Les actualités à Madagascar du Lundi 14 Octobre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara23 partages

RN44 : Début des travaux

La fin du calvaire est proche pour la population de la Région Alaotra Mangoro.

Pour cette descente dans la Région Alaotra Mangoro, le président Andry Rajoelina aura deux journées marathon avec le lancement de plusieurs projets sociaux.

Pas de répit. A peine de retour au pays après avoir assisté à la 6è conférence sur le SIDA, la tuberculose et le paludisme à Lyon, le président Andry Rajoelina reprend déjà la tournée dans les régions. Ce jour, il est attendu dans la capitale de la Région Alaotra Mangoro. A Ambatondrazaka où un évènement historique est attendu. En effet, conformément au « velirano » qu’il a fait envers la population de l’Antsihanaka durant la campagne électorale, le Chef de l’Etat donnera ce jour le coup d’envoi des travaux de construction de la route nationale 44 reliant Moramanga – Ambatondrazaka. Des travaux qui marqueront la fin du calvaire pour la population de cette région réputée être le grenier à riz de Madagascar, mais qui a trop souffert du mauvais état de la route depuis plusieurs années. Enième « velirano » en passe de réalisation donc pour le numéro Un d’Iavoloha. La réhabilitation de la RN44 peut aussi s’apparenter comme une sorte de récompense du Chef de l’Etat envers la population locale. Ayant toujours été réputé comme étant le fief des partisans de l’ancien président Marc Ravalomanana, Ambatondrazaka a choisi de voter massivement pour le candidat « numéro 13 » lors du second tour de l’élection présidentielle du mois de décembre dernier. Un choix qui a forcément influencé les résultats des urnes. Ce résultat a incité les partisans du « Isika Rehetra Miaraka Amin’i Andry Rajoelina » à affirmer que le vent est en train de tourner du côté de l’Antsihanaka. D’ailleurs, d’après les informations, les partisans du régime dans la Région Alaotra Mangoro seraient en train de préparer un accueil chaleureux pour le président de la République.

« Manara-penitra ». Mis à part la cérémonie de pose de premières pierres pour les travaux de réhabilitation de la RN44, plusieurs projets sociaux vont également être installés à Ambatondrazaka et à Moramanga. Aussi, Andry Rajoelina va-t-il donner le premier coup de pèle et l’installation d’une stèle pour la construction d’une bretelle en chantier de 800m à Feramanga Nord, mais aussi le lancement des travaux pour la construction de la route de 25km à Manaingazipo. Comme les autres grandes villes du pays, Ambatondrazaka aura aussi son « kianja manara-penitra ». En effet, le Chef de l’Etat assistera ce jour au lancement des travaux pour la construction du terrain synthétique du Stade Rasolonjatovo. Un « EPP manara-penitra » sera aussi construit à Sabotsy. Andry Rajoelina va également donner ce jour le coup d’envoi de la construction du barrage hydraulique de Bevava. Il serait aussi question de l’extension d’un forage d’eau à Ambodiakondro Ambalavato. Dans le cadre de la lutte contre l’insécurité, la Compagnie de la Gendarmerie d’Ambatondrazaka et celle d’Andilamena seront dotées de véhicules. Demain, une grande cérémonie sera organisée à Moramanga où le Chef de l’Etat assistera au lancement officiel des travaux de réhabilitation de la RN44 à Morarano Gare. Avec la construction des routes Ambilobe – Vohémar et Moramanga – Ambatondrazaka, Andry Rajoelina réalise un grand coup dans la réalisation de ses « velirano », 8 mois seulement après son accession au pouvoir.

Davis R

Midi Madagasikara22 partages

14 octobre 1958 : Madagascar et la marche vers l’indépendance

Le parlement réuni pour élire Philibert Tsiranana président de la République.

Bon nombre de Malgaches ne se souviennent plus la date du 14 octobre 1958. Pourtant c’est une date importante qui marque la fin de la colonisation française à Madagascar.

La France a organisé un référendum pour réunir les pays qu’elle a occupés. L’article 86 de la constitution de la Ve République française en octobre 1958 prévoit l’accession à l’indépendance des pays membres de la communauté par un vote de l’assemblée législative ; l’indépendance peut alors s’obtenir sans conflit. Après le référendum du 28 septembre 1958, le OUI l’a remporté largement, Madagascar entre dans la communauté française. Le 14 octobre 1958, le congrès des assemblées provinciales proclame la République malgache membre de la Communauté française à Andohalo. Le lendemain le Haut Commissaire André Soucadaux annonce au nom de la République Française l’abolition de la loi d’annexion du 06 août 1896 et la reconnaissance de la République malgache. Le 16 octobre, le congrès désigne une assemblée constituante présidée par Norbert Zafimahova.

Le 28 avril 1959, la constitution de la Ière République malgache est votée. Le 1er mai 1959, le parlement se réunit pour proclamer Philibert Tsiranana président de la République, par 113 voix sur 114. Partisan acharné de la relation franco-africaine, il engage aussitôt la négociation avec la France en vue d’une indépendance complète. « Être indépendant c’est être libre… pour un peuple comme pour un individu… nous avons choisi librement notre statut. Nous sommes entrés librement dans la communauté », a-t-il déclaré.

Après 64 années de colonisation, treize ans après l’insurrection de 1947, Madagascar a obtenu son indépendance. L’année 1958 est une période charnière et un tournant pour l’histoire de l’Afrique française en général et pour la Grande Ile en particulier.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara19 partages

Lutte contre le paludisme : Bill Gates réaffirme son soutien à Andry Rajoelina

En marge de la conférence, Andry Rajoelina et Emmanuel Macron a eu un nouveau tête-à-tête.

Le président Andry Rajoelina est de retour au pays hier après avoir participé à la 6è édition de la Conférence pour la reconstitution du Fonds mondial pour la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme, qui s’est tenue à Lyon. Lors de la cérémonie de clôture, le président français, Emmanuel Macron a annoncé que les 14milliards de dollars ont été réunis. Cette somme permettrait de sauver 16 millions de vies supplémentaires pour offrir des soins décents aux malades. Pour ce qui est de Madagascar, sa contribution à ce fonds mondial s’élèvera à un million de dollars pour les trois prochaines années. En revanche, Emmanuel Macron et Bill Gates se sont engagés à aider Madagascar à trouver un financement dont le pays a besoin pour la mise en œuvre des projets rentrant dans le cadre des stratégies nationales de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme. Ce besoin s’élèverait à 450 millions USD.

Fonds mondial. En effet, durant cette conférence, le président Andry Rajoelina a rencontré successivement Bill Gates et Emmanuel Macron. Il s’agit donc du second face-à-face entre le président malgache et son homologue français cette année. Ceci prouve que la relation entre les deux jeunes présidents est au beau fixe. Les rencontres se sont déroulées en marge du dîner organisé par le Président français en l’honneur des Chefs d’État et des principaux donateurs présents à Lyon. Lors de cette rencontre, le numéro Un malgache a plaidé pour l’éradication totale du paludisme, par la mise en place des laboratoires de test, de diagnostic et de traitement au niveau des districts à Madagascar, notamment dans la partie Est de l’Ile. Bill Gates a assuré au Chef de l’Etat son engagement à le soutenir financièrement dans le combat contre le paludisme. Quant à lui, le président français a confirmé que Madagascar fera partie des pays bénéficiaires, aussi bien du Fonds mondial que de l’initiative 5% du gouvernement français, représentant une enveloppe globale de 5% de la contribution française à hauteur de 1,5 milliard d’euros, et destinée uniquement aux pays francophones.

Davis R

Midi Madagasikara14 partages

Mahaleo forever : Antsahamanitra sous le charme

La complicité entre Dame et Ony en chantant Isekely.

Dama et ses frères d’arme ont investi hier Antsahamanitra, à partir de 15 heures. Les fans ont été au rendez-vous pour une grande fête qui a duré, ­comme c’est souvent le cas, jusqu’au coucher du soleil. Mahaleo a présenté des titres anthologiques avec des textes poignants.

Il n’est en effet pas rare que Mahaleo tienne la scène durant quatre heures, entouré de musiciens adroits. Le groupe n’est avare ni de son temps ni de son énergie. Avec quarante ans de carrière, plus d’une centaine de chansons, il sait toujours distiller, de cette voix étonnante, qui passe sans tracas du grave à l’aigu, le vazo miteny, cette musique qui conscientise les citoyens malgaches, où guitares et batterie se mêlent avec un but avoué : faire réfléchir. Car si Mahaleo est au départ un fan de la musique de Bob Dylan, le collectif a su puiser dans ses racines de quoi sortir une sonorité malgache. Il réserve également à chacune de ses chansons le

Les fidèles en communion avec leur idole.

meilleur des accueils. Anaraka anao, Isekely, rain’ny voanjo, ne quittent pas les lèvres des Malgaches. Figure majeure de la chanson à texte depuis 40 ans, le groupe Mahaleo n’arrête pas de séduire le public. Le collectif a bercé presque deux générations. A Antsahamanitra, le groupe a fait revivre les années 1970-1980 aux fans venus nombreux. Assisté par Dama, Ony a donné son maximum pour satisfaire le public, comme s’il était déjà dans le groupe depuis longtemps. Cette aisance a surpris le public. « Je vois que Ony a assuré » dixit Eliane, une inconditionnelles du groupe. De son coté Andry, un fan de Fafah souhaite le rétablissement de son idole. «Le revoir sur les planches est mon souhait », a-t-il murmuré. Le groupe Mahaleo a traversé les époques avec ses couplets. Le groupe a vu grandir ses fans. Les chansons de Bekoto et ses compères figurent dans le patrimoine de la chanson malgache.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara2 partages

Association Ahmadiyya de Madagascar : 15e Jalsa Salana

L’association musulmane Ahmadiyya est arrivée à sa quinzième convention annuelle (Jalsa Salana). Un événement qui a été célébré samedi 12 octobre à Andavamamba en la présence du président de l’association dans l’Océan Indien, Aniff Muslam, du président de l’association musulmane Ahmadiyya de Madagascar, Ahmad Mujeeb et des missionnaires Ahmed Mudassir et Nadeem Jabbar. A travers la conférence qui a eu lieu dans la mosquée d’Andavamamba, cette association musulmane souhaite dispenser au mieux les vérités et les connaissances nécessaires au progrès de la foi, de la certitude et de l’enrichissement spirituel.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Nouvelle Feuille de route de la Jirama : 366,3 milliards Ariary d’économie annuelle prévus  

Le PCA de la Jirama, Soloniaina Andriamanampisoa a présenté la feuille de route pour le redressement de la société d’Etat, productrice d’eau et d’électricité.

Après son redressement et l’atteinte de sa performance opérationnelle, la Jirama compte se lancer dans des activités connexes productives et rentables. Selon les simulations, le plan d’actions adopté permettra à la société d’Etat d’économiser 366,3 milliards par an.

