Les actualités à Madagascar du Mercredi 14 Octobre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara96 partages

Inauguration de la stèle à Ambohijatovo : Hommage au père de la démocratie et de la réconciliation nat...

Coupure du ruban de l’exposition par Thérèse Zafy.

De son vivant, l’homme au chapeau de paille était un fervent partisan de la réconciliation nationale. Notons qu’il était professeur en médecine en tant que chirurgien, mais qu’il avait également obtenu une licence en mathématique et en physique.  

Comme il a été prévu, l’inauguration de la stèle et de l’exposition en mémoire du professeur Zafy Albert s’est tenue, hier, au jardin d’Ambohijatovo. Le président du Sénat Rivo Rakotovao, le président de la HCC Jean-Eric Rakotoarisoa, le président du CFM Maka Alphonse, le maire d’Antananarivo Naina Andriantsitohaina et Thérèse Zafy étaient présents à cette cérémonie. Etaient également présents des parlementaires de toutes les formations politiques. Retenu par d’autres obligations, le président de la République n’a pas pu assisté à l’inauguration. Notons que le Premier ministre Christian Ntsay également absent. Les intervenants n’ont pas tari d’éloges à l’endroit du père de la démocratie et de la réconciliation nationale.

Instauration de la démocratie. Le représentant de la famille, le représentant des anciens collaborateurs, le président de l’Académie nationale de médecine de Madagascar, le maire d’Antananarivo et le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation ont tour à tour tracé le parcours du professeur Zafy Albert, en mettant en exergue sa conviction pour l’instauration de la démocratie et de la réconciliation nationale. Après l’inauguration de la stèle, on a procédé à l’exposition sous le chapiteau. Notons également que du 14 au 18 octobre, l’exposition sera ouverte au public de 10h à 17h. A titre de rappel, le premier président de la IIIe République (de 1993 à 1996) Zafy Albert est né le 1er mai 1927 à Ambilobe et décédé le 13 octobre 2017 à Saint-Pierre (La Réunion). A noter qu’il a été président de la Haute Autorité de l’Etat (1991-1993), ministre de la Santé et des Affaires sociales (1972-1975), député de Madagascar (1997-2001). Il a également été membre de l’Académie malagasy. Nous pouvons affirmer qu’il a vu toutes les facettes des affaires nationales.

Dominique R. 

Midi Madagasikara17 partages

Suspension d’une magistrate : Demande de sursis à exécution rejetée

Le cas de certains magistrats rappelle l’image de l’arroseur arrosé.

Ironie du sort pour une magistrate qui se trouvait de l’autre côté de la barre à Anosy. En face d’elle, le Conseil d’Etat qui a statué hier sur la demande de sursis à exécution de la décision la suspendant de ses fonctions de Conseiller près la Cour d’Appel d’Antananarivo.

Deux magistrats. Il s’agit d’une mesure de suspension prise par le ministre de la Justice, en attendant l’enquête au fond sur les faits reprochés à cette magistrate de premier grade dont la demande de sursis à exécution a été rejetée hier par le Conseil d’Etat. Deux autres magistrats de la Cour d’Appel ont également demandé le sursis à exécution de leur suspension auprès du Conseil d’Etat qui se prononcera sur le dossier lors de son audience prévue la semaine prochaine.

Conseil de discipline. En revanche, le président de Chambre de la Cour de Cassation n’a pas fait jusqu’ici, un recours contre sa suspension par-devers le Conseil d’Etat. Il attend peut-être d’être notifié formellement de la décision du ministre le suspendant de ses fonctions, pour demander à son tour la suspension de sa …suspension auprès du Conseil d’Etat qui ne verse pas à priori dans le corporatisme.

R.O

Midi Madagasikara6 partages

COVID-19 : Fin de la réquisition quotidienne des médias

Le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle a présenté hier son dernier rapport de situation quotidien relatif à la Covid-19. En effet, la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo a annoncé hier la fin de la diffusion quotidienne des statistiques liées au coronavirus à partir de ce jour. Une décision prise à la suite des instructions du président Andry Rajoelina, a-t-elle expliqué. La porte-parole du gouvernement a toutefois précisé qu’un point de la situation hebdomadaire sera diffusé tous les samedis à 13 heures. Ce sera donc l’occasion pour le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle de présenter les statistiques de la semaine écoulée des cas confirmés, des cas de guérison et éventuellement, des décès relatifs à la Covid-19. Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo précise que cette décision marque la fin de la réquisition au quotidien des médias privés, en ce qui concerne le miara-manonja à 14 heures. Toutefois, la réquisition se poursuit pour ce qui est des émissions spéciales du président de la République ou du Premier ministre toutes les deux semaines. En outre, les médias publics et privés sont encore tenus de diffuser les rapports de la situation hebdomadaire de la Covid-19 qui seront diffusés tous les samedis à 14 heures. La loi prévoit que la réquisition des médias en tant que service essentiel se poursuit tant que l’état d’urgence sanitaire ne prend pas fin, a-t-elle rappelé. Le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle pourra enfin se reposer après 7 mois de présence sans interruption sur les médias pour présenter les statistiques relatives à l’évolution de la pandémie. La ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo n’a d’ailleurs pas manqué de remercier tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la lutte contre le coronavirus. Selon ses dires, Madagascar est désormais sur le point de vaincre complètement la Covid-19.

Davis R

Midi Madagasikara6 partages

Vie nocturne : Antananarivo retrouve ses habitudes

Cela fait plus de cinq mois qu’Antananarivo n’a pas eu droit à une vie nocturne en raison de la Covid-19. C’est désormais un temps révolu, puisque les fêtes nocturnes ont repris depuis peu dans les quartiers, pour la simple raison qu’il n’y a plus de couvre-feu.

Ampefiloha, 67ha, Anjanahary, Ankadifotsy, Andavamamba, Mahamasina, et bien plus encore. Ces quartiers ont leurs habitués depuis toujours quand il s’agit d’abriter les petites fêtes entre amis, collègues de travail ou famille. Du jeudi au vendredi, les bars situés dans ces quartiers font leur meilleur chiffre d’affaires. Les fêtes se poursuivent souvent au-delà des heures autorisées. A l’heure où les petits dorment, les cris, les rires et parfois les disputes se font entendre dans tous les foyers, amplifiés par le silence de la nuit. Et si la boisson vient à manquer, il est toujours possible de s’approvisionner quelque part, puisque les barmans ne dorment pas vraiment, bien que la porte de l’épicerie soit fermée.

Tapage nocturne. Le tapage nocturne est sanctionné par la loi. Mais dans les quartiers, personne ne porte plainte, tout simplement parce que ce sont leurs propres enfants qui font du bruit dans les couloirs et au bord des routes. « Ces petites fêtes entre amis sont inoffensives. Ils ne font rien de bien grave. Par contre, quand l’effet de la boisson monte, il arrive parfois que des petites bagarres éclatent, et c’est là que cela pose problème car le volume qui monte peut gêner les voisins. Néanmoins, quand ce sont les enfants du quartier, il suffit qu’un parent sorte et leur demande de se calmer pour qu’ils arrêtent », a expliqué Josoa concernant les soirées dans son quartier. Néanmoins, on ne peut affirmer que cela ne dérange effectivement personne. Les bruits et les tapages nocturnes peuvent en agacer plus d’un, et être à l’origine d’un conflit dans le voisinage, car solliciter l’intervention de la police est parfois considéré comme une trahison, surtout pour les proches de la personne à l’origine de la gêne.

Retour à la normale. La reprise de ces soirées tananariviennes peut signifier le retour à la normale. Durant ces fêtes, personne ne fait réellement attention aux gestes barrière, les verres s’échangent tout comme les cigarettes qui vont de lèvres en lèvres. En somme, la Covid-19 n’inquiète plus. De toute manière, Madagascar est sur le point de tourner cette page, si l’on en croit l’attitude des autorités. Et tant mieux si cette maladie disparaît définitivement de la Grande île. Toutefois, il faudrait que ce soit confirmé, car si la maladie circule toujours, on se demande à quoi ont bien pu servir toutes les mesures qui ont étouffé le pays sur plus de cinq mois.

Anja RANDRIAMAHEFA

Madagate3 partages

Andry Rajoelina. 13.10.2020 à Antsohihy: une Journée bien remplie

Antsohihy, 13 octobre 2020. Dans le cadre de célébration du 62ème Anniversaire de la Première République de Madagascar, le Président Andry Rajoelina est arrivé dans la Capitale de la Région Sofia et terre natale du Président Philibert Tsiranana.

Peu après sa descente d’avion, le Chef de l'État, accompagné par des membres du gouvernement, est allé visiter le Centre de préservation du canard sauvage dit « Onjy Fotsimaso » connu sous le nom scientifique Aythya Innotata. C’est l’un des oiseaux rares qui se trouvaient uniquement dans la Grande île, et vivait surtout dans l’Alaotra Mangoro jusqu’aux années 1950. Alors que cette espèce avait été déclarée éteinte vers l’année 1980, des dizaines d’individus ont été découverts dans la zone du lac Matsaborimena, dans la région Sofia en 2006. Faisant partie de la famille des Anatidea, le Fotsimaso ou fuligule est l’un des rares canards sauvages plongeurs existant à Madagascar.

Ces oiseaux à la fois insectivores et granivores se distinguent des autres canards par leur plumage sombre, le dessous blanc de la queue et la barre alaire s’étendant sur toute la longueur de l’aile. Le plumage du mâle est sombre, teinté de roux et châtaigne. Il a aussi les yeux blancs et dispose d’une discrète barre alaire blanche. Son bec est marron et bleuâtre au bout. Quant à la femelle elle est plus terne, et n’a pas les yeux blancs.

Ainsi, la place qu’occupe ce Centre de préservation dans la préservation de la biodiversité dans la Grande île est importante, sinon vitale. En effet, il sert à la fois de vitrine écologique, de centre d'éducation environnementale pour les générations présente et à avenir, et constitue une attraction touristique pour la Région. Le Président Rajoelina a salué l'initiative des autorités locales pour l'implantation de cette importante infrastructure pour le développement durable et la conservation environnementale à Madagascar.

Puis, le Chef de l'État a effectué une visite du Site de SAHANALA ou Sahanala ADM - Archer Daniels Midland Company Vanilla (SAVAN), guidé par des membres du Conseil d'Administration de cette coopérative et de nombreux paysans producteurs de vanille partenaires du site. La compagnie Sahanala ADM Vanilla est spécialisée dans la production et la commercialisation de vanille givrée biologique, laquelle, détient le taux de vanilline le plus élevé de tout Madagascar.

L'envergure de cette compagnie ne se limite pas uniquement au marché local, mais, depuis 2015, elle a procédé une joint-venture avec la multinationale américaine ADM. Ce, dans le but de percer le marché international de la Vanille. Depuis, Sahanala ADM Vanilla dispose d'infrastructures correspondant aux normes internationales en vigueur en matière d'hygiène, de santé, de sécurité et environnementales. La firme utilise des technologies avancées pour d'améliorer leur rendement et sa productivité afin d’être plus compétitive sur le marché de la Vanille Bio à l'internationale.

L'utilisation des énergies renouvelables vient renforcer le label d'entreprise écologique pour Sahanala ADM Vanilla. Fonctionnant selon le système de bénéfices partagés, Sahanala est présente actuellement dans 10 Régions de Madagascar, et compte 8.000 membres. Pour le site d’Antsohihy, environ 150 à 250 personnes travaillent avec la coopérative en haute saison, et celle-ci achète directement de la vanille de très bonne qualité auprès des paysans. Désormais, Sahanala est devenu un grand exportateur de Vanille Bio Malagasy sur le marché international, notamment aux États-Unis et en Europe, avec environ 75 tonnes par saison vers le marché américain. Le prix approche les 250 USD par kilo.

Pour le Président Andry Rajoelina, le secteur de la vanille reste et restera toujours un secteur porteur et un pilier de l'économie malagasy. « Il est important de soutenir les coopératives telles que Sahanala dans tout Madagascar. Car ces organisations paysannes et communautaires favorisent énormément le développement durable à la base. Sahanala doit servir de modèle pour les organisations paysannes qui veulent se hisser dans la maitrise et le respect des normes internationales », a déclaré le Chef de l’Etat pour qui cette coopérative représente une fierté nationale au vu de la qualité des produits et services qu'elle offre. Par conséquent, Sahanala porte haut le flambeau de Madagascar sur la scène internationale.

Cette journée du 13 octobre 2020 à Antsohihy a aussi été marquée par la rencontre du Président de la République avec les autorités et les élus venus des districts d'Analalava, Antsohihy, Bealanana, Befandriana, Mampikony, et Mandritsara. À cette occasion, le Chef de l’État a rappelé l'importance du dialogue et des échanges directes entre l'État central et les autorités locales, en termes de processus de développement dans toutes les circonscriptions et régions de la Grande île. Ce, à travers les témoignages et les comptes rendus des maires et députés.

« Jusqu’ici, le District d'Antsohihy a toujours été oublié et négligé par les régimes précédents. Mais actuellement, le gouvernement s'efforce de mettre en place toutes les infrastructures nécessaires pour l'Émergence de la Région Sofia. L'essentiel est de mettre sur le même pied d'égalité et de traitement toutes les régions de Madagascar en termes de développement », a tenu à souligner le Président Rajoelina.

Jeannot Ramambazafy (Source : Présidence)

Photos : Harilala Randrianarison

Midi Madagasikara2 partages

Littérature : « Les Robinsons de l’île Tromelin – L’histoire vraie de Tsimiavo », le livre plai...

Sur la couverture de « Les Robinsons de l’île Tromelin – L’histoire vraie de Tsimiavo », cette image pensive de Tsimiavo, héroïne de l’histoire.

Au XVIIIe siècle, l’île malgache de Tromelin a abrité l’histoire tragique des esclaves oubliés, mise en livre pour enfant aux éditions Jeunes Malgaches, présenté le 8 octobre, au titre de « Les Robinsons de l’île Tromelin – L’histoire vraie de Tsimiavo ».

A la lecture des premières pages, la version en écho à des recherches archéologiques et mise en récit par les auteurs Alexandrine Civard-Racinais et Aline Bureau, affirme que la présence des esclaves sur l’île a été due à un naufrage. Mais il y avait également des Blancs, dans le lot. Au début, ils et elles étaient 200 personnes. « 123 Fotsy et 88 Malgaches… ». C’était un 1er août 1761.

A partir de là commence 15 années d’attente, d’espoir et d’abattement que les statuts esclaves et blancs ont été difficiles à estomper. Le 27 septembre 1761. « Je n’arrive pas à y croire… Les Blancs sont partis sans nous ! Les mauvaises langues avaient raison : la parole des Fotsy ne vaut rien. A peine sortis de leur bouche, les mots s’envolent comm grains de sable au vent ». Voilà comment la grande histoire des esclaves oubliés de Tromelin a commencé à travers regard de Tsimiavo, entre le personnage de fiction dans la mise en relief et celle de témoin clé. Délaissé par des esclavagistes français comme des marchandises.

En fin de compte, dans « Les Robinsons de l’île Tromelin – L’histoire vraie de Tsimiavo », il est question d’abnégation et de solidarité à la malgache. D’ailleurs, ces rescapés n’avaient pas d’autres choix. Au fil des années, ils et elles apprivoisent ce lopin de terre, devenue le leur. Tout le monde est utile. Jusqu’en 1776 où les « Fotsy » sont revenus. D’un coup, Jacques Maillart est devenu, piqué parmis les nombreux clichés de Blanc retrouvés dans ce livre, le « sauveur blanc ». Il ne lui manquerait plus qu’une onction divine.

Ce que semble confirmer la révélation soudaine de Tsimiavo à la fin de son histoire. « Tous les Blancs ne sont pas des diables ». Faisant tout de suite penser à un plaidoyer subtil glissé en douce dans ce livre pour rétablir l’honneur des Blancs. Sans penser qu’au contexte actuel, les Français ont revendiqué en force les îles éparses, dont celui de Tromelin, suite à la déclaration d’Emmanuel Macron en octobre 2019, « Ici c’est la France ». Telles Tsimiavo et les autres esclaves devenues propriété forcée de colon blanc sans vergorgne, « face de rat » a-t-elle surnommé l’un deux.

Pour mieux asseoir ce plaidoyer historique, le texte a été écrit en français et traduit en malgache. Rien à signaler sur le style d’écriture, l’objectif est ici d’orienter les idées malgré quelques parties romancées. Des illustrations assez séduisantes, avec des femmes parfois les seins en l’air, s’insèrent à travers tout le texte. On imagine mal avec le niveau de censure actuel voir ces livres entre les mains de jeunes lecteurs mineurs. Bon gré mal gré, formatage historique oblige, le livre sera présenté « dans deux lycées publics et quatre CLAC ». Selon le communiqué de presse, « 12.500 enfants seront touchés par cette activité à Antananarivo ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara1 partages

Andry Rajoelina à Antsohihy : Premier conseil des gouverneurs des régions demain

Le président Andry Rajoelina assistera ce jour aux programmes officiels dans le cadre de la commémoration de l’anniversaire de la proclamation de la République de Madagascar. Le chef de l’Etat sera présent à Anahidrano, la ville natale du premier président Philibert Tsiranana, où il prévoit, dans la matinée, déposer des gerbes de fleurs sur la tombe de ce dernier. Selon les informations recueillies sur place, une cérémonie officielle sera organisée dans l’après-midi. Pour la première fois depuis les 62 années de la République de Madagascar, Antsohihy sera au centre des festivités, avec entre autres, l’inauguration d’une plaque et d’une stèle commémorative à la mémoire de Philibert Tsiranana et une animation par DJ Gouty. Mais pas que. Pour la première fois depuis l’indépendance, la population d’Antsohihy aura droit à des feux d’artifices.

Région SOFIA. Mais l’évènement très attendu de cette tournée présidentielle à Antsohihy est le premier conseil des gouverneurs des régions. Tous les gouverneurs déjà nommés et leurs staffs respectifs sont actuellement présents dans la capitale de la Région SOFIA. Un an, ou presque, après les premières nominations, les gouverneurs des régions vont passer le premier grand oral par rapport à leurs réalisations et les projets en cours au niveau de leur région respective. C’est une grande première depuis l’indépendance du pays. Ce sera également l’occasion pour les gouverneurs de présenter un rapport concernant leurs réalisations, mais aussi les problèmes rencontrés dans l’accomplissement de leurs missions. Mais avant cela, les gouverneurs ont pu assister, hier, à la rencontre entre le président Andry Rajoelina et toutes les autorités de la Région SOFIA. Il a réitéré que des appuis techniques et logistiques vont être apportés aux collectivités décentralisées afin que les 22 régions puissent avoir la même opportunité de développement. Mis à part le Premier ministre Christian Ntsay et les membres du gouvernement, la présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, les maires et toutes les autorités issus des districts d’Antsohihy, Analalava, Mampikony, Bealanana, Befandriana, Mampikony et Mandritsara ont assisté à la rencontre. Plusieurs projets sont en cours de réalisation dans ces districts, pour ne citer que les hôpitaux manara-penitra à Mampikony et Mandritsara, ou encore le stade aux normes d’Antsohihy. Aujourd’hui, Andry Rajoelina va inaugurer le nouveau bâtiment de la Direction régionale de la sécurité publique dans la capitale de la région SOFIA.

