Les actualités à Madagascar du Mercredi 14 Décembre 2016

Modifier la date
Midi Madagasikara6376 partages

Rarinisa Manoa Andrianjatovo : Bac à 13 ans, fin d’études théoriques en médecine à 20 ans

Rarinisa Manoa Andrianjatovo, à 20 ans, a fini les sept années d’études en médecine.

Cette brillante jeune fille veut décrocher une bourse d’études pour continuer ses études à l’étranger.

La promotion Avotr’Aina de la Faculté de médecine de l’Université d’Antananarivo, vient de faire sa sortie, hier, au Palais des Sports et de la Culture de Mahamasina. C’était à l’occasion de la Journée de la Faculté de Médecine, organisée tous les ans à Ankatso. Cette promotion regroupe les étudiants ayant achevé leurs cours théoriques de sept ans en médecine humaine. Ils ont ainsi reçu leurs attestations de fin des cours théoriques. Leur nombre : 326 étudiants. Pour décrocher le diplôme d’Etat de Doctorat en Médecine, ils doivent d’abord effectuer des stages de deux ans dans les Centres hospitaliers universitaires (CHU), ou les Centres de santé de base (CSB), puis présenter leur thèse de fin d’études. Cette étape franchie, ils deviennent des médecins généralistes. Libre à eux ensuite de continuer leurs études pour la spécialisation, pendant cinq ans. Dans cette promotion, il existe une petite étoile qui brille plus que les autres. Il s’agit de Rarinisa Manoa Andrianjatovo, âgée seulement de 20 ans, elle a fini ses sept années d’études théoriques en médecine. A 13 ans, elle a eu son Bac en série D. Après le diplôme d’Etat en médecine, elle compte finir sa spécialisation de cinq ans à l’étranger. Mais elle doit bénéficier d’une bourse d’études pour y arriver.

En fait, les salles de fêtes de l’Université d’Antananarivo n’ont plus suffi pour accueillir ce triple événement de la Faculté de Médecine. C’est pourquoi il a fallu choisir le Palais des Sports de Mahamasina pour permettre aux parents des étudiants, aux amis, et aux proches d’assister à l’événement, plus précisément au triple événement. Ce fut ainsi une grande première pour la Faculté de Médecine de voir sortir sa première promotion des paramédicaux ayant fait des études (Bac+3 en LMD) à l’université d’Antananarivo. Une promotion composée de 177 nouveaux sortants faisant partie des huit spécialités en paramed, entre autres: Infirmiers, sages-femmes, techniciens de laboratoire, techniciens d’appareillage, etc. Par ailleurs, une cinquantaine de médecins spécialistes admis au concours de clinicat viennent également de recevoir leurs attestations. Ils vont appuyer le corps professoral à l’Université et dans d’autres établissements pédagogiques. Certains d’entre eux vont de ce fait devenir des professeurs agrégés. Puis, 66 autres médecins admis au concours d’internat viennent également d’avoir leurs attestations. Et d’autres étudiants appartenant à la médecine vétérinaire et pharmacie viennent également de recevoir leurs attestations, à l’occasion de cette même cérémonie.

Arnaud R.

L'express de Madagascar617 partages

JIRAMA – Délestage quasi-général à Antananarivo

La lumière fuit après le sommet de la Francophonie. Le délestage a frappé quasiment toute la ville d’Antananarivo et ses périphéries, hier, ainsi que plusieurs autres villes raccordées au réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA).  La coupure a duré des heures dans plusieurs quartiers.« Mardi matin, la Jirama a encore fait des siennes. Nous étions privés d’électricité pendant plusieurs heures. On ne sait plus ce qui se passe », se désole un habitant d’Itaosy. Le même cas est constaté dans d’autres quartiers. Sur les réseaux sociaux, la compagnie nationale d’eau et électricité est la cible de toutes les attaques et critiques. L’approvisionnement normal de l’électricité n’a duré que le temps de l’accueil du sommet de la Francophonie.

Plan BSelon les explications obtenues auprès des services de communication de la Jirama, plusieurs centrales hydroélectriques font face maintenant au changement climatique. La pression de l’eau n’arrive plus à soutenir les besoins des turbines au niveau de ces infrastructures. « Le problème de pluviométrie ces derniers temps avait eu un impact négatif sur le fonctionnement des centrales hydroélectriques. La pression de l’eau est insuffisante au niveau d’Andekaleka, Mandraka et surtout Sahani­votry. Nous avons choisi de recourir au plan B en utilisant les centrales thermiques », a déclaré un responsable au niveau de la société.Problèmes financiers, problème d’étiage, panne technique, vétusté des infrastructures, voilà les principaux motifs avancés par la Jirama depuis toujours pour justifier les coupures d’électricité. Face à cela, la facture ne cesse pourtant d’augmenter. Et la société d’État continue toujours de bénéficier d’une pluie d’aides financières de la part du gouvernement. Pour l’année 2016, une subvention à hauteur de 300 milliards ariary, soit près de 100 millions de dollars, est allouée à la Jirama et la subvention ne semble pas s’arrêter dans les prochaines années. Le budget de l’État prévoit déjà une subvention de 250 milliards ariary pour l’année 2017.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara556 partages

Gazkar : Le premier jeu vidéo 100% malgache, sur le marché

Les 2 Cv, 4 L et 205 figurent parmi les voitures en compétition dans les rues de la Capitale.

Imaginé en 2014, puis développé en 2015, le jeu sera disponible sur les Smartphones.

Ils sont jeunes. Ils sont créatifs et ambitieux. Munis d’un esprit créatif, les jeunes talents que sont les fondateurs de la start-up malgache Lomay ont décidé de monter leur propre entreprise. Un coup d’essai qui s’est tout de suite transformé en coup de maître, puisque l’initiative a tout de suite abouti à la création du premier jeu vidéo 100% malgache sur mobile.

Univers virtuel. Gazkar, puisque c’est le nom de ce jeu qui fait déjà le buzz sur les réseaux sociaux, sera lancé dès vendredi prochain, à l’occasion de la Grande Braderie de Madagascar au Palais des Sports. Outre son caractère ludique et sportif, car il s’agit d’un jeu de course en 3 D, Gazkar est aussi une occasion pour les « gamers » de redécouvrir la ville d’Antananarivo dans un univers virtuel reproduit avec le plus grand soin dans une ambiance typiquement malgache. Une belle occasion en somme pour les amateurs de jeu vidéo de découvrir les quartiers et rues de la capitale qui servent de circuit pour les voitures modélisées. En l’occurrence, les emblématiques Renault 4L et Citroën 2CV, mais également les superbes Ferrari et Porsche qui se mettent en compétition sur des circuits réalistes dessinés dans des quartiers très connus comme Anosy, Mahamasina, l’Avenue de l’Indépendance, Ankorondrano ou encore le By-pass.

Téléchargement gratuit. Après le lancement à la Grande Braderie où tous les visiteurs peuvent emmener leur Smartphone tournant au minimum sous Androïd 2.3 pour un téléchargement gratuit de la version démo, Gazkar en version complète sera proposé au grand public, en téléchargement gratuit sur Play Store, à partir de février 2017. Un jeu conçu dans les règles de l’art, car sa conception et son développement ont nécessité plus de deux ans de travail. Pour le moment, le jeu est disponible sur mobile, mais les promoteurs envisagent, plus tard de le développer sur d’autres supports et de le mettre en compétition au niveau international. Gazkar est réalisé avec le soutien d’Orange Madagascar et en partenariat avec Kis, Ariary.net, Karenjy et Dun.

R.Edmond

Midi Madagasikara543 partages

Présidentielle de 2018 : Deba, Ravalo et Rajoelina visés par la loi sur la réconciliation

Les députés pro-régime estiment avoir adopté hier une loi leur permettant d’exclure certains candidats en 2018.

Le régime HVM multiplie les coups fourrés après avoir obtenu à Paris des promesses de financements de l’ordre de 10 milliards de dollars. Samedi dernier, il a envoyé des éléments armés pour arrêter en plein enterrement de sa belle-mère le vice-président national du Mapar pour la province d’Antananarivo Augustin Andriamananoro. Hier, les députés pro-régime ont fait forcing en votant massivement un projet de loi qui ne permettrait pas d’asseoir la stabilité politique à l’approche de l’élection présidentielle de 2018. A bien suivre les débats qui ont eu lieu hier à l’Assemblée nationale, les élus du parti au pouvoir n’ont pas transigé sur les dispositions du projet de loi sur la réconciliation nationale (n°010/2016 du 20 mai 2016) qui faciliteraient la disqualification des adversaires politiques redoutables dans la future course à la magistrature suprême, pour ne citer que l’ancien président Didier Ratsiraka, l’ancien président Marc Ravalomanana et l’ancien président de la transition Andry Rajoelina.

Amnistie sélective. Les députés pro-régime ont rejeté presque tous les amendements apportés au projet de texte lors des travaux des commissions. « Les commissions ont travaillé sans relâche pendant 5 jours pour examiner ce projet de loi. Si nous avons apporté ces amendements, c’est pour que l’amnistie soit générale, et non sélective. D’ailleurs, une amnistie ne peut pas être sélective », a expliqué le député TIM élu dans le IIIe Arrondissement Mamy Rajohnson. Les députés HVM ont défendu jusqu’au bout le projet de loi élaboré par le gouvernement. Ils se sont notamment battus pour que les violations flagrantes des droits de l’Homme et des libertés fondamentales fassent partie des faits non-amnistiables. Ces élus pro-Rajaonarimampianina ont également dicté leur loi en maintenant le nombre des membres du CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy) à 18, à raison de 2 par province et 6 désignés par le président de la République. Pour la neutralité du CFM, les commissions ont supprimé le quota présidentiel en proposant une structure de 44 membres dont 2 par régions, mais la proposition a été carrément rejetée. Et enfin, les élus pro-régime ont fait tout pour que l’amnistie soit limitée dans le temps, uniquement de 2002 jusqu’à la fin de la transition.

Alternance démocratique. L’ambiance a été électrique hier à Tsimbazaza, alors qu’on a discuté d’un projet de loi sur la réconciliation nationale. Si les députés HVM ont refusé de débattre en proposant de procéder tout de suite au vote, ceux du TIM et du Mapar se sont battus pour que les débats puissent avoir lieu afin d’éclairer certains qui ne connaissent rien sur le projet de loi qui leur est soumis. Finalement, la proposition de ces derniers a remporté. Ces élus du parti de Marc Ravalomanana et du celui d’Andry Rajoelina se sont succédé pour dénoncer les failles dans ledit projet de texte. « Cette loi sur la réconciliation n’est pas impartiale. Laissez-nous élire qui nous voulons diriger le pays », a martelé Guy Rivo Randrianarisoa du TIM. Pour sa part, l’élue Mapar Christine Razanamahasoa de dénoncer : « On veut une réconciliation nationale alors que cette loi nous éloigne de cet objectif. Il n’y aura pas d’alternance démocratique avec cette loi qui exclut la candidature des adversaires politiques redoutables à la prochaine élection présidentielle. » Interrogé après l’adoption de ce projet de loi sur la réconciliation nationale, le député TIM Mamy Rajohnson de répondre : « Les élus pro-régime estiment qu’ils ont gagné et que cette loi les arrange, car ils veulent adopter une amnistie sélective. Ils se trompent, on va voir. Je tiens tout simplement à affirmer que le TIM n’est pas perdant. »

Conditionnalités. D’après des indiscrétions, l’ouverture d’une enquête judiciaire sur l’affaire Ambohimahamasina (suspicion de détournement de 396 millions d’ariary), qui implique la femme milliardaire Claudine Razaimamonjy, ne serait pas la seule conditionnalité du déblocage des financements promis lors de la Conférence des Bailleurs et des Investissements (CBI) de Paris. L’adoption de ce projet de loi sur la réconciliation en serait une autre. C’est pour cette raison que l’Exécutif a fait vite passer ce projet de loi à l’adoption du Parlement. Reste cependant à savoir si le texte ainsi adopté répond aux attentes des bailleurs de fonds et de la communauté internationale, quant à la nécessité de mettre en place un cadre juridique permettant d’éviter une nouvelle crise politique dans le pays. A rappeler que la communauté internationale est unanime sur le fait que la future élection présidentielle doit être inclusive. La récente mission d’évaluation dépêchée par l’Union européenne à Madagascar a mis l’accent sur ce point. « En 2013, c’est la communauté internationale qui nous a imposé le « Ni…Ni… » à Madagascar vu le contexte politique de l’époque. Trois ans après le retour à l’ordre constitutionnel, c’est nous les députés qui nous nous battons pour un nouveau « Ni…Ni… » en 2018. C’est la honte », a fulminé hier le député TIM Hanitra Razafimanantsoa.

R. Eugène

Midi Madagasikara392 partages

Permis de conduire biométrique : Nouvelle date butoir le 31 mars 2017

Le Centre d’immatriculation d’Ambohidahy affirme travailler avec la police et le Bianco pour la lutte contre la corruption.

1 000 à 1 300 dossiers par jours sont reçus et traités à Ambohidahy pour le basculement des permis de conduire vers la biométrique. 

Les détenteurs de permis de conduire valides qui n’ont pas encore pu effectuer le basculement vers la biométrique viennent de bénéficier d’un prolongement de la part du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. Une nouvelle date butoir vient d’être prononcée : le 31 mars 2017. Celle du 31 décembre 2016 est donc à oublier. « Cette décision a été prise par le ministère de tutelle après les nombreuses demandes de prolongement reçues », souligne le Chef de Centre, Charli Hyacinthe Rajaonarison. Par contre, aucun prolongement de date n’a été déclaré pour la carte grise biométrique. La date butoir est maintenue le 31 décembre 2016, c’est-à-dire dans moins d’un mois. Une fois ce délai dépassé, des sanctions pourront être infligées à tous ceux qui possèdent encore les anciennes cartes grises. Ainsi, le Chef du Centre d’Immatriculation d’Ambohidahy de souligner qu’il ne faut pas attendre au dernier moment pour agir afin, d’éviter les problèmes.

101 faux permis. Par ailleurs, les propriétaires des faux permis de conduire ou les permis « vorontsiloza » sont pris entre deux feux. Le basculement vers la biométrique  les oblige à se présenter au Centre d’immatriculation. Pourtant, une fois arrivés à Ambohidahy, leurs faux-papiers sont immédiatement mis à découverts. Comment? Ceux-ci ne figurent dans aucune base des données du Centre. Ainsi, jusqu’ici, selon le rapport du chef de Centre, 101 faux permis de conduire ont été identifiés depuis le début de la campagne liée au basculement vers la biométrique. Des découvertes qui ont même conduit à des arrestations pour certains cas. De ce fait, quatre personnes ont été mises sous les verrous, pour faux et usage des faux, selon toujours les explications du chef de Centre. Une erreur du passé qui rattrape le présent et qui risque d’engendrer des problèmes plus graves. La seule solution qui s’offre à ces propriétaires des permis « vorontsiloza », c’est de ne plus conduire aucun véhicule nécessitant de permis de conduire.        

31 mars 2017

Arnaud R.

News Mada310 partages

Beach soccer – CAN : premier pas réussi face aux Libyens

Les Barea beach soccer de Madagascar, champions d’Afrique en titre, n’ont pas fait de cadeau à la formation Libyenne, hier, lors de la journée inaugurale de la Can 2016 à Lagos au Nigéria.

La machine est en marche. Les protégés de Claude Barrabé et Solofo Ramarolahy ont remporté la rencontre face à la Libye par 9 buts à 5. Pierralit Tovonay et sa bande ont tout d’abord disputé le premier tiers-temps sur un tempo peu ou prou satisfaisant et ont mené au score de 5 buts à 3. Cependant, la tâche a été compliquée au fur et à mesure que les deux formations ont trouvé le même niveau technique et physique.

Les Libyens ont répondu coup pour coup aux attaques des Barea et fini par réduire le score à 6-5 à la fin du second tiers-temps. Un rebondissement qui a donné des sueurs froides dans le dos de l’équipe nationale qui a dû corriger son tir et sortir l’artillerie lourde pour gagner la partie. Les champions du monde ont décidé de remettre les pendules à l’heure pour se démarquer en inscrivant quatre buts lors du troisième tiers-temps (9-5).

Une victoire synonyme de 3 points pour Madagascar qui affrontera le Sénégal ce jour avant d’en découdre avec le Maroc. Une partie qui se déroulera sur un air de revanche pour les Sénégalais qui ont été battus à plate couture par les Malgaches en finale de la version 2015.  Madagascar n’a pas encore sorti toutes ses cartes et a encore des arguments à faire valoir dans ce plateau relevé mais il faut redoubler d’efforts car les Lions du Sénégal sont prêts à sortir les griffes pour décocher la victoire cette année. C’est l’une des rencontres les plus attendues de cette compétition. Notons que cette 2e édition de la Can de beach soccer est un tournoi qualificatif à la Coupe du monde de la Fifa beach soccer au Bahamas en 2017.

Rojo N.

 

L'express de Madagascar114 partages

Ambatolampy – Un projet de parc solaire lancé

La construction d’une centrale solaire photovoltaïque a été, officiellement, lancée, hier. L’entreprise devrait être fonctionnelle d’ici un an.

Pionnier. Dans le domaine de l’exploitation à moyen ou à grande échelle d’électricité à partir de l’énergie solaire, la société Green Yellow est le premier à franchir le pas, à Madagascar. Sur le site sis dans la commune rurale d’Ambohipihaonana, dans le district d’Ambatolampy, l’entreprise compte installer un parc de 79 000 plaques photovoltaïques s’étendant sur un peu plus d’un hectare.« Nous prévoyons d’être opérationnel d’ici un an », a déclaré Otmane Ajji, directeur général de la société Green Yello, dans une interview, en marge de la cérémonie de pose de la première pierre des installations d’Ambohipihaonana, hier. Une cérémonie où a prispart, entre autres, Hery Rajaonarimampianina, président de la République, qui ne s’est pas privé de se féliciter de cette « première concrétisation », des accords entre l’État et les investisseurs privés « acquis à la conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI), à Paris ».Le chef de l’État, par ailleurs, compte sur une mise en branle rapide de la transi­tion énergétique, afin de combler les manques de la Jirama et ses budgétivores centrales thermiques. Une manière de faire oublier à la population la promesse ratée d’en finir avec le délestage en trois mois, voire moins. Une erreur de prévision qui a plombé l’envol de son quinquennat. Les projets tels que ceux proposés par Green Yellow, pourraient aider l’administration Rajaonarimam­pianina à commencer à sortir la tête du bourbier financier et politique qu’est la société énergétique étatique.

PrioritaireL’exploitant du site d’Ambohipihaonana se donne donc un an, voire moins, pour entamer la production de 20 MW d’électricité renouvelable, pouvant approvisionner environ50 000 foyers. À entendre son directeur général, la quantité de production pourrait être augmentée. La société prévoirait, également, par le biais de projets plus modestes de s’installer dans d’autres localités.Celui sis dans le district d’Ambatolampy, quant à lui, « sera injecté dans le réseau de la Jirama afin de combler les besoins immédiats des localités environnantes, notamment, Antsirabe et Ambatolampy », indique Otmane Ajji. Pour faire de l’ombre à la concurrence que sont les centrales thermiques, ou encore, celles hydroélectriques qui sont en projet, la société Green Yellow mise sur la compétitivité du tarif. Elle compte vendre son électricité solaire à la Jirama. Selon son directeur général, l’entreprise compte vendre le kilowattheure autour du centime d’euro, soit plus ou moins de 350 ariary.À entendre certains propos tenus durant les prises de paroles d’hier, cependant, les grandes entreprises de la région Vakinankaratra pourraient être destinataires prioritaires de l’électricité à bas prix de Green Yellow.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar110 partages

Beach soccer – Débuts réussis pour les Barea

Les Barea ont réussi leur entrée en matière, à la Coupe d’Afrique des Nations de beach soccer, hier à Lagos. Ils ont défait les Lybiens.

La sélection malgache a débuté du bon pied la défense de son titre de champion d’Afrique de beach soccer.Hier à Lagos (Nigéria), elle a enregistré une victoire probante, pour son premier match dans le groupe B de la Coupe d’Afrique des Nations. Elle a disposé de l’équipe nationale lybienne sur le score sans équivoque de neuf buts à cinq.Comme à l’accoutumée, l’ambiance festive marque toujours les tournois de football sur sable. Et les Barea étaient vraiment à la fête avec une véritable orgie de buts, puisqu’ils en ont mis cinq lors du seul premier tiers-temps.Sur le plan offensif, les hommes de Claude Barrabé et Solofo Ramarolahy sont déjà en mode rouleau compresseur. Par contre, il faudra rehausser le niveau de jeu en défense et l’arrière-garde devra éviter de rompre à plusieurs reprises comme face aux Lybiens.Dans le deuxième tiers-temps, les Maghrébins étaient en effet revenus au score, six buts à cinq.Menacés, les tenants du titre ont alors fourni un effort décisif pour reprendre le large. Et la rencontre a été conclue par une neuvième et dernière réalisation signée Christian Claude Tsimiava, l’expatrié en provenance de La Réunion. En face, la Lybie n’a plus reussi à trouver le chemin des filets.

Premier chocSuite à cette première sortie conclue sur une belle victoire malgré quelques errements défensifs lors des deux premiers tiers-temps, les Barea disputeront le premier choc de cette campagne 2016, ce mercredi. Ils affronteront les Sénégalais à l’occasion de la deuxième journée de la phase de poule.Les mêmes adversaires qu’ils avaient surclassés en finale de la CAN de l’an dernier et qui demeurent parmi les meilleurs dans le milieu du beach soccer en Afrique.Outre les Barea, Mada­gascar a également un représentant au sein du corps arbitral durant ce sommet continental, en l’occurrence Hachim Said Nassur. Il officie à la CAN pour la deu­xième fois, après avoir déjà été désigné lors de l’édition de l’an passé. Il s’agit de sa dixième apparition en tournoi international. Sa première sortie remonte au Festisable 2010 sur l’île de La Réunion.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara97 partages

Mahamasina : Telo lahy mitaingina 4×4, nangalatra taxi

Mivoatra hatrany ny fomba fisehoan’ny heloka bevava eto an-drenivohitra. Fiara tsy mataho-dàlana tsara tarehy no nentin’ny jiolahy  efatra. Teo Mahamasina, nosakanan’izy ireo ny taxi tao aorinany ary mazava hoazy fa tsy niahotra ny mpamily ilay fiarakaretsaka, satria mety mba ho tsaratsara ny saran-dàlana raha olona mandeha 4×4 izany. Saingy ny nifanohitra tanteraka tamin’ny eritreriny no nitranga. Rehefa nandeha kelikely ny fiara ka nahazo maizimaizina, avy hatrany dia nokendain’ireo olon-dratsy ny mpamily ary nariana tetsy Fort-Voyron rehefa tsy nihetsika intsony.  Nentin’ireo niaraka taminy ilay taxi peugeot 106 izay anton’ilay heloka bevava mazava hoazy. Ny tsy fantatr’ireo jiolahy dia ny hoe tsy maty ilay mpamily. Nipetraka ny fitarainana teny anivon’ny zandary etsy Ankadilalana ary nanomboka teo no nisokatra ny fanadihadiana. Roa andro taorian’izay dia hita teny Ambohimirary ny fiara ary efa niova tanteraka ny endriny. Ny loko sy izay mety nitovizany tamin’ny teo aloha dia efa novaina avokoa. Saingy nisy marika nahafantaran’ny tompony azy ka tsy azo nihodivirana intsony teo ny fisian’ny halatra. Olona dimy ny totalin’ireo tao anatin’ny tambajotra ary samy voasambotra avokoa ireo. Ny roa no nikasi-tànana sy nifofo ny ain’ilay saofera ary koa naka ny fiara. Ny roa hafa indray no tomponandraikitra tamin’ny fanovàna ny endriky ny fiara. Ary ny fahadimy farany dia ny tompon’ilay fiara 4×4 izay fitaovana nentina nanatontosana ny halatra. Natolotry ny zandary ny fampanoavana ireo olona izay samy niaiky ny heloka niampangana azy avy. Mirongatra ny halatra fiara raha araka ny fanazavan’ny zandary ary mila mailo tanteraka izay manana, indrindra fa ireo fiara fitaterana izay tena ataon’ny jiolahy lasibatra. D.R.

L'express de Madagascar95 partages

Immatriculation – Des courtiers sous mandat de dépôt

Le renouvellement des cartes grises et des permis de conduire en biomé­trique a fait monter en surface la présence d’escroquerie à Ambohidahy.

Sous les verrous. Quatre présumés courtiers, arrêtés aux alentours d’Ambohidahy, attendraient leur procès à Antanimora. Ils sont inculpés dans une affaire d’escroquerie, selon l’affirmation du commissaire divisionnaire, Joël Randria­nanjoanimanana, chef de service provincial de la police judiciaire dans la région d’Analamanga, hier. L’arrestation remonterait à six mois passés. « Ils se présentent comme des employés du centre d’immatriculation (CIM) et proposent l’accélération des services aux usagers, moyennant une somme d’argent », explique ce commissaire divisionnaire.Le service provincial de la police judiciaire a pu mettre la main sur ces usurpateurs, grâce à des plaintes déposées par les victimes, mais également, des opérations inopinées effectuées par cette autorité.Cent un permis de conduire falsifiés ont également été détectés depuis l’opération « Renouvellement des permis de conduire en biométrique », contre 69 en mai. « Ces papiers sont intraçables dans notre base de données », révèle Charli Hyacinthe Rajaonarison, chef du CIM. Il ajoute que l’enquête est en cours.

Fixer au 31 décembreLa date limite de ce renouvellement du permis de conduire en biométrique est repoussée au 31  mars 2017, au niveau de tous les centres d’immatriculation à Madagascar, selon la note numéro 3 502, sortie le 12 décembre. Jusqu’à hier, le CIM à Ambohidahy a enregistré 130 000 cartes roses, remplacées en biométrique. Ce chiffre ne représenterait que 65 % des cibles.Par ailleurs, ce délai est fixé au 31 décembre, pour la carte grise. « Nous avons déjà prolongé deux fois de suite la date butoir du remplacement de la carte grise », explique l’administrateur civil. Ceci dit, l’ancienne carte grise ne pourrait plus être utilisée dès le 1er janvier 2017. « Norma­lement, nous devrons retirer les papiers illégaux. Nous attendons des instructions avant de sévir », précise un technicien au sein du ministère de la Sécurité publique.Il y a encore 30 % des propriétaires de véhicules qui n’ont pas encore procédé à ce renouvellement de la carte grise en biométrique. Une course contre la montre est ainsi lancée, jusqu’au dernier jour ouvrable de cette année.

Miangaly Ralitera

Agence de Presse de l'Ocean Indien92 partages

Le Vez’tival fait bouger le Grand Sud

La deuxième édition du Vez’tival 2016 (V16) s’est tenue du 24 au 29 octobre derniers dans la région Atsimo-Andrefana. Ce grand festival est le fruit d’un partenariat entre l’Association du Syndicat d’Initiatives de la Région Sud-Ouest (ASIRSO), la Commune Urbaine de Toliara et la Région, Vavea, l’office du tourisme de Tuléar, la Chambre de Commerce et d’Industrie, les opérateurs privés, les organisations de la société civile ainsi que la délégation de l’Union Européenne à Madagascar.

Il s’est construit depuis sa première édition en 2015 autour d’un principe : l’engagement. Ce festival de toutes les cultures du Sud est un concept fondé sur la volonté d’offrir pendant ces quelques jours un espace d’expression et de fête en impliquant un maximum d’opérateurs offrant à tous la possibilité de promouvoir leurs propres activités. Pour Guillaume Soubiraa, co-organisateur : «cette dynamique collective et singulière veut incarner une nouvelle vision de la région Sud-Ouest en insufflant une énergie qui témoigne de la volonté d’œuvrer dans la même direction. Une multitude d’activités culturelles, civiques, sociales, sportives, (près d’une trentaine durant les 6 jours du V16) ont ainsi été proposées cette année. Un tel événement a permis de valoriser les attraits du Sud-Ouest promouvant les secteurs clefs du développement tels que la culture, le tourisme, et plus largement l’éducation et l’emploi. »Effectivement cette semaine festive a permis d’afficher les plus beaux atouts de cette région encore trop méconnue malgré ses richesses naturelles et humaines exceptionnelles.

Un Vez’tival 2017 à ne pas rater

L’Union Européenne, partenaire officiel de cette édition 2016, est venue à la rencontre des opérateurs de la Région en la personne de son Ambassadeur, M. Antonio Sanchez-Benedito Gaspar lors d’un échange à la CCI organisé le 24 octobre. La rencontre a porté sur les opportunités de la Région au niveau du secteur touristique ou de la pêche mais également sur les préoccupations des opérateurs pour relever les nombreux défis auxquels la Région est confrontée : transport, desserte aérienne, coût de l’énergie, etc.Monsieur l’Ambassadeur a souligné que : « cette belle initiative qu’est le Vez’tival contribue à rassembler tous les citoyens malagasy et du monde autour de la diversité des cultures du Sud et permet d’encourager le tourisme et de promouvoir les échanges entre les cultures au-delà des frontières et des différences. »Pour 2017, le rdv est pris aux mêmes dates : dernière semaine d’octobre, pendant les vacances de la Toussaint. Aux mêmes endroits : Sarodrano/Tuléar/Mangily et surtout la même formule, enfin trouvée après 2 éditions.A cette occasion, le Lemur Trophy démarrera son raid-aventure de Tuléar (jusqu’à Fort-Dauphin) avec une belle épreuve sur la plage de La batterie, un spot unique pour les sports mécaniques. Le Vez’tival 2017 prendra aussi les airs puisque des « parapentes » se lanceront des sommets environnants… et bien d’autres activités à découvrir.

Midi Madagasikara73 partages

ADEMA 25 ans : Bilan positif et améliorations en vue

Des membres du personnel de l’ADEMA ont été récompensés hier pour leurs réalisations.

