Les actualités à Madagascar du Samedi 14 Décembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara44 partages

Andry Rajoelina : « Je ne reculerai pas face aux manœuvres de découragement »

Andry Rajoelina ne reculera pas face aux manœuvres de découragement.

Il a lancé un appel à la population à faire preuve de patience.

« Je ne reculerai point devant les manœuvres de découragement initiées par une minorité. D’ici cinq ans, on verra qu’est-ce qui a été fait et qu’est-ce qui n’a pas été réalisé ». C’est ce qu’a déclaré hier le président Andry Rajoelina durant la cérémonie de pose de premières pierres du projet de construction de 38 « buildings mora » du côté d’Ivato. Une manière à lui de lancer une pique à l’encontre de l’opposition et de ses partisans qui ne cessent de critiquer le régime. En effet, le Chef de l’Etat a choisi le lancement du projet « Buildings mora », un des projets phares de son premier quinquennat pour rassurer le peuple malgache à propos de la réalisation de ses « Velirano ». Apparemment, « Zandry kely » reste optimiste. « Ces projets ont été conçus bien avant la campagne électorale. Quant au financement, c’est déjà disponible et c’est un financement essentiellement malgache », a-t-il déclaré. Selon ses dires, le projet « Buildings mora » a été conçu par des architectes malgaches. Par ailleurs, à entendre le Chef de l’Etat, les travaux vont être confiés à des entreprises « zana-tany ».

Solutions. Andry Rajoelina reconnaît toutefois que « rien n’est parfait et qu’actuellement, il existe beaucoup de problèmes que l’on doit régler ». Une allusion aux problèmes d’approvisionnement en eaux et aux coupures d’électricité qui frappent encore Tana et d’autres villes du pays. « Andry Rajoelina n’est pas du genre à fuir les responsabilités. Nous allons trouver des solutions à tous ces problèmes », rassure-t-il, avant de lancer un appel à l’endroit de la population afin de faire preuve de patience. Et lui de rappeler : « l’Etat que nous avons pris en main est un Etat qui a déjà été détruit par la corruption, la gabegie et la déception. Un Etat gangrené par le pilotage à vue et l’inexistence de vision et de projet concrets pour lutter contre la pauvreté ». Quoiqu’il en soit, Andry Rajoelina a réitéré hier que toutes les promesses vont être réalisées.

Explications. Le Chef de l’Etat a assisté hier à la cérémonie de pose de premières pierres pour les travaux de construction de 38 immeubles  R+4, qui seront construits à Ivato. Un terrain domanial de 14Ha a été terrassé pour accueillir le projet. Les « Buildings mora » d’Ivato comprendront 608 appartements. La durée des travaux est de un an et demi. D’après les explications du numéro Un d’Iavoloha, ces logements seront destinés à la classe moyenne des travailleurs issus du secteur public et du secteur privé. Le payement se fera par un système de vente-location et, les acquéreurs deviendront propriétaires après une période de location de 15 ans. Afin de garantir la transparence, un tirage au sort sera effectué pour choisir les bénéficiaires. Outre les espaces d’habitation, les « Buildings mora » seront équipés de parkings, de commerce de proximité, d’une aire de jeux et des espaces verts. Chaque immeuble sera également alimenté par des énergies renouvelables tels que des panneaux solaires.

Davis R

Madagate42 partages

Andry Rajoelina. Velirano n°11: 14 ha de terrain domanial pour 38 buildings

Le Président de la République, Andry Rajoelina, s’est rendu ce vendredi 13 décembre 2019 dans le nouveau quartier d’Ivato, pour la cérémonie de pose de la première pierre de la construction de 38 immeubles entrant dans le projet de construction « BUILDINGS MORA ».

Il s'agit du projet inscrit dans «Velirano numéro 11» qui consiste à mettre à disposition (en location/vente) des logements décents pour la classe moyenne malagasy mais aussi pour faciliter l’accès à l’habitat à toutes les couches sociales.

L’évènement été honoré par la présence entre autres, du Ministre de l’Aménagement du Territoire et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo, et du Directeur général de l’Agence National d’Appui au Logement et à l’Habitat (ANALOGH), Hasina Landry Razafindrakoto.

14 ha de terrain domanial seront aménagés pour la construction de 38 buildings. Les travaux de terrassement du site ont débuté le 19 décembre 2019 et la durée prévue est de deux à trois mois. L’ouverture des plis des dossiers d’appel d’offres pour la réalisation de ce projet à Ivato s’est déroulée le 12 décembre 2019.

L’édification des immeubles commenceront immédiatement après le terrassement, d’après les explications du Directeur général de l’ANALOGH. Un immeuble sera composé de 16 appartements en F2, F3 et F4. Au total, le nouveau quartier d’Ivato sera composé de 608 appartements dans les 38 immeubles à 4 étages chacun. Chaque pièce sera aménagée suivant les normes requises pour une maison décente. Le payement se fera par le système de location/vente.

Hasina Landry Razafindrakoto a assuré que les règles de la transparence seront garanties dans les critères d’acquisitions de ces habitats. Outre les immeubles, les « BUILDINGS MORA » d’Ivato seront aussi équipés d’autres infrastructures «manara-penitra». Entre autres : des parkings et des services de voirie; des équipements de commerce de proximité; des équipements sportifs; des aires de jeux et des espaces verts. Quant à éclairage public, il sera alimenté par énergie renouvelable comme le solaire.

Andry Rakotonirainy

Midi Madagasikara33 partages

Kidnapping à Soavimbahoaka : Le patron de Vel’optic victime pour la seconde fois

Vers 10heures et quelques poussières, hier matin, Navaze Veldjee sortait de sa maison pour rejoindre son lieu de travail. A peine sortie de son domicile, une voiture de marque Peugeot 405 a bloqué sa route. Quatre hommes lourdement armés sortaient de la 405 et s’en sont pris au patron de Vel’optic. Tout s’est déroulé très vite et presque passé inaperçu, les bandits sont sûrement des professionnels en matière d’enlèvement de personne. Ces derniers utilisaient la Volkswagen Touareg de Navaze Veldjee pour la fuite et abandonnaient sur place la Peugeot berline. Quelques heures plus tard, la police criminelle a été signalée que la voiture de la victime a été abandonnée par la suite à Ilafy. La Communauté des Français d’Origine Indien de Madagascar (CFOIM) a réagi sous forme communiqué : « un opérateur économique d’origine indienne a fait l’objet d’un acte d’enlèvement du côté de Soavimbahoaka ce matin aux environs de 9 heures alors qu’il sortait de son domicile. La victime n’est autre que le patron de Vel’optic, Navage Veldjee âgé de 47 ans. Après avoir embarqué l’homme d’affaires à bord d’un véhicule tout terrain, les ravisseurs se seraient enfuis. ». De préciser par la suite : « Navaze Veldjee était déjà victime d’un enlèvement par des bandits en mai 2018 à Ampasampito. Sa femme et lui se trouvaient près du magasin Gamo quand les ravisseurs s’en sont pris à eux, avant de les embarquer de force dans leur propre voiture. En route, ils ont libéré l’épouse. Navage Veldjee n’a été libéré qu’au bout de 15 jours. » Pour accélérer sa libération et surtout pour sauver la vie du ressortissant indien concerné, la CFOIM se dit prête à offrir une prime conséquente à ceux qui donnent des renseignements pouvant aider à la libération de Navaze Veldjee. Ironie du sort peut-être, ce kidnapping s’est produit en même temps du procès d’une dizaine de gens poursuivi pour le même crime au Pôle Anti-Corruption. Depuis une semaine déjà, la cour spéciale se penche sur le jugement des kidnappeurs. Les peines prononcées varient de sept à 15 ans de travaux forcés avec une forte somme de dommages et intérêts, parfois allant jusqu’à un milliard d’ariary. Cette année, le kidnapping  est remis  à l’index même dans les zones rurales, les séquestrations deviennent monnaies courantes. Outre les vols de zébus habituels, les dahalo prennent maintenant en otage les gens pour deux raisons notamment celle de couvrir leur fuite et celle de se faire de l’argent en bonus.

D.R

Midi Madagasikara19 partages

Santé : 500 000 dollars contre la rougeole

Le don de 500 000 dollars du gouvernement chinois a été transféré sur le compte ouvert du ministère de la Santé publique. (crédit photo : Princy)

La République populaire de Chine, à travers son ambassade à Madagascar, a remis hier un don d’une valeur de 500 000 dollars au ministère de la Santé publique pour lutter contre l’épidémie de rougeole. Selon la déclaration de l’ambassadeur de la Chine, Yang Xiaorong, « l’épidémie de rougeole était particulièrement virulente à Madagascar pendant cette année 2019, et la réduction de la mortalité infantile reste encore une grande préoccupation des médecins malgaches, c’est pourquoi l’octroi de ce don ». Elle a affirmé que la coopération entre le ministère de la Santé et la République populaire de Chine dure depuis très longtemps, et que ceci n’est qu’une preuve de plus du lien fort qui unit les deux entités. Affirmation appuyée par la suite par le ministre de la Santé publique qui a dit que la coopération entre Madagascar et la Chine ne cesse de s’accroître ces derniers temps, notamment dans le domaine de la santé publique.

