Les actualités Malgaches du Dimanche 15 Avril 2018

Modifier la date
Madagate2 partages

Madagasikara. Ny zava-doza haterak’ireo Lalampifidianana fehizoro telo voavidy

FIFIDIANANA ETO MADAGASIKARA

Lany tsy nasiam-panovàna teny amin’ny Antenimierandoholona ihany koa ireo volavolan-dalàna fehizoro mikasika ny fifidianana ary nijanona tamin’ny endriny nandanian’ny Antanimierampirenana azy dia ny volavolan-dalàna fehizoro laharana faha-05/2018 momba ny fepetra ankapoben’ny fifidianana sy ny fitsapakevibahoaka, volavolan-dalanafehizoro laharana faha-06/2018 mahakasika ny fifidianana Filohan’ny Repoblika ary volavolan-dalàna fehizoro faha-07/2018 mahakasika ny fifidianana solombavambahoaka izay nanindrahindran’ny governementa fa "fandresen’ny demokrasia".

Tsy hamerina an-tsipiriany ny volavolan-dalàna izahay fa hisintonana ny sain’ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny HCC (Fitsarana Avo momban'ny Lalampanorenena) ny amin’ny fahitanay ny tsy tokony hanekena io volavolan-dalàna io izay mifanohitra amin’ny lalampanorenena sy ny lalàna velona.Ao amin’ny lalàmpanorenana dia ny fiarovana ny zo sy ny fahafahana no faratampony vao manaraka ny fisarahan’ny fahefana:

- Fahefana mpanatanteraka: (Filoha, governementa)

- Fahefana mpanao lalana: (ny Antenimiera roa tonta)

- Ny fitsarana sy ny olom-pirenena

Ireo voatanisa ireo no tanjon’ny lalàmpanorenana. Anisan’ny antom-pisian’ny HCC dia hiaro toy ny anakandriamaso ny lalàmpanorenana mba tsy ho voahitsakitsaka ka hanafoana ireo lalàna izay tsy mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana. Fa ny mpitondra fanjakana sy ny fitsarana dia tokony hanaja sy hanao izay hanajàna ny zo fototry ny Malagasy izay hita fa voahitsakitsaka ankehitriny ka mampametram-panontaniana ny nandanian’ny Antenimiera roa tonta ireo lalàna ireo.

Tsy misy fanajàna ny zo sy ny fahafan’ireo mpifidy raha toa ka ao ambadik’ireto lalàna ireto, misy kandida tiana hailika, ary tsy mpifidy iray fa an-tapitrisa angamba no hotampenan-mbava anefa ny tanjona dia fifidianana mangarahara manome vahana ny safidim-bahoaka.

-Mazava ao amin’ ny lalàmpanorenana fa ny fandaminana sy ny fitantanana ny raharaha rehetra momban’ny fifidianana dia ankinina amin’ny rafitra mahaleo tena iray eto amin’ny firenena dia natao andraikitry ny CENI izany anefa salovanin’ny governementa ny andraikitry ny Ceni; nahoana no tsy natolotra mialoha nandritra herin-taonaniasàn’i CENI fa an-kamehana vao nampidirina?

-Fohy loatra ny fotoana hanaovana ny fampielezan-kevitra dia ahoana ny momban’ireo efa manao izany na ireo manao sarintsarin’ny fampielezan-kevitra ankehitriny ary ho an’ny sasany mety ampiasainy ny fitaovan-mpanjakàna sy ny fampisehoana ny zava-bita hanintonana ny safidim-bahoaka?

-Fampielezan-kevitra fihodinana faharoa: fohy loatra ny fe-potoana (7 andro) amin’ny fanotana sy fandefasana ary fanampariahana ny fitaovam-pifidianana any amin’ny biraom-pifidianana.

-Araka ny andininy faha-125: ny lalàna 05/2018 dia noferana ho 700 ny isan’ny mpifidy isaky ny birao fifidianana ao amin’ny fokontany. Ny olana dia ny fitadiavana ireo mpikambana handrafitra ny biraom-pifidianana.

-Ny antotan-taratasy rehetra ilaina amin’ny fifidianana dia tokony hitovy ho an’ny mpilatsaka hofidiana rehetra (filoham-pirenena, solombavambahoaka...).

-Ny fahazoan’ny mpilatsaka ho fidiana (indépendant) dia mifanohitra amin’ny andininy faha-72 n’ny lalampanorenena izay mamaritra ny “mandat impératif”.

-Ao amin’ny lalampanorenana andininy faha-10 sy faha-37 dia mamaritra ny fahafahana malalaka maneho hevitra syny zon’ny olona mandray ny fanehoan-kevitra malalaka, ny hita ao anaty lalampifidianana, dia manana anjara lehibe ny “Autorité Nationale de Régulation de la Communication” (ANRC) hatramin’nyfanaraha-mason’ny teny ataon’ny kandida, fanasaziana ny haino aman-jery, fandrindrana ny ora handraisan’ny kandida izay tokony anjaraandraikitry ny Ceni fa fifidianana no resahina. Miisa 11 ny mpikambana mandrafitra azy ary maro an’isa ny olom-panjakana (03 ny avy amin’ny haino aman-jery tsy miankina).

-Andininy faha-156: voalaza fa tsy maintsy soratra "X" na peta-tondro no atao manandrify ny safidy ao amin’ny Bileta tokana fa raha tsy izany dia lasa VATO MATY. Midika izany fa famerezan-jo ANKOLAKA ny Malagasy, izay maro no tsy mahita ity lalàna ity ary na mahita aza tsy hahay mamaky izany, izay mifanipaka amin’ny zo fototra voarakitra ao anaty lalampanorenana.

-Andininy 149, dimy andro ny fepotoana farany tsy maintsy hahatongavan'ny vokatra eo anivon’ny SRMV, raha tsy izany dia tsy ho raisina intsony ny vokatra. Fanasaziana tsotra izao ny mpifidy izany ary fanosihosena ny zo fototra.

Manao antso avo amin’ny mpikambana ao anivon’ny Fitsarana Avo Momba ny Lalampanorenena izahay: fantatra fa nanao fianianana fa hitandro ny lalampanorenana toy ny anakandriamaso sy ny lalana manankery ary ny fotokevi-dehibe izay raiketiny ianareo. Ireo no hany hibaiko, amin’ny saina tony, ny didy havoaka manaja ny fahamarinana.

Antananarivo, faha-13 avrily 2018

Hoy: Madeleine Ramaholimihaso, Dr Bruno Rakotoarison, Général Ramakavelo, Arlette Ramaroson, Holijaona Raboanarijaona, Hery Ranaivosoa, Andoniaina Andriamalazaray, Emerentienne Ratsimbazafy, Charles Rakotonirina, Saraha Rabeharisoa, Andry Ranivoarison

Madagate1 partages

Hery Rajaonarimampianina persiste dans les erreurs historiques

Comme prévu, avec lui tout est calqué sur ce qui s’est déjà passé au pays. Ainsi, le filoha Hery, dans sa conviction qu’il est encore plus puissant qu’un roitelet du royaume des aveuglés, a procédé, par décrets, au changement de 24 officiers supérieurs de la gendarmerie ayant un poste de commandement. C’était lors du conseil des ministres du 11 avril 2018 au palais d’Etat d’Iavoloha.