Outre la gestion de dix principaux aéroports de Madagascar, l’ADEMA joue aussi le rôle  de l’organe délégataire sur 44 petits aéroports éparpillés dans tout le pays, qui étaient, auparavant, sous la responsabilité de l’ACM (Aviation civile de Madagascar).

 Une redevance aéroportuaire largement dérisoire, par rapport aux normes et ressources exigées par les services aéroportuaires : c’est exclusivement avec cette ressource que la société Aéroports de Madagascar (ADEMA) fonctionne actuellement. D’après les présentations faites hier, lors du lancement de la célébration du 25e anniversaire de la société, cette redevance est de 3250 Ariary par passager  pour les vols domestiques (1% du prix moyen d’un billet), 12 dollars pour les vols régionaux (soit 3,5% du prix moyen d’un billet) et 15 dollars pour les vols internationaux (soit 1,6 % du prix moyen d’un billet). Pour le fret, elle est à 2,2 Ariary par kilo pour les vols domestiques et 7 Ariary pour les vols internationaux. Et pourtant, ADEMA a indiqué un bilan positif pour ses 25 années d’existence. Un quart de siècle consacré exclusivement au développement du transport aérien malgache, à travers la gestion de 12 principaux aéroports, notamment ceux d’Ivato, Nosy-Be, Antsiranana, Toliara, Fianarantsoa, Mahajanga, Sainte-Marie, Morondava,Toamasina, Tolagnaro, Sambava et Mananjary. Cependant, suivant le choix stratégique de l’Etat,  l’ADEMA se prépare à passer l’exploitation des aéroports de Nosy-Be et d’Ivato, à un autre opérateur. Des « départs » qui auront sans doute des impacts sur la situation, notamment financière, de la société, mais dont celle-ci prend acte avec optimisme.

Evolution. En 25 ans, chacun des 12 aéroports gérés par l’ADEMA a subi des changements majeurs comme l’extension des aérogares, le renforcement des pistes et l’équipement de nouveaux instruments de navigation. « En 2015, par exemple, l’aérogare de Sainte-Marie a été entièrement rénovée et agrandie. De même pour celle de Nosy-Be, qui est aujourd’hui, devenue une infrastructure de référence et peut accueillir les avions de référence, tels que le Boeing 767. Pour Ivato, en 1992, une année après qu’ADEMA ait commencé à assurer son exploitation, les travaux d’extension de son aérogare avaient commencé pour donner naissance à l’actuel terminal B. D’autres investissements comme la clôture de l’emprise aéroportuaire, la rénovation et sécurisation du réseau électrique, la mise en place du parking à péage semi-automatique, la navette aéroportuaire et la construction du nouveau Salon VIP ont également marqué ces 25 ans pour Ivato. Lors de l’accueil du dernier sommet de la Francophonie, en collaboration avec les parties prenantes de l’aéroport, ADEMA a encore une fois, relevé avec succès et sans incident majeur, le défi d’assurer l’accueil des avions ayant transporté les délégations et les chefs d’Etat et de gouvernement venus  participer à cet évènement ». Afin de remercier son personnel pour ces succès, ADEMA a récompensé ses employés. Hier, 160 d’entre ces derniers ont reçu des distinctions honorifiques dont 1 Grand Croix de 2e classe qui n’est autre que le directeur général actuel, Herison Andriamihafy, 24 Officiers de l’ordre national, 37 Chevaliers de l’Ordre National, 29 médaillés d’argent et 10 médaillés de bronze.

Antsa R.

L'express de Madagascar71 partages

Divertissement – « Gazkar » fait découvrir la Grande île

C’est une grande première dans le milieu du divertissement vidéo-ludique à Madagascar. La jeune start-up Lomay présente officiellement le premier jeu vidéo malgache « Gazkar ».

Une épopée vidéo-ludique enjouée, se découvre pour les férus de jeux- vidéos de la Grande île. Intitulé « Gazkar », ce tout premier jeu vidéo made in Madagascar s’affiche comme une ode aux paysages de la Grande île, mais aussi à sa culture.Développé par la start-up Lomay, une jeune entreprise d’infographistes et de passionnés de cet art à part entière qu’est le jeu-vidéo, « Gazkar » est un jeu de course égayé par les réalités et les excentricités du pays à travers ses graphismes et son mode de jeu.Au volant des Renault 4L et Citroën 2CV qui circulent encore dans la capitale, mais aussi des superbes Ferrari ou Porsche, ainsi que la fameuse voiture malgache Karenjy Mazana II, les joueurs peuvent rouler sur des circuits réalistes dessinés sur les rues d’Anosy à Mahamasina, en passant par Analakely, Ankoron­drano ou encore le fameux By-pass. De grandes exclusivités comme des « Taxi vs Taxi be», ainsi que des missions de ramassage d’ordures sont aussi à découvrir au-delà des courses. Enivrant de vitesse, « Gazkar » amuse et enchante les joueurs par son environnement riche, représentant les monuments ainsi que les patrimoines architecturaux de la ville des Mille.

Un tourisme virtuelPassionnant le jeune public, ce divertissement portant l’étendard de Madagascar, promet d’emballer les générations de joueurs malgaches et les étrangers. Si les jeux-vidéos établissent des parallèles avec le cinéma à l’étranger, « Gazkar », lui, se découvre une toute autre vocation, promouvoir le tourisme et la culture à Madagascar.« Gazkar propose aux gamers de redécouvrir Antananarivo dans un univers virtuel reproduit avec le plus grand soin, dans une ambiance typiquement malgache. Ce jeu a la particularité de proposer les différentes facettes d’Antananarivo à travers ses circuits, de quoi attiser la curiosité du public », affirme Matthieu Rabehaja, l’un des créateurs du jeu Gazkar.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar70 partages

Assemblée nationale – Les députés pro-pouvoir font parler leur nombre

L’Assemblée nationale a adopté le projet sur la réconciliation nationale, hier. Faisant parler leur nombre, « la majorité » a écarté les amendements majeurs proposés en travaux de commission.

Sans forcer. Avec une écrasante majorité, les députés pro-pouvoir ont adop­té le projet de loi concernant le processus de réconciliation nationale. Un vote durant lequel les amendements majeurs proposés durant les travaux de commission ont été balayés à main levée.Avec 87 voix pour l’adop­tion du texte, les quelque 19 votes contre n’ont pas fait le poids lors du vote final du texte sur la réconciliation nationale, en tenant compte des va-et-vient dans la salle de réunion. Durant la séance plénière d’hier, les députés pro-pouvoir ont affirmé leur omnipotence au sein de la Chambre basse. Une majorité qui dicte sa loi au sein de l’institution de Tsimbazaza, faisant écho au courant unique qui prévaut déjà au Sénat.La domination est telle que les débats d’avant le vote n’ont, visiblement, servi que d’occasion d’épanchement pour ceux qui ont défendu l’amendement, et d’occasion d’affirmer leur obédience à l’Exécutif, pour les pro-pouvoir. En face, pourtant, les groupes parlementaires TIM et Mapar ont fait front unique afin de faire passer les amendements majeurs à certaines dispositions du texte.Les partisans respectifs de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, anciens chefs d’État, considèrent certains articles comme pouvant amener à des actions arbitraires visant à écarter de la course à la présidentielle, leurs favoris. Dans une intervention empreinte de condescendance, pourtant, un des élus pro-pouvoir, certain de la domination de son camp scandait : « Passons tout de suite au vote du texte en l’état. Il n’y a pas besoin de débattre sur les propositions retenues en commission ».

RejetDurant deux réunions successives qui se sont tenues dans un hôtel, à Antanina­renina, dimanche et lundi, ceux qui s’affirment être la majorité à Tsimbazaza auraient préparé leur stratégie afin de faire valoir au mieux leur nombre, tout en laissant paraître une ouverture aux idées des autres courants. Sur une quarantaine d’amendements, qui sont essentiellement des corrections proposées à l’issue des travaux de commission, les pro-pouvoir en ont rejeté  quelques-uns, dont trois, en particulier et non des moindres.Cette majorité a écarté l’amendement refusant au président de la République le droit de désigner des représentants au sein du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM), à l’article 13. Pareil­lement pour l’article 47, où les défenseurs de l’Exécutif ont réinscrit parmi les faits non amnistiables, « les violations flagrantes des droits de l’homme et des atteintes aux libertés fondamentales », et les détails sur les infractions y afférentes. Deux points pourtant supprimés durant les travaux de commission.Par ailleurs, il semble que les élus partisans de l’administration Rajaonarimam­pianina se sont déjà accordés à adopter ou à rejeter des points précis du texte qui leur a été proposé à l’issue des travaux de commission. L’un des principaux amendements proposés consiste à supprimer la limite temporelle des événements concernés par la réconciliation nationale. Le projet de loi restreint le processus entre l’année 2002 et la fin de la Transition.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar63 partages

Immigration clandestine – Le patron du « Le Marocain » incarcéré

Expulsé du territoire malgache en 2004, le propriétaire du magasin d’articles de sports « Le Marocain» est incarcéré à Antanimora. Il est accusé de faux et d’usage de faux.

Démasqué pour utilisation de triple identité, un opérateur économique de nationalité étrangère, ancien  propriétaire du magasin « Le Marocain», spécialisé dans la vente d’équipements de  sport, est placé en détention préventive à la maison centrale d’Antanimora depuis le 26 novembre dernier. Sous sa véritable identité, l’opérateur économique placé sous les verrous, a monté son affaire à Ampefiloha puis à Analakely au début des années 2000, avant qu’il ne soit expulsé en 2004 par le service des immigrations.Alors chassé du territoire malgache, il est revenu en catimini à Madagascar  cinq ans plus tard. En 2009, lorsque le régime de l’ancien président Marc Ravalomanana a été renversé au profit d’une transition, il s’est à nouveau installé dans la capitale sous une autre identité. N’étant frappé d’aucun antécédent judiciaire, administratif ou fiscal, il a repris son business avec la plus grande discrétion pour ne pas mettre la puce à l’oreille des autorités. Pendant près de sept ans, il a exercé sans être inquiété.

TerrorismeTravaillant de concert avec un service spécialisé dans la lutte contre les faux en tous genres ainsi que les fraudes documentaires, la police criminelle a retrouvé les traces de l’opérateur économique.Les investigations alors menées ont révélé que le prévenu a fabriqué ses papiers d’immigration, dont son passeport à l’étranger. Des recherches plus fouillées ont, dans la foulée, permis de porter au grand jour une  autre fausse identité, dont il s’est servi pendant son séjour irrégulier à Antananarivo.  Aucune des fausses identités qui lui ont coûté l’incarcération n’a été, en revanche, fabriquée à Madagascar de source auprès de la police criminelle.Son périple clandestin a été mis à nu au mois de novembre, pendant le XVIe  sommet de la Francophonie. Arrêté le 23 novembre, il a été placé sous mandat de dépôt au pénitencier d’Antanimora le surlendemain.Des bruits selon lesquels   le prévenu serait mouillé dans de prétendus actes  de déstabilisation, voire terroristes, et que son commerce ne serait qu’une façade ont alors défrayé la chronique. Interrogée, la brigade criminelle souligne, quant à elle, que le prévenu a été entendu uniquement pour faux et usage de faux, de telle sorte à camoufler sa situation irrégulière. Pour ce qui est des soi-disant atteintes à la sûreté intérieure de l’État auxquelles il est soupçonné d’avoir trempé, les autorités compétentes n’ont pas encore ouvert d’enquiete.

Andry Manase

News Mada60 partages

Mines : des investisseurs chinois en prospection

Des investisseurs chinois opérant dans plusieurs secteurs d’activité sont en visite de prospection à Madagascar, cette semaine. Ces opérateurs œuvrent notamment dans le domaine des infrastructures routières et portuaires, les infrastructures aéroportuaires, les technologies de pointe et le secteur minier.

Durant cette mission, ces opérateurs ont rencontré plusieurs autorités étatiques dont le ministre auprès de la présidence en charge des Mines et du pétrole, Zafilahy Ying Vah, le 12 décembre dernier. C’est à cette occasion que le ministre a avancé que «ces investisseurs sont prêts à appuyer l’Etat dans le processus de développement du secteur minier à Madagascar».

En effet, les potentiels miniers à Madagascar ne sont plus à prouver. Seulement, «ces potentiels restent encore sous-exploités. Alors que le secteur a un aspect transversal qui nécessite des investisseurs lourds, comme le cas d’Ambatovy qui a investi jusqu’à 8 milliards de dollars à Madagascar», a poursuivi Zafilahy Ying Vah. Et de préciser que, «L’échange d’expérience avec ce pays est bénéfique pour Madagascar. Notamment pour la formalisation et la maîtrise du secteur».

Par ailleurs, une délégation d’hommes d’affaires indiens, membres de la Confédération des industries indiennes (CII), a également rencontré le ministre auprès de la présidence en charge des Mines et du pétrole.

Riana R.

 

L'express de Madagascar56 partages

Meurtre – Un père réclame la perpétuité pour l’accusé

Les parents d’une étudiante de l’université Aceem, assassinée dans l’enceinte du camp des Forces d’Inter­vention de la Gendarmerie Nationale (FIGN) à Fort Duchesne à la mi-mai 2015 demandent les travaux forcés à perpétuité contre le bourreau de leur fille.«Vu la gravité de l’acte, la condamnation à mort serait la sentence la plus juste, mais comme cela est aboli, une condamnation à perpétuité devrait être appliquée», lance Tiana Rabarison, encore affligé par la disparition brutale de sa fille.«Le procès s’est tenu à la cour criminelle ordinaire du tribunal à Anosy, jeudi. N’ayant pas été notifié pour cause de dysfonctionnement au niveau de la greffe, après vérification, nous n’avions pas pu assister à l’audience. Aussi demandons-nous que le procès soit refait», poursuit le chef de famille.Étudiant de l’université d’Ambohitsaina, l’accusé est depuis le secondaire l’un des meilleurs amis de la défunte, selon le père de celle-ci. «Ils ne sont jamais sortis ensemble», tient-il à préciser. En saisissant la  balle au bond, il met en avant que la famille demande des enquêtes complémentaires.

A.M.

L'express de Madagascar56 partages

Miarinarivo – Garde à vue prolongée pour Andriamananoro

Prévu être déféré, hier, au Parquet du tribunal d’Antananarivo, Augustin Andriamananoro, ancien ministre de la Communi­cation, devra encore, ronger son frein, dans les cellules de détention de la caserne de la gendarmerie nationale de Miarinarivo. Selon les informations, son transfert dans la capitale, pour faire face au juge d’instruction, n’a pas pu se faire. Aussi, sa garde à vue a été prolongée.« Son audition par les gendarmes s’est déjà terminée, lundi. L’on nous a indiquéqu’il allait être transféré, à Antananarivo, afin d’être déféré devant le Parquet. Seulement, nous sommes encore ici jusqu’à maintenant et nul n’explique les raisons de cette attente et de ce retard », a déclaré maître Rabelaza Andria­misetra, avocat du vice-président du groupe politique des partisans de Andry Rajoelina (Mapar), lors d’un entretien téléphonique, hier, vers 18 heures. Aux dernières nouvelles, le déferrement de l’ancien membre du gou­verne­ment de la Transition serait programmé ce jour, toujours, à Antananarivo.À en croire le général Florens Rakotomahanina, commandant de la circonscription interrégionale de la gendarmerie nationale (CIRGN), lors d’une interview accordée à une station privée de la capitale, lundi, quatre charges pèsent sur Augustin Andriamananoro. Atteinte à la sûreté de l’État, réunion publique non autorisée, provocation de feux de brousse et violence contre les forces de l’ordre ayant conduit à la disparition d’une arme à feu figureraient dans le mandat d’arrêt qui aurait motivé l’arrestation de l’ancien ministre, en plein enterrement. Un acte qui n’a, toutefois, pas été présenté par les éléments ayant procédé à l’action.

G.F.R.

Midi Madagasikara52 partages

Ivato : Nihazakazaka maraina dia very ny fiara

Matetika mihitsy no manao fanadihadiana momba ny halatra fiara ny zandary. Naharay fitarainana ny borigadin’Ambohidratrimo momba ny fisian’ny fahaverezana fiara tsy mataho-dàlana iray. Mba nanao fanatanjahantena vao maraina teny Mamory-Ivato ny tompony no nanararaotan’ny mpangalatra nakana ny fiarany. Nifandraika tamin’izay ihany koa, andro vitsy taty aoriana, no nahazoan’ny zandary vaovao momba ny fisian’ny lehilahy iray nikasa hanolo laharan’ny fiara. Izany hoe teny amin’ireny mpanao asa-tànana mpanao laharan’ny fiara ireny no natonin’ny mpangalatra. Nisy ny fisamborana nanomboka teo rehefa ren’ny zandary ny zava-niseho. Nanintona ny sain’ny mpanao fanadihadiana izany ary nidirany lalindalina kokoa. Vokatr’izany dia hita teny Faralaza-Talatamaty ny fiara very, efa mipetraka tsara ao an-tranon’olona. Olona efatra no indray nosamborina rehefa voarohirohy ho niray tendro tamin’ny fanatontosana ny halatra. Ny iray tamin’ireo dia tsy iza fa namana akaiky ny tompon’ny fiara ihany ary izy aza dia nanana ny lakile mitovy tamin’ny fiara. Tsy ampoizina intsony ny ratsy… D.R.

Midi Madagasikara39 partages

Toliara : Lehilahy mamo nokaikerin’ny alika, miady amin’ny fahafatesana

Raim-pianakaviana iray manodidina ny 40 taona eo ho eo no naratra mafy nokaikerin’ny alika, ny alin’ny alatsinainy teo, tany Toliara. Raha ny fantatra dia mamo ity lehilahy ity tamin’io fotoana io, ka izy handeha hody iny teny an-dalambe no nifanehitra tamina andian’ alika maromaro mpirenireny amin’ny alina, ka avy hatrany dia nokaikerin’ ireo alika masiaka rehefa avy nenjehiny, ka naratra ny vantany iray manontolo hatramin’ny lohany. Tsy afaka niaro tena sy nitsoaka ilay rangahy mamo, ary akanjo sy pataloa rovitra kotsa rà nentina nody. Tonga tao an-tranony izy dia safotra tsy nahatsiaro tena, ka nentin’ny vady aman-janany namonjy toeram-pitsaboana haingana. Na dia efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy aza ity lehilahy ity, dia mbola atahorana ny ainy noho ny fahaverezan-drà be loatra sy ireo nofo niala tamin’ny vatany, hoy ny vaovao. Mila mitandrina ny rehetra amin’izao andro mafana migaingaina izao, fa tsy vitsy amin’ ireo alika mirenireny no tratran’ny haromotana, ka hanairana ny sain’ny tomponandraikitra, satria sady mandratsy endrika ny tanàna izy ireo no mety hampidi-doza ny fiarahamonina ihany koa.

Eric Manitrisa

Tananews37 partages

« Le PNUD dote les sénateurs d’un guide sur leur rôle et fonctions »

Ah, donc par déduction, ils ne connaissaient pas jusqu’ici leur « rôle » et leurs « fonctions » ?

Comme le n°3 voila donc des gens qui ont été élus par hasard aussi alors ?

Ceci étant, les lalimanga peuvent-ils se transformer en olomanga du jour au lendemain ?

Le doute nous habite lourdement.

Midi Madagasikara36 partages

Kickboxing – Sommets nationaux : Place aux combats

Le plateau de cette édition 2016 des Championnats de Madagascar de Kick-Boxing en low-kick et full contact s’annonce relevé.

La Fédération malgache de Kick-Boxing et des Disciplines Associées (FMKBDA) organisera, à partir de ce jour et ce jusqu’au 16 décembre au Palais des Sports de Mahamasina, les championnats de Madagascar version 2016. Plus de 200 combattants en provenance de 10 ligues à savoir Analamanga, Haute-Matsiatra, V7V, Atsimo-Atsinanana, Atsimo-Andrefana, Menabe, Melaky, Boeny, Betsiboka, Atsinanana et Vakinankaratra vont se frotter pendant ces trois jours à Mahamasina. Le coup d’envoi des rencontres sera donné à 10 heures au Palais. Comme la grande partie des combattants sont originaires de la ligue d’Analamanga, cette journée sera consacrée aux éliminatoires spécial Tana dans toutes les catégories cadet, junior, senior et classe A. Toutes les finales seront programmées à la dernière journée.

Ténors. Tous les tireurs aspirants à une place en sélection en vue des échéances internationales de 2017 seront présents, rendant ainsi la compétition plus attrayante. Aussi, c’est une occasion pour les ténors de confirmer leur place face à la montée de la relève. C’est dans la catégorie des moins de 63 kg que les acharnements s’annoncent intenses. On s’attend à une finale âprement disputée entre Séverin Mamonjisoa (Toliara), champion du monde professionnel en 2015 et d’Elfazar Fazaraly (GISL). Justin Zafy Mariano dit Lavakely (Etoile du Sud) chez les moins de 54 kg devrait s’attendre à la montée du tireur de Manakara Dico.   Mahery Rakotonirina (Lion Force) en moins de 80 kg, Jean Christina Herinirina alias Menavolo (Lions Force) – 51 kg,  Johnny Rakotondraibe (AFKM) chez les moins de 54 kg évoluent d’un cran au-dessus dans leur catégorie. Mioratiana Andriamiarisoa (Scorpion) évoluera chez les -48 kg ne sera pas tranquille face à  Claudia (Etoile du Sud). Elle qui affiche une ambition de remporter le titre. Faratiana Razanabahoaka (3Fb) en -52 kg n’aura pas beaucoup d’adversaires.

T.H

L'express de Madagascar35 partages

Gestion des aéroports – Transfert des employés de l’Adema

La célébration des 25 ans de l’Adema voit les derniers jours de la gestion d’Ivato et de Fascène qui ira à Ravinala Airports.

Ce ne serait plus qu’une question de procédure. L’Aéroport de Madagascar (Adema) et Ravinala Airports entrent maintenant dans les derniers détails de transfert de gestion des aéroports d’Ivato Antananarivo et Fascène Nosy Be. Parmi ces points figurent le transfert de certains employés de l’Adema au nouveau concessionnaire. « Ils sont environ 130 employés concernés par cette mesure », a indiqué le directeur général de l’Adema Herison Andriamihafy, lors d’une cérémonie de célébration de du 25e anniversaire de l’Adema à Ivato.À en croire ses explications, une bonne partie de ces employés travaille au niveau des aéroports. Les deux sociétés entrent dans la  dernière ligne droite du bouclage de ce dossier tout en étudiant un à un celui de chaque employé. Celui-ci devrait être finalisé d’ici quelques jours avec le transfert de gestion des deux aéroports au nouveau concessionnaire.« Un accord a été passé avec l’Adema pour le transfert d’une partie du personnel qui va travailler sur les aéroports d’Anta­nanarivo et de Nosy Be. D’autres employés resteront évidemment pour s’occuper des autres aéroports sous la responsabilité de l’Adema », a expliqué Jacques Follain, directeur général délégué de l’aéroport de Paris lors de son passage dans la Grande île le 26 novembre.

DéfisDepuis un quart de siècle, l’État avait confié la gestion de douze aéroports à l’Adema. Il s’agit de celui d’Ivato, Nosy Be, Antsira­nana, Toliara, Fianarantsoa, Maha­janga, Sainte-Marie, Moron­drava, Toamasina, Tolagnaro, Sambava et Morondava. Ces aéroports ont subi des changements majeurs comme l’extension des aérogares. La société s’est investie dans le développement des infrastructures aéroportuaires afin de se remettre régulièrement au niveau des défis de la modernité et sécuritaires exigés par le développement de l’aviation civile mondiale.Mais maintenant, elle doit se séparer de la gestion de deux principaux aéroports internationaux du pays à savoir Ivato et Nosy Be. Ce qui a causé un énorme impact sur le budget de la société. « Au moins 90% de nos budgets proviennent de la gestion de ces deux aéroports. L’Adema est appelé maintenant à revoir sa stratégie pour être encore plus compétitif dans les années à venir », a expliqué l’officier général de l’armée de l’air.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara33 partages

Santé mère-enfant : L’Hôpital Befelatanana doté d’une nouvelle couveuse

Le sourire était aux lèvres aussi bien pour les donateurs que les receveurs.

A Madagascar, si le taux annuel global de natalité est estimé à 32,61 naissances pour 1000 habitants. Un taux différent dans la capitale sachant qu’il est estimé un nombre moyen de 16 naissances et de 80 hospitalisations à la maternité publique de Befelatanana. Ce qui a plongé les responsables de ladite maternité à des difficultés, notamment dans la prise en charge des bébés prématurés. Une situation qui est accentuée par le fait qu’il n’existe qu’une seule couveuse fonctionnelle. Une situation qui n’a pas laissé indifférente les responsables auprès du groupe Star qui ont doté cette maternité publique d’une nouvelle couveuse d’une valeur de 13 millions d’ariary. Une façon pour ceux-ci de prendre leurs responsabilités sociétales en aidant la prise en charge et l’hospitalisation des nouveau-nés de la capitale. Une aide importante également sachant la difficulté endurée par la maternité de Befelatanana qui prend en charge environ 400 enfants par an.

RSE. Cette action entrerait dans le cadre de la politique de responsabilité sociétale du groupe. Une suite d’initiatives effectuées depuis des années si l’on ne cite que la dotation de 500 kits bébés, pour la même maternité, de l’année 2015. Une action qui affiche sa continuité dans la logique du groupe et qui a pour objectif d’améliorer la santé publique. Notamment des nouveau-nés.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara33 partages

« A toi de jouer » : 72 coproducteurs ont déjà participé A travers le « crowdfunding »

Pour produire son court-métrage, Endemika, maison de production, a lancé depuis quelques mois un « crowdfunding » pour parvenir au bout de sa production. A deux jours de la fin de cet élan, ils continuent à appeler au don.

Sur le tournage de « A toi de jouer ».

Mieux vaut tard que jamais, dit-on. Il reste quelques heures, mais cela peut suffire pour contribuer à devenir co-producteur dans le projet de Lova Nantenaina, « A toi de jouer », un film court pour un public très jeune, produit par Endemika. Avec 5 euros, on peut obtenir les contreparties en guise de cadeau avant Noël. 72  coproducteurs ont répondu à l’appel jusqu’ici, ce qui donne du courage aux producteurs, car cela montre l’intérêt que porte le public au programme. 5 euros, ou plus évidemment, pour voir se concrétiser un bon projet à l’endroit des enfants. Pour les Malgaches et tous ceux qui sont sur place, on peut également envoyer l’argent par Orange Money. Par ailleurs avec Hello Asso, si l’objectif n’est pas atteint, on peut toujours toucher la somme collectée et finir ce film dans de plus ou moins bonnes conditions.

L’histoire. « A toi de jouer » est un film réalisé par Lova Nantenaina qui raconte le carnet de Romy, une enfant française qui vit à Antananarivo dans une belle maison avec ses parents, sa sœur et son frère. Dans ce carnet, elle est représentée, ainsi que chaque membre de sa famille, par la sculpture d’un petit canard animé. Ce calepin, fabriqué artisanalement, invite à partager l’escapade bien réelle de Romy à Betafo. A la fin de son séjour, elle savait aussi bien que ses nouveaux amis malgaches s’amuser à faire comme les adultes. La construction d’une maisonnette en terre séchée sur le modèle de toutes les maisons du centre du pays n’avait plus de secret pour elle. Mais le jeu préféré de Tahina et de ses frères, c’est la pétanque bien qu’ils ne vivent pas dans un village du Sud de la France. A Betafo, la pétanque est une institution, il faut dire qu’un champion du monde est né ici. Etant donné le prix des boules, les enfants les fabriquent à partir de boîtes de lait concentré. Parmi eux, peut-être un futur champion du monde qui aura su prendre exemple sur l’équipe nationale de 2016 !

Anjara Rasoanaivo 

Midi Madagasikara29 partages

Mahabo : Omby 200, lasan’ny dahalo nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika

Saika manerana ny Nosy nandrenesana ny asan-dahalo tato ho ato, ary ny maha lasa saina ny mpanara-baovao, fa arakaraka ny filazan’ny tomponandraikitra fa hisy ny fepetra horaisina amin’ny ady amin’ny halatr’omby arahina vono olona, no vao mainka mampahery vaika ny fanafihana. Afak’omaly, dia nitrangana fanafihan-dahalo nahery vaika indray tany amin’ny distrikan’i Mahabo, ka malaso am-polony nirongo fitaovam-piadiana nahery vaika nandroaka omby  200 tany an-toerana. Noho ny hery tsy mitovy, dia tsy sahy nanohitra ny mponina ka niliba ireo mpanani-bohitra. Efa dify lavitra ireo mpandroba, hoy ny vaovao voaray, izay vao raikitra ny fanarahan-dia, ka mbola karohina ireo dahalo miaraka amin’ny omby nangalariny hatramin’izao.Eric Manitrisa

Midi Madagasikara28 partages

Tour de Mada cycliste : Vincent Graczyk garde le maillot jaune !

Vincent reste en maillot jaune.

Un Néerlandais peut en cacher un autre. Il fallait être à Antsirabe pour voir un troisième Néerlandais franchir en premier la ligne d’arrivée. Mieux encore il s’agit du plus jeune du groupe, du nom de Sjors Beukeboom.

Coup dur pour l’Antsirabéen Hasina Rakotonirina qui était parti pour remporter la victoire d’étape dans sa ville natale, mais qui a dû se contenter de la seconde place. La faute à un automobiliste qui ne connaissait rien sur les courses cyclistes et qui a ramené dans son sillage le Néerlandais Sjors Beukeboom qui n’en demandait pas tant pour signer sa toute première victoire d’étape.

Content comme tout, il a toutefois salué l’exploit de ses compagnons d’échappée en l’occurrence et dans l’ordre d’arrivée, Hasina Rakotonirina, Houlder Mohamed et Dany Andriamihaja.

 Ils étaient six coureurs à placer l’attaque dès la sortie de Behenjy, mais le Congolais Kaviro Muhindo et Richard Randrianjatovo ont été lâchés à la ligne droite d’Ambohimandroso piégés il est vrai, par un rythme soutenu que le peloton, largué à 10 mn, ne pouvait pas suivre. Le maillot jaune reste toutefois la propriété du Français Vincent Graczyk, auteur d’une course intelligente, et qui avait Mazoni Rakotoarivony dans son rétroviseur, son poursuivant immédiat dans la course au classement général.