Approche de routine.  Face aux différentes épidémies qui ont touché le pays en 2019, diverses campagnes ont été menées par le ministère de la Santé publique. Et cette lutte ne va pas s’arrêter là selon le ministre, « avec les moyens dont on dispose et ce qu’on vient de recevoir de la part de la République populaire de Chine, on va faire en sorte que toutes les formations sanitaires deviennent capables de vacciner les enfants à tout moment. » a-t-il déclaré. « La lutte contre les maladies évitables par la vaccination sera renforcée avec une approche de routine », nous a-t-il expliqué. Ce don offert par la Chine va donc permettre de protéger 2 500 000 enfants dans le pays, et renforcer les activités de ripostes contre l’épidémie de rougeole à Madagascar.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara2 partages

Fonds de dotation HY : Une nouvelle plateforme artistique pour 2020

Le 2e étage du café Mary Gallery Alhambra Ankadimbahoaka, abritera la plateforme artistique.

Contribuer à la revalorisation de l’art et de la culture pour en faire des leviers de développement à Madagascar, tel est la raison du Fond de dotation HY.

L’art a toujours été un vecteur de fédération, une mode d’expression… cependant, sa portée a été dévalorisée. Lancé  au café Mary Gallery Alhambra Ankadimbahoaka hier, une nouvelle page est ouverte pour le rayonnement de l’art malgache sur le plan national et international. Au cours du premier trimestre de l’année 2020, un espace d’expression et de co-création sera mis en place. Cette nouvelle plateforme artistique englobera un espace de résidence et d’exposition pour les jeunes artistes malgaches. Si l’inauguration aura lieu précisément le 9 février de l’année prochaine, plusieurs expositions sont déjà programmées pour l’agenda de 2020.

Initié par Hasnaine Yavarhousse, fondateur du Fonds de Dotation HY, le but premier est avant tout de redorer le blason de l’art et de la culture en lui redonnant de sa valeur. Selon Joël Andrianomearisoa, artiste accompagnateur du projet, « Le premier combat à faire est de valoriser notre culture. Pour ce faire, nous devons le promouvoir pour en faire un levier de développement durable pour le pays. »Le concept est de renforcer la compétence des artistes et de redonner confiance à la nouvelle génération sur ses potentiels à construire l’avenir à travers des programmes de résidences et des partages d’expériences avec d’autres artistes malgaches et étrangers. Les efforts se conjuguent  pour un Madagascar exprimé par de jeunes artistes dans sa modernité, son engagement et son renouveau.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara2 partages

« Mody mitapy »

Abasourdissement général, avant-hier. On croyait que pour tous, qu’on soit un citoyen lambda ou un député, il est évident que toute violence sur autrui, encore plus lorsqu’elle frappe – et c’est le cas de le dire – des femmes et des enfants, doit cesser. Mais manifestement, ce n’était pas le cas pour tout le monde à Tsimbazaza, jeudi dernier.

« Mody mitapy »

On croyait que pour tout faiseur de loi, faire disposer le pays d’un arsenal législatif permettant de mettre un coup d’arrêt aux violences basées sur le genre (VBG), trop fréquentes dans le pays, est une nécessité, voire une priorité dans la mesure où les victimes sont des mères, des femmes, des sœurs, des filles, des enfants, mais aussi, bien que nettement moins nombreux, des hommes. Bref, quelque chose qui touche tout le monde, de près ou de loin. Mais au moment de s’acheminer vers l’adoption du projet de loi sur les VBG, Ô ! Stupeur, nos chers élus ont choisi de ne pas le faire. La stupéfaction était à son comble quand on a vu que parmi les députés qui n’ont pas pris la voie de l’adoption du projet de loi jeudi dernier, figuraient des femmes. Allez comprendre !

Le tollé général causé par cette attitude de Tsimbazaza dans cette affaire de la loi sur les VBG, aurait-t-il conduit les députés à faire machine arrière ? En tout cas, le projet de loi a fini par être adopté, hier. Les députés de la majorité ont ainsi fait en sorte que, Madagascar dispose enfin d’une loi permettant de mettre fin à l’impunité et à la « loi du plus fort » dictée par les auteurs de violences. Tout le monde, y compris les députés, savent, sans nécessairement avoir étudié les statistiques, que les violences physiques, morales, économiques et sexuelles dont les victimes sont en majorité des femmes et des filles, sont le plus souvent perpétrées par un conjoint ou un adulte, membre ou proche de la famille, ou de l’entourage des victimes. Mais jeudi dernier, au lieu de se dépêcher de mettre le holà, et d’armer sans tarder le pays d’un cadre législatif robuste pour pouvoir faire valoir les droits des victimes, ils ont préféré prendre leur temps. Pour régler quelques détails, a-t-on tenté d’expliquer par la suite, mais personne n’est dupe, rétorque-t-on de l’autre côté. Pire, certains députés ont vu le mal là où il n’y en a pas. En parfaits « mody mitapy » ils ont sorti ce prétexte selon lequel, ce projet de loi sur les VBG encouragerait l’homosexualité ! Le summum de l’absurdité. Alors, sachant que la première dame Mialy Rajoelina en personne a fait de la lutte contre les VBG son combat en étant ambassadrice de l’UNFPA pour cette cause, les députés, pas tous certes, mais la majorité d’entre eux, ont su où il fallait « frapper » pour obtenir satisfaction, à propos de quelques avantages qui devraient être accordés aux députés. Mais des insistances souterraines, et les retours envoyés par les citoyens scandalisés par cet épisode de jeudi dernier, juste le lendemain du jour où le gouvernement n’a pas abondé dans le sens des députés concertant certains avantages de ces derniers, ont semble-t-il, fini par ramener les élus sur la voie de la raison. Bref, la loi a fini par être adoptée. Ouf ! L’opinion a failli penser qu’à Tsimbazaza, c’était déjà le retour des vieilles pratiques connues de tous : faire pression sur l’Exécutif pour obtenir quelques « avantages » avant d’adopter une loi. Heureusement, ce n’était pas du tout le cas, n’est-ce pas… ?

Hanitra R.

Midi Madagasikara2 partages

Université d’Antananarivo : Accès libérés par les grévistes du SECES

Les portails de l’Université d’Antananarivo resteront enfin ouverts. A noter qu’il y a plusieurs jours, les membres du SECES (Syndicat des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs-Enseignants) ont bloqué les entrées et sorties de l’Université d’Ambohitsaina, à Ankatso, pour exprimer leurs mécontentements et leurs revendications. Face à cette situation, la Présidence de l’Université d’Antananarivo a entamé une démarche pour négocier avec ces grévistes. « Bien qu’aucun point des requêtes du SECES ne concerne la Présidence de l’Université d’Antananarivo, celle-ci a entamé une démarche pour que les étudiants, ainsi que le personnel de l’Université puissent circuler librement. Pour la Présidence de l’Université d’Antananarivo, ces usagers ne doivent pas être victimes d’une manifestation qui ne les concernent pas directement. Des propos que le SECES a reconnus, à la fin des négociations. Désormais, les membres de ce syndicat ne bloqueront plus les portails de l’Université d’Antananarivo », a indiqué notre source. Bref, même si le SECES poursuit ses manifestations, la libre circulation des personnes est revenue à la normale, à l’Université d’Antananarivo.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Rugby-Gold Top 20 : La qualification du FTM et du Cosfa fortement attendue

La deuxième journée des huitièmes de finale du Championnat national elite1 du rugby ou Gold Top 20 s’étalera demain au stade des Makis Andohatapenaka. La CNaPS, l’Uscar, le 3FAI et le SCB ont déjà validé leur ticket pour les quarts de finale.

Comme la semaine dernière, quatre matches seront programmés dans le cadre de la deuxième journée des huitièmes de finale du rugby Gold Top 20. D’ailleurs, quatre équipes devraient quitter l’aventure à partir de demain. Cette fois-ci, les grandes équipes entreront en lice, en l’occurrence le FTM champion et le Cosfa vice-champion de la précédente édition. Dès le matin, le stade des Makis sera en effervescence pour le premier match opposant le FT Manjakaray au XV Avenir Andohatapenaka. Après une réussite incontestable lors des matches des éliminatoires qui l’a permis de terminer à la tête de la poule A, Dakar pourrait arracher facilement la victoire face à son adversaire. Ainsi, la bande à Koroka et Lahatra aura effectivement l’ambition de remporter le titre qu’ils ont perdu en 2018. D’autant plus que les rugbymen de Manjakaray venaient de bénéficier une formation animée par le coach de l’Etang-Salé de La Réunion. Contrairement au deuxième match, opposant Cosfa, le tenant du titre au JST Ambondrona, la rencontre ne semblerait pas facile vu le petit exploit réalisé par ce dernier. Mais les Militaires sont très expérimentés et capables de faire n’importe quoi pour garder leur titre.