Accueil chaleureux. La population de la région SOFIA a réservé un accueil chaleureux au président Andry Rajoelina hier. Le développement de cette région sera au centre de la visite présidentielle. Tout de suite après son arrivée, le chef de l’Etat a visité le centre de préservation du canard sauvage Fotsimaso, qui est un canard plongeur, espèce endémique de Madagascar, principalement dans la région SOFIA. C’est à la fois un centre d’éducation environnemental pour les jeunes et un site touristique. Il s’est ensuite rendu à l’usine Sahanala ADM Vanilla (SAVAN), spécialisée dans la production et la commercialisation de la vanille givrée biologique. En joint-venture avec la grande firme américaine ADM depuis 2015, Sahanala est aussi présente sur le marché international et connue comme étant un des leaders de la production de vanille bio. L’entreprise est désormais présente au niveau de 10 régions de la Grande-île, et compte 8 000 paysans producteurs membres. Pour ce qui est du site d’Antsohihy, environs 150 à 250 personnes collaborent avec la coopérative pendant la haute saison. D’après les explications, Sahanala arrive à exporter environs 75 tonnes de vanille biologique par saison vers les États-Unis et l’Europe. En début de soirée, il a distribué les kits solaires  » Hazavana ho anao  » à Antsohihy.

Davis R

Madagate1 partages

Madagascar covid-19. Et si Rajaonarimampianina avait été réélu Président?

Certes, le titre, en lui, nous entraîne dans le domaine de l’utopie qui est, je le rappelle : « une construction imaginaire et rigoureuse d'une société, qui constitue, par rapport à celui qui la réalise, un idéal ou un contre-idéal ». Hery Rajaonarimampianina n’aurait pas dû rêver, même un millionième de seconde, de redevenir Président de la république de Madagascar. Déjà, il l’a été par substitution, par accident en 2014. Le peuple malagasy, dans son ensemble est, peut-être, versatile mais pas du tout imbécile. Qu’a fait cet expert-comptable, le temps d’un mandat de 5 ans, qu’il a lui-même écourté pour pouvoir se présenter candidat à l’élection présidentielle de 2018 ?

Sa pire des hautes trahisons envers son pays et ses compatriotes, est d’avoir fait dégringoler la nation commune au 4è rang des pays les plus pauvres du monde lorsqu’il a quitté le pouvoir, en 2018, par lucarne de la honte qu’il ne connaît même pas. 08% engrangés au premier tour, rendez-vous compte ! Alors imaginez que lui, homme monté sur ressort, sans envergure internationale, à part son titre immérité, sans personnalité aucune (« tsy misy hazon-damosina »), affichant tous les signes et gestes du parfait petit menteur (comme s’essuyer les lèvres avec le pouce et l’index), soit l’actuel président des Malagasy. Et je ne parlerai pas, ici, de son choix, quant à sa seconde épouse, Voahangy. A elle seule, elle mérite cinq tomes d’une série que je rédigerai, si Dieu me prête vie, avec pour titre : « Voahangy ou sa vengeance sur la vie »… Sa vie. Quant aux enfants de cette famille désormais décomposée, c’est le chagrin et la pitié…

Le sujet n’est pas là, les gars ! Imaginons donc que ce fils et frère de pasteur de l’église protestante réformée de Madagascar, soit redevenu Président de la république. Et bien je vous fiche mon billet que Madagascar aurait été parmi les 5 premiers pays d’Afrique à avoir engrangé le plus de victimes du Covid-19. Avec son attentisme chronique et sa stratégie de toujours repousser ses décisions (plus de trois mois pour nommer un premier Premier ministre, de manière anticonstitutionnelle en prime, préférant voyager pour voir le maximum de pays), s’en tenant aux rapports enjolivés d’un entourage servile et obséquieux aussi corrompu et voleur que lui, il est certain que les directives assassines seraient venues directement de l’Elysée.

Oui, béni-oui-oui Hery Rajaonarimampianina, Président, n’aurait fait que dans l’attentisme (Attitude politique consistant à attendre que les évènements s'annoncent pour prendre une décision). Prenons le Kéré (famine, disette dans la langue Antandroy) pour exemple, ici. En 2016, les impacts du phénomène climatique El Niño n’ont pas épargné Madagascar. Dans le dernier trimestre de l’année 2015, déjà, si le Nord de la Grande île subissait des inondations inouïes, dues à des pluies du temps du déluge, le Sud, lui, était frappé d’une sécheresse pire que les précédentes.

Déjà encore, en septembre 2015, les sœurs missionnaires du district de Tsihombe, s’étaient plaintes de l’inertie des tenants du pouvoir, malgré leurs appels incessants, leur S.O.S. sur la gravité de la situation. Qu’a fait Onitiana Realy, alors ministre de la Population ? Elle est passé en coup de vent dans la région pour déclarer, ensuite, qu’une «concertation de grande envergure réunissant tous les ministères concernés et les Partenaires techniques et financiers (PTF) ainsi que tous les ONG’s intervenant dans la région, se tiendra prochainement» et que «les actions actuellement en cours, découlent d’une mission d’évaluation». Ignorant totalement ce qu’urgence veut dire, Onitia Realy, au moment fort des impacts du Kéré, était en train de mettre en place un « Comité interministériel co-piloté par son département et le ministère de l'Economie de la Planification ».

Le 6 février 2016, Andry Rajoelina, alors simple citoyen (comme aurait dit Rolly Mercia, actuel pensionnaire de la prison Antanimora), est descendu dans les districts d’Ambovombe et de Tsihombe. Solidaire avec tous ses compatriotes, où qu’ils soient, le citoyen Rajoelina est allé dans cette région pour soulager un tant soit peu (c’est l’empathie et le geste qui comptent quand on est un patriote authentique) la souffrance de ces centaines d’enfants au ventre ballonné, signe de malnutrition. Il n’était pas venu les mains vides mais a apporté des médicaments, 40.000 unités aliments nutritifs vitaminés, de la semoule de maïs, de l’eau potable en bouteilles en plastique, du lait, du riz ainsi que des vêtements pour 1.200 familles totalement démunies, désemparées et qui n’avaient même plus les fleurs du cactus « raketa mena » pour soulager leur faim et leur soif. En effet, ces cactus avaient disparu… C’est la commune d’Anjapay, dans le district de Tsihombe qui avait été la plus touchée par le Kere, cette année 2016.

La réaction du président Hery Rajaonarimampianina, a été tout simplement inqualifiable. Un jour après le citoyen Andry Rajoelina, il est allé, à son tour, dans le Sud. Extraits traduits de son discours à Beloha Androy, le 7 février 2016: « (…) L’amour que vous nous portez est à 100%. Et nous osons affirmer qu’il n’y a rien à retirer, rien à ajouter. Voilà un individu (Ndlr : Andry Rajoelina, bien sûr) qui a dirigé [le pays] ; un individu qui était au pouvoir, mais qu’a-t-il fait ? Il n’a rien fait ! Il n’a fait que se promener, amenant de l’argent, amenant de l’Eau Vive (Ndrl: merci pour la pub gratuite). Ce n’est pas ce dont a besoin cette région de l’Androy. On veut vous influencer. On s’empresse d’aller de l’avant pour courir après quelque chose pour laquelle il n’est nul besoin de courir. Mais nous serons impitoyables et nous nous lèverons ensemble pour empêcher cela, Mesdames et Messieurs ». Hery Rajaonarimampianina a totalement oublié qu’il avait été le ministre des Finances de celui qu’il a qualifié d’ «individu». Plutôt que d’être un leader apaisant et rassembleur, il a créé la zizanie et incité à la haine de l’autre. Puis, sans état d’âme il a demandé une aide internationale de 70 millions de dollars, pour lutter contre le Kéré qu’il avait nié quelques mois plus tôt, pourtant. Oui, le fric c’est donc chic face aux chocs.

En cette année 2020, le Kéré frappe à nouveau -et encore plus durement- les régions Androy et Anosy. Hery Rajaonarimampianina est redevenu un simple citoyen et Andry Rajoelina est l’actuel Président de la république de Madagascar. Dès le début de ce mois d’octobre, le Chef d’Etat n’a pas attendu une quelconque aide financière internationale pour agir. Mais qu’a fait le citoyen Rajaonarimampianina ? Rien du tout. Déjà, il n’est pas dans la Grande île de l’océan Indien. Son domicile de Tsimbazaza est désert mais pas déserté… Certes, il n’est pas obligé d’agir mais il est tout de même un ancien président de la république que diable ! Et confiné en France ne saurait être une excuse.

Remontons le temps vers mars 2019. Le coronavirus amenant la maladie covid-19 est arrivé à Madagascar par vols commerciaux. En tant que Président de la république, Andry Rajoelina a fait son devoir comme il l’est stipulé dans le serment qu’il a récité lors de sa prestation de serment : veiller au bien-être de tous les Malagasy sans exception. Ainsi ont le vu le jour,dans leur essentiel : l’état d’urgence sanitaire ayant amené des mesures drastiques pour empêcher la propagation du coronavirus ; la création de Centres de Commandement opérationnels contre le covid-19 ; la production du tambavy Covid Organics ou CVO par l’IMRA ; l’ouverture de l’usine pharmaceutique Pharmalagasy et les gélules CVO+…  Et le citoyen Hery Rajaonarimampianina dans tout cela ? Résidant à Paris, il n’a rien fait pour ses compatriotes.

Mais il est intervenu dans une vidéo postée en mars 2020 sur Youtube, qui n’a eu que… 02 (deux) vues, à la date d’hier 13 octobre 2020. Vrai de vrai. Il a parlé «de transparence et de décisions en cohérence et en responsabilité» de la part des dirigeants malagasy actuels. De la pure théorie aux antipodes de sa personnalité déjà insignifiante. Pourquoi ne pas avoir concrétisé son verbiage, en aidant, par exemple, les habitants de son quartier de Tsimbazaza ? Dans le domaine de l’empathie, c‘est le geste qui compte et non la nature de l’aide. Mais même cela Hery et Voahangy mivady n’ont jamais su le faire. Pourtant, ils en ont engrangé des centaines de milliards d’ariary durant leur passage infructueux, pour la majorité, à la tête de l’Etat malagasy. Et que personne ne parle du fameux « droit à l’oubli ». Ils devront, tôt ou tard, rendre des comptes à la population de Madagascar.

Lui, réélu Président de la république, il y aurait eu, comme en France, une seconde vague du coronavirus à Madagascar. Le vaccin promis par Macron n’étant toujours pas au point. Car, il ne faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages, tout de même. Pour rappel, le Président Emmanuel Macron, à Brégançon, en août 2020, a affirmé qu'il existe des « perspectives [...] raisonnables d'avoir un vaccin rapidement ». Toutefois, il a précisé que ça ne réglera pas « les problèmes des prochaines semaines », mais que ça sera plutôt un premier pas vers un retour à la normale dans « les prochains mois ». L’Union européenne dont la France est membre, avait déjà réservé plusieurs centaines de millions de doses du futur vaccin auprès de Sanofi (300 millions), Johnson Johnson (400 millions), (300 millions) et CureVac (225 millions).

Et même qu’en juin 2020, le leader européen de la production de vecteurs viraux, l'entreprise Novasep, basée à Lyon (France), avait conclu un partenariat avec le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca pour l'aider à fabriquer son potentiel futur vaccin contre le Covid-19. AstraZeneca avait passé un accord avec quatre pays européens, dont la France, visant à garantir un approvisionnement à ce produit aux Européens. Rien, toujours rien à l’horizon en cette mi-octobre 2020. Mais il y a plus de deux semaines, le coronavirus a fait un retour en force en France, justement. Récemment, à la question : « Un couvre-feu en région Ile-de-France, c'est envisageable ? », la ministre française chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, a répondu : « Tout est envisageable. Très honnêtement, rien n'est à exclure [...] D'autres mesures sont sur la table et sont envisagées très localement ». Et avec la grippe qui sévit actuellement, tous les Français seront bientôt taxés d’être atteints du covid-19.

Ainsi, si Hery Rajaonarimampianina était Président de la république de Madagascar, aujourd’hui, les Malagasy auraient subi les mêmes « revers » et les mêmes traitements. Quant aux îles éparpillées dans l’océan Indien, il n’en aurait même plus parlé et aurait même accepté la « souveraineté française » sur elles. La cogestion dont le Hery Vaovao avait fait allusion, un temps, ne l’aurait été que par pure forme, tout aussi corrompu et corrupteur qu’il est. Alors non ! Il ne s’en sortira pas comme çà pour tout le mal qu’il a fait à Madagascar, pour toutes ses promesses non tenues moyennant des millions de dollars tenus cachés dans des paradis fiscaux. S’il pense avoir la conscience tranquille, le second tome de son histoire (faisant suite à l’ouvrage «Madagascar 2014-2016 : sous le sceau de Lucifer», en vente sur amazon) ne le laissera jamais tranquille du tout.

Jeannot Ramambazafy

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Fin de l'émission quotidienne consacré à l'épidémie du coronavirus

Presque sept mois maintenant que la population malgache a rendez vous, tous les 13 heures (environ), avec professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, pour connaître le bilan quotidien de l'épidémie de Coronavirus.
Le programme a enregistré sa dernière émission Hier mardi 13 octobre. En raison de l'évolution de l'évolution de la situation sanitaire dans le pays, le gouvernement a estimé qu'il est temps de mettre fin à l'émission quotidienne et mettre en place un programme hebdomadaire pour la transmission des mises à jour liées à l'épidémie.
Madagate0 partages

Andry Rajoelina. Acte inédit, jamais vu ni vécu à Anahidrano

De mémoire de journaliste qui a 40 ans de métier derrière lui, c’est bien la première fois qu’un Président de la République malagasy élu rend un hommage au premier Président de la Première République de Madagascar, Philibert Tsiranana, considéré comme le Père de l’Indépendance. J’ai eu l’honneur de lui serrer la main lorsque j’avais 8 ans. C’était à la Tranompokonolona d’Isotry, à l’occasion d’un concours que j’ai gagné, dans le cadre des festivités liés à la célébration du retour de l’Indépendance du pays, le 26 juin 1962.

Philibert Tsiranana tel que je l’ai vu de mes propres yeux

Ce jour-là, Dadabe Tsiranana m’avait impressionné par sa stature et sa carrure aux antipodes de sa voix qui avait tendance à chanter et à monter vers le ton aigü. Quoi qu’il en soit, il respirait la simplicité et je crois qu’il aimait les enfants. Plus tard, j’ai été interviewé à la Radio nationale (RNM) par Lucien Rajaonina -qui était mon beau-frère-. Il s’agissait de faire une dédicace destinée au Président Tsiranana et la chanson que j’avais choisie s’intitulait « Viavy Raozy » dont les auteurs sont Rasamy Georges et Voizy Lebory Paul.

Concernant la célébration du 62è anniversaire de la proclamation de la Grande île de Madagascar devenue une République, il n’y a rien à dire : quatre photos, prises à Anahidrano, ce 14 octobre 2020, suffisent amplement pour immortaliser le geste du Président Andry Rajoelina, pour les générations présentes et à venir. Les voici :

Jeannot Ramambazafy

Photos : Harilala Randrianarison

Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusSitrana ny 96,23% tamin’ny marary

Miisa 28 ny tranga vaovao tao anatin’ny 24 ora, azo tamin’ny fitiliana 485 manome taham-pahavoazana ankampobeny 5,75%. Miisa 02 ny teto

 

Analamanga, 03 Alaotra Mangoro, 01 Matsiatra Ambony, 01 Ihorombe, 02 Vatovavy Fitovinany, 01 Atsimo Andrefana, 03 Menabe, 01 Boeny, 01 SAVA, 13 DIANA. Ny 50% latsaka kely tamin’ny tranga vaovao omaly izany dia tany amin’ny Faritra Diana avokoa. Tsy nisy ny namoy ny ainy tao anatin’ny 4 andro, ka mijanona ho 237 hatrany ireo lavo hatramin’izay.

96,23% ny taham-pahasitranana

43 ny sitrana omaly, ka 13 Analamanga, 01 Vakinankaratra, 15 Alaotra Mangoro, 03 Matsiatra Ambony, 01 Atsimo Andrefana, 01 Boeny, 02 SAVA , 07 DIANA. 84 328 ny fitiliana rehetra vita hatramin’izay, ka 16 754 ny olona voamarina fa voa, izay manome tahamp-pahavoazana ankampobeny 19,86%. Tao anatin’ny 208 andro teo no nahatafidiran’ny covid-19 nanomboka ny 18 martsa, izay manome salan’isa 80,54 isan’andro eo ny olona voa, ary 405 isan’andro eo ny salan’isan’ny fitiliana. Miisa 16124 tamin’ny 16 754 voa no efa sitrana, izay manome taha 96,23%. Miisa 358 na ny 2,13% sisa ireo mbola manaraka fitsaboana. Ny 15 no marary mafy izay nihena 4 mitaha amin’ny afak’omaly, ka 06 Analamanga, 01 Vakinankaratra, 04 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), 04 Atsimo Andrefana. Tsy mbola tafavoaka ny ala isika, ary tsy midika fa efa resy ny valanaretina covid-19 ka tokony hitandrina hatrany

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tatitra momba ny Covid 19 Isaky ny sabotsy sisa vao hipoitra i Profesora

Fito volana aty aoriana, nambaran’ny Minisitry ny serasera sy ny kolontsaina Rtoa Lalatiana Rakotondrazafy omaly, fa tsy hisy intsony ny fampitana ny antontan'isa mahakasika ny fivoaran'Covid 19 eto Madagasikara isaky ny atoandro,

 izay hita sy arahina amin'ny Fahitalavim-pirenena sy ny Radiom-pirenena, ary tsy maintsy raisina sy apariakan'ireo haino aman-jery rehetra manerana ny Nosy. Hatao isaky ny Sabotsy indray izany, raha ny fampahafantarana nataon’io Minisitra io. Ny lalàna 91-011 momba ny vanim-potoana manokana no nentin’ny fanjakana nakana nakana sy nifehezana ny haino aman-jery (réquisition), izay nahazoan’ny Fanjakana kihana maro samihafa. Metetika no nivaona ny fandaharahana, feno dokam-barotra, nivadika ho resaka politika fa tsy ara-pahasalamana,… Tao anatin’ny 7 volana latsaka 5 andro teo izany no nisian’ny tatitra tsy tapaka nataon’ny Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle , sojaben’ny fakiolten’ny Médecine isaky ny atoandro, izay isaorana sy ankasitrahana azy sy ny mpiara-miasa taminy tsy nikely soroka tamin’izany, na mety nisy aza ny lesoka samihafa amin’ny maha olombelona. Asa aloha raha hisy fihetsika fankasitrahana avy amin’ny Fitondram-panjakana ho an’ny haino aman-jery taorian’izay fiaraha-miasa maimaimpoana 7 volana izay na dia mba mariky ny fifanajana fotsiny aza, ka mba tsy ho rehefa handrahona sy handefa “lettre de mise en demeure” ihany vao fantatry ny fitondram-panjakana sy tompon’andraikitra mahefa ny adiresy sy ny varavaran’ny haino aman-jery.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Faritany Miaramila Voalohany Nandray ny faneva ny Kolonely Andriambao

Tontosa omaly 13 Oktobra 2020 ny fanolorana ny faneva ho an'ny Kolonely Andriambao Ramisa, komandy vaovaon'ny Faritany Miaramila Voalohany (RM1), teny amin'ny toby Rakotonirainy Alphonse,

 

 tao amin'ny Rezimantan'ny Fifandraisana sy ny Sampan-draharaha teny Fiadanana. Marihina fa maro ny miaramila eto amin'ny faritany miaramila voalohany no miasa ary mamita iraka eny akaikin'ny vahoaka toy ny famonjena ny vahoaka any atsimo amin'ny kere sy ny asa fahandriampahalemana, hoy ny eo anivon’ny Minisiteran’ny Fiarovam-pirenena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Dr Fidy Bariniaina“Mbola ilaina ny fanaovana arovava orona”

Efa vitsy dia vitsy ny tarehimarika mikasika ny Covid 19 saingy mila mitandrina foana isika satria mila tsaroana hoe olona miisa 3 no voan’izy io teto Madagasikara tany am-boalohany, hoy ny dokotera mpitsabo, Fidy Bariniaina.

