Les actualités à Madagascar du Lundi 15 Mai 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar5450 partages

Eliana Bezaza : « Pas de développement sans les intellectuels »

Follow @lexpressmadaEliana Bezaza essaie d’inventorier, un à un, les maux qui gangrènent ce pays, et ce dans l’objectif d’en trouver les solutions. Cette fois-ci, elle aborde le problème épineux de l’intégration de l’élite intellectuelle dans sa société d’origine. L’analyse de ce numéro un du parti PSD est poussée plus loin encore, pour affirmer qu’il n’y a rien à espérer sans la participation active de  l’élite intellectuelle dans notre œuvre de développement national.

• Vous êtes parmi les membres de l’élite intellectuelle de Madagascar. Vous sentez-vous actuellement considérée dans votre juste valeur, dans vos activités quotidiennes  ? – Votre question évoque l’épineux problème d’intégration de la classe intellectuelle dans sa société d’origine. C’est la basique question que se pose chaque membre de la diaspora, qui vient de terminer ses études universitaires à l’étranger. Par contre, avant d’ouvrir le débat sur ce chapitre, je suis très claire et très catégorique pour affirmer que tous les enfants de ce pays doivent revenir au pays pour contribuer à son développement socio-économique. Il y a peut-être mille raisons pour que la fuite de cerveaux, ou le fameux brain drain existe et continuera à exister. Mais je réitère qu’à son niveau actuel, Mada­gascar a plus que jamais besoin de tous ses enfants. Il faut tout de même nuancer les choses quelquefois, car lorsqu’on vit l’expérience nationale, on sent tout de même une très mauvaise considération des intellectuels. Ces derniers sont sous-utilisés. Nous vivons un paradoxe incroyable. Les membres de la classe intellectuelle sont plus appréciés et plus utilisés par les organismes internationaux opérant sur place, que par sa propre société et administration.• Est-ce la volonté des intellectuels de se mettre à l’écart, ou les met-on de côté  ? – C’est parce qu’il y a une faiblesse de politique d’intégration de nos intellectuels dans le système en général. Les rares intellectuels qui sont entrés dans les circuits sont soit les enfants des classes dirigeantes successives, soit ceux des classes sociales aisées, ou encore de jeunes chanceux qui ont pu s’infiltrer par mille manières dans ce système très fermé. Mais en général, c’est l’absence du système d’intégration de la part de l’État qui en est la cause première. Le nombre d’universitaires augmente au fil des ans, mais les structures globales d’activités et la politique de développement n’ont pas suivi ce rythme ascendant, et c’est l’État et le peuple qui perdent au final. Sans la participation effective des intellectuels dans tous les domaines des compartiments de la vie nationale, on ne peut  rien espérer. Notre empirisme de toujours est dépassé. Il faut maintenant penser rationnel, et agir d’une manière rationnelle.• Quelle est l’illustration de la faillite ou de la déconsidération des intellectuels?   – Prenons l’exemple de la politique de développement national. Comment parler de développement, sans avoir une puissante politique de recherches et de développement technologique et scientifique   Le développement nécessite tout un système de processus rationnels, avec des bases de données fiables et constamment mises à jour, alors que chez nous, seule la région Vakinankaratra dispose d’un Atlas régional. Le reste de ce que nous entreprenons relève soit de l’empirisme, soit d’un pilotage à vue. À vrai dire, tout est approximatif dans nos démarches, en termes de développement national. Et ce sont plutôt les organismes internationaux qui avancent des statistiques concernant notre pays par exemple. Bref, c’est l’essentiel qui nécessite des actions participatives de nos intellectuels qu’on oublie ou qu’on néglige délibérément. Par ce manque d’organisation et de vision  rationnelle des choses, nous essayons d’entreprendre d’une manière très désordonnée, et toutes les démarches sont finalement sans effet, en termes de développement national. L’exemple le plus flagrant est le domaine agricole. Pour parler de l’agriculture, il faut au moins trois choses essentielles : l’homme, la terre et l’eau. Nous avons fermé tous les lycées et collèges agricoles. Nous sommes incapables de résoudre les problèmes fonciers. Nous n’avons pas du tout de politique de maîtrise de l’eau. Avec ces carences flagrantes, nous espérons faire de la Grande île un grenier de l’océan Indien. Imaginez aussi ce qui se passe dans le secteur minier, alors que ce secteur devrait être l’une des bases fondamentales de notre développement national. On attribue, d’une manière sauvage, les permis d’exploitation minière. Nos périmètres miniers tombent alors entre les mains des étrangers, qui ont accès aux financements internationaux non accessibles à la population malgache, et qui sont les seuls capables de corrompre l’administration minière. Que peut espérer le peuple malgache de cette exploitation sauvage de ses richesses naturelles, à part tout simplement être victime d’expropriation   Par contre, si on adopte une démarche rationnelle de cette politique minière, Madagascar n’aurait même pas besoin de quémander des financements partout, comme ce qui se passe depuis toujours.• Dans ce contexte difficile actuel qui prévaut dans le pays, croyez-vous que nos intellectuels bien placés ailleurs auraient le courage de revenir ici  ? – Ailleurs ou sur place, il faut que la classe intellectuelle participe activement au développement de son pays. Mais encore faut-il que l’État la valorise à sa juste valeur. C’est la démission généralisée de la classe intellectuelle qui fait que nous en sommes là actuellement, avec cette situation complètement délabrée. Si nous arrivons, un jour, à organiser sur place un vrai symposium national de notre classe intellectuelle, pour une restructuration générale et tracer une nouvelle voie de développement national, ce sera une nouvelle ère pour la Nation et le peuple malgache. J’espère que nos élites intellectuelles, disséminées dans divers pays du monde, oseront revenir sans crainte quand le pays sera prêt à considérer leur présence vraiment indispensable.

Propos recueillis par Herisetra

Follow @lexpressmada

Midi Madagasikara747 partages

Kidnapping à Ankadikely-Ilafy : Yanish Ismaël enlevé par cinq individus cagoulés et fortement armés

Encore du kidnapping. Hier  vers 11 heures, un jeune Karana fils d’un riche opérateur du pays a fait l’objet d’un enlèvement à Ankadikely-Ilafy. Il s’agit de Yanish Ismaël. La victime était en pleine réunion de requiem avec sa famille au cimetière dans la localité appelée Telozoro quand une voiture 4X4 de marque MAZDA ayant à bord cinq individus a fait irruption  sur les lieux. Quatre personnes cagoulées et armées de fusils d’assaut Kalachnikov sont descendues de la voiture. On dirait qu’il s’agit d’une attaque préméditée et les malfaiteurs ont déjà suivi de près leur cible. Ils savaient que le jeune Karana était accompagné par son garde du corps. Pour neutraliser ce dernier, ils ont ouvert le feu et a blessé ce policier qui était en tenue civile avant de s’en prendre à Yanish Ismaël pour l’embarquer dans leur  voiture. Puis, la voiture est repartie en direction d’Ambohipanja et Belanitra. C’était à ce moment là que des témoins ont  alerté la gendarmerie d’Ankadikely-Ilafy qui a, à son tour, monté des barrages sur les routes censées être empruntées par les malfrats. Alertée également, la police est venue à la rescousse. Et la recherche est enclenchée.

Selon les informations recueillies auprès des forces de l’ordre, aucun  indice ne permet encore d’identifier les kidnappeurs. D’autant plus que jusqu’à hier, ils n’ont pas réclamé de rançon. Reste à savoir si la famille va collaborer avec les forces de l’ordre. Ce doute subsiste car dans la plupart des cas, les  proches de la victime refusent de porter plainte. Affaire à suivre.

T.M.

L'express de Madagascar322 partages

Une armée de bandits enlève le fils d’un opérateur à Ilafy

Nouveau kidnapping hier à Ilafy. Cette fois, c’est le fils de Danil Ismaël, propriétaire de Socolait qui a été la cible.

Une véritable armée. C’est le moins qu’on puisse dire. Douze bandits, tous armés de fusil d’assaut kalachnikov, ont enlevé hier à Ilafy Yanish Ismaël, le fils de l’opérateur Danil Ismaël propriétaire de la société Socolait etd’autres sociétés . La scène s’est passée vers 11 heures alors que le jeune homme se trouvait au cimetière en pleine prière avec une soixantaine de personnes. Les bandits ont surgi et l’ont embarqué à bord d’une Renault Express. Plus loin, ils ont changé de voiture.Pendant l’opération, un garde du corps de son père, en l’occurrence un commando du Gsis, a essayé de s’interposer mais a reçu une balle des bandits. Il a dû être évacué à l’hôpital militaire de Soavinandriana. Il va sans dire que la population a été paniquée par le coups de feu. Un sauve-qui-peut général a été observé aux alentours d’Ankadikely Ilafy. Les gens qui attendaient le passage d’un bus près de l’usine Somacou ont essayé de se mettre à l’abri.La famille de Yanish de même que les forces de l’ordre ont été sans nouvelles du jeune homme depuis hier.On croyait la série de kidnappings terminée avec l’arrestation de plusieurs suspects, auteurs de l’enlèvement du jeune Firoze a Ambohibao, il y a un mois. Erreur, avec ce qui s’est passé hier, les kidnappings ont encore de beaux jours devant eux. Pire, les bandits sont mieux équipés et mieuxorganisés. On se demande s’il s’agit d’une armée dans l’armée avec un tel arsenal.Armée dans l’arméeLes auteurs du rapt d’hier constituent, ni plus ni moins, qu’une véritable colonne militaire. Visiblement, ils sont bien renseignés sur leur proie et ont parfaitement préparé leur coup. De là à permettre aux enquêteurs de remonter de fil en aiguille jusqu’à celui qui mijote les coups, cela ne devrait pas être une entreprise difficile. Mais il est des kidnappings comme il est du trafic de bois de rose, il existe une liste de ceux qui en font leur activité remise aux autorités suprêmes sans qu’aucune personne mentionnée parmi les délinquants ne soit arrêtée.La communauté française va, sans doute, réagir de nouveau avec cet enlèvement. Elle a vivement interpellé les autorités malgaches de prendre leurs responsabilités dans la protection de la population. Les nouveaux  ministres de la Police et de la gendarmerie ont du pain sur la planche. Visible­ment,  n’ayant même pas eu le temps de tout voir et d’assainir ils sont pris de court. À moins qu’on leur ait donné une mission impossible.

Lire aussi :  Fusillade à Besarety - Deux véhicules des tueurs identifiés

Hajatiana Leonard.

L'express de Madagascar92 partages

Table ronde écononomique : Le climat des affaires passé à la loupe

La table ronde économique a ouvert les discussions sur l’environnement des affaires. Le secteur privé a fait son plaidoyer devant l’Administration.

Depuis trois ans, la table ronde économique, initiée par l’Union européenne, est devenue un exercice entre le secteur privé et le régime en place de discuter ouvertement sur l’environnement des affaires à Madagascar. Les régimes fiscaux et douaniers, l’advanced cargo système (ACD), le climat des investissements et surtout l’accord de partenariat économique (APE), l’accès au financement, la facilitation et la promotion des exportations ont été au centre des discussions entre les participants à cette rencontre organisée, vendredi, à Anosy.Cette demi-journée d’échanges a réuni plus d’une centaine de participants tels que des opérateurs du secteur privé, des représentants de l’administration, des membres du gouvernement, ainsi que de partenaires techniques et financiers. L’occasion se présente ainsi pour les membres du secteur privé de remuer le couteau dans la plaie comme la difficulté sur les accès au financement, la compétitivité des produits malgaches sur le marché des exportations, la nécessité d’un cadre politique et juridique stable pour le rétablissement de la confiance des opérateurs et investisseurs.L’arrivée massive des produits importés, par exemple, laisse perplexes les entreprises malgaches. Certaines craignent une « mise à mort » de l’industrie malgache. « Nous ne disposons pas encore d’arme pour soutenir la concurrence », se plaint un chef d’entreprise rencontré hier à Anosy.En réponse, le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé Chabani Nourdine promet d’améliorer la compétitivité des entreprises malgaches. « Nous ferons tout pour que nos entreprises se dotent d’une arme de protection. La loi sur le développement des industries de Madagascar (LDIM) devra être soumise au Parlement pour adoption. Avec ce texte, nos industries seront plus compétitives que jamais », a-t-il déclaré.À l’issue de cette rencontre, le chef de délégation de l’Union européenne à Madagascar, Antonio Sanchez Benedito, promet de continuer cet esprit de dialogue entre les différents acteurs. « Nous sommes d’accord sur l’importance clé du secteur privé pour le développement de Madagascar ainsi que sur la méthode qui doit toujours être le dialogue et le consensus et cela doit continuer », a soutenu Antonio Sanchez Benedito.Lova Rafidiarisoa Follow @lovaraf

Midi Madagasikara90 partages

Programmes appuyés à hauteur de 122 millions d’euros

122 millions d’euros de dons, soit près de 415 milliards d’Ariary ont été octroyés par l’Union européenne. Ce fonds comprend 40 millions d’euros pour le Programme de Renforcement Institutionnel vers le Développement de la Résilience Agricole (RINDRA) ; 50 millions d’Euros pour le programme d’Appui au Financement de l’Agriculture et aux Filières Inclusives dans le Nord de Madagascar (AFAFI-Nord) ; 30 millions d’euros pour le programme d’Appui Budgétaire (SBC II) pour l’exercice 2017 ; et 2 000 000 d’euros pour la facilité de coopération technique.

Selon ses promoteurs, le Programme AFAFI-Nord bénéficiera aux régions Diana, Sava et Analanjirofo et permettra de renforcer et de moderniser l’agriculture qui devra être durable, inclusif et performant. Il vise une amélioration de la gouvernance du secteur agricole, l’augmentation des revenus des ménages, l’amélioration de la sécurité alimentaire, en vue de renforcer la lutte contre la pauvreté. Par ailleurs, d’autres régions du centre et du Sud du pays pourront également bénéficier de projets du même type.

En ce qui concerne le Programme RINDRA, l’objectif est de mettre en place un outil financier permettant aux producteurs ruraux d’accéder à des financements et services de proximité, à travers le Fonds de Développement Agricole (FDA) et les Fonds Régionaux de Développement Agricole (FRDA). Dans ce cadre, le Programme vise à assurer l’opérationnalisation des institutions publiques et parapubliques du secteur Agriculture – Elevage – Pêche – Environnement (AEPE). Plusieurs actions ont déjà été menées dans ce cadre si l’on ne cite que la mise en œuvre de la Politique nationale de la canne à sucre, l’appui au secteur des ressources halieutiques, la gestion collaborative des parcs nationaux, etc.

Par ailleurs, les deux autres conventions concernent l’appui budgétaire au titre de l’année 2017, qui permettra d’améliorer la qualité des services publics pour la population ;  et la facilité de coopération technique qui permettra de renforcer le capital humain. En somme, ces conventions de financement illustrent et renforcent le renouvellement et  la pérennité de la coopération entre l’Union européenne et Madagascar.

L'express de Madagascar81 partages

Football – Ligue 1 – Tana Formation terrasse le leader

Rares sont les clubs qui peuvent se vanter d’avoir battu Elgeco Plus, cette saison. Mais, Tana Formation en fait désormais partie. Et ce, après s’être offert le scalp du leader du championnat d’Analamanga (3-1), hier au stade de Mahamasina.Des réalisations de Rajo, Fabrice et Amoros, ont eu raison d’Elgeco Plus, lors de ce choc de la douzième journée de Ligue 1. En face, Dino a inscrit l’unique but de la rencontre, pour le cham­pion sortant. Elgeco Plus garde, toutefois, sa première place du classement général, puisque l’AS Adema a été tenue en échec par l’Uscafoot.Les deux équipes se sont séparées sur un résultat nul et vierge. La confrontation entre Mama FC et du FC Tana s’est aussi conclue sur un score similaire.Il reste encore deux matches à jouer dans le cadre de cette douzième journée. Deux rencontres étaient prévues samedi, à Mahamasina, soit Cosfa-COSPN et Sabnam-MI20. Mais celles-ci sont reportées pour ce lundi, puisque le terrain était indisponible. Au classement provisoire actuel, Elgeco Plus et AS Adema sont tous deux crédités de 27 points.Grâce à sa belle victoire d’hier, Tana Formation grim­pe au troisième rang avec 25 unités.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara77 partages

Place du 13 Mai : Dispositif militaire disproportionné

La Place du 13 Mai a été quadrillée samedi dernier par les forces de l’ordre dès 8h du matin.

Le nouveau commandant de la CIRGN a réussi son premier test d’agressivité.

Le nouveau commandant de la CIRGN d’Antananarivo, le Général Njatoarisoa Andrianjanaka, a annoncé les couleurs samedi dernier. La commémoration du 45e anniversaire des événements du 13 mai 1972 a été une occasion pour lui de prévenir qu’il est plus dur que le Général Florens Rakotomahanina, son prédécesseur, qui est nommé commandant des Ecoles de la Gendarmerie Nationale. Le nouveau patron de la CIRGN a déployé samedi dernier sur la Place du 13 Mai un dispositif militaire disproportionné si l’on se réfère au nombre de ceux qui se sont rendus sur place pour les traditionnels dépôts de gerbes. Environ 300 éléments ont été postés et ont quadrillé la Place dès 8h du matin. Or, il n’y a eu que quatre délégations qui ont déposé des gerbes à Analakely. Chaque délégation n’est composée au maximum que de dix membres. Aucune manifestation et aucun discours n’ont été autorisés dans le périmètre se situant justement devant l’Hôtel de Ville. Les Willy Razafinjatovo alias Me Olala, Lalatiana Ravololomanana, Edouard Tsarahame du RMTF ont été obligés de se retirer de l’endroit protégé pour pouvoir s’adresser aux journalistes.

Mission. Visiblement, le Général Njatoarisoa Andrianjaka a réussi son premier test d’agressivité. Pour les dirigeants HVM, c’était un succès car le nouveau commandant de la CIRGN a pu empêcher des manifestations pouvant remettre en cause la légitimité du régime en place. A rappeler que le Général Richard Ravalomanana a été engagé par le régime de transition d’Andry Rajoelina pour réprimer les manifestations des pro-Ravalomanana. Il a accompli sa mission. Après le retour à l’ordre constitutionnel en 2014, le nouveau président de la République Hery Rajaonarimampianina a trouvé en Général Florens Rakotomahanina, numéro deux du Général Richard Ravalomanana à l’époque, un officier qui peut défendre son régime contre tout acte de déstabilisation. Le commandant de la CIRGN de la première partie de la Quatrième République a tout fait, même l’exécution de l’arrestation de Claudine Razaimamonjy. Comme récompense, le Général Florens Rakotomahanina vient d’être nommé commandant des Ecoles de la Gendarmerie Nationale. Une voie de garage pour certains. Il est remplacé par le Général Njatoarisoa Andrianjaka qui serait là jusqu’à la présidentielle de 2018.

R.Eugène

Midi Madagasikara74 partages

67 ha : Zandary nanapoaka basy, nosamborin’ny pôlisy

Tokony ho tamin’ny sivy ora alina no nitranga ilay raharaha, ny asabotsy lasa teo. Nisy zandary nanapoaka basy teo amin’ny cité des 67 ha. Nampatahotra ny rehetra izany ary haingana dia nisy nampandre ny pôlisy. Zandary maromaro izy ireo ary nanao fanamiana sivily. Rehefa tonga teny an-toerana dia natao avy hatrany ny fisamborana an’ireo, satria tsy fantatra intsony na jiolahy na mpitandro ny filaminana noho izy ireo nanao akanjo tsotra no sady tsy nisy « ordre de mission » tokony hampiasana basy.  Nentina   teny amin’ny biraon’ny pôlisy teo an-toerana ka teo vao tena fantatra ny momba azy ireo. Nilaza ireo zandary, fa nisy saika hanendaka ary tsy maintsy nampiasa ny fitaovam-piadiana teny aminy mba hiarovana aina. Antony izay mitombina tanteraka, satria inona tokoa moa ny hitazonana fitaovam-piadiana raha tsy hiarovana ny aina aloha voalohany indrindra. Saingy manana alàlana hitazona izany ve izy ireo tamin’io fotoana io, satria raha ny tokony ho izy dia misy asa atao , vao tokony hitazona fitaovam-piadiana ny mpitandro ny filaminana, na inona na inona vondrona misy azy ireo. Any ihany koa no matetika tokony hipetrahan’ny adihevitra momba ny fiparitahan’ny basy. Hatreto mantsy, dia lazaina hatrany fa basy tamin’ny krizy izay efa ho roapolo taona lasa no miparitaka eto amin’ny firenena. Saingy mety ho endrika iray ihany koa ny fampanofan’ny mpitandro ny filaminana ny basy eny aminy na mety ho fampiasany izany amin’ny tsy tokony ho izy mihitsy aza, rehefa tsy voaara-maso ny tokony na tsia hitazonany an’izany.

D.R

Midi Madagasikara67 partages

Riana Andriamandavy VII : Le sénateur circule librement dans les rues de Tanà

Après une escapade à Guangzhou qui n’avait rien à voir avec son mandat de sénateur, Riana Andriamandavy est rentré au pays. Il a été aperçu samedi dernier vers 12h30 du côté de Mahavoky Besarety. Le beau frère de Claudine Razaimamonjy se trouvait au volant de sa Toyota V8 de couleur noire immatriculée 37… WWT. Il s’agissait bien du bouillant vice-président du Sénat élu dans la province de Fianarantsoa sous les couleurs du HVM car la vitre côté conducteur était baissée. Avec à bord, des gros bras qui étaient visiblement ses gardes du corps. Les passants qui l’ont vite reconnu grâce à ses photos qui ont fait la Une des journaux, se sont étonnés de le voir parader librement dans les rues de la Capitale. Sans être inquiété malgré le Soit transmis du Procureur Général près de la Cour d’Appel Jacques Randrianasolo à la Gendarmerie, pas pressée jusqu’ici de convoquer celui contre lequel la présidente du SMM Fanirisoa Erinaivo avait porté plainte pour ses agissements devant le siège du Bianco lors de la garde à vue de sa milliardaire de belle-sœur. Mais aussi pour avoir proféré des menaces contre les membres du Syndicat des Magistrats de Madagascar sur les réseaux sociaux. La levée de l’immnunité parlementaire par le bureau permanent du Sénat ne serait pas nécessaire s’agissant de flagrant délit.   

 

R.O

 

Midi Madagasikara57 partages

Un président qui a réussi son entrée dans l’histoire

En devenant le 8e président de la Ve république, il est maintenant entré dans l’histoire. Emmanuel Macron a réussi à renverser tous les bastions du conservatisme français, qu’il soit de droite ou de gauche  et va maintenant s’atteler à la résolution des nombreux problèmes qui minent la société française. Il va le faire de manière déterminée, tout en étant à l’écoute de tous.

Un président qui a réussi son entrée dans l’histoire

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron l’a installé définitivement  dans la fonction régalienne qui est la sienne. C’est un président différent de tous ses prédécesseur qui a imposé son style fait de simplicité, de chaleur et de détermination. Les mots prononcés par le président du conseil constitutionnel, Laurent Fabius, lors de l’annonce officiel des résultats de son élection, ont dépassé le simple cadre protocolaire et s’apparentèrent à un encouragement dans l’accomplissement de la lourde tâche qui l’attend. Le discours du nouveau locataire de l’Elysée fut à la hauteur de tous les engagements qu’il a pris durant cette campagne présidentielle. Il sut prendre la mesure des difficultés qu’il devra affronter et il se dit prêt à tout faire pour les résoudre. C’est une France ouverte sur le monde dont il veut restaurer la puissance et le rayonnement dans le monde.  Le contenu de cette allocution fut dense et permit de connaître les grandes lignes de l’action qui serait entreprise. La descente des Champs Elysées sur un véhicule de l’armée et les derniers mètres du parcours faits à pied furent quelques-uns des éléments marquants de cette journée. Le jeune président tenait à marquer ainsi l’importance qu’il porte à son rôle de chef des armées. En allant visiter des militaires blessés en opération, il soulignait le symbole très fort du sacrifice de ces hommes qui ont protégé la France et les Français. La réception faite par Anne Hidalgo, maire de Paris à l’hôtel de ville fut l’occasion pour Emmanuel Macron de développer des thèmes comme la transition énergétique ou la nécessité de la recherche scientifique. De l’avis de tous, cette journée d’hier fut tout à fait réussie. Le président Macron est entré de plain pied dans sa fonction.

Patrice RABE

Midi Madagasikara51 partages

Ambohipo : Enin-dahy nanafika « grossiste », nentina tamin’ny baoritra ny vola

Mbola nifanaretsaka ny olona, satria amin’ny ora fodiana mihitsy no nitranga ilay asan-jiolahy. Tokony ho amin’ny fito ora hariva, ny asabotsy teo, no tonga nanafika ny toeram-pivarotana iray ny enin-dahy nitam-basy. Nambanana tamin’ny fitaovam-piadiana ny olona rehetra izay tao amin’io « grossiste » io. Rehefa tsy nisy afa-nihetsika, dia nasaina nanome ny vola amin’izay. Vola izay tao anaty baoritra, vidin’entana maty indray andro, no lasan’ireo olon-dratsy. Rehefa vita ny asa ratsy izay notontosaina teo ambany mason’ny olona marobe, dia napoaka tamin’izay ny basy mba hiarovana ny fitsoahana. Nikisakisaka ny olona ary samy nanavotra ny ainy, satria fantatra fa tsy hisalasala ny hitifitra ireo olon-dratsy ireo raha sanatria misy manakana ny làlany. Tonga teny an-toerana ny mpitandro ny filaminana maro ary niezaka ny nisafo ny manodidina, saingy efa tsy hita intsony ny nanjavonan’ireo olon-dratsy marobe. Isan’ny faritra mena hatrany Ambohipo eto An-drenivohitra nefa, dia tanàna isan’ny be olona mifanaretsaka. Fokontany roa no tena ikoizan’ny olona ao an-toerana noho ny asa  ratsy izay mitranga matetika. Efa niezaka ihany ny mpitandro ny filaminana ny nanamafy ny fisafoana, saingy toa efa fantatr’ireo mpanafika koa angamba ny fotoana handalovan’izy ireo ary ataony kajikajy mba hifanandrify amin’izany ny asaratsy mba hanamorana azy.

D.R

Midi Madagasikara48 partages

Groupe Telma : 1 500 emplois directs et 25 000 emplois indirects à Madagascar

Telma a récompensé ses fidèles collaborateurs.

Telma a récompensé 234 de ses fidèles collaborateurs. Une cérémonie de remise de médailles et de distinctions honorifiques, s’est tenue samedi dernier, à l’Espace Yandy By Pass.

Le Groupe Telma figure parmi les entreprises les plus pourvoyeuses d’emplois et de revenus fixes à Madagascar. D’après ses dirigeants, cette société offre plus de 1 500 emplois directs touchant plus d’une cinquantaine de métiers; et plus de 25 000 emplois indirects répartis dans toutes les régions de Madagascar. « Le Groupe Telma œuvre systématiquement pour développer le sentiment d’appartenance de chaque collaborateur tout en les encourageant à se dépasser et développer leurs talents », ont indiqué les responsables auprès de cette société. En effet, ce groupe a récompensé ses collaborateurs, lors d’une cérémonie qui s’est tenue samedi dernier, en présence du ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN), Neypatraiky André Rakotoamonjy, ainsi que de celui de la Fonction Publique et des Lois Sociales, Maharante Jean de Dieu. Cet événement était organisé sous l’égide des membres du Comité de Direction du groupe Telma et des représentants des délégués du personnel.

Expériences. Lors de la remise de récompenses aux 234 collaborateurs du groupe Telma, l’on a compté un Commandeur, sept Officiers et 114 Chevaliers de l’Ordre National ; trois Officiers et 120 Chevaliers de l’Ordre du Mérite ; et enfin 47 médailles du Travail en argent, ainsi que et 24 médailles du Travail en bronze ont été attribuées. « 80% d’entre vous ont accompli au sein du groupe Telma plus de 10 ans de service. Vous le voyez, nous ne sommes pas insensible à cette fidélité. Je suis particulièrement fier de vous. Que ces distinctions honorifiques stimulent encore plus cette volonté de bien faire pour la société », a affirmé le DG de Telma, Patrick Pisal-Hamida, lors de la cérémonie. « Il n’y a de richesse que d’hommes et de femmes », a poursuivi le directeur des Ressources Humaines du groupe Telma, Jean-Luc Ramamonjiarisoa. D’après ses dires, c’est le socle sur lequel se fonde le success-story du groupe. « C’est ainsi que chaque année, TELMA reconnait la contribution de ses ressources humaines et associe l’Etat à les reconnaitre. En effet, la reconnaissance du mérite individuel et de la contribution de chacun au résultat de l’entreprise constitue un des axes stratégiques de la politique des Ressources Humaines du groupe Telma. Ces distinctions honorifiques ne font de distinction ni sur les catégories professionnelles ni sur les fonctions ni sur les lieux du travail », a-t-il précisé.

Antsa R.

Midi Madagasikara44 partages

José Rakotomavo : Un intellectuel doublé de nationaliste

Né à Diégo-Suarez, José Rakotomavo a passé presque toute son enfance dans cette ville qui se trouve être la capitale du Nord de Madagascar. Cette ville a la particularité d’être un creuset où se mélangent presque toutes les races du monde, car l’armée française y avait établi ses bases ; plusieurs garnisons de toutes les armes y étaient installées,  dont la Légion étrangère. Ceci explique sûrement  sa facilité d’adaptation et d’intégration quel que soit le milieu où il est et aussi son esprit de tolérance. « J’ai eu la chance d’y effectuer toutes mes études primaires et secondaires, au sein du Lycée Mixte de Diégo-Suarez. », explique José Rakotomavo. Avant de rajouter : « Après le Bacc (Mention Math Elem ou Série C),  j’ai intégré l’Université de Madagascar, à Ankatso, où je suivis la filière Chimie Physique. C’est là que j’ai eu la chance de rencontrer ma femme qui y effectuait aussi ses études de Médecine. » Après Antananarivo, José Rakotomavo a atterri à Marseille où il a fini son cursus universitaire. « C’est donc en France,  à Marseille et ensuite à Paris, que j’ai pu décrocher mes diplômes de Docteur en Physique (Série Chimie Physique) et  de Gestion d’Entreprises (I. A.E d’Aix-en Provence). », souligne-t-il.

Esprit nationaliste. Sa formation universitaire a sûrement contribué à aiguiser son esprit critique et un peu frondeur qu’il a pu garder jusqu’à ce jour. « Mon passage en France m’a été bénéfique dans la mesure où  il m’a permis de me rendre compte qu’à la base de toute réussite il y a le travail. Notamment si les pays du Nord se développent, c’est que tout le monde travaille durement. L’image du patron qui réussit en tournant les pouces est un mythe qu’il faut effacer de notre esprit, surtout des jeunes. Il y a d’autres enseignements précieux que j’ai pu tirer aussi de mon séjour. », fait remarquer José Rakotomavo. Avant d’enchaîner : « Mon  esprit nationaliste, nourri dès ma tendre enfance, dans la lecture des journaux malgaches de l’époque (Imongo Vaovao, Maresaka, etc..) ou encore des récits des hauts faits des héros nationalistes malgaches, ont peut-être participé à façonner ma personnalité et facilité, plus tard, mon engagement politique. »

Ministre. D’après lui, cet engagement a commencé avec son acceptation du poste de Directeur de l’Université d’Antsiranana , où il a dû faire montre de beaucoup de diplomatie pour ramener la paix au sein d’un milieu au bord du chaos et de l’affrontement du fait de tensions ethniques. « Ce fut une 1re expérience qui  m’a été bénéfique encore. Et surtout qui m’a poussé dans le monde politique, bien malgré moi il faut dire. En effet dans la foulée, j’ai été élu député de Madagascar en 1983, puis nommé ensuite ministre de l’Industrie, de l’Energie et des Mines par le président Ratsiraka en février 1985. L’année 1989 marqua la fin de mon parcours ministériel. Durant cette période je poursuis ma route et milite au sein de la Société Civile (CERES) pour quelques valeurs essentielles telles que la démocratie, la bonne gouvernance, l’Unité nationale, la stabilité politique, le respect des droits des citoyens etc. », rappelle-t-il.

Militant de la société civile. Actuellement José Rakotomavo milite au sein du « Vondrona Antanimena ». « Au nom du  Vondrona Antanimena, différents appels ont été  lancés aux quatre chefs d’Eglise  du FFKM, ainsi qu’à nos Raiamandreny, anciens chefs d’Etat et autres Raiamandreny traditionnels, afin qu’ils prennent leur responsabilité et contribuent à installer un climat de paix propre à favoriser le dialogue entre tous les acteurs politiques. Ensemble nous devons œuvrer, dans le cadre d’un long processus de Réconciliation mené sur tout le territoire, à reconstituer la cohésion  nationale. Le développement et l’essor économique reposent nécessairement sur la Refondation et une nouvelle forme de gouvernance (textes plus adaptés, transparence, honnêteté, compétence, équité etc.). La réussite de toutes ces démarches conditionnera et contribuera au renforcement de notre Unité nationale. », conclut-il.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara41 partages

Antsahamanitra : De belles retrouvailles avec les « Kaiamba tena izy »

Chaleureuse ambiance lors du concert « Kaiamba » tena izy hier à Antsahamanitra.

Nostalgie et retrouvailles. C’est un peu ce qui peut résumer le concert des artistes « Kaiamba » qui se sont donnés rendez-vous hier avec leurs fans à Antsahamanitra. Et ce n’est que le début !

 

Chaudes retrouvailles hier entre les « mpankafy vazo kaiamba » et les stars de cette musique qui a bercé toute une génération. Un hommage à ceux qui ont rejoint l’Eternel pour commencer le concert, comme pour dire que Bruno Raisner et Dorlys sont toujours là. Tous les artistes sont alors montés sur scène pour chanter ensemble « Amito ho fafako ». Puis « Ranomaso mankahia ». Le public n’a pas boudé le spectacle. Certes, ce n’était pas un concert à guichet fermé, mais il y avait tout de même pas mal de spectateurs. La bonne dizaine d’artistes qui ont participé à ce medley de vazo kaiamba a donc donné le meilleur pour raviver la nostalgie auprès de ceux qui ont bien connu cette période. « Ok Ok », « Ravikininin’i Mananjary », « Leboto », « Tsy mety afa-po » pour clore la première partie… Autant de titres qui ont leur histoire et que le public a repris avec beaucoup d’enthousiasme. Dans la deuxième partie du concert, les Zozo ont amené sur scène les indémodables « Zaza kaiamba » et « Sipa voadona », Oza Jerome a chanté les fameux « Fotsy hely » et « Viavy tsara ».

Inter. Le concert de retrouvailles a été un succès, puisque de toute façon la qualité d’un spectacle ne se mesure pas à l’applaudimètre. Ceux qui sont venus assister au spectacle ont été ravis, l’émotion et la sensation de nostalgie a été un beau voyage dans le temps. Les organisateurs, eux, semblent également satisfaits du résultat. D’ailleurs, ils n’entendent pas en rester là. Après ce grand concert à Antsahamanitra, ils comptent faire tourner le concept dans d’autres villes : Morondava, Fianarantsoa et Toliara. Zozo Mananjary, Oza Jérôme, Simon Randria, Jean Kely sy Basth, ProsHely, Dédé Fénérive, Dor’s Group et Jackie Edmée et  Dadda du Seald Group sont sûrs de partager cette bonne vibration dans tout le pays.