Très attendu,  le match entre 3FB et US Ankadifotsy sera un retour au passé pour les férus du ballon ovale. Cela fait longtemps que ces deux équipes de renoms à l’époque, ne se sont plus disputées lors d’une compétition nationale. Demain,les spectateurs pourraient se rappeler et revivre les moments forts du bon vieux temps. La dernière affiche de demain concerne le match entre TFM Ankasina et STM. Ces deux équipes ont le même niveau donc, il est difficile de déterminer à l’avance celle qui remportera la victoire.

Entre autres, pas autant de surprises lors la première demi-finale. Les équipes qui étaient à la bonne place lors de la phase des poules sont toutes qualifiées. La CNaPS Sport a battu le 3F5 sur le score de 26 à 19. L’Uscar a pris l’ascendant devant FTBA sur le score de 24 à 18. Tandis que 3FAI avait éliminé le XV FA par 43 à 28. Enfin, TF Anatihazo a validé son ticket pour les quarts de finale en s’imposant face au SC Besarety sur le score de 23 à 18.

Les programmes :

Féminin :

7h30 : FTFA Antohomadinika contre RCTS Soavimasoandro

Top 20 :

09h: FTM  # Avenir Andohatapenaka

11h: 3FB # USA Ankadifotsy

13h: Cosfa # JSTA Ambondrona

15H : STM  # TFMA Ankasina

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Halatra moto an-dalam-be : Nanararaotra ny famoahana vonjimaika voka-pifidianana ilay tovolahy

Tratran’ny FIP ambodiomby teo am-pitarihana moto avy nangalariny tsy nety velona ka voatery natosika ity tovolahy iray teo akaikin’ny lapan’ny tanàna, raha manao fiambenana izay mety niseho nandritra ny famoahan’ny CENI Toamasina ny voka-pifidianana vonjimaika amin’ny fifidianana ben’ny tanàna sy ny mpanolontsaina. Tsy nanam-po na inona na inona ity tovolahy ity, saingy ny fihetsiny somary mahana teo am-pandalovana ny polisy manao ny asany no nanaitra azy ireo ka natao ny fisavana, ka vaky am-batolampy teo ny nafenina. Raha natao ny fanadihadiana dia teny akaikin’ny fiangonana Notre Dame de Lourde no nangalarany ity moto ity, raha variana nividy kojakojam-piarakodia tamin’ny mpivarotra iray ny tompony. Ny vaovao hatrany no nahalalana fa efa nisaodisaody teo amin’ny lapan’ny tanana ity mpangalatra moto ity nandritra izany, saingy tsy nahita hirika mihitsy tamin’ireo moton’ireo mpiatrika ny voka-pifidianana noho ireo mpitandro ny filaminana maro be nanodidina ny lapan’ny tanana. Hany heriny nisintaka teo ary tsy lavitra teo no nahita moto hafa nangalarina ny tenany. Ireny moto jog RS ireny ity nangalariny, satria izay indray izao ny moto mora amidy sy tian’ny olona eto Toamasina noho endriny sy ny tanjany nefa kelikely ny vatany.

Malala Didier

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Enlèvement d’un Karana à Soavimbahoaka

Mauvaise nouvelle pour la communauté indienne à Madagascar. Hier, matin vers 9h, Navaze Veldjee le numéro un de Vel’optic a été kidnappé pour la deuxième fois. En sortant de chez lui pour rejoindre son boulot, des hommes armés jusqu’aux dents, dans une voiture Peugeot 405 l’avaient déjà attendu et ont bloqué sa route. Les malfaiteurs ont utilisé la voiture de la victime pour prendre la poudre d’escampette avec leur cible.
Selon la police, la voiture de la victime a été trouvée à Ilafy quelques heures après l’enlèvement. L’opérateur économique indien, Navage Veldjee qui a 47 ans actuellement fut déjà victime d’enlèvement avec sa femme en 2018 à Ampasapito. Cette dernière a été libérée tandis qu’il a fallu attendre 15 jours pour que son époux soit relâché par les bandits. Cette affaire est déjà entre les mains des forces de l’ordre.
Midi Madagasikara0 partages

Violence sexuelle : 100 000 Ar à 1 000 000 Ar d’amende pour les agresseurs

Des députés qui ont voté la loi relative à la lutte contre les violences basées sur le genre. (source facebook)

En gestation depuis 2014, la loi relative à la lutte contre les Violences Basées sur le Genre a été adoptée par l’Assemblée nationale et le Sénat.

Madagascar vient d’effectuer une avancée majeure dans la lutte contre la violence basée sur le genre (VBG). Après quelques difficultés et différends entre les parlementaires et des membres du gouvernement, la loi relative à la lutte contre les violences basées sur le genre a finalement été votée par l’Assemblée nationale. Et ce qu’on peut dire c’est qu’elle met en avant « des dispositions répressives à l’encontre des agresseurs”. Une façon pour les législateurs de « renforcer les dispositions répressives existantes ».La loi entend également  introduire « des innovations en matière de prévention et de prise en charge des victimes ». Ainsi, dans son article 6 par exemple, l’instrument juridique stipule : “tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur le conjoint ou sur la personne engagée dans une union, par violence, contrainte, menace ou surprise, est une infraction punie de deux à cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de cent mille Ariary à un million Ariary (100.000 Ariary à 1.000.000 Ariary).” La loi punit également « l’outrage sexiste » qu’elle définit dans son article 12 comme étant « tout propos proféré́ ou tout agissement à connotation sexuelle ou sexiste à l’encontre d’une personne qui porte atteinte à sa dignité́ en raison de son caractère dégradant ou humiliant ou crée à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante » et qui « est puni de six mois à deux ans d’emprisonnement et/ou d’une amende de cent mille Ariary à cinq cent mille Ariary (100.000 Ariary à 500.000 Ariary) ». Par ailleurs, ladite loi prévoit « la mise en œuvre d’un mécanisme national de lutte contre la VBG censé assurer la coordination, la gestion et le suivi des actions ».

Situation. A l’heure actuelle, « l’ancrage de la VBG dans la culture favorise l’indifférence et la dissimulation de certaines formes de celle-ci par les femmes elles-mêmes ». En effet, « certaines normes et pratiques culturelles et religieuses sont souvent invoquées pour justifier la violence dont sont victimes les femmes, notamment le mariage des enfants et la préférence accordée aux fils, les crimes dits d’honneur”. Les dernières statistiques démontrent que « 30% des femmes sont victimes d’au moins une violence domestique dont « 11% de violence sexuelle, 26% des violences physiques, 24% des violences psychologiques et affectives ». Les mêmes statistiques de faire également savoir que « 39% des femmes victimes de violences basées sur le genre sont abandonnées par leur conjoint ». Dans la lutte que compte remporter la Grande Île, disposer d’une loi est une chose, garantir son application dans l’esprit du législateur en est une autre.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Taux de participation aux communales : « C’est une faillite de la démocratie », selon Lalatiana Ravolo...

La candidate au conseil municipal d’Antananarivo Lalatiana Ravololomanana a tenu  à remercier ceux qui ont voté pour la liste indépendante qui porte son nom. Elle qualifie d’ailleurs ce choix comme un vote de confiance et de conviction. Lors d’une conférence de presse qu’elle a tenue en son domicile à Ivandry, la fondatrice de « Manda ho an’ny Firaisam-pirenena » a parlé de son compte de campagne portant sur les dernières élections municipales à Tanà. Ceux qui l’ont soutenu ou financé ont été cités, ainsi que les dépenses effectuées. Elle a tenu d’ailleurs à préciser que sa campagne a été financée par des proches et des amis. Toujours à propos de cette récente consultation populaire, Lalatiana Ravololomanana n’a pas manqué également de souligner le faible taux de participation aux communales et municipales. Elle estime que « c’est une faillite de la démocratie ». Et d’enchaîner que « la capitale ne devrait pas être l’otage des rivalités politiques ».

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Chenille légionnaire : Découverte d’un biopesticide pour une lutte intégrée

Introduite à Madagascar pour la première fois en 2017, l’éradication de la chenille légionnaire d’automne s’avère difficile. Par contre, « on peut bien maîtriser ce fléau en menant une lutte intégrée. En effet, une équipe pluridisciplinaire constituée de chercheurs de la direction de la Protection des Végétaux, du FOFIFA et de l’Ecole Supérieure Agronomique, vient de découvrir des souches de bactéries permettant de formuler un biopesticide biodégradable contre cette chenille légionnaire d’automne. Il s’agit notamment de Bacillus thuringiensis qui ont été isolées dans un champs de café contenant une plantation de maïs à Vatomandry en vue d’une analyse en laboratoire de référence à l’étranger », a annoncé le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Lucien Ranarivelo, hier lors d’une conférence de presse.