Un véritable cyclone s’est donc abattu sur tous les postes de commandement de la «Zandarimariam-pirenena» (ZN). Selon les explications du Commandant responsable de la Communication au sein de la ZN, cela est dû au fait que le nouveau Commandant de la Gendarmerie nationale, le Général de division Andrianjanaka Njatoarisoa (nommé en conseil des ministres le 4 avril 2018), a un grade inférieur à certains de ses nouveaux subordonnés. Déjà, cela signifie que les promotions et nominations rajaonarimampiennes ne suivent pas la logique de l’ancienneté mais émanent de calculs hautement politiques. A savoir, une réélection avec l’appui évident de ces 24 officiers supérieurs «miraculeusement» promus. Et à quelques mois de la fin du mandat présidentiel. Vous croyez au hasard? Moi pas…

Et c’est indéniablement cette démarche de politisation des forces armées malgaches, par son Chef suprême selon la Constitution (il est expert-comptable et pas militaire de carrière), qui a poussé les Généraux et Officiers supérieurs en retraite à sortir de leur… retraite pour tirer la sonnette d’alarme, le 11 avril 2018, à «La Rotonde» à Besarety: « (…) Il n’est plus concevable que le peuple soit pris en otage à cause d’un dialogue de sourds qui s’est installé et provenant d’une mauvaise gestion des affaires de l’État (…). Nous, les aînés, nous lançons un appel à l’adresse de nos cadets de l’Armée : afin d’éviter les erreurs, sachez prévenir plutôt que guérir afin que nos compatriotes ne nous considèrent pas comme une force de répression. Les intérêts supérieurs de la Nation doivent primer sur toute autre considération. L’Armée et les forces de maintien de l’ordre constituent le glaive et l’épée et demeurent le dernier rempart de défense du peuple et de la Nation ».

Dans l’Histoire politique de la Grande île de l’océan Indien, hors périodes transitoires, je le précise ici, ce n’est pas la première fois que les forces armées sont mis au service des dirigeants du moment et que des officiers supérieurs (retraités ou non) sortent de leur réserve lorsqu’un grand danger menace la nation toute entière.

Déjà, le 13 mai 1972, après le retour de l’Indépendance, ce sont des membres des FRS (Forces républicaines de sécurité) calquées sur les CRS (Compagnies républicaines de sécurité) en France, qui ont tiré sur nous, étudiants, sur l’avenue de l’Indépendance (j’avais 18 ans à l’époque et j’étais là). Ce, suivant les ordres du président Philibert Tsiranana qui avait déclaré «Ataoko Tsak tsak zato arivo» (cela peut être traduit et interprété par : je ferai tirer dans le tas). La sécurité de qui, alors? Mais il venait de signer la fin définitive du régime PSD (Parti social démocrate). Le premier chef d’Etat malgache, militaire de carrière, a été le Général de Division Gabriel Ramanantsoa, alors Chef d’Etat-major général. Il avait reçu les pleins pouvoirs du président Tsiranana, le 18 mai 1972. Le Général Ramanantsoa forma alors le premier gouvernement d’union nationale, composé de techniciens civils et de militaires. Il nomma même des gouverneurs militaires à la tête des six provinces. N’étant pas politicien, Ramanantsoa n’a jamais eu de projet politique fiable et viable. Du coup, trois officiers «ayant des idées», commencèrent à les faire émerger. Il s’agissait des colonels Richard Ratsimandrava, ministre de l’Intérieur et commandant de la gendarmerie nationale, Roland Rabetafika, Dg du gouvernement, et du jeune capitaine de frégate Didier Ratsiraka, ministre des Affaires étrangères. Mais ils avançaient en ordre dispersé car il était évident que chacun avait son ambition personnelle…

En 1974, voilà que le colonel Bréchard Rajaonarison, alors conseiller militaire du général Ramanantsoa, a aussi des «idées». Elles reposent sur la question ethnique au sein des forces armées et la décentralisation du pouvoir. Déjà ! Bréchard entre carrément en rébellion et se retranche au camp du GMP (Groupement mobile de la police) à Antanimora Antananarivo. Cette mutinerie est vite matée mais elle entrainera la démission de Ramanantsoa qui, le 5 février 1975, remettra, à son tour, les pleins pouvoirs à Ratsimandrava qui sera assassiné le 11 février 1975. Un directoire militaire est alors mis en place dans lequel Didier Ratsiraka va s’imposer et imposer aussi un programme… révolutionnaire. Ce, malgré les idées très «ratsimandravistes» des commandants Soja et Richard Andriamaholison et du capitaine Désiré Philippe Ramakavelo. Quoi qu’il en soit, Ratsiraka parvient au pouvoir et il utilisera les forces armées à son service, de manière très machiavélique.

Pour stopper toute contestation d’origine militaire, il usera d’une stratégie très… militaire. Il va intégrer les «forces armées populaires» dans la politique globale de la révolution socialiste. Son «Boky mena» (livre rouge) redéfinit le rôle des militaires comme «supports de la nouvelle idéologie socialiste» et comme «défenseurs de la révolution», au même titre que les paysans, les ouvriers et les intellectuels. Du coup, si les effectifs augmentent de manière exponentielle, les conditions de vie dans les casernes, elles, régressent pour ne pas dire plus. Or, dans les années 1980, les dépenses militaires ont augmenté de manière très… visibles. Pourquoi? Parce que l’homme, devenu amiral, a littéralement miné le potentiel militaire en éliminant de manière officielle les trois armes traditionnelles (Terre, Air, Mer) avec la création de trois états-majors (armée du développement, forces aéronavales et forces d’intervention), sous l’autorité unique d’un état-major général. Il fallait le faire. Il faut noter, cependant, que leur mission officielle était le maintien de l’ordre interne et la gendarmerie avait encore continué à jouer son rôle.

Mais, d’un autre côté, il avait mis en place des unités spéciales dédiées spécialement à son service: La BANI à Ivato, la BANA à Antsiranana; Les RFI 1 et 2; les unités de commandos de la gendarmerie (GSIS…), et le fameux RESEP (la garde présidentielle). Les membres de ces unités spéciales étaient mieux équipés, mieux entrainés et mieux «motivés» que le commun des hommes en treillis de la révolution socialiste qui n’a abouti nulle part… Quelle était alors la mission de ces super-hommes directement sous les ordres de l’amiral Ratsiraka? Elles étaient mobilisées pour réprimer tout regroupement de civils, à la manière de l’actuel Emmoreg. Sous le prétexte de «troubles à l’ordre public» et même «d’insurrection» («fanongam-panjakana» actuellement). Ainsi de la répression mortelle sur les adeptes du Kung-Fu en 1985 ; et de celles, toutes aussi mortelles, des manifestations des «Forces vives» («Hery velona») en 1991 (Toamasina, Antsiranana et aux abords du palais d’Etat d’Iavoloha). Tout cela ne lui aura servi à rien. Lui qui avait déclaré : «vous aurez beau tourner 7 fois, 77 fois, 777 fois -en référence au mur de Jericho, leitmotiv des «Hery velona» du Pr Zafy-, je ne quitterai pas le pouvoir («Tsy hialà aho!»)». Oui mais, à peine un mois plus tard, il s’enfuit la queue entre les jambes pour un premier exil vers la France «reny malala».

1996, la parenthèse Zafy Albert. Exception confirmant toute règle, ce président, élu en 1993, n'a pas dit de bêtises ni durant son mandat ni après son empêchement définitif par les représentants du peuple malgache de l'Assemblée nationale de Tsimbazaza, et n’a jamais utilisé les forces armées pour le servir. Son empêchement a été proclamé le 6 septembre 1996 par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC). Un point à retenir:Zafy Albert avait bien tenté une «dépolitisation» des forces armées. Mais il a donc dû quitter prématurément le pouvoir et n’a pu aller jusqu’au bout de cette tentative.

De retour au pouvoir, car élu à nouveau en 1997 contre Zafy (ce qui confirme la versatilité d’un peuple), Ratsiraka place cet énième et dernier mandat sous la bannière de «l’humanisme écologique». Mais son premier acte a été de toiletter la Constitution de 1992 stipulant que le Premier ministre devait être issu de l’Assemblée nationale. C’est ce statut mal défini des relations entre le Président et le Premier ministre, qui avait entrainé l'empêchement d'Albert Zafy par les députés. Ensuite, la politisation des forces armées réapparaît. Plusieurs militaires sont nommés dans le gouvernement et certains briguent même un mandat électif sous les couleurs du parti au pouvoir. Des officiers «mutins» en 1991 à Antsiranana, sont graciés avec rappel de solde et avancement. Il s’agit des capitaines Coutiti, Rahitso et Gégé… Du coup, cela va raviver les clivages au niveau des officiers avec un retour également de «l’ethnicisation» du tableau d’avancement des officiers et des pratiques discriminatoires dans l’attribution des postes de commandement, en fonction du degré de loyauté au régime et non plus du degré d’ancienneté. Les mieux gratifiés étant certains officiers impliqués, de près ou de loin, dans les «affaires» de la famille présidentielle (pierres précieuses surtout). La cerise sur le gâteau de cette politisation des militaires se situe à la veille de l’élection présidentielle du 16 décembre 2001. Dans toutes les casernes, une circulaire intitulée «Hetsika safidy tsara» (Mouvement pour un bon choix) a… circulé. Elle provenait de la hiérarchie militaire et intimait, sans ambages, officiers, soldats et leurs familles à voter pour le président sortant.