Anjara Rasoanaivo

 

L'express de Madagascar40 partages

Un motard tué par balle

Un motard de 25 ans a été agressé par deux bandits, à Barika dimy Toamasina, jeudi dernier  aux alentours de 18h 30. Ceux-ci étaient armés de fusils de chasse. La victime a reçu deux balles dans la poitrine. Son scooter et sa bague en or ont été dépouillés par les malfaiteurs. Ces derniers sont activement recherchés par la police.

Midi Madagasikara32 partages

Accords de financements : 122 millions d’euros signés à Antsiranana

Quatre accords de financements ont été signés avant la clôture du Dialogue politique qui s’est tenu à Antsiranana le 27 avril dernier.

 

La coopération bilatérale entre Madagascar et l’Union européenne se renforce davantage. Un financement d’un montant total de 122 millions d’euros a été attribué à la Grande-île, avec la signature de quatre protocoles d’accords par Antonio Sanchez-Benedito, ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar ; et Gervais Rakotoarimanana, Ordonnateur National du Fonds Européen de Développement (FED), non moins ministre des Finances et du Budget. Sur ce montant, 50 millions d’euros seront attribués au programme  d’Appui au Financement de l’Agriculture et aux Filières Inclusives dans le Nord de Madagascar (AFAFI-Nord) ; 40 millions d’euros dédiés au Programme de Renforcement Institutionnel vers le Développement de la Résilience Agricole (RINDRA) ; 30 millions d’euros pour l’Appui Budgétaire pour l’exercice 2017 ; et 2 millions d’euros à titre de Facilité de Coopération Technique.

PND. D’après les explications, ces financements figurent dans le Programme Indicatif National 11e FED alloués à Madagascar, dont le montant total s’élève à 518 millions d’euros. En effet, les conventions signées concernent les axes prioritaires du Plan National de Développement (PND), qui place le développement rural parmi les priorités, afin d’améliorer les conditions de vie de la population Malgache et de soutenir la croissance économique du pays, tout en ciblant les zones prometteurs. « Le secteur de l’agriculture est l’un des secteurs stratégiques et prioritaires pour le développement économique du pays. L’appui au développement de ce secteur garantit une création d’emplois décente et productive. Pour le cas de Madagascar, dont 85% de la population est classifiée dans le secteur primaire, les deux programmes AFAFI-Nord et RINDRA vont assurer le développement rural de la Grande Ile. Les deux autres conventions concernent l’Appui budgétaire au titre de l’exercice 2017 et la facilité de coopération  sur le renforcement de capacité du capital humain », a indiqué le ministre Gervais Rakotoarimanana à la suite de la cérémonie de signature.

Madagate31 partages

Madagascar: Detained journalist Fernand Cello needs proper medical care

PDF FORM CLICK HERE

Midi Madagasikara30 partages

Gasy Ploit : Un anniversaire fêté dignement à Antsahamanitra

Samedi après-midi à Antsahamanitra, c’était le rendez-vous des jeunes, ou du moins, des ados. Le label Gasy Ploit a fêté ses cinq ans, avec tous ses artistes. Même si le public n’a pas vraiment été présent.

 

Cinq ans et beaucoup de fierté, mais pas assez de fans pour partager le grand gâteau d’anniversaire et le champagne. Le concert organisé par le label Gasy Ploit dirigé par Don Smokilla qui s’est tenu samedi dans l’après-midi n’a pas fait l’unanimité. Dans le théâtre de verdure d’Antsahamanitra, la très jeune génération de spectateurs n’a pas réussi à remplir les places, loin de là. Mais bon, un anniversaire ça se fête avec ou sans les invités. Et puis, de toute façon, tous les artistes du label, tous habillés sur leur 31, ont bien été là pour souffler avec le boss les bougies des cinq ans.

Invités. Et pourtant, tous les artistes qui ont signé au sein du label, et même ceux qui ont fait des featuring avec ces artistes ont tous été invités. Ils ont tous défilé sur scène pour interpréter leurs titres. Il y avait par exemple les gars de OGH, Mr Sayda, Fenohaja, Skerzo ou encore le fameux Mijah. Chaque artiste a donc chanté son tube, ou du moins la chanson la plus connue. Mais ce sont incontestablement eux, Agrad Skaiz et Odyai, qui sont les véritables stars de ce label. Côté public, ceux qui étaient là sont restés timides, et sont restés sur place pour kiffer, jusqu’à ce que les organisateurs décident de lancer des t-shirts pour chauffer le tout. Et ça a marché. Puisque vers la fin du concert, le public a fini par danser au rythme des chansons des artistes sur scène.

Anjara Rasoanaivo

 

Midi Madagasikara30 partages

Madagascar – Union européenne :Intensification des engagements mutuels, après de grandes négociations

La lutte contre la corruption, la bonne gouvernance et le respect de la démocratie figure parmi les sujets de discussion durant le Dialogue politique qui s’est tenu à Antsiranana le 27 avril dernier, entre les dirigeants malgaches et les représentants de l’Union européenne (UE).

 

Le dialogue politique entre Madagascar et l’Union européenne a porté ses fruits, avec la signature de quatre conventions de financement d’un montant total de 122 millions d’Euros. Et pourtant, lors de l’ouverture de la rencontre, les discours du président de la République malgache, Hery Rajaonarimampianina et de l’ambassadeur de l’Union européenne, Antonio Benedito-Sanchez ont présenté quelques insatisfactions. « Certains financements dont les accords ont été signés en 2014 et en 2015 n’ont toujours pas été décaissés, alors que ceux-ci concernent le 10e FED (Fonds Européen de Développement). Il faudrait simplifier les démarches et accélérer les procédures de décaissement, surtout pour les cas d’urgence », a soutenu le président Hery Rajaonarimampianina. De son côté, l’ambassadeur de l’Union européenne a noté que Madagascar a eu plusieurs avancées mais que beaucoup restent à faire. A noter que cette rencontre a été assistée, entre autres par le président de la République malgache, le premier-ministre, des membres du Gouvernement et des autorités locales. Du côté de l’Union européenne, les ambassadeurs de France, d’Allemagne, du Royaume-Uni et d’Espagne étaient également au rendez-vous. Les discussions ont été axées sur la situation politique actuelle, l’importance de l’égalité du genre pour le développement, la situation économique, le climat des affaires et l’Accord de Partenariat Economique, la coopération UE-Madagascar à la lumière des Objectifs de Développement Durable de l’Agenda 2030 et du nouveau Consensus européen sur le Développement, ainsi que sur le rôle de Madagascar dans le contexte régional et international.

Engagements. Concernant la situation politique actuelle, la partie malgache et celle de l’UE ont confirmé leur engagement pour la lutte contre la corruption et le renforcement des institutions, dont le BIANCO (Bureau indépendant anti-corruption) et le SAMIFIN (Service de renseignement financier), reconnaissant leur rôle central. Elles ont souligné l’importance de la lutte contre l’insécurité et  l’indépendance de la Justice en vue de renforcer la confiance dans l’appareil d’Etat. « Nous réitérons notre volonté d’accompagner Madagascar dans la préparation des prochaines élections présidentielles qui devrait être inclusives, transparentes et crédibles, comme le veut également la partie malgache », ont affirmé les représentants de l’Union européenne. Par ailleurs, le dialogue a mis en relief l’importance de l’égalité entre les femmes et les hommes pour le développement du pays. D’après les affirmations, des efforts doivent encore être entrepris tant au niveau légal que dans les habitudes, pour arriver à plus d’équité, si l’on ne cite que le cas de l’accès aux ressources productives, aux crédits financiers, et dans la lutte contre les violences faites aux femmes. En ce qui concerne le climat des affaires, l’UE a souligné l’importance du dialogue public-privé, pour favoriser les investissements. L’ambassadeur Antonio Sanchez n’a pas manqué de mettre en avant les avantages de l’Accord de Partenariat Economique (APE) pour le développement de Madagascar. De son côté, la partie malgache a évoqué les difficultés de Madagascar, par rapport à l’APE. A noter qu’un forum économique, organisé en parallèle au dialogue politique a réuni une centaine de représentants du secteur privé de la région de DIANA et permis de temoigner du dynamisme du secteur privé, moteur de la croissance économique.

Madagate24 partages

Ilakaka. Arrestation de Fernand Cello sur mensonge avéré de Maherlla

Manifestation à Andohanilakaka en août 2016 contre Maherlla

Je ne tiens ni à me substituer à la justice ni influencer en quoi que ce soit quelque chose qui se passe à des dizaines de kilomètres d'Antananarivo. Ce n'est pas le rôle du journaliste.

Je ne fais que vous informer avec des documents permettant de séparer le bon grain de l'ivraie dans cette société malgache actuelle totalement pourrie par la corruption, les mallettes et les mensonges d'état. Les deux premiers chefs d’inculpation à caractère de droit commun et non de délit de presse, à l’encontre du citoyen Fernand Avimana sont: abus de confiance et vol de chèque.

Reporters Sans Frontières avait donné son avis à ce sujet ICI

Et c’est ce monsieur qui a coupé l’électricité, en août 2016 -parce que radio Jupiter critiquait sa société, entre autres- qui a porté plainte pour abus de confiance et vol de chèque. Ce Ravelonirina Benjamain est aussi connu sous le nom de Niry Maherlla et semble avoir le bras très long. En effet, il est le directeur de cabinet du Maire d'Andohanilakaka. Ceci explique donc cela... Par ailleurs, en lisant bien (c'est en malgache mais faites-vous traduire), il semble que la plupart des chefs d'inculpation actuels sont énumérés dans la lettre ci-dessus. Une vraie main-courante de commissariat de police... Ce qui a permis à l'autorité judiciaire du coin, près d'une année plus tard donc, de faire bouger des éléments de la gendarmerie d'Ihosy avec extension de territorialité. Quel pouvoir, n'est-ce pas?

L'autorité, sinon l'autoritarisme, de ce Niry Maherlla est très contestée par la population d'Andohanilakaka

Et celui qui a porté l’accusation auprès du parquet d’Ihosy est Ravelonirina Benjamain plus connu sous le surnom de Maherlla, également directeur de cabinet du maire de la commune rurale d’Andohanilakaka.

Mais n'est-ce pas la signature de ce cher Ravelonirina Benjamain dit Niry Maherlla -reconnue par la BFV-SG-, en haut sous la date 06.09.2015? Donc ce chèque n'a jamais été volé. C'était donc aussi une tentative d'ajouter "faux et usage de faux" contre Fernand Cello. Il y a tout de même une justice juste en ce bas monde alors...

Or, il s’avère donc qu’il n’y a jamais eu de vol de chèque. Ci-dessus, à près de deux ans d’intervalle, la preuve irréfutable démontrant que le journaliste Fernand Cello, malade, est actuellement privé de sa liberté sur des accusations mensongères.

****************

TRANSCRIPTION POUR LES AVEUGLES DE L’INTÉRIEUR DES YEUX

BFV-SG AGENCE DE FIANARANTSOA

Maître Rakoto Rahantapahendrena Virginie

Huissier de Justice – FIANARANTSOA

Fianarantsoa, le 9 mai 2017

Objet : SIGNIFICATION AVEC COMMANDEMENT

Réf : Ordonnance n° 454-NF/17 du 8 mai 2017

Votre signification avec commandement du 8 mai 2017

Maître,

En exécution de l’ordonnance sus référencée, nous vous remettons ci-joint la copie du chèque n°CC27165026 DU 06 septembre 2015.

Par ailleurs, nous portons à votre connaissance que ce chèque n’a fait l’objet d’aucune opposition ni de déclaration de perte à notre niveau.

Vous en souhaitant bonne réception, veuillez agréer, Maître, l’expression de nos salutations distinguées.

Signé: Cachet de la BFV Société Générale de Fianarantsoa

****************

A présent, que va-t-il rester des autres chefs d’inculpation sinon des délits de presse?

Dossier de Jeannot Ramambazafy – 15 mai 2017

Midi Madagasikara23 partages

Perspectives économiques : Le Rapport 2017, présenté aux assemblées annuelles de la BAD

La Banque africaine de développement (BAD), le Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) publieront leur rapport conjoint sur les Perspectives économiques en Afrique 2017, le lundi 22 mai prochain. En effet, ce rapport phare sera présenté le premier jour des  52es assemblées annuelles de la BAD, qui auront lieu du 22 au 26 mai à Ahmedabad, en Inde. Ce rapport annuel contient des projections et des analyses sur les tendances macro-économiques, financières, commerciales, sociales et de développement humain ainsi que des statistiques pour l’ensemble du continent. Il comprend également des profils pays approfondis qui tiennent compte du développement économique récent et souligne les principaux problèmes de politique publique auxquels est confronté chacun des 54 pays africains. D’après les communications faites, cette 16e édition des Perspectives économiques en Afrique, intitulée « Entrepreneuriat et industrialisation en Afrique », contient une analyse approfondie du rôle des entrepreneurs dans le processus d’industrialisation à l’œuvre sur le continent. Il propose des mesures pratiques que les gouvernements africains peuvent prendre pour mener à bien des stratégies d’industrialisation efficaces. Notons que les 54 notes pays d’Afrique seront également publiées avec ces Perspectives économiques 2017. Ce qui permettra, pour chaque pays, d’avoir une évaluation de performances relatives à divers volets du développement, et de se comparer aux autres pays du continent.

 

Antsa R.

Midi Madagasikara23 partages

Antsirabe Mahazoarivo : Misy andian’olona manao sinto-mahery

Raha mbola tsy fahita na faheno loatra teto Antsirabe izany sinto-mehery izany, dia manomboka misy izany ankehitriny ao amin’ny fokontany Mahazoarivo ao. Tao anatin’ny herinandro izao, dia tsy latsaky ny olona dimy no efa niharan’ny sinto-mehery tao amin’ny fokontany Mahazoarivo sy ny manodidina. Ny finday sy ny vola hatreto no fantatra fa tena rombahin’ireo tontakely. Ny tena mahagaga hoy ny nijoro ho vavolombelona nahita ny ataon’ireo jiolahy, dia toa voan’ny fandraikiraikena izany ireo olona voaroba. Somary domin’ireo mpanao sinto- mahery ny olona iray izay hoendahany, ao anatin’ny segondra vitsy monja no angalany ny finday na vola na paoketra eny an-tananao. Tsy tonga saina kosa ny voaendaka  raha tsy efa dify lavitra ireo mpanendaka, izay vao taitra ary miteny irery mihitsy fa lasan’ olona ny fananany. Tsy misy azo atao anefa,  satria efa dila ary mitsoaka mamonjy elakelan-trano ireo mpanao sinto-mehery. Raha ny fanamarihan’ny mponina eny amin’ny manodidina aloha, dia tsy mponina  eny Mahazoarivo izy ireo,fa  olona hafa mihitsy, mahafantatra ny elakelan-katrano anefa , ary mahita ny lalan-kely hivoahana any amin’ny toerana hafa mihitsy ry zalahy.

Andry N.

Midi Madagasikara23 partages

Itaosy : Jiolahy telo mpangalatra môtô , saron’ny pôlisy

Mamaivay tato ho ato izay, ny halatra môtô teny amin’iny faritra Itaosy sy ny manodidina iny. Manoloana izany indrindra, dia telolahy rain-dahiny amin’ny halatra môtô no saron’ny pôlisin’ny kaomisaria Itaosy, teny Amberivatsy Bemasoandro, ny alarobia lasa teo. Môtô mitentina eo amin’ny roa tapitrisa ariary teo ho eo ity nangalarin’izy ireo ity. Ary ny mahavariana dia na nipetraka tao an-trano aza ity kodiaran-droa nalain’izy ireo ity, dia mbola vitan’izy ireo hatrany ny nangalatra izany tamin’ny alàlan’ny famakiana ilay trano. Ny alin’ny 23 martsa teo no nisehoan’izay. Taorian’io tranga io dia nametraka fitarainana ireo niharan’ny vaky trano ary nanomboka teo ny fikarohana ireo olon-dratsy. Nentin’ny vitan-dratsy anefa ireo jiolahy ka tany amin’ireo tompony ihany no nisy nitondra ny sarin’ilay môtô very, izay voalaza fa hamidy mora. Noraisim-potsiny tamin’izany ity tovolahy mpanera ity. Io indray avy eo no nanoro ny namany hafa, izay nolazainy fa nitazona ilay môtô sy ny taratasiny. Ary dia izao niara-nosamborina teny Amberivatsy izao avokoa izy telolahy. Araka ny fanazavàna azo avy tamin’ireo mpanao fanadihadiana dia fantatra fa efa isan’ny kalaza lahy amin’ny resaka halatra môtô izy ireto ary mamono ny tompony mihitsy mba hangalarana ilay kodiaran-droa. “Eny amin’ iny faritra  Cite Itaosy sy ny manodidina, no toerana tena fanaovan’izy ireo ny asa ratsy, miandry ireo mpanala azy ka izay tratra farany no tena lasibatra” hoy hatrany ny fanazavana.

m.L

Midi Madagasikara20 partages

Ady tany ao Foulpointe : Resaka làlana voafaritry ny lalàna no mampifanolana

“Lalana ity mampifanolana ity hatramin’izay, tsy nisy olana tamin’ny fisiany efa taona maro saingy gaga aho aty aoriana fa tonga teny amin’ny fitsarana izany”, izay no nambaran’ny filoham-pokontany Atoa Revisy Marcel, mikasika ity raharaha ao Foulpointe amin’ity Rtoa “A.R” “Villa Ampasivelona” titra 5595-BA, sy Atoa “H.M.R” “Villa Stephane” titra 7816-BA; izay manao aloha sy aoriana.

Samy manana ny ambarany ny andaniny sy ny ankilany mikasika ity resaka faritry ny lalana mampifanolana ny roa tonta ity. Amin-dRtoa “A.R” dia tsy manaja ny lalàna mifehy ny taniny ny andaniny, amin’ny fidirana an-keriny tao anatiny ka izy miaro ny taniny indray no nosamborina, sy milaza fa tsy mba mahazo rariny mihitsy amin’ny fitsarana raha mba mitory sy mitondra ny “marina” avy aminy, momba ity olana ao Mahavelona Foulpointe ity. Voalaza aza, fa efa ny volana jolay 2016 ny fitoriany no teo am-pelan-tanan’ny fampanoavana saingy tsy nisy valiny hatreto, nambarany aza fa tsy hita eo anivon’ny fitsarana intsony ny antontan-taratasy mikasika izany. Nomarihan’ny mpisolovavany, Me Razakasolo Fara, fa tsy nohajaina ny zon’ny olona arovany hatramin’izay, ka izay no mahatonga azy ireo ho nitory teo anivon’ny fitsarana tampony hamindrana ny raharaha ho aty Antananarivo.

Ho an’ny andaniny araka ny fanazavan’ny mpisolovava an’i “H.M.R”, Me Beveloma Jean Rico, izay nidina nijery ifotony ny tena zava-misy tany Foulpointe, ny alahady teo, dia tao anatin’ny fanajana ny lalàna hatrany no nanaovan’izy ireo ny famerenana ny fametrahana ity làlana miditra amin’ny tanin’ny olona arovany ity. Niainga tamin’ny drafitry ny tany ara-dalana niainga teo anivon’ny fananan-tany sy ny kaominin’i Mahavelona Foulpointe izany; teo koa ny fanamarihana nataon’ireo mpandrefy tany mikasika ilay lalana mampifanolana; ary ny tatitra nataon’ny mpitsara nandritra ny fidinanana ifotony nifanatrehan’ny roa tonta tany an-toerana namaritana ny tena zava-misy marina momba ny olana. Ny famefena ilay lalana nataon-dRtoa “A.R” anefa no niteraka ny olana, ka nampisy ny fitoriana teo anivon’ny fitsarana ny ady amin’ny fanjakana tamin’ny fampitsaharana sy fanafoanana ny fahazoan-dalana tamin’ny fanamboarana ny fefy laharana 16/012-COM/MF-Const, izay naaton’ilay didy laharana 35 ny 12 martsa 2016 tamin’ny fampiatoana ity fahazoan-dalana; ary tonga tamin’ny didy ady maika laharana 82-AGR-16 ny 01 martsa 2017 mandrava ilay fefy lasa sakana ho an’ny Atoa “H.M.R”.

Ho an’Atoa Revisy Marcel filoham-pokontany, dia ady tsy tokony  hisy ity mitranga ity, saingy iniana foronina ny olana ka izao miitatra izao; samy manaja ny lalana misy fotsiny ny roa tonta, ny andaniny mamerina ny lalana efa nisy hatramin’izay, ny ankilany koa manaja ny didy navoakan’ny fitsarana. Nomarihan’ity filoham-pokontany ity, fa tsy misy idiran’ny resaka ady tany mihitsy ity raharaha ity…

Malala Didier

Midi Madagasikara19 partages

Musique classique : Les KW Kwatyor ont joué avec des orphelins

Les enfants ont joué avec le KW Kwatyor.

Instant magique, moment mémorable. C’était vendredi soir à l’église Saint Laurent Ambohimanoro lors du concert de KW Kwatyor pour leur passage à Madagascar. Magique puisqu’ils n’étaient pas seuls sur scène pour le concert, mais avec des enfants. Des « petits » musiciens qui ont bluffé l’assistance, surtout lorsque l’on sait qu’il s’agit là d’orphelins, ceux de l’orphelinat Saint-Paul, qui, en plus de donner un enseignement et une famille à ces 19 enfants, leur donne aussi une éducation culturelle et musicale. Et pas n’importe laquelle puisque les enfants jouent de la musique classique. Vendredi dernier, dans le calme de cette église prestigieuse, on a pu apprécier du Haendel, du Mozart, du Pachelbel, du Grieg, du Bach avec le Concerto en Ré mineur pour deux violons où les solos ont été assurés par les  KW Kwatyor pour le 1er mouvement, tandis que deux enfants du centre ont été les solistes du 2e mouvement.

Anjara Rasoanaivo

 

News Mada17 partages

Andravoahangy : noravaina ilay trano tsy ara-dalàna

Notontosaina ny zoma teo ny fandravana ny trano hazo iray izay tafiditra anaty « alignement» tetsy Andravoahangy. Voalaza fa tanin’ny kaominina ity nanorenana trano natao toerana fitadiavam-bola, ity araka ny fanapahan-kevitra laharana LF 42/98 tamin’ny 29 septambra 1998, izay nanome alàlana an-dRamatoa Rasoarisoa Mariette, hanofa ny tany atao hoe « Lovasoanineny ».Ny 06 desambra 2013 anefa, namoaka ny fanapahan-kevitra laharana 053-CUA/Délib.13, ny avy eto amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, mikasika ny fanafoanana ity fanapahan-kevitra LF 42/98 tamin’ny taona 1998 ity.

Ho tohin’izay, namoaka ny didim-pitondrana laharana faha 468-CUA/DS/CAB.14 ny avy ao amin’ny kaominina, mandidy an-dRamatoa Rasoarisoa Mariette hamerina ny tany ho amin’ny laoniny.

Tsy nanaiky anefa ity farany fa nampiakatra ny raharaha teny anivon’ny fitsarana. Nangataka izy ny hanafoanana ity didim-pitondrana ity saingy resy, tsy nahazo rariny teny anivon’ny fitsarana.Tamin’ny 14 septambra 2016 no namoaka didy mazava ny fitsarana, didy laharana 34/CRCECS/AP izay midika fa manan-kery ary mihatra avy hatrany ny didim-pitondrana izay navoakan’ny kaominina laharana faha 468-CUA/DS/CAB.14.Marihina fa efa nisy ny fifampiresahana teo amin-Ramatoa Rasoarisoa sy ny kaominina tamin’ny 07 febroary 2017 ary efa samy nahazo ny didy avy teny amin’ny fitsarana avokoa na ny andaniny na ny ankilany.Manentana hatrany ireo manao fanorenana tsy ara-dalàna ny kaominina mba hampitsahatra izany. Rehefa miakatra eny amin’ny fitsarana ny raharaha dia tokony samy handray ny andraikitra tandrify azy mivantana vao maharay ny didim-pitsarana.

Tatiana A

Midi Madagasikara16 partages

Vol de bovidés dans la région Bongolava : Monja Roindefo se fait le porte-parole des éleveurs

Monja Roindefo présent à la réunion des éleveurs de zébus dans la région Bongonlava.

Après la coopérative « Mada Omby », ce fut au tour des éleveurs et commerçants de la filière zébu de la région Bongolava d’élever la voix, face à la recrudescence de vol de bovidés. Ils ont tenu ainsi une réunion avant-hier, à Tsiroanomandidy. A cet effet, ils ont l’intention d’envoyer une lettre au président de la République et au Premier ministre pour transmettre leurs desiderata. Ce communiqué de mentionner notamment que depuis 2014 jusqu’à nos jours, l’on assiste à une augmentation des vols de bovidés et de meurtres perpétrés par les Dahalo. Ces éleveurs de constater, entre autres, que le pouvoir central n’assume pas ses responsabilités pour éradiquer les vols de bovidés ainsi que la protection des biens et des personnes. Ils se plaignent également des rackets effectués par les forces de l’ordre sans parler de la Fiche individuelle de bovidés dont le coût mensuel s’élève à 150.000 ariary. Face à cette situation insoutenable, ils ont ainsi décidé de prendre le taureau par les cornes en procédant à la fermeture du marché des zébus à partir du 25 mai. Notons que c’est ce « Tsenan’omby » qui ravitaille la Capitale.

Bavures. Monja Roindefo qui a été invité par ces éleveurs pour assister à cette réunion, a notamment déclaré qu’il se dit prêt à être le porte-parole de ces derniers auprès des instances dirigeantes du pays. Il a tenu d’ailleurs à rappeler que du temps où il a été Premier ministre, il a mis de nouveau en place le Secrétariat d’Etat à la gendarmerie nationale et qu’il a été le parrain de certaines promotions de l’Académie militaire. Tout en soulignant au passage que quelques fois, il y a des bavures commises par les forces de l’ordre. Et d’enchaîner qu’il y a une rupture du contrat social entre gouvernants et gouvernés.  

Dominique R.       

Madagascar Tribune15 partages

Le fils d’un opérateur economique enlevé à Ilafy

Et un de kidnapping de plus et de trop. Le fils de l’opérateur économique, Danil Ismaël du groupe SMTP (quatrième groupe industriel du pays) a été enlevé hier par des bandits lourdement armés en fin de matinée alors qu’il était en pleine prière dans une cimetière du côté d’Ilafy. Yanish Ismaël, était pourtant accompagné de son garde de corps lors de l’attaque, ce dernier en essayant de s’interposer, a reçu une balle des bandits. Les témoins ont appelé la gendarmerie d’Ankadikely Ilafy, lieu de l’attaque, peu de temps après, mais les barrages érigés n’ont rien donné. La famille de l’opérateur et les forces de l’ordre sont sans nouvelles du jeune homme depuis hier.

Pour le moment on ne sait pas si la famille va porter plainte et collaborer avec les forces de l’ordre malgache ou non. Rappelons que le dernier kidnapping d’un jeune karana a eu lieu il y a un mois, et le jeune Firoze Nourbhay, également fils d’un opérateur économique indien de nationalité française a été libéré une dizaine de jours après sans le concours des autorités. La plupart du temps, les familles des victimes notamment les karana préfèrent se passer des autorités. Les tractations se passent directement entre les proches des victimes et les kidnappeurs qui agissent surtout pour l’appât de gain. Or, plusieurs cas ont démontré que des éléments de force de l’ordre sont presque toujours associés ou complices de ces kidnappings voire de bon nombre d’attaques en tout genre. Raison pour laquelle, les proches des victimes préfèrent se passer des autorités officielles.

Midi Madagasikara13 partages

Savate boxe française : Le Championnat d’Afrique à Madagascar en 2018

Plus de 150 tireurs issus de onze ligues régionales se sont affrontés samedi et dimanche aux Gymnases de l’ANS et de Mahamasina  au Championnat de Madagascar 2017. Une affluence des participants qui est d’une importance capitale pour eux car c’est qualificatif pour l’équipe nationale. « C’est officiel et confirmé, Madagascar sera hôte du Championnat d’Afrique de savate en 2017. Une délégation de la Fédération française sera attendue au pays pour rencontrer tous les responsables », a indiqué le président de la Fédération malgache de savate boxe française, Campa Rivo Louis. Un autre projet de la fédération est la construction d’un dojo pour la préparation de l’équipe nationale. 30 tireurs ont été présélectionnés au sein de l’équipe nationale en vue des Championnats du monde de Croatie. « Les dix meilleurs combattants feront le déplacement » a poursuivi le président de la fédération. Côté résultat, les tireurs d’Analamanga se sont distingués à l’image de Nekana chez les moins de 42 kg en s’offrant Mampisaina d’Atsimo-Andrefana,  d’Avotra en – 45 kg face à Lucas d’Atsimo-Andrefana et Tolotra en moins de 48 kg contre Diary de Matsiatra-Ambony.

T.H

News Mada12 partages

Sénat : enseigner l’éducation civique dès le primaire

Lors de la présentation du Plan sectoriel de l’éducation (PSE) au Sénat la semaine dernière, cette institution a recommandé la réinstauration de la matière éducation civique dans les écoles primaires. «Cette discipline devrait être considérée comme prioritaire», a souligné le sénateur Berthin Randriamihaingo. La solution à ce manque d’incivisme qu’on trouve un peu partout, surtout auprès des jeunes depuis qu’on a supprimé cette discipline à partir de la deuxième république jusqu’à ce jour.

Pour revenir au PSE, sa mise en œuvre est prévue à partir de l’année scolaire 2017-2018. Parmi les réformes apportées, l’éducation fondamentale de neuf ans qui est divisée en trois cycles de trois ans. Du CP1 à la CE, l’enfant apprend à lire, écrire, compter et s’exprimer. Du CM1 à la classe de 6e, l’enseignement est focalisé sur l’apprentissage des langues française et anglaise. De la classe de 5e à la 3e, la fin de ce cycle fondamental, l’élève est sanctionné par son premier diplôme qui aura plus de valeur que le BEPC.

Sera R

 

Midi Madagasikara12 partages

Rugby à 7 fauteuil : Une vingtaine de joueurs initiés

Les pratiquants du rugby à 7 en fauteuil malgache se sont retrouvés samedi dernier à Ampefiloha à l’occasion de la troisième « Open day » après La Réunion et Maurice. Le terrain de basketball du lycée technique commercial d’Ampefiloloha s’est transformé en terrain de rugby à 7 en fauteuil pour les joueurs qui ont tâté cette nouvelle discipline. L’objectif est d’intégrer cette discipline dans les compétitions. Le Réunionnais Wally Salvan, fondateur des pratiques du rugby en fauteuil a fait le déplacement au pays pour faire découvrir cette nouvelle pratique qui est accessible à tout le monde. « Le rugby à 7 en fauteuil peut être pratiqué aussi bien par des femmes que des hommes, qu’elles ou ils soient valides ou à mobilité réduite, tous ensemble dans la même équipe. Sa particularité est donc sa mixité », a expliqué Wally Salvan, ancien rugbyman professionnel avant de se reconvertir en éducateur sportif. Cette journée porte ouverte entre dans le cadre des actions de promotion de la discipline dans l’Océan Indien qui a vu l’assistance de Madagascar Paralympic Committee (MPC) entre dans le cadre de la promotion de la discipline dans l’océan Indien. « On aimerait à court et à moyen terme pouvoir intégrer un championnat dans les championnats existants comme les Jeux des îles de l’Océan Indien, l’Association de rugby de l’Océan Indien », a-t-il continué.

T.H

Midi Madagasikara12 partages

Descends de l’arbre petit !

Tu nous a bien eus, petit, pour la course au trône! Pendant que nous palabrions, que nous nous goinfrions, que nous nous vautrions sous le grand arbre, tu te cachais bien en haut comme un caméléon se confondant avec les branchages. Ton agilité de jeune babouin t’a permis de te percher là-haut sans trop te fatiguer. Et tu écoutais et observais tantôt à gauche et tantôt à droite nos disputes de dinosaures et retenant bien nos forces et nos faiblesses et tu te disais : « Causez, causez toujours! J’ai bien retenu ce que je dois dire et ce que je ne dois pas faire ». Tu as bien compris que pour être un bon pagailleur, il faut savoir un coup ramer à gauche et un coup ramer à droite. Mais les corbeaux propriétaires des lieux sont venus s’agglutiner autour de toi et t’ont obligé de descendre. Mais qu’importe, pour toi, la leçon est déjà bien apprise et tu étais fin prêt pour entrer dans l’arène, pour parvenir malgré ton âge à damer le pion à tout ce monde fatigué de leurs agapes. Et puis tu imaginais les bons coups à faire et comment éviter les pièges tendus par ces vieux singes rassurés qu’on ne leur apprend plus (à ce qu’il paraît) à faire des grimaces.

La tactique que tu vas adopter se résume ainsi « En avant ! Marche ! Gauche- Droite ; Gauche-Droite… les yeux toujours fixés devant, vers la victoire. » Ton rythme va aller en s’accélérant pour semer d’abord les plus faibles c’est-à-dire les plus repus, puis les moins véloces pour enfin te retrouver face à face avec le moins usé (le moins ventru) déjà aussi au bout du rouleau. Et la victoire est venue à toi comme dans cette course antique et épique que le fort en thème que tu as été à l’école a su appliquer.

Mais sache petit ! Que plus facile est la victoire, plus difficile sera de rester au sommet. Et de temps en temps, sache descendre de ton carrosse. Arrête ta marche et regarde à gauche, à droite, en bas, en haut et fais marche arrière s’il le faut. Il te faudra te convaincre que des fois, tu dois marcher à l’ombre, accepte-le en toute humilité et fais-en comme une nouvelle leçon à apprendre. Et surtout, retiens le conseil d’un vieux singe mais sage et n’ayant jamais voulu briguer un quelconque trône, il disait : « Si tu peux supporter d’entendre tes paroles / travesties par des gueux pour exciter des sots / et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles/ sans mentir toi-même d’un mot/… Alors tu seras…

Ces mots étaient à l’adresse d’une guenon, tirés du « Livre de La Jungle Politique »

M.Ranarivao

Midi Madagasikara11 partages

Exécution budgétaire 2017 : Le taux d’absorption encore faible

Les différents ministères doivent améliorer leur taux d’absorption, surtout en ce qui concerne les secteurs sociaux, d’après le secrétaire général du ministère des Finances et du Budget, lors d’une rencontre entre représentants d’institutions, une semaine après la revue budgétaire du premier trimestre. Cette rencontre avait pour objectif de discuter des difficultés rencontrées par les ministères et institutions, afin d’avoir de meilleurs résultats, notamment au niveau du taux des engagements des dépenses, particulièrement faible pour ce premier trimestre. En effet, sur les 230 milliards d’ariary qui ont été donnés comme objectifs pour les engagements de ces trois premiers mois, seulement 69 milliards ont été engagés. Des taux d’engagements très bas malgré des aménagements des taux de régulations allant jusqu’à 100% pour les financements internes et externes et dont très peu de ministères et institutions atteignent à peine la moyenne. Parmi les raisons évoquées figurent les mauvaises projections du budget de certains ministères, qui entraînent dès le premier trimestre des aménagements de crédits ; et également les retards de mise en place de crédits, qui peuvent être causés par l’identification des marchés.

