Les actualités à Madagascar du Mercredi 15 Janvier 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara54 partages

Franc-maçonnerie : Un membre suspendu pour avoir réclamé une transparence budgétaire

Comme il est déjà annoncé dans la presse, le procès sur le conflit entre un membre d’une organisation franc-maçonnique et son Grand Maître s’est déroulé, hier, au Tribunal Anosy. Prévue se tenir mi-décembre 2019, cette audience a eu lieu après avoir été renvoyée à deux reprises. Appelé Bernard Rakotondrabary, le plaignant a porté plainte contre ce haut dignitaire pour abus d’autorité. Défendant la cause de la partie civile hier, son avocat a soulevé que cette affaire qui touche un Grand-loge réputé du pays, baptisé Association Philosophique Fihavanana (APF), aurait dû être résolue au niveau même de cette organisation. Il l’a affirmé en se référant au slogan de l’APF qui prône la liberté, l’égalité, et la fraternité. Bernard Rakondrabary a saisi la Justice après avoir été suspendu de son association. Une décision qui a été prise sans considération des dispositions préconisées par le statut régissant l’APF. Les articles 58 et 68 de ce statut stipulent qu’un membre peut être suspendu en cas de faute grave et cela doit être précédé par le dépôt d’une plainte de dénonciation. « Or, aucune plainte n’a été déposée auprès de l’instance décisionnaire de l’association », déplore l’avocat. D’après lui, le plaignant a été suspendu quand il a réclamé la nécessité de la transparence dans la gestion financière de l’association. « Le fait de la demander constitue-t-il d’une faute grave ? », interroge l’avocat du plaignant. C’est pourquoi, il a réclamé au tribunal l’annulation de cette suspension de son client. Dans sa plaidoirie, il a tenu à souligner que cette décision de la Justice est fortement sollicitée pour résoudre rapidement ce problème qui pourra ternir l’image de l’APF. Une requête que le juge n’aurait pas prise à la légère en décidant d’aller prononcer son jugement vendredi 17 janvier prochain.

T.M.

Midi Madagasikara11 partages

HCC : Rivo Rakotovao demande la caducité de 14 ordonnances présidentielles

Rivo Rakotovao va-il enfin obtenir gain de cause auprès de la HCC ?

Le président du Sénat poursuit sa bataille juridique contre l’Exécutif devant la Haute Cour Constitutionnelle.

« Un chef d’Institution ou le quart des membres composant l’une des Assemblée parlementaire ou les organes des collectivités territoriales décentralisées ou le Haut Conseil pour la défense de la démocratie et de l’Etat de droit peuvent déférer à la Cour Constitutionnelle, pour contrôle de constitutionnalité, tout texte à valeur législative ou réglementaire ainsi que toutes matières relevant de sa compétence. » Le président du Sénat Rivo Rakotovao vient encore une fois de faire jouer les prérogatives que ces dispositions constitutionnelles lui confèrent. Hier, le numéro Un de la Chambre Haute a déposé auprès de la HCC une « demande afin de caducité des ordonnances prises en Conseil des Ministres par le président de la République ». Dans sa requête, Rivo Rakotovao évoque la Décision n°05-HCC/D3 du 13 février 2019 concernant la loi n° 2019-001 déléguant le pouvoir de légiférer au président de la République. En son Considérant 12, cette décision du juge constitutionnel dispose : «  Si les ordonnances entrent en vigueur dès leur publication, un projet de loi de ratification doit être déposé ultérieurement devant le Parlement. (…) L’objet essentiel du dépôt du projet de loi de ratification est de maintenir en vigueur les ordonnances édictées. (…) La pratique des ratifications groupées est possible. (…) Les projets de loi de ratification doivent être déposés au cours de la seconde session ordinaire du Parlement.»

« Omission ». Par ailleurs, le président du Sénat indique dans sa requête : « Il est toutefois patent qu’aucun projet de loi de ratification des ordonnances prises en 2019 n’a été déposé devant le Parlement au cours de la seconde session ordinaire de 2019. Telle omission rentre en violation des dispositions de l’article 120 en son alinéa 3 de la Constitution aux termes desquels les arrêtés et les décisions de la Haute Cour Constitutionnelle sont motivés ; ils ne sont susceptibles d’aucun recours. Ils s’imposent à tous les pouvoirs publics ainsi qu’aux autorités administratives et juridictionnelles. De tout ce qui précède, toutes les ordonnances non soumises à ratification en 2019 par le Parlement en sa seconde session ne sont plus maintenues en vigueur. » A noter que 14 ordonnances prises par le président de la République sont visées par la requête du président de la Chambre Haute dont celles relatives à la loi de finances rectificative pour 2019, à la loi organique modifiant et complétant certaines dispositions de la loi organique n° 2018-008 du 11 mai 2018 relative au régime général des élections et des référendums, à l’Ordre National Malagasy, à la loi modifiant et complétant certaines dispositions de la loi modifiée n°99-012 du 19 août 1999 portant code minier et à la loi sur le recouvrement des avoirs illicites. La balle se trouve donc dans le camp de la Haute Cour Constitutionnelle.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara5 partages

Commune Urbaine d’Antananarivo : Fin des autorisations pour les parkings réservés

Antananarivo peine à contenir les nombreux véhicules que parfois, certains chauffeurs décident de les garer sur les trottoirs réservés aux piétons. (crédit photo : Princy)

Le directeur des transports et mobilité urbaine au sein de la Commune Urbaine d’Antananarivo a fait savoir dans un communiqué que les autorisations sur les parkings réservés délivrées par la CUA en 2019 ont pris fin le 31 décembre dernier.

Aucune réservation des parkings réservés n’est donc valable en ce début d’année. Les responsables invitent toutes les personnes ayant réservé ces parkings au cours de l’année précédente à retirer tous les matériaux (pneus, bornes, chaînes, panneaux, etc.) qui ont servi à délimiter les parkings en question.  Des sanctions sont prévues pour ceux qui outrepassent ce règlement, ou qui refusent de retirer ces panneaux de délimitation. Et toujours d’après la mairie, aucune autorisation n’a encore été délivrée depuis le début de l’année 2020.

Autorisation pour 2020. Aucune date précise n’a pour l’instant été donnée en ce qui concerne les nouvelles autorisations sur les parkings réservés. Il faudra attendre l’établissement du budget de fonctionnement de la commune pour cette année avant de délivrer de nouvelles autorisations. Dès que les parkings seront à nouveau disponibles, tout le monde sera mis au courant. A noter toutefois que cette mesure ne concerne en aucune façon les parkings dédiés au taxi-ville.

Du côté des usagers de la route, ils attendent beaucoup des nouvelles mesures que la commune va prendre au sujet des parkings réservés. En effet, garer une voiture à Antananarivo représente une grande difficulté en raison du peu de parking disponible comparé au nombre de voitures en circulation. Et parfois, le manque de places entraîne des bouchons dans plusieurs rues de la capitale. Certains disent qu’il faudrait bannir les réservations 24 heures sur 24, d’autres estiment que la CUA ne prend pas les mesures adéquates pour mettre fin aux petites affaires des travailleurs au noir qui gagnent leur vie en gardant les véhicules, ou en assistant les chauffeurs lors d’une manœuvre. Puis, il y a également les voitures d’occasion à vendre qui commencent à prendre énormément de place sur les bords des routes de la capitale. Bref, ces nouvelles dispositions sont très attendues en ce début d’année.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara2 partages

Recrutements aux hauts emplois de l’Etat : 200 dossiers reçus dont des prétendants ministres

La Directrice de Cabinet auprès de la Présidence de la République rassure l’opinion. « Le processus se fera dans le respect des règles de la transparence, de l’égalité de chance et de l’équité », a-t-elle déclaré.

Les diplômés et experts malgaches se bousculent au portillon pour déposer leurs dossiers auprès de la plateforme mise en place au niveau de la Primature dans le cadre du recrutement de masse au niveau de l’Administration Malagasy. En effet, d’après les explications de la Directrice de Cabinet de la Présidence de la République, Lova Hasinirina Ranoromaro, plus de 200 dossiers ont déjà été reçus, trois jours seulement après le lancement de l’appel à candidatures pour le recrutement aux postes à responsabilité de l’Etat. Nombreux sont les Malgaches qui souhaitent apporter leurs expériences et leur savoir-faire, pour soutenir le président Andry Rajoelina dans la mise en œuvre du Plan Emergence Madagascar. Parmi ces dossiers reçus figurent des prétendants aux postes de ministre. « L’objectif pour cette campagne est de mettre en place une base de données solide et efficiente pour connaître tous les experts au niveau de chaque domaine d’activité », a annoncé la Directrice de Cabinet de la Présidence. Selon ses dires, la Fonction publique malgache a besoin d’environ 1500 emplois pour bien fonctionner. Ce recrutement de cerveau concerne tous les domaines, entre autres, la diplomatie, l’énergie renouvelable, l’e-gouvernance, l’industrie, le commerce, le tourisme, le digital, le secteur minier, l’économie, les finances, l’agriculture, la sécurité, le sport et la culture, la santé, la communication, les travaux publics, l’éducation, la formation professionnelle et l’aménagement du territoire. « L’objectif étant de mettre fin aux corruptions, aux parachutages et aux copinages qui ont toujours été une pratique courante au sein de l’Administration Malagasy », a soutenu Lova Hasinirina Ranoromaro. Avant d’ajouter qu’il est aussi temps de lutter contre les fuites de cerveau.

Egalité de chance. En tout cas, la Directrice de Cabinet de la Présidence a tenu à rassurer l’opinion publique. « Le processus de recrutement se fera dans le strict respect des règles de la transparence, de l’égalité de chance et de l’équité ». Il convient de noter que tous les dossiers seront stockés au niveau du site web de la Primature, le « www.primature.gov.mg », dans l’onglet « L’Etat Malagasy recrute ». En revanche, les informations relatives à ce processus sont déjà affichées sur le site : « recrutement@EtatMalagasy.gov.mg ». Lova Hasinirina Ranoromaro rassure aussi, face aux polémiques autour de ce recrutement massif en affirmant que, la sélection des dossiers sera assurée par un Cabinet de recrutement privé. Une manière à elle d’annoncer qu’il n’y aura ni corruption ni « kiantrano an-trano ». « Ce processus est ouvert à toute personne de nationalité Malagasy qui souhaitent contribuer au développement de la Nation. Il n’y aura pas d’exclusion. Aucune considération de couleur politique non plus ». C’est donc la première fois de son histoire que Madagascar va disposer d’une base de données qui révèlera des informations qualitatives et quantitatives de tous les diplômés et experts, au niveau de tous les domaines d’activités. Connu et reconnu comme étant un président visionnaire, Andry Rajoelina entend favoriser l’innovation, et de prioriser la méritocratie au niveau de l’Administration publique. L’Etat vise en effet à donner de l’espoir à ceux qui ont toujours pensé que, les postes à responsabilités de l’Etat sont réservés à une minorité de gens et/ou à de familles aisés. « Désormais, il est temps de nommer la bonne personne à la bonne place », soutient-on du côté de la Présidence de la République.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Incident dû à l’épandage d’insecticide à Anosizato : La responsabilité partagée soulevée par l...

Les sanctions pourraient être lourdes pour les sociétés reconnues coupables des incidents qui ont failli provoquer un drame à Anosizato.

« Nous attendons les résultats des investigations. Les enquêtes sont en cours et nous devrons bientôt tirer cette affaire au claire ». Ce sont là les propos d’un responsable auprès de l’Office National de l’Environnement pour faire état de la situation de l’incident qui a causé l’asphyxie de quelques dizaines d’emplois d’une société œuvrant dans la confection de T-shirt et de Polo sise à Anosizato le 4 janvier dernier. Le responsable de l’ONE de faire savoir : « les descentes effectuées par l’administration environnementale au CHUJRA, à Anosizato ont permis de conclure qu’il y a une responsabilité partagée dans l’affaire ». Ainsi, l’ONE reproche à la société productrice de T-shirt et de polo « l’inexistence de contrôle de services faits par ses prestataires ». L’ONE trouve également que le système de protection des employés est « ineffectif ». La société qui a effectué l’épandage d’insecticide a également été pointé du doigt par l’Office National de l’Environnement. « La confrontation des informations recueillies au CHUJRA, chez les victimes, les responsables de la société sise à Anosizato et enfin chez les responsables du prestataire de service responsable de l’épandage d’insecticide a permis de savoir que la société qui a dispersé les insecticides n’a pas respecté les protocoles en vigueur », note le responsable auprès de l’ONE. Pour l’heure, la responsabilité des diverses sociétés est engagée. Les enquêtes sont encore en cours et avec elles, l’on attend les éventuels verdicts.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Gouvernement : Restructuration de certains ministères réclamée

L’effervescence est au rendez-vous au sein des ministères à l’approche du remaniement. Au ministère de l’Education nationale, la ministre Vola Haingo Marie Thèse semble poussée vers la sortie avec cette histoire de “paniers garnis” de 65.000 Ar. La grève des enseignants et des élèves s’intensifie. Au ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, la ministre Blanche Nirina Richard semble impuissante face aux revendications des enseignants chercheurs et des chercheurs enseignants. Ces derniers jours, les enseignants grévistes réclament le départ des responsables défaillants. Du côté d’Ampandrianomby, le personnel de la direction générale de la Pêche revendique un ministère à part. Depuis un an, l’Agriculture, l’Élevage et la Pêche sont regroupés au sein d’un seul département.

Politique d’austérité. Pour nombre d’observateurs, certains ministères doivent faire l’objet d’une restructuration car ceux-ci semblent trop lourds à gérer pour un seul ministre. C’est également le cas pour le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics et le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie. A rappeler que l’actuel gouvernement est composé de 21 ministères et de 1 secrétariat d’Etat. Cette ossature a été dictée par la politique d’austérité adoptée par les nouveaux dirigeants. Le nombre de directions générales et de directions au sein des ministères a été également réduit.

R. Eugène

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les marchands de rue d'Analakely seront obligés à se retirer des lieux

Les officiers de police, se sont rendus dans plusieurs quartiers de la ville depuis le 13 Janvier, là où il y a les marchands de rues occupant les trottoirs ou encore une partie de la chaussée à l’instar d’Analakely et d’Andrefanambohijanahary.
La police était venue dans l’ordre d’informer ses marchands. Ainsi, aucune action n'a été accomplie. A fortiori, Ils voulaient tout simplement avertir et inciter les marchands de la rue, à ne pas vendre dans les environs, mais ailleurs, dans les endroits dédiés pour cela, où ils pourront exercer leurs activités de vente. Si ces derniers ne parviendront pas à coopérer, les forces de l'ordre les feraient partir la semaine prochaine, par leurs propres moyens.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: La police de la route reprend ses fonctions

La remise en place de la police de la route dans la capitale, a débuté le 13 Janvier 2020. Vu le nombre élevé du taux de la corruption et d'infraction, la Police Nationale a pris l'initiative d'appliquer des moyens efficaces pour corriger les failles. Parmi les décisions prises, la Police de la route doit impérativement, toujours se munir de l'ordre de mission, d'un badge sur lequel est mentionné un numéro de téléphone en cas d'irrespect de la loi, ainsi que des fiches de contravention.
Pour les voitures qui sont garées illégitimement au bord de la route, des mesures d'implantation de sabots de roue par la Commune, ont été prises par la police de la route. Aussi, avec la collaboration de l'armée malgache, ils ont tout à fait le droit de transporter ces automobiles qui se disposent à la non-conformité aux règles imposées. En outre, la restauration du numéro vert semble est déjà en cours, afin que la population malgache soit en mesure d'appeler gratuitement les responsables, dans le but de leur informer toutes sortes de violation de loi qui peuvent se présenter.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : le PRM réfute toute manipulation des voix lors des élections

Comme nous l’avons annoncé dans nos précédent article, le président de la République Andry Nirina Rajoelina reçoit tour à tour les dirigeants des diverses intuitions. Aujourd’hui, le PRM a reçu, entre autres, les membres de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), de l’académie Malagasy et les gouverneurs.
Andry Rajoelina a réitéré qu’il n’a pas le pouvoir de manipuler les élections qui se sont succédées et ni d’influencer sur les résultats comme certaines personnes le prétendent. Il a tenu à remercier l’académie Malagasy pour la conservation de la culture et a demandé aux gouverneurs d’enclencher la vitesse supérieure pour le développement de leurs régions.
Madagate0 partages

Startimes Madagascar difffusera l'EURO 2020 en direct

Bonne nouvelle pour les nombreux Malagasy férus du football, ce sport roi à l'échelle planétaire. En effet, StarTimes, “l’opérateur de télévision le plus dynamique d’Afrique”, a acquis les droits de retransmission des équipes nationales de l’UEFA pour la période 2019-2022. Cela inclut donc l’EURO 2020, qui se jouera du 12 juin au 12 juillet prochain, ainsi que le Championnat de la Ligue des Nations 2020-2021. Juste avant la fin de l’année 2019, StarTimes a également acquis les droits de retransmission pour les grands rendez-vous footballistiques suivants : Coupe d’Angleterre de football ou“The Emirates FA Cup” et la Super-Coupe d’Angleterre, dénommée “The FA Community Shield”, jusqu’en 2021.

Le Directeur des sports de StarTimes, Shi Maochu, a déclaré, lors de sa rencontre avec les membres de la presse malagasy, le mardi 14 janvier 2020, au siège social sis à Ankorondrano : “Nous cherchons en permanence à offrir le meilleur contenu sportif à nos abonnés. L’acquisition des matchs des équipes nationales de l’UEFA nous permet de proposer le meilleur du football jusqu’à la prochaine coupe du monde. StarTimes a toujours placé l’intérêt de ses abonnés avant tout le reste. C’est pourquoi, durant ce début d’année, nous avons décidé de lancer une nouvelle offre commerciale afin qu’ils puissent profiter de la télévision numérique dans les meilleures conditions possibles.

Les abonnées de StarTimes profiteront d’un petit cadeau de dernière minute que le père Noël a laissé. Ainsi, pour tout réabonnement sur le bouquet à 20.000 ar Basic/Smart, ils profiteront du bouquet supérieur que nous commercialisons à 40.000 ar pendant 30 jours. Pour ceux déjà sur le bouquet supérieur à 40.000 ar, ils auront 30 jours d’abonnement en plus, ce qui fera 2 mois d’abonnement au lieu d’un. Par ailleurs, nous allons très prochainement ajouter de nouvelles chaînes et programmes à nos bouquets afin de continuer à offrir la plus grande diversité de contenus possibles”.

Andry Rakotonirainy

Madagate0 partages

Eric Rakotomanga, Akfm-Imongo Vaovao. Nodimandry ny 15 Janoary 2020

Androany Alarobia 15 Janoary 2020 tamin'ny dimy tolakandro dia nampandre anay eto aminy madagate fa nodimandry ny maraina, teo amin'ny faha-65 taonany ny namana tonian-dahatsoratry ny gazety Imongo Vaovao, Eric Rakotomanga.

Tsy izay asa izay ihany anefa no nosahaniny fa Filoha nasionalin'ny antoko politika AKFM izy no sady mpikambana tao amin'ny CST (Conseil supérieur de la Transition) ihany koa. Angamba mbola maro ireo mahalala io antoko noforonin-dry Richard Andriamanjato sy Gisèle Rabesahala io. Ary “mpanohitra” no tena nahafantatrana izany AKFM izany. F'inona tokoa moa izany hoe “mpanohitra” izany araka ny fijerin'i Eric Rakotomanga izany, taorian'ny nahalany an'i Andry Rajoelina ho Filohampirenena malagasy ?

" (...) Efa tsy mandeha hatrany am-boalohany ny votoatin’ny fanoherana eto Madagasikara. Anisan’izany ny hoe foto-kevitra na fandaharanasa no entina manohitra fa tsy olona. Tsy hoe tohanana ny olona iray fa tiana, na toherina fa hala. Misy, ohatra, ireo mitonon-tena ho mpanohitra milaza ho ao anatin’ny Rodoben’ny mpanohitra, izay nanohitra mafy dia mafy tao anatin’ny dimy taona, na ny fitondrana Rajaonarimampianina na ny fitondrana Ravalomanana. Amin’izao fotoana izao, izy indray no manao fampielezan-kevitra fa Ravalomanana irery ihany no tena afaka hitondra an’Antananarivo Renivohitra, ohatra. Na ny miteny an’izany fotsiny aza, azafady amin’ny fitenenana: maharikoriko…".

Tsy asiana “commentaires” hoy ny Frantsay.

Fa nànana ny fomba fijeriny koa ny namana Eric Ratotomanga tamin'ny tolona 2009 teto Madagasikara, any ka nandefa taratasy ho an'Ingahy Marius Fransman mihitsy izy, fito taona mahery lasa izay, amin'ny anaran'ny antoko AKFM. Rakitry ny Tantara izany ka io ambany io izany taratasy izany.

Lettre de l’AKFM (Parti du Congrès de l’Indépendance de Madagascar) à Marius FRANSMAN, Vice-ministre sud-africain des Relations internationales et de la Coopération, Chef de la Délégation de la Troïka de la SADC

À Son Excellence M. le Vice-MinistreMarius FRANSMAN, Chef de la Délégation de la Troïka de la SADC,

Son Excellence,

À l’occasion de l’énième séjour actuel de votre Délégation à Madagascar, dans le cadre de la résolution de la soit disant « crise malgache »,

Le « Parti du Congrès de l’Indépendance de Madagascar» (AKFM), parti ayant lutté, durant toute son existence, et ce depuis 1958, pour l’Indépendance de Madagascar, la Paix et le Progrès social, aux côtés du Peuple malgache, et ce à travers tous les Régimes et Républiques qui se sont succédés dans l’Histoire de Madagascar, tient à communiquer à votre actuelle Mission et, à travers elle, l’ensemble de la Communauté Internationale impliquée dans l’actuelle crise à Madagascar :

• Que l’AKFM constate, au jour d’aujourd’hui, que la majorité du Peuple Malgache, se trouvant dans une pauvreté croissante, commence à s’indigner légitimement contre les actions considérées comme actes d’ingérence avérée dans ses affaires nationales, de la Communauté Internationale, dont la SADC se détermine comme un de ses piliers, dans la partie Sud du Continent Africain ;

• Que les soit disant « recherches de voies pour faire sortir notre pays de la crise actuelle » initiées par la Communauté Internationale et plus particulièrement par la SADC, se sont soldées jusqu’ici par des échecs récurrents et cuisants ;

• Qu’il est également de notoriété publique, que votre dernière initiative de faire rencontrer l’actuel Président de Transition Andry RAJOELINA et l’ancien président démissionnaire Marc RAVALOMANANA, aux Seychelles en est, encore une fois, la preuve incontestable et non contestée ;

• Que l’AKFM, reconnaissant devant la décision des Pays africains sur l’élection de la nouvelle Présidente de la Commission de l’Union Africaine, Son Excellence Madame ZUMA, espère que cette Commission apportera un nouveau souffle dans les résolutions des crises en Afrique ;

• Que l’AKFM est également reconnaissant que le Président de la République de l’Afrique du Sud, Son Excellence Monsieur Jacob ZUMA, soit désigné actuellement comme médiateur dans la résolution de la crise malgache actuelle ; qu’il appelle respectueusement ainsi sa clairvoyance, en mettant au premier plan les intérêts supérieurs d’une Nation, comme il en a été, lors des années de lutte du Peuple Sud-Africain contre l’Apartheid, période où la solidarité entre le parti African National Congress (ANC) et le Parti du Congrès de l’Indépendance de Madagascar (AKFM) a été l’image d’une solidarité internationale entre les Peuples épris de Paix et de Progrès.

