Les actualités Malgaches du Mardi 14 Novembre 2017

Modifier la date
News Mada4017 partages

Faritra afaka haba : mitohy ny fiaraha-midinika amin’ny fanjakana

Notsiahivin’ny mpitantana ao amin’ny faritra afaka haba iray ny efa fisian’ny fihaonana teo amin’ny filohan’ny fikambanana faritra afaka haba, Charles Giblain, sy ny minisitry ny Indostria, Tazafy Armand, ny volana oktobra lasa teo. Malaza mantsy, araka ny fampahalalam-baovao sasany, fa mandeha ila ny fehinkevitra raisin’ireo faritra afaka haba. Nambara tamin’io fihaonan’ny minisitra sy ny filohan’ny GEFP io ny fiaraha-midinika eo amin’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina momba ny tontolon’ny indostria, mijery ny tombontsoan’ny roa tonta.

Niarahan’izy ireo nidinika izay lohahevitra rehetra hanamafisana ny fiaraha-miasa, fanjakana sy tsy miankina, hahitana fahombiazana. « Marina fa misy ny olana fa tsy tokony hatao ambanin-javatra koa ny hanatsarana ny hoavin’ny orinasa rehetra », hoy i Charles Giblain. « Tsara hitohy hatrany izay dinika eo amin’ny fanjakana sy ny tsy miankina izay hanatsarana ny tontolon’ny fandraharahana sy hisian’ny fifampitokisana », hoy ihany i Charles Giblain. Andraikitry ny fanjakana rahateo manohana ny sehatra tsy miankina.

Tsara ho fantatra fa mampitombo ny vola vahiny miditra avy amin’ny fanondranana entana any ivelany ny GEFP, manatsara ny toekarem-pirenena ankapobeny. Mahatonga ny minisiteran’ny Indostria mijery ny olana rehetra sy ny fomba fanamoràna ny asan’ireo orinasa tsy miankina izany.

R.Mathieu

L'express de Madagascar366 partages

Secteur Wash – La communication fait défaut

L’Eau, l’assainissement et l’hygiène (EAH) constituent un secteur sensible autour duquel différentes problématiques se joignent. Le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH) a tenté de dénouer les difficultés relatives à la communication concernant ce domaine. Le ministrede tutelle Lantoniaina Rasoloelison, a émis, lors d’une réunion des acteurs de coordination, qu’il importe de réfléchir sur le Plan de communication en matière d’EAH (Pncom), pour qu’il y ait plus de résultats au niveau des ménages. « Il s’agit d’asseoir une alliance nationale et le leadership en vue d’une meilleure harmonisation des actions de communication », a-t-il déclaré.

Importance des médiasIl a étayé, dans sa présentation, la disparité des activités, le manque de coordination qui fait qu’il y a une multiplication des interventions à base communautaire mais qui n’ont pas d’impacts durables chez la population ainsi que les sources peu exploitées qui rendent les actions inefficaces. Plusieurs méthodologies telles que la mobilisation communautaire, la communication interpersonnelle, la promotion des services mis à la disposition des familles ont été déployées pour rentabiliser la communication de masse mais les médias demeurent les meilleurs canaux.Les stations de télévision, les chaînes de radio et la presse écrite permettent à un large public de s’informer sur les nouvelles concernant ce secteur. Pourtant, elles ne ciblent pas toute la population parce que plusieurs foyers malgaches n’ont pas encore accès à ces moyens de communi­cation.

Farah Raharijaona

Madaplus.info305 partages

Tentative d’assassinat d’un ressortissant indopakistanais

Hier matin, un ressortissant indopakistanais a reçu trois balles des bandits à bord d’un moto sur la route à côté de la résidence de l’Ambassade de l’Algérie.
Les deux bandits armés avaient dépassé la file des voitures coincées dans un embouteillage pour cibler la voiture de marque Audi conduite par l’indopakistanais. Après avoir repéré leur cible, les bandits ont rebroussé le chemin juste avant le carrefour d’Analamahintsy. Arrivé au niveau de la victime, le bandit à l’arrière a sorti son arme et a tiré sur le conducteur de l’Audi. Touché à son visage, et dans son dos la victime a encore eu la force de s’enfuir avant d’entrer en collision avec d’autres voitures qui étaient dans l’embouteillage. Les polices de la circulation non loin de l’endroit l’avaient sorti de sa voiture avec l’aide des passants. Il fut conduit à bord d’un taxi jusqu’à l’hôpital d’Ilafy. L’enquête est désormais ouverte pour éclaircir la situation sur cette tentative d’assassinat selon les Forces de l’ordre.
Madagate178 partages

Madagascar Douanes. Signature d’un Contrat de performance anti-fraude

Antananarivo, 09 Novembre 2017. Le Service de la Lutte contre la Fraude des Douanes de Madagascar, a procédé à la signature du contrat de performance au cours d’une cérémonie qui  s’est tenue à l’Hôtel Colbert. Trente quatre agents, représentés chacun par deux chefs d’équipe, se sont engagés pour renforcer leur efficacité dans leurs actions.

Le contrat de performance signé ce jour en présence du Ministre des Finances et du Budget, du Ministre de l’Économie et du Plan, ainsi qu’un parterre d’invités civiles et militaires, est une étape primordiale dans le processus de réforme de l’administration douanière. Il contribue surtout à l’amélioration des recettes douanières, en permettant aux agents de renforcer leur efficacité dans leurs actions. En somme, reprenant les propos du Directeur général des Douanes, «le contrat n’est qu’un meilleur suivi des objectifs, un meilleur respect des procédures et la réduction des anomalies à travers des tableaux de bord automatisé».

Le Service de lutte contre la Fraude, en tant que dispositif stratégique du contrôle douanier, se doit d’être performant, afin de pouvoir mener à bien sa lutte contre la fraude. A travers ce contrat,  le chef du service et les agents s’engagent à améliorer encore plus leur performance.

 

A titre de rappel, le concept a été initié au bureau des Douanes de Toamasina en septembre  2016, pour les inspecteurs, dont la plupart ont renouvelé leur signature au mois de mai 2017. Les résultats sont probants, avec un délai de dédouanement réduit à plus de 50%; des amendes récoltées à hauteur de 300%, et surtout, à deux mois de la fin de l’année, un surplus de 53 milliards d’ariary pour les recettes non pétrolières.

Les Douanes comptent compte poursuivre leurs efforts. Cette année, l’Administration a mis en place un contrat par entité pour le bureau des Douanes sis à Mamory Ivato.

Les vidéos seront mises en ligne asap (as soon as possible)

Source: Douanes de Madagascar – Photos: Harilala Randrianarison pour www.madagate.org

 

Midi Madagasikara170 partages

Ambatobe : Deux individus en moto ont tiré sur un karàna

Il se trouve encore entre la vie et la mort. « Son pronostic est vital et une évacuation d’urgence à l’île de la Réunion est prévisible dans les heures qui suivent », a-t-on appris hier dans la soirée. Il était sept heures et demie du matin, hier, lorsque les bandits ont opéré et sous les yeux des automobilistes et piétons d’Ambatobe. Sur la descente qui mène vers Analamahitsy, au moment où des embouteillages , deux hommes cagoulés et à bord d’une moto-cross ont sorti leur arme. Ils ont ouvert le feu sur Mustapha R., ce dernier n’a même pas vu les assaillants venir. Le premier tir a atteint son épaule. La victime, un ressortissant indopakistanais, a compris à cet instant que ces hommes à moto veulent sa mort. Comme réflexe de survie, il a démarré sa voiture (Audi A4) et a pris rapidement le chemin inverse pour échapper aux bouchons et espérer trouver de l’aide. Le sang dégoulinait de son corps et laissaient des traces dans sa voiture. A ce moment précis, ses agresseurs ont continué à ouvrir le feu. Trois projectiles l’ont atteint : la première au niveau de son épaule, la seconde sa mâchoire gauche pour sortir de l’autre côté et la dernière et certainement la plus dangereuse pour lui, au niveau de son poumon. Après leur forfait, les deux tueurs ont pris la fuite  par  la route  menant vers Ambatobe. Dans la panique, ils ont heurté une voiture de transport public et tombent à terre. L’un d’entre eux, blessé par l’accident a continué sa fuite à pied. Le second, lui, a insisté avec sa moto qui arrivait à peine à rouler. La foule était nombreuse sur place puisque c’était en plein heure de pointe. Sur les lieux, les forces de l’ordre ont ramassé des douilles de 12 mm. A se référer à cette dimension , les bandits auraient utilisé soit un fusil de chasse, soit un fusil à pompe. Dans les deux cas, ces types d’arme sont en mesure de tuer surtout à courte distance comme ce fut le cas d’hier. Les gens se sont donné la main  pour sortir la victime de sa voiture. Il bougeait encore mais était en train de perdre conscience. Evacué dans une polyclinique de la capitale, il présente un risque vital avec ses blessures multiples. Les bandits n’ont rien pris et  ce qui laisse penser à un règlement de compte. L’attaque est pratiquement similaire au meurtre du propriétaire de Zahid, le propriétaire de ZZ Center, lui aussi un ressortissant indopakistanais.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza144 partages

650 Ar ny kapoakan’ny varyMangina ny fanjakana, manaiky ny vahoaka

Tsy misy izay tsy mikaikaika amin’ny fiakaran’ny vidim-bary ny isam-baravarana. Efa tafakatra 650 Ar ny iray kapoaka ho an’ireo karazam-bary zanatany toy ny vary gasy sy ny tsipala, ny makalioka izay hamidy 2.200 Ar ka hatramin’ny 3.000 Ar avy ny iray kilao.

 

Ny madrigal hamidy  550 Ar ny iray kapoaka  eny an-tsena raha 1.850 Ar ny iray kilao. Ny vary stock sisa no mba mora amin’ny ankapobeny izay hamidy 530 Ar ny iray kapoaka na 1800 Ar ny iray kilao. Antony tena mahalafo ny vary zanatany ny tsy fahampian’ny ranon’orana tamin’ity taona ity. Eo ihany koa ny fiakaran’ny vidin-tsolika, antony mampidangana ny saram-pitaterana ny entana avy any ambanivohitra. Voatery miaina amin’ny vary stock ny ankamaroan’ny olona. Ho an’ireo tsy mahazaka ity karazam-bary ity indray dia ny vary zanatany no tsy maintsy vidina saingy ahena  hatrany amin’ny antsasany ny habetsany ary fenoina hanikotrana toy ny mangahazo, indrindra fa ho an’ireo maro an-trano. Nomarihin’ireo mpivarotra nanaovana fanadihadiana fa mbola mety hiakatra ny vidim-bary amin’ny taona ho avy, indrindra amin’ny fotoana hahalanian’ireo tahirin’ny vary zanatany. Tsiahivina fa tsy nisy intsony ny andraikitra noraisin’ny fitondram-panjakana taorian’ny nanafaran’izy ireo ny vary stock avy any ivelany.

Pati

 

Tia Tanindranaza123 partages

Herisetra sy KidnappingMifamono ny samy Karana …

Nisy nitifitra tao anaty fiarany marika “Audi” nentiny i Radjan Amiralli Moustapha, teratany karana, omaly alatsinainy 13 novambra maraina tokony ho tamin’ny 8ora latsaka fahefany. Teo ambany kelin'ny Masoivohon'i Alzeria, lalana mihazo an'Ambatobe no nitranga ny hetsika.

Ahiana ho valifaty

Efa voarohirohy tamin’ny resaka fakàna an-keriny teratany karàna, famotsiam-bola maloto, voatazona vonjimaika teny Tsiafahy fa efa nahazo fahafahana i Radjan Amiralli Moustapha, raha ny vaovao mivoaka. Ahiana ho tao ambadik’ilay fakana an-keriny tsy nahomby tamin’ny zoma lasa teo izy. Ahiana ho misy endrika famalaiana faty na « règlement de compte » noho izany iny tranga omaly iny. Ny tohin’ny fanadihadiana anefa no hamaritra ny tena marina. Tsy vao izao ity resaka fitifirana teratany karàna ity, fa efa maromaro ihany. Ny takarivan’ny 9 aogositra 2016, no nitifiran’ny jiolahy ilay karana Hassan Farhane Houssenaly vao 19 taona monja teny Mangasoavina. Ny 19 janoary 2017, dia karana iray sy ny zanany no voatifitra teny Ambatobe ihany, ka fiara tsy mataho-dalana tsy nisy laharana no voalaza fa nampiasain’ireo olon-dratsy tamin’izany. Ny 24 aogositra ihany koa no nisy nitifitra teny Antsahavola i Zahid Razah, Kaonsily jeneralin’i Malaisia teo aloha, ary tompon’ny tranombarotra ZZ Center. Efa voatonona tamina raharaha fakana an-keriny i Zahid Razah. Toa efa tena avo lenta ity resaka fitifirana karana ity, izay tombanana ho izy samy izy ihany no ambadik’izao. Mitovitovy hatrany ny fomba fisehon’ny fitifirana sy ny famonoana ary ny fitaovana ampiasaina. Mifanindran-dalana amin’ity resaka ity ny raharaha fakana an-keriny, izay indraindray toa mahalasa saina amin’ny mety ho fisian’ny ambadika politika satria volabe matetika no takiana ho tambin’ny famotsorana. Akaiky rahateo ny fifidianana, ary mety ho ireny no hatobaka sy hampiasaina amin’ny propagandy. Ny fikarohana sy fanadihadiana lalina no hamaritra azy.

Toky R

Ino Vaovao117 partages

ANTSIRABE : Lehilahy nikononkonona hangalatra, saron’ny zandary niaraka tamin’ny basy vita gasy

Araka ny tatitra  voaray avy any an-toerana dia teo am-piomanana hanatanteraka ny asa ratsiny  teny amin’ny fokontanin’Andranomadio io tovolahy io no tratra ka noraisim-potsiny. Rehefa nosavaina ny tenany dia hita teny aminy ny basy vita gasy iray. 

Talohan’izay fahatratrarana azy izay dia efa nisy ihany ny loharanom-baovao  avy aminà olon-tsotra maromaro  mahakasika ny asa ratsy vitany  ka mora tamin’ireo zandary ny fisamborana azy. Nisy tamin’ireo olona aza nitaraina ho naratra mafy vokatry ny daroka nataona jiolahy. 

Efa eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana  moa ny fanaovana fanadihadiana ity raharaha ity ary mbola betsaka ny famotorana hatao azy satria raha ny sombintsombiny voaray tamin’ny tatitra dia avy any Betafo ity lehilahy ity no tonga manafika ao Antsirabe.  Etsy andanin’izany ny fanadihadiana natao momba ilay basy hita teny aminy ka aorian’izay dia hampiakarina ny Fampanoavana avy hatrany ny raharaha.

Tatianà R.  

L'express de Madagascar114 partages

Rumeur sur la peste – Un facebooker sous mandat de dépôt

La brigade criminelle section 3 a arrêté un facebooker présumé auteur de la diffusion de la rumeur sur la vaccination contre la peste.

Sanction. Un jeune facebooker de 24 ans a été déféré à la prison d’Anta­ni­mora, hier. Il est l’un des présumés auteurs de la rumeur sur la vaccination contre la peste au niveau des établissements scolaires, laquelle créé une panique générale dans les écoles, la semaine dernière. « Ce scénario a été monté de toutes pièces. Selon ses dires, il l’a compilé avec des informations qu’il a recueillies sur les réseaux sociaux. Il aurait fait çà pour focaliser l’attention sur lui », rapporte un enquêteur de la brigade criminelle section 3, hier.Ce jeune homme a publié sur les réseaux sociaux, la vaccination obligatoire contre la peste dans les écoles, effectuée par le personnel du ministère de la Santé publique, accompagné des éléments de l’État major mixte opérationnel de la région Analamanga (EMMO-REG). Cela a engendré une grande terreur chez les parents qui se sont empressés de chercher leurs enfants à l’école, jeudi. Ils ont été violents dans des écoles comme à Ambohipo, à Avaradoha, à Anosibe ou encore à Antanimbari­nandriana. Mardi, la même agitation s’est produite à Ambohimangakely et à Ambohimanambola.

ImposteursLa brigade criminelle section 3 a arrêté ce facebooker, vendredi. Les résultats de l’enquête auraient conclu à la non existence de véhicule tout terrain ayant transporté des éléments des forces de l’ordre et des médecins dans des écoles.Le préfet de police d’Anta­nanarivo, le général Angelo Christian Ravelo­narivo, joint au téléphone, affirme le contraire. « Des imposteurs se sont fait passer pour des médecins et des éléments des forces de l’ordre. Ils ont fait le tour de certaines écoles. Ils étaient passés un peu partout, comme aux environs d’Itaosy. Ils ont opéré pour la dernière fois à Ambohidratrimo, jeudi. Des barrages ont été placés pour les arrêter sur la route reliant Antananarivo et Mahajanga, malheureusement, ils ne les ont jamais franchis », explique-t-il.Les vrais fauteurs de troubles continuent, ainsi, à vivre librement dans la nature. La recherche de toutes personnes inculpées dans cette diffusion de rumeur se poursuivrait.Le procès de ce facebooker se tiendra le 24 novembre.

Retour à la normale

Les écoles publiques à Antananarivo ont retrouvé leur rythme normal, hier. Le taux d’absentéisme a fortement baissé, selon des directeurs, entres autres, ceux des collèges d’enseignement général d’Anosibe et d’Antanimbarinandriana et de l’école primaire publique à Ankadivato. Vendredi, le lendemain de la panique à Antananarivo-ville, le taux d’absentéisme des élèves a atteint 80% dans quelques écoles. Chaque établissement a convoqué les parents d’élèves à une réunion afin de les rassurer.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara78 partages

Education environnementale et écotourisme : Nouvelles infrastructures pour SAHA Maitsoanala à Mandraka

Vue sur le lac artificiel du site.

Des jeux d’attraction pour les enfants, des ponts flottants et un lac artificiel réhabilité. Ce sont, entre autres, les dernières améliorations apportées au site écotouristique et éducationnel SAHA Maitsoanala, à Mandraka, à 65km d’Antananarivo sur la RN2. Outre ces initiatives d’amélioration, le site s’attèle actuellement à la mise en valeur de la formation acquise récemment par son association de paysans locaux axée sur la transformation de fruits et légumes, l’artisanat et l’apiculture. Ces initiatives ont permis de mettre à la disposition des visiteurs des produits de qualité et des articles souvenirs, disponibles dans une boutique communautaire sur place. Cette démarche permet, par la même occasion, d’améliorer les revenus de ces paysans. Et pour un meilleur accueil des visiteurs désirant séjourner pour une plus longue période, le site a fait l’acquisition de nouveaux équipements de literie.

Bébés lémuriens. Outre les visiteurs nationaux, Saha Maitsoanala a accueilli, ces deux derniers mois, un nombre non négligeable de visiteurs de différentes nationalités étrangères. « Nous nous efforçons de proposer des infrastructures répondant aux normes et aux attentes des visiteurs aussi bien nationaux qu’internationaux. L’augmentation du nombre de visiteurs est assez palpable sur le site et c’est la raison pour laquelle les aménagements ont été revus, incluant la rénovation des pistes et l’aménagement de nouveaux chalets », expliquent les responsables du site. Et comme les activités de ce site écotouristique sont avant tout dictées par un objectif de conservation, Saha Maitsoanala s’est réjoui de la naissance de deux bébés lémuriens dont l’arrivée est à mettre sur le compte des efforts de conservation de l’espèce et de son habitat. Parallèlement, de nouveaux dispositifs d’éducation environnementale ont été mis en place afin de sensibiliser et de conscientiser les visiteurs sur leurs propres rôles dans ce vaste chantier de la conservation des espèces et ressources naturelles.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Ino Vaovao62 partages

BELO AMORON’I TSIRIBIHINA : Nametraka paikady vaovao hiadiana amin’ny asan-dahalo ny Holafy 510

Ilaina ihany koa anefa ny manovaova ireny paikady ireny mba tsy hahalalan’ny olon-dratsy mialoha izay mety hahatratra azy. Ankehitriny izao dia fantatra fa hametraka paikady vaovao hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana, hahafahana miaro ny vahoaka sy ny fananany, ny kaomandin’ny Holafy 510 any amin’iny distrikan’i Belo amoron’i Tsiribihina iny, ny lietnà Toky Andriamahery. Ity farany izay tompon’andraikitra vaovao mandray ny fibaikoana ny andian-tafika ao amin’ny Holafy. 

Araka izany dia nisy fanamafisana ny fahaiza-manao tamin’ny alalan’ny endrika fiofanana ara-miaramila. Izany dia sady rindran-damina rahateo entina hihetsehana handresen-tosika ny asan-dahalo izay mateti-pitranga any an-toerana amin’izao fotoana izao. Voalaza fa vonona ireo ao amin’ny andian-tafika handray ny andraikitra tandrify azy ary hitondra ezaka hanafoanana ny asan-dahalo. Manoloana izany dia misy fiarahamiasa takiana amin’ny rehetra, indrindra amin’ny fanomezana loharanom-baovao hahafahana misakana ireo mpanao asa ratsy. 

Manao fanentanana ara-tontolo iainana ny Holafy

Tsy vitsy tamin’ireo vahoaka efa nanokafana izao fiarahamiasa izao no velom-bolo ary nampanantena fa hiara-hanamafy orina ny ady hatrehina ary hiara-hanatratra ny tanjona amin’ny hisian’ny fandriampahalemana maharitra. Izany fiarahana miasa amin’ny vahoaka izany dia ezahana hahahenika ny distrika iray manontolo.

Ankoatra ny fitandroana izay tsy fandriampahalemanana izay dia tafiditra ao anatin’ny ezaka izay hatrehin’ireo tafi-bahoaka Holafy 510 any an-toerana ireo ihany koa manomboka izao ny fanentanana ny mpiara-belona any amin’ny tanàna rehetra izay holalovana ny amin’ny fitandroana ny tontolo iainana. Fanentanana izay mifototra amin’ny tsy tokony handripahana ny ala sy ny doro tanety. Ireo tranga ireo izay mahazo vahana ihany koa any amin’iny faritra iny.

Lucien R.  

Ino Vaovao60 partages

FIKORONTANAN’NY FIARAHAMONINA : « Tsy atokisan’ny vahoaka intsony ity fitondrana ity »

Raha tsiahivina dia nitrangana korontana tamin’ireo sekoly maro teto Antananarivo sy ny manodidina ny faraparan’ny herinandro lasa teo manoloana ny fiparitahan’ny tsaho tamin’ny fisiana andian’olona mandeha 4x4 izay voalaza fa manindrona ny ankizy mpianatra any an-tsekoly. Tsy izany anefa fa nitondrany fanehoan-kevitra ihany koa ny trangana tsy fandriam-pahalemana izay tsy mety voafehin’ny fanjakana hatramin’izao.Manoloana ny trangan-javatra misy ankehitriny, indrindra fa ireo mipaka mivantana amin’ny fiainana andavanandron’ny vahoaka dia nilaza ity mpahay lalàna ity fa tsy ananan’ny vahoaka fitokisana intsony ity fanjakana ity. 

Nambarany fa namitaka vahoaka ny fitondrana ary mbola mitohy mamitaka hatrany, nomeny ohatra mivaingana tamin’izany moa ny fampanantenana izay nataon’ny praiminisitra lehiben’ny governemanta amin’ny hanafoanana ny tsy fandriam-pahalemana kanefa hatramin’izao mbola tsy takona afenina ny fanjakan’ireo mpanao ratsy manerana an’i Madagasikara. 

“Tokony ho fantatry ny mpitondra amin’izao fa tsy misy matoky anareo intsony, be loatra ny lainga natao ary betsaka loatra ny fampanantenana natao kanefa tsy misy tanteraka”, hoy ny fanehoan-kevitra noentin’ny Maître Willy Razafinjatovo. Eo anetrahan’ilay fampanantenana nataon’ny praiminisitra tamin’ny hanafoanana ny trangana tsy fandriam-pahalemana ao anatin’ny telo volana monja dia nilaza  hatrany ity farany fa tsy hita akory izay vokatr’izany hatreto fa toa vao mainka aza miaina ao anaty tsy filaminana andro aman’alina ny vahoaka.

“Amin’ilay fampanantenana nomen’ny praiminisitra hoe telo volana no homeko anareo dia hilamina ny tany sy ny fanjakana. Hatramin’izao, moa ve misy olona afaka mitsangana amin’ny fo sy saina tsy miangatra, amin’ny maso tena mihiratra sy fisainana madio dia madio hiteny hoe tena milamina tokoa isika amin’izao. Saika isan’andro na amin’ny fahitalavitra na amin’ny gazety dia faty olona, fanafihana atsy sy aroa dia izany ve no atao hoe milamina ? Dia mbola lazaina ihany hoe matokisa ianareo. Ny fitsaram-bahoaka dia anisany mampiseho ny tsy fahatokisana ny mpitondra amin’izao fotoana izao”, hoy hatrany ny fanehoan-kevitra noentiny.  

Avotra Isaorana  

News Mada57 partages

Kempo : le championnat du monde dans le viseur

La Commission malgache de kempo arts martiaux mixtes (CMKAMM) ambitionne d’aligner des combattants au championnat du monde de kempo, qui se déroulera du 26 au 28 avril 2018, à Budapest, Hongrie. Cependant, il faut gravir des étapes et surmonter quelques obstacles pour que le rêve se matérialise.

«Nous avons déjà songé à participer à un tel plateau l’année dernière. Nous avons des combattants qui ont le niveau requis mais il faut passer par plusieurs étapes. L’obtention de la reconnaissance du ministère et le paiement de la cotisation auprès de l’instance internationale au mois de janvier font partie des premières conditions, outre les frais de déplacement, le visa de séjour ainsi que les matériels», a expliqué le président de la commission, Parfait Rakotonindriana.

Par ailleurs, le secrétaire général de l’International kempo federation fera un déplacement à Madagascar en mars 2018. Il dispensera un stage, suivi d’un passage de grade, outre les visites de courtoisie auprès des autorités malgaches et les sponsors afin que Madagascar puisse être au rendez-vous.

«C’est sûr que nous aurons un vice-champion ou champion du monde si toutes les conditions sont réunies. Nous avons toutes les chances et le potentiel nécessaire mais les moyens font défaut. En attendant, une formation de cadre arbitre sera organisée le 25 novembre, une démonstration avec savate le 10 décembre ainsi qu’une compétition de kempo et MMA le 16 décembre», a conclu Parfait Rakotonindriana.

Rojo N.

 

Midi Madagasikara53 partages

All Africa Music Award : Shyn « Révélation du continent africain »

Shyn et son épouse Deenyz, lors de la cérémonie de l’Afrima à Lagos.

Shyn sur le toit de l’Afrique ! Dimanche soir, l’interprète de « Resim-pitia » s’est vu remettre le trophée de la « révélation du continent africain », à la cérémonie de l’Afrima, à Lagos, au Nigéria, en présence de plusieurs grandes stars de la musique africaine.

Un parcours sans faute ? Il n’en est pas loin. En tout cas, son couronnement à « All Africa Music Award » témoigne de son ascension, de son parcours et du travail acharné qu’il a mené sur sa carrière jusque là. Des efforts qui ne sont pas vains puisqu’aujourd’hui, Shyn a été sacré « révélation du continent africain ». Avec son titre « Resim-pitia », le chanteur a convaincu, non seulement le public mais également le jury, composé entres autres de Charles Tabu (République Démocratique du Congo), David Tayorault (Côte d’Ivoire), Joett (Tanzanie), Olisa Adibua (Nigéria), Hadja Kobélé (une guinéenne résidente aux USA). En compétition avec sept autres artistes dont le fameux Runtown du Nigéria ou encore le rappeur Nasty C qui a déjà collaboré avec Major Lazer, Shyn s’est pourtant distingué. Une consécration qui, pour le chanteur, n’est que le début d’une belle aventure sur la scène internationale.

International. Oui, Shyn ambitionne d’aller loin, très loin et de porter le plus haut possible le flambeau malgache. « J’ai gagné la bataille mais pas la guerre. Il y a encore beaucoup à faire. Pour ce premier pas, je remercie cependant déjà tous ceux qui ont cru en moi jusqu’au bout. Merci au public et aux entités qui nous ont soutenus. Cette victoire n’est pas seulement la mienne mais celle de tous les Malgaches. J’espère seulement que vous nous accompagnerez encore pour la suite », a indiqué le chanteur dans une vidéo postée sur sa page facebook. Ce prix gagné à « l’Afrima » va permettre à Shyn de faire mieux connaître sa musique sur le continent africain. Cette grande manifestation organisée par le chanteur sénégalais Akon, vise effectivement  à promouvoir la musique africaine, non seulement sur le continent mais surtout  au-delà de ses frontières.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune46 partages

Les karana entre kidnapping et fusillade

Les anciennes malheureuses OPK (« opération karana ») des années 80 ont changé de forme. Maintenant, c’est kidnapping et fusillade. Une fois de plus, Ambatobe aux abords du Lycée français, a été le théâtre d’une fusillade hier. Le ressortissant indopakistanais venait visiblement de déposer des élèves au Lycée français d’Ambatobe et a rejoint la route étroite sortant d’Analamahitsy. Au volant de sa voiture, dans l’embouteillage, deux hommes cagoulés circulant à moto ont tiré sur le pneu de sa voiture avant de tirer deux balles sur le conducteur. L’une l’a touché sur le visage et l’autre dans le dos. Carambolage et cafouillage général s’en est suivi. Des passants affolés qui s’enfuient, des voitures qui s’entrechoquent dans tous les sens, des personnes aidées par la police de la route qui viennent en aide au karana gravement blessé. Ce dernier est mis dans un taxi et emmené à la polyclinique d’Ilafy.

Rappelons que pas plus tard que la fin de la semaine dernière, un jeune karana a été également kidnappé dans le même quartier d’Ambatobe mais a été sauvé in extremis par les éléments de force de l’ordre qui sont stationnés dans la zone. Il y a quelques mois, un autre karana avec son jeune fils ont été victimes d’une fusillade dans le même quartier et ont été évacués dans les îles voisines pour être soignés après.

Tia Tanindranaza41 partages

Mpanely tsaho amin’ny “facebook”Ataon’ny minisiteran’ny serasera haza lambo

Hiroso amin’ny fanadihadiana sy ny fanaraha-maso ireo mpilaza vaovao tsy marina amin’ny tambajotran-tserasera “facebook” ny minisiteran’ny serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrim-panjakana,

Toky R

 

Midi Madagasikara41 partages

Progranit : Valoriser le granite malagasy au profit du BTP

Produits en granite destinés aux revêtements.

Cette entreprise œuvrant dans la transformation industrielle du granite sera présente au Salon International de l’Habitat 2017 du 16 au 19 novembre prochain.

 Madagascar dispose d’une importante roche granitique de par sa formation géologique. C’est la raison pour laquelle la société malgache Progranit s’est lancée dans l’exploitation industrielle des carrières de granite pour obtenir des produits finis. Elle intervient depuis l’extraction de la matière première – blocs de granite – au débitage de ces blocs, jusqu’à la taille selon  un cahier de charge bien précis de leurs clients. Les produits finis sont essentiellement des dalles, escaliers, plaques, pierres de parements muraux et sont utilisés comme revêtements horizontal  et vertical. Cette entreprise a pu ainsi valoriser ce granite, et ce, au profit du secteur du BTP (Bâtiment et Travaux Publics), en l’espace de quelques années. Investissements conséquents. En raison de sa longévité, le granite a été utilisé depuis des années dans de nombreux pays comme matériau de construction de base. Depuis des siècles, cette pierre habille les monuments historiques du monde entier tels que les pyramides égyptiennes, les temples, les châteaux et les musées. A l’époque, et parfois même encore aujourd’hui, le granite se taillait à la main et exigeait un travail laborieux et fastidieux. La technologie de nos jours permet une production rapide et d’une grande finesse. « La société Progranit cherche à valoriser les ressources naturelles des matériaux disponibles en créant de la valeur ajoutée dans divers domaines émanant de son activité principale » précise Rakotondrazaka Romuald, le président et directeur général. Il affirme que les investissements requis par l’activité sont conséquents mais visent un marché pérenne et prometteur. Présente sur le marché national et international, Progranit met en avant le savoir-faire malgache. « Notre vision est de contribuer à bâtir un environnement de qualité, élégant et durable au cœur d’un pays dont nous serons fiers, pour laisser un héritage de choix aux générations futures » poursuit-il.

Réalisations visibles. Sur le plan national, les produits transformés de granite fabriqués par cette industrie malgache sont très prisés compte tenu de leur durabilité et de leur qualité. Les réalisations visibles dans la plupart des centres commerciaux de la Capitale, tels que La City, Akoor, Trade Tower et Tour Orange témoignent de la confiance accordée par les clients. Des grands hôtels éparpillés dans toute l’île ainsi que des cathédrales, des temples, des églises et des pierres tombales sont également construits à base des matériaux de granite. Notons que les produits dérivés du granite présentent plusieurs avantages. A titre d’exemple, la construction des routes en pavés se fait très rapidement et à moindre coût comparé au bitume. Ceci grâce à la technologie et aux matériels industriels utilisés. Ce qui permettra au pays d’intensifier ses infrastructures dans le but de contribuer au développement économique du pays.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada40 partages

Lémuriens : une journée nationale à reconnaître

Avec la participation active des élèves des établissements publics de la région Analamanga, membres du réseau du Système des écoles associées Club de l’Unesco (SEA/CU), le Groupe d’études et de recherches sur les primates de Madagascar (Gerp) n’a pas manqué à son rendez-vous annuel pour célébrer la journée nationale des lémuriens au parc botanique et zoologique de Tsimbazaza, vendredi, pour la quatrième année consécutive.

Diverses activités ont été prévues, dont le carnaval qui s’est tenu au gymnase de l’université d’Antananarivo, suivi d’une  visite guidée du Parc de Tsimbazaza. Le  rôle que les lémuriens jouent dans notre écosystème tant du point de vue scientifique que touristique a été mis en valeur.

Le Gerp, avec l’appui de la Commission nationale malgache pour l’Unesco prévoit de faire un plaidoyer pour la reconnaissance d’une «Journée nationale des Lémuriens» auprès de l’Etat malgache. En même temps, des démarches sont également engagées afin d’améliorer l’implication de la société et des individus, notamment les locaux, dans le processus de protection des lémuriens et de leur environnement.

Sera R

 

Madagascar Tribune39 partages

500 taxis-ville déjà contrôlés volontairement

La discorde entre l’association des taxi-ville à Antananarivo Renivohitra (FTAR) et la société OMAVET n’est pas encore arrivée à son terme et il semble que la division ait atteint les taxis d’Antananarivo. En effet, lors d’une conférence de presse, le Directeur général de l’OMAVET, Rabezandry Hantaniaina, a fait savoir que près de 500 taxis seraient déjà passés au niveau de sa structure pour effectuer les contrôles de conformité.

Ceci alors que le FTAR a déclaré boycotter les services de l’OMAVET purement et simplement. Une division qui s’est d’ailleurs matérialisée par l’apparition d’une nouvelle association dénommée VTM ou Vondron’ny Taxi Matihanina, littéralement association des taximen professionnels. Une association qui a souligné l’importance de la mise en place des normes exigées par l’OMAVET. Selon toujours le Directeur général de cette société, sa structure n’a pas la capacité d’obliger les taxis à effectuer la visite de conformité chez eux. Un pouvoir qui revient uniquement à la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) qui est l’organisme chargé d’effectuer cette visite. Les contrôles au niveau de l’OMAVET visant seulement à mettre en place une bonne prestation des taxis de la Capitale en matière de sécurité et d’hygiène. Et en cas de manquements, les réparations ne sont pas obligatoirement faites au niveau de la société.

Tia Tanindranaza35 partages

Raharaha 7 febroary 2009Amin’ny 11 desambra ny fitsarana

Noho ny fahaverezana dosie tao amin’ny tribonaly Anosy, dia hahemotra ho amin’ny 11 desambra 2017 ny raharaham-pitsarana ny 7 febroary 2009.

 Nolavin’ny lehiben’ny firaketan-draharaha eo anivon’ny fitsarana ambony kosa ny filazana fa nisy namaky ny sabotsy 11 novambra teo ny tribonaly Anosy. Nisy naka ny “volume des arrêts” na ny firaketana didy, izay mombana heloka bevava 2009, ary efa tamin’ny alakamisy 9 novambra no nisehoany. Dosien’olona notsaraina tao anatin’ny  3 volana 100 mahery no isany fa tsy ny an’i Marc Ravalomanana irery, izay tamin’ny taona 2010. Raha ny fanazavana, nisy nangataka ny dika mitovy amina raharaham-pitsarana. Nilaza ho mpisolovava mpianatr’asa io nangataka io, ka sendra nitsangana ny mpandray kaomandy, no lasa io mpisandoka io, ary nentiny nandositra ny boky. Nomarihiny fa nanana antontan-taratasy  io mpisoloky io, saingy tsy fantatra na ara-dalàna na tsia. Tsy voatahiry tao anaty solosaina intsony kosa ny didy. Mpisolovava iray sy zanaka mpanao politika akaiky ny filoha teo aloha no nosamborina.

Olona 3 nogiazana kaonty

Lasa lasibatra amin’ity resaka fahaverezana dosie ity izahay, hoy kosa ny kaomisera Rakotovao Nambinintsoa, anisan’ny henjehina amin’ny raharaha 2009. Raha resaka Marc Ravalomanana dia izaho tsy mpanao politika, fa izahay olona tsotra nenjehina tamin’ny raharaha 7 febroary 2009 nefa “disqualifier”-na. Lazaina fa mpamono olona, ary lazaina daholo izay azo handotoana, fa rehefa nivoaka ny didy dia no-disqualifier-na izahay, ary tsy miray tsikombakomba akory amin’io. Dia gaga izahay ankehitriny hoe giazan’ny banky ny volanay. Tokony handeha anio ny fitsarana hanaovanay fanoherana an’io. Tsy nandeha anefa ilay izy fa hoe nisy dosie very. Dia gaga izahay hoe ahoana izany ny fiainanay ? Ny volanay ao amin’ny banky, ka na ny hohaninay aza tsy misy, ka izay no tena olanay ankehitriny. 

Misy zavatra hafahafa

Ilay dosie nolazaina fa very dia tao hatramin’ny 2010. Ny fitsarana anay androany nefa tamin’ny zoma ilay dosie no nolazaina fa very. Ary ilay resaka fanagiazana ny kaontin’ny banky dia 19 lahy izahay no voarohirohy tamin’ny resaka 7 febroary, kanefa 3 izahay no giazana ny kaonty, hoy kosa i Etienne Ralitera lehiben’ny fiarovana tao amin’ny Fitsarana Avo momba ny lalàmpanorenana (HCC), dia izaho, i Marc Ravalomanana, ary ny kaomisera Rakotovao Nambinintsoa. Nolazaina fa tamin’ny sabotsy 11 novambra no vaky ny tribonaly ary efa nisy olona efa voasambotra, kanefa tany amin’ny tokantranoko dia ny zoma dia efa nisy fisavana na “pérquisition” natao. Ahiahiana aho izany ho anisan’ny atidoha nikotrika namaky. Misy zanako vao tonga tany ampita ny zoma, ary io no nolazaina fa nanao izany, hoy izy. Misy tsy mazava.

