Les actualités Malgaches du Mercredi 15 Mai 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara9 partages

Energie propre à Toliara : Zéro délestage dans quatre mois

Toliara est le lieu où le kilowatt est le plus cher de l’île, ce qui explique l’échec de nombreux projets. Il est donc tout à fait normal que la Cité du Soleil bénéficie d’une promotion exceptionnelle en matière d’énergie, et cerise sur le gâteau, la ville chouchoutée a obtenu le plus grand score pour les dernières présidentielles.

Fini délestage, zéro délestage, c’est ce qui ressort des éclairages donnés par Enelec du groupe Filatex, promoteur du projet Centrale Solaire PV à Toliara en collaboration avec « Akuoenergy » et « atmosfair ». Cette dernière assure la propreté du produit obtenu : énergie renouvelable. La nouvelle Centrale occupera 3ha près de l’emplacement de l’Ex-Sumatex à Andranomena. Elle produira 2,9MWc (sur 7,5Mw besoin de Toliara) que la Jirama va exploiter et distribuer dans le réseau habituel pour réduire les délestages à zéro. L’avantage pour la Jirama ? Respirer tant que le soleil est présent pour procéder à la maintenance. Les groupes thermiques prennent le relais la nuit. Une économie substantielle tout de même (30%) grâce aux panneaux solaires photovoltaïques (PV). Quel dommage que les batteries ne soient pas prévues par le projet ! L’alternance des deux productions d’énergie s’appelle : hybridation, terme qui convient très bien pour notre ville, remplie de jolies métisses.

Charles RAZA

Midi Madagasikara8 partages

SOCIO …SCOPIE

Orientation scolaire. Bientôt, les séries A, C, D et autres, dans l’Education nationale et l’Enseignement technique, n’auront plus cours. Les élèves s’orienteront vers l’une des trois séries suivantes : la série littéraire (L), plus adaptée aux élèves obtenant de bons résultats dans les matières littéraires (malagasy, français et anglais), la série scientifique (S) qui siéra aux élèves beaucoup plus performants en maths, physique et chimie et SVT ; et la série OSE (organisation, société et économie) pour les élèves visiblement plus à l’aise en histoire, géographie ainsi que dans les disciplines économiques et sociales. Cette mesure entre dans le cadre du Plan sectoriel de l’Education (PSE) du ministère en charge de l’Education et de l’Enseignement technique. La mise en œuvre du PSE couvre la période 2018-2022.

Hanitra R.

 

Midi Madagasikara5 partages

Décès : VHF et « Zopanage » perdent leur fondateur

José Laure Parfait Lalanirina un homme de musique et de partage.

Le milieu du « folk » malgache vient de perdre un de ses illustres inconnus, José Laure Parfait Lalanirina, fondateur du groupe « Zopanage » et plus tard de « Vavaka Hira Fiderana » (VHF) s’en est allé le 13 mai. Un décès qui enlève deux membres fondateurs du groupe Zopanage. Dont le titre « Namana » a été porté à la postérité il y a quelques années. Chanté sur les places animées des quartiers ou les couloirs des bas-fonds, ce morceau est parfois devenu l’hymne des collègues de bureau, de la génération ’80 et ’90…

Ce que Herinaivo Randriamasinoro, Gothlieb sur les planches, n’a pas manqué de souligner dans son hommage. « C’est lui qui a créé ce titre, il a ensuite fondé le groupe VHF plus tard. Repose en paix Ra-Parf… Tes chansons resteront à jamais ». Le groupe « Zopanage » résume à lui tout seul le parcours de bon nombre de formations et de musiciens de la capitale. « La formation a vu le jour en 1982 au Lycée Gallieni » annonce le groupe. Un lycée qui a vu l’éclosion de plusieurs artistes de renommée actuellement. Pour les nostalgiques, avant que la page d’une époque ne se ferme, ce sont des phrases et des petites histoires qui se concluent ces dernières années.

Le corps de José Laure Parfait Lalanirina quittera son domicile au Lot IVY près 56 Ter Anosipatrana Atsinanana, demain à 6 h du matin avant un hommage religieux à l’église FPVM Taninanandrano Besarety. Ensuite, il sera emmené à Vatotsara Ankerana Antsirabe II pour rejoindre sa dernière demeure le 17 mai à midi.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara3 partages

Guanomad : Une subvention de 4 millions Ar pour l’ONG Masoandro Mody

Lors de la signature de la convention de partenariat entre les deux parties.

Diverses actions ont été entreprises par la société Guanomad dans le cadre de ses activités de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise), et ce, via l’association « Ho Maitso ny Tontolo » (HMT) qui a été créée en 2010.

Celle-ci cible et opère dans quatre axes pour mener ses interventions dans toutes les régions de l’île où sont implantées ses antennes. Il s’agit notamment de la lutte contre l’insécurité alimentaire, du développement rural, du développement de l’agriculture biologique et de la protection de l’environnement. Cette fois-ci, Guanomad, l’entreprise spécialisée en matière de production d’engrais biologiques à base de guano, vient d’allouer une subvention d’une valeur de 4 millions d’Ariary au profit de l’ONG Madagascar Alzheimer « Masoandro Mody » suite à l’appel à contribution de la part de cette dernière.

Partenariat renouvelé. En effet, « l’association « Ho Maitso ny Tontolo » s’engage à financer et à approvisionner la cantine de ce centre qui s’occupe des personnes de troisième âge notamment atteintes de la maladie alzheimer ». Domoina Rajaonary, la présidente de HMT l’a expliqué hier lors de la signature de la convention de partenariat avec la présidente fondatrice de Madagascar Alzheimer « Masoandro Mody », Rason Andriamaro Yolande au siège de l’ONG à Mahazoarivo. Notons que les deux parties ont renouvelé leur forme de partenariat qui date de 2010.

Activités vertes. En outre, l’association « Ho Maitso ny Tontolo » a déjà réalisé de nombreuses actions en faveur de ce centre depuis son parrainage, il y a neuf ans de cela. On peut citer, entre autres, le soutien psychologique des patients, l’organisation de divers évènements tels que les journées de la femme et de grand-mère, la sortie en nature pour les personnes âgées et la célébration du 25e anniversaire du centre. A part cela, Guanomad octroiera des semences et des engrais à cette ONG, par le biais de sa branche chargée de ses activités de RSE, et ce, d’une manière décentralisée, qu’est « Ho Maitso ny Tontolo ». Ces intrants seront destinés à promouvoir des activités vertes comme le reboisement et les cultures agricoles, qui seront entreprises par les personnes âgées. Tout cela entre dans le cadre de la réalisation de l’engagement de l’entreprise dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et dans des actions sociales en faveur des personnes âgées.

Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

HCC : Déchéance d’un sénateur caméléon, haro sur les abus d’autorité

Lors de son audience privée qui s’est tenue hier à Ambohidahy, le juge constitutionnel a rendu hier un Arrêt et une Décision importants. Le sénateur Jeannot Fernand du TIM a démissionné de ce parti le 24 mars 2019 pour se présenter sous les couleurs d’une autre formation politique aux législatives du 27 mai prochain. Ce qui a amené le numéro Un du TIM, Marc Ravalomanana à demander au président du Sénat, d’enclencher la procédure de déchéance à l’encontre du « mpamadika palitao » ou du sénateur caméléon, en application de l’article 72 alinéas 1 et 2 de la Constitution qui dispose que « Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire ». Des dispositions « applicables par analogie » au Sénat. Le président de la Chambre haute de saisir alors la HCC le 24 avril dernier aux fins de « décider la déchéance du sénateur Jeannot Fernand du parti TIM ; constater la vacance du siège dudit sénateur ; désigner sénateur de Madagascar Monsieur Mahaliny du parti TIM, en remplacement de Monsieur Jeannot Fernand.

Verdict. A l’issue de son audience d’hier, la HCC a rendu son verdict à travers l’Arrêt suivant :

« Article premier : La saisine du président du Sénat est déclarée recevable.

Article 2 : La déchéance du sénateur Jeannot Fernand est prononcée. 

Article 3 : La vacance d un siège de sénateur au Sénat est constatée à la suite de la déchéance de Monsieur Jeannot Fernand.

Article 4 : Est désigné sénateur de Madagascar, le candidat Mahaliny, suppléant de la liste TIM de Mahajanga.

Article 5 : Le présent arrêt sera notifié au Président du Sénat, au président national du parti TIM, à Monsieur Jeannot Fernand, à Monsieur Mahaliny et publié au Journal Officiel de la République.

Suppression du Sénat. Jeannot Fernand a ainsi perdu son « seza » au profit de Mahaliny. Reste à savoir pour combien de temps ce dernier pourra-t-il siéger au Palais d’Anosikely avec la suppression programmée du Sénat de la carte des Institutions de la Quatrième République. Et ce, avec le projet de révision de la Constitution qui sera certainement remis sur le tapis au lendemain des législatives. A propos, la HCC a également rendu hier sa Décision concernant l’ordonnance n°2019-002 portant loi organique modifiant et complétant certaines dispositions de la loi organique n°2018-008 du 11 mai 2018 relative au régime général des élections et des référendums.

Oui ou Non. La HCC d’émettre une réserve par rapport à la conformité à la Constitution de l’article 55 (nouveau) en considérant que « la nouvelle formulation de l’article 55 instaure désormais une distinction entre « campagne électorale » et « campagne référendaire » ; que, concernant particulièrement la campagne référendaire, le référendum est une procédure de vote permettant de consulter directement les électeurs sur une question ou un texte, qui ne sera adopté qu’en cas de réponse positive ; que, lors d’un référendum, les électeurs répondent par « oui » ou par « non » à une question ; que le principe d’égalité qui s’applique aux scrutins démocratiques, doit ainsi régir aussi bien la campagne électorale que la campagne référendaire ».

Pressions, menaces. Réserve aussi sur l’article 62 bis en considérant que « le droit de suffrage ne peut être valablement exercé qu’en toute liberté ; qu’en matière référendaire, l’égalité devant le suffrage limite les facultés des partisans d’une option de se prévaloir de soutiens officiels qui pourraient constituer des pressions sur les électeurs, sensibles à une recommandation d’une personne dotée d’une autorité ou d’une fonction particulière ; que l’abus d’autorité, les pressions ou menaces, même indirectes, qui émanent d’autorités officielles peuvent altérer la liberté de choix de l’électeur : que les annonces ou manifestations de soutien à une option ne doivent pas altérer la liberté de choix des électeurs ».

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara2 partages

Mois de la Protection sociale : Association des projets gouvernementaux de protection sociale aux activité...

« Carton plein » pour la conférence-débat sur la protection sociale à l’Université d’Antananarivo (« Amphi DEGS ») hier.

Durant ce mois de mai, Madagascar célèbre le mois de la protection sociale. Pour renforcer la mobilisation du grand nombre en faveur de ce levier du développement socio-économique et l’effectivité de sa mise en œuvre à Madagascar, les projets gouvernementaux de protection sociale ont été associés avec les activités du programme Tagnamaro mai 2019.

Ainsi, ce 15 mai 2019, Journée internationale de la Famille, les actions débutent déjà, dans la capitale et dans les régions (15). Pour Antananarivo, les familles démunies d’Isotry sont privilégiées. Tout ou partie des activités prévues pour le Tagnamaro ont ainsi été démarrées ce jour, à savoir : la réhabilitation de l’Ecole primaire publique d’Anatihazo Isotry, la sensibilisation de l’éducation des enfants, le suivi sanitaire mères et enfants, la promotion des droits fondamentaux, la promotion des activités génératrices de revenus (AGR). Coordonné par le Ministère de la Protection sociale, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) et avec le partenariat stratégique du Ministère de la Culture et de la Communication, et le partenariat d’autres acteurs tels que le Fonds d’Intervention pour le Développement (Agence d’exécution), l’Office national de Nutrition, l’ONG Care international, le Catholic Relief Services (CRS), le Secteur privé et l’Université d’Antananarivo. Conformément à l’esprit Tagnamaro, l’appel à la mobilisation et la participation citoyenne est lancé. Dans la foulée, une conférence- débat et un partage d’expériences et de bonne pratique sur la protection sociale ont été organisés hier à l’Université d’Antananarivo, pour sensibiliser et inclure les jeunes intellectuels dans le processus de « démocratisation » et promotion de la protection sociale.