• Que de tout ce qui précède, notre Parti AKFM, convaincu de refléter par la présente lettre, l’aspiration de la majorité des Malgaches, prie respectueusement votre Mission actuelle, et à travers elle la Communauté Internationale, de laisser dorénavant le Peuple malgache régler lui-même ses propres problèmes et de le laisser chercher ses propres voies pour la sortie de la crise actuelle.

En espérant vivement donc une bonne compréhension de la présente de votre part,

Veuillez recevoir, Son Excellence, notre haute considération.

Au nom du Parti AKFM,Le Président :Eric RAKOTOMANGALe Secrétaire Général :Solofo RAZANATOANDRO

Antananarivo, le 11 Août 2012

Amin'ny Zoma 17 Janoary 2020 no hiala ao amin'ny Foibe Akfm ao Andravoahangy Ambony ny nofon'i Eric Rakotomanga ary halevina eny am-pasan-drazany eny Manjaka Ilafy io andro io ihany.

Izahay ekipan'ny madagate dia mirary fiononana ho an'ny fianakavian'i Eric Rakotomanga tsy an-kanavaka.

Jeannot Ramambazafy

 

Ino Vaovao0 partages

BEN’NY TANANAN’I NOSY BE VITA ZARGA : Miantso ny rehetra mba hifanome tanana

Karnavaly lehibe namakivaky ny tanàna niainga avy teo amin’ny seranan-tsambo ka niafara tao amin’ny biraon’ny Prefe izay nandray sy niarahaba  azy voalohany. Tamin’ny kabary fohy nataony dia nisaotra ny vahoakan’i Nosy Be sy ireo mpitondra fanjakana rehetra tonga nitsena sy nanotrona azy tamin’ny fahatongavany i Vita Zarga. Niantso ny rehetra ihany koa ny tenany mba hifanome tanana ho fampandrosoana ny tanàna iombonana. 

Anisan’izany, hoy izy hatrany, ireo kandida nifaninana taminy tsy ankanavaka satria taotrano tsy efan’ny irery. Tsara ny manamarika fa tonga nitsena ity Ben’ny tanàna vaovao ity tamin’ny fahatongavany teny amin’ny seranan-tsambo Hell-Ville ary nanotrona azy tao amin’ny birao fiasan’ny «  Préfet de police  » ireo mpanolotsain’ny tanàna voafidy rehetra izay miisa 13. Azo antenaina araka izany  ny hisian’ny fiaraha-miasa  matotra eo amin’ireto farany sy ny Ben’ny tanàna vaovao Vita Zarga ho tombontsoan’ny kaominina sy ny vahoakan’i Nosy Be.

A.Lepêcheur

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Itaosy“Hanamafy ny fanabeazana olom-pirenena”

“Fanohizana ny asam-pandrosoana izay misy eny amin`ny kaominina no hatao voalohany.

 

Betsaka no miandry fa anisan`ny laharam-pahamehana ny fanazavana ny tanàna, ny fampandrosoana ny tontolo ambanivohitra”, hoy Randrianarisoa Jean Richard, ben`ny tanàna voafidy ao amin`ny kaominina Itaosy, avy amin`ny antoko Tiako I Madagasikara. Ny fanatsarana ny fambolena sy fiompiana no imasoana satria sady foto-tsakafo no foto-pivelomana ho an`ny fianakaviana tsirairay izany. Eo koa ny fotodrafitrasa lehibe izay tsy vitan`ny kaominina irery toy ny lalana izay tsy maintsy iarahana amin`ny fitondram-panjakana sy sokajin`olona maro. Tsy vitan`ny olon-tsotra moa ny fampandrosoana fa tsy maintsy iarahan`ny besinimaro, hoy ihany izy. Ankoatra ireo, ny fanabeazan`ny olom-pirenena sy fitarihana olona amin`ny fandraisana anjara eo amin`ny fiainan`ny fiarahamonina sy ny fiainan`ny kaominina no hojerena manokana satria rehefa mandray anjara amin`ny fitandroana sy fiarovana ny fananana iombonana ny vahoaka dia mivonona amin`ny fanaovana adidy isan-tsokajiny toy ny fandoavana hetra… Vonona ihany koa amin`ny fanarahana ny fitsipika apetraka eo anivon`ny fiarahamonina. Ireno no mitambatra ho fampandrosoana feno eo amin`ny tanàna, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanesorana mpiasan’ny ORTM“Misy fandikan-dalàna mihoapampana”

Mbola mangotraka ny raharaha mahakasika ny haino aman-jerim-panjakana.

 

Tsiponina ireo mpiasa tsy azo atao fitaovana ary tsy arakaraka ny fahaiza-manao izany ny tombana atao fa tena misy olona tsy manana ny fahaiza-manao tazonina, hoy ny fanazavana avy amina mpiasa. Ny mpiasam-panjakana raikitra, dia misy efa voaomana ny famindran-toerana. Nisy “gros bras” 16 nihaodihaody teny amin’ny ORTM tamin’ny fotoana saika hanehoana firaisankina hanao akanjo maitso nifanentanan’ny mpiasa mba hanakorontanana sy hahafaha-manenjika azy ireo. Feno “cameras de surveillance” hanara-maso ny mpiasa ny toeram-piasana sy ny manodidina. 6 taona eo ny salanisan’ny taona niasan’ireo mpiasa ECD hoesorina, ary misy hatrany amin’ny 18 taona niasana. 18 ny mpiasan’ny TVM mananontanona ny fanesorana, 8 ny RNM, 4 DIT, 7 Direction générale raha ny fanazavana azo. “Nambara fa miakatra ny fampidiram-bolan’ny haino aman-jerim-panjakana noho ny fahaiza-mitantana. Nisy ezakay mpiasa tao anatin’izany. Teo aloha aza tsy nanala mpiasa ka amin’izao efa fiakaran’ny vola miditra vao hanala.”, hoy izy ireo. Ny vola miditra anefa amin’ny ankapobeny no miantoka ny karaman’ireo mpiasa ECD. Ny  andininy faha-23 amin’ny lalàna 94-025 tamin’ny 19 novambra 1994 momba ny mpiasa tsy raikitra amin’ny fanjakana anefa, dia milaza fa rehefa nahavita asa 6 taona, dia tokony horaisina mpiasam-panjakana mifandraika amin’ny mari-pahaizany. Ireo mpiasa noroahina noho ilay raharaha tagnamaro ny volana aprily, efa nomen’ny “inspection de travail” rariny aza fa miverina amin’ny asany tsy notanterahina. Misy tompon’andraikitra ambony mihitsy namoaka vava fa izy ireo aloha izao no eo, dia izay tiany, hoy hatrany ny fitarainana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zon`ny mpanjifa“Tsy hitsahatra hampaneno lakolosy”

“Maro ireo fitarainana voaray avy amin`ny mpanjifa kanefa manana lalàna miaro ny mpanjifa i Madagasikara”, hoy Rabetsara Lita, filohan`ny fikambanana nasionaly miaro ny zon`ny mpanjifa (RNDC).

 

Rehefa misy zavatra tsy mety dia miantso ireo tompon’andraiki-panjakana hijery akaiky izany ny RNDC dieny tsy tonga any amin`ny korontana ny fiarahamonina. Rehefa mandray andraikitra dia tsy ilaina ny savorovoro. Rehefa ela fandraisana fanapahan-kevitra kosa anefa dia miteraka savorovoro. Na mitory na tsia fa mahita trangan-javatra fotsiny dia mampaneno lakolosy izahay, hoy ihany izy. Mangataka mba hisian`ny “agence de protection de consommateurs » izay hampihatra ny lalàna 2015-014 amin`ny fiarovana ny mpanjifa ny RNDC. Amin`izay fotoana izay dia tsy mampaneno lakolosy isan-taona izy ireo fa mandray andraikitra mivantana satria efa rafi-panjakana. Sehatra maro no nitondran`ny mpiaro ny zon`ny mpanjifa mba hamaly ny filan`ny mpanjifa teo amin`ny fitaterana, jirama, rano fisotro madio … Nohamafisiny moa fa hanatanteraka ny kaongresin`ny mpanjifa eto Madagasikara ny RNDC amin`ity taona 2020 ity mba ahafahana maka ny antontan-kevitra rehetra sady adidin`ny mpanfifa ihany koa.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoMaty paika !

Misasaka sahady ity ny volana janoary. Be izay hita tao anatiny izay.

 

Teo ny tohin’ireo tolona sendikaly. Ny tolona politika maromaro namarana ny taon-dasa ihany koa mbola nahitana ambiny hatreto. Tsy dia misy fiovana loatra koa anefa ny fihetsiky ny avy eo anivon’ny fitondram-panjakana fa ny fomba efa nahabe tsikera azy hatramin’ny tetezamita sy tamin’ny herintaona ihany no tsy foiny. Raha niisa 13 no fanenjehana mpanao gazety nitranga tamin’ny herintaona dia efa nisy 1 sahady iny ho an’ity taona 2020 ity. Anisan’ny fanoitry ny fampandrosoana ny fampianarana sy fanabeazana ary antoky ny ho avin’ny taranaka faramandimby kanefa dia zary lasa tsivanombanona hatrany. Tsy misy izay tsy mahatsapa sy milaza ireo mpampianatra sy mpanabe ary mpikaroka fa “an-kilabao” sy “an-jorom-bala” izany. Miara-miantso ny filoham-pirenena izy ireo ankehitriny ny amin’ny hamahan’ity farany ny olana. Heverina fa matoa ny rafitra faratampony eo amin’ny fitondrana ny tany sy ny firenena toy izany no efa antsoina dia efa iviny sisa ny fanantenana ny aminy hisian’ny vahaolana. Ireo rafitra natao hanatanteraka tokoa no “tsy misy atidoha” araka ilay mampiaiky ny filoha sa niniana nokorontanina mihitsy ity sehatra iray ity mba hanoizana ny fanabadoana efa napetraky ny mpanjanaka ? Hita ho efa maty paika avokoa ny fizotry ny toe-draharaha saingy tsy mitondra afa-tsy savorovoro hatreto. Fa maninona tokoa moa no tsy mba mandeha tsikelikely ireo karazam-pitakiana misy eto fa dia miaraka hatrany na tolona politika io na sendikaly ? Ary maninona no tsy nisy nety tody hatramin’ny farany izy ireny fa rehefa tonga amin’ny tanjon’ny mpitarika azy fotsiny dia efa matetika mijanona ? Ny azo antoka dia raha mbola toy izany foana no zava-misy eto dia fihemorana hatrany no hanjo ity firenena ity fa tsy mba fiharenana akory farafaharatsiny.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

TAMAMITsy afa-miala amin’ny krizy politika ny praiminisitra Ntsay

Mila olona mahitsy sy mazava ny firenentsika, hoy ny antoko “TAnora MAlagasy MIroso”tarihin’ny filoha nasionaliny Atoa Samihary Floriot omaly.

 

 

 

Ny mampalahelo, hoy izy dia tsy izay ny zava-mitranga eto amintsika. Ireo mpanohitra toa an’ny TAMAMI izay tsy fahavalom-pirenena akory dia tsy misy mpihaino raha miteny. Ny fanendrena olona anaty governemanta koa tsy misy fifandanjana ara-paritra fa ny eto afoavon-tany ihany no tena omen’ny filoha vahana nefa rehefa misy fikasana hidina an-dalambe dia ireo avy any amin’ny faritra no tena taomin’ny sasany ary hataony fitaovana. Hijoro ary tsy hanaiky izany intsony ny TAMAMI raha araka ny fanazavany omaly, indrindra fa ity farany. Miantso  an’ireo avy any amin’ny faritra rehetra ny tenany mba tsy horebirebena intsony fa samy hitsinjo ny hoavin’ny firenena. Mikasika ny krizy politika miseho eto amintsika dia nomarihin’Atoa Samihary Floriot fa tsy afa-miala amin’izany ny praiminisitra Ntsay Christian na ho aiza na ho aiza. Efa praiminisitra tamin’ny andron’ny filoha teo aloha ary mbola mijanona ho praiminisitra ankehitriny saingy tsy mbola mahavita ny asa nampanirahana azy ihany. Anisan’ny nohamafisin’ny filoha nasionalin’ny TAMAMI ny tsy fahavitany ny didy fampiharana ny lalàna 2011-003  izay sata mifehy ny mpanohitra. Tsy mahagaga raha misy ny krizy politika satria tsy misy mpihaino ny mpanohitra.

 

Pati sy Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana Nosy MalagasyMitaky onitra amin’ny frantsay

Ampiharo ny fanapahan-kevitry ny fianakaviambe iraisampirenena laharana faha-34/91 ny 12 desambra 1979 sy 35/123 ny 11 desambra 1980, manambara mazava fa i Madagasikara no tompon’ireo nosy manodidina azy ireo.

 

 Manainga ny frantsay hifanaraka haingana tsy misy hatak’andro hiala eo amin’ireo nosy Malagasy ireo. Foanana avy hatrany ny fifanarahan’ny frantsay sy karana hiambina ireo nosy ireo. Ireo, hoy ny avy eo anivon’ny fikambanana nosy Malagasy na ANM no takianay, raha nanamafy ny tolon’izy ireo mikasika ny fitakiana ireo nosy manodidina. Tsy nisy teny ierana tamin’ny vahoaka fa an’ny frantsay sy karana ny nosy Malagasy. Mitaky koa izy ireo ny hamerenana ireo vola azon’ny firenena frantsay amin’ny Malagasy tamin’ny fitrandrahana nataon’izy ireo hatramin’izay. Niara-nanazava sy nanamafy ny firaisankinan’izy ireo moa ny filohan’ity fikambanana ity, Arlette Ramaroson sy ny filohan’ny fikambanana Asandratro ny fireneko, James Ratsima, ary ny mpitarika ny tetikasa, “Madagascar pour le changement”,  Joseph Yolland. Nanamafy ihany koa izy ireo fa vonona ny hiady amin’ny fahazoana ireo nosy manodidina hatramin’ny farany ary tsy marina ny fiheverana fa karazana fandrebirebena saim-bahoaka na “diversion” manoloana ny savorovorom-pifidianana ny hetsik’izy ireo ny faran’ny herinandro teo sy ity fitakiana nosy Malagasy ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo renivohitraHotanterahana rahampitso ny famindram-pahefana

Hotanterahina rahampitso alakamisy 16 janoary amin’ny 10ora maraina etsy amin’ny Parvis Analakely ny lanonana fifamindram-pahefana eo amin’ny ben’ny tanàna teo aloha Rtoa Lalao

 

Ravalomanana sy ny mpandimby azy Atoa Naina Andriantsitohaina. Hatao avy hatrany ny fametrahana ny samboady maha ben’ny tanàna azy. Efa niarahaba azy manokana moa ny filoha ankehitriny Andry Rajoelina hanatanteraka ny « velirano », ary nilazany fa tafiditra soa aman-tsara ao anatin’ny vina “Emmergeance” izay hoentin’ny fanjakana Antananarivo manomboka izao. Miisa 8 ireo Veliranon’Iarivo nampanantenain’i Naina Andriantsitohaina, toy ny fahadioavana, fandaminana ny tanàna, ny tsena … Nanao izay ho afany ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana tamin’ny fitantanana ny tanàna na teo aza ny sakana, kapa vavaranjo natao taminy. Tratry ny fahirano ny kaominina Antananarivo, tahaka ny fanagiazana sy tsy fanomezana ny anjara vola (subventions), ny tsy fakana ny fako izay teo ambany fiahian’ny minisiteran’ny rano, nandefasana mpitsirika ara-bola im-betsaka … Arahabaina izy nahavita izay 4 taona izay, ary hirariana mba hahavita bebe kokoa ny mpandimby azy satria tsy mora ny asa miandry.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanapahana nataon’ny filohaNitory eny amin’ny HCC ny Antenimierandoholona

Manoloana ny fisian’ny tsy fanajana ny lalàna velona misy eto Madagasikara, izay ataon’ireo mpanatanteraka dia nametraka fitoriana

 

teny anivon’ny Fitsarana Avo momba ny lalàmpanorenana ny filohan’ny Antenimierandoholona omaly talata 14 janoary 2020. Tao anatin’ny fotoana voafetra tsy nisian’ny antenimieram-pirenena dia nomen’ny lalàna fahefahana afaka hampanan-kery lalàna ny filoham-pirenena. Tokony hampandalovina amin’ny antenimiera anefa izany rehefa mitsangana ireo andrim-panjakana roa. Tsy voahaja io, ka nametraka fitoriana izay milaza fa misy ny tsy fahatomombanana hita taratra tamin’ny fanatanterahana ilay fanapahan-kevitra laharana 005-HCC/D3 tamin’ny 13 febroary 2019, izay noraisin’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana, mikasika ireo didy hitsivolana izay nosoniavin’ny filoham-pirenena nandritra ny fotoana nanomezana azy fahefana hanao lalàna tamin’ny taona 2019, tamin’ny fotoana tsy nampisy ny Antenimieram-pirenena. Raha ny voalaza ao anatin’ny lalàna dia tokony hampandalovina sy hankatoavina eo anivon’ny Antenimiera roa tonta izany didy hitsivolana izany mandritra ny fotoam-pivoriana ara-potoana faharoan’ireo Parlemanta farany teo saingy tsy tanteraka. Efa niresaka matetika io endrika tsy fanarahan-dalàna io ny Filohan’ny antenimierandoholona, saingy niniana tsy nohenoina.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatra midina an-dalambeEfa fambara ratsy ho an-dRajoelina

Miitatra toy ny sima misioka ny olan’ny fampianarana. Nidina an-dalambe sy tonga nandrava ny mpianatra teny amin’ny Lisea Analamahitsy ny mpianatry ny sekoly teknika LTP Alarobia omaly maraina.

 

 Nitohy teny amin’ny Lisea Nanisana izany ka rava ny fianarana. Nihazo an’Analakely sy Anosy avy eo. Mahagaga kosa ny tsy fisiana baiko fisakanana nataon’ny mpitandro filaminana, tsy tahaka ny hetsika politika hanetsehana rezimanta be, kanefa tena nisy ny fidinana an-dalambe. Ao anatin’ny fitokonana moa ny mpampianatry ny lisea maromaro eto Antananarivo amin’izao fotoana izao, ary niditra an-tsehatra tamin’ity herinandro ity ihany koa ny Lisea teknika. Noho ny fikatsoan’ny fianarany, dia tonga nandrava ny hafa hanamafy ny hetsika hivalian’ny fitakian’ireo mpampianatra azy ireo mpianatra, raha halalinina ny raharaha. Isan’ny antony ilay raharaha “panier garni” 65 000Ar, ankoatra ny olan’ny fampianarana miseho amin’ny endriny samihafa. Efa nisy ny antso avo nataon’ireo mpampianatra mba hidiran’ny Filoham-pirenena an-tsehatra hitondrany fanazavana sy vahaolana, saingy hatramin’ny omaly tsy mbola nisy valiny. Lojika Mikatso tanteraka ny fampianarana miankina amin’ny fanjakana na ny ambaratonga fototra na ny ambaratonga ambony noho ny fitakiana. Heverina ho efa fambara ratsy ho an’ny fanjakana noho ny fahadisoam-panantenan’ny olona io. Tany amin’ny taona 2018 nanaovany propagandy ny Filoha, dia efa nampiharihary fa manam-bola be ary afaka hanova zavatra. Tamin’ireny dia efa nozarina nomena vola sy zavatra ny olona satria nalaza tamin’izany fa manana 192 tapitrisa euros natontona tamin’ny propagandy ny kandida Rajoelina. Vao propagandy dia efa izany, mainka fa lasa filoha! Ny olana maro samihafa eo: delestazy, olan’ny mpampianatra, fidangan’ny vidim-piainana,… fa ny fanjakana mahavita mampiseho fa manam-bola be hiasana. Handaniana hatrany amin’ny 77 tapitrisa dolara ny fanavaozana kianja, ny hanomezana 5 miliara dolara ny depiote,… koa tsy rariny sy hitsiny ve raha mitaky ny zony sy ny valin-kasasarany ny mpampianatra? Ny zanaky ny mpitondra firenena eto amintsika moa saika amin’ny sekolin’ny manan-katao na eto an-toerana na any ampitan-dranomasina, ka lojika raha tsy tsapany sy toa iniany tsy jerena ny olan’ny fampianarana sy ny fanabeazana eto, indrindra fa ny miankina amin’ny fanjakana.

Toky R

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AVIHanao fihaonam-be nasionaly

Antoko efa nangina nefa manohana ny fitondram-panjakana ny antoko AVI (Asa Vita no Ifampitsarana)

 

ary maneho ny fahavononany hiatrika ny faha-30 taonany hibanjinany ny fampandrosoana an`i Madagasikara raha mbola 24 taona izy amin`izao. Mikasa hanao fihaonam-be nasionaly amin`ny 24 janoary izao ho mariky ny fijoroany izy ireo. Ny antoko AVI miatrika ny faha-30 taonany no lohahevitra amin`ny  fihaonam-be nasionaly hatao etsy Anosy. Hiatrika ny fampandrosoana ny antoko miaraka amin’ireo olom-boafidiny. Marihana fa nahazo ben`ny tanàna maherin`ny 80 sy mpanolotsaina 230 ny AVI tamin`ny fifidianana farany teo. Tsy niova ny foto-kevitra fa fitondrana tsara tantana, fanjakana tan-dalàna, fanajana ny zon`olombelona. Tsara ny manarika fa ny AVI dia ao anatin`ny vondrona politika ARMADA. Rehefa miteny AVI anefa dia Ingahy Ratsirahonana Norbert Lala no ao an-tsaina. Efa  namory ny antokony izy tamin`ity fiandohan`ny taona ity. Mihamafana ny raharaha politika ary maro ny resaka mandeha amin’izao. Raha vao nipoitra ingahy Ratsirahonana Norbert Lala dia lasa ny eritreritra fa hisy fanonganam-panjakana ve eto ? Izy rahateo tsy mba mipoitra firy hatramin’izay raha tsy hanongam-panjakana. Ho hitan-tsika eto indray ny tohin’ity raharaha ity.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

GovernemantaMinisitra 8 no hotazonina…

Ho feno herintaona katroka amin’ny 24 janoary izao ny nitsanganan’ny governemanta voalohany tato anatin’ny fanjakana Rajoelina.

