Les actualités à Madagascar du Samedi 15 Avril 2017

Modifier la date
News Mada2782 partages

Vaky trano, halatra 4×4… : karohin’ny polisin’ny BC Ramanandraisoa Jean Baptiste Lucien

 Namoahan’ny polisy misahana ny heloka bevava (BC) Anosy didy fikarohana ilay mpamily antsoina hoe Ramanandraisoa Jean Baptiste Lucien izay voarohirohy ho tompon’antoka tamina halatra fiara Mazda BT 50 sy vaky trano tao amin’ny tranon’ny karana mpampiasa azy monina eny amin’ny Cité Platon Ampahibe…

Niharan’ny vaky trano ny alarobia 12 avrily 2017 lasa teo ny teratany karana mipetraka eny amin’ny Cité Platon Ampahibe. Araka ny fanazavan’ny polisy misahana ny heloka bevava, nandeha namonjy fiangonana teny Ankorondrano ny tompon-trano ( Ramatoa karana sy ny zanany telo) niaraka tamin’ny mpamiliny. Izy efa-mianakatra niditra tao am-piangonana fa ilay mpamily kosa nijanona niandry teo ivelany. Toy ny mahazatra azy ireo, entin’ilay ramatoa manaraka azy ny fanalahidin’ny fiara fa tsy ajanony amin’ny mpamily. Fatatr’ilay mpamily tsara fa amin’ny 5 ora sy 30 mn hariva vao mody ireto olona entiny amin’ny fiara ireto. Tsy hita intsony anefa ilay mpamily nony nirava izy efa-mianaka. Nantsoin’ilay karana mpampiasa azy tamin’ny findainy ilay mpamily ka mody nilaza fa hoe voadonan’ny moto ka naratra mafy any amin’ny hopitaly. Nasain’ilay mpamily nitady mpamily hafa ilay karana mpampiasa azy. Voatery niantso mpamily hafa indray, araka izany, ilay karana vavy nitondra azy efa-mianaka nody.

Najifa ny entana rehetra tao an-trano…

Hatairana ny an’ny tompon-trano raha namantana trano vaky sy mikorontana raha iny niditra ny trano avy nivavaka.  Tsy nisy entana intsony tao anaty lalimoara. Niantso ny vadiny avy hatrany ilay renim-pianakaviana ka tsikaritr’izy ireo fa tsy tao amin’ny garazy intsony ilay fiara 4×4 marika BT 50 mitondra ny laharana 6979 TBD. Nohamafisin’ny poisy fa ity fiara ity no  nitondran’ireo mpamaky trano ny entana nangalariny. Lasan’ireo mpangalatra niaraka tamin’ilay fiara ny entana lafo vidy rehetra tao an-trano. Isan’izany, ny ordinatera entin-tanana miisa roa, fahitalavitra lehibe iray, finday avolenta, seky, taratasy fahazoana mitondra fiarakodia (Malagasy sy frantsay), taratasina tany, boaty feno firavaka volamena, bokim-pianakaviana Malagasy sy frantsay, vola 1 tapitrisa Ar.

Tsy mbola hita ilay mpamily voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ity raharaha fanafihana ity.

Nanao antso mba hampandre ny polisin’ny BC Anosy avy hatrany izay olona mahita na manana loharanom-baovao momba ity jiolahy na koa hiantso ireto laharana ireto : 034 05 529 02 – 034 05 517 26.

Jean Claude

Midi Madagasikara1182 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy : Vers la saisie de l’hôtel A&C et la saisine d’Interpol

L’ « évasion organisée » de Claudine Razaimamonjy risque de coûter cher au pays.

« Favoritisme dans l’attribution de marchés publics ; détournement de deniers publics ; blanchiment de capitaux ». Ce sont les chefs d’inculpation de Claudine Razaiamamonjy qui risque également d’être poursuivie – dans les deux sens du terme – pour évasion. Et pour cause, il est peu probable qu’elle revienne au pays pour être placée en détention préventive à Antanimora.

A son mandat de dépôt décerné par la Chaîne Pénale Anti-Corruption, pourrait alors s’ajouter un mandat d’arrêt international délivré par la justice malgache. Le Procureur général près la Cour d’Appel a d’ailleurs fait remarquer que deux procédures sont possibles : Primo, une commission rogatoire internationale. Et deuxio, une demande d’extradition. Dans l’un comme dans l’autre cas, il faudrait que la propriétaire de l’hôtel AC soit localisée dans le temps et dans l’espace. Encore faut-il qu’il y ait un accord en matière d’extradition et d’entraide judiciaire entre Madagascar et l’Etat où  la milliardaire aurait trouvé refuge.

190 pays. En tout cas, les autorités malgaches peuvent recourir à Interpol qui délivrera alors des documents contenant des éléments d’identification et des éléments juridiques sur la fugitive et qui seront diffusés à travers les 190 pays membres. Pour ne citer que Maurice, Turquie… Bref,  les pays où elle serait susceptible de s’exiler « judiciairement ». Le rôle d’Interpol est effectivement de faciliter l’identification, la localisation et l’arrestation des individus recherchés sur la base de n’importe quel contrôle à des fins d’extradition. Il s’agit de faciliter le travail des polices nationales, y compris la Police de l’Air et des Frontières malgaches qui ne peut plus dire aujourd’hui qu’elle n’était pas au courant des deux Interdictions de Sortie du Territoire (IST) prises à l’encontre de Claudine Razaimamonjy dont l’arrestation et le placement sous mandat de dépôt ont été pourtant fortement médiatisés. La PAF ne s’expose plus à une « non assistance à personne en danger » car l’état de santé de l’intéressée lui a permis de sortir, comme elle était entrée, de la clinique Fortis Darné de Floréal à Maurice.

Contumace. Si aucune des trois procédures (demande d’extradition, commission rogatoire internationale, Interpol) n’est enclenchée ou n’abouti, la fugitive sera jugée par contumace. Compte tenu (au propre comme au figuré)  de l’importance des deniers publics présumés détournés, la Justice pourrait ordonner le gel de ses comptes bancaires et la saisie de ses biens. Entre autres et non des moindres, l’hôtel AC qui est estimé à plusieurs milliards d’ariary, surtout après son extension dans le cadre du XVIe Sommet de la Francophonie qui s’est tenu au CCI Ivato. Pas loin du joyau hôtelier de Claudine Razaimamonjy et de l’aéroport où elle se serait évadée si elle ne revient pas au pays pour se présenter à Antanimora. Au risque de compromettre le dossier Madagascar aux Réunions de Printemps prévues du 17 au 23 avril à Washington et de faire perdre au pays davantage de …crédit.

O
Madagascar Tribune370 partages

Les syndicats ne lâchent rien et exigent son extradition

Les syndicats, tout corps de métier confondus (magistrats, douaniers, éducateurs, pénitencier, secteur privé) exigent de l’Etat, notamment de l’exécutif qu’il fasse extrader la milliardaire Claudine Razaimamonjy. Ces syndicats des travailleurs sous la bannière de la Solidarité des Syndicats de Madagascar (SSM) exigent que l’Exécutif envoie une demande d’extradition officielle aux autorités mauriciennes pour faire revenir au pays la milliardaire qui est censée être prisonnière. Notons que Hajo Andrianainarivelo, leader du parti d’opposition Malagasy Miara-Miainga (MMM) a déjà informé qu’il a envoyé une lettre au Premier ministre Mauricien lui demandant d’extrader vers Madagascar la milliardaire. D’autant que la malade, imaginaire ou non, a déjà quitté la clinique privée où elle était admise depuis quelques jours. Elle n’y est restée que deux nuits.

Il est sûr que les autorités mauriciennes se passeraient bien de cette visiteuse encombrante et de sa suite. Mais sans une demande émanant du pouvoir en place, c’est-à-dire du régime HVM, les autorités mauriciennes ne peuvent rien faire et n’ont aucun droit sur elle tant qu’elle respecte la loi mauricienne. Il est peu probable qu’avec tout le mal que le HVM a déployé pour faire évader cette célèbre prisonnière, il va la faire revenir au pays. Avant que la situation ne tourne au vinaigre, il est fort possible que Claudine va aller se dorer sur les plages d’autres pays plus accueillants, l’île Maurice étant trop proche de la Grande Ile.

Cette histoire de Claudine Razaimamonjy est du pain béni pour les opposants. Le HVM s’est tiré tout seul une balle dans les pieds, les opposants n’en demandent pas tant. Certains opposants comme Hajo Andrianainarivelo ou Guy Rivo Randrianarisoa du TIM ont rencontré la presse pour exprimer leurs points de vue, d’autres se sont montrés discrets. Le député TIM a avoué tout haut ce que l’opinion a pensé tout bas, « Madagascar est un Etat voyou », selon le député, pour l’opinion « Madagascar est dirigé par des voyous ». « D’autres sont tombés pour moins que cela » confient des vieux loups de la politique.

Midi Madagasikara246 partages

Judo – Championnats d’Afrique : Tarimy et Rija remportent l’or du kata

Le podium du kata avec les responsables au sein de la FMJ et de la ligue d’Analamanga.

Une médaille d’or et une en argent ont été remportées par les judokas malgaches en kata, hier, au Palais des Sports de Mahamasina.

Début timide pour les judokas malgaches aux 38es Championnats d’Afrique seniors et kata au Palais des Sports de Mahamasina. Comme attendu les pays du Maghreb ont raflé les 7 médailles sur les 10 en jeu lors de la première journée de compétition d’hier. Dans les combats individuels, le clan malgache rentre bredouille si en kata les hôtes ont frappé fort.

Domination. Les judokas malgaches ont dominé le podium de la compétition de kata. Tarimy Rabemasoandro et Rija ont remporté la médaille d’or au Nage-No-Kata en s’imposant en finale devant leur compatriote Ony Rasamimanana et Zo Ranaivoson. Ces derniers qui s’emparent de la médaille d’argent. Le duo sud-africain complète le podium. La compétition en kata a sauvé alors l’honneur du clan malgache. Deux autres médailles seront encore en jeu en kata où les hôtes sont considérés comme les grands favoris. La cérémonie d’ouverture d’hier a vu la présence du président de la Fédération Internationale de judo, Marius Vizer, du président de l’Union africaine de Judo, Habib Sissoko, du président de l’Association des Comités Nationaux Olympiques Africains (ACNOA), Palenfo Lassana et du ministre auprès de la présidence chargé des Projets Présidentiels de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement, Narson Rafidimanana.

Razzia magrébine. Chez les moins de 48 kg, Tatiana Andrianaivoravelona a battu l’Angolaise Andreza Antonio. Elle a été éliminée par la Tunisienne Olfa Saoudi en demi-finale, cette dernière qui a remporté la médaille d’argent. En finale de bronze, Tatiana a perdu face à Aziza du Maroc.  Dans la catégorie des moins de 52 kg, Mirana Rakotovao a plié bagage dès le premier tour face à la Sénégalaise, Ndeye Camara. En moins de 57 kg, Narindra Rakotovao et Fanja Rabehariniaina n’ont pas fait le poids devant leurs adversaires. Daniella Nomenjanahary en moins de 63 kg a raté de peu la médaille de bronze en s’inclinant face à Kayla Cameron de l’Afrique du Sud. Au premier tour, elle s’est offerte de la Malienne Aissata Traore avant de perdre la demi-finale devant la Camerounaise, Bibiene Fopa. En open dames, Elisabeth Nomenjanahary a été éliminée par la Sénégalaise, Monica Sagna. Dans les combats masculins, chez les moins de 60kg, les deux Malgaches Nazir Bin Abdou et Nady Jonarison ont perdu respectivement face au Marocain, Yassine Moudatir et le Mauricien Pascal Laurent au second tour. Dans la catégorie des moins de 66 kg, Kevin Andriamanoelina s’est imposé contre le Mauricien, Christopher Carron au premier tour avant de subir la loi de l’Algérien Houd Zourdani qui a été sacré champion d’Afrique. Les combattants du Maghreb ont encore justifié qu’ils sont les maîtres de la discipline. Les deux judokas Royal Rakotoarivony et Mathieu Ramarolahy engagés en moins de 73 kg exemptés du premier tour n’ont pas tenu tête aux géants Egyptiens. Douze autres médailles d’or seront encore à disputer ce jour et demain.

Les titres

48 kg : Cesar Taciana (Guinée Bissau).– 52 kg : Moussa Meriem (Algérie).57 kg : Khelifi Ghofran (Tunisie).– 63 kg : Soufia Belattan (Maroc)Open : Atangana Mballa (Cameroun).

Hommes

– 60 kg : Fraj Dhouch (Tunisie).

– 66 kg : Houd Zourdani (Algérie).

– 73 kg : Mohamed Mohyedin (Egypte).

– Open : Nadjib Temmar ( Algérie).

Programme

Samedi

Dames  – 70 kg, – 78 kg, + 78 kg et Hommes – 81 kg, – 90 kg, – 100 kg et + 100 kg

Katame-No-Kata

 9h 00 : Eliminatoires

16 h 00 : Finales

Dimanche

Compétition par équipes

 12 h 00 : Eliminatoires et repêchage

Kime-no-Kata

16 h 30 : Finales

T.H

Midi Madagasikara176 partages

Ampahibe : Fandrobana tranona karàna, tadiavin’ny pôlisy fatratra i Lucien

Rangahy iray fantatra amin’ny anarana hoe Ramanandraisoa Jean Baptiste Lucien, antsoina amin’ny anarana hoe Lucien, 48 taona, no fantatra fa karohin’ny pôlisy fatratra amin’izao fotoana izao. Voarohirohy tamina resaka fandrobana tranona teratany karàna, nitranga ny harivan’ny alarobia lasa teo teny amin’iny faritra Ampahibe iny ity olona ity. Fantatra fa mpamilin’ny tompon-trano ary nanjavona niaraka tamina fiara tsy mataho-dalana iray marika « Mazda BT 50 » mitondra ny laharana 6979 TBD niaraka tamin’ireo entana rehetra lafo vidy tao an-trano, izay tombanana any an-tapitrisany maro any izy. Tsy vitan’izany fa mbola very tamin’io ihany koa ny antontan-taratasy rehetra mahakasika ireto fianakaviana karàna ireto. Araka izany, miantso izay olona mahita an’Ing. Lucien ny mpitandro filaminana mba hisambotra sy hanolotra azy amin’ny mpitandro filaminana akaiky azy, na hiantso ny laharana 0340552902 – 0340551726.

m.L

Tia Tanindranaza139 partages

Nampiaka-peo ny vondron’ny sendikaHavereno ary tsarao i Claudine A&C

Henjana ny fanambaran’ny randrambaon'ny sendika na ny Firaisan-kinan’ny sendika eto Madagasikara (SSM) mikasika ny raharaham-pirenena, indrindra fa ny raharaha Claudine Razaimamonjy.

 

 Sendika maro no nampiray feo amin’ny tsy fankasitrahana ny fampanjakana ny tany tsy tan-dalàna, izay ahitana ny Sendikan’ny mpitsara (SMM), Sendikan’ny Mpiasan’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra (SMKAR), Fadintseranana (SEMPIDOU), SEMPAMA, SPAAM,  SGM… Takian’izy ireo ny fampitoviana ny olom-pirenena rehetra eo anatrehan’ny lalàna ary mamerina izy ireo fa tsy misy ny tsimatimanota eto Madagasikara. Mikasika ny raharaha Claudine Razaimamonjy, dia mitaky amin’ny fahefana mpanatanteraka (Governemanta) haka fanapahan-kevitra hanao fampodiana izay olona nitsoaka tsy mety tanana am-ponja na “Extradition”, izay angatahina amin’ny fanjakana Maorisianina ny SSM.  Mba ho fampitoviana ny olom-pirenena eo ambanin’ny lalàna, dia takiana ny hanenjehana ireo nandika lalàna na inona na inona andraikiny. Mitaky ny hanokafana fanadihadiana momba ny fampitsoahana an’i Claudine Razaimamonjy, izay olona voatana am-ponja vonjimaika, ka hitondrana ireo rehetra nanao hadisoana eo anoloan’ny fitsarana. Takiana ihany koa ny hampiharana ny lalàna amin’ireo nitarika olona nanakorontana sy nikomy teny amin’ny Bianco.  Mikasika ireo antsojay natao tamina mpitarika sendika maro izay noroahina tamin’ny asany dia takian’ny SSM ny fampiharana ny didim-pitsarana mamerina azy ireo amin’ny asany, ka voakasik’izany ny Airmad, Jirama, Ambatovy, seranan-tsambon’i Toamasina… Hentitra kosa ny fanambarana amin’ny hanatsaharana tsy misy hatak’andro ny fanaovana ramatahora atao amin’ny mpitarika sendikaly sy ny mpiasa. Namaranan’ny SSM ny fanambarany ny fanohanana hatrany ny ezaky ny Bianco sy ny Sendikan’ny Mpitsara (SMM) amin’ny fampanjakana ny tany tan-dalàna.

Toky R

 

Midi Madagasikara119 partages

Ouverture d’une nouvelle ère de la démocratie malgache

Le feuilleton de l’affaire Claudine Razaimamonjy a continué cette semaine, mais son « évasion organisée » n’a pas mis fin au mystère qui l’entoure. Les autorités au plus haut niveau entretiennent un rideau de fumée autour du cas de cette dame qui semble maintenant introuvable. Est-elle encore à Maurice dans un endroit  bien caché  ou a-t-elle réussi à quitter l’île pour un pays où elle ne sera pas inquiétée ? En tout cas, la complicité dont a bénéficié le dame Claudine se situe  à un niveau élevé et lui a permis de s’affranchir des contrôles habituels. Cette fuite qui a déclenché une véritable prise de conscience, de l’opinion publique et celle de la communauté internationale est en train d’amorcer un processus d’assainissement de la vie publique malgache. D’autres dossiers de corruption touchant des personnalités réputées intouchables vont certainement être ouverts et il ne devrait plus être possible pour elles de prendre les agents du Bianco et du SAMIFIN de haut et de traiter par le mépris les magistrats qui vont instruire leur affaire. Le processus qui est enclenché bénéficie du soutien des représentants de la communauté internationale qui ont manifesté un soutien appuyé à l’organisme de lutte anticorruption et au syndicat de la magistrature.  Il s’agit maintenant d’un  coup de semonce pour le régime qui, s’il n’y prend pas garde, risque d’être emporté dans une  tourmente dont il ne se relèvera pas.

Sur le plan international, la situation est extrêmement préoccupante. La tension entre Américains et Russes est monté d’un cran après l’attaque lancée par les forces aériennes américaines contre la Syrie. La lune de miel entre les deux grandes puissances appartient désormais au passé. Le langage du président Trump est beaucoup plus menaçant  et montre sa volonté d’affirmer l’hégémonie américaine sur le plan international. Plusieurs démonstrations de la puissance américaine sont en cours, faisant craindre un risque d’affrontement. La Turquie entrera peut-être ce week-end dans une nouvelle ère. Le référendum constitutionnel organisé par le président Erdogan lui permettra certainement de disposer de pouvoirs très étendus, lui permettant de museler totalement l’opposition. A neuf jours du premier tour de l’élection présidentielle française, l’incertitude la plus totale règne. L’écart s’est resserré entre les candidats en tête. François Fillon qui reste à 18% est talonné par Jean Luc Mélenchon. Benoît Hamon s’est totalement effondré et  il ne bénéficie plus que de 8% d’intention de votes. Marine Le Pen et Emmanuel Macron sont tablés à 25%.

« Super » Trump montre ses muscles.  Le président Donald Trump a pris tout le monde de court en montrant la toute puissance de ses forces armées. L’attaque contre la base aérienne syrienne après l’emploi d’armes chimiques par Bachar Al Assad a été le premier signe de ce revirement sur le plan international. Vladimir Poutine a été totalement pris, contre-pied et a été obligé de raidir son attitude. Dans le même temps, Donald Trump a menacé la Corée du Nord d’actions militaires, en envoyant à proximité de ses côtes, un porte-avion et son escadre. Il a fait bombarder par l’aviation américaine les positions de l’EI  en Afghanistan, utilisant pour la première fois depuis longtemps d’une des plus grosses bombes de son arsenal.

Un référendum pour asseoir définitivement le pouvoir d’Erdogan.  Le président turc sera omnipotent si la majorité des Turcs vote positivement au référendum de ce week-end. Il aura tous les pouvoirs entre ses mains. Malgré l’opposition d’une forte minorité du peuple turc, Erdogan est assuré de remporter le scrutin.

 Le régime actuel a totalement été pris au dépourvu par la tournure des événements de ces deux dernières semaines. Le président et son équipe n’ont pas répondu franchement aux multiples questions que l’opinion aurait voulu lui poser. Il a agi de manière sournoise, mais dans le même temps, il s’est mis dans une impasse. Il doit maintenant laisser la Justice faire son travail et d’accepter ce qu’elle aura décidé en toute indépendance. Une nouvelle ère est maintenant en train de s’ouvrir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara105 partages

Robert Yamate : Chez le Bianco

L’ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, Robert Yamate, a rencontré avant-hier le DG du Bianco, Jean-Louis Andriamifidy. L’affaire Claudine Razaimamonjy a été au centre du débat.  Le diplomate pense ainsi que la propriétaire de l’hôtel AC doit revenir au pays, étant donné qu’elle est actuellement en bonne santé, et ce, pour répondre à la justice malgache. Et lui de conclure que «  son retour au pays va clore cette affaire ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara79 partages

Claudine Razaimamonjy : De nombreux syndicalistes réclament son extradition

La Plate-forme « Solidarité Syndicale de Madagascar » exprime son soutien au SMM et au Bianco.

Seul contre tous. C’est ainsi que l’on peut qualifier la situation actuelle du régime HVM. En effet, au lendemain de la prise de position des représentants de la Communauté internationale, entre autres, le PNUD, l’Union Européenne et les ambassadeurs des Etats-Unis et de la France, ce fut au tour des syndicalistes de sortir de leur mutisme pour faire pression sur l’Exécutif par rapport à l’affaire Claudine Razaimamonjy. La stabilité du régime « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » est sérieusement menacée suite à cette affaire. Hier, les membres de la Plate-forme « Solidarité Syndicale de Madagascar » (SSM) ont convoqué la presse à Anosy pour exprimer leur soutien au Syndicat des Magistrats de Madagascar et au Bureau Indépendant Anti-Corruption « par rapport aux efforts qu’ils fournissent pour faire appliquer l’Etat de droit ». Cette Plate-forme regroupant entre autres, le Syndicat des greffiers (SGM), le Syndicat des enseignants (SEMPAMA), le Syndicat des employés de la Douane (SEMPIDOU), le Syndicat du Personnel de l’Administration Pénitentiaire (SPAPM), le Syndicat des Magistrats (SMM) et le Syndicat des employés de la Commune Urbaine d’Antananarivo (SMKAR), monte au créneau et dénonce le non-respect de l’Etat de droit et des valeurs républicaines. « L’indépendance de la Justice est bafouée », martèle-t-on.

Pression. Se disant contre la culture d’impunité, les syndicalistes appellent l’Exécutif à prendre des mesures pour l’extradition de Claudine Razaimamonjy. Et ce, afin que cette Conseillère spéciale du président Hery Rajaonarimampianina, accusée de détournement de deniers publics et de blanchiment d’argent, puisse répondre de ses actes devant la Justice. La présidente du Syndicat des Magistrats, Fanirisoa Ernaivo a expliqué que « la procédure d’extradition devrait être simple. Il suffit juste que les autorités malgaches fassent une demande d’extradition auprès de leurs homologues mauriciens ». Ce serait le manque de volonté politique de nos dirigeants qui constitue un blocage au retour au pays de la patronne de l’hôtel « AC ». D’ailleurs, selon toujours la présidente du SMM, Claudine Razaimamonjy serait actuellement bloquée à l’île Maurice. Les autorités de ce pays refuseraient qu’elle puisse transiter vers d’autres pays. Pour le moment, le régime Rajaonarimampianina continue de faire la sourde oreille malgré la pression aussi bien nationale qu’internationale. Aucune demande d’extradition n’a encore été envoyée.

De leur côté, les syndicalistes membres de la Plate-forme « Solidarité Syndicale de Madagascar » réclament eux aussi l’ouverture d’une enquête sur cette évacuation sanitaire considérée comme « une évasion organisée ». « Tous les hauts responsables et les fonctionnaires impliqués de près ou de loin dans cette affaire devraient être traînés devant la Justice et sanctionnés », martèle-t-on. Une poursuite judiciaire contre les troupes du sénateur Riana Andriamandavy VII qui ont pris d’assaut le siège du Bureau Indépendant Anti-Corruption à Ambohibao est également réclamée. Un acte que le SSM considère comme une « rébellion ». Le régime HVM devrait s’attendre à ce que d’autres entités politiques et apolitiques se lèvent dans les jours qui viennent pour exprimer leur soutien au SMM et au Bianco. Tous, disent excédés du non-respect de l’Etat de droit, des détournements et de la corruption commis par des hauts dirigeants. Le SSM exige également l’application des décisions de justice prévoyant la réintégration des employés de l’Air Madagascar, de la JIRAMA, d’Ambatovy et du Port de Toamasina qui ont été suspendus ou renvoyés pour avoir dénoncé la mauvaise gestion au niveau de leur société respective, et la cessation immédiate des intimidations et des abus de tout genre perpétrés contre les syndicalistes.

Davis R

Tia Tanindranaza75 partages

Raharaha Claudine A&CAndrasana ny fanazavan’ny filoha

Na inona na inona zava-misy eto amin’ny firenena, dia mbola i Hery Rajaonarimampianina no mitantana an’i Madagasikara na dia maro aza ireo kiana mivaivay mihatra aminy, indrindra fa taorian’ny raharaha Claudine Razaimamonjy.

Toky R 

 

Midi Madagasikara70 partages

LGBT à Madagascar : Le monde de la nuit, tolérant mais…

Si l’homosexualité et la transsexualité sont des faits sociaux tabous à Madagascar, ils sont pourtant bien réels et le plus souvent, dérangent. Au sujet de la tolérance à l’homosexualité, les avis divergent, d’autres sont pour, d’autres totalement contre et bien sûr nombreux sont ceux qui « ne se prononcent pas ». Une mini-enquête (au sens de genre journalistique) menée sur Antananarivo nous a permis de constater à quel point le monde de la nuit sur Tanà ou « Tanà by night » (traduction littérale) commence à tolérer ce phénomène social.

Identité ou choix ? La réponse ne coule pas de source. Questionné sur le sujet, un individu gay nous a répondu : « Pour ma part il s’agissait d’abord d’une identité intrinsèque (donc involontaire), mais par la suite j’ai choisi délibérément de l’assumer, même si ça m’a pris beaucoup de temps. Quant à mon coming-out, je ne l’ai pas encore fait, pour des raisons familiales et sociales. Assumer mon homosexualité me suffit, je n’ai pas besoin de le crier sur tous les toits ! ». Sa situation n’est pas un cas isolé à Madagascar. Du côté de la psychologie et de la sexologie, Dr Fitzhugh Dodson, spécialiste mondialement reconnu en psychologie de l’enfant, disait que l’homosexualité, comme toute la sexualité de l’adulte d’ailleurs, prend racine dans l’enfance et dans l’éducation ou de la « non-éducation » sexuelle que nous avons reçue alors. Condamner ou faire l’apologie de l’homosexualité est donc un faut débat… La priorité est ailleurs, dans l’éducation sexuelle et socio-affective !

« Tanà by night ». Si la plupart des « Lesbian Gay Bisexual Transsexual » (LGBT) n’affichent pas leur tendance sexuelle au grand jour, ils sont plus enclins à la vivre librement la nuit. Des boîtes de nuit et des karaokés dédiés aux LGBT se mettent progressivement en place, bien qu’ils soient fréquentés également par des hétérosexuels. La nuit, point de jugement, ou presque ! Tant qu’il n’y a pas trop (relatif) d’atteinte à la pudeur, les Tananariviens sont plus ou moins tolérants envers les LGBT… Ainsi, il n’est pas rare de voir dans les boîtes de Tanà, des LGBT s’embrasser, se tenir la main, etc. Effectivement, en tant qu’êtres humains, nous jouissons des mêmes droits fondamentaux, indépendamment de notre tendance sexuelle, de nos opinions politiques, ou de nos croyances! Les « mpivoaka alina » tolèrent donc tant bien que mal les LGBT, bien que l’homosexualité ne fasse pas partie du système de valeurs de la société malgache. Ils font donc montre d’une certaine ouverture d’esprit.

Luz R.R

Midi Madagasikara64 partages

Carburant : Pas de hausse des prix durant les fêtes

Les stations-service améliorent la qualité des services pour attirer les automobilistes.

Que les automobilistes se rassurent en ce moment de départ pour les vacances de Pâques. Il n’y aura pas de hausse des prix à la pompe du carburant durant les fêtes. Tout simplement parce que depuis l’application de la vérité des prix, le mouvement à la hausse ou à la baisse des prix s’effectue à chaque début de mois. On rappelle, d’ailleurs que le 1er avril dernier, les prix ont augmenté de 40  ariary par litre pour le super carburant et de 30 ariary par litre pour le gas-oil. En fait, cette hausse n’avait pas suivi les paramètres d’évolution des prix que sont les cours du dollar et les prix du pétrole sur le marché international. On rappelle en effet qu’en fin mars alors que l’ariary affichait une certaine appréciation par rapport au dollar et que les prix du brut ont continué à baisser, les prix à la pompe ont augmenté à Madagascar. Une hausse qui n’était en fait qu’un rattrapage, puisque entre janvier et février, les autorités avaient opté pour un blocage des prix, malgré une tendance haussière des paramètres. En tout cas, le prochain mouvement des prix aura lieu à la fin du mois. Normalement, ce sera encore le statu quo si l’on tient compte de la situation actuelle de l’ariary qui continue à se stabiliser. Quant aux cours du brut, l’on a constaté ces derniers temps, une légère baisse. En somme si la tendance actuelle de ces deux paramètres se maintient, on pourra même assister à une baisse des prix à la pompe en début mai. Croisons les doigts.

R.Edmond.

Midi Madagasikara59 partages

Présidentielle de 2018 : L’ARMADA en quête d’un candidat unique

Pendant que l’affaire Claudine continue de défrayer la chronique, les états-majors politiques se préparent à la chose la plus sérieuse qu’est l’élection présidentielle de 2018. Jusqu’à hier, l’ancien président Marc Ravalomanana se trouve dans la région de Menabe, où il a été particulièrement reçu par l’évêque de Morondava Mgr Fabien Ralamboniaina. De l’autre côté, les opposants regroupés au sein de l’ARMADA (Alliance Républicaine de Madagascar) essaient de trouver un terrain d’entente sur le candidat unique à soutenir. Jusqu’ici, l’ancien président de la transition Andry Rajoelina est le candidat naturel de cette plateforme composée du Mapar, du parti Vert Hasin’i Madagasikara de Georget Alexandre, du MMM (Malagasy Miara Miainga) de Hajo Andrianainarivelo, de « Hiaraka Isika » du Général Camille Vital et du « Avana » de Jean Louis Robinson. Mais, dans le cas où Andry Rajoelina serait empêché de se présenter, il serait difficile de faire le choix entre les quatre autres chefs de file des entités constituant l’ARMADA.