 « J’ai tout juste géré la course, car avec un retard de 10 mn sur le groupe d’échappée, il n’y a rien de mieux à faire que de surveiller Mazoni », confie-t-il à l’arrivée d’Antsirabe avant de rajouter qu’il s’est ensuite servi de l’attaque des Néerlandais pour grapiller quelques secondes à Mozoni. » Une stratégie payante pour l’instant car à la lumière des étapes, ces diables de Néerlandais ne sont pas tout à fait des grimpeurs et qu’on peut les battre. A charge pour le camp malgache d’opter pour un travail d’équipe, car c’est ce qui a manqué hier où à trois contre un seul Néerlandais, Houlder et ses camarades ont encore perdu.Clément RABARY

Midi Madagasikara25 partages

Ankazomanga : Un homme retrouvé mort dans un marécage

Hier, une foule longeait  la rivière polluée près du  petit pont d’Ankazomanga où un cadavre fut signalé. Aux alentours de 10 h du matin, tout  Ankadiavo sont sur les lieux. Un corps inerte d’un homme a été retrouvé flottant entre deux eaux. Vêtu d’un costume noir, il a été reconnu par les habitants du quartier comme étant un des leurs. Après un constat d’usage, les responsables ont indiqué que l’homme avait son téléphone et de l’argent sur lui. Etait-il victime d’un assassinat ou d’un règlement de compte ? Seule l’enquête menée par la police permettra d’éclaircir cette zone d’ombre. Selon les mêmes informations, l’homme était âgé de35 ans environ. Des blessures ont été localisées au niveau du visage notamment à  la bouche et aux oreilles; du sang en sortait. Le corps a été amené par  la BMH Isotry pour autopsie. Ces derniers temps, des corps sans vie ont été découverts un peu partout dans la capitale. Pas plus tard que la semaine dernière, le corps sans vie d’un homme a été localisé du côté de la Route Digue. Selon les constats effectués sur place, l’individu a été tué et son corps jeté par ses tortionnaires au bord de la route.

Kanto R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara25 partages

Ambohidratrimo : Ady anaty bal, lehilahy iray maty voatsindrona antsy

Tamin’ny sabotsy tokony ho tamin’ny 12 ora alina, raikitra ny ady teo amin’ireo olona namonjy « bal » tany amin’ny tanana antsoina hoe Mangarivotra, tsy lavitra ny « bout de piste » Ivato, disitirikan’Ambohidratrimo. Vokany, lehilahy iray no namoy ny ainy voatsindrona antsy teo amin’ny kibony sy voakapoka « bois rond » teo amin’ny handriny. Maty tsy tra-drano io olona io. Nisahotaka ny olona teny an-toerana ary nampandrenesina ny mpitandro filaminana. Ny loharanom-baovao no nahafantarana fa rehefa nandeha kelikely ny alim-pandihizana dia nisy ny disadisa. Olona avy amina tanàna roa mifanakaiky no niandohan’izany, hoy ny vaovao voaray. Sendra ny be no ho ny vitsy anefa, niala ireo tsy tompon’ny tanàna. Enina ry zalahy. Nisy nanenjika nefa izy ireo ka tratra ny iray. Io farany io no namoy ny ainy vokatry ny vono nahazo azy. 28 taona eo izy io. Niala 2 km ny tanààna no nahafaty azy, hoy hatrany ny filazan’ny mpitandro filaminana. Efa tonga nizaha ny razana ireo tompon’andrikitra voakasika amina fahafatesana sahala amin’izao. Nisokatra teo no ho eo ny fanadihadiana nataon’ny zandary. Olona roa no nosamborina sy natao famotorana. Niakatra teny amin’ny tiribonaly izy ireo ary noafahan’ny fitsarana.

r.s.

Madagascar Tribune23 partages

La garde à vue d’Augustin Andriamananoro prolongée

Prévu être déféré devant le parquet hier après l’enquête au sein de la gendarmerie à Miarinarivo, Augustin Andriamananoro a vu sa garde à vue prolongée et pourrait être présenté devant les juges ce 14 décembre à Antananarivo. Ses proches craignent son emprisonnement dans les prochains jours.

Atteinte à la sureté de l’Etat, réunion publique non autorisée, provocation de feux de brousse et violence contre les forces de l’ordre, telles sont les principales charges retenues contre cet ancien ministre de la transition.

Plusieurs officiers généraux dont le général Désiré Philippe Ramakavelo ont réagi par rapport à cette arrestation : « la forme notamment le lieu d’arrestation d’Augustin Andriamananoro est complètement contraire à l’éthique et à la morale malgache » note-t-il. Mais qu’est ce qui a pris l’équipe de général Florens Rakotomahanina d’avoir agi ainsi. Les éléments des force de l’ordre ont pu très bien l’arrêter soit avant l’enterrement soit après mais arrêter quelqu’un en plein enterrement est complètement absurde selon ces officiers. Pourquoi se donner ainsi en spectacle ? Le régime fait de cet ancien ministre d’Andry Rajoelina un martyr en agissant ainsi. L’opinion n’a rien retenu que le spectacle de son arrestation devant le tombeau familial et fait de lui ainsi un martyr.

Sans prédire sur son éventuelle culpabilité, les éléments de forces de l’ordre auraient dû agir avec discernement. Même l’ancien président Marc Ravalomanana a commenté l’inconvenance du lieu d’arrestation.

Midi Madagasikara23 partages

Développement : Le Leadership Chrétien Développement mise sur le capital humain

Le côté religieux ne peut se défaire du chant cantique.

Le développement ne peut être fait sans une attention particulière portée sur les personnes. Notamment sur les capacités à faire face à toutes les situations afin de créer des richesses aussi bien pour eux que pour la société.

« Il ne s’agit pas d’apporter un changement de mentalité. Il s’agirait plutôt de doter les Malgaches des outils nécessaires comme le savoir-faire, le savoir-être et les compétences pour qu’ils puissent se développer et développer leur entourage ». Un message fort de Hery Rajoelison, Président fondateur de l’association Leadership Chrétien Développement de Madagascar (LCD). Une association malgache qui se veut d’être un « rail de croissance » qui réunirait différents leaders religieux, leaders d’entreprises privées (petites, moyennes et grandes) et enfin de simples citoyens. Un objectif bien ambitieux que le numéro un de l’association LCD pense pouvoir réaliser avec « le leadership ». Outil dont selon lui devrait être doté tous les Malgaches pour qu’ils puissent se développer. Ainsi, les leaders présents au sein de cette association seraient à la fois un exemple sur l’importance dudit outil, mais également un message selon lequel il faudrait que « tous les leaders soient unis pour permettre un réel développement ». Ainsi, le transfert de cet outil se ferait via l’éducation : nationale, civique et citoyenne et enfin physique. Pilier de tout développement aussi bien humain qu’économique et social, l’éducation permettrait de produire des citoyens capables d’entreprendre un quelconque changement… dans le sens positif du terme  bien sûr ! Ce que Hery Rajoelison a confirmé durant une Conférence Internationale qui s’est déroulée au CCI Ivato samedi dernier, en lançant que « seules les personnes saines d’esprit, de corps et respectueuses des normes établies pourront développer le pays ».Conférence durant laquelle on a pu rencontrer des personnalités influentes des églises chrétiennes aussi bien nationales qu’étrangères, des chefs d’entreprises et des particuliers. Ce qui serait la force de l’évènement, car il a réuni les acteurs clés du leadership aussi bien religieux que professionnels.

Auditorium.Dans le cadre du développement de ses activités, l’association LCD prévoit de construire un auditorium pour accueillir les différentes personnes qui voudront parfaire leurs connaissances en matière de leadership. Un projet qui devrait commencer l’année prochaine selon toujours Hery Rajoelison et qui a été élaboré après le constat selon lequel le nombre de personnes intéressées par la formation aurait connu une forte hausse. « Il a fallu penser à un endroit permettant de les recevoir. Une moule à leaders» a ajouté le président. Une telle initiative est louable dans la mesure où elle fait du pilier du développement du côté humain. « Le développement n’est pas facile, mais il est faisable. D’autres pays l’ont déjà fait et pourquoi pas nous ? »a ajouté Hery Rajoelison pour interpeller aussi bien les décideurs que les simples particuliers.

José Belalahy

Tia Tanindranaza21 partages

Hitohy ny fisamboranaKolonely Lylison indray izao…

Tsimponin’ny fitondrana HVM tsikelikely ireo olona akaiky an’i Andry Rajoelina. Efa am-bolana maro i Alain Ramaroson izay niara-nanongam-panjakana taminy ny taona 2009 no migadra eny am-ponja

. Nosamborina koa i Augustin Andriamananoro, filoha lefitry ny vondrona politika MAPAR (Miaraka Amin’ny Prezida Andry Rajoelina). Ny kolonely Lylison indray izao no manaraka, hoy ireo mpamakafaka politika. Efa ela ity manamboninahitra zandary sady loholon’i Madagasikara ity no nenjehin’ny fitondrana noho ny fanambarana ny hanaovana ny tanàna maty an’Antananarivo ny 25 mey 2016. Nanomboka teo izy no tsy hita noho ny fanenjehana azy, kanefa ny volana septambra vao tena nisy ny didy fampisamborana ofisialy navoakan’ny fitsarana. Toa fampitahorana azy tsy hanao na inona na inona ka hiery no nataon’ny fitondrana fa tsy tena fisamborana avy hatrany aloha, toy izay natao an’i Augustin Andriamananoro ihany. Maro tokoa mantsy no nahita ity farany mbola nivezivezy teto Antananarivo tsy nanana ahiahy akory amin’izay ho fisamborana azy na dia nisy aza ilay fanenjehana teny amin’ny haino aman-jery Viva Ambodivona ny 22 septambra. Nihevitra ny tenany fa efa nilamina ny raharaha ary navelan’ny mpitondra hiriaria kinanjo iny tratry ny sambo-dokatra tsy nisy nialana iny. Mety ho toy izany ihany koa ny hanjo ny kolonely Lylison izay heverina fa tsy sarotra amin’ny fanjakana ny mamantatra ny toerana misy azy saingy mbola miandry izay fotoana mety amin’ny fanatanterahana ny fisamborana sisa ireo mpitandro ny filaminana. Toa mangina ka tsy re feo intsony. Etsy an-kilan'izay i Andry Rajoelina manoloana izao fisehoan-javatra azo hambara ho mahakasika ny fianakaviana politikany mivantana izao. Efa mandeha ny resaka fa mety hampidirina amin’izao raharaha izao ny tenany ka mety hosamborina ihany koa, ka resaka famatsiana ara-bola ireo olony tondroin’ny fitondrana ho mikononkonona fanonganam-panjakana no vesatra hanenjehana azy.

Toky R.

Midi Madagasikara19 partages

CAN Beach-Soccer : Madagascar bat la Lybie, une entrée réussie

Les « Barea beach soccer » ont remporté leur premier match à la CAN disputée actuellement au Nigéria. C’est par 9 buts à 5 que les Malgaches se sont imposés face aux Lybiens. Au premier tiers temps, les Malgaches ont mené par 5 buts à 3. Puis les Lybiens ont essayé de rattraper l’écart en talonnant les Toky et consorts par 6 buts à 5 à la fin du second tiers temps. Au dernier tiers temps, les Malgaches ont rajouté 3 autres buts si le compteur des Lybiens reste statique.

 T.H

Midi Madagasikara18 partages

BNI Madagascar : Lancement d’un crédit spécial fête

Concurrence, mais aussi fêtes de fin d’année obligent, les banques primaires innovent. A l’instar de la BNI Madagascar qui lance actuellement le Crédit Fety. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un crédit à la consommation dédié à cette période festive. Complètement personnalisé, d’une durée de 6 à 60 mois et d’un montant variant selon les besoins et les moyens de chacun, il permet ainsi de s’offrir une multitude de cadeaux, du bien le plus simple au plus sophistiqué : voyages, meubles, équipements électroménagers, motos et voitures. Le lancement du Crédit Fety a eu lieu hier, lors d’une conférence de presse.

R.Edmond

Midi Madagasikara18 partages

Judo – Ligue Analamanga : Vola Elena Raoelison élue présidente

Une nouvelle tête.  Vola Elena Raoelison a été élue présidente de la ligue d’Analamanga de judo à l’issue de l’assemblée générale élective qui s’est tenue hier au SK Melody à Mandriambero. Lors de l’élection, Vola a obtenu six voix, mais comme dans l’autre bulletin figurait la signature du club votant la commission électorale a décidé d’annuler cette voix. En effet, elle a récolté cinq voix. Haingo Rabetafika a obtenu une voix, un bulletin nul et blanc et Mara Mondain n’en a obtenu aucune. Huit clubs ont participé au vote entre autres Saint-Michel, Esca,  Hakudokan, Tafiami, Iarivo, Ccv Tmf, Uscaj et Red. Une des priorités de la nouvelle équipe est le côté administratif à propos du règlement intérieur et du statut de la ligue et sur la conformité des clubs. La vulgarisation de la discipline est au programme à travers la création d’une compétition qualificative à Analamanga. La participation aux compétitions organisées par les îles sœurs sera à renforcer. Les compétitions par catégorie seront une de ces nouveautés pour pimenter la saison.

T.H

Midi Madagasikara18 partages

PNUD : 150 exemplaires de guide pour le Sénat

Le PNUD procèdera à la remise officielle du Guide sur les rôles et fonctions parlementaires au Sénat pendant la séance plénière de ce jour. Ce Guide a été élaboré et produit par le PNUD en collaboration avec l’Ambassade de France et l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique (EISA) dans le cadre du Programme de Renforcement de l’Etat de Droit. L’objectif est de mettre à la disposition des sénateurs et sénatrices un ensemble d’informations et d’outils leur permettant de renforcer l’exercice de leur fonction parlementaire. Environ 150 exemplaires du Guide seront remis en la présence du Président du Sénat.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara17 partages

Augustin Andriamananoro : Garde à vue prolongée

Maître Rabenaivo Andriamisetra a laissé entendre que les quatre jours de garde à vue commence à peser sur la santé de son client.

Prévu se dérouler hier, le défèrement du dossier Augustin Andriamananoro n’a finalement pas eu lieu. Le motif de ce report n’a pas été communiqué pour le moment. Son avocat et la famille sont consternés par cette situation d’incertitude. Aucune explication n’a été donnée ni de la part des officiers de Police judiciaire en charge de l’enquête, ni de la part des autorités responsables. Pour l’heure, même le lieu du défèrement n’a pas été dévoilé. Hier, le Vice-président du MAPAR s’est préparé pour un éventuel transfert vers Antananarivo, car dans un premier temps, il a été annoncé que le dossier allait être déféré au parquet du tribunal d’Anosy. On sait toutefois que la garde à vue de l’ancien ministre des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles Technologies a été prolongée. Sa garde à vue de 72h devrait prendre fin hier à 18h. D’après l’avocat d’Augustin Andriamananoro, Maître Rabenaivo Andriamisetra, « les enquêteurs se réfugient derrière les principes du délai de distance ». Le leader du MAPAR ayant été arrêté à Antananarivo, les officiers de Police judiciaire peuvent donc prolonger sa garde à vue. Il convient de noter pourtant que son audition a débuté lundi à 17h30 et a pris fin à 21h. Quatre heures d’audition donc pour cette grande figure politique proche de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina inculpé pour atteinte à la sûreté de l’Etat, réunion publique non autorisée, provocation de feux de brousse et violences contre des éléments des forces de l’ordre. Natif de Soamahamanina, on l’accuserait d’être l’instigateur des virulentes manifestations ayant opposé la population locale qui contestent l’exploitation aurifère menée par une société chinoise dans leur localité, et les éléments de l’Emmoreg dirigés par le Général Florens Rakotomahanina.

Affaire politique. Bon nombre d’observateurs se demandent pourquoi le dossier n’a pas été déféré hier. Les responsables sont-il encore en train d’attendre des ordres venant d’ « en haut lieu » ? Samedi dernier, les éléments de la Gendarmerie ayant participé à l’arrestation en plein enterrement d’Augustin Andriamananoro ont fait savoir qu’ils ne font qu’appliquer les ordres. Depuis le début de cette affaire, plus d’un évoque « une affaire politique dont l’objectif est de fragiliser le clan Rajoelina ». Pour ne citer que le cas du Sénateur Lylison René de Rolland qui est actuellement en cavale, les violences perpétrées par des éléments des forces de l’ordre au domicile de la députée de Mahajanga Rahantanirina Lalao alias Nina aux 67Ha, ou encore les violences perpétrées par des éléments spécialisés du GSIS contre la députée de Tana II, Lanto Rakotomanga survenues du côté de Namontana au mois de juin 2015. En tout cas, à l’allure où vont les choses actuellement, le Vice-président du MAPAR risque de passer les fêtes de fin d’année en prison. Joint au téléphone hier soir, son avocat a confirmé que les quatre jours de garde à vue commencent à peser sur la santé et le moral d’Augustin Andriamananoro qui reste enfermé dans sa cellule toute la journée. Pour aller aux toilettes, il doit demander une autorisation. Cependant, ses proches sont autorisés à lui rendre visite. Maître Rabenaivo Andriamisetra a aussi réitéré que l’ancien ministre ne fait l’objet d’aucun mauvais traitement. Aucune violence n’a également été infligée à son encontre. On attend donc le résultat du défèrement qui devrait avoir lieu ce jour soit au tribunal d’Anosy soit à Miarinarivo.

Davis R

Midi Madagasikara15 partages

Ambanja : Mpandraharaha iray notafihana dimilahy nitondra Kalach sy P.A,

Nitrangana fanafihan-jiolahy nitam-basy tany Ambanja, afak’omaly naraimbe. Dimilahy nitondra kalacknikov sy P.A no nanafika mpandraharaha iray tompona tranombarotra lehibe ao Tsaramandroso. Rehefa tafiditra tao an-trano ny efatra tamin’ireo jiolahy dia nofatoran’izy ireo ny tongotra aman-tanan’ity mpandraharaha izay irery tao an-trano tamin’io, ary norahonan’ireo olon-dratsy ho faty ka nanome ny fanalahidin’ny “ coffre ”. Ny iray tamin’ireo jiolahy kosa niambina teo am-bavahady.

 Raikitra ny fifampitifirana tamin’ny polisy. Raha vao henon’ ny tompon-trano ny fahatongavan’ireo jiolahy, dia niantso avy hatrany ny kaomiseran’ny polisy izy. Tsy vita akory ny resaka antso vonjy dia efa tafiditra tao an’efitranony ireo olon-dratsy. Tsy novonoin’ ilay voatafika anefa ny antso tamin’ny findainy, ka henon’ ity lehiben’ny mpitandro filaminana ity avokoa ny fandrahonana nataon’ireo jiolahy an’ilay mpandraharaha. Poa toy izay dia tonga ny polisy. Vao hitan’ilay jiolahy iray niambina teo amin’ny vavahady ireto farany, dia nihazakazaka niantso ny namany izy. Nanao tifi-danitra ny polisy nanajanonana an’ireo jiolahy nitsoaka niaraka tamin’ny rojo sy firavaka volamena avy norobainy, saingy namaly tamin’ny tifitra nirefodrefotra ireo olon-dratsy ka tafaporitsaka, ary mbola karohina hatramin’izao. Raha ny fantatra araka ny loharanom-baovao  azo, dia vokatry ny delestazy misy isaky ny alina noho olana ara-tsoliky ny Jirama any an-toerana no nampirongatra izay tsy izy ny asan-jiolahy, ny vaky trano, ny fanafihana mitam-basy tato ho ato, ka tratran’ny fandrahonana ho faty amin’ny basy hatramin’ny Ampanjaka. Tsy vitsy amin’ireo mpiambina amin’ny alina ihany koa no miray tsikombakomba amin’ny jiolahy.

 Eric Manitrisa

News Mada14 partages

25 taona ny Adema : nohatsaraina avokoa ireo seranam-piaramanidina 12

Tato anatin’ny 25 taona niorenan’ny Adema, nasiam-panamboarana avokoa ireo seranam-piaramanidina 12 eo ambany fiahiany. Tsy hitantana ny eny Ivato sy Nosy Be intsony kosa izy, saingy hiahy ireo seranana madinika miisa 44 hafa.

Niorina ny taona 1991 ny Seranam-piaramanidina eto Madagasikara (Adema). Andraikiny ny fitantanana ireo seranam-piaramanidina 12 lehibe na salantsalany eto amintsika. Nandritra izay 25 taona izay, tsy nitsahatra nanatsara ireo fotodrafitrasa tantaniny ity orinasa ity. Santionany ny nanitarana ny arabem-piantsonana sy ny toerana fandraisana ny mpandeha any Sainte-Marie, ny taona 2015. Afaka mandray fiaramanidina vaventy Boeing 767 ny any Nosy Be. Efa indroa nohatsaraina sy nohalebiazina ny eny Ivato, nananganana ny fiantsonana Terminal B, nofefena manontolo, nametrahana fitaovam-piarovana avo lenta, nohatsaraina ny fiantsonan’ny fiarakodia sady nametrahana ny fitaovana fandoavam-bola, ny fitaterana mankaty an-tanàn-dehibe, ny efitrano ho an’ny manan-kaja (VIP), ny biraon’ny Adema manokana, sns. Nahatratra 25 miliara Ar ny fampiasam-bolan’ny Adema ny taona 2011-2016.

Hiantraika amin’ny toe-bola

Araka ny fanapahan-kevitry ny fanjakana, tsy hitantana ny seranam-piaramanidina roa lehibe indrindra eto Madagasikara, eny Ivato sy Nosy Be ny Adema, ary tsy ho ela ny famindram-pitantanana. Hisy fiantraikany ratsy amin’ny toe-bolany ity tranga ity, saingy tsy kivy ny orinasa na izany aza. Fantatra koa fa hiahy ireo seranam-piaramanidina madinika miisa 44 ny Adema, niandraiketan’ny Aviation civile de Madagasikara (ACM) hatramin’izay.

Tena fidiram-bolan’ny Adema ny tamberim-bidin’ny seranam-piaramanidina. Kely anefa ny taha alainy raha oharina amin’ny fepetra takin’ny fenitra iraisam-pirenena. 3.250 Ar isaky ny mpandeha (1%-n’ny saran’ny tapakila) ho an’ny zotra anatiny; 12 dolara (3,5%) ho an’ny zotra manodidina ny Nosy; 15 dolara (1,6%) ho an’ny zotra iraisam-pirenena.

Ho an’ny entana, 2,2 Ar isaky ny kilao ho an’ny zotra anatiny; 7 Ar ho an’ny zotra iraisam-pirenena.

Njaka Andriantefiarinesy

Nandritra ity taon-jobilin’ny Adema ity, nomena mari-boninahitra ny mpiasa 160. 1 Grand croix de 2è classe (ny tale jeneraly Andriamihafy Herison); 24 Officier de l’ordre national; 37 chevalier de l’ordre natonal; 29 Medaille d’argent ; 10 Medaille de bronze.

 

Midi Madagasikara14 partages

Expo-photo : « Light the candles » : zoom sur Teach For Mada

« Light the candles », un thème qui n’a pas été choisi au hasard ! Mettre sous les feux des projecteurs les volontaires de l’association, les jeunes et les enfants qui en bénéficient, mais surtout le formidable travail de  tous ceux qui composent « Teach For Madagascar » (TFM), tels sont effectivement les principaux objectifs  de cet évènement inédit qui se tiendra très prochainement. A travers « Light the candles », les œuvres créées par les enfants du « Street Project » ainsi qu’une collection de photos exclusives prises par les photographes du collectif « Zanaky ny lalana » et sélectionnées par Pierrot Men seront ainsi exposées  à l’hôtel Carlton Anosy jusqu’au 22 décembre. « Le Street Project est un des projets principaux de Teach For Madagascar. Il est destiné aux enfants de rue et combine un programme d’alphabétisation, d’éducations environnementales et civiques. Il est exécuté sur six mois au sein de neuf spots répartis à travers la Capitale. Nous mobilisons de jeunes volontaires appelés Zoky pour l’exécution du projet. Depuis le début du Street Project en juillet, des photographes reconnus, regroupés sous le nom de « Zanaky ny Lalana », ont fait le tour de nos neuf spots pour capturer l’esprit de ce mouvement pour l’éducation et pour montrer la passion des jeunes apprentis à travers la photographie », relate un responsable. Pour apprécier ces images inédites mettant en  avant ces jeunes qui ont soif d’apprendre et d’évoluer, faites-leur honneur et faites un tour au Carlton…Mahetsaka

Tananews13 partages

C’est officiel : Tana 8 heures de delestages par jour

Vous avez donc toutes les chances en partant de chez vous de ne pas avoir de courant, d’arriver au bureau toujours pas de courant et en rentrant chez vous toujours pas de courant non plus.

« Je resoudrais les problèmes de délestage entre 3 à 6 mois »

Même 3 à 6 mois avant la fin de son mandat nous ne pensons pas qu’il y arrivera.

Midi Madagasikara13 partages

Litiges fonciers : La Région Ihorombe (re)lance une alerte !

Encore un autre litige foncier vient grossir les rangs de ceux qui n’ont pas encore été résolus. En effet, la région Ihorombe est la victime d’un différend entre le peuple et une société dénommée « Tozzi Green ». Le président du FITIBA ou « Fitambaran’ny Terak’Ibara » de la région Ihorombe, Emile Razafindramaka, les membres de la société civile « Ny Toho tsy mba zay » ainsi que les représentants de la population locale ont quitté Ihorombe pour tirer la sonnette d’alarme face à ce qu’ils estiment être injuste. Une rencontre avec des journalistes a été, de ce fait, effectuée hier à Tsimbazaza. « Le terrain sur lequel s’est implantée la société Tozzi Green nous appartient. Nous l’utilisons pour le bétail », a affirmé Emile Razafindramaka. Et lui de continuer qu’ « une autre société dénommée Land Mark a d’ores et déjà, par le passé occupé, 3500 ha de terrain à Ihorombe, mais a désisté. Ensuite, Tozzi Green veut récupérer ce terrain délaissé par Land Mark. C’est ce que nous réfutons ». D’après ses explications, l’affaire ne date pas d’hier car, en 2015, une pétition – pour laquelle l’ensemble de la population de la région s’est mis d’accord à ce que les terrains à Ihorombe restent leurs biens – a été organisée. De surcroît et ce d’après le président du FITIBA Ihorombe, il s’avère qu’ils ont été menés en bateau depuis le début. « Initialement, Tozzi Green avait planté du Jatropha sur le terrain. Puis un ou deux ans après, elle a remplacé la plante par du tournesol. Et actuellement, c’est du maïs que nous voyons sur le terrain ».  L’association espère de ce fait que leur message soit entendu. D’autant que « les membres et les habitants reçoivent des menaces », toujours selon les explications d’Emile Razafindramaka.

Aina Bovel

Midi Madagasikara12 partages

Nicolas Randrianasolo : Appel à l’apaisement

Le député de Betroka, Nicolas Randrianasolo, a apporté son point de vue sur l’arrestation d’Augustin Andriamananoro, lors d’une conférence de presse qu’il a tenue, hier, à l’hôtel Colbert. Il estime que le Président Hery Rajaonarimpianina ne fait pas de l’ingérence dans une affaire pareille, cela relève de la Justice. Ce député lance ainsi un appel à l’apaisement. En ce qui concerne l’insécurité qui sévit dans le Sud du pays, le député de Betroka déplore, par ailleurs, que les forces de l’ordre sur place sont toujours dans l’attente des décisions prises  à Antananarivo, or le facteur temps joue, ce qui n’est pas toujours à l’avantage de ceux qui sont victimes des attaques perpétrées par les « Dahalo ». Il propose ainsi que les forces de l’ordre installées à Betroka et à Fort-Dauphin devraient avoir plus de pouvoir afin qu’elles puissent prendre des décisions dans les plus brefs délais.

Dominique R.  

Midi Madagasikara11 partages

Sculpture : Richard Korblah expose ses « empreintes digitales »

Les œuvres de Richard Korblah, à découvrir à l’IS’art galerie Ampasanimalo.

Le Béninois investira l’Is’art galerie à partir de ce jour. Le sculpteur y exposera dix de ses œuvres jusqu’au 8 janvier.Aux origines métissées, Richard Korblah dessine et peint depuis son plus jeune âge. Formé dans un premier temps aux techniques des arts décoratifs, de la calligraphie et de la sérigraphie, il est principalement autodidacte. Assez rapidement, il se tourne vers la sculpture, qui lui permet de donner relief et mouvement à ses œuvres.  Il expose au Bénin, ainsi qu’à Miami, La Ciotat, Paris (galerie Vallois, Grand Palais lors de Art Paris Art Fair, Unesco, Carreau du Temple lors de la première édition de la foire AKAA), et à la biennale de la Havane (Museo Orgánico Romerillo). Richard Korblah sculpte la toile de jute et l’agrémente de pigments variés. Inspiré par les traditions de son pays, le Bénin (« Bruits du Monde », « Amazone »), Richard Korblah est aussi influencé par ses voyages, dont son séjour à Madagascar (« Combat de Coqs », « Circoncision »). Plus généralement, de nombreux symboles ornent les sculptures de l’artiste, invitant les visiteurs à réfléchir sur des thématiques sociales, culturelles et politiques. 10 oeuvres seront présentées lors de cette exposition.