 

 Nambaran’ny filoha tany amin’ny fitsanganan’ny governemanta fa misy ny “contrat-programme”, ka hotombanana isaky ny 6 volana ireo mpikamban’ny governemanta. Ny minisitry ny fampianarana ambony Rtoa Rejo Felicité Fienena ihany no hany minisitra nesorina nasolo an-dRtoa Blanche Nirina Richard tamin’ny 24 jolay 2019. Tsy maintsy niala tao anatin’ny governemanta ny minisitry ny raharaham-bahiny Naina Andriantsitohaina, rehefa nirotsaka ben’ny tanàna, ka ny praiminisitra no nisolo azy vonjimaika. Anisan’ny minisitera iankinan’ny fiandrianam-pirenena io, saingy tsy nisy fanendrena hatramin’izao. Nesorina ny minisitry ny angovo Vonjy Andriamanga ny 29 oktobra rehefa nisy olana goavana ny famatsian-tsolika teto Madagasikara, ka ny minisitry ny paositra sy ny fifandraisan-davitra Christian Ramarolahy no miantsoroka ny toerany. Tsy maintsy ho avy ny tombana ato ho ato, saingy heverina fa aorian’ny alahady 19 janoary faherintaona katroka nandraisan’ny filoha fahefana hisian’ny fambolen-kazo faobe no ho avy ny fanovana governemanta. Mbola hetsehina avokoa mantsy ny minisitera rehetra amin’io fambolen-kazo io. Raha ny fikaroham-baovao, dia mety 8 amin’ireo minisitra ankehitriny no hotazonina amin’ny toerany. Handrasana izay tena hiseho. Raha izay, mazava ary miaiky ny fanjakana fa ratsy ny vokatra ary “negatifs” na miiba ny tombana.  Ireo minisitera isehoana olana amin’izao fotoana dia mety handao ny toerany avokoa. Ny fanabeazam-pirenena, ohatra, dia efa notsongaina manokana tao anatin’ny fanambaran’ny governemanta tamin’ny mpitondra teniny dia ny minisitra Lalatiana Rakotondrazafy fa hanaovan’ny IGE (Inspection Générale de l’Etat) fitsirihana. Misy minisitra re siosio fa efa mitsiriritra mafy ity toeran’ny minisitry ny fanabezam-pirenena ity. Andrasana izay hiseho.

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

TETIKASA « TANT’ART » : Havoitra amin’ny alalan’ny hosodoko ny tantaram-pirenena sy ny fahaiza-mi...

Tsy fivoizana ny kanto fotsiny ny tetikasa fa fampifamatorana ny zavakanto sy ny tantara koa. Ny tantaran’i Madagasikara sy ny mombamomba ireo mpanjaka miisa 16 nanjaka teto no ezahina avoitra amin’ny alalan’ny sary hosodoko sy ny fahaiza-miangaly.

Hiainga amin’ny angom-baovao sy tahirin-kevitra samihafa no handrafetana ny sarin’ireo mpanjaka 16 hanaovana ny fifaninanana. Izay mpifaninana mahavita sary hosodoko tsara indrindra amin’izy 15 mpifaninana no horaisina. Hisy ny loka hatolotra any am-piafaran’ny fifaninanana izay haharitra valo volana eo ho eo, ka handeha 15 minitra isan-kerinandro ao amin’ny fahitalavi-panjakana. Hisy hatrany koa ny fanaovana tombana isaky ny dingana vita arakaraka ny fandrosoan’ny fotoana ho an’ireo mpifaninana. 

Hatolotra ny lapan’i Manjakamiadana ny zava-bita tsara indrindra kanefa kosa tsy hiala maina izay telo voalohany amin’io fifaninanana io fa hisy ny valisoa sy loka homena azy ireo. Manginy fotsiny ny fampianarana sy fanofanana ho azony, tsy eo amin’ny lafiny hosodoko ihany fa eo amin’ny lafiny tantara koa indrindra indrindra. 

Marefo ny tahirin-kevitra ananan’i Madagasikara

Mbola marefo ny tahirin-kevitra ananan’i Madagasikara raha ny tantara no itodihana. Tsy misy afa-tsy ny sarin’ny mpanjaka Andrianam-poinimerina sy Radama I sy Radama II, Ranavalona telo nifanesy ary Rasoherina mantsy no hita any anaty vako-pirenena. Entina hanatevenana izany indrindra ity tetikasa ity. Tsy hionona fotsiny amin’ny aingam-panahiny ny mpifaninana fa tsy maintsy hampifamatotra izany amin’ny alalan’ny tantara sy ny fikarohana nataony.

Tantara sy ny tahirin-kervitra no hananganana endrika na hoe hampisalorana ny mety ho endrik’ireo mpanjaka hafa toa an-dRafohy sy Rangita, nanjaka teto Imerina, Ramaka tany Tolagnaro, Betty tany Sainte Marie, Andriandahifotsy tany Menabe, Tsimiaro tany avaratra sy ireo mpanjaka hafa. Mahatratra 16 ny fitambarany amin’izao voalohany izao. Tsy ireo ihany akory no nanjaka teto Madagasikara fa ireo aloha no hanaovana fifaninanana amin’izao dingana voalohany izao. 

Tsy nironan’ny Malagasy loatra

Nanazava ny mpahay tantara, Haja Ratsimbazafy, izay sady komity mpikarakara ity tetikasa ity fa tsy dia nironan’ny Malagasy loatra tany aloha tany ny fanaovana hosodoko ireo olomanga teo anivon’ny fiarahamonina. «  Tsy ampy sary loatra ny tantaran’i Madagasikara, indrindra ireo mpanjaka tany aloha tany. Nahavita nanangana vatolahy tetsy sy teroa ny faritra sasany fahiny saingy tsy tao an-tsainy loatra ny fananganana sary vongana na koa fisokirana sary teny amin’ny rindrina sy teny amin’ny vato nanehoana endrik’olona na ny ao anatin’ny fianakaviana io na ny mpitondra. Azo tarafina tamin’ny kolontsaina jiosy ihany angamba izany  », hoy Ratsimbazafy Haja, sady mpahay tantara no mpanao gazetin’ny Tvm. Voalaza moa fa ny Jiosy dia voarara tsy hanao sarin-javatra voasokitra na eny amin’ny tany ambany na eny ambony araka ny voalazan’ny Baiboly. «  Ankehitriny vao miezaka mamorona ny tsy misy isika, miezaka mamerina sy mitady ireo very teo amin’ny tantarantsika hahafahana maneho amin’ny zanaka amam-para any aoriana ny zava-nisy teto  » ; hoy kosa ny Talen’ny Tvm,  Andrianarijaona Herizo.  Mpitsara matihanina

Nofantenana manokana hitsara ity fifaninanana ity ry Raparivo Tiana, anisan’ny mpahay sary hosodoko diso fantatry ny maro.  «  Hiavaka ity fifaninanana ity fa tsy tahaka izay nisy hatramin’izay. Sarotra io satria ny eritreritry ny mpifaninana no hotsaraina ary ampifanarahana amin’ireo angom-pikarohana isam-paritra manambara ny mombamomba ireo mpanjaka ireo. Mety hisy ny hoe sary tsara haingo, voangaly tsara ary mahafa-po zato isan-jato ny fampiasan’ny mpifaninana ny loko ao anaty hosodokony saingy raha tsy mifanaraka amin’izay voalazan’ny tantara sy ny angom-pikarohana izany dia ho zava-poana ihany  », hoy ny nambarany.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

BAOLINA KITRA : Nomena birao manokana etsy Mahamasina i Nicolas Dupuis

Ankoatra ny maha manam-pahaizana manokana momba ny kitra azy,  mpanazatra ny ekipam-pirenena Barea koa izy no sady tale tekinika nasionaly eo anivon’ny Federasionan’ny kitra malagasy (FMF). Noho ireo andraikitra mavesatra iantsorohany ireo indrindra dia nanokanan’ny Minisiteran’ny tanora sy ny fanatanjahantena birao manokana ao amin’ny lapan’ny Kolontsaina sy fanatanjahantena ao Mahamasina ny lehilahy.

Ny Minisitry ny tanora sy ny fanatanjahantena, Tinoka Roberto no nitarika ny fotoana nampahafantarana tamin’ny mpanao gazety tamim-pomba ofisialy ny fananan’ity tekinisianina frantsay ity birao fiasana manomboka izao. Araka ny efa nandrenesantsika rehetra azy tamin’ireny fitsenana ny Barea tamin’ny 13 jolay 2019 tetsy Mahamasina ireny dia nametrahan’ny Filoham-pirenena andraikitra amin’ny fitiliana ireo mpikatroka manan-talenta eo amin’ity kitra ity manerana ny Nosy koa i Nicolas Dupuis ary izy no hanofana dieny izao ireo ho dimbin’ny Barea rahatrizay. 

Manana manam-pahaizana sy teknisiana maro ifandraisana rahateo ny mpanazatra Nicolas Dupuis, saingy hatramin’izay dia any amin’ny trano fonenany no handraisany ireny noho ny tsy fananany birao manokana.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

ANTANANARIVO : Handray fahefana manomboka rahampitso i Naina Andriantsitohaina

Ao amin’ny lapan’ny tanànan’Antananarivo ihany no hanaovana ny lanonana ary hatao mandritra io koa ny hametrahana ny samboady ho an’ny Ben’ny tanàna vaovao. Asa maro no miandry ny Ben’ny tanàna, Naina Andriantsitohaina raha tsy hilaza afa-tsy ny fanarenana ny tanàna, famoronana tsena vaovao ho an’ny mpivarotra ary fanadiovana ireo lakan-drano tsentsina vokatry ny gaboraraka nataon’ny mpitantana teo aloha.

Raha tsiahivina kely, efatra taona mahery no nitantanan-dRamatoa Lalao Ravalomanana ny renivohitr’i Madagasikara saingy tsy hita loatra izay nisongadina nandritra izay. Toa mainka aza nidi-kizo Antananarivo. Tapitra lafo avokoa ny lalan-kely sy ny tanin’ny kaominina maro raha tsy hilaza fotsiny afa- tsy ny fivarotana ny EPP Behoririka sy ireo maro hafa. Nanjaka tanteraka ny gaboraraka ary tsy nisy vahaolana maharitra noforonin’ny mpitantana ny tanàna.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

FAMBOLENA KORONTANA : Maty momoka ary tsy nisy vokany ny fitakian’ny Tim

Hetsika nambaran’izy ireo fa hitakiana ny marina mahakasika ny fifidianana Ben’ny tanàna sy mpanolotsaina izay natao tamin’ny 27 novambra lasa teo iny. Tsy nanaiky ny fahareseny ny Tim ary niahiahy hosoka tamin’ny lisi-pifidianana izay nampiasaina nandritra ny fifidianana. Mazava anefa ny fanapahan-kevitry ny Fitsarana fa tsy misy mitombina avokoa ireo fitoriana napetrany. Nanizingizina ny filoha nasionalin’ny antoko Tim fa mazava be ny fitoriana napetrak’izy ireo miaraka amin’ny vavolombelona. 

An-kilany anefa ny Fitsarana dia nanamafy fa tsy ampy ny porofo. Midika izany fa nikasa hanao bontolo indray ny Tim tamin’iny fifidianana. Nanantena ny mbola hibata fandresena kanefa tsy araka ny noheveriny ny zava-nitranga. Nilaza ireo lohandohan’ny mpisorona eo anivon’ny antoko fa hanao hetsika mipoaka sy goavana kanefa hatreto tsy nandrenesam-peo intsony. Nandritra ilay hetsika fidinana an-dalambe nokasain’izy ireo hatao teny Anosy aza dia zara raha nisy olona tonga nanotrona azy ireo. Tsy mety tonga saina ny Tim fa efa ahanjahanjan’ny vahoaka eny  an-dalam-be. 

Taorian’ny famoahana ny voka-pifidianana ofisialy iny dia mbola nandrahona ny hanao hetsika sy hanohy ny tolona ihany izy ireo kanefa toa nangingina hatramin’izao. Ny Ben’ny tanàna teo aloha, Ravalomanana Lalao aza vao nahare ny voka-pifidianana ofisialy avy hatrany dia nangorona ny entany tao amin’ny Kaominina. Midika izany fa manaiky resy ity farany ary manaiky fa efa naloan’ny vahoakan’Antananarivo.

Ny famindram-pahefana aza raha afaka  andro vitsy. Anisany tena andraindrain’ny vahoakan’Antananarivo fatratra ny hisian’ny fampandrosoana ato anatin’ny fotoana fohy. Andraindrain’ny rehetra ihany koa ny hisian’ny fitsirihana amin’ireo lalam-bolan’ny Kaominina ka ahafantarana izay fototra nahatonga ny tanàna tsy handroso tao anatin’izay efa-taona teo aloha izay.

INV

Ino Vaovao0 partages

AMBATO BOENY : Kaominina lavitra andriana isaky ny fotoam-pahavaratra noho ny faharatsian’ny lalana

Isan-taona vao vantany mijojo ny orana isaky fotoham-pahavaratra dia tsy maintsy misedra ny fahasarotana eo amin’izay lalana izay ireo mponina any amin’iny faritra iny. Nampanantena anefa ireo mpitondra ankehintriny, hoy ny ben’ny tanàna ao an-toerana, tamin’ny fitsidihana natao tao Ambatro Boeny, fa hisy fanamboarana tsy ho ela ny ampahan-dalana izay tena ratsy tanteraka. 

Saingy ny nahazendana ny vahoaka niandrandra fatratra izany ny tsy nahatafidiran’io fikojana ny lalana io tao amin’ny fandaniana ny tetibolam-panjakana ho an’ny taona 2020. Niantsoan’ity ben’ny tanàna ao an-toerana, izay efa nitantana ny kaominina io teo aloha mba hampidirana izany fikojana izany ho amin’ny fanitsihana ny tetibolam-panjakana manaraka. 23 kilaometatra miainga eo aminy fiolanana ao Andranofasika no misy ity tanànn’Ambato Boeny, saingy adim-pamantaranora efatra be izao no hanaovan’ireo fiara tsy mataho-dalana azy ity ary tsy maintsy ampitaina aminy alalan’ny baka sarihin-tanana ny fiara rehefa tonga eo aminy lalana tapaka na ny "radier" voalohany sy faharoa.

Fokontany telo ambin’ny folo no mandrafitra ny kaominina Ambato Boeny tampon-tanàna, ary ny vokatra lojy sy ireo voamaina isan-karazany no mampalaza ity renivohitry ny distrika iray anatin’ireo enina ato aminy Faritra Boeny ity. Ireo mpanangom-bokatra no mizaka ny tsy eran’ny ainy rehefa fotoam-pahavaratra toy izao, noho ny fikatsoan’ny vokatra avy any an-toerana eo amin’izay fahatapahan-dalana isan-taona izay. Koa niantso ny fitondrana izy ireo mba hijery akaiky ny vahaolana fa lasa tonga lavitra andriana ny mponina any amin’iny faritra iny, ary misy fiantraikany amin’ny fiakaram-bidin’ny vokatra vatsiana avy any an-toerana atobaka aty ambonivohitra io fahatapahan-dalana iny, hoy ireo mpandraharaha misehatra amin’izany.

Marcos.

Ino Vaovao0 partages

FIRAISANKINAN’NY MPANABE : Tsy manaiky hanaovana fitaovana ny mpianatra malagasy

Teo ny fanondrotana ny karaman’ny mpiasam-panjakana sy ny fitsinjovana manokana ny mpanabe, izay tsy mbola nataon’ny mpitondra teo aloha hatramin’izay.”Nasian’izy ireo resaka koa ny mahakasika ny fihetsiketsehana nataon’ireo andiana mpianatra tamin’ny toeram-pianarana vitsivitsy eto an-drenivohitra. “Manoloana ny toe-drahraha misy eto amin’ny firenena ankehitriny dia manao antso avo izahay ato amin’ny sendika mba ho tony sy hanohy andraikiny avy ny tsirairay. Manao antso avo koa mba tsy hatao fitaovana enti-manakorontana ny mpianatra. 

Miangavy ny mpanao politika koa izahay mba tsy hatao fitaovana hanimbana firenena ny mpampianatra”, hoy ny voalazan’ny fanambaràna. Notoherin’izy ireo koa ny fanaovana fitaovana politika ny mpianatra sy ny mpampianatra. Araka ny fantatra mantsy dia andian’olona voakarama no nitarika ny fihetsiketsehan’ny mpianatra omaly ka nahatonga azy ireo nidina an-dalambe. 

Raha ny sary nivoaka tamin’ny tambajontran-tserasera tokoa mantsy dia tsy endrika mpianatra any amin’ny ambaratonga faharoa tahaka ny CEG sy Lisea no hita, omaly. Efa miverina nampianatra avokoa ireo mpampianatra amin’izao ary manao tohivakana ny fanambaràna ataon’izy ireo hanatsaharana tsy misy hatak’andro ity fihetsiketsehana ity. Mpampianatra any amin’ny Epp misa 93 eto Atananarivo Renivohitra no nanao fanambaràna, omaly, tetsy amin’ny Epp Soanierana, Behoririka.

Ny A  

Ino Vaovao0 partages

ISALO-VOHIPENO : Tafo miisa 1000, sakafo sy fitaovana no fanampiana natolotry ny fitondram-panjakana

Tafo fanitso miisa 1000, kojakoja fampiasa an-dakozia isan-karazany, vary 60 kitapo, ary voamaina 30 kitapo no natolotry ny fitondram-panjakana tamin’ny alalan’ny BNGRC ho an’ ireo tra-boina, entina hiatrehana ny fanarenana vaovao indray. Raha tsiahivina ny  tranga,  trano fiantsonan’ny  fiara  iray nirehitra  no nitarika ny   fahamaizana izay  niparitaka  nanerana ny  tanàna. 

Vokany, trano miisa 235 no lasibatra, izay vokatry ny tsy fifehezana ny afo noho ny  fahasarotana tamin’ny tsy fahampian’ny fitaovana  nampiasain’ny  mponina niaraka nisalahy  niady  tamin’izany .  Fantatra  tamin’ny  loharanom-baovao  voaray  hatrany  moa  fa manodidina  ny 1115 ireo tra-boina sy tsy manan-kialofana any an-toerana  amin’izao  fotoana izao ,  tsy nisy kosa ny aina nafoy. 

Nisaotra  ny  fitondram-panjakana    manoloana ireo  fanampiana marobe  voaray  moa ireto  farany. Miantso  ireo  malala-tanana hatrany  koa anefa  izy  ireo satria ao anatin’ny  fahasahiranana  tanteraka noho  ny  voina tampoka  nitranga.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ZAHATANY MAHAJANGA : Mbola olana ny fotodrafitrasa iantsonan’ireo sambo vaventy

Manana otrikarena sy fahafahana maro amin’izany isika, saingy mbola tsy ampy ny fahavononana amin’ny sehatra rehetra. 

Misy ihany koa ireo Tour operateur toy ny SETAM miasa mafy misintona ireo mpizaha tany eto Madagasikara amin’ny fomba rehetra. Ny alatsinainy teo no tonga teto Mahajanga ny “paquebot Serenissima”. Nitondra mpizaha tany maro izy ireo, ka ny 80 tamin’izy ireo dia nisafidy ny hitsidika an’i Madagasikara. Ny tanànan’i Mahajanga sy Ankarafantsika no notsidihin’izy ireo tamin’izany. Mbola olana tsy voavaha hatramin’izao ny fotodrafitrasa fandraisana azy ireo satria dia eny ampovoan-dranomasina no miantsona ny sambo. Midina amin’ny tohatra mamonjy ireo lakana mitondra azy eo amin’ny tafian’ny baka na “quai barriquand”.

Efa misy ihany ny ezaka nataon’ireo tompon’andraiki-paritra isan-tokony satria misy ny “comité d’accueil”iarahan’ireo sampandraharaham-paritra isan-karazany, ny fizahantany, ny fitaterana, ny zandary izay tarihin’ny ¨Prefet. Ao koa ny Auximad sy ny Ofisim-paritry ny fizahan-tany… saingy ny fandraisana sy fanatsarana ambony ihany no vitan’izy ireo fa ny fotodrafitrasa dia mbola lavitra ezaka. Maloto, antitra no sady tsy manara-penitra ny vavahady idiran’ireo vahiny ireo eto amintsika. 

Tsy mahatakona ny jangoany

Mba nasiana mpivarotra asa tanana sy mpandihy nandray azy ireo teny, nefa dia tsy mahatakona ny haratsin’ny toerana izay maimbo ihany koa satria fanariana maloto na jangoany ny eo akaiky eo. Tsy vitan’izany fa mbola ratsy dia ratsy koa ny lalana nefa dia voasokajy ho lalam-pirenena. Fotaka sy rano maloto mihandrona no ivoahan’ireo mpizaha tany avy eo sy iverenany ihany koa ny hariva rehefa vita ny fitsidihana nataony. Tarihina ihany ny sain’ny tompon’andraikitra isan-tokony mba hanao izay azo atao amin’io lalana mankany amin’ny tafian’ny baka sy ny tafia izay efa ratsy dia ratsy io satria fotodrafitrasa vita nandritra ny fanjanahan-tany nefa mbola tsisy fanamboarana sy fanatsarana hatramin’izao.

Efa misy ihany ny fotodrafitrasa nataon’i Orlando Robimanana sy ny kaominina Mahajanga eny amin’ny Soma beach, izay heverina mety handraisana sy mendrika handraisana ireo mpizaha tany ireo saingy tsy mety ara-teknika. Fotodrafitrasa mitovy amin’ny eo amin’ny Somabeach io no ilaina handraisana ireo mpizaha tany ireo satria na ireo olona antitra tsy afaka mihanika tohatra aza dia mba afaka hidina sambo hitsidika an’i Mahajanga. Vola vahiny maro no lanin’izy ireo mandritra ny fitsidihana na amin’ny fitaterana na amin’ireo vidim-pidirana na koa vidy taozavatra.

INV

Ino Vaovao0 partages

DINGADINGA : Misy lalàna mifehy izay tokony harahina toy ny jono hazandrano rehetra

Voafetra ny habe azo alaina ka ireo mihoatra ny 11cm raha mbola lena no farany kely azo alaina  ary 8cm kosa raha maina.