On connaît la suite. L’amiral a eu face à lui un laitier coriace et plus retors que lui. En effet, Marc Ravalomanana a refusé un second tour, malgré des accords signés deux fois à Dakar, agrémenté d’un authentique baiser de Judas. Et pour chasser une seconde fois l’Amiral, il a utilisé des militaires réservistes dans une «pacification» extrêmement mortelle en 2002. Il faut dire, cependant, que Didier Ratsiraka avait fait dynamiter tous les ponts entourant la ville d’Antananarivo, dans le but de l’asphyxier économiquement… Seuls des unités d’élite peuvent faire cette besogne de destruction. Mais il faut se rappeler qu’à l’époque, des officiers de l’Etat-major des forces d’intervention et du 1er RFI avaient exigé le retour à leur base respective de leurs éléments mobilisés aux barrages de Brickaville et d’Andatabo (Toliara) ainsi que ceux utilisés dans des actes «terroristes» à Sambava. Ces officiers avaient aussi posé la question suivante:Est-ce que les forces armées ont le devoir de défendre la patrie et le peuple ou les intérêts privés d’un régime politique vacillant? Un Komity miaramila miaro ny safidim-bahoaka (KMMSB ou Comité militaire défendant le choix du peuple) roulant pour Ravalomanana fut même créé. C’est vous dire…Quoi qu’il en soit, en mai 2002, Didier Ratsiraka partira pour un second exil français et ne rentrera à Madagascar que le 24 novembre 2011.

Sous Ravalomanana, c’est l’Emmonat (Etat-major mixte opérationnel national) qui a été son soutien armé. Toutes les forces armées sont mis dans ce fourre-tout : policiers, gendarmes et militaires. En 2009, lorsque la population s’éleva contre Tikoland (car Ravalomanana avait dirigé le pays comme il a dirigé sa société Tiko), ce sont les bérets rouges du Capsat (Corps des personnels et des services administratifs et techniques) qui se sont rangés du côté du grand nombre, surtout après le massacre du 7 février à Antaninarenina. Le 17 mars 2009, après avoir dissout son gouvernement et transmis ses pouvoirs à un directoire militaire inexistant dans la Constitution, le laitier d’Imerikasinina s’enfuit en Afrique australe. On connaît aussi la suite qui a été une sixième période de transition après celles de Ramanantsoa, Ratsimandrava, Andriamahazo, Zafy et Ratsirahonana.

Actuellement, le régime Rajaonarimampianina (président élu en 2013) se retrouve dans les mêmes conditions qu’à la veille de l’élection présidentielle de décembre 2001 et il commet les mêmes erreurs et en pire. De son côté, pour faire un jeu personnel, Rolly Mercia, ministre de la Communication, agit exactement comme son prédécesseur sous Ravalomanana, Bruno Andriantavison qui fut ministre des Télécommunications, de la Poste et de la Communication du gouvernement dirigé par le général Charles Rabemananjara (encore un militaire). De ce Bruno-là, qui a signé lettres de mise en demeure sur lettres de fermeture de médias, on n’en entend plus parler du tout. Il avait fait plus fort encore que Fredo Betsimifira, alors ministre de l'Information, de la Culture et de la Communication sous Didier Ratsiraka. Fredo a même été bombardé «gouverneur d’Antsiranana». Mais cela les a amenés où sinon à l’exil et à l’anonymat complet? C’est bien ce qui attend Rolly Mercia, le grand nouveau «menaceur» de journalistes devant l’Éternel. A moins qu’il ne se suicide comme Judas Iscariote. Tout est possible ici-bas.

« Si nous sommes capables d’apprendre à avoir un recul intelligent sur notre passé, on peut espérer avoir une réflexion sensée sur notre futur. Car sans aucun doute notre incapacité à avoir une vision à long terme est une des causes de ces crises cycliques à répétition, censées nous délivrer d’un tyran, mais qui n’aboutissent finalement qu’à un copier-coller, en changeant juste les noms et les dates. En mai 1972 comme en mai 2009, les opposants n’ont pas accès à la Radio nationale. Les opposants sont arrêtés et emprisonnés pour leur opinion, pratiquement sous les mêmes prétextes fallacieux que pour Raparison et Chapuis : diffusion de fausses nouvelles, outrage au Gouvernement, tentative de trouble de l’ordre public, incitation de la population à ne pas avoir confiance dans les autorités. Devant une telle incapacité à retenir les leçons du passé, comment peut-on prétendre préparer l’avenir ? » (in: «De 1972 à 2009: L’éternel recommencement?» par Ndimby A. Madagascar Tribune du 25.05.2009).

 

C’est exactement la situation qui prévaut encore en ce mois d’avril 2018, sous ce régime Hvm/Rajaonarimampianina les gars! Et ils croient que leur proche chute et fin sera autre. Vraiment, dirait le PM Olivier Mahafaly…

Jeannot Ramambazafy

Sources: archives personnelles et Jaona Rabenirainy (www.cairn.info.)

**************************

RAPPEL. Décret abrogeant le décret n°2016-287 du 20 avril 2016 et portant nomination du Général de Division ANDRIANJANAKA Njatoarisoa, Commandant de la Gendarmerie Nationale, Nommé en conseil des ministres, le 4 avril 2018

Palais d’État d’Iavoloha. Extraits du Conseil des ministres du 11 avril 2018

 

Secrétariat d’État auprès du ministère de la Défense nationale chargé de la Gendarmerie nationale

– Décret abrogeant le décret n°2016-436 du 04 mai 2016 et portant nomination du Général de Brigade RANDRIAMANESY André, Premier Adjoint au Commandant de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2016-437 du 04 mai 2016 et portant nomination du Général de Brigade RAKOTOBE Christian, Deuxième Adjoint au Commandant de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2016-438 du 04 mai 2016 et portant nomination du Général de Brigade GELLE Serge, Chef d’État-major du Commandement de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2017-355 du 10 mai 2017 et portant nomination du Général de Brigade ANDRIAMANANA Solofonirina Maherizo, Commandant des Ecoles de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2017-365 du 10 mai 2017 et portant nomination du Général de Brigade RABEARIMAHEFA Andrianjanaka, Commandant de la Circonscription de la Gendarmerie Nationale de Fianarantsoa.

– Décret abrogeant le décret n°2017-358 du 10 mai 2017 et portant nomination du Général de Brigade RAKOTONDRAZAKA Andriatsarafara Andriamitovy, Commandant de la Circonscription de la Gendarmerie Nationale d’Antananarivo.

– Décret abrogeant le décret n°2016-534 du 13 mai 2016 et portant nomination du Général de Brigade RAZAFINDRAKOTO Hermelan Serge, Commandant de la Circonscription de la Gendarmerie Nationale de Toliara.

– Décret abrogeant le décret n°2016-440 du 04 mai 2016 et portant nomination du Général de Brigade ANDRIAMIARANTSOA Jhanard Privat, Directeur Général Adjoint de la Sécurité Routière.

– Décret abrogeant le décret n°2016-545 du 13 mai 2016 et portant nomination du Colonel RABE Ferdinand, Coordonnateur de l’Office chargé de la Lutte contre le Trafic des Stupéfiants auprès du Secrétariat d’État chargé de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2014-617 du 28 mai 2014 et portant nomination du Colonel RABEFALIANA Bohovelona, Directeur du Système d’Information et de Télécommunication du Commandement de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2015-1575 du 25 novembre 2015 et portant nomination du Colonel RANDRIAMANJARISOA Robert, Directeur de la Communication et des Relations Extérieures auprès du Secrétariat d’État chargé de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2017-367 du 10 mai 2017 et portant nomination du Colonel BOTO Lucien Maurice, Commandant de la Circonscription de la Gendarmerie Nationale de Mahajanga.