Améliorations. Ainsi, cette rencontre a été l’occasion pour tous les acteurs de l’exécution budgétaire d’échanger sur les difficultés qu’ils rencontrent notamment sur les procédures d’engagements, afin d’y trouver des solutions. L’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) a notamment rappelé le délai de dépôt des plans de passation de marchés et les avis généraux qui doivent être déposés avant le 31 octobre selon les textes, et le président de la Commission nationale des marchés de rappeler les délais de traitement des dossiers. Concernant le faible taux d’engagement des financements extérieurs, les acteurs évoquent des blocages au niveau des procédures de passation de marchés et d’engagement qui sont appliqués et ceux des partenaires, entrainant des rejets de la part  de la Commission nationale des marchés. Selon les informations, des formations seront dispensés aux ministères et acteurs budgétaires qui le souhaitent afin d’améliorer ces performances.

 

Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

Trail de l’Ile Rouge : 35 coureurs étrangers au départ

Plus que 20 jours avant le grand départ de la 4e édition du Trail de l’Ile Rouge du 4 au 17 juin 2017. Une épreuve de course à pied par étape en découvrant la partie Ouest du pays dont la notoriété ne fait que s’accroître dans et à l’extérieur des frontières malgaches.

Les compétitions en trail se suivent et ne se ressemblent pas. Et le Trail solidaire commence à intéresser les coureurs et les entreprises. La quatrième édition du Trail de I’Ile Rouge offrira aux participants malgaches, résidents ou expatriés le choix de s’inscrire sur l’intégralité de cette belle aventure ou de choisir l’une des options proposées. Ils auront l’occasion de découvrir la beauté du Menabe en parcourirant Betafo, Miandrivazo, Tsiribihina, Tsingy de Bemaraha pour arriver au Canal de Mozambique. Pour cette édition 2017, 35 coureurs étrangers viendront courir sur le sol malgache.  La BOA en tant que partenaire a répondu présent en inscrivant pas moins de 30 de leurs salariés afin de participer à la première étape qui aura lieu à Betafo. En effet, MahayExpédition favorise l’extension de la politique de RSE au sein de ses entreprises partenaires pour ce trail de l’Ile Rouge. La RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) désigne la prise en compte, par les entreprises, des préoccupations liées au développement durable dans leurs activités. MahayExpédition espère que pour la cinquième édition qui aura lieu en juin 2018, d’autres entreprises viendront appuyer sa démarche innovante et unique à Madagascar.

Solidarité. « L’idée et l’esprit de ce trail, à l’image de l’identité du responsable logistique de cette épreuve MahayExpédition, est de mettre en avant la solidarité à travers l’aide aux plus démunis. C’est dans ce cadre que deux associations se verront proposer des kits scolaires, vêtements et chaussures offertes par les coureurs étrangers » a indiqué Stéphane Thamin de MahayExpédition. Un des Malgaches arrivé second au général  du Trail de l’Ile Rouge en 2016, Gaston a reçu de la part de MahayExpédition, un équipement complet de trail et l’inscription pour les 65kms de l’UTOP. C’est dans ce cadre que ce Tour Opérateur engagé aide ces partenaires villageois et associatifs, dans la création de puits, d’aménagement de gîtes traditionnels, de conception et de fournitures de cuiseurs à économies de bois, de formations dispensées à des guides et porteurs locaux, de conception de séchoirs à fruits. Autant dire que le tourisme reste un réel vecteur de développement et le trail est l’un des moyens pour la promotion de la destination Madagascar.

T.H

Madagascar Tribune8 partages

Aucun incident

La commémoration des événements du 13 mai 1072 s’est déroulée sans heurts dans la capitale samedi dernier. Quatre autorisations de manifestation en lieu clos ont été délivrées par la Préfecture de Police d’Antananarivo tandis que le dépôt de gerbe au pied de la stèle devant l’hôtel de ville a été libre mais sévèrement réglementé par les forces de l’EMMO-Reg conduites par le chef de la Gendarmerie de la capitale. Quelque 600 éléments ont été mobilisés sous plusieurs formes. La Place a été entièrement quadrillée, occultant sinon décourageant les plus zélés des leaders et fervents défenseurs de la démocratie et de la liberté d’expression.

En tout cas, Lalatiana Rakotondrazafy a obtenu l’autorisation d’utilisation de l’espace Stade Annexe de Mahamasina, où son association/parti politique a réclamé l’ouverture d’une station télévisée Free. Maître O Lala qui a également été autorisé à manifester sur la Place d’Andohalo, a pour sa part préféré reporter la jouissance de cette autorisation à une date ultérieure mais il a toutefois fait le déplacement à l’hôtel de ville pour y déposer des gerbes. Maître O Lala, de son vrai nom Willy Razafinjatovo, a été un des animateurs des rassemblements estudiantins et populaires, et grand acteur du mouvement 13 mai 1972, déclare ne rien regretter mais est toujours disposé à poursuivre la lutte pour l’émancipation et la démocratie –tout comme Lalatiana Ravololomanana qui n’a pas raté ce rendez-vous. Lalatiana Ravololomanana qui estime que le moment est au transfert du flambeau, appelle la jeunesse à continuer la lutte.

Quant au rassemblement pour une messe au stade Mahamasina pour lequel le révérend père François Xavier Ravonisoa a été autorisé par la Préfecture de la ville, il n’aurait pas eu lieu, sinon aucune nouvelle. La veille en effet, les Provinciaux Trinitaires et la Conférence des évêques de l’Eglise catholique romaine de Madagascar (EKAR) désavouent l’initiative. Cela fait 17 ans que François Xavier Ravonisoa a désobéi à leurs ordres, a-t-on compris, et il ne fait plus partie des prêtres trinitaires.

Midi Madagasikara8 partages

Basket-ball – Sommet N1B hommes : Sporting, ABBS et AS Victoire accèdent en N1A

Rideau sur le championnat de Madagascar de basket-ball N1B hommes hier au Gymnase d’Antsiranana. AS Victoire Boeny a été sacrée et les trois nouvelles équipes du N1A pour la saison 2018 ont été connues hier.

Une fois de plus les Majungais ont justifié qu’ils maitrisent cette discipline. Et à Antsiranana, la représentante de Boeny a réussi sa mission en s’offrant du titre national. Au terme d’une finale âprement disputé, l’AS Victoire de Boeny a été sacrée championne de Madagascar. C’est sur le score de 80 à 76 qu’elle a remporté le sacre aux dépens de l’ABBS de Sava en finale. Après leur victoire à l’issue de la prolongation hier que les gars du Sporting de Diana ont arraché le dernier ticket pour la première division N1A pour la saison 2018. A la fin du quatrième quart-temps, le tableau électronique affichait un score de parité de 100 partout entre les deux équipes. Et c’est par 124 à 109 que les Nordistes ont privé l’AS Chicago du « pass » pour le N1A. Les basketteurs d’Antsiranana ont rejoint ceux de l’ABBS de Sava et l’AS Victoire de Boeny déjà assurés d’accéder en N1A après leur qualification pour la finale du tournoi. Partenaire fidèle de la Fédération malgache de Basket-ball et sponsor N°1 du basket-ball à Madagascar, Telma a été  présent tout au long de l’événement pour encourager et soutenir les équipes, issues de toutes les ligues. Cette année, les champions de la catégorie rentrent chez eux, fiers de leurs parcours et récompensés par des Telma Play, pour des expériences uniques du Très Haut Débit Mobile. En effet, les 15 joueurs recevront chacun des Telma Play pour rester en contact avec leurs familles, leurs proches et toute l’équipe. Ces Smartphones, avec l’option Wi-Fi, l’appareil photo et la caméra frontale permettent de rester connectés à tout moment et de profiter des meilleures offres de communications.  Après les hommes, les dames N1B et U20 Garçons entreront en action à Toamasina du 20 au 28 mai.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Tennis – Championnats d’Afrique-Australe U12 : Les Malgaches un cran au dessus

Les journées se suivent et se ressemblent pour les jeunes raquettes malgaches au Championnat d’Afrique-Australe par équipes U12. Deux rencontres et autant de victoires enregistrées par les Malgaches.

Considérés comme les grands favoris du tournoi, les Malgaches ont fait respecter la hiérarchie en deux jours sur les courts de l’ASUT à Ambohitsaina au Championnat d’Afrique-Australe par équipes U12. Les garçons ont réalisé un carton plein jusqu’ici. Ils ont signé leur deuxième victoire de suite hier. En ouverture, les Ugo et consorts ont largement étrillé les Botswanais sur le score de 3 à 0.  Hier face aux Mauriciens, les jeunes raquettes malgaches étaient en promenade de santé. Johnny Rovanantenaina a battu facilement Amuel Ava par deux sets à zéro, et 6-0 et 6-4. Ugo Razafinjato, l’expatrié évoluant en Sénégal ayant déjà fait ses preuves lors de la première journée n’a pas fait de dentelle pour s’imposer face à Aaron Rawa par deux sets à zéro, 6-2 et 6-1. En double, la paire formée par Anthony, considéré comme la force tranquille du groupe – Johnny a pris le dessus sur Aaron et Koster en deux sets 6-2 et 6-0.

Chez les filles, elles ont aussi emboité le pas aux garçons. C’est sur le score sans appel de trois victoires à zéro que la troupe à Randy Rakotoarilala a défait les Botswanaises. Techniquement, les joueuses évoluent un cran au dessus. Maholy Razakaniana opposée à Naledi Raguin s’est imposée sans encombre par deux sets à zéro, 6-1 et 6-0. Randy Rakotoharilala a balayé Asthene Phatshwane   en deux sets à zéro, 6-2 et 6-0. Les dés sont déjà jetés et la rencontre du double n’était plus qu’une simple formalité. Randy et Miotisoa ont battu Asthene et Lily par deux sets à zéro, 6-3 et 6-1. Au programme de ce jour, les garçons affronteront les Zimbabwéens. Ces représentants du Zimbabwe, adversaires redoutables pour les Malgaches. Les équipes finalistes respectivement chez les hommes et dames sont qualifiées pour les Championnats d’Afrique U 12 par équipe.

T.H

News Mada6 partages

Cambriolage : un journaliste a neutralisé l’intrus

La série d’incidents inexplicables dont sont victimes des journalistes de la capitale se poursuit.

Un journaliste a été légèrement blessé hier suite à un combat au corps à corps avec un individu qui s’est introduit de force dans l’enceinte de sa demeure dans la commune d’Ivato-aéroport. L’intrus est entré en fracassant le portail à coups de pied au moment où la victime prenait l’air dans sa cour. L’ayant vu venir, il a reçu des coups en tentant de s’enquérir du motif de son geste et s’est vu obligé d’entrer dans son jeu en l’empoignant à son tour pour se défendre de l’attaque dont il a fait l’objet. Après avoir réussi à immobiliser son agresseur, le journaliste a appelé du renfort pour l’aider à le ligoter en attendant l’arrivée des gendarmes qui l’ont embarqué au poste avancé de Mandrosoa qui sera chargé de l’affaire, hier, en début d’après-midi.

Des malfaiteurs s’en sont pris à des confrères de la capitale ces dernier mois en détruisant ou en volant leur matériel de travail pour des raisons inavouées.

Manou

 

L'express de Madagascar6 partages

Karting Rotax – Première victoire pour Tommi

La récompense de plusieurs années de travail acharné. Le jeune Tommi Rajoelison (Kosmic) a remporté la première victoire de sa carrière, en catégorie Elite, hier, sur le circuit Total Karting Imerintsiatosika.Le fils de Mamikely, ancien pilote de rallye, montait en puissance ces dernières saisons, jusqu’à venir titiller les grands, depuis quelques courses. Et hier, il a fini par grimper sur la plus haute marche, à l’occasion du premier Grand Prix de la saison 2017.Quatrième sur la grille de départ de la finale, il a d’abord profité du mauvais départ de Haja Nirina Rako­tomalala (Sodikart), pour prendre la troisième position. John Andry-Ratoby (Sodikart), parti en pole, menait la meute devant Patrick Rambininitsoa (CRG), le double champion en titre. Mais John, victime d’une crevaison au troisième tour, a été obligé de se mettre sur le bas-côté, avant d’abandonner.Tommi, plein de malice, a profité de ce fait de course, pour surprendre Patrick et s’emparer du fauteuil de leader, qu’il n’a plus quitté au bout des quatorze tours. « C’était une très belle course. Quand John s’est arrêté, je me suis dit que je pouvais gagner et j’ai pris ma chance. J’ai vraiment tout donné », s’est-il exclamé, après avoir passé le drapeau à damier.

FiertéLes parents de Tommi se sont rués au pesage pour le féliciter. « Oui, on l’a fait. Je suis vraiment très fier », a lâché Mamikely, tout content. Au final, Patrick a fini deuxième et Haja Nirina a complété le podium.En plus de la crevaison de John, Tsilavo Ranarison a également jeté l’éponge. Heureusement, Meja Randria­nimanana (Sodikart) a sauvé la mise pour le team Mass’In, en terminant quatrième.Comme Mamikely, l’Alle­mand Jorg Baumann a également affiché sa fierté. Et ce, après la première place de son fils, Nathan (Mach 1), en catégorie Espoir.Longtemps deuxième derrière Mirija Randria­tsarafara (Sodikart), il a finalement réussi un superbe dépassement dans le dixième et avant-dernier tour. Une manœuvre tout en maîtrise, avec lequel Nathan a démontré toute l’étendue de son talent.

H.L.R.

L'express de Madagascar6 partages

Foire de Strasbourg : Coup de projecteur sur Madagascar

Des programmes chargés pour  la foire intitulée  « Des lémuriens au pays des cigognes » qui se tiendra du 22 au 28 mai sur la place Dauphine à Strasbourg France. Organisée par l’Association Event, en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA),  le ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé, le Groupement des entreprises de Madagascar et l’Association Mazana Alsace, la foire a pour objectif de capitaliser les potentialités de la Grande ile.L’événement mettra en avant les secteurs clés comme l’artisanat, l’industrie, l’art culinaire et le tourisme où soixante entreprises  venant de Madagascar et travaillant en France participent. Des conférences sur les thèmes  Investir à Madagascar, Secteurs porteurs et la transformation à Madagascar et Destination Madagascar s’y tiendront également. Une signature de convention de partenariat entre la CCIA et la Chambre de Commerce et d’Industrie Alsace Euro­métropole est attendue. Un film conçu par Madagascar  National Park, un répertoire musical des Songs of Madagascar ainsi que le Masonjoany seront au rendez-vous. Les sept jours de foire seront agrémentés par le kabary ou l’art oratoire malgache de l’association des Mpikabary Malagasy en Alsace.  La foire sera clôturée par la journée « Neny » le 28 mai où les meilleurs cadeaux souvenirs pour les mamans seront à l’honneur.Mirana Ihariliva

News Mada5 partages

Taekwondo – Coupe de France : Antonio Rakotondratrimo au sommet

Le taekwondo WTF dans l’Hexagone sourit bien aux jeunes Malgaches. Après la bonne percée de haut niveau de Tiavo Randrianisa, c’est au tour d’Antonio Rakotondratrimo de se faire un nom dans le milieu. Nouvellement promis dans la catégorie minime garçon, ce dernier n’a pas tardé à se démarquer en remportant la Coupe de France le week-end dernier chez les -30 kg. Une grande première pour ce jeune garçon plein d’ambition.

Et cette performance ne relève pas du hasard pour ce jeune prodige de l’art martial coréen. Depuis son début dans l’arène, dans la catégorie benjamine, il n’a cessé d’épater les techniciens grâce à sa technique et sa maîtrise du combat dans les grandes compétitions départementales. Il n’est pas étonnant si depuis 2014, Antonio n’a cessé de dominer les championnats départementaux auxquels il a participé. En tout cas, le club de Savigny Le temple du taekwondo porte bien son nom d’après les exploits accomplis par Antonio Rakotondratrimo.

Naisa

 

News Mada5 partages

Approvisionnement en bovidés : les consommateurs perplexes

La coopérative Mada Omby a suspendu l’approvisionnement en bovidés de la capitale depuis quelques jours. Les consommateurs craignent une envolée des prix de la viande d’ici peu.

Depuis mercredi soir, Mada Omby, la plus grande coopérative de la filière zébu de la grande île a suspendu l’approvisionnement en viande vers Antananarivo. Une décision prise pour protester contre le racket et le vol des bovins. Les éleveurs accusent même les gendarmes de complicité. Ainsi, des milliers de têtes de zébus patientent, à quatre heures de route de la capitale, dans le plus grand marché aux zébus du centre du pays.

Comme les membres de la coopérative l’ont fait savoir, ils assureraient 10% de l’approvisionnement du marché de la capitale. Ils sont près de 1 600 éleveurs, commerçants, grossistes et gérants d’abattoirs à s’être regroupés, en juillet dernier, au sein de la coopérative Mada Omby, pour valoriser et structurer la filière zébu. Cependant, depuis une semaine, la colère monte.

Avec les abattoirs que compte actuellement la capitale, ceux d’Anosizato et d’Ampasika sont les principaux chalands des bovidés du Bongolava et du Melaky. Et avec une vingtaine d’abattoirs, Ampasika arrivent à consommer en moyenne de 200 têtes par jours, notamment pour les quatre derniers jours de la semaine, selon un opérateur de cette localité.

Risque d’envolé des prix

D’après toujours notre interlocuteur, l’approvisionnement ne diminue habituellement qu’aux environs du mois d’août, période à laquelle les bovidés se font rares. Mais, vu la situation actuelle et si la coopérative persiste à suspendre l’approvisionnement du marché, le prix de la viande risque de partir rapidement à la hausse.

La majorité des bouchers affirment en effet qu’ils s’approvisionnement habituellement au niveau des grossistes qui déterminent à l’avance le prix de vente de la viande. Le kilo coûte actuellement 10.000 ariary auprès des détaillants contre 12.000 ariary pour les morceaux de choix. Par ailleurs, au marché de gros d’Ampasika, le kilo se négocie entre 6.500 et 7.500 ariary selon la qualité de la marchandise.

Selon les explications des détaillants dans la capitale, la viande de zébu est de moins en moins disponible ces dernières années. Une baisse de l’offre sur une partie ou l’ensemble du marché de la capitale ne manquerait en tout cas pas d’impacter sur la vente de la viande de zébu.

Arh.

 

Madagascar Tribune5 partages

Les ordures s’amassent de nouveau dans la capitale

La capitale croule à nouveau sous les ordures. Les bacs à ordures débordent dans beaucoup de quartiers de la ville, à l’instar de Tsimbazaza, Andravoahangy, Besarety et bien d’autres encore.

Cette situation dure déjà depuis quelques semaines selon les habitants de ces quartiers. L’enlèvement des ordures par les camions de la SAMVA ne se fait plus régulièrement depuis quelques temps. Certains font le rapprochement entre le début de la manifestation des députés de l’opposition sur la place du 13 mai et l’amoncellement des ordures.

La Commune urbaine d’Antananarivo en tout cas se dédouane de ce problème, l’enlèvement des ordures de la Capitale est du ressort de la SAMVA selon les responsables au sein de la commune. En effet, le SAMVA ou Service de maintenance de la ville d’Antananarivo a été retiré à la CUA en tant qu’organisme rattachée. Il est actuellement rattachée au ministère de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement (MEAH).

La mission de la SAMVA est l’assainissement urbain sur la commune urbaine d’Antananarivo, l’exploitation et la maintenance des ouvrages et équipements d’assainissement, incluant notamment les eaux usées et les ordures ménagères. Mission censée être dévolue aux dirigeants de la mairie d’Antananarivo. Pour rappel, Marc Ravalomanana avait pris la décision de retirer la tutelle du SAMVA à la CUA quand Andry Rajoelina était devenu maire de la capitale. En 2017, la CUA a demandé la tutelle de ce service après les critiques véhémentes de l’Exécutif face à la responsabilité de la commune par rapport à la propagation de l’épidémie de peste dans la capitale.

En tout cas, les problèmes de la SAMVA ne datent pas d’hier, entre les grèves des éboueurs, les soucis d’ordre budgétaire, les habitants de la capitale ne devront donc plus s’étonner de la situation.

News Mada4 partages

Pratiques écologiques : une « éco-cantine » pour Andramasina

Les associations Harena manasoa et Harena manasoa France lancent le projet «Eco-cantine» à l’EPP d’Ambalavao, à Andramasina.

En fait, cette école primaire servira de pilote pour le projet qui vise plus largement à répondre à la demande des 10 EPP de la commune afin d’augmenter le taux de scolarisation de près de 2.500 élèves ainsi que de mettre en place des cantines scolaires autonomes et économiquement viables, ne dépendant pas des aléas économiques, politiques ou sociaux.

«Pour marquer les 20 ans de Harena manasoa, je suis fier de notre retour aux sources et d’initier ce projet ambitieux ici à Andramasina avec notre antenne en France», a lancé à cette occasion le général Richard Ramanantsoa, président fondateur de l’association.

Pédagogie et sensibilisation

«Au-delà de l’alimentation équilibrée, nous initierons les enfants à l’agroécologie par le bon usage d’un puits et par la gestion du potager et de la mini-ferme scolaire en permaculture. Un volet pédagogique attaché au projet permettra de renforcer cet apprentissage auprès des enfants. Les parents ne seront pas en reste car leur implication dans la mise en œuvre du projet et la gestion future de la cantine permettra de les sensibiliser à des pratiques respectueuses de l’environnement», a précisé pour sa part Valérie Ramanantsoa, présidente de l’association Harena manasoa France.

Pour lancer officiellement le projet, la signature de la convention tripartite d’une durée de 5 ans entre la commune d’Andramasina, le Feffi et l’Association harena manasoa a eu lieu jeudi dernier.

Arh.

 

Madagascar Tribune4 partages

Promulgation des lois électorales : l’Exécutif se substitue au Parlement

Beaucoup ne s’attendaient pas à la promulgation express des lois électorales faite par le président de la République et les réactions continuent de fuser de partout. Selon l’avis de Sahondra Rabenarivo, juriste et membre du SEFAFI (Observatoire de la vie publique), cette promulgation serait entachée d’irrégularité voire d’illégalité. « Grande fut ma surprise de découvrir les lois électorales promulguées, avec les articles déclarés non-conforme à la Constitution extirpés ou substitués sans nouvelle délibération du Parlement. La HCC n’a pas le pouvoir de légiférer, si elle statue sur la conformité de certaines dispositions à la Constitution, elle ne peut pas ordonner ce qui les remplacerait », souligne Sahondra Rabenarivo.

En effet, l’Exécutif a demandé à la HCC un avis pour éclaircir les significations de quelques considérants que celle-ci a émis concernant lesdites lois. Cela ne peut toutefois et en aucun cas substituer au travail du législateur. Sahondra Rabenarivo de continuer que « les articles ainsi invalidés doivent être soumis à une nouvelle délibération du Parlement. Ce n’est pas au PRM d’appliquer unilatéralement les recommandations de la HCC, il doit resoumettre les articles invalidés au Parlement. La promulgation peut se faire sans inclure les dispositions non-conformes ». En d’autres termes, l’Exécutif vient donc de se substituer au pouvoir législatif, en foulant au pied le principe de la séparation des pouvoirs.

Recours

Le président de la République a promulgué ces lois en apportant des modifications aux articles jugés non-conformes à la Constitution par la Haute Cour Constitutionnelle, et en se basant sur les recommandations de celle-ci.

Un cas similaire concernant la loi électorale qui allait régir l’élection du premier président de la quatrième République confirme l’irrégularité de cet acte du président Hery Rajaonarimampianina. Il s’agit de l’addendum à la loi organique 2012-005 portant code électoral et qui touchait alors aux dispositions de l’article 168 de la loi, jugée inconstitutionnelle. Un addendum est un ajout à un document juridique qui fera parti du document. L’article 168 de la loi avait été soumis à une nouvelle délibération du Parlement après le contrôle de Constitutionnalité. Puis, les dispositions de l’article furent promulguées ultérieurement par le régime de Transition. La question est donc maintenant de savoir si l’opposition va faire un recours devant les juridictions compétentes concernant cet acte du président de la République, sur les lois électorales qui avaient entrainé les manifestations des députés.

L'express de Madagascar4 partages

Casino de Paris – Erick Manana, Koloina et Mamina triomphent

Un instant de grâce et de volupté musicale unique. La célébration des 40 ans de scène de Erick Manana au Casino de Paris a ébloui un public de toutes les générations.

Le moment tant attendu est arrivé. Un concert spectaculaire et harmonieux à la fois qui dégageait, de bout en bout, une fraternité intemporelle entre Erick Manana et ses camarades musiciens sur scène. La célébration des 40 ans de carrière de cette fameuse personnalité du folk-song malgache sur la somptueuse scène du Casino de Paris a fait carton plein vendredi soir.Un événement privilégié pour la diaspora malgache dans l’Hexagone, le concert de Erick Rafilipomanana dit Erick Manana a laissé la part belle aux émotions. Avec une affiche exceptionnelle, le concert sobrement intitulé « Madagascar, la route des rêves avec Erick Manana » a aussi accordé une grande place à la découverte à l’occasion. Koloina et Mamina, gagnants et coup de cœur du jury lors du télé-crochet « Feo tokana, gitara iray » de la Radio télévision Analamanga (RTA), se sont fièrement découverts au public local.« Merci à vous d’avoir sacrifié votre vendredi magnifique pour nous ce soir et de venir apprécier le talent de ces jeunes à mes côtés. C’est pour moi une joie et un bonheur unique d’avoir fait leur connaissance. C’est un plaisir de partager la scène avec eux et puissent-ils suivre notre voie également » confie Erick Manana.Dès 20 h30 tapante, c’était à Koloina d’ouvrir la scène avec sa composition intitulée « Dada tiako », s’ensuit la  prestation de Mamina avec sa chanson « Mila vonjy ny kanto gasy ». Après, Erick Manana est monté sur scène pour chanter en trio avec eux via « Revirevinay taloha».

Inter-générationsComme un passage de flambeau, Erick Manana a ainsi tenu à rendre hommage au talent de ces deux jeunes artistes. Koloina et Mamina, qui ont eu un privilège unique ·en guise de cadeau suite à la grande aventure « Feo tokana, gitara iray », ont déjà eu un avant-goût de la scène internationale.Le public, quant à lui, pourra très prochainement suivre le périple de ces deux jeunes stars sur la RTA chaque samedi à partir de 20 heures 35, les extraits du concert lui-même. Le concert s’est tenu guichets fermés. Les 40 ans de scène d’Erick Manana a ravivé la flamme patriotique chez le public de la diaspora. D’ailleurs, le chanteur s’est entouré des sommités de la musique malgache à l’occasion, à savoir : ses incontournables camarades « All-stars », Dama, Olombelo Ricky, Regis Gizavo et Passy Rakotomalala, mais aussi la diva Bodo. Son amie fidèle Jenny Gabrielle Koehloeffer, ainsi que la troupe du Lokanga Koln Quartet ont également sublimé le concert.Ces quatre décennies, Erick Manana entend les célébrer comme il se doit. Après la France, il entamera une tournée vers l’Allemagne pour revenir au pays vers la fin de l’année.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar4 partages

Le silence de leurs fois

Ils sont dans les églises, dans les mosquées, dans les salles de concert et de cinéma revisitées, dans les stades, les terrains vagues, les coins de rues. Ils appellent la foule à grossir les rangs de leurs ouailles, rivalisant de sermons et d’artifices pour intensifier leur mainmise sur la vie quotidienne de la population. Certains s’enhardissent jusqu’à frapper à la porte des gens qu’ils ne connaissent ni d’Eve, ni d’Adam. D’autres se font profession de persécuter ceux qui usent de leur liberté d’esprit pour ne souffrir d’aucune annexion de leurs convictions personnelles. Ils sont si nombreux, ceux là qui parlent beaucoup mais qu’on n’entend jamais.On ne les entend pas, quand il s’agit de dénoncer cette affreuse escalade de la violence, des vindictes populaires, des lynchages-publics, des attaques à main armée, à Madagascar. Tant de religions qui se targuent de pacifisme, de paix et de respect mutuel mais qui n’interpellent ni les autorités, ni leurs ouailles actuelles et potentielles à revenir vers un chemin respectable. Tellement silencieux devant la délétion des mœurs, tellement inaudibles pour réconcilier les Malgaches à s’unir pour l’apaisement et la paix, alors qu’ils revendiquent les espaces sur nos vies, rien qu’à voir la prolifération de diverses branches de religions dans tout Madagascar.On aurait aimé un appel vibrant aux autorités à prendre leurs responsabilités face à cette vague de violences monstru­euses. On aurait aimé des prises de position franches pour un Madagascar en paix, puisqu’il ne s’agit pas uniquement de convertir les âmes à quelques préceptes religieux mais d’un passage de la prêche à l’acte. On s’attendait à des condamnations sans équivoque de ces désormais devenues habituelles vindictes populaires, à chaque fois qu’elles se produisent et quelles qu’en soient les circonstances. On ne peut pas briguer les âmes et se taire sur la violence à, laquelle elles ont à faire face chaque jour. On ne peut pas se targuer d’être les réconciliateurs, des traits d’union culturels, sociaux ou spirituels et rester muets devant le déclin d’une population que l’on voudrait pourtant attirer à soi. L’idée n’est pas de prêcher la tolérance uniquement entre soi, mais au-delà des clochers et des minarets, et le faire, chaque fois que cet État qui ne semble pas se faire priorité de rétablir la concorde faille à sa mission.C’est aussi à cela que devrait servir la foi: non des appareils de cultes, de liturgies – et de prosélytisme pour certains -, mais élever la voix chaque fois que la vie et la concorde sont bafouées sur la place publique. Autrement, s’il ne s’agissait que de convertir pour convertir, les partis politiques le font déjà très bien.

Par Mialisoa Randriamampianina

News Mada3 partages

Rtoa Yvette Sylla : « Tsy misy kolontsaina politika mafonja eto amin’ny firenena »

Nanokanan’ny Fivondronamben’ny eveka eto Madagasikara fotoana ny andro iraisam-pirenena momba ny « Fifandraisan’ny mpiara-belona », ny 13 mey lasa teo. Nanaovana famelabelaran-kevitra avy amina lohahevitra telo lehibe izany tao amin’ny Ekar Faravohitra. « Ny Fanantenana, araka ny finoana kristianina » novoaboasan’ny solontenan’ny Papa eto amintsika, Mgr Paolo Rocco Gualtieri ; lohahevitra iray lehibe ny « Andraikitry ny kristianina laika » nentin’ny Rtoa Yvette Sylla ; ary ny iray momba ny « Fitandroana ny hasin’ny maha olona », novelabelarin’ny Pr Ranjeva Raymond.

Manoloana ny zava-misy ankehitriny, notsiahivin-dRtoa Yvette Sylla ireo fahavoazana maro eto amin’ny firenena, toy ny fandrobana ny harem-pirenena (andramena, volamena, omby, sns) ; kolikoly amin’ny endriny maro, izay miitatra any amin’ny fahalovana. « Mampanan-karena ny sasany amin’ny fomba tsy ara-dalàna izany, ary vao mainka mampitombo ny elanelana eo amin’ny manana sy ny tsy manana ka mampibaribary ny fahantran’ny maro anisa », hoy Rtoa Yvette Sylla, mpahay tantara.

« Tsy misy kolontsaina politika mafonja eto amin’ny firenena ka very fanahy mbola velona ny Malagasy », hoy ihany Rtoa Yvette Sylla. Avy amin’izany zava-misy izany ny mampihazakazaka ny sasany any amin’izao rehetra izao, handray « Diloilo avy any Israely », araka ny dokambarotra vitan’ny sasany. « Ny hita izao dia karazana fanjakana ivelan’ny vahoaka ka mahatonga ireny fitsaram-bahoaka ireny. Olana lehibe maro hafa ny tsy fahampian-tsakafo, fanabeazana tsy mandeha araka ny tokony ho izy, sarotra ho an’ny maro ny miahy ny fahasalamany, ary tsy lazaina intsony ny tsy fandriampahalemana », raha ny fanazavan-dRtoa Yvette Sylla ihany.

“Sao sanatria isika kristianina ihany …?”

Noho ireo fahavoazana voatanisa ireo, inona ary ny andraikitry ny kristianina laika eo amin’ny raharaha sosialy ho fitandroana ny fifandraisan’ny mpiara-belona ? Marihina fa nananganan’ny Fivondronamben’ny eveka komity manokana io « Fifandraisan’ny mpiara-belona » io, tarihin’ny evekan’i Fianarantsoa, Mgr Rabemahafaly Fulgence. Tokony handray andraikitra tandrify azy ny rehetra, mitodika amin’ny fampianaran’ny Eglizy momba ny fiaraha-monina, toekarena ary sosialy. Tsy mora izany, indrindra amin’izao taonjaton’ny fivoaran’ny teknolojian’ny fifandraisana izao. Marihina anefa fa ny kristianina ihany ny maro anisa indrindra amin’ny ambaratongam-pahefana rehetra amin’ny fitondrana nifandimby hatramin’izay. « Koa sao sanatria isika kristianina ihany ny mampihitsoka ny firenena ? », hoy ny Mgr Rabemahafaly Fulgence.

R.Mathieu

News Mada3 partages

Dadi Love : sa vidéo atteint plus de 2 millions de vues

Il est rare de voir une vidéo malgache atteindre le niveau de 2 millions de vues sur youtube. Le morceau «Magneva» d’Arnaah a empoché environ 1 million et demi de vues. «No limit» de Big MJ arrive jusqu’à plus d’1 600 000 de vues. Ainsi, le nouveau record sera donc attribué à Dadi love qui parvient à avoir plus de 2 230 000 de vues jusqu’à hier, avec le titre «Tsy atakaloko» qui a été pourtant posté sur le site depuis l’année dernière.

Dadi Love mérite bien son titre d’ «artiste de l’année», attribué lors de la cérémonie RDJ Mozika Awards. Il a commencé fort sa carrière avec ce morceau qui plaît à presque toutes les générations. Un duo harmonieux évoquant l’amour parfait entre deux personnes. Le tournage du clip «Tsy atakaloko» s’est tenu dans un modeste village où deux amoureux se sont déclarés leur flamme.

Et c’est loin d’être fini. Le chanteur propose un autre titre «Ataoko sonia» qui est une suite de l’histoire dans l’ancien morceau. Avec plus de 800 000 vues, le titre continue petit à petit à monter vers le seul du million. Dans la foulée, il y a deux mois, il a publié le clip «Ameza facture» qui atteint actuellement plus de 280 000 de vues. Et enfin, au mois d’avril dernier, il vient de dévoiler officiellement sa dernière vidéo intitulée «Tsy atao next». Notons que le chanteur se produira en solo le 19 mai prochain au Cercle Cemes d’Antanimora.

Holy Danielle

 

News Mada3 partages

Taratasy ho an’ny filoha frantsay vaovao : mangataka ireo Nosy malagasy ny Vovonana mampiray

Nandray ny asany, omaly, ny filoha frantsay vaovao, Emmanuel Macron. Nisy ny taratasy nalefan’ny Vovonana mampiray ho azy, fangatahana ireo Nosy malagasy.