 

Ho ahy manokana dia ahiana tsy hanao arovava orona intsony ny olona raha vao lazaina fa foana ny hahamehana ara-pahasalamana. Ny fanaovana arovava orona dia tena mbola ilaina anefa, hoy ny fanazavany, satria tsy Covid ihany no arovany fa miaro amin’ny loto rehetra amin’ny rivotra koa io. Ny sakafo tokony hisy ny sokajy rehetra. Ao ny proteinina toy ny hena, trondro, yaourt, soja sy ny maro. Sakafo mitondra hafanana sy mitondra hery toy ny mofo, vary, hanin-kotrana, ny menaka, izany hoe zavatra misy lafarinina. Ny lehibe indrindra dia ireo mitondra vitaminina sy “Oligo-élément” dia ny voankazo sy legioma karazany 5 isan’andro. Ohatra, tongolo gasy singany 2 isan’andro, voasarimakira 2 isan’andro, sakamalaho kely, tongolobe ampahefany kely, papay, voasary sy ny hafa ary mila ampy torimaso sy mampiasa vatana, hoy hatrany ny tenany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fitandroana ny filaminanaMiofana ny polisy monisipaly any Toamasina

Nandray polisy monisipaly vaovao maromaro ny kaominina ambonivohitr’i Toamasina (CUT). Miatrika fiofanana ao anatin’ny iray volana izy ireo.

 

Tafiditra indrindra amin’ny vinan’ny ben’ny tanàna Nantenaina izy ity dia ny hanatsarana hatrany ny asan’izy ireo eo amin’ny fitandroana ny filaminana sy ny fandrindrana ny fifamoivoizana. Ny eo anivon` ny polisim-pirenena no mampiofana sy tonga mizara ny traikefany. Teknika maro no zaraina ho azy ireo, eo ihany koa ny fampahafantarana ny andraikitr’izy ireo.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendahana Telolahy indray no nalefa eny Antanimora

Lehilahy miisa telo no voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny kaomisarian’ Isotry ny 11 oktobra teo teny akaikin’ny tetezan-dRamala .

 

 Hetsika nataon’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany faha-efatra no nahatrarana azy ireo noho ny hamaroan’ny fitarainan’ny mponina amin’ny resaka fanendahana eny amin’iny faritra iny. Polisy nanao fanamiana sivily no nidina ifotony teny an-toerana izay nahita azy telolahy ireto teo am-panatanterahana ny asa ratsiny. Nentina namonjy ny birao avy hatrany ireo jiolahy ireo nanaovana fanadihadiana raha omaly kosa no niakatra fitsarana. Fantatra taorian’izany fa nampidirina eny Antanimora vonjimaika izy ireo ho famaizana azy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’ArivonimamoNisitraka moto 10 ny mpitandro filaminana

Marary ny depiote Rakotomanjato Rodin ny tsy fandriampahalemana sy ny asan-dahalo mahazo ny distrikan’ Arivonimamo.

 

 Noho izany dia nanapa-kevitra izy ny hanolotra moto miisa folo ho an'ny mpitandro filaminana. Tafiditra ao anatin'ny tetikasa CLD moa izy ity izay niarahan'ny solombavambahoaka roalahy voafidy tao Arivonimamo, raha ny fanazavana sy ny fampitam-baovao. Miandry ny vokatr'izao ny vahoaka eo anatrehan’ny firongatry ny tsy fandriampahalemana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsongobory Toliara IJiolahy 2 lavon’ny balan’ny polisy

Jiolahy miisa roa no lavon’ny balan’ny oolisy ny 11 hifoha 12 oktobra teo tokony

 

ho tamin’ny 01 ora sy sasany maraina tao amin’ny fokontany Tsongobory Toliara I. Nandritra ny fisafoana nataon’ireo polisy miasa any an-toerana no nahatrarana azy ireo niaraka tamin’ny basy vita gasy miisa 2. Vao nahita ny polisy izy ireo dia nandositra avy hatrany ka raikitra ny fanenjehana. Nampiasana ny basy teny aminy anefa ireo jiolahy ka tsy maintsy niaro tena ny polisy. Voan’ny bala noho izany ireo jiolahy miisa roa ka maty noho ny ratra nahazo azy ireo. Mbola manohy ny fikaroana ny mety ho naman’ireto jiolahy ireto ny polisy hatramin’ny omaly.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

National Geographic Society AwardsMpikaroka Malagasy no nahazo ny loka

Jeannie Raharimampionona, teratany Malagasy, no nisalotra ny loka “National Geographic Society – Buffet Awards for Conservation in Africa and Latin America 2020”.

 

Izy dia mpikaroka misehatra amin` ny fiarovana an` i Madagasikara. Noho ireo vokam-pikarohana nataony momba ny zava-boahary sy ny tontolo iainana no nahatonga azy nibata ny laharana voalohany. Raha tsiahivina dia noho ny fanomezana nataon` ny Fondation Howard G. Buffet ny taoan 2002 no nipoiran` ity hetsika ity ho fankasitrahana ny asa sy fandraisana anjara ataon` ireo mpikaroka amin` ny fampivoarana sy ny fampiharana ny fiarovana amin` ny fireneny.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ampanjaka sy Oloben’Ikongo« Tsy afa-misaraka amin’i Vatovavy izahay »

Nivory tao amin’ny tranobe Satrokefa ny taranak’i Ravaloarivo ny alakamisy teo. Ao ny avy ao Ikongo, Andrianony, Mananjary, Ambohisara, Nosy Varika, Ifanadiana ary nanao fanambarana fa Vatovavy dia tokana iray tsy mivaky.

 

Atao ren-tany, ren-danitra fa tokana i Vatovavy ary ireto mpanjaka ireto no misolo tena hanao ny fanambarana, hoy ny solontenan’ireo olobe tao an-toerana. I Namorona dia miaraka amin’i Vatovavy noho ny fangatahan’ireto raiamandreny ampanjaka ireto. Nanao fanambarana tato amin’ity tranobe masina ity ianao fa hanome ny faritra Vatovavy raha tafaverina amin’ny toeranao, hoy hatrany ny fanambarana nataon’izy ireo niantefa tany amin’ny filoham-pirenena. Ikongo, Ifanadiana, Nosy Varika, Namorona ary i Mananjary, izay renivohitra no mameno ny Vatovavy. Nanamafy ny fanambarana moa ireo olobe sy solontenan’ny vahoakan’Ikongo ny sabotsy. Tsy ampy andriamatoa filoha ny fizaram-paritra ara-jeografia fotsiny fa ilaina ny fijerena ny antony sy ny lafin-javatra hafa maro, hoy izy ireo. Tsy afa-misaraka amin’ny faritr’i Vatovavy izahay raha ny tantara sy kolontsaina no jerena. Mitovy ny fomba amam-panao ara-drazana. Izany dia midika ny maha iray tsy azo sarahana. Mitovy ny harin-karena eo amin’ny distrika miisa 4. Tsy misy tombontsoa mihitsy tao amin’ny Fitovinany nandritry ny taona maro. Foto-drafitrasa tsy misy. Noho ireo antony maro voatanisa ireo dia hamafisinay fa Ikongo dia miaraka amin’i Vatovavy, hoy hatrany ny fanambarana izay nosoniavin’ny Ndrianonibe, Razafimandimby Dilofera Bertrand. Midongy ho isan’ny faritr’i Vatovavy ihany koa, araka izany, Ikongo ka ho hita eo ny fandaminana. An-jatony, hoy ny fanamarihana, ireo Mpanjaka, Ampanjaka, Anakandria, ary Andriambavy nanao ireto fanambarana ireto tany Ikongo sy Mananjary.

 

Tsy manaiky ilay fizaram-paritra nambaran’ny filoham-pirenena tany Mananjary ny alatsinainy teo izany ireto Ampanjaka sy Oloben’Ikongo ireto raha ity fanambaana ity, satria milaza io fizarana io fa i Vatovavy dia hahitana an'i Mananjary, Nosy Varika ary Ifanadiana. I Fitovinany kosa hahitana an'i Manakara, Vohipeno ary Ikongo.

J. Mirija sy Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahasalamana ara-panananahanaMila beazina ny ray aman-dreny sy ny zaza

Matetika no fanolanana vehivavy na ankizivavy kely foana no voaresaka, fa nefa tena misy eto amintsika sy manomboka mahazo vahana ihany koa ny fanolanana zazalahikely tao anatin'ny taona vitsivitsy.

Ny Centre Vonjy etsy Befelatanana izao tamin'ny taona 2015 dia mandray zazalahy kely voaolana 5 isam-bolana eo ho eo. Mila hamafisina kokoa ny ady atao amin'ny herisetra amin`ny fomba isan-karazany eto Madagasikara. Misy olona tsy mahafantatra akory mantsy hoe herisetra ny zavatra ataony. Tokony ampidirina sy amafisina ihany koa ny fanabeazana ara-pananahana any an-tsekoly. Ny sekoly katôlika izao manana ny EVA (Education à la Vie et à l'Amour), fanabeazana momba ny fiainana sy ny fitiavana. Araka izany, dieny mbola kely dia tsara ampianarina ny ankizy fa azy manokana ny taovam-pananahany ka tsy misy olona tokony hikitika, raha tsy rehefa ampandroina ihany izy. Raha tsy tiany aza ny fomba fikitika ny vatany dia afaka miteny izy. Ny ray aman-dreny ihany koa dia tokony ampianarina an'izany. Rehefa tsy tian'ny zanany ny fomba fikitihany azy, dia tokony hohajain'ny ray aman-dreny izany. Ohatra sy fomba tsotra hampianarana ny ankizy ho sarotiny amin'ny vatany izany ary efa dingana iray sahady ianarany miaro tena.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

MorafenobeMandravarava sy mamono ny tazomoka

Mirongatra izay tsy izy ny aretina tazomoka manerana ny Distrikan’i Morafenobe efa ho tao anatin’ny telo herinandro, araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana.

 

Lany anefa ny fanafody manerana ireo CSBII (Morafenobe renivohitra, Beravina, Andramy, Antranokoaky), izany hoe saika manerana ny distrika iray manontolo. Araka ny vaovao avy any an-toerana dia efa nisy zaza roa vooamarina fa voan’ny tazomoka namoy ny ainy. Efa tapa-bolana no voalaza fa nandefa fanairana tamin’ny tompon’andraikitra foibe ireo tompon’andraikitra any an-toerana, saingy tsy mbola nahazo valiny mahafa-po, ka dia manao antso avo hatrany izahay eto Morafenobe, hoy ny fitarainana sy ny fampitam-baovao. Isan’ny tena namely sy namono olona maro ny tazomoka teto amintsika tamin’ity taona ity, saingy toa adinodino, fa ny Covid 19 no nibahan-toerana kokoa. Isan’ny nambara fa manasitrana tazomoka ny “gélule CVO+”, ka mety isan’ny hampiasaina hiatrehana ny zava-misy tahaka itony any Morafenobe itony izany io.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Taxibe nidiran’androNitsoaka polisy, avy eo nandona polisy

Nosakanan'ny mpitandro ny filaminana ny taxibe iray mpitatitra olona eny amin’iny ny faritra Ambohimangakely iny, omaly.

 

 Nijanona ilay mpamily kanefa nirifatra tampoka ary nenjehin'ireo polisy nitondra moto. Teny Ankadiaivo ilay taxi-be no tratran'ny polisin’ Alasora saingy mbola nandona polisy iray teo am-panatanterahana ny asany indray ilay mpamily.Noho ny fisetrasetran'ity taxibe ity dia tsy nisy alaharo alaharo fa avy hatrany dia nosamborina ilay mpamily natao fanadihadiana raha nampidirina am-balam-pamonjana kosa ilay taxibe.

 Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mihazakazaka mihemotra

Efa mandeha ny firenena, efa misy ny fotodrafitrasa tokanana, efa mizarazara zavatra,…

 ka milamina ho azy ny politika avy eo satria eo am-pelantanana ny hery sy ny fahefana. Izay no toa sary tian’ny mpitondra ankehitriny aseho. Tsaroana ilay voambolana « Plan Marshall », izay ny serasera nanaka-danitra fa ny vokatra ara-toekarena sy ara-tsosialy tsy hita taratra. Samy nanao ny nataony, samy nanangan-javatra, samy nanana ny tetikasany ireo Filoha nifanesy, fa ny serasera no mety tsy nitovy. Zary fomba firesaka sy nakana ny fom-bahoaka tamin’ny fampielezan-kevitra ny hanao izay tsy vitan’ireo mpitondra nifanesy tao anatin’ny 60 taona ato anatin’ny 5 taona. Toy ny hoe tsangan’olona sy tena tsy nanao na inona na inona ny teo aloha, fa ireo eo amin’ny fahefana ankehitriny no Mesia tena hanavotra an’i Madagasikara. Ny tsy azo lavina, dia azo lazaina ho nandeha kokoa ny fiainam-bahoaka tamin’ireo fanjakana anankiroa narodana sy nozongozin’ireo nahazo fahefana ankehitriny, ary raha ny naoty ara-toekarena sy ara-tsosialy teto Madagasikara hatramin’izay, dia tsy mbola nisy tao anatin’ny 60 taona izany fitotonganan’ny toekarena miiba 1,2% izany raha tsy aty amin’ny taona 2020. Ho an’ireo teo aloha dia niabo 7,1% ny taona 2009 nisian’ny fanonganam-panjakana ary 5,2% ny taona 2018 nisian’ny miala Rajao sy ny filanjana vatam-paty. Mihazakazaka mihemotra isika hatreto. Mpandresy tamin’ny herisetra hatreto sy fakana fahefana hatreto, fa mbola resy amin’ny vokatra sy ny asa. Tsy vitan’ny kabary politika sy fampanantenana na serasera manaka-danitra ny fitantanana firenena, ka izay no ampahatsiahivana hatrany fa mikorosy fahana ny fianam-bahoaka, tsy arakaraka ny kisehoseho mandeha. Mila manetsika ny hambom-po hisongonana ny vitan’ny teo aloha, fa tsy lany andro mamboly sakoroka lava eto.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Antetezambaro Toamasina II Napetraka ny toerana lehibe famokarana zana-kazo

Mihena tsikelikely ny velaran'ny alan'Atsinanana noho ireo tsindry mahazo azy toy ny doro ala, fanapahana hazo sy ny fitrandrahana tsy maharitra ny harena voajanahary ao aminy.

 Mitana anjara toerana lehibe eo amin'ny fiarovana ireo karazan-javamanan'aina mampiavaka an’i Madagasikara anefa ny fisian'ny alan'Atsinanana. Mila fandraisana andraikitry ny tsirairay ny fanarenana azy mba ho fiarovana ireo rohi-piaina ao aminy. Fambolen-kazo mitsinjo lavitra sy mamaly ny filàn'ny mponina no tanjona amin'izany. Jerena manokana ireo karazan-kazo tsy manimba ny nofon-tany ary azo trandrahina ho an'ny fiharian'ny mponina ihany koa, toy ny famokarana lohamenaka, fiompiana tantely, fanamboarana fanafody,... Tombony mivantana ho an'ireo mponina ifotony ny fametrahana tanin-janakazo manakaiky ny tanànan'izy ireo, ka toerana mamokatra hatramin’ny 5 000 zana-kazo isaky ny “plate-bande” no napetraky ny Fitalevam-paritry ny tontolo iainana na DREDD Atsinanana ao amin'ny fokontany Ampandroantsiriry, Kaominina Ambanivohitra Antetezambaro, Distrikan'i Toamasina II. Tanjona ny hametraka “plate-bandes” manodidina ny 375 isa ao an-toerana, hoy ny Minisiteran’ny tontolo iainana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Gana dia “Fotsimaso”Iray amin’ny 100 voalohany ahiana ho ripaka

Any amin’ny distrikan’Antsohihy, faritra Sofia indray ny Filoha Andry Rajoelina. Voalaza fa fitsidihim-paritra tanterahiny ho fanamarihana ny faha-62 taonan’ny nahaterahan’ny Repoblikan’i Madagasikara io.

 

 Mialoha ny lanonana hotanterahina anio 14 oktobra 2020, dia nitsidika ny toerana fikajiana ny « fotsimaso » ao Bekotrobaka ny tenany. Ny "fotsimaso" dia ganagana dia izay tsy hita afa-tsy eto Madagasikara ary voasokajy ho ao anatin’ny lisitry ny zava-manan’aina 100 voalohany ahiana mafy ho lany tamingana maneran-tany araka ny fanadihadiana nataon’ny UICN na ny Fivondronam-be Iraisam-pirenena ho an’ny Fiarovana ny Natiora (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Anisan’ny ahitana "fotsimaso" ampanarahana ny toerana fikajiana "fotsimaso" am-bala ao Bekotrobaka-Antsohihy, hahafahana mampitombo ny taranaka azy amin’ny toerana voajanahary.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny serasera Nanome valin-kafatra ho an’ny OJM

Ao anatin'ny fanohizana ny fampahafantarana ny lalàna momba ny serasera izay efa natomboka tany Mahajanga dia nitsidika ny birao na "desk"n'ny haino vaky jery ny Minisitra Lalatiana Andriatongarivo sy ireo mpiara-miasa aminy, omaly.

 

Ny RTA teny Ankorondrano no nanombohana izany ho an’Antananarivo. Nisy ny fanolorana ilay boky kely mirakitra ilay lalàna vaovao ho an'ireo mpanao gazety rehetra ary mbola hitohy amina "desk" hafa ny fitsidihana fampahafantarana, hoy hatrany ny fampitam-baovao. Manoloana ny tsikera nataon’ny Holafitry ny mpanao gazety izay nilaza fa tandindomin-doza moa ny fanaovan-gazety eto Madagasikara dia nanome valin-kafatra ny MSK fa diso ny filazan’ny OJM fa ny minisitera no nanisika an-tsokosoko sy tsy an-kiera ny ireo fepetra mahakasika ny Holafitra tao anatin’ny lalana If 2020-006 manitsy andininy maromaro tamin’ny fehezan-dalana If 2016-029. Ireo antenimiera roa tonta dia ny depiote sy loholona, hoy ny fanambarana omaly, no tompon’antoka amin’ny fanaovana lalàna eto Madagasikara. Voahaja ao anatin’ity lalàna mifehy ny serasera vaovao ity ny fanafoanana famonjana mpanao gazety, ny fanesorana ilay andininy nanasazy mpanao gazety mamoaka vaovao amina fivoriana miiboka na « huis-clos », ny fampifandanjana ny isan’ny mpikamban’ny ANRCM ary ny fanomezana fahaleovantena sy fahefana goavana ny OJM izay hisitahan’ny minisitera tanteraka. Nilaza ho manameloka ny familiviliana resaka mba tsy hirosoana amin’ny fanaovana karatra matihanina vaovao sy fifidianana izay ho birao vaovaon’ny OJM moa ny minisitera ary nanamarika fa tsy tandindomin-doza izany ny fanaovan-gazety eto fa ny mifanohitra amin’izay aza. Ny mpanara-baovao sy ny fizotry ny tantara angamba no avela hitsara ny fitombonan’izay na tsia.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Afera BNGRCNiaro tena mafy ny Jeneraly Elack

Misy ampahany marina ary misy ny tsy marina manoloana ilay ampamoaka mahakasika ny Tale Jeneralin’ny BNGR Jeneraly Elack Olivier Andriankaja momba ny karaman’ny mpiasa tsy voaloa.