Agir ensemble. Pour la célébration de ce mois de la protection sociale, l’objectif est de mener à une mobilisation et un à appel massif à l’action. Comme l’indique clairement la devise : « Agissons ensemble pour offrir une protection sociale pour tous ». D’un point de vue socio-économique en effet, des études et expertises internationales et nationales ont montré que la protection sociale non contributive- se manifestant notamment par des filets sociaux de sécurité- représente un moyen efficace et pérenne de sortir de l’extrême pauvreté et de tendre progressivement vers une croissance socio-économique durable et un développement humain. Un constat valable au niveau global, que ce soit en Amérique latine, en Afrique subsaharienne, au Maghreb, dans l’Océan indien, etc., en dépit toutefois de variations sensibles. Pour en revenir au cas national, le MPPSPF et ses partenaires techniques et financiers estiment que la protection sociale- grâce à sa transversalité- peut sortir les 52,7% de Malgaches enlisés dans l’extrême pauvreté. Depuis 2016, 5% des concernés ont déjà pu sortir de l’extrême pauvreté. Actuellement, l’objectif est de sortir 15% de plus de 2019 à 2023, mais le budget nécessaire est estimé à 443 millions de dollars, alors que le financement national est, pour l’instant, insuffisant (2 à 5%) du montant fourni. Pour information, les principaux bailleurs du projet gouvernemental de filets sociaux de sécurité sont la Banque mondiale et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF). D’autres activités sont prévues pour célébrer ce mois de la Protection sociale, nous en parlerons.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara1 partages

Ministère des Transports : Un nouveau guide des usagers de la route

Le nouveau guide des usagers de la route sera vulgarisé ce jour au « Le Pavé » à Antaninarenina. Un évènement organisé de concert avec le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, en collaboration avec la police nationale et la gendarmerie nationale et appuyé par le PNUD.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Bois de rose : Blanchiment de capitaux de plusieurs centaines de millions d’ariary

Le trafic illicite de bois de rose est réprimé par la loi.

Le BIANCO a saisi le Pôle Anti-Corruption après ses investigations pour la suite du traitement du dossier.

Ces derniers temps, le Bianco ne chôme pas. A cet effet, il avait été saisi d’une doléance anonyme dénonçant des faits soupçonnés de corruption, de trafic illicite de bois de rose, et de blanchiment de capitaux perpétrés depuis 2014 par un trafiquant de Bois de rose bien connu et qui est en prison depuis quelques mois. Les enquêtes effectuées et les renseignements recueillis par le BIANCO ont pu mettre en exergue des faits suspectés de blanchiment de capitaux d’une valeur de plusieurs centaines de millions d’Ariary provenant d’exportations illicites de bois de rose contre le tristement célèbre trafiquant et deux de ses complices. Le blanchiment de capitaux étant une infraction assimilée à la corruption à part entière, le BIANCO a saisi le PAC après ses investigations pour la suite du traitement du dossier.

Plan d’action. Faut-il rappeler que la Cour spéciale qui traitera les affaires de bois précieux ou les exportations illicites d’animaux en voie de disparition ou protégés a été mise en place le 13 juillet dernier. L’installation de cette chaîne spéciale rentre notamment dans le cadre du plan d’action CITES (convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) ; des espèces de bois précieux « ébène, palissandre et bois de rose » de Madagascar qui figurent dans l’annexe II, donc interdits d’exportation. Notons que le ministère de la Justice, de par sa mission d’assumer la primauté de droit, d’œuvrer pour la restauration de l’Etat de Droit, joue un rôle clé dans le cadre du renforcement de l’application de la loi sur les infractions forestières. La loi N° 2015-056 du 03  février 2016 relative à la création de cette chaîne et à la répression des infractions relatives aux bois de rose et aux bois d’ébène a été adoptée

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Ambohimangidy-Ampitatafika : Des menaces d’attaque des « dahalo » terrorisent les habitants

Des coups de feu ont fait paniquer les habitants d’Ambohimangidy-Ampitatafika, la nuit du 13 mai en début de la soirée. Ce fait s’est produit, juste au moment où les forces de l’ordre, en l’occurrence des éléments de la brigade de la Gendarmerie de Fenoarivo étaient en train de sécuriser la localité après avoir été alertés de l’existence des bandits qui s’apprêtaient à commettre des attaques dans quelques « fokontany » de la commune d’Ampitatafika, dans le district d’Antananarivo-Atsimondrano. Cette nuit-là, le commandant de brigade de Fenoarivo qui se charge de cette circonscription a affirmé avoir reçu un appel de la part de personne de bonne volonté indiquant la présence d’un groupe de personnes qui s’apprêterait d’attaquer le  village de Tsararay, dans le « fokontany » d’Antsinanambohitra, toujours dans la commune d’Ampitatafika. Une fois sur place les gendarmes ont alors entendu des coups de feu à Ambohimangidy. Ce qui les a amenés à rejoindre les lieux pour vérifier ce qui s’y était passé. C’était en ce moment qu’ils étaient informés qu’un habitant du village, ayant un fusil, a lancé des coups de feu, juste pour intimidation. Quelque temps après, la gendarmerie a reçu de nouveau un appel signalant la présence d’un groupe de « dahalo » susceptible d’investir dans le « fokontany » d’Andrefambohitra, toujours dans la même commune. Face à cette situation, les éléments des forces de l’ordre sur le terrain commençaient à s’inquiéter d’une manœuvre de déstabilisation. Malgré tout, ils ont encore rejoint Andrefambohitra mais en vain. Une fois sur place, ils ont reçu un autre appel du même genre, mais celui-ci a averti des raids à Ambohimahitsy et Alatsinainy Ambazaha. Pourtant, ces menaces n’ont jamais été concrétisées. Quoiqu’il en soit, le commandant de brigade de la gendarmerie de Fenoarivo en tant que premier responsable de la sécurité dans cette circonscription affirme avoir déjà pris toutes les dispositions qui s’imposaient. Etant donné qu’hier, un autre renseignement a encore annoncé l’existence d’une centaine de « dahalo » en train de fomenter une attaque à Ambohimangidy.

T.M.

Madaplus.info0 partages

Madagascar: plus de 60 candidatures pour le poste de Directeur Général du BIANCO.

La date limite du dépôt de dossier pour postuler au poste de Directeur Général du BIANCO (Bureau Indépendant Anti-Corruption), les candidatures sont nombreuses. Pour la session de 2014, les candidatures n’ont dépassé l’effectif de 40, pour cette fois, elles sont plus de 60.
Notons que Jean Louis Andriamifidy terminera son mandat pour ce 23 Juin prochain, son successeur sera nommé le début du mois de Juin. Le dépouillement commencera ce Jeudi 16 Mai prochain avec la participation massive de quelques institutions telles que la Justice, la Gendarmerie et la Police Nationale, la société civile, l’ordre des avocats, l’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar et d’autres encore.
Ino Vaovao0 partages

FITSIRIHANA TANY ATAON’NY KAOMININA MAHAJANGA : Efa vita ny 40% amin’ireo antontan-taratasy voapetraka

Niato nandritry ny fotoana maro izy io teto Mahajanga saingy efa mandeha ara-dalàna ankehitriny. Tsy amaritana ny fananan-tany ny fitsirihana fa fizahana ny mombamomba ny tany. Maro ny zavatra jerena amin’ny fitsirihana, ka misy komisiona misahana izany, azo avy amin’ny sampan-draharaha maro. 

Ao anatin’izany ny famantarana ny toerana misy ilay tany angatahana. Fantarina koa raha efa misy titra na baorina.  Jerena raha efa nisy nangataka teo aloha. Azo anorenana trano sa tsy azo. Rehefa mazava ireo rehetra ireo dia atao ny fitanana an-tsoratra izay ampiarahina amin’ny antontan-taratasy fangatahana tany.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FITAKIANA FITSARANA MADIO : Hiroso amin’ny hetsika mafimafy kokoa ny tangalamena

Noho izany dia mitaky hamindrana toerana ireo Mpitsara ao an-toerana ny tangalamena. Nisy ihany mantsy ny fitakiana natao saingy tsy nahitam-bokany na tsy nisy nohainoana akory izy ireo hatramin’izao. Nampiantso mpanao gazety ny tangalamena nilaza ny hetahetany. Tamin’izany no nilazana fa olana goavana amin’izy ireo ny fampidirana am-ponja ilay depiote teo aloha sady lehiben’ny tangalamena. Tsy io ihany fa nisy olona efatra hafa ihany koa nogadrain’ny Fitsarana. 

Heverin’ireto tangalamena fa valifaty io raharaha io ka manaitra ny fanjakana mba handray fepetra ny amin’izany izy ireo. Nanamafy hatrany ireto vahoaka ireto fa raha tsy misy ny fandraisana andraikitra manoloana ity tranga ity dia nilaza hanao hetsika mafimafy kokoa ny fikambanana. Tsy vitan’izay fa efa nangataka hanao diabe izy ireo omaly fa nosakanan’ny manam-pahefana tao an-toerana, ho fitandroana ny filaminana.

Tatianà R.                                   

Ino Vaovao0 partages

FIFANDRAISANA ARA-BAROTRA : Vokatra voahodina no tokony haondran’i Madagasikara

Raha itodihana ny lasa, tao anatin’izay 58 taona handray 59 nahazoan’i Madagasikara fahaleovantena izay dia nionona fotsiny ho firenena  mpandray ireo vokatra voahodina avy any ivelany ary nanondrana ireo vokatra tsy mbola voahodina avy eto an-toerana i Madagasikara. Ireo vokatra tsy voahodina alefa any ivelany ireo anefa ny ankabeazany dia anaovan’ireo firenen-dehibe “tatireraka” sy vidiany amin’ny vidiny ambany dia ambany ary averiny aty amin’ny firenena andalam-pandrosoana tahaka an’i Madagasikara indray rehefa voahodiny saingy amin’izany dia avo efatra na avo dimy heny noho ilay vidiny nanondranana azy no vidiny.

Hialana amin’izany sy hanehoana ny hambopom-pirenena, araka ny fanamby napetraky ny Filoha indrindra no nilazan’ity mpahay toekarena ity fa tokony hohindrahindraina sy aely patrana eran-tany ny “Made in Madagascar” na ny vokatra vita eto Madagasikara. Tsy maintsy omena sehatra, hoy izy ny indostria manara-dalàna eto Madagasikara ka ny vokatra voahodina no tokony halefa any ivelany mba hahafahana manome asa ny tanora tsy an’asa. Nohazavainy ihany koa fa raha ny tokony ho izy dia farafaharatsiny isaky ny Distrika dia misy orinasa iray afaka manome asa ny mponina eo an-toerana ary toy izany hatrany hatrany no tokony hampiharina eny anivon’ny Kaominina sy ny fokontany. Ankoatra ireo anefa dia ilaina ihany koa ny fanamafisana ny lalàna mifehy ny fandraharahana eto Madagasikara mba ho ny vahoaka Malagasy no hisitraka ny tombotsoa voalohany amin’ireo tetikasa miorina eo ambonin’ny taniny.  

N.A

Ino Vaovao0 partages

ORINASA AMBATOVY : Manohana ny fizakantenan’ny vehivavy mpikambana ao amin’ny Mendrika

 Vao avy nanokatra toeram-pivarotana an’ireo zaitra sy asatanana vitany ny fikambanana ary ireo mpikambana 27 ao aminy dia samy efa afaka mampiroborobo samirery ny velon-tenany tsirairay avy, hoy ny fanampim- panazavana nomeny. Efa mahaleotena tanteraka mihitsy aza ny iray tamin’ireo mpikambana ka nahavita nanokatra fivarotana ho azy ao Morarano Gara sady mampiasa vehivavy roa tamin’ireo efa nomen’ny fikambanana fiofanana amina zaitra ankehitriny. Manohy manohana hatrany ny fikambanana Mendrika amin’ny asa fampizakan-tena ny vehivavy any an-toerana Ambatovy amin’ny alalan’ireo tohana eo amin’ny lafiny teknika amin’ny sehatra maro, indrindra ny fanamafisana ny fahaiza-manao mikasika ny fitantanana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FENITRA RSPO : Nampahafantarina ireo mpamboly ao Toamasina II ny alarobia 8 mey teo

Tonga tao Toamasina, ny alarobia 8 mey teo ny talen’izany aty Afrika, Elikplim Dziwornu sy Victor Yuk Tamanjong. Fotoana nampahafantarina izany tamin’ireo tantsaha tao Toamasina II miroso amin’ny fambolena hazo “Palmier”.

