Les actualités Malgaches du Jeudi 15 Mars 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara164 partages

Corsair : Arrêt des vols sur Antananarivo à partir du 25 mars

Le bras de fer entre Corsair et le ministère des Transports et de la Météorologie va bientôt s’achever. Apparemment la compagnie française va se plier aux décisions des autorités malgaches.

 

La compagnie française Corsair a-t-elle finalement décidé d’abandonner ses vols sur Antananarivo- Réunion ? C’est ce que l’on peut en tout cas lire dans le site de Réunion 1re dans son édition d’hier.

Concurrence déloyale

« La compagnie aérienne Corsair ne se posera plus à Tananarive à partir du 25 mars 2018. Depuis des semaines, la menace planait au-dessus de la liaison Tana-Paris. Le couperet est tombé comme l’a annoncé le service de communication de Corsair dans un communiqué, mardi » peut-on notamment lire dans l’article en question. L’auteur de l’article de poursuivre : « Corsair ne desservira plus Madagascar à partir du 25 mars 2018. Cette annonce ne surprend personne, tant elle était évoquée depuis des mois. La pression était déjà forte en 2017, mais elle s’est accentuée fin janvier 2018 pour finalement aboutir à l’éviction du transporteur aérien du tarmac d’Ivato. Les dirigeants malgaches justifient cette exclusion de la compagnie aérienne privée française en l’accusant de concurrence déloyale. Le bras de fer entre Mada et Corsair ne date pas d’hier. Déjà en 2014, l’avionneur français était suspecté, avec Air Austral, d’avoir œuvré dans l’ombre pour obtenir le placement d’Air Madagascar sur l’annexe B de la sécurité aérienne européenne, avec pour conséquence, l’exclusion des avions malgaches des aéroports français, anglais, etc. 

PrécisionQuatre ans plus tard, malgré la pétition lancée par Corsair pour s’opposer à la fermeture de sa ligne, Corsair ne comptera plus Madagascar dans le catalogue de ses destinations. Les billets, déjà payés et réservés, seront remboursés ». Mais apparemment, l’abandon n’est pas définitif, puisque Corsair a aussi apporté une précision : « Corsair reste en attente de l’issue des négociations en cours entre les Aviations civiles françaises et malgaches. En conséquence, Corsair a été contrainte d’annuler le vol du 25 mars, mais la volonté reste de reprendre les vols régionaux le plus vite possible dès accord de l’Aviation Civile Malgache en ce qui concerne la liaison Antananarivo – Réunion. La ligne Paris/Madagascar n’est absolument pas concernée. Par ailleurs, Corsair rappelle qu’elle opérera jusqu’à deux vols par semaine les lundis et jeudis, sur son programme été entre Paris- Orly et Madagascar. »

Antananarivo/Réunion

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara119 partages

Affaire Roberthine Rabetafika : L’OJM exige des excuses publiques

Trop c’est trop. La grande famille de la presse s’insurge contre l’insulte que la députée d’Isandra, Rabetafika Roberthine, a lancée contre les journalistes ayant assisté mardi dernier à la séance d’imprégnation sur les lois électorales. Cette parlementaire élue sous les couleurs du « Malagasy Miara-Miainga » mais qui a retourné sa veste pour devenir un fervent défenseur des intérêts du régime, a traité les membres de la presse présents à l’Assemblée nationale durant cet évènement, de « puer des aisselles ». Des propos condamnés fermement par l’Ordre des Journalistes de Madagascar (OJM). Dans un communiqué publié hier, l’OJM dirigé par Gérard Rakotonirina dénonce un comportement portant atteinte à la liberté de presse. L’OJM explique que les journalistes étaient à Tsimbazaza pour faire leur travail. Par ailleurs, les membres de la presse n’ont pas forcé la porte de la Chambre basse. Ils sont entrés dans la salle des séances à la demande des députés. Aussi l’Ordre des Journalistes de Madagascar exige-t-il des excuses publiques de la part de l’Assemblée nationale suite à cette affaire. Vu la tournure que cette affaire est en train de prendre, le Bureau permanent de l’Assemblée nationale devrait prendre des sanctions, ne serait-ce que symbolique, à l’encontre de cette élue du peuple qui ternit l’image d’une Institution de la République.

Davis R

Midi Madagasikara85 partages

Second tour de la présidentielle : Risque de fraudes massives avec des bulletins de vote individuels

En cas d’utilisation de bulletins de vote individuels, le (second) tour risque d’être joué.ELE15G 3156 signes 10,5 modules

Le régime HVM qui a élaboré le projet de loi organique relative à l’élection présidentielle prépare un mauvais… tour au candidat d’en face.

L’article 20 alinéa 1er du projet de loi organique relative à l’élection du président de la République stipule que « pour le premier tour de scrutin, le vote est exprimé au moyen de bulletin unique ». C’est comme en 2013 sauf que pour la présidentielle 2018, l’alinéa 3 du même article prévoit deux possibilités en disposant que « pour le second tour de scrutin, le vote est exprimé au moyen de bulletin unique, ou, le cas échéant, au moyen de bulletins de vote individuels établis pour chaque candidat. La nature des bulletins de vote du second tour est fixée par décret pris en Conseil de gouvernement, après avis de la Commission Electorale Nationale Indépendante ».

Manipulations. L’alinéa 4 d’ajouter que « la Commission Electorale Nationale Indépendante est autorisée à prendre toutes les mesures qu’elle jugera nécessaires et appropriées pour sécuriser le maniement des bulletins de vote, et éviter toute utilisation frauduleuse de ceux-ci ».A propos de fraudes, les « hala-bato » risquent d’être massives avec l’utilisation éventuelle de bulletins de vote individuels au second tour. Ce serait même une porte ouverte à toutes sortes de manipulations voire d’infantilisation des électeurs – notamment dans les zones enclavées – du genre : « si vous n’aimez pas tel candidat, jetez son bulletin dans l’urne ou mettez-le à l’envers ».

« Mpividy vato ». Outre le fait qu’il facilite le bourrage des urnes, le système de bulletins de vote individuels feraient l’affaire – au propre comme au figuré – des « mpividy vato », c’est-à-dire de ceux qui achètent les suffrages des électeurs en exigeant comme pièce justificative à la sortie du bureau de vote, le bulletin du candidat qu’ils ne veulent pas faire élire. « Ramenez le bulletin de l’autre candidat afin qu’on puisse effectivement vérifier que vous avez bel et bien voté pour l’un ». Un stratagème qui avait cours avec le système de bulletins de vote individuels notamment dans les zones reculées et peu informées. Un éloignement géographique et un déficit d’informations qui sont également des facteurs propices aux fraudes pendant l’acheminement des bulletins de vote individuels.

PV de carence. Il n’est pas exclu que les bulletins de l’autre candidat n’arrivent même pas dans les bureaux de vote en raison de problèmes de moyens de locomotion ou dans le but inavoué de favoriser le candidat d’Etat ou d’handicaper son adversaire. Le résultat est le même quoiqu’il puisse aussi être modifié en cours d’acheminement des plis. L’article 189 alinéa 4 du projet de loi organique relative au régime général des élections et des référendums prévoit même que « si, pour des raisons majeures, les résultats d’un ou de plusieurs bureaux de vote n’ont pas pu lui être acheminés dans le délai prévu par les textes spécifiques à chaque catégorie d’élection, suivant la date du scrutin, elle dresse un procès-verbal de carence ». Force est de se demander qui dresse le PV de carence qui risque de laisser certains candidats sans… voix.

R.O

Midi Madagasikara70 partages

Madagascar et changement climatique : 25% des espèces de la faune et flore auront disparu en 2080

Des millions d’années d’isolement ont dessiné un chemin d’évolution unique pour les plantes et les animaux sur la Grande Ile, mais ils sont aujourd’hui face à la menace du changement climatique mondial.

 

Le constat est sans appel. Souffrant des effets du changement climatique, 25% des espèces de la faune et flore malgaches auront disparu dans les années 2080. C’est ce qui ressort du

rapport international de WWF intitulé  »La vie sauvage dans un monde en réchauffement », sorti, hier. Ce rapport interpelle sur les effets du changement climatique sur la faune et la flore de 35 régions prioritaires pour la conservation de la biodiversité, dont Madagascar. Ces régions abritent des écosystèmes parmi les plus exceptionnels au monde, une biodiversité irremplaçable mais fortement menacée.

 

Oiseaux, plantes et amphibiens. Pour Madagascar, les résultats des projections des scientifiques n’ont rien de rassurant. En dépit du maintien de l’élévation de la température sous la barre des 2°C (tel est l’objectif des pays signataires de l’accord de Paris) la situation climatique continuera de menacer les espèces. « La capacité de dispersion de certaines espèces, dont les oiseaux et les mammifères, vers des habitats plus adéquats pourraient aider ces deux groupes à limiter leur risque de disparition. Avec une augmentation de température de 2°C et une capacité de dispersion adéquate, 14% des espèces d’oiseaux et 7% des espèces de mammifères seront à risque d’extinction dans les années 2080. Ce qui n’est pas le cas des plantes, amphibiens et reptiles, dont le risque d’extinction est plus élevé », précise alors WWF.

 

Lémuriens. Quant aux lémuriens, espèce endémique et emblématique de la Grande Ile, les résultats d’une étude effectuée en 2015, inclus dans ce rapport, avancent que la population de 57 espèces de lémuriens diminuera de 60% si la température de la planète augmente de 2°C à 4°C. Trois zones seront alors les refuges climatiques possibles pour ces primates : la rivière Mangoky, la péninsule du Masoala, ainsi qu’Ankarafantsika et la zone alentour.

Face à de telles situations, des actions sont menées dans le pays, impliquant WWF, afin d’éviter d’arriver à un déclin irréversible de la survie des espèces de la faune et flore de Madagascar. Des analyses de vulnérabilité au changement climatique ont été effectuées dans les aires protégées et les régions. De même, des stations climatiques ont été installées, permettant de mieux comprendre les variations climatiques à venir, et d’anticiper afin d’espérer avoir une longueur d’avance sur elles.

Hanitra R.

 

Midi Madagasikara61 partages

Enseignants malgaches : Un fort attachement au métier malgré des conditions déplorables

Enseigner dans la Grande Île relève soit de la vraie vocation, soit d’une solution de dernier recours.

 

Petit salaire, petit travail. Une expression qui résume le mieux l’univers des enseignants à Madagascar. Considéré comme le pilier du système éducatif, l’enseignant exerce dans des conditions des plus déplorables. En effet, la liste est longue et non exhaustive lorsque l’on veut faire le point, un diagnostic du métier. Outre une politisation à outrance, la profession enseignante fait face à de nombreux problèmes. Entre autres, la grande disparité de salaire malgré les mêmes efforts fournis et les mêmes missions. Une situation qui crée une certaine frustration entre enseignants eux-mêmes d’un côté, mais qui est également la source d’une démotivation pour ceux ou celles qui se sentent lésés de l’autre. Une démotivation à l’origine du taux d’absentéisme accru qui n’est toujours pas résolu jusqu’ici et dont l’existence a été reconnue. Les enseignants malgaches font également face à des problèmes qui leur sont indépendants. Le manque de planification dans leur recrutement constitue également un souci important qui nécessite la prise de responsabilité des acteurs étatiques. La validation de la politique enseignante à l’hôtel Colbert hier entend permettre de mettre en œuvre des avancées majeures dans la situation des enseignants malgaches.

Fortes ambitions. La politique enseignante validée et officialisée hier projette d’être un élément indispensable de la réforme du système éducatif. Jouant un rôle important dans cette réforme et comptant actuellement environ 100.000 personnes, les enseignants malgaches devraient être mieux répartis et mieux recrutés grâce à la mise en œuvre de la politique des enseignants. Intégrant les trois ministères en charge de l’éducation, la politique en question dispose de 18 axes stratégiques répartis sur 63 leviers. Pour le ministère de l’Éducation nationale par exemple, la politique adoptée entend renforcer les formations des enseignants. Une initiative qui tombe à point lorsque l’on sait que 54,8% des enseignants du primaire ont comme diplôme le BEPC, 16,9 % seulement ont le baccalauréat. La mise en œuvre de la politique enseignante voudrait également résoudre le problème inhérent au salaire. Dans son levier 14 axe 6, ladite politique affirme vouloir « assurer un versement de salaire et d’indemnité régulier ». Les indemnités et salaires étant les premières causes des revendications syndicales au sein du corps enseignant, le ministère de l’Éducation nationale doit tenir ses promesses.

 

José Belalahy

Midi Madagasikara61 partages

Commune Alasora : Les éclairages publics installés !

Un technicien de la Jirama exécutant son travail.

Fin décembre, 30 luminaires étaient arrivés au sein de la Commune Rurale d’Alasora (Cral) et n’attendaient plus qu’à être installés. Destinés à renforcer les éclairages publics dans tout le territoire communal, ces luminaires sont le résultat d’une coopération entre d’une part, la Cral, et l’association l’Île Rouge de Maçon, présidée par Daniel Vernerey. Cette collaboration a été, ensuite, concrétisée par le syndicat d’Energie de Saône et Loire (Sydesl) qui s’est occupé de l’achat de ces lampes. Mais ce n’est pas tout. Pour que ces dernières soient bien être acheminées de la France à Madagascar, et à Alasora pour être précis, il a fallu le partenariat entre la Cral et l’Aviation Sans Frontières (Asf), représentée par Claude Giraud, qui a pris le soin de les transporter. Notons que depuis le mois dernier, trois « fokontany » ont déjà bénéficié d’une partie de ces éclairages suite aux installations effectuées par la Jirama. Selon les informations fournies, il s’agit du « fokontany » d’Ankadindratombo, dont les pourtours du nouveau rond point près de la station Total sur le By-pass, le « fokontany » du Sud Ambohipo (une partie) ainsi que de la ruelle du « fokontany » Est Mahazoarivo. La ruelle d’Ambatonjara ainsi que la route menant vers Alasora auront leur part dans les jours à venir. Le premier adjoint au Maire de la Commune, Jimmy Randriantsoa, a fait savoir que les installations vont se poursuivre dans les autres « fokontany ».

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara44 partages

Décès : Farezy Rasoanaivo s’en est allé

Peu le connaissent pourtant, de sa plume sont sortis des titres phares du folk –song malgache. Lui c’est Farezy Rasoanaivo auteur et compositeur des années 80. Lundi, il s’en va sur les pas de Djaig du groupe Spesialista et de Nirhy-Lanto. En écoutant les paroles de ses chansons, la mort l’inspirait profondément.

« Fa ny fahafatesana mantsy tora-bato avy any an-danitra. Indray milatsaka fotsiny izy ka  aza  mba voany ihany” dans une de ses compositions que Hery du groupe Njila sublime par sa voix. Toujours dans le même titre, il laisse libre court à ses sentiments où il dévoile sa philosophie, si simple et compliquée à la fois.  “Raha marary be aho dia itondray Flavoquine. Fa rehefa maty aho dia tsy hihinana na inona na inona » continue-t-il.  « Comme la mort est  inévitable, la sagesse est d’attendre son tour. Si je tombe malade apporte-moi de la flavoquine, parce que quand je serais mort, je ne prendrais plus rien ».  

Dans le monde de la musique, Il a commencé avec les Zopanage, Njila, ou encore Ahibano.  S’éloignant de la scène pour un long moment, ses compositions ont été  reprises par la jeune génération. “Fa nahoana hoy aho no ompain’ialahy ny baofinay !” a été, par ailleurs,  chanté par Hery Puissance plus tard.  Troquant ses plumes et  micro contre des bèches et des pelles dans la campagne, il a fait une dernière apparition en 2015 dans l’émission télévisée “Isatawak” avant de se retirer du monde troisans plus tard.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara43 partages

Fitondrana « cocarde » tsy ara-dalàna : Fiara tsy mataho-dalana iray indray notazonin’ny pôlisy

Fiara 4X4 pickup iray no voatery notazonin’ny pôlisy sy nampidirina « fourrière » ny talata lasa teo, tetsy Ambohimanarina. Araka ny fanazavana azo avy amin’ireo farany, dia fitondrana « cocarde » tsy ara-dalàna no anton’izay zavatra izay, izay azo sokajiana rahateo ho fisandohana andraikitra. Efa nampilaza tokoa mantsy ry zareo avy ao amin’ny pôlisy, fa hisy ny fisavana ireny fiara ireny, izay toa lasa maro dia maro amin’izao fotoana izao. Mazàna dia manampatra sy manararaotra ny fisian’io jirokely amin’ny lokon’ny sainam-pirenena io ireo fiara, izay matetika tsy mataho-dalana, ka tsy miraharaha mihitsy ny lalana mifehy ny fifamoivoizana. Mazava tsara anefa ny lalàna velona eto amintsika, fa ampahan’olona manana andraikitra ambony eto amin’ny firenena ihany no afaka mitondra azy ireny. Izany indrindra no nahatonga ny eo anivon’ny pôlisim-pirenena hisava ireo fiara mampiahiahy mitondra izany, ary dia izao nahitam-bokany izao. Raha ity fiara teny Ambohimanarina, araka ny fanazavana azo hatrany, dia tsy nisy afa-tsy ny mampily no tao anaty fiara. Tamin’ny fisavana ny taratasy, dia tsy nahitana taratasy mifanaraka na mamela azy hitondra io « cocarde » io tany aminy. Tetsy andanin’izay, « nozahana ihany koa ny tararatsy mahakasika ny tompony kanefa tsy misy milaza na koa manambara fa olona nahazo alàlana mitondra na mametaka « cocarde » ilay npamily  hoy ny tatitra  tonga taty aminay. Nandraisana fepetra avy hatrany ity fiara ity, ary notanana tsy navela nandeha.  Araka ny fantatra hatrany, dia nanambara ireo teo anivon’ny pôlisy, fa tsy vao io no nisy tranga tahak’io teny amin’iny faritra Ambohimanarina iny. « Vao volana vitsy monja izay dia efa nisy fiara tsy mataho-dalana iray ihany koa no tratra nitondra « cocarde » tsy nahazoana alalàna ».

m.L

Midi Madagasikara41 partages

« Taom-baovao malagasy » : Le coup d’envoi est lancé

 

Fin de la polémique autour du  Nouvel  An malgache ! Le coup d’envoi est lancé aujourd’hui au « Tahala Rarihasina ». Visant à rassembler  les quatre coins de la Grande Ile, la célébration s’étend jusqu’à dimanche. Enfants, adultes, jeunes et vieux, sont conviés à découvrir une facette de la culture malgache et de célébrer le  Nouvel  An malgache qui fit dorénavant l’unanimité. Le temps est venu de renouer avec les racines,  de découvrir les us et coutumes, mais surtout de redonner sa lettre de noblesse à la culture malgache.

Le 17 mars, le « Afo tsy maty », ou la flamme du  Nouvel  An brillera de mille feux au stade de Mahamasina non seulement pour réchauffer l’ambiance au sens propre du terme mais aussi pour finir en beauté la fin de l’année. Pour ce faire, le grand public est invité à assister au réveillon jusqu’au petit matin. Le 18 mars, l’Ampanjaka Antemoro Anakarana prononcera la bénédiction pour  que la nouvelle année apporte prospérité, abondance et bonheur pour les jours à venir.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara32 partages

Sakoroka tao Toliara : Misy andian’olona mitaky ny hamoahana an’ireo olona 75 voasambotra

Nihorohoro indray ny vahoakan’i Toliara omaly, ka nanidy tsena avokoa ny ankamaroan’ ireo mpivarotra matahotra fandrobana, ny tapak’andro naraina, satria nahoraka eran’ny tanàna indray ny feo mandeha naelin’ andian’olona nilaza, fa “ raha tsy havoaka ireo olona  75 voasambotra tamin’ny hetsika fandrobana sy fanimbana fananan’olona tany Toliara, nandritra ny sakoroka ny 9 martsa lasa teo, dia tonga hanafika sy hanao valifaty ireo mpitari-posy sy ny fianakavian’ireo voarohirohy izay mbola tazonina (fonjaina) ao amin’ny “commissariat centrale” Bazaribe “. Raha ny loharanom-baovao voaray, dia efa vita famotorana avokoa ireo olona voasambotra, kanefa hatramin’izao dia mbola tsy natolotra ny fitsarana izy ireo. Raha tsiahivina moa, dia ny tsy fandoavana ny onitra dinam-paty omby 33  tamin’ny famonoana tamin’ny fomba feno habibiana zazavavy iray 15 taona, hita faty nihosin-drà tamin’ny làlan’i Maninday, ny 27 febroary lasa teo, no nahatonga ny sakoroka tao Toliara. Teo anatrehan’ity trangan-javatra ity, dia nanao fanambarana ny avy amin’ny Foko Antandroy sy ny fianakavian’ny maty, fa tsy avy amin’izy ireo ireny olona nanimba fananam-bahoaka ireny, ary tompon’ andraikitra feno amin’ izay ataony ireo nanimba zavatra, izay nirahina sy nokaramaina mpanao politika mba hanakorontana sy handroba.

Eric Manitrisa 

Midi Madagasikara31 partages

Ambalavao : Mpianatry ny Ceg miisa 20, nifandimby nihetsika ambalavelona

Olana iray mbola tsy nahitam-panazavana hatramin’izao eto amintsika, fa “ nahoana no ireo mpianatra izay zaza tsy ampy taona foana no lasibatry ny ambalavelona ? “ Araka ny tati-baovao voaray, kilonga  20 izay mpianatry ny Ceg Ambinanindovoka any amin’ny Distrikan’ Ambalavao, Faritra Matsiatra ambony, no nifandimby nihetsika ambalavelona tao an-tsekoly, tao anatin’ny iray volana. Raha ny fanazavana azo avy amin’ny talen’ ity sekolim-panjakana ity, Rtoa Josephine, dia ankizy eo anelanelan’ny 11 ka hatramin’ny 17 taona eo ireo voa, ka ankizivavy ny 16 amin’ireo, ary misy amin’ireto farany, hoy ity mpanabe ity nanamafy, no efa in’ efatra be izao nohetsehin’ity aretina tsy mbola ahitam-panafana, azo avy amin’ny herin’ny maizina ity, toy ny tranga nisy ny zoma teo, ka ankizy roa no niara-novelesin’ny ambalavelona mafy. Aretina ratsy azo amin’ny asan-devoly. Ary ireo ankizy rehetra izay mihetsika ambalavelona ao an-dakilasy dia, mirifatra mihazakazaka mafy avy hatrany mankeny amin’ilay trano fivoahan’ny sekoly. Ity Wc ity, araka ny fanazavana azo hatrany, dia nahitana ody gasy mahery nariana tao anatiny, ny taona 2010, ary nanomboka ny taona io no nahitana ny trangan’ambalavelona voalohany, tao amin’ny Ceg Ambinanindovoka, ka niverina nandripaka mafy indray ny aretina tao anatin’ny iray volana. Nomarihan’ity mpanabe talen-tsekoly ity, nandritra ny fanadihadiana natao, fa “ tsy voajanahary ny ambalavelona, ary aretina ratsy tena asan-devoly. ”

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara29 partages

Elections : Les Nations Unies engagées dans les organisations techniques et politiques !

Hayle Meinkerios, le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies, a effectué une visite de courtoisie auprès du Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana hier à Mahazoarivo. Ils n’étaient pas seuls. Violette Kakyomya, le coordonnateur résident du Système des Nations Unies, était présente lors de la rencontre.

Aucune information brute n’a filtré de la rencontre, la Primature s’est contentée d’effectuer une communication y afférente. Ainsi dans un communiqué en date d’hier, il est mis à la connaissance du public que la mission de cette délégation des Nations Unies est surtout focalisée sur « l’identification des éventuels défis à relever pour la préparation denos prochaines élections, où les Nations Unies contribueront dans la perfection du côté technique, voire la politique électorale ».

Enormes défis. Les défis à relever, à caractère herculéens, sont loin d’être une mince affaire. Il s’agit, entre autres, de ces lois électorales dont certaines dispositions méritent une révision, car polémiques et allant à l’encontre des principes démocratiques. Mais ce n’est pas tout. La sensibilisation des électeurs à se rendre dans les bureaux de vote et de voter lors du scrutin n’est point facile. Sans aborder les suspicions (d’ores et déjà) des fraudes électorales, des calculs politiques pour éliminer tel ou tel candidat potentiel, le renforcement et l’extension des compétences d’attributions de la Ceni et surtout – comme il a été indiqué hier – les risques de « violences » ou « conflits relatifs aux électoraux », pour reprendre les termes de l’Union Européenne. La liste n’est pas exhaustive, mais reflète à quel point les enjeux des prochaines élections sont colossaux et incommensurablement stratégiques.

Satisfecit. Et nonobstant les réalisations qui restent à faire, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a fait preuve d’un considérable satisfecit. Selon les informations qui nous ont été transmises, il a exposé l’état des lieux actuel de l’environnement électoral, sans oublier de « dresser un bref bilan des actions déjà entreprises, en mettant un accent sur les démarches exclusives et participatives utilisées tout au long du processus des élections, notamment concernant la statistique des électeurs, les innovations apportées dans les projets de loi (…) qui sont actuellement au niveau du parlement et enfin les communications effectuées pour le respect de la transparence, tout en se conformant aux recommandations de la CENI ». La prochaine étape, toujours selon le locataire de Mahazoarivo, est le contrôle de constitutionnalité.

Organisations techniques. Du côté des Nations Unies, on a réitéré « le soutien et l’assistance » de l’Onu à Madagascar dans « les organisations techniques et politiques des élections ». Une organisation technique, une organisation politique pour plus d’immixtion dans les affaires du pays ? La question se pose, car en principe, le domaine électoral relève de la souveraineté d’un pays. C’est à travers les élections que le peuple exprime son choix sans que tel ou tel pays, telle ou telle organisation internationale n’aient besoin d’intervenir. On se demande, par conséquent, quel genre d’organisation politique va apporter le système des Nations Unies et quelle est cette politique électorale (suscitée) à laquelle il va contribuer ? Des éclaircissements s’imposent.

Aina Bovel

Midi Madagasikara27 partages

Escroquerie : Quatre personnes arrêtées pour vente fictive d’huile de corail noir

Poursuivis pour escroquerie, quatre individus ont été arrêtés par la brigade criminelle de la police nationale à Anosy, lundi 12 mars. Les suspects ont failli extorquer 7, 800.000 millions d’ariary pour la vente fictive d’huile de corail noir à une femme dans le quartier des 67Ha. Fortement recherché sur le marché, ce produit à vertu médicinale intéresse de plus en plus les affairistes passionnés par l’argent facile. Raison pour laquelle, les malfaiteurs n’ont pas souvent de difficultés pour agir. Mais cette fois-ci, la chance n’a pas tourné en leur faveur. Ces quatre individus avaient pour cible une femme. La manigance a commencé quand un homme a contacté cette dame pour l’informer qu’il a de l’huile de corail noir. Il ajoute qu’un étranger est déjà disposé d’en acheter à un meilleur prix. Puisque l’offre a intéressé son interlocutrice, les deux parties ont tout de suite entamé la négociation. Un autre individu se déclarant technicien dans ce produit est intervenu pour procéder au test de celui-ci et signifier qu’il s’agit d’un vrai. Pendant ce temps, le pasteur a reçu un appel d’une personne parlant en langue étrangère pour annoncer qu’elle va acheter la marchandise. Pourtant, le problème est qu’elle n’est pas à Antananarivo. C’est pourquoi, elle a demandé à la femme de verser 1. 800.000 ariary à ses interlocuteurs. L’homme au téléphone a promis qu’à son arrivée dans la Capitale, il réglera la totalité du montant de la marchandise. Persuadée de la véracité de l’opération, la dame a accepté. Ayant perçu cette somme, les deux hommes lui ont encore réclamé 6.000.000 ariary. Cette réaction de ces deux hommes a suscité la suspicion de la dame. Ainsi, elle a déposé une plainte auprès de la brigade criminelle qui a tout suite ouvert son enquête prouvant que ces hommes sont des escrocs. Après filature des suspects quatre personnes ont été arrêtées aux 67Ha. Cependant, le soi-disant pasteur est toujours en cavale.

T.M.

Midi Madagasikara23 partages

Betafo : Basy 18 tratra tany amin’ andian’olona

Olona  19 no voatery nosamborin’ny zandary tany Ambalavato, ao amin’ny fokontany Andranovorilasa ao amin’ny kaominina Alarobia Bemaha, distrika Betafo, ny alahady lasa teo. Tra-tehaka tany amin’ireo andian’olona ireo mantsy ny fitaovam-piadiana isan-karazany, izay nahitana basy nahatratra teo amin’ny 18  teo ho eo, niaraka tamin’ny bala. Saika hanatanteraka fanafihana tany  amin’iny faritra iny angamba ireto andian’olona ireto no izao nifanehitra tamin’ny zandary izao. Araka ny fanazavana azo mantsy, dia avy any Alarobia Bemaha izy ireo, ary teny an-dàlana no nifanena tamin’ireo mpanao fitsidiham-paritra. Somary hafahafa fihetsika izy rehetra ka antony nanosika ireo zandary hisava azy 19 lahy. Inona tokoa no nitranga, fa basy lava vita gasy 16 no nafenin’izy ireo tany am-balahany tany, niaraka tamin’ny basy Mas 36 iray nisy bala sivy, basy poleta tsy misy marika iray niaraka tamin’ny bala efatra. Nogiazana avy hatrany ireto fitaovam-piadiana ireto ary nentina nanaovana famotorana ireto andian’olona ireto. Isan’ny mampihorohoro ny mponina any amin’iny faritra iny tokoa ity tsy fandriampahalemana ity. Mety ho ireto andian’olona ireto ihany ve   ireo andian-jiolahy, izay nampitondra faisana ihany koa teny Andranomafana ? Asa aloha, fa dia eo am-panaovana fanadihadiana ireo tompon’andraikitra amin’izany.

m.L

Midi Madagasikara22 partages

Une attitude outrancière unanimement condamnée

La députée Rabetafika Norovelo Roberthine a dû se mordre les doigts après son esclandre à l’Assemblée nationale avant-hier. Ses propos maladroits pour ne pas dire méprisants envers les journalistes présents ont provoqué un véritable tollé dans la profession et lui ont valu les foudres des internautes. Le slogan « je suis maimbo helika » est devenu le cri de ralliement de tous ceux qui ont été choqués par son attitude peu démocratique. Tous ceux qui sont tentés d’écarter la presse lors de cette session extraordinaire y réfléchiront à deux fois avant de mettre cette dernière à l’index.

Une attitude outrancière unanimement condamnée

Ce fut une réaction épidermique qui peut même être qualifiée d’irréfléchie. La députée élue à Isandra, excédée de voir tous ces journalistes venus à l’Assemblée nationale s’est emportée et a exigé qu’ils sortent. Cet excès de zèle qu’elle a manifesté était à son avis tout à fait justifié, car il s’agissait d’une commission plénière. Les députés de l’opposition ayant pris fait et cause pour les membres de la presse ont provoqué la colère de leurs collègues soutenant le régime. Le ton est monté et c’est dans ce contexte qu’ont été prononcés ces mots malheureux. En parlant de l’odeur d’aisselle régnant dans le coin de la salle occupée par les journalistes, cette parlementaire a provoqué un chahut indescriptible. Le président de séance, pour calmer les esprits, a autorisé la présence des membres de la presse, mais le mal a été fait. La séquence a été filmée et vue par les téléspectateurs. Elle est passée en boucle sur les réseaux sociaux. Les internautes n’ont pas mâché leurs mots pour exprimer leur indignation. Les quotidiens de la capitale n’ont pas été en reste. Cependant, à quelque chose, malheur est bon. C’est une séance plénière qui s’est tenue hier. Les membres de la société civile sont venus présenter leurs remarques et leurs propositions d’amendements sur les projets de loi électorale. En somme, tout est revenu dans l’ordre.

Patrice RABE

 

Midi Madagasikara21 partages

Sambava : Vola 9 tapitrisa ariary, lasan’ny mpanendaka

Nambaran’ny Kaomisera vonjimaika eto Sambava taminay,  fa nendahan’ny mpanendaka ny volan’ny ramatoa iray mpitazona ny vola azo tamin’ny alim-pandihizana ; izay natao tao amin’ny tranom-pokonolona Sambava, ny volana janoary lasa teo iny. Roa lahy ireto mpanendaka volan’olona ireto, hoy izy ka ny iray mpanendaka ny vola ary ny iray mpamily ny moto mpitondra azy ireo mandositra. Teo ivelan’ny tranom-pokonolona no niandrasan’ilay mpamily moto ny namany iray mijoko ny ramatoa mpitazona ny volan’io alim-pandihizana io. Tamin’ny famotorana azy ireo no niaiken’izy ireto ny heloka bevava vitany sady nanambaran’izy ireo fa mpamonjy alim-pandihizana izy roa lahy ary efa tany koa izy ireo tamin’ny alim-pandihizana izay natao tao Ankazomihogo talohan’ny nahatrarana azy ireto. Mpiavy avy any Toliara sady efa nonina tao Fianarantsoa ireo mpanendaka ireo.