– Décret abrogeant le décret n°2017-119 du 15février 2017 et portant nomination du Colonel BEHIVOKA Fiederch, Commandant de la Circonscription de la Gendarmerie Nationale d’Antsiranana.

– Décret abrogeant le décret n°2017-366 du 10 mai 2017 et portant nomination du Colonel RAKOTOMALALA Andriatahina Jean Herbert, Directeur de la Planification, du Suivi et de l’Évaluation auprès du Secrétariat d’État chargé de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2016-538 du 13 mai 2016 et portant nomination du Colonel MANASSE Jean Mananga, Directeur de l’Organisation et de l’Emploi du Commandement de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2014-619 du 28 mai 2014 et portant nomination du Colonel BOTOU Estelin, Directeur de la Police Judiciaire du Commandement de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2016-1391 du 09 novembre 2016 et portant nomination du Colonel ANDRIAMAROMANANA Régis Jean Cher Benilde, Coordonnateur de l’Office chargé de la Lutte contre la Corruption auprès du Secrétariat d’Etat chargé de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2014-603 du 28 mai 2014 et portant nomination du Colonel RAKOTONDRAZANANY Jean Chrysostome, Coordonnateur de l’Office chargé de la Lutte contre le Terrorisme auprès du Secrétariat d’État chargé de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2014-614 du 28 mai 2014 et portant nomination du Colonel RAVOAVY Nandrasanarisoa Zafisambatra, Directeur de la Sécurité et des Renseignements du Commandement de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2016-533 du 13 mai 2016 et portant nomination du Colonel JUSTIN Hary Manantsoa Lala Angelo, Commandant de la Circonscription de la Gendarmerie Nationale de Toamasina.

– Décret abrogeant le décret n°2015-1576 du 25 novembre 2015 et portant nomination du Colonel RANAIVONAMPOIZINA Harilaza, Directeur des Ressources Humaines du Commandement de la Gendarmerie Nationale.

– Décret abrogeant le décret n°2016-541 du 13 mai 2016 et portant nomination du Colonel RAZAFIMANDROSO Aurélien, Directeur Technique de la Direction Générale de la Sécurité Routière.

– Décret abrogeant le décret n°2017-359 du 10 mai 2017 et portant nomination du Colonel RABEMANANJARA Heriniaina Andrianjafy, Commandant de l’École Supérieure de la Gendarmerie Nationale de Moramanga.

– Décret abrogeant le décret n°2017-362 du 10 mai 2017 et portant nomination du Colonel MIANDRISOA Olivier, Commandant de l’École de la Gendarmerie Nationale d’Ambositra.

 

Madagate0 partages

Mahajanga. Vendredi 13 tokoa ho an’i Rolly Mercia be kalizy loatra

Ny marina dia marina ihany tokoa. Tsy mampalahelo intsony ity ranamana ity fa tena mahay manono tena. Ary ilay hoe «vendredi 13», izay voalaza fa andro mety hampidi-doza dia niatra taminy, satria tokoa na Andriamananitra aza tsy natahorany intsony tamin’izy be kalizy (be resaka) tao amin’ny radio Antsiva, ny Alakamisy 12 Avrily 2018 atoandro. Nanome bala hitifirana azy ihany izy ka asa indray ny fandrahonana ho avoakany mikasika ity lahatsoratra napetraka ho an’ny tribonalin’ny Tantara ity. Fa tsy afaka hilaza mihitsy aloha izy fa tsy izy no nahavita niteny ireo e ! Ary ny ampahany ihany no nadikako an-tsoratra eto ambany. Andao ary !

 

« (…) Kolonely Lylyson (Senatora voafidy avy amin’iny faritra Boeny iny), asaina miteny mihitsy hoe : avia rey olona anao ville morte et patati et patata. Izany hoe ampisy perturbation ny ordre public eto an-antampon-tanànan’Antananarivo eto. No voan’ny mandat d’arrêt angaha niteny ilay naniraka azy, ilay patron politikany angaha niteny. Tsy niteny ange e ! Amin’ny maha mpilalalo angaha nandritran’ny efa-taona izy niteny mihitsy. Mampilalao ny olony fotsiny dia izay olona voa ao dia voa ao, f’angaha izy miteny mihitsy. Izao amin’ izay ohatran’izy indray no Messie avy any dia arebirebiny ny olona rehetra. Messie ahoana ianao ? Angaha tsy tadidinao ny nataonao teto ? Samy fankaha… (notapahany tampoka ny teniny) ity anie tanàna kely e ! Samy Malagasy ane isika e ! Dia maninona no mandrebireby vahoaka ohatr’izany ? »

Nametraka fanontaniana teto ny namana mpanao gazety Michel Ralibera mikasika ny ben’ny tananàn’i Mahajanga. Ireto ny valin-tenin’ingahy ministre coach…

« Izaho aloha tsy minisitry ny Ati-tany dia tsy aiko izay nilazan’izany hoe ho soloina PDS izany. Ny aiko aloha izaho indray minisitre coach-ny Boeny dia manaraka tsara ny zava-misy rehetra any Boeny any, any Mahajanga any. Dia ny aiko aloha, ary ananako mihitsy ny taratasy kopian’izany, nanao (notapahany indray ny teninny eto)… ny lalàna dia milaza fa ny fikan-kevitra monisipaly, iny izany no rafitra fara-tampony amin’ny fanapahan-kevitra amin’ny fitantanana ny kaominina anankiray. Ary ny maire no manatanteraka ireo fanapahan-kevitra ataon’ny conseillers municipaux. Izay no tenenin’ny lalàna. Ary anisan’ny fahefan’ny conseil municipal ny manao, araka ny voarafitry ny lalàna hoe : izao no atao rehefa heveriny fa misy zavatra tsy miady amin’ny fanatanterahana ilay izy, ataon’ilay maire.

Ny hitako dia nisy taratasy, voafaritry ny lalàna izany, fangataham-panazavana nataon’ireo majorité-ny conseillers municipaux ireo ho an’ilay maire. Taratasy fangatahim-panazavana hoe : ahoana ireto, ireto, ireto, ireto amin’ny fitantànana ny mairie, indrindra indrindra fitantànana ara-bola sy ara-pitaovana. Dia ahoana no nataonao an’izao izay tsy mifanaraka amin’ny lalàna. Manome ohatra aho : nahazo fanampiana don fiara ny commune urbaine Antananarivo, oadray, Mahajanga. Fiara SUV ireny, 4X4 kely ireny. Nataon’ny conseillers municipaux ny fanafiadiana ; ohatra fotsiny, ny taratasy momban’ny assurance an’ilay fiara, amin’ny anaran’ny maire. Ahoana, 4X4 maoromaorona kely tsara nataon’ilay Ong don ho an’ny mairie, maninona no misoratra amin’ny anaran’ny maire dia entin’ny maire eran’ny tanàna. Lasan’ny maire izany ilay izy ? Amin’ny lalàna aiza no misy milaza fa rehefa misy don omena an’ny mairie na omena an’ny minisiteran’ny Serasera dia entin’ny minisitry ny Serasera any dia ataony amin’ny anarany ? Fanodikodinana fananam-panjakana izany. Iray fotsiny izay ohatra izay. Dia mandeha izany izay, araka ny lalàna, toa hoe rahampitso zoma no hanao (tapaka kely koa teto ny teniny) … izay koa voafaritry ny lalàna, hanao ny… izay koa voafaritry, hanao ny AG extraordinaire ireo conseillers municipaux, hiaino izay izay ho valin-tenin’ilay maire eo ary hanapak’hevitra. Inona ny zavara voafatitry ny lalàna amin’ny fanapahan-keviny ? Dia hoe : mampiàto ao anatin’ny iray volana, heu mandritra ny ilay volana raha ohatra ka hitany fa mitombona ary tsy mitombona ny valin-tenin’ny maire, afaka mampiàto ny majorité-ny conseillers municipaux (Tff : municipal foana moa no noteneniny fa manimba maso raha atao conseillers municipals, tsy izany ?) ».

