Les actualités à Madagascar du Vendredi 15 Mai 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara333 partages

Relance post-Covid : 5 320 milliards d’Ariary d’investissements pour atteindre l’émergence, selon ...

La crise de la pandémie de Covid-19 doit représenter une opportunité de croissance pour Madagascar, selon les membres du CREM.

Les pays de l’Afrique Subsaharienne s’attendent à une récession économique, suite à la crise du Covid-19. Cependant, Madagascar peut considérer cette crise comme une grande opportunité, selon le CREM, dans sa proposition d’une politique de relance.

A l’image des pays développés qui ont profité des périodes de crise mondiale, Madagascar peut profiter de la crise actuelle de la pandémie de Covid-19, pour accélérer le processus d’émergence. Tels sont les propos avancés par le CREM (Cercle de Réflexion des Économistes de Madagascar), lors d’une séance de présentation organisée au Sénat à Anosy. Durant cette rencontre avec les sénateurs, cette association d’experts a souligné que l’Etat doit intervenir, pour appuyer le secteur privé et favoriser la production nationale. Pour cette fois, les économistes ont mis un accent sur le financement des investissements à court et à moyen termes. « Dans les deux mois, c’est-à-dire à court terme, l’Etat doit financer le secteur privé pour amorcer la relance des activités économiques productives. Cela peut se faire à travers les canaux de transmission, de la Banque Centrale (BFM) au Trésor Public. Depuis quelques semaines, l’Etat a déjà mis en œuvre une politique monétaire dans ce sens, mais dont la mise en œuvre passe par les banques primaires privées. Il s’agit du taux bonifié censé favoriser l’accès aux crédits pour les entreprises sélectionnées par les banques. Ces entreprises bénéficieront de prêts des banques primaires avec un taux d’intérêt annuel aux environs de 9%. Cette mesure constitue déjà un pas en avant. Mais pour le CREM, les impacts de chaque Ariary investi seraient meilleurs, si le processus ne passait pas par les banques privées », a indiqué Dr Rado Ratobisaona, membre du CREM.

Contrôles stricts. Pour sa part, l’économiste Dr Rakoto David, également membre du CREM, a affirmé que les financements dédiés à promouvoir les activités productives doivent être alloués à travers des marchés publics, mais qui concernent des activités de production ou d’investissements dans les infrastructures. « Nous savons que la corruption reste très forte au niveau des marchés publics. Il faut donc un nouvel organe de contrôle qui peut appliquer des sanctions sévères et exemplaires. Il faut établir une liste noire des entreprises qui font des pratiques frauduleuses ou des actes de corruption. Cette liste noire doit être publiée pour une transparence et les entreprises qui y figurent ne doivent plus participer à des appels d’offres pendant une période déterminée. De même au niveau de l’Administration. Des contrôles stricts doivent se faire pour mettre fin à la corruption, car ce problème ne se réglera pas tout seul », a expliqué l’économiste.

Fonds national. A moyen terme, le CREM préconise la mise en place d’un Fonds pour financer les investissements. « Madagascar doit investir au moins l’équivalent de 10% de son PIB (Produit intérieur brut), dans le but d’atteindre une croissance de 8% à 10% et basculer ensuite dans une croissance à deux chiffres, condition de l’émergence économique », d’après Dr Rakoto David. Ces investissements publics et privés nécessaires pour garantir l’émergence s’élève donc à 1,4 milliards USD, soit environ 5.320 milliards d’Ariary. Pour favoriser les investissements privés, le CREM propose la création d’un Fonds qui sera approvisionné par les dividendes perçues par l’Etat dans ses activités de placements en tant qu’actionnaire, et avec les divers placements à la CNaPS, auprès des assurances, à la Caisse d’épargne, etc. Ce fonds sera également renforcé par les redevances minières, et les financements des banques d’investissements étrangers, qui ont le même objectif que Madagascar. Cependant, l’Etat doit être majoritaire dans ce Fonds, selon le CREM. Bref, la Grande Ile doit créer sa banque de développement, pour soutenir les activités productives, sources de création de richesses.

Antsa R. 

Midi Madagasikara264 partages

Football : Francis Rasolofonirina, la fierté des… Mauriciens

Francis Rasolofonirina brandissant le drapeau mauricien avec une fierté non feinte.

Si Madagascar est fier de ses Réunionnais au sein des Barea par le truchement de la double nationalité, l’île Maurice l’est aussi de son Malgache notamment un Francis Maminiaina Rasolofonirina qui a su se fondre dans le groupe.

Francis Rasolofonirina est une idole des férus du football en général et des Mauriciens en particulier. Il est reconnu par tous et répond inlassablement aux autres après le « Ki manier » d’usage. Comme Jeremy Morel aux Barea, Francis Rasolofonirina évolue aussi dans l’axe de la défense. En vrai patron. Car son intelligence et sa vista font de lui un pion indispensable du Club M.

Tel père, tel fils. L’entraîneur national de 2015, Ackbar Patel, doit une fière chandelle à Fidy Rasoanaivo qui l’avait proposé pour être en défense du Club M. Une issue rendue possible car il a la nationalité en étant marié à une Mauricienne avec qui il avait un fils, Walcott Rasolofonirina, âgé aujourd’hui de 7 ans et qui jongle tout aussi bien le ballon que son père.

C’est inné dans la famille. Avec cette force caractéristique d’un Antandroy pure souche. Il est en effet né à Tsihombe pour ensuite rallier Toliara et jouer pour le club de North Star. Pas pour longtemps car il a été recruté par l’USCAFOOT pourtant constellé de stars tels Mamisoa, Dadou ou encore le gardien Bota. Les entraîneurs de ce nouveau club ne sont autres que Claude Kely et Alain, les deux anciens du FC BFV.

Contrat mirobolant. En une saison, il a su s’imposer avec brio au point de séduire Bruno Randrianarivony, l’ancien du BTM FC, qui l’a recruté pour le compte du club mauricien de Petite Rivière Noire dont il est l’entraîneur. C’était en 2008. Il a passé la majeure partie de sa carrière au sein de ce club avant d’être pris en main, en 2016, par un autre ancien du FC BFV notamment Fidy Rasoanaivo.

Il était déjà à l’époque la star de Petite Rivière Noire. Une raison suffisante au club Joachim pour mettre sur la table un contrat mirobolant avec qui Francis a joué jusqu’en 2018. Comme son talent le met presque à tout moment sur le marché du transfert, Francis Rasolofonirina a rejoint Vacoas Phoenix au cours de la saison 2019-2020.

A 34 ans, il est né le 22 juillet 1986, Francis Rasolofonirina a encore de la marge pour jouer et offrir au Club M tout son talent. Il était d’ailleurs dans l’équipe mauricienne médaillée d’argent des derniers Jeux des Îles en écartant en demies, les Barea de Roro Rakotondrabe. C’est tout dire…

Clément RABARY

Midi Madagasikara60 partages

Talatamaty : Pasiterana fiangonana zandriny sy ny namany, nanafika mpandraharaha

Vola manodidina ny efatra hetsy sy iray tapitrisa ariary tany ho any no azon’ireto olon-dratsy tamina mpandraharaha iray voasakana am-pitaka, tetsy Talatamaty, ny alarobia lasa teo. Nandray ny andraikiny avy hatrany anefa ny zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Talatamaty ka tsy lasa lavitra akory dia tratra  niaraka tamin’ ilay sakaosy misy vola.

Mpitondra fivavahana amina fiangonana zandriny eny amin’iny faritra Avaradrano iny ity jiolahy iray voasambotra ity, araka ny fanazavana nomen’ny Kaomandin’ity tobim-paritry ny zandary ity. « Na dia efa azo aza ilay sakaosy nisy vola sy antontan-taratasy maro an’ilay mpandraharaha, dia tsy avelanay raha tsy tratra miaraka amin’izay ihany koa ilay jiolahy iray tafaporitsaka tamin’io » hoy ny fanazavana azo.

Ny zava-nisy. Tokony ho tamin’ny sivy ora maraina teo ho eo, raha nandalo teny amin’iny faritra Talatamaty iny ity mpandraharaha iray, niaraka tamin’ny fiarany, no nisy nanakana. Nihazakazaka sy sempotsempotra mihitsy io olona nanakana io, nilaza tamin’ilay mpamily fa hoe torana ao aloha ao ny reniny itangoronan’ny olona ary mila vonjy malaky. Mazava ho azy, vonjy aina no natao ka nivoaka ny fiara handeha hamonjy ilay olona marary ny tao anaty fiara. Tamin’izay fotoana izay anefa no notsoriahan’ity olona nanakana tao anatin’ny fotoana fohy monja ny sakaosy iray nipetraka tao anaty fiara, ary iny izy no nitsoaka. Efa nisy môtô roa niandry azy tsy lavitra teo.

Araka ny voalaza etsy ambony, dia vola aman-tapitrisany sy antontan-taratasy maromaro sarobidy no tao anatin’izany sakaosy lasan’izy ireo izany. Teo no ho  eo ihany moa dia nampilaza avy hatrany ny zandary teny an-toerana ilay olona lasibatra. Ary teo  no ho eo ihany dia raikitra ny fanenjehana. « Ny môtô iray nitondra ilay jiolahy nanakana nizotra nihazo an’Ivato, ilay iray nitondra ilay sakaosy kosa nihazo ny Renivohitra » hoy hatrany ny fanazavana. Tsy lasa lavitra ilay kodiaran-droa nihazo an’Ivato dia voasambotry ny zandary ireo olona roa nitaingina azy ireo. Ilay iray kosa tafatsoaka, saingy nariany teny amin’iny faritra Antanimena iny ilay sakaosin’ilay olona voatafika.

Nentina nofotorana avy hatrany moa ireto roa lahy ka tamin’izany no nahafantarana, fa mpitondra fivavahana ny iray tamin’izy ireo. Efa naverina tamin’ny tompony kosa ilay sakaosy nisy vola. Omaly ireto farany no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ary nadoboka am-ponja avy hatrany, hoy hatrany ny fampitam-baovao azo. Efa mandeha kosa ny fikarohana ilay namany.

m.L

Midi Madagasikara33 partages

Football- Covid-19 : Don du Fosa Juniors au CCO Boeny 

Le président Arno Steenkist et son équipe au CCO Boeny.

Conscient des difficultés que connaît actuellement notre pays, Fosa Juniors a apporté sa pierre à l’édifice dans la lutte contre le Covid-19. En effet, le club champion en titre a fait un geste fort en offrant 1.500 masques au Centre de Commandement Opérationnel Boeny. Même si cette région n’est pas impactée directement par l’épidémie, il vaut mieux prévenir que guérir. Il va sans dire que la population en aura toujours besoin. M. Arno Steenkist en personne et son équipe ont remis ce don en ce début de semaine. Pour le dirigeant, il s’agit de ne pas s’intéresser uniquement au sport, il estime  qu’il a le devoir de porter un regard sur les réalités du moment. Comme le pays traverse une situation difficile, la solidarité est de rigueur, il faut   s’entraider puisque l’objectif commun est de mettre un terme à l’épidémie de Covid-19, pour que tout le monde puisse retrouver une vie normale, que les compétitions sportives reprennent enfin.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara23 partages

Relance économique : Les sénateurs s’arment pour faire face à l’Exécutif

Les membres du gouvernement sont attendus de pied ferme par les sénateurs.

Si les députés sont attirés par l’aspect opérationnel de la lutte anti-covid-19, la relance économique, elle, intéresse beaucoup les sénateurs. Elle est même devenue le cheval de bataille du Sénat. Dans le cadre de l’adoption prochaine de la loi des finances rectificative 2020 que l’Exécutif doit faire passer dans les deux Chambres pour être plébiscitée par les parlementaires, les sénateurs comptent faire entendre leur voix et font appel aux compétences reconnues en la matière pour mieux s’armer. Une prochaine rencontre avec les membres du gouvernement dans ce cadre est bien dans la ligne de mire d’Anosikely. Ainsi, pour mieux apprécier la situation économique actuelle, la Chambre haute a organisé un échange avec la société civile. En effet, mardi dernier, les sénateurs ont tenu, dans le Palais de verre d’Anosikely, une réunion avec les membres du Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (Crem) pour discuter sur la situation économique du pays, et les possibilités de relance. Ce think tank, notons-le, est composé d’éminences grises du domaine de l’économie.

Scruter à la loupe. L’enjeu de la relance est de taille. Et la loi de finances rectificative 2020 est le cœur de la convoitise car elle doit déterminer les nerfs de la guerre pour cette année en vue de la prochaine sortie de crise. Et du côté d’Anosikely, où l’opposition est majoritaire, on affûte les armes et on promet de scruter à la loupe le document. Raison pour laquelle, les sénateurs ont évoqué avec les membres du Cercle de réflexion des économistes, mardi dernier, les sujets portés sur les questions relatives à la productivité et à la consommation ainsi qu’à la création monétaire. Dans la foulée, les membres du Crem ont aussi avancé devant les sénateurs l’opportunité de la création d’une banque de développement dans le pays afin de  faciliter l’accessibilité au crédit, selon le Cercle de réflexion, particulièrement dans le domaine des infrastructures. La rencontre a été sollicitée par le Sénat qui compte, depuis le début de la session parlementaire, « promouvoir le débat » dans la démarche de redressement de l’impact de la crise actuelle et dans le cadre de la relance économique. Pourtant, beaucoup de sénateurs ont boycotté ce rendez-vous qui avait pourtant pour vocation première, selon Rivo Rakotovao, de renforcer les capacités des parlementaires de la Chambre haute, dont beaucoup sont des néophytes en matière économique.

Rija R. 

Midi Madagasikara7 partages

Séisme du 13 mai 2020 : De magnitude 5,4 et non de 4,8 sur l’échelle de Richter selon l’IOGA

Madagascar n’était pas le seul pays à avoir ressenti des séismes le 13 mai dernier.

L’Institut et Observatoire de Géophysique d’Antananarivo (IOGA) a donné sa version des faits. Le tremblement de terre a été localisé à 13 kilomètres au Sud Est de Fandriana. 

Les réactions et témoignages ne manquent pas. Le tremblement de terre qui a secoué plusieurs districts et communes du pays, plus particulièrement dans les hautes terres centrales, a fait parler de lui. Les ressentis tournent autour de la peur ou encore de la surprise. Joint au téléphone pour des informations concernant le phénomène, le Pr Solofo Rakotondraompiana, directeur de l’IOGA a donné la localisation et la magnitude du phénomène. Ainsi, le phénomène a été « localisé à 13 kilomètres au Sud Est de Fandriana ». Profitant de l’occasion de l’interview téléphonique, le Pr Solofo Rakotondraompiana de noter que la magnitude du tremblement de terre enregistré le 13 mai dernier était de « 5,4 sur l’échelle de Richter au lieu de 4,8 » comme il a été rapporté aussi bien à Madagascar que dans le monde. Bien que les séismes se manifestent – ressentis ou non – presque tous les jours dans le monde, beaucoup de Malgaches se disent qu’il y a « une certaine récurrence des phénomènes dans la Grande Île ». Interrogé sur les éventuels moyens de les prévoir, le directeur de l’Institut et Observatoire de Géophysique d’Antananarivo (IOGA) d’expliquer « les séismes sont des phénomènes aléatoires. On ne peut pas les prévoir à l’avance et il n’y a pas vraiment de causes spécifiques pouvant les provoquer comme on le laisse l’entendre ».

372 autres séismes ont par ailleurs été enregistrés dans le monde le 13 mai dernier selon le site sismologue.com. Le plus puissant desdits phénomènes aurait eu une magnitude de 6,6 et aurait été observés à 173 Km au Sud Sud-Est de Lata, Îles Salomon. Pour en revenir au cas malgache, les informations partagées par les internautes font savoir que le séisme a également été ressenti dans la région Haute Matsiatra en plus de Vakinankaratra et Analamanga. Interrogé sur la question, le Pr Solofo Rakotondraompiana de noter « il est assez difficile d’établir avec exactitude les zones ayant ressenti le séisme étant donné que cela dépend de plusieurs paramètres qui doivent être pris en compte ». Le Pr Solofo Rakotondraompiana de rajouter « il se pourrait que les séismes ne soient pas ressentis par les humains ». Outre les témoignages, on ne pourrait se fier aux données fournies par les appareils de détection. Et là encore, les informations partagées diffèrent d’un organisme à l’autre.

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

54 jours de confinement : La population de moins en moins réceptive

L’état d’urgence sanitaire a été proclamé pour la première fois le 21 mars 2020 suivant le décret n°2020-359, pris en conseil des ministres. 56 jours sont passés depuis, et il se pourrait que l’on s’achemine vers une cinquième prolongation. Toujours est-il que la durée de la situation d’urgence est de 15 jours, et ce, selon la loi relative à la situation d’exception. Il a été suivi par le confinement partiel, plus précisément le 23 mars dernier, soit 54 jours. Ce confinement a touché, au début, la région Analamanga et les districts de Toamasina I et Toamasina II. Les régions Haute-Matsiatra et Alaotra Mangoro ont aussi été à leur tour confinées. Toutefois, au fil des jours, avec ces dispositions prises par le pouvoir central, la population est de moins en moins réceptive. En effet, force est de constater l’indiscipline d’une certaine frange de la population qui ne se soucie guère des gestes barrières. Faisant ce qui lui plait.

Dispositions. Faut-il rappeler que l’article 7 de la loi 91-011 relative à la situation d’exception, l’Etat peut réquisitionner des biens et des personnes au niveau des services publics ou des entreprises, même sans notification au préalable des concernés. Ces dispositions touchent, entre autres, les domaines du ravitaillement, eau et énergie, service de santé, service de la voirie, transport, Postes et Télécommunications, Radiodiffusion et télévision, établissements bancaires et les services rattachés aux Institutions. Toutes ces mesures montrent à quel point la situation est délicate face à un ennemi invisible, comme on le dit. On n’est pas encore sorti de l’auberge. En effet, le nombre de cas confirmés a augmenté depuis un certain temps, pour ne citer que le cas de Toamasina. C’est la raison pour laquelle une délégation gouvernementale a rallié le Grand port de l’Est, hier, pour constater de visu la réalité et prendre, de ce fait, les mesures qui s’imposent.

Dominique R. 

Midi Madagasikara1 partages

COVID-19 : L’agriculture et les populations rurales pauvres, une priorité pour l’Afrique

Les économistes du monde entier estiment que l’Afrique aura d’énormes problèmes pour faire face aux conséquences socioéconomiques de la pandémie. 

Deux anciens dirigeants africains : Olusegum Obasanjo, ancien Président de la République Fédérale du Nigeria et Hailemariam Desalegn Boshe, ancien Premier ministre d’Ethiopie parlent des risques qui menacent l’Afrique.

Retombées économiques

Dans une publication lue dans APO Group, les deux auteurs parlent notamment des retombées économiques de la crise et de la nécessité de prioriser le secteur agricole et la population rurale. « L’Afrique a jusqu’à présent échappé aux conséquences sanitaires les plus graves de la pandémie de COVID-19. Le continent risque toutefois d’être la partie du monde la plus touchée par les retombées économiques de la crise: si rien n’est fait, 80 millions d’Africains pourraient basculer dans l’extrême pauvreté. Qui plus est, les perturbations que subissent les systèmes alimentaires font craindre que la faim ne gagne encore du terrain. Les ruraux qui travaillent en majorité dans de petites exploitations agricoles sont particulièrement exposés aux effets de la crise. Il est donc essentiel que la réponse de la communauté internationale à la COVID-19 comprenne un volet relatif à la sécurité alimentaire et cible les populations pauvres des zones rurales ».

Ces deux dirigeants estiment par ailleurs que si la réponse actuelle donne la priorité aux domaines de la santé, de l’économie et des infrastructures, il faut aussi mettre l’accent sur la sécurité alimentaire, l’agroalimentaire et le développement rural qui sont des enjeux et domaines primordiaux pour le continent africain. « En Afrique, l’agriculture représente 65% de l’emploi et 75% du commerce intérieur. Or la pandémie de COVID-19 menace ce secteur et donc le rôle essentiel qu’il joue en matière de développement et dans la lutte contre la faim et la pauvreté. En mars, la Commission économique pour l’Afrique de l’Organisation des Nations Unies indiquait qu’en 2020, la croissance de l’Afrique reculerait, passant de 3,2% à 1,8%, conséquence des mesures de confinement sur le commerce interrégional. L’effet de ces mesures est très inquiétant, non seulement pour les pays importateurs de denrées alimentaires, mais aussi pour les agriculteurs du continent, en raison du rétrécissement des marchés d’exportation ».

Mesures de relance

Selon toujours ces deux personnalités, « les gouvernements africains ont commencé à définir des mesures de relance pour atténuer les impacts économiques de la COVID-19. Ce faisant, ils doivent garder à l’esprit qu’investir dans l’agriculture est cinq fois plus efficace pour réduire la pauvreté qu’investir dans tout autre secteur. Il est essentiel d’investir dans l’agriculture paysanne pour assurer la sécurité alimentaire du continent, protéger les moyens d’existence des populations les plus vulnérables et préserver les acquis en matière de réduction de la pauvreté et de création de richesse »

Recueillis par R.Edmond.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le Covid Organics se vend à grand nombre

Cela fait environ un mois que le Covid Organics a commencé à être produit par l'Institut Malagasy de Recherches Appliquées IMRA Ratsimamanga. Depuis la mise en vente, les distributeurs ont avoué commercialiser quotidiennement un grand nombre de ce «Tambavy ».
Vers deux cent bouteille de 33cl sont vendus en une journée par un distributeur d’Antananarivo. La population se rue vers l'achat du remède. Certains commerçants ont été repérés à les vendre à un prix plus élevé que mille cinq cents Ariary, ce dernier est sensé être le prix normal attribué aux CVO. A Antsirabe par exemple, le CVO se vend à 2000 Ar.
Tia Tanindranaza0 partages

Roland Ratsiraka« Tokony tsaboina any an-tranony ireo tsy tena marary be »

Nanolotra vahaolana ny amin’ny tokony hiarahan’ny mpitsabo miankina amin’ny fanjakana sy tsy miankina ao Toamasina ny depiote ao an-toerana, Roland Ratsiraka, manoloana ny fahamaroan’ireo mararin’ny COVID 19 ao an-toerana.

 

 

Efa maro, hoy izy, ireo marary eto Toamasina ka aoka ireo tsy tena marary be mba any an-tokantranony ihany no tsaboina. Manomboka feno ny hopitaly ao Toamasina. Ny ara-pitaovana no tokony hamafisina sy tsy atao misy tsy fahampiana mihitsy. Ambenana miaramila fotsiny izy ireny mba tsy hivoaboahany. Isan’ny vahaolana narosony koa ny mba hanagiazan’ny fitondram-panjakana ireo hotely ao an-toerana hametrahana ireo mararin’ity aretina ity ka hiantohan’ny fitondrana ny saran’ireo hotely sy ny fitaovana hiarovan’ireo mpikarakara azy ireo tena.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tafiatraka 15 ny voaLasa ivon’ny covid-19 i Moramanga

Ny any Toamasina tsy voafehy, ary mifindra tsikelikely miha rakotra ihany koa i Moramanga, izay efa 15 sahady ny tranga tato anatin’ny andro vitsy. Efa azo sokajiana ho ivon’ny covid-19 eto Madagasikara na “épicentre”.

Teo aloha dia nitovitovy tamin’ Antananarivo sy Toamasina ihany ny zava-nisy. Mafy loha ny olona, tsy misy manao famendrahana fiara, tsy misy fanadiovana, efa nosakanana ilay fivezivezena mankany ambanivohitra, fa toa niverina indray, misy manao jonobotry mangingina ny fiara kely mitondra olona miakatra an’Antananarivo ka 30 000Ar ny saran-dàlana. Tena mila jeren'ny fanjakana akaiky i Moramanga. Ankehitriny, efa mba miezaka manao arotava ny olona vao noho ny fahamaroan’ny voa. Nampiharina mafy kokoa ilay hoe mamafa làlana izay tratra tsy manao. Lasa miteraka ady mangatsiaka eo amin’ny samy mpanohana ny filoha Rajoelina any an-toerana ilay fitavozavozana mandray andraikitra. Omaly, nampiantso ireo tompon'andraikitra maro tao Moramanga ny Governoran'ny Faritra Alaotra Mangoro, niara-nidinika ny olana sy vahaolana. Hisy fanorenana trano fiasana sy fakan’aina ho an’ireo tompon’andraikitra eny anivon’ireo « barrage sanitaire » ao Marozevo sy Beforona. Hampitomboina ny isan'izy ireo satria hiasa 24/24. Hisy ny fiara manokana hitatitra ireo tompon'andraikitra hisahana ireo sakana roa tonta ireo, ary ny orinasa Ambatovy no hamatsy ny sakafo ho azy ireo.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Toamasina sy AmbatovyMinisitra 6 tonga masiaka nanao bemidina

Minisitra 6 be izao mpikambana ao amin’ny Governemanta no tonga tany Toamasina omaly, izay notarihin’ny Minisitry ny Atitany sady Filohan’ny CCO Covid-19.

 

Miisa 92 ny tranga voamarina, ary 23 ny efa sitrana any Toamasina, raha ny fanazavana. Isaorana an’Andriamanitra satria mbola azo lazaina hoe tsy mbola miparitaka be tahaka ny maneran-tany, hoy ny Minisitry ny Atitany. Niresaka tamin’ny tompon’andraikitra Ambatovy satria avy ao no nipoiran’ny ankamaroan’ireo “cas contact”. Nambaran’ny Minisitry ny atitany fa mbola ho avy ao Ambatovy ny minisitra miisa 2 anio hijery ny zava-misy sy ny paikady hoenti-mifehy ny coronavirus. Tsy maintsy zohiana ireo nifanerasera rehetra tamin’ireo mety mitoindra ny coronavirus. Nanentana ny Minisitry ny atitany, fa tsy hahilika fa tsaboina am-pahamendrehana ireny olona ireny. Hametrahana toerana hahafahana mandray an-tànana olona 50 ihany koa ao Toamasina, raha ny fanazavana ka eny amin'ny foyer social Canada no hanomboka handray marary amin'ny sabotsy izao. Nisy ihany koa moa omaly ny fitsidihana an’i Toamasina II nizarana covid organics.

Tia Tanindranaza0 partages

AnosizatoMpatory an-dalana 260 natoka-monina...

Havaozina tanteraka ny Centre Fanantenana etsy Anosizato nametrahana ireo fianakaviana mpatory an-dalana izay voatery natoka-monina mandritra izao fihibohana izao.

Olona 260 mianaka izy ireo miaina sy mivelona ao hiantohan’ny kaominina Antananarivo renivohitra sakafo maraina sy atoandro ary hariva. Mba hahatsara kokoa ny fiainan’izy ireo sy hahafahana manome fiofanana ireo Renim-pianakaviana sy Raim-pianakaviana anefa dia hasiam-panamboarana ny tanana. Hisy ny fametrahana trano fivoahana sy ny trano fidiovana, miampy kianja filalaovan’ny ankizy. Ny Fondation Axian no hifanome tanana amin’izany amin’ny kaominina Antananarivo renivohitra amin’ny fanatanterahana izany. Tanjon’ny roa tonta ny hahafahana mamolavolana ireto fianakaviana ireto ho lasa olom-banona rehefa tafaverina soa aman-tsara eny anivon’ny fiaraha-monina izy ireo aorian’ny fihibohana. Hitohy hatrany mantsy ny fiofanana omena ireo renim-pianakaviana sy raim-pianakaviana hahafahan’izy ireo mikaroka sy mahita asa hamelomany ny ankohonany arahin’ny fanovana ny toe-tsaina, izay fototra lehibe miantoka ny maha-olona tokoa.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly HJRAEfa miverina mandray ireo mararin'ny homamiadana

Efa afaka mandray ireo mararin’ny homamiadana soa aman-tsara na ireo olona tokony hanao chimiotherapie ny hopitaly HJRA etsy Ampefiloha.

 

 

Niverina nisokatra omaly alakamisy mantsy izany taorian’ny nanakatonana ity ivon-toerana ity nanomboka ny 11 mey lasa teo. Raha tsiahivina kely ny tantara dia noho ilay ahiahy nateraky ny fisiana Renim-pianakaviana iray mararin’ny homamadiana avy any Toamasina notsaboina tao an-toerana no anton’izany. Maty tao amin’ity hopitaly ity io Renim-pianakaviana io izay nahiahiana ho voan’ny coronavirus ihany koa. Rehefa natoka-monina sy natao fitiliana anefa ireo mpitsabo sy marary tao an-toerana dia fantatra fa miiba avokoa. Tsy misy intsony araka izany ny ahiana, ny hopitaly rahateo efa madio ka efa miverina amin’ny laoniny toy ny mahazatra ny asa fitsaboana rehetra.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tosika FamenoNirohatra nanatitra ireo dosie ireo mbola tsy nahazo

Efa nivoaka nandritra ny herinandro vitsivisty teny amin'ireo toerana famoaham- bola ireo Tosika Fameno 100 000 ar. Anisan'ny niteraka savorovoron-tsaina teo amin ny fiaraha monina ny fahitan ny vahoaka ny valin ny fanadihadiana natao.

 

Ireo mpikambana tao amin ny loharano no tena nahazo tsiny ary nohenjehin'ny olona tsy nanao ny asany ara-dalàna na nijery tavan'olona. Nanomboka tamin'ity herinandro ity anefa dia nisy indray ny antso natao tamin'ireo vahoaka izay tsy mbola nisitraka izany fanampiana izany mba hanatitra ny anton taratasy toy ny tahadikan tsary karapanondro sy kara-pokontany ary tsy misy fanavahana fa izay te haka dia samy mikarakara daholo. Nilaharana hatrimin ny mpanao tahadikan-tsary ka izay rehetra naleha dia lava avokoa ny filaharana. Teny Mandrangombato II no nandraisana ireo vahoaka marobe tao amin ireo fokontany mandrafitra ny firaisana faha IV. Araka izany dia vahoaka an'alina no nifandimby noraisina teny nandritra ny andro vitsivitsy. Tsy mahalala matahotra intsony ireo olona satria misy amin ny roa ora maraina dia efa miainga any an trano ary renim-pianakaviana avokoa no tena mameno toerana. Araka ny hita koa dia tsy nanavahana sokajin asan olona izy ity fa tazana teny avokoa hatrimin'ny be antitra aza. Toa samy mangetaheta te hahazo ireo vahoaka teo am-pangoronana ny taratasy. Manambara izany fa tena sahirana ireo vahoaka Malagasy. Mampametra panontaniana anefa dia ny hoe hahazo ny anjarany daholo ve izy ireny sa dia ho very mohaka indray ve ilay fanantenana efa nitsiry. Dia inona indray no antenain' ireo sanatria tsy hahazo ny anjarany. Rahoaviana ihany koa vao ho tonga any amin ny faritra ivelan ny antananarivo sa eto ihany no misy ireo mihiboka ?

Rabeso

 

Tia Tanindranaza0 partages

BurundiNoroahana ny solontenan’ny OMS

Nisaoran’ny fitondram-panjakana burundey mba tsy hilazana hoe noroahany tao amin’ity firenena afrikanina ity ireo solontenan’ny sampan-draharahan’ny firenena mikambana misahana ny fahasalamana na OMS ao an-toerana.

 

Tsy tokony mbola hisy tamingan’izy ireo intsony ao an-toerana, raha ny fampilazana avy amin’ny minisiteran’ny raharaham-bahiny ao an-toerana ny 12 mey teo. Tsy ny Dr Walter Kazadi Mulombo, izay mitarika izay solontena izay ihany, araka izany, no ao anatin’izay nomarihan’izy ireo fa “persona non grata” na olona tsy ankasitrahana ny fijanonany izay fa hatramin’ireo manam-pahaizana manokana na “expert” miisa 3 ihany koa. Isan’ny fanontaniana apetraky ny mpanara-baovao moa ny hoe misy dian-tanan’ny amerikanina, izay firenen-dehibe nitroatra voalohany tamin’ny OMS ve ny fahasahian’ireo firenena afrikanina maromaro mizotra amin’ny fitsipahana ny fanapahan-kevitry ny OMS ihany koa ankehitriny sa tena fahatsapan’ny Afrikanina kosa fa tompom-baolina izy ireo ao anatin’izao ady amin’ny COVID 19 satria dia vitsy lavitra, raha mitaha amin’ny an’ireo firenen-dehibe aloha hatreto ireo matin’ity aretina ity aty Afrika?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra tablette tany am-pianaranaOlona 4 nidoboka am-ponja tany Toliara

Nitrangana vaky trano tao amina sekolim-panjakana EPP iray tao Toliara ny alin’ny 19 aprily 2020. V

 

ery tamin’izany ny « Tablette » miisa 50. Nametraka fitoriana avy hatrany teo anivon’ny « Commissariat Central de Police » tany an-toerana ny talen-tsekoly. Niroso avy hatrany tamin’ny fanadihadiana sy fisamborana ireo olona mety ho voarohiroy tamin’ity vaky trano sy halatra ity ny polisy araka izany. Olona efatra no voasambotra ka vehivavy ny roa amin’izy ireo. Tamin’ny fanadihadiana ireo olona voasambotra dia fantatra fa tsy very ireo « Tablette » ireo fa nahodinkodina olona iray izay tompon’andraikitra tao amin’ity sekoly ity ihany. Tafaverina tamin’ny sekoly ny « tablette » miisa 27. Mbola eo am-pikarohana ilay tena ati-doha kosa ny polisy. Efa any am-ponja ireto olona efatra ireto.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fakana an-keriny an’i Owne AlekEnin-taona aty aoriana, voasambotra i Abdi

Voasambotra koa i Nomenjenahary Sami na i Abdi ilay niray tsikombakomba tamin’ireo mpaka an-keriny naka an’i Owne Alek teratany indo-pakistanais.

