et de recrutement ainsi que des employés des compagnies aériennes, sont cloués au pilori.Lors des rencontres, l’OIM a rappelé que des pays du Moyen-Orient comme l’Arabie Saoudite, le Liban, le Koweït et même Dubaï, figurent parmi les destinations à risques pour les travailleurs, et qu’il n’en est pas moins même pour un grand pays d’Asie à l’instar de la Chine. Pour resserrer la vis, l’OIM a remis aux autorités aéroportuaires ainsi qu’aux compagnies aériennes des copies de l’arrêté interdisant l’envoi de travailleurs vers les pays en question, tout en signifiant que toute complicité avérée dans cette traite humaine est passible d’au moins deux mois de réclusion, contre des peines pouvant dépasser deux ans de prison ferme pour les auteurs. Pour le cas de Madagascar, cette initiative consiste à protéger la dignité destravailleurs en verrouillant l’immigration domestique et pourtant dépareillée du fait que ces pays dits à risque, n’ont adopté aucune loi interdisant l’arrivée de main d’œuvre étrangère.Pour mettre fin à l’hémorragie, l’OIM appelle toutefois  à la collaboration de tout un chacun dans la dénonciation des exportations périlleuses de travailleurs en la saisissant dès qu’un cas est signalé.

Andry Manase

Midi Madagasikara189 partages

ECOLE NORMALE SUPERIEURE : L’ENS 2e au débat parlementaire

L’Ecole normale supérieure par le biais de la mention Histoire-Géographie et Education à la Citoyenneté s’est illustré pour la 2è place des débats parlementaires. Organisée conjointement par l’Association Liberty 32, l’ONG Youth First et le Programme des Nations – Unies pour le Développement (P.N.U.D.), le concours de débat a vu la présence de l’ENS avec  Andrianarivo Johary, Rakotarisoa Antsa Mahasambatra,  Ramamonjisoa-Mahandry Aina Irina et Andriamera Michel Manjaka. Ce fut une fois de plus l’occasion pour l’Ecole de se faire connaître. Notons que cette célébration de la Journée Nationale des parlementaires s’est déroulée  le 09 Juin 2017 à la Bibliothèque Nationale et a réuni plusieurs universités. Le thème de cette année était ‘’ Dialogue entre les Parlementaires et le Peuple’’.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara179 partages

Présidentielle de 2018 : Rajaonarimampianina instrumentalise les grands projets de l’Etat

Le président en exercice multiplie ces derniers temps l’annonce des grands projets financés par l’argent public.

La CENI aura beaucoup à faire pour que les candidats aient les mêmes chances devant les électeurs.

Le régime HVM se lance autrement dans sa pré-campagne pour les présidentielles de 2018. Ces derniers, des grands projets d’infrastructure ont été annoncés en grande pompe. Soit, la réalisation de ces grands projets débutera en 2018, soit 2018 sera l’année charnière de la réalisation. C’est le cas ces derniers jours du projet d’extension des grands aéroports de Madagascar dont la réalisation vient de commencer il y a quelques jours. C’est également le cas du redressement de la société d’Etat JIRAMA. A ce propos, l’Etat vient d’inscrire dans la Loi de Finances Rectificative 2017 (LFR 2017) une subvention de 200 milliards d’ariary. D’après nos informations, 2018 sera l’année où les efforts menés dans le cadre de ce redressement budgétivore  produirait ses résultats. Sans parler d’autres grands projets routiers, pour ne citer que la construction d’une route reliant directement Morondava et Toliara et  la construction d’une rocade reliant Marais Masay et By-pass. Pour ce dernier grand projet, l’Etat a sollicité des prêts à l’AFD (Agence Française du Développement), à la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et une subvention à l’Union européenne. Le coût total du projet s’élève à 52 millions d’Euros. En un mot, le régime HVM misera sur la réalisation de ces grands projets financés par l’argent des contribuables pour faire remonter sa cote de popularité à l’approche de 2018.

Egalité des chances. Visiblement préoccupés par la réalisation de ces grands projets, les dirigeants perdent de vue les problèmes sociaux auxquels sont actuellement confrontés les Malgaches. Hier, le CCOC (Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes), une entité de la société civile malgache, a fait constater  lors d’une conférence-débat à la « Tranom-pokololona » à Analakely que le régime en place a relégué au dernier plan ces problèmes sociaux. Les Malgaches sont abandonnés seuls entre les mains des bandits qui ne cessent de terroriser et de semer l’insécurité dans toutes les parties de l’île. En tout cas, le HVM instrumentalise politiquement les grands projets de l’Etat en vue de l’élection présidentielle de 2018. L’égalité des chances des candidats est déjà compromise. Les dirigeants ne cessent d’organiser des rassemblements populaires pour l’annonce de ces projets, tandis que ses adversaires politiques ne sont même pas autorisés à s’adresser directement à la population lors des meetings ou autres moyens de communication. L’Etat a autorisé l’ouverture de nouvelles stations de télévision et de radio appartenant à des caciques du régime, alors que la MBS et la Free TV n’ont pas jusqu’à présent obtenu leur autorisation de réouverture. Bref, tous les moyens sont bons pour le HVM pour assurer la réélection de Hery Rajaonarimampianina si celui-ci sera candidat à sa propre succession en 2018.

R. Eugène

Midi Madagasikara107 partages

« Global collaboration week » : Deenyz, un featuring avec Jason Derulo en gestation

Deenyz lors d’une séance d’enregistrement avec Jason Derulo, au Studio Coke à Nairobi

Son titre “Swalla”, en featuring avec Nicki Minaj a été vu plus de 300 millions de fois. A 28 ans, il a également déjà remporté plusieurs récompenses internationales : Teen Choice Award du meilleur album R’nb en 2010, songwriter of the year au Pop Music Awards en 2011, teen Choice Award de la star musicale de l’été en 2014, Youtube Music Award en 2015, CMT Music Award for CMT Performance of the year en 2017… Et il va collaborer sur un titre avec Deenyz, cette chanteuse malgache qui a remporté l’Island Talent Africa. Deux autres artistes, X Maleya et le chanteur Mozambicain Mr Bow sont aussi de cette aventure musicale inédite. Cette collaboration entre dans le cadre du « Global collaboration week » 2017 de Coke Studio Africa, l’émission qui permet chaque année à de nombreux artistes de la planète de fusionner leurs styles.Mahetsaka

Midi Madagasikara101 partages

INFA : Concours reporté au 19 juillet

Le concours d’entrée à l’Institut National de Formation Administrative (INFA) a été reporté aux 19, 20 et 21 juillet prochains. La date de clôture du dépôt de candidature est fixée au 19 juin à 18h. Les examens se tiendront dans les chefs-lieux des 222 régions. Notons  que ce concours porte notamment sur les postes d’adjoint et assistant d’administration, contrôleur et assistant rédacteur des Domaines, contrôleur du commerce et de la concurrence, contrôleur du Travail et des lois sociales ainsi que l’adjoint et assistant technique de la statistique.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara87 partages

Gaz domestique : Une baisse de 7% des prix à partir de cette semaine

La baisse des prix du gaz est un facteur de lutte contre la déforestation

Excellent alternative au charbon de bois, le gaz est de plus en plus utilisé par les ménages malgaches.

Une bonne nouvelle pour les consommateurs. Vitogaz, le principal producteur et distributeur du gaz domestique à Madagascar  vient de décider une réduction des prix.

Bouffée d’oxygène. Il s’agit plus précisément d’une baisse de 7% de la charge de gaz à partir de cette semaine.  Ainsi, la bouteille de 9 kg va passer de 51.000 Ar à 47.500 Ar, dans les différents points de vente de la capitale et des autres régions du pays. La bouteille de 12 kg quant à elle, passe de 71.000 Ar à 66.000 Ar. Beaucoup d’économie en somme pour les ménages utilisant le gaz comme source d’énergie domestique. Une manière en tout cas pour Vitogaz de donner aux consommateurs une bouffée d’oxygène, surtout en ce moment où la tendance générale est à la hausse pour les produits de première nécessité.  D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que Vitogaz procède à une baisse des prix. En effet, depuis début 2015, le prix du gaz aura baissé de plus de 20%.  «Cette baisse des prix reflète la

volonté de la société VITOGAZ de soutenir en permanence le développement de la

consommation du gaz,  et de faciliter ainsi l’accès à une énergie de proximité fiable,

écologique, puissante et compétitive pour les foyers et les industriels à Madagascar » annonce-t-on chez Vitogaz.

Transition. Une manière pour cette entreprise de participer à la transition de Madagascar vers une source d’énergie disponible et propre. Cette transition s’avère, en effet indispensable dans la mesure où  l’utilisation à grande échelle du charbon de bois est devenue un danger réel pour l’environnement et la santé de la population. Notons également que pour accompagner ce développement de la consommation de gaz butane, la société VITOGAZ va lancer dans quelques jours une campagne de promotion sur le « fatapera à gaz », parfait pour cuisiner facilement. En tout cas, après la perturbation provoquée par la coupure de la RN4, l’approvisionnement en gaz connait un retour progressif à la normale. Si la bouteille de 12 kg est disponible d’une manière permanente, par contre pour la charge de 9 kg, l’on constate encore quelques problèmes d’approvisionnement dû au fait que la psychose de pénurie étant, les consommateurs en achètent plus que d’habitude.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza70 partages

Hery Rajaonarimampianina Efa ailik’ireo firenen-dehibe

Tsy afaka nihaona tamin’ireo filoham-panjakana Frantsay sy Alemana ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina nandritra ny fitsidihana nataony tany Eoropa farany teo na dia re tsiliantsofina ihany aza fa efa niezaka mafy ny hanao izany.

 

 Nandray ireo filoha ivoarianina Alassane Ouatarra sy senegaley Macky Sall tao amin’ny Lapan’i Elysée anefa i Emmanuel Macron tamin’ity herinandro ity. Nampiantrano ny fihaonan’ny vondron’ireo tany 20 matanjaka ara-toekarena indrindra manerantany ihany koa i Berlin ny 12 sy 13 jona 2017. Nanasa filoham-panjakana 9 avy eto Afrika rahateo ny lehiben’ny governemanta Alemana sady mpitarika ny G20 Angela Merkel saingy tsy tao anaty lisitra ny filoha Malagasy. Andro vitsy talohan’io anefa no nitsidika an’i Alemaina i Hery Rajaonarimampianina sy ny delegasionina notarihany nahitana olom-boafidy sy mpandraharaha. Marihana fa niatrika io fivoriana goavana io ireo rafitra mpamatsy vola eo anivon’ny Bretton Woods nahitana ny tale jeneralin’ny Tahirimbola iraisampirenena Christine Lagarde sy ny filohan’ny Banky iraisampirenena Jim Yong Kim ary ny filohan’ny Banky afrikanina misahana ny fampandrosoana Akiinwumi Adesina. Voaresaka nandritra ny fihaonana moa ny tontolon’ny fiaraha-miombon’antoky ny fanjakana sy ny tsy miankina, ny orinasa famokarana sakafo na koa ny ady amin’ny kolikoly sy ireo lohahevitra maro momba ny sehatry ny fampandrosoana. Tsy voaantso ny mpitondra Malagasy. Tsotra ny antony : tsy laharampahamehana amin’ny mpamatsy vola ny fiaraha-miasa amin’i Madagasikara satria tsy atokisan’izy ireo ny mpitondra amin’izao fotoana na inona na inona fanadiovan-tena ataon’ireto farany. Ny tany miady aza mbola mahazo famatsiambola betsaka noho i Madagasikara. Tsy miova ny fepetra takian’ny mpiara-miombon’antoka teknika sy ara-bola fa ny fisian’ny fanjakana tan-dalàna, fanaovana ady amin’ny kolikoly, ny mangarahara amin’ny fitantanan-draharaham-panjakana, ny fanajana ny zon’olombelona. Ireo fotsiny aloha dia efa olana goavana eto Madagasikara raha ny zava-misy isan’andro no jerena koa tsy atao mahagaga raha manilika an-dRajaonarimampianina ny mpiara-miasa vahiny. Mety noho ny tsy mbola mahavoatendry ireo masoivohontsika any ivelany koa. Mila manaiky ilay olona notendrena mantsy ilay firenena hiasany vao tena afaka miasa ao ilay masoivoho.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza61 partages

Trafikana rongony tao IhosyZandary no atidoha ?

Rongony 20 gony no indray saron’ny polisy tao an-tampon-tanànan’i Ihosy tamin’ity herinandro ity.

Toky R

 

 

L'express de Madagascar61 partages

En ver et contre tout

La poisse. Décidément, il ne se passe pas un mois sans qu’un drame n’apparaisse durant ce mandat. On dirait un acharnement du sort et de la nature. On aura tout vu depuis trois ans. De l’inondation à la sécheresse en passant par le tremblement de terre, l’avalanche de grêlons, l’invasion acridienne, les incendies, les accidents de voiture, les braquages, les kidnappings, les trafics en tous genres, les vindictes populaires… La liste n’est pas exhaustive.Le dernier drame en date et aussi symbolique que dramatique. Plus d’une soixantaine d’élèves ont été intoxiqués par des vermifuges à Toliara. L’hécatombe est évitée in-extremis. Pour le moment, on ignore si le vermifuge était périmé au point de tuer l’homme avec le parasite. Selon le ministre de la Santé-qui a trouvé les moyens d’accabler les victimes auxquelles il a reproché de ne pas avoir pris un petit déjeuner- d’autres élèves ont pris le même vermifuge mais n’ont rien senti.De deux choses l’une. Soit le vermifuge est bel et bien périmé et s’est transformé en puissant poison, soit les élèves ont ingurgité autre chose. Toutes les hypothèses sont possibles. Même un coup politique n’est pas à écarter.On peut en rire lorsque le Président de la République ou le Premier ministre évoquent des dessous politiques dans certaines affaires à l’image de celle d’Antsakabary où une histoire de vol de volailles s’est terminée par le lynchage de deux policiers et l’incendie de tout un village. Quand on sait qu’Antsakabary n’est pas accessible en voiture, que c’est un bled perdu au bout du monde sans le moindre moyen de communication, on se demande si tout n’a pas été orchestré pour un objectif politique.Quand tout est verrouillé, quand la liberté d’expression est réduite aux articles de journaux et aux émissions radio-télévisées, les opposants au régime pratiquement bâillonnés et muselés cherchent d’autres moyens pour se faire entendre. Qui plus est à l’approche de la fête nationale, souvent objet de controverse entre le pouvoir et ses détracteurs. L’année dernière, une bombe avait explosé au stade dé Mahamasina, quelque temps après le départ du President venu assister au grand spectacle artistique.C’est un peu simpliste de ramener à la déstabilisation, tout événement singulier mais à y voir de près, c’est fort possible. Mais en décidant de tout interdire, en particulier les manifestations à caractère politique, l’État a choisi de faire la guerre contre l’ombre, contre un ennemi invisible. Ce n’est pas fini. Plus la fête nationale approche, plus les choses vont se compliquer davantage. On a eu beau interdire les pétards, cela n’empêche pas les détracteurs du régime de trouver d’autres moyens de parvenir à leurs fins.À force de rejeter toutes les propositions des opposants, ceux-ci ou ceux qui sont mécontents sans pouvoir le dire, finissent par se radicaliser dans des actes extrémistes. L’État n’a pas intérêt à fermer la dernière porte du dialogue au risque de rétrécir sa propre marge de manœuvre.Quand il n’y a plus possibilité d’écoute réciproque, le camp des opprimés choisit de foncer en ver et contre tout.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara53 partages

Coopération : Un don de 14 millions d’euros de la Kfw pour l’électrification rurale

Le ministre des Finances et du Budget Rakotoarimanana Marie Gervais a loué l’efficacité de la coopération allemande

D’ici 2019, la lumière sera  pour 170 villages répartis dans 138 communes rurales des districts d’Andapa, de Vohémar et d’Antalaha. Et ce, grâce à la coopération allemande, par le biais d’un don de 14 millions d’euros octroyé par la Kfw, organisme de coopération du gouvernement allemand. La signature de la convention relative à ce don a eu lieu, hier au ministère des Finances et du Budget, en présence du ministre Rakotoarimanana Marie Gervais.

Ce fonds est destiné à approvisionner les zones rurales non électrifiées en énergie électrique sur une base écologiquement et économiquement durable. En effet, grâce à ces 14 millions d’euros (environ 44,8 milliards Ar) 5 centrales hydroélectriques totalisant 13.3 Mw seront interconnectés par des réseaux électriques. « Les populations cibles des communes rurales concernées auront accès à l’électricité et ceux qui en avaient déjà bénéficieront de meilleurs services », a déclaré le ministre des Finances et du Budget. Ce dernier devait par ailleurs lancer un appel aux responsables concernés pour accélérer les travaux de réalisation du projet. Des travaux prévus d’être bouclés d’ici 2019 et qui seront réalisés par l’Agence de Développement de l’Electrification Rurale (ADER). A noter que ce projet est d’une grande importance économique dans la mesure où l’installation de centrales hydroélectriques entraîne une réduction de 80% de l’utilisation de carburants.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza51 partages

Aferana solika 375 tapitrisa ariaryNisy nitory i Elysée Ratsiraka

Araka ny vaovao nivoaka omaly, dia nandefasan’ny polisy fampiantsoana ny Ben’ny tanànan’i Toamasina voalohany avy amin’ny antoko MAPAR, Elysée Ratsiraka.

Nisy nametraka fitoriana momba ny raharaha sy fitantanana tsy mazava izy raha ny loharanom-baovao azo, saingy tsy fantatra mazava hatreto hoe ny avy ao amin’ny kaominina, toy ny mpanolotsaina monisipaly ve no nitory sa olona avy tany ivelany mihitsy ? Resaka fanodinkodinana solika mitentina hatrany amin’ny 375 tapitrisa Ariary kosa no vesatra sy antony nampanantsoina azy. Samy miandry izay ho tohin’ny tantara ny rehetra. Marihina fa ben’ny tanàna avy amin’ny vondrona MAPAR ity ben’ny tanàna ity ary efa nisedra olana maro tamin’ny fitantanana ny renivohitr’i Betsimisaraka noho ny tsy fifankahazoana tamin’ny fanjakana foibe. Raha somary nilamindamina ny fitantanany ny tanàna tato ho ato, dia miseho indray ny olana mahasaringotra azy, ka tsy hay na ho afa-bela ny tenany na ho mety hidoboka am-ponja amin’ity raharaha ity.

Toky R

 

Midi Madagasikara48 partages

ATSIMO ANDREFANA : Sakaraha ; Ahiana ho lany tamingana ny sifaka ao amin’ny valanjavaboahary Zombitse Voh...

Manahy ny rehetra misehatra amin’ny fiarovana ny biby sy ny tontolo iainana any amin’ny Faritra Atsimo Andrefana, fa ahiana/atahorana ho lany tamingana ny biby arovana ao amin’ny valanjavaboahary Zombitse Vohibasia, any Sakaraha. Raha ny fanazavana azo dia mitombo isa ireo biby arovana ao amin’ity “parc” ity no miampita ka maty voahitsaka na voadonan’ireo fiara mandeha mafy, noho ny lalana tsara amin’ny RN7 mamakivaky an’ity valanjavaboahary ity. Mangataka amin’ny tompon’andraikitra ny mpitantana ao Zombitse Vohibasia, ny mba hametahana “casseur de vitesse” maromaro amin’ ny lalana. Fantatra ihany koa fa noho ny fihazana an-tsokotsoko ny sifaka atao sakafo sy amidy hitadiavam-bola, dia ahiana ho lany tamingana ity karazan-gidro tsy manam-paharoa any Atsimon’ny nosy sy eto Madagasikara ity. Na dia sarotiny amin’ny fiarovana aza ireo Vondron’ Olona Ifotony, dia tsy afa-manoatra manoloana ny fikapan’ny olona mitam-piadiana an-tsokotsoko ny andramena sy ireo hazo sarobidy hafa. Raha ny tati-baovao azo dia fantatra fa ataon’ireo dahalo mitam-basy avy nangalatra omby lalana fandosirana sy fanafenana omby halatra matetika ao amin’ ity valanjavaboahary ity.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara47 partages

Déparasitage des enfants à Toliara : Distribution de vermifuges suspendue

La distribution de mébendazole aux élèves dans le cadre du déparasitage a été suspendue par le ministère de la Santé publique. Cette opération de déparasitage, rappelons-le, a connu un incident, hier, à l’école primaire publique (EPP) d’Anketa, à Toliara II, où plusieurs dizaines d’élèves ont été pris de malaise quelques minutes après avoir pris le comprimé de mébendazole. Le ministre de la Santé s’est exprimé sur la question, hier, en marge de la célébration de la journée mondiale du don de sang. Le Pr Lalatiana Andriamanarivo a ainsi précisé qu’une trentaine d’élèves ont présenté des malaises et que le ministère prend en charge tous les soins prodigués à tous ces enfants. Une équipe du ministère de la Santé publique est actuellement sur place afin d’évaluer la situation et mener une investigation sur le pourquoi et le comment de cet incident qui, notons au passage, a causé le courroux des parents d’élèves, lesquels s’en sont pris aux enseignants qui ont distribué les vermifuges sans avoir informé les parents ni obtenu au préalable leur consentement.

Le chef du département de la santé, pour sa part, a expliqué que ce même vermifuge a été distribué à d’autres élèves à Betioky et n’a causé aucun problème.

Hanitra R.

La Vérité46 partages

Rajaonarimampianina bat son propre record - 9 voyages à l’extérieur en 6 mois…

Hery Rajaonarimampianina enchaîne les voyages à l’extérieur. Le Président de la République est actuellement en Afrique du Sud pour assister à la Conférence des investisseurs pour Madagascar, à Pretoria, au siège de la Development Bank of Southern Africa (Dbsa).

Le traditionnel Conseil des ministres de cette semaine a été avancé pour permettre au Chef de l’Etat de rallier Pretoria où se déroule cette conférence qui s’inscrit dans la continuité de celle de Paris organisée au mois de décembre 2016 et dont les retombées restent encore attendues jusqu’ici. En tout cas, il s’agit ici du 9e séjour à l’extérieur du numéro Un de l’Etat malagasy en cette année 2017.  Et on n’est qu’au premier semestre. A ce rythme, le locataire d’Iavoloha risque de dépasser son record de voyages à l’extérieur sur une année. La barre des 15 voyages, record établi par le Chef de l’Etat en 2015, pourrait rapidement être rattrapée voire voler en éclats si Hery Rajaonarimampianina poursuit dans sa cadence. Le continent africain a été pour l’heure le plus visité par Hery Rajaonarimampianina.  Pour rappel, dès la fin du mois de janvier, le numéro Un malagasy avait quitté le territoire national pour s’envoler en direction d’Addis- Abeba, la Capitale éthiopienne, où il a assisté au 28e sommet de l’Union africaine.  Quelques semaines plus tard, il a de nouveau quitté la Grande île pour rallier le continent pour assister au sommet extraordinaire de la Sadc au Swaziland où il a notamment pu s’entretenir avec sa majesté Mswati III, roi du Swaziland. Il avait ensuite effectué « une escale » dans le pays avant de rejoindre  Maurice pour y assister aux travaux de la première édition de la Plateforme économique africaine, Aep. Il a également été en Zambie au début de ce mois de juin et a pu à cette occasion rencontrer son homologue zambien, Edgar Lungu.  A la recherche de financements, le numéro Un de l’Etat malagasy était en visite d’Etat en Chine toujours au mois de mars. Une mission officielle au cours de laquelle, il s’est notamment entretenu avec son homologue Chinois Xi Jinping . Un entretien suivi d’une réunion de travail marquée par la signature d’un mémorandum portant sur l’intégration de Madagascar au sein du programme « Ceinture économique de la route de la soie ». Après une légère accalmie durant le mois d’avril, le Président de la République s’est cette fois-ci tourné vers l’Europe.  En effet, sur invitation du Président du Bundestag, le Président de la République s’est envolé vers l’Allemagne fédérale où il a débarqué dans la matinée du 31 mai. En à peine six mois, Hery Rajaonarimampianina  s’est donc rendu en Afrique, en Europe et en Asie. Pour boucler son road trip, il lui reste encore six mois et plus que deux continents à visiter à savoir l’Amérique et l’Océanie.  Des voyages successifs aux frais de la princesse et dont les retombées pour le pays sont sujettes à interrogations jusqu’ici…

Lalaina A.

Midi Madagasikara46 partages

Conseil des ministres : Un projet de loi visant d’anciens dirigeants et futurs candidats

Les 4 x 4 et autres voitures de luxe font partie des signes extérieurs de richesse de la Nomenkaltura

Il a été adopté avant-hier à Iavoloha deux projets de loi dont le premier porte sur la coopération internationale en matière pénale et le second sur le recouvrement et l’affectation d’avoirs illicites.

Le fait que les deux textes aient été présentés et adoptés simultanément, prête à penser qu’ils sont complémentaires. En effet, le recouvrement d’avoirs illicites souvent placés à l’étranger, nécessite forcément une entraide judiciaire internationale. Mais s’agissant de projets de loi appelés à être insérés dans l’ordonnancement juridique interne, ils régiront également les avoirs illicites sur place. Acquis par la corruption ou par d’autres crimes comme le kidnapping qui fait la Une de l’actualité ces derniers temps.

PPE. De toute façon, qu’ils aient été placés au pays ou sur une place financière en dehors du pays, les avoirs illicites qualifiés aussi d’ « avoirs de potentats », concernent surtout des Personnes Politiquement Exposées (PPE). Ces dernières sont généralement des personnes qui exercent ou ont exercé des fonctions importantes à l’étranger ou sur le plan national. Il s’agit notamment de chefs d’Etat ou de gouvernement ; de politiciens ; de hauts fonctionnaires servant ou ayant servi dans les différents secteurs de l’Administration (Armée, Justice, Finances…) Et qui ont pu se constituer des trésors de guerre dans la perspective des prochaines échéances électorales. Entre autres et non des moindres, les législatives et les présidentielles qui approchent à grand pas.

Elimination politique. Dans ces conditions, force est de se demander si les deux projets de loi censés être impersonnels et de portée générale, ne visent pas en fait d’anciens dirigeants dans le but inavoué de les écarter de la prochaine course à la magistrature suprême que le poulain du régime en place n’est pas sûr de remporter. Et ce, compte tenu de la valeur des adversaires déclarés ou potentiels à la présidentielle de 2018 qui sont des Personnes Politiquement Exposées à une élimination. Ceci expliquant peut-être cela. En tout cas, les deux projets de texte dont la teneur n’est pas pour le moment rendue publique, seront opposables à tous, une fois votés par les deux Chambres du Parlement, avalisé par la HCC et promulgué par le président de la République dont certains proches risquent aussi de tomber sous le coup de la loi sur les avoirs illicites, à en juger par leur train de vie et leurs signes extérieurs de richesse qui sont sans commune mesure avec leurs revenus déclarés. Des PPE en puissance à moins qu’il y ait encore une fois, une justice ou une injustice (c’est selon) à deux vitesses.

R. O

Midi Madagasikara41 partages

Lutte contre la corruption : Installation d’une antenne mobile du Bianco à Ambositra

L’antenne mobile du Bianco à Antamponivinany-Ambositra. Photo Anastase

Dans le cadre de l’amélioration de sa stratégie de proximité, la direction territoriale du Bianco de Fianarantsoa a procédé, le 12 juin dernier à l’installation officielle de son antenne mobile à Ambositra, sise dans le quartier d’Antamponivinany dans les locaux annexes de la direction régionale de la Population.

15 jours

L’installation de cette antenne mobile et disposant de toutes les branches opérationnelles du bureau indépendant anti-corruption, a été rendue possible, grâce à la collaboration conjointe de la préfecture d’Ambositra, de la région d’Amoron’i Mania et de la municipalité d’Ambositra. Compte tenu des moyens limités, elle ne sera fonctionnelle en premier temps, que pour un délai de 15 jours à compter du 12 juin, a informé Ramananarivo Heriniaina, directeur de cette branche territoriale.

Sensibilisation

En ce qui concerne l’Amoron’i Mania en matière de lutte contre la corruption, en général, a souligné Ramananarivo Heriniaina, les actions ont été surtout orientées dans la sensibilisation, la prévention, comme la mise en place des standards de services au sein des services publics. Malheureusement, constate le premier responsable de la branche territoriale du Bianco-Fianarantsoa, le public n’est pas encore en mesure d’appréhender réellement, que la corruption en soi, constitue un délit et est punissable devant la loi. Raison pour laquelle, le Bianco a tenu à améliorer sa stratégie de proximité pour être en mesure de mieux cerner les faits sur place au sein même de la société.

Anastase

Midi Madagasikara40 partages

Kidnapping à Behoririka : Des pourparlers pour la libération de Chandarana en cours

Après huit jours de séquestration, le frère du patron de l’hôtel Mellis, enlevé à Behoririka le 7 juin dernier pourrait retrouver la liberté d’ici peu. Selon des sources proches de la communauté à laquelle appartient cet indo-pakistanais d’une cinquantaine d’année, des pourparlers avec les ravisseurs seraient en cours ces derniers temps. En effet, il se peut que les ravisseurs aient déjà imposé leur exigence et cette affaire serait bouclée demain.

T.M.

Midi Madagasikara40 partages

Présidentielles 2018 : trois sérieux challengers en lice

A un an et demi de l’élection présidentielle malgache, le jeu politique ne s’est pas encore emballé. On sait cependant à quoi s’en tenir car la course à la magistrature suprême devrait se jouer entre les trois poids lourds ayant occupé le devant de la scène ces sept dernières années. Le chef de l’Etat actuel, le président de la transition et celui que ce dernier  a chassé du pouvoir sont bien décidés à remporter l’élection.

Présidentielles 2018 : trois sérieux challengers en lice

Les principaux hommes  politiques malgaches ont accepté le retour à l’ordre constitutionnel après la longue parenthèse de la transition. Ils conviennent que c’est par les élections qu’ils pourront arriver au pouvoir. Ceux qui étaient tentés de fomenter des troubles ont très vite été dissuadés par le régime qui a su étouffer toutes les contestations. Ils sont trois à se préparer pour cette bataille électorale. Le président en exercice Hery Rajaonarimampianina a l’avantage de disposer des prérogatives de la puissance publique. Il peut neutraliser ses adversaires politiques en les utilisant. Bien que déconsidéré par son inaction à la tête de l’Etat depuis le début de son mandat, il peut encore reconquérir l’électorat en organisant une campagne de communication très habile. Les cadres de son parti HVM sont à la manœuvre en ce moment. Les rendez-vous  du président sur « You tube » sont programmés pour remonter dans l’estime de ceux qui utilisent les réseaux sociaux. L’annonce de projets ambitieux entre dans ce cadre et elle préfigure la  présentation qui en sera faite l’année prochaine pour séduire les électeurs. L’ancien président de la transition n’a pas rompu le silence qu’il observe depuis l’accession de son ancien allié à la présidence. Il a fait sienne cette maxime : « le silence est d’or, la parole est d’argent ».Il n’est pas pour autant inactif et il se prépare soigneusement à la bataille électorale qui va avoir lieu. Ses partisans disent qu’il a mûri et qu’il a acquis au cours de ces dernières années les qualités d’un véritable homme d’Etat. Marc Ravalomanana, quant à lui, ne s’est pas caché et il clame haut et fort qu’il est prêt à affronter le suffrage universel. Il est très présent dans les médias et il a pu mesurer sa popularité lors des tournées faites en province. Le jeu pour l’élection présidentielle de 2018 est très ouvert. Mais la campagne électorale en elle-même n’a pas encore véritablement commencé.

Patrice RABE

L'express de Madagascar37 partages

Programme FEC – Le gouvernement affiche sa confiance

Le dossier Madagascar passera devant le conseil d’administration FMI à la fin de ce mois-ci. Le gouvernement reste très confiant sur la continuité du programme FEC.

C’est presque sûr. Le décaissement de la deuxième tranche au titre du programme Facilité élargie de crédit (FEC) est quasiment acquis. Toutes les conditions préalables sont réunies pour que le dossier Mada­gascar soit examiné par le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI). De son côté, le gouvernement affiche sa confiance en la continuité du programme. « Nous sommes très confiants. Il n’y a aucune raison pour que ce programme soit bloqué », a déclaré Gervais Rakotoarimanana, ministre des Finances et du budget hier.Les conclusions préliminaires de la mission d’évaluation du FMI avaient mis au conditionnel l’examen du dossier Madagascar au mois de mars, lors de la première revue semestrielle dans le cadre de ce programme, même si tous les indicateurs semblaient être au vert avec la réalisation des objectifs fixés à la fin de l’année. Certains points assombrissent cette image. « Les dossiers concernant les sociétés étatiques comme la Jirama ou la compagnie Air Madagascar risqueraient de retarder, ou encore de faire blocage à ce décaissement. Ces entreprises continuent de  peser sur le budget et l’économie », a déclaré Marshal Mills, chef de mission du FMI le 22 mars.

Sous réserveDepuis quelques semaines, le gouvernement s’est engagé dans une course contre la montre pour rassurer le FMI et faire en sorte que le dossier puisse passer devant le Board. Le dossier Air Madagascar est presque bouclé. Le projet de loi des Finances rectificative autorise le gouvernement à passer à l’éponge les dettes de 88 millions de dollars de la compagnie aérienne grâce à des transferts additionnels.Le 28 juillet 2016, le conseil d’administration du FMI a donné son feu vert au premier déblocage d’un montant de 43.5 millions de dollars, au titre du programme FEC. Le montant résiduel sera mis à disposition en plusieurs tranches sur la durée du programme, sous réserve de la réalisation de revues semestrielles. Une mauvaise performance du gouvernement entraînera une suspension du contrat. Ce qui pourrait provoquer une conséquence inestimable pour l’économie du pays. Les partenaires techniques et financiers risqueraient de bloquer leurs financements.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara37 partages

Danse : D’Pendanse reporté en septembre

La troupe D’Pendanse sera à Mada quand même !

Alors que la troupe D’Pendanse, qui devait effectuer une tournée dans la région Océan Indien en passant par Maurice, La Réunion et Madagascar, est attendue pour les 27 et 29 juin prochains, les spectacles ont du être reportés car les deux îles sœurs ont désisté. Mais le show must go on !

Ce n’est que partie remise. Si la troupe D’Pendanse ne pourra pas assurer ses deux dates pour ce mois de juin, comme déjà annoncé, elle sera à Madagascar au mois de septembre. Les fans et ceux qui les apprécient peuvent donc souffler, ce n’est qu’un report. Les organisateurs, le CID (Conseil Indépendant de Danse Madagascar) ont donc réuni la presse hier pour rassurer le public qui les attend déjà très impatiemment. D’autant plus que la communication autour de l’événement a été assez bruyante, et que leur prestation de l’année 2015 a laissé de bonnes impressions. « Pour des raisons indépendantes de notre volonté, la tournée le l’Océan Indien est définitivement annulée, suite au désistement de dernière minute de Maurice et de La Réunion. De ce fait, le spectacle à Madagascar se tiendra en septembre dans la semaine du 4 septembre, et seulement à Madagascar », promet la troupe.

Selfies. Une bonne nouvelle finalement donc, pour le public passionné de danse et de spectacle. Car le show aura bien lieu. Le CID prévoit d’organiser l’événement durant le week-end de la première semaine de septembre au Palais des Sports. Comme déjà convenu, une avant-première se tiendra au CCI Ivato, et ceux qui y seront auront le privilège de rencontrer les danseurs et même de prendre des selfies avec eux. Maxime Dereymez, Katrina Patchett, Denitsa Ikonomova, Laurent Maistret, Jade Geropp, Christian Millette, Yann-Alrick Mortreuil, Guillaume Foucault et Emmanuelle Berne seront ravis de partager ces moments forts avec eux.

Anjara Rasoanaivo

Madaplus.info30 partages

La distribution des vermifuges à Toliara a engendré l’hospitalisation de plus de 60 enfants

Pas de chance pour la campagne de distribution gratuite de vermifuges à tous les établissements primaires de Toliara.
Plus de 60 enfants des classes de neuvième, huitième et septième de l’Établissement Primaire Public d’ Anketaba, dans le district de Toliara I ont dû faire l’objet d’une hospitalisation avant-hier, suite à la distribution gratuite de vermifuges. Ceci entre dans la campagne de distribution gratuite de vermifuges à Toliara qui a commencé dans l’établissement cité ci-dessus. Maintenant, les autres parents des élèves étudiants dans les autres établissements sont méfiants et souhaitent que cette campagne s’arrête. Une investigation est en train de se faire actuellement pour trouver la source de cet incident. Le ministre de l’Education Nationale a publié sur son compte Facebook que la campagne de distribution doit cesser. .
Midi Madagasikara29 partages

Conférence Mondiale sur les Océans : Engagements de Madagascar à la gestion durable des ressources marines

Lors de l’intervention du ministre de la Pêche, Gilbert François à la Conférence Mondiale sur les Océans à New York.

Madagascar a participé tout récemment à la Conférence Mondiale sur les Océans organisée par le Système des Nations Unies à New York. Le pays a été représenté par une délégation conduite par le ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, Gilbert François, à cette occasion.

Lors de son allocution, il a évoqué que le gouvernement a fait des engagements afin de gérer de manière durable les ressources marines, de restaurer les écosystèmes et d’assurer la pérennité des activités. Il s’agit notamment du renforcement de la sécurisation en mer et de ses ressources ainsi que de l’intégration du concept de maritimisation et de l’utilisation de la planification spatiale marine comme outil de base pour la promotion de l’économie bleue dans la Grande île. Réglementer efficacement la pêche tout en instaurant une exploitation rationnelle des ressources marines et côtières, n’est pas en reste.

