Les actualités Malgaches du Lundi 15 Avril 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara38 partages

Andry Rajoelina à Ambilobe : « Le TGV ne fait pas marche arrière »

Andry Rajpoelina a lui-même conduit la voiture sur une partie de la RN5A pour constater l’état déplorable de la route.

« Le TGV ne comporte pas de marche arrière ». C’est ce qu’a déclaré le président Andry Rajoelina samedi dernier lors de sa descente à Ambilobe. Une manière à lui de confirmer sa détermination à respecter son « Velirano » et à mettre en oeuvre tous les programmes d’envergure inscrits dans l’Initiative pour l’Émergence de Madagascar.

Une semaine après avoir donné le coup d’envoi de la construction de la voie rapide reliant le Port de Toamasina à la route nationale numéro 2, le Chef de l’Etat s’est rendu dans l’Ankarabe pour concrétiser un autre engagement qu’est la réhabilitation de la RN5A reliant Ambilobe – Vohémar. Un axe ayant toujours été connu sous l’appellation « La piste de l’enfer ». En effet, samedi dernier, le 13 du mois, l’ex-candidat « numéro 13 » a entamé les premiers coups de pelle des travaux de réhabilitation de la RN5A. Décidément, le chiffre 13 n’est pas anodin. Il est prémonitoire pour le leader du « Volomboasary ».

Accord cadre. Trois jours après la signature au Palais d’Etat d’Iavoloha, de l’Accord cadre relatif au financement à hauteur de 155 millions de dollars pour ce projet, les travaux vont commencer. « Cette fois-ci, ce ne sera plus une simple promesse comme ce fut toujours le cas lors des précédents régimes », a martelé le Chef de l’Etat. En effet, les engins sont déjà sur place. Le « Bye bye Godra » sera effectif d’ici deux ans. Les voyageurs pourront terminer en trois heures la route lamentable d’Ambilobe – Vohémar qu’on fait jusqu’ici en 24h. Dans son discours, le président Andry Rajoelina a riposté à ses détracteurs, et ce, pour la première fois depuis son accession à la tête du pays. « C’est cet Accord cadre qui marque le déblocage du financement des travaux. Les précédents régimes n’ont pas pu commencer les travaux car ils ne bénéficiaient pas de la confiance de la Communauté internationale et des bailleurs de fonds. Ils n’ont réussi à réaliser même un mètre de bitume », a-t-il déclaré. D’ailleurs, dans son discours, le Chargé d’affaires de l’Ambassade de Chine a salué l’efficacité et la rapidité d’Andry Rajoelina qui, en trois mois de régime, réussit déjà à mettre en oeuvre des projets structurants qui vont apporter un changement sur le plan économique et social, non seulement au niveau des régions concernées, mais aussi dans tout Madagascar. Les régions SAVA et DIANA ont particulièrement été gâtées. Pas plus tard que le 7 mars dernier, la Première Dame, Mialy Rajoelina a installé la première usine de transformation d’éthanol à Ambilobe. Ce district a également été la première ville à avoir été visitée par le Chef de l’Etat quelques jours seulement après son investiture, lors de l’épidémie de rougeole.

Réhabilitation de la RN5A. Selon le ministre de l’Aménagement du territoire, du Logement et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo, les travaux de construction de la route nationale RN5A durera 24 mois. 151 kilomètres de route seront entièrement bitumés. Le projet prévoit la construction de cinq nouveaux ponts au niveau de l’axe Ambilobe – Vohémar. Dix autres ponts déjà existants vont également être rénovés. Il convient de rappeler que la réhabilitation de la RN5A est le fruit d’un partenariat gagnant-gagnant entre le gouvernement malgache et le gouvernement chinois. C’est l’entreprise « China Road and Bridge Corporation » (CRBC) qui se chargera de la réalisation des travaux. Huit communes, à savoir, Marivorahona, Ambakirano, Betsiaka, Maromokotra, Daraina, Madirobe, Ampondra et Vohémar, et 1.700.000 personnes vont bénéficier des retombées économiques et sociales de ce projet.

Difficulté d’accès. Pour se mettre à la place de la population du Nord qui a vécu le calvaire de cette route pendant une trentaine d’années, et pour s’imprégner de la véritable difficulté d’accès, le président Andry Rajoelina a emprunté une partie de la route nationale RN5A en conduisant lui-même un véhicule. Le numéro Un d’Iavoloha a aussi survolé en hélicoptère la commune de Marivorahona où le pont est complètement ravagé suite à la montée des eaux. Le pont de Marivorahona sera remis à neuf incessamment. Les travaux vont débuter d’ici dix jours, a fait savoir Andry Rajoelina. Il a aussi annoncé la réhabilitation d’ici la fin d’année de la route reliant Ambanja – Ambilobe – Diégo. Mis à part les autorités locales, le roi de l’Antakarana ISSA Tsimiraho III a aussi assisté à la cérémonie.

Davis R

Midi Madagasikara16 partages

By-pass : Deux bandits ciblant un convoyeur de fonds abattus

Ils ont mis la barre trop haute ! Les deux bandits ont pris comme cible un convoyeur de fonds de la société Brinks, le plus sécurisé dans le pays. Samedi vers 13heures et quart, ils ont attendu l’arrivée du fourgon. Les agents du Brinks avaient pour mission de recouvrer la somme dans le guichet unique de la banque BNI sur place. Une fois l’opération faite, les bandits viennent de nulle part et se bousculaient dans le convoi. Un affrontement s’est produit entre les occupants de la voiture et les malfrats. Des cris ont alerté les éléments de la gendarmerie qui étaient sur place pour des opérations de ratissage. Ces derniers interviennent et tirent sur les bandits. Deux des assaillants ont été abattus sur le coup. Sur place, une moto scooter et un pistolet automatique déjà armé, ont été saisis par les éléments des forces de l’ordre. La voiture de Brinks a quitté précipitamment le lieu et tout le monde pensait que des bandits étaient à l’intérieur. Une dizaine de minutes plus tard, les convoyeurs ont signalé la gendarmerie qu’ils sont hors du danger et que la décision vient d’eux-mêmes pour éviter toute autre éventualité de cambriolage. Il est rare que les bandits osent s’attaquer à un véhicule blindé, qui plus est, toujours sous bonne escorte. Comme s’ils ne savent pas que des hommes cagoulés et munis de fusils à pompe sont à l’intérieur et sont habilités à intervenir à tout moment…

D.R

Midi Madagasikara7 partages

Jeannot Ravonimbola : « Le MJS ne gouverne plus le sport à Madagascar, ce sont les fédérations qui dict...

Inspecteur de la Jeunesse et des Sports formé au Sénégal, sortant de l’EN 3, spécialiste en éducation et sciences des sports et management à Düsseldorf de 1987-1989, ancien international et directeur technique national de la Fédération malgache de basket-ball, directeur du sport fédéral de 1997 à 1999 et directeur régional des sports Boeny de 2003-2017, Jeannot Ravonimbola connait bien le sport malgache. Face à la situation actuelle du sport malgache, il nous a livré son point de vue dans une interview où il ne mâche pas ses mots.

MIDI Madagasikara (MIDI): En tant que grand champion, technicien, comment voyez-vous la situation du sport à Madagascar et quelle est la raison principale de ce dégringolade ?

Jeannot Ravonimbola (J.R) : « Vu les résultats que nous constatons et voyons actuellement, la situation du sport à Madagascar est chaotique et catastrophique, alarmant, par rapport aux années 70, 80 et 90. Madagascar a occupé la scène africaine et les premiers rangs dans l’Océan Indien. Bref, le top 20 du sport en Afrique. Par exemple, aux Jeux Africains de 1999 en Afrique du sud où j ai été le directeur du sport fédéral, Madagascar était à la 11e place sur 54 pays. Aujourd’hui, le pays est à la 5e place avant les derniers. La raison est simple, le MJS n’a plus sa raison d’être. Ce sont les fédérations qui commandent le ministère et font la loi. Le sport n’est pas une priorité, par ceux qui se sont succédé à commencer par le Président de la République. L’absence des textes législatives en matière de sports et la non application des lois, le manque des infrastructures sportives, le manque de formation spécialisée pour nos encadrements techniques et sportifs sont les véritables lacunes et problèmes. Le sport de haut niveau exige de véritables spécialistes. Les anciens sportifs ne sont pas suffisants. La périodisation des entraînements est totalement écartée et bâclée, les joueurs et sportifs s’entraînent aveuglement. Les sportifs sont mal nourris, leurs efforts ne sont pas compensés, la diététique sportive n’est pas du tout appliquée »

MIDI : Comment retrouver l’autorité du MJS bafouée par des fédérations et qui abusent de la délégation de pouvoir accordée par le ministère entre autres le refus d’organiser les AG, vote de quitus, détournement de fonds ?

J.R: « La délégation de pouvoir est donnée à la fédération par le MJS, un texte réglementaire régit cette délégation, chaque fédération est sous tutelle du ministère, il suffit de les appliquer et de les respecter et tout marche. Mais ce qui manque est que les deux entités ne se soucient même pas de l’existence de ces textes, on l’ignore carrément. L’ancien Directeur Général des sports est parmi ceux qui ont élaboré les textes, il est mieux placé pour les appliquer. Dommage il a été remercié. Mais avec un Secrétaire Général ou un ministre qui ne pense qu’à leur chaise, qui ne connaissent même pas l’existence de ces textes. Je me demande pourquoi l’actuel SG n’arrive pas à sortir la loi sur le sport, bien qu’il fût là depuis plusieurs années, en tant que SG et DG. Ce qui signifie qu’il ne comprend rien sur le développement du sport au pays. Il a peur des fédérations. Il n’ose même pas les interpeller pour leur demander pourquoi elles n’organisent pas leurs AG. Il n’ose pas inspecter et contrôler les fédérations pour l’utilisation des aides financières reçues. Il est complice avec TAFITA et les fédérations dans la gestion non transparente sur les dépenses et les différentes aides. Les clubs n’ont jamais accès aux aides de TAFITA, mais seulement les fédérations. TAFITA est- il vraiment nécessaire pour le développement du sport et de la jeunesse à Madagascar ? Ou uniquement pour une minorité de personnes. Il est temps aussi de changer les textes »

 MIDI: Et le volet gouvernance…?

J.R : « Le MJS ne gouverne plus le sport à Madagascar, ce sont les fédérations qui dictent leur loi contrairement aux deux décennies auparavant. C’est le monde à l’envers, quand elles n’obtiennent pas ce qu’elles veulent, les fédérations menacent le MJS par des textes des fédérations internationales ou convoquent des conférences de presse. Il ne faut pas oublier que Madagascar est régit par ses propres lois et textes »

MIDI : Les nominations au sein du MJS ont fait couler beaucoup d’encre et générer des contestations. Qu’en pensez-vous ?

J.R : « Je suis tout à fait d’accord avec eux, je suis de même avis. Il y a trop d’ incapables à commencer par le ministre, qui est un néophyte dans le métier. Un militaire, un médecin, ou tant d’autres qui n’ont aucun vécu sportif ne connaissent rien en sport, et surtout en matière de la jeunesse. C’est logique que le ministre nomme un SG ou directeurs à sa façon. Quand j’ai suivi une formation à Dakar, Sénégal lors de mon obtention de mon diplôme d’Inspecteur de l’Education populaire de la Jeunesse et des Sports de 1994 à 1996, j’ai suivi le cursus de formation de nos athlètes boursières de la CONFEJES, à Thiès. L’actuelle DG des sports était là- bas aussi, et dire que personne ne savait ce qu’ils sont devenus. Elle a eu juste un certificat et non un diplôme équivalent de Master d’où les faux diplômes évoqués par nos spécialistes en sports et jeunesse. Je tiens à signaler que le CONFEJES ne délivre jamais de diplôme. Et en plus, si étonnant aussi l’attitude de l’ancien directeur général de l’ANS ».

MIDI : Le corps des Inspecteurs de la Jeunesse et des Sports est resté silencieux ces derniers temps, pourquoi? Vous avez déjà été le président il y a plus de dix ans ?

J.R : « Les inspecteurs ne quémandent pas un poste quelconque, ils sont spécialistes en matière de sport et surtout la jeunesse. Ce qui signifie que le Ministère est leur terrain de travail. Dommage qu’à chaque changement de gouvernement, ils sont les premiers oubliés. Les inspecteurs ont reçu des formations multidisciplinaires, des collègues ont occupé des postes de SG, DG, ambassadeur ou ministre, dans les institutions. Ils sont des véritables managers pour le développement socio-économique du pays. Actuellement, le corps des inspecteurs de la Jeunesse et des Sports est en voie de disparition car la plupart des membres sont partis à la retraite. C’est bien dommage pour le pays, et surtout pour le sport et la jeunesse »

Recueilli par T.H

Midi Madagasikara6 partages

Sénat : Manœuvre de déstabilisation contre le bureau permanent

Rivo Rakotovao résistera-t-il à cette deuxième tentative de destitution ?

Rivo Rakotovao et consorts feront face à une nouvelle manœuvre de déstabilisation initiée par des sénateurs de leur propre famille politique.

Le bureau permanent de la Chambre Haute se trouve de nouveau confronté à une manœuvre de déstabilisation fomentée par une majorité fictive formée au lendemain de l’accession au pouvoir d’Andry Rajoelina. Cependant, cette nouvelle tentative de déstabilisation reste timide malgré le fait qu’on connaît quelques têtes des acteurs qui manigancent pour le départ de Rivo Rakotovao et consorts. Parmi les principaux acteurs de cette tentative figurent trois anciens sénateurs du HVM, à savoir l’ancien ministre Riana Andriamandavy VII, l’actuel vice-président Kolo Roger et le sénateur d’Atsimondrano Randriamihaingo Berthin. Le sénateur Lylison fait également partie du clan. D’après nos sources, le président du sénat Rivo Rakotovao ne bénéficierait plus du soutien des sénateurs qui l’ont propulsé à l’époque à la présidence de la Chambre Haute, à l’exception du celui du vice-président pour la province d’Antsiranana Amido et du vice-président pour la province de Toamasina Malo Benoît. A rappeler qu’au lendemain de la victoire d’Andry Rajoelina au deuxième tour de la présidentielle, la majorité pour ne pas dire tous, des sénateurs HVM, ont basculé dans le camp du vainqueur. Certains d’entre eux n’ont plus soutenu le candidat du parti Hery Rajaonarimampianina au 1er tour de cette élection. Pire, d’autres ont quitté le navire avant même la campagne électorale du 1er tour.

Faute lourde. La procédure semble longue et compliquée pour la déchéance des membres du bureau permanent de la Chambre Haute. Le règlement intérieur de cette Institution prévoit que cette déchéance ne peut être possible qu’en cas de faute lourde. Y a-t-il alors faute lourde pouvant justifier la déchéance ? Par ailleurs, si ladite procédure est enclenchée, il faudra obtenir au moins l’adhésion de 2/3 des sénateurs pour que la déchéance soit votée. L’autre question qui se pose porte sur le moment de cette opération de déchéance. Actuellement, les sénateurs ne sont pas en session. Et ils ne pourront siéger qu’au mois d’octobre (deuxième session ordinaire) parce que la première session ordinaire du mois de mai ne pourra pas se tenir, faute des députés à l’Assemblée nationale. Si les fomenteurs de la déchéance ne veulent donc pas attendre le mois d’octobre, il faudra une session extraordinaire qui ne peut pourtant se tenir qu’avec l’accord de la majorité absolue des sénateurs. En tout cas d’après nos sources, les sénateurs élus et désignés sous les couleurs du HVM se réuniront demain pour décider de la suite à donner à cette manœuvre de déstabilisation contre le bureau permanent de la Chambre Haute.

Mise en veilleuse. Le sénat est en quelque sorte mise en veilleuse depuis le 5 février 2019, date d’expiration du mandat des députés d’après un avis de la HCC. Et ce en vertu de l’alinéa 4 de l’article 84 de la Constitution qui dispose : « Lorsque l’Assemblée nationale ne siège pas, le Sénat ne peut discuter que des questions dont le gouvernement l’a saisi pour avis, à l’exclusion de tout projet législatif ». Autrement dit, les sénateurs chôment depuis l’expiration du mandat des députés. Par contre, ils continuent de bénéficier de leurs indemnités et divers avantages liés à leurs fonctions. La mise en veilleuse de la Chambre Haute ne sera ainsi mise fin qu’à l’entrée en fonction des nouveaux députés élus à l’issue du scrutin du 27 mai prochain. En attendant, le président de la République légifère par voie d’ordonnance. Et son premier acte serait la mise en vigueur de la Loi de Finances Rectificative 2019 qui, sauf changement de chronogramme, sera soumis au Conseil des Ministres mercredi prochain.