 

« Manome voninahitra an’i Frantsa ny fanambarana marina nataonao fa « heloka manohitra ny maha olona ny fanjanahantany ». Heverina toy ny « tanindrazan’ny zon’olombelona » sy takina ho tena fanamby avy aminao izany. »

Anisan’ny ao amin’ny taratasy nalefan’ny Vovonana mampiray ho an’ny filoha frantsay vaovao, Emmanuel Macron, ny 11 mey lasa teo, io. Manao sonia izany ny filohany, mpitsara iraisam-pirenena teo aloha, Ramaroson Arlette.

Fanantenana lehibe izany ary fampaherezana ho an’ny vahoaka malagasy ao anatin’ny anton-dresaka, izay ady ho amin’ny marina amin’ny famerenana ny Nosy Juan de Nova, Bassas de India, Europa, ary ireo Nosy Glorieuses.

Miantso ny fanohanan’ny filoha frantsay amin’ny fampiharana ny fehinkevitry ny Firenena mikambana (ONU) momba ny famerenana azy ireo ho an’i Madagasikara àry ny Vovonana mampiray.

Ara-dalàna sy ara-drariny ny fangatahan’ny Malagasy

 

Tsiahiviny ny maha ara-dalàna sy ara-drariny ny fangatahan’ny Malagasy. Ny fehinkevitry ny ONU, ny 14 desambra 1960, momba ny fahaleovantenan’ny firenena sy ny vahoaka nozanahina, manaraka ny fanajana ny famerenana manontolo ny taniny.

Ireo Nosy malagasy ireo, miankina amin’ny fitantanana ny Nosy lehibe tamin’ny taona 1896, nanambaran’i Frantsa fa zanatany i Madagasikara sy ireo Nosy miankina aminy. Tokony hiverina amin’i Madagasikara izany izy ireo tamin’ny fanambarana ny Fahaleovantenany, ny 26 jona 1960.

Nefa ny didim-panjakana ny 1 avrily 1960, nampiharina 80 andro mialoha ny fanambarana ny Fahaleovantena: notsoahina amin’ny faritry ny tanin’i Madagasikara, mahaleo tena ireo Nosy ireo mba hapetraka eo ambany fiahian’ny minisitra frantsay misahana ny tany ivelan’i Frantsa.

Iantsoana ny governemanta frantsay ny fehinkevitra hamerenana amintsika azy ireo amin’ny fanaovana fifanakalozan-kevitra tsy iandrasana ela.

R Nd.

La Vérité3 partages

Trophée Bernard Ramanantsoa - Les entreprises ont un mois pour concourir

Du 15 mai au 15 juin 2017, les inscriptions pour le trophée Bernard Ramanantsoa, organisé par Hec (Hautes études commerciales) Paris, sont ouvertes. Bernard Ramanantsoa a dirigé pendant des années Hec Paris.  

« L’objectif est de  promouvoir la culture d’excellence, les bonnes pratiques managériales, la compétitivité des entreprises », déclare Laza Randriamifidimanana, président de commission  « communication et vie associative ». Il poursuit :  « Le trophée comprend 14 prix et permet de récompenser les meilleures entreprises formelles pour les services clients, le management, les ressources humaines, la sous-traitance, la notoriété de marque, le marché local et international. Chaque entreprise devra avoir un cahier des charges précis et le trophée lui donnera une plus grande visibilité ». Le droit de participation à ce concours varie en fonction du nombre de salariés dans l’entreprise. A titre d’exemples, les entreprises lauréates des prix seront des modèles en matière de compétence, d’assistance et de politesse lors de l’accueil des clients. Le partage du modèle de réussite sera un atout de cette compétition. « Le rapport des critères suite à des sondages d’employés, de clients, de fournisseurs et de toutes les parties prenantes sera remis à l’entreprise pour qu’elle puisse faire une comparaison et améliorer ses activités», confie Mamy Rakotondraibe, président d’« Alumni Hec Executive Community Association ». Après le processus de sélection, la remise des lots aura lieu vers la fin du mois de septembre 2017. Parmi les prix pour ce trophée figurent la formation pour les dirigeants, l’assistance technique, l’aide sur le savoir-faire spécifique. Le trophée Bernard Ramanantsoa est une reconnaissance internationale pour l’entreprise. Le quotidien économique et financier britannique « Financial Times » a classé deuxième  « Hec Paris Executive Education» en matière de qualité de l’éducation.  Par ailleurs, depuis près d’un an et demi, des projets d’entreprises ont été identifiés pour être soutenus. Deux parmi ces projets sont en faveur des personnes défavorisées à l’instar de l’intégration des jeunes provinciaux défavorisés dans l’enseignement supérieur, le recyclage des produits en plastique dans des quartiers défavorisés. Un autre projet est la création d’encyclopédie économique, culturelle et géograhique de Madagascar.

D.H.R.

L'express de Madagascar3 partages

Que d’aliments « fady » à Nosy Varika

Nosy Varika, l’île aux Makis que le fleuve Sakaleona, « rival jaloux de l’océan, entoure de ses immenses bras » (Pierre Platon, 1958). L’île aux Makis sans makis (ou presque), la hache et le feu ayant détruit l’œuvre de la nature et de la forêt. Et « au cours des années de disette, quand les silos à riz sont vides et que les habitants sont obligés de consommer, pour faire de lasoudure, des racines amères, de plantes aquatiques, un civet de maki tente plus d’un Betsimisaraka… »L’île de Nosy Varika, bien que peuplée en majorité de Betsimisaraka, est fortement marquée par le passage « de Hova, d’Antemoro et d’Antambahoaka se réclamant « d’origine arabe ». Selon la tradition pieusement conservée dans la région de la Basse-Sakaleona, Rahova accompagné de sa sœur Riala se seraient établis, il y a fort longtemps à Ambohibe, avant de remonter près de Fanivelona très fertile. C’est alors le fief du puissant clan des Ranomena qui n’apprécie pas du tout cette installation d’étrangers sur la terre des ancêtres. D’autant que l’un des enfants de Rahova, sous le charme de l’épouse d’un Ranomena, enlève la belle au nez de son mari. Une guerre s’ensuit, à plusieurs épisodes, mais les migrants triomphent sur leurs adversaires.Pourtant, tout finit bien. Grâce à l’arbitrage bienveillant des Antambahoaka de Mananjary appelés à la rescousse, Rahova et Ranomena scellent, dans le sang d’un taureau rouge, une paix solennelle, s’engageant mutuellement à ne pas faire de réclamation sous peine de mourir, si l’un ou l’autre commet un larcin chez son voisin. « Le serment tient encore et il n’est pas rare de voir quelqu’un, se disant Ranomena, venir impunément ramasser des poulets au passage à Fanivelona » (Salomon Rahatoka, 1958).Clairvoyants, les Ranomena ont la sagesse de quitter leur terre ancestrale et de s’établir loin au bord du lac Morongary près de Mananjary. Les Rahova, définitivement maîtres des lieux, prospèrent donnant à leur lignée le nom de Zafindrahova, « dont ils tirent quelques fiertés » (Pierre Platon). Mais les plus anciens habitants de l’île sont assurément les Betsimisaraka et ils sont restés farouchement fidèles aux usages et coutumes de leur ethnie. Certains sont pêcheurs, la plupart préfèrent les pentes des montagnes proches. Entourés de caféiers et contrairement aux Zafindrahova, ils y cultivent le riz sur tavy, « pratique interdite par la loi, mais comme les ancêtres l’ont fait avant eux et avec succès… » !Il faut dire, à leur décharge, que les « fady » sont nombreux, variés et parfois inattendus, et ils redoutent de les transgresser. Il suffit qu’un membre du clan se soit noyé ou enlisé en des temps immémoriaux, dans un terrain marécageux, et celui-ci devient tabou. Le même interdit frappe les marécages où l’on enterre les fœtus. Les « fady », ancestraux ou décrétés par les ombiasy, suivent le Betsimisaraka de l’île dans tous les actes de sa vie. Ainsi, en ce qui concerne la nourriture, les « fady » varient selon les clans, mais en tout cas, personne ne peut consommer de la viande de chèvre. Autre recommandation : ne pas manger de poulet ou d’un quelconque volatile dans la journée. Sinon s’abstenir d’aller au champ. Autres mets souvent inscrits sur la liste des « fady » : le « pigeon vert », le crabe, le hérisson, le porc, l’anguille, la grenouille, la pintade. Cependant, dans plusieurs groupes, si on ne peut se lancer dans l’élevage du porc, on a le droit d’en consommer. À condition, que cela ne soit pas en plein champ. D’autres se voit interdire l’élevage des oies, la culture de l’arachide ou la chasse aux caïmans. Mais « aucun des 68 clans recensés ne s’interdit la consommation du maki ».En matière vestimentaire, le clan des Andramamba ne peut se vêtir de rabane « si elle n’est pas colorée ». Il est également assez mal vu chez eux d’enfanter des jumeaux. Les Zafindehibe, quant à eux, peuvent pêcher quand ils sont jeunes, mais doivent remiser leurs cannes une fois devenus adultes, tandis que les Andramaresaka, les Andriato, les Andrabe, les Andriamalaza, les Volomborona ne doivent user de tabac sous aucune forme… Signalons aussi qu’une croyance généralisée affirme que les ébats amoureux en forêt entraînent des conséquences néfastes. Même dans la construction de sa case, le Betsimisaraka de Nosy Varika se voit contraint d’observer des prescriptions, règles et autres obligations, « dont il ignore l’origine mais qu’il respecte scrupuleusement ».

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles 

Madagascar Tribune2 partages

Deux rencontres politiques parallèles pour un seul objectif

Deux rencontres politiques, voire trois se déroulent actuellement à Antananarivo pour un seul objectif : sortir de la crise politique actuelle que traverse le pays. Dans ces deux initiatives, il ne serait pas encore question d’accord politique.

Nonciature à Ivandry

La première rencontre, initiée par le Conseil pour le Fampihavanana Malagasy (CFM) se tient depuis vendredi à la Nonciature à Ivandry, en la présence des représentants de l’actuel président, Hery Rajaonarimampianina et ceux des anciens dirigeants malgaches, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina. Elle se poursuit ce mardi.

Alphonse Maka, président du CFM explique que cette rencontre consiste en la préparation d’une éventuelle grande rencontre entre les dirigeants politiques. « C’est un dialogue malgacho-malgache  », précise-t-il. Il s’agit à la fois d’une rencontre pour la réconciliation nationale et pour la résolution de la crise politique actuelle. Sa tenue dans l’enceinte de la Nonciature s’expliquerait par l’accompagnement de la communauté internationale aux parties malgaches pour que la Grande pile puisse sortir d’une récurrente crise politique. « Il n’est pas encore question d’accord politique lors des précédentes rencontres », confie Alphonse Maka.

Bureau de liaison de l’Union Africaine à Ankorondrano

La deuxième rencontre se déroule dans le bureau de liaison de l’Union africaine à Ankorondrano, sous l’égide du médiateur de la SADC, Joachim Chissano. L’actuel chef d’Etat y est représenté par Rivo Rakotovao, président du Sénat et Jean de Dieu Maharante, ministre de la Fonction publique. Parmi les émissaires de Marc Ravalomanana, on y retrouve la député Hanitra Razafimanantsoa alors qu’Andry Rajoelina s’est fait, entre autres, représenter par l’ancienne ministre de la Justice, la député Christine Razanamahasoa.

Maître Hanitra Razafimanantsoa explique qu’elle y représente l’ancien président Marc Ravalomanana, comme Christine Razanamahasoa représente Andry Rajoelina et non les 73 députés du collectif pour le changement. Contrairement à ce qui a été dit sur l’existence d’un éventuel accord politique, du maintien ou non du président de la République à sa place et de la mise en place d’un gouvernement de consensus, elle nous confie qu’ils ne sont encore qu’au stade d’un préalable.

Les négociations qui se déroulent à Ankorondrano correspondraient au mieux alors à l’initiative du collectif des 73 députés pour le changement. Les députés pour le changement ont d’ailleurs déjà fait savoir qu’ils refusent de cautionner toute négociation politique qui s’écarte de leurs revendications et qui consisteraient à partager tout simplement les « gâteaux », c’est-à-dire les sièges au sein des institutions de la République. C’est la raison pour laquelle les deux parlementaires qui sont déjà présents à cette rencontre exigent la participation des représentants de ces députés.

Les représentants des 73 députés attendus

« La réponse aux questions relatives au maintien ou non du président de la République à sa place, le changement du gouvernement, la mise en place et la dissolution des autres institutions de la République attendent notamment l’arrivée des représentants des 73 députés qui sont à l’origine du mouvement sur la place du 13 mai  », ajoute cette élue sous la bannière TIM. Les négociations à Ankorondrano sont alors suspendues en attendant l’arrivée des représentants du collectif des parlementaires pour le changement.

Une chose est pourtant déjà acquise, confie Hanitra Razafimanantsoa. Il s’agit du déroulement des prochaines négociations sans la présence du moindre représentant de la communauté internationale, soit un dialogue malgacho-malgache effectif. Joachim Chissano qui a prolongé son séjour à Madagascar devrait d’ailleurs quitter le pays à partir de demain, mercredi, laissant ainsi le champ libre aux parties malgaches de s’arranger entre eux ou de s’enfoncer plus dans la crise à défaut d’une résolution acceptée par tous.

L’initiative du FFKM au point mort

La troisième tentative de rapprochement des protagonistes de la crise politique actuelle, celle du Conseil œcuménique des églises (FFKM) semble être au point mort. Après avoir rencontré les députés pro-régime et ceux de l’opposition, les dirigeants de cette instance religieuse se sont murés dans leur silence.

Madaplus.info1 partages

Le fils du directeur de SOCOLAIT: une autre victime du kidnapping

La série de Kidnapping qui vise les familles riches continue. Les bandits sont de plus en plus équipés en étant armés jusqu’aux dents.
Il n’y a même pas un mois que Firoze Nourbhay, un français d’origine indopakistanaise, a été relâché par ses ravisseurs qu’Yanish Ismaël le fils de Danil Ismaël directeur de SOCALAIT vient de se faire kidnapper par 12 bandits à Ilafy à 11 heures du matin. Il était avec sa famille durant une prière et les bandits ont surgi et ont fait des tirs en l’air pour semer la zizanie et se filer en douce. Le garde du corps d’Yanish a reçu une balle en voulant s’interposer contre les bandits.
Madaplus.info1 partages

Quand l’affaire de Cloche tourne en vindicte populaire

Les affaires de vol de cloche d’église ont alimenté les médias ces derniers temps. Un prêtre a été même tué lors d’un vol de cloche qui a mal tourné.
Mais cette fois, une autre affaire prend une autre tournure. En effet, à Maroantsetra, un maire a été écroué, car il était en possession d’une cloche volée lors d’une fouille que la gendarmerie a faite chez lui. En plus de la cloche volée, des vanilles et une centaine de millions d’ariary ont été retrouvées chez le maire. La population a appelé à faire une justice populaire, mais elle a été empêchée par les gendarmes. La foule en colère, a brulé la voiture et la moto du maire.
Madaplus.info1 partages

40 ans de scène d'Eric Manana le vendredi 12 mai dernier.

En même temps que les 40 ans de scène du chanteur malgache Eric Manana l'agence de voyage JACARANDA de MADAGASCAR a fêté ses 20 ans d'anniversaire, une belle occasion de faire la fête vendredi dernier au Casino de Paris.
Cet évènement a été organisé par Kintana Production avec l'agence de voyages Jacaranda de Madagascar en partenariat avec Madaplus.info et la RTA Madagascar. L'équipe de la RTA a fait le déplacement en compagnie de: Koloina et Mamina respectivement la lauréate et le coup de coeur de leur émission phare "Feo Tokana Gitara iray" en collaboration avec Eric Manana.
Notons qu'à ce jour, Feo Tokana Gitara iray est un programme télévisuel suivit par des milliers de téléspectateurs à Madagascar tous les samedis après midi en direct du dôme de la RTA à Antananarivo. Le casting a été lancé dans les villes où la RTA est implantée (Tamatave, Majunga, Antsirabe et Antananarivo) en tout 176 candidats ont été auditionnés. L'émission a duré 3 mois de février à avril; les jeunes artistes sont suivis et cochés par des professionnels de la musique malgache: Dama, Kolibera, D'Garry et Eric Manana.
Ce qui différencie Feo Tokana Gitara iray des autres émissions c'est que les artistes sont auteur-compositeur et non interprètes comme dans d'autres émissions . Une belle manière pour la RTA de promouvoir les jeunes talents.
Plusieurs artistes ont honoré de leur présence cet évènement dont la chanteuse Bodo, Dama de Mahaleo et bien d'autres...

News Mada1 partages

Karting – Sommet national : Tommy et Nathan ouvrent le bal

La première manche du championnat de Madagascar a fait des étincelles sur le circuit de Total racing kart à Imerintsiatosika pendant le week-end. Le championnat Elite a rassemblé les pilotes de karting équipés de moteur Rotax Max. Les pilotes ont été départagés en deux sous catégories : Max Evo (pour les pilotes avec moteurs Rotax Max Evo, et les moteurs Rotax 125 Max) et Max senior (pilotes avec moteurs Rotax max Racing).

La course-poursuite s’est soldée par la victoire de Tommy Rajoelison qui remporte ainsi la finale du 1er grand Prix. Dans la catégorie Espoir, le jeune Nathan Baumann a émergé du lot. Notons que la compétition (ndlr, dans les deux catégories Elite et Espoir) s’est déroulée en trois étapes : 1ère manche, préfinale et finale pour offrir une bonne dose de sensation forte aux passionnés.

Rojo N.

 

News Mada1 partages

Crise Zafisoro : vers l’ultime dénouement

A une semaine, presque jour pour jour du drame qui a semé la zizanie au sein de l’ethnie Zafisoro dans le district de Farafangana, dans la région Atsimo Atsinanana, rien de concret ne semble marquer la fin de la crise interne. Le Conseil des rois claniques de la communauté a donc décidé de se prononcer sur l’ultime recours, samedi.

L’affaire Zafisoro piétine. Les membres de la partie victime du complot ayant coûté la vie à leur chef coutumier dénoncent le désintéressement flagrant des autorités locales à l’origine de l’impasse, obligeant ainsi la population à mettre en pratique leur système traditionnel en la matière. Les membres de la garde royale Zafisoro sont mobilisés depuis samedi et attendent le feu vert pour une mission d’arrestation des incriminés prévue pour ce jour à Vohilengo, selon le porte-parole de la communauté Tabera Randriamanantsoa, hier.

Des facteurs aggravants

Aggravant encore plus la situation explosive locale, un officier supérieur de la gendarmerie en retraite et natif de l’ethnie Zafisoro a exfiltré le frère du chef coutumier de Vohilengo vers Farafangana depuis samedi pour l’extraire à la justice coutumière qui doit se tenir dans la capitale Zafisoro à Evato. Tabera Randriamanantsoa a confirmé le renseignement en se rendant personnellement à Farafangana où il a rencontré le fugitif en présence des autorités. Il a révélé lui avoir conseillé de se rendre devant le Conseil à la date prévue pour ne pas envenimer la situation en invitant les autorités, et particulièrement le Préfet de Farafangana, à le convaincre dans ce sens.

Le frère du chef coutumier de Vohilengo qui est aussi son aide de camp n’a pas refusé la proposition, selon le porte-parole des Zafisoro. La suite de l’ affaire pourra se résoudre suivant la coutume, a-t-il annoncé, s’il tient sa parole d’honneur, mais dans le cas contraire, il sera le seul responsable de ce qui va lui advenir. La conduite des autorités de la région Atsimo Atsinanana dans la gestion de cette crise ethnique fait perdre leur crédibilité vis-à-vis des Zafisoro qui les soupçonnent d’attiser ce conflit interne pour des raisons obscures.

Manou

 

La Vérité1 partages

Détournement de deniers publics - Claudine Razaimamonjy demande une liberté provisoire

Vers un nouveau rebondissement dans l’affaire Claudine Razaimamonjy. Après l’épisode d’évacuation sanitaire à l’île Maurice, puis le séjour d’hospitalisation interminable à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona, la milliardaire prévoit de tenter une nouvelle démarche. D’après une source proche du dossier, la conseillère présidentielle prévoit d’effectuer une demande de libération provisoire (Lp) par le biais de son avocat. Une demande dans ce sens aurait même déjà été déposée. L’on apprend même que la propriétaire de l’hôtel AC entend appuyer sur le bouton « forcing » pour obtenir gain de cause. Autrement dit, elle pourrait jouer la carte de son statut en tant que proche du régime pour bénéficier effectivement d’une Lp.

En principe, aucune demande de Lp ne peut s’exécuter avant que l’enquête au fond soit effectuée. Ce qui n’est pas encore le cas en ce moment. Claudine Razaimamonjy étant, de surcroît, accusée de détournement de deniers publics, elle ne devrait donc pas bénéficier d’une Lp. En effet, d’après une source judiciaire, le mandat de dépôt est systématique pour un suspect impliqué dans un détournement de deniers publics. Jusqu’au procès, aucune Lp n’est possible en l’occurrence. Il revient au juge de décider, au moment du procès, de prononcer une peine d’emprisonnement ou de relaxer le prévenu.

Bruits de couloir

L’information relative à la demande de Lp avait déjà alimenté les bruits de couloir dans la soirée même de l’évacuation de Claudine Razaimamonjy à l’Hjra, le 7 avril. Dans la soirée, une délégation composée des proches d’Iavoloha a débarqué dans la chambre qui hébergeait Claudine Razaimamonjy. Selon les indiscrétions, le recours à la demande de Lp avait déjà été avancé. Quelques heures avant, la milliardaire avait été auditionnée auprès du Parquet de la Chaîne pénale anti-corruption, aux 67ha. A l’annonce de la décision du Parquet de la placer sous mandat de dépôt, la conseillère spéciale d’Iavoloha a eu un malaise qui s’est ensuivi d’une évacuation immédiate à l’Hjra.  Elle a, par la suite, pu bénéficier d’une évacuation sanitaire à l’île Maurice avant de retrouver son lit d’hôpital dans la chambre 126 de l’Hjra.  

Hier, vers 18h30, de fortes rumeurs ont laissé entendre que cette proche conseillère de Hery Rajaonarimampianina avait quitté son lit d’hôpital pour une direction inconnue. Un « fait nouveau » qui pourrait conforter une nouvelle tentative d’affranchir la conseillère du Président de tout passage en prison voire de l’extraire des mains de la Justice.

Recueillis par Sandra R.

Midi Madagasikara1 partages

Madagascar – Union européenne : Intensification des engagements mutuels, après de grandes négociations

La lutte contre la corruption, la bonne gouvernance et le respect de la démocratie figure parmi les sujets de discussion durant le Dialogue politique qui s’est tenu à Antsiranana le 27 avril dernier, entre les dirigeants malgaches et les représentants de l’Union européenne (UE).

 

Le dialogue politique entre Madagascar et l’Union européenne a porté ses fruits, avec la signature de quatre conventions de financement d’un montant total de 122 millions d’Euros. Et pourtant, lors de l’ouverture de la rencontre, les discours du président de la République malgache, Hery Rajaonarimampianina et de l’ambassadeur de l’Union européenne, Antonio Benedito-Sanchez ont présenté quelques insatisfactions. « Certains financements dont les accords ont été signés en 2014 et en 2015 n’ont toujours pas été décaissés, alors que ceux-ci concernent le 10e FED (Fonds Européen de Développement). Il faudrait simplifier les démarches et accélérer les procédures de décaissement, surtout pour les cas d’urgence », a soutenu le président Hery Rajaonarimampianina. De son côté, l’ambassadeur de l’Union européenne a noté que Madagascar a eu plusieurs avancées mais que beaucoup restent à faire. A noter que cette rencontre a été assistée, entre autres par le président de la République malgache, le premier-ministre, des membres du Gouvernement et des autorités locales. Du côté de l’Union européenne, les ambassadeurs de France, d’Allemagne, du Royaume-Uni et d’Espagne étaient également au rendez-vous. Les discussions ont été axées sur la situation politique actuelle, l’importance de l’égalité du genre pour le développement, la situation économique, le climat des affaires et l’Accord de Partenariat Economique, la coopération UE-Madagascar à la lumière des Objectifs de Développement Durable de l’Agenda 2030 et du nouveau Consensus européen sur le Développement, ainsi que sur le rôle de Madagascar dans le contexte régional et international.

Engagements. Concernant la situation politique actuelle, la partie malgache et celle de l’UE ont confirmé leur engagement pour la lutte contre la corruption et le renforcement des institutions, dont le BIANCO (Bureau indépendant anti-corruption) et le SAMIFIN (Service de renseignement financier), reconnaissant leur rôle central. Elles ont souligné l’importance de la lutte contre l’insécurité et  l’indépendance de la Justice en vue de renforcer la confiance dans l’appareil d’Etat. « Nous réitérons notre volonté d’accompagner Madagascar dans la préparation des prochaines élections présidentielles qui devrait être inclusives, transparentes et crédibles, comme le veut également la partie malgache », ont affirmé les représentants de l’Union européenne. Par ailleurs, le dialogue a mis en relief l’importance de l’égalité entre les femmes et les hommes pour le développement du pays. D’après les affirmations, des efforts doivent encore être entrepris tant au niveau légal que dans les habitudes, pour arriver à plus d’équité, si l’on ne cite que le cas de l’accès aux ressources productives, aux crédits financiers, et dans la lutte contre les violences faites aux femmes. En ce qui concerne le climat des affaires, l’UE a souligné l’importance du dialogue public-privé, pour favoriser les investissements. L’ambassadeur Antonio Sanchez n’a pas manqué de mettre en avant les avantages de l’Accord de Partenariat Economique (APE) pour le développement de Madagascar. De son côté, la partie malgache a évoqué les difficultés de Madagascar, par rapport à l’APE. A noter qu’un forum économique, organisé en parallèle au dialogue politique a réuni une centaine de représentants du secteur privé de la région de DIANA et permis de temoigner du dynamisme du secteur privé, moteur de la croissance économique.

 

L'express de Madagascar1 partages

Concert classique – Les jeunes de l’Orphelinat Saint-Paul fascinent

À la fois talentueux et adorables, ils étaient dix-neuf jeunes enfants mélomanes à avoir ébloui leur auditoire vendredi soir à la Cathédrale Saint-Laurent Ambohi­manoro. Comme un instant figé dans le temps, le concert des jeunes enfants de l’Orphelinat Saint-Paul a transcendé le public venu les redécouvrir à l’occasion.Rentrant d’ores et déjà dans le cadre de leur série de concert annuel, les retrouvailles mélodieuses qui ont eu lieu vendredi ont conquits aussi bien les mélomanes aguerris que les profanes venus nombreux se joindre à eux.Un concert convivial, voluptueux et séraphique à la fois, c’est ainsi que s’est tenu le rendez-vous avec ces jeunes bambins de l’Orphelinat Saint-Paul. Accompagnés et chapeautés par les musiciens émérites du groupe KW Kwatyor de l’île de la Réunion, les dix-neuf enfants musiciens se sont exposés à travers un vibrant hommage à la musique classique dans tous ses états. Les plus grandes œuvres et compositions des grands maîtres ont ainsi résonné tout au long du concert. Jouant intégralement d’instruments à corde sous la direction de Yohl Tahiny Rakotomamonjy, les jeunes ont partagé la scène avec Eva Tasmadian, Marc André Condry, Kahina Zaimen, Niels Hoyrup et Juliette Marlière de KW Kwatyor.Dans leur répertoire de la soirée, du Georg Friedrich Haendel, du Johann Pachelbel, du Wolfgang Amadeus Mozart et du Edvard Grieg ont envoûté le public.Les jeunes de l’Orphelinat Saint-Paul fondé par les docteurs Olivier et Julia Razafintsambaina promettent de continuer à enchanter les férus de musique classique tout au long de l’année.

A. P. R.

L'express de Madagascar1 partages

Droits humains – Aide aux personnes détenues

Pour certaines personnes, l’environnement englobe la nature. Pour une association chrétienne, l’homme est le premier environnement.

Pourquoi tant insister sur la conservation de la biodiversité alors que l’homme, lui-même est le premier environnement qu’il faut protéger  Voilà pourquoi, nous avons mis la priorité sur l’opération Ezaka Kopia depuis 2001 jusqu’à ce jour puisque l’état civil est le premier droit d’une personne. Puis, nous nous sommes penchés sur le cas des personnes détenues qui méritent une seconde chance sachant que la vie en prison est censée changer l’homme», expose Euphrasie Razarasoa, responsable de formation et d’accompagnement des détenus auprès de l’Association chrétienne pour le développement et l’action environnementale à Madagascar (ACDEM) qui siège à Fianarantsoa. Sa première intervention a eu lieu dans les districts de Fianarantsoa II et d’Ambalavao. L’associa-tion qui dispose de plusieurs antennes a, par la suite, mis en place des kiosques d’information, juridique, à l’endroit des familles et personnes ayant des affaires au tribunal. Elle a élaboré, en 2009, un autre projet concernant l’amélioration des conditions carcérales des personnes détenues qui s’est enchaîné par deux autres phases. La troisième phase bouclée en 2018 concerne dix maisons centrales dont les établissements pénitentiaires de Betroka, Toliara, Ampanihy, Ankazoabo, Morombe, Fianarantsoa, Ihosy, Ambositra, Miandri-vazo et Morondava. Outre la résolution des problèmes, l’accompagnement et le suivi des dossiers au tribunal, des travaux de construction de bâtiments grâce aux financements de l’Union européenne ont été réalisés à Toliara, Ankazoabo et Fianarantsoa.Savoir-faireL’association prévoit également une formation professionnelle à l’endroit des personnes détenues en coupe et couture, en broderie, en menuiserie, en agriculture, pêche et saline, en fabrication de spiruline et en briqueterie. «Le changement va en parallèle. C’est dans un corps sain, évoluant dans un environnement sain que l’esprit et l’intelligence se développent correctement. Nous formons ainsi les personnes détenues pour qu’elles aient un savoir-faire et accèdent à un emploi décent après leur libération», poursuit Razarasoa. Cette dernière indique que même si le casier judiciaire d’une personne détenue n’est plus vierge, celle-ci mérite un travail décent pour qu’elle se reprenne en main et vive avec indépendance. Elle mentionne le cas d’une femme détenue qui travaille actuellement dans un grand hôtel grâce à ses compétences et le certificat que lui a délivré l’association. Certains hommes sont parvenus à monter leur atelier en menuiserie et en couture. Dans le long terme, ACDEM entend pérenniser son projet sur la promotion des droits des personnes détenues, éduquant ainsi la population sur le respect des droits humains.Farah Raharijaona

L'express de Madagascar1 partages

Startup-dating au FIM

Un évènement dans l’évènement. Les promoteurs de la manifestation Start-up dating annoncent la tenue de celle-ci pendant la foire internationale de Madagascar (FIM), plus précisément le 19 mai. Pour cette quatrième édition, les porteurs de projets à l’international sont mis en avant.  Les start-up à la recherche de financement, d’accompagnement de tout genre, de partenaires, de clients sont ainsi invitées à présenter leur projet devant des business angels, des mentors, des incubateurs. Mais avant tout, start-up dating est aussi un événement de réseautage des startups. Donc, les entrepreneurs qui cherchent une collaboration avec des startups innovantes sont aussi les bienvenus.

L'express de Madagascar1 partages

Une certaine idée en partage

De la classe. Faite d’élégance, de sobriété, de solennité. J’aime l’exercice du pouvoir, jusque dans sa passation, chez ces démocraties enracinées. L’improvisation baroque y est une faute de goût, un manque de savoir-vivre, une impolitesse. On n’y voit pas, par exemple, le ridicule suprême d’une clef géante, qu’on se passerait de main en  main, symbole physique nécessaire à des esprits limités dans leur incapacité à l’abstraction.De la légitimité aussi. Les anciens usages et les vieilles traditions ont quelque chose de rassurant. Qu’importe si le «monarque républicain», selon l’expression consacrée inventée par le juriste et professeur de droit Maurice Duverger («La Monarchie républicaine», Robert Laffont, 1974) à propos du général de Gaulle, et de ses successeurs de la Cinquième République française élus au suffrage universel direct (depuis 1962), endosse volontiers une étiquette monarchique, la République a déjà emménagé dans les palais des rois de France. Il y a des codes de langage et des rituels d’attitude qui inscrivent la sacralité du pouvoir dans un protocole lisible au commun.De la crédibilité également. On connaît ces soldats de la France, que le Président de la République nouvellement investi passe en revue, engagés dans de vraies opérations militaires avec des morts qui n’ont rien de virtuel. Une armée qu’on sait pas d’opérette (comme pourraient l’être les Gardes suisses du Vatican) ni de pacotille (comme les maigres divisions de certains pays du Tiers-monde, que je ne citerai pas, et leur régiment de généraux). Et personne n’irait se moquer de l’usage de ce camion militaire ACMAT, «véhicule léger de reconnaissance» pour un pays dont les soldats sont engagés au Sahel ou au Moyen-Orient. De même, on sait avoir affaire avec un pays industrialisé, producteur d’une valeur ajoutée que n’ont pas les économies uniquement exportatrices de matières premières sans transformation, qui laisse le choix à son Chef entre quatre marques automobiles nationales (Renault, Citroën, Peugeot, DS) pour le convoyer. Encore, personne du village planétaire n’ignore l’existence de Paris, métropole de bien de superlatifs que l’immodestie des siens proclame suffisamment souvent à la face du monde.Une «certaine idée», quelque part. «La France ne peut être la France sans grandeur», écrivait le général de Gaulle en 1954 (Mémoires de guerre, tome 1). Ses succès achevés comme ses malheurs exemplaires. La bannière étoilée des États-Unis décore chaque film de Hollywood quand elle n’est pas autodafée chez les communistes et les islamistes. La France, elle, a sa Marseillaise qui se veut l’hymne du triptyque «audace de la Liberté, exigence de l’Égalité, volonté de la Fraternité» (premier discours présidentiel d’Émmanuel Macron). On pourrait sourire de cette fatuité, mais on sait ce peuple chauvin. Et le reste du monde a appris à lui pardonner son enthousiasme à la grandiloquence. Surtout le jour où il investit l’archétype de son élite toute républicaine de forts en thème.