Un plan d’urgence à court terme et une réforme en profondeur à moyen et long termes. C’est la première étape déjà en cours de mise en œuvre au sein de la Jirama. Le nouveau Président du Conseil d’Administration, Soloniaina Andriamanampisoa Rasamoelina a annoncé l’instauration d’une gouvernance proactive pour mener à bien la stratégie de redressement de la Jirama. Une conférence de présentation a été organisée samedi dernier au DLC Anosy, au cours de laquelle, le PCA a exposé la feuille de route pour ce redressement. D’après ses dires, les actions à entreprendre entre 2019 et 2020 s’orienteront, notamment sur la réforme de la gouvernance, l’amélioration de la performance opérationnelle, et l’apurement de la dette de la Jirama. A l’issue de ce redressement, la société d’Etat se focalisera sur l’investissement et l’amélioration de la qualité de service offerte à ses abonnés. En ce qui concerne la gouvernance proactive, la Jirama prévoit la mise en place d’un comité d’investissement, d’un Comité de finances, audit et lutte anti-fraude, un Comité Ressources humaines, relation publique et communication, et enfin un comité juridique et de gestion des actifs-passif.

Rentabilité. Cela fait déjà de nombreuses années que la Jirama tourne à perte. Selon le PCA Soloniaina Andriamanampisoa, la feuille de route de redressement de la société prévoit des actions pour réduire les coûts, et accroître les recettes de la société. « Cette réduction des coûts concerne la maîtrise des approvisionnements en carburant, permettant d’économiser 69,1 milliards Ariary par an ; la réduction des pertes techniques sur les réseaux de distribution qui aura un impact de -31,7 milliards Ariary sur les coûts ; la réduction des pertes non techniques en luttant contre les vols et les fraudes, et en mettant en place le système de comptage intelligent, ce qui permettrait d’éviter 136,6 milliards Ariary de manque à gagner ; l’optimisation de la production dans les centres isolés pour avoir un impact de 74,4 milliards Ariary ; et enfin, l’amélioration des recouvrements et des taux d’encaissement avec un impact de 54,5 milliards Ariary », a-t-il indiqué. Ces actions permettront donc d’économiser en tout, 366,3 milliards d’Ariary.

Diversification. Après ces améliorations de performance opérationnelle, la Jirama compte également diversifier ses activités vers des activités rentables. Plusieurs projets ont été cités par le PCA Soloniaina Andriamanampisoa, lors de sa présentation. Entre autres, la « Jirama Shop », où seront commercialisés des accessoires liés à l’eau et l’électricité nécessaires à la vie quotidienne et présentant certains avantages, à l’exemple des lampes à très faible consommation. Un autre projet baptisé « Jirama engineering » a également été évoqué. Celui-ci vise à valoriser le savoir-faire et les expertises de l’équipe de la JIRAMA par le biais de sa participation aux appels d’offres. Bref, ces projets rentables sont nombreux et permettront certainement à la Jirama, non seulement d’atteindre son équilibre opérationnel, mais également de faire des profits.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Festival Madajazzcar : Fin de semaine animée dans la capitale

Yrinaf a séduit le public avec sa voix mélodieuse lors du cabaret au Karibo Hôtel.

Le week-end dernier, Madajazzcar a continué son périple musical dans la capitale malgache. De Mahamasina à Analakely en passant par Faravohitra, le festival a pris une place plus importante dans l’ensemble de la vie culturelle à Madagascar en général et à Antananarivo en particulier. Il réunit tous les critères d’un évènement culturel : création, massification et élargissement du public.

Samedi dernier, cinq groupes ont participé au concert podium de Madajazzcar au Kianjan’ ny kanto Mahamasina. Véritable styliste du son, Tower prouve que l’art du jazz n’a pas fini d’évoluer. Entouré des meilleurs musiciens de la scène jazz tananarivienne, le collectif explore notamment la vie et l’œuvre du chanteur Bob Reynold à travers des compositions originales et un répertoire jazz inattendu. Avec créativité collective ravageuse, Anjara Rakotozafiarison a une manière de manier la guitare d’une façon étonnante. Après la démonstration du collectif Tower, Lina Stalyte quintet monte sur les planches. Escortée par Laurent Marode au piano, Fabricio Nicolas-Garcia à la guitare basse, et Gregory Serrier à la batterie, Lina Stalyte se sentait à l’aise au micro. Ensuite, c’est au tour de Andy Razafindrazaka Quartet de faire vibrer le public de Mahamasina, Tantely Rasoloarimanana a montré que lui aussi, il maîtrise bien la guitare, et fait chavirer les spectateurs. Après le show de la nouvelle génération, les grands chanteurs comme Silo, Rolf et Imiangaly ne cessent de ravir les amoureux du jazz. Après le concert podium au Kianjan’ny kanto Mahamasina, un cabaret Jazz en hommage à Oscar Peterson et Michel Petrucciani et Jeannot Rabeson a été offert aux inconditionnels au Fara West Faravohitra à partir de 20 heures. Pendant que le public admire le paysage urbain d’Antananarivo by night, Eric Ratoary et son équipe leur offrent des belles mélodies.

Une journée dominicale jazzy. La fête continue à midi, Karibo Hôtel a accueilli Mahefa Ramiandrisoa et Yrinaf tandis qu’au CGM Analakely BBK « Big Band Kely » et ses onze musiciens ont livré un concert.

Le festival Madajazzcar est un événement d’ampleur qui a rassemblé des publics de toute  génération et de toute origine sociale et culturelle autour d’une programmation riche, fédératrice et de qualité. Action culturelle de proximité, Madajazzcar est une manifestation proposée dans une démarche d’éducation populaire, faite de relations humaines avec une volonté de faire se rencontrer artistes professionnels et habitants. Les organisateurs souhaitent, au moyen de ce festival, donner la possibilité à la population locale et aux touristes qui viennent dans la Capitale, pour assister à des spectacles variés et de qualité. L’idée est aussi de mettre en valeur les centres culturels d’Antananarivo.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

Vangaindrano : Lourd bilan de sept morts lors d’un accident de taxi-brousse 

Deux voitures se sont croisées au-dessus du pont de Namohora et ne voulant pas céder la route, l’une a fini par se renverser dans une rivière. Des morts et des blessés…

Conduite en état d’ivresse et non-respect du code de la route. Le mélange entre ces deux comportements délictueux s’est soldé par des morts d’hommes. Samedi dernier, un taxi-brousse roulant à vive allure sur la RN12 à destination de Matangy a fait une sortie de route pour finir sa course dans les ravins. Les passagers ont remarqué un conducteur sous l’emprise de l’alcool. A 25km de Farafangana, sur le pont de Namohora, le chauffeur a vu venir un autre véhicule mais il n’a pas cédé la priorité. La situation a fait que le pont n’arrivait pas à supporter les deux voitures de transport. Le taxi-brousse a fini par se renverser sur son côté droit et tombe dans une rivière en bas du pont. Des cris de détresse se font entendre. Les gens se précipitaient pour sortir de la voiture qui commençait d’ailleurs à couler. On imagine les derniers instants des victimes qui ont perdu leur vie. Des femmes, des enfants, un couple dont l’épouse était enceinte en font partie. Ceux qui ont survécu à l’accident ont été évacué à l’hôpital de Farafangana. Une dizaine de personnes continue d’y suivre des soins. Les voyages en taxi-brousse demeurent un casse-tête pour les usagers. Beaucoup qualifient même ce genre de transport en commun de « cercueils roulants », tellement les accidents qu’ils génèrent sont répétitifs et maintes fois mortels. Les raisons sont nombreuses et varient entre défaillances mécaniques, surcharges et erreurs d’inattention de la part des chauffeurs. Ajouter à cela les nids de poules sur nos routes nationales, sans pourtant oublier les corruptions sur les barrages routiers ou encore, en amont, dans les services techniques. Tout cela pour dire que si l’on veut réduire les nombres d’accidents de la route sur le territoire, beaucoup d’acteurs devront-être concernés.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Chronique de Mickey : Vade retro … villes fantômes

Les présentations en 3D de Tana-Masoandro font fureur, on y voit des immeubles bien alignés avec des rues larges à merveille, des écoles, des commerces, des hôpitaux, des parcs de jeux pour les enfants, des parkings, des espaces verts et des gens qui s’affairent dans les rues, bref une ville animée agréable à vivre. Le miracle des images virtuelles fait son effet et tout un chacun y croit. Les promoteurs peuvent s’en féliciter. Seulement, du rêve à la réalité au vu de la situation actuelle de l’état des villes actuelles et du pays, il y a encore beaucoup à faire car les désillusions ne sont pas rares et les exemples n’en manquent pas. Pour preuve le cas de « Nova Cidade de Kilamba ». Kilamba est une bourgade à une trentaine de kilomètres de Luanda, la capitale angolaise. Mais cette cité nouvelle, comme son nom l’indique, est une véritable ville fantôme, révélé dans un reportage de BBC News Africa. «Destinée à accueillir au moins un demi- million de personnes, Nova Cidade de Kilamba a été construite par une entreprise publique chinoise — China International Trust and Investment Corporation, CITIC— en trois ans pour une somme estimée à 3,5 milliards de dollars (environ 2,8 milliards d’euros). Etendue sur 5.000 hectares, cette ville satellite est l’une des plus importantes construite par les Chinois en Angola, et également l’un des chantiers immobiliers les plus conséquents d’Afrique. Un projet qui fait suite à la promesse du président José Eduardo Dos Santos de construire un demi-million de logements dans le pays durant son mandat».Cet exemple n’est pas très différent de notre projet bien qu’on puisse en citer d’autres en Afrique (Kenya, en République Démocratique du Congo), en Chine et même en Europe (Espagne). Ce qu’ils ont en commun, ils sont devenus des villes fantômes. Pour Kilamba, « Sur les quelques 2.800 appartements actuellement en vente, seuls 220 ont été vendus. La raison est simple : avec un prix compris entre 120.000 et 200.000 dollars (95.000 et 160.000 euros), ces logements sont en premier lieu destinés aux classes moyennes et aisées d’Angola. Ce type de projet s’avère inadapté dans un pays où deux tiers de la population vit avec moins de deux euros par jour.» Note le reportage de la BBC, mais chez nous, il y a plus de 80% de la population qui vivent avec moins d’un euro ! « Comparaison n’est pas raison » dit-on mais on ne peut qu’être septique quant à l’issue du projet Tana-Masoandro. Mais pourquoi s’y acharne-t-on ? Peut-on se demander, l’Angola pouvait se le permettre avec son pétrole mais nous qu’est-ce que nous offrons en contrepartie ? L’opacité des transactions du financement ne fait qu’amplifier le doute sans parler des autres volets comme les vrais destinataires de ces immeubles, à part les ministères qu’on peut délocaliser pour désengorger le vieux « Tana », mais après ? Le procédé qui devrait être gagnant entre les promoteurs et la population, il est à craindre qu’il ne profitera finalement qu’à une seule des deux parties.

M.Ranarivao

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Formation des représentants communaux.