Toky R

Midi Madagasikara29 partages

FMBM : Réouverture du dépôt de vente de Fianarantsoa

La continuité et la renaissance. Telles sont les expressions qui résument le mieux la récente étape entreprise par le Fikambanana Mampiely Baiboly Malagasy (FMBM) dans la réouverture du dépôt de vente de Fianarantsoa. Fermée durant quelques mois suite aux difficultés auxquelles l’association a fait face, cette branche régionale de la société Biblique malgache est leadée par Julie Ainamahavonjy Ramanankantenaina. Ainsi, le dépôt de vente de Fianarantsoa rejoint les deux autres – de Sambava et d’Antsirabe – dans le processus de réouverture. Mais également dans les activités effectuées dans le cadre de la renaissance.

Confiance. Les efforts menés par les responsables de la FMBM pour redonner vie à l’association semble donner leurs fruits. « Une visite de représentants de la Société Biblique Mondiale a permis de savoir que Madagascar va bénéficier d’un financement de 110 000 dollars prévus pour l’achat de bibles » a fait savoir le pasteur Hubert Rakotoarivony, directeur général de la Société Biblique Malgache lors d’une conférence de presse organisée à Fianarantsoa samedi 11 novembre dernier. Une avancée acquise suite aux efforts de gouvernance et de gestion menés par les responsables durant un an et demie. Notamment, dans le paiement des créances d’environ 100 000 dollars sur les 400 000 dollars restants.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar26 partages

Assainissement – Grève des agents du Samva

Les ordures ménagères débordent des bacs à Anala­mahitsy, à Soavimasoandro, à Anosibe, à Andravoahangy et dans d’autres coins de la ville d’Antananarivo. Des agents du Service autonome de maintien de la ville d’Antananarivo (Samva) ont interrompu leurs activités de ramassage des ordures, depuis samedi. Ils réclament l’amélioration de leur statut d’employés au sein de ce service. « Nous devrions bénéficier d’une sécurité sociale et sanitaire. Intégrez-nous en tant qu’employés de longue durée et non plus comme employés journaliers. Cessez de réduire notre salaire chaque fois que nous demandons une permission. Rédigez un contrat de travail si on veut qu’on reprenne notre travail », réclament-ils. Ils ont manifesté au siège du Samva à Ampasampito, hier.

EntenteDans la foulée, ils ont profité pour demander des équipements de protection pendant l’exercice de leur travail. Ils exigent des bottes, des imperméables, des combinaisons, des gants, des caches-bouches. Cette grève semble, en outre, avoir un dessous politique. Ils réclament le limogeage du directeur fraîchement nommé, et le retour de son prédécesseur.Cette grève des agents du Samva pourrait compromettre les efforts déjà établis dans la lutte contre l’épidémie de peste dans la capitale d’Antananarivo, si elle se maintient, surtout en cette période où la saison des pluies commence.Une source auprès du Samva a affirmé, hier, qu’une entente a été trouvée entre les deux parties. « La plupart des revendications ont été plus ou moins satisfaites », explique-t-elle. Les activités auraient repris, hier même.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara20 partages

ELI Business Center : Un partenariat pour promouvoir l’entrepreneuriat à Madagascar

Les parties prenantes à la promotion de l’entrepreneuriat à Madagascar. (Photo : Yvon Ram)

Cette entité vient de signer une convention de partenariat avec SOLIDIS Garantie et Microcred Banque Madagascar, pour ce faire.

English Language Institute ou ELI, a maintenant 26 ans d’expérience dans le domaine de la formation linguistique. Rien que depuis le début de l’année 2017, cet institut a déjà accueilli plus de 2000 apprenants. Et en août dernier, il a créé sa nouvelle branche dénommée ELI Business Center. « Celle-ci offre des services aux professionnels dont entre autres les start-ups, les entrepreneurs, les consultants, les professions libérales, les projets, les ONG et les établissements publics. Et un nouveau programme nommé « startup Madagascar » est mis en œuvre pour la promotion de l’entrepreneuriat à Madagascar », a annoncé Njaka Rajaonarison, le Directeur général d’ELI lors de la signature d’une convention de partenariat avec SOLIDIS Garantie et Microcred Banque Madagascar hier à son siège à Ankadivato.

Formations gratuites. « L’objet de cette convention de partenariat est d’ailleurs de promouvoir l’entrepreneuriat dans le pays. En effet, les trois parties vont joindre leurs efforts pour faciliter l’accès au financement des porteurs de projets de création d’entreprise, des start-ups et des entreprises déjà formalisées », a-t-il évoqué. Il a également fait appel aux autres acteurs de développement adhérant à cette même cause, et ce, pour pouvoir contribuer au développement économique du pays. Notons que dans le cadre de la célébration du Global Entrepreneurship Week, ELI Business Center a offert des formations gratuites sur des thèmes qui touchent l’entrepreneuriat. Il s’agit entre autres de l’agrobusiness et les chaînes de valeur ainsi que du leadership.

76,8 milliards Ar. Parlant de SOLIDIS Garantie, qui a été créée en décembre 2008, c’est un Fonds mutuel de garantie agréé par la Banque Centrale, à la différence des Banques et Institutions Financières lesquelles sont des Etablissements de crédits. SOLIDIS a depuis toujours proposé des solutions de garantie et de financements à ses clients par le biais de ses offres diversifiées et sur mesure comme la Garantie Financière et le Capital Investissement dans le but de contribuer au développement des PME à Madagascar. Depuis sa création, plus de 3.622 entrepreneurs ont été soutenus avec des crédits garantis portant une valeur de 76,8 milliards d’Ariary en 2016. On a également enregistré 2.234 garantis l’an dernier. Quant au Microcred Banque Madagascar, c’est une entité du groupe Microcred. Celui-ci compte plus d’un demi-million de clients dans dix pays dont Madagascar. Microcred, c’est la promesse d’un accompagnement personnalisé, responsable, en totale sécurité. A Madagascar, il dispose de plus de 152.000 clients, de 39 agences, de 304 points baobabs et de 694 employés.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara20 partages

Tsimbazaza : Les jeunes HVM couvrent de bâche le WC de la CUA

Pour la venue du couple présidentiel, un assainissement ponctuel a été fait à Tsimbazaza.

Sauf changement de dernière minute, le couple Rajaonarimampianina se rendra à Tsimbazaza ce jour pour inaugurer des salles de classe au niveau du CEG du quartier. Un évènement organisé sur fond d’excès de zèle de la part des jeunes HVM. Hier après-midi, des jeunes partisans du parti au pouvoir dirigés par leur président ont effectué une descente à Tsimbazaza pour couvrir entièrement de bâche un WC public fabriqué par la Commune Urbaine d’Antananarivo. Pour l’heure, on ignore la raison de cette initiative. A noter toutefois que la construction de ce WC public a déjà été contestée par les tenants du pouvoir et a provoqué un bras de fer entre le M2PATE et la CUA. La question est donc de savoir si cette initiative a été prise pour que Voahangy et Hery Rajaonarimampianina ne puissent pas voir l’existence de cette toilette publique installée à une centaine de mètre seulement de leur ancienne résidence à Tsimbazaza. A noter également que dans le cadre de ce déplacement présidentiel, les petits commerçants de Tsimbazaza sont interdits d’exercer leur activité ce jour. Par ailleurs, les jeunes HVM ont également ordonné l’évacuation de toutes les voitures stationnées sur le parking se trouvant le long de la route vers le CEG Tsimbazaza, y compris les « taxi-be » 150 dont le terminus se trouve juste à côté de ce WC public.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar13 partages

Transport aérien – Incident à l’aéroport de Nosy Be

Des compagnies aériennes risquent d’annuler leurs vols à destination de Nosy Be. Toutes les conditions ne sont pas réunies pour permettre à un aéronef de se poser sur les pistes. Des incidents techniques sont survenus après la rénovation de l’aéroport de Fascène. D’après Ravinala Airports, un câble alimentant le VHF Ominidirectional Range (VOR) a été touché durant les travaux. Le VOR, selon un site spécialisé dans l’aviation, est un système de positionnement à courte et moyenne distance utilisé en navigation aérienne et fonctionnant dans la plage des fréquences VHF. Le récepteur à bord permet de connaître de façon continue et visuelle le relèvement magnétique de l’aéronef par rapport à une station sol et de suivre une route magnétique en rapprochement ou en éloignement par rapport à cette balise.Par conséquent, le régime de vol à Nosy Be sera le vol à vue. Cette technique est plutôt déconseillée par les professionnels du secteur. Elle n’est autorisée que sous certaines conditions de visibilité, de base de nuages et de conditions météorologiques. On revient ainsi au tout début de l’histoire de l’aéronautique. L’acceptation du vol à vue dépendra ainsi des pilotes et des compagnies aériennes.Devant cette situation, le gestionnaire de cet aéroport  tente de rassurer les compagnies aériennes. Il travaille d’arrache-pied pour remettre la situation à la normale. « Les solutions de réparation ont été identifiées et un approvisionnement du matériel nécessaire à la réparation sera fait à partir d’Antananarivo, dès le 14 novembre », communique Ravinala Airports. Tout comme l’aéroport d’Ivato, celui de Fascène Nosy Be connaît un petit lifting. Des travaux de rénovation ont été menés depuis deux mois et jusqu’en août 2018. L’île aux Parfums est l’une des premières destinations touristiques du pays. À part la compagnie Air Madagascar, plusieurs compagnies aériennes, comme Ewa Air, Neos, Meridiana, Airlink assurent la desserte de cette ville. Cet incident au niveau de l’aéroport risque ainsi de causer un impact sur les activités touristiques de cette ville.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara11 partages

Présidentielle 2018 : Quitte ou double pour les « Mpamadika palitao »

L’avenir politique de ces politiciens qui ont connu tous les régimes reste incertain.

« Il n’y aura pas de report de l’élection présidentielle ». C’est ce qu’a déclaré hier le président du Sénat Rivo Rakotovao. Les Malgaches se rendront donc aux urnes l’année prochaine, conformément à ce qui est prévu par la Constitution. Quoiqu’il en soit, l’on sait que les enjeux de cette élection sont énormes aussi bien pour les différentes forces politiques que pour les acteurs politiques. C’est pourquoi à un an du coup d’envoi de cette échéance électorale, les manœuvres dilatoires et les coups bas battent déjà leur plein. En effet, cette élection sera déterminante particulièrement pour les spécialistes du retournement de veste qui ont trahi leur famille politique au profit du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». En 2013, Hery Rajaonarimampianina, le candidat du MAPAR était encore novice en politique et ne disposait pas de structure politique de base. C’est pourquoi il a tendu la main à tous les acteurs politiques ou apolitiques venant de tous les horizons, y compris ceux qui l’insultaient auparavant. Désormais, il est fort du soutien de son propre parti qu’est le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». L’actuel homme fort du pays pourrait laisser de côté ces politiciens de tous les régimes. Nul n’ignore que ces politiciens caméléons sont aussi capables de trahir le HVM le moment venu, comme ce fut le cas lors du vote de la motion de déchéance initiée par les députés en 2015 où seuls les fidèles collaborateurs de Hery Rajaonarimampianina, en l’occurrence, Claudine Razaimamonjy et Rivo Rakotovao se sont présentés à l’Assemblée nationale pour prendre sa défense.

« Kravaty Manga ». Parmi ces politiciens dont l’avenir politique est incertain figure entre autres, l’actuel ministre de la Fonction publique, Maharante Jean de Dieu qui, initialement était un des leaders du parti AREMA. Il était Gouverneur de la Province autonome de Toliara durant la deuxième République. Coordonnateur national du « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » et élu député sous les couleurs de ce parti politique en 2014, il a choisi le « kravaty manga » depuis le début du premier quinquennat du président Hery Rajaonarimampianina. Même parcours politique pour Ndahimananjara Johanita, un autre membre du gouvernement actuel qui a également été ministre sous la Transition et député MAPAR avant de rejoindre le camp HVM. Au départ, elle était partisane du parti « Asa Vita no Ifampitsarana » (AVI). D’ailleurs, lors de la Transition de 1996 après la chute du régime Zafy Albert, elle a été nommée ministre par Norbert Lala Ratsirahonana. Toto Raharimalala Lydia, l’actuelle ministre l’Enseignement technique a également été membre du parti Leader Fanilo, puis ministre durant la Transition d’Andry Rajoelina. Depuis sa nomination au sein du gouvernement, elle est inféodée HVM. Et ce, même si comme l’actuel ministre de la Culture, Jean Jacques Rabenirina, elle était aussi au devant de la scène lors du vote de la motion de déchéance contre Hery Rajaonarimampianina.

Motion de déchéance. Pour revenir à Jean Jacques Rabenirina, il était ministre du Tourisme, puis ministre de l’Education nationale sous le régime Ravalomanana. Avant sa nomination au gouvernement, il a été député de Betioky Sud, élu sous les couleurs du « Malagasy Miara-Miainga » de Hajo Andrianainarivelo. Un des instigateurs de la fameuse motion de déchéance contre le Chef de l’Etat en 2015, il était particulièrement connu comme étant très critique envers le régime Rajaonarimampianina lorsqu’il était encore à Tsimbazaza. Pour sa part, Harry Laurent Rahajason, l’actuel Porte-parole du gouvernement, était Vice-président du MAPAR en charge de la Province de Mahajanga. Il était l’un des hommes fort de la Transition en tant que bras droit de l’ancien président Andry Rajoelina qui l’a d’ailleurs nommé Directeur de la Communication de la Présidence de la République, puis ministre de la Communication. Ancien Secrétaire général du parti MTS, le ministre Benjamina Ramanantsoa a connu plusieurs départements ministériels depuis la période transitoire. Il était membre de l’association para-politique « Antso » et candidat d’ouverture du parti AREMA lors des législatives de la deuxième République. Il a également été président du Conseil populaire du Farintany d’Antananarivo du temps de l’Amiral Didier Ratsiraka. Depuis qu’il a quitté le MTS, Benjamina Ramanantsoa ne cache plus son appartenance au « Kravaty Manga ».

Parlementaires. Harison Randriarimanana, l’actuel ministre de l’Agriculture pour sa part, est connu comme étant un des anciens hommes de confiance et proche collaborateur de Marc Ravalomanana qui l’a d’ailleurs nommé ministre. Même parcours pour Bary Rafatrolaza qui, au départ était député de Kandreho élu sous les couleurs de l’AVI. Ayant rejoint le camp du « Tiako i Madagasikara », il a été nommé Consul de Madagascar au Cap par Marc Ravalomanana. Durant la deuxième République, la ministre des Finances et du Budget Vonintsalama Andriambololona, réputée être un vrai technicien, était proche de Tantely Andrianarivo en tant que Directeur général du Trésor. Evincée de son poste en 2002 par Marc Ravalomanana, elle a été nommée Secrétaire général du Ministère des Finances et du Budget par Andry Rajoelina de 2009 à 2015. Plusieurs parlementaires figurent aussi dans la longue liste des spécialistes du retournement de veste. L’on peut citer entre autres, le Vice-président du Sénat Riana Andriamandavy VII qui était président des Jeunes TIM avant de rallier le clan HVM. Durant la période de résolution de la crise 2009, il a trahi le clan Ravalomanana pour adhérer au gouvernement en tant que ministre du Tourisme. Du côté de l’Assemblée nationale, les députés Benja Urbain Andriantsizehena, Nicolas Randrianasolo, Milavonjy Philobert et Raherisoa Vololona Victorine sont entre autres, connus pour avoir quitté leur parti politique d’origine au profit du HVM.

Persona non grata. Quitte ou double donc en 2018 pour les spécialistes du retournement de veste. Si Hery Rajaonarimampianina n’est pas réélu, c’est sûr à 100% qu’ils vont devoir quitter le pouvoir car même si le processus de réconciliation nationale dirigé actuellement par le Conseil du Fampihavanana Malagasy abouti au résultat escompté, ils ne regagneront plus la confiance de leurs anciens compagnons de lutte. Ils risqueront même d’être persona non grata au sein de leur famille politique d’origine. Même si le porte fanion du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » obtient un second mandat, il n’y a aucune certitude sur leur maintien au poste. Vu la situation politique actuelle, Hery Rajaonarimampianina pourrait servir de l’échec de son premier mandat pour mettre en place une équipe plus efficace et soigner ainsi son image vis-à-vis de la population.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar10 partages

Safari touristique – Observation d’oiseaux à Mahavavy Kinkony

La seconde édition du Safari Birding, ou Safari des Oiseaux, de Mahajanga qui s’est tenue à Ampitsopitsoka, dans la commune rurale de Matsakabanja, du district de Mitsinjo, région Boeny, du 5 au 8 novembre derniers, a été un succès.Touristes, chercheurs ainsi qu’étudiants et photographes et amoureux de la nature y étaient présents. Le Safari des oiseaux permet de renforcer le dynamisme économique à travers le tourisme dans la région Boeny, mais surtout de préserver la biodiversité au sein de l’aire protégée du complexe Mahavavy Kinkony.Le thème choisi  pour cette édition se rapporte au « Voronosy » (ou Ibis sacré), un oiseau menacé d’extinction. La manifestation a été organisée par la direction régionale du Tourisme Boeny, l’Office régional du tourisme, l’Asity Madagascar, promoteur de l’événement, et le l’agence allemande de coopération GIZ.« Cet évènement répond parfaitement à nos soucis de protéger la biodiversité tout en développant le tourisme en milieu rural », a déclaré le chef de région Boeny, Saïd Jaffar Ahamad.Le « Therskiornis bernieri», un oiseau endémique de la zone, a surtout été la vedette à cette deuxième édition. Les flamands roses, les sternes ainsi que les hérons étaient aussi au rendez-vous. Le site d’observation de ces oiseaux a été le long du delta de Mahavavy, où la nature est encore dans son état naturel. Tous les participants à l’expédition ont été séduits par sa beauté et par la richesse en biodiversité des lieux.  La visite du charmant village d’Ampitsopitsoka, et la contemplation du magnifique coucher du soleil étaient aussi prévues au programme.Les oiseaux endémiques s’y trouvent toute l’année. Quant aux oiseaux migrateurs, ils débarquent en mai pour ne partir qu’en décembre.Le Safari des oiseaux est un vecteur d’attractivité pour découvrir un lieu, l’aire protégée du complexe des zones humides de Mahavavy Kinkony, d’une superficie de 258 900 ha qu’on peut qualifier de sanctuaire ornithologique hébergeant plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux et de réservoir d’autres animaux (lémuriens, poissons, tortues, etc.).Mais c’est également un site d’observations et d’études pour les chercheurs et les étudiants souhaitant étudier le mode de vie des oiseaux dont certains sont endémiques. De plus, c’est un lieu de stage pour les jeunes guides touristiques voulant faire carrière dans ce domaine.Par ailleurs, le safari est un des moyens pour la protection du site, la préservation de la biodiversité et le développement des communautés locales environnantes des aires protégées.

V. A.

L'express de Madagascar7 partages

Industrie minière – Sherritt restructure Ambatovy

Sherritt et ses partenaires ont signé l’accord définitif pour restructurer la joint-venture Ambatovy. Plusieurs points saillants figurent dans le document.

Le document est scellé. L’entreprise canadienne Sherritt Inter­national a signé, à la fin de la semaine dernière, avec ses partenaires Sumitomo Holding et Korea Resources, un accord définitif pour la restructuration de la société minière Ambatovy. Selon le terme de cette restructuration dévoilée en mai, la société canadienne réduira sa participation de 40% à 12%. Pour ce faire, elle transfèrera à ses partenaires 28% d’intérêts dans le projet, en contrepartie de la suppression d’une partie de ses dettes de 1,3 milliard de dollars envers ces derniers.Après cette réduction de participation de Sherritt International, c’est le conglomérat japonais Sumitomo qui prend le contrôle de la société d’exploitation de nickel. Il a obtenu 15,2% des actions cédées par la compagnie canadienne. Il obtient 15,2% de la part de Sherritt pour devenir actionnaire à hauteur de 47,7%.Rattrapé par un niveau d’endettement très élevé et de la chute du prix du nickel sur le marché boursier international, Sherritt International n’avait eu d’autre choix que de réduire ses actions au sein d’Ambatovy. Toutefois, l’accord prévoit que la société canadienne reste l’opérateur d’Ambatovy jusqu’en 2024.

Garantie« La signature d’un accord définitif pour restructurer notre partenariat avec Ambatovy représente une étape importante. La clôture de la transaction représentera l’aboutissement de nombreuses discussions avec nos partenaires, obligataires et autres prêteurs au cours des trois dernières années pourpréserver la liquidité, désendetter notre bilan, prolonger les échéances de notre dette publique en souffrance et reporter le remboursement de la dette Ambatovy », a déclaré David Pathe, président directeur général de Sherritt Inter­national.Selon les informations citées par le site Business­Wire, les prêts en cours de Sherritt totalisent 101 millions de dollars, d’ici le 30 septembre 2023, et continueront d’être garantis par sa participation.  Les prêts en cours des partenaires peuvent être remboursés en espèces à tout moment jusqu’à la date d’échéance. De plus, Sherritt versera 13 millions de dollars dans un compte séquestre pour couvrir les besoins de financement futurs de la coentreprise Ambatovy. Tout montant restant en mains tierces en août 2023 servira à rembourser les prêts en cours, le cas échéant.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara7 partages

Ravinala Airports : Perturbation à l’aéroport de Nosy Be

Dans le cadre de la rénovation de l’Aéroport de Nosy Be, un câble alimentant le VOR (VHF Omnidirectional Range) a été touché. Ceci peut conduire certaines compagnies aériennes à annuler leurs vols. Les solutions de réparation ont été identifiées et un approvisionnement des matériels nécessaires à la réparation sera fait à partir d’Antananarivo dès aujourd’hui.

Jusqu’à la remise en service du VOR, système de positionnement à courte et moyenne distance utilisé en navigation aérienne, dite « aux instruments », le régime de vol à Nosy Be sera le vol à vue. L’acceptation du vol à vue dépendra ainsi des pilotes et des compagnies aériennes.  Ravinala Airports s’excuse de la gêne occasionnée par cet incident auprès des passagers et des compagnies aériennes et communiquera dans les meilleurs délais l’achèvement des travaux de réparation.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

Tsaho tamin’ny Facebook : Tovolahy iray, isan’ireo tompon’antoka nosamborin’ny pôlisy

Nampiteraka savorovoro tamin’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra sy ny mponina teto an-drenivohitra ilay resaka fisiana olona mandeha fiara 4×4 sy manindrona vaksinin’ny pesta amin’ny ankizy mpianatra. Tsaho izay niely tao anaty tambajotra sosialy Facebook, ary vetivety dia nampiteraka korontana hatraiza hatraiza teto Antananarivo sy ny manodidina. Vokatr’izay, nisy avy hatrany ny fandraisana andraikitra nataon’ireo pôlisy misahana izany, ka fantatra fa tovolahy iray, 24 taona, no voasambotra. « Anisan’ny voarohirohy tao anatin’ity fanelezana vaovao tsy marina ity io tovolahy io », hoy ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenena. Rehefa tena nozohina tokoa ilay resaka, raha ity loharanom-baovao ity hatrany, dia « fanaparitahana vaovao tsy marina niniana natao no niteraka ireny savorovoro ireny ». Antony tsy maintsy nidiran’ireto tompon’andraikitry ny filaminana ireto tamin’ny famotorana sy ny fikarohana izay mety tao ambadik’izany. Tsiahivina fa ny alakamisy teo, telo andro taorian’ilay fidirana ofisialy taorian’ny fialan-tsasatra vokatry ny pesta, no nisehoan’ity tranga ity, ary vetivety tokoa dia niely ilay tsaho. Saika ny ankabeazan’ny olona moa dia manana « facebook » avokoa, antony nanafaingana izay korontana nahazo ireo mponina izay. « Niaiky ny heloka vitany moa ity tovolahy ity, ary raha ny fanazavana nomeny dia zavatra noforoniny ka nampiany izay mba hitany teny amin’ny pejy hafa teny no navoakany mba hisintomany fotsiny ny fifantohan’ny rehetra any aminy. Niala tsiny tamin’ireo ray aman-dreny nitebiteby noho ny savorovoro nateraky ny “publication” nataony izy, ary misarika ireo tanora mitovy taona aminy mba hitandrina amin’ny fampiasana ireny tambajotran-t serasera ireny, ary hatao am-pahamendrehana sy araka ny tokony ho izy », hoy hatrany ny vaovao. Ny tsy fantatra hatreto dia hoe nisy naniraka sa mba aingam-panahin’ireo tanora lany atao anaty tambajotra sosialy no nanosika an’ity ranamana ity, hanaotao foana tahaka izao. Ny fanadihadiana moa mbola mitohy, ary inoana fa tsy ho ela ihany koa dia hisy namany ho voasambotra.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

Maevatanàna : Sefom-pokontany nalaina natao takalonaina, olona iray hafa naratra voatifitra

Tena faritra anjakan’ny tsy fandriam-pahalemana ny any amin’ny kaominina Maevatanàna faharoa. Saika andrenesana fitifirana olona sy asan-jiolahy hatrany ny any an-toerana. Sefom-pokontany nalaina no natao takalonaina, ary olona iray naratra voatifitry ny jiolahy teo amin’ny fehiny. Tao Maromandalo, fokontany Marofototra, Kaominina Maevatanàna faharoa, ny Zoma lasa teo, tokony tamin’ny 11 ora antoandro no nisehoan’izany. Araka ny fanazavana voaray avy any an-toerana, dia 10 lahy nitondra basim-brona sy zava-maranitra no nangalatra omby 100 mahery tao Maromandalo. Nisy ny fifampitifirana teo amin’ny mpanafika sy ny fokonolona tao an-tanàna, ka olona iray no naratra voatifitra, ary sefom-pokontany iray nalaina natoa takaloniaina. Nanara-dia avy hatrany ny fokonolona. Efa nahazo ny fitsaboana saha azy ao amin’ny hopitaly be Morafenokely kosa ilay naratra voatifitra teo amin’ny feny. Tany amin’y tanàna antsoina hoe Manerinerina Amboasary vao navotsitry ny dahalo ilay sefom-pokontany natao takaloniaina. Mbola mitohy ny fanarahan-dia sy ny fikarohana ireo mpanafika hatramin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra.

Ratantely

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara6 partages

JIRAMA : 52 employés licenciés

Un foyer de tension couve au sein de la Jirama. L’Intersyndical des employés regroupant le SEMM, le SAT, le SMJ, le syndicat Malaimisaraka et bien d’autres, s’est manifesté depuis samedi dernier. En effet, il dénonce notamment les licenciements collectifs et abusifs effectués par la direction générale. Mais le directeur général de la Jirama, Olivier Jaomiary a démenti qu’il s’agit plutôt d’un licenciement individuel, et ce, pour des raisons disciplinaires. « Depuis mai dernier, 52 employés ont été licenciés contre 46 employés renvoyés l’an dernier. Certains ont effectué des vols de courant tandis que d’autres ont fait des absences répétées ou des détournements de fonds. Parmi lesquels, il y a un directeur et un leader syndical. Et l’on a bien respecté la convention collective. En outre, il a rassuré le personnel que la Jirama ne sera pas privatisée et il n’y aura pas de licenciement collectif », a-t-il évoqué.

Dialogue social. Entre temps, cet intersyndical réclame la mise en concession de l’eau par la Jirama puisque le décret d’application confirmant cette décision par l’Etat n’est pas encore publié. Et ce n’est pas tout ! Les employés se plaignent que certaines activités qui leur ont été conférées sont maintenant externalisées. Et il n’y a plus de dialogue social entre les deux parties, selon toujours leurs dires. Raison de leur manifestation. Toutefois, les employés regroupés au sein de l’Intersyndical de la Jirama reconnaissent que la grève n’apporte aucun avantage ni pour eux, ni pour le pays. « Nous réclamons ainsi la reprise du dialogue social », d’après les explications du porte-parole de l’Intersyndical. Une rencontre a eu lieu entre le Président du Conseil d’Administration de la Jirama et les représentants des syndicats hier. Ce premier a manifesté son ouverture à tout dialogue. Rappelons que des mouvements syndicaux ont également eu lieu, il y a trois mois de cela, au sein de la Jirama. Les syndicalistes dénoncent notamment l’abus de pouvoir effectué par le nouveau directeur général.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara6 partages

Tennis : Randy Rakotoarilala gagne la 2eplace !

La délégation malgache de tennis qui est allée à l’île Maurice rentrera finalement avec des titres. Un titre de champion en double avec Maholy et Miotisoa pour le 1er tournoi et un titre de finaliste en U14 avec Randy Rakotoarilala pour le second tournoi. Les filles ont pris le dessus, le niveau général étant moyen et Madagascar a de l’avance. Randy a battu en quart de finale Ledwaba Kagiso de l’Afrique du Sud en 6/4, 6/3. En finale elle a perdu contre l’autre sud-Africaine Lyne Greyling en 4/6, 6/4, 5/10. « Les filles ont assuré » a rappelé Dina Razafimahatratra DTN. Chez les garçons, les trophées ne sont pas au rendez-vous. Presque tous ont trébuché en quart de finale. Mais comme c’est une préparation de 2018, on a le temps.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Ivato : Tovolahy maty nisotro poizina

Lehilahy iray manodidina ny 24 taona eo ho eo no hita faty tetsy Ankadindravola Ivato, ny faran’ny herinandro lasa teo. Teny amorona tanimboly tsy lavitra ny tanana no nahitàna ny vatana mangatsiakan’ity tovolahy ity. Na dia voalaza aza aloha fa efa mihalefy ny pesta dia mbola manarahin-tsaina sy nampisy fahatahorana teo amin’ny olona teny amin’ny manodidina ny fahenoana fa misy faty olona mitsirara tsy lavitra eny. Na izany na tsy  izany, dia tsy ilaozan’ireo lian-javatra ny olona ka nisy ihany ireo sahy nanatona izany. Nisy ampahany tamin’ireo mponina ihany koa avy hatrany dia nampilaza ireo tompon’andraikitra teny an-toerana, izay tsy niandry ela fa avy hatrany dia nilatsaka teny amin’ny toerana nahitàna ity lehilahy efa tsy nisy aina intsony ity. Tamin’ny fitsirihana izany, no fantatra fa toa hoe nisy tavoahangy roa teo akaiky : ny iray nisy sisana ranomboakazo ary ny iray kosa, voalaza fa nisy poizina. Ny fitsirihana manokana nataon’ireo mpitsabo teny an-toerana moa no nahafantarana fa tena avy nisotro sa nampisotroina poizina ity lehilahy. Antony izay azo inoana fa nahafaty azy. Hatreto dia mbola tsy fantatra na nisy namono na namono tena ity tovolahy ity. Ny filazan’ireo mponina teny an-toerana anefa dia toa mandroso amin’izay hoe famonoan-tena izay. Araka ny fantatra mantsy dia toa hoe manana olana ara-tokantrano ny tenany, ary efa ny omalin’ny nahitàna ny vatana mangatsiakany io izy no tsy hita sy tsy nody tany an-tranony. Na izany na tsy izany anefa dia efa niroso tamin’ny fanadihadiana mahakasika ity fahafatesana hafahafa ity ireo tompon’andraikitry ny filaminana teny an-toerana. Ny razana kosa, rehefa avy notilian’ireo tompon’andraikitra amin’izany dia natolotra ny fianakaviany.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada4 partages

Littérature : Johary Ravaloson décroche le prix Ivoire 2017

Une autre consécration dans la sphère culturelle malgache. Johary Ravaloson a décroché le prix Ivoire 2017 pour son roman «Vol à vif», paru aux éditions Dodo vole.

La 10e édition du prix Ivoire pour la Littérature africaine d’expression francophone s’est déroulée à Abidjan, samedi, à l’Heden Golf Hôtel, à l’occasion de laquelle le lauréat s’est vu remettre un chèque de 1 000 000 Fcfa et un trophée des mains du parrain, Guillaume Soro, président du Parlement ivoirien.

«Le jury, présidé par la romancière et dramaturge Werewere Liking, a été séduit par Vol à vif, roman porté par une écriture solide, remarquable, neuve. En conteur moderne, son auteur raconte l’histoire agitée des Dahalo, célèbres voleurs de zébus à Madagascar», rapporte un communiqué.

Rappelons que «Vol à vif», le troisième roman de  Johary Ravaloson, est sorti le 6 février dernier aux éditions Dodo vole. Passionnant et poignant à la fois, ce roman nous embarque dans le Grand sud, sur les traces des Dahalo qui continue à défrayer la chronique à Madagascar.

Joachin Michaël

 

News Mada4 partages

1er Rallye Tia Rc Tour : un coup d’essai, un coup de maître

La 3e manche du championnat RC de la saison en cours, le 1er Rallye Tia RC Tour, a été un franc succès, dimanche, dans l’enceinte Zital à Ankorondrano, que ce soit sur le plan technique ou au niveau organisationnel. 39 pilotes ont pris part à cette grande première.

Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître pour la team Tia RC, organisateur de cet évènement inédit. 39 pilotes se sont isncrits dans les différentes catégories et 43 bolides (ndlr, un pilote peut concourir dans plusieurs catégories et changer de voiture selon le type de course) ont roulé à vive allure sur la piste de l’enceinte Zital à Ankorondrano. Mieux, la team Tia RC a remporté le rallycross électrique, le rallye électrique et le run.

«Nous sommes plus que satisfaits de ce premier Rallye Tia RC Tour qui compte pour la 3e manche du championnat RC de cette saison 2017. Il y a eu un réel engouement tant au niveau des joueurs que des spectateurs. On voit que la discipline commence à prendre sa place dans la capitale mais surtout que les joueurs sont diversifiés. Aucun incident n’a été constaté, les joueurs ont été fair-play du début jusqu’à la fin. Nous sommes déjà en train d’établir le calendrier pour la saison 2018», ont indiqué les organisateurs.

Au final, Mandresy Andrianarison a remporté le rallycross thermique aux dépens de Jason Chu et Mahery Andrianarison. Pour sa part, Mamy Rakotohaja s’est imposé lors du rallycross électrique. Mandresy Andrianarison a récidivé lors du rallye themrique en signant un temps de 00 : 06 : 14 contre 00 : 06 : 32 pour Mahery et 00 : 06 : 42 pour Dina Rajaonah. Au temps scratch du rallye, Nary Mufasa est de loin le favori de cette course en remportant la SS1, l’ES2, l’ES3 et la SS5.

Au run, Mamy Rakotohaja a ravi la première place face à Tolotra Ranaivoson et Mahery Andrianarison. Au tuning, la victoire est revenue à Julio Ralison (New Beatle), Cédric (Mini Cooper) et Tiavina (Peugeot 206). Le trophée de la meilleure participation féminine a été décerné à Mbolatiana Ranaivo qui fait partie des organisateurs. Jerry Randriambola a remporté le trophée fair-play tandis que le trophée du plus jeune participant est revenu à Toky Rakotondrahaja. Vivement la prochaine édition !

Rojo N.

Les résultats

Rallycross électrique : 1- Mamy Rakotohaja (Mitsubishi Lancer Evo VI), 2-Nary Mufasa (Mitsubishi Lancer Evo X), 3-Alain Sneil (Marauder)

Rallycross thermique :1- Mandresy Andrianarison (Buggy Kawasaki), 2-Jason Chu (Mercedes), 3-Mahery Andrianarison (Nissan skyline GTR)

Rallye électrique : 1-Nary Mufasa (Mitsubishi Lancer Evo X), 2-Mamy Rakotohaja (Mitsubishi Lancer Evo VI), 3-Mira Randazavony (Subaru Impreza)

Rallye thermique : 1-Mandresy Andrianarison (Buggy Kawasaki), 2-Mahery Andrianarison (Nissan skyline GTR), 3-Dina Rajaonah (Nitro power sonic)

Run : 1-Mamy Rakotohaja (Xray T2), 2-Mtolotra Ranaivoson (Subaru), 3-Mahery Andrianarison (Buggy Kawasaki)

 

Midi Madagasikara4 partages

Toliara : Lehilahy 32 taona namoy fo, maty nisotro poizina

Raim-pianakaviana iray 32 taona, manan-janaka mianadahy, voalaza fa mipetra-drery nilaozan’ny vady aman-janany, no maty rehefa avy nisotro poizina. Ny fahitana tavoahangy plastika nisy sisan-toaka sy tavoahangy kely nisy poizina famonoana bibikely teo anilan’ny vatana mangatsiakany tao an-tranony, omaly naraina, no nironan’ny tombana fa namono tena izy, satria tsy nahitana dian-dratra na vono teny amin’ny vantany, raha araka ny fanazavana azo. Ny tolakandron’ny alahady teo, dia efa niteny tamin’ny teo amin’ny manodidina sy ny havany ity lehilahy ity, fa aleony maty toy izay hijaly sy ho afa-baraka. Tsy nisy niraharaha izany teniny izany ny rehetra, fa hoe mamo indray i L. (anarany) dia mirediredy.  Nony naraina ny andro, dia taitra sy ankona ny anabaviny, fa hatramin’ny 9 ora sy sasany, dia mbola tsy nivoaka ny trano ity anadahiny, izay voalaza fa tokony hanamboatra ny tranon-jandriny vao maraina. Nodondomina ny varavaran’ny tranony kanefa tsy nisy namaly, ka rehefa nosokafana dia vatana mangatsiaka tsy nisy aina intsony no hita nivalapatra somary niforitra teo am-pandriana. Noho ny famoizam-po vokatry ny olana ara-pitiavana sy ny trosa niavosa, dia efa indroa tao anatin’ny iray volana ity lehilahy monina ao amin’ny Fokontany Tanambao Sanfily Toliara ity no nikasa nanapitra ny ainy. Efa nalain’ny fianakaviany ny vatana mangatsiakany, ary halevina ny alarobia izao ny razana, raha ny fantatra araka ny tati-baovao voaray farany.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Diabète : L’importance du diagnostic et de la prévention

Aujourd’hui, la Journée mondiale du Diabète (JMD) est célébrée internationalement, dont à Madagascar. Pour la Grande île, la clinique AMADIA (Association malgache contre le diabète)-créée depuis 1982, sous l’impulsion du Lions Club Doyen et d’éminents scientifiques tels que le Pr. Ratsimamanga- sera le point focal de la célébration. Outre les dépistages gratuits de 8h à 12h30 aujourd’hui, des actions de sensibilisation seront menées en faveur du public.

Prévention. En effet, selon le Dr Haja R. président de l’AMADIA, la prévention reste essentielle face aux maladies d’envergure publique telles que le diabète. Effectivement, même si le diabète est une maladie chronique, il est possible aux diabétiques de « limiter les dégâts » en évitant les complications afin de mener une vie quasiment normale. Pour ce faire, le meilleur moyen demeure la prévention, qui se fait sur trois niveaux. Le premier concernant ceux qui ne sont pas encore atteints du diabète, qui devront mener une alimentation équilibrée et un mode de vie sain pour éviter la détérioration du pancréas et le diabète. Le second niveau concerne quant à lui ceux dont le diabète en est à ses premières phases. Dans ce cas, la prévention consiste à éviter les complications. Enfin, il y a le troisième niveau de prévention concernant les diabétiques dont la maladie fait déjà état de complications plus ou moins graves. L’objectif est alors de limiter autant que faire se peut ces complications, pouvant être fatales.

Facteurs modifiables. Dans tous les cas, il convient d’agir sur les facteurs de risques modifiables, tels que l’alimentation et le mode de vie, lesquels prédisposent les Malgaches au diabète selon le Dr. Bodo Razafindrakoto, responsable au sein de l’AMADIA. Celle-ci d’ajouter : « Compte tenu du contexte actuel, les Malgaches n’ont plus le temps de cuisiner et de manger sain. La plupart de nous mangeons ailleurs (« qu’à la maison ») où le gras, le copieux et le sucré priment sur la diététique et l’équilibre alimentaire. Or ce sont eux qui favorisent rapidement la destruction du pancréas, donc le diabète. »

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Activités universitaires : La reprise pour bientôt

Les cours vont bientôt reprendre dans les universités.