Tsy zavamaniry ny «  concombre de mer  » fa biby miaina anaty ranomasina. Anisan’ny mpampidi-bola amin’ny kitapom-bolam-panjakana izy io satria tena lafo eo amin’ny tsena aziatika. Ireo Aziatika moa no tena mpihinana azy io. 10 ka hatramin’ny 30 cm no halavan’ny «  concombre de mer  » lehibe amin’ny ankapobeny arakaraka ny karazany,  saingy misy mahatratra 3metatra kosa toy ny «  cordon mauresque  ». Maro karazana izy io ary misy ny miaina amin’ny rano marivo, misy kosa ny miaina amin’ny lalina. Misy ny atao hoe ‘collagène’ ny dingadinga ka araka ny fitsaboana sinoa dia manenjana sy mahamandina ny hoditra ka mahatanora lalandava. Toy ny trozona dia mihinana «  planctons  » koa izy saingy ny mampiavaka azy dia mihinana ireo fako (saingy tsy ny fako plastika) ao anaty ranomasina ka mahatonga ny anarany hoe mpanadio ny ranomasina.

Manana andraikitra lehibe ny dingadinga amin’ny fitazomana ny ranomasina hadio ahafahan’ireo karazana hafa miaina tsara. Maro koa mantsy ny hazan-dranomasina toy ny ‘langoustes’ tsy afaka mivelona amin’ny rano maloto. Mahatratra 500 USD ny kilao amin’ny karazany sasany any amin’ireo firenena aziatika, ka nampirongatra ny fitrandrahana azy io teto Madagasikara. Mora alaina mantsy satria biby tsy mahay miaro tena izy io, fa fandefasana ‘toxines’ no mba fiarovantenan’ny sasany aminy. Tsy afaka mandositra ihany koa fa mandady miadana.

Mihavitsy aty andrefana

Rehefa lany ny tamin’ny ranomasina marivo dia nanomboka nitrandraka ny tamin’ny lalina koa ireo mpanjono ka nampiasa ‘bouteille d’oxygène’ izy ireo tamin’izany. Tato aoriana moa dia noraran’ny fanjakana ny fakana dingadinga mitondra ‘bouteille’ mba hiarovana azy ireo. Nihavitsy hatrany izy ireo ka nahatonga ireo mpanjono mandeha lavitra hatrany maka azy io ary nisy tratran’ny tafika frantsay tany amin’ny ‘iles éparses’, taona vitsivitsy izay. Nogiazan’ireo Frantsay tamin’izany ireo fitaovam-panjonoana rehetra satria voakilasy ho faritra arovana ara-tontolo iainana any. Ankehitriny dia efa mihavitsy ny dingadinga aty amin’ny fari-dranomasina andrefan’i Madagasikara, ka efa nivadika amin’iny fari-dranomasina atsinana Sainte Marie iny indray ny ankamaroan’ ireo mpitrandraka azy io.

Ho fitsinjovana azy tsy ho lany taranaka dia efa misy ny vina hitaizana ny “holothuries” any amin’ny Faritra Atsimo Andrefana. Efa misy toeram-piompiana izay novatsian’ny Vondrona eoropeana vola ny fikarohana sy andrana amin’ny fampitomboana taranaka sy fiompiana dingadinga. Voalaza tamin’izany anefa fa mbola olana lehibe ny halatra, ka nahatonga ireo mpiompy tsy dia navitrika loatra. Efa misy ny fomba fanao vaovao sy dina hiarovana amin’izay halatra izay any amin’iny faritra iny saingy mbola mijanona ho andrana aloha hatreto. Na izany na tsy izany anefa dia tsena lehibe ho an’i Madagasikara ny fiompiana dingadinga raha voaaron’ny fanjakana ny fandriampahalemana sy ny halatra. Ahafahana mahazo vola vahiny maro no sady afaka mampiakatra ny fari-piainan’ny mpiompy sy mpanjono ihany koa. Ny olana moa dia misy hatrany ireo tsy te-hisasatra fa mitavana ny hatsembohan’ny hafa fotsiny dia ireo mpangalatra. Mampiditra fatiantoka mangitsoka maro ho an’ireo mpiompy nefa zara raha voasazy rehefa tratra.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

KAOMPANIA « GS AIRLINES » : Hanatevina ny zotra an’habakabaka eto Madagasikara

Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy, tamin’ny fiandohan’ity herinandro ity ny sidina voalohan’ny Vondrona Sipromad. Faritra maromaro eto Madagasikara no hiasan’ity zotra vaovao ity, ka tafiditra ao anatin’izany ny zotra mampitohy an’Antananarivo-Fianaratsoa-Mananjary-Antananarivo.

Araka ny fanazavana, fiaramanidina miisa roa no ampiasain-dry zareo amin’izao fiandohana izao ary mahazaka mpandeha miisa dimy sy valo avy izany. Hisy fiaramanidina hafa hafarana manokana hanampy sy hanatevina ny sidina, any ho any amin’ny volana Jona 2020 any. Nanazava ny talen’ny Kabinetran’ny Vondrona Sipromad fa  : «  Nosafidiana manokana ireo toerana ampifandraisin’ny «  GS Airlines  » ireo noho ireo faritra ireo manana toerana miavaka sy manintona mpizaha tany nefa ratsy lalna, ka manahirana ireo vahiny tonga eto ny mitsidika azy ». 

Nanatrika ny fitokanana ity zotra an’habakabaka vaovao ity moa ny Minisitry ny fitaterana, ny fizahan-tany ary ny famantarana ny toetr’andro. Nanterin’ny Minisitra nandritra izany fa efa nandritra ny 15 taona izay no tsy nisy sidina nampitohy ireo faritra ireo.

Ny A.

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirabeTratra ilay trafikana volamena 128 tapitrisa ariary

Tao amin’ny zaodahiny no nisitrika ilay mpiasa nangalatra volamena milanja 829g.

 

Lehilahy iray mpanefy volamena no voasambotry ny polisim-pirenena avy ao Atsirabe ny alakamisy 8 janoary  lasa teo noho ny halatra volamena. Fivadiham-pitokisana nataon’ilay mpiasa amin’ny mpampiasa azy no nahavery ny volamena  izay mitentina 128.000.000Ariary. Taorian’ny fitarainana izay nataon’ny tompon’ny volamena dia nanao ny fikarohana avy hatrany ny polisy tao Antsirabe, vaingam-bolamena milanja 1kg 963g no nampitondraina an’ilay mpiasa hoentina tefena avadika firavaka. Rehefa tonga tao amin’ny atelier dia navelany tao ny 1kg 117g ary nentiny nitsoaka kosa ny 846g. Tratra teny amin’ny tranon’ny zaodahiny ity olondratsy nitondra ity, ary tratra niaraka taminy tao koa ireo volamena nentiny nitsoaka izay nataony tao anaty gony nisy saribao. Efa naverina tamin’ny tompony moa ireto volamena ireto. Taorian’ny famotorana dia natolotra ny fampanoavana ity heverina ho mpangalatra ity.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendahana teny MahamasinaTelo lahy nifanenjehana ary voasambotra teny Andohalo

Mpisam na mpanao “cent mètre” ara-bakiteny tokoa ireo jiolahy telo lahy izay nifanenjehan’ny polisy tamin’ny tohatohabato “Razafindrazay” na 416 araka ny ny isany.

 Ny alatsinainy 13 janoary 2019 hariva lasa teo teny akaikin’ny Sarin’i Masina Maria Andohalo dia lehilahy mpanendaka miisa telo no voasambotry ny polisy miasa mpandrindra ny fifamoivoizana. Teny amin’ny faritra « Sainte famille » Mahamasina no nanatanteraka ny asa ratsiny izy telo lahy ireto ary nirifatra nitsoaka. Niantso ireo polisy miasa izay nandrindra ny fifamoivoizana teny an-toerana avy hatrany ilay niharam-boina. Nandray ny andraikiny kosa ireto farany tamin’ny fanenjehana azy telolahy izay efa nitsoaka niakatra ny 416 hihazo an’Andohalo. Tratra teo akaikin’ny sarin’ny Masina Maria izy telolahy ireo ary nentina, natolotra ny polisin’ny CSP5 Mahamasina. Anio no hatolotra ny fampanoavana izy ireo ireto. Nirohotra tato ho ato ny fanendahana eto an-drenivohitra. Maro ireo lasibatra amin’ny toerana be olona sy ny toerana mangina.

Haja Nirina

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendahana teny MahamasinaTelo lahy nifanenjehana ary voasambotra teny Andohalo

Mpisam na mpanao “cent mètre” ara-bakiteny tokoa ireo jiolahy telo lahy izay nifanenjehan’ny polisy tamin’ny tohatohabato “Razafindrazay” na 416 araka ny ny isany.

Ny alatsinainy 13 janoary 2019 hariva lasa teo teny akaikin’ny Sarin’i Masina Maria Andohalo dia lehilahy mpanendaka miisa telo no voasambotry ny polisy miasa mpandrindra ny fifamoivoizana. Teny amin’ny faritra « Sainte famille » Mahamasina no nanatanteraka ny asa ratsiny izy telo lahy ireto ary nirifatra nitsoaka. Niantso ireo polisy miasa izay nandrindra ny fifamoivoizana teny an-toerana avy hatrany ilay niharam-boina. Nandray ny andraikiny kosa ireto farany tamin’ny fanenjehana azy telolahy izay efa nitsoaka niakatra ny 416 hihazo an’Andohalo. Tratra teo akaikin’ny sarin’ny Masina Maria izy telolahy ireo ary nentina, natolotra ny polisin’ny CSP5 Mahamasina. Anio no hatolotra ny fampanoavana izy ireo ireto. Nirohotra tato ho ato ny fanendahana eto an-drenivohitra. Maro ireo lasibatra amin’ny toerana be olona sy ny toerana mangina.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

AmbositraKarohina fatratra ireo mpamatsy sy mpandray taolam-paty

Ao anatin’ny famotorana tanteraka ny mpitandro filaminana mahakasika ireo telo lahy tratra nitondra taolam-paty 5 sakôsy.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lakandranon’i MozambikaMety hisy rivodoza hiforona indray

Ny tsioka avy avaratra na avaratra andrefana no hamaritra ny andro eto Madagasikara ary arahina fandalovana andian-drahona izany amin’ny faritra Atsimo amin’ny fiafaran’ny herinandro,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tranoben’ny varotra eto AntananarivoHankalaza ny faha-100 taona

Nampahafantarina omaly tetsy amin’ny tranoben’ny varotra sy ny indostria eto Antananarivo, etsy Antaninarenina, omaly fa feno 100 taona amin’ity taona 2020 ity izany tranobe izany.

 

Maromaro ny hetsika hanamarihana izay. Handritry ny taona 2020 manontolo, hoy ny fanazavana, no hisy hetsika hatrany toy ny fambolen-kazo, ny fitokanana ny sekoly momba ny varotra sy ny indostria na ESTI etsy Antanimena ary ny fanavaozana ny tranobe etsy Antaninarenina koa. Ny andiany faha-7 amin’ilay hetsika ho an’ny famoronana “Voatra” kosa no hamaranana ny fankalazana. Raha tsiahivina, ny taona 1896 no nanomboka nisy ny tranoben’ny varotra teto Madagasikara. Ao anatin’ny rafitry ny minisiteran’ny varotra sy indostria izy ary natao hanatona indrindra ireo sehatra tsy miankina sy ny faritra nametrahana azy. Ho an’Analamanga manokana dia mandrakotra kaominina miisa 134 ao anatina distrika miisa 8 ity rafitra ity. Ny orinasan-tserasera Telma, izay mpanohana ofisialy ny hetsika, moa no hanampy amin’ny fampahafantarana ny lalana nodiavin’ity rafitra ity nanomboka tamin’ny niforonany ny 14 oktobra 1920 ka hatramin’izao, raha ny fanazavana hatrany.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mahabo AmbohidratrimoHatao fitaratra amin’ny fanampiana ireo zanaky ny tantsaha

Hatao fitaratra amin’ny fanohanana ireo ankizy zanaka tantsaha ny kaominina Mahabo, distrikan’Ambohidratrimo.

 

Tsy avela hijanona ao amin’ny taona voalohany sy faharoa toy ny teo aloha  intsony izy ireo ka  tsy hidanaka fotsiny  rehefa mahita ny fivoaran’ny hafa fa ezahina hahavita hatrany amin’ny taona famaranana hahazoany ny mari-pahaizana Bakalôrea. Amin’ny alalan’ny fananganana EPP sy CEG ary LISEA isaky ny fokontany na kaominina no hanatanterahana izany, hoy ny Ben’ny tanàna voafidy any an-toerana sady filoha tale jeneralin’ny toeram-pampianarana ambony Imgam. Rehefa  mahazo ny mari-pahaizana Bakalôrea ireo ankizy mpianatra dia hampianariny maimaimpoana ao amin’ity sekoly ambony iray  ity ary omeny torohevitra mba hamboly tongolo ao Mahabo ireo Ray aman-dreniny. Rehefa tena mahavokatra izy ireo, hoy hatrany Rakotoson Martin dia afaka manofa trano eto an-drenivohitra amin’izay ary mandoa saram-pianarana ara-dalàna. Hiitatra hatrany ny fifanohanana ka rehefa tena vonona ny handroso ireo mpianatra dia afaka mindram-bola ao amin’ny BGFI amin’ny alalan’ny Imgam hanaovany asa fandraharahana.  Nomarihiny fa izao no hatao dia hanovana endrika ny politika eto amintsika hanosehana ny madinika hanana ny anjara masoandrony.

Pati sy Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamorana ny varotra sy fandraharahanaVola 39,2 tapitrisa Euro no azon’i Madagasikara

Notanterahina omaly tetsy amin’ny minisiteran’ny Toekarena sy ny fitantanam-bola Antaninarenina ny fifanaovan-tsonia fiaraha-miasa amin’ny Banky Afrikanina ho amin’ny Fampandrosoana (BAD) sy ny Vondrona Eoropeanina ary ny Governemanta Malagasy.

 

 Famatsiam-bola mitentina 39,2 tapitrisa Euro na 160 520 864 000 Ar (1euro=4094,92 Ar) no nomena an’i Madagasikara mba ahafahana manatanteraka ilay tetikasa PACFC (Projet d’Aménagement de Corridors et de Facilitation du Commerce). Voakasika amin’izany ny any amin’ny faritra Atsimon’i Madagasikara ka tanjona ny tsy hampitokana-monina, indrindra ny hanamorana ny varotra sy ny fandraharahana. Fanatsarana ny fifanakalozana ara-barotry ny firenena Malagasy ao amin’ny tsena iraisam-pirenena SADC sy COMESA ihany koa ny antom-pisian’ny tetikasa. Mitentina hatrany amin’ny 217 tapitrisa dolara na 799 430 170  000 Ar (1dolara=3684,01Ar) ny fanatanterahana ny PACFC mandritra ny 5 taona (2019-2024) ka ny 90 tapitrisa dolara na 331 560 900 000 Ar dia famatsiam-bola efa azo avy amin’ny BAD. Tafiditra amin’izany ihany koa ny fanamboarana ny lalam-pirenena RN9 sy ny RN12A any Atsimo Atsinanana izay mampifandray an’i Vangaindrano, Masianaka ary Fort-Dauphin. Vinavinaina hatrany amin’ny 3 tapitrisa mahery ny mponina voakasik’ity tetikasa goavana ity ary sehatra maro no hilofosana. Anisan’izany ny fambolena, ny jono, ny fizahantany izay hanatsarana hatrany ny sehatra ara-barotra sy ny fandraharahana. Amin’ny fiafaran’ny tetikasa dia tombanana hatrany amin’ny 300 ireo orinasa madinika sy salantsalany (PME) any amin’ny faritra,  izay ahitana 5000 olona eo ho eo ho afaka hisedra ny tsena iraisam-pirenena ary ny 50% amin’izany dia ezahina ho vehivavy avokoa.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Polisim-pirenenaHitohy ny fanadiovana amin’ny kolikoly

Nahitam-pahombiazana ny mpitandro filaminana nanakaiky ny vahoaka na “police de proximité ».

 

 Tohizana izany amin’ity taona vao manomboka ity. Io no fanambaran’ny minisitry ny filaminam-bahoaka teny Ivato, ny zoma teo raha nilaza ny tetikasany izy. Namerina ny fitokisan’ny vahoaka ireo mpitandro filaminana ity hetsika manokana nentin’ny fitondrana izay mijoro ity. Maro ireo basy sy jiolahy tratra, noho io fanatonana ny vahoaka io. Andrandrain’ny olompirenena moa ny hampitomboana hatrany ny isan’ireo mpitandro filaminana misahana ireo faritra mena eto an-drenivohitra sy Toamasina izay efa samy malaza ratsy. Ankoatra ireo toerana, miandry fandaminana avy amin’ny mpitandro filaminana koa isahanana ny filaminana amin’ny alina sy ny fotoanan’ny rotsak’orana izay fanararaotan’ireo jiolahy.

Nanizingizina hatrany ny lehiben’ny polisim-pirenena ity fa  hitohy hatrany ny fanajana fitsipika. Tsy hilefitra hatrany amin’ireo mpiray tsikombakomba amin’ny mpanao ratsy sy mpanao kolikoly ao amin’ny mpitandro filaminana ny tompon’andraikitra. Tsy hatsahatra ihany koa ireo ezaka nahitam-bokany tahaka ny fiarovana ireo marefo eo anivon’ny fiarahamonina. Hitohy hatrany ny fanadiovana amin’ny ady amin’ny kolikoly eo amin’ny sampandraharaha fakana “passeport” sy ny filaminana eo anivon’ny seranam-piaramanidina ary handraisana fepetra hentitra tahaka ny “police de la route” izany.  Mampitaraina ny mpanjifa ka mitaky fandraisana fepetra ireo taksibe tsy manaja bokin’andraikitra izay mihodina an-dalana sy mamonjy fodiana mialoha.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ankizy tsy hita teny ItaosyIzay vao nipoitra ny tena marina

Izao vao tena fantatra ny marina mahakasika ireo ankizy telo mianadahy very teny Itaosy ny herinandro lasa teo ary efa hita soa aman-tsara. Rangahy iray izay tsy fantatr’izy ireo no nolazainy tamin-dReniny fa nanambitamby vola azy ary nitaona azy ireo mba hanaraka azy.

 

Ankoatra ilay vola efa nomeny mantsy dia mbola nampanantena zavatra  hafa azy telo mianadahy ihany koa ilay Rangahy ka roboka izy ireo. Nentin’ilay Rangahy taxi-be izy telo mianadahy taorian’izany ary nariany teny Anosizato noho ny antony tsy fantatra.Raiki-tahitra ireo farany noho ny zava-nitranga, ny andro rahateo efa nihamaizina ka  ka lasa nandeha dia an-tongotra  nankeny amin’ny tonelina  Ambohidahy, mba hitadiavana toerana hatoriana.Tamin’izay indrindra anefa no nisy nahita izy ireo ka  nanatitra azy nody   teny an-tranony eny Itaosy. Tsy nisy araka  ny feo nandeha teo aloha moa ilay resaka fiara 4x4 izay voalaza fa naka azy ireo. Na izany aza dia salama  tsara izy telo mianadahy kely ireto.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

JIRAMANisokatra omaly ny “sous-caisse” Manakambahiny

Miezaka manakaiky kokoa hatrany ny mpanjifa ny orinasa JIRAMA. Nisy omaly talata 14 janoary ny fanokafana « sous-caisse » vaovao etsy Manakambahiny.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanarahamaso ireo fiara fitaterana50 000 Ar isam-bolana ny saran’ny fametrahana GPS

Nampahafantarina omaly tetsy amin’ny PK0 Antanimena ny mahakasika ny tolotra GPS apetraka amin’ny fiara.

 

Maro be ny tombony azo amin’izany ka anisany ny ahafahana manaraka amin’ny finday ho an’ny tompona fiara, ny fotoana sy ny toerana misy ny fiara. Misy ihany koa ny tatitra azo amin’ny fampiasana GPS tahaka ny lalana vitan’ny fiara . Eo koa ny fampahatsiahivana raha efa akaiky lany ny Assurance na ny Visite technique. Ankoatra izay dia misy ny bokotra potserina fotsiny (bouton panique) raha sendra misy ny loza ary manome famantarana ny GPS raha mandeha mafy loatra na misy zavatra tsy tomombana ny fiara. Amin’izany rehetra izany dia efa misy vovonana iarahan’ny Antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety (ATT) sy ny zandarimaria izay miasa amin’ny 24/ 24ora ka raha sendra misy loza dia ny mpitandro ny filaminana akaiky indrindra ilay fiara no ho tonga avy hatrany. Tombony amin’izany ihany koa ny fandrindrana ny fifamoivozana sy ny taksibe amin’ny hifamoivoizan’ny fiara (heure de pointe), ny fitsinjarana ny fiara fitaterana anaty zotra, ny fampihenana ny fitohanana an-drenivohitra ary ny fampiasana application ahafantarana ny ora handalovan’ny fiara horaisin’ny mpandeha. Rehefa izay dia hosorohana ny lozam-pifamoivozana, ny tsy fanarahana ny bokin’andraikitra, ny tsy fanarahan-dalàna mampitaraina ny mpandeha, ny halatra fiara ary voakojakoja ho azy ny fiara. Hiova ny fitondrantenan’ny mpamily noho izy mahafantatra fa arahi-maso satria na ny hafainganam-pandeha aza vao mihoatra ny 80Km/h dia hisy zavatra haneno. Ny ligne D mampitohy an’i Vassacos- Ivato moa no natao fanandramana tamin’ity tetikasa ity ary nilaza ny tompon’andraikitra fa hatreto dia tsy nisy fandikan-dalàna hita. 70 eo ho eo amin’izao ny fiara mampiasa GPS ary 50 000 Ar isam-bolana ny sarany. Maro ny mpitatitra no mbola misalasala ary misy ny nanambara fa mavesatra izany saingy nilaza ny tompon’andraikitra fa ireo izay mampiasa ny GPS dia afaka misitraka tombony tahaka ny fampidinana ambany kokoa ny Assurance sy ny fahafahana mahazo kojakojana fiara mora tahaka ny kodiarana noho ny fiaraha-miasa misy.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny fampianarana ambonyNotoloran’i India boky miisa 100 000

Boky fianarana manodidina ny 100 000 ahitana lohateny 37 no natolotry ny governemanta indiana ho an’ny minisiteran’ny fampianarana ambony sy ny fikarohana ara-tsiansa.