Durant 10 jours, le Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes a dispensé des formations destinées aux représentants communaux. Ces formations se sont portées sur les cyclones et les mesures pour y faire face. En effet, le BNGRC a tiré des leçons par rapport à la saison cyclonique de l’année dernière.
Les formations se sont faites à Andrainarivo, Ivato et Antanimora. La raison pour laquelle le BNGRC a décidé de former ces représentants est l fait qu’ils sont les plus près de la population et peuvent facilement les aider à prévenir, à faire face et à réduire les effets des catastrophes. Toutefois, les responsables au niveau de la Préfecture seront les premiers responsables en cas de cyclone surtout en prise de décision.
Midi Madagasikara0 partages

Rugby-Gold Top 20 : Les grandes équipes dominent !

Pas de grande surprise lors de la troisième journée des Championnats Elite fédéral 1 de rugby, qui s’est déroulée ce week-end au stade des Makis Andohatapenaka. La logique a été respectée, puisque les grandes équipes n’ont pas manqué leur match en s’imposant sur leurs adversaires respectifs. Parmi les rencontres très attendues, celle du Tam Anosibe au FTM Manjakaray. Ce dernier qui s’est imposé sur le score de 64 à 26 face à son adversaire. 3FAI caracole encore à la tête de la poule A en écartant la STM sur un score de 28 à 23. Quant à la CNaPS Sport, elle a fait un bon parcours dans cette compétition en arrachant sa troisième victoire face à l’US Ikopa sur le score de 43 à 6.

Tous les résultats de la troisième journée.

3F5 Amboditsiry 21 # 21 FTBA Andohatapenaka

FTA Andavamamba 34 # 55 3FB

3FAI Ambalavao Isotry 28 # 23 STM

TAM Anosibe 26 # 64 FTM Manjakaray

VTAM 12 # 45 TFMA Ankasina

CNaPS 43 # 6 US Ikopa

TFA Anatihazo 24 # 17 XV Avenir

USCAR 21 # 27 Cosfa

Manjato Razafy

La Vérité0 partages

Jeux nationaux du sport scolaire - La société HITA partenaire officiel de « Sorongôla »

C’est une alliance inédite. Le ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et la société HITA (Huilerie Industrielle de Tamatave) ont annoncé avoir conclu un partenariat public-privé durant les Jeux nationaux du sport scolaire (JNSS). Au terme de ce partenariat, HITA fournira les rafraîchissements tout au long de cette compétition et les lots aux gagnants (1ère place et 2ème place). Par ailleurs, dans le cadre du partenariat public-privé, ladite société accompagnera le MENETP dans d’autres projets (infrastructures et kits scolaires). Un grand carnaval a fait le tour de ville le dimanche 13 octobre, avec les représentants de chaque délégation issue des 22 régions.  Hier, le PDS de Toamasina a remis les clés de la ville du Grand port au ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et professionnel, Marie Thérèse Volahaingo, pour marquer l’ouverture officielle des JNSS 2019 qui s’y dérouleront du 14 au 20 octobre. 

Triche sur l’âge :  52 élèves détectés Plus de 2800 athlètes participent aux JNSS qui se répartissent dans 05 disciplines différentes dont, entre autres, volleyball, basketball, football, handball et athlétisme et de toutes catégories : benjamines, minimes, cadettes filles et cadets garçons. Les compétitions ont déjà débuté hier pour les disciplines collectives et l’on attend déjà les couacs des jeux. Avant le début de chaque compétition, un contrôle d’âge inopiné a été mené aux élèves suspects. A la grande surprise des organisateurs, 57 élèves ont été détectés pour avoir triché sur leurs âges. Notons que les jeux sont réservés aux élèves de 11 à 17 ans, comme ces organisateurs l’avaient dit avant la compétition, une triche  sur l’âge est susceptible de forfait pour toute une équipe entière. La compétition continuera ce jour et demain dans les 7 sites de compétition.   Jeudi ce sera une journée récréative à Foulpointe pour toutes les délégations tandis que les phases finales reprendront le vendredi 18 et samedi 19 octobre. La distribution des prix est prévue le dimanche 20 octobre. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Réhabilitation de la RN44 - Andry Rajoelina tient ses promesses !

Au tour d’Ambatondrazaka de voir la concrétisation des « Velirano » du Président Andry Rajoelina. Le Chef de l’Etat est en déplacement dans la capitale de l’Alaotra Mangoro depuis hier. « Je ne vous ai pas oubliés. Pendant la campagne électorale, j’ai annoncé la réhabilitation de la RN44. Beaucoup ont ironisé que cela ne sera jamais effectué. Mais je suis ici pour vous assurer que cette voie nationale sera bel et bien réhabilitée », a déclaré le Président dans son discours. Il a souligné le caractère sacré d’un « Velirano ». Faut – il rappeler que pendant la campagne électorale, Andry Rajoelina avait d’ores et déjà annoncé que les travaux de réhabilitation de la RN44 ont été toujours une priorité pour lui. D’ailleurs, il a avait révélé que des études de faisabilité ont déjà été réalisées durant la période de Transition et qu’il avait déjà trouvé les financements potentiels pour exécuter les travaux. L’ouvrage proprement dit débutera de manière officielle ce jour sous les auspices du numéro un de l’Exécutif. Sur cette lancée, l’homme fort du pays a annoncé la prochaine reconstruction de l’aéroport ainsi que le retour de la liaison aérienne Tana – Ambatondrazaka. Sur un tout autre sujet concernant l’approvisionnement en électricité dans la région, le Chef de l’Etat a annoncé la prochaine arrivée d’un 4ème groupe pour la ville. Bientôt, l’utilisation de gasoil sera aussi révolue au profit d’autres énergies renouvelables.

Haro sur l’insécuritéL’insécurité constitue également un sujet d’inquiétude pour la population de cette localité. Outre les attaques de dahalo, la population est aussi confrontée à la recrudescence des cas d’enlèvement. Suite à l’appel de détresse des habitants, le numéro un du pays a annoncé l’augmentation des effectifs des Forces de l’ordre ainsi que la mise en place d’un numéro vert. Les Forces de l’ordre étant confrontées à l’insuffisance de matériels et d’équipements de travail, le Président a procédé à la remise de 4 véhicules 4X4. En contrepartie, le Chef de l’Etat a appelé les gardiens de la paix à cesser toute forme de gabegie et de corruption. « Nous vous avons à l’œil », a – t – il lancé. Les Forces de l’ordre bénéficieront de motivations à l’instar de bonification d’ancienneté de grades, de primes de bravoure. En revanche, des sanctions attendent les agents qui manquent à leur devoir.Le Président de la République a également procédé à la pose de la première pierre pour la construction de nouvelles infrastructures comme la RN3A à Manaingazipo, ainsi que d’une EPP manara – penitra à Sabotsy. A travers autant de réalisations, le chef de l’Etat tient à rassurer la population de l’Antsihanaka qu’elle n’est nullement laissée-pour-compte. La Rédaction

La Vérité0 partages

Naina Andriantsitohaina - A l’écoute des personnes âgées d’Antananarivo

Naina Andriantsitohaina a rencontré les représentants des personnes âgées des 192 fokontany de la Commune urbaine d’Antananarivo, en fin de semaine dernière, au Kianja maitso d’Analamahitsy. Une manière pour le candidat à l’élection du maire de la Capitale de Madagascar de faire preuve de respect envers ses aînés. L’occasion a été saisie par les « zokiolona » de confier leurs attentes et leurs desiderata au porte-fanion de l’Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina. L’assistance médicale gratuite, la réduction des frais de transport en commun, la création d’activité de subsistance notamment à cet égard ont été évoquées par les représentants des personnes âgées. Des appels qui ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd. Naina Andriantsitohaina affirme avoir bien pris note des doléances de ces ray-aman-dreny. Des parents qui ont par la suite offert leur bénédiction au prétendant à la magistrature de la Ville des mille.

La fin de semaine du candidat Naina Andriantsitohaina a été chargée samedi. Après la rencontre avec les personnes âgées, le candidat des Orange a eu un échange avec des natifs des 22 Régions de Madagascar, à son quartier général de campagne à Antanimena. Formulant leur soutien indéfectible au candidat, ces représentants de la population de la Grande île, dont nombreux habitent la Capitale, ont également évoqué quelques propositions pour la concrétisation du projet « Antananarivo tananantsika ». L’assainissement et le nettoyage auprès des fokontany, l’amélioration des conditions des travailleurs, la mise en place d’un standard de service pour faciliter la délivrance de documents, ont notamment figuré dans la liste des propositions soumises au prétendant à l’accession à l’Hôtel de ville d’Analakely.  Prônant l’ouverture et le rassemblement, le candidat Naina Andriantsitohaina a émis sa volonté de faire participer les Malagasy au développement de la Capitale. Un appel a été lancé aux jeunes à prendre leurs responsabilités car Antananarivo a besoin de changement, de développement, de propreté et de sécurité.  La Rédaction

La Vérité0 partages

Session ordinaire du Parlement - Trois dossiers chauds sur la table

La deuxième session ordinaire du Parlement dite session budgétaire s’ouvrira ce jour. Cette session sera consacrée à l’examen et à l’adoption de la Loi de finances initiale 2020, mais aussi à l’adoption de la loi portant statut de l’opposition, l’avant-projet de loi portant modification de certaines dispositions du code de la communication médiatisée ainsi que certaines autres lois. Une cérémonie d’ouverture est prévue se dérouler ce jour dans la matinée, sauf  changement à l’Assemblée nationale.  Dans l’après-midi, ce sera au tour du Sénat de procéder, elle aussi, à l’ouverture de la session ordinaire.  Au menu durant ces 60 jours figure notamment l’adoption de la loi de finances initiale (LFI 2020). L’article 75 de la Constitution dispose que « la seconde (session, ndlr), consacrée principalement  à l’adoption de la loi de finances, (commence), le troisième mardi d’octobre ». La tenante du perchoir de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, a d’ailleurs réaffirmé dans la presse locale que l’adoption de ce texte sera la priorité. Les députés et les sénateurs devront également se pencher de nouveau sur la proposition de loi modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2011-013 du 09 septembre 2011 portant statut de l’opposition présenté par le député élu à Ikongo, Jean Brunelle Razafintsiandraofa.

Au cours de la session extraordinaire du mois d’août dernier, la proposition de texte avait été adoptée par les députés, mais avait été ensuite ajourné par le Sénat, pour insérer des dispositions relatives à l’opposition au sein de la Chambre haute dans le texte. Cette proposition de loi, qui prévoit que le chef de l’opposition officielle soit issu des députés de l’opposition, retiendra donc l’attention des observateurs.  Le Parlement débattra et va adopter également le projet de loi modifiant  certaines dispositions du code de la communication médiatisée. L’avant-projet de loi, adopté tel qu’il a initialement été présenté aux parties prenantes le 05 août 2019, a été approuvé par le Conseil de gouvernement puis le Conseil de ministres sans amendement majeur.  Soumis par le Gouvernement de l’époque, le code de la communication médiatisée, considéré comme liberticide, avait été adopté aux forceps par le  Parlement il y a quelques années.  Plusieurs autres projets de texte devront également passer devant les députés et les sénateurs. Un projet de loi sur les Collectivités décentralisées serait attendu lors de cette seconde session ordinaire du Parlement. Une proposition de loi relative au « toaka gasy » sera peut-être aussi étudiée par les parlementaires. La Rédaction

La Vérité0 partages

Fonds Alana Cutland - Les villageois d’Anjajavy bénéficiaires

A la mémoire de Alana Cutland, ses parents ont décidé de créer un fonds portant son nom afin d’aider les jeunes étudiants et les villageois d’Anjajavy. Alana Cutland était cette étudiante anglaise de 19 ans qui a trouvé la mort après avoir sauté d’un avion en vol, le 25 juillet dernier du côté d’Anjajavy. Elle venait d’arriver dans le but d’y effectuer des recherches dans le domaine des sciences. Après un séjour de quelques jours, elle était déprimée et ses parents ont décidé de la rapatrier dare-dare en demandant à une compatriote de l’accompagner. Mais personne n’est en mesure d’expliquer jusqu’à maintenant la raison pour laquelle Alana Cutland s’est jetée dans le vide quelques minutes après le décollage de l’avion léger à destination de Mahajanga. Son corps n’a été retrouvé que le 6 août dernier grâce à la collaboration entre les villageois et la Gendarmerie nationale. 