Lié aux traditions. Ethnographe, il recueille les paroles du monde, matérialisées dans les gestes, les rites, les valeurs qui le constituent et lui confèrent authenticité. Artiste, il les sublime dans les dessins, peintures, photographies, sculptures, ses miroirs du monde. Esthète, proche des modes de vie respectueux de la nature, il exalte leur beauté, beauté qu’il aime révéler à travers la souffrance, fardeau de l’être dans le monde, qu’il tourmente et exhibe, pour l’exorciser. Exquise subtilité artistique, il va se tourner vers le Goodjia, rite d’initiation du peuple peul. Pas totalement perverti par la modernité, gardien d’expressions culturelles ancestrales, ce peuple conserve encore intacte la mémoire des traditions. La flagellation que les jeunes s’infligent lors de l’entrée dans la vie adulte, comme tout passage, est souffrance, mais la souffrance qui n’avilit pas est apprentissage et ils en sortent enorgueillis. On sort de la sensualité – les jeunes adolescents, parés de leur plus beaux atours, maquillés, portant des bijoux, exhibent leur corps androgynes, on entre dans l’émotion, pure, violente, exaltée par la couleur rouge du sang, provoquée par leur souffrance. Le sens, la mise en scène d’une beauté élégante transcendent la violence du geste. Dès lors, entre sa réflexion et l’écho de la matière il y aura un seul flux, son souffle créateur. Peinture, collages de photographies partiellement détruites, symbole de la douleur, – images où brûlent les regards espiègles des jeunes filles, des futures épouses, des enfants qui assistent au spectacle – ses toiles en couleur ocre. Ocre – archaïques, barbares, tordues, contorsionnées – ses sculptures, orgies de la matière. Ses dessins, aires de jeu, enjoués, spontanés comme l’enfance d’où ils tirent leurs traits délurés, ses tableaux, formes irrégulières, peaux d’animaux tannées, tendues et séchées, ses sculptures, brutes narrations… Richard Korblah, à découvrir à travers ses « empreintes digitales », à l’IS’art galerie Ampasanimalo.Mahetsaka

Tia Tanindranaza9 partages

Lalànan’ny Fampihavanam-pirenenaLany maimaika teny Tsimbazaza

Lany teny amin’ny antenimieram-pirenena omaly ny lalàna momba ny fampihavanam-pirenena izay misy andininy 72.

 Fanitsiana iray tamin’ny folo naroson’ny asam-baomiera ihany no noraisin’ireo solombavambahoaka ary na nafana aza ny adihevitra momba ilay andininy faha-47 momba ny famotsoran-keloka dia lany tsy nisy fanitsiana ihany izy io. Voalaza ao amin’io andininy faha-47 io fa mahazo famotsoran-keloka na “amnistie” avokoa ireo olona voakasiky ny hotakotaka politika nanomboka ny taona 2002 ka hatramin’ny 2009. Tsy mahazo kosa ny famonoan’olona sy fandripahana ary fanaovana vono moka, ny famonoan’olona noho ny ady, ny fanosihosena goavana ny zon’olombelona ary ny fanohintohinana ireo fahafahana fototra amin’ny maha olom-pirenena. Ilay endrika volavolan-dalàna naroson’ny governemanta ihany no nolanian’ny depiote niisa 77 io omaly io fa tsy nisy ny fanovana na fanitsiana goavana. Tsy nandinika sy namakafaka akory ny depiote fa tonga dia nifidy maimaika fotsiny, hoy i Christine Razanamahasoa avy amin’ny Mapar. Tsara kosa raha tena dinihana ifotony ny heloka tsirairay vao omena ny famotsoran-keloka, hoy ny depiote HVM Jaona elite. Mijanona ho 18 ihany ny mpikambana ao amin’ny Filankevitry ny Fampihavanana Malagasy ary ny filoham-pirenena no manendry ny 1/3-n’ny mpikambana, izany hoe 6 amin’ny 18. Mbola handalo eny amin’ny HCC moa ity lalana ity mba ho dinihana raha manaja ny lalampanorenana na tsia, izay vao hanankery rehefa nosoniavin’ny filohan’ny repoblika ny taratasy fampiharana azy.

RTT

Midi Madagasikara9 partages

Lions Clubs International : Un centenaire inaccoutumé dans la Grande Ile.

Le Lions Chancelier Robert Corlew, président international du Lions Club International et sa lionne Dianne sont arrivés avant-hier à Madagascar accompagnés d’une délégation d’officiels internationaux. Dans le cadre de la célébration de la 100e année de service du Lions Clubs International (LCI), les Lions de Madagascar ont érigé une stèle à Anosy que le président international a inaugurée, hier. Elle représente les quatres grands défis Lions : le service à la jeunesse, la protection de l’environnement, le partage de la vision et la lutte contre la faim. Après l’inauguration, une visite au sein de Lions Sight First Madagascar (LSFM) à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona a été effectuée pour présenter à ce hôte de marque des Lions de Madagascar toutes les actions accomplies et le travail encore à effectuer par les membres locaux depuis l’implantation du Club en 1957 à Madagascar. S’ensuivit une réunion d’échanges avec les différents responsables, notamment le responsable du club et les présidents de zones et des régions, puis une rencontre avec le Leo Club, une dérivation du LCI réservé aux jeunes de moins de 30 ans, pour montrer que les jeunes aussi participent activement à la vie sociale et ont adopté facilement le slogan « We serve ». A signaler, enfin que le président international de LCI a été reçu par le Président de la République malgache ainsi que par le Premier ministre.

LSFM. LCI, la plus grande organisation au service de l’humanité, a été fondée en 1917. Il regroupe en tout plus de 1,4 million de membres à travers le monde. A travers ses activités, il essaie d’aider au mieux les personnes en difficulté dans divers domaines, de l’éducation à la nutrition en passant par la santé. Pour Madagascar, Toliara est son tout premier lieu d’implantation, avant de remonter vers les Hautes Terres. Sa plus grande action est la lutte contre la cataracte avec la mise en place de LSFM dans la capitale, mais aussi dans plusieurs villes de l’Ile. Les clubs visent tous le même but : servir en bâtissant l’espoir et en répondant aux besoins de l’humanité.

Rova R.

Midi Madagasikara9 partages

Une épée de Damoclès suspendue sur la tête des opposants

Les députés TIM et MAPAR avaient manifesté leur appréhension avant l’examen en séance plénière du projet de loi sur la réconciliation nationale. Les amendements votés en commission ont été rejetés par la majorité des parlementaires présents et c’est une loi dont l’interprétation prête à équivoque qui a été adoptée par un parlement favorable au régime.

Une épée de Damoclès suspendue sur la tête des opposants

Le texte de loi sur l’amnistie et la réconciliation porte sur la période comprise entre 2002 et 2009 Il prévoit l’exclusion du champ d’application de l’amnistie les génocides, les crimes de guerre, les crimes contre l’Humanité et les violations graves des droits de l’Homme. Tel quel, il est tout à fait conforme au droit universel et aucun démocrate ne peut contester son application. Mais tout dépend maintenant de l’interprétation que l’on peut en faire. Les articles du projet de loi ont été votés un à un par le gros bataillon des députés favorables au régime qui a repoussé les amendements adoptés en commission. Lors de ces travaux, la partie concernant la délinquance économique, financière et fiscale a été retirée. Elle visait, semble-t-il, plus particulièrement l’ancien président Marc Ravalomanana. Elle a donc été rétablie. Cette loi sur la réconciliation nationale est plus pernicieuse qu’elle ne le paraît, puisqu’elle vise à disqualifier des adversaires politiques qui n’ont pas caché leur désir de se présenter aux prochaines élections. Elle couvre la période qui va de 2002 à 2009. Ce sont les deux principaux challengers du régime qui peuvent donc être inquiétés. L’actuel président de la République échappe au champ d’application de cette loi. Le débat est clos, puisque la loi a été votée par une majorité de députés. Le régime a, comme dit un confrère, fait un véritable forcing pour avoir une loi conforme à ses aspirations. Ce dernier a le champ libre pour agir comme bon lui semble. La loi s’apparente à une épée de Damoclès sur la tête de ses adversaires.

Patrice RABE

Midi Madagasikara9 partages

Betioky : Magasin central de stockage de pesticides

Il a été décidé lors, du  conseil de gouvernement d’hier, l’approbation de la communication relative à l’inauguration des travaux de réhabilitation du périmètre de Taheza dans la commune rurale de Bezaha, district de Betioky, et du magasin central de stockage de pesticides pour la lutte antiacridienne dans la commune rurale de Betsinjaka, district de Toliara II ce jour.

Recueillis par Dominique R.

News Mada8 partages

Fahazoan-dalana hamily fiara : halavaina hatramin’ny 31 marsa 2017 ny fanavaozana

Halavaina hatramin’ny 31 marsa 2017 ny fanavaozana ny taratasy fahazoana mamily fiarakodia ho « biométrique » araka ny lalàna laharana 3502 natao ny 12 desambra.

Mifarana ny 30 desambra ho avy izao ny famadihana ny carte grise an’ny fiara ho « biométrique » fa tsy nisy ny fiovana, araka ny fanazavan’ny lehiben’ny centre immatriculateur eo Ambohidahy (CIM), Rajaonarison Charli Hyacinthe, omaly tao amin’ny birao fiasany. « Manentana ny olona tsy hiandry fotoana farany hatrany vao hanavao ny taratasy fahazoana mamily fiara na eo aza ny fanalavana isorohana ny filaharana lavareny », hoy ny tenany.

Amin’izao fotoana izao, mahatratra 1.200 ny fangatahana fanavaozana ny fahazoan-dalana hamily fiara raha 300 izany teo aloa isan’ andro. 38 000 Ar ny vola aloha ao amin’ny guichet unique eo Ambohidahy. 65% amin’ny fahazoan-dalana hamily fiara (130 000) no vita fanavaozana ho « biométrique ».  Tsy maintsy ny tompony no manao fanavaozana satria alaina sary izy. 101 ny fahazoan-dalana hamily hosoka tratra tamin’ireo. 75 000 Ar ny saran’ny fanavaozana ny carte grise. Hatramin’izao, 70% (120 000) no nahatontosa ny fanovana.

Hisorohana ny filarana lavareny, mizara nomerao ny ivontoerana « immatriculateur » eny Ambohidahy isan’andro, nampitomboana koa ny isan’ny mpiasa mandray. Isan’andro, amin’ny 4 ora maraina manomboka miandry laharana ny olona.

Vonjy A.

News Mada8 partages

Enfants handicapés : 11,5 % seulement vont à l’école

Selon le rapport de l’ Unicef, 11,5 % seulement des personnes handicapées à Madagascar  sont scolarisées, représentant ainsi quelque 300 000 enfants ayant, entre autres, des problèmes auditifs et de déficiences visuelles. Parmi les raisons évoquées, le refus des établissements scolaires, aussi bien privés que publics, de prendre en charge ces enfants handicapés. Allant dans ce sens, un atelier s’est tenu, hier, à l’ INFP de Mahamasina, toujours avec le soutien de Christoffel Blinden Mission (CBM), à l’intention des représentants des écoles, à titre de sensibilisation

Suite à cette rencontre, une trentaine d’écoles des régions d’Analamanga et du Vakinankaratra sont prévues pour accueillir ces enfants dans le cadre du projet « Mahay », sous l’égide de CBM et en collaboration avec le ministère de l’Education nationale. Financé par CBM, à hauteur de 150 000 euros, « Mahay » a pour thème « Fanabeazana mampiaty » ou éducation inclusive.

Sera R

News Mada8 partages

Ambohidratrimo-Talatamaty : aucune décision pour Andranotapahina

Le lac d’Andranotapahina reste un os pour l’administration qui tergiverse à trancher dans cette affaire de délimitation de circonscription administrative entre deux communes mitoyennes.

La confrontation initiée par le chef de district d’Ambohidratrimo entre  les communes rurales de Talatamaty et d’Ambohidratrimo peut être qualifiée de fiasco. Contrairement à l’attente de la population respective des deux circonscriptions, la rencontre d’hier n’a apporté aucune solution à ce problème de délimitation territoriale.

L’irresponsabilité flagrante du représentant de l’Etat dans ce district de la région Analamanga devient le point saillant de l’affaire opposant ces communes par le flou de sa décision apparentée à la politique de l’autruche. Suite à la médiation du chef de district en effet, la gestion du lac d’Andranotapahina revient aux deux communes depuis hier. Ce qui sous-entend une bombe à retardement entre les deux maires dont les projets pourront se chevaucher de ce fait pour créer de nouveaux conflits. Cette gestion consensuelle risque de provoquer une exploitation sauvage du lac en l’absence d’une décision définitive de l’Etat qui n’a pu trancher malgré l’existence de documents et preuves annoncés respectivement par les deux parties.

La décision ne devant qu’être provisoire, les communes de Talatamaty et d’Ambohidratrimo sont loin d’être sorties de l’auberge malgré cet arrangement superficiel.  Telle jurisprudence maladroite risque de faire tâche d’huile dans plusieurs collectivités décentralisées dans des probables calculs d’intérêts de leurs dirigeants.

Manou

 

L'express de Madagascar8 partages

Manifestation à Isotry

Des marchands des rues à Isotry ont manifesté devant le centre de santé de base niveau 2 (CSB 2) de ce quartier, hier matin. Ils se sont plaints contre les fumées provenant de l’incinérateur du centre. Les manifestants craignent pour leur santé, en pensant que ce sont des fumées de médicaments périmés. Les responsables du centre de santé les ont rassurés sur le fait que ce sont des déchets de matériels de santé à savoir, des seringues, des crachoirs, et non des médicaments périmés. La calcination a été interrom­pue, sous l’ordre du minis­tère de la Santé publique.

Tia Tanindranaza7 partages

Fisamborana an’i Augustin AndriamananoroMahatsara anay, hoy ny depiote Ramaherijaonina

Fihantsiana na “intimidation” no azo ilazana ny fisamborana nihatra tamin’ny minisitry ny paositra sy ny fifandraisan-davitra teo aloha,

 Augustin Andriamananoro, hoy ny depioten’ny antoko Hery Vaovaon’i Madagasikara na HVM voafidy tao Tsiroanomandidy, Haja Ramaherijaonina. Mahatsara anay anefa ireny, hoy izy, satria ahafahan’ny vahoaka mitaratra ny fitondrana sady porofo rahateo fa tsy voatery hanaraka be fahatany izay fanapahan-kevitra miainga ato anatin’izao fitondrana izao izahay. Betsaka ny zavatra tsy mazava sy manjavozavo mikasika ity raharaha ity, toy ny tsy fisian’ny taratasy fampisamborana naseho fa dia hoe baiko ny anay. Eo ihany koa ny tsy fahafantarana hatramin’izao ny tena anton’ny fisamborana fa dia hoe tohin’ny raharaha Soamahamanina fotsiny hatreto no henonay.

Mirija

 

Midi Madagasikara6 partages

CII – FCCIM : Une convention de partenariat entre les deux parties

A part les rencontres B to B entre les opérateurs indiens et malgaches, organisées par l’Ambassade de l’Inde à Madagascar avec la venue de la délégation commerciale de la Confédération des Industries Indiennes à Madagascar, une convention de partenariat a été signée hier. Il s’agit d’une convention de collaboration entre la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Madagascar et cette Confédération des Industries Indiennes. « L’objectif consiste à développer l’entrepreneuriat à Madagascar afin de booster les échanges commerciaux entre les deux pays. Ces opérateurs indiens sont, entre autres, intéressés à développer l’énergie solaire et l’agri-business dans le pays », a expliqué Andrianomenjanahary Brice, le président de la FCCIM lors de la signature de cette convention de partenariat qui s’est tenue dans le cadre de cette conférence d’affaires. 

Assistance technique. En outre, la CII a manifesté sa volonté de fournir une assistance technique à la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Madagascar dans le dessein d’améliorer sa structure tout en renforçant sa capacité. Notons que l’Inde fait partie des cinq pays émergents qualifiés de puissances économiques montantes. « Nous avons besoin d’un transfert de ses technologies et de ses compétences pour assurer un développement économique. Et en tant que facilitateur à la mise en partenariat entre les opérateurs malgaches et leurs homologues indiens,  nous allons informer les autres opérateurs membres des Chambres de Commerce et d’Industrie dans tout Madagascar, n’ayant pas participé à cette conférence d’affaire sur les opportunités offertes par la Confédération des Industries Indiennes », a-t-il fait savoir.

907 millions USD. Rappelons que la valeur des échanges commerciaux entre Madagascar et l’Inde est évaluée à plus de 339 millions USD l’an dernier, soit en dessous du potentiel existant. Par contre, « les investissements apportés par les opérateurs indiens dans la Grande Ile se chiffraient à plus de 907 millions USD. Ils opèrent notamment dans les secteurs des mines, de pétrole, de santé et produits pharmaceutiques ainsi que de télécommunications», a évoqué Arvind Kuma Sagar, le Chef de délégation de la CII.

Navalona R.

Midi Madagasikara6 partages

MIDSP : Lancement d’un deuxième CATI

La technologie et l’innovation figurent parmi les éléments du développement du secteur privé. Raison pour laquelle, le Ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé (MIDSP) procède actuellement à la vulgarisation des Centres d’Appui à la Technologie et à l’Innovation (CATI).

Le deuxième CATI, après celui de la région Haute Matsiatra vient d’être lancé, hier au siège du ministère. L’un des objectifs du CATI dont la mise en place bénéficie de l’appui du programme PROSPERER, est d’aider les PME/PMI à identifier des inventions et innovations, à exploiter les informations techniques et à favoriser le développement à travers la création d’emplois. « La mise en place de ces centres s’inscrit non seulement dans le cadre des sous-activité IRR 4 du MIDSP axé sur l’industrialisation rurale, mais également du PND qui prévoit même leur implantation auprès de 09 régions du pays à l’horizon 2019 », a expliqué Eden Ratombozafy, Secrétaire Général ayant représenté le Ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur. Le CATI, une bibliothèque digitale comprenant plus de 70 millions de documents de brevets. Ce centre a également pour vocation de former les utilisateurs locaux (les entrepreneurs, les inventeurs, les industriels, producteurs et chercheurs…) à maîtriser les informations en matière de brevets et les publications scientifiques. Il s’agit aussi d’un centre d’affaires pour les industries désirant apporter de l’innovation dans leur activité.

R.Edmond

News Mada5 partages

Transport aérien : l’Adema demeure optimiste

Le transfert de concession entre l’Aéroport de Madagascar (Adema) et le consortium Ravinala Airports concernant la gestion des aéroports d’Ivato (Antananarivo) et de Fascene (Nosy Be) est en cours de finalisation. Ce transfert d’activité ne manquera pas de se répercuter sur les activités de l’Adema.

Comme l’a fait savoir le général Herison Andriamihafy, directeur général de l’Adema hier à l’occasion de la célébration du 25e anniversaire de la société, l’Adema aborde aujourd’hui un nouveau tournant important de son histoire et se tient déjà prêt à relever d’autres défis.

«Suivant le choix stratégique de l’Etat, l’Adema se prépare à transférer l’exploitation des deux plus importants aéroports, dont il assurait l’exploitation, à savoir Ivato et Fascene, à un autre opérateur. Ce changement aura sans doute des impacts sur la situation, notamment au niveau financier de la société mais dont elle prend acte avec beaucoup optimisme», a-t-il expliqué avant de noter que 90% des chiffres d’affaires de l’Adema proviennent des deux aéroports.

La redevance de concession que le consortium Ravinala Airports versera à l’Adema de manière périodique devrait toutefois lui permettre de poursuivre ses activités, notamment sur les dix aéroports restants. «Néanmoins, l’Etat malgache a également décidé de nous confier, en plus des dix aéroports restants, le rôle de l’organe délégataire sur 44 petits aérodrome éparpillés dans tout le pays et qui étaient sous la responsabilité de l’ACM auparavant», a-t-il fait savoir.

Le consortium Ravinala Airports sera le nouveau gestionnaire des aéroports d’Ivato et Fascene. Près de 130 employés de l’Adema seront pris en charge par Ravinala Airports.

Ressource suffisante et sécurisée

Depuis 1991 jusqu’à ce jour, l’Adema a réalisé plus de 97 milliards d’ariary d’investissement sur fonds propre dont 25 milliards pour la période 2011-2016. L’enjeu majeur qui détermine le succès de la mission de l’Adema réside dans les ressources allouées à ce secteur. Pour l’heure, elle fonctionne exclusivement grâce à la redevance aéroportuaire qui reste largement dérisoire par rapports aux normes et ressources exigées par les servies aéroportuaires. Elle est de 3.250 ariary par passager pour les vols domestiques, soit 1% du prix moyen d’un ticket, 12 dollars pour les vols régionaux (3,5% du prix d’un billet) et 15 dollars pour les vols internationaux (1,6%). Pour le fret, cette redevance est de 2,2 ariary par kilo pour les vols domestiques et 7 ariary pour les vols internationaux.

La garantie d’une ressource suffisante et sécurisée reste la clé de la réussite pour les missions en cours et futures qui incombent désormais à l’Adema. Et pour 2017, l’Adema projette de certifier les principaux aérodromes du pays. La «certification d’aérodromes» permet à un aérodrome de recevoir des vols internationaux à partir de 2017.

Des décorations

Pour marquer d’une pierre blanche cette célébration du 25e anniversaire et afin de remercier son personnel pour les bons et loyaux services rendus à la société et au pays, Adema a décidé de récompenser ses employés. Parmi son effectif, le DG de l’Adema a été élevé au rang de Grand Croix de deuxième classe de l’ordre national malgache, 24 ont reçu la médaille d’officier de l’ordre national, 37 chevaliers de l’ordre national, 29  médaillés d’argent et 10 médaillés de bronze.

Arh.

 

News Mada5 partages

Betroka : l’Usad contestée par la population, selon les notables

La population du district de Betroka déplore la méthode de travail de l’Unité spéciale anti-dahalo (Usad) installée dans la circonscription. Les notables de Betroka demandent la décentralisation du commandement de cette unité pour la rendre efficace.

La présence de l’Unité spéciale anti-dahalo (Usad) dans le district n’est d’aucune utilité pour la population locale jusqu’à présent, déplore une délégation de notables de Betroka conduite par le député Jean Nicolas Randrianasolo.  La centralisation de son commandement à Antananarivo entrave la mobilité de ses éléments, a révélé ce président de la commission défense et sécurité nationale de l’Assemblée nationale, lors d’un point de presse à Antaninarenina, hier. Il a déclaré avoir informé les autorités compétentes de la situation et souhaite des interventions d’éléments héliportés dans la lutte contre les dahalo pour réduire les risques courus par les militaires attaquant les voleurs de bœufs sur leur terrain. Le député de Betroka a ainsi rappelé les lourdes pertes subies auparavant par les forces de l’ordre lors des raids contre les dahalo sur les terrains accidentés de cette région en appui de ses propositions.

L’Usad en épouvantail

Les notables de ce district ont soulevé d’ailleurs que l’efficacité de la lutte contre les dahalo doit dépendre de la promptitude des contre-attaques mais des facteurs bloquants ralentissent ces actions actuellement. Ils ont souligné à cet effet que les ordres d’interventions des éléments de l’Usad ne leur parviennent parfois que plusieurs jours après le passage des dahalo. Le manque de connaissance du terrain ralentit aussi leur progression lors des poursuites des dahalo qui leur échappent facilement. Le mode opératoire de l’Unité spéciale anti-dahalo basée dans le district de Betroka nécessite donc une révision en profondeur, selon ces porte-parole de la population pour que son déploiement ne soit un gaspillage et un trompe-l’œil.

Le député de Betroka a mentionné en marge du point de presse la nécessité de mettre en sourdine les polémiques autour de l’arrestation de l’ancien ministre Augustin Andriamananoro en préservation de la politique d’apaisement.

Manou

Tia Tanindranaza5 partages

Ady amin’ny kolikolyMitaky asa fa tsy resabe, hoy ny filohan’ny FJKM

Tompon’andraikitra feno amin’ny famongorana ny fahalovana eny anivon’ny fiarahamonina ny Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara,

 hoy ny filohany ny mpitandrina Irako Andriamahazosoa Ammi nandritra ny fanamarihana ny andro iraisampirenena iadiana amin’ny kolikoly teny amin’ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny Anosy ny 9 desambra 2016 teo. Zava-dehibe ny fahafantarana ny zava-misy marina mikasika azy io ahafahan’ny fiangonana miatrika izany, araka ny fanazavany. Nanangana komitim-pirenena manokana miady amin’ny kolikoly rahateo ny synoda lehiben’ny Fjkm andiany faha-18 notontosaina tao Antsirabe farany teo. Anjara biriky goavana entin’ny fiangonana ny fitantanana sy fanabeazana ireo vahoaka kristianina ao aminy ho sahy handray andraikitra tsy am-pisalasalana hampijoroana ny fahamarinana eto amin’ny firenena. Tsy ilaina ny fanaovana resabe iadiana amin’ny kolikoly fa ny asa mivaingana no takiana, hoy hatrany ny filohan’ny Fjkm ny mpitandrina Irako Andrimahazosoa Ammi.

Ramano F.

 

News Mada4 partages

ESTI : l’école spécialisée dans les Tic

Actuellement, le secteur des Tic est en pénurie de compétence, générant beaucoup de difficultés pour les sociétés du secteur en matière de recrutement alors que c’est un secteur d’avenir et générateur d’emploi. D’où l’idée de quelques membres du secteur privé de créer l’Ecole supérieure des technologies de l’information (ESTI). C’est un établissement qui va être spécialisé dans les technologies de l’information et de la communication (Tic) qui est un secteur majeur à plus d’un titre.

«Le lancement de cette école est l’aboutissement des efforts accomplis mutuellement par toute l’équipe du Goticom, de la CCIA, de l’Agence française de développement (AFD), de la Chambre du commerce et d’industrie Paris Île de France (CCIP) et de l’Itescia. Nous avons pour ambition d’en faire de cette école un fleuron de notre industrie des Tic, une vitrine pour les investisseurs malgaches et internationaux», a déclaré Jean Luc Rajaona, président du Groupement des opérateurs des technologies de l’information et de la communication (Goticom) lors du lancement de l’ESTI hier dans les locaux de la Chambre du commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA) à Antanimena, où sera érigée l’école.

Emplois

Noro Andriamamonjiarison, président de la CCIA a souligné que les statistiques font état effectivement de près de 200 mille jeunes qui débarquent chaque année sur le marché de l’emploi à Madagascar sans qu’on ait des réponses satisfaisantes pour répondre à ces besoins alors que les entreprises ont du mal à trouver les ressources adaptées à leur besoin. «La CCIA est persuadée que c’est un outil de relance indispensable dans un contexte où l’emploi des jeunes en particulier est une préoccupation majeure non seulement pour le gouvernement mais également pour tous les citoyens », a-t-elle déclarée.

Gil Razafintsalama, PCA de l’ESTI a souhaité que «cette dynamique puisse profiter à d’autres secteurs productifs de Madagascar sans lesquels notre pérennité serait hypothéquée». Et parlant des secteurs porteur qui sont déjà identifiés aujourd’hui comme étant les grands secteurs de prédilection de Madagascar, il y entre autres le BTP, le tourisme, le textile, qui gagneraient vraiment à trouver un modèle pérenne de la formation professionnelle.

L’ESTI a pour ambition de créer des dizaines de milliers d’emplois dans les cinq à dix ans à venir notamment dans les calls-center, les sociétés de traitement de données, les sociétés de services informatiques et bien d’autres. L’école offrira des formations de niveau Licence ainsi qu’un Master en intégration et développement et en réseaux et systèmes en codiplomation avec l’institution française. A terme, la nouvelle école accueillera 500 étudiants chaque année, avec 100 diplômés en Licence et 100 diplômés en Master à la sortie.

Arh.

 

News Mada4 partages

Is’Art galerie : Richard Korblah et ses « Empreintes digitales »

Actuellement au pays, l’artiste Richard Korblah a le plaisir de présenter au public malgache ses diverses œuvres artistiques. Sur ce, il donnera une exposition à l’Is’Art Galerie à Ampasinimalo à partir du 15 décembre jusqu’au 8 janvier.

Dix œuvres seront donc exposées à l’Is’art Galerie. Selon le communiqué relatif à cet évènement, l’artiste a été inspiré et influencé par les divers voyages qu’il a effectués, surtout en Afrique. Ces œuvres sont ornées de divers symboles qui ont tous des significations sociales, culturelles et même politiques.

Dès son plus jeune âge, Richard Korblah est passionné de l’art en général. Il s’est orienté d’abord vers les dessins et la peinture en apprenant par la suite les diverses techniques des arts décoratifs, la calligraphie et la sérigraphie. Ainsi, de fil en aiguille, il a appris à sculpter seul et a commencé à apprécier cet art qui «permet de donner plus de reliefs et de mouvements à ses œuvres». Actuellement devenu artiste de renommée internationale, il a déjà exposé dans plusieurs pays, entre autres au Bénin, en France, aux Etats-Unis…

Holy Danielle

 

News Mada3 partages

Lalàn’ny fampihavanana : tsy hahazo amnistia Ravalomanana sy Rajoelina

Mirona any amin’ny fanilihana an-dRavalomanana sy Rajoelina ny raharaha ? Nolanin’ny ankamaroan’ireo depiote ny andininy sasany nasiam-panovana momba ny fampihavanam-pirenena, taorian’ny adihevitra teny Tsimbazaza, omaly. Misongadina fa tsy hahazo amnistia ireo nanao heloka bevava na nanitsakitsaka zon’olombelona sy tsy nanaja ny fahalalahana, nanomboka ny taona 2002 hatramin’ny 2009. Tsy voafaritra mazava anefa ny tena antsipiriany momba ireo ambara fa heloka ireo. Hatreto aloha izany, tsy mazava ny hoavy politikan-dRavalomanana sy Rajoelina. Anisan’ny hahazo famotsoran-keloka sa tsia raha miainga amin’ireo ? Mety ho nolanina fotsiny ihany koa anefa io lalàna io fa tsy mihatra amin’izy ireo.

Hevitry ny sehatra iraisam-pirenena

Etsy andaniny, mbola eo koa ilay fitsarana manokana misahana ny heloka ara-toekarena sy vola na hetra. Azo anenjehana azy mianaka miaraka na ny iray amin’izy ireo rehefa tsy azo tamin’io amnistia io.

Mety tsy hanaiky ny fanilihana azy ireo koa anefa ny fianakaviambe iraisam-pirenena satria efa natsidik’izy ireo tato ho ato ny hanatanterahana ny fifidianana malalaka, tsy manilika ary koa andraisan’ny rehetra anjara amin’ny taona 2018.