La reprise des activités pédagogiques au sein des universités publiques malgaches est en cours d’études et de préparation. Il convient de rappeler que lesdites activités ont été suspendues suite à la situation épidémiologique de la peste qui a sévi dans la Grande-Île. A cet effet, une Conférence des Présidents – extraordinaire – est prévue se tenir le jeudi 16 novembre prochain. Ce, afin de permettre une évaluation de la situation des calendriers pédagogiques mais également de décider des mesures d’accompagnement pour terminer l’année académique 2016-2017, la COPRIES extraordinaire. Une décision qui a été prise en fonction de la situation sanitaire actuelle d’après un communiqué émanant du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Peut-on y lire « actuellement, selon le ministère de la Santé Publique, la situation est sous contrôle : car sur les 54 districts touchés en août 2017, il ne reste plus que treize dans toute l’île. Par ailleurs, la décroissance des indicateurs épidémiologiques est très prononcée ».

Recueillis par José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Code électoral : Des partis et la société civile craignent une nouvelle crise politique

Les partis politiques et les entités de la société civile représentés au sein du « Comité de Vigilance Démocratique pour les Elections » (CVDE) et qui ont tenu une conférence de presse hier à Antaninarenina, accentuent la pression. Ils ont signé une déclaration commune où ils revendiquent un droit de regard sur l’avant-projet de loi sur le code électoral, la vulgarisation des textes électoraux et l’appui de la communauté international à leur démarche devant aboutir à l’organisation d’élections acceptées par tous en 2018. « La démarche exclusive du gouvernement risque de créer une nouvelle crise politique dans le pays. », prévient le CVDE.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Mois de la photo : Le rideau est levé sur les trois expositions

La photographie, dès sa naissance, entretient des relations opaques avec l’art. Puisque le mois de novembre est dédié à la photo, le microcosme est en pleine effervescence. Actuellement, les centres culturels accueillent multiples expositions. Pour le cas de l’Alliance française, dans le cadre de la célébration de ses 70 ans, elle héberge trois expositions en parallèle. Ouvertes officiellement hier, les clichés des « Regards croisés sur l’Océan indien », « L’alliance française dans la ville des Mille » et  les « coiffures traditionnelles malagasy » trônent déjà dans le hall du centre à Andavamamba.

Durant le vernissage, une centaine de photos constituent les trois expositions, Jean Paul Clément, Délégué général de l’Alliance française, de réitérer que ces évènements sont un partage culturel et historique. « C’est un prisme intergénérationnel mettant en lien la jeunesse avec l’histoire de ses ancêtres. Une invitation à découvrir ses repères culturels. « Regards croisés sur l’Océan Indien »  peut alors être vu comme une fenêtre à travers lequel les Îles Vanille peuvent entrevoir l’environnement et le patrimoine culturel dans la Zone Océan Indien » annonce-t-il dans son discours.

Une cinquantaine de photos issues de l’édition 2017 du concours régional « Regards croisés sur l’Océan Indien » constitue un point focus dans la célébration. Plusieurs thèmes sont abordés par des photographes professionnels et amateurs des îles de l’Océan Indien dont le développement durable, le métissage, les vestiges de l’histoire, l’art de la récupération et le vivre ensemble.

« Les coiffures traditionnelles » mettent en avant des portraits de femmes malagasy issues de plusieurs ethnies. Des femmes merina coiffées selon leurs régions, de même que  des sakalava, des Antandroy, des Betsimisaraka, Betsileo  ou encore des Antanosy. Le tout cadre évidemment avec « la valorisation et la préservation de l’identité culturelle malagasy par le biais de l’Art photographique » le thème par excellence choisi pour ce mois de novembre.

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada2 partages

Parc national d’Isalo : le nombre de visiteurs en hausse de 17%

Le Parc National d’Isalo est l’un des parcs les plus visités par les touristes étrangers à Madagascar. Une hausse de 17% du nombre de touristes a été enregistrée, de janvier à septembre 2017, comparée à la même période de 2016, selon les chiffres de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM).

Près de 18 148 visiteurs étrangers  ont exploré ce parc naturel de plus de 80 000 hectares cette année durant cette période contre 15 496 l’an dernier. S’ajoute à cela un accroissement du nombre de touristes anglophones enregistrés depuis le début de l’année.

Mis à part les touristes étrangers, le nombre de visiteurs nationaux a également connu une hausse de l’ordre de 32%, allant de 4 594 à 6 076, pour la même période. Ce qui a permis d’avoir un taux d’accroissement de l’ordre de 21% pour les deux catégories de touristes confondues qui choisissent la destination Isalo.

Riana R.

 

Midi Madagasikara2 partages

Antsirabe : Gadra tokony hifonja, voarohirohy amin’ny halatra omby indray

Tsy nisy nahafantatra azy ny fokonolona fa olona tokony higadra miandry ny fitsarana azy any am-ponja ity mirenireny sy manao ny asany andavanandro. Nanamafy izany ny fanadihadiana lalina nataon’ny zandary ary voaporofo fa tokony higadra miandry ny  fitsarana azy io lehilahy io, nefa dia izao voarohirohy amina halatra omby izao indray. Raha tsiahivina, nitrangana fanafihan-dahalo tao  Ampeka, fokontany Mananjary, kaominina Ibity, ny 7 novambra lasa teo. Omby roa no very tamin’izany saingy taorian’ny fanarahan-dia nataon’ny fokonolona sy ny zandary dia hita tao amina trano iray tao Andramamba, fokontany Verezambola Antsirabe I, ny omby ary nisy olona nitazona azy tao. Nambaran’ity farany fa nisy nanatitra tao aminy ireo omby ireo ary fantany tsara io olona io. Rehefa nohamarinina tao an-tranony anefa io olona io dia nilaza ilay ramatoa vadiny fa tsy eo izy fa migadra any am-ponja. Nohamarinina tany am-ponja niaraka tamin’ny zandary ilay io ary hitany tao tokoa fa tsy sahy niteny teo imason’ny tompon’ndraikitra  ilay vavolombelona raha tsy tany ivelan’ny fonja, noho ny tahotra, ka nibitsika tamin’ny zandary fa tena io tokoa ilay olona nambarany. Nitohy ny fanadihadiana nataon’ny zandary ary voaporofo fa  tena ilay rangahy tokony higadra mihitsy ity voarohirohy ity. Isan’ny porofo mivaingana tamin’izany, hoy ny zandary, ny fahatratrana ny zana-drahalahiny izay nilaza sy niaky fa niaraka taminy ny alin’ny nahevery ny omby tao amin’ny vohitra antsoina hoe Vonizina, nitsena ny omby naterina dahalo miisa dimy. Ankaotra izay ny fijoroana vavolombelona maro milaza fa dia manao ny asany andavanandro izy io, ankoatra ny mpanampiny izay nanamafy fa mivoaka isan’andro ilay io mandanja hena. Marihina moa fa resaka fividianana  omby halatra no mahavoasaringotra ity gadra ity sy ireo namany ary atolotra ny fampanovana anio izy ireo araka ny fanazavan’ny GPHC Damy Bevahiny lehiben’ny borigady Andranomadio Antsirabe. Matetika no andrenesana fa olona voafonja hatrany ireo voasambotra manao asa ratsy etsy sy eroa eto Antsirabe sy ny manodidina. Isan’izany ny tranga tao Betafo, Antsoatany, dia ity tranga ity indray. Hatraiza ny fetra hamelana ireo voafonja hivoaka manao ireny asa antsitra-po, na MOP “main d’oeuvre Penal”, fa ireny matetika no manita-kevitra manao ny asa ratsiny ihany, sa ve azo ivoahana sy hidirana ny fonja eto Antsirabe? Manontany tena ny rehetra fa ny fanadihadiana no hamantarana izany.

Andry N.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Dr. Stella Soanirina Verry : « Paris se souvient » des victimes des attentats du 13 novembre 2015

Le Dr. Stella Soanirina Verry dînait dans ce restaurant lorsqu’elle était tombée sous les balles des terroristes.

« Paris se souvient ». Ce tweet de la maire Anne Hidalgo illustre ce qui s’est passé hier dans la capitale française où les souvenirs des attentats du 13 novembre 2015 restent vivaces dans les esprits. Du Parisien lambda au plus haut sommet de l’Etat, en passant aussi et surtout par les familles des 350 blessés et des 130 morts. Les Malgaches de là-bas et d’ici n’ont pas non plus oublié qu’une des leurs, en la personne du Dr Stella Soanirina Verry avait perdu la vie alors qu’elle dînait au restaurant « Le Petit Cambodge » dans le 10e arrondissement de Paris. Là même où Emmanuel Macron – accompagné de son épouse – s’est rendu hier en milieu de matinée, pour rendre hommage aux 13 personnes qui se trouvaient au mauvais moment et au mauvais endroit au soir du vendredi 13 novembre 2015.

Fonds de garantie. Le président français qui s’est déplacé sur tous les lieux de tuerie hier, a pris le temps de saluer les familles des victimes dont celle probablement du médecin malgache qui était la petite fille du directeur de cabinet de la Présidence sous la Première République. Et qui avait 37 ans au moment des attentats. Deux ans après, l’enquête n’est pas toujours terminée. Selon le procureur de Paris, les juges d’instruction comptent boucler le dossier au printemps 2019. En attendant, de nombreuses victimes ont été indemnisées d’après le Fonds de Garantie des Victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions. Reste à savoir si les proches du Dr Stella Soanirina Verry en font déjà partie.

R. O

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Antsirabe : Mpianaka nahatratrana rongony sy taratasim-bola fanaovana vola sandoka

Roa volana lasa izay no efa ravan’ny polisy teto Antsirabe ny tambajotra mpivarotra rongony tao amin’ny fokontany Atsimotsena sy Ampatana. Tsy nanafoana ny fisian’ireo mpivarotra anefa izany fa misy hatrany ireo izay manao fivelomana azy ity mihitsy. Ramatoa lehibe iray tokony ho 53 taona sy zanany  lahy 21 taona no saron’ny polisy indray tao amin’ny fokontany Mahazina ny Sabotsy  11 Novambra lasa teo. Loharanom-bavovao avy tamina olona tsara sitra-po no nahafantarana fa misy olona manao vola sandoka sy mivarotra rongony ao Ambohimena ao. Niroso avy hatrany tamin’ny fisavana ilay trano ahiahiana ny polisy rehefa nahazo alalana tamin’ny fitsarana. Nitombina tokoa ny filazan’ny olona, hoy ny BRSP eto Vakinankaratra, fa tratra tao amin’ilay tokantrano ny rongony milanja 2kg sy fonosana rongony maromaro. Ankoatra izay dia mbola tratra tao amin’ity tokantranon’izy mianaka kely ity ihany koa ny taratasy fanaovana vola sandoka. Mitovy habe amin’ny vola 10.000 ariary izy io. Marihina fa taratasy hafa mihitsy,  miendrika ireny « papier calque » ireny, miloko mainty, ary mbola nisy fanafody gasy koa miaraka amin’ny fomba fampiasa azy ary nafenina tao amina tranom-bitro izy ireo. Nolavin’izy mianaka ny fitahirizana ireo taratasy fanaovana vola sandoka ireo fa ny fivarotana rongony no nekeny fa tena fanaony tokoa. Tsy vitan’ireo ihany ny entana tratran’ny pôlisy tao amin’izy mianaka ireto fa mbola nahitana fanafody anaty baoritra maromaro. Tsy fantatra ny tena asan’ireo fanafody ireo na ampiasana amin’ny fanaovana vola sandoka na afera hafa mihitsy. Nanamafy ny kaomisera divisionera fa ny fiaraha-miasa amin’ny fokonolona eny ifotony no tena ahitam-bahaolana toy izao ka nanentana hatrany ity farany amin’ny fiaraha-miasa fa hotazomina ho tsiambaratelo hatrany izany.

Andry N.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Aliments sains et sûrs : Le CNRE accompagne le secteur productif

Une participation du CNRE à l’événement du CLAM.

Le Centre National de Recherches sur l’Environnement (CNRE), a participé activement à l’événement organisé par le Consortium des Laboratoires Agroalimentaires de Madagascar (CLAM), dans le cadre de la célébration de son 10e anniversaire. Cette manifestation s’est déroulée à l’Hôtel de Ville Analakely, du 09 au 11 novembre dernier. A travers son stand et ses trois chercheurs, cette entité a présenté sa place dans le domaine du suivi et d’amélioration de la qualité des aliments aussi bien pour la consommation locale que pour l’exportation. Plus précisément, elle accompagne le secteur productif ainsi que les consommateurs pour avoir des aliments sains et sûrs.

Valoriser des produits. Dans le cadre de cet événement, Dr Zo Randriamahatody du Laboratoire d’Analyse et de Contrôle des Aliments et des eaux (LACAE) du CNRE a, entre autres, expliqué qu’il est possible de valoriser certains coproduits de la pêche comme les écailles de poisson pour en produire des molécules d’intérêt alimentaire d’importance considérable. « Ces écailles contiennent en effet environ 56% de protéines, 42% d’éléments minéraux, 19% de calcium et 18% de phosphore. Ce sont des informations souvent ignorées dans le domaine de l’exploitation des produits halieutiques », a-t-il évoqué. Pour sa part, Dr Onja Andriambeloson du Laboratoire de Microbiologie de l’Environnement au sein du CNRE, a fait savoir l’importance des analyses microbiologiques ainsi que de l’apport nutritionnel des matières premières et du produit fini en prenant entre autres le cas des chips de banane plantain. « Ce produit pourrait constituer en effet une source non négligeable d’aliments de qualité permettant de valoriser les ressources issues du Nord Est de Madagascar, plus particulièrement la région de SAVA », selon ses dires.

Agriculture urbaine. Par ailleurs, l’autre chercheur du CNRE, en la personne de Virginie Rasoamampianina a mené une sensibilisation auprès du grand public sur les maladies souvent rencontrées en milieu urbain tropical comme la cysticercose. Lors de son intervention, elle a étalé certaines mesures d’hygiènes faciles à prendre permettant d’éviter plusieurs maladies. On peut citer entre autres, le lavage des mains, la lutte contre la défécation à l’air libre et l’élevage en porcherie. Cette stratégie contribue en même temps à développer des programmes de développement tel que l’agriculture urbaine.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Ministère de l’Economie et du Plan : Employabilité et HIMO structurée dans la Région Androy

Compte tenu de la situation dans le Grand Sud en matière d’emploi et de travail décent, l’ensemble de la population active constituerait la cible d’un programme de promotion du travail décent. Ainsi, les populations vulnérables figurent en priorité dans tous les programmes du ministère de l’Economie et du Plan. Une mission conjointe a été effectuée par ce département ministériel en collaboration avec le Bureau International du Travail (BIT), dans la Région Androy particulièrement dans les districts de Tsihombe et Ambovombe. L’objectif étant de collecter au maximum d’informations afin de bien pouvoir mener des études préalables sur les projets pouvant souligner les projets HIMO structurés qui consistent à une utilisation optimale de la main d’œuvre en tant que ressource principale dans les travaux. Le recours à d’autres ressources locales et aux matériels légers n’est pas en reste dans le dessein d’obtenir une bonne qualité et une rentabilité appréciable des travaux exécutés. Le ricin, une filière phare, l’ouvrage bois et le tissage de la soie figurent parmi les activités méritant des appuis techniques dans cette région. Et un atelier a été organisé dans le district d’Ambovombe dans le but de connaitre les attentes de la population locale vis-à-vis de ces missions.

Recueillis par Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Harry Laurent Rahajason : Carte professionnelle et rumeurs évoquées par le ministre

Le Ministre de la Communication, de l’Information et des Relations avec les Institutions Harry Laurent Rahajason  a tenu une conférence de presse, hier, à Nanisana. Deux points ont été soulevés par le ministre. Il s’agit notamment de la commission chargée de la délivrance de la carte professionnelle et des rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux. Sur le  premier point, il a parlé de faux journalistes qui exercent dans le métier. Selon ses dires, le recensement en 2016 fait état de 1300 journalistes, or en réalité, il ne devrait y avoir que 700. Il incombe ainsi à la commission de délivrance de la carte professionnelle de procéder à un contrôle physique. Toutefois, il a éludé la désignation des membres de la dite commission notamment les critères de sélection. Pour le deuxième point le ministre de constater que des gens malintentionnés sont en train de salir le métier de journalisme. Il a cité ceux qui ont des « compte fake » et qui propagent de fausses nouvelles. Il a ainsi annoncé qu’il va « traquer » ces fauteurs de trouble à l’ordre public.

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Sûreté aéroportuaire : Visite d’un spécialiste international de la cynotechnie

Shanmugalingam, officiant principalement en France et Europe dans les spécialités techniques relatives à l’élevage, dressage et emploi des chiens de travail dans divers domaines (détection olfactive, patrouille/défense et pistage) était de passage à Madagascar.

Détenteur de nombreux titres lors de compétitions internationales et mondiales dans ces diverses spécialités (rien que pour 2017 : champion du monde par équipe, 4e en individuel et vice-champion de France), Shanmugalingam est un expert internationalement reconnu et d’un apport technique indéniable. Profitant de ce passage à Madagascar pour plusieurs jours, à la demande spécifique de CSPI/SAMADA, M. Shan a pu mener des audits techniques sur l’ensemble des équipes cynotechniques présentes au sein de cette société qui a en charge la sûreté aéroportuaire.

En effet, les chiens, notamment ceux dédiés à l’olfaction, sont considérés comme l’outil d’avenir par l’aviation civile internationale pour la détection des menaces notamment, celles constituées par les matières explosives (manufacturées ou de fortune), sans omettre les poudres que l’on trouve dans les munitions d’armes à feu et grenades. Des études très sérieuses, au niveau mondial, montrent que les chiens ont une finesse de détection 250 fois supérieure à n’importe quelle machine de détection existant à ce jour (RX, détecteur d’explosif…) et de plus, le chien peut être déplacé, n’importe où, à n’importe quel moment du jour et de la nuit, et ne nécessite aucun support (électricité, pièce de rechange) sinon des croquettes de qualité pour un bon moral… !

Haut niveau. Ces plusieurs jours ont été dédiés à des évaluations pointues, contrôles opérationnels de mises en œuvre, rédaction de manuel de cours et vérifications des procédures de détection, entre autres. L’expert international s’est déclaré extrêmement satisfait de l’efficacité des chiens présents dans nos aéroports à Madagascar en comparaison avec ceux présents en Europe et du sérieux du travail quotidien mené tant à l’entrainement que pendant les activités opérationnelles sur les aéroports. Les échanges techniques menés avec les deux instructeurs de CSPI/SAMADA, ainsi qu’avec les 22 maîtres-chiens malgaches formés par CSPI/SAMADA, ont également permis de dégager des voies d’amélioration et d’optimisation de cette ressource unique à Madagascar, celles-ci ont été mises en œuvre dès son départ.

Un point très positif et encourageant qu’il convient de noter à l’actif de la sûreté aéroportuaire de Madagascar, CSPI/SAMADA. Rendez-vous est déjà pris avec les équipes de SAMADA pour maintenir ce haut niveau, procéder régulièrement à des évaluations et échanger sur les dernières nouveautés relatives à ce métier, toujours en mouvement et unique à ce niveau à Madagascar. De plus, M. Shan indique avoir apprécié l’accueil typiquement malgache dont il a bénéficié, tant personnellement que professionnellement.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Basket-ball – N1A : Des affiches alléchantes au programme

La seconde phase du Championnat de Madagascar N1A  hommes  et  dames se disputera du 2 au 10 décembre prochain au Palais des Sports et Stade Annexe Mahamasina. Les tickets pour la CCCOI 2018 seront en jeu.

Après presque un mois d’attente, la fédération malgache de basket-ball a tranché. La seconde phase du Championnat de Madagascar N1A  hommes  et  dames se disputera du 2 au 10 décembre prochain au Palais des Sports et Stade Annexe Mahamasina.  Pour cette joute retour, les équipes de la même poule se rencontrent. Les rencontres s’annoncent serrées et alléchantes. La formation de Soma Beach basketball Club de Boeny (SBBC) a terminé première de la phase aller avec 12 points au mois de juin à Mahajanga. Elle est leader dans la poule A  et attend de très près cette reprise de la compétition. L’équipe du SBBC attend surtout le choc l’opposant à la Gendarmerie nationale basketball Club (GNBC), tenante du titre. Les Djoma et consorts s’opposeront aussi aux équipes du Cospn d’Analamanga, Cosmos Diana et 2BC Vakinankaratra. Dans la poule B, l’Association Sportive et Culturelle de Boeny (ASCB) est provisoirement en tête, mais, talonnée par l’Ascut d’Atsinanana et TMBB Analamanga. Dimanche dernier, les Majungais de l’ASCB viennent de triompher au tournoi « Allée des Baobab » à Morondava. Une victoire de plus pour la bande à Elly qui espère remporter leur premier titre en N1A. Les Tamataviens de l’ASCUT sacrés champions de la Coupe des Clubs Champions de l’Océan Indien (CCCOI), classés 2e ne vont pas rester les bras croisés. Les poulains de Herilanto Randriamanalina veulent récupérer leur titre perdu depuis deux saisons. Dans les hostilités féminines, MB2All Analamanga prend le fauteuil de leader avec 10 points. Elle est talonnée de près par Fandrefiala, sacré championne de l’océan indien et SBBC qui enregistrent chacune 9 points. Comme la trêve de la peste a obligé les nombreux organisateurs d’évènements à annuler leurs festivités, les trois jours de rencontres éliminatoires se dérouleront au Stade Annexe Mahamasina avant d’entrer au Palais des Sports de Mahamasina. Cette phase retour du sommet national N1A servira de détection pour la direction technique en vue de sélectionner les joueurs pour l’équipe nationale en vue des échéances internationales à venir.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Festival Sambaraha : Une édition autour de la « découverte »

Les organisateurs vont mettre l’accent sur la culture.

Une édition plus grandiose et plus inédite que les précédentes ! C’est ce que concoctent les organisateurs du festival Sambaraha du 20 au 23 décembre prochain à Fort-Dauphin. Pour cette année, le Cosfa (comité d’organisation du festival Sambaraha) veut effectivement mettre l’accent sur la culture. Raison pour laquelle sera installé un village dans lequel les visiteurs pourront en savoir davantage sur les cultures faisant la particularité de la ville de Fort-Dauphin ainsi que celles des communes avoisinantes. Le thème de cette sixième édition tourne d’ailleurs autour de la « découverte ». Le festival, autrement, réserve de nombreuses surprises. Outre la participation des artistes, et les rencontres et manifestations sportives, le public peut donc s’attendre à faire des découvertes. Véritable vivier culturel du pays, le Sud de Madagascar peut donc se préparer à être entraîné par la liesse que « Sambaraha » promet à travers sa programmation.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada1 partages

Analakely : jiolahy tratra nanendaka Holandey

 Naiditra am-ponja omaly ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny fanendahana teratany vahiny holandey iray teny Analakely, ny alahady maraina teo. Tratran’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany faharoa teny  Petite Vitesse ireto jiolahy roa ireto tamin’io fotoana io rehefa avy nanendaka ilay teratany vahiny teny amin’ny araben’ny Fahaleovantena Analakely. Narahan’izy ireo avy aoriana ilay teratany vahiny izay tsy nanampo na inona na inona kanjo voaendaka tampoka. Lasan’ireo olon-dratsy tamin’izany ny rojo volamena niaraka tamin’ny diamant mitentina 300 euros. Nifanenjehan’ny polisy avy hatrany ireo jiolahy ka noraisim-potsiny. Nohamafisin’ny polisy fa efa nigadra teny amin’ny fonjan’Antanimora ny iray amin’ireto jiolahy ireto. Eny amin’ny faritra Andoharanofotsy sy Anosibe ry zalahy ireto no mipetraka saingy tonga manao ny asa ratsiny eny Petite Vitesse. Maro ny olona efa nitondra faisana tamin’ireto jiolahy ireto teny Petite Vitesse sy ny manodidina.

Jean Claude

Ino Vaovao1 partages

BONGON’I JAIKY AMBILO BETSIAKA : Mibaribary ny fitongilanan’ireo avy amin’ny Harena an-kibon’ny tany

Any amin’ny halalin’ny tany mahatratra 80m any ho any no nampifanatona ireo vavam-patana ho an’ny olona roa samy hafa ireo, ka ny fidiran’ny andaniny amin’ny ankilany amin’ny fakana vokatra volamena no miteraka disadisa.

Natsangana ny rindrina manasaraka ny fatana 505 sy 844

Misy araka izany ny fifanolanana eo amin’ny roa tonta, ka nahatonga ny tompon’andraikitra isan’ambaratongany aty amin’ny Faritra Diana niroso tamin’ny fandaminana mba hamahana ny disadisa. Tapaka tamin’ny fivoriana nataon’ny Omc sy ireo solontenan’ny mpifanandrina isany, izay notarihan’ny préfet eto Antsiranana ny 20 jona 2017 lasa teo, ny fametrahana rindrina mampisaraka ilay faritra izay niteraka olana.

Marihina fa fanalana ny naoty fampiatoana izay navoakan’ny préfet tamin’ny asa tamin’ireo fatana mifanandrina ireo no anton’ity fivoriana voalaza ity. Fanapahan-kevitry ny mpivory ny fananganana rindrina manasaraka ireo fatana roa matetika misy ady ireo, mba hahafahana mametraka filaminana, ka samy afaka miasa amin’ny faritra misy azy ny tsirairay. Izany rehetra izany dia misy taratasy fanamarinana izay misy sary manaporofo nataon’ny vadintany izay nanao fitsirihana tao Ambilo tamin’ny 30 avrily lasa teo.

Tsara marihina fa teo ambany fitarihan’ny vadintany niaraka tamin’ny tale iraisam-paritra ny harena an-kibon’ny tany aty Antsiranana ny fametrahana ny rindrina, ary natrehan’ireo mpifanandrina roa tonta sy ny vaomieran’ny fatana, ny mpitondra tao an-toerana mba tsy fisian’ny fitongilanana.

Tsy nifanaraka tamin’ny firaketana an-tsoratra ny naoty

Taorian’izany dia efa nisy ny fampihavanana tamin’ny andaniny sy ny ankilany mahakasika ny olana amin’ny fitrandrahana volamena amin’ny bongon’i Jaiky ao Ambilo Betsiaka ity.Ny zava-misy taty aoriana indray dia nisy ny famoahana naoty n° 053/2017-MPMP/SG/DIRREG.D, ny 24 jolay 2017, izay nampiatona indray ny asa fitrandrahana volamena amin’ny fatana 505 sy 844, izay nosoniavin’ny tale iraisam-paritra ny harena ankibon’ny tany Antsiranana.

Tsy vitan’izany naoty fampiatoana ny asa izany ihany fa namoahana naoty hafa koa indray, mitondra ny laharana 160-17/MPMP/SG/DGM, tamin’ny 02 novambra teo, izay nidina avy any Antananarivo nosoniavin’ny tale jeneralin’ny harena ankibon’ny tany sy ny solitany.

Mifanohitra tanteraka tamin’ny firaketana an-tsoratra tamin’ny fivoriana momba ity ady fatana 505 sy 844, izay niarahana tamin’ny Omc taty an-toerana ny voarakitr’ilay naoty avy any amin’ny minisitera. Ity naoty farany dia manala ny fampiatoana ny asa fitrandrahana volamena. Ny zava-misy anefa dia ny fandrodanana ny rindrina izay manasaraka ny mpifanolana, mba hahafahan’ireo avy amin’ny vavampatana 505 manohy ny lalam-bato ary tafiditra hatramin’ilay faritra nahatonga ny disadisa ; fandrarana ihany koa izay asa mety hanelingelina ny fatana 505 ihany ary ny hamiliana amin’ny lalam-bato hafa ho an’ny fatana 844.

Ireo teboka telo voalaza eo ambony ireo no voasoratra mivandravandra ao amin’ilay naoty avy any Antananarivo tamin’ny 2 novambra lasa teo. Marihina fa nandefa fitarainana teo anivon’ny minisiteran’ny Harena ankibon’ny tany ireo avy amin’ny vavam-patana 844 ny 8 aogositra lasa teo, ary voalaza fa nangataka ny hihaona tamin’ny minisitra voakasika nefa tsy voaray. Ny mba hampanjakana ny fahamarinana avy any ifotony ary mba tsy ho feon-dakolosy tokana no henoina no nanaovan’ireto farany fitarainana. Nampiahiahy ny maro araka izany fivoahan’ny naoty farany ity raha tsy hilaza afa-tsy ny fisian’ny fitongilanana.

Nitongilana amin’ny tompon’ny fatana 505 ny avy amin’ny minisiteran’ny harena an-kibon’ny tany

Tsy fantatra mazava tsara ny ao ambadik’izao ady fatana izao fa toa misy fitongilanana ny eo anivon’ny minisiteran’ny Harena ankibon’ny tany, raha io naoty nivoaka farany ity no asian-teny. Manahy ny mety ho fisian’ireo besandry ho mitsabaka amin’izany. Ankoatra izany dia mampanontany ihany koa ny hoe "fehezan-dalàna nalaina avy aiza ity fanapahan-kevitra noraisin’ireo avy amin’ny minisitera ny harena ankibon’ny tany, nahafahan’izy ireo namoaka io naoty voalaza eo ambony io ? Avy tamin’ny lalàna mifehy ny fitrandrahana sa nivoaka avy aiza ?

Satria dia fantatra fa mifanohitra tanteraka izay voalazan’ ny Dina ao amin’ny Toko IV andininy faha-39 sy faha-40. Marihina fa misy ny Dina mifehy ny fiasana volamena ao anatin’ny kaominina Betsiaka, natao tamin’ny daty 2 janoary 2013. Izany Dina izany dia ara-dalàna izay voatokana raha ny resaka fitrandrahana volamena ao Ambilo Betsiaka izay ara-dalàna, nefa ohatra ny voadingana izany fa tena mibaribary ny fitongilanana.

Mbola tsy teo amin’ny fitondrana ireo mpitondra ankehitriny no efa teraka ny Dina. Anisany mampiahiahy ny mpanara-baovao ity ady fatana misy eo amin’ny vavam-patana 505 sy 844 ao amin’ny bongon’i Jaiky ity. Lasa nitongilana any amin’ny 505 ny avy amin’ny Harena ankibon’ny tany. Azo heverina fa matoa misy ny fitsirihana nataon’ny vadintany, niafara tamin’ny fametrahana rindrina manasaraka ny andaniny sy ankilany teo anatrehan’ny mpifanandrina roa tonta, mba hisian’ny filaminana nataon’ireo avy amin’ny Omc aty an-toerana dia azo ambara fa ao ihany ny antony nahatonga izany. Nifanohitra tanteraka anefa ny zava-misy avy any Antananarivo raha nidina ifotony ka ny andaniny ihany no niaraka tamin’izy ireo nanao fitsirihana, izay azo adika fa nisy ny tsindry bokotra. Manontany tena araka izany ny mpanara-baovao fa iza marina ny mpanararaotra ao ambadik’ity ady fatana ao amin’ny bongon’i Jaiky ity. Marihina fa ireo fatana miady ireo dia voalaza fa efa nahazoam-bokatra roapolo kilao nisesisesy.

Ahiana araka izany ny mety hisian’ny mpanararaotra ao ambadik’izao raharaha izao. Fantatra fa anisany mpiaro izay manana ny marina voatsindry Itompokolahy Zafy Albert, ny raha misy anefa mbola tsy ampy volana iray ny nahafatesany dia efa naneho vangy ireo mpanararaotra nisisika hitady ny tombontsoany manokana, raha ny tranga misy no ambara.

Ahiana hiteraka korontana ny toe-draharaha

Manoloana ny zava-misy kosa indray dia tsy hanaiky tsotra amin’izao ny fokonolona ao Ambilo ary ahiana ny mety hisian’ny korontana. Mahita izy ireo fa toa natao tsinontsinona ny voalazan’ny dina mikasika ny fitrandrahana volamena ao Betsiaka. Matetika anefa raha misy disadisa tahaka izao dia mibaribary avy hatrany ny fampiasana hery amin’ny endriny samihafa ataon’izay mahitahita na dia tsy manana ny marina aza. Efa tsy lazaina ihany koa ny fanamparam-pahefana sy fisehosehoana amin’ny fahalalana olona ambony, raha amin’ny resaka ady fatana ao Ambilo no resahina.

Tsy vitsy ihany koa ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny faritra, distrika, kaominina izay efa nesorina tamin’ny toerany mahakasika ny raharaha volamena ao amin’ny faritra Betsiaka. Ny mahavariana ny mpitazana anefa dia tsy arakaraka ny fivoahan’ny volamena ao Betsiaka sy ny manodidina ny fampandrosoana misy ao anatin’ity tanàna manan-karena volamena an-taonina maro ity. Azo lazaina araka izanyfa misy ny fitantanana gaboraraka ka tsy voafaritra mazava ihany koa ireo vokatra volamena mivoaka avy ao Betsiaka.

Mpanjono

News Mada1 partages

Fifidianana 2018 : tsy ny vahoaka no matahotra fa ny mpitondra

Tsy tokony hatahotra fifidianana ny vahoaka, tsy maintsy hatao amin’ny 2018 ny fifidianana, tsy maintsy misy filoham-pirenena voafidy amin’ny 25 janoary 2019… Izany indray no voizin’ny mpitondra tato ho ato, hanamarinan-tena sy ibontsimbontsinana aza. Hatramin’izay, tsy ny mpitondra ve no tsy matoky tena amin’ny fifidianana? Tsy inona fa tahotra ny fitsaram-bahoaka amin’ny fandatsaham-bato.

Tahotra fiatrehana ny safidim-bahoaka, ohatra, ny tsy nanaovana fifidianana filoham-paritra sy filoham-paritany hatramin’izany. Manginy fotsiny ny hosoka sy hala-bato maharikoriko tamin’ny fifidianana kaominaly, 31 jolay 2015. Toy izany koa ny fanerena sy fandrahonana ary fividianana mpifidy vaventy tamin’ny fifidianana senatorialy, 30 desambra 2015. Izany no hoe tsy matahotra fifidianana?

Mbola tahotra fifidianana koa ny fitadiavana ny paipaika hikitihana ny lalàmpanorenana amin’izay mahametimety ny tena? Na handresena amin’ny fifidianana… Tsy matoky tena amin’ny fitsaram-bahoaka amin’ny latsa-bato noho ny tsy fahombiazam-pitantanana. Manana izay hambarany amin’izany ny vahoaka manoloana ny tsy fandriampahalemana lava, fidangan’ny vidim-piainana, ady sy fandrobana tany…

Miandry fifidianana ny vahoaka

Raha ny marina, ny vahoaka aza no tena miandry fifidianana, fa tsy hoe matahotra izany. Tsy misy hahazoany maneho hevitra, raha tsy amin’ny alalan’ny fandatsaham-bato: hanilihana ny mpitondra tsy mahatanteraka ny teny nomeny tamin’ny fampielezan-kevitra. Izay mitady hihetsika tsinona, potehina amin’ny fampiasana herim-pamoretana fa hoe manakorontana, manongam-panjakana.

Raha misy ny tahotry ny vahoaka, izay entina fa tsy mitondra: ny fanamparam-pahefana afitsoky ny isan-tsehatra sy isan’ambaratonga mba hahazoan’ny « kandidàm-panjakana » fandresena amin’ny fifidianana. Manomboka amin’ny mety tsy hahavoasoratra anarana ny tena ao anaty lisi-pifidianana izay, hatramin’ny mety hisian’ny hosoka sy hala-bato amin’ny voka-pifidianana: tsy zava-baovao.

Izany rehetra izany, ohatra, no mampiady mafy ny firaisamonina sivily momba ny fandrafetana ireo didy aman-dalàna mifehy ny fifidianana. Mbola ady hafa koa ny amin’ny ny fanajana sy fampiharana izany, indrindra ny fanasaziana izay manitsakitsakana azy. Iza no tena matahotra amin’izany?

R. Nd.

News Mada1 partages

Mivoatra hatrany … : handray vahiny maro ny « Slam national »

Mbola mitohy ny fifanintsanana isam-paritra (Antananarivo, Antsirabe, Fianarantsoa, Mahajanga ary Toamasina) eo amin’ny « slam poezia » ho fiatrehana ny famaranana, hotanterahina eto Antananarivo, mandritra ny « Slam National » andiany fahavalo. Hotontosaina ny 2 hatramin’ny 9 desambra izao izany.

Mihamaro hatrany ireo liana amin’ity karazan-javakanto ity. Mitondra fanatsarana sy zava-baovao ho an’ny hetsika « Slam National » ny mpikarakara, Madagaslam, ho fanomezana fahafaham-po azy ireo sy, indrindra, hanehoana ny hakanton’ity taranja, izay azo lazaina ho « vaovao » nefa miavaka ity.

Amin’ity andiany fahavalo ity àry, hampiantrano vahiny maromaro, mpanao « slam poezia », samy efa fanta-daza any amin’ny firenena niaviany avy (Belzika, Alemaina, Gabon, Soisa), ny « Slam National ». Anisan’izany i Narcisse, teratany soisa, izay sady mpiahy ny fifaninanana amin’ity taona ity. Ankoatra ny fizarana traikefa, haneho ny talentany koa izy, ny 6 desambra, ao amin’ny Institut français de Madagascar (IFM).

Tsiahivina fa misy sokajy roa : ny mandeha irery sy ny ekipa ny fifaninanana « slam poezia ». hotontsaina ny 9 desambra tolakandro ny famaranana. Ankoatra ity fifaninanana ity, ho fotoan’ny fety sy ny fifampizarana ny « Slam National ». Hisy ny atrikasa ampianarana ny fomba fanoratana sy fiantsana, fampisehoana samihafa, sehatra malalaka, fanentana sy fampirantiana.

Landy R.

 

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : les tirailleurs malgaches (1)

On sait que, parmi les bataillons que le recrutement de Madagascar fournit actuellement sur notre front, les uns combattent, les autres sont uniquement employés comme bataillons d’étapes. Un de ces bataillons a été constitué au camp de Saint-Raphaël, conformément à la décision ministérielle du 8 décembre 1916, et dès le 4 avril 1917, joyeux et plein d’entrain, il quittait le camp pour être dirigé vers la zone des armées. Il débarqua à Soissons et fut mis du 10 au 30 avril à la disposition du génie et de l’artillerie pour des travaux routiers et des manutentions de matériel et de munitions.

Tandis que le reste du bataillon devait être employé au ravitaillement des unités d’assaut, une de ces compagnies fut désignée avec la compagnie de mitrailleuses, pour participer aux attaques contre le canal de l’Aisne et voie ferrée de Soissons-Laon. Les deux compagnies furent engagées, le 5 mai, par le colonel du R., sous les ordres de qui elles avaient été placées ; elles s’élancèrent, comme à l’exercice, à l’assaut de la tranchée « Aviatik » qui leur avait été assignée comme objectif, l’atteignirent, mais ne purent s’y maintenir, notre progression sur le mont des Singes ayant été arrêtée par des mitrailleuses allemandes qui n’avaient pu être réduites. Quelques jours après, le bataillon de tirailleurs malgaches attaché à la … D.I. fut de nouveau employé par moitié en ligne et par moitié pour le service routier et les ravitaillements.

Les services rendus depuis cette date par le bataillon malgache ont été reconnus par le général commandant le D.I. dans son ordre du 13 août 1917.

« Au moment où le bataillon de tirailleurs malgaches va quitter le D.I., le général de division tient à lui exprimer ses regrets de se séparer d’une belle troupe qui lui a donné toute satisfaction.