 

Tsy marina ilay hoe valo volana fa eo amin’ny telo volana eo no tsy nandray vola ny BNGRC, hoy ity tompon’andraikitra ity. Sahiko tenenina tsy nanodikodim-bola ny tenako, ary tsy notezaina hangalatra aho, hoy izy. Izao no tokony ho fantatr’ireny olona ireny ho porofon’izany dia ny fanaovana tatitra isam-baratongany mialohan’ny nisehoan’iny resaka iny. Tsisy zavatra afeniko, tsy nangala-bola aho na ny ariary aza, fa ny BNGRC dia efa telo volana no tsy nandray vola. Manana sata vaovao “Etablissement public à caractère administrarif” ny BNGRC ka be dia be ny hatrehany. Be dia be ny fanavaozana, ka tsy ny BNGRC ihany fa ho an’ny Minisitera isan-karazany, dia be dia be ny pitsopitson-javatra sy lalana alehan’ny dosie. Taloha nifangaro voraka tao amin’ny BNGRC ny vola fampiodinan-draharaha, ny karama,… Tsy maintsy hamantatra ny olona nanao an’ireny aho, ary ny sariko no ampiasaina amin’ilay kaonty Facebook hoe BNGRC Interne, izay tsy nahazoana alalana avy amiko, hoy ny jeneraly Elack Olivier. Zavatra mamoafady, ary tsy ara-dalàna raha ny sariko no soketaina ho nanao ilay kaonty, hoy ity Jeneraly ity.

HO TAPITRA HATREO VE ?

Maro moa ny karazana ampamoaka nataon’ilay kaonty “BNGRC Interne” hatramin’ny resaka fiainana manokana, ny resaka karama tsy azo, fividianana fiara raitra vaovao matetika, ny kiantranoantrano amin’ny fampidirana mpiasa, ny fialan’ny Chef personnel noho ny tsy rariny,… araka ny voalazan’ny kaonty io. Nifantoka bebe kokoa tany amin’ny resaka karama sy olana ara-bola kosa ny valin-kafatra sy fanazavan’ny Tale Jeneralin’ny BNGRC. Nanao ny fiarovan-tenany tamin’ny haino aman-jery ny Tale Jeneralin’ny BNGRC, toy ny nataon’ny Minisitry ny atitany tamin’ny raharaha “Ecran plat” ka asa na hijanona eo izany ity resaka ity, na mety hisy ny karazana fitoriana ataon’ireo nanao ampamoaka raha tena mitombina ny zavatra navoaka na hifarana eo ny raharaha ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Toetr’androAmin’ny faran’ny herinandro vao hisy orana

Tena mahazo vahana ny hafanana eto an-drenivohitra. Mahatratra hatrany amin’ny 39 °C ny maripana farany ambony indrindra raha 23 °C no farany ambany indraindray, raha araka ny fanadihadiana natao teo anivon’ny sampana mpamantatra ny toetr’andro.

 

 Manodidina ny 15 °C kosa no tena farany ambany indrindra rehefa mba malomaloka iny ny andro raha mahatratra 24 °C ny ambony indrindra. Vokatr’ilay rivotra mafana tsy mari-toerana no mahatonga izany izay mandrafitra ny toetr’andro eto amintsika. Amin’ny faran’ny herinandro any ho any araka izany vao tombanana hahazo aina ny oram-baratra eto amintsika. Mialohan’izay anefa dia ho maika amin’ny ankapobeny ny toetr’andro any amin’ny faritra hafa. Hitoetra kosa ny orana tandrifin-drahona amin’ny tapany Atsinanan’ny afovoan-tany sy any Atsimo Atsinanana. Saika hisy hatrany ny orana tandrifin-drahona arahin-kotroka isaky ny folakandro na ny takariva any Sambirano, Melaky, Bongolava ary ny faritra avo amin’ny afovoan-tany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tatitry ny SAMIFIN78 ireo trangana famotsiam-bola nohadihadiana

Anisan` ny misongadina amin` ireo raharaha nalefan` ny SAMIFIN teny amin` ny tendrom-pitsarana misahana ny ady amin` ny kolikoly (PAC) ny raharaham-barotra amin`ny fanfarana entana.

 Eo koa ny fialana amin` ny fadin-tseranana na ny ladoany amin`ny alalan` ny hosoka ara-ketra. Manampy izany koa ny fandosirana na fialana ny hetra. Raha tsiahivina, 400 miliara ariary ny ahiana ho famotsiam-bola sy kolikoly ary fanodikodinam-bolam-panjakana tamin` ny taona 2019 raha toa ka 133 miliara ariary ny taona 2018. Namoaka tatitra amin` ny asa vitany nandritra ny sivy volana tamin` ity taona ity ny teo anivon` ny SAMIFIN ka tranga mampiahiahy miisa 125 no voarainy. Miisa 116 ireo raharaha efa vita fanadihadiana miampy trangana famotsiam-bola miisa 78. Tsy lavina fa tsy mbola misy firenena mahafehy 100% ny ady amin`ny famotsiam-bola na famatsiam-bola ny asa fampihorohoroana izany hatreto. Araka izany dia mila manatsara ny lalàna no sady mampihatra izany isika eto Madagasikara mba hahafahana manakaiky ny fenitra.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady tany eny AmbohimangakelyNarodan’ny kaominina ilay vavahady

Mitohy hatrany ilay raharaha ady tany eny amin’ny Fokontany Andranovao, kaominina ambanivohitra Ambohimangakely.

 

Taorian’ny nidinan’ny kaominina teny an-toerana nanao ny fanadihadiana mikasika ilay lalam-pokonolona nisy namefy mantsy dia fantatra fa narodan’izy ireo ilay vavahady namefen’ireo tompon’ny tany vaovao ilay lalam-pokonolona. Raha tsiahivina kely dia olona 150 eo ho eo no nampiasa tsy an-kiato io lalana io isan’andro efa an-taonany maro , fony izy mbola an’ilay pere Jesuit. Taty aoriana anefa dia lasana olon-kafa ity tany ity izay nilaza fa azy hatramin’io lalam-pokonolona io satria tafiditra ao anatin’ny refin-taniny. Raha araka ny fanazavan’ny solontenan’ireo fokonolona anefa dia tafiditra ao anatin’ny sarin-tany fa efa lalam-pokonolona hatramin’izay io lalana io ka hiroso amin’ny fikarohana izany ihany koa ny kaominina. Tsiahivina moa fa lasa manodidina lavitra be ireo mponina ao Andranovao mampiasa io lalana io teo aloha teo vokatr’izay famefena ny lalany izay. Nisy tamin’izy ireo ihany koa no nitaraina ho nampandoavina vola vao afaka nampiasa io lalana io nefa mpanasa lamba handeha hamonjy renirano ny ankamaroany, mikarama hanasa lamba. Tsy marina moa hoy hatrany ireo fokonolona ao an-toerana ny filazan’ny haino aman-jery iray fa nandeha nanakorontana izy ireo raha nitaky ny tokony hanokafana ny lalany izay natrehin’ny kaominina Ambohimangakely.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rivellino Ravelomahazo“Tokony mitondra vahaolana ny mpanohitra”

Manan-jo feno mandeha maneho ny heviny ny mpanohitra amin’ny maha tany demokratika an’i Madagasikara, hoy ny mpamakafaka politika sy mpahay lalana, Rivellino Ravelomahazo, naneho ny fahitany ny fitetezam-paritry ny mpanohitra ankehitriny.

 

 Tokony ho zarina vaovao marina anefa ny vahoaka fa tsy tezaina amina don-tandroka toy ny mahazatra, hoy izy. Efa eo ny teknolojia isan-karazany sy tambazotran-tserasera ary ny fahitalavitra rehetra efa saika hita manerana izao tontolo izao ka tokony hitandrina isika mba tsy ho fitaovan’ny mpanjanaka ka hahatonga ny firenena any amin’ny mangitsokitsoka. Tsy azo faritana amina toerana ny demokrasia fa ny mponina, ny fitondrana misy ary ny rantsa-mangaika natao hampihatra ny demokrasia no mamaritra an’io. Naverina amin’ny hasiny maha kianjan’ny Demokrasia azy, hoy hatrany izy, ny kianjan’ny demokrasia eo Ambohijatovo matoa napetraka eo ny tsangambaton’ny Profesora Zafy Albert rehefa niova ny fitantanana ny tananan’Antananarivo. Amin’ny politika moa tsy misy hoe diso fiantefa na diso safidy fa rafi-pitantanana io amiko dia samy manana ny fomba ataony ahafahana manao izany rafi-pitantanana izany ny mpanao politika rehetra. Tsy tokony hisy zavatra hitranga toy ireny nahazo ny vondrona Tiko ireny intsony amin’ny mpandraharaha Malagasy, hoy izy. Izany no fiarovana ny mpandraharaha Malagasy. Tokony mitondra vahaolana ho an’ny mpitondra ny mpanohitra ary mitondra anjara biriky amin’ny fampandrosoana. Rehefa nanao izay izy dia afaka manakihana amiko, hoy hatrany ny tenany, fa raha ny mifanohitra amin’izay kosa dia fitiavan-tena.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana loholonaTsy voahaja ny miralenta

Hatreto moa izany dia mbola tsikera mivoy mikasika ny fifidianana ho loholona kasaina tontosaina ny volana desambra izao ny hoe mandeha ila.

 

Isan’ny mampametra-panontaniana ao anatin’izay ihany koa anefa ny hoe aiza ho aiza ihany koa ny fametrahana ilay atao hoe miralenta ao anaty rafi-panjakana eto Madagasikara? Isan’ny lokalokan’ny filoham-pirenena ny hametraka an’io ao anaty governemanta fony izy mbola vao ho fidiana. Rehefa jerena anefa ireo heverina ho ofisialy fa kandidam-panjakana hatreto dia saika tsy hahatarafana izay miralenta izay ihany koa toy ny hita amin’ny kandidan’ny Mapar ao Toliara sy kandida IRD ao Fianarantsoa. 100% lehilahy ihany koa ireo kandida miisa 5 narotsaka ao Toliara izay ahitana ny loha lisitra, Eongobelo Marcel, arahan’ny minisitry ny fifandraisan-davitra teo aloha, Rakotomamonjy Neipatraiky, Fiandraza, Mahonjo Hugues Laurent Guy, Tsilova. Mbola tsy ho tafapetraka koa araka izany ity resaka miralenta ity, raha ny hita hatreto mikasika izay fifidianana loholona izay.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitetezam-paritra misesisesyAtao fitaovana politika ny fahoriam-bahoaka

Mirarakompana ny fitetezam-paritra ataon’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina, izay tena manao fihodinana an’i Madagasikara mihitsy.

 

Mitokanan-javatra, mizara zavatra, mampanantena,… Maneho serasera fa tena miasa sy mamonjy vahoaka. Ny tena olana dia ny fahatarafana fanararaotana ny fahasahiranana sy fahorian’ny olona mba hanandratan-tena ho sanatria toy ny hoe : Mesia mpamonjy sy mitondra ny vahaolana rehetra.

Takona ireo manampahefana isam-paritra

Ny governora sy ben’ny tanàna angaha moa tsy afaka mizara fanampiana sy jiro no tsy maintsy ny filoha no manao izany mitety faritra? Angaha tsy hanao fitsinjaram-pahefana tena izy indray? Io ilay mitaiza ny olona hiantsoantso filoha foana vao misy olana toy ny hoe: tapaka ny karama, mba jereo Atoa filoha; ady tany, mba jereo Atoa filoha,… Sanatria hatramin’ny ady mivady aza mety ho tsy voavaha intsony, raha tsy Atoa Filoha. Haingon-tsehatra sisa ireo olom-boafidy sy ambaratongam-pahefana misy.

Sao dia mba fanararaotana kosa ?

Marina fa sahirana ny vahoaka, fa tsy tokony hararaotina, ka sanatria atao toy ny akoho tambazam-potsimbary sy hatao amin’izay hitiavana azy. Manampy trotraka, ny fandaniana mihoampampana sy endrika propagandy ankolaka sahady. Tamin’ireny fampielezan-kevitry ny fifidianana Filoham-pirenena ireny, dia eo amin’ny 40 tapitrisa Ar isan’ora eo hofan’ny angidim-by iray, ary 50 tapitrisa Ar kosa ny fiaramanidina, izay azo hakana sary an-tsaina amin’ny fandaniana ataon’ny Filoha amin’izao, izay mandeha fiaramanidina manokana na “jet privé”. Sao mba tokony holanjalanjaina sy haompana amina sehatra mamokatra kokoa ny fandaniana mihoampampana. Lazaina fa mpandany vola na “budgetivore” ny Antenimierandoholona izay mitaraina ho tsy misy vola iasana, ka tokony hipetraka ho fitaratra sy filamatra ny Filoha sy ny ekipany mba tsy ho mpitari-bato vilam-bava.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tanin’ny CUA amidyMisy dosie tsy mazava, hoy i Clémence

Tsaroantsika mpanao gazety tsara fa niteny ny ben'ny tanana, Franck Michel Niaina Andriantsitohaina, fa ho averina amin'ny kaominin’Antananarivo renivohitra (CUA) avokoa ireo taniny rehetra namidy na nisy naka tamin’ny fomba tsy ara-dalana, hoy ny mpanolontsain’ny tananan’Antananarivo, Clémence Raharinirina omaly.

 

 Miisa am-polony maro izy ireo. Ankehitriny misy tanin'ny CUA miisa 2 eny Tanjombato sy Anosizato voalaza fa tratran'izay tranga izay. Mirefy 01ha mahery avy izy ireo. Ny zava-misy anefa dia nanapa-kevitra ny hivarotra ny ampahany amin'ireo ny ben'ny tanana Naina Andriantsitohaina ary tsy hitanay ao anaty dosie nomena anay mpanolotsaina ny refiny amidy marina. Nosoratana ao anatin'ny fifanarahana na « convention » fa ho setrin'izao famarotana ny tanin'ny CUA izao dia hiantoka ny famitana na "finition" an'ny fanamboarana ny tsena Behoririka ilay mividy tany. Iza no namarotana ireo tanin'ny CUA ireo? Ao amin'ny « convention » voalohany dia Hassanaly Hervé no misoratra ary ao amin'ny faharoa dia société PRIM Immobilier no hita. Niezaka nanontany ny ben'ny tanana momba izany rehetra izany ny tenako fa tsy nisy valiny. Ny fanontaniana apetrako dia hoe ekentsika ve ny famarotana ny tanin'ny CUA amin'ny endriny mivantana na an-kolaka? Tsy tokony “bail” ve no nataon'ny CUA fa tsy famarotana toy izao? Hay ve ny mpitantana ny CUA ankehitriny mahay mamolavola “convention” rehefa hivarotra fa mailaka ery hanafoana ny “convention” nifanarahan'ny CUA sy ny mpivarotra malagasy izay tsy fifampivarotana akory fa fifanarahana 10 taona izay manaporofo fa mbola hiverina amin’ny CUA manontolo ny tany aorian'izany? Ny nampalahelo anay mpanolotsaina telo mianadahy, Toavina Ralambomahay, Hilda Hasinjo Ravelonahina dia lany indray ny lahadinika momba izany. Izahay moa nanao tsia ka na nisy aza ny mic mac “vote secret” dia nasehonay ampahibemaso ny fanaovanay tsia ho fandavana izany, hoy hatrany ny fanazavany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Herisetra tany Nosy be Voatsidron’antsy teo am-pamaniana ny fitombenany

Nitrangana toe-javatra mampalahelo tany amin’ny distrikan’i Nosy Be ny alahady alina teo.

 

 Tovolahy iray vao erotrerony no nisy namira antsy avy any aoriana raha iny izy handeha hivalan-draano teo amin’ny sampanan-dalana Seimad Antanambao iny ka tafasaraka tamin’ireo namany handeha hamonjy fodiana. Tsy vita akory ny fivalanan-drano nataon’ity tovolahy ity dia nisy nanindrona antsy ny tehezany sy ny fitombenany. Toraka izany koa ny teo akaikin’ny sofiny. Jiolahy miisa 6 no nanao izany asa ratsy izany izay nikasa haka ny finday sy ny tablette ary sakaosy kely teny amin’ity tovolahy ity. Na izany aza avotra soa aman-tsara ity tovolahy ity ary mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny hôpitaliben’ny Nosy Be. Mbola tadiavina kosa ireo nahavanon-doza.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahatsiarovana ny Profesora ZafyTsy hita indray ny filoham-pirenena

Tsy tazana teny Ambohijatovo indray omaly ny filoham-pirenena Malagasy, Andry Rajoelina, nandritry ny fitokanana ny tsangambato fahatsiarovana ny profesora Zafy Albert, filoham-pirenena teo aloha, efa nodimandry.

 Na dia efa niely tamin’ny fampalalam-baovao samihafa aza talohan’io fa ho avy eny an-toerana ity ben’ny tananan’Antananarivo teo aloha izay nitokana ity kianja ity ho kianjan’ny demokrasia ny taona 2008 dia tsy hita teny an-toerana nanome voninahitra ny fahatsiarovana ity rain’ny demokrasia ity izy. Antony voalaza ho isan’ny tsy nahafahany nanotrona izany moa ny adidy aman’andraikitra samihafa toy ny fanomanana ny fankalazana ny fahatsiarovana ny faha 62 taonan’ny repoblika voalohany anio any Anahidrano, faritra Sofia. Dia tena tsy azo natao mihitsy ve na dia ny nandalo minitra vitsy monja aza  tamin’iny omaly iny? Tsy misy fitaovam-pitaterana hahafahan’ny filoha mamonjy vetivety ny anio any amin’ny toerana voatokana hankalazana ny 14 oktobra 1958 na dia atao hoe anio aza vao nanainga ?

 J. Mirija

 

Ino Vaovao0 partages

FISOLOKIANA AVO LENTA : Naiditra am-ponja ilay lehilahy, arahin’ny Fitsarana maso ilay vehivavy namany

Raha tsiahivina ny zava-nitranga, ny herinandro lasa teo iny no tra-tehaky ny Polisy tao amin’ny trano fandraisam-bahiny iray lehibe teto an-drenivohitra Antananarivo ireo lehilahy sy vehivavy voasaringotra amina raharaha fisolokiana avo lenta raha toa ka efa ela nokarohina. Mpiasam-panjakana efa nitana andraikitra maro io lehilahy io ary milaza azy ho mahitahita kosa ilay vehivavy ka maro ireo olona voajonon’izy roa tamin’ny resaka fisolokiana, indrindra moa amin’ireny resaka tetikasam-panjakana ireny. 