Araka izany, mbola manjavozavo ny momba io famotsoran-keloka, miainga amin’ny fampihavanana, io. « Tsy midika fa hahazo aminstia avokoa ireo tafiditry ny raharaha 2002-2009 », hoy ny depiote HVM.

Andrasana ny hevitry ny HCC

Ankoatra izany, notsipahin’ireo maro anisa ny tsy fahazoan’ny filoham-pirenena manendry ireo ho mpikambana eo anivon’ny Filankevitry ny fampihavanana (FFM), amin’ny endriny vaovao. Lany tamin’izany fa manendry ny iray ampahatelon’ ny mpikambana eo anivon’ity andrimpanjakana ity izy.

Manoloana izany, andrasana ny fanapahan-kevitry ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana hamaly na mifanaraka na tsia amin’ny lalàmpanorenana ity lalàn’ny fampihavanana ity. Ho tompon’ny teny farany izy ireo, mialoha ny hanasoniavan’ny filoham-pirenena izany.

Randria

 

News Mada3 partages

Herinaratra avy amin’ny masoandro : hahazo tombony Ihazolava sy Ambohimandroso

Anisan’ny hahazo tombony manokana amin’ny hametrahana herinaratra mandeha amin’ny masoandro ny kaominina Ihazolava,  7 km miala ny kaominina Ambohimandroso. Maherin’ny 80%  amin’ireo vahoaka niatrika ny lanonana  fametrahana ny vatofehizoro, omaly rahateo avy any Ambohimandroso avokoa. Hetahetan’ity kaominina ity ny tokony hahazoan’izy ireo izany herinaratra avy amin’ny masoandro izany koa. Efa nifampidinihan’ny ben’ny Tanàna, Papa Jim sy ny filoha Rajaonarimampianina izany, ka tokony hahazo tombony ireo tanora, indrindra fa ny mpianatry ny  lyceé ao Ambohimandroso. «Efa manana fitaovana inforamtika izy ireo nefa tsy mbola manana herinaratra ka tokony hisitraka izany koa», hoy ny ben’ny Tanàna.

Tsiahivina fa hahazo tombontsoa amin’ity tetikasa goavana ity ny mponina maherin’ny 50 000 any amin’iny faritra iny. Hanomboka tsy ho ela ny asa taorian’ny fametrahana ny vatofehizoro.

Synèse R.

Tananews2 partages

« Les milliards d’ar de subventions de la Jirama auraient pu servir à construire de nouvelles centrale...

L’illumination du jour est bien entendu signée par sa Seignhery.

« Les milliards d’ar de subventions de la Jirama auraient pu servir à construire de nouvelles centrales« 

Ah, il lui a fallu plus de 1000 jours pour s’en apercevoir.

Pour notre part nous l’avons déjà anoné bien avant qu’il soit Président de la République. Il suffit pourtant de nous lire et de nous écouter au lieu de vouloir réinventer la roue ou de jouer à l’homme de Cro magnon qui découvre le feu.

Tananews2 partages

Pas de courant, pas d’eau, pas d’internet

Aucun doute, les honorables invités sont bel et bien partis, il ne reste plus que les babakoto sur place.

Aux dernières nouvelles, c’est la faute au manque de pluie si on revit au Moyen-age.

Mais pas d’inquiétude, les milliards de dollars vont arriver.

News Mada2 partages

Fidirana ho mpanohitra : nitaky ny marina teny Tsimbazaza ny Malagasy miara-miainga

Ela loatra. Nanao rodobe teny amin’ny lapan’ny Tsimbazaza ny avy amin’ny antoko Malagasy miara-miainga, omaly. Nangataka ny hihaona mivantana amin’ny filohan’ny Antenimiera, Rakotomamonjy Jean Max ny filohan’ny antoko, Andrianainarivelo Hajo manoloana ny fitarazohan’ny famaliana ny taratasy sy ny fandefasana izany eny anivon’ny HCC Ambohidahy, amin’ny hidiran’izy ireo ho mpanohitra, mifanaraka amin’ny lalàna. Niandry ny fahavitan’ny fivorian’ny depiote, nandany ny lalàn’ny fampihavanana vao afaka nandray azy ireo ny filohan’ny Antenimiera. Fantatra tamin’izany fa handray azy ireo Rakotomamonjy Jean Max amin’ny talata ho avy izao.

Tsiahivina fa efa nanao ny dingana rehetra voalazan’ny lalàmpanorenana sy ny lalàna momba ny satan’ny mpanohitra ity antoko ity.

Araka izany, inoana fa tsy hitarazoka intsony ny raharaha…  Raha tsy hoe miseho ny hoe iza no matahotra an’iza ?

Synèse R.

 

News Mada2 partages

Fampihavanam-pirenena : tsy mampihavana sahady na ny lalàna aza

Tena hatao ve ny hoe fampihavanam-pirenena? Na ny volavolan-dalàna amin’izany aza, tsy mampihavana fa ifampiahiahiana. Manomboka eo amin’ny samy depiote, ohatra, izany, ary mety hiafara amin’ny samy Malagasy. Nahoana?

Nasian’ny vaomiera fanitsiana ny andininy maro amin’ny volavolan-dalàna momba ny fampihavanana teny anivon’ny Antenimierampirenena. Nilaza, ohatra, ny depiote sasany fa tsy hitondra fitoniana io lalàna io, misy mpanao politika tetehina tsy homena famotsoran-keloka.

Ao indray ny mpiandany be fahatany amin’ny fitondrana, tsy te hanasaro-javatra: tsy tokony hatahotra na hanahy, hono, raha tsy nanao ratsy. Ny tena manokana ve no jerena sa ny firenena sy ny hoavy ?

Maro ny andininy nasiam-panitsiana 

Anisan’ny nasiam-panitsiana amin’ny volavolan-dalàna, ohatra ny tsy tokony hamerana ny vanim-potoana hanaovana fampihavanam-pirenena. Izay voalazan’ny tondrozotra, septambra 2011, ihany no nohamafisian’ny eo anivon’ny governemanta: nanomboka tamin’ny krizy 2002 ka hatramin’ny Tetezamita 2009.

Misy milaza fa tokony hodinihina akaiky izay tena fototra mahatonga ny krizy miverimberina eto Madagasikara, fa tsy tokony hionona fotsiny amin’ny hoe fampihavanam-pirenena. Mila fepetra tantsoroka koa, ohatra, ny fananganana ny Filankevitry ny fampihavanana malagasy (FFM) amin’ny endriny vaovao.

Mibahana-toerana ny paipaika sy kajikajy politikan’ny mpitondra

Misy teny midina avy any amin’ny fahefana mpanatanteraka amin’ireo depiote mpomba ny fitondrana ny amin’ny tsy tokony handaniana tsy hasiam-panitsiana ny volavolan-dalàna avy amin’ny governemanta. Ho toy ny nataon’ny Antenimierandoholona izany, izay mba nanitsy ny isan’ny mpikamban’ny FFM : ho 44 na telo isam-paritra, raha 18 na roa isaky ny faritra izany?

Tsy misy intsony izay fisaraham-pahefana, fa mihinana amim-bolony amin’izay atolotry ny mpanatanteraka ny mpanao lalàna? Mibahan-toerana ny paipaika sy kajikajy politika amin’ny fiatrehana fifidianana 2018. Tsy inona fa fanintsanana an-daharana izay kandidà atahoran’ny fitondrana toa an-dRavalomanana, ohatra, tetehina tsy homena famotsoran-keloka.

Na ho lany na tsia ny volavolan-dalàna, na ho toy inona fanitsiana: hitondra ho amin’ny fampihavanam-pirenana tokoa ve, raha mibahan-toerana ny paipaika sy kajikajy politika ? Tsy vitan’ny didy aman-dalàna ny hoe fampihavanana…

R. Nd.

News Mada2 partages

Kaonseritra goavana : hihira ny zon’ny ankizy Ny Malagasy Gospel

Il était une fois mille voix”. Io ny lohatenin’ny kaonseritra goavana hotanterahin’ireo ankizy manga feo ao amin’ny Ny Malagasy Gospel, tarika sahanin’ny fikambanana tsy miankina, Bel Avenir any Toliara. Hatao amin’ny Centre Olympique de tennis any Madrid, Espaina, izany fampisehoana izany ary indroa miantoana, ny 17 sy 18 desambra izao.

Hiavaka amin’ireo efa notontosaina ireto seho ireto, satria hisy ankizy anjatony, avy ao Espaina, hiara-hampiara-peo amin’ny Ny Malagasy Gospel. Ankoatra izany, hiompana tanteraka amin’ny fanentanana mikasika ny fitakiana ny fanajana ny zon’ny ankizy ny hira hoentin’izy ireo an-tsehatra.

Manatanteraka fitsidihana faritra maromaro any Eoropa ny tarika Ny Malagasy Gospel. Mialoha ireto kaonseritra lehibe ireto, efa nahavita fampisehoana miisa 10 izy ireo. Fahombiazana avokoa ny fiakarana an-tsehatra natao, araka ny tatitra, satria hipoka hatrany ny efitrano. Tsikaritra ho variana sy nitolagaga noho ny fahaizan’ireo ankizy ireo nanotrona, araka ny tatitra hatrany.

Ankoatra ny fampisehoana, tanjon’ity fitetezam-paritra ity ny ahafahan’ireo ankizy mifanakalo traikefa sy fahalalana ara-kolontsaina amin’ireo ankizy toa azy, any ivelany any. Anisan’izany ny tao amin’ny sekoly Escuela Ordino sy ny tao amin’ny Colegio Antonio Allué Morer.

Mampitombo fahalalana, amin’ny fitsidihana ireo toerana manan-tantara samihafa, ihany koa ireo ankizin’ny Ny Malagasy Gospel. Efa nahita ny Principauté ao Andorre izy ireo ary efa nankafy ny tanànan’i Tarragone, Barcelone, Valladolid, Getxo, Coruña, Ibiza ary Palma de Mallorca.

Landy R.

News Mada2 partages

Maternité de Befelatanana : seize naissances par jour

La maternité de Befelatanana enregistre en moyenne actuellement 16 naissances par jour. Mise à part la natalité, cet établissement accueille environ 80 hospitalisations au quotidien, dont la prise en charge des bébés prématurés.

Depuis plusieurs mois déjà, une seule des quatre couveuses de la maternité, est fonctionnelle. Ce qui pose un grand problème pour l’accueil de ces prématurés dont la fréquence est en moyenne une cinquantaine par mois.

Face à cette situation, dans le cadre de ses actions citoyennes, le groupe Star a tenu à apporter son soutien à la maternité publique de Befelatanana. En effet, pour compenser le manque en matériel, il a fait don d’une nouvelle couveuse, d’une valeur de 13 millions d’ariary. Ce qui permettra d’améliorer le traitement et les soins de ces bébés prématurés. La cérémonie marquant cette donation s’est déroulée à Befelatanana, lundi, en présence du ministre de la Santé publique.

Sera R

 

Tananews2 partages

Ah oui c’est vrai que Marc Ravalomanana est toujours condamné aux travaux forcés à perpetuité

On peut parler de justice « fozaorana » comme on veut, de procès par contumace et tout ce que l’on veut mais le fait est là : Marc Ravalomanana au jour d’aujourd’hui est toujours condamné aux travaux forcés à perpétuité

Et 2018 approchant, les esprits commencent bien entendu à s’échauffer de nouveau. Dans l’actualité donc, le projet de Loi sur la Réconciliation nationale et son pendant, l’amnistie qui va avec.

Qui, quand (sur quelle période), comment : beaucoup de questions en suspens.

Tananews2 partages

Beach Soccer CAN 2016 : belle entrée en la matière des Barea

Premier match contre la Libye et première victoire des Barea : 9-5.

Prochain match contre les Sénégalais à suivre.

Cette CAN 2016 est en prélude au championnat du monde Fifa Beach Soccer 2017 qui se tiendra aux Bahamas, vers la fin avril.

Tananews2 partages

Affaire Augustin Andriamananoro : le Syndicat des magistrats annonce la couleur

La Présidente fraîchement élue du SMM, Fanirisoa Ernaivo, se montre ferme : les magistrats refuseront toute pression dans cette affaire.

Une mise au point bienvenue mais dans les faits, nous verrons ce que cela donnera.

Et c’est tout l’appareil de Justice à Madagascar qui est concerné, la multiplication des vindictes populaires est très révélateur du manque de confiance du citoyen.

L'express de Madagascar2 partages

Quand nos cœurs sont en larmes

«C’est ainsi que sont faites les mères: elles souffrent de la souffrance de leurs enfants », énonçait Roch Carrier. On aura facilement en tête l’image d’une mère qui veille en pleine nuit en prenant soin de son enfant malade. Difficile de décrire la peine, le mal qui pourrait se lire sur le visage de cette mère qui, finalement, a plus mal que son enfant, juste en pensant que son enfant a mal.Car, les mères souffrent de la souffrance de leurs enfants. Mes pensées vont vers une mère, une maman exceptionnelle. Elle qui a souffert de notre souffrance patriotique. Cette femme n’a pas seulement partagé avec nous nos problèmes du quotidien, nos douleurs de la chair. Elle a également porté les supplices dans nos âmes et nos consciences. Elle a enduré avec nous, pour nous, l’amour inexplicable que nous avons pour notre patrie.Activiste depuis toujours, notre maman Lalao Razana­mampionona a été fidèle au poste. Dans nos moments de combat, pour la justice sociale, contre les gabegies en haut lieu, pour l’État de droit et les droits humains, elle a toujours répondu présente. Que ce soit sur le terrain pour partager des vivres aux sinistrés, jusque dans nos conférences sur les actions non violentes, elle a toujours été devant nous. Devant nous, oui devant, pour avoir été une lumière qui nous a soutenus dans nos moments noirs de doute, d’errements. Par son travail au quotidien « Edmond », comme sa fille aime bien l’appeler, nous montrait également que les actions valent plus que des mots et des promesses.Et nos cœurs sont en larmes, car elle s’en est allée. Son combat fini, un peu trop tôt. Elle nous laisse soudainement orphelin, trop brusquement. Une fois de plus, une fois de trop, de faux diagnostics par un centre hospitalier de renom. Fièvre typhoïde et amibiases, a-t-on décrété pourtant, c’était une occlusion intestinale. Notre maman était déjà affaiblie quand un médecin, un ami, qui est passé la visiter a donné la bonne analyse du cas. Déjà affaiblie, elle est transférée dans un autre hôpital en urgence. Edmond doit être opérée. Une chirurgie qui devait être simple jusqu’au moment où les médecins découvrent des pansements d’il y a 21 ans « oubliés » dans son ventre. L’espoir tourne au cauchemar, ils se relaient, ils font tout pour qu’elle puisse s’en sortir et ils l’ont fait. Malgré tout, elle a passé le cap avec beaucoup de mal. Seulement, elle n’a pas passé le cap de la deuxième nuit dans les salles de réanimation.Elle qui a souffert de la souffrance de ses enfants pour ce pays a mené son combat jusqu’au bout. Elle, notre maman a levé le poing et repose avec un visage presque souriant, en paix. Elle, notre mère, notre maman nous laisse maintenant seuls, pour crier encore plus fort les aberrations dans ce pays. Elle, une victime de plus de ce système médical, de ces hôpitaux qui sont des business et des mouroirs.Mais elle, nous rappelle également qu’il y a des médecins qui ont tout fait pour qu’elle s’en sorte, qu’il y a des amis sur qui on peut encore compter, qu’il y a encore des combats à mener, qu’il y a encore nos enfants pour qui il nous faut continuer de lever le poing et avec qui il faut que nous bâtissions le futur. Comme elle, qui nous a légué la flamme de l’amour du prochain, nous continuerons jusqu’à notre dernier souffle.On pensait que tu étais immortelle, tellement tu nous as éclairés. Éternels gamins te regardant comme une héroïne des bandes dessinées, nous admirons ton courage, ta jeunesse impérissable et ta fougue. Repose en paix, nous reprenons le flambeau.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar2 partages

« Mitsangana ry Malagasy » réagit

Silencieux depuis plusieurs semaines, le mouvement « Mitsan­gana ry Mala­gasy » (MRM), a donné de la voix, hier. Par le biais d’un communiqué de presse, cette entité d’opposition réagit à l’arrestation d’Augustin Andriamananoro, ancien ministre. Le MRM sou­tient qu’il s’agit d’une hypocrisie, étant donné que l’État avait appelé à l’apaisement, ainsi que, d’un « non respect des valeurs malgaches », et d’un « anéantissement de tout esprit patrio­tique ».

News Mada1 partages

Kick-boxing – Tompondakan’i Afrika : naroso ny datin’ny fifaninanana

Araka ny fanapahan-kevitry ny kaonfederasiona Afrikanina (CAKB) sy ny World Association of Kick-Boxing Organization (Wako), tsy ho tanterahina ny volana mai 2017 indray ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika fa aroso ary hotontosaina ny 21 ka hatramin’ny 25 desambra ho avy izao, any Maraoka. Tsy mbola nanambara ny anton’io fanovana ny daty io ry zareo tomponandraikitra fa nampahafantatra fotsiny ireo federasiona rehetra voakasika. Marihina fa manana ny lanjany io fifaninanana afrikanina io satria hiadiana ny tapakila hiatrehana ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany na ny World Games, tanterahina any Polonina, ny volana jolay 2017.

Mandra-piandry izany, hanomboka anio alarobia 14 ka hatramin’ny asabotsy 17 desambra ho avy izao, etsy amin’ny lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina, ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, ho an’ny sokajy “cadet” sy “junior” ary “senior” lahy sy vavy, ka ny “Full Contact” sy ny “Low kick”, no hifanandrinana.

Araka ny fandaharam-potoana, handray anjara amin’ity fifaninanam-pirenena ity ireo mandrafitra ny ekipa nasionaly.

Tompondaka

News Mada1 partages

Tsy fandriampahalemana : taona 2016, taonan’ny… fitsaram-bahoaka

Azo lazaina fa taona nampirongatra ny fitsaram-bahoaka ity taona 2016 madiva hifarana ity. Ny tsy fahatosan’ny vahoaka ny mpitandro filaminana, ny fitsarana, eny ny mpitondra fanjakana mihitsy koa aza,  no anton’izany.

Azo lazaina ho taon’ny fitsaram-bahoaka ity taona hadiva hifarana andro vitsivitsy ity. Nisy ny dahalo, ny jiolahy, tao koa ireo olon-tsotra. Anisan’izany ilay nitranga tao Moramanga ny volana febroary 2016 lasa iny, teratany karana iray nahafaty olona dimy sy nandratra olona maromaro tamin’ny fiara 4×4 Ford Ranger vokatry ny fandehanana mafy ka tsy nahafehy ny familiana intsony ilay Karana. Nodoran’ny olona avy hatrany ny fiara nentiny, saingy mbola afa-nitsoaka tany amin’ny biraon’ny polisy ity Karana nahavanon-doza ity. Nangataka ny hamoahana azy tao amin’ny polisy ny olona mba hanaovana fitsaram-bahoaka. Teo koa ilay nitranga tao Ankazomborona Marovoay ny volana oktobra teo, lehilahy iray matin’ny fitsaram-bahoaka ka niafara tamin’ ny fahavakisan’ny birao sy ny fahapotehana fitaovam-piasan’ny zandary. Tany Sambava, mpangalatra lavanila tratran’ny olona teo am-pangalarana lavanila ka tsy namelan’ny fokonolona raha tsy tapitra ny ain’ireo jiolahy. Nanampy izany koa ireo telo mirahalahy tratran’ny olona nangalatra taolam-paty ka nifanenjehan’

ny fokonolona manerana ny tanàna ary niharan’ny fitsaram-bahoaka. Ny tany Vavatenina, telo lahy nisandoka ho zandary matin’ny fitsaram-bahoaka. Ny tao Mampikony, ny volana novambra teo, nitaky ny hamotsorana ireo roa lahy namono nahafaty dokotera mba hanaovana fitsaram-bahoaka ny fokonolona, saingy tsy nanaiky izany ny zandary ka niafara tamin’ny fanafihan’ireo andian’olona marobe ny tobin’ny zandary izany. Voaroba ny trano fonenan’ireo zandary ary tsy vitan’izany fa mbola nodoran’ny olona koa ny fiaran’izy ireo. Nisongadina tamin’ity fitsaram-bahoaka ity ilay renim-pianakaviana, voalaza ho nanota fady tamin’

ny alalan’ny fitondrana kisoa ny toerana masina ao amin’ny foko Antambahoaka ao Mananjary, ny volana novambra lasa teo. Novonoin’ny olona izy ary nodorana teo amoron-dranomasina ny fatiny ary farany ireo jiolahy roa navoakan’ny fokonolona tao amin’ny hopitaly ao Befandriana Avaratra ka niharan’ny fitsaram-bahoaka avy hatrany. Tsy nahasakana ireo andian’olona marobe intsony ny zandary.

Marobe ny fitsaram-bahoaka tamin’izao fitondrana izao…

Santionany amin’ny fitsaram-bahoaka nitranga teto amintsika ireo. Efa maro ihany ireo mpitondra fanjakana nifandimby teto, saingy tamin’

ity fitondrana Rajaonarimampianina ity no tsikaritra fa nampirongatra ny fitsaram-bahoaka. Tsy matoky ny mpitondra fanjakana sy ny mpitandro filaminana indrindra ny fitsarana intsony ny olona ka izao sisa ny hevitra hitan’ny olona manoloana ny tsy fandriampahalemana? Tsy misy ny fandraisana andraikitra matotra amin’ny fanjakana. Tsy vitan’ny mievotrevotra fotsiny rahateo ny raharaha toy izao satria mahatsiaro  maharary sy mangirifiry ireo olona mitondra faisana amin’ny afitsoky ny dahalo. Variana amin’ny adilahy politika sy ny afera maizina miaraka amin’ireo mpijirika ny harena eto amintsika ny mpitondra fanjakana ka tsy mahita intsony ilay fahoriana iainan’ny vahoaka. Vokany, mahatsiaro ho kamboty lavitra ny fanjakana ny olona ka fitsaram-bahoaka toy izao no iafarany. Na teo aza anefa izany, nanentana ny olona tsy hanao fitsaram-bahoaka ihany ny mpitondra fanjakana amin’ny maha tany tan-dalàna antsika. Tokony hanome ohatra fakan-tahaka ny vahoaka, araka izany, ny mpitondra mba hananan’izy ireo fahatokisan-tena mba  hisorohana ny fitsaram-bahoaka sesilany toy izao.

Nangonin’i Jean Claude

 

News Mada1 partages

Aménagement et urbanisme : des journalistes sollicités comme troisième œil

Une vingtaine de journalistes issus des organes de presse de la Capitale ont bénéficié pendant deux jours d’une formation sur l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. En fait, la formation en la matière qui s’est tenue à Andraharo, a été axée sur les deux nouvelles lois promulguées le 3 février dernier, en l’occurrence la loi portant orientation de l’aménagement du territoire et la loi relative à l’urbanisme et à l’habitat.

« L’objectif de cette formation est que les journalistes bénéficiaires puissent s’approprier des lois et des procédures en vigueur sur les deux thèmes qui représentent des enjeux  économiques au pays », a expliqué le directeur général de l’aménagement du territoire et de l’équipement (DGATE), Gérard Andriamanohisoa, lors de la cérémonie de clôture de l’atelier de formation certifiante.

Pour la vulgarisation et la mise en œuvre de ces lois, le ministère auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement  (M2pate) sollicite la franche collaboration des médias. « Apporter en quelque sorte votre pierre à l’édifice dans l’urbanisation de notre Capitale en premier lieu et des autres grandes villes ensuite« , a conforté Gérard Andriamanohisoa, appuyé par les hauts responsables au sein dudit ministère.

D’après les informations auprès des Nations unies, la Capitale est constituée à 72% de bidonvilles. Un effort considérable est alors requis afin de pouvoir jouir du statut d’une ville urbaine et moderne. Aussi les bénéficiaires de cette formation, conscients de l’enjeu et de leur responsabilité envisagent éventuellement de créer une association qui fera office de troisième  oeil pour aider les membres de l’observatoire de l’aménagement du territoire.

Nadia

 

News Mada1 partages

Opposition parlementaire : Jean-Max Rakotomamonjy prend son temps

Presque un mois après sa déclaration en tant que opposition auprès de la Chambre basse, le Malagasy miara-miainga attend toujours la validation de Jean-Max Rakotomamonjy qui tarde à considérer la demande.

Le leader du Malagasy miara-miainga Hajo Andrianainarivelo s’est déplacé en personne à l’Assemblée nationale à Tsimbazaza pour demander une audience au  président de l’institution, Jean-Max Rakotomamonjy. En effet, les requêtes du président du groupement parlementaire VPM-Malagasy miara-miainga, Solaimana Mahamoudo, ainsi que l’avocat du parti, Me Rija Rakotomalala, sont restées sans suite un mois après leur dépôt.

Cependant, le numéro un de la Chambre basse n’a pu le recevoir sous prétexte qu’il n’avait pas assez de temps à lui accorder. «Jean-Max Rakotomamonjy nous a donné rendez-vous mardi prochain vers 15 heures», a expliqué Hajo Andrianainarivelo. Il semblerait qu’il est très occupé et n’aurait pas le temps de prendre en compte la requête de l’opposition alors qu’il devrait envoyer la demande auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC).

Aucune raison

«Il n’y a aucune raison pour que le président de la Chambre basse ne le fasse pas. Et cela ne dépend pas de notre rencontre», a noté Hajo Andrianainarivelo en laissant entendre que le blocage pourrait venir du gouvernement. «Le gouvernement lance un appel à l’opposition alors que quand l’occasion se présente, il prétend toujours que plusieurs détails devront être modifiés. Pourtant, cela n’empêche pas l’examen de notre requête», a-t-il expliqué. Il faut d’ailleurs noter que l’existence d’une opposition parlementaire est stipulée par la Constitution, et seule la HCC est apte à trancher sur le sujet.

A titre de rappel

La requête a été déposée une semaine avant la tenue du Sommet de la Francophonie. Jean-Max Rakotomamonjy avait ainsi présenté comme excuse la tenue du Sommet. Juste après, il était en mission au Kenya. Il a ensuite indiqué ne pas avoir le temps hier, juste après l’adoption de la loi sur la réconciliation, bien que le leader du parti se soit déplacé personnellement sur place. Néanmoins, le Malagasy miara-miainga garde son assurance et attendra l’audience de la semaine prochaine.

Rakoto

 

News Mada1 partages

Judo 2017 : le sommet national de kata au programme

A partir de la saison prochaine, la Fédération malgache de judo (FMJ) intégrera dans son programme une nouvelle compétition qu’est le championnat de Madagascar de kata. C’est en quelque sorte le cadeau de Nouvel an pour les férus de la discipline. En effet, dès l’ouverture de l’exercice 2017, cette nouveauté ouvrira le bal des compétitions le 14 janvier dans la capitale. Une joute nationale sous le signe de la découverte pour le public et un retour aux sources pour la FMJ.

Composé des mouvements de base de la pratique du judo, le kata amènera l’assistance vers la base de cet art né en terre nipponne. Certes, l’appellation de chaque kata semble étrange mais une fois devant les figures exécutées, le public s’étonne en y constatant quelque chose d’habituel dans un autre registre, le combat.

Sous cette optique, les judokas malgaches doivent dès maintenant se familiariser avec les nouvelles règles d’arbitrage initiées par la Fédération internationale, d’autant que Madagascar va abriter le prochain championnat d’Afrique. De la durée du combat à la sécurité des judokas sur le tatami, en passant par l’évaluation des points, des modifications ont été apportées.

Une initiative prise, au profit du public, afin que ce dernier puisse saisir facilement les différentes facettes de judo de compétition.

Naisa

 

News Mada1 partages

Volley 2017 : la CCCZ7 devient CCZ7

Les critères de participation à la Coupe des clubs champions de la zone ont fait l’objet d’un large aménagement. A partir de l’année prochaine, la Coupe ne sera plus réservée aux clubs champions, issus des pays de l’océan Indien. En fait, toutes les équipes des pays membres de cette Zone pourront y participer. Elle devient donc Coupe des clubs de la Zone 7 (CCZ7).

D’après les informations recueillies, la compétition sera certes généralisée mais la limite sera imposée sur le nombre de clubs participants. Seuls les 24 premiers inscrits seront retenus comme c’est le cas au championnat d’Afrique.

Pour Honoré Razafinjatovo, coach de la GNVB, «Cette nouvelle formule permettra de rehausser le niveau du volley-ball de la Zone 7, ce qui est en passant l’objectif de la Fédération internationale de volley-ball (FIVB), car elle permettra aux autres clubs classés parmi les challengers de jouer leur chance. De plus, le jeu actuel se diffère de celui des années 80 et 90. Les équipes championnes changent fréquemment grâce aux points rallyes, ainsi qu’à l’extension du jeu qui permet d’obtenir des points directs grâce au service».

Autre nouveauté, La Réunion et Mayotte ont confirmé leur retour au sein de la grande famille du volley-ball de l’océan Indien après une absence de deux ans.

Naisa

 

News Mada1 partages

Lion’s Club : visite du président international

Le président de la Fondation internationale des Lion’s Club, le chancelier Bob Corlew, est actuellement dans nos murs. Pour marquer sa venue et dans le cadre de la célébration du centenaire du Lion’s Club international, la « Place du centième anniversaire du Lions’ club international », juste devant l’hôtel Carlton Anosy, a été inaugurée, hier, par la pose d’ une stèle.

Cette inauguration a été suivie d’une visite du centre de vision du Lions’ club, au sein de l’HJRA Ampefiloha, lequel est dédié à la lutte contre la cécité. A ce sujet, un don d’un million de dollars a été offert par Lion’s Club international. La huitième du genre pour Madagascar, afin de venir en aide à des Malgaches ayant des problèmes de vue, notamment ceux issus de familles défavorisées.

Dans la même foulée, un programme de dépistage de la rétinopathie diabétique, suivi du traitement adéquat en cas de résultat positif, a aussi été lancé.  D’après les explications du gouverneur du District 40 382, Fidy Rakotozafy, environ 12 000 patients bénéficient de ce programme  qui s’ étendra sur 18 mois.