Fepetra valo

Tena ilaina sy tena ampiasain’ireo orinasa mpanodina sakafo ary fampiasan’ny olona an-trano ny vokatra azo avy amin’ny “Palmier” ankehitriny. Vokany, lasa mitondra olana amin’ireo firenena mpamokatra ny fanajana ny maholona sy ny tontolo iainana ary ny lalàna. Izay no nahatonga ny vondrona Eropeana nametraka ny fenitra ‘RSPO” ho fanajana ireo fepetra valo tsy maintsy arahina amin’ireo firenena mpamokatra sy mpanondrana vokatra azo avy amin’ny “Palmier” maneran-tany. Mbola misy ny fandeferana izao, saingy tena ho hentitra ireo firenena mpikambana ao Eropa manomboka amin’ny taona 2020 amin’ny fenitra “RSPO”, indrindra eo amin’ny fenitra ara-boajanahary sy ny tontolo iainana ary ny fanajana ny mpiasa.

Misy tombontsoa

«  Efa telo taona no niandrasanay izao fotoana izao, ankoatra ireo fepetra maro tsy maintsy arahina, dia tombontsoa betsaka ho anay izany  », hoy ireo fikambanana roa misy ao Fanandrana sy Ambotitandroroho Toamasina II, izay natao filamatra mikasika ny fambolena “Palmier” sy vokatra azo avy aminy. Ho an’ny Faritra Atsinanana koa dia mitondra tombony ho an’ny tantsaha ny fananana ny fenitra “RSPO” ity. Lasa fantatr’izao tontolo izao izy ireo ary miteraka fidiram-bola maharitra ho lovain-jafy. Efa tontosan’ireo tantsaha avokoa ny ankamaroan’ny fepetra napetraky ny vondrona “RSPO”, saingy misy kely mbola ahitsy fotsiny dia ho tratra ny fenitra napetraka ary hahazo izany ireo tantsaha ao Toamasina II ireo.

Ho an’ny orinasa “Huilerie de Melvile”, ny taona 2015 no efa nahazo ny fenitra “RSPO 110.633” izy ireo ka afaka miditra amin’izay eo anivon’ny tsena Eropeana sy tsena iraisam-pirenena. Isaky ny dimy taona no manao ny tombana amin’ny fanarahana ny fenitra io ny sampana aty Afrika ho fampanajana ireo fepetra valo napetraky ny tsena iraisam-pirenena momba ny vokatra azo amin’ny “Palmier”. Tsy izay ihany anefa no fenitra efa azon’ity orinasa ity, fa teo koa ny “Agri-Bio MGBio 154” sy ny “Bio Suisse Organic”. Ho an’izy ireo dia efa 18 volana no niandry izao fanaraha-mason’ny sampan’ny “RSPO” aty Afrika ny orinasa, ho fanamafisana ny fenitra efa azony ho fidirana misimisy kokoa amin’ny tsena Eropeana.

Ankoatra izany dia efa ny taona 2004 no natsangana ny fenitra “RSPO”, araka ny fanapahan’ny vondrona Eropeana sy ny sehatry ny varotra iraisam-pirenena momba ny menaka. Nanomboka io taona 2004 io mantsy dia tsy nitsahatra niakatra ny filan’ny mpanjifa ny vokatra izay mahatratra 70 tapitrisa taonina isan-taona izany nanomboka roa taona lasa izao. Ny antony dia mora ambolena sy hahazoana vokatra betsaka ny hazo “Palmier” noho ireo vokatra hafa fakana menaka.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

KARAMA FARANY AMBANY 200 000 ARIARY : Handraisana fepetra ireo orinasa tsy manaraka izany

 “Ny minisitera, ny vondromben’ny mpampiasa ary ny vondron’ny mpiasa ao anatin’ny sendika no miara-manapaka izany ary ezahina ny fametrahana asa mendrika ho an’ny rehetra, araka ny vinan’ny Filoha,” hoy ny minisitra, omaly. Raha tsiahivina dia nifanandrify indrindra tamin’ny voalohan’ny volana mey, izay andro iraisam-pirenena momba ny asa no nanambaran’ny Filohan’ny Repoblika, Andry Rajoelina tamin’ny fomba ôfisialy fa hampiakarina ho 200 000ariary, araka izay efa nampanantenainy nandritra ny fampielezan-kevitra sy tamin’ny fandaharana “ho eny Iavoloha” tao amin’ny haino aman-jerim-panjakana Tvm sy Rnm  ny karama farany ambany na Smig eto Madagasikara.

Efa navoakan’ny minisitera ny didy fampiharana izany ary efa miroso amin’ny fanatanterahana ny fampiharana izany ny eny anivon’ireo orinasa tsy miankina rehetra manerana ny Nosy ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny asa, ny fampananan’asa, ny asam-panjakana ary ny lalàna sosialy raha ny nambaran-dramatoa minisitra, io omaly io. Amin’izao fotoana izao dia eo an-dalam-panaraha-maso ny fampiharana io ny minisitera ary tsy maintsy hisy ny fepetra horaisina ho an’ireo minia tsy manaraka izany. Ankoatra ny fampiharana io karama farany ambany io dia isan’ny notanterin’ny minisitra omaly ihany koa fa tsy ho ela dia ho tonga eny anivon’ny minisitera rehetra ilay “Logiciel AUGURE” hahafahana mamantatra ny tena isan’ny mpiasam-panjakana marina na ireo mpiasam-panjakana raikitra izany na ireo mandritra ny fotoana fohy. Izany no natao moa dia mba hahafahana manadio ny asam-panjakana, araka ny velirano efa nataon’ny Filoha.

Mbola notsiahivin’ny minisitra nandritra io omaly io koa fa maro ireo mpiasa “matoatoa” nandany ny volam-panjakana teo aloha nefa tsy miasa akory ka mila fanadiovana goavana hitsitsiana ny volam-panjakana sy tsy handanindaniam-poana izany amin’ny tsy tokony handaniana azy. Hohamafisina toy izany ihany koa ny fanaraha-maso ny fandraisana mpiasam-panjakana toy ny eny amin’ny Infa sy Enam.

N.A

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITE ETO MADAGASIKARA : Nampitomboina ny haf...

Raha ny eto Madagasikara no jerena dia tsy mifanaraka amin’ny zava-misy sy ny fari-piainan’ireo mpianatra amin’izao vanim-potoanan’ny fanatontoloana izao intsony ny fitaovana ampiasaina ka zary lasa sakana amin’ny fidirana amin’ity rafitra Lmd ity ny fampiasana io aterineto tsy mifanaraka amin’ny filana io.  Noho izany indrindra dia nanambara ny minisitry ny fampianarana ambony sy ny fikarohana ara-tsiansa, ny Profesora Madeleine Félicité Rejo Fienena, omaly maraina fa hapetraka manerana ny oniversitem-panjakana rehetra manerana an’i Madagasikara manomboka izao ny fahafahana mahazo “internet” haingam-pandeha hanampiana ireo mpampianatra mpikaroka sy mpikaroka mpampianatra ary ny mpianatra mpikaroka.

“Zavatra irian’ny mpianatra ny fahafahany mahazo ny “internet” ampy dia ampy ka noho izay dia tsy maintsy niezaka izahay ao amin’ny minisitera nametraka lamin’asa hahafahana mampitombo ny hafainganam-pandehan’ny “internet” ho an’ny mpianatra”. “Fantatsika tsara fa izany rafitra Lmd izany dia ny 30 isan-jato ihany no omen’ny mpampianatra fa ny 70 isan-jato kosa dia karohin’ny mpianatra”, hoy ny minisitry ny fampianarana ambony, nanazava ny maha zava-dehibe ny fampitomboana ny tanjaky ny “internet” tokony hositrahan’ny mpianatra. Nandritra io fampahafantarana, omaly io dia nisy ny fampisehoana sy fisedrana ny tanjaky ny “internet” nomena hositrahan’ny mpianatra sy ny mpikaroka ka niara-niaiky ny rehetra fa azo antoka tokoa  ny hafainganam-pandehany. “Amiko dia ity no dingana iray lehibe hahafahantsika manatsara ny kalitaon’ny fampianarana”, hoy hatrany ny profesora Rejo Fienena nanaporofo ity dingana goavana vitan’ny minisitera ity.

Hosaziana mafy ireo mampiasa diplaoma hosoka     

Nandritra io omaly io ihany koa dia mbola nanamafy ny teny izay efa nolazainy tany Toliara tamin’ny herinandro lasa teo ny minisitra fa ho hentitra izy ary tsy handefitra mihitsy mahakasika ny fampiasana na famoahana diplaoma hosoka. “Hiroso amin’ny fanaovana fanadihadiana anatiny ny minisitera ary tsy handefitra mihitsy raha mahatratra diplaoma hosoka fa hanasazy ireo tompon’andraikitra amin’izany”. “Tsy manana toerana ao anatin’ny fampianarana ny olona misandoka na mampiasa diplaoma hosoka ary izay zavatra izay dia mbola hamafisina hatrany fa tsy maintsy hisy ny fanadihadiana anatiny manerana ny oniversitem-panjakana rehetra mahakasika io diplaoma hosoka io”, hoy hatrany ny minisitra.

N.A

Ino Vaovao0 partages

FANATSARANA NY TONTOLON’NY FITSARANA : Omena fiofanana ireo mpiasa, hamafisina ny fanaraha-maso

Ankoatra io kolikoly io dia mbola olana ihany koa ny fotodrafitrasa izay tsy mahasahana intsony ny isan’ireo voafonja. Hiatrehana izany indrindra dia nisy ny fanamafisana orina sy fihaonan’ny tompon’andraikitra avy ao amin’ny minisiteran’ny Fitsarana izay notarihan’ny talen’ny kabinetran’ny minisitera tamin’ireo mpiara-miombon’antoka aminy hitondrana fanatsarana misimisy kokoa mahakasika ireo sehatra ireo. 

Tafiditra ao anatin’ny fifanarahana amin’ireo mpiara-miombon’antoka amin’ny minisitera, araka izany ny fanomezana  fampiofanana  ireo mpandraharaha rehetra eo anivon’ny Fitsarana ary hisy toy izany ihany koa ny fanapariahana ireo fitaovana fanaraha-maso ny tontolon’ny Fitsarana toy ny “Camera de surveillance” sy ireo maro hafa manerena ny Nosy. Ankoatra izay dia hatsaraina ny fitantanana ny fonja, havaozina ireo fotodrafitrasa sy toeran’ny voafonja ary hotolorana fampitaovana mifanaraka amin’ny toetr’andro ny mpiandry fonja.

N.A

Ino Vaovao0 partages

DIPLAOMA HOSOKA : Natsangana ny sampan-draharaha hanao fanaraha-maso manokana

Natsangana  ny sampan-draharaha mikirakira ny fanadihadiana amin’ny alalan’ny fampiasana rindrambaiko manokana, ahazoana manara-maso ireo diplaoma manomboka amin’ny fangatahana azy sy ny fisoratana anarana. Vao manomboka dia efa misy sahady ny tratra satria maro ireo manova ny naotiny sy manao naoty hosoka. Antontan-taratasy miisa 21 no nahitana tsy fahatomombanana ahazoana diplaoma tamin’ny taona 2017-2018 ka mpianatra miisa efatra no niakatra fitsipi-pifehezana.

Miisa fito kosa ny raharaha efa miakatra Fitsarana amin’io taom-pampianarana io ihany.  Hatao eny amin’ ny oniversite manerana an’i Madagasikara izao fanadiovana izao, ahafahana mizotra miandala amin’ny rafitra LMD ka mba tena ny fahaizana no ahazoana diplaoma ahafahana mahazo asa. Betsaka ny sehatr’asa ahitana olona manana diplaoma sandoka ankehitriny. Efa ela izy io no nisy saingy izao vao misy fanadiovana. Ny olana dia hatramin’ny sehatra saropady dia misy ireo olona tsy manana fahaizana fa nividy diplaoma fotsiny, ka lasa loza mihantona ho an’ny mpiara-belona. Efa heno fa hatramin’ireo mpitsabo dia misy tsy manana fahaizana akory fa diplaoma sandoka no nahazoany asa, nefa dia ain’olombelona no lalaovina. Efa misy ireo minisitera manao ny fanadiovana ao aminy, ka mikatsaka ireny olona mampiasa diplaoma sandoka ireny. Voaroaka avy hatrany na ampidinina grady kosa izay tratra.

Vanessa

La Vérité0 partages

Rocade Andranobevava - By-Pass - 60 millions d'heures économisées

La solution à huit kilomètres. Une nouvelle rocade reliera bientôt Andranobevava et By-Pass. Les automobilistes peuvent déjà entrevoir la terre rouge qui se dessine à travers les champs de rizière situés sur Nanisana et Ambohimahitsy, en passant par Soamanandrariny. Ainsi, cette nouvelle infrastructure routière a pour principal objectif de réduire considérablement les embouteillages dans la Capitale, plus particulièrement sur la partie Nord Est-Est.