 

 Tamin’ny alalan’ny Ambasadaoron’i India miasa sy monina eto Madagasikara, Atoa Abhay Kumar no nanolorana ireo fanomezana ireo. Ahitana taranjam-pampianarana maro toy ny Matematika, ny fizika simia ary ny siansa ireto boky ireto ary mifandraika tsara amin’ny fampianarana eny anivon’ny ambaratonga ambony. Mitondra fahalalana goavana ary lalana hitondra amin’ny fahombiazana ho an’izay te hahomby ny famakiam-boky, hoy ny ambasadaoron’i India. Ny ivontoeram-pirenena mampianatra ny teny anglisy CNELA  sy ny trano fampirantiana sy fampiofanana etsy Tsimbazaza no hampiasa ireto boky ireto ary eo ihany koa ireo trano famakiam-boky eny amin’ny oniversite.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Seranam-piaramanidin’i Nosy beMifoha indray ny raharaha 2004

Anisan’ny fitaratra ho an’i Madagasikara i Nosy be ary anton’izay dia noho ny hatsaran’ireo mponina sy ny fotodrafitrasa ary ny zava-misy

 ao aminy, hoy ny mpanao politika sady mpandraharaha ara-toekarena ao an-toerana, Joseph Yolland. Tompon’ny soso-kevitra ny amin’ny tokony hametrahana seranam-piaramanidina iraisampirenena ao ny tenako ny taona 2004. Natao ny seranana noho izany ka nanjary nanana seranana iraisampirenena miisa 2 isika. Ny zava-misy dia henjehin’ny fitsarana ny tenako fa nanapaka volon’olona sy nanompa olona ary namotika kolontsaina nanamboarana io seranana io. Izany hoe « destruction de culture, violence et voix de fait » no fiampangana. Tsy mbola nitana antsy aho fa ny nitady ny famatsiana hanamboarana ny seranana no nataoko. Loholona moa ny tena tamin’izany. Ny OMC tao an-toerana no nisahana ny famindrana sy fiarovana ireo vahoaka nonina teo amin’ny toerana nisy ny seranana. Nanaiky ny vahoaka ary samy nandray ny onitra sahaza azy teny anivon’ny tahirim-bolam-panjakana. Mifoha ny raharaha ankehitriny ary tsy misy fampahafantarana mialoha na “prescription” avy amin’ny tribonaly akory. Tsy mampaninona ny henjehina noho ny fitiavan-tanindrazana, hoy hatrany i Joseph Yolland, ary raha te hanakatona indray ny seranana iraisampirenena ny fitondram-panjakana ankehitriny sy ny fitsarana na hampisy korontana ao Nosy be dia ho hita eo.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny toekarena malagasy« Ny sain’ny mpianatra toekarena mihitsy no nosimbana »

Tsy misy manana tombontsoa amin’ny hisian’ny ady na ny iranianina na irakianina ary samy matahotra izany ny roa tonta,

hoy ny mpahay toekarena, Jean Jacques Ratsietison, raha nanao ny famakafakany mikasika ny mety ho fipetraky ny vidin-tsolika amin’ity taona ity. Marihina moa fa nidina 0,6 ka hatramin’ny 0,9% izany ankehitriny eo amin’ny sehatra iraisampirenena. Tsy hisy fiantraikany any amin’ny vidin-tsolika, hoy izy, io raharaha io. Tokana foana ny vahaolana ho an’ity mpahay toekarena ity dia ny fanafoanana ny MID na ny “marché interbancaire de devise”.  Iverenana ny tahabola tsy miovaova ary hakarina 200% ny sandam-bola Malagasy fa tsy mety intsony raha 100% fotsiny toy ny nolazaiko tamin’ny taon-dasa, hoy izy, satria efa potika ny firenena dia mba hidina ¼ ny vidin-tsolika. Tsy misy mahay na inona na inona eo amin’ny fitondrana. Misy ny atao hoe “achat a terme”. Ahafahana mifanaraka amin’ny mpivarotra io mba tsy hiovaovan’ny vidin-tsolika eto Madagasikara, hoy izy, satria tsy voafehy ny fiovana any ivelany. Tsy misy tany tafavoaka kanefa tsy tompon’ny volany izany ary isika tsy tompon’ny ariary. Raha vitantsika anefa ny mamerina ny fiandrianan’ny volantsika dia manana fiandrianam-pirenena ho azy isika. Ariary no vola mihodina eto fa tsy ilana banky iraisampirenena sy FMI, hoy ny tenany. Rehefa tompon’ny ariary isika dia hividianana entana any ivelany sisa no ilana ny Euro sy Dolara. Anjarantsika ny manao izay hamokarana devizy satria ny devizy miditra izao tsy antsika fa lasan’ny “banque primaire”, izany hoe an’ny vahiny. Izany no tokony hataontsika, hoy hatrany ny tenany, saingy ny olana dia hatramin’ny sain’ny mpianatra toekarena koa efa nopotehina. Nampidirin-dry zareo mpampiditra ny MID tamin’ny taona 1994 tao anaty fandaharam-pianaran’ny taona voalohany fa ny lalàna ny tolotra sy ny tinady no mifehy ny vola. Rehefa tsy mamoaka izay ilay mpianatra dia tsy azo ny diplaoma. Hany ka sady karazana takalon’aina izy no tsy tafavoaka isika, hoy hatrany ny tenany.

J. Mirija

 

La Vérité0 partages

Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour

Il refait surface sur les réseaux sociaux, à travers une lettre ouverte adressée à l’actuel homme fort de Madagascar, Andry Rajoelina, et dans laquelle il se pose en donneur de leçons à l’égard de ce dernier. L’homme croit sans doute qu’avec le temps, le commun des mortels oubliera qu’il a récupéré et manipulé cyniquement la situation dramatique d’une jeune fille gravement malade et ce, pour les seuls besoins de sa propagande lors de la dernière élection présidentielle. Piqûre de rappel…

 

On se souvient en effet que, pour faire monter sa cote de popularité, le candidat Ny Rado Rafalimanana  -  puisqu’il s’agit de lui  -  n’avait pas hésité à se servir de la détresse de Karenne Ramarijaona, une jeune fille atteinte d’insuffisance rénale qui, n’ayant plus les moyens de payer les indispensables dialyses que nécessite son état de santé, a émis un appel à l’aide financière sur les réseaux sociaux. Sautant sur l’occasion, Ny Rado Rafalimanana a déclaré publiquement qu’il allait prendre en charge l’intégralité des frais médicaux de la malade. Et pour illustrer sa « com », le sinistre individu en est arrivé jusqu’à transporter et exhiber au public la jeune fille allongée sur son lit d’hôpital au Palais des sports de Mahamasina, où se tenait une manifestation sportive avec des athlètes étrangers.

Une promesse non tenue puisque, après ses deux déboires électoraux, Ny Rado Rafalimanana a superbement ignoré sa parole pour finir par disparaître de la circulation, laissant la malheureuse  Karenne à son propre sort, avec la déception en prime. Or, il faut savoir que ce machiavélisme sordide a eu un autre effet pervers pour la malade. En effet, beaucoup de potentiels donateurs n’ont plus cru bon d’intervenir, croyant que les difficultés de cette dernière étaient désormais derrière elle. Récemment encore, celle-ci continue de publier des SOS sur les réseaux sociaux, preuve s’il en est encore besoin que, jusqu’à ce jour où il refait surface, Ny Rado Rafalimanana ne lui a versé, ni les recettes de l’événement où ce dernier l’a exhibée comme annoncé pompeusement, encore moins le moindre sou de sa propre poche tel qu’il l’a déclaré.

Pour information, Ny Rado Rafalimanana est à la tête d’une ONG   -  au nom de laquelle il a signé sa lettre ouverte d’ailleurs  - dénommée religieusement « Ny Fanahy no maha-olona » (C’est l’âme qui fait l’humain, traduction libre). Faut-il en rire ou en pleurer ?

La Rédaction

La Vérité0 partages

Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens

Le  maire Naina Andriantsitohaina aura du pain sur la planche pour redresser la Capitale, censée être le modèle de développement pour toutes les Communes. Il aura à faire preuve de fermeté dans sa prise de décision, dans l'application de ses décisions et le suivi des activités.

 

Main de fer dans un gant de velours. C'est ce que le maire Naina Andriantsitohaina doit faire montre dès sa prise de décision et pendant les quatre ans à venir. Il doit montrer sa fermeté dans la gestion de la Capitale. Fermeté dans le choix de ses proches collaborateurs, fermeté dans la définition du plan de travail, fermeté dans la prise de décision, fermeté dans l'application des décisions et une fermeté dans le suivi des activités lancées. Cette fermeté lui garantira l'atteinte des objectifs et la réalisation des travaux de développement au profit de la Commune et sa population.

Certains ont en effet tendance à aller à l'encontre des lois en vigueur et se plaisent dans le laisser-aller. Les marchands ambulants, qui utilisent de façon privative le domaine public, accaparent les trottoirs et une grande partie de la route. Et cela se fait au grand jour, au vu et su des responsables communaux qui ne prennent pourtant pas les mesures adéquates pour les déloger et les installer là où ils devraient être. Conséquence de ces actes, des embouteillages monstres dans certains axe de la Capitale, comme à Behoririka, Petite Vitesse, Analakely, Andrefan'Ambohijanahary, Anosibe, etc. Les habitants de ces fokontany aspirent eux aussi de vivre dans la sérénité, la quiétude et la propreté. Ce qui ne sera jamais pourtant le cas si ces commerçants continuent d'y semer le bordel, et que les responsables ne lèvent le petit doigt pour mettre un coup de frein à la situation. « Je ne peux rien faire car ils me répondent que c'est la Commune urbaine qui les autorise à occuper les lieux. Or, mes administrés souhaitent le contraire », se plaint un président de fokontany qui se dit prêt à prendre ses responsabilités si l'équipe communale lui vient en aide.

La fermeté du maire souhaitée par la population n'est pas seulement envers les marchands. Elle concernerait également la circulation à Antananarivo où chacun fait ce qui lui plaît. Les stationnements sauvages bloquant toute une voie dans certains quartiers causant le ralentissement de la circulation. L'élargissement des rues effectué par les autorités n'a pas ainsi le résultat escompté. Il suffit de rouler sur les deux voies à Ankorondrano, 67 ha, Andrefan'Ambohijanahary, Ampefiloha, Soanierana pour constater ce « je m'en fous » des automobilistes et des taxi-be. « Même si on ajoute une voie supplémentaire dans ces endroits, je parie que rien ne va changer », lance un chauffeur dépité de la mentalité des autres. En plus, selon toujours ses dires, les charrettes et  les pousse-pousse  font eux aussi leur tête au nez et à la barbe des policiers. Pire, certains agents de la circulation ferment les yeux devant les gabegies qui sévissent dans la capitale. « Ils perçoivent leur écolage quotidien des chauffeurs de taxi-be et les laissent pourrir la situation » avance un habitant d'un quartier du centre-ville et dont le devant de la maison est devenu un arrêt illégal des taxi-be. Là, ils forment une file indienne d'une centaine de mètres en attendant tranquillement les passagers causant du coup un embouteillage monstre. Il y a pire également, ces automobilistes qui font les trottoirs leur aire de stationnement, obligent les piétons à emprunter les rues, à leurs risques et périls.

La fermeté du maire, l'application stricte des lois par les Forces de l'ordre et la prise de responsabilité des chefs fokontany feront certainement changer le visage de la ville d'Antananarivo. Le tout à un prix moins coûteux. Les gouvernés adhéreront complétement à ce nouveau concept des dirigeants et facilement réceptifs aux recommandations.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat

La présentation de vœux des différentes entités au Président de la République et sa famille se suivent. Hier, ce fut au tour, successivement, des 11 gouverneurs nommés, des représentants de la Commission Electorale nationale indépendante et des membres de l’Académie Malagasy de venir présenter les leurs au Chef de l’Etat. Les gouverneurs ont ouvert le bal. Ces premiers responsables de Région ont réaffirmé, à cette occasion, leurs engagements et leur volonté d’honorer les responsabilités qui leur ont été attribuées par le Chef de l’Etat. Ce dernier a invité les gouverneurs à mettre en œuvre des actions ayant des impacts palpables dans chaque District et a rappelé leur rôle dans la réalisation des « Velirano » présidentiels.

 

La cérémonie suivante, avec les représentants de la CENI, fut, pour le Président de la République, l’occasion de saluer les efforts de l’organe chargée de l’organisation des élections. « Il y aura toujours des personnes mécontentes, des personnes qui critiqueront. Toutefois, j’estime que lorsqu’une chose est effectuée dans la vérité, dans la droiture, chacun doit respecter le choix des urnes », consent d’emblée à dire le locataire d’Iavoloha.

L’occasion a également été saisie par le Chef de l’Etat d’apporter un démenti concernant la nouvelle relayée par certains détracteurs au sujet d’une visite effectuée par le président de la CENI au Palais d’Etat d’Iavoloha. « Le président de la CENI serait venu à de multiples reprises, ici, au Palais pour échanger et discuter avec moi, pour voir comment violer le système électoral », le locataire d’Iavoloha a estimé que « le moment est venu d’y répondre ».

« Je suis un homme de Dieu, et je l’ai dit, je n’ai jamais demandé à quiconque de frauder aux élections, je ne sais pas frauder et je n’ai jamais donné aucune consigne allant dans ce sens à la CENI, cela ne rentre d’ailleurs pas dans mes pouvoirs », réplique-t-il. Et lui de renchérir que depuis sa prise de fonction en tant que Président de la République, « ce n’est qu’aujourd’hui, à l’occasion de cette cérémonie, que moi et le président de la CENI sommes de nouveau face-à-face. Madagascar est notre pays commun.»

Quant à la délégation issue de l’Académie Malagasy, dirigée par le Pr Raymond Ranjeva, elle a exposé brièvement ses activités de cette année au Président Andry Rajoelina. Entre autres, la publication et l’actualisation des dictionnaires malagasy, l’application de la politique pour la langue malagasy, ainsi que la création d’un centre de prospective. Le Président Andry Rajoelina a remercié l’Académie Malagasy pour son travail et n’a pas manqué de saluer l’importance de cette institution dans la société malagasy. Il a, par ailleurs, souligné que l’Etat malagasy veut redonner ses titres de noblesse à la langue maternelle à travers plusieurs projets notamment de l’ordre de l’éducation. Il a exprimé son souhait de travailler de concert avec l’Académie Malagasy dans la réalisation de ces objectifs.

La Vérité0 partages

Violences économiques - Des sanctions conséquentes pour les auteurs

« Mon mari ne me laisse pas travailler, ni dehors ni à domicile. Il me répète souvent qu’une épouse et mère doit se dévouer à sa famille et que c’est son rôle de subvenir à nos besoins. Pourtant, il a du mal à assumer ce rôle, vu son salaire. Quand je lui demande de l’argent pour les besoins supplémentaires, par exemple pour l’achat de vêtements et accessoires pour les enfants, il s’énerve et me crie dessus, au point de me dénigrer et de m’insulter à haute voix », nous confie Sitraka R., mère de famille résidant à Itaosy.

« J’ai tenté de chercher du travail et j’ai réussi mais il a tout fait pour que je démissionne. Pourtant, il me connaissait quand j’étais cadre dans une compagnie d’assurance », ajoute la jeune femme de 30 ans, mère de 2 enfants. Comme elle, bon nombre de femmes mariées subissent cette forme de violence économique. Celle-ci est utilisée pour empêcher une personne d’accéder à l’autonomie financière. Selon la définition de « Le Parados », cette exploitation financière peut prendre différentes formes comme empêcher l’autre de travailler ou contrôler son choix de profession, saisir son salaire, omettre volontairement ou refuser l’accès à toute somme d’argent, contrôler le budget familial et les dépenses sans tenir compte des besoins et de l’opinion de sa conjointe, refuser le partage du budget, utiliser le budget familial pour le jeu ou la consommation de drogues et d’alcool, provoquer l’endettement de sa conjointe, etc. Certains hommes le subissent également, mais les cas sont rares.

La violence économique, engendrant la dépendance financière de la femme ou du mari, etc., fait partie des nouvelles infractions prises en compte la Loi n° 2019-008 relative à la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG). Dans son article 13, la Loi évoque que « quiconque aura privé ou restreint son conjoint ou la personne engagée avec lui dans une union, de ses droits liés à l’accès aux ressources financières est puni de six mois à deux ans d’emprisonnement et d’une amende de cent mille ariary à cinq cent mille ariary (100 000 Ariary à 500 000 ariary) ». Des sanctions conséquentes qui soulagent les victimes ou entraînent le mécontentement des auteurs. « J’ai espoir que désormais, mon mari me donnera plus de budget pour nos besoins à la maison. Je porterai plainte dans le cas contraire. Reste à savoir si cela nécessite des preuves et comment je vais faire pour l’avoir ? », avance notre interlocutrice. Ladite loi sur les VBG a, rappelons-le, été déclarée conforme à la Constitution et aux conventions et protocoles internationaux relatifs à ce sujet par la HCC, à l’issue d’une audience en date du 13 janvier dernier. L’on attend sa promulgation et sa mise en vigueur, cette année même…

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Prostitution au Sri Lanka - Une femme malagasy et deux Chinois jetés en prison

Coup de filet des limiers de l’enquête spécialisée, vendredi dernier à Behoririka : deux Chinois et une femme malagasy sont tombés dans le piège.  Le lundi 13 janvier dernier, les trois ont été placés sous mandat de dépôt à Antanimora. Tout a commencé le 9 janvier 2020 lorsqu’une Malagasy était sur le point de prendre le vol à destination de Sri Lanka, à l’aéroport d’Ivato. Puisque le comportement de la dame a suscité la méfiance chez les policiers de l’aéroport, ils l’ont alors confiée aux mains de leurs collègues de l’enquête spécialisée pour le besoin de l’enquête.

 

Plus tard, l’enquête diligentée par la Police a révélé qu’une entremetteuse de 35 ans recrute des femmes du pays en vue de les faire travailler au noir au Sri Lanka. Et la première travaille étroitement avec les deux Chinois. La jeune  passagère arrêtée à l’aéroport d’Ivato vient d’une région de l’île. Elle a rejoint la Capitale pour rencontrer l’entremetteuse via les réseaux sociaux.

Après l’entrevue des deux femmes, elles ont rejoint les Chinois. Leur mission devait consister à chercher des jeunes femmes malagasy pour les livrer à la prostitution au Sri Lanka. La Police a été renseignée sur le fait que les Chinois résident à Behoririka. L’un d’eux fut alors arrêté sur place, vendredi dernier, tandis que son compatriote ainsi que la médiatrice le furent le même jour, à Analakely.

L’on a appris qu’à son arrivée au Sri Lanka, la jeune « vendeuse de plaisir » logera dans un hôtel et que la chambre de passe où elle travaillera, est fin prête. Pour l’aiguiser, les photos de la jeune femme sont montrées dans un album photo à la clientèle sri lankaise. La passe varie entre 200 et 500 dollars.

A la lumière de cette affaire, la filière prostitution locale tend à s’internationaliser et se tourner de plus en plus vers l’Asie. Car après les îles sœurs, qui sont les plus friandes de jeunes femmes malagasy, ou bien des pays de l’Europe occidentale, voilà que des pays lointains se trouvant en Asie s’y intéressent maintenant aussi. Les merveilles de la technologie comme Internet ne font que faciliter les choses. Néanmoins, les Chinois, gens du commerce, s’y mêlent le plus souvent et le plus naturellement du monde.

Franck.R

 

La Vérité0 partages

Ressources halieutiques - Ambalahonko abandonne la pêche destructive

Un exemple à suivre. Le basculement vers de nouvelles pratiques plus respectueuses de l’environnement peut être difficile mais pas impossible. Les pêcheurs du village d’Ambalahonko, dans la réserve de biospère Kirindy Mite située à Belo-sur-mer, en sont la preuve vivante. Effectivement, les communautés de pêcheurs ont désormais abandonné la pratique de la pêche destructive, et ce, grâce à l’intervention de l’association « Fikambanasoa ». « Au début, il était difficile de convaincre les pêcheurs d’abandonner la senne de plage ou "tarikaky ".

Utilisée depuis longtemps pour capturer les poissons, cette pratique est presque ancrée dans leur culture et leur habitude, d’où la grande difficulté à opter pour le changement. Toutefois, au fur et à mesure des réunions et des échanges organisés lors de nos déplacements à Toliara ou encore à Belo-sur-Tsiribihina, nous avons réussi à instaurer une gestion durable des ressources halieutiques dans la région », explique Tsiaheza, président de l’association « Fikambanasoa ». Selon les explications fournies par le Fonds mondial pour la nature (WWF Madagascar), la pratique de la senne de plage est une technique de pêche très ancienne qui consiste à capturer les poissons à la surface en pleine eau. « Elle est très néfaste pour l’environnement étant donné qu’elle ravage tout sur son passage, occasionnant ainsi la destruction de tout un écosystème », précise l’organisation.

Une réserve spécialisée

Désormais, les pêcheurs ont troqué le « tarikaky » pour le filet de pêche, la pêche à la ligne mais aussi la palangre, dont les impacts négatifs sur l’habitat marin et les poissons sont moindres. Cette initiative de changement est ainsi le début d’une gestion pérenne des ressources marines ainsi que du développement durable de la réserve. Et l’association ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Les communautés d’Ambalahonko projettent notamment de mettre en place deux réserves de pêche. « L’idée étant de favoriser la protection de nos ressources tout en améliorant notre production. Nous faisons tout cela pour la génération future ainsi que pour le développement de notre village », soutient le président de l’association « Fikambanasoa ». A cet effet, une réserve de mangroves pour la protection des ressources forestières et halieutiques verra bientôt le jour dans la région. « Toutefois, nous aurons besoin d’une véritable collaboration pour la bonne gestion de nos ressources », conclut Tsiaheza.

Rova Randria

 

La Vérité0 partages

« La cité des solutions » en France - Une opportunité pour les startupers malagasy

Le Challenge des 1 000. La France invite 1 000 startupers africains à venir à Bordeaux du 4 au 6 juin prochain lors de la 28eme édition du Sommet Afrique-France. En tant que pays africain, l’opportunité s’ouvre également aux Malagasy, surtout pour les startupers. Il s’agit d’une participation au Salon intitulé « La cité des solutions pour la ville et les territoires durables ». Les participants devront présenter des projets qui répondent aux enjeux urbains en France et en Afrique avec des dimensions industrielles majeures. Notre pays a tout intérêt à répondre présent à ce grand challenge puisque la Grande île fait également face à la croissance démographique. On doit réfléchir dès maintenant à la vie de la génération future.

« A Madagascar, les enjeux des villes durables, notamment l’assainissement, l’eau potable, le transport, le logement, l’énergie, l’urbanisme sont importants. A cet effet, la présence des entrepreneurs malagasy lors de ce sommet à Bordeaux s’avère indispensable. En prenant seulement le cas de la Capitale, Antananarivo devra bientôt faire face au défi du développement durable de la ville avec l’accroissement incessante de la population. Tous les acteurs malagasy y apporteront chacun leur contribution. J’espère que les jeunes entrepreneurs malagasy seront nombreux à se mobiliser dans le cadre de ce challenge. En plus, nous n’avons pas encore de quota fixe pour le moment. On espère que l’effectif des Malagasy soit au maximum en fonction du dépôt de candidatures. L’inscription sera clôturée à la fin de ce mois. Quant aux candidats sélectionnés, les organisateurs prendront en charge toutes les dépenses liées à leur déplacement », annonce Christophe Bouchard, ambassadeur de France à Madagascar.

En réalité, La France essaie d’apporter une nouvelle image concernant sa relation avec les pays d’Afrique. « Ce sommet rénove les relations entre l’Afrique et la France. D’habitude, les rencontres se passent souvent entre les chefs d’Etat ou et ceux de gouvernement. En gros, elles se limitent au domaine politico-sécuritaire. Mais pour cette année, on aborde le volet social, économique et développement au cœur de cet échange. On mise sur les initiatives africaines en matière de croissance économique tout en s’appuyant sur la jeunesse africaine », explique l’ambassadeur de France à Madagascar.  

Solange Heriniaina

 

La Vérité0 partages

Inflation galopante !

Attention, le monstre arrive ! Il remonte dangereusement l'escarpé, « mananika ny trambo » et menace les hommes. Les agents de l'Etat s'apprêtent à toucher dès ce mois de janvier le salaire mensuel avec les 13% d'augmentation offerts gracieusement par Rajoelina Andry Nirina. Un cadeau de Noël et de fin d'année merveilleusement accueilli par les fonctionnaires et autres agents émargés au registre de l'Etat. A noter qu'en sus, ils ont reçu une prime, à titre spécial de fin d'année et de Nouvel An, de 65.000 Ar de la part du Raiamandreny de la Nation.

 

Seulement, toute augmentation de salaire est toujours une arme à double tranchant. D'une part, les 13% offerts par le Président permet à chaque ménage bénéficiaire de faire face, tant soit peu, aux mille et une difficultés de la vie quotidienne. Evidemment, cette augmentation de 13% ne couvrira pas tous les besoins sans cesse croissants de la famille mais c'est déjà çà ! D'autre part, une augmentation de salaire, quel que soit le taux, déclenche une inflation galopante. Il faut prendre garde que ce monstre, l'inflation, soit toujours aux aguets et prêt à avaler d'une bouchée les pauvres gens. Elle doit être jugulée et maîtrisée dès le premier moment de son apparition. Alors là, si des mesures draconiennes ne sont prises à temps, l'augmentation pourrait se muer en arme fatale.

Ainsi, sur les étals du marché, les prix flambent. Les fruits et les légumes sont hors de portée des bourses modestes. Le riz, cet aliment de base que tous Malagasy qui se respectent en prennent au moins deux fois par jour, ce produit hautement stratégique capable de faire plier sinon d'abattre tout régime, s'achète par les temps qui courent à prix fort le kapoaka ou le kilo. En province, le même phénomène apparaût. Le prix du kilo de cet « or blanc ou rouge » grimpe dangereusement. Le régime se doit de se méfier sérieusement de ce péril qui guette le pays. Toute négligence voire mépris vis-à-vis du risque à encourir engendré par la flambée des prix entraîne sans faute vers un hypothétique chaos. Les effets délétères d'une inflation galopante n'épargnent aucun régime.

On veut bien croire que le ministère en charge de veiller aux intérêts des consommateurs, le ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (MICA), cogite par silence un plan de prise en main par les cornes de la bête mais il faut des actions efficaces d'urgence. Tout le monde attend que la ministre et son équipe dénoncent publiquement toute tentative d'augmenter les prix. Ils doivent nécessairement crier sur la place publique, dénoncer ouvertement sur le toit et monter au créneau pour que la machination diabolique cesse illico et faire en sorte que les prix soient stables. Tout renchérissement des prix est inacceptable. Inutile d'octroyer une augmentation de salaire si c'est pour assouvir les intérêts insatiables de gros poissons.

Devrait-on insister mille fois que toute négligence aux effets désastreux de la recrudescence des prix aux consommateurs porteraient fatalement préjudice au régime en place. L'inflation galopante a été de tout temps l'origine des troubles difficilement maîtrisables. Il ne faut point attendre que la spirale des prix atteigne la vitesse de croisière pour enfin prendre des mesures, ce sera trop tard !

Ndrianaivo

Madagate0 partages

VBG. Les origines de la lutte de Mialy R. Rajoelina

Hôtel Carlton Anosy, le 12 avril 2019. Célébration des 50 ans du FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la Population) et des 25 ans de la CIPD (Conférence Internationale sur la Population et le Développement). De gauche à droite: Dr Charlotte Ndiaye, Représentante de l'OMS à Madagascar; le couple présidentiel Andry et Mialy Rajoelina; Constant-Serge Bounda, Représentant du FNUAP à Madagascar

Alea jacta est ! Il est vrai que seuls les ignares ergotent sur ce qu'ils ne connaissent pas, qu'ils ne maîtrisent donc pas non plus. Et ils ne cesseront de broyer du noir pour tout ce qui leur reste de temps à vivre sur cette planète passagère, laissant un lourd héritage d'insanités, enregistrées à jamais, à leur descendance... Pauvres innocents actuels, victimes de l'égocentrisme démesuré de parents insensés.

Ainsi des VBG ou Violences Basées sur le Genre qui ont l'objet de toutes sortes d'interprétations qui se sont retournées contre leurs minables auteurs qui se reconnaîtront. Certes, il n'est pas question de leur donner la moindre petite particule d'importance, mais deux de ces créatures diaboliques ne doivent pas être oubliées par les générations à venir : Fleury Rakotomalala (qui s'est targué, entre autres actes de vanité, d'être “Préfet de Mahajanga” devant témoins) et Fanirisoa Ernaivo (magistrate, ex-présidente du Syndicat des magistrats, radiée du barreau de Madagascar en 2019 car ayant insulté et sali à Mahamasina, le 30 octobre 2018, lors d'un meeting en public, les Forces armées malagasy), exilés volontaires en France où ils divaguent, lâchement mais à longueur de journée, via Facebook, comme s'il s'agissait de leur seule et unique raison de vivre. Passons.

Le dossier présent entre en parfaite adéquation avec le fait que “nul n'est censé ignorer la loi”. En passant, il serait important que soit créé, au sein de l'Akademia malagasy, une section uniquement dédiée à la traduction en langue malagasy officielle des textes et lois en vigueur à Madagascar. Avec un budget conséquent, bien évidemment. Marina e !

Le 13 janvier 2010, la Haute cour constitutionnelle (HCC) de Madagascar, à travers sa décision n° 02-HCC/D3 -rédigée en langue française-, a déclaré la loi n°2019-008, relative à la lutte contre les Violences Basées sur le Genre, conforme à la Constitution et aux conventions et protocoles internationaux relatifs à ce sujet. Désormais, cette loi n° 2019-008 peut faire l'objet d'une promulgation par le Président de la république.

Il importe alors de savoir que bien avant la naissance de Mialy Razakandisa, mais également avant même qu'elle ne se soit mariée avec Andry Rajoelina puis qu'elle soit devenue, tour à tour, Première Dame de Madagascar, Présidente-Fondatrice de l'Association FITIA et, enfin, Ambassadrice du FNUAP pour la lutte contre les VGB, tout un arsenal de textes, servant aujourd'hui d'armes juridiques dans ce rude combat au niveau mondial, existaient déjà, certains avant même le retour de l'Indépendance de Madagascar.

PREMIÈRE ARME

La Déclaration Universelle des droits de l'Homme, proclamée par les Nations Unies le 10 décembre 1948 et traduite dans plus de 500 langues différentes, dont voici les 5 premiers articles (sur 30) :

Article premier. Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2. 1 : Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation; 2 : De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3. Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. Article 4. Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Article 5. Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Pour votre culture personnelle, sachez que la Commission des droits de l’homme des Nations Unies de l'époque, comprenait 18 membres de divers horizons politiques, culturels et religieux. Le Comité de rédaction était présidé par Eleanor Roosevelt, veuve du Président américain Franklin Delano Roosevelt. En 1948, l’Organisation des Nations unies cherchait à établir une coopération internationale pour faire respecter les libertés fondamentales.

La Déclaration universelle définit solennellement ces libertés. L’idée fondamentale est que chacun peut vivre librement à condition de respecter la liberté d’autrui et de ne pas lui nuire. Inspiré de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 en France, le texte de 1948 précise et ajoute certains droits : droit au Travail, à l’Éducation et à la Culture, à la Santé. Depuis 1948, il s’est encore élargi en intégrant d’autres sujets comme les Droits des Femmes, ceux des Enfants, les disparitions forcées. La déclaration de 1948 crée également pour chaque individu des devoirs de solidarité vis-à-vis de son prochain.

La Déclaration universelle des droits de l’homme a été adoptée à Paris (France), le 10 décembre 1948, et acceptée (avec 8 abstentions mais aucune opposition) par plus de cinquante États dont les différences, dans leurs modes de vie et de fonctionnement, illustraient le caractère «universel» du texte.

SECONDE ARME

La Charte Africaine des Droits de l’Homme et des peuples, adoptée par la 18ème Conférence des Chefs d'état et de Gouvernement de l'OUA (Organisation de l'Unité Africaine), le 27 Juin 1981 à Nairobi (Kenya). En voici les 5 premiers articles (sur 68) :

Article 1. Les États membres de l'Organisation de l'Unité Africaine, parties à la présente Charte, reconnaissent les droits, devoirs et libertés énoncés dans cette Charte et s'engagent à adopter des mesures législatives ou autres pour les appliquer.

Article 2. Toute personne a droit à la jouissance des droits et libertés reconnus et garantis dans la présente Charte sans distinction aucune, notamment de race, d'ethnie, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

Article 3. 1 : Toutes les personnes bénéficient d'une totale égalité devant la loi ; 2 : Toutes les personnes ont droit à une égale protection de la loi.

Article 4. La personne humaine est inviolable. Tout être humain a droit au respect de sa vie et à l'intégrité physique et morale de sa personne. Nul ne peut être privé arbitrairement de ce droit.

Article 5. Tout individu a droit au respect de la dignité inhérente à la personne humaine et à la reconnaissance de sa personnalité juridique. Toutes formes d'exploitation et d'avilissement de l'homme, notamment l'esclavage, la traite des personnes, la torture physique ou morale, et les peines ou les traitements cruels inhumains ou dégradants sont interdites.

A l'époque, les pays membres de l'OUA, ancêtre de l'actuelle UA (Union Africaine) étaient, entre autres, “conscients de leur devoir de libérer totalement l'Afrique dont les peuples continuent à lutter pour leur indépendance véritable et leur dignité et s'engageant à éliminer le colonialisme, le néocolonialisme, l'apartheid, le sionisme, les bases militaires étrangères d'agression et toutes formes de discrimination, notamment celles fondées sur la race, l'ethnie, la couleur, le sexe, la langue, la religion ou l'opinion politique”.

TROISIÈME ARME

La Charte africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant, adoptée par l'OUA, le 11 juillet 1990, à Addis-Abeba (Ethiopie), dont voici le 16ème article (sur 48) :

Article 16. Protection contre l'abus et les mauvais traitements :

1. Les États parties à la présente Charte prennent des mesures législatives, administratives, sociales et éducatives spécifiques pour protéger l'enfant contre toute forme de tortures, traitements inhumains et dégradants, et en toute forme d'atteinte ou d'abus physique ou mental, de négligence ou de mauvais traitements, y compris les sévices sexuels, lorsqu'il est confié à la garde d'un parent, d'un tuteur légal, de l'autorité scolaire ou de toute autre personne ayant la garde de l'enfant.

2. Les mesures de protection, prévues en vertu du présent article, comprennent des procédures effectives pour la création d'organismes de surveillance spéciaux chargés de fournir à l'enfant et à ceux qui en ont la charge les outils nécessaire ainsi que d'autres formes de mesures préventives, et pour la détection et le signalement des cas de négligences ou de mauvais traitements infligés à un enfant, l'engagement d'une procédure judiciaire et d'une enquête à ce sujet, le traitement du cas et son suivi.

 

Dans son mémoire de 2014, Florence Charrière a écrit que “la Charte Africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant, adoptée le 11 juillet 1990, représente un instrument législatif pionnier puisqu’il est le seul qui régisse les droits de l’enfant à un niveau régional. De plus, il va plus loin que la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant, car certaines de ses dispositions sont plus strictes, entre autres en ce qui concerne les enfants soldats et l’âge au mariage”.

Par ailleurs, il faut savoir que cette Charte témoigne de la nouvelle importance prise par les droits de l'Homme en Afrique. Il faut, en effet, se rappeler que la Charte de I'OUA du 25 mai 1963 n'a fait qu'une discrète allusion aux droits de l'Homme et cela à travers une adhésion et une volonté de mener une coopération conforme aux principes de la Charte des Nations Unies et de la Déclaration universelle des droits de l'Homme (alinéa 9 du préambule et article 2, §1 e).

Il est donc important de savoir que l'Enfant et la Justice est un sujet que la Charte aborde à deux reprises. D'abord, pour poser certaines directives à suivre lorsque l'enfant est suspecté, accusé ou déclaré coupable d'avoir enfreint la loi pénale et qui tiennent compte de sa vulnérabilité (article 17) ; il faut ici rappeler qu'aucune condamnation à mort ne peut sanctionner un crime commis par un enfant (article 5, §3). Puis, pour prévoir le cas de l'emprisonnement de la mère auquel les États doivent préférer les peines de substitution ou bien alors la détention dans des institutions spéciales, et s'interdire de prononcer toute sentence de mort ou d'emprisonnement avec l'enfant (article 30). Toute forme de torture et de traitements inhumains et dégradants doit être épargnée aux enfants (article 16); et dans le même ordre d'idées, ceux-ci doivent être prémunis contre toute exploitation sexuelle (article 27), toute consommation de drogue (article 28), et enfin contre la vente, l'enlèvement et la mendicité (article 29).

QUATRIÈME ARME

La Convention sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes, adoptée et ouverte à la signature, à la ratification et à l'adhésion par l'Assemblée générale des Nations Unis dans sa résolution 34/180 du 18 décembre 1979 et entrée en vigueur le 3 septembre 1981.En voici les 6 premiers articles (sur 30):

Article premier.Aux fins de la présente Convention, l'expression "discrimination à l'égard des femmes" vise toute distinction, exclusion ou restriction fondée sur le sexe qui a pour effet ou pour but de compromettre ou de détruire la reconnaissance, la jouissance ou l'exercice par les femmes, quel que soit leur état matrimonial, sur la base de l'égalité de l'homme et de la femme, des droits de l'homme et des libertés fondamentales dans les domaines politique, économique, social, culturel et civil ou dans tout autre domaine.

Article 2.Les États parties condamnent la discrimination à l'égard des femmes sous toutes ses formes, conviennent de poursuivre par tous les moyens appropriés et sans retard une politique tendant à éliminer la discrimination à l'égard des femmes et, à cette fin, s'engagent à :

a) Inscrire dans leur constitution nationale ou toute autre disposition législative appropriée le principe de l'égalité des hommes et des femmes, si ce n'est déjà fait, et assurer par voie de législation ou par d'autres moyens appropriés l'application effective dudit principe;

b) Adopter des mesures législatives et d'autres mesures appropriées assorties, y compris des sanctions en cas de besoin, interdisant toute discrimination à l'égard des femmes;

c) Instaurer une protection juridictionnelle des droits des femmes sur un pied d'égalité avec les hommes et garantir, par le truchement des tribunaux nationaux compétents et d'autres institutions publiques, la protection effective des femmes contre tout acte discriminatoire;

d) S'abstenir de tout acte ou pratique discriminatoire à l'égard des femmes et faire en sorte que les autorités publiques et les institutions publiques se conforment à cette obligation;

e) Prendre toutes mesures appropriées pour éliminer la discrimination pratiquée à l'égard des femmes par une personne, une organisation ou une entreprise quelconque;

f) Prendre toutes les mesures appropriées, y compris des dispositions législatives, pour modifier ou abroger toute loi, disposition réglementaire, coutume ou pratique qui constitue une discrimination à l'égard des femmes;

g) Abroger toutes les dispositions pénales qui constituent une discrimination à l'égard des femmes.

Article 3.Les États parties prennent dans tous les domaines, notamment dans les domaines politique, social, économique et culturel, toutes les mesures appropriées, y compris des dispositions législatives, pour assurer le plein développement et le progrès des femmes, en vue de leur garantir l'exercice et la jouissance des droits de l'homme et des libertés fondamentales sur la base de l'égalité avec les hommes.

Article 4. 1 : L'adoption par les États parties de mesures temporaires spéciales visant à accélérer l'instauration d'une égalité de fait entre les hommes et les femmes n'est pas considérée comme un acte de discrimination tel qu'il est défini dans la présente Convention, mais ne doit en aucune façon avoir pour conséquence le maintien de normes inégales ou distinctes; ces mesures doivent être abrogées dès que les objectifs en matière d'égalité de chances et de traitement ont été atteints; 2 : L'adoption par les États parties de mesures spéciales, y compris de mesures prévues dans la présente Convention, qui visent à protéger la maternité n'est pas considérée comme un acte discriminatoire.

Article 5. Les États parties prennent toutes les mesures appropriées pour :

a) Modifier les schémas et modèles de comportement socio- culturel de l'homme et de la femme en vue de parvenir à l'élimination des préjugés et des pratiques coutumières, ou de tout autre type, qui sont fondés sur l'idée de l'infériorité ou de la supériorité de l'un ou l'autre sexe ou d'un rôle stéréotypé des hommes et des femmes;

b) Faire en sorte que l'éducation familiale contribue à faire bien comprendre que la maternité est une fonction sociale et à faire reconnaître la responsabilité commune de l'homme et de la femme dans le soin d'élever leurs enfants et d'assurer leur développement, étant entendu que l'intérêt des enfants est la condition primordiale dans tous les cas.

Article 6.Les États parties prennent toutes les mesures appropriées, y compris des dispositions législatives, pour supprimer, sous toutes leurs formes, le trafic des femmes et l'exploitation de la prostitution des femmes.

CINQUIÈME ARME

La Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant Conclue à New York le 20 novembre 1989. En voici les 6 premiers articles (sur 54) :

Article 1. Au sens de la présente Convention, un enfant s’entend de tout être humain âgé de moins de dix-huit ans, sauf si la majorité est atteinte plus tôt en vertu de la législation qui lui est applicable.

Article 2. 1:Les États parties s’engagent à respecter les droits qui sont énoncés dans la présente Convention et à les garantir à tout enfant relevant de leur juridiction, sans distinction aucune, indépendamment de toute considération de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou autre de l’enfant ou de ses parents ou représentants légaux, de leur origine nationale, ethnique ou sociale, de leur situation de fortune, de leur incapacité, de leur naissance ou de toute autre situation ; 2 : Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour que l’enfant soit effectivement protégé contre toutes formes de discrimination ou de sanction motivées par la situation juridique, les activités, les opinions déclarées ou les convictions de ses parents, de ses représentants légaux ou des membres de sa famille.

Article 3. 1. Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale; 2 : Les Etats parties s’engagent à assurer à l’enfant la protection et les soins nécessaires à son bien-être, compte tenu des droits et des devoirs de ses parents, de ses tuteurs ou des autres personnes légalement responsables de lui, et ils prennent à cette fin toutes les mesures législatives et administratives appropriées ; 3 : Les Etats parties veillent à ce que le fonctionnement des institutions, services et établissements qui ont la charge des enfants et assurent leur protection soit conforme aux normes fixées par les autorités compétentes, particulièrement dans le domaine de la sécurité et de la santé et en ce qui concerne le nombre et la compétence de leur personnel ainsi que l’existence d’un contrôle approprié.

Article 4. Les États parties s’engagent à prendre toutes les mesures législatives, administratives et autres qui sont nécessaires pour mettre en oeuvre les droits reconnus dans la présente Convention. Dans le cas des droits économiques, sociaux et culturels, ils prennent ces mesures dans toutes les limites des ressources dont ils disposent et, s’il y a lieu, dans le cadre de la coopération internationale.

Article 5. Les États parties respectent la responsabilité, le droit et le devoir qu’ont les parents ou, le cas échéant, les membres de la famille élargie ou de la communauté, comme prévu par la coutume locale, les tuteurs ou autres personnes légalement responsables de l’enfant, de donner à celui-ci, d’une manière qui corresponde au développement de ses capacités, l’orientation et les conseils appropriés à l’exercice des droits que lui reconnaît la présente Convention.

Article 6. 1 : Les États parties reconnaissent que tout enfant a un droit inhérent à la vie; 2 : Les États parties assurent dans toute la mesure possible la survie et le développement de l’enfant.

SIXIÈME ARME

Le Protocole facultatif à la convention relative aux droits de l’enfant concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants du 25 mai 2000. En voici les 4 premiers articles (sur 17) :

Article premier.Les États Parties interdisent la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants conformément aux dispositions du présent Protocole.Article 2. Aux fins du présent Protocole :

a) On entend par vente d'enfants tout acte ou toute transaction en vertu desquels un enfant est remis par toute personne ou de tout groupe de personnes à une autre personne ou un autre groupe contre rémunération ou tout autre avantage;

b) On entend par prostitution des enfants le fait d'utiliser un enfant aux fins d'activités sexuelles contre rémunération ou toute autre forme d'avantage;

c) On entend par pornographie mettant en scène des enfants toute représentation, par quelque moyen que ce soit, d'un enfant s'adonnant à des activités sexuelles explicites, réelles ou simulées, ou toute représentation des organes sexuels d'un enfant, à des fins principalement sexuelles.

Article 3.

1. Chaque État Partie veille à ce que, au minimum, les actes et activités suivants soient pleinement couverts par son droit pénal, que ces infractions soient commises au plan interne ou transnational, par un individu ou de façon organisée:

a) Dans le cadre de la vente d'enfants telle que définie à l'article 2:

i) Le fait d'offrir, de remettre, ou d'accepter un enfant, quel que soit le moyen utilisé, aux fins:

a. D'exploitation sexuelle de l'enfant;

b. De transfert d'organe de l'enfant à titre onéreux;

c. De soumettre l'enfant au travail forcé;

ii) Le fait d'obtenir indûment, en tant qu'intermédiaire, le consentement à l'adoption d'un enfant, en violation des instruments juridiques internationaux relatifs à l'adoption;

b) Le fait d'offrir, d'obtenir, de procurer ou de fournir un enfant à des fins de prostitution, telle que définie à l'article 2;

c) Le fait de produire, de distribuer, de diffuser, d'importer, d'exporter, d'offrir, de vendre ou de détenir aux fins susmentionnées, des matériels pornographiques mettant en scène des enfants, tels que définis à l'article 2.

