Les actualités Malgaches du Jeudi 14 Décembre 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar670 partages

Santé de la production – L’avortement thérapeutique prohibé

Les articles portant sur l’avortement thérapeutique ont été supprimés dans la loi sur le planning familial. Les parlementaires l’ont adopté.

Aucune excuse. Le personnel médical est défendu d’effectuer l’interruption volontaire de la grossesse (IVG) thérapeutique à Madagascar. Les articles 22 et 23 sur l’interruption médicale de grossesse ont été supprimés de la loi sur le planning familial. Ceci a été adopté par les parlementaires à l’Assemblée nationale de Tsimbazaza, hier, durant la séance plénière.Au départ, le ministère de la Santé publique a voulu légiferer l’IVG thérapeutique en l’inscrivant dans le projet de loi portant sur le planning familial. Les députés l’ont voté le 19 juin. Les sénateurs, quant à eux, se sont retenus à l’adopter et ont recommandé la suppression de ces deux articles, au même mois. « L’avortement n’est pas conforme à la culture malgache. Notre bénédiction incite même aux jeunes mariés à donner naissance à sept filles et sept garçons. Si l’avortement est autorisé, les jeunes en profiteront », avait expliqué le sénateur Olivier Rakoto­vazaha, à l’époque.Cette décision affirme qu’un agent de santé qui commet un avortement, thérapeutique ou pas, est répréhensible.

RépréhensibleLes médecins sont sidérés. « Mais cela va coûter la vie à certaines mères ! », se sont exprimés quelques gynécologues. L’un de préciser: « certaines maladies, comme la néphropathie, la maladie de marfan, nous obligent à faire sortir le bébé du ventre de sa mère, pour éviter qu’elle n’en perde la vie. Imaginons qu’une femme qui va accoucher de son quatrième enfant fait une hémorragie sévère. Qui allez-vous sauver ? Le bébé ou la mère, qui a derrière elle trois enfants ? ». D’autres médecins signalent qu’un avortement est aussi prescrit, lorsque le fœtus présente une malformation grave.Le secrétaire général du ministère de la Santé publique, le Dr Joséa Ratsi­rarson, tente de calmer la tension. « Nous allons étudier, plus tard, le fait de légiférer sur cet avortement thérapeutique, mais aussi, l’euthanasie et d’autres sujets sensibles de la santé », indique-t-il. Ce ne sera pas pour bientôt. La conception même de ce projet de loi sur le planning familial a pris au ministère 2 ans.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara457 partages

Mia : Un don de 4 000 000 d’ariary pour l’Hôpital d’Ambohimiandra!

La chanteuse Mia remettant le chèque de 4 000 000 d’ariary aux responsables de l’hôpital d’Ambohimiandra.

Chanter pour le plaisir de chanter la plupart du temps, et chanter pour la bonne cause, lors d’occasion comme celle-ci ! Le 22 septembre, Mia a donné un concert à La Réunion, dans la salle d’honneur de la mairie de St-Denis. Un show inédit, organisé par le groupe Mezzanine et avec l’aide du Lions club Allamanda de St-Denis et d’autres donateurs, qui a émerveillé le public. Un évènement que la chanteuse et son groupe ont assuré avec brio. Un concert dont le but n’était pas uniquement d’amuser la galerie. En effet, les bénéfices récoltés ont été remis à l’Hôpital d’Ambohimiandra, en main propre par Mia vendredi dernier. « La totalité de la somme récoltée était de 4 millions d’ariary. On a payé la totalité des soins de plusieurs enfants qui n’en avaient pas les moyens. Le reste de la somme a été mis à la disponibilité de l’hôpital afin d’améliorer les infrastructures d’accueil pour les malades ».Mahetsaka

Midi Madagasikara346 partages

Dégâts de la pluie : La galère de Besarety devenue banale

Les habitants de Besarety et les passants obligés de passer par ce quartier, se retrouvent déjà sous des dizaines de centimètres d’eau depuis ces quelques jours de pluies assez abondantes. Une galère des riverains qui tend à devenir une banalité. Se déchausser, relever les jupes, retrousser les pantalons ou traverser les rues à bord de charrettes à bras sont devenues des scènes habituelles pour les habitants de ce quartier. Et la saison des pluies ne fait que commencer !

Hanitra R.

Madagate327 partages

Madagascar BNGRC. Quand Thierry Venty noie le poisson dans l’eau

En mars 2013, lors des ravages faits par le cyclone Haruna, il n'y avait aucun problème en ce qui concernait les dons humanitaires venant de Dubaï. Il faut alors constater que si le BNGRC (Bureau national de gestion des risques et catastrophes) existait déjà, Hery Rajaonarimampianina, lui, n'était pas encore président de la république. Et les dons sont bien parvenus à leurs bénéficiaires, c'est-à-dire les victimes ("tra-boina").

C’est triste, c’est malheureux, c’est honteux. Arrivés à Madagascar en mars 2017, pour soulager le quotidien des victimes du cyclone Enawo, les dons humanitaires émanant du roi de Dubaï, à travers sa fondation HH Sheik Mohammed Bin Rachid Al Maktoum Humanitarian and Charity Establishment, n’ont jamais été distribués à leurs bénéficiaires.

Le soir du 13 décembre 2017, Thierry Venty, Secrétaire exécutif du BNGRC (photo ci-dessus) a littéralement noyé le poisson dans l’eau. En effet, avoir traité Ny Rado Rafalimanana de « jeune impétueux qui ne sait pas que nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes », n’indique en aucun cas ce qu’il est advenu de ces dons alimentaires de plus de 14 tonnes. Et, surtout, pourquoi y-a-t-il eu une velléité de les vendre aux enchères et au bénéfice de qui, étant donné que depuis le 4 mai 2017, ces dons sont la propriété de l’Etat malagasy à travers le BNGRC. Si ce n’était que cela. Car Thierry Venty a aussi fait preuve d’une mauvaise foi flagrante en affirmant, dans son interview, qu’il n’a jamais reçu ces dons et que Ny Rado Rafalimanana s’est entêté à les garder au nom de son association « Ny Fanahy Maha-olona ». Mais tout cela n’indique toujours pas, non plus, où sont ces dons de denrées constituées en majeure partie de nourritures précuites très périssables? Encore un imbroglio typiquement Hvm.

En tout cas, mis en vente à Madagascar, elles représentent un danger pour les Malgaches. D’où la suggestion de Ny Rado Rafalimanana de les brûler. Pour ne pas qu’après (en cas d’intoxication alimentaire ou pire), tout retombe sur le royaume de Dubaï qui, dès lors, sera considéré comme un fournisseur de « sakafo mahafaty » (aliments empoisonnés).

Et il faut alors rappeler qu’avant cette intervention de Thierry Venty, Ny Rado Rafalimanana a organisé un point de presse dans la matinée de ce 13 décembre 217 à l’hôtel Le Louvre, Antaninarenina. Il était, cette fois, flanqué, entre autres, de Me Willy Razafinjatovo, l’avocat connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche et grand protecteur de la veuve et de l’orphelin à Madagascar.

Ci-après, photos et documents "no comment" qui démentent les propos de M. Venty, SE du BNGRC. Il y aura certainement une suite à cette minable affaire qui ternit l’image même du président de la république, Hery Rajaonarimampianina. La vidéo sera mise en ligne ultérieurement si la connexion ne… déconne…xionne pas.

Jeannot Ramambazafy – Harilala Randrianarison, 14 décembre 2017

Midi Madagasikara223 partages

Partenariat Public Privé : Abonnement Canal + gratuit pour 200 établissements scolaires

L’accord signé hier, entre le ministre de l’Education Nationale Paul Rabary et le D.G de Canal + Jean François Duboy va développer davantage le système éducation malgache

Permettre aux élèves de s’ouvrir sur le monde, par le bais de la télévision numérique est aussi une bonne façon d’améliorer l’éducation à Madagascar.

Quand on veut, on peut. Le ministre de l’Education Nationale Paul Rabary figure parmi les responsables étatiques capables de trouver la bonne formule pour bien gérer son département.

Aubaine. Parmi les bonnes initiatives qu’il a prises figure la distribution de 700 postes téléviseurs numériques pour des établissements scolaires répartis dans de nombreuses régions du pays. Et pour rentabiliser ces matériels, le MEN a passé un accord avec Canal + Madagascar pour permettre aux élèves des établissements scolaires bénéficiaires d’avoir accès à des chaines de télévision nationales et internationales.  «L’idée est de permettre à la majorité des élèves et étudiants d’accéder à des contenus qui leurs donnent la possibilité d’aller au-delà des frontières géographiques et de s’ouvrir au monde extérieur », explique Jean-François Duboy, Directeur Général de Canal + Madagascar. Une aubaine, en somme pour le système éducatif malgache. En effet, avec la richesse des chaînes et contenus proposés, les bouquets CANAL+ peuvent devenir de formidables outils pédagogiques complémentaires pour le corps enseignant. La dimension éducative des émissions comme les documentaires, l’histoire, la science et la nature, la culture générale, les informations et les actualités mondiales, ouvrent une fenêtre permettant de développer davantage l’enseignement. Sans oublier la possibilité pour les élèves de se familiariser avec les langues française et anglaise.

200 établissements

A travers cette convention, Canal + Madagascar mettra à disposition des établissements scolaires bénéficiaires les équipements nécessaires à la réception des images. A savoir, le décodeur, la carte d’accès et la parabole. Elle prendra également en charge l’installation des équipements au niveau des écoles primaires et secondaires. Dans cette première vague, 200 établissements scolaires vont donc avoir accès aux bouquets Canal +. Lors de la cérémonie de signature de la convention qui a eu lieu hier au siège de Canal + à Andraharo, le ministre de l’Education Nationale, Paul Rabary a tenu à saluer la volonté de cette entreprise à soutenir le système éducatif malgache.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza207 partages

AREMA –Fifidianana 2018I Deba ihany no ho kandida ?

Tao anatin’ny lanonana tsotra dia tsotra famaranana ny taom-piasana ho an’ny taona 2017 notarihan’ny sekretera nasionaliny,

Midi Madagasikara204 partages

Corruption dans l’attribution de marchés publics : Retour à Manjakandriana pour Claudine Razaimamonjy, ...

Sept personnes ont été déférées auprès de la Chaîne Pénale Anti-Corruption hier.

Claudine Razaimamonjy a de nouveau été auditionnée par les Juges de la Chaîne pénale anti-corruption hier. Il s’agit d’un déferrement dans le cadre d’un autre dossier la concernant. Selon les informations, cette fois-ci, la femme d’affaires connue et reconnue comme étant proche du président de la République est impliquée dans un nouveau dossier de favoritisme, de détournement, de faux et usage de faux dans l’attribution de marchés publics. Plusieurs responsables au sein du ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, ainsi que des entreprises bénéficiaires dans le cadre de la passation d’un marché pour la construction d’un lycée technique dans la Commune rurale d’Ambalavao, sont soupçonnés d’être impliqués dans ce dossier. Au total, sept personnes ont été déférées au parquet de la Chaîne pénale aux 67Ha hier. Après son audition, la personne responsable des marchés publics auprès du ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle a été placée sous mandat de dépôt à Antanimora, tandis que cinq autres inculpés ont bénéficié d’une liberté provisoire.

1 milliard de Fmg. Quant à Claudine Razaimamonjy, elle fait son retour à la prison de Manjakandriana où elle a déjà été placée en détention préventive depuis le 15 juin dernier pour des faits suspectés de corruption et de détournement de deniers publics perpétrés en complicité avec des responsables auprès du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, concernant l’octroi de subventions exceptionnelles d’un montant de près de 150 millions d’Ariary pour l’année 2014, et de 200 millions d’Ariary pour l’année 2015 à la Commune rurale d’Ialananindro, dans le District de Fianarantsoa II, Région Haute Matsiatra. Pour ce qui est du dossier déféré hier au parquet de la Chaîne Pénale Anti-corruption, une somme avoisinant 1 milliard de Fmg aurait été détournée. Les faits auraient été commis vers la fin de l’année 2016. Une source proche du dossier a fait savoir que d’autres personnes soupçonnées d’être impliquées dans cette affaire sont actuellement en cavale. Parmi elles figureraient des femmes bénéficiaires et titulaires de marchés viciés.

Fin d’année en prison. En tout cas, l’ancienne baronne du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » risque de passer un long séjour en prison. Avec cette nouvelle affaire, à moins d’un miracle, Claudine Razaimamonjy passera cette année ses premières fêtes de fin d’année en prison. Elle risque donc de subir le même sort que le leader du MAPAR Augustin Andriamananoro qui a passé Noël à Antanimora l’année dernière. Une situation qui n’aura certainement rien à voir avec le luxe engendré par son hôtel, le « AC » qui abritera comme à l’accoutumée une soirée très chic pour le réveillon de la Saint Sylvestre. Faut-il rappeler qu’au lendemain de son arrestation, le Directeur général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy a annoncé qu’elle est soupçonnée d’être impliquée dans quatre grands dossiers. En effet, la patronne de l’« AC » est poursuivie entre autres, pour favoritisme dans l’attribution de marchés publics, détournement de deniers publics, recel de détournement de deniers publics, abus de fonction et blanchiment de capitaux. Du côté du Bureau Indépendant Anti-corruption, on affirme qu’il est hors de question de faire machine arrière. « Tous les dossiers concernant ces marchés suspects feront l’objet d’une investigation et seront transmis à la Justice », martèle-t-on. D’après les informations, d’autres dossiers impliquant Claudine Razaimamonjy seront également déférés à la CPAC incessamment.

Davis R

Midi Madagasikara199 partages

Les travailleurs de l’ombre : Shalim Sheraly Shermad, le parrain des enfants de la rue

Shalim Sheraly, un grand amoureux du sport.

Pour sa reconversion, Me Shalim comme tout le monde l’appelle, s’ est tourné vers les enfants en difficulté. Ces enfants de la rue à qui il apprend tout pour qu’ils aient un corps sain dans un esprit sain.

Le Prince Rainier. Bien connu dans le monde du judo quand il faisait partie de la fédération malgache de l’ère Joël Ralaimaro, il était à la tête de la délégation victorieuse des Jeux de l’Océan Indien. Il faisait aussi partie du comité d’organisation des Jeux de la Francophonie où il était en charge du judo. Un événement gravé dans sa mémoire car lui ayant permis de rencontrer le prince Albert Rainier de Monaco.

Shalim conduisait également l’équipe nationale de judo lors d’une tournée en Afrique du Sud. Une suite logique de sa carrière de compétiteur pour celui qui a débuté le judo à 8 ans pour ensuite monopoliser les titres de champion des catégories minimes et cadets de la Zone Sud. Il était moins chanceux au niveau national à l’âge adulte car il s’est trouvé en face d’une génération de surdoués chez les moins de 78 kg avec Jean Jacques Rakotomalala pour ne citer que celui qui était aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992.

25 ans plus tard, Shalim Sheraly Shermad a encore tout pour plaire mais modeste comme il l’est, il a choisi d’aider les enfants à trouver une raison de vivre par la pratique sportive.

Ceinture noire 4e Dan en judo, 1er Dan en aïkido et en karaté, Me Shalim n’impose jamais son choix aux enfants. « Je les oriente vers les disciplines qui conviennent à leur aptitude car l’essentiel repose sur leur éducation pour qu’ils deviennent des citoyens responsables« , confie Shalim avec une pointe de regret.

Un autre judo in school. Tout simplement parce qu’il veut en faire plus mais son projet « Judo in school » reste en stand-by. Une issue presque logique car son « judo in school » est bien différent de celui du Japonais Akira Kai qui intervient au niveau des scolaires car celui de Shalim vise les enfants de la rue, les nécessiteux pour tout dire à qui il entend redonner espoir.

Aider ceux qui en ont besoin reste d’ailleurs la devise de cet homme au grand cœur. Et c’est ce qui règle sa vie. Son hôtel à Toliara, le Al Shame, en est la parfaite illustration avec des tarifs qui n’ont pas changé depuis des lustres. « Si cela peut aider, je ne m’en formalise pas« , concède-t il avec un sourire en coin. Par contre et pour les gens fortunés, Shalim les envoie à Anakao, cet endroit paradisiaque qui fait partie de son nouveau défi de marier le sport et le tourisme.

Intarissable sur le sujet, Shalim prévoit de développer le concept avec tous les sports de plage tout en incluant, en bon sudiste, le « ringa », cette lutte traditionnelle du deep south malgache qu’il apprécie sans doute parce qu’elle a des similitudes avec le judo ou tout au moins en plus libre car elle n’a pratiquement pas de limite. Mais il l’avoue que c’est un des moyens de toucher la corde sensible des enfants de la rue. Ceux-là même à qui Shalim entend consacrer toute sa vie. Et c’est presque une obsession mais il a toujours été comme ça. Donner sans espérer recevoir en retour. Sacré Shalim !

Clément RABARY

Tia Tanindranaza164 partages

Tiko AndranomanelatraNanaovan’ny Emmoreg bemidina indray

Tsy niandry ela fa omaly ihany, izany hoe ny ampitson’ny fanambarana nataon’i Marc Ravalomanana teny amin’ny Magro Tanjombato dia nanao be fiavy tany amin’ny Orinasa Tiko Andranomanelatra indray ny manampahefana ao Vakinankaratra,

 

L'express de Madagascar158 partages

Edgard Razafindravahy – « Le parti ADN se dressera contre l’impunité »

Le chef de file du parti ADN a réaffirmé sa détermination à lutter contre l’impu­nité. Une dénonciation des impunis prétendant aux élections traduira l’engagement.

Haro. Dernier invité de l’after du journal de la radio Antsiva hier, Edgard Razafindravahy, chef de file national du parti Arche de la nation – Antoka sy dinan’ny Nosy (ADN), a réaffirmé sa détermination à combattre l’impunité dans le pays. Un engagement qui l’a amené à bousculer les codes pour inscrire à l’ordre du jour de la réunion de la commission des droits de l’Homme de l’International liberal, à La Haye, le thème de l’impunité.Récemment élu membre de cette commission, Edgard Razafindravahy a pu faire entendre la voix du parti ADN, mais aussi celle des Malgaches qu’il a rencontrés durant ses multiples tournées nationales. « Nos concitoyens ont systématiquement fait part de leur lassitude face à l’impunité, durant les tournées politiques que j’ai faites », a déclaré le chef de file du parti libéral au micro de la radio Antsiva. Inscrite dans la résolution de la réunion de La Haye, l’initiative du numéro un de l’ADN sera portée devant les Nations Unies.Durant l’entretien radiophonique d’hier, la journaliste a questionné Edgard Razafindravahy sur la portée de sa volonté à lutter contre l’impunité dans la conjoncture nationale actuelle. Les perspectives des échéances électorales dominent les débats politiques. Sur ce point, l’homme politique a indiqué qu’« au moment des élections, le parti ADN se dressera pour dénoncer les impunis qui se présenteront ».

Vocation Le leader du parti libéral explique son engagement contre l’impunité en soulevant que c’est un fléau nuisible au développement. « La population a le droit de réclamer que les responsables de détournement de deniers publics soient punis », a-t-il soutenu. Pareillement pour les trafiquants illicites des richesses du pays, des personnes corrompues, ou encore des responsables d’atteintes à la vie humaine durant les crises politiques qui gambadent sans crainte et en toute liberté.« L’impunité est un frein au développement. La responsabilité d’un chef de parti, d’un parti politique est de se lever lorsqu’il y a un risque pour le développement », a ajouté le chef de file du parti ADN. Crier haro contre les prétentions électorales des « impunis », selon ses explications sur la radio Antsiva, découle aussi de ses échanges avec la population durant ses tournées politiques. « Durant mes tournées, l’avis de la population était simple. Elle ne veut plus d’impunis comme dirigeants », a-t-il déclaré.Comme l’explique Edgard Razafindravahy, la lutte contre l’impunité fait partie de la défense des droits de l’Homme. Ceci, du fait que les méfaits des impunis peuvent impacter sur le bien-être d’une nation toute entière. « La vocation d’un parti politique est la quête du bien-être de la population. Si lutter contre l’impunité est la manière d’y parvenir, je le ferai sur tous les fronts, et porterai les batailles devant toutes les instances possibles », a affirmé le membre de la commission des droits de l’Homme de l’International liberal.Les échanges d’Edgard Razafindravahy durant et en marge de la réunion de La Haye ont mis en exergue le fait, qu’outre les lois et instances nationales, il y a d’autres voies pour combattre l’impunité. Des chemins qu’offrent les lois et instances judiciaires internationales. Durant leur entretien, Sylvia Fernandez, présidente de la Cour pénale internationale (CPI), lui a indiqué que « la souveraineté veut que l’application de ces lois soit prioritaire. Si le pays en question ne le fait pas, il y a la CPI ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara155 partages

BNGRC : 175 tonnes de riz détournés, trois individus sous les verrous

L’enquête sur le dit détournement des 175 tonnes de riz du bureau national de la gestion des risques et catastrpophes, (BNGRC) au port de Toamasina suit son court. Actuellement, trois individus soupçonnés d’être impliqués dans cette affaire se trouvent déjà en prison après avoir été remis auprès du Parquet. 80% de la quantité volée est déjà récupérée. Paolo Solonavalona Raholinarivo, chef de service Information, communication, et éducation auprès de cette institution a apporté cette précision hier à la presse. Il souligne que le premier responsable de ce délit est déjà identifié. Il s’agit de l’opérateur de transport chargé de l’acheminement de ce produit à ses destinations à partir du port de Toamasina. Ce transporteur a pu s’enfuir à l’étranger dès l’ouverture de l’enquête sur cette affaire que le chef de service qualifie d’un vol purement et simplement mais non pas d’un détournement. « Cette précision est de mise car parler de détournement pourra porter atteinte à l’image du BNGRC malagasy qui travaille dans le respect de son manuel de procédure et dans la transparence totale», dit-il. Il agit ainsi pour ne pas compromettre la crédibilité de cette institution vis-à-vis de ses partenaires. Etant donné que le BNGRC Malagasy est, d’après lui, pris comme référence en matière de gestion des risques et catastrophes en Afrique voire au niveau mondial. Cette transparence peut être vérifiée dans le site web et la page Facebook du BNGRC. La semaine prochaine, ce bureau devra présenter au public son rapport d’activités de l’année écoulée.

T.M.

Midi Madagasikara113 partages

Vente aux enchères de dons : « Ny Fanahy maha olona » en veut à l’Etat

Ny Rado Rafalimanana s’insurge contre les dispositions prises par l’Etat concernant les dons en provenance de Dubaï. (Photo Kelly)

Le fondateur de l’ONG «Ny Fanahy maha olona », Ny Rado Rafalimanana, monte au créneau. Il s’insurge contre les dispositions prises par le BNGRC  concernant notamment des dons qui sont bloqués à Toamasina. Selon ses explications, 7 mois après l’arrivée de ces aides humanitaires dans le Grand port de l’Est, elles ont été mises en vente aux enchères par l’Etat malagasy, lundi dernier. Le fondateur de « Ny Fanahy maha olona », se demande « si c’est de la mauvaise foi». Il en veut à l’Etat pour les décisions que ce dernier a prises. Malgré tout, il n’a rien compris quant aux gestes du pouvoir concernant ces dons. Faut-il rappeler que ces dons ont été octroyés par le roi de Dubaï aux sinistrés du cyclone Enawoo. Ils sont arrivés au port de Toamasina  depuis le 23 avril dernier.

Nourritures précuits. De son côté, Me Willy Razafinjatovo, alias Olala, de déclarer qu’il faudrait dire aux malagasy la réalité. Cet avocat a tenu d’ailleurs à souligner que l’ONG ne va pas porter plainte, étant donné, a-t-il dit, qu’« elle n’a plus la qualité pour agir ». Et d’ajouter que « nous ne sommes plus propriétaires de la chose ». Notons que ces dons sont constitués de 14 tonnes 580 Kg de nourritures précuits. Mais l’on se demande si avec ces sept mois durant lesquels elles ont été bloquées au port de Toamasina, seront-elles encore bonnes à consommer ?

Dominique R.

Midi Madagasikara110 partages

Ikongo : Vaky ny fonja, nisy mpiambina natao takalon’aina

Fitakiana fitsaram-bahoaka no niandohan’ny raharaha, raha araka ny vaovao marim-pototra sy nohamarinina tamin’ny olom-boafidy. Nisy andian’olona nitaky ny hamoahana ny olona tazomina am-ponja miisa roa. Izy ireo, raha araka ny fanamarinam-baovao hatrany, dia voarohirohy tamin’ny heloka bevava nitranga tao an-toerana. Nisy feo nandeha anefa fa hoe nisy nahita ireo olona ireo niriaria taty ivelany. Io no heverina fa nitarika ny hetsik’ireo andian’olona, izay sady nitady ny hanamarina an’izany no koa nikasa ny hanao fitsaram-bahoaka raha toa ka tena mbola tazomina ao tokoa ireo olona roa. Ny olana dia tao anatin’izay hetsika izay no nanararaotra nitsoaka ny voafonja tao amin’ilay toerana. Miisa 120 tamin’izy ireo omaly maraina no tafavoaka ny fonja. Tsy izay ihany ny zava-nitranga, satria tao anatin’ny sakoroka dia nisy mpandraharahan’ny fonja nalain’ireo olona an-keriny. Mazava ho azy fa hatao takalon’aina ny tanjon’izy ireo tamin’izany. Nitodika tampoka tany Ikongo ny mason’ny mpanara-baovao omaly, satria toe-javatra maro no indray mitranga ary miendrika fikorontanan’ny firenena : fitakiana fitsaram-bahoaka, famakiana fonja, fitsoahan’ny gadra. Ary ny tena ratsy indrindra dia ny fisian’ny mpiandry fonja izay lasa…andrasan’ny jiolahy. Betsaka ny zavatra azo eritreretina momba ity tranga ity ka tokony hitadiavam-bahaolana maharitra.

D.R

Midi Madagasikara106 partages

Fampihinanana maloto olona : Amidy eny Anosizato ny trondron’Anosy

Efa maro ihany ireo tratra saingy mbola maro ihany ireo manao ity asa ratsy ity. Azo sokajiana ho fampihinana maloto olona mantsy ny fivarotana ny trondro avy ao amin’ny ranon’Anosy. Efa voararan’ny lalàna rahateo ny fanjonoana na fanaratoana izany eny an-toerana. Antony iray indrindra nandraisan’ireto pôlisin’ny kaomisarin’ny boriborintany fahadimy etsy Mahamasina fepetra, rehefa nisy vaovao azon’izy ireo fa misy olona mbola mikiry manarato eny amin’iny farihan’Anosy. Ny talata lasa teo tokoa dia olona iray no voasambotra. Tratra am-bodiomby teo ampanaratoana, araka ny tati-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenana.  « Nisy niantso ny polisy ka nidina avy hatrany teny an-toerana. Natao ny vela-pandrika ka polisy nanao fitafiana sivily no nisambotra azy ireo » hoy ny vaovao. Telolahy izy ireo no nanarato tao amin’izany ranon’Anosy izany, saingy raha vao nahita ireto mpitandro filaminana ny roalahy dia nirifatra nitsoaka. Ilay namany iray sisa no voasambotra teo. Nentina avy hatrany tany amin’ny birao moa ity ranamana ity, nohadihadiana. « Tamin’ny fanadihadiana azy dia niaky ny heloka vitany izy » hoy hatrany ny vaovao, ary tsy vitan’izay fa nilaza ihany koa fa hoe « amidiny eny Anisozato ireo trondro azony ». Omaly moa ity farany no nentina nohenoina teny anivon’ny Fampanoavana, teny Anosy.

m.L

Midi Madagasikara87 partages

Enseignement supérieur : Un colloque sur l’Histoire de Madagascar à la Sorbonne

Bearisoa Rakotoniaina, coordonnateur du colloque « Madagascar au XIXe siècle : croyances, religion et développement » qui se tiendra à l’Université Paris IV.

Un projet de tenir un colloque sur Madagascar en France a été validé par l’instance dirigeante de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) le jeudi 7 décembre dernier.

Le thème retenu est « Madagascar au XIX e siècle : croyances, religion et développement ». C’est le cinquième colloque sur la Grande Ile, organisé au sein de cette prestigieuse université depuis 2014. Cette nouvelle est annoncée par Bearisoa Rakotoniaina, dit Prince pour ses habitués. Pour rappel, il est actuellement enseignant au Département Sociologie de l’Université d’Antananarivo et membre du Comité français des Sciences historiques. Il est le coordonnateur de ce colloque.

Histoire. Pour Madagascar le XIXe siècle a été marqué par l’influence anglaise et « une révolution religieuse et culturelle ». A travers le traité anglo-malgache de 1817, amendé en 1820, Radama Ier avait la possibilité de poursuivre le projet politique de son père,  Andrianampoinimerina, relatif à l’unification de l’île. Soutenu par des Anglais et des missionnaires artisans de la London Missionary Society (LMS), une association religieuse d’obédience protestante, le modèle de développement a connu un changement majeur. Malgré les changements du régime durant le XIXe siècle à savoir la persécution des chrétiens sous le règne de Ranavalona 1re, le libéralisme jugé sans borne de Radama II (1861-1863) et la conversion de la couronne en adoptant le protestantisme comme religion d’Etat sous Ranavalona II, le développement de Madagascar était réel. L’implantation des institutions bancaires comme New Oriental Bank et du Comptoir d’Escompte de Paris sur le territoire malgache vers la fin du XIXe siècle constituent des indices. Ce développement était quand même à double vitesse : les Hautes terres centrales bénéficiaires directes des avancées occidentales et le reste du pays encore à la traîne, voire en inertie.

Luz R.R et T.M

Madagascar Tribune59 partages

Devancée une fois de plus par le régime

Une fois de plus, une fois encore, la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) et l’équipe du maire Lalao Ravalomanana a été devancée par les barons du régime actuel, avec le parti présidentiel Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM). Cette fois-ci, le HVM a en effet réussi l’embellissement et l’assainissement du lac Anosy sur le long du palais de justice et le coté sud du lac. Les alentours du parc viennent en effet de connaitre des travaux de réaménagement et transformer en jardin public et aire de jeux pour les enfants. Des sentiers pavés, un espace vert rafraichi, les travaux viennent de s’achever tout récemment et ont été financé par le parti HVM en intégralité avec l’appui technique du ministère de l’agriculture.

Rappelons que la première fois qu’il a quelques mois le projet de construction de la bibliothèque à l’EPP d’Antanimbarinandriana et inaugurée à grande pompe par Hery Rajaonarimampianina a fait coulé beaucoup d’encre. A cette époque, le maire Lalao Ravalomanana et son conseiller spécial Marc Ravalomanana avait boudé l’inauguration. Face à cette nouvelle réalisation, on constate encore un peu plus l’inertie de l’équipe qui dirige actuellement la CUA en ce qui concerne la gestion de la capitale. Avec l’arrivée de la saison des pluies, qui a entrainé ces derniers jours des inondations dans plusieurs quartiers de la ville basse, les embouteillages monstres, à cause de l’état des routes ou encore des charrettes qui roulent en plein jour dans toute la ville. A plusieurs reprises, l’entretien et le curage des canaux d’évacuation d’eaux de pluie ont été soulevé comme problèmes majeurs de la capitale. Sans que rien n’ait été faite. A l’approche des prochaines élections, le parti présidentiel de son côté essaie de séduire avec des réalisations pas toujours très convaincantes, beaucoup se demandent toutefois combien de temps ils vont durer. Car malgré l’effort d’amélioration, le plus grand défi reste la préservation du lieu en son état actuel, surtout en ce qui concerne la propreté et la maintenance des infrastructures.

News Mada51 partages

APMF sy Fadintseranana : miara-miasa ho fiarovana ny fari-dranomasina

 Vita sonia, omaly, tao amin’ny foiben’ny APMF, ny fifanarahana eo amin’ny APMF sy ny Fadintseranana ho amin’ny fanaraha-maso ny sambo miaraka amin’ny olona sy ny entana ao aminy. Niara-nanao sonia izany ny tale jeneraly roa lahy an’ny APMF, ny kolonely Zipa Jean Hubert sy an’ny Fadintseranana, Rabenja Narivony Eric.

Nafantoka indrindra amin’ny fifamenoan’ny asan’ireo sampana mpanara-maso ireo izany fifanarahana izany, voalohany ; ary faharoa, fifampiankinan’ny andraikitr’izy ireo amin’ny seranan-tsambo rehetra eto Madagasikara, ho fiantohana ny fiarovana ny sambo, lalam-barotry ny entana sy ny momba ireo olona ao aminy. Mifameno ny ataon’ny APMF sy ny Fadintseranana amin’ny raharaham-panjakana. Noho izany, samy mahatsapa izy ireo fa ny fifanakalozana sy fifampizaram-baovao, fitaovana lehibe mahomby hanatsarana sy hanafainganana ny fitantanana.

Amin’izay fifanarahana izay, samy manamafy ny andraikiny ny roa tonta amin’ny fampiharana ireo fepetra iraisam-pirenena, eo amin’ny fitantanana sy ny fandrindràna izany isam-paritra (GCF)*. Tokony ho hita izany amin’ny fandrindràna ny fiaraha-miasan’ireo sampandraharaha isan-tokony. Hampirisihan’ny Fikambanana iraisam-pirenena momba ny fadintseranana (OMD) ny atao amin’io GCF io hiatrehana ireo raharaha maizina amin’ny fitaterana an-dranomasina manapotika ny toekarena malagasy.

R.Mathieu

News Mada51 partages

Ambatovy : arovana ny varika

Sambany eto Toamasina hisy hetsika manokana ho an’ny varika. Mandray anjara feno amin’izany ny tetikasa Ambatovy satria anisan’ny biby ahina ho lany tamingana, ary miady mafy hiarovana azy, ity orinasa ity.

Hatao, ny 13-15 desambra ho avy izao eto Toamasina, ny hetsika lehibe mikasika ny fiarovana  ny biby ahina ho lany tamingana ka anisan’izany ny varika. Mikarakara azy ny Vondron’ny mpikaroka mikasika ny varika eto Madagasikara (Gerp) sy ny Ivontoerana ambony mikasika ny siansa, ny tontolo iainana ary ny fampandrosoana maharitra (ISSED) ao amin’ny oniversiten’i Barikadimy Toamasina. Mahatratra 160 ny mpandray anjara amin’ity hetsika manokana ity. Ahitana vahiny, toy ny Amerikanina, Aostralianina, Soisa, Frantsay.

Mandray anjara amin’ity hetsika ity ny Tetikasa Ambatovy. Ho hita ao amin’ny tranohevany ny voka-pikarohana iarovana ny varika any amin’ny toeram-pitrandrahany any Ambatovy Moramanga.

Nambaran-dRtoa Razafindramanana Josia, tompon’andraikitry ny fiarovana ny tontolo iainana, fa fomba iray hanehoana fa haren’i Madagasikara  ny varika ka sarotiny amin’ny toeram-ponenany sy ny iarovana azy ny tetikasa Ambatovy. Nilaza ny filohan’ny Gerp, ny Pr. Ratsimbazafy Jonah, manampahaizana manokana amin’ny varika, fa zava-dehibe ity hetsika manokana ity. Mahatratra 122 ny karazana varika eto Madagasikara. Ny 10%-n’ny toeram-ponenan’izy ireo ihany sisa tavela, vokatry ny fahasimban’ny tontolo iainana.

Sajo sy Njaka A.

Midi Madagasikara48 partages

Sos santé : Une main tendue pour Rojohery

Le petit Rojohery dans les bras de sa mère.

Rojohery Randrianirina a besoin d’aide. Cet enfant âgé de six ans est tétraplégique. Malade depuis quelques années, alors qu’il était seulement âgé de six mois, l’enfant est complètement paralysé des membres, ne pouvant ni bouger ni tenir sa tête, encore moins marcher. Ses parents, après des années de lutte pour essayer de soigner l’enfant en suivant des traitements prescrits par les médecins, sont aujourd’hui complètement désespérés de ne plus pouvoir subvenir aux besoins de l’enfant dont l’état de santé ne s’améliore pas. D’après le certificat médical délivré par le médecin, l’enfant souffre d’une maladie épileptique handicapante nécessitant un traitement médical et un suivi régulier et ce, pour une période encore indéterminée. Face à cette situation, les parents, qui ont déjà épuisé toutes leurs ressources, sont anéantis. Aussi demandent-ils de l’aide à toute personne, association ou organisme pouvant apporter leur soutien à cet enfant. Les parents ne cherchent pas à recevoir de l’argent. « Ce que nous recherchons, c’est une association, un organisme ou un mécène qui pourrait parrainer notre enfant et le soutenir pour lui permettre de se faire soigner, ou tout au moins, lui permettre de vivre sa maladie décemment car nous, parents, sommes au bout de ce que nous pouvons faire pour sauver notre enfant. Nous ne savons plus que faire ni vers qui nous tourner », ont-ils affirmé, désemparés. Les parents de Rojohery, Jaquelin Randriamahery et son épouse Georgine, domiciliés à Soaniadanana Sabotsy Namehana, sont joignables aux numéros de tlphone 0329349049 et 0329349053.

Hanitra R.

Midi Madagasikara46 partages

Loi sur le développement industriel : Votée à l’unanimité par le Parlement

Depuis son « indépendance », Madagascar aura enfin une loi sur l’industrie ! Le Projet de loi sur le développement industriel (LDIM) a été voté à l’unanimité, hier au Sénat, après une même appréciation à l’Assemblée Nationale. Après de longues démarches appuyées, entre autres, par la fondation allemande FES, les industriels espèrent enfin la mise en vigueur des appuis à la création d’industrie. Parmi les grandes lignes de cette loi figurent, en effet, les incitations fiscales et non fiscales pour les industries naissantes, la mise en place de Fonds de national pour le développement de l’industrie et de l’Agence nationale pour le développement de l’industrie, la Zone d’investissement industriel qui permettent aux industriels membres de bénéficier d’abattements fiscaux, etc. Certes, ces différents avantages permettront aux industries de Madagascar de mieux affronter la concurrence, aussi bien à l’international que sur le marché local, qui reste jusqu’ici, dominé par les importations. La stabilité fiscale et douanière garantie pour une période de 20 ans figure également parmi les clauses importantes soulignées par les industriels. Pour les sénateurs, l’utilité de cette nouvelle n’est plus à démontrer.

 Antsa R.

Tia Tanindranaza38 partages

Fanaratsiana an’i Voahangy RajaonarimampianinaHo avy ny fisamborana

Na tsy misy aza ny fanehoan-kevitra mivantana ataon’ny vadin’ny filoham-pirenena Voahangy Rajaonarimampianina momba ireo resaka mivoaka amin’ny tambajotran-tserasera sy ny haino aman-jery, dia re fa tezitra mafy ny tenany.