Michel Ralibera : mifandrify amin’ilay raharaha tany Mahajanga tokony nahatongavan’Andriamatoa Andry Rajoelina izany rehetra rehetra izany ?

« Fa maninona ? F’angaha nisy heloka natao angaha ilay maire tamin’iny fahatongavana tany iny ? Ni-invité anie izy e ! Fa ny fomba nanaovany azy no tsy nety, tsy nanaraka ny lalàna. Voalohany : mila autorisation vao manao manifestation sur la voie publique (Ttf : ingahy Jaona Elite izany dia tena ambon’ny lalàna tokoa satria tsy nila izany autorisation izany izy taminy namory olona teny Ankaraobato ô ? Aza fady : ay moa Hvm ingahy Elite). Faharoa : fanjakana ange izany mairie izany fa tsy fanjakana kely ao anaty fanjakana be e ! Toa ny misy eto an-drenivohitra koa, toa ny mairie an’ity capitale ity ! Mieritreritra ny tenany ho fanjakana kely ao anaty fanjakana be. Volam-panjakana avokoa no miasa aminy mairie izany. Raisina toa volam-panjakana (teto izy dia nanomboka niboredika). Ah, heu, n’inona moa izy ity, ny hetra rehetra rehetra rehefa mandoa hetra ny tsirairay dia miditra any amin’ny volam-panjakana. Raha mandoa haba-tsena koa ny, ny, ny ny ao amin’ny tsenan’i Mahajanga, dia miditra any amin’ny kitapom-bolan’ny meuh, meuh mairie izany fa ny fomba fitantànana dia mitovy amin’ny fomba fitantànam-bolam-panjakana (Ttf : izany an ?). Volam-panjakana izany no tantànan’ilay mairie. Ka raha manao làlana izy, làlan-kely any Ambovalàna any na any amin’ny abattoir any, dia volam-panjakana (teto dia nisento mihitsy i ranamana, asa ny antony). Fa tsy hoe volam-panjakana no no ampiasainadia i Andry Rajoelina… »

Michel Ralibera : Ka raha nanome vola Andriamatoa Andry Rajoelina ?

« Na nanome vola ary ! (entitra be ny anareo teto). Manatrika… tsy mitokana. Mbola reste à avoir hoe nanome vola ve ? Fa raha volam-panjakana no nanaovanao io dia ianao fanjakana no mitokana azy (Tff : izany an ? Aleoko tsy manome ohatra hafa fa hiady amina olona very jery toa i ove e !?). Fa tsy Andry Rajoelina no asainao mitokana azy. I Andry Rajoelina anie, ho an’izay tsy mihitratra tsara ny masony, simple citoyen izao e ! OLO-TSOTRA. Tsy teto Madagasikara nandritra ny efa-taona, fa milaza ho Messie vao tonga vao aingana, gasy vao tonga (Ttf : I Henry Rabary-Njaka koa nolazainy fa gasy vao tonga, tao aminy radio Free FM -ETO-. Lala-kitasikoa ny an’ity ranamana ity e !). Ka izany ange,izy izao e ! Fa tsy hoe vao tonga avy any dia izao e, iry iry fa marina dia marina ihany. Izahay teto, nandritra ny efa-taona izay (Ttf : tena tranon-dainga mihitsy : Ny volana avrily 2017 izy vao niverina minisitra rehefa voadakan’i Omer Beriziky tamin’ny taona 2014. Efa-taona taiza ? Sa tsy mahay manisa tampoka koa ?) niasa, niatrika ny raharaham-pirenena sy izay rehetra rehetra mifandraika amin’izay. Ianao voky dia nipetraka tany Paris nandritra ny efa-taona, nihinana ny azo ; dia tonga avy any amin’izay ianao, dia ianao indray no milaza an’ilay (teto izy toa tonga saina tampoka ka niova resaka)… nefa teto rovitra pataloha. Aoka hazava ity resaka ity ».

Aoka tokoa hazava ity resaka ity ary raha mandalo ny teny ny soratra hitoetra. Fa efa novidiany lafo ireo kaliziny ireo, ny ampitso zoma 13 avrily 2018 ihany. Raha dinihina tsara ny fanambarany dia tsy misy fanafany intsony fa vita ny an’ingahy Ben’ny tanàna Moktar. Mbola tsy « voatsara » dia efa meloka « araka ny lalàna ». Io foana mantsy no naverimberiny. Sady 11 amin’ireo conseillers miisa 19 koa anie no nangataka ilay AG extraordinaire fangatahana fanazavana e ! Tonga dia masaka. Ary ny sabotsy dia tokony efa PDS ni nitsena an’ingahy Filoha Hery nankana ilay hotely be amoron-dranomasina. Saingy namadika azy ny zava-nisy. Io angaha ilay hoe vendredi 13 ?

Ny marina dia tena nasehoan’Andriamanitra ny fisiany sy ny fahatezerany. Eny na dia Fitiavana azy Izy, manam-petra ny faharetany. Efa « trop » -hoy ny zatovo ankehitriny- loatra mantsy ny fafy lainga nataon’ity Rolly Mercia ity ary manomboka vidiany lafo ny vavabeny tsy am-piheverana fa mihevitra andriamanitra kely satria ministre coach. Ny olona any aza tsy misy tia azy. Izany ve tsy voahara-masony ? Akorinao izay ?

Fa izaho dia mampitandrina ny ao amin’io fitondrana Hvm io fa manomboka izao dia mailo ianareo amin’io Rolly Mercia io. Jereo tsara no ataony an’i Andry Rajoelina. Nefa efa tamin’ity farany nilatsaka kandida ben’ny tanànan’Antananarivo anie io Rolly io no nanara-body azy e ! Dia io lazainy fa gasy voa tonga io anie no nanendry azy minisitry ny Serasera ny 21 marsa 2011 e ! Fa izao moa lasa «simple citoyen» izy dia izao no atao ity mpanjakan’ny sakaizan’ny mpandresy miseho manaja ny lalàna ity.

Ny zava-misy aloha izao dia tsy mahavita azy mihitsy ity ministre coach izay tsy nahalala mihitsy fa misy antony ilay hoe : avadibadio im-pito ny lela vao miteny. Asa izao iza no tena mirehitra ? Fa mino isika fa tsy hijanona eo akory ny «loza» satria izany henatra sy tahotra izany tsy ananany intsony na dia kely sisa ny fisian’ity fitondrana ity. Fa patsa be tsy omby ny vavany ny «naharesen»’ireo conseillers miisa 10 aminy 19. Nisy inona ry itony a ?...

Farany : raha mbola manao resaka « mpanongam-panjakana » sy « fanongam-panjakana » ireo gazety sahaniny izay mitoraka voninkazo tsy ankijanona ho an’ilay filoha Hery dia hoy ny mpanao fanatanjahantena : jereo kely ny tabilao (io ambany io). Mazava sa mbola hahita ho soratana sy laizaina hatramin’ny farandro ?

Jeannot Ramambazafy – 15 Avrily 2018

 

La Vérité0 partages

Faravohitra - Alerte au kidnapping ?

Branle-bas de combat à Faravohitra, hier matin. Les gens étaient visiblement paniqués et certains couraient dans tous les sens dans les environs de la Jirama. Mais qu’est-ce qui s’est passé au juste ? A un coin de rue, un tas de personnes qui se tenaient près de deux ou trois véhicules apparemment officiels semblaient être hors d’eux, selon notre information. Et là des voix s’élevaient : « On vient d’enlever le fils du ministre X…! ». Seulement, on n’a pas su de qui il s’agissait au juste.  Tout cela s’est passé en une poignée de minutes après quoi les ravisseurs, qui ont circulé en motos, s’étaient enfuis à toute vitesse avec leur victime. La panique observée aussi bien chez ceux qui s’en étaient plaints, c’est-à-dire les accompagnateurs supposés de l’otage que chez les badauds, était authentique que certains s’étaient réjouis au fond d’eux-mêmes d’avoir pu être les témoins d’un rapt qui se déroulait sous leurs yeux. 