2. Sous réserve du droit interne d'un État Partie, les mêmes dispositions valent en cas de tentative de commission de l'un quelconque de ces actes, de complicité dans sa commission ou de participation à celle-ci.

3. Tout État Partie rend ces infractions passibles de peines appropriées tenant compte de leur gravité.

4. Sous réserve des dispositions de son droit interne, tout État Partie prend, s'il y a lieu, les mesures qui s'imposent, afin d'établir la responsabilité des personnes morales pour les infractions visées au paragraphe 1 du présent article. Selon les principes juridiques de l'État Partie, cette responsabilité peut être pénale, civile ou administrative.

5. Les États Parties prennent toutes les mesures juridiques et administratives appropriées pour s'assurer que toutes les personnes intervenant dans l'adoption d'un enfant agissent conformément aux dispositions des instruments juridiques internationaux applicables.

Article 4.

1. Tout État Partie prend les mesures nécessaires pour établir sa compétence aux fins de connaître des infractions visées au paragraphe 1 de l'article 3, lorsque ces infractions ont été commises sur son territoire ou à bord de navires ou d'aéronefs immatriculés dans cet État.

2. Tout État Partie peut prendre les mesures nécessaires pour établir sa compétence aux fins de connaître des infractions visées au paragraphe 1 de l'article 3, dans les cas suivants:

a) Lorsque l'auteur présumé de l'infraction est un ressortissant dudit État, ou a sa résidence habituelle sur le territoire de celui-ci;

b) Lorsque la victime est un ressortissant dudit État.

3. Tout État Partie prend également les mesures propres à établir sa compétence aux fins de connaître des infractions susmentionnées lorsque l'auteur présumé de l'infraction est présent sur son territoire et qu'il ne l'extrade pas vers un autre État Partie au motif que l'infraction a été commise par l'un de ses ressortissants.

4. Le présent Protocole n'exclut aucune compétence pénale exercée conformément aux lois nationales.

Dossier préparé par Jeannot Ramambazafy

Sources principales : UA et Organisation des Nations Unies (New York et Genève)

Midi Madagasikara0 partages

Ambositra : Taolam-paty dimy sakaosy sarona, olona telo voasambotra

Taolam-paty  188, izay taolan-dava avokoa, natao tao anaty sakaosy, nentina telo lahy no saron’ny zandary tao Andalamahitsy, Ambositra ny alahady lasa teo. Avy any Fandriana ary ninoana fa saika hampiakarina aty an-dRenivohitra ireto taolam-balo ireto no izao tratra izao. Araka ny fampitam-baovao avy tamin’ny zandarimarim-pirenena tokoa mantsy dia tonga teny am-pototsofin’ireo mpitandro filaminana ny fisiana fiara « Mazda » miloko mena sy fotsy, avy any Fandriana mitondra taolam-paty. Nandray ny andraikiny avy hatrany ireo zandary teo anivon’ny tobim-paritra Ambositra, ny nametraka sakana teny amin’ny làlam-pirenana. Teo Andalamahitsy no voasakana ilay fiara ary natao ny fisavana. Rehefa nosavaina ny entana dia nahitana sakaosy  dimy mampiahiahy. Nojerena ny tao anatiny ka indro fa taolam-paty marobe. Teo  no ho  eo ihany dia nosamborina ireo olona telo tompon’ilay entana ary nentina nofotorana tany amin’ny biraon’ny zandary. Ary notazonina niaraka tamin’izay ilay fiara. Tamin’ny fanadihadiana azy ireto no nahafantarana, fa « efa mpisera taolam-paty » ry zalahy. Mbola mitohy moa, araka ny fampitam-baovao azo hatrany ny famotorana lalina azy ireo, hahafantarana marina ny fiavian’ireo taolam-paty ireto, ny saika hitondrana azy ary izay olona mety hividy izany. Raha ny fandehan-javatra mantsy, dia azo heverina fa tsy vao izao ireto telo lahy ireto no nanao ity asa ratsy ity fa mety ho efa ela, ary mety ho efa manana « mpanjifa » azo antoka handray ny « entana », matoa sahy tonga mitondra izany eny amin’ny làlam-pirenena. Arahana eo ihany ny tohin’ny raharaha ary inoana fa tsy ho very an-javony tahak’ireo fanadihadiana hatramin’izay, izay mijanona hatrany eo amin’ireo « mpisera » sy « mpamaky fasana » tsy mety nahafantarana mihitsy izay atidoha tao ambadik’ity « sera maloto » ity.

m.L / Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports : Nicolas Dupuis devient consultant au sein du MJS

Tinoka Roberto visitant le nouveau bureau de Nicolas Dupuis au Palais des Sports de Mahamasina.

Le technicien français vient d’être nommé comme consultant auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports. Il a ainsi pris ses marques, hier, à son nouveau bureau, au Palais des Sports de Mahamasina.

Il a marqué l’année 2019 avec l’exploit des Barea à la Coupe d’Afrique des Nations en Egypte. L’Etat a alors décidé de maintenir Nicolas Dupuis à son poste de sélectionneur des Barea pour quatre ans. Conscient du potentiel du technicien français et de son réseau aussi bien sur le plan national qu’international, l’Etat à travers le ministère de la Jeunesse et des Sports a décidé de le nommer comme consultant. « Prouvant votre attachement aux Barea et cédant aux sollicitations de monsieur le président de la République Andry Rajoelina, vous avez prolongé votre contrat en dépit des offres alléchantes, tous azimuts, dont vous avez fait l’objet après la fantastique épopée de la CAN. Et actuellement pour renforcer davantage cette collaboration, vous avez accepté d’être le consultant du ministère de la Jeunesse et des Sports en matière de développement du football, de promotion du partenariat public-privé et d’incubation d’un vivier pour assurer la relève sportive. Aidant ainsi à la concrétisation du Velirano, le Sport, la Fierté nationale », a lancé le ministre Tinoka Roberto, lors de la cérémonie de réception du nouveau bureau de Nicolas Dupuis.

Infrastructures. Et de continuer « soyez-en rassuré, le ministère de la Jeunesse et des Sports fera toujours de son mieux pour apporter sa pleine contribution pour que les amoureux du ballon rond puissent, à chaque fois et toujours, lancer à l’unisson le cri de ralliement annonciateur de la victoire ». La collaboration entre le MJS et Nicolas Dupuis ne va pas se limiter uniquement au football. « Une académie d’élites en collaboration avec le ministère de la Jeunesse et des Sports sera mise en place en liaison avec la Fédération malgache de football. Nous allons détecter les jeunes talents de toutes les régions pour intégrer cette académie étatique », a fait savoir Nicolas Dupuis. Pour cette année 2020, le ministère de la Jeunesse et des Sports va se focaliser surtout sur la construction des infrastructures entrant dans le cadre du projet présidentiel dans toutes les régions. « Le sport est l’unique chose qui arrive à nous rassembler. Laissons de côté les querelles politiques, mais, réunissons ensemble nos forces pour l’intérêt du sport, des sportifs et surtout pour la nouvelle génération. Ne vous laissez pas influencer par les incitations », a conclu le numéro Un du sport malgache.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Startimes : Une nouvelle offre commerciale sur le marché

Concurrence oblige, les opérateurs du secteur de la télévision payante rivalisent de créativité pour attirer le public. A l’instar de Startimes qui lance en ce début d’année une nouvelle offre commerciale destinée à faire profiter à ses abonnés une des chaînes de télévision numérique dans les meilleurs conditions possibles. « StarTimes a toujours placé l’intérêt de ses abonnés avant tout le reste », explique dans un communiqué, le département communication de Startimes qui offre à ses abonnés « un petit cadeau de dernières minutes que le père Noël a laissé ».  En effet, « pour tout réabonnement sur le bouquet à 20 000 ar Basic / Smart, ils profiteront du bouquet supérieur que nous commercialisons à 40 000 ar pendant 30 jours. Pour ceux qui sont déjà sur le bouquet supérieur à 40 000 ar, ils auront 30 jours d’abonnement en plus, ce qui fait deux mois d’abonnement au lieu d’un. Par ailleurs, nous allons très prochainement ajouter de nouvelles chaînes et programmes à nos bouquets, afin de continuer à offrir la plus grande diversité de contenus possibles ».

Aujourd’hui, StarTimes compte 30 millions d’utilisateurs dans 37 pays.  Une croissance qui fait d’elle, l’opérateur de télévision le plus dynamique d’Afrique. On rappelle qu’en  début août 2019, StarTimes a acquis les droits de retransmission des équipes nationales de l’UEFA pour la période 2019-2022. Cela inclut l’euro 2020 qui se jouera du 12 juin au 12 juillet prochain, ainsi que la Ligue des nations 2020-21. StarTimes a également acquis juste avant la fin de l’année, les droits de retransmission de la Coupe d’Angleterre de football « The Emirates FA Cup », et de la Super-Coupe d’Angleterre « The FA Community Shield » jusqu’en 2021. Le directeur des sports de StarTimes, Shi Maochu, a déclaré: « nous cherchons en permanence à offrir le meilleur contenu sportif à nos abonnés. L’acquisition des matchs des équipes nationales de l’UEFA nous permet de proposer le meilleur du football jusqu’à la prochaine coupe du monde. »

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

AfrikFestiFood première édition : Deal Katib exporte l’art culinaire malgache en Suisse

Deal Katib, administrateur du blog de cuisine D/S Mandoky, présentera la gastronomie malgache au festival de cuisine intitulé « AfrikFestiFood » qui se tiendra du 28 février au 1er mars prochain. Cet évènement se déroulera à Genève (Suisse), à l’Hôtel Ramada Encore. Il permettra à chacun de renouer avec la cuisine malgache. Il fera également découvrir, à ceux qui n’ont pas encore goûté, les délices de la gastronomie du continent noir. Méconnu et ignoré, l’art culinaire malgache sera présenté dans le pays du gruyère.

Fondateur de D/S Mandoky, chef de cuisine ayant œuvré au sein d’établissements à Marseille, au Luxembourg et à Madagascar, Deal Katib est un passionné de cuisine depuis ses 12 ans. « J’étais toujours avec ma mère dans la cuisine », a-t-il raconté. Après quelques années, Katib a trouvé son style : le métissage culinaire. De Mayotte, en France, en passant par La Réunion, Katib rehausse la gastronomie malgache. Il a également une audience conséquente sur les réseaux sociaux.

En Suisse, lors de cet évènement AfrikFestiFood, il présentera son stand de restauration spécialisé dans les fruits de mer, les poissons séchés, les bouillons de viande et les grillades tout le week-end, samedi de 11h à minuit et dimanche de 11h  à 20h.

Festival de cuisine africaine. L’objectif de l’évènement est de libérer les sens du public et d’inciter les visiteurs à déguster de délicieux plats provenant de ce riche continent où traditions culinaires se trouvent. Valoriser la culture africaine et sa diversité culinaire par le biais des diverses cuisines d’Afrique et faire découvrir au grand public leurs richesses respectives. L’événement mettra en lumière les différents chefs cuisiniers africains de renommée, et servira de tremplin pour les jeunes talents gastronomes vivant en Afrique et dans le reste du monde. Afin de faire vivre cette cause, l’association a pour mission d’organiser de manière récurrente un rendez-vous incontournable et unique en Suisse, sous la forme d’un festival culinaire annuel. Le festival mêlera présentation de mets gastronomiques d’Afrique, ateliers culinaires, conférences, projections de films, dégustations ainsi qu’un grand marché autour de l’Afrique, composé d’épiceries, de boutiques africaines éphémères, d’importateurs de recettes, de traiteurs, de restaurateurs et d’autres artisans. Spécialement conçu pour l’occasion, un maquis géant sera installé, comprenant une variété de stands, mêlant saveurs et plaisirs artisanaux.  AfrikFestiFood promet d’offrir une évasion culinaire unique, véritable labyrinthe de dégustations à travers des territoires riches et diversifiés, car en effet, la cuisine africaine est diversifiée, tout comme la population vivant sur son continent.

Recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Protection l’enfance : Deux nouveaux projets sur la bonne voie

Des sourires pour marquer le début d’une coopération win-win entre l’Inde et Madagascar dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

En décembre 2019, deux projets concernant la Protection de l’Enfant à Madagascar ont été lancés à Antananarivo, avec comme objectif global de contribuer à la concrétisation des droits des enfants accueillis dans les centres d’accueil en protection de l’enfance ou susceptibles de l’être, à leur développement et à leur épanouissement à Madagascar.

 La cérémonie de lancement le 17 décembre 2019, de ces deux projets s’est déroulée dans le contexte de l’adoption, le 18 novembre 2019, d’une résolution des Nations Unies concernant la vulnérabilité particulière de millions d’enfants dans le monde en raison du manque de soutien adéquat pour les familles à risque et d’une gamme d’options de soins de qualité pour les enfants qui ont perdu les soins parentaux. La résolution décrit également une série d’actions et d’engagements des gouvernements visant à améliorer la situation et à respecter les droits de ce groupe d’enfants.

Projet QUAPEM. L’un des deux projets lancés est le projet QUAPEM (Qualité de l’Accueil en Protection de l’Enfance à Madagascar),  visant à améliorer la conformité des structures d’accueil en protection de l’enfance aux normes nationales et aux bonnes pratiques internationales ; et à créer un environnement favorable à la professionnalisation du milieu associatif de la protection de l’enfance.

Porté par SOS Villages d’Enfants France et mis en œuvre par SOS Villages d’Enfants Madagascar en partenariat avec le ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) et l’Institut Supérieur en Travail Social (ISTS), le projet QUAPEM appuie les structures d’accueil en protection de l’enfance et 120 professionnels de ces centres. Le projet intervient dans quatre régions : Analamanga, Atsinanana, Vakinankaratra et Vatovavy Fitovinany. Les renforcements de capacités des centres se font à travers des formations, échanges d’expériences, coaching et accompagnements personnalisés ; des appuis matériels et des appuis au développement de ressources propres et durables sont également prévus. Ce projet à mettre en œuvre sur une période de trois ans, a vu le jour en septembre 2018 et bénéficie du financement de l’Agence Française de Développement (AFD) et de la Principauté de Monaco. Les centres bénéficiaires contribuent également financièrement à hauteur de 1% du coût global.

Enfants placés en institution. Quant au second projet, il s’agit du projet « Réalisation des projets de vie des enfants privés de soins parentaux placés en institutions », mis en œuvre par la Direction de l’Enfant et de la Famille (DEF) et de l’Autorité Centrale pour l’Adoption Malagasy (ACAM) du MPPSPF. Ce projet procède à la prévention de la prolongation de séjour en institution des enfants de moins de 15 ans en accordant une attention particulière à leur projet de vie. Le projet travaille en partenariat avec la Police des Mœurs et de la Protection des Mineurs, les Tribunaux de Première Instance représentés par les Juges des enfants, les responsables des centres impliqués ainsi que les parents ou familles, et les enfants. Ce projet est financé par le gouvernement princier de Monaco.

La cérémonie de lancement officiel de ces deux projets, a été également une occasion de réunir l’ensemble des parties prenantes.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

RN7 Antsirabe : « Remorque » nirehitra teny am-pandehanana

Fiara lehibe iray mpitatitra entana misy ireny « remorque » ireny no may kila forehitra tamin’ny lalam-pirenena fahafito, teo anelanelan’Andranomanelatra sy Antsoantany Antsirabe II. Araka ny fampitam-baovao, entana ilaina andavan’andro no notaterin’ity kamiao lehibe ity, toy ny menaka, vary , siramamy, sns, hany ka mora nahazo vahana ny afo vantany vao nirehitra. Ny mpamily ihany no nahatsikaritra ny afo teny am-pandehanana, avy hatrany dia nanajanona ny fiara ity farany . Efa nahazo laka anefa ny afo ka nanala ilay “remorque” tamin’ny lohan’ny fiara no sisa azo natao. Niezaka namono ny afo sy namoaka entana ihany  ny fokonolona teny amin’ny manodidina, saingy tsy nahefa firy noho ny herin’ny afo. Vary amin’ny kitapo am-polony no tafavoaka niampy sy entana vitsivitsy. Tamin’ny 7 ora maraina vao maty ny afo, raha toa ka tamin’ny 1 ora maraina  no nanomboka ny firehetana, ny alatsinainy maraina teo no nitrangan’ity loza ity. Tsy fantatra mazava kosa ny anton’ny firehetana.

Andry N

Midi Madagasikara0 partages

Espèces endémiques de Madagascar : Nécessaire renforcement de la sensibilisation pour leur protection

Des sourires pour marquer le début d’une coopération win-win entre l’Inde et Madagascar dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

La maison d’exposition et d’éducation environnementale a été inaugurée à Tsimbazaza hier. Une infrastructure qui a pour rôle d’aider les malgaches à mieux connaître ses richesses en biodiversité et à s’en approprier.

Le pays est riche en matière de biodiversité. Un fait reconnu par le monde entier mais dont l’ampleur est méconnue de la majorité des filles et fils du pays. Selon les études, 80 à 90% de la faune et de la flore du pays lui sont endémiques. Comme les oiseaux par exemple, l’on dénombrerait plus de 120 espèces endémiques au pays. Les faits démontrent, en effet, que bon nombre de malgaches ignorent le rôle joué par ses espèces dans la préservation de son environnement (au sens large du terme et non limité aux forêts et aux faunes et flores). Plutôt que de les protéger, certains habitants des zones périphériques des forêts ou des aires protégées chassent les espèces protégées. Pour ceux qui habitent les grandes villes, la situation de méconnaissance serait encore plus accrue. L’opérationnalisation de « la maison de l’éducation pour l’environnement » arrive à point nommé. Inaugurée hier au Parc Botanique et Zoologique de Tsimbazaza, et financé à 100% par l’Etat malgache, « l’infrastructure devrait permettre de sensibiliser et d’informer les malgaches sur les produits des recherches en matière de faune et de flore endémiques de Madagascar. Mais également pour faire connaître au public l’importances desdits produits ainsi que leurs utilisations ». Des objectifs qui cadrent bien avec la mission du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui a pour objectif de faire des recherches et produits de recherches malgaches des leviers de développement. Un principe pratique courant dans les pays développés qui placent leurs chercheurs et les produits des recherches au sommet du processus de développement.

Coopération. L’inauguration de la maison d’exposition et d’éducation environnementale à Tsimbazaza hier a vu la présence d’Abhay Kumar, Ambassadeur de la république de l’Inde à Madagascar. Une opportunité pour le diplomate de procéder à la remise de dons de 100 000 manuels scolaires au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. En anglais, les livres comportent 37 titres répartis dans divers domaines tels que la mathématique, la physique ou encore la chimie. L’événement a également été l’occasion d’avoir des informations sur une « future coopération » entre les deux pays dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. La coopération en question devrait consister à « des transferts de faunes de l’Inde vers Madagascar, plus particulièrement vers le parc de Tsimbazaza ». Mais également à des « transferts de connaissances et de bonnes pratiques » dans le cadre de la détention en captivité des faunes en question. La nature insulaire de Madagascar oblige le pays à s’ouvrir au monde. La recherche scientifique et l’enseignement supérieur, l’environnement et la biodiversité sont des meilleurs outils pour y parvenir.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Lehilahy nilaza ho nidiran’ny devoly, novonoiny ho faty ny zanany mianadahy

Natolotra ny fampanoavana omaly Talata,  ary naiditra am-ponja avy hatrany ity raim-pianakaviana nahavanon-doza namono ny zanany  mianadahy ity. Tao Mandriankeniheny no nisehoan’ity tranga mampivarohantsana ny maro ity. Raha ny loharanom-baovao marim-pototra voaray, dia nilaza ity raim-pianakaviana ity fa nisy mibitsika izy maniraka azy hamono ny zanany. Nambarany fa tsy tompon’ny tenany izy teo am-pamonoana ireo zanany roa ireo, fa rehefa nahavita ny nataony vao latsa-nenina. Ny nahagaga anefa, dia tsy andro iray no namonoany ireo zanany ireo fa andro roa samy hafa. Ny alakamisy 9 janoary no namonoany ny zanany lahy kely vao  efa-bolana monja. Tsy tao an-trano ny vadiny tamin’io fotoana io, fa nandeha naka kitay, novonoin’ilay rangahy ilay zaza mena vava, nokendainy ho sempotra ary nosaronany bodofotsy avy teo. Hatairana ny an’ilay ramatoa rehefa nody nahita ny zanany tsy niaina intsony ary nambaran’ity vadiny fa maty sempotry ny lamba tao ilay zaza. Ny harivan’io ihany, dia nalevina ilay zaza, tsy nanatrika izany anefa ity rainy fa nitondra ny zanany vavy kely nandositra indray io alakamisy io. Tsy niverina ity farany raha tsy ny zoma  10 janoary tokony ho tamin’ny 11 ora antoandro ary nitondra ny zanany vavy 1 taona sy tapany  avy novonoiny tany anaty ala. Ny sabotsy maraina tonga teny an-toerana ny polisy  sy ny BMH niaraka tamin’ny  CSBII tao Mandriankeniheny  nanao ny fizahana. Voatery nofongarina ilay zaza mena vava nanaovana ny fitiliana ary voamarina fa maty nokendaina ilay zaza noho ny dian-tànana hita mbola mangana teo amin’ny tendany. Nitrangana seho hafahafa mampivarahontsana ny maro teto Antsirabe tato ho ato, efa misokatra ny fanadihadiana hamantarana ny tena marina.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Nécessité de calmer très vite les esprits

Pour ceux qui regardent très superficiellement la situation  à Madagascar en ce moment, l’atmosphère qui règne actuellement est au beau fixe. Les Malgaches sont surtout préoccupés  par la lutte pour la survie quotidienne et, malgré les multiples problèmes qu’ils rencontrent, ils préfèrent ronger leur frein. Cependant, malgré cette retenue, il ne faut pas se voiler la face :  tout ne va pas pour le mieux et il y a des foyers de mécontentements qui peuvent très vite s’étendre. Les membres du SECES mènent la fronde depuis un certain temps, et paralysent l’université en brandissant la menace d’une année blanche. Il y a cette affaire du  panier garni offert par le président de la République qui commence à prendre une ampleur que l’on ne soupçonnait pas  et qui a été très mal gérée. A cela s’ajoutent d’autres incidents que l’on peut qualifier de mineurs, mais qui sont en train de nourrir un ressentiment  latent..