Sera R

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : les créoles au front (2)

 (Suite et fin.)

En attendant, nous voilà forcés, non pas de nous replier – mais simplement de nous terrer devant les fils de fer barbelés ennemis, de creuser nos trous de taupe pour éviter balles et shrapnells, de les approfondir pour y passer quelques jours, tenir, arrêter les contre-attaques de nuit, – ce qu’il y a de plus terrible, – de rejoindre ces trous pour assurer plus facilement les liaisons des différentes unités de la ligue sous la mitraille, en faire un boyau qui, maintenant qu’il est terminé, prend le nom de tranchée, et constitue une véritable ligne de défense que nous améliorons et consolidons nuit et jour, à 200 mètres des barbares…

Chaque vague d’assaut a construit ses trous ; chacune de ces vagues est maintenant une ligne de tranchées, réunies aux autres, et à l’arrière par des boyaux que nous creusons la nuit, malgré le crépitement nerveux des mitrailleuses boches. Fort heureusement nos 75 sont là, nombreux, tout près. Aussi Messieurs les Austro-Boches – en grand nombre devant nous – n’ont pas osé contre-attaquer : de sorte que nous avons eu tout le temps pour nous retrancher solidement, tout en les surveillant, et en leur faisant subir de lourdes pertes. Les prisonniers s’accommodent à dire que les Boches les mènent révolver au poing.

C’est pourquoi ils tiennent si solidement dans leurs positions. Chaque nuit, avant le lever de la lune, nous avons pu ensevelir ceux des camarades qui y étaient restés, tandis qu’eux ont peur de lever le nez au-dessus du parapet de leurs tranchées casematées, et ils laissent leurs morts sécher au soleil.

Les renforts nous arrivent, soit 150 mille Italiens, 40 mille Français, 110 mille Anglo-Russes-Grecs. Déjà près de 80 mille Grecs sont avec nous. Les Grecs hostiles sont désarmés et exilés.

Il commence à faire excessivement froid dans les tranchées ; on souffre un peu des pieds la nuit et le matin. Mais heureusement que la pelle et la pioche dans ces moments sont le meilleur des calorifères, et tous, officiers et soldats, s’en donnent à cœur joie.

(Depuis que cette lettre a été écrite, chacun sait que Monastir est tombé entre nos mains, et que les alliés continuent leur marche en avant.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada1 partages

Us et coutumes : entre folle fureur et folie furieuse

Les manifestations répétitives d’explosion de vindicte populaire par des scènes violentes et barbares ne sont plus de simples messages pour exprimer une condamnation du pouvoir incapable d’assurer protection aux personnes et aux biens. Les populations se sont arrogé le droit de condamner comme une normalité en conséquence d’une Justice qu’elles jugent défaillante. Plus de règles à respecter dans cet exercice et ce ne sont pas les forces de l’ordre qui peuvent s’opposer à cet « ordre nouveau » imposé par des foules en folie. Certaines ont réussi à extraire des casernes leurs « proies », cette fois à Befandriana une foule en délire a mis fin aux soins dispensés dans un hôpital à deux  suspects blessés placés sous forte garde afin de les supplicier et de mettre fin à leur jour.

News Mada1 partages

Chronique : guéguerre froide

La clique au pouvoir et la bande des opposants joueraient à police-voleur que le spectacle ne serait pas différent. Seulement si ce jeu amuse enfants et ados, la guéguerre qu’entreprennent les politiciens n’amuse pas le public. Dans le traitement des affaires sérieuses, celles de l’Etat, on peine à percevoir le sérieux que mettent les acteurs pour les traiter. La guéguerre se poursuit parfois avec brutalité, de sa cachette le colonel sénateur Lylison a sûrement décrypter le message que ses « ennemis » lui ont adressé en dépêchant des agents de la force publique effectuer une énième perquisition à son domicile. Ces spectacles donnent un zeste de ridicule à cette sorte de règlement de compte entre organisations rivales. Quels que soient les motifs de poursuite, personne n’est dupe, il n’y a pas péril en l’Etat pour justifier la sortie de la grosse artillerie, que de crimes atroces non-élucidés faute de moyen ou de réelle détermination pour ne pas entreprendre de sérieuses investigations. Selon que la victime soit prince ou manant la puissance publique se décarcassera. L’ancien ministre Augustin Andriamanoro a interprété le rôle d’un héros malgré lui lors de son arrestation au cimetière au moment des funérailles de sa belle-mère. Il a joué sa partition en manifestant un sincère étonnement à propos de cette intervention policière. Certes le choix du moment et de l’endroit dénonçait sinon un manque de dignité au moins une absence de respect humain. Cet ancien ministre partage avec son compère le colonel-sénateur deux points communs : pour des infractions mineures encore à démontrer, le pouvoir a mis en branle la machine de la poursuite dont se sont effrayés ces deux personnages qui en connaissent les emballements pour avoir eux-mêmes été dans les allées du pouvoir. Non seulement « fugitifs » ou tout au moins terrés recherchés, ces deux hommes partagent l’appartenance à une même sensibilité Mapar et se manifeste comme militants très actifs, que d’aucuns accusent activistes.Ces spectacles donnent de l’eau au moulin de ceux qui pensent que l’on verse vers un système qui réserve le droit de s’exprimer aux seuls diffuseurs du parfum « pensée unique ».

Léo Raz 

News Mada1 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : ny be vinany sy ny be fika

Diso angamba ny fandraisana an-tendrony ilay fitenenana « aza be vinany eo » amin’ny fandikana azy hoe aza miraikiraiky amin’ny famoronana na fanofinofisana ny tsy misy. Mazana moa eo anoloan’ny trangan-javatra iray izay tsy fantatra mazava ny antony dia mipelipelika ny ao an-doha mikarotra ny momba izany ka na tsy ampy fandinihana aza dia samy mamisavisa an’izao hevitra isan-karazany izao entina hanazavana ny fototr’ilay tranga. Mifamahofaho eo avokoa ny marina sy izao atsanga tsy aman’orana rehetra izao. Samy manana ny filazany arakaraky ny finiavana hanararaotra ho fanaovana fanaratsiana na fandaharana hanalana tsiny. Raha zavatra mikasika olon-tokana moa, raharahan’izy samy irery rahefa tsy tiany ny fanahazan-damba momba izany. Dia  anjarany koa ny fizakana ny vokany. Aleo ho be resaka eny ireo be vinany amin’ny fanaratsiana. Raha mikasika ny raharaham-pirenena kosa tsy afaka kobokobonina. Izay ny hevitra arovan’ireny kabary ombieny ombieny ireny, mitory fangaraharana eo amin’ny fitantanana, mba hisorohana ny tsy mety sy ny fiaretan’ny rehetra ny maimbo. Araky ny tazana anefa, toy ny lasa kabary fotsiny izany fepetra mitaky fangaraharana amin’ny fitondrana izany.Rahefa tsy mazava na ny antony na ny fomba fanantaterahana, indrindra moa eo amin’ny fitantanana sy fampiasana volam-panjakana, rariny raha be vinany ny mponina mainka moa raha mahatsapa fa fikafika no betsaka mandravaka ny tatitra ataon’ny fitondrana. Matetika dia tsy misy fifandraisana ny teny afafy sy ny vokatra jinjaina. Indraindray aza mifanipaka mihitsy ny zavatra lazaina sy ny vaingana tsapain-tànana.Ampolo taona izao no nikabarin’izay nandalo teo amin’ny fitondrana momba ny fandrosoana napetraka ho tanjona. Maro anefa no miaina fikorisana raha olom-bitsy no nitombo harena tampoka, anisan’izany ny sasantsasany amin’ireo tandapa sy namanamana. Asa raha mbola afaka hivarina any amin’ny lalina kokoa noho izao efa lavaka fahasahiranana mandifotr’olona izao. Ilaina ny mangarahara. Izay tsy nahavita azy araky ny adidy noraisiny dia tarihina ho tsaraina. Hafa ny fitsarana mikasika ny heloka natao amin’ny maha olon-tsotra, na minisitra fahiny aza ilay olona, toa an’i Cahuzac sy i Tapie, fa eo andaniny ny fanenjehana mikasika fahadisoana natao teo amin’ny fanefana ny adidy amin’ny maha mpitondra. Iny izao Christine Lagarde voatery hiatrika fitsarana manokana, tsy maintsy hitondra fanazavana momba ny fanaovany goragora teo amin’ny fiarovana ny volam-panjakana. Ny tsy hisehoan’ny fitsarana toy izany angamba no antony mampitarazoka ny tena fijoroan’ny Haute Cour de Justice, mitranga mihemotra.

Léo Raz

News Mada1 partages

Photojournalisme : Marie Lelièvre dans nos murs

Marie Lelièvre, l’éditrice photo du journal Le Monde, est actuellement de passage au pays. Samedi dernier, elle a profité de son séjour pour donner quelques conseils et techniques aux photographes malgaches, à l’Institut français de Madagascar (IFM).

Partager ses expériences est un caractère qu’il faut avoir pour pouvoir développer un secteur. C’est ce que Marie Lelièvre a effectué, samedi dernier, à l’IFM. Plusieurs photographes ont été présents à la rencontre. Certains d’entre eux sont des photographes de presse au pays, tel notre photographe Rafanomezanjanahary, d’autres sont des passionnés de ce métier, comme Rijasolo.

Les thèmes traités

Elle a d’abord expliqué le fonctionnement d’un service photo de la presse internationale. «Tous nos photographes sont d’abord payés à chaque reportage effectué», a-t-elle annoncé. Ensuite, elle a expliqué ce qu’est la photographie pour la presse. «Les photos dans un journal ne sont pas que de simples illustrations, elles devront aussi apporter davantage d’informations sur le sujet traité», a-t-elle ajouté. Et enfin, elle a expliqué ce qu’est l’Editing de portfolios, le fait de raconter une histoire par une forme photographique.

Conseiller les photographes

Pour mieux être orientés et conseillés, ces photographes malgaches lui ont ainsi présenté quelques extraits de leurs clichés. Elle les a ensuite étudiés pour dévoiler le style de chacun et surtout, pour donner des critiques afin d’améliorer davantage ce métier. «Il ne faut pas oublier qu’actuellement, la photographie est  tendance et tout le monde veut être photographe. Ceci nous apporte donc un grand plus par rapport aux autres», a affirmé l’un des participants à cette rencontre.

Une éditrice de photos

Marie Lelièvre n’est pas un photographe. Elle est une éditrice de photos dans un journal, c’est-à-dire qu’elle se charge du choix des photos pour chaque article. «La première chose qui attire les yeux des lecteurs est la photo, ensuite le titre. Ainsi, il ne faut jamais sous estimer les clichés qui sont importants surtout pour la une d’un journal», a-t-elle conclu.

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza1 partages

Unicef sy ny AirtelHanampy ireo zanaky ny sahirana ara-pivelomana

Hifanome tanana hanampy ireo zanaky ny sahirana ara-pivelomana eto amintsika ny Unicef sy ny orinasam-pifandraisana Airtel Madagascar ao anatin’ilay fandaharan’asa “Ndao hianatra”.

 

 Lohalarana amin’izany ireo zazavavy folo ka hatramin’ny 18 taona tsy afaka manohy ny fianarany intsony noho ny tsy fananana sy ireo ankizy mpianatra ao amin’ny kilasy CM2. Mbola tohin’ilay tetikasa Vatsin’ankohonana nandefasam-bola tamin’ny alalan’ny finday ho an’ ireo fianakaviana tena sahirana ara-pivelomana  ity  fandaharan’asa “Ndao hianatra” ity. Hahazo ihany koa ireo fianakaviana voakasika hahafahana manohana ireo zaza Malagasy tokony hianatra. Tsy vita anefa izany raha tsy ny sehatra maro samihafa no mifanome tanana,  hoy Ramatoa Elke Wisch solontena maharitry ny Unicef eto amintsika. Antony nanosika ny orinasam-pifandraisana Airtel Madagascar hanolo-tanana izany ka ny fandefasana ny vola any amin’ireo fianakaviana sahirana ireo no andraikitra raisin’izy ireo. Amin’ny alalan’ny Airtel Money no hanatanterahany ny hetsika, tafiditra indrindra ao anatin’ny asa sosialy entiny hanasoavana ny vahoaka Malagasy, hoy i Maxient Bekangba, tale jeneralin’ny Airtel. Haharitra efa-taona ny fiaraha-miasan’ny roa tonta.

Pati

Tia Tanindranaza1 partages

Mpanolotsain'ny filohampirenenaTena ambonin'ny lalana

Manararaotra toy ny banga mihomehy alina ny mpitondra ankehitriny noho ny tsy fisian’ny fifandanjan-kery ara-politika eo aminy sy ireo milaza azy ho mpanohitra.

 Zary hanjakazakan’ny mpitondra ny zava-drehetra. Tsy misy tahotra sy henatra intsony ny afera maizina ataon’ny olona ambony eto amin’ny firenena fa vao mainka hireharehan’ny olon’ny HVM fa izy ireo no tompon’ny fahefana sy ny vola ary ny harena, ka tsy misy hahasakana azy ireo amin’izay tiany hatao. Afaka madiodio ny olona nahatrarana vola an-tapitrisany Euros tsy mazava sy tsy ara-dalàna tany ivelany, satria olona akaiky ny filoha. Hampandosirina any andafy ny olona voarohirohy tamina fanondranana andramena tsy ara-dalàna. Harovana fatratra ny olona malaza amina fanodinkodinam-bolam-panjakana an-jatony tapitrisa ariary. Malaza ratsy amin’ny fangoronan-karena mihoapampana ny mpitondra, kanefa voizina foana ny hoe fanjakana tsara tantana.Mpanolotsaina tena akaikin'ny filoham-pirenena avokoa ireo malaza ratsy sy ambonin'ny lalana afaka manao izay tiany ireo, ary efa mahalala tsara ny anaran'izy ireo i Madagasikara iray vohitra indrindra ny eny amin'ny seranatsambo sy seranam-piaramanidina fanondranana entana. Mbola sahin’i Hery Rajaonarimampianina ihany anefa ny milaza matetika fa tany tan-dalàna i Madagasikara.

Toky R.

Agence de Presse de l'Ocean Indien1 partages

20MW d’énergie solaire en 2017

C’est à Ambohipihaonana, à 70 km au sud de la capitale, que sera construite la première centrale solaire photovoltaïque de l’île. Le choix du site est stratégique, à mi-chemin entre Antananarivo et Antsirabe, la capitale industrielle de Madagascar.

Avec une production de 20MW, cette centrale solaire est la plus grosse installation de l’océan Indien. « Cette production équivaut à la consommation énergétique de 50 mille foyers. Elle permet de subvenir aux besoins croissants de la capitale et de répondre à la demande actuelle et à venir des industriels de la ville d’eau (Antsirabe NDLR). A travers ce défi, nous accompagnons la mission de la transition énergétique », indique Ottmane Hajji, DG de Green Yellow, l’initiateur du projet. Cette entreprise opère dans plusieurs pays dans le domaine des solutions photovoltaïques notamment en France, à La Réunion, à Mayotte, à Maurice, au Cambodge. Depuis 20 ans, elle a supervisé l’efficacité énergétique des enseignes Jumbo et Score (groupe Casino). Green Yellow va injecter 25 millions d’euros pour mettre en place la station solaire. Ainsi, 74 mille panneaux solaires seront installés sur le site d’Ambohipihaonana.

Electricité à prix compétitif

Les travaux seront achevés dans un an, la distribution sera effectuée en coordination avec la Jirama*. Ce qui semble logique car le transport et la distribution de l’électricité sont des services régaliens réservés à la société d’Etat. Néanmoins, selon Ottmane Hajji, le prix du kWh sera commercialisé à prix compétitif à la Jirama : à moins de 12 centimes d’euros. « Ce tarif est inférieur au coût du thermique ; de plus grâce à la centrale solaire, le pays économise 25 mille tonnes d’émission de CO2 par an, un atout majeur pour l’environnement », conforte le DG de Green Yellow. A terme, l’entreprise augmentera sa capacité de production au-delà des 20MW. Mais cela dépend des terrains disponibles et de la demande en électricité.

La construction de cette centrale solaire fait partie d’un programme général du gouvernement sur l’exploitation des ressources renouvelables. Récemment, des projets de centrale hydraulique dont ceux de Volobe et Sahofika ont été attribués. Bien qu’indirectement, ces initiatives répondent aux recommandations des bailleurs de fonds surtout le FMI d’assainir la Jirama. Comme cette société vend à perte**, l’Etat verse 300 milliards d’ariary par an pour pallier le gap. A moins que ces projets ne soient des gesticulations, il semble bien que le train de la transition énergétique est en marche.

*Société nationale d’électricité et d’eau.

** Le coût de la production de l’électricité est à 936 Ar/kWh pour la Jirama alors que le prix de vente est à 576 Ar.

Tananews1 partages

Augustin Andriamananoro : toujours en garde à vue

Et bien alors, on est pas encore prêt à le déférer devant le parquet ? Le système n’a pas encore été bien « huilé« , les engrenages bien « graissés« , les petites mallettes en circulation ?

Qui sera le « super disant » ?

L’accusation ou la défense ?

L'express de Madagascar1 partages

Lancement du crédit Fety

C’est la fête. La banque BNI Madagascar lance une offre exceptionnelle qui permettra à ses clients de se faire plaisir et faire plaisir à leurs proches. C’est grâce à sa nouvelle offre de crédit bancaire, Credit Fety. Complètement personnalisé, d’une durée de 6 à 60 mois et d’un montant variant selon les besoins et les moyens de chacun, il permet ainsi de s’offrir une multitude de cadeaux, du bien le plus simple au plus sophistiqué comme voyages, meubles, équipements électroménagers, motos, voitures.  Et pour cette offre promotionnelle, les clients de la BNI peuvent bénéficier d’un taux exceptionnel de 1% par mois jusqu’au 31 janvier 2017.

L'express de Madagascar1 partages

Des investisseurs indiens prospectent

Des opérateurs indiens membres de la Confédération des Industries Indiennes (CII) sont en visite actuellement à Antananarivo. Ils interviennent dans divers domaines entre autres, les mines, le pétrole, les télécommunications et le domaine sanitaire. Cette visite vise à améliorer le partenariat indo-malgache aussi bien dans le domaine du commerce qu’en matière d’investissements. Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays s’établit à 339 millions de Dollars en 2015.

L'express de Madagascar1 partages

Mahafaly rassure

Durant les débats et suite à l’adoption de la loi sur la réconciliation nationale par l’Assemblée nationale, hier, les députés partisans de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, anciens chefs d’État, ont fait part de leur crainte quant au fait que le gouvernement utilise le texte pour évincer de la course à la présidentielle les deux personnalités. En réponse, Solonan­drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a tenté de rassurer l’assistance et l’opinion. « Ce texte n’a nullement pour objet de cibler quiconque. Son but est de mener à l’apai­sement et concré­tiser la réconciliation », a-t-il déclaré.

L'express de Madagascar1 partages

Ouverture de l’école de Goticom

L’Ecole Supérieure des Technologies de l’Information (ESTI) vient d’ouvrir ses portes hier à Antanimena. Cette école d’ingénierie en informatique du groupement des opérateurs en technologie de l’information et de la communication (Goticom) formera des techniciens de haut niveau pour combler les besoins sur le marché. Elle accueillera à terme 500 étudiants chaque année, avec 100 diplômés en licence et 100 diplômés en master à la sortie.

L'express de Madagascar1 partages

Tennis – Pas de Coupe Davis pour Antananarivo

La Fédération malgache de tennis a pris la décision de ne pas accueillir la rencontre de Coupe Davis 2017, entre Madagascar et la Lithua­nie. Rencontre qui doit se tenir du 3 au 5 février.« Les conditions financières et météorologiques, nécessaires pour accueillir les matches à Antananarivo, ne sont pas remplies. Nous serons en pleine période cyclonique en février. La rencontre est déplacée en Lithuanie », explique Tsialiva Rajaobelina, président de la FMT. Cette confrontation entre les deux pays entre dans le cadre du premier tour, en groupe II zone Europe/Afrique. Si la Grande île arrive à passer, elle retrou­vera le vain­­queur du duel entre la Finlande et la Géorgie.La composition de la sélection malgache ne devrait pratiquement pas changer. Cependant, il se pourrait qu’un nouvel élément vienne l’intégrer. « Nous avons entamé les négociations, afin que Mandresy Rakotomalala rejoigne l’équipe », ajoute le numéro un de la fédération.D’après le site web de l’ITF, le joueur de dix-neuf ans évolue encore sous les couleurs de la France pour l’instant.

H.L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Séminaire sur les finances publiques

Un atelier de travail sur « L’analyse de la chaîne des dépenses de soldes et pensions » et sur « Le contrôle hiérarchisé des dépenses » se tient actuellement au Galaxy Andraharo, Antananarivo. La séance de travail a commencé le 12 décembre 2016 et prendra fin le15 décembre 2016. Ceci entre dans le cadre de la coopération entre la direction générale du Trésor et la direction générale des Finances et du public français (DGFiP).

Tananews1 partages

Blackout dans de nombreux quartiers de Tana

Jusqu’à 4 heures de coupures de courant hier pour certains.

Les honorables invités sont repartis.

On a enlevé les tapis rouges. Et malheureusement la grosse poussière elle, était toujours là.

Madaplus.info0 partages

Vakinakaratra : une lueur d’espoir avec les énergies solaires pour en finir avec le délestage

Pendant que plusieurs quartiers de la capitale subissent au quotidien les coupures d’électricité : une des raisons pour lesquelles la publication de madaplus a été retardée aujourd'hui, la commune de Vakinakaratra va bénéficier d’une nouvelle source d’énergie solaire d’ici peu.
En effet, un projet a été lancé hier à Ambohimpionana Ambatolampy. Il s’agit de la construction d’un parc de plus 120 000 panneaux photovoltaïques, qui va voir le jour dans la commune d’Ambatolampy. Cette source d’énergie va pouvoir assouvir la consommation d’environ 50 000 foyers dans cette commune jusqu’à Antsirabe, la capitale de la région Vakinakaratra.
La promotion de l’énergie renouvelable est une solution du problème de délestage et problème financier de l’État pour la production d’électricité actuellement : selon le président de la République Hery Rajaonarimampianina lors de la pose de la première pierre pour cette infrastructure. Ce projet est implanté à Ambohimpionana dans la commune d’Ambatolampy. Le président Rajaonarimampianina de continuer et de préciser qu’« avec un projet comme celui-ci, les dépenses de l’État malgache seront réduites. »
A suivre...
Madaplus.info0 partages

Permis biométrique: une grâce de 3 mois pour les retardataires

Nous l’avons évoqué il y a 2 jours que tous les permis de conduire doivent être changés en biométrique avant la fin du mois de décembre 2016. Ce qui a valu une longue file humaine auprès du centre d’immatriculation à Ambohidahy.
Ce centre d’Immatriculation d’Ambohidahy a finalement accordé 3 mois aux usagers de changer leur permis en biométrique. Une note a été sortie hier, faisant état du report de la date butoir pour la transformation des permis de conduire le 31 mars 2017 suite aux innombrables demandes et longue file d’attente.
Le chef du centre d’Immatriculation a averti les usagers de ne pas attendre à la dernière minute pour changer leur permis pour éviter la longue file d’attente.
Tananews0 partages

Le dernier article de Papyzano date du vendredi 9 décembre

24 heures plus tard, Augustin Andriamananoro était interpellé à Itaosy et depuis, plus aucune mise à jour sur madagate.com

Il semblerait donc Papyzano ne puisse pas publier directement sur le site ?

Ceci étant aucune mise à jour non plus sur son blog personnel. Papyzano semble avoir disparu de la circulation.

News Mada0 partages

Augustin Andriamananoro : garde à vue prolongée à Miarinarivo ?

De Miarinarivo à Antananarivo, les proches de l’ ancien ministre Augustin Andrimanananoro étaient sur le qui-vive hier. Cependant, rien n’a été encore décidé par la justice.

La présentation devant la justice de l’ancien ministre Augustin Andriamananoro n’a pas eu lieu hier. Que ce soit à Miarinarivo ou dans la capitale, ses proches restent sans nouvelles depuis son arrestation par les forces de l’ordre, samedi dernier. Hier, plusieurs versions ont circulé dans la capitale et les membres de sa famille politique étaient sur le qui-vive, à savoir si l’ancien ministre serait déféré devant le Procureur du tribunal de première instance d’ Antananarivo ou à Miarinarivo. Un responsable auprès des forces de l’ordre a cependant noté que cette affaire serait du ressort de la justice à Miarinarivo car le ténor du Mapar a  été arrêté suite à l’ affaire de « Soamahamanina ».

En effet, la participation d’ Augustin Andriamananoro aux cotés des habitants de cette localité pour une manifestation contre une exploitation aurifère dans cette localité a été le principal argument des forces de l’ordre pour l’emmener sans mandat, samedi dernier. La gendarmerie avait alors invoqué une décision de justice, sans pour autant présenter une quelconque décision de justice. En tout cas, hier, il s’est avéré qu’après les enquêtes, plusieurs charges sont retenues contre lui. Il s’agit notamment d’atteinte à la sureté de l’Etat, de réunion publique sans autorisation, de provocation de feux de brousse ou encore de violence contre les forces de l’ordre.

Incompréhensible

Des charges qui sont cependant balayées d’un revers de la main par sa famille politique qui y voit un dessous politique dans tout cela. « Ils auraient pu convoquer Augustin Andriamanoro à la gendarmerie. Mais pourquoi agir de cette manière? Il était là, il ne se cachait pas. C’est incroyable, cette façon d’agir. Comme c’est un dirigeant du parti Mapar, tout cela n’est qu’une question politique. », indique Pierre Houlder, porte-parole du Mapar au micro de la radio France internationale (RFI).

C’est aussi l’avis du mouvement Mitasangana ry Malagasy. « Ce sont des initiatives à la fois honteuses et incompréhensibles, une arrestation en plein enterrement. Mais alors, qu’a-t-on fait des valeurs malgaches  qui rendent hommage à la disparition de l’un des siens dans la dignité ? », note le mouvement. Ce dernier ne manque pas de rappeler que durant les deux Sommets internationaux, le groupe s’est tu. « Lorsque le régime avait sollicité la trêve politique lors du Sommet du Comesa et de la Francophonie, nous avons décidé de la respecter. Aujourd’hui, c’est l‘Etat lui-même qui incite les citoyens à réagir alors que nous sommes à la veille de Noël.  C’est donc  lui qui est responsable d’un éventuel trouble », a précisé la missive du « Mitsangana ry Malagasy ».

Rakoto

 

News Mada0 partages

 Miandry baiko avy any ambony ? : voarirarira sy tsy mazava ny «Raharaha Augustin A.»

Miditra amin’ny andro fahefatra. Mahatsiaro ho voarirarira sy ampifilafilain’ny tompon’andraikitra ny mpisolovava sy ny fianakaviana amin’ny tsy mbola nampiakarana ny raharaha maha voarohirohy an’Andriamananoro Augustin. Mbola notanana ao amin’ny tobin’ny zandary ao Miarinarivo ny tenany hatramin’izao.

«Miandry ny tohin’ny raharaha izahay izao. Tsy mahalala ny tena vaovao hatreto satria tsy misy miteny hoe alefa anio sa rahampitso ary any Anosy sa eto Miarinarivo », hoy ny mpisolovava, ny Me Rakotondravony Tahiana raha nantsoina an-telefaonina, omaly. Nambaran’ny fianakaviana fa mivezivezy mandroso sy miverina mihazo an’Antananarivo sy Miarinarivo izy ireo, nanomboka ny omaly maraina, noho ny tsy fisian’ny vaovao marina ny amin’ny hitondrana ity minisitra teo aloha ity na Anosy na hiakatra fampanoavana any an-toerana. « Zary ampifilafilaina izahay ka miandry eto hatramin’izao », hoy izy ireo, omaly hariva.

Tonga maro ny olona tetsy Anosy sy Miarinarivo

Tsy mifanalavitra amin’ izany ny fampitam-baovao avy any an-toerana. Tsy fantatra ny ho tohin’ny raharaha. Niely ny feo fa hanainga tokony ho tamin’ny 2 ora ho aty an-dRenivohitra ary hiakatra ny fampanoavana etsy Anosy nefa tsy lasa. Tsy hitan’ny mpisolovava koa ny tonian’ny fampanoavana any an-toerana. Miely ny feo fa miandry baiko avy aty ambony ny ho tohin’ny raharaha sy hamoahana azy ao amin’ny tobin’ny zandary sy hirosoana amin’ny fitsarana.

Etsy andaniny, tonga maro tany an-toerana ny solontenan’ny vahoakan’i Soamahamanina sy ny avy amin’ ny fikambanana Vona, anisan’ ny nitarika ny hetsika  fanoherana ny fitrandrahan’ny Sinoa any an-toerana.

Tahaka izany koa tetsy amin’ny fitsarana Anosy, efa nahitana olona maromaro niandry ny ho tohin’ny raharaha noho ny fielezan’ny feo fa hotsaraina,  omaly maraina i Andriamananoro Augustin.  Nisy rahateo ny fanaingana ny olona tany anaty tranonkalam-pifandraisana tany ka nisoloky ny Hetsiky ny mpanao gazety (MLE) ho mitarika izany. Tsy mitombina velively anefa izany satria tsy nisy fivoriana nanapahana izany.

Efa nisy didy nivoaka tamin’ny « Raharaha Soamahamanina »

Hatramin’ny fotoana nanoratana, tsy mazava ny toerana sy ny fotoana hampiakarana ity «Raharaha Augustin » ity. Hatao any Miarinarivo ihany sa aty Anosy ary rahoviana ? Haiditra am-ponja vonjimaika eny Antanimora tahaka ireo namany dimy hafa zanak’i Soamahamanina sa hahazo fahafahana vonjimaika ? Efa ho dila ihany koa ny fe-potoana ahafahana mihazona azy eny anivon’ny zandary.