« Le fait que les villageois quittent leurs fermes et passent 10 jours à la recherche d'Alana était extrêmement généreux », a déclaré le père de la défunte étudiante pour expliquer son choix et celui de son épouse de venir en aide à la population locale à travers ce fonds. Une partie de la somme collectée servira à aider une école du village où son corps a été retrouvé, ont détaillé les parents à la présentation de ce projet au Robinson Collège, là où leur fille étudiait. En plus, la famille envisageait de travailler avec une fondation caritative pour acheter immédiatement des équipements indispensables à l'école du village et y construire une nouvelle salle de classe. « C’est sûr que le fonds réalisera beaucoup de choses à Madagascar et à Cambridge », ajoute le père d’Alana Cutland. Il s’est dit agréablement surpris par la générosité de chacun à répondre favorablement à l’appel de la famille. En quelques jours, le fonds a recueilli 25.000£ (115 millions Ar) par le biais d’un financement participatif. A part les villageois d’Anjajavy, des étudiants du Robinson Collège tireront aussi profit de ce fonds. Une bourse sera en effet octroyée aux étudiants de premier cycle qui entreprendront des recherches dans le domaine scientifique. La Rédaction

La Vérité0 partages

Air Madagascar - Air Austral - La grogne des usagers s’amplifie…

Mais jusqu’à quand ? Cette question revient sans cesse dans la bouche des passagers de la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar et de sa filiale domestique « Tsaradia ». Les usagers commencent notamment à en avoir marre de la situation actuelle du transport aérien dans le pays. Effectivement, deux années se sont déjà écoulées depuis la signature de la convention de partenariat stratégique entre Air Madagascar et Air Austral. Mais jusque-là, aucun changement à l’horizon pour la compagnie nationale malagasy, que ce soit en termes de tarifs, de qualité de services ou encore de diversification des services proposés aux clients. Et les usagers sentent bien ces lacunes. « Les prix des billets pratiqués par "Tsaradia" sur les vols internes sont vraiment exorbitants. Pourtant, la qualité des services laisse à désirer, les vols sont toujours annulés ou retardés. Il y a toujours des surprises désagréables par rapport à ce qui a été prévu. Et nous, en tant que clients, nous commençons vraiment à perdre patience. En fin de compte, ce partenariat avec Air Austral n’a apporté rien de bon pour notre compagnie », a dénoncé le député Thierry Siteny, sur les réseaux sociaux. Et il n’est pas le seul. En tout cas, ces plaintes sont justifiées. Pour un billet aller-retour « Antananarivo-Antsiranana-Antananarivo », un passager devra payer aux environs de 1 568 900 ariary ou à peu près 392 euros, pour seulement deux heures de vol. Un prix fort payé étant donné que pour un vol « Paris-New York-Paris », un billet aller-retour coûte 425 euros pour huit heures et demie de vol. Une différence de seulement 33 euros alors qu’il y a un écart de plus de six heures de voyage. Il en va de même pour les vols régionaux.

Pour un aller-retour Madagascar- La Réunion, le client doit débourser 465 euros pour près d’une heure et demie de vol.« Pour mon travail, je dois me déplacer à maintes reprises dans les différentes régions du pays. Je choisis l’avion pour avoir un gain de temps mais avec "Tsaradia", ce n’est pas du tout possible. Entre les retards de vol et les annulations, on ferait mieux de prendre la route. Si la qualité des services est irréprochable, cela ne me dérange pas de payer le prix fort mais hélas, ce n’est pas du tout le cas à présent ! », se plaint une entrepreneure. En effet, d’après une de nos sources proche de l’affaire, « au moins un vol est annulé chaque semaine parce que l’ATR devant l’effectuer tombe toujours en panne. Ce dernier étant un avion d’occasion de Mayotte, et ses pannes ne sont pas étonnants ». Cependant, il ne faut pas oublier que pour les trois premières années, avec le plan de transformation d’Air Madagascar « Alefa 2027 », les deux partenaires devaient se concentrer sur le redressement de la  compagnie en renforçant les réseaux, alignant les flottes et le programme mais aussi en revalorisant le client et l’efficacité commerciale. Mais les résultats sont loin d’être palpables.  Pourtant, de son côté, Air Austral continue d’améliorer sa flotte. Elle vient notamment d’acquérir trois nouveaux Airbus A220-300 pour renforcer ses dessertes sur l’océan Indien. Alors que pour Air Madagascar, les trois Airbus seront loués étant donné que l’acquisition se fera par l’intermédiaire d’une société de leasing. Face à cette démarche, la question des apports d’Air Austral pour notre compagnie aérienne se pose toujours. Cette compagnie de l’île sœur semble ne penser qu’à son propre profit avant de songer à celui de notre compagnie Air Madagascar. L’Etat devrait donc revoir de plus près ce « fameux » contrat de partenariat stratégique pour préserver les avantages d’Air Madagascar, et surtout ceux des usagers malagasy, devenus par la force des choses, la « vache à lait ». Rova Randria

La Vérité0 partages

Divagations

Quelles sales petites bêtes auraient-elles piqué la respectable Société civile de la place pour qu’elle divague de la sorte ? Des communiqués quelque peu déraillés ! Des commentaires apparemment désaxés !  Des analyses parfois à côté de la plaque ! Bref, en proie aux effets délétères du « délirium trémens » certains acteurs de la Société civile du pays délirent en s’aventurant à des sujets qui leur échappent. Leurs sorties médiatiques de ces derniers temps défraient les chroniques. Le Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainampirenena (SeFaFi), l’Observatoire de la vie politique nationale, n’a pas fait de détail et tire à boulets rouges dans le tas à l’endroit de deux importants corps d’activités à savoir les enseignants-chercheurs d’université et les professionnels du média. L’Observatoire fustige la culture du privilège dont sont coupables ces deux secteurs de métiers. A part la faute collective, chaque corps a eu son « lot » propre. La bande à Andriamandranto Ralison, dans des propos virulents, dénonce le comportement pour le moins suspect des enseignants d’université et ce pour trois motifs bien définis. L’Observateur trouve inadmissible qu’on organise une grève illimitée pour réclamer la levée par les autorités compétentes de la limitation à 1500h par année les heures complémentaires qui pour certains pourraient atteindre les 3.000 h. Le Sefafi critique aussi la position des enseignants-chercheurs qui réclament la non-réglementation des procédures de sortie en mission. Comme tout fonctionnaire qui effectue une mission à l’extérieur, les enseignants doivent respecter, selon l’Observatoire de la vie nationale, les procédures nécessaires. Et l’Etat a le plein droit de savoir et réglementer tout mouvement de ses agents. Et le plus inquiétant entre tout consiste au refus de ces enseignants à la mise en place des agents comptables dans les universités. Le Sefafi tire la sonnette d’alarme sur ce refus douteux. Mais là où le bât blesse, à travers ce communiqué réside le fait que Andriamandranto Ralison et consorts chargent les journalistes sans distinction d’amateurs et démunis de rigueur intellectuelle, professionnelle et déontologique. Il les taxe d’énergumènes qui s’aventurent dans un domaine qu’ils ne maîtrisent point. Alors là, le Sefafi a appuyé trop sur le bouchon. On connait que depuis sa création en 2001, le Sefafi se positionne toujours en donneur de leçons. Mais attention il y a des limites à ne pas franchir sinon on se perd dans les divagations aussi ridicules que dérisoires. Le Mouvement Rohy qui regroupe dit-on une centaine d’ONG et présent dans les 22 Régions monte au créneau et condamne le « manque de transparence dans le processus de conduite des affaires nationales ». A entendre les critiques de ce « Mouvement », on a l’impression que le pays fait marche arrière. L’instauration de l’Etat de droit, de la démocratie et de la décentralisation effective serait ainsi en danger. De même, la séparation des pouvoirs, une base fondamentale dans le fonctionnement de l’Etat démocratique, risque de voler en éclats. Mais, où est-ce que le Mouvement Rohy a-t-il pu « dénicher » toutes ces âneries ? Les critiques sont nécessaires pour la bonne marche des affaires nationales. Cependant, de là affirmer que l’Etat, dans son vécu présentement, se trouve dans une situation de danger mortel, il y a un pas à ne pas franchir sinon on s’expose à des divagations.

Midi Madagasikara0 partages

Ramino Paul : Une grande figure de la vie nationale s’est éteinte

Le pasteur Ramino Paul, une grande figure de la vie nationale s’est éteinte. ( Photo d’archives)

Non seulement, c’est un homme d’église, il est également connu dans le domaine politique en faisant partie notamment de ” Raiamandreny mijoro”, et par la suite du « Filankevitra ho an’ny Fampihavanana Malagasy. Et ce n’est pas tout car il est aussi écrivain et poète.

Le pasteur Ramino Paul Abraham est décédé samedi dernier, à l’âge de 77 ans. Cette grande figure de la Nation a fait ses études primaires et secondaires à Ambavahadimitafo, Ambohijatovo Avaratra et Paul Minault. Pour ses études universitaires, il est passé à la faculté des sciences et techniques à Amapasampito. Il a également effectué des études supérieures, entre autres, à la faculté de théologie protestante de Genève. Notons qu’il a officié pendant une vingtaine d’années au sein de l’église FJKM Amparibe jusqu’à sa retraite en décembre 2007.Réconciliateur. Cet homme d’église a également marqué de son empreinte le domaine politique. Il fait également partie des membres-fondateurs de ” Raiamandreny mijoro” avec le pasteur Daniel Rasoaherinjato et Madeleine Ramaholimihaso. Connu pour son rôle de réconciliateur, son parcours ne s’est pas arrêté là car il est aussi membre du « Filankevitra ho an’ny Fampihavanana Malagasy » (FFM).