Nandritra ny famotorana natao dia voarohirohy amin’ny resaka fanaovana taratasy hosoka, fisandohana andraikitra, fisolokiana, ary fivadiham-pitokisana io lehilahy io, ity vehivavy namany kosa dia firaisana tsikombakomba tamin’ilay lehilahy no tena nanenjehana azy. Noentina teo anivon’ny Fampanoavana ny raharaha, ny faran’ ny herinandro lasa teo ka izao notazomina am-ponja vonjimaika izao ilay lehilahy. Manoloana ny firoborobon’ny resaka fisolokiana amin’izao fotoana izao, hentitra ary manara-maso akaiky izany hatrany ny mpitandro filaminana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

DAHALO 40 LAHY NANAFIKA TAO AMPARAFARAVOLA : Voaroba ny Ben’ny tanàna, lasa ny vola 6 000 000 Ariary

Ankoatra ny fakàna an-keriny dia lasibatra amin’ny vaky trano ihany koa ny fokonolona. Ny tranga niseho ny alin’ny alatsinainy 12 oktobra lasa teo iny izao dia ny Ben’ny tanàna voafidy tao Andilana Avaratra, any Amparafaravola indray no nisy nanafika. Araka ny fanazavana voaray, dahalo 40 lahy no tonga nandroba tamin’io fotoana io, ka tokony ho tamin’ny folo ora alina tany ho any no nigadona tao an-toerana ireo olon-dratsy. 

Vokany, lasan’izy ireo ny vola mitentina enina tapitrisa ( 6 000 000 Ariary), finday sy firavaka ary entana maro samihafa. Soa fa tsy nisy naratra na koa namoy ny ainy saingy tafaporitsaka nitsoaka avy hatrany kosa ireo jiolahy taorian’ny asa ratsiny. Hatreto, manjavozavo tanteraka ny zava-niseho sy izay olona ao ambadik’ity fanafihana ity, ka andrasana ny famotorana tanterahin’ny mpitandro filaminana, amin’izao fotoana izao. Manao antso avo amin’ny tompon’andraiki-panjakana rahateo koa ny vahoaka satria mandry andriran’antsy noho ny afitsok’ireo mpanafika izay saika efa ho isanandro.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TANGAINONY – FARAFANGANA : Ben’ny tanàna voarohirohy ho nanolan-jaza 9 taona mpiasa an-trano

Ben’ny tanàna voafidy tao Tangainony ao anatin’ity Distrika ity no voalaza fa nanolana zazavavikely iray vao 09 taona monja, izay mpiasa ao an-tranony ihany. Niharan’ny fanararaotana ara-nofo io zaza io, raha ny fanazavana ihany, ka nampandre ny fianakaviany ny zava-nanjo azy izy. Nisy, araka izany, ny raharaham-pihavanana teo amin’ny roa tonta mba handravonana sy handaminana ny raharaha. Nampanantena noho izany ity Ben’ny tanàna fa handoa vola 3 tapitrisa Ariary ho onitry ny herisetra vitany tamin’ilay zaza. 

Niandry fotoana maharitra ny fianakavian’ity zaza voaolana kanefa mboa tsy nandoa ny vola nampanantenainy hatrany ilay rangahy. Farany, nitondra ny raharaha teo anivon’ny fampanoavana any Farafangana ny ray aman-drenin’ity zazavavy, ny 08 oktobra 2020 lasa teo iny. Nanokatra ny famotorana ny Zandary nanomboka ny 09 oktobra teo izay mbola mitohy ankehitriny. Arahina akaiky ny valin’ny fanadihadiana sy ny ho tohin’ny raharaha.

Nosaziana eny Tsiafahy ilay lehilehy nanolan-jazalahy

Ny vaovao farany mahakasika ny tranga fametavetana nataona tovolahy 26 taona antsoina hoe Mbola ihany koa dia fantatra fa efa nidoboka am-ponja eny Tsiafahy ity farany, ankehitriny. Taorian’ny famotorana lalina nataon’ny zandary, ny 12 oktobra teo, no natolotra ny Fampanoavana ny raharaha. Niaiky ny heloka vitany izy tamin’ny fanaparitahana io horonantsary io tamin’ny tambazotra fesiboky. Vesatra goavana anenjehana azy ny fanolanana sy fanararaotana ara-nofo zaza tsy ampy taona, fanaovana fihetsika mamoafady eo imasom-bahoaka.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIVORIAN’NY ANTENIMIERA : Hirosoana ny fandinihana ireo raharaha mahavoasaringotra olona ambony

Izy ireo izay tsy azo enjehina avy hatrany raha tsy mahazo fankatoavana avy amin’ny solombavambahoaka. 

Araka izany dia hiroso amin’ny fandinihana an’ireo dosie efa tonga eo am-pelatanany ireo mpikambana ao anatin’ity vaomiera ity. Mandritra ny fivoriana ara-potoana faharoa izay hatrehin’ireo antenimiera roa tonta manomboka amin’ny 20 oktobra ho avy izao no hanombohan’ny asa. Voafaritry ny lalàna fa ao anatin’ny fivoriana ara-potoana no hanaovana ny asam-baomiera amin’ny fandinihana an’ireo antontan-taratasy nalefan’ny Fitsarana Avo, izay tokony hodinihin’ireo Solombavambahoaka.

Hatreto raharaha andramena miisa 10, fanodinkodinam-bolam-panjakana tamin’ny Fitondrana tetezamita sy tamin’ny Fitondrana teo aloha. Ireo amin’ny ankapobeny ny karazan’ireo dosie efa tonga eo am-pelatanan’ireo Depiote. Olona ambony teto amin’ny Firenena no voasaringotra ao anatin’izany. Araka ny fanazavana voaray dia mandalo ao anaty fivorian’ireo mpikambana ao anaty vaomiera aloha ilay antontan-taratasy. Mandalo ao anatin’ny fivoriana itambarambe avy eo ka eo no hanapahan’ny besinimaro hevitra na ho azo enjehina ilay olona ambony na hatsahatra ny fanenjehana azy.

N.A

Ino Vaovao0 partages

SERASERA SY ASA FANAOVAN-GAZETY : Hentitra ny valin-kafatry ny Minisitra Lalatiana

Io raha fehezina tsotra ny valin-kafatra nomen’ny Minisitry ny serasera, Lalatiana Andriatongarivo ho an’ny filohan’ny Holafitry ny mpanao gazety (Ojm).

Nafampana ny fitsoky ny rivotra teo anivon’ny Minisiteran’ny Serasera sy ny filohan’ny Hofalitry ny mpanao gazety. Azo lazaina ho mihejan-droa ny tady eo amin’ny an-daniny sy ny an-kilany, satria samy manana ny heviny mikasika ilay lalàna vaovao natao hifehy ny serasera eto Madagasikara ny roa tonta. Nilaza ny filohan’ny Holafitry ny mpanao gazety, Gerard Rakotonirina fa tandindonin-doza ny asa fanaovana-gazety eto Madagasikara, noho ny fikasana hametraka jadona atao amin’ny Minisitera. 

Nambarany tamin’izany fa novain’ny Minisitera ny lalàna mikasika ny fanomezana ny karatra maha -matihanina ny mpanao gazety. Nohamafisiny fa tsy nifanarahana velively io fanovana io ary tsy tafiditra tao anatin’ireo fakàn-kevitra isam-paritany natao tamin’ny taona 2019.

Tsy niandry ela fa avy hatrany dia nitondra valin-kafatra mikasika izany ny Minisitra Lalatiana Andriatongarivo. Nandiso tanteraka izany ny tenany ary nambarany fa ny filohan’ny OJM mihitsy aza no nangataka mba tsy hanovana an’io lalàna io rehefa tonga ao anatin’ny filan-kevitry ny Governemanta nandritra ny kabary nataony. «  Mahagaga rehefa lany ilay lalàna dia miteny ny filohan’ ny OJM fa tsy nakana ny heviny indray. Somary mahagaga  ! Tamin’ ny 5 aogositra 2019 isika tao amin’ ny Carlton dia sady nikabary ny filohan’ ny OJM no nangataka hoe  : «  ity volavolana rijan-tenin-dalàna ity ramatoa minisitra dia angatahinay anao mba hanaovana fanekena eto anatrehan’ ny besinimaro mba tsy hovaina tahaka ny fitaka izay nahazo antsika tamin’ ny 2016 rehefa tonga any amin’ ny filan-kevitry ny Governemanta, rehefa tonga any amin’ ny filan-kevitry ny minisitra  », hoy ny fanazavana noentin-dRamatoa Minisitra. Tenako, hoy izy, dia nanao fanekena ampahibemaso fa tsy hanova na hikitika an’io lalàna io mihitsy. «  Izaho tenako no nanao fanekena teo imason’ ny mpanao gazety rehetra tamin’ izay fotoana izay tao amin’ ny Carlton fa raha mbola izaho no eto dia manome toky fa tsy hanova izay zavatra nifanapahantsika nandritra ny fakan-kevitra izay natao sy ireo ventin-kevitra rehetra izay niaraha-nanapaka tany amin’ ny 2014 sy 2015, ilay nesorina tamin’ ny fotoan’ androny tamin’ ny 2016. Tsy novain’ ny filan-kevitry ny Governemanta, tsy novain’ ny filan-kevitry ny Minisitra iny volavolana rijan-tenin-dalàna iny  », hoy hatrany izy nanamafy.

Niova teny anivon’ireo fahefana mpanao lalàna

Raha ny fanazavana nomen’ny Minisitra dia teny anivon’ireo rafitra mpanao lalàna, izay manana ny fahefana feno amin’ny fikitihana na fanovana lalàna no nampiova ny andininy sasantsasany tao anatin’ity lalàna mifehy ny serasera ity. Rehefa tonga teny amin’ny Antenimieran-pirenena dia nitondra fanovana ireo solombavambahoaka, fanovana izay heverin’izy ireo fa mifanaraka amin’ny lalàna velona eto amin’ny Firenena. Tahaka izany ihany koa, rehefa lany teny Tsimbazaza dia nandalo fandinihana teo anatrehan’ireo Loholona indray ilay lalàna ary mbola nitondra fanovana ihany koa izy ireo. «  Rehefa tonga teny anivon’ ny Antenimieram-pirenena, dia nisy novain’ ny Antenimieram-pirenena. Rehefa tonga teny anivon’ ny Antenimieran-doholona dia nisy novain’ ny Antenimieran-doholona. Marihiko tsara fa fahefan’ ny Parlemanta feno ny mikitika volavolan-dalàna iray satria ry zareo no mpanao lalàna. Teny amin’ ny Antenimieran-doholona no nanovàna ilay andininy mikasika ny fomba fifidianana ny biraon’ny Holafitry ny mpanao gazety vaovao. Tsy izahay tato amin’ ny minisitera ary tsy izahay tao amin’ ny fahefana mpanatanteraka no nikitika izany fa ny Loholona satria fahefany feno izany  », hoy ny Minisitra nanamafy.

Tsy tokony hametraka adihevitra

Nohamafisiny fa nanana ny foto-keviny avokoa ireo antenimiera roa tonta ireo tamin’ny fikitihana sy fanovana an’io lalàna mifehy ny serasera io, indrindra fa ny fomba fifidianana sy ny firafitry ny biraon’ny Holafitra io. «  Ny fitsinjaram-pahefana dia tokony hametraka fa tokony hanana filoha lefitra, mpanolotsaina isaky ny Faritra ny biraon’ ny Holafitra. Satria ny zava-misy dia iray isaky ny Faritra ny filoha lefitry ny Holafitra dia tsy mahavita ny asany ary tsy mahasahana ny Faritany iray manontolo. Inona moa ny maharatsy izany  ? Tsy nanohitra izany koa ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana fa mifanaraka amin’ ny Lalàmpanorenana izany  », hoy hatrany ny fanazavana noentin’ny Minisitra. Hentitra ny tenany raha nilaza fa tsy anjaran’ ny filohan’ ny Holafitra ny hametraka adihevitra amin’ izany.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

KIANJAN’NY DEMOKRASIA : Nampitondraina ny anaran’ny Filoha teo aloha Profesora Zafy Albert

Ny fampihavanam-pirenena, fitakosenana tamin’ny vahoaka no tena nampalaza azy nandritra ny fotoana fohy nitondrany ny firenena. Tsy hohadinoina, nametraka mari-pahatsiarovana ho azy, izay hijanona ho lova sy tantara ho an’ny taranaka fara aman-dimby ny Fitondram-panjakana ankehitriny.

Nampitondraina ny anaran’ny Filoha teo aloha, Pr Zafy Albert ny kianjan’ny Demokrasia etsy Ambohijatovo. Omaly no tontosa tamin’ny fomba ofisialy ny lanonana noentina nanatanterahana izany fanomezana anarana ny kianjan’ny demokrasia etsy Ambohijatovo. Fotoam-bavaka lehibe izay niarahana tamin’ny FFKM no nanombohana ny lanonana,   izay notronon’ireo filohana andrim-panjakana, rafi-panjakana sy olo-manan-kaja maro eto amin’ny Firenena. 

Efa vinan’izao Fitondram-panjakana misy ankehitriny izao ny tsy hamela ny soa nataon’ity Filoha teo aloha ity teto amin’ny Firenena ho very an-javony fotsiny na hiraraka amin’ny tany na hiara-maty aminy. Ho fanamarihana izany dia nisy ny tsangam-bato napetraka mba ho rakitra tantara any aoriana fa kianjan’ny Filoham-pirenena Zafy Albert ny eo Ambohijatovo, raha toa ka kianjan’ny Demokrasia no anarana nisaloran’izany teo aloha. 

Raha tsiahivina dia anisan’ireo Filoha namela mamy teto amin’ny Firenena ny Pr Zafy Albert. Nampiavaka azy ny fahaizany mampihavana sy ny fampihavanam-pirenena izay nahatonga azy ho «  Rain’ny Demokrasia  ». Hatramin’izao aza dia mbola nolovain’ireo mpiara-dia aminy ao anatin’ny antoko izay noforoniny io lafiny fampihavanana io. Antony lehibe nandraisan’ny Fitondrana fanapahan-kevitra izany fa hapetraka ho mari-pahatsiarovana azy ity kianja nahaterahan’ny fanovana goavana teto amin’ny Firenena ity. 

Fantatra ihany koa fa hisy ny fampirantiana momba ny Filoha Zafy Albert, ka tafiditra ao anatin’izany ireo dingana rehetra nolalovany teo amin’ny fiainany. Ny fotoana nahalany azy ho Filohan’ny Repoblikan’i Madagasikara sy ny endri-pitondrana noentiny tamin’izany fotoana izany. Hetsika izay tafiditra ihany koa tamin’ny niforonan’ny Repoblika voalohany teto Madagasikara ary fahatsiarovana ny tsingerin-taona fahatelo nahafatesan’ity Filoham-pirenena teo aloha, Pr Zafy Albert.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Calendrier scolaire 2020-2021 - L’année achevée à la fin juillet !

Désormais officiel. Le calendrier scolaire de 2020-2021 vient de sortir, suite à la validation de l’arrêté ministériel y afférent. « Ce calendrier se divise en 3 périodes, et non en trimestre. Une période peut être plus courte ou plus longue qu’un trimestre », explique Andriamiakatsilavo Raoniherijaona, Directeur général en charge de la pédagogie (DGP) auprès du ministère de l’Education nationale (MEN). Pour cette année donc, la première période se fera entre le 26 octobre et le 18 décembre, soit 2 mois et quelques, suivie par les vacances de Noël du 19 décembre au 3 janvier. Les élèves reviendront en classe le 4 janvier 2021 et ce jusqu’au 2 avril pour la 2è période. Celle-ci inclut les journées des écoles du 24 au 26 février et les vacances de Pâques, du 3 au 11 avril. Cette dernière pause scolaire a été écourtée d’une semaine, au lieu de 2, d’après le DGP. La 3è et dernière période de l’année scolaire se fera du 12 avril au 30 juillet 2021, soit plus de 3 mois. Les élèves auront une journée de pause le 13 mai, Ascension, et une autre le 24 mai, lundi de Pentecôte. Les grandes vacances auront lieu à partir du 31 juillet. « En tout, l’année scolaire 2020-2021 se composera de 37 semaines, dont une partie destinée pour les rattrapages du programme non achevée de l’année dernière », résume le DGP. Normalement, les élèves devraient passer 930 heures en classe, soit 27,5 heures par semaine. Ce n’était pourtant pas le cas l’année dernière, non seulement à cause de la suspension des cours liée au coronavirus mais aussi selon le calendrier fixé dès le départ.Des organisations spécifiquesEffectif en hausse dans la plupart des établissements publics. La gratuité de l’éducation y a favorisée la ruée des parents vers les inscriptions. Par conséquent, l’effectif des élèves par classe pourrait nettement augmenter, d’autant plus que les infrastructures d’accueil restent limitées. Des organisations spécifiques pourraient ainsi s’imposer, à part le dispatching des élèves en groupes pour suivre les cours dans la matinée ou dans l’après-midi. Pour bon nombre d’établissements privés, cette répartition des élèves en groupes s’applique notamment pour le préscolaire et le primaire. « Nous avons pris cette mesure depuis la rentrée en septembre pour mieux respecter les mesures sanitaires, notamment la distanciation sociale. Les parents d’élèves en sont plus rassurés. Par contre, les élèves doivent quotidiennement faire des devoirs à la maison », nous confie la directrice d’un Collège privé sis à Bemasoandro Itaosy. Pour d’autres, les cours en classe se font 2 à 3 fois par semaine jusqu’à nouvel ordre. De retour en classe depuis quelques jours, la plupart des élèves des établissements privés s’attèlent jusqu’à maintenant aux rattrapages du programme non achevé l’année dernière. Le programme pour 2020-2021 débutera vers fin octobre ou au début novembre, selon les informations recueillies. Pour la majorité d’entre- eux, l’année scolaire prendra fin en juillet 2021.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Atteinte à la sûreté de l’Etat - Rolly Mercia et consorts fixés sur leur sort ce jour

Pendant qu’Harry Laurent Rahajason, alias Rolly Mercia nie les charges portées contre lui, certains de ses co-accusés le disculpent tandis qu’un autre l’accable. Le verdict sur cette affaire sera connu ce jour. En attendant, le premier a dû encore retourner en prison, le juge ayant refusé sa demande de liberté provisoire.Rolly Mercia, l’ex-ministre de la Communication du temps de la Transition, a dû comparaître au Tribunal à côté de cinq co-accusés, à la salle 2 du Palais de Justice situé à Anosy, hier matin. Il est incriminé pour trois chefs d’inculpation à propos de l’émeute d’étudiants survenu le 13 juillet dernier à Ambohipo : complicité pour atteinte à la sûreté de l’Etat, complicité pour incitation à la haine du Gouvernement en place, et enfin complicité pour troubles à l’ordre public. Des charges que l’accusé principal, nie en bloc. « Depuis janvier dernier, j’étais alité pour cause de maladie. J’ai vu l’émeute du 13 juillet se passer à la télévision, et j’étais très étonné. Le lendemain de cela, les Forces de l’ordre ont investi ma propriété pour une perquisition qui devait durer deux heures afin de rechercher la preuve de mon inculpation : une banderole ! Or, il n’y a aucune trace de cet objet chez moi », déclare l’ex-ministre au juge.Par contre, l’accusé prénommé F. a déclaré avoir rencontré l’ex-ministre chez lui avec les proches de Berija. « Sur une table, il y avait la somme de 1 million d’ariary, mon salaire. Cet argent provient de l’ex-ministre », martèle-t-il. Et de poursuivre : « A la prison, on n’a pas cessé de me faire pression, par un inconnu notamment, pour que je signe une lettre disculpant l’ex-ministre ». Enfin, les deux autres accusés restants ont affirmé ne savoir absolument rien sur le motif de leurs arrestations, ainsi que leur inculpation dans cette affaire. Les deux hommes, qui sont membres d’une fratrie, ont expliqué ne faire que de s’exécuter à une commission : remettre une enveloppe contenant l’argent provenant d’une vente de cochons à F. « Nous avons quitté Itaosy pour nous rendre à Mandroseza pour y remettre l’argent à F. Mais comme il n’était pas sur place, on nous a dit de le trouver plutôt à Ambohipo où nous avons débarqué en pleine émeute », concède l’un d’eux, rapidement relayé par son frère. C’est là où le bât blesse car la finalité de cet argent remis entre les mains de F., le meneur, n’a été soulevée que superficiellement tout au long des débats… Franck R.