Efficacité prouvée. Cela fait suite à la mise en œuvre du projet de coopération technique  qui s’intitule « Appui d’urgence à la mise en place d’un système de surveillance, riposte et contrôle intégrés de la chenille légionnaire d’automne à Madagascar ». C’est un projet mené de concert entre la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), et le ministère chargé de l’Agriculture. Ces souches de bactéries ont ainsi non seulement des effets insecticides spécifiques permettant de lutter contre cette chenille, mais elles améliorent également la nutrition des plantes tout en protégeant les plants de maïs contre les champignons pathogènes. En outre, elles ne nuisent pas à la santé des hommes et des animaux de bétails. « Son efficacité a été prouvée par les chercheurs, les universités et les techniciens du ministère. Un protocole pour la mise en place d’un système intégré est développé. Des expérimentations seront effectuées au cours de cette campagne de culture de maïs. La vulgarisation de ce biopesticide sera facile et accessible aux paysans compte tenu de son moindre coût. En effet, il suffit de mélanger ces souches de bactéries avec 50 grammes de grains de riz pour traiter une surface de 1ha, et ce, tout en installant des mini-laboratoires », a fait savoir le ministre de tutelle.

Autorisation spéciale. Notons que la production de maïs a chuté de 40 à 50% depuis ces deux dernières années en raison de l’invasion de la chenille légionnaire d’automne. « Ce qui a entraîné une hausse de prix du maïs sur le marché. Et une autorisation spéciale d’importation de maïs a été accordée pour combler la demande locale, sinon il y aurait eu des effets néfastes sur le secteur de l’élevage tributaire de ce produit pour la fabrication de provendes. Rappelons que la chenille légionnaire a été introduite dans la région Atsimo-Andrefana en 2017. Les autres pays d’Afrique comme le Mozambique et la Tanzanie ont été déjà touchés par ce fléau, il y a deux ans avant Madagascar. Maintenant, celui-ci couvre toutes les 22 régions de l’île », a-t-il enchaîné.

Sécurisation. Et à part la découverte de ce biopesticide biodégradable, une bonne pratique agricole est également vulgarisée aux paysans afin de mener cette lutte intégrée contre la chenille légionnaire. Il a été entre autres démontré que, le labour combiné à l’utilisation de semis en ligne et à l’application de fertilisants permet d’avoir des plantes plus tolérantes aux attaques de cette chenille. « Il est également préférable de cultiver à la fin du mois d’octobre ou au début de novembre pour faciliter son éradication. En revenant sur ce biopesticide, une coordination entre toutes les parties prenantes s’impose tout en assurant la sécurisation de ce résultat de recherche avant sa diffusion à grande échelle », a conclu le ministre Lucien Ranarivelo.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Risques de catastrophes : Un don de 50 millions de dollars de la Banque Mondiale.

Signe du retour effectif de la confiance des partenaires techniques et financier, les financements extérieurs continuent de pleuvoir pour appuyer les efforts de développement réalisés par le gouvernement.

Cette fois-ci, ce sont deux grands bailleurs de fonds, en l’occurrence la Banque Mondiale et l’Agence Française de Développement qui viennent en aide au pays pour appuyer les efforts de lutte contre les effets néfastes des catastrophes naturelles.

Cofinancement. En effet, la Banque mondiale, par le biais de l’Association Internationale du Développement (IDA) a approuvé, avant-hier, un don  de 50 millions de dollars destiné à l’appui des politiques de développement pour la gestion des risques et des catastrophes. Assorti  d’une option de tirage différé en cas de catastrophe, ce don s’accompagne d’un cofinancement de dix millions d’euros  (11,7 millions de dollars) de l’Agence française de développement (AFD). Ce nouveau don fournira à Madagascar un accès rapide à des fonds au lendemain d’une catastrophe naturelle, tout en appuyant les réformes clés qui renforceront le système national de gestion des risques et des catastrophes. Les fonds seront disponibles en cas de catastrophe pour une période de trois ans, renouvelable une fois pour la même durée, suivant la signature de l’accord de financement.

Incidence économique. « Ce programme vise précisément à renforcer les capacités du pays à se préparer face aux catastrophes naturelles, et à fournir le financement nécessaire pour apporter une aide immédiate à ceux qui en ont besoin. », a déclaré Marie-Chantal Uwanyiligira, Représentante de la Banque mondiale à Madagascar « Les dommages et les pertes causés par les catastrophes ont une forte incidence économique et budgétaire sur Madagascar, et peuvent réduire à néant des années de progrès. Les catastrophes touchent de manière disproportionnée les plus vulnérables et, en l’absence de mesures adéquates, constituent donc un obstacle important à la réduction de la pauvreté », a souligné, pour sa part,  Michel Matera, spécialiste senior des questions urbaines à la Banque mondiale et responsable du projet.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Tour de Mada cycliste : Des Belges très revanchards

Mazoni Rakotoarivony conserve le maillot jaune

L’étape Moramanga-By Pass d’hier ne pouvait, en aucun cas, échapper au clan belge très remonté contre l’organisation et l’état du parcours.

On savait qu’après avoir essuyé les plâtres à Antsampanana-Moramanga dont le meilleur Belge était relégué à plus d’une heure, il allait prendre sa revanche. Et de la plus belle manière même si cette démonstration de force n’a pas empêché Mazoni Rakotoarivony, de conserver le maillot jaune. Certes, les Belges ont retrouvé toutes leurs sensations lorsque la pluie se mit à tomber bien avant la montée de Mandraka. Van de Meirop prit alors les commandes jusqu’à l’arrivée aidé par son compatriote Smet Guy. Mais juste sur le boulevard de Tokyo, ce dernier céda sa place au Français Jeremy Barret. Le coureur de Canal Plus, Andrianaivo Sitrakiniaina, créa la sensation en terminant derrière la roue du Belge Smet Guy. Le gros de la troupe arriva dans la minute qui suivait avec Mazoni Rakotoarivony, Émile et Nambinina, ainsi que Houlder avec les Français Clément Simonin et Maxime Nouveau.

Mais malgré ce sursaut d’orgueil des Belges, la suite risque d’une affaire malgacho-malgache. Et si Mazoni a le beau rôle, les trois minutes qui le séparent de Nambinina et de Emile Randrianantenaina, risquent de se fondre comme la neige au soleil.

« Qu’importe le vin pourvu qu’on ait l’ivresse », dit-on. Car dans ce cas, la victoire serait bel et bien malgache. Une véritable bouffée d’oxygène pour une discipline sujette à une guerre interdite à l’origine de la démission du SG, Tina Rakotobe, mais également du DTN Manou, le grand absent de cette 15e édition.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

FMFP : Un 2e appel à projets lancé

Le Fonds Malgache de Formation Professionnelle (FMFP) lance un 2e appel à projets de formation professionnelle à Madagascar, à compter de ce jour jusqu’au 24 janvier 2020. Les cotisations des entreprises et le financement des bailleurs comme l’Agence Française de Développement, s’élevant à plus de 2 milliards Ar, seront alloués pour financer ces projets. Les secteurs bénéficiaires seront le bâtiment et travaux publics, les ressources stratégiques, le développement rural, les TIC, le textile-habillent et accessoires, le tourisme-hôtellerie-restauration, l’éducation, la santé, le sport, le transport, les services financiers et autres. Lors du premier appel à projets, 237 structures ont bénéficié du financement du FMFP et plus de 14 000 salariés ont été formés. « Et cette fois-ci, les associations ou groupements informels considérés dans le secteur équité, peuvent également en bénéficier, et ce, même s’ils ne cotisent pas », a déclaré Jean Luc Ramamonjiarisoa, le DG du FMFP, lors d’une conférence de presse à la CCIA hier. En outre, « les demandeurs, quelque soit la structure de leurs entreprises, auront un accompagnement gratuit du FMFP dans le montage de leurs projets », a poursuivi, Andrianavalomanana Razafiarison, le Président du FIVMPAMA, l’un des précurseurs de la mise en place de ce Fonds pour développer les compétences des employés à Madagascar.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Handball-Championnats de Madagascar : Une finale de prestige entre ASSM et Cosfa 1

Les finalistes des championnats nationaux de handball sont connus après les demi-finales qui se sont tenues hier au Gymnase Ankorondrano. La logique était respectée. La finale masculine sera le remake de la dernière édition. Il s’agit d’une affaire entre les deux équipes d’Analamanga, notamment l’AS Saint Michel et le Cosfa 1. Après les phases éliminatoires frustrantes, les protégés de Tino Andriamiharinosy auront une belle occasion de rectifier le tir et de prendre leur revanche face aux militaires, les tenants du titre en 2018. Lors des matches d’hier, le Cosfa 1 avait renversé l’ASS Atsimo-Andrefana sur le score de 40 à 33. Quant à l’équipe d’Amparibe, elle s’est imposée face au Cosfa 2 sur le score de 35 à 25.

Du côté dame, l’équipe THBC est qualifiée pour la finale après avoir battu l’ACF Atsimo-Andrefana par 36 à 20. Assoiffée d’acquérir à nouveau le titre, et compte revivre son exploit de l’an dernier, THCB Analamanga fera tout pour s’imposer face au HBCI pour la finale de demain. Quant à cette équipe de la ligue d’Ihorombe, elle a défait HBCA Analamanga sur le score de 28 à 24. Parmi les atouts de la HBCI et qui par la suite, l’a emmené à la victoire, l’organisation de l’équipe  lors de la phase des éliminatoires. «Nos joueuses ne sont pas toutes venues parce qu’elles étaient encore aux examens. Trois d’entre-elles jouent pour la première fois aujourd’hui. Il y aura encore d’autres participantes en finale », a expliqué le coach  Rabemanantsoa Lovasoa alias Levola.