Ecrivain et poète. Cet homme politique a également plusieurs cordes à son arc. En effet, il est écrivain et poète. Le Pasteur Paul Ramino est nommément le célèbre auteur du “lamako” que la plupart des Malgaches utilisent pendant les cérémonies et autres festivités. Sans parler de ses activités au sein du scoutisme. En un mot, c’est un homme qui a marqué son temps. Son inhumation aura lieu demain à Mahalavolona Andoharanofotsy. Midi Madagasikara présente ses condoléances à la famille du défunt.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Antsiranana : Mpitondra môtô maty tsy tra-drano 

Nitrangan-dozam-pifamoizoizana nahafatesana olona indray,tao an-tampon-tanànan’ Antsiranana, teo amin’ny toerana antsoina hoe : « Sary masina Scama », afak’omaly alina tokony ho tamin’ny folo ora, ka lehilahy iray  nitondra môtô Honda nanao taingin-droa no maty tsy tra-drano rehefa voafaokan’ny fiara Mazda miloko fotsy manao zotra rezionaly mampitohy an’ Ambilobe sy Antsiranana. Raha ny vaovao voaray, dia niparitaka teny an’arabe ny atidohan’ilay mpitondra môtô, raha naratra mafy mbola miady fatratra amin’ny fahafatesana kosa amin’izao ilay namany niara-nitaingina môtô taminy; izay manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaly CHU Tanambao. Tsy nijanona kosa fa nirifatra nandositra ilay fiara nandona nahavanon-doza, ka mbola karohina fatratra hatramin’izao. Raha ny fahitan’ireo nanatri-maso ny loza, dia samy nandeha mafy na ilay fiara na ilay môtô.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Rugby-« Africa Women’s Sevens » : Madagascar à la troisième place

Les Makis Dames n’ont pas démérité au tournoi « Africa Women’s Sevens ».

Pas de J.0 pour les Makis dames. Elles étaient éliminées en demi-finales lors du championnat d’Afrique « Women’s Sevens » en Tunisie hier. Les protégées de Eric Randrianarison se sont inclinées devant l’équipe de l’Afrique du Sud sur un large score de 29 à 0. Malgré tout, le magnifique essai non transformé en premier mi-temps et la défense de fer leurs ont permis de remporter la médaille de bronze lors du match de classement face à la Tunisie (5-0). En effet, les Makis avaient réalisé un parcours sans faute lors de la première journée avec trois matches et trois victoires. Elles avaient battu le Maroc par 34 à 0. Tantely et se sont imposées sur le score de 41 à 0 face à l’île Maurice et ont eu raison de la Tunisie sur un score de 14 à 7. En quart de finales, les Malgaches ont terrassé les Sénégalaises sur le score de 25 à 5. Quant à l’Afrique du Sud, sacrée championne et représentera le continent africain aux J.0 après avoir battu le Kenya en finale sur le score de 15 à 14. Le Kenya et Madagascar auront une possibilité supplémentaire d’être qualifiés en participant à un tournoi mondial de repêchage.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Football- Ligue Analamanga : Une journée inaugurale réussie

Le président de la Ligue d’Analamanga, Tota, et le technicien français Nicolas Dupuis, ont été acuueilis par une foule immense à leur arrivée au stade Elgeco Plus.

Pari tenu pour la ligue de football d’Analamanga qui est parvenue à transformer en fête le coup d’envoi de sa saison 2019-2020.

C’était samedi au stade Elgeco Plus où la foule est venue massivement et parfois même de très loin avec les participants à la course de solidarité qui s’élançait de Malaza Andoharanofotsy en passant par Mahalavolona, et finir au By Pass avec au bout des ballons de football aux premiers arrivés.

Un coup médiatique du président Tota Henintsoa Rakotoarimanana suivi d’un autre car il a fait jouer les journalistes dans un match contre les membres de l’encadrement de la ligue.Une rencontre qui a vu une victoire de 3 à 2 de nos confrères avec un doublé de Jacquinot de MaTV royalement servi par Davis de Midi. Auparavant, Fenosoa ouvrit le score pour les journalistes.

Heureux comme tout, Tota qui a également programmé le dernier match de préparation des Barea CHAN, annonçait aussi à l’assistance, sa volonté de participer au tournoi des moins de 16 ans de l’Union des Fédérations de Football de l’Océan Indien. Une manière de montrer que Analamanga roulait aussi pour la préparation de la relève,

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Précampagne communales : Les candidats plutôt réservés

Il n’y a aucun texte qui régit la précampagne. Ce qui fait que c’est le flou qui l’entoure. Un vide juridique qui favorise les candidats riches au détriment des candidats pauvres. Contrairement aux élections présidentielles et législatives, les candidats aux communales sont plutôt réservés durant la précampagne. Est-ce dû à la situation qui prévaut dans le pays, notamment avec la fuite des sujets au baccalauréat qui focalise l’attention de bon nombre d’observateurs ? Ou est-ce qu’on attend l’ouverture de la campagne électorale prévue le 7 novembre prochain pour mettre le paquet ? On est loin des tapages médiatiques des précédentes consultations populaires. Visiblement, ceux qui sont dans la course aux municipales et communales jouent la carte de la prudence. Toutefois, ils privilégient les visites dans les quartiers, juste c’est pour se faire remarquer ou du moins les gens auront une idée du candidat.

Elections de proximité. . Faut-il rappeler que les fonctionnaires candidats à ces élections de proximité seront suspendus temporairement de leurs fonctions. A cet effet, ils sont obligés de demander une autorisation spéciale pour justifier leur absence. Même topo, pour les candidats faisant partie du personnel des collectivités territoriales décentralisées. Quant aux hauts commis de l’Etat, ils seront estimés comme démissionnaires d’office. Selon des statistiques émanant de la CENI, 6275 candidats visent le poste de maire. Pour ce qui est des conseillers municipaux, ils sont au nombre de 4960.

Descentes dans les quartiers. Lors de l’élection présidentielle du 7 novembre dernier, l’on a remarqué que les candidats n’ont pas du tout la même chance concernant les moyens financiers notamment au cours de la campagne électorale. Pour ces élections de proximité, au lieu de procéder à des dépenses pour des tapages médiatiques, les candidats ont plutôt investi dans d’autres domaines. Notons que pour la capitale, cinq candidats sont en lice pour les communales. Il s’agit de Naina Andriatsitohaina (IRD), Randriamasinoro Tahiry Ny Riana (TIM), Rakotoarisoa Faniry Alban, alias Gangstabab (APM) et deux indépendants Eliace Ralaiarimanana et Feno Harison Andrianjoelina. Les deux premiers sont plus visibles sur le terrain en procédant notamment à des descentes dans les quartiers. Ce peu d’engouement des candidats pourrait-il s’expliquer par le manque de moyens ?

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Football -Préparation CHAN : Les Barea se forgent un bon moral !

Les Barea ne pouvaient rêver mieux que cette victoire de 2 buts à 0 de samedi devant une très bonne sélection d’Analamanga en guise de préparation de leur match de samedi prochain contre la Namibie.

Les Barea affichent une forme étincelante. C’est le constat unanimement partagé par le public du stade Elgeco Plus, tant Ando et ses amis ont fait le job face à la sélection tananarivienne qui a rempli à merveille son rôle de sparring partner. Et quand on dit à merveille, cela signifie que les protégés de Franck Rajaonarisamba et de Zakabe n’ont pas fait dans la dentelle en bousculant les Barea.

Une main heureuse. Mais dans cette lutte entre deux bonnes formations, les Barea ont eu la main heureuse grâce notamment à ce bijou marqué très tôt par le capitaine Ando Rakotondrazaka de 25m du but adverse sur lequel, le gardien Santos, la nouvelle recrue d’Elgeco Plus, ne pouvait rien faire.

15 minutes plus tard, le même gardien ramassa le cuir dans ses filets à la suite d’un puissant tir d”Eliot, le grand attaquant de Zanakala qui slaloma à travers une forêt de jambes tananariviennes.

À 2 à 0, les Barea pouvaient souffler. Franklin Andriamanarivo choisit de faire tourner son effectif à l’exception de sa charnière centrale composée de Berajo et Andry Kely.

Des gens d’expérience. Ce dernier fait partie des derniers appelés à forte coloration Fosa avec notamment Santatra et Andry Max. Avec Théodin, Lôlôdy, Baggio et Besna, cela faisait beaucoup. Mais c’est peut-être mieux ainsi car le groupe a besoin des gens d’expérience pour ce dernier match qualificatif à la phase finale de la CHAN au Cameroun.

D’ailleurs, même le staff technique dont faisait partie Nicolas Dupuis et encore moins le public, ne trouvent à redire sur la prestation des Barea et leur solidité défensive.

Le plus, c’est bien sûr l’entrée réussie de Tsilavina sur le flanc gauche de la défense et surtout de Safidy auteur d’une fin de match irréprochable.

Andry Kely a aussi donné satisfaction malgré son jeune âge.

C’est dire combien les Barea ont retrouvé un bon moral et le groupe une efficacité certaine.. Mais n’encensons pas trop car à Windhoek, il va encore falloir se battre…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Instaurer une véritable sécurité routière

Les automobilistes malgaches paient un tribut de plus en plus lourd à celle qu’on appelle la « grande faucheuse ». A chaque jour, sa comptabilité macabre qui ne semble plus étonner. Les accidents mortels remplissent les pages des faits divers et font la manchette des journaux. Il est plus que temps que les autorités se préoccupent de cette hécatombe qui doit cesser, ou à tout le moins diminuer. Il est nécessaire d’instaurer une sécurité routière digne de ce nom.

Instaurer une véritable sécurité routière

Lorsqu’on arrive à la fin de la journée dans les rédactions, on attend sans beaucoup d’étonnement la liste des accidents ayant eu lieu. On mesure leur gravité au nombre de morts et de blessés, et en sus, on a les photos des victimes. Les réseaux sociaux rapportent en temps réel ces événements sanglants. On ne peut pas s’habituer à cela même si c’est devenu notre lot quotidien. Il est nécessaire que les autorités se mobilisent pour faire baisser ce nombre de morts sur les routes. En France, l’organisme en charge de la sécurité routière tient un compte exact du nombre de victimes durant l’année en cours. Il est régulièrement interpellé dès que les chiffres augmentent. Les gendarmes et les policiers sont obligés de surveiller étroitement les automobilistes. Ils ne badinent pas avec les règles de sécurité, mais cela n’empêche pas les accidents. Chez nous, il est temps de faire de même. La première mesure est un contrôle technique très strict des véhicules roulant sur nos routes. Une vigilance accrue des techniciens lors des visites techniques a été constatée, mais il y a encore des failles qui existent et qui permettent à des guimbardes hors d’usage de rouler. L’imprudence des automobilistes est aussi la cause de ces dizaines de morts. Il ne faut plus se résigner à la Fatalité. On doit agir et on doit le faire sans tarder.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Campagne « Rentrée scolaire » : Kits scolaires pour les enfants défavorisés

Les responsables de Vivo Energy Madagascar avec les journalistes lors de la présentation de la campagne « Rentrée scolaire ».

A l’approche de la rentrée scolaire, nombreux sont les parents qui envisagent acheter les fournitures de leurs bambins. Dans le but de les aider, surtout ceux qui ont des enfants qui fréquentent les écoles primaires publiques (EPP), Vivo Energy Madagascar a lancé une campagne baptisée « Rentrée scolaire ». Ainsi, la société distributeur des produits Shell veut faire don ou plutôt, encourage sa clientèle à faire des dons de kits scolaires aux enfants défavorisés des classes de 7e de 100 écoles primaires publiques. En effet avec cette campagne, la société s’engage à offrir un kit scolaire à un élève pour chaque achat d’un bidon du lubrifiant Shell Rimula R4X. Ce projet va s’étendre sur tout le mois d’octobre selon les explications reçues lors de la conférence de presse tenue par la société dans ses locaux à Ivandry.