 

 Raha tsiahivina kely dia izy no mpanamboatra fiara niasa tao amin’ny magasin STI Mangarano Toamasina an-dRain’i Owne Alek ary mahafantatra tsara ity fianakaviana ity. Ny 11 mey teo no voasambotry ny borigadin’ny zandarimaria nasionaly ao Fenerive- Atsinanana tao amin’ny EPP Sahavola ny lehilahy tokony ho tamin’ny 07 ora sy sasany hariva. Izy raha ny vaovao azo no nanome ny momba momba ny fianakavian’i Owne Alek tany amin’ireo mpaka an-keriny sy ny fiaim-piainan’izy ireo andavanandro. Nentina avy hatrany eto Antananarivo moa i Abdi hanaovana fanadihadiana. Tamin’ ny 24 janoary taona 2014 raha tsiahivina no nisy naka an-keriny tao Ambohijafy Toamasina i Owne Alek. 6 taona aty aoriana, hita tao Mangarivotra Toamasina ny taolam-balony izay nalevina tao an-tokontany ihany. Ankoatra an’i Abdi moa dia efa saron’ny zandary tao Fenerive Est i Ramanantsoa Alain Joachin na Ralava izay voalaza fa mpaka an-keriny ihany koa.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fandrobana 99 tapitrisa ArOlona 4 voasambotra tany Fenerive Est

Olona miisa 04 ahitana lehilahy 02 sy vehivavy 02 no voasambotry ny polisy miasa ao Analanjirofo izay isan'ny nandray anjara tamin'ny fanafihana mitam-piadiana niseho tao amin'ny fokontany Ambodihazinina kaominina

Ambatoharanana Distrikan’i Fenerive-Est ny 05 Mey nifoha 06 Mey lasa teo.Mpandraharaha ara-toekarena iray raha tsiahivina no notafihana jiolahy miisa 05. Ireto farany izay nitondra basy poleta iray sy basy vita gasy iray. Lasan’izy ireo tamin'izany ny vola mitentina 99 000 000 Ar. Nentin’ireo jiolahy tamin'izany ihany koa ny zazavavy kely 8 taona zanak'ilay mpandraharaha saingy navotsotr'ireo jiolahy rehefa tafatsoaka izy ireo. Vokatry ny firaisan-kinan’ny fokonolona, dia voasambotra ny alin’io 05 mey io ihany ny iray tamin'ireo jiolahy ireo. Ity farany izay voalaza fa atidoha niketrika izao asa ratsy izao, araka ny fanadihadihana, dia fantatra fa rahalahy am-panambadian’ilay olona voatafika ary samy mponina Ambodihazinina ihany ry zareo. Ny fikaroham-baobao hatrany no nahalalana fa nafarana manokana avy tany Toamasina ireo olona miisa 04 nanao ny fanafihana ireo. Voasambotra ny 13 mey teo izy ireo rehefa nokarohin'ny polisy andro vitsivitsy izay. Mbola misy olona hafa ihany koa mbola karohina izay isan'ny nandray anjara tamin'ny fanafihana ary nitazona ny lela-vola izay nangalarin'izy ireo miampy ny basy iray nentina nanao ny fanafihana. Miisa 05 ireo olona mbola tadiavina. Natolotra ny fitsarana omaly alakamisy moa izy ireo ary nampidirina am-ponja vonjimaika.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsaboana Traditionnel MalagasyMiara-miasa amin'ny Hafari ny Dr Jean Pierre R

Tsy mpikambana ao intsony, efa lasa ao amin’ny FITRAMA Tsy mpikambana ao amin’ny FI ASTRAMA fitsaboana nentim-paharazana nisy azy nandritra ny 11 taona intsony dokotera Jean Pierre Rakotondranaivo.

 Efa nanangana ny FITRAMA izy ( Fitsaboana Traditionnel Malagasy) hiarahany amin’ny fikambanana Hafari Malagasy izay mitsabo ny Malagasy amin’ny alalan’ny zava-maniry. Eny amin’ny 67 ha sy eny Anosizato no misy ny foibeny ankehitriny, manao bioscan sy mikarakara ireo manana olana ara-pahasalamana rehetra. Raha araka ny fanazavany dia anisan’ny antony nialany tao amin’ny FI ASTRAMA ny fampifangaroana ny fitsaboana hataony izay mizotra lalina mankany amin’ny fikarohana ny zava-maniry amin’ny asan’ireo mpimasy.Ekena hoy izy fa nianga tamin’izany avokoa ny mpitsabo nentim-paharazana saingy efa mila vokatra azo tsapain-tanana izao. Hatreto raha araka ny fanazavany dia efa mahatratra 200 ireo olona nahazo tombontsoa tamin’ny fitsaboana nataony teto Antananarivo ka anisan’ireny ireo lehilahy tsy miteraka izay nohatsaraina ny tsirin’ainy. Toraka izany koa ireo vehivavy tsy mety mahazo zaza….Marihina moa fa mamboly zava-maniry mihitsy dokotera Jean Pierre any Farafangana hahazoany ireo karazam-panafody manasitrana aretina maro ao aminy. Mampiasa olona 50 isa izy amin’izany mioty ireo ravin-kazo ireo ka ny enton’izany no hampiasainy hitsaboana ireo marary. Nisaotra manokana ny filoham-pirenena moa ny tenany noho ny famelan’ity Ray aman-dRenin’ny Malagasy ity hanome vahana ny fanafody vita avy amin’ny zava-maniry nateraky ny fikarohana nataon’ireo manam-pahaizana maro.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo renivohitra Nesorina ireo box sy kioska miorina tsy ara-dalàna

Mitohy hatrany ny asan’ny kaominina Antananarivo renivohitra na dia ao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana tanteraka aza isika.

Nanomboka afaka omaly Alarobia dia nesorina avokoa ireo box nanaovana tsena sy kioska rehetra miorina tsy ara-dalàna eto an-drenivohitra toy ireo mibahana eny amin’ny lalan’ny mpandeha an-tongotra…. Tetsy Anosy no nisantarana izany ary mbola hitohy manerana an’Antananarivo renivohitra. Nambaran’ny Ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina tamin’izany fa tsy azo ekena ny fanararaotana hataon’ny sasany ao anatin’izao ady amin’ny fiparitahan’ny Covid 19 izao. Ankoatra izay dia roso tamin’ny fanalana ireo mpivarotra amoron-dalana manoloana ny radio nasionaly Malagasy etsy Anosy ihany koa ny mpitandro ny filaminana, omaly. Tanjon’ny roa tonta moa ny hialana amin’ny famorivoriana olona amina toerana iray ho fiarovana amin’ny fiparitahan’ny aretina ankoatra ny fampanarahan-dalana ny olom-pirenena.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Masoivoho Malagasy any FrantsaNahatezitra olona maro ny fitavozavozany

50 andro taty aoriana vao nanao antso fifanomezan-tanana eo amin’ireo mpiray tanindrazana malagasy taraiky sy monina ao Frantsa ny ambasadin’i Madagasikara ao Paris mba tsy hilazana hoe izay vao nandray fepetra,

 

 

 hoy ny tsikeran’ireo malagasy ao an-toerana nahita ny fanambarana nataon’ny ambasadaoro, Olivier Rija Rajhonson, omaly. Namoaka fanambarana moa ity farany ny amin’ny mba hisoratan’ireo malagasy mahatsiaro fa mila fanohanana ao an-toerana na koa afaka manampy ny mpiray tanindrazana ao amin’ny tambazotran-tserasera welp.fr. Misy ny vovonana izay iarahan’ny ambasady miasa amin’ireo Diaspora ao an-toerana hanangonana sy hitsinjarana izay fifanampiana sy fifanomezan-tanana izay, hoy ny fanazavana. Efa betsaka ireo mpianatra tsy misakafo sy tsy mahaloa hofan-trano kanefa ny nomeraon’ny ambasady tsy misy mandeha rehefa antsoina, hoy ny fitarainan’ireo mpianatra tao anaty tambazotran-tseraseran’ity ambasady ity.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Gangstabab sy ny APM"Tsy avelanay ho vita mora ny hosoka tamin'ny fifidianana"

Tonga nanatitra ny antontan-taratasy momba ny fandaniana ara-bolan’izy ireo teny amin’ny « cour des comptes” ireo kandida nilatsaka tamin’ny lisitra Komba. T

 

sy hipetrapetraka fotsiny amin’izao izahay tamin’ny fisian’ny hosoka sy ny lesoka tamin’ny lisi-pifidianana, ary mangataka tsy misy hatakandro sy tsy misy fepetra amin’ny solombambahoaka mivory eny amin’ny CCI Ivato hoe: atsaharo miaraka amin’ny vava aloha ny fanendrena ny ho solon’Atoa Thierry Rakotonarivo, hoy i Baba Rakotoarisoa na Gangstabab Filohan’ny APM na ny Antoko Politika Madio. Atsaharo aloha ny fanendrena ny solony amin’ny maha solontenan’ny solombavambahoaka azy, ary mangataka ihany koa amin’ny CENI hanatsahatra miaraka amin’ny vava ny zavatra tokony havoaka anio zoma 15 mey noho ny famaranana ofisialy ny lisi-pifidianana nasiam-panavaozana, hoy iGangstabab. Hentitra izy ireo nilaza fa mbola misy vary mangatsiaka, tsy tomombana ny resaka lisi-pifidianana kanefa dia ho ohatran’ny vitavita fahatany amin’izao fotsiny dia hoe hotendrena sahady ny solon’ilay filoha lefitry ny CENI nambara fa nanao fanambarana manakorontana saim-bahoaka. Nilaza tsy hipetra-potsiny izy ireo, ary tsy ho vitavita mora fotsiny ny resaka.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

CCI IvatoNivory nikato-trano ireo Depiote sy ny Praiminisitra

Nivadika fivoriana nikaton-trano tsy azon’ny mpanao gazety natrehina ny fivoriana teny amin’ny CCI Ivato tokony nanoloran’ny Praiminisitra sy ny Minisitry ny vola ny volavolan-dalàna mifehy tetibolam-panjakana hasiam-panintsiana.

 

 

Tonga maro ireo depiote ka tamin’ny 3ora tolakandro no nanomboka nanomboka ny fiantsoana anarana . Vao vita io fiantsoana anarana io dia nasaina ny nivoaka ny mpanao gazety rehetra. Nandeha ny feo nivoaka avy tao anatiny ihany fa isan’ny notakian’ny solombavambahoaka tamin’ny Praiminisitra ho sandan’ny fandaniana ny tetibolam-panjakana ny fanomezana azy ireo fiara tsy mataho-dàlana na “4x4”, izay efa fomba fiady nisy tao amin’io andrim-panjakana io matetika. Nampiady hevitra ihany koa ny tetibola ho an’ny distrika na CLD ho an’ireo distrika misy depiote roa. 250 ho an’ny iray ary 300 ho an’ny 2, kanefa tsy eken’ny depiote fa tokony samy manana ho azy isaky ny depiote. Rehefa nivoaka tao anatin’ny fivoriana nikaton-trano ny Praiminisitra dia nilaza fa sy nisy an’izany resaka fiara izan, tsy nisy ny “chantage” na karazana fanerena ankolaka. Eo amin’ny fampandehanana ny raharaham-pirenena, dia rariny loatra mandtritra ny fivoriana ara-dalàna sy ara-potoana raha misy foana ny fifandinihana eo amin’ny governemanta sy antenimiera. Rariny raha misy fifampidinihana ary ao anatin’ny fifanajana daholo, hoy izy. Hoentina amin’ny herinandro ambony ny volavolana tetibolam-panjakana hasiam-panintsiana, ka andrasana ny tohiny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Serge Zafimahova“Mila mitandrina isika mba tsy holalaovin'ny olona”

Adihevitra diso ny fanitaran-dresaka mikasika ny Institut Pasteur de Madagascar na IPM ,satria samy frantsay, izany hoe miara-miasa, na ny IPM na ny Centre d'Epidemiologie Charles Mérieux,

 

 hoy ny mpandinika raharaham-pirenena, Serge Zafimahova raha nivahiny tao amina fahitalavitra tsy miankina iray izy omaly. Efa nisy fanadihadiana ao anatiny ka raha nisy tsy fahatomombanana tao dia hipoitra. Rafitry ny firenena mikambana daholo na ny OMS na ny banky iraisam-pirenena na ny CNUCED sy ny hafa rehetra, hoy izy. Tsy hay ihany koa izay tian’ny firenena mikambana hahatongavana amin’ny tale jeneralin’ny OMS izay hany tokana afrikanina tale jeneralina rafitra ao amin’ny ONU ka mila mitandrina isika mba tsy ho lalaovin’ny olona, hoy izy. Variana amina adihevitra tsy dia tena mitondra mankaiza isika. Io izao misy olona matin’ny Dengue, ny Tazomoka efa nolazain’ny minisiteran’ny fahasalamana tamin’ny tapa- bolana fa namono olona 487 isa nanomboka ny janoary no nankaty, sao dia any no tokony hitodihan’ny fanampiana bebe kokoa. Efa notiliana Coronavirus ve ireny ? Lasa serasera politika no atao fa tsy fiarovana ny fahasalamam-bahoaka , hoy izy.Ary mba aiza moa izao ilay komity siantifika lazain’ny minisiteran’ny fahasalamana fa hoe hajoro, hoy i Serge Zafimahova namehy ny fanehoan-keviny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mitombo be ireo voan'ny Covid 19 Mety hohenjanina ny fepetra

Tafiakatra 230 ireo olona voan’ny coronavirus ho an’I Madagasikara hatramin’ny nahatafidirany teto. Tsy mitsaha-mitombo, satria tranga 18 be izao indray no notaterin’ny Pr Vololontiana Hanta.

 Tao anatin’ny fitiliana miisa 210 vaovao natao no nahitana ireo 18 ireo, izany hoe 8,5% tamin’ireo notiliana izany no voa, izay tena ambony izany. Tao anatin’ny 72 andro izany dia 44 ny tranga raha ampiana ny 6 tranga ny 12 mey sy ny 20 ny 13 mey ny isa omaly. Ny olona 13 voa dia fitiliana vaovao mihitsy, ary ny 5 kosa "contre-test" tamin'ireo 67 noresahin'ny OMS ka naverina natao fitiliana noho ny ahiahy, ka ny 55 amin’ireo no efa tena natao, ary misy kosa ny famerenana ho an’ny 11 noho ny tsy fihetezana hafa, ary ny 1 kosa dia ilay vehivavy efa namoy ny ainy, izay nambara fa “negatif” na niiba ny valin’ny fitiliana ary aretina hafa no nahafaty azy. Ny 3 amin'ireto 5 ireto dia avy any Toamasina ary ny 2 ambiny kosa dia avy eto an-drenivohitra. Ho an’ny vokatry ny fitiliana vaovao kosa dia 11 tany Moramanga ary ny 2 dia avy ao Toamasina. Nisy iray vaovao sitrana nampiakatra ny isa manontolo ho 108, ary 122 kosa ireo mbola manaraka fitsaboana amin’izao fotoana izao.

HIHAMAFY NY FEPETRA…

Amin’ny faran’ity herinandro ity no ho tapitra ny 15 ho an’ny hamehana eto amin’ny tany sy ny firenena, izany hoe hisy fanapahan-kevitra vaovao indray andrasana. Raha zohiana amin’ny zava-misy, dia hitohy ny hamehana ara-pahasalamana. Ny 7 mey teo tany Toamasina ny Filoham-pirenena no nilaza fa raha tsy mitandrina isika ka tsy voafehy io, dia hiroso amin’ny fepetra mafy kokoa, ka andrasana izay ho fanapahan-kevitra horaisin’ny fanjakana eo anatrehan’ny zava-misy. Mety ho samihafa arakaraka ny faritra sy ny taham-pahavoazana ny fepetra hivoaka. Ny azo handravonana azy dia tsy voafehy ny fipariahan’ny coronavirus, ary mihazakazaka ny taham-pahavoazana, ka mila ampitomboina ny fitandremana sy fahamailoana ho an’ny olom-pirenena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

VarikaMety voan'ny coronavirus ihany koa

Ankoatra ireo karazam-borona toy ny boloky dia anisan’ny tena tian’ny olona ary tezaina hiara-honina aminy ao an-tokantrano mihitsy ny varika na ilay antsointsika hoe: gidro hatramin’izay.

 

 Amin’ny ankapobeny anefa dia tafiditra ao anatin’ny biby arovana ary miantoka ny ho avin’ny fizahantany eto Madagasikara izy ireny ka tsy tokony hosarantsarahina. Hatreto mantsy raha araka ny fanazavan’ny profesora Jonah Ratsimbazafy anisan’ireo manam-pahaizana manokana momba ny varika dia mahatratra 28.000 ireo varika tazonin’ny olona any an-tokantranony any. Ny 12 %-n’ny varika maneran-tany anefa dia eto Madagasikara ihany no ahitana azy, antony mahasarika ireo mpisahantany vahiny ho avy maro eto amintsika. Tokony aterin’ny olona izay miompy ireny biby ireny any amin’ny toerana natokana ho azy araka izany ny varika hoy hatrany ity profesora ity. Ankoatra izay hoy izy dia tsara ny hahafantaran’ny besinimaro fa mety ho mitondra ny tsimok’aretina coronavirus ny varika saingy voasokajy ho ao anatin’ireo tsy ahitana soritr’aretina. Miantso ireo rehetra mbola mitazona na miompy vary any an-tokantranony araka izany ity profesora ity mba hamerina ity karazam-biby arovana ity any amin’ny toerana tokony hisy azy.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan'IkongoTsy miasa saina amin'ny Coronavirus ny olona

Ny lalana ratsy sy ny kolikoly be misy eo anivon'ny fitsarana no zava-manahirana ny mponina any amin'ny distrikan'Ikongo misy anay, hoy ny depiote

 

 

Razafitsiandraofa Jean Brunel voafidy tany an-toerana, fa tsy dia hiasan'ny olona saina loatra izany resaka coronavirus izany amin'ny ankapobeny. Raha ny zava-misy eny anivon'ny Antenimieram-pirenena Malagasy izay miatrika ny fivoriana ara-potoana voalohany amin'ity taona ity amin'izao fotoana izao, hoy ity solombavambahoakan'i Madagasikara ity tafaresaka taminay, dia tsapa amin'ny firesak'ireo depiote namana fa manomboka tsy mahatoky ny "capacité" an'ireo mpikambana eo anivon'ny governemanta tarihan'ny Praiminisitra Ntsay Christian ankehitriny ny depiote tonga mivory eto Antananarivo.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fahantrana eto MadagasikaraFitsinjarana tsy ara-drariny no antony

Ny fototry ny fahantrana dia ny tsy fananan` ny fanjakana vola. Tsy misy ny fiharin-karena (productivité) kanefa ny vokatra no avadika vola.