 

« Pour ce projet, nous avons prévu quatre impacts essentiels. Le premier, bien évidemment, sera de diminuer les bouchons sur cette zone de la ville. Selon nos estimations, 60 millions d'heures pourront notamment être économisées grâce à cette infrastructure. Les usagers pourront ainsi réattribuer ces heures supplémentaires dans d'autres activités plus rentables. En second point, il y aura une réduction de plus d'un million et demi d'euros du coût d'exploitation des véhicules. Le niveau de sécurité des usagers et des riverains sera également renforcé. Le dernier point mais aussi le plus important reste l'impact environnemental. En effet, qui dit moins de trafics dit moins de pollution », soutient Laurence Doumenc, chargée d'opérations principales pour l'Afrique australe et orientale de la Banque européenne d'investissement (BEI), lors de la descente des autorités et des bailleurs de fonds sur les lieux, hier, pour constater de visu l'avancement des travaux. Une visite après un an, jour pour jour, du début des travaux.

20 %

Après douze mois de travaux, 20 % des travaux sont donc déjà achevés. « Actuellement, nous sommes encore dans la première phase du projet, c'est-à-dire la phase de terrassement et de mise en œuvre. Le remblayage prend beaucoup de temps. Mais comme ce sera une voie rapide avec beaucoup de trafics, des mesures supplémentaires sont de mise. De ce fait, nous allons encore rajouter deux à deux mètres et demi de remblais pour la seconde phase. Mais nous respectons le timing prévu », précise Jean Pascal Ramanamisata, directeur de l'Autorité routière de Madagascar (ARM). Effectivement, le chantier devra durer 32 mois. La nouvelle rocade sera alors opérationnelle en 2021. En tout cas, cette infrastructure routière se composera de deux voies multipliées par deux, avec deux ponts situés à Ampasimbe et Soamanandrariny.

Expropriation

Bien avant le début des travaux, un recensement des personnes impactées a été réalisé. Effectivement, la rocade traverse plusieurs mètres de rizières et des zones d'habitation. Ces terrains ont donc dû être expropriés. « Pour la construction de cette route, plus d'une centaine de maisons ont été démolies, et plus de 1 000 familles ont dû être relogées ailleurs. Mais nous avons veillé à ce que ces gens ne soient pas lésés, autant les propriétaires de maisons que les paysans. En plus de cela, nous avons aussi fourni des appuis aux agriculteurs pour qu'ils puissent exploiter d'autres activités génératrices de revenus comme l'élevage », explique Bertand Ficini, directeur adjoint de l'Alliance française pour le développement (AFD) pour Madagascar. Des projets communautaires seront ainsi mis en place dans les douze « fokontany » concernés par le projet.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Corruption sur les axes routiers - Un nouveau guide pour les usagers

Réédition d’une version remaniée du guide des usagers de la route, publiée en 2008. Etant donné que les axes routiers sont les principales artères de la vie économique interne de Madagascar, ils assurent la communication et le flux de biens et des personnes dans tous les coins de l’île. Vu l’ampleur des trafics routiers et la fréquence d’interactions et de transactions sur les axes routiers, force est de constater que ces axes sont à haut risque de corruption. En parallèle, le nouveau Code de la route d’août 2017 a apporté des changements notables qui ne sont pas encore bien connus par la population et les usagers de la route.

 

De ce fait, le Bureau indépendant anti- corruption (BIANCO) apportera son appui dans la mise en place de la cellule de veille et de la promotion du civisme pour faire avancer davantage les efforts d’éradication de la corruption dans le secteur routier.  Cette campagne de lutte a commencé par la réédition d’une version remaniée du Guide des usagers de la route, publiée en 2008. D’après le responsable, cette nouvelle édition inclut les nouvelles dispositions de la loi n° 2017-002 du 6 juillet 2017 portant sur le Code de la route à Madagascar et qui sont actuellement en vigueur. Ce document s’adresse à tous les usagers de la route et constitue une référence générale pour les agents de la Police de la route. Il contient  une présentation succincte des différentes catégories de sanction qui répriment les infractions ainsi qu’une visualisation des répressions, respectivement liées aux infractions relatives aux règles de conduite des véhicules et à l’usage des voies ouvertes à la circulation publique, les règles concernant les véhicules eux-mêmes et leurs équipements, les conditions administratives de circulation des véhicules et de leurs conducteurs ou encore les infractions relatives aux dispositions concernant l’enregistrement de la conduite des véhicules à moteur.

Ce nouveau guide est également conçu dans le cadre de la vulgarisation du nouveau Code de la route afin d’impliquer tous les acteurs comme l’Agence des transports terrestres (ATT), les policiers de la route, les chauffeurs, les propriétaires de taxis-brousse, les coopératives et autres partenaires concernés. Il a été présenté hier.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Ministère de l’Economie et des Finances - 190 millions de dollars dans le budget de l’Etat

Deux signatures en une journée. La signature de la convention entre le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandranto et la Banque mondiale ainsi que le Fonds d’intervention pour le développement (FID) s’est tenue hier au Palais de Mahazoarivo. Cette somme soutient les réformes pour améliorer la viabilité des finances publiques et la gouvernance du secteur d’électricité.  

« Le montant de cet appui budgétaire a été en effet augmenté. Il était initialement d’un montant de 40 millions de dollars, mais a été finalement fixé à 100 millions de dollars. Cette augmentation est justifiée sur le fait que plusieurs réformes ont été mises en œuvre de façon plus appuyée par rapport à ce qui a été initialement prévu. C’est aussi une marque de soutien du groupe de la Banque mondiale à la volonté affichée de ce Gouvernement de mettre en œuvre des réformes en faveur d’une croissance accélérée et plus inclusive. Dans le cadre de cette opération, les réformes appuyées porte sur une gestion vraiment efficace et transparente des finances publiques en soutien à l’investissement public, en particulier dans le secteur énergétique. Cette opération est approuvée. Elle entre dans le budget de l’Etat et nous nous réjouissons déjà de continuer à travailler avec le Gouvernement afin de l’appuyer dans la réalisation d’autres réformes pour les années à venir », explique Coralie Gevers, représentante de la Banque mondiale à Madagascar.  

Appui au secteur énergétique

Le Gouvernement prévoit de doubler l’accès à l’électricité au cours des cinq prochaines années. Cependant, le fait de parvenir à un accès plus élargi à l’électricité nécessite de mobiliser des investissements privés de manière viable sur le plan financier. Avec des passifs cumulés de près de 5 % du Produit intérieur brut (PIB), c’est-à-dire de la richesse nationale et des pertes d’exploitation de plus de 2 % du PIB, la santé financière de la JIRAMA revêt une importance macroéconomique pour le pays. La poursuite des efforts en faveur de l’amélioration de la gouvernance de la JIRAMA contribuera à réduire les subventions de l’Etat et permet ainsi de dégager un espace budgétaire supplémentaire pour le financement des dépenses et des investissements à caractère social.

Une gestion adéquate des investissements dans le secteur de l’électricité ainsi que l’amélioration de la performance financière et opérationnelle de la JIRAMA contribuent en effet à améliorer le climat des investissements et le climat des affaires dans le pays.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Embouteillage à Antananarivo - Perte mensuelle de  100 000 ariary par employé

Corban performance Consulting a publié depuis sa page Facebook que les usagers de la route dépensent quotidiennement trois heures dans les embouteillages soit 15 heures par semaine, 60 heures  par mois. En une année,  le nombre d’heure perdue à attendre que la circulation se libère s’élève à 720 heures soit 1 mois équivaut à 30 jours. En tenant compte du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) fixé récemment à 200 000 ariary, une entreprise  qui embauche perd mensuellement la  somme de 100 000 ariary y compris les heures de travail. En une année, un  trou à plus d’un million d’ariary est constaté dans le livre de caisse. Toutefois, une telle somme représente un important investissement notamment  pour une société en épanouissement.

 

« Dernièrement, je ne franchis mon bureau qu’une heure après l’ouverture des  portes et je  suis également contraint de partir 30 minutes avant l’heure. Pour cette raison, soit  j’arrive en  retard à une réunion, soit mon rendez-vous est recalé. Au  début, le climat socio- professionnel  avec  les responsables hiérarchiques était tendu. Une fois, le président directeur général m’a prévenu de réduire mon  salaire. Après plusieurs entrevues et de longues discussions, mon contrat de travail a été ajusté en fonction de ma situation particulière. Il a été modifié d'une manière officieuse.  Même en étant un lève-tôt, je dépense  entre  deux à trois  heures entre Itaosy et mon lieu de travail  qui se situe à Ampasampito »,  raconte un cadre d’une entreprise privée. Selon ses dires, pour rattraper le  temps perdu dans les bouchons, il essaie des activités pouvant se réaliser à distance. « Avec mon téléphone, j’arrive à organiser mon calendrier hebdomadaire et réorganiser toutes mes activités et mes réunions y  afférentes », poursuit-il.  

Pour un propriétaire d’une  boutique de mode employant une dizaine de personnes, le retard n’est pas acceptable. « En voyant l’ouverture des portes du magasin, des clients, qui prévoient peut-être de  dépenser une somme assez importante peuvent arriver à tout moment. Pour cela, il  me faut un commercial présent à temps pour  les accueillir. Je ne peux pas m’occuper à la fois de la caisse et de la  vente.  L’embouteillage  ne constitue pas une excuse admissible. Tout le monde sait que la situation à Antananarivo se résume au fait qu’il  faut agir en fonction. Il faut maintenir une  bonne conscience professionnelle. Par contre,  je peux tolérer les cas  d’incident et autres imprévus inhabituels », souligne-t-il.

Corban performance Consulting, pour sa part, a avancé  que l'embouteillage est une véritable source de dépense inutile qui appauvrit à commencer par chaque individu, les entreprises (moins performantes), le PIB et in fine la Nation.

KR.

La Vérité0 partages

Triple meurtre à Toamasina - Le gardien reste encore introuvable

L'assassinat de façon inhumaine d'un retraité français de Guadeloupe, du nom de Francisco Perez (64 ans), de Monica Soa (48 ans) - sa femme malagasy - et de Ferlando Randrianjaka (7 ans), l'enfant adoptif du couple, dans leur maison de dépôt à Vohitsara Toamasina, n'en finit pas d'horrifier l'opinion locale. En attendant que la Police puisse avancer l'enquête, le gardien qui était au service des victimes, et qui a disparu depuis l'éclatement de l'affaire, reste encore introuvable. Il est l'un des principaux suspects dans celle-ci.

 

Néanmoins, l'audition par la Police des quatre menuisiers et maçons en charge des travaux de finition de la nouvelle maison des victimes se poursuit toujours. Pourquoi le soupçon pèse sur ces derniers ? Les concernés auraient été trahis par leur attitude et leur comportement suspects, et ce, plus d'une fois.

Notre source locale assure que les riverains s'accordent à dire les avoir vus rôder plusieurs fois sur les lieux, et ce, lors même de l'absence des locataires. « Lorsqu'on les a interrogés sur le motif de leurs va-et-vient autour de cette maison, leurs réponses étaient souvent évasives s'ils n'évoquent pas le présumé oubli d'un matériel ou d'un quelconque objet à l'intérieur », commente notre source. La Police reconnaît qu'aucune investigation, disons plus poussée, n'a pu s'effectuer. Même embarras du côté du médecin légiste. L'état des cadavres l'a tout simplement empêché d'approfondir les observations ou de faire une quelconque tentative d'autopsie.

Les trois victimes ont dû être inhumées mardi soir dernier au cimetière des étrangers à Toamasina même. Quelques proches de Monica Soa ont assisté aux enterrements du mardi soir. Mais du côté de son conjoint, aucun. En revanche, des représentants du Consulat de France étaient venus pour les circonstances, selon une source locale. « Le Consulat français suit de près cette affaire », précise l'information.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Drôles de candidats !

Le pays se trouve de nouveau à la croisée des chemins. Après l’élection présidentielle du 19 décembre 2018 (second tour), on s’achemine vers les Législatives du 27 mai prochain. Une seconde étape toute aussi décisive et vitale que la première. En effet, dans l’ordre de préséance protocolaire, le Parlement en tant institution de la République vient immédiatement après celle du Chef de l’Etat (l’Exécutif). Une sacrée mission attend les députés.

 

Selon l’esprit de la Loi fondamentale (Art. 68), le Parlement vote la loi, contrôle l’action du Gouvernement et évalue les politiques publiques. De là déduire donc que les membres qui doivent composer cette honorable Institution en particulier l’Assemblée nationale, qui au final nous intéresse pour le moment, auront une responsabilité délicate et stratégique dans le processus de la mise en marche du Plan global de l’Etat et ainsi pour le développement du pays.