Les grandes finales se joueront au Palais des Sports Mahamasina demain après- midi.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Guide du week-end

Simonda allumera le Glacier

Simonda Valera sera sur la scène du Glacier Analakely ce soir à 20 h, un moment qui va permettre d’évaluer le parcours de cette chanteuse qui a dominé les « charts » il y a quelques années. Avec ses titres comme « Sambatra », « Bouger bouger », « Tsy atakalo »… elle pourrait créer la sensation pour cette nuit de fièvre dans un des lieux les plus festifs de la capitale. Cependant, il est temps de se demander si elle a réussi à sortir de l’ombre de son frère « Jerry Marcoss », le faiseur de tube, après ce long moment de stand-by dans le paysage musical malgache. Pour en avoir le cœur net, il suffit d’être présent.

Un tour avec Jeneraly au Trass

Pour clôturer l’année en beauté, rien de mieux que de la finir à Antananarivo pour un groupe typiquement tananarivien comme Jeneraly qui sera au Trass Tsiadana à partir de 16 h. De plus, , l’heure est sortie des habitudes. A 16 h, tout le monde est plus ou moins libre. Point de pluie nocturne à redouter, point de difficulté à rentrer si les concerts se terminent généralement à deux heures du matin. Un nouveau concept de défoulement donc. Pour les fans, Jeneraly c’est toujours des titres intemporels tirés du quotidien avec ce brin caustique et taquin. Une évasion pour les amateurs de rock et de textes.

La grande finale du Slam National

Le Slam National en est à sa dernière ligne droite ce jour à partir de 14 h, puisque la finale se tiendra à l’Ifm Analakely afin de connaitre, qui représentera Madagascar pour le championnat du monde de Slam Poésie 2020. Deux catégories vont être disputées, le concours par équipe avec les villes de Sambava, Mahajanga, Toaliara et Antananarivo. La seconde catégorie sera le concours individuel, en tout, ils et elles seront huit à briguer le titre suprême : Amnésique, Santa, Ralema, Baly, Loutch, El’Mich, Conan et Andriamisetra. Comme toujours, ce sera la réaction du public qui déterminera la victoire.

Du rap inédit au Cgm

Un nom à retenir, le groupe de rap Rap’na Gents sera sur la scène du Cgm Analakely cet après-midi à partir de 15 h. Le nom Rap’na Gents veut littéralement dire Rap de Gentlemen, « Gentlemen » car ils ont des valeurs et des principes qu’ils respectent et auxquels ils tiennent. C’est aussi pour fausser le genre de stéréotype que les gens ont par rapport aux rappeurs, et aussi pour montrer que le Rap est certes une musique de rue, mais aussi une musique qui instruit, qui motive et qui peut inspirer la jeunesse à entreprendre et réussir dans la vie.

Zo Toniaina/Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Colloque national : Le CFM impressionné par l’exemple d’Andriambilany

Une partie des participants au colloque d’Andriambilany.

Une commune modèle dans la citoyenneté et le vouloir-vivre ensemble. C’est cette réalité qui a convaincu le CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy) à tenir jeudi dernier, un colloque national dans la commune d’Andriambilany, district d’Ambatolampy. Les autorités régionales de Vakinankaratra, les responsables de la commune dirigés par le maire et le Fokonolona ont participé au colloque. Le colloque a été axé sur le thème « Fihavanana, soatoavina iainana, fanoitra ho amin’ny Fampandrosoana ».

« Kianja ». La délégation du CFM conduite par son président Maka Alphonse a été impressionnée par les réalités d’Andriambilany. C’est le cas du « Kianja », un espace d’échange où le maire et le fokonolona se réunissent à chaque fois qu’il y a des messages à passer. Une sorte de démocratie directe. Le « Kianja » est sacré. Toute propagande politique y est interdite. « Il est vrai que le CFM est l’organisateur du colloque, mais force est de reconnaître qu’il a tiré des leçons des réalités de la commune d’Andriambilany. », a expliqué son président.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Meilleurs produits agricoles culinaires : Plus de 400 participants aux concours du projet Rongatry

Les gagnants de la série de concours dans huit communes de l’Atsimo-Atsinanana.

Ils étaient 423 participants à avoir « joué le jeu » dans le cadre de la série de concours organisée par le projet Rongatry sur le meilleur produit agricole, meilleur transformateur conservateur, et meilleure recette culinaire.

 Sur 423 participants, 24 sont sortis du lot, à raison de trois gagnants dans chacune des huit communes de la région Atsimo-Atsinanana, où a été organisée la série de concours du projet Rongatry. Initiative de la Croix Rouge malagasy (CRM) en collaboration avec la Croix Rouge allemande (CRA), « Rongatry » est un projet intégré qui inclut plusieurs secteurs d’activités dont la nutrition, la sécurité alimentaire, le wash et la santé. La série de concours organisée dans la région d’intervention visait alors à démontrer que les bénéficiaires se sont approprié des changements préconisés par le projet. « Par la coopération étroite entre la CRM et la CRA, on peut faire des projets de développement durable à Madagascar », souligne Enrique Bermejo Dotor, représentant de la CRA à Madagascar. « Durant le concours, les participants ont présenté des produits agricoles, des produits transformés prêts à la conservation, et des menus à base de produits locaux. A travers les résultats des concours, nous sommes assez satisfaits des acquis de ce projet et nous pouvons les utiliser comme outils de sensibilisation des ménages », indique de son côté Heriniaina Didier Randrianarison, chef de projet. Et d’ajouter que le plus important était de « montrer les changements qui se sont opérés au niveau des ménages à la fin du projet ». Tous les aspects du projet ont ainsi été touchés par les concours.

Créativité et bon sens. Pour l’un des gagnants du concours de la meilleure recette, il n’y avait rien de bien compliqué dans la réalisation de son idée. Il suffisait d’un peu de créativité et de bon sens. « Nous avions juste à appliquer les recommandations des techniciens qui nous ont accompagnés durant le projet », explique alors Fanomezantsoa Martine Leonie, gagnante du concours culinaire à Mahabo Mananivo, dans la commune rurale de Mahabo, district de Farafangana. Elle a proposé un menu à partir des produits disponibles localement, tout en considérant les besoins en nutriments de ses enfants.

Lancé en 2016 pour une durée de quatre ans, le projet «  Rongatry » sera clôturé à la fin de cette année 2019. Près de 28.700 personnes ont bénéficié directement des appuis du projet dans la région Atsimo-Atsinanana où il a été mis en œuvre. Il a été réalisé avec la collaboration de la direction régionale de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ; la direction régionale de la Santé Publique, et la direction régionale de l’Eau, de l’Energie et de l’Hydrocarbure, ainsi que l’Office régional de Nutrition de la région Atsimo-Atsinanana

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Transition énergétique : 1 415 panneaux solaires de Cap Sud pour électrifier la ville d’Ilakaka

Inauguration de la centrale d’autoconsommation photovoltaïque hybride à Ilakaka.

La ville d’Ilakaka innove et s’éclaire au solaire, pour la première fois. Une centrale d’autoconsommation photovoltaïque hybride vient d’être inaugurée dans cette ville disposant du plus grand gisement de saphirs à ciel ouvert du monde.

Madagascar est en pleine transition énergétique. La société Cap Sud Madagascar, filiale de Cap Sud, a financé et installé au mois de septembre dernier, la première centrale d’autoconsommation photovoltaïque hybride à Ilakaka, pour la SEEM (Société d’Eau et d’Electricité de Madagascar), premier distributeur privé d’énergie dans la Grande-île. L’installation est située à 1 km au nord de la ville, le long de la RN7 et alimentera la Commune Rurale d’Andohan’Ilakaka ; une zone d’exploitation minière qui abrite de nombreux chercheurs de pierres précieuses. « Cette centrale installée au sol est composée de 1415 panneaux solaires dernière génération, d’une puissance totale de 460kWc, couplés à 1500kWh de stockage batteries lithium-ion, installés dans deux conteneurs pré-équipés et aménagés. L’installation dispose d’un système intelligent de gestion de l’énergie. Réalisée avec du matériel provenant des plus grands fournisseurs et experts européens du photovoltaïque, cette dernière répond aux normes internationales les plus strictes. La capacité utile en électricité de l’ensemble du parc sera de 1200 kWh. Cela pourra donc fournir une énergie propre et décarbonée à la ville », a expliqué Stéphane Gilli PDG fondateur du groupe Cap Sud, présent lors de la cérémonie d’inauguration de la Centrale, mercredi dernier à Ilakaka.