 

Ny harinkarena anatiny faobe (PIB) moa no mari-drefo hamaritana ny fahantrana. Rehefa miditra krizy dia ambany ny harinkarena faobe . Rehefa milamina ny firenena dia 3 hatramin` ny 5% izany. Ny taona 2004 hatramin` ny taona 2007 kosa dia 7%. Tanjona tamin`ny 2009 ny mba ho lasa 10% ny PIB, saingy tsy tratra izany noho ny fikorontanana nisy teto amin'ny firenena. Amin` ny ankapobeny dia toy izany ny fampandrosoana maneran-tany. Ny zava-misy eto amintsika anefa no tena mahavariana: miakatra ny PIB kanefa miakatra ihany koa ny tahan` ny fahantrana. Raha tokony ho izy dia mihena ny fahantrana. Midika izany fa misy fitsinjarana tsy ara-drariny amin`ny fihariana ka misy, araka izany, no mahazo tombony tena ambony , fa kosa ireo tsy misitraka ny fahasalaman'ny toekaren'ny firenena mihitsy.Ankoatran'io antony mampihisatra ny fampandrosoana ara-toekarena ihany koa ny firoboroboan'ny sehatra tsy manara-penitra, izay misitraka tombotsoa amin'ny alalan'ny zavatra ataony kanefa tsy mandoa hetra.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Moramanga miatrika Covid-19Misy mitady hamadika ho resaka politika

Mifamahofaho be ihany ny vaovao voaray avy any Moramanga mikasika ny fisiana vehivavy iray mpiasan'ny fahasalamana voalaza fa mitondra ny tsimokertina covid-19.

 

 

Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana dia avy nandevina fianakaviana maty tany Toamasina io vehivavy io no voalaza fa mitondra ny tsimokaretina ary dia nanaiky hatao "mise en quarantaine" avokoa ny fianakaviany iray manontolo nefa mbola tsy nivaly kosa ny "test" natao tamin'izy ireo hatreto. Mandeha koa anefa ny resaka any an-toerana fa mitady havadiky ny sasany ho resa-politika noho ny firehana tsy mitovy ity resaka ity ka hifampisoketan'ny rehetra eo ny momba azy. Fantatra kosa anefa fa mizotra tsara ao an-tanànan'i Moramanga ny fanarahana fepetra fitondra arotava eny an-dalana ka manara-maso an'izany hatrany any amin'ireo fokontany 13 misy any an-toerana ireo mpitandro ny filaminana. Ny maraina hatramin'ny 1ora antoandro dia manatanteraka ny asa fihariany avokoa ny mponina dia mangina ny tanàna amin'ny 1 ka hatramin'ny 5 ora hariva.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Tambavy CVO- Nigeria “Tsy fanao ny mandà fanomezana”

Nankatoavin` i Nigeria ny fanomezana ny tambavy Covid-Organics (CVO) avy amin` ny filoha Rajoelina.

 

 

Ny alatsinainy lasa teo dia nanambara ny filoha Nizerianina Muhammadu Buhari fa afaka miditra any Nigeria ity fanafody fanefitra ity ka any Abuja no hitobian` izany. Nanazava ny teo anivon` ny seraseran` ny fiadiadin` ny Repoblika nizerianina, Rtoa Lauretta Onochie, fa tsy afaka mandà fanomezana avy aminà firenena afrikanina namana ny filoha. Ny fanomezana rahateo dia vokatra amin` ny zavamaniry. Taorian` izay dia somary nitsikera ny Société Pharmaceutique du Nigeria (PSN) i Lauretta Onochie amin` ny fitsipahan` ireto farany ny tambavy CVO. Raha tsiahivina dia nilaza ny filohan` ny PSN, Sam Ohuabunwa, fa tsy mahalala menatra ny firenena naka io fanafody io ary mandany vola fotsiny! Mba hahafahana manitsy ity filohan` ny PSN ity amin`ny fanekena ny CVO dia nanambara i Rtoa Onochie fa vokatra BIO ny CVO ho an` ny firenena afrikanina ary notsipihany fa « anti-africain » ny fandavàna fanomezana aminà firenena namana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fivarotana rongony Lehilahy iray no tratra teny Ambohimahitsy

Lehilahy iray 30 taona no voasambotry ny polisy miasa ao amin'ny STUP Anosy ny alarobia 13 mey 2020 teo tao Ambohimahitsy noho ny resaka fivarotana rongony.

 

Loharanom-baovao avy amin'ny olona tsara sitrapo no nahafantarana fa misy lehilahy iray mivarotra rongony teny amin'ny Macoline Ambohimahitsy. Nanokatra fanadihadihana avy hatrany ny polisy vao naharay ny vaovao ka fantatra nandritra ny fikarohana ny toerana hipetrahan'ity lehilahy ity. Nisy ny velam-pandrika nataon'ny polisy hisamborana azy ka tra-tehaka tao an-tranony ny alarobia 13 mey 2020 vao maraina tokony ho tamin'ny 07 ora sy sasany, tao Ambohimahitsy ity lehilahy ity miaraka amin'ny fonosana rongony miisa 58 sy rongony mbola tsy voafono milanja 200 grama. Fantatra tamin'ny fanadihadihana natao taminy fa eny Mahazo izy no mividy ireo rongony ireo amin'ny vidiny 2500 Ar ny fonosana lehibe iray ary hamidiny 500 Ar izany rehefa voazara amin'ny fonosana kelikely. Natolotra ny fitsarana omaly ny lehilahy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifaninanana adin’akoho eto MadagasikaraMizotra any amin’ny fikarakarana lalao iraisam-pirenena

Isan-taona dia misy hatrany ny fikarakarana ny atao hoe BCM na “Bataille de Coq à Madagascar” nanomboka ny taona 2009, raha ny fanazavan’ny

 

 

mpikambana ao anatin’ity fikarakarana ity, Fabrice Randrianarivelo. Nisy moa ny sampona vokatry ny fipariahan’ny Coronavirus ka voatery nampihemotra ny fifaninanana izay saika notontosaina tao amin’ny kianjan’ny Kanto Mahamasina. Mizotra any amin’ny fikarakarana lalao iraisam-pirenena mihitsy izy ity, raha ny fanazavany, satria raha ry zareo reonioney no tena saika tonga hatrany tao anatin’izay fikarakaran miisa 10 mahery izay dia efa nanomboka tonga koa ry zareo Thailandais , indrindra, tao anatin’ny 2 taona farany. Misy karazana ekipa maromaro mihitsy no tonga mandray anjara matetika. Efa nisy ny fieritreretana fananganana federasionina ho an’ny mpampiady akoho malagasy manokana, hoy izy, ary mbola ao anatin’izay ezaka izay izy ireo ankehitriny satria fomba isan’ny nahafantarana antsika koa ny adin’akoho no sady kolontsaina.

 

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanatontosana fitiliana Ny ataon'iza no tena azo antoka ?

Nametram-panontaniana ny mpanara-baovao tamin` iny herinandro iny ny tarehimarika tsy mitovy navoakan` ny CCO sy ny an` ny OMS, 35 ny an` ny CCO raha 67 ny an` ny OMS.

 

Naverina notiliana indray moa ireo olona ireo taorian’ny kabarin’ny filoha Rajoelina tany Toamasina tamin’ny 7 mey lasa teo. Ny Centre d'Infectiologie Charles Mérieux na CICM eny Ankatso Antananarivo no nanao ny fakana singa fa ny fitiliana kosa dia samy nanao ny azy na ny CICM na ny IPM, ka nampitahaina ny valiny avy eo. Raha ny zava-misy aloha dia samy diso izany ny tarehimarika na ny navoakan` ny fanjakana na koa ny OMS. Fanontaniana tena mipetraka izao dia iza no azo atokisana raha hanatontosa fitiliana faobe? Marihana fa tao amin` ny nosy Maorisy, 70 000 mahery ny fitiliana faobe natao tao aminy. Tany Frantsa, 11 tapitrisa. Eto amintsika dia maherin` ny 5000 isa ny fitiliana no vita kanefa dia efa misy fahadisoana sahady. Nilaza moa ny fanjakana fa hotohizana hatramin'ny farany ny fanadihadiana lalina ahitana izay nahatonga ity olana goavana ity sy ny tompon'andraikitra tamin'izany. Havoaka ho fantatry ny besinimaro izay vokatra faran'ny fanadihadiana rehetra. Dia ahoana ny tohiny avy eo ?

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaovana hifandraisan-davitraHamoraina ny fampidirana azy noho ny fisian’ny krizy

Nihen-danja ary mety hofoanana mihitsy ny hetra tsy mivantana alaina amin’ny fandaniana (droit d’accise na DA) amin’ireo fitaovana hifandraisan-davitra tahaka eny anivon’ny orinasa amin’izao fepetra fihibohana izao.

Tombony ho an’ny orinasa izany indrindra manoloana izao firoboroboan’ny asa hifandraisan-davitra (télétravail) eto Madagasikara izao. Iaraha-mahalala fa mbola ambany hatrany hatreto ny vidin’ny fisitrahana ireo tambazotran-tserasera hifandraisan-davitra eto amin’ny firenena raha oharina ny amin’ny firenena hafa. Manampy ihany io sehatra io ny fisian’ny krizy amin’izao fotoana izao satria hahafahana mba hanatsarana ny fandraharahana mahakasika izany ary tsapa fa tena ilain’ny sehatra tsy miankina ihany koa izany. Tombony ny handravana ny sakana misy amin’ny fadin-tseranana (barrières douanières) araka ny Lalànan’ny teti-bola nasiam-panitsiana LFR . Ankoatra ny fanohanana ireo orinasa mpisehatra mantsy dia hiroborobo ihany koa ny nomerika amin’ny alalan’ity LFR ity. Fotoana hihazakazahana hanatrarana ny fahatarana ara-teknolojia misy eto amin’ny firenena ihany koa izao. Rariny raha misy ny volavolan-dalàna fanajanonana sy fanafoanana ny hetra aloha amin’ny haban-tseranana ho amin’ny fanafarana ireo fitaovana elektronika mandritra ny 12 ka hatramin’ny 24 volana. Eo ihany koa ny fanafoanana ny DA amin’ny fifandraisan-davitra izay mahavelom-bola ireo fikambanana mpisehatra rehetra (Groupement des Operateurs de Télécommunications).

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa QMM Manana ny fomba fiasany mandritra ny fihibohana

Tahaka ireo orinasa matanjaka rehetra dia misy ny lamin’asa eo anivon’ny orinasa mitrandraka fasimainty Quit Madagascar Minerals (QMM). Tahaka ireo orinasa matanjaka rehetra dia misy ny lamin’asa eo anivon’ny orinasa mitrandraka fasimainty Quit Madagascar Minerals (QMM).

 

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

AlaotraMitohy ny fanamboarana ny RN 44

izotra tsara ny asa fanamboarana ny lalam-pirenena RN 44 , hoy ny sekretera nasionaly lefitry ny antoko AREMA Razafindrakoto Mamy Helson "Besetroka" avy any an-toerana ka ny 10 %

 

 

M ny asa amin'ny ankapobeny no efa vita ankehitriny, hoy ity mpanao politika ity. Ho vitaina tara ohatra ny lalana 6,70 km mampitohy an'Ambatondrazaka amin'ny tananan'Ambandrika, hoy izy, ka ny lalana 3,5 km mivily mankany amin'ny "terrain d'aviation" no efa voarakitra tara tanteraka. Mitohy sy mizotra soa aman-tsara miaraka amin'izany koa, hoy izy, ny asa fanamboarana ny kianja manarapenitra Rasolonjatovo eto Ambatondrazaka tampon-tanàna.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Samy manana ny kolontsainy

Ny tanana zatra mitsotra, hoy ny Ntaolo, tsy afaka ny hivonkona intsony. Samy manana ny kolontsainy tokoa ny olona ka rehefa ela novolavolaina tao

 

 

 

anatin’izany dia tsy maintsy hoe lasa raiki-tampisaka ao aminy iny kolontsaina iny. 11 taona izao no nampalaza ny fitondrana Andry Rajoelina ho nitoeran’ny atao hoe kolontsain’ny seho ivelany. Tsikaritra ho tena tian’ny fahefana tetezamita tamin’ny fotoan’androny io fisehosehoana sy fanaingona manjelanjelatra ny tanana io. Etsy ankilany anefa dia nipetraka hatrany ny fanontaniana. Nitondra inona ho an’ny firenena moa izany ireny fisehosehoana sy fihetsiketsehana mbola tohizana hikoloana ny sain-dRamalagasy hatramin’izao ireny? Io izao nentanina nanerana izao tontolo izao ny hoe fiarovana tsara indrindra ao anatin’ity ady amin’ny valan’aretina COVID 19 ity ny fijanonana ao an-trano sy ny tsy fifampikasohana. Ny fitondram-panjakantsika anefa efa iarahan’ny rehetra mahalala ny ataony fa dia mbola io mampitangoron’olona amin’ny vatsy tsinjo sy tosika fameno ary ny namany rehetra io ihany. Hisy tangoron’olona mihoam-pampana toy ireny hita teny Mahamasina sy Nosy be ireny ve, ohatra, omaly, raha tamin’ny fotoana mahazatra fahiny? Na ny handray fepetra hamerina ny olona rehetra hiverina amin’ny fiainany amin’ny laoniny dia hanentana azy ireo hitondra arotava sy hitandrin-tena araka ny finiavany avy sy ny fahatongavan-tsainy fotsiny aza ve tsy fanapahan-kevitra mbola hendry kokoa? Hiady amin’ity valanaretina ity marina no tanjona sa ny hisehoseho etsy sy eroa?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Badmiton Malagasy Miandry toa ny rehetra ihany

Na dia azo ambara fa taranja tsy dia misy fifampikasoan’ny mpifandrina mivantana aza ny lalao Badminton, hoy ny filohan’ny Federsiona Malagasy amin’ity taranja ity, Jean Aimé Mota Ravalison,

dia miandry toa ny rehetra amin’ny tokony hiverenana an-kianja indray izahay. Ireo mpilalao kosa anefa dia hamporisihana hikarakara tsara ny fitaovana ananany amin’izao fihiboana an-tokantrano izao, hoy izy, ka novatsianay Federasiona tady manokana fanamboarana “raquette” izy ireo hanamboarany an’izany any amin’izy ireo any ary dia nentanina hanao fanazaran-tena ho azy ireo samy irery ihany koa mandra-pisokatry ny fifaninanana indray. Eo amin’izay fiverenan’ny fifaninana aorian’ny ady atao amin’ny covid-19 izay , hoy Atoa Ravalison Mota, dia fantatra fa ho henjakenjana ny fifaninana hiadiana kianja hilalaovana noho ireo federasion’ny taranja fanatanjahantena rehetra samy mbola tsy nahavita ny fifaninanam-pirenenany avy.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraTsy hisy zava-banona anaty fisaraham-bazana

Malaza ny fanetsehana ny hambo-po Malagasy sy Afrikanina hanova ny tantara eto amin’izao tontolo izao izay zava-dehibe tokoa.