Ancien DG du Trésor. Actuellement, l’éventuel empêchement (en cas de tri Ni) de l’ancien président de la transition menace la cohésion au sein de l’ARMADA. Si Hajo Andrianainarivo se prépare depuis longtemps, le nom d’Orlando Robimanana circule en ce moment au sein de la plateforme. L’ancien Premier ministre Camille Vital soutiendrait la candidature de l’ancien DG du Trésor. D’après nos sources, ce dernier voudrait être présenté par l’ARMADA à la prochaine élection présidentielle. Mais, certains dirigeants de celle-ci restent encore réticents. A noter qu’Orlando Robimanana continue de tisser son réseau en vue de la présidentielle de 2018. L’ancien ministre Ny Hasina Andriamanjato ferait partie des personnalités qui forment ce réseau. Nos sources ont permis de savoir que l’ancien directeur général du Trésor multiplie ses déplacements à l’étranger dans l’objectif toujours de renforcer ce réseau. Reste à savoir si ce membre du comité Budget et Finances de la Cour Pénale Internationale (CPI) aura finalement le consensus des partis politiques membres de l’Alliance Républicaine de Madagascar.

Opposition unie. Si les entités politiques de l’ARMADA s’engouffrent dans une lutte pour la recherche d’un candidat unique à la prochaine élection présidentielle en cas d’empêchement d’Andry Rajoelina, une opposition unie reste jusqu’à présent une utopie. L’appel récemment lancé par le parti Freedom n’a pas encore reçu de réponse favorable de la part des partis politiques supposés être de l’opposition. En tout cas, 2018 n’est plus loin. Du côté du parti au pouvoir, ses partisans sont divisés par l’affaire Claudine, principal bailleur du HVM. Frustrés, certains militants du HVM dans la province de Fianarantsoa menacent de démissionner, car il y a « deux poids, deux mesures » dans la lutte contre la corruption à Madagascar.

Recueillis par R. Eugène                  

News Mada57 partages

Gilles Lejamble : «Le marché de la musique au pays doit rebondir»

Gilles Lejamble est le premier responsable du festival Libertalia. Actuellement en pleine préparation de cet évènement, qui en est à sa quatrième édition cette année, il nous confie ses premiers pas et ses impressions sur la musique malgache.

* Les Nouvelles : Qu’est-ce qui vous a mené à créer ce festival Libertalia ? 

– Gilles Lejamble : Au fait, j’ai toujours adoré l’art en général, que ce soit la musique ou le cinéma… En 1986, j’ai même produit le film «Tabataba» de Raymond Rajaonarivelo. Par contre, l’art majeur qui me tient à cœur est la musique, la musique malgache. Le pays possède une immense richesse musicale, des artistes talentueux mais ils ont besoin d’un coup de pouce pour mieux s’épanouir et s’ouvrir à l’étranger. Au début, j’ai d’abord créé un studio, Libertalia Music Records qui est devenu ensuite un label. Ceci est indispensable pour préparer les artistes pour l’export. Le label a constaté que le marché de la musique à Madagascar doit rebondir. Pour y remédier, nous avons inventé le festival Libertalia dont la mission est de présenter quelques artistes potentiels aux producteurs et festivaliers étrangers.

* Pour la 4e édition du festival, qui sont les artistes à présenter ?

–  Ils seront onze groupes à participer à la grande scène du festival qui se tiendra du 28 au 30 avril prochain au Café de la Gare Soarano. Certains d’entre eux font déjà partie des grosses pointures, à savoir Jaojoby, Silo, Samoëla, Tsiliva. D’autres sont des artistes émergents qui méritent d’être soutenus, comme Minah, Christelle Ratri, Now Mady, Behind The Mask. Et enfin, il y a ceux qui nagent déjà, depuis un certain temps, dans le monde musical malgache, tels que Voots, Teta Electric. Et bien sûr, nous allons toujours présenter le groupe de rock The Dizzy Brains, celui qui connaît actuellement le succès à l’étranger.

* Selon vous, quel est le style qui cartonne actuellement dans le monde ?

– Effectivement, nous sommes légèrement en retard par rapport à la dernière tendance mondiale. A l’étranger, c’est le genre électro qui tient la première place. Mais ce qui est intéressant avec la musique malgache est son originalité. Le groupe The Dizzy Brains, par exemple, cartonne parce qu’il ne sonne pas comme les autres groupes occidentaux. Il incarne le rock malgache. Ou encore, Teta, le guitariste exceptionnel qui ne joue que de la guitare acoustique, cette fois-ci, il va se brancher avec une électrique. L’existence des directeurs artistiques est donc importante. C’est pour cette raison qu’avant de présenter ces groupes aux professionnels internationaux, nous effectuons des séances de coaching et des va-et-vient dans le studio.

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza53 partages

Hery RajaonarimampianinaPrezida saribakoly ?

Tamin’ny andron’ny tetezamita dia efa nalaza fa nataon’i Andry Rajoelina sy ny manodidina azy saribakoly i Hery Rajaonarimampianina. Nalaza fa nataon’ireo lava tanana akaiky kokoa an’i Andry Rajoelina fakana vola ny minisiteran’ny vola sy ny tetibola notantanany tamin’izany fotoana.

 

 Izay no voalaza fa tsy lanin’ny vavoniny ka nahatonga azy namaly faty sy nanao fahirano ny ekipan’i Andry Rajoelina mandrak’ankehitriny. Samy nanao didin’ny be sandry taminy avokoa ny ankamaroany, kanefa tsy afa-nanoatra i Hery Rajaonarimampianina. Mbola tratra ihany izy ankehitriny, izay voan’ny hevi-petsin’ireo manodidina azy. Ao ny mody niditra ho HVM fa te ho praiminisitra, te ho minisitra…  Misy ny ny niditra tao mba hanamorana ny bizina. Ao ny manao tsindry bokotra sy mampiasa ny anaran'ny filoha amin’ny fanararaotam-pahefana, fa dia io mangina tsy mahita atao io ny tenany, ary toa tsy afa-manoatra mihitsy. Misy mihitsy aza ny te ho filoha mafy, ka mampiasa ny fahefam-panjakana sy toa manao fitaovana ny tsy fankasitrahan’ny vahoaka ny filoha ankehitriny hiakarana eo amin’ny toerana. Tsy sahin’i Hery Rajaonarimampianina ny mandroaka ireo olona akaiky azy na dia efa maro aza ny malaza ratsy kanefa tsy mahavita azy ara-bakiteny, fa dia ny manao afera no tena manavanana azy. Efa ela no nahenoana ny laza ratsin’i Claudine Razaimamonjy. Efa ela no nalaza ratsy i Nicole Randrianarison izay nahatrarana volabe 3 000 000 Euros tany Frantsa ny volana desambra 2015. Nandeha ny resaka momba an’i Herisoa Razafindrakoto, izay nalaza ho lava tanana sy tompon’ny fanjakazakana amin’ny fanendrena olona ambony. Eo ihany koa ry Henri Rabary Njaka, tale kabinetra nesorina saingy mbola to teny ao an-dapa.

 

TSY MANAN-KIANTEHERANA INTSONY

 

Toy ny angady tsy mahatapaka ahitra ny filoham-pirenena ankehitriny fa voagejan’ireo manodidina azy tanteraka. Tsikaritra ho tsy manan-kianteherana ihany koa, fa izay aleha maneno sahona avokoa, hany ka mangina sy miraviravy tanana sisa hatao satria ireto namana, tsy misaina izay mba hanavotra sy hanarina ny tsy nety, fa ny afera sy ny bizina ihany no laharam-pahamehana. Toa i Hery Rajaonarimampianina indray aza no hatao sorona sy mizaka ny laza ratsin’ny rehetra. Hatramin’ny sehatra iraisam-pirenena no manome lamosina tanteraka azy noho ny laza ratsy amin’ny fitondrany amin’ity kolikoly efa mampiteny ny moana ity, ka tsy hay izay fanapahan-kevitra politika horaisina ato ho ato manoloana izao toe-draharaha izao. Hahavita hanaisotra ireo fandoto iray tandroka ao an-dapa sa hiziriziry lava sy hiandry izay zava-miseho, ka hitaintaina toy ny saobakaka ambody riana lava eto ?

 

Toky R

 

L'express de Madagascar51 partages

Morte lapidée

Mort dramatique d’une jeune femme de 26 ans à Beraketa Sakaraha, avant-hier. Montrée du doigt de sortir avec le mari d’une autre, elle a été battue et rouée de coups par plusieurs femmes.

Midi Madagasikara49 partages

Wake Up Madagascar : « Jugez Claudine»

Le mouvement Wake Up Madagascar a organisé une manifestation, hier, en début d’après-midi, devant le Palais de Justice à Anosy.  Les membres de cette association ont brandi, à cette occasion, des pancartes revendiquant notamment, «Où est Claudine ? Jugez Claudine, Non à l’impunité». Ils étaient environ une vingtaine, hier, à Anosy  essayant de mobiliser la foule. Cette dernière ne fait pourtant que regarder la scène sans aucune réaction. Chose curieuse, il n’y avait pas eu l’ombre de l’Emmo-Reg sur le lieu.

Dominique R.

Midi Madagasikara44 partages

New African Woman Awards 2017 : Fatma Samoura parmi les gagnantes

Fatma Samoura est maintenant la secrétaire générale de la FIFA. (Photo d’archives)

Fatoumata Jallow-Tambajang, la ministre des Affaires féminines de Gambie est la Femme Africaine de l’année. L’intrépide militante des droits de l’homme a contribué à galvaniser l’opposition qui a finalement battu Yahya Jammeh.

Le magazine New African Woman a organisé des Trophées qui reconnaissent, célébrent et honorent les femmes africaines exceptionnelles ayant eu un impact dans leurs communautés et pays au cours des 12 derniers mois. Les gagnantes ont été sélectionnées par un jury indépendant parmi les 68 candidats choisis par les lecteurs dans douze catégories. Ainsi, Amina J. Mohammed, la nouvelle secrétaire adjointe des Nations Unies a gagné le Trophée de la femme africaine dans la politique. Elle a été la ministre de l’Environnement au Nigeria. Le trophée de la femme africaine dans la santé revient à Dr Helena Ndume de la Namibie, une pionnière dans la chirurgie de la cataracte, qui a réalisé plus de 350 000 opérations gratuites. Et la femme d’affaires Salwa Idrissi Akhannouch du Maroc a emporté le Trophée de la femme africaine dans l’entreprise. La Zimbabwéenne Tsitsi Masiyiwa a reçu le Trophée de l’éducation pour le travail de la Higherlife Foundation. Elle a pu scolariser plus de 250 000 enfants orphelins et vulnérables.

Aucune femme malgache. En outre, le Trophée de Femme africaine dans la société civile a été donné à Theresa Kachindamoto du Malawi, qui a annulé plus de 300 mariages d’enfants dans son village. Un exploit qui a joué un rôle important en obligeant le gouvernement à interdire les mariages d’enfants dans tout le pays. Les autres gagnantes sont Joan Okorodudu du Nigéria pour ses services dans la mode africaine, dans la catégorie Arts et Culture, Amira Yahyaoui de Tunisie dans les médias. Et l’ancienne Commissaire de l’Union Africaine, Tumusiime Rhoda Peace  est la lauréate de la femme africaine dans l’agriculture. Fatma Samoura, l’ex Représentante Résidente du PNUD à Madagascar, est parmi les gagnantes. Le Trophée Femme Africain dans le sport lui a été attribué en tant que Secrétaire générale de la FIFA. Par contre, aucune femme malgache ne fait partie des gagnantes de ce New Africain Woman Awards 2017.

Recueilli par Navalona R.

L'express de Madagascar43 partages

Natation – Mada 25m – Antsa Rabejaona réalise un quintuplé

Trois-cent- cinquante-six courses sont au programme pendant les trois jours du sommet national de natation sur bassin de 25m à la piscine Papon du Lycée technique professionnel St Gariel à Mahajanga. La sirène du club Managing, Antsa Holy Rabejaona dans la catégorie minime a réalisé cinq meilleures performances, en deux journées.Cette nageuse du club Managing a déjà actualisé trois meilleures performances lors de la première du jeudi entre autres celle du 400m quatre nages. Elle a actualisé de presque deux minutes l’ancien temps de Liana Ramerison, expatriée de Dunkerk Etats Unis du 29 décembre 2002 de 5:36:33 en 5:34:53.Puis Antsa a amélioré son propre record personnel en 50m dos de 32:95 en 32:65. Et sa troisième meilleure performance du jeudi s’agit du 100m dos où Antsa a amélioré l’ancien chrono d’Hasina Tianarisoa de CF Himo de 1:1:80 en 1:10:25. Hier, deu­xième journée du cham­pionnat, Antsa a encore battu le meilleur temps réalisé par Domoina Amboaratiana de CF Himo de 2:35:2 en quatre nages en 2:34:26.Et sa deuxième meilleure performance effectuée hier est l’épreuve du 200m dos, de 2:31:00contre son propre meilleur temps de 2:36:49. « Je me suis fait très attention aux aliments, je n’ai pas mangé du gras pendant au moins pendant les deux dernières semaines d’entrainement intensif », a confié Antsa Holy Rabejaona.Les deux meilleurs nageurs au classement national catégorie benjamine ont aussi brillé en actualisant une meilleure performance chacune. Le numéro un national chez les benjamins, Elie Rafanomezantsoa du club Jirama Mandraka a amélioré le meilleur temps du 50m dos catégorie benjamin , 33:84 contre 34:38 de Michael Rasolonjatovo de St Michel effectué le 26 mars 2011.Et la meilleure benjamine, Idealy Tendrinavalona de Cosra Vakinankaratra a, quant à elle, actualisé le meilleur chrono du 100m dos, 1:11:92 contre 1:12:26 d’Antsa Rabejaona. Et la septième meilleure performance des deux premières journées du championnat était l’œuvre de Baritiana Andriampe­nomanana de Managing.Il a battu le meilleur temps de son grand frère, Mamihaja Andriampenomanana en 200m nage libre de 2:41:91 contre 2:42:14. En fin d’après-midi hier, la benjamine Idealy Tendrinavalona a réalisé la meilleure performance en 200m dos (2:34:38) et celle en 200m papillon.L’olympienne de Londres et Rio rafle tout. Les deux premières journées ont été marquées par la domination de Managing chez les filles et St Michel chez les garçons. La preuve, Fils Rabetsara Aina Estellah de Managing est sacrée championne du 50m dos (31:45) et Francky Ramiakatrarivo de St Michel chez les garçons (30:25).Antsa Rabejaona de Managing championne en 400m quatre nages (5:4:00) et Stéphan Rakotomavo chez les garçons (5:06:39). Mais Estellah a aussi ravi le titre en 200m nage libre (2:15:80) et Tiavina Sandro Rakotoma­monjy de 3FANS chez les garçons (2:07:96. D’autres titres ont été remportés par Estellah, celui du 50m papil­lon (30:03), les 10m nage libre (1:01:54), sans compter les relais. En 100m brasse, le titre revient à Tania Mahandry de NCM Boeny chez filles et par Stéphan Rakotomavo de St Miche pour les hommes (1:07:82).Hanta Sarah Raharvel de Cosfa a remporté l’épreuve de 100m papillon (1:10:17) et Tiavina Sandro Rakoto­mamonjy de 3FANS chez les garçons (1:00:52).Ce championnat national sur bassin de 25m servira de sélection des nageurs qui constitueront l’équipe malgache aux prochains Jeux de la commission de la jeunesse et des sports (CJSOI) en juin à la Réunion.

Serge Rasanda

Midi Madagasikara43 partages

Lundi de Pâques : Spectacles aux quatre coins de Tanà

Tif à Tif sera à Andohatapenaka.

Trois jours de répit. Outre l’aspect purement spirituel pour les chrétiens, le long week-end pascal est une occasion pour les familles de se retrouver et de sortir. Pour le lundi de Pâques, la masse populaire est habituée à assister à des concerts. L’ambiance y est « mafana », puisque ce sont les artistes les plus cotés qui animent ces spectacles. Ouverture des portes dès 9h pour la plupart, on y trouve de tout, des boissons, des gargotiers, histoire de s’assurer qu’on peut y passer toute la journée, même sans son panier pique-nique. Et un peu partout, on retrouve à peu près les mêmes têtes d’affiche : Dadi Love, Jean Aimé, Tence Mena, Elodie, Mijah, MaritioraFreedom et Jess Flavi One au KianjamaitsoAntanimenakelyAnosizato pour un « Fetybe », Black Nadia, Mijah, Arnaah, Big MJ et Odyai au Club Nautique Ivato pour un « Tsinjaka Be ». Du côté du Maki Andohatapenaka, place à Barinjaka, Khélène, BigMj, Arnaah, Tif à Tif, Mijah et Jess Flavi One. « Baombabe » au Coliseum avec Wawa, Barinjaka, Black Nadia, Big MJ, Khélène, Shyn, MartioraFreedom et AjahReo. Un « Face à face » avec Dadi Love, Arnaah, et MartioraFreedom en guest au « kianja » Bevalala. Et une ambiance « ça va be » au stade annexe Mahamasina avec Dadi Love, Black Nadia, BigMj et Princia. Enfin, au stade Alarobia, on retrouvera Dadi Love, Tence Mena, Lyanah, Princia, Jess Flavi One et Mijah.

AnjaraRasoanaivo

Tia Tanindranaza40 partages

Fitondrana RajaonarimampianinaHaongana amin’izay, hoy ny TFI

Tsy azo hihodivirana intsony ny fanorenana ifotony fa tsy maintsy atomboka, hoy ry zareo avy eo anivon’ny hetsika politika Tolona ho amin’ny fanorenana ifotony na TFI tetsy amin’ny Espace dera

Tsiadana omaly raha nampivory hery politika maromaro handinihana izay tokony hatao manoloana ny toe-draharaha politika ankehitriny. Efa mamoha henatra, hoy ny mpitari-tolona, Rasolofo René, ny ataon’ny fitondrana ankehitriny ka antony mila hanonganana azy faran’izay haingana amin’izay. Maty hasina ny fitondrana sy ny andrimpanjakana noheverina fa najoro hiaro ny tombontsoa iombonana sy ny lalàna ary natao varoboba ny tanindrazana, hoy izy ireo, ka ny fitondrana mihitsy no fototry ny kolikoly sy tsikombakomba amin’ny tsy mataho-tody. Misy moa ny paikady novolavolain’ireto hery politika maro nivory ireto ahatongavana amin’izay fanorenana ifotony izay, raha ny fanazavana, ary mbola hifampizaran’izy ireo ny alarobia izao.

Mirija

Midi Madagasikara40 partages

Fanavaozana « port d’arme » : Mihoatra ny telo volana, misy fitarainana

Olona maromaro no nandefa taratasy fitarainana taty amin’ny gazety mahakasika ny fitavozavozan’ny famoahana taratasy momba ny fanavaozana ny fahazoan-dàlana hitazona sy hampiasa fitaovam-piadiana sokajy faharoa sy fahatelo. “Gaga sy talanjona izahay noho ny fitavozavozan’ireo tompon’andraikitra isan’ambaratongany eo amin’ny fanatanterahana ny fanomezana ny taratasy, satria feran’ny lalàna ny fitazoana sy fampiasana ireny fitaovana ireny (…) eo amin’ny telo volana ihany matetika ny faharetan’ny fikarakarana ny taratasy, kanefa ankehitriny dia efa mitatra tanteraka izany (…) mitaraina araka izany izahay, satria betsaka ny taratasy tokony nohavaozina, nefa mbola tsy nankatoavin’ny tompon’andraikitra ihany hatramin’izao”, raha araka ny sombiny tao anatin’ilay taratasy fitarainana. Ny vokatr’izany dia lasa tsy ara-dalàna intsony ny fitazomana basy ho an’ireo izay mbola tsy vita fanavaozana taratasy, izay marihina fa isan-taona no hatao izany. Raha sendra misy fanafihan’olon-dratsy izany ka mba niaro tena ny tompon’ny basy dia io farany indray no mety henjehin’ny lalàna manan-kery, satria tsy vaovao ny taratasy fahazoan-dàlana nampiasainy. Raha ny tokony ho izy, raha araka ny fanazavana hita tao amin’ilay fitarainana, dia ny faran’ny volana martsa farafahatarany no mivoaka io fanavaozana, izay hatao isan-taona, io ary azo ampiasaina mandritra ny taona iray. Hatreto anefa, ny amin’ity taona 2017 ity, dia mbola tsy nivoaka izany ka lasa mampihorohoro ny olona tokony hitazona basy.

D.R

L'express de Madagascar36 partages

Consommation – Le marché du lait reste vaste

Il y a de la place pour tout le monde. La quantité de lait produite est loin de satisfaire les besoins malgaches.

La production laitière est loin de subvenir aux besoins des Malgaches. Le marché est encore très vaste pour les industries de transformation des produits laitiers. C’est pourquoi, la société Sodimilk, un nouveau venu dans le secteur, vient de lancer un nouveau type de fromage. Il s’agit du fromage à tartiner Le Mangoro. « Plusieurs mois ont été nécessaires pour la préparation de ce produit. Des tests en laboratoire, des améliorations du goût et plusieurs mises au point se sont succédé pour obtenir ce résultat », a expliqué Andry Raveloson, directeur général de la société.Après avoir remporté l’année dernière le trophée de jeune entrepreneur (TJE) de la banque BNI Mada­gascar, Andry Raveloson et son équipe se sont mis au four et au moulin pour développer de nouvelles gammes de produits. À part ce fromage à tartiner, ce fromager prépare une autre surprise pour la fin de l’année. « Il y a une retombée positive de ce trophée dans nos activités. Le crédit nous a permis d’investir dans l’acquisition de nouveaux matériels afin de mettre en place une nouvelle ligne de production dans notre usine de transformation. Ce qui va nous permettre de mieux nous positionner sur le marché du fromage », a déclaré le jeune entrepreneur.

Ravitaillement arduMalgré le jeune âge de sa société, ses produits commencent à se faire un nom auprès des consommateurs malgaches. « Je peux avouer que je suis une cliente assidue de votre produit. Je vous encourage à aller dans ce sens pour être la fierté des jeunes entrepreneurs malgaches », a lancé Lalatiana Ravololomanana. Cette femme politique vient en effet de remporter un bon d’achat de 400 000 ariary lors d’un jeu organisé par la société durant un évènement commercial à Mahamasina. Une manière pour Sodimilk de récompenser ses fidèles clients.Malgré tout, tout n’est pas rose pour la filière lait et les industriels. Ces derniers se sont plaints de la qualité du lait livré sur le marché. « La situation est désolante. À part le problème de quantité, la qualité pose aussi d’énormes soucis. Ce qui nécessite autant d’efforts et d’investissements pour les industriels afin d’offrir un produit de qualité aux consommateurs », a fait savoir Andry Raveloson.Même si ses produits sont déjà adoptés par de nombreux Malgaches, Andry Raveloson n’envisage pas de conquérir le marché international. « Il faut être plus clair sur ce sujet. Les industriels laitiers n’arrivent pas encore à subvenir aux besoins des Malgaches. Il vaut mieux rester sur le marché local », conclut-t-il.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara34 partages

LAISSER S’INSTAURER LES REGLES DE LA DEMOCRATIE

C’est une véritable lame de fond qui est en train de déferler sur le monde politique malgache et change totalement la donne au niveau de la perception de l’éthique et de la déontologie des dirigeants. Les péripéties de l’affaire Claudine Razaimamonjy ont réveillé la conscience des citoyens qui veulent voir respecter les règles démocratiques. Il s’agit du début d’un combat que tous doivent mener pour l’instauration d’une véritable démocratie.

LAISSER S’INSTAURER LES REGLES DE LA DEMOCRATIE

Les prises de position et les réactions se multiplient au fur et à mesure de l’évolution de « l’affaire ». Les personnalités politiques de l’opposition s’enhardissent et condamnent. Les membres de la société civile ne sont pas en reste. Ce fut le cas d’une plateforme d’associations syndicales et du KMF/CNOE. Le soutien de la communauté internationale vient encourager ce sursaut démocratique qui donne l’espoir d’un véritable changement. Le régime, pour le moment, semble sonné et ne veut pas réagir. Est-ce une sorte de repli prudent avant une réaction plus franche ? Dans le contexte actuel, il n’a pas d’alternative et doit se conformer aux règles qui ont été mises en place. Les directives venant contrecarrer le déroulement normal des procédures seront tout de suite dénoncées par les lanceurs d’alerte. Dorénavant, il sera difficile de stopper les investigations menées par les enquêteurs des organismes de lutte contre la corruption. Ils seront épaulés au besoin par la presse qui a toujours voulu jouer son rôle, en interpellant et en dénonçant. Elle est maintenant un rouage essentiel dans l’instauration d’une véritable démocratie. Ces dernières années ne virent qu’une succession de faux semblants et de conduites hypocrites de la part des dirigeants. Aujourd’hui, ils sont au pied du mur et ils doivent laisser les règles de la démocratie régir le monde politique local. C’est à ce prix qu’ils pourront sauver ce qui peut l’être.

Patrice RABE

Midi Madagasikara33 partages

Raharaha Firose Nourbhay : Tsy mbola misy mangirana hatramin’izao

Hatreto, mbola tsy misy mangirana ny momba ilay zanaka Karàna mpiantry ny ny Lycée Français nisy naka an-keriny ny talata lasa teo. Ny hany fantatra, araka ny vaovao farany nomen’ny polisim-pirenena, dia efa fantatra ny tompon’ilay fiara Renault Espace nampiasain’ireo mpaka an-keriny ka mitohy hono ny fanadihadiana. Manahy mafy noho izany ny fianakavian’ity tovolahy ity, satria toa mitarazoka ny raharaha. Antony iray nahatonga ireo izay nandray anjara tamin’ilay Hetsika fanehoana firaisan-kina nataon’ireo mpianatra, mpamianatra sy mpiasan’ny Lycée français, ray aman-drenin’ny mpianatra, nampian’ireo solontenan’ny Masoivoho Frantsay eto Madagasikara  notanterahina teny Ambatobe ny alakamisy teo, hangataka ny handraisan’ny polisy frantsay anjara amin’ny fikarohana ity ankizy ity, ary indrindra ny hitadiavana ireo olon-dratsy . Ny polisy frantsay izay heverin’ireo izay nandray fitenena fa manana ny traikefa sy ny teknolojia enti-mihetsika amin’ny raharaha toy izao.

Inona tokoa moa no tsy tokony hirosoana amin’izany satria hita fa ain’olona no lalaovina amin’ny resaka « kidnapping” toy izao ? Nanetsi-po tokoa ary tena nahavalalanina ny maro ny nampahatsiahivan’ny Filohan’ny Federasianan’ny fikambanan’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra amin’ny Lycée Frantsay miparitaka manerana an’izao tontolo izao ny momba ilay zanaka karàna iray nisy naka an-keriny tany Toamasina voalana maromaro izay, nefa dia tsy hita velona, tsy hita maty.

T.M.

Midi Madagasikara29 partages

MPPSPF : Appui au relèvement d’Antalaha et d’Andapa

La ministre Onitiana Realy lors de la distribution des kits scolaires.

Andapa et Antalaha furent détruites à 85% par Enawo, ce qui a rendu la population vulnérable et démunie. Onitiana Realy la ministre de la Population de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme y conduit actuellement une mission de relèvement post-Enawo pour renforcer la résilience de la population et accélérer le « retour à la normale » de son quotidien.

Les priorités de cette mission axée sur des actions concrètes seront d’une part, rétablir les services sociaux de base et d’autre part, appuyer les populations dans les activités génératrices de revenus, garantes de leur subsistance et de la stabilité socio-économique. Les aides d’urgence post- Enawo ont été assurées par le gouvernement et toutes les parties prenantes dès le lendemain du passage du cyclone. Cette mission de relèvement découle de l’engagement du gouvernement à accompagner à long terme les populations vulnérables des zones touchées par le cyclone. Pour l’instant, deux communes d’Antalaha et d’Andapa ont été visitées, à savoir Ampahana et Anandava.

HIMO. 2 000 personnes se verront confiées de travaux de Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO) à Ambanifao et Ampahana. En échange de 5 000 Ariary pour cinq heures par jour et ce pendant cinq jours, ils prendront en charge l’assainissement des localités concernées. Pour ce faire, ils procèderont au curage des canalisations et du réseau pluvial. Tout en les incitant à prendre part activement à la reconstruction de leur « hometown », ces 25 000 Ariary permettront entre autres aux autochtones de vivre un week-end pascal dans un peu plus de joie, malgré leur vulnérabilité.

Education. Les enfants font partie des couches les plus vulnérables de la société. Il importe donc de faire des actions en leur faveur. L’éducation de base étant essentielle à la productivité future des enfants, le MPPSPF et  l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’Enfance) ont offerts des kits scolaires à 160 enfants de la commune de Tanandava.

AGR. Pour rétablir au plus vite les moyens de subsistance des populations locales, le MPPSPF a fourni des aides sous formes de matériels dédiés aux Activités génératrices de Rev evenus (AGR). Il s’agit de quatre machines à coudre d’une valeur de deux millions d’Ariary, ainsi que divers ustensiles dont des marmites dans le cadre de l’ouverture d’une gargote par les associations des femmes d’Ambaniafao. Après Enawo, la vie continue…Le MPPSPF accompagne les localités pour qu’elle soit même meilleure.

Luz R.R

Midi Madagasikara27 partages

Transports aériens : Autorisation expirée pour Inter’Iles Air

L’ACM et l’Aviation Civile comorienne (ANACM) œuvrent ensemble pour faire en sorte que les compagnies aériennes dont Inter’Iles Air, respectent les réglementations.

Dans une déclaration faite avant-hier à la presse, des responsables de la compagnie aérienne comorienne Int’Iles Air ont laissé entendre que l’ACM (Aviation Civile de Madagascar)  tenterait de la boycotter en l’interdisant d’effectuer des vols sur le ciel malgache. Jean Marc Heintz, Directeur Général de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile et de la Météorologie des Comores vient de réagir par rapport à ces propos. « Je ne comprends pas ces allégations qui accusent à tort l’ACM malgache pour je cite : empêcher un avion d’une compagnie aérienne de droit comorien » déclare le premier responsable de l’aviation civile comorienne. Et lui de continuer : « Le 1er avril 2017, la compagnie Inter Iles Aira a fait un vol sans autorisation ce qui est interprété dans la Convention de Chicago « viol d’espace aérien ». Suite à quoi l’ACM a demandé à la compagnie des explications. Le fait est que la compagnie aérienne comorienne a laissé expirer son autorisation et n’a pas répondu aux règlements malgaches. Elle n’a pas non plus pu expliquer ses écarts avant que nos deux Aviations Civiles respectives ne prennent l’initiative de l’aider ce que nous faisons toujours en ce moment ».