Au total, la société vise la distribution de kits scolaires pour 10.000 élèves des EPP situées dans les environs des stations-services Shell. Cette initiative est la troisième action relative à l’éducation réalisée par Vivo Energy Madagascar cette année. « L’éducation est une responsabilité collective, par ce geste, nous concrétisons notre volonté d’œuvrer à l’épanouissement et au développement de nos enfants », ont expliqué les responsables de la société.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Sakaraha : Mpianaka nataon’ny dahalo takalonaina

Namaivay ny fifandonana tamin’ireo dahalo tany amin’iny distrikan’i Sakaraha iny, omaly. Nisy olona iray mihitsy aza, tamin’ireo mpifanandrina no maty voatifitra. Fifandonana izay nentina namotsorana ireo olona, mpianaka roa lahy, lasa takalonaina tao Ankaboka. Raha ny zava-nisy, araka ny fampitam-baovao azo, dia mpitondra sarety iray niaraka tamin’ny zanany vao sivy taona monja no notafihan’ny dahalo mitam-piadiana sy mirongo ody gasy, omaly antoandro. Tsy vitan’ny nalain’ireo olon-dratsy ny ombin’izy ireo, fa mbola nentina nataony takalon’aina ihany koa ireto farany. Tamin’io fotoana io, dia sendra nanao fisafoana tao Andranomaitso, Sakaraha ny zandary ka niantso vonjy tamin’ireto farany avy hatrany ireo mponina. Tsy niandry ela moa ireto mpitandro filaminana, fa avy hatrany dia nandray an-tànana ny raharaha ary rafitra nanara-dia, nampian’ireo fokonolona. Tsy dia lasa lavitra loatra fa teo amin’ny kizo atao hoe Antatao no nifankatratra ny roa tonta. Ireo dahalo  raha vao nahita ireo mpanenjika, dia nitifitra avy hatrany. Iray tamin’ireo mpanara-dia no voan’ny balan’izy ireo ka maty tsy tra-drano. Namaly tifitra ireo zandary. Tsy nisy lavo ireo olon-dratsy, saingy resy tosika kosa ary nanao tsoa-pe nandositra, namela azy mianaka sy ireo omby. Tsy namelan’ireo zandary moa raha tsy voasambotra ny roa tamin’izy ireo,fa tafaporitsaka ny roa ambiny. Mbola nahatrarana basim-borona iray sy mohara maromaro moa teny amin-dry zalahy ireto. Mbola mitohy kosa ny hazalambo sy ny fikarohana ireo roa tafatsoaka.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Sécurité dans l’Océan Indien : Une ligne de crédit de 20 millions USD pour les bateaux intercepteurs 

La coopération entre l’Inde et les Comores a encore avancé d’un pas. La semaine dernière, ShriVenkaiah Naidu, vice-président de l’Inde a effectué une visite d’Etat de deux Pays, les Comores et le Sierra Leone. Selon l’Ambassade de l’Inde à Madagascar, le vice-président indien a été accompagné d’une délégation de haut niveau, dont Shri Sanjeev Kumar Balyan, ministre de l’Elevage, de la Laiterie et de la Pêche, Shri Ram VicharNetam, membre du Parlement et des hauts dignitaires du gouvernement indien. A la rencontre du président comorien, Azali Assoumani, ainsi que des membres du gouvernement des Comores, le vice-président de l’Inde a rappelé les relations bilatérales historiques et étroites, et les défis similaires auxquels les deux pays sont confrontés. Selon ses dires, la sécurité maritime est étroitement liée, raison qui a inspiré la vision du Premier ministre Modi concernant une architecture de sécurité collaborative dans l’Océan Indien. Les deux parties ont signé un protocole d’accord sur la coopération en matière de défense. L’Inde a également annoncé l’octroi d’une subvention de 2 millions USD pour des bateaux intercepteurs à grande vitesse aux Comores, et d’une ligne de crédit de 20 millions USD pour l’achat de bateaux intercepteurs à grande vitesse.

Partenariat. La lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes est un défi commun, selon les deux parties. Dans ce contexte, le vice-président indien a exprimé le souhait de l’Inde à partager son expérience, son expertise et son partenariat en matière de développement avec les Comores. Il a indiqué qu’une Ligne de crédit d’une valeur de 41,6 millions USD a été octroyée pour la mise en place d’une centrale de 18 MW à Moroni, ainsi qu’une subvention sous forme de don pour la formation d’un centre de formation professionnelle. Il a indiqué que l’Inde était prête à poursuivre sa coopération au développement dans les projets d’énergie solaire, le renforcement des capacités, et a exprimé sa joie de signer le mémorandum d’accord sur le projet télé-éducation E-VBAB et le projet Panafricain télémédecine entrepris entre l’Afrique et l’Inde, lancé le 7 octobre dernier.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Rotaract Club Ankoay : Don de kits scolaires pour les élèves des EPP

Samedi 12 octobre, les parents et leurs enfants sont venus récupérer les dons du Rotaract Club Ankoay.

« L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde », convaincue par cette idée, le Rotaract Club Ankoay, partenaire du Rotary club Anosy du district 9220, a décidé de venir en aide aux parents pour la préparation de la rentrée scolaire 2019-2020.

C’est ainsi que le samedi 12 octobre, le président du Rotaract Club Ankoay et son équipe ont procédé à la première vague de distribution de kits scolaires à deux écoles primaires publiques (EPP) de la circonscription scolaire (Cisco) d’Antananarivo ville : l’EPP Ambaravarankazo, et l’EPP Ankeniheny. Chaque kit comprend un cartable, deux cahiers grand format, des stylos, un crayon, un taille crayon, une ardoise et une règle ; et sont destinés aux élèves en classe d’examen. Un don qui allège le poids de la rentrée scolaire pour les parents d’élèves. A noter que la mise en œuvre de ce geste généreux est le fruit du système de parrainage, ainsi que de la contribution du club.

Le club. Pour petit rappel, le Rotaract Club Ankoay est un club réunissant des jeunes âgés de 18 à 30 ans. Le club est partenaire du Rotary club Anosy qui est spécialisé dans les actions sociales. « En ce moment, la Grande Île compte 11 Rotaract Club et le RTC Ankoay figure parmi les huit clubs basés à Antananarivo » d’après ce que nous a expliqué son président Thierry Robinson. Il intervient essentiellement sur six axes stratégiques, à savoir l’éducation, la santé mère et enfant, l’eau et l’assainissement, la paix, l’économie, le développement local, ainsi que l’environnement.

Autres projets. Cette année, le RTC a déjà effectué de nombreuses actions sociales pour ne citer que les dons de matériels médicaux et les actions de renforcement de capacités auprès des CSB2 Ambodin’Isotry ou le CSB2 Anjeva. Et pourtant, le club va continuer sur sa lancée et projette d’autres actions plus tournées vers l’environnement et l’éducation avant la fin de l’année 2020.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

FGBMFI : Convention nationale de trois jours

Full Gospel Business Men’s Fellowship International ou, communauté internationale des hommes d’affaires du plein évangile (FGBMFI), a tenu sa convention nationale pendant le week-end au Le Pavé Antaninarenina. Il s’agit d’une communauté qui réunit entrepreneurs et hommes d’affaires chrétiens dans le monde. Actuellement, les membres proviennent de près de 185 pays. Pour Madagascar, la FGBMFI y est arrivée en 2003 et compte plusieurs membres d’Antananarivo à Sambava en passant par Moramanga, Ambatondrazaka, Antsirabe, Ambositra et Fianarantsoa. Selon les explications des responsables au niveau de cette communauté internationale, cette convention est l’occasion pour les membres, d’échanger sur les affaires tout en s’appuyant sur l’importance de l’évangile dans la vie professionnelle et personnelle. « Parfois, l’échec d’un projet, d’une entreprise peut entraîner des conflits familiaux et nuire à l’économie locale, or cela peut être évité avec la force de la foi et des prières », a dit le président de New Generation Chapter, Thonny Tahiana Rakotomalala.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Fahamaizan’ny bazary be Toamasina : Herinaratra nitselatra nitarika ny firehetana

May ny bazary be teto Toamasina tokony ho tamin’ny 05ora latsaka fahefahany harivan’ny sabotsy teo, tao anatin’ny filohan’ny antenimieram-pirenena nikabary teo amin’ny araben’ ny fahaleovan-tena mihitsy, tamin’ny fametahana samboady ireo solombavambahoaka voafidy teto amin’ny faritanin’i Toamasina. Trano fivarotana 23 no  kila forehitra tamin’izany raha tara 45min ny mpamonjy voina sy hain-tranon’ny kaominina nandritra izany. Maro ireo hevitra nivoaka tamin’izao fahamaizan’ny ampahan’ny tsena tao Bazary be Toamasina izao, fa ny filohan’ny tsenan’ny bazary be nanamafy fa herinaratra no nahatonga ny loza. Nanadio tsena ny mpivarotra tao bazary be ny sabotsy teo ka nihidy aloha ny tsena vokatr’izany. Efa maty avokoa ny herinaratra mampandeha ny bazary be nandritra izany, fa ity mpivarotra enta-madinika iray ity manana ny kaonterany manokana ka tsy namono ny kaonterany. Teo no nisy ny fitselarana voalohany; izay nampipoaka vata fampangatsiahana ka izao niteraka firehetana nahamay fivarotana 23 izao. Saika mpivarotra enta-madinika nifampiankina sy mpivarokena mifanila aminy ary mpivarotra zava-manitra samy hafa nifanakaiky taminy ireto may ireto.Ny alahady maraina dia nanolotra fanampiana ny bazary be ny fanjakana, tamin’ny alàlan’ny Bngrc izay notarihan’ny minisitra Rtoa Naharimamy Irma, ka nanolotra fanitso 120 hanoloana ireo  may; izay nitarika ny tafon-trano ho loaka be.Teo koa ny fanolorana hazo 276 entina hanampiana ireo may kiôska amin’ny fanarenana izany indray, satria tsy maintsy misokatra tahaka ny mahazatra ny tsena ao bazary be anio alatsinainy. Ankoatra izay dia mandeha ny feo eto Toamasina izao, fa misy zavatra tsy mihodina tsara eto Toamasina tato ho ato, satria talohan’ny fifidianana depiote teo dia bazary kely no may, izao hiditra amin’ny fifidianana ben’ny Tanana dia anjaran’ny bazary be indray no may, farany teo teto Toamasina no natao ny taom-baovao Malagasy; izay saika nitera-doza noho ilay tsangam-bato folaka roa tamin’izay fotoana izay.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Le président de la FMF chez le président de la FIFA

Le président Gianni Infantino a reçu Arizaka Rabekoto Raoul au siège de la FIFA.