 

Pour en avoir le cœur net, certains s’en étaient donc enquis auprès du Commissariat d’arrondissement. Et là, leur exaltation  du début tombait d’un cran. Les policiers, hilares, leur ont expliqué que ces gens tournaient simplement un film. A la fois soulagées mais aussi un peu déçues, toutes ces personnes déjà à l’affût de la moindre évolution de l’affaire, ont subitement réalisé qu’il ne s’agissait que d’un jeu, donc une pure mascarade. Et tous ont repris leur chemin. En tout cas, jeu ou pas, cet évènement surprise n’a fait qu’égailler un tout petit peu leur dimanche en ce contexte déjà morose et de plus en plus sombre. 

 F. Roland

La Vérité0 partages

Football-Election de ligue et comité exécutif - La FIFA avertit la FMF

Le secrétaire de la FIFA (Fédération internationale de football), Fatima Samoura a envoyé une lettre à Sarindra Randrianasolo, secrétaire générale par intérim de la Fédération malagasy de football (FMF).  Les contenus de cette lettre disent le contraire et n’expriment pas du tout la même idée de ce que Doda Andriamiasasoa a prononcé devant les médias lors d’une conférence de presse organisée le jeudi 12 avril dernier. « La FMF n’est pas obligée de suivre à la lettre ce que dit le courrier envoyé par la FIFA ». La désignation de la commission électorale (CE) et la commission de recours pour les élections (CRE) n’est pas du goût de la FIFA. Par la même lettre, l’instance internationale de football recommande à la FMF de convoquer une assemblée générale extraordinaire pour procéder à une nouvelle validation des membres de la commission électorale et de la commission de recours pour les élections, de les charger d’organiser et superviser les élections dans les ligues de Vatovavy Fitovinany et de la Haute Matsiatra et Bongolava. Et enfin, convoquer les élections du comité exécutif en conformité totale avec les statuts de la FMF et du code électoral de la FMF. 

 

 Le risque pour la CAN 2019 

Le non-respect de ces recommandations par les dirigeants du football malagasy risquerait de coûter cher au football malagasy. La fédération malagasy sera défaillante aux yeux de la FIFA. Effectivement, les Barea de Madagascar pourront dire adieu à la CAN 2019 malgré les dépenses et les efforts déjà fournis. 

La FIFA a tiré la conclusion en se basant sur les informations fournies pendant les délibérations avec les différentes parties prenantes, à savoir, le comité exécutif, les représentants de l’administration de la FMF, les plaignants des ligues V7V, Haute Matsiatra et Bongolava, ainsi que les membres de la CE et de la CRE pendant le passage de ses émissaires du 13 au 16 mars dernier.  Pour les observateurs, ladite commission est montée de toute pièce en faveur des dirigeants actuels de la FMF.  « La légitimité de la commission électorale et de la commission de recours pour les élections semble être contestée : le président de la commission électorale et les membres restants n’ont apparemment pas été validés par la même assemblée générale et bien que le procès verbal de l’assemblée générale ordinaire du 25 mars 2017  précise que le président «  a été validé par la présente lors de ladite assemblée générale. Par ailleurs, le procès verbal de l’assemblée du 25 mars  ne semble pas avoir été approuvé par l’assemblée générale suivante. En outre, le procès verbal de l’AG du 14 octobre 2017, n’indique aucunement que les membres de la commission électorale ont été approuvés par elle. Le président de la CEN agit en parallèle en tant qu’avocat de la FMF depuis 2004, ce qui suscite des questions par rapport à l’indépendance de la commission électorale ».

Effectivement, la FIFA  met en garde les dirigeants de l’instance du ballon rond du pays notamment que les nouveaux membres de la commission électorale et la commission de recours pour les élections doivent être indépendants. Ainsi, Ils ne seront pas jugés indépendants si  eux- mêmes ou l’un des membres de leur famille ont,  à quelque moment que ce soit au cours de quatre années ayant précédé leur entrée en fonction , occupé un poste rémunéré ou été liés par contre directement ou indirectement avec la FMF,  indique cette lettre. 

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Déplacement à Vohipeno - Andry Rajoelina assoit sa popularité

Popularité intacte. En déplacement dans la partie Sud-est du pays en fin de semaine dernière pour assister notamment à la cérémonie de béatification de Lucien Botovasoa, l’ancien président de la Transition a pu mesurer que sa cote de popularité restait intacte après son départ de la tête du pays, suivi d’un silence de quatre ans. Invité par l’Eglise catholique, Andry Rajoelina est arrivé à l’aéroport de Manakara vendredi dernier à bord d’un vol privé, peu après les avions des chefs de l’Eglise catholique. Même si aucune communication n’a été faite pour annoncer son arrivée, une petite foule de personnes a accueilli l’ancien président de la Transition. Même s’il était à peine visible, sur la route l’amenant vers son lieu de résidence, plusieurs cris scandant son nom ont été entendus. Samedi, après avoir assisté à une messe du côté de la paroisse Notre Dame de l’Assomption de Vohipeno, au sud de Manakara, l’ancien président de la Transition est allé se recueillir sur les rives du fleuve Matitanana, à l’endroit même où le bienheureux Botovasoa avait été décapité et où son corps avait été jeté à l’eau. Avant de rejoindre cet endroit, Andry Rajoelina s’est livré à une séance de bain de foule dans les quartiers qu’il a pu traverser. 

 

Succès total

Rebelote hier dans la mi-journée, où l’ex-président de la Transition a eu droit à un nouveau bain de foule à l’issue de la cérémonie de béatification de Lucien Botovasoa. Il a fallu près d’une heure de temps pour parcourir cinq kilomètres, à la sortie de Vohipeno vers Manakara. Son convoi a littéralement été assailli par des simples citoyens comme des religieux, des jeunes et des moins jeunes représentant les quatre coins de la Grande-île, lesquels ont démontré une fois de plus la popularité de celui que l’on surnomme le Tgv après près de quatre années de silence. Des personnes de tous bords qui ont scandé des « sauver le pays » ou encore « Premier tour dia vita ». « Même les astres plaident en faveur de cet homme », a noté un notable de Vohipeno, qui ne manque pas de remarquer que la pluie a cessé depuis l’arrivée de Rajoelina dans cette partie de l’île. Par rapport à un certain soi-disant adversaire principal d’Andry Rajoelina, dont on ne citera point le nom (voir article par ailleurs), il n’y a pas photo. Pour l’ancien homme fort du pays, le succès a été total. Les évènements de Manakara et de Vohipeno sont symptomatiques d’un même phénomène : la popularité intacte d’Andry Rajoelina à Madagascar. Aux yeux de beaucoup d’observateurs et pour une frange encore importante de la population malagasy, Andry Rajoelina apparaît comme le meilleur gestionnaire possible pour le pays, la personnalité la plus à même de garantir le développement et une croissance inclusive profitable au plus grand nombre.  Incontestablement, les évènements marquant l’actualité de la fin de semaine dernière dans la partie Sud-est du pays auront contribué à renforcer l’aura de celui que beaucoup souhaiteraient voir occuper la fonction de Président de la République dans un futur proche.

Lalaina A.

La Vérité0 partages

Point focal

La grande famille de la communauté catholique romaine (ECAR) de Madagascar s’est retrouvée dans la journée d’hier à Vohipeno à l’occasion d’une cérémonie officielle consacrée à la béatification de « ramose » Lucien Botovasoa. Un prélat auprès du Vatican fut de la partie pour présider la grande messe. Cet enseignant profondément acquis à la foi chrétienne catholique résista, jusqu’à sa mort, à ne jamais renier sa foi au prix de sa vie durant les années troubles de 1947. Un fervent catholique ayant intégré le statut des martyrs. Vatican jugea légitime de l’élever au rang des saints de l’Eglise.

 

Vohipeno, la Capitale traditionnelle du pays Antemoro, avec Farafangana et Manakara, fut l’un des points de pénétration de l’Islam dans cette partie de la côte orientale de Madagascar du XII au XVIIème siècle. La classe dirigeante des Antemoro, la lignée des nobles, revendique l’ascendance mecquoise. A Vohipeno, la religion musulmane a une racine profonde et rejette, sournoisement, toute infiltration d’autres confessions, notamment le christianisme. Les prédicateurs musulmans, des régions environnantes, cherchent toujours par tous les moyens d’asseoir l’influence de l’Islam dans cette partie, le sud-est, de l’île.

