Les actualités à Madagascar du Dimanche 15 Mars 2020

Modifier la date
La Vérité0 partages

Teqball: Championnat Analamanga - A la découverte d’une nouvelle discipline

Le Teqball est une nouvelle discipline en vogue et qui attire déjà pas mal de jeunes.  Des joueurs de chaque côté d’une table en train de se passer un ballon de football. A première vue, on dirait du ping-pong ou encore un jeu de tennis-ballon. Il s’agit du Teqball où la table a une forme incurvée. Créée en 2014, cette nouvelle discipline combine le rythme rapide du tennis de table avec l’habileté et le dynamisme du football. L’un des grands avantages du Teqball est que vous n’avez pas besoin d’une équipe pour jouer, mais juste d’un ami. Cette discipline existe bel et bien à Madagascar depuis avril 2019. La fédération malagasy de Teqball et la ligue Analamanga ont lancé une compétition dans la salle « Petit palais des sports » ce weekend. Neuf équipes ont participé en catégorie simple et six équipes en catégorie double. Dans la catégorie simple, Lafatra du club « Mpanjaka kids » a remporté la finale simple monsieur contre Diarra (Hope teqball) après le troisième set. Après avoir gagné le premier set 20/18, il a été égalisé par Diarra 17/20 en deuxième set avant de reprendre le dessus. Elie du club Kids a complété le podium. Dans la catégorie mixte, « Team Hope » composé de Hery et Fy a remporté la victoire finale devant « Team Rama » qui comprend Fanu et Iloalo. Après avoir gagné le premier set 20/15, « Team Hope » a été égalisé 20/18 mais la vivacité de l’équipe lui a permis de s’imposer en troisième set 20/17 devant son adversaire.  Safidy et Petite  ont pu se hisser à la troisième place.Dans la catégorie double, « Team Golden Boys » composé par Nandrianina et Brayn  s’est incliné en finale devant  l’équipe de Finoana et Maeva Lahy. Golden a mené au premier set mais a été tout de suite stoppé par Kids qui remportait le deuxième set 20/18 avant de rééditer son exploit en troisième set sur une belle victoire de 20/18.  La troisième place du podium dans la catégorie double a été occupée par « Team Hope » (Hery / Heriliva).Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Forte tempête tropicale « Herold » - 1 disparu, 3 000 sinistrés, le BNGRC en action

La partie Nord-est de Madagascar a été gravement touchée par le passage de la forte tempête tropicale « Herold » lors du week-end dernier. Outre Antalaha, 13 sur les 20 Communes se trouvant dans le District de Maroantsetra dont Andranofotsy, Ambinanitelo, Anjanazana, Marihirano, Antakotako, Ankofa sont totalement inondées. Par conséquent, 3 000 personnes se retrouvent sans abri et une personne est portée disparue à Antalaha. D’après une source locale, la population est dans un état de detresse à cause du manque de nourriture. Les gens ne peuvent rien faire face à l’inondation. Afin d’évacuer les sinistrés et de sauver leurs biens, les éléments de l’Armée malagasy ont pris leur responsabilité. D’après le directeur général du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), le Général Elack Olivier Andriankaja, la population a un besoin vital en nourriture. Et pour venir en aide aux sinistrés dans le District de Maroantsetra et ses environs, les camions transportant des dons composés de riz, légumineuses, huile, sel... sont déjà en route. « Nous savons bien qu’il est difficile de transporter ces produits à Maroantsetra. Sur ce, nous avons demandé l’appui de l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF) », avance-t-il.Se trouvant dans la matinée d’hier à 152 km au Sud-est d’Antalaha, cette forte tempête tropicale s’éloigne progressivement des côtes Est de Madagascar. Toutefois, l’alerte jaune lancée pour le District d’Antalaha et toute la Région d’Analanjirofo reste en vigueur. La population concernée est ainsi priée d’être prudente face au risque de stagnation des eaux et la crue des rivières. La sortie en mer est déconséillée entre Antsiranana et Brickaville. Anatra R.