REMI, Rakotonirina

Midi Madagasikara20 partages

Les travailleurs de l’ombre : Faly Rajaonosoa, l’incroyable parcours d’un joueur de « kapoaka » !

Les Malgaches sont doués en pétanque. C’est un fait reconnu dans le monde entier. Mais ce que les passionnés de cette discipline ignorent, c’est qu’avant d’en arriver là, il fallait passer par ce passage obligé des boulistes malgaches qui débutent avec le jeu de… « kapoaka », les boîtes de conserve et plus spécialement celles du lait concentré plus facilement transformables en… boules avec un rembourrage avec du sable.

Et Faly Rajaonosoa n’échappe pas à la règle. Il a débuté aux… « kapoaka » alors qu’il avait à peine sept ans. Comme tout le monde. Surtout que les boules, les vraies, coûtent toute une fortune pour l’écrasante majorité des jeunes malgaches. Mais à la différence des autres garçons de son âge, Faly Rajaonosoa avoue s’être imprégné des règles régissant la pétanque dans un livre intitulé « Les Codes des Jeux ». Autrement dit, il savait déjà qu’il allait se lancer dans la grande aventure. Et quelle aventure !

Matériel approprié. Cette enfance « ordinaire » fait aujourd’hui ressortir un homme comblé. En effet, grâce à son statut de revendeur de la marque Obut à Madagascar, il est en mesure de subvenir à ses besoins immédiats. Du coup, il entend prendre les taureaux par les cornes en fournissant du matériel approprié avec des vraies boules Obut aux jeunes de son quartier d’Ambatomainty où il a réussi à convaincre le « fokontany » pour y ériger un vrai boulodrome.

Tant qu’à faire, autant le faire dans le respect des normes pour que nos pensionnaires s’habituent aux compétitions officielles, explique-t-il avec cette mine épanouie, car ce nouveau boulodrome lui permet aujourd’hui d’élargir son école à 70 jeunes de sept à 14 ans pour les initier à la pétanque.

Vice-champion du monde. « La pétanque est une discipline dans laquelle les Malgaches excellent, car ils sont doués de nature d’où ma conviction à encadrer les jeunes et de réveiller en eux ce talent inné propre aux Malgaches », explique celui qui fut déjà champion de Madagascar en tête à tête en 2005 avant de devenir vice-champion malgache en triplette en 2012.

C’est dire le talent de ce jeune père de deux enfants qui a choisi de faire l’encadrement des jeunes boulistes sa priorité. Et il n’est pas à son premier coup, car il faisait déjà partie du staff technique de la fédération lors du championnat du monde junior de 2013 en France, plus précisément à Montauban, d’où ils rentraient avec la médaille d’argent au coup. Un titre de vice-champion du monde qui conforte encore plus la conviction de Faly Rajaonosoa d’aller de l’avant pour fabriquer des futurs champions. A moins que ce ne soit pas déjà fait, car ce n’est pas un secret pour personne que les pensionnaires de l’école de Faly Rajaonosoa font partie des meilleurs du moment. C’est tout simplement parce qu’ils sont à… bonne école.

Clément RABARY

Midi Madagasikara18 partages

Union panafricaine des Postes : La 5e Conférence des Plénipotentiaires à Antananarivo les 26 et 27 juillet

Un vent de changement souffle pour le secteur des Postes à Madagascar. Après la passation de service à la Direction Générale de la « Paositra Malagasy », un mémorandum a été signé hier pour l’accueil à Antananarivo de la Conférence de l’UPAP.

 

La « Paositra Malagasy » a été sélectionnée pour accueillir la 5e Conférence extraordinaire des Plénipotentiaires de l’Union Panafricaine des Postes (UPAP). Cette rencontre internationale se tiendra donc à Antananarivo les 26 et 27 juillet prochains. En effet, la décision a été prise lors de la 36e réunion du Conseil d’Administration de l’UPAP qui s’est tenue à Nairobi au mois de mai 2017. Hier, un mémorandum a été signé à l’hôtel Ibis Ankorondrano, dans le cadre de l’organisation de cette conférence internationale. La cérémonie de signature s’est tenue sous le patronage de Neypatraiky Rakotomamonjy, ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique, en présence de Younouss Djibrine, secrétaire général de l’UPAP, ainsi que Elire Rabemananjara, PCA de la « Paositra Malagasy » avec son nouveau DG, Augustin Rakotomalala. D’après les organisateurs, la Conférence de l’UPAP sera une rencontre de haut niveau qui réunira les ministres en charge du secteur postal des 43 Pays-membres de l’UPAP accompagnés de leurs délégations respectives pouvant atteindre trois cent personnes. Des questions liées aux stratégies postales africaines à savoir la révision des Actes de l’Union et l’harmonisation des positions africaines, seront abordées durant l’événement. Ces assises donneront lieu à la prise d’importantes décisions qui impacteront sur l’avenir des services postaux. Pour le ministère de tutelle, cette réunion sera l’occasion de montrer aux décideurs postaux africains une image positive de Madagascar et de présenter les opportunités de partenariat, mais également de renforcer les relations de coopération avec les pays membres de l’Union.

Nouveau DG. La signature de convention d’hier a été réalisée, juste après la passation de service entre le DG sortant de la « Paositra Malagasy », Sthephanoel Razafimanantsoa et le DG entrant, Nirina Augustin Rakotomalala, qui s’est déroulée à Antaninarenina. Membre du Corps des Inspecteurs Principaux des Postes et ayant occupé le poste de directeur interrégional de la « Paositra Malagasy » (DirPM) à Mahajanga, Nirina Augustin Rakotomalala est désormais promu au poste de DG de la « Paositra Malagasy », pour remplacer son prédécesseur qui a assuré cette fonction depuis mars 2014. Certes, il s’agit d’une nomination promotionnelle, mais pour le ministère de tutelle (MPTDN), l’arrivée du nouveau Directeur général entre dans le cadre de la continuité du développement du secteur des Postes, dans l’optique de mieux satisfaire les usagers de la « Paositra Malagasy ».

Antsa R.

Midi Madagasikara15 partages

Jean-Baptiste Lemoyne à Madagascar : Le gouvernement français multiplie ses actions pour la CUA

Le gouvernement français continue d’appuyer la commune urbaine d’Antananarivo dans ses actions de développement.

La Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) n’est pas oubliée par le gouvernement français qui a envoyé à Madagascar son Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne. Hier dans la matinée, une forte délégation, composée du maire Lalao Ravalomanana, du ministre auprès de la Présidence en charge des projets Présidentiels, de l’Aménagement et de l’Equipement Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, du ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Energie Lantoniaina Rasoloelison, du Chef de la Délégation de l’Union européenne Antonio Sanchez-Benedito et bien sûr de Jean-Baptiste Lemoyne, a effectué une descente de travail dans le quartier d’Ankazomanga où elle a constaté de visu la réalisation du Projet « Ruelles » Phase II. Après Ankazomanga, la délégation conduite par la maire Lalao Ravalomanana s’est rendue à Manarintsoa-Est où elle a découvert l’état lamentable de l’une des cinq stations de pompage existantes dans la Capitale.

 22 millions d’Euros. La réalisation du projet « Ruelles » Phase II a coûté cinq millions d’euros. Le financement a été assuré par le gouvernement français à travers l’AFD (Agence Française de Développement). Il a été décidé hier lors de la descente à Manarintsoa-Est que les vétustes outils composant les cinq stations de pompage d’Antananarivo seront incessamment remplacés. Par ailleurs, on a appris que le Projet « Ruelles » Phase III va  bientôt démarrer. 27 communes en seront les bénéficiaires, dont la commune urbaine d’Antananarivo. 22 millions d’euros seront alloués au nouveau projet. Trois millions d’euros de cette enveloppe seront offerts par l’Union européenne. 19 millions d’euros seront donc octroyés par l’AFD.

Obligés de coopérer. La présence du Secrétaire d’Etat français Jean-Baptiste Lemoyne a obligé les dirigeants de la CUA et ceux du M2PATE de coopérer après une période de tension sur la gestion de certains domaines publics se trouvant dans la circonscription de la commune urbaine d’Antananarivo. « La CUA et le pouvoir central doivent travailler ensemble pour que les projets de développement financés par nos partenaires techniques et financiers puissent être réalisés comme il faut. », a souligné hier Lalao Ravalomanana. Après avoir été avec la délégation française, la maire de la commune urbaine d’Antananarivo s’est rendue à l’EPP de Soarano où elle a signé avec le ministère de l’Education nationale une convention pour la meilleure gestion de cette école primaire publique. Le ministère de l’Education nationale a été représenté hier par son Directeur général Todisoa Andriamampandry.

Eugène
L'express de Madagascar15 partages

Réglons « le problème » de fond de l’insécurité à Madagascar

Tout croyant (chrétien, musulman, animiste, bouddhiste…) ne souhaite à quelqu’un de devenir un criminel qui n’a de finalité que la prison ou la mise à mort. En effet, les actes d’insécurité se multiplient sous toutes ses formes dans les villes et dans les campagnes. Dans le monde rural, on arrive même actuellement à voler les récoltes des cultures vivrières (riz, fruits et légumes). De plus en plus dans les villages, la population vit de jour et de nuit sur le « qui vive » comme si on était dans un état de guerre. La majorité silencieuse, les ruraux, ne savent plus quel Saint interpeller en absence de solutions adéquates. On accepte et applique des initiatives locales (Dina, vindicte populaire, milices…) comme si un « état de droit » avec des textes réglementaires et des autorités pour les appliquer n’existe pas.Il faut reconnaître que les gouvernements successifs ont fait des actions mais rien ne semble durable. Il faut saluer les agents des forces (police et gendarme) de l’ordre qui sécurisent, selon leur possibilité, les biens et les personnes. Sinon le pays serait déjà dans l’anarchie totale. Mais pourquoi les bonnes idées ne sont-elles pas généralisées, efficaces et durables ? La réalité actuelle est autre : des interpellations ponctuelles suivies d’actions médiatiques puis tout revient comme avant, avec plus de gravité.Tout le monde n’a pas les moyens de faire des maisons barricadées, de payer des services de sécurité, de fuir à l’étranger, de virer son argent dans un autre pays… En passant, la fuite de capitaux est poursuivie dans beaucoup de pays, surtout occidentaux, car ça appauvrit l’État et le peuple. Madagascar a déjà peu d’investisseurs et l’argent gagné sur le sol malgache part à l’étranger. Que va-t-il rester ? Toutes les initiatives privées concernant la sécurité qu’on voit au quotidien ne choquent personne, pourtant cela va à l’encontre de l’intérêt général. Certains riches orgueilleux ne respectent même pas un minimum de discrétion en faisant l’étalage de leur richesse dans un pays où on estime que 90% de la population vit sous le seuil de la pauvreté. On oublie que l’esprit humain a la capacité d’initiatives illimitées et imprévisibles pour faire le bien et le mal. Et le développement de la frustration n’engendre rien de bon.Dans un pays qui cherche réellement le bien-être de sa population, l’État se concentre sur le secteur productif qui est la garantie pour la création d’emplois et de revenu décent (base de la paix sociale). Comment assurer une paix quand la majorité de la population survit au jour le jour ? Le constat, on connaît et les idées de solutions sont aussi multiples. En tout cas, ce n’est pas l’augmentation d’agences de sécurité privées qui est la solution. Certaines agences font l’éloge de leurs prestations comme pour remercier de l’existence des criminels. L’énorme somme d’argent ainsi dépensée serait plus utile pour financer les outils de production et les forces de l’ordre pour l’accomplissement de leur travail.Certains agents des forces de l’ordre interpellent aussi le citoyen. Pourquoi certains membres des organisations de la société civile brandissent le respect « Droit de l’Homme » quand ils font leur travail ? Quand les agents des forces de l’ordre font des sacrifices, même en se faisant tuer, certains leaders d’opinion ne réagissent pas pour honorer ces héros de la Nation.  On devrait mettre dans le domaine public les bonnes actions des forces de l’ordre pour sécuriser le pays tout en condamnant les abus de toutes les parties (citoyens, autorités et forces de l’ordre).Le principal enjeu à traiter, on ne règle pas un problème sans regarder le fond de la question. C’est facile d’interpeller les autorités qui vivent aussi de l’insécurité. Tout le monde a des idées pour régler l’insécurité, mais quelle est la bonne selon les moyens disponibles ? Il faut éviter de ne réagir qu’aux faits visibles (kidnapping, vol de zébus ou trafic de bois de rose). Les criminels (voleurs, escrocs, kidnappeurs…) sont nos concitoyens qui peuvent être un parent, un(e) frère/sœur, un(e) cousin/cousine, un(e) ami/amie, un(e) collègue, un(e) voisin/voisine ou un(e) inconnue. La question de fond est : pourquoi ils ont franchi la ligne rouge du banditisme ? Leur point commun est l’« argent facile ». Il y a beaucoup d’autres qui gagnent de l’« argent facile » (plus qu’un cadre d’entreprises productrices de richesses)  en mendiant, en faisant de la politique et en se prostituant pour de beaux vêtements. Donc il faut trouver une solution d’ensemble sur l’argent facile  ou mal acquis.Face à l’insécurité alimentaire et de l’emploi, tout le monde exploite tant que possible toutes les opportunités pour satisfaire ses besoins. On ne veut pas résoudre le secteur informel avec 95% de la population active. Sans oublier qu’une partie des 5% des travailleurs dans le formel n’ont pas de salaire vital pour vivre décemment. Comment les chefs de famille doivent-ils compléter la différence ou le fameux « gap ». Certains ne se posent plus la question de la morale. On ferme les yeux sur la réalité au quotidien avec le développement de la prostitution, de la mendicité, de la braderie de notre patrimoine (pierres précieuses, bois d’œuvre, terres…).Il faut donc mettre de l’ordre dans la société malgache, cesser de faire (encore et encore) des actions ponctuelles du côté de la société civile ou des autorités. On devrait interpeller sur le développement des écarts de rémunérations de plus en plus élevés. Une question se pose : qui vole qui ? Un exemple parmi tant d’autres dans certaines entreprises franches, les heures de travail ont baissé en équivalents dollars. Personne ne fait l’effort de faire une étude pourtant simple de perte d’argent pour les travailleurs et pour l’État en multipliant le nombre d’heures par rapport aux milliers de travailleurs et aux années de travail. Les écarts de salaire à Madagascar sont les pires dans le monde plus qu’en Chine ou au Bangladesh. Travailler dans la fonction publique attire plus de monde, grâce à ses avantages, que dans le secteur productif avec ses pressions et ses bas salaires en travaillant sans répit. Le travail formel n’est devenu qu’un « statut social » détaché de son essence « travailler pour faire vivre sa famille et profiter de la vie».Il faut se concentrer sur les secteurs productifs (filières saines et porteuses) et la rémunération des travailleurs avant de s’étaler sur le curatif du règlement de l’insécurité. Faut-il encore combien de victimes, d’actions malheureuses gaspillant le peu d’argent disponible et de réunions ou de manifestations pour qu’on puisse aller dans le bon sens ? Il est temps d’orienter toutes les politiques publiques sur le développement du « secteur productif formel ». La réponse est d’offrir des salaires décents à tous les travailleurs et des paiements appropriés aux professions libérales (paysans, artisans et  autres métiers) avec des sécurités sociales pour tous.

Par Ravoavy Toky

Midi Madagasikara13 partages

« Hira gasy » : Randrianasolo Betsileo sort son album

Les musiciens folkloriques bougent d’un ton ! Sur les pas des grandes compagnies,  la troupe Randrianasolo Betsileo sort à son tour son album.

 

Sa particularité ? Randrianasolo Betsileo est de latrempe des troupes « droit au but ». Sans langue de bois, le titre de sa dernière ponte est on ne peut plus explicite. « Izay tena marina mihitsy lazaina fa ny vahoaka azy laingalaingana », tel est l’intitulé de son album sorti récemment dans les bacs.  Le discours et toutes les chansons y afférents colorent ce thème dans lesquels Randrianasolo Betsileo partage des leçons à tirer de la vie quotidienne et de la conjoncture actuelle.

 

Charme  betsileo.  En 80 minutes, la troupe se met tantôt sur un plateau d’Antsirabe, ou sur le décor d’Andiana Ambositra démontrant ainsi la richesse du paysage des Hauts- Plateaux. Comme toute troupe qui se respecte, les anecdotes, les « covers » de variété et les leçons de vie sont à l’ordre du jour. Usant du charme de l’accent betsileo combiné avec la vive voix aiguë  et rythmée qui fait la signature de la musique folklorique des Hauts- Plateaux, la troupe a de quoi se démarquer des autres.

 

Selon Isidore, leader de la troupe, « c’est  un grand pas pour cette troupe d’Ambositra de coucher sur support ses œuvres, car pour la troupe, sur les 50 « Hira gasy » que nous possédons, seuls trois de nos œuvres sont éditées en vcd » explique-t-il. Le  problème réside au niveau de la production, car la plupart des membres de la troupe sont des paysans tout au long de l’année. Ce qui ne permet pas vraiment à ces derniers de se focaliser sur la musique que durant la saison du « hira gasy » seulement.

 

Promotion. Pour Randrianasolo Betsileo, les membres se rejoignent chaque mois de mars pour apprendre  les chansons de la tournée. Pour 2018, la troupe compte sortir un autre album en adoptant la langue officielle même si cette compagnie utilise le dialecte betsileo dans la vie courante. Avec la promotion de la musique folklorique par le biais du « Hira Gasy Makotrokotroka”, les troupes se font un nom dans le paysage culturel et artistique. Même si la discipline touche encore une cible bien définie, le public semble s’élargir ces huit dernières années.

 

Zo Toniaina

Midi Madagasikara13 partages

Manjakandriana : Mpivady indray voadaroka

Mba avy niantsena tao Imerintsianjaka izy ireo no nisy nidaroka avy hatrany. Izany dia mba nahafahana nangalatra ny entan- kely vao avy novidina. Telo lahy no nidaroka ary nisintona ny entana vao novidiana. Naratra mafy teo izy roa ireo. Nisy nahita ny zava-nitranga ary ireo no nampandre ny zandary teo anivon’ny “poste avancé” ao Ambohitrandriamanitra. Nanao ny fisafoana avy hatrany ireo, ka kara-panondro roa no hitan’izy ireo teo an-toerana. Rehefa notohizana ny dia dia hita ihany koa ireo zava-maranitra izay nentina nandratrana ireo mpivady voalaza etsy ambony. Tsy fantatra izay mety hifandraisan’ireo olona tao anatin’ny kara-panondro amin’ity raharaha fandratrana olona sy fandrobana ity. Fantatra koa mantsy amin’izao fotoana, fa isan’ny fanaon’ny jiolahy indray ny mametraka ny kara-panondron’ny olona izay nendahin’izy ireo eny amin’ny toerana izay avy nanaovany asa ratsy. Izany dia mba hanodinana ny sain’ny mpanao fanadihadiana. Na izany aza, ny fanamarinana rehetra izay handeha sy ny firesahana amin’ireo olona tao anaty kara-panondro no heverina fa afaka hanome valiny raha olon-dratsy ireo na kosa tsy manan-tsiny, mbola isan’ny voaroba koa.

D.R

Midi Madagasikara12 partages

Société civile : Des critiques sur 70 articles des lois électorales

Seulement 15 députés ont assisté à cette séance plénière. Soit le 1/10e des membres de la Chambre basse. Pourtant le sujet focalise l’attention de bon nombre d’observateurs.

Les débats sur les lois électorales ont repris, hier, après le « Sakoroka » de mardi dernier, au Palais de Tsimbazaza. En effet, la séance d’imprégnation des députés sur lesdites lois a pris une autre tournure. Après l’intervention du Premier ministre et non moins ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Mahafaly Olivier Solonandrasana d’avant-hier, ce fut au tour de la société civile de rencontrer les députés, hier. Si la pagaille a régné durant la première journée de la session extraordinaire, la deuxième du moins s’est déroulée normalement. Au centre du débat, les lois électorales.

Propositions. La société civile n’a pas manqué d’émettre leurs points de vue sur certains passages de ces lois électorales. La société civile a notamment décelé des contradictions au niveau des textes. Elle a même souligné que certains articles sont incompréhensibles. A cet effet, elle a apporté des propositions sur 70 articles portant, entre autres, sur la liste électorale, la campagne électorale et le bulletin unique. Notons que les travaux de commission débuteront ce jour avec à l’ordre du jour les lois électorales et qu’en principe leur adoption aura lieu mardi prochain, en séance plénière. Une séance qui risque d’être houleuse dans la mesure que dès le premier jour la tension a monté d’un cran.

Sanctions. Faut-il rappeler que le SeFaFi a également donné son avis concernant ses lois électorales et n’a pas hésité à apporter des suggestions. Cet observatoire de la vie publique a notamment parlé du financement des campagnes électorales même s’il a été pris en compte dans presque une trentaine de nouveaux articles. Il s’agit, tout d’abord, de l’imposition de sanctions précises et contrôlables aux contrevenants, que le projet de loi renvoie aux « juridictions compétentes » alors que de lourdes sanctions sont prévues dans le seul cas de financement étranger. Et au second lieu, le plafonnement des dépenses liées au financement des campagnes électorales.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara11 partages

CGARD : Utilisation des données satellitaires pour le développement rural

Ce projet de coopération entre l’Inde et Madagascar, qui est rattaché au ministère en charge de l’Agriculture, est financé à hauteur de trois millions de dollars non remboursables.

« Le gouvernement de l’Inde et la Commission de l’Union Africaine ont convenu sur la création d’un Centre Géo-informatique Appliqué au Développement Rural (CGARD) dans cinq pays en Afrique. Et Madagascar est le premier pays bénéficiaire de cette initiative ». Le Président de l’Inde, Ram Nath Kovind, l’a annoncé lors de l’inauguration de ce centre hier à Nanisana. En fait, « l’Inde et Madagascar dépendent largement du développement de l’agriculture. Nous souhaitons ainsi partager aux pays en développement nos technologies de pointe servant à moderniser ce secteur », a-t-il poursuivi. Ce CGARD utilisera ainsi des données satellitaires ainsi que de la technologie géo-spatiale comme le SIG, le système de positionnement mondial pour le développement rural.

Trois millions USD. Ce projet de coopération entre les deux pays, qui est rattaché au ministère en charge de l’Agriculture, est financé à hauteur de trois millions de dollars non remboursables. « Le CGARD permet de toucher de nombreux domaines dont entre autres, la gestion des risques et de catastrophes, la planification des infrastructures, la gestion des ressources naturelles comme la terre, l’eau, la foresterie et les minerais ainsi que le développement socio-économique tels que l’éducation, la santé et le développement de l’habitat », a évoqué le Président de la République Hery Rajaonarimampianina, lors de cette cérémonie. Et sur le plan agricole, « le CGARD utilisera des technologies de pointe servant à délimiter les surfaces agricoles cultivées ou encore exploitables, à estimer la production et le rendement des superficies exploitées et à évaluer l’importance des dégâts causés par les aléas climatiques. L’inventaire des ressources naturelles n’est pas en reste », a fait savoir le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Harison Randriarimanana.

59 hommes d’affaires. Notons que le Président indien est arrivé depuis hier matin en terre malgache. Il est accompagné de son épouse et de membres de sa famille, du ministre d’État indien de la Santé et du Bien-être familial, de quatre parlementaires, ainsi que de 59 hommes d’affaires et hauts responsables étatiques indiens. La délégation indienne a été ensuite reçue par le Président Hery Rajaonarimampianina au Palais d’Iavoloha.

Navalona R.

Midi Madagasikara11 partages

Farine avariée : Destruction par incinération avant- hier

Pour le ministère du Commerce et de la Consommation, la protection des consommateurs est une priorité. Raison pour laquelle, ce département a procédé, avant-hier à la destruction par incinération de la farine avariée qu’un opérateur a tenté de reconditionner en vue d’une revente sur le marché.

Pour rappel, l’opérateur en question était pris en flagrant délit de reconditionnement de sacs de farine avariée la semaine dernière. 32 sacs soit 1,6 tonne de farine ont été en effet repassés au tamis et remballés dans un autre contenant par cet opérateur indélicat. Grâce à une opération de contrôle, le ministère du Commerce et de la Consommation a pu mettre fin à cette tentative. L’opération a donc abouti à la destruction par incinération qui a eu lieu, hier. Et ce, conformément aux dispositions légales en vigueur en matière de protection des consommateurs. L’opération a été réalisée en présence des autorités locales, du représentant de la société responsable du délit, des agents du ministère du Commerce et de la Consommation, ainsi que des éléments des forces de l’ordre.

Petite consolation pour l’opérateur délinquant, le reste de sacs de farine considéré comme non avarié a été analysé et a obtenu un certificat de consommabilité, donc pouvant être vendu. Mais cela ne va pas lui éviter pour autant une sanction, puisqu’un procès-verbal d’infraction lui a été dressé, avec un paiement d’amendes à la clé.

R.Edmond.

Midi Madagasikara10 partages

Assemblée nationale : Le G5 réclame la dissolution du Bureau permanent

« L’actuel Bureau permanent de l’Assemblée nationale est dépassé par les évènements et ne contrôle plus la situation ». C’est ce qu’estime le député de Betroka Nicolas Randrianasolo. Faisant référence au « sakoroka » survenu mardi dernier à Tsimbazaza, le leader du « Groupe des 5 », une entité regroupant des dissidents MAPAR, en l’occurrence Nicolas Randrianasolo, Kathy, Vololona Raherisoa, Abel Razafimahatratra et Mamy Armand Hanitriniaina, réclame la dissolution du Bureau permanent dirigé par le président Jean Max Rakotomamonjy. Ce dernier est actuellement en mission à l’extérieur. Selon l’élu de Betroka, 80% des membres de l’instance dirigeante actuelle au niveau de la Chambre basse soutiennent l’opposition et sont contre le régime Rajaonarimampianina. Il est donc temps de les écarter. Nicolas Randrianasolo lance ainsi un appel à l’endroit des parlementaires issus du groupe parlementaire HVM afin de lancer la procédure de dissolution du Bureau permanent. Reste à savoir si à 8 mois de l’élection présidentielle, un changement à la tête de l’Assemblée nationale est encore nécessaire.

Davis R

Midi Madagasikara9 partages

Football- FMF : Il y a footeux et footeux !

C’est maintenant confirmé que les doléances à l’origine de cette crise qui ternit l’image du football malgache viennent de Désiré Rakotoarimino qui, par conférence de presse interposée, remercie publiquement les deux personnes en l’occurrence la Secrétaire Générale de la FIFA, Fatma Samoura, et le président de la CAF, Ahmad, à qui il avait envoyé son compte rendu des élections au niveau de la ligue de Vatovavy Fitovinany  et de Haute Matsiatra.

Les émissaires de la CAF et de la FIFA vérifieront donc sur place les allégations de l’ancien président de la ligue de Bongolava, un titre honorifique qui lui donne peut-être le droit d’intervenir et trancheront en conséquence tout en sachant évidemment qu’il y a footeux et footeux. Les vrais amoureux du ballon rond n’iraient pas jusqu’à faire vaciller toute une institution en partant d’un constat tiré sur deux  ligues sur un total de 22. Certes il s’agit d’une illustration de la démocratie, mais en quoi cela va-t-il changer ? Sinon d’arriver à une sanction collective qui prendrait la forme d’un comité de normalisation diligenté par le clan à l’origine de cette fameuse crise.

Ce  que souhaite une large part du monde football (pas les footeux), c’est de voir cette crise prendre fin pour qu’on puisse tenir enfin les élections. Et que le meilleur gagne !

Clément RABARY

Midi Madagasikara9 partages

Vie associative : Solidarité retrouvée pour les Antesaka

Avec « Zanaray Miraindraiky » (Les Zanaray de nouveau réunis/ réconciliés), c’est la solidarité entre Antesaka, une ethnie issue de trois districts – Vangaindrano, Midongy et Befotaky – de la Région Sud-Est de Madagascar qui est requinquée.

Pour renforcer cette cohésion, leur association dénommée « Zanaray Miraindraiky » ont organisé une rencontre au Centre culturel de la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) à Vontovorona. La rencontre qui était également une présentation de vœux, était en quelques sortes, un rassemblement pour les Antesaka éparpillés dans la Grande Ile, car ceux de Diégo-Suarez et de Majunga étaient également présents. Des femmes et hommes politiques, ainsi que des militaires de renom (pour ne citer que le Général Jean Emile Tsaranazy – président d’honneur de l’association), ainsi que des artistes, se sont également joints à eux.

Solidarité. Dans son allocution, le Secrétaire général de l’association M.Rakotomila n’a eu de cesse de faire appel à la solidarité des membres : « Chacun doit se concentrer sur le développement de la région Sud-Est au lieu de s’attarder sur les différends et les polémiques. » En rappelant brièvement l’histoire de Zachée, il a voulu démontrer que la charité prévaut sur la cupidité. Autant donc influencer sur sa communauté en impactant positivement sur la société et en faisant du bien à son prochain. Un appel à la cohésion, qui apparemment, du moins d’après l’applaudimètre, a reçu un écho favorable de la part de l’assistance.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara9 partages

Troisième revue de la FEC : La Mission du FMI reçue hier par le ministre des Finances et du Budget

Une mission du Fonds monétaire International (FMI) est dans nos murs, pour la troisième évaluation de l’exécution du Programme économique, soutenu par la Facilité élargie de Crédit (FEC). Cette mission durera 14 jours et permettra, une fois de plus d’apprécier le niveau de performance de Madagascar, dans la mise en œuvre de ce Programme. Hier, les techniciens du FMI, conduits par Marshall Mills, chef de délégation, ont été reçus par le ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona. D’après les informations, cette revue concerne l’exercice du deuxième trimestre de l’année 2017 et pourrait aboutir au prochain décaissement du financement FEC, si les résultats sont jugés satisfaisants. A noter que la bonne performance de Madagascar dans la mise en œuvre de ce Programme économique a toujours été saluée par le FMI, suite aux deux premières revues. Cette fois, les prévisions restent prometteuses. Lors de la dernière revue en septembre 2017, le FMI a souligné l’importance de la poursuite des efforts menés pour l’amélioration des recettes fiscales et douanières, l’amélioration de la qualité des dépenses publiques à travers l’accroissement des dépenses d’investissement, la maîtrise de la masse salariale et la réduction des transferts vers les entreprises publiques.

 

Antsa R.

News Mada8 partages

Hanomboka hijojo ny orana anio : hiditra ao Antalaha i Eliakim

Hiditra an-tanety, rahampitso maraina ao amin’ny distrikan’Antalaha ilay rivodoza Eliakim raha ny tomban’ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro. Hahazo anarana kosa izy, anio, rehefa mahafeno ny fepetra rehetra. Mbola “perturbation tropical” ny fiantso azy, omaly fa heverina hiova ho “cyclone tropical” izy rehefa hipaka aty an-tanety. Tany amin’ny 640 km atsinanana- avaratra atsinanan’Antalaha no nisy ny foibeny, omaly maraina. Mikisaka miadana amin’ny hafainganam-pandeha 13 k m isan’ora ilay rivodoza. “Rehefa tafiditra ao Antalaha, hanohy hahazo an’i Maroantsetra, i Mandritrasa izy ary tombanana hivoaka any an-dranomasina indray ny asabotsy alina na ny alahady maraina”, hoy ny teknisianina.

Ho betsaka ny orana ary hahery ny rivotra miaraka aminy rehefa tafiditra an-tanety. Hatrany amin’ny 118 km sy 165 km ny tafiotra raha vao mipaka amin’ny morontsiraka ilay rivodoza.

Hijojo sahady ny orana manomboka anio ho an’ny tapany avaratra sy atsinanana iray

manontolo. Mampitandrina sahady ny mponina sy ny mpiandriaka amin’ny ilany avaratra sy atsinanana ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro.

 Hanorana eto Antananarivo manomboka rahampitso

Ho an’ny eto afovoan-tany, rahampitso vao hahazo orana ny faritra maromaro ka ho tafiditra ao Antananarivo. Hitohy hatramin’ny faran’ny herinandro ny rotsak’orana. Manan-kery ny filazana maitso fanairana ho an’ny faritra Sava, Diana, Sofia, Alaotra Mangoro, Atsinanana, ary ny distrikan’i Marovoay, Tsaratanàna ary Mahajanga ho fiomanana amin’ny fandalovan’ny rivodoza.

Vinavinaina ho betsaka ny rotsak’orana (150 hatramin’ny 300 mm) ny herinandro voalohany nanomboka ny alatsinainy lasa teo hatramin’ny alahady ho an’ny faritra Diana, Sava, Analanjirofo, Alaotra Mangoro, Atsinanana ary ny distrikan’Analalava, Bealanana, Antsohihy, Befandriana Avaratra sy Mandritsara.

Rehefa mivadika ho “cyclone” ny andro ratsy, mafy ny rivotra entiny ary matevina ny rotsak’orana miaraka aminy. “Raha mitaha amin’ny rivodoza farany teo koa, malefaka kokoa Eliakim”, hoy ny fanazavan’ny teknisianina.

Vonjy A.

News Mada8 partages

Faune et flore : 25% des espèces menacées d’extinction

Un nouveau rapport international de WWF intitulé «La vie sauvage dans un monde en réchauffement», publié hier, rapporte les effets néfastes du changement climatique sur la faune et la flore de 35 régions prioritaires pour la conservation de la biodiversité, dont Madagascar. Ces régions renferment les écosystèmes les plus exceptionnels au monde, abritant une biodiversité irremplaçable mais hautement menacée.

Les résultats des projections des scientifiques sur la Grande île sont alarmants. Le rapport note que «même si nous limitons l’augmentation de la température de la Terre à 2°C, objectif des pays signataires de l’accord de Paris, la situation climatique sera insoutenable pour 25% des espèces de Madagascar».

Dans le même registre, avec une augmentation de température à 2°C et une capacité de dispersion adéquate,  14% des espèces d’oiseaux et 7% des espèces de mammifères seront en danger d’extinction dans les années 2080. Pour les plantes, amphibiens et reptiles, le risque d’extinction est plus élevé.

Les lémuriens, grandes victimes

Ce rapport inclut également les résultats d’une étude menée en 2015, montrant que la population de 57 espèces de lémuriens diminuera de 60% si la température de la planète augmente entre 2°C à 4°C. Dans tel cas, trois zones ont été identifiées comme des refuges climatiques pour les lémuriens: la péninsule du Masoala, la rivière Mangoky et une zone dans le Nord-ouest du pays, incluant Ankarafantsika.

Pour WWF, l’avenir de Madagascar et de ses espèces est entre les mains de toute la population. Aussi, l’organisation invite chacun à rejoindre ses efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre à travers la préservation des espaces verts, la participation aux évènements d’envergure internationale, comme «Une Heure pour la Terre». Cette célébration annuelle se déroulera le 24 mars.

Arh.

Midi Madagasikara7 partages

Kamisy Guy John : « Nintsika Jiaby Iz’Ty est une association apolitique »

 « Nintsika Jiaby Iz’Ty est une association apolitique à caractère social. Pour le moment, elle ne soutient aucun candidat à la Présidentielle », a tenu à expliquer son président Kamisy Guy John en réaction à notre article sur la candidature du locataire de Mahazoarivo à la course à la Magistrature suprême. Selon ses dires, « nous ne soutenons pas la candidature du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana ni aucun autre candidat d’ailleurs ». Kamisy Guy John a toutefois laissé entendre que « l’association est ouverte à tout le monde, sans distinction de race, de religion, ou de parti politique ». Pour le moment donc, « Nintsika Jiaby Iz’Ty » qui a vu le jour le 13 janvier dernier, reste au dessus de tout calcul politique et ce, bien malgré l’existence de nombreuses sollicitations. Actuellement, elle compte 2.350 membres. L’association a pour objectif de promouvoir le développement de la Province d’Antsiranana à travers différents projets mettant l’accent sur l’humanité et le développement. Résidant en France, Kamisy Guy John a décidé de fonder « Nintsika Jiaby Iz’Ty » pour tenter de trouver des solutions contre la pauvreté, le chômage et la dégradation des infrastructures routières dans la partie Nord de la Grande Ile.

Davis R

L'express de Madagascar7 partages

Développement – La stratégie « faim zéro » dans les régions

Le programme inclus dans le plan national de développement, «faim zéro», sera entièrement effectif d’ici le mois de juin. Selon la restitution des consultations effectuée par les parties prenantes du projet.

Renforcer la résilience de la population pour concrétiser le plan de développement. C’est dans cet ordre que la stratégie «faim zéro» a été lancée l’année dernière. Afin de consolider les avancées de ce programme, un atelier de restitution des consultations régionales de cette stratégie nationale a été réalisée hier au ministère de l’Économie et du plan à Anosy. Les enjeux et les problématiques liés à l’insécurité alimentaire ainsi que la malnutrition à Madagascar sont parmi les premières raisons qui font que le développement du pays peine à  décoller. Ainsi, pour réellement concrétiser les directives inscrites dans la straté­gie nationale, des consultations ont été réalisées dans les régions d’Anosy, Androy, Atsimo Andrefana, Vakinakaratra, Vatovavy Fitovinany ainsi que Betsiboka et Sofia. L’objectif étant d’obtenir les appréciations des acteurs régionaux qui sont confrontés quotidiennement à la réalité dans ces régions.

DifficultéComposé principalement de responsables techniques et communautaires ainsi que du secteur privé et autre société civile, ces acteurs locaux ont exposé des problématiques. Notamment la vulnérabilité de la production agricole dans leurs régions respectives. Ou encore les problèmes des réseaux de distribution et des infrastructures routières qui impactent considérablement sur la qualité ainsi que l’écoulement des produits agricoles.La non-disponibilité, des réseaux de distribution, le prix de vente et d’achat des vivres, les aléas climatiques, ainsi que les infrastructures et la gestion post production sont, ainsi, les principales difficultés mentionnées par les acteurs régionaux dans le rapport de consultation. « La promotion de l’agriculture durable pour assurer la sécurité alimentaire et améliorer la nutrition est inscrite dans les objectifs du développement durable tout en étant repris par cette stratégie nationale que nous avons lancée », souligne le général de corps d’armée Herilanto Raveloharison, ministre de l’Économie et de la planification. En enchaînant que « Le document final de cette stratégie “faim zéro” sera présenté et validé par toutes les parties prenantes du projet, vers la fin du premier semestre de cette année ». Par ailleurs, la stratégie préconise la mise en place d’un programme concerté d’un filet de sécurité sociale comme la haute intensité de main d’œuvre, le concept de cash for work, ainsi que le programme de transfert monétaire. Des propositions de solutions sont déjà en cours de réalisation dans les régions consultées.

Harilalaina Rakotobe

News Mada6 partages

Insulte contre les journalistes : l’OJM demande des excuses publiques

Face aux insultes proférées à l’encontre des journalistes, l’Ordre des journalistes (OJM) demande des excuses publiques au Parlement. Un évènement de plus mettant en cause la liberté de la presse à Madagascar.

Les évènements de mardi dernier à l’Assemblée nationale n’ont pas laissé insensible le bureau de l’Ordre des journalistes (OJM). Les journalistes étaient tout simplement chassés  de la salle de séance, voire même humiliés car jugés indésirables aux yeux de certains députés.  Roberthine Rabetafika, du HVM, avait même lancé des propos injurieux, calomnieux et lamentablement déplacés en disant aux journalistes de prendre la porte de sortie car ils étaient malpropres et sentent mauvais.

Face à un tel comportement inadmissible et condamnable qui n’a pas sa place au sein de l’hémicycle, l’OJM a immédiatement réagi à travers un communiqué. «Les journalistes n’ont fait aucun forcing en entrant au palais de Tsimbazaza. Des députés leur ont proposé d’entrer dans l’hémicycle. Ils n’ont fait que leur devoir en tant que journalistes», a précisé le communiqué.

«On ne peut accepter que les journalistes ne puissent exercer leur métier correctement, de ce fait, nous demandons des excuses publiques de la part de la Chambre basse pour ces propos injurieux», a fait savoir l’OJM. .

Points de discorde

Afin d’éviter que ce genre d’incident ne se reproduise, l’OJM demande à ce que chacun prenne ses responsabilités car une telle attitude fait obstacle à la liberté de presse. D’autant plus que ce n’est pas la première fois depuis le début de mandat du régime en place que cela arrive.

On pourrait par exemple citer l’adoption controversée et en catimini du Code de la communication liberticide en 2016. Les journalistes continuent d’ailleurs de revendiquer sa révision, pour ne citer que ceux regroupés au sein du Mouvement pour la liberté d’expression (MLE).

 L’élaboration de la carte de presse constitue également un autre point de discorde entre le gouvernement et les journalistes.

Tahina Navalona

 

Midi Madagasikara6 partages

Education politique et citoyenne : L’IEP lance le « Hay Politika »

A l’aube de la présidentielle, il est indispensable de mettre en œuvre une éducation politique et citoyenne en bonne et due forme à l’instar de l’initiative de l’IEP (Institut d’Etudes Politiques) à travers le programme « Hay Politika ». C’est quoi ? Selon les explications fournies, il s’agit d’un programme d’éducation politique et citoyenne, justement, qui contient quatre pôles d’activités, en l’occurrence, un cycle de conférence en accès libre, un cycle de formation sur inscription, des émissions audio-visuelles sur facebook (i-tafa, i-dinika, i-teny) et des rencontres et expositions sur l’art engagé (i-kanto, i-hetsika). Pour cette année, le Club Politique Publique (Cpop) de l’IEP prépare plusieurs conférences axées généralement sur les politiques publiques.

Débats à trois. Des thèmes sont, par ailleurs, prévus dont, entre autres, « peut-on sauver Madagascar, le point de vue politiste ? Le sosialimbahoaka ou l’inclusivité ? L’administration peut-elle être efficace et efficiente ? La diplomatie économique et soft-power, La bonne gouvernance : pourquoi faire ? La religion et la politique : deux faux amis du développement ? » Ou encore « L’éthique sans fard ni regret ». Comment se déroule la conférence ? Toujours d’après les explications reçues, elle sera animée par trois personnes : la première issue d’un parti politique ou le candidat même, la deuxième de la société civile ou un citoyen et la troisième un expert ou un enseignant. D’abord, le candidat sera chargé de présenter son programme par rapport au thème du jour. Puis, la société civile lui posera les questions y afférentes. Et enfin, l’expert en établira une synthèse et un éclairage technique qui seront transformés ultérieurement en « guide de lecture politique » par rapport au thème. Notons que ce débat a lieu tous les derniers vendredis du mois.

Recueillis par Aina Bovel

L'express de Madagascar6 partages

Saison cyclonique – Eliakim traverserait le Nord-Est et l’Est

Le district d’Antalaha est à nouveau menacé par l’arrivée d’un cyclone. Le système n’est plus loin de nos côtes.

Aux portes de l’île. La trajectoire du futur Eliakim se précise. Ce serait au Cap-Est, dans le sud du district d’Antalaha qu’il va s’introduire dans la journée du vendredi, d’après les analyses des prévisionnistes de la direction générale de la Météorologie, hier. À600 kilomètres au Nord-Est d’Antalaha, hier à 16 heures, il continue son déplacement vers le Sud-Ouest, en direction de la région de Sava. En entrant à Antalaha, il descendrait à Soanierana Ivongo, et continuerait sa visite à Mandritsara puis sortirait en mer en dessous de Toamasina. Les hautes terres centrales seraient ainsi épargnées.Toutefois, il aura de l’impact sur le temps dans la région d’Analamanga. Eliakim apportera des pluies sur les hautes terres, ven­dredi, samedi et dimanche, selon Solonomenjanahary Andrianomenjahary, chef de service de la Prévision météorologique à Ampan­drinomby. Et à partir d’aujourd’hui, des pluies sont attendues dans le Nord-Est de l’île.

IntensificationUn avis d’avertissement est donc lancé pour les habitants des régions de Sava, Diana, Sofia, Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra-Mangoro, Boeny, Betsiboka et Analamanga.Le système s’est intensifié en une dépression tropicale, hier, et devrait déjà être baptisé Eliakim, en cette matinée. Elle se déplace vers le Sud-Ouest avec une vitesse de 13 km/h, selon la prévision de la trajectoire de la perturbation tropicale dans l’océan Indien, à 10 heures, hier. Des vents de 37km à l’heure l’ont accompagnée. Cette dépression tropicale s’intensifierait en un cyclone tropical avant de toucher terre. Avec cette intensité, il pourrait apporter des vents moyens de 118 à 165 km/h, et de fortes pluies, sans aucun doute. Ce serait assez pour laisser des dégâts importants dans le Nord-Est et l’Est qui ne se sont pas encore relevés après le passage du cyclone Enawo, en mars 2017 et Ava, en janvier.

Miangaly Ralitera

News Mada4 partages

Beriziky Jean-Omer : « tsy hiarovana olona iray ny lalàm-pifidianana »

« Antenaina fa tsy ho lalàna entina handrebirebena ny vahoaka, ary hiarovana olona iray. Fa lalàna hitsinjovana ny tombontsoa iombonana. » Izay ny fanehoan-kevitry ny Praiminisitra teo aloha, Beriziky Jean-Omer, manoloana ny fandinihana ny volavolan-dalàna mifehy ny fifidianana eny anivon’ny Antenimierampirenena amin’izao fotoana izao.

Ny tena tokony hotsinjovina ny hisian’ny fitoniana eto amin’ny firenena. Midika izany fa tokony ho fifidianana malalaka izany, ary mahazo mirotsa-kofidina avokoa izay rehetra manan-jo azo fidina. Zava-dehibe indrindra izay, fa firenena iaraha-manana ity. Ny dikan’izany, aleo misoroka toy izay mitsabo.

« Atao izay hevitra rehetra hampitony ny vahoaka », hoy izy. Atao izay fomba rehetra hahazoan’ny rehetra misafidy an-kalalahana izay heverina fa hitondra sy hitantana ity firenena ity amin’ny lalan’ny fampandrosoana.

Ahina hanakorontana ny ataon’ny mpitondra

Amin’izao ankatoky ny fifidianana izao, maro ny manahy mafy ny hisian’ny korontana na krizy aloha na mandritra na aorian’ny fifidianana. Tsy efa azo itarafana ny fisian’izany na ny fiantombohan’izany ve ny fikorontanana teny anivon’ny Antenimierampirenena, Tsimbazaza, ny marain’ny 13 marsa lasa teo?

Nifandroritana ny amin’ny fahazoan’ny mpanao gazety miatrika na tsia ny fivoriambe nandinihana ny lalàna mifehy ny fifidianana. Manjaka hatrany tsinona ny paipaika sy ny kajikajy politika hifikirana hatrany eo amin’ny fitondrana, na efa mahatofoka ny rehetra izao aza ny tsy fahombiazana. Izay no ho fototry ny korontana na krizy?  Ho hita eo, fa hitsara tokoa ny fifidianana sy ny tantara…

R. Nd.

 

Midi Madagasikara4 partages

Football : Les émissaires de la CAF-FIFA à l’écoute de tous

La CAF-FIFA va examiner toutes les doléances afin d’en tirer une conclusion pour l’issue de la crise au sein de la FMF.

Le voyage des émissaires de la CAF-FIFA à Madagascar est organisé dans le dessein de mettre fin à cette crise. Hier, les Segbé Pritchett, responsable des Associations membres des pays francophones, Véron Mosengo-Omba, le directeur FIFA des Associations membres et du Développement Afrique-Caraïbes et de Luca NICOLA Manager FIFA des Associations Membres ont rencontré de nombreuses entités dont les présidents des quatre sections de la ligue de V7V, des cinq sections de Haute-Matsiatra 5/5et de Bongolava avec dossier comme preuve. La rencontre a duré deux tours d’horloge. « Nous, les férus de football de Haute-Matsiatra, V7V et de Bongolava remercient la CAF et la FIFA de nous avoir écouté afin d’éviter une discussion à sens unique avec la FMF » a déclaré ces présidents de section. Ces émissaires ont également rencontré les membres du CE de la FMF et du COM.

Fin de mandat. 15 mars 2014-15 mars 2018. Cela fait quatre ans aujourd’hui que les membres du comité exécutif de la FMF ont été élus à l’Hôtel les Roches Rouges à Mahajanga. Leur mandat prend fin ce jour. La Commission électorale nationale (CEN) chargée d’organiser l’élection du 10 mars a failli à sa mission. L’élection pour les nouveaux membres du CE et du président de la Fédération malgache de football (FMF) était prévue pour le 10 mars dernier, mais elle n’a pas eu lieu jusqu’à maintenant. Qu’en est-il alors de la légalité de cette commission dont leur mission s’arrête officiellement depuis le 10 mars ? Une CEN qui a fait parler beaucoup d’elle. Pour un petit rappel des faits, le Président de ladite commission avait sciemment et délibérément pris l’initiative d’émettre le Guide Electoral dûment signé par lui et la Secrétaire Générale par Intérim, le 25 septembre 2017 soit quatre jours avant la publication du 29 septembre 2017, des candidatures aux sections. Le guide a été distribué par mail le 29 septembre 2017 le jour même de l’ouverture de dépôt de candidature aux sections. Ce même guide électoral qui n’a pas été voté par l’assemblée générale et dont plusieurs amendements ont été amendés unilatéralement par le président. Ces amendements arbitraires insérés dans le Guide électoral à la veille de la fin de mandats de tous les responsables par intérim, avaient pour objectif d’éliminer certains candidats et électeurs au profit des responsables par intérim de la FMF qui sont tous candidats au poste du Président de la FMF et des différentes Commissions. Pourtant, il faut rappeler que le président de la CEN n’a aucune prérogative d’amendement, même une virgule du guide électoral voté l’assemblée générale.

Contradictions. Parmi les amendements, citons celui concernant l’article 24 du guide électoral portant Proclamation des résultats définitifs, en son alinéa 1 dispose expressément : « Lors de chaque tour d’élection, le président de la commission, proclame officiellement les résultats devant les membres de l’assemblée générale. Le procès verbal sera rédigé et signé par tous les membres de la commission. » Or, dans l’article 6.1.9 du Guide électoral avait arbitrairement altéré l’esprit de l’article 24 suscité : « Après le dépouillement et le comptage des bulletins valablement exprimés, le Délégué, Président de l’élection, proclame officiellement les résultats provisoires devant les membres de l’assemblée générale. Le PV sera rédigé et signé par les délégués de la Commission électorale….proclame officiellement les résultats provisoires… ». C’est dans cette optique que la CEN a fondé sa décision d’éliminer abusivement des candidats élus plaignants pour le cas de Tsiroanomandidy. Le cas des ligues de Haute-Matsiatra et de V7V, l’article 11 du guide électoral précise en son alinéa 1. « Les candidatures sont examinées par la commission électorale dans un délai de 14 jours après échéance du délai de dépôt des candidatures. » Or l’article 6.2.3 du Guide Electoral dispose autrement : « Les dossiers de candidatures seront acheminés par les Délégués auprès de la Commission Electorale dans le plus bref délai et examinés par cette dernière dans un délai de 14 jours après échéance de dépôt des candidatures ». C’est cet article 6.2.3 du Guide Electoral non voté en A.G et en violation de l’article 11 du même guide voté en AG qui avait permis à la CEN d’éliminer des dossiers d’autres candidats plaignants. Comme la CEN a été instaurée par l’équipe de la FMF, elle est à la fois juge et partie. La mise en place d’un comité de normalisation est souhaitée pour l’organisation d’une élection crédible et équitable au sein de la FMF. D’ailleurs l’article 7 g, de la FIFA stipule que « diriger leurs affaires en toute indépendance et veiller à ce qu’il n’y ait aucune immixtion ou ingérence, de quelque nature que ce soit, de la part d’un tiers ».

T.H

News Mada3 partages

Hetsika lehibe ny anio : « aoka izay ny tsy fandriampahalemana sy ny fakana an-keriny »

 Hanamarika ny anio, ny hetsika  iarahan’ny fiarahamonim-pirenena  sy ny sehatra tsy miankina ary ny olom-pirenena tsotra ny tsy fanekena intsony izao  tsy fandriampahalemana mahazo laka sy ny fakana  an-keriny ny  teratany vahiny sy ny malagasy izao.  Fiaraha-mientana hiadiana amin’izany ny  hetsika hatao anio, manerana ny Nosy. “Ndao  isika hampiaka-peo am-pilaminana”, hoy ny antso avo sy fanambaran’izy ireo. Haseho amin’ny alalan’ny tabataba  sy kiririoka ary sarom-bilany izany  ho an’ny olom-pirenena. Tokony hampaneno lakolosy  kosa  ny eny anivon’ny fiangonana ary hampaneno anjombona ny orinasa eny anivon’ny sehatra tsy miankina. Ireo mitondra fiarakodia koa, ahitana ireo mpitatitra sy ny manana fiara, hampaneno ny anjomarany. Hotanterahina, anio manomboka amin’ny 12 ora hatramin’ny 12 ora sy dimy minitra izany.

Fanehoana ireo fa tena  tsy milamina ny  vahoaka sy ny olon-tsotra, eny hatramin’ny mpandraharaha.

May nodoran’ny dahalo ny   tanàna… 

Hatreto, tsy  hita taratra ny  tena hetsiky ny  fanjakana  hampihenana  na  hanafoanana mihitsy ny  tsy  fandriampahalemana  sy ny fakana an-keriny. Ambanambana sy filazana fa handray andraikitra no betsaka. Naseho  sy nampahafantarina avokoa izao  karazana hetsika sy fepetra noraisina, saingy tsy  nahitam-bokany mazava sy niantraika amin’ny  rehetra. Teo ohatra ny RSS,  namoriana ny  hery rehetra.  Narahin’ny filazana fa afaka  telo volana, hihena  ny tsy fandriampahalemana nanomboka ny volana oktobra ny taona 2017.  Nifarana  ihany ny  taona,  dila  ny fe-potoana fa mbola mahazo laka ny asan-jiolahy sy ny dahalo. Lasan’ny jiolahy takalon’aina ny zaza amam-behivavy any ambanivohitra. Naka tahaka  ny asa ratsy aty an-tanan-dehibe izy  ireo  ankoatra ny halatra omby efa mahazatra. May  nodoran’ny andian-dahalo anjatony ny tanàna iray any amin’ny distrikan’i Ifanadiana ny faran’ny herinandro teo. Lasa ny omby ary  traboina ny mponina…

Tsy vitan’izany. Natsangana indray  koa ny karazana “cellules” hiady amin’ny “kidnapping”. Mbola niseho  ihany ny fakana  teratany vahiny, tamin’izao fiandohan’ny  taona izao.  Nipoitra indray koa izany ambara  fa “Task force”, saingy resaka ambony latabatra fotsiny ihany. Tsy nisy tohiny na tsy nahitana vokatra mivaingana  avokoa izany rehetra izany.   Efa  aty amin’ny fiafaran’ny fotoam-piasany ny mpitondra  vao manao  izao karazana fihetsiketsehana  rehetra izao  hambaboana ny vahoaka  ka ilazana fa miasa.

Mpitandro filaminana miray  tendro amin’ny mpaka an-keriny

Tsy lazaina intsony ny fiparitahan’ny  basy fitondra miady eny an-tanan’ny  jiolahy sy dahalo. Lehilahy 19 be izao sarona niaraka ami n’ny basy Mas 36 tany  Betafo ny alahady  teo. Zary miteraka lonilony ho an’ny olona ny fandravana hetsika na famoretan’ny mpitandro filaminana sy ny fampiasana baomba na vovoka mandatsa-dranomaso, toy  ny  natao tamin’ny mpiasam-panjakana nitokona,  ny herinandro teo,  fa tsy manenjika dahalo sy ny jiolahy.  Ny  sasany amin’izy ireo  aza, tafiditra amin’ny  asan-jiolahy sy miray tambajotran’ny mpaka an-keriny ary koa  mifandray  tendro amin’ny dahalo…

Anton’izao hetsika anio  izany rehetra izany mba hanairana ny fanjakana, tsy ho  tara  amin’ny  fandraisana andraikitra sy fepetra hentitra manoloana ny tsy  fandriampahalemana  sy tsy filaminana.

Randria

News Mada1 partages

FMTM : hosokafana amin’ny « Zefina sy Armand » ny taona

“Zefina sy Armand”, piesy teatraly nalaza, nosoratan-dRajaonah Tselatra ary narindran-dRavaloson Haja ho azo lalaovina an-tsehatra. Io ny entin’ny Fikambanan’ny mpanao teatra Malagasy (FMTM) misantatra ny taona teatraly 2018. Hotanterahina etsy amin’ny Alliance française (AFT) etsy Andavamamba izany seho izany, ny alahady 25 marsa izao.

Azo lazaina ho miavaka amin’ny mahazatra ity hetsika ity, satria tafiditra indrindra amin’ny fanamarihana ny Andro eran-tany ho an’ny teatra, marihina ny 27 marsa. Araka izany, piesy manan-tantara ihany koa no nosafidin’ny FMTM hanasongadinana izany andro izany.

Teatra klasika voalohany eto amintsika ny “Zefina sy Armand” ka tamin’ny taona 1899 no nitondrana azy an-tsehatra. Mazava ho azy, efa nodimandry ireo nilalao izany tantara izany fahiny ary efa tanora avokoa, ankehitriny, ireo milalao tantara, ao anatin’ny tropy Jeannette.

Inoana fa hitondra hery vao, hanintona ny tanora malagasy ho liana amin’ny teatra izany rehetra izany.

Marihina fa mbola tsy voavaha aloha, hatreto, ny olana sedrain’ny mpanao teatra eto amintsika. Singanina amin’izany ny tsy fisian’ny trano natokana hanaovan’izy ireo fampisehoana. Na izany aza, zava-dehibe ny fandraisan’ny foibe, toy ny AFT, ny hetsika tahaka izao. Tsy vao izao mantsy ity foiben-toerana ity no manome sehatra ny mpanao teatra.

Landy R. 

 

Ino Vaovao1 partages

MARARY FO AMIN’I ANDRY RAJOELINA NY HVM : Nahazo fandrahonana ny orinasa mpanamboatra lalana any Ambilobe

Hoy ny mponina any Ambilobe raha nigadona ao an-toerana ny delegasiona mafonja notarihin’ny tale misahana ny famoaham-bola ao amin’ny minisiteran’ny asa vaventy, Vita Odon Bruno sy ny talem-paritr’izany ministera izany, omaly. Mbola tsy misy milina vaventy fanamboaran-dalana avy any Antananarivo hatramin’izao tonga any an-toerana ary mety tsy hisy satria, araka ny loharanom-baovao, dia orinasa any an-toerana no hanatanteraka ny asa fanarenana ireo lalana simba ao an-tampon-tanànan’ Ambilobe. 

Araka ny loharanom-baovao efa voaloan’ny ministeran’ny asa vaventy ny solika ilaina amin’ny fanatanterahana izany asa izany izay mitentina 10 tapitrisa ariary. Fa inona foana no nataon’ ny fanjakana hatramin’izay e e e ? Misy raha la terre e e e e. Mazava amin’ny mponina any an-toerana, araka izany, fa hatao izany asa fanarenan-dalana izany mba hisakanana ny asa fanamboaran-dalana nampanantenain’ny Filohan’ny Tetezamita teo aloha Andry Nirina Rajoelina tamin’ny fandalovan’ity farany tany an-toerana, ny alakamisy sy zoma teo. Tsy vitan’izany fa nahazo fandrahonana avy amin’ny talem-paritry ny asa vaventy any Antsiranana ny tompon’ny orinasa mpanamboatra lalana ao Ambilobe. Nampitandrina azy ireo ity tompon’andraikitra ity ny amin’ny mety hanatanterahan’ireto mpandraharaha ireto  ny asa fanamboaran-dalana kasain’ny Filohan’ny Tetezamita teo aloha Andry Nirina Rajoelina hatao any Ambilobe. Na izany na tsy izany misy amin’ireo tompon’ny orinasa mpanamboatra lalana ao an-toerana nilaza fa tsy miraharaha fandrahonana nataon’ny talem-paritry ny asa vaventy ity. 

«  Tato anatin’ny efatra taona tsy misy asa nomen’ny fanjakana anay dia izao indray sakanana izahay ?  », hoy ny fanazavana nataon’ny mpandraharaha iray any Ambilobe. Araka ny fahitan’ny mponina azy dia tsy maintsy nahazo baiko avy amin’ny minisitry ny asa vaventy Razafimandimby Eric, izay nandalo tany Ambilobe vao tsy ela teo ity talem-paritry ny asa vaventy ity. Mbola tsy nanomboka hatreto ny asa fanamboaran-dalana kasain’ny fanjakana hatao any Ambilobe. Asa izay hatao tsy ho an’ny vahoakan’Ambilobe, mazava ho azy,  fa noho ny fatahorana ny Filohan’ny Tetezamita teo aloha Andry Nirina Rajoelina. Andrasana ny tohin’ny tantara.

 A.Lepêcheur

Madonline1 partages

Des « bruits » contre l’insécurité

L’événement initié par des groupements patronaux et des associations de la société civile à Madagascar a suscité une certaine adhésion à Antananarivo, ce 15 mars 2018, de 12h à 12h05 environ.

La population a été invitée à faire autant de bruit que possible, pour exprimer leur ras-le-bol vis-à-vis de la recrudescence du phénomène d’insécurité dans le pays, en klaxonnant, en sonnant les cloches des églises, en utilisant des sifflets, des couvercles de marmites, des assiettes etc.

Durant cinq minutes, les cloches de certaines églises ont retenti dans la capitale, les automobilistes ont klaxonné, certains gargotiers sont sortis dans la rue pour faire du bruit avec les marmites et les couverts.

Au niveau de certaines entreprises, les services des Ressources humaines ont invité tous les employés à adhérer au mouvement. Au niveau de la zone industrielle d’Ankorondrano et d’Andraharo, des employés étaient dans la rue munis de leurs badges professionnels. Près des bureaux administratifs comme à Anosy, par contre, il n’y a pas eu beaucoup de bruits. Les agents de l’Etat n’étaient pas mobilisés pour adhérer au mouvement.

Pour ceux qui ont répondu à l’appel, à la suite d’une campagne médiatique assez intense, ce fut « un succès ». On a cependant constaté un incident du côté de Mahamasina, où le commissariat de police a été momentanément la cible de quelques jets de pierre.

L’initiative a été lancée par les groupements patronaux à la suite de la recrudescence du phénomène de kidnapping et de divers actes de banditisme vécus quotidiennement par la population de la Grande Ile, mais auxquels les autorités du pays ont visiblement du mal à faire face.

L'express de Madagascar1 partages

Développement rural – Le centre de Géo-informatique révolutionnaire démarre

Technologie. Le monde rural malgache connaîtra une révolution avec l’effectivité du « Center for Geo-Informatics Applications in Rural Development » (CGARD) ou Centre de Géoinformatique appliquée au développement rural. Un centre géoinformatique et de technologie spatiale qui montre en temps réel par satellite l’occupation du sol dans le pays. Le centre étant rattaché au ministère en charge de l’Agriculture et de l’élevage, il traitera des informations relatives aux superficies rizicoles ou agricoles, aux types de sol, aux forêts ou encore aux habitations.Cette technologie rendue possible grâce au concours du gouvernement indien et d’informaticiens indiens ayant un savoir-faire particulier en la matière, ainsi que de spécialistes malgaches, ayant des connaissances approfondies en gestion du système d’information. « Ce centre CGARD permet de démontrer à une période donnée la superficie totale agricole ou rizicole du pays », a expliqué Harison Randriarimanana, ministre de l’Agriculture et de l’élevage qui s’est dit très satisfait de la mise en place d’un centre aussi stratégique pour le développement rural. L’objectif de la mise en place de ce centre est d’accroître les capacités techniques et matérielles des statistiques sur l’agriculture en utilisant la télédétection et surtout d’améliorer les bases de données même,relatives à ce domaine, a-t-on souligné encore hier à la cérémonie d’inauguration.

OutilLe président  de la république de l’Inde, Ram Nath Kovind, et Hery Rajaonari­mampianina, président  malgache, ont honoré de leur présence l’inauguration du CGARD, hier après-midi à Nanisana. « Madagascar est le premier pays bénéficiaire de cette initiative de technologie géo spatiale pour développer le monde rural, suite à l’entente entre la commission de l’Union africaine et le gouvernement indien pour réaliser les engagements pris lors du Sommet Inde-Afrique en 2008 », a indiqué l’hôte indien dans son discours. « Les deux pays, Inde et Madagascar, dépendent grandement du riz, et un tel projet d’amélioration de la production rizicole, est un effort dans cette direction », a encore poursuivi le président indien. À son tour, le président malgache a soutenu l’idée d’améliorer la production rizicole pour que Madagascar devienne à son tour un grand pays exportateur.« Le centre de géoinformatique appliquée au développement rural est sans nul doute l’une des grandes réalisations du secteur agriculture et élevage pour faire avancer le développement rural. C’est avant tout un outil d’aide à la décision », a souligné le président Hery Rajaonarimampianina, qui n’a pas manqué de montrer sa reconnaissance envers l’État indien. Les informations obtenues par le CGARD sont indiquées, être disponibles au grand public.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Transport – Corsair abandonne Madagascar

Le bras de fer entre Air Madagascar et Corsair prend fin par renonciation. Corsair ne desservira plus Mada­gascar. Les informations ont circulé depuis hier sur divers sites réinuonnais et mauriciens. «Corsair arrête de desservir Mada­gascar», rapporte, par exemple, le site clicanoo.re. « Dans un courrier adressé à tous ses clients, Corsair annonce qu’elle arrêtera de desservir Madagascar à partir du 25 mars », lit-on dès le premier paragraphe de l’article. La compagnie aérienne française, filiale de TUI, n’a donc pas attendu les issues des réunions des aviations civiles françaises et malgaches, bloquées, la semaine dernière à Paris. Corsair n’attend pas non plus le 31 mars pour arrêter la desserte de la ligne La Réunion-Antana­narivo, com­me annoncé dans son dernier communiqué du 6 mars. Son site facebook annonce que la compa­gnie rembourse les réservations pour des voyages à effectuer sur Madagascar à partir du 25 mars. Cette décision devait être prise par Corsair, car le blocage  de la situation produit des incidences commerciales pour la compagnie.

 Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Population en hausse, hygiène problématique

Antananarivo, dès le premier quart du XXe siècle,  devient le centre d’une belle étoile de routes, le zéro kilométrique de la plupart des chaussées carrossables de la Grande ile. Ce qui favorise la centralisation administrative et celle des affaires privées. Ainsi, la population de la capitale augmente rapidement, faisant plus que doubler de 1925 à 1946, passant de 71 000 à 163 000 habitants environ. Population dont la plupart s’entassent dans les quartiers déjà habitées, mais surtout autour des bas-fonds d’Analakely et de la gare de Soarano où les constructions prolifèrent vite. « La densité à l’hectare dépasse dans Isotry, Isoraka, Ambondrona… deux cents et même trois cents habitants. » Cet entassement rapide et désordonné de la population dans un réseau trop lâche de voies publiques, complique « terriblement » la tâche des urbanistes, déjà mise à rude épreuve par les caractères mêmes du site.Pour commencer, la distribution de l’électricité et de l’eau est concédée au début du XXe siècle à une société anonyme française qui en reçoit le privilège exclusif pendant cinquante ans. À son tour, elle confie les travaux à une entreprise parisienne qui les commence en 1906. Un barrage de 170m de long est installé sur la Varahina, à l’Est de la capitale et à une dizaine de kilomètres de la gare la plus proche, sur la ligne de Toamasina alors en construction. L’usine électrique est achevée fin 1909. En prévision des gros orages, la ligne de transport est munie d’isolateurs très puissants. Les lampes à arc et à incandescence remplacent les réverbères à lampes à pétrole et se multiplient dans les grandes rues, puis dans les voies secondaires. Le nouveau mode d’éclairage se répand peu à peu chez les Malgaches. Denouvelles possibilités seront données par le grand barrage de Mantasoa construit surtout pour l’irrigation du Betsimitatatra et achevé en 1939.En revanche, l’apport et la distribution de l’eau potable sont plus malaisés. La vieille cité se ravitaille à des puits peu profonds situés au pied des collines et alimentés par des résurgences ou des suintements. Les plus réputés sont ceux d’Ambanidia et à Mahamasina. Les techniciens français songent d’abord à dériver les eaux de sources du massif d’Anjeva, situé à une quinzaine de kilomètres d’Antananarivo, mais elles ne sont pas assez pures et leur débit serait très vite insuffisant. Un autre projet consiste à élever l’eau d’une nappe souterraine aux environs d’Ambanidia: on ne la trouve pas assez abondante non plus. On choisit finalement le lac de Mandroseza. Une usine est édifiée sur la rive Nord du lac et reliée à la ligne de transport électrique de Mantasoa. Elle comporte une installation de filtrage et d’épuration physique et chimique, celle-ci étant complétée par une stérilisation bactériologique.L’eau de Mandroseza parvient le 1er janvier 1911 aux premières bornes-fontaines. En 1941, Antananarivo en compte 175, outre 2 000 abonnés. Cependant, la consommation par tête d’habitant reste assez faible: en 1932, sur 5 500 m3 débités, seuls 3 350 m3 sont utilisés aux bornes-fontaines. La distribution de l’eau ne peut non plus être étendue en-dehors de l’agglomération ; dans la plaine d’Anosizato, on continue de puiser directement dans l’Ikopa.Enfin, le service d’enlèvement des ordures ménagères par véhicules à traction animale ou automobile fonctionne convenablement dans les quartiers neufs et le long des voies carrossables. Mais la collecte reste difficile dans les blocs d’habitat populaire desservis par des ruelles tortueuses, des impasses et des escaliers.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

Madagate0 partages

Imerintsiatosika. Any no halevina i Nirhy-Lanto Andriamahazo, ny 16 Marsa 2018

CLIQUEZ ICI SVP

LA VIDÉO DE CETTE PRÉSENTATION DE CONDOLÉANCES SERA MISE EN LIGNE INCESSAMMENT

Nirhy-Lanto Hery Andriamahazo, ancien adjoint au Maire de la ville d’Antananarivo, Andry Rajoelina et ancien ministre de l’Eau de la Transition est décédé le 13 mars 2018.

Son enterrement aura lieu ce vendredi 16 mars 2018 à Imerintsiatosika, après un culte pour le repos de son âme en l'église Fjk Mahitsiarivo Avarabary Imerintsiatosika RN1. La levée du corps se fera en son domicile à Vontovorona, Akany Vohitsoa, à 11h30, ce même vendredi.

Reportage: Jeannot Ramambazafy - Harilala Randrianarison

 

 

News Mada0 partages

Tafahoana indray ireo manana « Fiaran’i Mr Bean »

 Nifampiarahaba noho ny taona  vaovao teny Ivato, ny faran’ny herinandro  teo, ny Madagascar Mini’s Association ( Mini Madagascar), manana ireo fiara mitovy amin’ny an’i Mr Bean. Ivondronan’ireo tompon’ny fiara “Austin mini” ny  fikambanana na fantatry ny maro amin’ny  hoe  fiaran’i Mr  Bean. Loharano nipoiran’izany ny   fiarahana ao anatin’ny “Fitiavana mitovy.  “Fihetseham-po ao  anatinay ny fikojana fiara tranainy sy fifanakalozana traikefa ary tahiry amin’ny fananan-dry dada sy ry dadabe”, hoy  ny mpikambana, Mamie-Mini.

Maherin’ny 20  ireo fiara kely nifamotoana  teny amin’ny trano fonenan’ny filohan’ny fikambanana, Andrianjatovo Alfred. Nialohavan’ny fiaingana miaraka namakivaky ny tanàna,  niainga  tetsy Ampefiloha izany ka  nahavariana  ireo mpandalo. Niteraka tsiky koa satria  tsy fahita firy ny  hetsika tahaka izao. Jejojejo  rahateo  ireo mpamily, niandahy  niambavy.

Hitohy amin’ny fotoana manaraka indray ny fihaonana.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Hira mampihomehy : nodimandry i Farezy

« Non, tsy hijanona ato an-trano aho, fa handeha hivoaka kely, hisotrosotro labiera any aho, dia asiako brosety…”. Ampahany amin’ny tononkiran’i Farezy, izay nampihomehy sy tsaroan’ny maro io, indrindra ireo niaina ny mozikan’ny taona 80. Na izany aza anefa, vitsy no tena nahafantatra ny mpamorona tao ambadiky ny sanganasany.Nodimandry ny talata i Farezy Rasoanaivo, mpamoron-kira mampiala voly sy mampihomehy. Mbola maro ireo manontany hoe “iza moa izany?”, kanefa mahafantatra tsara kosa ny sanganasan’ity mpanakanto ity. Anisan’ireo noforoniny mantsy ny “Fa nahoana?” izay nataon’i Hery Puissance taty aoriana. Teo koa ny “Flavoquine” nataon’ny tarika Njila, ry Raopilanina sy fuse”, “Afghanistan”, “Kiraro”, sns.“Tsy mba henoheno tokoa izy, kanefa dia nanana hira nampifaly izay maheno azy. Efa hatrany amin’ny CEG Tsimbazaza izahay no tafaraka, tany amin’ny taona 1975 tany”, hoy i Carson Rangers. “Namako be izy. Anabaviny i Voahangy Rasoanaivo, mpandihy malaza tamin’ny taona 1980. Tsara avokoa ireo hirany niarahanay sy ry Hery Njila, toa ny “Kiraro”, “Rehefa lehibe aho”, “Hiaraka hanakatra”, sns,” hoy kosa ny fitantaran’i Andry Balafomanga.Hitoetra hatrany ireo sanganasany…

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Fampirantiana, afo tsy maty, harendrina… : manomboka anio ny hetsiky ny « Taombaovao malagasy »

An’ny Malagasy rehetra ny « Taombaovao malagasy ». Nisongadina hatrany io nandritra ny fampahafantarana, fa ny alin’ny 17 marsa hifoha ny 18 marsa no hanamarihana ity vanim-potoana lehibe ity. Na izany aza, efa misy ny hetsika manomboka anio…

Anio, etsy Analakely, anoloan’ny lapan’ny Tanànan’Antananarivo, varotra sy fampirantiana asa tanana sy taozavatra mampiavaka ny Malagasy. Io no hanombohan’ny hetsika tafiditra ao anatin’ny fankalazana ny « Taombaovao malagasy » amin’ity taona 2018 ity. Ho tazana eny avokoa ireo ranty momba ny kolontsaina sy ny taozavatra fampiasan’ny Malagasy eo amin’ny fiainana andavanandro. Anisan’izany ny zavamaneno, lamba fitafy, sns. Arahina fanazavana hatrany izy ireny. Tsy hifarana raha tsy ny 17 marsa ity hetsika ity.

Ny 17 marsa indray, manomboka amin’ny 3 ora tolakandro, eny Mahamasina, rindran-kira hiarahana amin’ny Vondron’ny artista mandala ny maha malagasy na ny Vamm, ahitana tarika sy mpanakanto maro. Ao ny tarika Nantenaina, T.Sammy sy Larak. Ireo mpiangaly vazo miteny toa an’i Ifanihy, i Belah. Fitendrena valiha ahitana an’i Zambà, i Masy, i Hary, ny tarika Rafenomanana Doxie… Ny vakodrazana sy ny dihy malagasy hiangalian’ny tarika  Lamako, ny Loharano, sns. Amin’ny 5 ora sy 30mn, fandrehetana ny afo tsy maty. Amin’ny 6 ora, harendrina manodidina ny kianjaben’Imahamasina. Amin’ny 8 ora alina, tsimandrimandry miaraka amin’ny Vamm. Ny 18 marsa, amin’ny 8 ora maraina,  fanentanana miaraka amina mpanakanto marobe, arahina fahatongavan’ireo nasaina. Amin’ny 10 ora sy 30mn, kabary fifampiarahabana tratry ny taona sy fanohizana ny lanonana.

Faranana amin’ny « Alin’ny Taombaovao malagasy » eny amin’ny Akany Nambinintsoa Talatamaty, ny 23 marsa, ny fankalazana. Hetsika hisongadinan’ny hira sy dihy malagasy, fomba fitafy lamba sy fihaingo malagasy, ny sakafo malagasy, ny taovolo malagasy, sns. Lanonana hafanain’ny Vamm sy ny Nambints’Orchestra. Nantitranterin’ny komity mpikarakara ny Taombaovao malagasy sy ny Hadivory fito sosona ahitana ireo fikambanana maro toy ny Famato, Trano kolotoraly malagasy, ny kaominina Antananarivo Renivohitra sy Talatamaty, ny Oniversite, sns, hatrany ny maha an’ny Malagasy rehetra ny « Taombaovao malagasy ». Nandroso sosokevitra izy ireo ny hanaovana izany ho andro tsy fiasana.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Rakotomanga Eric : « misy ny fidiran’ny korontana amin’ny fifidianana »

 Hanao ahoana ihany ny fifidianana amin’ity taona ity? Misy ny fanahiana korontana…  Maneho ny fijeriny ny filoha nasionalin’ny AKFM, Rakotomanga Eric: « Tsy hoe iza no hanakorontana, fa hoe avy aiza no hidiran’ny fikorontanana? » Dinidinika…

 Gazety Taratra (*): Mandeha ny resaka hoe misy hanakorontana ny fifidianana, iza no mety hanao izany?

Rakotomanga Eric (-): Ny tokony hanontaniana, angamba: tsy hoe iza no hanakorontana, fa hoe avy aiza no hidiran’ny fikorontanana? Raha ny marina, hery roa mpifanandrina eto izay sokajy iray ihany: eo ny fitondrana izay tsy inona fa mpanatanteraka fotsiny ny politikan’ny vahiny manohana azy ao ambadika ao amin’ny alalan’izao politika atao izao. Mihizingizina mafy ireo hoe izao ihany no tokony hotohizany, satria ao anatin’ny hisian’ny tombontsoany. Etsy ankilany, ireo hoe fiombonambe iraisam-pirenena izay mahita fa karazan’ny tsy mandeha amin’izay izy intsony izao, satria somary niova lasy ny mpitondra. Manohan-kevitra mafy koa izy ireo, na amin’ny alalan’ny fanambaran’ireo ambasadaoro samihafa na amin’ny alalan’ny fanerena amin’ny fanomezana vola ho an’ny mpikarakara fifidianana, ary miaraka amin’ireo mpanao politika nosafidiny.

Raha samy miziriziry amin’ny heviny izy roa tonta ireo, tsy maintsy hisy ny korontana na avy amin’ny andaniny na ankilany. Raha mifanaraka ihany izy ireo amin’izany, tsy hisy ny korontana.

Ny zava-dehibe: tsy avy amin’ny vahoaka malagasy na ny mpanao politika sasantsasany akory ny fikorontanana, fa avy amin’ireo sokajin’olona lehibe ireo ka ny Malagasy no ampiasaina ao anatiny.

 * Inona no hisorohana izay korontana izay?

 – Ny fisorohana ny korontana, ny fanoherantsika Malagasy ny fitsabahan’ireo vahiny amin’ny fandaminana ny raharahan-tokantranontsika. Manaraka, ny fanajana izay lalàna efa misy aloha. Raha misy fifanarahana, ao anatin’ny fifampiresahana no hanaovana azy. Raha mbola miziriziry toy izao koa ny mpitondra fanjakana: tsy maintsy amin’ny alalan’ny hetsi-bahoaka ihany, angamba, ny fomba hanalana azy eo.

* Ahoana ny amin’ny fampihavanam-pirenena ao anatin’ny fifandroritana ny lalàm-pifidianana fanitsiana na tsia ny lalàmpanorenana?

 – Mazava ny voalazan’ny AKFM hatramin’izay, tsy izy izao fomba enti-mandamina ny hoe fampihavanam-pirenena izao. Voalohany amin’izy io, kolontsaina ihany aloha. Mila faritana mazava ny fampihavanana hoe: momba ny inona?

Raha ny marina, fampihavanana ny samy Malagasy, raha ohatra ka miady izy, na eo aza ny disadisa kely isan-karazany amin’ny lafiny samihafa izay misy amin’ny firenen-drehetra koa. Amin’ny AKFM, tsy fampihavanana fa fampiraisan-kina ny vahoaka malagasy hiara-miady amin’ny fandresena ny fahantrana.

* Ahoana ny amin’ny tahan’ny mahantra amin’ny vahoaka malagasy hoe 92%, efa lasa 70 %?

– Singa iray ahitana ny tsy fahaiza-mitantan’ny filoham-pirenena iny, satria antontan’isa mifamadika no nasaina novakiny. Asa, na niniana natao izany mba hamelezana azy na tsy fahalalana? Milaza izy na nidina ho 70% ny tahan’ny mahantra amin’ny Malagasy, nefa milaza ny antontan’isa samihafa fa 92% izany. Tena tsy fahaiza-mitantana izany, na tsy fahaizana ankapobeny.

Raha ny fiainana andavanandron’ny vahoaka malagasy, tena ny 92 % tokoa… Mbola hitombo izany. Satria ankoatra ny vidim-piainana tamin’ny taon-dasa, raha izay manokana no resahina: mazava ny tenin’ny tomponandraikitra samihafa hoe mbola hiakatra ny vidim-piainana amin’ity taona ity. Miakatra, ohatra, ny saran’ny Jirama, izay hampiakatra koa ny vidin’entana samihafa. Toy izany koa ny solika, izay tsy hanaiken’ny mpandraharaha amin’izany ny fampidinana vidin-tsolika na ahoana na ahoana.

* Teninao, hamaranana izao dinika izao?

 – Amin’izany rehetra izany, mbola mipetraka an-tsain’ny maro ny fiainam-pirenena hoe: inona ny zava-kitranga? Ny andrandrain’ny rehetra aloha, fiainana tsaratsara kokoa no ho ny efa lasa teo… Noho izany, raha ny fitondrana: ny maro anisa no efa mahita fa tsy azo antenaina intsony ho amin’izany tsaratsara kokoa izany. Hanaiky an’izay sa tsia ny mpitondra? Izay no hamaritra ity taona 2018 ity.

Ho an’ny AKFM manokana, hamaritra ity taona ity koa ny faha-60 taona nijoroany sy niasany, na tsy re aza indraindray ny asa ataony. Raisiny ho zava-dehibe izany, hanambarany sy hifampizarany amin’ny vahoaka malagasy ny fomba fijeriny ny raharaham-pirenena tamin’ny lasa sy ny ankehitriny ary ny tokony hatao amin’ny ho avy.

        Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Zotra ana habakabaka : tsy mankaty Antananarivo intsony ny Corsair sy ny Air Seychelles

Tsy nisy vokatra ny fifampiraharahana teo amin’ny kaompania frantsay Corsair sy ny tompon’andraikitra malagasy. Araka ny lahatsoratra an-gazety tany ivelany, ho foana ny zotran’ny Corsair  avy atsy La Réunion mankaty Antananarivo, manomboka amin’ny 25 marsa ho avy izao. Voalaza fa nampandrenesina tamin’ny mailaka avokoa ireo mpanjifan’ity  kaompania ity ary efa mandeha ny famerenam-bolan’ireo mpandeha nanao famandrihan-toerana.

Kaompania fanindroany nanafoana ny zotrany mankaty Antananarivo ny Corsair. Hajanon’ny kaompania Air Seychelles koa ny zotrany avy any Paris mandeha Antananarivo manomboka amin’ny volana avrily ho avy izao. Voalaza fa fandaminana anatiny ity fanapahan-keviny ity, fa tsy misy ifandraisany amin’ny tompon’andraikitra eto amintsika. Na izany aza, azo heverina fa tsy maintsy hihena ny vahiny ho avy aty Madagasikara, ary miantraika any amin’ny lafiny fizahantany sy ny fidiran’ny vola vahiny ho antsika.

Njaka A.

News Mada0 partages

Randriamandrato Ihanta : « tomponandraikitra amin’ny mety ho korontana ny mpitondra »

« Raha, sanatria, tsy maintsy hatao ny fifidianana amin’ny fotoana lazaina hanaovana azy, izay tsy fantatra akory fa misafotofoto hoe: iza no tokony hilaza ny datim-pifidianana ary tokony holazaina sa tsia? Raha, sanatria, ka mbola hikorontana indray izany, tomponandraikitra tanteraka ny fitondrana. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny sekretera jeneralin’ny Teza, Randriamandrato Ihanta, momba ny ny fanomanana sy fiatrehana fifidianana. Tsy entin’ny mpitondra fotsiny ny firenena, fa eo koa ny mponina eo aminy. Raha mahita ny mponina fa mety aminy izao, mizotra soa aman-tsara ihany ny fifidianana. Tsy misy olona manakana izany, fa miroso ihany amin’ny hoe izay alehany any, alehany…

Ilaina ny fifidianana raha, ohatra, firenena demokratika. Raha, ohatra, ka hita fa tsy mety ny lalàna mifehy ny fifidianana, indrindra fa hikitika lalàmpanorenana amin’izany: vao tonga eo amin’ny fitondrana ny tena dia efa mahita mialoha an’izay, fa tsy efa hamarana ny fe-potoam-piasana vao mahita fa tsy mety izany.

Mbola mibahan-toerana ny tombontsoa manokana

« Eto Madagasikara aloha amin’izao fotoana izao, resaka ambadika politika hatrany. Tsy mety misy ny fijerena ny tombontsoa ho an’ny firenena, fa resaka tombontsoa manokana sy tombontsoa politika hatrany », hoy izy.

Tsy mbola tafiditra any anatin’ny hoe tombontsoa ambonin’ny firenena izany, na tenenina hatrany aza: tsy mbola misy ny fampiharana azy. Ny mpitondra rehetra izay tonga eo, milaza hatrany hoe ho an’ny firenena. Misy koa, angamba, any ho any, resaka jeo-politika, izay tsy voafehin’ny mpitondra izay tonga eo, ka tsy ahafahany manoatra.

Laharam-pahamehana ny hisian’ny fandriampahalemana eto Madagasikara. Amin’ny fomba ahoana? Fanontanian’ny Teza izay. Tsy maintsy misy ny fifidianana. Fa ny fomba itondran’ny mpitondra izany amin’izao fotoana izao, lasa misafotofoto be na ny fotoana hametrahana fifidianana milamina aza.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Kaonfederasiona Afrikanina baolina kitra (Caf) : voatendry ho talen’ny serasera i Rabe Nathalie

Niova ny mpitantana ny serasera eo anivon’ny kaonfederasiona afrikanina ny baolina kitra (Caf). Araka ny vaovao voaray, Malagasy no voatendry hisahana izany toerana izany indray manomboka izao, amin’ny alalan-dRabe Nathalie. Taorian’ny fihaonamben’ny baolina kitra vehivavy, natao tany Marrakech, Maraoka ny 5 sy ny 6 marsa lasa teo, no nanendrena azy, hisahana izany andraikitra goavana izany. Izy no handimby ilay teratany kamerone, Junior Binyam, nitana izany toerana izany, nandritra ny 7 taona.

Tsy nijanona tamin’ny fitantanana ny baolina kitra aty Afrika nefa ny lehilahy fa hitazona ny toeran’ny sekretera jeneralin’ny Caf indray. Tsy olona vaovao amin’ny baolina kitra aty Afrika, Rabe Nathalie fa mahafantatra tsara izany.

Voatery mametra-pialana tsy ho ao anatin’ny komity mpitantana ny federasiona malagasin’ny baolina kitra (FMF), izany Rabe Nathalie. Tsy azo atao mantsy ny misahana andraikitra roa ao anatin’ny baolina kitra.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

Kitra – «Ligue des champions d’Europe» : nandao ny fifaninanana ny Manchester United

 Ekipa lehibe tsy ho anisan’ireo miatrika ny lalao ampahefa-dalana amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions”, taranja baolina kitra, ny Manchester United. Nosakanan’ny FC Séville ny lalan-dry zalahy.

 Tsy nisy nanampo fa ho resin’ny FC Séville, tao amin’ny kianja filalaovany tao Old Trafford, ny Manchester United. Niondrika tamin’ny isa 2 no ho 1 ny ekipan’i José Mourinho, teo amin’ny lalao miverina amin’ny dingana ampahavalon-dalana, hiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions”.

Nivadihan’ny teknikany ingahy Mourinho, izay efa zatra manao tsinontsinona sy manambany ny mpifanandrina taminy. Tsy anisan’ireo najorony voalohany mantsy i Paul Pogba sy i Anthony Martial. Efa tany amin’ny fidirana faharoa vao nampidiriny izy mirahalahy ireo. Efa nitarika tamin’ny isa 2 no ho 0 ny Séville vao nahafaty ny baolina tokana ho azy ny Anglisy. Baolina matin’ilay Tonizianina, mizaka zom-pirenena frantsay, Wissam Ben Yedder, teo amin’ny minitra faha-73 sy 77 ny an’ny FC Séville. I Lukaku kosa no nahatafiditra ny baolina ho an’i Manchester United, teo amin’ny minitra faha-83. Tsiahivina fa efa nisaraka ady sahala samy tsy nisy nitoko ny roa tonta, teo amin’ny lalao mandroso, tany Séville. Vokatra izay nanome tombony ho an’ny Anglisy, saingy noho ny tsy fitandreman’i Mourinho, nandao tsy fidiny ny fifaninanana ry zareo Manchester United.

Hatezerana sy alahelo lalim-paka ny an’ireo mpijery anglisy, taorian’ity faharesena ity. Tsy fantatra na mbola hitazona an’i Mourinho, ho mpanazatra ny Manchester United, ny tomponandraikitry ny klioba na tsia. Samy nanakiana mafy  ity mpanazatrapPortiogey ity avokoa ny ankamaroan’ny gazety, nivoaka any an-toerana.

Ankoatra izay, manohy ny diany ihany koa ny AS Roma avy any Italia rehefa nandresy ny ekipa okrenianina, Shaktior Donetsk, tamin’ny isa tokana 1 no ho 0. Tsy ampy niakaran’ny Donetsk ny fandreseny 2 no ho 1, tamin’ny fihaonana mandroso, tany an-taniny.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Kitra – «Tournoi inter-fokontany» : hatao amin’ny alahady ny manasa-dalana

Hotanterahina, ny alahady 18 marsa ho avy izao, etsy amin’ny kianja Tsarahonenana, ny lalao manasa-dalana, “Tournoi inter-fokontany”, karakarain’ny TTM (Tanora tia mihetsika), ao anatin’ny boriborintany fahadimy. Hifandona amin’izany, manomboka amin’ny 12 ora 30, Ambatobe sy i Tsarahonenana ary amin’ny 2 ora 30, hifanandrina Andraisoro sy Ambohidahy. Raha tsiahivina ny vokatra teo amin’ny ampahefa-dalana, resin’Ambatobe ry zareo Ambohimirary ary Andraisoro kosa, nanilika an’Ambatomaro. Niondrika teo anatrehan’i Tsarahonenana kosa i Nanisana ary lavon’Ambohidahy Ankadindramamy. Marihina fa tsy afaka mandray anjara amin’ity lalao ity ireo mpilalao ao anatin’ny “Ligue 1” Analamanga. Efa telo volana ny nanombohan’ity “tournoi” ity, izay nahitana fandraisana anjara na fokontany miisa 27. Raha tsy misy ny fiovana, kasaina hotanterahina ny alahady 25 marsa izao ny lalao famaranana. Marihina fa baolina kitra ho an’olona miisa 11 izy ity. Araka izany, 90 mn indroa miditra ny faharetan’ny lalao. Raha sahala ny isa, hisy ny fanalavam-potoana izay vao miditra amin’ny fandakana ny “tirs au but”, raha toa ka mbola mitovy ny isa eo amin’ny roa tonta. Tanjona, amin’izao hetsika izao, ny hisarihana ny tanora tsy hirona any amin’ny zava-pisotro mahamamo sy ny zava-mahadomelina. Tsikaritra mantsy ankehitriny fa mihavitsy ny kianja hahafahan’ny tanora milalao, hany ka mora voasarika any amin’ny fiainana diso ireo tanora.

Hotoloran’ny mpikarakara omby sy amboara ny ekipa ho mpandresy, amin’ity “tournoi inter-fokontany”, ity.

Manana fikasana hikarakara ny “tournoi inter-arrondissement”, indray ny TTM aorian’ny fahavitan’ity fifaninanana eo anivon’ny fokontany, ho an’ny firaisana fahadimy ity.

Torcelin

News Mada0 partages

Efa nahazo vola antapitrisa : pasitera sandoka nanao fisolokiana menaka “corail noire”

 Tambajatrona mpisoloky no vosambotry ny polisy misahana ny heloka bevava (BC), sakelika faharoa, ny alatsinainy 12 marsa 2018 lasa teo noho ny resaka fisolokiana fivarotana menaka corail noire…

 Nisy olona nilaza ho pasitera niresaka tamin’ny renim-pianakaviana iray fa hoe mahita menaka corail noire ary efa misy teratany vahiny mahasahy mividy lafo izany, araka ny fanazavan’ny polisy. Raikitra teo ny fifampiresahana teo amin’ilay pasitera sy ilay renim-pianakaviana. Nandritra izany indrindra anefa no nisy lehilahy iray milaza fa teknisianina momba ity menaka  ity ary manao andrana ilay menaka mihitsy izy ka milaza amin’ilay ramatoa fa tena tsara ilay menaka. Avy eo mody misy olona miteny vahiny miantso amin’ny telefaonina finday ka milaza fa hividy ilay menaka nefa mbola tsy eto an-toerana izy ary milaza ilay renim-pianakaviana fa omeo “avance” ireto olona ireto ka haloany ny vola vidin’ilay menaka rehefa tonga izy. Nentim-pahatsorana sy fahatokisana ireo olona tokoa ilay renim-pianakaviana ka nanome vola 1 800 000 Ar. Mbola nitady 6 tapitrisa Ar fanampiny indray ry zalahy taorian’izay ka nampiahiahy ity renim-pianakaviana voasoloky ity. Nametraka fitoriana teny amin’ny polisy avy hatrany izy ka natao ny fanadihadiana. Taorian’ny fanadihadiana, tapaka fa hosamborina ireto mpisoloky raindahiny ireto. Nametraka ny vela-pandrika ny polisy ka voasambotra teny 67 ha izy efa-dahy. Nofandrihina tamin’ilay vola 6 tapitrisa Ar ry zalahy ka roboka tokoa ka noraisim-potsiny. Ilay milaza fa pasitera kosa tsy tonga teny 67 ha ary mbola eo am-pikarohana azy  ny polisy amin’izao fotoana izao.

Jean Claude

News Mada0 partages

Ambohimanarina : fiara 4×4 nampiasa cocarde tsy nahazoana alalana

Voasakan’ny polisy teny amin’ny boriborintany fahenina Ambohimanarina omaly tamin’ny 3 ora tolakandro ny fiara 4×4 marika Pick up nampiasa cocarde izay misy ny sainam-pirenena Malagasy. Nampiahiahy ny polisy ity fiara tsy mataho-dalana ity ka nosakanan’ny polisy avy hatrany. Mpamily irery no tao anatin’ity fiara 4×4 ity. nanomboka nisava ny taratasy momba ny fiara ny polisy ary hita fa tsy nisy “certificate de non imposition” ny fiara. Nozahana koa ny taratasy momba ny tompony kanefa tsy misy milaza na koa manambara fa olona manana alalana mitondra na mametraka cocarde ilay mpamily. Araka izany, nandray fepetra ny polisy fa hosazina ilay fiara ka nampidirina fourrière avy hatrany. Nohamafisin’ny polisy avy ao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahenina hatrany fa tsy vao izao izy ireo no nahatratra fiara mitondra cocarde toy izao. Vao volana vitsy monja izay efa nisy fiara tsy mataho-dalana iray koa tratra nitondra cocarde tsy nahazoana alalana nandalo tamin’iny lalana eny Ambohimanarina iny.

Any amin’ny orinasa manamboatra azy itony mihitsy no tokony harahi-maso akaiky satria samy mampiasa azy itony avokoa amin’izao rehefa mety ho manana fiara 4×4 sy manao akanjo mihaja. Tsy hay intsony ny manavaka azy ireo amin’ny olon-tsotra sy ny manam-pahefana. Tokony handalo fisavana avokoa na izany aza ireo manam-pahefana mampiasa azy ireny mba hanavahana ireo misandoka mampiasa itony cocarde itony. Maika hiala fotsiny amin’ny fitohanan’ny fiara sy ny fisavan’ny mpitandro filaminana dia mody mametaka cocarde.

Jean Claude

 

News Mada0 partages

Fort Duchesne : taxi-be latsaka tany anaty tevana

Taxi-be iray nivadibadika tany anaty tevana eny Fort Duchesne, omaly antoandro. Araka ny fanazavan’ireo nahita ny fitrangan’ny loza, mpamily sy ny mpanampy azy ihany no tao anaty fiara ka nihodina ry zalahy fa tsy tonga hatrany amin’ny fiantsonana farany ka nivadika tany anaty tevana ka niafara teo akaikin’ny tranon’ireo mpitandro filaminana mipetraka eny Fort Duchesne. Vokany, naratra mafy ny mpamily sy ny mpanampy azy vokatr’ity lozam-piarakodia ity. Tsy nisy kosa ny aina nafoy fa avotra soa aman-tsara izy na teo aza ny ratra nahazo azy ireo. Matetika tandrevaka eo anivon’ny mpamily ireny taxi-be ireny hatrany no mahatonga ny loza toy izao. Potika tanteraka ilay fiara vokatry ny fivadibadihan’ny fiara.

Midika izany fa tokony hanaja ny lalàna mifehy  ny fitateram-bahoaka hatrany mba hialana amin’ny loza toy izao.

Tsikaritra koa tato ho ato fa miverina indray ny gaboraraka eo amin’ny taxi-be 133 amin’ny fihodinana tapa-dalana eo Ampefiloha (Fiaro) fa tsy tonga hatrany amin’ny fiantsonana farany eny Analakely.

J.C

News Mada0 partages

Rotaka tany Toliara : naiditra am-ponja any Ihosy ireo mpitarika posy 63 lahy

 Tanteraka omaly ny fampakarana ireo andian’olona, mpitarika posy nanao fanakorontanana ka nampisavorovoro ny tananàn’i Toliara, ny herinandro lasa teo, teo anatrehan’ny mpitsara mpanao famotorana. Vokany, 63 lahy naiditra am-ponja vonjimaika (MD) any Ihosy.

Nidoboka am-ponja omaly ao Ihosy ireo mpitarika posy miisa 63 lahy voarohirohy tamin’ny korontana niafara tamin’ny fanimban-javatra tao an-tampon-tanànan’i Toliara, ny zoma lasa teo. Fantatra araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana fa marary ny dimy amin’izy ireo saingy efa nahazo fitsaboana sahaza azy avy. Ankizy iray mpianatra sady tsy mbola ampy taona kosa nampodiana any amin’ny ray aman-dreniny raha voatazona niaraka tamin’izy ireo. Fito andro aty aoriana vao tanteraka, araka izany ny fampidirana am-ponja vonjimaika ireto mpitari-posy voarohirohy ireto ka any Ihosy izy ireo no hiandry ny fitsarana. Manoloana ny zava-misy sy ho fampisehoana amin’ny rehetra fa tany tan-dalàna i Madagasikara ka anatra ho an’ny rehetra  izao fampidirana am-ponja azy ireto izao, hoy ny fanazavan’ny prefet-n’i Toliara nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety, omaly.

Betsaka ireo mitaraina ny hamotsorana azy ireo…

Mateti-pitranga ny fanakorontanana ataon’ireo mpitari-posy ireto ka nahatonga ny tompon’andraiki-panjakana ao Toliara nandray fanapahan-kevitra mifanaraka amin’izany koa na eo aza ny fitarainana voarain’izy ireo amin’ny hamotsorana ireto voarohirohy ireto.

Tsiahivina fa niainga tamin’ny fanentanan’ny foko Antandroy amin’ny fitakiana onitra momba ny fahafatesan’ny tovovavy iray 15 taona antsoina hoe Eliane izay novonoin’ny sakaizany teny Maninday no nahatonga azy ireo nanatanteraka iny korontany iny. Voatery niditra an-tsehatra ny avy amin’ny Emmo/Reg nandrava ireo mpanao fihetsiketsehana ka niafara tamin’ny fisamborana ireo olona tompon’antoka tamin’izany. Fantatra izao fa mbola tsy voalevina io razana io hatramin’izao fa miandry ny fahazoana ny omby ahafahana manatanteraka ny fandevenana izy ireo vao handevina ny razana ary mbola nitaky hatrany ny hamotsorana ireto voambotra ireto araka ny fampitam-baovao voaray hatrany.

CMS sy Jean Claude

News Mada0 partages

Mila mpanabe 20 000 ny fampianarana : hovana ny sivana fandraisana mpampianatra

 Natolotra, omaly, ny politika mifehy ny mpampianatra eto Madagasikara. Voakasika avokoa ny minisitera telo misahana ny fampianarana, manomboka amin’ny “préscolaire” hatramin’ny fampianarana ambony, mandalo amin’ny fanofanana teknika sy momba ny asa.  Hatramin’ny taona 2022, mila mpampianatra hatramin’ny  20 000 ny fanabeazana. Mbola voafetra ny tetibola omena ny minisiteran’ny Fanabeazana ny isan’ny mpampianatra azo raisina na efa nampitomboana aza ny sorabola natokana ho an’ny fanabeazana. “25% amin’ny tetibolam-panjakana ho an’ny fanabeazana avokoa ka 70% amin’izay, handoavana ny karaman’ny mpiasa daholo”, hoy ny tale jeneralin’ny ESFM ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazana, Rakotojaona Lalaharontsoa, omaly teny Antaninarenina. Ao anatin’ny politika vaovao mifehy ny mpampianatra, miova ny sivana fandraisana mpampianatra. Takina ny fanajana ny fenitra napetraka vao azo raisina ho mpanabe ny olona iray. Ny mahazatra hatramin’izay, ny ray aman-dreny no mitady mpanabe ho an’ny zanany isaky ny kilasy. Tsy manana ny fahaiza-manao takina izy ireny matetika fa rehefa voaray ho mpiasam-panjakana vao misitraka fiofanana. 100 000 ny isan’ny mpampianatra amin’izao fotoana izao, 40 000 ny mpampianatra Fram efa voaray ho mpiasam-panjakana ka tanjona ny handray ireo efa mahazo tohana amin’ny vola ho mpiasam-panjakana raikitra, hoy ny fanazavany ihany.

 Mifameno ny politika sy ny PSE

Manohana ny teti-pivoarana ho an’ny fanabeazana (PSE 5 taona) ny politika mifehy ny mpampianatra izay vina napetraka hatramin’ny taona 2030. Anisan’ny  voasoratra ao amin’ny politika ny fanamboarana ny tetiandron’ny fampianarana, eo koa ny fandraisana mpampianatra sy ny fanofanana azy ireny. Nanampy tamin’ny famolavolana ny politika ny ekipa manokana iraisam-pirenena momba ny mpampianatra niaraka amin’ny Unesco. “70 000 dolara ny sorabola nanomanana ny politika”, hoy ny manampahaizana manokana tao anatin’ny ekipa, Diane Lalancette.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fiovaovan’ny toetr’andro : ho ringana ny 25%-n’ny biby eto amintsika

Tandindomin-doza ny zavamananaina, indrindra ny biby eto amintsika, ankoatra ny faharinganan’ny ala, vokatry ny fiovaovan’ny toetr’andro. Antony, hiakatra ny hafanana, ka maro amin’izy ireny ny tsy hahatanty ary ho ringana ny hiafarany.

Mampanahy mafy ! Namoaka tatitra ireo mpikaroka iraisam-pirenena, omaly 14 marsa, mitondra ny lohateny hoe « Ny fiainan’ny bididia maneran-tany ao anatin’ny hafanana ». Manaitra ny rehetra ity tatitra ity, mikasika ny fiantrainkan’ny fiovan’ny toetr’andro any amin’ny faritra 35 laharam-pahamehana mila fiarovana ny zavamananaina ary anisany i Madagasikara.

Saika manana ny mampiavaka manokana avokoa ireo faritra tandindomin-doza ireo ary mampatahotra ny tombatombana hitan’ireo mpikaroka. Eto Madagasikara, ho ringana  ny 25%-n’ny biby amin’ny taona 2080 raha vao hitombo 2°C ny hafanan’ny tany. Araka ity fanadihadiana ity, anisan’ny mahatonga io faharinganan’ny biby io ny fahapotehan’ny toeram-ponenan’izy ireo. Tandindomin-doza ny 14%-n’ny vorona, ny 7%-n’ny biby mampinono ary mbola ambony miohatra amin’ireo taha ireo ny zavamaniry, ny biby mandady sy mikisaka.

Araka ny tatitry ny fikambanana WWF, ny taona 2015, hihena 60% ny karazana varika miisa 57 raha vao mitombo 2°C hatramin’ny 4°C ny maripan’ny tany eto Madagasikara.

Efa miakatra ny maripana eto amintsika

Vokany, faritra telo ny fantatra fa mety hitsoahan’ireo varika eto amintsika, ny faritr’alan’i Masoala (Sava-Analanjirofo), ny reniranon’i Mangoky (Menabe-Atsmo Andrefana) ary ny tapany avaratra andrefan’ny Nosy, ka anisany ny any Ankarafantsika.

Iaraha-mahita anefa fa efa tsy mitsaha-miakatra ny maripana eto amintsika amin’izao taona 2018 izao. Efa tafakatra 38°C ny any Toliara tamin’ity herinandro ity, raha tokony ho 35-36°C ny salan’ny maripana isan-taona.

Fehiny, mety ho tanteraka ireo voalaza ireo manomboka izao, tsy hahatratra ny taona 2080 raha mitohy koa ny fanimban’ny olombelona ny ala, fonenan’ireo biby, vokatry ny doro ala, ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany, sns.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Ndremitsara Tarzan, eo anivon’ny Instat : « ahafantarana ny olana sy ny vahaolana ny antontanisa… »

 Nivahiny tao amin’ny  fandaharana « Ambarao »  ao amin’ny onjampeo Alliance 92 FM, omaly, ny  talen’ny fifandraisana amin’ny andrimpanjakana,  eo anivon’ny Ivontoeram-pirenena misahana  ny antontanisa  (Instat), Ndremitsara Tarzan. Nambarany fa tombony lehibe ho an’ny firenena  ny  fananana ny antontanisa. Ampahan’ny resadresaka … 

Notsiahiviny  fa efa tokony ho nisy ny fanisam-bahoaka ny taona 2009 na 2008,  nefa niaraha-nahalala  ny krizy ka  niteraka olana izany. “Tsy marin-toerana na  tapaka ny  famatsiam bola ka voatery mifampiraharaha indray isika… Tonga ny 2014. Efa  niverina amin’ny fenitra mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana isika ary nanomboka nifampiraharaha ny  taona 2015.  Azontsika ny vola izao ary efa vonona ny  31 tapitrisa dolara. Tokony  ho ampy izany amin’ny fanisana ny mponina”, hoy izy. Nohitsiny  fa ilana finiavana politika ny fanisana ny mponina. Manahirana koa anefa ny tsy fanana antontanisa… “Ilaina izany hahafantarana ny olana mitranga  sy  itadiavana vahaolana ary ahafahana maka fanapahan-kevitra tokony  hiantraika any  amin’ny vahoaka… Mety hiantraika amin’ny sosialim bahoaka izany ary tokony  horaisina amin’ny  fotoana tokony handraisana azy  ny fanapahan-kevitra ka eo  ny ilana ny antontanisa azo antoka sy mitombina…”, hoy ihany izy. Noraisiny ho ohatra ny firohotan’ny olona avy any ambanivohitra mandeha an-tanàn-dehibe. Mila antontanisa izany afahana maka fanapahan-kevitra hamerenana azy  ireo any aminy, araka ny nambarany.  Tahaka  izany koa  ny  fanadiovana tokony hatao ety an-dRenivohira, fanajariana ny tanàna. “Mila ny antontanisa avokoa  izany”,   hoy ny eo anivon’ny Instat.

Ilain’ny sehatra tsy miankina  koa ny antontanisa…  

Ankoatra izany, nanteriny  fa ilain’ny sehatra  tsy miankina koa ny antontanisa amin’ny fampiasam-bola tokony atao ny. Ny fahafantarana ny toerana  iasany,  ny fahaiza-manao eo amin’ny tanora sy ny  mponina amin’ilay faritra mba  tsy hanafarana mpiasa  hafa any ivelany.  Eo  koa  ny fahalalana ny isan’ny vava mihinana… “Ilaina  koa anefa ny  fananana ny sarintany ahafantarana ny fotodrafitrasa na  koa  ny toerana hanaovana toeram-pamokarana. Ilain’ny mpandraharaha koa  ny fahafantarana   ny vidin’ny entana  na vokatra haondrana sy hafarana ary ny fiovan’izany, ahafahana mijery ny fampiasam-bola tokony hatao sy ny vokatra efa misy  manafatra na koa  haondrana…” hoy ihany izy.Etsy andaniny, miezaka  ny Instat manaraka ny fiakaran’ny vidim-piainana. Noraisiny ho ohatra amin’izany ny angovo, ny vary, ny solika satria mifampiankina avokoa ireo… “Mitaky fanazavana izahay  rehefa miseho ny fiakaram-bidy… Mandefa vaovao isam-bolana any amin’ny tompon’andraikitra isan’ambaratonga izahay momba ny fiakaran’ny vidim-piainana   ahafahan-dry zareo mijery ny tokony hatao…”, hoy ihany ny Instat.

Momba ny karama  kosa,  nambarany fa miankina amin’ny fiakaran’ny harinkarena  izany. Notsindriny anefa fa azo atao koa  ny mijery ny tokony  hampiakarina mba hipaka kokoa any amin’ny tena sahirana sy fadiranovana.  “Ny karama aloha izany izao tokony hiakatra 11% mba hahafahana mameno ny banga, satria maika amin’ny hohanina aloha  isika  izao.  Fa eo koa ny tokony hananana tahiry kely, ohatra  6% mba hahafahana mampiasa vola hividianana  tany na hivarotana…”, hoy i  Ndremitsara Tarzan.

Ahafahana maka  fanapahan-kevitra ho amin’ny fampandrosoana… 

Ankoatra  izany, nohamafisiny fa ilaina ny antontanisa na ho an’ny  fanjakana na ho an’ny fiainam-pirenena ankapobeny, eny  hatramin’ny sosialim-bahoaka na hanarahana maso ny asam-panjakana. Ilaina koa  ny fanisana mponina ahalalana  ny isantsika ary mivoaka ho azy avy eo ny isan’ny mpifidy tadiavin’ny Ceni  ilay mpifidy, 10 tapitirisa.  “Rehefa ananantsika ny isan’ny mponina, afaka maka fanapahan-kevitra isika hanatsarana ny fiainam-bahoaka. Tokony ho fantatra koa ny sehatra mamokatra hahafahana mandray fanapahan-kevitra  ho amin’ny  fampandrosoana, miainga amin’ny antontanisa  izany”,  hoy izy. Tahaka  izany koa  ireo mpitondra mifandimby. Ilaina ny  fahafantarana ny vita  sy ny lesoka amin’ny alalan’ny antontanisa. “Ny zavatra tsy vita nefa tokony hatao ary laharam-pahamahana no ahafahana maka fanapahan-kevitra haingana hahatongavana amin’ny fampandrosoana maharitra…” hoy  ny eo anivon’ny Instat.

Synèse  R. 

News Mada0 partages

Mobilisation contre l’insécurité : les soutiens se multiplient

La mobilisation générale pour rappeler aux gouvernants leur responsabilité en matière sécuritaire se fera demain. L’initiative gagne de plus en plus  d’adhésion.

Une grande première qui risque de faire… du bruit. L’initiative de la société civile, des opérateurs économiques, et d’autres associations apolitiques pour rappeler aux responsables étatiques leur rôle sur la défense des citoyens et ses personnes se fera demain en grande pompe. Ce rendez-vous sonnera comme un lancement d’alerte dans le but d’  interpeller les pouvoirs publics sur l’insécurité oppressante qui sévit dans le pays ces derniers temps, sous diverses formes, entre autres  les kidnappings.

Aussi étrange que cela puisse paraître, aussi bien avant que depuis l’annonce de cette mobilisation, aucune réaction de la part de l’Etat. Comme toujours, son intervention se limite à des annonces sans réelle concrétisation. La dernière en date est celle rapportée par un porte-parole du gouvernement à travers un communiqué indiquant que «le Président de la République a encore réitéré la ferme nécessité de mener des actions de sensibilisation au niveau de tous les citoyens pour amener ces derniers à donner main forte aux autorités compétentes pour lutter contre l’insécurité». Plus précisément, le gouvernement n’a encore prouvé  rien de palpable à la population pour lutter contre l’insécurité.

Son de cloche

Quoi qu’il en soit, les sensibilisations auprès de la société civile et des acteurs privés continuent. «J’y serai»,  «j’adhère à cette initiative», «allons-y» ou encore «il était temps» sont d’ailleurs les commentaires et les réactions qui reviennent le plus souvent sur les réseaux sociaux pour appuyer ce rendez-vous. Ce qui signifie que demain, les usines actionneront leur sirène, les églises feront sonner la cloche, les véhicules actionneront leur klaxon…, comme il a été convenu.

Il faut se rappeler que l’insécurité, à l’origine de cette mobilisation, est aujourd’hui une affaire de tout un chacun, sans exception d’origine et d’appartenance idéologique. Il suffit d’écouter les citoyens, à la ville comme à la campagne, pour constater que tout le monde est touché par l’insécurité ambiante. C’est désormais aux responsables étatiques d’écouter et de prendre note des propositions de la société civile et du secteur privé afin de faire face à ce fléau.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Hifarana anio ny fitsidihan’ny filohan’i Inde

Hifarana, anio, ny dian’ny filohan’i Inde, Ram Nath Kovind, eto amintsika, rehefa naharitra roa an dro. Mialoha  izany  ny  hiverenany an-tanindrazany, hitarika adihevitra sy famelabelaran-kevitra eny amin’ny oniversiten’Ankatso ny tenany,  anio. Manana fifandraisana  matotra  rahateo ny firenena roa tonta eo amin’ny  lafiny fanabeazana sy  fampianarana. Hamboly hazo  ho mariky  ny  fahatsiarovana ny nitsidihany teto amintsika ity filoha ity avy eo.  Nialohavan’ny fifampiresahana eo amin ‘ny mpandraharaha malagasy sy indianina etsy amin ‘ny Carlton Anosy izany. Maherin’ny 50 ireo mpitantana orinasa avy any amin’ity firenena ity hiatrika izany, miaraka amin’ny filoha Ram Nath Kovind.

Teo  koa  ny nitokanany ny foibe ho fampandrosoana ny eny ambanivohitra (C.Gard) eny Nanisana. Tsiahivina fa miara-dalana aminy ny vadiny amin’izao fandalovany eto amintsika izao.

Synèse R.

News Mada0 partages

Savita Kovind : zava-dehibe ny fanofanana vehivavy

Nitsidika ny ivontoeram-panofanana momba ny asa ho an’ny vehivavy teny Tsimbazaza omaly ny vadin’ny filoha indianina, Savita Kovind, niaraka amin’ny vadin’ny filoha malagasy, Rajaonarimampianina Voahangy.  Natao fitaratra amin’ireo marobe efa natsangana vokatry ny fiaraha-miasa matotra eo amin’ny vadin’ny filoha malagasy sy ireo mpiara-miombon’antoka ny ivontoerana. Nambaran’ny vadin’ny filoha indianina tamin’ny alalan’ny lahateny novakin’ny masoivoho idianina miasa eto amintsika fa manan-danja ny fampianarana ny vehivavy satria rehefa mampianatra ny vehivavy, mampianatra ny firenena. Zava-dehibe ity ivontoerana eto Tsimbazaza ity satria tsy mampiofana ny vehivavy amin’ny asa fotsiny fa mitarika azy hahaleo tena sy manampy ny fianakaviany sy mitondra fampandrosoana ho an’ny fireneny. Nanolotra vola mitentina 32 tapitrisa Ar hampiroborobona ny ivontoerana ny tenany.

Nilaza koa ny mpandrindra ny ivotoerana, Razakaboana Bakolinirina, fa natokana ho an’ny vehivavy, indrindra efa renim-pianakaviana ny toerana. Efatra ny lalam-piofanana azo isafidianana : informatika, fikoloana zaridaina, zaitra, fahandroana sakafo sy handraisam-bahiny. Maharitra enim-bolana ny fiofanana ary ampiarahina amin’ny fampianarana teny anglisy sy teny frantsay sy fitantanam-bola tsotra.Afaka misoratra anarana avokoa ireo feno 18 taona vonona ka mahay manoratra. 200 isaky ny enim-bolana ny isan’ny mpiofana mandalo ao.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Zanaray Miraindraiky : firaisankinan’ny Antesaka

Nihaona voalohany, ny faran’ny herinandro teo teny Vontovorona, ny mpikambana ao anatin’ny Zanaray Miraindraiky, ivondronan’ny Antesaka eto Madagasikara. Nanentana ny mpikambana hiray hina ny sekretera jeneraliny, Rakotomila, hijery ny lavitra mitondra fampandrosoana fa tsy lany andro hifanenjika sy hifankahala satria « ravin-kazo nihintsana ireny ka ny sisa no ampaniriana » . Noraisiny ohatra ny toetran’i Zakaiosy, mpanefoefo sy tsy niraharaha ny fiarahamonina, saingy nahafoy ny hareny rehefa niova fo ka nandray ny famonjen’i Jesosy.

Nampahafantarin’i Jean Marie, filohan’ny Zanaray, ireo mpikambana ao anaty birao, ahitana olobe sy tompon’andraikitra ambony eto amin’ny firenena. Nahatonga solontena ny avy any Vangaindrano, Midongy Atsimo, Befotaka, miampy ny avy any Antsiranana sy Mahajanga, sns.

Nampanantena ny solontenan’ny fikambanana any amin’ny faritra, fa vonona hanamafy ny firaisankina voizin’ny foibe. Filoham-boninahitry ny Zanaray ny jeneraly Tsaranazy Jean Emile. Ankoatra ireo mpanakanto maro nanafana ny lanonana, niavaka ny seho nataon’ny vehivavy antesaka.

Njaka A.

News Mada0 partages

Judo : saison terminée pour Fetra Ratsimiziva

Le judo malgache retient son souffle ! L’illustre judoka malgache Fetra Ratsimiziva souffre d’une rupture du ligament croisé. Une blessure qui l’a conduit sur la table d’opération. Actuellement, il suit une rééducation et ne sera pas opérationnel pendant 7 mois.

«Après l’IRM que j’ai effectué, le verdict est tombé,  rupture du ligament croisé antérieur, le cauchemar de tous les sportifs», a-t-il annoncé sur le réseau social. «Actuellement, en rééducation post opératoire, j’essaie de rester en forme. Mais sauf miracle, le retour sur tapis pourrait se faire dans 7 mois au minimum», a-t-il poursuivi.

Après trois sorties internationales (Grand Prix de Tunis, Grand Slam de Paris et au Grand Slam de Düsseldorf), Fetra Ratsimiziva range son kimono et donne donc rendez-vous  l’année prochaine. De ce fait, la course à une place olympique se complique pour le champion malgache. En effet, la quête des points qualificatifs pour les Jeux olympiques de 2020 au Japon débute ce mois de mai. Elle ne prendra fin qu’en mai 2020.

Pourtant, c’est l’un de ses objectifs principaux après son absence aux dernières éditions des JO au Brésil. A moins d’un retour éclatant en 2018, Fetra Ratsimiziva sait de quoi il en retourne.

Naisa

 

News Mada0 partages

Volley : GNVB et JSA, main dans la main

Le développement du volley-ball passe par les clubs ! Deux clubs historiques, en l’occurrence, la GNVB et de JSA, accordent leurs violons pour donner un nouveau souffle dans le milieu.

Cette nouvelle entente entre les deux clubs se caractérise par un appui mutuel. La GNVB possède les éléments de valeur tandis que JSA dispose du club qui permettra à ces joueurs de s’émanciper.

Championne de la deuxième division hommes à Analamanga, la saison dernière, JSA aura deux formations dans la division reine cette saison. Si JSA A est composé de ses propres joueurs, JSA B, par contre, mettra en avant cette collaboration effective entre les deux clubs.

En effet, JSA B est composée intégralement des joueurs de la GNVB Vakinankaratra de la saison dernière.

Faute de compétition dans cette ligue régionale, les volleyeurs de la gendarmerie sont à cours de matchs. Ce qui ne leur permet pas de préparer au mieux le Championnat national. Heureusement que JSA a ouvert ses portes, de la plus belle manière, à la GNVB, pour le bien des joueurs en particulier et du volley en général.

Dès ce week-end, les deux équipes de JSA s’affronteront pour le compte de la première journée du Championnat d’Analamanga.

Naisa

Programme rectifié de la 1ère journée :

Samedi:

1ère division dames:

JMVB-Afa

2e division hommes :

SEA-VBCD

Cadettes:

CCVB-3FANS

Afa-GNVB

Squad-Asi

VBCD-ESVBA

Cadets:

GNVB-Asi

ASSM-3FANS

Dimanche:

1ère division dames:

AMVB (A)-AMVB (B)

Voara-Bi’As

Asi-VBCD

1ère division hommes:

VBCD-GNVB

CSA-RVB

TSVB-Voara

JSA (A)-JSA (B)

Cosfa-Asi

2e division hommes:

SDV-VBCJAK

HZMA-AVB

SEA-VBCD

Pole Analamanga-Afa

JSA-MVBC

News Mada0 partages

Tennis : Madagascar dicte sa loi

Les porte-fanions malgaches ont annoncé la couleur lors de la première journée du Championnat d’Afrique australe par équipe U12, hier, à Bulawayo, Zimbabwe. L’équipe nationale a effectivement dominé les trois matchs face aux Mozambicains et s’est ainsi imposée sur le score de 3 à 0. Tefy Ranja Rabarijaona a ouvert les hostilités chez les garçons en battant Luca Figuieredo par 6/3 ; 6/4. Quant à Tody Avo Rajaobelina, il a signé une victoire en toute aisance aux dépens d’Edilson Rosa par 6/1 ; 6/4.

En double, Tody et Harena Andrianaivo Raharinosy ont pris le dessus sur Enzo Matingue et Edilson Rosa au terme de deux sets (6/3 ; 6/1). Trois victoires qui devraient donner des sueurs froides dans le dos de leurs prochains adversaires. On ne sait pas à quelle sauce sera mangé le Botswana ce jour. Du côté des filles, la troupe de Miotisoa Rasendra croisera la raquette avec les Sud-Africaines. Pour rappel, deux équipes masculines et deux équipes féminines seront retenues pour jouer les Championnats d’Afrique par équipes U12 en Afrique du Nord en septembre.

Rojo N.

News Mada0 partages

Foot – élections : une Commission de normalisation réclamée

Le sujet est remis sur le tapis après l’arrivée au pays des représentants de la Fifa. L’association des présidents des ligues profite du passage de ces derniers pour tirer la sonnette d’alarme face aux différentes anomalies constatées dans le processus électoral, tout en réclamant la suspension des responsables par intérim de la FMF, candidats à la présidence de la FMF, ou mettre en place une Commission de normalisation.

Déballage ! L’association des présidents des ligues ne reste pas les bras croisés pendant le passage des représentants de la Fifa au pays. Pas plus tard qu’hier, elle a mis les points sur les «i» à propos des injustices et des anomalies constatées lors des élections qui se sont déroulées dans quelques ligues, notamment Bongolava, Haute-Matsiatra et Vatovavy Fitovinany. L’association a dénoncé des cas d’abus en relation avec les amendements arbitraires insérés dans le guide électoral, soi-disant élaboré par la CEN.

Le guide électoral en question n’a pas été voté à l’Assemblée générale de la Fédération malgache de football (FMF) mais a été amendé unilatéralement. «Ces amendements ont été insérés dans le guide électoral, afin d’éliminer certains candidats et électeurs au profit des responsables par intérim de la FMF qui sont tous candidats au poste du président de la FMF et des Commissions. L’ensemble des responsables par intérim de la FMF et également candidats au poste de président de la FMF et des Commissions, ne sauraient être juges et partie», ont déclaré les membres de l’association.

Pour le cas de la ligue de Bongolava, la CEN s’est appuyée sur l’article 6.1.9 du guide électoral, concernant le dépouillement et la proclamation des résultats pour éliminer des candidats élus. Et ce, au lieu d’appliquer l’article 24 du code électoral qui stipule que le président de la Commission, proclame officiellement les résultats devant les membres de l’Assemblée générale et que le PV sera rédigé et signé par tous les membres de la Commission. Pour le cas de Haute-Matsiatra et Vatovavy Fitovinany, la violation de l’article 11 du code électoral, voté en Assemblée générale, est flagrante. Ce qui a permis à la CEN de faire une croix sur les dossiers des autres candidats plaignants.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

5e conference de l’upap : Madagascar, pays hôte

Madagascar accueillera la 5e Conférence extraordinaire des plénipotentiaires de l’Union panafricaine des postes (UPAP) les 26 et 27 juillet, à Antananarivo. Neypatraiky Rakotomamonjy, ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique (MPTDN) et Younouss Djibrine, secrétaire général de l’Union panafricaine des postes (Upap) ont procédé à la signature du mémorandum relative à son organisation hier à l’hôtel Ibis Ankorondrano.

 C’est la première fois qu’une réunion de ce niveau se tient à Madagascar depuis les 38 années d’existence de l’Upap. En fait, la 36e réunion du Conseil d’administration de l’Upap, à Nairobi, au mois de mai 2017 a choisi Madagascar comme pays d’accueil de cette session.

Sous cet angle, les ministres en charge du secteur postal venant des 43 pays- membres de l’Upap, accompagnés de leurs délégations respectives pouvant atteindre 300 personnes, seront de la réunion. Des questions liées aux stratégies postales africaines, à savoir la révision des Actes de l’Union et l’harmonisation des positions africaines seront ainsi au centre du sujet.

Des opportunités de partenariat

«C’est ici que vont être révisés et modernisés les actes qui régissent le secteur des postes en Afrique, compte tenu du fait qu’à l’heure actuelle, nous sommes régis par des Actes qui datent déjà de 1988. Et il y a 30 ans, nous n’avons pas encore parlé du numérique qui devient aujourd’hui incontournable pour le secteur dans son ensemble», a lancé à cette occasion Younouss Djibrine.

Le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy a déclaré pour sa part, «L’organisation de cette réunion ne pourra être que bénéfique pour Madagascar, car ce sera l’occasion de montrer aux décideurs postaux africains une image positive de notre pays et de présenter les opportunités de partenariat, mais également de renforcer les relations de coopération avec les pays membres de l’Union».

Ces assises donneront lieu à la prise d’importantes décisions qui impacteront sur l’avenir des services postaux, précédant effectivement le prochain congrès de l’Union postale universelle (UPU) prévu au mois de septembre, qui sera pour la première fois également organisé en Afrique.

Arh.

Augustin Nirina Rakotomalala, nouveau DG de la Paositra Malagasy

Augustin Nirina Rakotomalala est nommé directeur général de la Paositra Malagasy, pour remplacer son prédécesseur Stephanoel Razafimanantsoa qui a assuré cette fonction depuis mars 2014. La passation de service entre les deux directeurs s’est déroulée dans les bureaux de la Paositra Malagasy à Antaninarenina.

Avant cette nomination, Augustin Rakotomalala est membre du Corps des inspecteurs principaux des Postes et a occupé le poste de directeur interrégional de la Paositra Malagasy à Mahajanga. Certes, il s’agit d’une nomination promotionnelle, mais pour le ministère de tutelle, l’arrivée du nouveau directeur général entre dans le cadre de la continuité du développement du secteur des Postes et dans l’optique de mieux satisfaire les usagers.

 

News Mada0 partages

RGPH : le dénombrement prévu en avril

L’Institut national de la Statistique (Instat) procèdera au dénombrement de la population, à partir du mois d’avril, dans le cadre du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH), a annoncé le directeur des relations institutionnelles de l’institut, Tarzan Ndremitsara, invité de l’émission hebdomadaire de l’Alliance 92, «Ambarao», hier. «28 000 agents recenseurs ont été formés, puis recrutés pour effectuer cette mission», a-t-il avancé.

 Une formation en cascade a été organisée par l’Instat à l’endroit des superviseurs, qui vont ensuite former les contrôleurs, puis les agents recenseurs pour la réalisation du RGPH. Le responsable au niveau de l’Instat a également avancé que la phase cartographie a précédé cette descente des agents recenseurs.

Au niveau du budget, 31 millions de dollars sont nécessaires pour la réalisation du RGPH à Madagascar. 25 millions de dollars sont déjà disponibles pour les descentes sur terrain des agents de l’Instat et la collecte des données.   «Le RGPH est primordial pour la prise de décision dans le pays», a précisé Tarzan Ndremitsara.

R.R.

News Mada0 partages

Antananarivo : le zéro risque d’inondation, impossible

Les zones basses d’Antananarivo sont exposées chaque année à l’inondation, en raison de la non maîtrise des eaux et la surpopulation de la capitale. Avec l’appui de l’Agence française de développement (AFD) et de l’Union européenne (UE), des travaux de curage de canaux ont été lancés dans quelques quartiers, pour apporter une amélioration à la situation actuelle.

«Le  zéro risque d’inondation est impossible à Antananarivo, car  la ville basse de la capitale est construite sur une plaine inondable», ont expliqué les responsables auprès de l’AFD, à l’occasion d’une descente effectuée à Ampefiloha, hier.

Les risques d’inondation ne peuvent être éliminés définitivement, selon les constats apportés car le système d’assainissement à Antananarivo a été dimensionné à une époque où la ville abritait près de deux cent cinquante mille habitants. Alors qu’aujourd’hui, on enregistre pas moins de trois millions d’habitants dans la capitale si on compte ceux dans les agglomérations.  Bertrand Facini a également expliqué dans ce sens : «On aura beau faire tous les investissements, le risque zéro d’inondation ne sera jamais atteint. Ce que l’on peut faire, c’est d’améliorer la situation. C’est-à-dire, faire en sorte que l’inondation arrive moins souvent ou seulement durant les phénomènes exceptionnels et pas tous les ans, comme aujourd’hui».

De ce fait, le rétablissement du système hydraulique dans ces zones basses de la capitale vise surtout à rétablir l’évacuation des eaux plus rapidement, pour que les  habitants dans les bas quartiers n’aient plus les pieds dans des eaux usées, pendant plus d’une semaine, une fois qu’une forte pluie tombe.

Curage et réhabilitation

Les travaux de curage des canaux aux 67 Ha, Isotry, Ambodin’Isotry, Anatihazo et Ampefiloha entrent dans le cadre du Programme intégré d’assainissement d’Antananarivo (PIAA), financé par l’AFD et l’Union européenne à hauteur de 28 millions d’euros. «La première phase a déjà débuté, dont les travaux portent essentiellement sur le curage des canaux dans les bas quartiers d’Antananarivo et la réhabilitation de plusieurs stations de pompage, pour améliorer le système d’évacuation d’eau. La  première phase du programme PIAA est financée à hauteur de 12 millions d’euros », a fait savoir Bertrand Facini, directeur adjoint de l’AFD.

D’autres travaux prévus

En outre, «L’identification de la deuxième phase du programme  est en cours actuellement et les travaux démarreront en 2019. La dernière phase du PIAA porte sur l’établissement du schéma directeur de l’assainissement d’Antananarivo, pour voir sur le long terme comment trouver des solutions pour le problème d’inondation et d’écoulement des eaux qui frappent les bas quartiers d’Antananarivo tous les ans», a conclu le directeur adjoint de l’AFD.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Faribolana sandratra : les poèmes attirent toujours les jeunes

Dans le cadre de la 20e édition du Printemps des poètes, le cercle Faribolanana Sandratra a donné une prestation hors du commun dénommée «Déambulation poétique», hier, à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) sis à Andavamamba. Le public, composé surtout de jeunes, s’est sans aucun doute amusé, avec la prestation d’une dizaine de poètes.

«Ce spectacle prouve que le poème n’est pas un art dépassé», a annoncé l’un des poètes, hier,  dans une AFT noire de monde. En effet, si actuellement le slam est l’art oratoire qui cartonne, surtout auprès des jeunes, le poème garde toujours son charme. «Ce qui m’intéresse dans cet art est qu’il arrive à toucher profondément mon âme. Et parfois même, je me mets à écrire quelques lignes, surtout quand le chagrin m’envahit», a ajouté une jeune spectatrice.

Le public s’est amusé

Par ailleurs, le spectacle du cercle Faribolana Sandratra a donné hier un autre ton, de l’humour et parfois même des textes assez osés, tel le poème «Biby». Avec un écran géant à l’arrière-plan de la scène et une musique de fond relaxante, l’ambiance était détendue. De la danse, de la musique et surtout des interactions dans le public, le show innove. «Par rapport aux précédentes éditions, cette année, le cercle ne se contente pas d’une simple déclamation de poèmes, mais recourt aussi aux jeux de scène», a expliqué l’un des responsables. En général, le public s’est amusé.

D’autres activités à l’AFT

Notons que chaque année, le cercle se produit à l’AFT dans le cadre de l’évènement Printemps des poètes. Cette fois-ci, le thème a été axé sur «L’ardeur». Par ailleurs, avant le spectacle, l’AFT a déjà proposé deux ateliers dans le cadre de la Francophonie, à savoir un atelier d’écriture pour les enfants et un atelier d’art plastique pour illustrer les dix mots de la Francophonie.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Spesialista : Modestes funérailles pour Djaig

Après un ultime hommage à son domicile sis à Madera Namontana, hier matin, le défunt Michaël Éric Tovoherizo, membre fondateur de Spesialista, a été inhumé dans son caveau familial à Anjomakely, dans la commune de Bongatsara.

Des funérailles simples et modestes tout à l’image de Djaig. Il n’y a eu ni décoration, ni encore moins de veillée funèbre à la Tranompokonolona Analakely, comme il est de coutume lorsqu’un artiste tire sa révérence. Cela n’a pas pour autant empêché ses pairs, entre autres, le Syndicat des artistes et l’Office malgache des droits d’auteur (Omda), de rendre un dernier hommage à ce grand compositeur et danseur attitré de la formation Spesialista.

Grand absent de la journée, le ministère de tutelle a fait savoir : «Les funérailles de  Djaig coïncident avec celles de Biata Jean Malaga, le directeur des Ressources humaines au sein du ministère de la Culture, qui a été tué à coups de couteau, jeudi dernier, près de son domicile à Mahamasina».

D’après Billy Raharisoa, le groupe Spesialista était en chantier, depuis le début de cette année, pour travailler ensemble sur un projet qui devait marquer son retour sous les feux de la rampe, mais le destin en a décidé autrement.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Chronique : historiens, à vos palettes !

Jaune, bleu, rouge d’une part ; vert, violet, orange d’autre part. Cela vous évoque quelque chose ? Sans aucun doute. On apprend à l’école qu’il y a des couleurs primaires et des couleurs complémentaires ou encore que pour fabriquer du vert, il faut mélanger du bleu et du jaune. Cette théorie développée par les chimistes européens du XVIIIème siècle «ne repose sur aucune réalité sociale, elle nie tous les systèmes de valeurs et de symboles qui se sont attachés à la couleur depuis des siècles, elle refuse d’admettre que celle-ci est un phénomène essentiellement culturel». C’est ce qu’affirme l’historien et anthropologue français, Michel Pastoureau dans un savoureux Petit livre des couleurs. Avec Dominique Simonnet, Michel Pastoureau y mène une conversation qui décline les couleurs qu’il connaît, celles de son aire culturelle, l’Europe et en particulier la France.

Nous oublions que les couleurs «véhiculent des codes, des tabous, des préjugés auxquels nous obéissons sans le savoir, elles possèdent des sens variés qui influencent profondément notre environnement, nos comportements, notre langage et notre imaginaire». Réalisons-nous par exemple que la tenue vestimentaire des hommes, du bleu de travail au costume de couleur sombre qui s’est imposée dans le monde entier est aussi un héritage de la sobriété édictée par les valeurs protestantes ? Un costume vert ou orange ne fait pas très sérieux…

«Une couleur n’existe que parce qu’on la regarde. Elle n’est en somme qu’une pure production de l’homme. A méditer.», écrit Dominique Simonnet.

Si nous avons adopté bon nombre de « codes couleur » de la lointaine Europe, nous savons bien qu’il existe ici un autre imaginaire que celui proposé par les couleurs primaires et les couleurs complémentaires. Les chevelures colorées sont à la mode mais le blond vénitien ou l’auburn se retrouvent vite rangés dans la case «menamena».

Quid du mainty, du fotsy et du manga ? Historiens, amoureux ou curieux des couleurs, à vos palettes ! Il y aurait tant à dire sur nos codes et sur nos tabous.

Kemba Ranavela

Michel Pastoureau et Dominique Simonnet, Le petit livre des couleurs, Editions du Panama, 2005.

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Sommes-nous gouvernés ?

De quelque côté de l’opinion que l’on se trouve, il est un fait sur lequel tout le monde tombe d’accord : c’est qu’on sent à divers symptômes non équivoques qu’enfin la France recommence à être gouvernées depuis que Clemenceau a repris le pouvoir.

Le marchandage parlementaire a diminué. Les faits de trahison sont mis au jour ; une simple énumération de noms suffit : Turmel, Loustalot, Caillaux, etc. ; et, brochant sur le tout, le complot de Saint-Étienne.

Ce n’est pas tout. La lecture des journaux de France montre que les Tribunaux ont tout à coup augmenté leur sévérité à l’encontre des vils profiteurs de guerre ; les lois sont appliquées avec plus de fermeté et de rigueur… La France semble être enfin gouvernée.

Pouvons-nous en dire autant de notre grande île de Madagascar ? Hélas !…

Il faut mettre à part le temps de Galliéni, qui fut une époque toute spéciale d’organisation.

Mais, depuis, on est forcé de constater que les Gouverneurs Généraux, quels qu’ils fussent, n’ont jamais réussi à se saisir complètement de leur autorité.

Nous fûmes et nous sommes plus que jamais voués au néfaste régime des « Bureaux ». Et ces Bureaux-là sont malheureusement, invariablement représentés par quelques personnages, toujours les mêmes, qu’on retrouve comme étant les auteurs de tous les empêchements et de toutes les avanies, se servant de l’autorité qu’ils détiennent pour combler leurs féaux, traquer quelques-uns, s’indifférer du plus grand nombre. Ceux-là sont cause qu’au lieu D’une question d’affaires, la Colonisation de Madagascar est devenue une question de personnes, avec déchaînement de haines irréconciliables, parce qu’elles sont malheureusement justifiées.

Dans le réquisitoire de l’affaire Franceschi, le Procureur-Général a prononcé ces paroles redoutables qui caractérisent toute une époque : «Des jugements n’ont pas été exécutés.» Ce qui montre bien que ceux qui détiennent l’autorité en usent selon leurs convenances personnelles.

Devons-nous attendre quelque bien d’un nouveau changement ? Peut-être ! Qui peut répondre, dès à présent ?

Mais sans doute obtiendrons-nous davantage, nous autres colons, si nous nous décidons à nous organiser convenablement pour enfin gouverner nous-mêmes notre Colonie.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : maty amin’ny tsy misy antony

Noho ny fahazoana olona adala izay heverina koa fa entanentanin’ny zava-mahadomelina nofohany mirenireny eny anivon’ny fiarahamonina rehetra eny dia samy tandindomin-doza daholo ny olona rehetra. Tsy isan’andro angamba no miseho ny loza ateraky ny fahafahan’ireny olona tsy ampiampy saina ireny mifanerasera anaty vahoaka.

Na izany aza matetika ihany no misy trangana herisetra noho ny fihetsehan’ny adalan’izy ireny.Tamin’ity indray mandeha ity teny Soavimasoandro dia tovolahy kely vao 16 taona, tampotampoka eo tsy misy antony mazava, no namoy ny ainy noho ny fietsehan’ny krizin’olona adala. Tsy lavitra avy eo manodidina an’io andro io teny Masay dia zatovo roalahy eny ambony skotera no nodarohan’ny gadra afaka ka rehefa nianjera avy eny ambon’ilay soavaly vy notaingenany dia noraisain’ilay jiolahy tamin’ilay antsy lava fitaovana tsy misaraka aminy eo am-panatanterahana ny setrasetra amin’izay sendrany.

Endriky ny tsy fisian’ny fandriampahalemana eto amin’

ny tanàna ireo tranga roa ireo. Anjara ratsy mandindona ny tsirairay. Tsy hita omen-tsiny amin’ireo fisehon-javatra roa ireo kosa anefa ny mpitandro filaminana. Aiza ve dia ho asiana mpiambina tsirairay ao an-damosin’izao adala sy tsy hendry sy zaza maditra sy jiolahy rain-dahany rehetra izao. Ny firenena izao mahantra izao na malaza manan-karena aza ny tany dia tsy manana ny ampy hanaovana fiambenana toy izany. Tsy mahafaka ny maha tompon’andraikitra ny fanjakana eo amin’ny adidiny fitahiaana ny vahoaka anefa izany. Na tiana na tsia dia ny pôlitika mipetraka no antoky ny vokatra miseho.

Tsy mamokatra ? Diso izany ny pôlitikan’ny fitantanana ! Tsy mahita vahaolana ny fitondrana ? Mitaky fiovana eo amin’ny fiainana andavan’andron’ny mponina. Anjaran’ny vahoaka indray mandeha isaky ny dimy taona no maneho an’izany rehefa tonga ilay andro fifidianana. Raha amin’io fotoana anjarany io koa no tsy mahavita azy ny mpifidy dia tampina ny daomy. Samy mangina maimbo vava mizaka ny fangirifiriana eto indray eo am-piandrasana an’izay fidonany mandra-pahatongan’ny fiodinana manaraka.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : Koxy quoi ?

Que faire dans les embouteillages quand on n’a pas de square fraîchement réhabilité à admirer ? On regarde les enseignes de magasins et les commentaires sur les murs comme on déchiffre les rébus. Il ya le très galvaudé Ra8 qui donne des idées à ceux qui ont peu de place pour écrire. Dans la même veine, vous avez par exemple

« 6tsoa ». Qu’en pensez-vous ? On passera les simplissimes « myr à belles » pour apprécier les audacieuses « koxy nelles ». Ridicule ? Non, plutôt dans l’air du temps. Et comme on est en mars, francophonie oblige, on jettera un œil particulièrement attentif aux jeux de mots qui jouent la carte du bilinguisme. C’est le pompon. Ou la cerise sur le gâteau. Gare à vos yeux.

Ino Vaovao0 partages

ANTANIMENAKELY : Fianakaviana vitsivitsy rava trano ny talata maraina teo

Eto an-drenivohitra matetika no tena ahitana izany rehefa misy fanorenana tsy ara-dalàna na ady tany. Iaraha-manaiky anefa fa mitondra faisana, ary tena tafiditra anaty fahasahirana tanteraka ny olona iharan’ireny fandravana ireny, izay ny ankamaroany dia vahoaka madinika tsy mba manan-katao avokoa. 

Isan’izany izao ny niseho teny Antanimenakely, ny marainan’ny talata lasa teo. Araka ny fantatra dia tsy nisy andraso andraso na resabe fa avy hatrany dia niroso tamin’ny fandrodanana trano ny mpitandro filaminana niaraka tamin’ny taratasy fahazoan-dalana mifandraika amin’izany. Tetsy ankilany ihany koa anefa dia nanambara ny solontenan’ny mponina izay rava trano fa manana taratasy mazava tsara mahakasika ny trano izy ireo. 

Ankoatra izay dia nilaza ihany koa ireo mponina fa efa niakatra fitsarana ny raharaha saingy izao niafara tamin’ny fandrodanana izao ihany. Araka ny fanazavan’ireo niharan’ny fandrodanana hatrany dia tsy nisy fifampiraharahana afaka natao tamin’ireo mpitandro filaminana mihitsy. Ireto mponina izay mbola nangataka ny hitady toerana afaka hifindrana aloha izay vao hiala ny trano. Na izany aza, nomen’ny mpitandro filaminana fe-potoana hatramin’ny omaly ireo nipetraka tamin’ny trano hanalana ny tafo sy ny biriky niasa tamin’ny trano. 

Tsy vitsy tamin’ireo niharan’ny fandrodanana no tsy mbola mahita toerana hipetrahana. Tranga izay nanaovan’izy ireo antso avo amin’ny mpitondra ankehitriny. Ny tranga toy izao moa izay mampametra-panontaniana ihany hoe ny mponina ve no tsy mahalala ny dingana rehetra amin’ny fikarakarana antontan-taratasin’ny tany sy ny trano ? sa misy koa ireo mpanam-bola manova ny votoatin-javatra efa voasoratra ara-panjakana ? Azo heverina ihany koa anefa ny tsy famotopotorana tsara ny toerana sy ny tany izay novidiana tany am-boalohany ka miteraka fifandroritana aty aoriana.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHAN-DAHALO TAO MAHABO : Ramatoa iray maty, tovovavy efatra lasa natao takalon’aina

Nidiran’ny dahalo 70 lahy nanao fanamiana miaramila tao amin’ny kaominina Antsivalana, distrikan’i Mahabo, omaly maraina vao mangiran-dratsy. Nandravarava mihitsy ireo dahalo satria valy faty no tena antony niverenan’izy ireo tao an-toerana, araka ny vaovao azo. Nohararaotin’ireo malaso ireto olona mbola rendriky ny torimaso. Trano roa no nodoran’ireo jiolahy ka vao nahatsikaritra izany ny mponina dia samy namonjy ny ainy tsy ho faty nivoaka ny tranony avy.

Tamin’izany no nanararaotan’ireo olon-dratsy nitifitra ka renim-pianakaviana iray sahabo ho 50 taona no maty teo no eo ary tsy vitsy ireo naratra mafy noho izay tifitra nataon’ireo dahalo ireo izay. Nifanjevo tanteraka tao an-toerana, tsy nisy afaka nanohitra ny fokonolona satria tampoka tamin’izy ireo ny fiverenan’ireo malaso, raha ny fampitam-baovao azo ihany. Efa intelo notafihan’ny dahaloAnkoatra ny famoizana ain’olona sy fandorana trano dia tovovavy efatra ihany koa nalain ‘ireo olon-dratsy hatao takalon’aina.

Raha ny vaovao voaray farany tamin’ny ora nanoratanay dia mbola tsy tafaverina ireo tovovavy. Efa misy mpitandro filaminana avy ao Mahabo kosa nidina ao amin’ny kaominina Antsivalana, omaly maraina ihany. Tsy nisy sahy nanara-dia ny fokonolona satria tena ampy fitaovana ireo dahalo.

Ny alahady 11 marsa lasa teo no efa nidiran’ny dahalo tao Bezezika, kaominina Antsi- valana ary mbola ireo nanafika omaly ihany no voalaza fa tompon’antoka tamin’izany. Namoizana ain’olona toy izao ihany koa tao an-toerana saingy nanohitra kosa ny fokonolona tamin’izany ary tafaverina tamin’ny tompony ny omby nangalarin’ireo malaso. 

Ny alatsinainy mbola niverina ireo olon-dratsy saingy tsy tanteraka ny fanafihana satria efa niandry ny mponina, ka voaro ny ainy sy ny fananany tamin’izay. Ny omaly ity kosa dia tena tsy navelan’ireo malaso raha tsy nitondra faisana ny vahoaka tao amin’ny kaominina ambanivohitr’ Antsivalana vao niala ny tanàna ireo olon-dratsy.

Miteraka disadisa eo amin’ny samy mponina

Taorian’ny fanafihan-dahalo izay dia nifanjevo ny olona ao amin’ny kaominina Antsivalana satria mizara roa ny tanàna sy ny karazan’ olona mipetraka any, araka ny fampitam-baovao voaray. Mialoha n y nahatongavan’ny mpitandro filaminana avy ao Mahabo hampandry tany dia nisy fifampitifirana sy fifamaliana tamin’ireo mponina satria nisy nilaza fa karazan’ olona avy amin’ny fokontany mifanila aminy ireo malaso nanafika teo an-tanàna. Hatramin’ny ora nanoratanay dia mbola tsy milamina ny any an-toerana na efa ao aza ireo mpitandro filaminana. 

Voalaza fa matetika isehoana fanafihan- dahalo sy halatr’omby ao amin’ny Distrikan’i Mahabo ankehitriny ary mihorohoro tanteraka ny mponina manoloana ny zava-misy any an-toerana.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

ANDRANOMADIO : Jiolahy roa tratra namaky trano ny alahady 4 marsa lasa teo

Mametraka ny fiarovana rehetra azo atao ireo tompon-trano. Ny alahady 4 marsa hifoha ny alatsinainy 5 marsa dia tranga hafa kely no niseho tao an-toerana. Fotoana izay nisiana orambe mikija tao Toamasina io alahady alina io. 

Nametraka vilany tamina varavarana ilay tompon-trano. Nitontona ny mpamaky trano saika hanala ilay hidin-trano. Nianjera ilay vilany teo ambony varavarana. Taitra ny tao an-trano. Rifatra nandositra ilay olon-dratsy. Tsy lasa lavitra anefa fa latsaka tao anaty lavaka fivoahana teo aloha ka saron’ny tompon-trano ka nofatorana avy hatrany ary niandrasana ny andro mazava nentina nitady ny namany. 

Voasambotra ihany koa ity farany. Nomen’ny tompon-trano sazy tamin’ny alalan’ny fangadiana lavaka nanariana rano ireo mpamaky trano roa lahy ny andron’ny alatsinainy 5 marsa. Vita ny asa vao naterina tany amin’ny mpitandro filaminana. Tsara ny manamarika fa misy tamin’ireo fokonolona tao Andranomadio no nikasa hampi- hatra fitsaram-bahoaka tamin’ireto roa lahy mpamaky trano ireto fa ilay tompon-trano mihitsy no nisakana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FANAMBANIANA MPANAO GAZETY : Mangataka fialan-tsiny ampahibemaso ny Holafitra

Fanevatevana miendrika fanambaniana tsotr’izao no nahazo ireo mpampahalala vaovao tamin’izany izay nilazany fa «  maimbo helika ny mpanao gazety  » saingy tamin’ny fomba an-kolaka no noentiny nitenenany izany. Io teny io izay nanaitra ny rehetra tao anatin’ny efitrano fivoriana, eny fa hatramin’ireo depiote namany aza dia nahatsiaro ho tafintohina tanteraka tamin’io vava navoakany io. 

Manoloana iny zava-nitranga iny indrindra dia namoaka fanambaràna ny teo anivon’ny Holafitry ny mpanao gazety, omaly. Mangataka izy ireo ny hanaovan’ireo mpikambana eo anivon’ny antenimieram-pirenena fialan-tsiny imasom-bahoaka satria fanalam-baraka, fanambaniana sady fanevatevana tanteraka ny hasin’ny mpanao gazety io vava navoakan’ny ramatoa solombavambahoaka io. 

«  Ny mpanao gazety izay tonga teny amin’ny lapam-panjakana Tsimbazaza dia tsy tafiditra tao anatin’ny efitra fivoriana raha tsy nisy nampandroso fa tsy sanatria akory nanao amboletra ka niditra ity lapam-panjakana ity. Hanatanteraka ny asa nampiandraiketina azy ny mpanao gazety ary izay indrindra ihany koa no anton-dian’izy ireo teny amin’ny antenimieram-pirenena Tsimbazaza. 

Tsy ekena ny fanohintohinana ny mpanao gazety manao ny asany na amin’ny endrika inona na amin’ny endrika inona. Araka izany mangataka ny hanatanterahana fialan-tsiny ampahibemaso ataon’ny eo anivon’ny antenimieram-pirenena manoloana ny teny feno fanambaniana natao tamin’ny mpanao gazety ny holafitra  », hoy ny voarakitra tao anatin’ilay fanambaràna. 

Hita tao anatin’ny tambajotran-tserasera «  facebook  » tamin’ny alalan’ny kaontin’ity depiote ity fa niezaka hatrany nanadio ny tenany izy ary nilaza fa «  fitarainana fotsiny ihany no nataony noho ny hafanana tao anatin’ny efitrano, ary tsy nanonona anarana velively ny tenany  ». Tsy nisy afa-tsy ireo mpanao gazety manatanteraka ny asany anefa no nanodidina azy ary avy hatrany dia tafita ny hafatra tiany hambara na dia niezahany natao tamin’ny fomba an-kolaka aza. Andrasana ny tohin’ity raharaha ity na hanaiky hanao izay fialan-tsiny izay ity mpikambana eo anivon’ny antenimieram-pirenena ity na tsia.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE NINA : Hijery ny fametrahana jiro amin’ny toerana maizina vatsian’ny CLD

Vola azon’ireo solombavambahoaka tamin’ny mpitondra firenena. Efa betsaka ireo fokontany nangataka io fanasiana jiro eny amin’ ny fokontany io, amin’ny alalan’ny fametrahana andrin-jiro mitondra herinaratra mandrehitra jiro io mba hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana, tsy ho fieren’ny jiolahy.

Ny alatsinainy teo no nihaona tamin’ny solotenam-pokonolona, RahantanirinaLalao na Depiote Nina ireo tompon’andrikitra. Isaorana ny fandraisana andraikitra, hoy ity depiote ity, ka hiaraka ho any amin’ny Jirama izy ireo hanao kajikajy ny isan’ny andrin-jiro ilaina sy ny toerana ametrahana azy.

Miainga avy amin’ny fangatahan’ny vahoaka no ametrahana azy io sy hanaovana fandaniana ny volan’ny Cld io.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

AORIAN’NY FIVOAHANY OFISIALY : « Tsy maintsy ilaina fampahafantarana eny ifotony ireo lalàm-pifidianan...

Aorian’izay, hampandalovina eny amin’ny Fitsarana avo momban’ny lalàm-panorenana izany ary ahazoana fankatoavana avy amin’ny Filohan’ny repoblika vao azo avoaka amin’ny gazetim-panjakana ho fantatry ny besinimaro. Manaraka ireo dingana rehetra ireo vao tonga eo ampelantanan’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana  (Céni) ireo volavolan-dalàna ireo.

Nambaran’ny filoha lefitry ny Céni fa asa goavana no miandry azy ireo aorian’ny fivoahan’ireo lalàna ireo amin’ny fomba ofisialy. Nambarany fa tsy maintsy hampahafantarina ny olom-pirenena eny ifotony ny votoatin’ny lalàm-pifidianana ary tsy maintsy misy ny fidinana ifotony hataon’izy ireo na dia isaky ny Distrika fotsiny ihany aza. «  Voalohany, eo aloha ny fandikana amin’ny teny malagasy ireo lalàna izay hivoaka ireo. 

Faharoa, tsy maintsy misy ny fitaovana manokana ilaina hoentina hanontàna sy hanaovana boky mikambana izay zaraina amin’ny Fokontany an’aliny misy eto Madagasikara. Ny fahatelo farany dia fidinana mihitsy, angamba tsy ho tonga hatrany amin’ny Fokontany fa hatreny anivon’ny Distrika farafaharatsiny izay fidinan’ny Céni sy ny ekipany hitondra fanazavana feno sy amin’ny antsipiriany ilay volavolan-dalàna natao hifehy ny fifidianana ho avy izay  », hoy ny fanazavan’ny filoha lefitry ny Céni, Rakotonarivo Thierry. 

Antso avo sy fangatahana, araka izany, no nataony amin’ireo tompon’andraikitra isan-tokony amin’ny tokony hanafainganana ny famoahana io lalàna io mba tsy hampitarazoka izay asa maro tsy maintsy hataon’izy ireo izay. «  Ankoatra izay dia iangaviana ihany koa ny governemanta mba ho haingana amin’ny famoahana ny didim-panjakana hampiharana an’ireo lalàna ireo. 

Eo ihany koa ny didim-pitondrana fampiharana an’io lalàna io satria ny lalàna araka ny maha lalàna azy dia amin’ny ankapobeny ihany fa ny pitsopitsony sy ny antsipiriany dia tsy maintsy any amin’ny didim-panjakana (décret) sy ny didim-pitondrana (arrêté) no tena ahitana ny fampiharana azy, ilaina ny fivoahan’izay mialoha hahafahana manazava azy amin’ny besinimaro  », hoy hatrany ny fanazavana noentiny. Efa vonona tanteraka amin’ny asa rehetra miandry araka izany ireo mpikaroka eo anivon’ity vaomiera mahaleo tena ity, na ara-pitaovana na arak’olona na ny lafiny famatsiam- bola izay hiarahana amin’ireo mpiara-miombon’antoka.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MANDRITSARA SY BEALANANA : Potika tanteraka ny lalana mihazo ny tapany avaratra

Ny lalana vita tara moa efa feno lavadavaka. Ny lalan-tany kosa lasa fotaka mandrevo sy tanimbary. Ho an’i Mandritsara sy Bealanana, Befandriana, Analalava manokana dia mitoka-monina ireo mponina any. Potika tanteraka ny lalana mankany amin’izao fotoana izao. Hatramin’Ambilobe-Antsiranana dia misy fahatapahana satria lasan’ny rano ny ampahany amin’ny lalana vita tara, ka lasa renirano no mamaky ny lalana.

Ho an’i Bealanana manokana, na nisy ny fanotofana tany  tamin’ny herintaona dia efa lasan’ny rano daholo io noho ny fandalovan’ny rivodoza roa sy ny asara,  ka ny lalana 120km  mampitohy an’Antsohihy sy Bealanana dia atao adiny 10 ankehitriny ary andoavana saran-dalana 30 000ariary.

Ireo fiara tsy mataho-dalana sy trakitera ary moto no mba azo ampiasaina. Zanaky ny Faritra sofia ny ministry ny asa vaventy sy ny praiministra ka manao antso avo amin’izy ireo ny solombavambahoaka voafidy any Bealanana, Vola Haingo Marie Thérèse, amin’ny tokony hitsinjovana ny tany niaviana, hanamboarana ny lalana ampiasain’ny vahoaka Mala gasy. 

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FIAHIANA NY VAHOAKA : Nampihena ny tsy filaminana ny Polisy eny Tanamabao Sotema

Torak’izany ihany koa ny tatitra voaray tamin’ireo fokonolona teny amin’ny fokontany Antanimalandy, faritra Amparihingidro, izay vao nahazo paositry ny polisy volana vitsy lasa izay. Azo lazaina ho nampandry fahalemana ny manodidina iny, raha voalohany tamin’ireo toerana famaharan’ny mpangalatra na koa fanafenana ny entana halatra avy aty ambonivohitra iny faritra iny teo aloha. 

Folo no isan’ireo ekipa manao tantsoroka ny amin’ity fampandriana fahalemana ao amin’ity paositra ity, izay tarihin’i inspekitera Micko Fernand, lehiben’izy ireo. Marihina fa tolotra avy tamin’ny Fiarena na i Tonga, sefo fokontany no nahazoana io paositry ny polisy ao an-toerana io.

Ireo vahoaka teny amin’ny manodidina ny  faritra atsinanan’i Mahajanga no nahazoana tatitra ny amin’izany.

INVMGA

News Mada0 partages

Enseignement : besoin de 20.000 enseignants d’ici 2022

Des besoins en matière d’effectif des enseignants restent à satisfaire. Les défaillances dans ce domaine ne se limitent pas uniquement sur le manque d’effectif mais aussi et surtout  sur le plan qualitatif étant donné que des enseignants exercent en tant que tels sans avoir les qualifications requises, portant ainsi atteinte à la qualité de l’éducation.

Dévalorisé. Le métier d’enseignant l’est depuis quelques années, notamment depuis l’embauche de personnes non qualifiées au sein de la communauté pour pallier le manque d’enseignant dans les écoles publiques, notamment dans les zones rurales. Le pouvoir actuel, via le ministère de l’Education nationale (Men), a essayé de rectifier le tir en essayant de renforcer les capacités des quelque 70.000 enseignants Fram à travers le pays, une condition qui a accompagné le programme de recrutement des ces derniers en tant que fonctionnaires, mais cette initiative s’avère loin de répondre aux besoins actuels : effectif insuffisant et qualité de l’enseignement à améliorer.

 La  nouvelle «Politique enseignante», qui a fait l’objet d’une présentation officielle hier à l’hôtel Colbert à Antaninarenina, et ce, toujours dans le cadre de la réalisation du Plan sectoriel de l’éducation (PSE), vise à inverser les tendances actuelles. Cette politique impliquant les trois ministères en charge de l’Education, et dont la mise en œuvre a bénéficié d’un soutien de l’Unesco, estime les besoins en enseignants d’ici 2022, à 20.000 et 69.000 d’ici 2030. Un défi qui nécessite l’augmentation du budget alloué au secteur de l’éducation qui vient d’être augmenté de 25%. «70% de ce budget est déjà  alloué au paiement des salaires des enseignants», selon le DG Lalaharontsoa Rakotojaona.

Changement dans les critères de recrutement

En application des directives de ladite Politique enseignante, les trois ministères en charge de l’éducation vont faire en sorte d’améliorer l’environnement et les conditions de travail des enseignants, qui sont les premiers acteurs de l’amélioration de la qualité de l’éducation, un des principales objectifs du PSE. Des réformes qui devront concerner aussi bien les salaires, le matériel pédagogique et les formations.  «Sur ce dernier volet, des efforts significatifs ont déjà été déployés par le Men», d’après toujours notre source.

Dans le souci d’assurer ces conditions, les critères de recrutement des enseignants connaitront des changements. Celles-ci ne seront désormais plus basées sur les sélections effectuées par les parents d’élèves au biveau de la communauté comme c’était le cas auparavant. Selon les informations, près de 100.000 enseignants sont actuellement recensés dans le pays, dont 40.000 enseignants Fram.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Première dame indienne « éduquer une femme, c’est éduquer une nation »

La première dame Indienne, Savita Kovind, actuellement dans nos murs dans le cadre d’une visite officielle du couple présidentiel indien dans le pays, apprécie toute initiative en faveur de l’éducation et de la formation destinées à la gente féminine. « Eduquer un homme, c’est éduquer une seule personne , mais offrir aux femmes  la chance d’avoir des connaissances et renforcer leurs compétences, via l’éducation et la formation professionnelle, c’est comme octroyer de telles opportunités à une nation toute entière et le développement d’un pays repose sur les mains d’une femme ». C’est ce qu’elle a fait valoir dans le discours prononcé par l’ambassadeur de l’Inde, lors d’une visite au Centre de formation professionnelle pour les femmes (CFPF) à Tsimbazaza, accompagnée de la première dame malgache et le ministre de l’Emploi, de l’enseignent technique et de la formation professionnelle, Marie Lydia Toto Raharimalala.

Ce centre de formation destiné aux femmes vise surtout à promouvoir la vie professionnelle de la femme. Plusieurs filières y sont proposées, entre autres la coupe et couture, le jardinage, l’informatique et l’art culinaire. «Les formations, qui durent six mois, s’accompagnent de l’apprentissage de la langue française et anglaise ainsi que la comptabilité, dans le souci de donner aux apprenantes de renforcer leurs capacités en communication et management en vue de favoriser leur insertion professionnelle, objectif même de l’initiative», a souligné le directeur de ce Centre, Bakolinirina Razakaboana.

Depuis son opérationnalisation en 2016, le CFPF forme près de 400 femmes par an. Guidée par le ministre Marie Lydia Toto Raharimalala, l’épouse du président indien a rencontré les quelque 200 apprenantes su centre. A cette occasion, le Gouvernement indien a octroyé une aide financière d’une valeur de 32 millions d’ariary pour le développement du centre. «Une somme qui lui permettra d’élargir les offres de formation, via l’ouverture d’autres filières», a informé Bakolinirina Razakaboana.

Fahranarison

News Mada0 partages

Atsimo Andrefana : Toliara s’approvisionne autrement en eau

L’amélioration de l’approvisionnement en eau potable dans la Commune urbaine de Toliara s’améliore. Des projets de forages, en collaboration avec des organismes privés, sont en cours actuellement, pour en faire bénéficier la population de plusieurs fokontany.

Les 41 fokontany de la Commune urbaine de Toliara bénéficieront de l’adduction d’eau potable prochainement, pour pallier les fréquentes coupures d’eau vécues dans la Cité du Soleil. Dans le cadre des dispositions sur des activités liées à l’hygiène et l’assainissement, l’ONG Develop Mada et Direct Aid a déclenché des projets d’approvisionnement en eau potable de la population, dans plusieurs fokontany de la localité, à l’aide de puits forés dans les quartiers.

Le premier volet de l’opération a été réalisé dans les fokontany de Mahavatse I, Betania Est et Tsimenatse I où des forages de 40 à 60 mètres de profondeur ont été effectués pour atteindre la nappe aquifère du Fiherenana prévu alimenter les puits. Les autres fokontany suivront, selon les prévisions des responsables de ces ONG. L’installation de ces nouvelles infrastructures a ramené le prix de l’eau à la pompe à 25 ariary pour un bidon de 20 litres actuellement.

Or, il a fallu jusqu’à 1.000 ariary pour l’acquisition de cette denrée devenue rare, suite aux coupures de l’approvisionnement en eau potable sur les bornes-fontaines publiques de la ville depuis quelques semaines.

Défaillances de l’infrastructure

Le nombre de consommateurs ayant triplé depuis l’existence du réseau en 1930, aucun entretien n’a été effectué depuis 1955 sur le système d’alimentation en eau potable de la ville de Toliara. Trois pompes sont en panne depuis le 17 novembre dernier.

Le responsable de la Jirama local a expliqué, lors de la panne du mois dernier, que le besoin de la population s’élève à 12.000 m3/jour mais la production n’est que de 10.600 m3/jour suite à un problème sur l’état des pompes immergées. La situation s’est rétablie depuis le début du mois de mars mais sa fréquence a engendré des prises de dispositions dans l’intérêt de la population.

Manou

 

News Mada0 partages

Escroquerie sur la vente de corail noir : le bandit se fait passer pour un pasteur

Quarte individus ont été capturés par les policiers de la brigade criminelle d’Anosy lundi dernier dans le quartier des 67 Ha. Ils ont été recherchés dans une affaire d’escroquerie sur la vente  de corail noir.

Le corail noir, également surnommé dans la Grande île «bois de rose des mers» est très convoité par divers escrocs.

Se faisant passer pour un pasteur, un individu a persuadé une dame de négocier une  affaire avec lui dans la vente  de corail noir qui est une matière très recherchée par les joailliers. Cette dernière s’est laissée convaincre par les paroles d’un faux technicien avançant que la marchandise n’était pas une fausse et qu’un étranger, contacté par téléphone devant la dame, s’est déjà manifesté pour l’acheter. Tout cela n’était pourtant qu’une mascarade pour lui soutirer de l’argent. En réalité, les trois individus ont agi de connivence pour l’arnaquer.

Convaincue que cela était une bonne affaire et qu’elle pouvait gagner des bénéfices à la fin, la victime a payé une avance de 1,8 million d’ariary au propriétaire du corail noir à la demande de l’étranger. Car ce dernier ne pouvait pas encore payer l’argent vu qu’il n’était pas encore au pays. Plus tard, les escrocs ont de nouveau demandé 6 millions d’ariary pour le prix total du produit. Mais cela a finalement éveillé les soupçons à la dame. Elle a déposé une plainte auprès de la brigade criminelle et une enquête a été ouverte. Contactés pour la remise des 6 millions d’ariary restants du prix total du corail, les bandits ont été capturés par la police aux 67 Ha. Le faux pasteur n’a pas été retrouvé sur place.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Alaotra : inondations à Ambatondrazaka

Le district d’Ambatondrazaka subit les revers des aléas climatiques. Le chef-lieu de la région Alaotra-Mangoro vit sous les eaux, handicapant les activités de développement, depuis les premières pluies.

Le bureau de la Commune suburbaine d’Ambatondrazaka doit être évacué à cause de la montée des eaux interdisant son accès. Les risques d’effondrement du vieux bâtiment sont à craindre, selon la population qui dénonce le manque d’entretien de ce bureau, dont la fermeture temporaire se répercute sur la vie des usagers. Des travaux de réhabilitation du bureau ainsi que le réaménagement de son environnement s’avèrent nécessaires pour rendre opérationnelle cette mairie de la zone suburbaine d’Ambatondrazaka, particulièrement durant les saisons de pluies.

La population souhaite l’inclusion du projet dans le cadre des subventions liées au Fonds local de développement (FLD) pour ces travaux.

Manou/Solo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitrandrahana solika mavesatra any TsimiroroNikatso ny famokarana

Manankarena tokoa i Madagasikara. Solika maherin`ny 2 lavitrisa barila no tahiry ao ambanin`ny tany.

 

Fanta-daza amin'ny fananany an'ireo otrikarena maro karazana sy tsy manan-tsahala i Madagasikara. Koa zava-dehibe tokoa ny fisian'ny toeram-pitrandrahana solika voalohany toy ny orinasa ``Madagascar Oil`` any Tsimiroro. Ny taona 2016 dia nisedra olana ity orinasa mpitrandraka solika ity ary manana sakana amin’ny famarotana ny vokatra ho an’ny tsena anatiny ny orinasa, na dia efa nisy aza ny fankatoavana ara-dalàna amin’ny fahafahan’ny orinasa mitsinjara sy mitatitra ny “Huiles lourdes” na solika mavesatra. Natao kabary tsara lahatra hatramin`izay anefa fa hivaha ny delestazy rehefa mampiasa ny solika ``fuel`` avy any Tsimororo, ìzay vokarin`ny orinasa eto an-toerana Mada Oil ny Jirama.

Ianjadian`ny olana

Nisy sakana amin’ny famarotana ny vokatra ho an’ny tsena anatiny ny orinasa kanefa nisy ny fankatoavana ara-dalàna amin’ny fahafahan’ny orinasa mitsinjara sy mitatitra ny “Fuel lourd” na solika mavesatra vokarina avy any Tsimiroro. Mahatratra 160 000 barila ny solika mavesatra mitoby fotsiny ao an-toerana amin`izao fotoana izao kanefa tsy afaka miditra ho anisan’ny mpifaninana hahazo ny tsenam-barotra amin’ny famatsiana an`ny Jirama ny “Madagascar Oil”. Saro-pady ireo fotodrafitrasa ampiaisain`ny Jirama ka tsy tokony hanaovana andrankandrana sady misahana asa ho an`ny vahoaka sy iankinan`ny ain`ny firenena, hoy ny tompon`andraikitry ity orisam-panjakana ity tamin`izany. Tsy maintsy mila fanamarinana avy amin`ny orinasa mpanamboatra ny milina sy ny fitaovana ampiaisainy ny Jirama fa afaka mampiasa karazan-tsolika hafa miohatra amin`ny fampiasany mahazatra. Izany hoe tsy tokony hionona amin`ny vidin`ny solika mora. Misy karazany roa mantsy ny solika na “conventionnel” izany hoe ilay solika maintimainty be toy ny mahazatra na “non conventionnel” ilay menaka mavesatra na “forte densite” izay ambany kokoa ny vidiny. Zary lasa kabary ny filazana fa hamaha ny olana ny fisian`ny masonkarenan`ny Jirama na lazaina fa mora lavitra ny fampiasana fuel miohatra amin`ny gazoala. Tsy vitan`ny hoe “tsy afaka mamokatra intsony” ny orinasa fa voatery naato tamin`ny asany ireo mpiasa maherin`ny 50 ary betsaka ny mpiasa mandry tsy lavo loha amin`izao fotoana na dia miezaka mandoa ara-dalàna ny karama aza ireo tompom-bola.

Ny filan`ny JIRAMA

Tsy afaka mampiasa ny solika avy any Tsimororo ny Jirama satria tsy manana fotodrafitrasa sahaza hitarihizana an`izany ity orinasam-panjakana ity. Mila fitaovana manokana koa ny fitaterana azy mankaty Antananarivo satria ny maripana tsy maintsy tazomina. Samy hafa rahateo ireo “groups” ka misy mandeha amin`ny huiles lourdes ary misy amin`ny gazoala ka mety mila fanamboarana. Tsy fantatra mazava ny hoe firy isan-jato no mandeha amin`ny menaka mavesatra sy mandeha amin`ny Gazoala. Ny “Madagascar Oil” kosa dia nilaza fa azon`ny Jirama sy ny orinasa tsy miakina anatiny mamokatra herinatra amin`ny alalan`ny fuel ilainy amin`ny famokarany ny solika vokariny. Efa natao ny fitiliana ara-teknika rehetra ary fantatra fa tsara ny kalitaon`ny fuel, ambany ny tahan`ny rano ary azo ampiasaina tsara amin`ny famokarana herinaratra. Efa nisy ny andrana natao araka izany niarahana tamin`ny orinasa Symbion Power izay mpiara-miombon’antoka amin’ny Jirama amin’ny famokarana ao Mandroseza. Ny JIRAMA dia mila 2 arivo barila an`izany “fuel” izany kanefa ny Madagascar Oil dia efa manana tahirin-tsolika mavesatra izay mahatratra 160 000 barila afaka manodina ny milina mamokatra 40MW eny Mandroseza ao anatin’ny 6 volana. Ny « Huiles Lourdes » avy ao Tsimiroro ihany koa dia tsy mila raffinerie ka ampiana « pourcentage de gasol » dia afaka manome an`ilay « huiles lourdes » ilain`ny Jirama.

Sehatra ara-barotra

Nisy ny antso tolobidy hamatsy solika fuel nataon`ny Jirama ary nanao fanambarana ny orinasa Madagascar Oil fa tsy afaka handray anjara tamin`izany. Tsy voalaza tamin`ny fepetran`ny tolobidy ny fahafahana miantso mpiara-miombon`antoka hafa. Nikasa nikaroka mpiara miombon`antoka mantsy ny Mada Oil hanatrarana ny fatra ilaina, ka hampitomboana ny solika vatsina avy amin`ireo 30 000m3 tahirizina any Tsimiroro. Mila “Autorisation de vente” mantsy raha fitrandrahana harena ankibon`ny tany avy any amin`ny fitondram-panjakana amin`ny maha orinasa mpamokatra an`ny Mada Oil.  Raha ny tsena anatiny dia sarotra ho an`ity orinasa no mivelona eto na dia misy aza ireo orinasa mampiasa “chaudieres” amin`ny Huiles Lourdes  toy ny Star na koa Holcim. Ny olana anefa dia kely ny fatra hilain`izy ireo ka mety hiteraka fatiantoka. Eo amin`ny iraisam-pirenena kosa, dia maro ireo firenen-dehibe afaka miara-miasa amin`ny Madagascar Oil toa an`i Sina sy Kanada. Marihina fa tsara ny kalitaon`ny solika mavesatra ao Tsimiroro satria io “Fuel” io dia azo avadika “HFO 380” sy “Fuel Oil 700”, izay “produits derives” azo avy aminy ka ampiarahana gazoala 10% hatramin`ny 15%. Raha tanteraka izany, afaka miverina mamokatra indray ka afaka manohy ny fanamboaran-dalana Tsimiroro Tsiroamandidy sy ny toby any an-toerana ary hampitombo ny famokarana solika. Ny lalana rahateo dia olana sedraina amin`ny fanondranana satria i Tsimiroro dia 200 km miala any Maintirano sady ao anaty tanàna. Araka izany, vonona hanohana ny mponina any ifotony, hamatsy “fuel” ny tsena anatiny, hanatanterahana ny laharam-pahamehana mitondra fampandrosoana maharitra.

Raha mbola misalasala ny fitondram-panjakana hamaha ny olana amin`ity orinasa ity dia hiteraka olana mbola ho goavana indray. Antony, mihena ny maripanan`ilay “huiles Lourdes”, izany hoe tantara hafa indray ny fitrandrahana an`izany. Ny teknika nanpiasaina hatramin`izay dia “injection à la vapeur”. Io solika mavesatra io dia mafy be any ambanin`ny tany ary paompy roa no ilaina amin`izany. Handatsahana etona mamay be any ambany any ary izay no manafana an`lay solika. Amin`izao fotoana izao dia miha mangatsiaka indray ka mety rano fotsiny no azo ary tsy mbola azo ny ``chaleurs requises``. Araka izany, menaka sy rano mifangaro no mety azo amin`izay ka mila haingana sy matotra ny fanapahan-kevitra raisin`ny fitondram-panjakana satria ho lany vola be raha hanao “redressement”. Na ireo fitaovana aza mbola haverina atao fanamboarana, ny paompy rehetra ihany koa sao mitera doza. 

Zatra lalan-dririnina

Anisan’ireo firenena tena hanjakan’ny kolikoly koa i Madagasikara ary misy izany ny rafitra sy ny sehatr’asa eto na miankina amin’ny fanjakana io na tsy miankina. Ny orinasa Mada Oil dia mampihatra ny politika manokana iadiavana amin`ny kolikoly. Mety ho anisan`ireo sakana tsy ahafahan`ity orinasa ity mamatsy solika mavesatra an`ny orinasa Jirama izay milaza fa  ny solika mavesatra avy any ivelany no tadiavina. Ambentin-tenin’ny filoham-pirenena tamin’ny kabariny hatramin’ny niandohan’ity fitondrana Hvm ity ny hoe laharam-pahamehana ny fitrandrahana ireo otrikarena voajanahary ananantsika. Zatra lalan-dririnina marina ka tsy mikatsaka ny soa iombonana fa miandrandra tombontsoa manokana ho an'ny tena sy ny fianakavian'ny tena. Lasa atao avokoa izay mety hahazoana izany, eny hatramin'ny fivarotan-tanindrazana sy ny fandrobana ny harem-pirenena.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fandriampahalemanaLeo vahaolana petatoko ny Malagasy

Hisy anio ny fotoana natokana hampanenoana anjomara sy kiririoka eto amin’ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara tsy hankasitrahana ny tsy fandriampahalemana.

 Anio amin’ny 12:00 hatramin’ny 12:05 antoandro ny fampanenoana kirikioka na anjomara, izay efa andro maro no nisian’ny fanentanana. Mirongatra ary tsy voafehy ny fandriampahalemana kanefa tsy hita izay fandraisana andraikitry ny mpitondra.  Tsy fantatra intsony na efa mitsangana ilay “task force” hoenti-mitady vahaolana haingana na tsia. Tsy nisy ny tatitra fa resaka no betsaka mivoaka eny am-bavan’ny mpitondra. Nikoropaka anefa ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina vao nandre ny hisian’ity hetsika ity sy ny mikasika ny zava-misy sy olana sedrain’ny mpandraharaha ara-toekarena, toy ny any amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina, indrindra ny resaka tsy fandriampahalemana. Misy ny zavatra afenimpenina eo anatrehan’ny fandalovan’ny filoha Indianina eto Madagasikara Ram Nath Kovind hifarana anio. Tsy misy ny finiavana amin’ny vahaolana maty paika fa seho ivelany hatrany no betsaka. Any amin’ny fanidiana orinasa sy fanakanana famoriam-bahoaka no hanerena ny mpitandro ny filaminana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny hanoananaAmin’ny 2030 mifankahita

Notontosaina omaly tetsy amin’ny minisiteran’ny toekarena etsy Anosy ny atrikasa hanafoanana tanteraka ny hanoanana eto Madagasikara amin’ny taona 2030 na ilay tetikasa « Faim zero ».

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

MaorisyTsy mety miala ny filoha

Namoaka fanambarana omaly alarobia ny fiadidiana ny repoblika Maorisinina fa tsy mieritreritra ny hametra-pialana izany mihitsy ny filoha Ameenah Gurib-Fakim.

Voafidy faninefany ho Chancelière ka hitantana an’i Alemaina mandritra ny 4 taona indray omaly Rtoa Angela Merkel. Ny taona 2005, 2009 ary 2013 izy no efa nandrombaka io fandresena io. Nanaiky ny fahareseny ary niarahaba an-dramatoa Merkel avy hatrany Atoa Martin Schulz, mpifaninana taminy. Efa niady mafy ihany i Angela Merkel sy ireo mpiara-dia aminy vao nandresy ary efa fantatra fa tsy ho mora ny fananganana ny governemanta satria tsy maintsy hisy ny fiaraha-miasa amin’ireo antoko hafa noho ny tsy fahazoana ny maro an’isa tsy azo ivalozana. Tena mbola ankafizin’ny Alemana sy to teny amin’izy ireo anefa Rtoa Merkel noho izy sady hentitra amin’ny fitantanana ny firenena no henjana ihany koa eo amin’ny resaka diplaomasia sy ny fifandraisana iraisam-pirenena. I Alemaina sy Frantsa moa no matanjaka ara-toekarena indrindra ao anatin’ny vondrona Eoropeanina.

Diplaomaty Rosiana 23 no noroahan’ny fanjakana Britanika ho setrin’ilay raharaha famonoana mpitsikilo Rosiana fahiny.Miahiahy ny Britanika fa misy idiran’ny Rosiana io famonoana io, saingy mitsipaka marindrano izany ny ao Moscou. Efa vonona ny hiresaka izahay saingy nisafidy ny fifanandrinana avy hatrany ny governemanta Britanika, hoy i Sergei Lavrov, minisitry ny raharaham-bahiny Rosiana. Nanampy ny filoha Poutine ka nilaza fa tsy matahotra sazy izany i Rosia. Matanjaka i Rosia ary mahay miray hina ny vahoaka ao aminy, hoy hatrany izy. 

Tia Tanindranaza0 partages

Kidnapping teny AndrondraNampijalijaliana, nariana tany Marovoay izy mirahalahy

Zazalahy roa dia i Thinot sy Tiavina samy vao 17 taona monja no indray nisy naka an-keriny teny Androndra ny talata lasa teo.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

OMAVET AmpasampitoHiasa tsy ho ela

Hiasa tsy ho ela ny OMAVET eny Ampasampito, hanara-maso ny toe-pahasalaman’ireo fiarakaretsaka sy taksibe mpitatitr’olona eto an-drenivohitra eny hatramin’ireo fiara tsotra ho fiarovana ny ain’ny mpandeha.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Champions League UEFANy Bayern Munich sy Barcelone no tafita farany amin’ny 1/4-dalana

Ny Fc Séville sy As Roma ary ny Bayern Munich sy Barcelone no hanampy ny Manchester City sy ny Juventus ary ny Liverpool sy ny Real

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Miesona ny mpampiesona

Na dia mahasorena aza indraindray ny fivoaran’ny raharaham-pirenena eto Madagasikara manoloana ireo krizy niha mafy teto hatramin’izay sy ny efa mandindona ato ho ato dia ampiononona ny saina na dia kely ihany aza ny endrika mahatsikaiky ao anatiny.

Efa hita izao fa vao nivoaka ny vaovao fa ny 10%-n’ny tany azo trandrahana eto Madagasikara ihany no voatrandraka dia nibosesika hitrandraka teto avokoa ny firenena samy hafa toa an’i Soamahamanina, Didy, Ilakaka. Na ny amerikanina aza miaiky fa ny firenena iray izay  miara-miasa akaiky amintsika amin’izao dia tsy mitady afa-tsy ny tombontsoany rehefa  tonga aty afrika. Iza tokoa moa no firenena afrikanina manome avara-patana kelimaso na aziatika ka tafita ? Ireo mpitondra antsika no tena mahatsikaiky satria toa mino avy hatrany ny fihetsiny sy ny zava-dazainy ary mandokadoka fatratra ny mpamatsy saingy tsy hita hatramin’izao anefa ny vokatsoa miantraika amin’ny vahoaka. Sa mba miesona koa indraindray ny mpampiesona ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Taom-baovao MalagasyIray ihany, hoy Rakoto David

Iray ihany ny taom-baovao Malagasy, hoy Rakoto David, tompon’andraikitra eo anivon’ny hadivory fito sosona ao anatin’ny trano koltoraly Malagasy fa ny mpikarakara no samihafa.

Patty

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampindramam-bola avy amin’i IndeHahazo 80,7 tapitrisa dolara i Madagasikara

Nigadona teto Madagasikara omaly alarobia tamin’ny 10 ora sy 20 antoandro ny filoha Indianina Ram Nath Kovind mivady sy ny delegasionina tarihiny.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kick BoxingHankalaza ny faha-10 taonany i Me Francis

Na dia efa nihoatra ny folo taona aza no niangalian’i Me Francis Razafimahatratra mpitantana ny klioba Eagles Kick Boxing eny Bemasoandro Itaosy dia nanapa-kevitra ny lehilahy fa hakambana ao anaty fankalazana ny faha-10 taona nanaovany an’ity taranja ity izany rehetra izany.

Tia Tanindranaza0 partages

Zanaray Miraindraiky Ny firaisankinan’ny Antesaka no laharam-pahamehana

Fahombiazana ! Izay raha fehezina ny fihaonana voalohany ho an’ny taona 2018 ho an’ireo terak’Antesaka mivondrona ao anatin’ny fikambanana Zanaray Miraindraiky teny amin’ny CNaPS Vontovorona.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarahamiasan’ny CUA sy Ministeran’ny FanabeazanaAtao sekoly modely ny EPP Soarano

Vita sonia tetsy amin’ny EPP Soarano ny alarobia 14 martsa 2018 ny fifanaraham-piarahamiasa eo amin’ny Ministera misahana ny Fanabeazam-pirenena tamin’ny alalan’ny Tale Jeneralin’ny Fanabeazam-pirenena Todisoa Andriamampandry sy ny Kaominina Antananarivo Renivohitra tamin’ny alalan’ny Ben’ny Tanàna Lalao Ravalomanana .

 

 Nivoitra nandritra izany fa zava-dehibe ny fanatsarana ny fitantanana mba hisian’ny mangarahara sy ialàna amin’ny mety ho fifanitsahan’andraikitra mba ho tombotsoan’ny zaza Malagasy ka anisan’izany ny mpianatra ao amin’ny EPP Soarano . Fantatra fa natsangana ny Komity manokana na « Comité de Direction » izay ahitana olona 11 ahitana ny solontenan’ny Ministeran’ny Fanabeazam-pirenena , ny Kaominina Antananarivo Renivohitra ary ny avy amin’ny Ray aman-drenin’ny mpianatra ; Io Komity manokana io no hitantana ny vola sy hiandraikitra ny fotodrafitr’asa . Ankoatra izay dia anjaran’ny Ministeran’ny Fanabezam-pirenena no hiandraikitra ny fitantanana , ny CUA kosa no hisahana ny fotodrafitr’asa .Ny Ben’ny Tanànan’Iarivo Lalao Ravalomanana manokana dia nanamarika fa ho modely izao fifanarahana izao ary hihitatra amin’ny EPP 92 ambiny eto Antananarivo satria zavadehibe ny fitaizana ny ankizy noho izy ireny ho avin’ny firenena , mila mivoatra rahateo ny rafitra raha ny fampandrosoana ny EPP no resahana .

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Paositra MalagasyHodinihinan’ny UPAP ny fampandrosoana azy

Omaly no natao tetsy amin’ny hotely Ibis Ankorondrano ny fanaovan-tsonia hanaovana ilay fikaonan-doha tsy ara-potoanan’ireo solontenan’ny fikambanan’ny firenena Afrikana momban’ny paositra (UPAP).

 

Nandritra ny fivoriana faha 36 n’ny filankevitry ny fitantanan’ny UPAP tany Nairobi tamin’ny volana mey 2017 mantsy no nahavoafidy an’i Madagasikara handray ity fikaonan-doha ity.Andiany faha5 ity fihaonana ity ary hotanterahina eto Antananarivo ny faha 26 sy 27 ny volana jolay 2018 ho avy izao. 43 ny firenena ho avy ary hahatratra hatrany amin’ny 300 ireo delegasiona handinika ny fanjifana eo anivon’ny paositra Malagasy. Raha tsiahivina dia 250 ny masoivohon’ny paositra eto Madagasikara izay miezaka manamora ny fikirakirana ara-bola satria iaraha-mahalala fa mbola vitsy ny olona no afaka miserasera eny amin’ny banky. Ankoatr’izay mitsinjo ny tontolo eny ambanivohitra amin’ny alalan’ny tahiry (epargne rurale) izay mitarika ny olona hiditra  amin’ny sehatra ara-dalàna ny Paositra Malagasy. Olana tokony hovahana kosa ny mbola ny tsy fivelaran’ny sehatra hiasan’ny Paositra Malagasy. Eo ihany koa ny fivoaran’ny teknolojia indrindra ny tontolo nomerika izay tokony hotratrariny haingana hanomezana fahafampo ho an’ny mpanjifa sy hampandrosoana ny ara-toekarena.

 Omaly koa no natao tetsy amin’ny Biraon’ny Paositra Malagasy Antaninarenina ny famindram-pahefana teo amin’ny tale jeneraly taloha, Andriamatoa Stephanoel Razafimanantsoa sy ny tale jeneraly vaovao, Andriamatoa Nirina Augustin Rakotomalala.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa lalankely eto an-drenivohitra12,9 miliara ariary no nomen’ny Frantsay

Nifarana ny tetikasa lalankely andiany faha-2 eto Antananarivo novatsian’ny sampandraharaha Frantsay momba ny fampandrosoana na ny AFD vola hatrany amin’ny 5 tapitrisa Euros na 12,9 miliara ariary.

 

Nijery imaso ny tetikasa omaly alarobia 14 martsa 2018 ny sekreteram-panjakana frantsay misahana ny fiaraha-miasa, Jean Baptiste Lemoine, notronin’ny Masoivohon’i Frantsa Véronique Vouland, ny ambasadaoron’ny Vondrona Eoropeanina, ny avy amin’ny AFD, ny Ben’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra Lalao Ravalomanana, ny minisi-panjakana misahana ny tetikasan’ny filoha Ramarcel Benjamina Ramanantsoa, ny minisitry ny Rano Lantoniaina Rasoelison,…. Anisan’ny toerana naleha ny teny Ankazomanga izay nanaovana lalankely vita amin’ny rarivato sy simenitra hatrany anaty tanàna. Nihazo ny teny Manarintsoa Atsinanana ny delegasiona nijery ny “Station de Pompage” taorian’izay. Fantatra fa hosoloina avokoa ny fitaovana amin’ireo “Station de Pompage” dimy eto Antananarivo ka anisany ny etsy Manarintsoa Atsinanana. Ny Ben’ny tanànan’Iarivo Lalao Ravalomanana manokana, dia nanamafy fa mila miara-miasa ny fanjakana sy ny CUA mba tsy hahafabaraka manoloana ireo mpamatsy vola, ka ilaina ny fihaonana mba hametrahana ny rindran-damina izay ilaina. Manana andraikitra ny mponina fa tsy mifanilika ary ilaina ny ipetrahan’ny fifampifehezana na ny “discipline”, hoy izy. Tombontsoa azon’Antananarivo manontolo avy amin’ny tetikasa lalankely ny fifehezana ny fiakaran’ny rano amin’ny faritra iva, ny fiatrehana sahady ny fiitaran’ny tanàna sy ny fitombon’ny mponina,... Efa mifarana ny andiany faha-2, ary an-dalana ny fikarakarana ny tetikasa lalankely andiany faha-3, ka kaominina 27 no hahazo tombontsoa, anisan’izany ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Ny AFD no hamatsy vola mahatratra 19 tapitrisa Euros. 3 tapitrisa Euros kosa no homen’ny Vondrona Eoropeanina amin’izany. Tsy averina avokoa ny famatsiam-bola amin’ny tetikasa lalankely fa fanomezana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Andriamanampisoa Gégé BoscoMiverina amin’ny politika

Rehefa nanao ny tsy nambinina tamin’ny fifidianana depiote tamin’ny taona 2013 natrehany tany Mananjary Atoa Andriamanampisoa Gégé Bosco ka nirona tanteraka tamin’ny fitantanana rafitra fanatanjahantena taorian’izay,

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana RajaonarimampianinaManandran-doza miady amin’ny fitsarana

Tany amin’ny raharaha Claudine Razaimamonjy no efa nanomboka ny disadisa teo amin’ny fanjakana HVM sy ny mpitsara Malagasy. Nitohy tamin’ny raharaha Houcine Arfa, ny fisamborana mpitsara noho iny raharaha Houcine Arfa iny, ny fanesorana ny tonia mpampanoa lalàna ambony Rakotonavalona Ranary Robertson,…

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana sy diplomasiaAotra ny naotin’ny mpitondra

Tsy mora ny mitondra firenena. Matoa anefa miditra eo dia mila mahavita fa tsy lany andro miala bala toy ny ataon’ny fanjakana HVM.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tatitra momba ny fifidiananaNandamindamin-dresaka ny praiminisitra

Nihaona tamin’ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha omaly alarobia 14 martsa ny solontena manokan’ny sekretera jeneralin’ny Firenena Mikambana (ONU) Haile Menkerios.

 

 Nanatrika ny fihaonana ny solontena maharitry ny firenena Mikambana eto Madagasikara Violette Kakyoma. Tonga hijery ifotony ny ezaka vita amin’ny fanomanana ny fifidianana hatao eto Madagasikara izy satria isan’ny mitondra anjara biriky lehibe amin’ny lafiny teknika mba hahatomombana ny fifidianana ny ONU. Nitondra fanazavana ankampobeny ny praiminisitra, izay nilazany nisian’ny dingana nandraisan’ny rehetra anjara, ny dingana vita mikasika ny lisitry ny mpifidy, ny fanatsarana sy fanavaozana ny lalàm-pifidianana izay efa eny am-pelantanan’ny parelemanta. Nasian’ny praiminisitra teny ihany koa ny momba ny serasera sy ny fampahalalam-baovao mba hisian’ny mangaraharaha, ary ny dingana farany dia ny fandinihana amin’ny fifanarahan’izany amin’ny lalàm-panorenena. Naneho ny fahafaham-pony amin’izay lafiny teknika izay ny iraky ny firenena mikambana. Mbola misy kosa anefa ireo lafin-javatra mila jerena akaiky. Raha ny famintinana fohy nataon’ireo delegasionin’ny ONU, dia hifantoka betsaka amin’ny lafiny teknika sy politika ny fanampiana hoentin’izy ireo amin’ny fifidianana. Na izany na tsy izany, dia karazan’ny miezaka mandamindamin-dresaka ny fanjakana eo anatrehan’ny zava-misy, ary milaza fa mandeha amin’ny antsakany sy andavany. Ny tena zava-misy anefa, dia tsikaritra ho mikorontana ambony ambany, ka raha tsy mitandrina isika, dia gidragidra no hiandry an’I Madagasikara ato ho ato.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Nicolas Randrianasolo“Minisitra 2 mila esorina”

Misy endrika fanakorontanana ao anivon’ny Antenimieram-pirenena misy anay ao, hoy ny depiote Nicolas Randrianasolo avy any Betroka naneho hevitra teny Antaninarenina ny talata 13 martsa.

Tia Tanindranaza0 partages

Fahasalamam-bahoakaTena mbola atahorana ny pesta

Ny fiandohan’ny volana aogositra 2017 no nahitana trangana valanaretina pesta voalohany ka nahafatesana olona 202 teto Madagasikara raha tsiahivina, ny isan’ireo namoy ny ainy tao anatin’ny 4 volana latsaka teo. Ny 27 novambra lasa teo kosa no nambara tamin’ny fomba ofisialy fa resy izy ity ho an’ireo tanàn-dehibe.

J. Mirija

Ino Vaovao0 partages

KITRA AMBOARAN’I AFRIKA : Handray ny ASPL 2000 amin’ny alahady 18 marsa izao ny Fosa juniors

Manatombo tamin’ny isa 2 noho 0 isika Malagasy taminin’iny lalao mandroso natao ny 07 marsa teo tany amindry zareo. Koa dia efa miandrandra vokatra tsara lavitra mihoatra ireny ny mpitia baolina kitra eto Madagasikara, hoy ireto farany, fa tsy hianona amin’io fandresena tamin’iny lalao mandroso iny ihany.

Mitodika eto Mahajanga avokoa ny mason’ireo mpankafy ny kitra malagasy aminy maha lalao iraisam-pirenena atao ity. Ary betsaka ireo avy any lavitra tonga hanotrona ny lalao ny Fosa, ny alahady 18 marsa ho avy izao araka ny tatitra voaray, koa dia miantso ny vahoakan’i Mahajanga iray vohitra i Nourdine, filohan’ny ligin’i Boeny mba ho tonga maro ary koa hanao fanamiana loko volom-boasary izay namantarana ny Fosa juniors hatramin’izay.

3 000 ariary ny vidim-pidirana tsotra raha 10 000 ariary kosa ny tribinina santraly, ary tsy misy ny tapakila fivoahana am-bahady ho an’ireo izay efa tafiditra. Ankoatra izay dia tsy azo itondrana tavohangy misy zava-pisotro misy alikaola ny ao anaty kianja, fa efa hita ao avokoa ny tsakitsaky sy ny sakafo isan-karazany hoy hatrany ny tompon’andraikitra. Hentitra ny fitandroana ny filaminana aminy maha lalao iraisam-pirenena azy ity.

Mangataka ny fahendren’ny mpitia kitra eto Mahajanga ny mpikarakara mba tsy hioha-pefy amin’io andro ny alahady ho avy izao io. Koa dia mirary soa sahady ho an’ny Fosa junior izahay eto amin’ny Ino vaovao Mahajanga, hahaleo hahalasana amin’io lalao savaranonando miverina hihaonany amin’ny As PL Maorisianina io.

INVMGA.

L'express de Madagascar0 partages

Bois de rose des mers – Arnaqueurs à l’huile de corail noir

La police a piégé quatre individus, aux 67ha lundi pour arnaque à l’huile de corail noir. Leur complice, un faux pasteur est recherché.

Quadruple coup de filet. Les éléments de la brigade criminelle, deuxième section (BC2) ont interpellé quatre individus, lundi aux 67ha. Ces derniers sont poursuivis pour escroquerie à l’huile de corail noir, souvent appelés « bois de rose des mers ». Leur complice, un faux pasteur, s’est évanoui dans la nature et est toujours recherché. Au départ, ce prétendant a expliqué à une dame qu’il avait trouvé de l’huile de cette espèce sous-marine. Il l’a prévenue qu’un étranger était déjà prêt à l’acheter à meilleur prix. Quelques minutes plus tard, un autre complice soi-disant technicien était venu et avait procédé au test du produit, attestant ensuite qu’il était excellent.Entre-temps, le client leur avait téléphoné pour assurer qu’il allait vraiment acheter, qu’il n’était pas encore sur place pour effectuer directement l’achat. Du coup, il avait demandé à la dame de donner au pasteur et à son collègue un acompte qu’il rembourserait à son arrivée à Madagascar. Convaincue, la femme a conclu le marché en payant 1 800 000 ariary en espèces.Un jour plus tard, ces businessmen ont encore tenté de soutirer 6 millions d’ariary à la victime. La magouille commençait à être claire. La dame s’est dépêchée à la BC2 pour déposer une plainte. Une enquête a été menée. Au bout de quelques jours d’investigation, les forces de l’ordre ont élaboré leur tactique pour piéger les arnaqueurs. « Ils ont été attirés à travers une conversation téléphonique avec la victime, comme quoi celle-ci paiera les 6 millions d’ariary qu’ils ont demandés », a raconté un détective de la police.

InsaisissableLe faux chef de l’église a disparu et demeure pour l’heure insaisissable. Interrogée, ni la dame ni sa famille n’ont vu de leurs propres yeux celui se faisant passer pour un acheteur. De son côté, la police a révélé qu’il s’agissait effectivement d’un super escroc. Les précieux coraux, menacés d’extinction, sont interdits à l’exploitation, exporta- tion, vente, achat, collecte et transport, selon un arrêté ministériel en 2014.Les quatre membres de la bande d’escrocs ont été déférés devant le parquet d’Anosy, hier. Le résultat de leur comparution sera connu ce jour, selon les informations recueillies.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Clandestinité vers Mayotte – Des marchandisations d’enfants débusquées

Entre misère humaine et trafic d’enfants. Cinq enfants âgés de trois à sept ans sont parmi les quinze clandestins qui allaient être exportés à Mayotte la semaine passée. La compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Nosy Be a ouvert une enquête. Les informations communiquées révèlent que quatre des cinq enfants embarqués  dans ce périple n’étaient pas accompagnés. De source auprès de la gendarmerie, les mères de deux fillettes  les auraient  embarquées dans cette aventure,  du fait qu’elles n’arrivaient plus à subvenir à leurs besoins. Les deux passeurs arrêtés devaient entrer en contact avec des personnes supposées être des familles d’accueil, une fois sur le territoire mahorais.Deux garçonnets étaient eux aussi de ce voyage vers l’incertain.  Soumis au feu roulant des questions, les deux passeurs auraient indiqué que les deux gamins seraient en quelque sorte des «colis», qu’on  les a chargés de livrer. Les destinataires n’étaient pas connus à l’avance mais des personnes seraient censées les récupérer à leur arrivée.Le fait que des proches de ces quatre enfants aient signalé leur disparition met en revanche la puce à l’oreille. Les pistes d’investigation de la police judiciaire  sont  du coup divisées entre rapt d’enfant et  dépôt de plaintes pour mieux brouiller des actes parentaux fallacieux.

Enfants abandonnésLa traversée a néanmoins tourné court lorsque la vedette rapide qu’ils ont empruntée avec leurs compagnons, a été interceptée sur les côtes de l’île Mitsiho, dans le district  de Nosy Be Hell-ville, dimanche aux petites heures. Sur les dix-sept naufragés, dont quinze clandestins, quatre personnes dont deux jeunes femmes âgées de dix-huit et vingt ans, ainsi que deux petites filles de quatre et sept ans, sont mises en observation médicale à l’hôpital d’Ambilobe. Elles souffrent de fatigue générale après que leur embarcation a été emportée à la dérive pendant quatre jours.Les naufragés ont levé l’ancre sur une côte déserte de l’Ile aux parfums le mardi 6 mars, pour affronter le large. Alors que leur embarcation était en passe de quitter les eaux territoriales malgaches, la panne les a stoppés dans leur élan.Privée de propulsion, l’embarcation a été ramenée par le vent et le courant vers le littoral.Tentant l’impossible, les deux passeurs ont bien essayé de faire redémarrer les machines. Mais leur bricolage de fortune s’est avéré infructueux.  Samedi soir, la vedette s’est échouée sur les côtes de l’île Mitsiho. Alertés, les gendarmes d’Ambilobe les y ont cueillis dimanche, tôt le matin.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Education – Un « hypnotiseur » renvoyé de son école

Hypnotisme devient un phénomène perturbant au niveau des établissements scolaires. Un élève « hypnotiseur » a été mis à la porte.

Perturbant. Un lycéen de la circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo-ville a été remis à sa famille, récemment. Il a hypnotisé ses camarades de classe, l’un d’eux a mis du temps à se réveiller. « Il a été un élément perturbateur de l’établissement. Il a déjà eu un dernier avertissement. C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », indique le responsable de cet établissement scolaire public.En classe de seconde, ce « magnétiseur » se vante de ses « compétences en hypnotisme » en dehors des heures de cours et de l’enceinte du lycée. « Il fait souvent cela pendant la pause déjeuner, entre midi et deux », rajoute la source. Il aurait appris les techniques sur internet. Il aurait endormi un peu moins de dix victimes, depuis quelques mois. Son « savoir-faire », ne marche pas à tous les coups. Convoqué à un conseil de discipline, il a avoué lui-même « dès fois çà marche, dès fois, çà ne marche pas ».

SanctionsDes responsables d’établissements scolaires sont inquiets. « Les élèves ont du mal à se concentrer à cause de ce phénomène. Il y a ceux qui ne font que s’endormir en classe », lancent quelques enseignants. Selon le ministère de l’Éducation nationale, des élèves du lycée Jules Ferry à Faravohitra et du collège d’enseignement général à Avaradrova, ont déjà été victimes de ce procédé qui met la personne en dehors de son état de conscience ordinaire. Des sanctions seront appliquées. Un lycée a déjà renvoyé l’élève qui a troublé la concentration de l’ensemble de la classe. D’autres établissements ont mis en garde leurs élèves. Les élèves « hypnotiseurs » passeront en conseil de discipline et leurs parents seront convoqués.Des parents d’élèves se plaignent de ce phénomène qui fait déjà tâche d’huile dans les établissements scolaires d’Antananarivo-ville. En outre, des « hypnotiseurs » font leur « show » aux alentours des écoles pour accaparer l’attention des jeunes, dont les lycéens et collégiens. Ces parents tirent la sonnette d’alarme sur une émission télévisée d’une chaine privée qui montre cet hypnotisme. « Nous réclamons l’interruption de cette émission » ! s’indignent-ils.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Top 6 Océan Indien – FTM en déplacement à Maurice 

La version 2018 de la Coupe des clubs champions de l’océan Indien, baptisée Top 6, regroupe six clubs de la région. Le coup d’envoi sera lancé ce week-end.Nouvelle formule. À partir de cette saison, les îles concernées par la Coupe des clubs champions de l’océan Indien sont désormais élargies. Pour cette version 2018, six clubs venant de quatre pays de la région seront en lice, d’où vient son appellation Top 6 de l’océan Indien.Ces participants sont répartis en deux groupes de trois et la phase éliminatoire à la finale s’étalera du 17 mars jusqu’au 28 avril, donc en un mois et demi. Dans le groupe A se trouve en tête Saint-Paul, club champion de la Réunion, avec Cosfa vice champion de Madagascar et la sélection de Mayotte. Et le groupe B est pour sa part composé de FTM, équipe championne en titre de la Grande Île, Étang Salé deuxième équipe de la Réunion et les Highlanders Blues de Maurice.Les éliminatoires se joueront en matches aller et retour, tous les week-ends. Ce samedi 17 mars, le match aller entre FT Manjakaray et les Highlanders Mauriciens ouvre le bal à l’île Maurice. La délégation malgache quittera le pays ce jeudi pour tâter un peu plus tôt le terrain et s’acclimater deux jours avant le match.Le week-end prochain, Cosfa accueillera la sélection de Mayotte le dimanche 25 mars. Une semaine plus tard, le 31 mars, les deux formations malgaches joueront à domicile contre les deux équipes réunionnaises. FTM sera opposé à Saint Paul tandis que les Militaires rencontreront l’Étang Salé.

Finale directe

Place aux matches retour en avril. En troisième journée, le samedi 7 avril, Les gars de Manjakaray disputeront à domicile leur match retour contre les Highlanders Mauriciens. Le samedi 14 avril, Cosfa fera le déplacement à Mayotte pour son match contre la sélection mahoraise.Et en quatrième et dernière journée de matches de poule, le samedi 21 avril, les deux clubs porte-fanions de la Grande Ile joueront leur match retour à la Réunion, FTM face à Étang Salé et Cosfa contre Saint Paul. Les deux formations malgaches y resteront en attendant la phase finale programmée le samedi 28 avril. À l’issue de la phase éliminatoire, les deux têtes de poules disputeront la grande finale.Les deux dauphins joueront pour leur part le match de classement pour la troisième place et les deux en lanterne rouge disputeront la cinquième place. «Madagascar n’aura plus qu’un seul représentant l’année prochaine au cas où l’un des clubs malgaches en lice se trouverait parmi les deux équipes classées cinquième ou sixième » a précisé Antsoniandro Randria­norosoa, directeur technique national du Malagasy Rugby.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Musique urbaine – Le « Vako Urban Mozika » trace son chemin

Un projet musical unique en son genre rassemble tradition et modernité en son sein. « Vako Urban Mozika » conjugue avec brio les mélodies du terroir avec celles du rap.Chanter les valeurs traditionnelles, en mettant en avant cette mélodie typique de la Grande île qu’est le « Vakisôva », le tout sublimé par les rythmiques modernes du rap. Telle est l’essence même de ce projet musical qui fait actuellement sensation auprès des mélomanes de tous horizons, que l’on soit jeune féru de musique urbaine ou adulte passionné de ces mélodies de l’Imerina d’antan. « Vako urban mozika » comme il s’intitule s’est découvert vers la fin de l’année passée en apportant un vent de fraicheur dans le milieu musical, conquérant d’entrée la majorité par son identité musicale propre.Porté par deux rappeurs émérites, Jento du groupe Da Hopp et Laz de Bogota, c’est un duo fraternel accompagné d’une troupe de musiciens traditionnels, le groupe artistique « Diavolana Fenomnana », que le public a le privilège d’apprécier à travers le morceau « Tazana kely».

Du « Boom Bap »« Vako urban mozika » convie donc le public à s’imprégner autrement de ces valeurs qui régissent notre culture, à travers sa musique. « On a officiellement débuté ce projet en 2016, en réinterprétant déjà à notre sauce une chanson de Vetson’Androy. Notre objectif étant de retranscrire à travers nos morceaux, cette vivacité typique de la musique malgache qui a bercé notre enfance. En outre, il nous importe de promouvoir autrement la richesse de notre culture », confie Laz.Fier de l’engouement du public pour « Tazana kely », un titre interprété auparavant par Bao Angèle et Rossy, « Vako urban mozika » qui s’affirme comme une troupe à part entière, a sorti cette semaine son second single « Raha misy fifaliana ». Dans le premier morceau, le duo chantait en rap avec nostalgie ces jeux traditionnels qui égayaient leur journée à la campagne. Ce morceau leur a d’ailleurs valu une récompense, lors du dernier RDJ Mozika Awards dans la catégorie musique rap. Pour ce second morceau, il chante cet esprit festif et folklorique qui sublime les grandes fêtes familiales.Entre l’usage des fameux « Bampampa », ou trompettes; les percussions, les flûtes et les valiha et kabôsy distinguent le « Vakisôva » et le« Hira gasy ». Jento et Laz apportent les sonorités du « Boom Bap », pour émerveiller les mélomanes.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Ambohimanarina – Un 4×4 mis en fourrière pour usage abusif de cocarde

Stoppé à Ambohima­narina, un chauffeur d’une voiture de marque Nissan Pick Up a fait l’objet d’un contrôle de la police pour usage de cocarde. La scène s’est déroulée mardi aux environs de 15 heures. Le conducteur était seul à bord du 4×4. Fouillé, l’on s’est aperçu que le véhicule n’avait aucun certificat de non imposition et son propriétaire non plus n’avait le droit d’apposer la cocarde. La police a alors décidé de placer ce tout-terrain dans le parc de mise en fourrière du commissariat de sixième arrondissement. Son chauffeur a été relâché après avoir été mis en examen, selon les informations reçues. C’est la deuxième fois, dont la première était en février que les éléments d’Ambohimanarina ont immobilisé une voiture munie de cocarde illégale.Le fait de contrevenir aux règles en vigueur régissant l’utilisation de signes officiels, tels que gyrophare, cocarde et vitre teintée expose à de sérieuses sanctions pénales. La direction de la sécurité publique a déjà prévenu tous les automobilistes sur ces attributs.Les emblèmes saisis ont été confisqués, mais aucune investigation quant à leurs importateurs n’a été faite.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Bioénergie – Une autre alternative à l’électricité

Quand on parle d’énergie, on a tendance à ne penser qu’à la seule électricité, celle qui fait fonctionner tous ces équipements facilitant notre quotidien. Et au moindre problème, on crie au désastre total. À raison !Imaginons une journée sans électricité : c’est la cata, dirions-nous ! Et l’on passe sur tous les commentaires déjà connus : crise énergétique, demande croissante en électricité, insuffisance de l’offre énergétique… À l’heure actuelle, une bonne partie de l’offre est de source fossiles. Tout au moins, à Madagascar. Mais il y a aussi les sources hydrologiques qui promettent : l’investissement initial demeure exorbitant, mais le bénéfice dure de génération en génération. Les technologies solaire et éolienne se font aussi de plus en plus présentes, malgré leur coût assez élevé.Toutefois, il ne faut surtout pas occulter les biomasses qui peuvent être également transformées pour produire de l’électricité. Dans ce cas, on parle de bioénergie, d’énergies produites à partir de la valorisation énergétique de la biomasse, lorsque celle-ci est effectivement utilisée pour produire de la chaleur ou de l’électricité. Des recherches s’avèrent probantes pour exploiter, valoriser et utiliser principalement la biomasse, en vue de produire de l’électricité. Pour le cas de Madagascar, son utilisation comme alternative à la production d’électricité se résume dans le schéma N°1.

Source : Bilan énergétique 1995-2015

D’après cette répartition, la part des sources fossiles dans la production d’électricité à Madagascar demeure importante. Celle occupée par la bioénergie reste très faible, par rapport à la totalité des sources de production électrique, et la tendance est à la baisse. Aussi le niveau de consommation de bagasse en 1995, n’a-t-il pas encore été atteint en 2015.L’évolution de la bioénergie dans la production d’électricité n’est pas prévue dans les prochaines années. Par contre, la Nouvelle politique de l’énergie (NPE) prévoit son développement pour assurer la disponibilité des énergies de cuisson.

Source : Bilan Energétique 1995-2015

La tonne-équivalent-pétrole correspond à l’énergie produite par la combustion parfaite d’une tonne de pétrole représentant environ 11 600 kWh.Une alternative à l’énergie de cuissonUne autre source d’énergie, non négligeable- même si l’on veut qu’il en soit autrement- est le bois énergie. On pense directement au bois de chauffe que les ménages ruraux récoltent déjà « morts ». Mais aussi et surtout, au bois collecté ou coupé « vivant » pour le faire sécher et plus encore, le brûler, ne serait-ce que partiellement, pour avoir du charbon. C’est l’énergie la plus« à la portée » des ménages citadins des pays en voie de développement, comme les familles malgaches. De source vivante, tiré des plantes ligneuses, des arbres, des forêts naturelles ou artificielles, le bois-énergie est classé dans la bioénergie.Depuis toujours, l’utilisation du bois de chauffe et du charbon de bois représente plus de 90% de l’énergie consommée à Madagascar, et plus de 90% des ménages en dépendent pour la cuisson. Ce phénomène à croissance rapide est l’une des principales causes de déforestation et de dégradation des forêts naturelles, dont la couverture est passée de 9,4 millions ha en 2005 à 9,2 millions ha en 2010. Soit une réduction de presque 200 000 ha en cinq ans, une perte à un rythme moyen de 40 000 ha par an. Cela constitue une situation très alarmante qui conduit à la recherche d’une alternative à cette bioénergie.

Source : Bilan Energétique 1995-2015

Comme alternative à l’utilisation du bois de chauffe et du charbon de bois dans la cuisson, les autres bioénergies, telles que l’éthanol combustible, les biogaz et bio déchets se présentent en bonne position. La conjoncture avec le bois-énergie s’avèrerait une opportunité pour le développement à outrance de ces bioénergies, mais cela ne suffit pas. Les biocarburants devraient pallier la rareté qui entraîne la cherté des carburants d’origines fossiles. Néanmoins, le décollage est toujours difficile, mais l’on espère les résultats de recherche ou de validation des expérimentations (techniques, administratives, organisationnelles, etc.) nécessaires avant toute mise à l’échelle d’activité. Et que cela donne un « boom » à leur expansion.En effet, la NPE 2015-2030 prévoit une large diffusion des équipements de cuisson qui utilisent ces bioénergies, auprès de 70% des ménages. L’adoption par ces derniers de foyers économes qui fonctionnent au gaz, aux briquettes et agro-combustibles, exige le développement de la production des bioénergies combustibles appropriées, en vertu de la complémentarité  foyer/combustible. Et ce, dans le but de gérer et de mieux exploiter les ressources disponibles en bois-énergie.La bioénergie et son exploitation rationnelle peuvent aussi se présenter comme alternatives pour faire face au changement climatique que le monde subit aujourd’hui. La bioénergie a le mérite de satisfaire des besoins énergétiques, tout en respectant la biodiversité et donc en ménageant l’environnement dont la situation est devenue précaire. La bioénergie étant reproductible à volonté, on peut l’intégrer dans les énergies renouvelables. En fait, elle fait partie de celles-ci et se démarque par la possibilité de renouvellement à court et moyen termes par les activités humaines.Dans le souci permanent du développement durable qui prévaut à l’heure actuelle, son exploitation est incontournable. Le gouvernement se doit alors de créer un système incitatif et attractif  pour la promotion des filières de ce sous-secteur. En même temps, il faudra veiller au cadrage de ces activités pour concilier la disponibilité et l’accessibilité de l’énergie propre et durable pour tous, avec les autres objectifs tels que l’augmentation des recettes de l’État, la préservation de l’environnement, la protection des consommateurs…Dans cette optique de sensibiliser les gens au changement climatique et de trouver des solutions alternatives au bois énergie, un évènement est prévu du 21 au 24 mars. La devise de ces journées serait « Mitsitsy mba haharitra », économiser pour durer. Il s’agira d’apprendre comment économiser à la fois les ressources naturelles, notre argent et notre temps.

Activités de sensibilisation

du 21 au 23 mars, stands d’exposition sur l’esplanade d’Analakely24 mars : marche pour le climat autour du lac Anosy – concours« tsikonona mitsitsy » – vente exposition de « fatana mitsitsy » et de« saribao maitso » à Mahamasina.

Page réalisée en collaboration avec le GREContact :gre@gre.mg - leonie.ranarison@giz.deFacebook : https://www.facebook.com/Groupe-de-Réflexion-sur-lEnergie-GRE

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Afrique Australe U12 – Madagascar s’offre  une belle entrée 

Une grande première victoire. Madagascar est actuellement en lice au championnat d’Afrique australe par équipe des U12 à Bula­wayo au Zimbabwe.Chez les garçons, on a une poule unique de cinq équipes issues du Zimbabwe, du Botswana, de Madagascar, du Mozambique et d’Afrique du Sud.Coté filles il n’y aura que quatre nations, à savoir Madagascar, Zimbabwe, Botswana et Afrique du Sud.Hier c’étaient les garçons qui sont entrés en scène et ont décroché un premier succès par trois victoires à rien devant le Mozambique.C’est Tody Avo Rajao­belina qui a ouvert le compteur pour les Malgaches. Il a surclassé Edilson Rosa en deux sets (6/1, 6/4).Après, c’est Tefy Ranja Rabarijaona qui a été choisi par Harivony Andria­nafetra en tant que joueur numéro un. Un choix judicieux puisque Tefy Ranja a gagné en deux sets (6/3, 6/4) contre Luca Figuieredo.Pour le double, Tody Avo et Harena Andrianaivo Raharinosy se sont également imposés en deux sets (6/3, 6/1) contre Enzo Matingue et Edilson Rosa.Un premier succès qui n’était pas évident pour les Malgaches qui sont à leur toute première expérience sur le continent africain.Ce jour, les garçons affron­teront le Botswana tandis que les filles (Miotisoa Rasendra, Miarana Andria­nafetra Robinson et Fikasana Rakotomalala), qui étaient au repos hier, auront à jouer contre l’Afrique du Sud.Dans ce championnat d’Afrique australe , seules deux équipes garçons et deux équipes filles seront qualifiées pour les championnats d’Afrique qui se joueront en Afrique du Nord au mois de septembre.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Assainissement – La menace des inondations à prévenir

La prévention de la montée des eaux dans les bas quartiers est une priorité de l’État, en cette saison des pluies. Une descente des autorités a eu lieu hier, pour voir l’avancement des travaux d’assainissement et de curage du canal C3 et d’Andriantany, dans le cadre du Programme Intégré d’Assainissement d’Anta­nanarivo (PIAA), hier. Les cinq stations de pompage à Anatihazo, Isotry, Ampe­filoha, Ambodin’Isotry et aux 67 ha vont être réactivées. « Ces travaux sont faits pour devancer les différentes menaces telles que la montée des eaux qui sévit surtout dans les bas quartiers et aux abords du canal C3 et d’Andriantany pendant la saison de pluie », a souligné le ministre auprès de la Présidence, en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, Benjamina  Ramarcel Ramanantsoa.Ces canaux ne sont plus adaptés au nombre de la population dans la ville d’Antananarivo. Prévus pour trois cent mille personnes, le nombre des habitants monte jusqu’à trois millions actuellement. Ces travaux sont financés par la Banque Mondiale et l’Agence française de développement (AFD).Le secrétaire d’État auprès du ministère de l’Europe et des affaires étrangères, Jean Baptiste Lemoyne accompagné par le ministre du M2PATE, de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH) Lantoniaina Rasoloelison, de l’ambassadeur de France à Madagascar, Véronique Vouland-Aneini ; de l’ambassadeur de l’Union Européenne Antonio Benedito Sanchez et du directeur de l’Agence Française de Développement à Mada­gas­car, Jérôme Bertrand-Hardy ainsi que le Maire d’Antana­narivo Lalao Ravalomanana se sont rendus à Ankazo­manga, à Andraharo nord, et à Tsaramasay pour le contrôle de l’avancement des travaux.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Enseignement – Les conditions de travail des enseignants à améliorer

La condition des enseignants devrait désormais s’améliorer. Une politique enseignante a vu le jour, grâce à l’appui de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Elle a été présentée à l’hôtel Colbert à Antaninarenina, hier.Cette politique met en exergue l’amélioration de la qualité de l’éducation du préscolaire aux études supérieures. La valorisation des enseignants du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique et professionnel et de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique est le point essentiel pour atteindre cet objectif.Parmi les éléments essentiels de cette politique figurent le recrutement, la formation, le déploiement, l’équipement des établissements scolaires et l’extension des infrastructures d’enseignement. Elle indique, entre autres, que « les postes d’enseignant soient ouverts en nombre adéquat et pourvus par des candidats ayant le profil exigé », ou encore que les enseignants qualifiés devraient être répartis sur l’ensemble du territoire. Mais aussi, que « les enseignants travaillent dans de bonnes conditions de travail en les dotant de matériel ».Madagascar compte cent mille enseignants, actuellement. 70 % du budget alloué à l’éducation est affecté aux paiements de leurs salaires.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Handball – IHF Trophy zone 7 – Organisation compromise sur le sol malgache

Probable changement de pays d’accueil. Deux présélections nationales de catégories différentes, les juniors et les cadets sont en regroupement depuis début mars.Elles se préparent pour le sommet de la zone 7, le Challenge IHF Trophy (Inter­national handball Federation) prévu au début se tenir sur le sol malgache du 26 mars au 4 avril. Après la disqualification des deux sur les quatre pays membres de la zone 7 à savoir l’île Maurice et les Comores, il ne reste plus que deux pays en lice en l’occurrence Madagascar et les Seychelles.Avec seulement deux pays participants, l’IHF ne veut plus la tenue du tournoi de la région océan Indien. La Fédération mauricienne est sanctionnée suite à une affaire de mauvaise gestion.De leur côté, les Comores sont sanctionnés pour avoir en parallèle depuis quelques temps deux fédérations nationales. « Vu ces litiges, l’IHF ne veut pas la tenue d’une compétition zonale qui ne regroupe que deux pays » a informé une source auprès de la Fédération malgache de handball (FMHB).« Nous attendons cette semaine la confirmation de l’IHF qui envisage de fusionner la zone 7 avec la zone 6 dont le tournoi se tiendra à Lusaka en avril » a souligné Fidel Razafintsalama, président de la Fédération. Les deux présélections de la Grande île sont en regroupement depuis le 3 mars. Celle des juniors, destinée aux joueurs de 21 ans et moins est composée de vingt-trois joueurs issus de onze clubs de sept régions différentes. Deux entraîneurs nationaux, Tillo et Blanc assurent leur encadrement.Les joueurs appelés pour la préparation du Challenge IHF Trophy Youth réservé aux 18 ans et moins sont au nombre de trente-quatre, venant de onze régions. La Fédération a confié la préparation de ces derniers à deux coaches nationaux en l’occurrence Tsila et Namasy.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Portrait – Dodol et ses enfants créent l’ambiance en famille

Dodol a son look d’artiste. L’homme à la barbe taillée, à la chevelure des tropiques et ses lunettes, affiche un style métissé comme sa musique conçue à partir d’une inspiration de voyages. Avec un air « I’m sexy and i know it », l’ancien joueur international de foot dans les années 90, Dodol, passait sa vie entre la France, l’île de La Réunion et Madagascar en développant des relations professionnelles avec des groupes musicales dans chacun de ces pays.Il a accompagné des grands noms de la musique de l’océan Indien comme le Mauricien Clinford ou le Réunionnais Jean-Paul Volnay, à une certaine époque avant de créer son propre groupe, en 2007, composé de ses enfants. Ses filles, Uelle à la basse et au chant, Christelle au clavier, et son fils  cadet de dix ans à la batterie se débrouillent plutôt bien pour accompagner Dodol au chant et à la guitare. Ils créent une fusion entre le sega maloya, le hira gasy, le salegy, le tsapiky et parfois du reggae. « Je revendique une musique qui ramène aux sources. À la fois fraternelle, humanitaire, fédératrice, l’ambiance que je crée avec mes enfants reflète la joie de vivre. En tant qu’autodidacte, j’ai trouvé un appui lorsque ma fille Uelle est entrée au Conservatoire pour apprendre la contrebasse avec une formation en jazz classique. On évolue dans le bon sens, je suis plus que jamais déterminé  à poursuivre mon parcours musical », explique le chef de famille avec vigueur.Installés maintenant à Madagascar, ils sont prêts pour investir la scène du No Comment Bar à Isoraka ce jeudi 15 mars à partir de20 heures. Une occasion que toute la petite famille prend très au sérieux. « C’est pour nous un grand rendez-vous qu’on a avec le public de la capitale. Nous allons offrir une ambiance bien shaquée, un joli cocktail de bonne humeur en musique », promet  la bassiste avec un joli sourire des îles.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Taekwondo – 45e Dutch Open - Tiavo éliminée en huitièmes

La Malgache naturalisée française, Tiavo Randrianisa, âgée de 21 ans, perd en huitièmes de finale de la 45e édition de l’Open Taekwondo Championships 2018 – G1. Ce grand rendez-vous international s’est tenu les 10 et 11 mars au gymnase Indoor Sport Centrum à Eindhoven Pays-Bas.Engagée dans la catégorie -46kg senior dame, la pensionnaire du club CosmaTkd Arcueil en France, Tiavo, sort du tournoi à l’issue de son deuxième combat. La championne d’Europe en titre qui défendait les couleurs françaises, a pourtant battu d’entrée en premier tour la Britannique, Sarsoza Shayanne du club Kixstar Dragon Tkd.Elle a raté par la suite le ticket pour les quarts de finale en s’inclinant face à l’Espa­gnole, Laguna Perez Irène du club CDE Sanchez Elez Sanabria. Avant l’Open de Pays-Bas, Tiavo qui est en quête de la qualification olympique, a décroché la médaille d’argent de l’Open d’Égypte - premier G2 catégorie senior les 24 et 25 février.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Envoi des renforts

Le chef de service de la communication et des relations avec les institutions de la gendarmerie nationale, Herilalatiana Andrianarisaona a annoncé, hier, l’envoi de renforts pour la poursuite des pyromanes à Ambohimiera. Ils se sont cachés dans la forêt d’Ambalakindresy. L’opération menée par la gendarmerie, la police et les forces armées, est en cours.