« Par leur tenue, leur attitude, leur discipline, leur bonne volonté au travail, les tirailleurs malgaches n’ont mérité que des éloges et les unités mises en secteur ont tenu très honorablement le front qui leur a été confié.

« Le général est persuadé que le bataillon continuera à rendre d’excellents services partout où on l’emploiera et il lui adresse son adieu, avec les meilleurs souhaits pour tous. »

(À suivre.)

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada1 partages

Sahirana ny firenena : tsy voafehy ny vidim-piainana

Hodinihina amin’ny 15 novambra ho avy izao eny amin’ny antenimiera roa tonta ny tetibola 2018. Ny  tsara homarihina, tsy voafehy ny vidim-piainana ny taona 2017 teo.

Tsy tanteraka ny vinavina! Singa iray anisan’ny itarafan’ny besinimaro ny fandrosoan’ny toekarena na tsia ny fidangan’ny vidim-piainana. Raha ny tarehimarika navoakan’ny teknisian’ny fanjakana, mpahay toekarena, novinavinaina tao anatin’ny tetibola (LFI) 2017 fa ho 7,1% ny fidangan’ny vidim-piainana amin’ity taona ity. Namoaka tarehimarika ny Banky foiben’i Madagasikara, fa nahatratra 8,2% ny tahan’ny fisondrotry ny vidin-javatra andavanandro araka ny tondrom-bidim-panjifana (IPC)*, ny fiandohan’ny volana aogositra 2017 raha kajiana ny herintaona, mitovy fiovaovana nandritra ny volana jolay. Anisan’ny tena nahatonga an’io ny fidangan’ny vokatra avy eto an-toerana, toy ny vary, ohatra. Raha ny hita ao anaty tetibola 2018 indray, voalaza ao fa ho 7,8% ny tahan’ny vidim-piainana.

Tsikaritra fa tsy nitombo ny haren’ny tokantrano malagasy, satria voalaza ao anatin’ny fanazavana savaranonando fa maro tsy mitsa-mitombo ny mponina an-tanàn-dehibe, mirongatra ny asan-jiolahy sy ny tsy fandriampahalemana ambanivohitra, eo koa ny tsy fahafaha-mamokatra vokatry ny fiovaovan’ny toetr’andro, ny tsy fandriampahalemana

Ambany ny fampidiran-ketra

Ankoatra ireo, manodidina ny 11,4% hatrany ny tahan’ny fampidiran-ketra eto Madagasikara amin’ny taona 2018, toy ny tamin’ity taona ity hany. Anisan’ny ambany indrindra aty Afrika sy maneran-tany io taha io, na efa mitaraina aza ny mpandraharaha sy ny orinasa fa midangana ny hetra takin’ny fanjakana aminy.

Efa voafaritra nanomboka ny taona 2016 teo koa fa manodidina ny 5% hatrany ny fitomboan’ny harinkarena ankapobeny hatramin’ny taona 2020.

Tsara ny manamarika fa hodinihin’ny antenimiera roa tonta ity tetibola 2018 ity manomboka rahampitso alarobia 15 novambra. Araka ny fanamarihan’ny fikambanana fiarahamonim-pirenena CCOC, tokony ho tonga any amin’ireo mpivory ny antontan-kevitra mirakitra azy, 10 andro mialoha ny handinihana azy. Nivoaka ny faran’ny herinandro teo ity tetibola ity ahitana 226 pejy!

Randria

 

News Mada1 partages

Reforme et sécurisation foncière : 4 millions d’euros de l’AFD

Le projet «Appui à la réforme et à la sécurisation foncière» (ARSF) a été mis en œuvre depuis janvier 2016, sous la houlette du ministère auprès de la Présidence chargé des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate). Et dans les perspectives de renforcer cette politique surtout au niveau des communes rurales, l’Agence française de développement (AFD) et l’union Européenne ont alloué quatre millions d’euros.

«Nous avons comme objectif de contribuer à l’amélioration de la sécurisation foncière en milieu rural et au renforcement et à la consolidation de la réforme foncière menée depuis 2005»,  a expliqué le coordonnateur du programme, Jérôme Marie Elysée Raomba, lors d’un point de presse hier à Anosy.

Selon ses explications, le projet va durer 45 mois et durant sa mise en œuvre, 86.000 certificats fonciers seront distribués dans 75 communes de la région Itasy et Analamanga.

Rien que pour cette année 2017, le projet prévoit d’octroyer 28.000 certificats et 14.000 titres fonciers. «Nous sommes en phase de vectorisation, qui sera suivie de l’informatisation des données qui s’achèvera par la procédure de certification. Les premiers certificats seront délivrés au plus tard le 20 décembre prochain», a ajouté le premier responsable du projet.

25 000 foyers visés

Près de 25.000 foyers seront touchés par ce projet. Sous cet angle, les attributaires bénéficient du programme Agro sylviculture d’Antananarivo (Asa)  de l’union Européenne.

Il fait savoir que depuis janvier 2016, la réalisation dudit projet consist à mettre en place et à réhabiliter 11 guichets fonciers, afin de renforcer la capacité des acteurs communaux en partenariat avec la Cellule de coordination de la réforme foncière (CCRF) et de la Direction générale des services fonciers  (DGSF).

Nadia

 

News Mada1 partages

Atsimo Andrefana : grève des enseignants à Maninday

Le ministère de tutelle semble dépassé par la gestion des établissements d’enseignement supérieur public. Les enseignants et le personnel de l’université de Toliara ont décidé de suspendre leurs activités, depuis hier, pour revendiquer le paiement de leur dû.

L’université de Maninday à Toliara a été mise en veilleuse, depuis hier, sur décision commune des enseignants et du personnel de tous ses secteurs, à l’issue de la réunion organisée par le Seces, samedi dernier au campus.

L’initiative découle des revendications sur le paiement des heures supplémentaires  des enseignants de cette université de la région Atsimo-Andrefana, au titre de l’année 2015 et 2016, ignoré par le ministère malgré les accords passés antérieurement pour le règlement du problème.

Les mesures sélectives dans le mode de paiement de ces droits ont mis d’ailleurs les membres du Seces régional de Toliara en rogne puisque d’autres établissements d’enseignement supérieur public ont perçu les leurs depuis des mois tandis que l’université de Toliara a été la grande oubliée des décideurs.

Les étudiants en otage.

La décision est en vigueur jusqu’à nouvel ordre, c’est-à-dire, jusqu’au paiement des arriérés, selon le Seces qui a décidé de durcir le ton pour se faire entendre en haut lieu si nécessaire. Cette position du Seces de Toliara, appuyé par le personnel administratif et technique de l’université de Maninday, pourra être lourde de conséquences pour l’établissement où des étudiants préparent actuellement diverses soutenances.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et des recherches scientifiques, Marie-Monique Rasoazananera, doit ratisser large pour venir à bout des foyers de tensions constitués par les universités malgaches.

Manou

 

La Vérité1 partages

Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoin...

S’exprimant devant la presse, Julien Andriamorasata, deuxième adjoint au maire de la Commune urbaine d’Antananarivo en charge des finances et  de l’administration, était direct hier. Selon ses dires, les autorités municipales de la grande ville de Madagascar souhaitent vivement que le Bureau indépendant anti-corruption et l’Inspection générale d’Etat (Ige) mènent des contrôles auprès des services de la Municipalité. La déclaration a fait suite aux accusations de la politicienne Lalatiana Ravololomanana et non moins membre du Conseil municipal d’Antananarivo. Cette dame est mue par une haine viscérale contre le maire Lalao Ravalomanana, selon Julien  Andriamorasata. Il a alors  énuméré quatre raisons principales à ce propos. La première d’entre elles est son échec aux élections municipales de juin 2015. La deuxième concerne la récente attribution au maire d’Antananarivo d’un trophée international en lien avec la promotion de l’agriculture urbaine en partenariat avec la région Ile-de-France.

 

 Infraction pénale

La troisième raison est d’ordre affectuel. En effet, une fille de Lalatiana Ravololomanana était directrice des affaires juridiques à Analakely. Mais celle-ci a failli à ses obligations. Elle a bloqué tous les actes administratifs qui devaient être soumis à l’appréciation du préfet de police, ce qui constitue une infraction pénale. Pour cause, la responsable défaillante était mutée à d’autres fonctions. La mère n’a pas digéré du tout cette mesure, selon l’observation de Julien Andriamorasata. Le quatrième motif a un lien avec le controversé sujet d’Omavet. Lalatiana Ravalolomanana accuse l’ancien couple présidentiel de machiner derrière cette initiative afin de se servir de la caisse de cet organisme semi-privé à des fins électorales. Elle a même fait croire que ce serait un fonds de propagande pour le numéro un du parti Tiako i Madagasikara. « C’est une diffamation publique pour laquelle cette dame risque gros si les principaux concernés  portent plainte devant la Justice », avertit l’interlocuteur.

 Pressantes

Abordant le brulant sujet d’Easy Park, le responsable entend jouer l’entière transparence. « Il s’agit d’un projet-pilote qui ne rapporte pas encore grand-chose », souligne-t-il. Mais il est d’une aide précieuse pour l’administration municipale en mal de trésorerie. De plus, le Trésor public n’a pas reconnu cet organisme de telle sorte que celui-ci est contraint de verser directement ses dus aux caisses municipales. Le fonds étant  disponible a été d’un grand secours pour l’équipe d’Analakely en cas de dépenses obligatoires et pressantes comme les missions à l’étranger et l’organisation à Antananarivo en décembre de l’assemblée générale de l’Association des grandes villes de l’océan Indien dont Lalao Ravalomanana est la présidente en exercice.  « Toutes les pièces comptables correspondantes sont  là », indique Julien Andriamorasata en montrant deux documents tenant lieu de comptes administratifs pour les exercices 2015 et 2016 concernant les recettes et les  dépenses.

 M.R.

L'express de Madagascar1 partages

Développement rural – Cap sur quatre vingt six mille certificats fonciers

La question du foncier est toujours une source de problème. Depuis 2005, le gouvernement a mis en place une série de réformes dans le secteur, dont la mise en place des guichets fonciers au niveau des communes et la distribution de certificats fonciers. Dans ce sens, le projet d’appui à la réforme et à la sécurisation foncière (ARSF) met le cap sur la sécurisation des terrains, à travers la distribution de quatre vingt six mille certificats fonciers dans trente deux communes pendant la durée du projet, en quarante cinq mois.Ce projet intervient dans soixante quinze communes dans les régions d’Anala­manga et Itasy. « Cette année, nous avons fixé comme objectif de remettre aux paysans vingt huit mille certificats fonciers », a fait savoir, hier, Jérôme Marie Elysé Raombana, coordonateur de programme de l’ARSF.L’ARSF est un projet financé par l’Agence française de développement (AFD) et de l’Union européenne. Prévue pour une durée de quarante cinq mois depuis le mois de janvier 2006, il s’inscrit dans le cadre du programme « Agro sylviculture d’Antananarivo » ou ASA de l’Union européenne.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Secteur énergie – Le système d’information s’amène

Des informations à jour, de qualité et fiables sur le secteur de l’énergie seront enfin disponibles, grâce au Système d’information énergétique (SIE). Après l’élaboration du schéma directeur de ce projet, les agents du ministère de l’Énergie, de l’agence de développement de l’énergie rurale (ADER), de l’office de régulation de l’électricité (ORE) ont suivi des formations, la semaine dernière. Cette formation concerne la maîtrise des concepts de base d’un système d’information, la méthodologie ainsi que les outils techniques pour son implantation.La mise en place de cet outil d’aide aux décisions stratégiques bénéficie du soutien de la coopération allemande (GIZ) à travers son programme d’appui au projet d’électrification par les énergies renouvelables (PERER). Pour éviter le « pilotage à vue », le SIE répond ainsi aux besoins des décideurs, investisseurs ou responsables étatiques d’avoir entre leurs mains des informations fiables et à jour. Toutes les données concernant le secteur énergétique seront regroupées dans une seule base de données.

L.R.

Midi Madagasikara1 partages

Prochaine campagne Fav Polio : Va pour les 6,7 et 8 décembre prochains

Une couverture de plus de 80% – au niveau des districts – est l’objectif de la prochaine campagne de vaccination Fav Polio.

La dernière campagne de vaccination Fav polio a pu permettre d’avoir une couverture nationale de plus de 80%. Ce qui constitue une avancée majeure dans la lutte contre ce fléau. 

La lutte contre la poliomyélite avance à grand pas dans la Grande île. « Les indicateurs sont aux verts dans la lutte contre la poliomyélite à Madagascar », a fait savoir Lalatiana Andriamanarivo ministre de la Santé publique.  A cet effet, la onzième campagne de vaccination entrant dans le cadre de ladite lutte est fixée pour les 6, 7 et 8 décembre prochains. Devant s’être déroulée au mois d’octobre de cette année, la campagne a été reportée à cause de l’épidémie de la peste qui a sévi dans le pays. Des descentes dans les fokontany sont donc prévues et une couverture vaccinale de « plus de 90% à l’échelle nationale est attendue ». Il convient, par ailleurs, de noter que concernant les enfants de moins de cinq ans, les vaccins seront administrés par voie orale. D’autres activités connexes seront également prévues dans le cadre de la prochaine campagne de vaccination. Des vaccinations de routine pour les enfants de moins d’un an, des actions de lutte contre la malnutrition ainsi que des actions de vaccination contre le tétanos pour les femmes enceintes de quatre mois font parties de la liste.

Récurrence. Les campagnes à répétition menées par le ministère de la Santé publique provoquent le refus des parents à faire vacciner leurs enfants. Ce qui peut entraîner une aggravation des cas. Pour anticiper une telle situation, « le ministre de la Santé de noter que les campagnes de vaccination devraient être menées au moins trois ans après la déclaration d’interruption d’épidémie ». Avant d’ajouter que « des pays africains comme le Nigeria qui ont été déclarés polio free ont fait des rechutes et ont été confrontés à des épidémies de polio parce qu’ils n’ont pas continué les campagnes de vaccination ».  La nécessité des campagnes de vaccination pour lutter contre la poliomyélite n’est plus donc à démontrer. L’on se demande toutefois les étapes franchies par le Pays dans le cadre de la certification en tant que Pays sans Polio.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Ceni – MJS : Signature d’une convention de partenariat ce jour !

La Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) et le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) vont  procéder, aujourd’hui à 15 heures, à la signature d’une convention de partenariat à Alarobia, au siège de la Ceni. D’après les informations y afférentes, cette convention de partenariat a trait à l’éducation citoyenne et à la sensibilisation électorale des citoyens dans le cadre de la participation au processus électoral.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Badminton / Baobad : Un Malgache dans le classement mondial

Baobad continuera à envoyer des jeunes comme Julio Keman aux tournois BWF.

Julio Keman Randriamalala,est le seul malgache dans le classement mondial actuel de badminton. D’après les dernières mises à jour,  il est 907e junior et 1419e senior. Un classement que nous pouvons très bien joindre si les Malgaches participent aux compétitions comme celui de l’open de Maroc de ce mois de novembre, ou si la fédération en organise sur place. Selon Joary Rasolondraibe de Baobad « le ranking mondial a été obtenu suite à la participation de Julio Keman aux internationaux de Maurice. En participant  à des tournois classés de la BWF, les joueurs deviennent classés dans ce ranking mondial de la BWF. Julio Keman est un de nos jeunes joueurs qui a bénéficié de nos projets de solidarité. Sa progression a fait que nous lui avons trouvé un sponsor pour qu’il puisse participer à ce tournoi international de Maurice de la Bwf et de mesurer nos efforts par rapport aux joueurs classés ». Ainsi, en éliminatoires directs, Julio Keman a gagné 3 matches. Et le voilà  toujours lancé dans la compétition sur place. Quant à Baobad, les challenges continuent « Nous allons maintenant, dans la mesure de nos moyens et nos soutiens faire participer nos joueurs à ces tournois classés dès cette saison 2017-18. Nous pouvons nous mesurer aux joueurs internationaux classés, gagner en expérience. Le badminton malgache gagnera encore plus de visibilité »

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

L’insécurité, un problème récurrent

L’insécurité s’invite une fois de plus dans notre quotidien. L’attaque dont a été victime le jeune Karana et qui l’a défigurée choque car elle survient après la tentative de rapt d’une ressortissante de la communauté indo pakistanaise. Ces faits divers ne diffèrent cependant pas des agressions sanglantes qui font la une des journaux régulièrement et qui sont devenues presque banales. Les autorités sont une fois de plus mis devant leurs responsabilités, mais on sait que le problème est complexe et qu’il ne se résoudra pas aussi facilement qu’on le voudrait.

L’insécurité, un problème récurrent

Le régime actuel a fait de la lutte contre l’insécurité une de ses priorités et le président de la République a affirmé qu’une véritable stratégie avait été élaborée pour l’éradiquer. Il a cependant prévenu les Malgaches que cela demanderait du temps. On sait que des experts étrangers ont été appelés à la rescousse. On constate une présence plus importante des forces de l’ordre qui font des patrouilles dans tous les quartiers sensibles. Les commissariats des différents arrondissements de la Capitale multiplient les opérations de ratissages et montrent sur leur page facebook, le résultat de leurs descentes sur le terrain. Les pickpockets et les auteurs de menus larcins sont maintenant traqués, mais ce sont les malfaiteurs dangereux, armés et n’hésitant pas à tirer qui posent problème. Les attaques qu’ils organisent s’apparentent à de véritables opérations commandos et les forces de l’ordre doivent s’organiser en conséquence. La liste des kidnappings qui ont eu lieu est longue et les personnes enlevées ont été relâchées sans que les conditions dans lesquelles elles l’ont été n’aient été révélées. Ces rapts ont surtout visé la communauté indo pakistanaise. On pensait que les autorités avaient totalement pris la mesure de la situation et on a eu l’impression que l’on ne revivrait plus les affres du passé. On ne sait pas si ce qui s’est passé ces derniers jours n’est qu’un simple incident dans le paysage sécuritaire de la Capitale.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

38eme RIM : Les bévues se multiplient !

Le monde du sport automobile est en ébullition après cette décision controversée privant de victoire l’équipage Yves et Nitro sur une Subaru Impreza. 

Jusqu’où ira la Fédération du Sport Automobile de Madagascar dans ces scandales à répétition dont le dernier a trait à la 38e édition du RIM où les prix n’étaient pas pour l’instant attribués après que le Team Mika et Faniry ait fait appel de la pénalisation de l’équipage Yves et Nitro pourtant arrivé premier à l’issue de la 17e spéciale.

Refueling non obligatoire. Une pénalisation qui rétrograde l’équipage à la 4e place et qui n’est pas du tout justifiée puisque au cours de la séance de travail, le président de la FSAM, Jimmy Rakotofiringa, avait annoncé que les pilotes ne sont pas obligés de faire le refueling et que les voitures peuvent partir tout de suite.

Or l’erreur d’Yves est, selon le commissaire technique Java, de n’avoir pas respecté le refueling. Chose étrange car on se demande pourquoi l’équipage du Team Mika et Faniry a été le seul fautif car beaucoup de pilotes ont également commis la même faute si on peut toujours l’appeler ainsi après l’annonce de Bébé Rakotofiringa.

La question est de savoir pourquoi les commissaires sportifs en l’occurrence Jaona et Andry Kely n’ont pas saisi Bébé Rakotofiringa et même l’ensemble du comité exécutif de la FSAM avant de prendre une décision aussi grave.

Trop longtemps. La bourde de trop peut être car on sait très bien que la Fédération a encore en suspens les sanctions ayant privé de compétition d’autres pilotes tels Davonjy ou encore Gérard Louvel et Teddy Rahamefy.

Et si le mal est beaucoup plus profond, d’autres férus de cette discipline estiment qu’il serait temps de remplacer les commissaires des courses car ils ont trop longtemps régné sans partage pour sévir presque immédiatement sans prendre la peine de mener une enquête en interne et de saisir la FSAM en cas de litige à même de ternir l’image de nos rallyes. Comme le mal est fait on trouve que c’est dommage sinon dommageable pour ceux qui investissent corps et biens.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Vol de dossiers du 07 février : « C’est du cinéma », dénonce Me Hanitra. R

Le député Hanitra Razafimanantsoa.

Les partisans de Marc Ravalomanana dénoncent une manipulation de l’opinion.

Le « vol » de dossiers relatifs à l’affaire du 07 février qui se serait passé au tribunal Anosy samedi dernier continue de susciter des polémiques. D’après certains journaux, les dossiers « compromettants »pour l’ancien président Marc Ravalomanana dans cette affaire de tuerie ont disparu à l’issue du « vol », alors que le greffier en chef du tribunal de première instance d’Antananarivo a expliqué que c’est le bulletin des Arrêts rendus par la Cour Criminelle Ordinaire pendant les années 2009 et 2010 qui a été volé jeudi dernier et non samedi. Une manière pour cette responsable de préciser que ce bulletin contient de nombreux Arrêts et pas uniquement ceux relatifs à l’affaire du 07 février. La réaction des partisans de l’ancien président Marc Ravalomanana n’a pas tardé. « C’est encore une fois du cinéma. Arrêtez de manipuler l’opinion en diabolisant le président Marc Ravalomanana.», martèle le député Hanitra Razafimanantsoa.

Perquisition. Pour sa part, Ralitera Andrianandraina, l’une des personnalités pro-Ravalomanana condamnées dans l’affaire du 07 février soulève des faits suspects : « On a perquisitionné mon domicile vendredi. Et le lendemain, c’est-à-dire samedi dernier, des dossiers relatifs à l’affaire du 07 février auraient été volés selon les journaux pro-régime. Une personne qui vient de rentrer au pays et qui habite chez moi est accusée d’avoir perpétré ce vol. » Ralitera Andrianandraina décèle derrière ces faits une grosse manipulation de l’opinion au motif selon lui que les élections de 2018 approchent. En tout cas, ce ne sont pas les dossiers de procédure sur l’affaire du 07 février qui ont disparu, mais un bulletin des Arrêts. Donc, l’intention d’étouffer cette affaire en faveur de l’ancien président Marc Ravalomanana n’est pas tellement justifiée.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Toliara Sands : La phase de production d’ilménite de Ranobe prévue en 2020

Le camp site minier de Ranobe.

Majoritairement, les entités concernées par le projet d’exploitation d’ilménite de Ranobe sont favorables à sa poursuite. Toliara Sands s’active actuellement  pour arriver à respecter le calendrier prévisionnel.

La réunion de consultation  publique qui s’était déroulée fin octobre à l’Espace  Nicolas Barré dans le quartier populaire de Sanfily Toliara était déterminante pour l’avenir  du projet d’exploitation d’ilménite de Ranobe.

Transparence. Paysans agriculteurs ou éleveurs, opérateurs économiques, ONG, autorités publiques décentralisées, étudiants, jeunes chercheurs d’emploi…Ils se sont manifestés pour dire publiquement ce qu’ils pensent de ce projet, lors de l’évaluation environnementale de   l’addendum à ce projet. Bien évidemment, il y a les contres. Mais au final ce sont ceux qui militent pour l’aboutissement du projet qui ont gagné. Faisant preuve de transparence, Toliara Sands, l’initiateur a exposé au public, les tenants et aboutissants du projet qui va probablement booster l’économie,  non seulement de Toliara, mais de l’ensemble du pays. Un projet qui a fait l’objet de longues années d’études  consacrées dans des tomes  de dossiers.  Pour rappel, le projet Toliara Sands a été évoqué depuis les années 90. Mais il a été mis en stand by en 2015 pour différentes raisons.

Embellie des cours. En effet, face à des conditions défavorables du marché en 2015, il  était devenu pratiquement impossible de boucler le montage  financier du projet. En 2012, on avait assisté à un pic, avec 220 USD  la tonne  en ce qui concerne les cours de  l’ilménite. C’était une occasion  pour enfin démarrer le projet.  Malheureusement, le pouvoir transitoire issu d’un coup d’Etat n’a pas facilité le travail des investisseurs. Entretemps, les cours ont baissé pour atteindre les 60 USD. Actuellement, on assiste à une nouvelle embellie des cours qui atteignent les 120 USD.  D’où cette décision de Toliara Sands de passer au stade des investissements à la mine de Ranobe. Le régime actuel roule  pour cette option et on apprend même que le Président Hery Rajaonarimampianina lui-même a déclaré, que le moment est arrivé pour une nouvelle phase de Toliara Sands. La phase de production d’ici 2020.

Permis d’exploitation. Mais en attendant cette échéance, différentes étapes doivent encore être franchies, pour respecter les procédures qui sont très strictes en la matière.  Pour ne citer, entre autres que la sécurisation foncière, la recherche de partenaires financiesr,  l’autorisation de bénéficier de la loi  sur les grands investissements miniers, l’ingénierie détaillée finale, l’acquisition des équipements et des matériels. Normalement, si tout se passe comme prévu, la phase de construction est prévue se démarrer en 2019, et la production au deuxième semestre  2020. Mais toutes ces étapes dépendent avant tout du permis d’exploitation. Sur ce point, il est à noter que Toliara Sands dispose déjà de trois permis de recherche sur le site de Ranobe. Elle souhaite rassembler ce permis en un seul afin de permettre aux investisseurs d’avoir une meilleure visibilité. Sur ce point d’ailleurs, Phil Murphy, le CEO de World Titanium Holding, maison mère de Toliara Sands de préciser qu’il s’agit « d’une démarche parfaitement légale qui a déjà été réalisée et qui devrait normalement avoir l’aval du ministère de tutelle ».

En tout cas, la réelle détermination des pouvoirs publics d’accompagner le projet permet aux responsables de Toliara d’y croire quant  à la possibilité de convaincre les potentiels  partenaires stratégiques  à  octroyer les financements pour le démarrage effectif des travaux.

200 millions USD. Des travaux dont le financement est évalué à 200 millions USD pour la construction de l’usine, de la route de 55 kms pour  l’évacuation des produits vers une jetée qui fera office de port pour l’exportation des minerais  d’ilménite, de zircon et de rutile.  Des investissements qui auront leur pesant d’or sur l’économie nationale. Au bas mot, Toliara Sands représente, en effet entre 600 et 900 millions USD de contribution fiscale sur 20 ans. 40 millions USD de divers impôts à payer, par an ; 4 millions USD de royalties par an, 60 millions USD d’IBS par an. Sans compter les droits de douane et taxes d’importation. Toliara Sands mettra, par ailleurs  entre 500.000 et 1 million de dollars pour ses engagements sociaux.  Une fois arrivée en phase de croisière, l’exploitation de l’ilménite de Ranobe créera pas moins de 250 emplois directs et 150 emplois induits. Pendant la phase de construction Toliara Sands générera plus de 10.000 emplois. Et à compétence égale, les locaux seront privilégiés.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Hanavaozana tsena sy hanampiana ny mpamboly anana ny CLD

Ny faran’ny herinandro teo no nidina ifotony ny solombavambahoaka voafidy teto Mahajanga Rahantanirina lalao antsoina koa hoe Nina. Ny bazary Antanambao Sotema no notsidihany ary nolazainy fa hohatsaraina. Taratry ny fandrosoana, hoy izy ny tsena ary mampadio ny tanàna. Ny tsena misy amin’izao dia tsy mametraka intsony ny fandriam-pahalemana sy ny filaminan’ny mpivarotra ary tsy mahasarika ny mpividy ihany koa ka mila fanamboarana.

Efa nanatona ny ben’ny tanàna izy, hoy hatrany ny fanazavany mikasika ny fanamboarana tiany hatao. Nisaotra azy moa ireo mpivarotra ; fantatra ihany koa fa hovatsiana ara-pitaovana ireo tantsaha mpamboly felika eny Amborovy, ho fanatsarana ny asa sy ny fari-piainan’izy ireo ary ho fampiakarana ny vokatra ihany koa.

Tsara ny asa sy fanatsarana natao hatramin’izay, noho io Cld io satria dia mikasika ny fampandrosoana avokoa. Ny indro kely fotsiny dia ny tsy fahampian’ny mangarahara amin’ny fampiasana ny vola izay tsy tokony hohadinoina fa volam-bahoaka.

Vanessa

News Mada0 partages

Minisiteran’ny Toekarena – BIT : namaritana tetikasa ny any atsimo

Noho ny fahitana ny fahasahiranana mahazo ny faritra atsimo, nojeren’ny minisiteran’ny Toekarena sy ny tetipivoarana ny fomba hanomezana asa ireo mponina sahirana nefa afaka miasa any an-toerana. Tetikasa iarahan’ny minisiteran’ny Toekarena sy amin’ny Birao iraisam-pirenena momba ny asa (Bit).  Niara-nidina tany amin’ny faritra Androy io minisitera io sy ny BIT, tany amin’ny distrikan’i Tsihombe sy Ambovombe.

Nanangonam-baovao faran’izay betsaka any amin’ireo distrika ireo nandrafetana tetikasa ho famoronana asa, noho ny fahasahiranana lalina mahazo ny mponina any an-toerana. Ao anatin’izany tetikasa izany ny fanaovana asa tana-maro, fomba iray ahazoana mamita tetikasa be indrindra amin’ny fampiasana ireo olona any an-toerana, hahavitana asa sy vokatra tsara.

Nisy atrikasa natao ho fanomanana izany, ny 30 oktobra 2017, tao amin’ny distrikan’Ambovombe, niantsoana ireo ben’ny Tanàna avy amin’ny kaominina samihafa, nahafantarana ny hetahetan’izy ireo. Efatra amin’ireo kaominina sivy ny ao amin’ny distrikan’i Tsihombe ary 13 ny ao amin’ny distrikan’Ambovombe namaly ny antso. Nozahana mivantana ny zava-misy any amin’ireo distrika ireo : lalana 288 km mampifandray ireo kaominina samihafa, nasian’ny minisiteran’ny Toekarena sy ny BIT resaka ; miampy ireo seha-pihariana hafa, toy ny fandrafetan-kazo, fitrandrahana kinana (huile de ricin) sy landy. Ireo rehetra ireo, mendrika hahazo tohana ara-teknika, raha ny fahitan’ny roa tonta azy.

Tsy mijanona hatreo ihany anefa ny ataon’ny minisiteran’ny Toekarena any amin’iny faritra iny fa tohizana amin’ny fikarohana hahatrarana ny tanjona hisian’ny fampandrosoana any amin’ny faritra atsimon’ny Nosy. Faritra izay miaina ao anatin’ny fahasahiranana hatramin’ny taona maro.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Attaques – Meurtres – Kidnapping : la communauté Karana dans la tourmente

Moins de trois mois après l’assassinat à Tsaralalana de l’ancien consul honoraire de la Malaisie, un Karana a été pris pour cible par deux tueurs à gages, hier.  Circulant à moto, les bandits ont attendu que leur proie ait déposé ses enfants à l’école pour le pourchasser ensuite.

Alors que la tentative de kidnapping avortée de vendredi dernier à Ambatobe n’est pas encore élucidée, voilà qu’un autre crime s’est produit hier vers 8h, toujours dans ce quartier. Le ressortissant Karana a été laissé pour mort par les deux malfaiteurs.

D’après des témoins, le Karana venant d’Ambatobe roulait en direction d’Analamahitsy quand il s’est fait attaquer. «Sans crier gare, les bandits lui ont tiré dessus alors qu’il a été pris dans un embouteillage. Bien qu’il ait été blessé au bras, le Karana a pris son courage à deux mains et a emprunté un sens interdit pour échapper à ses assaillants», a-t-on expliqué.

Malheureusement, le conducteur a perdu le contrôle de sa voiture et a heurté de plein fouet deux autres véhicules coincés dans le bouchon. Entre-temps, le motard et son passager ont dépassé la file de véhicules avant de rebrousser chemin. Ayant aperçu leur cible immobilisée à hauteur de la résidence de l’Algérie, ils ont de nouveau ouvert le feu. Le Karana a été touché au niveau de sa mâchoire et au dos. Les malfaiteurs ont ensuite pris la fuite en direction d’Ambatobe, sauf que leur deux-roues est entré en collision avec un taxi-be de la ligne 183. L’un des bandits a pris la fuite à pied, tandis que l’autre est reparti avec la moto.

Des policiers qui régulaient la circulation dans les parages ont aidé les piétons à évacuer le blessé à l’hôpital. Sitôt alertés, des éléments du commissariat d’Analamahitsy, de l’Unité d’intervention rapide, de la Brigade criminelle ainsi que ceux de la Police scientifique se sont rendus sur les lieux. Ils ont placé un périmètre de sécurité avant de procéder aux constats d’usage. Plusieurs impacts de balles ont été décelés sur le véhicule et selon la police, les tueurs à gages ont utilisé un fusil calibre 12.

Règlement de comptes ?

Comme il est indiqué plus haut, cet acte est survenu quelques jours après la tentative de kidnapping ciblant la fille d’un Indien, patron d’un grand magasin sis à Ankadimbahoaka et quelques mois après la mort du consul de la Malaisie, tué par des tueurs à gages, circulant également à moto. Quelques mois plus tôt, plus précisément en février dernier, toujours à Ambatobe, un autre ressortissant karana et son fils ont également été blessés dans une fusillade.

Les réactions ont fusé de partout après la fusillade d’hier. Certains affirment que cet acte est un règlement de comptes entre des Karana. Quoi qu’il en soit, face à cette série d’agressions dont ils sont souvent victimes, les membres de la communauté karana à Madagascar crient haro sur l’insécurité au pays. «Il n’y a pas si longtemps, deux Indiens ont été kidnappés dans la capitale et n’ont été libérés qu’après le versement d’une importante somme d’argent. L’Etat doit réagir afin de mettre fin à ce phénomène. Qu’ils soient Indiens, Malgaches ou Français, les têtes pensantes de ces actes doivent payer», s’est indigné un membre de la communauté.

Mparany et Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Karana voatifitra teny Analamahitsy : Valifaty sa asan-jiolahy?

Hatramin’ny ora farany nanoratana, omaly, mbola tsy fantatra ny toe-pahasalaman’ilay karana lahy notifirin’ny jiolahy roalahy nitondra môtô, teny Analamahitsy, omaly. Fantatra fa efa voatana teny amin’ny fonjan’i Tsiafahy noho izy voarohirohy tamina raharaha ”kidnapping karana”, trafikana volamena, sy heloka hafa mifandraika amin’izany ity karana ity.

Nirefodrefotra ny basy teny Analamahitsy, avy amin’ny lalana avy any Ambatobe, omaly maraina tokony ho tamin’ny 7 ora sy 40 minitra teo. Karana iray antsoina hoe Radjan Ameralli Moustapha no voatifitry ny jiolahy tao anaty fiarany Audi miloko volondavenona teny an-toerana tamin’izany. Voalazan’ny olona fa naheno poa-basy dimy nirefotra izy ireo, raha niteny ny polisy fa bala telo ny nahavoa ny tarehiny ary nahitana vodina bala roa koa teny an-toerana. Rovitra mihitsy ny tarehin’ilay Karana io ary potika ny vavany.

Niditra tamin’ny takolany ilany ny bala ary nivoaka tany amin’ny ilany. Tsy maty fa miatrika fandindiana ilay Karana”, hoy ny polisy mandray an-tanana ny raharaha. Araka ny fanazavana ihany, roa lahy izy ireo nandeha moto Cross miloko mainty, nanao blouson mainty, ary ny iray, nanao aroloha miloko volom-boasary, ny iray aroloha mainty. “Nifanena avy any Analamahitsy ireo roa lahy ireo ka raha vao nifanitsy teo amin’ilay Audi, nanao tifitra variraraka avy hatrany. Niezaka ny nitsoaka ilay fiara ka nandona taxi-be ary nifatratra tamin’ny Citroen teo alohany”, hoy ny fitantaran’ny olona iray nitondra fiara nandeha tao aoriana, nahita maso ny zava-nitranga.

“Règlement de compte”?

Fantatra fa efa voarohirohy tamin’ny raharaha fakana an-keriny, fanaovana baomba artizanaly, famotsiam-bola, famonoan’olona hatramin’ny trafikana volamena teto amintsika ity Karana ity antsoina hoe Moustapha ity. Efa notanana am-ponja teny Tsiafahy. Efa tany Tsiafahy izy io ny 27 may 2013 ary voatana valo volana tany, saingy tafavoaka taorian’izay. Efa misy taratasin’adiny maro eny amin’ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana.

Niseho tao anatin’ny fotoana fohy izany rehetra izany. Nitsoaka nihazo an’Ambatobe iny ilay moto nitondra ireo roa lahy. “Tsy fantatra ny tanjon’ireo jiolahy na hamono mihitsy na saika handroba. Tsy nisy na inona na inona lasany tamin’ity tranga ity fa mety “règlement de compte” izy ity”, hoy ny fanazavana azo. Tonga teny an-toerana ny polisy ary naiditra hopitaly ilay Karana, izay voalaza fa mbola tsy maty hatramin’ny ora nanoratanay. Nandeha kosa ny fanarahan-dia saingy niala maina ny polisy.

Tao anatin’ny volana vitsivitsy izay, lasibatry ny jiolahy ny Karana. Tranga efatra ny mitovitovy amin’izao niseho hatramin’ny fiandohan’ny taona no ho mankaty. Vao ny faran’ny herinandro teo, nisy saika haka an-keriny teny Ambatobe ny Karana iray. Izao indray ity tranga omaly teny Analamahitsy ity.

Vao tsy ela koa ny nitifiran’ny jiolahy nandeha moto ilay teratany vahiny kaonsilan’i Malezia taloha tao anaty fiarany teny Tsaralalàna. Asan-jiolahy sa famonoan’olona tsotra izao ireny? Ny vokatry ny fanadihadian’ny mpitandro filaminana mbola tsy nisy tatitra mazava momba ireo tranga mahazo ny vahiny na ny karana ireo.

Mihorohoro ny olona, mampiaka-peo ny fikambanan’ny karana mizaka zom-pirenena frantsay eto amintsika. Miandry izay tohin’ny fanadihadian’ny polisy indray amin’ity indray mitoraka ity.

Yves S.

News Mada0 partages

Savorovoro teto an-drenivohitra : nidoboka eny Antanimora ilay nanely tsaho tao anaty facebook

 Nidoboka am-ponja, omaly rehefa avy natolotra ny fampanoavana ilay tovolahy voarohirohy tamin’ny fanelezana vaovao tsy marina tamin’ny “facebook” ka nitarika korontana sy sarovorovo teto an-drenivohitra, ny herinandro teo. Nilaza izy fa misy mpitsabo avy amin’ny minisiteran’ny Fahasalamana mitety sekoly sy manindrona mpianatra…

 

Voasambotry ny polisy misahana ny heloka bevava sakelika fahatelo ity tovolahy iray mpanely vaovao tsy marina ka niteraka fikorontanan-tsaina teo amin’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra sy teny anivon’ny sekoly momba ny resaka vaksinin’ny valanaretina pesta. Araka ny fanazavan’ny polisin’ny BC, taorian’ny savorovoro izay niseho, ny alakamisy 9 novambra 2017 lasa teo noho ny fanaparitahana vaovao tsy marina tamin’ny tambajotran-tserasera “facebook”, milaza fa misy mpitandro filaminana sy mpitsabo avy amin’ny minisiteran’ny Fahasalamana mitety sekoly sy manindrona ireo mpianatra dia tsy maintsy nandray ny andraikiny avy hatrany teo anivon’ny polisim-pirenena mba hahafantarana marina ny zava-niseho ka nitarika ireny korontana ireny. Taorian’ny fanadihadiana rehetra, fantatra izao fa fanaparitahana vaovao tsy marina niniana natao no niteraka ireny savorovoro ireny. Tovolahy iray, 24 taona no anisan’ny voarohirohy amin’ity raharaha ity. Niaiky ny heloka vitany izy nandritra ny famotorana nataon’ny polisy. Raha ny fanazavana nomeny nandritra ny famotoran’ny polisy, zavatra noforoniny ka nampiany izay mba hitany teny amin’ny pejy hafa tao amin’ny facebook no navoakany mba hisintonany fotsiny ny fifantohan’ny rehetra any aminy.