La Vérité0 partages

Grandes surfaces - Ruée inhabituelle des consommateurs

Pic de vente par crainte de pénurie alimentaire ? Le week-end dernier, les supermarchés de la Capitale ont été envahis par  plus de consommateurs que d’habitude. Les rumeurs autour du coronavirus, notamment de la fermeture des frontières malagasy vendredi  et samedi derniers, ont  amené la population à faire des provisions. En effet, les allées ont été bondées et les parkings ont été remplis.  Mais  oui, la réalité s’est caractérisée samedi dernier entre autres par une montée en puissance des achats dans presque toutes les grandes surfaces de la ville d’Antananarivo. Et ce sont les rayons figurant des produits secs, pâtes, riz, farine,  qui ont été très vite vidés mais tout de suite rechargés. Un stock suffisant qui rassure les consommateurs. Les étalages des papiers de toilette et du gel hydroalcoolique ont été beaucoup plus visités que les autres produits d’hygiène.  A la sortie des deux supermarchés situés à Ivandry et Ankorondrano, une dizaine de caddies remplis d’un de ces deux produits ont été remarqués. A cela s’ajoutent les eaux embouteillées qui représentent  un élément indispensable. « Je suis venue faire ma course hebdomadaire et je suis étonnée de voir des gens qui se précipitent à remplir leurs sacs de produits alimentaires. En voyant cela, je me suis décidée de modifier ma liste  au cas où la situation s’empire. L'idée c'est plutôt de laisser les surplus en stock », rajoute une mère de famille. Des propos qui ont été soulignés par d’autres acheteurs qui se sont préparés à s’approvisionner.  « Il vaut mieux prévenir que guérir. Il se pourrait qu’il y ait une pénurie, mais je prie pour que cela n’arrive pas. Toutefois, nous avons des enfants à la maison qui ont constamment faim et nous avons l’obligation de les nourrir convenablement », avoue un père de trois garçons.    Ces témoignages ainsi que ce flux important de clients au niveau des supermarchés ont été bel et bien confirmés par les établissements que nous avons approchés.  « Nous assistons à une journée surprenante comparable à la période de fête avec cette venue en masse des acheteurs.  Je  peux vous affirmer que nous travaillons comme lors des jours précédents la fête de Noël par exemple. Il n’y a personne qui vient chez nous sans dépenser moins de 100 000 ariary », avance une caissière d’une grande surface à Ankorondrano. Le lendemain de la déclaration du Président de la République concernant la suspension des vols  venant d’Europe, de La Réunion et Mayotte, cette prise d’assaut des grandes surfaces s’est apaisée. Le pays reste toujours en contact avec d’autres continents dont l’Afrique et l’Amérique. K.R.

La Vérité0 partages

Hausse de prix des PPN - Une sanction infligée aux profiteurs

Période de soudure, saison des pluies et coronavirus. C’est dans ce contexte que se trouve le marché actuel. Malgré cela, le Gouvernement veille à une stabilité des prix, surtout celui des produits de première nécessité (PPN). Des mesures à prendre allant dans ce sens ont marqué le discours du Président Andry Rajoelina et celui de la ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA), Lantosoa Rakotomalala, samedi dernier. « Les consommateurs occupent une place centrale dans le secteur du commerce. Ils doivent être au cœur de toutes les opérations économiques. Cette année, nous orientons nos missions de manière à sensibiliser le plus grand nombre et conduire des actions pour que leurs droits soient respectés. Cette chaîne d’actions, débutée en 2019 et confirmée par la mise en place de l’opération "Tsinjo" en février, sera pérenne. Il faut noter que nous luttons constamment contre la hausse de prix des PPN. On vérifie le circuit de distribution à partir des importateurs jusqu’aux détaillants, notamment le prix et le stock.  Vu que cette action est une priorité pour le Gouvernement, une sanction s’applique aux profiteurs et aux spéculateurs », explique Lantosoa Rakotomalala, lors de sa descente au marché d’Anosibe durant la célébration de la Journée mondiale des consommateurs. TraçabilitéIl est encore difficile de maîtriser totalement le circuit de distribution à Madagascar car les consommateurs finaux achètent chez les grossistes et les détaillants chez les importateurs. Alors qu’au milieu de la chaîne s’introduit également le secteur informel. Les factures d’achat sont ansi exigées pour surveiller les prix. « On organise une réunion hebdomadaire avec les importateurs de PPN, dont le nombre est estimé à une quinzaine. On réclame leurs factures d’achat afin d’assurer la traçabilité des marchandises. Il en est de même pour les grossistes. Cependant, il est encore difficile de faire cette vérification chez les détaillants. Bien que cette tâche est un travail de longue haleine, nous poursuivons l’éducation tout au long de notre opération », poursuit-elle. Concernant une éventuelle pénurie, la population n’a rien à craindre car notre île réceptionne encore les produits importés, même si 80 % de nos approvisionnements dépendent de l’extérieur. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Contrebande de concombres de mer - Des inspecteurs de pêche derrière les barreaux