R. Eugène

Midi Madagasikara3 partages

Football – CAN : Les Barea débutent avec le Sili de Guinée

Bolida a été touché à la cheville.

Les matchs des Barea de Madagascar à la Coupe d’Afrique des Nations se disputeront à Alexandrie. Les rencontres entre Madagascar, la Guinée et le Nigeria sont sous le signe des retrouvailles.

Les protégés de Nicolas Dupuis débutent leur campagne à la CAN en Egypte contre la Sili National de Guinée le 22 juin. C’est une retrouvaille entre les deux formations, mais cette fois-ci en match de poules de la phase finale de la CAN, si en 2011, les deux sélections se sont affrontées dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2013. Les Malgaches classés 107e sont à leur première participation à la CAN, si leurs adversaires, classés 68e mondial goûtent leur 12e CAN en Egypte du 21 juin au 19 juillet. La rencontre entre Burundi et Madagascar le 27 juin, c’est-à-dire le lendemain de la fête nationale est le duel de « petits poucets ». Madagascar tout comme le Burundi vient pour la première fois à la CAN. La bande à Faneva Ima ne connait pas trop cette sélection burundaise qui s’est permis de luxe d’éliminer le Gabon de Pierre Aubameyang. La dernière rencontre des Barea se jouera contre les Super Eagles de Nigeria. Les Nigérians sont les favoris du groupe B, ayant disputé la dernière Coupe du monde en Russie en 2018. « Je ne crois pas que le fait de jouer contre deux novices soit un avantage. Les pays qui, comme Madagascar ou le Burundi, viennent pour la première fois, jouent en général avec beaucoup d’enthousiasme. Ils viennent aussi avec beaucoup de supporters. J’ai beaucoup de respect pour Madagascar. C’est un pays que j’adore. Il y a beaucoup de bons footballeurs là-bas. Il y a aussi le Burundi qui a sorti le Gabon en éliminatoires. Il ne faudra pas sous-estimer les Burundais. En tout cas, on les prendra très au sérieux » a expliqué Gernot Rohr, entraîneur du Nigeria après le tirage au sort. Mais à deux mois de cette joute continentale, deux joueurs malgaches sont blessés à savoir Lalaina Nomenjanahary touché à la cheville et Zotsara Randriambololona au genou droit. Comme les Barea sont maintenant fixés sur leurs adversaires, les férus du ballon rond et les joueurs attendent une préparation digne d’une équipe qualifiée à la CAN. En sport, il n’y a pas de magie, on ne récolte que ce qu’on mérite ….

T.H

Calendrier

22 juin : Madagascar contre Guinée.

27 juin : Madagascar contre Burundi.

30 juin : Madagascar contre Nigeria.

Madagate2 partages

Ankorondrano. 100 photos du Centenaire de l'OIT

Le discours du Premier ministre Christian Ntsay ICI

Reportage photographique de Jeannot Ramambazafy et notre équipe du RJSET (Réseau des Journalistes Spécialisés en Emploi et Travail) initié par Christian Ntsay lorsqu’il était Directeur du Bureau Pays de l’océan Indien de l’OIT

 

Midi Madagasikara1 partages

Sourcin Voyage : 56 passagers en partance pour les USA demain

: Les passagers de USA 1 de Sourcin Voyage lors de la conférence de présentation

Du 16 avril au 2 mai, des touristes malgaches âgés de 4 à 75 ans auront l’occasion de découvrir des grandes villes et des endroits mythiques aux Etats-Unis

C’est parti pour les premiers passagers de la première édition de la destination Etats-Unis. Ils seront 56 personnes de tous les âges à prendre le départ prévu demain.

Grande première. Et comme Sourcin Voyage tient avant tout à leur offrir un voyage de rêve, ils ont été mis au parfum de leur périple au pays de l’oncle Sam, lors d’une conférence qui s’est tenue samedi dernier dans la salle de conférence du somptueux Hôtel Le Fred à Antaninandro. Une grande première à Madagascar puisque les clients de Sourcin Voyage ont eu droit à un traitement cinq étoiles lors de ce briefing suivi d’une réception qui s’est tenue à la terrasse, avec vue sur Tanà de l’hôtel Le Fred. Tous les détails du voyage leur ont été livrés au cours de cette séance où ils n’ont pas manqué de poser des questions. En tout cas, l’ambiance familiale qui régnait durant cette réunion augurait déjà cette convivialité qui fait des expéditions organisées par Sourcin, des voyages qu’on n’oublie pas.

Un moment convivial sur la Terrasse de l’Hôtel Le Fred à Antaninandro

4 Etats américains. Un voyage inédit, en somme pour les 56 passagers qui ont affiché leur satisfaction quant aux services offerts par toute l’équipe de Sourcin Voyage à travers ce pack incluant l’obtention du visa, les billets d’avion, l’hébergement, le petit déjeuner buffet, les transferts et autres transports vers les sites touristiques. Dans ce périple, les passagers découvriront trois Etats américains : New York, Washington, Los Angeles. Ils visiteront des endroits mythiques comme l’Empire State Building, Times Square, Central Park, la Maison Blanche, le Grand Canyon, Hollywood Boulevard, Beverly Hills… Mais il n’y aura pas que les Etats-Unis, puisque au retour, les voyageurs pourront faire un petit crochet à Dubaï. Un séjour dubaïote de deux séjours où ils auront droit à un Dubaï City Tour, un dancing Foutain et un Désert Safari. Un séjour complet, en somme et qui témoigne du fait que, quand on leur offre les meilleures destinations et les meilleurs services, les Malgaches savent aussi prendre le plaisir de voyager à l’extérieur du pays. « On parle souvent de touristes étrangers venant à Madagascar, mais pour nous, il est aussi tout à fait possible d’envoyer des touristes malgaches à l’extérieur » déclare sur ce point, un responsable de Sourcin Voyage. A noter que parallèlement, les autres destinations comme Dubaï, Israël, Chine continuent de se préparer au sein de Sourcin Voyage.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Si près, si loin

Intitulé emprunté d’une émission de radio, pour parler à la fois de la proximité des faits et des choses grâce à la communication et à leur abstraction tant ils ne semblent pas nous concerner.

En premier lieu, il y a d’abord les jeunes, tout semble à leur portée : la connaissance, les loisirs, le monde est là qui les attend si près, mais par le biais du numérique et c’est si loin à la fois parce que relève du virtuel de l’impalpable. Qu’ils s’agissent des envies générées par les publicités surtout véhiculées à profusion par « le phénomène de la télévision satellitaire » mais dans la vie quotidienne, dans la rue ils ont une autre vision de la réalité, celle palpable des difficultés insurmontables des insuffisances en tous genres qui réduisent la solution à ne rien faire et c’est tout près.

Sortons de la sinistrose et restons dans l’actualité récente et proche du pays. Par exemple, dans la litanie des nominations des hauts emplois de l’Etat, il est des postes dont l’utilité comme les réalisations concrètes échappent à notre entendement et pourtant, ils ont été créés et pourvus de personnel. L’essentiel est pour nous de savoir qui en est l’heureux nommé. Mais a-t-il au moins un bureau, un mobilier, des ressources humaines, des ressources financières mises à part le solde évidemment ? Le doute est permis .Ces postes ainsi que les titulaires ne seront pas cités ici pour ne pas les outrer, mais ils sont nombreux et se reconnaîtront eux –mêmes. En tout cas, l’illusion de faire est là mais quant à la réalisation, à l’effectivité de l’intention, on en est encore loin . Comme disait notre Grand chancelier, madame Ramaholimihaso Madeleine « Le problème malgache est quand on prend la décision de faire quelque chose, on pense qu’elle est déjà faite ». Et entre « le décider » et « le faire » il y a encore un fossé bien qu’ils semblent si près , si loin.

Dans un autre chapitre, ailleurs, on bouillonne face au changement climatique, les congrès se bousculent et nous sommes au courant de toutes les mesures prises (On y était représenté) . L’une d’elles concerne en l’occurrence, la réduction progressive du carburant gazole jusqu’à son interdiction totale. Et nous ? On en est loin, nous prions plutôt de voir les prix de ces véhicules baisser et de se les voir importer en masse à Madagascar, personne ne dira non. COP 21 etc.. aux autres ! C’est loin de nous.

Puis, on murmure, on craint le retour d’une autre forme de guerre froide, on a cru oublier le passé « KGBiste » de Poutine. Le mur de Berlin paraît appartenir à de l’histoire ancienne alors que les bruits de bottes russes et les sifflements des furtifs de Trump sont déjà à portée d’oreilles, ce n’est pas si loin bien que pas si près.

Mais en fait, si près ou si loin, pour nous c’est relatif. Demandez à un malgache de vous montrer un lieu, n’importe qui vous dira , « ce n’est pas loin, c’est juste derrière la colline » je vous garantis qu’il y en aura encore pour au moins deux bonnes heures.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara1 partages

Musique fusion : Trad mix séduit les mélomanes

Rola Gamana, Tiana Rainitelo, Monja Manintsindava et Do Be forment le Trad mix

Largement à la hauteur de sa notoriété,  Trad mix a régalé les oreilles  des noctambules. C’est dans un Is’art Galerie bien plein, que Rola Gamana, Tiana Rainitelo, Monja Manintsindava et  Do Be ont fait chavirer son public.

Du côté d’Ampasanimalo, les mélomanes ont pu découvrir une partie de ce que pourrait donner l’alliance entre plusieurs talents qui n’ont rien à envier aux autres.  Combinaison parfaite de la musique traditionnelle et grande touche de modernité, sans pour autant agresser les oreilles, trad mix joue une musique des plus éclectiques et  des plus inédites.

Avec ces perles de la musique malgache, les morceaux comme « Maite ty lamba » retrouvent un second souffle. Entre la guitare de Rola Gamana, les percussions de Tiana Rainitelo, le beat box de Do Be et le marovany de Monja Manintsindava, chaque titre se joue à la bonne sauce. Changement de rythme, arrangement plus ou moins complexe, au tout s’ajoute le charisme et un partage inouï dont ils ont, entraînant ainsi son public dans ce petit monde inventé par ces génies de la musique. Entre autres, les « Izahay sy Malala » et d’autres morceaux de Rakotozafy ont rempli le répertoire.

« C’est un vrai régal musical, pour les adeptes de la musique actuelle, cette formation est tout ce que l’on puisse rêver » raconte Ambinintsoa Andriantsoa, un mélomane aguerri. « J’ai hâte de voir ce qu’il en sera de leur prochain projet », ajoute-t-il avec enthousiasme. Effectivement, Rola Gamana et ses complices de scène du moment  ont laissé entendre la continuité du projet. Fruit d’une résidence à l’Alliance française, Trad mix est  une création en « freestyle » rassemblant quatre grosses pointures de la musique malgache. Une résidence artistique qui aboutira à un spectacle pluridisciplinaire. Passionnés d’art du spectacle, soyez aux aguets !

Zo Toniaina

Madaplus.info0 partages

Nuit Blanche Malagasy : moments inoubliables

Le rendez-vous a été fixé, vous avez répondu présents… on ne saura vous remercier assez pour votre confiance, votre présence mais surtout votre engagement. Spécial clin d’œil pour tous nos sponsors, partenaires sans oublier les musiciens, les choristes, DJ Juice mais surtout à la diva Lalatiana qui a subjugué le public ce samedi 13 avril.
C’était une réussite grâce à vous. L'Equipe Madaplus, l'association APFMada vous dit, à la prochaine.

Un grand merci également aux photographes venus nombreux, à Patrick Razanatsimba photographe officiel de la Nuit Blanche. Les photos et videos vont venir par la suite.
Nous vous invitons à visionner les photos de Mika Sarry en lien ci-joint. Merci énormément à Mika Sarry.
Madagate0 partages

Usaid Madagascar. Fanafody, Médicaments, Medicines: 32 millions USD sur 5 ans

Madagate0 partages

Usaid Madagascar. Rano, Water, Eau: 90 millions USD sur 5 ans

Ino Vaovao0 partages

FENOARIVOBE : Mpitrandraka volamena miisa 10 tototry ny tany

Ny mpitatitra rehetra izay mitrandraka ary maniry ny hitrandraka ny zotra ao anatin’ny Distrikan’i Mahajanga II dia tsy maintsy manaja ny didy aman-dalàna izay avoakan’ny Faritra, ny Distrika ary ny Kaominina. Ny mpandeha fiara fitateram-bahoaka sy ireo tompon’ny entana rehetra izay taterina koa dia tsy maintsy manaja ireo didy aman-dalàna samihafa mifehy ny asa fitaterana izay  navoakan’ny Fanjakana Foibe, ny Faritra, ny Distrika ary ny Kaominina.     

Ankoatra ireo fiarabe izay efa nomen’ny Fanjakana alalana hitatitra olona (manana ireo taratasy ara-dalàna rehetra avy amin’ny Fanjakana) dia tsy azo atao ny mitatitra olona amin’ny alalan’ny fiara fitateran’entana, ary tsy azo atao koa ny mitatitra entana amin’ny alalan’ny  fiara fitateran’olona. 

Ny fiarakodia ao anaty Kaoperativa, ary manana taratasy ara-dalàna toy ny karatra miloko volombatolalaka, ny karatra miloko volomparasy, ny fanamarinan’ny trano fiantohana, ny fahazoan-dalana mitrandraka ny zotra, ny karatra fitataovan-ketra  ary ny taratasy vita tomboka fanamarinana avy amin’ny Bmh fa efa voararaka fanafody hisorohana ireo areti-mifindra irery ihany no afaka miasa mitatitra olona ao anatin’ny Distrikan’i Mahajanga II. Ary ny mpamily manana taratasy fahazoan-dalana mamily fiarakodia ara-dalàna irery ihany koa no ekena hitondra fiara, raha feno 21 taona noho miakatra, manana fahazoan-dalana hitondra fiara sokajy D sy karatra maha matianina navoakan’ny Minisiteran’ny Fitaterana sy ny ATT. 

Zava-dehibe ny fandoavana tamberim-bidy

Tsy maintsy handoavana «  ristourne  » na tamberim-bidy ny entana rehetra izay voalazan’ny lalàna fa tokony handoavana izany, izay vao azo taterina. Anjaran’ny tompon’ny entana ny mandoa ny «  ristourne  » amin’ny rafitra izay tokony handoavana izany (Kaominina/Faritra …). Anjaran’ny rafitra izay voatondro haka ny «  ristourne  » kosa ny mandefa tompon’andraikitra haka izany mialoha ny hiaingan’ny fiara eny amin’ny Tobim-piatsonana.

Tsy azo ampiakarina ambony fiara fitaterana ny entana izay tsy misy rosia manamarina ny nandoavana «  ristourne  » ara-dalàna teo anatrehan’ny Fanjakana. Fitsinjovana ny mpitatitra sy ny mpandeha rehetra ao anaty fiara fitaterana, raha toa ka mandalo Kaominina maromaro ny entana anankiray izay handoavana «  ristourne  » dia mifandamina ireo Kaominina rehetra izay lalovan’ilay entana, mba ho indray mandeha ihany no toerana hitakiana izany «  ristourne  » izany amin’ny tompon’ny entana fa tsy isaky ny Kaominina rehetra izay handalovan’ny fiara. Ireo Kaominina rehetra izay efa manana lalàna mifehy ny resaka «  ristourne  » dia angatahana mba hampahafantatra izany amin’ny Kaoperativa fitaterana sy ny mpandeha, ireo Kaominina rehetra izay tsy mbola namoaka lalàna kosa dia amporisihana mba hamoaka ary hampahafantatra izany amin’ny besinimaro. 

Ary atolotra ny manam-pahefana dia ny minisitera misahana ny Fitaterana, ny ATT na ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety, ny lehiben’ny Distrika, ny Zandarimariam-pirenena ary ny Ben’ny tanàna io taratasy fifanarahana vao nohavaozina io, mba havadika ho lasa lalàna manan-kery, harahan’ny mpitandro filaminana maso ary azo anenjehana izay voakasika any amin’ny Fitsarana mahefa raha toa ka ilaina, hoy i Toky Rahaingo Rafanomezantiana, talen’ny Att eto Mahajanga, nandritra ny dinika nifanankalozana tamin’ireo mpisehatra ny fitaterana an-tanety tao amin’ny kaominina Betsako, ny zoma 12 avrily lasa teo. Miantso ny rehetra hatrany ity tale ity mba ho samy tompon’andraikitra manoloana ny asa fitaterana ny tenany, hialana amin’izay mety ho fanasaziana. " Att, mirary soa sy miasa ho anao" no filamatra. 