Lire aussi :  La corruption au niveau des Députés et des Sénateurs

Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar1 partages

Vatomandry vit dans le noir

La population, de même que ceux qui sont de passage dans ce district de la région Est, se lassent des longues coupures d’électricité. Un groupe de consultants a du mal à assurer une formation car ni les ordinateurs portables ni les vidéos projecteurs ne lui sont d’aucune aide. « Nous sommes obligés d’utiliser des crafts et des cartons pour expliquer », raconte Maurice Rasoavelo, un des consultants. « Nous attendons la nuit ou à défaut,  utilisons quelques panneauxsolaires pour recharger les téléphones », continue-t-il. En effet, en une journée, l’électricité n’est disponible que pendant quelques heures, de cinq heures du matin à sept heures, revient à midi pour une heure. Le soir, la Jirama ne peut servir que de vingt-deux heures à vingt trois heures trente. Il est difficile de trouver des produits frais alors que la chaleur est à son paroxysme. À l’instar des autres chefs lieux de district vivant dans le noir, tout le problème réside dans l’insuffisance de carburant pour alimenter les centrales thermiques de Vatomandry, apprend-on. Quelques hôtels de moyenne gamme ont recours aux panneaux solaires ou à des groupes électrogènes. Un répit a été remarqué  hier où le courant était fonctionnel tout l’après-midi etle soir.Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

La méthode Corebri a 33 ans

Michel Raharijaona, concepteur de «Comment réussir brillamment ses études» (Corebri) partage le succès de sa méthode. Il a commencé ses recherches en 1958 mais ses premiers cours ont débuté en 1984. Plusieurs parents lui ont confié leurs enfants voulant obtenir leurs diplômes de baccalauréat, de licence et de maîtrise. «Nous avons produit différents citoyens qui occupent actuellement des postes à responsabilité. Un ancien élève est sacré major de promotion en lettres chinoises à Montpellier et a décroché son doctorat en droit», témoigne-t-il.Malgré le plagiat et les persécutions, le septuagénaire ne recule pas. Il a pu former cinq personnes bien rodées pour assurer la relève. «Tout apprentissage demande de la discipline. Le bon vouloir somme ainsi l’apprenant à se concentrer sur les méthodes. Il usera de sa patience, de sa persévérance et de sa volonté pour parvenir à son optimum», raconte Miharimanantsoa Razafimandimby, ancienne élève Corebri et formatrice.Des élèves, étudiants à faible niveau, des surmenés ont suivi la méthode et ont pu se surpasser. Plus de 15 000 personnes ont bénéficié de Corebri.Farah Raharijaona

Madaplus.info0 partages

Association des femmes ADN : Ensemble vers la responsabilisation des femmes

Dans le cadre du projet Folk Hojskole ou « Sekoly Ambony ho an’ny Vahoaka » initié par le parti Liberal ADN, une descente a été faite par les membres de l'Association des Femmes ADN dans la commune rurale d’Ampanotokana le 13/05/17.
Inspiré de la démarche Hojskole au Danemark, le « Sekoly Ambony ho an’ny Vahoaka » est un concept d’éducation citoyenne qui offre à tous, surtout aux adultes les possibilités d’enseignement, de pratique concrète et d’échanges directes avec les formateurs à travers des formations ciblées, adaptées à leur besoin.
Cette visite auprès de la population locale figure parmi les priorités du parti ADN car elle vise non seulement à véhiculer les valeur du parti, à connaitre les besoins locaux mais aussi à responsabiliser les paysans dans la protection de l’environnement. Cette question sur l’environnement fera entre autre l’objet de la thématique qui sera présentée par le chef de file du parti ADN Edgard Razafindravahy lors de la grande Assemblée Générale des partis libéraux du monde entier à Andorre ce mois de Mai.
Les femmes ADN ont donc montré l’exemple samedi dernier en faisant des approches de proximité auprès des habitants.
Des activités de reboisement ont également été faites durant cet événement, des arbres fruitiers ont été plantés. Une initiative qui reflète la volonté ferme du parti à participer à la protection de l’environnement et à la valorisation de l’agriculture dans les communes rurales.
« Agir ensemble pour le développement rapide et durable ». Voilà une devise que le parti ADN véhicule partout au niveau de la grande île dans sa quête de la refondation de la Nation. Une refondation qui est déjà en marche…
http://www.adn-madagascar.com/
News Mada0 partages

Lalatiana Rakotondrazafy : « Takianay, sokafy ny Free TV »

 Tamin’ny feo avo. « Enin-taona ny Free FM. Ho herintaona ny Free News… Ilaintsika koa ny Free TV ka takina ny hanokafana izany. Efa any amin’ny tompon’andraikitra ny antontan-taratasy rehetra », hoy ny mpanorina ny Free FM, Lalatiana Rakotondrafay, ny asabotsy teo, tetsy Mahamasina tamin’ny nanamarihana ny fahenin-taon’io onjam-peo. Notsiahiviny fa  misokatra avokoa ireo  haino aman-jery akaikin’ny fitondrana ka tokony hanara-dia izany koa ny azy ireo amin’ny fanokafana fahitalavitra. « Ara-dalàna ny taratasinay sy ny bokin’andraikitra. Angatahin’ny olom-pirenena ny hisokafany », hoy ihany izy. Niantso ny rehetra ny tenany ho avy etsy amin’ny foiben’ny « Groupe Free », Antanimena, manomboka amin’ity herinandro ity hanangona sonia hitakina ny hanokafana izany Free TV izany.

Anisan’ny niatrika ny lanonana ny filoha lefitry ny Holafitry ny mpanao gazety (OJM), Didi Ratsimbazafy. Nanafana ny fety kosa ireo mpanakanto maro, notarihin’i Rossy. Nisy ny fitsofana labozia sy fizarana mofomamy ary fanapoahana afomanga, nanamariha izany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fanaterana fehezam-boninkazo : voafehy ny kianjan’ny 13 mey

 Nilamina ! Rakotra Emmo/Reg vao maraina ny manodidina ny lapan’ny Tanàna, Analakely, ny asabotsy teo. Ampahany amin’ ireo 600 nahetsika, niatrika ny fanaterana fehezam-boninkazo nanamarihana ny faha-45 ny 13 mey 1972 ireo. Anisan’ny tonga teny an-toerana nanatitra voninkazo ny Me Olala. Narahin’ny mpanohitra, Ravololomanana Lalatiana. Ny solontenan-dRamarsona Alain eo anivon’ny Master’s ary ny RMTF tarihin’ny pasitera Tsarahame Edouard. Nampahatsiahy ny fitakiana tamin’ny 13 mey 1972 izy ireo ary nampitaha izany ny 45 taona aty aoriana. « Nanaraka ny fandaminana nomena avokoa izy ireo. Miankina amin’ny toe-draharaha ihany ny hialan’ny mpitandro filaminana eto na tsia», hoy ny lehiben’ny Emmo/Reg, Kly Ravoavy Zafisambatra, namintina ny hetsika rehetra teo amin’ny 13 mey. Maherin’ny 300 ireo nahetsika ka ny sasany teo Analakely sy ny manodidina. Fa teo koa ireo tany Mahamasina sy amin’ny faritra hafa. « Fepetra fisorohana avokoa izany ary apetraka ihany ho fiarovana ny rehetra », hoy ihany izy.

Nanaraka ny fepetra napetraky ny Tetezamita

 

Vitsivitsy ireo olona nanao taza-davitra ny teo amin’ny 13 mey. Tsy nahazaka olona ny RMTF nanao antso avo nipoapoaka ? Na tsy azo antoka sy tsy itokisana ny mpitarika ?

Te ho hita na hisehoseho fotsiny ihany ireto mpanao politika ireto ?

Na izany aza, nogadraina anaty fefy ny fanamarihana ny 13 mey ary notomerin’ny Emmo/Reg marobe. Efa nofefen’ny mpitondra Tetezamita io toerana io ary nanorenana ny lapan’ny Tanàna. « Ho kianjan’ny fifankatiavana ity», hoy Rajoelina tamin’izany. Midika izany fa nanaraka ny fepetra rehetra napetraky ny fitondrana Tetezamita fotsiny ny fitondrana aty aoriana. Mbola lavitr’ezaka ny fametrahana ny demokrasia.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fiaraha-miasa amin’ny fokontany : hanamafy ny filaminana ny faritra Analamanga

Nodinihina ny zoma teo tetsy Ankadilalana, miaraka amin’ny faritra Analamanga sy ny zandary ary koa ny distrika sy ny fokontany ny fandrindrana ny fandriampahalemana. Anisan’izany ny fisorohana ny asa ratsy, toy ny sinto-mahery sy ny asan-jiolahy eto an-dRenivohitra. Fa eo koa ny fiambenana ny eny amin’ny lalam-baovao (rocade) eny Andohatapenaka sy ny fiarovana ny fananana iombonana. Ohatra ireo andrin-jiro mandeha amin’ny herin’ny masoandro. “Nodinihina ny fandriampahalemana ankapobeny. Nohamafisina koa ny fomba fiasa ary nohatsaraina miaraka amin’ny paikady samihafa. Nohenoina sy nitondrana soso-kevitra ny vaomieran’ny fandriampahalemana”, hoy ny prefet de police, ny Jly Ravelonarivo Angelo. Hitondra ny anjarany koa ny faritra Analamanga amin’ny fampitaovana sy fampiofanana ireo vaomieran’ny fandriampahalemana sy ny sefo fokontany. “Misahana ny fiarovana ireo andrin-jiro eny amin’ny digy Ampitatafika sy Anosizato ny zandary. Hiaraka hifandrindra amin’izany ireo kaominina roa ireo…”, hoy ny tale kabinetran’ny faritra Analamanga, Randrianindrina Henri Rachel.

Synèse R.

Ino Vaovao0 partages

« GASY KA MAHERY MADAGASCAR » : Hampiroborobo ny kolontsaina nentim-paharazana i Michel Le Dragon Noir

Nanao valandresaka tamin’ny mpanao gazety ny tenany sy ny ekipany tao amin’ny «  Restaurant le Complexe, ao amin’ny Villa Pradon  » ny sabotsy teo, ka tamin’izany no namelabarany ny fanamby napetraky ny fikambanana «  GAKAMA  » na «  Gasy Ka Mahery Madagascar  ». 

«  Hampiroborobo sy hiaro ny kolontsaina entim- paharazana Malagasy no tanjona napetraky ny Gakama. Niforona tamin’ny taona 1990 ity farany  ary efa nahavita dingana maro tahaka ny fanatontosana ny «  Challenge de championnat de morengy  » tao amin’ny Lapan’ny fanatanjahantena tamin’ny 31 oktobra 1999 ary efa nahavita «  Festival international  » tany La Réunion sy fampisehoana maro hafa ity farany  », hoy ny fanazavana nataon’i Michel le Dragon.

«  Mampianatra any La Réunion ihany koa ny tenako ary betsaka ny ezaka efa vitan’ny fikambanana Gakama any ivelany, anisan’izany i Brésil, Martinique eo amin’ny lafiny fanatanjahantena sy kolontsaina entim-paharazana malagasy.

«  Confédération Gakama  »

Amin’izao fotoana izao, hoy hatrany Michel le Dragon Noir, dia tsy fikambanana tsotra intsony ny Gakama fa lasa kaonfederasiona fehezin’ny lalàna manan-kery eto Madagascar eo amin’ny lafiny fanatanjahantena sy koltoraly nentim-paharazana. 

Nifarana tamin’ny fampisehoana izay mampiavaka an’i Michel Le Dragon hatramin’izay ny fotoana, tahaka ny famakiana vato eo ambonin’ny faritra misy sofiny sy maro hafa izay nahaliana ny mpijery rehetra sy fanolorana ny ekipany izay ahitana mpanakanto, mpanao gazety sy tompon’andraikitra maro hafa.

A.Lepêcheur

News Mada0 partages

Kitra any Frantsa : voafidy ho mpilalao mendrika i Seri

Voafidy ho mpilalao afrikanina mendrika, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Frantsa, ilay teratany ivoariana, Jean Michael Seri, milalao ao amin’ny OGC Nice. Omaly alahady, no nanambaran’ireo mpikarakara izany.

Norombahiny izany ny loka Marc-Vivien Foé, natolotry ny Radio France Internationale sy ny France 24. Nahazo isa 255 izy, nandritra ny fanaovana ny fisafidianana nataon’ireo mpanazatra sy teknisiana frantsay. 26 taona izy ankehitriny ary anisan’ny andrin’ity ekipan’ny Nice ity. Vao roa taona izao no nifindrany nilalao tany Frantsa, fa talohan’izay dia tany amin’ny ekipan’ny Paços Ferreira, Portugal.

Faharoa, ilay Alzerianina, i Ryad Boudebouz, milalao ao Montpellier. Isa 126 no azony, nandritra ity fifaninanana ity. Fahatelo, ilay Kameroney, i Benjamin Moukandjo, milalao ao amin’ny FC Lorient, izay nahazo isa 97.

Tsiahivina fa ilay Maraokanina, i Sofiane Boufal no nandrombaka ity loka ity, tamin’ny taona 2016 ary dia izao lasan’i Jean Michael Seri, izao indray. Manantena ny mpitia baolina eto Madagasikara fa mba hisy mpilalao malagasy hahazo ity loka ity, amin’ny taona ho avy io.

Tompondaka

News Mada0 partages

«Show your team spirit 2017» : hatao indroa miantoana ny fifaninanana

Miditra amin’ny andiany fahefatra ankehitriny ilay fifaninanana ara-panatanjahantena, karakarain’ny ProActiv. Hiavaka kely ny fihaonana amin’ity satria hatao indroa miantoana dia ny 27 mey sy ny 3 jona, izay samy andro asabotsy avokoa. Fihaonana izay samy hotanterahina eny amin’ny kianjan’Ankatso avokoa.

Noho ny fangatahan’ireo orinasa maro, izay tsy afaka ny andro alahady ny anton’izao fanovana izao, raha ny tatitry ny tomponandraikitra.

Hotanterahina ny 27 mEy ireo fifanintsanana rehetra sy ny lalao ampahefa-dalana ary ny 3 jona kosa ny manasa-dalana sy ny famaranana. Tsy miova fa toy ny tamin’ny taona lasa hatrany ireo taranja hifaninanana dia ny baolina kitra lalaovina olona fito, ny basikety sy ny volley-ball izay iarahan’ny lahy sy vavy (mixte).

Ankoatra izay, eo koa ny Kobara (vitsiliha), misy mpilalao dimy mianadahy ka mivoaka ho mpandresy, izay ekipa mahazo seta 3 voalohany. Misy ihany koa ny “tir à la corde”, misy mpilalao 10 mianadahy ary ny hazakazaka mifampitohy, hifaninanan’ny mpihazakazaka efatra mianadahy ao anaty ekipa iray.

Hahazo loka manokana avy amin’ny mpikarakara ihany koa ireo orinasa manana mpanohana mendrika indrindra sy ny tsara fitafiana ary koa ny ekipa manana toe-tsaina mendrika “fair-play”, mandritra ny fifaninanana.

Natokana ho an’ireo mpiasa amina orinasa ny fifaninanana, noho izany tsy afaka milalao ireo manana kara-pilalaovana, nanomboka ny taona 2014. Efa misokatra ny fisoratana anarana, izay tsy niova fa 400.000 Ar ihany. Hifarana ny alarobia 24 mey ho avy izao izany.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Tenisy – «Afrique Australe U12» : nahazo fandresena indroa misesy ny Malagasy

 Tsara fiditra ny ekipa Mmlagasy eo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka isan-tarika, ho an’ireo firenena aty amin’ny tapany atsimon’i Afrika “Afrique Australe”, taranja tenisy sokajy zandriny U12.

 

Fandresena indroa misesy, tamin’ireo lalao roa vitany no azon’i Madagasikara eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ny ekipa isan-tarika U12, taranja tenisy. Fihaonana tanterahina eny amin’ny kianja Ankatso.

Nisantatra izany ny sokajy lehilahy, teo amin’ny andro voalohany, notanterahina ny asabotsy lasa teo. Resin’ny Malagasy, tamin’ny isa 3 no ho 0 i Botsoanà. Samy nivoaka ho mpandresy avokoa mantsy, Razafinjato Ugo sy Rovanantenaina Johny, teo amin’ny lalao ho an’olon-tokana. I Johny izay nanilika an’i Denzel Seetso, tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/4 ; 6/3). Tsy mbola namotsotra izany fahombiazana izany koa ny teo amin’ny olon-droa, niarahan’i Ugo sy Rakotomalala Mahefa Anthony.

Mbola nomontsanin’ny Malagasy indray i Maorisy, omaly, teo amin’ny andro faharoa ho an’ity fifaninanana ity  hatrany. Tamin’ny isa 3 no ho 0 ihany koa ny nahazoan’ny ekipam-pirenena ny fandresena. Seta 2 no ho 0 avokoa ny nanilihan’i Ugo sy Johny ny mpifanandrina taminy teo amin’ny olon-tokana ary mbola io seta io ihany koa nibatan’i Johny sy i Mahefa ny fandresena ho an’olon-droa.

 

Nisongadina koa ny vehivavy

Fahombiazana ihany koa ny teo amin’ny sokajy vehivavy, teo amin’ny fihaonana voalohany nataony, omaly alahady. Resin’izy ireo tamin’ny isa 3 no ho 0 ihany koa ny Botsoanezy. Samy nitondra fandresena ho an’i Madagasikara, Rakotoarilala Randy sy Razakaniaina Maholy, teo amin’ny olon-tokana ary nivoaka ho mpandresy mora foana ihany koa Randy sy Rasendra Miotisoa, teo amin’ny fihaonana ho an’olon-droa.

Mitarika vonjimaika aloha izany, i Madagasikara eo amin’ny sokajy lehilahy, taorian’ireo andro roa ireo.

Miato ny fihaonana anio, ary hitohy rahampitso talata ka i Zimbaboe no hifandona amin’i Madagasikara, na ho an’ny lehilahy na ho an’ny vehivavy.

Teo amin’ireo vokatra hafa, resin’i Afrika Atsimo, tamin’ny isa 3 no ho 0 i Maorisy, ho an’ny sokajy lehilahy.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Tennis – Afrique U12 : Madagascar débute en note majeure

Le coup d’envoi du championnat d’Afrique australe par équipe U12 filles et garçons a été donné le week-end dernier sur les courts de l’Asut à Ankatso. Les joueurs hôtes ont réussi une entrée en matière en faisant un sans faute.

La délégation malgache a toutes les cartes en main pour remporter le championnat d’Afrique australe de tennis par équipe des moins de 12 ans. Les jeunes porte-fanions Malgaches ont prouvé qu’ils sont à la hauteur au niveau de la compétition et des attentes du public. Dans le tableau féminin, Madagascar a signé une première victoire hier face au Botswana sur le score de 3-0. En simple, Maholy Razakaniaina a battu Naledi Raguin en deux sets par 6/1 ; 6/0. Randy Rakotoarilala a ensuite offert la deuxième étoile aux dépens d’Asthene Phasthwene par 6/2 ; 6/0. Randy et Miotisoa Rasendra ont conclu en beauté avec une belle victoire en double face à Lily Poely et Asthene Phasthwene (6/3 ; 6/1).

Chez les garçons, Ugo et son équipe ont fait plier les jeunes Mauriciens sur le score de 3-0. Johnny Rovanantenaina a frappé le premier devant Amuel Ava (6/0 ; 6/4). La veille, il a ouvert les hostilités en s’imposant devant le Botswanais Denzel Seetso (6/4 ; 6/3) lors de la journée d’ouverture. Ugo Razafinjato et Mahefa Anthony Rakotomalala ont également remporté leurs deux duels. Pas plus tard qu’hier, ces derniers viennent de battre la paire mauricienne Koster-Aaron Awa (6/2 ; 6/0).

Rappelons que des enfants issus des EPP Amboniloha, Ivandry et Akorondrano ont été formés au LTP Alarobia tennis club pour être les ramasseurs de balle ou ballkids de ce rendez-vous. D’autres enfants sont aussi invités à vivre cette expérience en tant que supporters de l’équipe nationale. Et ce, grâce au partenariat avec DHL et l’Unicef. Ce jour, Madagascar vise les deux premières places du championnat et défiera le Zimbabwe chez les garçons.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Basket-N1B : l’As Victoire sur la plus haute marche

Le sacre est revenu à l’As Victoire (Boeny) au championnat de Madagascar de basket-ball N1B qui a pris fin à Antsiranana le week-end dernier. ABBS (Sava) et Sporting (Diana) l’accompagnent en N1A la saison prochaine.

Les équipes de Boeny se succèdent sur le trône de la N1B masculine. Après le sacre de l’ASCB l’année dernière, c’est au tour de l’As Victoire de lui emboîter le pas cette saison grâce à sa victoire lors de la finale d’hier, face à la surprenante équipe de l’ABBS (Sava) par 80 à 76. Un succès acquis avec panache lors d’un derby final bien équilibré. En quête d’une revanche après sa défaite devant l’équipe de Boeny en phase de poule, l’ABBS a tout tenté pour renverser la vapeur en finale. Mais, face un adversaire plus coriace, les gars de Sambava ont abdiqué.

Quant à la course pour la 3e place, entre les deux frères ennemis que sont Sporting et As Chicago, de la ligue hôte de la compétition (Diana), il a fallu recourir à une prolongation pour départager les deux formations durant laquelle Sporting a tiré son épingle du jeu et de se faufiler vers la N1A, en disposant de son adversaire sur le score de 124-109. En fait, l’As Chicago a manqué du jus durant la prolongation après avoir tout donné durant le temps réglementaire qui lui a permis d’arracher le match nul : 100-100.

Boeny en patron

La saison 2017 a-t-elle été dominée par la ligue de Boeny ? En tout cas, au vu des résultats obtenus par ses équipes sur le plateau des grandes compétitions dernièrement, elle y est presque. Après le triomphe de l’ASCB à la coupe du président au détriment du SBBC, encore une équipe de cette ligue régionale, l’As Victoire conforte cette domination suite à son titre de Champion en N1B homme.  Contrairement à Analamanga qui rentre bredouille de cette campagne dans la capitale du Nord, comme ce fut le cas également lors de la coupe du président dans la catégorie masculine.

Naisa

Résultat de la finale :

As Victoire (Boeny)-ABBS (Sava) : 76 – 80

3e place :

Sporting (Diana)-As Chicago (Diana) : 124-109

 

News Mada0 partages

Election-ACNOA : Siteny rate le coche

Le renouvellement des dirigeants à la tête de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa) n’a pas souri au président du comité olympique malgache (Com), Siteny Randrianasoloniaiko. Candidat au poste de 3e vice-président de cette association de l’olympisme africain, le Chairman du judo continental s’est incliné devant le président sortant  et candidat à sa propre succession, le Mauricien Philippe Hao Thyn Voon.

Ce dernier a été réélu dès le premier tour du scrutin grâce aux 30 voix qu’il a obtenu devant le président de la fédération malgache du judo (FMJ), Siteny Randrianasoloniaiko. Cette assemblée générale élective s’est tenue à Djibouti, mais la candidate du pays hôte n’a pas pesé lourd dans cette élection malgré les moyens qu’elle a déployés. Elle a fini troisième derrière les deux candidats des îles de l’océan Indien.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Fiangonana : 160 taona ny FJKM Ambatomena

Nomarihina tao anatin’ny roa andro (13 mey sy 14 mey) ny ivon’ny fankalazana ny faha-160 taon’ny fiangonana FJKM Ambatomena, synodam-paritany Antananarivo Andrefana. Notokanana ny 13 mey ny takela-bato manamarika ity vanim-potoana lehibe ity. Ny 14 mey kosa no nanatanterahana ny fotoam-pivavahana lehibe. Nitory ny tenin’Andriamanitra tamin’izany ny filohan’ny FJKM teo aloha Lala Rasendrahasina.

Raha ny voarakitry ny tantara, talohan’ny taona 1857, toerana fitazonana ireo kristianina hotsaraina ity toerana misy ny fiangonana ity. Lasa toerana fiafenana sady fanaovana fanompoam-pivavahana mangingina, taty aoriana. Tonga vondrom-bavaka sy nanjary fiangonana avy eo. Ny lafin-trano anatiny no fiangonana voalohany. Niampy ny lafintrano manoloana ny arabe ny taona 1930.

Lalana nodiavin’ny fiangonana : taona 1857 – 1916 : LMS, taona 1916 – 1968 : FFMA (Frenjy), taona 1968 : Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara. Ireo mpitandrina sy mpiara-miasa nifandimby tao aminy : Rajaona, Ranaivo Andraimantena, Jonah Rajemisa (taona 1925 – 1958), Rakotaorimanana (taona 1960 – 2000), Razafimahatratra Jean William 2002 ka hatramin’izao.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Antsahamanitra : sehon’ny kalaza ny « Mi’Vazo Kaiamba »

Elaela indray vao tazana teto an-dRenivohitra tamina sehatra lehibe ireo mpanakanto mpiangaly ny kaiamba. Na nitsoka somary namirifiry aza ny rivotra teny Antsahamanitra, nafana ny « Mi’Vazo Kaiamba ».

« Hafa ihany ry zalahy ireto », « Mahay ry zalahy », sns ! Ampahan-dresaka niverimberina heno teny am-bavan’ny mpijery ireo nandritra ny « Mi’Vazo Kaiamba » notontosaina omaly, teny Antsahamanitra. Niara-nanaiky ny rehetra ny maha sehon’ny samy kalaza iny fampisehoana an-tsehatra iny. Izay rehetra niakatra ny sehatra, nampatsiahy ny taona 1970 sy 1980 tany ho any avokoa. Ny feo tamin’izany rahateo, mbola tena tsy niova hatramin’izao. Ny fandrindrana ny mozika, noezahina notazonina.

Anisan’ny nisongadina tamin’ity « Mi’Vazo Kaiamba » ity ihany koa ny fahitana an’i Proshely sy ny fahaizany mifehy ny gitara maranipeo. Saika izy avokoa ny nanaraka ireo tarika na mpanakanto teny an-tsehatra. Ankoatra izay, nampifamatotra akaiky ny teny an-tsehatra sy ny mpijery ny fahenoana ireo hira toy ny « ‘Lay Boto », « Miverena aty Antsihanaka », « Volazara »…

Tsikaritra teny amin’ireo mpijery tsirairay ilay embona sy hanina raha vao mipaika na maneno voalohany fotsiny ny feon-javamaneno. Nanamafy izany fihetseham-po izany ny fahitana sy fahatsapana ny finiavan’ireto an-drarezin’ny zavakanto malagasy ireto, hanome hatrany ny kanto indrindra avy any amin-dry zareo.

Mbola voaporofo omaly ny maha kalaza an-dry Ôza Jérôme, Jean Kely sy Basth, Charles Martin, Dédé Fenerive, Dor’s Group, Simon Randria, Zozo Mananjara, sns, na eo amin’ny famoronan-kira, na fihirana na fitendrena zavamaneno. Vahinin’ny « Mi’Vazo Kaiamba » ny tarika Nantenaina. Fanentanana miharo hatsikana sy tantara kely kosa no nentin’i Barhone nampiditra ny mpanakanto na ny tarika tsirairay teny an-tsehatra.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Kolontsaina faran’ny herinanandro

Ao anatin’ny fampahafantarana ny « album » voalohany nampitondraina ny lohateny « Lehibe ny finoako » no nanatanterahin’ny tarika Ny Avo, seho tetsy amin’ny CCEsca Antanimena, omaly. Fantatra fa manao ny karazana mozika rehetra ity tarika ity. Anisan’izany ny rock, reggae, tsapiky, salegy, sns. « Ho anay, ny fitoriana evanjelika no zava-dehibe », hoy Ny Avo.

« Hiara-mikalo », fampisehoana notontosaina tetsy amin’ny CCEsca Antanimena ny faran’ny herinandro teo. Fotoana ihany koa nanoloran’i Benny ny hira « Raditra » ho an’i Eric Manana izay nanamarika ny faha-40 taony an-tsehatra tany ivelany tamin’io fotoana io. Fampisehoana somary nanova « loko » kely ny Lôlô sy ny tariny ary ny sanganasany satria nasina fanovana ireo hira sasantsasany, toa an’i Lemizo, sns. Nampiarahina amina gadona mihetsika kokoa. Nahafinaritra ny mpijery kosa ny nahita an’i Inah nihira ny « Maninona e ! » Nanatontosa : HaRy sy Fanou ary Mamiherison

News Mada0 partages

Echos du week-end : les spectacles, boudés par le public

Plusieurs spectacles de divers genres se sont tenus durant ce week-end (Antsahamanitra, CCEsca…).  Malheureusement, à chaque concert, le public n’a pas été au rendez-vous.

Ces derniers temps, le public semble peu enthousiaste à se rendre à un quelconque concert, qu’il soit évangélique, ou qu’il soit réservé aux jeunes, ou encore qu’il soit assuré par des grands artistes. Il est difficile de jouer à guichets fermés.

Lôlô sy ny Tariny, Mahery et Inah

Le Lions club Ambohibao Laka a organisé un concert humanitaire vendredi dernier au CCEsca à Antanimena dans le dessein de récolter des fonds en faveur des enfants de l’Akany Felana Maitso. Des grosses pointures étaient à l’affiche, à savoir Bebey, Benny, Sefo, Sammy de Lôlô sy ny Tariny, Mahery et Inah, mais peu de spectateurs étaient venus soutenir la cause. Pourtant la prestation était correcte, le répertoire était bien établi conformément à l’attente du public.

«Click Jam»

C’était aussi le cas de l’évènement «Click Jam» à Antsahamanitra, dans le cadre de la célébration du 5e anniversaire du label Gasy’Ploit. En fait, Don Smokilla a proposé de mettre en scène tous ses artistes membres. Même si certains d’entre eux sont déjà des têtes bien connues, tels Odyai ou encore Agrad Skaiz, le spectacle n’a pas séduit les jeunes. «Les absents ont toujours tort», a déclaré un spectateur, samedi. En effet, l’organisateur a prévu plusieurs surprises pour cet anniversaire. A part ses artistes membres, il a fait appel à d’autres jeunes du moment comme Mr Sayda ou encore Mijah. Du gâteau et du champagne ont été au programme.

Le retour de Kaiamba

Hier, le come-back des chanteurs Kaiamba a rempli la moitié de l’amphithéâtre à Antsahamanitra. Pour ces retrouvailles, tous les artistes adoptant ce genre musical, venus des quatre coins de Madagascar étaient venus honorer l’évènement. Il s’agit d’Oza Jerome, Jean Kely Basth, Charles Martin, Dadda, Dede Fenerive, Dor’s, Jackie Edmee, Prosh’Hely, Simon Randria, Zôzô Mananjary, Zezex et Nantenaina. Le public présent était satisfait de la prestation de ces derniers qui ont décidé d’interpréter chacun leur titre incontournable. «Ces morceaux me font revivre mon enfance. Il était important pour moi d’y assister», a annoncé une spectatrice émue en versant des larmes.

Samoëla, toujours égal à lui-même

Enfin, l’exception qui confirme la règle,  était le spectacle de Samoëla vendredi dernier au Piment Café à Behoririka. La salle était archi comble si bien qu’à l’extérieur se trouvait plusieurs fans en train d’écouter l’ambiance folle qui se tenait à l’intérieur. «Samoëla devra refaire son live», a annoncé l’un des fans.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Festival Arondihy : tombée de rideau sur la 6e édition

Malgré quelques changements de programme, la 6e édition du festival de danse pluridisciplinaire  Arondihy a été fidèle au rendez-vous. Hier la clôture s’est déroulée au parvis à Analakely. « Nous sommes satisfaits, concernant surtout le contenu des divers ateliers au programme », a annoncé l’un des participants de cette dernière édition.

Par rapport aux précédentes éditions, Lamako Events, l’organisateur du festival a plutôt misé sur les ateliers. Depuis le début de l’année, il en a proposé deux qui consistent à  bien préparer les prestations. « Parfois, nous maîtrisons surtout la danse occidentale tout en délaissant notre propre culture. Sur ce, j’encourage l’organisateur qui a pour objectif de valoriser notre danse, de partager donc ainsi notre culture, us et coutume au grand public », a-t-elle continué.

Samedi dernier, une conférence-débat s’est tenue à l’Ivon-toeran’ny kolontsiana Malagasy (IKM) à  Antsahavola, avec la participation de Rudi Raheva, Judith Olivia Manantenasoa, Hery Ratsimbazafy sur «La danse malgache face à la mondialisation». Ensuite, le programme s’est poursuit avec un spectacle au CEMDlac à Analakely. Plusieurs groupes issus de différentes régions étaient présents pour donner quelques prestations lors de la clôture. Sur ce, Lamako Events promet d’orienter davantage ses prochaines éditions à la promotion de la culture malgache, surtout celle des régions de la Grande île.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Kidnapping à Ilafy : un Karana enlevé, un policier blessé

Le calvaire des opérateurs «Karana» n’est pas près de se terminer. Les kidnappeurs sévissent toujours dans cette communauté et aucune mesure de protection ne semble être à la hauteur pour les faire reculer. Le fils d’un opérateur économique «Karana» vient d’être enlevé en plein jour hier au cours d’un rite religieux.

La présence de son garde du corps et de plusieurs membres de sa communauté n’a eu aucun effet sur la détermination des gangsters à enlever le jeune «Karana» de 26 ans, hier vers 11 heures, à Ilafy, dans le district d’Antananarivo-Avaradrano. Ils étaient au moins une douzaine de malfaiteurs  à faire irruption au cimetière de la communauté à Ilafy où la victime a participé au rituel de recueillement suivant sa tradition religieuse, d’après les renseignements recueillis sur place.

Armés de fusils d’assaut kalachnikov, les bandits ont tiré en l’air pour intimider l’assistance et ce, en présence de deux policiers chargés de la sécurité de la victime, mais qu’ils ont neutralisés en blessant l’un de ces garde du corps par balle. Le jeune homme a été embarqué illico presto dans le véhicule Mazda berline de couleur noire utilisé par les kidnappeurs qui se sont dirigés par la suite vers le village d’Analamahitsy.

Semblant être bien renseignés sur le terrain et le déroulement des actions,  les ravisseurs ont pu régler la scène au millimètre près pour opérer en l’espace de quelques minutes. Alertés, les éléments de la brigade de gendarmerie d’Ankadikely-Ilafy diligentés sur les lieux n’ont pu que lancer des avis pour ériger des barrages sur les routes desservant la localité tout en procédant à des opérations de ratissage dans leur circonscription.

Ras-le-bol

Le 13 mars dernier à Ambatobe, après le rapt d’un jeune lycéen d’origine «Karana» dans la capitale, des parents d’élèves issus de quelques établissements français de la capitale ont manifesté pour dénoncer cet acte abominable et interpeller dans ce sens l’Etat sur les mesures à prendre.

Un opérateur issu de la communauté a d’ailleurs rappelé son ras-le-bol sur l’impuissance de l’Etat face à ces criminels qui imposent leur loi en défiant le pouvoir, hier. «Ce climat d’insécurité qui prévaut décourage les investisseurs de contribuer au développement du pays», a-t-il conclu.

Manou

 

News Mada0 partages

Vao avy nivoaka namangy fasana… : dimy lahy nirongo Kalach naka an-keriny zanaka karana

 Teo anatrehan’ny fianakaviany, raha iny izy ireo nirava avy nandevina teny Ilafy iny indrindra, omaly antoandro, no nalain’ny jiolahy dimy lahy, nirongo basy Kalachnikov an-keriny ny tovolahy zanaka karana mpandraharaha sady tompona orinasa lehibe maro eto an-dRenivohitra.