 Mila mijery izay tena iombonana anefa io miantomboka amintsika Malagasy. Rehefa miray hina ihany mantsy vao afaka mibanjina tanjona iombonana sy miasa manatanteraka izany. Efa nisy ohatra velona nentin’ny Barea aloha fa inona ihany koa ny ankoatr'izay? Tsapa fa fiarahamonina samy maka ho azy mantsy no misy hatreto aloha, ka na fiandrianam-pirenena¬ aza mbola mampiady hevitra. Ny covid-19 mbola misy milaza hoe tsy misy, ny tambavy vita Malagasy lasa mampisara-bazana ny Malagasy. Ny azo antoka aloha dia mila manana haitarika na “leadership” mafy be ny mpitondra izay vao miroso amina zavatra hafa. Ny fanontaniana tsy maintsy valiana alohan'io dia ny hoe: inona avy ireo zavatra marary ny Malagasy amin’ny fiainany. Ireo no tsy maintsy ahitam-bahaolana aloha, vao afaka miroso amina tanjona lavitr’ezaka kokoa. Olona misy tebitebin-tsaina isan'andro tsy afaka hirotsaka hiasa amin’ny tombotsoa iombonana hampandrosoana ny firenena. Mbola lalina ny hantsana eo amin’ny entina sy ny mpitondraa, ary samy manana ny laharam-pahamehana ho azy. Ny fandraisan’anjaran’ny olom-pirenena amin’ny tetibolam-panjakana, ohatra, dia 6/100 ny naoty azon’I Madagasikara ny taona 2019, izany hoe tsy mahalala izay lohany sy vodiny amin’ny ambara fa fampandrosoana handaniana volam-panjakana ny olom-pirenena. Mila miainga avy any ifotony ny hetaheta sy ny tetikasa, fa ny hita eto dia hoe izay metimety amin’ny mpitondra:hanao building izahay, hanao tanàna goavana, ozinina goavana indrindra aty Afrika,… Tsara ireny, saingy ny 80% amin’ny Malagasy dia tantsaha mandry tsy lavoloha amin’ny tsy fandriampahalemana, ny fiompiana sy ny fambolena no hivelomany tsy misy tan-tsoroka, ny vahoaka tsy an’asa ary amin’ny sehatra tsy ara-dalàna ny 75%. Ny ampahany betsaka amin’ny Malagasy no tantsaha, kanefa mbola tsy mahavita tena ara-tsakafo I Madagasikara. Mila fandinihana!

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fitakiana ny Nosy EparsaHanao ankivy an’i Lafrantsa ny Afrikanina ?

Naneho fahasahina ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina nilaza fa famerenana ny Nosy Malagasy no takiana fa tsy fiaraha-mitantana amin’ny Frantsay. “Tsy misy hahasakana anay”,

hoy izy ny 11 mey lasa teo. Mila velesina ny vy dieny mbola mamay, ary rehefa tsy azo amin'izao fahasahiranana maneran-tany izao dia mety ho sarotra ny fandehan-javatra. Ady ara-diplomatika, stratejika, jeopolitika, politika anefa io, fa tsy vitan’ny kabary ambony latabatra. Iny efa hita efa niaraha-naheno iny ny valin-kafatra avy amin’ny Frantsay, izay nanao fakan-kevitra nasionaly avy hatrany hatramin’ny 2 jona ny hamadihany ho tahirim-pirenana voajanahary ny Nosy Glorieuses. Tsy ho vitantsika irery ny ady. Efa hita taratra aloha io ny firaisam-peo Afrikanina amin’ny resaka tambavy na tsy ny rehetra aza no resy lahatra. Manomboka hita ho manangam-bovona amin’ny tandrefana ny Afrikanina, izay tokony hararaotina ny fieraha-mientana. Ho hafahafa ihany no hahazo an’I Lafrantsa, raha hijoro hitsipaka azy sy hanao ankivy aminy ny Afrikanina. Mila mampiombona sy mampiray feo ny Malagasy anefa ny Filoha mialohan’izany rehetra izany. Mila manetsika ireo rafitra maro misy antsika, toy ny SADC, CEDEAO, Vondrona Afrikanina, Firenena Mikambana,… Efa vita ny kabary ambony latabatra fa asa sy vokatra izao no andrasana satria fampanantenana natao tamin’ny vahoaka rahateo ny hivoahana fehin-kevitra hatramin’ny 26 jona.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha nosy manodidina « Ao anatin’ny lalana frantsay ny fitsapan-kevi-bahoaka… »

Tsara ampahatsiahivina, hoy ny mpandinika raharaham-pirenena, Rivellino Ravelomahazo,

 

 

fa efa tamin’ny taona 1979 no nohamarinin’ny firenena mikambana teo imason’izao tontolo izao fa antsika ireo nosy manodidina an’i Madagasikara, raha naneho ny heviny manoloana ny fifohazan’io resaka io indray ankehitriny. Nitaky azy io ny filoha Didier Ratsiraka ka hatramin’izao. Tokony nisy dinika moa tany Andafiavaratra na tany Parisy, raha ny resaka farany. Raha mijery ny lalana frantsay isika dia mitaky fitsapan-kevi-bahoaka hatrany ny raharaha mikasika ny tanin’ny repoblikan’i Frantsay. Ny olana mipetraka, noho izany, dia ny hoe ahoana no hamerenana ireo nosy ireo amintsika ? Mikasika ny amin’izay mety mbola hahazoantsika na tsia ny nosy manodidina izay moa dia nampahatsiahy ny tenany fa ora 2 taorian’ny nanomezana an’i Madagasikara dia ny fitantanana ireo nosy Eparsa no nifanarahana tamin’ny frantsay fa tsy hoe ny fanomezana ireo nosy Eparsa akory. Ao anatin’ny toerana ahafahany mametraka marika ijoroany ho any amin’ny fandrosoana izao i Madagasikara ka rariny sy hitsiny, raha misy ny savorovoro, hoy hatrany ny fanazavany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitondra sy ny vahoakaMila mifampatoky

Raha tarafina amin` ireo fanehoan-kevitra etsy sy eroa na amin`ny haino amn-jery na koa amin`ny tambajotra serasera dia miha marefo ny fifampitokisana eo amin`ny mpitondra sy ny vahoaka.

Miverimberina hatrany ny hoe “ratsy mpanolotsaina ny filoha”, “tsy mahay maka lesona”, “tsy matotra amin`ny fanapahan-kevitra”… Tsy lazaina intsony koa ny amin` ireo manararao-pahefana hangoronan-karena hita etsy sy eroa. Tokony ho matotra amin’izay zavatra lazainy ihany koa ny mpitondra fa tsy miovaova hevitra. Mbola vary mangatsiaka ny fanatanterahana ireo velirano na dia misy aza ity aretina mandoza ity izay tsy atao fialana olana. Misy tokoa ireo vola voatokana nomena hoentina hiadiana amin’ny aretina ‘coronavirus’ avy amin’ny rafitra iraisam-pirenena toy ny OMS sy ny Banky iraisam-pirenena. Tsy tokony io vola io no entina hampiharana ny politikam-pitantanan’ny fanjakana, amin’ny ady amin’ny fahantrana, hirosoana amin’ny fivoarana. Raha ny fahamarinana no voahosihosy dia tsy hahasoa ny firenena anefa. Raha mampisalasala ny lazaina dia aza gaga raha misy ny tsy mety manaraka izay lazaina ny vahoaka fa tsy hoe mafy loha akory.

Marigny A.

 

La Vérité0 partages

Canal+ Mada-Barea Kely - Les héros de retour sur le petit écran

« Barea Kely », une bonne leçon de vie. C’est le titre de la nouvelle série dont la diffusion débute ce mercredi sur Novegasy Canal +. Il s’agit de l’histoire d’un jeune garçon dénommé Diégo, de la brousse malagasy. Son papa est décédé il y a quelques années, et il lutte tous les jours pour aider sa maman à subvenir à leurs besoins. Mais Diego est passionné par le football et souhaite devenir un grand joueur et porter le maillot des Barea. Cette série va montrer les étapes d’un jeune homme qui quitte son foyer pour tenter l’aventure dans la Capitale Antananarivo. La série retrace ainsi son parcours de sa vie de SDF à son intégration à l’école de football 67 city FC.

Cette aventure va présenter les réalités du pays à travers les yeux de cet enfant. Les joies, les peines, les échecs et les réussites, les déceptions, l’amitié, la fraternité, la trahison et la jalousie sont toutes les émotions que ce jeune héros va devoir traverser dans cette première saison. Au terme de son aventure, Diégo finit par réaliser son rêve car il sera convoqué chez les Barea de Madagascar. 

 Nous voilà à presque une année après l’aventure inédite des Barea lors de la première qualification de Madagascar à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) et leur périple extraordinaire jusqu’en quart de finale en terminant 1er de son groupe. Leur aventure qui a fait vibrer non seulement tout le pays mais aussi le Continent africain les a propulsés directement au deuxième tour de qualification pour le mondial 2022. Le rêve malagasy continue. Barea Kely c’est la nouvelle série que le studio Osmoz Mada a déjà diffusé sur Novegasy, mercredi dernier. Vous allez sûrement nous faire remémorer les beaux moments des Barea à travers cette nouvelle production. En quelques mots, donnez envie à nos lecteurs de suivre cette nouvelle série….

« Notre Série « Barea Kely » raconte l’histoire d’un petit garçon nommé Diego qui veut devenir professionnel de football. Toute sa vie tourne autour du ballon rond. A Madagascar, la vie est dure et Diego va se confronter à la réalité du pays pour tenter de sortir de sa campagne et devenir un joueur de football. Cette série Tv de 40 épisodes, de 45 minutes, traite des réalités à Madagascar et certains personnages reconnus jouent leur propre rôle comme le Père Pedro qui va accueillir à Akamasoa notre héros et Nicolas Dupuis qui est le sélectionneur de l’équipe Jeune des Barea », raconte Julien Chaignot, réalisateur du film et directeur de production du Studio Osmoz Mada.  

Et d’ajouter « En 2019, grâce aux Barea que nous avons suivis pendant la CAN (Coupe d’Afrique des Nations), j’ai vu Madagascar dans une euphorie rare. Notre pays a vibré grâce à leurs exploits et cette émotion ressentie était tellement forte que j’ai voulu continuer de la faire vivre au public mais en donnant une vision différente de celle des médias classiques. En présentant cette idée à mes deux réalisateurs Tovo Ravelomanantsoa et Mihangy Andriandrina, ils ont tout de suite été conquis par l’idée. Et voilà, 8 mois après, vous allez pouvoir admirer le fruit de notre travail.»

Recueillis par E.F.

 

La Vérité0 partages

« Tosika Fameno » - Le 5ème Arrondissement enregistre 15 000 plaintes

Des malentendus concernant la distribution du « Tosika fameno ». Dans le 5ème Arrondissement de la Capitale, 15 000 plaintes ont déjà été reçues à Amboditsiry depuis le début de la distribution de l’aide financière de 100 000 ariary. Chaque jour, 4 000 à 5 000 personnes se rassemblent sur les lieux. Une situation qui engendre du désordre et constitue bien évidement un grand danger pour la population à cause d’une éventuelle propagation des cas contacts de Covid-19. Afin de limiter un grand rassemblement, le nombre de personnes qui peuvent y déposer leur plainte est limité à 50 par Fokontany par jour.

Des tickets sont ainsi à récupérer au niveau des 27 Fokontany composant le 5ème Arrondissement, outre le formulaire de réclamation. La plainte est recevable pour toute personne recensée par le Fonds d’intervention pour le développement (FID), mais qui n’a pas encore bénéficié la somme de 100 000 ariary. Outre le formulaire, les concernés devront apporter une photocopie de la CIN et le carnet de Fokontany. D’après Lalatiana Ravololomanana, conseillère municipale, la réclamation ne nécessite aucun frais. 

Pour pouvoir obtenir le « Tosika fameno », les bénéficiaires sont identifiés suite aux analyses de vulnérabilité basées sur le recensement des ménages dont les revenus sont interrompus à cause du confinement. Sur ce, des enquêtes devraient avoir lieu. Cependant, dans la majorité des cas, aucune enquête n’a été faite au niveau des Fokontany pour déterminer les bénéficiaires. Certains affirment que les membres du « Komity loharano » sont la source de problème dans la distribution du « Tosika fameno » et du « Vatsy tsinjo » au niveau de  Fokontany de la Capitale. Selon eux, ces membres dudit comité dictent leur loi, engendrant ainsi de la discorde entre les riverains.

Anatra R.

 

La Vérité0 partages

Hold-up dans un cash point à Nanisana - Une victime, 1,9 million d’ariary envolés

Quelques heures seulement après les évènements d’Analamahitsy et Ambohitsy, le sang a de nouveau coulé, cette fois-ci à Nanisana « sapin ». Il était midi ou presque hier lorsqu’un cash-point du quartier fut la cible d’un gang armé. Deux de ses membres étaient venus, les traits découverts et leurs armes aux poings. Ils ont ouvert le feu. La première fois afin de pousser le préposé à leur remettre le contenu de sa caisse, la deuxième afin de couvrir leur fuite, une fois qu’ils ont eu le butin en main. Ils ont réussi à faire main basse sur une somme de 1,9 millions d’ariary du cash-point. Bilan : une personne fut blessée au cours du forfait. Il s’agit d’un client, un homme encore dans la force de l’âge. Ce dernier fut touché par une balle dans le  cou. Sitôt leur sale coup terminé, les agresseurs se sont enfuis en direction d’un endroit où leurs complices les ont déjà attendus avec leurs motos, selon une source policière. Seul un motard suspect a masqué ses traits. 

Tout cela s’est déroulé en une poignée de secondes seulement. La rapidité de l’action est telle que, ni les passants ni les riverains n’ont pu réaliser sur ce qui s’était réellement arrivé que lorsque les coups de feu ont retenti. Il y eut au moins trois. C’était dans ces circonstances que le client a cueilli ce projectile. Cependant, on ignore encore si les agresseurs l’ont intentionnellement visé ou non, les Forces de l’ordre étant encore en pleine investigation.  D’après la Police, deux acolytes de ces bandits les ont récupérés à bord de deux motos stationnées  à quelques dizaines de mètres du théâtre de l’agression. Sitôt informés sur cette situation, le Commissariat du 8ème Arrondissement et l’Unité d’intervention rapide (UIR) de la Police, ont dépêché leurs éléments sur les lieux.

A la lumière de cette situation, il est donc clair que les braquages visant les cash-points ont refait surface dans la ville. A preuve, deux cas similaires de violence de bandits, se sont déjà produits en l’espace d’une semaine, occasionnant  chaque fois des victimes. Il y a quelques jours de cela, alors que les attentions ont été focalisées par l’élimination du kidnappeur Lama et son frère, un gang a déjà frappé du côté d’Ivandry. Outre le fait qu’ils ont pu emporter quelques millions d’ariary d’un cash-point, encore et toujours, ils n’ont pas hésité à faire feu sur un témoin d’une soixantaine d’années. 

Seulement, l’on déplore le fait qu’aucune mesure drastique visant à sécuriser les cash-points n’a été encore prise. De même, on est dans l’attente vaine de l’application de la nouvelle mesure qui devait consister à rendre obligatoire l’immatriculation sur les motos. 

Alors que la Brigade criminelle, chargée de cette récente affaire, n’est encore qu’au début de son enquête, tous les Commissariats de la ville devaient ratisser encore les quartiers, dans l’objectif de verrouiller les issues possibles aux assaillants. De son côté, la Gendarmerie a procédé à une série de contrôles sans précédent sur des motocyclistes qui ont emprunté cet axe à Nanisana, mais aussi les environs dont Mahazo. Cependant, aucun suspect n’a pu être encore appréhendé. Quant à la victime, elle a été transportée d’urgence à l’HJRA. 

Franck R.

La Vérité0 partages

Coronavirus à Ambatovy - Les mesures sanitaires respectées

Neuf personnes contaminées. Le Président de la République a ordonné la mise en quarantaine de tous les personnels dans la société minière d’Ambatovy, il y a deux semaines. En effet, la présence des malades a suscité la crainte au sein de la population de Toamasina. En marge d’une mission des membres du Gouvernement dans la côte Est, menée par le ministre des Mines et des Ressources stratégiques, Fidiniavo Ravokatra, une descente au sein de l’entreprise a été réalisée jeudi dernier.

Leur visite s’est focalisée sur le respect des mesures sanitaires et la mise en quarantaine des employés. « Les personnels sont mis en quarantaine depuis maintenant une semaine. Seuls 150 salariés indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise travaillent dans le site. Ils n’entrent pas en contact avec l’extérieur. Les barrières sanitaires sont également respectées. Les responsables mettent à la disposition de leur employé le CVO. La population n’a plus aucune raison de craindre la propagation de la maladie »,  avance le ministre. 598 employés de la société ont déjà subi le test PCR. 

Il faut savoir que le projet d’extraction de nickel et cobalt, mené par cette entreprise, figure parmi les grands projets miniers à Madagascar. En janvier 2016, la production annuelle d’Ambatovy est estimée à 60 000 tonnes de nickel raffiné, 5 600 tonnes de cobalt raffiné et 210 000 tonnes d’engrais sous forme de sulfate d’ammonium pendant au moins 29 ans.

Solange Heriniaina

 

La Vérité0 partages

Factures de la JIRAMA - Les abonnés préfèrent payer en une seule fois

Dans le cadre du plan d’urgence social mis en place par l’Etat face à la crise générée par la propagation du coronavirus dans le pays, la JIRAMA a proposé à ses abonnés d’échelonner le paiement de leurs factures énergétiques des trois derniers mois. L’objectif étant d’alléger les charges financières pesant sur les ménages alors que le revenu a été particulièrement réduit, étant donné la situation. Toutefois, malgré la mise en place de cette mesure, la majorité des clients de la société nationale d’eau et d’électricité ont penché vers le paiement en une seule fois.