Purement techniques

Jean Marc Heintz affirme d’ailleurs ne pas comprendre « ce tapage médiatique pour colporter de fausses informations et d’accuser à tort l’ACM qui s’est pourtant montrée très indulgente et coopérative envers la compagnie Inter Iles Air en défaut. Il est tout à fait normal et rationnel que l’ACM malgache protège son espace aérien et sa souveraineté. Il est tout a fait normal qu’elle questionne n’importe qu’elle compagnie aérienne ou demande des informations complémentaires. En somme, la décision de l’ACM de suspendre les vols Inter’Iles Air sur la destination Madagascar répond uniquement à des considérations purement techniques en ce sens que toutes les compagnies aériennes opérant à Madagascar doivent respecter les règlements. « L’article 1 de la convention de Chicago relate : « Les Etats sont souverains de leur espace aérien. L’ACM peut exiger le respect des exigences de son règlement, différent du nôtre… Je suis navré de constater que ces interventions sont utilisées comme levier pour passer de force au-dessus des règlements et des affaires techniques.».

EVASAN

Cette considération des aspects purement techniques est d’ailleurs applicable en ce qui concerne les attributions de l’ACM en matière d’évacuation sanitaire qui a fait ces derniers temps l’objet de tant de polémiques. En effet, dans cette affaire le rôle de l’ACM se limite à veiller au respect et au maintien des normes de sécurité et de sûreté en termes d’aviation civile. Et ce, conformément au Code Malgache de l’Aviation Civile. Un technicien de l’aviation civile précise : « conformément au décret 2013-710 sur les réglementations du transport aérien, l’ACM veille à la coordination des activités des exploitants au niveau de la plateforme aéroportuaire, mais n’intervient pas dans l’exercice des fonctions des autres entités régaliennes comme la PAF, le GTA et la douane ». En ce qui concerne plus particulièrement les évacuations sanitaires, l’ACM procède à la vérification de l’aéronef, ses documents, son état de navigabilité et son aptitude au vol ainsi que les licences et la qualification du pilote. En plus de cela, l’ACM vérifie l’adéquation des matériels médicaux disponibles dans l’avion qui sert à l’évacuation sanitaire. Et ce, en tenant compte des éventuelles conditions exigées pour le transport du malade comme l’oxygène et la civière. Une fois ces conditions techniques remplies, l’avion est autorisé à voler et ce sont les autorités aux frontières à qui, les documents sont envoyés, qui décident sur le cas des passagers des vols EVASAN.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara27 partages

Pétanque- Scandale : Le DGB débloque 500 millions d’ariary

L’évènement était un succès mais…

Le scandale sur les factures non payées durant le championnat du monde de pétanque est en passe d’être résolu. Selon le ministre des Sports, Anicet Andriamosarisoa qui réaffirme haut et fort qu’il n’y est pour rien, 500 millions d’ariary ont été débloqués pour le compte de Synergy Communication. Une somme qui inclut évidemment toutes les dépenses d’organisation tant du Comité d’Organisation du Dr Naina Andriambelosoa que celles de la fédération de Béryl Razafindraniony et les charges liées à la préparation de l’équipe malgache.

La balle serait donc dans le camp de Synergy Communication pour rendre à César ce qui est à César pour ne pas envenimer davantage une situation confuse dans la mesure où cette agence de communication a été déjà dessaisie de l’affaire et que le second contrat avec le comité d’organisation ne l’autorise pas à faire des recouvrements.

Et si elle a pu se faire payer par le DG du Budget, c’est bien parce ce que Synergy Communication a présenté le premier contrat qui lui donnait le plein pouvoir, explique encore Naina Andriambelosoa qui précise en passant que Jean Luc Razafindrabe qui n’est que le délégué de la fédération internationale et n’a aucun droit pour s’immiscer dans les affaires malgacho- malgaches.

Normalement donc et puisque le ministère a accepté de faire une médiation, les prestataires et l’hôtel Colbert vont être payés d’ici peu. Et c’est tant mieux pour tout le monde au lieu de saisir la Justice comme l’a prévenu le Dr Naina Andriambelosoa dont on comprend la colère, car cela fait six mois que certains de ses prestataires n’ont pas été payés alors qu’ils ont rempli avec brio leur mission qui est la réussite de ce sommet mondial de pétanque.

Clément RABARY

Midi Madagasikara25 partages

Nouvelle plate-forme : Groupement des Organisations de la Société Civile

Une nouvelle plate-forme vient de voir le jour. Il s’agit du Groupement des Organisations de la Société Civile (GOSC), avec comme coordinateur national, Fanodira Mara Roland. Selon  les intervenants : « Nous n’avions pas l’intention de créer la discorde  au sein de la société civile, au contraire, nous voudrions la fédérer ». Ils disent d’ailleurs que le GOSC regroupe une cinquantaine d’associations  et que cette plate-forme est présente dans tous les districts du pays. Même s’ils ont dit qu’ils ne vont pas concurrencer les autres OSC déjà en place, en arguant l’esprit de partage et d’entraide, leur venue aurait probablement des impacts sur la société civile. Par ailleurs, le GOSC revendique la mise en place de toutes les Institutions, notamment le « Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit » (HCDDED).

Dominique R.    

Midi Madagasikara22 partages

Personnes en situation de handicap : Le projet Mihary pour une insertion professionnelle inclusive

La discrimination envers les personnes en situation de handicap est condamnée et condamnable.

La situation actuelle démontre une difficulté d’accès à l’emploi pour personnes en situation de handicap. Une situation qui tire son origine dans leur marginalisation par la société. Ladite marginalisation qui provoque l’incapacité, la difficulté pour ces personnes d’exercer un emploi comme toutes les autres personnes dites « normales ». C’est pour remédier à cette situation qu’a été initié le projet Mihary. Mis en œuvre par le centre de formation professionnelle des personnes en situation de handicap avec la collaboration de l’AKAMA, de la FOFAMA et des partenaires techniques et financiers, notamment le Christoffel-Blindenmission (CBM), ledit projet vise à faciliter l’accès des jeunes en situation de handicap à la formation professionnelle. Le but étant de leur permettre d’exercer un travail décent.

Normes. D’une durée de trois ans, le projet Mihary ambitionne d’offrir des formations répondant aux normes de qualité en adéquation avec les besoins du marché du travail. Ce qui devrait permettre une meilleure intégration des jeunes en situation de handicap dans le monde professionnel d’un côté et de limiter le nombre croissant des chômeurs à Madagascar de l’autre. 

José Belalahy

Midi Madagasikara22 partages

Football- Coupe de la CAF : Une équipe commando pour la CNaPS Sport

Le match retour des 16es de finale de la Coupe de la Confédération entre les Angolais du Recreativo do Libolo et la CNaPS Sport aura lieu ce samedi à 17h, heures malgaches. Le rendez-vous de la dernière chance pour l’équipe malgache bien obligée d’aller au four pour ramener une victoire synonyme de qualification ou à défaut un score de parité de 2 à 2.

Tout reste possible. C’est la seule phrase de l’entraîneur Tipe Randriambololona avant le départ de l’équipe de mercredi via Johannesbourg. Un Tipe nullement inquiet car de son avis, les Angolais sont prenables et qu’il manquait juste un peu de chance pour ses protégés qui ont dominé les débats sans avoir réussi à marquer que l’unique but d’égalisation vers la fin de cette partie à oublier.

Plusieurs absents. Car maintenant que tout se joue sur un seul match, il va falloir pour les caissiers retrousser les manches même avec une équipe marquée par plusieurs absents notamment les deux hommes de la charnière centrale Tahiana et Feno mais également Ronald sur le flanc droit.

Comme Armando et Fanja sont également restés à la maison, la CNaPS Sport doit se contenter de qu’elle a. C’est-à-dire une formation en 4-2-3-1 avec Toby, Lanto, Pierralit, ou Jean Ba, Olivier pour la ligne défensive. Viennent ensuite les deux sentinelles avec Mika et Ando. Devant les deux hommes se trouve Rija dans un rôle de meneur avec à sa droite Njiva et à sa gauche Bourahim. En attaque, Tipe aura à choisir entre Niasexe et Francis.

En clair une équipe férue aux compétitions de haut niveau dans l’unique but de ramener une victoire et se qualifier pour les huitièmes. Une équipe commando que Tipe exhorte à se surpasser car en jouant à fond, il n’y a pas de raison à ce que les Malgaches rentrent bredouille. Et comme l’Angola nous a vaincu jusqu’ici à l’instar du Stade Olympique de l’Emyrne de Claude Ramiandrasoa en 2002 face au Petro Atlético, on se prend à rêver. Et on croise les doigts.

Clément RABARY

Midi Madagasikara18 partages

Tombola Casino Jumbo Score : Un Bon d’achat de 2 040 000 Ar à Rafidijaona Ravakiniaina Holy

La gagnante du premier lot avec le directeur du magasin de Jumbo Score à Antsirabe.

La société de distribution Jumbo Score a organisé une Tombola Casino Jumbo Score du 15 au 30 mars 2017 dans ses onze magasins éparpillés dans toute l’île. L’objectif consiste à promouvoir les produits de marque Casino en montrant le meilleur rapport qualité prix qu’offrent ces produits, selon les explications des organisateurs. Notons que la marque Casino est une marque exclusivement distribuée par Jumbo Score à Madagascar. On y trouve, entre autres, des produits alimentaires, des produits cosmétiques, des produits laitiers et bien d’autres articles de marque Casino. Et pour pouvoir participer à cette Tombola Casino Jumbo Score, le client effectue un achat d’un produit ou d’un article de ladite marque.

Remise des lots. Lors d’un tirage au sort, Rafidijaona Ravakiniaina Holy, une cliente du magasin Jumbo Score à Antsirabe a obtenu le premier lot. Il s’agit d’un Bon d’achat d’une valeur de 2 040 000 Ariary lui permettant de faire des courses pendant un an. Le deuxième lot constitué également d’un Bon d’achat d’une valeur de 900 000 Ariary revient à Randimbivololona Manampisoa, une cliente de Jumbo Score à Ankorondrano. Ce chèque lui permettra d’effectuer des courses auprès de ce magasin pendant six mois. Quant au troisième lot, il s’agit encore d’un bon d’achat mais d’une valeur de 400 000 Ariary. La remise des lots s’est tenue le 11 avril 2017, et ce, en présence des commissaires au jeu et avec les directeurs des magasins concernés respectifs.

Navalona R.

Midi Madagasikara17 partages

Usine Militaire : L’expertise industrielle féminine mise en avant

l’épouse du ministre (à dr.) et celle du directeur de l’usine militaire donnant l’exemple devant l’accomplissement du devoir citoyen.

Pas moins de 150 femmes venues d’Antananarivo ont foulé le sol de Moramanga, hier, pour une célébration de la journée de la Femme, quelques semaines après le 8 mars qui, on s’en rappelle, était quelque peu perturbée par le passage du cyclone Enawo.

 

Cette forte délégation féminine était celle du Ministère de la Défense nationale (MDN), pour une visite de l’Usine Militaire qui compte parmi ses structures une association de femmes particulièrement actives, l’ASVUM (Asa Sosialin’ny Vehivavy ao amin’ny Usine Militaire). A l’occasion de la journée internationale de la Femme en 2012, 2013 et 2015, cette association a toujours été sacrée lauréate des concours des meilleures associations de femmes dans la région Mangoro.Cette année, elle fait dans l’originalité en recevant une forte délégation féminine du MDN. Ainsi, quatre mois après la visite sur place du Président de la République à la tête d’une délégation plutôt masculine, cette fois-ci, ce sont les femmes issues de l’ensemble des Directions Générales, des Directions du Ministère de tutelle et des organismes rattachés tels que le CENHOSOA, l’ONMAC (Office National Malagasy des Anciens Combattants),la DSNGR (Direction du Service National et de la Gestion des Réserves)et bien d’autres,composés de plus de 150 femmes, dirigées par l’épouse du ministre Rasolofoniriana Béni Xavier, qui ont eu l’occasion de visiter le site stratégique qu’est l’Usine Militaire. Celle-ci, située à  Sahafitahana Moramanga compte parmi son équipe opérationnelle, des femmes qui travaillent comme ingénieures, techniciennes supérieures, mais également des sages-femmes, infirmières et des ouvrières spécialisées. Raison pour laquelle à l’occasion de la JMF, les femmes du MDN font le déplacement vers la capitale du Mangoro pour témoigner, d’une part, de leur satisfaction quant à la prestation de ces employées d’une occupation professionnelle particulière, et d’autre part, leur apporter les soutiens moraux et matériels dont elles ont justement besoin en cette période.

La visite d’hier était alors l’occasion de comprendre le travail d’une vingtaine de femmes travaillant à l’Usine militaire et l’expertise qu’elles apportent à ce site unique en son genre. Il s’agissait par ailleurs d’échanger des points de vue entre les femmes évoluant dans des bureaux de la capitale et les femmes du milieu industriel des zones plus éloignées comme  Sahafitahana Moramanga. Échanges et partages fort instructifs car ont permis de mettre en avant le savoir-faire féminin dans un milieu majoritairement masculin. Compétences dont ces dames peuvent être fières !

 

Dimension environnementale. L’occasion était par ailleurs saisie pour accomplir un devoir de citoyen en contribuant aux activités environnementales. Quelque 1500 jeunes plants de diverses variétés ont été mis en terre au site du barrage de retenue d’eau de l’Usine militaire qui sert de source d’énergie électrique indépendante et renouvelable avec une centrale hydroélectrique. Elle est d’un grand secours pour les activités impératives de l’Usine militaire. Cette action des femmes du MDN et de l’ASVUM est résolument anticipative dans la mesure où elle s’inscrit dans une perspective de prévention. Faut-il rappeler que beaucoup d’organisations se sont ruées il y a quelque temps, vers Andekaleka pour procéder au reboisement quand la capitale a souffert, en début d’année, des délestages répétitifs à cause de l’insuffisance d’eau et le déficit de précipitations, empêchant la centrale d’Andekalekade fonctionner normalement et produire la quantité d’électricité nécessaire. A travers cette initiative, sans attendre que l’eau ne tarisse, l’Usine militaire n’a eu de cesse de préserver ses patrimoines environnementaux en anticipant et enintégrant la dimension environnementale et le capital naturel dans la planification de sa rentabilisation. Cette campagne de reboisement, comme chaque année, n’a fait que consolider et renforcer les résiliences contre les risques par rapport aux catastrophes climatiques. Il est à noter que le vaste espace vert de l’Usine militaire est également victime de son succès. Fertile et sécurisé, ce site suscite les convoitises et le phénomène d’occupation illégale constituant un surplus d’activités pour l’Usine dans la mesure où il lui faut encore lutter contre les trafics et exploitations irrationnelles des ressources naturelles s’y trouvant.

 

Hanitra R.

Midi Madagasikara17 partages

Métier hors du commun : Dépanneur de moto scooter

La concentration urbaine est un facteur primordial générant les embouteillages. Outre cela les voitures importées ne cessent de débarquer alors que les infrastructures sont totalement disproportionnées. Tout ce mélange donne ainsi un résultat catastrophique : une circulation routière, le seul type qui existe d’ailleurs, complètement asphyxiée. Les deux-roues deviennent une solution pour la mobilité urbaine et en moins d’une dizaine d’années, leurs ventes sont montées en flèche de façon exponentielle. L’utilisation des deux-roues, des scooters, a généré un autre business dans la Capitale : la réparation et dépannage des scooters. Un garage destiné à la réparation des motos est remarqué dans presque tous les quartiers de la Capitale. Aussi, les boutiques de vente de pièces pullulent-elles sur les coins de rue. Le business se complète et les gérants des lieux de vente ont compris que la présence des réparateurs près de leurs boutiques facilite davantage leurs affaires. A Ambanidia, un point de vente de pièces a décidé de travailler avec deux jeunes réparateurs de scooters. Le deal est tel que le local sert en même temps d’atelier de réparation et qu’en contrepartie, 10% du frais seront alloués à la boutique. Et le commerce semble  très bien marcher. Quant à la manière dont les « techniciens » ont acquis leurs expériences, leurs réponses varient d’une personne à l’autre. « C’est de père en fils. Mon père a été réparateur. Je n’ai jamais suivi aucune formation technique ni fait aucune école, mais j’ai acquis les expériences par l’observation » a indiqué Hery Kely. Cette expérience sur le tas ne semble lui présenter aucun  blocage sur son métier. « Toutes les réparations de motos se ressemblent à quelques exceptions près » avoue-t-il. Bien que la personne soit toujours tachée d’huile dans sa vie quotidienne, il avoue que le métier fait vivre son homme. « Je suis encore célibataire, je travaille dur tous les jours et apparemment, j’arrive à vivre non pas dans la galère… ma passion c’est toujours la moto et quand j’ai le temps, je m’attelle à swapper (opération visant à rechercher plus de puissance) la mienne » a continué dans la foulée le jeune réparateur qui, lui-même, est un fanatique de la vitesse et a déjà participé à plusieurs courses. Bref, l’utile à l’agréable, pour lui. 

D.R

Tia Tanindranaza16 partages

Sosialim-bahoakaManome tanana ny CUA ny VITAFOAM

Nanolotra kidoro miisa 60 ho an’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny orinasa VITAFOAM omaly 14 aprily 2017 tetsy amin’ny Lapan’ny tanàna Analakely.

 Fiaraha-miasa  eo amin’ny fanjakana sy ny tsy miankina no antony nahazoana izao kidoro izao ary anisan’ny tafiditra amin’ny tanjon’ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana amin’ny resaka sosialim- bahoaka. Nambaran’ny lefitra voalohan’ny Ben’ny tanàna, kolonely Ramboasalama Emilien fa ny kaominina Antananarivo Renivohitra dia mampirisika ny olona hiara-kiasa satria tsy vitan’ny kaominina irery ny sosialim-bahoaka fa mila fiaraha-miasa amin’ny rehetra sy avy any ivelany.

Nangonin’i Jean D.

 

Midi Madagasikara16 partages

Justice : Les huissiers toujours mal vus par la société

Quand on parle d’huissier, la plupart des gens, notamment les simples citoyens qui n’ont pas assez de connaissances sur ce métier, ne voient que des choses négatives. Ils pensent tout d’un coup à une personne qui n’a en tête que d’exproprier quelqu’un sans pitié ni considération de l’humanitaire. Ces préjugés rendent délicat ce métier et exposent les huissiers à plusieurs risques. « J’ai vu un confrère fauché par une dame qui a tenté de résister à l’application d’une décision de la Justice », témoigne Me Baholy Harivony Anna Sylvie, tenant cabinet dans le quartier de Tanambao-67Ha-Sud. Elle a rappelé le cas d’un huissier qui s’est fait tabasser lors de l’expulsion de la population d’un village à Analavory, dans la région Itasy. Le pire est, selon le témoignage de cet auxiliaire de Justice (qualification donnée aux huissiers), de voir des huissiers recevoir des menaces de mort via SMS ou par lettre.

Malgré tout, Me Baholy Harinony affirme que cela ne l’empêche de continuer à exercer son métier. D’ailleurs, elle souligne qu’aucun des genres de problème cités plus haut ne lui est arrivé. Pourquoi ? Pour elle, ces différents risques ne doivent pas constituer un obstacle car « cela dépend du caractère de chaque huissier. Les gens réagissent négativement car vous vous êtes comportés mal devant eux. Par contre, ils comprennent si vous les respectez, même les délinquants». En effet, elle affirme que « pour réussir dans ce métier, la première règle est le respect de la loyauté. A cela s’ajoute le courage et la persévérance. « Mais, le plus important est la loyauté qui permet d’avoir et entretenir la confiance des clients étant donné que le métier de huissier est semi-libéral. Les huissiers ne sont pas des salariés. Ne pas abuser les gens comme quoi faire n’importe quoi, inventer n’importe quel acte pour soutirer de l’argent à quelqu’un », conclut-elle.

T.M.

Midi Madagasikara16 partages

J Love : Concert unique à Sabotsy Namehana

J Love sera en concert à Sabotsy Namehana ce lundi de Pâques.

J Love, l’artiste congolais, est à Madagascar pour un concert unique qu’il va donner à Sabotsy Namehana ce lundi de Pâques aux côtés de plusieurs artistes locaux.

 

Chanteur originaire du Congo, J Love s’est fait connaître du public malgache grâce à son duo avec Black Nadia, intitulé « L’amour n’a pas de couleur ». Aussitôt sorti, le clip et la chanson ont de suite plu au grand public, et très vite, le duo est sollicité partout. Un duo pour un titre, mais chacun des deux artistes a continué son chemin vers les sommets des hits parades. Et c’est donc avec ses propres chansons que J Love a séduit le public malgache. Actuellement à Madagascar, le chanteur congolais se produira dans la Capitale, mais sans Black Nadia. Cette dernière étant programmée un peu partout dans la ville, J Love tient à souligner qu’il ne donnera qu’un seul et unique concert. Et cela se produira ce lundi de Pâques à Sabotsy Namehana. Si l’artiste y est invité en tant que tête d’affiche, d’autres artistes malgaches  le rejoindront pour animer toute la journée de spectacle. Car les portes s’ouvriront à 9h et accueilleront les premiers invités. On y retrouvera Toyah, Jess Flavi One, Kougar, Arnaah, Tsiliva, Princia, Maitre Rufin, Mijah avec comme animateur Pasitera de Malok’Ila.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara15 partages

Bodo : Retrouvailles au Krypton

Bodo sera au Krypton pour ce lundi de Pâques.

Après le grand concert qu’elle a donné au Palais des Sports aux côtés de Poopy, Bodo retrouve les chemins de la scène pour un rendez-vous bien plus convivial au Krypton pour ce lundi de Pâques. Comme il s’agit d’une sortie hors de Tanà, ceux qui y seront pourront apprécier la diva dans un lieu calme, bien loin de la ville. Bodo retrouvera ses fans et reprendra les tubes qui ont fait sa carrière. D’une scène à l’autre, son public la suit, tandis que ceux qui aiment la bonne musique ne s’en lassent pas !

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar11 partages

Événement – Rinah Rakotovao illustre l’accordéon malgache à l’étranger

Dans le cadre d’un événement musical prestigieux, Madagascar sera à l’honneur cette année. Le musicien Rinah Rakotovao portera les couleurs du pays, lors du fameux « Akkordeonale 2017 ».

Qu’y a-t-il de plus beau qu’un accordéon   », c’est à travers cette question que le Festival international de l’accordéon ou « Akkordeonale » a été initié par le mélomane Servais Hanan, il y a près d’une décennie. Un événement singulier en ode à un instrument de musique populaire, aussi bien en Europe qu’ici même à Madagascar, « Akkordeonale», comme son nom l’indique, valorise l’accordéon dans toute sa splendeur.Rendez-vous culturel et musical folklorique à souhait, ce festival se tient ponctuellement chaque année dans deux des pays scandinaves où cet instrument est des plus respectés. De l’Allemagne à l’Autriche, une belle brochette de musiciens de divers horizons se partagera la scène de ce festival international de l’accordéon.À l’occasion, la Grande île sera parmi les têtes d’affiche du festival à partir de ce 17 avril jusqu’au 25 mai, aux côtés de la France, la Russie, l’Écosse et les Pays-Bas, ainsi que l’Allemagne. Fier porte-étendard de Madagascar, l’accordéoniste Rinah Nirinambinintsoa Rakotovao, célèbre dans la région Betsileo, y représentera le pays. Le temps de cette neuvième édition du festival, il est le second Malgache à y participer, après le regretté Médicis qui y a déjà brillé par son talent.

La musique du terroirSuite à une sélection des plus ardues qui s’est tenue deux ans durant, Rinah Rakotovao est ainsi l’heureux élu qui honorera les valeurs de la Grande île Outre-Mer à travers la tournée du festival. « On a été, en tout, cinq accordéonistes à avoir été choisis pour participer à cette édition du festival et pour ma part, c’est une aubaine et un honneur que je valoriserai à chaque instant. De plus, j’entends porter haut les couleurs de notre culture et de notre musique, notamment les mélodies du terroir qui sont chères à mon cœur et à mes origines », affirme Rinah Rakotovao.Depuis deux ans, le jeune accordéoniste prépare ardemment sa participation au festival, d’autant plus que, le temps de ce festival, il sera surtout mis à contribution pour échanger et conjuguer sa musique avec des artistes locaux. « Je serai sans doute amené à jouer en trio avec un violoncelliste et un joueur de harpe une fois sur place », souligne-t-il.Avec déjà un long parcours à son actif, Rinah Rakotovao a commencé à jouer au sein du groupe « Zatovo mikalo gasy » ou ZMG, vers le début des années 90. Il fut, par la suite, l’un des piliers du fameux groupe Betsileo « Tafaranitse» et joue pleinement de l’accordéon depuis les années 2000 à aujourd’hui, tout en collaborant avec d’illustres artistes et groupes comme Jean Pierre Haga, Oladad et Zazasoa. Rinah Rakotovao débarquera ce jour même en Allemagne, et il est fin prêt à émerveiller le public mélomane européen.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar9 partages

Cycle électoral – Les élections territoriales aux oubliettes

Malgré les promesses du gouvernement et la Constitution, la tenue des élections territoriales ne se fera pas d’ici tôt. La CENI se concentrera sur la présidentielle de 2018.

Sine die. La tenue des élections provinciales et régionales à Madagascar, prévue cette année, passe à la trappe. Les territoriales ne figurent plus dans les priorités du gouvernement, selon une source bien informée.La Commission électorale nationale indépendante (CENI), prévoit de boucler la révision de la liste électorale et de l’encadrement juridique des élections au plus tard au mois d’avril 2018, soit six mois avant les présidentielles.De ce fait, l’organisation d’autres scrutins avant cette date n’est plus à l’ordre du jour. «Nous avons prévu une ligne de crédit pour 2017 sur l’organisation des provinciales et les régionales mais le gouvernement l’a effacée», confie un membre de la CENI. En effet, c’est le gouvernement qui est en charge de convoquer les électeurs trois mois avant le scrutin.Ainsi, les préparatifs du prochain cycle électoral se focalisent sur la présidentielle de 2018, et sur éventuellement les législatives. Pourtant, la Constitution prévoit l’élection au suffrage universel des chefs de l’exécutif et les membres de l’organe délibérant au niveau des provinces et des régions. Les élus issus de ces deux structures figurent parmi les grands électeurs votant les sénateurs. Toutefois, après les communales et les sénatoriales de 2015, la suite du cycle électoral est mis en sourdine.

Calendrier bien définiÀ l’issue du dialogue politique du gouvernement avec l’Union européenne en juillet 2016, le premier ministre a donné une période indicative sur la tenue du scrutin pour 2017. Il a, par ailleurs, déclaré que les provinciales et les régionales seront organisées dès que les conditions requises par la CENI seront réunies (…) notamment la révision du Code électoral. «Le gouvernement est prêt à soutenir la CENI dans toutes les démarches pour arriver à une élection crédible et transparente. Si toutes les conditions sont réunies, le gouvernement sera prêt à déterminer les dates des élections», a-t-il souligné après le dialogue politique avec l’Union Européenne tenue à Mahazoarivo le mois mars dernier.Toutefois, les dispositifs pris, aussi bien sur le plan technique que financier, infirme cette intention annoncée. En effet, au vu de la loi de finances 2017, la ligne de crédit relative à l’organisation des élections y est absente. Selon une proposition émanant du gouvernement, la date du premier tour du scrutin présidentiel devrait se tenir vers la fin du mois de septembre 2018 et le deuxiè­me tour se tiendra à la fin du mois de novembre 2018.

Mission de l’OIF

La communauté internationale se mobilise au regard des axes d’action du projet de soutien au cycle électoral. Une mission des experts électoraux de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) est attendue à Madagascar vers la moitié du mois de mai prochain. Un cadre de coopération sur les préparatifs des élections entre l’OIF et la commission nationale électorale indépendante (CENI) est en phase de préparation. Selon le communiqué diligenté par la CENI sorti hier, Maki Sarr, l’ambassadeur de l’OIF a rendu visite à Hery Rakotomanana, président de la CENI, mardi dernier. En effet, lors de cette brève rencontre entre les deux personnalités, l’occasion a été saisie pour discuter de l’ensemble des préparatifs des élections, dont le scrutin présidentiel prévu en 2018. Afin d’éviter des conflits postélectoraux, cette mission technique composée d’experts électoraux de l’OIF a pour but de voir avec la CENI, une plus-value. Tout en considérant les recommandations prévues par le projet Sacem (Soutien au cycle électoral à Madagascar). Ce même communiqué émanant de cette entité chargée des préparatifs des élections à Madagascar, évoque «une ouverture à l’égard de l’OIF».

Andry Rialintsalama et Juliano Randrianja

L'express de Madagascar7 partages

Nouvelle méthode

Les prémices du riz hybride ont été remises au président de la République, Hery Rajaonarimampianina, hier, au palais d’État d’Iavoloha. Selon le communiqué de la présidence, cet échan­tillon de riz hybride est le fruit d’une recherche en Chine depuis l’année 1960, issu d’une sélection variétale et d’un proces­sus de croisement. La productivité de cet espèce peut aller jusqu’à 12 à 16 tonnes par hectare. Hery Rajao­nari­mampianina projette une mise en place de zones pilotes pour la culture de cette nouvelle variété de riz dans quelques com­munes.

Madaplus.info6 partages

La plateforme SSM demande l’extradition de Claudine Razaimamonjy

L’affaire Claudine Razaimamonjy continue d’alimenter la presse malgache voire les presses étrangères. Ce sont les réactions des différentes entités après son "évasion" qui font surtout la une des journaux.
La plateforme Solidarité Syndicale de Madagascar hausse aussi le ton. Elle invite le gouvernement mauricien à faire le nécessaire pour l’extradition de la conseillère spéciale du président de la République malgache: « Nous réclamons qu’on prenne les mesures concernant l’extradition de la personne qui s’est soustraite frauduleusement de la prison et nous réitérons aux responsables étatiques, dont le gouvernement, de procéder a la demande d’extradition auprès de l’Etat mauricien de cette personne. Nous réclamons également l’ouverture de poursuite et la traduction devant la justice de toutes les personnes qui ont commis des rebellions et qui ont emmène des troubles devant le bureau du BIANCO dernièrement. Nous réclamons également l’exécution des décisions judiciaires qui concernent les syndicalistes… » Telles ont été les réclamations de cette plateforme, lors de la conférence de presse hier qu’elle a tenue.
Le Comité Nationale de l'Observation des Elections (KMF Cnoe) s’est aussi prononcé sur cette affaire à travers un communiqué dénonçant le fonctionnement du système étatique. Il se demande l’importance de cette affaire jusqu'à ce que le pouvoir exécutif ait à intervenir auprès du pouvoir judiciaire. KMF cnoe condamne la corruption et le non-respect de la loi.
Midi Madagasikara6 partages

Basket – Euroligue : Fenerbahçe et Gruda en finale

Avec Fenerbahçe, Sandrine Gruda a joué un mauvais tour à son ancien club Ekaterinbourg, champion en titre mais battu 70 à 61, pour rallier la finale de l’Euroligue dames de basket-ball, vendredi dans l’Oural.

L’intérieure des Bleus a compilé 5 points, 7 rebonds et 2 passes décisives, mais ce sont surtout ses partenaires américaines Jantel Lavender (21 points, 10 rebonds) et Candace Parker (4 pts, 15 rebonds) qui se sont illustrées pour renverser une situation mal engagée et déjouer les pronostics.