La Vérité0 partages

Affaire de bois de rose - Gain de cause pour Jaovato

Hier, la Cour d’appel d’Antananarivo, par son premier président, a rendu son verdict sur l’affaire opposant Jean Pierre Laisoa dit Jaovato, ancien député de Madagascar élu à Antalaha, à Christian Claude Bezokiny, un « Karana » domicilié dans la même ville (cf. notre édition d’hier). La juridiction supérieure a confirmé la décision du Tribunal de première instance (TPI) d’Antananarivo rejetant la demande de saisie des comptes en banque, biens et mobiliers de l’ex-parlementaire.L’affaire ressemble à une guerre des titans. Jaovato est un gros opérateur du Nord tout comme l’est son attaquant. Avec un agrément d’exploitation de bois datant de 2007, l’étranger prétendait avoir livré, de novembre 2012 à avril 2013, des quantités de bois de rose estimées à 1 585 408 000 ariary à l’opérateur malagasy. Mais le client aurait refusé de payer le fournisseur, selon la requête déposée par celui-ci auprès du tribunal.Rappel des faits. Le TPI a autorisé le « Karana » à pratiquer la saisie arrêt de tous les comptes bancaires et biens immeubles de Jaovato à hauteur de la supposée créance. Le 17 septembre, l’accusé a eu gain de cause auprès de la même juridiction et obtenu mainlevée de la saisie conservatoire rendue par l’ordonnance sur requête n° 5910 du 21 août 2020. Le 30 septembre, le plaignant, insatisfait, a interjeté appel en référé pour une audience le 7 octobre. Le verdict attendu le 14 octobre est tombé à la date prévue.Aucune piècePar deux fois, le « Karana » Christian Claude Bezokiny, en première instance et en appel, a perdu son procès contre l’opérateur reconnu dans la Région de Sava. Le tribunal a fait valoir son droit à la défense par le fait qu’il réside à Antalaha, tout comme son plaignant. Selon le Code de procédure civile, en son article 79, « la compétence territoriale appartient au tribunal du domicile réel ou du domicile élu à Madagascar du défendeur ou si celui-ci n’y a qu’une résidence, au tribunal de sa résidence ».De son côté, Jaovato a affirmé qu’il n’a jamais fait affaire avec ce « Karana ». De plus, celui-ci n’a présenté aucune pièce prouvant l’existence de transactions entre eux. Il n’a présenté ni facture ni preuve de transport ni payement de taxe et redevance à l’Etat pour l’exploitation de bois de rose alors qu’il requiert le paiement de la somme de 1 585 408 000 ariary.Le plaignant a affirmé devant le tribunal, via sa requête du 7 août, qu’il a livré l’équivalent des milliers de bois de rose en 2012 et 2013. Il s’agit pourtant d’une période couverte par les dispositions de l’ordonnance 2011-001 du 8 août 2011 interdisant formellement la vente et le transport des bois de rose sur toute l’étendue du territoire. Il en découle que le « Karana » a fait un aveu de trafic de bois précieux nonobstant la prohibition édictée par la loi en vigueur.Bien des MalagasyLe « Karana », selon sa déclaration de stock en date du 7 septembre 2011, doit posséder 11 971 rondins et 5 028 plaquettes de bois de rose dans son magasin à Antalaha. Il est alors nécessaire de vérifier si le stock déclaré se trouve encore à l’endroit indiqué ou non. Autrement, il serait tenu d’expliquer la provenance des bois qu’il prétendait avoir livré à son soi-disant mauvais client.Le tribunal d’Antananarivo a bien respecté la loi, selon la satisfaction exprimée par un défenseur de Jaovato. Il reste à voir si le ministère de l’environnement va prendre les mesures nécessaires face au trafic de grande envergure perpétré par l’étranger. Le Parquet, le tribunal spécial bois de rose, le PAC, le BIANCO, le SAMIFIN, la Gendarmerie doivent aussi se saisir d’eux-mêmes de cette affaire qui nuit non seulement aux biens des Malagasy mais aussi aux caisses de l’Etat.Suivant l’aveu formel écrit au tribunal, appuyé par son avocat, Christian Claude Bezokiny a transporté et vendu des bois de rose au-delà de la limite d’autorisation d’exploitation des bois précieux. Par ailleurs, le nom de l’opérateur n’apparaît pas parmi ceux qui ont normalement réglé la taxe d’exploitation de bois de rose dans une justificative du PAC en 2017. Seuls l’Etablissement Ramialison, l’Entreprise Laisoa Jean Pierre dit Jaovato, la Société Thunam et l’Etablissement Ranjanoro ont payé leurs dus à l’Etat malagasy. Affaire à suivre.La Rédaction

La Vérité0 partages

Hybridation des ressources énergétiques - La centrale solaire-thermique d’Antsohihy inaugurée par le P...

La transition énergétique du pays en route! Le Président de la République, Andry Rajoelina, a inauguré hier, la centrale hybride solaire-thermique d’Antsohihy. Cette nouvelle infrastructure est le fruit de la collaboration de la JIRAMA avec la société First Energy. Plus de 3 000 ménages de la région seront alors approvisionnés en électricité, grâce à cette centrale d’une puissance de 1,3 MW. Elle soulève ainsi d’un poids les problèmes d’électricité rencontrés dans la région. La centrale contribue également à l’augmentation de la production d’électricité. Il faut rappeler que le Gouvernement malagasy s’est donné comme objectif de doubler la production d’ici 2023, tout en assurant la transition énergétique du pays. Pour préserver l’environnement, Madagascar se détache petit à petit de l’usage des énergies fossiles et tend un peu plus vers les énergies renouvelables comme le solaire ou encore l’hydraulique. Ainsi, les deux partenaires comptent bien étendre la puissance de cette nouvelle centrale à 4,9 MW. A cette même occasion, le Chef d’Etat a procédé à la pose de la première pierre de la future centrale de même type d’Anahidrano. Elle est prévue être opérationnelle en décembre, avec une puissance de 32 kW extensible jusqu’à 4,9 MW. 65 ménages abonnés de la JIRAMA vont en bénéficier directement. Outre la réduction de la pollution, l’avantage avec l’hybridation est la réduction du coût de la production d’énergie étant donné que le solaire assurera la production et l’alimentation le jour et la thermique la nuit.A part Antsohihy et Anahidrano, d’autres localités seront les cibles du projet, à l’instar de Mananara, Ambilobe, Marovoay, Nosy Be, Sainte-Marie et Ambanja.Rova Randria

La Vérité0 partages

Fête nationale - Le 14 octobre oublié depuis 1973

La messe est dite. Le pouvoir a secoué la léthargie générale autour de la date du 14 octobre, la vraie « fête nationale malagasy » aux termes de l’ordonnance n° 60-062 du 20 juillet 1960. La République Malagasy était née le 14 octobre 1958. Hier, pour marquer le 62e anniversaire de cet événement à marquer d’une pierre blanche dans les annales de la jeune nation de l’océan Indien, les autorités ont organisé une série de manifestations à Anahidrano, Antsohihy dont est originaire le premier Président de la République Philibert Tsiranana.Les habitudes collectives ne connaissent que la date du 26 juin comme jour de fête nationale. Voici ce qu’écrit Galibert Didier, un chercheur à l’université de La Réunion à ce propos : « Jusqu’à la fin de l’année 1972 subsiste ainsi un dédoublement de la fête aboutissant à minorer l’indépendance politique officielle au profit du début de la construction administrative de l’État, cependant que le renversement de la Première République se traduit, l’année suivante, par la disparition pure et simple de la journée commémorative du 14 octobre. Celle-ci est désormais banalisée au profit exclusif du 26 juin, qualifié de ‘fête nationale de l’indépendance’. La date de cette dernière est restée depuis inchangée, cependant que la stèle inaugurée par Philibert Tsiranana le 14 octobre 1959 est livrée aux détritus et aux graffitis. »L’éducation citoyenne visant à inculquer cette donne dans la conscience des générations actuelles et futures relève d’une œuvre collective comme on a fait avec la lutte contre la Covid-19. Les chercheurs en sciences humaines et sociales, en particulier, ont leur mot à dire là-dessus. Leur intervention est sollicitée pour apporter de plus amples éclaircissements sur les faits historiques bien rangés dans l’inconscience commune durant ces décennies d’oubli.M.R.

La Vérité0 partages

Célébration du 14 octobre - Anahidrano, village natal de Philibert Tsiranana à l’honneur !

Il y a 62 ans, jour pour jour, la Première République de Madagascar est née. Pour cette célébration ô combien historique, le Président Andry Rajoelina a fait le déplacement à Anahidrano, dans le District d’Antsohihy. Cet endroit est le village natal du premier Président de Madagascar, Philibert Tsiranana. A cette occasion, le Chef de l’Etat a rendu hommage au père de l’indépendance à travers un dépôt de gerbes sur la tombe où repose ce grand homme. La cérémonie a vu la présence du Premier ministre, Christian Ntsay, quelques membres du Gouvernement, des élus locaux, ainsi que des membres de la famille Tsiranana. Ces derniers ont montré leur gratitude face à cet hommage au père de l’indépendance. D’ailleurs, le Président Andry Rajoelina fut le premier Président en exercice qui est venu rendre hommage à Philibert Tsiranana.Outre cette cérémonie, le Chef de l’Etat a honoré plusieurs évènements marquants dont la pose de la première pierre pour la mise en place d’une Centrale hybride photovoltaïque – thermique à Bekitrobaka, Ambalabe, dans le District d’Antsohihy. Cette infrastructure concrétise l’un des « Velirano » du Président en vue d’un accès à l’électricité pour tous. Cet ouvrage sera terminé d’ici la fin de l’année pour une production en électricité annuelle de 200 000 kW.Des actions sociales au profit de la populationDans le volet éducation, le Président a remis des kits scolaires aux élèves du ZAP Anahidrano afin de mieux les équiper pour débuter la nouvelle année scolaire 2020 – 2021. Les kits en question sont composés de tabliers, de cartables, de cahiers, de trousses, de gourdes. A cela s’ajoutent des « Rakibolana », dictionnaires bilingues en malagasy et français. L’homme fort du pays a aussi inauguré le nouveau bureau de la direction régionale de la Police nationale de la Sofia. L’installation d’une telle infrastructure vise à permettre aux agents de police d’être plus proches de la population. Le Président a ainsi profité de cette inauguration pour donner des consignes en vue d’octroyer de meilleurs services dont une plus grande rapidité dans les interventions de la Police.Sur un tout autre sujet touchant la crise sanitaire, le Chef de l’Etat a tenu à montrer le soutien de l’Etat à la population. 2138 personnes ont ainsi bénéficié de « Vatsy Tsinjo » dans l’enceinte d’un bureau administratif à Antsohihy. Pour cette première vague, plusieurs catégories de personnes ont été les bénéficiaires : enseignants dans des écoles privées, personnes âgées, transporteurs, commerçants, etc. Outre la lutte contre la pandémie de Covid-19, l’Etat n’a pas oublié d’adopter des stratégies pour améliorer les conditions sociales de la population.Hier en début de soirée, le Président de la République a assisté à un meeting dans le cadre de la célébration de la fête nationale, au cours duquel il a notamment annoncé La réhabilitation prochaine de la route Antsohihy-Bealanana et celle reliant Antsohihy Befandriana Nord ainsi que l’envoi d’un pack entier d’engins de construction pour la réhabilitation des routes intercommunales dans la Région Sofia.  Le Président Rajoelina a annoncé la construction à Anivorano Antsohihy d’une université « manara-penitra » qui portera le nom du Président Tsiranana. La cérémonie a également été marquée par l’inauguration de la stèle commémorative du soixantième anniversaire du retour de l’indépendance à Madagascar par le Chef de l’Etat. La Rédaction

La Vérité0 partages

Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle - « Je n’ai même pas pu fêter les fiançailles de ma fil...

Engagée comme elle est, et il n’y en pas plusieurs, le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole du Centre de commandement opérationnel - Covid-19 Ivato, partage avec ces quelques lignes la manière dont elle a vécu sa mission dans la lutte contre la Covid-19 à Madagascar.

La Vérité (+) : En général, comment avez-vous vécu le rôle de porte-parole du Centre de commandement opérationnel - Covid-19 Ivato ?Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle (-) : Il s’agit d’une expérience personnelle et professionnelle positive. Une sorte d’abnégation dissuadée par une patience, une confiance, une passion ainsi qu’une bonne grâce de Dieu. Certes, la pression en tant que porte-parole a été bien présente, notamment dans la gestion de statistiques qui requiert un grand professionnalisme. Avec les bagages intellectuels que j’ai acquis durant mon carrière professionnelle, j’ai tenu le coup avec fierté. (+) : Qu’en est-il de votre état de santé ? Comment l’avez-vous préservé ?(-) : A mon plus grand bonheur, je n’ai jamais été souffrante durant cette période d’environ 7 mois, même pas un quelconque signe de grippe ou encore de fièvre. Néanmoins, durant un certain temps, j’étais juste victime d’une rhinite allergique. En étant Professeur, je connais mon état de santé mieux que quiconque. De ce fait, aucun prélèvement en vue de dépister la présence du coronavirus ne m’a été fait. Par contre, ma famille et moi, nous nous sommes bien protégés du virus en dormant 5 heures de temps en moyenne, en consommant également de l’alimentation saine. Et le plus important a été le respect à la lettre des gestes de barrières sanitaires. Le week-end, j’essaie un peu de faire de la randonnée ou s’occuper un tout petit peu de mon jardin. (+) : L’emploi du temps chargé n’a-t-il pas impacté votre vie familiale ?(-) : Je n’ai même pas pu fêter les fiançailles de ma fille. J’ai dû ainsi m’absenter de la fête pour honorer pendant un long moment mes responsabilités en tant que porte-parole du CCO. Heureusement, mes parts de nourriture ont été conservées jusqu’à mon arrivée. Et c’était pareil lors du baptême de mes petits-enfants. A ces deux grands événements s’ajoutent la fête des mères et celle des pères ou encore les Pâques et la Pentecôte où ma famille a dû attendre la fin de l’émission avant de se mettre à table. Or, parfois, la préparation du « direct » précédant la présentation de l’émission demeurait interminable. (+) : Avez-vous une conseillère en image au cours de ces centaines de jours d’émissions en direct ?(-) : La réponse est non. Je me suis toujours débrouillée à être présentable par respect envers le public. Je n’ai pas fait d’investissement propre. De là à dire que je dispose d’une centaine de vêtements. Je me suis coiffée moi-même. Je ne me maquille pas beaucoup mais je mets juste du rouge à lèvres. En ce qui concerne les articles vestimentaires, c’est vrai que je n’ai pas porté des habits identiques tout au long de cette aventure, mais il m’est arrivé quelquefois de remettre les hauts que j’affectionne particulièrement. Pour être différente tous les jours, j’ai misé sur les accessoires.(+) : Comment avez-vous géré les attaques menées à votre encontre et qui ont été publiées sur les réseaux sociaux ?(-) : Je ne fais pas beaucoup attention aux discussions liées à mon sujet. Je me suis toujours dit qu’il existe d’autres personnes plus parodiées que moi, mais qui surpassent ce problème en gardant la tête haute. J’assume en toute honnêteté cet engagement. En outre, personne ne m’a intimidée encore moins n’a exercé une quelconque pression sur moi. J’étais donc à l’aise et tranquille durant l’exercice de mes fonctions.Propos recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Ambition inavouée

A la demi-surprise quasi générale, le parti Malagasy Miara-Miainga (MMM) de Hajo Andrianainarivelo dépose ses dossiers de candidature pour les sénatoriales à Toamasina et à Antananarivo. Les observateurs de la vie politique nationale s’étonnent à moitié de cette démarche affichée de Hajo Andrianainarivelo. Dans un sens, il s’agit d’un secret de polichinelle. On s’attendait déjà à ce que cette formation franchisse le Rubicon pour se démarquer sinon désavouer ouvertement sa « grande famille » politique.Hajo Andrianainarivelo fut parmi les tout premiers membres du Gouvernement nommés sur la Place du 13 mai en 2009. Au départ de la « Révolution », Hajo fit partie du cercle rapproché du leader du mouvement Orange. Il jouissait d’une confiance sincère auprès du jeune dirigeant Rajoelina. La preuve, il lui a confié un poste-clé, l’Aménagement du territoire et les Travaux publics, durant la Transition. En effet, Andrianainarivelo fut l’un des ministres inamovibles pendant toute la durée de cinq ans de la Transition. Hajo Andrianainarivelo était au secret des dieux des décisions. Pour tout avouer,  Hajo Andrianainarivelo fut un compagnon de route et de lutte du jeune leader Orange.  Pour des raisons qui échappent au commun des mortels, lors des présidentielles de 2013, Hajo se démarqua de Andry et créa son propre parti, le MMM. Et il se présenta  et défia le poulain du MAPAR, le candidat n° 3 Hery Rajaonarimampianina. Ainsi soit-il, le chemin se séparait ! En fait, Hajo se caresse toujours discrètement l’ambition d’occuper le fauteuil de la magistrature suprême du pays. Son ancien compagnon de route de Chef d’Etat lui a refusé, jusqu’à la fin, le poste de Chef de l’Opposition à l’Assemblée nationale. Il errait dans le désert durant le règne de son ancien compagnon.En 2018, Le MMM intégrait le groupe de base, l’ossature de l’IRD-IRK, soutenant le candidat Rajoelina. A la veille des élections sénatoriales, le MMM se pose en adversaire de la plateforme présidentielle dont il fait partie à part entière dans deux provinces (Antananarivo et Toamasina). Hajo abat les cartes et joue le « trouble-fête ».  

Midi Madagasikara0 partages

Stritarty – 5e édition : Entre festival et déconfinement

Les murs de Diégo-Suarez seront des tableaux de peintures urbaines.

Premier événement accueillant un public à Diégo-Suarez depuis le déconfinement partiel, la cinquième édition de Stritarty est vivement attendue. Elle sera une occasion pour les jeunes de la ville qui sont très excités de faire la fête, et les artistes sont impatients de vider leur bombe spray. Évidemment, les gestes barrières seront respectés. Une occasion pour les acteurs de cette festivité de sensibiliser le public à suivre les recommandations.