Il n’y a qu’à voir les longues files d’attente auprès des différentes agences de la JIRAMA dans la Capitale, au début du mois. Et les statistiques confirment ce choix. « Effectivement, en révisant le montant des factures pour le mois de mars dernier, près de 55 % de nos clients domestiques et 74% de nos abonnés industriels ont encaissé leurs factures. Par déduction, nous catégorisons alors les 45 % des clients domestiques et les 26 % des industriels parmi ceux qui effectueront un paiement échelonné à partir du mois de juillet, comme nous l’avons annoncé dernièrement », a précisé Thierry Ramangasoavina, directeur principal commercial de la JIRAMA.  

« Je préfère payer à mon habitude. Je n’ai pas envie que mes factures s’accumulent, et qu’au mois de novembre prochain, je me retrouve encore à payer mes factures du mois de mars. Je préfère laisser cette alternative à ceux qui en ont vraiment besoin », confie Vony, une mère de famille et caissière dans un supermarché. « C’est une mesure vraiment adaptée pour la situation actuelle. Mais pour ma part, je préfère payer mes factures tant que j’ai de l’argent. Je n’aime pas avoir des dettes ou autres factures impayées », rajoute Claude, employé dans une entreprise offshore à Antananarivo. 

Toutefois, ces chiffres pourraient encore être modifiés dans les prochaines semaines, contrairement au choix des abonnés de la JIRAMA. « Les chiffres pour le mois d’avril sont en effet encore en pleine évaluation. Les clients continuent jusqu’à maintenant de s’acquitter de leurs factures auprès de nos agences. Cependant, les résultats actuels montrent les mêmes tendances que ceux du mois de mars », soutient le directeur principal commercial de la Jirama. Dans tous les cas, la société ne tiendra pas compte des retards de paiement vu la situation actuelle. Les clients pourront toujours payer leurs factures auprès des agences ou via le système « mobile money ».   

Rova Randria

La Vérité0 partages

Kidnapping - Vers l’extradition de l’Indien Dilavarhoussen Raza au pays

L’après-Lama, ce présumé cerveau des kidnappings éliminé mercredi matin dernier, semble n’être pas de tout repos du moins pour les enquêteurs du pays. On peut même dire que les choses sérieuses commencent vraiment. A partir de maintenant, une nouvelle étape doit être franchie : l’extradition de l’Indien Dilavarhoussen Raza, l’un des co-cerveaux de ces rapts au pays, le concerné s’étant exilé aux Comores.

D’après une information de fraîche date de la Gendarmerie nationale, une étroite collaboration de celle-ci avec la gendarmerie des Comores, qui est sur la bonne voie, serait incontournable, d’abord pour mettre la main sur le fugitif, mais ensuite pour l’extrader au pays. Recherché par les autorités locales depuis quelques années, cet acolyte de Lama se cache quelque part dans l’archipel voisin. 

Pour revenir encore sur la face cachée dans l’épisode sanglant survenu à Ambohimahitsy, là où le frère de Lama avait été éliminé à son tour, deux autres suspects ont pu s’échapper de la maison à l’arrivée des éléments de la Gendarmerie. Des témoins affirment les avoir vus s’échapper des deux côtés de la maison avant de fuir dans deux directions différentes. Une fois qu’il se trouvait sur la grande route, l’un des fugitifs a pris un taxi et on ignore quelle direction a pris le véhicule. 

Parallèlement à cela, la section de recherche criminelle de Gendarmerie à Fiadanana poursuit toujours l’enquête pour mettre également le reste de la bande à Lamà hors d’état de nuire.   Actuellement, le gendarme de 1ère classe incriminé de complicité avec ce dangereux bandit, pour ne pas dire son bras-droit, devra bientôt être déféré après son audition par la Gendarmerie. 

Ce membre des Forces en cause risque gros si jamais son implication supposée dans les actes d’enlèvement qui se sont succédé au pays, au cours de cette dernière décennie, dont celui d’Anil Karim, patron de Sophasu, s’avère fondée. Outre la loi martiale qui attend le gendarme mis en cause, il encourt également le risque d’une sanction pénale, bref, une situation qui risque de lui coûter même sa profession.

L’autre suspect, qui attend son déferrement annoncé dans les prochaines heures, est la dénommée Zo. Un certain temps, elle avait été déjà placée en détention pour une affaire corollaire à tous les enlèvements ayant marqué la communauté indopakistanaise du pays. Mais elle a été remise en liberté avant que les gendarmes ne l’aient de nouveau arrêtée dans le cadre de l’enquête ayant débouché sur la mise hors d’état de nuire de Lama et son frère. Elle aurait caché chez elle des ravisseurs qui font partie du gang à la tête duquel se trouvait Lamà. Affaire à suivre.

Franck R.

La Vérité0 partages

Parti HVM - Deux sénateurs quittent le navire

 

Clash pour les uns. Signe avant-coureur de l'éclatement définitif pour les autres. Deux sénateurs ont décidé de quitter volontiers le navire HVM, l'ancien parti majoritaire. Le sénateur élu pour la province de Mahajanga, Bienvenu Manjany, et son pair d'Antananarivo, Mananjara Randriambololona, ont présenté leurs lettres de démission en tant que membres du parti selon deux communiqués signés par Thierry Raveloson et Mohamed Rachidy, respectivement président du groupe parlementaire HVM et secrétaire national du parti.

Les deux parlementaires ont été signifiés de l'acceptation de leur souhait. Mais ils sont aussi respectueusement et publiquement priés de ne plus rester à leurs fonctions de vice-présidents du Sénat au nom des « valeurs, de l'éthique politique et de l'honnêteté intellectuelle ». Lors des sénatoriales, ils se sont présentés sous la bannière de couleurs bleue-blanche.

Ils ont aussi pu intégrer le bureau permanent de la Chambre haute grâce à la confiance que leurs pairs leur ont accordée. Selon les précisions du bureau national du parti et de son groupe parlementaire, les deux sénateurs n'ont plus aucunement le droit de représenter la formation politique au sein du bureau permanent au nom de celle-ci.

Petites secousses

La dissidence au sein de l'ancien parti majoritaire ne date pas d'aujourd'hui. Cette formation a toujours été sujette à des dissensions internes même du temps où elle tenait le haut du pavé. Les divergences de vue ont fini par éclater le parti en plusieurs sous-groupes à la veille des présidentielles de 2018. Lors des législatives et des communales/municipales, les accords sur le profil des candidats à aligner sur les lignes de départ étaient difficiles à trouver.

Ces temps-ci aussi, le Sénat est devenu le foyer de petites secousses politiques. La division en deux ailes n'est plus une énigme pour tous. Une faction veut faire tomber le président Rivo Rakotovao contre qui un projet de destitution aurait été mis en marche. Mais la crise sanitaire liée au Covid-19 a tempéré le dynamisme éruptif au palais d'Anosikely.

Le départ volontaire des deux sénateurs, suivi d'une injonction de quitter aussi le bureau permanent, intervient dans ce contexte 

trouble que traverse la vie parlementaire.

M.R.

 

La Vérité0 partages

67 cas positifs - L'Institut Pasteur reconnaît de faux diagnostics

Au cours d'une conférence de presse dans ses locaux à Avaradoha, hier dans l'après-midi, les premiers responsables au niveau de l'Institut Pasteur de Madagascar ont reconnu implicitement des erreurs dans les diagnostics et donc dans les résultats obtenus puis communiqués. Pour autant, le laboratoire d'analyse siégeant à Avaradoha refuse d'être considéré comme étant le seul responsable de cette défaillance. Pour rappel, la semaine dernière, l'Institut Pasteur de Madagascar avait rendu public un chiffre de 67 personnes contaminées en 24 heures. Face à ce taux inhabituellement élevé, les autorités malagasy avaient requis des contre-tests sur les 67 cas douteux qui ont été soustraits des décomptes officiels. Effectués concomitamment par le Centre d'infectiologie Charles Mérieux et l'IPM, les tests refaits ont livré leurs résultats cette semaine.

Sur les cinquante-cinq premiers prélèvements qui ont été refaits, 5 cas positifs ont été confirmés. Sur onze autres contre-tests jugés non concluants et ayant été refaits, 5 cas ont été enregistrés. Enfin, un cas négatif post-mortem avait été relevé. Face à ces chiffres extraordinairement élevés, l'Exécutif malagasy avait également convoqué les responsables de l'IPM en fin de semaine dernière, lesquels ont notamment annoncé la tenue d'une enquête interne. Des enquêtes livrées cette semaine au Gouvernement qui aurait visiblement jugé les explications insatisfaisantes.

« Il est impossible de définir à quel maillon il y a eu un problème. Et ça a aussi impacté, au début, à l'arrivée. Ce sont des choses qui arrivent en biologie moléculaire », indique pour sa part l'IPM. En effet, si il reconnaît des défaillances, l'IPM indique d'emblée que celles-ci aurait pu intervenir lors du prélèvement de l'échantillon chez les patients suspects de Covid-19. Un prélèvement qui n'est pas du ressort de l'IPM qui affirme donc ne pas avoir « de responsabilité des conditions de réalisation et de transport des échantillons », stipule le Directeur de l'IPM. Se basant sur les investigations menées en interne, l'IPM exclut toutefois une défaillance dans le processus d'analyses effectuées à l'IPM. Il affirme que les enquêtes ont montré que « les conditions d'hygiène et de sécurité étaient respectées ». L'Institut indique qu' « un échantillon d'une charge virale exceptionnelle a pu impacter les résultats obtenus en contaminant des échantillons prélevées ou traités concomitamment ». Les responsables au niveau du laboratoire indiquent que les 67 cas de contamination signalés proviennent d'une même glacière dans lequel il y avait l'échantillon prélevé sur un patient dont la charge virale était exceptionnellement élevée. « L'IPM n'est pas le seul responsable (…) c'est toute une chaîne, parce que c'est très compliqué de réaliser un prélèvement correctement, dans un environnement qui n'est pas toujours idéal. Et après, lorsque vous avez des prélèvements hautement positifs, il peut y avoir contamination. Nous penchons sur un tort partagé à tous les niveaux jusqu'à ce qu'on nous prouve le contraire », indiquent les gens de l'IPM. 

« Nous souhaitons que cet épisode n'altère pas la confiance envers une institution plus que centenaire et qui a comme seul objectif de participer à améliorer la santé des populations », a conclu le premier responsable de l'IPM. Pour beaucoup, le mal est fait.  

La Rédaction

 

La Vérité0 partages

Vers quelle issue ?

La quatrième quinzaine de confinement tire à sa fin. Le Gouvernement prendra dans les heures qui suivent les dispositions appropriées relatives à la « situation d'exception » donnant feu vert à l'  « état d'urgence sanitaire national » dû à la pandémie du coronavirus à Madagasikara. Conformément aux dispositifs de la Constitution, Art 61 paragraphe 1, le Président de la République, après avis des chefs d'Institution parlementaires (Assemblée nationale et Sénat) et de la Haute Cour constitutionnelle, en Conseil des ministres, décide du sort réservé à la situation d'exception sur le territoire national.

Toute la Nation, les yeux tournés vers le Palais d'Etat d'Iavoloha, attend de pied ferme la décision du numéro Un du pays. Une série de questionnements s'interpose. L'état d'urgence sanitaire national sera-t-il prorogé ou prendra fin ? Avec la pandémie qui s'étend dans d'autres Régions comme Alaotra-Mangoro (Moramanga) ou Vakinankaratra (Antsirabe), les mesures de confinement seront-elles renforcées ? Et quel genre ? 

A l'état actuel de la situation dans la soirée du 19 mars jusqu'à hier 15 mai, le bilan ne cesse de monter en flèche. Les chiffres grimpent malheureusement. Des trois contaminés, au départ, nous en sommes à 238 dont 112 guéris. Si la Région d'Analamanga fut la seule touchée, très vite la pandémie atteint deux autres Régions (Atsinanana et Matsiatra-Ambony). Les cas contacts prennent le relais des cas importés. Résultat, le Gouvernement a dû proroger à trois reprises la « situation d'exception » pour un « état d'urgence sanitaire national » et reconduire par la même occasion les mesures de prévention dont entre autres le confinement. Certes, soulignons toujours que le cas Madagasikara est loin d'être catastrophique par comparaison à d'autres situations, mais la montée  sans relâche du nombre des cas positifs et l'extension géographique de la pandémie fait réfléchir sérieusement.

Compte tenu de l'état général des derniers bilans, tout porte à croire que les responsables étatiques vont devoir jouer la « prolongation ». On craint même le durcissement des mesures à prendre. Le déplacement du foyer de propagation vers l'Est du pays inquiète beaucoup. A ce rythme, le Gouvernement risquerait de perdre le contrôle de la situation. La résistance qui frise l'indiscipline des populations concernées au respect strict des mesures de prévention ainsi que le laxisme des responsables sur terrain  à faire respecter la discipline compliquent lourdement la lutte. 

Evidemment, l'issue que va engager le Président Rajoelina pour faire face à la pandémie du Covid-19 aura toujours des effets « indésirables » dans la mesure où le pays est en train de crever. La situation de l'économie nationale avoisine la catastrophe. La tension commence à monter et l'atmosphère électrique se fait sentir à fleur de peau.

La gestion des mesures d'accompagnement et des subventions  du genre « Vatsy Tsinjo » au niveau des Fokontany grince. Le « Komity Loharano » censé  remettre de l'ordre crée des problèmes. Les dirigeants, les élus notamment (députés et maires), auront du pain sur la planche afin de clarifier la situation. Appelés à jouer un rôle de premier plan à la communauté de base, le Fokonolona, le Komity Loharano doivent être en mesure de se débarrasser des clivages politiques. Autrement, le démon de la division l'emporterait et les échecs reprendraient le dessus. Et le cercle vicieux de la misère tordrait le cou.

Ndrianaivo

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 – résultats des 67 cas : 5 cas sur 55, confirmés positifs, 11 tests non concluants, encore à...

Les résultats des tests refaits sur les 67 cas déclarés positifs au coronavirus, et jugés entachés d’anomalies par les autorités gouvernementales malgaches, ont été rendus publics la nuit dernière via un communiqué signé par la porte-parole du gouvernement. 

Cinq cas confirmés positifs sur 55 prélèvements effectivement traités ; 11 tests encore à refaire et un cas négatif post-mortem. Tels sont les résultats des tests refaits concernant les 67 cas dont la comptabilisation a dû être retirée des statistiques Covid-19 à Madagascar pour cause d’anomalies constatées par les autorités malgaches. Pour rappel, les résultats des tests remis le 6 mai 2020 par l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) aux autorités malgaches faisaient état de 32 cas dans la matinée et de 35 autres cas dans l’après-midi, soit un total de 67 cas déclarés positifs en une journée, avec un taux de positivité très élevé par rapport à la moyenne observée depuis le début de la période de réalisation des tests de dépistage du coronavirus à Madagascar.

Plateau technique commun. A la demande des autorités, les tests ont été refaits au Centre d’Infectiologie Charles Mérieux (CICM) à Ankatso. Selon les explications fournies lors de l’intervention télévisée de la porte-parole du Centre de commandement opérationnel (CCO) et celle du gouvernement, la semaine dernière, annonçant la nécessité de refaire ces tests, ceux-ci ont été réalisés dans le cadre d’un plateau technique commun et l’implication des techniciens du CICM, ceux de l’IPM et des représentants du ministère de la Santé publique.

Taux de concordance. Les prélèvements sur les 67 cas ont été traités simultanément par le CICM et l’IPM sur la base de protocoles identiques, souligne le communiqué du gouvernement, et les résultats ont été par la suite confrontés. Il en ressort les résultats de 5 cas confirmés sur 55, et de 11 tests qui se sont révélés non concluants et à refaire encore une fois. Par ailleurs, un test effectué sur une patiente décédée récemment s’est révélé négatif. Selon toujours le communiqué, il s’agit de la personne décédée suite à de graves cas d’insuffisance rénale. Le taux global de concordance entre les deux laboratoires CICM et IPM est de 98%.

Eléments de réponse. Quant aux explications de l’IPM sur la situation jugée anormale par les autorités concernant les tout premiers résultats de ces 67 cas, le communiqué du gouvernement indique que les éléments de réponse fournis par l’IPM n’ont pas permis d’élucider les interrogations des autorités malgaches. Les investigations se poursuivront « pour identifier les failles et les responsables », a-t-il été souligné.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Dyva se relance avec « Vadiko » 

Dyva envisage de réaliser un featuring avec un artiste malgache très connu du grand public.

« C’est en restant à la maison que je trouve le calme et l’inspiration », a-t-elle fait savoir avec un sourire rassurant. Dyva est une jeune artiste émergente et presque polyvalente. Une polyvalence qui attire l’attention du producteur Davalt. Leur rencontre inspirera le nouveau morceau «Vadiko» dans lequel la chanteuse s’ouvre dans une autre sonorité qu’est le zouk-love. La jeune femme s’est adaptée facilement à son nouveau rythme. La mélodie et sa voix sont en parfaite harmonie. Véritable styliste du son, elle prouve que la musique urbaine malgache n’a pas fini d’évoluer. Elle explore notamment sa vie dans ses œuvres à travers ses clips et ses compositions originales.