Ekaterinbourg menait à la pause (28-33) mais le puissant club russe, où Gruda à évolué de 2007 à 2016, a ensuite subi la furia du « Fener » qui est passé devant, a creusé l’écart (49-39) puis n’a plus lâché le morceau.

Gruda aura donc l’occasion de remporter une deuxième fois le trophée dimanche. Lauréate en 2013, elle était blessée lors de la finale 2016 remportée aussi par son ex-club.

Elle retrouvera peut-être face à elle Helena Ciak, sa partenaire en équipe de France. Dans la soirée, l’intérieure affrontait avec Koursk le club de Prague lors de l’autre demi-finale.

Madaplus.info3 partages

L'Equipe Madaplus vous souhaite de Joyeuses fêtes de Pâques!! et un bon week-end de la RNS à Poitiers


Comme chaque année la Rencontre Nationale Sportive (RNS) des malgaches se déroule durant le week-end pascal. Et cette année le lieu choisi est la ville de Poitiers. Que la fête soit belle!!
L'Equipe Madaplus vous souhaite de Joyeuses Pâques!!
L'express de Madagascar3 partages

Transport aérien – Inter’Iles Air interdit de vol à Madagascar

L’aviation civile malgache a suspendu les vols de la compagnie Inter’Iles Air à destination de Madagascar. La compagnie s’insurge face à cette décision.

La coupe est amère pour la compagnie Inter’Iles Air. L’aviation civile de Madagascar a décidé de suspendre tous les vols de cette compagnie comorienne à destination de Madagascar. La raison évoquée est une question de sureté. « En raison de non-conformités détectées en termes de sûreté d’exploitation, la compagnie Inter’Iles Air a été suspendue depuis deux semaines », a expliqué une source auprès de l’Aviation civile malgache.Devant cette situation, la défense de la compagnie était montée au créneau jeudi pour dénoncer ce qu’elle appelle « un abus de pouvoir des autorités malgaches ». « Depuis l’arrivée de l’appareil A 320 les autorités de l’aviation civile malgache ont commencé à chercher à lui poser problème en réclamant des documents qui sont du ressort des Comores. La société est victime d’abus de pouvoir. Il y a ingérence excessive et injuste et de la puissance publique qui impose à la compagnie Inter’Ile Air des documents injustifiés », a déclaré Said Larifou, avocat de la compagnie.

Exigence justifiéeCette déclaration de Inter’Iles Air a eu des échos jusqu’aux Comores. « Il est tout à fait normal et rationnel que l’aviation civile malgache protège son espace aérien et sa souveraineté. Il est tout à fait normal qu’elle questionne n’importe quelle compagnie aérienne ou demande des informations complémentaires. L’article 1 de la convention de Chicago stipule que les États sont souverains de leur espace aérien. L’ACM peut exiger le respect des exigences de son règlement, différent du nôtre », réplique pour sa part l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie des Comores.La décision de l’aviation civile malgache a été mise à exécution le samedi 8 avril. Malgré cela, l’aviation civile annonce qu’elle a pris une décision exceptionnelle pour évacuer les passagers en souffrance. « Une autorisation spéciale a été néanmoins octroyée à la compagnie afin qu’elle puisse évacuer les passagers en souffrance. Des dispositions ont été prisesafin de garantir la sûreté opérationnelle de ce vol », a fait savoir notre source auprès de l’ACM.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara3 partages

Handball – Sommet national cadets et juniors : L’ASS dans deux finales masculines !

Les championnats de Madagascar des jeunes garçons  aborderont la phase des finales ce jour au Gymnase d’Ankorondrano. L’Association sportive solidarité (ASS) d’Atsimo Andrefana s’est  qualifiée pour le tableau final de la catégorie cadette masculine et celle des juniors garçons. Les résultats des demi-finales disputées hier n’étaient qu’une simple formalité. Chez les juniors, les Tuléarois se sont imposés sur le score net de 37 à 32 devant Tilty. Ce jour, ils affronteront la formation de Toliara du Groupe Siteny. Un adversaire de taille qui a éliminé l’ASCAF en demi-finale (31-23). Cette  finale cent pour cent Toliara promet des étincelles ce jour. Chez les cadets, la finale verra la confrontation entre l’équipe de l’ASS et celle de l’ASRB. L’ASS a disposé la formation du Tam par 29 à 24 alors que l’ASRB a défait logiquement l’ASCIM par 24 à 19. Dans les hostilités féminines, les handballeuses d’Ihorombe dictent aussi leur loi. Les cadettes de l’ASE, tenantes du titre sont qualifiées  pour la finale. En cadette, on retrouvera donc la finale cent pour cent Ihorombe : HBCI- ASE.

Les résultats des demi-finales

 Cadettes

 -HBCI (18)-HBCB 119 (05).

 -ASE (12)-Zanakala (8).

Cadets

 -ASRB (24)- Ascim (19).

 -ASS (29)-Tam (24).

 Juniors garçons

 –GRP Siteny (31)-ASCAF (23)

-ASS (37)-Tilty (32)

Programme des finalesSamedi 15 avril

10h00 Cadettes : HBCI (Ihorombe) contre ASE (Ihorombe).11h30 Cadets: ASS (Atsimo-Andrefana) contre ASRB (Boeny).14h00 Juniors F : ASE (Ihorombe) contre HCJB (Boeny).15h30 Juniors G: GROUPE SITENY (Atsimo-Andrefana) contre ASS (Atsimo Andrefana).

T.H

Madagate3 partages

Claudine Razaimamonjy. Nitsangana ny «Plateforme Solidarité syndicale de Madagascar»

Photos: Haja Randria - www.madagate.org

Madagate2 partages

Pâques 2017. Un message d'espérance émanant du Canada

Lors de la veillée pascale, nous célébrons la lumière du Christ que nous portons, pleins d'espoir, dans un monde plongé dans l'obscurité et l'incertitude. Dans l'ombre du massacre de Sainte-Foy en janvier dernier, dans un contexte de tensions croissantes entre les puissances nucléaires et de réfugiés en quête d'asile, l'invocation de l'espérance semble prématurée à certains et dangereusement naïve à d'autres. À un niveau plus personnel, en cette fête de Pâques, le moral de certains est peut-être sapé par la maladie, le deuil, la rupture familiale, les dépendances, ou le chômage. Lorsque l'espérance commence à disparaître, la peur prend le dessus et nous perdons la paix.

La fête de Pâques est censée nous laisser un sentiment très différent du présent et du futur. Elle nous offre une réalité pleine de joie. Pâques proclame que la peur, la terreur et la mort ne sont pas la fin de l'histoire. Ainsi, les prières de la veillée pascale sont porteuses d'une confiance sans équivoque: « Nous allons donc commémorer ensemble la Pâque du Seigneur en écoutant sa parole et en célébrant ses sacrements, dans l'espérance d'avoir part à son triomphe sur la mort et de vivre avec lui pour toujours en Dieu. » (Missel romain: Bénédiction du feu et préparation du cierge pascal).

Lorsque la vie nous a déçus ou lorsque les luttes ne cessent de se succéder, nous pouvons trouver difficile de croire en la victoire du Seigneur. Telle est la réalité pour plusieurs d'entre nous, même pour ceux qui se sont consacrés inlassablement à l'amour de Dieu et de leur prochain. C'est à cela que les écrits intimes de Sainte Mère Teresa nous donnent à réfléchir. Pour certains, la perte de l'espérance peut même entraîner de l'amertume ou le sentiment d'avoir été trahi par Dieu.

Comme lorsque la trompette retentit, Pâques interrompt cette spirale descendante avec des paroles inattendues: « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts » (Luc 24,5). Cette question paradoxale a été posée aux trois femmes qui sont arrivées devant le tombeau vide à l'aube du premier jour de la semaine. Ce qu'elles ont découvert n'aurait pas pu être prévu par les cycles naturels de la vie; car de même que la vieillesse n'est pas suivie par la jeunesse, ainsi la mort de Jésus ne pouvait-elle pas être naturellement suivie par la vie.

Mais il n'y a rien de naturel dans la Résurrection. C'est un événement qui bouleverse et renverse le temps et la nature. La Résurrection n'est possible qu'en tant qu'acte divin; et comme tous les actes divins, elle est un moment de prise de conscience pour chacun de nous, nous rappelant que Dieu qui ressuscite les morts est plus réel, plus puissant que toute crise ou tout échec que nous pouvons rencontrer.

Pour nous tous devant le tombeau vide, quelques soient les circonstances, il y a une espérance insondable. Il y a de l'espérance pour ceux qui se trouvent dans les périphéries de la société; de l'espérance pour les gouvernements et leurs dirigeants; de l'espérance pour l'Église en ce temps de purification et de renouveau, et de l'espérance pour vous comme pour moi dans nos efforts vers la sainteté (Jérémie 29,11).

En cette fête de Pâques, alors que nos cœurs sont allumés par l'insatiable feu de l'amour de Dieu, il nous est demandé de nous confier à l'amour du Christ tandis que nous plaçons notre espérance dans le pouvoir divin qui « chasse les crimes et lave les fautes, rend l'innocence aux coupables et l'allégresse aux affligés, dissipe la haine, dispose l'amitié et soumet toute puissance. » (Missel romain, Exultet, forme longue).

Je tiens à adresser mes prières et bénédictions à chacun et chacune d'entre vous, pour que votre temps pascal soit rempli d'espérance.

Mgr Douglas Crosby, OMIÉvêque de HamiltonPrésident de la Conférence des évêques catholiques du Canada

Pâques 2017

Madagate2 partages

Océan Indien. Programme CRIMARIO: promotion de la connaissance de la situation maritime

Olivier BEZIER, ancien officier supérieur de marine et de gendarmerie

Le programme CRIMARIO (Critical Maritime Routes Indian Ocean) est un projet de l’Union européenne pour quatre ans (2015-2018), mis en œuvre par le projet Expertise France. CRIMARIO s’est fixé comme dessein de promouvoir la connaissance de la situation maritime dans l’océan Indien.

Etant donné la résurgence de la piraterie, l’objectif principal consiste à sécuriser les routes maritimes entre l’Asie et l’Europe, à savoir: celle qui emprunte le canal de Suez via la Mer Rouge et celle qui passe par Capetown. De tel acte est conforme à l’Accord régional de Djibouti en 2009. Pour ce faire, CRIMARIO, avec le soutien de CRFIM (Centre Régional de Fusion des Informations Maritimes) a doté Madagascar et les Comores d’un pool de formateurs en visualisation des données maritimes. Ils ont suivi un parcours pédagogique intensif du 20 mars au 7 avril dans la capitale malgache.

Au terme de la formation, ils ont acquis la capacité de mieux maitriser tout ce qui se passe à la mer comme les exportations illégales, le transport de matières dangereuses… Ils auront pour tâche permanente de promouvoir le partage d’informations en matière de sûreté et de sécurité entre les États maritimes de l’océan Indien. La criminalité étant interrégionale, il faut que les pays se parlent entre eux.

Cette intervention de CRIMARIO coordonnée par le Contre-amiral français Georges BOSSELUT est matérialisée par deux grands axes :

-La formation, assumée par le Français Olivier BEZIER

-L’aide technique, dirigée par le Britannique Dave NATTMASS

Le progrès de la science et de la technologie a donné naissance à d’instrument de navigation autre que le GPS, à l’instar de l’AIS ou Automatic Identification System. L’AIS permet aux navires de la marine marchande de donner leur position en permanence.

CRIMARIO a réservé pour Madagascar et les Comores un cursus de visualisation des données d’intérêts maritimes de manière à être claire. Aussi, Comoriens et Malgaches ont participé de leur côté quatre séminaires. Par ailleurs, trois séminaires communs sont organisés à Madagascar avec des exemples basiques sur fiche.

Au tout début, il y avait 46 postulants (23 Malgaches et 23 Comoriens). Après une série de tests et d’examen, bon nombre d’entre eux ont désisté pour une présélection en niveau 1 et 2. Les 12 stagiaires restants, (sept Malgaches et cinq Comoriens) ont pu continuer jusqu’au bout la formation pour devenir formateurs certifiés en visualisation des données.

Propos recueillis par Razaka Oliva

News Mada2 partages

Solidarité syndicale : l’extradition de Razaimamonjy réclamée

Il semblerait que Claudine Razaimamonjy soit encore retenue par le gouvernement mauricien, mais pour combien de temps ? De ce fait, la plateforme «Solidarité syndicale de Madagascar» (SSM) réclame de vive voix l’extradition de Claudine Razaimamonjy. Une décision qui revient à l’Etat.

«Nous demandons au gouvernement malgache d’entamer la procédure d’extradition auprès du gouvernement mauricien», a indiqué le porte-parole de la SSM, Claude Raharovoatra, hier à la Cour suprême Anosy.

Les déclarations ne cessent donc de se multiplier après la fameuse évacuation sanitaire de la conseillère spéciale du président, Claudine Razaimamonjy. Elles risquent d’ailleurs de se poursuivre tant que les doutes sur cette affaire ne soient chassés. Société civile, communauté internationale et maintenant les syndicalistes réclament la poursuite de l’affaire. En effet, ce soi-disant malaise nécessitant une évacuation relève d’une mascarade selon les critiques. On n’hésite même pas à parler d’une évasion organisée.

Retenu par le gouvernement mauricien !

«Selon des sources officieuses, il semblerait que le gouvernement mauricien empêcherait Claudine Razaimamonjy de quitter l’île à moins qu’elle ne revienne à Madagascar», a indiqué la présidente du Syndicat des magistrats (SMM), Fanirisoa Ernaivo. La requête du gouvernement malgache est alors fortement attendue étant donné que Maurice ne pourra retenir l’opératrice économique éternellement sans raison.

Les complices

D’autre part, la solidarité syndicale réclame également la poursuite de toutes les personnes impliquées dans l’évacuation douteuse de Claudine Razaimamonjy et qu’une enquête soit ouverte dans le dessein de traduire les responsables en justice. Cela, sans oublier tous ceux qui ont causé des troubles au siège du Bianco Ambohibao durant l’enquête de la conseillère de la présidence.

Notons que cette plateforme regroupe plusieurs syndicats dont celui des magistrats, des pénitenciers, des enseignants, des douanes ou encore du personnel de la Commune urbaine d’Antananarivo. Profitant de cette rencontre, la SSM demande également l’application des décisions de justice pour que certains employés puissent à nouveau rejoindre leur poste.

Tahina Navalona

 

News Mada2 partages

Festival Libertalia 2017 : « Miray miady amin’ny Sida »

Mivelatra any anivon’ny fiarahamonina fa tsy mijanona eo amin’ny tontolon’ny mozika fotsiny. Tsy tahaka ny nahazatra hatramin’izay fa nasiana lohahevitra ny hetsika Festival Libertalia, andiany fahefatra amin’ity taona ity : « Miray miady amin’ny Sida ». Amin’ny alalan’ny fampisehoana an-tsehatra kosa ny hisarihana ny olon-drehetra indrindra fa ny tanora hanatanteraka fitiliana ny tsimokaretina VIH/Sida mandritra ity hetsika ity. Festival Libertalia 2017, tanterahina ny 28 avrily ka hatramin’ny 30 avrily eo anoloan’ny Garan’i Soarano.

Hanafana ny sehatra, mpanakanto malagasy sy vahiny mahatratra 19 (The Dizzy Brains, The Inspector Cluzo, Jaojoby, Samoela, Ko Ko Mo, Tsiliva, Minah, Silo Mounawar, Teta, Voots, Christelle, Now Mady, Da Flesh, Hans Nayna, Behind The Mask, Basy Gasy, Saramba, Edgard, Mem’s Family).

Ny 27 avrily amin’ny 8 ora alina, eny amin’ny Buffet du Jardin, hanome andran-tsira ho an’ny mpitia zavakanto i Edgard Ravahatra. Hiaraka amin’ny « album » vaovao ity mpanakanto manana ny maha izy azy ity amin’io fotoana io.

HaRy Razafindrakoto

 

L'express de Madagascar2 partages

Antsiranana – Le deuxième Festival des Réserves marines se prépare

Le site d’Ambodivahibe dans le  district d’Antsiranana-II est une aire protégée de 40 000 hectares. Elle représente d’importants enjeux écologiques et économiques dans la  région.

Sanctuaire d’une faune et d’une flore très riches, les coraux de la réserve marine d’Ambodivahibe abritent à eux seuls près de 270 espèces d’animaux des récifs, hormis les près de 260 autres espèces animales, répertoriées dans la baie et  ses dédales de mangrove.Face aux objectifs de gestion de l’aire protégée marine de promouvoir le développement local, le comité de gestion Mitafa (Mitantana ny tontolo iainana an-dranomasina amin’ny faritra kobabiana Ambodivahibe) et ses unités locales de gestion, sont actuellement dans la phase de développement des activités et manifestations pour favoriser l’autofinancement du site. D’où la conception du « Festival des Réserves marines d’Ambodivahibe » en 2016. Cette année, l’évènement en est à sa  deuxième édition et des activités socioculturelles seront organisées pour le marquer. Il est  placé sous le thème « Fari-dranomasigny voakobaby antoky ny toekarena manga ».

Un pêcheur de poulpes,fier de sa capture.

Durant les réunions préparatoires, le comité d’organisation, dénommé Cofera  ou Comité d’organisation du Festival des Réserves marines d’Ambodivahibe a précisé que l’évènement d’Ambodivahibe a plusieurs objectifs. Le premier consiste à sensibiliser la population locale sur la culture d’utilisation durable des ressources naturelles marines. Le second est de promouvoir et de développer la réserve marine d’Ambodivahibe dans l’écotourisme pour répondre au développement et à la valorisation de la culture au niveau du site. Et le troisième veut intensifier l’approche « Réserve marine » dans la région Diana qui vise la production bleue. À noter que Cofera est composé d’une plateforme Mitafa, Conservation International Madagascar, du ministère des Ressources halieutiques et de la pêche.En outre, le Comité opte pour l’obtention de nouvelles sources financières durables pour la gestion du site et le développement local, sans oublier le renforcement  du   système de communication qui véhicule le concept de l’économie bleue par le biais de la production et le tourisme.  Toutes les festivités se dérouleront dans la ville d’Antsiranana et dans le village d’Ambavarano, dans la commune rurale de  Mahavanona, district d’Antsiranana-II, du 19 au 22 avril. La célébration  sera animée par différentes manifestations sportives et culturelles, à savoir carnaval, théâtre, radio crochet, cyclisme, beach soccer, natation, sensibilisation communautaire, expositions et autres animations culturelles comme kawitry, vakodrazana, trotrobe, morengy, bal.Cependant, pour mener à bien le festival, le comité d’organisation impliquera toutes les parties prenantes avant, pendant et après le festival.

Après la pêche faite par les hommes, c’est au tour des femmes de vendreles poulpes appelées «horita» sur le marché local.

Économie bleueTout  débutera par une conférence-débat qui se tiendra dans la salle de réunion de la commune urbaine d’Antsiranana, dont le thème sera focalisé sur « La gestion locale de pêche et la promotion de l’économie bleue au niveau régional ». Le lendemain, un grand carnaval sillonnera certaines artères de la ville, avant de rejoindre la plage d’Ampodrafeta. C’est là que seront organisées des animations sportives, telles que Beach soccer et cyclisme. C’est là également que se fera l’inauguration des stands et se tiendra le déjeuner. Outre la partie officielle et la remise des lots, le gala morengy et  une soirée dansante animée par le groupe Janga Ratah clôtureront cette deuxième édition du Festival des réserves marines d’AmbodivahibeSi l’on revient sur les objectifs du Festival, les résultats attendus à l’issue de ces manifestations seront que la population acquière un esprit et une culture de préservation et de production durable. Que les activités touristiques confirmées contribuent au développement socioculturel local. Et que  l’approche réserve marine soit vulgarisée et bien développée sur toutes les zones marines et côtières de la région Diana.« Que le comité de gestion Mitafa ait  l’idée d’une source auto-financière durable pour assurer les activités de conservation et de développement local », conclut un des responsables de Conservation International de Madagascar, lors de la dernière réunion préparatoire.

Textes : RaheriniainaPhotos : Archives de l’Express de Madagascar

L'express de Madagascar2 partages

Taolagnaro – Un projet sur la résilience en vue

Trois régions du Sud, l’Anosy, Androy et l’Atsimo-Andrefana vont bénéficier d’un projet sur l’agriculture, l’élevage, la pêche et l’environnement ainsi que sur l’amélioration de l’accès à l’eau potable. Dans ce cadre, une réunion d’analyse de la vulnérabilité et d’adaptation aux changements climatiques dans le secteur de l’eau a été réalisée avant-hier dans les bureaux de la région Anosy. Une délégation menée par le chargé de programme du PNUD Madagascar, responsable du volet environnemental, est venue dans la cité dauphine afin de présenter le nouveau projet.« Il s’agit d’une étude préliminaire en vue de l’élaboration du concept qui sera présenté très prochainement au responsable du Fonds vert pour le climat. Ce projet de 45 millions de dollars rentre dans le cadre du plan de relèvement et de résilience, fruit de l’atelier réalisé par l’État et tous les partenaires et bailleurs classiques », explique Tanjaniaina Juliot, chef de la région Anosy.

Moïse fanomezantsoa

News Mada1 partages

Monde Rural : promotion du regroupement par filière

Servir de modèle de référence pour ses pairs. Telle est l’ ambition de l’association pour le développement des paysans (Fifata) rassemblant 220.000 adhérents. Les organismes et réseaux d’acteurs en milieu rural rattachés se regroupent par filière. Chaque acteur sera formé professionnellement à travers des appuis techniques. Il s’agit surtout de renforcement des compétences en matière de gestion pour leur permettre à terme de bénéficier d’une autonomie financière.

En effet, le regroupement des paysans producteurs devrait faciliter leur accès à des formations sur la technique de production améliorée ainsi que la recherche de débouchés. Il s’agit entre autres d’adopter le système de ventes groupées qui consiste à écouler les produits de la même filière par l’intermédiaire des représentants au niveau des marchés.

Pour les cinq prochaines années, la Fifata ambitionne de réaliser de nouvelles activités via des stratégies de développement social et économique à l’ intention de chaque membre de l’association. Ceci faisant suite à la continuité des actions de vulgarisation de l’agriculture familiale professionnalisée.

Arh.

 

News Mada1 partages

Anjavidy : Ode à la littérature malgache

Le rendez-vous poétique mensuel de Faribolana Sandratra mettra sous les feux de la rampe le duo Zo Sitrakiniavo et Tsy Avahana, cet après-midi au CGM Analakely.

Deux jeunes plumes unies par l’amitié et notamment, la passion intarissable pour la poésie, Zo Sitrakiniavo et Tsy Avahana vont clamer, haut et fort, la richesse et la diversité de la littérature malgache le temps d’un récital de poèmes baptisé «Anjavidy».

«Anjavidy fait tout d’abord référence à une plante, facilement inflammable,  pour le chauffage domestique. De surcroît, déclarer sa flamme pour la poésie, c’est également un mot-valise. Anja reflète la beauté et Vidy, la valeur d’une chose», argumente Zo Sitrakiniavo. Comme à l’accoutumée, ce récital sera accompagné d’une présentation de recueil de poèmes éponyme. Fort de ses 110 pages, ce livre renferme plus de 90 poèmes et est enrichi d’une très belle illustration  de Rojo Fanahy.

«Notre style d’écriture et les thèmes abordés sont très différents mais tout aussi complémentaires. C’est en quelque sorte deux charges électriques positive et négative qui s’attirent mutuellement», poursuit-il.

Le rendez-vous que les deux poètes fixent cet après-midi au CGM Analakely n’est que l’avant- première. Dans le cadre des activités d’éveil et de promotion de la littérature malgache, ils ambitionnent de faire voyager leurs écrits aux quatre coins de la Grande île par le biais de l’événement «Soradia, Tononkalo mitety Vazantany», qui a déjà sillonné la cité des Fleurs au mois de mars dernier.

Joachin Michaël

 

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : circulaire au sujet des droits d’usage des indigènes (2)

(Suite et fin.)

Plusieurs d’entre vous se sont préoccupés de savoir si

les usagers ont le droit soit de vendre comme bois de chauffage, ou sous forme de charbon, les déchets provenant des bois exploités, pour leur usage personnel, soit de fabriquer avec ces déchets des manches d’outils et autres menus objets en vue

de la vente.

Il est certain que de pareilles pratiques s’écartent déjà – hors le cas de cantonnement et d’attribution territoriale – des dispositions très précises de l’article 62 du décret et que toute tolérance en cette matière peut donner lieu, comme cela s’est déjà produit, à de graves abus.

Toutefois, il peut se faire que dans certains cas il soit difficile de priver brusquement les populations forestières, généralement assez pauvres, de ces petits profits qu’elles réalisent communément sans intermédiaires sur les marchés voisins.

En tout état de cause, il vous appartiendra de juger si les nécessités politiques ou économiques justifient le maintien d’une pareille tolérance qui en aucun cas ne devra revêtir le caractère d’une véritable spéculation.

Je vous prie de tenir le plus grand compte des présentes instructions et de m’en accuser réception.

Garbit.

Avis relatif aux commandes de métaux cuivreux et ferreux

Par câblogramme du 31 mars 1917, le Ministre des colonies a avisé le Gouvernement de la Colonie qu’en raison des besoins constants de la défense nationale la commission des métaux qui fonctionne en France ne donnera dorénavant suite qu’aux commandes de métaux cuivreux et ferreux intéressant directement la défense nationale.

Cette commission arrêtera chaque mois le contingent à allouer à chaque département ministériel.

Les industriels et commerçants de l’île sont donc invités à faire connaître d’urgence au Gouverneur Général leurs besoins calculés pour six mois.

Leurs demandes seront transmises, après enquête, au ministère des colonies.

Le Gouverneur Général, étant donné le nouveau mode de procéder adopté pour la sortie de ces matériaux de France, invite les personnes que cette question intéresse à envisager dès maintenant la possibilité de confier directement à l’Amérique ou au Japon l’exécution de leurs commandes.

Journal officiel de Madagascar et Dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

L'express de Madagascar1 partages

Week-End pascal – Ruée des vacanciers vers l’Est

La partie Est de la Grande île intéresse les riverains, en ce week-end pascal. Les hôtels et les taxis-brousse affichent plein.

Pris d’assaut ! Il est désormais difficile de réserver une chambre d’hôtel dans la partie Est de la Grande île, notamment à Foulpointe, en ce week-end pascal. « Toutes les chambres sont pleines, depuis cet après-midi. Elles ne seront libres que mercredi », rapporte Rody, responsable de l’hôtel Le Lagon à Foulpointe, dans la région Est. Cet hôtelier remarque une augmentation des vacanciers, par rapport à l’année dernière. « Certains sont venus en groupe », dit-il. Presque tous les hôtels de Foulpointe affichent complet, actuellement. À Ambila Lemaitso, les vacanciers commencent à envahir les plages. Toutefois, quelques hôtels disposent encore de quelques chambres libres, pour ceux qui ne sont pas encore décidés sur leur destination.Plusieurs personnes courent ainsi sur les plages de l’Est, pour se détendre. La course est dure dès le départ au stationnement de la zone nationale à Ambodivona, pour ceux qui n’ont pas de véhicule. « Il n’y a plus de place, si vous ne réservez que maintenant. Même pour demain (ndlr : ce jour), cela va être difficile », explique Moise Andria­narahana, responsable de la coopérative Kofmad, reliant Antananarivo à Toamasina. Cette coopérative enregistre six départs par jour, contre deux, en temps normal. Par ailleurs, Toamasina et Foulpointe figurent parmi les destinations principales des 650 autorisations spéciales délivrées par l’Agence de transport terrestre (ATT), jusqu’à hier.

ProfitHôteliers, transporteurs, commerçants, et tous ceux qui ont des activités en rapport avec les vacances, profitent de ce week-end pascal, pour enregistrer des bénéfices. « Tous les prix vont augmenter pendant les fêtes, que ce soit le tarif des plats, du transport, des petits souvenirs, des chambres d’hôtel, car c’est l’un des rares moments, à part les grandes vacances, où nous réalisons nos bénéfices », explique Laurencia Randrian­tsoa, une hôtelière à Foul­pointe. Dans ce village très fréquenté par les vacanciers, par exemple, passer une nuitée dans un hôtel au bord de la plage, coûte 100 000 ariary, si en temps normal, ce tarif ne dépasse pas les 80 000 ariary. Et le coût du voyage Antana­narivo-Toamasina s’élève à 20 000 ariary, contre 15 000 ariary, pendant les jours ouvrables.Chaque année, Toama­sina, principalement Foul­pointe, est noir de monde, pendant les fêtes pascales. Le président du conseil d’Admi­nistration de l’office régional du tourisme à Tamatave, Joseph Volamena, soulève toutefois la hausse de l’insécurité dans cette partie de la Grande île dont l’impact pourra engendrer la baisse des touristes.

Antsirabe très fréquenté

Comme chaque année, Antsirabe accueille plusieurs vacanciers, en ce week-end pascal. L’évènement THB Tour, organisé dans la Ville d’Eaux du samedi au lundi, attire beaucoup de monde. Les hôtels ont enregistré 90 % du taux de remplissage, hier, selon le rapport de l’office régional du Tourisme à Vakinankaratra. Ce taux atteindra certainement les 100 %, ce week-end.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy – La société civile interpelle les autorités

De nombreuses organisations de la société civile réclament une action des autorités pour faire revenir Claudine Razaimamonjy à Madagascar.

À l’unisson. La plateforme Solidarité des syndicats de Madagascar (SSM) monte aux créneaux pour exiger la prise de responsabilité du gouvernement sur l’affaire Claudine Razaimamonjy et d’autres revendications syndicales lors d’une conférence de presse organisée hier à Anosy.Composé essentiellement des mouvements syndicaux au sein de l’admi­nistration publique, cette plateforme rassemble des magistrats, enseignants, agent pénitencier, douaniers, géomètres et plusieurs autres corps et de groupements.Dans une déclaration commune, la SSM s’est exprimé sur l’absence de réaction du gouvernement concernant le «voyage» de la conseillère auprès de la Présidence à l’Île Maurice. Ainsi, cette plateforme « exige une décision du gouvernement à demander l’extradition de Claudine Razaimamonjy aux autorités mauriciennes ». Une situation qui peine à évoluer car les autorités malgaches n’ont pas encore formulé cette demande à leur homologue mauricienne.