Le président de la Fédération Malgache de Football, Arizaka Rabekoto Raoul, s’est rendu le 9 octobre dernier au siège de la FIFA pour  rencontrer le président Gianni Infantino en présence de son émissaire lors des élections à Iafy, Véron Mosengo-Omba.

Une belle occasion pour discuter des programmes qu’il compte entreprendre, et très certainement l’idée de mettre des centres techniques dans plusieurs villes malgaches, mais peut-être du soutien nécessaire pour que le football figure aussi dans le programme scolaire au même titre que les matières complémentaires dans nos écoles.

L’entretien a été qualifié de très fructueux par Arizaka Rabekoto Raoul qui s’entend très bien avec le patron du football mondial. Une confiance mutuelle sinon Gianni Infantino n’aurait pas envoyé le président de la FMF régler le litige aux Comores.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Action sociale : Réhabilitation du CSB2 de la commune de Masindray Avaradrano

40 ans après sa construction, le Centre de soin de base II (CSB 2) de la commune de Masindray Avaradrano bénéficie pour la première fois d’une réhabilitation complète. Un projet financé à hauteur de 44.000.000 Ariary par l’Ambassade d’Allemagne, la commune de Masindray et Water Aid.

Cette réhabilitation qui a été lancée officiellement vendredi dernier, est plus ou moins complète puisqu’elle touche toutes les structures du CSB 2. Le centre est désormais agrémenté de divers bureaux : deux bureaux pour les médecins, un bureau pour le secrétariat médical, un bureau des paramédicaux ainsi qu’une salle de garde pour les étudiants stagiaires. Puis, concernant l’hospitalisation, le CSB 2 sera également doté d’une salle de soins et urgence, ainsi que d’une salle d’hospitalisation de courte durée ou salle d’observation. Mais encore, le CSB2 aura également une salle de consultation prénatale, une salle d’accouchement et une grande salle des accouchés pour le service maternité. Enfin, tout le nécessaire pour assurer un soin de qualité, fait également partie des nouveaux venus au sein de ce centre : pharmacie, un CRENAS (malnutrition), des logements du personnel, accueil des accompagnateurs ainsi qu’une toilette aux normes européennes.

Un projet qui ravit les professionnels de santé qui travaillent sur les lieux mais surtout la population locale. En effet, ce centre affiche un taux de fréquentation de 600 malades et 25 parturientes par mois. Toutefois, cette réhabilitation ne reste qu’un premier pas selon le député élu dans le district d’Antananarivo Avaradrano et maire de ladite commune, Dr. Naina Andriambelosoa : « Cette initiative entre bien dans le ‘velirano’ du PRM avec un centre de santé plus proche de la communauté. Selon le Premier ministre lors de son intervention concernant le PGE, on va d’abord partir sur les infrastructures sanitaires qui sont obsolète ou même inexistante. Puis viendra le temps du bon fonctionnement de tous les centres de santé. Concernant le CSB2 de Masindray, beaucoup reste à faire, il nous faut trouver du personnel de santé fiable, une dentisterie, un laboratoire d’analyses standard, une radiographie, une échographie pour détecter à l’avance les anomalies des femmes enceintes et pourquoi pas une ambulance. ».

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Football : Place à la ligue professionnelle !

Le président de la FMF, Arizaka Rabekoto Raoul, avec le président du CFEM, Arno Steenkist.

Le football malgache va entamer une nouvelle ère avec la mise en place de la Pro League qui, comme son nom l’indique, va former un groupe de clubs pour former l’élite à Madagascar avec une formule qui plait à tout le monde.

Le Club de Football Elite à Madagascar (CFEM) est maintenant fonctionnel depuis la signature de convention de samedi à l’hôtel Pietra avec la Fédération Malgache de Football. Une issue heureuse selon les propos du président de la FMF, Arizaka Rabekoto Raoul qui, fort de ses expériences à la CNaPS Sport, trouvait l’idée géniale pour relever le niveau de notre football.

La magie Arno. Il s’agit en fait d’une vaste concertation entre les grands clubs malgaches, et le fait qu’Arno Steenkist de Fosa Juniors ait accepté d’en assurer la présidence de ce CFEM, fut un pas décisif pour que les choses aillent plus vite.

La première journée est d’ailleurs prévue le 26 octobre avec la participation de douze clubs les mieux cotés de la dernière saison.

Il s’agit de Fosa Juniors, CNaPS Sport, JET Mada, Ajesaia, Zanakala, Club M Mananara, COSFA, FCA Ilakaka, 3FB Toliara, Elgeco Plus et Tia Kitra.

Comme il s’agit d’offrir le maximum au public, les grands stades seront utilisés pour ces matches en aller et retour.

Retour du public. Ainsi l’Ajesaia et JET Mada reçoivent à Mahamasina tout comme Elgeco Plus, Adema et COSFA, le Club M et Tia Kitra à Toamasina et si possible, au nouveau stade de Barikadimy, le FCA Ilakaka et Zanakala à Fianarantsoa, la CNaPS Sport à Vontovorona, Fosa au stade Rabemananjara et le 3FB à Toliara. L’objectif avoué est de voir le retour du public et par ricochet, de faire rentrer de l’argent dans les caisses des clubs.

De très belles bagarres en perspective qui vont obliger chaque formation à étoffer ses cadres comme l’exige une ligue professionnelle.

En attendant, voici les membres du CFEM :

Président : Arno Steenkist ( Fosa Juniors)

Vice-présidents : Yves Randriamilisoa ( Adema) et le Dr Ratovo (CNaPS Sport)

SG : Mirado Rakotoharimalala.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – Coupe de Madagascar Jeunes : ASI, 6 Rapide et EVBFi soulèvent les trophées

Les titres ont été partagés à la Coupe de Madagascar jeunes. Analamanga, Boeny et Alaotra-Mangoro ont respectivement remporté un titre.

Des surprises. Les finales de la Coupe de Madagascar jeunes de volley-ball disputées hier, au Gymnase de Mahajanga, ont vu les sacres des équipes « révélations ». La relève du volley-ball malgache est prometteuse car les titres sont partagés.

Dans la catégorie U16 filles, l’équipe de 6 Rapides d’Alaotra-Mangoro a remporté le titre aux dépens de la Gendarmerie Nationale Volley-ball (GNVB) en deux sets à zéro, (25-22 et 25-20). Les joueuses d’Andreba Gara pieds nus sur le terrain, ont joué sans complexe leur jeu, et ont créé la surprise. Même si la GNVB a raté le titre, Miora Rasoloherimanana s’est illustrée en remportant le titre de meilleure joueuse. Chez les garçons, les gars d’Akany Sambatra Itaosy Volley-ball (ASI) ont tenu leur revanche face aux Tuléarois de Carthy en s’imposant par deux sets à zéro (25-17 et 25-15). Les Mika et camarades étaient plus entreprenants sur le terrain, ce qui a mis à mal leurs adversaires. Sitraka Herimanana de l’ASI a été élu meilleur joueur chez les U16 garçons. Samedi, ce sont les Tuléarois qui sont sortis vainqueurs du duel au tie-break. Mais la finale la plus attendue de tous était sans doute la confrontation entre l’Ecole de volley-ball filles de Mahajanga à la Gendarmerie Nationale Volley-ball (GNVB) Analamanga chez les U20 filles. C’est le remake des matchs de poule durant lequel les gendarmettes ont remporté la victoire par trois sets à un. Cette fois-ci, les Majungaises soutenues par le public acquis à leur cause ont renversé la tendance et se sont imposées sur le même score par trois sets à un. Emmenée par Santatra Razanadrakoto, élue meilleure joueuse, EVBFi a enlevé le premier set par 25 à 18. Bousculée, la GNVB a égalisé le score en remportant le second set par 25 à 13. Le troisième set est revenu aux Majungaises profitant du débordement dans le camp de la gendarmerie par 25 à 16. Au quatrième set, la tension est montée d’un cran entre les deux équipes, la GNVB veut égaliser de nouveau le score, si EVBFi veut plier la rencontre en sa faveur. La troupe à Aniah a pris une longue avance en menant par 9 à 3 puis 24 à 20 mais, elles ont été vite rattrapées par Miarisoa et ses camarades. Les Majungaises arrivent à égaliser par 24-24, puis 25-25 avant de prendre le large par 27 à 25. « Nos joueuses étaient ensemble depuis 2014. Elles se connaissent très bien. En 2016, elles ont été déjà sacrées championnes de Madagascar à Fianarantsoa chez les moins de 16 ans face à cette même adversaire. L’appui du public a aussi joué à notre faveur, ce qui a beaucoup aidé dans le moral des joueuses », a déclaré Hobitiana Rahajaniaina, coach d’EVBFi.

Huitième titre à la clé. En dépit de la double défaite en finale, la GNVB positive sur l’avenir du volley-ball féminin. « Avec trois équipes engagées, elles sont toutes en finales, c’est déjà une victoire. Ces championnats permettent aussi aux joueuses de disputer plus de matches et d’affronter d’autres adversaires. Ce jour, les garçons en U20 seront en finale et les séniors sont en quête de leur huitième titre d’affilé », a souligné Hery Rakotomalala, président de la GNVB. Et lui de continuer « Nous avons accepté d’offrir Honoré Razafinjatovo à la Fédération malgache de volley-ball en tant que directeur technique national au détriment de notre équipe. Le volley-ball malgache a besoin d’un gros calibre comme lui pour rehausser le niveau ». Dans la catégorie U20 garçons, les gendarmes affronteront les volleyeurs de l’ASI d’Itasy en finale. Les hostilités chez les séniors hommes et dames se poursuivent ce jour au Complexe sportif de Mahajanga.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Equipement médical pour les centres reculés : Don pour le CSB Manga Be grâce à un appel sur Facebook

Madagascar compte beaucoup de centres de soins situés dans des communes reculées. Du fait de la position géographique de ces centres, les professionnels qui y travaillent, rencontrent de nombreuses difficultés dans l’exercice de leur fonction. A Manga Be, dans le district d’Antsimondrano, le centre de soins de base (CSB) ne compte pas un seul médecin dans son équipe médicale, à la place, c’est une sage-femme qui s’occupe de tout. C’est d’ailleurs pour cette raison que cette dernière a décidé de contacter l’association Miray Aina qui a lancé un appel sur Facebook afin d’aider le centre. Et la tactique a marché puisqu’aussitôt la publication mise en ligne, l’association Ampio Madagascar est venue apporter sa contribution pour le bon fonctionnement dudit centre.

Pour ce premier don, le vice-président de l’association Ampio Madagascar, le Dr Lanto Andrianasolo et son équipe, sont venus remettre en mains propres, pèse-bébé, tensiomètres et stéthoscopes au CSB. Une aide qui ne va pas s’arrêter là puisque l’association prévoit encore de doter le centre de lits pour les malades selon toujours le vice-président de Ampio Madagascar. A noter que ce centre assure l’accouchement de 32 femmes par mois et prend en charge plus de 700 malades. Et pour l’association Ampio Madagascar basée à Strasbourg, c’est sa première action médico-sociale dans le pays. Elle compte poursuivre sur cette lancée et souhaite apporter sa contribution pour l’amélioration des conditions de soins et de vie des Malgaches.