Comme toutes ses camarades de classe, Dyva aime chanter et participe à plusieurs petites compétitions musicales. Elle a une culture musicale au-dessus de la moyenne. Les chansons des années trente et cinquante l’ont bercées depuis son jeune âge. Mais, l’idée de devenir chanteuse était tardivement apparue. C’est en 2018 que tout a débuté pour la jeune femme. Elle décide de se lancer dans la musique sans savoir par où commencer. Cependant, elle entame timidement sa carrière avec deux titres. Très à l’aise dans le Rnb, elle sort « Tsy adinoko », et « Za tsy te hody ». Ces chansons ne s’affichent pas dans les classements musicaux mais ont fait couler les larmes de bon nombre d’adolescents. En écoutant ses textes, l’auditeur perçoit qu’elle a les atouts pour devenir une grande star et une « icône » de la musique urbaine malgache.

Le mélange et le syncrétisme musical sont en vogue depuis quelque temps en Afrique en général et dans la Grande Île en particulier. Ainsi, Dyva trace son propre chemin dans la sonorité malgache en alliant ses influences musicales afro-américain. Charmante et séduisante, elle impressionne le public. Mais, la route est encore longue pour cette nouvelle étoile. Pour avoir de la place dans le monde de la musique à Madagascar, l’interprète de “Vadiko” va devoir ménager sa monture. Elle doit également éviter la monotonie, une “épidémie” qui ravage plusieurs artistes malgaches de nos jours.

Iss HERIDINY 

Midi Madagasikara0 partages

Badminton : Antsirabe pourrait accueillir le Championnat de Madagascar

Les badistes devront encore patienter avant de reprendre les compétitions. (Photo d’archives)

A l’arrêt. Comme toutes les fédérations sportives, les activités au sein de la fédération malgache de badminton étaient suspendues depuis deux mois environ. Pourtant la FMBad ne reste pas les bras croisés pour soutenir les badistes. « La fédération a offert des cordes aux joueurs pour préparer leurs raquettes pour pouvoir se préparer à domicile et mieux affronter la reprise. Comme nombreux ont participé au stage en Chine,  ils ont eu déjà un planning d’entrainement qu’ils sont en train d’appliquer en restant confiné chez eux. Les dates des championnats nationaux ne sont pas encore connues, mais d’habitude nous organisons les sommets nationaux jeunes en décembre et en janvier de la prochaine année pour les séniors  » a souligné, le président de la FMBad, Jean Aimé Ravalison. En ce qui concerna la vulgarisation et la promotion de cette discipline surtout dans les régions, la fédération envisagerait d’organiser les sommets nationaux à Antsirabe, une ligue très active. « Une chose est sure dès la reprise des compétitions, ce sera la course entre les différentes disciplines pour avoir les gymnases et le Palais des Sports de la capitale. Nous avons déjà contacté le ministère de la Jeunesse et des Sports que lors du traçage du nouveau gymnase d’Antsirabe  nous souhaitons qu’il y aura un marquage de badminton pour pouvoir organiser des compétitions là-bas. La ligue de Vakinankaratra a déjà manifesté sa volonté d’accueillir une compétition nationale » a continué, le numéro un de la fédération. La Coupe d’Indépendance et les autres tournois intersaisons ont été tous annulés à cause de la pandémie de coronavirus. « La reprise dépend entièrement de la levée des interdictions d’organisations de compétitions par le ministère » conclut, Mota Ravalison, président de la FMBad.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Vaky trano eto Toamasina : Jiolahy sivy tratra, fahitalavitra fisaka telo sarona

Isan’ny mitondra tsy filaminana eto Toamasina amin’izao hamehana ara-pahasalamana sy fihibohana izao ny resaka vaky trano atao na andian-jiolahy am-polony miaraka amina fitaovam-piadiana toy ny sabatra sy ny antsy fohy ary basy vita gasy. Ireo fahitalavitra fisaka sy ireo firavaka volamena ary ireo finday samihafa no tena halain’ireo jiolahy.

Taorian’ny hetsika nataon’ny mpitandro ny filaminana notarihan’ny zandary mpitarika ny Emmo-Sécurité, dia tovolahy 9, saingy ny iray voakapan’ny antsy ny tongony ka mbola tsaboina eny amin’ny hopitaly be no tratran’izy ireo. Sarona niaraka tamin’ireo koa ireo fitaovana fampiasan’ireto jiolahy amin’ny famakiana trano, sy ireo entana halatra ahitana fahitalavitra fisaka 3 avy nangalarin’izy ireo. Ny 2 ka ny iray mbola tsaboina fa naratra mafy tapa-tongotra tamin’ireo 9 tratra dia teny amin’ny fokontany 11/43 Andranomadio. Raha ny fanazavan’ny tompon-trano, dia nopotsirin’izy ireo ny varavarana tokony ho tamin’ny misasak’alina; tsy naharitra ela tao an-trano ireto jiolahy ka ilay fahitalavitra fisaka ihany no nentin’izy ireo na nisy ireo zava-maneno azo nalaina samihafa aza niaraka taminy, tamin’io fotoana io. Ny 7 lahy ambiny tamin’ireto mpamaky trano kosa dia tratra tao Tanambao Verrerie; izay niafina tao anatin’ny fiara “tri-cycle” mpamatsy mofo vao maraina amin’ireo mpivarotra “Epicerie”. Ilay fiara “tri-cycle” hita tany amin’ny toerana tsy tokony hahitana azy no nisavana ny tao anatiny ka tratra ambodiomby teo ny nafenina rehetra. Niampy fahitalavitra fisaka Roa sarona niaraka tamin’izy 7 lahy tamin’izany fotoana izay.

Ankoatra izay, dia nambaran’ny komandin’ny vondrom-pileovan’ny zandary Atsinanana, fa efa hita soritra ireo mpividy sy mpandray ireto fahitalavitra fisaka mahatonga ireo jiolahy mangalatra azy. Tanàna manodidina an’i Toamasina no mpandray izany araka ny vaovao, ka eo am-panarahan-dia izany ny zandary izao ka ho hita eo ny vokatry ny fanadihadiana.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Musique fusion : Le “quartet Gasy 4” à redécouvrir

(De gauche à droite) Tiana Rainitelo, Dô Be, Rôla Gamana et Monja Manitsindava forment Gasy efatra.

Il y a un an, “Gasy Efatra” s’est dévoilé au public. Un concentré de talents alliant musique traditionnelle et moderne. Retour sur cette alliance artistique des plus brillants de ces dernières années. 

Quand les cordes d’acier, les cordes vocales et les percussions traditionnelles fusionnent avec le hip-hop, les perspectives s’élargissent. Rôla Gamana, Monja Manitsindava, Tiana Rainitelo et Dô Be, les “Gasy efatra”, ont façonné « Mamelo-maso ». Fruit d’une résidence à l’Alliance française, ce projet est  une création en « freestyle » rassemblant quatre grosses pointures de la musique malgache. Une résidence artistique qui a abouti à un spectacle musical ancré dans la tradition du pays du rythme ternaire, mâtiné de touches urbaines. Et c’est sur le tempo d’un beatbox humain que les lignes acoustiques et vocales se sont élancées pour faire vibrer les corps et éveiller les consciences. Seulement « Mamelo-maso » ne s’était pas réduit à un concert, c’était également un message, sous différentes formes selon les chansons, un retour aux sources et à la nature, une invitation à la prise de responsabilité au sein de la société.

Sur les vidéo mises en ligne, récemment, les mélomanes peuvent découvrir une partie de ce que pourrait donner l’alliance entre plusieurs talents qui n’ont rien à envier aux autres.  Combinaison parfaite de la musique traditionnelle et une grande touche de modernité, sans pour autant agresser les oreilles, “Gasy 4” joue une musique des plus éclectiques et  des plus inédites. Avec ces perles de la musique malgache, les morceaux comme « Maite ty lamba » retrouvent un second souffle. Entre la guitare de Rôla Gamana, les percussions de Tiana Rainitelo, le beat box de Do Be et le marovany de Monja Manintsindava, chaque titre se joue à la bonne sauce. Changement de rythme, arrangement plus ou moins complexe, au tout s’ajoutent le charisme et un partage inouï dont ils ont, entraînant ainsi les mélomanes dans ce petit monde inventé par ces génies de la musique. Alliant talents et savoir-faire sur un projet culturel complémentaire, ils forment les quatre piliers de ce dessein artistique des plus prometteurs.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Flash-Eco

La date de suspension du système de règlement par billetage est reportée. Selon une circulaire du ministère de l’Economie et des Finances, cette date est prolongée jusqu’au 30 juin 2020 pour les fonctionnaires et agents des organismes et jusqu’à nouvel ordre pour les soldes et indemnités des députés, des membres de cabinet, des assistants parlementaires et des conseillers techniques au sein de l’Assemblée Nationale. Précisons que suivant l’arrêté du 15 mai 2019, les dépenses publiques sont payables par virement bancaire ou en numéraire par bon de caisse, pour les créances des agents des services publics ou des pensionnés, d’un montant inférieur ou égal à 600.000 ariary, ou pour les bénéficiaires résidant dans les localités non desservies par les réseaux bancaires et financiers. La mise en place effective de ces moyens de paiement nécessite une période transitoire pour permettre aux départements concernés de collecter les relevés d’identité bancaires des fonctionnaires et agents publics payés par billetage auparavant. D’où ce report de la date d’applications.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 – point de situation : 11 nouveaux cas à Moramanga et 2 à Toamasina

Treize nouveaux cas de Covid-19 ont été identifiés, hier, 13 mai 2020 auxquels s’ajoutent les 5 cas confirmés sur les tests refaits la semaine dernière et à présent comptabilisés. Soit un total de 18 nouveaux cas annoncés, hier, par la porte-parole du Centre de commandement opérationnel (CCO), le Pr Vololontiana Hanta. Sur les 13 nouveaux cas issus des tests d’hier, 11 sont localisés à Moramanga et 2 à Toamasina. Les statistiques commencent ainsi à décoller dans la région Alaotra Mangoro où trois autres cas ont déjà été identifiés avant-hier. Les détails fournis par le Pr Vololontiana ont permis de savoir que ces 11 nouveaux cas de Moramanga sont tous des adultes (sept hommes et quatre femmes) âgés de 25 à 66 ans. Les deux autres cas localisés à Toamasina ont été testés au laboratoire mobile de la ville. Au total, 210 tests ont été réalisés, hier, dont 185 à Antananarivo et 25 au laboratoire mobile de Toamasina. A signaler également que parmi les 5 cas confirmés dans le cadre des contre-tests, 3 sont localisés dans la région Atsinanana et 2 à Antananarivo.

Le tableau récapitulatif de la situation Covid-19 à Madagascar fait état à ce jour de 230 cas confirmés dans le pays depuis le début de l’apparition du coronavirus dans la Grande Île. 122 malades sont actuellement en cours de traitement. Le pays totalise 108 guérisons dont une annoncée, hier.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : des mesures de plus en plus drastiques

Le front de la lutte contre le Covid-19 semble s’être déplacé vers d’autres régions. Anlamanga n’est plus le foyer principal de l’épidémie. La Région Atsinanana est maintenant la plus touchée et l’attention des observateurs se porte sur Toamasina ou Moramanga. Les efforts des autorités vont devoir être redoublés pour ralentir ou, mieux encore, ralentir la progression de la propagation du virus. La lassitude de la population est réelle après ces 54 jours de confinement, mais il n’est pas possible de se laisser aller. Les chiffres que l’on voit aujourd’hui n’étonnent pas les spécialistes qui se sont inquiétés de certains relâchements constatés auparavant. Maintenant, les mesures sont plus strictes, mais le mal est fait.

Covid-19 : des mesures de plus en plus drastiques

Le nombre de cas positifs augmente de jour en jour après la multiplication des tests faits par les autorités médicales. Les spécialistes ne s’en étonnent guère parce que les cas contacts se sont multipliés à Toamasina. Les personnes contaminées ont très vite propagé le virus et on en voit le résultat. Les chiffres sont un peu plus élevés qu’auparavant, mais cela incite les équipes médicales sur le terrain à redoubler de vigilance. Les mesures restrictives doivent être respectées impérativement et les forces de l’ordre ne laissent plus rien passer. Les barrières sanitaires sont difficilement franchissables par ceux qui n’ont pas de justificatifs. Les rassemblements de personnes sont, comme on les voyait auparavant, ne sont plus maintenant tolérés. C’est ainsi que les marchés de quartiers ne peuvent plus avoir lieu, au grand dam des marchands qui ne peuvent pas travailler normalement. Ce sont certes des mesures nécessaires, mais très dures pour la population laborieuse qui lutte pour sa survie et qui cherche sa pitance au jour le jour. Le pécule qui est distribué par le régime est nécessaire,, mais pas suffisant car cet argent est très vite utilisé. La lutte contre le Covid-19 est impérative et nécessite des mesures drastiques. Néanmoins il faut aussi ménager ceux qui luttent pour sortir la tête hors de l’eau.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Antananarivo-Atsimondrano : Douze ménages attaqués par des bandits en une nuit

Il est inadmissible d’entendre que l’insécurité persiste toujours dans une région où le couvre-feu, suite à l’application de l’état d’urgence sanitaire, est en vigueur. Les malfaiteurs ont encore la possibilité de commettre leur forfait alors que les éléments de forces de l’ordre sont censés circuler jour et nuit pour faire respecter cette mesure de sécurité imposée par le gouvernement avec objectif restreindre au maximum la circulation des personnes surtout pendant la nuit. En ville, cette disposition est respectée mais ce ne serait pas le cas dans les périphéries. Ce qui s’est récemment produit dans le district d’Antananarivo Atsimondrano en est la preuve. Dans la commune rurale d’Androhibe, du côté de Fenoarivo-Atsimondrano, deux fokontany étaient les cibles d’une série d’attaques à main armée perpétrée par une escouade de bandits la nuit du 12 au 13 mai dernier. Composée d’une dizaine d’individus armés de fusils de fabrication artisanale et d’armes blanches, la bande a commencé leur pillage dans le village de Morarano, dans le fokontany d’Ambohilmalaza, commune rurale d’Androhibe le 12 avril vers 21 heures 30. A cette heure tardive, les malfaiteurs ont attaqué un à un quatre ménages où ils ont pu extorquer 310.000 ariary, deux bagues en or et 2 téléphones portable tout en blessant à coup de hache une personne qui a essayé de leur résister. Quelques minutes après, la même bande est passée au village d’Ambatomitsangana, du même fokontany où elle a dérobé 510.000 ariary, une bicyclette, trois téléphones portables, et une bague en or. Poursuivant leur razzia, elle est passée dans le village de Soavinandriana, du même fokontany, où ils ont pillé sept ménages. Leur passage a fait un blessé par balle au niveau de l’épaule et une somme de 910.000 ariary a été dérobée. Selon les informations, les auteurs de cette série d’attaques auraient déjà été bien informés avant de sévir et ils ne seraient pas étrangers de la localité. Raison pour laquelle, ils étaient tous cagoulés durant leurs actes. Alertés le matin du 13 avril, les éléments de la gendarmerie ont débarqué sur les lieux pour constater les faits avant d’ouvrir leur enquête. Pour l’instant aucun suspect n’est arrêté.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Trois albums pour un confinement détendu

La musique serait le meilleur compagnon durant cette période de confinement partiel, trois albums sont proposés pour faire passer sans souci les heures. Avec une pointe de nostalgie.  

Depuis le mois de mars, le 23 mars plus précisément, Antananarivo vit en demi-journée. Vivre cette vie de confiné partiel, c’est également le moment de se retrouver en musique. Trois albums peuvent remplir une journée, des ouvrages qui ont marqué leur époque. Des disques que les critiques ont salués, que les générations ont tour à tour écoutés… Bref, de quoi passer l’enfermement chez soi sous de bonnes vibrations. Une liste ouverte, il va de soi.

Da Hopp, le plus grand ambassadeur du rap malgache avec « Fanantenana ». (crédits photos : Da Hopp Ofisialy)

« Fanantenana » – Da Hopp

Le rap malgache a connu son summum entre 1995 et le milieu des années 2000. Un laps de temps où il a suffi pour que le groupe Da Hopp sorte l’un des meilleurs albums hip hop jamais conçu. Travaillé avec des sonorités malgaches, s’engouffrant dans chaque titre comme l’alizé impétueux du sud de Madagascar; des titres comme « Masoandro dôro », « Ozizy Mama » jusqu’à l’intemporel « Maha salama azy », ou encore « Tromba »; Da Hopp a fait de cet album une œuvre majeure du rap national. Rien de mieux que de se caler dans un fauteuil pour l’après–midi, avec pour gagner une heure de bonne sensation.

Les années ’90 a été dominé par le style d’Olombelo Ricky, une révolution en musique avec « Kalangita »

« Kalangita » – Olombelo Ricky

En 1993, Olombelo Ricky a bouleversé le monde de la musique moderne malgache. Grâce à un genre entremêlant le jazz, le soul, le funk… Pour dire, tous les styles faisant office de nouvelles orientations dans les années 90 qui pouvaient apporter au patrimoine musical malgache. Probablement, l’apogée du folk a pris fin avec l’entrée en scène de cet artiste dont le premier album a été « Kalangita ». Inoubliables les solos stratosphériques au saxophone sur « Iray lalàna », ou encore, le crescendo émotionnel sur « Amorom-parihy ». Idéal pour finir la journée.