Dénoncer l’impunité.Depuis quelques jours, les déclarations de soutien au Bianco fusent, et le SSM n’est pas en reste à l’instar des diplomates,  des partis politiques, des syndicats et des organisations de la société civile. Ainsi, en plus de la dénonciation des intimidations et pressions perpetrées à l’endroit de cet organe de lutte contre la corruption, la SSM évoque dans sa déclaration son « soutien  au  Bianco et le SMM pour leurs efforts dans l’instauration de l’État de droit ». Dans la même foulée, elle réclame l’ouverture d’enquêtes et de poursuites vis à vis de tous les auteurs, co-auteurs et complices qui ont permis à la patronne de l’AC Hôtel de quitter sereinement le pays le lundi 10 avril au petit matin.Les syndicats ne sont pas les seuls à réclamer des réactions officielles dans l’affaire Claudine Razai­ma­monjy. Hier, le mouvement de jeunes activistes, Wake Up Madagascar (WUM), s’est déplacé devant le Palais de justice pour réclamer le « rapatriement » de Claudine Razaimamonjy et pour dénoncer l’impunité. D’autres coalitions d’organisations de la société civile partagent les mêmes préoccupations que la SSM ou le WUM. Dans un communiqué, le mouvement Rohy, plateforme regroupant une trentaine d’ONG et d’associations, l’organisation Ivorary, le Syndicat des avocats de Madagascar et  Transparency international Initiative Madagascar prônent la « solidarité pour la protection de la lutte contre la corruption et des institutions de la République et poour la recrédibilisation de la Justice ».En plus de condamner les intimidations, d’appeler à l’ouverture d’enquêtes, et au suivi de l’affaire Claudine Razaimamonjy, les signataires de ce communiqué  appellent à la « mise en place d’un espace de débat et d’échanges entre les différentes parties concernées afin que les informations partagées aux citoyens reflètent les faits véritables. »

Passage à la case prison

Lors de la conférence de presse de la plateforme SSM, le  syndicat des agents pénitentiaires a repondu  aux allégations de la police de l’air et des frontières (PAF) d’avant-hier sur la légalité des pièces justifiant l’évacuation sanitaire de Claudine Razaimamonjy. Ainsi, César Diderot Realy, président de ce syndicat a  souligné que « tout individu placé sous mandat de dépôt, malade ou en bonne santé, doit passer par le premier responsable de la maison carcérale. Seul le médecin de la maison carcérale est habilité à juger de l’état de santé des prévenus», alimentant les polémiques sur l’évacuation ou l’évasion du célèbre opérateur économique.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar1 partages

Météo – Des pluies abon­dantes ce lundi

Le régime d’alizé s’affaiblit. Ceux qui envisagent de sortir le lundi de Pâques, devront se munir d’un parapluie. Des averses orageuses sont prévues à la fin de l’après-midi et le soir de ce deuxième jour des fêtes de Pâques, à cause de l’instabilité de l’atmosphère.« 70 % de l’Ile bénéficieront des précipitations, à part les régions de Sofia et d’Alaotra Mangoro qui seront sèches. Ces pluies seront abondantes, mais ne présentent pas de danger », explique Rivo Randria­narisoa, chef prévisionniste du service de la Prévision  météorologique à Ampan­drianomby, hier.Le temps ne sera pas clément pour l’Est. Des pluies faibles arroseront les côtes Est de Madagascar, dès la matinée du samedi et persisteront jusqu’au dimanche.Une hausse de température est, par ailleurs, enregistrée pendant cette fin de semaine. La minimale sera de 15°C et la maximale, de 26°C, pour Antananarivo, pendant ce week-end pascal, si mercredi la température maximale a baissé jusqu’à 22°C, suite au régime d’alizé qui a régi le climat, cette semaine. À Toamasina, la température sera comprise entre 24°C et 31°C.

M.R.

L'express de Madagascar1 partages

Salon ITM – La Chine comme invitée de marque

Clin d’œil aux touristes Chinois. La Chine sera l’invitée de marque de la sixième édition du salon  Interna­tional Tourism Fair Mada­gascar (ITM). L’évènement se tiendra du 08 au 11 juin 2017 au Village Voara (ex-Francophonie) à Andoha­tapenaka. Le but des organisateurs, l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) et du ministère du Tourisme, est d’attirer le plus grand nombre de touristes chinois à choisir la destination Madagascar.Réputés comme étant de grands voyageurs, amateurs de luxe et dépensiers, les touristes de l’Empire du milieu  représentent une grande potentialité pour le secteur tourisme, et sont très convoités. Les touristes chinois ont dépensé, en 2014, la somme de 140 milliards de dollars dans le monde, dont plus de la moitié en achats de souvenirs.Depuis sa première édition, le salon ITM est un vecteur de promotion de la destination Madagascar. Actuellement, les préparatifs sont en bonne voie et les espaces se remplissent rapidement. Le taux de remplissage des stands du côté « Village tourisme » est à 81 %.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Alaotra-Mangoro – Les opérateurs touristiques en réunion avec les autorités

Les acteurs du tourisme à Ambatondrazaka sont sensibilisés sur plusieurs points. La loi en vigueur leur a été expliquée en détail.

Développement  durable, développement du tourisme et sécurité interdépendants. C’est autour de ce thème qu’une rencontre avec les opérateurs touristiques a été organisée récemment par la direction régionale du Tourisme, à Ambaton­drazaka. Les responsables ont explicité aux acteurs présents la loi en vigueur relative au secteur, les missions du ministère et de l’Office du Tourisme qui est chargé de la promotion de la destination régionale.C’était également une opportunité pour sensibiliser les opérateurs à la formalisation de leurs activités selon le Code du Tourisme et ses décrets d’application, et les lois relatives aux activités commerciales, car le tourisme est une activité exportatrice de services. Les opérateurs présents se sont plaints des problèmes liés à la sécurité, à la baisse du nombre des visiteurs dans le nord de la région Alaotra-Mangoro. Ils ont admis qu’ils subissent les mesures prises.De leur côté, les responsables étatiques présents ont expliqué qu’ils doivent suivre les résolutions et rester  vigilants concernant les visiteurs qui, pour diverses raisons, se réfugient dans les établissements d’hébergement.Par la suite, une bonne sensibilisation sur la lutte contre les fléaux touristiques a été faite à l’intention des hôteliers et des responsables de salles de karaoké, par la directrice régionale du Tourisme. La nécessité d’une bonne coopération entre tous les acteurs a été rappelée pour obtenir une gestion harmonieuse et durable. Et ce, par la protection des ressources, naturelles et culturelles, dont dispose la zone concernée. Une formation des guides touristiques se tiendra à Ambatondrazaka à partir du 17 avril, afin d’améliorer les offres touristiques et de pallier le chômage des jeunes.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar1 partages

Festival – Sixième édition pour Arondihy

Le festival de danse « Arondihy » laisse place au spectacle. Ce samedi 29 avril, trois compagnies de danse se produiront à l’AFT.

Rendez-vous incontournable pour tous les passionnés de danse de la Grande île, notamment les férus de danse traditionnelle, le festival « Arondihy» revient une nouvelle fois enchanter la scène culturelle de la ville des Mille. À l’occasion, rendez-vous est donné ce 29 avril, à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) à partir de 14 heures, pour un après-midi festif et rythmé. Un festival de danse mettant en avant la culture malgache et ses valeurs traditionnelles, voilà ce qu’est Arondihy. Des pièces chorégraphiques inédites, sublimées par une mise en scène d’exception, c’est ce que Lamako Events, initiateur du festival promet au public.Comme à l’accoutumée, c’est surtout à l’AFT, l’un de ses fidèles partenaires que le spectacle sera au rendez-vous. Tel un charmant attroupement de danseurs haut en couleurs, « Arondihy » émerveillera un public de toutes les générations. À l’occasion, les danses issues des différentes régions de Madagascar seront particulièrement mises en avant. Une belle épopée chorégraphique à travers tout le pays est ainsi à vivre et à savourer sur la scène extérieure de l’AFT à Andavamamba.Comme chaque année, ce festival de danses multidisciplinaires mise sur la diversité culturelle avec la participation de plusieurs groupes de danse, à savoir des danseurs traditionnels, modernes, urbains ou contemporains. Au programme, on retrouvera entre autres la troupe Sahy de Toamasina ainsi que la Compagnie Moustik d’Antananarivo, un groupe de danse à réputation d’envergures de la capitale, qui sera suivi de la traditionnelle pièce « Daholobe » qui clôturera cette manifestation.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Rencontre entre le fisc et les transporteurs

L’administration fiscale a rencontré les acteurs du secteur transport public du pays à Anosy. C’était une occasion pour le fisc d’expliquer les différentes dispositions fiscales appliquées dans ce secteur. Il s’agit, entre autre, de l’impôt synthétique, pour ceux qui réalisentun chiffre d’affaires annuel de moins de 20 millions ariary. Ceux qui arrivent à faire un chiffre d’affaires entre 20 millions ariary et 200 millions ariary sont concernés par l’impôt sur le revenu. Le problème de comptage de siège dans la carte grise est aussi évoqué. Par ailleurs, les transporteurs ont émis leur souhait d’un report de date de paiement de l’impôt synthétique au 15 mai au lieu de 31 mars.

L'express de Madagascar1 partages

Les femmes entre­pre­neures à l’honneur

La 12ème édition de la Foire internationale de Madagascar (FIM) mettra à l’honneur les femmes entrepreneures. De ce fait, elles seront le deuxième focus de l’évènement après la France. Le groupement des femmes entrepreneures de Madagascar (GFEM) aura une place privilégiée durant cette manifestation économique. .

Midi Madagasikara1 partages

Tsaralalàna : Karàna iray nisy naka an-keriny, navotsotra tetsy Ankorondrano

Fangalàna an-keriny indray ! Teratany karàna iray no nisy naka an-keriny ny alin’ny alakamisy lasa teo tetsy Tsaralalàna raha iny handeha hamonjy ny fodiany iny. Tokony ho tamin’ny valo ora sy sasany teo no nisehoan’izany, teo ambany mason’ireo mponina teny amin’iny faritra Tsaralalàna iny. Araka ny filazan’ireo nanatri-maso dia fiara tsy mataho-dalana, marika Toyota Land Cruiser, miloko mainty no avy hatrany dia nijanona tampoka teo anoloan’ity teratany karàna ity. Telolahy no tao anatin’ity fiara ity, izay mirongo basy, manao saron-tava ny roa. Tao anatin’ny segondra vitsy no nanaovan’izy ireo ny raharaha. Nodarohana, nobataina ary noterena hiditra tao anatin’ity fiara 4×4 mainty ity fotsiny ity teratany karàna ity, ary dia niridana nihazo ny lalana Ankorondrano iny. Tsy lasa lavitra tamin’izany toerana izany anefa ireto mpaka an-keriny dia natsipy sy navotsotra teo Ankorondrano ity teratany karàna ity. Tsy fantatra mazava araka izany izay zava-nitranga tao anaty fiara tao. Angamba diso olona saika nalaina an-keriny ireto olon-dratsy ireto, hoy ny fiheveran’ny maro, ka dia izao navotsotra izao ilay tsy izy. Vao andro vitsy dia vitsy tokoa izay no nitrangan’ilay fakàna an-keriny an’ilay tovolahy teratany karàna tetsy Andranomena, dia izao saika nisy lasa izao indray ny iray tamin’izy ireo. Ny marainan’io anefa io no nisy ny fihetsiketsehana nataon’izy ireo ho fiadiana amin’izany trangana fakàna an-keriny izany teny Ambatobe, toeram-pianaran’ilay tovolahy lasan-dry zalahy. Raha ny mahakasika ity farany dia fantatra fa mbola tsy hita hatreto. Tsy mbola nisy ihany koa anefa fitakiana vola ho takalon’ny ainy raha ny angom-baovao azo hatrany. Na izany na tsy izany anefa dia mbola manohy ny fanadihadiana sy ny fikarohana ireo mpitandro filaminana.

m.L

News Mada0 partages

Hetsika Rohy, Vovonan’ny sendikà : “Tokony henjehina izay nampitsoaka an’i Claudine”

Efa niteny ny amerikanina sy ny Frantsay. Miala any koa ny Rohy sy ny vovonan’ny sendikà (SSM) maromaro. Samy mitaky ny fanadihadiana lalina momba ny “Raharaha Razaimamonjy Claudine” avokoa izy ireo.

Io fa niitatra ny raharaha rehefa nanao bemarenina ny fitondrana. “Tokony hisy fanadihadiana sy fanenjehana araka ny lalàna ho an’ireo namoaka ny voampanga nosaronana amin’ny endrika fitsaboana any ivelany tao anaty fandikan-dalàna. Efa nisy didy fandrarana aza tsy hivoaka any ivelany”, hoy ny firaisamonina sivily maromaro, omaly. Tsy afa-bela amin’izany ny minisiteran’ny Atitany sy ny eo anivon’ny polisim-pirenena, araka ny fanambarana. Takian’izy ireo koa ny fametraham-pialan’ireo tompon’andraikitra ambony nanao hadisoana bevava teo imason’ny vahoaka sy ny iraisam-pirenena amin’ny fanaovana fanambarana tsy tonga volana, hanelingelenana ny asan’ny fitsarana na nanome alalana ny voampanga hivoaka any ivelany. “Raha tsy izany, tokony hoesorin’ny fanjakana haingana amin’ny toerany izy ireo hanehoany ny tsy fanekeny ny fanakorontanana sy firaisana tsikombakomba amin’ny olona tsy mahafehy ny andraikiny”, hoy izy ireo.

Ankoatra izany, nambaran’ny firaisamonina sivily fa tokony hisy fanarahana akaiky ny fivoaran’ny “Raharaha Claudine” na aiza misy azy na aiza, araka ny fanambarana ihany. “Eo ireo fepetra araka ny lalàna sy ny ara-teknika. Ny ara-diplaomasia, ahafahana mamerina azy haingana an-tanindrazana rehefa vita ny fitiliana ara-pahasalamana natao taminy”, hoy ny fanambarana.

Narangarangan’ny firaisamonina sivily koa fa tsy hanaiky ny fandrahonana na fitsabahana sy tsindry manelingelina ny fahaleovantenan’ny rafi-pitsarana izy ireo. “Tohananay ny fahasahiany naneho sy nametraka ny  heviny mba hamerenana indray ny fifampitokisana amin’ny vahoaka. Tsy hihemotra sy hangina izahay raha misy fanapahan-kevitra jadona sy tsy ara-dalàna atao amin’ny tompon’andraikitry ny Bianco sy ny fitsarana mba hanakanana azy ireo,  tsy hanao ny asany”, hoy ihany izy ireo. Takian’ny firaisamonina sivily koa ny hanajana ny fisarahan’ny fahefana mpanantanteraka sy ny fahefana mpitsara mba hamerenana indray ny fitokisan’ny vahoaka ny rafi-pitsarana.

Mitaky ny hampodiana an’i Claudine

Nipoitra koa ny Vovonana firaisankinan’ny sendikà (SSM). “Mitaky izahay ny handraisan’ny governemanta fanapahan-kevitra hampodiana ny olona nitsoaka tsy mety ho tanana am-ponja vonjimaika, ka angatahina izany amin’ny fitondrana  maorisianina”, hoy izy ireo tetsy Anosy, omaly. Notakin’ireto sendikà ireto koa ny hanenjehana sy hampiharana ny lalàna amin’ireo olona nitarika korontana sy fikomiana teny amin’ny Bianco. “Tohananay ny ezaka ataon’ny Bianco sy ny SMM… Takinay koa ny hanenjehana ireo nandika lalàna rehetra na inona andraikiny na inona. Takina ny fanadihadiana momba io fampitsoahana olona voatana am-ponja vonjimaika io, ka hitondrana ireo rehetra nanao hadisoana eo anoloan’ny fitsarana”, hoy ihany ny SSM.

Midika izany fa maro ireo mitaky ny marina rehetra sy ny hampodiana an-dRazaimamonjy Claudine eto an-tanindrazana hanohizana ny raharaha momba azy…Ny fitondram-panjakana ankapobeny mihitsy anefa minia mangina sy tsy te-halala… Inona ny ao ambadik’izany ?

Synèse R.

  Navoakan’ny gazety “Le Mauricien” omaly, fa tsy manana vaovao ofisialy momba ny fahatongavan’ity tandapa ity any an-toerana ny mpitondra maorisianina. Na izany aza, manaraka akaiky ny raharaha izy ireo. “Mifandray amin’ny ambasadin’i Maorisy any Madagasikara izahay ary koa ny ambasadin’i Madagasikara aty Maorisy”, hoy ny governemanta any an-toerana. Tsy azo an-telefaonina koa ny mpirakidraharaha malagasy, Rasamizafy Mija, any Maorisy, araka ny nambaran’ity gazety ity ihany. Nambaran’ny RFI kosa fa tsy mahalala ny momba io raharaha io ny polisy maorisianina. Tsy nisy rahateo toromarika avy amin’ny mpitondra malagasy momba izany.

News Mada0 partages

Andramena any Singapour : hivarotra ireo bolabola 50 tapitrisa dolara no mahamaika ny fitondrana

 Tsy mahataitra sy tsy laharampahemahana ho an’ny fitondrana ny fisamborana sy fanasaziana ireo mpanao trafika andramena eto Madagasikara. Ny hahazo ny volabe 50 tapitrisa dolara, tombambidin’ireo bolabola miisa 30.000 no mahamaika azy.

Nilaza ny minisitry ny Tontolo iainana tamin’ity herinandro ity, fa andrasana ny didy avoakan’ny fitsarana any Singapour, mikasika ilay mpandraharaha sinoa, Wong Wee Keong sy ny orinasany Kong Hoo Pte Limited. Natsidiny koa fa karohina ny lalana ahazoana ireo bolabola andramena 30.000 mitentina 50 tapitrisa dolara. Tsy nasiany teny na iray aza ny andraikitra ho raisin’ny fitondrana hanenjehana ireo olona eto Madagasikara niray tsikombakomba tamin’ireo mpanao trafika sinoa. Raha ny antontan-taratasy any amin’ny fikambanana miaro ny tontolo iainana iray, misy tokoa ny Malagasy anisan’ny tompon’andraikitra tao amin’ny minisitera iray, nanome alalana ny taratasy hosoka nivoahan’ireo hazo andramena nentin’ilay Sinoa. Nisy anarana Malagasy koa nisoratra nitonona fa tompon’ireo hazo navoaka avy aty Madagasikara.

Tsy nasian’ity minisitra ity teny koa mikasika ilay fitsarana manokana misahana ny andramena, nolanian’ny antenimiera roa ny novambra 2015 (roa taona sy tapany aty aoriana, tsy nisy asa natao).

Maro ny raharaha andramena

Tsy natsidiny koa mikasika ilay mpandraharaha manana antontan-taratasy tany amin’ny Bianco, ary navotsotry ny rafi-pitsarana CPAC (Chaîne pénale miady amin’ny kolikoly).

Santionany amin’ny raharaha andramena ireo fa maro ny antontan-taratasy any am-pelantanan’ny Bianco, saingy tsy nisy tohiny nanomboka tamin’ny fitondrana tetezamita mandraka ankehitriny.

Amin’izao fanohanan’ny vondrona iraisam-pirenena ny Bianco hiadiana amin’ny kolikoly izao, andrasana ny raharaha “mafana” toy ny andramena, ankoatry ny fanodinana volam-panjakana, anenjehana an-dRtoa Razaimamonjy Claudine. Nalaza vetivety ny anaran’ity mpandraharaha ity, fa tsy sahy mamoaka anarana hafa ny Bianco, ankoatra an’ilay voarohirohy B., efa notakin’ny fanjakana amerikanina hanohizana ny fanadihadiana.

Randria

(Tahirin-tsary)

News Mada0 partages

Lemak’i Marovoay : tantanan’ny vovonana tantsaha ny fambolem-bary

Nijoro tamin’ny fomba ofisialy, ny talata 11 avrily teo, tany Antandravaha Marovoay ny Vovonana ifandrimbonan’ny mpamboly vary. Mivondrona ao anatiny ny Fikambanana mpiray tambajotra (Fmt), miisa 10 sy ny Firaisan’ny fikambanana mpampiasa ny tambajotra (Ffmt), miisa roa.

Andraikitr’izy ireo ny fitantanana ny tambajotran’ny rano amin’ny tetikasa fambolem-bary any Marovoay. Hanao tantsoroka ny tantsaha mampiasa ny lakandrano amin’ny fitsinjarana sy ny fikojakojana ny fotodrafitrasa, sns.

Mizara zana-paritra 13 ny velaran-tanimbary ao amin’ny lemak’i Marovoay. Nanombohana ny asa hataon’ity vovonana ity ny zana-paritra 2, mirefy 925,9 ha, ampiasain’ny mpamboly miisa 1.054. Nambaran’ny lehiben’ny kabinetran’ny faritra Boeny, Hemedy, fa andaniana volabe ny fananganana sy ny fikojakojana ny tambajotran’ny tanimbary. Anisan’izany ny any Antanimasaka, ahitana lakandrano mirefy 22,6 km, nandaniana 1,8 miliara Ar, notokanana ny novambra 2016 teo.

Loharanom-bolan’ny vovonana ny latsakemboky ny mpikambana sy ny fanampiana ara-bola avy amin’ny mpiara-miombon’antoka sy ny kaominina. Eo am-panadihadiana ankehitriny ny minisiteran’ny Fambolena, hijerena ny lakandrano simba sy mila fanarenana ao amin’ireo faritra 13 any Marovoay. Miara-miasa amin’izany ny teknisianina Malagasy sy ny orinasa iray avy any Mali.

Njaka A.

News Mada0 partages

« Loka Be Pâques » : nankasitrahana ireo mpanjifa Orange Money

Hanao fetin’ny Paka finaritra ireo mpanjifa Orange Money, indrindra ireo tsara vintana tamin’ny lalao « Loka Be Pâques Orange Money 2017 ». Nahatratra 10 isan’andro ireo nosarihina, ka nisy « paniers garnis » niisa 100 no nozarain’ny Supermaki ho an’ireo tsara vintana.Nahazo ny loka lehibe, nandritra ny fisarihana izay notontosaina ny alakamisy 13 avrily teo i Lazavalo Martial Alexandre. Nahazo fivahiniana ao amin’ny Sunny Hôtel izay tiany izy, eto Antananarivo, na Mahajanga na Toamasina, mandritra ny telo alina izy sy ny fianakaviany.Nozaraina omaly, tetsy amin’ny Tour Orange ny loka, izay nataon’ny ekipan’ny Orange Money sy ny Supermaki ary ny Sunny Hôtel, mpanohana. Marihina fa tafiditra hatrany anatin’ny hetsika fankasitrahana ireo mpampiasa ny Orange Money ny fizarana ny loka. Natao ihany koa handrisihana azy ireo hampiasa bebe kokoa ny tolotra.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

« Hihira ny herinao aho » : antsa Paska miaraka amin’ny Orimbato

Toy ny fanaony isan-taona, hanatanteraka antsa Paska ny antoko mpihira Orimbato ao amin’ny FJKM Tranovato Ambatonakanga, rahampitso manomboka amin’ny 4 ora hariva. Ankinina amin’ny Soratra masina : « Fa izaho kosa dia hihira ny herinao » Salamo 59/16a, izay nisintonana ny lohatenin’ny antsa : « hihira ny herinao aho » no hanankinana ny seho eny an-toerana. Antsa Paska handrenesana hira 10 noforonin’ireo kalaza toa an’i G. Haendel, W.A Mozart, J.S Bach, F. Schubert. Misy amin’ireny ny voarakitra ao anatin’ny fihirana protestanta soisa toy ny « Qui peut Te connaître », « Nous T’adorons Seigneur », « Chef couvert de blessures »,… Hampiara-peo hanatontosa ity antsa ity ny mpikambana 30 eo ho eo ao anatin’ny antoko mpihira Orimbato. Misy ny hira amin’ny teny frantsay fa ao koa ny amin’ny teny malagasy.

Hitarika azy 30 mianadahy i Rahf (mpamorona ny Chœur Miangaly). Rabetokotany Tsiory kosa eo amin’ny zavamaneno.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

« Raharaha R. Claudine » : mitaky fampiharan-dalàna ny KMF/Cnoe

Ranolava ny fanehoan-kevitra sy fanambarana momba ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine ». Mitaky fampiharan-dalàna ny KMF/Cnoe.  

« Mitaky hatrany ny fampiharana ny làlana ny KMF/Cnoe, ary manamafy fa mitovy ny rehetra eo anatrehan’ny lalàna. Na mpitondra fanjakana io, na olon-tsotra: meloka avokoa raha mandika azy. Noho izany, manameloka ny kolikoly sy izay rehetra manome vahana ny tsy fampiharana ny làlana. »

Io ny fanambaran’ny birao nasiaonalin’ny KMF/Cnoe, « Rahoviana no hisongadina tokoa izany atao hoe fanjakana tan-dalàna izany eto Madagasikara? »,  afakomaly, momba ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine ».

Tsy tokony hohamaivanina ary tokony harahi-maso akaiky ny fivoaran’io raharaha io. Fanalahidin’ny fametrahana ny fanjakana tan-dàlana eto Madagasikara izy io, raha tontosa ny fanenjehana azy. Vokatra azo tsapain-tanana amin’ny filofosana amin’ny ady amin’ny kolikoly koa izany.

Tsy tokony hisy intsony izany tsimatimanota izany, raha tena fanjakana tan-dalàna no tiana havohitra. Mitaky hatrany amin’ny tomponandraikitra isan-tsokajiny ny KMF/Cnoe amin’ny fanomezana tatitra mazava sy mangarahara ho an’ny olom-pirenena tsy ankanavaka momba io raharaha io.

Tsy mangarahara ny fitantanam-panjakana

Tsapa fa tsy mangarahara ny fitantanana eo anivon’ny fitondram-panjakana isan’ambaratonga, ary mbola mitoetra hatrany ny fanamparam-pahefana. Mijanona ho hetahetam-bahoaka hatrany ny hoe fanjakana tan-dalàna eto amin’ny tany sy ny fanjakana. « Hatraiza ny akon’io raharaha io no mahatonga azy ho lasa lalina toy izao, ka tsabahin’ny fahefana mpanatanteraka ny fahefam-pitsarana? », hoy ny fanambarana. Ahina mafy, araka izany, ny tsy fahamarinam-pototra politika eto amin’ny firenena.

Mitsipaka ny fitsabahan’ny fitondram-panjakana amin’ny asa natokana ho an’ny mpitsara ny ry zareo. Mankasitraka manokana ny Bianco tamin’ny fanatanterahana ny andraikiny, mankahery sy manohana azy hatrany amin’izany. Manohana ihany koa ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM) amin’ny ezaka ataony amin’ny fiadiana ny fahaleovantenan’ ny fitsarana, araka ny fenitra ambaran’ny  làlampanorenana.

« Natao ho an’iza ny làlana? Aiza ho aiza ny fanajana sy ny fampiharana azy? Rariny ve raha izay tokony ho fitaratra ho an’ny vahoaka indray no mampiana-dratsy azy?«  hoy ny KMF/Cnoe.

R. Nd.

(Tahirin-tsary) 

 

News Mada0 partages

Port-Bergé : marim-pototra ny fampiatoana ny ben’ny Tanàna

 “Mitombina ny fampiatoan’ny mpanolotsaina ny ben’ny Tanànan’i Port-Bergé, Fiarema Adolphe”, hoy ny HVM any an-toerana, omaly. Anisan’ny mampitombina izany ireo antontan-taratasy samihafa manamarina izany, indrindra ny momba ny fanarenana sy fanatsarana ny tranompokonolona ary koa ny fampitaovana. “Tsy notanterahiny avokoa ireo dingana samihafa tokony harahina na efa teo azan y fifampiresahana sy fifanarahana… Nogiazany ny volanay nefa ny asa efa vita”, hoy ny taratasy fitoriana napetrak’ireo orinasa nanatanteraka ny asa. Nanterin’ny taratasy fa  mitory ny ben’ny Tanàna noho ny fanamparam-pahefana sy antsojay ary ny fanagejana volan’olona sy fanaovana kolikoly izy ireo.  Nohitsin’ireto tompon’ny orinasa ireto  fa manitsakitsaka ny fahefan’ny tompon’andraikitra miahy ny vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana sy ny hasin’ny fitsarana mahefa ny ben’ny Tanàna.  “Hamafisinay ny fitoriana sy ny zo maha mpangataka onitra anay…”, hoy izy ireo. Etsy andaniny, nanamafy izany ireo mpanolotsaina ary nilaza fa tsy novalin’ny ben’ny Tanàna amin’ny taratasy fiarovan-tenany ny antony nanaovan’ny filankevitra ny fitoriana.

Nandefasan’izy ireo  izany taratasy izany ny fitsarana ao Mahajanga sy ny lehiben’ny fampanoavana ny volana novambra 2016. Teo koa ny taratasy fitorian’ny mpanolotsaina, nalefa amin’ny Praiminisitra sy ny talen’ny fitantanan-draharaham-panjakana sy ny lafintany.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Kitra – «Amboaran’ny kaonfederasiona» : vonona hanao valinady ny Cnaps Sport

 Hifantoka any Angola avokoa ny sain’ny mpitia fanatanjahantena rehetra amin’ity anio ity, indrindra ny mpitia baolina kitra. Hotanterahina any mantsy ny lalaon’ny Cnaps Sport sy ny La Recreativo do Libolo.

 

Hatao, anio tolakandro, ao amin’ny kianja Calulo Libolo Angola, ny fihaonana ampaha-16-n-dalana miverina, amin’ny fiadiana ny amboaran’ny Caf, taranja baolina kitra. Fihaonana, hifandonan’ny Cnaps Sport sy ny La Recreativo Do Libolo. Araka ny fantatra, amin’ny 5 ora hariva eto Madagasikara ny hanatontosana io lalao io. Efa any an-toerana ny delegasiona malagasy izay tsy misy afa-tsy mpilalao 18 monja.

Nohatevenina ny irakiraka sy ny lohalaharana satria mila mamono baolina ny Cnaps Sport. Raha tsiahivina mantsy, nisaraka ady sahala 1 sy 1 ny roa tonta, herinandro lasa izay, teto Madagasikara. Vonona tanteraka ny mpilalaon’ny Cnaps ary tapa-kevitra ny hanao valinady any an-tanin-dry zareo Angoley.

Naverina ao anatin’ny lisitra indray i Leda, mpiandry tsatoby tamin’ity. I Leda izay heverina fa manana traikefa amin’ny filalaovana any an-tanin’olona. Tsy mbola fantatra kosa nefa na ao anatin’ireo hijoro voalohany izy na tsia. Ankoatra izay, anisan’ireo lasa any Angola koa i Jolce, Toby, Olivier, Lanto, Ando, Tantely, Jean-Bà, Pierralit, Rija, Mikka, Lalaina, Niasexe, Francis, Bora, Degera, Eric ary i Njiva.

Mandra-piandry ny voka-dalaon’ny Cnaps Sport, fantatra fa hanomboka anio any Carion ny fampivondronana voalohany ho an’ireo mpilalaon’ny Barea de Madagascar, hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ireo tsy mpila ravinahitra na ny “Chan 2018”, izay hatao any Kenya.

Mpilalao 24 mirahalahy no nantsoin’i Raux Auguste sy i Amada Aboudou. Hidona amin’ny Barea de Madagascar eo amin’io lalao io i Malaw,i ka etsy Mahamasina ny fihaonana mandroso ny 22 avrily ary any Malawi kosa ny fihaonana miverina ny 30 avrily ho avy izao.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

Tennis de table : Setra tombe en 16e de finale

La première campagne africaine de Setra Rakotoarisoa s’est arrêtée aux 16e de finale ! Pourtant, tout a si bien commencé pour le numéro un du tennis de table de l’océan Indien chez les cadets lorsqu’il a sorti aux 32e de finale le Sud-Africain Zakeer Moosa, grâce à un succès étriqué de 4 sets-2, hier dans la capitale tunisienne (Tunis).