Niala tsiny tamin’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra nitebiteby noho ny savorovoro nateraky ny “publication” nataony izy ary misarika ireo tanora mitovy taona aminy mba hitandrina amin’ny fampiasana “facebook”.

Anatra ho an’ny tanora sy ny olon-dehibe tsy manan-katao fa zatra mitsikera sy mpanely tsaho na manaratsy olona amin’ny “facebook” ny toy izao. Tokony hampamendrahana hatrany ny fikirakirana ireny “facebook” ireny.

Jean Claude

News Mada0 partages

Fizarana fitaovam-pianarana : hahazo ny anjarany ny mpianatry ny CEG

Hizara fitaovam-pianarana ho an’ny mpianatra amin’ny EPP sy ny CEG eto amin’ny Cisco Antananarivo Renivohitra ny filoha mivady, rahampitso eny Antsojombe. Ho an’ny EPP, hahazo avokoa ny mpianatra amin’ny EPP ato anatin’ny Cisco Antananarivo Renivohitra, sy ny Cisco Avaradrano sy Atsimondano ary Ambohidratrimo. “Ho an’ny CEG 15 eto Antananarivo Renivohitra ihany aloha no hahazo izany ety am-piandohana fa miankina amin’ny fandaminana isaky ny Cisco”, hoy ny talen’ny serasera ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazana, Tsitohara Serge, omaly. 63 000 ny fitaovana hozaraina eny an-toerana ahitana kitapo sy ny kojakoja ilain’ny mpianatra mandritra ny taom-pianarana.

Hanamaivanana ny fahasahiranan’ny ray aman-dreny ny anton’ny tohana atao isan-taona. Natokana ho an’ny sekolim-panjakana ny fanampiana fa rehefa misy ny ambiny, mahazo koa ny sekoly tsy miankina. Efa notsinjaraina any amin’ny faritra ny fitaovana ho an’ny mpianatry ny EPP.

Ankoatra ny fampitaovana, misy koa ny sakafo zaraina any an-dakilasy ho an’ny EPP rehetra eto an-dRenivohitra sy ny any amin’ny faritra Atsimo ho fandrisihana ny mpianatra hahatody hatramin’ny faran’ny taom-pianarana.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Marobiby – Ankadindravola : lehilahy nisotro poizina hita faty

 Hita faty teny Ankadindravola Ivato, ny asabotsy lasa teo ny lehilahy iray 25 taona noho ny fisotroana ranom-boankazo nisy poizina. Namono tena ity lehilahy niharam-boina ity raha ny fahitan’ny olona azy teny an-toerana. Manaporofo izany rahateo ny fahitana tavoahangy plastika nisy sisan-dranomboankazo sy tavoahangy kely nisy poizina teo akaikin’ny fatiny nitsirara teo akaikin’ny tanimboly eny Marobiby Ankadindravola, kaominina Ivato, distrikan’Ambohidratrimo. Somary niteraka fifanjevoana teo amin’ireo mponina eny an-toerana ihany ny fahafatesan’ilay raim-pianakaviana. Nihevitra ny ankamaroan’ny olona fa hoe valanaretina pesta no nitarika ny fahafatesany. Ny fisian’ny tavoahangy kely nisy poizina kosa no nanamarina fa namono tena izy. Nanamarina izany rahateo koa ny fitsirihana nataon’ny dokotera avy ao amin’ny CSB II sy ny zandary avy ao amin’ny poste avancé Ankadindravola. Fotoana fohy taorian’izay tonga naka ny razana teny an-toerana ny fianakaviany. Nilaza ireo fianakaviany fa nanana olana momba ny tokantrano ity lehilahy ity. Tsy nody an-trano izy ny zoma alina ka ny fatiny sisa hitan’ny mponina. Ny valin’ny fanadihadiana ataon’ny zandary no hamantarana ny marina rehetra na tena famoizam-po na vonoan’olona ankolaka ny ambadik’ity fahafatesana ity.

J.C

News Mada0 partages

Hatao ny 6-8 desambra : nahemotra ny fanaovam-baksiny miaro amin’ny polio

Hahemotra ny 6-8 desambra ny fanaovam-baksiny faobe ho fiarovana amin’ny aretina lefakozatra miaraka amin’ny tolotra ara-pahasalamana ho an’ny reny mitondra vohoka sy ny zaza latsaky ny 5 taona”, hoy ny minisitry ny Fahasalamana, Andriamanarivo Lalatiana, omaly teny Ambohidahy. Ny volana marsa lasa teo ny andiany faha-10 amin’ny vaksiny miaro amin’ny lefakozatra ka tokony ho ny volana oktobra lasa teo ny andiany faha-11 hitohizan’ny asa fiarovana ny zaza rehetra. Noho ny valanaretina pesta sy ny savorovro vokatry ny tsaho no nanemorana ny hetsika. Atete ao am-bava ny vaksiny ary ho an’ny zaza latsaky ny 5 taona 5 tapitrisa latsaka manerana ny Nosy. 85% ny tahan’ny fanaovam-baksiny ho an’ny andiany farany teo raha mihoatra ny 90% ny tanjona manerana ny Nosy ary tokony ho maherin’ny 80% isaky ny distrika rehetra. Mitentina 1 679 065 dolara ny sorabola atokan’ny OMS ho an’ny hetsika ara-pahasalamana raha 1 247.223 dolara ho an’ny Unicef, ankoatra ny vidin’ny vaksiny ary 21 376 ho an’ny PSI Madagascar.

Tsy maintsy atao isaky ny enim-bolana ny famerenana ny andiam-baksiny hampahomby ny ady amin’ny aretina lefakozatra mandra-pahazo ny taratasy fanamarinana avy amin’ny manamphaizana fa foana tanteraka ilay aretina.

Miaraka amin’ny fanaovam-baksiny faobe ny fizarana odikankana sy vitamine A ho an’ny zaza latsaky ny 5 taona ary ny fanaovana ireo vaksiny mahazatra ho an’ny zaza mialoha ny fahaherintaony.

Vonjy A.

Ino Vaovao0 partages

FANDAHARANA FOTOAM-BITA : Nanamafy ny hisian’ny fifidianana demokratika ny Filoham-pirenena

Nataony tonga aloha ny azy ny amin’ny mety hisian’ny ahiahy eo amin’ny vahoaka, eo anatrehan’ny fanahian’ny maro amin’ny tsy hahatanteraka ny fifidianana ho mangarahara sy eken’ny rehetra.

“Hamafisiko fa fifidianana ara-demokratika tanteraka no omanina mba tsy ho sanatria fifandonana sy herisetra tahaka ny any amin’ny firenen-kafa no hitranga eto amintsika”, hoy ny ampahany tamin’ireo voalazan’ny Filoham-pirenena tao anatin’ny fandaharana. Ankoatra izay dia mbola nohamafisiny ihany koa ny tokony handinihana ny andininy manahirana ao amin’ny lalàmpanorenana ankehitriny izay efa nahabe resaka ny antoko sy mpanao politika sy ireo fiarahamonim-pirenena isan-tokony.

Tamin’izany dia mbola niantso ny hisian’ny ady hevitra malalaka hatrany ny tenany tahaka izay efa nataon’ny teo aloha mahakasika io andininy vitsivisy tian’ny fitondram-panjakana hasiam-panitsiana io. Mbola voaresaka tao anatin’ity fandaharana Fotoam-bita andiany faha-28 ity hatrany ny mahakasika ny fanomezana fahefana feno ny sefo Fokontany na dia efa maro aza ireo niteny fa tsy laharam-pahamehana velively izany. Anisany nitondrany teny ihany koa ny vahaolana hoentina hanafoanana ny hosoka sy mety hisian’ny hala-bato miaraka amin’ny fanitsiana ny fitondran-tenan’ireo mpisehatra ao anatin’ny tontolon’ity fifidianana izay hokarakaraina ity.

Dia andrasan’ny rehetra indray araka izany ny fahantanterahan’ireo rehetra ireo mba tsy ho lasa ronono an-tavy fotsiny indray.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANDRARANA FIVAROTANA OMBY VAVY SY ZANAK’OMBY : Velon-taraina ireo mpiompy ao amin’ny Faritr’i Sofia

Misy fiantraikany goavana eo amin’ny fiainana andavanandron’izy ireo ny fandraisana fepetra momba ity tsy fahazoan-dalana ity intsony ka manaitra ny mpitondra fanjakana izy ireo mba hiaraka hifampidinika hamahana ny olana. Toy ny ao amin’ny tanànan’i Mandritsara, ohatra, dia nanamafy fa mety hampiteraka tsy fandriam-pahalemana ny fanatanterahana izay satria lasa tsy misy intsony indray ny fidiram-bola hiveloman’ireo mponina.

Marihana anefa fa ao anatin’ny vanim-potoana maitso ahitra ireo mpamboly sy mpiompy ankehitriny. Raha ny fijoroana vavolombelona nataon’ireto mpiompy hatrany dia nampahafantarin’izy ireo fa ny 90%n’ireo omby dia saika omby vavy avokoa ka mananosarotra azy ireo ny tsy hamarotana izany intsony.

Miangavy ny mpitondra fanjakana araka izany ireto vondron’ny mpiompy mba hamela malalaka ny famarotana satria misedra olana goavana ny antom-pivelomana raha toa ka hofefena tsy hatao intsony. Etsy andaniny ny fiakaran’ny vidim-piainana ka tafalatsaka anaty fahasahiranana tanteraka izy ireo. Miandry ny fandraisan’andraikitra avy amin’ny fanjakana aloha hatreto raha ny tatitra voaray hatrany.

Tatianà R.

News Mada0 partages

Me Razafimanantsoa Hanitra : « Atsaharo ny lalao maloto…»

« Aoka izay ity filalaovana ny filoha Ravalomanana ity… Atsaharo ny lalao maloto. Raharaha maro ny tao anatin’ilay bokibe voalaza fa nisy nangalatra fa tsy ny azy ihany tamin’ireny raharaha tamin’ny taona 2009- 2010 ireny, kanefa ny azy ihany no voizin’ny sasany ?”, hoy ny Me Razafimanantsoa Hanitra, omaly teny Antaninarenina.  Tsiahivina fa nokasaina ho natao omaly alatsinainy   ny fitsarana  an-dRalitera Andrianandriana sy ny kaomisera Mbinina, momba ny “Raharaha  2009”. Anisan’izany ny “Raharaha 7 feboary”, niampangan’ny fitondrana Tetezamita azy  ireo. Nifanindry amin’izany anefa ny vaovao fa nisy namaky ny tribonaly ny asabotsy  teo ka very tao ny antontan-taratasy lehibe momba ny filoha teo aloha, Ravalomanana. Nosamborina ny olona akaiky sy ny mpisolovava ity mpitondra teo aloha  ity. “ Mahagaga fa nosavaina ny  zoma teo ny  tranoko. Ny asabotsy, nivoaka tamin’ireo gazety mpomba ny fitondrana ny  fahavakisan’ny fitsarana… “, hoy Ralitera.

Nogiazana ny volan’ny filoha teo aloha…

 Tsy nijanona eo fa nambara ho nangalatra  izany antontan-taratasy  izany ny fianakaviana  mipetraka ao aminy  vao tonga avy any andafy ny zoma  teo ary nosamborina koa.  “Ankoatra izany, nogiazana ny volanay telo  mirahalahy. Ny an’ny filoha Ravalomanana  sy ny kaomisera Mbinina ary ny tenako Ralitera Andrianandraina. Voalaza anefa fa 19 izahay no voarohirohy tamin’ny “Raharaha 7 febroary”. Ny ambiny izany manao ahoana ? Mamoromporona indray ny fitondrana satria efa manakaiky ny fifidianana amin’ny taona 2018”, hoy ity  olona  akaiky an-dRavalomanana ity.

Araka  izany, ho tonga  hatraiza ny  raharaha ary iza sy inona no tena kendrena amin’izao  raharaha izao ?

Randria

 

News Mada0 partages

Nijoro ny komitin’ny andrimaso demokratika… : “Avoahy ny lalàm-pifidianana hisorohana ny korontana”

Fampitambaran-kery tsy hiverenan’ny krizy. Mitohy  ny ahiahin’ireo eo anivon’ny fiaraha-mientan’ny mpanao  politika  sy ny  avy amin’ny fiarahamonim-pirenena amin’izao  herintaona  mialoha  ny  fifidianana izao. “Novana ny volavolana lalàm-pifidianana efa niaraha-namolavola… Tsy  voahajan’ny komity  iraisan’ny minisitera ireo volavolan-kevitra niaraha-nidinika nandritra ny fotoana maro, nampanaovin’ny Ceni sy ny mpamatsy vola iraisam-pirenena, toy ny  Pnud, OIF… Mipetraka ny ahiahy fa hiseho ny fanovana tsy hifanandrify amin’ny efa naroson’ny komitin’ny fakan-kevitra (CCRP) hatolotry ny governemanta ny Antenimiera roa tonta”, hoy  ny fanambarana  iombonana tamin’ny  fivorian’izy  ireo, omaly,  teny Antaninarenina.  Manoloana  izany, najoron’izy ireo ny komity iombonana ho an’ny andrimaso demokratika hiatrehana ny fifidianana (CVDE) ary nametraka fitakiana  maromaro.

Tsy maintsy hatao amin’ny 2018 ny  fifidianana

 

Anisan’izany ny hamoahan’ny fitondrana, tsy misy hatakandro amin’ny io volavolan-dalàna mialoha ny fandrosoana azy eo amin’ny filan-kevitry ny governemanta, ary indrindra mialoha ny hampandaniana azy ho lalàna eny anivon’ny parlemanta. Tsy mijanona  eo. “Takianay ny hampielezana ny lalàna hisy mba ho eken’ny besinimaro ny lalàm-pifidianana  eto amin’ny tany sy ny firenena hisorohana ny korontana mety hitranga mialoha, mandritra ary ao aorian’ny fifidianana”, hoy  ihany izy  ireo. Mitaky ny hanajana ny lalàmpanorenana milaza fa dimy taona ihany ny fe-potoana itondran’ny filoham-pirenena, lany. “Noho izany, tsy maintsy hatao amin’ny 2018 ny fifidianana filoham-pirenena. Miantso ireo fianakaviambe iraisam-pirenena hanohana ny Malagasy amin’izao ezaka atao izao hametrahana marina ny demokrasia  koa  izahay »,  hoy  izy ireo.

Anisan’ny mandrafitra ny mpikambana ao CVDE ny mpikambana ao amin’ny CCRP sy ny CSP, ary hatevenin’ireo filohan’antoko politika sy fiarahamonim-pirenena na ireo solontenany. “Hiarahan’ny rehetra manao ary tsy voatery ho fanoherana ihany ny  hetsika rehetra hatao fa tsy maintsy hisy fanentanana ny mpifidy  rehetra ho tonga saina amin’ny safidy hataony”, hoy ihany izy  ireo.

Hanao amboletra  sy kilalao maloto  ny fitondrana…

Araka izany,  ahina ho nofinofy ny fifidianana  demokratika sy mangarahara manoloana  izao hetsiky ny mpanao  politika sy ny fiarahamonim-pirenena izao. Efa fantatra rahateo ny fihetsik’ireo parlemantera ireo amin’ireo volavolàn-dalana nandalo teny. Tsy mba mahay maka  lesona amin’ny  tantara ny mpitondra fa  manao amboletra sy tsy te hahalala afa-tsy ny tombontsoany ary miketrika amin’ny fomba rehetra hijanonana  eo amin’ny  fitondrana, ka manomana  lalao maloto sy fitsipi-dalao sadasada,  toy ny  efa nahazo ny mpanao  gazety…

Randria  

 

News Mada0 partages

Dossiers « 7 février 2009 » : chacun a sa version des faits

L’histoire des dossiers « 7 février 2009 » annoncés « disparus » par les médias avant-hier connaît un nouveau rebondissement. Des versions différentes et à la fois contradictoires qui ne font qu’entretenir davantage le flou d’autant que la famille des personnes incriminées a donné sa version des faits.

«Il n’y a eu aucun cambriolage au tribunal Anosy. Ce n’est pas le dossier 7 février 2009 qui a été disparu, mais un volume de l’arrêt de la Cour criminelle ordinaire des affaires de 2010», a souligné le greffier en chef du tribunal d’Anosy, Herinatrehana Inham Ella, hier lors d’un point de presse. En un mot, aucun vol n’a été déploré, par contre des actes de procédures pour le compte de l’année susmentionnée se sont envolés.

L’énigme reste entière car aux dernières nouvelles deux personnes suspectes ont été auditionnées par les forces de l’ordre à ce sujet. Et à voir leur identité, elles faisaient partie de la grande famille politique de Marc Ravalomanana. Puis ironie de l’histoire qui pousse à se demander s’il s’agit d’un incroyable concours de circonstance car un procès opposant les anciens partisans de l’ancien président de la République et les victimes du 7 février 2009 regroupant au sein de l’association AV7 a été au programme hier à Anosy. Et encore…

Perquisition !

Vendredi dernier, une perquisition officielle a été menée au domicile de l’un des suspects, celui de l’ancien directeur de la sécurité de la Haute cour constitutionnelle (HCC), le colonel Ralitera Andrianandraina, un des inculpés dans l’affaire du 7 février 2009.

«On a fouillé notre demeure pour y chercher des dossiers. Quels dossiers ? On n’en sait rien. Puis mon neveu qui venait d’arriver au pays et qui séjourne chez  nous depuis une dizaine de jours, a été amené à la brigade criminelle. Grand a été notre étonnement en entendant que le tribunal aurait été cambriolé samedi dernier et que des dossiers auraient été volés», a expliqué le colonel Ralitera Andrianandraina.

Et d’ajouter, «Effectivement, le dossier 7 février est passé en instruction ce jour (ndlr : hier). Cette fois-ci, nous ne sommes pas devant la barre, car nous sommes les plaignants dans l’affaire afin de s’opposer au gel de notre compte épargne», a révélé cet ancien responsable de la sécurité de la HCC.

A titre de rappel

Trois des 19 inculpés dans le dossier 7 février 2009 à savoir l’ancien président Marc Ravalomanana, le colonel Ralitera Andrianandraina, et le commissaire Ambinintsoa Rakotovao dit Mbinina ont été condamnés à verser la somme de 639 millions d’ariary à l’association des victimes du 7 février 2009 (AV7).

Cette décision a été suivie d’un gel de leur compte bancaire. Afin de faire opposition à ce blocage, la famille Ralitera et la famille Rakotovao ont adressé une plainte au niveau du tribunal. Puis, passée au tribunal hier, l’affaire est renvoyée pour le 11 décembre prochain.

Face à cette situation, Me Hanitra Razafimanantsoa a réagi, «C’est une manœuvre de diversion car on veut chercher des bouc émissaires. Les publications du week-dernier ont fait état de la perte du dossier du 7 février incriminant Marc Ravalomanana. Le greffier en chef, dans sa déclaration, a signifié qu’il n’y avait eu aucune effraction au tribunal Anosy. Et ce n’est pas un dossier qui a disparu mais un volume» de l’arrêt cité plus haut.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Me Razafinjatovo Willy : « Tsy misy intsony vahoaka matoky ny mpitondra »

 Mbola resabe ny amin’ny fisiana sy fandairan’ny tsaho amin’ny vahoaka.  Tsy misy intsony vahoaka matoky ny mpitondra, raha ny fijerin’ny Me Razafinjatovo Willy.  

 

« Manafintohina ny fihainoana ny resaka hoe tokony hifampatoky. Tokony ho fantatry ny mpitondra amin’izao fotoana izao: tsy misy matoky anareo intsony ny vahoaka. Be loatra ny lainga sy ny fampanantenana natao, tsy misy tanteraka. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny Me Razafinjatovo Willy, ny amin’ny tsy fahitokisan’ny vahoaka intsony ny mpitondra fanjakana. Tsy inona fa noho ny savorovoro teto Antananarivo sy ny manodidina, ny 9 novambra lasa teo, tamin’ny tsaho hoe misy andian’olona miaraka amin’ny mpitandro filaminana manao vaksinina pesta any an-tsekoly.

Ny zava-misy aloha, araka ny fanazavany, matahotra sady romotra be ny vahoaka tamin’iny trangan-javatra iny. Manangoly ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena amin’izany zavatra izany hoe tokony hifampatoky ny mpitondra fanjakana sy ny vahoaka, ny ray aman-drenin’ny mpianatra sy ny sekoly na ny mpampianatra…

Tsy tanteraka ny fampanantenan’ny mpitondra

 Amin’ny fampahatokisana nomen’ny Praiminisitra, ohatra: telo volana no nomena, dia hoe hilamina ny tany sy ny fanjakana eto Madagasikara. « Hatramin’izao, moa ve misy olona afa-mitsangana amin’ny saina tsy miangatra, maso tena mihiratra sy fisainana madio hiteny fa hoe tena milamina tokoa ny firenena amin’izao fotoana izao? » hoy ny Me Razafinjatovo Willy.

Tsy isan’andro ve amin’ny haino aman-jery ny hoe faty olona, fanafihana atsy sy aroa… ? Izany ve no atao hoe milamina? Amin’izany, mbola lazaina ny hoe tokony hatoky ny mpitondra fanjakana ny vahoaka. « Aza mifamitaka fa tapitra efa tsy misy intsony ny zavatra atao ifampitokisana », hoy izy. Porofon’izany ny fitsaram-bahoaka, satria anisan’ny tsy atokisan’ny vahoaka ny mpitondra amin’izao fotoana izao izany.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

«Afrima 2017» : lasan’i Shyn ny laharana voalohany

 Nitombo indray ny laza sy ny voninahitry ny hira malagasy eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena. Nahazo fahombiazana i Shyn solontenan’i Madagasikara.

Rehefa nandalo ny fitsaran’ny mpitsara sy ny mpijery, norombahan’i Shyn ny laharana voalohany tamin’ny fifaninanana « All Africa Music Awards », notontosaina tany Nizeria, ny 10 ka hatramin’ny 12 novambra teo. Mpanakanto 5 izy ireo no tao amin’ny sokajy « Révélation du continent africain ». Marihina fa ilay sanganasan’i Shyn nampitondraina ny lohateny « Resim-pitia » no naharesy lahatra ny mpitsara sy ny mpijery ka nahatafakatra azy hiatrika ity fifaninanana eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ity.

Naneho ny fisaorana ho an’ny olon-drehetra sy ireo nanohana azy ka nahatrarana izao dingana lehibe izao i Shyn. Nomarihiny tamin’izany fa « isika rehetra no mpandresy satria isika rehetra iray ». Nialohan’ny niaingany teto an-tanindrazana no nilazany fa anisan’ny tanjona amin’ny fandraisana anjara tahaka izao ny fidirana ao anatin’ny tambajotran’ny mpanakanto eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena. Nisy rahateo ny fotoana nahazoan’i Shyn nifanerasera sy nifanakalo hevitra tamin’ireo mpanakanto tonga tany Nizeria.

Fantatra fa tsy afa-nanatrika ny andro voalohany i Shyn, noho ny saika fisian’ny olana teo amin’ny « visa ».

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Afrima 2017 : Shyn monte au pinacle

Dimanche soir s’est tenue la cérémonie de remise de trophée de l’évènement «All Africa Music Awards» ou Afrima 2018 au Nigéria. Madagascar y a été représenté par Shyn qui a  remporté le sacre  dans la catégorie «Revelation Africa continent».

Une fois de plus, un artiste malgache a brillé à l’étranger lors d’un concours international. Après D-Lain et Deenys, cette fois-ci, c’est Shyn qui a porté haut le flambeau de notre pays. Il a ravi le trophée de l’Afrima 2018, dans la catégorie «Revelation Africa continent». A noter qu’ils étaient cinq artistes à mettre dans leur ligne de mire  la palme dans cette catégorie.

 «Les autres artistes sont déjà des grands professionnels. Certains d’entre eux ont même plusieurs fans. Ainsi, ce fut une bonne surprise lors de la proclamation des résultats», a annoncé Shyn dans sa page officielle, dimanche dernier.

Un problème avant son départ

Avant de prendre son vol, l’artiste, soutenu par sa femme Deenyz ainsi que le label Makua, a connu un problème de visa à l’aéroport d’Ivato. «Notre départ a été retardé de plusieurs heures. Mais nous n’avons pas pou autant baissé les bras», a-t-il ajouté. Ainsi, le chanteur a raté la première journée de l’Afrima du-rant laquelle s’est tenue la rencontre avec les professionnels du métier et les autres artistes africains. «Malgré cette situation, nous avons tout de même pu promouvoir notre pays et surtout, notre culture. C’était aussi une bonne opportunité pour ouvrir la route vers le marché international de la musique, surtout pour les autres artistes malgaches  qui aspirent à une carrière internationale», a-t-il ajouté.

Retour cette semaine

Shyn sera de retour cette semaine. Et après ce parcours à succès, une conférence de presse se tiendra par la suite dans la capitale pour présenter ses nouveaux projets,. «Je partagerai mes infos sur ma page facebook. Notons que ma page youtube a été désactivée pour cause de piratage. Une autre sera ouverte ultérieurement pour partager ma musique , mes vidéos à mes fans», a-t-il conclu. Par ailleurs, le chanteur continuera sa tournée «Resim-pitia tour», au mois de décembre, durant laquelle il sillonnera les villes du Sud de la Grande Île.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Chronique : jouer avec les allumettes brûle les doigts

Le feu fascine, très tôt les parents éprouvent le besoin d’éduquer leurs enfants dès le bas âge à s’en méfier : « faut pas jouer avec, ça fait faire pipi au lit »… Le feu pourtant résulte d’une conquête qui a contribué au progrès du bien-être, en se gardant des violences qu’il peut provoquer quand on en perd la maitrise.

Malgré la multiplication des différentes sources de feu, plus modernes et pratiques les unes que les autres, tel le briquet dans tous ses états, les allumettes ont aujourd’hui encore une clientèle. Les allumettes suédoises ont certes perdu de leur prestige à produire la belle étincelle (trois étoiles ! excusez du peu), mais le marché demeure, essaye de survivre en s’obligeant à respecter dame nature et ses forêts, progrès des idées oblige. L’implantation d’une usine d’allumettes à Moramanga au lendemain de l’Indépendance a symbolisé le signal de l’ère d’industrialisation du pays. Serait-ce en raison du phénomène écologiste, elle n’a pas résisté au temps. D’autres initiatives ont alors tenté d’occuper l’espace, en adaptant leur production au niveau diktat qui impose d’économiser le bois. Ces usines n’ont pas fait long feu, s’étant éteintes sans bruit. On pourrait penser qu’une fois encore les industriels nationaux n’ont pas eu le nez creux et ont investi à contretemps du fait de ne pas avoir pris en compte le sens de l’évolution. Considération que rejette le constat d’une continuité du commerce d’allumettes d’identique fabrique, usinées à l’étranger, ce qui témoigne de la persistance du marché.

Les échecs essuyés par l’industrie des allumettes ne constituent pas des cas particuliers, le phénomène a frappé de nombreuses autres branches de l’industrie qui disposent pourtant d’un marché naturel pour écouler leurs productions (dans le désordre, bougie, batterie, savon, tissu…). Malgré l’absence d’un enseignement technique propre à former une main d’œuvre qualifiée, on ne peut accuser un manque de personnel compétent. On ne peut nier non plus la vigueur de la concurrence, ce qui ne dispense pas de s’interroger sur les faiblesses des locaux à ne pouvoir y faire face même sur le marché intérieur. La raison interdit de s’y résigner et de rejeter la responsabilité sur la fatalité portant malédiction sur le sort des entreprises.

Il est temps de se pencher sur le sujet. L’industrie peine autant que l’agriculture et l’élevage rament. Les gesticulations se multiplient,  davantage histoire de faire du spectacle que de se bouger pour trouver des solutions de fond au mal dont souffrent ces deux moteurs, industrie et agriculture. Des moteurs essentiels pour donner une réelle énergie à l’économie, tant pour dynamiser la production que pour multiplier les créations d’emploi.

Les constats utilisent un euphémisme à dire simplement que le pays fait du surplace : « qui n’avance pas recule ». Mais même ça ne suffit pas à gêner les bonimenteurs qui persistent à discourir sur des efforts entrepris pour développer le pays.

L’Etat malade, l’économie en panne, la société en quenouille, seuls les opportunistes (au pouvoir ou aux alentours) trouvent vigueur, gagnent des joues et alourdissent les poches.

Les élections approchent. Si certains redoublent d’ardeur non dans la perspective d’apporter un changement mais uniquement dans l’idée de se maintenir,  une majorité de la population souhaite sortir du sort qu’on leur réserve. Entre ces points de vue, il n’existe de terrain d’entente. Le changement repose en premier lieu sur une volonté de changer d’état d’esprit. Ne partageant pas les mêmes références, ne cultivant pas les mêmes valeurs, de ces positions antagonistes les chemins se séparent.

Sous un régime prétendu démocratique, pour une cohabitation obligée, seules des élections honnêtes constituent un gage d’équité afin de pouvoir partager l’espace et cohabiter en toute sérénité. Elections honnêtes ? Actuellement on se trouve en pleine bataille pour établir les règles. A l’évidence chaque camp défend l’honnêteté dans le sens qui le favorise au mieux. Rien ne donne à l’avance une définition de l’honnêteté, la valeur est fluctuante en fonction de la position que chacun occupe et de la force dont il dispose pour défendre son point de vue. A la bourse des élections la triche se maintient à une bonne cote, les tricheurs forts de leur position gardent bon espoir. De cette infortune le peuple s’expose à l’opprobre propre à tout conjoint trompé : premier concerné dernier averti.

Léo Raz

 

Ino Vaovao0 partages

ANALAIVA - MORONDAVA : Dahalo telo rotiky ny balan’ ny fokonolona

Raha ny vaovao voaray dia telo andro mialohan’ny fanafihana no efa nisy resaka nandeha tao an-toerana fa hisy dahalo hanafika ka nandritra izany dia efa nivonona ny vahoaka. Tao anatin’ny telo andro io dia niala  tao an-tanàna ary natory tany anaty ala avokoa ny mponina tao amin’ity fokontany ity. Efa niandry ny fahatongavan’ireo malaso ny fokonolona ary vonona tamin’ny fitaovana hanoherana ireo olon-dratsy. 

Voalaza fa nitazana ny fidiran’ireo dahalo avy lavitra izy ireo nandritra ny fotoana fanafihana, tokantranon’ny lehilahy iray atao hoe Rangahy Sola avy hatrany no novantanin’izy ireo, ny sasany kosa namoaka omby. Voalaza fa io lehilahy io no tena be omby indrindra ao an-toerana ary izany no nahatonga ireo olon-dratsy nivantana tao amin’ny valan’ombiny. Nakorontana sady noentin’izy ireo avokoa ny entana lafo vidy tao amin’ilay trano. Teo am-pivoahana ireto malaso no notantazan’ny vahoaka tamin’ny basy ka raikitra ny fifampifirana ary tena nirefodrefotra ny basy nandritra ny fotoana vitsy. 

Tsy nihemo-dalana mihitsy ireo fokonolona ka dahalo telo no lavaon’ny balan’izy ireo tamin’izany fa ny ambiny tafaporitsaka. Mbola voatondran’izy ireo ny faty roa fa ny iray tavela tao an-toerana. Tafaverina avokoa ireo omby 60 mahery saika hangalarina fa ireo entana tao amin’ny tranon-dRangahy Sola no lasan’ireo dahalo tamin’izany, raha ny fampitam-baovao azo. 

Omaly maraina dia mbola tao an-toerana ny fatin’ny iray tamin’ireo dahalo voatifitra. Tsy voafehy tanteraka ny firongatry ny halatr’omby sy fanafihan-dahalo any amin’ny Distrikan’i Morondava sy manerana ny Nosy ankehitriny, manoloana izany anefa dia tsy atsahatry ny fitondram-panjakana ny fanondranana hen’omby mankany ivelany hatramin’izao.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

ANDAVAMAMBA : Vehivavy nihetsika androbe, nampiteraka fitohanan’ny fiara

Raha ny zava-nisy hita teny an-toerana tamin’io fotoana io dia tokony ho telopolo taona teo ilay  vehivavy ary nitsirara sy nihotakotaka eraka ny arabe. 

Betsaka ireo vatan-dehilahy nibata sy nisintona azy saingy vaky vava ny rehetra noho ny fahatanjahany. Soa ihany fa nisy olona  niaraka taminy satria tena tao anatin’ny fotoana elaela mihitsy vao nisava ny aretina. 

Raha ny filazan’ilay ramatoa niaraka taminy dia manana aretina mitaiza  toy ny “androbe” io tovovavy io ka  rehefa mafana ny andro na misy zavatra tsy zakany  dia mihetsika avy hatrany izany. Tsy hitahita akory dia nitohana izay tsy izy ny fiara manodidina teny amin’ny Jirama Andavamamba.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

RIVO RAKOTOVAO : Niezaka nandamindamin-dresaka tao amin’ ny RFI

Tamin’io no nanazavany ny antony nanendrena azy ho filohan’ity andrim-panjakana ity ary azo lazaina ho nandamindamina ny resaka ihany manoloana ny fanehoan-kevitra maro misy amin’izao fotoana izao nanoloana an’io fanendrena tampotampoka ny tenany io.

Nambarany tamin’izany fa tafiditra ao anatin’ny paikady politika ara-dalàna no nanendrena azy ho loholon’i Madagasikara ary nahalasa ny tenany ho filoha eo anivon’ny lapa maitso Anosy andro vitsy taty aoriana. Amin’ny ankapobeny dia tiany hodisoina ny hevitra mivoitra etsy sy eroa fa kajikajy politika maloton’ny antoko (Hvm) misy ny fitondram-panjakana ankehitriny io fanendrena io ary tetika hoentina hiomanana amin’ny fifidianana 2018 sahady. 

Nandritra io fivahinianan’ny filohan’ny antenimierampirenena tao amin’ny RFI io anefa dia niezaka nitondra ny fanazavana rehetra amin’ny maha ara-dalàna an’io fanendrena azy io ny tenany izay nohamafisiny fa ara-dalàna (stratégie  politique normale) indrindra fa amin’izao ankatoky ny fifidianana izao. «  Hatramin’ny nahatongavan’ny Filohan’ny repoblika teo amin’ny fitondrana tamin’ny taona 2014 dia niezaka nanome lanja ny fahamarinan-toerana ara-politika ny tenany ary nanamafy ny fahamarinan-toeran’ireo andrim-panjakana ihany koa. 

Ny fanendrena ahy ho loholon’i Madagasikara dia manamarina izany, ny antoko misy anay dia manana ny maro an’isa ao anatin’ity andrim-panjakana ity  », hoy  izy raha adika tsotsotra ny fanazavana nomeny nandritra io fandalovany tao amin’ny Radio France Internationale io. Raha ny fanehoan-kevitra navoitran’ireo mpanao politika, fikambanana  maro samihafa, olom-pirenena tetsy sy teroa anefa no atao bango tokana dia toa mifanohitra tanteraka amin’izany. 

Maro tamin’ireo nitondra ny fanehoan-keviny no nilaza fa tetika hijanonana ela eo amin’ny fitondrana io nanendrena an’i Rivo Rakotovao ho loholona io, vao niroso tamin’ny fanendrena azy ho senatera fotsiny aza ny fitondram-panjakana dia nahalala sahady ny mety hiafaran’ny tantara ny ankamaroan’ny mpanara-baovao dia ny hahalasa azy ho filohan’ity andrim-panjakana ity. Tao ihany koa ireo nilaza fa mba hahafahana mampiasa ny fahefam-panjakana mandritra ny fifidianana, izay ho filoham-pirenena no anton’io. Mampametra- panontaniana ny mpanara-baovao araka izany ity fanazavany, izay manohy ny fampandriana adrisa sy  mihevitra ny vahoaka ho bado tsy mahalala na inona na inona.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAHASALAMANA : Azo tsaboina ao amin’ny PeZaGa Androva ny homamiadan’ny nono

Ny fondation Akbaraly izay tantanin’i dokotera Horace Marie Candide no tompon’antoka tamin’izao hetsika efa fanao isan-taona izao, ka ny Kb 8ém sy ny vokovoko mena malagasy no niara-nitoto sy nahandro nahamasaka ny fahalavorarian’izany. 

Oktobre rose no nisalorana ny hetsika izay nanomezan-doko ny fitiliana ity homamiadan’ny nono ity, izay tena nahasarika ireo renim-pianakaviana maro tokoa, satria dia niisa 106 izy ireo no tonga teny amin’ny hopitaly Candide nitily ity aretina ity tao anatin’ny roa andro voalohany. Nisy ireo nahitana soritr’aretina homamiadana tamin’ireto vehivavy ireto, saingy tsy maintsy mbola hohamarinina tsara any Antananarivo io valin’ny fitiliana io, hoy hatrany ny filohan’ny fondation Akbaraly. Aorian’izay dia horaisina an-tanana ny fitsaboana azy ka ao amin’ny hopitaly PeZaGa Androva no handraisana io fitsaboana io ka hanao tolo-tanana amin’izany ny fikambanan Akbaraly, hoy ny filoha.

Ny distrikan’i Marovoay no nandray ny fankalazana ny oktobre rose tamin’iny taon-dasa iny, raha ny teto Mahajanga kosa no nanatanerahana izany tamin’ity taona ity. Ny fitiliana maimaimpoana io homamiadan’ny nono io no hetsika efa fanao isan-taona nentina nanamarihana izany hoantsika teto Mahajanga, raha eran-tany dia samy mankalaza io oktobre rose io avokoa. Tsy mifarana hatreo anefa ny ady atao amin’ity homamiadan’ny nono sy fitiliana ny vozon’ny tranon-jaza ity na dia efa tapitra aza ny volana oktobra, hoy i dokotera Candide, izay mbola nanentana ny vehivavy rehetra mba hamantatra ny toe-pahasalamany hahafahana mitsabo ny aretina raha toa ka sendra izany.

Ny tolakandron’ny zoma 10 novambra teo àry no nanaovana fisarihana ilay karatra nozaraina tamin’ireo vehivavy nanao ny fitiliana ka nanomezana fahatsiarovana dia ireo kojakoja an-dakozia no azon’izay tsara vintana tamin’izany raha samy nozaraina fahatsiarovana sahaza ho azy kosa ireo tonga tao amin’ny tokontanin’ny vokovoko mena tetsy Mangarivotra.

INVMGA.  

Ino Vaovao0 partages

FARITRA BOENY : Efa-toko ireo karazana tranga mateti-piseho izay tantanin’ny Bngrc

Izany no nahatonga ny Bngrc foibe nanao dinika nifanakalozana tamin’ireo solontenam-panjakana any anivon’ny distrika sy ny kaominina 46 mandrafitra ny Faritra Boeny. Ka tao amin’ny restaurant Les roches rouge no nanatanteraha izany, nandritra ny hateloana izay nofaranana ny zoma 10 novambra lasa teo. Fisorohana mialoha ny fotoana sy fiatrehana ary ny fitantanana ny loza aorian’ny voina no anjara andraikitr’ity birao nasionaly miahy ity dia ny Bngrc, fa ny rehetra dia samy tompon’andraikitra zato isan-jato ny fiarovana ny aina sy ny manodidina azy, hoy ny jeneraly Rambolarson, tale mpanatanteraka mpanampy ao amin’ity Bngrc ity. Ny fampitoviana ny fahalalana ankapobeny sy ny fanatsarana ilay paikady no nifantohan’ireo mpizaika sy ny mpampiofana, ka ny Unicef no namatsy vola izany, raha ny minisiteran’ ny Atitany sy ny fitsinjaram-pahefana no tompon’antoka tamin’izao atrikasa izao.