Ambondrona, le phénomène du rock malgache, signe un album solide avec « Fahadimy » (crédits photos : AMBONDRONA)

« Fahadimy » – AmbondronA   

L’album de la confirmation pour AmbondronA, monstre sacré du rock malgache, « Fahadimy » mérite d’être écouté en confinement pour la simple raison qu’elle sonne la maturité du band. Rien que le titre « Mankasitraka aho », c’est presque tout le résumé du parcours déjà fourni par la bande à Beranto. Comme si le groupe venait d’effectuer presque la moitié de son parcours. Cela se ressent avec des ballades absorbées et douloureuses comme « Ampy ahy », « Saino »… Pour attaquer la soirée, « Fahadimy » fera l’affaire.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

ONG DIRECT AID : Aides aux Handicapés de Sabotsy Namehana

Photo de famille du staff de la commune de Sabotsy Namehana et les membres de l’ONG DIRECT AID et les représentant s des handicapés.

A cause du confinement, plusieurs familles qui ont des handicapés physiques ou mentaux en leur sein, sont à bout de ressources, car les personnes qui les prennent en charge, comme tout le monde, ne peuvent pas travailler à plein temps et de ce fait, leur pouvoir d’achat diminue et elles n’arrivent plus à joindre les deux bouts. Comme il n’est pas possible de laisser à leur sort ces personnes qui sont dans l’incapacité de travailler car elles nécessitent des soins particuliers, même si elles constituent de lourds fardeaux pour les familles concernées. Devant cette situation et à l’occasion de la fin de Ramadan, l’ONG DIRECT AID sous la houlette de M. Allaoui Benassa, en étroite collaboration avec la commune rurale de Sabotsy Namehana dirigée par le dynamique maire Andriamosa Avotraina, a distribué du riz, de l’huile, de sucre, du lait et des spaghettis aux 120 personnes nécessiteuses dans cette localité. Il a procédé aussi à la distribution de masques à cette occasion hier matin à la salle polyvalente de la mairie.

Nary

Midi Madagasikara0 partages

Santé et éducation : La fondation BOA apporte un soutien de 530 millions d’ariary

(Crédit photo : Princy)

La fondation BOA, toujours dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, vient en aide au pays en offrant un don d’une valeur de 530 millions d’ariary pour soutenir l’éducation et la santé à Madagascar. Cette aide ne consiste pas en un versement d’une somme d’argent pour les ministères concernés, mais d’un don de divers produits à la population et aux autorités. Les enseignants et les élèves ont par exemple reçu 100.000 masques de la part de BOA-MADAGASCAR. Quant à la fondation BOA, elle a offert 2.000 bouteilles d’eau de javel et 2.000 bouteilles de lave-mains pour assurer l’hygiène au niveau des établissements scolaires publics, 16 tonnes de riz, 6,6 tonnes de haricots, et plus de 400 litres d’huile aux cantines scolaires, ainsi que 4.000 packs alimentaires pour les élèves des écoles primaires publiques et leurs familles. La distribution de ces denrées et produits a débuté hier 14 mai 2020, à l’EPP de Tanjombato.

Sur le plan médical, la fondation BOA a également contribué à l’achat d’une ambulance pour soutenir les autorités sanitaires malgaches. L’affectation de ce véhicule est confiée au gouvernement qui décidera de l’endroit qui en a le plus besoin. Les aides de cette fondation ne vont pas s’arrêter là car avant l’arrivée de la pandémie, elle a déjà entamé quelques chantiers pour ne citer que la mise en place d’un deuxième centre de vaccinations à Analamanga.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Santé : Les avantages du planning familial dans la conjoncture actuelle

La planification familiale ou planning familial regroupe tous les moyens qui permettent de contrôler les naissances. Ce qui en fait un allié non négligeable pour les ménages qui désirent éviter les grossesses non désirées. Et comme la situation du pays actuellement est propice aux grossesses non désirées, le Dr Onisoa Ralidera, directrice nationale d’Options pour WISH2ACTION programme a tenu à rappeler l’existence de plusieurs moyens de contraception et de planning familial accessibles à Madagascar. Il y a par exemple la méthode naturelle qui consiste à calculer la date d’ovulation de la femme. Mais ce n’est pas tout, les méthodes contraceptives utilisant des hormones comme la pilule, les implants, ou encore les contraceptifs injectables qui protègent aussi des grossesses non désirées. De plus, les préservatifs masculins et féminins, le dispositif intra-utérin sont autant de moyens au service du bien-être et de l’autonomie de la femme, garants de la santé et du développement des communautés.

Pour le Dr Onisoa Ralidera, « Le fait de recourir à un planning familial représente une envie de mieux gérer la vie en famille en éloignant les risques de grossesse non désirée et les grossesses trop fréquentes. Une femme qui fait appel aux méthodes de planning familial peut se concentrer pleinement sur sa santé, l’éducation de ses enfants, et sa vie conjugale. Elle n’est pas gênée dans son travail, a la possibilité de poursuivre ses études, et contribuer ainsi au développement de sa communauté. Si tout un chacun adopte les bonnes mesures, il va de soi que le pays pourra aisément se développer » nous a-t-elle expliqué. Selon elle, la planification familiale joue un rôle crucial dans le développement de Madagascar et la sensibilisation des ménages devrait être renforcée en ces temps de crise sanitaire où de nombreux couples sont obligés de rester chez eux.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Moramanga : Réunion des responsables du centre opérationnel

Dans la région Alaotra-Mangoro, plus précisément dans le district de Moramanga, on a constaté ces derniers temps, une hausse des cas confirmés du coronavirus. Face à cette situation déplorable, les responsables au niveau du centre opérationnel se sont réunis, hier. Il s’agit, notamment, de trouver une solution pour freiner ou du moins d’atténuer la propagation de cette maladie contagieuse. Par ailleurs, la région a pris la décision de procéder à l’aménagement d’un lieu de travail et de repos pour ceux qui travaillent au niveau des barrages sanitaires de Beforona et de Marozevo.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Fenerive Est (Analanjirofo) : Attaque d’un opérateur économique : sa fille prise en otage

Quatre individus, impliqués dans une attaque à main armée et de prise d’otage, ont été pris dans les mailles du filet tendu par les éléments de la police au sein de la Direction régionale de la sécurité publique d’Analanjirofo. Deux femmes faisaient partie de la bande.

La semaine dernière, une bande de malfaiteurs a pris pour cible un opérateur économique de la région près du village d’Ambodihazinina dans la commune rurale d’Ambatoharanana, district de Fenerive Est. Un pactole de 99 millions d’ariary a été dérobé ce jour-là. Dans la foulée, les bandits ont enlevé de force la fille de leur victime. Ils en ont fait une monnaie d’échange pour protéger leur fuite. S’étant assurés qu’aucune personne n’a osé leur barrer la route, ils l’ont remis en liberté quelques heures après.

On a appris que l’un des ravisseurs a été appréhendé par les villageois lors d’une course poursuite lancée dans la nuit même après l’attaque. Remis entre les mains des forces de l’ordre qui sont arrivés sur les lieux, il a fait, aussitôt, l’objet d’une enquête policière. Le captif, se révélant être le cerveau de l’équipe, a été soumis au feu roulant de questions des enquêteurs, à l’issue duquel il a fini par révéler les noms de ses acolytes. Une indication précieuse que la police s’est servi pour procéder ainsi, de fil à l’aiguille, à l’arrestation de trois de ses complices à Toamasina, mercredi dernier. Par ailleurs, les sources policières ont mentionné que cinq autres personnes, dont les détendeurs de la somme volée font l’objet d’une recherche active, actuellement.

Hier, l’affaire a été déférée au Parquet et les quatre compères sont placés sous mandat de dépôt, toujours d’après nos sources.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : L’OMS affaiblie par la pandémie

L’OMS n’a pas de pouvoir de sanction ni de coercition sur les États membres qui sont souverains dans leurs décisions.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est de plus en plus critiquée dans les politiques de santé qui restent dans le domaine des Etats nations.

Bis repetita pour l’OMS qui avait été déjà critiquée pour sa gestion de la crise du virus H1N1 à cause de « graves lacunes en matière de réactivité et de transparence du processus de décision liés à la pandémie ». L’agence onusienne était soupçonnée d’être sous l’influence voire sous l’emprise des grandes industries pharmaceutiques par rapport à ses décisions concernant la pandémie. Afin de mieux se préparer à d’éventuelle nouvelle pandémie, des recommandations ont été alors faites dans un rapport d’experts adopté par les Etats membres – dont Madagascar – qui dispose chacun d’une voix au sein de l’Assemblée mondiale de la santé, l’organe décisionnel de l’OMS.

Lobbying et conflits d’intérêts. Avec la pandémie de Covid-19, des cas suspects de lobbying et de conflits d’intérêts semblent resurgir au niveau de l’OMS dont le budget repose en partie sur les contributions fixes des Etats membres qui ne sont pas forcément en parts égales. Les Etats-Unis étaient le principal contributeur avec 893 millions de dollars. Ce qui est presque l’équivalent du budget 2020-2021 prévu pour les urgences sanitaires estimé à 888,8 millions de dollars. Sans compter les 201 millions de dollars dépensés en frais de déplacement par les dirigeants de l’OMS qui voyageaient en avion de première classe et descendaient dans des hôtels de luxe alors que l’agence compte – au propre comme au figuré – sur les contributions volontaires d’organisations publiques et privées pour renflouer sa caisse.

État souverain. En somme, c’est le cas de le dire, l’OMS est fortement affaiblie financièrement après le retrait des Etats-Unis qui assuraient 15,9% du budget de l’organisation que Donald Trump accuse d’avoir fait preuve de complaisance vis-à-vis de la Chine dans la gestion de la crise sanitaire mondiale provoquée par la pandémie de coronavirus. Le DG de l’OMS est taxé de faire le jeu de Pékin dans cette diplomatie humanitaire à travers laquelle chaque Etat membre conserve sa souveraineté. « Madagascar est un pays souverain », a d’ailleurs réitéré le président Andry Rajoelina lors de son entretien en duplex sur France 24 et RFI. Une riposte à la mise en garde contre l’utilisation du Covid-Organics par l’OMS qui est pourtant censée « inciter, financer et coordonner la recherche médicale ». 

Faiblesses et dysfonctionnements. Le DG de l’agence, Tedros Adhanom Ghebreyesus lui-même devait reconnaître que « les pays, les partenaires de la santé, les fabricants et le secteur privé doivent agir de concert pour veiller à ce que chacun puisse profiter des fruits de la science et de la recherche ». C’est le cas du « Tambavy CVO » qui est approuvé par bon nombre de pays africains, malgré la mise en garde de l’OMS qui ne dispose pas, il est vrai, de pouvoir de sanction ni de coercition  sur les États membres. Au contraire, ces derniers ont… testé et dépisté les faiblesses et les dysfonctionnements de l’OMS dans la gestion de la pandémie de Covid-19. Tout particulièrement à travers les vrais faux résultats de cas positifs qui ont amené le gouvernement malagasy à diligenter des investigations. De son côté, le ministère burundais des Affaires Étrangères a émis une note verbale déclarant « persona non grata » le Représentant de l’OMS et 3 autres experts de l’organisation qui « doivent quitter le Territoire du Burundi avant le 15 mai 2020 ». Une manière pour Bujumbura d’affirmer sa souveraineté en cette période de crise sanitaire mondiale.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Secteur des TIC : Grogne du GEFP sur la redevance de 1% sur les chiffres d’affaires

Le secteur des TIC sont parmi les secteurs pourvoyeurs d’emplois à Madagascar.

« L’Autorité de Régulation des Technologies de Communication (ARTEC) réclame en ce moment la présentation des états financiers des opérateurs œuvrant dans le secteur des TIC, notamment les centres d’appels, en vue du paiement d’une redevance fixée à 1% de leurs chiffres d’affaires. Cependant, la crise sanitaire affecte également ce secteur porteur », a dénoncé le Président du GEFP, Hery Lanto Rakotoarisoa.

L’an dernier, l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM) a délivré huit nouveaux agréments dans le secteur des TIC (Télécommunications Informations et Communications). Les opérateurs œuvrent notamment dans les domaines de l’externalisation de services, de traitement des données informatiques et de centres d’appels. En ce qui concerne les opérateurs travaillant surtout dans le domaine de centres d’appels et qui sont membres du Groupement des Entreprises Franches et Partenaires (GEFP), ils font la grogne. En effet, « l’Autorité de Régulation des Technologies de Communication (ARTEC) leur réclame en ce moment la présentation de leurs états financiers en vue du paiement d’une redevance fixée à 1% de leurs chiffres d’affaires alors que la crise sanitaire affecte également ce secteur porteur », a dénoncé le Président du GEFP, Hery Lanto Rakotoarisoa. Et ce, en vertu de l’application de la Loi 2005-023 régissant le secteur des Télécommunications, de l’Information et de la Communication.

Baisse d’activité. Et lui d’ajouter que la plupart des membres de ce groupement ont connu une baisse d’activité en raison de la pandémie de covid-19 qui touche de nombreux pays dans le monde, y inclus Madagascar. « Les opérateurs œuvrant dans les centres d’appels procèdent en ce moment à une compression de leur personnel en raison de la baisse des contrats avec leurs clients basés à l’extérieur, notamment en Europe », a-t-il enchaîné. Dans la même foulée, ces opérateurs implantés dans la Grande Île doivent respecter les mesures de restriction dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire en appliquant entre autres, le respect de la distanciation sociale de 1 mètre, pour faire face à cette crise sanitaire. « Ils sont ainsi contraints de réaménager les horaires de travail de leurs collaborateurs en leur faisant une tour de rotation au lieu de travailler 24 heures/24 heures », d’après toujours les explications du président de GEFP.

Loi sur la Zone Franche. Entre-temps, « l’ARTEC relance le paiement de la redevance de 1% sur leurs chiffres d’affaires en demandant la présentant de leurs états financiers, et ce, pour un délai imparti jusqu’au 31 mai 2020. Ce sujet fait encore l’objet de discussion entre les parties prenantes depuis ces derniers temps. En fait, les membres du GEFP sont plutôt régis par la Loi sur la Zone Franche et ne devraient pas ainsi être assujettis à cette forme de taxation. A part cela, l’Autorité de Régulation des Technologies de Communication prélève déjà cette redevance de 1% aux fournisseurs d’accès à l’internet. On se demande ainsi pourquoi elle réclame la même redevance auprès des utilisateurs ? », a soulevé Hery Lanto Rakotoarisoa.

Réticence des investisseurs. Par ailleurs, le président du GEFP a évoqué les retombées économiques négatives au niveau du secteur des TIC si l’Etat persiste à imposer cette redevance de 1% sur les chiffres d’affaires des opérateurs des services de télécommunication. En effet, « les opérateurs risquent de plier bagage pour investir ailleurs. Force est de remarquer que ce flou en matière de régime fiscal a entraîné une réticence des investisseurs à s’implanter dans le pays depuis l’année dernière », a-t-il poursuivi. Il est à noter que les investissements prévus en 2019 axés principalement sur le secteur des TIC s’élèvent seulement à plus de 3,778 milliards d’ariary, selon les statistiques publiées par le GEFP. Les leaders francophones en matière de Call Center sont présents à Madagascar. C’est également un secteur pourvoyeur d’emplois. Notons qu’un responsable de l’ARTEC que nous avons contacté hier pour sa version, n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Un dossier à suivre.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambodivona : Mpivarotra kodiarana voatafika

Amin’ny andro antoandrobe nanahary no raikitra ny fandrobana, ny alarobia teo. Tokony ho tamin’ny iray ora sy sasany, amin’ny fotoana nivoahan’ny tompon’ny tsena ny toerana no niditra an-tsehatra ireo olon-dratsy izay tombanana ho efatra ny isan’izy ireo. Ny roa no avy hatrany dia nandrangaranga basy ary nisintona ny vola izay natao tao anaty harona plastika. Ny roa hafa kosa dia nijery sy nampihorohoro ny manodidina sao misy miditra an-tsehatra tampoka. Toa efa fantatr’izy ireo mihitsy ny misy ny vola, raha ny fandinihana ny fizotran’ilay fanafihana. Tsy naharitra ela arak’izany dia tontosa ny asa ratsy. Mpivarotra kodiarana ny voatafika ary raha araka ny fanamarihana, dia mitentina fito tapitrisa ariary no voaroba, izany hoe ny vola maty iny andro iny, miampy izay mety ho tahirin’ny tompony. Nitsoaka an-tongotra niditra tany anelakelan-trano ny olon-dratsy nony avy teo. Noho ny fisian’ny basy teny amin’ireo mpanafika, dia tsy nisy sahy ny nanara-dia ny olona. Nanao tifi-danitra rahateo iretsy voalohany. Tonga ny polisy taorian’izay ary nanao fisafoana ny manodidina. Mbola hita teo ny taim-bala roa izay nampiasain’ireo mpanafika. Raha ny filazan’ireo mpivarotra kodiarana izay betsaka izy ireo no eo Ambodivona, dia efa saika notetezin’ny jiolahy ny toeram-pivarotana. Mitaraina arak’izany izy ireo ny amin’ny mba tokony hanasiana mpitandro ny filaminana eo amin’ny manodidina na hanamafisana ny fisafoana, mba farafaharatsiny hampihemotra ny jiolahy mpanao fanafihana mitam-piadiana.

D.R