 

 Resaka mivoaka avy any an-dapa any ny mety hisian’ny sazy henjana ho an’ireo izay tratra sy voamarina ny fisian’ny fanalam-baraka sy faniratsirana na koa fanapariahana vaovao diso hoenti-manaratsy ny vadin’ny filoha.  Tao anatin’ny andro vitsivitsy izay, sesilany ny fanehoan-kevitra toa niniana naparitaka momba ny fanadiovana sy fanatsarana azy hoe olona tsotra sy tsy mba mamaly fihantsiana, saingy ezahina rangitina hatrany. Nisy ihany koa ny mpanao politika niteny nivantana tamin’ny haino aman-jery nanadio sy nanatsaratsara azy. Tsy fantatya izy ireny na nirahina na nokaramaina na nandeha tamin’ny nahim-pony. Nanao ny azy ihany koa ny vehivavy ao amin’ny antenimierandoholona izay tsy nanonana ny anaran’ny vadin’ny filoha, saingy tombanana fa misy ifandraisany. Vontoatin’ny fanambarana izay misy sonian’i Rivo Rakotovao ny antso avo manoloana ny fanakorontanana ny saim-bahoaka amin’ny fampielezana vaovao tsy marim-pototra atao amin’ny alalan’ny fitaovan-tserasera. Nisy ny fanambaran’ny minisiteran’ny serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrim-panjakana, izay nampahatsiahy ny fanajana ny etika sy deontolojia amin’ny asa fanaovan-gazety. Noresahina manokana ny momba ny vadin’ny filoha, ary nabaribary ny mety hisian’ny fanenjehana hatrany amin’ny fitsarana manoloana ny fanelezana resaka tsy marina sy fanalam-baraka. Tafiditra ao anatin’izany ity raharaha Voahangy Rajaonarimampianina ity. Orinasa fanaovan-gazety tsy miankina iray no re fa mety tsy hamelan’ny fitondrana HVM noho ny vaovao navoakany ny fiandohan’ny herinandro teo, ary hahita raharaha aminy mihitsy ny tompony noho io resaka fanaratsiana io. Tsy ho ela ny fisamborana sy ny fanenjehana ara-pitsarana, raha ny loharanom-baovao azo, saingy tsy hay izay mety ho fiovan-javatra.

Toky R

 

L'express de Madagascar37 partages

Les allergies touchent les enfants

Les allergies sont devenues très fréquentes chez les enfants en cette période de pluie. D’après Mirana Rakotomavo, médecin chef au CSB II, en cette période  de pluie, des toux sèches et des rhumes sont constatés chez la plupart des enfants. « À part la diarrhée à cause des fruits tropicaux comme les mangues et les letchis qui inondent le marché actuellement, les allergies touchent également la majorité des enfants. Cette situation est due au manque d’ensoleillement de la maison. Quand la pluie cesse, des moisissures collent sur les murs de maison or cela n’est pas bien pour la santé. Il faut laisser la maison ouverte pour  recevoir le soleil de temps en temps afin d’éviter différentes maladies », explique-t-elle.

L'express de Madagascar36 partages

Énergie – Orange s’investit dans l’électrification rurale

Orange, fournisseur d’énergie ? Cela paraît un peu bizarre, mais ce sera bientôt une réalité. L’opérateur télécom va déployer son savoir-faire dans un programme d’électrification rurale, à partir de 2018. C’est une manière pour l’opérateur de contribuer au développement de Madagascar, avec le déploiement des kits solaires aux habitants des endroits reculés du pays. « Pour le lancement de ce projet, le village d’Andranofeno Sud, sur la RN 4, a été choisi comme site pilote », a annoncé Lanto Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, hier, à Ankorondrano.Pour mettre en œuvre sa nouvelle politique de l’énergie, ce département a lancé un appel aux investisseurs du pays pour qu’ils participent à un vaste programme d’électrification rurale. Orange Madagascar a répondu à cette volonté du gouvernement d’accroitre la part de l’énergie renouvelable dans l’électrification rurale, et de développer dans les zones enclavées une croissance économique et un développement social sur une base soutenable.

L.R.

Midi Madagasikara32 partages

Canal d’Andriantany : La CUA poursuit les travaux de dragage

La délégation de la CUA hier à Ankadimbahoaka.

Les travaux s’accélèrent. C’est pour la énième fois que l’équipe de la commune urbaine d’Antananarivo était descendue hier à Ankadimbahoaka pour associer les riverains aux travaux de dragage du canal d’Andriantany. Cette fois-ci, la mairie dont la délégation a été composée entre autres du conseiller spécial Marc Ravalomanana et du 1er adjoint Emilien Ramboasalama, travaille étroitement avec la société Madarail pour permettre à la chenille dragueuse de circuler dans certaines zones difficiles d’accès. Le système HIMO est également mis en œuvre pour certains types de travaux.

R. Eugène

Madagascar Tribune31 partages

Le régime veut rassurer

Face aux inquiétudes formulées par la société politique, la société civile et la communauté internationale, le régime Rajaonarimampianina a finalement décidé de réagir à travers une conférence de presse du ministre de la Communication. Après une convocation expresse des députés pro-régime par le Premier ministre avant-hier, ceux de l’opposition avaient haussé le ton. Ils se demandent le pourquoi de cette convocation qui selon les informations devaient concerner le cadrage juridique des prochaines élections. Textes qui devaient passer à l’Assemblée Nationale lors de cette session mais dont l’adoption a finalement été remise à plus tard.

Une session extraordinaire devra avoir lieu pour l’adoption du cadre juridique des élections et aucune pression ne pèserait sur le Parlement pour le vote du texte émanant de l’Exécutif, les députés pourront apporter des modifications aux textes si cela s’avère nécessaire selon les dires du ministre. Il semblerait également que le Premier ministre ait encore décidé de soumettre le cadre juridique des élections à des consultations au niveau des groupes parlementaire d’opposition, de la société civile et des chefs de partis politiques, afin de rassurer les potentiels candidats et les mettre sur un pied d’égalité. Le mandat de l’actuel président de la République ne se termine que le 24 janvier 2019. Aussi, si l’on se réfère à la Constitution, les élections devront se dérouler entre le 24 novembre et le 24 décembre 2018. De ce fait, il semble que le cadre juridique des élections ne passera pas devant les députés avant un certain temps. Pourtant, la Commission Électorale Nationale Indépendante a rappelé à maintes reprises la nécessité de connaitre la date des élections le plus tôt possible pour une meilleure organisation et afin d’établir un calendrier électoral adéquat.

Midi Madagasikara30 partages

« One Planet Summit » à Paris : 100 millions de dollars par an pour les pays du Sud

Hery Rajaonarimampianina présent au Sommet de « One Planet Summit », à Boulogne-Billancourt dans la banlieue parisienne.

Deux ans après l’Accord de Paris sur le Climat, issu de la COP 21, une soixantaine de chefs d’Etat et de gouvernement se sont réunis, le 12 décembre dernier, à Boulogne-Billancourt, en banlieue parisienne. L’objectif est de trouver les sources de financement pour lutter contre le changement climatique. Madagascar est signataire de l’Accord de Paris, et le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, participe aux travaux, marqués par des discussions au sein de différents panels. « One Planet Summit » se traduit par des discussions pour changer l’échelle de la finance pour l’action climat, de verdir la finance en faveur d’une économie durable, d’accélérer l’action locale et régionale en faveur du climat, et enfin de renforcer les politiques publiques pour la transition écologique et solidaire.

Transitions énergétiques. Précédant le sommet à Boulogne-Billancourt, le chef de l’Etat malgache était parmi ses pairs invités à l’Elysée par son homologue français, Emmanuel Macron. L’idée fondamentale du « One Planet Summit », initié par le chef de l’Etat français, est de trouver des moyens, sur le terrain économique, pour soutenir, entre autres, les transitions énergétiques, après la décision du président américain, Donald Trump, de retirer les Etats-Unis de l’Accord. Les pays du Nord ont promis de porter à 100 milliards de dollars par an, d’ici 2020, leurs financements climat en faveur des pays du Sud.

Recueillis par Dominique R.

News Mada28 partages

Diana : les Forces navales opérationnelles

La marine nationale reprend peu à peu du poil de la bête après des années d’hibernation due au manque de matériels de travail. Les Forces navales malgaches sont implantées en plusieurs points du littoral actuellement et peuvent se mesurer à leurs homologues des îles-sœurs.

Les deux nouveaux patrouilleurs côtiers Malaky et Tselatra des Forces navales malgaches sont actuellement en escale dans le port de Nosy Be. Les deux bâtiments ont pris la mer au départ de la Base navale d’Antsiranana, le jeudi 7 décembre, dans le cadre d’un essai de longue durée et d’une mission de mise en condition opérationnelle du personnel et du matériel.

A leur arrivée, le capitaine de Frégate Alex Ralaiarivony, chef de mission, le lieutenant de Vaisseau Edson Anahy, commandant du patrouilleur Malaky et le lieutenant de Vaisseau Samuelson Andriahasina, commandant du patrouilleur Tselatra ont rendu une visite de courtoisie aux autorités locales qui par la suite ont visité les bâtiments. Les deux navires ont quitté l’île de Nosy Be, mardi dernier, après une escale de 4 jours.

Nosy Be en point stratégique

Les Forces navales malgaches, représentées par le Détachement marine, sont déjà implantées dans cette île où elles disposent d’une vedette rapide récemment obtenue, dénommée Akio, par le biais de la coopération militaire avec le gouvernement américain. Madagascar doit sécuriser les activités maritimes inhérentes à son économie mais aussi lutter contre les trafics en tout genre, notamment le pillage des ressources marines, qui causent un préjudice de l’ordre de 500 millions USD chaque année. C’est dans ce cadre que le gouvernement américain a décidé d’offrir la vedette rapide aux Forces navales malgaches, suite à une demande formulée en 2014.

L’ambassadeur des États-Unis, Robert Yamate, a déclaré lors de la cérémonie de remise, le 22 février dernier, à Nosy Be que, munies de cette vedette rapide, les Forces navales malgaches pourront désormais aller au-delà des côtes pour remplir leur mission de protection. Il a d’ailleurs expliqué le choix du port d’attache de ce bâtiment par la densité du trafic maritime dans cette partie de Madagascar.

Manou

 

Tia Tanindranaza28 partages

Solonandrasana sy Jean Max RManahiran-tsaina ny filoham-pirenena

Raikitra ny fifanolanana sy ny fifandrahonana any an-dapa amin’izao fotoana. Antony ny fikatsahan’ny HVM handamina ny kajy politikany amin’ny alalan’ny fanoloana tompon’andraikitra ambony eto amin’ny firenena.

 

Efa nisehoan’izany ny teo anivon’ny antenimierandoholona, ka nanesorana an’i Honoré Rakotomanana sy nametrahana an’i Rivo Rakotovao. Efa tonga hatrany amin’ny antenimieram-pirenena sy ny praiminisitra io resaka io, saingy tsy mety tanteraka hatreto. Ny teny Tsimbazaza moa dia efa novoizina ny hanonganana an’i Jean Max Rakotomamonjy, avy eo nivadika tany amin’ny Birao maharitra manontolo, ary niafara tamin’ny ampahany tamin’ny birao maharitra, no tokony hesorina. Nangina tanteraka iny resaka iny. Ny mikasika ny praiminisitra ihany koa torak’izany hoe amin’ity volana desambra ity no tsy maintsy hesorina i Mahafaly Solonandrasana Olivier, araka ny loharanom-baovao avy any anaty lapa any, saingy mbola eo ihany aloha. Hatreny Tsimbazaza no nisian’ny depiote iray efa nitarika an-kolaka ny rehetra hanongana azy saingy nangina. Tsy ny praiminisitra ihany fa mpikambana maro ao anatin’ny governemanta. Olona ao anaty fitondrana ao ihany no voalaza fa mpaniraka sy mpanakarama. Efa nivoaka ny resaka fa ny jeneraly Ralala Roger Sekretera jeneralin’ny fiadidian’ny Repoblika no mety hasolo azy.

Valy bontana

Tsy mipetra-potsiny ihany koa anefa ireo olona voaresaka fa mamaly bontana. Valin-tenin’ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier hatrany ny hoe: asa no hasolonay ny fanakianana, izay milaza fa miasa sy manao ny andraikiny ka tsy azo esorina. Tsy hanaiky akisaka tsimoramora tahaka ny praiminisitra teo aloha Jean Ravelonarivo i Solonandrasana Mahafaly izay mahalala zavatra maro momba ny fitantanan’ny HVM ny firenena. Maka tsy taitra koa i Jean Max Rakotomamonjy, olon’ny Leader Fanilo lasa nanohana HVM ary tsy hanaiky ny hikitikitihana azy eny Tsimbazaza. Sahiran-tsaina ny filoham-pirenena sy ireo mpiara-miasa aminy amin’ireo ngeza lahy roa ireo, izay tsy dia atokisana intsony ho namana kanefa tsy azo atao fahavalo ihany koa.

Toky R

 

Tia Tanindranaza27 partages

Vaky ny fonjan’IkongoGadra 120 tafatsoaka

Korontana tsy nifankahitana ny tany Ikongo omaly. Nandritra izany no nahavaky ny fonja any an-toerana, izay misy gadra manodidina ny 120 eo ho eo.

Sambany teo amin’ny tantara

Tranga tsy dia fahita firy ny toy izao, ary sambany teto Madagasikara ny nisian’ny vaky fonja nataon’ny olona maro avy ety ivelany, ka nahatafaporitsaka olona an-jatony. Ny volana novambra 2016 kosa no nisian’ilay gidragidra fitakiana fitsaram-bahoaka tao Mampikony, izay nisian’ny fitifirana nahafatesana olona iray mihitsy. Tovolahy 21 taona voarohirohy ho namono tovovavy 18 taona ny 19 novambra ihany koa tany Tsaratànana notakian’ny olona hatao fitsaram-bahoaka, ka raikitra ny sakoroka teo amin'ny biraon'ny zandary, izay nisian’ny fahatifirana tsy nahy ny raim-piaianakaviana iray teo amin’ny tongony mihitsy. Miha romotra ny olona, indrindra fa amin’ny resaka vono olona ary tsy te hahalala izay lalàna any intsony. Mila mandefa saina lavitra anefa satria mety ho tondro molotra no hamonoana olona, ary helohin’ny lalàna izany. Anisan’ny antony tsy fahatokisana manampahefana toy ny mpitandro ny filaminana, mpitsara,… noho ny resaka kolikoly, ka mila finiavana fampisehoana ezaka amin’izy ireo ny fisorohana ny zavatra tahaka izao.

Toky R

 

Midi Madagasikara26 partages

Lois électorales : Frustration des députés pro-régime

Le gouvernement continue d’entretenir le mystère sur les contenus des trois avant-projets de loi sur les élections.

Les députés pro-HVM ont été consultés par le gouvernement sans qu’ils aient vu les contenus des trois avant-projets de loi sur les élections.

L’initiative est louable, notamment après les dénonciations des partis politiques et des entités de la société civile au sein du CVDE (Comité de Vigilance Démocratique pour les Elections). Avant-hier, le gouvernement conduit par le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a réuni au DLC Anosy des députés membres de la mouvance présidentielle. A l’ordre du jour unique a figuré la consultation sur les avant-projets de loi sur les élections dont ceux relatifs au régime général des élections et des référendums ; à l’élection du président de la République ; et à l’élection des députés de l’Assemblée nationale. La démarche du gouvernement a cependant frustré les députés présents au DLC Anosy car les contenus de ces projets de texte ne leur ont pas été dévoilés durant les débats. Ce qui ne leur a pas permis de faire des propositions concrètes et adéquates pour améliorer les projets de texte en question. Les députés pro-régime ont connu avant-hier le même sentiment de déception que les partis politiques et les entités de la société civile qui ont été conviés le 26 octobre 2017 au Carlton à l’atelier de restitution des travaux du comité interministériel chargé de la révision de l’encadrement juridique du processus électoral malgache. Qu’est-ce que le gouvernement dissimule dans les trois avant-projets de loi sur les élections ?

Dilemme cornélien. Indépendamment de cette approche inquiétante du gouvernement, un dilemme cornélien s’est dégagé avant-hier au DLC Anosy : référendum ou non avant l’adoption de ces projets de loi sur les élections par le Parlement ? Le gouvernement a fait un constat selon lequel l’article 47 de la Constitution pose une contrainte de temps dans l’organisation du 1er tour et du 2e tour de la future élection présidentielle. Cet article 47 de la Loi fondamentale stipule que: « L’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du président en exercice. » A s’en tenir à ces dispositions constitutionnelles, les deux tours de l’élection présidentielle devront être organisés entre le 24 novembre et le 25 décembre 2018, pour que le nouveau président élu puisse être officiellement investi le 25 janvier 2019. Est-ce possible ? Si non, un référendum devant amender l’article 47 de la Constitution s’impose avant l’adoption de tout projet de loi organique sur les élections au Parlement. On a appris hier que le CENI comparaîtra devant les députés ce jour à Tsimbazaza. Ce sera une séance d’information sur les activités en cours de cette commission électorale dans le cadre des préparatifs des prochaines élections.

R. Eugène

Midi Madagasikara26 partages

Mise en place des BIC : Vers l’amélioration de l’accès au crédit

Quatre projets de lois élaborés par le ministère des Finances et du Budget ont été votés durant la seconde session parlementaire.

La loi sur le contrôle des établissements de crédit et la loi régissant l’activité et le contrôle des Bureaux d’information sur les crédits (BIC), ont été votées hier au Sénat. L’objectif de ces nouveaux textes, selon le ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona, est d’améliorer l’accès au crédit dans le pays. En effet, un BIC a pour rôle de fournir des informations aux établissements de crédits, telles que les banques et les institutions de microfinance, pour faciliter leurs analyses de risque. Selon le gouverneur de la Banque centrale, un rapport de solvabilité fourni par les BIC devrait coûter environ 15.000Ariary. Ce rapport permettra de savoir si une personne a la capacité ou non de contracter un emprunt. Bref, ce nouveau bureau – qui pourrait être géré par le secteur privé avec une participation privée au capital, limitée à 49% – permettra aux individus ou entreprises solvables d’obtenir facilement du crédit pour financer leurs projets.

Antsa R.

Midi Madagasikara25 partages

Antananarivo, une vitrine à l’image dégradée

Pour les Tananariviens, l’image de désolation présentée  par leur ville en ce moment reflète cette dégradation de leurs conditions de vie depuis plusieurs mois. Certes, ce sont les intempéries qui mettent à mal toutes les infrastructures de la Capitale, mais ces chaussées défoncées et ces rues  avec des nids de poule reflètent  la défaillance de tout le système, tous les dirigeants étant mis dans le même sac. La population qui doit lutter pour sa survie subit ce nouveau calvaire avec la résignation et le fatalisme qui lui sont coutumiers.

Antananarivo, une vitrine à l’image dégradée

Les précipitations abondantes de ces derniers jours ont mis à jour les défaillances de l’entretien de la Capitale. Il n’est pas question de pointer du doigt expressément  les autorités municipales, mais les travaux de réfection de rues sont de leur ressort. Les fortes intempéries ont  très vite mis à nu le mauvais entretien des différentes artères. La CUA  a beau jeu affirmé qu’elle ne dispose pas des fonds que devrait lui allouer le pouvoir central et on doit aussi admettre que ce dernier a sa part de responsabilité dans cette affaire. Ce sont des embouteillages monstres qui ralentissent le trafic en ville, les voitures se déplaçant difficilement  à cause des énormes trous apparus un peu partout. L’engorgement des canaux d’évacuation  provoque les inondations de certains  quartiers. L’amoncellement des ordures que les agents de la SAMVA peinent à ramasser s’ajoute à tout le désordre régnant  dans la ville. On est en droit de dire qu’il s’agit des problèmes d’Antananarivo et que cette dernière n’est pas Madagascar. Mais c’est la vitrine de la Grande Ile et les observateurs étrangers ont tôt fait de juger le pays à travers l’image de cette ville des mille. Aujourd’hui, on se rend compte de la lente descente aux enfers de la nation malgache. Elle n’a pas encore touché le fond et il n’est pas trop tard pour réagir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara22 partages

Cemes Betongolo : Le dernier concert de Tselatra pour cette année !

Tselatra va donner un concert au Cemes Betongolo demain soir. Le dernier pour cette année (photo d’archives)

Demain soir, Erick et sa bande vont investir le Cemes Betongolo pour faire revivre cette ambiance très « rock » avec laquelle le public l’a connu. Le dernier concert du groupe pour cette année.

Avancer et se surpasser, encore et toujours ! Après le fiasco que Tselatra a vécu, ou plutôt subi, à Antsahamanitra en août dernier, il revient à nouveau sous les feux des projecteurs pour faire résonner sa musique et prouver que non, il n’est pas un novice et excelle dans son domaine. « Le dernier évènement auquel nous avons participé a été un total fiasco. On était au grand complet. Nous étions prêts à mettre le feu mais les organisateurs n’ont pas tenu leur promesse. Il n’y avait aucune installation. La scène était dépourvue de décoration, totalement nue. Il n’y avait pas eu de sonorisation. Ce fut une véritable catastrophe ! C’est nous qui avons payé les conséquences de ce manquement professionnel », a fait savoir Erick. Ce jour là, l’organisateur avait effectivement disparu d’Antsahamanitra et le groupe dut faire face à la colère du public qui s’attendait à être surpris. En véritable pro, Erick et sa bande sont restés jusqu’au bout pour assurer le show. Un mauvais souvenir et surtout une mauvaise expérience qu’Erick et ses amis ne veulent plus revivre.

Organisation. Pour son dernier concert de l’année, Tselatra a donc décidé de prendre les choses en main. « Nous allons nous assurer que tout se déroule à la perfection. Nous avons pris en main l’organisation de A à Z pour éviter de revivre les mêmes problèmes que la dernière fois ». La sonorisation et la lumière seront assurées par Kiki. Erick et sa bande vont par contre donner le meilleur d’eux-mêmes pour que ce show reste longtemps dans les mémoires. Erick sera bien évidemment là. Il sera accompagné des autres musiciens et membres fondateurs : Papatre à la basse, Poune à la guitare solo, Tita à la guitare rythmique, Tovokely au clavier, Eric à la guitare acoustique et Zozo à la batterie. Le répertoire pour ces grandes retrouvailles ne sera composé que des grands succès. Un show à apprécier sans aucune modération, d’autant que ce sera le dernier concert du groupe pour cette année. Avis aux amateurs !Mahetsaka

Midi Madagasikara20 partages

« Jery Lavitra ho an’i Madagasikara » : La destruction créatrice pour un Madagascar fort

Le mouvement JLM appelle les citoyens à « renforcer les rangs du mouvement » afin de relever les nombreux défis qui attendent Madagascar

Parlons économie. Nous ne sommes pas sans savoir que Madagascar ne brille pas dans les différents classements mondiaux en matière de développement, de respect des droits humains et de l’Etat de droit, de sécurité, de nutrition, etc. La liste est loin d’être exhaustive. Mais ce n’est pas tout. Le pays connait, depuis toujours, une torpeur économique indénouable ; responsable, en partie, de cette extrême pauvreté voire de cette misère nonobstant, paradoxalement, les richesses de l’île. Basta ! Le mouvement « Jery Lavitra ho an’i Madagasikara » (JLM), créé en juillet 2017 par Rado Ratobisaona – coordonnateur du Crem (Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar) veut mettre un terme non seulement à ce marasme économique mais aussi et surtout « aux pressions des impérialistes et oligarques » ainsi qu’à « l’incompétence de la classe politique ». A ce titre, le mouvement JLM met en exergue l’équité et la justice sociale en investissant sur le capital humain. Le principal objectif, d’après les explications que nous avons reçues, étant « une meilleure allocation, une redistribution et des créations de ressources à Madagascar ».

Destruction créatrice. Le mouvement veut surtout rompre avec les mauvaises pratiques du quotidien qui achoppent au développement. C’est la raison pour laquelle il soutient le paradigme de « la destruction créatrice », pour « un Madagascar fort ». Mais comment y procéder ? Le 9 juillet dernier à Ambatofotsy, les membres du JLM se sont retrouvés pour fixer les valeurs, les missions ainsi que les perspectives du mouvement. Au préalable, il a été décidé qu’il fera partie du monde politique malgache. Pour ce faire, il procèdera, « dans les plus brefs délais », à la transformation du mouvement en parti politique. La prochaine étape, qui se joue sur le long terme,  consistera en l’éducation et la sensibilisation des citoyens tout en « vulgarisant » le projet de société dont le mouvement JLM se dote d’ores et déjà. Tout cela, dans une perspective électorale.

Aina Bovel

Midi Madagasikara19 partages

Tour de Mada cycliste : Les Angolais dictent leur loi !

L’étape du Tour de Mada cycliste d’hier reliant Manakara à Mananjary a encore permis aux Angolais d’asseoir leur suprématie. Et que le mouvement de révolte des Malgaches n’a rien donné. 

Coup dur pour les coureurs malgaches relégués au second plan par ces diables d’Angolais manifestement venus pour tout rafler.

On avait cru presque naïvement que Bruno César et ses camarades avaient ouvert la voie mais c’était évidemment une fausse piste. Mais c’était tout de même bon à prendre car pour la première fois, les Malgaches s’imposaient dans les rushes et les prix de montagne.

Il y avait d’abord Roger Randrianambinina pour le premier rush et le second pour Dama Miarantsoa à Iron droite à la suite d’une échappée.

Montées C’est le moment attendu par la cavalerie angolaise pour placer son attaque. Et à moment, ils étaient cinq Angolais sur le devant. C’est donc en conquérant que Bruno César signe sa seconde victoire d’étape. Il était suivi par son compatriote Mario Bruno laissant ainsi la troisième place au Hollandais Win Botman. Un troisième Angolais finissait au pied du podium en l’occurrence Rui César.

Vinrent ensuite les trois meilleurs Malgaches de ce Tour donc Mazoni Rakotoarivony, Dama Miarantsoa et Houlder Mohammed.

L’étape du jour reliera Irondro à Ambohimahasoa avec ses montées qui conviennent mieux aux aptitudes des coureurs malgaches. Mais c’est seulement en théorie car en pratique certains Angolais ont un talent de grimpeur. Dur, dur.

Clément RABARY

Midi Madagasikara17 partages

FIVMPAMA : Deux nouvelles branches en Atlantique et Grande Bretagne

Les membres du bureau du FIVMPAMA Atlantique

Le Groupement du patronat malgache renforce sa présence à l’international en étendant son réseau dans l’Ouest de la France et Outre-Manche.

Preuve de l’engouement croissant de la diaspora malgache, deux nouvelles branches internationales du FIVMPAMA ont été inaugurées le week-end dernier. Le FIVMPAMA Atlantique a mis en place le vendredi 8 décembre à Nantes son bureau. Avec pour présidente, Jackie Sutter Randriantsoa ; vice-présidente, Tsiory Rakotondratsito ; SG, Volatiana Rahaga ; et trésorier, Joël Louis. Le lendemain 9 décembre, ce fut au tour du FIVMPAMA-United Kingdom à Londres d’ériger son bureau présidé par Solo Raharijaona et composé de Hanitra Andriantavy, trésorière et Naly Rakoto Ravalontsalama, secrétaire. Tous les nouveaux membres voient dans l’initiative internationale du FIVMPAMA une opportunité pour la diaspora de s’organiser et de se structurer en vue de rendre ses investissements productifs et de participer de manière plus effective au développement du pays.

6 pays. Les nouvelles antennes rejoignent la grande famille internationale du FIVMPAMA qui est aujourd’hui présente dans six pays : France et La Réunion, Etats-Unis, Canada, Allemagne, BENELUX, Seychelles. Avec la plus importante communauté malgache à l’extérieur, la France voit des branches se développer à l’échelle départementale. Tout au long du mois de novembre, des antennes ont ainsi été mises en place à Nice pour les Alpes-Maritimes et à Orléans pour le Loiret.

5000 membres. Le déploiement international du FIVMPAMA qui continue avec ces deux nouveaux ancrages, a pour but de mobiliser la diaspora malgache à œuvrer pour le développement du pays. Le groupement du patronat malgache entend jouer son rôle de catalyseur pour permettre à tous les acteurs de s’engager dans une dynamique vertueuse et productive, en soutien au développement économique de Madagascar. Il offre un cadre d’échanges propice aux partenariats les plus divers avec ses 5.000 membres locaux. Pour faciliter les collaborations futures, le FIVMPAMA travaille ainsi à la mise en place d’une plateforme numérique qui sera mise à la disposition de tous les membres nationaux et internationaux.

R.O

Midi Madagasikara16 partages

ALAOTRA MANGORO ; Marovitsika Moramanga : Tsy manana antoka ho amin’izay trano fonenany ny mponina

Tany mirefy 5.392ha no voalaza fa an’ny orinasa féculerie de Marovitsika, raha ny nambaran-dRamatoa Soanera Gabrielle epouse Moderin tamin’nympanao gazety, ny  12 desambra 2017, tao amin’ny efitrano fiasany tao amin’ny fokontany Marovitsika, kaominina Belavabary, distrikan’i Moramanga . Efa tamin’ny taona 2013 no efa tsy nihodina intsony ity ozinina ity, noho ny fahanteran’ireo fitaovana ao anatiny sy ho fitandrovana ny ain’ireo mpiasa. Mamboly zanakazo 70.000 isa isan-taona kosa no tanjon’izy ireo ho fiarovana ny tontolo iainana. Mandray fisotroan-dronono eny amin’ny CNAPS kosa izay mpiasa nahafeno ny fepetra. Tsy nandroaka ireo mponina efa niasa sy nonina teo hatramin’izay kosa izy ireo fa misy hatrany ny taratasy havaozina isan-taona omen’ireo mponina ny mpitantana ny orinasa amin’ny maha tanin’ny orinasa vita baorina azy. Ireo no nambaran’ny solontenan’ny mpadova. Etsy ankilany kosa ireo vahoaka maro an’isa dia nanambara fa iharan’ny tsindry hazo lena ary tsy mandry fahalemana mahakasika ny fivelomana ataon’izy ireo andavanandro. Misy amin’izy ireo no teraka tao ary efa mahatratra 80 taona amin’izao fotoana izao satria efa tao hatramin’izay ny ray aman-dreniny. Mitaintaina hatrany izy ireo manodidina izany satria efa nandao ny toerana nisy azy hatramin’izay ka efa teo no nitoetra ary namelona ny tany. Mipetraka ny ahiahy raha toa ka misy ny fiovam-pitantanana ka hanala azy ireo any aoriana, izay efa taranaka fahadimy ankehitriny. Miantso ny tompon’andraikitra mahefa izy ireo hijery akaiky ny toe-draharaha.

CATHY

Midi Madagasikara15 partages

BNGRC : Tout est prêt pour faire face à la saison cyclonique.

La saison cyclonique avance et les différents risques avec. Le BNGRC annonce que des dispositions ont été prises pour y faire face.

Les prévisions météorologiques de cette année indiquent que les précipitations sont supérieures à la normale. Les mêmes prévisions de prévoir que la Grande Ile pourrait faire face à au moins deux cyclones. Les risques de dégâts aussi bien matériels qu’humains sont considérables. Des risques à prendre au sérieux et qui sont ressentis par les Malgaches. Interrogé sur les mesures prises pour limiter les pertes causées par les catastrophes naturelles ou encore celles produites par les faits de l’homme hier, le Secrétaire Executif du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) s’est voulu rassurant en annonçant que “ tout est prêt pour faire face aux catastrophes ”. Le numéro Un du BNGRC d’ajouter que “ des mesures ont été prises durant l’hiver pour faire en sorte que les populations soient mieux protégées ”. Lesdites mesures correspondent aux renforcements de capacités des agents du BNGRC et des populations locales, à la dotation de matériels et d’équipements aux collectivités territoriales ou encore à la capitalisation des acquis.

Peste. Le secrétaire exécutif du BNGRC a également mis l’accent sur la vigilance quant au risque de réapparition de la peste. “ Les efforts menés pour contenir la peste ont été fructueux. Nous avons pu contenir l’épidémie de peste pulmonaire qui a sévi. Il faut toutefois être vigilant quant à d’éventuelle réapparition de la maladie ” a-t-il fait savoir. Et lui d’ajouter que la saison pesteuse n’est pas encore terminée et que le circulation humaine, notamment les déplacements à travers les régions peuvent provoquer une éventuelle apparition de la maladie.

José Belalahy

Midi Madagasikara15 partages

Tranovato Ambatonakanga : Concert de Noël sous le signe de l’amour

La chorale « Orimbato » célèbrera ses 45 ans d’existence

Chanter pour Dieu « Car Il est amour ». Tel est le leitmotiv de la chorale Orimbato Tranovato Ambatonakanga pour son concert annuel. Histoire de mettre du baume au cœur des passionnés de chants lyriques                            

Répandre l’amour et la bonne nouvelle sont toujours les principales missions en ces temps de fête. Pour La chorale « Orimbato », cette période de l’année est toujours une occasion de partager l’art et la compassion en même temps. Le 17 décembre, place aux grands classiques du répertoire de Noël malgache. La formation entamera un concert au temple Fjkm Tranovato Ambatonakanga, histoire de donner un avant-goût de la célébration des 45 ans de la chorale pour l’année à venir.

A travers 16 titres, sous la direction de Fabrice Razafimamonjy, la Chorale « Orimbato » développera ce thème sous différents aspects en faisant revivre en première partie des chants de Noël. Les compositions des maestros comme Ramboatiana Chef de Chœur de la Chorale de la Primature de l’Epoque Royale, seront mises en exergue. De même, Naka Rabemanantsoa, célèbre compositeur de chants théâtraux sera en mémoire grâce à son titre très connu « Voninahitra ho anao». Entre autres, citons Naly Rakotofiringa, pionnier des chants de variétés malgaches des années 50, pour son titre « Fahiny» un chant de noël en duo mais arrangé en polyphonie en 1998 par Jacques Ramanamirija pour la Chorale « Orimbato ».

La deuxième partie verra l’interprétation des incontournables comme « Carol of the bells », « Il est né le divin enfant » mais aussi des tubes repris en version malgache tel que « For God so loved the world » de GF Haendel. Un moment privilégié et aussi riche culturellement car la Chorale « Orimbato » a fait appel à des collaborateurs pour l’authenticité de cette représentation, « Valiha tory folo » s’assurera de l’entracte.

Maharindra Aina

Midi Madagasikara12 partages

Budget participatif : Plus de 200 communes adoptent la démarche

Atelier de capitalisation des expériences en budget participatif, au Carlton Anosy.

250 acteurs dont 184 maires se réunissent au Carlton Anosy pour la capitalisation des expériences. Inclusivité, transparence, état de droit, efficacité et efficience, sont les avantages du budget participatif, d’après les témoignages.

Faire de grandes réalisations avec peu de moyens ! C’est la possibilité offerte par la pratique du budget participatif, selon le Réseau malgache des communes qui pratiquent cette démarche (Réseau BP). « Avec 9 millions d’Ariary, nous pouvons réaliser des travaux jusqu’à une valeur de 24 millions d’Ariary, grâce à la participation des bénéficiaires, depuis la conception du projet jusqu’à son exécution », a affirmé Christian Rakotobe Andrianaivo dit Boni, président du Réseau BP, également maire d’Alakamisy Fenoarivo. Cette optique est partagée par les maires qui participent à l’atelier qui se tient les 13 et 14 décembre à Anosy avec l’appui de la Coopération allemande (GIZ). En effet, le budget participatif a été lancé à Madagascar en 2004, initié par la commune d’Ambalavao Atsimondrano et s’est immédiatement étendu sur quatre régions, grâce à son efficience.

Tache d’huile. Jusqu’à aujourd’hui, le réseau BP poursuit la sensibilisation et l’accompagnement des communes pour vulgariser cette approche participative. « Dans cette démarche, il y a bien évidemment la concertation avec la population locale pour l’élaboration d’un projet. Un comité d’exécution et un comité de suivi-évaluation sont ensuite constitués pour la mise en œuvre. Les bénéficiaires apportent dans ce cadre des participations en nature ou en numéraire. C’est pour cela qu’il est possible de faire de grandes choses, malgré les moyens limités », a expliqué le président du Réseau BP. Ce concept, déjà pratiqué dans de nombreux pays, fera certainement l’objet de coopération décentralisée avec les opportunités qui se présentent aux communes durant les 2e Assises franco-malgaches qui se tiendront à Antananarivo du 5 au 7 mars 2018.

Antsa R.

Midi Madagasikara11 partages

Participation des jeunes à la politique : Des actions concrètes en gestation !

Les panelistes qui ont animé la conférence-débat, mardi dernier à l’Hôtel Panorama Andrainarivo

Nonobstant les nombreux défis qui les attendent, les jeunes vont prendre en main la vie politique, s’y impliquer davantage et amorcer le changement.

Si, à Madagascar, le nombre des partis politiques dépasse les 100, leur apport ainsi que leur véritable engagement pour le développement de Madagascar restent plus ou moins évidents. Un secret de polichinelle. Les partis politiques – depuis toujours – existent pour servir leurs intérêts sans tenir compte de leurs obligations sacrosaintes (article 26 de la loi n°2012-011 relative aux partis politiques), entre autres le respect scrupuleux de la Constitution, des lois et règlements en vigueur, la participation active à la moralisation de la vie publique, la sensibilisation des citoyens à participer à la vie publique et politique ainsi que la redevabilité. Mais si les années précédentes ont été loin d’être fructueuses et propices au développement de Madagascar, compte tenu du nomadisme politique des politiciens égocentriques, l’heure est au changement et place aux jeunes.

Une année prometteuse. Lors de la conférence-débat organisée mardi dernier à l’Hôtel Panorama Andrainarivo, dans le cadre du Sommet National des Jeunes qui se termine demain, les jeunes ont affiché une vive détermination à l’idée de s’impliquer davantage et dorénavant dans la politique. Axée sur le thème « Participation des jeunes à la vie politique : les jeunes sont-ils prêts à relever les défis ? », la plupart des participants ont répondu positivement à la question, tout en reconnaissant que, justement, les défis ne sont autres que herculéens. Le débat a été chaud et riche en échanges. Par exemple, si Alban Rakotoarisoa, l’un des panelistes, a soutenu que « l’APM évite de favoriser le culte de personnalité et les mauvaises pratiques politiques habituelles », l’un des jeunes de la région d’Amoron’i Mania a répliqué que « c’est le même refrain chanté depuis toujours ». Il en est de même pour un autre participant qui a mis en avant l’idée de « révolutionner et de prendre le pouvoir par la force ». Mais Alban Rakotoarisoa a soutenu que « le coup d’Etat n’est plus une solution, il faut utiliser les méthodes non-violentes». Illustrations sont ces propos mais l’issue du débat d’hier revêt un caractère prometteur. Un peu de plaidoyer, de vigilance, ou de l’action prompte dans un certain sens, l’année 2018 – celle des prochaines échéances électorales – s’annonce faste et active pour les jeunes.

Aina Bovel

Midi Madagasikara10 partages

« Habaka ankisôma» : Le coup d’envoi de la 15e édition lancé aujourd’hui

La Compagnie Rary en restitution

Restitution annuelle de la compagnie Rary, « Habaka ankisôma » en est à sa 15e édition. Le festival de danse rassemble environ 15 compagnies et une dizaine de chorégraphes sur la même plate-forme. Pendant 3 jours, le « Tahala Rarihasina » et « Manjaka Ilafy » seront les théâtres du déroulement de l’évènement

D’autre part, « Habaka ankisôma » a pour mission de promouvoir les jeunes créateurs et donc de créer des espaces où leurs œuvres seraient visibles. Ce festival a été créé en grande partie, il y a quatorze ans, dans ce sens. Aujourd’hui, avec le concours des lieux où la danse contemporaine est enseignée tout le long de l’année, la compagnie Rary a la possibilité d’offrir un circuit de diffusion pendant une semaine en transformant des espaces de formation en scènes de diffusion.

Autrement dit, le festival « Habaka Ankisôma » offre aux artistes l’opportunité d’effectuer des tournées aux alentours de la Capitale tout en maintenant la programmation habituelle dans le cœur de Tana. Exceptionnellement, ces lieux de formation deviennent une plate-forme multidisciplinaire de rencontres regroupant des spectacles vivants ou non d’artistes professionnels et amateurs. Pour les professionnels, c’est l’occasion de présenter leurs dernières créations et de rencontrer les nouveaux talents. Pour les artistes amateurs, c’est un tremplin pour accéder à la scène professionnelle.

Maharindra Aina

News Mada9 partages

Hiragasy – Rainitelo : hivoaka ny DVD « Ny vola tsy ratsy fa… »

Anisan’ny ezaka goavana vitan’ny mpamokatra rakikira sy ny tarika mpihiragasy ny famoahana tsy tapaka rakitsary. Iray amin’ireny ny hivoahan’ny DVD renihira « Ny vola tsy ratsy fa ny olona ihany no antony », sanganasan’ny tarika Rainitelo avy any Andohavary. Raha ny nambaran’i Dadafara Lt Production, hivoaka ny talata 19 desambra izao ity rakitsary na DVD ity.