INVMGA

Ino Vaovao0 partages

BY-PASS : Jiolahy saika hanafika firaben’ny BRINKS roa maty voatifitra, telo tafatsoaka

Avy hatrany dia tsinjo sy tazana teny amin’ny manodidina ny sakorokoroka teo amin’ireo jiolahy izay niezaka nibosesika tao anatin’io fiara io sy ny mpitondra izany. Taitra tamin’ny  fihetsika mampanahy  ireo zandary avy ao amin’ny EP3/FIGN, izay teny an-toerana, namita iraka mba hiahy ny fandriam-pahalemana sy hisoroka izay ratsy mety hiseho amin’iny faritra iny.  Tonga dia  nanao tifitra  vary raraka  ireo zandary hiarovana io  kamiaobe mpitondra vola io. 

Tafatsoaka ireo jiolahy telo fa ny roa voatifitra ary namoy ny ainy teo noho eo ihany.  Tamin’izay fotoana izay  dia tavela  teo ny moto izay nampiasain’ireo jiolahy ka nogiazan’ny zandary. Nahitana basy PA iray ihany koa  izay voamarina  fa tsy karazan’ny fampiasan’ny mpitandro filaminana no sarona teny amin’ny iray tamin’ireo jiolahy lavo ireo, miaraka amin’ny bala maromaro. Tafavory haingana teny an-toerana ireo zandary maromaro avy amin’ny Borigadin’ Ambohimangakely sy ireo avy amin’ny  vondron-tobim-paritr’ Analamanga mpanao ny hetsika “papango”.

Tsy nisy nipika ny vola

 Tsy  niandry ela intsony fa tonga dia niparitaka nikaroka ny toerana nalehan’ity fiarabe  ity ireo zandary. Minitra vitsivitsy taorian’izay  dia niantso ny tompon’andraikitra avy any amin’ny orinasa “BRINKS” fa efa tody soa aman-tsara tany amin’ny foibeny ny fiara izay saika voatafika.  Voalaza tamin’izay fotoana izay fa tsy nisy nipika ny vola nentiny na ariary aza. Tsy nisy nanahy koa ny mpiasany. Voamarina araka izany   fa  tsy nahomby ny fikasan’ireo jiolahy handroba  noho ny hakingan’ireo zandary mpiana-draharaha  nifanehitra tamin’izy ireo, raha ny tatitra voaray hatrany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

VOAFONJA MIISA TELO NITSOAKA TAO MAROANTSETRA : Nafindra toerana any Tsiafahy-Toamasina

Izy ireto dia nentina hafindra toerana any amin’ny fonjaben’i Tsiafahy-Toamasina. Fepetra tsy maintsy noraisin’ny fanjakana ny famindran-toerana ireto gadra ireto, hoy ny kaomandin’ny vondron-tobim-paritry ny zandarimariam-pirenena ao Maroantsetra.Nambarany fa noraisina manokana izao fepetra izao satria ireto gadra nitsoaka ireto dia nahavita heloka bevava, tsy noho ny fandosirany ny fonja ihany fa noho ny raharaha nahavoasaringotra azy ireo ka nahatonga azy nidoboka am-ponja.Mba tsy hiverenan’io fitsoahan’izy ireo ny fonja io intsony ihany koa dia tsy maintsy natao izao famindrana izao.

Ampoizina ho efa hain’ireto voafonja tra-tehaka ireto tsianjery mantsy ny mombamomba ny fonjan’i Maroantsetra ka mety hanahirana kokoa ny fitazonana azy ireo hijanona ao, raha ny fanazavana voaray hatrany.Raha tsiahivina dia voafonja miisa enina no nitsoaka ny fonjaben’i Maroantsetra io alin’io 09 avrily 2019 io. Ny efatra tamin’izy ireo no efa tra-tehaky ny mpitandro filaminana taorian’ny fanarahan-dia natao ka ny telo azo sambo-belona ary ny iray kosa matin’ny fitsaram-bahoaka rehefa avy nifampitady tamin’ny fokonolona tany an-toerana.

Ny iray tamin’ireo azo sambo-belona atao hoe “Alexandre” dia voarohirohy tamin’ny fanafihana mitam-piadiana mahery vaika sy ny fampihorohoroana ny mponina tamin’iny faritra iny raha toa ka vono olona kosa no nitanana an’i Barthelemi sy  “Fidelin.”  

Ny fiaraha-miasan’ny zandary avy ao amin’ny kaompania Maroantsetra sy ny fokonolona any an-toerana no nahafahana nisambotra ireto gadra nandositra ireto, hoy hatrany ny kaomandin’ny vondron-tobim-paritry ny zandrarimaria any an-toerana. Mbola mitohy kosa hatramin’izao ny fikarohana ireo gadra roa tsy tratra ary efa misy ny loharanom-baovao mikasika ny lalana nomban’izy ireo voarain’ny mpitandro filaminana any an-toerana amin’izao.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

DISITRIKAN’I MAHAJANGA II : Notanterahina tany amin’ny Kaominina Betsako ny fivoriana faharoa

Ho fanatanterahana ny politikam-panjakana dia ny tsy hisian’ny kaominina iray ao amin’ny distrika ho lavitra andriana no tanjon’izao fivoriana fanao isam-bolana izao, izay efa nosantarina tamin’iny taon-dasa iny. Taorian’ny kaominina Baonamary, tamin’ny volana marsa lasa teo dia i Betsako indray no nampiantrano izany, ny zoma 12 aprily tontolo ny andro. Ny tomban’ezaka sy jery todika tamin’ny fivoriana farany teo no nanombohan’ny lefitry ny distrika ny dinika ambany tafon-trano notontosaina tao amin’ny efitranon-tsekoly fanabeazana fototra ao Betsako. Naharitra adim-pamataranandro enina io fihaonana natao io. 

Izany hoe, nafana tokoa ny adihevitra tao satria dia nanararaotra nilaza ny maharary azy, ireo tompon’andraikitra miasa any ifotony, ka nitondran’ny lehiben’ny distrika vahaolana tamin’ny alalan’ireo sampan-draharaham-panjakana niara-dia taminy. Nahitana ny avy ao amin’ny sampan-draharaha ny hetra, ny fahasalamam-bahoaka, ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety na ny Att, ny mpitandro filaminana sy ireo sokajin’olona toa ireo sojabe, ny lehiben’ ny dina, ny sefo fokontany, ireo lehiben’ny boriborintany mandrafitra ny distrikan’i Mahajanga faharoa iny. Nanantitrantitra teto Rakotonindriana Tolotriniaina, lehiben’ny distrika, fa tsy misy olona na fahefana ambony  lalàna ao amin’ny distrika feheziny, koa tsy tokony hanao ampihimamba na hanararaotana fahefana nampindramina azy ireo ny solotenam-panjakana any amin’ireo kaominina isany avy.

Simba sady ratsy tanteraka ny lalana mihazo ny kaominina BetsakoIray amin’ireo kaominina sivy mandrafitra ny distrikan’i Mahajanga faharoa, misedra olana tanteraka amin’ny resaka lalana i Betsako, satria manomboka eo amin’ny fiolanana Ankorefo manamorona ny lalam-pirenena fahaefatra iny ny fahasimban-dalana, ka tsy misy fiara tonga tanteraka any amin’ity kaominina ity, fa eo amin’ny fokontany Bekininina no farany azon’ireo fiara tsy mataho-dalana aleha, nefa dia mbola misy kilaometatra vitsivitsy atao dia an-tongotra.  Sarety vao tena tonga ao an-tampon-tanànan’i Betsako. Manaitra ny tompon’andraiki-panjakana misahana ny asa vaventy ireo fokonolona sy ny tompon’andraikitra ao amin’ny distrika mba hijery akaiky ny kaominina Betsako, fa anisany kaominina iray mpamatsy ireo vokatra atobaka aty Mahajanga ireo tantsaha ao, saingy ny hamoahana izany no olana amin’izy ireo.

Fa nanararaotra nisaotra ny fitondram-panjakana tarihin’ny Filoha Andry Rajoelina koa nandritra ny lahateniny tao amin’io fivoriana io ny lehiben’ny distrika fa tsy nanao zanak’i Ikalahafa ity distrika ity amin’ny fanomezana ny "vary mora", satria efa nisy ireo kaominina sasany tao amin’ity distrika ity efa nanaovana ny fitsinjarana izany. Midadasika ny distrikan’i Mahajanga faharoa, izay ahitana kaominina miisa sivy, tsinjaran’ireo fokontany 75 mandrafitra izany distrika izany. Hitohy any amin’ny kaominina hafa indray amin’ny volana mey ny fivoriana fanao isam-bolana ho fitetezana ireo madrafitra ity distrika ity, hanakaikaizana ny vahoaka sy hamaliana ny filan’izy ireo, hoy hatrany ny lehiben’ny distrika, Tolotriniaina.

INVMGA

Ino Vaovao0 partages

FAMONJENA LANONAM-PANAMBADIANA : Fianakaviana maromaro tratry ny fanapoizinana ara-tsakafo

Niparitaka  tamin’ny tambajotran-tserasera  “facebook” ny zava-niseho nandritra ny faran’ny herinandro lasa teo.  Raha ny fanazavana hatrany   dia "Mayonnaise" efa vita anaty boaty teny an-tsena  no nafangaro tamin’ny vita tanana tao an-trano. Io no ahiahy  nipetraka satria dia nisy ny filazana fa ny fianakaviana ihany no  nandray  an-tanana ny fanamboarana ny sakafo fa tsy naka mpikarakara. 

Vokatr’izay  dia marobe  ireo olona narary tsy maintsy naiditra  hopitaly, ny sasany tao amin’ny Hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona, ny sasany kosa nalefa teny amin’ny  Hopitaly Befelatanana. Arahina akaiky ny tohin’ny raharaha sy ny fizotry ny fivoaran’ny fahasalaman’ireto  tra-doza ireto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MINISITERAN’NY FANABEAZAM-PIRENENA : Ho hentitra ny fampidirana mpiasam-panjakana

Izay no nisongadina nandritra ny dian’ny Minisitry ny fampianarana ambony sy ny fikarohana ara-tsiansa tany Morondava tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo. Nandritra ity diany tany an-toerana ity ihany koa moa no nanolorany fitaovana manara-penitra ho an’ny ivon-toeram-pampianarana ambaratonga ambony iray tao Morondava.  

Tsy vao izao ny Minisitra sy ny Minisitera roa izay tantanany no nanolotra fitaovana manara-penitra ho an’ny ivon-toerana tahaka ity tany Morondava ity fa efa nisy ihany koa ny fanolorana sy fizarana izany ho an’ny ivon-toerana tao Antsirabe. Fitaovana maro, manaraka ny fenitra ara-teknolojia toy ny solosaina sy ireo kojakoja maro hafa no natolotra tamin’izany. Nambaran-dRamatoa Minisitra, Profesora Rejo Fienena fa maro ny ezaka tsy maintsy atao hanatratrarana ny tanjona kendrena amin’ny fampiasana ny teknolojia vaovao eo amin’ny sehatry ny fampianarana manerana ny Nosy ka ny fanatanterahana izao fanomezana fitaovana raitra izao dia efa tafiditra tanteraka ao anatin’ny fampiharana izany.

Betsaka ny ezaka atao, hoy ramatoa minisitra amin’ny hisian’ny fangaraharahana amin’ny fampidirana ireo olona ho mpiasam-panjakana eo anivon’ireto minisitera ireto ka tsy maintsy ho hentitra ny fanaraha-maso apetraky ny fanjakana hiatrehana izany. Ankoatra izay dia nambarany ihany koa fa hampitomboina ny sampam-pianarana ambony manerana ny Faritra maro eto Madagasikara ho tombotsoan’ny mpianatra sy hamolavolana azy ireo ho olo-mendrika afaka miatrika asa avy hatrany aorian’ny fianarana rantoviny.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

LALAON’NY NOSY HATAO ATSY MAORISY : Manohana hatrany ny mpandray anjara Malagasy ny governemanta

Araka izany, noraisin’ny minisitry ny harena ankibon’ny tany sy ny loharanon-karena stratejika Fidiniavo Ravokatra teny  Ampandrianomby, ny zoma 12 avrily lasa teo ny delegasiona avy amin’ny taranja tenisy ambony latabatra. Mankahery sy manohana hatrany ireo solontenan’i Madagasikara handray anjara amin’io lalaon’ny Nosy io amin’ny maha mpiahy azy ny lehilahy. 

Notoloran’ny Minisitra mpiahy lelavola 6 tapitrisa ariary izy ireo ho fanampiana amin’ny fanomanana hiatrehana ny lalao izay antenaina hitondra vokatra tsara. Velom-pisaorana ny teo anivon’ny federasionan’ny tenisy ambony latabatra notarihin’ny filohany Ambinintsoarivelo Jean Herley. Nankasitraka ny minisitra tamin’ny nanekeny hiahy ity taranja ity sy ny fandraisany azy ireo, ny amin’ny tohana ara-moraly sy ara-materialy indrindra ny ara-bola. 

Manome toky ny filohan’ny federasiona nisolo tena ireo mpilalao, nandray fitenenana fa hanao ny ainy tsy ho zavatra hahazoana vokatra tsara. Ny filohan’ny federasiona no hitarika ny ekipam-pirenena malagasy ho an’ny taranja tenisy ambony latabatra ahitana mpilalao 12 miampy mpanazatra 2. Tontosaina isaky ny efatra taona ny lalaon’ny Nosy ka andiany fahafolo ity hatao atsy Maorisy ity. Taranja 14 no hifaninanan’ireo firenena fito aty amin’ny faritra Atsimon’ny ranomasimbe Indianina, handray anjara amin’izany lalaon’ny nosy izany, ahitana an’ny Comores, Djibouti, Madagasikara, Maurice, Mayotte, La Réunion ary Seychelles. 

Taorian’ny nandraisany ireo avy ao anivon’ny mpikatroka tenisy ambony latabatra, niatrika ny fifamindrana arakasa nifanaovan’ny Tale jeneralin’ny OMNIS teo aloha, Radarson Rakotobe Voahangy sy ny Tale jeneraly misolo toerana Ranoroarisoa Lalanirina ary ny Tale jeneraly lefitra momba ny fitantanana Ranaivoharilala Bakolinirina teny Mangasoavina ny minisitry ny harena ankibon’ny tany sy ny loharanon-karena stratejika Fidiniavo Ravokatra notronin’ireo mpiara-miasa aminy sy ny avy ao amin’ny OMNIS.

Tatianà R.

Tia Tanindranaza0 partages

THB Champions League D 1 MalagasyVoatazon’ny As Jet Mada ady sahala ny Fosa Juniors

Voatazon’ny As Jet Mada Analamanga ady sahala 2 – 2 ny ekipan’ny Fosa Juniors Boeny tamin’ny sabotsy 13 aprily teo tetsy amin’ny kianjan’i Mahamasina.

Tia Tanindranaza0 partages

Fandaminana ny mpivarotra amoron-dalanaMisy manipy hoditr’akondro ve ny ben’ny tanàna ?

Nanao hetsika fanairana tetsy amin’ny Pavillon Analakely ny faran’ny herinandro teo ny fikambanan’ireo mpivarotra eo anivon’ity tsena ity na ny FIMPAVA mba hanairana ny avy eo anivon’ny kaominin’Antananarivo Renivohitra hanala ireo mpivarotra tsy ara-dalàna izay manakona ny mpivarotra ara-dalàna ao amin’ny pavillon.

 

 Efa nisy ny fifampiresahana tsy latsaky ny in-dimy tamin’ny ben’ny tanàna, Lalao Ravalomanana, tamin’ny taon-dasa raha ny fanazavan’izy ireo, ary vahaolana natolotra ny fanefena ireo lalana miditra saingy mbola tsy afaka hatrany ireo mpivarotra an-tsisin-dalana. Miisa 814 ireo mpivarotra ara-dalàna ary zara raha misy 20% amin’ny tombom-barotra teo aloha sisa no azon’izy ireo raha misy dia misy, hoy hatrany ny fanazavana, satria misy entana hamidin’ny ao anaty tsena amidin’ireo eo amoron-dalana mora. Araka ny fanadihadiana natao moa dia re fa misy tompon’andraikitra avy amin’ny kaominina ihany koa maniraka olona mitaky vola amin’ireo mpivarotra amoron-dalana ary antony tsy hialany teo. Araka ny fantatra dia efa nanome baiko ireo mpiara-miasa aminy teo anatrehan’izy ireo mihitsy tamin’izany fotoana izany ny ben’ny tanàna ny amin’ny hamindrana toerana ireo mpivarotra tsy nety niditra tao anatin’ny tsena saingy mahagaga ireo mpivarotra nanao hetsika fanairana ireto anefa ny mbola tsy fialan’ireo mpivarotra amoron-dalana. Mitoetra ihany ny ahiahy noho ny zava-mitranga, sao misy manipy hoditr’akondro ny ben’ny tanàna na koa misy mamahan-dalitra ka mahatonga ny fanapahan-kevitra  hafahafa ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

AmbatomirahavavyMikaikaika noho ny delestazy ny mponina

Simba avokoa ny ankamaroan’ny fitaovana, ora iray isan’andro raha kely no miaina ao anaty delestazy ireo mponina ao anatin’ny distrikan’Ambatomirahavavy.

 

 

 

 Miverina tampoka ny jiro aorian’izany ary mety hahery na kely hery raha oharina amin’ny mahazatra, antony mamotika ireo karazam-pitaovana maro samihafa mandeha amin’ny herinaratra eny an-toerana toy ny solosaina fampiasa ao amin’ny birao. Mahita faisana avokoa na tokantrano na mpivarotra na orinasa na toeram-pianarana. Ho an’ny “Centre de formation professionnelle en informatique et de gestion” CFProig izay hany ivontoerana tokana manofana ireo tanora eny an-toerana dia efa tafakatra folo hatreto ny isan’ireo solosaina fampiasana amin’ny birao potika tanteraka. Voatery mampiasa solosaina entin-tanana izy ireo vokatr’izany mba hanampiana ireo ankizy mpianatra eny ambanivohitra. Raha araka ny fanazavan-dRabenatoandro Minomanana, mpampianatra ao amin’ny CFProig moa dia efa nisy ny fitarainana nataon’izy ireo niaraka tamin’ny fokontany sy ny kaominina teo anivon’ny JIRAMA saingy valin-teny boribory no azony dia ny tsy maintsy hanoloan’izy ireo ny “transformateur” eny an-toerana izay tena lafo dia lafo tokoa. Miantso ny hijeren’ny fanjakana ny olana sedrain’ny ivontoeram-pampiofanana manofana tanora tahaka azy ireo araka izany Rabenatoandro Minomanana. Nisy ny famoahana mpianatra notanterahin’izy ireo ny faran’ny herinandro teo. Miisa 45 mianadahy izy ireo, nianatra nandritra ny telo volana sy tapany ka anisan’ireny ny opérateur de saisie, ny informatique bureatique, ny comptabilité generale informatisé…Tanjon’ity ivontoerana iray ity ny hanampiana ireo tanora eny ambanivolo tsy hanaotao foana toy ny fidorohana zava-mahadomelina, ny fanaovana firaisana ara-nofo aloha loatra izay mitarika any amin’ny vohoka tsy niriana aloha loatra….ankoatra ny ady amin’ny tsy fananan’asa.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikarakarana taratasin-tanyLafo loatra ny sarany, tsy zakan’ny sarambabem-bahoaka

Tsy mahavita mikarakara ny taratasin-taniny intsony ny ankamaroan’ireo mponina monina ivelan’ny renivohitra amin’izao raha araka ny fanadihadiana natao.

 

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra taolam-paty-TalatavolonondryRazana 231 tsy hita popoka

Iraika amby telopolo sy roan-jato no isan’ny razana tao amin’ireo fasana roa nifanakaiky lasan’ireo mpangalatra taolam-paty, na dia tsy fomba aza ny manisa maty amin’ny Malagasy.

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby Famaranana “TOP 6 de l’ocean Indien 2019”Norombahin’ny FTM Manjakaray ny amboara

Norombahin’ny ekipan’i DAKAR “FTM Manjakaray” ny amboaran’ny Oseana Indiana taranja rugby à XV eo amin’ireo ekipa

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana BRINKS nitondra volaJiolahy 2 matin’ny zandary

Miala any ny fahasahiana fanafihana fiara tsy laitram-basy mpitatitra vola.

 

Toy izao tranga izao ihany no niantombohan’ny kidnapping fa nahazo vahana izany taty aoriana rehefa tsy nandray an-tanana matotra ny voakasika sy ny manampahefana ara-miaramila. Mitaky fahamalinana amin’ireo mpitondra vola, indrindra ny orinasa Brinks izany. Nahomby ny hakingan’ny zandary mpiana-draharaha nisoroka ny fandrobana ny volan’ny banky nentin’ny Brinks. Andian-jiolahy dimy mitam-piadiana no nanatona sy nanambana basy ary nibosesika saika hiditra tao anaty fiarabe mpitatitra vola, tamin’ny 1 ora sy fahefany, ny sabotsy teo. Teo am-pamatrarana vola avy ao amin’ny fitaovam-pitateran’ny «Brinks» haiditra tao amin’ny fandraisam-bolan’ny mpanjifan’ny BNI, na DAB teo amin’ny tobin-tsoliky ny Jovenna Amoronakona By Pass no nitranga ny sakoroka. Nifanjevo hiditra amboletra ireo malaso izay nosakanan’ny mpitondra ny fiara, nahatsikaritra izany ireo tao amin’ny tsena ka nampandre ny zandary teo amin’izy ireo. Nihetsika avy hatrany ireo mpitandro ny filaminana avy ao amin’ny « EP3/FIGN », izay teny an-toerana namita iraka hiahy ny fandriampahalemana eny an-toerana sy hisoroka ny asa ratsy izay mety hitranga amin’iny faritra iny tahak’izao. Araka ny fampitam-baovaon’ny zandary, nitifitra avy hatrany ny mpitandro filaminana mba hiarovana io fiarabe io. Nanjavona kosa ireo telo lahy hafa raha voatifitra ny jiolahy roa maty tsy tra-drano moa. Tra-tehaka tamin’izany ny basy poleta iray sy bala maromaro, sarona ny môtô ary nogiazan’ny zandary avokoa. Vory vetivety teny an-toerana ny zandarin’ny borigady Ambohimangakely sy ny vondron-tobim-paritra Analamanga ka nipariaka nitady ilay fiara mpitondra vola voalaza fa lasan’ny jiolahy. Kinanjo afaka fotoana ela taty aoriana dia niantso ny tompon’ny orinasa Brinks fa efa tody soa tany amin’izy ireo ilay fiara izay nentin’ny mpamily azy ihany. Tsy nisy nipika kosa ny vola tao aminy.

Haja Nirina

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana tanora TAMIHAKOHamelona indray ny maha Malagasy

Tontosa soa aman-tsara ny sabotsy teo, tetsy amin’ny Cemdelac Analakely » teo ambany fiahian'ny ray mpiahy Atoa Michel Domenichini Ramiaramanana ary notronin’ny solontenan’ny

 

Akademia Malagasy sy ny solontenan’ny minisiteran’ny raharaham-bahiny, ny fampahafantarana tamin'ny fomba ofisialy sady fitsofan-drano ny fikambanana tanora Malagasy TAMIHAKO (TAnora MIahy ny HAsina sy ny KOlontsaina) ahitana mpikambana 15, Vinan’ny fikambanana ny « Hamelomana indray ny fifikirana amin'ny maha malagasy" eo anivon'ny tanora araka ny filamatry ny fikambanana : Fitiavan-tanindrazana – Fifanajana – Fifanampiana. Nasehon’ireo tanora tamin’io sabotsy io ny fahafehezan’izy ireo ny teny Malagasy tamin’ny alalan’ny fihantsana tononkalo, fanaovana kabary, fiangaliana ny dihy sy hira Malagasy ary fanaovana tantara an-tsehatra ihany koa. Nisy tany amin’ny faran’ny lanonana ny fanapahana ny koban-draviny ho mariky ny fizarana ny mamy vokatry ny hafaliana.

Tia Tanindranaza0 partages

Fetin’ny Jazz ao Nosy BeHiara-dalana ny mozika sy ny nahandro Malagasy

Ny 19 ka hatramin’ny 22 aprily ho avy izao no hotanterahina ao Nosy Be Hell Ville ny hetsika Nosy Be Jazz Festival. Andiany fahatelo moa izany izao izy ity ary raha ny fanazavana dia saika ireo kalaza avy eto an-toerana sy iraisam-pirenena amin’izay mozika Jazz sy ny tontolony izay dia handray anjara amin’ny hetsika avokoa.

 

 

 Anisan’ireo avy eto an-toerana, ohatra, ry Monica Njava sy Aina Rabesolo ary Aina Cook. Ho avy ihany koa ireo kalaza iraisam-pirenena toa an-dry Dean Nookadu sy Edmundo Carneiro. Ankoatr’ireo fampisehoana hira sy mozika dia hampiavaka ny hetsika ihany koa ny fanasongadinana ireo nahandro Malagasy amin’ny alalan’ny hetsika Haify Mampihavana, raha ny fanazavan’ny avy eo anivon’ny orinasa Telma izay mpanohana akaiky ny hetsika.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Oniversiten’AntananarivoHihetsika ny mpianatra manomboka anio

Nanao antso avo teny Ankatso ny zoma teo ny solontenan’ireo mpianatra eny amin’ny oniversiten’Antananarivo fa hisy ny hetsiky ny mpianatra manomboka anio alatsinainy ho fitakiana ny famahan’ny fitondrana ny olana eny amin’ny anjerimanontolo.

 Eo ny famerenana ny fampianarana fa eo koa ny fanarenana ny fotodrafitrasa mba hifanaraka amin’ny rafitra LMD. Ry zareo avy eo anivon’ny sendikan’ny mpampianatra mpikaroka na SECES, sampana Antananarivo, moa dia nisinda kely teny amin’ny Yandy By Pass teny nifampiarahaba nahatratra ny taona sy nanamafy ny firaisankina, toy ny fanaony isan-taona, raha ny fanazavan’ny filohany, Sammy Grégoire Ravelonirina. Noraisiny ho efa fampanantenana vahaolana kosa ny fanehoan-kevitry ny praiminisitra izay nilaza fa malalaka ny vavahadin’ny minisitry ny fampianarana ambony handraisana ny SECES. Mino izahay fa ho tongan’ny minisitra any amin’ny praiminisitra ny hetahetanay ary ho vahaolana maharitra no omen’ny fitondram-panjakana mba tsy hiverenan’ny olana sy tsy hisian’ny taona fotsy, hoy ny filohan’ny Seces Tana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrosoana ny firenenaTena ilaina ny vehivavy

Ny 51%-n’ny kandida mirotsaka solombavambahoaka eto Madagasikara dia vehivavy avokoa. Mampiseho izany fa tena vonona ary mangetaheta hitondra fampandrosoana eto amin’ny firenena ny vehivavy, hoy ny nambaran’ny kandida depiote tsy miankina ao amin’ny boriborintany fahatelo, Nova Colombe.

 

 Zava-dehibe loatra hoy izy ny fandraisan’andraikitry ny vehivavy na amin’ny resaka sehatra fitsaboana na amin’ny sosialim-bahoaka. Rehefa atosiky ny fitiavan-tanindrazana ny olona anankiray dia tsy tafandry mandry ary manao izay ho afany rehetra hanatanterahana ny asa fampandrosoana ny firenena. Nanambara ity kandida depiote ity fa tsy ilaina ny mifampiandriandry fa maika loatra ny fampiroboroboana ny toekaren’i Madagasikara satria tena latsaka ambany. Manana anjara lehibe amin’izany ny vehivavy rehetra hoy izy ary tokony hanana finiavana mba hanavotana ny firenena. Ny solombavambahoaka dia tsy maintsy mitatitra sy miezaka mandresy lahatra ny tompon’andraikitra mba hiteraka fampandrosoana eny amin’ny toeram-piadidiany. Maro ny manao kobaka am-bava fotsiny, hoy izy saingy tsy adala ny Malagasy ka tsy hahay hanavaka ny vary sy ny tsiparifary.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy misy tampenam-bava eto !

Telo volana latsaka kely nitondrana ny firenena ny filoha ankehitriny. Telo volana tsy hahafaha-mitsara azy amin’izay mety vitany sy tsy vitany angamba, saingy toa efa ahafaha-mamaritra ny politikam-panjakana hitondrana ity firenena iaraha-manana ity.

 Amin’izay maha iaraha-manana izay, dia tsy an-dRajoelina sy ny ekipany irery akory i Madagasikara, ka hanaovana izay tian-katao sy izay hitsin’ny loha, ka zon’ny Malagasy rehetra ny miteny sy maneho hevitra eo anatrehan’ny zava-misy sy ny mety ho tsy fanjariana ataon’ny mpitondra. Manana zo feno ny isam-batan’olona satria mandoa hetra, ary volam-bahoaka no higalabonan’ny mpitondra fanjakana ao. Manana zo feno ny tsirairay satria olom-pirenena feno tompon’ny fahefana, raha tena mipetraka tokoa ny demokrasia. Manomboka ketrehina mafy ny hampanginana an-kolaka amin’ny kiana mahazo ny fitondram-panjakana. Aoka hazava fa matoa miteny na manakiana tsy midika velively ho halako bika tsy tiako tarehy, fa kosa arofanina ho an’ny tanindrazana tsy hoviraviraina eto. Tombony ho an’ny fitondrana mba hahafahany mitandrina sy manitsy ny diany, araka izany, ireny kiana samihafa ireny, raha tena madio fo ny mpitondra ary manana fahitsiana ao anaty fitantanana ny firenena. Mba mila manaiky ho diso ihany koa, fa tsy ny hoe: lehibe tsy mba meloka hatrany no hovoizina eto, ka na efa hita izao aza fa mivaralila, dia minia manao bemarenina. Raha tena mitsinjo ny soa ho an’ny vahoaka sy ny tanindrazana tokoa, dia mila mahay mihaino satria io no anisan’ny olantsika eto. Rehefa ny sokajiana ho fahavalo politika no miteny, dia toa ratsy sy tsy raharahiana avokoa. Baikoan’ny halako bika tsy tiako tarehy mihitsy aza indraindray, ary nahatarafana ireny ny adihevitra nifanaovan’ny kandida roa tonta nialoha ny fifidianana, ary raha hiverenana lavidavitra kokoa ny tantara tany aloha dia anisan’ny nanonganana ny fanjakana 10 taona lasa izay ny politikam-panjakana. Nokianina mafy teto ny resaka fiaraha-miasa amin’ny mpamatsy vola mahazatra, nohivaivaina teto ny politikan’ny fanamboaran-dàlana sokajiana ho làlan-dran’ny firenena,… Inona anefa no atao ankehitriny ? Raha tsy mba nahandry tantana sy tsy nanongam-panjakana tsy ho izao mihitsy no niafaran’ny firenena. Mora ny mandrava sy mamotika fa sarotra ny manarina, ka tsy vitan’ny fampanantenana sy kisehoseho ivelany io ! Izao tsarain’ny natao, ary toa lany bala sy miezaka mamilivily saim-bahoaka, ankoatra ny tazom-pahefana hita taratra amin’izao fifidianana solombavambahoaka izao, ka toa hikipiana hatramin’ny lalàna velona.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tenisy ambony latabatraManoman-tena mafy ny Malagasy

Hanana solontena 2 ny Malagasy amin`ny fiadiana ny tompondaka erantany eo amin’ny taranja tenisy ambony labatatra hatao ny 21 hatramin` ny 28 aprily izao,

Tia Tanindranaza0 partages

Tsipy kanetibe MalagasyNivoaka tamin’ny fahanginany ny Federasiona Malagasy

Nivoaka tamin’ny fahanginany ny mpikambana ao amin’ny FMP “Federasiona Malagasin’ny taranja Tsipy kanetibe tarihan’ny filohany Beryl Razafindrainony

 

 ka namaly nivantana an’ireo fanaratsiana sy fiampangana an’ity rafitra ity hita tao anaty gazety sasantsasany eto amintsika sy ao anaty tambajotra sosialy samihafa nilaza fa manao “traffic –na licence” ity federasiona ity ary manasonia “mutation” ana mpilalao Malagasy milalao any ivelan’i Madagasikara. Teo koa ny filazana fa nandray vola 25 tapitrisa avy amin’ilay mpilalao kalaza Toutune ary mba mandray vola amin’ireo mpilalao Malagasy hafa te hilalao any ivelany koa. Tsy misy marina ireo rehetra ireo, hoy ny filohan’ny FMP Beryl Razafindrainony nanoloana ny mpanao gazety teny amin’ny Ans Ampefiloha tamin’ny sabotsy 13 aprily teo. Misy famoahana tsiambaratelo avy amin’ny Federasiona Iraisam-pirenen’ny Tsipy kanetibe ary firaisana tsikombakomba amin’ny As Petanque izay “consultant Malagasy any ivelany” te handrombaka ny toerana  ho filohan’ny FMP. Raha ny amin’ny resaka Toutoune indray dia manao “Parjure” ity mpilalao ity ka voatery hitory azy indray ny FMP tarihiko, hoy Atoa Beryl. Tokony hitory anay ireo mpanala baraka ireo, hoy izy, fa vonona ny hanaraka azy izahay ary handeha any amin’izay fitoriana ambony indrindra. Farany tsy rava izany ny FMP, hoy izy, fa mandeha tsara ankehitriny fiadiana ny ho tompondaka nasionaly.

Tia Tanindranaza0 partages

FLM Atsimo AtsinananaKatekista an’arivony atao mpikambana CNaPS

Mpitondra fiangonana (FLM) manodidina ny 200 avy amin’ny fileovana 33 ao anatin’ny synodam-paritany Atsimo Atsinanana no nahazo fiofanana avy amin’ny tahirim-pirenena momba ny fiahiana ara-tsosialy (na CNaPS) tao amin’ny FLM Fiadanana Farafangana, nandritra ny telo andro.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny varotra fanafody eny amoron-dalanaAdidin’ny rehetra, hoy ny minisiteran’ny fahasalamana

Mirongatra hatrany ny varotra fanafody tsy ara-dalàna eny amoron-dalana eto amintsika. Anisan’ny tena malaza ary toerana fandehanan’ireo marary mila fanafody na mitsabo tena maharitra ny eny Ambohipo ka raha vantany vao mandalo ny olona iray dia efa misy manontany.

 

 Tsy misy izay tsy mikolay ny fisian’ity varotra fanafody tsy ara-dalàna ity anefa  ny rehetra, indrindra fa ireo efa tratry ny fanafody lany daty ka sady very vola no diso fanantenana. Rehefa nanontaniana ny mikasika izany ny teo anivon’ny ministeran’ny fahasalamam-bahoaka dia nambaran’ny profesora Solofomalala Gaetan, tale misahana ny tolotra ara-pitsaboana ao aminy fa ady iarahan’ny rehetra manana ny fividianana fanafody tsy ara-dalàna eny amoron-dalana tahaka ireny. Rehefa isika mpanjifa mantsy hoy izy no tsy mividy izany fa manaja ny rafitra hapetraky ny fanjakana dia ny fanatonana toeram-pivarotam-panafody ara-dalàna sy nahazo alalana dia ho foana ho azy ireny. Mikasika ny vidim-panafody indray izay antony iray manosika ny olona marary iray  eto an-drenivohitra ho eny Ambohipo dia nambarany fa tsy mpamokatra fanafody isika eto Madagasikara fa manafatra any amin’ireo firenena matanjak toa an’i Inde, Eoropa. Etazonia… hatrany. Izay no antony mahalafo ny vidim-panafody, hoy izy raha manampy trotraka izany ny sandam-bolantsika izay miovaova be ihany. Miantso ny rehetra mba hanatona ny toeram-pivarotam-panafody hatrany, araka izany, ity tompon’andraikitra ity fa tsy hiantehatra amin’ireny fanafody hamidy eny amoron-dalana tsy ara-dalàna ireny.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mariazy nivadika ho zava-doza1 no maty, 70 mahery voapoizina

Fety no nankalazaina kinanjo tsy fahasalamana faobe sy fandevenana no natrehina. Voan’ny fanapoizinana ara-tsakafo koa ireo mpivady vao, niaraka tamin’ireo mpangataka sy fianakavian’ny tovovavy.

Tia Tanindranaza0 partages

Inona indray ary ity ?

Dia ahoana ra Jean a ! Fa inona indray ity kozinao ity e e ? Fa maninona ary no dia hampianarina an’ireny sahady ny zaza ? Dia tena nilaina ve ny nampidera iny sarina voninkazo malaza ho manintona iny teo ?

 

 Ianao anie mba tao anatin’ilay tontolo ihany taloha e ! Ianao koa no nampianatra anay hoe itony ihany no sary fampiseho masoandro. Ka dia gaga aho omaly. Dia ilay voninkazo indray izany no diso koa ! Ireo lasa manaotao foana mahita ireny izany dia tratry ny tsy fidiny sa sendra ny tsy azo hanoharana no ilazana azy ? Tena lasa ny saiko. Inona indray ary ity kozy ity ? Tsy voatery hiteny koa anie ee ! Aleo mangina fa tsy miteniteny foana. Afaka miala amin’io toeranao io ianao dia miverina mitatatata amin’ilay onjampeo nampalaza anao taloha iny indray raha ohatra ka dia tena diso manina. Kony a !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Arlette Ramaroson –Mpahay lalàna« Tsy tokony hampiasaina intsony ilay anarana IRD »

Anisan’ny resabe mbola mitana ny sain’ny maro eto amin’ny tany sy ny firenena ny fampiasan’ireo mpanara-dia ny filoha ankehitriny ilay anarana hoe : “Isika rehetra miaraka amin’ny filoha Andry Rajoelina”.

 

 

Nambaran’i Arlette Ramaroson izay mpahay lalàna iraisam-pirenena no sady efa kandida filoham-pirenena tamin’ny fifidianana farany teo fa tena voararan’ny lalàna tanteraka ny fampiasana io anarana io. Mazava be mantsy, hoy izy ny tian’izany anarana ambara izay toy ny efa miantso ny vahoaka hifidy ireo kandida natolony sahady. Ny nahavariana anefa, hoy hatrany Arlette Ramaroson dia neken’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana ny fampiasana izany, ity andrim-panjakana iray ity izay nomarihiny tsara fa efa ela no tsy nankasitrahany sy tsy nekeny ny fomba fiasany. Na izany aza anefa hoy izy dia samy manana ny fomba fijeriny zavatra sy ny fahaizany ny mpitsara tsirairay avy. Mikasika ny fifidianana solombavambahoaka manokana moa dia fantatra fa kandida roa ihany no tohanany eto Antananarivo dia ny any Ambohidratrimo sy Atsimondrano raha maromaro kosa ny any amin’ny Faritra SAVA. Hampiavaka ireo kandida tohanany ireo raha ny fanazavany ny fandavana ny fandraisana fiara 4x4 ka ny vola tokony hividianana izany dia hatolotra manontolo ho an’ny minisiteran’ny mponina sy ny minisitera miahy ny tanora. Diso mahantra loatra mantsy ny Malagasy hoy izy ka tokony hamindrana fo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàm-pirenena RN5ATsapan-dRajoelina amin’izay ny fahorian’ny vahoaka

Hanomboka izany ny asa fanarenana ny fanamboarana ny lalàm-pirenena RN5A mampitohy an’Ambilobe-Vohémar mirefy 151km, izay vatsian’ny Sinoa vola mitentina 155 tapitrisa dolara.

 Ny sabotsy 13 aprily teo no nidina ifotony tany an-toerana ny filoha ankehitriny Andry Rajoelina nisantatra ny ambara fa fanombohana ny asa taorian’ny fifanaovan-tsonia lasitra niarahana tamin’ny sinoa. Handray an-tànana ny famitana ny asa ny orinasa sinoa China Road and Bridge Corporation (CRBC), ka ankoatra ny làlana dia tetezana dimy vaovao no hatsangana ankoatra ireo folo hafa efa nisy teo havaozina tanteraka. Nampanatena io orinasa io, fa ho vita manaraka ny fenitra iraisam-pirenena ary ao anatin’ny fotoana izay takiana ny asa. Mponina miisa 1 700 000 ao amin’ny kaominina : Marivorahona, Ambakirano, Betsiaka, Maromokotra, Daraina, Madirobe, Ampondra ary Vohémar no hisitraka ity tetikasa lehibe ity. Ankoatra ny fisokafan'ny faritra roa, izay hisy fiantraikany mivantana amin'ny mponina, ny fanamboarana ny RN5A dia hampiroborobo ny asa ara-toekarenan'ireo faritra ireo, na ara-barotra, na ny fambolena sy fiompiana ary ny indostria. Eo ihany koa ny fampivelarana ny fifanakalozana mivantana eo amin’ny tanàna manana vokatra haondrana sy ny seranantsambon'i Antsiranana. Nandritra io fotoana io no tena nahitan’ny filoha ankehitriny ny olana mianjady amin’ny olona eny ifotony, indrindra fa ity resaka làlana ity. Somary nisy rahateo ny fanakianana ny politikam-panjakana tany aloha, izay nivoy ny tokony hanamboarana ny làlana rehetra eto Madagasikara, ka zava-dehibe ny finiavana hanao làlana amin’izao. Irarian’ny rehetra ny hahavitan’ity RN5A ity tsy hijerena lafiny politika, fa ny fivahan’ny olana mianjady amin’ny vahoaka no laharam-pahamehana. Samy nifanao fanamby rahateo na ny fanjakana teo aloha tamin’ny alalan-dRajaonarimampianina izay efa nifanaraka tamin’ny sinoa sy nametraka vato fototry ny asa ny 16 aogositra 2018, na ny fanjakana ankehitriny izay nanao ny azy ihany koa ny sabotsy 13 aprily teo.

 Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kandida Alain Ratsimbazafy -Atsimondrano Efa nahazo fiofanana manokana

Tokana ihany ny kandida solombavambahoaka hatolotry ny antoko Tiako I Madagasikara ho an’ny distrikan’Antananarivo Atsimondrano dia i Alain Ratsimbazafy, izay efa Ben’ny tanànan’Ambohijanaka

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zandarimariam-pirenenaTofoka amin’ny mizana tsindrian’ila…

Tsy misy vola ny fanjakana, ary io no antony tsy hivahan’ny olana maro amin’izao, raha tsy hilaza afa tsy ny an’ny mpampianatra mpikaroka.

 

 Manomboka misy sorisory ihany koa ny ao anatin’ny zandarimariam-pirenena. Misy fotoana mamoaka am-paosy ny zandary mamita iraka noho ny tsy fahampian’ny vola. Efa tena ren’ny zandary ny fiantraikan’ilay hoe : tsy misy vola ny fanjakana. Zary mahazo tsiny amin’ny vahoaka sy ny fiarahamonina rehefa sendra ilay tsy misy solika kanefa misy zavatra maika be tsy maintsy ilana azy ireny satria tsy ampy ny hoenti-manana kanefa ny zavatra hatrehina mihatra aman’aina. Karazan’ny nanao pi-maso tamin’ny mpitandro filaminana ihany i Andry Rajoelina tamin’ny fanomezana fiara tsy laitram-bala, ny fampanantenana samihafa toy ny angidim-by miisa 10 izay nolazaina indray fa 5 saingy tsy tonga na afaka roa volana aza no nolazaina. Ny olona manara-dia ny filoham-pirenena rehefa mivoaka any ivelan’i Madagasikara mahazo karazany tambiny 200 dolara isan’andro (700 000Ar eo ho eo), raha ny karazana lasitra ankapobeny efa nisy hatrizay no arahina. Rehefa izy ireo izany dia misy ihany ny vola ?  Feno teknisianina manampahaizana ao anatin’ny zandarimariam-pirenena, ary efa resaka mandeha ao ny hoe tena tsy mahavita azy (incompetent) ny filoha ankehitriny Andry Rajoelina. Kiana nataon’ny Afrikanina tany amin’ny fivoriana tany amin’ny Firenena Mikambana (ONU) tany New York ny septambra 2009 hoe “sans qualité” io toe-javatra io. Nosokajiana ho tsy mendrika hanatrika fivoriana avo lenta tamin’izany fotoana ary tsy mahazaka mitantana firenena. Tena misy ireo zandary sosotra amin’ny ataon’ny lehibe sasany izay raha vantanina dia misolelaka amin’ny mpitondra sy manao politika ka manaratsy endrika ny zandarimariam-pirenena Malagasy, izay noheverina hatrizay fa “corps d’élite” ary olon’ny lalàna sy ny fitiavan-tanindrazana. Misy mihitsy aza no voatonontonona amina afera maloto, saingy tsara aro ambany fahefam-panjakana. Sady mahazo tombondahiny amin’ny resa-bola sy harena ireny no tena manao bizina sy afera, fa ny aty ambany tratry ny tsindry samihafa sy toa tsy mba misitraka tombontsoa, hany ka maro no halaim-panahy hanao kolikoly sy hiray tsikombakomba amin'ny jiolahy satria ny lehibe aza manao. Tsikarika ho niezaka nanao pi-maso tamin’ny zandary ihany ny filoham-pirenena ankehitriny Andry Rajoelina ka nisafidy olon’ny zandary ho “porte serviette”, raha toa ka miaramila avokoa ny an’ny filoha teo aloha, saingy toa tsy mahomby ny tetika. Mampatahotra ny zava-misy satria taorian’ny polisy izany, dia ny zandary indray no manomboka mimenomenona amin’ny filoham-pirenena sady filoha faratampon’ny foloalindahy. Ahoana moa no hirindra ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana ? Inona no mety hitranga eto raha ny manana basy no mitroatra sy mampiseho ny fahefany ?

Toky R

 

La Vérité0 partages

Ministère des Transports - Les cadenceurs formés pour une bonne gérance des « taxi-be »

A part la gabegie se trouvant sur les routes, les désordres et irrégularités sont constatés surtout sur les arrêts de bus. Bousculades ou la loi du plus fort, ce sont souvent ceux qui ont les plus gros bras qui arrivent à entrer dans le bus, ne laissant aucune chance aux plus petits mais surtout aux personnes handicapées. C’est justement pour réglementer la circulation et mettre de l’ordre au niveau des transports en commun que les  « cadenceurs » existent depuis quelques temps. Certes, ces derniers sont peu nombreux pour le moment, mais leur objectif est justement de garantir la sécurité et la sûreté des passagers mais aussi des transporteurs dans la Capitale. Justement, une formation spéciale pour ces cadenceurs a été donnée par le ministère des Transports, et cela à travers la Direction de la sécurité et la sûreté des transports et du tourisme. C’était hier dans la salle de conférence du ministère à Anosy où une vingtaine de cadenceurs ont répondu présents.

Projet à long terme« L’objectif de la Direction est de minimiser les accidents et actes de vandalisme dans le secteur du tourisme et des transports. En effet, nous avons constaté plusieurs failles et des accidents surtout au niveau des transports. Raison pour laquelle nous avons organisé cette formation, figurant parmi nos plusieurs projets, afin d’atteindre l’objectif qui est d’assurer la sécurité des passagers. Les gens ne sont plus en sécurité car ils se plaignent des irrégularités existant sur les arrêts de bus. Beaucoup en ont marre des bousculades et la loi du plus fort, mais surtout des abus faits par les "taxi-be". Il ne faut plus rappeler que certains abusent d’un surnombre de voyageurs, ce qui provoque le mécontentement des usagers. D’autres ne s’arrêtent pas sur les arrêts de bus ou ne transportent tout simplement pas les passagers. Mais surtout, même si ces derniers font la queue, il y a toujours des personnes qui ne respectent pas la file d’attente, provoquant un désordre total sur les arrêts. C’est justement pour régler tous ces problèmes que la séance a été organisée », confie Rabeandriamaro Hajatiana, directeur de la Direction  « sécurité et sûreté » au sein des transports et du tourisme. Et lui d’ajouter : « on parle de sécurité quand les cadenceurs arrangent les entrées dans le bus, donc il n’y aura plus d’accident sur les arrêts. Leur tâche arrive même jusqu’à la fermeture des portes du véhicule, en assurant qu’il n’y ait aucun passager debout, ce qui assure davantage les passagers. On parle également de sûreté car avec l’ordre et le calme sur les arrêts de bus, même les pickpockets n’oseront plus s’y aventurer, ce qui empêche les sacs et cartables de se faire déchirer ou piller en rentrant dans la voiture ». Il est à noter que cette formation n’est que le début d’un grand projet à long terme qui servira à réglementer le domaine des transports en commun. En partant de l’axe Sabotsy-Namehana, les candenceurs seront éparpillés partout dans la zone suburbaine. Par ailleurs, le rôle de ces derniers sera de faire respecter l’ordre. En cas de non suivi des règlements imposés, ils auront également le droit de faire des rapports à leurs supérieurs. Une grille de sanctions a d’ailleurs été mise en œuvre. Ainsi, ceux qui sont « hors-la-loi » seront sanctionnés. Par ailleurs, des formations pour les transporteurs et receveurs, en partenariat avec les coopératives seront  données prochainement. Puisqu’il s’agit d’un projet à long terme, beaucoup de procédures seront réalisées progressivement. Il faut également dire que le respect du cahier des charges est fortement conseillé pour les « taxi-be ».T.A.

La Vérité0 partages

Pavillons d’Analakely - Les commerçants en grève !

Aucune irrégularité tolérée. Les commerçants opérant dans les pavillons d’Analakely ont fermé leurs portes hier, et cela afin de montrer leur mécontentement face au déplacement des stands de friperie devant leurs échoppes. D’après la vice-présidente de l’association des commerçants des pavillons (FIPAVA), Lantoniaina Sarah, ce n’est que le début de leur grève. Afin de resoudre ce problème, une réunion avec le Préfet de police d’Antananarivo, la CUA, ainsi que les représentants des deux camps adverses, aura lieu ce jour. « En attendant la décision de la CUA, nous continuons notre activité. Pourtant, nous ne tolèrerons aucune irrégularité dans notre enceinte », avance la vice-présidente de l’association FIPAVA.  L’installation des marchands de friperie devant les pavillons ne sera pas définitive. Normalement, une fois les travaux terminés, ces derniers reprendront leur ancien emplacement.

Pourtant, bon nombre des commerçants au sein des pavillons sont convaincus que cette décision ne changera plus, même après les travaux.  « Bientôt, de nouveaux commerçants prendront leur place. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que la CUA a pris une décision similaire », avance Randria, commerçant. La gestion des marchés de la Capitale est loin d’être une tâche facile, vu la situation actuelle dans différents endroits de la ville.  Selon une explication des responsables au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo, le déplacement des marchands des Friperies entre dans le cadre de l’assainissement de la Capitale. Ce projet dénommé Programme intégré d’assainissement de la ville d’Antananarivo (PIAA) est financé par la Banque mondiale afin de lutter contre l’inondation qui mine la ville à chaque saison des pluies. A cet effet, un grand canal d’évacuation sera mis en place le long de la rue Andrianampoinimerina jusqu’au magasin Shoprite sis à Analakely.    Anatra R.

La Vérité0 partages

Femme d’honneur et excellence !

Sens du devoir et de la responsabilité. La première des Premières Dames malagasy à avoir le sens du devoir national, Mialy Rajoelina Razakandisa se distingue entre toutes. Elle porte dans son cœur et son âme le sens de la responsabilité envers les concitoyens surtout les concitoyennes en peine. Mialy ne supporte point de voir ou constater le malheur des malagasy. Elle ne peut non plus rester inactive face à aux cris de détresse de ses semblables. Nombreux sont les défis qui l’attendent en tant que Première Dame. Une Femme  d’honneur et d’excellence dans le sens du devoir et de la responsabilité envers les compatriotes ! Déjà depuis la Transition, en tant qu’épouse du Président, Mialy Rajoelina fondait l’Association Fitia.

Une association dont l’objectif principal consiste à aider ou assister les personnes démunies non seulement sur le plan de la condition matérielle de vie mais aussi dans le domaine de la santé ou autres. Les femmes et les enfants en sont la population cible prioritaire. L’espace d’action de l’Association Fitia ne se limite pas à l’intérieur du cadre national, elle embrasse jusque dans le grand Continent, l’Afrique. Ainsi, le 5 et le 6 février 2018 à Accra Ghana,  la présidente de l’Association Fitia fut élue présidente de PAESFA (Pan African Ethanol Stoves and Fuel Alliance). En effet, par l’alliance de Ghacco (Ghana Alliance for Clean Cookstoves) et l’Association Fitia, une plateforme ayant pour vision sur la vulgarisation de l’usage de l’éthanol chez les ménages africains est née. Une excellente contribution à l’amélioration des conditions de vie des femmes et à la sauvegarde de l’environnement. En fait, c’est un engagement cher à la Première Dame malagasy. Le projet vient d’être lancé à Madagascar, la Journée mondiale de la Femme en est le cadre idéal de démarrage. La Communauté internationale apprécie dans sa juste valeur l’engagement profond de la Première Dame malagasy pour la cause de la population notamment les plus défavorisées. Le FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la Population) par le biais de son Représentant résident à Madagascar Constant-Serge Bounda sollicita officiellement et solennellement Mme Mialy Rajoelina Razakandisa de bien vouloir accepter d’être l’ambassadrice du FNUAP. Une marque d’honneur et d’excellence que la Première Dame malagasy a accordée en toute humilité et sincérité. En fait, FNUAP se dit attentionné par l’engagement profond et soutenu de l’épouse du Chef de l’Etat dans la bataille contre toutes formes de violence en particulier celle basée au genre (VBG) et celle en relation avec le mariage précoce. C’est une âpre lutte que notre championne, la Première Dame, mène sans relâche depuis toujours par le truchement de l’Association Fitia. Dans tous les discours qu’elle tient, elle persiste et signe sur le respect en fonction du genre et afin qu’on mette un terme à la maltraitance des êtres humains qu’elle qu’en soit la forme. Curieusement, son époux de Président de la République concentre d’importants efforts allant dans le même sens de conviction. S’agit-il d’un heureux et bienveillant hasard ou plutôt d’une « complicité » entre époux ? Le Chef de l’Etat ne ménage ses efforts quand il faille porter d’urgence des secours  aux femmes en grande difficulté. Ambassadrice du FNUAP, Mialy Rajoelina pourra certainement faire valoir ses compétences et ses convictions pour le bien de tous.  Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Braquage dans un taxi-brousse - Le gendarme s’est rendu auprès des autorités

Le braquage survenu vendredi soir dans un taxi-brousse et qui a visé trois propriétaires bovins du côté d’Ambohidratrimo, provoque un tollé général. En effet, il s’avère qu’un gendarme était dans le coup. Mais dès le samedi après-midi suivant, l’agent des Forces de l’ordre en cause s’était rendu de son propre chef auprès des autorités. Une information récemment confirmée par la Gendarmerie a indiqué qu’il a d’abord contacté cette dernière par téléphone pour annoncer qu’il était prêt à se rendre. « Nous étions informés sur sa volonté de se rendre dès samedi matin et il  l’a  fait au cours de l’après-midi », commente une source du côté d’Andrefan’ Ambohijanahary.  Avant son possible déferrement prévu normalement ce jour, il était encore soumis à un interrogatoire par ses collègues enquêteurs tout au long de la journée d’hier. Avec son grade « trois barrettes », le concerné travaille au Toby Ratsimandrava. Quant à son rôle dans ce braquage, il est le propriétaire de la Peugeot 309 qui a transporté les bandits. D’ailleurs, sa photo laissée dans la voiture, a facilité la tâche de ses collègues pour l’identifier. 

  Après que les bandits aient pu mettre la main sur les 3 sacs bourrés d’argent liquide des éleveurs victimes, ils s’étaient enfuis à bord de la 309. A mi-chemin menant vers la ville, un des assaillants a quitté la voiture pour prendre un « taxi-be ». Un peu plus tard, des témoins ont affirmé voir un gendarme de Mahitsy l’interpeller à sa descente du bus. Toutefois, le Toby Ratsimandrava n’a pas confirmé cette information.   Entre-temps, la Gendarmerie de Mahitsy a érigé des barrages sur la RN4. Mais le véhicule fugitif a voulu encore forcer le passage, obligeant ainsi les gendarmes à procéder à des tirs nourris sur la 309. Arrivés au niveau du pont d’Ambavarano à l’embranchement  des routes séparant Ambohitrimanjaka et Ambohidratrimo, les assaillants ont dû fuir à pied, leur voiture étant rendue inutilisable. Lors d’une fouille à l’intérieur de celle-ci, les gendarmes de l’intervention ont trouvé un sac contenant 79 millions d’ariary, une arme de poing, quelques munitions et surtout la photo du gendarme mis en cause.F.R.

La Vérité0 partages

Football -Tirage au sort CAN 2019 - Les avis divergent sur le cas de Madagascar

Les techniciens ont surtout pu échanger entre eux et partager leurs expériences durant le tirage au sort. « C’était bien d’entendre Gernot Rohr nous parlait de la préparation du Nigeria pour le Mondial 2018 », se félicite Nicolas Dupuis, sélectionneur de Madagascar.Pour les observateurs, c’est un groupe prenable pour les Barea, il reste à surmonter le complexe.  « Il nous reste à accomplir ce devoir qui est de nous mettre dans la grande nation du football. Je pense qu’il n’y a plus de grande et petite équipe. Si nous sommes partis dans cette compétition c’est pour aller jusqu’au bout, ce n’est pas pour avoir peur d’affronter n’importe quelle équipe », avance le sélectionneur national de Madagascar. Quant au capitaine de l’équipe nationale, Faneva Ima Andriantsima, il a souligné que « nous sommes dans un groupe très difficile avec le Nigeria qui est une équipe ayant participé au dernier mondial de la Russie.

Et la Guinée qui a terminé premier de son groupe devant la Côte d’Ivoire. Et que dire de  Burundi qui a éliminé le Gabon d’Aubameyang.» Faut-il rappeler que Madagascar a concédé huit buts en qualification de la CAN 2019 : plus que toutes les autres équipes qualifiées pour le tournoi atteignant la phase finale le 16 octobre 2018, après 10 points en quatre matchs (3 victoires, un nul) « Il serait temps d’arrêter maintenant tous les commérages.  Nous avons un objectif commun. C’est de se battre pour rehausser l’honneur de notre chère patrie, Madagascar. Nous prêterons main forte à l’équipe et nous les joueurs, nous donnerons le meilleur de nous-mêmes pour notre nation », renchérit Faneva Ima.  La Guinée est un habitué des phases finales (11) et possède une équipe intéressante dont les joueurs évoluent dans les championnats européens. Le Burundi (136e), comme Madagascar, participe également à sa première phase finale de la CAN. Alors que la voie semble dégagée pour les Supers Eagles du Nigeria, 42e au classement FIFA. La Bataille se trouve entre la Guinée (68e) et Madagascar (107e). Les deux premiers de chaque groupe sont qualifiés pour les huitièmes de finale, ainsi que les quatre meilleurs troisièmes. Mauvaise nouvelle pour les Barea, Lalaina Nomenjanahary et Zotsara Randriambololona se sont blessés à la cheville et au genou droit lors de l'entrainement pour le premier et en début de match pour le second, le weekend dernier. La CAN 2019 se déroulera en Egypte du 21 juin au 19 juillet 2019, avec en match d’ouverture, Egypte – Zimbabwe.Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Forêt de Vohibola - « Nous étions purement et simplement kidnappés », dixit des Tangalamena

Deux ministres seront attendus à Toamasina cette semaine, si tout se passe comme prévu. Le pillage de la forêt primaire de Vohibola n’en finit pas de faire parler de lui. Deux tangalamena (chefs traditionnels) à savoir Joël Talata, 84 ans, et Victor Rasoa, 63 ans, avec dix autres villageois, ont été injustement accusés dans cette affaire d’une dimension planétaire en raison de sa forte médiatisation par les agences internationales. Arrêtés chez eux dans des conditions inconvenantes tôt dans la matinée de dimanche 7 avril, ils étaient placés en garde à vue dans un hôtel privé au bord du canal des Pangalanes avant leur transfert à Toamasina. Ils y étaient soumis à un traitement souillant leur honneur d’hommes respectables. Une expérience traumatisante à vie pour eux. Ils racontent leur mésaventure une semaine plus tard.

La Vérité (+) : Que vous est-il arrivé exactement ?Joël Talata (=) : C’était triste. J’ai 84 ans. Ils m’ont arrêté chez moi comme si j’étais un bandit notoire. Je suis quand même un tangalamena. Je n’ai jamais été arrêté ni accusé pour quoi que ce soit dans ma vie. Ils (ndlr : deux femmes, trois hommes et six gendarmes envoyés du directeur régional de l’Environnement et du Développement ou DREDD d’Atsinanana) ont débarqué chez moi à 5 heures du matin. Ce dimanche (ndlr : et non samedi comme rapporté auparavant), je me suis apprêté à allez à la messe. Notre église (ndlr : catholique) a organisé une fête ce jour-là. On m’a dit de sortir car des gens sont venus me chercher. J’ai laissé mon chapeau dans la maison. Ils m’ont de suite enjoint de les suivre sans demander. Je leur ai dit d’aller d’abord récupérer mon chapeau. Mais ils ne m’ont pas laissé faire (ndlr : se coiffer d’un chapeau est un acte chargé de la sacralité pour un tangalamena).(+) : Que s’était-il passé après ?(=) : « Nous avons un travail à faire dans la forêt », m’ont-ils lancé. Ce sont les gendarmes qui ont parlé à tous les coups. Les subalternes du DREDD ont fait savoir qu’ils ont été tout simplement envoyés en mission par leur chef. Nous avons attrapé un homme en flagrant délit dans la forêt. Il était ligoté. Il pleuvait beaucoup toute la journée. J’étais tout trempé. Je n’ai pas eu mon chapeau sur ma tête. Je n’ai eu qu’une chemise sur moi. Nous n’avons rien mangé. A 15 heures, ils nous ont conduits à l’hôtel de Sylvain, le Palmarium. Ils nous y ont alors désignés des pilleurs de la forêt de Vohibola pris en flagrant délit, nous aussi, d’après eux. Pourtant, c’est nous qui la protégeons depuis longtemps.(+) : Puis après ?(=) : Le lendemain, ils nous ont conduits à Toamasina. Nous y étions placés en garde à vue dans l’enceinte de la DREDD. Pire, nous avions les yeux bandés comme des criminels. Des journalistes étaient appelés à nous photographier et filmer dans l’après-midi. Mardi un peu avant 11 heures du matin, ils m’ont libéré avec Victor. Si les droits de l’homme existent réellement, je prie instamment les autorités à considérer d’urgence notre cas. Nous étions déshonorés et diffamés aux yeux du monde entier. Nous étions souillés. Nous demandons à être lavés et dédommagés. Je ne l’accepterai jamais tant que nos honneurs ne nous seront pas restitués (ndlr : cela veut dire ce que cela veut dire). Nous étions purement et simplement kidnappés. Si j’ai commis une faute, je me tiens prêt à subir les enquêtes.(+) : Justement, vous ont-ils infligé des traitements dégradants ?(=) : Non. Par contre, les gendarmes tenaient des propos blessants qui nous ont moralement torturés. Ils nous ont causé tant d’affliction. Ils étaient ivres. Trois d’entre eux l’étaient complètement dans la soirée de dimanche. Ils nous ont même traités d’adorateurs de sampy en tant que croyants catholiques. Une scène de brutalité était sur le point d’éclater dans la cour de mon ami Victor au moment de son arrestation. Cela aurait été la vengeance du DREDD et du maire (ndlr : celui d’Ambinaninony) contre nous, à mon avis. Ils nous ont soupçonnés d’avoir terni l’image de la commune dans le monde après que l’information sur la destruction de la forêt a fait le tour de l’univers. Victor Rasoa :(ndlr : comme Joël Talata était privé de son sacré chapeau, son téléphone a été confisqué par les gendarmes). Je suis d’obédience catholique depuis ma naissance. Je ne me suis jamais séparé de mon chapelet que je porte nuit et jour autour de mon cou. Les gendarmes m’ont sommé de l’ôter de mon corps. J’ai carrément refusé. L’un d’eux a voulu me l’arracher de force en le happant. Mais j’ai toujours résisté en tenant sa main. C’était un gendarme deux barrettes (ndlr : gendarme de deuxième classe) en poste à Brickaville. Il était parmi ceux sous l’emprise de l’alcool. Je ne connais pas son nom. « Vous, les catholiques, sont des adorateurs de sampy », m’a-t-il lancé à la figure en cherchant à m’arracher de force le chapelet qui pend sur ma poitrine.  Propos recueillis par  M.R.

La Vérité0 partages

Evacuation sanitaire d’une prisonnière - Le BIANCO et le PAC saisis de l’affaire

Suspicion de corruption. L’affaire concernant l’évacuation sanitaire d’une prisonnière sent à mille lieues la corruption. D’ailleurs, elle –même l’aurait déclaré lors de son audition par la Police suite à la doléance déposée par son poursuivant qui n’est autre que le propriétaire d’une zone franche dans laquelle elle travaillait pendant une décennie. Elle y était en tant que cadre supérieur et bras droit  de l’investisseur étranger qui possède à part cette usine à Madagascar sise sur la RN2, deux autres, une en France et une aux Etats-Unis. De cette absence permanente du propriétaire, c’est à la Dame en question, une certaine C.R, à qui il a confié la gestion de son usine. Une confiance trahie par cette employée qui a réussi à détourner 2 milliards Ar dans l’entreprise. Le pot aux roses découvert, C.R. a reconnu les faits et est placée en détention préventive à Antanimora, le mois de novembre dernier.