L’art urbain est un vecteur d’éducation culturelle, artistique et civique. Il favorise davantage l’embellissement urbain : faire de la ville un musée en plein air. Depuis 2016, l’Alliance française d’Antsiranana apporte son soutien aux artistes locaux afin de les professionnaliser. Alors, un festival « Stritarty » a été créé sous l’impulsion des jeunes passionnées de l’art de la rue. Le but est de faire découvrir à la population de la ville les œuvres artistiques et favoriser les échanges entre le public et les artistes. « Stritarty » permet également aux artistes de différents horizons de partager et faire des échanges.

Du 19 au 24 octobre 2020, l’Alliance française de Diégo-Suarez organisera la 5e édition de son festival des arts urbains Stritarty. Comme chaque année, ce festival est l’occasion de célébrer les arts urbains. Durant 5 jours, partout dans la capitale Antakarana. La population d’Antsiranana a pu profiter des spectacles, des ateliers et des rencontres artistiques. Stritarty est un rendez-vous interculturel, avec des artistes pluridisciplinaires venus de différents pays où les arts visuels et les arts du spectacle vivant se rencontrent, offrant au public un large éventail de street art, photographie, vidéo, slam, danse, cirque ou encore des concerts, des performances ou des installations visuelles. Cinq jours d’art urbain où la rue sera à la fois le lieu et le support d’expression d’une trentaine d’artistes venus d’horizons artistiques et culturels différents. Diégo-Suarez sera le carrefour de rencontres artistiques en tout genre, ouvert à tous, gratuit et en plein air.

Avec l’art de la rue des rencontres pleines d’amour et de surprises. Les organisateurs s’en donnent à cœur joie pour présenter au public leurs spectacles réjouissants… Une parenthèse enchantée qui illumine ce mois sur le territoire diégolais et rassemble la population autour d’un beau projet culturel. Le festival se place au cœur d’une culture populaire de qualité, touchant la jeunesse. Cette fête culturelle qui a pris racine depuis sa deuxième édition, fait la part belle aux peintres urbains.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Baccalauréat 2020 : Dernier tour de piste pour plus de 164 000 candidats

J-5 pour les candidats au baccalauréat 2020. Ce vendredi sera sans doute le dernier jour de révisions pour plus de 164.000 élèves en classe de terminale qui se présenteront à ces examens marquant la fin du lycée et qui leur ouvriront les portes des universités. Le  19 octobre 2020 sera en effet le début des épreuves écrites du baccalauréat 2020. Comme chaque année, Antananarivo enregistre le plus grand nombre de candidats, avec plus de 71.000 candidats dont plus de 65.000 étant des candidats de l’enseignement général et le reste, de l’enseignement technique et technologique. A l’opposé,  Antsiranana compte le moins de candidats avec seulement un peu plus de 13.000 candidats.

L’heure est maintenant au dernier tour de piste. Les fameux « Faradoboka », le dernier tour de piste, les adieux aux bancs des lycées, auront lieu demain et après-demain. Dans les lycées comme dans les divers cours de révisions intensives qui ont lieu un peu partout, les enseignants ne chôment pas ces derniers temps, après une année scolaire perturbée par les impacts de la pandémie de Covid-19. Durant les épreuves, la semaine prochaine, les gestes barrières restent extrêmement recommandés, afin d’éviter tout risque de contamination. Les éventuels candidats atteints de Covid-19 peuvent passer leurs examens, mais seront séparés des autres candidats.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Alasora : Un taxi-be en délit de fuite percute un policier

Le désordre au niveau des transports publics (taxi-be) est de plus en plus apparent dans la Capitale. Des chauffards se permettent d’enfreindre le code de la route et ne respectent pas les autorités chargées de la circulation. Le chauffeur d’un taxi-be, desservant la ligne Behoririka à Ambohimangakely, a été arrêté lundi vers 10 heures 30 par la police pour un contrôle. Après avoir remarqué que le policier lui avait demandé de s’arrêter, le chauffeur a fait mine de se mettre sur le côté puis s’est enfui. Face à cette infraction, des motards de la police sont partis à la poursuite du véhicule qui a emprunté la route du bypass à Alasora. Malgré les injonctions des motards, le véhicule a refusé de s’arrêter et le chauffard a percuté et grièvement blessé un policier du commissariat de la sécurité publique d’Alasora. Après l’accident, le chauffeur a finalement décidé de stopper son véhicule. Arrêté sur le champ, il a été conduit au commissariat pour enquête et le minibus a été mis en fourrière. Placé en garde à vue depuis lundi, l’incriminé, poursuivi pour délit de fuite,  refus d’obtempérer au contrôle de la circulation et pour agression contre un agent de la loi, devra être remis au tribunal ce jour.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Les signes précurseurs d’un abandon de l’état d’urgence sanitaire

L’état d’urgence sanitaire n’a plus sa raison d’être. Si l’on en doutait, la porte-parole du gouvernement l’a indirectement confirmé, en annonçant que l’épidémie de Covid-19 était presque entièrement maîtrisée ; et que dorénavant, le compte-rendu dressant le bilan de la situation sanitaire, réalisé par le Professeur Hanta Vololontiana, serait hebdomadaire et aurait lieu le samedi. Les centres de santé ont retrouvé leur activité normale et s’occupent des patients atteints de pathologies autres que la Covid-19. Les autorités ne veulent pas de rupture brusque dans les habitudes adoptées durant cette longue période de lutte contre le virus. Les mesures se sont assouplies, et ont même été abandonnées dans certains cas. Mais les principes de précaution restent.

Les signes précurseurs d’un abandon de l’état d’urgence sanitaire

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Hier vingt-huit cas de contamination ont été annoncés et aucun décès. On peut donc dire qu’il n’y a plus de grande crainte à avoir, et que la situation est en passe d’être maîtrisée. La population a retrouvé les gestes d’une vie quotidienne normale. Dans sa grande majorité, elle essaie de garder les habitudes recommandées par les autorités médicales. Le port du masque est toujours adopté, même si un certain relâchement est parfois constaté. La distanciation sociale n’est pas toujours respectée dans certains endroits. En dépit de cela, le pouvoir se sent suffisamment assuré pour juger que l’on est presque tiré d’affaire. Il n’y a plus besoin d’appliquer les mesures drastiques prises au plus fort de l’épidémie. Les marchés sont ouverts, les transports en commun ont repris leur service, les contrôles dans tous les lieux de rassemblement sont moins sévères. Les frontières sont hermétiques, et les liaisons aériennes vers l’extérieur ne sont pas officiellement rétablies, mais des vols ont régulièrement lieu. Les signes d’un abandon définitif de l’état d’urgence sanitaire sont là. La décision sera peut être prise lors du prochain Conseil des ministres.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Tetikasa « Zara-Rano » : Notokanana ny siniben-drano ho an’ny mponina

Natao ny alatsinainy teo, ny fitokanana ny siniben-drano ho an’ny mponina tao amin’ny fokontany Amboakarivo, Tananan’i Mahasoa, kaominina Amboditrandroroho, Distrika Toamasina II. Siniben-drano miaty 55m3, rano izay alaina 27m  any ambanin’ny tany . Mponina  2.150 avy amin’ny tokantrano  532 no mahazo tombontsoa amin’izao fisian’ny rano fisotro madio izao. Ny tetikasan’ny “Zara-Rano” tamin’ny alàlan’ny “EATC” mpanamboatra ny asa, ary famatsiam-bolan’ny “Charity Water” no nanao ny asa rehetra, izay mitentim-bidy 407.293.680 ariary ny nanamboarana azy. Natao manaraka ny fenitra ny tetikasa , satria misy avy hatrany ny fanadiovana ny rano nalaina tao ambanin’ny tany, na teny an-tendrombohitra, amin’ny alàlan’ny tetikasa fanadiovan-drano. Na eo aza ny halafon’ny fanamboarana, dia natao faran’izay mora ny vidin’ny rano omena ny mponina, ka ho an’ireo vondrom-bahoaka mitambatra, dia natao 2.150 ariary ny m3 iray, sy ny famatsian-drano manokana isaky ny tokotany tsirairay dia natao 2.250 ariary ny m3 iray amin’izany. Anisany nosokafana tamin’ny fomba ofisialy, ny alatsinainy teo ihany koa ilay tetikasan’ny “Zara-Rano” miaraka amin’ny Jirama, amin’ny famatsian-drano ny mponina ao Ambalamanasy sy Ambodisaina. Ny tetikasa no mamatsy ireo fitaovana ilaina rehetra amin’izany, ka fantsona 35Km no ampiasaina. Mitentim-bidy 1.618.214.418 ariary ny asa, ka mponina  9.313  avy amin’ny tokantrano 2.300 ao Ambalamanasy sy  10.279 avy amin’ny tokantrano 2.500 ao Ambodisaina no hisitraka izany. Natao mora ny fahazoana ilay rano fisotro madio izay manodidina ny 415 ariary ny m3 latsaky ny 10m3 raha 1.155 ariary ny m3 ho an’ny mihoatra io 10m3 io. Ankoatra izany, dia efa vita ihany koa ny siniben-drano hamatsy rano ny mponina ao Fanandrana nandaniam-bola 314.281.151 ariary, saingy mbola miandry ny fitokanana izany. Olona  1.841 avy amin’ny tokantrano 460 no hahazo tombontsoa amin’izany. Toraka izany koa ilay siniben-drano ao Vohitrambato izay nandaniam-bola 124.276.390 ariary. Vahoaka  771 avy amin’ny tokantrano 192 no hahazo tombony amin’izao rano madio izao. Natao 3.500 ariary hatramin’ny 3.000 ariary ny m3 amin’ny vidin-drano any amin’izy ireo avy. Miandry fitokanana, fa efa vita ihany koa ny siniben-dano ao amin’ny kaominina tampon-tananan’ Amboditandroroho. Mitentim-bidy manodidina ny 295.118.400 ariary, ka vahoaka 1.097 avy amin’ny tokantrano  289. Efa vita ihany koa ny ao amin’ny fokontany Mahatsara kaominina Amboditandroroho, ka miandry ny fitokanana. 2.032 ny mponina avy amin’ny tokantrano 557 no hisitraka izany rano izany tsy ho ela. Mitentina manodidina ny 2.150 ariary hatramin’ny 2.250 ariary ny vidin’ny m3 izany ho an’ny mponina mahazo azy.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ambanja : Rongony 3 taonina latsaka, sarona tao anatin’ny telo andro

Vokatra goavana ho an’ny zandarimariam-pirenena sy ady atao amin’ny fiparitahan’ny zava-mahadomelina, ary fatiantoka iray lavaka ho an’ireo mpibizina rongony. Rongony raviny, voany ary sahan-drongony amina hekitara maro, izay raha lanjaina dia mitotaly eo amin’ny telo taonina latsaka kely teo ho eo no saron’ny mpitandro filaminana avy ao amin’ny Fari-piadidian’ny zandarimariam-pirenana Antsiranana izay notarihan’ny Kaomandiny, ny Jly Behivoka Fiederch. Ankoatr’ireo, dia mpamongady rongony, isan’ny fantan-daza any an-toerana no voasambotra. Ireo vokatra ireo dia azon’ireo zandary tao anatin’ny telo andro monja, tany amin’iny distrikan’Ambanja iny, nandritry ny hetsika nataon’izy ireo nampitondraina ny anarana hoe :«  Ady Jamala », izay natomboka ny sabotsy teo ary nofaranana ny alatsinainy. Natao izany hetsika izany, fa mba hifehezana ny fandriampahalemana any amin’iny tapany Avaratry ny Nosy iny. Araka ny fampitam-baovao azo, dia toerana maromaro tany amin’iny faritra iny no nanahatrarana ireto rongony an-taoniny ireto. Anisan’izany ny tao Antetezampaka Marotaolana, izay nahitana rongony lena milanja 650kg, voandrongony maina 31kg, izay voalaza fa sarona tao ampovoan’ny saha mirefy 25ha. Ny tao Antsahafaly Tanambao, dia nahitana rongony raviny iray taonina sy sasany, voan-drongony maina 46kg ary saha mirefy 35ha. Jamala maina 738kilao kosa, izay nafatratra tao anaty gony  44 no tra-tehak’ireo zandary tao amin’ny tokantrano iray tao Mahadera Marotaolana. Olona iray no tompon’ireo entana ireo, ary nosamborina avy hatrany. Ity farany izay fantatra, araka ny vaovao hatrany fa anisan’ireo rain-dahiny amin’ny mpamongady rongony any amin’iny faritra iny. Nentina natao andrimaso avy hatrany tany amin’ny biraon’ny zandary moa ity farany, hanaovana famotorana. « Mitohy ny hetsika ary nanambara ny Jeneraly Behivoka fa tsy ho avela afa-maina izay mbola minia mamboly sy mivarotra ary manjifa jamala ao anatin’ny Faritany iadidiany, mba hiadiana amin’ny asan-jiolahy rehetra manerana ny Nosy » hoy hatrany ny fampitam-baovao. Nogiazana ary tsy maintsy hopotehina eo imason’ireo manam-pahefana any an-toerana moa ireto zava-mahadomelina aman-taoniny maro ireto. Ireo rongony mbola naniry teny an-tsaha kosa, dia efa nopetehina teny ifotony ihany, raha ny vaovao.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Gestion des Risques et des Catastrophes : 16 250 volontaires mobilisés par le SAF/FJKM

Ces volontaires FJKM sont en pleine formation avant d’intervenir sur le terrain.

« Chercher l’avantage du plus grand nombre », selon le I Corinthe 10 : 33. Telle est la devise du SAF/FJKM, qui est le Département pour le Développement créé par l’Eglise de Jésus Christ à Madagascar.

La Gestion des Risques et des Catastrophes fait partie des cinq programmes thématiques interdépendants et complémentaires mis en œuvre par cette ONG à travers des projets de développement intégré, et ce, au niveau de ses 21 régions d’intervention. Pour ce faire, « nous mobilisons actuellement 16 250 volontaires FJKM afin de contribuer au développement local via l’appui des communautés notamment en période cyclonique », a déclaré Tse Rahajary, le directeur national du SAF/FJKM, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale pour la réduction des risques de catastrophes hier.

1 198 777 sinistrés. Tous les acteurs oeuvrant dans ce domaine ont présenté leurs réalisations à travers une plateforme en ligne, dans le cadre de cet événement. Pour ce département en charge du développement au sein de l’église FJKM, 1.198.777 sinistrés ont bénéficié des projets d’urgence post-catastrophes depuis ses dix ans d’intervention. En outre, 3.524 tarpatentes ont été mises en place. Il faut savoir que les actions de ces volontaires FJKM sont orientées selon les quatre piliers liés à la préparation et à la gestion des risques face aux catastrophes notamment aux cyclones et à l’inondation. Il s’agit notamment du pilier protection, du pilier distribution, du pilier réhabilitation et du pilier collecte. En fait, « ils contribuent à la préparation des cyclones entre autres, tout en protégeant toutes les catégories de personnes vulnérables au sein des communautés. Ils apprennent à la population locale toutes les techniques nécessaires face aux catastrophes afin de limiter les dégâts aussi bien matériels qu’humains. Ces volontaires ont en même temps bénéficié de nombreuses formations pour ne citer que le secourisme au cas où il y aurait des personnes blessées. Et le plus important, c’est l’adduction d’eau potable qui est un élément vital mais facilement contaminée », d’après toujours les explications du directeur national du SAF/FJKM.

Renforcement des structures. Le SAF/FJKM est toujours un pionnier en matière de développement, depuis sa création, et ce, dans différents domaines d’activités. Les volontaires FJKM se mobilisent ainsi à assurer la relance des activités des communautés après les cyclones. La protection des animaux d’élevage ou des engins de pêche s’avère prioritaire. En outre, 76 897 ménages ont pu bénéficier de CTP (Cash Transfer Programing) depuis ses dix ans d’intervention. Il s’agit notamment de l’argent ou de vivre contre le travail communautaire visant à réhabiliter les infrastructures de base comme les pistes. Ce qui permettra aux communautés sinistrées de reprendre à la normale leur mode de vie. Force est de reconnaître que Madagascar est un des pays très vulnérables aux aléas climatiques. « Nous n’arrivons à faire face aux cyclones de catégories 3 ou 4. C’est pourquoi, nous réclamons le renforcement des structures existantes qui se chargent de la gestion des risques et des catastrophes dans le pays, tels que le CPGU qui assure la coordination des stratégies nationales et le BNGRC qui s’occupe de la gestion opérationnelle sur le terrain. Leurs moyens financiers doivent être ainsi inscrits dans le budget de l’Etat. Nous nous conformons aux stratégies nationales sur la gestion des risques et des catastrophes tout en travaillant en étroite collaboration avec ces structures existantes dans le cadre de notre mission», a-t-il soulevé.

Problèmes sociaux. Pour l’heure, le problème du Kere dans le Sud constitue une préoccupation majeure au niveau national, après la crise sanitaire liée à la Covid-19. « Mais il faut également tenir compte des problèmes sociaux et environnementaux engendrés par ce changement climatique. On peut citer, entre autres, le phénomène de migration de la population dans le Sud dans d’autres régions comme Morondava et Ankarafantsika », a évoqué le directeur national du SAF/FJKM. Il est à noter que cette ONG est membre d’Act Alliance regroupant plus de 200 églises dans le monde. C’est un réseau des églises qui vise le développement communautaire et de l’humanité. Rappelons que le SAF/FJKM est appelé à apporter le témoignage de l’Eglise FJKM dans le domaine du développement social et économique et à œuvrer par conséquent pour la promotion des Initiatives de développement de tout homme et de tout l’Homme.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Sénat : Plus de fonds spéciaux pour la fin du mandat de Rivo Rakotovao

Le Sénat se plaint de ne pas avoir les moyens nécessaires pour fonctionner, alors que le 20 octobre prochain, le parlement va entrer en session ordinaire. « Jusqu’à présent, aucun budget n’est disponible pour le dernier trimestre de l’année », a déclaré hier, en marge de la cérémonie de l’inauguration de la stèle d’Albert Zafy, Rivo Rakotovao, président de cette institution. Une situation ayant un goût amer pour les sénateurs qui sont actuellement à la veille de la fin de leur mandat. La restriction dans le budget du Sénat se fait donc ressentir depuis quelques temps à Anosikely. Pour le dernier trimestre de cette année, par exemple, le Sénat est dépourvu de fonds spéciaux. Ces fonds sont mis à disposition des institutions, chaque année, par le trésor public pour financer certaines activités liées à leurs attributions. Toutefois, la disponibilité de ces fonds est programmée au niveau du ministère de l’Economie et des Finances. Et pour les trois derniers mois de cette année, le Sénat ne bénéficiera plus de ces fonds. Une situation qui n’est pas du tout du goût des sénateurs.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Développement numérique : Condition indispensable pour l’émergence, selon la BAD  

Les technologies digitales sont aujourd’hui incontournables pour mesurer le développement, selon l’IDEV de la BAD.

Cela fait plusieurs années que Madagascar poursuit ses bonds en avant, dans le cadre du développement numérique. Cette évolution est nécessaire en cette ère de la quatrième révolution industrielle, selon l’IDEV de la BAD.