« Manokana izy ity satria manana ny mampiavaka azy, indrindra teo amin’ny lafiny teknika », hoy i Dadafara. Nohazavainy tamin’izany fa ny hitiavan’ny olona rehetra ny hiragasy no anisan’ny tanjona sy niteraka izao fandraisana sary sy feo anisan’ny faran’izay raitra izao. « Esorina tanteraka ao anatin’ny eritreritry ny olona ilay fisainana manao hoe :  tsy mahavita zavatra tsara loatra ny tontolon’ny hiragasy. Porofoinay amin’ity DVD misy ny sanganasan’ny tarika Rainitelo Andohavary ity fa manara-penitra sy sahy miatrika ireo heverina fa vokatra manana kalitao tsara ny vokatra hiragasy », hoy hatrany izy.

Raha ny fanazavany hatrany, nampiasana fitaovana avo lenta tokoa ny nakana ny sary sy ny feo.

HaRy Razafindrakoto

Midi Madagasikara9 partages

Open des femmes boulistes : Demain au Paddock à 9h00

Près de 24 équipes sont attendues ce jour pour la première étape de l’open de l’association des femmes boulistes d’Analamanga. Se jouant sous l’égide de la ligue d’Analamanga de pétanque, il s’agit d’une compétition reportée à cause des « vacances de peste ». La phase finale est prévue pour ce 30 décembre au paddock Mahamasina.

Le programme

15 décembre 2017

Phases éliminatoires et phases directes

Lancement de bouchon à 09h00

Passant : 24 premiers

22 décembre 17 : deuxième étape

30 décembre : grande finale

Pour les 48 passants sans modification ni changement de joueurs

Les lots

1ers : Deux réfrigérateurs

2es lots : Deux téléphones portables S8

3es lots : 4 téléphones portables de marque

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara8 partages

Amoron’i Mania : 151 bovidés mis en fourrière par le groupement de la gendarmerie.

Les éléments forts du groupement  de la gendarmerie d’Amoron’i Mania ne chôment pas dans la lutte contre le grand banditisme en milieu rural. Des efforts qui comme à chaque occasion, ne manquent pas d’éloges avec la saisie ces derniers mois, de nombreux armes et des quantités de munitions des mains de ces bandits de grand chemin, appellés communément les « dahalo », plus particulièrement dans le district d’Ambatofinandrahana et Manandriana dans la partie ouest de la région.

Gestion des limitrophes. La semaine dernière, des éléments du groupement de la gendarmerie d’Ambositra, lors d’une mission de sécurisation dans le cadre de la gestion des  limitrophes en collaboration avec  les populations, ne sont pas retournés bredouilles. 151 bovidés ont été appréhendés, lors des différents  accrochages  avec ces bandits et ont été placés en fourrière à Ambositra. La gendarmerie attend donc les éventuels propriétaires de ces bovidés munis des pièces justificatives avant de les remettre.

Calme précaire. Depuis un certain temps, un calme précaire règne dans la partie ouest de la région d’Amoron’i Mania, a fait savoir les habitants. Ceci à cause des opérations  hélio-portées  menées par les forces de l’ordre dans la région de Haute Matsiatra et d’Amoron’i Mania. Et les habitants de souhaiter  une  amélioration constante de la situation pour pouvoir affronter sereinement la campagne culturale à laquelle  ils devront faire face. Ces habitants également de réitérer sans cesse que ces forces de l’ordre soient dotées des moyens humains, financiers et matériels nécessaires à leurs missions, pour mieux affronter  l’ennemi qui sans cesse évolue en matière de stratégie, d’armement et d’effectifs.

Tribunal. Côté des instances judicaires au niveau du tribunal de première instance d’Ambositra, des efforts sont ressentis dans la recherche de crédibilité auprès des justiciables, bien que beaucoup reste encore à faire dans la lutte contre la corruption au niveau de chaque juridiction. Toutefois  un magistrat de spécifier que les juges dans leurs décisions sont soumis au code de procédure pénale qui parfois semble créer l’ambigüité  dans les rangs des victimes et engendrer des mécontentements. Bref,  «  nul n’est sensé ignorer la loi » recommande un adage bien connu mais difficilement acceptable pour les communs des mortels.

Anastase

News Mada7 partages

Espace Riantsoa : un concert empreint de solidarité s’annonce

Noël approche à grands pas. Pour l’occasion, Bodo, Iary, Tovo J’hay, et Rossy et Nanie vont donner un concert caritatif, ce 22 décembre, à l’Espace Riantsoa Andrefan’Ambohijanahary, au profit des enfants hospitalisés.

Si certains artistes privilégient les tournées sous d’autres cieux en cette période de fêtes de fin d’année, d’autres restent fidèles à leurs inconditionnels de la capitale. Pour cette belle brochette d’artistes, c’est dans le social qu’elle se lance avec notamment une soirée caritative.

Au-delà d’une simple représentation, ce concert permettra à nos artistes de lancer un regard particulier à l’endroit des enfants malades au Centre hospitalier universitaire mère-enfant de Tsaralalàna (Chumet). En fait, une partie du fonds récolté à l’issue de cet événement servira à soutenir des actions sociales pour redonner le sourire à ces enfants, à l’occasion de la fête de la Nativité.

Une épopée musicale

Cette soirée s’annonce éclectique à plus d’un titre.  Du soul en passant par du Rnb, du pop du rock et de la musique variété, ce sera un voyage à travers les rythmes que ces stars de la musique malgache proposeront aux noctambules.  Chaque chanteur aura 30 minutes de prestation, toutefois, ces artistes interpréteront des titres bien connus en duo durant quelques tours d’horloge   .

Absente depuis 7 ans sur la scène nationale, Nanie a fêté tout au long de l’année son retour sous le feu des projecteurs, outre un anniversaire particulier, son quart de siècle sur scène.

«Nous avons soufflé nos 25 bougies sur les planches du Carlton au mois de février. S’est ensuivie une tournée aux quatre coins de la Grande île. Après novembre en duo, le temps duquel j’ai partagé le micro avec Bodo, cette soirée à l’Espace Riantsoa va couronner le tout», détaille la chanteuse de «Hiraina», qui s’attelle également à la préparation de son quatrième opus, dévoilé l’année prochaine.

Joachin Michaël

 

L'express de Madagascar7 partages

Coopération – Des investisseurs japonais attendus

Le Jetro va mener une mission commerciale à Madagascar au mois de mars. Plusieurs membres du secteur privé japonais vont faire le déplacement.

Suite logique. La tenue de l’évènement Madagascar Japan Business Forum dans la capitale japonaise, à Tokyo, le 5 décembre, a reçu un écho positif de la part des investisseurs japonais. Une mission d’affaires organisée par le Japan External Trade Organisation (Jetro) est attendue au mois de mars, à Antananarivo. Certains opérateurs, selon les informations obtenues auprès de l’Economic development board of Mada­gascar (EDBM), n’atten­draient pas cette mission commerciale pour s’investir dans le pays. « Des opérateurs japonais viendront à Madagascar en janvier afin de créer leurs sociétés », a déclaré Eric Robson Andriamihajama­nanirina, directeur général de l’EDBM.Les investisseurs semblent s’intéresser à saisir cette opportunité d’investissements. L’engouement des opérateurs japonais à ce forum le témoigne. D’après Johary Rajosefa, directeur du service aux investissements auprès de l’EDBM, ils étaient plus de deux cents opérateurs nippons à être présents à ce forum d’affaires. « Ils sont issus de divers secteurs d’activités comme le tourisme, la pêche, l’agri-business, les mines, les infrastructures, la finance », avait déclaré ce responsable, hier.Mais le secteur infrastructure semble être le domaine privilégié. Surtout qu’une centaine d’investisseurs japonais avait fait un déplacement dans la Grande île au mois de juillet pour une conférence sur les infrastructures de qualité.

Domaine privilégiéLa déclaration d’un responsable étatique du Japon va même dans ce sens. « Les entreprises japonaises s’intéressent aux infrastructures à Madagascar, surtout les routes et les ponts, le développement portuaire », a annoncé, pour sa part, Koichi Yoshida, vice-ministre  des infrastructures et du développement de Hokkaido, lors de ce forum. À Mada­gascar, des sociétés japonaises ont fait leurs preuves dans ce domaine. C’est le cas, par exemple, de Daiho Corpo­ration, avec la construction du Port Ehoala à Tolagnaro.Pour le déploiement de ces activités, les membres du secteur privé japonais bénéficient d’un soutien du Jetro. Cette Agence japonaise de la promotion du commerce extérieur œuvre au renforcement des relations entre le Japon et l’Afrique, en encourageant, notamment, les échanges commerciaux et en contribuant à la croissance économique des pays africains. Pour le renforcement de la coopération économique entre le Japon et Madagascar, cette agence japonaise va signer un protocole d’accord avec l’EDBM durant sa mission commerciale, au mois de mars.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara7 partages

En marge du Tour : James égal à lui même !

L’animation du Tour de Mada 2017 est confiée à James, ce chanteur au talent fou et où l’interprétation vaut parfois plus que l’original. Une issue liée à ses expériences passées car il a déjà été aux côtés des artistes de renom tels Firmin, Black Nadia, Jean Aimé et Mimast en tant que choriste. Aujourd’hui avec Licorne Kininike mais il est en train de concocter son propre album avec ses frères.

Ravoatabia out !

Coup dur pour Rakotondrasoa Jean de Dieu connu sous le nom de Ravoatabia que le public réclamait à chaque arrivée. Le double vainqueur du Tour à été victime de plusieurs crevaisons lors de l’étape Toliara Sakaraha. Trop bon, trop…bon, il a de surcroît offert une de ses roues de secours à Roger de l’équipe nationale pour ensuite se résoudre à abandonner. « Son absence nous a lourdement handicapé car il avait une mission spéciale au sein de l’équipe UNICEF », confiait Jean Marc, le chef de file du groupe.

Frédéric Gassman in !

Le célèbre journaliste de la Radio France Internationale est sur le Tour de Mada cycliste. Séduit par la beauté du paysage et l’accueil chaleureux des Malgaches il est revenu pour la seconde fois donnant ainsi à l’événement une dimension planétaire lorsqu’on sait que tout le monde se délecte de ses vivants reportages. Un modèle exemplaire pour tous les journalistes de radio sinon un exemple à suivre pour tous les gens du métier. On reste admiratif sur son professionnalisme quand il s’isole pour écrire et répéter à vive voix ce qu’il devait balancer sur l’antenne de RIO en prenant soin d’inclure des interviews. C’est du Gasy man tout craché !

Clément RABARY

L'express de Madagascar5 partages

Environnement – La sauvegarde des lémuriens en concertation

Madagascar enchaine ses actions dans la sauvegarde des lémuriens. Le groupe d’études et de recherches sur les primates (GERP) organise à Toamasina, depuis hier, un colloque international sur la protection de cet animal emblématique de l’Ile, qui réunit les primatologues de Madagascar.Ce colloque a pour but de mettre à jour une base de données internationales pour la sauvegarde de ces primates endémiques de la Grande île.80% des cent quatorze espèces de lémuriens connues sont menacées de disparition. « Les feux de brousse, comme tout le monde le sait, continuent à Madagascar. Ils font disparaître les habitats de ces animaux, et ces derniers disparaissent avec naturellement », regrette le professeur Eustache, membre du GERP.Le ministère de l’Envi­ronnement, de l’écologie et des forêts a recensé 23 800 hectares de forêts brûlées, entre le 1er et le 31 octobre.Tout le monde a sa part de responsabilité dans cette lutte de longue haleine. « Les chercheurs, les étudiants, les organisations, mais aussi les décideurs, doivent se donner la main, travailler ensemble, pour la conservation de l’animal », lance Guy Radjatain, membre du GERP, dans le cadre de l’ouverture de cet événement.

M.R.

Midi Madagasikara5 partages

Piment Café : Harty Andriambelo invite ses aînés

Harty Andriambelo, ce soir, va jouer avec ses aînés

Le bassiste continue son petit bonhomme de chemin ! C’est au Piment Café qu’il va se produire ce soir. Entouré de ses amis, des musiciens d’une toute autre génération, Harty Andriambelo va faire voyager tous ceux qui seront du rendez-vous dans son monde musical où règne en maître le jazz. Nous retrouverons notamment Silo, Bim et Nini, des musiciens avec qui il a beaucoup appris. « Nous allons jouer des standards de jazz qui vont bien évidemment être réarrangés et joués à notre manière », affirme le jeune musicien. Certaines de ses compositions seront dévoilées pendant la soirée. Selon toujours ses propos : « Aujourd’hui je prends un peu plus de temps à composer et à jouer mes propres œuvres. Qui sait, j’arriverai peut-être à sortir un petit album ». En attendant, rendez-vous est pris au Piment Café ce soir pour de la bonne musique à volonté !Mahetsaka

Midi Madagasikara5 partages

Rugby – Analamanga : L’élection pour le 18 janvier 2018

Point de non retour. Après plusieurs mois d’attente, le Malagasy rugby (MR) passe à l’acte. Après l’exclusion définitive d’Andry Ravelojaona dans la gestion du rugby à Analamanga, le M.R procédera à l’élection du nouveau président de la ligue. La date est fixée pour ce 18 janvier 2018. « Le Comité national électoral (CNE) est déjà en place et on  peut procéder à l’élection du nouveau président d’Analamanga. La sanction est effective pour l’ancien président, Andry La Pie Ravelojaona. La date du 18 janvier a été fixée, mais, cela dépend encore des moyens techniques » a fait savoir, le président du M.R, Marcel Rakotomalala, hier à son bureau à Ankorondrano au cours d’une rencontre avec la presse. Pour ce faire, les quatre sections existantes à Analamanga vont participer au vote, si avant, des clubs ont le droit de vote lors de l’élection. Cette décision a été prise lors de l’Assemblée générale ordinaire du M.R qui est conforme au statut de la fédération.

T.H

News Mada4 partages

Contrôle des navires : un protocole d’accord signé entre l’APMF et la DGD

L’Agence portuaire, maritime et fluviale (APMF) et la Direction générale des douanes ont signé un protocole d’accord en matière de «contrôle des navires, des marchandises et des personnes qui y sont à bord», hier, au siège de l’APMF à Alarobia, en présence du colonel Zipa Jean Hubert, directeur général de l’APMF et d’Eric Narivony Rabenja, directeur général des douanes.

A priori, ce protocole d’accord s’inscrit dans le cadre de l’approche coordonnée des agences de contrôle au niveau des frontières. Il se traduit en outre par la synergie et la complémentarité des missions confiées aux deux entités. L’accord met ainsi en exergue le rôle interdépendant de chacune dans les ports de Madagascar, pour assurer la sécurité des navires, la circulation des marchandises et des personnes.

En effet, les domaines de compétences de la Douane et de l’APMF, toutes deux en charge de services publics, sont complémentaires car chacune dispose de ses spécificités en matière d’administration et de législation. Dans ce sens, les deux entités sont conscientes que les échanges et les partages d’informations constituent des outils efficaces pour une meilleure gestion des flux d’opérations.

Rôle complémentaire

Dans ce protocole, étant chargée d’appliquer le concept international de Gestion coordonnée des frontières (GCF) qui se traduit par la collaboration interservices, la coordination, la cohérence et la rationalisation des ressources, la Douane réaffirme ses missions.

Cette GCF est encouragée par l’Organisation mondiale des douanes pour faire face aux trafics illicites et à toute forme de contrebande vu que ces fléaux peuvent nuire à l’économie et ternissent l’image de Madagascar.

Pour l’APMF, la signature de ce protocole constitue la suite logique des coopérations avec la Douane dans l’exercice de ses missions aux ports et ce, afin d’assurer la continuité et la synchronisation des opérations de contrôle et de régulation au niveau des frontières. A travers ses actions, l’APMF s’engage effectivement à refléter sa devise de faire du sous-secteur portuaire, maritime et fluvial un levier de développement économique du pays.

Arh.

L'express de Madagascar2 partages

Dons des Émirats Arabes Unis – Imbroglio sur la vente aux enchères

Litige entre le BNGRC et l’ONG Ny Fanahy mahaolona. Le bureau national de Gestion des risques et catastrophes (BNGRC) est pointé du doigt par l’ONG qui a demandé des dons pour les sinistrés du cyclone Enawo, du royaume de Dubai.« Quinze tonnes de vivres et de non vivres, d’une valeur de trois cent mille dollars restent bloqués au port de Toamasina depuis sept mois », s’insurge Ny Rado Rafalimanana, président de l’ONG Ny Fanahy Mahaolona, lors d’une conférence de presse hier.« C’est la compagnie maritime MAERSK à Dubai qui nous a informés, le 4 décembre dernier, que l’État malgache a lancé un avis de vente aux enchères de ces dons », a ajouté l’ONG.Ny Rado Rafalimanana, preuves à l’appui, a affirmé que la procédure de remise de ces dons au BNGRC a bien eu lieu, ce qui impliquerait que l’ONG est dessaisie de ces dons.Des procédures comme un acte de donation, ou encore une lettre de non-objection, ont été fournis à qui de droit pour confirmer que les containers de vivres sont, désormais, au nom du BNGRC.

PropriétaireLa version du secrétaire exécutif du BNGRC affirme le contraire. « L’ONG respon­sable n’a pas suivi les procédures nécessaires à une totale remise des dons au nom du BNGRC. Nous n’avons donc pas le droit d’y toucher, ni faire quoi que ce soit avec ces dons, car ils ne sont pas au nom du BNGRC », explique Thierry Venty, secrétaire exécutif du BNGRC, joint au téléphone, hier.« Les procédures et avis de donation impliquent le règlement de tout ce qui concerne les douanes, ce que l’ONG n’a jamais poursuivi durant toute cette période. Et l’ONG ne devrait donc pas s’étonner que les douanes envisagent de procéder à une vente aux enchères de ces dons », soutient-il. Finalement, personne n’est propriétaire des dons destinés, au départ, aux victimes du cyclone Enawo de la partie Nord de l’île. Ces vivres, pourtant, sont dits en approche de la date de péremption.  La partie de l’ONG déclare envisager une autre approche en engageant un avocat, qu’elle a, d’ailleurs, présenté à la presse hier.

Loïc Raveloson / Mirana Ihariliva

News Mada1 partages

Éducation : la télé par satellite fait son entrée dans les écoles publiques

Il y a quelques temps, Canal + a doté de télévisions numériques 700 établissements scolaires au niveau national. Et ce n’est qu’un début car dans ce sens, hier à Andraharo, le ministère de l’Éducation nationale et Canal+ Madagascar ont de nouveau signé une convention de partenariat afin qu’un certain nombre d’écoles puissent avoir accès à la télévision par satellite durant quatre ans.

Dans un premier temps, le projet concernera quelque 200 établissements mais il est appelé à s’étendre sur l’ensemble des écoles, déjà dotées de postes de télévision numériques, selon le ministre de l’Éducation nationale.

Ainsi, cet opérateur offrira des abonnements gratuits Canal+ aux écoles primaires et secondaires, voire des lycées publics. « L’idée est de permettre à la majorité des élèves d’accéder à des contenus qui leur donnent la possibilité de s’ouvrir sur le monde. La dimension éducative des émissions comme les documentaires, l’histoire, les sciences, les informations et les actualités mondiales… constituent une fenêtre permettant de développer davantage l’enseignement, sans oublier les performances linguistiques en français et en anglais », a-t-on fait savoir.

Dans ce registre et comme le directeur général de Canal+ Madagascar, Jean François Duboy, l’a indiqué, les bouquets Canal+ peuvent devenir de formidables outils pédagogiques de complément.

L’opérateur fournira ainsi aux écoles bénéficiaires les équipements nécessaires, en l’occurrence le décodeur, la carte d’accès, la parabole et prendra en charge l’installation auprès des établissements.

N.R.

 

L'express de Madagascar1 partages

Pensions – Défaillance aux versements de cotisation

Flagrant. Une grande partie des collectivités territoriales décentralisées (CTD), c’est-à-dire les communes ou régions, n’effectuent pas à temps le paiement des cotisations des agents affiliés à la Caisse de prévoyance à la retraite (CPR) et de la Caisse de retraite civile et militaire (CRCM). Il s’agit, pourtant, d’une dépense obligatoire. Résultat des courses, certains employés risquent de ne pas toucher leurs pensions de retraite.« Un grand nombre de CTD ne payent pas à temps les cotisations des agents affilés à ces deux caisses. Les employés sont les seuls à en être sanctionnés. Au niveau de notre direction, nous ne pouvons pas procéder au paiement de pension que lorsque les cotisations sont régularisées », a déclaré, hier, Ihanta Sahondra Razafintsalama, directeur général de la gestion financière du personnel de l’État (DGGFPE).Afin d’éviter de telles situations pour les futurs retraités et de régulariser celle de ceux qui n’ont pas pu percevoir leurs pensions, cette direction générale a organisé, ce jour, une séance de sensibilisation et de formation pour les responsables au niveau de CTD, à Anosy.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Urbanisation – Antananarivo suffoque sous les remblais

Problématique. Le développement géographique de la capitale est de plus en plus alarmant. Ce constat a été débattu lors de la conférence qui s’est déroulée à l’université d’Antananarivo, dans le cadre de la célébration de la journée mondiale des villes (JMV). Madagascar l’a célébrée, pour la première fois, le 24 novembre sous la thématique « Gouvernance innovante, villes ouvertes ». Le phénomène de remblais et les risques que cela entraîne auraient été au centre des discussions lors des échanges entre les intervenants composés, entre autres, de Gérard Andriamanohisoa, Directeur général de l’aménagement du territoire et de l’équipement, et de Toloja­nahary Andriamitantsoa , Directeur de l’observatoire de l’aménagement du territoire.« Antananarivo verra l’effectif de sa population doubler d’ici une quinzaine d’années. En ce moment, la ville compte un peu plus de trois millions d’habitants alors que les infrastructures de base étaient prévues en supporter un demi-million », annonce le directeur général de l’aména­gement. Autant dire que la situation de la capitale est loin de s’améliorer. Cependant, le développement géographique et démographique de la ville est inévitable pour pouvoir suivre le développement tout court. La faiblesse et le déclin des infrastructures, la mauvaise planification de l’urbanisation ne font que limiter davantage les opportunités de l’évolution économique.

Maîtrise « Il s’agit donc d’arriver à maîtriser l’occupation du sol, en combinant cette alternative avec toutes les solutions environnementales possibles. C’est uniquement de cette façon que nous pouvons aspirer à une urbanisation plus ou moins structurée », enchaîne le directeur de l’observatoire. Outre ses facettes négatives, l’urbanisation s’imbrique fortement dans le processus de développement. Elle constitue alors l’un des moteurs de croissance rapide du pays.Les villes sont, sans conteste, créatrices de richesses, incubatrices d’emploi et d’innovation. À l’image d’An­ta­nanarivo qui fournit, à elle seule le tiers du PIB national, à hauteur de 42% selon les derniers chiffres. Afin de puiser dans ce potentiel, des partenariats techniques et financiers sont envisagés afin de réaliser des projets structurants. « L’idée est d’arriver à la valorisation des travaux de recherche académique afin de les transposer au niveau opérationnel. Raison pour laquelle nous nous sommes directement adressés aux universitaires », explique Andria­ma­no­hisoa Gérard. « Les remblais oui, mais les remblais à outrance et sans aucune étude d’impact sont à exclure », conclut-il.

Harilalaina Rakotobe

Madaplus.info0 partages

Prison d’Ikongo : 120 prisonniers ont pris la poudre d’escampette

Des prisonniers se sont évadés de la prison d’Ikongo, à Vatovavy Fitovinany. Une foule en colère a pris d’assaut la prison. En effet, la population réclame la vindicte populaire de deux présumés assassins placés sous mandat de dépôt.
Des pénitenciers ont fait des tires en l’air pour disperser les centaines de personnes qui ont pris d'assaut la maison de Force d’Ikongo, mais en vain. Une situation qui a fait libérer 120 détenus. Alertés du fait, les agents pénitentiaires ont transféré les 2 prisonniers sous mandat de dépôt dans un autre endroit, ce qui a mis les peuples au bout de ses nerfs. Ces personnes en colère ont également fouillé les maisons des agents pénitentiaires.
Madaplus.info0 partages

Le Jardin d’Anosy fait peau neuve

Presque délaissé, le Jardin d’Anosy retrouve son aspect verdoyant aujourd’hui. En effet, une entité politique a pris l’initiative d’aménager cet espace public afin de le rendre plus agréable.
Ce Jardin d’Anosy, une place très prisée par les gens au plein centre-ville de la Capitale est devenu un bel endroit propice au répit. Plusieurs équipements sont également mis en place pour un air de repos pour tous, des aires de récréations pour les petits enfants tels qu’un parc de jeu, un skateboarding air ou encore un toboggan. Une allée herbeuse agrémentée par des arbres-ombrelles sculpturaux forme par ailleurs un cadre qui inspire de la quiétude. Le Jardin d’Anosy est accessible au grand public.
News Mada0 partages

Volabe amina miliara Ar no efa azony… : nidoboka am-ponja ilay mpanao fisolokiana avo lenta

Naiditra am-ponja vonjimaika eny amin’ny fonjan’Antanimora, ny alatsinainy teo ny lehilahy iray antsoina hoe Miguel Aimé, 44 taona, voarohirohy noho ny fisolokiana gagilahy sy fivadiham-pitokisana. Voasambotry ny polisy ekonomika Anosy, ny alarobia 6 desambra 2017 tamin’ny 6 ora sy 30 mn teny amin’ny hotely lehibe iray eny Andrainarivo izy. Heloka anenjehana azy ny fisolokiana sy fivadiham-pitokisana. Araka ny fanazavan’ny polisy, ny 14 jolay 2017, nisy olona nitory izy noho ny fivadiham-pitokisana amin’ny resaka fandraharahana jirofo izay mitentina 1 miliara sy 675 tapitrisa Ar. Tsy hita ity mpisoloky ity taorian’izay ka nanomboka teo ny fikarohan’ny polisy ekonomika azy. Nahazo loharanom-baovao anefa ny polisy fa eto Antananarivo ihany ity mpisoloky ity ary hita mandehandeha ao amin’ilay hotely lehibe iray eny Andrainarivo. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny polisy ka noraisim-potsiny tao ity lehilahy ity. Niaiky ny heloka vitany ity lehilahy ity nandritra ny famotorana nataon’ny polisy.

Efa nahazo didy mampaka avy amin’ny tribonaly

Nohamafisin’ny polisy ekonomika hatrany fa efa naharaisana didy mampaka avy amin’ny tribonaly tany Fianarantsoa ity lehilahy ity talohan’ity raharaha farany anenjehana azy ity. Noho ny resaka fandavana volan’olona amina miliara momba ny orinasa Tiavo indray ny nanenjehana azy tamin’izany. Izy no nitantana ity orinasa Tiavo ity, saingy efa nikatona ny taona 2016. Niakatra teny anivon’ny fampanoavana ity raharaha orinasa Tiavo ity, ny 8 desambra 2017 teo ka notanana vonjimaika eny amin’ny fonjan’Antanimora  izy.

Tsy afa-bela anefa izy tamin’ilay raharaha fisolokiana jirofo fa nampidirina am-ponja naiditra am-ponja ihany koa.

Jean Claude

News Mada0 partages

Hosoka sy fanodinkodinam-bola tsy afa-bela i Claudine, olona iray hafa MD

 Naiditra am-ponja vonjimaika, omaly hariva, ny tompon’andraikitra teo aloha iray, tao amin’ny minisiteran’ny Fampianarana teknika, voarohirohy ho nanao hosoka sy fanodinkodinam-bola, tamin’ny fanamboarana ny lycée teknika, tany Ambalavao. Tafiditra ao anatin’izany koa Rtoa Razaimamonjy Claudine, araka  ny loharanom-baovao ihany.

 Raharaha  hafa indray koa. Nidoboka  am-ponja vonjimaika  (MD) eny Antanimora avy hatrany io tompon’andraikitra iray teo aloha io taorian’ny famotorana natao azy , manoloana ny naha  voarohirohy ny  tenany ho tafiditra amin’izany raharaha maloto izany. Anisan’izany ny resaka  tsenan’asam-panjakana mitentina hatrany amin’ny 200 tapitrisa Ar, tokony nanamboarana lycée teknika any amin’ny kaominina Ambalavao,  ny  taona 2016. Anisan’ny natao famotorana niaraka  taminy koa ary niatrika izany Razaimamonjy Claudine. Fito ireo ahina  ho tafiditra amin’ity  fanaovana hosoka  sy fanodinkodinam-bolam-panjakana ity saingy mbola ifampitadiavana ny dimy ankoatra azy mianadahy tonga tetsy amin’ny 67 ha ireo. Samy tsy afa-bela avokoa izy ireo izany.

Mbola MD any Manjakandriana Razaimamonjy Claudine…

Na izany aza, mbola MD any Manjakandriana amin’ny raharaha hafa teo aloha amin’ny naha voarohirohy azy amin’ny fanodinkodinam-bolam-panjakana tahaka izao Razaimamonjy Claudine. Mbola  andrasana ny hampiakarana azy eny anivon’ny fitsarana momba izany.

Midika izany fa  voarohirohy amin’ny ankamaroan’ny tsenan’asam-panjakana ity olona akaiky ny fitondrana ity. Tsy mahavita samirery izany anefa  ny tenany fa  misy  hatrany tompon’andraikitra ambony mifandray  tendro sy ahina ho ao ambadik’izany hatrany, saingy tsy mbola misy tohiny  hatramin’izao. Iza avokoa izy ireo ary aiza amin’izao fotoana izao ?

Fanadihadiana lalina nataon’ny Bianco

Etsy andaniny,  mitohy ny asa fanadiovana sy ny  hetsika tanterahin’ny  Bianco. Anisan’izany ity  raharaha  iray  nandalo tetsy amin’ny CPAC ity,  niainga  amin’ny fanadihadiana  lalina  nataon’izy ireo. Tsy tokony hisy intsony rahateo ny  tsy matimanota na iza na iza manoloana ny  volam-panjakana voahodinkodina  tahaka itony  na ny harem-pirenena…  Ilaina  hapetraka sy hampiharina koa ny  fanjakana tan-dalàna.

Ankoatra izany, efa nampanantena  ny fitondrana  fa hapetraka tsy  ho ela  ny rafi-pitsarana hiady amin’ny kolikoly (Pac) ary mpitsara voafantina sy nandalo mason-tsivana ireo handrafitra izany,  ka tsy tokony hiseho  intsony ny fitongilanana na koa ny ho afa-maina amin’ny heloka nataony teto amin’ny firenena.

Randria           

News Mada0 partages

Tsy fandriampahalemana : nifanao velirano ny zandary sy ny vahoakan’i Mampikony

 Namarana ny diany tao amin’ny distrikan’i Mampikony ireo iraka manokana nalefan’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena (Seg) izay nijery ifotony ny hametrahana ny fandriampahalemana manerana ny Nosy. Ny Jly Mihia Jean Marcel avy ao amin’ny Seg sy ny Jly Randriamandresy André avy amin’ny foibe fibaikoana no nitarika ny delegasiona tany an-toerana.

Nisy ny fihaonana manokana tamin’ireo tompon’andraiki-panjakana any an-toerana sy ny fanaovana tomban’ezaka momba ny dingana nataon’ireo zandary tamin’ny fametrahana fandriampahalemana. Nisy koa ny fihaonan’ireto manamboninahitra ireto tamin’ireo vahoaka hamoahana ireo hevitra iraisana hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana. Nangataka ireo vahoaka any an-toerana mba hametrahana tobin’ny zandary amin’ireo sisin-tany mampisaraka ireo faritra mifanolo-bodirindrina hahafahana manakana ireo dahalo avy any amin’ny faritra hafa sy ireo omby halatra hihazo an’iny toerana iny. Nifanao velirano, araka izany, ny zandarimaria sy ny vahoakan’i Mampikony fa tsy maintsy fongotra tanteraka ny asan-dahalo amin’iny faritra iny. Nihaona tamin’ireo zandary miasa any an-toerana ireto manamboninahitra ireto ary nanamafy hatrany ny fitsipika mifehy sy nametraka hatrany ireo paikady hiadiana amin’ny kolikoly sy ny asan-dahalo.

Jean Claude

News Mada0 partages

Ikongo – Fitsaram-bahoaka : mpiandry fonja efatra nataon’ny olona takalon’aina

Resaka fitsaram-bahoaka ihany! Novakin’ny olona ny fonjan’Ikongo omaly. Tapitra nitsoaka ny mpiambina ny fonja fa tsy nahatohitra ny olona manodidina ny 800 teo. Toy izany koa ireo mpitsara any an-toerana, nitsoaka nisitrika tany an-tranon’olona avokoa. Araka ny vaovao avy any an-toerana, nisy olona valo naiditra am-ponja vonjimaika noho ny vono olona nitranga tany Ikongo herinandro teo izay. Tratran’ny fokonolona ireo ka saika niharan’ny fitsaram-bahoaka, saingy nisy ny nandresy lahatra mba hanolorana azy ireo ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana. Natolotra ny fitsarana ireo olona ireo ary naiditra am-ponja vonjimaika.

Niely anefa ny feo fa tsy ao am-ponja akory ireo valo lahy ka nirohotra teny amin’ny fonja ny olona efa ho 800 ka nanafika avy hatrany. Tsy nahatohitra, noho izany, ireo mpiandry fonja ka vaky nandositra. Nokarohin’ireo olona tao am-ponja izy valo, saingy voalaza fa tsy hita tao. Vao mainka romotra ireo olona ireo ka nitady ny mpitsara tao an-tanàna ihany koa ka nahatonga azy ireo nisitri-belona. Mpiandry fonja telo lahy tratran’ireo andian’olona ka nentin’izy ireo nitety fitsarana ka hatrany am-piangonana. Voalaza mantsy fa fiaran’ny mopera no nentina nitondrana ireo olona valo any an-toeran-kafa.

Raha ny fanazavana azo anefa, natao tany an-toeran-kafa ireo voatazona vonjimaika ireo fa tsy tao amin’ny fonjan’Ikongo. Ho fiarovana ny ain’izy ireo noho ny fitsaram-bahoaka, raha ny fanazavana ihany. Hatramin’ny ora nanoratanay, fantatra fa tsy mbola nisy mpitandro filaminana tonga any an-toerana. Mihorohoro ny mponina, indrindra ireo mpiasam-panjakana any an-toerana. Misy milaza fa tsy avy ao Ikongo ireo manafika ireo fa avy any an-toeran-kafa. Mafampana any Ikongo hatramin’ny omaly.

Yves S.

News Mada0 partages

Voasambotry ny polisy… : naiditra am-ponja ilay tratra nanarato teo Anosy

 Tratra ireo mpampihinana trondro maloto olona. Iray voasambotra fa ny roa kosa tafatsoaka. Karohina ny namany, natolotra ny fampanoavana ilay taraiky.

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahadimy eny Mahamasina, ny talata teo, tokony tamin’ny 1ora tolakandro teo Anosy, ny lehilahy iray, noho ny fanaratoana trondro tao amin’ny farihin’Anosy. Nisy niantso ny polisy ka nidina avy hatrany teny an-toerana. “Natao ny vela-pandrika ka polisy nanao fitafiana sivily no nisambotra azy ireo. Telo lahy izy ireo no nanarato tao amin’ny ranon’Anosy saingy tafaporitsaka ny roa lahy”, hoy ny fanazavana. Tamin’ny fanadihadiana azy, niaiky ny heloka vitany izy ity. Nilaza izy fa amidiny eny Anosizato ireo trondro azony.

Ankoatra ny eny Anosizato, misy hafa koa ny toerana ahitana ireo trondro misy manarato eny Anosy eny, raha ny fantatra. Anisan’izany ny eny Andravoahangy sy ireo tsena hafa. Tsy ny eny amin’ny farihin’Anosy ihany no misy manihika fa ny eny amin’ny Marais Masay ihany koa. Aparitaky ny olona amin’ny tsena maromaro eto an-dRenivohitra sy ny manodidina ireny trondro ireny, ary amidy amin’ny vidiny mora. Maro ny manjifa noho izay vidiny izay mora tokoa, kanefa trondro maloto tsy ara-pahasalamana io. Voararan’ny lalàna rahateo ny fivarotana azy ireny, ary izao miafara amin’ny fisamborana izao. Natolotra ny fampanoavana ilay lehilahy voasambotra io.

Mampitandrina ny olona ny tompon’andraikitra mba hanadihady tsara momba ny trondro amidy eny an-tsena. Fotoana tsy fisian’ny trondro rahateo izao satria mbola mikantona ny jono amin’izao fotoana izao. Anisan’ny nahatonga ny fanapoizinana ara-tsakafo tamin’ny fihinanana varilava tany Antsiranana farany teo, ka nahafatesana olona dimy. Samy mailo ny rehetra fa tsy kely lalana ny ratsy.

Yves S.

News Mada0 partages

Notsikerain’ny Me Olalah ny BNGRC

 « Hano  ho  anareo BNGRC rehefa tsy foinareo ho zaraina ny sakafo tokony ho an’ny traboina.  Efa simba rahateo izao izy ao », hoy  ny Me Olalah, omaly, tetsy Antaninarenina.  Nisolo vava ny fikambanana Fanahy maha olona ny tenany manoloana ny  tsy mbola nizaran’ny BNGRC izany nefa  fanampiana  iray kaontenera avy any Dubai. Mahatsiaro ho menatra tanteraka  izy ireo manoloana  izao fihetsiky ny fitondrana  izao. Mbola tokony hiampy kaontenera 30  izany nefa izao  tsy milamina izao ka nankinina amin’io mpisolovava io  ny raharaha.  Tsy mazava hatreto ny antony.

Randria

News Mada0 partages

Mpahay toekarena, Ramiarison Herinjatovo : « tratry ny kenda roroka ny sehatra tsy miankina… »

Nivahiny tao amin’ny fandaharana “Ambarao” ao amin’ny onjampeo Alliance 92, omaly,  ny mpahay  toekarena, Ramiarison Herinjatovo Aimé. Nivoitra tamin’izany fa mbola  ho  sarotra ny lafiny toekarena ankapobeny manoloana ny  fitantanan’ny  mpitondra. Tsy afa-bela ohatra ny  sehatra tsy miankina… Ampahany amin’ny resadresaka.

 Nahitsy tamin’ny fanehoan-keviny. “Raha ny tondro isa momba ny fihariana, laharana  farany isika eo amin’ny fandraharahana araka ny tatitry  Banky iraisam-pirenena. Sarotra ny fampiasam-bola eto amintsika. Eo  koa ny olana sedrain’ny sehatra tsy  miankina. Anisan’izany ny kolikoly sy ny  tsy fipetrahan’ny fanjakana tsara tantana. Tena misakana ny fandraharahana eto eto amintsika ireo ary manakenda ny sehatra tsy miankina”, hoy  ity mpahay toakerana  sady mpampianatra ity. Notanisainy koa fa anisan’ny olana ny hetra aloa ary sempotra amin’izany vesatra izany ny sehatra tsy miankina. “Karazana  hetra mampirisihina sy hanentana hanao  fandraharahana  sy fampiasam-bola  ny tokony hatao… Ny fanjakana tokony hanome rivotra iainan’izy  ireo ahafahany mampiasa vola…  Tokony   hisy politikan’ny hetra ahafahana mampiasa  vola sy mampiroborobo ny toekarena”, hoy ihany  izy.  Nambarany fa  tsy tokony hatao midangana ny hetra  amin’izao fotoana mbola  mamparefo ny firenena izao.  Rehefa miakatra ny  toekarena, azo atao ny mampiakatra ny  hetra “Aoka tsy ho fitaovana hakana vola fotsiny  ny  hetran’ireo mpandraharaha.. Tsy mahagaga raha tsy misy fampiasam-bola entina mamokatra mivantana sy azo tsapain-tanana eto amintsika… Tsy mampivoatra ny toekarena koa anefa ny “bizna” etsy sy eroa  io”,  hoy Ramiarison Herinjatovo Aimé … Tsy marisika koa ny mpampiasa vola vahiny na teratany. “Mila fahamarinan-toerana politika…  Tsy miovaova ny sandam-bola na  ny tahan’ny zanabola  any  banky. Tsy tokony  ho avo laotra ny hetra, ny delestazy  na koa lafo  vola aloa amin’ny Jirama. Singa manakana sy mampanahy ny mpampiasa vola avokoa  ireo”, hoy izy.