Faritra fahaenina teto Madagasikara nanatanterahan’ny Bngrc io dinika ambany tafon-trano io ny teto Boeny. Hatolotra amin’ity faran’ny volana novambra ity kosa ireo fitaovana izay efa eto Mahajanga avy amin’ny mpiara-miombon’antoka ka ny Filohan’ny Repoblika no ho tonga hanatanteraka io tolotra io, hoy ny lehiben’ny faritra.Fa notsindriana manokana tamin’ity atrikasa natao ity ny lafiny serasera izay miantoka ny ampahany betsaka amin’ity fiahiana ny loza voajanahary ity noho izy mampahalala ireo vaovao sy ny tsara ho fantatra momba izany ara-potoana.

Ny amisavisana ny ratsy tokoa no hiavian’ny soa, moa izay tsara fiomanana tsy hotampohin’ny loza ka izay no anton’izao fiomanana mialoha ny maitso ahitra izao.

INVMGA.

News Mada0 partages

Andekaleka : simban’ny orana ny milina sasany

Nahatsikaritra ny mpanjifa eto Antananarivo sy ny manodidina, fa tapaka naharitra ny famatsian-jiro nandritra ny faran’ny herinandro teo. Voalazan’ny fampitam-baovaon’ny Jirama, fa nanimba fotodrafitrasa maro ny firotsahan’ny orana sy ny tafio-drivotra.

Tototry ny antsanga sy ny fasika ihany koa ny milina any Andekaleka vokatry ny firotsahan’ny orambe.

Mpahazo any Andekaleka ity fihotsahan’ny antsanga sy ny fasika ity, satria tsy misy na tsy ampy ny zavamaniry miaro ny nofon-tany, manodidina ny tohodrano. Mihena indray anefa ny haavon’ny rano rehefa maintany. Mihodina amin’ny tohodrano ny toby any Andekaleka, ahitana gropy telo ary efa eo ampamolavolana ny hametrahana gropy fahefatra. Misy toby roa toraka izany koa any Antelomita Anjeva, ka tokony ho vita amin’ity volana novambra ity ny iray, simban’ny rivodoza Enawo, ny volana febroary farany teo.

Njaka A.

News Mada0 partages

Mila ovaina ny lalàna : tsy ara-toekarena ny fandrarana ny varotra ombivavy

Tsy eken’ny fikambanan’ny mpiompy omby (Fimpiomby) eto Madagasikara ny lalàna vao navoakan’ny fitondrana mandrara ny fivarotana ombivavy sy ny zanak’omby eto amintsika. Amin’izy ireo, hanapotika ny taranak’omby eto Madagasikara ity fepetra noraisin’ny fitondrana ity, tsy mifanaraka amin’ny lalàn’ny toekarena sady tsy mitondra fampandrosoana sy fampiroboroboana ny fiompiana mihitsy. Ho an’ity fikambanana ity, natao tsy ampiheverana ity lalàna ity, tsy mba nalaina ny hevitry ny mpisehatra voakasika, indrindra ny mpiompy sy ny tantsaha. Mazava ny antony, tsy afaka mividy sy mampitombo ny ombiny ny tantsaha.

Fandrarana ny famonoana

Amin’izy ireo, mila ovaina haingana ity lalàna vaovao ity. Tokony hatao ny fandrarana ny famonoana ny ombivavy fa tsy ny fivarotana azy. Ekena ny tsy hamonoana ny ombivavy sy ny hivarotana ny henan’omby vavy, fa tsy mifanaraka amin’ny fampitomboana ny taranak’omby kosa ny tsy fivarotana na tsy ahafahana mividy ombivavy sy ny zanak’omby.

Matetika ny trangan-javatra ataon’ny fitondrana tsy mijery lavitra sy tsy ampandinihana lalina toy izao. Anisan’izany ny fandrarana ny tsy fampiasana ny fonosana plastika, latsaky ny hatevina 5µ, satria lazaina fa manimba ny tontolo iainana, manentsina ny lakan-drano sy ny tatatra. Tsy nahavaha olana izany satria vao mainka aza nihanatevina ny fonosana plastika novokarin’ny orinasa sady nihalafo koa ny vidiny. Sa izay fampiakarana ny vidim-piainana izay mihitsy ny tian-katao?

Randria

(Tahirin-tsary)

News Mada0 partages

Sakana goavana amin’ny fihariana : ahitana karazan-dalana ratsy avokoa ny faritra rehetra

 Mbola manahirana ary tena sakana goavana eo amin’ny asa fihariana maro eto Madagasikara ny faharatsian-dalana. Ahitana olana ireo lalam-pirenena rehetra, mampifandray ny faritra na ireo anatin’ny faritra. Miankina betsaka amin’ny any ivelany ny famatsiam-bola fanamboarana ireo lalana ireo.

 

Ratsy ny lalana avy eto an-dRenivohitra mankany amin’ireo faritra malaza amin’ny fizahantany na tsy tokony ho lavitra sy andaniam-bola sy fotoana firy aza izany. Efa singa iray mampiveren-dalana izany sy mahalafo ny saram-pitaterana izay. Amin’ny ankapobeny, tsy afa-mandeha mihoatra ny 30 na 40 km isan’ora ny fiara.  Singa iray hafa sakana ho an’ny mpampiasa vola ihany koa.

Raha mbola te hiditra lavidavitra any amin’ny faritra ny mpandeha na ny mpitatitra, voatery miditra amin’ny lalan-dratsy avokoa, tsy ahavitana raha tsy 10 na 15 km isan’ora. Mbola mampitombo avo roa heny amin’ny fotoana lany ireo lalam-pasika na feno fotoka mandritra ny fotoam-pahavaratra. Matetika tsy azo ihodivirana ny fahasimban’ny fiara eny an-dalana, koa tsy maintsy miomana amin’izany ny rehetra, na ny mpitatitra na ny mpandeha. Mazava loatra, mampitombo ny vola lany izany rehetra izany.

Ahitana karazan-dalana avokoa ny faritra rehetra manerana ny Nosy. Amin’ny faritra sasany aza, mandavan-taona izay faharatsian-dalana izay; any amin’ny hafa kosa misokatra mandritra ny volana vitsy monja; ary tsy azo aleha mihitsy any amin’ny distrika maro hafa noho ny lalan-dratsy miampy ny asan-dahalo. Ampolo taona maro no nisian’ireo lalan-dratsy ireo.

Santionany amin’ny lalan-dratsy

Santionany amin’ny lalan-dratsy : raha ny any avaratra, malaza ratsy hatry ny ela, Ambilobe-Vohémar, 164 km, tsy latsaky ny 12 ora ny anaovana izany. Ety amin’ny faritra afovoany, Antananarivo-Ambatondrazaka, 266 km, atao 11 ora raha haingana indrindra ; any atsinanana, Toamasina-Maroantsetra, 402 km, tsy latsaky 15 ora; any atsimo,  Ampanihy –Ambovombe, 224 km, 8 ora ; any andrefana, Tsiroanomandidy-Maintirano, 934 km, lalana atao telo andro.

Tsara ny lalana amin’ny ankapobeny raha ny avy eto an-dRenivohitra mankany Mahajanga (RN4), Toamasina (RN2), Toliara (RN7), Antsiranana (RN 6). Misy ihany ampahan-dalana ratsy amin’ireo rehetra ireo. Amin’ireo lalam-pirenena ireo ihany koa ny ahitana fiara betsaka mandeha alina. Mila tetibola betsaka ny fanaovan-dalana eto amintsika.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Démantèlement tarifaire : un gap de 43 milliards d’ariary prévu en 2018

Dans le dessein de respecter les engagements de Madagascar par rapport à l’Accord de partenariat économique intérimaire (APEi) et à partir des modifications apportées au tarif des douanes, le projet de Loi de finances  initiale 2018 prévoit un gap de 43 milliards d’ariary sur les recettes douanières,

Les accords de libre-échange conclus avec les groupements régionaux et autres institutions conduisent à la baisse de la base taxable sur les droits de douanes, d’après le ministère des Finances et du budget.

Le renforcement des performances à travers des méthodes plus efficaces en matière de recouvrement des recettes douanières est de mise, a précisé le ministre Vonintsalama Andriambololona, à l’occasion d’une rencontre organisée à Antaninarenina, le 10 novembre.

«Le contexte qui prévaut à l’échelle internationale, n’est pas favorable par rapport aux objectifs de l’Etat d’augmenter les recettes douanières. Le démantèlement  tarifaire, que nous avons effectué à travers l’intégration aux groupements régionaux, ainsi que diverses incitations fiscales et douanières entraîneront la baisse de la base taxable»,  a avancé le ministre. Celle-ci de poursuivre qu’ «au-delà des missions en matière de recouvrement, le contrôle face au flux des marchandises entrant à Madagascar est aussi à renforcer».

1,9% des recettes douanières

A l’exemple de l’Accord de partenariat économique intérimaire (APEi) conclu avec l’Union européenne, une baisse jusqu’à 15% de droit de douanes sur plusieurs lignes de produits finis est prévue à partir de 2018.

Dans le projet de Loi de finances 2018, l’impact fiscal des modifications tarifaires, relatives à l’application de l’APEi, entraînera un gap de 43,3 milliards d’ariary sur les recettes douanières du pays, soit 1,9% de l’objectif des recettes douanières prévues pour 2018. En effet, Madagascar a pris l’engagement d’abaisser de 15% à 10% le taux des droits de douanes concernant 1080 lignes de produits classées «biens finaux» pour l’année 2018 dans le cadre de l’APEi.

Pour rappel, les produits des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), exportés vers l’Union européenne, bénéficient des franchises douanières prévues dans l’APE depuis maintenant quelques années. Pour l’Organisation mondiale du commerce (OMC), une réciprocité des abaissements tarifaires doit être effective. Ce qui explique la période intérimaire de l’APE permettant un abaissement progressif du taux des droits de douanes, allant de 20% à 0% sur plusieurs lignes tarifaires en provenance d’Europe.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Filière café : baisse des exportations

La filière café malgache connaît des difficultés à l’exportation, à en croire les dernières statistiques publiées sur le site du Centre de commerce international (ITC) Trademap. Alors que le café constitue pourtant l’un des principaux produits d’exportation de Madagascar et représente 0,2% du PIB national.

Ces cinq dernières années, les recettes générées par ce produit de rente évoluent en dents de scie. Pourtant, 10.750 t partaient à l’exportation en 2007. Mais, cette quantité a dégringolé à 3.063 t pour l’année 2015 et 4.538 t l’année dernière, ce qui représente 4,9 millions de dollars de devises.

De 2007 à 2009, le volume d’exportation de café était en chute libre, en passant de 10.750 t en 2007 à 7.595 t en 2008 pour arriver à 1.951 t en 2009. Malgré une légère reprise en 2010, la diminution du volume exporté s’est poursuivie. Durant les années 2013 et 2014, les volumes exportés ont tourné autour des 8.800 t, soit 15,8 millions de dollars en devises.

Une forte diminution qui serait en lien direct avec des plants de plus en plus anciens et les fortes pluies et cyclones qui détruisent les sols des plantations au fil des années. Outre les mauvaises conditions de culture et de récolte, le traitement médiocre (café de faible granulométrie, hétérogène et humide…) et le problème de prix demeurent.

Arh.

 

News Mada0 partages

Rugby Analamanga : hiady ny «finale de poule» ny 3 FB sy ny Tam

Hiady ny famaranan-bondrona na ny «finale de poule», eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga, taranja rugby, karakarain’Analamanga rugby, ny Tam Anosibe sy ny 3 FB. Fihaonana, hotanterahina ny alahady 19 novambra ho avy izao etsy amin’ny kianja Malacam, hatrany.

Taorian’ny andro fahavalo, notanterahina ny alahady lasa teo, no nahazoan’izy ireo ny tapakila hiatrehana izany. Ny Tam, nandresy ny XV Family, tamin’ny isa 28 no ho 23. Lalao nampitsanga-mitoetra hatramin’ny farany. Tetsy ankilany, nomontsanin’ny ekipan’ny minisiteran’ny Fahasalamana, tamin’ny isa mavesatra 36 no ho 13, ny Stade Olympique de l’Emyrne. Nanjakan-dry Zo sy ry José ny lalao hatrany am-boalohany ka hatrany amin’ny fiafaran’ny fotoana. Tamin’ny isa, 18 no ho 13, kosa ny nanilihan’ny TFMA ny Matadorea ary resin’ny TFA tamin’ny isa 41 no ho 35 ny UAS Cheminots.

Torcelin

News Mada0 partages

Fikambanan’ny mpitsara rugby malagasy (2ARM) : havoaka ny lisitr’ireo ara-dalàna sy ireo voaroaka

 Ho fampandrosoana sy ho famerenana ny hasin’ny mpitsara rugby malagasy, nivory tsy ara-potoana, ny fikambanana (2ARM). Notapahin’ny rehetra tamin’izany fa havoaka ofisialy ny anaran’ireo ara-dalàna sy ireo voaroaka.

Tinapaky ny  “Association des arbitres de rugby malagasy” (2ARM), nanao ny fivoriana tsy ara-potoany, ny alahady lasa teo  tetsy amin’ny EPP Ambodin’Isotry,  fa havoaka ofisialy ny lisitr’ireo mpitsara voaroaka  noho ny kolikoly nataony. Hampahafantarina ny Malagasy rugby  ny sazy mifandraika amin’izany. Etsy ankilany, hatao lisitra mazava ihany koa ny anaran’ireo mpitsara am-perinasa sy ara-dalàna, eken’ny fikambanana ary nahazo alalàna hitsara baolina. Nanamafy  Rakotomalala Johnson (Nest), filohan’ny 2ARM, fa tsy ekena ny fitsarana ireo lalao atao ao amin’ny kianja Malacam, karakarain’ny ligin’Analamanga. Raha misy mitory izy ireo, anisan’ny mitory azy ireo ihany koa ny “association des arbitres de rugby de malagasy” (2ARM).  Nohamafisiny fa tsy hahazo fiofanana intsony izay mbola mikiry manao izany.

 

Tsy fisaratsarahana

 Marihina fa fampiraisana sy fampihavanana ireo mpitsara baolina rugby rehetra ny tena anton’ny fivoriana. Nisy ireo mpitsara avy ao amin’ny kianja Malacam nanatrika izany, niaraka tamin’ireo izay avy etsy amin’ny kianja Makis Andohatapenaka.

Nangataka  ireo mpitsaran’ny Malacam mba hatao  amin’ny andro tsy hisian’ny baolina ny fihaonana, hahafahan’ny rehetra manatrika izany.

Tetsy ankilany, naneho ny alahelony Rakotomalala Johnson, amin’ny tsy fanajana nasehon’ireo mpitsara hafa sy ny ligin’Analamanga. “Efa nilazana iray volana mialoha ireo mpitsara rehetra sy ny ligy ary ireo seksiona efatra fa hisy fivorian’ny fikambanana, ny 12 novambra, saingy tsy noraharahana izany. Nanaja ny ligy ny tenako ary nandefa taratasy tany amin’ny filohany, niangavy hampitsaharana ny lalao amin’io andro io fotsiny, saingy tsy nahazo valiny. Marihiko tsara fa tsy hijerena mpitsara avy atsy na aroa ny fihaonana fa fitadiavam-bahaolana. Araka izany, tsy afaka hiara-kiasa amin’izy ireo izahay satria tsy mifanaja”, hoy izy.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra – Fifidianana : seksion’i Brickaville raikitra ny sakoroka, mandranitra adi-poko ny ligy

Niteraka savoritaka ny fifidianana seksion’ny baolina kitra, tao Brickaville, ny talata 7 novambra lasa teo. Fifidianana, izay nataon’ny filohan’ny ligin’Atsinanana,Herinjatovo Andry Marcelle, amboletra. Noroahin’ireo klioba ara-dalàna, ao amin’ny distrikan ‘i Brickaville, sy ireo vondron’ny mpitia kitra ny filohan’ny ligin’Atsinanana, izay tonga tany an-toerana ary saika hanatrika ny fifidianana. Nambaran’izy ireo fa tsy ara-dalàna ny zavatra nataony, nanome « certificat de conformité » klioba roa vaovao ka ho afaka handatsa-bato. Ankoatra izay, nambaran’ ireto mpitia kitra ireto fa manao fandranitana adim-poko, tao amin’ny tambajotran-tsosialiny, ary manao fandrahonana ny tenany fa hoe kandidàn’ny fitondrana ka tsy azo atao na inona na inona. Mila mamerina amboara eto Toamasina, ireo vahoakan’ny faritra Atsinanana, izay efa ela no tsy nisian’izany. Izany indrindra no tanjona amin’ny hametrahana mpitantana ligy vaovao tia an’i Toamasina ka hamerina ny lazan’ny baolina kitra, amin’ny faritra Atsinanana sy hametraka fotodrafitrasa manara-penitra tsy hidiran’ny politika. Notsindrin’ireo mpitia kitra sy ireo klioba ara-dalàna rehetra fa tsy ara-dalàna ny fampandehanana ireo fifidianana, tany amin’ireo seksiona telo, efa vita ka  hanaovan’ izy ireo antso avo amin’ny federasiona sy ny minisiteran’ny Fanatanjahantena ary ny fitondram-panjakana mahefa.

Sajo

News Mada0 partages

Tsipy kanetibe – «Doublette boss» : lasan’i Mamy sy i Tiana ny fiara Deawoo Matiz 3

Norombahin’i Mamy sy i Tiana, mpilalaon’ny 67 Ha, ny fiara Daewoo Matiz 3, loka goavana tamin’ny “Doublette boss”, taranja tsipy kanetibe. Fifaninanana notanterahina tetsy amin’ny kianja CBT Mahamasina, ny asabotsy sy ny alahady lasa teo. Resin’izy mirahalahy, teo amin’ny famaranana, tamin’ny isa 13 no ho 10, i Trema sy i Tafita avy amin’ny CBT. Azon’ireto farany kosa ny moto scooter Jog Pro. Tsiahivina fa ny ekipan-dRadoko no lavon’i Trema, teo amin’ny manasa-dalana ary klioban’ny 67 Ha no resin-dry Mamy. Marihina fa nahatratra  36 ireo ekipa nandray anjara, tamin’ity fihaonana ity. Tsara ny fikarakarana ary nirindra araka ny tokony ho izy, ny fizotran’ny lalao rehetra. Maniry ny mbola hisian’ny fifaninanana sy loka goavana toa izao, ireo rehetra nandray anjara. Nanome toky rahateo ny mpikarakara fa tsy maintsy mbola hisy ny andiany faharoa.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Lutte contre la malnutrition : nutris Farafafi reconduit pour 4 ans

Le programme «Nutrition renforcée et intégrée pour la santé (Nutris) de Fahasalamana rano fanadiovana fidiovana (Farafafi)», lancé en février 2016, est reconduit pour une durée de quatre ans à partir de 2018 et ne prendra fin qu’en 2022.

Financé par l’Agence française de développement (AFD), il s’agit d’un programme ayant pour objectif de renforcer l’intervention d’Action contre la faim (ACF) ainsi que celle d’Action socio-sanitaire organisation secours (Asos), en matière de lutte contre la malnutrition. Il est opérationnel dans la région Atsimo Andrefana, au niveau des districts de Toliara I et Betioky.

D’après un responsable, à travers cette nouvelle extension, Nutris Farafafi intervient dans le Renforcement du système de santé (RSS), entre autres la sécurité alimentaire, la capacité de résilience et la gestion des risques et catastrophes. Cela, sans oublier, la mise en œuvre du Marketing social dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (MSEAH) auprès des Centres de santé de base (CSB). L’extension des activités dans d’autres localités de l’Atsimo Andrefana n’est pas en reste.

Réseau d’ambassadeurs

Dans le cadre de ses activités de plaidoyer, Nutris Farafafi a mis en place un réseau des ambassadeurs de la nutrition dénommé «Champions de la nutrition à Madagascar (Chanut Mada)». C’est un réseau composé de journalistes, d’artistes et de sportifs malgaches. Ils ont été choisis de par leur intérêt et engagement pour la nutrition.

De ce fait, ils ont pour rôle de mener des activités qui ont pour objectif de plaidoyer et de sensibiliser pour un environnement favorable relatif à la sécurité alimentaire et nutritionnelle au pays. A ce sujet, Chanut-Mada vient récemment d’élire son nouveau bureau à Toliara et d’élaborer son Plan de travail annuel (PTA) pour 2018.

Sera R

 

News Mada0 partages

Kits scolaires : des élèves des CEG auront leur part

L’initiative visant à alléger les charges parentales en dotant de kits scolaires les élèves des Ecoles primaires publiques (EPP) à travers le pays se poursuit.  Un tel appui s’étendra cette année à l’endroit des élèves des Collèges d’enseignement général (CEG), à commencer par ceux qui sont scolarisés au sein des 15 établissements dans la Circonscription scolaire (Cisco) d’Antananarivo renivohitra.

Ces derniers recevront leur part de l’Etat, tout comme les élèves issus des EPP dans ladite Cisco, celles d’Avaradrano et Atsimondrano ou encore d’Ambohidratrimo, lors d’une cérémonie qui se déroulera demain au Coliseum d’Antsonjombe.  «La dotation aux autres apprenants des CEG dépendra de chaque Cisco», a informé le directeur des Technologies d’information et de communication (Dtic) au sein du ministère de l’Education nationale (Men), Serge Thierry Tsitohara.

63.000 kits, comportant chacun un cartable, des cahiers, des stylos…seront remis aux bénéficiaires si la distribution de tels équipements pour les élèves dans les autres Cisco a déjà commencé. Mis à part cette action, ayant pour finalité d’améliorer les résultats scolaires et de réduire le taux d’abandon scolaire, un programme de cantine scolaire est également sur les rails depuis quelques années dans la région sud du pays et dans la capitale.

Fahranarison

News Mada0 partages

Météo : une semaine bien arrosée

On est en pleine période estivale. Selon les prévisions, la majorité des régions à travers le pays, notamment les Hautes terres centrales (HTC), recevra beaucoup de précipitations cette semaine. «A ce moment, le temps sera régi par un système d’alizé modéré instable qui engendrerait des vents forts, notamment sur la pointe sud de l’île et à Sainte-Marie, ainsi que des pluies orageuses accompagnées de tonnerres», a souligné le chef prévisionniste au sein de la Direction générale de la météorologie, Rivo Randrianarisoa.

Heureusement, ces précipitations ne sont pas dévastatrices, mais plutôt propices à l’agriculture, selon les prévisionnistes. Aucune menace d’inondation ni de dégâts matériels ne sont ainsi pas à craindre durant cette semaine, notamment à Antananarivo.

Par contre, tout un chacun doit faire preuve de vigilance face à une éventuelle montée des eaux, notamment dans les bas quartiers de la capitale où la majorité des canaux d’évacuation ne fonctionnent plus comme il se doit. Ce jour, les Tananariviens qui prévoient de sortir doivent se munir de leur parapluie ou vêtement imperméable puisque dame pluie sera au rendez-vous très tôt, vers midi, a-t-on précisé.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Conditions de travail déplorables : les agents de la Samva en grève

En revendiquant une amélioration de leurs conditions de travail, les agents de la Société autonome pour la maintenance de la ville d’Antananarivo (Samva) ont observé une grève depuis ces trois derniers jours. Une situation qui n’a pas manqué de porter atteinte au rythme du ramassage d’ordures dans la capitale.

Ça ne va pas à la Samva. La grande réforme annoncée par le nouveau DG de la Samva, le Colonel William Rakotoarivony, lors de sa prise de fonction en octobre dernier ne semble pas améliorer les conditions de travail des membres de son personnel. Ces derniers ont voulu sortir de leur silence via une grève générale observée depuis samedi jusqu’à hier. Ce qui explique l’entassement des ordures dans la majorité des bacs, qui commencent à déborder, comme c’est le cas du côté d’Ambohimirary, Ampasapito, Ambohipo ou encore à Besarety…

Les agents qui travaillent directement dans la collecte d’ordures ont manifesté leur ras-le-bol quant à leur condition de travail déplorable. «Les responsables qui se sont succédé, y compris le nouveau directeur, se sont engagés à améliorer notre situation, en commençant par l’intégration de tous les agents en tant qu’employés permanents, mais ce ne sont que des paroles en l’air», s’est insurgé leur représentant, Pascal.

«Ayant travaillé au sein de cette société depuis plus de 14 ans, je figure toujours dans la liste des employés temporaires. Depuis, je ne bénéficie d’aucune protection sociale, ni d’allocation familiale ou encore moins d’une prise en charge sanitaire, comme c’est le cas pour la majorité d’entre nous», a confié l’un des grévistes, Rolland.

«Par ailleurs, nous n’avons pas droit au repos en cas de maladie. Le jour non travaillé sera ainsi déduit de notre salaire alors que nous déboursons de nos propres moyens les frais médicaux», a soulevé un autre. “Bref, on travaille dans des conditions très difficiles, sans le minimum de protection sociale ni sanitaire alors que nous sommes exposés aux différents risques de contamination face aux épidémies de toute sorte”, a enchaîné Pascal.

250.000 ariary par mois

Eu égard à l’impact de cette grève sur l’assainissement de la capitale, surtout en ce moment où on l’épidémie de peste n’est pas encore maîtrisée totalement, la Samva a réagi dans les plus brefs délais aux revendications des employés. Un responsable au sein de cette société s’est entretenu avec les manifestants tout en leur promettant d’apporter les solutions idoines, tout en soulignant qu’une telle revendication est tout à fait valable si on se réfère aux difficultés de leur travail.

Parmi les mesures annoncées figure la révision des salaires mensuels de ces agents à 250.000 ariary, comme il a été convenu avec l’ancien dirigeant. Les responsables comptent également étudier la possibilité de recruter les agents, selon leur ancienneté, en tant qu’employés permanents, mais cela dépend des moyens dont dispose la société. Les agents de la Samva ne comptent reprendre le travail que ce jour.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Lacae – pêche : valoriser les déchets

Lors de la clôture de l’exposition, samedi au parvis de l’Hôtel de ville d’Analakely, le Laboratoire d’analyse et de contrôle des aliments et des eaux (Lacae) du Centre national de recherches sur l’environnement (CNRE) a accordé de l’intérêt à la récupération et la transformation des déchets de la pêche.

Le docteur Zo Randriamahatody a expliqué qu’il est possible de valoriser certains coproduits de la pêche comme les écailles de poisson à titre d’exemple, lesquelles «contiennent environ 56% de protéines, 42% d’éléments minéraux, 19% de calcium et 18% de phosphore. Des informations souvent ignorées dans le domaine de l’exploitation des produits de la pêche», a-t-elle indiqué.

De son côté, le Dr Onja Andriambeloson, du Laboratoire de microbiologie de l’environnement du CNRE, a démontré l’importance des analyses microbiologiques et de l’apport nutritionnel de certains fruits comme la banane plantain. Ce fruit, issu du Nord-est de Madagascar, constitue en effet une source alimentaire non négligeable.

Cette exposition a été réalisée dans le cadre de la célébration du 10e anniversaire du Consortium des laboratoires agroalimentaires de Madagascar (Clam).

Sera R

 

News Mada0 partages

Vaccination polio : la 11e campagne reportée en décembre

Prévue se tenir au mois d’octobre dernier, la 11e édition de la campagne de vaccination contre la poliomyélite sera reportée au début du mois de décembre, plus précisément du 6 au 8 décembre.

«L’épidémie de peste, ayant survenu dans le pays depuis le début du mois d’août ainsi que les rumeurs concernant la vaccination anti-peste ces derniers temps, qui ont perturbé la population et le personnel de santé, sont à l’origine de ce report», a soulevé le ministre de la Santé, le Pr. Mamy Lalatiana Andriamanarivo,  hier, lors d’une conférence de presse organisée à Ambohidahy, après la réunion du Comité de pilotage, ayant réuni des représentants du ministère de tutelle et des partenaires techniques et financiers (PTF).

Le calendrier de vaccination, qui devrait se tenir tous les six mois après l’apparition de cas de poliomyélite en 2014 d’après les recommandations de l’OMS, ne sera pas respecté. Mais ce retard de deux mois ne présente pas de grands risques dans la mesure où les indicateurs sur cette maladie sont encourageants jusqu’ici, selon cet organisme onusien pour la Santé.

«Aucun nouveau cas n’est enregistré depuis l’an dernier», a soutenu le ministre de la Santé. Même si c’est le cas, on n’a pas droit à l’erreur, surtout en ce moment où le pays s’achemine vers l’acquisition de la certification «Polio free».

4.900.000 enfants de moins de cinq ans

Près de 4.900.000 enfants de moins de cinq ans seront ciblés lors de cette édition, qui sera couplée avec  la Semaine de santé de la mère et de l’enfant (SSME), dont le lancement officiel se tiendra dans la région Betsiboka.

A ce propos, mis à part la dose de vaccin antipolio orale qui leur sera administrée, les enfants bénéficieront également d’une supplémentation en vitamine A, des médicaments antiparasitaires ou encore de dépistage de malnutrition sévère…Comme à l’accoutumée, des offres sanitaires, entrant dans le cadre des consultations prénatales, seront également octroyées aux femmes enceintes.

Le ministère de la Santé et ses partenaires visent à ramener le taux de vaccination nationale, de 85% lors de la dernière campagne à 90% lors de cette 11e édition, soutenu à hauteur de 1.679.065 dollars par l’OMS, 1.247.223 dollars par l’Unicef, mis à part le fonds que cet organisme onusien pour l’Enfance a alloué pour l’achat des vaccins, et 21.376 dollars par PSI Madagascar.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Beach volley : « Avy letchi » à Toamasina

Le festival «Avy letchi», dans le cadre du lancement de la campagne de letchis, avance à grands pas et les organisateurs mettent les petits plats dans les grands avec les différentes animations et activités sportives au programme. En effet, un tournoi de beach volley se tiendra les 25 et 26 novembre avec la participation des seniors et U20 hommes et dames.

Selon les explications du CTR de la ligue d’Atsinanana de volleyball, Rindra Rakotomalala, «Il n’y a aura pas de frais d’engagement mais la tenue correcte est exigée. Les inscriptions seront clôturées le 24 novembre, soit pendant la réunion technique qui aura lieu au DRJS. Aucune inscription ne pourra se faire après la réunion technique». Notons que le beach volley n’est qu’une compétition parmi tant d’autres pendant le festival «Avy letchi» qui débutera le 17 novembre mais c’est l’une des disciplines les plus prisées dans cette localité.

Rojo N.

Tia Tanindranaza0 partages

Mahazina-AntsirabeNahatrarana rongony sy fitaovana fanaovana vola sandoka

Mitohy ny famongorana ny fiparitahan’ny zava-mahadomelina ao Antsirabe. Saron’ny polisim-pirenena indray ny tokantrano iray ahiana ho mpamatsy rongony tao amin’ny fokontany Mahazina.

 

 Nisy ny fangatahana taratasy tany amin’ny fitsarana nahafahana nanao ny fisavana ny tokantranon’izy ireo ka nahatrarana rongony nilanja 2kg. Ankoatra ny rongony moa dia nahatrarana fitaovana hafa fonosana roa izay heverina ho fanaovana vola sandoka ihany koa ary nisy fanafody be dia be. Araka ny fanazavana nentin’ny kaomisera divizionera Ramilison Céléstin, lehiben’ny polisim-pirenena Vakinankaratra dia tsy mitsahatra ny mikaroka ny fametrahana ny fandriampahalemana izy ireo. Azo antoka fa matoa misy ireo akora fanaovana vola sandoka dia mandehandeha any ny fitaovana fanaovana azy. Manao antso avo ho an’ny vahoaka ny tenany amin’ny fanomezam-baovao samihafa. Ny fitobahan’ny mahadomelina no fototry ny tsy fandriampahalemana ka hiantsoany fifanomezan-tanana. Roa volana lasa izay dia nisy ny fahatrarana rongony nilanja 50 kilao tao Antsirabe ary niampy indray ny loharanom-baovao hafa nahitana ireto olona mpianaka ireto.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

AFRIMA 2017 tany Lagos NigeriaNorombahan’i Shyn ny “Révélation 2017”

Norombahan’i Shyn tamin’ny alalan’ilay hirany “Resim-pitia” ny laharana voalohany tamin’ny fifaninanana Afrima 2017 ho an’ny sokajy “Révélation 2017”.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fifandraisana ara-barotraHohatsaraina ny fiarahan’i Madagasikara amin’ireo firenen-kafa

Hohatsarana ny fiarahan’i Madagasikara amin’ireo firenen-kafa marobe any ivelany amin’ny lafiny fifandraisana ara-barotra. Notanterahina nanomboka omaly etsy amin’ny hotel Carlton Anosy hifarana anio talata 14 novambra ny atrikasa mifandraika amin’izany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Aretina diabetaMitombo isa ireo marary eto Madagasikara

Olona iray isaky ny fito segondra no voalaza fa mamoy ny ainy manerana izao tontolo izao vokatry ny aretina diabeta mahazo azy.

 Tafakatra hatrany amin’ny 5,1 tapitrisa  isan-taona izy ireo raha atotaly ka ireo eo anelanelan’ny 40 ka hatramin’ny 59 taona no tena maro an’isa. Ny antony, raha ny  fanadihadiana natao ny fihinanana sakafo tsy ara-pahasalamana toy  ireo be menaka, mamy loatra, arahin’ny tsy fampiasam-batana izay ilaina tokoa na dia 30 minitra isan’andro ihany azy. Ho antsika eto Madagasikara manokana dia fantatra fa tsy mitsaha-mitombo ireo olona manatona tobim-pitsaboana ary fantatra fa voan’ny aretina diabeta izay miseho amin’ny endrika maro. Anisan’ireny ny faharerahana be loatra, ny hanoanana lava... Toraka izany koa ireo  zaza vao teraka izay voan’ny diabeta sahady aretina nateraky ny tsy fahatombonana nandritra  ny fiforonany mbola tany am-bohoka. Hankalazaina anio talata 14 novambra ny andro maneran-tany iadiana amin’ny aretina diabeta, daty napetraky ny sampandraharaha iraisam-pirenena momba ny fahasalamana. Hisy, araka izany, ny fanentanana sy fampahafantarana momba ity karazan’aretina iray ity hotanterahin’ireo tobim-pitsaboana maro isan-karazany eto an-drenivohitra toy ny Amadia eny Faravohitra.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ho diso kajy

Tsy nisy niafina fa dia niharihary avokoa ny kajikajim-pitiavana sy fitehirizan-tseza nasehon’ity fitondrana ity tao anatin’ny 4 taona nijoroany.

Na inona fanazavana nomen’ireo tompon’andraikitra dia tonga amin’ilay fitenenana hoe “ny atao no hita” isika izao. Nakatona ny orinasan’ny filoha teo aloha satria ahiana ho mpifanadrina matanjaka indrindra amin’ny taona 2018. Nosoloina an’ny tanan-kavanan’ny filoham-pirenena ny filohan’ny antenimierandoholona. Miharihary fa rehefa tsy fanambatambazana ny hiala no natao dia sarotra ny hino hoe tsy nisy fanerena tao. Fifanandrifian-javatra ve hoe minisitra teo aloha izay sahy nifanandrina tamin’ny filoha teo aloha tamin’ny resaka tany tetsy Andohatapenaka no lasa filohan’ny antenimierandoholona ankehitriny ? Mbola ny zandriny koa amin’izao no tale misahana ny fikirakirana ny lafiny informatika eo anivon’ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana na ny CENI. Ny fifanarahana amin’ny resaka varo-tany tamin’ny vahiny nataon’ny fitondrana manomboka miharihary ankehitriny tsy tanisaina intsony ary ahiana ho antony hitadiavan’ny fitondrana fomba rehetra ahafahana mijanona eo amin’ny fanapahana mandrakizay. Diso kajy anefa ny mpitondra. Rehefa lasan’ny vahiny ambongadiny moa ity nosy ity dia iza no hanjaka ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Rasolonirina Robert MpitandrinaVoatendry ho PS Ambatondrazaka-Vaovao

Avy nitondra fitandremana tany amin’ny synodam-paritany Vonizongo Vavolombelona SP35 ny mpitandrina Rasolonirina Robert,

  

 dia nianavaratra atsinanana voatendry ho PS Ambatondrazaka-Vaovao SP05. Nandritra ny 12 taona no niasany tany amin’ny distrikan’Ankazobe taorian’ny nivoahany ny fakiolte tao Ambatonakanga tamin’ny 2005, ka ny 7 taona nitondrany ny FJKM Mahavelona ary ny 5 taona tao Betela Maritiora Fihaonana.

Raha ny FJKM Betela Maritiora Fihaonana no asian-dresaka, dia ao anatin’ny fankalazana ny faha-155 taona ny fitandremana ankehitriny. Anisan’ny tsangambaton’ny jobily ny fanitarana ny trano fiangonana, ka azo lazaina fa tontosa ny “galerie” vaovao, ary koa ny fanavaozana ny alitara hifanaraka amin’ny endrika protestanta reforme. Vita koa ny tamboho manodidina ny fiangonana. Ezaka niombonan’ny renifiangonana sy ny zanaka am-pielezana TEFIFIA (Teraky ny Fiangonana Fihaonana) teo ambany fitarihan’Atoa Rasolonirina Robert Mpitandrina mivady no nahatanteraka ny lahasa.

Ampahatsiahivina antsika eto Ambonin’Ampamarinana ve, fa Fihaonana Vonizongo dia loharano nipoiran’ny Maritiora maro teto Madagasikara ? Manan-tantara manokana, sady vavolombelona manaporofo izany ireo zohy voajanahary niafenan’izy ireo nandritra ny fanenjehana sy hazalambo nataon-dRanavalona reniny. Ho fahatsarovana ny tantara tranainy indrindra tamin’izy ireny dia mitondra ny anarana Ramitraho ny sekoly nisy kilasimandry zazavavy sy zazalahy tao amin’ny Stasiona MPF Amboniavaratra. Namolavola sy namoaka olomanga maro teto amin’ ny firenena ny sekoly protestanta Amboniavaratra Fihaonana.

Ny alahady 19 novambira 2017 no nanao veloma an’i Pasitera Rasolonirina Robert mivady tao amin’ny Lycée Technique du Génie Civil etsy Mahamasina ny TEFIFIA. Ny alahady 10 desambra 2017 kosa, izay ivon’ny fankalazana ny faha-155 taona, ny lanonana hanaovan’ny Renifiangonana veloma azy mianakavy any Fihaonana. Mirary ny hahatontosan’ny Mpitandrina Rasolonirina Robert, PS Ambatondrazaka-Vaovao SP35 ny andraikitra mavesatra nankinin’ny Tompo taminy ny GTV Tsimihatsaka Ambonin’Ampamarinana.

Razaka Oliva 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady lova teny AmpandranaVoaroaka ny tompon-trano

Hafa kely tamin’izay tranga nisy, raha ny fitantaran’ireto fianakaviana nanao fitarainana manoloana ny fahatongavan’ny vadintany tetsy amin’ny trano fonenany tetsy Ampandrana omaly tamin’ny 6 ora maraina.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Marc Ravalomanana mivadyMiatrika ny « COP 23 » any Alemana

Nisokatra tamin’ny fomba ofisialy ny 12 novambra teo ary tsy hifarana raha tsy ny 17 novambra izao ny fivoriana karakarain’ny firenena mikambana mikasika ny fiovaovan’ny toetr’andro na ny « COP 23 », izay tanterahina any Bonn any Alemana.