Atteinte de l’ODD No 14. En outre, « Madagascar adhère également aux engagements régionaux des pays de l’Océan Indien Occidental relatifs à la lutte contre la pollution, à la gestion durable des ressources halieutiques partagées, à la réduction d’émission de carbone et à la gouvernance intégrée des océans. Et le pays est déjà signataire des conventions et accords afin de réaliser tous ces engagements aussi bien nationaux que régionaux », a avancé le ministre de tutelle, en marge de la cérémonie de remise de donation par l’UNESCO à son département hier. Parmi lesquels, on peut citer, entre autres, la Convention de Nairobi pour la protection, la gestion et le développement de l’environnement marin et côtier, l’Accord sur les mesures du ressort de l’état du port visant à prévenir, à contrecarrer et à éliminer la pêche illicite non déclarée et non réglementée au niveau de l’Océan Indien Occidental. Ce n’est pas tout ! Madagascar a aussi ratifié l’Accord de Paris et la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer. Notons que le thème abordé lors de cette Conférence Mondiale sur les Océans portait sur « Nos Océans, notre avenir : forger des partenariats pour la mise en œuvre de l’Objectif de Développement Durable No 14 ». Cet ODD 14 se formule « Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins de développement durable ». « Conscient de l’importance de l’atteinte des cibles de l’ODD 14, le gouvernement prévoit de mettre en place au niveau national, un comité de mise en œuvre intersectoriel, en concertation avec toutes les parties prenantes », a soulevé le ministre Gilbert François.

Accès à l’information. Et en revenant sur la donation en matériels et équipements informatiques par l’UNESCO au profit du Centre de Documentation et d’Information du ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche, il a déclaré que cela permet d’améliorer les conditions de travail des agents de l’Etat et de moderniser l’administration publique. L’objectif consiste également à faciliter l’accès à l’information relative à la gestion des ressources halieutiques, et ce, au profit des décideurs, des communautés de pêcheurs et des particuliers. « Fournir des informations pertinentes comme la restriction ou la fermeture de pêche contribue également à la consolidation de la paix car cela permet d’éviter une éventuelle mésentente entre l’administration et l’administré », a précisé le ministre de tutelle. De son côté, le Représentant de l’UNESCO a fait savoir que l’accès à l’information est un droit pour les citoyens. Il a ainsi sollicité l’adhésion des ministères bénéficiaires de don à la Charte d’accès à l’information tout en soulignant que le centre de documentation et de l’information constitue une vitrine pour les citoyens.

Navalona R.

Midi Madagasikara29 partages

AMORON’I MANIA : Ady amin’ny kolikoly ; Natsangana ny « antenne mobile » an’ny Bianco

Ho fampanatonana ny vahoaka ny ady amin’ny kolikoly dia tafatsangana ny faha-12 jiona lasa teo ny « antenne mobile » an’ny bianco eto Ambositra, na ny masoivoho mandeha, sampana Fianarantsoa.  Izany no fantatra nandritra ny fihaonana nataon’ny tale iraisam-paritry ny Bianco-Fianarantsoa, Ramananarivo Heriniaina, tamin’ny mpanao gazety.

15 andro. Ao Antamponivinany amin’ny efitranon’ny « Population » no misy io masoivoho io ary nohon’ny ho enti-manana voafetra, dia 15 andro ihany ity masoivoho ity no miasa, nanomboka ny faha 12 jiona lasa teo. Vonona ity masoivoho ity mandray ireo olona manana raharaha mikasika mivantana ny kolikoly, toy ny fangataham-panazavana, fitoriana, sns…, hoy ihany ny tale iraisam-paritra. Nosoritan’ny tale iraisam-parita, fa raha mikasika ny eto Ambositra manokana, dia efa betsaka ireo asa nataon’ny Bianco   amin’ny ady amin’ny kolikoly ary mifantoka indrindra tamin’ny fanentanana  sy ny fisorohana ny kolikoly, toy ny fametrahana ny « plan de masse » eo amin’ireo sampandraharaham-panjakana isan-tokony.

Tonga nanome voninahitra izao fotoana izao, ny « prefet» ao Ambositra, ny lehiben’ny faritra Amoron’i Mania ary ny ben’ny tanàna Ambositra renivohitra, izay samy nanamarika ny maha zava-dehibe ny ady amin’ny kolikoly ho fampandrosoana ny firenena.

Anastase

Midi Madagasikara28 partages

CFAMA : Une foire sur la mécanisation agricole

Dans le cadre de la célébration de son 35e anniversaire, le Centre de Formation Agricole et de Mécanisation Agricole (CFAMA) sous tutelle du ministère auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Elevage organise pour la première fois une foire sur la mécanisation agricole du 16 au 18 juin prochain à la place de la Gare à Antsirabe. A part la promotion de tous les types de matériels et équipements agricoles allant de la préparation de la campagne de production, en passant par la récolte et le transport jusqu’à la conservation et la transformation des produits agricoles, une sortie de la première promotion des cadres supérieurs en mécanisation agricole aura lieu durant la manifestation économique. « Des résultats de recherche de FOFIFA et des projets y seront aussi présentés. L’objectif de la mécanisation agricole est d’augmenter la production via l’extension et l’intensification agricole tout en aidant les exploitants agricoles à être compétitifs sur le marché par le biais de la réduction de leur coût de production », a soulevé le Randrianaritiana Pierrot Serge, le Secrétaire général du ministère de tutelle lors d’une conférence de presse hier à Ampandrianomby. Parlant du CFAMA, ce centre a déjà formé plus de 3 000 jeunes. Et il entre actuellement dans la démarche qualité pour mieux professionnaliser les artisans en la matière.

Navalona R.

Midi Madagasikara28 partages

Don de sang : Les bénéficiaires reconnaissants

Sur les 120 à 150 poches de sang qui sortent chaque jour du Centre national de transfusion sanguine, 30% sont utilisées sur des parturientes ayant perdu beaucoup de sang lors de l’accouchement.

 Les donneurs de sang bénévoles sont particulièrement mis à l’honneur, chaque année, lors des journées mondiales du don de sang, le 14 juin. Hier, cette célébration s’est tenue au centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona. Une journée particulièrement riche en témoignages puisque les donneurs de sang, membres des associations de donneurs de sang et des hémophiles, comme ceux qui bénéficient de ces gestes salvateurs, ont témoigné de leur vécu et de leurs expériences. Le témoignage de Roland Rakotofiringa, acteur bien connu des grands amateurs de films malagasy, a été particulièrement signifiant. On a été appris à cette occasion que ce donneur de sang bénévole et régulier, aujourd’hui âgé de 69 ans, a effectué 107 dons de sang durant plus de 50 ans. Son tout premier don de sang date d’il y a 51 ans. C’était le 28 mars 1966 ! Quant Rakotodrandria Larry, un jeune hémophile d’une vingtaine d’années qui a régulièrement besoin de transfusion sanguine en raison de son hémophilie, a tenu à remercier tous les donneurs de sang volontaires grâce auxquels il peut continuer à bénéficier des produits sanguins dont lui – et tous les autres – ont besoin.

Remplacées ! Cependant, les donneurs de sang bénévoles et réguliers sont encore peu nombreux à Madagascar. La grande majorité des donneurs de sang reçus tous les jours au Centre national de transfusion sanguine, donnent leur sang, en remplacement des poches de sang prélevées à la banque de sang pour être utilisées par un proche ou un membre de leur famille malade. Afin de pouvoir continuer à approvisionner la banque de sang, en effet, chaque poche de sang utilisée doit être remplacée par deux poches.  D’où la présence des donneurs de sang, sollicités en compensation des poches de sang utilisées sur leurs proches.

Geste noble. La transfusion sanguine, geste noble qui sauve des vies, est un recours qui s’offre aux personnels de santé et aux patients face à des pertes sanguines dues à des accidents, à des actes chirurgicaux, à un manque de certains éléments qui devraient être présents dans le sang, ou encore en raison des complications liées à l’accouchement. Les services des maternités sont alors les premiers utilisateurs des poches de sang dans la mesure où 30% des poches de sang sorties tous les jours du Centre national de transfusion sanguine sis dans l’enceinte de l’hôpital HJRA, partent vers ces services. Elles seront utilisés sur des parturientes ayant perdu trop de sang durant l’accouchement. Ce sont ainsi autant de raisons justifiant, une fois encore la nécessité de disposer de sang sécurisé, lequel ne serait possible sans le don de sang. L’importance de ce geste est ainsi mise en avant lors des journées mondiales du don de sang. Hier, les donneurs de sang bénévoles ont eu droit à un certificat, en reconnaissance de leur engagement et du don de la vie qu’ils effectuent à travers chaque don de sang. Ceux qui ont déjà eu besoin de sang, à un moment de leur vie ou celle de leur entourage, sont sans doute les mieux placés pour affirmer que donner son sang est synonyme de don de la vie…

Hanitra R.

Madagascar Tribune26 partages

L’opération de distribution de vermifuge mise en cause

Sur les 75 (ou la cinquantaine selon le ministre de la Santé) écoliers de cinq (5) Ecoles primaires publiques (EPP) de Toliara pris de malaise à la suite de la séance de prise de vermifuge (Mebendazol 500), et qui ont du être hospitalisés ce mercredi 14 juin 2017, un seul est encore sous surveillance à l’hôpital si les autres ont pu rejoindre leur domicile, déclare le ministre de la Santé qui ajoute que les équipes médicales sont en train de conduire les enquêtes sur place. La colère des parents de ces écoliers a été diffusée par des médias et on a pu mesurer leur désillusion et leurs intentions contre les responsables car d’après eux, il y a risque de décès de leurs enfants. Ils décrivent l’état de leurs enfants comme s’ils étaient tombés dans les pommes ou qu’ils ne peuvent plus se tenir debout ou qu’ils sont en train de subir un mal de ventre insupportable ; en raison de ce « médicament » administré sans concertation ni information des parents martèlent-ils.

Le ministère de la Santé prend en charge tous les soins et frais occasionnés par cette situation poursuit-il et la distribution de vermifuge est suspendue dans la circonscription scolaire. Le ministre de la Santé et celui de l’Education nationale ne s’expliquent pas sur les causes réelles de ces malaises mais précisent pour éclairer l’opinion ou dissiper des malentendus sur l’opération que le même vermifuge a été simultanément distribué à Betioky où aucun problème n’a été signalé. Pour signifier qu’ils veulent persuader les parents d’élèves que l’opération de distribution ne peut être mise en cause comme les parents de ces écoliers sont en train de véhiculer.

En attendant les résultats des investigations et analyses des équipes médicales dépêchées sur place, les ministres concernés laissent entendre la malnutrition chronique. Ils évoquent le fait que peut-être ces écoliers n’ont pas pris le petit-déjeuner et bien que la prise de vermifuge est accompagnée de séance de goûter, cela n’a certainement pas suffi, sachant la malnutrition chronique qui sévit dans le pays et sans doute dans la région. Le ministre de l’Education rappelle que les écoles primaires bénéficient de plusieurs programmes d’appui à la fréquentation scolaire dont les cantines scolaires, les goûters, les vaccins, les distributions de vitamine A et de Fer par exemple. En tout cas, d’après le ministre de l’Education nationale, cet incident n’impacte pas sur le déroulement des examens du CEPE qui se tiendra le 20 juin prochain.

Tia Tanindranaza25 partages

Mpianatra voapoizina tany ToliaraNiala bala ny minisitry ny fahasalamana

Tsy misy atahorana ny ain’ireo ankizy mpianatra any Toliara tratry ny tsy fahasalamana tampoka taorian’ny fihinana ny ody kankana « Mebendazole 500 » no antony ny talata lasa teo.

Toky R

 

 

 

Midi Madagasikara24 partages

Les travailleurs de l’ombre : Tillo pour faire durer la légende Andriamiharinosy

Tillo avec sa femme, Papoose, et ses deux filles, Myrah et Sarah

Il a un nom difficile à porter car synonyme de réussite sportive. Et c’est bien parce qu’il fait partie du clan Andriamiharinosy que Tillo, le fils de Berthin tout en étant le neveu de Augustin Baovola qu’il se sent investi d’un devoir de mieux faire dans tout ce qu’il entreprend. Et sans être au devant de la scène, un travailleur de l’ombre comme il se définit lui-même, Tillo Hajaniana Andriamiharinosy est de ceux qui ont réussi leur pari au handball.

Il n’y a pas à dire, Tillo a l’amour du handball dans ses veines. Nul doute que son père, Berthin Andriamiharinosy, qui a été un cadre de St Michel de la grande époque a su lui transmettre sa passion et par ricochet le virus.  Dans cette douce euphorie, il va même jusqu’à épouser une handballeuse de la BFV, Papoose de son surnom.

Modèle. Inutile de préciser que depuis qu’il est tout jeune, Tillo collectionne les titres. A commencer par le Cosmos Secren qui lui a permis de ramener deux titres de champion de Mada en 1996 et 1997. Sa prestation a d’ailleurs franchi les frontières puisque l’année d’après et durant trois saisons, il est parti jouer pour le compte de l’Union Sportive Beau Bassin Rose Hill en tant qu’entraîneur- joueur tandis que son père s’occupait de l’équipe nationale mauricienne. Mais il lui arrive de prêter mains fortes à son père où il sert en même temps de modèle. « Je dois beaucoup à mon père qui a guidé mes pas mais aussi à d’autres personnes notamment le Père Fazio, Mohamed Saleh et Fidel Razafintsalama, l’actuel président de la fédération », confie Tillo qui a fait du demi centre de l’équipe de France de 1999, Guillaume Gille, son joueur préféré.

De retour à Madagascar, Tillo est revenu au Cosmos Secren pour ravir deux autres titres de champion des clubs de l’Océan Indien.

Mais sa carrière d’entraîneur, avec l’âge, a repris le dessus. Il a tout de suite gagné en galon en offrant à à l’équipe nationale dames le titre de champion de l’Océan Indien chez les dames en 2011.

Comme il fallait redorer le blason de St Michel, le club de son père, Tillo est revenu au bercail pour offrir un titre de champion de Madagascar chez les espoirs et dans la foulée chez les seniors.

Tillo avec son père, Berthin Andriamiharinosy, avec l’équipe de Tilty chez le ministre Roland Ratsiraka

Série en cours. Une bouffée d’oxygène pour le club d’Amparibe qui devait faire face à une sévère concurrence des Tuléarois de l’ASCO.  Tillo pour qui le handball est toute sa vie, est parti, en 2014 à Toamasina, pour ouvrir une école de handball et de football avec Tilty. Et outre son père, Augustin Baovola était aussi dans le coup. Mais c’était prévisible avec cette famille très chrétienne et très unie qui a la foi dans tout ce qu’elle entreprend. On citera parmi les Andriamiharinosy célèbres, Jocelyn, champion au football avec le Racing et surtout le grand-père Louis Andriamiharinosy qui fut un champion du lancer de poids.

L’étape tamatavienne est d’ailleurs une réussite pour Tillo car de 2014 à ce jour, le club tamatavien compte déjà quatre membres en équipe nationale junior.

Et logiquement la Fédération malgache de handball a fait appel à lui pour diriger l’équipe nationale cadette au cours des jeux de la CJSOI. Un choix qui a porté ses fruits puisque les filles sont montées sur la plus haute marche du podium.

Et la série reste en cours car avec son équipe de Tilty, tout va pour le mieux avec encore un titre de champion de la Zone Centre.

Toutefois et le plus important à ses yeux sinon une manière de renvoyer l’ascenseur à son père qui lui a ouvert la voie, Tillo entend donner le meilleur de lui-même pour faire de ses deux filles, Myrah et Sarah, les meilleures joueuses de handball à Madagascar. Pour la continuité de la légende des Andriamiharinosy. Une très belle légende…

Clément RABARY

Midi Madagasikara21 partages

Recherche en biosphère : Les lauréats des bourses connus

Vladimira Fabriciusova, lauréate de la « Bourse Michel Batisse » pour l’année 2017 (photo UNESCO)

Avant-hier, le comité en charge du programme de l’UNESCO « L’Homme et la Biosphère » réuni à Paris jusqu’à ce jour, a communiqué le nom des jeunes chercheurs porteurs de projets sur la biosphère récompensés pour 2017. 3 lauréats sur 7 étaient Africains ; ils venaient de l’Algérie, du Bénin et du Cameroun, mais aucun Malgache. Pourtant la biodiversité de la grande île est autant menacée qu’exceptionnelle en matière d’endémicité, en plus d’avoir une beauté à couper le souffle ! Les initiatives locales allant dans le sens de la sauvegarde de ce patrimoine naturel unique ne manquent pourtant pas…Où se situent donc les lacunes ? Est-ce au niveau de l’appui aux recherches et aux travaux, ou aux structures et infrastructures…Autant de problématiques à élucider.

Le programme. Intitulé « L’Homme et la Biosphère », le programme a été mis en place pour booster la recherche scientifique dans ce domaine qui en des termes simples, concerne l’ensemble ou les réserves d’organismes vivants et leurs milieux de vie. Depuis 28 ans, des bourses pouvant aller jusqu’à 5 000 dollars sont donc accordées aux jeunes scientifiques méritants pour les encourager à poursuivre leurs travaux et approfondir leurs recherches en vue d’une meilleure préservation au long terme de cette biosphère aujourd’hui menacée et l’acheminement progressif vers un développement durable.  Par ailleurs, une autre bourse dénommée «  Bourse Michel Batisse » est également octroyée dans ce sens. Pour cette année, la lauréate en est la Slovaque Vladimira Fabriciusova. Coordonnatrice de la biosphère de Polana, elle a réalisé une étude de cas intitulée « Réserve de biosphère : une opportunité pour les hommes et la nature. ». C’est ce qui lui a valu de remporter la « Bourse Michel Batisse », d’une valeur de 6 000 dollars.

Recueillis par Luz R.R

Midi Madagasikara20 partages

Is’Art Galerie : Johnny R’Afa expose ses idées !

La charrette vue par Jonny R’Afa.

Il s’appelle Jonny Andriamanankoavy, mais il a choisi comme nom de scène Jonny R’Afa. De temps en temps, il passe à Madagascar, et n’oublie jamais d’apporter avec lui quelques œuvres et de belles chansons dans ses valises. Car Johnny R’Afa est un dessinateur qui crayonne ce qu’il a envie d’exprimer. Musicien, dessinateur et sculpteur, cet ancien élève des Beaux Arts de Paris exposera ses dessins à l’Is’Art Galerie. Intitulé « Stylo à bille », cette expo en dit très long sur le style que l’artiste va présenter au grand public. Le vernissage se tiendra ce soir à partir de 18h30 à l’Is’Art Galerie, au cours duquel on pourra le rencontrer, explorer son monde, mais surtout se laisser emporter en musique car il animera en musique cette soirée avec ses propres compositions, « Rabodonarivo », « Ravorombazaha », « Bilo »… ainsi que des reprises des chansons des années 70, entre autres les Bob Dylan, James Taylor, Cat Stevens, Ben Harper…

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara19 partages

Kidnapping à Maibahoaka : Prolongement de la garde à vue pour les quatre suspects

Prévu hier, le déferement des quatre suspects dans l’affaire de kidnapping de la femme d’un grossiste à Maibahoaka-Ivato n’a pas eu lieu à cause de la fermeture du Tribunal de Première Instance d’Antananarivo suite à la grève illimitée initiée par le syndicat des greffiers. Puisque cette affaire est qualifiée de criminelle, la Brigade de Talatamaty chargée de l’enquête devra prolonger la durée de la garde à vue de ces individus dont l’exécution a besoin de l’aval du Procureur de la République.

Cette fermeture des Tribunaux depuis la semaine dernière a beaucoup bouleversé l’organisation et le fonctionnement de toutes les unités de la police et de la gendarmerie dans tout le territoire national. Leurs cellules et violons sont débordées. Dans un cas pareil, les responsables sont obligés de trouver des solutions pour débloquer la situation. Au niveau de la police nationale, deux options sont possibles, selon les explications du Commissaire de Police Alexandre Ranaivoson, premier responsable de la  communication au sein du ministère de la Sécurité publique. La première est la libération du suspect qui devra être convoqué ultérieurement s’il s’agit d’un délit de moindre importance. La deuxième est la libération provisoire sous la garantie de l’avocat du suspect.

D’après cet officier supérieur de police, une personne doit être gardée à vue pour prévenir  la possibilité d’une fuite et  pour éviter que le suspect récidive. Le troisième motif relève de la nécessité de l’enquête qui interdit la possibilité au suspect de s’entretenir avec d’autres personnes. Le quatrième consiste à éviter l’éventualité d’une vengeance à l’encontre de la personne avec qui le suspect a un différend. C’est pourquoi, les soupçonnés de crime doivent être gardés à vue jusqu’à ce qu’ils soient remis au tribunal.

T.M.

Midi Madagasikara17 partages

Football- COSAFA U17 : Madagascar dans un groupe difficile

Le tirage au sort des Championnats des moins de 17 ans de la COSAFA qui se déroulera à l’île Maurice du 21 au 30 juillet s’était tenu ce 10 juin.

Madagascar se trouve dans un groupe difficile avec le tenant du titre en l’occurrence l’Afrique du Sud. Comme seuls les deux premiers de chaque poule se qualifient en demies, cela signifie que Madagascar doit impérativement battre le Mozambique et la Zambie.

Dans l’autre groupe, Maurice possède une chance d’aller au tour suivant avec le Zimbabwe, le Botswana et le Malawi.

En fait les chances malgaches dépendent du club qui sortira vainqueur d’un tournoi des moins de 17 ans qui aura les coudées franches pour appeler des renforts. Une dure bataille en fait car il va falloir batailler ferme pour espérer sortir vivant d’un lot composé par Fosa Juniors, Elgeco Plus, Adema et Tana Formation et St Michel.

Le hic c’est de savoir si l’équipe qui gagne va accepter de composer avec les autres. Les rivalités entre ces clubs risquent de nuire à la formation d’une véritable sélection nationale.

Clément RABARY

Madagate13 partages

Toliara Sands : Bras-de-fer continuel avec les opposants au projet australien

La place de la Batterie ou Andaboy

Tous les papiers de Toliara Sands (TS) sont en poche. La société australienne veut exploiter, enfin. Le cours mondial du cobalt et autres dérivées de l’ilménite est favorable en ce moment. Une opposition farouche tient les responsables de la ville en haleine. La Plateforme régionale de la Société civile s’inquiète. L’heure est grave: quel développement entreprendre quand il faut sacrifier la nature, l’environnement et la culture?

Bras-de-fer Opposants/Toliara Sands

« Le mètre carré est bradé aux chinois à sept ariary soit 35 fmg du côté d’Antanimieva et Befandriana », affirme Théo Rakotovao qui y a été, en personne, et tout enregistré. Ainsi 5.000ha sont déjà vendus. Ce qui contrarie les opposants au projet des décideurs de ce pays, c’est la non transparence,la redevance de 1% alors que dans les autres pays d’Afrique, cette redevance est plus importante, ce qui met la population à l’abrides besoins, contrairement à Madagascar qui patauge dans l’éternelle pauvreté.

Pour un développement qui respecte la Nature et la Culture

Une quarantaine de permis a été accordé dans la région Sud Ouest depuis 2002. Plus la menace de la destruction de l’environnement est grande, plus le nombre de sociétés civiles se multiplie. La région compte aujourd’hui 70 qui constitue l’architecture de Famary (Fatidrà ny Ala MAiky sy ny RYaky) pour protéger, spécifiquement, la forêt et la mer autour de Toliara. Selon Théo Mikea, les gens du Sud vivent en symbiose avec la nature, la terre et la mer, leur mère nourricière. Le Sud n’a pas attendu l’ère numérique pour faire parler de sa biodiversité, qui attire tant de chercheurs et de touristes du monde entier. Ce que MA.ZO.TO (Miaro Aina – Zon’olombelona- TOntolo iainana), association des « Olobe antanà » cherche c’est d’arrêter tous les projets dans un premier temps, s’entendre autour d’une table, et chercher les profits des uns et des autres, équitablement gagnant-gagnant.

Les Raiamandreny de Toliara disent NON à TS

Jamais Lundi de Pentecôte à la Plage de la Batterie (Andaboy) n’a été aussi noire de monde pour écouter les Raya-mandreny qui étalaient en plein jour les dangers de cette exploitation minière qui va ravager la région de Toliara.

Charles RAZA, correspondant à Toliara - 12 juin 2017

L'express de Madagascar11 partages

Élections – Le gouvernement contre l’élargissement du pouvoir de la CENI

Sur les deux propositions de loi du député Djaosera, le gouvernement y oppose l’irrecevabilité. L’initiative d’amendements voulant élargir les pouvoirs de la CENI en fait partie.

Opposi­tion. Comme le lui permet la Consti­tution, le gouvernement « oppose l’irrecevabilité » aux propositions de loi présentées par le député Irenée Djaosera. Dans sa réponse transmise à l’Assemblée nationale, l’Exécutif invoque un principe constitutionnel selon lequel « les propositions ne sont pas du domaine de la loi ».L’élu d’Analalava, Irenée Djaosera a fait deux propositions de textes apportant pour l’un des amendements à la loi sur la Commission électorale nationale indépendante (CENI), et pour l’autre des modifications à la loi sur, entre autres, les ressources des collectivités territoriales décentralisées (CTD), et aux modalités d’élec­tion. La première proposition vise à élargir, d’une manière significative, les pouvoirs de la CENI, réduisant, par conséquent, considérablement le rôle de l’État central dans l’organisation des élections.La proposition d’amendements du texte sur la Commission électorale lui donne, par exemple, la prérogative « d’établir le budget des élections correspondant aux calendriers fixés (…) ». L’initiative de loi du député Djaosera prévoit que ce soit la CENI qui « fixe, par son arrêté, et publie par tous les moyens les calendriers électoraux, avant la deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale de l’année précédant celle des scrutins ».L’élargissement du pouvoir de la CENI, notamment à propos du calendrier électoral, est l’une des suggestions martelées durant les ateliers de consultation organisé par la Commission électorale, l’année dernière, dans le cadre d’un processus de réforme du cadre juridique des élections. La seconde proposition de l’élu d’Anala­lava veut retoucher les modalités d’élection du maire, du chef de région et des membres du conseil de ces deux niveaux de CTD.

DésaccordLa loi sur les ressources des CTD prévoit que le chef de région et les conseillers régionaux soient élus au « suffrage universel indirect ». Le député Djaosera, quant à lui, propose que leurs élections se fassent par « suffrage universel direct ». Ceci, selon ses explications, « dans un souci de représentativité, car à l’instar des communes, les régions ont un rôle important dans le développement local ».L’élu d’Analalava propose aussi que l’élection des chefs de l’Exécutif communal et régional, des conseillers municipaux ou communaux et régionaux se fassent « par vote séparé ». Pour l’élection des conseillers, la proposition de loi maintient le scrutin de liste à un tour, mais retire la mention « représentation proportionnelle ».Les propositions du député Irenée Djaosera ont été examinées durant le conseil des ministres du 6 juin. L’opposition d’irrecevabilité faite à l’institution de Tsimbazaza pourrait indiquer que l’initiative de loi de l’élu d’Analalava n’enchante pas l’Exécutif. Une position qui semble ne pas étonner l’intéressé, contacté hier. « Cela n’est pas une surprise. Le gouvernement affirme que mes propositions ne sont pas du domaine de la loi, pourtant, ses arguments ne vont pas dans ce sens », soutient-il.La commission juridique de l’Assemblée nationale se réunira demain, pour donner son avis sur les oppositions d’irrecevabilité faites par le gouvernement. Selon l’article 87 de la Constitution, « en cas de désaccord entre le gouvernement et l’Assemblée nationale ou le Sénat, la Haute cour constitutionnelle (HCC), à la demande du Premier ministre ou du président de l’une ou l’autre des Assemblée parlementaire [concernée], statue dans un délai de huit jours ». Reste à voir qui aura le dernier mot.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara11 partages

Lycée privé Les Colombiers : Un 10è anniversaire très sportif

Les festivités du 10e anniversaire du lycée privé les Colombiers Toamasina ont débuté. S’ils n’ont pas dérogé au culte habituel lundi dernier, ils continueront sur une autre voie après. Avec hanitra Ranjatosoa en tête de file d’organisateur, il y aura un carnaval en ville le 21 juin dans la matinée, suivi d’une rencontre sportive au Centre régional CRJS les 22 et 23 juin. Le côté culturel n’est pas occulté car il y aura une kermesse, un spectacle concocté par les enseignants et les élèves suivi d’une séance de Zumba. « On terminera avec la soirée dansante le 30 juin à l’espace Stella Marris et ce, comme partenaire officiel « East Académy et boisson Officielle « Star » dixit Ranjatosoa.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara10 partages

CENI : Cap sur l’augmentation du taux de participation

Les membres de l’organisation de la société civile durant la réunion (Photo forunie)

L’heure est au réveil. En général, c’était le message qu’a fait passer Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante) hier en marge d’une réunion entre la commission électorale et les organisations de la société civile. Selon les explications reçues, les longs palabres issus des précédentes réunions connaitront enfin une esquisse de réalisation. « La rencontre d’aujourd’hui (ndlr : hier) se focalise sur la préparation de la mobilisation des organisations de la société civile pour l’opérationnalisation du système d’éducation nationale », a soutenu Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Ceni. A cet effet, les OSC vont se répartir les tâches après avoir décidé hier de la stratégie à adopter.

Vote responsable. Thierry Rakotonarivo a également fait savoir que « la communauté internationale se charge des financements de ce projet lesquels arriveront au mois d’Août ». La Ceni fait tout son possible donc pour avoir un taux de participation qui dépasse les 50% pour les prochaines élections tout en sachant qu’elle a du pain sur la planche. A part cette campagne de sensibilisation des citoyens, le cap des 10 millions d’électeurs en 2018 demeure un grand défi à relever pour elle. Par rapport à ce sujet, le vice-président a son mot à dire : « il n’est pas admissible que sur les 10 millions d’électeurs recensés, seuls 50% des inscrits votent et tranchent, par conséquent, ceux qui vont diriger le pays ». Et lui d’ajouter que cela a un impact fort sur la stabilité du pouvoir et la légitimité des élus. Quoi qu’il en soit, en attendant la tenue des scrutins, un comité d’évaluation et de suivi des travaux des OSC sera mis en place.

Aina Bovel

Midi Madagasikara10 partages

Rugby scolaire : Sport, spectacle et convivialité

Terres en Mêlées, Malagasy Rugby et le ministère de l’Education Nationale se sont rendus à Toliara les 9, 10 et 11 juin pour la troisième étape du 1er championnat national de rugby scolaire.

Un défilé de 400 jeunes sportifs en rugby dans la ville de Toliara pour débuter les championnats scolaires de rugby dans sa troisième étape.

Ils sont issus des écoles primaires publiques de Toliara, des villages de la région et des Collège d’enseignement général de Toliara, de Satrokala et d’Ihosy. Ce n’était pas seulement du rugby car vendredi 9 juin, au Vakok’Arts, deux clowns malgaches ont fait un show suivi de Marie Mercadal, artiste multi casquette et trapéziste chevronnée. Le samedi matin, ce fut une autre découverte avec un magnifique spectacle concocté par Marie Mercadal avec les enfants de Terres en Mélées, l’ONG  Bel Avenir et les musiciens de l’Alliance Française.

Les équipes étaient composées de filles et de garçons. Mieux, les enfants du tournoi de la Cote Saphir ont été mélangés dans des équipes pour favoriser les rencontres et l’ouverture. Les équipes des villages de Saint Augustin, Salary, Adavolo, Ifaty, Ansepoka, Tuléar, Mangily ont été aux prises tout comme les équipes féminines et masculines d’Atsimo-Andrefana et d’Ihorombe, jouant pour une place en finale du championnat de rugby scolaire.

Ce sera l’équipe féminine de Toliara, les joueuses de Satrokala qui joueront la finale nationale à Antananarivo le 25 juin. Du côté des équipes masculines, ce sont finalement les jeunes de Tuléar qui représenteront la Côte Saphir au Stade Malacam. La dernière étape avant la finale, se déroulera dans la capitale pour quelques régions.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara7 partages

Basket-ball N1A : Confirmation pour SBBC, ASCB et ASCUT !

Les choses se clarifient au fil des journées aux championnats de Madagascar en N1A, hommes et dames devant un public majungais gâté pour la circonstance car le moins qu’on puisse dire c’est que tous les meilleurs joueurs sont là et ils font pour la plupart partie des clubs majungais. Ce qui ne gâte rien pour l’ambiance au complexe sportif mais également dans l’ancien gymnase.

Si ASCB poursuit sa marche en avant en infligeant une sévère correction de 95 à 69 au MB2All, l’ASCUT n’est pas en reste puisque les Tamataviens ont laminé les infortunés gendarmes du GNVB qui ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes sans les deux Danz partis aux Seychelles. Le score de 58 à 47 laisse certes transparaître une bataille acharnée mais au bout, on ne donnerait pas cher aux gendarmes sans doute venus pour recoller les morceaux.

L’ASCUT et l’ASCB forment le trio gagnant avec le Soma Beach Basket Club chez les hommes. On notera la descente en enfer du Sebam de nouveau battu, hier, par 2BC Antsirabe ( 68 à 65) tout comme Challenger qui n’a pu rien faire devant le Cosmos sur le score éloquent de 91 à 63.

Chez les dames Fandrefiala et MB2ALll semblent d’un ton au dessus. Le premier a battu largement la JS Boeny par 90 à 43 tandis que MB2All reste sur deux victoires de rang. Le SBBC se trouve juste à l’étage en dessous après sa défaite devant l’ASCUT au premier jour mais il n’est pas exclu de voir son réveil dans les prochaines heures. En attendant voici le programme du jour

Complexe sportif

Hommes- 8h30 : MB2All contre COSPN

12h00 : GNBC contre 2BC Antsirabe

17h15 : SBBC contre Cosmos

19h00 : COSFA contre TMBB

Dames- 10h15 : AS Emma contre ASA

13h45 : TAMIFA contre Fandrefiala

Ancien gymnase

Dames- 9h30 : SBBC contre BC EST

11h15 : JS Boeny contre CRJS

13h00- Hommes : SEBAM contre ASCUT

 Clément RABARY

News Mada6 partages

Festival des baleines : hommage à Madagascar

La prochaine édition du Festival des baleines mettra en exergue l’histoire de Madagascar. Comme il a été déjà rapporté dans les mêmes colonnes, un spectacle vivant qui prend ses origines au sein de chacune des 18 ethnies que compte la Grande île sera organisé.

La cérémonie du mariage et la danse «Dihy telo», pratiquées lors de réjouissances chez les Betsimisaraka, seront au rendez-vous. Pour la représentation du foko Antakarana, la cérémonie incontournable Tsangatsaina et les danses sacrées Rebika feront partie des moments forts du spectacle. La cérémonie des fiançailles marquera le foko Tsimihety. Pour les Antandroy, occupant l’extrême Sud de Madagascar, le char reproduira leur habitat, les plantes, les épines qui font partie de leur rude environnement. La danse du Belo accompagnera la présentation.

Quant aux Mahafaly, habitants du grand plateau calcaire qui borde le Sud-ouest, leur art funéraire typique parera le char escorté par la cérémonie des funérailles et les danses. Et enfin, les Antanosy qui sont connus pour être des habiles marins et pêcheurs. Le culte de la possession «Bilo», appel aux esprits avec danses et musique, conduira la présentation.

Riana R.

Madagate6 partages

Madagascar 2026. ASF revendique un partage de la culture technologique et entrepreneuriale verte

*****************************

Actions Sans Frontières

034 51 832 18

Promoteur de Young Dream 2063 un mouvement visant, entre autres, à intégrer le panafricanisme au niveau des enfants de Madagascar

News Mada5 partages

Jonny R’Afa sy Mafonja : fampirantiana sy seho an-tsehatra

Hiavaka ity herinandro ity ho an’ny fandaharam-potoan’ny Is’Art Galerie/ La Teinturerie Ampasanimalo. Hetsika roa no hotontosaina. Hosokafana anio, manomboka amin’ny 6 ora sy sasany hariva ny fampirantiana hosodoko nampitondraina ny lohateny « Art graphique au stylo à bille » maneho ny sanganasan’i Jonny R’Afa na Jonny Andriamanankoavy. Fampisehoana miaraka amin’i Mafonja kosa no hotanterahina ny zoma 16 jona, manomboka amin’ny 7 ora hariva. Seho nampitondraina ny lohateny « Ho an’i Gasikara ».

Na i Jonny R’Afa na i Mafonja, samy anisan’ireo mpanakanto andrarezina eo amin’ny tontolo misy azy avokoa. Jonny R’Afa, havanana amin’ny sokitra sy sary. Monina any Frantsa. Nandia fianarana ambony mikasika izany rahateo izy. Ankoatra izay, mpamoron-kira ity mpanakanto ity. Izy no namorona ny « Rabodoniarivo », « Ravorombazaha », sns. Mafonja, tompondaka tamin’ny « concours scène d’Afrique » taona 2016.

HaRy Razafindrakoto

 

L'express de Madagascar5 partages

Transport – Les handicapés ont leur place dans les autobus

Pas à pas. Rija Randrianarivelo, une personne en situation d’handicap (PSH) physique, peut, désormais, sereinement prendre les transports en commun. « On me donne une place près de la porte pour que je n’aie pas de mal à entrer et à sortir. Les transporteurs commencent à considérer notre situation », a-t-il explique, hier.Ce changement de comportement des transporteurs et des usagers de transport en commun, vis à vis des PSH, a vu le jour grâce à la sensibilisation et la formation des acteurs du transport urbain et du transport suburbain, ainsi que du grand public. C’est l’une des activités du projet Lamina, co-financé par l’Union Européenne et l’Organisation non gouvernementale Làlana, qui a pour objectif de plaidoyer et d’agir pour une meilleure mobilité des PSH.Mais il reste encore un bout de chemin à parcourir. Depuis un mois et demi où cette formation a été lancée, seules vingt-huit coopératives sur les centaines qui travaillent dans la zone urbaine et suburbaine d’Antananarivo ont été sensibilisées. Jean Mamode Ravaojanahary, un malvoyant, avoue: « Il m’arrive d’attendre une heure pour avoir une place dans un autobus ».

M. R.

Madagate4 partages

Madagascar. Hvm le parti présidentiel qui laisse des bleus au cœur du peuple malagasy

Ndry! Fa naninona ity Rolly Mercia? Ny kiravaty no nivadika manga ka lasa mangana hatramin’ny tarehiny leaza? Tsy nisy nanery anie e! (Need to translate)

Pierrot Rajaonarivelo et Honoré Rakotomanana: deux piliers du pouvoir Arema de Didier Ratsiraka. L'un a été ambassadeur de Madagascar à Washington puis Vice-Premier ministre et même Secrétaire national du parti Arema; l'autre Président de la HCC (1982-1991) Président du Sénat (2001), poste qu'il occupe actuellement avec le quota Hvm présidentiel (non élu). Plus que des messieurs "retourne-veste": des acrobates polifiques (pour politiciens magnifiques)

Hôtel Carlton Anosy, 29 mai 2017. Ainsi donc, le parti Hvm (« Hery vaovaon’i Madagasikara ») a trois ans d’existence. Parti de rien, il se targue, à présent, d’être «le plus puissant parti politique de Madagascar». Le slogan de la commémoration de cet anniversaire: «Ny omaly fahombiazana… ny ampitso fandresena». La réussite d’hier sera la victoire de demain. Tiens donc.

Au premier plan: Rolly Mercia et Luc Ratsimbazafy. Des personnages n'ayant rien en commun mais que la soif de pouvoir assemble. Au fond, Me Avoko, le déshonneur du Kung-fu malgache, en cravate... orange. Bizarre, n'est-ce pas?

Mais qu’est-ce que ce parti a donc réussi (à faire) de 2014 à 2017, sinon à s’acheter des voix électorales par mallettes et/ou menaces et chantages? Preuve irréfutable ici. Certains des personnages sur les photos de ce reportage sont des anciens ceci ou cela; d’autres ont brillé par leur absence pour éviter d’être vus avec de futurs has been et exilés (volontaires ou non). L’absence la plus remarquable et remarquée, hormis celle de Hery Rajaonarimampianina, censé être le président fondateur? Celle de Claudine Razaimamonjy, renommée pour avoir été la financière attitrée de ce parti à ses débuts. Mais aussi celle de Mbola Joseph Rajaonah, l’autre financier qui doit fignoler sa «retraite». La plupart des personnages présents sont issus d’autres partis et sont devenus Hvm par pur intérêt personnel.

Le patriotisme? L’altruisme? Le don de soi? ‘Faut pas rêver. Regardez dans la vidéo ci-dessus leur façon de se saluer: avec un coup de tête. Cela traduit un entêtement forcené dans leurs propres bêtises et un refus d’écouter la logique même, en faisant tout sur un coup… de tête, justement. Dans quelques mois, parions que beaucoup vont regretter d’être sur ces photos. Ben il faudra assumer les gars.

Et c’est tout ce beau monde qui va aller à Toliary, dans le cadre d’un congrès régional du parti (16-17 juin 2017). Vous savez quoi? Parce qu’il a promis aux leaders de ce parti que 1500 personnes défileront à l’ouverture de ce congrès, le directeur régional de l’éducation nationale du Sud-Ouest (DREN Sud-Ouest) menace déjà des pires sanctions tous les enseignants qui ne viendront pas défiler. Le chef de région, lui, n’est pas en reste: il a ordonné que tous les maires de la région Androy soient présents à ce congrès Hvm, et qu’ils viennent par leurs propres moyens. Voilà donc les secrets de la « puissance » de ce parti présidentiel qui, au final, ne sera qu’une étoile filante au firmament de la multitude de partis inscrits au ministère de l’Intérieur.

Soyez réalistes les gars! Vous êtes vraiment des phénomènes. Oui, mais des phénomènes de rejet et vous laissez beaucoup de bleus au cœur de tout un peuple méprisé et déconsidéré. Point barre et à vous, chers lecteurs de madagate.org de voir. Photos sans commentaires!

Jeannot Ramambazafy – 15 juin 2017

News Mada3 partages

Intolérance au mebendazole à Toliara : les victimes sont hors de danger

Le directeur régional de l’éducation nationale de l’Atsimo Andrefana a démenti hier, les informations véhiculées sur des cas de décès suite à l’intolérance à l’absorption de Mebendazole 500 distribué aux élèves au cours de la campagne de déparasitage de vers dans plusieurs écoles primaires publiques (EPP) de la circonscription scolaire de Toliara I.

Un seul enfant parmi les victimes figure dans la liste des admis à l’issue du drame dû à l’intolérance collective au Mebendazole 500 dans la soirée d’hier au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Tanambao, selon le bilan officiel. Plus de 70 élèves ont du être évacués d’urgence dans cet établissement sanitaire après les séances de déparasitage à l’école entrant dans un programme officiel prévu dans sept circonscriptions scolaires de la zone sud de Madagascar, mardi.

Jusqu’à nouvel ordre

Des malaises allant jusqu’à l’évanouissement ont été provoqués par la prise de ce médicament qui n’est ni périmé ni avarié, selon les explications des responsables de la campagne. La situation ayant entouré le drame s’est finalement apaisé dans la ville mais le ministère de l’Education nationale a pris les devants en annonçant la suspension de cette campagne jusqu’à nouvel ordre. Cinq des sept circonscriptions scolaires du sud de Madagascar ont déjà bouclé leur période de campagne sans anicroche avant ce drame de Toliara.

Le directeur du Centre hospitalier universitaire de Tanambao-Toliara, le Professeur Riel Andry opte toutefois pour la prudence en attendant les résultats des analyses procédées par le Centre national de pharmacovigilance d’Antananarivo pour se prononcer sur les probables origines du drame.

Manou

 

News Mada2 partages

Infrastructure : vif intérêt des investisseurs japonais

La «Conférence des secteurs publics-privés sur les infrastructures de haute qualité» sera organisée à Antananarivo le 24 juillet prochain. Il s’agit d’une initiative des gouvernements japonais et malgache dans le dessein de raffermir davantage la coopération entre les deux pays dans le domaine des infrastructures. Une délégation composée de personnalités et représentants du gouvernement du Japon et des opérateurs privés est attendue à cette manifestation.

La tenue de l’événement a été annoncée lors d’un «Atelier sur les infrastructures de haute qualité» organisé dans la capitale le 13 juin dernier. La rencontre a réuni une trentaine d’opérateurs et investisseurs japonais dans le domaine des infrastructures et des autorités étatiques malgaches.

La politique entreprise par le Japon pour l’investissement dans les infrastructures à l’étranger a été présentée durant l’atelier. A ce sujet, Kazuko Ishigaki, directrice du ministère japonais du territoire, des infrastructures, des transports et du tourisme (MLIT) a retracé les grandes lignes de la politique d’aménagement portuaire, soulignant l’avantage des expertises des opérateurs japonais sur le développement et la gestion des ports.

Riana R.

 

News Mada2 partages

Tence Mena : à l’affiche d’un concert humanitaire

Tence Mena n’est pas qu’une chanteuse pleine d’énergie et de créativité. Elle a aussi un grand cœur. Ainsi, en collaboration avec l’association Grains de Bitumes, elle donnera un concert humanitaire, le 17 juin prochain, au Kudeta urban club à Anosy.

«Notre objectif est de rendre viables les projets de vie de ces enfants défavorisés dans la capitale en contribuant à leur réinsertion sociale», a annoncé l’un des membres de l’association. De ce fait, ces derniers ont besoin de récolter des fonds spéciaux pour le bon fonctionnement de leurs activités. Cette fois-ci, l’association a choisi Tence Mena pour assurer cette soirée.

«Tence Mena n’est pas seulement une chanteuse hors pair, mais elle a surtout une personnalité forte et peut être un exemple auprès de ces enfants. Elle est l’idole de certains d’entre eux et elle arrive facilement à passer des messages, que ce soit auprès du public ou auprès de ces enfants», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara2 partages

Trafic d’héroïne à Maurice : Un Malgache directeur d’une compagnie de transport soupçonné

Un Malgache, directeur d’une compagnie de transport à Madagascar est soupçonné d’être de mèche avec un policier mauricien travaillant à l’Aéroport dans un trafic d’héroine vers l’île Maurice. Selon les informations rapportées par le quotidien L’Express Maurice, le Malgache a débarqué à l’aéroport par le vol MK289 en provenance de Madagascar, le 11 juin 2017 vers 19h35. Quelques minutes plus tard, les officiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) l’ont repéré, à partir des cameras de surveillance, entrer dans les toilettes à côté des comptoirs de l’immigration. Il était muni d’un sac. Deux minutes plus tard, il est sorti. Puis le policier aurait fait des allers-retours à trois reprises dans les toilettes. Puis, le policier n’est plus retourné à son poste. Ce fait a éveillé l’attention des officiers de l’ADSU. Une enquête a alors été discrètement menée. Des fouilles ont été effectuées. Elles ont permis d’intercepter deux boîtes contenant une substance suspectée d’être de l’héroïne sur le policier. Interrogé, ce dernier a avoué qu’il les avait réceptionnées du passager malgache.

T.M.

Madaplus.info1 partages

La prochaine élection présidentielle à Madagascar proclamée par la CENI

La Commission électorale nationale indépendante (C.E.N.I) a promulgué hier le calendrier du prochain scrutin présidentiel.
D’après cette entité œuvrant dans l’organisation des élections, celle de la présidentielle de 2018 se tiendra entre le 25 novembre 2018 et le 25 décembre 2018. Selon les textes régissant l’élection législative malagasy, mentionnés dans l’Article 40 de la constitution, l’élection présidentielle devrait être organisée soixante jours avant le quinquennat du Chef d’État au pouvoir, c’est-à-dire avant la date d’expiration du mandat actuel du Président. D’ailleurs, La CENI est en train de faire une sensibilisation citoyenne pour optimiser la participation active des Malgaches à voter et surtout à conscientiser les électeurs sur l’importance du vote.
News Mada1 partages

Filoha lefitry ny SMM, Fanahimanana Tiaray : “Tanteraho ny didim-pitsarana mba ho tany tan-dalàna isika...

Naneho ny heviny momba ny tontolon’ny fitsarana tao amin’ny onjampeo, Alliance 92 FM amin’ny alalan’ny fandaharana “Ambarao”,  ny filoha lefitry ny SMM, Fanahimanana Tiaray, omaly. Anisan’ny nisongadina ny fitakian’izy ireo ny tany tan-dalàna.

 

Tsy mahaleo tena ny fitsarana raha tsy misy sy tsy ampy ny fitaovana. Anisan’ny fahaleovanten’ny fitsarana koa anefa ny fanatanterahan’ny fanjakana ny didim-pitsarana. Na hitabataba eo aza ny mpitsara nefa tsy misy hanatanteraka, tsy hipetraka ny fahaleovantenan’ny fitsarana. Betsaka ireo didy tsy notanterahin’ny fanjakana ary tena mahagaga. Nahoana ny mpitondra no manao izany ?”, hoy izy. Notanisainy ohatra ireo didy nivoaka nefa tsy notanterahina.  Misy olona marobe manam-bola amin’ny fanjakana, ao ireo manana onitra tokony honeran’ny fanjakana, ny mpiasa voaroaka ary efa naverin’ny didy hiasa nefa tsy arahina izany… “Tany tan-dalàna ve isika ? Afaka manao ny tiany atao ny fanjakana fa isika terena hanaraka ny didy hatrany…”, hoy ihany ity filoha lefitry ny SMM ity.

Tsy ampy fitaovana sy tetibola ny fitsarana

Ankoatra izany, nambarany fa tokony hotohanana amin’ny asa ataony ny mpitsara. Anisan’izany ny fampitaovana  sy ny lafiny vola.  Fitsarana tsy manana taratasy na mamoaka am-paosy, mbola mampiasa milina fanoratana, birao kely ho an’ny olona maromaro, araka ny nambarany… “Kely ny tetibola omena ny fitsarana.  2 % amin’ny  tetibolam-panjakana izany nefa asan’ny  fanjakana tsy azony ialana mihitsy ny fitsarana. Mitovy amin’ny fiarovam-pirenena sy ny fifandraisana amin’ny any ivelany. Ilaina ny fametrahana ny laharam- pahamehana amin’ny  politikam-panjakana ny tokony hanovana ny rafim-pitsarana. Betsaka ny lesoka  ary mila arenina, saingy mila ampiana ny fitsarana. Mitaky ezaka sy fanapahan-kevitra avy amin’ny fanjakana anefa izany”, hoy i Fanahimanana Tiaray. Nanteriny fa tokony hisy fepetra raisina hanarenana izany satria tsy vitan’ny mpitsara samirery.

Niaiky ny tenany fa anisan’ny sehatra isian’ny kolikoly ny fitsarana nefa tsy ny mpitsara irery izany fa tafiditra ao anatin’ny tontolon’ny fitsarana koa ny vadintany, ny zandary,  ny polisy, ny mpirakidraharaha, ny mpisolovava. “Ahitana kolikoly daholo amin’ny sehatra rehetra andalovan’ny raharaha iray. Ny rafi-pitsarana mihitsy no misy kolikoly. Mananatra sy miteny mafy ny mpikambana izahay amin’io kolikoly io mba tsy ho tratra farany… Antony hitakinay ny fahaleovantenan’ny fitsarana izany, hialana amin’ny teritery, tsy hanana fiandaniana  ka hamoaka didy mifanaraka amin’ny tiana hataon’ny olona fotsiny fa tsy araka ny lalàna. Anisan’ny iadiana ny hanafoanana ny kolikoly”, hoy izy.

Nanentana ny rehetra manana raharaha eny amin’ny fitsarana ny SMM mba tsy  hanaiky handoa vola amin’ny mpitsara sy ny mpiasan’ny fitsarana ary hitoroka izany any amin’ny  Bianco.

Hamarinin’ny fampanoavana ny momba an’i Claudine

Momba ny  “Raharaha Razaimamonjy Claudine” indray kosa, nambarany fa tsy maintsy hamarinina na ao Antanimora izy na tsia ary anjaran’ny fampanoavana ny manao izany. “Tsy hoe afa-po izahay fa ny fanarahan-dalàna no notakinay. Nandray ny fepetra manaraka ny tokony ho izy ny hopitaly na teo aza ny olom-panjakana nanao ny fomba rehetra tsy hidirany am-ponja tao anatin’ny roa volana”, hoy ihany ny SMM. Nohitsiny kosa anefa fa mbola tsy vita eo ny raharaha. Dingana iray ihany iny satria mbola misy raharaha efatra eny amin’ny  Bianco, tsy mbola vita ka miandry ny tohiny isika. Nangataka izy ireo mba samy handray andraikitra ny isan-tsokajiny hanarahana ny lalàna. “Nahatsapa ireo niaro azy  fa marina ny an’ny  SMM ka nanaraka lalàna ry zareo…  Anisan’ny nahatsara ity raharaha iray nalaza ity ny nahalalan’ny  Malagasy ny pitsopitson-dalàna, indrindra ny fe-potoana sy ny fandehanan’ny voafonja eny amin’ny hopitaly”, hoy i Fanahimanana Tiaray.

Tsy ampy ny isan’ny mpitsara…

Etsy andaniny, niaiky ny tenany fa misy tokoa ireo raharaha tokony hiakatra fitsarana, toa ireo voafonja vonjimaika (MD) nefa mbola migadra anaty fotoana maharitra. Nambarany fa manana olana ny fitsarana amin’ny famoahana didy noho ny tsy fahampian’ny isan’ny mpitsara, tsy ampy fitaovana ary misy raharaha sarotra ka mila fotoana ela ny fandinihana azy. “ Ohatra ny ady tany. Resaka taratasy no ifamaliana ka mitarazoka ny raharaha. Miezaka izao ny mpitsara handefasana ireo MD mba tsy hihoatra ny fe-potoana hihazonana vonjimaika eny am-ponja… Ny any Mananjary koa izao , mpitsara roa ihany. Anjaran’ny Filankevitra ambonin’ny mpitsara (CSM) ny fitsinjarana ny mpitsara ary efa nitabataba aho  ny amin’ny tsy hampivangongoana ny mpitsara amin’ny  toerana iray”, hoy izy.

Synèse R.

 

News Mada1 partages

D’pendanse : tournée annulée mais…

Le Conseil indépendant de danse (Cid) a organisé une conférence de presse, hier, au Kudeta urban café à Anosy pour annoncer l’annulation de la tournée océan Indien de la troupe D’Pendanse. Par ailleurs, il assure que la troupe sera au pays au mois de septembre prochain pour deux dates.

Actuellement, la troupe D’Pendanse devrait être en pleine préparation pour une tournée internationale qui est prévue se dérouler dans trois îles de l’océan Indien, à savoir La Réunion, Maurice et Madagascar. «Mais le responsable de l’organisation de la tournée à La Réunion et à l’île Maurice n’a plus donné de nouvelles, injoignable au téléphone, il n’a donné aucune réponse des mails et divers messages. La troupe D’Pendanse, dirigée par Maxime Dereymez, a été obligée d’annuler la tournée», a annoncé Rija Manitra, le président du Cid.

Cependant, après des échanges mutuels avec Rija Manitra, la troupe a tout de même décidé de ne pas lâcher Madagascar et prévoit de revenir au pays pour donner deux spectacles. «Ainsi, le programme ne changera pas. Elle donnera un grand concert au palais des Sports et de la culture à Mahamasina, et un autre, réservé aux VIP, au Centre de conférences internationales Ivato», a -t-il affirmé. L’organisateur promet donc un rendez-vous encore plus spectaculaire, avec de nouvelles chorégraphies et des effets spéciaux exceptionnels, sans oublier les échanges avec les danseurs malgaches.

Des dates au mois de septembre

Par ailleurs, les dates exactes seront à communiquer ultérieurement. «La troupe propose la première semaine du mois de septembre, c’est-à-dire, à partir de 4 septembre. Mais pour éviter toute confusion, les dates exactes seront annoncées officiellement dès que nous aurons conclu notre négociation», a ajouté notre interlocuteur.

Rappelons que la troupe D’Pendanse est composée de neuf danseurs professionnels, à savoir Maxime Dereymez, Katrina Patchett, Denitsa Ikonomova, Laurent Maistret, Jade Geropp, Christian Millette, Yann-Alrick Mortreuil, Guillaume Foucault et Emmanuelle Berne. Elle était déjà à Madagascar en 2015 et a donné deux spectacles époustouflants, durant lesquels le public a passé des moments inoubliables en assistant surtout aux prestations de haute qualité de ces danseurs professionnels.

Holy Danielle

 

News Mada1 partages

Ballet : la marche des femmes sur Versailles

Claude Brumachon et Benjamin Lamarche feront étalage de leur folle passion pour la danse par le biais de leur pièce collective intitulée «Folie», interprétée par 15 danseurs malgaches sur les planches de l’ IFM Analakely, ce samedi. Il s’agit d’une des pièces phares de Claude Brumachon et Benjamin Lamarche. «Folie» a vu le jour en 1989 et s’inspire de la célèbre marche des femmes sur Versailles en octobre 1789.

«Pour que Folie vive, il nous faut la danser et la transmettre, de danseur à danseur, la pièce prend sa liberté. Pour défier ces poussières de temps qui font de la danse un art éphémère, pour présenter et revoir ce qui fut, mais qui au travers des temps semble ne pas vieillir. Et quand bien même elle vieillirait, les marques de l’âge là encore seraient une raison de plus pour poursuivre les représentations de Folie. Une raison de plus s’il en fallait encore une autre que le désir surpuissant de s’engager dans la danse et sur la scène», notent les auteurs.

La particularité de cette pièce tient au fait que cette représentation unique tisse des liens entre danseurs issus d’horizons différents sur les scènes des pays d’outremer. Cette fois, les chorégraphes malgaches auront le privilège d’interpréter «Folie» ce samedi à l’institut français. Le spectacle sera suivi d’un échange avec les artistes et de projections d’extraits de créations de la Cie Sous la Peau.

Joachin Michaël

 

L'express de Madagascar1 partages

Commerce – Les lampions malgaches en difficulté

Faisant partie intégrante de la célébration de la fête de l’indépendance de Madagascar, les lampions se listent parmi les produits les plus demandés en cette période de l’année. Présentés sous de multiples formes, ronde, hexagone, carrée… et en plusieurs colories, les lampions ont fait leur entrée sur le marché depuis quelques jours.Actuellement, l’esplanade d’Analakely, un des marchés les plus fréquentés de la capitale, est orné par ces produits. Conçu à partir de papier, fil de fer et d’un petit bougeoir à l’intérieur, les lampions de fabrication locale se négocient de 500 à 3 000 ariary. Les prix varient, selon la taille et le design du lampion.Deux types de marque se disputent le marché. D’un côté, les lampions fabriqués par les artisans malgaches et de l’autre, les gadgets lumineux conçus par les Chinois. Produits de façon artisanale et vendus à très bas prix, les lampions «vita Malagasy» ne font pas le poids contre les jouets «made in China».

Soa-Mihanta Andriamanantena

L'express de Madagascar1 partages

Développement – Motiver les chercheurs autrement

La cinquième édition du forum de la Recherche a débuté hier pour trois jours. Une occasion d’appuyer l’importance des recherches pour le développement.

L’édition souligne la recherche sur la biodiversité et les objectifs du développement durable. Cette grande rencontre des chercheurs scientifiques, organisée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique avec ses partenaires, veut faire le point sur les avancées des recherches qui se veulent être au service du développement. « Les chercheurs et le public pourront découvrir pendant trois jours, quarante neuf panneaux sélectionnés par la commission scientifique du forum, et qui sont exposés ici au Parc botanique et zoologique de Tsimbazaza » explique la ministre, Monique Rasoazananera. On peut apprendre sur le potentiel économique des plantes et des écosystèmes, la gestion, la gouvernance ou la valorisation de la biodiversité. Aujourd’hui et demain, une soixantaine de communications sur la même thématique seront présentées et discutées au CIDST Tsimbazaza et à l’Académie malgache. Une table-ronde réunira également des chercheurs, des opérateurs, des partenaires et des responsables techniques.

FondsDes appels à projet sont lancés depuis 2015 par le Fonds compétitif d’innovation pour l’enseignement supérieur et la Recherche scientifique (FIERS), financé par l’Union européenne. Un projet entrant dans le cadre du développement de la stratégie nationale de la Recherche et de celle de l’Enseignement supérieur. « L’objectif est d’appuyer la valorisation de la Recherche dans les deux volets, celui de la Recherche et le volet Enseigne-ment supérieur. Appuyer les porteurs de meilleurs projets dans leurs travaux de recherches » souligne Njaka Rakotondrazaka, évaluateur du FIERS. Cette année, le prix du meilleur projet a été décerné à l’Ecole doctorale de l’université de Mahajanga pour son projet de valorisation de Recherche de la filière miel. « Il est à souligner que le fonds compétitif n’est pas un appui financier mais un appui matériel » précise l’évaluateur. Les critères sont basés sur le caractère mobilisateur du projet, l’employabilité et impact sur les revenus de la localité. Seulement, ce n’est guère suffisant comme le souligne un chercheur d’un centre de recherche questionné hier. « Le budget de la recherche en soi doit être augmenté car les 1% sont insignifiants » dit-il. La motivation doit aller dans ce sens, car nos moyens pour les travaux de recherche manquent cruellement, et nous fonctionnons notamment avec l’appui éternel des partenaires étrangers.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Scène internationale – Jaojoby à l’honneur dans « Libération »

Une légende vivantede la scène nationale, Jaojoby est tout aussi renommé dans l’Hexagone que dans la Grande île.

« Le salegy, fièvre malgache en transe fine ». C’est à travers ce titre, aussi sobre qu’évocateur de l’identité culturelle de la Grande île, que la journaliste Laurence Defranoux du journal« Libération » retranscrit avec aisance le folklore musical national.Dans les coulisses d’une virée nocturne dans la ville des Mille, la journaliste relate son périple dans un article copieusement bien garni. Le tout à travers une rencontre qui lui était inédite, le temps d’un échange avec cet artiste émérite dont le talent n’a d’égal que la grandeur de son charisme. Avec le Roi du salegy lui-même comme interlocuteur, la journaliste éveille les sens de ses lecteurs depuis le bouillonnant Jao’s Pub à Ambohipo, antre du roi Eusèbe Jaojoby en passant par le Glacier Analakely et l’Is’Art Galerie Ampasanimalo.D’un regard aguerri, l’article illustre les particularités de la capitale, le temps d’une folle nuit de musique transcendante où le salegy est roi. Jaojoby se redécouvre sous toutes ses facettes. De même, on se plaît à s’imprégner et à découvrir de son univers, ainsi que de son héritage musical. En amont de son passage sur la scène du festival « Rio Loco » à Toulouse, consacré aux îles de l’océan Indien en compagnie du jeune Wawa, apprécié pour son énergie intarissable, s’ensuit une immersion dans les méandres de la scène culturelle nocturne de la ville. Un roi et non un chevalier, Jaojoby confirme tout aussi bien sa prestance sur la scène internationale.

A. P. R.

L'express de Madagascar1 partages

Cannabis saisis à Ihosy – Un faussaire discrédite la gendarmerie

La police de la route d’Ihosy a saisi, hier matin, vingt sacs de cannabis qui ont été transportés par un faux 4×4 de la gendarmerie nationale. Trois personnes à bord du véhicule dont une femme se sont fait arrêter. Le chauffeur, un gendarme de première classe licencié le22 septembre 2010, prétendait être toujours en fonction. « Il était en tenue militaire, gradé de trois barrettes. Son frère est un colonel à qui appartient le 4×4 », a rapporté une source sécuritaire locale. En attendant l’aboutissement de l’enquête, les marchandises saisies ont été transportées dans les locaux du commissariat. La voiture a été mise en fourrière.Le numéro d’immatriculation du véhicule Z 5160 est contrefait, d’après une série de vérifications.Hier, le colonel impliqué dans ce trafic de cannabis a été dépêché à Ihosy, pour enquête mixte. « La gendarmerie, en train de redorer son blason ne tolère aucune infraction qu’aurait commis son élément », a souligné le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, chef des services de communication et des relations publiques (SCRP) de la gendarmerie.Une mesure aussi disciplinaire que pénale sera évidemment prise à l’encontre de ce colonel, s’il y a des preuves de complicité entre ces trois personnes interceptées, et lui d’après lesexplications reçues. En ce qui concerne le chauffeur, « il a été déjà incarcéré à Tsiafahy,en 2010 pour des actes de banditisme. La justice se penchera, une nouvelle fois, sur son dossier pour savoir s’il a vraiment purgé sa peine ou non », selon les informations recueillies.

H.L.

L'express de Madagascar1 partages

Baisse du prix du gaz butane

C’est la deuxième baisse de l’année. La société Vitogaz annonce une révision à la baisse des prix du gaz butane. « Une réduction de 7% des prix de la charge de gaz est proposée à partir de cette semaine. Ainsi, la bouteille de 9 kg va passer de 51.000 Ar à 47.500 Ar, si l’on prend l’exemple de la capitale et de la majorité des villes du pays. Depuis début 2015, le prix du gaz aura baissé de plus de 20% », a fait savoir dans un communiqué la société.

L'express de Madagascar1 partages

Foire sur la mécani­sation agricole

Le centre de formation et d’application du méca­nisme agricole (CFAMA) organise les 16,17 et 18 juin, devant la gare d’Antsi­rabe, la foire de la mécani­sation agricole. Le thème sera axé sur le rôle de la mécanisation agricole dans l’émergence harmo­nisée du monde rural. Une cinquantaine de stands sont prévus pour l’occasion. Le centre est le seul à former des conducteurs d’engins agricoles, des techniciens et des cadres en machi­nisme agricole. Il sert de référence à la conception de machines agricoles dans le pays.

Midi Madagasikara1 partages

Budget de l’Etat : Les secteurs sociaux relégués !

La Maire de la Commune Rurale de Bongatsara, Hanta Rabearisoa (au micro), durant son intervention (Photo ; Yvon Ram)

Le budget affecté aux secteurs sociaux régresse d’année en année, estime le Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes.

Le citoyen lambda est loin de maîtriser la lecture du budget de l’Etat validé par la loi des finances mais n’observe que ses impacts sur sa vie sociale. Justement, selon une étude menée par CCOC ou Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes, le budget de l’Etat impacte moins sur le volet social de la population. La cause n’est autre que la régression des ressources budgétaires affectées à ces secteurs sociaux.

Régression. Une fois de plus, la place des collectivités locales décentralisées a été mise en exergue. En effet, il a été constaté par Ony Radera, secrétaire général du CCOC que « le budget alloué aux secteurs sociaux régresse tous les ans » en marge d’une conférence-débat organisée, hier, par le CCOC à la Tranompokonolona Analakely axée sur le thème : « Le budget 2018 pourra-t-il répondre aux besoins réels des secteurs sociaux ? ». Et elle d’ajouter que « ces derniers – même s’ils figurent dans le Plan National du Développement – sont relégués sur le plan pratique ». C’est la raison pour laquelle la population ressent qu’elle vit dans l’extrême pauvreté. Par ailleurs, Ony Radera a mis l’accent sur le fait que « les secteurs sociaux dépendent des financements extérieurs qui ne figurent même pas dans le budget de l’Etat mais font partie des ressources extrabudgétaires ». Par ailleurs, l’on a su que les sommes allouées à l’éducation et la santé ne dépassent pas les 5% alors qu’en réalité, elles devraient être dans les 20 ou 15%.

Recommandations. Par rapport à ce manque d’impacts du budget sur les secteurs sociaux, Ony Radera a avancé des recommandations. Pour elle, basculer vers la décentralisation est irréversible. « Nous constatons que les ressources financières sont toujours focalisées sur la capitale et ses environs. Ce qui fait que les communes et les zones enclavées ont du mal à survivre. Voilà pourquoi nous soutenons l’idée d’une décentralisation budgétaire », a-t-elle soutenu. Par ailleurs, il faut revoir la gestion des ressources humaines étatiques. « Nous  ne sommes pas sans savoir que bon nombre de médecins et d’enseignants refusent de servir dans les zones lointaines. Ce qui fait que la population de ces zones ne bénéficient pas des services y afférents », a poursuivi la secrétaire générale de CCOC.  Hanta Rabearisoa, Maire de la Commune Rurale de Bongatsara estime – quant à elle – qu’ « il faut que l’Etat redéfinisse les priorités pour que les secteurs sociaux puissent impacter véritablement sur les besoins de la population ». L’on attend, donc, d’après les explications reçues, une intégration de la société civile dans l’élaboration du budget de l’Etat. De surcroît, elle souhaite à ce que le recours à la loi de finances rectificatives ne soit pas systématique.

Aina Bovel

Madaplus.info0 partages

La Société Civile a maintenant son propre journal

Pour renforcer leur communication, l’organisation de la société civile à Madagascar faisant parti du mouvement ROHY a publié son premier journal mercredi 14 juin dernier.
Ce journal est attaché au quotidien TARATRA : il a pour objectifs de mettre en relation toutes les organisations de la société Civile à Madagascar, de partager des informations, de renforcer les idées véhiculées, de solidifier les plaidoyers et surtout afin de sensibiliser. L’édition 00 de ce journal met en exergue : le mouvement ROHY, la corruption, les droits fondamentaux, l’environnement, les avancements de l’organisation de la société Civile et bien d’autres encore. C’est une grande première pour le mouvement ROHY, et on espère un développement de l’organisation de la société civile à Madagascar par le biais de ce journal de la société civile.
News Mada0 partages

LFR 2017 à Tsimbazaza : vers une adoption à la va-vite

A peine arrivée à Tsimbazaza hier, la loi de finances rectificative (LFR 2017) sera déjà présentée en séance plénière ce jour pour son adoption. Une procédure qui a toujours été dénoncée par les députés.

Les travaux de commissions sur la LFR 2017 ont débuté hier dans l’après-midi à Tsimbazaza. Le secrétaire général du ministère des Finances et du budget a même effectué un bref résumé du contenu du texte sans plus d’informations. Ce qui ne semble pas du tout éclairer les députés sur les enjeux complexes de cette loi, d’autant que plusieurs députés ont été absents durant la séance.

Questionné sur le sujet, une source auprès de l’Assemblée nationale a fait savoir que l’institution elle-même n’avait pas encore reçu copie du texte en question. Mais cela n’a pas empêché aux membres de la commission finances de s’y pencher sans tarder étant donné que le texte devra passer en séance plénière ce jour. Ce genre de procédure a pourtant souvent provoqué la colère de certains députés car ils ne disposent pas assez de  temps pour examiner les textes avant leur adoption.

Le Mapar contre

 Comme d’habitude, ce texte risque d’être adopté à la va-vite, sans discussion et sans surprise. Une bonne partie des députés ne seront d’ailleurs pas présents car la plupart d’entre eux se trouvent encore dans leur circonscription respective. Pour ce qui est du groupe parlementaire Mapar, ses députés ne voteront pas le texte. «Nous ne savons pas quoi penser de ce texte et nous envisageons de ne pas l’adopter», a indiqué un député de la plateforme, joint au téléphone hier.

Dans tous les cas, l’avant-projet de loi stipule que les dépenses seront principalement orientées vers les activités de reconstruction et de réhabilitation suite au passage du cyclone Enawo. Pour ce qui est du secteur social, les dépenses d’investissement de trois principaux ministères ont enregistré une hausse. Le ministère de l’Education a ainsi été crédité de 43,6 milliards d’ariary, celui de la Santé a subi une perte de 13,7 millions de dollars qui doit être comblée, cela sans oublier le ministère de la Population.

Tahina Navalona

 

News Mada0 partages

Nampiasainy hatramin’ny laharana fiarakodian’ny zandary… : tratra ilay zandary sandoka, nitondra rong...

Saron’ny polisy tao amin’ny barazy ao Ihosy, omaly maraina ny fiara 4×4 iray nampiasa an-tsokosoko ny laharana fiarakodia an’ny zandary. Rongony 20 gony no hita tao anatin’ilay fiara nentin’ny lehilahy iray nisandoka ho zandary sady nanao fanamiana sy galona zandary…

Voalazan’ny tatitra avy amin’ny sampandraharaha misahana ny serasera eo anivon’ny zandarimariam-pirenena, fiara sivily iray nampitondraina ny laharana Z 5160 (laharana izay ampiasain’ny groupement-n’ny zandarimariam-pirenena Androy any Ambovombe) no saron’ny polisy nitatitra rongony 20 gony tao Ihosy, omaly maraina. Lehilahy iray nisandoka ho zandary sy nanao fanamiana niaraka tamin’ny galona zandary no nitondra ilay fiara. Notazonin’ny polisy avy hatrany ireo olona telo tao anatiny ka vehivavy ny iray ary efa mandeha ny famotorana azy ireo momba ity raharaha ity.

Niantso ny zandary ao Ihosy ny polisy mba hanamarinana ity tranga ity ka fantatra taorian’ny fanadihadiana rehetra fa laharana sandoka no nampiasain’ilay mpamily hanaovany ny asa ratsiny. Nohamafisin’ny tatitra avy amin’ny zandarimariam-pirenena hatrany fa laharana sandoka no nampiasain’ilay mpamily nanaovany ny asa ratsiny tamin’ny fitaterana ireo rongony ireo fa tsy fiara an’ny zandamariam-pirenena fa fiara sivily. Manaporofo izany ny laharana ao anaty carte grise ary hafa ny mipetaka eo amin’ny fiara, hoy hatrany ny fanazavan’ny lehiben’ny sampandraharaha misahana ny serasera eo anivon’ny zandarimariam-pirenana.

Voamarina tao anatin’ny fanadihadiana fa zandary efa voaroaka tamin’ny taona 2010 (decision N°391-Com/4DRH/PSO, tamin’ny 22 septambra 2010) io mpamily io noho ny fanaovana asan-jiolahy sy fanafihana ka naiditra am-ponja teny amin’ny fonjaben’i Tsiafahy, kanjo tratra nanohy ny asa ratsiny indray.

Manamboninahitra zandary ny tompon’ilay fiara…

Manamboninahitra ambony eo anivon’ny zandarimariam-pirenena ihany ny tompon’ilay fiara 4×4 ary zokin’ilay mpamily nisandoka ho zandary ihany, araka ny fanazavana voaray. Efa nandray ny fepetra rehetra amin’ny handefasana azy any Ihosy hanaovana fanadihadiana ny tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny zandarimariam-pirenena.

Misy, araka izany, ny fanadihadiana miaraka iarahan’ny polisim-pirenena sy ny zandarimariam-pirenena amin’ity raharaha ity. “Ao anatin’ny fangaraharana tanteraka no ilazanay fa tsy handefitra fa handray ny andraikitra manandrify izay mety ho fandikan-dalàna rehetra hita amin’izao raharaha izao ny zandarimariam-pirenena ka hanao ny fampiharana ny lalàna araka ny lalàna famaizana sy ara-pitsipi-pifehezana raha misy andraikitr’io ambony io amin’izao raharaha izao”, hoy ny tatitra voaray.

Midika izany fa tena hanadio tanteraka ny lamba malotony ireo tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Nohamafisin’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Andriamahavalisoa Girard rahateo izany fa tena hisy ny fandraisana andraikitra amin’ny fanadiovana anatiny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena

News Mada0 partages

Nampiasainy hatramin’ny laharana fiarakodian’ny zandary… : tratra ilay zandary sandoka, nitondra rong...

Saron’ny polisy tao amin’ny barazy ao Ihosy, omaly maraina ny fiara 4×4 iray nampiasa an-tsokosoko ny laharana fiarakodia an’ny zandary. Rongony 20 gony no hita tao anatin’ilay fiara nentin’ny lehilahy iray nisandoka ho zandary sady nanao fanamiana sy galona zandary…

Voalazan’ny tatitra avy amin’ny sampandraharaha misahana ny serasera eo anivon’ny zandarimariam-pirenena, fiara sivily iray nampitondraina ny laharana Z 5160 (laharana izay ampiasain’ny groupement-n’ny zandarimariam-pirenena Androy any Ambovombe) no saron’ny polisy nitatitra rongony 20 gony tao Ihosy, omaly maraina. Lehilahy iray nisandoka ho zandary sy nanao fanamiana niaraka tamin’ny galona zandary no nitondra ilay fiara. Notazonin’ny polisy avy hatrany ireo olona telo tao anatiny ka vehivavy ny iray ary efa mandeha ny famotorana azy ireo momba ity raharaha ity.

Niantso ny zandary ao Ihosy ny polisy mba hanamarinana ity tranga ity ka fantatra taorian’ny fanadihadiana rehetra fa laharana sandoka no nampiasain’ilay mpamily hanaovany ny asa ratsiny. Nohamafisin’ny tatitra avy amin’ny zandarimariam-pirenena hatrany fa laharana sandoka no nampiasain’ilay mpamily nanaovany ny asa ratsiny tamin’ny fitaterana ireo rongony ireo fa tsy fiara an’ny zandamariam-pirenena fa fiara sivily. Manaporofo izany ny laharana ao anaty carte grise ary hafa ny mipetaka eo amin’ny fiara, hoy hatrany ny fanazavan’ny lehiben’ny sampandraharaha misahana ny serasera eo anivon’ny zandarimariam-pirenana.

Voamarina tao anatin’ny fanadihadiana fa zandary efa voaroaka tamin’ny taona 2010 (decision N°391-Com/4DRH/PSO, tamin’ny 22 septambra 2010) io mpamily io noho ny fanaovana asan-jiolahy sy fanafihana ka naiditra am-ponja teny amin’ny fonjaben’i Tsiafahy, kanjo tratra nanohy ny asa ratsiny indray.

Manamboninahitra zandary ny tompon’ilay fiara…

Manamboninahitra ambony eo anivon’ny zandarimariam-pirenena ihany ny tompon’ilay fiara 4×4 ary zokin’ilay mpamily nisandoka ho zandary ihany, araka ny fanazavana voaray. Efa nandray ny fepetra rehetra amin’ny handefasana azy any Ihosy hanaovana fanadihadiana ny tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny zandarimariam-pirenena.

Misy, araka izany, ny fanadihadiana miaraka iarahan’ny polisim-pirenena sy ny zandarimariam-pirenena amin’ity raharaha ity. “Ao anatin’ny fangaraharana tanteraka no ilazanay fa tsy handefitra fa handray ny andraikitra manandrify izay mety ho fandikan-dalàna rehetra hita amin’izao raharaha izao ny zandarimariam-pirenena ka hanao ny fampiharana ny lalàna araka ny lalàna famaizana sy ara-pitsipi-pifehezana raha misy andraikitr’io ambony io amin’izao raharaha izao”, hoy ny tatitra voaray.

Midika izany fa tena hanadio tanteraka ny lamba malotony ireo tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Nohamafisin’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Andriamahavalisoa Girard rahateo izany fa tena hisy ny fandraisana andraikitra amin’ny fanadiovana anatiny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena manoloana ny fitarainana sy ny fihetsika tsy mendrika ataon’ireo zandary sasantsasany izay mandratsy endrika ny fianakaviamben’ny zandarimariam-pirenena. Rehefa vandana dia kary? Tsy misy ambony lalàna fa tsy maintsy ampiharina ny lalàna amin’izay mandika izany.

Ho hita eo, araka izany, ny tohin’ity raharaha. Toy izao koa ny tokony hampiharina amin’izay Kly niditra an-keriny naka ireo olona nikasa hanondrana volamena an-tsokosoko teny Ivato, afakomaly.

J.C

News Mada0 partages

Fihinanana odinkankana nankarary : mpianatra iray sisa arahi-maso akaiky

Nitohy ny fanaraha-maso akaiky ireo ankizy tsy nahazaka ny fihinanana odinkankana tany Toliara. Omaly hariva, ankizy iray sisa no mbola tao amin’ny hopitaly noho ny kohaka sy hafanana nahazo azy.

Nitondra fanazavana ny talem-paritry ny Fanabeazana ao Atsimo Andrefana, omaly, fa diso ny vaovao niely izay nilaza fa nisy mpianatra maty vokatry ny fihinanana odinkankana.

Efa nivoaka avokoa ireo mpianatra nampidirina hopitaly hatry ny omaly ankoatra ny iray izay mbola notazomina noho ny kohaka sy hafanana tsy mbola midina.

Ny talata tamin’ny 10 ora alina, tafakatra 75 ireo mpianatra naiditra hopitaly. Ankoatra ny EPP Andaboly sy Anketa, nisy mpianatra avy amin’ny sekoly hafa toy ny EPP Tanambao sy Mahafatsy I ihany koa tsy nahazaka ilay odinkankana.

Tsy mbola nivoaka ny valin’ny fanadihadiana nataon’ny minisiteran’ny Fahasalamana mahakasika ity odinkankana “Mebendazole” nitera-doza ity. Nanamarika kosa ny Dren Atsimo Andrefana fa tsy lany andro ny fanafody nozaraina tamin’ny mpianatra raha ny daty nisoratra tamin’ny fonosana nisy azy.

Niandraiketan’ny minisiteran’ny Fahasalamana manontolo ny fitsaboana ireo ankizy narary tamin’ny fihinanana odinkankana ireo.

Cisco fito : Amboasary Atsimo, Fort- Dauphin, Betioky, Ampanihy, Toliara I sy Toliara II no voakasiky ny hetsika fizarana odinkankana. Nanatanterahana izany ireo EPP misy « cantine scolaire » izay vatsian’ny Pam.

Efa nahavita io fizarana ody kankana io ny Cisco dimy dimy talohan’ny tranga niseho tao amin’ny Cisco Toliara I io. Naato avy hatrany ny fizarana odinkankana tao amin’ny ity Cisco ity ary tsy hisy ihany koa aloha ny hetsika ao amin’ny Cisco Sakaraha izay sisa tsy nahatontosana ny fizarana tamin’ireo Cisco fito voakasika.

Tsiahivina fa tafiditra ao anatin’ny politikan’ny fanjakana amin’ny ady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo iarahan’ny minisitera maromaro ny fizarana odinkankana.

Tatiana A sy CMS

Ino Vaovao0 partages

SOALANDY ANKADIVORIBE : Mpianaka handeha hivalandrno alina notifirin’ny jiolahy

Mpianaka andeha hifoha hivalan-drano tsy nanam-po inona na inona akory no nifanehatra tamin’ ireo jiolahy efa tafakatra hamoha trano. Avy hatrany dia nitifitra ireto mpanao ratsy, ka nisolifatra teo ambonin’ny lohan’ilay rangahy ny bala, ka naratra mafy ny tenany.

Vao nahita izany ilay zaza dia nihoraka mafy ka tonga dia voatifitra teo amin’ny feny indray. Taitra sy ny nikoropaka ny manodidina raha nandre ny feom-basy ka tapitra nitsoka kiririoka avokoa. Ny tao amin’ny Ekar Ankadivoribe nampaneno ny lakolosy, miampy ny fandefasana “sonnerie” mafy dia mafy tao amin’ny sekoly tsy miankina iray tao an-toerana ihany, ka vaky nandositra ireto mapanafika vao naheno ny tabataba manerana ny tanàna.

Ny alatsinainy maraina tokony ho tamin’ny enina ora sy sasany tany ho any no tonga ny Zandary nanao fanadihadiana ny zava-nitranga, ka ilay mpianaka naratra mafy tamin’io andro io kosa dia mbola mitsabo tena hatramin’izao.

Tatianà R. }

Ino Vaovao0 partages

AMBOHIMENA ANTSIRABE : Fiara Sprinter ao amin’ny zotra 12 nandona mpitondra cyclo

Potika ilay posy ary nizara roa mihitsy, ilay mpitondra kosa nosokirina tao ambanin’ilay cyclo noentiy mihitsy satria torana tsy nahatsiaro tena.

Noentina haingana teny amin’ny toeram-pitsaboana ilay mpitondra posy ka fiaran’olona tsara sitra-po izay sendra nandalo nitondra azy tao. Nitondra mpandeha iray ilay posy saingy ity farany dia tsy nahitana ratra na kely aza fa ny hatairany no saika nanafotra azy. Ny talata antoandro teo tokony ho tamin’ny 2 ora no nitrangan’ny loza teo amin’ny fiakarana hihazo ny Fokontany Ambohimena raha avy any Mahazina iny. Ilay posy bisikileta handeha hianavaratra ary mifanohi-dalana tamin’ ilay taksibe.

Araka ny fanazavan’ny olona tao anatin’ilay taksibe dia nandeha mafy ilay fiara ary saika hisongona fiara Mazda teo alohany. It farany raha ny fanazavana ihany dia efa nanome lalana saingy tsy nomeny tampoka indray avy eo fa nalefan’ny mpamily mafy ihany koa ny fiarany.

Tamin’izay fotoana izay anefa no nidina ity posy bisikileta ity. Niezaka niala ihany ilay mpitondra posy saingy mbola voadonan’ilay taksibe ihany. Niezaka nanindry ny hisatry ny fiarany ihany ilay mpamily saingy noho ny fandehanany mafy dia tsy tafajanona tamin’ny fotoana nilany azy ilay fiara. Profon’io fandehanany mafy io ny fahitana ny dian’ny kodiarana nitakisatra tamin’ny arabe izay nahatratra teo amin’ny 6 metatra teo. Vokany potika ilay posy bisikileta, ilay mpitarika azy kosa dia mbola manaraka fitsaboana eny amin’ny CHRR Antsirabe amin’izao fotoana izao.

Niteraka fitohan’ny fiara ity lozam-pifamoivoizana ity fa soa ihany fa tonga haingana nandamina izany ny Polisim-pirenena. Izy ireo iany koa no niandraikitra ny fanadihadiana mikasika ity loza ity.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

ANTSARIBAO - ANALAIVA : Dahalo telo lahy mpanao fanafihana hafa indray tra-tehaka

Dahalo telo lahy hafa kosa no voasambotra, omaly maraina tokony tamin’ny 6 ora, tao amin’ny Fokontany Ampasy, Distrika Morondava.

Raha tsiahivina dia ny alahady teo no tra-tehak’ ireo fokonolo sy ny mpikambana avy ao amin’ny fikambanana « Hidiro » ireto dahalo roa lahy ireto ka natao fanadihadiana. Tamin’ny alalan’izy ireo no nahafantarana ireo namany mpanao fanafihana ao anatin’ny Kaominina ambanivohitra Analaiva.

Nandritra ny fanadihadiana natao azy roa lahy ireo dia nanambara ny namany izay mpanao fanafihana miaraka aminy koa izy ireo. Rehefa vitan’ireo fikambanana « Hidiro » sy ireo fokonolona izany dia naterina tao amin’ny Biraon’ny Borigadin’ny Zandarimariam-pirenena ao Morondava kosa izy ireo, araka ny vaovao voaray avy any an-toerana ihany.

Nanamafy ny solon-tenany vahoaka nandritra ny fanolorana azy ireo fa tsy nisy fampijaliana natao azy roalahy nandritrany fanagiazana natao ireto. Omaly maraina ihany dia nikaroka ilay dahalo voatondro fa mpanao fanafihana miaraka amin’izy roalahy ireo tao amin’ny fokontany Ampasy ny mpitandro filaminana ao Morondava, ka telo lahy no tra-tehakin’ny Zandary nandritra ny fanamborana izany, araka ny vaovao voaray ihany.

Voalaza fa voatazona ao amin’ny Biraon’ny Zandary ao an-toerana izy telo lahy ireo amin’izao fa ilay roalahy nanondro azy ireo kosa efa nampidirina am-ponja. Nahitana vokany ny herim-po ny vahoaka tao amin’ny Kaominina ambanivohitra Analaiva.

Pounie }

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA NY EPP ANKETA : Miala andraikitra ny minisitry ny Fahasalamana

Nanambara ity mpikambana ao anatin’ny Governemanta tarihin’i Mahafaly Olivier Rasolonandrasana ity nandritra ny valan-dresaka nataony tamin’ny mpanao gazety, omaly, fa «  mety tsy nisakafo maraina ireo zaza mpianatra tamin’ity EPP Anketa ka niteraka iny loza nahazo azy ireo ity. Efa nisy mantsy ny fizaràna io fanafody kankana io tao Betioka nefa tsy nisy tranga nanahirana toy izao  ». 

Efa misy ekipa avy ao amin’ny minisiteran’ny Fahasalamana no nidina ifotony manadihady mahakasika io raharaha namparary zaza ireto, hoy ihany ny minisitry ny Fahasalamana ity. Voalaza fa zaza 30 no voatery notazonina ao amin’ny Hopitaly be ao an-tampon-tanànan’i Toliara amin’izao, manaraka fitsaboana sy arahina maso. Natsahatra ihany koa ny fanomezana io fanafody kankana io manerana ny Nosy, nanomboka omaly ihany.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Tsy handefitra amin’ireo Polisy mihoa-pefy ny kaomisera Razafindahy Fleurys

Nilaza ny tenany fa raha misy tranga tahaka ireny dia tokony hampandre haingana ny lehiben’ny Polisy akaiky azy indrindra ny olona raha mahita Polisy mamo am-perinasa. Tsy azo ekena mihitsy izany Polisy mamo na misy fofon-toaka eo am-panatanterahana ny asany izany. Tafiditra ao anatin’ny fioharam-pefy izay ka tsy azo leferina, hoy hatrany ny fanazavany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FANABEAZANA SY FAHASALAMANA : Amperinasa ny rafitra anatiny miady amin’ny kolikoly

Nitarika ny delegasiona ny tale iraisam-paritry ny Bianco Toamasina, Rabenarisoa Emile.

Maro ny asa notanterahina nandritra io hadimiana io fa ny tena nisongadina dia ny fanomezana tolo-tanana sy ny fanampiana ny teo anivon’ny fanabeazana sy ny teo anivon’ny fahasalamana amin’ny fampandehanana ny rafitra anatiny amin’ny ady amin’ny kolikoly. « Tsara ny manamarika fa anisan’ny voasoratra ao amin’ny andininy fahaenina ao amin’ny lalàna 2016-020 ny tsy maintsy hametrahan’ireo sehatr’asam-panjakana rehetra ny rafitra anatiny miady amin’ny kolikoly. Anisan’ny efa lasa aloha amin’izany ny eo anivon’ny fanabeazana sy ny fahasalamana.

Ny eo anivon’ny fanabeazana efa manana ny AntiCor (cellule anti-corruption), ny eo anivon’ny fahasalamana kosa efa misy ny Clac (comité de lutte anti-corruption). Tsy nitazam-potsiny ny BIANCO Toamasina manoloana izany fa tonga nidina ifotony mihitsy nitondra ny traik’efa nananany amin’ny fampihodinana ireo rafitra ireo », hoy indrindra Rabenarisoa Emile, Tale iraisam-paritry ny Bianco Toamasina.

Na izany na tsy izany, araka ny lalàna, tsy ny sehatry ny fanabeazana sy ny fahasalamana ihany akory no tokony hisy io rafitra anatiny miady amin’ny kolikoly io, fa ny sehatr’asa rehetra mihitsy. Efa misy io rafitra io ny eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena.

Kamy

News Mada0 partages

Famatsiam-bolan’ny KFW : hametrahana foibe famokarana herinaratra dimy any Sava

 Nisokatra ny 12 jona teo hatramin’ny 16 jona ny Herinandron’ny angovo azo havaozina. Notsiahivin’ny minisitry ny Rano sy ny angovo, tamin’io fotoana io, ny politikan’ny  fitondram-panjakana momba ny angovo hatramin’ny 2030. Hampitombo ny fitrandrahana angovo azo havaozina.

 

Amin’ny 2030, tokony ho 70 %  amin’ny fianakaviana malagasy manana herinaratra raha 15 % monja izany ankehitriny, ka 6 % amin’izay any ambanivohitra. Zahana avokoa izay fomba rehetra hampiakarana izany, indrindra ny fitrandrahana angovo azo havaozina, madio sy hampihena ny fampiasana solika. Tanjona : 75 % avy amin’ny rano, 5 % avy amin’ny masoandro sy rivotra. «Mitentina 620 tapitrisa ny tetibola hahatongavana ilaina amin’ireo, izay itadiavantsika mpamatsy vola ankehitriny. Izay fitaovana rehetra mahakasika  ireo asa ireo anefa, efa omen’ny fanjakana fihenam-bidy amin’ny hetra », hoy ny minisitra, Rasoloelison Lantoniaina. Jerena manokana ny famatsiana any ambanivohitra, hametrahana foibe famokarana herinaratra mihodina amin’ny rano, miampy ny masoandro sy ny rivotra na koa angovo avy amin’ny akora biolojika. Ankinina amin’ny foibe famokarana herinaratra any ambivohitra (Ader) ny asa.

Mikasika izay famatsiana any ambanivohitra izay, nisy ny fanomezan’ny banky alemaina KFW 14 tapitrisa euros (44,8 miliara Ar) ny Ader, nosoniavina tao amin’ny minisiteran’ny Fitantanam-bola sy ny tetibola, omaly. Avy amin’izany vola izany ny hananganana foibe famokarana herinaratra dimy avy amin’ny rano any amin’ny faritra Sava. Kaominina 138 ny hahazo tombontsoa amin’izany any amin’ny distrikan’i Vohémar, Antalaha, Andapa ary Sambava. Tombony lehibe amin’ny tetikasa ny hampihena hatramin’ny 80 % ny fampiasana solika. Faritra maromaro no efa namaritan’ny Ader tetikasa famatsiana herinaratra any ambanivohitra ka izao atomboka any Sava izao.

Solika mira fatiantoka

Ny fampiasana solika indrindra no niteraka fatiantoka goavana ho an’ny Jirama, 30 taona izao. Nampahazo vahana ny kolikoly tamin’ny ambaratongam-pahefana maro, anatiny sy ivelan’ny Jirama. Andrasana ny fanaporofoan’ny Ader ny asany, ao anatin’ny mangarahara, amin’ny fampiasana ity vola tsy averina ity. Mba hitondra vokatra tsara marina, hahazoan’ny mponina herinaratra amin’ny vidiny mora.

Iray amin’ny mpamatsy vola manampy amin’ny politika momba ny famokarana azo angovo havaozina ny KFW. Azo lazaina fa fitsapan’ny KFW ny Malagasy ihany ny fanomezany 14 tapitrisa euros, raha ampitahana amin’ny famatsiam-bola nomeny ny tany afrikanina hafa, momba io angovo azo havaozina io.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Électrification rurale : 14 millions d’euros de la KFW

Cinq centrales hydroélectriques seront installées dans les zones rurales de la Sava d’ici 2019. Cela à travers un projet d’électrification rurale financé par la banque allemande KFW.

La banque allemande KFW vient d’accorder un don de 14 millions d’euros (environ 44,8 milliards d’ariary) au projet d’«Electrification rurale en énergies renouvelables» dans la région Sava. L’accord a été signé, hier, au ministère des Finances et du budget à Antaninarenina.

Grâce à ce projet, cinq centrales hydroélectriques totalisant 13,3 MW seront interconnectées par des réseaux électriques. Et cela permet de réduire jusqu’à 80% l’utilisation de carburants pour

l’approvisionnement en électricité dans la région. «Le choix de la région Sava relève d’un plan directeur régional élaboré par l’Ader. On a pu constater à travers cette étude que la situation géographique de la Sava est la plus appropriée à la réalisation de ce projet», a précisé le secrétaire exécutif de l’Agence de développement de l’électrification rurale (Ader), Mamisoa Rakotoarimanana.

Les zones rurales non-électrifiées seront donc approvisionnées à travers ce projet. Ce qui contribuera à l’amélioration des conditions de vie de la population rurale de la Sava. En effet,  170 villages répartis dans 138 communes rurales dans les districts d’Andapa, Sambava, Vohémar et Antalaha bénéficieront de ce projet.

Opportunité

Le projet est prévu démarrer en 2018. Les centrales devront être installées d’ici 2019. A ce sujet, le ministre des Finances et du budget, Gervais Rakotoarimanana a touché mot sur la nécessité d’accélérer le processus de réalisation d’un tel projet, qui, selon lui, est «Une opportunité pour le pays».

Concernant la coopération entre Madagascar et la KFW, un projet d’un montant de 65 millions d’euros sera prochainement signé avec la Grande île, d’après le directeur de KFW pour le Département Afrique de l’Ouest et Madagascar, Michael Wehinger. Celui-ci de préciser que «Le financement accordé par la KFW à Madagascar dans plusieurs secteurs d’activité s’élève à 246 millions d’euros jusqu’à présent».

Riana R.

 

News Mada0 partages

Pr Rakotonirina Solonjatovo : « Ho fiovana fitondrana ny fivoahan’ny marina momba an’i Claudine »

 Hatramin’izao, resabe hatrany ny momba ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine », na teren’ny fitondrana hampanginina aza. Maneho ny fijeriny ny raharaha ny filohan’ny Vovonana kristianina malagasy (VKM), ny Pr Rakotonirina Solonjatovo: « Tena hitondra ho amin’ny fiovan’ny fitondrana ny famoahana sy fivoahan’ny marina. » Dinidinika…

 

Gazety Taratra (*): Ahoana ny fahitanao ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine »?

Pr Rakotonirina Solonjatovo (-): Milamina avy hatrany io, raha tsy misy fahatahorana  hitady ny marina. Matoa ampitarazohana toy izao ny raharaha, mety misy voasaringotra be ao koa amin’ny mpitondra. Mba tsy hivoahan’ny marina amin’izay olona tafiditra amin’ny raharaha, halavaina ny fotoana.

Tsy Razaimamonjy Claudine irery no amin’io, fa toy ny hoe fitaovana fotsiny izy. Tra-pahavoazana aza izy: nampiasain’ny olona maromaro, na hoe nahazo tombony aza ao anatin’io.

Raharaham-pitsarana io, mivaha rehefa misy fitondrana vaovao eto Madagasikara. Amin’izao fotoana izao, manao izay azony atao ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM). Mijoro izy, na sarotra be aza izany amin’izao. Misy raharaha maromaro izany no hivaha tanteraka amin’izay fitondrana manaraka eo.

* Andrasana izay fitondrana vaovao eo izany ny raharaha?

– Aleo aloha hiady ny SMM, araka izay heriny. Tsara raha vita amin’izao fitondrana izao io. Nefa sarotra be ny mieritreritra hoe handeha io raharaha io, nefa mbola ho eo ihany ny fitondrana amin’izao fotoana izao. Ny fijeriko azy, miara-mipoitra ny fahamarinana sy ny fiatoan’ny fitondrana amin’izao.

* Ary ny « Raharaha Antsakabary »?

– Toy izay koa… Be dia be ny raharaha avy amin’ny tsy fandraisana andraikitry ny mpitondra. Izay no mahatonga ny hoe miara-tonga amin’ny fiovan’ny fitondrana ny marina rehetra amin’ireny: « Raharaha Razaimamonjy Claudine« , ohatra, na ny « Raharaha Antsakabary »… Tena hitondra ho amin’ny fiovan’ny fitondrana ny famoahana sy fivoahan’ny marina. Izay no maha sarotra azy…

Izay no mahatonga ny hoe tsy resaka araka ny lalàna fotsiny intsony ny an’ny SMM, fa efa misy dingana politika izao. Tsara raha miomana mialoha. Manao toy ny filoha frantsay, Emmanuel Macron, ohatra: herintaona mialoha, nanangana ny « France en marche » izy.

* Inona ny vahaolana amin’ny fitsaram-bahoaka?

– Toy ny hoe tsy manana raiamandreny intsony ny vahoaka, ondry tsy misy mpiahy. Tsy misy azo antenaina ny mpitondra rehetra. Aleony izy ihany no mamita ny fitsarana. Amin’ny lafiny iray koa, vokatry ny fanabeazana eto amintsika tena misy lesoka be: simba any amin’ny fisainana.

Atao raha mbola vita ny mampihatra fampitandremana hoe famonoana olona ny fitsaram-bahoaka. Misy andraikitry ny fanjakana amin’izany, nefa hita fa efa tena tsy zakany intsony ny raharaha. Nanantena ry zareo hoe haka sy hanangona any am-paosy izay azo alaina rehetra sady manao asa tsara. Nefa lasa nanome ohatra ratsy ho an’ny olona maro izany, hany ka tsy voatana intsony ny fitombon’ny ratsy eto amintsika.

Ao anatin’ny Baiboly, izao no fanjakan’ny maizina. Tsy miady amin’ny nofo aman-dra isika, fa amin’ny herin’io fanjakan’ny maizina io. Tsy maintsy tonga amin’ny fiatoan’ny fitondrana ny fitsaharan’izao rafitra izao. Hiditra amin’ny tena kihon-dalana lehibe i Madagasikara amin’izay, fa tsy tokony hilentika mihoatra noho izao toerana misy azy izao intsony. Izay ilay hoe fanorenana ifotony, heverinay fa tokony hiainga amin’ireo soatoavina maha malagasy raha ny fijerin’ny VKM.

* Inona izay hoe fanorenana ifotony izay, raha ny fijerin’ny VKM? 

– Tsy federalisma fa miainga amin’ny fifehezana ny fitsinjaram-pahefana: fampandraisana andraikitra ny faritra sy ny vahoaka. Mba tena mandray andraikitra ny faritra 22. Amin’izay, hatao aloha ny fifidianana ny filohan’ny faritra, izay manana fandaharanasa fampandrosoana amin’ny lafiny maha olona eo anivon’ny faritra misy azy.

Vita izay, faharakeliny enim-bolana aty aoriana, vao mandeha ny fifidianana filohan’ny Repoblika. Amin’izay, karazana mpandrindra ny filohan’ny Repoblika, fa efa mandeha ny faritra amin’ny fananana politika fampandrosoana. Olona manana ny maha izy azy no mitondra ny faritra.

Ny tena zava-dehibe, ny mponina eny anivon’ny faritra no mahalala izay olona tena hampandroso ny faritra misy azy. Ny dikan’izay, manana politika momba ny fambolena sy ny sakafo amin’izay tena ilain’ny faritra izy, ohatra. Fantany ny toerana misy azy, ary mba tena hahaleo tena amin’ny sakafo amin’izany. Eo koa ny politika amin’ny lafiny fotodrafitrasa: lalana, angovo, rano… ?

Manaraka, ny fahazoana fanabeazana tsara. Amin’izao, tsy mandeha amin’izay izy intsony ny fanabeazana. Mila haverina, ohatra, ny fanabeazana maha olom-pirenena vanona. Eo ny amin’ny fambolena, satria firenena mpamboly isika. Any no hahazoana mamorona asa maro eto Madagasikara.

Raha mandeha tsara amin’izany ny faritra: manana andraikitra mandamina ny aty amin’ny fanjakana foibe, izay manana politika mazava koa momba ny fambolena sy ny sakafo, fanabeazana… Ilaina ny maka lesona momba ny fambolena amin’izao tontolo izao. Potika ny firenena niantehitra tamin’ny harena an-kibon’ny tany toa an’i Alzeria, Venezuela, Nigeria… Tsy miverina intsony ny harena an-kibon’ny tany voatrandraka.

Amin’ny politika momba ny fambolena, misy ny indostria fanodinana ny vokatra. Eo koa ny fanajariana ny tany, ny famatsiana angovo amin’ny fanorenana tohodrano maro…  Mila politika izany, ary tena hay ny mitondra azy.

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Sareraka : « Tsaraina amin’ny fitsarana tsotra ireo mpitondra… « 

 « Samia mijery ny isan-tanànany: iza no nanankarena tampoka tamin’izy nitondra? Heverina ho fananam-panjakana izany, ankoatra ny sazy mahazo azy. Na ireo mitondra aza, efa nanitsakitsaka ny lalàmpanorenana: tsy Fitsarana avo (HCJ) intsony no hitsarana azy ireo, fa fitsarana tsotra ambaratonga voalohany. »

Io ny fanehoan-kevitry ny mpikamban’ny CST teo aloha, Randriazanakolona Yvon na Sareraka, momba ny mety hitsarana ireo sasany eo anivon’ny fitondrana noho ny fangoronan-karena amin’ny fomba tsy mazava. Tsy nanangana ny HCJ ny mpitondra. Anisan’ny lalàmpanorenana efa nohitsahiny izany, araka ny fanazavany. Efa nohitsahin’ny fitondrana koa ny And. 54 sy ny And. 72 amin’ny lalàmpanorenana.

Efa tsy izy amin’ny fitondrana izany ny lalàmpanorenana, ka izay no hitsarana azy ireo eny amin’ny fitsarana ambaratonga voalohany. « Raisina ho fananam-panjakana izay nangalarina tamin’izy ireo nitondra. Misy maromaro eto Antananarivo, mba manana trano ny traboina rehefa miakatra ny rano », hoy izy.

Ny mahatonga ny olona mahasahisahy mamono olona sy mandroba amin’izao, ny fahitany fa azo atao ny mandroba eto Madagasikara. « Mandroba ny mpitondra », hoy ihany izy. Eo koa ny fahitan’ny olona fa azo atao ny manitsakitsaka lalàna, lasa manao avokoa izao tsy adala tsy hendry rehetra izao.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Victimes de l’abstentionnisme : des régimes mal élus

Les régimes qui se sont succédés, ont du mal à trouver leur instabilité. Le taux d’abstention élevé est mis à l’index. Un constat émis par le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Thierry Rakotonarivo, lors d’une réunion consacrée à la préparation et à la mobilisation des sociétés civiles suite à l’opérationnalisation du système d’éducation électorale hier à Alarobia.

Si le nombre des électeurs inscrits sur la liste électorale est de 7 millions, environ trois millions sont allés aux urnes. Et le candidat qui ne sort pas vainqueur ne récolte que la moitié des voix des votants, soit à peu près 1,5 million. «Ce qui rend les régimes successifs vulnérables car sur les 20 millions de population, le président est élu par seulement 1,5 million des votants», a développé Thierry Rakotonarivo.

C’est la raison pour laquelle la Ceni a insisté sur l’indispensabilité de la mobilisation relative à l’éducation et la sensibilisation électorale qui devra débuter en août prochain.

Les objectifs de cette activité conduite par les sociétés civiles et financée par la Ceni et les bailleurs de fonds sont de sensibiliser la population à s’inscrire dans la liste électorale, d’inciter les électeurs à aller voter et de sensibiliser les électeurs à effectuer un vote responsable.

Il faut savoir que le nombre des inscrits manquants pour atteindre les 10 millions est  de deux millions.

Après cette réunion, un appel à manifestation d’intérêt sera lancé. Les sociétés civiles sont appelés à soumettre leur projet pour parfaire ce projet d’éducation et de sensibilisation au niveau des collectivités de base. Une mission de contrôle et d’évaluation sera mise en place pour suivre l’évolution du travail des sociétés civiles élues.

Nadia

 

News Mada0 partages

Basikety – «N1A 2017» : resin’ny 2 BC tamin’ny fanalavam-potoana ny Sebam

Resin’ny 2 BC Vakinankaratra, tamin’ny isa 68 no ho 65, nandny Sebam avy any Boeny, teo amin’ny andro fahadimy amin’ny fifanintsanana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja basikety N1A, lehilahy. Fihaonana, notanterahina omaly tany amin’ny kianja mitafon’i Mahajanga.

Efa tany amin’ny fanalavam-potoana vao tafavoaka ho mpandresy ny ekipan’i Vakinankaratra. Nisaraka ady sahala 65 no ho 65 ny roa tonta, taorian’ny fe-potoana efatra nilalaovana. Niady ary nampitsanga-mitoetra hatramin’ny farany ny fihaonan’ny roa tonta, araka ny tati-baovao. Nitarika tamin’ny isa 17 no ho 13 ny Sebam ary avy eo, lasan’ny 2 BC indray ny 10 mn faharoa ka nisaraka tamin’ny isa tery, 10 no ho 9, ny roa tonta. Lasan’ny 2 BC tamin’ny isa 17 no ho 13 indray ny tapa-potoana fahatelo ary tamin’ny isa 16 no ho 15 ny  nakan’ny Sebam ny tapa-potoana fahefatra. Voatery niditra teo amin’ny falavam-potoana ny roa tonta ka teo vao tafavoaka ny mpilalaon’i Vakinankaratra.

Teo amin’ny fihaonana hafa, resin’ny Cosmos avy any Diana, tamin’ny isa 95 no ho 70, ny Challenger avy amin’ny ligin’Analamanga. Ny 10 mn faharoa ihany no nitarika tamin’ny isa ny Challenger, izay nisaraka tamin’ny isa 23 no ho 17 fa ny telo ambiny kosa, lasan’i Diana avokoa. Anisan’ny mpilalao nisongadiina tamin’io lalao io i Nantenaina Mazava, izay nahatafiditra baolina 25, raha 22 ny an’i Rija, avy amin’ny Challenger. Resin’ny Cospn tamin’ny isa 82 no ho 78 ihany koa ny Cosfa, izay samy ekipa avy amin’ny ligin’Analamanga.

Marihina fa lalao ho an’ny lehilahy avokoa no natao nandritra ity andro fahadimy ity. Anio vao hiditra hanohy ny fifanintsanana ny andriambavilanitra, amin’ity fifaninanam-pirenena ity.

Tsiahivina fa manohana ity fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, ho an’ny sokajy “N1A” lahy sy vavy, ity ny orinasan-tserasera Telma Malagasy.

Torcelin

News Mada0 partages

Kitra afrikanina : tsy mbola anaty lisitry ny Wydad i Njiva

 Nandeha ny feo, indrindra tao anatin’ny tambajotran-tserasera, fa nalain’ny Wydad Athletic n’i Maraoka, i Njiva, irakiraka mpanafiky ny Cnaps Sport. Tsy hita ao anatin’ireo lisitry ny mpilalao hanatevina ny Wydad  ny anarany.

 

Tsy nanamarina na nandiso ny filazana tao amin’ny “facebook”, fa handeha hilalao any amin’ny Wydad Athletic-n’i Maraoka, Rakotoharimalala Njiva, ireo tomponandraikitry ny Cnaps Sport.

Tsy voalaza tao amin’ny Radio France Internationale (RFI) ihany koa ny anaran’ity mpilalao malagasy ity, nandritra ny fanambaran’izy ireo ny anaran’ireo mpilalao, hifindra klioba ho an’ity taom-pilalaovana manaraka ity. Eny fa na ny tranonkalam-pifandraisan’ny Wydad Athletic  aza dia tsy nahitana ny anaran’i Njiva.

Efa hita ao avokoa nefa ireo mpilalao niala sy ho avy, hanatevina ity ekipa tompondakan’i Maraoka ity, ho an’ny taom-pilalaovana manaraka. Mety efa misy ny resaka nifanaovan’ireo tomponandraikitra eo anivon’ny Wydad, tamin’i Njiva, ny amin’ny hilalaovany any saingy tsy mbola ofisialy ilay izy.

Marihina fa anisan’ireo mpilalao manana ny maha izy azy, indrindra ny fahaizana mampidi-baolina, i Njiva, na eo anivon’ny klioban’ny Cnaps Sport, izay ilalaovany na ao amin’ny Barea de Madagascar.

Porofon’izany, efa voahosotra ho mpilalao mendrika sady mpilalao nahafaty baolina be indrindra  ny tovolahy, nandritra ny fifaninanam-pirenena tamin’ny taona 2014. Manoloana izany, nantsoin’ny ekipan’ny Montpellier, ao amin’ny “Ligue 1”, any Frantsa,  nanao lalao fitsapana tany aminy Rakotoharimalala Njiva, ny volana marsa lasa teo, ary eo am-piandrasana ny valin’izany. Tsiahivina fa 25 taona i Njiva ankehitriny.

Tompondaka

(tahirin-tsary)

 

News Mada0 partages

Tenisy Analamanga : nomena teknika fanabeazana ireo mpilalao

Beazina ho lasa mpilalao manana ny maha izy azy, tsy ho tompondaka eo ambony kianja fotsiny fa eo amin’ny mahaolona ihany koa, ireo ankizy rehetra miatrika fifaninanana eo anivon’ny ligin’Analamanga, taranja tenisy. Izay no nambaran-dRavoniandro Riana, filoha mpitantana ny ligy.

Araka izany, nisy ny karazana fihaonana nampitana tamin’ireo kilonga, ireo karazana fihetsika sy fahaiza-miaina, amin’ny fanaovana fanatanjahantena. Anisan’ny nitondra izany, raha teo amin’ny fitondran-tena eny ambony kianja, Rakotozafy Rosa, atleta nitondra avo ny lazan’i Madagasikara, tamin’ny fotoan’androny. Nasehony sy nampahalalana ireo ankizy ny toetra aseho, mandritra sy aorian’ny lalao. Anisan’izany ny “Fair-play” na ny fanajana ny mpifanandrina, na eo ambony kianja na any ivelany, na resy na maharesy. Fotoana tsara izao, araka ny nambarany, satria amin’izao izy ankizy izao no ampianarana azy ireo izay tokony hatao rehefa tonga amin’ny sehatra ambony. Ankoatra izay, ilain’ny mpilalao ihany koa ny manao tomban’ezaka amin’ny zavatra nataony, mba hanatsarany sy hanitsiany ny lalao vitany. Tsy ny ankizy ihany no voakasik’ity fanabeazana ity fa eo koa ireo raiamandreny matetika mampiseho fihetsika tsy voafehy eo imason’ny ankizy ka manome ohatra ratsy ho azy ireo. Nanampy an’i Rosa, tamin’ny fampahalalana ny “Fair-play”, ihany koa  Andrianafetra Harivony, mpilalao efa tompondakan’i Madagasikara fahiny.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Handball-IHF Trophy : les présélectionnés retrouvent le terrain

La marche vers le sommet de l’Afrique se poursuit pour Madagascar.  Après avoir remporté l’IHF Trophy de la zone 7, les sélections nationales malgaches juniors (garçons et filles) se préparent pour la joute continentale.

De l’ambition, la Grande île en a en vue de l’IHF Trophy continental, après  une campagne 2016 de haute volée où les deux équipes nationales, garçons et filles de la catégorie juniors se sont illustrées sur le plan africain en se hissant dans le Top 5. Ainsi, la Fédération malgache de handball (FMHB) compte aller plus loin dans cette compétition lors de l’édition 2017 qui se tiendra dans la capitale sénégalaise, Dakar, du 31 juillet au 6 août.

Pour y parvenir, la FMHB a pris soin de présélectionner les meilleurs lors du dernier championnat de Madagascar que ce soit chez les garçons ou chez les filles. Au total, 24 handballeurs et 22 handballeuses ont été retenus pour le premier regroupement qui débute ce jour.

Et comme il fallait s’y attendre, la capitale du Sud de Madagascar est bien représentée dans la catégorie masculine en parvenant à placer ses deux équipes en finale du sommet national tandis que les handballeuses d’Ihorombe composent la majeure partie des présélectionnées.

De l’expérience

La maîtrise de la discipline par les jeunes handballeurs malgaches ne fait plus l’ombre d’un doute depuis leur démonstration sur le plan africain. Mais la génération se succède et l’actuelle peut se targuer d’avoir une autre arme à mettre en avant lors de cette campagne africaine, l’expérience.

L’ossature des deux sélections nationales sera à coup sûr, celle qui a participé aux Jeux de la CJSOI de l’année dernière et à l’IHF Trophy de la zone 7.

Certes, des changements ne sont pas à écarter, mais l’équilibre sera toujours maintenu afin d’optimiser la performance de l’équipe. Les entraîneurs auront près de deux mois pour faire en sorte que la mayonnaise prenne de la plus belle manière.

Naisa

 

News Mada0 partages

Basket-N1A : TMBB et Ascut au coude à coude

L’ultime journée des poules au championnat national de basket N1A s’annonce passionnante notamment pour les hommes. En cause, le regain de forme des unes et la baisse de performances des autres. Les surprises ne sont pas à écarter, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.

Dans le groupe B hommes, par exemple, TMMB Analamanga risque de griller la politesse aux grosses pointures telles Ascut et Cospn dans la course à la deuxième place qualificative pour les demi-finales. Il reste à la bande à John de battre Sebam Boeny, ce jour, lors de la dernière journée pour assurer sa place dans le dernier carré en compagnie de l’ASCB Boeny, leader incontestable de cette poule B.

De l’autre côté, la descente aux enfers de GNBC a marqué cette première phase. Considérée comme une favorite de la compétition, cette équipe a montré une défaillance dangereuse au risque de compromettre sa reconquête du titre. Elle sera absente pour la première fois dans le dernier carré de la première phase en 3 ans. Cosfa par contre est en bonne voie pour obtenir le sésame, derrière SBBC Boeny.

Naisa

Résultats hommes de la 6e journée :

2BC Vakinankaratra-Sebam Boeny: 68-65

Cosmos Diana-Challenger Analamanga: 95-70

COSPN Analamanga-Cosfa Analamanga: 82-78

TMBB Analamanga-SBBC Boeny

 

News Mada0 partages

Chronique : d’une pierre, deux coups ? on peut faire encore mieux : d’une paire, quatre pas !

Les deux compères marchent en discutant gaiement, l’un sur le trottoir, l’autre sur la chaussée. Ils avancent d’un pas cadencé, rythmé par ce balancement que l’on remarque chez certains rappeurs et ceux qui s’en sont inspirés : un premier pas en allongeant une jambe comme pour s’élancer vers le ciel, le suivant plus bref, la hanche cassée de l’autre côté, en pliant le genou pour accompagner le mouvement. Ils vont du même pas comme si leur conversation donnait le tempo de leur déambulation ; ça n’est pas un modèle d’élégance mais l’évidente complicité des deux compères fait plaisir à voir. Il ne manque que la musique pour compléter le tableau.

Gauche, droite, gauche droite…. Une touche de couleur attire l’attention sur le pied gauche d’un des garçons. Un lacet ? Non, c’est la lanière de la sandale qui marque la cadence d’un orange fluorescent sur le temps de l’allongement, plus terne quand le garçon se penche vers la droite. Tiens, on ne voit pas la deuxième lanière. Est-ce la lumière du matin qui joue sur la sandale…? Il n’y a aucun jeu de lumière et pour cause, il n’y a pas de deuxième sandale. On ne peut pas dire que le garçon va pieds nus puisqu’il porte une sandale au pied gauche. Notre lexique est bien pauvre pour décrire le pied qui va nu quand l’autre est chaussé…

Gauche, droite, gauche droite… Sur l’autre compère, c’est le pied droit qui brille en cadence. Il est terne sur l’allongement et fluorescent sur la flexion. Quant au pied gauche, pour parfaire la symétrie, il va nu. Quelques pas encore et le mystère s’éclaircit. Le duo est une paire de siamois ! Etrange ? Pas le moins du monde. Au milieu des passants pressés qui vont chaussés ou qui vont les deux pieds nus, la paire de sandales portée par les deux complices passe presque inaperçue. Et pourtant, c’est une petite touche de couleur très rafraîchissante pour commencer la journée en souriant.

 Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : les vins d’honneur d’Antsirabe et de Tananarive (1)

Au cours des vins d’honneur qui ont été offerts à M. Garbit à l’occasion de son départ de la Colonie, plusieurs discours ont été prononcés. Nous avons promis à nos lecteurs celui de M. Lanier qui ouvre la série à Antsirabe. Le voici.

Monsieur le Gouverneur Général,

Trois semaines à peine nous séparent du jour où vous allez nous quitter et vous n’avez pas hésité, au milieu de vos préparatifs de départ, à venir, une fois encore, témoigner tout l’attachement que vous nous portez.

Nous vous en remercions bien sincèrement, Monsieur le Gouverneur Général, et bénissons le Concours agricole, qui encadre dignement notre réception, tout en démontrant la richesse de la région.

Vous avez pu juger, par les superbes produits exposés, qu’Antsirabe mérite bien les sacrifices que vous vous êtes imposés pour la développer.

Mais vous allez partir, avant d’avoir pu mettre à exécution les beaux projets que vous aviez faits.

Nous osons espérer que votre successeur continuera l’œuvre que vous avez commencée et que vous auriez été si heureux de voir achever. Nous l’espérons pour deux raisons : la première, parce que les travaux d’utilité d’embellissement que vous avez entrepris seront profitables à tous.

La seconde, pour qu’à votre retour, vous trouviez réalisé votre rêve si longtemps caressé : arriver à Antsirabe par ce chemin de fer qui est bien vôtre… en descendre dans une gare spacieuse, à l’extrémité de l’avenue devant porter votre nom, débouchant au magnifique hôtel en construction qui abritera de nombreux Européens venus à Antsirabe bénéficier du climat tempéré et des bienfaits des sources thermales, dont l’aménagement est déjà très confortable.

Tout cela, vous le verrez, M. le Gouverneur Général, nous en sommes persuadés…, cependant quelque chose attriste…, ce jour nous paraît bien lointain encore…, nous étions tellement habitués à vous rencontrer si simplement…, à vous voir vous intéresser à tous et à tout…, traiter toute chose avec une sollicitude et une impartialité légendaires…, solutionnant les questions les plus diverses avec une rapidité à laquelle nous n’étions pas habitués…, toujours en quête de modifications heureuses, en un mot à vous considérer réellement comme le chef de la grande famille que nous formons à Madagascar.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy finoana maty raha tsy avy mandevina

Niverina amin’ny laoniny araky ny vaovao voalaza ny raharaha mikasika ny fanenjehan’ny fitsarana an’i ramatoa Claudine Razaimamonjy. Mbola maro ihany anefa ny olona maneho ahiahy nohon’ny fiheverana fa seho vaovao eo

amin’ity tantara mitohy tsy misy fahataperana ity izany. Tsy afaka omen-tsiny moa ireo kely finoana amin’izay voalazan’

ny fitondrana, be izay  lainga marivo fototra nafafy sy ny fitapitaka natao aminganana, anefana fomba anjavonan’ity olona ity manoloana ny fanenjehana nohon’ny eloka ahiahiana ho vitany ka iampangan’ny fitsarana azy. Andanin’izany eo koa ny fiheverana fa misy rariny ihany na tsy mendrika aza ireo tetika maloto nentin’ireo namana iarovana ny havany, aiza hono dia naira-nitavana ihany tamin’ny andro namiratra dia hifanary raha manaloka ny rahona.

Ho an’ireo velom-panontaniana mikasika ny fahamarinan’ilay filazana fa natoby any am-ponja etsy Antanimora i Ramatoabe tsy ho ela dia ahafantatra ny tena marina momba izay ny be sy ny maro. Mbola tsy levona ny vavonin’ny ankamaron’ny mpitsara ny lainga nasesika nentina amahanana azy, tsy ahatokokitoky fahatany an’izao ambara rehetra izao, zo an’i mpitsara ao amin’ny fampanoavana no mitsidika ny gadra amin’ny fotoana tsy ampoizina any anatin’ny fonja itazomana azy ireo. Ho hita eo izany. Mikitikitika ny sain’ny maro moa dia ny tsaho miparitaka momban’ny trano na efitra manokana andraisana an’ity gadra maro mpitahy, ny fotoana nentina anomanana an’izany hono ny antony nampitarazoka ny famoahana an-dramatoa avy ao amin’ny fialokalofany tsy ara-dalàna teny amin’ny hopitaly. Ny tena mahasaro-piaro ny olona dia ny vola lany tamin’izany, naman’ny familivilina raha vola-mpanjakana no nanatanterahana ny asa, raha volan’olona manokana dia fomba meloka ihany naman’ny fampifangarongarona fitantanana vola-panjakana amina vola tsy manana anto-pihaviana ara-dalàna. Tokony ahatoky anefa ny rehetra fa tsy tafahoatra natao maro kintana toy ny an’ilay hôtely be izay Ramatoa no tompony ny fitobina andraisana azy eny Antanimora.

Tsy tapitra moa ity raharaha efa mampikorotan-tsaina ny fitondrana dia nipotra indray ny fanendahana vehivavy roa sy fisotomana mahery vaika volamena efa ho roa kilao izay samy voatana nefa teo am-pelatànan’ny mpiasan’ny fadintseranana. Miaramila be voninahitra voalaza fa manana mpiaro tsara toerana any an-dapa any no ampangain’ny mpiasan’ny Douane niharan’ilay fanaovana herisetra. Any amin’ny tany tsy misy fanjakana no manjaka toy izany ny fanjakazakana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : vous aimez les bonbons ?

Vous aimez les bonbons ? Oui, comme tout le monde ! Mais vous n’avez probablement pas envie de les ramasser par terre, quand bien même ils seraient encore dans leur papier d’emballage. C’est ce qu’il faudrait préciser aux jeunes gens qui sillonnent la ville pour présenter un nouveau produit aux amateurs de sucreries. Déguisés aux couleurs du bonbon, ils s’annoncent en fanfare mais ne savent pas quoi faire des douceurs qu’ils sont censés distribuer.  Un peu empoté mais voulant plaire à la belle qui attend le bus, monsieur-sucrerie trouve une solution : il lui lance un bonbon, comme on lance un os à un chien. La suite ? Vous l’aurez deviné, ce n’est pas la curée.

 

News Mada0 partages

Fatim-behivavy hita teny Anosy : karohin’ny polisin’ny BC ilay sakaizany nahavanon-doza

Ny sakaizany ihany ny tompon’antoka tamin’ity vonoan’olona feno habibiana tamin’ilay tovovavy hita faty teny Anosy, ny alatsinainy maraina teo, ity araka ny tatitra avy amin’ny polisy misahana ny heloka bevava (BC). Manao antso avo izay mahita ity lehilahy nahavanon-doza ity, araka izany, mba hampandre haingana ny polisy misahana ny heloka bevava ao Anosy na koa hiantso ny laharaha 034 05 517 26. Manome toky hatrany ny polisim-pirenena fa mijanona ho  tsiambaratelo ny mombamomba ny mpanome vaovao.

Tsiahivina fa niboridana ilay tovovavy tamin’ny fotoana nahitana ny fatiny teny Anosy. Nendahiny ihany koa ny hodi-tavany. Tsy misy nahafantatra ny mombamomba azy. Fantatra kosa fa hoe mipetraka amin’ny trano selofanina eny Isoraka izy sy ilay sakaizany ary mbola hita tao ny fitafian’ity vehivavy ity sy ny lobak’ilay sakaizany nihosin-dra.

J.C

News Mada0 partages

Ampasimazava Toamasina : saron’ny polisy ireo jiolahy mpamaky magazay

Voasambotry ny polisy tao Ampasimazava Toamasina, ny alatsinainy teo ireo jiolahy mpamerin-keloka tompon’antoka tamin’ny famakiana mangazay miharo fanendahana. Efa intelo voasambotry ny polisy ny iray amin’ireto jiolahy ireto, saingy manohy ny asa ratsiny hatrany rehefa mivoaka ny fonja…

Tratra tany amin’ireto jiolahy ireto ny vy lehibe fampiasan’izy ireo nandritra ny fisamborana azy ireo tao Ampasimazava Toamasina. Araka ny fanazavan’ny polisy, naharay loharanom-baovao izy ireo momba ny fisian’ireto jiolahy ireto izay nikasa hamaky mangazay tamin’io fotoana io. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny polisy ka noraisim-potsiny izy telo lahy niaraka tamin’ilay fitaovana fampiasan’izy ireo rehefa manao ny asa ratsiny.

Araka ny fanazavan’ny kaomisera, Rafindahy Manitra Fleurys fa efa mpamerin-keloka ny jiolahy iray antsoina hoe Jimmy Marcelle, 21 taona. Efa fanintelony voasambotry ny polisy izy, saingy tsy mijanona ela any am-ponja. Ry zalahy ireto no tena nampitondra faisana tao amin’ny fokontany Ampasimazava sy Anjoma amin’ny famakiana trano miharo fanendahana.

Ny iray amin’izy ireo kosa voasambotry ny polisy tao Salazamay Toamasina izay voarohirohy ho nangalatra moto. Niangavy ny tompon’ilay moto ny polisy mba hitondra taratasy mazava ho an’izay manana moto very.

Nohamafisin’ny kaomisera Razafindahy  kosa nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety tao Toamasina araka ny hafatry ny talem-paritry ny filaminana anatiny ao Toamasina fa sazy henjana ny hahazo ireo polisy mihoa-pefy ao anatin’ny asany. Tsy azo ekena ny mahita polisy mamo am-perinasa ka tsy azo ekena izany, araka ny nambarany.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

Nankasitrahana ireo mpanome ra : mila kitapon-dra 35 000 manerana ny Nosy

35 000 ny kitapon-dra ilaina manerana ny Nosy isan-taona ary 20 000 ho an’Antananarivo fotsiny, araka ny voalazan’ny ivontoeram-pirenena  misahana ny famindrana ra ao amin’ny HJRA, omaly, nandritra ny fanamarihana ny Andro maneran-tany ho n’ny mpanome ra, teny Anosy. 60 ny kitapon-dra mivoaka ao amin’ny ivontoerana isan’andro avy amin’ny tahiry.

20%-n’ny mpanome ra an-tsitrapo tsy tapaka, fa ny ambiny manome ra rehefa manana havana mila ampidirina ra satria tsy maintsy soloina ny kitapon-dra mivoaka ampiasaina isaky ny marary.

Misy ny fikambanan’ny olon-tsotra mpanome ra tsy tapaka eto amintsika, filohan’izany Rakotofiringa Roland, izay nanome ra 107 nandritra ny 50 taona. 69 taona izy ankehitriny ary hanohy ny fanomezan-dra tsy tapaka hatramin’ny taona 2018. Akora ilaina betsaka mandritra ny fandidiana ny ra sy hitsaboana ny aretina maro mpahazo ny ra toy ny hémophilie, drépanocytose. Anisan’ny tena mampiasa betsaka ny kitapon-dra ny olona voan’ny aretina malia ra ka tokony hampidiran-dra roa kitapo isan’andro, araka ny nambaran’ny tovolahy marary iray, izay vao 18 volana monja dia efa voatily fa voan’ny hémophilie sévère.

« Manampy ny fanjakana ny OMS amin’ny fampihodinana ny ivontoerana famindrana ra mba hanana antoka ny marary fa misy tahirindra vonona hatrany ao », hoy ny solontenany eto amintsika, Charlotte Ndiaye. Ilaina indrindra amin’ny fikarakarana ny fahasalaman’ny reny sy ny zaza rahateo ny ra. Nomena taratasy fankasitrahana ireo mpanome ra an-tsitrapo, omaly.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Hepatite B : misy fanafody malagasy azo amin’ny zava-maniry

« Mandroso ny fikarohana eto amintsika, efa misy ny zava-maniry navadika ho fanafody hitsaboana ny hepatite B ary tsy milaro akory simika mihitsy nefa tsy lafo. Porofo izany fa afaka manampy amin’ny fampandrosoana ny fikarohana ataon’ny mpikaroka malagasy », hoy ny minisitry ny Fampianarana ambony sy ny fikarohana ara-tsiansa, Rasoazananera Monique. Tohanan’ny fanjakana ny fikarohana mamaly ny filana eo amin’ny toekarena sy ny sosialy ary mampiasa ny zava-boahary. Vokatry ny fikarohana koa ny vaksiny ho an’ny akoho (mahazaka hafanana) efa nampahafantarina ny mpiompy tany Amoron’i Mania. Manana antontan-kevitra momba ny fikarohana ho an’ny lohahevitra efatra ny minisitera amin’izao fotoana izao. Sehatra laharam-pahamehana ho an’i Madagasikara ireo : fahasalamana, fiahiana ara-tsakafo, angovo azo havaozina ary ny fiovan’ny toetr’andro. Nisokatra, omaly, ny fihaonana momba ny fikarohana momba ny zava-boahary.

Misy ny tohana ho an’ny fikarohana

Nametraka tahirim-bola ho an’ny fikarohana (FIER) ny fanjakana roa taona lasa. Nisy ny antso tolobidy telo ho an’ny vondron’olona maniry ny hahazo ny tohana amin’ny fikarohana tanterahany. « Telo hatramin’izao ny ivontoeram-pampianarana nisitraka izany : IST telo (Antananarivo, Ambositra sy Antsiranana) sy ny Ecole doctorale ao amin’ny onivereiten’i Mahajanga. Miendrika fitaovana entina manampy amin’ny fikarohana ny tohana fa tsy lelavola akory », hoy ny tale jeneralin’ny fikarohana ara-tsiansa, Ramiarison Claudine, omaly teny Tsimbazaza. Rehefa nanontaniana ireo vondrona mpampianatra nahazo ny tohana, nilaza izy ireo fa olana ny fitaovana ka izay no nanomezana ordinatera, imprimante sy ny kojakoja miaraka aminy hanomanany ny doctorat, araka ny fanazavany ihany.

Nanao antso tamin’ny mpanohana ara-bola ny minisitera ho an’ny FIER, vonona izy fa nanamafy kosa fa tsy maintsy Malagasy no tompon’ny tetikasa hovatsiana. Rehefa azo ny famatsiana, hanangana fondation ny tomponandraikitra.

Vonjy A.

News Mada0 partages

“Vatsy Fiarovagnajaja” : harovana amin’ny herisetra

Nosantarina tany amin’ny distrikan’Ambovombe Androy, tamin’ny fiandohan’ity herinandro ity, ny tetikasa « Vatsy Fiarovagnajaja ». Tetikasa entina hamatsiana vola ho an’ny tokantrano hahafahana mampiana-janaka sy miarina ara-pivelomana  ity vatsy ity.

Voakasik’ity famatsiana ity ireo tokantrano manan-janaka eo anelanelan’ny 10 ka hatramin’ny 18 taona tratran’ny fanararaotana na tanora misahana ny andraikitry ny ray aman-dreny ao an-tokantrano na koa ireo ankizivavy niteraka tsy manam-bady…

Hanatanterahana ny tetikasa ny kaominina Ambovombe, Tsihombe, Beloha ary ny faritra Androy sy Anosy ary ny kaominina Amboasary.

Sarotra ny fitaizana ny tanora any Atsimo noho ny antony maro. Manjaka ihany koa ny herisetra mianjady amin’izy ireo ka izay no anton’ny nanaovana ny famatsiana any an-toerana raha ny fanazavana.

Entina indrindra hiarovana ireo tanora amin’ny herisetra araka izany ny vatsy. Hanamafisana ny fandraisana andraikitra ara-pahasalamana, ara-tsosialy araka ny lalàna amin’ny fiarovana ny ankizy ihany koa.

Nanomboka ny volana mey hatramin’ny volana desambra 2017 ny “Vatsy Fiarovagnajaja”. Mahakasika ankohonana 1.500 ny tetikasa. Mitentina 825 tapitrisa Ar ny famatsiana avy amin’ny Unicef. Tafakatra hatrany amin’ny 115 miliara Ar ny fanatanterahana ny tetikasa “Vatsy Fiatovagnajaja” ao anatin’ny telo taona (2017-2019).

Tatiana A

News Mada0 partages

Fanalamanga : voaloa ny ny latsakemboka 800 tapitrisa Ar

Manodidina ny 1.500 ny mpiasa ao amin’ny orinasa Fanalamanga. Voaloa ankehitriny ny trosany latsakemboka mikasika ny fiahiana ara-tsosialy, mitentina 800 tapitrisa Ar, teo anelanelan’ny taona 1996 hatramin’ny 2016. Afaka misitraka ny zony, araka izany ny mpiasa am-perinasa, amin’ny volan-jaza, ho an’ny bevohoka, ny tambim-bola ho an’ny tra-doza am-perinasa, ary koa ny fisotroan-dronono ho an’ny zokiolona.

Orinasam-panjakana mitantana ny ala kesika any Moramanga ny Fanalamanga. Nisedra olana ity orinasa ity tato anatin’ny 20 taona farany, saingy manomboka miarin-doha izao. Izay no anisan’ny nahafahany nandoa ny trosany, mikasika ny fiahiana ara-tsosialy, ahafahan’ny mpiasa mahazo ny tombontsoany eo am-perinasa sy ny aoriana mandray ny fisotroan-dronono. Mpiasa raikitra ny 900 amin’izy ireo ary an-tselika ny 600.

Njaka A.

News Mada0 partages

Don de sang : les personnes récemment tatouées exclues

Toutes personnes majeures et en bonne santé peuvent donner son sang pour sauver des vies, mais en vue de préserver la santé des donneurs  tout comme celles des receveurs, un certain nombre de conditions doivent être respectées, même si les besoins sont énormes.

35.000 poches de sang. Tel est le besoin annuel à travers le pays dont  57%, soit près de 20.000 poches pour la capitale. Ces énormes besoins requièrent un nombre important de donneurs bénévoles, qui ne représentent pour l’heure que 20% des donneurs. Malgré cette nécessité vitale, ce n’est pas tout le monde qui peut intégrer les rangs des donneurs de sang. Mis à part le fait d’être majeur, d’être en bonne santé et d’avoir un poids supérieur à 50 kg ou encore le fait de ne pas être enceinte… d’autres conditions devraient être remplies avant de pouvoir procéder au  don de sang. Chaque jour, 120 à 150 personnes viennent chaque jour auprès du Centre national de transfusion sanguine (CNTS) pour  donner leur sang, mais certains ne respectent pas les critères.

Parmi les personnes exclues figurent les personnes récemment tatouées et celles qui se sont fait un piercing. «Les sujets concernés devraient attendre au moins six mois après avoir se faire tatoués pour pouvoir donner leur sang», a souligné le Dr. Fanja Andrianavalojaona, de la sélection médicale au niveau du CNTS, hier en marge de la célébration de la Journée mondiale des donneurs de sang qui s’est déroulée à Anosy. «Une telle exclusion, qui s’applique à toutes les personnes qui ont fait des injections récentes n’a pas d’objectif discriminatoire mais répond bien à des préoccupations de santé publique», a ajouté notre source.

107 dons de sang en 50 ans

Les donneurs de sang ont été à l’honneur à l’occasion de cette journée dédiée à eux, célébrée à travers le monde, dans la mesure où outre leur volonté de donner volontairement ce don précieux, ils ont su adopter les comportements nécessaires et les conditions de vie requises pour pouvoir continuer à faire partie des donneurs bénévoles et réguliers. Parmi lesquelles figure le président de l’association des donneurs de sang, Roland Rakotofiringa. D’après son témoignage, il a fait 107 dons de sang pendant 50 ans. Actuellement âgé de 69 ans, notre source projette d’atteindre 110 dons de sang jusqu’en 2018 lorsqu’il atteindra l’âge de 70 ans.

Le ministre de la Santé, le Pr. Mamy Lalatiana Andriamanarivo, ainsi que la représentante de l’OMS, Charlotte Ndiaye, ayant assisté à cette cérémonie, lui ont été reconnaissants pour son geste. A cette occasion, le numéro un de l’OMS a annoncé l’appui de cet organisme onusien pour la Santé pour assurer le développement du CNTS pour garantir la non rupture de stock de sang, tout en renforçant les centres régionaux de transfusion sanguine à travers le pays.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Nosy Be : une maison partie en fumée

Le commissariat de police de Nosy Be enquête actuellement sur l’origine de l’incendie qui a entièrement ravagé le domicile d’une jeune célibataire à Ambodisakoana.

Ces feux ne s’expliquent autrement que par la présence de mains criminelles, s’est indignée la victime qui a affirmé avoir pris les précautions nécessaires avant de fermer sa maison pour aller au marché vers 9 heures du matin, hier. J’ai déjà éteint le réchaud quelques heures auparavant et aucun appareil n’était branché sur le circuit électrique, a-t-elle affirmé. Il  semble d’ailleurs, d’après les témoignages des riverains, que l’incendie s’est déclenché juste après son départ, ajoutant aux mystères entourant ce drame d’Ambodisakoana qui commence à être le centre d’intérêt des discussions dans tous les cercles de l’Ile aux Parfums actuellement.

La victime a tout perdu dans ce sinistre puisque les flammes ont tout dévoré sur leur passage en l’absence de système de secours approprié.

Manou

 

News Mada0 partages

Taxi ville : hausse des tarifs

Les taximen de la capitale ont révisé à la hausse le tarif des courses ces derniers temps. Si auparavant, le minimum d’un trajet, par exemple Ampefiloha-Anosy, est de 5 000 Ariary, voire quelquefois 4 000 Ariary, ces derniers ne se déplacent plus qu’à partir de 7 000 Ariary. Pour aller de Behoririka aux 67 Ha, il faut compter dans les 14 000 Ariary. Pour les déplacements dans les périphéries, du centre ville à Alasora, Ilafy ou à Ivato par exemple, il faut prévoir au moins 20 à 30 000 Ariary.

Les dernières hausses des prix à la pompe ainsi que les embouteillages, qui ne cessent de s’amplifier à l’approche de la fête du 26 juin, sont la cause de cette augmentation. D’autant plus que l’insécurité a nettement réduit le nombre des noctambules. Le travail de nuit est ainsi à risque, non seulement à cause de la rareté des clients, mais aussi pour la voiture et le chauffeur lui-même.

Il faut dire aussi que la concurrence est rude. En effet, à part les taxibe qui sont leurs concurrents directs, les embouteillages aidant, des taxis-motos opèrent clandestinement, en proposant le tiers de leur tarif. Les taximen profitent donc de l’aubaine d’avoir un client pour soutirer le maximum de frais possible.

Au dernier recensement, le nombre des taxis dans la capitale dépasse largement les 6 000.

Sera R

News Mada0 partages

Analamanga : la PFSCE renouvelle ses engagements pour l’enfance

La Plateforme de la société civile pour l’enfance (PFSCE) et le festival Varavarana conjuguent leurs efforts tout au long de ce mois- ci, en soutien aux actions menées pour la promotion des droits de l’enfant dans la Grande île.

Dans un contexte où les droits de l’enfant  sont sur toutes les lèvres, la PFSCE renouvelle ses engagements tout au long de ce mois dédié à l’enfance et plus particulièrement, à l’occasion de la seconde édition du festival Varavarana  qui rythme le IIIe arrondissement de la capitale, jusqu’au 25 juin prochain. Initiée par la fondation Terre des Hommes en 2005, la plateforme compte actuellement à son actif  30 associations nationales et internationales, dont 2 antennes régionales à Toamasina et Mahajanga.

«15000 enfants en situation de rue ou en rupture sociale au niveau de la plateforme ont pu bénéficier d’un programme d’appui à l’insertion ou la réinsertion socioéconomique. Toutefois, les défis à relever sont encore nombreux pour leur assurer un avenir meilleur», confie Jonah Andriamaharoniaina, parmi l’équipe de coordination de la PFSCE avant d’enchaîner que «Nous sommes convaincus que l’enfant a droit à l’éducation et aux soins de la santé et doit être inséré dans la société dans laquelle il vit. Raison pour laquelle une série de rencontres en lien avec l’enfance sera organisée dans le IIIe arrondissement pour mener des actions de plaidoyer en faveur de ces droits».

Une restitution du séminaire portant sur «L’accès à l’état civil et à l’identité» sera tenue le 23 juin prochain au village associatif de la PFSCE à Ankadifotsy.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Zazakely Sambatra : une voiture de la part de Viseo

Le groupe Viseo, une association partenaire de la Fondation Telma, opérant dans la commune d’Alakamisy Fenoarivo, district d’Atsimondrano a doté l’association «Zazakely sambatra» d’une voiture. Ses objectifs sont entre autres de rendre possible l’accès à l’éducation à travers la construction de salles de classe, de médiathèque et jardin éducatif, ainsi que d’éviter le décrochage scolaire par des appuis à l’accès à la cantine, l’accompagnement social des familles et la scolarisation des filles. Elle cible les enfants de 6 à 18 ans, scolarisés dans les écoles publiques des villages de la commune ainsi que leurs familles.

Actuellement, le centre «Ketsa» de l’association s’étend sur 3 000 m2 et comporte un bâtiment de soutien scolaire, trois salles de classe, un espace informatique, une bibliothèque, une salle polyvalente, une cantine, un dispensaire, un cabinet dentaire et un espace destiné aux parents.

Sera R

 

News Mada0 partages

Moramanga : Fanalamanga félicitée par la Cnaps

Coup de chapeau pour la prouesse de la société d’Etat Fanalamanga qui a pu s’acquitter d’une vingtaine d’années d’arriérés de cotisations à la Cnaps en moins d’une année.

Le directeur général de cette société d’exploitation de bois de Moramanga, Augustin Rakotonirina, a reçu un certificat de reconnaissance des mains de son homologue de la Cnaps, hier, en son siège à Antsirinala-Moramanga après apurement de plus de 20 ans de cotisations impayées d’un montant de 800 millions d’ariary environ. Six centaines d’employés bénéficieront désormais des droits et  avantages de la couverture sociale liés au paiement de leurs cotisations et le directeur général de la Cnaps, Raoul Rabekoto, a appelé les retraités à venir réviser le montant de leur pension en fonction de ces nouvelles prestations effectuées par leur employeur  pour jouir de leurs pleins droits.

Le responsable de Fanalamanga a annoncé être toujours en redressement de la situation, actuellement, laquelle a périclité depuis des dizaines d’années malgré les résultats obtenus depuis son accession à ce poste.

Manou

 

News Mada0 partages

« Danse avec les Stars » : hihemotra amin’ny septambra ny sehon’ny D’Pendanse

Miandry indray aloha. Tsy hisy ilay seho saika hataon’ny D’Pendanse aty Madagasikara, amin’ity volana jona ity. Mbola manantena ny fiverenan’ny tropy anefa ny mpankafy…

Efa nanao fampisehoana teto ny tropy D’Pendanse ny taona 2015, ary fahombiazana izany. Noho ilay fandaharana « Danse avec les Stars », izay nandeha tamin’ny fahitalavitra TF1 ary narahina malagasy maro taty, no nahafantarana azy ireo. Taorian’izay no nahafantarana fa mbola ho avy eto Madagasikara, mandritra ny fitetezam-paritra hataony aty amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina ny tropy. Efa nankalazaina aza fa ny 27 jona eny amin’ny CCI Ivato ary ny 29 jona etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina no hanaovan’ny D’Pendanse ny seho.Fahadisoam-panantenana goavana anefa ny an’ireo mpankafy ! Nanambara ny solontenan’ireo mpikarakara, omaly, fa tsy hisy indray ireo seho roa ireo. Ny tena marina, foana mihitsy ilay fitetezam-paritra saika hataon’ny D’Pendanse, satria niala tamin’ny ora farany tamin’ny fikarakarana i Maurice sy La Réunion.Na izany aza, nanpanantena izy ireo fa hahemotra ny volana septambra izao ny seho, ka eto Madagasikara irery ihany no hanatontosa ny seho ny tropy. Tsy mbola voafaritra mazava ny daty, saingy tsy miova kosa ny endri-pampisehoana nokasaina : seho iray ao amin’ny CCI Ivato ary seho faharoa goavana kokoa eny amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina.Manantena an-dry Maxime Dereymez, Katrina Patchett, Denitsa Ikonomova, Laurent Maistret, Jade Geropp, Christian Millette, Yann Alrick Mortreuil, Guillaume Foucault ary Emmanuelle Berne hitondra seho vaovao tsy manam-paharoa ireo mpankafy amin’io fotoana io. Raha tena ho avy tokoa ry zareo…

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Tennis : sport et éducation vont de pair

La ligue d’Analamanga passe à une nouvelle étape de la promotion du tennis. Effectivement, les jeunes passionnés affiliés à la ligue ne sont pas seulement entraînés pour devenir des champions sur les courts mais ils sont surtout formés pour être de bons exemples en tant que bons citoyens. Une rencontre entre la directrice du sport fédéral au sein du ministère de la Jeunesse et des sports (MJS), Rosa Rakotozafy, le tennisman chevronné Harivony Andrianafetra et le président de la ligue d’Analamanga, Riana Ravoniandro s’est tenue, hier, à l’ Acsa à Ambohidahy.

Les échanges ont été axés sur l’esprit fair-play, le comportement à adopter avant, pendant et après le match,…En techniciens avertis, les intervenants ont également insisté sur la nécessité du bilan dans la carrière sportive. Les thèmes traités pendant cette rencontre s’adressent également aux parents des athlètes qui jouent un rôle primordial dans ce projet.

Rojo N.

 

Ino Vaovao0 partages

FANAPAHANA FIFADIAN-KANINA : Mpino silamo miisa 500 nasain’ny Ambasadaoron’i Tiorka

Tao amin’ny Hotel de la Poste no nagnatanterahigny ny fiaraha-misakafo. Ankoatra izegny dia nahazo fanomezana ihany koa ireo nahazo fanasana tamin’izegny. Samy notoloragna ronono mandry amin’ny boaty lehibe  aroe, siramamy, lafarinina, menaka, sira, spagety, ravina dite izy ireo. 

Nilamigny tanteraka ny fiarahagna nisakafo nataon’ireo mpino silamo ireo. Nisaotra manokana ny ambasadaoron’i Tiorka monina eto Madagasikara ireto mpino ireto.Marihina fa samy nangalagna solontegna aby ireo avy agnatin’ny fikambanana mpino silamo, ireo masikiriny jiaby teto Antsiranana nasaigny tamin’ity firahagna nisakafo ity. 

Tsy navahagna na lahy na vavy izegny fa samy nahitagna solontegna aby. Afa-po tamin’ny fiarahagna ny rehetra ka maromaroa ny tahaka izegny. Fantatra fa agnisany fanjava fanaovana fanomezagna ihany koa ny fanjavan’ny Ramadan ho an’ireo mpino silamo, ka heverigny izegny no nandraisan’ireo Tiorka andraikitra tahaka izao.

Fantatra fa hiditra agnatin’ny folo andra farany amin’ny fanjavan’ny Ramadan ny mpino silamo, araka izegny dia afaka andro vitsy dia higadona ny fetin’ny Idd. Araka ny vinavina dia tafiditra agnatin’ny fankalazagna ny fetim-pirenena 26 jona ny fanamarihana ny Idd raha telopolo andra, fa raha sivy amby roapolo kosa dia amin’ny 25 jona no hagnatanterahigny azy. 

Na izany anefa dia ho fantatra miandalagna eo ny voatondro hagnatantetahigny ny idd, fa ny fantatra dia andro tsy fiasana nefa handraisan-karama ny andron’ ny fetin’ny Idd ho an’ireo mpino silamo eto Madagasikara.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FIFEHEZAM-BAVAN’NY MPINO SILAMO : Niakatra ny vidin’ny hanin-kotrana sy ny voanio

Ankoatra izay hifanotofana ireo hanin-kotrana toy ny mangahazo, kida, saonjo ka mihejana amin’ny vidiny lafo ny mpivarotra hatramin’ny niantombohan’ny ramadany na ny fifehezam-bava ho an’ireo mpino Silamo eto Mahajanga. Marihina fa ny fanohanana aina ataon’izy ireo mamaha ny fifehezany no mahatonga azy ireo hividy ireo karazan-tsakafo ireo dia ny amin’ny kofotoro izany. 

Samy manao izay tratry ny hery eo ampelatanany mantsy izy ireo raha ny fanazavana nomena anay mandritra io fotoana io amin’ny fanaovana izany kofotoro izany. Ary efa manao tahiry manokana hoentina iatrehana izany izy ireo mandavan-taona. 

Manoloana izany dia mitazam-potsiny ny ankamaroan’ny olona manoloana io fahalafosana io na dia te hihinana aza. Misy hatrany ny fanararaotana mitranga, indrindra amin’ny vidin’entana rehefa misy hetsika maneran-tany tahaka io eto amintsika.

Fety

Ino Vaovao0 partages

FANANGANANA SAINAM-PIRENENA 26 JONA : Hisy ny fanaraha-maso hatao eny anivon’ny Fokontany

Maro anefa ireo mpivarotra saina mandehandeha eny amin’ny lalana. Amin’ny ankapobeny dia azo tahirizina ny saina rehefa vita ny nampiasana azy ary afaka ampiasaina ihany koa amin’ny taona manaraka. 

Vao manomboka ny volana jona dia tokony mampiakatra sainam-pirenena ny tokantrano tsirairay, mariky ny fiandrianam-pirenena malagasy sy ny fahaleovan-tenan’i Madagasikara, na mbola tsy misy aza ny fahaleovantena tena izy hatreto. Lasa afangaron’ny olona anefa ny tsy fankasitrahany ny mpitondra sy ny fampiakarana ny sainam-pirenena. 

Nanambara moa ny prefet-n’i Mahajanga fa hisy ny fanaraha-maso atao eny anivon’ny Fokontany ho an’ny fampiakaran-tsaina izay. Tsy voalaza kosa raha fanentanana ihany no hatao na misy sazy ho an’ireo tsy mampiakatra mihitsy.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

Ny AmpingaNamoaka mpikabary 150 mianadahy indray

Namoaka ny andiany fahasivy misalotra ny anarana “Antsiva” indray ny fikambanana Ny Ampinga ny faran’ny herinandro teo, fikambanana izay tsiahivina fa mampianatra kabary maimaimpoana.

 Teny Analamahitsy no nanaovana ny  fanandratana  azy ireo tamin’izany  izay nahatratra 150 mianadahy mianaka ka fito taona no zandriny indrindra tamin’izany raha 62 taona no zokiny indrindra. Nianatra nandritra ny fito  volana teny amin’ny ANS Ampefiloha sy teny amin’ny LTP Alarobia ary teny amin’ny sekoly  Fanoellie Imerinafovoany izy ireo ary efa mahafehy tsara ny asan’ny mpikabary avokoa. Tonga nanotrona ny lanonana tamin’izany avy ao amin’ny minisiteran’ny kolontsaina sy ny avy ao amin’ny Federasion’ny Mpikanto teny sy Soratra (FMTS)  raha ny filoha tale jeneralin’ny sekoly ambony INSPNMAD kosa no Ray mpiahy azy ireo.  Raha araka ny fanazavan’i Manampisoatoavina, tompon’andraikitra voalohany ao amin’ny fikambanana “Ampinga” dia natao hanairana ny manodidina ity andiany vao navoaka ity.  Amin’ny volana novambra ho avy izao indray  no hiditra amim-pomba ofisialy ny andiany fahafolo.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fampianarana ambaratonga ambonyMiezaka manome vahana ny sehatry ny fikarohana

Miezaka manome vahana hatrany ny sehatry ny fikarohana ny minisiteran’ny fampianarana ambaratonga ambony sy ny fikarohana siantifika tarihin’ny minisitra Rasoazananera Monique.

Notanterahina omaly teny amin’ny foiben’ny minisitera eny Tsimbazaza ny forum de la recherche, hetsika tanterahina in-telo isan-taona, notarihin’ny praiminisitra lehiben’ny governemanta  Solonandrasana Olivier. Nambaran’ity farany nandritra izany fa tena zava-dehibe ho an’ny firenena toa antsika tokoa ny fanomezana vahana ny sehatry ny fikarohana tahaka izao hahafahana mampandroso ny firenena. Fotoana iray hanehoana amin’ny rehetra ihany koa izao fa  tena ilaina ny fikarohana ho an’ireo mpikaroka mpampianatra sy mpampianatra mpikaroka hamaliana ny filan’ny mponina amin’ny fiainana andavanandro. Betsaka amin’ireo zava-maniry ananantsika eto an-toerana no azo avadika ho akora hafa hikarakarana ny tarehy, hanaovana fanafody nefa tsy ananan’ny firenen-kafa. Tanjona tamin’izao hetsika izao moa ny hanehoana amin’ny mpiara-belona  fa ilaina hatrany ny sehatry ny fikarohana ho fampandrosoana ny firenena.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

SEKOLY AMBONY ISTMiezaka manome vahana ny voka-pikarohana

Fomba fiasan’ny sekoly ambony IST ( Institut Supérieur de Technologie) eto Antananarivo nanomboka tamin’ny 2016 ny fanamafisana sy fanatsarana kokoa hatrany ny voka-pikarohana ho an’ireo mpampianatra mpikaroka ao aminy.

 Amin’ny alalan’ny fihaonany mivantana amin’ireo mpandraharaha sy mpiara-miombon’antoka aminy no hanatanterahiny izany. Eo ihany koa ny fihaonana eo amin’ny samy mpampianatra, raha ny fanazavan-dRakotomalala Jean Lalaina, tale jeneralin’ny sekoly. Nampiavaka  ny tamin’ity ny fisian’ilay  fifanakalozan-kevitra sy  fanomezam-baovao eo amin’ny fikarohana niarahana tamin’ireo mpiara-miombon’antoka. Anisan’izany ny minisitera, ny orinasa, ny AFD…Nomarihiny manokana fa tsy mionona fotsiny amin’ny fikarohana ny IST fa miezaka mampihatra ilay  drafitra momba tetikasa ihany koa mba hampidi-bola eo amin’ny tontolon’ny fikarohana sy ny fampianarana. Notanterahina afak’omaly teny  Antaninarenina ny andro natokana ho an’ny fikarohana andiany faharoa amin’ity taona 2017 ity,  notanterahin’ny sekoly ambony IST sy ireo mpiara-miombon’antoka aminy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aiza ihany ny manaraka ?

Vita iny fampidirana ilay ramatoa malazan’ny kolikoly eny Antanimora ary miandry ny ho tohin’ny fitsarana ny rehetra.

Samy mampanantena moa na ny fitsarana na ny mpandraharaha ny fonja fa tsy hanaiky lembenana amin’ny mety ho tsindry fa hiezaka mandrakariva hampihatra ny tany tan-dalàna. Voizina foana ihany koa anefa ny hoe tsy nahavita fahagagana iny olona iray fa tao ireo olona ambony mpiray petsapetsa, saingy hodiana tsy hita sy hanaovana be marenina lava izao. Efa mivoaka ary saika resahina isan’andro ny anaran’ny olona nanome tsenam-panjakana sy nanampy an’i Claudine Razaimamonjy tamin’ny afera malotony saingy mba nisy na indray maraina ve nampanantsoana azy na dia hanaovana fanadihadiana tsotra fotsiny aza ? Rahoviana vao tena hijinja ny afera malotony ireny olona ireny sa miandry ny mpitondra manaraka afaka ny hanenjika sy hampihatra ara-drariny ny lalàna ? Toa mbola midingin-drambo sy manao gisalahy mangala-ketsa mantsy ireo efa fanta-poko sy fanta-pirenena fa tompon’antoka tamin’ny afera maloto sy fanodinkodinana volam-panjakana. Mbola mialokaloka ao ambanin’ny fahefana eo am-pelantanana aloha, ary mbola afaka miaina an-kalalahana saingy na ho ela na ho haingana tsy maintsy hijinja ny nafafy fa satria misy fetrany fanjakan-jiolahy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vahiny nampihorohoro tany ToamasinaEfa manara-maso koa ny SMM sy BIANCO

Manara-maso akaiky izay ho tohin’ny raharaha mahakasika an’ilay teratany vahiny mpanao herisetra sy mpaka an-keriny tanin’olona tany Toamasina, ireo olona niharam-boina nivantana noho ny nafitsok’izy io.

Rabri

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsenan’Asosizato AtsinananaLehilahy 1 mitaky vola tsy ara-drariny

Misy tsy mazava ny resaka fitakiana vola amin’ny mpivarotra eny amin’ny Tsena Fifankatiavana eny Anosizato Atsinanana raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny fokontany.

Tao anatin’ny 4 taona no nisian’ny lehilahy iray antsoina hoe Bota milaza ho mpiasan’ny fivondronana, ka mitaky vola 200Ariary isaky ny mpivarotra manodidina ny 400 isa, raha ny fanazavan-dRandrianjatovo Jean Michel. Raha atao ny kajikajy, hoy izy dia 11 tapitrisa ariary tany ho any ny vola azony tao anatin’izay 4 taona izay. Raha ny fanazavany hatrany anefa dia tsy mampiseho fahazoan-dàlana na « Badge » izy io, fa mitonona ho mpiasan’ny fivondronana fotsiny ary manao didin’ny be sandry, ka mihorohoro ny mpivarotra. Rehefa nandeha ny fifamaliana teo amin’ity Bota ity sy ny mpivarotra ary Randrianjatovo Jean Michel amin’ny hamoahan’ity farany ny marina momba ny fahatsapany fa misy resaka fisolokiana, dia niteny indray io Bota io ny mba tsy hamoahana ny vaovao, ary nilaza mihitsy i Jean Michel fa vavolombelon’izany ny Lehiben’ny tsena vaovao, izay hisaorana manokana. Isaorana ihany koa ny delegen’ny Firaisana faha-4 sy ny lehiben’ny tsena vaovao noho ny fiaraha-miasa manadio ao amin’ny firaisana faha-4, hoy izy. Mitaky ny hisamborana io lehilahy antsoina hoe Bota io sy ny hanaovana fanadihadiana lalina ny mpivarotra, araka ny nambaran’i Jean Michel hatrany. Nilaza moa ity farany fa mety misy tambajotra mihitsy izy io, ka ny anaran’ny kaominina mihitsy no tadiavina holotoina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanFahoany fahoany !

Salama tsara ve ry Jean ? Raha izao no mitohy dia tsy tafavoaka mandrakizay amin’io resaka famerenana ny rehetra hifankatia io indray mihitsy isika e ! Marina anie izany ry Jean e !

 Tsy aleo ve tsy manao toy izay manao fahoany fahoany toy io ? Efa nolazaina anao foana fa saropady io resaka io. Raha vao io no tsy tafavoaka eo dia veloma lava. Rehefa tsy mifankatia ry Jean dia tsy maintsy hifandrafy ihany no hiafarany. Efa miteny anao aho fa kolontsaina tsy nisy nanana afa-tsy isika io asaina averinareo io. Toa kolontsain’olon-kafa efa nambotry atsika an-taonany maro indray anefa ity no toa hiainganareo hitarihana azy. Amin’io dia toa an-tranon-dry zareo mihitsy no nanaovanareo ny antso avo tamin’ilay izy. Inona ary ireto mpampifankatia mandrangitra ireto ry Jean ?

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Andriamasimanana AurelineNanolotra « appareil echographique » ho an’Ambatondrazaka

Nanolotra fitaovana fitiliana « appareil echographique » sy ireo kojakoja madinika miaraka aminy toy ny solosaina izay amoahana avy hatrany ny vokatry ny fitiliana, ny ranom-panafody ho an'ny hopitaly ao amin’ny distrikan'Ambatondrazaka, ny sabotsy 10 jona teo,

 

La Vérité0 partages

Sécurité routière - Le code de la route fait défaut

Une personne meurt tous les 48h. Ce chiffre alarmant résume les cas d’accidents de circulation survenus en 2015, dont nombreux ont été mortels. L’accident qui s’est produit à Andranovelona Mahitsy, où 7 personnes sont décédées dont 6 écoliers ou encore celui sur la route Digue avec 7 morts, en 2016,

ainsi que celui survenu à Anjozorobe au mois de janvier de cette année avec un bilan de 47 morts, constituent les cas les plus catastrophiques. La fréquence de ces accidents s’explique non seulement par la négligence, l’irresponsabilité et l’incapacité des transporteurs mais aussi par l’inexistence d’un code de la route dans le pays. « Madagascar n’a jamais eu de code de la route. C’est l’ordonnance n°62.066 du 27 septembre 1962 sur la circulation routière qui régit ce domaine depuis des années, quoique cela ne concerne que les véhicules de transport. Le code gère à la fois la route et tous les espaces publics garantissant la mobilité des citoyens, y compris l’utilisation des trottoirs, les capacités requises pour les chauffeurs, etc. », souligne Gabriel Harrison, chef du projet sur la conception d’un manuel sur le code de la route 2017. La présentation officielle de ce manuel s’est tenue devant la presse, hier à Ankorondrano. Toutefois, un projet de loi portant code de la route est actuellement en gestation auprès de l’Assemblée nationale. « Une fois validé par le Parlement, ce projet devrait encore passer auprès de la Haute Cour constitutionnelle (Hcc) avant la promulgation par le Président de la République et la sortie des décrets d’application, etc. Bref, l’application de ce code de la route sera encore à moyen, voire à long terme », ajoute notre source. Une des raisons pour laquelle le secteur privé, regroupant diverses entreprises et fédérations, s’est investi pour l’amélioration de la sécurité routière dans la Grande île, à travers dudit manuel. Ainsi, Sodirex, Citroen, Vivo Energy ou encore la Fédération malagasy du motocyclisme et celle du sport automobile espèrent avoir le rétablissement et la réappropriation progressive de l’ordre dans une société qui semble avoir égaré ses repères. Notons que 5 000 exemplaires de ce manuel seront distribués gratuitement à toutes les Communes, les Forces de l’ordre, les députés et sénateurs et à la presse.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Insécurité - Les agressions contre les passants font rage

La situation alarmante survenue du matin jusqu’en début de soirée, mercredi dans la Capitale, a montré que les passants ne sont plus à l’abri d’une agression où qu’ils se trouvent dans la ville des mille. Dans les environs du lycée M.H aux 67 ha, au moins deux personnes ont payé le plus lourd tribut à cette situation d’insécurité. Et pourtant, la racaille a frappé au beau milieu de la matinée. Pour s’emparer de force d’un sac que portait une jeune fille, un bandit lui a transpercé le ventre avec un tournevis ! Heureusement que la plaie n’était pas trop profonde et la vie de la victime n’est donc pas en danger. Parallèlement,  et toujours dans le même périmètre, une autre jeune fille a subi le même  sort que la première et s’est fait voler de son téléphone portable. Toujours dans le même quartier mais vers les premières heures de la journée, une mère de famille s’est vue délestée de son portable d’une valeur de 600 000 ariary.

Le voleur a attendu le moment opportun pour entrer en action : la victime qui avait porté un enfant dans ses bras, a bien des difficultés pour ouvrir le portail de sa résidence. En deux trois mouvements,  et le temps que le malfrat était passé à sa hauteur que ce dernier lui arrache le portable de sa main. Vers 16h à Bel-Air sur la Route circulaire, un voyou agresse une étudiante de l’université en lui cognant au visage. La victime fut blessée à un œil. Et pourtant, elle n’avait que la somme de 600 ariary sur elle ! L’agresseur a agi avec une telle surprise que le coup assené a étourdi l’universitaire pendant quelques secondes. La méthode du bandit n’a pas été sans rappeler celle employée par un autre envers une mère de famille près de l’école la Coccinelle à Sainte- Marie kely Antaninandro. A moins qu’il ne s’agissait du fait d’un même malfaiteur.

Toutes ces situations ont bien montré que le Chef de l’Etat actuel a beau appeler à la mobilisation de la population contre le phénomène banditisme dans les différents quartiers de la ville. Il semble ne jamais vouloir admettre que, car il est sans doute induit en erreur par son entourage, la pauvreté galopante de la masse est à la base de la recrudescence de ces vols et agressions. Loin de nous de donner raison à tous ces individus à l’intention malveillante ! Mais la très mauvaise redistribution des richesses est trop flagrante dans cepays. Poussée par la faim et ne disposant d’aucune couverture sociale, même pas le minimum, ni d’emplois rémunérant, une grande majorité de la population actuelle ne trouve plus d’autre alternative que le banditisme, qui dispute  donc la place au commerce à la sauvette. A bon entendeur, salut.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Investissement - Le groupe Axian annonce son entrée au capital d’Adenia Capital (IV) à hauteur de 12 m...

 Le groupe Axian a annoncé son entrée à hauteur de 12 millions d’euros, au capital d’Adenia Capital (IV), un fonds d’investissement créé en 2016 par la société de gestion de fonds de capital-investissement Adenia Partners. Un engagement que la firme présente comme une nouvelle illustration de sa volonté d’accompagner les entreprises les plus prometteuses en Afrique. 

« Nous sommes heureux et fiers de contribuer au développement des entreprises qui structureront demain le tissu économique africain. Nous partageons avec Adenia les mêmes valeurs de solidarité et d’intégrité ainsi qu’une préoccupation commune pour les enjeux sociaux et environnementaux pour un développement inclusif. Ce sont ces valeurs que nous voulons partager demain avec les entreprises que nous accompagnerons », a fait savoir Hassanein Hiridjee, Pdg du groupe Axian. Axian est un groupe familial franco-malgache appartenant à la famille Hiridjee, implanté à Madagascar depuis 150 ans. Axian est présent sur plusieurs secteurs économiques essentiels pour le développement et la croissance de Madagascar, à travers des entreprises leaders dans leur domaine d'activité : l’énergie avec Jovenna et Edm, les services financiers avec Bni Madagascar et Mvola, l’immobilier avec First Immo, ainsi que les télécommunications. Avec 515 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2015, 800 millions de dollars d’investissement depuis dix ans et plus de 4000 salariés dans l’océan Indien, Axian privilégie des secteurs structurants et « réalise des transformations en profondeur avec le souci de répondre aux préoccupations et aux besoins du pays, des entreprises et des citoyens ». Cette contribution dans Adenia Capital (IV) va permettre d’accompagner le développement des entreprises africaines à faible ou moyenne capitalisation, dans des secteurs économiques très variés, en leur apportant un soutien financier là où elles sont souvent confrontées à des difficultés d’accès au capital. Adenia demeure un investisseur dans des entreprises en plein essor situées en Côte d'Ivoire, au Ghana, mais aussi à Madagascar comme l’Opham.

Agence Ecofin

La Vérité0 partages

Séquestré !

Un évènement de taille, entrant dans le cadre des intérêts supérieurs de la Nation, venait de clore les portes ce dimanche 11 juin 2017 au Village Voara de l’ex- Francophonie. Il s’agit de la VIe édition de  l’ « International tourism fair Madagascar » (Itm). Ce fut un important évènement organisé par l’Office national du tourisme (Ontm) sous l’égide du ministère du Tourisme et s’inscrivant dans le cadre des activités régionales des Iles Vanille dont l’objectif consiste à booster le tourisme. Cette fois, la Chine, un pays émergeant à fortes opportunités touristiques,  a eu le privilège d’être choisi comme « Invité  d’honneur ».

L’Itm offre à l’occasion à Madagascar de placer en orbite ce secteur de pointe. Madagascar, disposant d’une réserve faunistique et floristique inestimable et endémique, attire les visiteurs des plus fortunés en provenance des pays riches dont la Chine.  Le choix de ce pays, la Chine, comme « invité d’honneur » n’est pas fortuit. En pleine expansion économique, la Chine voit apparaitre malgré la  persistance de la pauvreté, une classe « de nouveaux riches » friands des voyages. Ainsi, elle intéresse les professionnels du tourisme du pays. Porteur d’avenir et à haute valeur ajoutée, deuxième pourvoyeur  de devises, le tourisme mérite les attentions  particulières.   En dépit de ces immenses potentialités, le tourisme malagasy peine à décoller. Les richesses, à peine exploitées, ne se transforment pas encore en prospérité économique. Ce trésor, unique en son genre, offert par une nature généreuse, ne nous sert pas encore en termes de prospérité.  En réalité, certains blocages prennent en otage l’épanouissement du tourisme à Madagascar.  Les professionnels du secteur, voyagistes,  tour- opérateurs et hôteliers, interpellent les responsables politiques à chaque fois que les occasions se présentent sur l’état dérisoire des infrastructures de base de la Grande île (routes, ouvrages d’art, etc.) desservant les sites touristiques de marque. Les routes nationales, surtout celles qui relient le grand axe Nord-Sud, sont laissées à l’abandon sur certaines portions. Les axes reliant la Capitale d’avec les Régions de l’Ouest et l’Est à fortes potentialités ne jouissent guère des traitements de faveur des  responsables étatiques. Par ailleurs, l’insuffisance des structures d’accueil commence à peser trop sur l’essor des activités dans l’ensemble du territoire. Des efforts considérables sont, donc, à promouvoir dans ces domaines respectifs.En outre, les opérateurs versés dans cette branche d’activité plus que rentable se plaignent, trop  souvent, sur la recrudescence troublante de l’insécurité presque partout à travers la Grande île. Les attaques aveugles et meurtrières des bandits écornent, sérieusement, l’image de marque du pays. Madagascar, en tant que destination touristique de choix, risquerait d’encaisser de sérieux coups au cas où les hauts responsables du régime ne parviendront pas à maîtriser cette triste situation. Il ne faut jamais badiner sur la sécurité de ces « visiteurs de marque ». Les observateurs de la vie nationale s’inquiètent de l’absence d’une véritable politique d’encadrement viable et crédible de la part des dirigeants au profit de ce secteur porteur. Le ministre Roland  Ratsiraka a beau batailler pour mobiliser toutes les forces vives  intéressées, seulement, les initiatives voueraient à l’échec tant que le pouvoir central ne s’impliquera pas davantage. Un train de mesures aptes à propulser le secteur doit être mis en marche sinon le tourisme restera séquestré. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Claudine R. placée à Manjakandriana - Un flagrant traitement de faveur

C’est officiel ! Claudine Razaimamonjy a été transférée à la prison de Manjakandriana. Bien que les bruits de cet éventuel transfert couraient déjà depuis son incarcération lundi, l’opération n’a finalement été effectuée qu’hier après – midi vers 14h. L’information a été confirmée par une source au niveau de l’administration pénitentiaire.

Notons que l’établissement pénitentiaire de Manjakandriana est destiné à l’incarcération des femmes. La milliardaire n’aura donc fait qu’une « escale » à la maison centrale d’Antanimora où elle n’est restée que  72 heures. Selon une autre source à Antanimora, la décision de ce transfert a été prise par le ministère de la Justice. Des raisons de sécurité  sont avancées comme motif de ce transfert. Pourtant, d’après toujours notre source, seules les détenues ayant fait l’objet d’une condamnation peuvent franchir les portes de cette prison. Une fois de plus, ce déplacement à Manjakandriana démontre un flagrant traitement de faveur pour la dame Hvm. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’elle fait l’objet d’un tel traitement. PrivilègesMalgré les opérations de communication du régime, la propriétaire d’AC est loin d’être mise sur le même pied d’égalité que les autres prévenus. A commencer par son escapade à l’île Maurice qui fut maquillée en évacuation sanitaire puisque la dame n’est restée à la Clinique Fortis Darné que quelques jours. Elle a profité de deux semaines de liberté avant de revenir au pays pour être ré – hospitalisée. Toujours dans ce registre de traitement privilégié, l’on ne peut omettre de  rappeler la conférence de presse nocturne donnée par le ministre de la Justice, Charles Andriamiseza à Faravohitra le 5 avril dernier, alors que Claudine Razaimamonjy était gardée à vue par le Bianco à Ambohibao, deux jours après son interpellation devant le Palais des sports de Mahamasina. L’intervention tardive du numéro un de Faravohitra (à 22h30 du soir) portait uniquement sur l’affaire Claudine Razaimamonjy. Le Garde des Sceaux avait alors crié à la détention arbitraire en pointant du doigt une violation du droit de la défense. Il avait également souligné que le délai de 48h de garde à vue avait expiré et est allé jusqu’à exiger la libération de la milliardaire. Ce qui a été démentie par le Bianco qui a soutenu qu’au terme d’une première garde à vue, la conseillère spéciale d’Iavoloha a de nouveau été interrogée pour un 2nd dossier.Bref, continuer d’affirmer que le cas Claudine Razaimamonjy est un cas comme les autres relève tout simplement du canular. Reste à voir si ce favoritisme continuera dans le traitement du dossier jusqu’à la tenue du procès !S.R.

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Proparco signe un prêt de 25M€ pour 2 aéroports

Proparco, filiale de l’Agence Française de Développement, a accordé un prêt de 25 millions d’euros pour le développement des aéroports d’Antananarivo et de Nosy Be. Pour rappel, en 2015, la concession de ces 2 aéroports a été attribuée à Ravinala Airports, un consortium composé de Meridiam, Aéroports de Paris Management, Bouygues Bâtiments International et Colas. Cet investissement figure parmi les engagements de Ravinala Airports pour la réhabilitation et la modernisation des infrastructures de ces aéroports. L’accord de ce prêt s’inscrit également dans les actions de soutien au secteur privé menées par Proparco en Afrique.

De manière concrète, le prêt financera la construction d’un nouveau terminal à Antananarivo, la réfection des pistes ainsi que la rénovation d’autres infrastructures aéroportuaires. Ces aménagements devraient lui permettre de se préparer à la prévision de la croissance du trafic régional d’ici 15 ans. Sans développement, la capacité de l’aéroport de la capitale atteindrait sa saturation dans ce laps de temps.

Madagascar Tribune0 partages

La loi de finances rectificative à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale

Les travées de l’Assemblée Nationale se sont petit à petit vidées depuis le mois d’avril, début des manifestations des députés de l’opposition sur le Parvis de l’hôtel de ville à Analakely. Lors de notre passage hier à Tsimbazaza, en pleine session ordinaire, une poignée de députés seulement s’y trouvaient. La situation n’a pas changé depuis. Pourtant, le travail ne manque pas, les parlementaires de la Chambre Basse devront encore se pencher sur plusieurs projets de lois, dont la loi de finances rectificative 2018.

La loi de finances rectificative sera votée ce jour à l’Assemblée Nationale si l’on s’en tient à l’ordre du jour de cette institution. Les députés présents à Tsimbazaza ont ainsi fait un appel à leurs collègues pour revenir à Tsimbazaza.

Les députés du collectif du changement devraient maintenant vaquer à leur occupation principale, à savoir le travail parlementaire, la situation politique devrait en effet avoir été résolue avec la décision de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), la démission du premier ministre Mahafaly Olivier et la nomination du gouvernement Ntsay, auquel les députés du 13 mai ont participé, déclare Anthelme Ramparany, député pro-régime élu à Mananjary.

Selon les informations reçues au niveau de l’Assemblée Nationale, une grande modification devrait être apportée par cette loi de finances rectificative, notamment sur les dépenses de soldes, cela après un audit recommandé par le Fond monétaire internationale (FMI). L’on s’attend donc à voir les députés du changement revenir à Tsimbazaza ce jour. Les députés qui ont intégré le gouvernement Ntsay dont celui du questeur Guy Rivo Randrianarisoa doivent également être remplacés.

Madagascar Tribune0 partages

Rapport de force, exit la loi

Encore une fois, à partir d’une décision inconstitutionnelle d’une HCC, cette fois-ci : i) une condamnation sans frais d’un président de la République (qui obéit davantage à la stabilité politique qu’à la Constitution) ; ii) un renversement d’un gouvernement qui s’apparente à un coup d’Etat (mais qui satisfait tout le monde) ; iii) une prescription à un retour à un Avis qu’elle a elle-même contredit à propos de la source d’un gouvernement ou un Accord politique ; iv) une paralysie d’une Assemblée nationale qui ne peut plus adresser une motion de censure et à un président qui ne peut plus la dissoudre ; v) une HCC qui peut seule apprécier le travail d’un Premier ministre, etc., il ne reste plus au pays que le rapport de force, la loi ayant été ignorée.

Et les citoyens qui font les forces vives de la nation se plient tous comme en 2002, en 2009, en 2011 et en 2014 car les décisions de la HCC ne sont pas susceptibles de recours… Oui, car le Mapar s’est d’abord senti victorieux en croyant pouvoir nommer le Premier ministre à sa guise, pour ensuite être estomaqué de l’identité du PM et pour enfin l’endosser (quoique le débat au sein de ce parti n’est pas fini).

L’hypocrisie règne :

 les députés Mapar rassurent leurs partisans en prenant Christian Ntsay comme étant des leurs, c’est-à-dire, essaient d’expliquer qu’il n’a pas été nommé grâce à un Accord politique mais bien en vertu de ce que les députés ont promis à savoir que « tout émanerait des députés et non d’autres politiciens » et de l’art 54 de la Constitution. Remarquons que Marc Ravalomanana avait déclaré à Mahajanga n’être pour rien dans les manifestations du 13 mai en expliquant que c’est l’affaire des députés… ; le premier ministre Christian Ntsay remercie Andry Rajoelina de l’avoir proposé pour rassurer qu’il vient bel et bien du Mapar et non du président ou de la Communauté internationale, mais du coup, selon lui, il ne vient pas des députés… le président coupable mais maintenu parle d’un accord politique pour bien dire à ses partisans que le premier ministre n’a pas été imposé par le Mapar et qu’il a toujours son mot à dire… et les ministres ne sortent pas de la prescription de la HCC sur les clés de répartition donc il y a bien eu accord politique et non article 54. En tous les cas, la clé de répartition et les députés du changement n’auraient jamais amené à autant de redoublant.

Mais on s’y fait tous, ayant accepté la décision de la HCC, ils sont réduits maintenant à se battre contre la tête de tel ou tel ministre ou le premier d’entre eux sans l’aide des ministres Mapar et Tim. Il s’agit des syndicats, des 13 mai-iste enfin conscients des choses.

Qui va gagner ? Le président de la République (ou le futur chef d’Etat par intérim) ou la rue qui veut faire tomber quelques têtes ? Les cinq autres provinces ont-elles des solutions ? Christian Ntsay sera-t-il le Razanamasy ou Beriziky de 2018 ? C’est-à-dire celui qui tiendra des élections de sortie superficielle de crise, certes obligatoire. Mais on le paiera une fois qu’une des parties aura perdu (sauf si elle comprend qu’elle doit se conformer au statut de l’opposition et non descendre à tous les coups dans la rue pour intégrer aussitôt le gouvernement et cesser d’être opposant. D’ailleurs, il n’y a donc plus d’opposant puisqu’ils sont tous au gouvernement de consensus ?). Sans oublier les plaies malheureuses de la République qui ne sont toujours pas cicatrisées. Et ainsi de suite ?

Aujourd’hui, il n’y a aucune visibilité, c’est la force, encore une fois qui parle. Et, il n’y a pas d’autres solutions ni recours… Dommage.

Toavina RalambomahayAuteur de « La loi sur l’opposition : un mal nécessaire ». L’harmattan.

Madagascar Tribune0 partages

Les manifestants durcissent le ton, des barrages érigés dans la capitale

Des bacs à ordures renversés, des blocs de galets sur la route, des pneus brulés… Depuis le début de la manifestation anti-pouvoir, le 21 avril dernier, la capitale n’a jamais connu autant de perturbation de la circulation, autant de violence dans le mouvement jusqu’ici pacifique. Mais hier, une soudaine remontée de colère a été perçue notamment dans les environs de l’université à Ankatso, dans les quartiers d’Ambanidia et de Tsimbazaza.

Les manifestants, des étudiants pour la plupart, sont descendus dans la rue et se sont rendus au ministère de l’Enseignement supérieur à Tsimbazaza. Du côté d’Ambanidia, des témoins confirment que les militaires auraient placés des troncs d’arbre et des blocs de galets sur la route au niveau du rond-point. Si les étudiants se rebiffent contre la reconduction de la ministre de l’Enseignement supérieur, Marie Monique Rasoazananera à son poste, dans le nouveau gouvernement de consensus, les militaires seraient également en grève contre le retour du ministre de la Défense, Beni Xavier Rasolofonirina à la tête de ce ministère.

Il a fallu l’intervention de l’Emmoreg, avec l’aide des policiers, pour enlever les barrages et rétablir l’ordre dans la circulation dans les quartiers concernés par les blocages hier. A Ambanidia, Les militaires présents sur les lieux de barrages étaient restés de simple spectateur.

A l’Université d’Ankatso, 11 personnes ont été arrêtées par les forces de l’ordre pour avoir renverser les bacs à ordures dans la matinée, mais elles ont été relâchées dans la journée après avoir reçu des avertissements verbaux.

Devant le ministère de l’Enseignement supérieur, les grévistes ont toisé les forces de l’ordre postés devant le portail. Le ton a haussé entre les manifestants dirigés par le député MAPAR, Tody Arnaud, et les gendarmes. Ces derniers ont tenté de repousser les manifestants qui exigeaient de rencontrer la ministre.

Après quelques heures de râlé-pousser, deux représentants des étudiants et le député Tody Arnaud ont pu entrer dans l’enceinte du ministère. Mais ils ont rebroussé chemin devant les portes de la ministre, car elle aurait déjà quitté les lieux. Le fait qu’elle soit parti de son bureau et n’a pas rencontré le député issu du mouvement pour le changement et les représentants des étudiants est considéré comme une « petite victoire » des manifestants, selon Tody Arnaud.

Pour les étudiants, il n’est pas question que la ministre revienne. Ils affirment que Marie Monique Rasoazananera n’a jamais satisfait les besoins des étudiants et des enseignants pendant les quatre ans qu’elle a passés à la tête de ce département ministériel. Au contraire, elle se serait montrée trop sévère et n’a apporté aucun développement au sein de l’enseignement supérieur.

A Analakely, les députés pour le changement ont lancé que le mouvement va se poursuivre dans les jours à venir et que le ton va durcir jusqu’à ce que le changement revendiqué sur le parvis de l’Hôtel de ville soit effectif. Il s’agit de la démission du président Hery Rajaonarimampianiana, le vrai problème de ce pays, selon les manifestants. Le député élu à Sakaraha, Tinoka Roberto, a déclaré que les élus, notamment Mapar ne seront jamais tendre avec le Premier ministre, s’il s’écarte du bon chemin.

Madagascar Tribune0 partages

Riana Andriamandavy, un politicien qui dérange

Riana Andriamandavy n’est pas le bienvenu au ministère de la Communication et des relations avec les institutions. La contestation des journalistes et des professionnels de la communication envers cet ancien sénateur est manifeste.

Mercredi, la passation de service entre le ministre sortant, Harry Laurent Rahajason et ce nouveau ministre a été émaillée d’un mouvement de contestation sans précédent dans le bureau même du ministère. Le discours du ministre rentrant a été boycotté par les gens de la presse qui dans la journée se sont rassemblés devant la stèle de commémoration de la journée de liberté de la presse à Analakely. Pas plus tard qu’hier, une réunion durant laquelle les journalistes ont décidé de dresser un profil d’un ministre capable de diriger le ministère a eu lieu à Antaninarenina. Dans les prochains jours, ce profil sera présenté au Premier ministre de consensus.

Capable ou non de diriger le ministère de la Communication et des relations avec les institutions ? L’origine de cette contestation n’est visiblement pas là. Pour l’Ordre des journalistes malgaches (OJM), c’est le processus de désignation du ministre qui pose problème. Les concernés directs par le domaine de la communication, à savoir les journalistes et les professionnels de la communication, n’auraient pas été consulté. Mais ils n’ont pas non plus fait de proposition contrairement aux divers syndicats qui ont imposé aux dirigeants leurs conditions.

Pour Rinah Rakotomanga, « une journaliste de métier », autrefois chargée de la communication au sein de la Présidence, le monde de l’actuel ministre baigne dans un monde « politique malsain » et il est « inconnu de la profession ». En plus de cela, « son attitude fait fuir en bravant certaines règles et lois de la République ».

En effet Riana Andriamandavy est considéré comme un politicien virevoltant dont le parcours politique reflète de près sa personnalité. Mais en plus de tout cela, cette personnalité n’hésite pas à passer outre la loi, usant de toutes ses relations, pour ne pas en être inquiété. Le pire est que les journalistes en sont témoins. C’était, entre autres, le cas lorsqu’il a rameuté la foule qui a semé le désordre au sein du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) à Ambohibao lorsque sa belle-sœur, la femme d’affaires Claudine Razaimamonjy a été enquêtée par cet organe anti-corruption.

Durant le régime Ravalomanana où il était parmi les dirigeants des jeunes TIM de la région de Vakinankaratra, Riana Andriamandavy aurait été impliqué dans une affaire « très louche » qui aurait conduit le bureau du parti à le radier. Mais le jeune politicien n’a pas tardé à sauter sur les occasions et rejoindre le TGV d’Andry Rajoelina pour devenir ministre du Tourisme de la Transition en 2009. Mais avec l’avènement de Hery Rajaonarimampianina et du HVM au pouvoir, en 2013, il a très vite tourné la page et est devenu, Chef de région avant de devenir sénateur et atterrir actuellement au ministère de la Communication et des relations avec les institutions.

Madagascar Tribune0 partages

Le premier ministre Christian Ntsay appelle à une prise de responsabilité

« Je suis un Premier ministre de consensus, le Gouvernement est un gouvernement de la République de Madagascar. L’objectif est clair : aboutir à une élection transparente, crédible et inclusive, conformément aux dispositions de la décision de la Haute Cour Constitutionnelle du 25 mai dernier », a déclaré le premier ministre Christian Ntsay durant son premier point de presse hier à Mahazoarivo.

Fortement critiqué par rapport à la composition du nouveau gouvernement et face aux nombreuses contestations de la nomination de certains ministres HVM, le premier ministre a rappelé le pourquoi et le comment de son arrivée à Mahazoarivo.

Les ministres HVM, Maharante Jean de Dieu au sein du ministère des postes, Riana Andriamandavy au ministère de la communication ou encore Marie Monique Rasoazananera au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique sont en effet fortement contestés au niveau de leur ministères respectifs. Avec autant de remise en cause, l’avancement vers des élections apaisées, crédible et transparente n’est pas gagné d’avance.

Pour le premier ministre Christian Ntsay, le gouvernement mis en place est ouvert au dialogue, et agit avec tolérance pour éviter l’application des mesures disciplinaires et les affectations. « Créons ensemble des conditions pour que le pays puisse retrouver la sérénité parce que l’impact de la crise est extrêmement grave et préjudiciable, non seulement pour l’économie de Madagascar mais surtout pour la population malagasy », a-t-il affirmé.

Avant de rajouter qu’ « aujourd’hui, Madagascar a besoin de la valeur à laquelle nous nous attachons, qu’est le Fihavanana. Vous savez bien que j’ai dialogué de façon très ouverte, de façon transparente avec les députés qui mènent la grève sur la place du 13 mai ; j’ai également dialogué avec les autres députés qui n’y vont pas, j’ai discuté avec un certain nombre de syndicats. J’ai demandé aux membres du Gouvernement d’agir de la sorte. Il est temps que nous menions ensemble des actions convergentes pour que Madagascar puisse se relever très rapidement de la situation actuelle et reconstruire ce pays. Nous allons bientôt fêter l’indépendance de Madagascar, et nous devrions nous demander si nous avons fait assez. Est-ce que nous avons fait tout ce qu’il fallait faire ? Qu’est ce qui nous attend encore pour que Madagascar puisse pleinement vivre cette indépendance tant souhaitée par les malagasy ? »

Christian Ntsay a également annoncé que la date des élections sera connue après un dialogue avec la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Madagascar Tribune0 partages

Rapport de force, exit la loi

Encore une fois, à partir d’une décision inconstitutionnelle d’une HCC, cette fois-ci : i) une condamnation sans frais d’un président de la République (qui obéit davantage à la stabilité politique qu’à la Constitution) ; ii) un renversement d’un gouvernement qui s’apparente à un coup d’Etat (mais qui satisfait tout le monde) ; iii) une prescription à un retour à un Avis qu’elle a elle-même contredit à propos de la source d’un gouvernement ou un Accord politique ; iv) une paralysie d’une Assemblée nationale qui ne peut plus adresser une motion de censure et à un président qui ne peut plus la dissoudre ; v) une HCC qui peut seule apprécier le travail d’un Premier ministre, etc., il ne reste plus au pays que le rapport de force, la loi ayant été ignorée.

Et les citoyens qui font les forces vives de la nation se plient tous comme en 2002, en 2009, en 2011 et en 2014 car les décisions de la HCC ne sont pas susceptibles de recours… Oui, car le Mapar s’est d’abord senti victorieux en croyant pouvoir nommer le Premier ministre à sa guise, pour ensuite être estomaqué de l’identité du PM et pour enfin l’endosser (quoique le débat au sein de ce parti n’est pas fini).

L’hypocrisie règne :

 les députés Mapar rassurent leurs partisans en prenant Christian Ntsay comme étant des leurs, c’est-à-dire, essaient d’expliquer qu’il n’a pas été nommé grâce à un Accord politique mais bien en vertu de ce que les députés ont promis à savoir que « tout émanerait des députés et non d’autres politiciens » et de l’art 54 de la Constitution. Remarquons que Marc Ravalomanana avait déclaré à Mahajanga n’être pour rien dans les manifestations du 13 mai en expliquant que c’est l’affaire des députés… ; le premier ministre Christian Ntsay remercie Andry Rajoelina de l’avoir proposé pour rassurer qu’il vient bel et bien du Mapar et non du président ou de la Communauté internationale, mais du coup, selon lui, il ne vient pas des députés… le président coupable mais maintenu parle d’un accord politique pour bien dire à ses partisans que le premier ministre n’a pas été imposé par le Mapar et qu’il a toujours son mot à dire… et les ministres ne sortent pas de la prescription de la HCC sur les clés de répartition donc il y a bien eu accord politique et non article 54. En tous les cas, la clé de répartition et les députés du changement n’auraient jamais amené à autant de redoublant.

Mais on s’y fait tous, ayant accepté la décision de la HCC, ils sont réduits maintenant à se battre contre la tête de tel ou tel ministre ou le premier d’entre eux sans l’aide des ministres Mapar et Tim. Il s’agit des syndicats, des 13 mai-iste enfin conscients des choses.

Qui va gagner ? Le président de la République (ou le futur chef d’Etat par intérim) ou la rue qui veut faire tomber quelques têtes ? Les cinq autres provinces ont-elles des solutions ? Christian Ntsay sera-t-il le Razanamasy ou Beriziky de 2018 ? C’est-à-dire celui qui tiendra des élections de sortie superficielle de crise, certes obligatoire. Mais on le paiera une fois qu’une des parties aura perdu (sauf si elle comprend qu’elle doit se conformer au statut de l’opposition et non descendre à tous les coups dans la rue pour intégrer aussitôt le gouvernement et cesser d’être opposant. D’ailleurs, il n’y a donc plus d’opposant puisqu’ils sont tous au gouvernement de consensus ?). Sans oublier les plaies malheureuses de la République qui ne sont toujours pas cicatrisées. Et ainsi de suite ?

Aujourd’hui, il n’y a aucune visibilité, c’est la force, encore une fois qui parle. Et, il n’y a pas d’autres solutions ni recours… Dommage.

Toavina RalambomahayAuteur de « La loi sur l’opposition : un mal nécessaire ». L’harmattan.

Madagascar Tribune0 partages

24 communes en état d’alerte nutritionnelle et 73 en état d’urgence

Au 1er trimestre de cette année, le Système de surveillance nutritionnelle, mis en œuvre dans huit districts du Grand Sud de Madagascar a révélé 24 communes sur 154 en état d’alerte nutritionnelle et 73 en état d’urgence. Les districts d’Ambovombe, d’Ampanihy, de Bekily et de Betioky sont les plus sévèrement touchés par les carences alimentaires et la malnutrition aiguë affectant, en premier lieu, les femmes et les enfants.

En effet, Madagascar est sujet à l’insécurité alimentaire et aux crises nutritionnelles récurrentes, notamment dans les régions du Grand Sud qui sont périodiquement touchées par des sècheresses. En 2018, les déficits pluviométriques ont entraîné une perte de la production agricole de près de 60% dans les huit districts mentionnés. 

Pour faire face à cette situation, 5 000 cartons de Plumpy’Nut, des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, ont été remis hier à Adraharo par l’ambassadeur du Japon et celui de l’UNICEF à Madagascar au ministère de la Santé. Ces aliments pourront ainsi assurer le traitement et la survie d’environ 5 000 enfants sévèrement malnutris dans huit districts affectés par l’insécurité alimentaire à savoir Amboasary, Ambovombe, Ampanihy, Bekily, Beloha, Betioky, Taolagnaro et Tsihombe. 

Ces aliments seront distribués durant le mois de juin pour 208 centres de santé et 4 équipes mobiles de nutrition qui opèrent dans les Centres de récupération et d’éducation nutritionnelle ambulatoire pour la malnutrition aiguë sévère (CRENAS) des zones concernées.

« Je remercie le gouvernement du Japon pour son appui continu dans la réponse contre la malnutrition dans le Sud. Ces aliments thérapeutiques seront d’une aide incontournable pour les enfants malnutris et je remercie tous les acteurs impliqués à faire en sorte qu’ils arrivent aux bénéficiaires le plus tôt possible », a expliqué Michel Saint-Lot, représentant de l’UNICEF.

En effet, le gouvernement japonais a gracieusement apporté son appui au gouvernement malgache, à travers la somme de 800.000 USD octroyée à l’UNICEF, pour mettre en œuvre un projet intitulé : le « renforcement de la surveillance et réponse nutritionnelles dans 8 districts du Sud exposés à la sécheresse » qui s’étale de février 2019 à février 2020. 

Les activités misent en œuvre grâce à ce financement sont nombreuses : soutient au système de surveillance nutritionnelle, dépistage de la malnutrition aiguë de 70% des 365.000 enfants âgés de 6 à 59 mois dans 8 districts cibles, déploiement de quatre équipes mobiles de nutrition pour la prise en charge de la malnutrition aiguë sévère, renforcement des capacités de 27.000 mères aux techniques de dépistage et référence des cas de malnutrition aiguë dans leurs communautés et achat de 5.000 cartons de Plumpy’Nut, produits localement par la société Tanjaka Food.

L’ambassadeur du Japon à Madagascar a exprimé sa satisfaction de travailler à nouveau avec le ministère de la Santé publique et l’UNICEF, deux partenaires stratégiques de longue date, et a rappelé l’importance qu’accorde le Japon aux besoins en nutrition à Madagascar à travers la mise en œuvre des projets liés à cette thématique.

Madagascar Tribune0 partages

Les écoles catholiques auront leurs propres diplômes

Les écoles catholiques persistent et signent ; elles auront donc parallèlement à l’Etat, leurs propres diplômes et leur propre système éducatif ! C’est ce que laisse entendre la communication faite auprès des fidèles catholiques dans les églises des districts de l’ « Eglizy Katôlika Rômana » (EKAR). Des examens blancs -donc non officiels, sont prévus pour les élèves des classes d’examen –classes de 7è, 3è et terminale. Des diplômes sanctionneront ces examens qui seront reconnus par les établissements d’enseignement catholiques. Les sujets de ces examens pour le cas du CEPE blanc, tout comme ceux du BEPC, sont communs à des établissements scolaires de référence, entre autres le lycée Saint François Xavier (SFX) Antanimena dans le cas des écoles catholiques du diocèse d’Ambohimandry, commune rurale d’Ambohimandry, district Arivonimamo. D’ailleurs l’EKAR dispose de l’Université Catholique de Madagascar (UCM) et de plusieurs instituts supérieurs qui peuvent accueillir les sortants de ces établissements scolaires catholiques et qui détiennent leurs diplômes.

Le Programme Sectoriel de l’Education (PSE) est remis en cause sinon refusé par les écoles privées pour de nombreuses raisons en dépit des dialogues et consultations/rencontres avec les hauts responsables des ministères. Parmi ces raisons on notera d’abord le contenu des programmes scolaires et matières, et la formation des enseignants qui dispenseront par exemple la nouvelle discipline Organisation-Société-Economie (OSE) de la classe de 2nde. Tout cela semble précipité regrette-on dans le milieu enseignant catholique. Et puis il y a aussi le calendrier scolaire qui est discuté -à tort ou à raison c’est selon. En tout cas, les parents d’élèves n’y peuvent rien. Ils sont partagés même dans la catégorie des ruraux si ceux des grandes villes n’y voient pas d’inconvénient à ce que l’année scolaire se déroule en saison sèche et les vacances en période de pluies. Pour les parents paysans les avis sont partagés et mitigés. Les uns approuvent le calendrier proposé par l’Etat car il réduit les risques d’accidents scolaires en période cyclonique sachant que les élèves doivent parcourir plusieurs kilomètres et traverser des cours d’eau dangereux ; les autres par contre, tout en admettant les avantages d’une année scolaire en saison sèche, s’inquiètent tout de même car ils ont besoin de la main d’œuvre des enfants pour la moisson et les travaux consécutifs aux récoltes.

Les écoles catholiques ne sont pas les seules à manifester leur réticence. Toujours est-il qu’il existe des établissements privés non confessionnels qui adoptent leurs propres réformes dans le programme scolaire. A la place des séries A-C-D que le PSE remplace par les séries Littéraire (L) -Scientifiques (S) - et OSE, des établissements privés proposent et mettent en œuvre deux séries uniquement : L et S. La série S présente trois options : scientifique, électronique et informatique. L’objectif est probablement d’être plus proche du marché du travail pour ceux qui ne souhaitent pas poursuivre le cursus universitaire. Bref, la réforme de l’éducation est en cours avec ou sans l’Etat ; seules les compétences priment pour les apprenants mais surtout pour les employeurs. L’UCM délivrent des diplômes reconnus par les employeurs locaux jusqu’à l’internationale ; de même pour d’autres instituts privés de Madagascar.

Madagascar Tribune0 partages

Déconfinement : les mesures de restriction allégées

Ouf de soulagement. Le retour à la normale a été annoncé hier par Andry Rajoelina sauf pour les cinq zones les plus touchées par le Covid-19 à savoir la région Analamanga et les quatre districts de l’ex-province de Toamasina, Toamasina I et II, Fénérive-Est, et Moramanga.

« Dans tous les districts de Madagascar (sauf les districts précités), toutes les activités peuvent reprendre et le couvre-feu est levé mais les rassemblements de plus de cinquante (50) personnes restent encore interdits et les lieux de spectacles et d’événements culturels et sportifs resteront fermés », selon le Chef de l’Etat.

Les mesures de restriction dans ces zones les plus touchées également s’assouplissent peu à peu. Pour la région Analamanga, les activités sont autorisées jusqu’à 17 heures. Les transports en commun peuvent circuler jusqu’à 19 heures

Dans les districts de Toamasina I et II, de Fenerive-Est, et de Moramanga, les activités quotidiennes sont autorisées jusqu’à 15 heures. Toutes les écoles ne rouvriront pas encore dans ces districts. Le couvre-feu est maintenu dans la région Analamanga et dans ces quatre districts, de 22 heures à 4 heures du matin.

Les transports en commun nationaux et régionaux restent encore suspendus dans les zones touchées par la maladie pour éviter la propagation de la maladie. La distribution des « Vatsy Tsinjo », « Tosika Fameno », ainsi que l’ouverture des « Tsena Mora » se poursuivront. Ces aides sociales font partie des mesures d’accompagnement mis en place depuis de début de l’épidémie. Un autre projet de distribution de nourritures dénommé « Kaly Tsinjo » ou « Kaly Mora » débutera prochainement dans les communes urbaines d’Antananarivo, d’Ambovombe, Tsihombe, Ampanihy, Belo, Bekily, Amboasary, Toliara, Toamasina, et de Fianarantsoa.

Madagascar Tribune0 partages

La loi de finances rectificative enfin bouclée

Il aurait fallu dix jours d’affilée de réunion, de jour comme de nuit, pour enfin boucler la Loi de finances rectificative 2020. Il devra être présenté au niveau du parlement en vue d’une adoption dans les jours à venir.

Le communiqué de ce conseil des ministres annonçant dans la même foulée la poursuite de l’état d’’urgence sanitaire indique que l’accent a notamment été mis sur le plan social et la relance économique dans cette loi de finances rectificative. Comme prévu, le taux de croissance annuel est revu à la baisse, comme le ministre de l’Economie et des finances l’avait déclaré lors de sa rencontre avec les parlementaires (0.8% contre 5.5% dans la Loi de finances initiale) . Des recettes fiscales des six premiers mois de l’année n’ont atteint que 2 757 milliards d’ariary, soit 53% des prévisions. La douane n’a enregistré que 2421,6 milliards de taxes lors de ce premier trimestre de l’année. On enregistre ainsi une baisse jusqu’à 26% du taux de recettes fiscales

Il aurait également été évoqué lors de ce conseil des ministres que le domaine de la sécurité sera priorisée dans le cadre de cette Loi de finances rectificatives.

Madagascar Tribune0 partages

40 millions USD pour les entrepreneurs

40 millions de dollars. C’est l’enveloppe que l’Etat compte mettre à disposition, sous forme de prêts avec une faible d’intérêt pour des petites et moyennes entreprises et industries (PME/PMI) pour la relance de leurs activités. Voilà qui devrait apaiser la tension entre les autorités et secteur privé qui n’a cessé d’interpeller l’Etat sur la mise en en place d’un plan de relance économique pour le soutenir. Le secteur privé a à plusieurs reprises tiré la sonnette d’alarme mais la décision des autorités tardaient à venir. Une rencontre avec le secteur privé prévu se tenir lieu jeudi denier a même été reportée.

Andry Rajoelina, lors de son allocation à la télévision hier a également révélé l’existence d’ un « Plan Marshall » de 1 043 milliards d’ariary pour toutes les régions de Madagascar et pour la relance de l’économie dans le pays.

Cette somme permettra de réaliser de nombreuses infrastructures routières, notamment en pavé (230 km par an, à raison de 10 km par région), des infrastructures éducatives (8 campus universitaires régionaux et 1 100 salles de classe), administratives (174 bureaux communaux, districts et régionaux), sanitaires (33 centres hospitaliers, 33 logements du personnel médical) et sociales (874 logements et 13 centres sociaux). Ainsi, les appels d’offres pour ces travaux seront lancés au niveau de chaque district et non au niveau des ministères, pour que les entrepreneurs de ces circonscriptions puissent en bénéficier. Ils devront être prioritaires dans le traitement des appels d’offres, souligne le Chef de l’État.

Le président malgache a également promis la réalisation de 1 250 km de route goudronnée, pavée ou terrassée pour cette année. Il a entre autres déclaré la réouverture de la route reliant Tsiroanomandidy à Maintirano, le terrassement et le bitumage des points noirs de la RN 14 (Ifanadiana- Ikongo – Vohipeno), le bitumage de 20 km de routes sur la RN12 (Vohipeno- Farafangana), la réouverture de la RN11 (Mahanoro – Marolambo), le traitement des points noirs de la RN15 (Ankazoabo – Sakaraha –Beroroho), le terrassement et la réparation des points noirs de la RN19 (Mitsinjo- Katsepy – Soalala) ou encore la réfection de la RN6 reliant Ambanja-Ambondromamy), la réouverture de la RN18 (Ihosy- Ivohibe –Vondrozo –Midongy- Befotaka)

Le chef de l’État a également évoqué des projets d’adduction d’eau dans plusieurs dizaines de districts et communes de Madagascar. Tout cela, dans le cadre de son projet d’Emergence de la Grande île, des projets promis lors de sa campagne électorale qu’il compte réaliser, en dépit de la crise.

Concernant la fête de l’Indépendance, Andry Rajoelina a indiqué que celle du 26 juin qui marquera les 60 ans d’indépendance du pays sera moins festive à cause du coronavirus. Les festivités prévues seront reportées au mois d’octobre, lors de la célébration de la fête de la naissance de la Première République, a-t-il promis.

L'express de Madagascar0 partages

Enseignement supérieur – Des étudiants bloqués en master 1

Le Master fait défaut à la mention économie de l’université d’Antananarivo. Des centaines d’étudiants sont bloqués à cause de sa fermeture.

Bloqués. Nandrianina Rajaonarivony, jeune étudiant en économie à l’université d’Antananarivo, était en pleins travaux de réparation de sa chambre lorsque nous l’avons rencontré. Pourtant, il aurait souhaité être dans l’une des salles de l’université, pour décrocher le diplôme de master 2 en cette année universitaire. Le master 2 reste indisponible pour cette année. « Avec le système Licence-Master-Doctorat, on ne délivre plus le diplôme de maîtrise. Pourtant, on ne nous donne pas l’occasion d’accéder au Master», déplore-t-il. Le master 1 ne lui permet pas de se présenter aux concours administratifs. Ces derniers  nécessitent le diplôme de maîtrise.Le  master 2 a été fermé pour la mention économie depuis 2012, suite à « une désorganisation interne », comme l’indique le doyen de la Faculté du Droit, de l’économie, de la gestion et de la sociologie, le professeur Olivaniaina Rakoto Davida.

Manque d’infrastructuresL’université a cessé de délivrer le diplôme de maîtrise, depuis l’année universitaire 2015-2016. Des pourparlers entre étudiants et responsables de la mention sont en cours pour étudier leur cas.Les responsables de cette mention font de leur mieux pour résoudre ce problème. Le master 2 sera ouvert, l’année universitaire prochaine, si tout s’arrange. Les infrastructures d’accueil sont très limitées, selon le professeur  Olivaniaina David Rakoto. « Nous ne pourrons accueillir que deux cents étudiants pour le master professionnel payant et une cinquantaine pour le master recherches, sauf réorganisation de la mention. En plus, seuls les docteurs, en sous effectif,  peuvent encadrer les étudiants de master. Il y aura donc un problème d’encadrement, lors du mémoire. Ces docteurs refuseront de faire des heures supplémentaires, si l’Etat ne les paie pas », explique-t-il.Ce professeur avance que,  pour obtenir le master, ces étudiants pourront s’inscrire en master de la mention sociologie, droit ou gestion. Une proposition qui ne plaît pas à tous.« Nous avons étudié pour devenir des diplômés en économie et non en d’autres filières », assènent quelques-uns

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Assemblée nationale – Deux demi-journées pour la loi de finances rectificative

Expéditif. Le projet de loi de finances rectificative (LFR) pourrait figurer sur la longue liste des textes qui passeront comme une lettre à la poste à l’Assemblée nationale. L’ordre du jour de la Chambre basse, adopté hier, ne prévoit qu’une journée pour l’adoption du document prévoyant la révision de l’exercice budgétaire 2017.Selon ce programme adopté hier, l’adoption de la LFR se fera ce jour, à partir de 10 heures. La séance sera ponctuée d’une pause et reprendra à 15 heures. « L’étude et l’adoption d’une LFR ne nécessitent pas beaucoup de temps. Il ne s’agit, en gros, que d’un réajustement des recettes et des dépenses, par rapport aux prévisions initiales. Il y a eu, de plus, une séance d’imprégnation du projet de loi, dans la matinée [hier]. Je ne suis pas d’accord avec le fait que ce sera une adoption expéditive », se défend un député contacté.Quelques-uns de ses pairs, contactés hier à Tsimbazaza, sont toutefois d’un avis contraire. Une élue, notamment, a déploré qu’« une fois de plus, une loi sera adoptée à la va-vite. Je n’ai même pas participé aux travaux de commissions, car je savais déjà que ce ne serait qu’une mascarade ». Les travaux de commission sur la LFR se sont tenus hier après-midi à 15 heures, pour prendre fin en début de soirée.

CadeauLa Constitution prévoit que « deux semaines de séance sur quatre, au moins, sont réservées à l’examen des textes et aux débats dont le gouvernement demande l’inscription à l’ordre du jour ». La séance d’aujourd’hui devrait indiquer si des amendements ont été faits durant les travaux de commission d’hier. Parmi les nouvelles dépenses prévues par le projet de loi de finances rectificative figurent des rajouts de plusieurs milliards d’ariary à des subventions comme celle allouée à la Jirama, ou encore la compensation aux coopératives de transports en commun.Visiblement frustrés, certains députés approchés hier dénoncent des manœuvres pour « séduire » les plus féroces de leurs pairs, en leur accordant des faveurs comme « l’achat de véhicule 4×4 ». Des élus sont, effectivement, aperçus au volant de nouveaux tout-terrains. Selon les explications, « il s’agit d’un achat par contrat de traite, garantie par le gouvernement ». Ni la loi de finances initiale, ni la LFR ne prévoit l’achat de voiture aux membres de la Chambre basse.Des élus affirment pourtant qu’il s’agit « d’un cadeau ». L’un d’eux peste : « Les députés ont besoin de 4×4. Sur ce point, nous sommes tous du même avis. Seulement, je ne cautionnepas le fait que l’achat de véhicule se fasse en catimini, sans être inscrit dans la loi de finance, car il s’agit de l’argent public. De plus, à partir de quel critère choisit-on les députés qui doivent disposer ou non de ces 4×4   ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Don de sang – Les donneurs peu nombreux

Aucune matière n’a pu remplacer le sang. Cette année, le minis­tère se tourne vers les donneurs volontaires réguliers.

Je suis sur le point de réaliser mon 107e don de sang et je me sens toujours jeune, affirme  Rolland Rakotofiringa, un des membres de l’association des donneurs de sang. Cet homme de 69 ans donne du sang tous les trois mois, il n’y a aucun effet néfaste. Les donneurs de sang volontaires sont insuffisants à Mada­gascar d’après Mamy Lala­tiana Andria­manarivo, ministre de la Santé publique, hier, lors de la célébration de la journée mondiale du donneur de sang à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andria­navalona (HJRA). Vingt-cinq donneurs de sang sur cent sont des volontaires et bénévoles.Néanmoins, la Banque de sang arrive à satisfaire les besoins de l’hôpital en matière de poche de sang. Situé à l’hôpital Ravoahangy Andria­navalona, elle reçoit cent vingt à cent cinquante poches de sang par jour, dont quatre vingt dix écoulées en une journée. D’après l’explication de Andrimanantany, directeur du centre national de transfusion sanguine (CNTS), 30% des besoins en sang reviennent aux mères qui accouchent. À part les mères, les personnes accidentées et atteintes de maladie comme l’hémophilie ainsi que de la drépanocytose, nécessitent du sang à tout moment. L’évènement d’hier consistait à inciter surtout les jeunes à donner du sang. Le ministère, appuyé par l’Organisation mondiale de la santé, vise à augmenter le nombre de donneurs de sang réguliers à 100% jusqu’en 2020. Comme stratégie, le ministère compte mettre en place des centres de transfusion sanguine dans les régions.

GratuitsTous les services de donation de sang auprès des hôpitaux publics sont gratuits.« Les familles des malades, la plupart du temps, ne sont pas motivées pour donner du sang. Elles pensent toujours qu’il y a des poches de sang disponibles  à l’hôpital. Or, les poches de sang sont gratuites à une seule condition: on demande du sang aux gens, surtout à la familledes malades, afin de combler le stock de poches de sang », explique t-il.Les cliniques privées qui ont besoin de poches de sang d’urgence, doivent payer auprès de la Banque de sang. « Les cliniques privées doivent payer 85 000 ariary pour chaque poche de sang à cause des quatre analyses de maladie qui pourraient se transmettre à travers le sang, comme l’hépatite B et C, la syphilis et le VIH », explique Fanja RAbeson, médecin au sein de la CNTS.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Arts vivants – « Varavarana » rassemble les jeunes

Le festival « Varavarana », un événement fraternel, égaye de nouveau la capitale en conjuguant arts vivants et circassiens 

Le partage, la découverte et l’éducation à travers l’art misent en avant. Le festival « Varavarana », dédié principalement aux arts vivants, à la culture, au patrimoine et surtout à la citoyenneté, fait son retour. Initié, cette fois par le collectif« Alkemya », qui est porté par l’association Aléa des Possibles, le festival prend racine dans le IIIe arrondissement de la ville des Mille depuis le 10 juin, et ce jusqu’au 25 juin. De quartier en quartier, tout au long de cet arrondissement, le festival réjouit les yeux par ses couleurs, de même qu’il transcende l’ouïe du public à travers ses mélodies feutrées et folkloriques.Visant à casser l’image sinistre et insalubre de ces quartiers, le festival valorise l’aspect humain, l’histoire, l’architecture, mais surtout les talents locaux multiples et méconnus qui y résident.

Ode à l’artAvec un programme diversifié, il s’ouvre à tout public et aux artistes professionnels, tout en accordant une place importante aux jeunes.Depuis l’antre même des circassiens de la capitale, le « Chapito Metisy » à Mandialaza, en passant par Antaninandro, Antsakaviro, Antanimena, Besarety et tout au long de la Route Circulaire. « Varavarana » auréolera de son identité culturelle et artistique ces quartiers chaleureux de la capitale. De même, il ornera aussi à travers des prestations exclusives de ses artistes festivaliers des scènes culturelles comme l’Institut français de Madagascar à Analakely, l’Is’Art Galerie Ampasanimalo et le Centre Maintsoririnina Ankaditapaka.« Le but du festival est de rendre possible le partage et l’implication des gens dans un projet commun et de l’articuler avec un projet artistique, un projet culturel et plus largement avec un projet de société » souligne Virginie Lavenant, responsable au sein de l’Aléa des PossiblesUne ode à l’art circassien, ainsi que ses vertus éducatives et ludiques auprès d’une jeunesse passionnée d’art, « Varavarana » fédère aussi bien des artistes nationaux qu’internationaux.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Athlétisme – Quatorze athlètes aux jeux d’Abidjan

Comme tous les autres pays membres, Madagascar sera présent aux Jeux de la Francophonie version 2017 à Abidjan, capitale ivoirienne.

Plus qu’un mois et quel­ques jours. Les Jeux de la Francophonie version 2017 se tiendront à Abidjan, capitale ivoirienne du 21 au 30 juillet.Après une maigre participation à la précédente édition, à Nice, France, en 2013, la délégation malgache d’athlétisme aux prochains Jeux sera composée de seize membres dont quatorze athlètes. Aux jeux de Nice, la Grande île n’a aligné que deux athlètes, tous des expatriés de l’hexagone, Ali Kame en décathlon et Marie Eliane Saholirina en 3 000 m, qui ont tous les deux raté le podium.« Faute de moyens, les locaux sont tous restés à la maison », a rappelé le directeur technique national, Tsiry Rakotomalala. Mais après l’accueil réussi du sommet de la francophonie sur le sol malgache l’année dernière, Madagascar veut rééditer ce succès, et cette fois, en sports, aux jeux réservés aux pays francophones.Les noms des membres de l’équipe nationale pour les jeux d’Abidjan sont déjà connus à l’issue du dernier test effectué au stade d’Ala­robia en fin avril.Les catégories d’âges concernées pour les prochains Jeux ont été fixées par le comité d’organisation entre 18 à 35 ans, pour l’athlétisme, et destinés bien sur aux athlètes ayant obtenu le minima. La délégation malgache de l’athlétisme sera dirigée par le vice président de la fédération, Toussaint Rabenala et le coach, Hanitra Rakotondrabe.

Un ticket en jeuParmi les quatorze sélectionnés, seule une fille figure dans la liste, à savoir la sprinteuse, Françoise Dedy Tsara­vola. Elle prendra le départ de l’épreuve de 100m plat. Deux expatriés feront aussi le voyage pour la Côte d’Ivoi­re, en l’occurrence le cham­pion d’Afrique en décathlon en 2011, Ali Kame et le pensionnaire du centre international de Maurice, Todisoa Franck Rabearison qui disputera, pour sa part, deux courses entre autres les 400 m et 4 x 400 m.Changement de dernière minute, un des athlètes retenus dans la sélection a décidé de se désister. Il s’agit de Sylvain Benandro, qui devrait prendre les départs du 200 m et 4 x 400 m. « Benandro vient d’intégrer le service militaire à Toliara. Il est actuellement en stage et a choisi de ne pas faire partie des porte-fanions malgaches en Côte d’Ivoire », a mentionné le directeur technique national, Tsiry Rakotomalala.« Il y a donc une place vacante. L’heureux remplaçant de cet athlète du GST du Sud Ouest sera connu pendant les championnats nationaux toutes catégories de ce week-end », a-t-il ajouté. Les championnats de Madagascar seniors, dont le coup d’envoi sera lancé ce vendredi, serviront aussi de dernier test de confirmation pour les sélectionnés des jeux d’Abidjan.

Les sélectionnés

Tommy Harold Tadahy    100 m, 4×100 mTodisoa Franck Rabearison    400 m, 4 x 400 mJoany Faniry Tiavina Randrianarivo    4 x 100 mStenny Haris Randriantiana    4 x 100 mLucka Mackastro Raherindrainy    4 x 400 mAli Kame    décathlonTahina Olivier Rakotoarivelo    4 x 400 mHery Tiana Rakotoarimanana    3 000 m steeple chaseNicolas Rakotoniaina    3 000 m steeple chaseJean Robert Bezara    4 x 400 mFlorent Ravelomanana    200 m, 4 x 100 mJeremy Eric Andriantsilavina    4 x 100 mFrancoise Dedy Tsaravola    100 mDirigeant : Toussaint RabenalaCoach : Hanitra Rakotondrabe

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Insécurité – Quatre criminels recherchés

Après le lancement des avis de recherche contre trois criminels, à la fin de la semaine dernière, un quatrième visage a été publié, hier, par la brigade criminelle à Anosy.

La brigade criminelle (BC) est activement à la recherche des quatre hommes dont trois récidivistes épinglés dans des rapts, attaques à main armée et assassinats. Un quatrième visage a été divulgué, hier à Anosy. Celui-ci a été pris en photo au bord du lac Anosy, lorsqu’il était en train de jeter un corps sans vie dans ce même lac. Cette scène macabre, dont la victime est une dame âgée de 38 ans s’est déroulée lundi matin vers 6h. « Nos renseignements révèlent que le présumé meurtrier était son compagnon. Il logeait à Isoraka. Personne n’a connu son nom », a indiqué une source au sein de la BC.Lors d’une intervention sur le terrain, la police a fouillé de fond en comble leur maison où des habits de la victime ainsi qu’une chemise ensanglantée de cet homme y ont été découverts.Jusqu’ici, l’origine du crime dernièrement perpétré à Anosy reste encore un secret d’enquête. Le constat est fait, mais la recherche se poursuit. « La femme a été retrouvée toute nue avec un visage déformé », a souligné une source proche de l’enquête. Les informations recueillies au sein du fokontany d’Isoraka révèlent que l’assaillant n’y revient plus, depuis lundi. « Il aurait pris la fuite par peur d’aller en prison », a réagi la famille de la victime.

RécidivistesAugustin Ranaivoson, connu sous le nom de Sôla, Randriamanana Andry Nirina ou Colbert, leur complice Randriambololona Princy et un quatrième individu sont activement recherchés. « Les trois premiers sont des malfrats récidivistes, notamment en matière de hold-up doublé de carnage. Sôla s’est déjà fait arrêter par la brigade criminelle, mais le tribunal lui a accordé une liberté provisoire, le 30 décembre 2015 », a expliqué une source policière. Leur noms apparaissent toujours dans des affaires d’enlèvement et des attaques meurtrières commises ces derniers temps dans la ville, si l’on s’en tient aux informations de la police.Cette dernière sollicite la collaboration de tout un chacun afin de mettre la main sur ces quatre bandits armés et dangereux. La transmission de tout renseignement pourrait se faire confidentiellement à travers le numéro 0340551726.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Les jeux de hasard chassés du bord de la mer

La gabégie n’a que trop duré. Les responsables de la commune urbaine de la Cité des Fleurs ont expulsé du bord de la mer les organisateurs de jeux de hasard.

La commune urbaine de Mahajanga a enfin franchi le Rubicon. À savoir, déloger les tables de jeux de hasard du bord de la mer qui s’étaient éternisés, près du bureau du Bianco et près du siège de l’agence de la Banque centrale à Mahajanga be.Cela va faire au moins quatre ans que ces « salles de jeux de hasard à ciel ouvert » se sont incrustées sur ce lieu touristique. Au vu et au su de tout le monde et surtout des autoritéslocales, mais également des dirigeants du pays durant leur séjour à Mahajanga.Jeudi dernier, le troisième adjoint au maire, Fanjanirina Andrianasy, chargé de cette opération, soutenu par la Police nationale et la Préfecture, a donc démantelé  les tables de jeu.« C’est une menace pour nos jeunes qui fréquentent cet endroit public. De plus, nous tenons à appliquer la loi. Car un arrêté a été déjà pris et mis en vigueur pour interdire cette activité illicite. Il est temps de prendre des décisions », a expliqué le collaborateur du maire de la commune urbaine.