Seulement voilà, on ne peut ne pas être contrarié quand on scrute de près ou quand l’occasion nous est offerte pour décortiquer, ne serait-ce que diagonalement, le profil d’ensemble de ces quelque 850 candidats ayant déposé des dossiers de candidature.

D’abord, les observateurs s’inquiètent de l’état pléthorique du nombre des prétendants sous l’insigne des

« indépendants » au Palais de Tsimbazaza. On craint que l’odieux schéma du  premier mandat (2013-2019) de l’Assemblée nationale se réédite. Des indépendants qui agissent en électrons libres, des sujets volatiles voire des éléments versatiles risquent fort de nuire, de nouveau, l’image de cette Institution déjà profondément écornée. Le KMF/KNOE a parfaitement raison quand il voit d’un mauvais œil la menace qui plane. Sur les 210 partis politiques émargés au sein du département responsable, seuls 85 parmi eux ont daigné présenter des candidats. Le reste, donc, soit les 125 autres ne sont que des « fantômes » qui hantent le ministère. Des figurants et figurines qui noircissent le tableau. Quelles mesures coercitives le ministère de l’Intérieur, assurant la tutelle directe, devrait-il prendre pour dissuader ces faux-acteurs politiques ?

On se désole de l’attitude flagrante de certains candidats dûment présentés par des formations politiques. Ces derniers se distinguent par un vide de programme à soumettre durant la campagne. Plutôt, ils se contentent et se prennent plaisir de lancer des piques à l’endroit des favoris. Les candidats du TIM et consorts excellent dans cette nuisible gymnastique. En effet, ils ont un malin engouement de discréditer, en public, les « protégés » de l’IRD. D’aucuns n’ignorent  que les poulains de Ravalo redoutent la victoire certaine de la plateforme présentée par le Président Rajoelina et tentent de prendre le devant en dissimulant la peur au ventre à l’issue d’une défaite à plate couture.

La dernière catégorie de candidats dont le comportement ternit quelque peu l’image du scrutin concerne ces prétendants en lice qui confondent, dans une certaine mesure, l’affaire familiale avec celle du parti sinon même des affaires nationales. Il est aberrant de voir un couple (mari et femme) ou une famille entière se présenter dans une même liste en se donnant le luxe de trôner en tête de liste. Une démarche qui frise le ridicule !

Il faudrait un jour bien cadrer le scrutin de taille du genre Législatives pour baliser à toute tentative de dilettantisme donnant libre cours à de drôles de candidats.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Tagnamaro - Le concept fait son bonhomme de chemin

Ce samedi, Madagascar entre dans la 3e édition du tagnamaro. Un concept initié par le ministère de la Communication et de la Culture et copié du Rwanda qui, au lendemain de la fin de la longue et meurtrière guerre civile, l’a inventé pour d’un côté, cimenter l’union nationale et la reconstruction du pays de l’autre. Si le Rwanda a réalisé  le  développement qui fait pâlir d’envie actuellement certains, ce travail communautaire obligatoire chaque dernier samedi du mois constitue une des explications.

 

Le concept est encore au stade du balbutiement à Madagascar et son institutionnalisation aura encore un long chemin à parcourir. Un changement de mentalité s’avère ainsi nécessaire pour adhérer à cette noble cause. L’espoir est tout de même de mise en se référant aux témoignages des bénéficiaires des actions entreprises depuis la 1ère édition du tagnamaro ainsi que la large participation directe ou indirecte des diverses entités publiques ou privées. Les ministères, les associations, les démembrements du pouvoir dans les régions, les chancelleries étrangères à Madagascar et bien d’autres ont adhéré au concept en tenant leur tagnamaro. Même les représentants diplomatiques de la Grande île ont emboîté le pas à l’instar des ambassades malagasy en France et en Belgique.

Pas plus tard qu’hier, c’est la direction des affaires sociales et politiques de la Présidence de la République qui est entrée en action en tenant son travail communautaire à l’EPP Iavoloha. L’équipe d’Iavoloha avec des membres du personnel des ministères ont rafraîchi les murs de l’établissement scolaire et procédé au nettoyage des alentours de l’enceinte. La tenue des élections législatives oblige, la 3e édition du tagnamaro ne se déroule pas le dernier samedi du mois, soit le 25 mai, mais après-demain. Alors que les détracteurs de cette trouvaille du ministère de la Communication et de la Culture espéraient  à une « baisse de tension » de l’engouement de la population, il n’en est rien. Il suffit de jeter un coup d’œil sur les réseaux sociaux pour avoir les programmes proposés par les uns et les autres.

Pour l’initiateur du concept à Madagascar, il a choisi la réhabilitation d’un symbole historique d’un quartier la Haute ville à Antananarivo. Il s’agit du « vavahady mitafo » (portail couvert) sis à l’escalier menant d’Ambanidia à Andafiavaratra. L’école publique Flacourt, dans ce même quartier, recevra aussi un sérieux lifting à cette occasion ainsi que des marches en piteux état de l’escalier en question. Le nettoyage de la cour du Palais du Premier ministre à Andafiavaratra figure également sur la liste des activités de l’équipe de la ministre Lalatiana  Andriantongarivo Rakotondrazafy à cette 3è édition du tagnamaro.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Législatives - Le TIM veut renverser le régime

« Fidio ny député TIM fa rehefa maro an’isa izahay dia afaka manongam- panjakana », traduction littérale : « Votez pour nous députés TIM, pour que nous puissions renverser le régime si nous sommes majoritaires ». Tel serait le slogan de propagande de certains candidats du Tiako i Madagasikara au cours de l’actuelle campagne électorale pour les législatives. Force serait dans ce cas de se demander où donc est l’intérêt de la population et des électeurs dans tout cela ? A en juger par ces propos largement partagés sur les réseaux sociaux, les députés se présentant sous la bannière du parti fondé par l’ancien Président Marc Ravalomanana ne viseraient, en effet, que la déstabilisation voire le renversement de l’actuel régime actuel. Ces prétendants à un siège de député seraient visiblement tentés de faire passer ainsi leurs intérêts personnels ou celui de leur grand patron, avant les intérêts de la population.

 

En obtenant la majorité à l’Assemblée nationale, le TIM souhaiterait-il nommer  un Premier ministre, conformément à l’article 54 de la Constitution malagasy, qui pourrait n’avoir d’autre rôle que de mettre des bâtons dans les roues du Chef de l’Etat ? D’autre part, en étant majoritaire à l’hémicycle de Tsimbazaza, les parlementaires du TIM pourraient-ils également être tentés d’aller jusqu’à mettre en branle une motion d’empêchement contre le Chef de l’Etat ? La question est de savoir si cela y va dans l’intérêt de la population.  A qui profiterait l’instauration d’une éventuelle période d’instabilité dans le pays ? En tout cas, cela prouve que les députés TIM ne veulent visiblement pas jouer le jeu de la démocratie. Ils ne veulent pas devenir une opposition intelligente, qui constituerait un contre-pouvoir, contrôlant les activités du régime, émettant des critiques objectives et en offrant aux citoyens une alternative à la politique définie et appliquée par le décideur politique en exercice.  Le TIM ne veut pas incarner la possibilité d’une alternance démocratique. S’il est vrai que la raison d’être d’un parti politique est la conquête et l’exercice du pouvoir, un parti dont l’objectif premier est la déstabilisation de la République est tout simplement inacceptable.  « Renverser le régime » serait par ailleurs un comble pour un parti dont la devise est « Constructeur et non destructeur », ont commenté les observateurs.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Relations Inde -Madagascar - Un appareil de radiothérapie bientôt inauguré dans le pays

Abhay Kumar, le nouvel ambassadeur de la République de l’Inde à Madagascar a présenté ses lettres de créance au Président de la République, hier dans la matinée, au Palais d’Etat d’Iavoloha. L’occasion pour lui d’annoncer qu’un appareil de radiothérapie sera bientôt inauguré par l’Inde et Madagascar très prochainement, qui permettra de traiter des milliers de patients atteints du cancer. Dans le domaine de l’énergie renouvelable, l’Inde fera parvenir deux ingénieurs spécialisés dans l’énergie solaire pour donner des formations quant à l’utilisation des panneaux solaires.

D’ici la fin de l’année 2019, 600 personnes sont prévues recevoir ces formations. Deux ingénieurs agricoles arriveront également pour aider Madagascar pour la cartographie des terres cultivables à Madagascar et ce dans le but d’aider à l’optimisation de la production rizicole malagasy. Par ailleurs, L’Inde poursuivra l’octroi de bourses aux étudiants malagasy désirant y poursuivre leurs études.

« C’est un honneur pour moi de travailler avec les collaborateurs du Président de la République afin de renforcer les relations entre l’Inde et Madagascar », a commenté le nouvel ambassadeur au cours d’une interview en marge de la présentation de ses lettres de créance.

Dans la foulée, le nouvel ambassadeur de la Pologne à Madagascar, Jacek Bazanski, a présenté ses Lettres de créance au Président de la République dans la foulée.  Parmi les points abordés lors de l’entrevue, la Pologne par le biais de son ambassadeur, désire accroître les relations commerciales entre les deux pays notamment dans le secteur de l’exportation dont celui de la vanille de Madagascar. La Pologne est également disposée à fournir des machines susceptibles d’aider Madagascar dans le développement de sa production agricole.

 La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Soavinandriana : Tovolahy nitondra sabatra lavabe, tratran’ny fokonolona saika hanolana

Lava loatra ! Asa raha mieritreritra ny ho toy ireny karazana « gladiateur » sa « chevalier » tamin’ny andron’ny « Moyen Age » ireny angamba ity tovolahy tratran’ny fokonolona tany Soavinandrina ity. Sabatra lavabe ary tena lava loatra mantsy no tsy miala eny an-damosiny. Ary tsy vitan’izay fa voalaza fa entiny manendaka io fitaovam-piadiana io, tany an-toerana. Natolotra avy hatrany ny pôlisy tany an-toerana moa ity farany ary natao ny famotorana azy.

Teo no fantatra, fa tsy vitan’ny manendaka fotsiny ihany ilay zalahy ity fa mbola mpanolana ihany koa. Raha ny voalaza mantsy, dia saika hanolana zazavavy 16 taona ingahirainy tamin’io fotoana nahatrarana azy io. « Rehefa nitohy ny famotorana, dia nanambara izy fa noho ny fahamamoany be loatra dia notambazany vola ity tovovavy tsy ampy taona ity ka saika hanaovany ny sain-dratsiny » hoy ny vaovao. Natolotra ny Fampanoavana omaly moa ity « mpanendaka kely be sabatra » ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Telo mianaka nisy namono, hita faty tao an-tranony, efa lo

Maty nisy namono tao an-tranony tao Depôt 4ème Toamasina ireto telo mianaka :Atoa Perez rancisco 64 taona avy any Guadeloupe  sy Rtoa vadiny Soa Monica 48 taona, ary ny zanak’izy ireo 07 taona ; izay zaza natsangany mpianatra ao amin’ny lycée français Toamasina.

Raha ny zava-nisy, nahita azy telo mianaka ireto dia taorian’ny 08 may teo no nisy namono izy ireo, satria raha ny fanazavana azo dia mbola nianatra ity zaza ity ny alarobia 08 may io, fa ny alakamisy 09 may izy vao nanomboka tsy tonga nianatra intsony; ka tombanana ho ny alin’ny alarobia nifoha ny alakamisy io no nitrangan’ny famonoana azy telo mianaka ireo tao an-tranony. Ny fanazavana azo, dia ny fofona maimbo teo an-tanana tao Depôt 4ème no nanaitra ny mponina ny alatsinainy 13 may teo, ka raha narahana ny fiaviany dia niainga tao amin’ity trano iray ity ilay fofona.

Nihidy tao anatiny anefa ny trano ka voatery novakian’ny fokonolona tao an-tanana nijerena ny zava-nisy. Trano nikorontana sy telo mianaka efa maty manomboka  ho simba, tao amin’ny efitrano fidiovana no hitan’ny fokonolona. Voatery niantso mpitandro ny filaminana ny filoham-pokontany nijery ny zava-nisy sy nanao fanadihadiana. Teo no nahalalana, fa nisy jiolahy niditra tao amin’izy ireo ary namono azy telo mianaka alohany nitadiavan’izy ireo ny nilainy tamin’ireto fianakaviana ireto. Nohidin’ireo jiolahy tany anatiny ny trano, ka teny an-tafontrano ireo jiolahy no nitsoaka taorian’izany.