Malheureusement pour lui, son adversaire lors des 16e de finale, le Tunisien Atef Ben Salah, est d’un tout autre calibre. Ce dernier ne lui a laissé que quelques points sans lui avoir cédé aucun set durant le match.  Au final, Setra Rakotoarisoa perd sur la marque sans équivoque de 0 set à 4.

La première option d’une qualification pour les Jeux olympiques des jeunes de 2018 n’a pas abouti pour le jeune pongiste malgache. Mais sa participation à ce plus grand rendez-vous continental de tennis de table lui ouvre de grandes perspectives pour la suite de sa carrière.

Naisa

Setra Rakotoarisoa- Zakeer Moosa : 4-2

(11-3, 6-11, 11-7, 5-11, 11-5, 11-5)

Atef Ben Salah-Setra Rakotoarisoa : 4-0

(11-7,11-5, 11-6, 11-7)

News Mada0 partages

Handball – Jeunes : Ihorombe et Atsimo Andrefana confirment

Les ligues d’Ihorombe et d’Atsimo andrefana peuvent se frotter les mains avant même la finale du championnat national des jeunes. A l’issue des demi- finales disputées hier au gymnase d’Ankorondrano, les deux régions ont fait chacune un carton plein respectivement chez les cadettes et juniors garçons.

Chez les cadettes, les deux formations d’Ihorombe, en l’occurrence HBCI, la revenante et l’ASE, ont obtenu leur ticket pour la finale après avoir écarté distinctement de leur chemin HBCB 119 et Zanakala. Même topo chez les juniors garçons où les deux équipes issues de la ligue d’Atsimo Andrefana s’affronteront en finale ce jour. Le groupe Siteny a sorti facilement la formation d’Ambohipo, l’Ascaf en demi-finales tandis que l’ASS a dû attendre les 10 dernières minutes dans la rencontre qui l’a opposée à Tilty d’Atsinanana pour sortir la tête hors de l’eau.

Dans les deux autres affiches de la finale, Boeny a marqué aussi l’esprit en plaçant deux formations chez les cadets et juniors filles, à savoir ASRB et HCJB. Bien que hôte de la compétition, Analamanga est la grande perdante de cette joute nationale malgré la présence de trois écuries au départ. Au final, aucune d’elles n’a réussi à se hisser en finale.

Naisa

Cadettes :

HBCI-HBCB 119 : 18-05

ASE-Zanakala : 12-08

Cadets:

ASRB-Ascim : 24-19

ASS-Tam : 29-24

Juniors garcons :

Groupe Siteny-Ascaf : 31-23

ASS-Tilty : 33-29

Cadettes : HBCI – ASE

Cadets : ASRB – ASS

Juniors filles : HBCI-ASE

Juniors garcons : Groupe Siteny – ASS

 

News Mada0 partages

Pétanque – Mondial : un bilan en demi-teinte

Le parcours s’arrête au 4e round pour les équipes masculine et mixte au championnat du monde doublette qui se déroule à Ghent, Belgique. En mixte, Jean et Tatie ont été battus par les boulistes tunisiens au 4e round (10-5), tout comme Fafah et Tatie en doublette dames. Néanmoins, ces dernières sont qualifiées pour le prochain tour malgré cette défaite.

Quant à Rams, il a corrigé le fameux Henri Lacroix en s’imposant sur le score de 13 à 5. Le maestro malgache a toujours mené tout au long de la partie. En double, Rams et Jean n’ont pas pu tenir tête à la paire Diego Rizzi-Bassoet en s’inclinant sur le score de 13 à 5. Quoi qu’il en soit, la Grande île a toujours d’autres cartes à jouer pour les prochains tours.

Rojo N.

News Mada0 partages

Judo-Championnat d’Afrique : le kata malgache brille en or

Première journée contrastée pour l’équipe nationale malgache au championnat d’Afrique hier au palais des Sports de Mahamasina. Si au katame no kata, la Grande île a obtenu le titre continental, au combat, c’est l’hécatombe.

Deux médailles ! Voilà la première moisson de l’ équipe nationale malgache de judo lors de l’entame de la joute continentale qui a débuté hier au palais des Sports de Mahamasina. L’or est l’œuvre du duo Tarimy Rabemasoandro et RijaRatovona, qui les consacre, pour la première fois dans les annales des champions d’Afrique. La domination des judokas malgaches était incontestable sur le tatami. La preuve, l’autre duo, composé de Zo ny Aina Ranaivoson et Ony Rasamimanana a terminé à la deuxième place et accapare ainsi le titre de vice-champion d’ Afrique en kata.

Une réussite qui tombe à pic mais qui masque à peine la contre performance de l’équipe nationale au combat. Dans la catégorie masculine, la pilule est plus dure à avaler que dans celle des dames qui ont obtenu trois 5e place grâce à la capitaine de l’équipe, Tatiana Andrianaivoravelona (-60 kg), Daniella Nomenjanahary (-63 kg) et Elisabeth Nomenjanahary (Open).  En effet, aucun des six combattants en lice n’a réussi à passer la phase de poules. De Nady Jonarison à Ricky Ramalanjaona, en passant par Royal Rakotoarivony, tous sont passés à la trappe.

La dernière journée, ce jour, risque de suivre le même itinéraire que la précédente pour le camp malgache. La catégorie «poids lourds» n’ est pas le fort des judokas locaux, mis à part Fetra Ratsimiziva qui est le grand absent de ce rendez-vous.

Les pays du Nord annoncent la couleur

Les premiers titres africains sont revenus en majorité aux Nord-Africains. L’Egypte, la Tunisie, le Maroc et l’Algérie se sont partagé le gâteau. Seule la Guinée-Bissau a su tirer son épingle du jeu dans cette archi domination des Nordistes. La logique semble donc respectée durant ce sommet africain à moins que les autres nations ne se réveillent à temps, ce jour, d’autant qu’il y a des titres à conquérir.

Naisa

 

News Mada0 partages

Ampasimazava Toamasina : zandary nikasi-tanana polisy

 Saika raikitra indray! Nihorohoro tampoka ny manodidina raha nahita ny fifamaliana teo anoloan’ny banky iray any Ampasimazava Toamasina, omaly zoma, tokony ho tamin’ny 2 ora sy 30 minitra. Zandary iray manao fanamiana sivily sy polisy ireto nifanasa vangy ireto. Nisy basy P.A tany amin’ilay zandary io, ary io no nisarika ny mason’ny polisy, ka niroso tamin’ny fisavana azy. Voalaza fa efa nisy polisin’ny UIR nanaraka teny.

Nilaza ho zandary izy  ary nangatahan’ ilay polisy ny karatra maha zandary azy, kanefa niteny izy fa very ny karatra maha zandary azy. Nitaky ny fahazoan-dalana mitazona basy na koa “ordre de mission” saingy tsy nisy.  Nilaza ny polisy fa entina any amin’ny biraon’ny vondrotombin’ny zandarimaria hahafahana manamarina izany ilay lehilahy. Vokany, tezitra noho izany ilay zandary ka nikasi-tanana ilay polisy, ary naratra teo amin’ny orony. Tsy vitan’ izany fa nosintonin’ ilay zandary ilay basy Kalacknikov tamin’ ilay polisy, ka saika raikitra teo ny ady saritaka fa saingy haingam-pahatongavana ny andaniny sy ankilany avy amin’ny polisy sy zandary ka niravona teo ny raharaha ary noentina tany amin’ny biraon’ny vondrotombi-paritry ny zandary ny raharaha.

Voalaza fa tena zandary tokoa ity nisavorovoro rehefa nanontaniana ny lehibeny.

Nambarany fa  manoloana ny trangam-panafihana mitam-piadiana niseho matetika tany Toamasina, mampiasa zandary manao fanamiana sivily izy ireo mba hanara-maso ny fihazomana fitaovam-piadiana tsy ara-dalana entin’ olona mandehandeha eny rehetra eny mba hisorohana ny fanafihana mitam-piadiana.

Niteny kosa ny jeneraly talem-paritry ny filaminana anatiny tamin’ny alalan’ny antso an-tariby nilazan’ ity farany fa tokony hiaraka amina karatra maha mpitandro filaminana azy hatrany na manao fanamiana sivily aza ny mpitandro filaminana manao ny asany, indrindra mitondra basy ary tokony hanana « ordre de mission » ihany koa. Nambarany ity farany fa rariny raha hisava izay olona manao fanamiana sivily ka hita ho mitondra basy eny rehetra eny ny polisy. »Naratra eo amin’ny orony ny polisinay fa saingy efa misy ny fifandaminana teo amin’ny samy lehibe mba hisorohana ny mety ho olana.« , hoy izy.

Sajo sy Yves S.

News Mada0 partages

Toamasina : mitohy ny fampihorohoroana Karana

Noho ny firongatry ny asan-jiolahy manoloana ny fanafihana mitam-piadiana tany Toamasina, niroso tamin’ny fifampidinihana faharoa iarahan’ny OMC izay tarihan’ny prefen’ i Toamasina, Benandrasana Cyril sy fianakaviamben’ny Karana, izay solontenan’ ireo mpitarika ny vondrom-pikambanana miisa enina any an-toerana. Ny alarobia faha 12 avrily lasa teo, nanaovana izany. Voalaza tamin’izany fa efa misy Karana hafa mahazo fandrahonana fa halaina an-keriny na ho tafihana atsy ho atsy. Nilaza ny mpitandro filaminana fa avy amin’ izy ireo ihany matetika ny ipoiran’ny fanafihana na fakana an-keriny Karana, noho izy ireo misy mifampialona sy mifanenjika. “Tsy misy mahalala ny volabe ananan’ny Karana raha tsy Karana tahaka azy ihany”, hoy izy ireo. Anisan’ny mahasarotra ny fikarohana ny olon-dratsy ihany koa ny fanafenan’ ireo teratany karana ny loharanom-baovao sy tsy fametrahany fitoriana eo ampelatanan’ny mpitandro filaminana. Manoloana izany, nifanaiky ny rehetra fa hifanampy amin’ny fanomezam-baovao, ary hametraka  komity hiraisana hanamorana ny fiaraha-miasa amin’ny roa tonta. Hafarana ho any Toamasina ny  UIR hanampy ireo namany eto Toamasina.

 Sajo

 

News Mada0 partages

Ivato Centre – Ambositra : jiolahy iray nahatrarana basy Kalachnikov sy bala miisa 53

 Tratran’ny zandary tao an-tranon’ny jiolahy iray tao Ambalanirana Ivato Centre Ambositra, afakomaly maraina ny basy Kalachnikov iray miaraka amin’ny boîte chargeur roa misy bala miisa 53…

 

Nosamborin’ny zandary avy hatrany ilay jiolahy nahatrarana basy Kalachnikov iray miaraka amin’ny boîte chargeur metallique roa sy bala miisa 53 ary bala fotsy miisa fito. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, nahazo loharanom-baovao izy ireo momba ny fisian’ity jiolahy manana fitaovam-piadiana mahery vaika ity. Niroso tamin’ny fisavana ny tranon’ilay jiolahy mampiahiahy ny zandary ka hita tao tokoa ilay fitaovam-piadiana miaraka amin’ny bala. Niaiky ilay jiolahy fa tena nitazona ilay basy Kalachnikov sy bala. Hatreto aloha tsy fantatra marina na saika hanaovana fanafihana mitam-piadiana ilay basy, saingy mbola ao anatin’ny fanadihadiana ny zandary ka aorian’izay ny hamantarana ny marina rehetra momba ity raharaha fahatrarana basy mahery vaika ity.

Tsy vao izao ny nahitana jiolahy nahatrarana fitaovam-piadiana mahery vaika toy izao. Matoa tonga eny am-pelatanan’ny jiolahy ireny basy ireny dia misy ny firaisana tsikombakomba eo amin’ny mpitandro filaminana sy ny jiolahy. Manginy fotsiny ireo mpitandro filaminana manao asan-jiolahy. Hatreto, tsy mbola nisy fanambarana mazava momba ny toby miaramila nivoahan’ireny fitaovam-piadiana ireny. Izany anefa ny andrasan’ny mpanara-baovao hoe avy aiza marina ny toby miaramila namoaka an-tsokosoko ireny basy mahery vaika ireny.

J.C

(Tahirin-tsary)

News Mada0 partages

Toeram-pitsaboana Marie Stella : tilina maimaimpoana ny fahaketrahana ara-tsaina

 Antony iray miteraka ny fahaketrahana ara-tsaina ny olana maro miseho amin’ny fiainana andavanandron’ny tsirairay. Fomba iray iadiana aminy ny fambolena fifaliana tsy iandrasana olona, fa avy amin’ny tena ampiarahana amin’ny sakafo ara-pahasalamana sy ny fampiasam-batana ary ny fihinanana « spiruline » amin’ny fatra sahaza.   

Ahitana ny « tryptophane » manamboatra ny serotonine izay miteraka ny fihetseham-po hafaliana eo amin’ny olona ny spiruline araka ny fikarohana natao. Mitondra io tryptophane io koa ny hena sy ny karazana trondro sasany fa rehefa mandalo afo dia levona izany vokatry ny hafanana be. “Ny sakafo fihinana manta toy ny legioma sy ny voankazo no misy io singa io ka azo isorohana ny fahaketrahana ara-tsaina ny fihinanana azy betsaka, araka ny fanazavan’ny mpitantana ny toeram-pitsaboana Marie Stella eny Analamahitsy, dokotera Feziny Seraphine, omaly. “Napetraky ny Sampandrahahan’ny firenena mikambana momba ny fahasalamana (OMS) ho lohahevitra tamin’ny Andron’ny fahasalamana (7 avrily) ny fahaketrahana ara-tsaina satria mahazo vahana ary mitarika fahafatesana eo amin’ny olona iharany”, hoy ny dokotera Jaozandry.

Azo tsaboina ny fahaketrahana ara-tsaina arakaraka ny sokajiny sy ny fisehony eo amin’ny olona iray. Azon’ny mpitsabo ny aretina ankapobeny (généraliste) rehetra atao ny mitily ny olona tratran’ny fahaketrahana ara-tsaina. Afaka manomboka ny fitsaboana koa izy amin’ny firesahana amin’ny marary miaraka amin’ny fikarakarana ny korontana nentin’ny fahaketrahana ara-tsaina, hoy ny fanazavany ihany. Rehefa tsy mahomby ny fandraisana an-tanana, alefa manatona ny mpitsabo manokana (psychiatre sy psychologue) ilay marary.

Tsy mahasahana ny Malagasy 25 tapitrisa ny mpitsabo manokana ny aretin-tsaina fa saingy mila fantarina mialoha fa iharan’ny fahaketrahana ara-tsaina ny olona iray hitondrana tohana haingana.

 

Ilaina ny fambolena fifaliana isan’andro

Ankoatra ny fihinanana ny spiruline izay sakafo feno voajanahary, manampy amin’ny fisorohana ny fahaketrahana ara-tsaina ny fanaovana fanatanjahantena mifanaraka amin’ny zakan’ny vatana,  ny fambolena fifaliana eo amin’ny fiainana andavanandro, ny fananana torimaso ampy. Nanomboka ny 8 avrily lasa teo ka hatramin’ny 22 avrily izao, mampianatra momba ny fisorohana ny fahaketrahana ara-tsaina sy mitondra torohevitra ny mpitsabo eny amin’ny dispensaire Marie Stella, Analamahitsy.

Vonjy A. /Sary:Fanou

News Mada0 partages

ONG Cfor C : tohanana ny olona manana fahasembanana hiditra amin’ny asa

 Nampihaona ny olona manana fahasembanana 20 nahazo fiofanana sy ny tompon’ny orinasa ny ONG Cfor C, ny alarobia lasa teo, teny Antsahavola. Olona manana fahasembanana niofana teo anivon’ny ivontoerana  Rohy, hanomezana tantsoroka ny olona manana fahasembanan maniry ny hiasa izy ireo. Mizara roa ny asan’ny olona manana fahasembanana hiasa tena , misy ireo hiasa amin’ny orinasa tantanin’ny olon-kafa. « Araka ny fanadihadiana nataon’ny ONG Cfor C teny anivon’ny orinasa 25, mahatratra efatra tamin’izy ireo ihany no mampiasa olona manana fahasembanana eo amin’ny vatana (tapa-tanana na tapa-tongotra) fa mbola sarotra amin’izy ireo ny handray mpiasa jamba na moana sy marenina », hoy ny fanazavan’ny mpiandraikitra ny ONG, Sariaka Nantenaina.

Izay indrindra no nampifanatrehana ny roa tonta tao anatin’ny efitrano iray, ahafataran’ny olona manana fahasembanana ny fepetra rehetra takian’ny mpampiasa raha handray mpiasa izy ireo. Nanomboka teo, nisokatra kokoa ny sain’ny mpampiasa momba ny olona mitondra fahasembanana sy ny zavatra mety vitany na eo aza ny tsy fitoviany amin’ny mpiasa hafa.

Nitondra famelabelarana koa nandritra ny fihaonana ny olona manana fahasembanana telo manana ny orinasany nizara ny dingana arahina raha hiasa tena.

Taorian’ny hetsika teny Antsahavola, mitohy ny fanofanana ny olona manana fahasembanana vonona hiditra amin’ny sehatry ny asa. Mifototra amin’ny sehatry ny fikirakirana ordinatera,  fivoaran’ny maha olona, fananganana asa mitondra loharanom-bola,  asa eny anivon’ny orinasa ny tantsoroka ataon’ny ONG. Amin’izao fotoana izao, misy olona dimy eo am-pananganana orinasa ho an’ny tenany ary homena tohana teknika. Tanjon’ny ONG ny hampiditra olona manana fahasembanana 200 amin’ny sehatry ny asa.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Taxi : manambana fitoriana ny fikambanana

Nilaza ny filohan’ny fikambanana mpitondra taxi, Raharinirina Clémence fa hitondra ny raharaha eo amin’ny sehatry ny lalàna amin’ity resaka  lanterne mampifanolana azy ireo amin’ny CUA sy ny  prestataire  ity.

Mbola tsy misy milefitra na ny CUA sy ny prestataire na ny fikambanan’ny mpitondra fiarakaretsaka. Mazava ny an’ny mpitondra taxi, mila arahina ireo fifanarahana efa napetraka.

Mitana ny heviny koa anefa ny ao amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra fa tsy maintsy hirosoana ao anatin’ny gaboraraka ny fizarana ny lanterne.

Miezaka mitety haino aman-jery mihitsy ny CUA manazava sy manadio tena amin’ny bizina ambadik’ity tery vaimantana hatao amin’ny fiarakaretsaka ity.

Hatao bontolo ny fampiasana ny lanterne. Nivadi-pitokisana ny kaominina sy ny  préstataire   raha ny filazan’ny fikambanan’ny mpitondra fiarakaretsaka. Notsinotsiniavina ny fifanarahana fa manao didin’ny be sandry ny CUA.Mampidi-bola ho an’ny kaominina ny fandraharahana miaraka amin’ny prestataire amin’ny fampiasana ny lanterne satria dokambarotra mirarakompana no hipetaka amin’ity fitaovana vaovao ity. Tsy mba mahazo ny anjaranay izahay na ny ariary aza, hoy kosa ny taxi.

Randria

News Mada0 partages

Fitaterana : nodiovina ny “Gare routière »

Nanadio teny amin’ny “Gare routière” Ampasampito ny boriborintany fahadimy tamin’ity herinandro ity. Niara-nisalahy tamin’ny asa ireo ekipa teknika sy ny sampandraharaha teknika  avy ao amin’ny fiadidiana ny kaominina.

Notapahana ireo lobolobo sy bozaka tao amin’ny toeram-piantsonana. Noesorina ireo mpivarotra hani-masaka tafiditra ao anatin’ny toeram-piantsonana. Nalamina arakaraka ny kaoperativa isan-tsokajiny ireo fiara.

Lehibe sy midadasika ity toerana ity satria misy toeram-piantsonana roa karazana. Natao hifamezivezen’ireo fiara mpitatitra efa vonona ny hanainga ny ao ambany. Hiandrasan’ny fiara miandry laharana na mameno kosa ny ao ambony.

Notohizana tamin’ny fivoriana niarahana tamin’ireo lehiben’ny kaoperativa ny hetsika. Vinavina ny hamindrana ireo fiara mpitatitra mampitohy an’Anjepy sy Mantasoa ao amin’ny toeram-piantsonana ao ambany.

Tanjona nandritra izao hetsika izao ny handamina sy hampalalaka ny fifamoivoizana eny amin’ny lalam-pirenena faharoa. Nentanina ireo mpitatitra sy mpandeha niampy ireo mpanao varo-mandeha ny amin’ny tokony hikajiana ny fanadiovana sy  hitandroana ny filaminana .

Nilaza  ihany koa ny “Chef de centre” sy ny lehiben’ny kaoperativa fa anisan’ny  milamina ny  toeram- piantsonana  eny Ampasampito, indrindra ny fandriampahalemana .

Misy ny olona efa voatendry manokana amin’izany ary samy manana ny karatra famantarana  avokoa ireo mpiasa rehetra eny.

Etsy andaniny, misy ireo  mpibata entana miandraikitra ny fitaomana ny entan’ireo mpandeha  mba hisorohana izay mety ho fahaverezan’ny  entana.

Mbola hisy ny fifampiresahana sy fandaminana iarahana amin’ ireo mpivarotra sakafo. Ho jerena manokana ny toerana hametrahana azy ireo satria efa asa fivelomany ny fivarotana eny amin’ity toeram- piantsonana  ity. Fantatra fa mbola  hisy ny  fanavaozana hoentin’ny kaominina momba izany toerana izany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Post-Enawo : la Sava à l’heure du relèvement

Plusieurs activités sont menées dans la Sava pour accompagner la population dans son relèvement après le passage du cyclone «Enawo». Cela, par le biais des instances et autres organismes locaux, gouvernementaux ou encore internationaux.

A plus d’un mois du passage du cyclone Enawo dans le pays, la reconstruction des régions touchées continue. Les premiers secours étant entrepris, à travers la dotation de produits alimentaires, les abris provisoires et les équipes sanitaires mobiles, le temps est maintenant au relèvement qui «Consiste à stabiliser la situation et faire face aux risques sous-jacents et aux facteurs qui amplifient la vulnérabilité de la population», selon le communiqué reçu.

 Dans ce dessein, le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la Femme (MPPSPF) se trouve actuellement dans la région de Sava, l’une des zones les plus touchées, notamment les Communes rurales d’Ambinanifao et d’Apahana dans le district d’Antalaha et celle d’Anandava à Andapa. Après les actions d’urgences, «Il importe de rétablir les moyens de subsistance et remettre en marche les services sociaux de base de façon permanente».

Plusieurs activités

Sous cette optique, plusieurs activités sont au programme, entre autres, les travaux de Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO) à Ambinanifao et Ampahana. 2 000 personnes procèderont à l’assainissement des sites publics ainsi qu’au curage des canalisations et du réseau pluvial. Elles travailleront quotidiennement 5 heures pendant 5 jours, pour un montant journalier de 5 000 ariary.

Pour créer des Activités génératrices de revenus (AGR), quatre machines à coudre, d’un montant total de 2 millions d’ariary, ainsi que des marmites et des ustensiles de cuisine, destinés à l’ouverture d’une gargote, ont été remis à des associations de femmes d’Ambinanifao.

Par ailleurs, en partenariat avec l’Unicef, une distribution de fournitures scolaires, sous forme de kits, et de nouveaux habits, a été effectuée au sein des Ecoles primaires publiques (EPP) de la commune de Tanandava. 160 élèves en sont les bénéficiaires.

Sera R

 

News Mada0 partages

«Leadership : Award OIT 2016» Christian Ntsay sacré

Le directeur du bureau des pays de l’Organisation internationale du travail (OIT) pour Madagascar, Comores, Maurice et Seychelles, Christian Ntsay, compte parmi les «Awards 2016» de l’OIT. A cet effet, il vient de recevoir le prix du «Leadership Award OIT 2016» qui récompense les qualités d’un dirigeant, au cours de son mandat, dans la promotion et la mise en application des valeurs du travail selon les recommandations de l’OIT. Christian Ntsay a occupé le poste de directeur depuis 2008. Il a reçu son prix des mains même du directeur général de l’OIT, Guy Ryder, dans la salle du Conseil d’administration de l’organisation à Genève.

«Ce prix du Leadership, je le considère comme le fruit de 26 années de travail, de rigueur, d’intégrité, de partage et de culture d’excellence auxquels je me suis toujours astreint tout au long de mon parcours au Bureau international (BIT)», a souligné Christian Ntsay lors de la remise de son prix.

Et de poursuivre que «Tous les prix qui ont été décernés, sont autant de symboles pour placer les ressources humaines au cœur des réformes engagées, et de la nécessité de réunir les meilleures conditions pour que l’OIT excelle dans la conduite et la réalisation de son mandat et de ses objectifs».

Sera R

 

News Mada0 partages

Plumer des volailles : un petit métier lucratif

A l’approche des fêtes pascales, plumer les volailles constitue une source de revenu supplémentaire pour certains ménages, comme la veille de toutes les fêtes d’ailleurs. D’après le témoignage d’une plumeuse de volailles, faisant office à Anosibe Tsena, «Je réussis à gagner, durant ces périodes, mes recettes quotidiennes de trois mois en saison basse et en une semaine seulement». A tel point qu’elle réquisitionne tous ses enfants pour l’aider, vu que ces derniers ont déjà entamé les vacances de Pâques. «Pour les motiver, je leur donne une partie des bénéfices le soir venu», a-t-elle noté, sans préciser pour autant ni le montant ni le taux.

Selon toujours ses indications, l’activité monte nettement en flèche durant les deux jours qui précédent les fêtes, où la famille arrive à plumer au moins une cinquantaine de volailles. Cela à raison de

2 000 ariary pour l’oie ou le dindon, 1 000 ariary pour le canard ou la dinde, et 500 ariary pour un coq ou une poule.

Sera R

 

News Mada0 partages

Vol suivi de viol dans un couvent : 30 suspects écroués

Trente personnes dont trois femmes ont été placées sous mandat de dépôt dans le cadre de l’affaire de braquage suivi de viol survenu dans le couvent des Sœurs de Notre-Dame de la Salette, à Antsahatanteraka Antsirabe II.

Le défèrement a débuté mercredi au Parquet du tribunal d’Antsirabe mais vu le nombre des suspects, l’audition s’est poursuivie le lendemain. A l’issue de l’interrogatoire, le Parquet a décidé de placer les 30 suspects en détention préventive, à la grande surprise de tous. L’on sait en effet que certains d’entre eux ont été interpellés uniquement pour les nécessités de l’enquête et qu’ aucune charge ne pèse sur eux.

D’après des sources locales, des risques de représailles et de vengeance sont fortement à craindre à la suite de cette décision.

Bref rappel des faits. Un ramassis de bandits ont fait irruption dans le couvent après avoir fracturé la porte principale. Ils ont visité toutes les pièces tout en réclamant de l’argent. 6.000 euros, trois ordinateurs portables, une tablette numérique et quatre téléphones portables ont été dérobés durant l’attaque. Comme si cela ne leur suffisait pas, les bandits ont également abusé de quatre religieuses.

Le modus operandi des bandits ont mené les enquêteurs sur la piste d’un certain Kelimaso. Ayant reconnu son crime, celui-ci a dénoncé ses  complices. Ce qui avait conduit à l’arrestation des 30 suspects, alors que l’attaque a été commise par une dizaine de bandits.

Mparany

 

News Mada0 partages

Cambriolage et vol de voiture : le chauffeur a tout manigancé

«Il y a lieu de faire prescrire toutes recherches utiles en vue de retrouver la voiture marque Mazda BT 50 immatriculée 6979 TBD, de couleur grise, volée et supposée conduite par la personne dénommée Jean-Baptiste Lucien Ramanandraisoa dit Lucien, 48 ans». C’est ce qu’on pouvait lire, entre autres, dans un avis de recherche lancé hier par la Section n°1 de la Brigade criminelle d’Anosy.

Ce quadragénaire est fortement suspecté d’avoir organisé le cambriolage suivi de vol du pickup de son patron. Le fait s’est produit le 12 avril. Ce jour-là, après avoir déposé sa patronne et les enfants de cette dernière à une mosquée sise à Ankorondrano avec une autre voiture, le quadragénaire a subitement disparu. Il a laissé la voiture dans le parking de la mosquée.

L’on saura plus tard qu’il est retourné à la villa de son patron à la cité Planton pour faire main basse sur les objets de valeur qui s’y trouvaient. Il a mis le tout dans le pickup avant de disparaître de la circulation.

Mparany

News Mada0 partages

Toamasina : manakaiky ny mpanjifa ny Shell Vivo energy

Notokanana ny 13 avrily teo ny toby fivarotan-tsolika Shell Vivo energy, fahefatra eto Toamasina etsy Ambohijafy ary faha 64 eto Madagasikara. Nampahafantarina ny besinimaro, nandritra ity fotoana ity koa ireo vokatra solika vaovao, ny Shell super extra sy ny shell diesel extra eto Toamasina, raha efa nisy any Antananarivo tato anatin’ny herintaona. Nilaza ny tale ara-barotr’ity orinasa ity, Rabenorolahy Maminirina, fa natao ho an’ny mpanjifa rehetra ireo vokatra ireo satria mitsitsy amin’ny fandaniana solika sady manatsara ny maoteran’ny fiara.

Fahatsaran’ny fiaraha-miasan’ny fanjakana sy ny tsy miankina, fanomezana asa ny tanora ny toy izao”, hoy ny lehiben’ny faritra Atsinanana, Talata Michel. Anisan’ny hahazo ireo vokatra vaovao ireo koa ny toby Shell any Mahanoro. Nitsotra ny mpitantana ny toby Shell Pangalana ao Ambohijafy , Andry Gulliano, fa “vonona hanome fahafaham-po hatrany ny mpanjifa”.

Sajo

News Mada0 partages

Fêtes pascales : Orange récompense ses clients

Orange Madagascar a remis les lots aux gagnants du jeu «Loka Be Pâques Orange money 2017», hier à Ankorondrano. Martial Alexandre Lazavalo a remporté le gros lot tiré au sort jeudi dernier au siège d’Orange Madagascar à Ankorondrano. Le gagnant a gagné un séjour de trois nuitées dans un établissement hôtelier, partenaire d’Orange dans cette aventure.

Du 3 au 12 avril, les clients d’Orange qui ont effectué une transaction supérieure à 5 000 ariary via Orange money, ont obtenu un ticket pour participer à ce jeu. Dix gagnants par jour ont été tirés au sort parmi les tickets éligibles. 100

paniers garnis de la part d’un supermarché, également partenaire d’Orange Madagascar dans l’organisation de ce jeu, ont été offerts aux gagnants.

«Orange Madagascar organise un jeu à chaque festivité depuis 2013 pour permettre à ses clients de passer de bonnes fêtes avec ses proches. Le prochain jeu sera organisé à l’occasion de la fête de l’indépendance», a avancé Lalatiana Raveloarison, responsable marketing client d’Orange Money.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Droits et taxes à l’importation : taux de réalisation de 112%

La douane malgache a dépassé ses prévisions dans la collecte de droits et taxes à l’importation (DTI). Le taux de réalisation s’affiche à 112%.