Tsiahivina fa efa nisy didim-pitsarana nivoaka momba ny « Raharaha Soamahamanina » nahavoarohirohy an’ity minisitra teo aloha ity ka nahazoan’ireo dimy namany, sazy mihantona herintaona an-tranomaizina. Mitovy amin’ny azy ireo ny vesatra iampangana an’ Andriamananoro Augustin.

Synèse R.

News Mada0 partages

Kitra afrikanina : voatendry hitsara ny «Can 2017» i Hamada

Na tsy miatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can 2017), tanterahina any Gabon, aza ny Barea de Madagasikara, manana solontena ny Malagasy satria voatendry hitsara izany i Nampiandraza Hamada.

Namoaka ny lisitr’ireo mpitsara voatendry hitantana ireo lalao amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can), taranja baolina kitra hatao any Gabon ny 14 janoary ka hatramin’ny 5 febroary 2017, ny kaonfederasiona afrikanina (Caf).

Miisa 38 izy ireo ka 17 mpitsara afovoany ary 21 kosa mpitsara an-jorony. Anisan’ireo, tafiditra amin’izany, ilay Malagasy Nampiandraza El Moussa Hamada, hany tokana nahazo fanendrena, hatreto.

Mpitsara voalohany no misy azy amin’izany. Raha tsiahivina, tsy vao izao akory i Hamada no notendren’ny Caf hitsara fihaonana avo lenta toa izao fa efa imbetsaka. Raha tsiahivina, anisan’ny efa nitsara ny Can sokajy “junior” sy ny an’ny U-23, tamin’ny taona 2011 izy. Teo koa ny Can 2012 sy 2013 ary 2015 sy ny CHAN 2016 farany teo.

Anisan’izany koa ny super coupe d’Afrique, nikatrohan’ny Tout Puissant Mazembe-n’ny Repoblikan’i Kongo sy ny Etoile du Sahel avy any Tonizia. Araka izany, manana ny traikefa feno amin’ny fitsarana lalao avo lenta toa izao, ity mpitsara Malagasy. Hatreto, tsara ny zava-bitany ary nahazoany isa tsara tamin’ny kaonfederasiona Afrikanina izany, ka nahatonga azy mbola voatendry hitsara lalao izao indray.

Raha tsiahivina, nandalo fotoan-tsarotra ihany koa izy nandritra ny Can 2013, tamin’ny fitsarany ny lalaon’i Togo sy Alzeria ka naharesy an-dry zareo Alzerianina. Nokianin’ireo “commissaires aux  matchs” mafy izy tamin’izany ka namoahan’izy ireo sazy fa tsy mahazo mitsara lalao intsony.

Rehefa nandinika io fanapahan-kevitra io anefa ny Caf, dia tsy nandiso azy ka namerina an’i Hamada, hitsara lalao indray.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Permis biométrique : trois mois de plus pour les retardataires

C’est officiel. L’Etat a accordé un délai de grâce aux détenteurs d’anciens permis de conduire pour les changer en biométriques. Par contre, la date limite pour les cartes grises reste inchangée.

35% des anciens permis de conduire, soit près de 70.000, circulent toujours. Ce constat justifie la disposition du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation de reporter la date butoir, prévue le 31 décembre au 31 mars 2017, pour changer les cartons roses en biométriques. Le chef du Centre immatriculation d’Antananarivo (Cim), Charli Hyacinthe Rajaonarison, l’a annoncé hier à l’occasion d’une rencontre avec la presse à Ambohidahy.

Une décision qui ne manque pas de ravir le millier de personnes qui font la queue chaque jour dès l’aurore auprès du service du Centre immatriculation (Cim) d’Antananarivo. Ayant déjà fait objet d’un report deux fois successives, notamment en avril et à la fin de ce mois, au lieu d’être clôturé en décembre 2015, le changement de la carte grise ne sera pas concerné par cette mesure.

La majorité des usagers, notamment ceux qui s’y pointent tardivement, rentrent bredouilles après quelques heures d’attente dans la mesure où seuls ceux qui obtiennent un numéro seront reçus. « Le numéro en question est inscrit sur des papiers infalsifiables, portant la signature et le cachet du Chef Cim, pour éviter tout risque de fraude ou de corruption », a fait savoir notre source.

Une centaine de faux permis

Par ailleurs, l’on sait qu’une centaine de faux permis de conduire ont été détectés jusqu’à maintenant. L’affaire est actuellement entre les mains de la Direction provinciale de la Sécurité publique d’ Ambohidahy qui se charge de l’enquête. Selon les informations, avant, seules 200 à 300 demandes de permis biométriques par jour sont reçues par le Cim, contre 1.000 à 1.200 actuellement. Raison pour laquelle, la durée de délivrance a été rallongée de 15 jours au lieu de 5 comme cela a été le cas au début.

Des cas de corruption ne manquent pas de survenir avec la longue file d’attente qui se forme à Ambohidahy chaque jour. « Quatre rabatteurs ont été surpris en flagrant délit et ont été emprisonnés », a informé le commissaire divisionnaire, Joel Randrianjoanimanana directeur provincial de la Sécurité publique d’ Ambohidahy.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Nativité : Iza revisite Misteran’i Betlehema

Depuis deux ans, l’association Ilay Zanak’Adala (Iza) concocte une comédie musicale intitulée «Misteran’i Betlehema». Elle a été interprétée pour la première fois l’année dernière, puis rejouée à Antsiranana au mois d’août de cette année. Mais, après avoir examiné toutes les critiques, l’association présentera la dernière version améliorée ce vendredi, au CCEsca à Antanimena, à l’occasion de la célébration de Noël.

«Misteran’i Betlehema» durera deux heures, non stop. Une trentaine d’acteurs, des jeunes de 8 à 30 ans, membres de l’association seront sur scène et vont ainsi interpréter 18 chansons et 17 danses contemporaines et modernes. «Nous allons raconter l’histoire incroyable qui s’est tenue à Bethlehem, la visite de Jésus sur terre», a expliqué Voary Velonjara, la femme metteur en scène de la pièce.

«Ce spectacle est au fait, une sorte de restitution de toutes les années de travail que nous avons effectué avec les enfants bénéficiaires de l’association», a-t-elle expliqué. En effet, l’association Iza a pour mission d’éduquer les enfants et les jeunes contre les divers stupéfiants. «Ainsi, la culture est un des meilleurs moyens pour les éduquer et les sensibiliser à s’ouvrir au monde», a-t-elle conclu.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Jeu vidéo : Gazkar sur les mobiles bientôt

Lomay, une start-up malgache composée de geeks, a créé depuis deux ans un jeu vidéo dénommé «Gazkar». Il s’agit d’une course de voitures dont tous les circuits se trouvent à Madagascar, surtout dans la capitale. Si la version écran est déjà jouable depuis plusieurs mois, la start-up vient de lancer la version mobile. Le jeu sera donc disponible sur Play Store à partir du 27 février prochain.

«A part les décors, ce qui est intéressant dans ce jeu est de voir des anciens bolides, comme les 4L ou encore 2CV, rouler à une vitesse incroyable pour rivaliser avec les autres voitures du dernier cri», a affirmé Matthieu Rabehaja, le concepteur de ce jeu vidéo. En effet, il a commencé à travailler sur ce projet depuis 2014. Avec  l’aide de son confrère Tsilavina Razafinirina, il l’a développé en 2015 et actuellement, le jeu est jouable sur des smartphones ayant le système Android 2.3 minimum.

Holy Danielle

 

Ino Vaovao0 partages

FIATSONAN’NY FIARA MPITATITRA ANKAZOMANGA : Tovolahy iray hita faty tao anaty rano

Tsy nahitana ratra ny razana na kely aza ary mbola teny an-kodiny avokoa ny akanjony rehetra.

Araka ny loharanom-baovao dia efa hatramin’ny maraina vao mangiran-dratsy no efa hitan’ny olona teny an-toerana io razana io saingy tsy mbola nisy nampandre ny mpamonjy voina. Tsy mbola tafakatra an-tanety ihany koa ny razana hatramin’ny fotoana nanoratana.

Tsy misy mahafantatra ny mombamomba ilay tovolahy ny manodidina. Nanamafy ireo mponina fa tsy olona avy eo amin’ny manodidina eny ilay tovolahy. Hatreto mbola tsy fantatra mazava ny tena nahafaty azy.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

NANDRIAKA NY RÀ : Olona roa lavon’ny bala, iray hafa maty notetehin’ny dahalo

Maro an’isa ireto farany, ka tsy resy tosika hatramin’ny farany. Vokany, olona roa no maty tsy tra-drano rotiky ny bala ary takalon’aina iray hafa ihany koa no novonoin’izy ireo tamin’ny fomba feno habibiana.

Mbola tsy mandry ny renivohitr’i Bongolava. Ny alahady vao maraina manodidina ny tamin’ny 5 ora dia notafihina andian-dahalo nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika ny tanànan’Ambatolampy ao anatin’ny Kaominina Bemahatazana, Distrikan’i Tsiroanomandidy. Nanao andiany maro tokoa ireo olon-dratsy satria nisy efa ho 30 lahy mahery niaraka tamin’ny basim-borona 25 isa no indray nanao fahirano ny tanàna.

Tokantranona mpanefoefo tao an-toerana no tena nokendren-dry zalahy tamin’io fotoana io. Nidiriny an-keriny tao an-trano, ka rehefa tsy afa-po tamin’ny vola tao ireto mpanafika dia ny omby tany am-bala indray no navoakany an-keriny, very tamin’io ny omby 70 isa.

Nihorohoro tanteraka ny mponina satria poa-basy variraraka no noentin’ireo dahalo nandrava ny tanàna. Tsy vitan’izay fa mbola naka olona valo natao takalon’aina ihany koa ireo mpanafika mialoha ny nivoahany ny tanàna. Sahabo ho minitra dimy taorian’ny fanafihana vao samy nivoaka tsikelikely ny tranony avy ny olona, teo vao nampandre ny Zandary ny fokonolona. Teo noho eo ihany dia raikitra ny fanarahan-dia, ka teo amin’ny kizon’Andofikatsaka no nifanehatra ny roa tonta. Teo no raikitra ny fifampitifirana kanefa tratran’ny be noho ny vitsy ireo mpanara-dia ka niala maina.

Nahery vaika ny basy nampiasan’ireo dahalo no sady maro, lavon’izy ireo tao anaty fifampitifirana ny roa tamin’ny fokonolona ary mbola maty notetitetehana ihany koa ny iray tamin’ireo olona lasa takalon’aina.

Tsy nisy raraka ny omby, tsy tratra ireo dahalo. Hatreto mbola manohy ny fanarahan-dia ny Zandary sy ny fokonolona.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MAHATSINJO BEKORATSAKA : Novonoina ankitsirano ilay tovolahy namono olona

Tsy nanaiky mora io tranga io ny fianakaviany ka namono nahafaty an’i Solo tamin’ny fomba feno habibiana.

Nentin’izy ireo ho any amin’ilay trano misy ny razana i Solo raha vao voasambotr’izy ireo, trano izay tsy misy olona fa ilay maty ihany no tao. Nasain’izy ireo natory teo amin’ilay faty sy nitakosona taminy ilay tovolahy ary nasaina nanoroka ary nifandray tanàna tamin’ilay maty ihany koa. Taorian’izay vao navoaka teo ivelany trano nisy ilay razana satria eo ivelany ny olona miandry faty. Teo izy no nitakiana omby 40 ka nilaza fa tsy manana afa-tsy omby iray sy vary roa gony ihany.

Tamin’izay no nidarohan’izy ireo kibay teo amin’ny fihirifany sy teo amin’ny lohany koa ka dia nitolefika niala aina. Raha tao ambahibôho misy ny voly katsak’izy ireo i Jeannot no tonga i Solo nitondra ny ombiny ka nihinana ny katsaka izay efa maniry tao. Niteny an’i Jeannot mba hitondra ny ombina hivoaka ilay tany misy katsaka i Solo ka teo no nahatonga ny olana teo amin’izy roa lahy ary dia nasiany ny totohondry teo amin’ny takibany havia ilay tovolahy, ka izay no nitarika ny fahafatesany.

Nanomboka teo dia nokarohin’ny havan’ny maty ilay namono satria nandositra izy raha vao hitany fa tsy nihetsika intsony ilay nodarohany. Ny zoma 9 desambra no nidina tany an-toerana ny Zandary sy ny Miaramila DAS ary ny dokotera, nijery ifotony ny zava-misy sy hanao fanadihadina momba ny zava-nitranga tao an-toerana. Tamin’izay indrindra no nakan’ireo fianakavian’ny maty ny rain’ilay nahafaty satria tsy hita ilay zanany. Nentin’izy ireo ho fatorana izy ary notakiana omby 40, fa izany no fomban’izy ireo raha mahafaty olona.

Tsy nanaiky izany anefa ireo mpitandro filaminana satria tsy io olona io no namono sady tsy araka ny lalàna koa izany ka saika raikitra ny korontana.

Marihina fa efa vonona amin’ny lefona sy meso be avokoa izy ireo tamin’izany. Tsy ela taorian’izay anefa dia nisy nahita tany ho any i Solo ka nanaranany fo tamin’izay tiany natao namonoana azy. Samy nikarakara ny fatin’ny havany avokoa aloha ny an-daniny sy ny ankilany, ilay maty faharoa efa voalevina fa ilay voalohany kosa mbola ambenana hatramin’izao. Fa nandritra izany anefa dia nanao ny fanelanelana io raharaha io ny lefitry ny Distrikan’i Mampikony sy ny Ben’ny tanàna ao Bekoratsaka ary ny lehiben’ny Boriborintany sy ny lefitry ny Kaomandin’ny Borigady ao Mampikony. Tsy hijanona hatreo anefa ny raharaha fa tsy maintsy mandray ny andraikiny ny mpitandro filaminana manao ny famotorana rehetra ary mitondra izany any amin’ny Fitsarana. Tsara ho fantatra fa foko Antandroy io nanana ny maty voalohany io ary Tsimihety kosa ilay maty faharoa.

Fety

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’AMBILOBE : Ifanolanana ny toeran’ ny lefitra misahana ny fampandrosoana

Ny sabotsy 7 desambra teo anefa dia namaky ny varavaran’ny birao fiasana ity tompon’andraikitra vaovao ity satria voalaza fa nentin’i Fulgence Vognono, lefitry ny Lehiben’ny Distrika teo aloha ny fanalahidy.

Fantatra fa tsy nety hanao famindram-pahefana io lefitra taloha io. Tsy nisy rahateo ny naoty nanery azy hanao izany, araka ny nambarany. Tsy mba nisy famindram-pahefana am-piralahiana sy nilamina teo amin’ny Lefitry ny Distrika nifandimby ireto.

Nigagam-bahoaka aza ny fifamalian’ny roa tonta teo amin’ny biraon’ny Distrika, herinandro vitsy lasa izay. Mbola nisy koa ny fanaovan’ny Lehiben’ny Distrika filazana tamin’ireo haino aman-jery eto Ambilobe fa efa tsy lefitry ny Distrika intsony i Fulgence Vognono. Ity farany izay tsy mbola nisy famindran-toerana vaovao ary efa hisotro ronono afaka herintaona.

Raha ny angom-baovao natao, dia telo taona no nivoaka ny didim-panjakana nanendry an’ Andriamifidy Tahiry Ambinintsoa. Tsy nihatra anefa izany fa i Fulgence Vognono hatrany no nitazona ny andraikitra rehefa nanatona ny minisiteran’ny Atitany tamin’izany fotoana. Ny tenany izay notohanan’ny Lehiben’ny Distrika Totokely Justin.

Nandefa baiko mantsy ny minisitera fa izy no lefitry ny Distrika mandra-pahatongan’ny fisotroan-dronono. Tsy manao famindram-pitantanana fa miasa avy hatrany.

Mahitahita

Tsy mbola nofoanana akory ny didim-panjakana amin’ity baiko midina ity dia izao napetraka izao ny mpisolo toerana azy. Tsy nikitika ity lefitry ny distrika ity ny Lehiben’ny Distrika teo aloha fa ny amin’izao fotoana kosa sahy nanakisaka azy, rehefa tsy dia mifanaraka tsara ny roa.Na izany na tsy izany, mbola ny kolikoly sy ny mahitahita any ambony any no mahatonga ny olana sy ny savorovoro amin’ny fitantanana ny raharaham-panjakana toy izao.

Nilaza hitory ny lefitry ny Distrika teo aloha. Mahatsiaro ho afa-baraka koa izy tamin’ny fanambaràna nataon’ny Lehiben’ny Distrika. Tantara mitohy.

Anthonia

Madonline0 partages

Tourisme et artisanat : Une interdépendance indéniable

Le secteur de l’artisanat dépend en partie de l’évolution du secteur touristique dans la Grande Ile. Environ 20% à 30% du marché de l’artisanat dans le pays dépendraient des touristes qui se rendent à Madagascar.

A chaque fois que le nombre de touristes visitant le pays est en baisse, le secteur artisanat en subit les conséquences, en répercutant la régression sur ses chiffres d’affaires. L’interdépendance entre les deux secteurs est incontournable pour le moment, tant que la demande locale et étrangère ne connaisse une évolution satisfaisante.

A Madagascar, le secteur de l’artisanat emploie pourtant près de 2 millions d’individus, dont une grande majorité de femmes. Cela représente environ le quart de la population active de l’île. La contribution de l’artisanat au PIB du pays est estimée à hauteur de 15%. Car, dans chaque région du pays, il existe une forme d’artisanat selon la disponibilité des matières premières sur place.

Le secteur artisanat est ainsi, en partie, tributaire de l’affluence des touristes dans la Grande Ile dont le nombre n’a pourtant jamais dépassé les 300 000 par an pour le moment. A chaque crise cyclique qui a une incidence sur l’arrivée des touristes, l’artisanat en subit les contrecoups. Cela a été le cas en 1991, en 2002 et en 2009.

La restructuration du secteur artisanal est à l’étude depuis longtemps. Les entreprises artisanales sont, en effet, généralement de taille minimale. La plupart des artisans travaillent en famille dans des structures non formalisées. Et les productions en grande série est pratiquement du domaine de l’impossible.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy hita hantenaina

Ny tantara niainantsika hatramin’izay ihany no mbola miverina mandraka ankehitriny

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa STARManara-penitra ny kalitaon'ny entana vokariny

Nifarana omaly tetsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena etsy Mahamasina rehefa naharitra roa andro ilay androm-pirenena ho

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

BNI MadagascarHanampy ny olon-drehetra amin’ny fiatrehana ny fety

Betsaka ireo very hevitra amin’izao ankatoky ny fetin’ny Krismasy sy ny faran’ny taona izao.

 

 Ny tsy fisian-dRavola  no tena antony, ka nanosika ny Banky BNI Madagascar hanomana tolotra fampindramam-bola ho an’ny  rehetra nanomboka ny 6 desambra ho avy izao. Crédit Fety no anarany,  vola azo haverina ao anatin’ny enina ka hatramin’ny 60 volana, miankina amin’ny fahafahan’ny tsirairay sy ny mari-karama raisiny. Ireo olona manana anton’asa ara-dalàna ihany anefa no afaka mandray anjara amin’ity tolotra ity, eny fa na dia ireo eny anivon’ny orinasa tsy miankina aza. Ny 31 janoary vao hifarana ny tolotra. Ho an’ireo mpanjifa  tonga hikarakara ny antontan-taratasiny dia hisy ny fihenam-bidy 1 % amin’ny tahan-jana-bola averiny. Mitovy amin’ny mahazatra kosa ny tahan-jana-bola aloa ho an’ireo izay tara io fe-potoana io. Nohamoraina avokoa ny fikarakarana ny antontan-taratasy rehetra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa vatsin’ankohonanaOlona 320.000 no hahazo tombontsoa

Mponina miisa 320.000 ao anatina distrika miisa 5 any amin’ny faritra atsimo lasibatry ny tsy fanjariana ara-tsakafo no kendrena hahazo ny vatsin’ankohonana indray ato ho ato, raha ny fanazavana azo avy eo anivon’ny minisiteran’ny mponina taorian’ny tany Faratsiho ny faran’ny herinandro teo.

 Tokantrano miisa 746 indray no nisitraka ny vatsy ny 12 desambra teo tao Faratsiho. Tokantrano hatrany amin’ny 12.000 isa koa no kendrena hahazo amin’ny fiandohan’ny taona vaovao ao amin’ireo kaominina 9 manodidina. Toamasina, Mahanoro, Betioky atsimo. I Vohipeno dia anisan’ireo kaominina voakasika raha ny fanazavana hatrany.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Faha-100 taonan'ny Lions ClubNotokanana omaly ny tsangambato etsy Anosy

Fotoan-dehibe ho an’ny fikambanana Lions Club eto amintsika ity herinandro ity.

 Mandalo eto amintsika  mandritra ny efatra andro mantsy ny filoha maneran-taniny Andriamatoa Robert Corlew sy ny vady andefimandriny Ramatoa Dianne Corlew. Fitokanana ny tsangam-baton’izy  ireo ho mari-pamantarana ny faha-100 taona niasan’ny fikambanana  tamin’ireo firenena maro toa antsika no nisantarany izany omaly, narahin’ny fitsidihana ny toerana fitsaboana maso Lions Sight First Madagascar etsy amin’ny hôpitaly HJRA Anosy. Tao anatin’ny hafaliana tanteraka no nanatanterahan’ny mpikambana izany. Fanambin’izy ireo ny hanohy hatrany ny asa sosialy tanterahiny ka anisan’ireny ny fandidiana maimaimpoana ny maso lasibatry ny aretina katarakta…Mbola hitohy anio etsy amin’ny Carlton Anosy ny fampahafantaran’izy ireo ny asa hotontosainy eto amintsika amin’ny taona ho avy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ranarisoa DésireFanambiny ny hampandroso ny Faritra Alaotra Mangoro

Nivoitra nandritra ny fametrahana tamin’ny fomba ofisialy ny lehiben’ny Faritra Alaotra Mangoro Ranarisoa Désire ny alatsinainy 12 desambra teo fa ho laharam-pahamehana ny famahana ireo olona mianjady amin’ny mponina.

Niry A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny dahaloTsy mahomby ny USAD, hoy ny depiote Nicolas

Efa nahazo fankatoavana tamin’ny fitsarana any an-toerana ka efa mihatra any amin’ny distrikan’i Betroka hatramin’ny alakamisy lasa teo ny Dina Fitambarana hoentina mampanjaka ny

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha IhosyNiaro ilay mpitsara voatonontonona anarana ny SMM

Tsy mbola vita hatramin’ny omaly ny famindram-pahefana teo amin’ny biraon’ny sendikan’ny mpitsara eto Madagasikara vaovao sy ny teo aloha.

Niezaka nitondra fanazavana tamin’ny mpanao gazety ihany Ramatoa Faniry Ernaivo, filohan’ity sendika ity vaovao omaly tetsy amin’ny ENMG Tsaralalana. Nambarany tamin’izany fa tsy mbola manam-baovao mihoatra momba ny minisitra teo aloha Augustin Andriamananoro izy ireo fa mitovy amin’ny olon-drehetra ihany. Ny tompon’andraikitra efa napetraky ny minisiteran’ny Fitsarana any Miarinarivo no tokony hanome vaovao mifandraika amin’izay, hoy hatrany izy. Nasiany resaka ihany koa ny mikasika ilay raharaha any Ihosy izay nahavoatonona anarana mpitsara iray. Tsy mety, hoy Ramatoa Faniry Ernaivo ny fanononana anaran’olona tahaka izany satria noho ny asa hiandraiketany no nanatanterahany ilay asa fa tsy amin’ny maha izy azy. Notsindriany ihany koa fa saro-piaro amin’ny hasina sy ny fahaleovantenan’ny  Fitsarana izy ireo ary vonona hijoro hatrany ho amin’izany. Hiara-kiasa amin’ny holafitry ny mpanao gazety ihany koa izy ireo manomboka izao.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Aza amidy ny fanahy e !

Ela ela tsy nirotsaka teny an-tanàna ny malety ry Jean a ! Efa fa ho avy indray izy izao ! Ilaina indray,

 hono, mantsy ianareo hanampy an-drafôrsa hikaka an’i Jean kely sy Dadazan. Te hamerina hiresaka am-pitiavana aminareo indray izahay amin’io sera io a ! Tsy hoe tsy raikitra ny fahazoana fiara dia hivarotena hanapotika ny hafa indray an ? Toy ireny efa nifampiresahantsika ireny ihany no kajy e ! Olombelona ihany isika, ka fantatray tsara fa tsy misy fahadisoanareo ny mandray ilay ao anaty malety zarain-dRafôrsa sy ny ekipany. Tsy hifanarahana kosa anefa ilay ianareo hivarotra ny fanahinareo sy hivarotena mba ho famotehana ny olona atahoran-dry be afera fa tsy ho resiny amin’ny lafiny rehetra ka hanomanana kapa ranjo amin’ny fomba mihaja rehefa tsy nahomby ny ramatahora noho ny fanohanan’ny vahoaka iny olona iny an ! Tadidinareo tsara angamba ny teniny afak’omaly fa tsy ho potiky ry Rafôrsa izany izy noho ny fandalany ny rariny sy ny hitsiny ary hitantsika tsara ny fitiavan’ny vahoaka azy, saingy fisakanana azy tsy hanarina ny tanàna indray no tadiavina hatao. Raiso ny vola ry Jean fa hangataka sy hitaky aza atao ka mainka fa mana avy any an-danitra ! Fanomezana noho ny fety ho avy izany ka aleo mba samy hahazo e ! Ny anareo ny malety avy amin-drafôrsa fa ny fanomezana ho anay kosa dia ny famelana iny olona iny hanarina an’i Gasikara !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Augustin AndriamananoroNahemotra ny fakana am-bavany azy

Tsy raikitra indray raha tokony ho natao omaly ny fanadihadiana an’i Augustin Andriamananoro manoloana ny fampanoavana noho ny raharaha Soamahamanina.

 Nahemotra amin’ny fotoana manaraka izay tsy mbola fantatra izy ity ary mbola migadra vonjimaika any Miarinarivo ity filoha lefitry ny vondrona Mapar ity. Re omaly hariva fa hoe alefa aty Antananarivo i Augustin Andriamananoro ka eny amin’ny fitsarana Anosy no hatao fanadihadiana;fantatra, araka ny vaovao azo avy amin’ny mpitandro ny filaminana, fa mitovy amin’ny an’ireo 5 mirahalahy mponin’i Soamahamanina ny vesatra hanenjehana ity filoha lefitry ny Mapar ity dia fanohintohinana ny fiandrianam-panjakana, famoriana vahoaka tsy nahazoana alalana, fandorana tanenty, herisetra natao amin’ny mpitandro ny filaminana.

Nangonin’i RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Donald TrumpTsy marin-toerana sahady

Maro ny tsikera mahazo ny filoha amerikanina vaovao, Donald Trump, amin’izao fotoana.

 Ankoatra ny laza ho mivantambantam-piteny sy fihetsika izay efa nahafantarana azy fony tsy kandida akory, mitombo indray amin’izao fotoana izao ny vesatra hanenjehan’ny ankolafy maro azy. Ny faran’ny herinandro teo dia heno fa hisy hitory fa nanolana adolantsento vao 13 taona monja ny tenany ary mbola mitohy ihany koa amin’izao fotoana izao ny fanelezana ny mety ho fisian’ny hosoka nandritry ny fifidianana filoham-pirenena tao Etazonia ka nahalany ity kandida repoblikanina ity. Anisan’ny manitrikitrika sy mitaky izany ankehitriny ny filoha teo aloha Barack Obama. Azo lazaina ho ratsy fanombohana sy tsy marin-toerana ny filoha Donald Trump. Raha ny tombana sy ny fanadihadiana efa vita rehetra dia mizotra any amin’ny fahamarinan’ny fisian’ny hosoka tamin’ny fifidianana ny hahadifotra sy hanosika ny tanan’ity filoha ity hanao sonia ny fametraham-pialany mialoha ny fotoana. Nitovitovy amin’izao ny nanjo ny filoha Bill Clinton tamin’ny fotoan’androny raha tratran’ireo Paparazzi nangala-pitia tamin’ny mpiara-miasa taminy, Monica Lewinski izy. Asa ny eto amintsika, inona re no mba mety ho henatra hahatonga azy ireo hanaja tena hametra-pialana e ? Ny zava-misy aloha, na efa miharihary aza ny fahafaham-baraka sy ny tsy fahombiazana dia ny fidongiana seza hatrany no mibahana.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjakana Bemazava – AmbanjaHiakatra fitsarana anio ny Mpanjaka

Misavorovoro ny fanjakana Bemazava ao Ambanja hatramin’ny nisian’ny fanoloana mpanjaka tamin’ny 15 oktobra 2015.

Jean D.

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Renforcement du système d’alerte précoce

En temps réel. Le ministère de la Santé publique va pouvoir renforcer son système d’alerte précoce, en cas d’épidémie ou d’autres crises sanitaires. Un centre national opérationnel et stratégique de la surveillance épidémiologique (CNOSSE) est fonctionnel dans l’enceinte de l’Institut National de Santé Publique et Communautaire INSPC à Befelatanana.Doté de matériel électronique et en réseau avec près de 400 centres de santé de base (CSB), ce centre recueillera, en temps réel, toutes les informations au niveau des CSB. « À partir de ce centre, nous aurons la tendance des maladies. Il permettra également, d’avoir le nombre de victimes, de morts et/ou de malades, pour pouvoir prendre des mesures à temps. Plus tard, ce CNOSSE sera mis en réseau avec des centres internationaux, ainsi, nous serons avertis à tout moment des épidémies qui peuvent infecter Madagascar », explique le Dr Mahery Ratsitorahana, directeur de la veille sanitaire et de la surveillance de l’épidémie (DVSSE) au niveau du ministère de la Santé publique, hier, pendant l’inauguration de ce centre.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Maurice – Une Malgache condamnée pour possession de cannabis

Le couperet est tombé ce mardi 13 décembre pour Bénédicte Nadine Vavisoa. Cette ressortissante malgache a été condamnée à deux ans de servitude pénale par le magistrat Azam Neerooa en cour intermédiaire. Elle faisait face à une charge de possession de cannabis en vue d’en faire la distribution.Dans son jugement, le magistrat a pris en considération la quantité de drogue saisie sur la femme de 39 ans qui travaillait comme Quality Controller dans une usine. La police l’avait arrêtée à Beau-Bassin, le 2 avril 2015, avec en sa possession 259,7 grammes de cannabis, estimée à plus de 10 500 000 ar.La cour a aussi tenu compte du fait que l’accusée avait plaidé coupable et qu’elle avait coopéré avec la police dès son arrestation. Benedicte Nadine Vavisoa bénéficiera d’une remise de peine, car elle a déjà passé plus de 600 jours en cellule. Elle sera expulsée vers Madagascar une fois sa sentence purgée.

© lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

Deux morts à Ambato­­finandrahana

Dans la nuit de lundi à mardi, aux alentours de 22 heures, une quarantaine de bandits armés de fusils  a dérobé un troupeau de bovidés à Amborompotsy Ambatofinandrahana. Deux villageois ont été abattus lors de l’accrochage. La gendarmerie a engagé une poursuite.

L'express de Madagascar0 partages

Motor show – Les voitures miniatures en vedette

Le stand d’exposition de l’Association des passionnés de miniatures (ASPAM Mada­gascar) a ravi les petits et les grands à l’occasion du « Motor Show 2016 », au Parc des Expositions de Forello à Tanjombato le week-end dernier. L’association a exposé une centaine de voitures en miniatures de différentes échelles, et de toutes les marques.Le public, venu nom­breux, a été émerveillé par les petites Mercedes, Volks­wagen, BMW ou encore Porsche. Cerise sur le gâteau, la Ford Mustang de 1967 exposée juste à côté de la vraie, celle de « Ford Lovers Mada ». Aspam Madagascar et Ford Lovers Mada exposent, en effet, sur le même espace. Il s’agit de la deuxième association des deux clubs, qui ont déjà collaboré ensemble cette année, en mai, à l’occasion du Meeting Ford Lovers Mada, en marge du Rallye Elf-Michelin organisé par la FMMSAM.« Nous sommes une fois de plus satisfaits de cette participation, qui plus est, à l’occasion d’un aussi grand événement. Notre objectif est de partager la passion de la miniaturophilie au plus grand nombre, et de susciter des vocations » explique Laza Andrian­tsoa, membre du bureau de l’ASPAM.L’exposition est en effet une réussite pour l’association et le public a été conquis. « Ces petites voitures font rêver, ça donne envie d’en avoir », explique Miora, venue sur le stand d’Aspam Mada­gascar entre amies. « On croirait que ce sont des jouets, mais en fait non. Ce sont de vrais objets de collection », confie Fabrice, qui a visité l’exposition en famille. ASPAM Madagascar a réuni des personnes qui ont en commun la passion et la collection des véhicules miniatures sans distinction de marques.Les activités principales sont l’organisation d’événements autour des véhicules miniatures et du monde miniature parmi lesquels, l’organisation de rassemblements de véhicules miniatures, de vide-greniers/ bourses d’objets relatifs au milieu des véhicules miniatures, d’expositions d’objets relatifs au milieu des véhicules miniatures, excursions et activités culturelles, partage de connaissances.« L’exposition est une vraie réussite, et ce, grâce aux membres de l’association, et grâce au club Ford Lovers Mada que nous remercions. Rendez-vous en 2017 pour de nouvelles expositions », conclut Renaud Raharijaona, président d’ASPAM Madagascar.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Toliara – Sept « tireurs » de cyclo-pousse arrêtés

Les agresseurs du maire de Betsinjaka qui ont fait partie d’un gang, ont été arrêtés après la mobilisation de plusieurs policiers. Une traque qui a duré deux semaines.

Un véritable coup de filet. Au terme d’une traque qui a nécessité la mobilisation deplusieurs policiers, le commissariat de police de Toliara a réussi à mettre hors d’état de nuire un dangereux groupe de malfaiteurs. Composé de sept conducteurs de cyclo-pousse, ce gang est spécialisé dans les agressions à main armée. Trois des bandits ont d’abord été appréhendés puis ont dénoncé leurs complices, il y a quelques jours.Leur dernière victime est Ferdinand Rakotoarison dit Rakoto, maire de Betsinjaka (une commune avoisinant la ville de Toliara) sauvagement agressé en pleine rue, le jeudi 1er décembre vers deux heures du matin alors qu’il conduisait un membre de sa famille tombé malade au centre de soin luthérien (Salfa) de Tanambao. En sortant, il s’est heurté à une agression contre son frère Ravelo. Il s’est interposé, mais au final, il a été roué de coups sur tout le corps, sur le visage et a été profondément touché au niveau de la tête. Victime d’un traumatisme crânien, il a été évacué d’urgence vers la capitale le jour même.Déférés au Parquet de Toliara au début de cette semaine et au terme de leur audition, les agresseurs ont été placés en détention préventive sous le principal chef d’accusation de coups et blessures volontaires. Face à cette situation, le commissaire de la ville de Toliara. a pris ses dispositions en interdisant à tout tireur de cyclo-pousse de se munir d’armes blanches durant leurs heures de travail.

Retour au bercailDimanche, Rakoto est revenu à Toliara après deux semaines de soins intensifs et d’examens médicaux à Antananarivo. À sa descente d’avion, il a affirmé que son état de santé s’est amélioré, notamment au niveau de sa boîte crânienne. Seul l’hématome à son œilgauche est toujours visible. Devant les journalistes locaux, il a assuré qu’il n’avait aucune intention de se venger de ses agresseurs car il prône le « Fihavanana » et l’indulgence. « Autant laisser la justice faire son travail sur cette affaire, car je préfère que le Dinam-pihavanana et le kabary prennent le dessus car eux et moi sommes des Tuléarois »Un long cortège de ses partisans et sympathisants à partir de l’aéroport, a traversé la ville pour aboutir au Toby Betela à Betsunjaka où un culte a été célébré dimanche matin.

Francis Ramanantsoa 

L'express de Madagascar0 partages

La Réunion – Trois réunions publiques sur le téléphérique

C’était annoncé. La concertation autour du téléphérique qui devrait s’implanter dans l’île a débuté lundi, et se terminera vendredi.

xLe 1er téléphérique urbain de La Réunion a investi lundi la bibliothèque intercommunale Alain Peters au Moufia. L’une des trois grandes réunions publiques prévues dans la concertation y a eu lieu à 18h. L’occasion de présenter tous les aspects de ce nouveau mode de transport, d’échanger sur son utilisation et son intégration dans le paysage.Cette semaine, la CINOR propose trois rendez-vous à la population pour échanger et répondre aux questions concernant l’un de ses projets phares en matière de transport et d’aménagement du territoire : le premier réseau de transport par câble de l’île qui s’installera à Saint-Denis, dans les quartiers résidentiels et à forte affluence du Chaudron, du Moufia et de Bois-de-Nèfles. (…)Le projet (…) est entré le 28 novembre dernier dans une nouvelle phase concrète. Jusqu’au 23 février, la communauté d’agglomération du Nord organise une vaste concertation publique. Ainsi, elle invite les habitants des communes de Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne, et plus largement les Réunionnais, à apprécier l’ampleur et la portée du projet, et à apporter un regard critique sur le tracé et les infrastructures envisagés. (…)Au-delà des points d’informations prévus dans la concertation, la Cinor anime trois grandes réunions publiques pour permettre à la population d’échangeravec les principaux protagonistes du projet. La première réunion publique a eu lieu lundi, à 18h00, à la bibliothèque intercommunale Alain Peters au Moufia. La seconde s’est tenue hier, à 17h30, à la salle communale Marthe-Bidois au Chaudron. La dernière aura lieu vendredi à 18h00.

Plus qu’un projet, une réalité…

La Cinor fait partie des premières collectivités de France à concrétiser un projet de téléphérique urbain. Innovant en zone urbaine, audacieux de par la longueur du tracé envisagé, il ouvrira les portes de ses cabines aux premiers usagers dans seulement trois ans !«Le téléphérique utilise une technique ancienne, maîtrisée, mais en milieu urbain, ils’agit là d’une idée innovante… Elle répond, de façon efficiente, aux difficultés de plus en plus importantes de déplacement sur notre île…»

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

La foudre tue deux personnes

La foudre a fait deux victimes à Fenoarivobe avant-hier. Un bouvier ainsi qu’un individu se trouvant seul dans son foyer ont trouvé la mort. Le drame s’est produit par un beau temps selon les informations recueillies sur place.

L'express de Madagascar0 partages

Para-Sports-CCCHOI – Triplé malgache à Maurice

La Grande Île a brillé à Maurice lors de la 14e édition de la coupe des clubs champions de l’océan Indien de para-sports qui s’est déroulée du 6 au 10 décembre. « Cette discipline est désormais appelée ainsi selon la recommandation de la fédération internationale, décidée il y a presque un mois, et non plus Madagascar paralympic committee ni fédération malga­che de handisport », a précisé Monja Dinard, président de la fédération.La délégation malgache composée de seize personnes, dont une équipe masculine de basketball sur fauteuil, et deux équipes de pétanque doublette masculine et féminine ainsi qu’un joueur de lawn tennis sur fauteuil est revenue au pays ce dimanche et a ramené trois coupes synonymes de titres régionaux et deux au­tres trophées de meilleurs joueurs. En basketball sur fauteuil, Madagascar remporte, pour la quatrième fois, le titre régional après la finale de samedi au gymnase couvert de Phœnix.Le club de Betsiboka, champion de Madagascar en titre a éliminé deux équipes réunionnaises, celles de St Pierre et de la Possession en phases éliminatoires, et a été battue par une équipe mauricienne en poule, mais a vite pris sa revanche en finale en battant le club hôte sur un score serré de 51 à 49. Outre le titre, Malakia Willy Ananiasy a été élu meilleur joueur du tournoi.« Auparavant, en trois participations à cette CCCHOI, j’étais toujours le meilleur marqueur et cette fois je suis très content de ravir le trophée du meilleur joueur », se réjouit Willy Malakia à son retour au pays.Comme à chaque édition, en pétanque, Madagas­car a réalisé un beau doublé, en raflant les titres en doublette masculine et féminine. Chez les hommes, l’équipe de Maevatanàna alignant Jules Rakotonomenjanahary et Émilien Tanteliniaina Andria­mora a défait en finale par 13 à 5 celle mauricienne, après avoir battu en phase éliminatoire cette même formation hôte par 13 à 12 et celle réunionnaise par 13 à 5.Jules Rakotonomenja­nahary a également remporté le trophée du meilleur tireur du tournoi. Chez les dames, la doublette de Vaki­nan­karatra, championne malga­che constituée par Sitraka Tsiorinantenaina et Sandrina Hobisoa s’est, quant à elle, imposée sur un score de 13 à 5 en finale face à l’équi­pe Mauricienne. Mada­gascar a défait en éliminatoires Maurice par 13 à 4 et la Réunion par 13 à 5.L’unique porte-fanion malgache en lawn tennis sur fauteuil n’a pas atteint la finale et la Grande île n’était pas représentée en boccia. Belle moisson donc pour la délégation malgache qui vient de porter haut les couleurs nationales,mais se dit un peu déçue à l’arrivée car aucune autorité n’a considéré leurs résultats.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Maurice – Les tablettes pour les élèves disponibles en 2017

Les élèves de Grade île1 (ex-Standard 1) disposeront de leurs tablettes à la fin du premier trimestre 2017. C’est ce qu’a annoncé la ministre de l’éducation et des Ressources humaines, hier. Ces tablettes seront équipées d’outils pédagogiques et ne devront pas quitter l’enceinte de l’école. Leela Devi Dookun-Luchoomun s’est adressée aux chefs d’établissement des écoles primaires lors d’une session de travail.Un mois après la rentrée scolaire, la campagne de communication du ministère de l’Education s’intensifie. Après des émissions télévisées pour informer les parents et la population, cette semaine ce sont les maîtres et maîtresses d’école qui sont en formation. Deux sessions de deux jours, hier et aujourd’hui, sont prévues. 250 chefs d’établissement des zones1 et 4  participent à ces sessions de travail animées par les techniciens du ministère. Le but : comprendre la réforme.Leela Devi Dookun-Luchoomun, a qualifié la rentrée 2017 comme une année de transition vers le Nine-Year Schooling. (…)Le ministère travaille aussi, en ce moment, sur des brochures informatives destinées aux parents, à distribuer à la rentrée de janvier.

© lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

Éducation inclusive Un atelier de réflexion au vu des efforts concertés en matière d’éducation inclu...

Un atelier de réflexion au vu des efforts concertés en matière d’éducation inclusive qui se tient à l’institut national profes­sionnel à Mahamasina les 13 et 14 décembre. Dans le cadre de la mise en œuvre du projet Mahay, appuyé techniquement et financièrement par le Christoffel Blinden Mis­sion (CBM), l’objectif final est de contribuer à l’amé­lio­ration de l’éducation inclusive de qualité, des enfants en situation d’handicap dans la région d’Analamanga et du Vakinankaratra.

L'express de Madagascar0 partages

Un mort sur la RN4

Accident mortel sur la RN 4, à la hauteur d’Ankazobe. Un homme de soixante-douze ans a été tué sur le coup. Onze autres passagers sont, pour leur part, blessés.Le véhicule de transport en commun impliqué dans cet accident provenait d’Antsiranana. Subitement lâché par ses freins, cette Mercedes Sprinter, a percuté un talus dans sa course.

L'express de Madagascar0 partages

Hira gasy – Le couple Sahondrafinina et Ra-Petit décorés

Resplendissant de folklorisme, une discipline artistique musicale populaire a été remise sur son piédestal, le week-end. Ode à la culture malgache, s’affirmant au fil des générations et des décennies qui se suivent, comme une véritable institution au-delà de sa portée culturelle, le « Hira gasy », patrimoine culturel et musical typique de la Grande île, conjugue avec brio art oratoire, musique et folklore.Cet art a regagné ses lettres de noblesse au sein du Kianjan’ny Kanto Mahamasina, le 11 décembre, grâce à la troupe de Sahondrafinina et Ra-Petit. Le couple prônant les valeurs du « Hira gasy » depuis ses débuts, s’affirme comme l’un des pionniers de cette discipline. Rentrant dans la programmation de ce fief de la culture de la ville des Mille, où le « Hira gasy » occupe une place d’honneur, les festivités dominicales ont eu une saveur particulière.Le couple Sahondrafinina et Ra-Petit ont été élevés au titre de Chevalier et Officier de l’ordre national par le ministère de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine. Le couple Sahondra­finina et Ra-Petit, forts de leur modestie, comptent dé­sormais parmi les illustres personnalités du « Hira gasy».Divertissants et éducatifs à la fois à travers leurs verves, leurs rhétoriques et leurs métaphores taquines, les chants de la troupe de Sahondrafinina ont ravi le public du Kianjan’ny Kanto.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Etape 5 : Behenjy – Antsirabe (124 km) – Sjors Beukeboom victorieux à Antsirabe

Le Hollandais Sjors Beukeboom gagne contre trois bons coureurs malgaches à l’arrivée à Antsirabe. Il reprend du temps au classement général.

Une mauvaise gestion de course pour les Malgaches. Partis en échappée avec le Hollandais Sjors Beukeboom dès le quatrième kilomètre sur l’étape 5 de 124 km, patronnée par la brasserie Star par la marque THB, reliant Behenjy à Antsirabe, trois coureurs malgaches ont été les vedettes de la course. Il s’agit de Hasina Rakotonirina, Dino Mohamed Houlder et Dani Nicolas Andriamihaja. Un trois contre un qui aurait dû être favorable à l’armada malgache, mais qui, au final, s’est soldé par une victoire phénoménale du Hollandais Sjors Beukeboom qui a bouclé l’épreuve en 2h 51mn 55s. Il a remporté le sprint qu’il a engagé contre Hasina Rakotonirina, vainqueur du Tour cycliste international de Madagascar, et qui a voulu absolument gagner dans sa ville.« Je voulais gagner une étape sur ce TCIM et voilà, cela s’est fait. Je suis ravi de ma victoire, surtout avec la concurrence malgache. En prime, je remonte de quelques places au classement général et c’est tout bon pour la suite », s’exalte Sjors Beukeboom, en endossant le maillot Eau vive du vainqueur d’étape. Il faut dire que les trois coureurs malgaches ont mal géré leur fin de course. Et cela, même après avoir réalisé quelques séries d’attaques qui ont tourné au vinaigre en se retournant prématurément et en oubliant de se concentrer sur leurs attaques. Par la suite, ils n’avaient plus les jambes pour contrer Sjors, plus rapide au sprint à l’arrivée.De son côté, Mazoni Rakotoarivony a perdu du temps. Résultat des comptes, le Français Vincent Graczyk a perdu quelques bonnes minutes sur Sjors Beukeboom qui était à plus de sept minutes au départ de l’étape 5 Behenjy-Antsirabe, mais a toujours endossé son maillot jaune Bank of Africa du leader au temps. Il est arrivé dans le même temps que le Hollandais, le mieux classé au classement général à l’instar de Niels Van Der Pijl. Pour Mazoni Rakotoarivony, l’épreuve a été assez dure. Il a perdu quelques précieuses secondes sur Niels et Graczyk, mais a tout de même réussi à garder sa deuxième place au classement général. « C’était très dur. Je me suis considérablement dépensé sur trois étapes de suite. J’ai senti la fatigue venir, mais c’était assez normal. L’essentiel maintenant c’est de me reposer pour préparer les étapes de montagne restantes », explique Mazoni Rakotoarivony.Aujourd’hui, les coureurs du TCIM seront au repos, tout comme la caravane, du côté de Morondava.

Les maillots du jour

Maillot jaune Bank of Africa du vainqueur au classement au temps : Vincent Graczyk (Équipe française Airtel)Maillot Canal Plus du vainqueur aux points : Niels Van Der Pijl (Équipe des Pays-Bas)Maillot Eau Vive du vainqueur de l’étape : Sjors Beukeboom (Équipe des Pays-Bas)Maillot Unicef du premier malgache : Hasina Rakotonirina (Équipe malgache Canal Plus)Maillot PMU de la plus longue échappée : MazoniRakotoarivony (Équipe nationale malgache Bank of Africa)Maillot Caprice du meilleur jeune : Dino Mohamed Houlder (Équipe nationale malgache BOA)Maillot l’Express de Madagascar de la plus longue remontée au classement général : SjorsBeukeboom (Équipe des Pays-Bas)Maillot Airtel Madagascar du plus dynamique malgache: Joharivelo Andrianjaka (Équipe malgache Canal Plus)Maillot Shell du Fair-Play : Hasina Rakotonirina (Équipe malgache Canal Plus)Maillot Midi Madagasikara du combiné : Vincent Graczyk (Équipe française Airtel)Maillot Mon Savon de l’élégance : Dino Mohamed Houlder (Équipe nationale malgache Bank of Africa )Maillot Madauto du meilleur grimpeur : Mazoni Rakotoarivony (Équipe nationale malgache Bank of Africa)Maillot Allianz du meilleur jeune malgache : Dino Mohamed Houlder (Équipe nationale malgache  Bank of Africa )Maillot Hôtel White Palace du plus ancien : Alexandre Lecoq (Équipe française Airtel )

Textes et photos :Dina Razafimahatratra

 

L'express de Madagascar0 partages

Télévision – Retransmission en direct des travaux parlementaires

La retransmission en direct des travaux parlementaires est en bonne voie. C’est demain qu’un premier test sera fait. Déjà hier, une présentation sur le déroulement des travaux a été présentée aux journalistes. Pour la Clerk, c’est un grand pas pour l’Assemblée nationale de Maurice qui rejoint les 53 % de pays qui se sont dotés de moyens informatiques.Présent également lors de la présentation, Glen Elmes, député speaker au parlement du Queensland, en Australie. Il a souligné que pendant la retransmission des travaux parlementaires, les médias doivent s’assurer que de la dignité du Parlement soit préservé. Le même jour, le député australien a eu une session de travail avec les élus mauriciens.À ce jour l’Assemblée nationale compte quatre caméras qui seront utilisées pour la retransmission en direct des travaux. Par la suite, deux autres caméras seront installées.

© lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

Lancement du team Mass In

Plusieurs pilotes se réuniront au sein d’une seule et même équipe, pour la saison 2017 du championnat de Madagascar de karting rotax. Ils évolueront au sein des tous nouveaux teams Mass In. Parmi eux figure notamment John Andry-Ratoby, vainqueur des deux dernières éditions du Trophée International. La présentation officielle de cette écurie, de ses membres et de ses machines est prévue en fin de semaine.

L'express de Madagascar0 partages

Dissolution du corps des officiels

Le corps des officiels au niveau de la Fédération du sport automobile de Madagascar vient d’être dissout. Et ce, après que la saison 2016 a été bouclée avec le dernier événement de ce weekend, à savoir le slalom « Last Race » sur le circuit de Bevalala. La direction technique nationale procèdera prochainement à un recrutement massif. S’ensuivra une formation pour les nouveaux officiels fraichement intégrés.

L'express de Madagascar0 partages

De l’accusation calomnieuse à la force

Si un seigneur veut se libérer de la tutelle de son souverain envers qui il a fait, malgré lui, son serment d’allégeance, il soulève le peuple. Celui-ci se divise en partisans et en opposants (lire précédente Note). Mais ce genre de crime est souvent éventé avant l’heure, car la crainte ou le respect dû au roi incite certains sujets à le prévenir. Alors le seigneur tout comme ses partisans sont condamnés à mort pour insurrection.Mais l’affaire ne s’arrête pas là, car une telle exécution massive est aussi l’occasion unique pour toute personne qui a quelque compte à régler avec une autre, de le réussir. Il suffit de l’accuser de faire partie des rebelles. Car si dans les temps anciens, les comptes personnels se règlent de plusieurs manières, le moyen le plus rapide, le plus sûr et à moindre frais est, sans nul doute, l’accusation calomnieuse. Bien souvent, Andrianampoinimerina doit intervenir pour que cela ne dégénère en véritable génocide. Car connaissant l’attachement de son peuple, il ne peut croire qu’il y a dans son royaume autant d’opposants à sa souveraineté.« Arrêtez le massacre », ordonne-t-il. « Trop de personnes se haïssent et profitent de l’occasion pour se venger. » Et de poursuivre: « De plus, leur maître est mort et je ne me bats pas contre un mort… » Avant de conclure: « Cependant, si je pardonne, je n’oublie rien pour autant. S’il existe encore des partisans du traître, qu’ils n’oublient rien eux aussi. »Andrianampoinimerina n’a jamais caché son assurance à vaincre ses ennemis, fortsde ses fétiches accompagnés de leurs attirails. Ainsi, quand il s’en va-t-en guerre, il se fait précéder et suivre par les idoles royales. Les souverains merina en comptent douze reconnues comme fétiches nationaux- chiffre sacré- dont Kelimalaza est le plus considéré.« Bien que profondément monothéiste, les anciens Malgaches professent, mêlé à la notion d’un Dieu supérieur, un culte animiste compliqué du culte des ancêtres et d’un fétichisme » (Régis Rajemisa-Raolison, historien). À l’origine, cette croyance était inconnue. Mais elle se développe considérablement à partir du XVIIe siècle, époque où les roitelets se mettent à guerroyer entre eux et ont besoin d’une force surnaturelle pour les soutenir.C’est ainsi que Kelimalaza est introduit en Imerina au XVIe siècle par une femme originaire du pays betsileo, Rakalobe. Elle devient vite la première des idoles « pour son prétendu pouvoir d’accorder la victoire à la guerre, d’arrêter la grêle…», bref de réaliser des miracles. À son époque de gloire, Kelimalaza  a son sanctuaire dans le village d’Ambohimanambola où « un véritable corps de prêtres » l’ont gardée. Avec les onze autres idoles nationales, elle est détruite par le feu, le 8 septembre 1869, sur ordre de Ranavalona II, la première reine chrétienne malgache.Cette notion de force naturelle ou surnaturelle est toujours mise en avant dans toute confrontation. Elle est surtout sublimée dans la légende d’Ibotity où « la cascade des moins forts » est mis en exergue.Le petit Ibotity monte sur la branche d’un arbre. Le vent souffle, la branche se brise et Ibotity tombe, se cassant la jambe. Alors Ibotity conclut que la branche d’arbre est très forte parce qu’elle a pu lui casser une jambe. Mais la branche rétorque que le vent est plus fort parce qu’il l’a brisée.À son tour, le vent se déclare moins fort que la colline qui peut l’arrêter; la colline l’est moins que le rat qui la creuse; le rat l’est moins que le chat qui le tue; le chat l’est moins que la corde qui peut le ligoter; la corde l’est moins que le feu capable de la brûler; le feu l’est moins que l’eau qui peut l’éteindre.Et cela ne s’arrête pas là. L’eau est moins forte que la pirogue qui passe sur son dos; la pirogue l’est moins que la pierre qui sert à la tailler; la pierre l’est moins que l’homme qui arrive à la travailler; l’homme l’est moins que le sorcier qui lui jette un mauvais sort; lesorcier l’est moins que le tanguin qui le tue; le tanguin l’est moins que Zanahary quil’administre et lui donne son pouvoir.Alors, dit la légende, à partir de ce jour, Ibotity et tout ce qui existe reconnaissent que Zanahary est le plus fort et le seul maître de tout.À travers cette légende, dit-on, les Anciens ont conçu les divers échelons des causes secondes par lesquels on passe avant d’arriver à la cause première.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Midi Madagasikara0 partages

Artistes-femmes/ Tenues de scène pour un concert!

Jusqu’à trois mois de préparation et un budget d’un million d’ariary Un concert dans deux mois? Pas de quoi s’affoler! Pas même besoin d’allouer un budget particulier ou se préparer à l’avance. Quelques-uns font certes exception à la règle, mais la plupart pourraient  mettre cette veste qu’ils ont achetée à Pâques ou remettre cette même chemise voire ce T-shirt fétiche qu’il considère comme porte-bonheur et ces paires de chaussures qu’il a achetées au cours d’un voyage à l’étranger il y a cinq ans. Pour les femmes, c’est une toute autre histoire. Il faut au moins une tenue pour un concert, une nouvelle, qu’elle ne remettra plus. Combien de temps à l’avance, les artistes-femmes préparent-elles les tenues pour un concert? A combien s’élève le budget destiné à ces tenues? Où vont les robes et les costumes qu’elles ont portés? Les réponses dans ce dossier.

Elles viennent de divers horizons musicaux, mais ont en commun une chose: la coquetterie. Tence Mena, un nom trop bien connu dans le milieu musical, tant par son audace que son style quelque peu déjanté mais singulier qui  lui a d’ailleurs valu sa renommée. Dans un style plus sobre, plus romantique mais également très singulier, Mia se distingue et crée, chaque fois, la surprise sur scène, non seulement par sa prestation, mais surtout par ses robes de couture. Joelle Claude, la classe incarnée diront ceux qui la connaissent et Minah, artiste connue que depuis peu mais s’affirme déjà par sa musique et son style qu’elle crée et conçoit elle-même… Toutes nous en parlent.

Trois mois à l’avance. Pour Mia, pas question d’attendre le dernier moment! « Je me prépare trois mois à l’avance étant donné que la tenue des danseuses dépend également de la mienne. Je me change environ trois fois en moyenne. La première est souvent une robe longue, sage, la seconde plus sexy et plus courte pour pouvoir danser aisément. J’adore le noir et blanc. Si cela ne dépendait que de moi, je ne porterais que ces deux couleurs, mais j’ai peur d’être ridicule, donc je suis obligée de porter d’autres couleurs. Si je travaille avec des stylistes? Oui, j’ai toujours collaboré avec Ben et kala S. Je leur fais part de mes idées et leur présente des modèles de vêtement. Ils créent à partir de ces idées, selon ma morphologie. Des anecdotes sur les tenues? « Une fois, la robe que je devais porter était trop ample. On a dû mettre des épingles dessus. Personne n’a rien remarqué, sauf que je ne me suis pas retournée, même pas une fois pour que personne ne voie rien! ». Pour Minah, il est impératif de se distinguer et de mettre en avant le côté malgache. Elle prépare donc elle-même, mais confie la réalisation à sa couturière à qui elle confie les tissus et tous les matériels nécessaires seulement trois/quatre jours avant concert. La finaliste de l’édition 2016 du Prix découvertes rfi va même jusqu’à concevoir sa coiffure et même ses… chaussures. Mija ? Elle achète également, elle-même, ses tenues. « Je mise surtout sur les accessoires ». Ayant collaboré récemment avec Baravavy dans le cadre du projet « Malagasy Women’s project », l’interprète de « Zanako » est aujourd’hui habillée par la styliste. Tence Mena ? Elle propose ses inspirations, selon son feeling à Sacha Bam Bam qui les concrétise ensuite sur tissus. Stylée depuis toujours, Joëlle Claude crée elle-même ses robes. « Dans mes heures perdues, je suis styliste et je travaille avec Jocrea. Je désigne et achète donc les tissus moi-même. En général, j’aime bien m’habiller cool/classe. Je pourrais porter une robe chic avec des converses par exemple, mais les gens ont l’habitude de me voir en robe pailletée, longue ou courte donc… »

Jusqu’à un million d’ariary. Le budget alloué aux tenues, pour un concert, varie d’une artiste à une autre.  Pour Minah, elle tourne autour de 200 000Ar. Pour la reine du bal « mipoapoaka », la tenue est un spectacle dans le spectacle et doit impérativement être spectaculaire et donc coûteuse, d’autant plus qu’elle et ses danseuses se changent trois à cinq fois pendant un concert. Pour Tence Mena, elle consacre la somme d’un million ariary minimum. Mia, elle, destine 500 000Ar. Pour toutes, il n’est pas question de remettre des tenues déjà portées précédemment. Il se pourrait donc qu’un jour, on assiste à un défilé spécial tenues de scène d’artistes féminins, sauf peut-être dans le cas de Joëlle Claude qui se dit que « un jour, ma fille pourrait les mettre aussi« .Mahetsaka