Avantages. Avec une production annuelle de 835 000 kWh d’origine photovoltaïque, cette installation solaire permettra d’éviter l’émission de 500 000 kg de CO2/an, selon les explications.  Cette centrale solaire photovoltaïque remplacera l’installation thermique actuelle qui produit une énergie fortement carbonée et plus coûteuse. Il s’agit d’une véritable transformation technologique et économique, selon le Groupe Cap Sud. A noter que celui-ci a une forte expertise à l’internationale, avec plus de 90 MW installés et mis en service à travers le monde. Selon Stéphane Gilli, d’autres solutions ont déjà été apportées à Madagascar, à l’exemple d’ALTES l’arbre solaire qui fournit de l’eau potable et de la lumière. Ce groupe opère également à Madagascar, dans la construction de hangar, la location de toiture, l’ombrière solaire et l’offre d’autoconsommation photovoltaïque pour les professionnels et les particuliers. Durant la cérémonie d’inauguration, Cap Sud a également mis en avant l’importance des actions sociétales. « Il y a une nécessité et c’est pour cela que nous avons créé Manentena Foundation pour fournir de l’eau et de l’électricité aux plus démunis dans les pays en développement, comme à Madagascar. Le Groupe Cap Sud verse 2Euros pour chaque kWc installé partout dans le monde, pour mener ces actions », a affirmé le PDG du Groupe. Un modèle qui devrait servir d’exemple aux autres entreprises, selon les autorités qui ont assisté à la cérémonie d’inauguration.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Morombe : Sokatra 190 isa saika haondrana tra-tehaky ny zandary

Tambajotran’ny mpanao varo-maizina sokatra no voasambotry ny zandary, tao amin’ny kaominina Jafaro, distrikan’Ambovombe, ny alarobia lasa teo. Tratra teny am-pelatanan’izy ireo ny sokatra miisa 190 efa vonon-kaondrana tamin’izany. Nisy vaovao tonga teny am-pototsofin’ireo mpitandro filaminana avy ao amin’ny tobim-paritry ny zandary ao Antanimora Atsimo fa hoe misy andian’olona manangona sokatra hamidy any Magnorify, kaominina Jafaro. Nidina avy hatrany tany an-toerana ny zandary niaraka tamin’ireo Chef Cantonnement sy ny solontenan’ny fikambanana Ong iray miaro ny biby sy ala any amin’iny faritra iny. « Tra-tehaka tao an-toerana tokoa ny lehilahy miisa 16 miaraka amin’ny bisikiletany mitondra ireo sokatra anaty gony vao avy nangonina tany anaty ala voaaro ». Vao nahita ireo mpitandro filaminana izy ireo dia nitsoaka ka raikitra teo ny fifanenjehana. Ny enina tamin’izy ireo ihany no voasambotra raha tafaporitsaka ny fololahy. « Rehefa natao ny fizahàna dia nahatratra 190 ireo sokatra arovana (Astercolis radiat). Nosokafana avy hatrany ny famotorana iraisana hiarahan’ny Zandary sy ny OPJ avy ao amin’ny Direction Régionale Environnement Androy », hoy hatrany ny fampitam-baovao azo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Antalaha : Fanafihana mitam-piadiana, lavanila 32 kg lasan’ny jiolahy

Dimy lahy nitam-piadiana nanafika tokantrano iray tao amin’ny Fokontany Antanandava II, Kaominina ambanivohitra Ambalabe, Distrikan’ Antalaha, afak’omaly naraina, tokony ho tamin’ny roa ora, ka lasan’ny jiolahy tamin’izany ny lavanila masaka milanja 32 kilao. Ary tovolahy iray zanaky ny tompon-trano no naratra mafy voatsatok’antsy teo amin’ny kibony rehefa nanohitra an’ireo mpandroba. Noho ny fiaraha-miasa matotra nisy teo amin’ny Fokonolona sy Zandary any an-toerana, ora vitsy taorian’ny fanafihana, dia voasambotra niaraka tamin’ny ampahan-davanila avy nangalarina ny jiolahy roa. Rehefa nofotorana mafy ireto roa lahy azo sambo-belona, dia nanondro ny namany, ka voasambotra avokoa ireo dahalon-davanila. Raha ny vaovao voaray, fianakavian’ny voatafika monina eo an-tanàna ihany no ati-doha nikotrika ny fanafihana. Taorian’ny fikarohana dia voasambotra izy, ka tazomina atao fanadihadiana miaraka amin’ireo jiolahy dimy sarona. Raha tsy misy ny fiovana amin’ny ora farany, dia hatolotra ny Fampanaovana ao amin’ny Fitsarana ambaratonga voalohany Antalaha androany ireto enin-dahy tra-tehaka. Mbola karohina fatratra kosa hatramin’izao ny olona iray nitondra nitsoaka ny ambin’ireo lavanila, hoy ny Zandarimaria.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Rija Olivier Hugues Rajohnson : Remise de lettre de créance à Macron

Hugues Rajohnson remettant sa lettre de créance à Emmanuel Macron.

Prise de fonction officielle pour l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Madagascar auprès de la République française. Le 10 décembre dernier, Rija Olivier Hugues Rajohnson a remis officiellement sa lettre de créance auprès du président de la République française, Emmanuel Macron. Nommé le 18 septembre dernier, le nouveau diplomate malgache aura la lourde tâche de faire rayonner la diplomatie au service du développement et pour l’émergence de Madagascar. Sa mission s’avère difficile vu le contexte actuel de la relation entre Madagascar et la France, engendrée notamment par le bras de fer diplomatique à propos de l’affaire Îles Eparses. Cette accréditation d’un Chef de mission plénipotentiaire constitue toutefois un message fort de l’Adminsitration malgache dirigée par le président Andry Rajoelina. Le dernier Ambassadeur malgache en France ayant été feu Narisoa Rajaonarivony ,a présenté sa lettre de créance le 22 avril 2008. Le mot d’ordre du régime actuel est que la diplomatie malagasy devienne moteur et locomotive de développement. La première mission de l’Ambassadeur Hugues Rajohnson et sa nouvelle équipe consiste à redorer le blason de la diplomatie malagasy, et redresser l’image de la Grande île, mais aussi et surtout auprès de la diaspora à travers le monde. L’objectif étant de faire en sorte que la diaspora devienne un élément clé dans la mise en œuvre des actions de développement du pays.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Trafic d’héroïne : Six ans de travaux forcés et 1,5 milliard d’ariary d’amende pour un Tanzanien

Les 6,465 KG d’héroïne ont été détruits le lendemain de leurs saisis

Six ans de travaux forcés et 1 500 000 000 d’ariary d’amendes. Un ressortissant Tanzanien a écopé cette peine sévère à l’issue de son comparution devant le Pôle anti-corruption, hier. Cet individu a été appréhendé en possession des 6,465 kg d’héroïne à l’Aéroport d’Ivato le 14 juillet. Il est accusé de tentative d’exportation de marchandise prohibée. Les agents de la Douane de cet aéroport international ont découvert cette drogue cachée sous la doublure du fond de sa valise alors qu’il a tenté de prendre un vol à destination de Johannesburg. Acte qu’il a reconnu devant le juge en précisant que dans cette affaire, il n’était qu’un passeur. Les 6,465 kilos  d’héroïne étaient soigneusement emballés et recouverts d’huiles essentielles de vanille. Arrivé dans la capitale le 8 juillet 2019, il séjournait dans un hôtel quand un homme lui a amené un colis qu’il devait transporter en Afrique du Sud. En contrepartie, il sera récompensé à 1 000 dollars US. D’après lui, un appel venant de l’extérieur lui a indiqué l’existence de cet émissaire avant son arrivée dans le pays. Il s’agit d’un ressortissant malgache. Soupçonné d’être complice, cet individu n’a pas comparu devant la barre, hier. Quoiqu’il en soit, la Cour l’a acquitté au bénéfice de doute. Considérant la gravité de l’infraction, l’administration douanière a réclamé une amende de 3,876 milliards d’ariary, montant calculé en référence au prix du gramme de ce genre de drogue en Afrique du Sud (le gramme vaut 300 000 ariary).

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Andoharanofotsy : Vehivavy nilaza fa nisy naka an-keriny, tratra niaraka tamin’ny sipany

Tebiteby tsy nisy toa izany ny an-drangahy fa nisy naka an-keriny ny vadiny. Vola folo tapitrisa ariary be izao no notakian’ireo mitazona azy. Rehefa niezaka nikaroka sy nandray an-tanana ny raharaha anefa ny pôlisy dia hita ny trano nitazomana an’ilay ramatoa. Saingy tsy fakàna an-keriny velively no hitan’ireo mpitandro filaminana tao fa ity farany mbola naka fahafinaretana niaraka tamin’ny sakaizany teny am-pandriana.

Ny alakamisy teo no nitranga ity raharaha hafakely ity, teny amin’iny faritra Andoharanofotsy iny, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenena. « Ny talata  teo no tonga nametraka fitoriana teo anivon’ny sakelika faharoan’ny Sampan-draharahan’ny Polisim-pirenena misahana ny ady heloka bevava ny lehilahy iray noho ny vadiny nisy naka an-keriny tamin’io talata io tokony ho tamin’ny 10 ora maraina ». Tsy nisalasala avy hatrany ireto mpitandro filaminana nandray an-tanana ny raharaha ary nanao izay fara-herin’izy ireo rehetra tamin’ny fikarohana ilay vehivavy.