AssainissementLa ville de Mahajanga se prépare à accueillir des milliers de touristes locaux et de vacanciers. C’est dans cette optique que cette opération d’assainissement de cette avenue au bord de la mer a été décidée. Elle entre aussi dans le cadre de l’alignement initié par la municipalité, face aux envahissements des voies publiques et trottoirs dans la Cité des Fleurs.Par ailleurs, les marchands de noix de coco ont également été expulsés des voies publiques.« Nous n’allons pas attendre qu’ils envahissent totalement les accotements et les esplanades pour intervenir », a encore ajouté l’adjoint au maire.La sécurité des enfants et des habitants dans ces lieux publics est la priorité de la commune urbaine de Mahajanga. Bientôt, la fameuse place du bord de la mer présentera un nouvel aspect plus accueillant, après ce coup de balai. La période des vacances est pour bientôt.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

CCOC – La rectification de la loi de finance ne doit pas être systématique

Mauvaise habitude. Le Collectif des citoyens et des organisations citoyennes (CCOC) a attesté, lors d’une conférence débat à Analakely hier, que la loi de finance ne devrait être rectifiée que si cela est un besoin important pour l’État. D’après le secrétaire général du CCOC, Hony Radert, « des ministères se plaignent que leur budget est insuffisant, or ils ne dépensent que la moitié de ce qu’ils reçoivent». « La rectification de la loi de finances est devenue une habitude », affirme-t-elle avant d’ajouter: « Chaque ministère a déjà son plan de travail qui nécessite un budget déterminé, pourquoi alors piquer une part du budget de certains ministères au profit d’autres   ».En effet, il n’est pas rare de rencontrer des cas de transfert d’argent d’une institution à une autre. Un exemple concret, lors des confrontations du gouvernement et des députés, le Premier Ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a expliqué qu’une partie du budget du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation avait été transférée au Sénat à des fins de fonctionnement. De ce fait, en la personne de Hony Radert, le CCOC demande à ce que l’on ne touche pas au budget destiné aux ministères à vocation sociale, tels que le ministère de l’Éducation nationale ou celui de la Santé publique, pour en approvisionner d’autres.À part cette « mauvaise habitude », le CCOC estime que le budget octroyé par l’État diminue chaque année.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Boxe olympique – Championnat d’Afrique – Les Malgaches s’envolent pour Brazzaville 

La délégation malgache au championnat d’Afrique seniors a bouclé les deniers préparatifs, les papiers pour le voyage hier et avant-hier. Cette joute africaine aura lieu, du 17 au 25 juin, au Congo Brazzaville. La liste des boxeurs retenus pour faire le déplacement, dévoilée en début de ce mois de juin, reste inchangée selon le chef de la délégation, le vice-président de la fédération malgache de boxe olympique, Gérard Andriama­nampisoa, alias « Gégé Bosco ».L’ancienne star malgache de la discipline et un des entraineurs qui ont encadré depuis des mois les boxeurs en regroupement, Felice, est l’heureux désigné pour accompagner ses protégés à ce sommet continental. Sept sur les quinze présélectionnés, cinq hommes et deux dames sont retenus pour faire le voyage au Congo Brazzaville.Par expériences, les entraîneurs ont choisi d’aligner les catégories légères, là où l’on a plus de chance de médaille. Les boxeurs qui feront le voyage sont Tony Heriniaina Nomenjanahary de la Haute Matsiatra dans la catégorie -49 kg, Marco Jérôme Randrianarivelo d’Atsinanana chez les -52 kg, Aimé Nirina Andriamirija de Cosfa Analamanga chez les -56 kg, Julien Nomenja­nahary Rajaonarison d’Anala­manga dans la catégorie -60 kg et Cedrick Mahatonga d’Atsinanana chez les -64 kg.Et les deux retenues sont, quant à elles, Miora Tiana Andriamiarisoa, -48 kg et Manitra Tsiory Aina Rasoaza­nany dans la catégorie -60 kg, toutes les deux d’Analamanga.Tant attendue, ce sera la première sortie internationale, ou plutôt continentale après les jeux des îles de l’océan Indien à la Réunion en 2015 et les jeux olympiques de Beijing en 2008. Au début, ce championnat d’Afrique a été prévu se tenir en fin mai, du 25 au 5 juin, mais reporté de deux semaines, car le côté préparation n’était pas prêt à temps selon les émissaires de l’association internationale de la boxe amateur (AIBA).Outre la quête de titre continental, ce sommet africain est qualificatif au cham­pionnat du monde senior, qui se déroulera au mois d’août à Hambourg, Allemagne. Les trois meilleurs de chaque catégorie, c’est-à-dire les finalistes et le vainqueur du combat de classement pour la troisième place se qualifieront au Mondial d’Hambourg. La délégation de la Grande île quittera le pays ce jour.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Coopération – La Principauté de Monaco raffermit ses liens avec l’hôpital d’Itaosy

Continuité, c’est dans cet esprit que s’est déroulée, hier, la cérémonie officielle de remise de matériel par le représentant du consul de Monaco pour le Centre Hospitalier Régional de District d’Itaosy. Cette cérémonie entre dans le cadre de la politique de renforcement des liens déjà existants entre les deux institutions. Cette initiative a permis au centre hospitalier de se doter de nouveaux équipements chirurgicaux : des consommables médicaux, des outils de chirurgie ainsi que des tenues de travail pour le personnel soignant de l’hôpital.Cette collaboration entre la Principauté et le centre hospitalier n’en est pas à sa première édition. Depuis plus d’une dizaine d’années, le consul de Monaco a beaucoup contribué à l’amélioration de la qualité de service de cet hôpital. Notamment, avec la rénovation du bloc opératoire ainsi que la construction d’un nouveau service social en 2006. « Une coopération ponctuée de fréquentes dotations comme cette initiative d’appui nous permet, entre autres, d’assurer, en grande partie, un meilleur service d’accueil pour les patients, surtout pour le service mère enfant » s’enthousiasme le Dr Rakotoarisoa Holihanitra, responsable du centre. Le service mère enfant d’Itaosy accueille annuellement un peu plus de trois mille quatre cents naissances et est devenu, depuis quelques années une référence dans son district

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Clôture du Basketball tour

Initiée et organisée par quelques jeunes membres de l’association « To day 4 Mada », la sixième édition du tournoi Basketball tour inter-lycées et inter-universités s’est déroulée au stade du collège Saint-Joseph d’Antsirabe durant tous les weekends du mois de mai. Cette activité qui a comme objectif d’éduquer les jeunes à prendre soin de leurs capacités psychologiques et physiques, a vu, au cours de ces sept années d’organisation, la participation massive des jeunes Antsirabéens. Outre le fait de supporter leurs équipes, ils ont pu améliorer les relations entre établissements. Neuf  lycées et huit universités publics et privés de la Ville d’Eaux ont participé à cette édition 2017.L’« after to day », une cérémonie de clôture d’une édition, a eu lieu samedi dernier. Ainsi, après deux matches de fraternité auxquels les champions dont l’équipe du lycée André Resampa, actuellement à son cinquième titre, et l’Université Crac étudiant, qui a obtenu sa troisième coupe, se sont confrontés à des sélections des équipes ayant participé au tournoi.À part le tournoi de basketball, un concours de meilleur « cheerleader » s’est tenu pendant ce tournoi. De fait, la manifestation organisée par To day 4 Mada ne cesse de prouver le talent des jeunes Antsirébéens tant en matière de sport qu’en danse et culture urbaines.Afin de motiver l’organisateur et les jeunes, et dans l’objectif de promouvoir le sport, le député d’Antsirabé I, Jean François Michel, et l’huissier de justice, Me Lisiharilala ont épaulél’association durant toute l’organisation du tournoi.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Réconciliation nationale – Pour une prévention des conflits

Réorientation. La réconciliation devrait intervenir dès le début des mésententes. C’est ce que le Comité de sélection nationale du conseil du fampihavanana Malagasy (CSN/CFM) veut instaurer. En effet, la nouvelle composition du CFM a pour vocation de promouvoir la prévention. «Selon la nouvelle législation sur la réconciliation nationale, le rôle de la FFM ne se limite plus à l’étude et l’octroi d’amnistie. Il ne faut pas attendre que des situations éclatent pour proposer la réconciliation» soutient Lantonirina Randriamampionontsoa, rapporteur général du CSN/CFM.Pour y parvenir et faire suite aux résultats mitigés de l’ancienne formule du CFM, un comité national de sélection des nouveaux membres a été mis en place par décret le 9 mars 2017. Entrés en fonction depuis le 15 mai dernier, les neuf membres de la CSN/CFM ont un mandat de soixante-quinze jours. Outre les onze conseillers nommés par le président de la République, le CSN/CFM a, entre autres, la mission d’identifier les vingt-deux membres de la CFM. Ainsi, l’appel à candidature des membres de la CFM revisité, est ouvert pour un mois à partir de ce jour. Les dossiers de candidature peuvent être déposés dans tous les bureaux des cent dix-neuf districts, par voie postale ou directement au bureau du CSN à Ambohitsorohitra.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Champion attitude – Cinquante jeunes raquettes en formation

Sans précédent. La ligue d’Analamanga de tennis organise des séances de partage avec des grands cham­pions sur le thème « Champion attitude ». La première séance s’est tenue hier, à l’ACSA Ambohidahy. Cinquante jeunes raquettes de la capitale de 6 à 18 ans ont assisté à la séance inaugurale animée par deux grands cham­pions de disciplines différentes.Pour animer la première partie d’hier, la ligue a choisi, pour témoignage, la cham­pionne d’Afrique en 100 m haies, Rosa Rakotozafy et Harivony Andrianafetra, champion de Madagascar de tennis, assisté par des représentants du ministère de l’Éducation nationale. « La formation et l’éducation font parti e de nos priorités … Nous volons former des futurs champions, en leur transmettant le civisme, le savoir vivre et le plus important, les comportements d’un(e) champion(ne) ou d’un(e) joueur (se) en cas de victoire ou surtout en cas de défaite », a mentionné le président de la ligue de tennis, Rina Ravoniandro.« Ces champions devraient dès leur jeune âge adopter de bons comportements sur et en dehors du terrain, car ce sont eux qui deviendront plus tard des champions porte-fanions de la nation à des compétitions internationales », a-t-il poursuivi.La contribution des parents est sollicitée pour que leurs enfants aient la bonne attitude après une compétition. Les parents devraient toujours soutenir leurs enfants sur tout en cas de défaite, au lieu de les gueuler. Deux autres séances sont prévues après les finales du championnat d’Analamanga, en début juillet.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Événement – « D’Pendanse » reporté en septembre

D’un air navré, les membres de l’association Conseil Indépendant de Danse (CID) Madagascar ont annoncé la mauvaise nouvelle à la presse, hier après-midi. Pour des raisons indépendantes de leur volonté, la tournée de l’océan Indien de la troupe D’Pendanse est annulée suite au désistement de dernière minute de l’île Maurice et de l’île de la Réunion.Les représentations étaient prévues pour les 27 et 29 juin, respectivement au Centre de conférences international (CCI) Ivato et au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina. Des spectacles hauts en couleurs étaient d’ores et déjà programmés pour subjuguer et surprendre le public friand de danse sportive et de danse de salon. Ayant déjà brillé dans la capitale en 2015, les danseurs professionnels de « Danse avec les stars », Maxime Dereymez, Katrina Patchett, Denitsa Ikonomova, Laurent Maistret, Jade Geropp, Christian Millette, Yann-Alrick Mortreuil, Guillaume Foucalt et Emmanuelle Berne étaient prévus revenir ce mois-ci. Malheureusement, le public devra ainsi patienter jusqu’au début du mois de septembre pour les retrouver.« On avait tout prévu pour leur retour au pays dans le cadre de cette tournée. Mais, suite à un manque de professionnalisme de la part des organisateurs dans les îles voisines, ils ont été contraints d’annuler la tournée. Ceci-étant, on a désormais plus de marge pour rattraper le coup et peaufiner au mieux le spectacle qu’on a prévu au mois de septembre », affirme Rijamanitra Randrianarintsoa, président du CID. Les organisateurs promettent ainsi des shows plus grandioses et plus spectaculaires pour combler cette attente.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Championnat nationale rugby scolaire – Les qualifiés des trois sur les quatre zones connus

Trois zones ont déjà effectué les tournois inter-régions, comptant pour le premier championnat national de rugby scolaire. Cette toute première version est initiée par l’association Terres en mêlées, en étroite collaboration avec Malagasy Rugby et le ministère de l’Éducation nationale.Dans l’axe Nord, Ambanja a abrité le tournoi inaugural, du 19 au 21 mai. Il a réuni les collégiens des régions de Boeny, Betsinoka et Diana. Le premier jour a été consacré aux jeux de présentation, au quizz sur leurs connaissances du rugby et l’éducation environnementale. Le lendemain s’est déroulé au stade municipal d’Ambanja, le championnat de rugby scolaire.La zone Nord sera représentée par l’équipe féminine de Betsiboka et celle de Diana garçons à la grande finale prévue le 25 juin, au stade de Malcam Antananarivo. Le deuxième tournoi zonal, celui de Fianarantsoa, a eu lieu le 27 mai. Cette zone sera pour sa part représentée par les formations du Sud-Est chez les filles et les garçons.Dernièrement, le troisième tournoi s’est déroulé à Toliara, su stade Maitre Kira les 9, 10, 11 juin. L’évène­ment a rassemblé plus de quatre-cents enfants des EPP et CEG des villes et villages de Toliara, Satrokala, Ihosy, Salary, Adavolo, Ifaty, Ansepoka et Mangily. Les tickets pour la finale reviennent Satrokala chez les filles et Toliara chez les garçons.La dernière étape avant la finale prévue le 25 juin, se déroulera dans la capitale le 23 juin, au stade de Malacam à Antanimena. Vingt deux régions sont impliquées à ce premier championnat national de rugby.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Rectification

Le véhicule de marque Mercedes utilisé par des kidnappeurs qui ont enlevé une grossiste à Maiba­hoaka, le samedi 10 juin, n’appartient pas à l’union des coopératives de taxi Ivato aéroport, selon les rectifications de Romain Ratsitohaina, un membre du bureau. De son côté, la gendarmerie de Talata­maty affirme que le propriétaire de la voiture, le chauffeur et son aide sont des membres agréés de la coopérative. Jusqu’ici, quatre personnes dont deux femmes épinglées dans ce rapt raté ont été placées en garde à vue.

L'express de Madagascar0 partages

Les colons spolient la population

Bien avant la colonisation de la Grande ile, la France, à travers ses explorateurs, a déjà commencé à explorer le pays pour pouvoir établir des concessions. En 1897, plus exactement le 16 juillet, le président de la Répu­blique française, Félix Faure, prend deux décrets mis en application par le général Joseph Simon Gallieni par un arrêté du 23 août. Le premier porte sur le règlement de la propriété foncière à Madagascar, le second sur l’organisation du domaine public.« Et le général Gallieni appuyait ces dispositions réglementaires par la circulaire N°243 en date du 20 juillet 1897 qui dépossédait entièrement les indigènes de leurs terres ancestrales et les obligent à émigrer vers d’autres régions » (« Ambalavelona ou l’insurrection anticoloniale dans le Nord-ouest de Madagascar en 1898» de Cassam Aly Ndandahizara).On y lit cependant ce paragraphe-ci sur « les réserves indigènes. Vous n’êtes pas sans savoir quelles causes d’animosité entre colons et indigènes sont entretenues par les incursions du bétail sur les terres des colons. Vous devez donc réserver, pour les indigènes, des terrains assez vastes pour éviter des difficultés que je vous signale, et vous les établirez d’après le chiffre des têtes de bétail qui vous sera indiqué par les fokonolona et la richesse des pâturages de la région. »Les colons abusent alors de ces recommandations et les Antimoro, gardiens de leurs concessions, s’emparent des bœufs qui pâturent à proximité et les poussent à l’intérieur des concessions: les animaux deviennent ainsi propriété de leurs patrons. De quoi faire fuir les autochtones vers les montagnes avec leurs troupeaux.Le mont Tsaratanàna devient le refuge des Sakalava du Sambirano qui y rencontrent les Antankarana de la plaine de la Mahavavy et les Tsimihety de la région d’Ankaizina, eux aussi victimes des nouveaux venus appelés « colons ». « Ils avaient pour noms Lesueur, Creux, Courtois, de Rougemont, Mersannes, Castel, Giraud, Millot, Desloy, Bras, Gourbel, Bleusez, Ardoin, etc. »Le général Gallieni publie d’autres arrêtés. Celui N°1110 en date du 4 novembre 1897 porte sur l’organisation et la mise en place des services de la conservation forestière. Celui N°1111 du même jour crée à Diego-Suarez et Nosy Be des bureaux de sous-conservations forestières où devront s’effectuer plusieurs activités: immatriculation des immeubles (constitution des titres de propriétés, conservation des actes relatifs aux immeubles) et inscription des droits et charges sur les propriétés immatriculées.Cependant, le raz-de-marée des colons ne s’arrête pas aux noms cités précédemment. L’Ankaizina, la Mahavavy et le Sambirano dans le Nord-ouest sont vantés comme les contrées les plus riches de Madagascar.D’après Paul Locamus, dans son livre intitulé « Vingt ans de séjour à Madagascar », « la baie d’Ampasindava offrait des ressources qu’on ne pouvait trouver nulle part ailleurs. L’Ankaizina est le grand réservoir qui fournit des bœufs à la consommation de toute la partie Nord de Madagascar. Les plaines de la Mahavavy et du Sambirano contiennent des troupeaux de plus de 10 000 têtes de bétail; la volaille abonde partout; les fruits s’y récoltent à profusion; on peut dire que c’est la région de Madagascar où tout navire peut, le plus facilement, se ravitailler ».Et de poursuivre: « Erreur d’avoir fait Tananarive la capitale, erreur le développementde la ville de Tamatave, villes factices appelées à disparaître; erreur d’avoir fortifié Diego-Suarez; erreur la construction du bassin de radoub, etc. »De ce fait, le Nord est devenu la région la plus colonisée de Madagascar et Paul Locamus est le prétendant bénéficiaire de « la plus vaste concession de Madagascar attribuée par le président de la République française, Émile Loubet ».

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Santé publique – Présentation d’un code d’hygiène municipal

Dans le cadre de l’assainissement initié par la commune urbaine de la ville, un code municipal d’hygiène sera bientôt en vigueur à Mahajanga. Mais auparavant, la municipalité convoquera tous les acteurs directs liés à l’hygiène et à l’alimentation des consommateurs, ce jour à 9h à l’Hôtel de ville.Les vendeurs de brochettes, les responsables des snack-bars et des bars, et des épi-bars, ainsi que les propriétaires et gérants de restaurants, d’établissements agroalimentaires, de salons de thé, de cantines et de buvettes se réuniront ainsi, ce jour, avec les médecins du Bureau Municipal d’hygiène social.Cette action vise surtout à prévenir les habitants et les consommateurs des risques éventuels de maladies dues à une mauvaise hygiène. Les élèves sont parfois les victimes de ces aliments vendus près des établissements scolaires. Les normes d’hygiène imposées par le ministère de la Santé publique ne sont pas respectées par les vendeurs.Mais l’approche de la haute saison touristique sera aussi l’objet de cette réunion à l’Hôtel de ville.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Intoxication à Toliara – Le ministre de la Santé publique plaide non coupable

Médecin après la mort. Ce n’est qu’après la tragédie des intoxications dues à des antiparasitaires distribués  aux élèves de l’école primaire publique à Anketa Toliara que le  ministre de la Santé publique cherche la cause des malaises qui se sont produites. «Nous essayons encore d’analyser la situation car peut-être certains d’entre eux n’ont pas pris leur petit déjeuner», explique Mamy Lalatiana Andriamanarivo, ministre de la Santé publique. Soixante-dix enfants se sentaient mal à l’aise après avoir pris cet antiparasitaire.Certains ont eu mal à la tête, d’autres ont eu mal au ventre ou avaient le vertige d’après Helland Mahavitrika, directeur régional de l’éducation nationale à Toliara. Certains parmi eux ont bu du sérum. Heureusement, aucun de ces enfants n’a succombé et ils se sententrétablis, actuellement. Le ministre tente de rassurer la population. «Nous avons utilisé ce vermifuge à Betioky mais aucun malaise ne s’est produit», affirme t-il.  La distribution gratuite de cet antiparasitaire est suspendue pour le moment.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Trois kalachnikovs à récupérer

Suite au pillage meurtrier survenu le vendredi 9 juin à Ambatofinandrahana, où trois kalachnikovs de policiers ont été volés par des dahalo, une opération de récupération a été lancée hier. Trois kalachnikovs sont entre les mains des dahalo et mainte­nant que les malfaiteurs les ont en leur possession, ce sera dangereux, selon le com­mandant Herilalatiana Andrianarisaona.

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Boites et quartiers – Deux finales électriques, FTM-TAM et IRC-3FB

Les finalistes du tournoi de levée de fonds organisé par le club FT Manjakaray, représentant de la Grande île à la coupe des clubs cham­pions de l’océan Indien sont connus. En demi-finales entre « boites », Iarivo RC et 3FB sortent vainqueurs. L’équipe de la commune urbaine d’Antananarivo a battu de justesse par 12 à 10 COSFA. Et le club du ministère de la santé a, pour sa part, défait la Savonnerie Tropicale Milalao sur le score de 15 à 11.Le choc final pour les quartiers opposera le club organisateur et celui de TAM Anosibe. L’équipe de Manjakaray s’est imposée 34 à 19 face a XV Family. Et les rugbymen d’Anosibe ont écarté TFM Ankasina par 21 à 15.Les deux finales « inter-boites », IRC contre 3FB et inter-quartiers FTM-TAM auront lieu ce dimanche après-midi au stade des Makis à Andohatapenaka, précédées des petites finales entre les vaincues dans la matinée d’hier. Les clubs champions des boites et des quartiers gagneront chacun un million d’ariary.

S.R.

Midi Madagasikara0 partages

Fatim-behivavy niboridana tetsy Anosy : Karohina fatratra ny sakaizany

Tsy misy marina tsy natao hipoitra ! Roa andro taorian’ny nahitàna ilay fatim-behivavy niboridana sy novonoina tamin’ny fomba feno habibiana, teny amoron’ny farihin’Anosy iny dia fantatra izao fa ny sakaizan’ity tovovavy ity ihany no tompon’antoka tamin’ny famonoana azy. Niantefa tany aminy avy hatrany mantsy ny ahiahy rehetra rehefa  nisy nahafantatra sy nahita izy ireo. Raha ny fampitam-baovao dia miara-mipetraka amina trano « sachet » eny amin’iny faritra Isoraka iny izy roa. Nidinana avy hatrany teny an-toerana, ary mbola hita tao ny akanjon’ilay rangahy sy ny fitafiany, izay nihoson-drà tanteraka. Tsy hita tany nanjavonana anefa ity sakaiza tsy vanona ity ary karohin’ny pôlisy fatratra amin’izao fotoana izao. Raha tsiahivina ny zava-nitranga : ny marainan’ny alatsinainy teo dia tranga mampihoron-koditra  no nanaitra ireo mponina teny amin’iny faritra Anosy iny. Tovovavy iray niboridana tanteraka no hita faty, nivalampatra teo amoron’ny farihin’Anosy, tao ambadik’ireo trano kelin’ny mpanety teny an-toerana. Novonoina tamin’ny fomba feno habibiana ary nendahina ny hodi-tavany nony avy eo. Angamba noeritreretin’ilay mpamono fa amin’izay mba tsy hisy hahalala. Hadisoana tanteraka anefa ny azy fa dia izao andro vitsy monja izao dia nivoaka ny nafenina. Araka izany, « iangaviana izay mahita ity lehilahy amin’ny sary ity mba hanatona na hampandre haingana ny Brigade Criminelle Anosy ka hiantso ny laharana 034 05 517 26. Ny Polisim-pirenena dia manome toky fa hotanana ho tsiambaratelo ny mombamomba ny mpanome vaovao », hoy ny fampitam-baovao.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

VAKINANKARATRA : Antsirabe ; Vehivavy mpamaky trano, nampangain’ny zanany

Tokantrano iray tao Mahazoarivo no nataon’ny mpamaky trano nadiodio, tsy nisy niangana intsony ny entana fa dia tapitra noraofin’ireo mpamaky trano avokoa.

Tsy iza akory ny nahavanon-doza fa ny mpiray tanàna, mpanofa trano iray  aminy ihany. Ny tena mahavariana dia vehivavy izy io ary andiam-behivavy hafa koa no nalainy ho namana nanampy azy.

Fantatra fa tsy tao an-tranony ny tompon-trano tamin’io fotoana io, tsy nisy niambina koa ny trano, ny tanàna rahateo nilamina foana hatrizay ka tsy nieritreritra zava-dratsy mihitsy ny tompon-trano. Inona anefa no niseho fa rehefa fantatr’ilay mpiara-manofa trano aminy fa tsy nisy olona tao aminy dia teraka teo ny teti-dratsiny. Tokony ho tamin’ny ho tamin’ny 3 ora maraina no nopoiriny ny varavarana  ary nanaram-po ny vehivavy nandroaka ny entana rehetra.

Hatairana ny an’ny tompontrano nahita ny efitranony efa mibanaka, foana tsy misy entana intsony. Nilaza ny mpiray tanàna taminy fa naheno olona miresaka tao amin’io trano io saingy tsy nisy nanampo fa jiovavy no naka ny entana tao. Taoarin’ny fitarainana napetraka teny amin’ny polisy, nanao ny fanadihadiana ireo farany ka tamin’izany no niantefan’ny ahiahy tamin’ilay vehivavy mpiara-manofa trano io. Tsy afa niala ilay ramatoa satria nampangain’ny zanany mbola kely. Nilaza io zaza io fa nisy vehivavy nampiditra entana tao an-trano ary ny reniny no maka ny entana tao an-tokontany. Tsy nisy hirika namaliana intsony ity ramatoa, nanoro ny namany vehivavy hafa nanampy azy avy teo. Rehefa nosamborina ity farany dia mbola ny zanak’io ramatoa io koa no mbola nanoro vehivavy hafa naman’izy ireo. Fantatra fa mbola misy vehivavy iray hafa karohina, voalaza fa izy io no tena atidoha nikotra ity famakiana trano ity. Entana maro no efa tafaverina amin’ny tompony amin’izao, mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo namany hafa.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Zazavavy kely 12 taona, naolan’ny raikeliny amam-bolana

Vantany vao nahafantatra fa nentin’ny mpiara-monina teny amin’ny fokontany ny raharahara mikasika ny fanolanan’ilay raikeliny ity zana-badiny dia nitsoaka nandositra izy ary mbola nandrahona ho faty ireo mpiara-monina aminy.

Tao amin’ny fokontany Mahafaly Vatofotsy Antsirabe  no nisehoan’ity tranga mampalahelo ity. Efa am-bolana maro no niaritra ny herisetra nahazo azy ilay zazavavy kely vao 12 taona monja. Tsy sahy nitantara na tamin’iza na tamin’izy fa dia niaritra ny mafy teny foana. Raha ny fantatra dia hatramin’ny volana desambra 2016 no efa nanampatra ny filany tamin’ilazy zaza ity raikeliny ity. Ny tena zava-doza dia voalaza fa eo imason’ny zandriny lahy kely vao 6 taona monja ity rangahy no manao ny ataony.

Avy any Ambanivohitra lavitra izy mianadahy ireo, ny ray keliny no ipetrahany eto Antsirabe, fa ny reniny miasa, mamboly sy miompy any ambanivohitra. Malalaka rangahy noho izany manao izay tiany hatao amin’ity zana-badiny.

Tsy naharitra intsony ilay zaza nony farany ka nitantara tamin’ny mpiara-monina taminy ny zavatra ataon’ilay raikeliny aminy. Teo dia nandray fepetra avy hatrany ny mpiara-monina nitondra ilay zaza teny amin’ny fokontany. Nentina natao fizahana teny amin’ny mpitsabo ilay zaza ary voamarina  fa tena niharan’ny herisetra ara-nofo tokoa. Nampandre ny polisy ny mponina ary nanoavana vela-pandrika ilay rangahy.

Tsy nahatam-bava anefa ny rangahy iray tompon-trano, voalaza fa naman’io rangahy io akaiky ka nampandre azy mialoha. Tafaporitsaka ilay rangahy noho izany ka io nanao vava be tamin’ny mpiara-monina taminy io. Efa eo an-tanan’ny mpitandro filaminana ny raharaha .

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Tennis : Le sport pour le civisme avec la ligue

Il a parlé d’éducation par le sport avant les élections de la ligue tananarivienne. Elu président, voici Rina Ravoniandro qui met en pratique ses dires. Hier à l’ACSA, il a procédé à des échanges avec les jeunes joueurs de tennis ainsi qu’avec les techniciens. Champion attitude est ainsi née avec des cours d’éducation civique offerte par le ministère de l’éducation nationale. Avec Rosa Rakotozafy, la ligue a proposé des séances de comportement d’athlète de haut niveau et avec Harivony Andrianafetra, le fair-play du sportif.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

Fierenana Moramanga : Nomena alalana hitsabo tena ireo tovovavy voan’ny ambalavelona

Tao anatin’ny iray volana izao, araka ny tatitra azon’ny lehiben’ny fari-piadidiam-pampianarana ato anatin’ny distrikan’i Moramanga, dia efa mahatratra 11 ireo zazavavy voan’ny ambalavelona ao amin’ny CEG Amparihivola, ao amin’ny kaominina Fierenana. Manodidina ny 13 ka hatramin’ny 14 taona no iharan’ity aretin-dratsy ity. Miara-mihetsika avokoa izy ireo ao anatin’ny andro iray ary mirifatra tsy voatazona mihitsy. Tonga nitsidika sy nitady vahaolana ity ny lehiben’ny fari-piadidiam-pampianarana ity ny faran’ny herinandro teo . Nandray an-tanana ireo zazavavy mararin’ny ambalavelona ny teo anivon’ny fiangonanan FJKM mandra-pahasitranany. Kilasim-panadianana avokoa ireo zaza ireo ary anisan’ny tebiteby mahazo ireo ray aman-dreny izany. Vavaka aloha hatreto no fanafody anasitranana azy ireo.

Cathy

Midi Madagasikara0 partages

ALAOTRA MANGORO : Moramanga ; Nahazo marim-pankasitrahana tamin’ny CNaPS ny orinasa Fanalamanga

Manao zava-dehibe ireo tombontsoa hoan’ireo mpiasa rehetra eto Madagasikara na miankina na tsy miankina amin’ny fanjakana ny eo anivon’ny CNaPS . Maro ireo orinasa no mbola tsy nahaloa ny latsakemboka raha ny eto Madagasikara noho ny antony maro samy hafa. Anisan’ny ohatra lehibe ny nataon’ny orinasa FANALAMANGA satria trosan’ny orinasa tao anatin’ny 10 taona (1996 -2016)  izay mitentina 8.000.000 ar no indray naloan’ny tale jeneraly Rakotonirina Augustin ary anisan’ny fanamby napetrany tamin’ny fotoana nandraisany ny fitantanana tamin’ny taona 2015. Valo volana monja taorian’izay dia voalohany ara-dalàna avokoa ireo vola rehetra ireo ary tsy misy olana ny isan-telovolana. Nanolotra marim-pankasitrahana hoan’ity orinasa ity ny eo anivon’ny fitantanana CNaPS foibe rehetra izay notarihan’ny tale jeneraliny Arizaka Rabekoto Raoul ny 14 jona 2017 tao amin’ny Antsirinala ao amin’ny efitrano malalaky ny birao foiben’ny orinasa.Niantso ireo mpiasa nanadalo rehetra tao ny tale jeneralin’ny CNaPS raha toa ka mbola tsy nisitraka ny zo tokony hoazy izy ary azo atao tsara ny mangataka ny tombontsoany nandritra ireo taona rehetra tsy mbola voaloha. Zava-dehibe hoan’ny orinasa sy ny tantarany ny nahavitàny ny fandoavany ny trosa nandritra ny taona maro na dia efa nisy ihany aza ireo ezaka efa natao nandritra ny fotoana fa izao vao tanteraka izany. Tao anatin’ny roa taona izao no nahatsapa ireo mpiasa fa efa afaka misitraka ny zony tanteraka amin’ny maha mpiasa azy . Etsy ankilany koa manjaka ny fifampihainoana eo anivon’ity orinasa fanalamanga ity  izay antony mampirindra tsara ny asa izany.

CATHY

Midi Madagasikara0 partages

Saisie d’or à Ivato : Le colonel de l’Armée brise le silence

L’officier concerné a décidé de sortir du silence. « De prime abord, l’incident a eu lieu le dimanche 4 juin et non le 11 juin  comme rapporté à la presse. Je me pose la question sur la raison pour laquelle les douaniers n’ont tenu une conférence de presse que le 12 juin » frappe-t-il d’emblée. Quant aux deux passagères, ce sont des sœurs dont l’une est résidente à Beyrouth (Liban). « A ma connaissance, les passagers non-résidents ont le droit d’emmener un kilo d’or avec eux et les non-résidents à 500g ». Pour le cas du 4 juin, la non-résidente comptait emmener des bracelets connus sous la dénomination de « 7 semaines », pesant un kilo. « Ce sont des cadeaux de mariage de sa famille malgache car elle allait se marier le 9 juin. Elle n’a jamais caché ces objets durant les procédures d’usage à Ivato » rapporte-t-il. L’autre passagère, sa sœur, qui devait être témoin du mariage avait emmené avec elle 600g d’or, toujours forgés en « 7 semaines ». « Elle ignorait son droit. Il y avait un dépassement de 100 g et elle comptait régulariser tout de suite même. La personne en a discuté avec les douaniers et elle a compris que le reproche a été surtout le fait que les bracelets n’aient pas été poinçonnés. Une procédure que la femme n’a pas connu et non une mauvaise foi ni une tentative de trafiquer l’or » se défend l’officier de l’Armée. Elle a montré sa bonne foi en demandant à parler avec la douane. La situation a dépassé les deux dames et ils ont fait appel au colonel pour les épauler dans la régularisation des procédures. « Oui, j’ai été à la rescousse. J’ai demandé à faire le poinçonnage, comme il est réclamé par les autorités. Aussi étrange, les objets ont toujours été saisis. J’ai proposé l’assistance de la douane pour cette procédure mais en vain. Après la séance d’incompréhension, on nous a pris comme des vulgaires trafiquants d’or » témoigne le colonel. Des gens ont voulu interférer dans le dossier en suggérant de l’antidater mais de mon côté, j’ai formellement refusé. «  On a plutôt choisi de reporter le voyage pour l’une des personnes. L’autre a été contrainte de partir sous peine de rater son propre mariage » dixit le concerné. « L’affaire aurait pu être réglé de façon simple. On n’a jamais cherché à se soustraire à la législation. Elles ont d’ailleurs montré leur bonne foi.» se désole notre interlocuteur qui comprend mal l’acharnement à son encontre, le taxant de trafiquant et d’auteur d’abus de pouvoir, des qualificatifs qui nuisent à son intégrité.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ministère de l’Eau : 12 nouvelles nominations et 10 abrogations

Les nominations se suivent mais ne se ressemblent pas. Le conseil des ministres d’hier a été marqué par une série de nominations mais également d’abrogations. Et c’est surtout au niveau du ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures. Selon le communiqué émanant du conseil des ministres, c’est compte tenu du changement d’attribution du ministère. En effet, le ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène a changé de nom pour devenir de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures. Il y avait eu ainsi 12 nouvelles nominations au niveau de ce département et 10 abrogations. Pour les nominations aux hauts emplois de l’Etat, il y avait eu notamment deux Directeurs généraux et dix directeurs.

Gouvernement. Le limogeage de Roland Ravatomanga y serait également pour quelque chose, et ce, malgré le changement de dénomination du ministère. Toujours est-il que cet ancien ministre a siégé au sein du gouvernement depuis  2014, au début avec le Premier ministre Kolo Roger. Un limogeage attendu, étant donné que le courant ne passe plus entre les tenants du pouvoir et le parti TIM. Faut-il rappeler que  Roland Ravatomanga a cédé sa place à Lantoniaina Rasoloelison, ancien ministre des Finances et du budget de la Transition, qui a assuré auparavant le poste d’administrateur général de la Jirama. Par ailleurs, pour le ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme, il a été décidé le décret abrogeant le décret n°2017-087 du 2 février 2017 portant nomination d’un directeur de Solidarité et Responsabilité Citoyenne dudit ministère.

Droits civils. Des communications ont été aussi prises, lors de ce conseil. Il s’agit, entre autres, de la participation de Madagascar à la 120e session du comité des droits de l’Homme du 3 au 28 juillet 2017 à l’office des Nations-Unies, Genève en vue de l’examen du 4e rapport périodique sur l’application du pacte international relatif aux droits civils et politiques ainsi que de la communication verbale relative à la facilité liée au commerce de la SADC.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

TOLIARA : Fetim-pirenena, mbola tsy marisika manangan-tsaina ny isan-tokantrano

Itarafana ny tsy fandraisan’ny vahoaka anjara amin’ny fiainam-pirenena. 10 andro ankatoky ny fankalazana ny fetim-pirenena 26 jona sy ny faha-57 taonan’ny tafika malagasy, mbola vitsy ireo tokantrano eto Toliara renivohitra sy ny manodidina no manangan-tsaina. Teo aloha, raha vao migadona ny volana jona isan-taona dia manomboka hita mikopakopaka eny amin’ny tokantrano maro ny sainam-pirenena. Tsy izany intsony anefa no hita ankehitriny, fa toa tsy dia mahaliana loatra ny ankamaroan’ny mponina ny fanomezan-danja ny fahatsiarovana ny fiverenan’ny fahaleovantenan’i Madagasikara amin’ny alàlan’ny fananganan-tsaina.  Raha ny fanadihadiana natao dia antony maro no mahatonga ny                       ankamaroan’ny olona tsy marisika manangan-tsaina intsony amin’izao ho an’ny fanomezan-danja ny 26 jona, indrindra tato anatin’ny efa-taona farany nifanesy. Eo ny fahasahiranana misy sy ny tsy fananam-bola noho ny fahantrana lalim-paka tsy ahafahana mividy saim-pirenena fa ny arapaka androany no laharam-pahamehana ; eo koa ny tsy fahampian’ny fanentanana ho an’ny olom-pirenena mahakasika ny fananganana ny sainam-pirenena sy ny maha zava-dehibe an’izany amin’izao fetim-pirenena izao, sns. Etsy andaniny, ratsy ihany koa ny tsenan’ny harendrina vita Gasy, hoy ireo mpivarotra, ary zara raha misy mividy, fa ny vita sinoa no ifandrombahan’olona ! Torak’izany ihany koa ny kilalao samihafa amin’izao iray volan’ny ankizy izao. Na dia eo aza ny fandraràna amin’ny fivarotana tsipoapoaka eny an-tsena, mba hisorohana ny firongatry ny asan-jiolahy amin’izao asaramanitra izao, dia mbola maro ireo mivarotra izany, ary tsy ifandrenesana ny fipoapoaky ny “pétards” toy poa-basy manaitra eny rehetra eny.

Eric Manitrisa