Grande fut tout de même la surprise du poursuivant en prenant connaissance que la Dame circulait librement en ville et a même passé les fêtes de fin d’année 2018 à Mahajanga. Soit à plus de 550 km de la maison d’arrêt d’Antanimora là où elle est censée pourtant s’y trouver depuis son incarcération.  L’audition de la Police, suite à cette saisine du poursuivant, a permis de savoir que C.R. a obtenu une évacuation sanitaire à l’hôpital de Befelatanana au mois de décembre dernier avec un séjour de 45 jours. C’est ce qu’a, du moins, déclaré les agents pénitentiaires, interrogés sur  «  cette liberté non autorisée » de la prévenue. Seulement, cette dernière n’a jamais mis les pieds dans cet établissement hospitalier et n’y a même pas passé une journée, selon les dires des responsables de l’hôpital. Interrogée par la Police, C.R. n’a pas nié son absence à l’hôpital étant donné qu’elle n’en a pas fait la demande. Selon la prévenue, elle aurait donné 2 millions Ar à une responsable de la prison d’Antanimora pour y pouvoir sortir  et de circuler librement. Ainsi, elle sous-entend qu’il n’a jamais  été question d’évacuation sanitaire ou séjour hospitalier. De cette déclaration, infirmée d’ailleurs par les pénitentiaires, un air de corruption plane dans l’air.  Les antagonistes se sont retrouvés hier au palais d’Anosy devant le procureur pour s’expliquer sur ces contradictions flagrantes. Mais, comme le poursuivant a déjà déposé également de doléance au BIANCO, c’est à ce dernier d’en donner suite et de transmettre le dossier auprès du Pôle Anti- corruption (PAC). Ces étapes effectuées, les agents pénitentaires, la prévenue et les responsables de l’établissement hospitalier feront face, ce jeudi, au juge d’instruction du PAC.La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Esclavage des enfants : Un phénomène qui perdure dans les pays pauvres

Environ 400 millions d’enfants de 4 à 14 ans dans le monde sont victimes d’esclavage ou de travail forcé sous diverses formes, selon l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

Outre les guerres, beaucoup moins connues dans l’environnement local de la Grande île, le mariage forcé, les travaux agricoles, les maltraitances ainsi que l’esclavage sexuel, sont les aspects sous lesquels se présente aujourd’hui l’esclavage d’enfants, beaucoup plus fréquents à Madagascar. A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre l’esclavage des enfants, le 16 avril, la sonnette d’alarme est à nouveau tirée un peu partout dans le monde. Un peu moins à Madagascar à cette occasion.

En 2017, environ 152 millions d’enfants sont contraints de travailler, selon l’OIT. Selon les dernières données disponibles, on estime que près de 30% des enfants victimes d’esclavage se trouvent sur le continent africain, dont fait partie Madagascar. Difficile, pourtant, de disposer de chiffres fiables et à jour concernant de fléau. La pratique de l’exploitation sexuelle dans certaines parties du pays, n’est pas pour améliorer la situation. De nombreuses organisations non gouvernementales et autres associations sont fortement impliquées à Madagascar dans la lutte contre toutes les autres formes de travail forcé des enfants, et tentent de sortir des enfants du milieu du travail, forcé ou non.

Considérés comme une main d’œuvre quasi-gratuite, les enfants sont réduits à l’état d’esclaves dans de nombreux pays pauvres, et des cas, bien que beaucoup plus rares, ont été signalés dans certains pays industrialisés. En dépit de l’existence de lois interdisant de telles pratiques condamnables, l’amélioration de la situation des enfants victimes d’esclavage tarde à s’améliorer de manière satisfaisante dans les pays à faible revenu.

Rappelons que la journée du 16 avril a été consacrée journée mondiale de lutte contre l’esclavage des enfants depuis 1995, après le décès d’un jeune pakistanais de 12 ans qui avait étalé au grand jour les sévices qu’il avait subis depuis l’âge de quatre ans après que son père l’ait vendu pour rembourser une dette.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

BNGRC : Pour une Nation résiliente aux chocs, et protégée de tous dégâts

Nouvellement nommé à la tête du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), le Colonel Elack Olivier Andrikaja a officiellement pris son poste. La passation de service entre lui et son prédécesseur a eu lieu vendredi 13 avril au siège de cette institution à Antanimora. Dans son allocution à cette cérémonie, il n’a pas omis de remercier le Président de la République et le gouvernement malgache de lui avoir accordé la confiance pour assumer ce poste. .Il a également remercié le S.E. sortant qui a dirigé avec succès le BNGRC pendant trois années. En définissant ses priorités, il a énoncé que son leitmotiv est « la confiance mutuelle étant fondamentale ». En effet, Ses priorités sont d’après lui, la transparence totale dans la gestion des aides humanitaires, l’utilisation des matériels selon la volonté des donateurs, la mise en place de leadership fort, le renforcement de la collaboration entre le BNGRC et ses partenaires techniques et financiers, ainsi que la collaboration permanente avec toutes les autres institutions spécifiques de l’Etat. Il a alors exhorté tout le personnel à poursuivre à ses côtés les missions attribuées au BNGRC. « Nous sommes une équipe complémentaire où chacun joue un rôle spécifique, mais converge vers une vision unique de bâtir ensemble une nation résiliente aux chocs, protégée de tous dégâts, dans sa dimension sociale, culturelle, économique et environnementale pour un développement durable », a-t-il conclu.

A la place qu’il lui faut. Le Colonel Elack Olivier Andriankaja a déjà occupé ce poste pendant cinq ans (2009-2014). Ayant pris le goût d’en savoir toujours plus. Il a profité de ses expériences en « protection civile » pour approfondir ses connaissances, et en 2014, il a repris ses études de 18 mois à l’Université d’Antananarivo, au sein du Département Economie de la Faculté de Droit, d’Economie, de Gestion et de Sociologie pour en sortir avec un diplôme de Master multidiscipline en Gestion des Risques et des Catastrophes. Il est issue de la 3e promotion de cette école, et parmi la première promotion bénéficiant d’une marque internationale de « International Centre of Excellence » ou ICoE de l’Integrated Research for Disaster Reduction de l’UNISDR. Être à la tête du BNGRC serait alors pour lui la concrétisation d’une conviction professionnelle pour servir la Nation.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Importation : Des cas de fausse déclaration à la douane de Toliara

L’importation de produits de première nécessité est une filière qui rapporte gros. La preuve, nombreux sont les opérateurs économiques qui se spécialisent dans le secteur au point que la concurrence devient actuellement de plus en plus rude. « De nombreux importateurs apparaissent actuellement surtout dans les filières riz, sucre, huile alimentaire et farine », explique un opérateur économique, venant de Toliara. Mais le problème c’est que tout le monde ne joue pas correctement le jeu. « Pour gagner plus et injustement, certains importateurs se prêtent au jeu malsain de la fausse déclaration en douanes » ajoute-t-il. Et de préciser que la minoration de valeur se fait avec des sociétés offshore, écran basé dans des pays de provenance de PPN comme l’Inde, l’Indonésie, Thaïland, Dubaï….Pour le sucre par exemple, ils arrivent à déclarer à 350 dollars la tonne, alors que la valeur de référence est de plus de 450 dollars.

Avec ce que cela suppose, bien évidemment de préjudices pour les importateurs qui paient normalement les taxes, mais également et surtout de manque à gagner pour les recettes de l’Etat. « Les fraudeurs en douanes qui font des fausses déclarations se permettent de vendre à moindre prix, par rapport à ceux qui jouent correctement le jeu, et cela nous est défavorable » explique notre interlocuteur qui en appelle à la prise de responsabilité de la part des hautes instances de l’Etat. « Si ces fausses déclarations passent, c’est qu’il y a forcément une complicité des douaniers », soutient-il. Une manière en somme de demander à ce que des enquêtes soient menées pour mettre fin à cette pratique et sanctionner les fautifs. Et ce, afin de préserver les intérêts de l’économie du pays qui dépend grandement des recettes fiscales et douanières

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Colloque sur l’énergie

Les 18 et 19 avril prochains, la ville de Mahajanga accueillera un colloque sur l’énergie, avec la participation de la Région Boeny, des services régionaux de l’énergie, de l’eau et des hydrocarbures, ainsi que la JIRAMA et le Groupement des professionnels en énergie à Madagascar ou GDPEM. Plusieurs volets de l’énergie seront abordés durant l’événement, notamment la formation dans le domaine de l’énergie, l’exploitation, ou encore l’énergie comme levier du développement. De même, un espace sera dédié à une exposition sur le thème de l’énergie et dans lequel, une quinzaine de stands érigés par les participants mettront en avant les nouvelles avancées dans le domaine de l’énergie. Faut-il rappeler que la ville de Mahajanga et ses environs vivent régulièrement les impacts du déficit en matière de production énergétique dans la mesure où, la JIRAMA ne produit que 9 à 10 mégawatts, alors que les besoins de la ville de Mahajanga s’élèvent à 14 mégawatts.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Hôtel de Ville : Le jazz au goût du jour

Les enfants du centre Alabri en chœur avec le Big Band kely du Cgm/Gz et l’United Swingtett

Du jazz à profusion, de la bonne musique à ne plus en finir. Malgré une météo menaçante, les amateurs du genre et les badauds se sont rassemblés sur le parvis de l’hôtel de ville hier.

Pour la seconde fois, le jazz club du Cgm/Gz se rallie à l’United Swingtett venu tout droit d’Allemagne. Renouvelant le succès de cette alliance, c’est devant un public tananarivien à l’affût qu’ils ont joué sur le parvis de l’Hôtel de Ville à Analakely hier. Pour ouvrir les festives, place aux jeunes défavorisés du centre Alabri de Miarinarivo. Accompagnés par le Big Band, les enfants ont magnifiquement interprété le conte « Ny hirahiran-janako ». Un spectacle aux milles et une couleurs, sous les regards bienveillants et impressionnés d’enfants de rues, de passants et des spectateurs, ils en ont inspiré plus d’un. Sur un ton coloré, ces enfants ont démontré à la fois leurs talents, leurs passions et une rage de vaincre. Pour certains, cet évènement est une revanche sur la vie tandis que pour d’autres, c’est un moyen de se surpasser et de voir de quoi ils sont capables. Très applaudis, ils ont pu profiter d’un moment de gloire qui leurs ont donné encore plus de motivation dans ce qu’ils font.

De son côté, la section band du jazz Club du Cgm/gz a entraîné son public dans le monde jazzy comme on les aime. Accompagné par l’United Swingtett, la combinaison s’avère fructueuse, tout autant que celle de 2012. Evidemment, le répertoire varié a vu les incontournables du standard de jazz, mais également d’autres titres adaptés comme des chansons de Robbie Williams ou encore « Locked out of heaven » de Bruno Mars. Entre autres, la gent féminine a été très présente, l’on a pu par ailleurs, remarquer la présence de la jeune bassiste Manou Radonason, ainsi que de la chanteuse Betia, qui sont toutes les deux des étoiles montantes du moment dans le milieu. Cette semaine, tout ce petit monde mettra le cap sur l’île aux parfums pour la programmation du Nosy Be Jazz festival.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Olona voapoizina ara-tsakafo : Feno hipoka Hjra sy Befelatanana

Tany ho any amin’ny dimampolo  tany ho any ireo narary mafy voatery naiditra hôpitaly vokatry ny fahapoizinana ara-tsakafo nahazo azy ireo tany amin’iny faritra Ambohitsarantany Ankazondandy iny, ny sabotsy hariva teo. Raha ny angom-baovao azo, dia vokatry ny menaka tsy ara-pahasalamana nanaovan’ireo olona ireo sakafo nandritra ny fampakaram-bady tao an-toerana no nahatonga ny loza. Voatery nampakarina tany an-dRenivohitra avokoa ireo olona nihinana izany, izay nalemilemy tampoka : nandoa sy nivalana. Fa ankoatr’io tany Ankazondandy io, dia olona 13 ihany koa naiditra hôpitaly tao Anjozorobe vokatry ny fihinana izany menaka tsy ara-pahasalamana izay ihany, tany Andreba Avaratra. Raha ny vaovao azo moa dia samy efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy ary efa tsy misy ahatahorana intsony ny ain’ireto olona an-jatony  narary ireto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Tenues vestimentaires et agression sexuelle : Les excuses du ministère de l’Education Nationale

Le tollé engendré par une publication sur la page Facebook du ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement technique et professionnel, a rapidement fait réagir le numéro Un par intérim de ce ministère, en présentant des excuses au public à travers un communiqué. Cette publication faisant un lien entre les agressions sexuelles et les tenues vestimentaires des filles/femmes, a ainsi fait l’objet d’un désaveu du ministre par intérim. Il faut dire que la publication en question a été rapidement au cœur d’une polémique et suscité des réactions des plus incisives de la part des internautes et utilisateurs de Facebook. Dans un communiqué publié le 13 avril 2019, le ministère a ainsi présenté « ses excuses et condamne fermement la diffusion d’une telle image à caractère maladroit et choquant de ce message ». Et ajoute que le ministère « prend les mesures nécessaires afin de sanctionner de tels agissements contraires à l’éthique et à la morale ». Le ministère reconnaît ainsi que « le fait de relier le port d’une tenue vestimentaire quelconque par une fille ou une femme à la probabilité d’une violence sexuelle perpétrée contre elle, n’est pas la meilleure façon de sensibiliser sur la nécessité de décence dans l’éducation des enfants malagasy » et « …affirme que rien ne peut justifier les agressions sexuelles qui pourraient être commises envers les filles et les femmes, et encore moins leurs tenues vestimentaires ». Le même communiqué souligne que le ministère a pris les mesures qui s’imposaient dès la vue de cette publication controversée – celle-ci a été supprimée depuis – et prévoit une sanction à l’encontre de son auteur. Dans la même foulée, l’office de l’éducation de masse et des citoyens auprès du ministère sera restructuré.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Centre immaticulateur de Madagascar : Suspicions de corruption passive pour 18 personnes

Le Bureau Indépendant Anti-corruption (BIANCO) ne chôme pas. En effet, au mois de mars de cette année, il a été saisi par une doléance anonyme relatant les agissements d’un Officier de l’armée en service au CAPSAT Antananarivo et de son épouse qui s’adonneraient à la confection de faux permis militaires dans leur domicile à Itaosy en vue de les transformer en permis biométrique auprès du Centre Immatriculateur de Madagascar – CIM – Ambohidahy.

Doléances. La saisine ferait état de l’implication d’un réseau qui opère également auprès du service du CIM en matière de mutation de véhicules et d’octroi de permis de conduire. Le BIANCO a, sans tarder, ouvert une enquête sur le dossier qui fait écho sur toutes les doléances des usagers et insatisfaction du public concernant le fonctionnement et la qualité de service du CIM. Toujours est-il que bon nombre de plaintes sur le Centre Immatriculateur ont été reçues par le BIANCO depuis quelques mois. Nous pourrons citer parmi elles le dossier de flagrant délit dénoncé par l’association Rohy et traité par le BIANCO en 2017 qui a abouti au placement sous mandat de dépôt de deux responsables auprès du CIM.