Les services externalisés, sur le marché international, représentent de grandes opportunités pour l’économie malgache. Selon le magazine « eVALuation Matters » rapportant les informations de l’IDEV (Evaluation indépendante de développement) de la BAD (Banque africaine de développement), la quatrième révolution industrielle (4RI) portée par la digitalisation et les nouvelles technologies de l’information entraîne une efficacité et une productivité accrues, de nouvelles manières de faire qui donneront lieu à de nouvelles opportunités d’emplois et porteront la croissance économique. L’édition de ce magazine, intitulé « Préparer l’évaluation du futur : big data, technologies modernes et évolution des priorités en matière de développement dans le monde », place l’évaluation au niveau des enjeux actuels et futurs pour une prise de décision la plus informée possible. Le document part du constat que la quatrième révolution industrielle a apporté de nouveaux outils qui créent un nouvel environnement technologique. Comment faire pour que l’impact des politiques de développement soit évalué proportionnellement à cet environnement ? Telle est la question fondamentale abordée dans cette édition.

Avantages.« La vitesse à laquelle ces technologies sont en train de transformer nos vies est tout simplement exponentielle. Que ce soient les organismes de régulation, les entreprises ou les individus et assimilés, tous doivent s’adapter, au risque d’être d’une autre époque »,explique dans le magazine Roland Michelitsch, évaluateur général à la BAD. Le rapport prend l’exemple d’un environnement modifié par l’impact de la Covid-19, « qui a déjà amené les évaluateurs à explorer de nouvelles méthodes de collecte de données à l’appui des évaluations robustes et de haute qualité : les évaluateurs n’auront d’autre possibilité que d’utiliser les technologies à leur avantage ». Le fait que les nouvelles technologies deviennent de moins en moins onéreuses et plus accessibles, favorise leur utilisation et offre une « occasion inouïe de renforcer la contribution de l’évaluation à la résolution des problèmes de développement » en Afrique, ajoute le document. Avec la « 4RI », la création, grâce aux avancées technologiques rapides, l’utilisation et le partage des informations et des connaissances sont totalement modifiés dans un processus continu de numérisation. Les évaluateurs doivent relever le défi du « chiffrement accru du big data et de la blockchain (chaîne de blocs) afin de rester au fait de l’évolution technologique ». Selon l’IDEV, la masse et la quantité des données collectées sur des populations vulnérables, « sans que les personnes concernées aient été informées ou aient consenti à un tel usage », pose toutefois l’enjeu des risques liés à leur utilisation et les évaluateurs devront faire preuve d’éthique dans la manipulation de ce type de données.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Anne Chrétien Louis de Hell : Un nom de deux villes

Anne Chrétien Louis de Hell.

Hell-Bourg, village de la commune de Salazie, à La Réunion, Hell-Ville, ville de l’île de Nosy-Be, à Madagascar sont l’héritage qu’il a laissé.

Anne Chrétien Louis de Hell est né le 25 août 1783, à Verneuil dans l’actuel département des Yvelines et mort le 4 octobre 1864 au château d’Oberkirch à Obernai, est un officier de marine, homme politique et administrateur territorial français des XVIIIe et XIXe siècles.

Il est issu d’une famille alsacienne de la région de Mulhouse, originaire de Francfort-sur-le-Main et du Vieux-Limbourg, établie en Alsace depuis le XVIe siècle. Son père, le chevalier François de Hell, est grand bailli, agent du roi qui était chargé de fonctions administratives et judiciaires, de Landser avant 1789 et anobli peu avant la Révolution française. Membre de l’assemblée provinciale de 1787, il prit le parti de la Révolution et fut membre de l’Assemblée Nationale Constituante. Il n’échappa pourtant pas à la mort et fut guillotiné en 1794. Sa mère, Mélanie Savoye de Rollin, est la sœur de Jacques-Fortunat Savoye-Rollin.

À la mort de son père, Chrétien de Hell est confié par sa mère à un ami. Pour le protéger des dangers de la Terreur, ce dernier le fait entrer dans la marine ; il embarque comme mousse , marin de moins de dix-sept ans. Quelques années plus tard, il est fait prisonnier par les Britanniques après le siège de Cayes en 1803. Libéré en 1808 puis affecté à l’État-major de Cherbourg, il gravit petit à petit de nombreux grades dans la marine. Il s’illustre notamment par de nombreux travaux de cartographie des côtes de la Méditerranée et devient directeur de l’École navale de Brest de 1830 à 1835. Le gouvernorat de l’île Bourbon lui est confié de 1838 à 1841. Pendant cette période il est nommé contre-amiral et est confronté à la délicate question de l’abolition de l’esclavage sur cette île.

La ville de Nosy-Be.

Après sa mission dans l’océan Indien, le contre-amiral de Hell exerce pendant deux ans la fonction de préfet maritime de Cherbourg avant de se retirer à Obernai, en Alsace, dans le château de sa femme. Anne Chrétien se lance dans la politique et devient député et conseiller général. Il développe notamment la construction des lignes de chemin de fer en Alsace. Fait Grand officier de la Légion d’honneur en 1846, il meurt le 4 octobre 1864 au château d’Oberkirch à Obernai. Commence alors pour Anne Chrétien Louis de Hell une carrière de marin, le jeune mousse est nommé aspirant de 2e classe en 1797. Lors de la campagne de Saint-Domingue, à bord du Tricolore, il est fait prisonnier par les Anglais le 14 octobre 1803. Libéré en 1808, il est affecté à l’État Major de Cherbourg. il gravit petit à petit de nombreux grades dans la marine, enseigne de vaisseau en 1811, lieutenant de vaisseau 1812, chef de brigade en 1819, capitaine de frégate en 1821, capitaine de vaisseau en 1827, contre-amiral en 1833.

Lors de son arrivée à Bourbon de Hell avait en outre pour instruction de chercher un point d’appui dans le Nord de Madagascar. Il charge son aide de camp le Capitaine Passot de cette mission qui arrive à bord du Colibri à Nosy-Be le 29 Septembre 1839. Il y rencontre la reine Tsiomeko réfugiée, prête à céder l’Île contre la protection de la France face à l’attaque des soldats de Ranavalona I (reine de Tananarive). De retour à l’Île de Bourbon de Hell l’autorise à signer l’acte de cession au nom du roi des Français. Ce qui fut fait le 14 juillet 1840 et la prise de possession effectuée le 03 février 1841. La reine Tsiomeko, cède au Roi de France «  tous ses droits de souveraineté sur les pays situés à la côte Ouest de Madagascar et sur les îles Nosy-Be et Nosy Komba.  » Ces îles forment une dépendance de l’île Bourbon, par arrêté n° 423 du 13 février 1841. C’est pourquoi le nom de la ville de Nosy-Be s’appelle Hell-Ville (Ville de l’Amiral de Hell).

Recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Partenariat ADES – AFAFI Sud : 5 500 foyers améliorés pour réduire la déforestation   

Les foyers améliorés ADES désormais disponibles toute l’année à Taolagnaro et Ambovombe, grâce au partenariat de l’association avec AFAFI Sud, pour la protection de l’environnement.

La grande consommation  de bois de chauffe et de charbon de bois est l’une des principales causes de la dégradation de l’environnement dans le grand Sud. Pour réduire cette consommation accrue, l’association ADES Centre Toliara a noué un partenariat avec le Programme AFAFI Sud (Appui au financement de l’agriculture et aux filières inclusives), afin de vulgariser l’utilisation de foyers améliorés. Selon les responsables auprès du Programme, la stratégie de ces deux partenaires consiste à promouvoir d’autres sources d’énergie moins nuisibles à l’environnement et à promouvoir les techniques permettant d’économiser le charbon de bois. A noter que la collaboration entre ADES et AFAFI Sud est prévue pour deux ans durant lesquels, sera promue la production de plus de 5.500 foyers améliorés pour les villes et les zones rurales de Taolagnaro et d’Ambovombe, où les bois de chauffe et le charbon de bois sont très utilisés. D’après les informations, ces foyers améliorés devront désormais être disponibles pendant toute l’année, chez les détaillants des villes de Taolagnaro et d’Ambovombe.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Karaté-Aska : Felix Ramavoson élu président

Sensei Felix Ramavoson est le nouveau président de l’Aska.

Le club Antananarivo Shotokan Karaté Association (Aska) n’est plus orphelin, après le décès de son président, sensei Jean Michel Razafinimanana, il y a quelques mois. Dorénavant, ses karatékas ont leur nouveau président, sensei Felix Ramavoson. En effet, c’est à l’issue d’une Assemblée générale élective ce samedi à 67Ha, qu’il a été élu président du club. 32 techniciens sur 35 ont donné leur « oui » à travers un vote de confiance puisqu’il était le seul candidat à ce poste.

Ceinture noire et 3e dan en karaté, Felix Ramavoson est aussi professeur certifié d’EPS de classe exceptionnelle. Cette élection s’est déroulée en présence de la représentante du ministère de la Jeunesse et des Sports, Anna Ranaivoson. De lourdes tâches attendent le nouveau président. Cependant, il demande à tous les anciens combattants, les anciens et actuels dirigeants, ainsi qu’à toutes les branches du club dans toute l’île de toujours soutenir le club Aska. « Le travail est très difficile car l’Aska est un club de renom qui a formé plus de 70% des champions de Madagascar. Le club participe à un stage international au moins une fois par an. Encouragez-nous à faire  passer l’organisation au niveau supérieur », a-t-il confié.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Rolly Mercia : Verdict ce jour à Anosy

Il sera jugé après quatre mois de détention provisoire à Antanimora.

Deuxième comparution de Rahajason Harry Laurent, alias Rolly Mercia, devant le tribunal correctionnel ce jour. Puisqu’il s’agit d’un renvoi, le verdict sera probablement prononcé aujourd’hui. Une décision très attendue, non seulement par le microcosme politique, mais aussi par sa famille. Sa femme a tiré la sonnette d’alarme sur son état de santé préoccupant. D’ailleurs, durant son jugement du 23 septembre dernier, il était visiblement affaibli par la maladie. Les cheveux entièrement blancs et le physique amaigri, Rolly Mercia est apparu le visage sombre. Durant cette saga judiciaire, sa demande de libération provisoire pour une éventuelle évacuation sanitaire a été refusée à deux reprises. A titre de rappel, Rolly Mercia a été inculpé pour avoir financé la manifestation d’Ambohipo. Une charge qu’il a nié en bloc mais qui lui a valu une détention provisoire à la maison centrale d’Antanimora depuis le 16 juillet dernier. Pèse sur lui le chef d’inculpation d’atteinte à la sûreté nationale, une charge devenue habituelle pour les hommes politiques du pays qui ont décidé de changer de camp. Le procès de Rolly Mercia a été précédé de celui de Berija qui s’est vu condamné à 44 mois d’emprisonnement ferme. Il aura à passer quatre ans de sa vie en prison pour une simple publication sur le réseau social qui a gêné le pouvoir. Une manifestation s’est tenue à Ambohipo pour réclamer sa libération lorsqu’il était encore sous mandat de dépôt. Trois jeunes hommes ont été arrêtés par les forces de sécurité. Durant leur défèrement au Parquet, l’un d’eux a dénoncé Rolly Mercia d’avoir financé la manifestation. Perquisitions et arrestations se sont enchaînées et l’ancien ministre a fini par être incarcéré. Son procès se déroulera à la salle numéro 2 du tribunal correctionnel, à 8 heures du matin.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Football : FC DAX célèbre son premier anniversaire

Les joueurs U10 du FC Dax.

205 jeunes footballeurs et footballeuses sont formés au sein de l’école de football créé par le joueur des Barea, Arohasina Andriamirado alias « Dax ».

11 octobre 2019-11 octobre 2020. L’école de football FC Dax fête son un an d’existence, dimanche dernier. Ce projet est né de la volonté de l’international, Arohasina Andriamirado alias Dax d’aider les jeunes footballeurs malgaches à réaliser leur rêve. A ses débuts, l’école de football ne regroupait que 57 élèves filles et garçons âgés de 6 à 17 ans et de trois encadreurs. Ils sont répartis dans trois catégories de 6 à 8 ans, 9 à 11 ans et 12 à 17 ans. Un an après, on recense 205 membres et 12 encadreurs au sein du FC Dax. « La première année n’était pas du tout facile pour le club surtout avec la situation liée à la pandémie de Covid-19. Ce projet me tient particulièrement à cœur avec le soutien de ma famille. J’ai été formé dans une école de football et c’est une sorte de redevabilité et c’est à mon tour d’aider la relève. J’ai beaucoup appris dans ce sport et j’aimerais partager aux nouvelles générations ce que j’ai vécu. » a souligné, le fondateur de l’école, Arohasina Andriamirado. Situé à Ambohimanarina, le FC Dax regroupe des pensionnaires qui habitent un peu partout dans la Capitale et ses environs, mais, il y a également des gamins originaires d’autres régions du pays. Suspendus depuis le mois de mars après les interdictions d’organisation de manifestation sportive et de rassemblement, les entraînements de l’école de football ont repris depuis la semaine dernière. « Après les études des techniciens et des membres du bureau, nous avons décidé de reprendre les cours avec les jeunes tout en respectant les mesures sanitaires à travers le lavage des mains, l’utilisation des gels et le masque » a continué, Dax Arohasina. L’organisation d’un match amical opposant une équipe sud-africaine au FC Dax a été annoncée par le fondateur de l’école de football en 2019, mais, qui a été annulée en raison de la situation qui prévaut actuellement dans les deux pays.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Coupure d’eau : Période d’étiage et défaillance technique font partie des raisons avancées

Il est difficile de penser que l’approvisionnement en eau à Antananarivo revienne à la normale dans les années à venir. Partout dans la capitale, les coupures d’eau sont très fréquentes. « La Jirama a toujours une excuse ; soit c’est dû à la période d’étiage, soit à l’explosion des transformateurs de la compagnie ; ou encore pour des problèmes techniques divers. A la fin, on ne s’intéresse plus à la raison, on se contente de vérifier si notre quartier figure dans la liste des zones touchées », s’est plaint Lalaina, père de famille vivant dans un quartier où il n’y a presque jamais d’eau potable durant la première moitié de la journée. Encore ce lundi, la compagnie nationale d’eau annonçait sur sa page Facebook que des citernes d’eau avaient été installées dans les quartiers à problème d’approvisionnement en eau en cette période d’étiage. Néanmoins, les problèmes persistent dans certains quartiers dans lesquels la population est privée d’eau durant des heures tous les jours. Et pourtant, plus personne ne s’en plaint. Les Tananariviens ont appris à vivre avec et ont adopté des gestes qui permettent d’anticiper les coupures d’eau et d’électricité, en se munissant de lampes torches, et en se constituant une réserve d’eau dès que possible. Une situation qui rend encore un peu plus difficile la vie de chaque ménage de la capitale.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ambodin’Isotry : Mpanendaka telolahy tra-tehaka teo amin’ny tetezan-dRamala

Mpanendaka telo lahy no naiditra am-ponja vonjimaika eny amin’ny fonjan’Antanimora, omaly rehefa avy natolotra ny fitsarana. Ny Alahady lasa teo izy ireo no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany faha-4 Isotry, nandritra ny hetsika manokana nataon’ity kaomisarian’ny Filaminam-bahoaka ity, noho ny firongatry  fanendahana eny amin’ny faritra Isotry sy ny manodidina iny, tato ho ato. Teo am-panaovana ny asa-ratsiny teny amin’ny tetezan-dRamala izy ireo no voasambotry ny polisy manao fanamiana sivily, tokony ho tamin’ny 11 ora antoandro. Isan’ny paikady ampiharin’ny mpitandro filaminana tokoa ankehitriny ny fanaovana fanamiana sivily mba hanjonoana ireo jiolahy mpanao sinto-mahery sy harom-paosy; izay mitombo isa sy mifanaretsaka eny amin’ireny toerana heverina, fa mafampana sy be mpandeha ireny. Isan’izany ny eny amin’ireny toerana fiantsonan’ny fiara fitateram-bahoaka ireny. Irariana araka izany ny hitohizan’izao hetsika izao mba hamongorana ity fanetriben’ny firenena ity.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Fondation BOA Madagascar : Aide pour les EPP d’Ambanidia et d’Andoharanofotsy

Bien que les chiffres concernant la Covid-19 ne semblent plus aussi inquiétants, la Fondation BOA Madagascar, en collaboration avec le ministère de l’Education nationale (MEN), a souhaité renforcer la subsistance des enfants scolarisés aux EPP d’Ambanidia et d’Andoharanofotsy. Hier, 1 600 packs alimentaires ont été offerts aux élèves de ces deux établissements et à leur famille. Cette action entre toujours dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. La remise de ces dons s’est déroulée à l’EPP Volosarika Ambanidia, en présence de la présidente de la Fondation BOA, Sidika Akbaraly, et du directeur de l’Education fondamentale et de la Petite enfance au sein du MEN, Jery Andrianilanona.

Par ailleurs, la Fondation BOA Madagascar a également profité de ce moment pour apporter son aide dans la lutte contre la famine dans le Grand Sud de Madagascar. Ainsi, 300 cartons de sardines, 25 tonnes de riz, et 7 tonnes de grains secs ont été remis aux responsables pour qu’ils les acheminent vers les enfants du sud du pays. Selon les responsables au niveau de la Fondation BOA, le total des engagements de l’entité depuis le début de la crise sanitaire se chiffre à plus de 872 millions d’ariary.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

COVID-19 : 28 nouveaux cas et 43 guérisons annoncés lors du dernier bilan journalier  

Le Pr Vololontiana, une figure devenue populaire auprès de la population malgache.

Hier était le dernier rendez-vous quotidien sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 présenté par le Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole du Centre de commandement opérationnel Covid-19 (CCO).

Le dernier bilan journalier d’hier faisait état de 28 nouveaux cas parmi 485 tests réalisés (427 tests PCR et 58 tests geneXpert) durant les dernières 24h. Soit un taux de positivité de 5,77%. Ces 28 nouveaux cas sont localisés respectivement à Analamanga (2) ; Alaotra Mangoro (3) ; DIANA (13) ; Ihorombe (1) ; Haute Matsiatra (1) ; Vatovavy Fitovinany (2) ; Atsimo Andrefana (1) ; Boeny (1) ; Menabe (3) ; SAVA (1). Par ailleurs, 43 nouvelles guérisons ont été enregistrées, si les cas actifs sont actuellement au nombre de 358 dont 15 formes graves. Aucun décès n’est à déplorer durant les dernières 24h.

Au total, Madagascar a enregistré 16 754 cas confirmés de Covid-19, identifiés parmi 84 328 tests dont 75 637 tests PCR et 8 691 tests geneXpert. Le total des guérisons jusqu’ici est de 16 124 et le nombre de décès reste à 237.

La « Prof » ! Dorénavant, les bilans Covid deviennent hebdomadaires. Après plusieurs mois de présence sur le petit écran, le Pr Vololontiana est devenue une personnalité publique, connue de tous à Madagascar.  Son visage et sa voix sont associés à ce rendez-vous devenu habituel pour la population malgache et qui a rendu « la prof » si populaire au point d’être reconnue par tous, même par les enfants en bas âge ! Si ses prestations sont  diversement commentés, notamment sur les réseaux sociaux, force est de constater que le Pr Vololontiana a effectué ce travail durant ces longs mois avec abnégation. Ses présentations allaient bien au-delà de la simple transmission de données chiffrées et de messages de sensibilisation, car elle a su rendre ces informations « vivantes » suivant les contenus du jour : une tristesse qui se lit sur son visage en cas de décès à déplorer, et un air gai et enjoué quand aucun patient n’est passé de vie à trépas.

Hanitra R.