Ankilan’izany, dia mikasa ny hanao mariazy ny volana desambra izao ity teratany vahiny sy ity teratany Malagasy ity, saingy alohan’izay dia nikasa ny hody kely hamonjy ny fianakaviany ilay rangahy ny 20 may ho avy izao. Vao iray volana teo kosa izay no nifindran’izy ireo tao amin’ny fokontany Depôt 4ème ity, raha ny taona 2010 no efa nifankalala i Francisco Perez sy Soa Monica. Ankoatra izany raha ny fanazavan’ny polisy misahana ny heloka be vava misahana ny raharaha, dia efa misy olona efa-dahy nosamborina tamin’izao raharaha izao, ny alatsinainy 13 may alina teo ihany hanaovana fanadihadiana noho izy ireo ahiana tamin’ity vono olona ity.

Tena miantso vonjy amin’ny tsy filaminana ny vahoakan’i Toamasina, satria raha tsy iharan’ny vaky trano arahina vono olona, dia miaina ny fanafihana mitam-piadiana sy asa fanendahana ary halatra môtô saika isan’andro.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Football – Sommet féminin : AC SabNam et ASKAM au coude à coude

Rien ne peut arrêter les équipes de l’AC SabNam d’Analamanga et ASKAM d’Itasy à Carion. Elles se détachent du  lot et caracolent toujours en tête du classement. Les filles de l’Athlétic Club de Sabotsy Namehana (AC SabNam) enchainent les victoires en signant leur cinquième victoire. La troupe à Kanto s’est imposée sur le score de 2 buts à 0 face à MIFA d’Analamanga. A l’issue de cette 5e journée de cette troisième phase, AC SabNam est crédité de 49 points pour le cumul des trois phases. Demain, elles seront opposées aux joueuses de l’Ascuf de Haute Matsiatra. L’ASKAM, son principal adversaire occupe la seconde place après avoir remporté également cinq victoires sur autant de sorties. Un point le sépare de l’AC SAbNAM 48 contre 49 pour le leader. ASKAM a battu SOM Boeny sur le score de 4 buts à 0. La rencontre entre ces deux équipes samedi sera décisive pour l’équipe qui va remporter le titre.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Epidémie de rougeole : 142 995 cas et 909 décès enregistrés, la tendance à la baisse se poursuit

Les campagnes successives de vaccination menées depuis janvier 2019, ont porté leurs fruits.

Le pic de l’épidémie a été atteint à la mi-février (à la sixième semaine de 2019), suivi, depuis, d’une régression plus ou moins constante observée sur la courbe de la tendance de l’épidémie.

 Les taux d’attaque les plus élevés, ces quatre dernières semaines sont observés dans huit districts de Madagascar, à savoir Ambatomainty (dans la région Melaky) avec 74 cas notifiés ; Mahanoro (69 cas notifiés) ; Soavinandriana (64 cas) ; Mahajanga II (52 cas) ; Ambanja (41 cas) ; Antsiranana I (32 cas) ; Antsiranana II (20 cas) et Antanambao-Manampotsy, avec 17 cas. Le nombre moyen de cas notifiés par jour et par district dans ces huit districts est de 14,3, si au niveau national, il est de 1,7, faisant de ces districts des districts prioritaires où des interventions doivent être renforcées pour accélérer le contrôle de l’épidémie.

Statistiques. On assiste depuis la mi-février, à la sixième semaine de l’année, à une régression de l’épidémie de rougeole. Cette tendance à la baisse résulte des ripostes vaccinales menées depuis janvier 2019. Actuellement, le nombre de cas  est en baisse en comparaison avec les données précédentes, concernant les nouveaux cas notifiés. Rappelons que depuis le début de l’épidémie de rougeole à Madagascar en septembre 2018, au 4 mai 2019, 142.995 cas de rougeole ont été enregistrés, dont 19.080 cas compliqués. Parmi ces cas, 909 se sont soldés par un décès (en considérant la liste linéaire) dont 191 décès communautaires vérifiés par les agents communautaires, tandis que la majorité des décès, soit 718, a été enregistré au niveau des formations sanitaires. Par ailleurs, le ministère de la Santé publique a recensé 340 décès communautaires non qualifiés, sans liste linéaire.

Vaccination de routine. Actuellement, la localité de Sambava et la région Melaky font l’objet d’investigations des cas de rougeole et des décès. Une activité en cours qui a également été menée auparavant dans d’autres localités, permettant de disposer de données fiables et à jour de la situation sur le terrain à propos de l’épidémie de rougeole.

Outre les ripostes vaccinales à trois phases depuis le début de l’année 2019, la vaccination de routine constitue également un volet important dans la lutte contre cette épidémie, et d’autres maladies évitables par la vaccination. Face à une couverture vaccinale très insuffisante, autour de 58%, un programme de revitalisation de la vaccination de routine vient d’être lancé. A l’issue d’un atelier tenu à Antananarivo du 7 au 9 mai 2019, une feuille de route a été élaborée, constituant la première étape vers la revitalisation de la vaccination de routine à Madagascar. Cette feuille de route vise l’amélioration des performances en matière de vaccination dans le pays.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Kipikilahy Bandem : Fier d’être rasta

: Bandem, fier de porter ses dreadlocks.

Après son « single » «  Hifidy koa » sorti à la fin de l’année 2018 et sa participation à la Bande originale du film « Benja Kely 4 », Kipikilahy Bandem, le chanteur du reggea dance-hall débarque avec du neuf :  « Vôlamena ».

Sorti le 11 mai, le clip du nouveau morceau de « Kipikilahy Bandem » a été réalisé par « Addly concept ». Les images présentent le « reggaeman » avec des hommes en rasta. «Il faut être fier  de ce qu’on a. En fait, le message est clair, être crépu  est un don mais pas un délit» dixit le chanteur.

Chanson inspirée de son vécu. Un jour, Bandem a rendu visite à son ami. Une fois que les parents du dernier ont vu sa coupe de cheveux, ils étaient méfiants. « J’étais mal à l’aise en voyant leur réaction». Choqué, Bandem se met à écrire un texte. «Même si on est ‘dread’, Nous sommes comme les autres» a-t-il affirmé dans son premier couplet.

Composé par Tida Kenny leader du groupe « Welvi Wav », la mélodie séduisait le chanteur du reggea. « Dès que j’ai entendu la musique, j’étais attiré » a-t-il ajouté. Après une heure, le chanteur finit son enregistrement. Avec Joudas à la table de mixage, le « mastering » était bien dosé. D’ailleurs, Kipikilahy était toujours bien entouré depuis son jeune âge. Influencé par son grand frère Beb’kellnah et son cousin Blackmo, il est devenu rappeur. En 2007, il se converti à la musique reggae et adhère dans le groupe Menalamba. Trois ans plus tard, il fréquente les nouvelles générations du reggea Hip hop comme One lio, Joudas et John Love. En 2017, il entretient une relation étroite avec le clan Bogota. Ensuite, l’année suivante, « Kipikilahy Bandem » vole de ses propres ailes en interprétant  Revy party, call mi gyal, Rasta rebel, Fihavanana.

Ce deuxième semestre,  l’artiste diffusera des clips et de nouveaux morceaux.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Art contemporain : Entre les deux terres, les « Empreintes » de Flo

Flo, un nom à retenir. Celle d’une femme épanouie qui va exposer ses œuvres au « Kudeta » Anosy demain, jusqu’au 6 juin. « Empreintes », ce sera l’intitulé de ses « installations », comme pour rappeler « celles déposées en elle dès sa naissance en terre catalane. Soleil et mer si présents dans les anses secrètes de Collioure ou la chaleur étouffante de Perpignan… ». Il faudrait bien l’admettre, la jeune dame a du talent.

Puisque ce rôle  « d’épouse et de mère sur cette terre malgache », se ressent dans un étirement mélancolique d’un visage et un univers presque contemplatif toujours omniprésent. Ensuite, elle ajoute des traits justes et précis. Cela donne des œuvres intrigantes, parfois éclatantes. La jeune femme semble se chercher dans cette passerelle culturelle. Entre sa terre natale et cette « terre malgache qui a su révéler en elle son sens de la couleur et son ardeur à vivre ses impressions ».

Pour une fois, on retrouve une artiste contemporaine qui maîtrise le dessin du visage et du corps. Basique dans n’importe quelle discipline picturale, mais que certaines artistes malgaches semblent lésiner. Parfois, on tombe sur des visages déformés malgré une tentative de réalisme. Pour Flo, dans l’un  de ses tableaux, la femme devrait sans doute se peindre avec perfection. Le visage malgache reste, travaillé au pinceau, et tout ce qui l’entoure se dissipe entre couleurs chaudes et symboles insignifiants, travaillé au pochoir.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Festival de Culture et d’Art de Nanjing : Rakoto Frah junior représente la Grande Ile

Les Malgaches ont ffrert un beau spectacle aux Chinois.

Dans l’objectif de promouvoir les échanges et coopérations culturels entre la Chine et Madagascar, la partie chinoise a invité une délégation malgache incluant sept artistes du Groupe Rakoto Frah Junior, conduite par le Directeur Général de la Culture du Ministère de la Communication et de la Culture de Madagascar, à participer au Festival de Culture et d’Art de Nanjing, Chine du 9 au 13 mai 2019.

En tant que partie importante du Festival, les artistes malgaches ont donné une représentation spéciale intitulée  Mœurs et coutumes de Madagascar en collaboration avec le Groupe de Chanson et de Danse de Nanjing le 11 mai. Entre-temps, neuf numéros du Rakoto Frah Junior tels que Vory ve tsena, Arily, Afindrafindrao, présentés alternativement avec des numéros de la partie chinoise, ont créé un scénario magnifique sur le jumelage des arts traditionnels des deux pays. Cette représentation a suscité un intérêt massif et une vive réaction dans le public local. Durant leur séjour en Chine, la délégation malgache a reçu un accueil chaleureux et a effectué des échanges, démonstrations et visites aux alentours de la ville de Nanjing en marge de la représentation.

Recueilli par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

CAN 2019 : Les experts n’attendent pas d’exploit pour nos Malgaches

Qualifiés pour la première fois de leur histoire en phase finale d’une Coupe d’Afrique des Nations, les joueurs de la sélection nationale de Madagascar ont rendu fier tout un peuple qui n’a cessé de croire en eux. A l’occasion de leur première participation au tournoi – qui aura lieu à partir du 21 Juin en Egypte, premier match le 22/06 contre la Guinée pour Madagascar – les hommes de Nicolas Dupuis auront l’occasion de se frotter au meilleur du football africain, ce qui représente déjà un rêve au regard des dernières années difficiles pour le football malgache. Selon les différents observateurs,sportytrader.com/pronostics/football, la marche sera de toute façon trop haute pour viser mieux qu’un apprentissage parmi les meilleurs pour Faneva Ima Andriatsima et consorts.Positionnés dans un groupe B qui promet de l’adversité, avec le Nigéria, la Guinée et le Burundi, les Zébus ne sont ainsi pas les plus attendus par les observateurs, ce qui reste finalement logique compte tenu de leur inexpérience dans le tournoi. Là où nos Malgaches découvriront les rencontres à très haute intensité, les Super Eagles nigérians ont par exemple glané le titre en 2013, quand le Syli National guinéen a déjà connu l’ivresse d’une finale en 1976. Une différence qui devrait certainement compter à l’heure des coups d’envoi, et même si rien n’est définitif dans le football, sera forcément un atout pour les adversaires de nos champions. Après qui sait, après leur formidable campagne de qualification ! , les hommes de Dupuis nous réservent peut-être encore de belles surprises. On l’espère tous de tout cœur.

Devaux Tanjona

Midi Madagasikara0 partages

Enseignement supérieur : La codification des diplômes pour bientôt

Le débit de la connexion du réseau iRENALA a atteint le cap des 1 Giga octets grâce au partenariat du Telma et du ministère de l’Enseignement Supérieur.

Le débit de connexion du réseau iRENALA qui regroupe les six universités du pays et des instituts privés et publiques affiliées vient d’être boosté.

La lutte contre le faux et l’usage de faux auprès de l’Enseignement Supérieur va bientôt connaitre une avancée majeure. Ce, par l’intermédiaire de la « codification des diplômes ». Une perspective prochaine qui serait l’un des aboutissements de la mise à niveau de l’enseignement supérieur entrant dans le cadre de la digitalisation de l’enseignement. Une initiative qui va de paire avec la réduction de la facture numérique auprès des étudiants via la hausse du débit du réseau iRENALA. Une opération effectuée hier à Antaninarenina suite à la signature d’un accord de partenariat entre le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique et le groupe Telma. « L’upgrade » du débit de la connexion iRENALA est – d’un côté – une façon pour les deux parties de « répondre aux besoins actuels du système LMD ». Mais surtout « une opportunité de renforcer le système de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique malgache de façon à être en phase avec les normes internationales« . Ainsi, à titre d’information, le débit de la connexion est allé de 20 Mo à trois fois plus de la capacité, soit, environ 150 Mo durant la journée d’hier pour le campus d’Ankatso. Un transfert de débit qui s’est fait ressentir auprès des publics cibles – les étudiants et le corps professoral – en termes de conductivités et de fluidités des recherches.