La direction générale des douanes a encaissé 468,6 milliards d’ariary de droits et taxes à l’importation (DTI) au titre du premier trimestre de cette année. Selon les informations diffusées par la Direction Générale des Douannes (DGD), il s’agit d’un taux de réalisation de 112% étant donné que la prévision était de 417,4 milliards d’ariary. De même, cette réalisation présente une plus-value de 39% comparée à celle de la même période en 2016.

La DGD explique cette performance par la hausse de la valeur des importations enregistrées au cours de la période considérée, accompagnée d’une structure tarifaire plus génératrice de revenus. En effet, outre les mesures de sécurisation des recettes,  entre autres, la dématérialisation de la procédure de dédouanement, le renforcement du contrôle de la valeur et des espèces a conduit à l’amélioration du taux de recouvrement des recettes non pétrolières.

Selon toujours les précisions de la DGD, concernant notamment les produits pétroliers, l’arrivée d’une deuxième livraison au mois de mars a fortement creusé le décalage entre les taxes totalement perçues et celles escomptées, outre l’effet prix.

A noter que la douane malgache a entamé depuis l’année 2015 des projets de réforme en son sein afin de se conformer au contexte actuel favorisant la modernisation, l’adéquation des procédures et infrastructures aux normes internationales et surtout l’évolution du commerce et échanges internationaux.

Arh.

 

News Mada0 partages

Marché pétrolier : la consommation de la Jirama connait une importante hausse

La progression continue du marché pétrolier est constatée au niveau national ces deux dernières années. Le niveau élevé du marché est signé en grande partie par la Jirama.

Les chiffres de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) montrent qu’une hausse de 10% a été enregistrée sur le marché pétrolier au mois de mars dernier. La consommation en produit pétrolier au niveau national s’élève à 79 036 m3, dont une grande partie est constituée des produits consommés par la Jirama, notamment le gasoil et le fuel oil.

D’après les explications apportées par l’OMH, «La consommation de gasoil de la Jirama reste importante malgré la reprise de service du deuxième groupe en fuel oil  de Mandroseza et la montée de la pluviométrie. La centrale hydroélectrique d’Andekaleka a dû interrompre ses activités durant une dizaine de jours suite au passage du cyclone Enawo. Ainsi, le recours soutenu aux groupes thermiques en gasoil se poursuit». Le gasoil et le fuel oil consommés par la Jirama sont en progression respectivement de 32% et 64% en mars par rapport à l’année 2016 à la même période. En cumul sur les trois premiers mois, la consommation de la Jirama a connu une hausse de 55% par rapport au premier trimestre 2017.

Un pic de consommation en janvier

D’après les chiffres de l’OMH, la consommation en gasoil de la Jirama durant le mois de mars s’élève à près de 6 000 m3, contre aux alentours de 4 000 m3 en février. Celle-ci a atteint les 12 000 m3 durant la grande sécheresse de janvier.

En outre, les autres composants du marché concourent également à la hausse du marché pétrolier, sauf la prise d’hydrocarbures de soute dans le secteur maritime, ou le soutage. Et cela malgré que la campagne de pêche thonière à Antsiranana ait débuté en mars dernier. «Durant la campagne, la période et les lieux favorables à la pêche dépendent de nombreux paramètres et varient d’une année à une  autre. Ainsi en mars dernier, le soutage est en baisse par rapport à l’an dernier», indique le rapport de l’OMH.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Mak’Club : Mat Li s’expose

Le photographe Mat Li expose au restaurant bar lounge Mak’Club sis à Isoraka. Une dizaine de tableaux, en noir et blanc, décorent le lieu qui vient récemment d’ouvrir ses portes. «Ces tableaux changeront régulièrement. Sur ce, nous faisons appel aux artistes, qu’il soit peintre ou photographe», a annoncé Prisca Maka, la gérante du lieu. Par ailleurs, pour sa soirée d’inauguration qui se tiendra le 20 avril prochain, elle propose un spectacle avec des danseuses professionnelles, des démonstrations de barman show, des performances de cracheurs de feu… et bien sûr une ambiance DJing.

En ce qui concerne Mat Li, l’artiste se trouve actuellement à Maurice. Il participe à un évènement de l’Institut français de Maurice dénom-

mé «pARTage internationa artists’ workshop 2017». Avec d’autres artistes issus d’autres pays, il a donné une exposition intitulée «Migration, identity and belonging», hier.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Comédie musicale : Gégé Rasamoely et Clara sur la même scène

Pour finir en beauté le week-end pascal, les deux comédiens, Gégé Rasamoely et Clara, proposent, un autre concept divertissant. Il s’agit d’une comédie musicale intitulée «Sous le ciel bleu de Tana» qui se tiendra, le 17 avril, au CCEsca Antanimena. En collaboration avec le groupe Diarin’ny kintana, le spectacle consiste à interpréter des morceaux des années 50.

Durant plus de trois heures environ, Gégé Rasamoely et Clara ainsi que le groupe Diarin’ny kintana raviveront les souvenirs à travers leur spectacle. «Nous avons choisi cette époque qui a tendance à être oubliée et qui renferme pourtant des tubes exceptionnels», a annoncé l’un des membres du groupe Diarin’ny kintana. Ils ont ainsi choisi une quarantaine de morceaux qui racontent l’histoire de deux amoureux dans la capitale. Ainsi, quelques titres de Ny Railovy, Ludger Andrianjaka, Kintana 3, Rambao, Barinjaona, Naly Rakotofringa… animeront la pièce.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : semaine peu sainte

Hormis les périodes de grands troubles, telles celles des mutineries, rarement l’Etat n’a paru si malade. Des grands corps souffrent de graves dysfonctionnements. L’opinion ne s’y trompe pas, attribue l’origine du mal à un empirement des mauvais coups portés par habitude aux grands principes. Dans une République des ruses, la turpitude, monnaie courante, s’est faite forfaiture. La diversité d’application de la loi s’est révélée dans les extrêmes, mettant à nu l’Etat. Dépouillé de toute autorité par une perte totale de crédit de toute mesure qu’il dispose, l’Etat ne dispose plus que l’usage de la force pour se maintenir. La coïncidence de la condamnation de l’ancien directeur de cabinet du ministre de la Communication à une peine de travaux forcés avec l’événement d’une exfiltration d’une conseillère spéciale du président de la République, ne témoigne pas de la puissance de l’Etat à faire droit à la loi de façon égale pour tous. Y compris dans le cercle des puissants, sans même parler de l’exception de ceux qui ne sont justiciables que devant la Haute Cour de Justice, pour les mêmes péchés la poursuite varie au gré de la bonne grâce des maîtres. Les deux exemples de sorts différents vécus par des proches collaborateurs directs de grands du moment disent combien la loi a perdu de valeur, et que les prétendus grands corps de l’Etat ne trouvent plus vocation qu’à servir de décor à une République vidée de valeurs adossée à un Etat moribond.

Carrefour de voyoucratie, au rendez-vous de dupeurs

Le scénario du rocambolesque feuilleton «évacuation-évasion», n’a pas fait l’objet des soins d’une écritures à l’avance, les auteurs se sont appuyés sur leur capacité à tout se permettre pour se fier naïvement à la possibilité de tout improviser en fonction des circonstances, sans imaginer le ridicule de situations qui pouvaient apparaitre. Ridicule, honte, indignité, des considérations dont ils n’ont plus soucis tant ils font foi à leur pouvoir et leur honneur de servir de bouclier pour les protéger de ces salissures. Une sortie d’hôpital en pleine nuit à trois heures du matin, de quoi caractériser une fuite, pour eux leur autorité suffit à sortir l’initiative d’une anomalie et à la laver

du caractère d’infraction cette entreprise. Les procédures légales ? Elles s’imposent aux seuls qui ne disposent pas d’autorité à les violer. Aussi malgré les bonnes intentions du Procureur Général de la Cour d’Appel la décision d’ouvrir des enquêtes autour de ce départ d’Ivato au petit matin risque de ne dégager que la seule responsabilité de ceux qui ont obéi à des ordres, sans inquiéter les donneurs d’ordres. Dans le principe une interdiction de sortie du territoire ne peut être levée que par l’autorité judiciaire qui l’a édictée. L’obligation de respect à ce principe invite-t-il à la désobéissance d’ un ordre émanant de la hiérarchie, celle-ci même assujettie à des injonctions exprimées par des hauts responsables de l’Etat ? Tout cela relève de la théorie, dans la réalité il en va tout autrement. Au quotidien les us imposent de donner le dernier mot au plus puissant, que celui-ci dispose de cette puissance en fonction du poste qu’il occupe ou en raison de sa capacité financière.

Du reste les péripéties de cette épopée prétendue d’urgence pour répondre à la priorité dilatoire de porter secours à une vie en danger ne sont plus que détails. Le fond est éventé maintenant que la grande malade un peu plus de 24 heures apès son admission a quitté l’hôpital et semble-t-il aux aurores selon une habitude à entourer de discrétion les faits et gestes peu conformes à la situation dont elle se prévaut.

Au-delà du caractère spectaculaire du déroulement d’une cavale qui rentrerait dans la catégorie des faits divers, l’affaire relève d’une grande importance impliquant de hautes autorité nationales et le jeu de relations étrangères dans une suspicion de complicité de haut vol pour une cause de petite envergure. Bafouée de la sorte, la nation perd la face et pire hypothèque tout crédit de se prévaloir d’une fiabilité dans le monde du partenariat international. L’opinion inquiète de la tournure que prend la gouvernance attendait du Président de la République déclaration de condamnation ferme et adoption de sanctions exemplaire contre cette entreprise qui met en péril la notoriété du pays. Dans l’une de ses interventions le Chef de l’Etat lance un appel invitant le peuple à se ressaisir et à faire place aux valeurs oubliées pourtant siennes et respectées comme telles dans le passé. Aucune référence ni même simple allusion à l’aventure d’une «fugitive», pour le pays mésaventure qui noircit l’horizon et détériore davantage encore en cette semaine sainte une atmosphère déjà par trop malsaine.

Au mérite d’un Etat moribond une société délitescente

Au grand dam de la communauté indo-pakistanaise, une recrudescence d’opérations criminelles dont sont victimes des membres de cette communauté. Kidnappings et meurtres se suivent faisant des Karana les cibles privilégiées. Toutefois on ne peut isoler totalement du condamnable contexte général d’insécurité la particularité dont souffre tout Karana, comme si avant tout il s’agissait de crimes sanctionnant des «délits de faciès». Certes la population n’a pas réussi l’intégration de cette communauté étrangère malgré l’implantation de longue durée dans le pays d’un grand nombre de familles indo-pakistanaise. Façade de tolérance et  manifestations épisodiques de solidarité ne suffisent seules à rendre harmonieuse une cohabitation, quand non-dits et mépris réciproques corrompent les relations. De part et d’autre on n’a fini, ni d’évacuer suspicions et rancœurs, ni de renoncer à des partis-pris non seulement pour entreprendre des procès d’intention mais pour conclure sur des condamnations préétablies.

 Alors que le pays entier est le théâtre d’une insécurité sous toutes les formes, tirer la couverture à soi et se parer d’une étoile de victime de premier choix ne saurait que faire le lit à un ostracisme malheureusement existant. Des deux côtés il existe des efforts à faire, qui, ne pouvant être spontanés, requièrent pour les animer le concours de bonnes volontés partageant d’identiques bonnes intentions.

Léo Raz

 

Tia Tanindranaza0 partages

Amboanana-ArivonimamoNanolo-tanana amin’ny famatsian-drano ny Amerikanina

Nahazo rano fisotro madio ny fokontany Alarobia kely sy Ambohimanambola samy ao amin’ny kaominina Amboanana Distrikan’Arivonimamo.

Nangonin’i Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ny teny mandalo

Vani-potoana hitrangan-javatra tokony hahataitra ny fiarahamonina hitodika bebe kokoa amin’ny raharaham-pirenena sy ny hoaviny tahaka izao tokoa no manaporofo mivaingana fa mandalo ny teny.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitandrina Rabeharivelojaona Lantoniaina“Fanonganana ny fanjakan’ny devoly ny Paska”

Anisan’ireo nahazo fanasana hanatrika ilay fivoriana niompana tamin’ny fanorenana ifotony natao teny amin’ny Espace dera omaly, ny mpitandrina Rabeharivelojaona Lantoniaina.

  Naneho ny heviny mikasika ny resaka fanonganam-panjakana izay saika voavoy be tao ho ao moa ny tenany ary nampifandraisiny ho ohatra tao anatin’izany ny fetin’ny paska izay hatrehan’ireo kristianina rahampitso. Averiko ombieny isan-taona fa ny paska dia fanafahan’Andriamanitra ny zanak’Israely tamin’ny fanjakan’ny egyptianina tamin’ny fotoan’androny, hoy izy. Amin’izao fotoana izao dia paska hahatsiarovana ny nitsanganan’i Jesoa Kristy tamin’ny maty no tsaroantsika, izany hoe, fanonganam-panjakana no nataon’i Jesoa Kristy saingy fanonganana ara-panahy dia ny fanonganana ny fanjakan’ny devoly sy ny fahafatesana. Voaongana ireo rehefa nitsangana tamin’ny maty Jesoa. Vanim-potoana paska avokoa no nitranga tany Rwanda, ny teto tamin’ny 1947 sy 1971 ary ireo hafa marobe satria saika teo no nisiana fanafahana isan-karazany, hoy izy. Saingy ny lafiny ara-panahy no tiako tsindriana satria miongana ny fahafatesana raha mandray an’i Jesoa Kristy isika. Anjaran’ny tsirairay, hoy hatrany izy, no mampifanandrify izany amina lafim-piainana samihafa.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Loka be paskaOlona 100 no notoloran'ny Orange Madagascar fanomezana

Olona 100 omaly no notoloran'ny orinasam-pifandraisana Orange Madagascar fanomezana teny amin'ny foiben-toerany eny Ankorondrano.

 Olona tsara vintana tompon'ireo ticket miisa 477.000 voarain'ity orinasam-pifandraisana ity tao anatin'ny sivy andro izy ireo nandray anjara tamin'ilay lalao lokabe Orange money nokarakarain'izy ireo noho ny fahatongavan'ny fetin'ny Paska. Nividy zavatra tamin'ny alalan'ny orange money mihoatra ny 5.000 Ar izy ireo. Nisy nandritra izany ny fahazoany ticket izay nanaovana ankitsapaka tamin'ny alalan'ny tombola. Pannier picnic avy amin'ny Super Maki no loka azony. Niampy fivahinianana miaraka amin'ny fianakaviany ny an'Andriamatoa Martial Alexandre Lazavalo, iray amin'ireo tena tsara vintana. Fivahinianana maimaimpoana haharitra herinandro any amin'ny trano fandraisam-bahiny Sunny izy io, manan-kery hatramin'ny faran'ny volana septambra. Azo hivahinianana avokoa izay mety aminy sy ny ankohonany na eto Antananarivo na any Toamasina na koa any Mahajanga. Hetsika efa fanaon'ny orinasam-pifandraisana Orange moa ny tahaka izao, indrindra amin'ny vanim-potoana lehibe tahaka ny fetin'ny Paska izay tena manan-danja amin'ny Malagasy tokoa.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Asandratro ny fireneko“Ny Frantsay sy Amerikaninana no fahavalontsika”

Ny orinasam-pirenena dia homena ny frantsay, ka izay mahazo eto dia mitondra ny volany any Frantsa.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sahobakaka ambody riana !

Efa miala any ny tafiky ny mpikatsaka an-drafahamarinana ary manampy azy ao ihany koa ny ekipan-dramilaranondranonina ry Jean handrava ny mandan-drabekolikoly,

Marco

 

Madagascar Tribune0 partages

Le Centre immatriculateur d’Ambohidahy sur la sellette

Le centre immatriculateur de Madagascar (CIM), à Ambohidahy est dans le collimateur du Bureau anti-corruption (Bianco). Soupçonnées de corruption passive, d’abus de fonction, de faux et usage de faux, dix-huit personnes travaillant au sein de ce centre ont été déférées au sein du Pôle anti-corruption (PAC) samedi dernier. Ainsi trois rabatteurs sont placés sous mandat de dépôt alors que le premier responsable du centre, une caissière et deux titulaires de faux permis biométriques ont été placés sous contrôle judiciaire. 

Pour le Bianco, il s’agit d’un « démantèlement d’un réseau de corruption ». Ce sont les agissements d’un officier de l’armée, en service au Capsat, à Antananarivo et de son épouse qui auraient alerté le Bianco après que ce dernier ait reçu une plainte anonyme relatant les faits. Le couple aurait confectionné de faux permis militaires dans leur domicile à Itaosy en vue de les transformer en permis biométrique auprès du Centre d’immatriculation d’Ambohidahy. L’enquête menée par le Bianco aurait mené à un réseau qui opère également auprès de ce service en matière de mutation de véhicules et d’octroi de permis de conduire.

Outre les trois rabatteurs placés sous mandat de dépôt après leur garde à vue auprès du Bianco, les 15 autres personnes ont été libérées. Toutefois, le Bianco indique que d’autres dossiers sont en cours à Ambohibao concernant des employés du CIM et d’autres rabatteurs.

Les innombrables doléances des usagers et de l’insatisfaction du public concernant le fonctionnement et la qualité de service du CIM a été surement un élément déclencheur.Le Bianco affirme d’ailleurs avoir reçu de nombreuses plaintes contre le centre immatriculateur depuis quelques mois. Déjà en 2017, onze employés du CIM ont été déférés au Pôle anti-corruption suite à des suspicions de corruption, deux d’entre eux ont été à l’époque mise en détention provisoire.

Le CNIDH (Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme) ainsi que le mouvement Rohy, une plateforme qui regroupe la société civile avait déjà dénoncé les pratiques autour de la conversion des permis de conduire et des cartes grises depuis 2017. Dans tous les cas, les guichets uniques de paiement des droits installés au sein de ce centre pour éviter la corruption n’a pas eu l’effet escompté. La corruption au sein de ce centre aurait certainement encore de belles années devant elle.

Madagascar Tribune0 partages

Six candidats députés contestent le remplacement des chefs fokontany

Un groupe de six candidats députés dans le district de Belo Sur Tsiribihina monte au créneau pour dénoncer le remplacement suspect des chefs fokontany dans deux communes de ce district à la vieille notamment des élections législatives. Cela s’est passé notamment dans les communes de Tsarahaotana et de Berevo. Six fokontany sont particulièrement concernés : Antsiraraka, Tanambao et Miariloha pour la première commune ; Soanafindra, Mahavato et Fenoarivo pour la commune de Berevo.

Les décisions de remplacement des présidents de fokontany de la commune de Tsarahotana remonteraient au 26 mars dernier. Joint au téléphone le concerné, dans le fokontany d’Antsiraraka raconte qu’il y avait eu une élection de président de fokontany à son insu au mois de mars. 95 électeurs sur les 4 200 électeurs du fokontany auraient voté pour son remplacement. D’autant plus que sur l’entête de la décision, on peut lire « une élection qui s’est déroulée dans le fokontany de Lambokely ».

Aussi bien dans la commune de Tsarahotana que dans le celui de Berevo, la population aurait catégoriquement refusé la réalisation de passation de service entre les chefs de fokontany entrant et sortant. A travers ces remplacements de chefs de fokontany, les candidats aux élections législatives, eux, craignent surtout une tentative de détournement des voix en faveur du candidat du régime lors du scrutin du 27 mai prochain.

Madagascar Tribune0 partages

Le HVM demande la transparence dans la gestion des aides

Le parti HVM a effectué hier une déclaration politique par rapport à l’état d’urgence sanitaire instauré dans le pays et la gestion de la crise sanitaire à Madagascar. L’état d’urgence sanitaire ne signifie pas dictature, absence de transparence, persécution ou propagande politique, s’insurge le HVM. Le message s’adresse notamment aux dirigeants du régime en place d’autant plus que cette formation politique s’est déjà rangée dans le camp des partis de l’opposition.

Le parti de l’ancien président Hery Rajaonarimampianina pose ainsi des questions sur la gestion de cette crise sanitaire liée au coronavirus. « Qu’en est-il de la transparence concernant l’utilisation des emprunts ou des différents dons financiers ainsi que les autres aides ? » Il s’interroge également sur l’impartialité de l’Etat dans le cadre de la mise en œuvre des stratégies du plan d’urgence social afin de venir en aide aux plus démunis et vulnérables.

Pour le parti HVM, « la grande partie de la communication faite par le régime au pouvoir est consacrée à une apparence politique et une persécution de ceux qui ne partagent pas ses idées » ainsi qu’à une mise en cause des autres dans certaines responsabilités qui incombent au pouvoir. Le HVM affirme par ailleurs que la liberté d’expression, autant pour les journalistes que pour les citoyens, serait bafouée à Madagascar.

Madagascar Tribune0 partages

Le FMI allège la dette de Madagascar et de 24 autres pays

Le dimanche de Pâques, le Pape François a réclamé l’annulation de la dette de tous les pays pauvres lors de sa traditionnelle bénédiction « urbi et orbi ». Et la réponse du Fonds monétaire internationale (FMI) fut immédiate ou presque. Pas plus tard qu’hier, la directrice générale de cette institution financière internationale, Kristalina Georgieva, a annoncé l’allègement immédiat du service de la dette pour 25 pays membres du FMI.

Les pays bénéficiaires de cet allègement du service de leur dette sont les suivants : Afghanistan, Bénin, Burkina Faso, Comores, Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Haïti, Îles Solomon, Libéria, Madagascar, Malawi, Mali, Mozambique, Népal, Niger, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Sierra Leone, Tadjikistan, Tchad, Togo et Yémen.

La première responsable du FMI indique que cet allègement de dette approuvée par le conseil d’administration est au titre du « fonds fiduciaire réaménagé d’assistance et de riposte aux catastrophes ». L’objectif est de permettre à ces pays de « consacrer une plus grande partie de leurs faibles ressources aux soins médicaux et autres efforts de secours d’urgence vitale ». En effet, cette mesure a été décidée « dans le cadre des mesures que le FMI prend pour aider ses pays membres à faire face aux conséquences de la pandémie du Covid-19 ».

Les pays les plus pauvres et les plus vulnérables recevront ainsi des dons qui couvriront leurs obligations envers le FMI pour une phase initiale de six mois. En vérité, grâce aux engagements récents de plusieurs pays donateurs comme le Royaume-Uni, le Japon, la Chine ou encore les Pays-Bas, le fonds fiduciaire peut fournir un allègement du service de la dette sous forme de dons à hauteur d’environ 500 millions de dollars.

La directrice générale du FMI exhorte les autres donateurs à « aider à reconstituer les ressources du fonds fiduciaire et à renforcer davantage notre capacité à offrir à nos pays membres les plus pauvres un allègement supplémentaire du service de la dette pendant pas moins de deux ans ».

Par rapport à cette décision de l’institution de Breton Woods, le grand Argentier malgache, Richard Randriamandranto a indiqué que cet allègement immédiat du service de la dette résulte d’une « négociation avec le fonds monétaire ». Il ajoute par ailleurs que d’autres procédures sont en cours ». Autrement dit, les autorités malgaches sont en train de négocier d’autres allègements de la dette en identifiant « les aides bilatérales qu’on pourrait négocier ».

Le FMI analyse qu’ « en raison de la pandémie, l’économie mondiale devrait connaître une forte contraction de 3% en 2020, soit un recul bien plus marqué que lors de la crise financière de 2008-09 ». Pour cette institution financière, « Il est très probable que l’économie mondiale connaisse cette année sa pire récession depuis la grande dépression, soit une récession plus grave que celle observée lors de la crise financière mondiale il y a une dizaine d’années. Selon les prévisions, le « Grand confinement » devrait entraîner une forte décroissance. »

L'express de Madagascar0 partages

Rapt à Andranomena – Un technicien de télé parmi cinq prévenus

Inculpés dans l’enlèvement d’un lycéen à Andranomena, cinq suspects ont été entendus. Ils étaient les propriétaires du monospace utilisé par les ravisseurs.

Le rapt du Français d’origine indienne Firoze Nourbhay devant la justice. Cinq prévenus, dont deux femmes, ont été traduits hier devant le parquet du tribunal à Anosy. Parmi les personnes incriminées figure un technicien d’un organe de presse privée audiovisuelle. Après avoir retrouvé un monospace de marque Renault Espace que les ravisseurs ont utilisé lors de l’enlèvement, les enquêteurs de la brigade criminelle sont remontés de fil en aiguille jusqu’aux suspects.Ayant été autrefois propriétaires du véhicule en question, ces derniers ont été soupçonnés d’avoir été pour quelque-chose dans l’affaire. L’un est un chef de famille dont la carte grise est encore au nom du véhicule, bien qu’il ait vendu le véhicule depuis plus d’un an. La Renault Espace a été revendue deux fois après la transaction qu’il a conclut quoiqu’aucun des nouveaux acquéreurs qui se sont succédés n’aient fait la mutation.L’étau se resserre entre autres sur le technicien de la presse audio-visuelle, lequel aurait revendu le monospace sans qu’aucun acte écrit ne puisse le justifier, avant que celui-ci ne finisse entre les mains des ravisseurs. Le kidnapping a été commis mardi vers 6 heures du matin, au nez et à la barbe de sept policiers. Une escouade de ravisseurs munis de deux fusils Kalachnikov et de deux pistolets automatiques, a frappé au niveau du point de contrôle de la police à Andranomena.

ExpertiseLes assaillants se sont arrêtés devant un véhicule d’intervention des forces de police pour tenir en joue et mettre à plat ventre sur l’asphalte et coucher dans le pick-up, les cinq policiers se trouvant à bord. Sur ces entrefaites, les malfaiteurs ont arrosé de balles le radiateur du tout-terrain.À quelques mètres, deux autres policiers en train de régler la circulation se sont gardés d’intervenir, n’étant pas armés. Élève au lycée  français à Ambatobe, Firoze Nourbhay, s’apprêtait à prendre le bus scolaire lorsque le gang a sévi.Deux des kidnappeurs, tenant chacun une arme de poing, ont empêché le jeune homme de 16 ans de monter dans le bus scolaire. Désemparé, le lycéen a pris les jambes à son cou le long d’une voie de desserte pour essayer de regagner tant bien que mal son foyer, mais les bandits l’ont appréhendé. Il a été d’emblée jeté dans la Renault Espace sous les yeux impuissants de ses camarades. Une quinzaine de minutes plus tard, le monospace a été retrouvé abandonné sur la route digue au niveau du croisement conduisant à Ambohi­tri­manjaka.En menant son investigation, la brigade criminelle a décelé que la plaque était fausse. Il lui a fallu examiner le numéro du châssis ainsi que celui de la carrosserie pour remonter jusqu’ aux suspects. Entre- temps, la bande armée, auteur du rapt continue à courir dans la nature.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Judo – 38è Championnat d’Afrique – Tarimy et Rija décrochent l’or

 Madagascar se distingue dans la première épreuve du kata (nage no kata) et rate deux médailles de bronze chez les filles -48kg et -73kg en shiaï. L’Algérie compte déjà trois champions d’Afrique.

C’était un challenge de taille mais on l’a fait, on est champion d’Afrique, s’exalte Rija Ratovona, représentant malga­che en nage no kata (kata en judo debout) qui s’est allié avec Tarimy Rabema­soandro. Au terme d’une compétition où la pression était énorme, ce duo Rija-Tarimy s’est adjugé le titre de champion d’Afrique. Ils avaient comme adversaire en finale un autre duo malgache composé de Ony Rasamimanana et de Zo Ny Aina Ranaivosoa.Pour en revenir à la prestation de Rija et Tarimy, ils ont tout simplement été à la hauteur de l’évènement malgré une toute première participation en championnat d’Afrique. Ils récoltent une note de 364 points contre 363 pour Ony et Zo. De plus, la concurrence était rude avec l’équipe sud-africaine où il y avait les deux frères Gerhard et Johannes Schultz qui terminent en bronze avec un total de 360 points« On n’a jamais été ensemble pour une quelconque prestation avant cette année. Après les championnats de Madagascar en kata au mois de février, on a terminé tous les deux à la troisième place. C’est après qu’on a pu évoluer ensemble en étant sous la direction de Mamy Dongoza au sein du club Hakudokan. Depuis le regroupement, on est resté fusionnel car la prestation en kata nécessite une totale cohésion sur le tatami et en dehors. On est heureux d’apporter la première médaille d’or de ces championnats d’Afrique pour Madagascar », s’enthousiasme Tarimy Rabemasoandro.