Zo Toniaina/ Anja Randriamahefa

Midi Madagasikara0 partages

Manjakaray : Une fillette fauchée par la voiture d’un député

Le sang a coulé à Manjakaray. Grièvement blessée à la tête, une fille de cinq ans a été tuée samedi 12 octobre après avoir été fauchée par une voiture 4X4. Le drame a eu lieu sur l’axe reliant Ambodivona à l’église protestante FJKM Manjakaray. Ce jour-là, le député en question a assisté à une célébration de mariage religieux dans cette église. L’accident s’est produit quand le cortège nuptial dans lequel sa voiture faisait partie, a quitté les lieux pour rejoindre la route principale d’Ambodivona, alors que la gamine et sa mère marchaient sur le bord de la chaussée. Selon le témoignage des personnes présentes sur place, la petite fille est tombée sous la voiture de ce parlementaire suite à une glissade. La roue arrière a alors piétiné la partie supérieure de la victime. Suivant l’allure du cortège, le chauffeur du 4×4 ne se serait pas rendu compte qu’il a heuté quelqu’un. C’étaient les cris d’alerte lancés par les passants qui l’ont contraint à s’rrêter à quelques mètres du lieu du drame. Tout de suite,  des badauds ont commencé à se rassembler alors que des policiers sont venus sur les lieux. Ces derniers ont sécurisé les occupants de la voiture tout en procédant aux constatations habituelles. Puisqu’il s’agit d’un accident mortel, une enquête devrait t être ouverte sur cette affaire. Quoi qu’il en soit, ce député élu dans la commune urbaine d’Antananarivo a déjà promis de prendre sa responsabilité envers la famille éplorée.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Jour de l’hispanité : Entre gastronomie espagnole et musique malgache 

Nerea Basauri-Barruetabena prononce son discours à coté de Rajery.

Les ressortissants espagnols résidant à Madagascar ont célébré samedi dernier leur fête nationale à l’Hôtel Urban Ambatonakanga. Rajery et ses compères ont animé la fiesta en interprétant le ‘vako-drazana malagasy’. «Depuis longtemps, nous travaillons avec Rajery lors du festival Flamenco. Il a également travaillé avec Raoul Rodriguez et le musicien classique célèbre Jordi Savall. Nous avons également collaboré avec lui lors du festival Angaredona. Ce jour, nous célébrons avec lui notre fête nationale», a avancé Nerea Basauri-Barruetabena, assistante consulaire du consulat honoraire d’Espagne à Antananarivo.

Evidemment la gastronomie espagnole a été mise à l’honneur. Expert en la matière, le chef Willy Rajaonera a préparé un menu exceptionnel. Trio de foie gras, verrine de gaspacho aux œufs de caille, aubergine à l’andalouse, croquette de zébu, omelette espagnole sur toast tomate, fideua aux fruits de mer, poulet à la moutarde ancienne avec riz blanc ont été exposés sur une grande table. Malgaches et Espagnoles ont partagé un moment de convivialité et de communion.

La fête nationale espagnole ou Jour de l’hispanité « Día de la Fiesta Nacional de España y Día de la Hispanidad » est célébrée le 12 octobre en Espagne en commémoration de la découverte de l’Amérique. Le 12 octobre 1492, après une longue traversée, la terre est en vue, et Christophe Colomb l’a baptisé du nom du Christ : San Salvador (Guanahani) ; c’est la première rencontre des Européens avec les indigènes que ce navigateur nomme «Indiens». Ce n’est que bien plus tard (1958), afin de commémorer cette rencontre, que la date du 12 octobre va devenir la Fête de l’hispanité ou Fête de la Race.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Basket – Championnats U14 et vétérans : Analamanga raflent deux titres

Des finales inédites. C’est ce qu’on peut qualifier des finales des championnats de Madagascar U14 filles et garçons, vétérans hommes et dames qui se sont disputés hier soir au Complexe Sportif de Mahajanga. Les équipes championnes ont été sacrées, mais, elles ont toutes souffert tout au long de la rencontre en ne remportant la victoire que sur le fil. Dans la catégorie U14 filles, l’équipe du MB2All d’Analamanga s’est imposée par 44 à 43 face à SEPA ABM Boeny au terme d’une finale âprement disputée et serrée. Même topo lors de la rencontre entre BC Est Atsimo-Andrefana et Cosfa Analamanga. C’est à la dernière seconde que les Tuléarois sont sortis vainqueur sur le score de 61 à 60. Les basketteurs du BC Est ont mené lors des trois quart-temps avant de se faire rattraper par les jeunes militaires. Comme disait l’adage, jamais deux sans trois, la finale de la catégorie vétérans dames a aussi réservé son lot de surprise. Les basketteuses de FITEFA Sava ont triomphé de peu par 61 à 60 contre MMBC Analamanga. Et chez les vétérans hommes, la victoire finale est revenue à BBCM Analamanga formé par Bomba, Commissaire Samy, Zo, Richardin après sa victoire par 68 à 64 devant SBBC de Boeny de Arnaud et compagnies .

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Nosy Tanikely : Plus de 44 000 visiteurs enregistrés en 2018 

Les visiteurs de Nosy Tanikely ont pu découvrir toutes ses richesses marines via ce bateau à fond de verre.

Nosy Tanikely est la plus petite île dans l’archipel de Nosy-Be. Cet îlot est inhabité mais il est reconnu sur le plan mondial par sa richesse en biodiversité marine.

Classé en septembre 2011 comme étant une Aire Protégée marine et côtière, il est maintenant le site le plus visité par les touristes, aussi bien nationaux qu’étrangers dans l’île aux Parfums. En effet, « nous avons enregistré plus de 44 000 visiteurs en 2018 contre environ 38 300 visiteurs l’année précédente. C’est toujours en nette évolution puisqu’on n’a recensé que près de 20 000 touristes par an lors de sa création. Et pour cette année, les statistiques enregistrées sont également en nette progression. En effet, on a enregistré plus de 35 000 visiteurs à la fin du mois de septembre alors qu’on est en pleine période de haute saison touristique ». Randimbison Landisoa, l’a expliqué lors d’une visite organisée avant-hier par la Fondation Tany Meva au profit des bénéficiaires du Fonds de partenariat pour les écosystèmes critiques (CEPF) à Nosy Tanikely.

Co-gestion. En fait, ces derniers ont eu l’opportunité de pratiquer des activités touristiques proposées par les promoteurs du parc tout en découvrant sa biodiversité marine et terrestre exceptionnelle, mais ils ont pu également tirer l’expérience sur le modèle de gestion autonome de cette aire protégée marine. Notons que la gestion de ce parc est confiée à l’association « Tanihely National Parc » regroupant trois entités, à savoir, Madagascar National Parks, l’Office Régional du Tourisme de Nosy-Be (ORTNB), et la commune urbaine de Nosy-Be qui forment le Conseil d’administration. « Il s’agit d’une co-gestion entre le secteur public et le secteur privé. Par contre, chaque entité a sa mission. La première se charge entre autres, de tout ce qui a trait à la conservation et à la sensibilisation de la population et à l’appui à la mise en place des infrastructures sur le site. Quant à l’ORTNB, il s’occupe de la promotion de cette aire marine protégée tout en valorisant l’écotourisme. Et enfin, la commune urbaine de Nosy-Be assure le développement de sa collectivité et le règlement des éventuels conflits avec les usagers du parc. Nous travaillons entre autres, en collaboration avec la police municipale pour les activités de patrouilles et de surveillance du site », a-t-elle évoqué.

Pêche interdite. Il faut savoir que la pêche est strictement interdite sur cette aire marine protégée étalant sur une superficie de 340ha. En revanche, on peut y pratiquer de nombreuses activités. « Dotés des infrastructures d’accueil tels que le centre d’interprétation pour la description des espèces inventoriées, des paillottes, une aire de pique-nique et un bloc sanitaire, bon nombre de touristes y viennent pour une excursion d’un jour. Ils pourront faire une petite randonnée jusqu’au sommet de l’île situé à 40m d’altitude où est implanté un phare datant de 1908 mais rénové, leur permettant d’avoir une vue panoramique. Nosy Tanikely regorge également diverses espèces floristiques. Côté faune, on y trouve entre autres, 15 espèces d’oiseaux, sept espèces de reptiles, une espèce de chauve-souris dite « pteropus rufus » appelé aussi renard volant, et deux espèces de lémuriens diurnes, à savoir « Eulemur macaco et Eulemur fulvus ».

Liste rouge. S’agissant de la réserve sous-marine, c’est qualifié d’une biodiversité exceptionnelle car on y découvre plus d’une centaine d’espèces de coraux récifaux vivantes offrant des habitants à de nombreuses espèces sous-marines comme les poissons avec près de 120 espèces recensées. Certains poissons se déplacent avec des bancs de centaines voire des millier. En outre, on peut y rencontrer deux espèces de tortues de mer, à savoir, les tortues vertes et les tortues imbriquées, qui sont classées dans la liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Les passionnés de plongée sous-marine et de snorkelling peuvent les découvrir tout près. Entre temps, une balade en bateau à fond de verre permet également de constater toutes ses beautés sous-marines.

Près de 42 nationalités. Par ailleurs, une activité de baignade est également proposée dans cet « acquarium naturel » à part les plongées sous-marines et les snorkelling. C’est réputé mondialement par sa richesse marine incomparable. En effet, « près de 42 nationalités ont déjà visité ce parc marin. Plus de 45% des touristes proviennent de l’Italie. Les nationaux viennent en 2e position avec un taux de 18% et ensuite les Français. Les touristes qui proviennent de l’Europe de l’Est et des pays anglophones s’intéressent également à cette biodiversité marine», a conclu le directeur du parc.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Rallye International de Madagascar : Rivo et Ando sacrés champions !

Les frères Randrianarivony, Rivo et Ando, avec leur Subaru Impreza N4.

Le verdict du Rallye international de Madagascar n’a pas mis longtemps à se dessiner durant le week-end à Moramanga et ses environs. A mi-parcours en effet, Rivo et Ando sur une Subaru, étaient pratiquement hors de portée empochant au passage leur premier titre.

Rivo et Ando Randrianarivony sont devenus champions de Madagascar en terminant à la première place du Rallye International de Madagascar.

Un rallye qui a tenu son pari, notamment ce mano a mano entre les frères Randrianarivony et Fred Rabekoto également sur une Subaru, mais qui a dû abdiquer à la suite d’un ennui mécanique au cours de la 12e spéciale.

Une première cachant une autre, le titre en M10 de deux roues motrices est revenu à l’équipage féminin avec Koloina Rakotomalala et Sonia Rakotonirina à bord d’une Citroën Saxo. Les deux femmes ont terminé à la 9e place en général.

Après un véritable bras de fer notamment avec l’Isuzu de Freddy et la Ford de Teddy Rahamefy, c’est finalement la Ssangyong de Haja Danielson qui termine en beauté et se pare du titre de champion chez les Tout Terrains.

Ce rallye international, même s’il n’était que de nom de par l’absence des équipages étrangers, met donc fin à la saison 2019 de toute beauté puisque le suspens a duré jusqu’à la fin.

Clément RABARY