L’affaire concernant l’interception à Ampanotokana (RN4) par la Gendarmerie d’une cargaison de trépangs ou « concombres de mer » de contrebande, connaît un rebondissement récent. Les 11 personnes impliquées dans l’affaire avaient été déférées au Parquet du Pôle anti-corruption ou PAC des 67ha, samedi dernier. A l’issue de l’audition des concernés, la décision du procureur tombe : 5 d’entre-elles ont été placées sous mandat de dépôt, en attendant leur jugement.  Quatre sont des inspecteurs de pêche et le cinquième est un ressortissant chinois. Par ailleurs, trois autres suspects ont été placés sous contrôle judiciaire. Il s’agit de deux agents du ministère de la Pêche et un autre Chinois. Enfin, les trois restants ont obtenu une liberté provisoire.Tout a commencé le 6 mars lorsque les éléments de la brigade de gendarmerie d’Ambohimiadana, ont intercepté un minibus Mercedes Sprinter à Ampanotokana, le long de la RN4. Lors d’un contrôle et une inspection du véhicule, les Forces de l’ordre découvrent la présence de la cargaison de trépangs ou « dingadingana » à l’intérieur. Il y eut 66 sacs de ces produits de la mer exploités illégalement lors de cette confiscation par la Gendarmerie.L’enquête diligentée par cette force a révélé que la marchandise aurait été déjà confisquée à Maromandia située dans le District d’Analalava (Sofia), et ce, après la constatation d’irrégularité en matière de prise. D’après toujours l’information de la Gendarmerie, certains responsables locaux au sein du centre de surveillance de la pêche, auraient simplement détourné les trépangs. Pour parvenir à leur funeste fin, ces derniers seraient soupçonnés d’avoir corrompu le propriétaire de la marchandise, une affaire juteuse car leur ayant permis d’engranger la coquette somme de 30 millions d’ariary. Les responsables impliqués auraient finalement envisagé de revendre les concombres de mer auprès d’un négociant ayant pignon sur rue à Ambohipo si la Gendarmerie n’avait pas intercepté à temps la cargaison.Cette affaire montre plus d’une fois que les corrupteurs et les corrompus terminent toujours dans le même sac, notamment lorsqu’il s’agit d’une affaire impliquant des fonctionnaires dans le pays.Franck R.

La Vérité0 partages

Prévention contre le coronavirus - L’Etat décide : -l’arrêt des liaisons aériennes avec l’E...

Mieux vaut prévenir que guérir ! Ce fut en citant la version malagasy (Aleo misoroka toy izay mitsabo ») de cet adage que le Président de la République, Andry Rajoelina a défini les mesures prises par l’Etat malagasy pour contrecarrer l’entrée de l’épidémie de coronavirus à Madagascar. Dans un discours adressé à la Nation, samedi dernier, le Chef de l’Etat a d’emblée rassuré le peuple malagasy sur l’inexistence de cas de cette pandémie à Madagascar pour le moment. En effet, la Grande île figure parmi les rares pays du monde à ne pas encore être contaminés par le virus.  Le Président a rappelé les précautions prises par l’Etat dès la confirmation des premiers décès du virus en Chine, avant d’annoncer de nouvelles dispositions à savoir : l’arrêt de toutes les liaisons aériennes entre la Grande île et les pays de l’Europe (France, Italie, Espagne, Allemagne, etc.) pour une durée de 30 jours à partir de jeudi prochain, la suspension des vols reliant le pays vers les îles sœurs qui recensent déjà des cas de coronavirus comme La Réunion et Mayotte, l’interdiction d’entrée des bateaux de croisière dans les ports (déjà effective depuis samedi), et la centralisation de tous les vols à l’aéroport international d’Ivato qui sera ainsi un lieu d’entrée et de sortie unique afin de contrôler la circulation des personnes. A ces quatre grandes mesures s’ajoutent une autre décision destinée aux compatriotes en mission ou en évacuation sanitaire qui auront jusqu’à jeudi prochain pour rentrer au pays. Prises à la suite de la concertation avec les sommités de la médecine vendredi dernier, ces dispositions seront revues suivant l’évolution de l’épidémie à l’échelle mondiale. Rappelons que les vols qui relient Madagascar avec la Chine sont toujours suspendus.Haro sur les spéculationsMalgré ces décisions, le numéro un de l’Exécutif a affirmé que « la vie continue ». Il a tenu à apaiser les craintes de rupture de stock en matière de produits de première nécessité et de médicaments. Le Président a ainsi confié la mission de contrôle et surveillance rigoureuse des prix sur le marché au ministère du Commerce. Cela permettra ainsi de dissuader toute tentative de spéculations sur les produits alimentaires par des personnes malintentionnées qui pourraient profiter de la situation actuelle. « Les йchanges commerciaux se poursuivent  pour que notre pays ne soit isolй du reste du monde », a précisé le Chef de l’Etat. Il répond ainsi aux citoyens qui ont demandé la fermeture totale des frontières de Madagascar.Le Président Andry Rajoelina a également abordé l’éventualité (purement hypothйtique) d’arrivée du virus à Madagascar. Il a ainsi évoqué quelques mesures d’hygiène comme se laver les mains avec du savon ou des produits désinfectants autant que possible, respecter la distance d’un mètre avec les personnes infectées, éviter les contacts au moment des salutations, cacher la bouche pour tousser entre autres. Selon toujours ses propos, les soins prodigués aux éventuels malades seront entièrement pris en charge par l’Etat. Une décision qui vise à montrer que le Gouvernement malagasy est bien préparé à toutes les éventualités avec l’appui indéfectible de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).La Rédaction

La Vérité0 partages

Précautions contre le COVID-19 - L’opposition rêve d’une explosion sociale !

Tirer sur tout ce qui bouge. L’opposition malagasy, dont la dérive radicale fait tiquer l’international, profite de chaque occasion pour malmener le régime. Avec le coronavirus, elle a trouvé un sujet brûlant à traiter en proposant une unique solution qui risque d’emmener le pays vers une explosion sociale. Marc Ravalomanana a préconisé à ce que les frontières malagasy soient fermées à tout trafic venant de l’extérieur afin que le virus n’entre au pays. Cette proposition a été saluée, évidemment, par ses partisans dont les parlementaires. Ces derniers ont d’ailleurs profité du passage du ministre de la Santé publique à l’Assemblée nationale jeudi pour amplifier ces propos de leur mentor. Et en aval, les « zanak’i Dada » relaient sur les réseaux sociaux cette proposition irréfléchie de leur gourou. Au stade actuel où se trouve Madagascar avec le coronavirus, il n’y pas lieu de prendre une telle mesure. Un opérateur économique, Ravalomanana n’est pas sans savoir que la fermeture des frontières est une politique suicidaire pour une Nation dont la majeure partie des produits vitaux viennent de l’étranger. Il ne peut ignorer également que quelques heures seulement après une  décision sur une quelconque fermeture, les prix des produits connaitront une flambée inimaginable avec en prime de rétention de stocks des commerçants. La principale victime dans ce cas n’est autre que la majeure partie de la population contrairement aux spéculateurs. Avec la flambée des prix des produits de première nécessité associée au ralentissement de l’économie qui pourrait conduire à un chômage partiel des entreprises et sociétés, c’est l’explosion sociale assurée. C’est ce que ce politicien invétéré et non moins  candidat battu aux dernières élections présidentielles souhaite au pays. L’intérêt de la Nation est d’ailleurs le dernier souci de l’ancien exilé d’Afrique du Sud qui fait passer avant tout son intérêt personnel. A preuve, durant son exil, comme il l’a même avoué avec fierté, il aurait demandé  aux partenaires financiers et économiques de ne plus faire «  affaires » avec Madagascar.  Son principal objectif à l’époque était de retrouver son fauteuil présidentiel, qu’il avait pourtant  lui-même abandonné, sans se soucier des milliers de travailleurs des zones franches ou des autres secteurs, victimes de chômage technique.Ancien président de la République, il devrait connaitre que les premiers soucis des autorités demeurent la santé publique et le bien de la population à travers la mise à sa disposition de ses besoins quotidiens notamment les produits de première nécessité. Il faudrait ainsi trouver l’équilibre en ne privant toutefois ni l’un ni l’autre. Marc Ravalomanana qui est loin d’être un ignare le sait pertinemment mais comme il devrait gaver ses supporters, il avance n’importe quoi. Ça aurait été mieux pour lui, même une fois, de fermer la gueule.

Madagate0 partages

Andry Rajoelina. Kabary manontolo an-tsoratra momban'ny coronavirus

Ry Malagasy Mpiray Tanindrazana,

Tompokolahy sy Tompokovavy,

Manoloanan'ny valan'aretina coronavirus izay efa mianaka any amina firenena maro, dia tsapako ny fitaintainanao ry Malagasy namako. Reko ny antsonao ry Malagasy havako. Na dia izany aza anefa dia mila tony hatrany isika. Ary aoka, indrindrindra indrindra isika, tsy anaiky ny fanakorontanan-tsaina amin'ireo fanelezana vaovao tsy mari-pototra izay mikendry ny fifampisavorovoroana ao an-tsain-tsika tsirairay avy.

Marina ary ekena fa tsy mifidy firenena, tsy mifidy saranga ity valan'aretina ity. Ary ankehitriny dia tsapa ary fantatra f'efa mihoatra ny 120 izao ny firenena voakasika izany valan'aretina izany. Ary firenena 12 no efa nidirana valan'aretina coronavirus aty Afrika.

 

Isika eto Madagasikara dia misaotra an'Andriamanitra lehibe fa hatreto dia tsy tratran'izany valan'aretina izany. Ny zavatra lehibe indrindra dia ny fahaizana mifehy sy misakana ny fidirany eto amintsika ary indrindra indrindra ny fahafahana miatrika izany valan'aretina izany. Maro ireo fepetra noraisin-tsika satria saro-bidy, saro-bidy amiko loatra ny ain'ny Malagasy tsirairay avy. Ary, araka ny fiteny malagasy manao hoe : “aleho misoroka toa izay mitsabo”, dia notanterahin-tsika antsipiriany izany, mba afahana misoroka izany valan'aretina izany.

 

Efa nisy ny paikady napetraka mialohan'ny nanomboany, ny volana Janoary, mba afahantsika miaro ny firenen-tsika, ary izay indrindra no tsy nidiran'io valan'aretina io teto Madagasikara hatramin'izao, ary isaoran-tsika an'Andriamanitra izany. Ary matoa tsy mbola eto amintsika, na hoe eto amintsika hatramin'izao fotoana izao, dia “niveau zéro”, dia noho ny fahombiazan'ny paik'ady izay napetraka mba iarovana amin'izany. Ny zavatra natao dia maro. Fa raha ohatra ka fintinina dia toa izao avy :

 

Raha vao nanomboka tany Chine ny coronavirus, ary raha vao niakatra “niveau 2” ny fitrangan'izany tany Chine, dia tonga avy hatrany isika dia nandray sy naka ny fanapahan-kevitra ny nampitsahatra avy hatrany ny sidina mankany Asie rehetra, nafahantsika mifehy ny tsy fidiran'ny otrik'aretina teto amin'ny tany sy firenena izany.

Ary toa izany koa ny tany Italie. Raha vao niakatra “niveau 2” ny tany an-toerana tany Italie, dia natsahatra avy hatrany ny sidina. Tsara ho fanta-tsika fa misy sidina mampitohy an'Italie sy Nosy Be indray mandeha na in-droa isan-kerinandro.

Niteraka fatiantoka ho an'ireo trano fandraisam-bahiny izany fa fepetra tsy maintsy noraisina kosa mba iarovana ny vahoaka sy ny Malagasy mpiray tanindrazana.

Ary ireo olona rehetra rehetra izay avy any, na nitsidika tany Italie io, dia tsy noraisin-tsika tamin'ny fiaramanidina izay mankaty an-tanindrazana, mankaty Madagasikara nanomboka ny volana Febroary, indrindra indrindra ho an'ny zotra mbola nitohy dia natao ny fitiliana teny amin'ny seranam-piaramanidina sy ny seranan-tsambo rehetra ary natokana toerana ireo olona nahiahiana fa nitondra ny tsimok'aretina. Nefa na dia izany aza, nafahan-tsika nifehy satria hatreto dia tsy nisy ny olona nitondra ny tsimok'aretina.

 

Ankoatra izany dia ilaina ny fahafantaran'ny vahoaka ny zavatra misy marina. Izay no mahatonga ahy mijoro manoloana anareo ankehitriny, ilaza ny fepetra, ilaza ihany koa ny zavatra misy marina tokony ampafantarina ny vahoaka.

Anisan'izany, ohatra, ny fametrahan-tsika ny “ligne verte” na ny afahana miantso an-tari-by maimaimpoana, afahana mahazo sy maka ireo toro-làlana sy toro-hevitra mba afahana misoroka an'izany aretina izany. Dia napetraka ny “ligne verte” izay mitondra ny laharana 910. Io dia afahantsika vahoaka mifanerasera amin'ireo mpitsabo mivantana.

Nanome fanofanàna manokana ihany koa ho antsika ireo mpitsabo sy ny mpiara-miasan'ny fasalamana rehetra niaraka tamin'ny OMS na ny “Organisation mondiale de la Santé”. Ho fanamafisana ny fisoroana izany zavatra rehetra izany, dia nametraka isika ny “plan de contingence” izay nahazoana famatsiam-bola mitentina 3,7 tapitrisa dôlara avy amin'ny Banky Iraisam-pirenena.

 

Nahazoan-tsika izany famatsiam-bola izany dia nametraka isika hoe ahoana avy ny fomba isoroana mba tsy hidiran'izany aretina mandoza coronavirus izany eto Madagasikara.

Tsara ho fantatrareo ihany ny fomba ampiasana io famatsiam-bola io. Io famatsiam-bola io dia ampiasaina mba hoentina anamafisana ny fampitaovana ireo hopitaly sy ireo toerana fandraisana ny marary.

Eo ihany koa ny fividianana “tentes médicalisées” miaraka amina fitaovana fitsaboana arifomba toa ny “respirateurs”, “nébulisateurs professionnels” na manara-penitra, ny “glucomètres”, ny “extracteurs d'oxygène”, ny “thermomètres laser” sy ny maro hafa tsy voatanisa eto.

 

Ny tiako lazaina sy ambara amintsika dia miomana amin'ny zavatra rehetra isika. Noho izany ary arak'izany ihany koa, dia apetraka ny fanatsarana ireo “salles d'isolement temporaires” eny amin'ny seranam-piaramanidina.

Napetraka ihany koa ny fametrahana ny “caméras” eny amin'ny seranam-piaramanidina eto amin'ny firenena fa indrindra any amin'ny seranam-piaramanidina any Ivato izany.

 

Betsaka ny fanontaniana izay mandalo ao an-tsain-tsika hoe : ahoana tokoa moa ny fomba fifindran'io valan'aretina io? Eto aho dia anazava fohy aminareo ny fomba mety hifindran'izany valan'aretina izany mba afahan-tsika misoroka ihany koa amin'ny zavatra mety hitranga.

Ny fifindran'ny valan'aretina dia amina fomba roa : na mivantana na ankolaka.

* Ny mivantana dia ilay olona mitondra ny tsimok'aretina no manaparitaka azy amin'ny alàlalan'ny piti-drora miantefa mivantana any amin'ny olona izay salama. Izany hoe : tsy tokony ifanakaiky amin'ireny olona izay ahiana fa mety hitondra ny tsimok'aretina isika.

* Ny ankolaka kosa dia ny hoe : amin'ny alàlalan'ny fifandraisan-tànana ; amin'ny alàlalan'ny mety ho hoe fanakekezana loatra an'ireny olona mitondra ny tsimok'aretina ireny. Fa indrindra indrindra amin'ny alàlalan'ny fikasiana ireo entana izay nokasian'ilay olona mitondra tsimok'aretina, toa ny hidim-baravarana, amina fiara io na amina trano na amina faritra na ny fitaovana rehetra rehetra ihany koa izay nokasian'ilay marary.

 

Izany rehetra izany dia azo lazaina hoe ny zavatra rehetra rehetra nokasian'ilay olona dia mandritra ny adin'ny folo dia mipetraka eo. Raha misy olona mitondra valan'aretina izany dia mandritra ny adin'ny folo no mipetraka eo ilay tsimok'aretina na “virus”. Mipetraka adin'ny enina kosa amina akanjo raha misy ny fifampikasoana na piti-drora izay mipetraka amin'ilay olona izay tsy mitondra tsimok'aretina. Noho izany dia apetra-tsika ny zavatra rehetra rehetra mba afahana mifehy an'izany tsimok'aretina izany mba tsy ho tonga eto Madagasikara na hifindra koa amin'ny olona.

 

Noho izany dia maro ihany koa ny fanontaniana apetrakareo milaza ny hoe : ahoana marina ny fisehoan'ity aretina ity ?

Ny olona izay ahiahiana fa mitondra ny otrik'aretina, dia ny olona miakatra, mitondra na misy mari-pana. Izany hoe mihoatra ny 37,5° ny mari-pana izay hoentin'ny olona. Izay ny mahatonga ny olona, rehefa tonga eny amin'ireny “aéroport” na seranam-piaramanidina ireny, tilina mari-pana izay entin'nyvatany tsirairay avy.

Ao ihany koa ny hoe mangorangoraka ny vatana; ao ihany koa ny mikohoka, sempotra, marary an-doha, manaintaina ny vatana, jenjina ny orona, marary ny tenda... ary indrindra indrindra ilay fahasemporana no mitondra mankany amin'ny fahafatesana.

Noho izany, raha sanatria ka misy an'ireo fahamantarana ireo isika dia tokony manatona toeram-pitsaboana aingana. IZANY ZAVATRA REHETRA IZANY ANEFA DIA TSY IZAO SATRIA MBOLA TSY MISY MIHITSY NY VALAN'ARETINA ETO AMINTSIKA AMIN'IZAO ISIKA MITENY IZAO, fa mba fampitana ny toro-marika sy ny vaovao no entina aminareo noho ireo fanontaniana maro mandalo ao an-tsainan-tsika tsirairay avy.

 

Ary inona ny zavatra anontanianareo ihany koa ? Dia ny hoe : inona ny fitandremana tokony ho atao ? Tsotra : io tsimok'aretina io dia ohatry ny gripa mahery, izany hoe afaka mifindra amin'ny olona rehetra, araka ny nolazaiko teo: amin'ny alalànan'ny fifandraisan-tànana. Noho izany dia mila manasa tànana matetika isika rehetra. Farafaharatsiny alohan'ny hisakafo. Mila tapenana ihany koa ny vava sy ny orona rehefa mihevona na mikohoka.

Mila diovina, ary indrindra raha misy ny fahafahana, dia diovina amin'ireo “produits” manokana, “désinfectants” araka ny fiteny vahiny, ireo fitaovana rehetra izay mety noraisin'ny vahiny, fa indrindra eny amin'ny toerana izay misy fandraisana olona : eny amina hotely, eny amina seranam-piaramanidina... dia tsy maintsy diovina daholo na “désinfecter-na” daholo ireo fitaovana rehetra rehetra.

 

Ny zavatra tokony atao ihany koa dia ny manalavitra tanteraka, farafahakeliny iray metatra (1 m), ny olona mety ahian-tsika na mitondra izany tsimok'aretina izany. Tsy atao, ary tsy tokony atao, ny fifanoroana rehefa mifampiarahaba; tsy mifandray tànana ihany koa ary, indrindra indrindra, dia tsy tsara ny mikosoka ny maso na misikotra ny orona na manao tànana am-bava raha tsy voadio ny tànan-tsika.

 

Izany zavatra izany no afatra fohy mba tiako apetraka ho anareo manoloana ireo fepetra rehetra tokony ho raisina. Noho izany rehetra rehetra izany dia miankina amin'ny fianaky ny aretina ao anatina firenena iray ny fandraisana ny fepetra mifandraika amin'izany.

 

Misy “stades” (dingana) anankitelo, anankiefatra mihitsy ny afahana mandrefy an'ilay aretina ao anatina firenena anankiray. “Stade” voalohany ka hatramin'ny “stade” fahatelo na “stade” aotra ka hatramin'ny "stade" fahatelo.

Ny “stade” aotra na “stade zéro” dia tonga eto amintsika eto Madagasikara, dia tsy misy aretina hatramin'izao. Ny asa ataon-tsika dia ny fisoroana ny fidiran'izany valan'aretina izany eto amin'ny firenena.

Ny “stade” voalohany, dia any amin'ny firenena maro dia misy marary vitsivitsy ao anatin'ilay firenena anankiray. Izay ny “stade” voalohany.

Ny “stade” faharoadia misy ny fiteny hoe : misy “cas groupés” na manomboka mianaka sy miparitaka aingana dia aingana ilay valan'aretina. Rehefa tonga amin'io “stade 2” io izany dia midika f'efa miparitaka manomboka amina toerana maromaro na tanàna maromaro ao anatina firenena iray ilay aretina.

Ny “stade 3”indray dia efa maheninka ny firenena iray manontolo ny valan'aretina izay ao anatin'ilay firenena iray manontolo mihitsy no voahenik'ilay aretina.

 

Noho izany dia tsara fanta-tsika fa ny fomba rehetra mba atao isoroana ireo no ataon-tsika eto Madagasikara. Araka ny teniko teo dia misaotra an'Andriamanitra isika fa mbola “stade zéro” izao isika miteny izao.

 

Ny fahafahana manao ny fomba rehetra isoroana ireo no andraisana andraikitra sy fepetra. Koa rehefa tonga amin'ny “stade 3” ny firenena iray dia ny fanakatonana tanteraka ny sisin-tany no fanapahan-kevitra raisin'ny mpitondra ao anatin'ilay firenena iray.

 

Inona moa izany fanakatonana izany sisin-tany izany ? Matetika mantsy eto amintsika izao dia betsaka no milaza hoe : akatony ny sisin-tany. Dia milaza aminareo aho izao hoe : “stade” firy moa isika izao miteny izao? Efa tonga amin'ny “stade 3” ve sa mbola any amin'ny “stade zéro” isika ?

 

Ny “stade 3 izany dia rehefa akatona tanteraka ny sisin-tany, dia midika izany fa : tsy afaka miditra an-tseranana intsony ny zavatra rehetra ilaina andavanandro izay ilain'ny firenena anankiray. Toa ny solika, ny vary, ireo kojakoja sy akora rehetra ampiodinana ny orinasa ao amin'ilay firenena.

 

Noho izany dia mitoka-monina tanteraka ilay firenena rehefa manakatona ny sisin-tany.

 

Eto aho dia mitodika aminao aho ry vahoaka malagasy.

 

Milaza aminao aho fa mandray andraikitra ny fitondram-panjakana ary ny rafim-pitantànana sy ny mpitondra isan-tsokajiny eto amin'ny firenena dia efa mandray ny andraikitra tandrify azy tsirairay avy manoloana ny trangan-javatra izay misy sy mety ho hisy eto amin'ny firenena.

 

Ny tenako manokana dia mahatoky ny fahaiza-manao sy ny fitiavan-tanindrazana an'ireo tompon'andraikitra rehetra, indrindra eo anivon'ny fasalamana na eo anivon'ny fiarahamonina izay tompon'andraikitra isan-tsokajiny. Koa rehefa avy nifampidinika tamin'ny tompon'andraikitra isan-tsokajiny ny tenako, tao ireo akademisianina, ny mpitsabo, ireo mpiara-miombon'antoka, dia nandray izao fanapahan-kevitra izao : mba afahantsika misoroka ny fidiran'izany valan'aretina coronavirus izany eto Madagasikara diaahato ny sidina mampifandray an'i Madagasikara sy ny Europe. Tafiditra ao anatin'izany ny firenena maromaro toa Italie, Espagne, France, Allemagne sy ny sisa hafa izay tsy voatanisa. Izany dia mandritra ny telo polo (30) andro ary arakaraka ny fivoaran'ny toe-draharaha no andraisana ny fanapahankevitra mifandraika amin'izany.

 

Faharoa : ahato ihany koa ny zotram-piaramanidina mampitohy an'ny nosy La Réunion sy Mayotte manketo Madagasikara.

Fahatelo : manomboka androany (14 marsa 2020) dia tsy mandray intsony ireo “bateaux de croisière” ireo seranan-tsambo rehetra manerana ny Nosy.

Fahaefatra : mba ho fitsinjovana ireo mpiray tanindrazana sy ireo olona monina sy miasa eto amintsika izay mamita iraka sy ireo mitsabo tena any ivelany, dia omena hatramin'ny alakamisy (19 mars 2020) izy ireo afahan'izy ireo mody sy miverina eto tanindrazana.

Fahadimy : ahato daholo ny fandraisana ny sidina avy any ivelany miditra mankany amin'ny faritra fa dia manomboka rahampitso (Alahady 15 mars 2020) dia eo amin'ny seranam-piaramanidina eo Ivato avokoa no hiantsonan'ireo fiaramanidina rehetra mba hafahan-tsika mifehy ny fivezivezen'ny olona sy ny fanaraha-maso ny fasalaman'ireo mpandeha ary hisoroana ny mety hidiran'izany valan'aretina izany eto amintsika.

 

Na dia izany anefa dia mila mitohy amin'ny andavanandro ny fiainana, fiainan-tsika sy ny fiainan'ny Malagasy. Ny tiako ho lazaina amin'izany dia misy ny solika, misy ny sakafo, ny fanafody, ny vary, ny menaka ary hisy ny fanaraha-maso manokana, mba tsy hisian'ny fanararaotana, dia mba hanara-maso akaiky ny vidin'entana ny ministeran'ny Varotra mba tsy hisian'izany fanararaotana izany.

 

Midika izany fa ny entana dia tsy mitondra tsimok'aretinafa ireo famezivezena ara-barotra na fifanakalozana ara-barotra dia mbola mitohy ihany mba tsy hitoka-monina ny firenentsika.

 

Ry Malagasy Namako,

Ny fitantànana ny firenena dia mila fahaizana mitsinjo lavitra, vonona hatrany isika hiatrika ny tranga rehetra ary mandray ny fepetra mifandraika amin'izany.

Koa raha sanatria, sanatrian' ny vava ladian'ny lela, ka tafiditra eto amintsika izany valan'aretina coronavirus izany, dia efa miomana isika ary ho raisin'ny fitondram-panjakana manontolo ny fitsaboana sy ny fandraisana an-tànana ny marary voan'izany aretina izany.

 

Tsy maintsy miatrika isika, ary tsy maintsy vonona amin'ny zavatra rehetra. Amin'izao vanim-potoana iainantsika izao no ilaina ny firaisankina, ilaina ny firaisam-po, ny firaisan-tsainan'ny Malagasy iray manontolo mba afahantsika miatrika izao sedra lalovan'izao tontolo izao sy ny firenena malagasy ihany koa.

 

Ny afatra apetrako amintsika Malagasy dia araho antsakany sy andavany ireo fepetra rehetra apetraky ny fitondram-panjakana sy ny manam-pahefana manerana ny Nosy.

Miara-misalahy amintsika ny OMS na ny “Organisation mondiale de la Santé”, ary vonona ny anohana antsika amin'ny fanapahan-kevitra rehetra izay noraisin-tsika mba iarovana ny firenena sy ny mpiray tanindrazana.

 

Koa antso avo no ataoko amintsika Malagasy Namana : andeha hiaraka isoroka ity valan'aretina ity isika; andeha hiaraka hientana hiaro ny Tanindrazana sy ny Ain'ny Malagasy.

Izaho, ianao, isika rehetra hiaraka hifanome tànana iatrika izany.

Mankahery antsika mianakavy ary samia isika ho tahian'Andriamanitra.

Masina ny Tanindrazana,

Misaotra Tompokolahy, mankasitraka Tompokovavy.

 

Andry Rajoelina

Filohan'ny Repoblikan'i Madagasikara

14 marsa 2020

 

Naka ny sary sy nandika an-tsoratra : Jeannot Ramambazafy