De ce fait, la grande messe d’hier n’est autre qu’une démonstration de force de l’ECAR de sa présence auprès des autres religions, surtout l’Islam. Elle entre dans le cadre d’une manifestation publique de la reprise en main par le Vatican du pays Antemoro. Tous les catholiques de la Grande île se communient à cette importante cérémonie de Vohipeno et les dirigeants du pays ainsi que les leaders politiques, de tout bord, n’ont pas voulu rester… à quai. Une opportunité en or qu’on ne pouvait pas, non plus, se permettre le luxe de rater, et cela  bien entendu, pour se faire… remarquer. Election oblige !

Cependant, Vohipeno, en dépit de l’importance capitale de l’objet de la réunion, n’est pas réellement le centre d’intérêt de la Nation, en ce moment critique. Le point focal, le vrai, il faut le chercher ailleurs, quelque part à Ambohidahy (Antananarivo), siège officiel de la Haute Cour constitutionnelle (HCC). Tous les yeux et les attentions du pays sont braqués et fixés en direction de ce « hameau des hommes » : Ambohidahy. Les projets de lois organiques relatifs aux élections, tant décriés mais votés, par des tours de force, dans les deux Chambres du Parlement vont atterrir, incessamment, dans les travées de cette Institution pour le besoin de son avis. Toutes les forces vives que la Nation peut en disposer ont, toutes, condamné et dénoncé tant du contenu que de la manière avec laquelle les votes s’étaient déroulés. Tous les intervenants, quels qu’ils soient, clament vigoureusement le caractère nuisible et n’hésitent pas à utiliser les qualificatifs dangereux à un Etat de droit, anti-constitutionnel et anti-démocratique, pour fustiger ce nouveau Code. Les tenants du pouvoir n’ont rien voulu savoir des remarques, plus que légitimes et raisonnables, des partenaires socio-politiques du pays. Ils s’en tiennent à leur tête. Ainsi, messieurs et mesdames les hauts conseillers ont entre leurs mains le sort du pays. Accorder la constitutionnalité à un tel Code, foncièrement destructif et contre les intérêts supérieurs de la Nation, équivaut à précipiter tout le pays vers le précipice. Point focal et stratégique, l’arrêt de la HCC porte la lourde responsabilité sur qui dépend l’avenir des 25 millions de Malagasy. 

 Ndrianaivo

La Vérité0 partages

De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

Ras-le-bol national. Les événements du week-end ont corroboré une fois  de plus la désaffection populaire « en pleine émergence » à l’égard de nos dirigeants avec en tête l’équipe de la présidence de la République. Là où celle-ci passe, elle crée dans ses sillages des vagues de remontrances. De Vohipeno à Mahajanga, en passant par Toamasina, les gens ont montré aux tenants du régime Hvm qu’ils ont assez d’eux. Hier, la ville de Vohipeno a réuni des ouailles catholiques venant des quatre coins de l’île à l’occasion de la béatification de Lucien Botovasoa. Le Président Hery Rajaonarimampianina a fait partie des personnalités invitées à la cérémonie religieuse. Il lui incombait le privilège d’inaugurer le site du rituel avant son début. Mais d’aucuns ont pu noter l’accueil très froid que l’assistance lui a réservé à cette occasion. L’enthousiasme n’était pas au rendez-vous comme si sa simple présence suffisait à inhiber la ferveur de la foi chrétienne. Lors de la séquence consacrée aux discours d’usage, le comité d’organisation de la cérémonie a catholiquement privé les autorités gouvernementales et politiciens de parole. La seule voix autorisée a été celle du monseigneur Désiré Tsarahazana, président de la Conférence des évêques de Madagascar. A maintes reprises, cette entité a tiré sur la sonnette d’alarme quant aux méfaits des dirigeants actuels.

 

L’évêque a précisé qu’il a parlé au nom de tous ceux qui devraient prononcer des discours au pupitre. Sa déclaration a été suivie d’une salve d’applaudissements en guise d’approbation générale. De la sorte, toute l’assistance a exprimé sa pleine satisfaction d’avoir été épargnée d’un sermon d’une autre nature. Celui-ci, s’il avait reçu le feu vert, serait truffé d’arguments creux mêlés de publicité gratuite en faveur du « Fisandratana 2030 » au passage.

La zélée équipe d’Iavoloha a en effet négocié âprement à ce que son chef ait accès à la parole après le rituel de béatification. Mais le comité d’organisation a poliment refusé la requête jusqu’au bout. Le gel des discours a alors religieusement réprimé celui aux commandes de la Nation. En outre, la même équipe présidentielle a bousculé l’organisation matérielle de la cérémonie en modifiant à sa guise les emplacements prévus pour les autorités qui devaient être tenues à l’écart des Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, entre autres. De surcroît, une scène cocasse s’est produite à la fin de la cérémonie. Au moment de quitter définitivement le lieu du culte, le chef de l’Etat a salué de main la foule qui ne s’est pas donné la peine de lui renvoyer le même gestuel. La ville de Betafo a aussi été le témoin d’un scénario similaire lors d’une autre cérémonie religieuse de l’Eglise luthérienne l’an passé. Les détenteurs du pouvoir, censés être des élus de Dieu, ne seraient pas donc en odeur de sainteté auprès des chrétiens à Madagascar. A Mahajanga, le Président Hery Rajaonarimampianina et sa suite ont été accueillis avec les mêmes appréciations, samedi. Ce jour-là, il est venu inaugurer le nouvel établissement hôtelier « Baobab Tree » au bord de la mer. Des groupes mécontents ont alors envahi les abords de la route menant à l’aéroport international d’Amborovy en arborant des banderoles aux inscriptions hostiles au régime Hvm. Contre toute attente, les militaires ont reçu l’ordre de les arracher de force. Des mini-affrontements pouvant devenir gros dans les prochains mois ont éclaté à Toamasina dans la même journée (lire article ailleurs).

 Manou Razafy

La Vérité0 partages

Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville

 Les députés du « Tiako i Madagasikara » et ceux du  « Miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina », élus dans les six Arrondissements de la Capitale, vont s’entretenir directement avec la population en fin de semaine. L’annonce a été faite lors de la conférence-débat tenue par les parlementaires du TIM et du MAPAR, et retransmise sur la télévision Viva et Tv Plus samedi dans la nuit. Une conférence au cours de laquelle les élus des deux entités politiques ont débattu principalement des questions relatives aux lois électorales. La rencontre avec la population tananarivienne sera l’occasion pour les 11 députés du TIM et du MAPAR confondus de faire un rapport sur les évènements qui ont eu lieu à l’Assemblée nationale. « Il s’agit d’un droit et d’un devoir en tant que parlementaires », ont fait remarquer les députés. Rendez-vous a été pris pour ce samedi 21 avril dans la fin de la matinée sur le parvis de l’Hôtel de Ville d’Analakely.

Les parlementaires ont affiché leur détermination à tenir cette rencontre coûte que coûte. « Pourquoi le député Jaona Elite a-t-il été autorisé à tenir une rencontre avec la population de l’Atsimondrano, et pas nous ? », préviennent d’ailleurs déjà les députés du TIM et du MAPAR. D’après les informations également, les députés de la Capitale ont invité leurs confrères et consœurs des autres Circonscriptions de la Grande-île à assister à cette rencontre. Répondant par ailleurs aux attaques diligentées par des gens du régime, ces derniers affirment par ailleurs que, comme le parti HVM qui est au pouvoir, le TIM et le MAPAR disposent également d’un grand vivier de fonctionnaires…La Rédaction

La Vérité0 partages

Foire économique régionale - « Z’ovy 2018 », en pleine gestation

Le comité d’organisation local est aujourd’hui en pleine préparation de la tenue de la 4ème  édition de la foire économique régionale dénommée  « Z’ovy 2018 » (dérivé du nom « ovy » ou pomme de terre dont la région duVakinankaratra est le premier producteur dans l’océan Indien), qui se tiendra sur la Place de l’indépendance de la ville d’Eaux les 18,19 et 20 mai prochains. Cette manifestation économique, en marge de laquelle se tiendront également des manifestations culturelles et sportives, aura comme thème : « Population impliquée au développement, garante de  l’émergence de la région Vakinankaratra ». A noter, et ce d’après le chef de région, le Général William Rakotonarivo, que Vakinankaratra, pour son développement, adopte la méthode du 4P : Partenariat - Public- Privé – Population. Cette foire économique « Z’ovy » a donc comme objectif global de mobiliser les acteurs-clés du développement économique de la région et ce pour une émergence inclusive à partir de ses atouts et potentialités. De façon spécifique, il s’agit de  faire découvrir aux investisseurs les potentialités des secteurs et des filières économiques porteurs de la région.