 

Jiolahy nisaron-tava sy nitondra basy Kalachnikov nandeha fiara Mazda Berline iray miloko mainty no tompon’antoka tamin’ity fakana an-keriny zanaka karana iray 27 taona avy namangy fasana niaraka tamin’ny fianakaviany teny Ankadikely Ilafy, omaly antoandro. Araka ny loharanom-baovao voaray, efa maty paika tanteraka ny fomba nakan’ireo jiolahy ilay zanaka karana tamin’io fotoana io. Ny sasany tamin’ireo olon-dratsy, niandry teo ivelan’ny vavahady miditra ny fasana, ny hafa kosa naka azy teo imason’ny fianakaviany. Nanapoaka basy nampitahotra ny fianakaviany ireo jiolahy nandritra ity fakana an-keriny ity. Samy tsy nisy nanam-po na inona na inona rahateo ny fianakaviany ka tsy afa-nanoatra manoloana ireo jiolahy mitam-piadiana mahery vaika. Araka ny fantatra nisy polisy roa lahy niambina ny fianakaviana. Naratra vokatry ny tifitra nataon’ireo jiolahy kosa ny iray tamin’ireo polisy roa lahy ireo.

Nampidirin’izy ireo tao anatin’ilay fiara Mazda Berline iray ity zanaka karana ity ka nentin’izy ireo nihazo ny lalana mankany Analamahitsy.

Nahazo loharanom-baovao ny zandary avy ao amin’ny borigadin’Ankadikely momba ity raharaha ity ka nidina haingana teny an-toerana. Efa tafaporitsaka kosa ireo olon-dratsy.

Lasibatra hatrany ny zanaka karana…

Nandray ny andraikiny avokoa ireo zandary avy ao amin’ny borigady manodidina, Sabotsy Namehana, Ambohitrarahaba, Ambohimangakely ary Soamanandrariny nanao sakana amin’ny lalana mety handalovan’ireo olon-dratsy. Nanao fikarohana avy hatrany ireo faritra mety ahina hiafenan’ireo jiolahy teny amin’ny manodidina an’Ilafy kosa ny zandary avy ao amin’ny borigadin’Ankadikely.

Tsiahivina fa nalain’ny jiolahy an-keriny toy izao koa teo am-piandrasana fiara mpitatitra mpianatra handeha hianatra eny amin’ny Lycée Français ny zanaka karana iray antsoina hoe Firoze Nourbhay, 16 taona, ny 12 marsa 2017 lasa teo teny Andranomena. Nirefodrefotra koa ny poa-basy tamin’io fotoana ka nahavoatifitra polisy iray mpandamina fifamoivoizana eny an-toerana.

Nisy ny antso fanaraina ho an’ny governemanta Malagasy nataon’ny fikambanan’ireo karana monina eto amintsika manoloana ity raharaha fakana an-keriny nahalasibatra ny teratany karana ity. Niray hina hatrany ireo fianakaviamben’ny Karana taorian’izay ka niafara tamin’ny fanakatonan’izy ireo ny tranombarotra an’ny Karana rehetra na teto an-dRenivohitra izany na tany amin’ny faritra ho mariky ny firaisan-kina manoloana ny raharaha fakana an-keriny.

J.C

News Mada0 partages

Chronique : Aleo very tsikalakalam-bola…

«Vous n’auriez pas perdu quelque chose, madame?», m’interpelle un vigile sur le parking d’une grande surface. Après avoir effectivement constaté que j’avais perdu une pochette comprenant ma carte d’identité, une carte bancaire et un billet de dix mille ariary, je suppose qu’il l’a trouvée et qu’il se propose de me la rendre. Le vigile m’explique qu’une jeune femme a ramassé la pochette sur le parking et qu’elle souhaite me la remettre en mains propres. La photo de la carte d’identité faisant foi, je récupère ma pochette, remercie la jeune femme et le vigile, tout en me disant in petto que ce dernier aurait dû la déposer à l’accueil du magasin.

Je m’apprête justement à faire la remarque quand la jeune femme se lance dans un discours démontrant son honnêteté, qualité si rare en notre époque de troubles. Si elle avait été comme tout le monde, elle serait partie avec la pochette. Elle m’invite donc à évaluer sa générosité et à la remercier en conséquence. Elle prendra ce que je voudrais bien lui donner. Perplexe, je lui demande si sa dignité vaut les dix mille ariary qu’elle a vus dans ma pochette ou si je peux marchander sa générosité. Notre échange se poursuit, il est de moins en moins cordial.

Son visage se ferme encore plus quand je lui propose d’estimer la somme qu’elle m’aurait donnée si j’avais retrouvé ses papiers sur le parking et avais poussé l’honnêteté jusqu’à les lui rendre. Une fois n’est pas coutume, je prends même plaisir à énoncer le célébrissime «aleo very tsikalakalam-bola toy izay very tsikalakalam-pihavanana». A court d’arguments rationnels, la jeune femme opte pour l’imparable charité chrétienne censée ouvrir les porte-monnaie les plus rétifs, le mien en l’occurrence. Sans le vouloir, elle m’offre une issue honorable à un échange pathétique parce que je peux regretter dans un grand sourire : « C’est bien dommage mais je ne suis pas chrétienne ».

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : les palétuviers à tannin de Madagascar

Les lecteurs du Courrier Colonial se rappellent sans doute que M. Pétré, directeur du Laboratoire de chimie de la colonie, avait été chargé, il y a quelque temps, par M. Garbit, gouverneur général (dont on n’est plus à compter les heureuses initiatives), de l’étude d’une méthode pratique de transformation des écorces de palétuviers à tannin.

Avec juste raison, M. Pétré pensa que le seul moyen pour obvier aux inconvénients que présente l’exportation d’un produit aussi encombrant que les écorces de palétuviers, était de le transformer sur place et de fabriquer des extraits. C’était d’ailleurs le travail auquel se livraient, en Allemagne, avant la guerre, nos ennemis de Hambourg, gens pratiques, qui en chargeaient à Madagascar un tonnage plus important chaque année.

Les extraits, préparés au moyen d’un appareil dont le dispositif est une invention  de M. Pétré, avaient été adressés pour examen au ministre des Colonies, qui fit procéder à des essais et nous sommes heureux de pouvoir dire aujourd’hui que les travaux de M. Pétré ont été couronnés de succès.

Ces essais effectués par les services techniques du ministère des Colonies ont donné de très bons résultats et le procédé Pétré sera industrialisé aussitôt que les circonstances le permettront, au réel avantage de la Grande Île et au bénéfice de la métropole, qui trouvera de cette façon un produit de plus en plus rare.

On sait, par les statistiques dressées un peu partout depuis la guerre, que nous étions obligés de faire venir l’écorce de palétuvier à tannin, presque uniquement de l’étranger, notamment de Hambourg, qui en avait pour ainsi dire monopolisé l’industrie.

Ajoutons que, sur des analyses reçues de Paris, confirmant celles du laboratoire de Tananarive faites sur des extraits préparés dans la colonie, de nouveaux envois d’extraits seront incessamment expédiés en France et l’on assure que les rectifications indiquées, notamment au point de vue de la coloration, donneront des résultats des plus satisfaisants.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : faites la fête sans moi, le samedi je fais mes courses

Quarante-cinq ans déjà ! Quarante-cinq ans passés depuis ce mouvement de fond que la rue associe à un seul mot : Malgachisation. Samedi dernier, on ne pensait pas vraiment à la malgachisation, à ses conséquences et à ce qu’il en reste. On se disait surtout qu’il fallait éviter les alentours de la place du 13 mai pour faire son marché hebdomadaire. Les forces de l’ordre comme invités d’honneur à un anniversaire qui devrait être une fête populaire, on a vu plus convivial. Mais, à la réflexion, le 13 mai a-t-il longtemps (déjà) été considéré comme une fête populaire ?

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : sao tara ka lasa vavany fotsiny

Tsy mahamenatra anie izany fanirian’ny Filohampirenena handimby toerana ny tenany ary manana fikasana hilatsaka amin’ny fifidianana 2018. Misy mpifaninana efa nanambara ampahibemaso fa sady efa miomana no efa vonona handray anjara amin’izany na anio na rahampitso amin’ny fotoana izay maha mety izany. Ny rariana ny rariny ary ny ara-dalàna moa dia mametra izany ho amin’ny taona 2018, ny alohan’izay dia fahasamponana efa nitera-doza mialoha, tsy misy angamba ratsy saina maniry ny fisehoan’izany loza ateraky ny korontana izany. Io 2018 io dia efa rahampitso raha toa ny asa tsy maintsy efaina no dinihina.

Ho an’izay eo amin’ny fitondrana tsy mora izany. Aiza ho aiza ny famerenana ny fandriampahalemana? Ny fanarenana ny toekarena fantatra fa lavitr’ezaka, toy izany koa ny ady amin’ny fahantrana. Na izany aza mitaky fahatoniana sy filaminana maika ny vahoaka sy ny  fandraharahana, ny olona mila mameno kibo. Nandritra ny telo taona izao vao mainka niavosa ny fahasahiranana na eo amin’ny sehatry ny fandraharahana na ny famenoana vilia sy ny fanefana adidy any an-tokantrano. Aiza ny lalana sy ny fomba fanao mba hampitsimbadika izany fikorisana izany? Io no fanontaniana tsy maintsy ahitan’ny governemanta valiny sy vokatra eo amin’ny fampiharana fantany. Ny vokatra azo tsapain-tanana no hitsaran’ny tsirairay an’i Hery Rajaonarimampianina raha afaka taona iray. Na eo aza ny ahiahy sarotra no hitsara mialoha ihany ny mety ho fahombiazan’ny governemanta vaovao, hany fantatra dia tsy maintsy manova fanao ireo araky ny fahitana azy dia zatra nitsotsotra na nanatsotsotra ny raharaha aman’asa nankinina taminy. Tsy hita ho tanisaina moa ireo asa vilana, rehefa notazonin’ny lehibeny izay tsy nahomby teo aloha dia izy sy ny lehibeny ihany no hioty voalohany ny vokatry ny nafafiny. Marina fa tsy voalohany no ho voafitaky ny fanomezan-toky ny vahoaka, efa matetika no nizakany izany, diso kosa anefa izay mihevitra fa hitohy lalandava ny toy izany,  mampitombo haditrana angamba ny fahantrana nefa andaniny mampahiratra. Aza tonga ihany ny fahiratan’ny mponina tapitra eo ny fanjakazakana sy ny fitantanana tsy manara-penitra. Zareo nandingana indray anie no nijejojejo niresaka ity fenitra ity. Iny basy itifirana ny tenany iny no hany zava-tsara vitany.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Toamasina : basy roa indray tratran’ny polisy

Nanao tatitra tamin’ny mpanao gazety ny polisy miasa eo anivon’ny kaomisaria foibe tamin’ny alalan’ny lehibeny, ny kaomisera Rafindahy Manitra, ny herinandro teo momba ny asa vitan’izy ireo tao anatin’ny telo volana. Basy roa indray no azon’ny polisy nandritra ny fifanenjehana tamin’ireo jiolahy. Toaka gasy 200 litatra, miisa valo ireo jiolahy mpamerin-keloka tratra raha miisa 37 kosa ireo trangana fanendahana sy sinto-mahery nahasamborana mpangalatra. Miisa 17 ireo mpanendaka sy mpanao sinto-mahery tratra raha miisa 14 kosa ireo mpanao fanafihana mitam-piadiana tratra. Nohamafisin’ny lehiben’ny kaomisaria foibe hatrany fa nihena ny asa ratsy tamin’ireo fokontany isan’ireo faritra mena ao Toamasina. Isan’izany ny ao Ambolomadinika, Andranomadio, Ankirihiry ary Tanambao fahadimy. Manentana ny fiaraha-miasa amin’ireo olona tsara sitrapo hatrany ny polisy amin’ny fanomezana loharanom-baovao mba hamongorana ny asan-jiolahy sy hampihenana hatrany ny tsy fandriampahalemana ao Toamasina.

J.C

News Mada0 partages

Maevatanana : tratra ny jiolahy mpanakan-dalana sy mpitoraka fiara

Saron’ny zandary tao Ambavahaditany Antanimbary distrikan’i Maevatanana, ny herinandro teo, ny jiolahy raindahiny amin’ny fanakan-dalana sady mpitoraka fiara amin’iny RN 4 mihazo an’i Mahajanga iny. Teo am-panaovana fisafoana mandeha an-tongotra toy ny fanaony isan-kalina ireo zandary avy ao amin’ny poste fixe Antanimbary no nampandrenesin’ny fiara iray nifanena tamin’izy ireo fa notorahin’ny jiolahy. Tsy nijanona ity fiara ity fa niezaka nanohy  ny lalany hatrany. Nihazo ny toerana voatondro avy hatrany ny zandary ka raikitra ny fifanenjehana tamin’ireo jiolahy. Nandositra ry zalahy raha vao nahatsikaritra ireo zandary avy aoriana. Raikitra ny fifanenjehana ka noraisim-potsiny ny iray tamin’ireo olon-dratsy. Tafaporitsaka tao anaty haizina kosa ny iray izay efa fantatra ny momba azy ka eo am-pikarohana ity jiolahy ity ny zandary ao Antanimbary.

Nanentana ireo mpampiasa iny RN 4 iny ny zandary mba hifanome tanana hatrany amin’ny famongorana ny jiolahy mpanakan-dalana. Na eo aza ny fisafoana ataon’ny zandary andro aman’alina, tsy misy maharatsy ny fanampiana amin’ny fanomezam-baovao ara-potoana mba hahafahana miady amin’ny mpanao ratsy ary koa misoroka ny asan-jiolahy.

J.C

 (Tahirin-tsary)

 

News Mada0 partages

Mahanoro : naiditra am-ponja ilay lehilahy nahatrarana vola sandoka 51 tapitrisa Ar

 Nidoboka am-ponja ao Vatomandry ilay lehilahy voarohirohy ho mpanamboatra vola sandoka, saron’ny polisy tao Mahanoro, ny herinandro teo. Tratra tany ny vola sandoka 51 tapitrisa Ar…

 

Saron’ny polisy nandritra ny fisavana ny sakaosy lehibe iray teny aminy tao Mahanoro ireo vola sandoka mitentina 51 tapitrisa Ar. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy, avy any Masomeloka izy ka nikasa hanaparitaka ireo vola sandoka ireo tany Mahanoro, kanjo tratra tampoka nandritra ny fisavana nataon’ny polisy. Somary nampiahiahy ny polisy ny fihetsiny ka  nahatonga ny polisy nanao fisavana azy ka nahatrarana ireo vola sandoka marobe ireo. Niaiky ny heloka vitany avy hatrany izy nandritra ny famotorana nataon’ny polisy. Nanondro ireo olona mpiray tsikombakomba aminy amin’ny fanamboarana sy fanaparitahana ireto vola sandoka ireto amin’iny faritra iny izy. Nanao ny fikarohana avy hatrany ny polisy, saingy tsy hita kosa ireo roa lahy notondroiny ho mpiray tsikombakomba aminy. Tsy mbola hita koa ireo fitaovana fanamboaran-dry zalahy ireo vola sandoka.

Isan’ny faritra malaza ratsy amin’ny fanaovana vola sandoka iny faritra iny. Hatreto aloha tsy fantatra mihitsy izay tena atidoha sy ambadiky ny fanamboarana itony vola sandoka itony. Miezaka manao izay ho afany hatrany kosa ny mpitandro filaminana amin’ny famongorana ireo tambajotra manaparitaka itony vola sandoka itony. Tsy kely lalana anefa ny ratsy ka izao nahitam-bokany izao ny ezaka nataon’ny polisy.

J.C

News Mada0 partages

Lapan’ny Kolontsaina… : hiompana amin’ny fetin’ny reny ny GBM

Hotanterahina ny 24 ka hatramin’ny 28 mey izao etsy amin’ny lapan’ny Kolontsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina ny hetsika La Grande Braderie de Madagascar, andiany faharoa amin’ity taona ity. Hiompana kokoa amin’ny fetin’ny reny ny tolotra raha ny fanazavan’ny orinasa Madavision mpikarakara ny hetsika.

Fotoana hanararaotan’ny mpianakavy miantsena ny fanomezana ho an’ireo renim-pianakaviana araka izany ireo efatra andro ireo. Manodidina ny 250 ny tranoheva handray anjara ary feno avokoa izy ireo amin’ity, hoy hatrany ny fanazavana. Hisy mpandray anjara vaovao maromaro hitondra ny vokatra amidiny ao.

Ny volana mey toy izao ihany koa no ivoahan’ireo lamaodin’ny ririnina ary hanaovana varo-boba ny lamaodin’ny lohataona ho an’ireo efa zatra ny hetsika La Grande Braderie de Madagascar.

Tsy hadino fa sehatra hanandratana ny orinasa malagasy ny GBM, ka amoahana ireo vokatra tena malagasy. Mivelatra amin’ny sokajin’entana maro izany vokatra izany, saingy mbola manana ny tanjany ny vokatra sakafo sy ny asa tanana.

Ifandrombahan’ny mpiantsena ny vokatra sakafo vita malagasy ao amin’ny GBM noho izy ireny tsy misy akora simika sy mahasalama.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fampianarana : hatsaraina ny taranja anglisy

 Mampivelatra amin’ny sehatra maro ny fifehezana ny teny anglisy. Izany indrindra no antony hanatsarana ny fampianarana taranja anglisy eny amin’ny lycée.

Nifarana ny zoma teo ilay zaikabe nandritra ny efatra andro izay notontosaina tao amin’ny CRINFP Benasandratra, niarahan’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena tamin’ny alalan’ny Direction des Etudes et de la Recherche Pédagogique (DERP) sy ny masoivoho amerikanina nisalahy.

Tanjon’ny zaikabe ny hanatsarana ny fandaharam-pianarana teny anglisy eny anivon’ny ambaratonga faharoa (lycée). Ao anatin’izany ny fiompanana bebe kokoa any amin’ny atao hoe “Approche Communicative” mba ho tena teny fampiasa amin’ny andavanadro mihitsy ny teny anglisy fa tsy mijanona ho taranja any an-tsekoly fotsiny ihany.

Marihina fa tafiditra ao anatin’ny fandaharanasan’ny minisitera ny teti-pivoarana ho an’ny fanabeazana na Plan Sectoriel de l’Education (PSE) ny fanatsarana ny fandaharam-pianarana. Nivoaka nandritra izay efatra andro izay ny soso-kevitr’ireo mpizaika mikasika izay fanatsarana izay. Eo koa ny boky torolalana ho an’ ireo mpampianatra mba hanamorana ny fampiharana io fandaharam-pianarana vaovao io, izay kasaina hampiharina manomboka ny taom-pianarana 2017-2018.

Nandray anjara mavitrika tamin’ny zaikabe ireo mpampianatra teny anglisy miisa 50 avy amin’ny faritra 22, ny masoivoho amerikanina, ny mpampianatra avy amin’ny anjerimanontolo, ireo ho mpiofana ho mpampianatra ao amin’ny ENS, ny mpampianatra avy amin’ny sehatra miankina sy ny tsia ary ireo mpilatsaka an-tsitrapo avy ao amin’ny Peace Corps Madagascar.

 

Mampivelatra amin’ny sehatra maro ny fahaizana teny anglisy

Varavarana lehibe misokatra any amin’ny fivelaran-tsaina sy ny fivelarana amin’ny ankapobeny mihitsy ny teny anglisy izay efa mihoatra ny 20 taona izao no nampiasana azy ho fandaharam-pianarana.

Nilaza ny mpandraiki-draharaha amerikanina fa “miezaka ny masoivoho amerikana hanatsara ny lentan’ny teny anglisy ampiasain’ny Malagasy sady hampitombo araka izay tratra ny isan’ireo mpampiasa teny anglisy ireo.” Nohazavainy fa ny fianarana teny anglisy dia manokatra lalam-barotra ho an’ireo mpandraharaha malagasy, manokatra ny varavaran’ireo sekoly ambony miankina na tsy miankina any Etazonia ho an’ireo mpianatra malagasy, manamora ny fahazoana vaovao, ary indrindra “manamora ny fanatrarana ny tanjona hametraka ny fifankahazoana eo amin’ny vahoakan’ny firenena roa tonta.

Tatiana A

News Mada0 partages

Forêt Tapia : cinq nouveaux contrats de transfert de gestion

Dans le cadre de la gestion des forêts Tapia, des Communautés de base (Coba) ou «Vondron’olona ifotony (VOI)» de la région Itasy viennent de bénéficier de cinq nouveaux contrats de transfert de gestion.

63 Vondron’olona ifotony (Voi) ou Communautés de Base (Coba), qui sont restructurées et regroupées dans cinq unions formalisées, viennent de bénéficier de huit renouvellements et cinq nouveaux contrats de transfert de gestion de forêt Tapia du ministère de l’Environnement. De ce fait, la gouvernance et la gestion des ressources naturelles de la forêt Tapia dans la région Itasy est sous l’égide de Voi.

En outre, de source auprès du coordinateur du projet Sata ou «Sahan’ andraikitra, teti-pitondrana, arohevitra», Christian Léonard Rakotomalala, 8 nouveaux contrats de transfert de gestion de lac sont aussi en cours de finalisation à l’intention de ces communautés. Un projet financé par l’Union européenne et qui intervient dans les districts d’Arivonimamo et de Miarinarivo.

Renforcement des capacités

Ces transferts de gestion sont le fruit du renforcement des capacités de ces VOI et de l’Organisations de la société civile (OSC) à travers le projet Sata. «L’objectif est que ces dernières puissent exercer leurs fonctions de force de proposition, d’interpellation, de contre-pouvoir et de plaidoyer pour aboutir à ces résultats», a expliqué Christian Léonard Rakotomalala.

Une série d’ateliers ont été organisés depuis 2014 pour aboutir à ces résultats, ainsi que pour faciliter l’appropriation par les acteurs de la gestion. Coté société civile, 24 projets pilotes ont été identifiés et mis en œuvre, contribuant ainsi à la réduction des pressions sur les ressources naturelles. Le projet Sata a commencé en février 2014 pour une durée de 36 mois.

Sera R

 

News Mada0 partages

Appui à l’enseignement du français : douze enseignants-formateurs habilités

Douze enseignants-formateurs, membres des Associations d’enseignants de français et/ou référents du projet Madagascar appui à l’Enseignement du et en Français (Mapef) viennent de suivre une formation à l’habilitation examinateur-correcteur à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT). Ils ont obtenu avec succès leur habilitation et recevront dans les prochains jours une attestation délivrée par le Centre international d’études pédagogiques (CIEP) de Sèvres (France).

Ces douze enseignants-formateurs vont élaborer un test de positionnement afin de définir le niveau atteint par les formateurs et les enseignants du Mapef après trois années de formation. Cela, dans le but de sélectionner 60 formateurs et 300 enseignants volontaires qui bénéficieront d’une préparation pour obtenir un diplôme en langue française (Delf) dans les Alliances françaises régionales où des sessions spéciales d’examen seront organisées. Ces douze enseignants-formateurs seront les jurys lors de ces examens.

6 000 cibles

Le renforcement linguistique et pédagogique des personnels du primaire à l’appui à l’enseignement en français du projet Mapef a démarré en 2014 avec l’appui de l’Union européenne dans le dessein de former plus de 6 000 enseignants. Pour cette année, le projet se poursuit dans ses sept régions d’intervention (Analamanga, Atsimo Andrefana, Atsinanana, Boeny, Haute Matsiatra, Vakinankaratra et Diana).

Sera R

 

News Mada0 partages

Assainissement : une construction démolie à Andravoahangy

Dans le cadre de l’assainissement de la capitale, la CUA, après avoir obtenu gain de cause auprès du tribunal a démoli une construction à Andravoahangy ce week-end. A vrai dire, le lieu est la propriété de la Commune qu’elle a louée à une certaine Mariette Rasoarisoa en 1998. Puis, étant dans l’alignement de la rue, le contrat de location a pris fin suite à un arrêté communal à la date du 6 décembre 2013. Se sentant dans son droit, la locataire a porté l’affaire devant  le tribunal qui l’a déboutée  le 14 septembre 2016.

Dans la même foulée, l’Equipe spécialisée d’assainissement (ESA) de la CUA a procédé à une opération «Grand nettoyage» au niveau du 4e et 5e arrondissement, notamment le nettoyage de la rue. Pour le quatrième, l’opération s’est déroulée le long de la RN7 en allant du Sénat à Anosy en passant par Ankadimbahoaka jusqu’à Namontana. Trois équipes composées d’une quarantaine d’agents ont été mobilisées. Pour le 5e arrondissement, ces mêmes équipes ont commencé l’opération ce vendredi, depuis le rond-point d’Alarobia à Ivandry, en passant devant la gare.

Sera R

 

News Mada0 partages

Anosivola : le fokonolona restaure la sécurité

La population de la zone nord d’Anosivola décide d’intensifier la lutte contre l’insécurité suite à l’attaque à main armée dont ont été victimes des parents d’élèves de l’EPP d’Ankazo, la semaine dernière.

Les fokonolona des fokontany périphériques d’Anosivola dans la commune rurale de Mahitsy se donnent rendez-vous à Ankazo pour décider des mesures à prendre pour éradiquer l’insécurité dans leur zone. Les notables initiateurs de la concertation ont invité les autorités locales et les dirigeants d’association à cette grande concertation pour élire leurs représentants hier. La lutte contre l’insécurité grandissante tendant à handicaper le développement socio-économique motive la majorité de la population à contribuer à la restauration de la sécurité dans leur fokontany.

Le président de l’association des Manendy de Moriandro-Mahitsy, Johnny Maminiaina Rakotondranaly, dotera des lampes de poche et de sifflets à chaque fokontany au cours de cette réunion prévue le 17 mai prochain.

Manou

 

Ino Vaovao0 partages

SAINTE-MARIE : Tovolahy mpijibika dingadingana tsy hita popoka natelin’ny ranomasina

Voalaza fa telo lahy izy ireo no niaraka nijibika, tamin’ny 2 ora antoandro, tamin’ny 5 ora hariva kosa niakatra ny roa lahy fa ny iray mbola tsy niakatra.

Niandry aloha izy roa lahy sao hoe mety mbola hiakatra ihany ity farany, saingy dila ihany ny ora sady nilentika ny masoandro fa tsy niakatra mihitsy ny tovolahy. Niakatra tanàna izy roa lahy, ka tsy nipetra-potsiny fa avy hatrany nampandre ny havany sy ny mpitandro filaminana sy ireo namany hafa. Raha ny loharanom-baovao, dia tovolahy avy ao Sainte-Marie ihany izy io.

Raikitra ny fikarohana ny alin’io andro io ihany. Samy nandray anjara tamin’ny fikarohana avokoa ireo mpijibika namany ary nisy lakana mandeha maotera avy tamin’ny Tafika mpanara-maso sisin-tany ihany koa mba hanampy amin’ny fikarohana. Efa efatra andro izay no nanaovana ny fikarohana saingy tsy nahitam-bokany hatramin’izao ora nanoratana, raha ny vaovao farany. Tsy mbola fantatra ihany koa na efa maty ny tovolahy na mbola velona ihany fa very.

Tsy kivy ary tsy mi-tsahatra ny fianakavin’ilay tovolahy manohy ny fikarohana.

Efa asa fanaon’izy telo lahy ireto ihany koa ny mijibika dingadingana satria faritra misy azy io any Sainte-Marie, ary tsy vao sambany niarahan’izy telo ihany koa tamin’io andro io.

Pounie

News Mada0 partages

Asa tanana : sarotra ny fahitana akora fototra ankehitriny

 Tsy mitsaha-mihena ny akora fototra ilaina ho an’ny fanaovana asa tanana. Manomboka sarotra ny hahitana izany amin’ny tsena eto an-toerana. Noho ny fanondranana izany mivantana any ivelany ny antony iray lehibe, araka ny fanazavana nomen’ny sampandraharaha misahana izany ao amin’ny minisiteran’ny Kolontsaina sy ny asa tanana. Noho ny tsy fanajana fepetra maro, indrindra ny tsy fisian’ny fanaraha-maso amin’ny fitrandrahana sy ny fanondranana azy ireny no mahatonga ny fikatsoana hita amin’ity sehatra iray ity.

Matetika mantsy ireo mpandraharaha tsy misy fifandraisana amin’ny mpanao asa tanana mihitsy ny mpanondrana ireny akora fototra ireny any ivelany. Anisan’izany ny hoditra, hazo, rofia, tandroka, sns… Tsy mahita afa-tsy ireo akora fototra efa ratsy kalitao ireo sisa ny mpanao asa tanana malagasy. Antony iray mampihena ireo akora ireo koa ny fepetra noraisin’ny Cites amin’ny fandraràna fitrandrahana zavaboahary maro.

Politika vaovao nofaritan’ny minisitera izao ny fampirisihana ny mpanao asa tanana hamboly na hiompy ka avy amin’izany ny hahazoany akora tadiaviny. Mamboly rofia, ohatra, ho an’izay mampiasa izany na mifampiraharaha mivantana amin’ny tantsaha mpamboly na mpiompy.

Manome eo anelanelan’ny 10 % sy 15 % amin’ny harinkarena faobe ny vokatry ny asa tanana eto an-toerana. Velon-taraina anefa ankehitriny ny mpanao asa tanana noho ny varotra tsy mandeha firy hatramin’ny fitobahan’ny entana sinoa miditra eto an-toerana sy amidy mora. Efa mikatso ihany ity sehatra ity, tsy ahafahana mivoatra, koa miantso ny tompon’andraikitra eo anivon’ny fanjakana izahay, hijery sy hiaro ny vita malagasy, raha ny fitarainan’ny mpanao asa tanana any amin’ny faritra rehetra.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Fiarovana ny ala : manomboka amin’ny 2018 ny varotra carbone

 Manoloana ny fiovaovan’ny toetr’andro ankehitriny, noho ny fandripahana ala sy ny tontolo iainana, najoro ny rafitra iray mamaritra tetikasa ho fampihenana ny famokarana entona sy mampitombo ny hafanana (Redd +)*.

Mitombo ny ala ripaka, raha kely indrindra 15 % isan-taona, miteraka fiantraikany ratsy eo amin’ny fambolena, noho ny fiovaovan’ny toetr’andro ; loza iray hafa aterak’izany koa, ohatra, ny farihy miharitra, rano tsy ampy trandrahina hamokarana herinaratra ; mbola fiantraikany ratsy hafa, ny any amin’ny tsy fahasalaman’ny mponina any amin’ny faritra maro.

Nampahafantatra ny fandaharanasany ny Birao mpandrindra io Reed+, ny faran’ny herinandro teo, manomana tetikasa any amin’ny faritra dimy : Alaotra Mangoro, Analanjirofo, Sava, Sofia, Atsinanana. Samy hametrahana tetikasa andrana avokoa ireo faritra ireo, indrindra any Atsinanana, natao ho laharam-pahamehana. Notsiahivin’ny Birao mpandrindra fa noho io faharinganan’ny ala io mihitsy ny antony miteraka fiovaovan’ny toetr’andro ankehitriny, miteraka entona maloto manimba ny tontolo iainana.

Tanjona amin’io Reed+ io ny hampihena ny fiovaovan’ny toetr’andro, miaro zavaboahary, fitantanana maharitra ny harena voajanahary ary indrindra hampitombo ny tahiry carbone. Ho fandrisihana ny rehetra mba hiaro tontolo iainana ny namoronana, eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena, « tetibola vidin’ny carbone » avy amin’ny FCPS*. Koa tombontsoa ho an’ny firenena mahay miaro ny tontolo iainana ao aminy ny mahazo izany.

Tombontsoan’ny faritra

« Any amin’ireo faritra ireo, kendrena ny fiarovana sy hampitombo ny ala isan-taona. Misy kajy atao ara-tsiantifika miainga avy amin’izay fitomboan’ny velaran’ala voaaro izay, koa avy amin’izany ny hahazoana crédit carbone”, hoy ny mpandrindra ny tetikasa, Mamitiana Andriamanjato. Vola azo avy amin’izay vidin’ny carbone izay no hoentina hanitarana ny tetikasa ao amin’ny faritra misy ala voaaro. Manomboka amin’ny taona 2018 ny hifampiraharahana amin’ny FCPS momba izany. Mazava io Reed + io fa momba izay fiarovana ny tontolo iainana izay ihany, tokony hamaritra politika mazava sy zakan’ny daholobe ny governemanta, toy ny famokarana angovo azo havaozina.

R.Mathieu

Redd+ : Réduction des émissions liées à la déforestation et la dégradation des forêts.

FCPS : Forest carbon  project standard.

 

News Mada0 partages

13 Mai : le régime snobe la commémoration

Le 45e anniversaire de la manifestation estudiantine du 13 mai 1972 s’est déroulé sans anicroche samedi dernier. Les alentours de la fameuse place du 13 mai ont été quadrillés par les forces de l’ordre.

Comme à l’accoutumée, le régime a brillé par son absence dans le cadre de la commémoration du 13 mai 1972. Le seul acte de sa présence sur la place samedi dernier a été le déploiement de forces de l’ordre. Signe que cette fois encore, la commémoration ne se conjugue pas avec de manifestations au risque d’entraîner des éventuels débordements, surtout en ce temps où la tension politique est tendue et la société au bord de l’explosion. Même les grands partis, de l’opposition ou pro régime ont préféré observer le silence.

« La lutte se poursuit »

Dans la matinée du samedi 13 mai, c’est le «Rodoben’ny malagasy tia tanindrazana ho an’ny fanorenana ifotony» (RMTF) du pasteur Edouard Tsarahame qui a clôturé la cérémonie de dépôt de gerbes même s’il ne dispose pas d’ une autorisation émanant de la préfécture. En brandissant une banderole, le RMTF a fait son entrée à Analakely, avec courage et ferveur sans prendre en compte la présence massive des forces de l’ordre de l’Emmo Reg. Il a déposé leur couronne de fleurs dans l’enceinte de l’hôtel de ville, site historique de cette manifestation estudiantine ayant entraînée la chute du régime Tsiranana.

Malgré l’absence d’autorisation, les forces de l’ordre n’ont pu rien faire devant  l’exaltation des membres du  RMTF. «La lutte se poursuit. C’est notre responsabilité de redresser notre Nation. Rien ne marche au pays. Constatez par vous-même, le régime déploie les forces de l’ordre au lieu de sortir la population de la mi-sère», a scandé le leader du RMTF, le pasteur Edouard Tsarahame.

Politique dictatoriale

Pour sa part, l’équipe de Me Willy Razafinjatovo dit Olala n’a pas failli à sa mission. Dans son intervention, le leader du mouvement «Mai 72» a interpellé les gouvernants qui ne font qu’exercer une politique dictatoriale au pays. «Jamais au grand jamais dans l’histoire de la commémoration du 13 mai, on n’a pas ressenti une telle intimidation de la sorte. C’est un signe de non patriotisme. Si le pays est à ce stade, c’est à cause de nos gouvernants. Nous n’avançons pas. On stagne», a ponctué Me Olala.

Lalatiana Ravololomanana et son équipe et les représentants d’Alain Ramaroson se sont également attelés à leur devoir de mémoire. «Nous démontrons actuellement qu’ Alain Ramaroson, même en prison, n’oublie pas les martyrs du 13 mai 1972. Nous sommes ici également pour encourager le peuple malgache que la lutte triomphera», a déclaré un des partisans d’ Alain Ramaroson.

Nadia

 

Ino Vaovao0 partages

MORENGY TSISY IHINANAM-PARAKY : Niantso fagnôro 5 mianadahy avy any Antsiranana ny mpikarakara

Ny tolakandron’ny sabotsy 13 mey no hanatanterahana ny hetsika “morengy tsisy ihinanam-paraky”, izay hetsika voalohany karakarain’i Maître Dadah amin’ity taona ity.Ao amin’ny kianja mitafon’i Mahajanga no hanaovana ny fifaninsanana. Araka izany dia nanafatra, mfagnôro 5 mianadahy avy any Antsiranana ny mpikarakara, mba hifanandrina amin’ireo mpanao morengy avy eto an-toerana.