Lacunes. Inauguré à l’année 2012, le réseau iRENALA permet un inter connectivité des universités et instituts du pays. Un outil de « mutualisation des services tels que la gestion des scolarités, la gestion des bourses d’études ou encore la proposition de ressources ». A ce titre, « nous disposons d’environ 22 000 ressources telles que les Travaux dirigés, les travaux pratiques grâce à une collaboration entre le réseau iRENALA et des universités numériques thématiques français » selon Lala Andriamampianina, président du réseau iRENALA. Une opportunité méconnue des étudiants malgaches d’après toujours les explications de ce dernier qui pointe du doigt « une ruée desdits étudiants vers les réseaux sociaux et moteurs de recherche comme Google ou Yahoo« . « Les étudiants malgaches ignorent complètement les avantages qu’ils peuvent tirer de l’existence du réseau iRENALA. Outre les ressources existantes, le réseau leur permet une ouverture au monde grâce à l’inter connectivité » a avancé le président de l’iRENALA. S’offrant aux étudiants et au corps professoral malgaches, l’existence du réseau iRENALA pourrait permettre de faciliter le développement du pays. Encore faudrait-il que les malgaches sachent comment bien l’exploiter.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

La profusion de candidats caméléons

Il est dur de conquérir un siège de  député ou de retrouver celui où l’on avait pris ses aises lors de la précédente législature. La victoire va s’arracher après beaucoup de compromis ou plutôt de compromissions. Le vent souffle  du côté du pouvoir et beaucoup de candidats se présentent comme des supporters du président Andry Rajoelina. Les retournements de vestes sont légion et l’attitude de certains prête à sourire et même à rire à gorge déployée. Il faut vraiment savoir taire son orgueil pour pouvoir jouir des avantages présumés d’une fonction prestigieuse que certains ont dévoyée.

La profusion de candidats caméléons

Les citoyens ont vu les comportements scandaleux des parlementaires de la précédente législature. On ne pouvait pas accoler à ce parlement le qualificatif de « croupion » puisque le pouvoir, à l’origine, n’avait pas de véritable majorité. Ce dernier s’en est constitué une au gré des circonstances en utilisant les fameuses mallettes. Ces parlementaires sont venus rejoindre le HVM, un parti monté de toutes pièces pour soutenir le pouvoir. Les membres de cette formation, étiquetée parti majoritaire, n’ont pas eu bonne presse, les malversations et les abus de certains barons se multipliant. Le régime HVM a pâti de l’attitude de ces soutiens encombrants. Les opposants, du régime, cependant, ne sont jamais arrivés à contourner un système verrouillé. Le gouvernement a réussi à faire avorter les tentatives de motion de censure grâce sa persuasion « financière ». Des députés ont réussi à faire des affaires juteuses sans être inquiétés, protégés par leur immunité parlementaire. Aujourd’hui, nombre d’entre eux se sont mués en soutien inconditionnel du nouveau régime, brandissant l’image du nouveau président. Les flagorneurs se sont mis à vanter les mérites de l’IEM. La population n’est pas dupe, connaissant le véritable caractère de ces caméléons. Quel sort leur réservera-t-elle le 27 mai prochain ? Les démocrates espèrent un sursaut citoyen pour leur barrer la route.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Football – Telma Coupe de Madagascar : La CNaPS Sport encore favorite !

Les demi-finales de la Telma Coupe de Madagascar auront lieu dimanche à Mahamasina et curieusement à Mahajanga alors que les deux équipes en lice viennent du Bongolava et d’Itasy. C’est comme si les deux clubs avaient des ressources intarissables pour se permettre d’un tel déplacement surtout après avoir écumé les quatre coins de l’île lors de la THB Ligue des champions.

La CNaPS Sport affrontera, dimanche, au stade Alexandre Rabemananjara, l’Ajesaia dans le cadre des demi-finales de la Telma Coupe de Madagascar. Un duel apparemment équilibré sauf si on tient compte de la dernière confrontation entre les deux formations où les caissiers ont battu l’Ajesaia sur le score de 2 buts à 0. Mais c’était dans leur jardin de Vontovorona et que sur un terrain neutre, tout reste possible.

Expérience. Comme on reste sur une même pelouse synthétique, la différence peut encore se reposer sur l’expérience des joueurs. Et sur ce chapitre et comme l’Ajesaia a choisi de rajeunir au mieux sa formation, la CNaPS part avec un léger avantage avec des hommes d’expérience dont le gardien Leda, les défenseurs Ando, Ricky et Toby, le milieu Rija et Tojo Kely mais aussi l’attaquant Niasexe qui est en train de retrouver ses jambes de 20 ans.

C’est dire que la balance serait encore du côté de la CNaPS qui se devrait d’assurer en coupe car sa troisième place en Ligue des champions n’autorise plus à un optimisme béat.

Dans l’autre match qui aura pour cadre le stade de Mahamasina, Fosa Juniors Elite n’aura pas, c’est certain, la partie facile devant l’USCAF qui est resté invaincu chez elle.

Manie. L’équipe de la Commune Urbaine d’Antananarivo est connue pour être une formation homogène sans des stars connues mais qui joue la main sur le cœur.

L’USCAF, devant son public, est devenue une équipe difficile à manœuvrer. Et c’est tout l’intérêt de cette demi-finale où elle devra s’en découdre avec la plus professionnelle des équipes malgaches avec ce que cela suppose de rigueur et de discipline.

La seule fausse note des Majungais vient de l’entraîneur Bob Kootwij qui a cette manie de vouloir changer les postes lors des moments cruciaux. Quand on voit Elefoni sur le flanc gauche de la défense alors que Doda reste sur les bancs, alors on se demande sur l’intérêt d’un tel choix.

On saura un peu plus dimanche.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Energie : CMI et ESE proposent l’efficacité énergétique au profit des industriels malgaches

Les intervenants du séminaire CMI – ESE, hier au Colbert

CMI Energy, du groupe de renommée internationale CMI, et son représentant officiel à Madagascar, Energie Sécurité Equipements (ESE) dévoilent aux industriels malgaches les techniques et système de gestion énergétique qui leur permettront de minimiser leurs coûts de production.

En attendant la concrétisation des projets d’énergie renouvelable sensés résoudre les problèmes d’insuffisance énergétique, les particuliers et les professionnels continuent de souffrir de la carence de la Jirama. Heureusement que ce ne sont pas les alternatives qui manquent pour soulager la souffrance des usagers.

Maîtrise optimale

Représenté à Madagascar pat Energie Sécurité Equipements (ESE), le groupe de renommée internationale CMI Energy (Cockerill Maintenance Ingénierie) propose un concept de maîtrise optimale de l’empreinte énergétique. A cet effet, les deux entreprises partenaires ont organisé, hier au Colbert un séminaire sur le stockage d’énergie. Ayant vu la participation de plusieurs entreprises, ce séminaire était une occasion pour ces acteurs du secteur industriel de saisir tous le sens des enjeux d’une maîtrise optimale de l’empreinte énergétique dans leurs activités. En tant que partenaire du développement des entreprises, ESE leur a apporté notamment, son expertise dans le domaine de l’implémentation de solutions écoresponsables et sécuritaires afin de minimiser les charges d’exploitation ainsi que les risques auxquels sont exposés les employés, voire l’entreprise. Comme l’a expliqué Régis Frankard en charge de la Business Line Energy Storage de CMI, « l’énergie pèse lourd dans les dépenses d’une entreprise car elle représente des charges d’investissement conséquentes en termes d’infrastructures ». D’où, la nécessité de trouver un système pour améliorer l’approvisionnement énergétique et minimiser son coût. « « A travers ses différents pôles d’activités, CMI Energy et ESE se sont donnés pour mission d’aider les entreprises à maximiser leur chiffre d’affaires en réduisant les coûts liés à l’énergie mais aussi en offrant une sécurisation optimale des installations et répondant aux problématiques environnementales et énergétiques. En plus du facteur de réduction de coûts, la sécurisation de l’approvisionnement est un objectif majeur de cette proposition énergétique. Un industriel confronté à des problèmes énergétiques va automatiquement en subir les répercussions sur sa production et donc sur son résultat opérationnel. Le stockage d’énergie est une solution mature et éprouvée pour remédier à cette problématique. C’est notre conviction chez CMI, sur laquelle repose la reconnaissance de notre expertise et de notre expérience par les spécialistes des métiers de l’énergie dans le monde ».

Bonne option

Bref, les offres proposées est une bonne option pour l’économie énergétique pour les entreprises malgaches. « Nous permettons, non seulement, aux entreprises malgaches de réduire leur facture d’énergie mais nous leur donnons également la possibilité de contribuer au développement durable en minimisant leur consommation et en s’assurant que des dispositifs alimentés par l’énergie renouvelable soient installés dans leur système. » a précisé Hugues Burger, Directeur de développement International de CMI. A noter que CMI conçoit, intègre, modernise et entretient des équipements pour l’énergie, la défense, la sidérurgie, l’environnement, le transport et l’industrie en général. CMI accompagne ses clients tout au long du cycle de vie de leurs outils pour en améliorer les performances économiques, techniques et environnementales. Energie Sécurité Equipements, représentant du groupe CMI Energy est implantée à Madagascar depuis l’année 2018. Elle s’est spécialisée dans les domaines de l’efficacité énergétique, de la sécurité en matière de protection incendie, ainsi que du recyclage.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

67ha : Vehivavy midaroka sy manendaka

Tsy ny lehilahy amin’izao no mirotsaka amin’ity fanendahana miharo vono ity fa na hatramin’ny vehivavy ihany koa aza. Toy izay tratra tetsy 67ha ny alatsinainy teo.

Tovovavy iray no lasibatra ny faran’ny herinandro teo. Raha ny fampitam-baovao azo, dia tonga nanatona azy ity vehivavy mpanendaka ity, izay mody nilaza taminy fa tsy mahita lalana. Niangavy taminy izy ny mba hitondra sy hanatitra azy eny amin’ny Paositra 67ha. Nanaiky an-kitsim-po ity tovovavy ity ary dia niaraka teny izy roa. Teny an-dalana indray anefa, dia nilaza ilay mpanendaka fa hoe hadinony any amin’ny mpampiasa azy ny paoketrany ka niangavy fanindroany an’ity tovovavy ity izy mba hiaraka haka izany any. Mbola nataony fialana ihany moa ilay hoe tsy mahita lalana ary milaza fa very tanteraka eo 67ha ny tenany. Nanaiky hatrany moa ity tovovavy. Kanjo nony tafiditra elakelan-trano sy mangingina izy roa vavy no avy hatrany dia daroka be no nihatra tamin’ilay tovovavy. Raha iny izy mbola tsy nahatsiaro tena iny no nohararaotin’ity olon-dratsy nendahina. Lasa tamin’izany ny peratra volamena roa sy peratra volafotsy iray.

Ny alatsinainy teo no hitan’ity tovovavy ity nijorojoro teny an-toerana ity vehivavy mpanendaka ity. Angamba mety ho niandry izay ho hazany manaraka indray. Niantso avy hatrany pôlisy teo akaiky teo ity tovovavy. Nandray ny andraikiny avy hatrany ireto farany ary nosamborina ilay mpanendaka. Rehefa nentina natao famotorana ity farany, dia niaiky tanteraka fa efa mpanendaka tokoa ary ireo mpiantsena sy mpianatra mandalo eny an-toerana no tena ataony lasibatra. Omaly moa ity ramatoa ity no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ary naiditra am-ponja vonjimaika.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Concert : « Naday Rock » au « Point d’Exclamation Lounge Bar »

Naday, un des meilleurs riffeurs de sa génération.

Une tournée en Europe qui se profile pour Naday, il décide alors de faire son dernier concert de ce semestre au « Point d’Exclamation Lounge Bar » Analakely vendredi soir, à partir de 21 h. « Naday Rock », le guitariste, parolier et arrangeur n’a pas cherché loin. Tout dans le concret, ce sera donc du rock avec quelques ajouts et mélanges dont il connaît les mesures. Pour les novices, le Naday qui se présentera à cette soirée, comme il le dit, « a plus d’affinité avec le trio, la basse pour l’oreille droite, la guitare électrique pour la gauche et le « beat » se trouve au milieu. La rencontre de ces trois est parfaite ».