A cet effet donc, le FIOVA ou Groupement des industries du Vakinankaratra y participera activement en tant que partenaire potentiel.  Il s’agira également de faire disposer les acteurs de développement économique d’un espace d’opportunité pour exposer leurs produits respectifs et offrir une meilleure visibilité de leurs activités pour pouvoir mettre en relation, les échanges et surtout  l’offre et  de la demande. 120 stands seront donc érigés à cette foire. 21 autres régions de la Grande île y participeront également. La foire sera composée ainsi de stands d’exposition, d’espaces de conférences et d’affaires (Word Café -business to business. B to B ) ainsi que de podium d’animation et autres. Le tourisme y occupera aussi une place prépondérante étant donné que Vakinankaratra est riche en la matière. Les différentes catégories d’acteurs, issus des  7 Districts du Vakinankaratra et ceux des autres  21 régions, se sont largement mobilisées pour participer activement à la foire économique qu’est « Z’ovy 2018 »  de la région du Vakinankaratra, grâce à une campagne de communication bien appropriée.

JyeRa.

Madagate0 partages

Madagascar OIT. Réaliser la cible 8.3 de l'Agenda 2030 pour le développement durable

Allocution de M. Christian Ntsay, Représentant de l’OIT et Directeur du Bureau de Pays pour Madagascar, les Comores, l’île Maurice et les Seychelles

_________

Cérémonie de signature de la Convention-cadre de la Plateforme Nationale de la Recherche, l’Innovation et l’Emploi

Hôtel Colbert, Antananarivo, 12 avril 2018

Madame le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique,

Monsieur le Ministre de l’Économie et du Plan,

Monsieur le Représentant du Groupement des Entreprises à Madagascar,

Monsieur le Président du Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy,

Madame le Coordonnateur de la Conférence des Travailleurs de Madagascar,

Mesdames et Messieurs les Secrétaires Généraux, le Directeurs Généraux et Directeurs,

Madame le Président du Conseil d'Administration de l’Université d’Antananarivo

Chers Amis,

Honorable Assistance,

Mesdames et Messieurs,

C’est avec un réel plaisir que l’OIT, que je représente, puisse prendre part à cette cérémonie officielle de signature de la convention-cadre qui va régir la Plateforme nationale de la Recherche, l’Innovation et l’Emploi à Madagascar.

L’OIT se réjouit de l’engagement du gouvernement de Madagascar, à travers le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et le Ministère de l’Économie et du Plan, co-présidant le Comité National de Recherche et de Développement (CNRD), pour promouvoir de façon plus visible et plus structurante la recherche et l’innovation pour l’économie et pour l’emploi dans le pays.

Bien entendu, il s’agit d’une grande première pour Madagascar et l’évènement d’aujourd’hui constitue pour l’OIT un signal fort de la part du gouvernement, des organisations d’employeurs et des organisations des travailleurs pour démontrer que la productivité et la compétitivité macro-économiques et sectorielles pour le progrès social se gagnent sur le long terme par le travail permanent et organisé autour de la recherche et de l’innovation.

Madame et Monsieur les Ministres,

Mesdames et Messieurs,

Réunies ici même, à l’Hôtel Colbert, le 25 juillet 2016 à l’occasion du lancement officiel du Projet BIT-PACER, toutes les parties prenantes ont convenu de la nécessité de mettre en place des cadres actifs de concertation, d’échanges et de coordination qui vont constituer une solution structurante concrète, profitable et pérenne à la promotion de la recherche, de l’innovation et de l’emploi.

Comme le savez, les cadres régionaux de la Recherche, de l’Innovation et de l’Emploi sont déjà mis en place au niveau de 7 Régions (Diana, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra, Atsinanana, Boeny, Atsimo Andrefana et Analamanga) pour mettre en oeuvre l’engagement de rapprochement entre le monde de la recherche et le monde des entreprises. Aujourd’hui, ce cadre national consolide les efforts déployés pour que le pays se mette en cohérence active en se dotant d’un dispositif structurant et pérenne de promotion de la recherche et de l’innovation en faveur de l’économie, de l’emploi et du développement.

Il s’agit d’une réussite d’un cheminement qui n’attend que d’être suivi d’effet par rapport à l’objectif recherché et l’OIT mesure les défis qui attendent les principaux acteurs, que vous êtes, dans le fonctionnement et le développement de ces plateformes puisque les enjeux de développement d’aujourd’hui et de demain reposent sur ce concept de la recherche et de l’innovation au bénéfice du progrès économique et de l’épanouissement social.

Investir dans la recherche et l’innovation c’est investir dans l'avenir des jeunes, dans l’avenir des femmes, dans l'avenir des entreprises, dans l’avenir des exploitants ruraux, dans l’avenir du travail, dans l'avenir de nos villes, dans l’avenir de nos campagnes, dans l’avenir des régions et dans l'avenir du pays. J’ai toujours aimé répéter que sans recherche et innovation, un pays est condamné à rester faible, à rester pauvre, à rester derrière les autres.

Bien sûr et je le dis souvent aussi, le changement transformationnel d'une ville, d’une région et d'un pays n'est pas chose facile. Cela demande du temps et des efforts continus. Mais aujourd’hui, vous avez une vision partagée ; cette vision est simple et claire : Madagascar entend, d’une part, par sa stratégie de recherche valoriser et développer ses potentialités agro-industrielles, ses richesses culturelles, touristiques et minières, ses capacités en termes d'énergies renouvelables, sa biodiversité et son environnement uniques et riches, et d’autre part, promouvoir les talents entrepreneuriaux de son capital humain.

Vos engagements et vos initiatives comme ceux d'aujourd'hui constituent l’ambition de tout un pays et cela va permettre d'améliorer la performance en terme d’innovation de Madagascar, va engendrer la visibilité des entités de recherche et va promouvoir l’image des entreprises engagées dans cette voie.

Ce choix politique de promotion de la recherche et de l’innovation est profitable pour le développement du pays et l’OIT espère que Madagascar puisse, dans les 5 années à venir, grappiller avec détermination des places au classement mondial en terme d’innovation en s’éloignant définitivement du 111ème rang mondial dans lequel il se situe en ce moment.

Madame et Monsieur les Ministres,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais terminer mon allocution pour réitérer les reconnaissances de l’OIT à vous tous présents ici pour vos convictions et engagements en mettant le pays dans la voie de développement durable par la recherche, l’innovation et l’emploi.

Je ne saurais omettre d’adresser les remerciements de l’OIT à la France, à travers le Service de coopération et d’action culturelle et le Projet PAGESUPRE, pour ses précieux concours et la qualité de coopération menés conjointement en faveur de la promotion de la recherche, de l’innovation et de l’emploi à Madagascar.

L'OIT demeure et demeurera toujours le partenaire de Madagascar pour l'emploi et le travail puisque, nous aussi, nous nous engageons pour vous et avec vous pour la réalisation de l'Agenda du travail décent et de l'Agenda 2030 pour le développement durable, notamment la cible 8.3 qui figure parmi les priorités de Madagascar et visant à promouvoir des politiques axées sur le développement favorisant la création d’emplois décents, l’entrepreneuriat, la créativité et l’innovation.

Vive la coopération internationale. Je vous remercie.