Isan’ireo nantsoina i Boxeur, Bulldozer, Cynthia sy ireo sisa tsy voatanisa. Misy araka izany ny fanamby napetrany fa izay maheresy an’i Boxeur dia homena lelavola 150 000 Ariary.

Kilalaon-drazana malagasy mbola be mpankafy ny morengy raha ny eto Mahajanga. Tsy ireo olon-dehibe ihany fa hatramin’ny tanora dia vosarika amin’ny fankafizana azy io.

Amin’izao fotoana izao dia efa eo ambanin’ny fitantanan’ny sampan-draharahan’ny tanora sy ny fanatanjahantena izy eto Mahajngaa ry efa nisy ny fandaminana manokana niarahana tamin’ireo mpikarakara rehetra io hetsika io.

Fety

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

L’Union Européenne et l’Etat Malgache au diapason

La table ronde de l’Union Européenne, évènement de la semaine de l’Europe, a eu comme thème : « les leviers de la compétitivité et le financement pour la croissance », de l’économiede Madagascar. Ensemble, l’Etat et l’Union Européenne s’engagent à appliquer des solutions face à l’état de faiblesse de l’économie malgache.

Dans ce contexte, les sujets de la facilitation et la promotion des exportations, de l’accès au financement des entreprises, et du suivi des conférences des bailleurs, ont été développés. Entreprendre à Madagascar reste jusqu’à maintenant difficile d’accès, essentiellement pour des raisons financières. Trop de dossiers sont considérés comme « non bancables ». L’instabilité politique,ainsi que la non-application fréquente des textes ont aussi tendance à freiner les investisseurs. Le débat riche, interactif et constructif de la table ronde a abouti sur des solutions attractives.Il a été convenu de renforcer la compétitivité des entreprises, de développer le secteur privé, et d’appuyer les projets d’exportation. Les opportunités liées à la mise en œuvre de l’Accordde Partenariat Economique (APE) ont été aussi abordées. Le Plan National de Mise en Œuvre de l’APE a été adopté par l’ensemble des secteurs privé et public.

L’UE et le gouvernement se concentrent sur un dialogue permanent pour dynamiser l’économie du pays. Des questions restent toujours ouvertes, « il n’existe pas de solution magique,il ne faut pas rester sur le dialogue, il faut apporter des solutions », cite l’Ambassadeur de l’Union Européenne. Les bailleurs de fonds semblent parfois « agacés » face à l’inertie de l’Etat malgache dans ses prises de décision.

La Vérité0 partages

« Nisea » - Nouvelle odeur du rock malagasy

De beaux jours pour les adeptes du rock métal. Le dimanche 28 mai prochain, le groupe « Nisea » organisera un grand concert à l’Alliance française d’Andavamamba. Un événement qui entre dans le cadre de la promotion de son premier album.

La prestation va décoller à 14h 30, et ce, jusqu’à ce que le public vive dans l’ambiance. En attendant ce concert, son clip est diffusé dans presque toutes les chaînes Tv. Le groupe « Nisea » est né en 2010. Son manager a rencontré un musicien bassiste à l’université d’Antananarivo. En étant des passionnés de la musique rock symphonie, tous les deux ont eu la même longueur d’onde. « Le musicien a raconté au manager toutes ses motivations de parcourir le monde musical et ce, depuis longtemps », se souvient Nisea. Sur ce, un projet est né. Le mois d’octobre 2010, ils ont mis leurs pieds au studio pour enregistrer le premier single. Depuis ce moment, tous les deux n’ont cessé de trouver tous les moyens possibles afin de mettre en phase leur projet. L’année 2012,  Rojo a intégré le groupe en tant que « lead vocalist ». D’après ce qu’a expliqué le manager, « Nisea » illustre l’histoire du christianisme dans le monde entier. Ce groupe est doué dans l’univers du chœur. Ainsi, sa musique renferme un fond très harmonique. Anatra R.

La Vérité0 partages

Meurtre d’un agent de sécurité - Des prostituées dans le coup

5 personnes dont trois prostituées auront à répondre de leurs actes devant le Parquet concernant le  meurtre d’un agent de sécurité ! Leurs arrestations se sont déroulées le week-end dernier à Saropody. Ces filles de joie seraient de connivence avec des malfaiteurs pour agresser et détrousser une proie. Tout a commencé  le 21 mars lorsqu’ une mère de famille était venue se plaindre auprès du Commissariat de  police de Tanjombato sur la disparition de son mari.

Les recherches ont par la suite débouché sur la découverte macabre du disparu à la morgue de l’Hjra Ampefiloha. L’enquête menée par la Police a établi une agression occasionnée  par des coups de couteau. En remontant la piste de cet assassinat, la Police découvre que le crime s’est produit la veille de la disparition de l’agent de sécurité.La victime était à la recherche d’une call-girl pour passer la soirée le long de la voie ferrée. Le chef de famille a rencontré une certaine N. Alors que tous les deux s’apprêtaient à coucher ensemble, quatre bandits dont P., R.D, R.H et Joachim sont apparus pour éliminer le client de plusieurs coups de couteau. Selon toujours les explications fournies par la Police, il s’agissait d’un acte prémédité. Pour preuve, la prostituée dénommée N et P. sa camarade ont emmené la victime jusqu’à l’arrêt de bus 135. C’était dans ces circonstances que, pris de pitié et à la fois alarmés par l’état du malheureux, des individus l’ont conduit d’urgence vers l’hôpital d’Ampefiloha où il a rendu l’âme. Les investigations des enquêteurs ont encore permis de déterminer le rôle complice de R.H, barman de son état avec les tueurs et les filles de joie dans leurs multiples forfaits. Pire, R.H et les jeunes femmes reçoivent systématiquement leur part de butin des bandits  chaque fois qu’ils ont réussi un sale coup. Actuellement, R.D est encore recherché tandis que P. a été déjà placé en détention provisoire à Antanimora pour d’autres forfaits.Franck Roland

La Vérité0 partages

Grève d’avertissement à Ankatso - Les étudiants se sentent arnaqués

« Droits aux enseignements dirigés et pratiques » telle est la revendication, lors de la manifestation à l’université d’Antananarivo hier. Différents sujets touchant directement la vie et l’étude des universitaires ont été élaborés par des étudiants au sein de la Faculté des sciences devant les responsables de l’université dans la matinée d’hier. N’étant pas satisfaits des réponses, ils ont décidé de passer à un mouvement de grève. Se plaignant du système administratif, ils réclament la transparence au niveau des dépenses effectuées par leur droit d’inscription. D’habitude, l’utilisation de cet argent à l’université d’Antananarivo se trouve au centre des débats.

Les étudiants se demandent où vont ces argents ? Telle est la question qui se pose à chaque période d’inscription mais n’a été évoquée publiquement que cette fois-ci. Depuis cette année universitaire, un nouveau système de paiement a été élaboré. La somme de 50 000ar, le droit d’inscription global, a été reparti en deux. Les étudiants doivent, ainsi passer par la banque et en même temps au service comptable auprès de l’université. D’après les explications d’un responsable, ce droit d’inscription sera alloué à quatre domaines distincts à savoir la connexion Internet, les infrastructures sportives, l’assurance ainsi que la visite médicale. Sans attendre, les responsables au sein de l’université ont, tout de suite,  organisé une rencontre avec des représentants des étudiants afin de résoudre ce problème au début de l’après-midi. Ils ont profité pour expliquer le processus effectué avant d’arriver à l’exécution. Entre autres, ils ont promis de considérer leurs requêtes et prendre les mesures nécessaires. 

Rappelons qu’entre 10 à 12 heures, ces étudiants ont lancé des pierres, partout, notamment dans le champ du terminus des lignes 119, 128, 160, 187 pour montrer leur mécontentement. De ce fait, les taxi-be ont été obligés de changer de stationnement pour éviter la destruction de leur véhicule. Suite à cette manifestation, la Police s’est rendue sur place quelques heures plus tard afin d’assurer la sécurité et  de faire régner l’ordre pour que toutes les activités reprennent leurs cours normaux. 

Kanto R.

La Vérité0 partages

Calendrier scolaire 2017-2018 - Les parents dans l’angoisse

Polémique autour de la réforme de l’éducation, notamment sur celle du calendrier scolaire. Les élèves auront 39 semaines de cours à partir de la prochaine année scolaire 2017-2018, au lieu de 36 semaines comme ces dernières années. D’ailleurs, le ministère de l’Education nationale (Men), Paul Rabary, a confirmé ce changement devant les sénateurs, la semaine dernière.

 

Les 3 semaines de plus sur les bancs de l’école engendrent la révision du calendrier scolaire dès la prochaine rentrée. Celle-ci se ferait la dernière semaine du mois d’octobre pour s’achever au mois d’août, avec quelques pauses scolaires. Les examens du Cepe et du Bepc se tiendraient en septembre et octobre. Du côté des parents, l’angoisse prend de l’ampleur notamment sur les dépenses supplémentaires que ces quelques semaines de plus vont entraîner. « L’année scolaire durera 11 mois ou plus, si l’on se réfère au nouveau calendrier. Du coup, nous serions contraints de payer un mois de plus d’écolage, sans parler de la révision à la hausse annoncée tant pour les divers droits que pour les frais de scolarité. Les dépenses seront énormes », nous confie Aurélia R., mère de famille ayant 3 enfants scolarisés dans des écoles privées. Comme elle, bon nombre de parents ne manquent pas d’exprimer leurs doutes à ce sujet.   

Organisation perturbée de la rentrée

De leur côté, les responsables d’établissements privés se sentent désorientés quant à l’adoption de la réforme du calendrier scolaire. Celle-ci perturbe l’organisation de la prochaine rentrée scolaire, que ce soit les moyens financiers mais aussi le côté pédagogique, à en croire une directrice de collège à Ambatolampy Tsimahafotsy. « Nous en avons discuté à plusieurs reprises avec les responsables hiérarchiques et les dirigeants d’affiliation. Au final, nous nous disons qu’il s’agit encore d’une proposition, du moins pour le moment. Quoi qu’il en soit, les diverses affiliations des établissements ont été invitées à émettre des propositions en vue de déterminer un terrain d’entente », nous confie cette source voulant garder son anonymat.  

Flexible pour les établissements privés

Pour sa part, le directeur des technologies de l’information et de la communication (Dtic) auprès du Men a rassuré les parents et les responsables d’établissement.  « Le nouveau calendrier scolaire adopté à partir de la rentrée 2017-2018 sera flexible pour les établissements privés. Autrement dit, chaque établissement aura le choix de l’adopter ou non. La durée des cours ainsi que les frais de scolarité à payer dépendront de son organisation interne », avance Serge Thierry Tsitoara. Concernant la révision du calendrier scolaire, ce responsable de souligner la subdivision des 39 semaines en quelques périodes. Ces dernières, qui vont s’étaler sur 6 ou 7 semaines, seront alternées par quelques jours de pause scolaire pour alléger l’année et faciliter l’assimilation des cours. Ces nouvelles organisations s’appliqueront durant les 2 années de transition, avant d’atteindre la rentrée scolaire prévue au mois de mars à partir de 2020. Affaire à suivre !

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Fiançailles - Onitiana et Briand officialisent leur union

Un membre du Gouvernement se marie. Il s’agit du ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (Mppspf) en la personne d’Onitiana Realy.

L’heureux élu n’est autre que Briand Andrianirina, président de la Fédération malagasy de kick-boxing. Ils ont officialisé leur union, après des années de vie commune. La cérémonie de leurs fiançailles s’est tenue samedi dernier du côté de Mandroseza. D’ailleurs, des photos y afférentes circulent déjà sur les réseaux sociaux. D’après les invités, la fête s’est déroulée dans une ambiance conviviale d’autant plus que les deux tourtereaux ont été entourés de leurs familles  et proches. Notons qu’au lendemain de ses fiançailles, le numéro un de la Population s’est aussitôt envolé  vers Genève (Suisse) pour assister à une rencontre internationale.

P.R. 

La Vérité0 partages

Produits exemptés du droit de douane - Boom des exportations

Reprise consistante des activités d’importation. Les quatre premiers mois de cette année 2017 se révèlent être consistants en matière d’importation. En effet, le volume des documents administratifs uniques (Dau) enregistrés et déjà liquidés a connu une hausse de plus de 17 % par rapport à 2016.

La quantité des marchandises exemptées du droit de douane, importées dans la Grande île a presque doublé, avec une hausse de 46 % contre plus de 25 % pour les autres types de marchandises, selon le Tableau de bord des douanes en fin avril 2017. Les marchandises exemptées du droit de douane comprennent essentiellement certains matériels à caractère éducatif et artistique, les chauffe-eaux électriques, les articles de friperie, mais aussi les dispositifs photosensibles, dont notamment les kits solaires. Pour ces deux derniers produits, leur exemption au droit de douane a été récemment légalisée. Les articles de friperie ne font plus l’objet de barrière tarifaire depuis 2016. Quant aux kits solaires, les panneaux solaires en sont déjà exemptés depuis quelques années. Les chauffe-eaux non électriques sont également exemptés du droit de douane depuis le 1er janvier 2017. Cela inclut ceux solaires et ceux à gaz, utilisés par des foyers et de nombreuses grandes industries à Madagascar. Le commerce des articles de friperie et des kits solaires décolle progressivement depuis le mois de janvier. D’ailleurs, les opérateurs dans ces deux branches affirment que les importations ont dû augmenter en raison de la hausse en grand nombre des consommateurs. 

616,5 milliards d’ariary de recettes 

En termes nominaux, la douane a perçu 616,5 milliards d’ariary durant ces quatre premiers mois, contre une prévision de 570 milliards d’ariary, soit une plus-value de 32 %. On a enregistré une valeur de 2 762,5 milliards d’ariary pour les marchandises soumises à la consommation sur les quatre premiers mois, contre 2 101 milliards d’ariary en 2016 sur la même période, ce qui correspond à une hausse de plus de  31 %. Parmi les autres régimes de faveur à l’importation, il convient de mentionner ceux qui sont accordés aux entreprises et zones franches. Les droits et taxes suspendus dont bénéficient ces dernières se sont élevés provisoirement à 185,6 milliards d’ariary de janvier à avril 2017, dont 78 % pour les matières textiles.

Tiasoa Samantha

La Vérité0 partages

Pédagogue, dites-vous !

Un pédagogue, c’est un enseignant, un éducateur. Celui qui maîtrise la science de la pédagogie. Et la pédagogie, c’est la théorie, la pratique de l’éducation des enfants. De ce fait, elle s’occupe de la transmission du savoir aux petits, à des adolescents et aux jeunes apprenants. Etre pédagogue signifie, ainsi, avoir la capacité scientifique et technique d’enseigner, de transmettre le savoir et d’éduquer nos jeunes. Une faculté ou une compétence qui n’est pas du tout à la portée de tous. Tout ce qui porte le titre d’enseignant ou d’éducateur n’est pas, forcément, un pédagogue !

La négligence de la discipline, la « pédagogie », par ceux ou celles qui prétendent exercer le métier d’« enseignant » ou d’« éducateur » se trouve, essentiellement, à l’origine de la défaillance du secteur « éducation ». A Madagascar, elle est à la base de l’échec de l’Education nationale. Le ministère de l’Education nationale (Men), le principal maître d’œuvre de l’enseignement et de l’éducation au pays, se voit confronter constamment à l’insuffisance du niveau technique et scientifique, en matière  pédagogique, de ces agents chargés de transmettre les connaissances dans les écoles. En effet, pour avoir l’étoffe d’un bon maître ou prof, il ne suffit pas d’être bradé de diplômes, mais il faut maîtriser l’art et la technique de transmettre les savoirs. Et c’est ici que le bât blesse !

Dans le nouveau Plan sectoriel de l’éducation (Pse) que le Men vient d’élaborer pour affronter le… gap, il est question principalement d’organiser, en priorité, la formation des enseignants. L’entreprise consiste à améliorer la performance pédagogique des instituteurs et des professeurs de telle sorte que ces derniers puissent valoriser leurs acquis dans le sens du transfert. C’est la base de toute initiative visant à redorer le blason de l’Education nationale. Ces derniers temps, la pédagogie s’invite dans les dédales de la politique. Une aventure que d’aucuns jugent, dans la foulée, de très risquée. Des encarts publicitaires ont véhiculé, à l’intention du public, un message selon lequel le Chef de l’Etat serait un « pédagogue incompris ». 

D’emblée, une stupéfaction générale envahit le commun des mortels. Le fait même de choisir l’usage du terme « pédagogue » irrite les observateurs dans la mesure où cela dénote une volonté instinctive d’infantiliser, à tout moment, les gens, et d’un. Et le fait de se victimiser d’être incompris met à découvert une malhonnêteté intellectuelle flagrante, et de deux. Il ne s’agit pas, ici, d’être incompris, mais plutôt d’être inapte ou incompétent à maîtriser sa « matière ». En fait, l’« enseignement déraille ». Tant qu’on y est, de quels cours s’agissent-ils exactement ? De quelles matières ? D’après ce que l’on avait laissé entendre sur son cursus, monsieur le Président en savait quelque chose sur la comptabilité et l’enseignerait. Mais pour ce qui est de dispenser des cours relatifs à d’autres disciplines telles la démocratie, la lutte contre la corruption ou l’intégrité morale, l’Etat 

de droit ou encore le respect des paroles données ou bien la bonne gouvernance, monsieur le « pédagogue » se trouve très loin du compte. Plus exactement, à côté de la plaque ! Il n’est pas, uniquement, incompris ou incompétent en la matière, mais, surtout… indigne à en porter l’étoffe. De quoi se demander, pédagogue dites-vous !    

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Kidnapping d’Indo-pakistanais - Yanish Ismael, 91e victime

Entre 2010 et 2017, 90 enlèvements de ressortissants français d’origine indo-pakistanaise ont été recensés. L’information avait été révélée notamment par le Collectif des Français d’origine indienne de Madagascar (Cfoim), au lendemain du kidnapping d’un adolescent du côté d’Andranomena au mois d’avril dernier.

Le fils du propriétaire de l’Eden avait été libéré après une semaine de captivité et les enquêtes avaient alors débouché sur le placement en détention préventive des présumés auteurs ou complices du rapt. En tout cas, en se référant à cette statistique effarante est effrayante, il y a donc eu 13 kidnappings par an, soit presque un par mois, durant les sept dernières années. Yanish Ismael est donc le 91e à être victime de ces enlèvements scrupuleux à Madagascar. Ce fils d’un opérateur économique connu est le troisième à avoir été kidnappé cette année après le directeur général (Dg) de Caromad et le fils du propriétaire d’Eden. Cela fait presque un kidnapping tous les deux mois depuis le début de cette année. Une escalade qui avait fait fortement réagir le Cfoim au mois d’avril dernier, dénonçant que « la ligne rouge a été franchie ».  

En tout cas, la question que se posent bon nombre d’observateurs avertis, est de savoir qui sont les véritables cerveaux de ces opérateurs de kidnapping ? A qui profitent également les milliards de rançons collectés durant ces enlèvements ? A tort ou à raison, certains observateurs dont des membres de la communauté « karàna » dénoncent que certains enlèvements sont le fait de règlements de compte liés à des intérêts commerciaux entre les ressortissants de cette même communauté.  D’autres pensent par ailleurs que ces enlèvements profitent à des ressortissants malagasy. Il ne faut pas oublier que le motif principal de ces enlèvements dans un pays d’une extrême pauvreté est et reste l’argent. D’ailleurs, selon les autorités malgaches, les ravisseurs appartiendraient à des « réseaux bien organisés » dans lesquels figurent des membres des Forces de l’ordre et de hauts responsables civils. A titre d’exemple, suite aux enquêtes menées dans l’affaire du kidnapping du Dg de Caromad, trois gendarmes ont été écroués la semaine dernière. 

Il faut avouer que jusqu’ici, seuls les petits poissons sont interpellés puis croupissent en prison, quand ils ne sont pas abattus comme des bêtes par les Forces de l’ordre… C’est le cas d’un prénommé « Bina », accusé d’être un auteur de kidnapping, et qui est tombé sous les balles de la Police la semaine dernière. Les véritables commanditaires restent impunis. Car il faut remarquer que ceux qui sont tombés dans les filets des Forces de l’ordre n’ont généralement que peu voire pas du tout d’argent sur eux. On se demande où passent donc toutes les rançons? Hier, en marge d’une réunion extraordinaire des ministres concernés par la recrudescence des actes de violence dans la filière « vanille », le Premier ministre (Pm) Solonandrasana Olivier Mahafaly a appelé à la vigilance. Le numéro Un de Mahazoarivo a également indiqué qu’il était de la responsabilité du pouvoir de lutter et de tout faire pour éviter les kidnappings, ainsi que de faire en sorte d’interpeller les membres des réseaux auteurs de ces enlèvements. Certains observateurs suggèrent au chef du Gouvernement de prendre comme base de départ, la liste des responsables impliqués dans les affaires de kidnapping que l’ancien ambassadeur de France à Madagascar François Goldblatt avait remise à l’Exécutif malagasy.  Aucune suite n’a été donnée à cette liste, tout comme la liste des personnalités impliquées dans le trafic illicite de bois de rose que l’ancien Pm de la transition Omer Beriziky, avant de quitter Mahazoarivo, avait remise au Président Hery Rajaonarimampianina…

 

Lalaina Andriamampionona

Ino Vaovao0 partages

FITSARANA AMBONY TOAMASINA : Dosie 116 hiakatra Fitsarana ady heloka bavava

Fantatra araka ny angom-baovao natao fa miisa 116 ireo taratasin’ady hotsaraina ka vono olona no mitana ny laharana voalohany amin’ireo.

Vono olona nateraky ny lonilony sy ady tany ny ankamoaroany. Eo koa ny halatra nivadika ho famonoana. Manaraka amin’ny fahamaroan’ny antontan-taratasin’ady ny raharaha fanolanana sy ny toetra vetaveta amina zaza ary ny fiarahan’ny ray amin’ny zanany vavy izay ahitana dosie 24. Amin’ity heloka farany dia misy mihitsy ny raim-pianakaviana niaraka tamin-janany vavy naterany 15 taona. Ity farany izay bevohoka ankehitriny.

Amin’izao andiany voalohany ny fitsarana ady heloka bevava eto Toamasina izao, dia isan’ny antontan-taratasin’ady hotsaraina mandritra izany ilay raharaha fanondranana an-tsokosoko andramena nitranga teto Toamasina, izay nanaovana sy nampiasa hosoka tamina kara-panondrom-pirenena sy fitomboka ara-panjakana ary ny sonian’ilay Talem-paritry ny Tontolo iainana sy ny ala tamin’izay fotoana izay, izay isan’ny mpitory tamin’izao raharaha izao. Naondrana antsokosoko tany Shina ireto andramena ireto, izay fantatra fa efa nogiazana tamin’izany fotoana izany.

Anisan’ny hotsaraina mandritra ity andiany voalohany amin’ny fitsarana ady heloka bevava ity ihany koa ilay raharaha fandorana tranom-panjakana nitranga tao Maroantsetra nandritra ny savorovoro tamina adin’ireo mpandraharaha lavanila roa lahy, ny taona 2016.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FANAPOTEHINA NY « GARE ROUTIERE » REZIONALY : Hametraka fitoriana ny Kaominina Mahajanga

Raha ny zava-misy eny ant-oerana dia mitafo lanitra ny toby ary potika ny seza vy rehetra ao anatiny sy ny kojakoja izay napetraka ao, toy ny varavarana ary indrindra lasa toerana fanaovana maloto no niafarany. Eny amin’ny Fitsarana no nametraka fitoriana ny Kaominina  amin’izay olona ho mety ho tompon’antoka tamin’ny fanimbana ny toby fiantsonan’ny zotra rezionaly, ao Mahajanga. 

Nilaza anefa ny Ben’ny tanàna fa nametrahana mpiambina ny toby mba hialana amin’ny mety hisian’ny fanapotehina hafa ankoatra efa hita teo aloha. Manana tetikasa hafa manokana ihany koa ny Kaominina amin’ny fanamboarana ny toby fiantsoanana rezionaly io izay mbola miandry ny famatsiam-bola avy amin’ny mpiara-miombon’antoka. Fotodrafitrasa hafa no kasaina haorina, hoy ny Ben’ny tanànan’i Mahajangha, ary mety harodana mihitsy ny eo ambony io.

Tsy manaraka ny filan’ny mpiara- miombon’antoka ny fotodrafitrasa ao Aranta ka aorian’ny fankatoavan’izy ireo ny tetikasa hatolotra ny Kaominina dia hiroso amin’ny fanamboarana azy ary hivoaka ny endrika vaovao amin’ny fanamboarana izany. Efa eo am-pelan-tanan’ny Ben’ny tanana ny fandaharanasa amin’ny fanamboarana ny toby ary hatolotra tsy ho ela ny Mpanolotsaina monisipaly ary ny miandry ny fankatoavana avy amin’ny mpamatsy vola izay efa nanome toky fa hanampy ny Kaominina amin’ny fananganana ny fotodrafitrasa.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

« FESTIVAL DES BALEINES » ANDIANY FAHATELO : Hasongadina any Sainte-Marie ny kolontsain’ny Foko 18

Efa ao anatin’ny fanomanana tanteraka handray ity hetsika mampiavaka ny nosy Boraha ity ny komity mpikarakara.

Toy ny isan-taona dia anisan’ny andrasan’ny maro ny fifaninanana seho ara-koltoraly amin’ny alalan’ny filaharana (défilé) ataon’ireo fokontany18 misy ao Sainte-Marie. Ny fikambanana « Drôles de Dames » no mikarakara izany. Lohahevitra amin’ity taona ity « Ireo foko eto Madagasikara. Nosy Boraha 18 fokontany, 18 foko ».

Ny alahady 9 jolay no hanaovana ny filaharam-be voalohany raha ny sabotsy 15 jolay kosa ny lalao famaranana. Ankoatra izay dia misy koa ny foara fampirantiana ireo asa tanana sy taozavatra malagasy ao amin’ny « Village Festival » Ambodifotatra. Misy koa ny seho ara-java-kanto isan’andro. Ny alin’ny zoma 14 jolay ny anaovana ny fifidianana “Miss Festival des baleines 2017”.

Toy ny efa fanao isan-taona, dia misy ny fifaninanana ara-panatanjahentana, toy ny Beach soccer, fifaninanana mivoy bisikileta tsy mahato-dalana (VTT), fifaninanana mivoy lakana. Amin’ny maha “Festival des baleines” azy dia misy ny fitsangantsanganana miaraka amin’ny Cetamada mijery Zagnaharibe (baleines) milalao eny an-dranomasina.

Manintona hatrany ny mpizaha tany ny Festival des baleines ao Sainte-Marie, izay tanàna milamina lavitry ny tsy fandriampahalemana. Mivoaboaha zagnaharibe !

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FAHATSIAROVANA NY 13 MEY 1972 : Nabaribarin’ny Mpitondra Hvm ny tsy fahazakany demôkrasia

Andro manan-tantara nanaovan’ireo mpianatra sy ny vahoaka nanao vy very ny ainy, ho fitakiana ny fitovian-jo tamin’ireo mpianatra ho dokotera ary hampodiana ireo nalefa sesitany tany Nosy Lava io daty io. 

Nasehon’ny Fanjakana, tarihin’ny Filoha Rajaonarimampianina Hery, fa vonona hampiasa ireo mpitandro filaminana marobe ho herim-pamoretana ry zareo. Voahodidina Zandary, Polisy ary Miaramila teny amin’ny araben’ny Fahaleovantena, ny sabotsy lasa teo. Hatrany anaty elankelatrano eny Analakely aza feno mpitandro filaminana mirongo fitaovam-piadiana mahery vaika. Asa na tian’ny Mpitondra ankehitriny haverina ny zava-niseho ny sabotsy 13 mey 1972, ka nanaovan’ny FRS vono moka ireo mpanao fihetsiketsehana tamin’izany  ? 

Fahatsiarovana ireo ra latsaka tamin’ny tolon’ny mpianatra mantsy ny faran’ny herinandro teo, kanefa mpitandro filaminana mirongo fitaovam-piadiana tahaka ny maneho fahavononana fa vonona hifamono amin’ny vahoaka malagasy no nameno ny toerana. 

Tohina mafy tamin’ny fihetsiketsehan’ireo mpitandro filaminana nandeha kamiao, fiara tsy mataho-dalana ary nandeha an-tongotra, ny olon-tsotra sendra nandalo teny an-toerana. « Famoretana sy fametrahana didy jadona eto amin’ny Firenena izao. Olona hahatsiaro ny tantara ary hanatitra voninkazo ve dia hanetsehana ny Foloalindahy rehetra eto amintsika  ?  », hoy i Rova, renim-pianakaviana. «  Fitondrana vonona handripaka ny vahoakany amin’ny alalan’ny basy mahery vaika ny handikako izao fihetsika izao. 

Tsy misy tokony hitondrana basy mahery vaika tahaka izao raha mahatoky tena ny Mpitondra fa tian’ny vahoaka ary namita ny adidiny araka ny tokony ho izy  », hoy kosa i Rindra, tanora mpianatra. Hatramin’ireo olon-tsotra, tsy nisaina ny hanamarika ny datin’ny 13 mey aza nihorohoro fatratra noho ny fihetsika nasehon’ireo tandroka aron’ny vozona. Vita mialoha ny fotoana ny fanomanana ny matso lehibe fanao isaky ny 26 jona. Fiara mifono vy ihany mantsy sisa no tsy hita tetsy Analakely ny sabotsy lasa teo.

Variana miaro mpitondra

Mampanontany tena ny maro kosa ny antony mampirongatra ny tsy fandriampahalemana eto amintsika. Raha ireny mpitandro filaminana nalefa hampihorohoro vahoaka ireny tokoa mantsy no hahetsika hiaro ny vahoaka sy ny fananany, azo antoka fa ho foana ny tsy fandriampahalemana. Zary lasa fitaovana ampiasain’ny Mpitondra hiarovana ny sezany sy ny voninahiny anefa ry zareo. Tsy mahagaga raha mirongatra ny asan-dahalo any amin’ny toerana maro. Mahazo vahana ny vono olona feno habibiana. 

Mahita faisana amin’ny fanakanan-dalana ny mpitatitra. Tsy afa-bela amin’ny fakàna an-keriny ireo teratany vahiny monina eto amintsika, indrindra fa ny Karàna. Very an-javony ny fikarohana ireo mpanao ratsy. Lany andro miaro ny sezan’ireo mpitondra efa tsy atokisan’ny vahoaka intsony ireo natao hiandraikitra izany. Raha ny jiolahy no tokony hampiasana basy sy fitaovam-piadiana, dia lasa karavasy hiandrasana ny vahoaka tsy haneho ny hetahetany izany. 

Harilaza R.

Ino Vaovao0 partages

FANKALAZANA NY 13 MEY : Rakotra mpitandro filaminana tao Analakely sy ny manodidina

Teo amin’ny manodidina ny kianjan’ny 13 mey dia nahatratra hatrany amin’ny 300 isa no nijoro teny amin’iny toerana iny.

Tsy nahasakana ireo mpanatitra voninkazo teny an-toerana anefa izany. Vao maraina dia efa nanao sesilany nanatanteraka izany ireo fikambanana maro. Isan’ny tonga nanefa ny adidiny ireo mpanara-dia amin’i Alain Ramaroson. Araka ny nambaran’izy ireo dia efa fanaon’i Alain Ramaroson isan-taona ity fanateram-boninkazo eny amin’ny kianjan’ny 13 mey ity ka nanao izany ireo mpanara-dia aminy na dia any am-ponja aza ity farany.

Ankoatra azy ireo dia tonga teny ihany koa ireo mpikambana ao amin’ny RMTF, i Lalatiana Ravololomanana sy ireo mpiara-dia aminy ary i Maitre Olalah. Nambaran’ity farany tamin’izany fa « mariky ny tsy fitiavan-tanindrazana ny fanakantsakanana amin’ny fanamarihana ity andron’ny 13 mey ity ».

Nilamina tsara ihany ny teny amin’ny kianjan’ny 13 mey sy ny manodidina iny. Na izany aza anefa dia betsaka ihany koa ireo mpivarotra no nanidy ny tsenany noho ny tahotra ny mety hisian’ny korontana.

Niony

Ino Vaovao0 partages

FI.ZA.MA.MI : Hitondra ainga vao ho an’ny fikambanana ny filoha vaovao Amable André

Taorian’ny latsa-bato dia voafidy ho filohan’ny fikambanana i Amable André, izay nandimby ny filoha teo aloha, Ralay Christian. Araka izany, am-perin’asa avy hatrany ity filoha vaovao ity. Ny asabotsy teo dia raikitra ny lanonam-pirarian-tsoa tamin’ny fahatratrarana ny taona 2017. 

Tomefy ireto zanak’i Mahajanga sy ireo sakaizan’i Mahajanga ny trano fanaovam-pety “social Canada”. Nohamafisin’ity filoha vaovao ity fa hitondra ainga vao ho an’ny fikambanana ny tenany sy ireo mandrafitra ny birao miaraka aminy. Notsipihiny kosa fa tsy manao politika ny fikambanana fa dia mirona betsaka amin’ny lafiny sosialy, hitondra asa fampandrosoana ny toerana nihaviana sy hitondra anjara biriky amin’ny fifanomezan-tanana amin’ny fampandrosoana ny toerana ilana ravinahitra.

Mijery sy miahy ny maha olona ihany koa ny fikambanana, ohatra amin’izany ny Fitondrana anjara fanampiana ho an’ireo tra-boina, vokatry ny fandalovan’ny rivo-doza, tany Mahajanga ny taona 2016 teo iny. Tsy mialon-jafy ny fikambanana fa misokatra ho an’ny rehetra, izay vonona ny hanaraka ny fitsipika mifehy ny fikambanana, ka ny latsak’emboka avy amin’ny mpikambana sy ny hetsika fitadiavam-bola ataon’ny fikambanana no manabevoho ny kitapom-bolan’ny fikambanana.

Nanolotra fanampiana

Nomem-bonihatra ny Fizamami, niaiky mantsy ny Ben’ny tanànan’i Toamasina, Elysée Ratsiraka fa sambany tokoa no niatrika lanonam-pikambanana toy izao, hatramin’ny nandraisan’ny fitantanana ny Kaominina ambonivohitr’i Toamasina. Ny antony, hoy izy, dia noho ny fahateren’ny fotoana sy ny adidy aman’andraikitra. Ho fanampiana ireto terak’I Mahajanga ireto dia nanolotra vola tao anaty valopy mihidy ny Ben’ny tanàna ho an’ity fikambanana ity.

Nomena sehatra ny kolontsaina

Fotoana tahaka izao no hifanakalozam-baovao avy amin’ny samy mpikambana sady fotoana iray hanehoana amin’ireo vahiny nasaina ny kolontsaina mampiavaka ny faritra efatra mandrafitra ny Faritanin’i Mahajanga. Nandray anjara mavitrika nitondra izany hetsika ara-kolontsaina izany teto ireo mpianatra mandranto fianarana eny amin’ny Anjerimantolo Barikadimy. 