Du coup, ce sera du rock avec une vingtaine de morceaux et quelques reprises. D’ailleurs, le trio va jouer de nouveaux titres. Tant attendu par les inconditionnels de la formation, comme « Garafeo » et « Tsapunk »… Avec ce dernier morceau, on retrouve le Naday touche à tout. Sachant adapter son jeu et ses inspirations aux sons du terroir. Sûrement, le public ira dans des contrées encore inexplorées lors de cette soirée. Un monde de découverte avec le jeu tantôt étouffant, ne laissant jamais de repos, et tantôt « bluesy » de ce guitariste hors pair.

« Nous allons partir pour un tour d’Europe, avec « Voots Kongregation » et « Lewiky » le mois prochain. Donc, ce sera vers la fin de l’année que je remonterai en solo en live. Mais la musique continue avec d’autres projets musicaux », ajoute-t-il. L’envie et la passion se ressentent toujours après « quatorze ans de dreadlocks », rappelle-t-il avec fierté. Dans le milieu du « thrash métal », ouvert mais très méticuleux question musicale, Naday est parmi les plus respectés. Tout comme dans le milieu rock et ses autres cousins.

Mais on connaît  aussi de lui son album, «One Nation », avec une armature diversifiée. Soutenu par un rock sans concession, des riffs à faire décoincer un « folkeux », cet opus est passé comme une lettre à la poste. Mais ceux qui ont voulu le lire ne s’en sont plus jamais séparés. Une autoproduction avec un grand sens du réalisme, avec des titres comme « Soa mikodia » et des meilleurs. « Le prochain programme, l’enregistrement de nouvelles chansons », lance-t-il. Rendez-vous donc vendredi à 21 h au « Point d’Exclamation Lounge Bar ». Où l’on retrouvera Junior à la batterie, il pourrait être épaulé par d’autres batteurs, selon le « feeling ». Naday à la guitare et une bassiste qui commence à se faire remarquer.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Fonction Publique : Zéro corruption dans les concours administratifs

La ministre Ranampy Marie Gisèle indique le chemin à suivre par son département pour atteindre les objectifs fixés par le président de la République.

Des réformes sont en cours au niveau du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales.

Le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales a un rôle stratégique et primordial à jouer dans la mise en œuvre des grandes réformes annoncées par le président de la République. Hier, la ministre Ranampy Marie Gisèle a présenté les principales réalisations de son département depuis sa nomination aux 67ha. Sur la lutte contre la corruption, ce membre du gouvernement a mis l’accent sur l’objectif « zéro tolérance ». « La lutte contre la corruption est surtout renforcée dans les concours administratifs. Le plus récent est le concours d’entrée à l’Institut National de Formation Administrative (INFA). Des mesures ont été prises dont la sécurisation des feuilles des copies à travers l’installation des caméras de surveillance dans les locaux où elles  sont conservées et la mise en œuvre d’un système de surveillance des correcteurs et des autres intervenants dans le concours. Quant à la correction de ces feuilles de  copies, elle va bientôt commencer. », a expliqué la ministre Ranampy Marie Gisèle. Avant de rassurer : « Je lance un appel à tous ceux qui constatent des actes de corruption à apporter des preuves pour que le ministère puisse prendre les mesures qui s’imposent. »

Recensement. La ministre en charge du Travail a par ailleurs rappelé que le décret d’application de la décision relative à la hausse à 200.000 Ar du SMIG a été déjà pris. « Cette hausse est le fruit du dialogue entre l’Etat représenté par le ministère, le patronat et les syndicats des travailleurs. L’effectivité de cette mesure qui a été adoptée dans le cadre de la promotion du travail décent pour tous ne va plus attendre. Les inspecteurs du   Travail se concertent déjà là-dessus. », a fait savoir la ministre Ranampy Marie Gisèle. En ce qui concerne les salaires et les avantages des fonctionnaires, ce membre du gouvernement a souligné que l’on s’attelle  pour le moment au recensement des agents de l’Etat par l’utilisation du logiciel AUGURE (Application Uniforme de Gestion Unique des Ressources Humaines de l’Etat). « Le ministère en charge de la Fonction et le ministère de l’Economie et des Finances travaillent ensemble pour l’efficacité de ce logiciel qui sera utilisé au niveau de tous les autres départements ministériels. Le recensement permettra de connaître l’effectif exact des agents de l’Etat. Et ce sera à partir de cet effectif exact qu’on prendra les mesures nécessaires quant aux salaires et avantages des fonctionnaires. », a-t-elle rassuré.

« Task Force ». Au Palais des Sports de Mahamasina, le président de la République, lorsqu’il a présenté les réalisations des 100 jours de son régime, a particulièrement évoqué la couverture ou la protection sociale des travailleurs. Tout de suite après cette déclaration, le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales a mis en place un « Task Force » au niveau de la CNAPS (Caisse Nationale de Prévoyance Sociale). Ce « Task Force » est chargé de la mise en œuvre des mesures de couverture sociale des travailleurs. Le principal objectif est d’intégrer les travailleurs informels dans le formel. Hier, la ministre Ranampy Marie Gisèle a été entourée des membres de son staff dont le secrétaire général du ministère Razafimamonjy Laza Rabary, le directeur général de la Fonction Publique Mahadiny Gérard Bernardin, le directeur général de l’ENAM Rabetahina Pascal Pierrot et le directeur général de l’INFA Rabenarivo Lanto Lauréat.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Dialogue public-privé : Un atelier de préparation pour relancer le tourisme

Un dialogue public-privé efficient devrait permettre de définir des solutions efficaces pour la reprise du tourisme, selon la Confédération du Tourisme de Madagascar (CTM). Du 14 au 16 mai, les membres de cette organisation, ainsi que les acteurs clés du tourisme au sein du Gouvernement se réunissent à l’hôtel Le Louvre Antaninarenina, dans le cadre d’un atelier de renforcement de capacités sur le dialogue public-privé. « Les deux premiers jours seront dédiés à l’acquisition de techniques et d’outils pour mener un dialogue efficace et cohérent permettant aux participants d’avancer dans la mise en place des priorités du secteur tourisme. Le troisième jour permettra aux participants de mettre en pratique les connaissances acquises à travers l’organisation de deux tables rondes autour de deux thématiques : le développement des ‘avions taxis’ pour certaines routes aériennes nationales et l’amélioration de services touristiques dans les parcs nationaux », ont indiqué les organisateurs de l’atelier.

Intérêts communs. A noter que la CTM, créée en septembre 2017 a pour but de représenter les intérêts des associations, des groupements professionnels et des entreprises privées opérant dans le secteur du tourisme à Madagascar. Forte de ses 42 membres, dont 8 groupements professionnels, sa mission principale est de représenter les opérateurs touristiques dans le dialogue avec le secteur public et les partenaires techniques et financiers, afin de défendre leurs intérêts et être force de propositions et de solutions qui contribueront au développement durable du tourisme à Madagascar. Pour la CTM, cet atelier au Louvre Antaninarenina vise à améliorer le dialogue public-privé en renforçant les capacités des acteurs du secteur tourisme – qu’ils soient membres de la CTM ou représentants du Gouvernement, amenés à traiter des sujets liés au tourisme. « L’objectif final est de permettre aux acteurs du secteur privé de parler d’une seule voix, au gouvernement, afin de contribuer pleinement et de manière efficace à l’élaboration des politiques publiques en matière de tourisme. Pour les agents du gouvernement, il s’agit d’acquérir les outils et les techniques nécessaires pour mener un dialogue public-privé efficace qui leur permettra d’asseoir leur légitimité en améliorant la transparence, la qualité et l’efficacité de leurs politiques afin de contribuer à faire du secteur tourisme un levier de développement économique et social pour Madagascar », a soutenu la CTM.

Potentialités. Le tourisme à Madagascar est un des trois premiers secteurs pourvoyeurs de devises à Madagascar. Son développement figure parmi les priorités du gouvernement qui fixe un objectif de 500.000 touristes par an, d’ici 2020. En effet, le transport, la santé publique, l’éducation et la sécurité publique … sont quelques secteurs ayant des conséquences réelles et quotidiennes sur le bien- être du secteur touristique. « Il est primordial que les acteurs du tourisme, qu’ils soient publics ou privés, puissent acquérir les outils nécessaires pour conduire un dialogue structuré et cohérent avec les différentes parties prenantes. Une formation DPP se tient également les 14 et 15 mai à la Chambre de Commerce et de l’Industrie d’Antananarivo à Antaninarenina et compte plus de 70 participants composés de professionnels du secteur public et privé opérant dans le tourisme. Des représentants des regions sont également au rendez-vous », a indiqué le CTM. Bref, ces ateliers permettront aux parties concernées de définir ensemble et de mettre en œuvre des solutions pour le développement durable du secteur du tourisme.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Justice-Partenaires Techniques et Financiers : Lutte contre la corruption

Une réunion de coordination sur les projets du ministère de la Justice appuyés par les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) s’est tenue, hier, à l’hôtel Le Pavé. Ces PTF sont composés notamment de l’ambassade de France, de l’Agence Française de Développement, de l’Union européenne, du PIC 2 Banque mondiale, Pnud, du comité international de la Croix-Rouge et des ONG œuvrant en faveur des personnes détenues. Selon le directeur de cabinet du ministère de la Justice, ce partenariat a porté, entre autres, sur la dotation en matériels roulants, le renforcement de capacités des deux écoles nationales (ENMG et ENAP), l’informatisation des juridictions et établissements pénitentiaires et renforcement de l’Etat de droit et de la protection des droits humains. Notons que cette réunion de coordination a surtout mis en exergue la lutte contre la corruption.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Recrutement d’enseignants : Halte à la corruption

Le ministre de tutelle promet aussi l’amélioration de la connexion internet dans les universités.

« Halte à la corruption sur tout le processus de recrutement des enseignants chercheurs ». Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Rejo-Fienena Félicitée reste très ferme, lors de l’investiture du nouveau président de l’université de Toliara, le maître de conférences, Razafiharison Andriamanantena, dernièrement. « Dorénavant, tout recrutement doit répondre au grade et aux compétences demandés par les universités », a-t-elle enchaîné. En outre, une direction de l’audit interne sera mise en place dans chaque université. C’est une exigence du ministère pour assurer la bonne gouvernance des affaires universitaires tout en traquant les éventuels faux relevés de notes et les faux diplômes. Par ailleurs, l’amélioration de la connexion internet est en vue. Une rencontre entre le ministère de tutelle, les présidents des universités et des Centres Nationaux de Recherche (CNR) d’un côté, et l’opérateur Telma de l’autre, a eu lieu hier. L’objectif vise à détecter et résoudre les problèmes de connexion tout en améliorant le débit.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Lutte : Mamitiana Raveloson candidat unique à sa propre succession

Mamitiana Raveloson vise un troisième mandat.

A la tête de la fédération depuis 2010, il va rempiler pour un mandat quadriennal 2019-2023. Il est sur la voie royale.

Formalité. La fédération malgache des luttes procédera ce jour à Mahajanga aux assemblées générales ordinaire, élective et extraordinaire. L’élection du président de la fédération ne devait être qu’une simple formalité vu que l’ex-président, Mamitiana Raveloson est l’unique candidat à sa propre succession. « Toutes les délégations sont déjà à Mahajanga. Cinq ligues vont participer au vote » a expliqué le candidat, Mamitiana Raveloson. Avant cette élection, la fédération tiendra son assemblée générale ordinaire consacrée à la présentation des rapports moral, technique et financier suivi du vote de quitus des cinq ligues présentes. Il s’agit de Haute-Matsiatra, Analamanga, Atsinanana, Ihorombe et Boeny. « Je peux dire que des réalisations, des résultats ont été obtenus pendant ces deux mandats à la tête de la fédération nationale ne citer qu’aux Championnats d’Afrique et aux Jeux de la Francophonie. Nous allons continuer ce qu’on a commencé » souligne, Mamitiana Raveloson.

Amendements. Au programme du jour à Mahajanga, l’amendement des textes de la fédération pour être en accord avec la fédération internationale lors d’une AG extraordinaire prévue à 11 heures. « Nous allons changer le logo et le nom de la fédération, ce ne sera plus la fédération malgache des luttes mais United World Wrestling Madagascar (UWWMad). La fédération nationale se nomme actuellement United World Wrestling plus d’autres amendements » a continué Mamitiana Raveloson. L’ex-futur président du UWWMad est également le Secrétaire général de l’association des fédérations francophones de lutte.

T.H