Nécessité de calmer très vite les esprits

Le malaise existe et ce serait  grave de l’ignorer.  La grève du SECES semble être minimisé, pourtant, l’avenir  de milliers d’étudiants est en jeu. Le dialogue entre la ministre  de l’Enseignement supérieur et les membres du syndicat  a du mal à s’établir, chacun campant sur ses positions. On a l’impression d’être revenu, aux années sombres où, les étudiants étaient devenus des otages.  L’affaire des 65 000 ariary  aurait pu être car elle résulte d’une maladresse  de quelques responsables .  Leur  tort  a été de croire que tous ceux  qui s’estiment lésés se résigner, et que  l’incident serait très vite clos. Mais ces derniers ont réagi très vivement à ce qu’ils considèrent comme une injustice.  Le mouvement de   grève des enseignants s’est très vite répandu car  aucune réponse satisfaisante ne leur a été apportée. Ils demandent maintenant  l’intervention du  président de la République en personne  . La colère est en train d’enfler et il est nécessaire de la désamorcer au plus vite. La solution est financière, mais les responsables  semblent tergiverser. ll faut cependant  ramener le calme et  agir avant  qu’il ne soit trop tard.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Filière lait : De l’or blanc de qualité produit à Soavina Atsimondrano

Le micro-entrepreneur, Razafindrainibe Mbolatiana Lucien, assure la traçabilité de son lait.

La filière lait est vraiment juteuse. Le micro-entrepreneur rural, en la personne de Razafindrainibe Mbolatiana Lucien, installé dans le fokontany d’Ambihivy, dans la commune rurale de Soavina Atsimondrano, en témoigne.

« Je me suis lancé dans cette activité depuis 12 ans alors que j’ai fait une étude en électromécanique. Je pense que c’est ma vocation d’autant plus que mes parents sont des exploitants agricoles. Au début, je n’avais qu’une vache laitière de race pie rouge. Maintenant, je dispose d’une vingtaine de têtes dont sept vaches produisent actuellement du lait avec un rendement total de 140 litres par jour. Pour réussir, je mise notamment sur le respect de la qualité du produit depuis la ferme d’élevage jusqu’aux points de vente. La traçabilité du lait est ainsi assurée, et ce, au bénéfice des consommateurs finaux ou aux transformateurs », a-t-il expliqué.  Cet éleveur se professionnalise grâce aux appuis de Malagasy Dairy Board via la mise en œuvre du programme ASA-Lait financé par l’Union Européenne. Une chose dont on est sûr, il y a de l’or blanc produit à Soavina Atsimondrano. « Une production de 800 litres de lait par jour y est écoulée vers le marché par le biais de nos points de vente. En effet, nous collectons également du lait auprès d’une dizaine d’éleveurs fournisseurs résidant dans la commune », a-t-il poursuivi. A part cela, 25 emplois ont été créés.

Taux de réussite de 20%. Il faut savoir que ce micro-entrepreneur rural assure la meilleure conduite d’élevage en construisant des étables en dur respectant les normes et l’hygiène pour son cheptel. « Nous cultivons en même temps des plantes fourragères destinées à l’alimentation animale. Les vaches en consomment 4 à 5kg par jour. Dans la même foulée, nous fabriquons nous-mêmes des provendes en broyant du maïs, de l’arachide et de manioc, sans compter les foins et les sons de riz. Notre cheptel a besoin de 6kg de provendes par jour, sous forme de compléments alimentaires. Nous disposons également d’une machine d’ensilage pour traiter les tiges de maïs, entre autres. Une vache peut produire jusqu’à 40 litres par jour si son alimentation est bien équilibrée », a-t-il enchaîné. En outre, celui-ci engage un vétérinaire pour assurer le suivi sanitaire systématique de ses vaches laitières. « Seule l’insémination artificielle s’avère un peu onéreuse pour les éleveurs. En effet, une opération coûte environ 100 000 ariary alors que le taux de réussite n’est que de 20% », d’après toujours les explications de Razafindrainibe Mbolatiana. Son ambition pour cette année est de réaliser une extension de sa ferme.

Analyses en laboratoire. Parlant de l’écoulement de sa production, ce micro-entrepreneur rural avance que l’offre n’arrive pas à satisfaire la demande. En revanche, « nous assurons le maintien de la chaîne de froid depuis la ferme ou les points de collecte jusqu’aux consommateurs finaux, grâce à l’acquisition des tanks à lait installés dans ses points de vente. Parmi lesquels, un point de vente sera bientôt ouvert aux pavillons 669 et 670 à Analakely, pour un meilleur service de proximité. Mais avant tout cela, nous procédons d’abord aux analyses en laboratoire de la production pour garantir la qualité de cet or blanc. Cinq tests sont ainsi menés. On peut citer, entre autres, les tests de coagulation, d’acidité et de densité du lait. Le test CMT (California Mastitis Test) vise à détecter les infections affectant les vaches comme les mammites, la bilharziose et les parasites. Si ces tests ne sont pas concluants, nous refusons catégoriquement le lait collecté auprès des fournisseurs. Notre objectif est d’assurer la sécurité sanitaire des consommateurs et de fournir du lait de qualité pour les transformateurs. Nous pouvons également aider les paysans à rectifier leurs tirs en matière de conduite d’élevage en tenant compte des résultats de ces tests », a conclu ce micro-entrepreneur rural.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Manifestation des enseignants : Les enseignants appelés à se calmer.

Les membres du SPEED (Solidarité pédagogique de l’éducation) souhaitent la reprise des cours. (crédit photo : Anja)

La Solidarité Pédagogique de l’Education ou SPEED a tenu une conférence hier après-midi à l’EPP Soarano. Les membres de ce syndicat ont tenu à inviter tous les enseignants à calmer leur mouvement de contestation. « Face au désordre que connaît le milieu de l’éducation, nous invitons nos compères à se calmer et à reprendre l’enseignement », a déclaré le responsable de la communication de SPEED, Léon Rakotonandrasana. « Nous appelons également les autres syndicats à suivre notre exemple et à ne pas profiter de la situation. Nous ne sommes pas des outils politiques et les enseignants ne doivent en aucun cas, être utilisés pour semer le trouble dans le pays », a-t-il ajouté.

Soutien sans condition. SPEED a également déclaré que tous les membres de ce syndicat soutiennent sans condition les initiatives du Président de la République envers l’éducation, ainsi que le travail effectué par le ministre de l’Education nationale, Marie Thérèse Volahaingo. « Nous tenons à remercier le Président de la République pour l’augmentation de 13% du salaire des enseignants ainsi que pour la prime qu’il nous a offerte au mois de décembre ».

Ambiance tendue. Toutefois, malgré l’appel au calme, l’ambiance était plus ou moins tendue lors de cette conférence. Les enseignants venus en masse y assister étaient divisés. D’un côté, il y avait ceux qui soutiennent cette initiative du SPEED et qui désirent le retour au calme. De l’autre, certains enseignants refusent de laisser tomber les revendications, pensant même que les membres du syndicat font partie de ceux qui ont obtenu le panier garni d’une valeur de 65 000 Ariary. Toutefois, malgré les cris de désapprobation de certains, la conférence a pu se tenir sans scandale. Pour l’instant, le mouvement de contestation des enseignants ne semble pas vouloir s’arrêter ; affaire à suivre.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping : Mpivarotra « puces » sy mpahandro sakafo nalefa eny Antanimora

Mpamatsy « carte à puce » ny telo ary ny roalahy dia mpahandro ny sakafon’ny olona izay notazomina, izany hoe i Navaze Veldjee, ilay karàna izay nisy naka an-keriny Soavimbahoaka tamin’ny 13 desambra 2018. Niakatra fampanoavana teo anivon’ny Pole Anti-Corruption nanomboka ny asabotsy teo ireo olona dimy. Nivoaka omaly ny didy famonjàna voalohany izay mahakasika ireo telo vavy sy lehilahy iray izay voatonona tetsy ambony ny asany sy ny anjara andraikitry ny tsirairay avy tao anatin’ny fakàna an-keriny. Ny lehilahy iray farany dia mitohy anio ny fihainon’ny mpitsara azy. Izy io dia voasambotra niaraka tamin’i Ragodogodona, ilay jiolahy izay maty voatifitry ny zandary tany amin’ny làlana ho any Manjakandriana. Nentina tany an-toerana izy io no saika mbola hitsoaka ihany raha araka ny fanazavan’ny zandary. Nampiasana hery ary maty voatifitra ny 10 janoary lasa teo. Ny tranga toa izao dia manaporofo fa miasa anaty tambajotra ny mpanao kidnapping. Samy manana ny anjara asany ireo kanefa kosa matetika dia tsy tena tonga any amin’ny atidoha nikotrika sy ny mpaniraka ny fisamborana. Ny antony dia satria na ireo mpanatontosa aza indraindray tsy mahafantatra akory izay tena ao ambadiky ny fakàna an-keriny indraindray. Amin’ny lafiny lalàna indray dia isan’ny mba misongadina ny fisian’ny didy hitsivolana izay hahafahana mangena ny fanànana azo tamin’ny ratsy. Teo aloha mantsy dia tsy mahataitra ny mpanao kidnapping loatra intsony ny figadràna satria efa nivadika ho trano sy fiara ary tany ny volabe izay azon’izy ireo. Dia toa ny miala sasatra fotsiny sisa ny fandraisan’ireo olon-dratsy ny famonjàna azy. Ny taona 2018 no isan’ny tena betsaka ny fakàna an-keriny izay nitranga. Tsy teto an-drenivohitra ihany aza no niseho izany fa tonga tanteraka tany amin’ny tontolo ambanivohitra. Ho an’ny eto an-drenivohitra manokana dia efa sarona ny maro na dia somary elaela taty aoriana aza. Mitohitohy ny fitsaràna azy ireo etsy amin’ny efitrano fitsaràna an’ny PAC etsy 67ha ary betsaka koa ny famonjàna.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Parti AVI : Congrès national le 24 janvier prochain

Le parti « Asa Vita no Ifampitsarana »  (AVI) de Norbert Lala Ratsirahonana refait surface. En effet, le parti a tenu une conférence de presse, hier matin, à l’hôtel Carlton. Ce fut une occasion pour l’AVI de parler des récentes élections municipales et communales. Lors de ces consultations populaires, le parti a obtenu les postes de 80 maires et de 230 conseillers. En outre, cette formation politique va tenir son congrès national le 24 janvier prochain avec notamment la participation de ces élus, ainsi que des différents responsables du parti. Le thème du congrès porte sur « le parti AVI face à ses 30 ans d’existence ». Les dirigeants de ce parti ont, par ailleurs, déclaré qu’ils sont prêts à apporter leur contribution pour le développement du pays et les intérêts supérieurs de la Nation. Serait-ce une coïncidence ? Le dépôt de candidatures pour le recrutement aux postes de hauts responsables de l’Etat devrait être effectué au plus tard le 24 janvier prochain.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Communales : Elections partielles dans 24 communes

Des échos des élections municipales et communales du 27 novembre dernier. Selon le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo,  des élections partielles auront lieu dans 24 communes pour les maires et 15 pour les conseillers. C’est  la province de Toliara qui tient le record avec 10 élections à refaire. Par ailleurs, dans 8 communes il n’y avait pas eu de candidats pour les postes de conseillers, il y aura ainsi également de des élections partielles. Notons qu’elles devraient avoir lieu dans les 120 jours après les résultats officiels. Toujours est-il que la passation de service entre le maire sortant Lalao Ravalomanana et le maire entrant Naina Andriantsitohaina aura lieu demain.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Coopération : Un don de 39,2 millions d’euros pour le désenclavement des régions Sud

Le ministre de l’Aménagement du Territoire de l’Habitat et des Travaux Publics Hajo Andrianainarivelo a également assisté à cette cérémonie de signature d’un accord qui concerne en grande partie, son département

Les bailleurs de fonds affichent leur détermination à accompagner les dirigeants malgaches  dans la réalisation des projets d’infrastructures pour le développement.

Un bilan plutôt positif en ce qui concerne  les relations de Madagascar avec les partenaires techniques et financiers. En un an, le gouvernement malgache, à travers le ministère de  l’Economie et des Finances (MEF) aura signé pas moins de 500 millions de dollars d’accords de prêts ou de dons pour financer des projets d’infrastructures pour le développement.

Importance particulière

Et c’est encore bien parti pour 2020, puisque le MEF entame l’année avec la signature d’un important accord.  Il s’agit, en l’occurrence d’une convention de  don d’un montant de 39,2 millions  dans le cadre du cofinancement  du Projet d’Aménagement de Corridors et de Facilitation du Commerce (PACFC) . Signé, hier par le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato l’Ambassadeur de l’Union Européenne, Giovanni Di Giloramo et  le représentant-pays de la BAD, Mohamed Abdallah Cherif,  cet accord est d’une importance particulière pour le développement de Madagascar. En effet, le projet vise à améliorer la connectivité de Madagascar avec les pays de la sous-région en vue de l’accroissement des échanges commerciaux.  Il s’agira notamment de désenclaver  les régions Sud de Madagascar en améliorant leur accessibilité ; de promouvoir le commerce à travers  la facilitation des procédures d’exportation, afin de valoriser les  différents produits typiques du Sud de  Madagascar et enfin d’améliorer les conditions de vie des populations de la zone d’influence du projet.

Grands axes routiers

Parmi les composantes du projet PACFC dont le montant total est estimé à 217 millions de dollars, la réhabilitation des grands axes routiers comme la RN9 et la RN12A.  Des travaux connexes sont prévus le long de la RN9 pour le volet  facilitation du commerce. On peut citer, entre autres, la construction du marché d’Antanimieva, le renforcement du centre de métier de Befandriana, la réhabilitation du centre de santé d’Ankilibao, la réalisation de forages pour adduction d’eau potable, la fourniture de kits de matériels agricoles aux groupements de femmes… Le projet vise également à établir   deux corridors sur  les façades maritimes du  Sud-Ouest avec le port de Tuléar et Sud-Est avec le port de Forft-Dauphin. Ces deux ports ouvrent Madagascar respectivement sur le Canal de Mozambique et sur les pays de l’Océan Indien.  Des projets d’une importance  particulière, en somme et dont le financement, prouve, comme l’a indiqué, l’Ambassadeur de l’Union Européenne, la détermination des bailleurs de fonds d’accompagner Madagascar dans les efforts de redressement économique.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

3ème art : Deux univers picturaux seront présentés à Tamatave

Peinture sur verre de Natoa Rasolonjatovo.

Deux artistes exposeront leurs œuvres dans la capitale Betsimisaraka, du 31 janvier au 7 février, à la BMOI, Boulevard Joffre. La peinture sur verre, la pyrogravure et le portrait à l’acrylique seront présentés lors de cet évènement. Ce n’est pas la première fois que ces deux artistes travaillent ensemble. Ils se connaissent très bien.

Natoa Rasolonjatovo est un peintre avec un parcours singulier et impressionnant. Issu d’une famille d’artistes dessinateurs et peintres, il s’est naturellement plongé dans l’univers artistique. Il a commencé à peindre dès son plus jeune âge. À 9 ans, comme la plupart des enfants de son âge, il a appris la base de la peinture à l’huile au Cercle Germano Malagasy.  Sa spécialité est la peinture sur verre.  Peindre sur verre  est une peinture technique qui permet de réaliser différentes décorations sur tous les supports en verre. Elle s’applique au pinceau à poils souples ou avec une éponge naturelle, sur une surface lisse et non poreuse. Quant à Richianny Ratovo, issue d’une famille  d’artisans ferronniers, elle a grandi dans le monde de l’art.  Après sa licence en architecture, la jeune femme gère son temps entre la toile et le bâtiment. Ses spécialités sont la pyrogravure et le portrait à l’acrylique. La première est tout comme la sculpture. Elle  consiste à dessiner sur un objet en creusant sa surface. Ce système de gravure n’est pas destiné à transposer le résultat sur un autre support par encrage, mais à dessiner par une brûlure qui changera la couleur du support et le creusera. Comme pour la gravure, il désigne également la technique et le résultat obtenu.

Tous deux aiment  tellement le troisième art qu’ils ont décidé de travailler ensemble depuis quelques années. Ils ont choisi Tamatave pour exposer leurs œuvres, car la ville est une ville touristique et on y observe une montée considérable des passionné(e)s du troisième art.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

416 Andohalo : Mpanendaka telo lahy saron’ny pôlisy

Nihevitra angamba izy ireo, fa ho mora foana ny hitsoahana ireo mpanenjika rehefa hiakatra ny tohatohatra 416 ry zalahy. Tsy izay anefa no nitranga  fa efa zatra kotrana ihany koa ireo pôlisy mpanenjika ka noraisim-potsiny teo akaikin’ny sarin’i Masina Maria ireto olon-dratsy izay vao avy nanao ny asa ratsiny. Ny alatsinainy teo tokoa mantsy, dia nisy olona lasibatry ny mpanendaka teny Mahamasina. Telo lahy ireo mpanendaka ary rehefa nahavita ny asa ratsiny dia nitsoaka nihazo an’io tohatohatra miakatra eny Andohalo io. Efa malaza ho faritra mena tokoa mantsy iny toerana io, ary marobe  ireo lasibatra tamin’izany, indrindra fa ireo olona miezaka manatanja-tena vao maraina sy ireo olona mody alina. Tsy misy sahy manaraka intsony ihany  koa ireo olon-dratsy rehefa mihazo iny làlana iny. Tamin’ity indray mitoraka ity anefa, nampandre haingana  ny pôlisy izay misahana ny fifamoivoizana teo akaiky teo ilay lasibatra. Nandray ny andraikiny avy hatrany ireto farany ary niroso tamin’ny fanenjehana ireo mpanendaka telo lahy ary io niafara tamin’ny fahatrarana azy ireo io. Nentina natolotra ny pôlisin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahadimy avy hatrany moa ireo mpanendaka ireto mba hofotorana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Protection l’enfance : Deux nouveaux projets sur la bonne voie

Les responsables de centres bénéficiaires des projets réunis devant le staff du MPPSPF, l’équipe de SOS Villages d’Enfants et des partenaires techniques et financiers.

En décembre 2019, deux projets concernant la Protection de l’Enfant à Madagascar ont été lancés à Antananarivo, avec comme objectif global de contribuer à la concrétisation des droits des enfants accueillis dans les centres d’accueil en protection de l’enfance ou susceptibles de l’être, à leur développement et à leur épanouissement à Madagascar.

 La cérémonie de lancement le 17 décembre 2019, de ces deux projets s’est déroulée dans le contexte de l’adoption, le 18 novembre 2019, d’une résolution des Nations Unies concernant la vulnérabilité particulière de millions d’enfants dans le monde en raison du manque de soutien adéquat pour les familles à risque et d’une gamme d’options de soins de qualité pour les enfants qui ont perdu les soins parentaux. La résolution décrit également une série d’actions et d’engagements des gouvernements visant à améliorer la situation et à respecter les droits de ce groupe d’enfants.

Projet QUAPEM. L’un des deux projets lancés est le projet QUAPEM (Qualité de l’Accueil en Protection de l’Enfance à Madagascar),  visant à améliorer la conformité des structures d’accueil en protection de l’enfance aux normes nationales et aux bonnes pratiques internationales ; et à créer un environnement favorable à la professionnalisation du milieu associatif de la protection de l’enfance.

Porté par SOS Villages d’Enfants France et mis en œuvre par SOS Villages d’Enfants Madagascar en partenariat avec le ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) et l’Institut Supérieur en Travail Social (ISTS), le projet QUAPEM appuie les structures d’accueil en protection de l’enfance et 120 professionnels de ces centres. Le projet intervient dans quatre régions : Analamanga, Atsinanana, Vakinankaratra et Vatovavy Fitovinany. Les renforcements de capacités des centres se font à travers des formations, échanges d’expériences, coaching et accompagnements personnalisés ; des appuis matériels et des appuis au développement de ressources propres et durables sont également prévus. Ce projet à mettre en œuvre sur une période de trois ans, a vu le jour en septembre 2018 et bénéficie du financement de l’Agence Française de Développement (AFD) et de la Principauté de Monaco. Les centres bénéficiaires contribuent également financièrement à hauteur de 1% du coût global.

Enfants placés en institution. Quant au second projet, il s’agit du projet « Réalisation des projets de vie des enfants privés de soins parentaux placés en institutions », mis en œuvre par la Direction de l’Enfant et de la Famille (DEF) et de l’Autorité Centrale pour l’Adoption Malagasy (ACAM) du MPPSPF. Ce projet procède à la prévention de la prolongation de séjour en institution des enfants de moins de 15 ans en accordant une attention particulière à leur projet de vie. Le projet travaille en partenariat avec la Police des Mœurs et de la Protection des Mineurs, les Tribunaux de Première Instance représentés par les Juges des enfants, les responsables des centres impliqués ainsi que les parents ou familles, et les enfants. Ce projet est financé par le gouvernement princier de Monaco.

La cérémonie de lancement officiel de ces deux projets, a été également une occasion de réunir l’ensemble des parties prenantes.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Welcome 2020 : Cinq jeunes artistes secoueront Jao’s Pub

Hosganja, M Sayo, K-Ji Bass, soutiendront  Lahety et Lion Hill  sur scène au Jao’s Pub vendredi 17 janvier à partir de 21 heures. Ces trois chanteurs sont les jeunes générations de la musique urbaine malgache. Méconnu par le grand public,  Hosganja,M Sayo et K-Ji Bass essaient de gagner le cœur des jeunes  tananariviens. Regeea, ragga, rap, dancehall sont les sonorités de base de ces jeunes artistes. Cela ne les empêche pas de s’ouvrir à d’autre rythme comme l’afrobeat et la « trad-fusion », un équilibre entre la cadence traditionnelle et le tempo  moderne.

« Welcome 2020 » est une occasion pour Lahety de réapparaître sur scène. Ce raggaman commence a avoir sa notoriété auprès des jeunes malgaches avec ses rimes teintés d’humour.  Le jeune homme ne mâche pas ses mots. Transgresseur et  provocateur, Lahety est un artiste qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas.   Pour lui, l’éducation sexuelle doit être transmise à travers la musique.

Lion Hill sera présent aussi à la fête. En tête d’affiche, cette formation de Tamatave vient souhaiter ses meilleurs voeux à ses inconditionnels. Ce vendredi, il interprètera tous ses tubes.   Anjakanao, Hikeo, Coco, ou encore  ataova tonga agny…   En effet, l’année 2019 était florissante pour ce jeune homme.  Il a enchaîné plus d’une cinquantaine de concert et fait le tour de la Grande île.   Pour lion Hill, « Welcome 2020 » sera un spectacle pour bien démarrer la nouvelle année.

Iss Heridiny