« Nambaran’ny mpitory mantsy fa afaka nifampiantso tsara tamin’ilay ramatoa izy ary nitantarany fa teny Anosy no nisy efa-dahy nitondra azy an-keriny tany amin’ny tany tsy fantany ». Tamin’izay ihany koa no nilazàny ny ampitson’io fa hoe mitaky vola 10 tapitrisa ariary ireo mpaka azy raha tsy izany dia hovonoina ilay ramatoa. Nandritra izany koa no nilaza ilay ramatoa fa hoe noana fa tsy omen’ireo olon-dratsy sakafo ka nangataka vola iray hetsy ariary aloha. Nalefa avy hatrany moa ilay vola tamin’io fotoana io, hoy hatrany ny vaovaon’ny pôlisy. Tao anatin’ny fotoana rehetra nifampiresahana anefa dia efa nametraka paik’ady ireo mpitandro filaminana ka fantatra fa eny amin’iny faritra Mahabo Andoharanofotsy iny no toerana niazomana io vehivavy io. Nilatsahana vao maraim-be teny an-toerana io trano io ary nohodidinina pôlisy marobe avy ao amin’ny SAG sy BC efa niomana ny amin’ny mety ho fandehan-javatra rehetra. Zavatra hafa anefa no nitranga teo. « Nitsofoka tao an-trano avy hatrany ny polisy ka tra-tehaka teo am-pandriana ilay vehivavy (ndlr ilay hoe nisy naka an-keriny) sy lehilahy iray ».

Nentina natao fanadihadiana avy hatrany moa ireo farany ka tamin’izany no nahafantarana fa « noforonin’ilay vehivavy avokoa ilay fakàna an-keriny, ary nataony izany hangalana vola amin’ny vadiny. Fantatra ihany koa fa sakaizany io lehilahy tratra niaraka taminy io ary nohafarany avy any Morondava hiara-kipetraka aminy tao amin’io trano izany nofainy tao Mahabo Andoharanofotsy io nanomboka ny alahady », hoy ny vaovao. Omaly no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana moa izy roa ireto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Tour de Mada cycliste : Inusable Henriette Armand

Henriette Armand au milieu de ses hommes de main

Il faisait presque partie du décor de ce Tour de Mada cycliste tant son visage est familier et sa sympathie légendaire. Il lui arrive souvent de s’arrêter au milieu de nulle part pour offrir un tee- shirt à un enfant. Il, c’est le Réunionnais Henriette Armand qui n’arrive pas à expliquer le fait qu’il retrouve le même tee- shirt trois années plus tard au passage du tour. Cette illustration parfaite de la pauvreté du monde rural malgache l’affecte au plus haut point. Lui qui a fait de Madagascar sa destination privilégiée. Henriette Armand rappelle d’ailleurs qu’il a gagné neuf étapes de ce Tour dont quatre tours du lac Ànosy qui lui rend très fier aujourd »hui.. Présent encore cette année mais en tant que directeur sportif de la formation réunionnaise, Henriette Armand prend du plaisir à encadrer les jeunes. « Le cyclisme c’est avant tout une passion qui se cultive au fil des ans », explique-t-il avec ce sourire en coin qui ne le quitte presque jamais.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Affaire Berthin Randriamihaingo : Les sénateurs tentés par une manœuvre corporatiste

Le sénateur Riana Andriamandavy VII préside la nouvelle commission du Sénat.

Le cas de ce sénateur placé sous MD à Antanimora pourrait expliquer la mise en place d’une nouvelle commission au Sénat.

Si deux députés croupissent jusqu’à présent en prison, dont Hasimpirenena Rasolomampionona et Ludovic Adrien Raveloson dit Leva, le sénateur Berthin Randriamihaingo est placé sous mandat de dépôt à Antanimora depuis le 4 mai 2019. A l’Assemblée nationale, pour venir à la rescousse de leurs deux collègues, les députés ont mis en place le 31 octobre 2019 la commission chargée de l’examen des demandes de suspension de la détention, des mesures privatives et restrictives de liberté ou de la poursuite d’un député. Présidée par l’élu de Morombe Lucien Rakotomalala, la mise en place de cette commission a abouti à l’adoption d’une résolution réclamant la libération des députés de Fandriana et de Mahabo. Mais, l’application de cette résolution semble confrontée au rejet du gouvernement qui brandit le principe de la séparation des pouvoirs. Le scandale relatif à la mise en main d’œuvre pénale du député Leva a déclenché la colère de l’opinion publique qui s’insurge contre l’impunité. Les organisations de la société civile ont dénoncé les « manœuvres corporatistes de plusieurs députés tentant de soustraire M. Raveloson à la Justice ».

Détournement de deniers publics. A Anosikely, les sénateurs semblent être contaminés par ce virus de manœuvre corporatiste. En effet, les élus de la Chambre Haute ont mis en place une « commission spéciale chargée de l’examen de levée de l’immunité parlementaire ». A vrai dire, c’est le copié-collé de la commission présidée par le député Lucien Rakotomanana à la Chambre Basse. « L’objectif de cette nouvelle commission n’est pas de favoriser l’impunité, mais de chercher la vérité sur les affaires qui impliquent les sénateurs. », a précisé le sénateur Riana Andriamandavy VII, président de la commission. Cet élu fait dans sa précision, une allusion au cas du sénateur d’Atsimondrano Berthin Randriamihaingo, inculpé de détournement de deniers publics. La question qui se pose est de savoir jusqu’où irait cette nouvelle commission du Sénat. D’autres sénateurs impliqués dans d’autres affaires pénales seraient-ils couverts par l’intervention de cette commission ? En tout cas, l’affaire Berthin Randrimaihaingo n’est pas la seule qui préoccupe les sénateurs à Anosikely. D’après des indiscrétions, le vice-président de la Chambre Haute pour la province d’Antananarivo Mananjara Andriambololona, ne participerait plus aux travaux du bureau permanent. Les sénateurs se prépareraient à le remplacer. A rappeler que Mananjara Andriambololona a déjà fait l’objet d’une procédure de déchéance, mais la HCC s’y est opposée.

R. Eugène

Madagate0 partages

Andry Rajoelina: Hafatra mafonja hitoetra eo amin'ny Tantaram-pirenena

Les paroles s’envolent mais les écrits restent. Aussi l'Histoire d'un pays et de ses dirigeants dit être transmise non pas comme des contes, des légendes, des histoires à dormir debout sans preuve concrète, mais avec des mots écrits qui traverseront l'Espace et le Temps et resteront l'héritage des générations futures. Ny dikan'ireo dia izao manaraka izao :

Ny teny mandalo fany soratra mitoetra. Ny tiana ambara amin'io ohabolana io dia izao: tsy azo ampitaina toa angano na tantara valamaty tsy misy porofo ny Tantaram-pirenena sy ny an'ireo mpitondra nifandimby, mifandimby ary mbola hifandimby, fa tsy maintsy soratana hatrany hatrany, ka tsy misy ovana na anaovana fifandraisana amin'izay tiana hivoitra ("interprétation" mazana diso sy maloto). Tsy mendrika antsoina Firenena koa ny firenena tsy manana Tantara voarakitra an-tsoratra. Ireo soratra ireo no haharitra mandrakizay ka ho lova ho an'ny taranaka amin'izao vaninandro izao sy ireo mbola ho avy.

Tsy voatery zavatra tsara foana anefa no voarakitra an-tsoratra. Kanefa tokony miala avy amina zava-nisy marina mba hanitsian'ny mpitondra ny fomba hitondrany ny Firenena iray. Amin'izao andron'ny teknolojia vaovao izao moa dia toa vorona azon'adala tokoa ny Facebook ka dia samy manoratra izay saim-pantany daholo, indrindra ireo atosiky ny fankahalana sy ny halako bika tsy tiako tarehy. Ny tantara anefa dia manome porofo fa ireo "Malagasy" izay avo vava rehetra dia levona tsy hita intsony avy eo. Samia manana tadidy fa tsy ivalamparako eto izany.

Ny mampahonena dia ireo miseho ho Malagasy monina ao Frantsa (10.000 km avy eto Madagasikara!) no miseho mahalala ny zava-misy. Ohatra amin'izany ry Fleury Ernaivo manao sesin-tany ny tenany satria tsy madio fo sy saina ary fanahy ka manohy ny asa ratsin-dry Rasanjy sy Gallieni mitambatra... Vidéo no fampiasany. Dia mionona amina tatitra omena tera-tany eto an-toerana ka mazava fa resa-bola matoa tsy mifaranaka amin'ny zava-mitranga foana ny sora-be ataon-dry zareo ao amin'ny pejiny Facebook. Fehiny: misy farany ny zava-drehetra toa ny nataon'i Ramatoa Claudine Razaimamonjy izay voasazy 10 taona asa an-terivozona. Iza moa no tena nanenjika azy io fony Filohan'ny Sendikan'ny Mpitsara Malagasy ? Ary iza tokoa moa no nanangana io CENI torian'ny antoko TIM amin'izao fotoana izao? Misy tena mahay mandrora mitsilany mihitsy e!