Naseho tamin’izany ny dihy mampiavaka ny faritra Sofia, toy ny baoejy, ny antosy, naseho ihany koa ny antsa Sakalavan’i Boeny ary nampiseho dihy kilalaka ny mpianatra avy any Melaky. Ity faritra ity izay mifanila amin’ny Faritra Menabe any Toliara.Enina taona ny fikambanana

Fantaro fa anisan’ny fikambanana zandriny eto Toamasina ny Fizamami, ny taona 2011 no niorenany, izany hoe vao 6 taona monja. Tao anatin’izay enin-taona izay dia mitombo isa hatrany ny zanaky ny Faritanin’i Mahajanga teo aloha miditra ho mpikambana, ka ity filoha vaovao ity, Amable Andre no Filoha fahatelo mitarika ny fikambanana. Ny tanjona apetraky ny fikambanana dia ny fanamafisana ny firaisan-kina sy ny fihavanana ho an’ny zanak’I Mahajanga aty am-pilàna ravinahitra.

Ravo

Madagascar Tribune0 partages

Place du 13 mai : fin du mouvement pacifique !

Le député de Sakaraha, issu du MAPAR, Tinoka Roberto, l’a martelé sur le podium du 13 mai. « Le mouvement va durcir à partir de jeudi ». Cette déclaration a notamment été faite à l’endroit des hauts conseillers constitutionnels de la Haute cour constitutionnelle (HCC). « Si vous ne rendez votre jugement sur la requête pour déchéance du président de la République avant cette date, nous allons entrer dans une nouvelle phase de la manifestation, pour en finir une bonne fois pour toute », a-t-il ajouté.

Quatre semaines de grève s’en est trop, reconnaissent les députés issus du collectif pour le changement. Ils souhaitent en effet boucler la boucle à leur manière, comme ils ont mené le mouvement à leur manière. Pour eux, l’objectif final reste inchangé : la démission du président de la République et la dissolution des autres institutions de la République, à l’instar du gouvernement actuel.

Le mouvement pacifique toucherait alors à son terme. Les parlementaires issus du collectif pour le changement voudraient mettre davantage la pression, en bloquant « totalement la machine administrative » à partir de jeudi prochain. Pour eux, cette semaine serait la dernière semaine de manifestation sur la place du 13 mai. Elle serait alors synonyme de la chute du régime Hery Rajaonarimampianina, soit par le biais du jugement de la HCC, soit par le biais des manifestants.

Des stratégies pour parvenir à cet objectif seraient déjà en place, confie Tinoka Roberto qui n’a pas voulu entrer dans le détail, malgré sa détermination. Une réunion des députés membres du collectif aurait eu lieu lundi vers la fin de l’après-midi pour mettre notamment au point ces stratégies.

Quoi qu’il en soit, les députés ont annoncé qu’ils vont chercher les étudiants de l’université d’Antananarivo à partir de mercredi. Certains d’entre eux auraient déjà défilé sur la place du 13 mai et auraient demandé aux parlementaires initiateurs du mouvement de venir les chercher à Ankatso cette semaine pour qu’ils puissent grossir officiellement les rangs des manifestants. Le hic est que les étudiants de l’université sont notamment connus pour leur agressivité dans des manifestations populaires auxquelles ils ont participé.

D’un autre côté, un collectif des enseignants des écoles publiques d’Antananarivo a appelé depuis lundi à la fermeture de toutes les écoles de la capitale et des périphéries. Dans la matinée de lundi, ces enseignants grévistes ont fait sortir les employés de la Circonscription scolaire d’Analamanga dont le bureau se trouve à Analakely. Ils se sont par la suite rendus au lycée Gallieni à Andohalo pour faire sortir les lycéens de leur école, mais le responsable de l’établissement aurait déjà pris une mesure à l’avance et aurait décidé d’envoyer les lycéens en vacances jusqu’au 22 mai prochain.

Madagascar Tribune0 partages

Conjoncture politique : Rajaonarimampianina fuit les manifestants ?

Le Président Hery Rajaonarimampianina et son épouse ont visité hier dans la matinée l’unité oncologique de l’hopital HJRA à Anosy. « Dans le but d’améliorer la prévention ainsi que les soins liés aux cancers pelviens, l’unité de dépistage des cancers gynécologique du Centre Hospitalier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona a été entièrement rénovée et équipée de nouveaux matériels de soin. Le Chef de l’Etat a exprimé sa satisfaction quant à la mise en place de ce type d’infrastructure sanitaire qui aidera des milliers de femmes à prévenir et à traiter les formes de cancer gynécologique. »

Ce communiqué de la présidence est bref, à l’image visiblement de la visite éclair du chef de l’Etat dans ce centre hospitalier. Des témoins confirment qu’il n’y est passé qu’une dizaine de minutes tout au plus. Un dispositif de sécurité sans pareil a également été mis en place dans les parages, à la grande surprise de ceux qui ont fréquenté les lieux. Enfin, pour la toute première fois de l’histoire du régime actuel, cette inauguration s’est déroulée en toute austérité, contrairement à ce qu’on a pourtant l’habitude de vivre avec les dirigeants actuels.

L’explication sur cette situation exceptionnelle, voire historique depuis l’avènement de Rajaonarimampianina est le « barrage » que le collectif des 73 députés pour le changement aurait envisagé d’ériger dans le secteur du HJRA lors du passage du cortège présidentiel. Un heurt était alors à craindre. Par mesure de sécurité ou pour fuir tout simplement les manifestants, le président de la République a préféré écourter le plus vite possible la cérémonie prévue pour l’inauguration de ce bâtiment flambant neuf.

Effectivement, plusieurs autres choix s’offraient au chef de l’Etat pour éviter les interprétations politiques de tous bords et la polémique sur le sujet. L’équipe de la sécurité présidentielle aurait pu, entre autres, opter pour l’annulation de la visite du chef de l’Etat si le danger était imminent. Le Président de la République aurait également pu choisir de se faire représenter, d’autant plus qu’il ne s’agissait pas de travaux titanesques qui nécessiteraient un déplacement présidentiel.

Pas plus tard que vendredi dernier, le Premier ministre, Olivier Solonandrasana Mahafaly et des membres du gouvernement ont dû éviter la foule des manifestants qui auraient cherché à les agresser à Anosy. Il aurait quitté les lieux en taxi, mais l’équipe de la communication de la primature a vite démenti cette information.

Madagascar Tribune0 partages

Le sénateur Tim, candidat IRD aux législatives, déchu

Un sénateur élu sous la couleur du Tiako i Madagasikara (Tim) au mois de décembre 2015 et qui s’est présenté aux prochaines élections législatives sous la bannière de la plateforme « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina Rajoelina (IRD) vient d’être déchu de son poste. Le sénateur Jeannot Fernand est un ancien bras droit de Marc Ravalomanana mais il est actuellement en tête de liste de l’IRD dans le district d’Ambato Boeny.

La Haute Cour Constitutionnelle (HCC), saisie par le président du Sénat, Rivo Rakotovao, a prononcé la déchéance de ce sénateur, hier et a désigné son remplacement, en la personne de Mahaliny, suppléant de la liste Tim de Mahajanga. Ce, après avoir constaté la vacance du siège du sénateur Jeannot Fernand.

Jeannot Fernand qui n’a certainement pas résisté à l’attrait du pouvoirs du régime actuel, après la défaite de Marc Ravalomanana à la dernière présidentielle et a dû sentir la dissolution imminente du Sénat, a tourné le dos au TIM pour rejoindre le camp d’en face.

En se présentant aux élections législatives sous la bannière de l’IRD, il a démissionné du parti TIM le 24 mars 2019. Une démission confirmée par le bureau politique de ce parti et qui a saisi immédiatement le président du Sénat de cette infraction des dispositions de l’article 72 de la Constitution ainsi que l’article 73 de la loi organique fixant les règles relatives au fonctionnement du Sénat ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs de Madagascar.

En effet, l’article 72 de la Constitution précise dans son alinéa premier que « Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire ». Ces textes s’appliquent également par analogie au Sénat, conformément à l’article 85 de la loi fondamentale. La déchéance s’agit ainsi d’une sanction pure et simple à l’égard de cet élu.

Les responsables auprès du parti TIM soutiennent que cette déchéance confirme que cette formation politique ne badine pas avec les disciplines du parti et reste fidèle à un principe qu’est l’éthique politique. Les autres candidats TIM aux prochaines élections législatives sont ainsi avertis.

Madagascar Tribune0 partages

Une nouvelle accusation de blanchiment d’argent contre Eddy Maminirina

L’étau se resserre autour de Jean-Eddy Maminirina alias Eddy Bois de Rose. Alors qu’il se trouve déjà en prison, une autre affaire le concernant relative à des faits soupçonnés de corruption de trafic de bois de rose et de blanchiment de capitaux perpétrés depuis 2014 est transmis au Pôle anti-corruption (PAC).

Après avoir reçu une doléance anonyme concernant cette nouvelle affaire, le Bureau anti-corruption a mené ses enquêtes. Les renseignements recueillis auraient mis en exergue des faits suspectés de blanchiment de capitaux d’une centaine de millions d’ariary provenant d’exportation illicite de bois de rose perpétrés par le tristement célèbre trafiquant et deux de ses complices.

Le blanchiment de capitaux étant une infraction assimilée à la corruption à part entière, le Bianco a saisi le PAC pour la suite du traitement du dossier.

Madagascar Tribune0 partages

Une nouvelle accusation de blanchiment d’argent contre Eddy Maminirina

L’étau se resserre autour de Jean-Eddy Maminirina alias Eddy Bois de Rose. Alors qu’il se trouve déjà en prison, une autre affaire le concernant relative à des faits soupçonnés de corruption de trafic de bois de rose et de blanchiment de capitaux perpétrés depuis 2014 est transmis au Pôle anti-corruption (PAC).

Après avoir reçu une doléance anonyme concernant cette nouvelle affaire, le Bureau anti-corruption a mené ses enquêtes. Les renseignements recueillis auraient mis en exergue des faits suspectés de blanchiment de capitaux d’une centaine de millions d’ariary provenant d’exportation illicite de bois de rose perpétrés par le tristement célèbre trafiquant et deux de ses complices.

Le blanchiment de capitaux étant une infraction assimilée à la corruption à part entière, le Bianco a saisi le PAC pour la suite du traitement du dossier.

Madagascar Tribune0 partages

Un sénateur TIM, candidat IRD aux législatives, déchu

Un sénateur élu sous la couleur du Tiako i Madagasikara (Tim) au mois de décembre 2015 et qui s’est présenté aux prochaines élections législatives sous la bannière de la plateforme « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina Rajoelina (IRD) vient d’être déchu de son poste. Le sénateur Jeannot Fernand est un ancien bras droit de Marc Ravalomanana mais il est actuellement en tête de liste de l’IRD dans le district d’Ambato Boeny.

La Haute Cour Constitutionnelle (HCC), saisie par le président du Sénat, Rivo Rakotovao, a prononcé la déchéance de ce sénateur, hier et a désigné son remplacement, en la personne de Mahaliny, suppléant de la liste Tim de Mahajanga. Ce, après avoir constaté la vacance du siège du sénateur Jeannot Fernand.

Jeannot Fernand qui n’a certainement pas résisté à l’attrait du pouvoirs du régime actuel, après la défaite de Marc Ravalomanana à la dernière présidentielle et a dû sentir la dissolution imminente du Sénat, a tourné le dos au TIM pour rejoindre le camp d’en face.

En se présentant aux élections législatives sous la bannière de l’IRD, il a démissionné du parti TIM le 24 mars 2019. Une démission confirmée par le bureau politique de ce parti et qui a saisi immédiatement le président du Sénat de cette infraction des dispositions de l’article 72 de la Constitution ainsi que l’article 73 de la loi organique fixant les règles relatives au fonctionnement du Sénat ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs de Madagascar.

En effet, l’article 72 de la Constitution précise dans son alinéa premier que « Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire ». Ces textes s’appliquent également par analogie au Sénat, conformément à l’article 85 de la loi fondamentale. La déchéance s’agit ainsi d’une sanction pure et simple à l’égard de cet élu.

Les responsables auprès du parti TIM soutiennent que cette déchéance confirme que cette formation politique ne badine pas avec les disciplines du parti et reste fidèle à un principe qu’est l’éthique politique. Les autres candidats TIM aux prochaines élections législatives sont ainsi avertis.

Madagascar Tribune0 partages

Deux vols prévus pour le rapatriement des français

La France poursuit le rapatriement de ses ressortissants sur le sol malgache. Deux vols sont prévus aujourd’hui, le premier en début d’après-midi est un vol spécial d’Air Madagascar sur un appareil de type ATR pour rapatrier les Réunionnais bloqués à Madagascar et le deuxième, dans la soirée, est un vol d’Air Austral en partance pour la France, pour transporter les passagers désireux de se rendre en Hexagone.

L’ambassade de France à Madagascar précise que dans le premier vol, une soixantaine de passagers dont 50 Réunionnais vont quitter Antananarivo. L’avion devrait atterrir à l’aéroport de Rolland Garos à Sainte-Marie, La Réunion en début de soirée. Cet avion de la compagnie aérienne malgache rentrera vide à son retour parce que les autorités malgaches n’ont pas encore autorisé aux ressortissants du pays à l’étranger de rentrer au pays, pour limiter la propagation du coronavirus qui sévit encore dans le pays.

Des sources concordantes nous ont également révélé qu’il y aurait un autre vol qui se prépare pour le 21 mai prochain pour rapatrier toujours les ressortissants français à Madagascar. Il s’agirait d’un vol d’Air France en partance de l’aéroport d’Ivato. Mais l’organisation de ce vol devrait encore attendre l’autorisation des autorités malgaches.

L'express de Madagascar0 partages

Inter entreprises – Parcours sans faute pour Air Madagascar

En roue libre. L’équipe d’Air Madagascar a remporté sa deuxième victoire, samedi, lors de la deuxième journée du championnat d’Analamanga de volleyball loisirs inter entreprises et associations. Après son premier succès face a l’ESCA, la compagnie aérienne a défait l’Ostie par 3 sets à 1.L’équipe hôte a gagné le premier set puis Air Mada­gascar a remporté les trois autres. Akon’i Mandroseza, de son côté, remporte sa première victoire, après sa défaite amère de 2 sets à 3, face à Ostie, lors de la première journée. Les Yvan, Ndreta, Jah, anciens joueurs de Tiko SC ainsi qu’Anja du club Afa, ont souffert pour battre samedi, l’équipe de l’assurance Aro alignant Haja, ancien joueur de Cosfa, par 3 sets à 2.L’équipe de l’assurance a encore mené deux à un, avant l’égalisation de celle de Mandroseza. Cette dernière a ensuite remporté le tie-break par 15 à 11. Au bout du suspense, Salama gagne contre Esca par 3 sets à 2.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Tournoi de tennis « U10 en fête »

L’association Tremplin tennis connue par l’organisation de compétition, pour les jeunes depuis trois ans déjà, concocte un tournoi dénommé « U10 en fête ». Les matches se tiendront au centre culturel et loisirs de la CNaPS à Vontovorona, le 25 mai, jour de Pentecôte, puis le week-end de 27 et 28 mai. En plus des joueurs de la capitale, ce tournoi, qui est également ouvert aux raquettes des autres régions, permettra aux jeunes de s’habituer à la surface rapide.

Midi Madagasikara0 partages

Sports traditionnels : Michel le Dragon revient !

 Après plusieurs années d’absences, Emmanuel Michel Vitry alias Michel Le Dragon revient au devant de la scène. Ce président-fondateur de la confédération « Gasy ka Mahery » de Madagascar ou GA.KA.MA espère faire un retour en force. Pour ce faire, il a rencontré la presse samedi au restaurant « l’An K » au Villa Pradon à Antanimena pour exposer son projet et  présenter son équipe.  A cette occasion, il a donné un avant-goût de son spectacle. Michel Le Dragon a déjà fait parler de lui à travers les démonstrations de force comme casser une pierre de 100 kilos avec un marteau au dessous de  sa tête, remorquer un poids lourd par les mains ou bien se faire rouler dessus par une voiture, s’allonger sur un lit de clous tout en supportant une personne en train de piler du riz sur le ventre entre autres.  « Gasy ka Mahery » de Madagascar est reconnue par l’Académie Nationale des Sports et prône la mise en valeur et la conservation de la culture malgache. Aussi, GA.KA.MA est reconnue par le ministère de la Jeunesse et des Sports depuis avril 2016 et de l’agrément du ministère de la Culture de la promotion de l’artisanat et de sauvegarde du patrimoine. Michel Le Dragon organisera très prochainement une grande manifestation sportive et culturelle au Palais des Sports Mahamasina en collaboration avec le ministère de la Jeunesse et des Sports. « Après mûres réflexions, je suis décidé à retourner pour faire du spectacle ainsi que de la promotion du sport traditionnel et de la culture malgache » a indiqué Michel Le Dragon.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Marc Ravalomanana : Rencontre avec des investisseurs en Allemagne

L’ancien président Marc Ravalomanana poursuit ses déplacements en Allemagne. Samedi dernier, il a rencontré la presse locale qui voulait savoir ce qui se passe réellement à Madagascar. Marc Ravalomanana a déclaré que l’insécurité et la corruption figurent parmi les causes qui rendent réticents les investisseurs étrangers et les bailleurs voulant investir dans le pays. Hier à Hambourg et à Frankfurt, l’ancien président a eu des rencontres avec de nombreux opérateurs et investisseurs. Il a mis hier même le cap sur Amsterdam. A rappeler que le PDG du groupe Tiko et non moins président national du TIM multiplie ces derniers temps ses sorties à l’extérieur. Une occasion pour lui, notamment, de rechercher des partenaires crédibles pour la relance des activités de son groupe.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Transparency International : Pour l’indépendance de la justice

Transparency International-Initiative Madagascar a participé au Groupe de Dialogue Stratégique (GDS) qui s’est tenu la semaine dernière à Mahazoarivo. La thématique de ce 10e GDS était « La lutte contre la corruption et les vindictes populaires ». Lors de cette rencontre, Transparency International-Initiative Madagascar a interpellé l’assemblée sur les enjeux et sujets suivants, l’indépendance de la justice, la lutte contre l’impunité, la mise en place des pôles anti-corruption ainsi que les avis et les recommandations émis par le groupe de travail des droits humains sur les vindictes populaires.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Afrique australe – Les Malgaches débutent bien

La sélection masculine malgache a décroché deux succès de rang, ce weekend à Ankatso, face au Botswana et Maurice. Les filles aussi se sont imposées face aux Botswanaises.

Débuts en fanfare. La sélection masculine a disposé des formations botswanaise et mauricienne (3-0), ce week­end à Ankatso, au cham­pionnat d’Afrique australe catégorie U12 par équipe.Samedi, face au Botswana, Johny Rovanantenaina a apporté la première victoire au camp malgache, face à Denzel Seetso (6/4, 6/3), avant qu’Ugo Razafinjato ne domine Arnold Bleskit (6/3 6/1). En double, Mahefa Rakotomalala et Ugo ont donné le coup de grâce, face au duo Denzel-Arnold (6/1, 6/3).Bien lancés, les jeunes Malgaches ont déroulé face aux Mauriciens, hier, lors de leur deuxième sortie. Ugo a facilement dominé Aaron Rawa (6/2, 6/1). Et Johny a également enregistré un succès facile, face à Samuel Ava (6/0, 6/4). Dans le double, Johny et Mahefa ont porté le coup de boutoir final, face à Aaron et Sebastien Koster (6/2, 6/0).Gestion de la fatigue« C’est bien, on a gagné par deux fois. Dans le jeu, on monte en puissance, mais on n’est pas encore au niveau que j’espérais. Après deux rencontres, les joueurs sont un peu fatigués et il faudra gérer ça. Surtout que les deux prochains adversaires sont les plus forts, à savoir l’Afrique du Sud et le Zimbabwe », a souligné Njaka Randriamalala, entraineur des garçons, à l’issue de ces deux premières sorties.Du côté du tableau féminin, la Grande île était aussi opposée au Botswana, balayé sur le score de trois à zéro également. En simple, Maholy Razakaniaina et Randy Rako­toarilala ont respectivement défait Macedi Raguin (6/1, 6/0) et Asthane Patatshwane (6/2, 6/0). Et en double, Randy était associé à Miotisoa Rasendra. Les deux n’ont fait qu’une bouchée d’Astha­ne et de Lily Poelly (6/3, 6/1).La compétition se poursuit, ce lundi. Toutefois, le programme des matches n’a pas encore été publié pour l’instant.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Walking jazz – Sity Rakoto & Friends enivre le public

L'express de Madagascar0 partages

Duo du coeur – Lilie et Rija Ramanan-toanina cartonnent

On ne se lasse jamais de leur prestation. Partout où ils se produisent, seul(e) ou accompagné(e), Lilie et Rija Ramanantoanina rameutent du monde. Leur voix et leurs titres embaument le cœur. Leur performance à La Cabane à Andavamamba, du vendredi soir fut une preuve d’amour par trois.Leur duo attendrissant a marqué la première partie. Quelques passages en solo des deux stars se sont succédé durant la deuxième partie. L’interaction du public avec leur idole pour interpréter sur scène quelques morceaux au choix s’est présentée comme la cerise sur le gâteau. La soirée a évolué, à la fin, en une ambiance euphorique avec les titres entrainants du moment que le Dj a programmés pour enflammer la piste de danse.Cet établissement de la capitale ponctue ses week-ends par des cabarets avec de grands artistes pour gâter sa clientèle. Sa formule est simple. Le ticket d’entrée donne droit à une consommation de la même valeur. Et tout le monde éprouve son sentiment dans ce concept. L’établissement, les artistes et la clientèle en réjouissent.

R. R.

L'express de Madagascar0 partages

Saveurs culinaires – Le « goût péi » marque Le Terrace 

C’est dans une vieille marmite qu’on arrive à faire de la bonne soupe. Ce vieil adage s’est de nouveau confirmé lors la soirée « Tropikal night kod créol » du vendredi 12 mai à la brasserie Le Terrace sise au Pradon Trade Center d’Antanimena. Mamaze, la maman du patron de l’établissement a séduit le public avec ses recettes pour relever le goût d’un « menu spécial trois saveurs péi ».Cette bonne femme créole adore les épices. Pour son passage dans la Grande île, Mamaze a amené le nécessaire pour réussir sa rougaille saucisse, sa boucané au choux gingembre, son carry poulet combava, et son « rougail dofé dakatine». L’accompagnement riz et pois du cap a respecté la tradition culinaire de l’île sœur. Ces suggestions mettaient la cuisine réunionnaise à l’honneur.Les clichés du vidéo mapping animaient la mezzanine de la salle en évoquant la beauté et la joie de vivre de l’île de La Réunion. L’ambiance répondait à l’attente de l’assistance dont la plupart sont venus exprès pour leur nostalgie du pays. Une autre destination est déjà à prévoir pour bientôt.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Trass Tsiadana – Samoela, de l’énergie encore et toujours

Après son énorme succés à Antsahamanitra, le grand monsieur de Be mozik, Samoela Rasolofoniaina dit Samoela, s’est emparé du restaurant le Trass Tsiadana, vendredi soir. Il a interprété ses nombreux tubes délirants, dans l’énergie et la bonne humeur. En effet, son public aime toujours son humour, son énergie revigorante, ses chansons bondissantes, ses belles trouvailles de mise en scène, sa façon de titiller la guitare…  Depuis 1996, il est l’un des rares chanteurs malgaches à avoir tissé un lien profond et indéfectible avec son public.Le concert était riche en émotions et fidèle à ce que Samoela a l’habitude d’offrir à ses fans. À chaque morceau envoyé, la foule, debout, en réclamait encore plus.Samoela a transformé le Trass en un véritable champ de fête et a su prouver que son répertoire ne manquait pas de tubes.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Accident à Anjozorobe – Attente d’une décision nette

Le procès de l’accident de circulation qui avait fait quarante sept morts et vingt-quatre blessés survenu le 28 janvier à Anjozo­robe se tiendra demain à la cour correctionnelle d’Anosy. L’absence du représentant de l’assurance durant l’audience qui devait se dérouler le mardi 18 avril est à l’origine du report. Le propriétaire du camion et le chauffeur avaient, pourtant, comparu devant le tribunal. Ce dernier a été renvoyé dans la maison centrale d’Antanimora pour homicide involontaire. Selon une source judiciaire, le tribunal maintient la date de demain afin d’éviter un éventuel pourvoi en cassation de cette affaire. « Le résultat, la liberté provisoire du propriétaire du camion, lors du dernier procès en avril n’a pas plu à l’assistance, ce qui aurait causé un pourvoi », a-t-elle indiqué.D’ailleurs, les familles des victimes et les autorités locales ont demandé à ce que la décision de la justice soit transparente, d’après les explications du maire d’Ambon­gamarina rendues à la gendarmerie. « Aucune commission rogatoire n’est nécessaire. Certains pensent que le procès aurait pris une autre tournure et plusieurs personnes me posent trop de questions sur ce sujet. Tout est déjà entre les mains du tribunal», a expliqué le commandant de lacompagnie territoriale de la gendarmerie nationale de l’Imerina saisie de l’enquête, Emma Zafamantsoa, par le biais du chef d’escadron.Le poids lourd a fait une sortie de route en plongeant dans le fleuve de Mananara. « Nous allons montrer aux membres restants de la famille notre désolation en assistant au procès », a souligné le chef de fokontany d’Ambonga­marina.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Deux nouvelles promotions à l’Acmil

Un point de presse s’est tenu au ministère de la Défense nationale, hier. L’ouverture de candidatures pour les examens d’entrée à l’Académie militaire d’Antsirabe y a été annoncée. Deux promotions seront ouvertes cette année, dont la 40e promotion du peloton direct. Soixante places sont à briguer, à raison de trente pour les civils dont six attribuées aux femmes et trente pour les sortants d’école préparatoire militaire. Treize places sont, par ailleurs, destinées à la nouvelle promotion du peloton de formation militaire des cadres spécialisés (PFMCS). Le concours d’entrée devrait se tenir en Août.

L'express de Madagascar0 partages

Des navires de guerre chinois au port de Toamasina

Follow @lexpressmadaDu lourd. Au ministère de la Défense nationale, l’on parle d’une première, à Madagascar. Trois bâtiments de la 25e flotte font halte au port de Toamasina. Deux navires de guerre estimés à 120m de long et un ravitailleur de 175m « effectuent une escale technique », dans le grand port, depuis ven­dredi, et devraient lever l’ancre soit, ce jour, soit demain, selon les explications.Les bâtiments des forces navales chinoises viennent de terminer une mission d’escorte de cargos dans les eaux somaliennes et ont fait un détour au port, de Toamasina, pour effectuer des entretiens et des contrôles techniques. « Il y a des niveaux de normes requises en matière d’entretien de navires de guerre. L’entretien de première echelon peut donc, être fait au port de Toamasina, puisqu’ils sont là mais, pour les autres niveaux, je doute fort que nous ayons les moyens requis », déclare une source militaire contactée.Même pour une escale technique, la présence de tels bateaux au port de Tomasina, a intrigué l’opinion. De prime abord, avec cette « escale technique », la Chine veut opérer une opération de charme diplomatique, notamment, en matière de coopération militaire. Un domaine où les États-Unis, la France et l’Union européenne, entre autres, accélèrent la cadence. Un intérêt qui s’explique par la position stratégique de Mada­gascar, dans la zone Sud-Ouest de l’océan Indien, et du canal de Mozambique. Rien que dans le canal, la circulation de plus de cinq mille bateaux sont recensés, par jour.Follow @lexpressmada

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Analamanga – VBCD et Cosfa assurent derrière GNVB

Quatre matches en première division masculine étaient au programme de la septième journée du cham­pionnat d’Analamanga du volley ball. VBC Diamant conserve sa position de dauphin derrière GNVB. VBCD a battu par 3 sets à 1 CS Anjanahary. Ce dernier a tout de même ravi le premier set par 25 à 15. VBCD a raflé les trois au­tres.Cosfa, pour sa part, occu­pe la troisième place après sa nette victoire de 3 sets à 0 face à Akany Sambatra Itaosy. Les gendarmes étaient au repos ce week-end. Voara a, de son côté, défait RVB par 3 à 0.Quant aux autres résultats, la Jeunesse sportive d’Ambatonilita gagne contre Manjakamiadana VBC par 3 à 1 et Voara défait pour sa part RVB par 3 à 0. Chez les dames, VBCD1 garde le fauteuil de leader avec sept victoires en autant de matches. Hier, Hoby et compagnie se sont imposées sans difficulté par 3 sets à 0 face à Voara.Même résultat pour la rencontre entre AMVB et et ASI-2, victoire en faveur du club de Mandroseza. Dans le Top3, JMVB conserve sa position en laminant par 3 sets à 0 l’ASSM.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

La télévente s’apprend

Travailler dans les centres d’appel requiert une expérience particulière en matière linguistique et locutrice. Les jeunes s’intéressent actuellement au poste d’opérateur en service-clients, or, aucune école ne dispense les formations nécessaires répondant à ce besoin. «Le fait d’avoir un bon niveau de français ne suffit pas. Certes, la formation sur le tas aide beaucoup mais il importe de travailler la voix, l’intonation, les techniques d’appel, la vente d’un produit ainsi que la maîtrise de soi pour que l’interlocuteur à l’autre bout du fil soit rassuré et ait confiance en nous car il s’agit de vendre», expose Camille Rabearisoa, conseillère clients dans un centre d’appel de la capitale.Compte tenu du boom de ces centres, Kentia formation organisera les 23 et 24 mai, au Centre social Arrupe Faravohitra, un séminaire sur la télévente. Celui-ci s’adresse aux conseillers client/ chargés de clientèle en poste, bacheliers souhaitant travailler dans un centre d’appels/de contact, télévendeurs en poste, personnes souhaitant entrer dans le domaine. Andry Andriampara, formatrice consultante aux métiers de la relation client prendra en main l’apprentissage .Farah Raharijaona

Madagate0 partages

France. Premier discours officiel du Président Emmanuel Macron

CLIQUEZ ICI POUR LA VIDÉO

C’était le dimanche 14 mai 2017 au Palais d’État de l’Élysée, après le départ de François Hollande. Grandes lignes du premier discours officiel d’Emmanuel Macron en tant que président nouvelle élu de la république française.

"Les Français ont choisi le 7 mai dernier l'espoir et l'esprit de conquête.

Le monde entier a regardé notre élection présidentielle. Partout on se demandait si les Français allaient décider à leur tour de se replier sur le passé illusoire, s'ils allaient rompre avec la marche du monde, quitter la scène de l'histoire, céder à la défiance démocratique, l'esprit de division, et tourner le dos aux Lumières, ou si au contraire ils allaient embrasser l'avenir, se donner collectivement un nouvel élan, réaffirmer leur foi dans les valeurs qui ont fait d'eux un grand peuple.

La responsabilité qu'ils m'ont confiée est un honneur dont je mesure la gravité. Le monde et l'Europe ont aujourd'hui plus que jamais besoin de la France. (...) Le monde a besoin de ce que les Françaises et les Français lui ont toujours enseigné: l'audace de la liberté, l'exigence de l'égalité, la volonté de la fraternité.

Depuis des décennies la France doute d'elle-même: elle se sent menacée dans sa culture, dans son modèle social, dans ses croyances profondes, elle doute de ce qui l'a faite. Voilà pourquoi mon mandat sera guidé par deux exigences. La première sera de rendre aux Français cette confiance en eux depuis trop longtemps affaiblie. Oh, je vous rassure, je n'ai pas pensé une seule seconde qu'elle se restaurerait comme par magie le soir du 7 mai. Ce sera un travail lent, exigeant mais indispensable.

Pour cela, je ne cèderai sur rien des engagements pris vis-à-vis des Français. Tout ce qui concourt à la vigueur de la France et à sa prospérité sera mis en œuvre. Le travail sera libéré, les entreprises seront soutenues, l'initiative sera encouragée. La culture et l'éducation, par lesquelles se construit l'émancipation, la création et l'innovation seront au cœur de mon action.

Tout ce qui forge notre solidarité nationale sera refondé, réinventé, fortifié. L'égalité face aux accidents de la vie sera renforcée.

Tout ce qui fait de la France un pays sûr, où l'on peut vivre sans avoir peur, sera amplifié. La laïcité républicaine sera défendue. Nos forces de l'ordre, notre renseignement, nos armées réconfortées.

L'Europe dont nous avons besoin sera refondée et relancée car elle nous protège et nous permet de porter dans le monde nos valeurs.

Nos institutions, décriées par certains, doivent retrouver aux yeux des Français l'efficacité qui en a garanti la pérennité. Car je crois aux institutions de la Ve République et ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour qu'elles fonctionnent selon l'esprit qui les a fait naître. Pour cela je veillerai à ce que notre pays connaisse un regain de vitalité démocratique. Les citoyens auront voix au chapitre, ils seront écoutés.

Les efforts de mes prédécesseurs en ce sens ont été remarquables et je veux ici les saluer. Je songe au Général De Gaulle qui œuvrera pour redresser la France et lui rendre son rang dans le concert des nations. Je songe à Georges Pompidou qui fit de notre pays une puissance industrielle majeur. A Valéry Giscard d'Estaing qui sut faire entrer la France et sa société dans la modernité.

A François Mitterrand qui accompagna la réconciliation du rêve français et du rêve européen. A Jacques Chirac nous donnant le rang d'une nation sachant dire non aux prétentions des va-t-en guerre. A Nicolas Sarkozy ne comptant pas son énergie pour résoudre la crise financière qui avait si violemment frappé le monde. Et je songe bien sûr à François Hollande faisant œuvre de précurseur avec l'accord de Paris sur le climat et protégeant les Français dans un monde frappé par le terrorisme.

Aujourd'hui, Mesdames et Messieurs, le temps est venu pour la France de se hisser à la hauteur du moment. Les divisions et les fractures qui parcourent notre société doivent être surmontées, qu'elles soient économiques, sociales, politiques ou morales.

La mission de la France dans le monde est éminente. Nous prendrons toutes nos responsabilités pour apporter chaque fois que ce sera nécessaire une réponse pertinente aux grandes crises contemporaines, qu'il s'agisse de la crise migratoire, du défi climatique, des dérives autoritaires, des excès du capitalisme mondial et bien sûr du terrorisme.

La France veillera toujours à être au côté de la liberté, des droits de l'Homme, mais toujours pour construire la paix dans la durée.

Je sais que les Françaises et les Français en cette heure attendent beaucoup de moi. Ils ont raison. Car le mandat qu'ils me confient leur donne sur moi le droit d'une exigence absolue.

J'aurai dans le même temps la volonté constante de réconcilier et rassembler l'ensemble des Français.

En ce qui me concerne, dès ce soir, je serai au travail".

 

L'express de Madagascar0 partages

Vingt-trois projets de loi

À entendre ce qui a été dit durant la cérémonie d’ouverture de la première session de l’Assemblée nationale le2 mai, vingt-trois projets de loi, au moins, devront être au programme des soixante jours de travaux parlementaires. Un projet de loi de finances rectificative, notamment, devrait être soumis à l’aval de la Chambre basse et du Sénat, durant cette première session.