Investigations. D’autres dossiers sont encore en cours au niveau d’Ambohibao sur les employés du CIM et les rabatteurs qui y travaillent. Les investigations effectuées ont pu faire ressortir des suspicions de corruption passive, d’abus de fonction ainsi que de faux et usage de faux contre 18 personnes dont le premier responsable du CIM d’Antananarivo, l’officier et son épouse et 15 autres co-auteurs et complices au sein du CIM et autour du couple. Suite au déferrement du samedi 13 avril, trois rabatteurs, objet de garde à vue auprès du BIANCO avant le déferrement, sont placés sous mandat de dépôt. Tandis que le premier responsable du CIM (Chef CIM), sa caissière ainsi que deux titulaires de faux permis biométriques sont sous contrôle judiciaire.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Mahitsy : Taxi-brousse voatafika, voaroba ny 50 tapitrisa ariary

Miverina indray ny fanafihana eny amin’ny lalam-pirenena faha-4. Taxi-brousse iray nitondra mpivarotr’omby maromaro avy any amin’ny distrikan’Ambatomainty no voatafika tamin’iny làlana iny, ny zoma 12 aprily teo tokony ho tamin’ny 5 ora sy sasany hariva. Jiolahy telo  nanao taingin-telo tamina  “scooter” ary nitondra basy poleta iray no nanakana ity fiara ity tamin’io fotoana io teo Ampanotokana . Tonga dia nanapoaka basy ireo jiolahy mba hampihorohoroana ireo rehetra tao anaty fiara. Ireto farany izay tsy afa-nanohitra, fa dia nanaiky mora foana izay nataon’ireo jiolahy nisava ireo mpandeha rehetra avy teo. Vokany, voaroba nandritra izany ny vola 50 tapitrisa ariary. Rehefa azon’izy ireo ny vola, dia nitsoaka nihazo ny làlana mankaty Antananarivo ireo mpanafika ary nandray fiara Peugeot 309; izay napetrak’izy ireo tao an-tanànan’i Mahitsy. Raha vao nandre izany fanafihana izany ny zandary avy ao Mahitsy, dia nanao ny fanenjehana avy hatrany. Nametraka sakana ihany koa ny zandary avy ao amin’ny kaompanian’Ambohidratrimo ka azo sambobelona tamin’izany, tao amin’ny toerana atao hoe Ambavarano tsy lavitra an’Ambohidratrimo, ny iray tamin’ireo dahalo. Sarona teny aminy ny basy poleta vita gasy iray  izay nampiasain’izy ireo. Mbola tratra tao anatin’ilay fiara nampiasain’izy ireo ihany koa ny vola 15 300 000 ariary tamin’ireo, vola nangalarina. Mitohy ny fikarohana ireo jiolahy sisa mbola tafatsoaka.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Centre Sportif Urban : Le padel lancé officiellement vendredi

L’inauguration officielle vendredi.

Avec un investissement de plus de 80.000.000 ariary, un terrain de padel est disponible au Centre Sportif Urban à Andraharo. A partir du 6 mai, un championnat sera organisé avec la participation de douze équipes.

Officiel. Un nouveau sport de raquette débarque au pays, le padel, qui est dérivé du tennis, se jouant sur un court plus petit, encadré de murs en grillage et en vitres. Après plusieurs mois de préparation, le lancement officiel de cette discipline jumelé avec l’inauguration du terrain de padel, une grande première au pays s’est déroulée vendredi, soir, au Centre Sportif Urban Andraharo. « On a constaté que deux des quatre terrains sont très exploités et les deux autres moins utilisés. On a décidé d’allouer un des terrains à la pratique du padel. Les travaux de construction du terrain ont coûté 80.000.000 ariary. Comme j’ai pratiqué ce sport en Europe, je voulais le pratiquer ici, mais comme il n’y a pas de terrain, ce n’était pas possible » a expliqué, David Verli, promoteur de la discipline à Madagascar. Comme il s’agit d’un sport de raquette, le padel sera affilé à la Fédération malgache de tennis où son président a honoré de sa présence la cérémonie d’inauguration. « Beaucoup de champion de tennis se sont lancés dans le padel. Cette discipline est à la fois le mélange du tennis, du tennis de table, de badminton, du squash. L’entrée du padel au sein de la FMT sera discutée lors de l’assemblée générale en tant que commission » a souligné, Stéphane Rakotondrainibe. Plusieurs grands noms du tennis mondial ont joué au padel, pour ne citer que Gaël Monfils, Rafael Nadal ou Novak Djokovic.

 600.000 ariary. Deux techniciens travaillent étroitement avec David Verli. Il s’agit de Ando Rasoamalala, internationale malgache de tennis et de Loïc. Ils vont s’alterner dans l’encadrement des joueurs. « Pour le prix du lancement, ce sera 600.000 ariary pour 22 matchs soit 12.500 ariary de l’heure. Pour la location par heure est de 60.000 ariary pour quatre joueurs » a continué, David. . Une école de jeunes sera mise en place à Andraharo. Et pour ce début, le premier championnat commencera le 6 mai avec la participation de douze équipes dont les dix places sont déjà prises. L’objectif à long terme est que les joueurs locaux puissent participer à des tournois internationaux.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

«Urban Trail» : Victoires de Clarisse Rasoarizay et de William du COSPN

Les journalistes étaient de la partie.

Plus de 4000 cours ont sillonné les artères de la capitale hier, à l’occasion de la 5e édition de l’«Urban Trail». Un réel succès pour Rotary Club Mahamasina, organisateur de l’évènement, où l’attente est largement dépassée. «Urban Trail» est une course amenée par Rotary pour l’éradication de la Polio au niveau mondial. « Le Rotary et ses partenaires de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (IMEP) sont sur le point d’éradiquer la polio. La polio est déjà éradiquée à Madagascar mais cela n’empêche pas de renforcer les luttes. A nous tous de sensibiliser les membres de nos familles et nos voisins de vacciner les enfants pour continuer d’aller dans le bon sens », indique Jean Luc Rajaona, président du Rotary Club Mahamasina, à l’arrivée. L’organisateur donne déjà rendez-vous aux fidèles participants pour 2020. La course a été répartie en deux catégories à avoir les 6km pour les non-licenciés hommes et dames, et celle, ouverte au public et aussi pour les licenciés. La marathonienne Clarisse Rasoarizay a remporté la course du 12 km chez le dames et William du COSPN  chez les hommes. Le titre de meilleur établissement a été attribué au Collège Saint-François Xavier Antanimena avec la participation de  247 élèves et pour l’entreprise, le trophée  revient à la société Arabesque.

Les résultats

6km licenciés

Hommes – Tojonirina Randriamifidy 3FB

6km non licencié – Hasina ( Jumbo score)

6km licencié dames – Savanah Sport Etudes

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Tsiroanomandidy Tovolahy 22 taona maty noleran-drainy antsy teo amin’ny tratrany

Izany tokoa no tonga amin’ilay fitenenana hoe: “izy mivady no miady ka ny ankizy no voaporiporitra”. Tovolahy iray vao 22 taona monja no maty tsy tra-drano rehefa noleran-drainy antsy teo akaikin’ny fony, ny zoma 12 aprily  teo, tokony ho tamin’ny 8 ora alina tao amin’ny tanàna antsoina hoe Amparihimaloto, fokontany Ambohimiarintsoa, kaomina Fiadanantsoa, distrikaTsiroanomandidy. Nisy ny fifamaliana tamin’ity raim-pikaviana ity sy Ramatoa vadiny ka iny handeha hidaroka ity farany ilay rangahy no nosakanan’ilay zanany lahy. Tezitra, noho izany ity rangahy, ka nandray antsy ary avy hatrany dia nanindrona ilay zanany tamin’io zava-maranitra io. Tsy nijery fotsiny anefa ilay reniny, fa niezaka nisintona izany antsy izany teny an-tànan’ny vadiny. Vokany, naratra mafy ihany koa ny tànan’ilay Ramatoa raha tsy avotra intsony kosa ny ain’ity zanany. Nidina tany an-toerana avy hatrany ny zandary raha vao nahazo antso momba io vono olona io ka nisambotra ity lehilahy nahavanon-doza ity, mba hohadihadiana.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Fianakavian’ny maty novonoin’i Tsilavina : Mitaky ny hitarihan’ny zandary ny fanadihadiana

Voasambotra tany ambanivohitra lavitra.

« Marina fa ny polisy no nahatratra an’i Tsilavina izay namono ny vady aman-janako tamin’ny fomba feno habibiana, nefa teny amin’ny zandary izay no nametraka ny fitoriana ary teny no efa nanomezanay ny vaovao rehetra mikasika ny raharaha, nefa raha mandeha eny amin’ny polisy nahatratra azy izahay, dia voarirarira hatrany nefa izahay no manaman-jo amin’izao raharaha izao », izay no nambaran’ireo fianakavian’i Kevin 4 taona sy ny reniny bevohoka novonoin’i Tsilavina, ny tapaky ny volana marsa teo, tamin’ny fomba mahatsiravina. Miteraka ahiahy amin’ny fianakavian’ny maty ny fandehan-javatra izao, satria mahatsapa izy ireo fa toa misy « kolikoly » avo lenta izany ao ambadiky ny raharaha, satria raha ny angom-baovao natao dia misy izany ramatoa mifanila tamin’ireto fianakaviana nisy namono ireto no naniraka an’i Tsilavina tamin’izao raharaha izao, izay nohararaotin’izy ireo tamin’ny tsy fifankahazoana tamin’i Tsilavina sy ilay raim-pianakaviana nandroaka azy tamin’ny asany, ny zava-nisy. Tsy hita popoka io vehivavy naniraka io amin’izao fotoana izao ; izay tsy nisy nanam-po ny fifandraisany amin’ity heloka ity ka afaka nitsoaka tsy tamin’ahiahy ny tenany. Ho hita eo anefa ny fandehan’ny raharaha, satria nilaza ny fianakavian’ny maty, fa miandry toy ny zava-nitranga tany Maroantsetra, sy fidinana an-dalam- be, indray ve ny tompon’andraikitra eto Toamasina vao hihaino ny fianakavian’ny maty amin’izao raharaha izao, sy handray fepetra ve ireo tompon’andraikitra. Ho hita eo ny tohiny…

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Pour le rejet des vieilles pratiques politiques

La politique est un jeu qui parait parfois compliqué. Le profane se perd souvent dans les combinaisons de ses stratèges. A Madagascar, on s’y perd et on éprouve parfois de la perplexité devant la duplicité manifestée . Depuis plusieurs années, il n’y a pas eu de véritable éthique et les retournements de veste sont fréquents. A présent, on parle de vent nouveau dans le microcosme, mais on est encore loin du compte.

Pour le rejet des vieilles pratiques politiques

Le nouveau régime a pris la décision de tourner le dos au système qui était en place auparavant. Il veut partir sur de nouvelles bases et travailler avec des institutions en qui, il peut avoir confiance. L’Assemblée à géométrie variable où les mallettes servent de conviction, va avoir de nouveaux membres, et la donne doit être changée. Il s’agit d’avoir des députés conscients de leur responsabilité devant le peuple et non à la morale peu scrupuleuse. Le changement de comportement est difficile à adopter, et nombreux sont les candidats qui ont du mal à s’adapter à cette nouvelle attitude. La plate- forme du président de la République compte avoir une vraie majorité à la Chambre Basse pour pouvoir appliquer sa politique. Mais le TIM ambitionne lui aussi de jouer un rôle important à l’Assemblée. Cependant, on est assez dubitatif quand on voit le nombre de candidats se présentant sous l’étiquette « indépendant ». Les citoyens ont exprimé leur aversion pour les combines sordides qui ont eu cours durant la précédente législature. Ils doivent maintenant séparer le bon grain de l’ivraie. On voit- qu’il y a beaucoup de jeunes qui se lancent dans l’arène pour mettre fin au règne des vieux briscards. Mais on s’aperçoit que les anciennes pratiques ont la vie dure. Le sénat est unicolore et c’est un bastion du HVM, et l’on vient de voir que certains manœuvrent pour déstabiliser le bureau permanent. Ils conspirent contre ceux qui sont dans leur camp. C’est une pratique détestable que l’on ne voudrait plus voir. C’est de la politique, mais c’est une forme détestable que l’on ne voudrait plus voir.

Patrice RABE

Madagate0 partages

Mialy Rajoelina. Voatendry ho Masoivohon’ny FNUAP eto Madagasikara

Tao amin’ny Hotely Carlton Anosy, ny zoma 12 aprily 2019, no nampafantarana fa voatendry ho Masoivohon’ny sampandraharaha ny firenena mikambana misahana ny mponina (FNUAP – Fonds des Nations-Unies pour la population) Ramatoa Mialy Rajoelina, teraka Razakandisa, izay Filoha mpanorina ny fikambanana Fitia. Izao fanendrena izao dia nandritra ny fanamarihana ny faha-50 taonan’ny FNUAP.

Eo amin'ny lafin'ny ady atao amin'ny VBG (« Violences Basées sur le Genre ») na herisetra miankina amin'ny saranga no tena hilofosany amin'izany toerana Masoivoho izany.

Tsy tongatonga ho azy izany fa efa nisy fanehoana ny vadin’ny Filoha ny Repoblika ny fahavononany ny hiady araka izay azony atao eo amin’ityresaka herisetra ity. Raha vao miresaka herisetra moa dia azo an-tsaina avy hatrany ny fahoriana mahazo ny vehivavy izay voasokajy ho fanaka malemy, kanefa dia maro amin’izy ireny no mizaka sy miaritra tsy fidiny ny vono sy/na herisetra mahazo azy.

Santionany efa heno ny manjo ireo vehivavy niasa tany ivelany izay nihatra aman’aina noho ny asa nataony. Ny sasany moa dia zara mahazo ny tambin-karama tokony ho raisiny. Ny an-tokantrano ihany koa dia tsy vitsy no mizaka ny vono raha tsy hilaza ny famamoan’ny vadin’izy ireny, izay fototra iray mahatonga ny fikasian-tànana.

Ao koa ny fandaozan’ny lehilahy sasany ny vady aman-janany, ka zary ny Reny no miantoka sy miharitra ny fahamelona ireo zanany. Ny sasany aza dia miafara amin’ny famarotan-tena tsy fidiny sitranihay sakafo ho an’ireo ankizy. Tranga mpiseho ireo fa mbola endrika herisetra mahazo ny vehivavy koa ny ara-moraly, ara- kolontsaina sy ny fomba amam-panao izay manery ny vehivay tsy anan-tsafidy.

Avy any ankavia mankany ankavanana: Dr Charlotte Faty Ndiaye, Solotena maharitry ny OMS (Sampan'ny Firenena mikambana momban'ny Fahasalamana); ny Filoha Andry Rajoelina; Ramatoa Mialy Rajoelina vadiny ary Andriamatoa Constant-Serge Bounda, Solotena maharitry ny FNUAP eto Madagasikara

Fomba amam-panao izay manilika tanteraka ny zon’ny vehivavy. Tsy eto Madagasikara ihany anefa no misy tranga herisetra fa saika amin’ny firenena any ivelany ihany koa. Ny antontan’isa dia mitatitra fa anisan’ny mahatonga ny fahamaroan’ny fisaraham-panambadiana vita mariazy ny hendrika herisetra mahazo ny vehivavy 16 ka hatramin’ny 26 taona.

Ny firenena iray any ivelany dia mitatitra io antontan’isa io fa 18 taona ny ankizivavy vao afaka manam-bady. Ny fanadihadihana hita anefa dia mitatitra fa isan’ireo vehivavy vita mariazy 15 ka hatramin’ny 19 dia nahatratra 14%. Ny 27% amin’ireo vehivavy nanambady ireo anefa dia saika latsaky ny 15 taona. Eto Madagasikara dia 1/3-ny ankizy vavy 13 taona no iharan’ny herisetra ara-nofo, raha toa ka ny 50%-ny vehivavy dia tratry ny herisetra ara-batana.

Eto Madagasikara dia saika herisetra an-tokatrano no matetika mitranga, ary zary fahanginana hoan’ireo vehivavy tratra ity herisetra ity. Ny antony dia ao ny mbola fitiavany ny vadiny izay mamono azy anefa. Ao koa fitiavany ny tokantranony tsy ho rava, ny fahafaham-baraka, ary indrindra ny fatahorana ny hilaza ny marina momban’ny herisetra mianjady aminy, noho ny tahotra sy horohoro atao aminy.

Raha hiverenana ny fanendrena ho masoivohon’ny FNUAP an’i Ramatoa Mialy Rajoelina dia nanamafy ny fahavononany ny tenany nandritra ny lahan-teniny nataony tao amin’ny Carlton Anosy : « Araka ny efa nambarako tamin’ny andro maneran-tany ho an’ny vehivavy, vonona aho ny hiady amin’ny herisetra atao amin’ny vahivavy, izay ianjadian’ny herisetra maro isan-kazarazany izay tsy mendrika azy. Mila mandray andraikitra isika mba ampitsahatra sy handrava ny hendriny rehetra. Ho hisy araka izany ny lalàna entitra hiadiana amin’ity herisetra ity, izay midika fa tsy hiady irery ny fikambanana fa hiara-misalahy amin’ireo olona tsara sitrapo manam-pahavononana hiady amin’ny herisetra mahazo ny vehivavy ».

F’efa nanomboka ary nilaza ny fahavononany ny mpitondra eto amintsika, izay mbola nohamafisin’ny Filoha ny Repoblika Andry Rajoelina izany nandritra ny lahateniny teo amin’ny Carlton Anosy tamin’iny fanamarihana ny faha 50 taona ny FNUAP ny.

Soratra : Andry Rakotonirainy – Sary : Harilala Randrianarison