 Firenena an-jatony sy tanàn-dehibe maro no mandray anjara amin’izany, ka manana solontena ny tanànan’Antananarivo amin’ny alalan’ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana sy mpanolotsaina manokana, ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana. Anisan’ny firenena mizaka ny vokatry ny fiovaovan’ny toetr’andro rahateo i Madagasikara, ka ny tanànan’Antananarivo manokana dia miezaka ny mitondra fomba fijery vaovao amin’ny alalan’ny fampiroboroboana ny fambolena an-tanàn-dehibe, izay nahazoany loka farany teo. Anisan’ny toe-javatra lehibe nahafantaran’izao tontolo izao bebe kokoa an’Antananarivo iny loka miezinezina iny ary mitohy hatrany ny fikatsahana ny soa ho an’ny tanàna.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsaho momba ny vaksinin’ny pestaTovolahy iray nidoboka eny Antanimora

Manomboka ahitam-bokany ny fikarohana ireo atidoha nikotrika ny asa fanakorontanana tena nahomby teto Antananarivo ny herinandro lasa teo, indrindra ny alakamisy 10 novambra, izay nampisahotaka ny renivohitra manontolo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Seranam-piaramanidina IvatoEfa tafahoatra ny betrobetroka sy ny fakana vola

Natao ihany ny tsy hiteny fa efa tafahoatra ny mitranga eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato, hoy ireo mpandeha.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Kolikoly sy famarotana tanyNitory ny fanjakana ny CRN

Tafapetraka omaly teny amin’ny birao mahaleotena miady amin’ny kolikoly (Bianco) Ambohibao ny fitoriana avy amin’ny Komitin’ny fampihavanam-pirenena (CRN) tarihan’i Tabera Randriamanantsoa.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Voatsipaky ny lehibe !

Ao ve ry Jean a ? Manomankomana an’ilay hoe domina tapany handoa erany izany izao ry Jean, ka ny zaza madinika no ezahina hosasana atidoha amin’ny hoe mahavita azy ianareo,

Marco

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Komity mitaky ny demokrasiaMitaky ny famoahana ny lalam-pifidianana

Mizotra any amin’ny lalana sy fomba ratsy fanaony hatramin’izay ny fitondram-panjakana manoloana ny fandrirarirana ny famoahana ny lalàna mifehy ny fifidianana, raha ny nambaran’ny avy eo anivon’ny komity

mahana amin’ny tsy fampanjakana ny demokrasia mandritry ny fifidianana na ny CVDE, izay nampahafantarina tetsy amin’ny Colbert Antaninarenina omaly moa ny fitsanganany. Toy ireo lalàna marobe nolaniana mantamanta teny anivon’ny antenimieram-pirenena sy antenimierandoholona tahaka ny sata na rijan-teny mifehy ny fifandraisana na code de communication, izay tsy nisy marimaritra iraisana tamin’ireo voakasika mivantana tamin’izany ihany izy ity, raha izao no fizotrany, hoy hatrany ny fanazavana. Mitaky tsy misy hatak’andro ny fitondram-panjakana ny famoahana io volavolan-dalàna io mialoha ny fandrosoana azy eo amin’ny filankevitry ny governemanta aloha, ary indrindra, mialoha ny hampandaniana azy ho lalàna eny anivon’ny antenimiera roa tonta, noho izany, ny CVDE ary maniry mba hifanaraka amin’izay nifanarahan’ny rehetra no ho voarakitra ao anatiny mba tsy hiverenan’ny krizy intsony.

J. Mirija

 

La Vérité0 partages

Football-Elgeco -Plus - Les accusations s’enchainent contre son président

 

Depuis dimanche dernier, jour de la finale du Thb ligue des champions, les accusations s’enchainent contre le président du club Elgeco Plus.  Ce dernier a commis un comportement indigne  en tant que conseiller du Premier ministre et non moins un conseiller du Président de la République Hery Rajaonarimampianina selon nos sources.  Des gestes incompréhensibles pour quelqu’un qui brigue le poste de président de la fédération malagasy de football en 2018.  Selon les rumeurs, il serait aussi  futur candidat aux législatives à la prochaine élection  dans le District d’Antsirabe II.  Lui-même, a déjà  construit des infrastructures, si on ne cite que le poste fixe de la Gendarmerie dans la Commune de Tanambao Antsirabe II, qu’il a inauguré le 10 septembre 2017. Dans cette même circonscription plus d’un a déjà entendu  parler de lui concernant ses abus en arguant son statut de proche du Président de la République. 

 

Rappelons –le qu’un fait honteux s’est déroulé ce dimanche au stade d’Ampasambazaha de Fianarantsoa. Durant la mi-temps, il a poussé sans ménagement  de la tribune officielle le chef de région, un représentant de l’Etat, lequel a fait une chute en dégringolant les  quelques marches de la tribune et a fini sa course en bas, la tête en premier. Il a fallu quelques minutes avant que la victime retrouve ses esprits. En provoquant un émoi aux autorités présentes, le garde du corps du président du club Elgeco Plus, avec la main sur son arme, était trainé de force hors de la tribune par le président de la fédération soutenu par les Forces de l’ordre. Celui-ci n’est pas à ses premiers comportements indignes et ce devant le public. 

 

Amalgame entre pouvoir et football

 

A Mahajanga, « il a déjà aussi mis la main sur son arme contre les supporteurs adverses après avoir entendu quelqu’un lui proférer des insultes sur son handicap. Heureusement qu’il n’a pas reconnu la voix de sa cible », raconte l’un de ses entourages.  A Toamasina, il parait que le même homme a déjà fait parler de lui selon des témoins. Il a donné des coups de pied sur les chaises de la tribune officielle. Visiblement, il fait un amalgame entre le football et son statut de conseiller du Premier ministre et du Président de la République. 

Récemment à Fianarantsoa, ce dirigeant de club a fait les siens envers le public fianarois en lançant que celui-ci est profane en matière de football. Il a déjà même crié haut et fort que le public de Fianarantsoa ne verra plus jamais de  grands matchs. C’est toujours à cause du tempérament  de ce président  qui aurait poussé Auguste Raux  à renoncer à son poste de technicien au sein du club Elgeco Plus.

E.F.

 

La Vérité0 partages

Vol de dossiers au Tribunal d’Anosy - Un prévenu placé sous Md, un autre en liberté provisoire

L’affaire concernant le vol d’un dossier, tout un volume contenant une centaine de jugements émis par la Justice l’année 2010 au Tribunal d’Anosy, connaît un développement. Hier, le Parquet d’Anosy a fixé le sort de deux suspects impliqués. Si l’un d’eux a été placé sous mandat de dépôt, un second, en l’occurrence l’avocat, a obtenu une liberté provisoire. Ici, c’est la Justice qui a intenté la poursuite.    « En réalité, toute une procédure devra être observée telle que l’étude du dossier au niveau de l’ordre des avocats mais surtout aussi au niveau même de la Justice malagasy », confie-t-on du côté de la Brigade criminelle. 

Néanmoins, l’on incrimine justement  à  la Police de ne pas avoir  respecté ces procédures d’usage, du moins selon les avis d’experts. Certes, la Police, après cette plainte pour vol déposée à son niveau, se sentit avoir les prérogatives d’agir en marge de la Justice pour arrêter l’avocate soupçonnée. Elle ne peut arrêter un membre du barreau  sans l’aval du bâtonnier et ne pourra procéder à une quelconque enquête sans la présence de ce dernier.  Il en est de même pour la perquisition effectuée à l’étude d’un avocat.  Des procédures qui n’ont pas été respectées par les policiers. Cette affaire risque donc de ne pas arrêter de sitôt même si une source policière a indiqué que les Forces de l’ordre ont laissé entendre que le destin de l’avocate en cause, est désormais entre les mains de la Justice. Rappelons que cette dernière aurait profité du moment d’inattention du greffier de service lors d’une demande de sa part de photocopier ces documents, pour s’emparer de tout le volume, et ce, avec la complicité donc de ces civils. 

Franck Roland

La Vérité0 partages

Ecole Sainte Thérèse Ilanivato - Bras de fer entre les parents et la direction

Un vent de panique a soufflé dans la Capitale et ses environs la semaine dernière. Une rumeur sur une opération de vaccination contre la peste a traumatisé les parents et les élèves. Cette situation a causé des dégâts matériels au niveau des établissements. Pour certains, les portails et clôtures sont endommagés et pour d’autres,  les enseignants sont victimes d’intimidation. Les parents d’élèves ont menacé d’incendier  l’établissement.  Face à cette situation, l’école Sainte Thérèse Ilanivato a pris une décision. Ainsi, elle a renvoyé les élèves absents  durant la journée du vendredi dernier. Une liste a même été affichée. Car elle qualifie cela comme une absence sans motif. Ces élèves n’ont pas le droit de reprendre la classe qu’après avoir emmené leurs parents à l’école.  

 

Même si les Forces de l’ordre sont mobilisées pour surveiller  les établissements, la plupart des parents ont choisi de garder leurs enfants à la maison. « Ces élèves sont sous notre responsabilité. Les parents ne nous font pas confiance. Est-ce nécessaire de faire une attitude de barbarie comme escalader la clôture ou endommager  l’infrastructure ? Pour la sécurité des enfants, nous avons pris la décision de garder les élèves dans les salles de classe. Cependant, les parents ont insisté pour les récupérer. Les portails sont endommagés. Autant que les parents, les enseignants sont aussi responsables de la sécurité des enfants », explique un responsable de cette école.  D’après la Direction diocésaine des écoles catholiques (Didec),  elle n’a rien à voir avec cette décision de l’école Sainte Thèrèse Ilanivato. En rappel,  jeudi dernier, des groupes de personnes habillées en Forces de l’ordre et infirmiers sont entrés de force dans les écoles pour une opération de vaccination contre la peste.

Recueillis par  Anatra R.

La Vérité0 partages

Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple

Hery Rajaonarimampianina a repris ses bonnes vieilles habitudes. En ce début de semaine, le Chef de l’Etat renoue avec les inaugurations de ceci et cela. Hier, il a ainsi assisté à l’inauguration des réhabilitations à l’Ecole primaire publique  de Soanierana et des nouvelles infrastructures au Collège d’enseignement général de Tsimbazaza. Et ce n’est pas fini, l’agenda des inaugurations et festivités présidentielles se poursuivra ce jour. Précisant que ces réhabilitations à Soanierana et Tsimbazaza ont été permises grâce à la donation du couple  présidentiel, avec la participation de plusieurs  partenaires pour le développement, le ministre de l’Education nationale Paul Rabary rappelle en effet que « demain (ce jour, ndlr) sera le grand jour pour les élèves au Coliseum ». Il est en effet prévu que le couple présidentiel remette des kits scolaires aux collégiens de la Capitale ce jour dans cet espace fondé sous la Transition. Une première, annonce-t-on.

 

Pour beaucoup, l’actuel Chef de l’Etat préfère visiblement ces inaugurations que de rester dans ses froids bureaux d’Iavoloha. Comment en effet expliquer qu’un Chef de l’Etat cale dans son semainier l’investiture de simples salles de classe réhabilitées et la distribution de kits scolaires ? Des tâches qui normalement auraient pu être dévolues à la Première dame ou à tout le moins au ministre de l’Education nationale. A la rigueur si les infrastructures inaugurées avaient été neuves, la démarche du couple présidentiel n’aurait peut être pas été aussi risible, estiment les observateurs. Peut-être également que l’initiative du Chef de l’Etat s’inscrit dans une logique d’opération de charme envers les élèves, le personnel enseignant et les parents d’élèves, à un an des élections présidentielles. Une manière pour le numéro Un de l’Etat malagasy de montrer qu’il travaille pour le bien de la population. En quelque sorte, une tentative d’infantilisation des Malagasy... 

 Force est en effet de constater que, pendant que Hery Rajaonarimampianina passe son temps à travers ces inaugurations, le peuple meurtri, affamé et appauvri s’interroge sur le déroulement de l’année scolaire, sur la sécurité de ses enfants et surtout sur ce qu’il va mettre dans son panier. Comme s’il n’en a que faire de toutes ces préoccupations, le Président Hery Rajaonarimampianina reste imperturbable. Ce ne sont pas des solutions qu’il cherche aux problèmes qui asphyxient ses concitoyens, non, il continue de les abreuver de discours comme pour témoigner d’un mépris certain à l’égard de leur préoccupation. 

 Alors que son peuple pleure, gémit et souvent hurle sa douleur, lui, ne voit ni n’entend rien. Convaincu  que tout est rose, Madagascar est devenu un paradis terrestre.  Il avait promis la fin du délestage en trois mois mais jusqu’ici, à un an de la fin de son mandat, les  coupures intempestives d’électricité refusent de s’estomper ; il affirme que son pays avance alors que chaque mois, c’est difficilement que le citoyen lambda arrive à boucler sa fin de mois. Le Président Rajaonarimampianina refuse d’écouter son peuple et ne voit que ce qui l’intéresse et ne dit que ce qu’il veut : peu importe que ça soulage, agace, contrarie, ou non, son 

peuple.

   A.R.

La Vérité0 partages

Girofle - De la plantation à l’exportation

Le girofle, comme la vanille, compte parmi les produits d’exportation. C’est une matière première utilisée dans de nombreux domaines, comme la médecine, particulièrement dans la dentisterie pour ses vertus antiseptiques et anesthésiques, mais également la cuisine pour parfumer les différents plats. C’est aussi un produit très demandé, notamment sur le marché international, toutefois, les producteurs sont peu nombreux. Et Madagascar compte parmi eux. Il occupe même la seconde place avec une production annuelle d’environ  15 000 tonnes. Le système de production de la Grande île s’effectue à la chaîne incluant les paysans agriculteurs, les collecteurs, les exportateurs ainsi que les transformateurs. La majorité des exportateurs associent l’exploitation du girofle avec d’autres produits comme la vanille ou encore le café, c’est le cas de l’Arcadie ou encore du Jacaranda. 

 

Plus de 93 millions de dollars de revenus annuels

Contrairement à la vanille, les exportateurs exclusifs de girofle sont vraiment rares. La majorité associe le girofle avec d’autres produits comme le poivre, le café et bien d’autres produits d’exportation. Le système d’exploitation du girofle n’a donc pas la même envergure que celui de la vanille, toutefois il a les mêmes bases ayant recours à 3 piliers fondamentaux à savoir les paysans agriculteurs, les collecteurs ainsi que les exportateurs. Dans d’autres cas, un quatrième pilier vient s’ajouter au système : le transformateur, pour ceux qui procèdent eux-mêmes à la transformation des matières premières.  Néanmoins, le girofle rapporte à peu près les mêmes revenus que la vanille avec respectivement plus de 93 millions et près de 100 millions de dollars. La filière est donc pourvoyeur de devises surtout que Madagascar est le second producteur mondial et le premier exportateur de clous et d’essence de girofle.  La potentialité du girofle en matière de devises dépasse même celle de la vanille s’il est exploité à bon escient.

Actuellement, pour subvenir à la production annuelle, la Grande île compte plus de 30 000 producteurs. Des producteurs auprès desquels les collecteurs et les exportateurs vont s’approvisionner. La zone de production se localise particulièrement sur la côte Est de Madagascar dans les Régions comme Analanjirofo ou encore Vatovavy Fitovinany. En ce qui concerne les zones d’exportation, pour les clous de girofle par exemple, ils sont surtout exportés vers l’Inde et le Singapour.

Trimeta Agro Food : une industrie rentable

Trimeta Agro Food est une entreprise malagasy créée durant les années 90 sous le nom de Vanille Mad. C’est bien plus tard après  que cette branche du Groupe Trimeta a pris son nom actuel. Aujourd’hui, elle emploie plus de 700 personnes qui se répartissent sur 3 sites se localisant à Sambava, Toamasina ainsi qu’Antananarivo. Ses activités se concentrent surtout sur la vanille, le girofle, le poivre et la baie rose. Des produits qui sont particulièrement dédiés à l’exportation. Le travail de cette industrie va de la collecte en passant par la préparation et le conditionnement avant d’aboutir à l’exportation. Avec un savoir-faire et des années d’expérience, elle offre des produits avec un arôme singulier à ses clients. Les responsables ont précisé que « nos  produits sont conformes aux plus sévères normes de qualité en vigueur ». Ils ont aussi ajouté que « c’est notre technologie de production, très avancée, qui assure des produits de grande qualité. » De ce fait, les travailleurs procèdent alors à de sévères contrôles de qualité depuis la culture jusqu’à l'exportation, en respectant chaque étape de vérification avec soin. Tout cela dans le but d’offrir le meilleur pour  satisfaire sa clientèle. 

La majorité des produits de Trimeta Agro Food sont exclusivement destinés à l’industrie alimentaire et aux produits cosmétiques. Et ils sont principalement exportés vers les Etats-Unis d'Amérique, l’Europe et même certains pays d’Asie tels que l’Indonésie, l’Inde ou encore  le Singapour et le Japon. Il faut préciser que l’entreprise travaille avec de nombreux groupements de paysans et collecteurs locaux, en ce qui concerne l’achat et la préparation des produits. Elle est également en relation avec de nombreux acteurs du marché international. Le girofle produit respecte donc toutes les normes imposées par le marché international, surtout que Trimeta Agro Food travaille pour assurer le goût et l’arôme recherchés par le consommateur ou l’utilisateur final.  

Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Un pacte de trop ?

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni), soucieuse de la délicatesse de ses  responsabilités, concocte un pacte qu’elle entend proposer, très prochainement, aux potentiels acteurs politiques du pays. Des signes précurseurs qui trompent rarement présagent d’éventuels éclatements de troubles  postélectoraux. Observateurs de la vie politique et états-majors des partis partagent les mêmes soucis et appréhensions sur le risque réel de fraudes massives en 2018. Le régime, pris de panique sur la  médiocrité de la cote de popularité et le handicap de son « poulain », son « cheval de bataille », à affronter les ténors des candidats en lice, craint sérieusement de ne pas pouvoir remporter haut la main la victoire. Il se préparerait, ainsi, à truquer les résultats. D’ailleurs, étant donné l’éparpillement  des bureaux de vote à travers la Grande île, les  « traitements » des chiffres ne présenteraient aucune difficulté comme d’habitude. Les cafouillages douteux des Communales, en 2015, suffisent à faire une projection de 2018. 

De toutes les manières, un groupe non négligeable de partis politiques en coalition avec la société civile réclament de façon la plus incisive la transparence de la confection et l’élaboration du Code électoral. Ils voudraient s’impliquer, davantage, dans le processus de la mise en place de ce Code de discorde. Ils se désolent de constater l’entretien du flou voulu par l’équipe de Rajaonarimampianina et se méfient de la velléité de traficoter les résultats.  Et si la Ceni compterait réunir autour d’une table toutes les parties prenantes à ce scrutin à venir, elle a parfaitement raison pour établir ensemble un  « pacte de non agression ». Seulement, d’aucuns doutent de la pertinence d’un tel pacte dans la mesure où les tenants du régime ne manifestent  l’intérêt suffisant pour la réussite d’Alarobia.  

Devrait-on le marteler que l’aboutissement  efficace de l’intention de la Ceni dépend en très grande partie de la bonne volonté des tenants du pouvoir à donner une chance réelle à la chose  voulue. Le fait qu’ils traînent les pieds à accéder au souhait de tous de bénéficier d’une transparence dans l’élaboration du Code électoral en dit long.  Justement, ce Code demeure l’écueil de taille pour la bonne marche des élections à venir. Il est même à craindre que la Commission, du moins les membres influents, risque de payer un lourd tribut de ses démarches un peu osées durant certains temps. Le président, Maître Hery Rakotomanana, selon certains analystes, se trouverait sur le tranchant du rasoir. Son fauteuil ne tiendrait qu’à un fil. Depuis quelque temps, il s’était montré trop « courageux ». Quand il demandait, pour ne pas dire exigeait l’indépendance de la Commission sur la gestion de son budget, il était allé loin, d’après les proches d’Iavoloha qui ont voulu garder l’anonymat. En outre, au moment où la Ceni réclamait l’initiative d’établir le calendrier électoral, Mahazoarivo y voyait d’un œil désolé et très gêné. En fait, l’« effronterie » d’Alarobia mettrait l’Exécutif dans une position mal à l’aise.  Le silence dans lequel se terraient Mahazoarivo et Iavoloha face à ces voix concordantes qui se lèvent, traduit exactement leur embarras.  En somme, l’initiative de concocter un pacte de non agression n’a rien de mal. Cependant, vu le sort des autres cas auparavant, il risque fort d’être un pacte de trop !

Ndrianaivo

L'express de Madagascar0 partages

Crime à Ambatobe – Deux motards tirent sur Moustapha Radjan

Le fameux Moustapha Ameralli Alibay Radjan a été la cible de deux bandits à moto. Ils l’ont coincé au bas de la résidence d’Algérie, à Ambatobe.

Criblé de balles, un ressortissant indien nommé Moustapha Ameralli Alibay Radjan, âgé de 35 ans, domicilié à Ambatobe, est tombé sous les balles de deux bandits à moto et armés. Les faits se sont produits près de la résidence d’Algérie à Ambatobe, hier matin, à 7 heures 45. Les tireurs ont saisi l’opportunité d’une longue file d’embouteillage pour passer à l’action. Ils ont fait usage de leur fusil à pompe de calibre douze pour essayer d’exécuter Moustapha. Ce dernier, seul à bord de son Audi, a reçu trois balles, la première au dos, la deuxième au bras et la dernière à la mâchoire.Quatre coups de feu ont retenti sur les lieux, selon les témoignages obtenus. « Les tueurs, ont visé le pneu du véhicule pour l’immobiliser avant de tirer à bout portant sur la cible », a précisé un riverain. La séquence aurait duré quelques secondes, selon toujours les explications du même interlocuteur. Les malfaiteurs ont pris la clé des champs et se sont, ensuite, télescopés avec un bus 183, à quelques mètres du lieu d’assaut. « L’un d’entre eux est tombé et s’est réfugié dans les broussailles des cimetières, tandis que le pilote a pu continuer son chemin », a indiqué un enquêteur de la brigade criminelle (BC) en plein constat, hier matin. Les malfrats n’ont rien emporté.Alertés par les coups de feu, les policiers du huitième arrondissement à Anala­mahitsy sont venus à la rescousse, mais le gang était déjà hors de portée.

Passé au peigne finLa victime a été évacuée d’urgence à la Polyclinique d’Ilafy pour subir une opération dans l’après-midi. « Ayant transpercé son dos, la balle a touché son poumon. Une opération s’est donc avérée impérative», a signalé un médecin urgentiste. Entre-temps, la police d’Anala­mahitsy a donné l’alerte aux unités d’intervention USI et UIR, à la BC, ainsi qu’à la police scientifique et technique.« Nous nous sommes lancés dans la foulée à la poursuite des bandits dans plusieurs quartiers mais ils ont réussi à s’éclipser », se désole un élément d’intervention sur les lieux. Certains automobilistes affirment que les deux meurtriers étaient des étrangers. « Ils n’ont pas ôté leur casque mais nous avons vu leurs mains blanches », ont-ils relaté.Deux voitures Citroën, se sont heurtées lorsque Moustapha a tenté de reculer après le premier tir. Des balises de sécurité ont été dressées. La police a procédé au prélèvement d’indices et à un appel à témoins. Deux douilles ont été découvertes. Un automobiliste serait parvenu à avoir des images des tueurs. Une caméra de surveillance fixée sur le parapet de la résidence d’Algérie aurait également pu enregistrer la scène. Mais la réquisition revient à la gendarmerie, selon un policier du 8ème. « Cette tentative de meurtre a été menée avec le même mode opératoire que celui de l’ancien consulat de Malaisie, commise à Tsara­lalàna », raconte un policier d’intervention.

Mobile du crime

Moustapha Ameralli Alibay Radjan a commencé à faire beaucoup parler de lui depuis juillet 2012. Il s’est fait arrêter pour  trouble à l’ordre public, attentat à la bombe, tentative d’assassinat, kidnappings et trafics d’or. Il a été frappé d’interdiction de sortie du territoire et a mis à nu les différends l’opposant aux opérateurs économiques indiens. Il a été jugé au tribunal d’Anosy, le 13 décembre 2013, après dix-huit mois de détention préventive à la maison de force de Tsiafahy. Le verdict était lourd à l’encontre des frères Radjan. Moustapha a eu quinze ansd’emprisonnement pour l’affaire de la bombe artisanale. Son avocat et lui avaient interjeté appel. Cela laisse alors penser que le mobile de ce crime pourrait s’agir d’un règlement de compte. Le Collectif desfrançais d’origine indienne à Madagascar (CFOIM) n’en a pas encore touché un mot.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Justice – Disparition suspecte de dossiers de la crise de 2009

Reporté. Le jugement d’une requête pour opposition formulée par Ralitera Andria­nandraina ainsi que deux autres personnes, n’a pas eu lieu ce jour, pour cause de disparition de dossier.Par le truchement d’un huissier de justice, leur banquier leur a annoncé la notification de saisie-arrêt de compte pour indemniser les victimes des affaires du 7 février 2009. « On les a inculpés de meurtre ou d’assassinat dans l’affaire du 7 février 2009. Cependant, la charge prononcée à leur encontre a été disqualifiée et a été muée en usurpation de fonction. Ainsi, ils ne sont pas concernés par la saisie-arrêt de compte, afin d’indemniser les victimes de cet évènement douloureux à titre de dommage solidaire », explique maître Hanitra Razafimanantsoa.Dans cette optique, Ralitera Andrianandraina et les deux autres personnes ont saisi la Cour d’appel pour s’opposer à cette notification de saisie-arrêt. Le jugement aurait dû se tenir hier, mais cela a été reporté au 11 décembre pour cause de disparition des dossiers. En sourdine depuis sept années, l’affaire ressurgit avec une succession d’évènements.

Suite impossibleDes précisions font en effet défaut, concernant la date de l’infraction. Un journal en ligne a annoncé dans la soirée du dimanche que les dossiers ont disparu pendant la journée du samedi.Le greffier en chef de la Cour d’appel stipule que les faits se sont produits ven­dredi, d’où la perquisition au domicile de Ralitera.Les polémiques et les spéculations se sont atténuées, suite à l’interview du greffier en chef de la Cour d’appel d’Antananarivo. Dans ses propos, Aimée Raholiha­sindrahona a expliqué à quelques journalistes qu’il n’y a pas eu de cambriolage. Un individu se présentant comme avocat sta­giai­re a demandé une copie des arrêts datant de 2010. Alors que l’agent en charge de son accueil s’est levé pour traiter l’expédition de sa demande, l’individu s’est volatilisé avec le volume de recueil d’arrêts de la Cour criminelle contenant une centaine de dossiers.L’audience de l’affaire du 7 février 2009 s’est tenue au mois d’août 2010. Le verdict est tombé le 28 août 2010, condamnant ainsi Marc Ravalomanana et deux au­tres officiers à purger une peine de travaux forcés par contumace.Ralitera Andrianandraina, suite à la disqualification de la charge qui lui a été reprochée, écope de deux ans avec sursis. Étrangement, le volume des arrêts qui a disparu couvre effectivement la période de juillet – août – septembre 2010. Toutefois, les responsables affirment ne pas être en mesure de lister avec précision le contenu du dossier subtilisé.Par ailleurs, l’ordinateur stockant la version numérique aurait été formaté en 2010, suite à un problème.Les deux individus placés en garde-à-vue sont encore sous la surveillance de la brigade criminelle.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Comité de vigilance pour les élections – Méfiance envers le pouvoir

Entités politiques et civiles se sont regroupées. Les craintes quant à la version finale des textes électoraux rédigée par le pouvoir sont martelées.

Appréhensions. Partis politiques et certaines entités de la société civile se sont regroupés au sein d’une entité dénommée Comité de vigilance démocratique pour les élections (CVDE). Une organisation dont le rôle, selon les déclarations faites à la presse, hier à l’hôtel Colbert Antani­narenina, serait de faire un suivi de la prise en compte par le pouvoir de ses recommandations quant au contenu des nouvelles lois électorales.Ce marquage à la culotte que le CVDE compte faire, alors que l’on entre dans le « money time », du processus de refonte du cadre juridique des élections, serait essentiellement motivé par l’absence de confiance envers le pouvoir Exécutif. Sur la base d’un précédent qu’est le code de la communication, « nous évoquons nos doutes et suspicions d’un changement de nos propositions par le gouvernement avant sa présentation au conseil des ministres, et son adoption par les deux Chambres parlementaires ».Le processus de réforme de cadre juridique des élections a démarré par une série d’ateliers de consultation de plusieurs acteurs, dont les entités politiques et la société civile, organisée par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). L’élaboration du code de la communication est passée par le même cheminement. Seulement, une fois au niveau du pouvoir Exécutif, plusieurs points des recommandations faites durant les consultations ont été écartés ou dévoyés.

AcceptabilitéLes membres du Comité craignent alors que les nouveaux textes électoraux connaissent la même issue. Aussi, le CVDE, depuis quelques jours, mène une campagne médiatique pour exiger que les avant-projets de textes électoraux soient rendus publics avant leur adoption par le conseil des ministres et leur dépôt au Parlement.Dans son rendez-vous hebdomadaire sur sa page Youtube vendredi, Hery Rajaonarimampianina, président de la République, a déclaré que « les réformes et les rectifications effectuées seront publiées pour que tous les Malgaches en soient informés ». Il a ajouté : « Nous espérons que la réalisation de tout cela soit une garantie pour écarter toute crainte, et pour que l’on puisse poursuivre les efforts pour enraciner l’apaisement ».Des mots qui ne semblent pas avoir suffi à rassurer les membres du Comité qui campent sur leur exigence. « Notre mandat ne nous permet pas de publier les textes avant qu’ils soient validés par l’Exécutif. Le cheminement normal de l’élaboration d’un projet de loi serait que ce soit sur le texte adopté par l’Exécutif que se portent les débats, avant qu’il ne soit présenté au Parlement », explique une source auprès du comité interministériel chargé de la rédaction des avant-projets de textes électoraux.Cette dernière s’interroge, par ailleurs, sur « la légitimité des entités politiques et civiles pour qu’ils puissent exiger de l’Exécutif qu’il s’en tienne strictement à leurs recommandations ». Questionné sur le sujet hier, les membres du CVDE affirment que leur légitimité découle du fait qu’ils sont« parmi les principaux acteurs électoraux ». Se présentant comme représentatif d’une bonne partie de l’arène politique, notamment, le Comité semble plus pressant envers l’Exécutif que le Parlement.Le dernier mot sur ces textes appartiendra pourtant, aux parlementaires. L’absence de confiance en une conscience de l’intérêt général chez les parlementaires, a été avancée comme explication. « Nous savons tous que les projets de loi présentés au Parlement sontadoptés à l’aveuglette », a-t-on entendu hier. Le lobbying médiatique mené par le comité servirait ainsi à « marteler les enjeux de l’acceptabilité des nouveaux textes pour l’apaisement des élections ».Certains faits récents indiquent que l’Assemblée nationale est de plus en plus perméable aux avis de l’opinion publique. De prime abord, ce serait dû à des chamboulements de certaines obédiences à Tsimbazaza. La ligne dure de la majorité écrasante pro-pouvoir, au Sénat, pourrait toutefois doucher toute ouverture aux différentes voix autres que celle de l’Exécutif.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Shyn remporte l’Afrima Awards – « C’est une victoire pour la musique malgache »

Une belle aventure artistique et musicale qui se clôture sur un exploit celui du prix de la « Révélation de l’année » dans « Afrima Awards » ce week-end.

Il en a fait du chemin depuis 2007 où il s’est découvert avec son titre « Mahatsara izaho ». Shyn a remporté le tant convoité prix « Révélation de l’année » du concours international « All Africa Music Awards » ou « Afrima Awards» ce week-end, grâce à son tube « Resim-pitia».Un moment de grâce et de fierté incommensurable pour le chanteur qui est allé ainsi cueillir le fruit de son succès dans la ville de Lagos au Nigéria, à l’occasion. Suite à l’annonce de sa victoire, Shyn n’a pas tardé à scander sa joie et son bonheur sur les réseaux sociaux, tout en adressant ses vifs remerciements à tous ceux qui l’ont soutenu, mais surtout ses fans qui ont voté pour lui et le public en général.« Ce n’est pas uniquement ma victoire, c’est une grande victoire pour la musique malgache dans toute sa splendeur. Je suis très fier d’avoir participé à cette aventure que je n’aurais pas pu entreprendre seul et mener à bout sans l’appui de mes fans. Je vous en serais éternellement reconnaissant » affirme le chanteur sur les réseaux sociaux. Ceci dit, pour Shyn et son label Makua, ce prix marque un nouveau départ à partir duquel, ils mettront un point d’honneur à valoriser les jeunes talents, ainsi que la musique malgache sous toutes ses formes.

« Vers l’international »Misant sur la qualité, Shyn entend inviter une nouvelle génération à suivre ses pas et à briller aussi bien sur la scène nationale qu’internationale tout en étant un fier porte-étendard de Madagascar.« C’est une aubaine pour moi, même en tant qu’artiste, mais également pour notre pays. Le fait est, qu’à travers cet événement, je me suis autant révélé sur la scène internationale, mais j’ai aussi mis un point d’honneur à révéler notre culture, ainsi que la beauté de notre pays aux yeux du monde » rajoute Shyn.Un succès d’une très grande envergure, voire une consécration amplement bien méritée au bout d’une bonne décennie de carrière. C’est à çà que se résume désormais la carrière de cet artiste R’n’b remarquable qu’est Shyn. De Toamasina, sa ville natale en passant par le reste de la Grande île pour finir par briller au delà même de ses frontières. Le chanteur s’est démarqué du lot grâce à l’engoue- ment qu’a suscité son  incontournable tube « Resim-pitia» auprès du grand public tout au long de cette année. Notamment, grâce à sa tournée dans l’Hexagone où il a entamé le « Resim-pitia challenge », durant lequel il a convié ses fans à partager des vidéos d’eux festoyant sur sa chanson. De quoi attirer l’attention des organisateurs du « Afrima Awards » qui ne tardent pas à le nommer dans l’une de leurs catégories phares.Shyn ne pense pas en rester là, puisqu’il prévoit de continuer son petit bonhomme de chemin sur la scène nationale, mais surtout à l’international, toujours aux côtés de sa compagne Deenyz, qui entreprend, elle aussi, une carrière internationale. Le chanteur de « Resim-pitia », quant à lui, n’a jamais sorti d’album auparavant et prévoit de sortir son premier opus dans le courant de l’année 2018.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Madagascar lance la NBA Juniors League

La Grande île organisera désormais la NBA Juniors League. La première édition est prévue à partir de mars 2018.

La NBA Ju­niors League débarquera à Mada­gascar en 2018. Les émissaires de la NBA viendront dans la capitale malga­che pour finaliser le protocole d’accord entre cette entité initiatrice de la NBA Juniors League en Afrique et la fédération malga­che de basketball.Le vice-président de la fédération, Lionel Rabenarivo était en mission de cinq jours en Afrique du Sud il y a une semaine pour assister aux finales de ce tournoi pour jeunes qui se sont tenues au Royal Bafokeng, à quelques kilomètres de Johannesbourg le 27 novembre, dans l’enceinte du site de la coupe du monde de football de 2010. Trois catégories étaient concernées par ce tournoi à savoir les U13, U15 et U18 garçons et filles.Plus de sept mille spectateurs ont assisté aux finales et au spectacle de dunk effectué par des joueurs de NBA des États Unis. « C’était un tournoi réservé aux élèves des établissements scolaires. Et chaque équipe portait le nom d’un club NBA », explique Lionel Rabenarivo.« Les équipes participantes ont donc limité à trente, le nombre de clus NBA » a-t-il poursuivi. L’objectif est de multiplier le nombre de compétitions pour les jeunes et aussi le nombre de licenciés.

Douzième promoteurLe but est d’inciter d’abord les écoliers à pratiquer la discipline pour les orienter plus tard à intégrer les clubs. Chaque équipe devra disputer au moins quinze matches donc environ quatre cent cinquante matches par catégorie en phase éliminatoire, sans compter les quart de finales, les demi-finales et les finales.Faute de moyen, la fédération malgache commencera la première édition par uniquement les U15 garçons et filles. « Nous avons prévu d’organiser la première édition de notre NBA Juniors league du 10 mars au 26 mai », a-t-il avancé. Ce projet est déjà implanté dans onze pays africains et Madagascar sera donc le douzième promoteur du projet. « La NBA dotera les fédérations de ballons, de maillots des équipes NBA et aussi formera des entraîneurs spécialistes des jeunes », a souligné le vice président de la FMBB.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Saison cyclonique – Élaboration du plan d’urgence du Boeny

Un atelier de mise à jour du plan de contingence pour la saison cyclonique a eu lieu pour la région Boeny.  Il s’agissait de planifier des activités d’urgences. 

Madagascar se prépare pour la saison cyclonique. La ville de Mahajanga n’est pas en reste.C’est dans cette optique qu’un atelier de mise à jour du plan de contingence régional multi risques et multi aléas a été organisé du 8 au 10 novembre derniers à la grande salle de l’hôtel les Roches Rouges à La Corniche.« Le plan de contingence est un document opérationnel qui sera activé en cas d’alerte, suivant les différents scénarios retenus durant l’atelier. Deux cyclones sur quatre vont passer probablement à Mahajanga à la prochaine saison. En période normale, les risques d’inondation durant la période des pluies est aussi à craindre », a expliqué le secrétaire exécutif adjoint du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), le général de division Claude Rambolaharison.Les acteurs régionaux locaux et l’UNICEF ont collaboré dans l’organisation de cette réunion avec le BNGRC. L’objectif de l’atelier consistait à  renforcer l’état de préparation à travers la planification des activités d’urgences, afin de réduire l’impact des catastrophes et la vulnérabilité des communautés.Le plan de contingence et/ou la mise à jour a été ainsi élaboré pour la région Boeny. Il constitue une phase importante dans le cadre de la gestion des risques et des catastrophes.