Momba ny lalàn’ny fifaninanana kosa, nambarany misy izany saingy tsy mihatra.  Na mihatra  koa aza anefa, tsy  misy fanasaziana ny resaka  kolikoly na koa fanasaziana ny fanaovana ampihimamba…  “Mila arenina avokoa izany mba hampivoatra ny toekarena…”, hoy izy.

Hiakatra ny vidim-piainana,  solika, Jirama…  

Efa natsidiny sahady koa ny ho avy eo  amin’ny toekarena amin’ny 2018. Notsindriny fa tsy afaka hanantena fiovana  be isika raha miainga amin’ny tetibolam-panjakana. “Kely ny  tahan’ny harinkarena… Tsy misy  azo antenaina amin’ny taona ho avy io ary tsy hisy fiantraikany any anaty vilany ny tarehimarika momba  ny fiakaran’ny harin-karena…”, hoy ity mpahay toekarena ity. Nambarany fa hidangana ny vidim-piainana. Hisondrotra  ny Jirama, mitotongana ny Ar , ny solika hiakatra. Nomarihiny manokana fa na tsy miakatra  ny Jirama ho an’ny mpanjifa tsotra, hiakatra ankolaka izany.”Mihatra amin’ireo orinasa ny fiakaran’ny herinaratra ka tsy maintsy hampiakatra ny vidin’ entany  izy. Noho izany,  hiantraika amin’ ny mpanjifa izany ary mihena ho azy  ny fahefa-mividiny… “, hoy izy. Narangarangany fa hiteraka fahasahiranana ho an’ny orinasa mamokatra sy mampiasa olona maro  izany.  Tokony hotohanana anefa izy  ireo satria  hamorona asa hivelomana ary asa  maharitra  izany mampidi-bola  izany, fa tsy tahaka ny fanaovana Himo.   “Azo atao  ihany anefa ny mampandeha ny toekarena  raha tena eo ny finiavana  politika”, hoy ity mpampianatra ity.

Synèse  R.

News Mada0 partages

Rugby Analamanga : amin’ny 18 janoary ny fifidianana

Nambaran-dRakotomalala Marcel, filohan’ny Malagasy Rugby, tetsy Ankorondrano omaly, fa hatao, ny 18 janoary 2018, ny fifidianana izay ho filohan’ny ligin’Analamanga. Efa voatsangana ny komity manokana hitantana izany fifidianana izany, izay hampahafantatra ny pitsopitsony rehetra, mahakasika izany. Tsiahivina fa notapahin’ny fivoriambe, natao teny amin’ny foibe toeran’ny Komity olympika malagasy (Kom), izany.

Ankoatra izay, hahemotra amin’ny faran’ny volana janoary ho avy izao, ny fandefasana ny anaran’ireo solontena malagasy roa, hiatrika ny fifaninanana Aroi. Ankoatra izay, fantatra fa handray anjara amin’ny “Lalao afrikana” ho an’ny tanora, hatao any Alzeria, ny Makis de Madagascar, izay hiadiana ny tapakila hiatrehana ny “Lalao Olympika”, ho an’ny tanora, hatao any Arzantina. Mbola notsiahivin’ny filohan’ny Malagasy Rugby indray fa manana ny fahaleovantenany ny Malagasy Rugby ka tsy tokony hisy hidiran’ny rafitra hafa ivelany.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Budget participatif : le Prodécid initie les CTD à la participation citoyenne

Un atelier de capitalisation des expériences malgaches en budget participatif s’est tenu depuis hier et prendra fin ce jour à Anosy. Après que les communes de Madagascar ont été initiées à pratiquer le processus de budget participatif en 2004, celle d’Ambalavao a été choisie commune pilote.

« Le budget participatif est un processus qui permet aux citoyens d’une commune de participer au processus de prise de décisions sur l’affectation des investissements communaux, inscrit dans le budget communal. Cette participation citoyenne, permet d’influencer le choix des investissements, la  transparence de la gestion financière et la redevabilité sociale où les  élus sont amenés à rendre compte de l’exécution du budget communal. L’objectif est de permettre aux citoyens d’avoir des informations précises sur l’avancement de la mise en œuvre des activités prévues durant  la planification », a expliqué le directeur adjoint du Prodécid, Parfait Randrianitovina.

Améliorer la bonne gouvernance

«Cependant, cet outil peut aider à améliorer la qualité de la gouvernance locale mais cela ne résout pas tous les problèmes de la mauvaise gouvernance », a-t-il fait savoir, en précisant que le Prodécid n’exige pas l’application de ce processus mais invite les collectivités décentralisées territoriales à s’y conformer.

Actuellement, près de 200 communes ont choisi d’adopter ce processus. Durant cet atelier, les maires ont fait part des avantages de l’application du budget participatif au sein de leur département respectif. Ce fut également une occasion de présenter le document de capitalisation élaborés après 13 années d’expérience en la matière.

Nadia

News Mada0 partages

Kitra Afrikanina : KCCA Oganda ny an’ny Cnaps ary Leopard-n’i Kenya ho an’ny Fosa Jr

 Fantatra avokoa ireo ekipa hifanandrina amin’ny ekipa malagasy, eo amin’ny fifaninanana afrikanina, taranja baolina kitra. Ekipa tompondakan’i Oganda ny an’ny  Cnaps Sport raha Kenyanina kosa ny an’ny Fosa Jr.

 Tontosa, omaly alarobia 13 desambra, tany Le Caire Egypta, ny antsapaka ho an’ireo ekipa hiatrika ny fiadiana ny ho tompondaka sy ny amboaran’i Afrika, ho an’ny taona 2018. Ny KCCA (Kampala Capital City Authority Football Club) avy atsy Ogandà no hifandona amin’ny Cnaps Sport, eo amin’ny andiany faha-21 amin’ny «Ligue des champions Total de la Caf» ary ny Léopard avy atsy Kenya kosa ny an’ny Fosa Junior, eo amin’ny «Coupe de la confederation Total de la Caf».

Samy hiatrika ny lalao savaranonando avokoa ireo solotena malagasy, amin’ity fifaninanana afrikanina ity. Hampiantrano ny lalao mandroso ny Cnaps Sport ny 9 na 10 na 11 febroary 2018 ary hivahiny any Kampala, kosa ny ekipa tompondakan’i Madagasikara afaka herinandro ka hatao ny 16 na ny 17 na ny 18 febroary, ny lalao miverina.

Ekipa tsy mbola fandren’ny sofin’ny Malagasy loatra ity KCCA ity saingy efa indroa niatrika ny ho tompondakan’i Afrika. Tamin’ity taona 2017 ity, nandresy ny Primero de Agosto, teo amin’ny lalao savaranonando ary lavon’ny Mamelodi Sundowns, kosa teo amin’ny ampaha-16-ndalana. 2 no ho 1 teo amin’ny lalao mandroso, tany Afrika Atsimo ary 1 sy 1 kosa nandritra ny lalao miverina. Hifandona amin’izay ho mpandresy eo amin’ny Zanako avy any Zambia sy ny Gambia AF kosa ny Cnaps Sport, raha tafavoaka eo.

Any Nairobi kosa ny lalao mandroso no hatao ny 9 – 11 febroary, ny fihaonan’ny Leopard sy ny Fosa Junior ary any Mahajanga ny fihaonana miverina ny 16 -18 febroary 2018. Tsy mbola manana laza loatra raha teo amin’ny sehatra afrikanina, ity ekipa Kenyanina ity. Raha tafavoaka eo ny Fosa Jr, dia hiatrika ny ampaha-16-ndalana ka hifandona amin’izay tafita amin’ny Ngazi Sport avy atsy Kaomoro sy ny ASPL 2000 Maorisy.

Tompondaka

News Mada0 partages

Masoivoho japoney : nomarihana ny tsingerintaon’ny amperora

Iray amin’ireo firenena mbola manome lanja lehibe ny fisian’ny amperora i Japon. Vanim-potoana marihina tsy tapaka ny tsingerintaona nahaterahany. Nisy ny lanonana nifandraika tamin’izany, omaly.

Feno 84 taona ny amperora japoney, Akihito. Toy ny isan-taona, nanamarika izany andro lehibe izany ny vahoaka japoney manerana izao tontolo izao, omaly. Tsy diso anjara tamin’izany ny masoivoho japoney, monina sy miasa eto amintsika, sy ireo mpiray tanindrazana aminy eto.

Nakotroka ny fanamarihana ity tsingerintaona nahaterahan’ny amperora japoney, Akihito, ity teny amin’ny trano fonenan’ny ambasadaoro japoney, Ichiro Ogasawara, omaly. Nomarihina tamin’io fotoana io, toy ny isan-taona ihany koa, ny fetim-pirenena japoney. Marobe ireo vahiny nasaina tamin’ny lanonana, ireo filohana andrimpanjakana isan-tokony, ny fikambanana sy ny sehatra tsy miankina, sns.

Anisan’ny nisongadina tamin’ny lahatenin’ny ambasadaoro, Ichiro Ogasawara, ny nanambarany fa namoaka lalàna manokana ny governemanta japoney manoloana ny taon’ny amperora, izay efa antitra. Voarakitra ao fa hifarana amin’ny 30 avrily 2019 ny fanjakany ka hatolony ny zanany ny fahefana.

Ankoatra izany, nohamafisin’ny ambasadaoro japoney ny firoboroboan’ny fifandraisana misy eo amin’i Madagasikara sy i Japana. Misongadina izany eo amin’ny lafiny toekarena. Goavana indrindra amin’izany ny fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina ka hanomboka amin’ny volana marsa ny asa. Eo koa ny fitohizan’ny tetikasa Papriz, izay tonga amin’ny andiany faharoa. Mbola nanamafy izay fifandraisana izay ny nivahinian’ny filoham-pirenena malagasy, tany Japana, ny fiandohan’ity volana ity.

Landy R.

News Mada0 partages

Théâtre : deux styles sur les planches de l’AFT

Le 16 décembre, l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) proposera deux spectacles de théâtre différents. Le premier s’intitule «Irène Ralima», inspiré de la nouvelle de JJ Rabearivelo, et le second se nomme «Patrak’ala», conçu par Falihery Ratovonirina du théâtre Kala.

La première est une classique jouée par le club de théâtre de l’école JJ Rabearivelo, appelé «Sakaizan’ny teatra», et sera mise en scène par Mbato Ravaloson. Elle raconte une histoire d’amour platonique d’une femme, appelée Irène Ralima, qui s’est mal terminée.

«Patrak’Ala» est par contre, un théâtre vivant. «Chacun interprète l’histoire comme il  veut. Il n’y a pas de personnage principal. Par contre, la danse et la musique seront mises en avant. J’ai été inspiré par les gouttes d’eau de pluie qui tombent dans une forêt. Elles émettent une musique, une histoire», a expliqué Falihery Ratovonirina du théâtre Kala.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Analamanga Choralia : six groupes au cœur de la louange

Six chorales seront à l’affiche de la cinquième édition d’«Analamanga Choralia», le 16 décembre au Cercle germano-malgache (CGM) Analakely. Cette année, l’évènement sera sous la houlette de la Fédération internationale de musique chorale (FIMC).

Dans le cadre de la Journée mondiale du chant de chorale, Lala Raherimanantsoa, de l’école Lalamozika, propose, chaque année, un festival baptisé «Analamanga Choralia». «Pour préparer un festival, il faut du temps. Et cette année, à cause de la situation de la peste, nous avons connu deux mois de stand-by et n’avons pas pu l’organiser à temps. De ce fait, nous ne pouvons proposer qu’une journée dédiée au chant de chorale», a-t-il expliqué.

Ainsi, six groupes participeront à cette cinquième édition, à savoir la Chorale de l’école Trilingue Ivandry, Tambatra, la Chorale Taniketsa Imerintsiafindra Fiderana, Agro Antsa ESSA, AFMF et la Chorale de la Polytechnique Vontovorona. «Trois d’entre elles sont des chorales issues d’école privée», a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, cette année, «Analamanga Choralia» a reçu la «bénédiction» de la FIMC. «Depuis l’année dernière, nous adhérons à l’association African federation for choral music (AFCM) qui nous a permis d’acquérir cette bénédiction», a ajouté notre interlocuteur.

«Une chorale n’est pas forcément laïque»

 «Au fait, notre objectif est de persuader le grand public qu’une chorale n’est pas forcément réservée au chant évangélique. Dans les évènements familiaux par exemple, les membres de notre famille chantent ensemble sur la scène en interprétant un morceau tel que «Tsofiko rano rafaraniaina» de Justin Rajoro. Ils forment ainsi une chorale. Donc, elle peut être composée d’élèves d’une école ou encore de collègues de travail», a expliqué Lala Raherimanantsoa.

Il a ensuite ajouté qu’il existe un lien étroit entre la chorale et les mpihira gasy. Ils ont la même structure et n’utilisent aucune sonorisation, c’est-à-dire, ils n’emploient ni micro, ni playback ni encore des boites à rythme. «L’origine des mpihira gasy date des époques royales, une dérivée de la chorale. Jadis, la chorale s’appelait Mpihira Andriana qui est devenue par la suite mpihira gasy», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Chronique : entre le déluge et le néant

Les oiseaux de mauvais augure prédisent que l’année prochaine sera une année de crise parce que nous ne voulons pas déroger à la règle qui s’inspire de l’adage bien connu de ce côté-ci de la planète : «année d’élection, année de trublions». Sans se fier uniquement aux présages des oiseaux de bon ou de mauvais augure, on se doute que l’année 2018 ne sera pas plus douce que celle qui se termine, malgré tous les vœux de paix, de sérénité, de prospérité et de bonne volonté. Alors que faire ? Sortir les mouchoirs à la mi-décembre  et se demander à longueur de journée qui est le sorcier qui nous a jeté un mauvais sort ? Laissons là les lamentations. Les ancêtres eux-mêmes seraient tentés de se moquer de nous.

Dans les embouteillages de cette fin d’année, nous pouvons trouver une raison au moins de nous réjouir en pensant à l’année 2018. Apprécions encore quelques jours ces heures perdues en voiture, le matin, le midi, le soir et à n’importe quel moment de la journée… Apprécions-les parce que les fêtes de fin d’année devraient être les dernières de ce que nous appelons les « vacances de Noël ».

L’année prochaine si tout va bien, les vacances de Noël seront incluses dans les grandes vacances pour les écoles publiques et les écoles privées qui suivent le calendrier officiel. De nombreux élèves seront donc en vacances quand les premières pluies inonderont les rues, quand les suivantes affaisseront les murs de soutènement et que les autres feront monter les eaux des rivières.

En 2019 si tout va bien, nous saurons poursuivre le travail amorcé par ceux d’avant. Ne croyez pas que cela soit facile. Nous avons la fâcheuse tendance à vouloir réinventer la roue à chaque élection suivant l’adage bien connu de ce côté-ci de la planète : «avant moi le déluge, après moi le néant». Nous allons donc voter l’année prochaine et peut-être vivrons-nous un nouvel épisode de notre crise chronique. Mais s’il vous plaît mesdames et messieurs, entre le déluge et le néant, laissez-nous donc ce calendrier scolaire prévu jusqu’en 2023. Ce n’est pas tous les jours qu’on se projette si loin…

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le mica à Madagascar et à Mayotte

On sait que, parmi les minéraux particulièrement demandés, le mica tient un bon rang, car son emploi s’est considérablement développé depuis qu’on lui a reconnu des qualités spéciales comme isolateur électrique.

Toutefois, les variétés de mica n’ont pas toutes la même équivalence ni la même utilisation. Alors que les micas magnésiens et ferrifères ne peuvent guère trouver leur emploi que dans les industries du chauffage et de l’éclairage, la variété dite muscovite est tout indiquée pour servir aux besoins de l’électricité.

Mais les gisements utilisables de cette substance minérale sont plutôt rares alors que la demande en est considérable. Aussi, c’est avec satisfaction que nous voyons – d’après une étude très intéressante de M. A. de Berques – que le mica se rencontre dans presque toutes nos colonies et notamment dans celles de l’océan Indien.

De très beaux gisements de mica ont été découverts en Émyrne depuis la guerre et il en a été exporté 1 163 kilos en 1915 ; au 1er janvier 1916, il existait 32 bornages pour mica.

Les pegmatites du massif d’Ankaratra paraissent riches en biotite ; de grandes lames, atteignant un décimètre dans les plus grandes dimensions, ont été rapportées par divers voyageurs. De larges lames de muscovite ont été indiquées dans le quartz hyalin

et dans les pegmatites de Madagascar et de l’île Sainte-Marie. À Ampagabe, il existe aussi des micas à grandes plaques, de couleur foncée. Enfin, des gisements de mica ont été rencontrés, en 1911, dans la région d’Antsirabe.

Mais ce qui est non moins intéressant, c’est que de grandes lames de muscovite ont été également observées à Mayotte qui en envoya

des spécimens dès l’année 1878, à l’exposition.

Le malheur est qu’aux colonies, les minéraux sont plutôt regardés comme curiosités que comme ressources à exploiter.

Espérons qu’après la guerre nos colons deviendront plus pratiques et qu’avec l’aide de capitaux métropolitains ils tireront un peu plus de profit de ce que la généreuse nature a mis à portée de leur main.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo Resaky ny mpitsimpona akotry : samy nohosoran-dreniny menaka fa ao ihany ny mahery kokoa

Araky ny fiheveran’ny maro, ny hany fomba sisa ahombiazana amin’izao fotoana izao dia tsy miankina intsony amin’ ny tanjaka noho ny fanosoran’ny reny menaka na amin’ny ezaka ataon’ny tena. Ny hany antoka dia ny fahasahisahiana. Fahasahiana amin’ny inona moa izany ? Fahasahiana miampy ny fahaizana eo amin’ny fandinganana ny voarara. Fahasahiana izay indraindray mitaky hatrany amin’ny tsy fahatahorana tody noho ny fanitsakitsahana fady. Lasa lavitra izany finoana izany, nefa mety hisy ny mahamarina izany raha jerena ny firefarefan’ny toe-tsaina ankehitriny. Tsy ny toe-tsaina tazana ety amin’ny fiarahamonina anivon’ny mponina ihany fa ny toe-tsaina ambaran’ny serasera feno fitapitaka sy ny fomba fitantanana ny raharaham-pirenena izay anjakazakan’ny fanaovana baranahana.

Malaza izany ady ataon’ny fitondrana amin’ny kolikoly izany. Ny vokatra anefa tsy mankaiza ary toy ny fefiloha mitresaka ny fahitana azy. Ny etsy tampitampenana, tsy lavitra eo iny misy tapany mitriatra andehanan’ny rano miboiboika bebe kokoa. Lainga lainga fa tondraky ny kolikoly ny tontolo iainana eto amin’ny Nosy. Toy ny rivotra iainana ny filomanosana anivony ka tsy manaitra ny mponina intsony. Nefa samy mahafantatra fa aretina mikiky izy io ary sakana ho an’ny fiovana. Ary raha toa tsy tandremana dia mitombo hatrany ny fihatrany. Ny Bianco no antoka ametrahana ny fanantenana eo amin’ny ezaka atao ho fanefitry ny kolikoly. Mbola menaka ahoso-bato aloha izany hatramin’izao. Nampiteny ny moana anie ny fahitana ny zoto mifangaro tahotra nasehon’ny olona tamin’ny fahamaizany anovana ny permis sy carte grise amin’ny endrika manara-penitra, izay nandodonan’ny fanjakana amin’ny fomba izay tsy izy. Araky ny fiheveran’ny maro dia làlana itangosan’ny fanjakana vola no tena antony. Fantatra koa fa rehefa vola no resaka dia tsy ilaozan’izay azon’ny fakam-panahy amin’ny fikasana hanimbika eny antsefatsefany eny. Ny ankamaroan’ny mponina nahatsapa izany anefa tsy nahatazana loatra izay tena fihetsiky ny Bianco. Toy izany ny eny amin’ireny toby fitsarana fiara ireny, samy manana ny tarifany hono ary fantatry ny mpanjifa izany.Ny hany tsy jamba sady marenina dia ireo mpitandro ny fangaraharan’ny fanatanterahana ny asa ety anivon’ny mponina.

Mbola ny raharaha tazana sy rakatr’izay te hitazana izany fa aiza ho aiza an’izany ireo asa manjavozavo tsy takatry ny mason’olon-tsotra?

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : la bonne idée de la voisine

D’elle, vous ne connaissiez que sa porte d’entrée qui donne directement sur la rue. De temps en temps vous entendiez sa voix et son rire. Désormais vous pouvez apprécier son rire et son sourire devant sa porte grand ouverte. Elle, c’est votre voisine. Pour passer le temps et arrondir ses fins de mois, elle a trouvé une bonne idée : une table, un tabouret et une corde fixée sur la porte et en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, l’entrée de votre voisine est devenue une échoppe, concurrente de toutes les autres du voisinage. En attendant que le prix du riz baisse et que les usines embauchent, que voulez-vous, il faut bien s’occuper…

 

News Mada0 partages

Mitaraina ny lehiben‘ny mpitsabo : betsaka ny olona misandoka ho mpitsabo ao Ambahikily

Misahana mponina 15 020 ny CSB II ao Ambahikily, distrikan’i Morombe, faritra Atsimo Andrefana. Miorina any amin’ny 25 km ny tanàna anatin’ny fokontany sasany karakarain’ny mpiasan’ny fahasalamana ao an-toerana, araka ny fanazavan’ny “infirmière” miasa ao, Farasoanantenaina Rivesty. Anisan’ny olana sedrain’ny mpitantana ny tobim-pahasalamana ny fisian’ny olona milaza ho mpitsabo ary mizaha marary mihitsy. Rehefa tsy vitany, alefany any Andavadoka na any Morombe ilay marary. Tsy vitsy ny tranga miseho momba ny fisandohana ho mpitsabo ao Ambahikily, hoy ny lehiben’ny mpitsabo, Rasoaniaiharimanga Agathe.

Olana faharoa ny fahateren’ny fotodrafitrasa sy ny fandriana handraisana ny marary. Dimy ny kidoro misy nefa indraindray mahatratra 300 ao anatin’ny herinandro iray ny marary tonga manatona ao amin’ny CSB II. Ny tazo no aretina voalohany hanatonan’ny olona ny hopitaly, indrindra ny volana janoary hatramin’ny jolay sy ny septambra ary ny oktobra.

Anisan’ny mampavitrika ny olona tonga manatona ny CSB II ny asa fanentanana ataon’ny mpanentana eny ifotony isam-pokontany. “Talohan’ny taona 2006, mahatratra efatra isan’andro ny zaza latsaky ny 5 taona maty noho ny tsy fisian’ny mpanentana teny amin’ny fokontany ary tsy mbola nazoto nanao vaksiny ny zanany ny renim-pianakaviana”, hoy ny mpanentana ao amin’ny fokontany Tongarahamba, Voalizy Zanabelo. Niova izay toe-javatra izay rehefa tonga ny mpanentana izay olona fidina isam-pokontany. Nambarany fa rehefa misy ny fambara loza miseho amin’ny zaza, alefa haingana manatona ny CSB II ilay renim-pianakaviana miaraka amin’ny marary.

Mazoto ny mpiasa vokatry ny fanatsarana nentin’ny Passoba

CSB II tohanan’ny tetikasa Passoba ny ao Ambahikily. Nahazo kidoro, lasa afaka mampiasa herinaratra noho ny fisian’ny “panneaux solaire” ary fanafody maro ny toeram-pitsaboana vokatry ny tohana nentin’ny tetikasa. Namparisika ny mpiasan’ny fahasalamana ny fanatsarana rehetra.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Lakandranon’Andriantany : nodiovina ny teny Ankadimbahoaka

 Nitohy, omaly, ny fanadiovana ny lakandranon’Andriantany eny Ankadimbahoaka nataon’ny CUA ho fiatrehana ny fahavaratra. Tonga teny an-toerana ny mpanolotsaina manokan’ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Marc.  Nijery ny fizotry ny asa izy ireo. Nizaha koa  ny olan’ny mpivarotra sy ny mponina vokatry  ny  fahatsentsenan’ny lakandrano. Nisy ny fiaraha-miasan’ny CUA sy ny Madarail tamin’izao hetsika izao,  amin’ny alalan’ny fanomezana alalana handehanan’ilay milina  nanao ny asa manamorona ny lalamby. Nanampy izany koa ny Himo miisa 50. Nomena solon-tsakafo 4 000 Ar  isan’andro,  nanadio sy nitatitra ny fako. Hitohy hatrany ny asa mandra-pahavitan’ny lakandrano iray manontolo eto Antananarivo Renivohitra. “Hiezaka hanafaingana ny asa izahay satria efa ao anatin’ny fahavaratra isika izao. Manentana ny mponina manamorona ny lakandranon’Andriantany mba hifanome tanana amin’ny asa fanadiovana hanafainganana  ny asa hisorohana ny tondradrano”, hoy ny tompon’andraikitra.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fanabeazana : nomena fahitalavitra mahazo Canal + ireo sekoly

Dingana iray mankany amin’ny fandrosoana, ho an’ireo sekolim-panjakana. Fantatra mantsy fa efa nahazo fahitalavitra niomerika ireo sekolim-panjakana maherin’ny 700, misandrahaka manerana ny Nosy. Tsy nijanona hatreo, fa nisy tohiny ny fanomezana, mba hanatrarana ny tanjona. Tontosa omaly, tetsy Andraharo, ny fifanaovan-tsonia ny fiaraha-miasa eo amin’ny minisiteran’ny Fanabezam-pirenena sy ny orinasa Canal+ Madagascar. Mahakasika indrindra ny fanomezana « abonnements Canal + » ho an’ireo sekoly EPP, CEG ary Lycée manodidina ny 200 eo izany, mandritra ny efa-taona.Tanjona amin’izany ny fivelaran’ireo mpianatra amin’izao tontolo izao, noho ny fahamaroan’ny fahitalavitra ao anatin’ny tolotra, izay azon’izy ireo jerena. Ho lasa fitaovana entina manabe ireo « bouquets Canal + » amin’izay, hoan’ireo mpampianatra. Tsy fialamboly fotsiny fa hampisokatra ny sain’ny mpianatra ireo horonantsary fanadihadiana, tantara, siansa, vaovao iraisam-pirenena, sns. Mazava loatra fa mbola tombony ihany koa ny fifehezana tsikelikely ny teny frantsay sy anglisy.Araka izany, homen’ny Canal + maimaimpoana ho an’ireo sekoly ny fitaovana rehetra ilaina, to any “décodeur”, “parabole”, sns, hatramin’ny fametahana azy. Anjaran’ny tompon’andraikitry ny sekoly isanisany kosa ny mikajy ny fitaovana mba hampateza izany, satria holovain’ireo mpianatra mifandimby ireo. Nanamarika ny minisitry ny fanabeazana, Rabary Paul, fa fanombohana ihany izao, satria hiitatra amina sekoly maro hafa ny fiaraha-miasa. Nanehony hafaliany amin’ny fisokafan’ny fiaraha-miasa amin’ireo mpandraharaha tsy miankina, kanefa mametraka ny fanabeazana ho laharam-pahamehana ihany koa ny tenany.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

GBM : 50.000 ireo mpitsidika andrasana

Hotanterahina etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina ny 20 ka hatramin’ny 24 desambra izao, ny hetsika La Grande Braderie de Madagascar (GBM), andiany mamarana ity taona 2017 ity.

Natokana ho an’ny fetin’ny krismasy sy ny faran’ny taona ny hetsika volana desambra toy izao raha ny fanazavan’ny mpikarakara avy ao amin’ny Madavision izay tarihin-dRtoa Ramanantsoa Harilala.

Mahatratra 50.000 ireo mpitsidika andrasana mandritra ny efatra andron’ny tsena izay efa mahazatra ireo mpanjifa mandritra ny GBM. Hitobaka ny karazana kilalao ho an’ny kilonga. Eo koa anefa ireo akanjo sy kiraro lamaody entina mianjaika amin’ny fankalazana ny fetin’ny krismasy sy ny faran’ny taona.

Ankoatra izany ny karazan-tsakafo izay maro hisafidianana, ny kojakojan-dakozia sy ny fanaka izay fanaon’ny tokantrano ny manolo azy ireny ho vaovao hitsenana ny taona vaovao indray.

Manodidina ny 280 ireo mpandray anjara ary maherin’ny 380 kosa ny tranoheva hisy ireo entam-barotra marobe. Hentitra amin’ny fanaraha-maso ny vidin’entana ny mpikarakara satria ny fihenam-bidy no tena mahasarika ny mpanjifan’ny GBM.

Tatiana A

News Mada0 partages

Nouvelle affaire de corruption : les procédures enclenchées contre Claudine Razaimamonjy

Sept personnes, dont Claudine Razaimamonjy, sont placées sous mandat de dépôt hier. Elles sont impliquées de favoritisme, de faux et usage de faux dans le cadre d’une passation de marché.

Une affaire touchant des responsables des marchés publics auprès du ministère de l’Emploi,  de l’enseignement technique et de la formation professionnelle a fait l’objet de défèrement, hier auprès de la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC).

Selon les explications fournies, le dossier met en relief des faits de favoritisme, de détournement, de faux et usage de faux commis par plusieurs responsables au sein de ce ministère et les entreprises bénéficiaires dans le cadre de la passation d’un marché de construction de Lycée technique dans la Commune rurale d’Ambalavao. «Au total, 7 personnes seraient impliquées dans ce dossier», explique notre source. En tout cas, la valeur de ce marché avoisinerait  1 milliard d’ariary.

Parmi ses sept personnalités impliquées figurent, une femme d’affaire bien connue, en la personne de Claudine Razaimamonjy.  Cette dernière, placée en détention depuis quelques mois déjà à Manjakandriana pour une autre affaire, a été déférée, au même titre que ses présumés complices hier au siège du CPAC aux 67 Ha.

Sur ce point, l’étau risque de se resserrer autour de l’opératrice économique et proche du couple présidentiel, Claudine Razaimamonjy. Interpellée dans une affaire de détournement de fonds, en juin dernier, elle risque de croupir un long moment à Manjakandriana.

Suspicions

En outre, la personne responsable des marchés au sein du ministère en question a été placée aussi sous mandat de dépôt. Par ailleurs, d’autres personnes complices des suspects déférés sont encore en fuite, en l’occurrence certaines dames bénéficiaires et titulaires des marchés viciés. L’affaire remonte, selon notre source, à la fin de l’année 2016 mais il a fallu à l’organe en charge de la lutte contre la corruption de réunir les éléments incriminant les responsables pour que le dossier soit transmis auprès de la CPAC.

En tout cas, en attendant la mise en place du Pôle anticorruption (PAC), celui de la capitale est prévu au début de l’année prochaine, le Bianco entend mettre le paquet pour lutter contre la corruption. «Tous les dossiers concernant ces marchés suspects feront l’objet d’investigation et de transmission auprès de la Justice», assure-t-on du côté du Bianco.

Ce dernier attend en effet avec impatience la mise en place de cette nouvelle instance afin de remplacer la Chaîne pénale anti-corruption. Et pour cause, le déficit de cadre juridique du CPAC posait des difficultés sur le plan juridictionnel et administratif.

A titre d’illustration, l’article 7 de la loi n°2016-02 sur le pôle anti-corruption stipule qu’afin de garantir la fiabilité et la rapidité des décisions relatives à la saisie, au gel et à la confiscation des avoirs, il est institué auprès du PAC une Chambre spéciale, de composition tournante, chargée de statuer en cette matière : la Chambre de la saisie et confiscation des avoirs.

En tout cas, samedi dernier, lors de la célébration de la journée internationale pour la lutte contre la corruption, le numéro un du Bianco a  concédé que  pour Madagascar, cette journée se commémore dans un contexte national caractérisé par des scandales de corruption ou de malversations diverses, doublés d’une impunité persistante. C’est pour dire que du chemin reste encore à faire dans cette lutte.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Orange Madagascar : Andranofeno illiminé

Dans l’objectif de contribuer à l’électrification du milieu rural à Madagascar, le ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH), Lanto Rasoloelison a lancé un appel aux opérateurs. Et Orange Madagascar a répondu par le biais d’un projet d’électrification en énergie solaire du village d’Andranofeno Sud, situé sur la Rn4 qui va accueillir les sans-abri.

Orange Madagascar, représenté par son directeur général, Michel Degland, a donc scellé ce partenariat avec le MEEH, représenté par le ministre Lanto Rasoloelison, hier, à Ankorondrano.

A partir de 2018, des kits solaires octroyés par cette entreprise en téléphonie mobile vont alimenter le réseau électrique de ce village. Dans ce sens, les villageois pourront bénéficier des services comme l’orange money ou encore le paiement par mobile banking des factures en eau et électricité. «Il s’agit d’une solution qui permettra de répondre aux besoins en énergie de Madagascar», selon les explications du Dg de Orange Madagascar, Michel Degland.

Pour le MEEH, «C’est le résultat d’une longue et fructueuse collaboration, tant en milieu rural qu’en milieu urbain. Le choix d’Andranofeno Sud est assez stratégique car il est toujours exposé au soleil», a conclu Lanto Rasoloelison.

Nadia

 

News Mada0 partages

BNGRC-ny Rado Rafalimanana : la tension est à son paroxysme

15 tonnes de dons en nourriture de l’ONG «Ny fanahy no maha olona», présidée par Ny Rado Rafalimanana, viennent d’ être mises en vente aux enchères à défaut de dédouanement à temps. Ce dernier dénonce ainsi le BNGRC de n’avoir pas pris ses responsabilités. Le torchon brûle.

Selon Ny Rado Rafalimanana, au cours d’un point de presse donné à Tanjombato ce week-end et relayé sur les ondes de quelques stations privées de la capitale, ces 15 t de vivres sont destinées aux victimes du cyclone Enawo.

Sur ce, il avait contacté le BNGRC sur les démarches à effectuer. Il a même affirmé avoir contacté des hauts responsables de ce bureau pour que ces dons soient réellement distribués aux personnes sinistrées et ce, en toute transparence.

Or, grand fut son étonnement plus tard lorsque la douane malgache a procédé à la mise en vente de ces vivres, pour cause de non paiement à temps des droits. Ce qui a amené Ny Rado Rafalimanana à accuser le BNGRC d’être responsable de la mauvaise gestion des dons auprès des sinistrés, en l’occurrence envers les victimes du cyclone Enawo.

Réponse cinglante du BNGRC

De son côté, le secrétaire général (SE) du BNGRC, Thierry Venty, n’a pas mâché ses mots envers Ny Rado Rafalimanana devant cette accusation «non fondée et mal placée», hier à son bureau à Antanimora.

C’est évidemment la réponse du berger à la bergère. Le SG du BNGRC a désigné Ny Rado Rafalimanana comme une jeune qui fait preuve de manque de maturité dans ce qu’il entreprend.

«Je me permets ici d’emprunter l’expression de la bible, pardonne lui, car il ne sait pas ce qu’il fait», a-t-il souligné. De poursuivre ensuite qu’il a déjà conseillé Ny Rado Rafalimanana d’inscrire ces dons au nom du BNGRC afin de faciliter les démarches nécessaires relatives à la franchise douanière et la distribution. Et qu’à titre de donateur, il a le droit de recevoir les rapports et les justificatifs relatifs à la gestion et à la destination de ces dons sur simple requête.

«Toutefois, malgré le conseil de la douane d’inscrire le connaissement au nom du BNGRC, Ny Rado Rafalimanana a toujours insisté pour que les dons portent son nom. Et cette procédure n’a pas été effectuée jusqu’ici», a indiqué le SE du BNGRC.

Dans sa conclusion, Thierry Venty a mentionné qu’aucun des bureaux locaux du BNGRC n’a reçu jusqu’ici des dons venant de l’ONG «Ny fanahy no maha olona». «Il est inimaginable qu’on sort de nos bureaux des dons pour les sinistrés pour qu’on les mette ensuite publiquement à la vente aux enchères», a-t-il conclu.

Sera R

 

News Mada0 partages

Emeutes à Ikongo : 120 détenus libérés par la foule

Le district d’Ikongo, région Vatovavy Fitovinany, a été en effervescence hier à la suite d’une tentative de vindicte populaire. La situation a rapidement dégénéré en émeute, prise d’otages et évasion massive.

Tôt dans la matinée d’hier, près de 120 détenus ont été libérés de la maison centrale d’Ikongo par une meute d’individus en furie. Les agents pénitentiaires ont vainement essayé de défendre la prison.

Armés de sagaies et de machettes, près de 600 individus, venant de Tsaralanitra et d’Ambalabe, commune de Sahalanona, ont envahi la prison. Les agents pénitentiaires ont lancé des coups de semonce pour les disperser mais plus que jamais déterminés à venger la mort de l’un des leurs, les habitants de Sahalanona sont allés jusqu’à libérer les détenus.

D’après Jérémie Napou, directeur de la communication du ministère de la Justice, les suspects en question ont été déjà transférés dans une autre prison pour des raisons de sécurité mais les intrus ne voulaient rien savoir.

«Selon le compte-rendu qui nous est parvenu, nos éléments étaient entièrement débordés, vu le nombre des assaillants. N’ayant pas trouvé à l’intérieur de la prison les personnes qu’elle est venue rechercher, la foule a pris en otage des agents pénitentiaires avant de libérer les détenus. Ensemble, ils ont fouillé les domiciles des agents pénitentiaires et les locaux des forces de l’ordre avant d’encercler le bureau du district où se sont réunis les membres de l’Organe mixte de conception. Des agents pénitentiaires auraient été pris en otage», a-t-il déclaré.

Litige foncier

Etant sur place, le député Jean Brunel Zafitsiandraofa est intervenu. «Sachant que les autorités régaliennes ont été dépassées par l’événement, j’ai dû recourir aux autorités traditionnelles pour désamorcer la tension. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer. L’on a cependant enregistré des blessés surtout dans les rangs des agents pénitentiaires qui ont essuyé des jets de galets», a-t-il précisé. Par ailleurs, l’élu d’Ikongo a expliqué que tout a commencé par un litige foncier.

«Sept personnes ont été arrêtées et conduites au bureau de la police. Après l’enquête préliminaire, elles ont été déférées au Parquet et le juge en charge du dossier a décidé de les placer en détention préventive. Au cours du transfert des suspects à la prison, le plaignant qui les suivait a été tué par on ne sait pas qui. Ce qui n’a fait qu’attiser la colère de ses proches qui, pour venger la mort de ce père de famille, ont réclamé la tête des sept suspects», a-t-il conclu.

Selon ses dires, des éléments de renfort des forces de l’ordre ont été dépêchés à Ikongo. Malgré tout, un calme apparent plane sur la ville.

Mparany

News Mada0 partages

Boeny : Dix ans des sapeurs-pompiers de Boeny

La région Boeny améliore les prestations de ses sapeurs-pompiers. Après dix années d’existence, des changements sont en effet apportés au sein du corps, au point de vue matériels et ressources humaines, depuis la semaine dernière.

L’adjudant-chef Elia Ratodison Rabearivelo, issu de la Région militaire N°4 de Mahajanga, devient actuellement le chef de division de secours et incendie au sein du corps des sapeurs-pompiers de la région Boeny, suite à la demande de collaboration effectuée par le chef de région Saïd Ahamad Jaffar. Le commandement des 26 soldats du feu a été confié depuis le 8 décembre 2007, date de création du corps, au caporal-chef Jean-Christophe Rakotonirina qui a bénéficié de deux stages de formation en Afrique du Sud dans le cadre de son travail.

Les intervenants ont rappelé que la catégorisation de la région Boeny en région-pilote à l’époque a été à l’origine de la création de ce corps de sapeurs-pompiers au sein du service de protection civile de Boeny. «Un manque crucial de matériels résulte de cette situation», déplorent les responsables. Outre leur rôle de renfort, les sapeurs-pompiers de la ville de Mahajanga collaborent étroitement avec le Bureau régional de gestión des risques et catastrophes (BRGRC). Ce corps intervient dans les feux de brousse au cours desquels il a mis fin à l’incendie de l’aire protégée d’Ankarafantsika en 3 mois en 2010. Ses éléments ont aussi participé aux travaux de secours des naufragés de la rivière Kamoro, dans le district d’Ambato Boeny, en 2012.

Manou

News Mada0 partages

Caisses de retraite : les CTD appelés à payer les cotisations à temps

La Direction générale de la gestion financière du personnel de l’Etat (DGGFPE) revient  sur le retard de paiement des cotisations des agents affiliés aux caisses de retraite, au niveau des Collectivités territoriales décentralisées (CTD).

«Il s’agit d’une dépense obligatoire pour les CTD», a précisé la directrice  de la DGGFPE, Ihanta Sahondra Razafintsalama, lors d’une séance de sensibilisation à l’endroit des responsables au niveau des CTD, hier, au ministère de l’Economie et du plan.

Selon elle, «la majorité des CTD n’effectuent pas à temps le paiement des cotisations des agents affiliés à la Caisse de prévoyance à la retraite (CPR) et la Caisse de retraite civile et militaire (CRCM)». Par conséquent, la plupart des agents de l’Etat au sein de ces CTD ne peuvent pas jouir de leurs droits en matière de pensions, plusieurs années après leur départ à la retraite, faute de versement des cotisations des employeurs.

Le paiement de la cotisation retraite (la part individuelle et la part patronale) par les établissements, ayant une autonomie budgétaire (établissements publics, institutions, CTD…), devrait se faire périodiquement, c’est-à-dire, tous les trois mois. Mais le délai n’est jamais respecté, à en croire la DGGFPE.

Et bien que cette direction ait déjà fait appel aux établissements publics à caractère administratif et aux CTD pour régulariser à temps  les cotisations à verser dans les caisses retraite, en décembre 2016, le problème semble persister jusqu’à présent.

 Le secrétaire général du ministère des Finances et du budget de ce temps, Alexandre Andrianasolo, avait annoncé la mise en place d’un Conseil de discipline budgétaire si les fautes de gestion persistaient. Mais aucune sanction n’est tombée jusque-là.

Le déficit persiste

Plusieurs réformes ont été  menées dans le domaine des pensions dont le principal objectif est de réduire le déficit de la Caisse de prévoyance à la retraite (CPR) et la Caisse de retraite civile et militaire (CRCM). Il s’agit, entre autres, d’établir les états de versements des cotisations à payer via un logiciel unique, les ordres de recettes et avis d’émission d’ordre de recettes par la division du suivi des caisses et du versement des cotisations auprès des postes comptables du Trésor.

Aujourd’hui, les caisses retraite enregistrent encore un important déficit que l’Etat comble à travers les subventions. Le montant injecté par l’Etat est passé de  97 milliards d’ariary en 2013 à 250 milliards d’ariary en 2015, pour atteindre les 290 milliards d’ariary en 2016. Cette subvention est de 228 milliards d’ariary dans la Loi de finances initiale (LFI) 2018.

L’idée de  prolonger l’âge d’admission à la retraite à 65 ans a été également avancée l’an dernier. Celle-ci a toutefois suscité de vives critiques auprès de plusieurs parties prenantes.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Santé économique : le Dr Aimé Harinjatovo fait un tour d’horizon sur Alliance 92

Dr Harinjatovo Aimé Ramiarison, docteur en économie, était l’invité de l’émission « Ambarao  d’hier, sur Alliance FM. Une occasion pour l’économiste de faire un tour d’horizon sur la santé économique du pays qu’il qualifie de catastrophique si l’on prend en compte les indicateurs de pauvreté, la faible croissance économique, l’inflation, etc.

Madagascar est classé parmi les Etats fragiles, compte tenu de sa vulnérabilité élevé suite aux chocs politiques, sociaux, économiques et climatiques. De l’avis du Dr Harinjatovo Aimé Ramiarison, économiste de profession, l’absence d’une politique économique appropriée serait la cause de cette situation. Cet économiste estime pourtant qu’il faut au moins dix ans pour sortir de cette situation de fragilité, en améliorant la gestion économique du pays et en insistant sur la bonne gouvernance.

Ces dernières semaines, l’on entend parler plus fréquemment de la «dégringolade» de l’ariary sur le marché interbancaire de devises (Mid) alors que la Banque centrale a émis de nouvelles coupures de billets de banque.

 «Depuis longtemps, le marché monétaire affiche une dévaluation continue de l’ariary, entre 10 à 15% par an. De même pour la balance de paiement. Il s’agit d’une dépréciation chronique», a expliqué notre interlocuteur avant d’ajouter , «On peut voir dans la dépréciation de la monnaie locale, une conséquence de la mauvaise gestion de l’économie. Mais avant tout, le taux de change et les impôts sont des instruments de politiques économiques. Donc, il faut les utiliser suivant les objectifs escomptés. Mais actuellement, comme nous n’avons aucune politique économique ni d’instruments, ces derniers deviennent des indicateurs de croissance économique».

Situation précaire dans le pays

Par ailleurs, la question d’inflation et du faible pourvoir d’achat de la majorité des consommateurs suscite bien des interrogations. Chaque année, les salariés s’attendent à une «augmentation».

Mais pour le Dr Harinjatovo Aimé Ramiarison, «l’augmentation de salaire est une lame à double tranchant». Sur ce point, il a expliqué : «Augmenter le salaire signifie aussi augmenter temporairement le pouvoir d’achat des salariés. Mais à défaut d’offre sur le marché, les prix partent automatiquement à la hausse. C’est une spirale infernale».

En même temps, le pays vit suivant le concept de mondialisation. «Cela implique que nous sommes en concurrence avec les autres pays. Un salaire élevé va réduire notre compétitivité», a-t-il ajouté. A en croire l’économiste, l’idéal serait ainsi de maintenir un pouvoir d’achat élevé avec une main-d’œuvre compétitive.

En tout cas, outre l’établissement d’une politique économique appropriée, le Dr Harinjatovo Aimé Ramiarison propose de prioriser certains secteurs économiques, entre autres, le textile, l’agriculture ou encore le tourisme.

Arh.

 

News Mada0 partages

Port de Toamasina : blocage au terminal containers

Les problèmes liés à la manutention des containers au Port de Toamasina ont soulevé des points de blocage auprès des usagers du port, notamment sur les retards en cascade concernant le débarquement et la livraison des marchandises.

Suite à une annonce de grève d’avertissement du groupement des transporteurs, des commissionnaires en douanes et des représentants des armateurs, une réunion a eu lieu, le 7 décembre dernier,  sous l’égide de la Société du port à gestion autonome de Toamasina (Spat),  avec les compagnies de lignes maritimes, afin de réorganiser le planning de réception des navires. En effet, les compagnies se retrouvent à ne plus pouvoir embarquer les conteneurs vides, retournés par leurs clients.

Une descente a de ce fait été effectuée par le ministère des Transports et de la météorologie. Et suite à des entretiens avec plusieurs entités concernées, la société Madagascar international container terminal services limited (MICTSL), qui est en charge de la gestion du terminal à containers de Toamasina, s’est engagée à augmenter la durée de franchise de magasinage de 5 à 7 jours ouvrés sur le terminal conteneur.

La société prévoit également la location provisoire de grue mobile en attente d’un investissement supplémentaire en juin 2018 en vue d’acquérir de grue fixe, a-t- on indiqué au niveau du ministère des Transports.

R.R.

 

News Mada0 partages

Commerce : le Made in India s’importe à Mada

«Etablir des liens directs entre les petites et moyennes entreprises indiennes et malgaches, partager le savoir-faire et les connaissances, par le biais des réunions B2B, afin de promouvoir les échanges commerciaux et bilatéraux entre Inde et Madagascar». Voilà les objectifs de la foire commerciale Made in India qui se tiendra sur le parvis de l’Hôtel de ville, les 16 et 17 décembre.

Il s’agit d’une initiative de l’ambassade de l’Inde et de la fédération de la Chambre de commerce et d’industrie de Madagascar et la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo.

Made in India in Tana verra la participation d’entreprises indiennes et malgaches intervenant dans plusieurs secteurs, comme l’auto-moto, l’énergie, l’habillement, l’agriculture, le BTP, le secteur minier et artisanal, l’huile essentielle, la technologie de l’information et la télécommunication….Ainsi, les visiteurs pourront avoir l’opportunité de prendre connaissance des produits indiens mis en vente au pays mais également de ceux qui sont destinés à l’exportation.

Il faut savoir que quatre sociétés indiennes viendront spécialement de l’Inde pour participer à cette foire d’échanges commerciaux.

Nadia

 

News Mada0 partages

Foot-campagne africaine : tirage clément pour les équipes malgaches

Cnaps Sport et Fosa Junior débuteront la campagne africaine en février 2018. La première aura comme adversaire une équipe ougandaise tandis que la seconde héritera d’une formation kenyane.

Epargnées ! Les deux formations malgaches en lice dans les deux compétitions africaines (la Ligue des Champions et la Coupe de la confédération) ont eu un tirage presque facile au tour préliminaire. A l’issue du tirage au sort effectué, hier, dans la capitale égyptienne, Cnaps Sport sera opposée à la formation ougandaise de Kampala Capital City Authority Football Club (KCCA) en Ligue des Champions tandis que Fosa Junior rencontrera les Léopards de Kenya.

Outre ce tirage prenable, les clubs malgaches auront l’avantage d’accueillir les matchs aller. Les Caissiers attendront de pied ferme les Ougandais dans leur antre à Vontovorona le mois de février 2018, mais la date reste à déterminer. A ce sujet, la confédération africaine propose trois dates entre le 9 et le 11 février.

Du côté de Fosa Junior, le rendez-vous est donné à Mahajanga dans le même créneau que celui des Caissiers en 2018. Les Léopards kenyans sont prévenus, l’équipe détentrice de la Coupe de Madagascar jouera devant son public.

Amoindri ?

Certes, les Caissiers auront l’avantage de jouer à domicile. Mais l’absence de sa pièce maîtresse, en la personne de Njiva Rakotoarimalala, pourrait handicaper l’équipe championne de Madagascar.

En effet, l’attaquant vedette des Barea de Madagascar change de tunique. Dorénavant, il ne fait plus partie de Cnaps Sport. Son avenir se dessine du côté de  la Thaïlande. Contrairement à Fosa Junior qui mise sur la stabilité de l’effectif vainqueur de la Coupe de Madagascar à une exception près.

Naisa

News Mada0 partages

Handball : les derniers tickets en jeu

Dernière journée haletante de la phase de poule de la joute nationale, ce jour, au palais des Sports de Mahamasina. Si quelques formations ont déjà validé leur ticket pour les demi-finales, comme c’est le cas de l’AS Saint-Michel et Cosfa dans la catégorie masculine et de THBC et AS Tsiky chez les dames, d’autres vont devoir batailler fort avant obtenir les dernières places encore en jeu.

Ainsi, certaines rencontres de la journée finale de la phase de poule s’annoncent comme des petites finales, à l’image d’un choc entre le groupe Siteny et Asut Sporting. Le perdant pliera  bagage et le vainqueur rejoindra le dernier carré chez  les hommes. Côté dames, le duel qui opposera HBCA et HBCI se présente comme le match phare.

Naisa

Résultats de la 2e journée :

Dames :

THBC-HBCI : 26-19

AS Tsiky-Zanak’ala : 19-14

HBCA-H3A : 19-18

Hommes:

ASSM-Asut/Sporting: 29-23 G. Siteny-SMI: 35-20

Cosfa-HTHB: 31-27

Programme de la dernière journée :

Hommes:

G.Siteny-Asut/Sporting

ASSM-SMI

HTHB-Ascaf

Dames:

HBCA-HBCI

THBC-H3A

HBCB 119-Zanak’ala

 

 

News Mada0 partages

Rallye shell helix : la distance des parcours est modifiée

Le club Asa Tana, organisateur du rallye Shell Helix, la dernière manche du championnat de Madagascar, n’est pas au bout de ses peines. Faisant l’objet d’un report, ce derby final qui se disputera finalement du 15 au 17 décembre,  a connu au dernier moment une modification au niveau du parcours. Les 26 équipages sont prévenus.

Une mise au point s’impose pour les équipages ! A trois jours du début de la manche finale de la joute nationale, le Comité d’organisation du rallye Tour de Tana a pris deux décisions importantes relatives aux épreuves spéciales.

Primo, la distance totale de la première épreuve spéciale (ES) a été réduite. «L’ES 1 Ambohitsiry – Ankadindravololona sera raccourcie à 14km au lieu de 20.30km. Le reste sera une liaison jusqu’au parc de réparation UBP Imerinkasinina», a communiqué le club Asa Tana. Secundo, «Toutes les ES prévues côté Est (RN2) seront remplacées par les ES côté (RN4) le samedi. Le parcours du dimanche reste inchangé»,  poursuit le communiqué.

En somme, la longueur totale de ce dernier rallye de la saison a connu deux modifications en cours de route. D’une distance de 142,60 km au début, le parcours a été rallongé à 162,8 km avant que les organisateurs n’aient décidé de remplacer toutes les ES du samedi par celles de dimanche.

Les favoris sur la grille du départ

L’enjeu est de taille ! Les équipages encore en lice dans la course au titre ne veulent rater, pour rien au monde, l’opportunité d’abattre leur dernière carte. Les Subaru, comme à l’accoutumée, sont présentes en force et conduites par les leaders du classement, notamment Ndrianja-Fanja, Bona-Miangaly, sans oublier, Yves-Fafakop ou encore Tahiana-Tahiry.

Mais avec deux équipages sous sa bannière, que sont Hery Be-Fafah  sur Mitsubishi Evo X et Jacques Ferre-Santatra au volant d’une Mitsubishi Evo VII, la marque nippone fera tout feu de tout bois.

Naisa

Les 26 équipages :

Alcazaria-Mi (Peugeot 205)

Papibien-A.Mick (VW Golf MK2)

Dani-Rina (Renault Megane)

Jeffy James-Sonia (Peugeot 205)

Bona-Miangaly (Subaru)

Nirina-Alcazaria Jr (Peugeot 206)

Bobo Jr-Sylvie (Toyota Celica)

Pattie-Jennie (Citroën Visa Trophée)

Ndrinja-Fanja (Subaru)

Fidi-Niaina (Renault Clio)

Anjabob-Aina P. (VW Golf 3 Tdi

Yves Manu-Betojo (Renault Clio)

Tahiana-Tahiry (Subaru)

Domvala-Rhal VW Polo Tdi)

Andy-Dera David (Peugeot 205)

Haja D-Alain (Ssangyong Actyon)

NS-Dorax (Renault Clio)

Patty-Jassy (VW Golf)

Tahina-Baovola (Subaru)

Ny Anjara-Adri (Subaru)

Hery Be-Fafah (Mitsubishi Evo X)

Yves-Fafakop (Subaru)

Jacques Ferre-Santatra (Mitsubishi Evo VII)

Babaina-Mathieu (Peugeot 205)

Fetra-Faby (Peugeot 205)

Anita-Mino (Peugeot 205)

 

 

 

News Mada0 partages

Patrimoine culturel : l’art discursif à valoriser

Véritable marqueur identitaire, le kabary figure parmi les projets de candidatures du gouvernement malgache  à inscrire sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Le kabary est une forme de discours très codifié et omniprésent dans la vie des Malgaches. Chaque événement majeur de la vie, que ce soit la naissance, le décès, le mariage ou  l’investiture, l’inauguration, tous les événements officiels, est indissociable à l’art oratoire prononcé par le Raiamandreny, soit l’aîné de l’assemblée ou la personnalité la plus importante.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Tennis de table-zone 5 : les Malgaches intraitables

Le championnat d’Afrique de la Zone 5 démarre sur les chapeaux de roues pour l’équipe masculine malgache, hier, à Maurice. Dans la compétition par équipe, le trio, composé de Lino, Sitraka et Setra, a coiffé au filet les Seychellois par 3 victoires à rien.

Etoile montante du tennis de table et non moins fils du directeur technique national Tahiry Rakotoarisoa, Setra a réalisé le match parfait pour s’offrir le numéro 1 seychellois et quart de finaliste de la dernière Coupe d’Afrique, Godfrey, en 3 sets secs.

«Cette victoire de Setra étonne plus d’un dans la mesure où le Seychellois qu’il a battu fait partie des grands noms de la discipline en Afrique. Mais, c’est la preuve que le tennis de table malgache monte en puissance», a déclaré le président de la Fédération malgache de tennis de table (FMTT), Jean Herley Ambinitsoarivelo.

Comme leur compère, Lino et Sitraka ont également réussi à battre chacun leurs adversaires respectifs sur un score sans appel de 3 sets à zéro. Là encore, mention spéciale pour Lino qui a fait tomber l’ogre seychellois du nom de Nicolas tandis que le numéro un malgache s’est baladé face à Mick.

Ce jour, place aux rencontres en double. La Grande île sera représentée par deux équipes : Lino-Luido et Setra-Sitraka. Un autre défi pour le camp malgache dans sa quête du titre de la Zone 5 et d’une qualification pour le championnat d’Afrique.

Naisa

 

Ino Vaovao0 partages

KITRA FOKONTANY : Hatao ny sabotsy izao ny lalao famaranana ny top foot telma eto Mahajanga

Salan-taona 18 ka hatramin’ny 25 ireto mpilalao baolina kitra eny anivon’ny fokontany ireto, izay niady ny omby mifahy avy amin’ireo mpikarakara, koa dia izao tojo amin’ny tsotsorimamba hisarahana izao ny ekipan’Ambondrona sy Amborovy. Atao ny lalao famaranana eo amin’izy roa tonta ireto ao amin’ny kianjan’ Alexandre Rabemanjara ny tolakandron’ny sabotsy faha 16 desambra ho avy izao. 

Amin’ny maha hetsika natokana ho an’ny tanora azy ity dia horavahana soradihy isankarazany ary hofaranana amin’ny fandihizana na discothèque hatramin’ny 09 ora alina io lalao famaranana io, hoy ny tompon’andraikitra hatrany. Hisy koa ireo fanomezana maimaimpoana avy amin’ny telma ho an’ireo arivo tonga voalohany ao amin’ity lalao famaranana ny kitra fokontany ity sy ireo loka avy amin’ny mpikarakara ho an’izay ekipa mpandresy.

Tanjona dia ny hanabe voho ireo tanora eny anivon’ny fokontany ka mba tsy hironan’izy ireo amin’ireo karazana zava-mahadomelina, hoy i Vincent sy Zo mpandrindra ny lalao. Marihina fa ho avy hanafana io lanonam-pamaranana io koa ny tarika Wawa junior na i Judicael.

INVMG

Ino Vaovao0 partages

FAKANA AN-KERINY-MALAIMBANDY : Fito mianaka nataon’ny dahalo takalon’aina

Nivadika fakana an-keriny ny asa ratsy ataon’ireo olon-dratsy ary izay fantany fa misy vola na misy atao dia lasibatra avokoa. Nitrangana fanafihana sy fakana an-keriny tao Ambohimandroso kaominina ambanivohitr’i Malaimbandy, Distrik’i Mahabo ny alatsinainy alina hifoha talata teo. 

Andian-dahalo nirongo fitaovam-piadiana sy famaky no tonga nanafika tao an-toerana ary nampihorohoro tokoa ireto satria poabasy tsy nifankahitana no nanairana ny mponina. Tokantrano iray fantatr’izy ireo fa olona misy atao ny tompony no nidiran’ireto malaso an-keriny. Tsy afaka nanohitra ny lehilahy tao an-trano satria tampoka tamin’izy ireo ny fidiran’ireo dahalo. 

Nambanana basy ny vehivavy sy ireo zazakely tao amin’io tokantrano io ary voaroba avokoa ny entana lafo vidy rehetra. Tsy vitan’ izany ihany fa noentin’ireo dahalo natao takalon’aina ihany koa izy fito mianaka tao amin’io tokantrano io ka zaza 3 taona no farany kely indrindra tamin’izy ireo. Tonga tao Ampanotokana dia naverin’ireo dahalo ilay raim-pianakaviana noterena hitady vola 4 tapitrisa ariary ary eo ihany ny fotoana hanolorany izany vola izany amin’ireo dahalo.

Ny vadiny sy ny vinantovaviny ary ireo zafy keliny no notanan’ireo malaso niaraka tamin’izy ireo. Ny fahatongavan’io vola io no amotsoran’ ireo olon-dratsy azy enina mianaka ireo. Tokony ho tamin’ny 5 ora hariva teo ny fotoana nanaterana ny vola ary ilay raim-pianakaviana irery ihany no nanatitra izany teo amin’ilay toerana nifanarahana. Voalaza fa tonga tao an-toerana ity farany dia tsy nanaiky indray ireo dahalo fa natombony 10 tapitrisa ariary ka niveri-maina ilay raim-pianakaviana tamin’ny afak’omaly hariva.

Hatreto mbola tsy fantatra ny tohin’ny raharaha fa araka ny vaovao voaray farany dia mbola voatazona any amin’ireo dahalo izy enina mianaka. Manjaka tanteraka ny asa fakana an-keriny ataon’ny dahalo any amin’ny Faritr’i Menabe ankehitriny. Raha tsiahivina, tamin’ny volana novambra lasa teo dia mpitandro filaminana roa ihany koa no lasibatra ary vola 7 tapitrisa no nefain’ny fianakaviany tamin’izany vao nivoaka velona avy teny am-pelantanan’ny dahalo ireo mpitandro filaminana. Mbola tao amin’ny Kaominina ambanivohitr’i Mahabo ihany no nitrangan’io fakana an-keriny io. Voalaza fa misy mpitandro filaminana mampandry tany any amin’ny Faritra ankehitriny saingy tsy mahasakana ny dahalo manao ny asa ratsiny izany.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA : Tovovavy nitondra moto naratra mafy nifandona tamin’ny bajaj

Araka ny loharanom-baovao dia samy nandeha mafy ny mpitondra kodiaran-droa sy ilay mpamily bajaj, ka tsy nisy nanampo ny zavatra hitranga. Voalaza fa somary maizimaizina ihany ny toerana nitrangan’ny loza ary efa tsy dia nisy mpandalo loatra. 

Zavatra efa mipoaka no nanaitra ny mponina manodidina ka nikoropaka namonjy ilay niharan-doza izy ireo satria tsy nahatsiaro tena mihitsy ity farany. Noentina namonjy hopitaly avy hatrany ny niharan-doza raha tsy naninona kosa ilay mpamily bajaj.

 Mafy ny fifandonana ka potika tanteraka ny lohan’ny moto jog noentin’io tovovavy ity. Voalaza fa mpanakanto ity tovovavy niharam-boina ity ary mbola tsy mahatsiaro tena izy hatramin’ny omaly. 

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Zazavavy tsy ampy taona bevohokan’ny fati-dran’ny ray aman-dreniny

Fanararaotana ara-nofo no nihatra tamin’io zanak’izy ireo ity, ka voatery nitory eny amin’ny Zandary ao Sambava ireto farany, ny talata maraina teo. 

Araka ny fitantaran’ny ray aman-drenin’ilay zaza dia, tamin’ny volana jolay lasa teo, no nandeha fandim-bolana farany ilay zaza tamin’ny mbola tao amin’ny ray sy reniny. Taorian’io dia nandeha tany Ambodihazomamy, Kaominina Morafeno tany amin’ny fati-dran’ny ray aman-dreniny ilay zazavavy. Kinanjo nony niverina avy tany dia hitan’ireo olobe fa nisy fiovana ny toe-batan’ity farany, ka noentina nizaha mpitsabo.

Nandritra ny fizahana nataon’ny dokotera azy dia voamarina fa mitoe-jaza io zazavavy tsy ampy taona mbola ao amin’ny taona fahasivy ity. Hataraina ny an’ny reniny raha vao nandre izany ary nohadihadian’ireto avy hatrany ilay zaza. Noho ny tahotra dia nilaza ny marina ity farany fa niharan’ny fanararaotana ara-nofo ny tenany nandritra ny fialan-tsasatra nataony tany amin’io fati-dran’ny ray aman-dreniny io. 

Ampitson’io ihany dia nidina tany ambanivohitra misy ilay nahavanon-doza ny finakavian’io zazavavy io, ka rehefa nanontaniana ny tovolahy dia niaiky ny fahadisoany, araka ny vaovao voaray. Notambazan’ilay tovolahy omby iray sy vola mitentina 400.000 Ariary ny ray aman-dreniny mitondra vohoka. Voalaza fa tsy noraisin’ ny sekoly intsony ilay zazavavy satria efa hita be ny vohoka entiny.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

KOLONTSAINA : Hifindra ao amin’ny consulat de France ny Alliance française

Amin’ity volana desambra ity no hiala tanteraka  ao amin’ny trano efa nahafantarana azy hatramin’izay, eo amin’ny ‘bord’ ny Alliance française ka hifindra ao amin’ny ‘consulat de France’ ampitan’ny ‘commissariat central’. Folo taona mahery no nitoeran’ny Alliance française teo amin’ny ‘bord’ ary anisan’ireo vakoka teto Mahajanga izy io, ivon-toeran’ny fifanakalozana sy ny kolotsaina ary ny fanabeazana. Mpanofa ihany anefa izy ireo ary ankehitriny dia alain’ny fondation Aga Khan ny trano. Marihina fa ity farany no tompony. Volana vitsivitsy no efa nanomboka ny fanorenana ny trano vaovao hanampy ny fandraisana ny alliance française vaovao ao amin’ny ‘Consulat de France’. 

Manomboka amin’ny faran’ny volana desambra izany dia toerana iray no misy ny consulat  sy ny Alliance française. Ho hita ao daholo ireo fotodrafitrasa sy tolotra nomen’ny alliance française hatramin’izay. Ankoatry ny trano famakiam-boky sy ny médiathèque dia misy ny efitrano fampianarana, ny fanaovana fampisehoana isan-karazany.  Mbola ahitana ny trano fisakafoana sy cyber izay nisy tao amin’ny Alliance française ato amin’ity trano vaovao ity.

Tsiahivina moa fa ankoatry ny fampianarana teny frantsay dia misy ireo fialamboly sy fampianarana hafa toy ny djémbé, gitara, dihy,.. ao amin’ity toerana ity. Misy ihany koa ny sehatra natokana ho an’ny kanto rehetra toy ny hira, slam, dihy sy ny maro hafa. Mandray ireo mpanao taozavatra sy mpanakanto toy ny mpanao hosodoko, arts plastiques isankarazany, izay matetika manao fampirantiana sy varotra ao. Tsy ny kolotsaina frantsay ihany no asandratra ao amin’ny alliance française fa ny kolotsaina Malagasy, karana, komorianina sy kameroney ary ireo rehetra maniry ny hampiseho ny talentany dia voaray antanandro avokoa. Marihina moa fa ho fanalana fahasahiranana ny mpianatra dia efa nasiana trano fandraisana mpianatra sy fampianarana teny frantsay ihany koa eny amin’ny fokontany lavitra toa an’i Sotema sy Amborovy

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FOKONTANY ANTANIMALANDY : Mizotra amin’ny tokony ho izy ny fanomezana ny karapanondro sy kaopia

Ka raisin’i Fiarena  na i Tonga an-tanana avokoa izay pitsopitsony mety hanampiana ireto vahoaka vory lanona ireto. Efa ho henemana izay ny hetsika nanombohana, hoy ity sefo fokontany ity. Ny fanamorana amin’ireo fikarakarana ny antonta-taratasy mety mifandraika amin’io fanomezana io no andraikiny, eny hatramin’ny fakana sary tapaka ho an’ireo tsy mbola manana izany dia anisany tolotra hita ato amin’ity fokontany ity avokoa. 

Misy mihitsy ary ny antsoantso atao amin’ny fampiasana fanamafisam-peo any anaty vakim-paritra rehetra any ho fampahafantarana ireo tsy mbola nahare fa maimaimpoana ny mikarakara io karapanondrom-pirenena io sy ny kaopia ho an’ny tsy mbola manana izany. Ankoatra izay dia mizotra am-pilaminana koa ny fanisana ny mponina ao amin’ity fokontanin’Antanimalandy ity, izay iarahan’ny sefo fokontany sy ireo mpiantsehatra amin’izany. 

Tsy hianona amin’ny vary nomen’ny fanjakana farany teo koa ity sefo fokontany ity fa mbola hizara ny voatsirambin’ny tanany ho an’ireo marefo ara-pivelomana ao amin’ny fokontany iadidiany sy ny vato- mamy ho an’ireo ankizy. Hanao tatitra ho an’ny vahoaka amin’ireo ezaka efa vita sy tombana ho amin’ny hoavy ny tenany tsy ho ela amin’izao taona madiva hivalona izao, hoy hatrany i Tonga. 

Marihina fa misy mponina hatramin’ny 7000 isa tsinjaran’ny vakiparitra na sekitera 7 ity ao aminy velarantany 4 200 hekitara ny fokontany iray eny amin’iny lalam-pirenena fahaefatra iny, izay sady efitra mampisaraka ny Mahajanga voalohany amin’ny faharoa.

INVMGA.

Ino Vaovao0 partages

FANABEAZANA : Sekoly 200 isa hisitraka ny fahitalavitra nomerika eto Madagasikara

Hisitraka izany avokoa na ny sekoly fanabeazana fototra, na ambaratonga faharoa sy ny lisea ka mitontaly 200 ny isan’izy ireo hatreto. Tompon’antoka amin’ny fanatanterahana izany ny orinasa Canal plus izay miara-miasa akaiky amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena. 

Omaly no notanterahina ny fifanaovan-tsoniam-piaraha-miasa teo amin’ny tale jeneralin’ny orinasa Canal plus, Jean Duboy ankilany ary ny minisitra Rabary Paul kosa andaniny. Nambaran’ity farany fa mba ho fanitarana ny fahalalan’ireo ankizy mpianatra amin’ny alalan’ny horonantsary fanadihadiana (documentaire) sy ny vaovao rehetra miseho eto amin’ny firenena no anton’izao tetik’asa izao izay haharitra ao anatin’ny efa-taona mifanesy.

“Misy amin’ny faritra maro eto Madagasikara no misy ankizy tena tsy mahara-baovao mihitsy. Manomboka izao dia afaka hanaraka izany amin’ny fisian’ny fahitalavita nomerika misy ao an-tsekoly izy ireo”, hoy ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena, Paul Rabary. Nambarany ihany koa fa sekoly 200 ihany aloha hatreto no hahazo tombontsoa satria mbola mitaky fisian’ny herinaratra eo amin’ilay toerana ny fametrahana ity fitaovana ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA ANTEHIROKA : Zaza 400 nizaràna kopia maimaimpoana

Anisany olana ara-tsosialy nahazo ny vahoaka tao an-toerana ny tsy fananan’ny zaza kopia nahaterahana. An-jatony maro ireo zaza hatramin’ny 15 taona tsy nanana izany antontan-taratasy izany teo aloha, araka ny fanadihadiana. Ireo zaza sy ankizy avy amin’ny fianankaviana tena sahirana no maro an’isa amin’izy ireo. 

Vokatr’izany dia tsy maintsy ireo fanamarinana sy fanazavana avy amin’ny fokontany no taratasy entina mba hampidirana ny zaza an-tsekoly. Manoloana izany àry dia nisy hetsika fizaràna kopia faobe notanterahana tao amin’ny kaominina Antehiroka. Fantatra izao fa 80% tamin’ireo ankizy tsy nanana antontan-taratasy no efa nisitraka izany.  

Mahatratra 400 izy ireo no nozaraina izany avy amin’ny fokontany rehetra mandrafitra ity kaominina ity. Nanazava ny ben’ny tanàna ao an-toerana fa olana ara-piarahamonina sy ara-pivelomana no antony tsy ananan’ireo ankizy antontan-taratasy momba azy. Ankizy tsy misy ray mpamelona ny ankamaroan’izy ireo, hany ka tsy araka ny renim-pianakaviana irery ny misahana ny fampianarana sy ny famelomana ary ny fikarakarana ny momba ilay zaza rehetra. Ny fahitana ireo tranga ireo no anisany nanosika ny kaominina nanatanteraka izao hetsika izao, araka ny nambarany.

Efa nisy fifampiraharahana tamin’ny Epp

Nanampy be ireo mponina tao an-toerana ny fanaovana izao hetsika izao araka ny voalaza. Nanambara ny renim-pianakaviana iray, anisany nahazo tombontsoa fa fotoana fanararaotana mihitsy ny hetsika toy izao noho ny tsy fananana fotoana sy ny enti-manana rehetra hikarakarana ireo antontan-taratasy ho an’ny zaza ireo. 

Notsindrian’ny avy eo anivon’ny kaominina fa talohan’izao hetsika izao dia efa nisy ny fidinana nataon’ny tompon’andraikitra sasantsasany teny anivon’ireo sekolim-panjakana. Izany dia fifampiraharahana ny amin’ny handraisana ireo zaza tsy manana kopia, mandrapahavitan’ny antontan-taratasy satria lasa mirenireny fotsiny ny ankizy. Izany rehetra izany no natao dia ny mba hanatsarana hatrany ny sosialim-bahoaka. Ny fampan- drosoana rahateo dia miainga amin’ny hetsika ara-tsosialy sy famahana ny olan’ny mponina, hoy hatrany fanazavana.

Lucien R.  

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Mampiantrano kaongresy lehibe momba ny varika eto Madagasikara

Ao Barikadimy no anatanterahana izany ka manodidina ny 160 ny mpandray anjara izay ahitana teratany vahiny, toy ny Amerikanina, Aostralianina ny avy any Soisa, Frantsa, ... Tompo-marika ny Vondrom-pikarohana momba ny Primate eto Madagasikara na ny Gerp (Groupe d’Etude et de Recherche en Primatologie de Madagascar) sy ny Issed na Institut Supérieur de Sciences, Environnement et Développement Durable.

 Ity farany izay ivon-toeram-piofanana ambony eo anivon’ny Oniversiten’i Toamasina. Io no kaongresy momba ny varika natao voalohany teto Madagasikara. Natao izy io mba hifampizaràna traikefa amin’ny alalan’ny famelabelarana ireo voka-pikarohana momba ny varika eto Madagasikara. Ireo andrarezina manam-pahaizana kalaza eran-tany momba ny varika no hitondra ireo voka-pikarohana izay hanampy betsaka ireo tanora mpikaroka amin’ny asa fikarohana mbola hataony. Voka-pikarohana izay hanatsara hatrany ny fomba enti-miaro ny varika izay efa manomboka lany tamingana ary tena arovana fatratra.

Ho an’i Profesora Jonah Ratsimbazafy izay manam-pahaizana iraisam-pirenena momba ny tontolon’ny varika no sady filohan’ny Gerp, dia zava-dehibe tokoa izao kaongresy izao mba ho fanamafisan’orina ny fiarovana ireo varika eto Madagasikara. Ny varika eto Madagasikara izay misy karany 122. Nomeny ohatra ny sehatry ny fizahantany. Ny varika izay anisany manintona an’ireo  mpizaha tany eto Madagasikara.

Tsy andeha hijery omby no dian’ireo mpizahatany tonga eto Madagasikara fa hijery varika sy ny hakantony, hoy ny Profesora Jonah Ratsimbazafy. Ilaina noho izany ny fiarovana an’ireo biby ireo sy ny toeram-ponenany. Ny 10% ny toeram-ponenan’ny varika eto Madagasikara ihany mantsy sisa no mbola mahafeno ny fepetra vokatry ny fahasimban’ny tontolo iainana. Ny any ivelany aza sarotiny amin’ny fiarovana ny varika malagasy porofon’izany ny fahatongavan’ireo manam-pahaizana maro be eto Toamasina mandritra izao kaongresy izao ka tokony ho sarotiny fatratra amin’ny fiarovana azy ireny isika tompony, hoy hatrany ny Profesora Jonah Ratsimbazafy. Izy, izay nialaza fa hatsangana ao amin’ny Oniversiten’i Toamasina amin’ny taom-pianarana manaraka eo ny sampam-pianarana siantifika momba ny varika.

Anisany manana trano heva mampiranty ireo asa sy voka-pikarohana natao momba ireo varika misy ao anatin’ny toeram-pitrandrahana ataony ny Ambatovy. Voka-pikarohana izay manampy betsaka amin’ny ho fiarovana hatrany ireo varika any amin’ireo faritra misy ny toeram-pitrandrahana kobalta sy nikela. Trano heva ampahafantaran’Ambatovy ny besinimaro fa sarotiny amin’ny fiarovana ny varika sy ny toeram-ponenany izy ireo, araka ny fanazavana nentin’i Josia Razafindramanana. Ity farany izay tompon’andraikitra voalohany eo anivon’Ambatovy misahana ny tontolo iainana ao anatin’ny toeram-pitrandrahana. 

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ATRIKASA TAO MAHAJANGA : Azo isaina ny kasingan’ny tontolo iainana

Nampahafantarina tamin’izany koa ny fanisana efa vita ao amin’ny faritra arovana Bombetoka sy Antrema. Maro karazana ny fanisana atao ka anisan’izany ireo mipetraka amin’ny toerana (occupation des terres), ny kaonty biofizika (rano, carbone, infrastructures systémiques, compte capabilité écosystème) ary ny kaonty vola na famantarana ny vidin’ireo kaonty biophysiques. 

Voalaza moa fa mbola eto an-toerana ihany no anaovana io fitsirihana sy kaonty io fa any aoriana dia hampidirina amin’ny fikajiana ny Pib na Produit Intérieur Brut eo amin’ny sehatra nasionaly. Teknisianina na mpitantana amin’ny sehatry ny tontolo iainana, miisa roapolo eo ho eo ny avy eto Mahajanga sy any an-drenivohitra miasa amin’ny minisiteran’ny rano, tontolo iainana, ala, toekarena sy planina, fambolena, jono, fanajariana ny tany sy Instat ary ny Madagascar national park no nandray anjara tamin’ny fampiofanana. 

Mpianatra manao master sy doctorat avy amin’ny oniversiten’Antananarivo iahian’ny docteurs sy professeurs avy amin’io oniversite io ihany kosa ny mpampiofana. Manam-pahaizana amin’ny sehatra maro no mandrafitra ny ekipa  : géomatique, biologie, écologie végétale ary économie de l’environnement. Ny Cepf na Critical Ecosystem partnership Fund no namatsy vola amin’ny alalan’ny fondation Tany Meva. 

Ny Cepf io dia iarahan’ny Afd (Agence française de Developpement, ny CI conservation International, ny UE Union européenne, ny fond pour l’environnement mondial, ny governemanta japoney, ny fondation John D sy catherine T Mac Arthur ary ny banky iraisam-pirenena.  Voalaza moa fa Leona M sy harry B Helmsley Charitable Trust dia mandray anjara ihany koa amin’ny famatsiam-bola ny fiarovana ireo écosystème atahorana mafy eto Madagasikara ireo.

Tsiahivina moa fa ny 20 avrily 2015 dia nampidirina ao anatin’ny Nouvelles aires protégées na Nap i Bombetoka sy Antrema. Ny 5 febroary 2017 kosa dia tafiditra amin’ny faritra Ramsar. Miisa 20 ireo faritra tafiditra amin’ny faritra Ramsar izany hoe ireo faritra mando arovana eto Madagasikara, ary misy efatra amin’ireo eto Boeny dia Ampitsopitsoka, Ankarafantsika, Bombetoka ary Antrema. Hatreto dia mbola mapamananosarotra ny fiarovana ireo faritra ireo ny tsindry maro. Taona vitsy izay dia efa nampidirina amin’ny fiarovana ihany koa ny olombelona. Ankehitriny dia misy indray fomba hanaovana kaonty ny zavaboary….

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA FAHAROA : Nanaovan’ny mponina latsaka’alina ireo vary lo nodorana

Mbola manodidina ny 1 900 Ariary ka hatramin’ny 2 000 Ariary ny kilaon’ny vary nafarana raha 1 500 Ariary ka hatramin’ny 1 600 Ariary no lazain’ny fanjakana. Lasa vilian-tsahona malaza tsy ihinana ny an’ny mpitondra.

Misy tsy may ireo vary  

Ny alatsinainy lasa teo no nanaovana ny fandorana ny vary lo 1 019 gony. Vary simba saron’ny Task  force tao Androranga andro vitsy lasa izay ka teratany pakistanais no voalaza fa tompony. Vantany vao lasa ireo mpandoro sy tompon’andraiki-panjakana, dia nanaovan’ny mponina teny Tanandava latsak’alina ilay toerana nandoroana ireo vary. Vokatry ny tsy fahampian’ny kitay sy solika tamin’ny fotoana nandoroana azy izay sady tratra alina rahateo, dia tsy may ny tao amin’ny fanambanin’ireo vary tao anaty lavaka.

Tsy nampananosarotra ny mponina teny an-toerana ny naka indray ireo vary. Navelan’ireo mpitandro filaminana niambina ilay toerana naka ny vary ireo fokonolona. Miparitaka ao Toamasina Faharoa noho izany io vary lo io amin’izao fotoana izao. Noho ny fiakaran’ny vidim-bary, dia naleon’ny vahoaka nitsimpona vary efa lo ka andrahoina indray mba ho vatsin’ankohonana. Ao koa ireo nivarotra amin’ny vidiny mora. Fihetsika izay midika fa lalim-paka ny fahantrana mahazo ny vahoaka malagasy ankehitriny ka lasa mihinana ny tsy fihinana.

Fihinanana vary efa lo izay ahiana hisy akony amin’ny fahasalamam-bahoaka ao Tanandava sy ho an’ny mponina eny amin’ny faritra Toamasina Faharoa izay naka ambina vary tsy levon’ny afo.

Hatreto, dia tsy voafehin’ny fanjakana mihitsy ny vidim-bary eny an-tsena. Famonoana afo lava izao no misy. Ny vahoaka maro an’isa izay efa tsy matoky velively ny fitondrana misy amin’izao fotoana izao. Tsy ny vidim-bary ihany mantsy no tsy voafehin’ny fitondrana ankehitriny fa saika ny ankabetsahan’ireo entana sy kojakoja ilain’ny mponina amin’ny fiainana andavanandro.

Kamy

Tia Tanindranaza0 partages

YEMENNidaroka baomba ny Saodianina

Nanataneraka fanafihana ny tafika ana habakabaka eo ambany fitantanan’ny Saodianina ny alarobia teo ka nahafaty olona 12 sy nandratrana olona 80 mahery tao amin’ny tobin’ny voafonja izay giazan’ireo mpioko Houthis ao Sanaa renivohitr’i Yemen. Ireo olona voatazona no lasibatra.

Gilles Simeoni  - CORSE

Tokony hovana ny lalampanorenana

Nanao fanambarana ny mpitarika ny antoko Nasionalista mitaky fahaelovanetana Gilles Simeoni tany Corse fa tokony hovana ny lalàmpanorenana mba hifanaraka tsara amin’ny zava-misy ao Corse ahafahana mametraka lamina sy politika hitantanana an’i Corse.

Alabama – ETAZONIA

Demokraty no voafidy ho senatera

Tia Tanindranaza0 partages

FIARA TAO ANATY RANO

Fiara marika “sprinter” hita nivarina tao anaty ranon'Ikopa teny Ampasika omaly maraina.

ZAVA-KANTO

Nanao tolo-tanana ho an'ny G5 ny ben'ny tanàna Penjy Randrianarisoa omaly tamin'ny alalan'ny lefitra voalohany.  Nampanantena ihany koa ny ben'ny tanàna fa hanampy ity tarika ity amin'ny fampahafantarana ny hirany sy ny asa ataony. Nankasitraka ny ben'ny tanàna izy telo mirahalahy nisolotena azy 5 mirahalahy ao amin'ny G5.

FIOVAOVAOVAN’NY TOETR’ANDRO

Mahatratra hatrany amin’ny 100 milliara dolara isan-taona ny vola omen’ny firenena matanjaka hanomboka ny taona 2020 mba hanampiana ireo firenena an-dalam-pandrosoana ho amin’ny fiatrehana ny fiovaovan’ny toetr’andro. Samy naneho ny heviny mahakasika io fiovaovan’ny toetr’andro io ireo filoham-panjakana 60 izay manatrika ny fihaonana an-tampony « One planet » izay atao any Paris fa isan’ny niraisan’ny rehetra tamin’izany ny fanomezana rano fisotro madio sy angovo ho an’ny rehetra.

ORINASA AFAKA HABA

Tsy nahomby ny fanelanelanana nataon’ny mpanara-maso ny tontolon’ny asa na ny “Inspection de travail” teny Antsahavola, ka hiakatra fitsarana avy hatrany ny raharaha momba ny fifanolanan’ny mpiasa tsy manaiky fampiatoana teknika sy ny mpampiasa amina orinasa afak’haba iray eny Andraharo.

ANTONTAN’ISA

 Omaly 13 desambra no andro Afrikanina momba ny antontan’isa ka isan’ny manamarika izany ny eny amin’ny Ivon-toeram-pirenena momba ny antontan’isa na ny INSTAT eny Anosy.

FARITRA BETSIBOKA

Faritra be volamena ny any Betsiboka, saingy mbola an-dalana ny fampanarahan-dalàna ireo mpisehatra madinika, raha ny fanazavan’ny Lehiben’ny Faritra Rafafipiera Herimalala. Tsy misy ny sora-bola sy tamberim-bidy ho an’ny kaominina sy ny faritra, ary rehefa tafiditra amin’izay fanarahan-dàlana izay vao hisy io. Hatramin’izao dia tsy misy orinasa vahiny ara-dalàna ao, kanefa misy ny miditra antsokosoka, ka efa nisy ny fandroahana.

FANANAN-TANY

Nandalo tao anatin’ny fivoriana azon’ny rehetra atrehina teny amin’ny antenimieram-pirenena ny volavolan-dalàna momba ny fananan-tany. Anisan’ny olana goavana eto amin’ny firenena io resaka fananan-tany io satria manodidina ny 70% amin’ny ady eny amin’ny tribonaly amin’izao dia mahakasika azy io avokoa.

RAHARAHA FAHAVEREZANA VARY

 Hiakatra fitsarana anio 14 desambra ny raharaha fahaverezana vary 170 taonina saika halefan’ny BNGRC any amin’ny Faritra Betsiboka sy Sofia ary Melaky. Ny 40 taonina saika halefa tany Betsiboka, 100 taonina ho an’ny faritra Melaky, ary 30  ho an’i Sofia saingy nanjavona. Niakatra fitsarana ny 4 desambra, ka 3 naiditra am-ponja ary mpiasan’ny BNGRC ny iray tamin’izy ireo.

TSY FANANAN’ASA

 4 hetsy ka hatramin’ny 5 hetsy isan-taona ny tanora mitady asa eto Madagasikara, ka maro an’isa amin’ireo tsy manan’asa ireo tanora nivoaka tamin’ny sekoly ambony. Tsy mbola mazava izay politika momba ny tanora eto amintsika, ka zary fanesoana sy fanompana mihitsy aza no misy amin’ny filazana hoe ny tanora no ho avin’ny firenena. Mila manana hambom-po kosa anefa ny tanora.

VOHIPENO

 Lehilahy maty notifirin’ny jiolahy sy nokapainy famaky tany Mahabo Vohipeno ny alin’ny alatsinainy teo, ary naratra mafy kosa ny vadiny saika hiaro azy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny asan-dahalo any DIANA sy SAVANapetraka ny « Kalony »

Tany amin’ny Faritra Atsimo Atsinanana sy Vatovavy Fitovinany no niantombohan’ny fidinana ifotony notanterahan’ireo tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny zandarimaria hanara-maso akaiky ny fampiharana ny paik’ady sy baiko nomen’ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena.

 Nitohy tany amin’ny faritra DIANA sy SAVA ny asa. Ny faritra Andriamena, distrikan’i Tsaratanana sy Andilamena indray no nidinan’ny delegasiona notarihan’ny jeneraly Ramampiandra Christophe, avy ao amin’ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena sy ny jeneraly Miasa Manohizara Toussaint, izay avy amin’ny foibem-pibaikoana ny faran’ny herinandro lasa teo. Nandritra ny fifamoriana nataon’ireto delegasiona tamin’ny solontenam-panjakana sy ny solontenam-pokonolona teny an-toerana dia nisy ny loabary an-dasy nitaterana ny lesoka. Nivoitra ihany koa ny soso-kevitra hanatsarana ny fomba fiasa eo amin’ireo lafin-kery mba hipaika mivantana eny amin’ny vahoaka eny ifotony ny fandriampahalemana, araka ny fanazavana. Nalamina ny fiaraha-miasa ka napetraka ny « Kalony » na ny dinam-pokonolona any amin’iny faritra iny, hampihenana ny asan-dahalo mandra-pivalin’ny fangatahan’ny vahoaka hanampiana ny isan’ny mpitandro ny filaminana eny an-toerana sy ny hanamafisana ny fitaovam-piadiana eny am-pelatanan’izy ireo izay mitovy hery amin’ny eny am-pelatanan’ny dahalo. Mbola hitohy any amin’ny faritra hafa ny ezaka atao.

 

J. Mirija

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

CANAL PLUS sy ny Ministeran’ny FanabeazanaMatotra ny fiaraha-miasa

Manga ny fiaraha-miasan’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena sy ny orinasam-pifandraisana Canal Plus.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fambolena tsy mampiasa akora simikaTantsaha 22.000 no efa mampihatra azy

Efa mahatratra 22.000 isa ankehitriny ireo tantsaha Malagasy mampiasa ilay fomba fambolena tsy mampiasa akora simika. Faritra maro no efa ahitana izany, toy ny any Nosy-Be, SAVA, Avaratra Andrefana,

 

 Atsinanana, hoy i Etancelin Gaetan, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny Symabio omaly na ny sendika malagasy mampiasa ny vokatra biolojika. Ireo firenena matanjaka any ivelany hoy izy no tena manafatra ireo karazam-bokatra tsy misy akora simika avy aty Madagasikara ireo toa an’i Etazonia,  La Frantsa, ary ny vondrona Eoropeanina. Hatreto, ny ranom-boankazo vita amin’ny mananasy, ny huille essentielle,  ny épice no tena tadiavin’ireo mpanafatra izay nomarihiny manokana fa lalam-barotra mbola tena malalaka tokoa sady mahavelona tsara. Tamin’ity taona 2017 ity fotsiny dia nahatratra 3.000 taonina ny ranomboankazo vita amin’ny mananasy nohafaran’izy ireo raha 4.000 taonina ny huille essentielle. Na izany aza anefa  hoy Atoa Etancelin dia mbola olana ho an’ireo tantsaha mpamokatra ny tsy fahampian’ny fiofanana mifandraika amin’izany famokarana tsy mampiasa akora simika izany. Nisy omaly ny atrikasa notanterahin’ny sendika  niaraka tamin’ireo mpiara-miombon’antoka aminy entina hametrahana ny lalam-barotra manara-dalàna mifandraika amin’izany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Lalana Avarabohitra ItaosyTena atao manara-penitra

Tena hatao manara-penitra ny asa fanamboarana ilay lalana eny Avarabohitra Itaosy mirefy 2 km mahery, hampiasain’ny solombavambahoakan’Atsimondrano ilay vola azon’ity distrika iray ity tamin’ny alalan’ny Comité Local de developpement (CLD).

  Efa nanomboka ny herinandro teo ny asa, haharitra iray volana. Ny orinasa Batime no mandray an-tanana ny raharaha. Natao hahazaka ireo fiara vaventy an-taoniny maro izay mifamezivezy mampiasa iny lalana iny isan’andro ny fotodrafitrasa. Misy hatrany ny fanaraha-maso ny asa vita, raha araka ny fanazavan’ny solombavambahoakan’Atsimondrano Voahangy Raharimanantsoa. Averina izay tsy mety, indrindra fa ny fanamboarana ireo tata-drano hivarinan’ny rano maloto. Nomarihiny fa tsy misy ny fandraisan’anjaran’ireo olona manana fiara vaventy marobe eny amin’iny faritra Avarabohitra iny. Ampy ny vola azo tamin’ny alalan’ny CLD, hoy izy. Tanjona ny hahafahana miteny ireny olona ireny amin’ny zavatra tsy mety ataony toy ny fanampenany ny lakandrano sy ny fandraisany anjara feno raha sanatria ka manimba ny fotodrafitrasa efa vita izy ireo. Nomarihin’ity solombavambahoaka iray ity fa ny manara-maso ny asa fotsiny no andraikitr’izy ireo. Anjaran’ny tahirimbolam-panjakana ny mandoa ny karaman’ny orinasa nandray an-tanana izany fa tsy izahay solombavambahoaka akory, hoy izy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Iza no vonon-kiasa ?

Lasa ihany ny eritreritra mahita an-dramalagasy ankehitriny misary resy tanteraka noho ny fidangan’ny vidim-piainana sy ny fahasahiranana andavanandro vokatry ny resabe ataon’ny mpitondra sy ny mpanao politika tsy mahatonga vary sy laoka any am-bilaniny.

 

 Rafitra iraisam-pirenena izao no namoaka fanambarana fa tsy laharana faha-5 amin’ny firenena mahantra intsony isika fa efa isika mihitsy ankehitriny no gisitra indrindra. Taloha kelin’io moa dia efa karazana fanairana mena ihany koa ny filazana fa toy ireny firenena an’ ady ireny ny fahantrantsika saingy ny mahagaga anefa dia toa tsy rototra isika mianakavy mandre izany fa miha manaiky lembenana andro aman’alina. Enga anie ka ho tena misary resy fotsiny ihany tokoa isika ankehitriny ka manao toy ny rano tony saingy mahatonga samonta kosa rehefa miara-mientana in-dray mandeha. Mila olona vonon-kiasa isika, hoy ilay filoha teo aloha izay, fa tsy lany andro amin’ny resabe. Mampalaza antsika malagasy tokoa ny resaka ary ny mpandinika vahiny aza moa dia mamaritra mihitsy fa firenen’ny kolontsain-teny ny firenena malagasy. Tsy misy maharatsy izany ary tena nentin’ny Ntaolo nandrindrana fiarahamonina tokoa ny Kabary saingy nisintomany lesona nahafahany niara-niasa ihany koa. Iza ary no vonon-kiasa ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Champion’s League 2018Fifandonanan’ny samy ngeza

Vita tamin’ny alatsinainy 11 desambra teo ny antsapaky ny ampahavalon-dalan’ny lalao Champion’s League any Eoropa ;mangotraka tanteraka ny fifandonana, tahaka ny hoe lalao famaranana maro be.

 Ny 13 febroary  sy ny 14 febroary 2018 ary ny 20 febroary sy 21 febroary 2018 no hanatanterahana ny lalao mandroso rehetra. Ny 13 feborary ary dia hihaona ny Juventus sy ny Tottenham ary ny Fc Bâle sy ny Manchester City. Ny 14 febroary kosa dia hifampitady ny Fc Porto sy ny Liverpool ary ny Real de Madrid an-dry Cristisano Ronaldo hifandona indray amin’i Neymar sy ny PSG. Ny 20 febroary dia handray ny Besikitas avy any Turquie ny Bayern de Munich Allemand izay nanambaran’ilay lohalaharana kalaza, Thomas Müller, fa na dia lazaina ho ekipa henjana aza izahay dia tsy tokony hanao tsirambina ny fifandonana amin’i Besikitas. Mbola amin’io 20 febroary ihany dia hakotroka koa ny fihaonan’i Chelsea miaraka amin’ny Tiémoué Bakayoko hihaona amin’i FC Barcelone misy an’ilay kalaza Lionel Messi. Samy hanomboka amin’ny 22:45 ora iraisam-pirenena avokoa ireo lalao ireo. Ny 6 sy 7 martsa  2018 ary ny 13 martsa sy 14 martsa 2018 no hanatanterahana ny lalao miverina rehetra.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsika Sambaraha andiany faha-6Hiavaka amin’ny Hazakaza-gana sy Surf

Hiditra amin’ny andiany faha-6 amin’ity taona ity ny 20 ka hatramin’ny 23 desambra izao ny hetsika goavana fanao isan-taona ao Taolagnaro ao na ny Sambaraha.

 

Toy ny mahazatra dia maro ireo hetsika ho hita amin’izany, toy ny fifaninanana ara-panatanjahantena sy diabe isan-karazany ary ny fampisehoana an-dapihazo iarahana amin’ireo mpanakanto malaza toa an-dry Dadah de Fort Dauphin, Arnah, Big MJ sy Rabaza ary DC Blaize. Anisan’ny hampiavaka ny hetsika kosa ny fifaninanana Surf izay mampalaza iny faritra iny fa eo koa ny fifaninanana hazakazaka ganagana sy lakana. Ny teny hoe Sambaraha moa dia midika hoe “Andeha hijery zavatra” ka ilay fitadiavana izay fihavahana izay indrindra no zahana, hoy hatrany ny mpikarakara. Isan’ny misarika mpizahantany be indrindra ao an-toerana isan-taona izy ity. Nahitana fitomboana 9% moa izay mpizahantany tonga tao an-toerana izay hatreto ho an’ny tamin’ity taona ity raha toa ka nisy fisondrotany 20% manerana ny nosy, araka ny tarehimarika farany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Analamanga RugbyHafana ny manasa-dalan’ny Tam Anosibe sy Tfma Ankasina

Taorian’ny nandreseny ara-teknika ny Tfa Anatihazo tamin’ny lalao “barrage” notontosaina tetsy amin’ny kianja Malacam Antanimena ny alahady 10 desambra 2017 teo dia ny ekipan’ny Tam Anosibe izany no hifanandrina amin’ny Tfma Ankasina eo amin’ny lalao manasa-dalana amin’ny alahady 17 desambra 2017

Tia Tanindranaza0 partages

Mompera Remi RahajarizafyNivoaka ny boky andiany manaraka

Navoaka tamim-pomba ofisialy ny talata hariva teo teny Ankorondrano ireo boky nosoratan’i Mompera Remi Rahajarizafy notontosain’i Mompera Justino Bethaz.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Randriamanampisoa SamuelsonTsy mety ny mpanao gazety miandany be loatra amin’ny fitondrana

Manan-jo hihaino sy hijery vaovao amin’izay haino aman-jery tiany ny vahoaka Malagasy,

Tia Tanindranaza0 partages

In-droa nahita ny maizina ilay fianakavianaNandevina vao hita fa vaky ny fasana

Misoko mangina any Antsirabe faharoa ny tsy fandriampahalemana. Ankoatra ny fanafihana mitam-basy mahazo ireo mpanam-bola sasantsasany dia misoko ihany koa ny halatra taolam-paty.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sakafo ho an’ny traboinaMifandramatra i Ny Rado Rafalimanana sy ny BNGRC

Manoloana ilay raharaha tsy fizaran’ny biraom-pirenena misahana ny loza voajanahary eto amintsika na ny BNGRC ireo sakafo fanampiana traboina 1 kaontenera efa natolotry ny fikambanana Fanahy maha olona 7 volana lasa izay dia nanambara tetsy amin’ny hotely Le Louvre Antaninarenina omaly ny filohan’ity fikambanana ity,

  Ny Rado Rafalimanana, fa menatra ny fitondram-panjakana malagasy satria ny fikambanan’ny mpanjaka any Dubai no miara-miasa amin’ny Fanahy maha olona amin’ny fizarana ireo entana. Tokony ho 30 kaontenera, hoy ny tenany, no nentina taty saingy nifanaraka tamin’ny BNGRC izahay hoe zarao madio tsara aloha ireo kinanjo nampirimin’ny BNGRC moa ilay izy. Hankininay amin’ny mpisolovava Willy Razafinjatovo na Olala, hoy izy, manomboka izao ny tohin’ny raharaha fa ny tenako kosa tsy maintsy ho any Dubai hivory mikasika ity zavatra ity. Naseho tamin’ny mpanao gazety omaly moa ny sertifika nanehoana fa efa navadika tamin’ny anaran’ny BNGRC ireo fanomezana satria izay, raha ny fanazavana, no lalan-tokana ahafahana mizara ireo sakafo fanomezana ho an’ny traboina. Iny omaly iny kosa ny teo anivon’ny BNGRC, tamin’ny alalan’ny sekretera mpanatanteraka, Thierry Venty, dia nilaza  fa tsy nanova izany anarana izany hatramin’ny farany ny fikambanana Fanahy maha olona. Rehefa tsy foinareo hozaraina, hoy ny mpisolovava Olala, ny sakafo ary efa simba izao dia hano. Mafana ity raharaha ity ary ahiana hiitatra tahaka ny sima misioka satria samy mijoro amin’ny heviny ny roa tonta. Toa mampiseho hatrany ny fifandrafiana mamely ny firenena koa anefa ilay izy koa na sakafo hanampiana traboina izao aza dia mbola hita hifampivazavazana foana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ahiana ny tondra-drano goavanaHafainganina ny fanadiovana an’Andriantany

Miomana fatratra sy misoroka ny mety ho loza mihoapampana amin’ny fotoam-pahavaratra ny eny amin’ny boriborintany faha-4 sy ny kaominina Antananarivo satria vao miandoha ny orana dia efa toerana maro no diboi-drano.

 

 Nitohy omaly maraina ny fanadiovana ny lakandranon’Andriantany kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) . Tonga teny an-toerana ny mpanolotsaina manokan’ny ben’ny tanàna ny filoha Marc Ravalomanana sy ny lefitra voalohan’ny Ben’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra, kolonely Ramboasalama Emilien, ary ny Delegen’ny boriboritany fahefatra Ramahandrimanana Solofoniaina Daniel. Nijery sy nanara-maso ny fizotry ny asa izy ireo. Nijery ny olana sedrain’ny mpivarotra sy ny mponina eny an-toerana vokatry ny fahatsentsenan’ny lakandrano tany anaty tanàna ihany koa. Izao no tanteraka dia noho ny fiaraha-miasan’ny CUA sy ny Madarail, satria ity farany no nanome alalana mba handehanan’ilay milina nentina nanatanterahana ny asa manamorona ny lalamby. Marihina fa mijanona ny asa rehefa mandalo ny fiarandalamby mampiasa ny lalany. Hita teny an-toerana ihany koa ny mpanao asa tanamaro na HIMO miisa 50, izay omena solontsakafo 4000Ar isan’olona isan’andro, nanadio sy nitatitra ny fako amin’ny sobika. Izay fako tsy takatry ny pelle no nesorin’izy ireo, ary ireo fako sy bozaka manodidina ny lalamby. Hitohy hatrany ny asa mandrapahavitan’ny lakandrano iray manontolo eto Antananarivo Renivohitra. Nanambara ny delegen’ny boriboritany fahefatra fa hiezaka hanafaingana ny asa satria efa ao anatin’ny vanim-potoana fahavaratra isika izao. Manentana ny mponina manamorona ny lakandranon’Andriantany izy mba hifanome tanana amin’ny asa fanadiovana hoentina hanafainganana ny asa hisoroana ny tundra-drano. Adidy iaraha-manana ny fahadiovana sy ny fisorohana ny loza, ary tokony hatao amin’ny faritra rehetra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orana...orana..

Ambanivolo anaty orana, ambanivolo fahavaratraManangon-drano ny vahoaka,isan'andro oram-baratra.Mandomando ny zavaboahary,tsara tondraka aok'izanyVelombolo ny tantsaha, fa hamokatra ny tany.

An-drenivohitra anaty orana, Iarivo milomanoDibo-drano ny arabe, andohalika ny ranoMitsingevana ny loto, masiso ny tanànaHiparitaka ny aretina,miakatra ny mari-pàna.Marobe ireo tatatra, tsentsina tsy afa miasaVokatry ny loto sy hakamoan-dra MalagasyMifanilika andraikitra samy tsy te hanadioNy Tanjona anefa dia Mba hoe tanàna madio.Atsy ho atsy ngamba asa fotsiny, refa misy rivo-dozaOrambe tsy ankiato, tsy hisy hatramin'ny lalam-pozaIarivo kotsan'orana, hisy renirano vetivetyKa ho avy koa ny lakana tsy mila OMAVET.

Tia Tanindranaza0 partages

Kandidà ben’ny tanàna lasa mpanolotsainaManakorontana fotsiny

Tonga saina tampoka ve sa tena efa nisaina ela izany tokoa ny praiminisitra sady minisitry ny atitany,

 

J. Mirija

 

  

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana HVMTe hifehy mafy ny serasera

Mazava tsara ny tenin’ny minisitry ny serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrim-panjakana Harry Laurent Rahajason omaly fa ny fitsarana no hanapa-kevitra farany momba ny

 

 fitarainana fanalam-baraka voatondro fa nataon’ny orinasa fanaovan-gazety sasantsasany.Ny lalàna mifehy ny serasera sy ilay lalàna momba ny « cybercriminalité » no ampiharina amin’izany , hoy izy.Tsy hisy mihitsy ny famindram-po ho an’ireo alaim-panahy hanohintohina ny rafim-panjakana misy sy ny filaminan’ny fiarahamonina, hoy hatrany izy.Fanambarana azo raisina ho fampitandremana mazava be ho an’ny orinasan-tserasera na am-bava io, na an-tsoratra, na an-tsary na amin’ny alalan’ny tranokala .Fomba fiasa hita fa misy mizana tsindrian’ila ihany satria tena mafy ny fanaratsiana sy fanosoram-potaka ataon’ireo gazety sy haino aman-jery sasany akaikin’ny fitondrana HVM ny mpanao politika sasany sokajiana ho mpanohitra eto ka anisan’ny tena voadaroka matetika amin’izany ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana sy ny vadiny, Marc Ravalomanana izya filoham-pirenena teo aloha.Mahazo ny anjarany ihany koa ny olona hafa izay sokajiana fa tsy mitovy fomba fijery amin’izao fitondrana izao.Ka inona moa fa tsy izany ve no atao hoe : sivana ? Miha hita soritra hatrany ny fanirian’izao fitondrana HVM izao hifehy ny resaka serasera amin’ny endriny rehetra mifamiovoy eto Madagasikara.

RTT

 

La Vérité0 partages

Santé et sécurité au travail - Focus sur les employés de la filière « litchi »

Pourvoyeur de milliers d’emplois par saison. La filière  « litchi » contribue largement au développement économique de Madagascar, si l’on tient compte de la productivité et de l’exportation annuelle. Pourtant, la majorité des ouvriers mobilisés sur la chaîne d’approvisionnement ne bénéficient d’aucune couverture de santé, malgré les risques élevés d’accidents de travail auxquels ils sont confrontés. Selon les données, cette filière crée environ 70 000 emplois par saison, depuis la collecte dans les plantations jusqu’à l’exportation.

Le Bureau international du travail (Bit) a dernièrement mené une étude de cas sur ladite filière, en mettant en exergue les facteurs incitatifs et les contraintes pour l’amélioration de la sécurité et de la santé au travail. « Avec une nouvelle approche à partir de cette chaîne d’approvisionnement, l’étude a permis d’avoir des entretiens avec les producteurs, les collecteurs, les exportateurs ainsi que les clients. C’était une occasion de définir les difficultés et problèmes rencontrés par les employés. Parmi les problèmes, le manque d’organisation à tous les niveaux impacte tant sur la productivité que sur la santé et sécurité des travailleurs », rapporte Laetitia Dumas, du Bit de Genève (Suisse). Pour sa part, le directeur de la Sécurité sociale des travailleurs auprès du ministère de tutelle, Nirina Rafarahanta, rappelle l’existence d’une note ministérielle sur la nécessité d’avoir une couverture sanitaire pour les employés, y compris ceux de la filière « litchi ». Des formations sont ainsi dispensées par le service médical d’entreprises ainsi que le groupement des exportateurs de litchis pour conscientiser et sensibiliser les gens concernés. « Leur offrir une sécurité sociale permettra non seulement d’améliorer la productivité mais aussi de rassurer les clients, surtout ceux de l’Europe, que les employés mobilisés œuvrent dans un cadre  légal », souligne cette responsable. « Si l’on arrive à convenir sur cette filière, les conditions de travail et le cadre institutionnel des travailleurs s’amélioreront. De plus, les autres filières de l’agrobusiness comme le café et le girofle pourraient en être également touchées », ajoute la représentante du Bit Genève. Notons que le Bit soutient également un projet en cours sur la sécurité sociale des travailleurs dans le secteur informel.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Tour de Mada 7e étape - Engelen Van Aden en jaune

Le plus jeune des Hollandais vient de mettre un coup de frein à la domination angolaise. Engelen Van Aden reprend le maillot jaune entre les mains de Darío Manuel lors de l'arrivée de la 7e étape Mananjary-Ambohimahasoa. Il a scratché le meilleur chrono en devançant l'ancien maillot jaune de 5minutes 22 secondes. Il a signé le meilleur temps en 4h07mn12s pour une deuxième victoire d'étape. Il a devancé l'Angolais Bruno César et Mazoni Rakotoarivony de l'équipe Boa de 3minutes et 27secondes (4h11'25''). Mazoni reprend donc le maillot Unicef du premier malagasy à l'arrivée et de Pmu de la plus longue échappée. Il a déjà mené la course à 90km de l'arrivée avec Emile Randrianantenaina de l'équipe Unicef, les deux hommes ont roulé seuls pendant 40km avant de se regrouper dans le peloton à 42km de l'arrivée.

Le Hollandais larguait le groupe de tête composé de 3 Angolais, deux Malagasy et un Congolais à 30 km d'Ambohimahasoa. Un manque de technique et de confiance en soi et le non- respect de consigne constatés de la part du groupe. Après 819km de course, le Hollandais cumule donc le meilleur temps au classement 22h10'49'' avec 2'04 devant Bruno Cesar . Le premier malagasy au classement général se trouve à la troisième position du classement provisoire avec le même temps que l'Angolais.

 Tout à l'envers

 L'étape patronnée par Madauto reliant Mananjary -Ambohimahasoa a connu quelques bémols. Après une heure de retard sur le fleuve Mananjary, puisque le seul bac qui fait la navette des gros convois est tombé en panne, tous les coureurs étaient obligés de redescendre lors du transbordement Manajary-Irondro. Sans parler du livre de route qui indique une distance de 146km entre la ville de départ et d'arrivée au lieu de 120km selon le Gps. Les prix de la montagne  ont été placés sur des descentes sur la sortie de la ville d'Ifanadiana. Comme chaque passage dans le pays du Betsileo, dame pluie s'est encore invitée à l'arrivée. Deux coureurs de l'équipe nationale ont failli se faire foudroyer mais ils sont passés à 5 mètres de l'arbre sur lequel la foudre a calciné du côté d'Alakamisinambohimaha. Après tout, la caravane s’est retournée à 142 bornes vers Fianarantsoa pour revenir à Ambohimahasoa pour reprendre le départ, des dépenses inutiles au lieu de faire l'arrivée et le départ dans la ville d'hébergement. Le tour reliera Ambohimahasoa-Ambositra ce jour pour le compte de la 8e étape.

 Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Diocèse de Farafangana - Botovasoa sera proclamé Bienheureux

 Le District de Vohipeno accueillera au mois d’avril 2018 un grand événement. Le maître Botovasoa sera élevé au rang des Bienheureux. La cérémonie de béatification aura lieu le 15 avril au diocèse de Farafangana. Botovasoa Lucien est né en 1908 à Vohipeno. Il a été  décapité le 17 avril 1947 pour avoir gardé sa foi en Dieu à l’âge de 39 ans. Il est marié et père de huit enfants. Il est mort pour la vérité, pour avoir refusé toute compromission politique. « Ad Majorem Dei Gloriam »  qui signifie « Pour la plus grande gloire de Dieu », telle est sa devise dans la vie. L’année dernière, les représentants de la conférence épiscopale malagasy ont été reçus par le Cardinal Amato, président de la congrégation pour les causes des Saints à Rome. Ce dernier leur a communiqué l’existence d’une commission historique discutant sur le cas de Lucien Botovasoa.

Après discussion et vote secret, il a été décidé qu’il est un martyr de la foi et de la charité. Cette décision a été, ensuite, approuvée par la commission théologique et celle de la canonique. Il a été proclamé Bienheureux, digne pour être modèle pour l’église universelle. 

  Renforcer la sécurité 

  A quelques mois avant la tenue de cette cérémonie, le District de Vohipeno a mis en place des dispositifs pour assurer la sécurité de la population ainsi que les visiteurs. Sur ce, l’auto- défense villageoise est renforcée  ainsi que l’inscription au niveau des Fokontany. Le député élu à Vohipeno, Tsabotokay Honoré, a demandé une collaboration entre la population et les Forces de l’ordre. En début de semaine, le Fokontany Sahora, Commune Mahabo, District de Vohipeno était le théâtre d’une attaque à main armée.  Vers 20 heures, trois hommes armés sont entrés de force dans un grossiste local. Ils ont tiré sur le propriétaire, un père de famille âgé de 40 ans, sa femme et une autre personne. Le père de famille était tué sur le coup tandis que les deux autres ont été blessées grièvement et suivent des traitements à l’hôpital. Selon une source locale, aucun vol n’a été signalé durant cette attaque, ainsi, elle a avancé une sorte de règlement de compte. D’après toujours ce député, un autre cas similaire s’est tenu à  Nato, Amborobe, Ambolosy, il y a quelques mois. Actuellement, 7 d’entre les cambrioleurs sont déjà derrière les barreaux.  

Anatra R.

La Vérité0 partages

Kidnapping de Firoze Nourbay - Deux accusés condamnés

L’affaire sur  l’enlèvement du jeune Firoze Nourbay  (16 ans),  le fils d’un opérateur économique indopakistanais de nationalité française, et survenue en avril dernier, a  dû être jugée au tribunal d’Anosy, le 7 décembre dernier. Finalement, le procès s’est tenu le 11 décembre suivant, après renvoi par le juge. Les 14 personnes impliquées ont dû  comparaître devant le juge à la salle d’audience numéro 4. Le verdict était tombé : seules les deux ont écopé de peine d’emprisonnement, plutôt pour détention illicite d’armes que kidnapping proprement dit. Un accusé a été condamné pour un an ferme et la seconde, puisqu’il s’agit d’une femme,  pour 5 mois. 

Cette dernière a purgé  la sienne en raison de la déduction de la période de sa mise en détention provisoire. Ces accusés furent arrêtés à Mahajanga à propos de possession illégale d’arme, en août dernier. Ils se défendaient n’être pas dans la Capitale au moment des faits. Et durant  lors des débats à l’audience, le juge a appris que l’homme a reçu l’arme d’une autre personne. A son tour , il a confié la garde de l’objet à cette femme avec qui il a un lien de sang.  Quant aux 12 autres, elles ont été relâchées simplement ou au bénéfice du doute. Parmi  ces personnes remises en liberté par la Justice, trois employés de l’établissement scolaire où étudie le jeune Firoze, le propriétaire d’une voiture dans laquelle les ravisseurs ont transporté l’otage ou encore un employé de maison des parents de la victime. Les lieux et les dates d’arrestation ont été différents. C’est le cas pour deux incriminés qui furent interpellés dans un hôtel 5 étoiles à Anosy. Une partie des accusés ont été ensuite placés en détention provisoire au mois d’avril, une autre le mois de mai suivant, enfin en juillet dernier pour ceux qui ont été arrêtés à Mahajanga.  

Au nez et à la barbe  de la Police

Rappelons que l’enlèvement s’est produit vers la première heure de la matinée le 11 avril dernier du côté d’Ambohibao. La victime allait prendre le bus scolaire lorsque quatre ravisseurs armés,  étaient arrivés à bord d’une Renault Espace.  Ils ont embarqué de force la victime à bord du véhicule. Des coups de feu ont retenti. Les preneurs d’otage n’ont pas hésité à arroser de tirs d’armes automatiques  des policiers en faction et sur  leur  pick-up 4x4   stationné juste au carrefour, situé à quelques mètres. Le but des agresseurs a été d’empêcher les Forces de l’ordre de bouger. Un policier fut touché et a eu de graves blessures.  Le Monospace a filé sur la route digue en direction du Sud. Plus tard, des témoins l’ont repéré vide près de l’embranchement de route menant vers Ambohitrimanjaka. Ils ont assuré que les ravisseurs ont emmené l’otage en taxi vers cette localité. Depuis, il n’y a plus aucune trace de la victime alors que la Brigade criminelle et des unités spécialisées de la Police ont lancé les recherches. 

Franck Roland

La Vérité0 partages

La vérité !

Pris en étau, le régime se soumet à l’épreuve des consultations.  Avant d’être acheminé au Parlement pour adoption, le projet de loi relatif au Code électoral  subit les procédures de restitution auprès des partenaires sociaux et politiques du pays pour consultation. En effet, les tenants du pouvoir durent se plier en quatre face aux « exigences » ou « pressions », de la communauté internationale notamment les Partenaires techniques et financiers (Ptf) qui, au passage, financent massivement le processus électoral du pays, d’une part, et ceux des partenaires sociaux et politiques nationaux, de l’autre. Effectivement, la Société civile, certains des groupements associatifs et les différentes formations politiques du pays ont émis ensemble leurs volontés de participer, activement, à l’élaboration du Code électoral.

Le nouveau Code qui régira les scrutins à venir se devrait de faire l’objet d’un débat national. Une démarche inclusive, condition sine qua none, pour parvenir à une élection  crédible et reconnue et/ou acceptée par tous. Un préalable nécessaire pour éviter, autant que se peut, des crises et des troubles post-électoraux. Car il faudrait le dire tout haut ce que beaucoup craignent tout bas du fait que les caciques aux cravates bleues du pouvoir manigançaient, depuis belle lurette, des conspirations contre les intérêts vitaux de la Nation autour de ces élections générales de 2018. Des « trucages » à grande échelle se prépareraient, le conditionnel est de rigueur, pour dénaturer les choix du peuple. Plus d’un se méfient des allégations des détournements de voix et se préoccupent, ainsi,  de la légitimité des résultats des votes. Il s’agirait, selon certaines confidences, d’un véritable complot contre la démocratie et la bonne gouvernance. Et le spectre des risques aux violentes contestations apparaissent à l’horizon et menaceraient d’ombrager l’avenir de tout un peuple. Le meilleur moyen, à la portée de tous, serait donc de mettre en place un Code électoral reflétant le consensus de toutes les parties prenantes et  correspondant aux normes universelles de la bonne gouvernance capables de gérer, en amont et en aval, un scrutin à  ikorisques. Pour une fois, le régime se plie. L’ordre viendrait, avance-t-on, du Chef de l’Etat en personne. Mais, attention, les barons ne s’avouent pas vaincus. N’oublions pas que le Premier ministre Solonandrasana Olivier, avait déjà balayé d’un revers de la main l’idée selon laquelle l’Exécutif doit  restituer le projet de Code électoral aux partenaires nationaux pour consultation élargie. Mais vu les pressions surtout des Ptf, la donne change. Apparemment, ils cherchent toujours à contourner l’étau. Au lieu d’organiser un débat public où toutes les parties concernées seront conviées, à la même table et au même endroit, Iavoloha et Mahazoarivo trouvent encore une parade d’organiser des consultations à plusieurs étapes et regroupent les participants selon leurs sensibilités. Or, l’important c’est d’avoir des débats contradictoires où toutes les tendances seraient représentées pour en arriver, au final, à un consensus général sinon national. L’objectif voulu de la manigance serait de pouvoir canaliser les propositions trop tendancieuses et l’étouffer pour toujours. De toutes les manières, quelque soit le Code électoral adopté au Parlement, tous les citoyens conscients du danger qui menace la démocratie à Madagascar se doit de veiller et ne pas hésiter pas à dénoncer toute allégation ou manigance de quelque nature que ce soit pour détourner la vérité.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif

La semaine dernière, les députés ont voté à l’unanimité la proposition de loi n°004-2017/Pl portant création et règlementation de la caisse de retraite parlementaire.  Cette proposition de loi initiée par le député Jao Jean avait  déjà été précédemment déclarée irrecevable par le Gouvernement. Elle avait été ensuite été retouchée par les députés pour correspondre aux remarques du Gouvernement. La proposition de loi en question a été soumise et adoptée par les députés mercredi dernier. Ceci étant dit, d’après certaines sources, le Gouvernement botterait de nouveau le texte en touche au plus grand désarroi du député  Jao Jean.  La proposition de loi définit un régime de retraite pour les anciens membres de l’Assemblée nationale et du Sénat. Selon l’élu d’Antsohihy, ce régime serait justifié par le caractère précaire de la fonction de parlementaire.

En outre, le mandat de parlementaire est incompatible avec l’exercice de tout autre mandat public électif et de tout emploi public, excepté l’enseignement,  ce qui astreindrait les  parlementaires à se vouer  « totalement à leur  fonction ».  Le régime de retraite est financé d’une part par les cotisations des députés et des sénateurs et les contributions de leur institution.  La caisse est administrée par un service propre à l’Institution et placée sous l’autorité d’un questeur. D’après le projet de texte, dans son article 3 : « Les députés et les sénateurs de Madagascar supportent une retenue de 11% sur la partie de leur indemnité parlementaire ayant le caractère d’un traitement et rattachée comme tel à un indice de la fonction publique.  L’institution dont le parlementaire relève contribue également à hauteur de 11% sur l’indemnité citée à l’alinéa précédent. (…) Les retenues sont obligatoires. Aucune pension ne peut être concédée si le versement des retenues exigibles n’a pas été effectué. ». Les députés et les sénateurs doivent avoir  rempli cinq ans de mandat durant lesquels ils auront versé leur contribution et atteint l’âge de 60 ans pour bénéficier de ces droits. En outre, ils doivent cesser leur activité. A cet effet, ils doivent justifier de la rupture de tout lien avec leur employeur, à savoir l’Assemblée nationale ou le Sénat. Par ailleurs, l’article 10 prévoit que par dérogation à la réglementation générale des pensions, les pensions des anciens députés ou sénateurs sont cumulables avec les traitements ou pensions affectés aux fonctions publiques. 

A.R.

La Vérité0 partages

Taxi - Les tarifs sont fixés sur des approximations

Approximation. Aujourd’hui, les frais de course en taxi dépendent surtout de la présence ou non des embouteillages dans les axes à traverser. Cela finit par devenir l’excuse des chauffeurs de taxi pour éviter de baisser les coûts de transport ou encore afin de devoir transporter beaucoup de clients à la fois, et cela à travers de longs bouchons. Les taximen fixent leurs tarifs sur des approximations. De ce fait, le client n’est jamais sûr s’il se fait arnaquer ou non. Il est vrai que la Commune a déjà posé des barèmes tarifaires il y a des années. Ces barèmes affichaient les coûts des déplacements en haute-ville ou encore dans les quartiers dits « bas ». Ils incluaient également les frais en cas d’attente. Et ces barèmes étaient même affichés dans chaque véhicule en guise d’information pour les passagers. Toutefois, ces prix fixés ont disparu à travers le temps. 

Actuellement, certains chauffeurs profitent de cette situation pour réajuster les tarifs à leur guise.  « J’ai effectué un trajet partant d’Analakely pour 67Ha, en prenant l’axe le plus proche passant par Soarano, Behoririka et Antanimena. Pourtant, le chauffeur m’a facturé 10 000 ariary alors que le trajet n’a pas duré plus de 20 minutes. Pourtant, j’ai payé la même somme en partant d’Antaninarenina pour la même destination », confie une mère de famille qui venait de faire ses courses. « Je ne comprends donc pas sur quelles bases il a défini ses tarifs. Et je me demande si j’ai vraiment payé les frais adéquats », ajoute-t-elle.

Un taximètre de rigueur

Aucune règlementation. Actuellement, la plupart des clients ne savent plus l’utilité des taxis dans la Capitale. Tiraillés entre les coûts exorbitants et le refus catégorique de certains transporteurs à passer par certains axes comme Ambohibao ou encore Itaosy à cause des embouteillages, les clients finissent par se lasser de ces moyens de transport qui sont (quand même) encore indispensables. Des taximètres et des barèmes devraient être créés afin de définir le vrai coût des divers déplacements afin que les deux parties ressortent toutes gagnantes. Ces tarifs devraient s’appuyer sur des données tangibles comme le kilométrage ou encore la durée du trajet et non sur des approximations. Toutefois, l’application de ces règlements reste encore un vrai dilemme, en particulier pour les chauffeurs de taxi. Du moins, la Commune devrait revoir les barèmes pour limiter les abus en matière de tarification des courses. Cela devrait être comme l’usage de la balance dans les marchés, utilisée dans un commun accord. 

 Propos recueillis  par Rova R.

La Vérité0 partages

Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires

« Une double infraction de révolte et de tentative de meurtre », ce fut en ces termes que le syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) a qualifié le forcing de la prison d’Ikongo en vue de lyncher des prisonniers, survenu avant – hier.  Le Smm à travers un communiqué signé par la présidente, Fanirisoa Ernaivo a exhorté la population malagasy et particulièrement celle d’Ikongo à « prendre conscience que les vindictes populaires ne résoudront pas le mal être généralisé dans le pays et que s’entretuer de cette manière ne nous rendra pas plus en sécurité ». Sur cette lancée, le Smm réclame des mesures concrètes de la part du Président de la République et du Conseil supérieur de la magistrature (Csm) en tant que garant de la Justice afin de « préserver l’intégrité tant physique que morale et matérielle des magistrats et de leurs familles, et de veiller à ce que des mesures de préventions et de sanctions soient établies afin de lutter contre les atteintes à l’encontre de la Justice ». 

 

Le Conseil supérieur de la magistrature n’a pas non plus tardé à réagir. Dans un bref communiqué, le conseil condamne les actes survenus à Ikongo qu’il considère comme « une violation de l’Etat de droit ainsi qu’une entrave à l’indépendance de la Justice ». Le Csm a lancé un message de solidarité aux magistrats qui travaillent à Ikongo tout en demandant des mesures de la part des autorités étatiques.

Conditions précaires

Le syndicat des agents pénitentiaires de Madagascar  a également condamné les faits survenus à Ikongo. Rappelons qu’une foule en colère, composé de 800 personnes selon les estimations, a pris d’assaut la prison d’Ikongo dans la matinée de mercredi.  La foule a réclamé la tête de  10 hommes suspectés de meurtre en vue de les lyncher. Pourtant, les suspects ont déjà été transférés dans une autre prison après leur décision de détention préventive. Ayant réussi à s’introduire dans l’établissement pénitentiaire, les assaillants ont permis l’évasion de 120 prisonniers qui y ont été incarcérés. Par la même occasion, 5 agents pénitentiaires ont été pris en otage mais ont été finalement libérés hier selon leur syndicat. Les magistrats qui exercent dans la localité ont également reçu des menaces à défaut de livrer les  suspects. Razafindramanana Pierrot, président du syndicat des agents pénitentiaires a appelé à une prise de responsabilité de l’Etat tout en attirant l’attention sur les conditions de travail dans les prisons de la Grande île. « Les agents pénitentiaires sont dépourvus de tout équipement, ce qui a  rendu difficile la répression des  assaillants », a – t – il indiqué. Des réactions d’en haut lieu sont ainsi attendues à la suite de cette série d’interpellations. Jusqu’à hier, le Président Hery Rajaonarimampianina est resté silencieux sur le sujet, comme d’habitude !

 S.R.

La Vérité0 partages

Gestion des entreprises - « Openflex », un logiciel adapté à tous les terrains

Si le poids des activités économiques se concentre sur la Capitale, il n’en demeure pas moins, que le maillage des entreprises à Madagascar reste toujours important dans les autres Régions. Le logiciel « Openflex » épouse ainsi, dans son développement, la géographie des activités là où elles se trouvent dans le pays. Aujourd’hui, le logiciel et ses différentes applications sont commercialisés dans pratiquement tout Madagascar. Le produit est commercialisé par des représentants à Antsirabe, Toamasina, Mahajanga, Fianarantsoa, Sambava et Manakara.

 

Dans ces régions, les managers ont besoin des mêmes outils que ceux qui sont disponibles à Antananarivo. C’est le cas de ce responsable d’entreprise du Btp de la Sava. Il gère désormais ses chantiers et les relations avec ses clients grâce à l’« Openflex ». Le logiciel à contribué, à sa manière, à repousser les limites de l’enclavement dont souffre sa Région. Autre contexte, celui de Toamasina. Là, les véhicules « tuc-tuc » sont rois. La propriétaire de l’une des entreprises qui louent ces engins a elle aussi recours à l’« Openflex ».

C’est le cas aussi de l’un de ses voisins, un grossiste qui distribue les produits Star et de nombreuses autres boissons hygiéniques. Les fonctionnalités qu’il a choisies lui permettent de gérer son commerce, sans se soucier de ses affaires, au gré de ses déplacements. A Mahajanga, c’est le propriétaire d’un hôtel qui a choisi ce logiciel. Les exemples sont nombreux. Preuve qu’« Openflex » est avant tout un logiciel de soutien à la gestion, adapté à tous les terrains.

L'express de Madagascar0 partages

Favoritisme et détournement – Razaimamonjy à nouveau devant la Chaîne pénale

L’hôtelière a, une nouvelle fois, été déférée devant la Chaîne pénale hier. Un détournement de fonds et du favoritisme touchant le ministère de l’Enseignement technique en sont les sujets.

Nouvelle saison. Le feuilleton Razaima­monjy connaît un nouveau rebondissement. Claudine Razaimamonjy, femme d’affaires, a une nouvelle fois été déférée devant la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC), sise aux 67 ha hier.L’hôtelière est, cette fois, happée par une affaire de favoritisme, détournement de deniers publics, ainsi que faux et usage de faux. Le dossier déféré hier éclabousse par ailleurs, de plein fouet, le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Outre Claudine Razaimamonjy, six autres personnes dont les responsables des marchés publics auprès de ce ministère et les dépositaires des entreprises bénéficiaires ont été présentés devant le juge d’instruction de la Chaîne pénale hier.À l’issue du passage au Parquet, un responsable des marchés publics du ministère de l’Enseignement technique aurait été placé sous mandat de dépôt. Les faits remonteraient à la fin de l’année 2016, et tourneraient autour d’un marché public à hauteur de 200 millions d’ariary. Les faits illicites concerneraient ainsi la passation de marché pour la construction d’un lycée technique dans la commune rurale d’Ambalavao, rapporte une source proche du dossier.

ÉpargnéesImpliquée dans plusieurs affaires en cours d’enquête au sein du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), ce dossier concernant la commune rurale d’Ambalavao est le troisième du genre pour laquelle Claudine Razai­mamonjy a été déférée devant la justice. Les affaires douteuses dans lesquelles elle est mise sur le banc des accusés concernent, notamment, des constructions publiques dans des localités de la région Haute Matsiatra.Durant sa garde à vue et son défèrement ultra-médiatisés en avril, il a, toutefois, été indiqué que les enquêtes concernent également d’autres collectivités dans d’autres endroits de la Grande île. Son placement sous mandat de dépôt prononcé le 7 avril fait cependant suite à des dossiers concernant des subventions exceptionnelles dans les communes rurales d’Ialananindro et Mahasoabe, tous deux dans la région Haute de Matsiatra. Des affaires qui touchent le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation.Favoritisme dans l’attribution de marchés publics, abus de fonction, détournement et recel de deniers publics seraient les infractions qui figurent dans ces dossiers. En tout, la somme des subventions exceptionnelles concernant ces deux communes avoisinent les 500 millions d’ariary. La femme d’affaires est également, mise en cause dans le dossier Ambohimahamasina, où les malversations concernent une subvention exceptionnelle à hauteur de 350 millions d’ariary.Outre Claudine Razaima­monjy, des responsables ministériels, des élus locaux, entre autres, ont déjà eu maille à partir avec la Justice. Les autorités ordonnatrices des marchés publics au sein des différents départements ministériels concernés semblent, cependant, être épargnées de ces tourmentes judiciaires.Pour en revenir à l’affaire ayant fait l’objet d’une traduction devant le Parquet hier, les informations indiquent que pour qu’elle puisse se présenter devant le Parquet, le mandat de dépôt de l’hôtelière aura été « provisoirement » transféré à la maison d’arrêt d’Antanimora.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Infraction – De faux policiers écument la ville

Les autorités publiques prennent maintenant garde face à une troupe d’escrocs qui s’enrichissent sur leur dos. L’espionnage est en cours.

Faux gendarme, policier, militaire, avocat, mais vrai escroc. Les autorités publiques ont été victimes d’une usurpation de titre par des imposteurs, ces derniers temps. La police vient de dénoncer, hier une troupe d’individus qui se font passer pour des éléments des forces de l’ordre. Ces bandits mettent des uniformes vert armée, selon les informations recueillies. Ils ciblent les taximen. Ils arrêtent également de piétons pour soutirer de l’argent, de source au service de l’information, de la communication et des relations avec les institutions (SICRI) de la police nationale.D’après les témoignages obtenus, ces escrocs montent dans les bus et fouillent les sacs à main ou bagages des passagers pour voler des objets de valeur. « Ce qu’il faut savoir c’est que ni la gendarmerie ni la police n’effectue une inspection sans badge professionnel. Toutes les deux n’ont pas non plus le droit de fouiller les sacs des passagers », a communiqué le SICRI, hier. Aucun coup de filet n’a été en revanche réalisé par la police nationale.Les forces de l’ordre sont à présent sur les traces de ces pirates. De son côté, le parquet a déjà mis un faux avocat, impliqué dans les affaires de pillage de dossier au tribunal d’Anosy, sous les verrous, lundi.Un faux commandant de l’armée, recherché par la brigade criminelle continue toujours sa fuite. Celui-ci avait extorqué cent trente millions d’ariary dédiés au dédouanement des marchandises au port de Toamasina avant de s’évanouir dans la nature.

Mode opératoireLa circonscription inter-régionale de la gendarmerie nationale (CIRGN) n’est pas non plus épargnée. Le faux employé de la CIRGN qui a envoyé un avis de recherche fictif aux journalistes, le mardi 5 décembre reste insaisissable. Une bande de malfaiteurs s’est fait passer pour des gendarmes de la section de la recherche criminelle (SRC) de Fiadanana, au début de ce mois. Ils agissaient selon le même mode opératoire que ceux signalés par la police. « Ils conduisent une voiture R5 et capturent des passans qu’ils accusent d’être recherchés depuis longtemps. Ils leur volent ensuite leurs argent, bijoux et bicyclette », a indiqué un lieutenant à la SRC, hier dans un entretien.« Ce cas s’est déjà reproduit trois fois dans la capitale », selon les précisions du commandant Herilalatiana Andrianarisaona, chef de service de la communication et des relations publiques de la gendarmerie nationale (SCRP), dans son communiqué, le mardi 1 décembre.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Spectacle – Môta Soa fait son « One Woman Show »

Introvertie, mais resplendissante d’une joie de vivre, Môta Soa convie le public de la capitale pour des retrouvailles enjouées exclusivement en pyjama, au Cercle Germano-Malgache. 

Un moment qui promet d’être mélodieux et orné d’une belle poésie, le tout sublimé par la jovialité de cette artiste unique en son genre qu’est Môta Soa. Ainsi se découvre ce « One Woman Show » exclusif qu’elle présentera au grand public féru de bons spectacles. Tout un programme qui affiche un certain grain de folie propre à elle-même, porté par un esprit taquin et marginal qui envoûte ses inconditionnels depuis ses débuts.Une immersion totale dans son imaginaire, dans cet univers atypique où la musique prend définitivement le pas sur sa personnalité, dans cette dite « Maison de Mô », c’est ce dont le public, qui aura le privilège de se joindre à elle au Cercle Germano-Malgache (CGM) Analakely, aura droit. Rendez-vous est ainsi donné avec Môta Soa et cette créativité sans limite qu’on lui reconnaît le21 décembre à 19h dans cet antre de la musique, de la littérature et de la poésie qu’est le CGM. Ces trois domaines artistiques, que cet artiste pluridisciplinaire, conjuguera avec grâce et satyre sur scène durant la soirée. « Sourire au beau milieu du chaos, c’est possible! » affirme Môta en décrivant ce spectacle, promettant ainsi des retrouvailles qui laisseront la part belle aux émotions.

Une renaissanceOn l’a toujours reconnue comme étant une artiste privilégiée par un talent et une passion intarissables pour la musique. En outre, Môta Soa est aussi une artiste atypique, forte d’une identité artistique hors du commun.Fidèle à elle-même, ce 21 décembre, elle invite, tous sans exception, le public qui se joindra à elle à se vêtir uniquement de pyjama, «ou de lambahoany s’il vous arrive de dormir tout nu » souligne-t-elle. Un dresscode inaccoutumé pour un spectacle au CGM Analakely donc, mais sur lequel elle insiste comme pour marquer cette intimité et cette proximité qu’elle a longtemps entretenue avec le public à travers son art.De plus, au bout de trois ans d’absence, il importait aussi bien pour Môta Soa que pour le public de marquer, comme il se doit, ces retrouvailles. Telle une artiste qui a longtemps été en hibernation, elle invite ainsi le public à se ramener avec leur plus beau « Akanjo mandry » et ce pour donner le plus de sens au show. « Je reviens avec l’histoire de mon absence, qui ne fut pas facile à digérer pour certains, mais que nous tenterons ensemble de relativiser de la meilleure des manières » confie-t-elle.Ce « One Woman Show » que proposera Môta Soa respire donc son vécu, autrement dit une histoire vraie qu’elle se plaira à relater en musique. Réalisatrice, musicienne accomplie, vidéaste, éducatrice en musique et fin gourmet, ce sont plusieurs facettes de Môta Soa que le public aura de nouveau le plaisir de retrouver et surtout de voir renaitre sur scène à l’occasion. « Bâtie sans murs, avec toi(t) », la petite maison de Mô est fin prête pour accueillir ses convives.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

XIVe Tour cycliste international de Madagascar – La messe est presque ….dite

Bruno Cesar do Amaral remporte sa troisième victoire d’étape à Mananjary. Les Angolais sont intouchables.

Ils sont trop forts pour les Malgaches et les Hollandais. Les coureurs de l’équi­pe Bai/Sicasal d’Angola ne lâchent rien au Tour cycliste international de Madagascar (TCIM).Hier durant l’étape 6 reliant Manakara à Manan­jary, Bruno César do Amaral de Araujo s’est offert sa troisième victoire d’étape encore au sprint et boucle les 152km de course en 4h32mn35s.Son compatriote Mario Bruno Lemos de Carvalho termine second dans le même temps et le Hollandais Jan Willem Groenenveld complète le podium. Les meilleurs coureurs malgaches comme Mazoni Rakotoarivony, Dino Mohamed ou encore Dama Miarintsoa sont battus dans les derniers trente mètres.« Une fois de plus on a gagné. On a juste bien couru et on a fait les efforts qu’il fallait faire pour revenir sur les meilleurs malgaches en montagne », rappelle Bruno Cesar do Amaral, victorieux donc à Mananjary après celui de Sakaraha (étape 2) et d’Amba­lavao (étape 4)Pour revenir à la physionomie de l’étape 6, on peut dire que les coureurs malga­ches n’ont cessé d’animer la course.Roger Andrianambinina remporte le premier Prix de la montagne Madauto au 68e kilomètre. Dama Miarintsoa prend le relais et signe une première place au sprint intermédiaire d’Irondro au 99e kilomètre. Il s’arrache ensuite et gagne le second Prix de la montagne à Antsenavolo au 110e kilo­mètre avec Roger Randria­nam­binina (2e) et Mazoni Rakotoarivony (3e)Malgrè leurs efforts, l’armada malgache est toujours en quête d’une première victoire.Résultat des comptes, les Angolais endossent le maillot jaune Bank of Africa du leader au temps (Dario Manuel Antonio), celui de Canal Plus du vainqueur aux points (Bruno Cesar do Amaral). La seule véritable performance malgache est de se distinguer avec le maillot du meilleur grimpeur Madauto avec Roger RandrianambininaLa 7e étape de ce TCIM reliera ce jour Irondro à Ambohimahasoa longue de 146 km. Avec cette régularité dans la performance des Angolais, la messe est presque dite pour déterminer le vainqueur de ce TCIM.« On essaie mais on n’y arrive pas pour l’instant. On tentera tout pour offrir une première victoire d’étape à la population malgache », positive Mazoni Rakotoarivony, qui, avec ses coéquipiers, a pu quand même contenir les bons coureurs Hollandais.Si la victoire du TCIM n’est pas angolaise, elle sera forcément malgache ou hollandaise et pas autrement.

Les maillots du jour

Maillot Eau vive du vainqueur d’étapeBruno Cesar do Amaral (Bai/Sicasal Angola)Maillot Jaune Bank of Africa du meilleur au tempsDario Manuel Antonio (Bai/Sicasal Angola)Maillot Unicef du premier MalgacheDama Miarintsoa (Bank of Africa Madagascar)Maillot Canal Plus des points chaudsBruno Cesar do Amaral (Bai/Sicasal Angola)Maillot Madauto de la montagneRoger Randrianambinina (Bank of Africa Madagascar)Maillot Organisation de la francophonie de l’intégrationEngelen Van Aden (Pays-Bas)Maillot Signal de l’éléganceMazoni Rakotoarivony (Bank of Africa Madagascar)Maillot PMU Madagascar de la plus longue échappée malgacheDino Mohamed Houlder (Bank of Africa Madagascar)Maillot Caprice du plus jeuneDario Manuel Antonio (Bai/Sicasal Angola)Maillot Shell du fair-playMohindo Kiaviro (Equipe RD Congo)Maillot l’Express de Madagascar de la plus longue remontéeMatondo (Equipe RD Congo)Maillot Midi Madagasikara du combinéRoger Randrianambinina (Bank of Africa Madagascar)Maillot Hotel White Palace du plus ancienErwan Legarrec (Equipe de France)

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Betroka – Trois morts et huit arrestations

Les éléments de la compagnie territoriale de Betroka ont frappé à Mahelivoro Betroka avant-hier. Trois individus ont trouvé la mort lors d’un  ratissage. L’opération a dans la foulée permis de saisir trois fusils de chasse ainsi qu’une quinzaine de têtes de bovidés suspectes.  Soupçonnées d’avoir été pour quelque chose dans cette affaire, huit personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue à la brigade territoriale de la gendarmerie nationale de la commune rurale d’Isoanala pour enquête. Leur passage au parquet de Betroka est attendu dans les jours qui viennent.Un vol de bétail commis dans le village d’Ambato­mivary Betroka a ouvert la boîte de Pandore. L’acte a été perpétré le 22 novembre. Les bandits de grand chemin ayant sévi ont fait main basse sur une soixantaine de têtes de zébus. Le fokonolona ainsi que les éleveurs qui en ont fait les frais ont d’emblée engagé une poursuite, laquelle s’est dans un premier temps avérée infructueuse.En menant une investigation, accompagnée d’un ratissage, la gendarmerie de Betroka a mis la main sur des indices lui permettant de remonter jusqu’aux suspects. L’opération s’est achevée par  une fusillade ayant fait trois morts ainsi que l’octuple arrestation.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Ikongo – Des émeutiers libèrent des détenus

Voulant la mort de dix individus écroués pour acte criminel, huit cents personnes ont assailli, hier, le pénitencier d’Ikongo. Elles ont fait sortir des prisonniers.  

La loi de la jungle. Une horde de villageois déchaînés s’est abattue dans la matinée d’hier sur la maison centrale d’Ikongo. Plus d’une centaine de détenus ont été arrachés de la prison selon un chiffre provisoire, lâché après insistance  par une source auprès de l’administration pénitentiaire. Le même interlocuteur indique par ailleurs que les assaillants ont, dans la foulée, pris en otage trois agents pénitentiaires. Ces derniers ont été  relâchés sains et saufs dans l’après-midi, et les détenus maîtrisés.«Il y a lieu d’éclaircir les faits survenus. Il ne s’agit nullement d’une évasion collective mais d’une casse de prison pure et simple. Près de huit cents personnes ont pris d’assaut le pénitencier  d’Ikongo vers 11 heures, pour sommer aux détenus de quitter les lieux », s’insurge la même source.Sur base de rébellion contre une décision du parquet, ces émeutes dépassant l’entendement ont  provoqué une onde de choc dans le microcosme judiciaire. La sécurité des magistrats servant  auprès du tribunal de première instance d’Ikongo étant précaire, compte tenu de cette bouillonnante situation, le procureur de la République, son substitut ainsi que le président du tribunal ont été placés sous haute sécurité, après que leur évacuation par hélicoptère a été abordée au moment où la vive tension était à son summum.

TransfertAu sein du ministère de la Justice, une mobilisation de responsables à différents niveaux est signalée. Bien que les fonctionnaires de l’administration pénitentiaire aient repris le contrôle de la maison centrale et que les otages ainsi que les magistrats soient hors de danger, l’ordre public reste au cœur des préoccupations. Une frêle accalmie plane certes sur la ville, mais les négociations battent leur plein entre l’organe mixte de conception (OMC), les notables ainsi qu’une délégation villageoise, en faveur d’un ordre public pérenne.En parallèle, du renfort a été dépêché sur place pour prêter main forte aux éléments des forces de l’ordre déjà sur place.C’est une tentative d’acte de vindicte populaire qui, pour la énième fois, a mis le feu aux poudres. « Présentés récemment devant le parquet d’Ikongo pour une affaire criminelle, une dizaine d’individus ont été placés sous mandat de dépôt. La décision judiciaire a été vue d’un mauvais œil par les tributaires de leurs actes», a confié un officier général auprès de la gendarmerie nationale.Mis au parfum que l’incarcération des dix suspects provoquait un tollé  dans les rangs des personnes réclamant leur mort, le tribunal ainsi que les gardes pénitentiaires ont préconisé leur transfert sur Mananjary. Alors que les prévenus ont quitté Ikongo en catimini dans la nuit de mardi  à mercredi, et étaient attendus à la maison centrale de Mananjary, hier soir, une horde d’émeutiers s’est soulevée le lendemain pour mettre le feu aux poudres et  faire libérer les prisonniers à Ikongo.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – La Charte des handicapés à appliquer

La commune urbaine d’Antsirabe a établi une Charte sur les droits des personnes handicapées. Il s’agit, en particulier, de permettre leur accessibilité aux services publics.

Tout reste à faire pour que les services publics soient accessibles, dans la pratique au quotidien, à tout le monde. Le groupement régional des associations de personnes handicapées du Vakinankaratra (Graphav), réunissant treize associations, se bat, depuis des années, pour l’application de leurs droits au niveau de la société. Afin de leur permettre de vivre sans contrainte et avec sérénité comme des personnes normales, une « Charte des personnes handicapées » au sein de la commune urbaine d’Antsirabe a été créée et mise en application depuis quelques années.« Grâce à cette charte et aux nombreuses sensibilisations effectuées, la discrimination sociale directe, comme le mauvais traitement à l’encontre des personnes en situation de handicap, commence à s’estomper », note Lolona Mamisoa Ralivasoanirina, présidente de l’association des femmes handicapées du Vakinankaratra.« Toutefois, nous percevons encore, en quelque sorte, de la discrimination indirecte par la société comme l’absence des rampes qui nous permettront d’acquérir l’accessibilité aux nombreux bureaux administratifs, ainsi qu’aux infrastructures scolaires et universitaires », tempère-t-elle.Les résultats sont donc apparemment mitigés. À cause de cette défaillance au niveau des infrastructures, les personnes handicapées ont du mal à jouir de leurs droits.

DéfaillanceC’est pourquoi le comité de suivi de l’application de la charte, présidé par la commune urbaine d’Antsirabe, par le biais de Tovohaja Rajohnson, deuxième adjoint au maire, ne cesse d’interpeller toutes les entités concernées afin qu’elles prennent en considération l’application, point par point, de son contenu. Autrement dit, les règles à respecter en faveur des personnes en situation de handicap existent déjà : il suffit de les appliquer à la lettre pour que la discrimination objective disparaisse.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Circulation – Antananarivo, le goulot d’étranglement

Le mois de décembre avec  ses airs de fête et ses pluies diluviennes mais pour les automobilistes tananariviens, ses embouteillages surtout. Trop de voitures, pas assez de rues. Si l’on interroge l’habitant de la capitale, chacun y va de son expertise. En attendant d’hypothétiques grands travaux, des solutions, parfois qui ne requièrent que le bon sens, peuvent être trouvées. 

Anosy, cœur administratif d’Antananarivo. C’est de là que tout part et où tout finit. À 8 heures, le rond-point, où se dresse fièrement la statue du soldat à l’étendard paré des couleurs de la République, bourdonne déjà telle une ruche. Les pare-chocs évitent de s’entrechoquer et les klaxons sonnent à qui mieux mieux. Au milieu de la valse, à coups de sifflets stridents, le policier qui règle la circulation orchestre cette danse qui est tout sauf entraînante. Aux commandes de sa vieille Renault 4, Nary, chauffeur de taxi depuis maintenant quatre années, ne fait pas trop attention à lui. Il préfère plutôt se concentrer sur la manière de se frayer un chemin dans ce dédale de carrosseries bruyantes. Il aperçoit un collègue, lui fait un signe de la main, reçoit un geste positif et s’engouffre dans la brèche.

La circulation des charrettes à bras occasionne des bouchons à toute heure.

SaturationEn le regardant manœuvrer, parfois entre appréhension (va-t-il réussir à passer ?) et incrédulité (comment a-t-il réussi à passer ?), on se rend compte qu’évoluer au milieu des embouteillages à Tana (surnom affectueux que les Tananariviens, et plus si affinités, donnent à leur capitale) relève souvent de l’art. L’objectif premier consiste à ne pas s’énerver. « Efa rano fisotro io madama, matimaty foana raha miaka-pofona eo.», (« C’est le lot quotidien de tout automobiliste, madame, céder à l’énervement c’est mourir stupidement »).Nary est philosophe et (car ?) les embouteillages d’Antananarivo sont une fatalité. Car c’est de pis en pis.  Les chiffres de l’Institut national de la statistique (Instat) révèlent un peu plus de mille sept cent nouvelles immatriculations de véhicules dans la capitale au mois de septembre de cette année, et une moyenne de mille – voire plus de mille deux cents - nouvelles immatriculations par mois. Outre ce nombre sans cesse croissant, même si les chiffres de 2017 observent une baisse plus sensible par rapport à ceux de 2016, l’étendue du parc automobile n’est pas la seule en cause. Antananarivo a besoin de nouvelles artères et leurs constructions tardent. Celles dont les constructions ont été achevées au début des années 2000 (petite rocade, by-pass reliant la Route nationale 7 à la Route nationale 2, le boulevard de l’Europe, …) ont atteint leur point de saturation et n’arrivent plus à absorber le flux d’une circulation prisonnière de rues qui datent de la colonisation.

De futurs faiseurs d’embouteillages au marché des voitures d’occasion à Antanimbarinandriana.

Alors limiter les véhicules et alterner la circulation comme cela se pratique en France ? Taxer chaque véhicule qui entre au centre-ville comme l’a décrété la ville de Londres ? Ne plus accepter de nouvelles immatriculations comme l’a décidé Singapour ?En 2015, dans le cadre de l’opération cent jours, le gouvernement de l’époque avait demandé aux trois composantes des forces de l’ordre, à savoir la police nationale, la police municipale et la gendarmerie, de collaborer pour régler le problème en organisant la circulation aux sorties de la ville. L’opération s’est effectuée avec plus ou moins de bonheur. Dans certains axes comme sur la Route nationale 1, au niveau du trop célèbre rond-point d’Anosizato, jusqu’à l’année dernière, la stratégie des forces de l’ordre s’est révélée efficace. Depuis la rentrée scolaire de septembre, les bouchons monstres sont revenus aux heures de pointe, malgré le nombre d’éléments de la police de la circulation en augmentation. Mandrindra, étudiant en communication, habitant Ampitatafika n’a pas trop le choix : « Je prends mes dispositions. Je pars de chez moi à 6 heures moins le quart. Et je prévois, en général, trois heures si je ne veux pas être en retard à mes rendez-vous. » Cela se passe de commentaires !

Cette année, une certaine désorganisation a été constatée du côté d’Anosizato.

Les bouchons reviennent à Anosizato-RN1

En 2015, « l’opération cent jours » a été initiée dans le cadre du programme « Rapid result initiative » afin de désengorger les sorties de la ville d’Antananarivo. Trois points chauds ont ainsi été identifiés : Anosizato-Anosipatrana pour la RN1, Ambohibao-Talatamaty pour la RN4, et Ankadindramamy-Mahazo pour la RN2. Elle a requis la participation et la collaboration entre la police municipale, la police nationale et la gendarmerie. Pour Anosizato-Anosipatrana particulièrement, cette collaboration a porté ses fruits en 2015 et en 2016. L’usager pouvait prévoir une heure de trajet pour arriver à Anosy. Pour ce faire, les forces de l’ordre avaient instauré l’alternance d’une circulation à sens unique (la fameuse double voie), toutes les heures, permettant ainsi aux automobilistes de se caler entre ces plages horaires. Les voies municipales ont été mises à contribution pour fluidifier la circulation.Depuis la rentrée scolaire de cette année, la méthode semble avoir changé. Dès 5 h 30, Ampitatafika-Anosizato est devenu impossible. Les usagers de cet axe optent désormais pour la marche à pied jusqu’au rond-point d’Anosizato, cette solution étant plus rapide. En temps de pluie, mieux vaut s’armer de patience car sur le chemin du retour, les bouchons au niveau du rond-point d’Anosizato peuvent durer jusqu’à 21h30.

L’incontournable deux-roues

D’après l’Institut national de  la statistique, près de deux mille trois cents véhicules à deux roues ont été nouvellement immatriculés à Antananarivo de janvier à septembre, cette année. Avec un, parfois deux, souvent des familles de trois voire quatre personnes dont un nourrisson à leur bord, les deux-roues sont un incontournable dans le secteur du transport dans la capitale. Littéralement plébiscitées car elles permettent de se faufiler dans les bouchons les plus tenus, leur nombre ne cesse de s’accroître. Ce malgré des drames souvent relatés dans les pages faits-divers. Faisant fi souvent du code de la route, leurs conducteurs sont la bête noire des automobilistes qui doivent composer avec le comportement sans foi ni loi de nombre de ces « easy riders ».

Un échantillon de tweets avec  #traftnr.

Les réseaux sociaux mis à contribution

Défouloirs pour certains, sources d’informations vitales pour d’autres, les réseaux sociaux accompagnent désormais le quotidien du Tananarivien pour l’aider à braver les embouteillages. Le réseau de microblogging Twitter en fait partie. Le hashtag #traftnr rassemble tous ceux qui veulent informer, dénoncer, ou simplement se défouler sur la situation sur les rues d’Antananarivo. Son équivalent sur Facebook, intitulé sobrement « Fifamoivoizana eto Madagascar » ou circulation à Madagascar, regroupe actuellement 146 543 membres.

Pare-chocs contre pare-chocs sur trois files pour une rue à deux voies.

Astuces et bon sens 

En attendant la concrétisation de plans d’urbanisation ou la construction de nouvelles artères, des solutions relevant parfois du simple bon sens peuvent être trouvées pour éviter les embouteillages.Comme partir tôt, par exemple. « Je dois impérativement quitter la maison à 6 heures du matin parce qu’il faut que je dépose d’abord mes enfants à leurs écoles. Donc les embouteillages, je ne les vois pas trop le matin. », nous confie Serge Rasanda, notre chroniqueur sportif qui passe par Ambanidia, l’un des axes qui mènent vers la sortie sud de la capitale. Toujours dans cette partie sud, certains usagers empruntant le by-pass à partir de la colline d’Alasora, par exemple, doivent se lever plus tôt et partir au plus tard à 6 heures moins le quart comme Jenny pour arriver à Ankorondrano à 8 heures. Au retour, pour ceux qui habitent les périphéries, préférer quitter le bureau après 19 heures pour ceux qui le peuvent. Daniel, cadre dans une banque a fait ce choix. « Je préfère finir mes dossiers plutôt que de perdre deux heures de mon temps dans les embouteillages », nous confie cet habitant d’Ambohijanaka. D’autres usagers s’organisent autrement. Beaucoup de gens font de plus en plus le choix du covoiturage. Quant aux écoles, nombreuses sont celles qui proposent les bus scolaires. « Il faut savoir planifier son temps », c’est la seule chose sur laquelle on peut compter affirme Hanta qui travaille dans le commerce à Ambohitrarahaba.

Textes : Rondro RamamonjisoaPhotos : Mamy Mael – Claude Rakotobe -Tojo Razafindratsimba - Archives

L'express de Madagascar0 partages

Street Gospel – « The called » tient à prêcher la bonne parole dans la rue

Après le succès de ses éditions précédentes, le groupe « The Called » renouvelle l’expérience « Street Gospel ». Un événement dédié au chant gospel qui traversera les rues de la capitale, ce samedi 16 décembre à partir de 10 heures dans la grande cour de La City Ivandry, à Antaninarenina à midi, et devant le stade de Mahamasina à partir de 15 heures et demie.« Le Street Gospel est un nouveau concept que nous avons mis en place depuis le mois d’avril 2016. La plupart du temps, c’est le public qui vient à un endroit précis pour assister à un concert. Avec le Street Gospel, c’est tout à fait le contraire. C’est nous même qui prenons l’initiative d’aller près d’eux. L’idée est de se rapprocher davantage du public, mais également de prêcher  la bonne parole, de manière plus jeune, cool et ce avec la musique Gospel. Aussi, pour cette 5e édition, toujours dans cette optique de Street, nous avons choisi de faire un Street Gospel Itinérant. En outre, cette fois-ci avec l’aide de Jay Audio et de la radio RDJ, nous utiliserons un camion décoré pour l’animation», explique Felana, un membre du groupe. Pour l’occasion, « The Called », cette figure de proue de genre afro-américain va reprendre ses dix sept chansons à l’instar de « Lalana ho ahy », « Nikodemos » et présentera également ses trois nouveaux tubes « Full of love », « Tianao aho » et « Inty aho ».Si le groupe « The Called » a travaillé avec Meva gospel l’édition précédente, cette fois, elle va se mettre en diapason avec la chorale The Steps  to Christ.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Jeu d’échecs – Deux tournois internationaux avant le Mondial 

La délégation malgache au championnat d’Afrique de jeu d’échecs catégorie jeune est de retour au pays. Après un parcours sans faute, neuf victoires en neuf rondes, Harifidy Milanto Ralison remporte le titre de cham­pion d’Afrique catégorie U16 garçons.Ainsi, il se qualifie au championnat du monde des jeunes en 2018. Ce sommet mondial aura lieu en Chine mais le calendrier 2018 de fédération internationale ne sera publié qu’en début de l’année prochaine. Harifidy a aussi obtenu sa première norme de maître international. Le champion d’Afrique compte participer au moins à deux autres compétitions internationales avant le championnat du monde, entre autres l’Open d’Afrique du sud en avril et les Olym­piades en septembre en Grèce.« Les gens ont été impressionnés par notre niveau et pensaient que nous avions beaucoup expériences internationales… Pour nous améliorer un peu plus, il nous faut participer à des tournois internationaux », confie Harifidy à son arrivée à l’aéroport. Les autres porte-fanions malgaches ont aussi fait de leur mieux à leur première participation à un tel sommet continental.Tsiresy Haja Andriama­nalimanana dans la catégorie des U10 garons termine cinquième, Itokiana Rako­tonirina Andriantsiferana finit neuvième chez les U12 garçons et Ny Avomitia Randriamaharo a été classée septième chez les U10 filles. « Nos joueurs manquaient d’endurance car les parties se jouaient tous les jours de 10 heures jusqu’à 14 heures, puis de 17 heures à 21 heures… La preuve, ils ont encore presque gagné leurs deux ou trois premiers rondes avant de s’incliner plus tard face à leurs adversaires », raconte Johanna Rakotoniaina, présidente de la ligue d’Analamanga de jeu d’échecs, chef de délégation et encadreur de nos porte-fanions en Égypte.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

OMC – Madagascar quête un traitement de faveur

Équité. Le mot fédère presque tous les pays du monde, lorsqu’il s’agit d’aborder la notion d’échange commercial. Participant à la onzième conférence ministérielle de l’organisation mondiale du commerce (OMC), qui se déroule en ce moment à Buenos Aires, capitale de l’Argentine, Madagascar fait partie du groupe africain classé parmi les pays les moins avancés (PMA) économiquement. Ceux-ci luttent afin de faire pencher la balance commerciale internationale en leur faveur.« Le principal enjeu de cette réunion ministérielle pour Madagascar est de pouvoir bénéficier d’un traitement spécial et différencié lui permettant de profiter de certaines dérogations aux règles à l’OMC. Les pays développés devraient cesser immédiatement les soutiens internes et subventions qui créent des effets de distorsion sur les marchés », souligne la délégation malgache, conduite par Bary Rafatrolaza, Secrétaire d’État auprès du ministère des Affaires étrangères chargé de la Coopération et du Développement. Ainsi, le Groupe africain et les PMA nourrissent l’espoir d’une avancée positive à l’issue de la conférence.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Conseil municipal – Le Premier  ministre dénonce une défaillance

En marge de l’ouverture officielle de l’atelier sur le budget participatif, hier à l’hôtel Carlton Anosy, le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana, a crevé l’abcès en reconnaissant la faille concernant la loi sur la nomination des conseillers municipaux. « Il faut le dire, cette loi est défaillante et doit être modifiée. Bien que nous soyons un pays démocratique, comment peut-on concevoir le fait qu’un ancien adversaire devienne un conseiller à la mairie ? », a-t-il soutenu. Olivier Mahafaly Solonandra­sana a ainsi incité les responsables à « rectifier cette loi, car les affaires des communes rencontrent des blocages à cause des différends entre maires et conseillers ».Le Premier ministre a évoqué un problème rencontré par beaucoup de communes de Madagascar, car des conseil­lers communaux agissent à l’encontre des travaux que leur maire projette d’exécuter. Un obstacle considérable dans le développement de la commune concernée. « Les maires ont leurs attributions, et les conseillers ont également les leurs. Que chacun respecte sa tâche respective », a rappelé le patron de Maha­zoarivo.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Propriété foncière – L’Assemblée nationale adopte une nouvelle loi

La loi sur le régime juridique de l’immatriculation et de la propriété foncière a été votée à l’Assemblée nationale, hier. Cette loi a pour objet de déterminer, entre autres, la gestion des propriétés titrées, les procédures d’immatriculation des immeubles, la procédure de reconstitution des documents fonciers, notamment ceux perdus, inexploitables, détériorés, détruits ou déchirés ou encore la procédure de régularisation des terrains à statuts obsolètes.Il est précisé dans cette loi, par exemple, que « Tout immeuble ayant fait l’objet d’un titre foncier, doit être exploité, entretenu et utilisé directement ou indirectement par son propriétaire. Si le propriétaire ne s’est pas conformé aux obligations ci-dessus, ou si l’immeuble est considéré comme vacant au sens de l’article 18 de la loi 2005-019 du 17 octobre 2005, il y aura application de la procédure de sanction de transfert à l’État. Dans ce cas, les Autorités locales peuvent déclencher la procédure de transfert de la propriété au nom de l’Etat malgache. Cette sanction est applicable à l’encontre du propriétaire ou du titulaire du droit lorsque ce dernier n’exploite pas son immeuble pendant un délai de vingt (20) ans à compter de la date  de l’inscription de son droit sur le titre foncier ou le titre cadastral » (article 95).La société civile a porté des remarques sur quelques articles de ce projet de loi. Selon l’un d’eux, aucune modification n’a été apportée.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Littérature – Le Père Rahajarizafy se redécouvre 

Un homme de lettres et un homme d’église émérite, qui a su s’affirmer à travers ses écrits comme étant l’un des plus grands érudits de la Grande île. Le Père Antoine de Padoue Rahajarizafy se désigne comme un éducateur nationaliste, un écrivain patriote et un révolutionnaire de la culture. Académicien et premier représentant de la communauté Jésuite à Madagascar, il a toujours promu, à travers ses œuvres littéraires, l’importance et le rôle même de l’être malgache au sein d’une société. Autant de qualités, mais par-dessus d’histoires donc, qui ont forgé le mythe de cet auteur d’exception qu’était le Père Antoine de Padoue Rahajarizafy.Perpétuant les valeurs prônées par cet auteur jésuite tout au long de sa carrière, les éditions Ambozontany Fianarantsoa dirigées par le Père Giustino Béthaz ont tenu à éditer un ouvrage intitulé « Ny fanahy no olona… Un prêtre, une œuvre ». Inédit, il s’agit d’un ouvrage qui regroupe l’intégralité de l’histoire du Père Antoine de Padoue Rahajarizafy. « On y découvre toute une biographie qui relate la personnalité, la créativité et surtout la sagesse de cet auteur qu’il était. De même qu’une belle série de témoignages de ses disciples, ainsi que des étudiants qui ont eu le privilège de le côtoyer. En outre, nous avons aussi réussi à collecter une série de photographies inédites qu’il a réalisées, mais aussi  qu’il expose » souligne le Père Giustino Béthaz.Patriote et passionné, il se redécouvre ainsi à travers cet ouvrage en exposant une manière de penser, de raisonner et d’agir en société. Tout en mettant un point d’honneur à peser ce qui doit être ou pas, de se soucier des nécessiteux ou encore de l’importance de la religion. Le Père Antoine de Padoue, un homme et un auteur dont l’esprit survit grâce à ses récits intemporels.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Opération recensement d’électeurs

Une vingtaine de nouveaux électeurs sont recensés dans chaque fokontany de la ville de Mahajanga, depuis lundi. Cela a été constaté pendant l’opération Jugement supplétif en vue de l’établissement d’acte de naissance et de la délivrance de cartes d’identité nationale (CIN) pour les personnes de plus de 18 ans, organisée par la Préfecture de Mahajanga à l’Hôtel de ville.Commencée depuis lundi, l’action se tiendra jusqu’au 31 janvier 2018. Ainsi, vingt nouveaux électeurs ont été inscrits, lundi, sur la liste électorale du fokontany de Mahajanga be. Ceux ayant obtenu une CIN et une copie d’acte de naissance sont immédiatement recensés dans cette liste. Mardi, douze personnes étaient absentes durant l’opération pour le quartier d’Antanimalandy.« L’opération s’achèvera dans les vingt-six fokontany vers la mi-janvier mais elle se poursuivra jusqu’à la fin du mois de janvier 2018. La sensibilisation continuera ainsi à inciter les citoyens à s’inscrire aux prochaines élections de 2018 », a exhorté Fitiavana Ravelomahay, préfet de Mahajanga.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Concert – « Bless Up » chante l’évangile à travers le hip hop

Un événement rare sur la scène du hip hop national, un concert qui mettra en avant la splendeur du rap évangélique est à découvrir le 16 décembre au Centre Franco-malgache (CFM) Anosy à partir de 14h. Un moment de convivialité et de spiritualité unique en son genre donc, qui promet de ravir essentiellement un public chrétien de tous horizons.Une véritable communion à travers le hip hop, le tout sur un fond d’évangile, « Bless Up » organisé par « Rap Gasy en images » fédère près d’une quinzaine de groupes sur scène. Tous forts d’une seule et unique vocation, celle de la valorisation de l’évangile auprès d’un plus large auditoire, visant ainsi principalement la jeunesse.Promouvant donc une autre variation du rap, tout aussi populaire qu’enthousiaste, « Bless Up » apportera également un vent de fraicheur auprès des inconditionnels de la musique urbaine. Ils sont ainsi toute une génération d’artistes forts d’une humilité exemplaire à se relayer sur la scène du CFM à l’occasion. À savoir, Kaz T-Matik, God’s Nation Gospel, UnderGod Vision, Nashya, NSN, Good soldier in Christ, Eddie, SMY et Nephesh Ta’An. Quelques artistes et groupes de renom sont aussi invités à l’occasion, EtniK, Asaph, D-Ali et One Gospel.Les fonds récoltés lors de ce concert contribueront à servir une action sociale destinée aux enfants défavorisés en ces temps de festivités.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Un bus fait une sortie de route

Un bus d’Itaosy a terminé sa course dans le fleuve d’Ikopa après avoir sauté la digue d’Ampasika. Le drame s’est produit dans la nuit de mardi. Le chauffeur aurait été blessé, selon les témoignages obtenus. L’origine de cet accident reste indéterminée, selon la brigade des accidents de circulation, à Tsaralalàna.

L'express de Madagascar0 partages

Maison de retraite

Une pension de retraite pour les députés. Une première mondiale dont on détient la palme. Charité bien ordonnée commence par soi-même, les députés ne se sont pas gênés pour adopter un projet de loi dont eux -mêmes en sont l’auteur. Ajourné dans un premier temps par le gouvernement, le projet a été relancé par les députés pour être voté sans coup férir. Pour le moment, le projet de loi a été bloqué au niveau du Sénat où, visiblement, on a une meilleure notion du bon sens. Devant les diverses difficultés de la population, l’inflation galopante face auxquelles l’État reste impuissant, une telle décision ressemble à une provocation qui pourrait attiser le mécontentement populaire.Faute d’avoir pu obtenir les 4×4, les députés, du moins ceux qui ont le culot de présenter et de voter ce projet de loi, se sont rattrapés en usant de leur pouvoir. Soit, on peut accepter que ceux qui font la loi ont le droit de se servir en pensant à leur avenir, surtout que, généralement, les politiciens tombent inévitablement dans la dèche dès qu’ils quittent leur poste, mais de là à pousser le bouchon aussi loin, il y a lieu de s’indigner. D’abord, parce que pour mériter une pension de retraite, il faut justifier une assez longue activité de service au profit de l’État ou d’une entreprise. Ensuite avoir cotisé pour une caisse de retraite pendant ses années de service. Un employé de l’État ou du privé se voit rembourser les cotisations qu’il a faites à l’heure de sa retraite. Est-ce que les députés méritent cette faveur pour avoir accompli un devoir à la Nation en tant qu’élu ? La réponse est nettement négative dans la mesure où ils sont déjà royalement traités avec des indemnités faramineuses et des avantages exceptionnels. Sans parler des profits exceptionnels lors des surenchères politiques lors des motions de censure ou de destitution contre le Premier ministre ou le Président de la République. Là, les députés font leurs bonnes affaires en mangeant à tous les râteliers et mettent du beurre dans les épinards. Il suffit donc de savoir mettre de côté durant son mandat pour pouvoir jouir d’une retraite dorée après avoir quitté Tsimbazaza. Ils peuvent également souscrire des assurances de toutes sortes pour avoir une retraite tranquille.On se demande avec quels moyens, dans quel chapitre budgétaire l’État devra mettre cette nouvelle rubrique.En outre, s’accorder une pension de retraite avec un taux d’abstention frisant les 90 % ressemble à une arnaque vis à vis des électeurs. Le comble est que la salle était pleine lors de l’adoption du projet de loi. Certains députés, mieux sensés que d’autres l’ont fait plutôt par solidarité que par conviction. Ils ne sont pas loin de penser que tant qu’à faire, mieux vaut transformer la Palais de Tsimbazaza en maison de retraite, une hospice d’anciens députés pour que ni le Trésor public ni l’histoire ne les oublie pas.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Les chemins suivis par les Indonésiens vers la Grande ile

Dans la seconde moitié du XXe siècle, la majorité des chercheurs abandonne, en ce qui concerne la Grande ile, l’idée d’un peuplement très ancien exposée par Alfred et Guillaume Grandidier ainsi que le Dr Rakoto-Ratsimamanga, et défendue naguère encore par Pierre Boiteau. D’après Yves Janvier, dans une étude sur l’ « Histoire ancienne et océan Indien dans les perspectives malgaches » (revue d’études historiques Hier et Aujourd’hui, 1975), Raymond Mauny est l’un de ceux-là. En 1970, dans son ouvrage sur « Les siècles obscurs de l’Afrique noire », il affirme que « la Grande ile était déserte au début de notre ère ».Parallèlement, beaucoup « délaissent l’hypothèse d’un substrat africain antérieur à l’arrivée des Indonésiens », sans écarter, à l’instar d’Hubert Deschamps en 1972, le maintien de la possibilité d’incursions de pêcheurs africains en petit nombre et sans établissement définitif en vue notamment de la capture de tortues.Selon l’opinion la plus courante, écrit Yves Janvier, « les Indonésiens seraient venus en deux vagues séparées par quelques siècles d’intervalle- chacune pouvant naturellement englober un ensemble de nombreux débarquements ». La première, « contemporaine des débuts de l’hindouisation en Insulinde », contournant l’océan Indien par le Nord, aurait fait une longue étape en Afrique orientale avantd’atteindre Madagascar « en compagnie d’éléments africains mélangés voire métissés à elle ». La deuxième vague, « la seule qui soit attestée par les sources écrites » aurait utilisé un parcours plus direct depuis l’Inde du Sud et le Ceylan. Mais certaines sources parlent de Wak-Wak, ce qui suggère une continuité des voyages indonésiens.Entre ces deux vagues indonésiennes, « les éléments noirs africains » de la population malgache se seraient augmentés par razzias ou par débarquements libres. On ne peut non plus occulter les contacts et les incursions arabes après la naissance de l’Islam. À la fin de la première moitié du XXe siècle, explique Yves Janvier, les tendances de la recherche sont à la réhabilitation de la part africaine dans les origines malgaches « qu’on avait minimisée depuis Grandidier ».Dans l’édition 1972 de son Histoire de Madagascar, Deschamps écrit « avec prudence » : « La date des premiers voyages (indonésiens) ne peut être estimée qu’à un millénaire près. »J. C. Hébert estime que les premières migrations remontent au début de noter ère.J. Poirier  est d’avis qu’il faut, sans doute, rajeunir la période de moins 300 à plus 300 ans proposés antérieurement et que l’essentiel des migrations proto-malgaches serait à situer dans la seconde moitié du premier millénaire de notre ère, y compris les éléments arabes préislamiques. Edouard Ralaimihoatra, « encore très dubitatif » en 1965, finit par préférer, dans son « Histoire de Madagascar », la datation de Dahl (environ plus 400) à celle de Deschamps (à partir de moins 500).Du silence du « Périple de la mer Érythrée » sur les Indonésiens, Raymond Mauny conclut d’abord que leurs incursions en Afrique orientale (et à plus forte raison à Madagascar) ne seraient pas antérieures au IIIe siècle de notre ère. « Il est toutefois revenu sur cette affirmation dans un autre article de 1972, où il admet que Madagascar était peut-être déjà habitée dès l’époque du Périple (IIe siècle ?) ». Pierre Vérin qui rejoint sensiblement la position de Dahl, expose plusieurs raisons de situer « à partir du Ve siècle de notre ère », le premier départ des Indonésiens pour l’Ouest.Enfin, P. Ottino avance qu’il n’est pas nécessaire de supposer deux époques d’immigrations indonésiennes, dont la première  n’est pas du tout prouvée, car au lieu d’une distinction chronologique, il propose une distinction sociale et « le peuplement mixte azanien-indonésien au début de notre ère, mais l’estime peu probable ». Cette position d’Ottino, précise Yves Janvier, est à rapprocher de celle prise auparavant par J. Mahé et M. Sourdat. Ces derniers, raisonnant en géologues, croient pouvoir affirmer sur la base de datation au carbone 14 « qu’il n’y avait pas d’hommes à Madagascar avant le VIIIe siècle de notre ère » (« Sur l’extinction des Vertébrés subfossiles et l’aridification du climat dans le Sud-Ouest de Madagascar », 1972).

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Ecroué pour abus de confiance

Lundi, un homme âgé de 44 ans a été incarcéré à la maison centrale d’Antanimora pour escroquerie d’un milliard six cent soixante-quinze millions d’ariary et abus de confiance dans le secteur girofle. Il a été arrêté par la police économique d’Anosy à l’hôtel Panorama, à Andrainarivo.

L'express de Madagascar0 partages

Gala de sports de combat – Analamanga domine en savate

Vingt combats dont quatorze en savate, trois chacun en mixed martial arts et kempo, étaient au programme du Gala de sports de combat ce week-end au gymnase couvert de Mahamasina.C’était une initiative de la ligue d’Analamanga de savate boxe française en cette période intersaisons. Deux ligues, à savoir Analamanga et Vakinankaratra, se sont affrontées en combat de savate. La ligue Analamanga a raflé huit victoires sur onze chez les élites.Un des combats les plus spectaculaires était la victoire par KO en troisième reprise de Toky Emilson face à Faniry de Vakinankaratra, dans la catégorie -60kg. Les autres combattants ayant défendu les couleurs de la ligue hôte sont Herizo chez les -48kg,Jean Berbardin -56kg et Santatra -60kg. Le club EBI d’Analamanga a aussi réalisé un triplé signé Sylvano, Ravo et Naina. Concernant les au­tres disciplines, le club CSLA a réalisé un doublé en MMA, dont la victoire par points d’Heriniaina Rakotonan­dra­sana contre Herisoa Rakoto­nindriana chez les -55kg et celle par KO de Jocelyn Rasolo­mampionona face à Andry Ratolojanahary de GAAM.Et en troisième combat, Tahiry Rakotonomenjanahary de CSLA s’est incliné face à Tokiniaina Razafindrinibe de TP BCA. « Ces deux derniers combats comptent pour le premier test des combattants malgaches en vue des combats pro en France », souligne Parfait Rakotonindriana, promoteur de la discipline.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Fortoir de la Côte Est – Un centre de formation en gestation

Le club Fortior de la côte Est est en phase de finalisation de la création d’un centre de football à Toamasina. L’initiative est de Mohamed Ali, dit Jo, un expatrié qui évolue à l’étranger depuis 25 ans et Osama Haroun, directeur de sport du FC Martigues en France.« Le niveau du club s’est dégradé en 15 ans. Et c’est normal que nous fassions de notre mieux pour le sortir de là », a souligné Mohamed Ali. Le Français, Osama Haroun et Ratsarazaka Ratsimandresy alias Zakabe assureront le côté technique au sein du centre ou aussi l’académie de football du FCE.« Le centre sera ouvert à tous les enfants des quatre coins de l’île, âgés de 13 ans et plus. Et même les douze ans qui font preuve de talent », informe Osama Haroun. Un deuxième projet sur la création d’un centre similaire à celui de Clairefontaine en France est déjà en gestation.« Nous parlerons de sa réalisation avec le nouveau président élu en mars prochain » a poursuivi Mohamed Ali.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vol de poisson au lac d’Anosy

Interpellé sur le fait, un homme a été amené au commissariat de Mahamasina après avoir pêché dans le lac d’Anosy, mardi. Ses deux complices ont réussi à prendre la poudre d’escampette. Ils vendent ces poissons à Anosizato à bon prix, selon un enquêteur.

L'express de Madagascar0 partages

Nosy Be – Première sortie  des patrouilleurs Malaky et Tselatra 

Après avoir fait quatre jours d’escale à Nosy Be, les deux nouveaux patrouilleurs côtiers ultramodernes, Malaky et Tselatra, des Forces navales malgaches ont  quitté Nosy Be, mardi dernier, pour rejoindre leur port  d’attache à Antsiranana. Depuis leur acquisition et leur baptême officiel, il s’agissait de leur première sortie ayant  pour objectif  de les préparer techniquement à la mission qui les  attendra.« Cette escale entre dans le cadre d’un essai de longue durée et d’une mission de mise en condition opérationnelle des équipages et du matériel », a expliqué le capitaine de frégate Alex Ralaiarivony, chef de mission.Les équipages de ces deux bâtiments, sous les commandements respectifs du lieutenant de vaisseau Edson Anahy pour le Malaky, et du lieutenant de vaisseau Samuelson Andriahasina pour le Tselatra ont effectué une série de visites de courtoisie auprès des autorités locales. Ces dernières se sont ensuite rendues à bord des patrouilleurs.Le détachement des  Forces navales malgaches à Nosy Be dispose d’une vedette rapide de type Metal Shark dénommée Akio.

Raheriniaina

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanana : Lehilahy tratra nangalatra omby, saika nodoran’ny olona velona

Lehilahy iray tratra nangalatra omby no saika nodoran’ny fokonolona velona tao amin’ny fokontany Tetezankazo, Kaominina Antanimabary, disitrikan’i Maevatanàna, ny alahady 10 desambra lasa teo, tokony ho tamin’ny 04 ora  sy sasany hariva. Efa nodarohan’ny olona izy tamin’io ary efa saika hodoran’izy ireo tamin’ny lasantsy mihitsy, saingy nalaky tonga ny Zandary avy ao amin’ny « Poste Avance» niaro ny ainy. Nosamborona izy ary efa nentina natao famotorana ao amin’ny biraon’ny borigady eto Maevatanàna. Araka ny fanazavana azo dia, omby efatra tao am-bala no nisy nangalatra tamin’io. Fantatra fa nisy nahita mihitsy ny nangalan-dralehilahy an’ilay omby, ka raikitra teo ny antso vonjy teo amin’ny manodidina. Tsy lasa lavitra anefa ilay jiolahy dia tratra niaraka tamin’ny omby nangalariny, ary nentina an-tanana avy hatrany ka sady niharan’ny daroka teo aloha. Nentina niakatra tao Antanimbary, nasaina nitety tanàna. Nandeha ny feo fa hoe hodorana velona ralehilahy. Efa misy moa ny nividy lasantsy malaky tamin’ireo olona. Nitangorona ny olona teny an-toerana teo anatrehan’izany. Rehefa nahafantatra ny zava-niseho ny Zandary dia nanao ny  paika rehetra mba hiarovana ny ain-dralehilahy. Niezaka nadamina sy nandresy lahatra azy ireo ny mpitandro ny filaminana, ka nalain’izy ireo teny an-toerana ihany izy. Sady niala tsimoramora ny vahoaka no niteny hoe : « izay ary, fa matoky anareo izahay amin’ny fomba fiasa ». Nentina taksibrosy nihazo ny biraon’ny borigady aty Maevatanàna ralehilahy. Rehefa vita ny fanadihadiana sy ny famotorana nataon’ny Zandary azy, dia natolotra ny fampanoavana ny alarobia maraina teo izy, ary nivoaka ny didim-pitsarana, ka nomena fahafahana vonji maika ilay lehilahy. Teo no nahatonga ny vahoaka nitraotra, raha vao nahare  izany, ka nilaza hoe: « nisy tsindry natao ary mety nisy vola nilatsaka matoa nivadika toy izao ny raharaha ». Nilaza mihitsy ireo vahoaka hoe : « efa tratra an-tanàna izao ve rangaha mbola navoakan’ny mpitsara ihany ». Manoloana izao dia manao antso avo amin’ny tomponandraikitra ambony mahefa izy ireo, mba hijerena akaiky izao raharaha izao, fa very fanahy ny mponina any amin’ny Kaominina Antanimabary. Tsy hita intsony izay hianteherana. Malahelo amin’izao zava-niseho izao koa ny Zandary eto Maevatanàna, sady nilaza hoe manimba ny fitokisan’ny vahoaka azy izany.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Betroka : Dahalo telo maty voatifitry ny zandary

Manao ny ainy tsy ho zavatra ireo zandary any amin’ireo faritra voasokajy ho faritra mena amin’ny ady amin’ny asan-dahalo, indrindra fa ny amin’iny faritra Atsimon’ny Nosy iny. Fantatra ary fa nandritra ny hetsika manokana nataon’ireo zandary avy amin’ny vondron-tobim-pileovana any amin’iny faritra Anosy iny dia dahalo telo no lavon’ny balan’ireto farany. Dahalo izay fantatra, araka ny fampitam-baovao azo avy any an-toerana fa mipetraka ao Mahelivoro, kaominina Bekorobo, distrika Betroka. Nanditra izany hetsika izany dia basy telo tratra tany amin’ireo olon-dratsy, ary omby 15 no azo teny an-tanan’izy ireo, izay efa samy notazomina ao amin’ny borigadin’Isoanala avokoa. Fa ambon’izay dia fantatra fa misy olona valo ihany koa amin’izao fotoana izao hadihadiana mahakasika izany resaka asan-dahalo izany. Nitrangana fanafihana mantsy ny tao amin’ny kaominina Ambatomivary, distrika Betroka ny alin’ny 22 novambra teo. Ahiahiana ho samy mpiray tendro amin’ireo malaso mpanafika avokoa ireto olona ireto, raha ny loharanom-baovao hatrany. Tsy nijanona hatreo moa fa mbola mitohy ny savahao hikarohana ireo olon-dratsy amin’izao ataon’ny zandary any an-toerana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Renivohitra : Misy andiana olona milaza ho mpitandro filaminana, misoloky sy manendaka

Asa tokoa raha hoe akaiky ny fety dia manao izay azony atao avokoa ireo olon-dratsy, manao izay tratry ny heriny amin’ny ratsy ataony. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenena dia fantatra izao fa misy andian’olona indray, mivezivezy eto an-drenivohitra, misandoka ho mpitandro filaminana. Misoloky ary tonga hatrany amin’ny fanendahana olona mihitsy izany. Misy fomba roa ataon’izy ireo, hoy hatrany ny loharanom-baovao dia « na manakana taxi izy ireo na misambotra olona amin’ny fomba tsy ara-dalàna, manararaotra ary manendaka nony avy eo ». Na ihany koa, miditra anaty taxi-be, ary misava ankitsirano ny entan’ireo mpandeha sy maka izay zavatra sarobidy ao anatin’izany. Tsara ho fantatry ny maro, hoy hatrany ity fampitam-baovao ity fa « ny mpitandro filaminana ara-dalàna rehetra dia tokony hanana « badge » eny ambozonany, misy ny mombamomba azy rehetra, ny sampana misy na koa ny kaomisaria hiasàny. Faharoa manaraka izay, hoy hatrany ny fampitam-baovao dia tsy manan-jo velively hisava na haka zavatra anaty pôketran’olona izy ireo ». Eo anatrehan’izany, dia miangavy fiaraha-miasa amin’ny tsirairay ny eo anivon’ny pôlisim-pirenena raha sendra tranga toa izany, na olona mampiahiahy, mba hampilaza azy ireo avy hatrany amin’ireto laharan’ny kaomisaria ireto : Analakely: 034 05 998 28, Ambohijatovo: 034 05 517 28, Antaninandro: 034 05 517 29/034 05 998 32, Isotry: 034 05 517 30, Mahamasina: 034 05 998 36/034 07 517 16, Ambohimanarina: 034 05 517 12/034 05 998 38, 67Ha: 034 05 517 13/034 05 998 40, Analamahitsy: 034 05 517 14/ 034 05 998 42.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

AMORON’I MANIA ; Foibem-paritra momba ny fanjariantsako : Tafatsangana ny « groupe régional de suivi-é...

“Atoa Rakotomanankiafarana Joël, lehiben’ny faritra Amoron’i Mania (eo ankavia) sy Atoa Rajaonarivony Julien Bernard, talem-paritry ny ORN- Amoron’i Mania (ankavanana) nanatontosa ny fananganana ny “GRSE” “. Sary Anastase

Ho fanatevenana ny « plateforme régional de nutrition » eo anivon’ny foibem-paritra momba ny fanjariantsakafo-Amoron’i Mania, dia tafapetraka amin’ny fomba ofisialy ny faha-13 desambra lasa teo, teto Ambositra, renivohitry ny faritra , ny « groupe régional de suivi-évaluation » na ny « GRSE », ka ny lehiben’ny faritra Rakotomanankiafarana Joël no mitarika an’izany.

Zava-dehibe ny nahavitana izao dingana izao, hoy Rajaonarivony Julien Bernard, talem-paritra ny “ORN” eto Amoron’I Mania. Satria io “GRSE” io  no mandrindra sy mampitambatra ireo mpisehatra marolafy eo anivon’ny sehetra fanjariantsakafo ary mamoaka ny antontan’isa momba ny asa rehetra amin’ny ady amin’ny tsy fanjariantsakafo. Miisa 18 ireo mpikambana ao anatin’ny “GRSE”.

Hetsika . Ny alakamisy faha-14 desambra izao no hotanterahina eto Ambositra ny hetsika tafiditra ao anatin’ny ady amin’ny tsy fanjariantsakafo. Hetsika fanentanan-kafatra faobe mampiseho ireo torohevitra momba ny karazanan-tsakafo ara-pahasalamana mandavan-taona, fa indrindra amin’izao fotoam-pahavaratrra izao, amin’ny fomba tsotra nefa mahomby ka ahitana ny otrikaina rehetra ilain’ny vatan’olombelona. Ankoatra ny fanentanana maro samihafa, dia hisy ihany koa ireo kojakoja an-dakozia hamidy amin’ny vidiny mirary amin’ny alalàn’’ireo tranoeva isan-karazany.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Manifestation à la SAMVA : Trois agents arrêtés et enquêtés à Fiadanana

Nous avons à maintes reprises fait des revendications sur l’amélioration de nos conditions de travail mais en vain. Cela fait sept, huit voire dix ans que l’on se bat pour cette amélioration mais on ne nous écoute pas” s’est lamenté un meneur de grève qui a préféré garder l’anonymat lors d’une manifestation effectuée par le personnel de la SAMVA à Andralanitra hier. Ce dernier de citer les manquements à leurs droits : “ nous sommes privés de beaucoup de droits. Nous ne perçevons pas de pension de retraite. Les droits et avantages de l’ancienneté sont bafoués ”. Avant d’ajouter que “ le personnel de la Samva ne bénéficie pas de prise en charge maladie depuis au moins dix ans”. Il convient de noter qu’à l’heure où nous rédigeons, trois manifestants ont été emmenés à la brigade de recherche Fiadanana. Joint au téléphone sur la suite de l’affaire, l’un d’entre eux affirme que les enquêtes se poursuivent et qu’ils risquent d’être placés sous mandat de dépot.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

VAKINANKARATRA ; Holafitry ny paramédicaux : Hanakatona ny ny toeram-piofanana tsy ara-dalàna

Maro loatra ny toeram-piofanana mpampivelona sy mpitsabo mpanampy “ paramédicaux”  tsy ara dalàna eto amin’ny Nosy. Tsy latsaky ny 120 amin’izao fotoana ny isan’ireo sekoly manofana paramédicaux , ankoatra ireo ny sekoly tsy ara dalana tsy mahefano ny fepetra takiana nefa misokatra ihany. Isan’io fepetra io ny fitakiana ny fampiharana ny système LMD,  misy sekoly sasany na ny fitodrafitrasa hiatrehana azy io aza tsy misy akory, ankoatra izay ny tsy fananana mpampianatra  matihanina, izay  tranga mpiseho any amin’ny distrika matetika, hoy ny filohan’ny holafitry ny paramédicaux Rakotonirina Urbain Antoinne raha nitafa tamin’ny mpanao gazety. Tokony hakatona  haingana ireo sekoly hita fa tsy manaraka ny fenitra takiana, hoy hatrany ny filoha, satria mampidi-doza ho an’ny firenena sy ny taranaka.  Tsy ampy anefa ny mpampivelona sy  ny mpanampy eto amin’ny firenena raha ny fantatra. Noho izany indrindra dia mifandraika amin’ny filana ny famoahana tamin’ny fomba ofisialy ho fantam-bahoaka  ireo mpiofana paramédicaux miisa 103 nahavita ny fiofanana tao amin’ny INSPNMAD Antsirabe ny faran’ny herinandro lasa teo . Fitaratra no anarana nisaloran’ireo andiany faha-6 ireto, telo taona ny faharetanan’ny fampiofanana niaraka tamina pratika avy hatrany, ny 53 tamin’izy ireo dia nanaraka ny fiofanana mpampivelona raha toa ka 50 kosa ny mpitsabo mpanampy. Marihina moa fa ray mpiahy ity andiany ity ny solombavambahoakan’Antsirabe  Michel Ambavalato. Safidin’ny mpianatra malalaka aorian’izao nahavitany ny fiofanana izao ny hanoy fianarana, na hiatrika asa avy hatrany. Volaza mantsy fa afaka miasa avy hatrany ireto tanora nahavita  fiofanana ireto.

Andry N.

ANTSIRABE

Depiote Michel Ambalavato : Tsy mitaky ny fisotron-dronono ho an’ny solombavam-bahoaka

Tsy isan’ireo mitaky ny fisotroan-dronono ho an’ny solombavam-bahoaka ny tenako hoy ny solombavam-bahoakan’ny Madagasikara, voafidy teto amin’ny kaominina Antsirabe voalohany Michel Ambalavato.  Tsy laharam-pahemehana izany hoy ny tenany amin’izao fahantrana lalina lalovan’ny firenena izao. Efa hatry ny ela aho no nisotro ronono hoy hatrany ny depioete Michel satria mpiompy omby izy raha ny fanazavany. Nambarany ampahitsiana koa fa manana fiara tsy mataho dalana maro ny tenany ka tsy izy mihitsy  no andeha hitaky fiara 4*4 ho an’ny solombavam-bahoaka. Ny maha maika hoy izy dia ny fanasoavana ny vahoaka mba hitadiavana vahaolana maharitra amin’izao vidim-bary midangana, tsy zakan’ny vahoaka Malagasy izao intsony. Paikady efa napetrany tokony hataon’ny fanjakana hoy hatrany ny depiote ny fizarana masomboly sy zezika maimaim-poana ho an’ny tantsaha. Tokony hanana famatsiam-bola ihany koa ny fambolena eto Madagasikara fa mahamenatra ny firenena ny fanafarana vary matetika any ivelany.

Isan’ny mampidangana ny vidim-bvary ny fanafenan’ireo mpamongady ny tahirim-bary ka nanaovay antso avo mba hiala amin’izany toe tsaina izany. Ankoatra izay ny tsy hanaovana varo maitso ho an’ny tantsaha eny ambanivohitra fa sady voararan’ny lalana izy ireny no maha fantiantoka tanteraka.

Andry N. 

Midi Madagasikara0 partages

Escroquerie et abus de confiance : 1,675 milliards d’ariary extorqué dans une transaction de girofle

Poursuivi pour escroquerie et abus de confiance, un gérant d’une société de micro finance est incarcéré à la maison centrale d’Antanimora, depuis le 8 décembre.Agé de 44 ans, cet homme est impliqué dans deux affaires différentes dont le préjudice s’élève à une valeur totale de plus d’un milliard d’ariary. En cavale depuis l’année 2016, il a été surpris par la police économique d’Antananarivo, le 6 décembre vers 18 heures 30. Son arrestation fait suite à la plainte déposée le 14 juillet 2017 par l’une de ses victimes portant sur une transaction relative à une vente de girofle. Dans sa requête, le plaignant affirme avoir été extorqué d’une somme de 1.675.000.000 ariary. Avant cette affaire, la police économique a déjà reçu un « mandat d’amener » contre cet homme et ordonné par le Tribunal de Fianarantsoa. Il est poursuivi pour abus de confiance qu’il avait commis dans la société de microfinance qu’il gérait à Fianarantsoa. Cette affaire a causé un préjudice de près d’un milliard d’ariary. En effet, elle a provoqué la fermeture de cette société en 2016. Renseignés sur la présence du suspect dans la Capitale et circulant en moto, les limiers de la police l’a cueilli à l’hôtel Panorama à Andrainarivo. Déféré au parquet du tribunal de première instance d’Antananarivo, le 8 décembre pour l’abus de confiance à Fianarantsoa et le 11 décembre pour l’escroquerie dans la vente de girofle, il est placé sous mandat de dépôt pour ces deux affaires.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Senatera Riana Andriamandavy : Nisy saika haka an-keriny ny vadiny?

Nifamahofaho be ihany ny zava-nitranga omaly. Toa ny nilaza fa nisy nisambotra ny Senatera Riana Andriamandavy ary tao koa ny nanazava fa ny vadiny no nisy saika higafy. Rehefa nohamarinina teo anivon’ny pôlisy dia nisy tokoa ny fidinana an-tsehatra natao rehefa nahazo antso fanairana izy ireo. « Teo Ampasika, raha nijanona teo ny vadin’ny Senatera, dia nahatsikaritra fa nisy fiara nanaraka azy » raha araka ny fanazavan’ny pôlisy. Vokatr’izany no niantsoan’ilay ramatoa maika ny pôlisy izay nanatona teny an-toerana. Teo amin’ny mifanandrify amin’ny Cenam iny no nifanena ny fiara nitondra ilay madama sy ny an’ny pôlisy. Efa tsy hita intsony tamin’io fotoana io ilay fiara voalaza ho nanaraka. Mahakasika ny feo nandeha fa nisy fisamborana ny Senatera indray dia nilaza ny avy eo anivon’ny pôlisy fa tsy nanatanteraka an’izany ny olona teo anivony.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Akoor Digue : Du riz pour 500 familles d’Andohatapenaka

Cinq kilos de riz pour chacune des 500 familles d’Andohatapenaka, bénéficiaires des actions sociales menées cette semaine par Akoor Digue. Une démarche appelée à s’inscrire dans la durée pour ce centre commercial et ce, depuis son ouverture en 2015. En cette veille des fêtes de fin d’année, les initiatives se multiplient au sein de divers organismes pour contribuer au bien-être des moins nantis et permettre aux familles les plus vulnérables de passer les fêtes dans de meilleures conditions. Cette œuvre sociale en faveur des familles à Andohatapenaka, lieu d’implantation d’Akoor Digue, a été réalisée en vue de réconforter les familles en situation de précarité, en cette période des fêtes.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Accident spéctaculaire à Anosipatrana : Une voiture Sprinter finit sa course dans la rivière Ikopa

Hier, c’était dans la stupéfaction que des passants ont aperçu une voiture Sprinter dans la rivière Ikopa. En réalité, cette voiture a fait une sortie de route pour y finir sa course. Mais la cause de cet accident reste jusqu’ici un mystère. Ce serait à cause d’un excès de vitesse. Ce qui est étonnant dans cette affaire, c’est de constater que les occupants de la voiture ont disparu. Ce qui permet de penser à la possibilité de quelque chose de louche derrière cet accident. S’agirait-il d’une voiture volée ?

T.M.