Podium ratéEn ce qui concerne les combats ou shiaï, les Malgaches se sont montrés plutôt discrets.Chez les moins de 60kg hommes, Nazir Bin Abdou est tombé sur plus fort que lui en la personne du Marocain Yassine Moutadir. Ce dernier a pu gagner en bénéficiant d’un waza-ri et a pu, par la suite, décrocher la médaille de bronze en remportant son duel face au Sénégalais Moustapha Toure.Pour Nady Jonarison, toujours chez les moins de 60kg, il a perdu d’entrée contre le Mauricien Laurent Pascal sur ippon a une minute vingt secondes de la fin du combat.Après, pour les moins de 66kg, Herikanto Kevin Andriamanoelina a tout d’abord battu sur ippon le Mauricien Louis Christopher Carron avant de s’incliner dans « l’extra time »contre l’Algérien Zoud Zourdani au second tour. En repêchage, il perd contre le Sud-africain Siyabulela Mabulu.En -73kg hommes, Royal Rakotoarivony n’a rien pu faire contre l’Egyptien Omar Mamoud, qui a terminé en bronze. Même constat en open hommes pour Nirina Julot qui sort d’entrée sur ippon a la moitié du combat face au Sud-africain Kévin Keuvelaar.Chez les dames, les Malga­ches se sont montrés plus performantes que les hommes. En -63kg, Daniella Nomenjanahary a tout d’abord gagné son duel face à la Malienne Aissata Traore avant de perdre au second tour contre la Camerounaise Bibienne Fopa. En repêchage, elle s’offre une deuxième victoire face à la Sud-africaine Kayla Cameron mais rate la médaille de bronze après la défaite contre une autre camerounaise Hélène Wezeu Dombeu.Tatiana Andrianaivora­velona, aussi, est passée tout prêt du podium. Victorieuse devant l’Angolaise Andreza Antonio, elle s’incline face à la Tunisienne Saoudi Olfa. Puis après, elle s’octroie une importante victoire devant la Burundaise Adidja Mimile Havugiyaremye. Pour le gain de la médaille de bronze, elle a été surclassée par la Marocaine Aziza Chakir.Les autres Malgaches ont toutes été sorties au premier tour à l’instar de Mirana Henintsoa (-52kg), Narindra Rakotovao et Fanjanirina Rabehariniaina (-57kg) ainsi qu’Elisabeth Nomenjanahary en open.Les compétitions se poursuivent, ce jour, avec chez les dames les catégories -70kg, -78kg, +78kg et chez les hommes les catégories -81kg, -90kg, -100kg, +100kg avec l’épreuve du kata me no kata. Jusqu’ici, l’Algérie fait déjà forte impression en décrochant durant la première journée d’hier trois médailles d’or. La Tunisie suit avec deux médailles d’or. Le Maroc, la Tunisie, l’Algérie, l’Egypte, Madagascar et la Guinée bissau ont, chacun, une breloque en or.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Viols de religieuses – Trente suspects jetés en prison

Traduits devant le parquet d’Antsirabe mercredi et jeudi pour viol et attaque à main armée contre une communauté de religieuses à Antsahatanteraka Andrano­maletra, trente prévenus ont été placés en détention préventive. L’acte a été commis dans le nuit du vendredi31 mars au 1er avril. Vers 2 heures du matin, le gang s’est introduit dans les bâtiments en crochetant les barres d’une porte métallique.Parmi les victimes, cinq religieuses, dont une sœur malgache, une volontaire allemande ainsi que trois stagiaires ont été victimes de violences sexuelles. Roué de coups, un individu en service dans la communauté a été, pour sa part, grièvement blessé. Selon les préjudices déclarés aux forces de gendarmerie, 6000 euros, 3 millions d’ariary en liquide, quatre téléphones portables, trois ordinateurs ainsi qu’une tablette numérique ont  été dérobés. Après les premières arrestations, sept suspects ont été identifiés par les victimes comme étant les auteurs des crimes ayant été perpétrés.Un multirécidiviste surnommé «Kely Maso» a été le premier à s’être fait arrêter. Les enquêteurs ont reconnu son œuvre en étudiant le mode opératoire de la bande qui a frappé. Les arrestations se sont ensuite enchaînées.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Religion – L’escalier « 416 » aménagé en chemin de croix

Le vendredi Saint a été particulier pour les croyants de l’Église Catholique Romaine (ECAR) à Antananarivo. Quelques centaines de catholiques sont venus inaugurer le premier chemin de croix, dans le centre-ville, hier. Il s’agit de l’escalier Razafindrazay, connu sous l’appellation escalier « 416 », que les fidèles de l’ECAR de la Cathédrale de l’Immaculée Conception à Andohalo, ont aménagé en Chemin de croix.« C’est une initiative des fidèles de la paroisse, avec le consentement de l’archevêque et l’autorisation de l’État. L’objectif est de consolider la foi des catholiques. Les chrétiens se sont donné la main pour la réalisation des travaux », explique Angelo Rakotomandimby, vice président de la paroisse.Pour ces chrétiens, ce chemin de croix rappelle les dernières heures de Jésus-Christ, sur terre. « Il représente le calvaire enduré par le Christ, à l’époque », poursuit ce fervent catholique.Quatorze croix sont érigées tout au long de cet escalier, reliant Mahamasina à la Cathédrale à Andohalo. « Ces croix vont encourager les passants, à se tourner vers Dieu », espère l’archevêque Odon Razanakolona qui a honoré de sa présence l’inauguration de ce symbole prestigieux pour les fidèles catholiques.Chacune de ces croix a été sanctifiées, durant cette inauguration. Le chemin de croix a commencé vers 18 heures à Mahamasina. Les fidèles ont franchi un à un les 416 marches, pour rejoindre ensuite la cathédrale d’Andohalo.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Fête de Pâques – Les Malgaches préfèrent bien manger

Les Malgaches, du moins la plupart, consacrent leur budget pour le menu de Pâques plutôt que pour les effets vestimentaires, cette année. Le marché des habillements n’a pas fait rentrer beaucoup d’argent pour cette fête pascale, comparé à celui des fêtes de Noël et de fin d’année. « Le marché de Pâques n’est pas fructueux, car les gens n’ont pas d’argent », affirme une vendeuse de vêtements de confection à Behoririka.  Pourtant bon nombre de personnes s’activent et font des va et vient, créant des embouteillages dans le centre ville.À titre de rappel, lors des fêtes pascales, beaucoup d’enfants reçoivent le saint sacrement du baptême chez les catholiques, et d’autres personnes choisissent de recevoir le sacrement du mariage. Et seules les personnes concernées par ces évènements achètent des effets vestimentaires relatifs à la situation.Quant aux marchands de fruits et légumes, ils profitent de l’occasion pour tirer le maximum de bénéfices.« Nous  préférons profiter de notre activité quotidienne car nous gagnons deux fois plusque d’habitude, lors des fêtes », affirme un marchand de légumes à Andravoahangy.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Route nationale 4 – L’ancien pont du Kamoro bientôt réhabilité

Les usagers de la route nationale n°4, reliant Mahajanga à Antananarivo, devront encore patienter jusqu’au 27 avril. Notamment en ce qui concerne l’utilisation de l’ancien pont de Kamoro, au PK 406+ 3005, lequel est actuellement l’objet de travaux de réhabilitation nécessités par sa dégradation avancée. La fermeture de l’accès à la passerelle reste règlementée, elle est maintenue entre 8 heures et 12 heures tous les jours, sauf le dimanche.Les travaux sont à 80% réalisés. Les platelages métalliques sont réparés, les lames détériorées remplacées. Il est vrai que le passage sur cette grande gaillarde était très impressionnant à cause de son délabrement.La réhabilitation de l’ancien pont, le nouveau est juste à côté, et sa construction sont à une phase avancée- a débuté le 24 juillet 2015 et il sera fonctionnel le 27 avril. Selon les responsables de l’entreprise de construction Effiage, 300 tonnes d’acier en corten « autopatinable » sont utilisés pour la charpente et l’ouvrage. D’après un responsable du ministère des Travaux publics, le budget alloué à la réhabilitation est évalué à 14 millions de dollars. L’ancien pont sur le Kamoro a été construit en 1927. Après son lifting, il pourra durer encore plus de cent ans.Petit à petit, les infrastructures comme les ponts et les viaducs subissent un lifting sur cette nationale très fréquentée. La réhabilitation du pont Manambatromby, à Ambalajana­komby,situé à environ 30 km d’Ambondromamy vers Maevatanàna, a commencé depuis quelques mois.Un grand chantier y est opérationnel. Après Kamoro, la circulation sur cette voie subira aussi des perturbations. L’accès sera à coup sûr réglementé et modifié bientôt.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Divertissement – T-Toon Ampandrana se refait une jeunesse

Lieu d’échanges, d’amusements et de loisirs, sinon de découverte, T-Toon s’affirme comme un espace d’exception. Toute une génération de jeunes amateurs de jeux de société s’y donnent rendez-vous.

Convivial, chaleureux et incontournable pour tous les férus de jeux de société de la ville des Mille. T-Toon s’affiche, depuis plusieurs années, comme un endroit d’exception et de référence en termes de loisirs. Situé à Ampandrana, près de la Cité Perrier, il se redécouvre en ce début d’année avec plus de couleurs et de bonne humeur dédiées à une clientèle de tous âges.Si l’espace a toujours été renommé pour être un lieu où l’on s’attarde pour jouer, désormais l’on peut y apprendre également. Sous la gérance des deux passionnés de loisirs que sont Sandro Ramanalinarivo et Lalaina Rajosoa, T-Toon s’est littéralement refait une nouvelle jeunesse. Ainsi, outre les traditionnels jeux de société auxquels sont accoutumés les inconditionnels des lieux, des nouveautés s’y découvrent, ainsi qu’une nouvelle programmation d’initiation à l’art et à l’illustration en général, en guise d’éveil artistique. Emmenés par le jeune peintre et illustrateur Tefy Khaita, les jeunes férus peuvent s’y retrouver chaque semaine, pour laisser la part belle à leur créativité.

Les ateliers de dessins pour les enfants fédèrent chaque semaine de plus en plus de jeunes.

Un lieu d’apprentissage

Lors des rendez-vous mensuels enrichissants et en guise de grande nouveauté depuis sa réouverture en février, T-Toon organise des journées récréatives à travers des ateliers artistiques et des échanges en tout genre avec plusieurs artistes. Ainsi, tout au long de ce mois, le peintre Tefy Khaita convie la jeune génération d’artistes en herbe à se joindre à lui au sein de T-Toon, chaque mercredi après-midi et toute la journée du samedi. Des séances d’initiation à l’art pour favoriser  l’éveil de talents cachés de jeunes enfants qui ont rejoint ses ateliers de dessins et qui émerveillent aussi les parents. Apprendre tout en s’amusant, c’est l’esprit même de T-Toon et c’est ainsi que se décline la formation animée par Tefy Khaita. Cela commence par les bases du dessin, notamment en recréant un personnage et en s’imprégnant des couleurs. Peintre autodidacte, l’initiateur est à l’aise pour son talent avec les enfants tout en s’amusant. « Lieu où l’on peut se cultiver et s’amuser à cœur joie, T-Toon est un endroit privilégié pour moi », conclut le peintre.

L’espace a toujours été un lieu privilégié pour les générations d’inconditionnels de jeux et de loisirs en tout genre.

Un endroit récréatif

Lieu d’amusement pour tous, T-Toon est un endroit qui se doit de respirer la fraternité et le partage à travers sa liste intarissable de jeux à découvrir. L’espace accueille aussi bien grands et petits, adultes et enfants, autrement dit un public de toutes les générations et de tous horizons. Le temps d’une récréation bien mérité, les portes de T-Toon s’ouvrent à tous, qu’ils soient profanes ou fervents amateurs de jeux de société, à tous ceux qui souhaitent s’y relaxer tout en faisant travailler leurs méninges. En semaine et pendant le weekend, de la matinée jusqu’en début de soirée, les jeunes peuvent investir les lieux pour une bonne partie, pour satisfaire leur fringale, mais, par dessus tout, pour s’enrichir intellectuellement. Chaque samedi soir notamment, le public peut s’amuser à répondre à une belle série de questions et gagner des lots offerts par la maison, le temps du fameux quizz hebdomadaire.

Un endroit à part dans la capitale, T-Toon est un lieu chaleureux où il fait bon s’amuser.

Andry Patrick Rakotondrazaka – Photos T-Toon

L'express de Madagascar0 partages

Concert – Voix et piano seraient avec Moumtaz

C’est un complexe qui promet et qu’on va certainement admirer. Fy Rajaofetra sera au piano accompagné par la voix de Moumtaz. La magie va certainement s’opérer ce soir au restaurant Le Complexe sis à la Villa Pradon à Antanimena à partir de 20 heures. Fy est bien connu dans le domaine du jazz, du gospel en tant que claviériste, et il excelle aussi dans d’autres domaines comme la variété, le pop, le rb et les morceaux traditionnels. Avec lui, chaque note contient un pouvoir magique, capable de transformer chaque instant en un pur moment de plaisir, riche en émotion. Raison pour laquelle les grands noms de la chanson comme la Norvégienne Hannan Paulsberg, Voahirana Andriambelo, Nanie, Elsie Solofo, Mahery du groupe Johary ou Rija Ramanantoanina et bien d’autres encore, lui ont accordé le privilège d’offrir une prestation de qualité avec leur timbre vocal respectif. Et ce soir, une autre belle voix va l’accompagner pour une opération séduction, celle de Moumtaz. Ce jeune artiste talentueux et belle gueule, a fait ses preuves sur différentes scènes de la capitale.Les deux feront la paire pour cette soirée, en proposant un répertoire très varié.  À apprécier sans modération avec les spécialités de la maison comportant un choix très large en matière d’art culinaire, allant de la bistronomie à la saladerie, en passant par la fusion asiatique. Une soirée qui promet de se terminer par une ambiance clubbing sensationnelle.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

La hausse de l’allo­ca­tion familiale effective

La Caisse nationale de la Prévoyance sociale (CNAPS) a appliqué la hausse de l’allocation familiale, depuis mars. Elle est de 4 000 ariary par enfant. Les bénéficiaires ont reçu un rappel.

L'express de Madagascar0 partages

Un corps dans une rizière

Le corps sans vie d’un sexagénaire a été découvert dans une rizière à Bemarivo Marovoay, avant-hier. Il gisait à plat ventre dans une rizière au moment de la découverte macabre. Le défunt a quitté son foyer la veille. Il devait faire du labour.

L'express de Madagascar0 partages

Handball – Championnats Jeunes – La région Sud impressionne

C’est un fait. La relève malgache en matière de handball se trouve dans la région Sud de Madagascar. Durant les championnats de Mada­gascar cadets et juniors qui ont démarré cette semaine au gymnase d’Ankorondrano, les équipes du Sud impressionnent aussi bien chez les filles que chez les garçons.Ce jour, les finales se joueront à partir de 10h et la région Sud de Madagascar est très bien représentée.Chez les cadettes, on aura l’affiche HBCI contre ASE, toutes les deux de la région Ihorombe. En demi-finales, HBCI s’est imposé devant HBCB 119 de Bongolava sur le score de 18 buts à 5. De l’autre côté, l’ASE, cham­pionne de Madagascar en titre, s’est permis de surclasser Zanakala d’Atsimo Atsina­nana sur 12 buts à 8.En cadets, ASS Atsimo Andrefana s’est montré plus expéditif que le TAM en signant une victoire sur 29 buts à 24. Elle jouera la finale ce jour contre l’ASRB Boeny, gagnant en roue libre devant l’ASCIM.Quant aux juniors garçons, la forte impression est venue de l’équipe Groupe Siteny Atsimo Andrefana qui a livré un match de haut niveau en venant à bout de l’ASCAF sur 31 buts à 23. Groupe Siteny aura comme adversaire l’ASS, elle aussi d’Atsimo Andrefana, tombeur de l’équipe Tilty Atsinanana en demi-finales (37 à 32).En juniors filles ASE Ihorombe affrontera en finale le HCJB de Boeny.Les finales du jour seront inédites car elles mettront en scène les futurs mem­bres des équipes nationales seniors hommes et dames d’ici quelques années.

D.R.

L'express de Madagascar0 partages

Campagne pour l’éli­mination des fistules obstétricales

Le ministère de la Santé publique organisera une campagne pour l’élimi­nation des fistules obsté­tricales du 18 au 28 avril. Elle aura pour thème « Stop à la discrimi­na­tion des femmes victimes de fistules obstétricales. Prenons-les en charge ». La Semaine africaine de vaccination, couplée avec la Semaine de la santé de la mère et de l’enfant (SSME) aura lieu du 24 avril au 28 avril dans tout Madagascar. Le lancement officiel se tiendra le 21 avril à Toliara.

L'express de Madagascar0 partages

Découverte d’ossements

Un sac tissé rempli d’ossements humains a été découvert dans un buisson à Namakia avant-hier. Aucun pillage de sépulture n’est jusqu’à maintenant signalé dans les environs. Les ossements retrouvés ont été remis au fokonolona.

L'express de Madagascar0 partages

Évasion pascale

Une semaine sainte particulièrement tragique et animée. D’abord par une grosse désillusion pour ceux qui s’apprêtaient à jubiler avec la première grande victoire de la lutte anti-corruption. Le gros requin attrapé par le Bianco s’est échappé comme par enchantement. Personne n’y a vu que du feu. Mais un premier pas est franchi. Le grand perdant dans cette affaire reste l’État qui a manqué une occasion de montrer sa détermination à lutter contre la corruption. Il s’est rattrapé en se rebiffant sur le directeur de cabinet du ministère de la Communication qui a détourné mille fois moins que la conseillère du Président mais qui doit effectuer cinq ans de travaux forcés. Mais à défaut d’être évacué à Maurice, il purge sa peine sur un lit de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona où il est admis depuis quelques mois. Il s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment.Les deux vedettes de cette semaine sainte sont en fait des larbins sacrifiés sur l’autel de la lutte contre la corruption. Les vrais coupables sont tranquilles et vont pouvoir participer sereinement à la tradition de l’évasion pascale. Une autre évasion beaucoup plus relaxante que la semaine qui n’a finalement rien de sainte étant donné que les ravisseurs en ont profité pour frapper et enlever un enfant de 16 ans à l’arrêt d’un bus scolaire. Un kidnapping de trop qui a révolté la communauté française, principale victime et cible préférée des bandits. Qu’en a-t-on fait de la fameuse liste Goldblatt remise au Président ?Après une légère accalmie, les rapts reviennent en force sans que des mesures drastiques soient prises. Coïncidence ou pas, depuis la libération de deux illustres acteurs de kidnapping à Toamasina, les enlèvements avec demande de rançon se multiplient.Une atmosphère d’insécurité généralisée qui justifie l’abandon de la capitale ne serait-ce que pour quelques jours. Pour certains ce serait de façon définitive, hélas. Un enfant de 16 ans sera marqué par ce drame toute sa vie. C’est plus dur de passer quelques jours de détention entre les mains de ravisseurs que de purger cinq ans de travaux forcés dans l’enceinte d’un hôpital ou au bord de la mer bleu azur de l’ile aux cerfs à Maurice.La magie de Pâques ne changera pas grand chose dans les conditions de vie de la population. C’est juste une trêve, une injonction de morphine pour ne pas sentir les affres du prix du riz ou du carburant, pour ne pas réaliser le déroute de l’ariary.L’évasion pascale a ceci de miraculeux qu’on se sent en sécurité avec un millier de forces de l’ordre veillant au grain.  Reste à espérer que la guerre n’éclate pas entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. Le risque que tout barde est énorme entre le président nord coréen dont on connaît la tyrannie et la folie et son homologue américain dont on connaît l’extravagance. Ne comptez pas sur eux pour observer une trêve. Ni l’un ni l’autre n’y accordent aucune importance. En Corée Jesus Christ se traduit par Kim il Sung.Comptons sur un miracle pour que l’évasion se passe sans anicroche comme on sait le faire.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Voyages au fil de l’eau

Faire des vastes étendues aquatiques que renferme Madagascar des destinations touristiques est, en 1963, le grand souhait de A. Kiener.Si à l’Ouest, beaucoup de lacs moins étendus sont aussi beaux et attrayants que Kinkony, la province d’Antananarivo a aussi les siens, mais ils sont plutôt volcaniques.Tel le lac Itasy, troisième de l’ile en étendue avec ses 3 500 hectares, bien connu des touristes car proche de la capitale. Dès Ampefy, on peut déjà suivre à pied les rivages du petit lac Kavitaha et surtout visiter ces curieuses installations construites en vue de la capture des anguilles en saison chaude, quand celles-ci descendent la Lily pour aller pondre en mer. « Mais où   »La visite des lieux est assez acrobatique et il est préférable de s’aventurer pieds nus- « et sans appareil photo »- sur les ponceaux faits de rondins et sans rampe. Une promenade beaucoup plus facile à faire est celle du petit lac de cratère d’Andranotoraha, « aux eaux romantiques et tristes », au fond de la vaste cuvette. Les plus courageux en dévalent les pentes pour se mirer dans l’eau.De la colline d’Andranotoraha, la vue sur l’Itasy est très belle. Le lac ressemble par de nombreux points à celui, plus petit mais également volcanique, de Tritriva, près d’Antsirabe. Les eaux de ce dernier lac occupent une véritable cheminée de plus de 150 mètres de profondeur. Mais si l’on sillonne les pistes qui font le tour de l’Itasy, on arrive à l’ilot boisé appelé aussi l’Ilot Sacré, où se trouve le village des pêcheurs d’Ambatomboro.Pour voir le lac dans son ensemble, il suffit de prendre la « piste jeepable » de l’Ambohitri-manjaka qui culmine à 1807 mètres, pour y arriver en fin d’après-midi.  « J’avoue que c’est bien le pays le plus grandiose et l’un des plus extraordinaires couchers du soleil que j’aie eu le bonheur de voir à Madagascar.» Contrairement à Tritriva qui, en fin de journée, prend « un aspect sombre et lugubre ».Mais toutes les eaux de la Grande ile ne sont pas aussi calmes, car le pays est aussi connu par ses « rapides » et ses « chutes » bondissantes. Ils marquent les grandes marches d’escalier menant, de falaise en falaise, vers les Hautes terres ou à l’assaut des montagnes.Que de belles cascades ! Mais souvent difficiles d’accès. Telles, non loin du lac Itasy, les chutes de la Lily ; près de Faratsiho, on peut citer Kitsamby et Ramainandro ; sur l’Ikopa, on a Antelomita ; près de Mahitsy, sur la route de Mahajanga, il y a Farahantsana ; sur la route de l’Est, la Mandraka; sur l’axe Lakato-Moramanga, Ambodiriana ; et sur la piste Moramanga-Anosibe an’Ala, les chutes de la Mort.Sur le pourtour de la zone centrale de l’ile et en zone côtière, on peut toujours essayer de visiter les chutes de Faliarivo à Ambatofinan- drahana, de Faraony et Mandrianam- potsy en bordure de la ligne Fianarantsoa-côte Est, d’Ambohi-miera et Namorona à Ifanadiana, de Sakaleona et Andriamovoka à Ambalarondro-Brickaville, de la Mahavavy à Ambilobe, des Roussettes sur la montagne d’Ambre, d’Irony entre Bealanana et Antsohihy, de Mahajilo près de Miandrivazo…Autour des eaux, calmes ou tumultueuses, se tissent des légendes, des croyances, comme en l’existence du « Tompondrano », génie des eaux qui y est hébergé et qui gronde lors des tempêtes ; des « Zazavavindrano », ces mignonnes nymphes des eaux qui savent si bien se cacher à toute approche du visiteur indiscret « dans ces gîtes charmants que sont les ruisseaux cascadants ».La recherche de ces derniers, selon A. Kiener, ne sera pas longue et non loin d’Antananarivo, les stations forestières de Manjakatompo et d’Antsampandrano, entre autres, offrent aux promeneurs leurs rivières bouillonnantes, au milieu de la forêt, des pins et des fougères arborescentes.Dans la grande forêt de l’Est, de « charmants » ruisseaux au bord desquels souvent on admirera une remarquable plante d’eau, connue sous le nom d’« ovirandrana », ajourée comme une dentelle : c’est « l’Aponogeton fenestralis ». Sans oublier cette petite grenouille tricolore (Mantella madagascariensis) qui vit au milieu des mousses, « ravissante avec des couleurs bariolées orange, noire et vert pomme ».

L'express de Madagascar0 partages

Mission de relèvement

En tournée dans la Sava, la ministre chargée de la Population, Onitiana Realy, y a lancé des activités génératrices de revenus pour « accélérer le retour à la normale  du quotidien » des habitants des communes dévastées par le cyclone Enawo. Outre le lancement des travaux à haute intensité de main d’œuvre sur les actifs communautaires, des matériels destinés au lancement d’activités rémunératrices ont été remis à des associations de femmes. Des enfants ont également bénéficié de fournitures scolaires et de nouveaux habits.

L'express de Madagascar0 partages

Des milliers d’hémo­philes à Madagascar

Le nombre de personnes victimes d’hémophilie est estimé à 2 500, à Mada­gascar. Elle est due à l’insuffisance du facteur coagulant. La célébration de la journée mondiale des hémophiles se tiendra le 19 avril, à Miarinarivo.

L'express de Madagascar0 partages

Fugitif arrêté

Arrestation d’un fugitif sur la RN4 à Andranofasika mardi. Intercepté à bord de son véhicule, le suspect est soupçonné d’escroquerie, dont une société sise à Mahajanga a été victime. Les préjudices s’élèvent à 170 millions d’ariary. Le quidam a été remis à la section des recherches criminelles de la gendarmerie à Mahajanga, saisie de l’affaire.

L'express de Madagascar0 partages

Bon débarras, mais pas quitte !

Bien sûr, l’évasion sanitaire, attendue et programmée, de la dame Claudine avait pu choquer. D’autant plus choquer que ses «protecteurs» en haut lieu avaient osé commettre, au vu et au su de tout le monde, ce qu’on craignait justement qu’ils fassent. Ce n’est pas tant l’évacuation sanitaire complaisante qui fait scandale que cette indécence absolue des tenants du pouvoir dans la cascade de prétextes fallacieux. «Ils» ont fait établir un certificat médical attestant qu’une simple perte de connaissance nécessite, d’abord une ambulance présente fort opportunément en lieu et place du fourgon cellulaire, ensuite que la même maladie doive se soigner à l’île Maurice. «Ils» lui ont obtenu l’accompagnement d’une pénitentiaire nantie de l’ordre d’une mission plus qu’improbable seule et isolée en terre étrangère : en cas de besoin, cette brave agent aurait-elle pu requérir la collaboration expresse de la police mauricienne ?  Enfin, «ils» ont fait en sorte que la police aux frontières oublie les deux interdictions de sortie du territoire, dont la première remonte à quatre mois.Amnésie chez la police aux frontières, permis express de voyage pour une fonctionnaire subalterne, maladie imaginaire dont aucun hôpital «manara-penitra» de Madagascar n’a jamais entendu parler : dans notre légitimisme forcené, dans notre désir d’ordre, dans notre éducation à respecter la hiérarchie, nous refusons toujours pourtant de croire à l’inconcevable. Non, il n’est pas possible, malgré la surenchère dans l’inimaginable, que lui, l’élu du suffrage universel direct national, celui dont l’élection justement a mis fin à la honte de la parenthèse putschiste, soit complice. Mais, alors, l’autre possibilité n’est pas moins inquiétante : si le Président de la République n’est pas complice, mais qu’il ne peut faire sauter les fusibles successifs au risque de court-circuiter la maison Madagascar, se peut-il que le Chef de l’État soit dans l’impuissance ?L’argent est roi. Dans ce Madagascar de la génération «mametraha kely» (expression consacrée des arrangements toujours possibles), «felaka» (expression dédiée à la corruption patentée de certains journalistes vendus au plus offrant), «tsolotra» et «kolikoly» (deux termes attestés dans les dictionnaires de la fin du XIXème siècle pour désigner la corruption), l’argent-roi est encore plus souverain. Le foncier comme le minier, l’halieutique comme les droits aériens, les corridors forestiers comme les remblais urbains, la faune endémique comme les domestiques destinés aux pays arabes, les fémurs de nos défunts comme la couronne de la dernière Reine de Madagascar : qu’est-ce qui n’a pas encore été monnayé ?L’ampleur de cette mise en coupe réglée d’une île-continent, passée de pays d’avenir au rang des pays les moins avancés, est «incroyable mais vraie». Depuis cinquante ans, les îles voisines, avec le recul d’une distance toute insulaire mais avec la proximité propre à l’étranger intime, assistent incrédules à notre suicide collectif. Maurice ou La Réunion devraient pouvoir empêcher que les pilleurs d’ici n’arrivent là-bas bâtir des fortunes off-shore. Car, plus qu’une incarcération, qui reste de l’ordre du symbole, le plus important, pour un pays créancier de tant de trafics à échelle industrielle, est de pouvoir recouvrer ses avoirs. Le bannissement existe du vivant d’un criminel. L’exclusion du tombeau ancestral pourrait enrichir la nomenclature des peines afflictives et infamantes. En attendant, remboursez !

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Rencontres marathon

Un cadre de consulta­tion sur la mise en place de la commission consultative de réflexion et de proposition sur l’amélioration de l’encadrement juridique du processus électorale à Madagascar se tiendra à Alarobia, ce mercredi 19 avril. Selon le communiqué officiel de la commission nationale électorale indépendante (CENI) sorti, hier, une réunion avec les organisations de la société civile sera tenue le même jour pour cette occasion. Dans cette optique, les représentants des partis politiques seront aussi consultés.

L'express de Madagascar0 partages

Première promotion

Les premiers inspecteurs des Postes formés à Madagascar ont officiellement clôturé leur formation hier. La sortie de la première promotion de la nouvelle filière en inspection des Postes s’est déroulée, hier, à Ivandry dans les locaux de l’Institut malgache des techniques de planification (Imatep). La cérémonie a été présidée par le Premier ministre Olivier Mahafaly, et a vu la présence massive de la grande famille du ministère des Postes, de la télécommunication et des nouvelles technologies.

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana sy fanolanana masera : Naiditra am-ponja ireo olona 30 voarohirohy

Ny alarobia teo no nohenoina teny anivon’ny Fampanoavana ireo olona 30 voarohirohy tamin’ilay raharaha fanafihana sy fanolanana masera niseho tao Andranomanelatra, herinandro vitsivitsy lasa izay. Noho ny hamaroan’izy ireo anefa dia nitohy ny alakamisy teo ny fihainoan’ireo mpitsara mpanao famotorana azy ireo. Fantatra ary fa samy naiditra am-ponja vonjimaika avokoa ireo olona ireto, araka ny fanampahan-kevitr’ireo mpitsara, mandra-piandry ny fotoam-pitsaràna azy ireo. Tsiahivina fa ny talata lasa teo no nampakarina tao an-drenivohitr’i Vakinankaratra tao,  ireto olona am-polony maro ireto rehefa nosamborina tany amin’ireo fokontany manodidina teny Andranomanelatra, mba hanaovana fanadihadiana tao amin’ny tobin’ny zandary. Saika raikitra mihitsy tamin’izany ny sakoroka tao Andranomadio, Antsirabe noho tsy faneken’ireo andian’olona marobe, fianakaviana sy mpiray tanàna nanaraka ireto voarohirohy, ny fisamborana ireto havany. Voalazan’izy ireo mantsy fa tsy misy hidiran’ireto olona 30 mianadahy ireto iny fanafihana niharo fanolanana ny tobin-dry masera tao Andranomanelatra iny. Voatery notapahina mihitsy ny lalana tao an-toerana ary niditra an-tsehatra ireo mpitandro filaminana avy amin’ny Emmo. Nilamina ihany izany nony farany ary izao nitohy teny anivon’ny Fampanoavana izao ny raharaha. Marihana fa mbola maromaro ihany ireo entana voaroba sy vola tsy hita nandritra iny fanafihana iny, araka ny fampitam-baovao tany an-toerana hatrany. Araka izany dia mbola mety tsy hijanona amin’izao famonjàna vonjimaika ireto olona am-polony maro ireto izao ny fanadihadiana mahakasika iny raharaha iny.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

AKFM : Contre l’impunité !

Claudine Razaimamonjy continue de faire parler d’elle nonobstant le fait qu’elle ne se trouve plus (du moins, pour l’instant) sur le territoire malgache. L’AKFM (Antokon’ny Kongresin’ny Fahaleovantenan’i Madagasikara) figure parmi ceux qui ne peuvent rester muets par rapport à cette situation. Les responsables ont, justement, sorti un communiqué y afférent mettant en relief la négation de l’impunité. «Nous encourageons les organes de lutte contre la corruption dans leur mission et surtout à ne pas se plier devant  la recherche de la vérité », lit-on dans ce communiqué. Sans faire allusion aucune, il est parfaitement clair que l’AKFM insinue l’affaire Claudine Razaimamonjy.

Etat voyou. La situation actuelle, selon ce parti, pousse à soulever que « nous sommes dans un Etat voyou ». En effet, la mauvaise gestion du pays et la corruption généralisée ne sont autres que le résultat de « l’incapacité des dirigeants à assurer leurs responsabilités », marque l’AKFM. Par ailleurs, concernant Claudine Razaimamonjy qui a pu s’évader malgré l’IST (Interdiction de Sortie du Territoire) et le mandat de dépôt à son encontre, l’AKFM dénonce l’impunité que l’on veut perpétuer à Madagascar. « Nous n’approuverons jamais toute tentative de faire régner l’impunité. La corruption – dont la lutte devrait être renforcée – est un fléau qui neutralise l’Etat et les collectivités locales décentralisées », annonce-t-il avant de mobiliser les Malgaches à « se rendre compte qu’entre impunité et origines, il y a beaucoup de différences, car tout le monde est soumis aux mêmes textes de lois. En d’autres termes, personne n’est au-dessus de la loi, donc l’impunité est à bannir ».

Recueillis par Aina Bovel