Izany rehetra izany dia efa voasoratra ho an'ny Tantaram-pirenena. Ary ireto manaraka ireto kosa dia ho tadidin'izany Tantaram-pirenena ihany koa, dia ny hafatra mafonja noraisiko an-tsoratra ("extraits") avy tao amin'ny kabary nataon'ny Filoha Andry Rajoelina tao amin'ny CCI Ivato, ny 11 Desambra 2019. Izany dia tafiditra tao amin'ilay "Dinika Nosy Malagasy: Ampitao ny hevitrao". Izay no ela fa tafiditra ao anatin'ny Tantaram-pirenana malagasy tokoa ireto manaraka ireo.

Jeannot Ramambazafy

*********************************************************

VIDEO ETO

"(...) Ny fiteny hoe "diviser pour mieux régner" (Ttf : Zarazarao hanjakana. Politika fisaraham-bazana napetrak'i Joseph Gallieni nanomboka ny taona 1896) no mbola mahatonga ny firenen-tsika ho toa izao, amin'izao isika miteny izao. Hanova izany isika. Izao anefa isika dia mahita taratra sahady izany endrika fampizarazana an'ny Malagasy izany. Ary izay no mahatonga aho miteny anareo (Ndlr: nanatrika tao) hoe : Malagasy Tia Tanindrazana. Isaorako manokana an'ny Filoha Didier Ratsiraka. Andao hifanampy, andao hifanome tànana fa rehefa miray fo, miray saina isika, milaza aminareo aho fa tsy maintsy ho tratra ny tanjona ary tsy maintsy ho tafita i Madagasikara (...)".

“Ny fotsy, ny mena, ny maitso, lokon'ny sainam-pirenena malagasy. Izay no mampiray antsika. Koa andao hifanome tànana ry Malagasy havako ô! Ekenareo izany sa tsia (Ttf : nanakoako ny feo mihiaka hoe "Eny"). Asio tehaka mafy be ary. Ho tanterahan-tsika ny hafatra nomen'ny zokin-tsika nitolona tamin'ny taona 1947, tamin'ilay hira noforonin-dry zareo tany amin'ny sesi-tany tany hoe : “mitsangana ry tanora, mitsangana fa aza manana ahiahy; izao no andro sady ora, mijoro sahia ho lehilahy”. Na tanora, na zokiny, na lehilahy, na vehivavy, na avy aiza ianao na avy aiza dia sahia mandray ny andraikitra tandrify azy fa adidy lehibe manoloanan'ny Tantara no atrehin-tsika ankehitriny.

Ny harena no apetran-tsika ho lova an'ny taranaka no arovan-tsika ankehitriny, mba ho afaka hirehareha koa ireo taranan-tsika any aoriana fa nahay niombona ary sahy nijoro isika ray aman-dreny ankehitriny. Tsy nanaiky ho zarazaraina fa nampiraisan'ny ambom-pom-pirenena sy ny fitiavana Tanindrazana.

Ry Malagasy namana,

Fantatro fa maika isika, kanefa tsarovy fa araka ny voalaza dia ny hoe : na mangetaheta toa inona aza, ny rano mangotraka tsy mba fisotro. Ary ankehitriny dia iaraha-mahalala fa tsy mbola tanteraka ary tsy mbola notanterahana ny fanapahankevitry ny Firenena Mikambana tamin'ny taona 1979. Izany hoe 40 taona aty aoriana dia ireto isika mianakavy eto indray. Pejy vaovao izao no misokatra ho an'ny Firenena. Izaho milaza aminareo ary eto aho mijoro ho vavolombelona ho ren-tany ho ren-danitra fa tsy azon-tsika izao ireo Nosy ireo. Isika kosa anefa tsy naman'ny resy, tsy naman'ny mihemotra, noho izany tsy maintsy mandresy ary handresy ny Malagasy amin'ny rariny sy ny hitsiny.

Ny tiako ho lazaina dia izao : tsy ho moramora ny famerenana ireo Nosy ireo; tsy ho mora ny dingana hamerenana izany; tsy ho mora ny làlana ho diavina hahatongavana amin'izany tanjona kendrena izany, satria efa tamin'ny taona 1960 no tokony hiverina amintsika ireo Nosy ireo e! Na farafahakeliny na farafaharatsiny tamin'ny taona 1979 dia efa tafaverina, efa vitan-tsika noho ny tetik'ady tokony napetraka hatramin'izay. Fa ny voalohany afahan-tsika mandresy dia ny Firaisankina mba tsy ho vaky isika Malagasy. Izay ny zavatra voalohany.

"Aoka isika tsy hanao toa ireo Malagasy sasan-tsasany izay tamin'ny nanampy ny Barea teny amin'ny Père Pedro ny tena, dia nilaza hoe: tsy aleho ve omena ny 4'amis ny vola toa izay omena ny Barea!? Tao ny sasany no nanao fanamby tamin'ny match voalohany. Nanao fanamby fa tsy hampiditra baolina ny Malagasy. Dia hoy aho hoe: aiza ary izany? Ahoana ary izany? Izany hoe isika Malagasy ihany no tsy manohana ny maha-Malagasy antsika! Isika Malagasy ihany no manohatra ny ekipan-tsika! Isika Malagasy ihany no manohatra ny mpitondran-tsika tsy hahatongavany amin'ny tanjona izay ilaina. Tsy nisy nanampy ny Filoha Didier Ratsiraka tamin'izany, nangataka hoe: mba ampio aho. Ary misaotra ny Filoha Didier Ratsiraka tonga eto manamarina izany fa tsy maintsy mandroso isika ary firaisankina izany !

Izay no teneniko hoe: ajananony any ny hevitra tsy mitovy, amin'ny resaka politika, fa andao hiroso ho an'ny taranaka fara aman-dimby. Rehefa azon-tsika io dia reharehan'ny taranaka any aoriana. Isika rehetra izao dia samy mametraka ny fitombo-kasehan'ny daholo hoe nandray anjara tamin'izany fiadivana sy ny famerenena ny zon'ny Malagasy mikasika ireo Nosy Malagasy.

"Ka noho izany dia homen-tsika ireo manam-pahaizana sy ireo diplomaty ny anjara toerany eo amin'ny dinika mbola hatrehina (...). Eo aho dia misaotra anareo rehetra nandray anjara tamin'ny dinika natao teto. Misaotra ihany koa anareo enina mirahalahy mianaka mikaon-doha misolo-tena ny Malagasy amin'ny fampidinihina mikasika ireo Nosy Malagasy ireo, ny Komity izay tarihin'Andriamatoa Praiminisitra. Koa omen-tsika Malagasy azy ireo ny fanohanana sy ny firaisam-po mba hiatrika an'izany ady mafy izany.

Androany 11 Desambra 2019 no nametrahana ny datin'ireo fehin-kevitra mikasika ireo Nosy Malagasy ireo. Tsy kisendrasendra ny daty androany satria mierina amin'ny androany ity tokoa ny nametrahana ny fijoroan'ny Repoblika faha-efatra (Ndlr : 11 Desambra 2010 teny Iavoloha). Ary ny teny filamatra napetra-tsika tamin'izany dia ny hoe: "Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana". Mavesa-danja ny voalohany satria raha tsy misy ny Fitiavana Tanindrazana tsy afaka handroso isika.

VIDEO ETO

"Tompokolahy sy Tompokovavy,

Malagasy aho, Malagasy ianao, Malagasy isika rehetra. Koa andao hiara-hanolo-tena ho an'ny tanindrazana. Tsy handraraka ilo mby andoha isika ry Malagasy koa andao anao fanamby: andao hampian-tsika ireo solontenan-tsika ary andao ataon-tsika ho feno ny fandrianampirenena ho an'ity Madagasikara malalan-tsika ity. Mitsangana ry Malagasy! Mitsangana ry Tanora! Mitsangana f'aza manana ahiahy! (...).

Misaotra Tompokolahy, mankasitraka Tompokovavy”.

Lahatsoratra nivoaka ihany koa ao amin'ny "La Gazette de la Grande île", ny Sabotsy 14 Desambra 2018

Madagate0 partages

Elysée Paris. Le Président Macron reçoit les lettres de créance de Rija Rajohnson

Le Président Emmanuel Macron et l'Ambassadeur Rija Rajohnson

C'est le 10 décembre 2019, au Palais de l'Elysée, qu'Olivier Hugues Rija Rajohnson -nommé ambassadeur de Madagascar, lors du Conseil des ministres du 18 septembre 2019 à Iavoloha- a présenté au Président Emmanuel Macron, ses lettres de créance l'accréditant en tant qu'Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Madagascar auprès de la France.

Pour rappel, le dernier ambassadeur de Madagascar en exercice qui a effectué la même démarche, a été l'Ambassadeur Narisoa Rajaonarivony le 22 avril 2008, sous le Président Nicolas Sarkozy. M. Rajaonarivony est décédé le 27 février 2011. Ainsi, entre avril 2008 et décembre 2019, l'Ambassade de Madagascar à Paris a été dirigé par des Chargés d'affaires.

Jeannot Ramambazafy