SimulationCette année, les risques tels que les cyclones, les inondations et les épidémies ont été priorisés. Le document multi risque et multi aléas tient donc compte de l’aspect du changement climatique et du renforcement des capacités régionales par l’acquisition d’engins et de matériels lourds pour les interventions d’urgence.Ainsi, le plan élaboré durant l’atelier à Mahajanga sera une réponse aux situations d’urgences spécifiques à la région Boeny. Il contient les capacités de réponses régionales ainsi que les mécanismes de coordination et de mise en œuvre des interventions d’urgences « intégrées » en cas d’une éventuelle catastrophe.La dernière étape de la préparation de la saison cyclonique 2017/2018 consistera en des exercices de simulation.Les actions en matière de gestion des risques et des catastrophes (GRC) et en matière de réduction des risques de catastrophes sont assurées par l’État et ses démembrements ainsi que les collectivités territoriales décentralisées (CTD) suivant le principe de subsidiarité, avec la participation des communautés, des ménages et de tous les citoyens énoncé dans la Stratégie nationale de la gestion des risques et des catastrophes.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – L’Open International définitivement annulé

La semaine dernière, la note d’interdiction, émise par le ministère de la Jeunesse et des Sports le jeudi 5 octobre, a été levée. Celle-ci interdisait la tenue de toute mani­festation en raison de l’épidémie de peste pulmonaire. Plusieurs événements ont ainsi été reportés, dont l’Open International de tennis, qui devait s’étaler du mardi 10 au dimanche 15 octobre.Aujourd’hui, le Country Club a décidé d’annuler définitivement l’édition 2017. « Il n’y aura pas d’Open International cette année. On ne peut pas aller au-delà du 10 décembre. Or, organiser un tel événement dans un délai de moins d’un mois, ne serait pas sérieux. Le délai est trop court, notamment pour obtenir les billets d’avion des invités en provenance de l’étranger et pour la logistique. La question de la disponibilité des joueurs se pose également », regrette Josoa Rakotonindriana du Country Club.Si l’on table sur cette date du 10 décembre donc, le tournoi aurait pu se tenir durant la première semaine du mois prochain, soit du 5 au 10 éventuellement. Sauf que d’ici le 5, il ne reste que trois semaines.En vingt-et-un jours, c’est difficile et même impossible de bien organiser une compétition de cette ampleur. Surtout avec plusieurs joueurs venant de l’extérieur. Sans oublier que décembre rime avec saison pluvieuse, contrairement à octobre.« Entre le mois d’octobre et le mois de décembre, c’est totalement différent, avec l’arrivée des pluies », poursuit Josoa Rakotonindriana. On parle ici d’un tournoi sur terre battue, en outdoor. Les matches ne seraient pas à l’abri des précipitations donc. Le programme risque ainsi d’être fortement chamboulé dans le cas où la pluie ferait son apparition, ce qui est très probable.Fort heureusement pour le Country Club, ses nombreux partenaires ont déjà réitéré qu’ils soutiendront toujours l’événement pour l’an prochain.De quoi préparer au mieux l’édition 2018 donc, en espérant que des mesures soient prises par l’Admi­nistration pour éviter une nouvelle propagation de la peste ou d’une autre mala­die à cette période de l’année. « Les sponsors sont OK pour 2018. Nous sommes déjà en train de peaufiner le calendrier », conclut Josoa Rakotonindriana.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Coopération Sino-malgache – Quarante-cinq ans d’échanges fructueux

La Chine et Madagascar ont établi des relations diplomatiques depuis 1972. Depuis, les fruits de la coopération économique et commerciale sont abondants.

Les relations entre la Chine et Madagascar ne cessent de se renforcer dans divers domaines comme la politique, l’économie, la culture, la santé, l’éducation, et ce, sur la base de l’amitié, de l’égalité, du respect mutuel pour un bénéfice réciproque. L’année 2017 marque le 45e anniversaire des relations diplomatiques et durant la visite du Président Hery Rajaonarimampianina en mars dernier, les relations officielles bilatérales se sont hissées à un partenariat de coopération complète dont l’intégration de Madagascar dans l’Initiative chinoise de la Route et de la Ceinture de la Soie.

Gros volume d’import/exportLes échanges commerciaux ont réalisé une croissance durable et stable. La Chine est devenue actuellement le premier partenaire commercial bilatéral de Madagascar. En vue d’accroître l’exportation des marchandises malgaches vers la Chine, la partie chinoise a décidé que 97% des marchandises en provenance de Madagascar exportées vers la Chine bénéficieront de tarif douanier zéro à partir de 2015. En 2016, le volume des importations se chiffre à 159 millions de dollars contre 943 millions de dollars pour les exportations avec un total de 1.1 milliard de dollars. Au cours du premier semestre 2017, le volume total import/export est estimé à 607 millions de dollars.En matière d’investissement, les entreprises chinoises sont de plus en plus présentes à Madagascar, dans les secteurs de l’agriculture, des infrastructures, du textile, etc. Elles créent de nombreux emplois et contribuent au développement économique local. En 2016, cela a été de 7,10 millions de dollars et durant le premier semestre de cette année, les entreprises participantes ont engagé jusqu’à 3,54 millions de dollars.

L’aide au développement Depuis 1972, le gouvernement chinois a accordé plus de trois milliards de dollars de l’Aide publique au développement à l’État malgache. De nombreux projets sont réalisés au profit du développement socio-économique et au renforcement de la capacité autonome de la Grande île, comme l’hôpital d’Anosiala, le Centre des Conférences Internationales (CCI), le Palais des Sports et de la Culture et la Route nationale 2; des projets d’assistance technique comme la coopération technique au Palais des Sports; des projets d’aide en nature comme des matériels bureautiques et des médicaments antipaludiques. En août, les accords des travaux du projet de route dans le district d’Ambohidratrimo et du projet deux cents forages dans le Sud-Ouest de Madagascar, sont signés.

Les forces dans la coopérationLa partie chinoise a financé dans le passé les projets des logements à prix modéré et de l’Hôtel cinq étoiles par des prêts concessionnels. La partie chinoise encourage les entreprises performantes chinoises à participer activement aux constructions des projets d’infrastructures à Madagascar. Les prêts à caractère préférentiel financés par l’EXIM une banque chinoise, constituent des outils importants et pratiques, ouvrant la voie à un développement rapide.De 2005 à 2016, la partie chinoise a organisé des séminaires et formations techniques en faveur d’un nombre total de 1 632 participants malgaches dans divers domaines tels que l’éducation, la presse, le commerce, l’énergie, les mines, les télécommunications et la santé. À la fin de cette année, la quantité annuelle sera près de 270 pour la participation aux soixante dix-neuf séminaires au total. À part les quotas des séminaires multilatéraux, trois séminaires bilatéraux sont à organiser pour de hauts fonctionnaires, des journalistes et des policiers.

Les « huit principes de la Chine »En tant que pays en développement, la Chine apporte son assistance et son soutien, dans la mesure du possible, pour aider les pays africains à accélérer leur développement et à améliorer les conditions de vie de la population. Établis par le feu Premier ministre chinois Zhou Enlai en 1964, les « Huit principes de l’aide étrangère de la Chine » sont devenus depuis, le cadre fondamental régissant l’aide étrangère de la Chine à d’autres pays en développement. Il faut retenir les huit principes suivants :- la Chine fournit une aide étrangère toujours selon les principes d’égalité et d’avantages mutuels,- lorsqu’elle fournit une aide, la Chine n’impose aucune condition ni ne réclame aucun privilège,- la Chine s’efforce d’alléger du mieux possible le fardeau des pays bénéficiaires,- la Chine a pour but d’aider les pays bénéficiaires à devenir progressivement indépendants et autonomes,- la Chine s’efforce de développer des projets d’aide qui demandent des investissements peu élevés mais suivis de résultats rapides,- la Chine fournit des équipements et du matériel de la meilleure qualité qu’elle fabrique elle-même,- en fournissant une assistance technique, la Chine s’engage à faire pleinement bénéficier le personnel du pays bénéficiaire de ce savoir technique,- les experts chinois ne sont pas autorisés à soumettre une quelconque demande particulière ou à bénéficier de quelque faveur que ce soir.

Le dynamisme du secteur privé chinoisLes hommes d’affaires chinois sont  très présents dans les secteurs du commerce, des mines, du textile, des matériaux de construction, des produits halieutiques, des fruits locaux, de l’agriculture, de l’immobilier, de la grande distribution, des télécommunications, de la télévision, des travaux publics, etc. et contribuent beaucoup à la création d’emplois comme aux recettes de l’État en payant leurs impôts et taxes.Du 21 au 24 septembre, l’Association des entreprises chinoises à Madagascar et l’EDBM ont co-organisé la première édition du China Exhibition Madagascar au CCI Ivato. Cette foire manifeste donc une fois de plus le dynamisme du secteur privé chinois dans le pays. Depuis toujours, les entreprises chinoises implantées à Madagascar, très attachées à leurs responsabilités sociales, ont mené de nombreuses actions sociales et ont beaucoup appuyé le développement durable de la communauté locale.

Grâce à l’Institut Confucius, des milliers de Malgaches apprennent le chinois, dont le mandarin.

Langue étrangère – Le chinois incontournable

Pour la promotion de la civilisation, de la culture et de la philosophie chinoises, l’Institut Confucius de Madagascar, présent aux Universités d’Antananarivo et de Toamasina, promeut la langue et la culture chinoises. Le premier, créé en 2008, propose une formation académique et organise des cours de mandarin.« Cela fait quarante-cinq ans que les relations diplomatiques sino-malgaches durent, et l’implantation de l’Institut Confucius, qui a vu le jour en 2008 grâce au partenariat avec l’Université normale de Jiangxi, témoigne de l’amitié et de la coopération gagnant-gagnant entre les peuples chinois et malgache. Cette langue tient une place importante dans tous les échanges. Elle est la plus répandue et devient incontournable », expose Eva Zo Rasendra, directrice malgache de l’Institut.Au début, les jeunes Malgaches rencontrent des difficultés au moment de l’initiation, mais tout dépend de la volonté et de la détermination de chaque apprenant qui acquiert une certaine aisance après plusieurs séances. Lijuan Chen, directrice chinoise de l’Institut affirme qu’il existe actuellement neuf mille étudiants et apprenants dans plus de quatre-vingt sites d’enseignement, incluant les classes Confucius, les écoles privées, les ministères, les instituts supérieurs privés et les grandes écoles d’administration.« Nous sommes fiers de l’Institut de l’Université d’Antananarivo qui figure parmi les modèles car il conforte la meilleure place au niveau mondial. Les jeunes qui étudient la langue et la culture chinoises parviennent à trouver des emplois, lesquels contribuent à la croissance économique de Madagascar », exprime-t-elle.L’obtention de la licence au niveau de cet Institut se mérite. Il existe des opportunités de voyages, des bourses d’excellence allouées aux élites et celles de l’encouragement en faveur des étudiants issus de familles démunies. Cependant, le passeport pour entrer en Chine est conditionné par le test officiel de la langue chinoise HSK.Le Pr Zuqin Wei, enseignant, reconnaît la forte capacité des Malgaches qui parlent couramment le chinois.« Les étudiants sont intelligents et je loue leur sacrifice pour atteindre leur objectif. En Chine, nous avons un système d’achat en ligne et le mobile banking, les Malgaches s’y adaptent facilement et maîtrisent ces outils», invoque-t-il.Zo Harimbola Ratovoherimanana, étudiant en L3 témoigne que, grâce à ses études en langue chinoise, il a pu s’immiscer dans la culture du kung-fu. Et un voyage en Chine lui a permis de poursuivre des stages au temple de Shaolin. Andry Harivony Rabenandro, étudiant en L3, quant à lui, a auparavant été affilié au département « Philosophie ».« Après quatre années d’études, j’ai décidé de m’inscrire en première année à l’Institut Confucius. Il y eut les cours optionnels qui ont changé ma vie et mon état d’esprit », raconte-t-il.Ces deux jeunes étudiants ont brillé lors du concours « Passerelle vers le chinois », édition 2017.

Le CHU d’Anosiala témoigne de la réussite de la coopération sino-malgache en matière de santé

Santé – Un centre de médecine chinoise en vue

La Chine améliore son intervention médicale auprès du peuple malgache. Elle envisage la concrétisation de plusieurs projets de santé à Madagascar. Le soutien du gouvernement chinois à Madagascar, en termes de santé  se poursuit. Avec plus de quarante ans de présence de son équipe médicale à Madagascar, actuellement, il envisage d’implanter un centre de médecine traditionnelle chinoise dans le pays. Xiao Wen Ling, chef de l’équipe  médicale chinoise à Madagascar nous a fait part de ce projet, hier, à l’hôtel Paon d’Or à Ivato.« Nous allons construire des centres spécialisés de médecine traditionnelle chinoise dans trente pays.  Madagascar sera l’un des bénéficiaires. Les travaux de construction  devraient commencer l’année prochaine. Des médecins malgaches seront  envoyés en Chine pour des formations », explique-t-il.La médecine traditionnelle chinoise est surtout reconnue pour sa  compétence à soulager la douleur, notamment pour les maladies  chroniques, mais aussi pour son faible coût. Le service est jusqu’ici  gratuit. La médecine chinoise est très appréciée par les Malgaches. Une  grande affluence des malades dans le service acupuncture est constatée  au Centre hospitalier universitaire à Anosiala, depuis le transfert des  services médicaux chinois de l’hôpital Bejofo à Mahitsy dans ce grand  hôpital.

Le CCI Ivato permet à l’État malgache d’accueillir des réunions et conférences internationales.

MissionsLe gouvernement chinois prévoit la concrétisation de plusieurs projets  de santé à Madagascar, pour renforcer encore plus la coopération entre  les deux pays. Avec cette épidémie de peste, par exemple, une délégation  de médecins sera bientôt envoyée ici, pour « chercher une solution dans la lutte contre la peste », enchaine Xiao Wen Ling. La semaine  dernière, le gouvernement chinois a déjà remis des boîtes de médicaments au ministère de la Santé publique.Un protocole d’accord avec ce ministère, pour une mission d’opération de cataracte à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) a été aussi signé. Le projet a été retardé, à cause de l’épidémie de peste. Mais des spécialistes en ophtalmologie devraient arriver en terre malgache, pour cette opération.Ces équipes médicales chinoises se répartisseront dans quatre villes, à savoir Antanana¬rivo, Sambava,  Ambovombe et Vatomandry. À part la prise en charge des malades, elles s’occuperont également du renforcement de capacité de nos médecins.« On a beaucoup  d’histoires émouvantes avec le peuple malgache, durant ces quarante années de présence médicale. On  espère rester ici pour toujours », lance Xiao Wen Ling.

L’hôtel cinq étoiles est destiné au tourisme international de standing.

Don – La Chine offre des intrantsde 1,5 milliard d’ariary

Enième appui de la Chine au gouvernement malgache. Elle lui a remis des intrants de santé d’une valeur de 1,5 milliard d’ariary, dans le cadre du renforcement de la lutte contre l’épidémie de peste à Madagascar, c’était dans le local du central d’achat Salama à Tanjombato, hier, en présence du chef du gouvernement, Olivier Mahafaly Solonandrasana et l’ambassadeur de la République populaire de Chine, Xiaorong Yang.« Je tiens à remercier ici le gouvernement chinois pour ces précieux dons. Ils servent surtout à protéger le personnel de santé lors des épidémies comme la peste. Nous pourrons les utiliser aussi. Toutefois, nous espérons qu’il n’y aura plus d’autres épidémies à Madagascar », a indiqué le Premier ministre.Ces dons se composent de Kit Ebola, d’autocollants, de bottes, de seringues et de trente matelas. En octobre, la Chine a déjà remis des médicaments au ministère de la Santé publique à Ambohidahy.Le chef du gouvernement a rappelé, hier, qu’une journée de lutte contre la peste sera bientôt annoncée. Elle sera décidée au conseil des ministres, comme le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a déclaré dans son émission « Fotoambita », publié sur le Youtube.

Éditorial

TChine, TChine

Les relations diplomatiques entre la Chine et Madagascar débutent exactement le 6 novembre 1972. Cela fait quarante-cinq ans que les deux pays entretiennent une coopération sur plusieurs domaines tels la santé, l’économie, la culture, le sport…Mais les Chinois ont habité la Grande île bien avant cette date officielle. Les grandes familles qui se sont implantées dans plusieurs régions, notamment sur la côte Est, ont investi leur temps et argent dans le commerce. Les descendants issus des troisième et quatrième générations poursuivent jusqu’à ce jour les activités héritées de leurs aïeux. Ils sont plus connus dans la restauration, l’agroalimentaire, ceux à l’origine des nouilles, des sauces en bouteille… Plus tard, d’autres spécialités se sont développées, entre autres l’art martial kung-fu qui a recensé des milliers d’adeptes, la médecine traditionnelle chinoise à travers le système d’acupuncture, les énergies, les mines, les salons de massage, les casinos. Le plus vaste chantier dont se remémorent les Malgaches reste le bitumage de la Route nationale 2 reliant Antananarivo à Toamasina. Une réalisation monumentale qui assure les flux commerciaux en import/export.L’expertise chinoise s’est étendue aux bâtiments et d’imposantes infrastructures égaient certains quartiers de la capitale si on ne cite que le  Palais des Sports et de la culture à Mahamasina, le complexe hôtelier Le Paon d’Or et le Centre de conférences international sis à Ivato. La coopération sino-malgache se résume en « amitié » car les conventions et accords se soldent par des cadeaux et des dons qui profitent à toute la population.Malheureusement, parmi les nouvelles générations de Chinois qui débarquent dans l’Île, certains croient qu’ils peuvent dicter leur loi, d’où certains actes de criminalité qui assombrissent le tableau. Mais, ce ne sont pas tous les Chinois qui se comportent ainsi puisque les véritables investisseurs et opérateurs participent au réel développement. En ce millénaire, la Chine construit une nouvelle route traduite en « une route, une ceinture, la nouvelle route de la soie », une passerelle entre la Chine, Madagascar, l’océan Indien et l’Afrique. Celle-ci s’articule autour de la mise en place d’infrastructures, le renforcement des relations politiques, la facilitation au niveau du commerce et de l’approvisionnement, les échanges culturels ainsi que les déplacements des citoyens.Néanmoins, tisser une relation, un lien, faire perdurer une amitié et fructifier une convention se basent sur une bonne communication. La langue y est pour quelque chose. La Grande île se connecte avec la Chine grâce à l’Institut Confucius de l’Université d’Antananarivo, à la fois centre d’étude et centre culturel qui propose un parcours académique ainsi que des cours particuliers de langue chinoise, de chant, de musique, de danse… Certes, le chinois n’est pas encore reconnu comme langue internationale. Toutefois, le nombre de Chinois par milliards qui le parlent, sans compter les autres populations du monde qui l’apprennent, rehausse sa valeur. À Madagascar, l’institut dispose de quarante sites d’enseignement (écoles, collèges, instituts supérieurs…) regroupant jusqu’à neuf mille apprenants. Les jeunes diplômés malgaches qui parlent couramment le mandarin poursuivent leurs études en Chine dans l’espoir de parfaire leur doctorat.Compte tenu de cette relation séculaire, les deux peuples  partagent certaines valeurs telles que la promotion de la médecine traditionnelle et la même souffrance du label « vita malagasy » ou « vita sinoa » évoquant la qualité à la va-vite. Les Malgaches ont beaucoup à gagner en apprenant des Chinois réputés être de bons travailleurs, en adoptant la pensée chinoise qui véhicule la paix, le respect de la diversité et de la divergence d’opinions, la sagesse, la tolérance et l’harmonie. À leur tour, les Chinois peuvent très bien s’inspirer du « fihavanana » dans tout ce qu’ils entreprendront.L’amitié qui dure quarante-cinq ans ouvre encore diverses fenêtres d’opportunités aux Malgaches qui expérimentent actuellement des dynamiques politique, économique, sociale et culturelle. Tout le monde, par contre, attend avec impatience, l’ouverture du nouveau boulevard Soavimasoandro-Laniera.

 

L'express de Madagascar0 partages

XIVe Tour cycliste international de Madagascar – Onze nationalités au départ de Toliara

International plus que jamais. La quatorzième édition du Tour cycliste international de Madagascar (TCIM) verra la participation de onze pays, à savoir, Madagascar, France, Mayotte, Comores, RD Congo, Hollande, Belgique, Réunion, Angola, Erythrée et Alle­magne. Une grande première donc depuis la création de l’événement en 2014 avec une participation record des pays étrangers qui vont participer au TCIM 2017.« Nous sommes heureux de voir que la vie reprend peu à peu son cours malgré l’épidémie de peste et que les manifestations sportives ne sont plus interdites. Ce fait nous enchante car la situation nous faisait un peu peur. Au niveau de l’organisation, nous essayons au fil des années d’inviter de plus en plus d’équipes étrangères pour participer au TCIM. Ce n’est pas toujours facile mais c’est un défi que nous nous fixons pour rendre l’évènement plus intéressant surtout pour les coureurs malgaches qui veulent s’exprimer sur la scène internationale. L’Erythrée, l’Allemagne et l’Angola sont prévus venir pour une grande première participation », rappelle Francis Ducreux, promoteur du TCIM, qui a débarqué hier à Antananarivo pour préparer l’évènementLe TCIM 2017 s’étalera du 7 au 17 décembre avec un départ à Toliara et sillonnera toute la partie sud menant à Antananarivo. Au niveau de la participation des équipes malgaches, la fédération malgache de cyclisme aura encore à faire une sélection qui se terminera à quelques jours du début du TCIM 2017.Le grand prix de l’amitié ainsi que le Trophée des As seront les dernières courses à prendre en compte avant la sortie de la liste des coureurs malgaches retenus pour disputer le TCIM 2017.« Au niveau des sponsors, la Bank of Africa sera une fois de plus le premier gros sponsor de l’évènement. Il y aura aussi la brasserie STAR mais aussi l’Unicef qui revient en force pour un troisième soutien. Unilever, Canal +, White Palace, Allianz, Pmu Madagascar, L’Express de Madagascar et les autres médias suivront également le TCIM 2017 », termine Francis Ducreux.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Cent trente-cinq décès dûs à la peste

Les pestiférés décédés enregistrés sont actuellement de cent trente-cinq, selon le dernier rapport du ministère de la Santé publique du 13 novembre. Soixante-neuf décès dans les formations sanitaires et soixante six au niveau de la communauté. Le dernier décès en date aurait eu lieu dans la région d’Amoron’i Mania. Trois nouveaux malades ont été admis dans des hôpitaux, à la date du 13 novembre, un à Anosy Avaratra, un contact avec un pestiféré pulmonaire et deux cas de peste bubonique dans la région de Haute Matsiatra.

L'express de Madagascar0 partages

Accident en plein tournant

Deux motards de la Vigie High tech security ont terminé leur course sous un 4×4 de marque Citroën, hier matin, aux environs de 9 heures 20, près d’une pharmacie à Analamahitsy. L’accident s’est produit en plein tournant quand la moto a essayé de dépasser le 4 x 4 Citroën. Cet accident matériel n’a fait aucun mort ni blessé.

L'express de Madagascar0 partages

La folle modernité de la peine de mort

Si la peine de mort devait être une régression, que dire de la peine de prison ? Des pénitenciers entretenus aux frais du contribuable, donc à la charge de la société. La faune, qu’on y enferme, se nourrit d’amertume, de haine, de violence, ingrédients suffisants pour créer des monstres. La réinsertion sociale compromise, à quoi bon faire semblant de croire, et comment croire à la vérité d’une perpétuité incompressible au jeu des remises de peine. Comment ne pas craindre quelque évasion rocambolesque, portes ouvertes à tant et tant de récidives.Ci-dessous, trois Chroniques éparses de cette plaidoirie en faveur de la peine de mort. Morceaux choisis.(02.12.2011) INCOMPATIBILITÉ AVEC L’HUMANITÉUn moine, d’un ordre dit des  »Béatitudes », reconnaît avoir abusé, pendant vingt ans, de 57 enfants, âgés de 5 à 15 ans. Plutôt que de se concentrer sur la peine exemplaire à infliger à cet individu, on se complaît à évoquer le «procès du silence», au prétexte que sa hiérarchie avait été plusieurs fois prévenue sans jamais rien entreprendre pour y mettre fin. Ses victimes, aujourd’hui adultes, sont traumatisées à vie, tandis que le moine Albert fera cinq ans de prison.Une vingtaine de voyous, regroupés dans ce qu’ils appellent «le gang des barbares», ont enlevé, séquestré, torturé pendant trois semaines un jeune Juif, avant de le laisser pour mort, le long d’une voie ferrée. La victime décédera lors de son transfert à l’hôpital. Lors du procès, le chef du gang n’a jamais eu un mot d’excuse ou de regret, se donnant en spectacle dans les médias pour mieux amplifier ses gestes de provocation à l’égard de la Justice et de la famille de la victime. Il sera condamné à la prison à perpétuité.Anders Behring Breivik, ce Norvégien qui a tué de sang-froid 77 personnes, sera déclaré pénalement irresponsable. Il souffrirait, selon des experts mandés à son chevet, de schizophrénie paranoïaque. Selon toute vraisemblance, les droits d’un seul homme l’emportant sur ses crimes contre l’humanité, l’assassin passera le restant de ses jours dans un hôpital psychiatrique.(11.10.2012) DUALE DIGNITÉ HUMAINELes ministres des affaires étrangères de la Suisse, de l’Allemagne, du Liechtenstein, de l’Autriche, de l’Italie et de la France, ont signé, ce 10 octobre 2012, un plaidoyer commun pour l’abolition de la peine de mort : « Aujourd’hui, 10 octobre, nous célébrons le dixième anniversaire de la journée mondiale contre la peine de mort. Cette journée mondiale représente l’occasion de réaffirmer notre opposition à la peine capitale, en toutes circonstances. Représentants de pays partageant des valeurs communes, nous devons conjuguer nos efforts et parler d’une seule voix pour que disparaisse cette pratique qui n’a pas sa place au 21ème siècle. Ces vingt dernières années, plus de 50 Etats ont tourné le dos à la peine de mort. Plus de 130 Etats l’ont abolie ou observent un moratoire. De fait, une cinquantaine d’Etats l’appliquent encore ».Parmi ces derniers, des États tout à fait respectables, comme les États-Unis ou le Japon. Car, il ne faut pas croire que l’application de la peine capitale relève uniquement de dictatures sanguinaires, de régimes islamistes sous le régime rigoriste de la charia ou de peuplades structurellement rétrogrades. À l’issue de la seconde guerre mondiale, les représentants des puissances ci-dessus signataires ont accepté, sans état d’âme, que les pires nazis soient jugés au tribunal de Nuremberg et condamnés à mort, pour nombre d’entre eux. Ils furent reconnus coupables de crimes contre l’Humanité.Dans la dignité humaine, il y a donc deux versants, complémentaires justement dans leurs contradictions, de la même Humanité : la dignité humaine des victimes qui réclament vengeance, la dignité humaine de ceux qui cherchent notre compassion malgré leurs crimes absolument odieux. Aux uns, on pourrait expliquer que la mort du bourreau ne ressusciterait pas les suppliciés. Aux autres, on pourrait exiger des garanties qu’il n’y ait plus jamais de récidive.(21.03.2016) NOTRE ÉPOQUE MARCHE SUR LA TÊTELe 22 juillet 2011, en Norvège, le militant d’extrême-droite Anders Behring Breivik tirait froidement dans la foule de jeunes socialistes en séminaire. Condamné à 21 ans de prison, il porte aujourd’hui plainte contre l’État norvégien prétendant que ses conditions de détention sont inhumaines : l’administration pénitentiaire bloque sa correspondance avec un réseau d’extrémistes fascistes. Cet assassin de masse menace d’entamer une grève de la faim, lui qu’une société de bon sens aurait dû décapiter. On peut être sûr qu’il se trouvera des mouvements droits-de-l’hommistes pour défendre la cause de l’assassin, oubliant les 77 morts de l’île d’Utoya.Pour l’année 2015, la justice française aurait accordé 36.000 permissions, et 236 prisonniers en auraient profité pour décamper, presque une évasion par jour. Un évadé en cavale aura ainsi grièvement blessé par balle un policier de la brigade anti-criminalité. N’empêche, les idéologues de la réinsertion sociale prétendent que les permissions de sortie, la plupart du temps sans aucune escorte et jusqu’à trois jours, seraient indispensables pour aider le détenu à préparer son retour à la liberté. Ce sont les mêmes idéologues qui remettent en liberté, parfois parmi leurs anciennes victimes, de multi-récidivistes qui, bien entendu, s’empressent de violer ou de tuer, de nouveau.Le terroriste islamiste Salah Abdeslam, organisateur des tueries de novembre 2015 à Paris, qui avaient fait 130 morts, a finalement été arrêté, quatre mois après. Il vivait dans un quartier de Bruxelles archi-connu pour l’existence de mosquées fondamentalistes et désormais célèbre pour les images de femmes en voile intégral, au beau milieu de l’Europe. Les forces spéciales belges ont oublié de le tuer dans l’assaut, comme en avait eu la détermination le commando américain qui a débusqué Oussama ben Laden, commanditaire des attentats du 11 septembre 2001, qui avaient fait 3000 victimes.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

 

L'express de Madagascar0 partages

Musique – 3MA embarque pour un voyage mélodieux avec « Arnouz »

Madagascar, le Mali et le Maroc, trois pays exceptionnels très appréciés pour leur exotisme, mais surtout pour leur richesse culturelle et artistique. Depuis plus d’une décennie maintenant, ces trois pays illustrent un collectif mélodieux, brillant sur la scène internationale par la créativité et le talent de trois musiciens d’exception.À savoir, Rajery de Madagascar, Ballaké Sissoko du Mali et Driss El Maloumi du Maroc qui, à eux trois, forment ainsi le groupe 3MA. Une rencontre musicale qui a eu lieu en 2006 lors du Festival d’Agadir, qui a par la suite donné lieu à une amitié de longue date. C’est ainsi que se décrit le périple musical de 3MA et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à travers sa musique, le trio embarque littéralement les mélomanes à voyager à ses côtés. Après un premier album éponyme, qui a connu un franc succès outre-mer, le groupe rempile cette année avec son second album sobrement intitulé « Arnouz ». Rajery, Ballaké Sissoko et Driss El Maloumi y retranscrivent chacun à sa manière son identité culturelle, ainsi que sa personnalité propre pour insuffler au public un vent de fraicheur musicale transcendant et envoûtant à la fois. « Arnouz » évoque ainsi un retour aux sources, autrement dit à ces mélodies originelles qui valorisent la culture malgache, marocaine et malienne.On dit d’eux qu’ils sont des virtuoses, voire des grands sages de la musique africaine. Rajery avec sa valiha, une cithare tubulaire en bambou typique de la Grande île, Ballaké Sissoko avec sa kora, une harpe-luth à vingt et une cordes, ainsi que Driss El Maloumi avec son oud, une guitare à cordes pincées, s’affirment avec 3MA comme de fiers porte-étendard des valeurs traditionnelles de leurs pays respectifs. C’est ainsi, portés par cette fierté et cette passion qui les animent, que les trois musiciens embarquent les mélomanes pour une odyssée musicale inédite à travers leurs compositions. Un rendez-vous exceptionnel qui promet d’enchanter un public de tous horizons. Un melting-pot musical inédit est ainsi à apprécier et à découvrir.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Handball – Analamanga – ASSM-COSFA en finale

Les finalistes du cham­pionnat d’Analamanga sont connus après les demi-finales qui se sont déroulées ce samedi à Mahamasina.En demi-finales, l’Asso­ciation sportive de Saint Michel, tenante du titre, a validé son ticket en écartant le Sporting sur le score de 49 à 38 et COSFA a, pour sa part, défait l’ASCAF par 45 à 21.Du côté des dames, la finale aller entre THBC et HBCA a été interrompue à la pause à cause de la pluie. Le score était de 16 à 4 en faveur du club champion en titre.Le duel final des hommes entre Saint Michel et COSFA se tiendra ce week-end mais le lieu reste à confirmer, soit au gymnase couvert de Mahamasina soit à Ankatso. Le même jour, la finale retour et décisive des dames se tiendra avant celle des hommes.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – THB Champions League – Niasexe et Lalaina plébiscités

La CNaPS Sport Itasy a réalisé une véritable razzia, dimanche dernier à Fiana­rantsoa, au terme de la Poule des As, troisième et dernière étape de la THB Champions League. Outre le cinquième titre national consécutif pour le club, deux de ses éléments ont été plébiscités.L’avant-centre Niasexe a terminé à la première place du classement des buteurs. Il a inscrit quinze buts durant cette campagne 2016, en seize rencontres. Soit près d’une réalisation par match. Pour sa part, le milieu offensif Lalaina a reçu le trophée du meilleur joueur.Ces distinctions individuelles viennent symboliser encore un peu plus la réussite de la CNaPS Sport, invaincue du début jusqu’à la fin de la compétition, qui compte aussi plusieurs autres têtes d’affiche offensives dans ses rangs, dont Njiva, buteur dimanche dernier, ainsi que Foroche, de retour après plusieurs mois d’absence et qui a rapidement trouvé le chemin des filets.

H.L.R. 

L'express de Madagascar0 partages

L’intolérance des écrivains chrétiens

Pour illustrer son  « Esquisse pour le portrait d’une reine : Ranavalona Ire », après avoirrappelé les propos des voyageurs et historiens étrangers, Simon Ayache cite les écrivains protestants (lire précédente Note). Après avoir évoqué le missionnaire W. Ellis et Raombana, il se penche sur l’œuvre du pasteur Rabary qui, comme ce dernier, « tire aussi tout son poids de son originalité malgache ».« Ny Daty malaza na ny Dian’i Jesosy Kristy teto Madagasikara» (cinq volumes, 1929), classique de l’histoire religieuse merina, consacrent Rabary comme historien national. « Son jugement sur Ranavalona, aussi hostile que celui des auteurs étrangers et partagé par d’innombrables lecteurs, doit être interprété et compris », précise Simon Ayache. Françoise Raison propose une analyse intéressante sur le sujet. « C’est l’histoire de Madagascar vue du point de vue de Dieu dans un providentialisme qui fait sortir les missionnaires des coulisses en 1820 et c’est là que tout commence » (« Spiritualité et ecclésiologie protestantes en Imerina sous la colonisation », 1973).Simon Ayache explique qu’entre le règne de Radama Ier et celui de Radama II, deux périodes de lumière (tany mazava), celui de Ranavalona Ire est celui de la nuit (tany maizina). Si le véritable héros du passé malgache est « le martyr protestant », la condamnation de Ranavalona sera sans appel. « La conscience protestante exclut la reine persécutrice de l’histoire la plus profonde des Malgaches, celle qui les guide dans leur destinée spirituelle. »Mais, précise l’historien, il ne faut pas s’attendre à une plus grande indulgence des écrivains catholiques, même si « la réprobation part de sentiments forts différents». Car très longtemps, mission catholique et colonialisme se confondent. « Les historiens catholiques français les plus connus pleurent assez peu le souvenir des martyrs protestants. Mais ils ne pardonnent pas à Ranavalona Ire son hostilité à l’Europe et, plus particulièrement, aux efforts de pénétration française, généralement accompagnés ou précédés de tentatives missionnaires catholiques. » En revanche, les historiens catholiques malgaches offrent des jugements intéressants car ils adoptent un « point de vue plus intérieur et authentiquement national ».La première place revient au livre du père Malzac,(« Histoire du royaume hova », 1912). Exprimant les tendances de l’historiographie catholique et française du XIXe siècle malgache, l’ouvrage se situe, pour le style et l’esprit, à mi-chemin entre la délirante passion du père de La Vaissière (Histoire de Madagascar- Ses habitants et ses missionnaires, 1886) et la subtile sévérité du père Boudou (Les jésuites à Madagascar au XIXe siècle, Le complot de 1857, Collection de documents).Ainsi Malzac n’accorde que deux pages à la persécution des chrétiens malgache car les martyrs ne représentent nullement, « à ses yeux », les héros des temps passés. Par contre, tout un chapitre est consacré à l’expulsion des Européens en 1845, où éclate, selon lui, la mentalité primitive de Ranavalona Ire et son mépris de la civilisation. « Poussée par une haine toujours grandissante contre tous les étrangers, elle voulut leur appliquer toutes les lois du royaume et les traiter comme ses propres sujets… Les traitants européens n’avaient pas à hésiter sur le parti à prendre. Il était contre leur dignité de se soumettre aux lois hova… L’expulsion était  préférable… » Et toujours la comparaison avec Radama Ier : « Ranavalona, conseillée par quelques personnages influents en (barbarie la plus sauvage) fut l’incarnation vivante… La cruauté, les superstitions idolâtriques reprises et pratiquées avec le grand fanatisme, la haine de l’étranger portée à son paroxysme, tel est le bilan de ce règne à jamais fameux. »Razafintsalama (Dama-Ntsoa), l’écrivain catholique qui devient bouddhiste vers la fin de sa vie, poursuit aussi le souvenir de Ranavalona d’une colère égale. Cependant, dans son « Histoire politique et religieuse des Malgaches», le héros n’est pas du tout Radama Ier, mais Andrianampoinimerina. « Intégrant les valeurs morales du christianisme à l’ancien idéal humain des ancêtresmalgaches», il déteste la reine pour son « modernisme » et pour son « aveuglement » devant la ruine des pures traditions et le contresens qu’elle commet dans sa défense obstinée et culturelle d’un « faux passé national ». Pour lui, « l’État est une volonté méchante, encrassée de tous les vices qui fait montre de sa puissance en sévissant à tout propos, avec la dernière rigueur. On est ainsi aux antipodes des pensées généreuses et vraies d’Andrianampoinimerina…»

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar0 partages

RN4 – Réception technique  du pont de Manambatromby

La reconstruction des ponts en béton armé deux voies à Manambatromby, au PK 374+254, et à Malazarivo III, au PK 30+561, sur la Route nationale 4, est achevée. La réception technique s’est tenue la semaine dernière en présence du ministre des Travaux publics, Éric Razafimandimby et son équipe.Les travaux ont duré sept mois. Ils devaient être achevés le 15 juin dernier, c’est-dire qu’ils ont accusé un retard de plus de quatre mois. Le montant des travaux est évalué à près de 4,4 milliards d’ariary, financés par la Banque mondiale, à travers le projet PUPIRV. Le maître d’ouvrage délégué est l’Autorité Routière de Madagascar.D’après le ministre, l’issue des eaux a été élargie pour éviter les inondations et afin d’évacuer les crues en période des pluies. Car auparavant, le pont était submergé et cette situation entraînait la détérioration de l’infrastructure. La circulation des eaux devra être ainsi facilitée en augmentant la largeur de cet accès.Le chantier etait vaste et les travaux étraient énormes. Le pont métallique de Manambatrony est désormais transformé en béton et à double voie. Il se trouve à la sortie de la commune rurale d’Ambalajanakomby, à trente minutes d’Ambondromamy. C’est la deuxième grande et nouvelle infrastructure rénovée sur la RN4, après le pont Kamoro.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

 Menace de grève

Les normaliens brandissent une menace de grève, malgré leur rencontre avec les représentants du ministère de l’Éducation nationale, hier. Ils n’auraient pas été satisfaits de cette rencontre. Ils réclament le recrutement des trois cent cinquante sortants de l’École normale supérieure, comme le ministère leur a promis.

L'express de Madagascar0 partages

 Reprise des cours dans les universités

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a annoncé, hier, que les présidents des universités et des Instituts supérieurs de technologie se réuniront, ce jeudi, pour discuter de la reprise des cours. Les activités de l’enseignement supérieur ont été suspendues depuis octobre, à cause de l’épidémie de peste qui a sévi dans quelques grandes villes de Madagascar, comme à Mahajanga, Toamasina, Antananarivo et  Fianarantsoa.

Midi Madagasikara0 partages

Prétendu vaccin contre la peste : La psychose s’estompe

Le 9 novembre dernier, la psychose et la panique générées par le prétendu vaccin contre la peste ont atteint leur paroxysme. Actuellement, la situation est revenue à la normale dans les établissements scolaires. Parents, élèves et professeurs ont emprunté sereinement le chemin de l’école. Seules les universités n’ont pas opté pour la reprise des cours, mis à part les établissements catholiques.

Courbe décroissante. D’ailleurs, la propagation de l’épidémie de la peste continue sa tendance à la baisse. Ces derniers jours, comme la semaine dernière, aucun décès n’a été déploré à cause de la peste. Par ailleurs, selon le dernier bilan épidémiologique du Bureau national de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) datant de samedi dernier, seuls 3 nouveaux cas de pestes étaient recensés dans la Grande île le 10 novembre. Concernant les malades en cours de traitement, ils étaient au total 34 dans tout Madagascar. Notons que depuis la déclaration de l’épidémie de peste le 1er août dernier, 1156 cas ont été enregistrés.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires