Les actualités Malgaches du Samedi 14 Octobre 2017

Modifier la date
Ino Vaovao4115 partages

FANAFIHAN-DAHALO : Zandary iray maty voatifitra tao amin’ny Distrikan’i Betroka

Vokany zandary iray voatifitra tamin’izany ka naratra ary mbola nentina namonjy toeram-pitsaboana saingy omaly maraina vao mangiran-dratsy, tokony tamin’ny 2 ora teo dia tapitra ny ainy, araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana. Voalaza fa ny alakamisy hariva tokony tamin’ny 7 ora teo no nitrangan’ity fanafihan-dahalo ity ary nisy ny fifandonana tamin’ireo malaso sy ny mpitandro filaminana tany an-toerana.

Tsy vitan’ny nangalatr’omby ireo olon-dratsy fa nandoro tanàna ihany koa ka tokantrano maro no may kila forehitra. Mponina am-polony maro no tsy manan-kialofana ao amin’ny Kaominina Evaho ankehitriny. Fantatra ihany koa fa nisy tamin’ireo fokonolona no naratra mafy nandritra ny fifandonana, raha ny fampitam-baovao voaray ihany. Tsy ahitana fitsaharany ny halatr’omby any amin’iny Distrikan’i Betroka iny. Na teo aza ny fidinana an-dalambe nataon’ireo mpiasan’ny Fahasalamana sy ny mponina tany an-toerana roa volana lasa izay ho fanairana ny tompon’andraikitra amin’ny tsy fandriam-pahalemana manjaka any an-toerana dia tsy nahitana fiovany izany fa mbola miaina ao anaty fitaintainana hatrany ny mponina.

Na efa misy koa aza ny angidim-by azo tamin’nyfangatahan-dRandrianasolo Jean Nicolas, Solombavambahoaka voafidy tao an-toerana ho an’ ny tapany atsimo dia mbola manjaka hatrany ny asan-dahalo. Nanao antso avo matetika teny amin’ireny haino aman-jery maro teto an-drenivohitra ireny izy nefa dia mbola tsy voafehy hatrany ny fanafihan-dahalo any an-toerana.

Raha tsy atsahatry ny fitondram-panjakana ny fanondranana hen’omby eto amintsika dia mbola hahazo vahana ihany ny halatr’omby izay tena efa tafahoatra tokoa eto amin’ny firenena.

Pounie

L'express de Madagascar605 partages

Santé – L’épidémie de la peste s’amplifie

Le nombre des victimes de la peste s’alourdit. Six malades suspects de peste ont été enterrés à la fosse commune d’Anjanahary, hier.

Débordé. Des agents du bureau municipal de l’hygiène (BMH) ont programmé l’enterrement de six corps de cas suspects de peste dans la fosse commune d’Anjana­hary, hier. Ils seraient tous décédés, le vendredi 13, selon une source auprès du BMH. « Cinq ont succombé dans des hôpitaux du centre-ville, dont trois à Befelatanana, un au centre hospitalier anti-peste à Ambohimiandra et un dernier dans un hôpital mère-enfant. La sixième victime a été répertoriée à Manjakaray. Elle a brusquement perdu la vie dans la rue, près d’un arrêt de bus », rapporte cette source. Deux des victimes sont des enfants. Et celui décédé à Manjakaray, serait un homme qui rentrait d’une veillée funèbre. Il aurait craché du sang, selon des témoignages.Le 12 octobre, l’hôpital d’Anosiala a aussi enregistré un cas de décès suspect de peste. Il s’agit d’un étranger. Il a été hospitalisé pour une maladie autre que la peste, mais aurait déjà eu la bactérie en lui, et a été testé positif à la peste. Hier soir, un autre cas suspect habitant à Anosiala aurait aussi succombé, selon une autorité locale.

BrutalDans un autre hôpital d’Antananarivo-ville, jeudi après-midi, des personnes ont pleuré à chaudes larmes le décès brutal d’un de leurs proches. Elles ne s’y étaient pas attendues. Admis dans un autre service pour une autre maladie, leur proche a été testé positif au test de diagnostic rapide (TDR) de la peste, à son décès. Toutes ces victimes auraient été toutes testées positives à la peste pulmonaire. « Au niveau des hôpitaux, il y a des équipements de protection contre l’infection. Notre rôle, c’est de faire en sorte qu’aucun agent de santé, qu’aucun malade ou compagnon de malade n’en soit contaminé », rassure Mamoudou Harouna Djingarey, responsable de programme Gestion des risques infectieux au sein de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).La peste, bubonique ou pulmonaire, est une maladie qui se guérit. Depuis l’apparition de l’épidémie, quatre-vingt-dix-sept malades sont rétablis. Le retard du traitement au niveau des formations sanitaires serait la principale cause de ces décès. « Dès qu’il y a des symptômes inquiétants, il faut appeler le numéro vert 910 et attendre à la maison avant l’arrivée des équipes médicales. Des ambulances ont été placées dans tous les arrondissements pour transporter les malades. L’automédication est dangereuse », apprend-t-on lors d’une séance d’orientation et de mobilisation des journalistes au sein du Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) à Antanimora.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara566 partages

Crime odieux à Ambohitrarahaba : Les deux assassins en prison, MD aussi pour le père de la fille et la «...

L’affaire portant sur le cambriolage suivi de l’assassinat d’un enfant de 12 ans commis à Ambohitrarahaba mardi a été remis devant le Parquet du Tribunal Anosy hier. Après l’audition des six individus présentés devant eux, les juges ont décidé d’envoyer les suspects en prison. Les deux sont l’adolescente de 15 ans et le garçon de 13 ans qui ont directement participé au crime. Les deux autres sont l’employée de maison présumée commanditaire et le père de l’adolescente susmentionnée. Il faut rappeler que cette affaire remonte au mercredi 11 octobre quand les criminels ont cambriolé le domicile d’un particulier à Ambohitrarahaba pour s’emparer d’une somme de 64 millions de FMG et de 24 000 dollars. Pour ce faire, les malfaiteurs ont sauvagement tué le fils du propriétaire et enlevé la sœur de celui-ci qui n’a que six ans. Commis en plein jour, ce crime odieux n’a été découvert que vers 16 heures, le moment où les parents de la victime sont rentrés de leur travail. Vers la fin de l’après midi de ce mercredi-même, la fillette a été retrouvée abandonnée à Anosiala, du côté d’Ambohidratrimo. Quelques minutes plus tard, les deux adolescents assassins ont été arrêtés  à Ambohitrarahaba. Une arrestation qui a conduit à la traque de l’employée de maison présumée commanditaire.

Sous haute tension. Puisque cette affaire a beaucoup choqué les proches et amis de la famille de la victime, pour ne pas dire tous les habitants d’Ambohitrarahaba qui sont venus nombreux pour assister à ce défèrement, le tribunal Anosy était en effervescence hier. Ahuris par la morbidité et la cruauté de cet acte, certains d’entre eux n’ont pas caché leur amertume et leur colère. D’autres sont allés jusqu’à réclamer la justice populaire. Heureusement que la gendarmerie qui a escorté les suspects a déjà prévue cette éventualité de dérapage en mettant en place les mesures qui s’imposent. C’est pourquoi, des éléments de renfort ont été dépêchés sur les lieux pour assurer la sortie des suspects du Palais de Justice.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara317 partages

« Vitres fumées » : Miteraka fahasorenana ny fisavàna etsy sy eroa

Feno pôlisy omaly erak’andrenivohitra. Ireo izay nandalo teny amin’ny Digue, ny « route circulaire », Ivandry   sns. Raha ny tena marina dia saika eraky ny boriborin-tany rehetra, dia nahatsikaritra ny fisian’ireo pôlisy marobe teny amin’ny arabe. Saika ireo mpianatra asa no tena voamariky ny olom-pirenena nivezivezy teto an-drenivohitra. Nahavelon-tsiky ihany izany satria noheverina fa hiditra any anelakelan-trano rehetra any ary hijoko sy hisambotra ny mpisinto-mahery sy ny mpanao fandrobana. Saingy tsy izay velively ny zava-nitranga fa antony hafa mihitsy kosa : fanakanana ireo fiara manana fitaratra mainty. Tsy nisy an-kanavaka fa izay rehetra nandalo ka nisy fitaratra mainty dia nosakanana, nosavaina ny taratasy ary koa ny fahazoan-dàlana mampiasa izany. Izany dia fampiharana ny didin-dalàna nasiam-panovana vao tsy ela akory izay. Niteraka fahasorenana ho an’ny olona izany, indrindra amin’izao vanim-potoana mafy iainana noho ny fisian’ny pesta sy ny tsy fandriam-pahalemana izao. Ekena ny fampiharana ny lalàna fa ilay fotoana ve tsy maintsy izao mihitsy no nanamafisana sy nampiharana izany ? Tsy izany ihany aza fa ny sampan-draharahan’ny ladoany koa dia tsikaritra ho nanao fanakanana fiara sy fisavàna etsy sy eroa. Ny an’ireo indray dia ny fiara mitondra laharana vahiny sy ireny laharana miafara amin’ny  WWT ireny no tena nosavaina. Izany  dia manoloana ny mpanao hosoka sy ny mpampiasa taratasy tsy ara-dalàna amin’ny fahazoana ireo laharana ireo. Dia izany no niainan’ny tandrenivohitra omaly tontolo. Betsaka no efa nitaraina ny amin’ny tsy azo ampiasana fitaratra mainty intsony, satria iny no mba sady endriky ny fiara no koa mba azo iarovan-tena amin’ny jiolahy matetika. Ny mifanohitra amin’izay anefa no fandraisan’ny fanjakana azy satria nolazaina fa betsaka ireo mpanararao-pahefana sy jiolahy mampiasa fitaratra mainty…

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada237 partages

Itaosy : un évadé de Tsiafahy capturé

Fin de cavale pour Christian Rajoelina, l’un des évadés de Tsiafahy.

Après des échanges de tirs avec des éléments mixtes de la police et de la gendarmerie à Ambohitsaratelo Ambohimamory (Itaosy), dans la nuit de jeudi, il a été capturé vivant. Par contre, ses deux complices ont réussi à se fondre dans la nature sans laisser de trace. Un pistolet Makarov a été retrouvé sur le fugitif. Les forces de l’ordre ont agi sur la base d’un renseignement selon lequel des évadés de Tsiafahy se terraient à Ambohitsaratelo Ambohimamory.

Pour rappel, cinq détenus de la maison de force de Tsiafahy ont réussi à s’évader en creusant un tunnel depuis leur cellule, dans la nuit du 7 au 8 octobre. Les recherches se poursuivent en vue de retrouver les quatre autres fugitifs.

Mparany

 

News Mada232 partages

Ambatovy soutient la lutte contre la peste à Toamasina

Ambatovy a, pour la quatrième fois, remis des équipements et matériels pour soutenir la lutte contre la peste à Toamasina le 12 octobre dernier, suite aux demandes des autorités locales et des agences des Nations unies, à savoir l’OMS et l’Unicef.

Ces dons sont composés entre autres d’équipements de protection individuelle, de mobiliers (tables, bancs, lits picot, étagères), d’équipements de nettoyage (bacs à ordures, seaux, brouettes…) et de matériel d’éclairage. Cette donation devrait augmenter la capacité de prise en charge des malades au sein du service de Pneumonie et Phtisiologie du Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Analakinina. En fait, un nouveau centre de traitement doté de 20 lits supplémentaires pour  limiter la propagation de l’épidémie est également mis en place. Cette donation s’ajoute ainsi à celles effectuées  par Ambatovy aux CHU d’Analakinina et de Morafeno depuis le 27 septembre dernier.

A titre d’information, la contribution d’Ambatovy dans la lutte contre ce fléau s’élève à plus de 40 millions d’ariary jusqu’à ce jour. D’autres matériels et équipements seront également remis pour appuyer la prévention de la peste à Moramanga.

Arh.

 

Midi Madagasikara182 partages

Air Madagascar : Rolland Besoa Razafimaharo nommé Directeur Général

Rolland Besoa Razafimaharo, le nouveau D.G d’Air Madagascar.

Alors qu’il a occupé des fonctions de haut niveau à l’international, il a choisi de rentrer au pays pour revenir dans ce secteur passionnant de l’aviation civile et pour contribuer au renouveau d’Air Madagascar

Un ancien revient aux commandes de la compagnie aérienne nationale. Rolland Besoa Razafimaharo vient d’être nommé, Directeur Général d’Air Madagascar. Le Conseil d’administration de la compagnie a officialisé sa nomination lors de sa séance d’avant-hier. Il a été choisi parmi une dizaine de candidats.

Homme du métier

Un choix logique, puisque Besoa Razafimaharo est un homme du métier. Il a effectivement à son actif plus de 40 ans d’expérience de haut niveau dans le domaine de l’aéronautique. Une expérience locale, mais aussi internationale, puisque l’homme qui était déjà D.G d’Air Madagascar entre 1996 et 2000, a également opéré dans des entreprises aéronautiques internationales. On le considère en tout cas, comme l’homme qu’il faut, à la place qu’il faut. Outre en effet sa capacité technique dans le domaine de l’aéronautique, Besoa Razafimaharo dispose également d’une expertise reconnue dans la gestion financière et globale d’une entreprise. En plus, il a suivi une carrière internationale dans la diplomatie et a des qualités de négociations avérées. Il a déjà été Ambassadeur de Madagascar au Canada et représentant du pays auprès de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) Avant ce retour qui sera probablement gagnant, au pays, il a opéré en Côte d’Ivoire en tant que Chef d’Aviation, responsable d’une flotte de 15 appareils.

Business Plan

Proposé par Air Austral, le partenaire stratégique d’Air Madagascar, il aura donc pour mission de piloter le redressement de la compagnie conformément au business plan déjà établi. Un challenge à relever pour ce technicien qui finira probablement sa carrière au service de son pays. « Je tiens à remercier le Conseil d’Administration d’Air Madagascar de la confiance qui m’est accordée. C’est avec une immense joie, mais aussi une grande émotion que je m’apprête à revenir au sein de cette compagnie qui m’a vu grandir et à laquelle je suis si attaché. Je mesure tous les enjeux de ma mission et je suis enthousiaste à l’idée de la mener à bien avec les équipes d’Air Madagascar, dont je connais le savoir-faire et l’attachement à leur compagnie. C’est avec le sens de responsabilité, la conscience de l’importance des défis à relever, mais aussi et surtout avec passion, mobilisation, rigueur et engagement, que je travaillerai auprès de mes collaborateurs au déploiement et à la mise en œuvre du business plan établi et ce, afin de faire en sorte qu’Air Madagascar retrouve toute sa splendeur d’antan » a déclaré, le nouveau D.G d’Air Madagascar qui prendra officiellement ses fonctions, le 16 octobre prochain.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara157 partages

Education nationale : Les écoles, toujours fermées la semaine prochaine

Les écoles resteront encore fermées pour la semaine prochaine (du 16 au 20 octobre 2017) pour toutes les CISCO (Circonscriptions scolaires), DREN (Directions régionales de l’Education nationale) et ZAP (zones d’administration pédagogique) concernées par l’épidémie de peste. Afin de prévenir la propagation de l’épidémie et d’en protéger les élèves, les classes continueront ainsi de vaquer pour une semaine supplémentaire. Le ministère de l’Education nationale (MEN), à travers le directeur général de l’Education fondamentale et de l’Alphabétisation (DGEFA), Todisoa Andriamampandry, a porté, hier, à la connaissance de tous, cette disposition prise par le MEN.

35 districts. En effet, les conditions permettant de rouvrir les écoles ne sont pas encore suffisamment réunies actuellement. Ainsi, toutes les écoles, publiques et privées, des CISCO d’Antananarivo Renivohitra et de Toamasina, resteront fermées. Quelques ZAP dans l’Avaradrano, incluant Sabotsy Namehana, Ankadikely Est et Ouest et dans l’Atsimondrano, sont également concernées. Il en est de même pour d’autres localités régionales, comme Fénérive-Est, Mahajanga, Betafo et bien d’autres. Bref, tous les établissements scolaires dans les districts touchés par l’épidémie de peste, 35 au total, restent fermés. D’autres dispositions sur la levée ou non de cette fermeture momentanée des écoles seront portées à la connaissance du public, vers la fin de la semaine prochaine.

Aucune incidence. Ces mesures de fermeture momentanée des écoles, prises dans le cadre de la lutte contre la peste, n’impacteront pas sur le déroulement de l’enseignement, ni sur le calendrier scolaire et celui des examens officiels, a assuré le DGEFA. La durée de l’année scolaire, s’étalant cette année sur 39 semaines – si auparavant, elle durait 36 semaines – permettra d’achever normalement le programme scolaire, sans prendre de retard, en dépit de ces quelques semaines de fermetures des écoles actuellement.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar141 partages

Transport aérien – Un nouveau DG chez Air Madagascar

Air Madagascar a nommé, jeudi, son nouveau directeur général. Il s’agit de Rolland Besoa Razafimaharo, un ancien cadre de la compagnie.

Un come back. Pour mener à terme son plan de redressement, le conseil d’administration d’Air Madagascar a fait appel au service de son ancien cadre. Rolland Besoa Razafima­haro vient d’être nommé le 12 octobre comme le nouveau directeur général de ce transport aérien, un poste qu’il a déjà occupé entre 1996 et 2000. Il va prendre sa fonction ce lundi, selon le communiqué d’Air Madagascar.Cette nomination intervient après la signature du partenariat stratégique entre Air Madagascar et Air Austral en début de semaine. D’après toujours le communiqué de la compagnie aérienne, il a été choisi parmi une dizaine de candidats proposés par son partenaire stratégique. Dans le cadre de ce partenariat, la proposition de la direction générale revient à Air Austral, tandis que la présidence du conseil d’administration est assurée par l’État actionnaire.« Le directeur général doit déjà commencer à travailler puisque l’exécution du business plan demande déjà beaucoup de travail, même si la mobilisation des fonds nécessite encore quelques jours. Celle-ci attend la signature du pacte d’actionnariat fin octobre », explique une source auprès de la compagnie malgache.

ChevronnéLundi, il va prendre sa nouvelle fonction, et des briefings avec les départements et personnel de la société figurent déjà dans son agenda.Ce professionnel de l’aérien, fort de plus de quarante années d’expérience, doit mettre au concret les lignes fixées dans le business plan présenté dans le cadre de ce partenariat. Le plan d’Air Austral estime que Air Madagascar pourrait renouer avec les bénéfices au bout de trois ans de redressement, et être capable de réaliser un chiffre d’affaires de 420 millions de dollars, avec un taux de rentabilité de 4.6% dans dix ans. Outre cela, le plan prévoit de développer progressivement la flotte d’Air Madagascar pour atteindre quatorze appareils en activité en 2020 et dix-sept en 2023.Rolland Besoa Razafi­maharo, ingénieur  diplômé  de l’École nationale de l’aviation civile (ENAC) Toulouse et détenteur d’un MBA de la Pace University New York, débute en 1976 sa carrière à Air Madagascar en intégrant la direction industrielle. Après vingt années passées à gravir  les  échelons  au  sein  de  la  compagnie,  il  en devient le directeur général. « Le renouvellement d’une partie de la flotte, par l’acquisition de Boeing 767 et de l’ATR 42, l’ouverture structurante de nouvelles liaisons sur l’Asie ou l’Europe ou encore le renforcement de la coopération avec les compagnies aériennes africaines et régionales dans divers domaines, ont fait partie de ses principales réalisations », a tenu à souligner la compagnie aérienne malgache. En 2000, il choisit d’embrasser une carrière internationale, en  tant qu’ambassadeur de Madagascar au Canada et représentant auprès de l’Organisation de l’aviation civile internationale(OACI).

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar134 partages

Musique – Black Nadia fait son tour du monde

Toujours aussi extravagante et débordante de créativité, lorsqu’il s’agit de surprendre ses fans, Black Nadia a entamé, depuis le mois de septembre, une tournée en Asie, principalement en Chine pour s’imprégner de la culture locale qu’elle entend retranscrire dans ses prochains clips vidéos. Invitant ses inconditionnels à faire un merveilleux périple musical à ses côtés, Black Nadia enchaine le tournage de nouvelles vidéos de ses prochaînes compositions de part et d’autre du globe. Elle promet ainsi émerveillement et jovialité comme à l’accoutumée, à travers chacune de ses nouvelles compositions. De Hong Kong à Shanghai, c’est tout un renouveau que Black Nadia réserve au public en cette fin d’année et qui se poursuivra tout au long de l’année prochaine. « J’entame actuellement ce nouveau projet pour m’épanouir encore plus sur la scène internationale, mais en affichant continuellement notre identité culturelle face à autrui. À travers chaque vidéo, on affichera ainsi continuellement les échanges culturels entre ces autres pays  et nous» souligne Black Nadia. Le fameux Sylvano Ratsimandresy, réalisateur incontournable de la scène musicale nationale l’a accompagnée dans tous ses voyages. Après la Chine, en septembre, Black Nadia a rejoint l’île de La Réunion ce mois-ci où elle enchaîne les tournages. La chanteuse prévoit quelques concerts dans la Grande île, juste après et poursuivra son périple, sans doute dans l’Hexagone.

A. P. R.

Midi Madagasikara126 partages

Professeur Zafy Albert : Décédé, hier, à l’île de la Réunion

De son vivant, l’homme au chapeau de paille a été toujours proche du peuple.

Le premier président de la IIIe République de 1993 à 1996 s’est éteint, hier, à l’île de la Réunion. L’homme au chapeau de paille a été surtout connu pour sa droiture.

Le professeur Zafy Albert est décédé, hier, à l’âge de 90 ans, à l’île de la Réunion. L’ancien président a été victime d’un accident vasculaire cérébral le 11 octobre dernier. Par la suite, il a été admis, à la Polyclinique d’Ilafy. Mais en raison de la gravité de son état, les médecins traitants, d’un commun accord avec la famille, ont décidé de procéder à son évacuation sanitaire, avant-hier, à l’île de la Réunion. Mais moins de 24 heures de son arrivée à l’île sœur, le professeur a rendu l’âme.

Tristesse. A cet effet, le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana, a tenu un point de presse, hier, après-midi, à Mahazoarivo, il a été assisté à cette occasion par la fille du professeur et par Serge Zafimahova (membre de la famille du défunt). Le Premier ministre a ainsi déclaré : « C’est avec tristesse que nous annonçons ici, au nom de la famille éplorée, du président de la République, du gouvernement, du peuple malgache et en mon nom personnel, la disparition subite du professeur Zafy Albert».

Deuil national. Le locataire de Mahazoarivo a également annoncé que la dépouille sera rapatriée à Madagascar demain (lire ce jour). « Le drapeau sera en berne, à partir de ce jour et un deuil national sera décrété, le jour de son enterrement », a-t- il souligné. Quant à la suite du programme, après Ivato, la dépouille sera transférée à la villa « La Franchise ». Et à partir de demain, la dépouille sera transportée au Palais des Sports à Mahamasina. De son vivant, l’homme au chapeau de paille a été toujours proche du petit peuple, il a été surtout connu pour son « Mada-Raid », sillonnant le pays pour constater de visu la réalité (lire article par ailleurs). Midi-Madagasikara présente ses condoléances à la famille du défunt.

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara125 partages

Zafy Albert, un homme de principe et de conviction

C’est un vendredi 13 qu’il nous a quittés, la veille du 14 octobre, date de proclamation de la première République en 1958. Le professeur Zafy Albert a vécu comme beaucoup de Malgaches de sa génération avec enthousiasme cet événement  qui l’amènera certainement par la suite à s’engager activement  dans la politique. Celui qu’on appelle le père de la troisième République n’a jamais accepté les compromissions et a, à cause de cela, été victime des manœuvres qui ont amené à sa destitution.

Zafy Albert, un homme de principe et de conviction

L’histoire retiendra la droiture et le  sens de l’Etat du professeur Zafy Albert. C’est cet état d’esprit qui l’a amené à  s’engager activement en politique durant la période socialiste. Il n’a cependant pas pu se défaire de la chape de plomb que faisait régner le régime Ratsiraka sur la vie politique malgache. Il n’a jamais caché son aversion à ces pratiques. Et quand les manifestations populaires ont commencé en 1991, il a tout de suite rejoint le mouvement. C’est tout à fait normalement qu’il en est devenu le leader. Nommé candidat des forces vives face à Didier Ratsiraka lors de l’élection présidentielle de 1992, il fut élu assez largement face à son adversaire. Un référendum fut organisé dans la foulée pour valider la Constitution de la troisième République. Il fut un homme de principes, peu enclin à entrer dans les combines politiques qui eurent cours dans la classe politique et qui eurent raison de son intransigeance. Destitué par une sorte de coup d’Etat parlementaire, il a préféré se retirer sans faire de coup d’éclat. Lorsqu’il s’est représenté 1996 à l’élection à la magistrature suprême face à Didier Ratsiraka, il fut battu. Mais beaucoup d’observateurs ont noté de nombreuses anomalies dans le scrutin. Il n’a, comme à son habitude, émis aucune protestation et s’est retiré sans faire d’esclandre. Bien que retiré de la vie politique active, il n’a jamais cessé de dire ce qu’il pensait de la conduite des affaires nationales par ses successeurs. Il est toujours resté fidèle à ses opinions,  militant pour la mise en place d’un véritable fédéralisme à Madagascar. Il a toujours affirmé que le pays avait besoin de l’instauration d’une réconciliation nationale. C’est une grande figure de la politique malgache qui nous a quittés et qui laisse un grand vide.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza112 partages

Marc TatandrazaManadala saim-bahoaka fotsiny

Manadala saim-bahoaka no azo hilazana ny fihetsika sy ny zavatra ataon’i Marc Tatandraza, izay milaza azy ho apostoly sy irak’i Jesosy. Sesilany ny fanambarana sy fitenintenenam-poana etsy sy eroa.

Efa ela no nilaza fa ho faty ary efa nanao veloma mihitsy, saingy mbola teny foana ary nanaparitaka horonantsary sampontsampona sy toa efa mirediredy, ka zary lasa fihomehezana. Vao tsy ela akory indray izay no nilaza fa antomotra ny fotoana hialany eto ambonin’ny tany, ka ny volana desambra 2017 ho avy izao no milaza fa handeha izy ary halaina sary mihitsy ny fotoana handehanany. Rehefa maty dia hosaronana rary simenitra matevina na Beton ny razako, hoy ity lehilahy efa sokajian’ny maro ho mirediredy sy lasa adala ity. Milaza fa hitety ny manampahefana manomboka any amin’ny filoham-pirenena sy praiminisitra na minisitra ary ny vahoaka manontolo mialoha ny hahafatesany. Inona indray no hiseho sy zavatra hambara rehefa tonga tokoa ny desambra ? Miparitaka anaty tambajotran-tserasera indray ankehitriny ny sariny namboamboarina maneho fa efa lasa nitety firenena maro hizara ny faminaniany.  Hatramin’ny sarin’ny filoha Amerikanina Donald Trump midina amin’ny fiaramanidina aza dia vitany no manova azy ho sariny satria te halaza sy te hoderaina. Toa olona efa marary saina sy mirediredy mihitsy no hitsaran’ny maro azy, saingy mitohy hatrany ny fandrebirebena ataony. Efa nisy fotoana tokony ho nisamborana azy io, saingy nangina izany. Maro kosa no efa leo sy tofoka amin’ny zavatra ataony, saingy izao tokoa angamba no tonga amin’ilay fitenenana hoe efa andron’ny demokrasia, ka afaka milaza izay heveriny ho faminaniana sy redirediny ny olon-drehetra.

Toky R

 

Midi Madagasikara108 partages

Nina’s an-V : Cap sur le Sud-Est !

Une fête à tambour battant ! Nina’s continue de sillonner la Grande Ile à l’occasion de ses cinq ans de scène. Après Befandriana Nord, la chanteuse poursuit sa tournée à Mandritsara. Elle continue ensuite son périple à Namorona. La semaine suivante, l’interprète de « Ka ampijalia » donnera un concert à Manakara. Elle retrouvera ses fans d’Ampasimanjeva le 22, ceux d’Ambalabe le 27 et clôturera finalement sa tournée à Ambohimandroso le 29 octobre. Des retrouvailles qui entrent dans le cadre de la célébration du cinquième anniversaire de scène de Nina’s.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara85 partages

Betroka : Zandary iray indray no maty voatifitry ny dahalo

Taorian’ny tany Maevatanana dia fantatra izao fa zandary iray hafa ihany koa no namoy ny ainy, omaly vao maraina nandritra ny fifanandrinan’ny dahalo sy ny zandary tany Betroka. Tetsy andanin’izay ihany koa anefa dia fantatra fa nisy dahalo efatra matin’ireo zandary. “Namoy ny ainy tamin’ny 1 ora marainan’ny 13 oktobra 2017 ny G2C Ralaivao Réné Germain avy ao amin’ny Borigady Betroka tamin’ny fifanatrehana tamin’ny dahalo ny 12 oktobra 2017 tolakandro tany Voromiantsa, Distrika Betroka . Niisa efatra kosa no tsy afaka nanohy ny asa-ratsiny intsony ireo dahalo ary tafaverina amin’ny tompony manontolo ny omby nangalarina“, hoy ny fampitam-baovao avy amin’ny zandarimariam-pirenena. Raha ny zava-nitranga dia niantso ny zandary vao maraina ny mponin’ny kaominina ambanivohitra Ivahona noho ny fisian’ny dahalo 40 nanafika azy ireo sy nangalatra omby. Nihazo ny toerana haingana noho izany ny komandin’ny kaompania sy ny lefiny niaraka tamin’ny zandary miisa 15. Raikitra ny fanarahan-dia ka teny an-dalana dia nisy efatra tamin’ireo  dahalo  nitoraka lefona tampoka io zandary io izay voa teo amin’ny ranjony havia. Tazan’ny zandary namany izany ka avy hatrany dia nitifitra izy ireo ary lavo ny telo tamin’ireo dahalo. Mbola nitifitra ihany anefa ny iray tamin’ireo dahalo ireo ka mbola nahavoa indray koa ny tongotr’io naratra io. Raikitra ny fifandonana ka lavo ihany koa io dahalo fahefatra io. Nanao ny fiantsoana ny angindim-by avy any amin’ny « BIA IHOSY » ny komandin’ny groupement Anosy ary nandefa « renfort » ihany koa ny avy tao amin’ny « USAD MAHABO » izay notarihin’ny kolonely Nixor, komandin’ny FIGN. Nentin’ny angidim-by namonjy ny hopitalin’i Betroka ilay zandary naratra ka tody tany tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany hariva.  Tanora vao herotrerony, 28 taona io zandary namoy aina io ary namela mananontena sy kamboty iray vavy kely vao herin-taona monja.

m.l

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada80 partages

Eckehart Olszowski : un hommage émouvant, digne d’un grand homme de la culture

Plusieurs artistes et personnalités importantes du monde de la culture sont venus honorer les funérailles d’Eckehart Olszowski, hier, au Cercle germano-malgache (CGM) Analakely. Sa dépouille mortelle a été ensuite inhumée à Ambohimalaza. «On a perdu un grand homme de la culture», a annoncé Tsilavina Ralaindimby, dans son discours.

Grande agitation dans les rues d’Analakely , hier, dans la matinée. Une foule, qui a assisté à la prestation d’un groupe de fanfare et de Mpihira gasy, a inondé l’escalier d’Antaninarenina. Au CGM, la salle a été remplie d’artistes, amis, et familles du défunt, lesquels se sont succédé sur la scène pour lui rendre un dernier hommage. «Nous sommes tous ses héritiers, nous devrons par la suite continuer ses œuvres », a annoncé sa femme.

Un Allemand, un Malgache de cœur

«Nous avons perdu un pilier important de la relation bilatérale entre l’Allemagne et Madagascar», a affirmé un représentant de l’Ambassade d’Allemagne. «En effet, Eckehart Olszowski est peut être un Allemand mais dans son cœur, il se sent plus malgache», a affirmé Ranja Raveloson, coordinatrice des activités culturelles de CGM. Il a vécu au pays depuis plusieurs années et a dirigé le CGM durant plus de 35 ans.

«Même durant les crises qui se sont succédé au pays, il a toujours été là pour soutenir les jeunes et les artistes», a ajouté sa femme.  A titre posthume, Eckehart Olszowski est élevé au rang du Chevalier de l’Ordre national des Arts, des lettres et de la musique par l’ancienne ministre de la Culture, Brigitte Rasamoelina.

Des contributions

Plusieurs artistes de différents genres l’ont rendu un dernier hommage, entre autres, Hemerson Andrianetrazafy, Henri Randrianerenana, Rajery, Lalah du groupe Kazar… «Il nous a tous vus nous épanouir dans nos passions et il y a contribué. Il a surtout favorisé les rencontres et  les échanges internationaux, ce qui rend davantage notre culture riche et variée. Il a créé plusieurs plateformes pour exploiter nos talents, entre autres, le Jazz Tohatohabato. Sur ce, j’espère que le nom de l’escalier d’Antaninarenina dénommé actuellement escalier Lambert lui soit dédié», a ajouté Tsilavina Ralaindimby.

L’hommage s’est ensuite terminé par une interprétation émouvante du morceau «Ry Lanitra mangamanga», chanté par le Chœur d’hommes. Notons que ce groupe a été créé par Eckehart Olszowski, lui-même et ainsi que le chanteur lyrique Ando en 1998. L’année prochaine, ce groupe projette de célébrer son 20e année d’existence.

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara79 partages

ISCAM : 1re promotion en Master en MIDA

Fabrice Bertin, DRH du groupe SOCOTA (à g.) et Jaona Ranaivoson, DG de l’ISCAM, lors de la signature de la convention de partenariat.

Le programme conviendrait surtout aux étudiants à la recherche de formation en alternance. Un programme de formation en Master en Management international et Développement des affaires que l’ISCAM propose en partenariat avec le groupe SOCOTA. La signature de contention entre les deux parties concrétise ce programme et la rentrée de la toute première promotion. Les étudiants bénéficieront d’une formation dispensée sur site, celui du groupe SOCOTA à Antsirabe et jumelée par un contrat d’embauche durant toute la période de formation. Les étudiants auront ainsi des cours dispensés par les formateurs de l’ISCAM qui se déplaceront à Antsirabe, des interventions des professionnels de SOCOTA ainsi que des activités pratiques au sein même de cette entreprise. L’objet de la formation est l’apprentissage des enjeux et des pratiques répondant aux exigences des marchés internationaux ainsi que la gestion des réalités locales. Cette formation est le début d’un changement dans la manière de collaborer entre les entreprises, premières bénéficiaires des diplômés et les établissements de formation, premiers fournisseurs de compétences.

Pour les étudiants, le programme offre une double opportunité de bénéficier d’un moyen d’obtenir un diplôme de haut niveau et d’être recruté en tant que cadre d’entreprise directement. Dans l’objectif d’attirer les bons candidats et les encourager à finir leurs études. En effet, les deux entités partenaires dans ce programme procèderont, d’une part, à un allègement des frais de scolarité des étudiants pendant les deux ans de formation, sanctionnés par un diplôme de Master de l’ISCAM et d’autre part, le programme propose une réelle perspective d’embauche définitive chez SOCOTA. Pour cette première promotion, 27 étudiants bénéficieront de la formation.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara78 partages

Manjakaray : Misandoka ho mpiasan’ny Jirama ny mpanafika

Nilaza izy ireo fa hijery ny kaontera ary hanao « relevé ». Isan’ny naneken’ny tao an-trano azy ireo ny fisian’ny karatr’asa izay mazava hoazy fa sandoka. Vao tafidita tao an-trano ireo efa-dahy dia nambanana basy ilay olona ary nofatorana. Nanara-po amin’izay nony avy eo ny naka izay nilainy ary isan’izany ny entana samihafa. Tsy nionona tamin’izay aza ireo jiolahy fa notateriny tamin’ny peugeot 404 bâché izay nentiny mihitsy ny entana mavesatra. Nandainga tamin’ny olona izay nahatsikaritra izy ireo fa hoe hifindra trano ny tompon-trano ary izy ireo no mikarakara izany fifindra-monina izany. Dia tsy nanana olana tokoa tamin’ny fanohizana ny halatra. Trano efa foana tanteraka no novantanin’ny tompony ary koa ny mpanampy an-trano izay voafatotra tongotra aman-tànana. Tsy kely làlana ny mpanao ratsy eto an-drenivohitra ary mivoatra hatrany koa ny fomba entin’izy ireo manatontosa ny asany. Mila mifandraika amin’izany fivoarana izany ny paik’ady hataon’ny mpitandro ny filaminana mba hanoherana ny ratsy. Samy miketrika ny fomba entiny manatontosa ny asany mantsy ny roa tonta ary efa samy mahafantatra ny fomba fanaon’ny andaniny ny ankilany matetika, ary koa ny mifamadika amin’izany.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza64 partages

Misaona ny firenenaNodimandry ny Pr Zafy Albert

Lavo ny andrarezina ! Nodimandry teo amin’ny faha-90 taonany omaly 13 oktobra antoandro tany amin’ny hopitalin’i Saint Pierre any amin’ny Nosy La Réunion ny filoham-pirenena teo aloha Pr Zafy Albert.

Ny alarobia 11 oktobra teo izy no narary tampoka vokatry ny fahatapahan’ny lalan-dra tao amin’ny loha na AVC (Accident Vasculaire Cérébral) ka naiditra tao amin’ny Hopitaly Befelatanana ary nafindra tao amin’ny Polytechnique Ilafy avy eo. Nentina tany amin’ny Nosy La Réunion kosa ny tenany ny takarivan’ny alakamisy 12 oktobra, saingy tsy tana intsony ny ain’ity Raiamandrenin’ny Malagasy ity. Teraka ny 1 mey 1927 tany Betsiaka Ambilobe ny Pr Zafy Albert. Ampahany amin’ny tantarany ny nanovozony fianarana tany amin’ny oniversiten’i Montpelier sy Parisy. Profesora mpandidy ny tenany ary manana ny diploma “Licence en Mathématique et en Physique”.  Teo amin'ny lafiny politika, dia voatendry ho minisitry ny fahasalamana sy ny raharaha sosialy tamin’ny governemantan-dRamanantsoa ny taona 1972-1975. Niverina nanohy fianarana tany Frantsa ny taona 1975, rehefa tsy nitovy fijery tamin’ny politika sosialista nampiharin’ny Amiraly Didier Ratsiraka. Nanangana ny antoko UNDD (Union nationale pour la démocratie et le développement) ny tenany ny taona 1989, ary anisan’ny herin’ny Herivelona Rasalama nandritra ny tolona 1991. Nafana ny raharaham-pirenena tamin’izany ary nahery vaika ny fanoherana nahazo ny filoha Didier Ratsiraka, ary voarakitra ao anatin’ny tantaram-pirenena ny raharaha 10 aogositra 1991, diabe saika hiakarana teny amin’ny Lapan’i Iavoloha, saingy nisy fitifirana tamin’ny alalan’ny angidim-by. Novoizina ny hoe: “Ento  miakatra  ity firenena ity ,  horavàna  ny mandan’i Jericho”. Nirotsaka hofidiana filoham-pirenena ny Pr taorian’ny raharaha 1991, ka izy no voafidy ho filoham-pirenena voalohany tamin’ny Repoblika I, ary nitondra an’i Madagasikara ny 1993-1996. Tratry ny “empêchement” ny tenany ny septambra 1996, saingy tsy mba nikorontana, ary nanangana ny CRN (Comité de Réconciliation Nationale) ny 1998, izay nivoy ny fampihavanam-pirenena hatrany. Teo foana tamin’ny fitadiavam-bahaolana tamin’ny krizy nandalo teto amin’ny firenena. Anisan’ny nanohitra an’i Marc Ravalomanana ny tenany tamin’ny fotoan’androny, saingy taty aoriana dia lasa mpinamana tsy nifankafoy. Ho tonga an-tanindrazana anio ary hivantana eny amin'ny villa La Franchise Ivandry, ary hoentina eny amin'ny Palais des sports Mahamasina amin'ny alahady ny vatana mangatsiakan’ny filoha Zafy Albert. Fisaonam-pirenena manomboka anio hatramin’ny fandevenana azy. Horaisin’ny fanjakana an-tanana ny lany rehetra amin’ny fikarakarana ny razana. Hisy ny fanomezam-boninahitra azy ao amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina manomboka rahampitso, ary hosalorana ny mariboninahi-pirenena ny tenany. Ny Gazety Tia Tanindrazana dia miombon’alahelo sy mirary fiononana feno ho an’ny fianakaviana manontolo.

Toky R

 

L'express de Madagascar62 partages

Fermeture de la société AAA – Les manifestants bloquent la route

Employés, éleveurs et partisans du TIM compte durcir leur manifestation, après le passage de la Jirama dans l’enceinte de  la société. 

 À la suite à la fermeture de l’usine AAA à Andranomanelatra, les employés, soutenus par la population locale et quelques acteurs politiques du parti TIM, ont poursuivi la manifestation qu’ils effectuent, depuis la soirée du jeudi, pour s’opposer à l’exécution de l’arrêté interministériel du 4 octobre, portant suspension de l’activité de cette usine qui vient de rejoindre le monde de l’économie, il y a un an et demi. Ce, pour cause d’absence de l’autorisation environnementale et du certificat de consommabilité.

Pour montrer leur mécontentement, les employés ont barré la route nationale avec les camions de l’usine et des pierres, et brûlé des pneus. De leur côté, les éleveurs  ont jeté leur lait sur la route. Devant cette manifestation qui a gêné la circulation pendant deux heures, les éléments des forces de l’ordre sont intervenus. Une négociation a été ainsi entamée entre ces derniers et les leaders des manifestants ainsi que les responsables de l’usine. Après une longue discussion, les deux parties ont convenu d’un point commun d’où l’ouverture du barrage. La situation s’est donc un peu calmé jusqu’à hier après-midi. Des éléments de forces de l’ordre ont accompagné une équipe de la Jirama pour fermer la vanne et pour enlever le compteur du Tiko Top, à Vatofotsy à Antsirabe. Situation qui a attisé la colère des employés et des partisans.

 Ultimatum

Les premiers, voyant dans cette fermeture un règlement de compte politique, ont lancé un ultimatum de vingt quatre heures aux autorités pour rouvrir l’usine AAA, Tiko Tia. « Nous devons reprendre la production d’ici demain (samedi) sinon la perte de 4 milliards d’ariary que l’usine a enregistrés durant ces deux jours de fermeture, augmentera alors que les besoins des milliers de familles dépendent de cette usine », affirme le porte-parole des employés. Ainsi, sans la réouverture de l’usine, ces manifestants ont menacé de renforcer leur mouvement.

Face à l’accusation des deux ministères qui ont signé cet arrêté interministériel, le directeur général, Lanto Rabenatoandro, a signalé hier, que la régularisation du permis environnemental est en cours et que l’usine effectue systématiquement des analyses de ses produits à l’Institut Pasteur.

Angola Ny Avo

Madagascar Tribune57 partages

Le Président Albert Zafy n’est plus

Le Professeur Albert Zafy, ancien président de la République, fondateur et président d’honneur du parti UNDD s’est éteint ce 13 octobre 2017 à l’âge de 90 ans à l’île de la Réunion. Victime d’un accident vasculaire cérébral, il a été admis à la polyclinique d’Ilafy avant d’être évacué sur l’île de la Réunion en vue d’une opération chirurgicale la veille de son décès. Son corps sera rapatrié ce 14 octobre et il sera déposé au Palais de la Culture et des Sports Mahamasina pendant 2 jours pour que les citoyens puissent lui rendre un dernier hommage.

L’Histoire retiendra de lui comme le Père de démocratie, l’Homme au chapeau de paille qui sillonnait tous les recoins du pays en 4X4 pour s’enquérir des vrais problèmes de la population, le fameux Mada raid. Il a respecté à la lettre la démocratie notamment au niveau de la liberté d’expression pendant son mandat ce qui lui a valu l’empêchement de la part des députés de l’époque. Il était le seul Président élu qui a quitté son fauteuil présidentiel sans effusion de sang et le seul qui est resté au pays après son mandat. L’Histoire retiendra aussi qu’il a créé le Comité national de réconciliation (CNR) en 2002 et qu’il a lutté jusqu’à son dernier souffle pour une véritable réconciliation nationale.

Entré en politique avec le gouvernement Ramanantsoa en 1973 avec Emmanuel Rakotovahiny et Didier Ratsiraka, il était un farouche opposant de la politique de ce dernier et l’a fait tomber en 1991. Il a également participé activement à la résolution de crise de 2009 et est resté proche de tous les dirigeants anciens, et actuels. Les hommages se sont succédé depuis l’annonce de sa disparition, de simples citoyens, aux responsables politiques, de ses proches et de la communauté internationale. Repose en paix Président.

Midi Madagasikara54 partages

Lutte contre la peste : Quatre donations d’Ambatovy

Un des lots d’équipements et matériels remis par Ambatovy.

Des équipements et matériels pour renforcer la lutte contre l’épidémie de peste à Toamasina. C’est ce que la compagnie minière Ambatovy a remis au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) d’Analankininina, le 12 octobre dernier, faisant suite aux demandes des autorités locales et des agences des Nations unies, à savoir l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) et l’UNICEF (Fonds des Nationsunies). Cela fait ainsi la quatrième fois que la compagnie offre son appui aux autorités sanitaires malgaches dans cette lutte contre la peste. La donation du 12 octobre est composée, entre autres, d’équipements de protection individuelle (EPI), de mobiliers (tables, bancs, lits picot, étagères), d’équipements de nettoyage (bacs à ordures, seaux, brouettes…) et de matériels d’éclairage. Des équipements et matériels qui permettront d’augmenter la capacité de prise en charge des malades dans le service de Pneumonie et Phtisiologie du CHU d’Analankininina, à Toamasina, par la mise en place d’un nouveau centre de traitement doté de 20 lits supplémentaires où la prise en charge est totale aux fins de limiter la propagation de la maladie à travers les va- et-vient des proches et familles des malades pour cause des visites et accompagnement.

Trois précédentes. Cette donation s’ajoute ainsi aux trois premières qu’Ambatovy a déjà apporté aux CHU d’Analakininina et de Morafeno depuis le 27 septembre 2017. En effet, la compagnie a déjà doté d’EPI composés de gants, masques, combinaisons et lunettes de protection, le personnel soignant en contact direct avec les malades dans les CHU d’Analankininina et de Morafeno, afin que celui-ci puisse travailler en toute sécurité et selon les normes. Une autre donation d’EPI et de pulvérisateurs, de l’alcool et des thermomètres, d’eau distillée, des seringues à usage unique, des masques, a été faite le vendredi 6 octobre 2017 au CHU Analankininina. Les contributions d’Ambatovy dans la lutte contre ce fléau s’élève, à ce jour, à plus de 40 millions d’Ariary. D’autres matériels et équipements seront également remis pour appuyer la prévention de la peste à Moramanga.

Recueillis par Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara51 partages

CFM : Maka Alphonse élu président

Le nouveau président du CFM.

Le Conseil du « Fampihavanana Malagasy » met en place depuis hier son bureau permanent.

L’attente est terminée. Le CFM ou Conseil du « Fampihavanana Malagasy » a depuis hier son président. Il s’agit de Maka Alphonse. Il fallait attendre plusieurs jours pour procéder à l’élection, car le CFM a encore soumis à la HCC son règlement intérieur pour contrôle de constitutionnalité. La plus haute juridiction s’est déclarée incompétente. Elle a envoyé une lettre à l’organe chargé de la réconciliation nationale indiquant que seuls les règlements intérieurs de l’Assemblée nationale et du Sénat doivent faire l’objet du contrôle de constitutionnalité. L’élection du président du CFM a donc lieu hier à Ampefiloha. Cinq candidats étaient présents dans la course : Maka Alphonse, Rabe Landry Olivier, Miandrisoa Marcel, Mangalaza Eugène et Charles Rabemananjara. Il fallait un second tour pour que le numéro Un du CFM ait été élu. Maka Alphonse et Rabe Landry se sont affrontés. Résultat final : 19 voix pour le premier et 14 voix pour le second, c’est-à-dire cinq voix seulement de différence.

Urgence. Les autres membres du bureau permanent du Conseil du « Fampihavanana Malagasy » sont élus ce jour. Il s’agit de six vice-présidents dont un par province, de deux rapporteurs généraux et de trois présidents des commissions. A l’allure où vont les choses, le CFM sera bientôt opérationnel, contrairement aux autres organes constitutionnels dont la Haute Cour de Justice et le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit. L’accélération dans la mise en place du CFM signifie-t-elle qu’il y a urgence en matière de réconciliation nationale dans le pays ? Les événements de ces derniers temps laissent croire que cette réconciliation nationale semble impossible. A un an de la prochaine présidentielle, les dirigeants HVM cherchent toujours à affaiblir leurs adversaires redoutables. Les 33 conseillers du « Fampihavanana Malagasy » auront donc du pain sur la planche.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara45 partages

Lapidairerie : Un concours pour promouvoir les exportations des pierres taillées

Les organisateurs des événements au MBC.

Les trois premiers prix seront exposés durant la conférence internationale des gemmologues et des professionnels de la filière bijouterie à Londres du 03 au 06 novembre 2017.

L’Institut de Gemmologie de Madagascar (IGM) travaille en partenariat avec le Bureau de Cadastre Minier de Madagascar (BCMM) pour promouvoir les activités minières depuis l’exploitation en passant par la transformation jusqu’à l’exportation. Ces deux organismes sous tutelle du ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, organisent ainsi des événements au « Mining Business Center » à Mamory Ivato. « Il s’agit d’un concours de lapidairerie dans le dessein de promouvoir les exportations des pierres taillées créant plus de valeur ajoutée », a annoncé Andrianirina Rasolonjatovo, le Directeur général de l’IGM lors d’une conférence de presse hier.

Couleur jaune. « Au début, ce concours était prévu pour les entreprises, mais suite à la demande des lapidaires individuels, ce sera ouvert à tous. Le dernier délai de l’inscription sera ainsi le mardi 17 octobre 2017 matin auprès de l’IGM. Ces participants peuvent y retirer le règlement de concours. Ils vont notamment transformer les pierres de couleur jaune. Et les gemmes taillées seront soumises à l’Institut au plus tard le 19 octobre 2017 », a-t-il expliqué. Les organisateurs font appel aux autres entités comme le secteur privé et les spécialistes en lapidairerie étrangers pour renforcer le jury. Et les résultats seront proclamés le 25 octobre 2017, suivis de la remise des trophées aux trois premiers gagnants de ce concours de lapidairerie au MBC. « La qualité de leurs gemmes taillées sera ensuite évaluée par des spécialistes internationaux et ce sera exposée durant la conférence internationale des gemmologues et des professionnels de la filière bijouterie à Londres du 03 au 06 novembre 2017. Notre objectif est de faire connaître au monde entier la qualité de la lapidairerie à Madagascar tout en promouvant les exportations des pierres taillées », a-t-il poursuivi.

Sept millions Ar. En effet, « si l’on prend un saphir brut de 2g, son prix à l’export est de 1 million Ar/gramme. Et une fois taillé selon les normes internationales, ce saphir pèsera 0,7 gramme et vaut au moins sept millions Ar », a-t-il enchaîné. Par ailleurs, un marché de pierres précieuses sera organisé du 28 au 29 octobre 2017 au MBC. Il y aura des stands pour les bijoutiers, les lapidaires et les fabricants de bijoux de fantaisie. Les étudiants sortants de l’IGM y exposeront également leurs gemmes transformées. En fait, « le MBC a été conçu pour promouvoir les activités minières. C’est également une sorte de guichet unique servant à faciliter toutes les procédures administratives au profit des opérateurs œuvrant dans le secteur. Et à part l’organisation de nombreux événements, ce « Mining Business Center » contribue à favoriser les rencontres directes entre les vendeurs et les acheteurs internationaux des gemmes en vue d’éliminer les intermédiaires. Ce qui permettra en même temps d’enregistrer les productions et les exportations des pierres taillées de Madagascar », a rappelé David Ratsimbazafy, le Directeur général du BCMM, lors de cette conférence de presse.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara34 partages

Canal + : Question d’honneur, bientôt sur Novelas TV

Les passionnés des séries Novelas TV sur Canal + peuvent se réjouir. Ils auront droit, à partir de lundi à une nouvelle série

« Question d’honneur », tel est l’intitulé de la nouvelle série captivante et addictive ardemment attendue des passionnés de Novelas. Il s’agit d’une adaptation de la série italienne « L’onore e il rispetto » contenant 18 épisodes produits entre 2006 et 2012. Une histoire fascinante mêlant drame, amour et passion. L’histoire se passe à Istanbul où Zeliha, une mère de famille, emménage avec son mari Hasan et leurs deux fils Yigit et Emir. Hasan décide d’ouvrir une bijouterie avec l’aide de Sadullah, un homme très influent mais un jour après l’ouverture, la boutique est cambriolée et Hasan perd tout. Dans l’incapacité de rembourser sa dette, le père de famille se suicide. Suite à cet événement tragique, les deux frères décident de venger la mort de leur père chacun à leur manière. Yigit cherche à se venger sans se soucier de la loi, tandis qu’Emir, lui, va utiliser les voies légales pour rétablir la justice.

Cette série sera accessible à tous les abonnés des Bouquets Canal + car la chaîne Novelas est disponible dès le premier bouquet ACCESS à 30 000Ar. Une aubaine pour les adeptes de séries En plus, en ce moment, les abonnés bénéficient de 14 jours de chaînes en plus offertes au réabonnement.

Recueillis par R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar33 partages

Réconciliation nationale – Alphonse Maka élu président du CFM

Alphonse Maka est élu président du CFM au deuxième tour, hier à Ampefi­loha. Le bureau permanent doit être connu aujourd’hui.

L’élection du président du Conseil du Fampi­havanana Mala­gasy ou CFM a eu lieu hier, à son quartier général à Ampefiloha. Alphonse Maka est sorti vainqueur de cette élection en deux tours. Lors d’un entretien avec la presse, il n’a pas encore annoncé un quelconque plan de travail. « On m’a élu, mais ce sera lors d’une assemblée générale qu’on décidera de cela », a-t-il déclaré. Il a, néanmoins, affirmé que le plus important reste l’indépendance et l’impartialité du CFM. D’après lui, les membres du conseil se pencheront plus sur le peuple. « La réconciliation doit commencer à partir de la base. C’est la réconciliation communautaire », a-t-il soutenu. Alphonse Maka a souligné que les projets du CFM dépendent de son budget, qui est octroyé par l’État. Il a également déclaré que les idées de l’ancien président de la République, le défunt Albert Zafy, seraient prises en compte. « La réconciliation nationale a été un de ses plus grands rêves. Il nous a laissé ses idées comme héritage et nous en prendrons grand soin », a-t-il déclaré.

Âpre concurrenceLa Haute Cour Constitu­tionnelle (HCC) a ainsi achevé le contrôle de constitutionnalité du règlement intérieur du CFM, jeudi. Dès lors, l’élection du président de ce conseil a été organisée. Alphonse Maka, ancien journaliste, sortant de la huitième promotion du Centre d’Étude Diplo­matique et Stratégique, et ancien directeur du cabinet de son prédécesseur, le général Sylvain Rabotoarison, a été élu sur deux tours. Avant le début du scrutin, un temps de parole de cinq minutes a été accordé à chaque candidat en guise de propagande. Ses concurrents étaient Eugène Mangalaza, Charles Rabemananjara, Jean Marcel Miandrisoa et Olivier Landry Rabe. Lors du premier tour, Alphonse Maka et Olivier Landry Rabe étaient au coude-à-coude avec respectivement douze et onze voix. Lors du deuxième tour, Alphonse Maka a remporté la victoire avec dix neuf voix contre quatorze pour Olivier Landry Rabe. Les six vice-présidents, les deux rapporteurs généraux ainsi que les trois chefs de commission doivent être connus aujourd’hui à travers un scrutin.

Loïc Raveloson

Midi Madagasikara33 partages

Port et détention d’armes illégales : MD pour le policier arrêté à Ilaka-centre

Déféré au Parquet  mercredi, le policier arrêté par la gendarmerie  à Ilaka-centre dans le district d’Ambositra est placé sous mandat de dépôt. Il est poursuivi pour port et détention d’armes illégales. Il a été surpris en escortant un camion transportant de labradorites suspectés d’illégalité, un policier et une autre femme qui est la convoyeuse de la marchandise. Placés sous mandat de dépôt, ,  ils sont également poursuivis de complicité dans un trafic de pierres précieuses. Les enquêteurs ont découvert d’irrégularités dans la lettre de procuration que portait cette femme. La personne qui l’a délivrée serait, selon les informations émanant de la gendarmerie, recherchée pour vol et trafic d’ossements humains. Comme on a déjà rapporté dans notre édition du mercredi 11 octobre, le policier incriminé est un élément du Commissariat de la Sécurité publique d’Ihosy. Les informations recueillies auprès de la police nationale mentionnent qu’il travaille comme garde du corps du Chef de région d’Ihorombe. La police nationale qui tient à souligner que,  contrairement à la déclaration faite par la gendarmerie concernant l’arme découverte sur ce policier, les pistolets de marque Makarov font bel et bien partie des équipements de cette entité.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara29 partages

Omnisport : Le complexe d’Andohalo bientôt opérationnel !

Quand il y a de la volonté, on peut tout faire. C’est la devise de Hery Rasoamaromaka qui décide d’investir, avec l’aide des partenaires, dans la construction des terrains en couverture synthétique. Après son complexe de Talamataty, il a poursuivi par celui d’Andohalo dont tout le monde parle comme d’une véritable révolution.

Andohalo à l’heure du synthétique. Du rêve à la réalité, les habitants de cette localité peuvent goûter à la joie d’un terrain moderne moyennant évidemment finances, car le projet est privé. Mais qu’importe, car les gens sont prêts à payer le confort qu’offre un stade synthétique, mais aussi un autre terrain de basket et une piste d’entraînement d’athlétisme de quatre couloirs.

Qualité garantie. Le complexe d’Andohalo comme on va l’appeler désormais comporte aussi une salle de gymnastique ainsi qu’un écran géant qui servirait pour voir les grands événements sportifs du monde entier en direct.

Bien évidemment et à l’instar du terrain synthétique de Talatamaty dont celui d’Andohalo est une annexe, il y aura aussi un boulodrome également aux normes.

Et ce n’est pas tout car d’autres investisseurs vont faire de ce jardin d’Andohalo un haut lieu de rencontres du Sport, de la Culture et de la Gastronomie, puisqu’ une autre société entame la réhabilitation de la place pour le « Hira Gasy » tandis qu’un autre entend y installer un grand restaurant. Ce qui ne gâte rien.

Un spécialiste. La qualité de ces nouvelles installations sportives ne peut pas être mise en doute dans la mesure où Rasoamaromaka a fait appel au service de l’autre Hery, notamment celui a réalisé le centre technique de Carion, le stade Alexandre Rabemananjara de Mahajanga, mais aussi celui d’Ampasambazaha. Autrement dit, un très grand spécialiste de la pose d’une couverture synthétique.

« On le fait dans les normes ou on ne le fait pas », précise Hery Rasoamaromaka qui, grâce à d’autres partenaires, va également réaliser la même chose à Toamasina dans deux semaines. Avec peut-être un complexe en plus grand, car il y a de l’espace dans la capitale du Betsimisaraka.

AprèsToamasina, Terrain Synthétique Talamaty, va également s’installer à Mahajanga mais la liste est loin d’être close, car Hery Rasoamaromaka se déclare prêt à collaborer avec tous les investisseurs d’où qu’ils viennent. Avis donc aux intéressés.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada25 partages

Albert Zafy : grand parmi les grands de la République

Militant pour la défense de ses convictions le Prof comme l’appelaient ses intimes, vent debout pour mener sa lutte n’a pas économisé ses forces jusqu’à ce qu’elles le trahissent. Hier encore  combatif, il s’en est allé aujourd’hui sans doute avec le regret de laisser derrière lui un pays en désespérance. Témoignage

Albert Zafy ne se berçait d’aucune illusion, il portait un regard perçant sans concession sur la nation, sur l’état, sur le pays qu’il diagnostiquait malades. Citoyen en paix avec sa conscience, il laissera sa marque pour avoir mérité le surnom de «Père de la Démocratie» et pour avoir défendu avec ardeur les valeurs républicaines.

Une cabale couronnée de succès a eu raison de son mandat de Président de la République par le vote d’une motion d’empêchement, mais n’a pas réussi à l’empêcher d’être présent dans l’arène politique et de s’investir dans le rôle ingrat de «conscience dérangeante».

Homme du peuple

Dans un pays où les apparences contribuent plus que le fond à la réussite, Albert Zafy s’est refusé à en prendre soin, se satisfaisant de son authenticité bonhomme qu’il a même cultivée en se distinguant par le port du chapeau de paille commun aux petites gens, par une mise bigarrée de chemises bariolées, en sillonnant le pays sans tambour ni trompette à la rencontre du quotidien des populations, sans même le calcul de labourer le terrain pour se tailler une popularité. Ce côté homme du peuple a sûrement façonné l’impression de nombreuses personnes : Albert Zafy a plus été à sa place dans l’opposition qu’au pouvoir.

Il se démarque encore de la classe des dirigeants pour avoir quitté le pouvoir sans s’être enrichi. Coquetterie ou tare qu’il partage avec son ami de trente ans Emmanuel Rakotovahiny. La norme étant de se mettre de côté quand on a le pouvoir, pour cette considération les deux compères comptent parmi les rares anormaux.

Indigne de la démocratie

Décidément dans le système qui était et qui reste, Albert Zafy n’était pas taillé pour gouverner. Ce n’est pas faute d’ignorer la ruse, gage de survie à la fois que moyen de défaire les régimes. Zafy s’est fait une règle de refuser à user des astuces légales pour défendre ses droits : (en renommant le même Premier ministre qui venait d’essuyer une motion de censure à l’Assemblée Nationale, il aurait faucher l’herbe sous les pieds des députés, qui ne pouvaient censurer à nouveau le gouvernement qu’au prix d’une dissolution de leur Assemblée, dans la classe politique on ne connait jusqu’ici de kamikazes pour défendre une conviction).

Selon Zafy ce subterfuge était indigne de la démocratie. Pareillement suite au vote de l’empêchement, plusieurs hauts gradés des forces armées ont proposé au Président de s’opposer à ce vote. Un mauvais coup porté à la République, a jugé le Président déchu.

Intime conviction

Dans l’adversité, Albert Zafy a fait preuve de grandeur.

La démocratie, les valeurs républicaines, l’Etat de droit, le sens de l’Etat, la réconciliation : des convictions pour lesquelles Albert Zafy a consacré une grande part de sa vie. Des valeurs et vertus dont le peuple en a entendu parler, mais il en attend toujours la réalisation dans la pratique.

Avec Albert Zafy il faut espérer qu’il n’a pas semé dans le vide. A chaque succès de l’une de ces valeurs, une pensée pour ce Président qui n’a cessé de grandir jusqu’au bout. Homme d’Etat, on l’a loupé vivant, de quoi redoubler de tristesse.

Léon Razafitrimo.

Simple observateur de la vie publique, j’ai beaucoup écouté les interventions d’Albert Zafy. Je ne compte pas parmi ses amis, je l’ai rarement approché, je n’ai pas toujours partagé ses points de vue, mais je lui ai toujours porté grande considération, et voué estime silencieux jusqu’à ce jour de sa disparition.

Le Professeur Albert Zafy en quelques lignes

-1er mai 1927, Naissance à Betsiaka (Ambilobe)

-En 1951, Albert Zafy s’installait à Montpellier où il faisait ses études de médecine générale, option chirurgie. Il y obtenait son diplôme de spécialité en chirurgie thoracique.

-De 1966 à 1970, il revenait à Paris pour obtenir son agrégation.

-A l’appel du nouveau chef de gouvernement, le Général Gabriel Ramanantsoa, il occupait le poste de ministre de la Santé de 1972 à 1975.

-En 1982, une large majorité du parti Vonjy iray tsy mivaky avait présenté sa candidature aux élections présidentielles mais la Haute Cour Constitutionnelle ne l’avait pas validé.

-En 1990, à la suite de la loi sur le multipartisme du mois de mars, il créait I’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD) dont il est le président.

-A la suite des deux concertations nationales organisées en août et décembre 1990 par le Conseil chrétien des églises de Madagascar (FFKM) à Antananarivo, Albert Zafy était projeté au devant de la scène politique en devenant le président du comité permanent des Forces vives qui est l’organe dirigeant du Conseil national des Forces vives.

-Le 16 juillet 1991, les Forces vives l’avait élu pour être le chef du gouvernement transitoire pour gérer l’après amiral Ratsiraka.

-Après la signature de la convention du 31 octobre 1991, Zafy Albert présidait la Haute autorité de l’Etat pendant la période transitoire.

-Il accédait à la magistrature suprême en 1993 à l’issue d’une élection démocratique.

-Le Professeur Albert Zafy était destitué pour cause d’empêchement par l’Assemblée nationale en septembre 1996… Jusqu’ici, il demeure comme le principal initiateur de la réconciliation nationale.

 

Midi Madagasikara25 partages

SGM : Reprise des activités lundi prochain

Le Syndicat des Greffiers de Madagascar (SGM) va reprendre ses activités, à partir de lundi. C’est ce qui a été décidé, lors d’une Assemblée Générale qui s’est tenue, hier, au Palais de Justice à Anosy. Selon son président national, Haja Randriambololona, une entente a été trouvée avec le ministère de la Justice. Il a ainsi souligné la volonté de ce département ministériel d’étudier le cas des greffiers, concernant notamment le «versement». Faut-il rappeler que la grève du SGM a débuté le 22 septembre dernier. Soit trois semaines. Ce syndicat a ainsi décidé d’arrêter sa grève pourtant, dans le temps, elle a été menée conjointement avec le SMM. Quel va être ainsi la réaction de ce dernier ?

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara25 partages

Eckehart Olszowski : Vibrant hommage hier

Ses amis et collègues, comme Tsilavina Ralaindimby, lui ont témoigné de leurs sympathies. (photo Kelly)

Le directeur du CGM Eckehart Olszowski a été inhumé hier à son caveau familial à Ambohimalaza. Un dernier hommage lui a été rendu hier au CGM.

Ils étaient nombreux, hier, à avoir rendu un dernier hommage au directeur du CGM Eckehart Olszowski. Des artistes qui ont longtemps collaboré avec le CGM et qui ont reçu son appui, comme Minah, TGC, Zanaray Percussions, Chœur d’Hommes, les divers clubs du CGM comme le Jazz Club, des acteurs culturels incontournables comme Tsilavina Ralaindimby, Hemerson, Henri Randrianierenana… mais aussi les personnalités au sein de l’ambassade d’Allemagne. Plusieurs personnes se sont exprimées pour lui rendre un dernier hommage, à travers des témoignages, des mots… Sur l’escalier devant le CGM, les « Mpitsoka mozikan’ny  governemanta » ont joué quelques morceaux très émouvants, ce qui n’a pas manqué d’attirer l’attention des passants.

Son épouse a également remercié toutes les personnes qui ont travaillé avec lui durant toutes ces années, et qui ont témoigné de leur sympathie durant ces quelques jours. En 35 ans à Madagascar, il a toujours été derrière les artistes et a soutenu l’art malgache. « C’était un grand homme de la culture » dit-elle, en ajoutant : « Nous regrettons sa disparition, mais soyez-en sûrs, il sera toujours près de nous pour nous guider et nous soutenir. Avant de terminer par une citation de Pierre Belfond : ‘Un grand homme n’a pas de famille ; il n’a que des héritiers’. » Et nous sommes ses héritiers.

Anjara Rasoanaivo

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara24 partages

Zafy Albert : Le Père de la IIIe République

Madagascar a perdu l’une de ses personnalités politiques qui ont marqué son Histoire. Le Pr Zafy Albert a succombé hier à La Réunion à un AVC qui l’a frappé mercredi dernier. L’ancien Président et Père de la III e République a été immédiatement admis à la Polyclinique d’Ilafy, mais la gravité de sa situation a conduit à son évacuation d’urgence à La Réunion. Médecin de formation, le Pr Zafy Albert est né le 12 décembre 1927 à Ambilobe. Après l’Université d’Antananarivo, il a poursuivi ses études en médecine à l’Université de Montpellier et puis celle de Paris. Cardiologue de renom, le Pr Zafy Albert faisait partie des grandes figures politiques du mouvement populaire de 1991. Auparavant, pendant la transition militaire de 1972 à 1975, il était ministre de la Santé et des Affaires sociales du gouvernement Ramanantsoa.

Démocrate et intègre. Le Pr Zafy Albert a été élu président de la République en 1993. Il est considéré jusqu’ici comme le Père de la IIIe République de Madagascar et reconnu comme Père de la démocratie malgache. Mais, il n’a pas pu terminer son mandat suite à une motion d’empêchement votée à l’Assemblée nationale par les députés. Démocrate qu’il était, le Pr Zafy s’est plié au « verdict des urnes », validé par la HCC. Les analystes politiques et les observateurs sont unanimes sur le fait que le fondateur du parti « UNDD » figure parmi les rares personnalités politiques malgaches connues pour leur intégrité et leur honnêteté intellectuelle. Midi Madagasikara présente ses condoléances à la famille du Pr Zafy qui nous a quittés hier.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara22 partages

ORN Amoron’i Mania : Mise en œuvre du PNAN III

Le coordonnateur régional de l’ORN Amoron’i Mania, Rajaonarivony Julien Bernord, lors de son exposé en présence des autorités locales. Photo Anastase

La malnutrition chronique touche environ un enfant sur deux à Madagascar et affecte dangereusement le capital humain national.

Afin de garantir à chaque enfant son droit d’atteindre son plein potentiel de développement cognitif et physique, tous les acteurs en nutrition sous le leadership de l’Office national de Nutrition (ONN) s’entendent sur la nécessité de mettre en œuvre à grande échelle des interventions visant la réduction significative de la malnutrition chronique ou retard de croissance. A cet effet, dans le cadre de la réalisation de la Politique nationale de la Nutrition et de la mise en œuvre du Plan national d’Action pour la Nutrition III (PNAN III), la région Amoron’i Mania en collaboration avec l’Office Régional de Nutrition(ORN) a organisé le 27 septembre dernier à l’espace Nambinina, à Ambositra, un atelier de coordination du secteur nutrition pour la dissémination du PNAN III et le positionnement des partenaires ainsi que la mise en place du Groupement Régional de Suivi et Evaluation (GRSE) du Secteur Nutrition.

Objectifs. L’objectif global de cette rencontre, comme l’a souligné le coordonnateur régional de l’ORN Amoron’i Mania, Rajaonarivony Julien Bernard, est de faire un plaidoyer pour un engagement plus important des partenaires et de toutes les parties prenantes du PNAN III. Plus spécifiquement, il s’agit d’assurer une meilleure coordination multisectorielle et multi-acteurs pour le renforcement de la lutte contre la malnutrition dans la région d’Amoron’i Mania sous la tutelle de l’ORN et de mettre en place le GRSE pour renforcer le système de suivi et évaluation au niveau régional à travers un arrêté régional. La lutte contre la malnutrition est une affaire de tous, a fait remarquer Rakotomanankiafarana Joël, Chef de région d’Amoron’iMania lors de l’ouverture de cet atelier et d’exhorter tous les partenaires et les parties prenantes à œuvrer dans ce sens.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza20 partages

Clémence Rahariniriana -FTARManjaka tokana, hoy ny filoha lefitra teo aloha

Nanentana ireo mpitatitra fiarakaretsaka rehetra eto Antananarivo tetsy amin’ny Mon gouter Andrefanambohijanahary omaly ny solontenan’ireo mpitondra fiarakaretsaka izay tsy mankasitraka ny fitokonan’ireo mpikambana sasantsasany avy eo anivon’ny fikambanan’ny Taxi eto Antananarivo Renivohitra

Nanentana ireo mpitatitra fiarakaretsaka rehetra eto Antananarivo tetsy amin’ny Mon gouter Andrefanambohijanahary omaly ny solontenan’ireo mpitondra fiarakaretsaka izay tsy mankasitraka ny fitokonan’ireo mpikambana sasantsasany avy eo anivon’ny fikambanan’ny Taxi eto Antananarivo Renivohitra na ny FTAR mba tsy hihinana am-bolony izay lazain’ny filohan’ny FTAR ankehitriny, Clémence Rahariniriana, fotsiny fa mba handinika tsara. Nanambara ny filoha lefitry ny FTAR teo aloha, Fidèle Ramiandrisoa, fa antony tsy nampifanaraka ny tenany tamin’ity filoha ity intsony ny fanapahan-kevitra samirery matetika loatra ataony. Anisan’izany ny tsy fisian’ny tatitra mazava mikasika ny vola niditra sy nivoaka teo anivon’ny biraon’ny FTAR raha nanao « opération Permis biométrique » tamin’ny fotoan’androny. Nambara omaly (TTF : alakamisy) teny Ankorondrano anefa fa miisa 350 ireo Taxi efa nisitraka izany. “ Raha nandany 30.000 ariary isanisany ireo dia aiza ny tatitra ?”, hoy izy. Ny fivoariambe (A.G) teny Mahamasina izay natrehana mpitatitra an’arivony latsaka kely, no nandany ny tenako ho filoha lefitry ny FTAR, hoy izy, kanefa dia fanapahan-kevitry ny filoha vaovao niaraka tamina birao vitsivitsy fotsiny no nanalana ny tenako tamin’ny toerako avy eo. Betsaka ny fanapahan-kevitra samirerin’ny filoha ary nampandaniana izany fotsiny avy eo ny birao. Rehefa nojerena ny zava-nisy hatramin’izay dia niezaka niantso fifanakalozana sy nandefitra tamin’ireo Taxi hatrany ny CUA fa sao dia ny FTAR kosa, hoy izy, no manangam-pahavalo ny CUA.

J. Mirija

Midi Madagasikara17 partages

DHL Express Afrique Subsaharienne : 27 récompenses pour la qualité de service cette année

La gestion de l’expérience client permet de conserver une longueur d’avance sur la concurrence. C’est ce que soutient DHL Express, qui a remporté plus de 27 récompenses extérieures pour la qualité de service à la clientèle en Afrique Subsaharienne, depuis le début de cette année. Le dernier rapport réalisé par McKinsey Company confirme également l’avantage concurrentiel qu’une expérience client optimale offre aux entreprises. Un avantage que DHL a bien exploité. « Compte tenu de la multitude d’options dont les consommateurs disposent actuellement en termes de produits et de services, quel que soit le secteur, les entreprises doivent prendre conscience du fait que le service clientèle est le point de contact le plus important entre les entreprises et les consommateurs », a affirmé Fatima Sullivan, vice-présidente du service clientèle de DHL Express pour l’Afrique subsaharienne.

Importance. Cette représentante de DHL précise qu’il est impératif d’être à l’écoute du consommateur, pour optimiser l’expérience utilisateur. « Chez DHL Express, le consommateur se trouve au centre de nos préoccupations. Cela veut dire que la volonté et le besoin de lui apporter un service de grande qualité font partie de l’ADN de notre personnel. Veiller à ce que la voix du client résonne au sein de l’ensemble de l’organisation est également essentiel pour une qualité de service exceptionnelle. Même si l’on peut mesurer quotidiennement les indicateurs de performance clés pour un service à la clientèle excellent, la meilleure information est celle qui découle des commentaires directs des clients. Les initiatives telles que l’outil de gestion « Net Promoter Approach »(NPA) sont extrêmement utiles pour identifier les domaines d’amélioration. Elles permettent à l’entreprise d’apporter les modifications nécessaires pour améliorer son offre et proposer en permanence de meilleures façons d’offrir un excellent service à ses clients », explique la vice-présidente Fatima Sullivan. Bref, le succès de cette multinationale spécialisée dans les services express, prouve l’importance de la qualité de service. Sa stratégie sera d’ailleurs imitée par de nombreuses entreprises de la région.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara17 partages

Une semaine se terminant par la disparition d’un père de la nation

La République, hier, a perdu un de ses plus grands serviteurs. Avec la mort de, l’ancien président Zafy, c’est une page de l’histoire de Madagascar qui se tourne. Il a marqué de son empreinte le dernier quart du XXe siècle, en faisant la transition entre la longue période de la deuxième République et le retour de celui qu’il avait remplacé après les manifestations populaires de 1991. La nation va lui rendre un hommage respectueux dans les jours à venir et n’oubliera pas la droiture dont il a fait preuve durant ses quatre années passées à la tête de l’Etat. Il était un « raiamandreny » dont on aurait voulu écouter les conseils, mais il a préféré observer une certaine réserve à propos de la manière dont ses successeurs ont dirigé le pays. Dans les difficultés traversées par la nation actuellement, on aurait aimé entendre cette voix de la sagesse qui aurait su calmer les inquiétudes et rétablir cet esprit de réconciliation dont il était le chantre. Aujourd’hui, c’est la peste et ses ravages qui préoccupent les citoyens. Après une période de tergiversations jugées sévèrement par les commentateurs, l’Etat s’est enfin mis en branle pour lutter contre ce fléau qui risque de se répandre très vite dans la Grande Ile. Le président de la République et son premier ministre ont décidé enfin de prendre le problème à bras-le-corps. Les aides de l’OMS et des organisations internationales sont en train d’arriver et ils sont très utiles pour parvenir à stopper la propagation de la maladie. La semaine a été également par cet horrible meurtre d’un jeune garçon de douze ans et l’enlèvement de sa sœur par deux adolescents comme eux. L’inspiratrice de cet acte barbare qui n’était autre que l’employée de maison qui a  été vite arrêtée. Mais au-delà de cette tragédie, c’est la dimension morale du comportement de ces meurtriers qui se pose. Comment la société a-t-elle engendré de tels monstres ?

Sur le plan international, il n’y a pas de grandes tragédies sur la scène moyen- orientale. La suite du référendum au Kurdistan irakien ayant vu une victoire massive du « oui » n’a pas encore de véritables impacts sur la carte de la région. Les gouvernements des pays limitrophes ne cachent pas leur préoccupation, mais pour le moment, ils se contentent de mettre en garde les autorités kurdes. En Asie, il n’y a pas d’escalade dans la zone nord-coréenne. On a même constaté une accalmie. Le président Donald Trump s’est contenté de dire : « Je ne dis pas que je fais quelque chose. Et je ne dis pas que je ne fais pas quelque chose ». Comprenne qui pourra. Il est peut-être préoccupé par l’affaire Weinstein qui a occupé l’actualité aux Etats-Unis cette semaine. La chute de ce producteur célèbre américain doit faire méditer le locataire de la Maison Blanche qui, à bien des égards, ressemble à ce magnat de l’industrie cinématographique. Comme lui, ce dernier a fait preuve d’un grand mépris vis-à-vis de la gente féminine et est aujourd’hui rattrapé par son passé. Tous les médias l’ont descendu en flammes et le président, d’habitude si prompt à réagir, s’est cantonné dans un mutisme prudent. En Espagne, le référendum organisé par le président indépendantiste de la Catalogne n’a, pour le moment, pas débouché sur une déclaration d’Indépendance. La voie est donc ouverte à des négociations Le premier ministre espagnol, en dépit de ses déclarations, va certainement aller dans cette voie.

C’est ce vendredi 13 octobre que le professeur Zafy Albert nous a quittés. C’est le père de la nation que les Malgaches pleurent. Il inspire le respect et les hommes politiques actuels qui devraient prendre exemple sur lui et sur sa conception de la politique. Dans le contexte actuel et avec les nombreuses difficultés que nous connaissons, sa hauteur de vue et sa probité nous seraient utiles.

Patrice RABE

L'express de Madagascar16 partages

Deux piétons percutés

Un chauffeur a foncé droit sur deux piétons avec son Hyundai, mercredi vers 10h, à Imerimanjaka, commune d’Ambohijanaka. Les blessés ont été ache­minés aux services d’urgence de l’hôpital Joseph Ravoa­hangy Andrianavalona (HJRA). Ils s’y trouvent toujours, mais il n’y a rien à craindre sur leur état de santé, selon le médecin. Le chauffard a été audi­tionné à la gendarmerie.

Midi Madagasikara14 partages

BFV – SG : Le crédit « Soafeno Auto » mis en avant

Avoir sa propre voiture. C’est bien évidemment le rêve de tous. Un rêve difficile à réaliser en cette conjoncture marquée par la crise économique et la pauvreté. Mais un rêve qui reste à portée de main grâce à l’initiative des banques primaires qui lancent ces derniers temps des crédits auto. A l’instar de la BFV- Société Générale qui met actuellement en avant le crédit « Soafeno Auto ». « La BFV- SG renforce sa position de banque de proximité pour répondre aux besoins de ses clients et pour leur permettre d’acheter la voiture de leur choix parmi une large gamme auprès des concessionnaires partenaires de la banque » explique-t-on auprès de la BFV- SG. Parmi les concessionnaires, figurent, entre autres la CFAO/SICAM, Toyota Rasseta, Madauto et Materauto. Le principe est simple. Il suffit au client de choisir sa voiture auprès du concessionnaire partenaire, de demander une simulation de crédit et de fournir les dossiers nécessaires pour que la banque puisse étudier son dossier et lui accorder le crédit. En plus du taux préférentiel défini avec les concessionnaires partenaires, le crédit « SOAFENO AUTO » de la BFV-Société générale peut être remboursé sur une période allant de 12 mois à 60 mois. L’offre est valable dans toutes les agences de la BFV-Société Générale reparties dans toute l’île.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara14 partages

THB Ligue des champions : Un premier jour ordinaire !

Les attaquants de la CNaPS avec Njiva (au premier plan) et Niasexe tenteront de confirmer tous les biens qu’on pensait d’eux.

Le premier tour de la fameuse Poule des As qui aura lieu à Fianarantsoa du 18 au 22 octobre aura l’allure d’un galop d’essai, car la FMF a décidé de programmer des rencontres entre les deux vainqueurs de Fianarantsoa entre eux et ceux de Mahajanga de l’autre.

C’est ainsi qu’on aura droit, ce mercredi à des retrouvailles  entre Elgeco Plus et COSFA dès 13h. La dernière confrontation s’est soldée par une victoire des militaires par 3 buts à 1, mais on doute fort que ce soit encore le cas pour cette fois où aucune équipe n’a droit à l’erreur pour espérer ravir le titre final à l’issue de ces matches en aller et retour.

Comme Elgeco Plus récupérera son latéral gauche Bosco connu pour ses remontées à la Roberto Carlos et servir sur un plateau Bela, le COSFA aura, c’est certain, un surcroît de travail.

C’est également une certitude que Johnny le tour défensif d’Elgeco Plus ne se laissera pas surprendre pour la troisième fois par l’articifier militaire Dimby. Car l’amitié entre joueurs des Barea s’arrête dans les vestiaires et que Johnny restera fidèle à sa réputation de…bulldozer.

Dans l’autre match, le CNaPS Sport est resté sur une large victoire de 5 buts à 0 devant HZAM, mais c’était un match où les deux équipes savaient qu’elles étaient déjà qualifiées et que l’une comme l’autre ont fait tourner leur effectif.

Et si CNaPS reste toujours favori, il aura intérêt à ne pas prendre à la légère cette équipe d’Amparafa qui est capable d’élever son niveau de jeu pour peu que son buteur de service, Besona, parvienne à trouver la faille et que tout compte fait, cette première journée peut ne pas être une journée ordinaire. Rendez-vous à Ampasambazaha.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada12 partages

Mortalité infantile : les chiffres sont effarants

Le taux de mortalité est estimé à 60% par an pour Madagascar. Près de 44.000 enfants de moins de cinq ans, soit 120 par jour, n’atteignent pas leur cinquième année. 17 % d’entre eux sont victimes de la diarrhée et aux maladies liées au manque d’hygiène.

A l’occasion de la journée mondiale du lavage des mains avec du savon hier, le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH) a choisi une autre forme de célébration et de campagne sur le rappel de l’intérêt de l’hygiène par le lavage des mains avec du savon sans oublier la démonstration des bons gestes de lavage de main. Un carnaval a sillonné les quartiers allant du centre ville en passant par la RN1 et la RN4 pour se terminer à la RN2 et la RN7.

Dans la foulée, jeudi à Iavoloha, puis à Alasora, les communes des districts d’Atsimondrano et d’Avaradrano ont bénéficié d’une donation en matériel d’assainissement composé de brouettes, de soubiques, de pelles et de balais de la part du ministère de l’Eau.

«Le développement de la commune est l’affaire de tous et concerne tous les maires sans distinction politique. Nous allons laisser de côté nos divergences d’opinions pour notre localité. Dans cette campagne, le MEEH n’a fait aucune discrimination lors de la distribution de ces matériels pour atteindre notre objectif», a souligné le ministre Lanto Rasoloelison.

Nadia

 

Midi Madagasikara12 partages

Handball – ASSM : Un entrainement sous la houlette de Mickael Andrianaivo

La séance d’entrainement jeudi dernier au Gymnase de Mahamasina.

Entraîneur de l’équipe senior de Saint-Pierre Handball Club (SPHC) de La Réunion, Mickael Andrianaivo voit le potentiel des handballeurs malgaches.

La trêve de la peste oblige les équipes à continuer la préparation en attendant la levée des interdictions d’organiser des manifestations sportives. En effet, le club du Handball de Saint Michel d’Amparibe a profité du passage du coach de Saint Pierre Handball Club de la Réunion, Mickael Andrianaivo pour s’entrainer ensemble au Gymnase de Mahamasina jeudi dans la soirée. « Cet entrainement entre dans le cadre de la préparation du Championnat de Madagascar ajourné et éventuellement la Coupe des Clubs Champions de l’Océan Indien (CCCOI) prévue se disputer à domicile au mois de novembre » a expliqué Zo Rasolofoson, joueur de l’ASSM handball.

Projet. Ce technicien malgache éducateur, entraîneur de l’équipe senior du SPHC et aussi des U 16 voit le potentiel des handballeurs malgaches. Avant de devenir entraineur, il était un ancien joueur de Saint Pierre et de Paris Université Club. « Par rapport au niveau de la Réunion, il y a quand même une différence. Il y a des qualités intrinséques. C’est intéressant, potentiellement, il y a de quoi à faire » a fait savoir Mickael Andrianaivo. Et de continuer « C’était une grande joie pour moi de partager mes expériences à mes compatriotes. Je me suis déjà proposé à la Fédération de m’investir dans le handball au mois de mars. J’attends toujours la réponse du président Fidèle Razafintsalama. Normalement je devais rester jusqu’au 22 octobre pour voir le championnat national, mais comme c’est annulé pour cause de l’épidémie de peste, j’ai avancé mon billet. J’ai un grand projet sur Madagascar autour du handball, d’ailleurs j’étais venu ici pour rencontrer des personnes pour ça ». Une histoire à suivre …

 

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

Parti Kintana : Contre un simple toilettage de la Constitution

A l’instar des partis politiques, le parti Kintana s’est exprimé sur la révision ou non de la Constitution. C’était, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue, hier à Mahamasina. D’entrée de jeu, son président national, Tabera Randriamanantsoa a annoncé que « le parti Kintana est toujours contre cette Constitution de la IVe République». « Nous ne sommes pas les seuls à contester la légitimité de cette Constitution votée par le forcing avec usage de carnets de ‘fokontany’». Toutefois, le parti Kintana encourage le président de la République à aller de l’avant et à s’armer de courage politique puis procéder à un changement en profondeur et non à un simple toilettage. Il s’agit, entre autres, en abrogeant le chapitre II avec les articles 153, 154, 155 et 156 compris, car sources de conflits de compétences avec le Préfet de police ou Préfet de Région et constitue une lourdeur administrative et un clonage politique budgétivore, en étoffant l’article 157 par l’abrogation effective du décret 73-012 du 23 septembre 1973. Ce parti propose également la tenue d’un dialogue politique au mois de novembre prochain portant notamment sur la Constitution. Et ce qu’il qualifie de vote constitutionnel au mois de février ou mars de l’année prochaine.

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune9 partages

La CENI peut mieux faire

Suite à une requête de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) Madagascar, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a dépêché, du 7 au 15 octobre 2017, une mission d’audit externe du fichier électoral de ce pays. Cette mission s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de la mission d’évaluation et de suivi électoral déployé en juin 2017 dans la perspective de la tenue des prochaines élections. Durant son séjour, la mission conduite par Siaka Sangare a tenu des séances de travail avec les responsables de la CENI. Il a rencontré les autorités nationales et les principaux acteurs impliqués dans le processus électoral, notamment le Premier ministre et ministre de l’Intérieur, le ministre des Affaires étrangères ainsi que certains acteurs politiques et la société civile malgache. L’audit externe du fichier électoral mené par l’OIF a voulu couvrir l’ensemble du processus d’inscription des électeurs, du traitement des données jusqu’à la production et à la publication des listes électorales définitives. Aussi, le travail s’effectue en deux temps à savoir en premier la réalisation d’un diagnostic du fichier électoral tel qu’il a été arrêté le 15 avril 2017 après la première révision annuelle de la liste électorale dont les conclusions permettront à la CENI d’améliorer l’enrôlement annuel suivant de manière effective. Dans un deuxième temps, il s’agira de la réalisation d’un audit du fichier définitif en mai 2018 avant les élections prévues pour cette année. A noter que cet audit touche le plan quantitatif mais également qualitatif. Les résultats ont mis en exergue le fait que la CENI elle-même doit s’améliorer dans son fonctionnement. En effet, la mission de l’OIF a constaté une insuffisance des mesures de sécurité au niveau du site informatique exposé à des risques d’incendie due à des fils électriques dénudés et surtout une insuffisance des ressources humaines qualifiées et matérielles au niveau central et surtout au niveau des démembrements. En ce qui concerne le fichier électoral proprement dit, l’OIF a fait savoir que les efforts dans l’inscription dans la liste électorale sont en bonne voie. Toutefois, on assiste à une sous-inscription des jeunes âgés entre 18 et 35 ans. L’un des problèmes constaté est également les insuffisances de l’état civil qui engendrent un surcroît de travail dans les opérations de gestion courante du fichier électoral, et rendent l’opération de dédoublonnage indispensable. Chose qui a toujours posé problème à Madagascar. Il en ressort de cet audit que la CENI peut mieux faire, d’ici mai 2018.

Midi Madagasikara9 partages

UFICASM : Des matériels pour l’équipe du FC MEGNANARA

Servir de tribune de rencontres des personnalités du monde sportif, regrouper les joueurs, les ex et les internationaux footballeurs malgaches à Madagascar et à l’étranger dans toutes activités pouvant contribuer à la visibilité internationale non seulement du foot, mais aussi du sport malgache en général. Et dans cette action, profitant du passage du président de l’UFICASM, Solonirina Raharijaona au pays, cette association a offert des matériels pour l’équipe du FC MEGNANARA de Vangaindrano. « Nous avons choisi cette équipe, car elle a participé à la Ligue des Champions représentant la ligue Atsimo-Atsinanana. Nous aimerons aider ces jeunes pousses à aller le plus loin possible » a expliqué Jaona. Et ce n’est que le début du partenariat qui s’annonce prometteur. Des jeux de maillots complets rouge et blanc, chaussettes, protège tibias et survêtements ont été offerts à l’équipe. Comme depuis cette année, l’UFICASM se charge de la préparation de la sélection malgache au tournoi DOM TOM Cup. « Nous préparons déjà la prochaine édition en 2018. Une occasion pour les jeunes joueurs évoluant en métropole de disputer des rencontres internationales » a continu le président de l’UFICASM.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar6 partages

Action sociale – La première dame au chevet des pestiférés

La première dame, Voahangy Rajaonarimam­pianina soutient les victimes de la peste. Grâce à elle, les protections individuelles pour le personnel de santé et les traitements des malades au sein du Centre hospitalier anti-peste d’Ambohi­miandra (CHAPA) et le centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befela­tanana (CHU JRB), ont été renforcées. Jeudi, ses équipes ont remis des milliers de boîtes de traitement, de « Water injection », trois mille huit cents seringues, cinquante mille gants en latex, des masques, et autres. Cette dotation est le fruit du plaidoyer de la première dame, pour la meilleure prise en charge des malades de la peste et la protection des agents de santé, exposés à tout moment au risque de contamination en effectuant leur métier.Voahangy Rajaonari­mam­pianina,  pour son sérieux engagement dans le social, bénéficie d’appui des partenaires techniques et financiers dans ses projets. Par exemple, elle soutient financièrement les femmes opérées de la fistule obstétricale, en leur remettant une enveloppe, afin qu’elles puissent redémarrer une vie socio-économique normale. Elle s’engage aussi dans la lutte contre les cancers gynécologiques, d’où la remise de cryothérapie pour certaines formations sanitaires, par l’Agence des Nations-Unies pour le développement international (USAID). C’est grâce à son plaidoyer, aussi, que la rampe de la maternité Befelatanana, les bâtiments des centres Vonjypour la prise en charge des enfants victimes de viol, ont vu le jour.

Midi Madagasikara5 partages

« Petite vitesse » : Efa-dahy nandeha scooter sy nitondra basy nanafika mpivarotra sono

Efa eo am-panidiana tsena ilay mpivarotra fitaovana fanamafisam-peo no tonga tampoka ny olon-dratsy nandeha moto. Nanao taingin-droa isaky ny moto izy ireo ary tsy nanala ny saron-doha nandritra ny fanafihana. Ny harivan’ny alakamisy teo no nitranga izany asa  ratsy izany. Mbola nifanaretsaka ny olona saingy tsy nanakana ny mpandroba izany. Nambanana basy ny mpivarotra ary nasaina namoaka ny vola rehetra nisy tao. Mitentina dimy tapitrisa ariary no lasan’ireo olon-dratsy raha araka ny vaovao ao tamin’ny mpitandro ny filaminana. Nirifatra nitsoaka nizotra tany Isotry izy ireo ary heverina ho nivoaka tany Ampefiloha tany. Raha ny tsikaritra dia mora loatra amin’ny jiolahy amin’izao fotoana ny manao fanafihana raha vao misy basy fotsiny izy ireo. Minitra vitsy monja dia efa vita ny asany ary ahazoany volabe an-tapitrisany matetika. Midika izany fa tsy maintsy miompana bebe kokoa amin’ny fiparitahan’ny basy ny tanjona raha te-handresy ny jiolahy eto an-drenivohitra. Ankoatra izay dia ny fanampiana ny isan’ny mpitandro ny filaminana mipetraka eny amin’ny faritra mena ka miandry antso avy amin’ny mpandrindra fotsiny dia midina an-tsehatra (éléments pré-positionnés).

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada4 partages

Misaona ny firenena sy ny vahoaka malagasy : higadona, anio, ny nofomangatsikan’ny Pr Zafy

 

Lavo ny andrarezina. Tsy tana intsony ny ain’ny Pr Zafy Albert na efa nialana nenina aza. Nindaosin’ny fahafatesana, omaly, ny tenany rehefa notsaboina tao amin’ny  Hospital Saint-Pierre  atsy La Réunion. Misaona ny firenena manontolo.

Higadona, anio hariva amin’ny 6 ora eny Ivato, ny nofomangatsikany. Hoentina eny amin’ny trano fonenany eny Ivandry, avy eo. Hafindra sy andrasana eny amin’ny lapan’ny Fanatajanhantena Mahamasina ny alahady. Eny koa ny hanaovana ny famangiana. Hatao veloma farany eny an-toerana ihany ny alatsinainy ary hitarika ny fotoam-pivavahana iraisam-pinoana amin’izany ny eo anivon’ny FFKM”, hoy ny akaiky azy, i Tabera Randriamanantsoa. Hoentina any Antsiranana avy eo ary horaisin’ny vahoaka ao Ambilobe, tanindrazany. Tsy mbola voafaritra kosa ny fotoana handevenana fa mbola ifampidinihana eo amin’ny fianakaviana sy ny fitondrana, mandray an-tanana manontolo ny fikarakarana rehetra.

Tsiahivina fa tratry ny fahatsentsenan’ny lalandra (AVC) ao amin’ny loha ny filoha teo aloha, Zafy Albert, ny herinandro teo. Nentina teny Befelatanana sy teny amin’ny klinika Ilafy avy eo izy, saingy tsy maintsy nalefa maika tatsy La Reunion, afakomaly tolakandro, mba hodidina. Tsy tana anefa ny ainy, omaly antoandro tokony ho tamin’ny 11 ora.  “Isaorana ny vahoaka malagasy sy ny fitondrana… Tahaka izany koa ny tompon’ny klinika Ilafy nanampy tamin’ny fiaramanidina manokana, ny mpitsabo ary teo akaikin’ny fianakaviana hatrany hatramin’ny minitra farany…”, hoy i Tabera Rabemanantsoa.

Filoham-pirenena nitondra telo taona…

Filoham-pirenena ny 27 marsa 1993 hatramin’ny 5 septambra 1996 ny Pr Zafy. Nahafantarana azy ny maha Rain’ny demokrasia ny tenany satria nisokatra sy niparitaka nanomboka tamin’ny fiandohan’ny fitondrany ny haino aman-jery tsy miankina. Anisan’ny nivoy hatrany ny fampihavanana ny tenany, nanomboka ny taona 2002 rehefa nandalo krizy ny firenena.

Teraka tany Ambilobe ny 1 mey 1927 ny Pr Zafy. 90 taona katroka izy izao nindaosan’ny fahafatesana izao. Nandalina ho mpitsabo tany amin’ny oniversiten’i Montpellier sy i Paris, Frantsa. Profesora mpandidy nefa koa manana ny mari-pahaizana momba ny matematika sy ny fizika.

Minisitry ny Fahasalamana fony fitondrana miaramila, notarihin’ny Jly Ramanantsoa Gabriel ny taona 1972 hatramin’ny 1975.  Nanohitra ny fitondran’ny filoha Ratsiraka Didier nanomboka ny taona 1975.

Nametraka ny demokrasia sy ny fahalalahana

Nitaky ny hametrahana ny fahalalahan’ny fanaovana politika sy ny demokrasia nanomboka ny taona 1989, fony fitondrana Ratsiraka. Natsangany avy eo ny antokony, UNDD. Anisan’ireo nitaky ny hanovana ny fitondrana tamin’izany niaraka tamin’ireo mpanao politika maromaro. Nanangana ny Hery velona Rasalama avy eo ary nitaky ny hanovana ny lalàmpanorenana. Nisy hatrany amin’ny fidinana an-dalambe teny amin’ny kianjan’ny 13 mey izany.  Hiakan’ny mpitolona : “Harodana ny mandan’i Jeriko”. Tonga hatrany amin’ny fitarihany ny vahoaka nanao ny “Diaben’ny Fahafahana” izany ny 10 aogositra 1991. Voasonia avy eo ny fifanarahan’ny 31 oktobra, niarahan’ny hery velona eto amin’ny firenena taorian’izany. Lasa filohan’ny Fahefana avom-panjakana (HAE) avy eo… Noreseny ny amiraly Ratsiraka tamin’ny fihodinana faharoa amin’ny fifidianana filoham-pirenena ny taona 1993, tamin’ny isam-bato 66%. Zary lasa anarany ny hoe “Rain’ny demokrasia”.

Ankoatra izany, nambaran’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana, omaly teny Mahazoarivo, fa fisaonam-pirenena, manomboka anio hatramin’ny fotoana handevenana azy.

Synèse R.

 

 

Hoy izy ireo :

 Filoha nasionalin’ny Malagasy miara-miainga, Andrianainarivelo Hajo : “Maneho etoana aho, amin’ny anaran’ny mpikambana rehetra ao amin’ny Malagasy Miara-Miainga sy amin’ny anarako manokana, ny fiaraha-miory amin’ny fianakaviany, amin’ny antoko politikany UNDD, ary amin’ny vahoaka malagasy. Very olomanga sy tena raiaman-dreny ny firenena malagasy ankehitriny. Mandria am-piadanana Profesora Zafy, masoandro mody andrefan-tanàna”.

Filoha nasionalin’ny antoko Roso ho an’ny demokrasia sy sosialy (RDS), Andrianirina Fetison : “Very olon’ny fihavanana sy ny fampihavanana ny Malagasy sy i Madagasikara @ izao nalasanan’ny raiamandreny Zafy Albert izao. Fomba iray hahatsiarovantsika sy hankatoavintsika ny asa vitany ny hahatontosa ny fampihavanam-pirenena. Ary tena fotoany indrindra izao ».

Filoha nasionalin’ny antoko Kintana, Tabera Randriamanantsoa : « Tena malahelo… Lasa ilay Rain’ny demokrasia sy ny fampihavanana. Tsy vitany ny nametraka ny tena fampihavanam-pirenena. Malahelo ny firenena… Tsy mba mandainga na manao kolikoly izy ary tsy voarohirohy amin’ny fangalaram-bolam-panjakana izany ny tenany sy ny mpiara-dia aminy…

Nangonin’i Synèse R.

 

 

 

Midi Madagasikara4 partages

Remblai de terrain : Un ancien maire épinglé par le Bianco

Le Bianco multiplie, ces derniers temps, ses activités pour l’assainissement de la gestion des Collectivités territoriales décentralisées. Ainsi, vers la fin de l’année 2014, cet organe a été saisi d’une doléance relatant des faits suspects de corruption commis par l’ancien maire d’une commune rurale du Sud d’Antananarivo. Ce dernier a été ainsi épinglé par le Bianco. Du temps où il a été maire, il aurait octroyé illégalement des permis de remblai. Les investigations effectuées par Ambohibao auraient permis de confirmer que courant 2014 et 2015, le maire de la commune rurale concernée aurait poursuivi la délivrance des permis de remblai, malgré l’existence et l’entrée en vigueur d’un texte règlementaire l’interdisant sans l’avis favorable de l’APIPA.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info3 partages

Les écoles et les universités dans certaines régions resteront fermer une semaine de plus

La peste, elle n’est pas bien maitrisée comme le gouvernement disait si bien dans les Medias. Cela fait une semaine que les étudiants sont privés de cours, et ils n’auront pas droit à leurs cours une semaine de plus à cause de cette épidémie qui ne cesse de se propager et de faire davantage de victimes.
Selon le ministère de l’éducation nationale, toutes les conditions requises ne sont pas encore réunîtes pour reprendre l’éducation dans les établissements scolaires. Des mesures drastiques ont été déjà mises en place si jamais un cas se présente. De son côté, le ministère de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a fait circuler une note de service stipulant que la suspension de l’enseignement supérieur sera encore prorogée d’une semaine supplémentaire surtout dans les régions déclarées. Cette décision de prolongation de suspension entre dans le cadre du renforcement des mesures qui ont été déjà prises afin d’éviter le rassemblement de masse induisant à une promiscuité, facteur de la transmission des agents pathogènes. A quand cette épidémie va être maitrisée ? Le gouvernement a déjà affirmé que la peste est maitrisée, mais dans quel sens?
Madagate3 partages

Zafy Albert. Fisaonam-pirenena: ny praogramam-panjakana

Ny Praiminisitra Olivier Mahafaly sy solontan'ny fianakavian'ny Profesora Zafy Albert

Tsy maintsy miteny sy mampita ny zava-misy marina eto amin'ny firenena. Izany koa anisan'ny asana mpanao gazety. Vaka ny ankamaroan'ny Malagasy n'inona n'inona izay filazan-dry matihanina isany. Filoha voafidy nitondra firenena teo aloha ve no nodimandry dia tsy nanana na iray segondra akory aza ity filoha am-perinasa? Fa dia ny Praiminisitra no navelany teo na dia tsy anjarany izy samy irery asa izany adidy goavana sy masina izany. Soa fa nandray andraikitra ity farany. Iza koa moa no afaka omeny andraikitra eo, satria izy no Praiminisitra ao amin'ny fahefana mpanatanteraka (Premier ministre exécutant de l'exécutif)?

Fa dia mpitondra ahoana loatra va re ity Hery Rajaonarimampianina ity e? F'angaha ny Malagasy lasa miady amam-paty indray amin'ity repoblika faha-efatra efa sadasada be ity? - Jeannot Ramambazafy -

 

Midi Madagasikara3 partages

Peste : Dernière situation épidémiologique

Pour l’ensemble du territoire national, 35 districts ont été touchés par l’épidémie de la peste. Il a été enregistré, au total, 561 cas notifiés, dont 415 cas de forme pulmonaire ; 145 de forme bubonique et un autre cas, encore non précisé. Le bilan général fait état de 57 décès avec un taux de létalité (nombre de décès par rapport au nombre total des cas notifiés) de 10,2 % au niveau national.

Recueillis par Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada2 partages

Antoko PSD : « Pejy vaovao eo amin’ny tantara ny 14 oktobra 1958 »

59 taona katroka, anio, ny nahaterahan’ny Repoblika malagasy. Tsy nandalo fotsiny izany ho an’ny antoko naorin’ny filoha Tsiranana Philibert, PSD tarihin’ny zafikeliny, Bezaza Eliana.

 

Vahoaka tsy manan-tantara, vahoaka tsy manam-panahy. Tsy azo atao ny manova ny tantaram-pirenena na pejy iray aza… Nandamina sehatra maro ny fahaterahan’ny Repoblika”, hoy izy tetsy amin’ny tsangambaton’ny 14 oktobra etsy Antaninarenina, omaly. Notsiahiviny tamin’izany fa nampifandray kokoa ny Malagasy izany raha voazarazaran’ny fanjakana samy manana ny azy teo alohan’io. Tsy noresahina intsony Merina sy tanindrazana na ny MDRM sy ny Padesm. Nanteriny fa nahay nampifangaro ny lafitsaran’ny fanjanahantany sy nanohy ny nataon’ny mpanjaka Andrianampoinimerina ny filoha Tsiranana tamin’izany. “Firaisam-pirenena tsy misy tombo sy hala miaraka amin’ ny fampandrosoana. Nampitambatra sy nanao ny politikan’ny kibo, tsy mifanalavitra amin’ny tenin’ny Ombalahibemaso : Tsy manam-pahavalo afa-tsy ny mosary”, hoy ihany izy. Nitotongana anefa izany nanomboka ny taona 1972.

Nilamina sy ambony fari-piainana ny vahoaka

 Nohitsiny fa tsy mipaka amin’ny tena tombontsoan’ny vahoaka ny nataon’ireo mpitondra nifanesy teo na nanao ny vitany ihany aza. Tsy tafaverina intsony koa ilay vaninandro nampiray ny Malagasy tany aloha. “Ambony ny fari-piainana nialoha ny taona 1972. Tsy nanana olana amin’ny sakafo. Nahatafita zanaka na maro an-trano aza. Nahavidy fiara vaovao ary afaka niala sasatra manerana ny Nosy. Voakarakara ny lalana ary nandry fahalemana ny tany. Nanana fanantenana amin’ny hoavy ny vahoaka…”, hoy ny fampahatsiahivany.

Mbola notsindriny hatrany ny fangatahan’ny antokony, PSD, amin’ny fitondrana ny hanamarihana sy hankalazana ny fetin’ny 14 oktobra. “Efa dingana faharoa ho amin’ny Fahaleovantena ny 26 jona 1960. Fiandrianam-pirenena sy fahatsiarovana ny nahaterahan’ny Foloalindahy. Ny nahaterahan’ny Repoblika kosa, tokony hampitaina amin’ny taranaka. Lova tsy azo fafana ary zon’ny Malagasy ny mahalala ny tantarany”, hoy izy.

Synèse R.

News Mada2 partages

Exportation de pierres précieuses : le format taillé à promouvoir

L’exportation des pierres en format taillé est à promouvoir pour créer plus de valeur ajoutée aux produits miniers.

Les pierres à l’état brut constituent la majeure partie de nos exportations de pierres précieuses. Alors que le format taillé apporte beaucoup plus de valeur ajoutée dans le secteur des exportations des pierres précieuses. Ainsi, pour promouvoir le développement du secteur lapidaire et l’exportation de pierres taillées, le Bureau du cadastre minier de Madagascar (BCMM) organise avec l’Institut de gemmologie de Madagascar (IGM) un concours de lapidairerie, du 17 au 19 octobre, au siège du Mining business center (MBC)  Mamory Ivato.

Une grande partie des pierres à l’état brut, exportés par Madagascar, part vers les pays asiatiques chaque année. Les produits sont ensuite taillés dans ces pays pour être vendus à prix élevés sur les marchés européen et américain. Il y a donc une grande part de marché perdue par les opérateurs malgaches dans ce processus.

D’après les explications apportées par le directeur général de l’IGM, Andrianirina Rasolonjatovo, «2 grammes de saphir bleu à l’état brut coûtent un million d’ariary. Avec 35% de rendement, on peut avoir 3,5 carats avec 2 grammes de saphir bleu. Or, le carat du saphir bleu vaut 2 millions d’ariary actuellement. Pour dire que les 3,5 carats coûtent ainsi près de 7 millions d’ariary. Sans parler des emplois que la lapidairerie peut générer, il est évident que l’exportation du format taillé est largement avantageuse pour les opérateurs».

Des normes à respecter

Mais le marché international a des exigences. Il existe en effet deux normes de pierre taillée dans le monde, celles thaïlandaise (la plus  répandue à Madagascar) et américaine. Cette dernière est conforme à la norme CEE (Commission économique pour l’Europe), la seule reconnue dans le monde entier.

«Les pierres taillées selon la norme thaïlandaise ne sont reconnues que dans les pays asiatiques et ne peuvent être commercialisées dans les pays occidentaux» a poursuivi de DG de l’IGM. «Une dizaine d’entreprises présentes à Madagascar produisent actuellement des pierres taillées suivant la norme américaine. Une grande société étrangère prévoit également d’installer une usine de transformation de pierre à Madagascar pour optimiser le coût du transport» a-t-il précisé.

Concernant le concours de lapidairerie, les trois pierres gagnantes seront à l’honneur d’une exposition à Londres, à l’occasion d’une rencontre internationale sur le marché des pierres précieuses. En outre, une foire des pierres précieuses sera organisée au MBC après ce concours pour promouvoir les rencontres entre tous les acteurs dans le secteur de la lapidairerie.

Riana R.

 

L'express de Madagascar2 partages

Alimentation – La migration réserve de grands défis

Immense. La problématique engendrée par la migration des populations, notamment à l’intérieur de l’île, n’est pas des moindres. Les mobilités saisonnières ou durables des habitants des zones rurales vers les grandes villes ne sont pas encore chiffrées à Madagascar mais préoccupent les gouvernants, le secteur privé et les partenaires techniques et financiers. « Les ressources naturelles sont limitées alors que près de 760 millions de personnes dans le monde migrent à l’intérieur même de leur pays en raison de la résurgence des économies soumises à des transformations structurelles », précise Patrice Talla Takoukam, représentant de la FAO à Madagascar, lors du lancement de la célébration de la journée mondiale de l’Alimentation à Anosy.« Le droit à l’alimentation est un droit fondamental. Nourrir une population migrante tout en protégeant l’environnement constitue un grand défi », ajoute-t-il. La journée mondiale se célèbre  le 16 octobre, la date de création de l’organisme onusien pour l’agriculture et l’alimentation (FAO). Elle sera marquée par le thème « Chan­geons l’avenir de la migration. Investissons dans la sécurité alimentaire et le développement rural ». La célébration nationale aura lieu le 21 Octobre, dans la commune rurale de Mahatsinjo, Maevatanàna, région Betsiboka.Sensibiliser le public au fléau de la faim qui doit être éradiquée d’ici 2030, « c’est en somme l’objectif de cette célébration de la journée mondiale de l’Alimentation », souligne Rivo Rakotovao, ministre en charge de l’Agriculture et de l’élevage. « La sécurité alimentaire garantit l’accès à une nourriture, sur le plan qualitatif et quantitatif. Pour ce faire, des projets pour la productivité et pour l’augmentation des revenus soutenus, sont mis en œuvre », ajoute-t-il.Les techniciens du ministère de la Pêche et des ressources halieutiques précisent que la pisciculture et l’aquaculture motivent grandement la population et que des appuis particuliers sont menés depuis l’année dernière. Le projet «Enable Youth», mis en œuvre avec la BAD, forme quelque 350 jeunes diplômés à œuvrer pour le monde rural. Ils sont appuyés pour monter des petites industries en faveur du monde rural. « On déploie des moyens sur tout ce qui touche l’agriculture intelligente, une agriculture tenant compte de la préservation des ressources naturelles. Le ministère réalise même des pistes rurales afin de fluidifier l’accès des paysans aux semences améliorées et aux engrais et afin d’assurer la sortie des produits vers des marchés », indique, entre autres, des techniciens du ministère en charge de l’Agriculture et de l’élevage. Les recherches axées sur l’amélioration des produits agricoles ne sont pas en reste.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar2 partages

Paintball – Un champ de combat fraternel en couleur

Récréatif, compétitif et assimilant les tactiques militaires, le paintball réunit les conditions requises pour  jouer les bons soldats.

 Petits et grands, femmes et hommes, entre amis ou en famille, tout le monde peut accéder dans le « battle-field » avec le plus grand plaisir. Nombreux sont les gamins qui  rêvent d’être un bon soldat quand ils seront grands. Le paintball est un jeu offrant une similitude de combat grandeur nature, mises à part les balles qui sont des billes de peinture. Les joueurs éliminent leurs adversaires en les touchant avec ces billes de peinture lancées par des « marqueurs » appelés aussi lanceurs de paintball. Les marqueurs ressemblent, par leur forme, à une arme à feu et sont généralement actionnés par air comprimé ou par gaz carbonique.

Le but du jeu varie selon le scénario et la catégorie de jeux. Il y a trois grandes catégories. Le « milsim » assimile les tactiques militaires, le « recball »  est plus récréatif et le « speedball »  plutôt compétitif. Le joueur est éliminé lorsqu’il est touché par une bille de paintball et que celle-ci éclate.

Un jeu tactique, stratégique et physique

 Stratégique et complet

Aujourd’hui, le paintball est une activité de plus en plus plébiscitée par les entreprises dans le cadre de « team building » car il comporte une forte dimension stratégique tout en permettant aux joueurs de s’amuser. Le jeu se révèle extraordinairement tactique et s’avère un excellent sport d’équipe, très riche en interactions et en sensations. Il présente, par ailleurs, l’avantage d’être très complet en demandant un large panel de compétences.  La simulation militaire au Paintball est devenue tellement populaire que plusieurs sites à travers le monde offrent une multitude de programmes d’entraînement. Certains le font avec peu d’équipement ou de manière très amateur. Il existe différentes formes de tarifications, toutefois la plus courante est celle basée sur le nombre de billes. Le joueur loue le matériel nécessaire et achète un nombre de billes qu’il pourra utiliser. Lorsque toutes ses billes sont utilisées, sa partie est finie.

Les billes, une fois éclatées.

Accessible

Madagascar n’est pas en reste pour ce genre de loisir. Quelques adresses offrent des zones de jeu attrayantes. Abd Paintball dispose de deux sites, à Antananarivo et à Toamasina. « Avec nos deux années d’expérience, nous constatons que les gens arrivent à s’éclater. Au fur et à mesure, nous rajoutons d’autres décors pour augmenter le plaisir. Les forces de l’ordre de Toamasina viennent faire leur « sarinady » (exercice militaires) chez nous. Les policiers sont venus organiser un tournoi spécial pour eux. Les garçons se donnent à cœur joie à ce jeu. Mais les filles ne se laissent pas intimider non plus. C’est un challenge pour tout le monde », explique Bruno Rajaonarivelo Desouter, responsable de Abd Paintball. À titre d’information, cinquante billes coûtent vingt-cinq mille ariary.  Il faut seulement acheter les billes pour pouvoir jouer à un « bandy sy rôle » haut de gamme.

La jeunesse féminine ne se laisse pas facilement intimider

Origine

Les premiers lanceurs ont été utilisés par les éleveurs australiens qui pratiquent l’élevage extensif, pour marquer le bétail, dans les années 1970, afin de le distinguer de celui des autres. À l’époque, la taille des ranchs et la méthode d’élevage des troupeaux obligent alors les éleveurs à travailler comme des cowboys des temps modernes. En moto, en quad et en hélicoptère, ils rassemblent les troupeaux et, comme le cas se présente souvent, les animaux peuvent se regrouper avec ceux d’autres ranchs. Il fallait donc trouver, avant d’embarquer les animaux, un moyen simple pour marquer la propriété, qui soit immédiatement visible grâce aux couleurs utilisées. En réalité, le paintball est né de l’isolement de ces ranchs. À la fin des années 1970, des tournois ont opposé des ranchs voisins afin de décompresser les hommes.  Apparu dans les années 1980 sous forme de jeu à proprement parler, comme on le connaît aujourd’hui, il s’est tout d’abord développé aux États-Unis. Le premier tournoi a été organisé le 27 juin 1981. Il y est connu sous le nom de « National Survival Game ». En Australie, on l’a appelé « Skirmish Games », jusqu’en 1984 où il est désigné par paintball par les fabricants et les magasins de jeux et sport, parfois même dans les supermarchés.

Un vrai parcours de combattants

Les normes de sécurité

Ce jeu  peut être dangereux s’il est mal encadré ou si les conditions de sécurité ne sont pas respectées. La zone de jeu doit être clairement délimitée par des filets. Le port d’un masque spécifique est obligatoire.  Le lanceur doit être en bon état et plafonné à une certaine vitesse. Le bouchon de canon doit être mis en permanence hors des terrains. Le paintball est différent de l’airsoft, qui se pratique avec des répliques d’armes et des billes dures de plus petit calibre (6 mm).

Textes: Ricky Ramanan – Photos:Fournies

 

Madaplus.info1 partages

France: Intervention du Président Hery Rajaonarimampianana sur le décès de l'ancien président Zafy Alb...

Fiombonan'alahelo sy fampaherezana avy amin'ny Filoha malagasy Hery Rajaonarimampianina.
> Cliquez sur la photo / Tsindrio ny sary
News Mada1 partages

Kitra – «Telma coupe de Mada 2017» : famaranana kely ny lalaon’ny Adema sy ny Elgeco

 Hifantoka any Fianarantsoa sy Mahajanga avokoa ny sain’ny mpitia fanatanjahantena rehetra, indrindra ny mpankafy baolina kitra, rahampitso. Ho fantatra eo mantsy ireo ekipa efatra hiatrika ny manasa-dalana, amin’ny “Telma coupe”.

 

Hivoaka amin’ity faran’ny herinandro ity, ny anaran’ireo klioba efatra, hiatrika ny manasa-dalana, eo amin’ny fiadiana ny amboaran’i Madagasikara “Telma coupe”. Anisan’ny lalao tena andrasan’ny rehetra, ny any Fianarantsoa, hifandonan’ny samy ekipan’Analamanga dia ny Elgeco Plus sy ny AS Adema.

Hiendrika famaranana kely ity fihaonan’ny roa tonta ity. Hifandona ny samy andrarezina eto. Sarotra ny haminavina izay hivoaka ho mpandresy. Heverin’ny maro fa mety ho tonga hatrany amin’ny fandakana ny “tirs au but” ity lalao ity. Raha tsiahivina, fihaonana nataon’ny roa tonta farany ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga.

Nivoaka ho mpandresy, tamin’izany, ny Elgeco Plus. Ny Cosfa indray hidona amin’ny FC Ilakaka. Mety hanantombo amin’ity ny ekipan’ny miaramila. Marihina fa samy mbola manohy amin’ny fifaninanam-pirenena roa dia ny fiadiana ny ho tompondaka sy ny amboaran’i Madagasikara, ny Cosfa sy ny Elgeco Plus.

Any Mahajanga indray, hifanehatra amin’ny Fosa Juniors ny Tam Port-Berger.

Raha tsiahivina, nanakana ny lalan’ny Cnaps Sport, teo amin’ity “Telma coupe” ity, ny Tam Port-Berger, izay mbola heverina fa mety hanao fahagagana indray amin’ity. Na izany na tsy izany, manana tombony ny Fosa Juniors, eo amin’ny traikefa sy ny filalaovany eo amin’ny kianja mahazatra azy.

Hanohitra ny RTS Jet Mada avy any Itasy ny Otiv Ambatondrazaka. Mihevitra ny mpijery fa mety tsy hahatohitra ny ekipan’Itasy, amin’ity ry Gaona. Manana ny fahaiza-manao mihoatra mantsy ny RTS Jet Mada, raha ny zava-bitan’ny klioba no lazaina. Tsy hanaiky izany anefa ny Otiv fa mbola vonona hanaporofo indray fa tsy kisendrasendra ny nahatafakatra azy, amin’izao dingana izao, ary tapa-kevitra ny hanohy ny diany.

Tompondaka

 

News Mada1 partages

Salon de l’auto : trois gagnants pour la tombola

La remise officielle des lots aux gagnants du grand jeu SMS, organisé par Telma lors du 11e Salon de l’Auto, a eu lieu hier dans la zone Galaxy à Andraharo. La cérémonie s’est tenue en présence des membres du Groupement des concessionnaires automobiles de Madagascar (GCAM), de Telma, sponsor officiel du salon, de BNI et Total Madagascar, partenaires officiels du salon.

Trois gagnants ont remporté les gros lots. Ainsi, Virginie Rakotondrina s’est vu attribuer une voiture d’une valeur de 60 millions d’ariary. Elle a eu la chance d’en choisir une parmi les 9 proposées par les membres du GCAM.

Niaina Gérard Ratsimbazafy, le deuxième gagnant, a eu l’embarras du choix entre un scooter et une moto d’une valeur de 4 millions d’ariary chacun. Le 3e et dernier lot a été remis à  Sylvain Andriamananaiky qui a reçu une Smartphone Huawei P10, d’une valeur de 1,5 million d’ariary, de la part de Telma.

Pour rappel, du 1er septembre au 8 octobre, les clients Telma devaient envoyer un SMS pour participer à cette tombola. Sur les 65.535 SMS reçus, le tirage au sort des gagnants a été effectué en public, le dimanche 8 octobre, lors de la clôture du salon au CCI Ivato.

Arh.

 

News Mada1 partages

Tennis : l’art de servir avec passion

En attendant la tenue de l’Open international BMOI/ Air France de Madagascar, les férus de la petite balle jaune malgaches auront l’occasion de croiser la raquette lors du tournoi qui se déroulera sous l’égide de la Fédération malgace de tennis (FMT), baptisé «Tennis Open double lions» qui aura lieu le 29 octobre  au Club olympique de Tananarive (COT) à Ankadikely Ilafy.

Le slogan aussi bien prisé par les organisateurs que par les habitués au rendez-vous, «Servir avec passion» en dit long sur l’envergure de l’évènement qui met plutôt l’accent sur le côté convivial que compétitif. D’après les organisateurs, «Poney, Pool, Lunch, pétanque, billard…la liste est longue, seront au programme et les inscriptions seront clôturées demain». Notons que cette compétition sera jouée en double dans les catégories hommes, dames et mixte.

R.N.

 

News Mada1 partages

“Angaredona mozika tour” : Rajery et sa tournée

Après avoir organisé l’année dernière, le festival Angaredona dans d’autres régions de la Grande Île, entre autres, Mahajanga ou encore Ambositra, Rajery, l’initiateur de l’évènement, a décidé de créer une tournée nationale baptisée «Angaredona Mozika Tour».

La tournée débutera le 22 octobre, à Antananarivo, plus précisément, à Ambohimanga Rova, avec la participation de plusieurs artistes, à savoir, Ravakiniala, Marolafy, Asampinga, Telofangady, Dodol, Bagzana, Lôla et Samoëla.

L’objectif est d’abord de partager la culture musicale malgache qui est riche et variée, puis de revitaliser et préserver cette diversité. «Il est aussi important d’archiver la musique traditionnelle malgache parce qu’elle est aussi notre héritage culturel. Sur ce, il est temps de transmettre nos expériences et nos savoirs à la nouvelle génération», a-t-il expliqué.

Il a ensuite précisé qu’après ses années d’expériences, il a remarqué que la musique est l’un des moyens les plus rapides et efficaces pour véhiculer des messages et de sensibiliser ainsi le public à la sauvegarde des héritages culturels. Par ailleurs, durant la tournée, Rajery en profitera pour collecter un fonds spécial afin de réaliser les diverses œuvres caritatives qu’il réalise dans la commune d’Ambohimanga Rova et Merimandroso.

Holy Danielle

 

News Mada1 partages

La peste à Madagascar (1900) : mesures contre la peste

Quelques cas de peste bubonique ayant été officiellement constatés à l’île Maurice, on se demande si l’épidémie ne va pas sévir de nouveau à Madagascar. C’est, en effet, à la même époque que les épidémies de 1898 et 1899 éclatèrent, et l’on se demande avec anxiété à Tamatave si, encore une fois, le port ne sera pas obligé de s’isoler et de cesser toutes communications avec l’extérieur.

En prévision d’une nouvelle apparition du fléau à Tamatave, le Gouverneur général a donc appelé auprès de lui le docteur Vaysse, médecin en chef des colonies, directeur du service de santé, lequel, de concert avec le conseil sanitaire de Tamatave, aura à examiner l’opportunité qu’il y aurait à établir un lazaret, soit à l’île aux Prunes, soit à la Pointe Tanio. Le docteur Vaysse mettra son séjour dans le grand port de la côte Est à profit pour étudier d’une façon approfondie les mesures qui restent à prendre dans l’intérêt de l’hygiène publique.

Il est bon de dire que la ville de Tamatave a déployé, depuis dix-huit mois, de louables efforts en vue d’améliorer cette situation. De vieux quartiers, d’anciennes masures, véritables foyers pestilentiels, ont été en grand nombre rasés, et ont fait place à des artères spacieuses, propres et aérées ; en de nombreux points, des nappes marécageuses ont été comblées ; enfin, un important outillage, étuves à désinfection, chalets d’isolement et maisons démontables, destinés à l’organisation d’un lazaret d’observation des voyageurs, sont également arrivés de France, et seront définitivement mis en place, dès que M. le docteur Vaysse se sera prononcé sur le choix du terrain où il convient d’installer le lazaret. Cet établissement, organisé un peu à la hâte, à l’île aux Prunes, l’année dernière, a déjà rendu de grands services, bien qu’il n’eut qu’un caractère tout à fait provisoire. Il faut ajouter que le service médical de Madagascar dispose, dès maintenant, d’une certaine provision de sérum de Yersin et que, même au cas où le fléau ferait à Tamatave une troisième apparition, ce qui est d’ailleurs fort possible, la population blanche de la ville n’aurait à peu près aucune crainte à concevoir.

La Revue de Madagascar

Mercredi 10 octobre1900.

www.bibliothequemalgache.com

 

L'express de Madagascar1 partages

Événement – « Angaredona Mozika Tour » débute à Ambohimanga Rova

Une grande fête en ode à la musique, ainsi qu’à la richesse culturelle et artistique en général, « Angaredona Mozika Tour » retrouve le public, ce mois-ci.

«Revitaliser, préserver la diversité et la richesse du patrimoine culturel et musical traditionnel malgache ». C’est porté par ce leitmotiv qui motive chacune de ses actions en faveur de la culture que Germain Randrianarisoa ou Rajery, joueur de valiha émérite, de renommée internationale, a initié le festival Angaredona depuis, près de quinze ans, dans la ville d’Ambositra. Depuis il s’est pleinement épanoui à travers plusieurs scènes artistiques de la Grande île et a su s’exporter dans diverses régions, contribuant activement à la promotion de nouveaux artistes, notamment ceux qui honorent la musique du terroir, mais aussi les professionnels confirmés. Ainsi naquit l’initiative du « Angaredona Mozika Tour » qui débutera ce 22 octobre à Ambohimanga Rova avant d’entamer une tournée nationale.Cet événement entend sensibiliser le plus de monde possible en fédérant la majorité autour d’une cause commune  à savoir, faire connaître aux Malgaches la richesse et la diversité musicale de leur pays, contribuer à l’archivage de la musique traditionnelle. Des œuvres caritatives et sociales comme la collecte de fonds pour la valorisation du patrimoine d’Ambohimanga Rova et Merimandroso sont lancées à l’occasion de cet« Angaredona Mozika Tour ».

Rendez-vous « Favoriser la création et l’émergence des nouveaux talents et organiser leur promotion tant au niveau national qu’international, proposer au fil des années une vitrine de la musique malgache du moment, à travers une programmation diversifiée qui vise à représenter toutes les sensibilités de cette musique vivante, Ce sont là des valeurs qu’on tient à faire valoir continuellement », souligne Rajery. Il importe aussi de proposer de bonnes conditions de prestation professionnelle aux artistes, tout en leur donnant une opportunité d’intégrer un réseau d’envergure internationale.Pour ce 22 octobre, une programmation conviviale, festive et chaleureuse est à apprécier durant toute la journée. « Angaredona Mozika Tour » promet d’émerveiller, avec une affiche alléchante, les mélomanes qui viendront le rejoindre à Ambohimanga Rova. Laissant la part belle au folklore et à la musique du terroir dans toute sa splendeur, la scène musicale s’ouvrira avec des groupes originaires d’Ambositra à partir de 11 heures, à savoir Ravakiniala, Marolafy et Asampinga, suivi, vers 13 heures, du groupe Telofangady qui représente le genre « Gasigasy ».Tout au long de l’après-midi, plusieurs groupes de renom se relayeront au devant de la scène, à savoir Dodol, Rajery et sa troupe, ainsi que Bagzana, Lôla et l’électrisant Samoela. « Il est temps de mettre en valeur ces héritages culturels et de les transmettre aux générations futures, car la culture est une force de développement », termine Rajery, en donnant rendez-vous au public.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Investissement – Une cinquantaine d’opérateurs à Rome

Tous les chemins mènent à Rome. Une cinquantaine d’opérateurs vont prendre d’assaut le marché italien, la semaine prochaine. Ils vont prendre part à la conférence économique de Rome organisée les 17 et 18 octobre. Lors d’une réunion de briefing, jeudi, entre ces opérateurs et l’Economic develo­pment board of Madagascar (EDBM), ils annoncent fin prêts pour cet événement à caractère économique. Certains ont déjà quitté la Grande île pour rejoindre la Ville éternelle.D’habitude, ce sont les investisseurs étrangers qui font le déplacement à Madagascar. Maintenant, ce n’est plus le cas. Le secteur privé malgache veut démontrer de quoi il est capable. « Le marché italien est à notre portée du fait de son emplacement géographique. La plupart des sociétés connaissent bien les exigences du marché européen. Il n’est pas question qu’on laisse passer cette opportunité », lance un exportateur. Tout comme ses homologues du secteur privé, celui-ci espère retourner avec quelques contrats. Des rencontres B2B avec des membres du secteur privé italien figurent, d’ailleurs, dans l’agenda du programme romain. En plus, certains auront la possibilité d’une visite d’entreprise. Sur place, les opérateurs italiens n’attendent plus que cela pour investir à Madagascar.D’après l’EDBM, cette conférence économique de Rome s’inscrit dans la continuité de la conférence des bailleurs et investisseursorganisée à Paris en décembre 2016, et le roadshow mené récemment à Londres. Le Canada, la Chine, le Japon, figurent, par la suite, dans la ligne de mire de cette agence de promotion des investissements à Madagascar.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Nouvelles de Madagascar

Quand on me demande des nouvelles du pays, je ne sais plus que répondre. La peste ? Hier, j’ai vu un couple d’expatriés, se promenant tranquillement à Isoraka, avec leur bébé à l’air libre : il est vrai qu’il n’y a guère qu’Air Seychelles qui ait suspendu ses vols vers Madagascar ; que l’opposition mauricienne qui veuille instaurer un principe de précaution ; que les syndicats des navigants d’Air France qui aient fait mine de s’inquiéter. Dans les agences bancaires, les numéros d’appel s’égrènent du matin au soir sans que les clients aient l’air de craindre particulièrement la promiscuité dans la file d’attente. Les temples et les églises ne désemplissent jamais : je suppose que les croyants préfèrent leur foi en la sainte écriture de Dieu et au saint prêche du pasteur plutôt que les recommandations du ministre de la santé et les indications antibiotiques.Bien sûr, il y a cette comptabilité macabre dont la population semble avoir simplement pris l’habitude, passé le scandale des premiers temps d’opacité dans la communicaton gouvernementale. La presse se fait, de temps en temps, écho de comportements archaïques : un cadavre infecté que la famille aurait exhumé de sa chape de béton pour le trimbaler depuis le Nord-Est du pays dans le but inavouable de le convoyer vers le tombeau ancestral dans le Sud-Est : les limiers qui montent la garde le long de nos routes nationales, pas plus qu’ils ne savent reconnaître un bus de 90 places avec 140 passagers à bord, pas plus qu’ils ne savent arrêter un semi-remorque qui va faire plier un pont sous sa surcharge aux essieux, oublient consciencieusement de contrôler chaque cercueil que les taxis-brousse transbahutent d’un bout à l’autre du pays, au prétexte de «fasan-drazana».Ou encore cette famille, en milieu urbain tananarivien pourtant, qui s’oppose à l’inhumation d’office en fosse commune d’une proche décédée de la maladie. Les forces de l’ordre ont dû intervenir. Mais, policiers et gendarmes ne peuvent raisonnablement pas monter la garde devant chaque cadavre : quelque part, l’éducation aura failli. Je me demande si la société ne devrait pas sévir : quoi de pire qu’un bannissement social héréditaire dans ce pays ?Quelles sont les causes de cet endémisme trop contemporain d’une maladie moyenâgeuse ? Bien sûr, cette saleté qui s’est installée dans les moeurs, et particulièrement honteuse dans nos rues. Ce sont les hommes qui ne ramassent pas les ordures, mais ce sont les rats qu’on incrimine. Comme dit, pourtant, un sage proverbe : on ne peut pas demander au sanglier de ne pas se comporter en porc. Par contre, on peut raisonnablement supposer un comportement humain poliçable, perfectible, civilisable.Les rats, me raconte-t-on, s’infiltrent également dans nos tombeaux. Supposons un cadavre pestiféré enterré là en catimini par une famille sourde et aveugle aux prescriptions sanitaires. Une fois de plus, un comportement humain répréhensible aurait contaminé d’innocents rongeurs qui suivent simplement leur nature. Et quand ce ne sont pas les rats, supposons des pilleurs de tombe en quête de nos sacro-saints «taolam-balo» : ces criminels, outre le viol de sépulture, sont également passibles de recel de peste.Alors, des nouvelles du pays ? Aucune nouvelle encore d’une éventuelle loi de rétablissement de la peine de mort contre, outre les crimes abominables (kidnapping, viol, torture, mutilation, meurtre) qui fleurissent à la rubrique des faits divers, les recels divers et variés des bactéries qui peuvent génocider une société. Aucune avancée perceptible sur le front du changement de mentalité : renoncer purement et simplement à la coutume de l’inhumation et lui préférer l’incinération dans les règles modernes de l’art. Sinon, revenir à l’ancienne pratique oubliée de la tombe individuelle, avant la création de ces «fasan-drazana» où s’entassent plusieurs générations : «velona iray trano, maty iray fasana», cohabitant dans la maison des vivants, à jamais côte-à-côte dans la dernière demeure des morts. Les tombes familiales s’ouvrent dangereusement une fois de trop, risquant de ressusciter quelque maladie fantôme. Ce n’est pas demain non plus que tant de familles renonceront au sacro-saint «famadihana», la coutume des deuxièmes funérailles comme disent les anthropologues. Elle nous vient de l’Asie du Sud-Est, mais l’austronésophile que je suis n’y souscrit pas : laissons les «Razana» dormir en paix, et veillons plutôt à ne pas suicider les «Zanaka».

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

 

L'express de Madagascar1 partages

Priorité au réalisme et non à la passion

Dès le 3 décembre 1972, concernant les nouveaux accords de coopération franco-malgache (Alain Escaro : « La politique extérieure du gouvernement Ramanantsoa vue par Lumière »), l’hebdomadaire catholique aborde à nouveau la question du contrôle des changes auquel « il se déclare favorable et espère que ce contrôle permettra d’orienter les capitaux vers les investissements intérieurs ». Il y consacre même le Dossier de la semaine et le replace dans le contexte plus vaste de la remise en cause de la zone Franc. Mais la conclusion reste modérée, précise Alain Escaro : « Il faut donc revoir le fonctionnement de la zone Franc. »Le chroniqueur André Ravato­manga revient sur ce problème la semaine suivante : « Le but de l’opération serait de créer une monnaie nationale afin de mieux orienter le développement, surtout en contrôlant les importations, ce qui signifie l’acceptation de l’austérité. » Quant à l’appartenance à la zone Franc, il croit que « le gouvernement ne veut sans doute pas (s’en) retirer. » Un article non signé étend leproblème à l’ensemble des pays de la zone Franc. Et dans la même perspective, Lumière  mentionne le départ d’Albert-Marie Ramaroson, ministre de l’Économie et des finances, pour Paris et Bruxelles, puis son retour.Fin 1972, Lumière fournit un bilan de la SCOA sans reprendre les vieilles discussions qu’il a agitées au cours des premiers mois de 1972 et se borne à rappeler que « l’objectif était d’associer les intérêts nationaux de l’ile aux affaires » de la société. Alain Escaro signale que le Dossier de la semaine est consacré à dresser un compte-rendu des principaux évènements de 1972, accablant pour l’ancien régime « dont sont révélés bon nombre d’illusions en matière de relations extérieures ». En particulier, concernant les activités du gouvernement Ramanantsoa, Lumière retient les débuts de « la politique tous azimuts ainsi que le contrôle des changes ».Dans son premier numéro de 1973 (7 janvier) l’hebdomadaire catholique précise sa position vis-à-vis de la politique extérieure du gouvernement Ramanantsoa, accordant ainsi au sujet une importance primordiale. Si l’indépendance absolue est un leurre, « la meilleur garantie d’une pleine et grande indépendance est de se garder de tout lien de dépendance trop étroite». D’après le journal, il convient que Madagascar reste lié avec la France, mais ces liens doivent être conçus « sur un véritable pied d’égalité, l’égalité dans la dignité », car « il serait sot d’abandonner (les partenaires de toujours) pour aller se lier à d’autres dont les exigences pourraient être plus grandes».Le journal de préciser : « Un gouvernement qui aura su faire respecter sa dignité, jouira d’un plus large soutien de tout le pays pour mener à bien la politique de rénovation qu’il entreprend. » Alain Escaro estime que si Lumière préfère plutôt voir se maintenir des accords avec la France, dans le respect de la « dignité nationale », il ne conçoit cette nouvelle politique extérieure que comme moyen de rénovation intérieure et non comme une fin en soi. L’époque, en effet, est celle où sera réellement amorcée la renégociation des accords de coopération.Concernant les prémisses des négociations abordées lors des entretiens  de Didier Ratsiraka avec le Premier ministre et les ministres des Affaires étrangères et de la Défense français (fin décembre 1972), André Ravatomanga écrit : «Réviser les accords de coopération, c’est bien, mais ce n’est pas tout. Il existe d’autres questions tout aussi importantes si ce n’est plus. » Selon Alain Escaro, le chroniqueur semble considérer que ce soit « la seule chose à mettre au crédit du gouvernement pour le moment ». Jugement contenant une autre critique implicite globale, explique Alain Escaro.Dans le numéro du 21 janvier, si l’éditorial du journal resitue les négociations dans « une juste appréciation des priorités », un certain M.A. applique cette pensée à l’ensemble de la politique  extérieure en insistant sur le dialogue franco-malgache. « L’enjeu est d’importance et nous souhaitons que le dialogue qui va s’ouvrir entre la France et Madagascar soit franc, guidé par la raison et que l’unique objectif recherché soit le développement économique et social de notre pays. Le réalisme doit avoir le pas sur la passion et les idées abstraites. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Madaplus.info0 partages

Les écoles et les universités dans certaines régions resteront fermées une semaine de plus

La peste, ne semble pas encore maîtriser. Les étudiants dans les régions seront encore privés d'une semaine de cours de plus.
Selon le ministère de l’éducation nationale, toutes les conditions requises ne sont pas encore réunies pour reprendre l’éducation dans les établissements scolaires. Des mesures drastiques ont été déjà mises en place si jamais un cas se présente. De son côté, le ministère de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a fait circuler une note de service stipulant que la suspension de l’enseignement supérieur sera encore prorogée d’une semaine supplémentaire surtout dans les régions déclarées. Cette décision de prolongation de suspension entre dans le cadre du renforcement des mesures qui ont été déjà prises afin d’éviter le rassemblement de masse induisant à une promiscuité, facteur de la transmission des agents pathogènes. A quand cette épidémie va être maitrisée ? Le gouvernement a déjà affirmé que la peste est maitrisée, mais dans quel sens?
Ino Vaovao0 partages

FANOHERANA NY FANAKATONANA NY TIKO : Raikitra ny fihetsiketsehana sy fanakanan-dalana nataon’ireo mpiasa

Raikitra noho izany ny barazy tamin’iny lalam-pirenena fahafito iny. Tapaka nandritra ny ora maro ny lalana ary fandrehetana kodiarana nanakanana lalana no noentin’izy ireo nanehoana ny tsy fahafahaliany. Ora vitsy taty aoriana dia nidina ifotony ny Emmo-reg nanala ny sakan-dalana nataon’ireo mpitokona mba hamerenana amin’ny laoniny ny fifamoivoizana teny an-toerana.

Nanome fe-potoana 48 ora ny governemanta amin’ny hanafoanana ny fanakatonana ny orinasa Tiko ireo mpiasa ao amin’ity orinasan’ny Filoha teo aloha Marc Ravalomanana ity. Mihenjan-droa araka izany ny tady eo amin’ny fitondrana Hvm sy Tim ankehitriny.

Hatreto, mbola tsy naharenesam-peo ity Filoha teo aloha ity, manoloana ny didy navoakan’ny minisiteran’ ny Indostria amin’ny fanakatonana io orinasany io.Raha tsiahivina dia ny alakamisy hariva no tonga tany Antsirabe ny taratasy fanakatonana ny orinasa AAA-TIKO ao Andranomanelatra Antsirabe. Nandritra izany dia efa raikitra ny fifanandrinana teo amin’ireo mpiasa sy ny mpitandro filaminana tonga teny an-toerana.

Tsy nanaiky ny fanesorana ireo mpiasa sy ny fanapahana herinaratra ireo mpiasa ka naparitaky ny mpitandro filaminana tamin’ny baomba mandatsa-dranomaso izy ireo. Ny Prefet an’Antsirabe no nanatanteraka fanakatonana ity orinasa ity nohotronin’ireo mpitandro filaminana.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FARITRA ANALAMANGA : Mpanao kidnapping miisa efatra saron’ny zandary

Nampandre ny zandary teny an-toerana ny mponina ny 8 oktobra 2017 hariva fa misy lehilahy miisa 6 mikononkonona hanao fanafihan-jiolahy teny Ambohijanaka izay misitrisitrika anaty kirihitra. Namonjy tsy misy hatak’andro teny ireo zandary niampy ireo mponina ary niomana ny hisambotra azy ireo kanjo nisy tifitra tampoka avy any amin’io toerana io ary lavo ny tovolahy iray izay voalaza etsy ambony. Nandositra anefa ireo jiolahy ka notohizana ny fikarohana azy ireo nandritra ny alina tontolo niarahan’ny mponina sy ny zandary hatrany.

Ny marainan’ny 9 oktobra 2017 dia nisy nahatsikaritra teny amin’ny tanàna manodidina teny an-toerana ny roa tamin’reo jiolahy ireo ka nosamborina avy hatrany. Toy izany koa ny roalahy hafa izay tratra tao anaty taksibe vao maraina ary nampidinina ihany koa mba hanaovana famotorana. Fikambanan-jiolahy sy famonoana olona noho izany no mahavoarohirohy azy ireo ka notazomina tao amin’ny borigadin’Ambohidratrimo izy ireo. Ny 11 oktobra 2017 moa dia tonga teny amin’ny Borigadin’Ambohidratrimo ny polisy avy ao amin’ny BC Anosy haka azy efa-dahy ireo.

Nanazava ireto tompon’andraikitra tao amin’ny Borigadin’Anosy tamin’io fotoana io fa nisy olona nataon’izy ireo kidnapping ihany koa teny amin’iny faritra iny ary nametraka fitoriana teny amin’ny polisy ka izay no tsy maintsy hakan’izy ireo an’ireto jiolahy ireto. Araka ny fanazavana voaray hatrany dia niaraka tamin’ireo polisy ireo koa moa ilay lehilahy malagasy (mpandraharaha ara-ekonomika eny amin’ny manodidina ihany) izay nilaza fa nalain’ireo olona ireo ankeriny saingy afaka nitsoaka nandritra ny fanenjehan’ny zandary ireo jiolahy ireo teny Ambohijanaka ny 8 oktobra 2017 hariva ary nisafidy ny ho tany amin’ny “brigade criminelle Anosy” no nametraka fitoriana. Nazava noho izany ny resaka fa mpaka an-keriny ireto jiolahy ireto ary teny amin’io toerana io no niafenan’izy ireo sy nanafenany ny takalon’aina nalainy an-keriny.

Mbola manao ny famotorana mikasika ny famonoan’olona sy ny fikambanan-jiolahy ary ny fitazonana basy tsy ara-dalàna amin’ireo jiolahy tratra ireo anefa ny zandarin’Ambohidratrimo ary hitondra azy ireo eny amin’ny Fampanoavana aorian’izany. Manao ny azy indray ireo polisy avy ao Anosy aorian’izay. Hatolotra azy ireo noho izany ireo jiolahy voasambotra ireo hanohizany ny famotorana ataony.

Nohamafisn’ny mpitandro filaminana fa iray no tanjona dia ny fandriam-pahalemana ka tolorana fisaorana ny mponina noho ny firaisankina sy ny fahatokisana ny zandarimariam-pirenena ka sahy nanome vaovao haingana ka nahatrarana ireo mpanao ratsy.

Tatianà R.

News Mada0 partages

Hatao isam-paritra : raikitra ny « Angaredona Mozika Tour »

Taorian’ny fahombiazan’ny « Festival Angaredona » notontosaina tany Mahajanga sy Antananarivo ary Ambositra… Hiroso amin’ny « Angaredona Mozika Tour » indray  Rajery.

Amin’ity taona ity, hotontosaina eny Ambohimanga Rova, ny 22 oktobra izao, ny « Angaredona Mozika Tour 2017 ».  Handrakotra ny tontolo andro, eo Ambatomasina Ambohimanga Rova, ny fampisehoana hiarahana amina mpanakanto sy tarika maro. Anisan’ireny ny Ravakiniala, Ny Marolafy avy any Ambositra, Ista (Ambositra) hanatanteraka asampinga, ny tarika Telofangady, i Dodol,  Rajery, ny tarika Bagzana, i Lôla ary i Samoëla.

Anisan’ny tanjona lehibe amin’ny fanatontosana ity hetsika ity, raha ny fanazavan-dRajery, ny fanomezana aina sy antoka ny fahasahamihafana izay zary haren’ny kolontsaina sy ny mozika malagasy. « Mila ampahafantarina ny Malagasy izay harena sy fahasamihafan’ny mozika misy manerana ny Nosy izay », hoy izy.

Tafiditra ao anatin’izao hetsika izao rahateo ny fankalazana ny faha-37 nitendreny valiha, faha-35 taona an-tsehatra ary ny faha-25 naha mpanakanto iraisam-pirenena azy. Marihina fa ankoatra ny zavakanto, mirotsaka amin’ny asa fanampiana ny mpiara-belona ihany koa ity andrarezin’ny valiha malagasy ity.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Dihy – Zarasoa : hanomboka amin’ny herinandro ny fianarana

Tokony ho nanomboka ny 5 oktobra teo ny fianarana dihy, iarahana amin’ny kaompania Zarasoa, ao amin’ny Cercle germano-malagasy (CGM), saingy nahemotra amin’io herinandro ho avy io noho ny fahalasanan’ny talen’ity foibe ity, araka ny nambaran’i Saroy Rakotosolofo, mpitarika ity kaompania ity.

Efa nanomboka tamin’ny 2010 ny fampianarana dihy ataon-dry Saroy ka manaraka ny taom-pianarana mihitsy izany. Tsy hifarana raha tsy ny 16 jona 2018 ny amin’ity taom-pianarana vaovao ity. Misokatra ho an’ny 4 hatramin’ny lehibe indrindra (mety hihoatra ny 70 taona) ny fiofanana momba ny dihy. Tsy anavahana io, na vao hisantatra na efa mahay ny fototra.

Na izany aza, mizara sokajy telo ny ankizy : 4 sy 5 taona, manao ny « éveil à la danse » ; ny 6 sy 7 taona, misantatra ; ny 8 hatramin’ny 11 taona, mianatra « afro-dance », dihy nentim-paharazana, « rombo tap-dance » ary « danse néo-classique ».

Ankoatra ny fianarana, manampy ny mpianatra amin’ny fivelarana, eo amin’ny tontolon’ny dihy hatrany, ny hetsika samihafa, karakarain’ny Zarasoa. Anisan’izany ny atrikasa iarahana amin’ny matihanina (avy any ivelany na avy eto an-toerana), indroa isan-taona, farafahakeliny. Eo koa ny fandraisan’ny mpianatra anjara amin’ny « festivals » samihafa.

Natao ho an’ny rehetra, mpianatra ao amin’ny Zarasoa na tsia, kosa ny fandefasana horonantsary fanadihadiana manodidina ny dihy, isaky ny asabotsy faharoa amin’ny volana. Arahina fifanakalozan-kevitra izany.

Landy R.

News Mada0 partages

Vonoan’olona teny Ambohitrarahaba : Nalefa eny Antanimora ireo ankizy roa sy ilay mpiasa vavy ary lehila...

Vita omaly hariva, tokony ho tamin’ny 7 ora teo, ny famotorana nataon’ny fitsarana momba ny ankizy,  ireo olona enina voarohirohy tamin’ilay vonoan’olona teny Ambohitrarahaba ny talata teo. Olona efatra naiditra am-ponja vonjimaika eny Antanimora, ary roa nahazo fahafahana vonjimaika. Ireo ankizy roa, ilay tovolahikely 13 taona, ilay tovovavikely 15 taona sy ny dadany, ary ilay mpanampy 16 taona. Nahazo fahafahana vonjimaika ireo mpivady nampiantrano ilay mpanampy teny Manandriana Sabotsy Namehana.

Olona valo niatrika ny fitsarana tao amin’ny mpitsara momba ny ankizy, omaly teny Anosy, ka olona roa vavolombelona tamin’ireo.

Anisan’ny teny amin’ny fitsarana ihany koa ny ray aman-drenin’ireo ankizy ireo, noho izy ireo tsy ampy taona. Nanomboka ny tapak’andro hariva ny fihainoan’ny fitsarana momba ny ankizy azy ireo. Tsy nisy nipika ny fizotry ny fitsarana, ary izao niafara tamin’ny fampidirana am-ponja izao. Tsy mbola fantatra ny fotoana hanaovan’ny fitsarana ny raharaha. Marihina fa marobe ny olona tonga teny amin’ny fitsarana, liana tamin’ity tranga ity sy te hahita ireo ankizy nahavanon-doza. Nanahirana ny fiarovana ny voampanga.

Yves S.

News Mada0 partages

Poa-basy teny Ambohitsaratelo : voasambotra Rajoelina Christian, gadra nitsoaka an’i Tsiafahy

Nirefodrefotra ny poa-basy teny Ambohitsaratelo Ambohimamory, afakomaly tamin’ny 11 ora alina nandritra ny fifanenjehana teo amin’ireo gadra telo lahy tafatsoaka ny fonjaben’i Tsiafahy tamin’ny heriny androany. Voasambotra ny gadra iray antsoina hoe Rajoelina Christian niaraka tamin’ny basy Makarov…

 

Nanakoako teny Itaosy sy ny manodidina hatreny Ampitatafika ny poa-basy nandritra ny fifampitifirana teo amin’ireo gadra tafatsoaka ny fonjaben’i Tsiafahy sy zandary nampian’ny polisy avy ao amin’ny kaomisarian’Itaosy. Fantatra taorian’ny angom-baovao rehetra fa telo lahy tamin’ireo gadra dimy tafatsoaka ny fonja no nifanenjehan’ny zandary sy ny polisy teny Ambohitsaratelo Ambohimamory tamin’io alina io. Nitondra basy Makarov sy Kalachnikov izy telo lahy ireto nandritra ny fifanenjehana, araka ny fampitam-baovao voaray. Naharitra elaela ny fifampitifirana satria tsy nanaiky lembenana ry zalahy fa nanohitra tamin’ny alalan’ny tifitra variraraka ireo mpitandro filaminana. Voasambotra ihany anefa ny gadra iray antsoina hoe Rajoelina Christian niaraka tamin’ilay basy Makarov teny an-tanany. Tafaporitsaka kosa ireo gadra roa lahy namany miaraka amin’ny basy. Fantatra nandritra ny fanadihadiana an-dRajoelina Christian fa manana havana mipetraka eny Ambohitsaratelo ka saika ho eny amin’io havany izy sy ireo namany no nifanehatra tampoka tamin’ny mpitandro filaminana. Nahazo loharanom-baovao mialoha momba ny fisian’ireto gadra mihaodihaody eny Ambohitsaratelo ireto ny zandary sy ny polisy ka tonga ara-potoana teny an-toerana ka niafara tamin’ny nahasamborana ny iray.

Voalazan’ny loharanom-baovao marim-pototra fa jiolahy tena raindahiny mitam-piadiana mahery vaika ry zalahy ireto, saingy mampiahiahy ny teo anivon’ny mpitandro filaminana ny nahatafavoahan’izy ireo sy ny nahavitana tonelina nivoahana ny fonja. Mitohy ny fikarohana ireo gadra efatra mbola miriaria amin’izao. Efa miparitaka manerana ny Nosy rahateo ny sarin’ireto gadra nitsoaka ireto.

Jean Claude

News Mada0 partages

Top employer 2018 : Orange Madagascar certifié

Pour la quatrième année consécutive, Orange est certifié Top Employer Madagascar, et pour la cinquième année consécutive Top Employer Africa, durant la remise de trophée Top qui s’est déroulée le 12 octobre dernier à Johannesburg. Orange figure ainsi parmi les 3 premiers Top Employer du continent. Zo Andriatsilavo, le directeur des Ressources humaines d’Orange Madagascar a été de la cérémonie.

La certification Top Employer est un processus d’évaluation très rigoureux, qui inclut une analyse critique des réponses et documents fournis par les entreprises souhaitant la certification, un audit indépendant des processus et des données et le calcul des scores de performance des participants en fonction d’une norme internationale. Cette certification reconnait les «best practices RH» et la démarche d’amélioration continue d’Orange à Madagascar.

«Derrière les succès d’Orange Madagascar, il y a des femmes et des hommes dont les talents et les compétences se conjuguent au quotidien. La politique RH d’Orange embarque tous les salariés dans la transformation digitale et les emporte dans une dynamique de reconstruction, garantissant les compétences utiles pour demain» explique Michel Degland, directeur général d’Orange Madagascar.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Handball-CCOI : l’organisation retirée à Madagascar

La déception est totale dans le camp malgache. En fait, l’Association du handball de l’océan Indien (AHBOI) a décidé de ne pas tenir dans la capitale la Coupe des clubs de l’océan Indien (CCOI) de handball, prévue se disputer du 23 novembre au 2 décembre. Et pour la énième fois, la peste est passée par là.

A vrai dire, après avoir été informée de la situation, l’AHBOI n’a fait que suivre à la lettre les mesures prises par les autorités malgaches, notamment, l’interdiction de tout rassemblement de masse y compris les manifestations sportives. C’est pourquoi, la Grande île est privée de l’organisation de cette rencontre d’envergure.

Aux dernières nouvelles, Maurice semble la mieux placée pour suppléer Madagascar. D’ailleurs, dès l’ouverture du dépôt de candidatures, la fédération mauricienne  a été la seule à manifester sa volonté d’abriter l’affiche aux dates prévues initialement.

Comme le malheur ne vient jamais seul, c’est toute la saison, aussi bien au niveau national qu’international, qui risque de tomber à l’eau si cette situation perdure. En fait, d’après le calendrier de la fédération malgache, le championnat national qui devait servir de qualification  à la CCCOI est prévu se disputer avant cette échéance. Ainsi, au cas où cette interdiction ne serait pas levée avant la fin de ce mois, Madagascar n’aurait pas de représentant sur ce plateau  et serait dans ce sens déclaré forfait.  En attendant,  la fédération a déjà annulé toutes les compétitions prévues pour ce mois d’octobre sans pour le moment définir un nouveau calendrier.

Dans l’expectative

Au même titre que la FMBH, les équipes malgaches sont dans l’expectative. Après un début de saison tambour battant, celle-ci risque de finir en queue de poisson. Et pour la première fois depuis belle lurette, cette saison peut se terminer sans champion. Une saison blanche pour ainsi dire.

En somme, le handball attend impuissamment à ce que la situation s’améliore. L’épidémie de la peste nous le dira.

Naisa

 

News Mada0 partages

Run : Cap sur l’Est

En avant tous ! Malgré l’épidémie de peste qui sévit à Toamasina, la deuxième édition d’East Coast Drag Racing, comptant pour la 6e manche du sommet national de run, aura bel et bien lieu dans la ville portuaire, le 29 octobre, sur la piste de Betainomby.

Si les coureurs se frottent les mains à l’idée de retrouver le terrain de compétition, le club Runmada, quant à lui,  va devoir trouver des arguments solides pour justifier la tenue de cet événement. En effet, après l’interdiction de tenir des rassemblements en prévention de la peste, la Fédération malgache de rallye et le club organisateur de la 5e manche du championnat de Madagascar ont annulé l’affiche et l’ont reportée au mois de décembre.

Quoique, cette avant-dernière manche s’avère décisive dans la course au titre, notamment, en Prorun. Vainqueur de la 1ère édition, Jean de Dieu Rafanomezantsoa dit Vazaha, qui caracole en tête du classement provisoire,  reste l’homme à battre.

Naisa

News Mada0 partages

L’épidémie de peste loin d’être maitrisée : l’année scolaire menacée

La situation actuelle n’est pas encore propice à la reprise des cours dans les écoles situées dans les zones pesteuses. Le nombre des Circonscriptions scolaires (Cisco) concernées a augmenté.  Jusqu’à hier, le nombre de décès s’élève à 56 individus.

Encore une semaine vaquée. La situation sur l’épidémie de peste ne fait qu’empirer durant la semaine d’observation appliquée par le ministère de l’Education nationale (Men) du 9 au 14 octobre, dans les zones concernées et à risque. Ainsi, à l’occasion d’une conférence de presse organisée hier à Anosy, l’on a appris que les écoles dans les zones pesteuses, notamment dans les 9 Directions régionales de l’éducation nationale (Dren),  22 Cisco et plus d’une soixantaine de Zones d’administration pédagogiques (Zap), devraient fermer leurs portes pendant la semaine du 16 octobre.

«Comme c’était le cas la semaine dernière, toutes les écoles aussi bien publiques que privées dans la Cisco d’Antananarivo Renivohitra, Avaradrano ou encore Atsimondrano sont concernées par cette disposition», a fait savoir le directeur général de l’Education préscolaire et de l’alphabétisation (Depa), Todisoa Andriamapandry.

Ce dernier d’ajouter toutefois que les écoles étrangères dans le pays ont le choix de suivre ou non cette disposition à condition qu’elles prennent les mesures nécessaires et tous les engagements s’y rapportant en cas de contamination de leurs élèves, enseignants ou des membres du personnel.

Le calendrier scolaire chamboulé

De son côté, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres) adhère également à cette décision, en maintenant la suspension des cours dans les universités des zones concernées, dont Antananarivo et Mahajanga.

En dépit des paroles rassurantes des responsables au sein du ministère de tutelle, comme quoi un retard de deux semaines n’aura pas de grave impact sur le déroulement du calendrier scolaire, vu que celui-ci dure 39 semaines cette année au lieu de 36 comme chaque année, cela ne manquera pas de chambouler l’organisation déjà en place. En l’occurrence dans les établissements privés, comme c’est le cas d’une école privée sise à Ankadifotsy ou encore à Analamahitsy qui compte annuler les vacances de la Toussaint, prévues le 27 octobre jusqu’au 6 novembre pour rattraper le temps perdu.

Les vacances de Paques pourraeint être également abrégées au cas où l’arrêt des cours se prolonge jusqu’à la fin de ce mois, en fonction de l’évolution de la situation. Actuellement, 561 cas ont été enregistrés à travers le pays depuis le 1er août, dont 35 décès, selon les statistiques diffusées par le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) avant-hier.

Fahranarison

News Mada0 partages

Offres de santé dans la capitale : seuls 93 CSB pour 2 millions d’habitants

Les offres sanitaires dans la Capitale de Madagascar  n’arrivent pas à satisfaire les besoins de la population, d’après les statistiques. La ville des Mille ne dispose que de 93 Centres de santé de base pour ses quelque 2 millions d’habitants. D’après les normes définies par le ministère de la Santé préconisant qu’ au moins un Centre de santé pour 10.000 habitants dans les agglomérations urbaines sont loin d’être respectées.

Un étudiant au sein du département de l’Economie à l’université d’Antananarivo, option «Développement local et gestion de projet», le Dr Jaozandry, compte apporter sa contribution, via ses résultats  d’études en vue de l’obtention d’un diplôme de Master professionnel.

 Intitulé «Projet d’institution d’un centre médical», cette étude soutenue avant-hier devant les membres du jury, vise non seulement à constater les réalités sur terrain dans 8 fokontany les plus exposés par ce manque de CSB, mais aussi d’apporter les solutions adéquates, a souligné l’impétrant.

Le processus de recherche de financement, à hauteur de 40 millions d’ariary, pour concrétiser ce projet destiné aux 88.340 habitants des 8 fokontany concernés, dont Andohapatenaka 1, 2 et 3 ; Ankasina et les 4 fokontany des 67 Ha, est actuellement en cours. Des emplois seront créés sans parler de l’accès des populations aux soins.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Crime à Ambohitrarahaba : quatre suspects dont trois mineurs écroués

Quelques jours après leur arrestation, les présumés auteurs du meurtre d’un garçon suivi de l’enlèvement d’une fillette à Ambohitrarahaba ont été présentés hier au Parquet d’Anosy.

A l’issue du défèrement des 6 suspects, 4 d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt à Antanimora. Deux autres, à savoir les deux femmes qui auraient hébergé l’employée de maison après les événements, ont bénéficié d’une liberté provisoire.

Parmi les suspects écroués figurent deux adolescents de 12 et 15 ans, auteurs présumés du meurtre et de l’enlèvement, ainsi que le commanditaire qui n’est autre que l’ancienne employée de la famille victime, âgée de 16 ans. Etant mineurs, les principaux suspects ont été accompagnés par leurs parents respectifs. Les armes du crime, dont une hache et un long couteau ont été également présentées au Parquet.

Outre les membres de la presse, une foule a attendu impatiemment sur le parking du tribunal l’arrivée du véhicule qui transportait les suspects. Cela témoigne que l’évènement a marqué l’esprit des pères, des mères et même des jeunes enfants de la capitale. Tout le monde s’empressait à voir les suspects. Des bousculades suivies d’insulte ont eu lieu. Des badauds ont voulu frapper les malfaiteurs mais grâce au dispositif de sécurité des gendarmes, les suspects sont arrivés sains et saufs au Parquet.

Rappel des faits

Ce tragique événement a eu lieu mardi dernier. En rentrant du travail, une habitante d’Ambohitrarahaba a eu la désagréable surprise de découvrir le corps sans vie de son fils Hesny Mattis Razafindrazaka, âgé de 12 ans, maculé de sang, décapité et énucléé. Sa stupeur s’est amplifiée quand elle a constaté que sa fille Hiancy Razafindrazaka a disparu. Rapidement informés, les éléments de la Brigade de gendarmerie d’Ankadikely et de Sabotsy Namehana se sont mis sur la trace des bandits. Hiancy a été retrouvée abandonnée par ses ravisseurs à Ambohitsimeloka Ambohidratrimo puis remise à sa famille le jour même, vers 23 h.

A la suite de l’intervention active des gendarmes et les limiers de la Section des recherches criminelles, les deux mineurs auteurs présumés du crime ont été arrêtés la nuit du drame. Les objets volés dont une somme de 12 millions d’ariary, des bijoux en or et le téléphone du défunt ont été également retrouvés sur eux. L’ancienne employée de maison a été capturée à Sabotsy Namehana avant-hier.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Boeny : négociations au campus d’Ambondrona

La situation stagne au campus universitaire de Mahajanga après les affrontements entre des groupes d’étudiants. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, accompagné du ministre des Travaux publics, y mène des négociations, depuis hier, pour restaurer l’ordre à l’université d’Ambondrona.

La ministre Marie Moni-que Rasoazananera s’est rendue sur les fronts à Mahajanga pour dénouer la crise estudiantine au campus d’Ambondrona. Elle a été ferme sur l’instauration de l’Etat de droit, en ordonnant l’arrestation des perturbateurs, lors de sa rencontre avec les membres de l’OMC et les responsables de l’université de Mahajanga, hier, avant de se rendre sur les lieux du drame. Le Pr Marie Monique Rasoazananera a rappelé les efforts accomplis pour privilégier cette université, lors de cette descente à Ambondrona. La ministre a déclaré aux étudiants présents que les dahalo ne doivent  pas avoir leur place à l’université où les non-méritants seront chassés sans état d’âme puisque l’Etat a la responsabilité de protéger les étudiants dans les campus.

Des troubles provoqués

Des revendications sur le paiement de 4 mois de bourses, du mois de septembre à décembre 2017, ont été à l’origine des manifestations d’Ambondrona mais les membres du Conseil consultatif des étudiants (CCE) sont revenus à la raison, après des négociations sur le paiement de deux mois de ces bourses et ont suspendu la grève. La situation a provoqué l’ire de leurs collègues du Bureau des étudiants de l ‘Université de Mahajanga (Bedum) qui les ont violentés en saccageant les infrastructures de l’université.  Accompagnée du ministre coach de la région Sofia, la ministre de l’Enseignement supérieur a poursuivi les négociations en rencontrant des représentants des notables de toute l’île, hier , à Mahajanga, mais des membres du Bedum ont encore incendié le bloc 15 au campus et ont dû être arrêtés.

Manou

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires Purification de la constitution : Prêcher par l’exemple Pécher contre...

Le diable est dans le fruit. Simple manière de parler dans laquelle se retrouvent croyants et mécréants, pour reconnaitre ensemble la présence d’imperfections qui peuplent la constitution. En cette période où le pouvoir projette de procéder à une révision, initiative qui divise le pays, les flagorneurs du régime rivalisent de zèle pour soutenir la thèse d’une urgence à devoir précipiter cette opération. La Haute Cour Constitutionnelle, gardienne de la Constitution, entre elle aussi dans la danse qui n’est pourtant qu’exclusivement d’ordre politique, c’est l’inopportunité d’entreprendre actuellement cette révision, et non l’éventuel contenu (non publié officiellement) qui provoque la contestation d’une bonne  partie de la classe politique et d’une majorité de la société civile, unies en un front commun de contestation. La HCC, neutre par essence, cherchant à ne pas trop exposer sa partialité tente une formule inédite, mais dérape en prêchant par la commission d’un péché contre la laïcité, valeur parmi d’autres qu’elle a mission de protéger.

Sauver les apparences : une saine enveloppe

Le président et les membres de la HCC ont pris l’initiative de procéder à une séance d’exorcisme dans les locaux qui abritent l’institution. Le recours à cette sorte d’exercice destiné à chasser les mauvais esprits ne devrait pas étonner. Plane une mauvaise réputation à propos d’un esprit malin qui hante cette institution. Cela mérite que celle-ci  se soucie de s’en débarrasser afin de recouvrer un peu de l’autorité qui devrait être la sienne. Le mauvais esprit ayant investi selon les locataires aussi ils en appellent à des exorcistes patentés. Le choix n’a pas été très catholique, et soulève ipso facto la question de laïcité qui impose à l’Etat et à ses suppôts une stricte neutralité

de pratique sans prêter au moindre soupçon de privilégier telle confession au détriment des autres. Avoir fait appel à l’exercice de praticiens d’une autre religion chrétienne ou avoir procédé par un Fafy ou autre Tromba traditionnels aurait soulevé la même polémique et constitué le même péché contre la laïcité exhortée par la constitution. La laïcité ne constitue peut-être pas une valeur par elle-même, mais ici la commission d’un irrespect à son endroit illustre à merveille son utilité pour garantir l’égalité. Hors d’elle les vannes des inégalités sont ouvertes, plus de gage pour un traitement égal des religions et croyances par l’Etat.

Passent encore les batailles de clochers ! On s’interroge à raison sur l’efficacité de cette initiative. L’exercice de chasser des murs le mauvais esprit suffit-il à donner la garantie d’avoir lavé de sa présence la tête des gens ? Souci essentiel de l’opinion !

Pourtant telle n’a peut-être pas été la visée de cette entreprise. Elle n’aurait eu de dessein qu’à faire la démonstration d’une conviction des occupants à propos d’une réalité : le Malin a investi ce haut lieu, temple des vigiles de la constitution. Il s’avère ainsi urgent de tout purifier de l’infection y compris la constitution. Un C.Q.F.D. tiré par les cheveux en guise d’apport zélé plaidant en faveur de la précipitation à procéder à une révision. Aux yeux du public, ça risque de produire l’effet inverse. L’opinion a le désagréable sentiment que ce spectacle dont on tait les causes qui ont conduit à l’organiser, témoigne d’une volonté de la HCC à convaincre d’une urgence impérieuse à entreprendre des mesures d’assainissement de tout ce qui a rapport à la constitution. Humilité ordonnée la HCC a commencé par elle. La révision de la constitution s’inscrirait en suite logique. C’est ne pas compter sur le fait qu’en faisant d’un tel zèle l’essentiel de leur piété les dévots perdent de leur crédit. Le zèle ne constitue pas un gage de neutralité, au contraire il concrétise la volonté de prendre parti, aussi il sied mal à une institution présumée neutre par excellence. A esprit partisan vision partielle jugement partial. Le pays souffre de bien d’autres maux. Voilà du reste cette maudite peste qui met à l’épreuve non la constitution mais la compétence à gouverner.

Nécessité d’un train

de mesures  à grande vitesse

Chaque jour informe d’une aggravation de la propagation de la peste. L’OMS (organisation mondiale de la santé) qui suit de près l’évolution se résout à classer le phénomène en épidémie de telle ou telle catégorie d’alerte selon que l’on envisage la menace à l’échelle nationale, régionale, ou mondiale. Si les victimes ne se comptent encore que par dizaines et les malades infectés par centaines, le seuil pour que le péril s’installe en la demeure approche dangereusement. On a un train de retard, il est indispensable de multiplier d’ardeur et d’efficacité. La progression des chiffres signe une impuissance à juguler la propagation. Point n’est besoin d’être sorcier ou prophète pour craindre le danger d’un affolement des compteurs, à fortiori d’une panique de la population, si à ce rythme le nombre des malades franchit la cote des milliers.

Le rendez-vous du Président trouve raison à impliquer les forces de l’ordre dans les efforts d’un sursaut national. Reçu 5/5 ! Le pays n’est pas sorti du danger pour autant. La population, les associations humanitaires, les organismes internationaux, les forces de l’ordre… ça constitue bien une belle armée de bonne volonté, mais une armée sans tête. Les combattants ne sont pas au fait des manœuvres à entreprendre, et ignorent qui dirige celles-ci.

Léo Raz

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra misy pestaTsy mbola mianatra herinandro indray ny mpianatra

Tsy mbola feno ny fepetra hahafahana mampiditra ny ankizy eny an-tsekoly manoloana ny valanaretina pesta eto amin’ny firenena, hoy ny fanambarana ofisialy nataoan’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena omaly zoma.

Midika izany fa tsy mianatra indray manomboka ny alatsinainy 16 oktobra izao ary mandritra ny herinandro ny mpianatra amin’ireo Cisco sy Zap tsy azo antoka ny fifehezana ny mety ho fihanaky ny pesta. Tafiditra ao anatin’izany ny Cisco Antananarivo Renivohitra iray manontolo, Cisco Avaradrano ( ZAP Ankadikely ouest,  ZAP Ankadikely est, ZAP Andranovelona,  ZAP Sabotsy Namehana,  ZAP Ambohimangakely,  ZAP Anosiavaratra), Cisco Atsimondrano (ZAP Tanjombato, ZAP Soavina,  ZAP Bemasoandro, ZAP Ankaraobato, ZAP Andoharanofotsy, ZAP Andranonahoatra,  ZAP Itaosy, ZAP Ambavahaditokana,  ZAP Ambohidrapeto, ZAP Fenoarivo, ZAP Ampitatafika). Anisan’ny tsy mianatra ihany koa ny Cisco Ambohidratrimo, Cisco Manjakandriana, Anjozorobe, Andramasina,Toamasina I manontolo, Toamasina II, Fenoarivo Atsinanana manontolo, Mahanjanga I manontolo, Arivonimamo, Miarinarivo, Soavinandriana, Fianarantsoa I manontolo, Ambalavao, Fandriana, Antanifotsy, Betafo, Tsiroanomandidy. Misy moa ny ZAP mianatra sy ny tsy mianatra ao anatin’ny Cisco iray koa adidin’ireo tompon’andraikitra amin’ny sekoly no maka ny vaovao sy ny fandaminana eny anivon’ny lehiben’ny Cisco misy azy. Voakasik’ity fikatonan’ny fianarana ity ny sekoly miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana. Efa napetraka ny fepetra sy fomba fiasa hiatrehana ny pesta. Mbola mila herinandro handaminana sy hahamatotra tsara azy, ka izay no antony tsy hianarana, hoy ny fanazavan’ireo tompon’andraikitry ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena omaly. Manamafy hatrany izao fepetra izao fa tsy mbola voafehy ny pesta amin’ny faritra maro eto Madagasikara ka tsy te hidi-doza ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena satria raha sanatria ao amina sekoly iray no miparitaka ny pesta dia ho zava-doza no hitranga any anaty fiarahamonina ary hitombo avo be ny isan’ireo olona mararin’ny pesta.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fanakatonana an’AndranomanelatraHitory ny fanjakana ny Tiko AAA

Nafampana ny toe-draharaha tany amin’ny Tiko Andranomanelatra omaly. Tonga vao maraina nitaky ny fanokafana ny orinasa Tiko AAA ireo mpiasa sy ny tantsaha mivelona amin’ny alalan’ity orinasa ity.

Tonga tany an-toerana ihany koa ireo olom-boafidy Tiako i Madagasikara toy ny solombavambahoaka isany Hanitra Razafimanantsoa, Félix Randriamandimbisoa, Rastany, ny loholona Olga Ramalason sy ny mpiara-miasa akaiky amin’i Marc Ravalomanana. Nambaran’ny tompon’andraikitry ny Tiko AAA fa tsy ara-dalàna ilay fanakatonana natao ny alin’ny alakamisy teo. Voalohany aloha dia fampiatoana asa (suspension d’activité) no fanapahan-kevitry ny governemanta fa tsy fanakatonana orinasa (fermeture définitive). Faharoa manaraka an’izay  dia misy tranon’olon-tsotra ao anatin’ilay faritry ny ozinina ka nahoana no tonga dia nidina fotsiny ? Fahatelo, mbola tavela ao anatin’ny orinasa ny ronono sy zavatra hafa mora simba ary mila fikarakarana, tahaka izany koa ireo omby vavy be ronono izay mila omena sakafo isan’andro. Mbola kitoatoa ihany koa ny nanidina ilay vavahady sy ny varavaran’ny orinasa satria ny vadintany no tokony hanao izany fa tsy prefe tahaka ny nitranga tao Andranomanelatra ny alakamisy teo. Nanapa-kevitra ny orinasa Tiko AAA fa hitory ireo tompon’andraiki-panjakana nanao ny tsy nety sy nandika lalàna tamin’ity raharaha ity. Milaza ihany koa izy ireo fa efa an-dalam-pikarakarana ilay « permis environnemental » fa tsy hoe tsy misy izany. Mametraka ny raharaha eo am-pelatanan’ny fitsarana ary mitaky ny hanokafana faran’izay haingana ny orinasa ny mpitantana ny Tiko AAA satria tena miteraka fahavoazana sy fatiantoka lehibe ho an’ny orinasa Malagasy sy ireo Malagasy an’arivony mivelona aminy izao fanapahan-kevitra hafahafa izao. Manara-dalàna izahay ary miezaka manaja ny fepetra rehetra tsy maintsy arahana, hoy ny ao amin’ny Tiko AAA koa aleo mba tena hampiharina araka ny rariny sy ny hitsiny ny lalàna fa tsy sanatria atao fitaovana  politika hamotehana ny hafa fotsiny.

Tezitra ny vahoaka

Tezitra ny vahoaka ao Andranomanelatra Antsirabe II sy ny mpiasa ao amin’ny orinasa AAA Tiko noho ny fanakatonan’ny fanjakana ity orinasa ity. Noho izay antony izay dia tapaka nandritra ny ora roa teo ny RN7 teo Andranomanelatra noho ny fitokonana nataon’ireo mponina ao an-toerana. Antsoantson’ireo vahoaka tamin’izany ny tsy fanekena iny didy navoakan’ny fanjakana iny. Tarainan’izy ireo, efa 8 taona izy ireo no tsy an’asa, nefa vao manomboka miarin-doha indray ny orinasa Tiko AAA dia izao anaovan’ny fanjakana antsojay izao indray.

RTT

Omaly hariva tokony ho tamin’ny 5 ora dia tonga teny amin’ny foiben’ny orinasa Tiko TOP mpanao menaka ao Mahafaly Vatofotsy indray ny iraka avy amin’ny Jirama arysaika hanapaka ny rano. Nanohitra mafy izany anefa ireo mpiasan’ny Tiko TOP ka tsy tanteraka. Nilaza ny iraky ny Jirama fa baiko avy amin’ny prefe no tanterahan’izy ireo.

Tia Tanindranaza0 partages

Talen’ny SAMVA vaovaoMaika ny fanalana ny fako hamongorana ny pesta

Napetraka tamin’ny toerany omaly ny talen’ny SAMVA vaovao Rakotoarivony William, taorian’ny nanalan’ny fitondram-panjakana an-dRatolojanahary Damy Jean Badpiste, tale jeneralin’ny SAMVA teo aloha. Mazava ny antom-pijoroan’ny tale vaovao, raha araka ny tafa fohy nifanaovany tamin’ny mpanao gazety omaly teny Ampasampito.

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AntananarivoNotoloran’ny Banky SBM fitaovana

Tonga nanome tolo-tanana , borety miisa 40 mitentina 5 tapitrisa ariary latsaka kely hoan’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra ny orinasa SBM (Banque Madagascar) omaly 13 oktobra 2017 tetsy amin’ny Lapan’ny Tanàna Analakely.

Fanampiana mba hanamafisana fanadiovana ny Tanànan’Antananarivo Renivohitra amin’izao fihanaky ny valan’aretina pesta izao. Nanolotra izay tamin’ny Solontenan’ny Ben’ny Tanàna Lalao Ravalomanana sy ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny Tale jeneralin’ny SBM, Gilbert Lagaillard sy ny Tale jeneraly lefitra, Haingotiana Rajoelisolo. Nanambara ireto tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny SBM ireto fa mbola hitohy ny fiaraha-miasa eo amin’ny roa tonta fa tsy hijanona fotsiny amin’izao tolo-tanana izao. Ny kaominina Antananarivo ihany koa etsy an-daniny dia misokatra amin’ny fiaraha-miasa amin’ny sehatra rehetra mba hikatsahana ny soa hatrany ho an’ity Renivohitr’I Madagasikara ity. Mitohy ny ezaka sy ny fanasoavana ny tanàna miainga amin’ny ezaky ny mpitantana. Renivohitra iaraha-manana ity, ka manentana hatrany ny rehetra hifanome tanàna na ara-teknika na ara-pitaovana, eny fa na ara-bola mihitsy aza ny kaomina. Manentana hatrany ny rehetra amin’ny fitandrovana ny hasin’ny tanàna toy ny resaka fahadiovana ihany koa tombotsoa iaraha-manana ny tanàna madio sy milamina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Maka Alphonse –Filohan’ny CFM“Atomboka eny ifotony ny fampihavanana”

Voafidy ho filohan’ny filankevitry ny fampihavanam-pienena (CFM) omaly zoma, nifanandrify indrindra tamin’ny nahalasanan’ny profesora Zafy tompon-kevitra tamin’ny fampihavanam-pirenena i Maka Alphonse, izay mpanao gazety.

Ilaina ny fahaleovantena sy tsy fitanilan’ny CFM amin’ny asa ataony raha tiana ho tontosa ny fampihavanam-pirenena hoy izy.Mazava tsara ny asa aman’andraikitra ho anay araka ny voasoratry ny lalàna,hoy i Maka Alponse tamin’ny resaka fohy nifanaovana taminy ka inoako hoy izy fa miroso ny fampihavanana rehefa voahaja ny fitsipika sy ny lalàna.Nomariany fa tsy mitovy amin’ny fiasana komity na ministera ny filankevitry ny fampihavanam-pirenena fa manana fiasana andrim-panjakana ka mbola irosoana aloha ny fifidianana ireo mpikambana hafa handrafitra ny birao, izay ho fantatra anio sabotsy izay vao hametraka ny fomba fiasa sy ny laharampahamehana izahay hoy izy.Miondrika am-panajana amin’ny nahalasan’i Pr Zafy Albert ny tenako hoy i Maka Alphonse ary mahatsiaro fa maro ny mamy navelan’iny ray aman-dreny iny ; tsy handraka ilo mby an-doha ny CFM fa hanohy ny fampihavanam-pirenena ary tsy avela ho maty momoka ny ezaka efa vita tany aloha.Nomarihany kosa anefa fa asa tsy maintsy atao ny fampahafantarana amin’ny vahoaka eny ifotony ny lalàna mifehy ny fampihavanana ary tsy maintsy atomboka eny ifotony io fampihavanam-pirenena io.

Tia Tanindranaza0 partages

Claudine RazaimamonjyTsy navoaka izany izy, hoy ny lehiben’ny fonja

Mbola tazonina ato amin’ny fonjan’i Manjakandriana i Claudine Razaimamonjy fa tsy navoaka velively, ka diso tanteraka ny filazana fa efa navotsotra izy.

Io no nambaran’ny Lehiben’ny fonja any Manjakandriana Raharilalamampionona Hantanirina rehefa nanontaniana tamin’ny alalan’ny antso an-tariby ny vaovao mikasika ity ramatoa voarohirohy tamin’ny raharaha kolikoly goavana ity. Nisy mantsy ny resaka nivoaka fa tsy ao am-ponja intsony izy. Nanomboka ny 15 jona ka hatramin’izao, dia tao am-ponja foana izy, fa ny 20 jolay nitondrana azy teny amin’ny fitsarana manokana misahana amin’ny ady amin’ny kolikoly no nivoahan’i Claudine Razaimamonjy tao, araka ny fanazavany. Fivoahana ara-dalàna noho ny fanaovana fanadihadiana azy taty an-drenivohitra no nivoahany tao, ka ny 28 septambra teo dia nisy fotoana nampiakarana azy taty an-drenivohitra noho ny fanadihadiana natao taminy hatrany. Nandritra io fotoana io no nanaovany fangatahana fahafahana vonjimaika, saingy nolavina izany, ka naverina any am-ponja indray ny tenany. Azon’ny mpanao gazety sy ny mpikaroka vaovao atao tsara ny mangataka alalana sy manao fanadihadiana any amin’ny fonjan’i Manjakandriana, raha ny fanazavan’ny Lehiben’ny fonja.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Vono olona teny AmbohitrarahabaAnkizy 2, lehilahy 1 nidoboka eny Antanimora

Olona 6 no niakatra fampanoavana teny amin’ny lapan’ny fitsarana Anosy omaly momba ilay raharaha fandrobana sy famonoan’olona ary fakana an-keriny teny Ambohitrahaba ka nahafatesana tovolahy kely izay norasarasaina tamin’ny famaky , notapahin-doha avy eo nesorina ny masony.

Nilatsaka ny didy omaly hariva : miditra am-ponja vonjimaika ireo ankizy 3 (2 lahy sy 1 vavy) voarohirohy ho nandroba no sady namono. Manaraka azy ireo eny Antanimora ihany koa ny rain’ilay ankizivavy anisan’ireo namono. Nahazo fahafahana vonjimaika kosa ireo mpivady nambara fa nampiantrano ilay mpanampy sy nahatrarana azy. Efa tafaverina avokoa ireo vola nangalarina ary nentin’ny zandary teny amin’ny lapan’ny fitsarana Anosy omaly natao porofo ireo famaky sy antsy izay namonoana ilay tovolahy. Tsy mbola fantatra kosa ny daty hanatanterahana ny fitsarana. Tezitra sy nihorakoraka ny olona nanodidina ny lapan’ny fitsarana Anosy rehefa nahita ny fahatongavan’ireo 6 mianaka voarohirohy tamin’ity afera mahatsiravina ity. Nilaza ny mpahay lalàna iray fa sarotra ho an’ireo ankizy tsy ampy taona ireto ny ho afaka amin’ity raharaha ity ary mety tena havesatra ny didim-pitsarana hihatra amin’izy ireo. Azo sokajiana ho famonoan’olona efa nomanina niampy fandrobana sy fikambanan-jiolahy mantsy izao zava-nitranga teny Ambohitrarahaba izao ary mbola narahana fakana an-keriny ihany koa. Tsy ho latsaka ny 10 taona an-tranomaizina sazy mihatra, ary mety mbola ho betsaka noho izany aza, hoy hatrany ity mpahay lalàna nanontaniana ity.

RTT

L'express de Madagascar0 partages

Décès d’Albert Zafy – Mort d’un professeur de démocratie

L’ancien président de la République Albert Zafy est décédé à l’île de La Réunion, hier. Un accident vasculo-cérébral l’a terrassé à l’âge de 90 ans.

Adieu monsieur le professeur. « Le pays est en deuil ». « Le père de la démocratie, à Madagascar, s’en est allé ». « L’un des hommesd’État pour qui j’ai le plus d’estime ». Voici quelques exemples de phrases entendues ou lues, hier, à l’annonce du décès du professeur Albert Zafy, ancien président de la République.La triste nouvelle a été annoncée officiellement par la présidence de la Répu­blique, sur son site web et sa page Facebook. « L’ancien président Albert Zafy, est décédé hier, à 11 heures 10 minutes, heure de Madagascar, à l’hôpital Saint-Pierre, La Réunion », rapporte la dépêche publiée, en milieu de journée. Un accident vasculo-cérébral (AVC) ischémique, qui s’est mué en AVC hémorragique a eu raison de l’ancien chef d’État.Chirurgien cardiologue, au grade de professeur, l’ancien enseignant de la faculté de médecine d’Antananarivo a été foudroyé par un malai­se mercredi matin. Si ses proches ont essayé de garder une certaine discrétion sur l’origine du mal de l’ancien chef d’État, la thèse de l’AVC a, finalement, été confirmé par Serge Zafi­mahova, homme politique, et membre de sa famille, hier, à Mahazoarivo.Après avoir été admis en soins intensifs à la policlinique d’Ilafy, le professeur a été évacué à l’île de La Réunion, jeudi, pour y subir une opération devant désobstruer un vaisseau sanguin cérébral. Une décision prise car, étant donné l’âge avancé d’Albert Zafy, un suivi postopératoire était nécessaire. Le matériel nécessaire ne serait pas encore, disponible, à Madagascar, selon Serge Zafimahova. Un voyage de non retour pour l’ancien Président qui a rendu l’âme sur son lit d’hôpital.

Père de la démocratieQue ce soit dans la presse audiovisuelle, ou sur les réseaux sociaux, l’annonce du décès du professeur Zafy, a été accompagné de nombreux hommages. Au milieu de toutes les réactions, un qualificatif est, toutefois, à retenir : « Il est le père de la démocratie à Madagascar ».Son empêchement par l’Assemblée nationale, confirmé par la Haute cour constitutionnelle (HCC), le 4 septembre 1996, est encore, dans toutes les têtes, étant donné qu’il s’agissait d’une première dans les annales politique du pays. L’histoire retiendra, cependant, que le premier Président de la troisième République, s’est distingué par son attachement à la démocratie et à l’État de droit.Les observateurs affirment qu’Albert Zafy, aurait pu éviter d’être évincé par les députés par la dissolution de la Chambre basse. Une option qu’il n’a, toutefois, pas prise. Pareillement,  l’homme au chapeau de paille, aurait eu des raisons de con­tester les résultats du deuxième tour de l’élection présidentielle de 1996-1997, où il a été défait par son ancien rival politique Didier Ratsiraka, ancien Président. Une fois de plus, Albert Zafy s’est tu.La société civile et le monde de la presse doivent beaucoup au chirurgien cardiologue, démocrate. Tran­chant avec la deuxième République, socialiste et la censure systématique, la troisième République, a appliqué à la lettre, la liberté d’expression, de presse et d’association. « Liberté et égalité devant la loi », est, justement, la devise de son parti, l’Union nationale pour le développement et la démocratie (UNDD).Un exemple jamais réitéré, jusqu’ici, est que  l’homme au chapeau de paille, avait laissé son principal adversaire politique, Didier Ratsiraka, intervenir par téléphone, durant plusieurs minutes sur les médias nationaux. Le mandat d’Albert Zafy, a boosté le décollage de la presse privée et des organisations de la société civile (OSC), ou encore, des partis et associations politiques.Avec la disparition de l’homme au chapeau de paille, c’est un des rares exemples d’homme d’État malgaches épris d’éthique, respectueux des libertés et droits individuels qui tire sa révérence. Comme le soutient une des nombreuses réactions faites hier, un grand patriote s’en est allé. Un jour sombre pour le pays et la démocratie.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Insécurité – Un réseau de trafiquants d’armes démantelé

Quatre trafiquants d’armes, dont deux policiers en fonction, ont été placés sous mandat de dépôt à Tsiafahy et Antanimora, jeudi. Leurs trois autres complices sont relâchés.

L’unité spéciale d’intervention (USI) a mis hors d’état de nuire un réseau des sept trafiquants d’armes à Itaosy. Déférés devant le parquet jeudi, deux policiers, membres de la contrebande, ont été placés en détention préventive dans la maison de force à Tsiafahy, deux femmes sont à Antani­mora. Trois autres comparses ont bénéficié d’une liberté provisoire. Un fonctionnaire fait partie du cerveau de l’affaire, selon un policier judiciaire saisi de l’enquête.Ces trafiquants de fusils de chasse se sont fait arrêter à Itaosy, lundi vers 18h. Agissant sur des renseignements, un élément de l’USI en tenue civile s’est fait passer pour un acheteur et a réussi à s’infiltrer dans l’antre de ces malfaiteurs, d’après un policier qui était sur place lors du coup de filet.

Destination« La bande des sept » ont été pris au piège avec les marchandises composées de deux fusils de chasse de calibre douze, un canon tout neuf et quatre cent quatre-vingt-neuf munitions.Les combinards ont été embarqués à la brigade criminelle (BC), section 4 à Anosy pour enquête. « L’on a découvert le pot aux roses: deux d’entre eux étaient des policiers en service. Le fonctionnaire et les deux femmes y participant étaient les gros-bonnets du trafic », a signalé un enquêteur, au sein de la BC4.Ces armes auraient été envoyées à Bongolava qui est, depuis longtemps, la destination de la magouille. Une investigation suit actuellement son cours pour identifier les preneurs de ces fusils dans cette région. Une fuite au niveau du service des douanes sur l’importation de ces flingues flambant neuf a été ainsi prise en considération. La police mène l’enquête tambour battant après avoir démantelé le réseau des revendeurs.Trois des trafiquants ont été relâchés après leur comparution au parquet qui n’a pas encore signalé la date de leur procès. Les armes saisies ont été encore confisquées à la brigade criminelle d’Anosy.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Décès d’Albert Zafy – Drapeaux en berne et deuil national

Né à Betsiaka, Ambilobe, le 1er mai 1927, Albert Zafy, y sera inhumé dans le courant de la semaine. Avant, son corps sera accueilli « avec tous les honneurs d’un ancien chef d’État », au salon présidentiel de l’aéroport d’Ivato, cet après-midi, comme l’a indiqué Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, lors d’une déclaration, à Mahazoarivo, hier. L’ancien président de la République, sera conduit à son domicile, la villa Elisabeth, à Ivandry, pour une veillée funèbre par ses proches. Il sera, ensuite, amené au palais des sports, Mahamasina, afin que le public puisse lui rendre un dernier hommage. La levée du corps se fera après un culte œcuménique, lundi. Réputé proche du peuple, ayant même visité presque toutes les localités de Madagascar, en voiture, afin de s’enquérir des réalités de chaque ménage, le dernier voyage d’Albert Zafy, se fera, également, par terre. Les drapeaux seront en berne dès aujourd’hui. Un deuil national sera observé le jour de son enterrement.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – La reprise des cours prévue le 23 octobre

Si tout se passe bien, les cours reprendront le 23 octobre dans les zones où l’épidémie de peste sévit. « Nous attendons que tous les dispositifs mis en place par le ministère de la Santé publique soient bien rodés, à savoir les interventions mobiles, le centre d’appel pour le signalement », explique Serge Thierry Tsitoara, directeur de la Technologie de l’information et de la communication au niveau du ministère de l’Éducation nationale à Anosy, hier.En conséquence, pour la semaine de 16 octobre, tous les élèves de tous les établissements scolaires, publics et privés de certaines Zones d’administration pédagogique (ZAP) de neuf directions régionales de l’Éducation nationale (DREN), devront encore rester chez eux.« Prendre des précautions pour la santé des élèves est notre prérogative. Pour le moment, les conditions sanitaires ne sont pas encore remplies pour qu’ils puissent retourner en sûreté en classe », souligne le Dr Todisoa Andriamampandry, directeur général de l’Éducation fondamentale et de l’alphabétisation au sein du MEN.Sont concernées par cette décision, toutes les ZAP des Circonscriptions scolaires d’Antananarivo-ville, Toa­masina I, Fénérive-Est, Mahajanga I, Fianarantsoa, certaines ZAP des Cisco Avaradrano, Antananarivo-Atsimondrano, Ambohi­dratrimo, Manjakandriana, Anjozorobe, Arivonimamo, Miarinarivo, Soavinandriana, quelques Zap dans les DREN de Haute Matsiatra, Amoron’i Mania, Vakinankaratra et Bongolava.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Elgeco Plus-AS Adema, choc indécis

Elgeco Plus et l’AS Adema se croiseront dès les quarts de finale de la coupe nationale, cette année. Cette confrontation est devenue un classique de la compétition.

Il y a des affiches de ce genre, qui retiennent immédiatement l’attention. La con­fron­tation entre Elgeco Plus et AS Adema en fait partie, ce dimanche à Fianarantsoa, pour le compte des quarts de finale de la Telma Coupe de Madagascar. Le stade moderne d’Ampa­sambazaha accueillera donc une affiche 100% Analamanga.Impossible alors de ne pas évoquer les résultats en saison régulière des deux équipes, de ce fait. Elles se sont rencontrées pour la première fois le 12 mars 2017, au stade de Mahamasina, en sixième journée de Ligue 1. L’AS Adema l’avait emporté au terme d’une rencontre spectaculaire, riche en buts et en rebondissements. Score final: quatre buts à deux.Deux mois plus tard, le 21 mai, toujours à Maha­masina, Elgeco Plus prenait sa revanche et prenait également une sérieuse option sur le titre régional, qu’il allait décrocher quelques semaines plus tard. Ce deuxième duel s’était conclu sur un succès des hommes de Careca, quatre buts à un.En parlant du coach d’Elgeco Plus justement, pour lui, « le quart de finale de ce dimanche sera un véritable match couperet, qui pourrait se jouer en 90 minutes comme en 120 minutes. »

Scénarii mémorablesCette affiche rappelle aussi les finales 2013 et 2014. À deux reprises, Elgeco Plus avait battu l’AS Adema à l’époque, pour s’adjuger le titre, au stade Alexandre Rabemananjara de Maha­janga. Les affrontements entre les deux clubs ont toujours offert des scénarii mémorables et celui de ce dimanche ne devrait pas y échapper.Dans l’autre match à Fianarantsoa, Cosfa Anala­manga sera aux prises avec FCA Ihorombe. Eliminés en quarts de finale l’an dernier, les militaires sont mieux armés cette fois-ci et peuvent réellement prétendre à une place dans le dernier carré.Du côté de Mahajanga, l’Otiv Alaotra Mangoro défiera le RTS Jet Mada Itasy. Tandis que Fosa Juniors Boeny accueillera dans son antre du stade Rabemanjara le Tam Port Berger Sofia, tombeur du tenant du titre au tour précédent. Le Tam va tenter de rééditer sa performance des huitièmes de finale, quand il avait sorti la CNaPS Sport Itasy à la surprise générale.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Ambohitrarahaba – Quatre meurtriers mis sous les verrous

Hier, le parquet a renvoyé derrière les barreaux quatre individus impliqués dans le cambriolage doublé de meurtre à Ambohitrara­haba. Deux autres ont été libérés provisoirement. Trois de ces inculpés, sauf le père de l’un des deux auteurs principaux sont encore des mineurs, entre 12 et 16 ans. Ces assassins se sont fait arrêter tour à tour depuis mardi vers 21h à un kilomètre du lieu de crime à Ando­havary. Le garçon et la fille ayant décapité la victime ont été facilement pris par les gendarmes, cette nuit-là. Après deux jours de cavale, la principale suspecte, qui est la femme de ménage, a été arrêtée à Manandriana-Avaradrano.La gendarmerie nationale a ainsi embarqué les hébergeurs de cette tête pensante de l’affaire. Six personnes ont été alors auditionnées à la brigade d’Ankadikely. Traduites devant le parquet, elles n’ont pas été menottées. Une foule s’est massée devant le tribunal d’Anosy, hier pour découvrir les visages des assassins de Hesny Mattis Razafindrazaka.Les tueurs n’ont pas touché à leur butin récupéré et restitué à la famille. La victi­me, âgée de 12 ans, a eu droit à un hommage funèbre, hier avant d’être enterrée à Anosi­vola, à Anjozorobe.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit la limite de notre rizière »

Politique – Mots d’avant, maux d’après

 Ne tirez pas sur le politicien, candidat à quoi que ce soit de surcroit, sa position n’est pas toujours facile : obligé de verser dans la surenchère pour se distinguer du peloton – que la lumière soit, mais la lumière se fit tirer les oreilles -, condamné à l’opprobre en cas de promesse non tenue – ce qui arrive plus souvent qu’à son tour -, cette irrésistible obsession consistant à « parvenir » d’abord et voir « après » est de moins en moins appréciée. Heureusement que quelques uns s’efforcent encore de tenir parole quitte à ne pas pouvoir tout réaliser, mais après avoir donné la preuve d’avoir, quand même, tant soit peu essayé. Avec sa politique transpartisane, un débauchage officialisé diront les détracteurs, ses audaces et ce qu’il faut bien appeler son « inventivité législative » et son réformisme, font que, on l’aime ou on ne l’aime pas, Emmanuel Macron pourrait bien être un de ceux-là.  Ne disait-on pas (très tôt) que c’est l’homme « qui agit comme une tornade, qui soulève les idées reçues et les fracasse en les jetant dans le débat public » ? Alors qu’il n’était encore que pressenti-candidat, l’homme avait multiplié les interventions à forte connotation d’engagement personnel dans les média. Et il n’a pratiquement plus arrêté. Dans une longue interview accordée en mars 2016  au magazine français « L’Express », il décrit en long et en large ce qu’il veut pour la France, depuis la plus petite commune jusqu’à sa place au sein de l’Europe. On le présente alors comme « l’homme qui veut faire bouger l’État, donc la France, donc l’Europe ». Extraits de cette causerie, lue spécialement pour vous.

. Le visage qu’aura notre pays dans dix ans se forge aujourd’hui.

La promesse à faire  à la jeunesse ne consiste pas à lui dire ce qu’elle doit être, ni ce que doit être son pays dans dix ans, mais à lui donner la possibilité de choisir pour elle-même quand elle sera en responsabilité.

. La réforme du travail en cours va dans ce sens…

Mais il faut la déplier dans sa totalité. Nous devons poursuivre ce mouvement encore plus profondément dans la période qui s’ouvre, et après.

. Quelle politique économique ?

J’ai toujours exprimé un choix clair en faveur d’un libéralisme économique et politique, avec un socle de solidarité collective, de régulation, et la conviction que le principe de liberté rend plus fort.

. Concernant la communauté nationale…

Je pense qu’on peut protéger dans le plein respect des libertés individuelles. Je crois même que la vraie sécurité se construit dans la liberté des individus, sinon vous continuez à produire de la défiance dans la communauté nationale et, ce faisant, vous l’affaiblirez progressivement.

. Le « rude et grand effort collectif » cher  à Pierre Mendès France est toujours d’actualité…

Sauf qu’il suppose une compréhension collective du problème. Je crois, pour ma part, dans l’intelligence du peuple. Le peuple français est prêt à la réforme profonde, à condition qu’on lui explique  où l’on va et qu’on lui rende compte de manière régulière. Notre pays a soif d’engagement.

. Redonner le goût du travail ?

Oui, parce que la réalité que j’ai mesurée à chacune de mes rencontres et déplacements, c’est que les gens ont envie de travailler, tous, et en particulier les jeunes des quartiers.

. Quelle réconciliation avec le capital ?

Dans notre pays, on aime la rente, l’argent qui dort, plutôt que celui qui produit, alors que nous avons besoin justement de plus de prise de risque. On n’aime pas l’enrichissement par le travail et le mérite individuel. Or, on ne peut  pas avoir une vraie souveraineté industrielle et économique si on n’a pas un capital français.

. L’Europe dans dix ans

L’Europe a été fondée sur une triple promesse : éliminer la guerre, faire prospérer l’économie, permettre à tous de circuler librement. Aujourd’hui les gens ont le sentiment qu’elle nous fait souffrir plus qu’elle ne nous apporte. Ma  conviction profonde est qu’elle est pourtant notre meilleure solution.

Ndlr : Pour des raisons bien évidentes de pôles d’intérêt pouvant fluctuer selon le pays du lecteur, nous ne nous sommes pas appesantis dans ces extraits choisis sur les questions relevant trop exclusivement des réalités politico-économiques françaises. Par contre, certaines idées exprimées peuvent sans dommage être transposées dans d’autres  pays, dont le nôtre.

Les mentions en gras ne concernent pas les questions posées, mais une simple introduction de la question traitée.

Voyage – Escales au pays vezo

La population du Sud-Ouest aurait deux origines : l’Afrique toute proche, et l’intérieur du pays malgache. Les plus anciens, considérés comme « tompon-tany » ou propriétaires de la terre, furent à partir du XVIe siècle, assujettis par une aristocratie guerrière venue du Sud-Est et du Centre-Sud. Certains chercheurs considèrent la couche culturelle Mikea-Vezo comme le premier substrat bantou de ces grands mouvements de migration. Et si, au XVIIe siècle, Flacourt ne mentionne pas expressément les Vezo, il parle longuement des Voroneoke dont la culture marine est pratiquement la même que celle des Vezo-Antavelo. Les Mikea d’aujourd’hui sont, pour leur part, des Masikoro-Vezo dont ils parlent le dialecte, et qui ont fui un contexte historique donné.

Chez ce peuple de pêcheurs-nés que sont les Vezo, la chasse-collecte ou « mihake » se pratique dans la zone des récifs. On y cherche surtout les poulpes ou  « orita », les gonades d’oursins ou « soke », les coquillages « tsakody », les holoturies « zanga », et les nombreux poissons de récif. La pirogue à balancier pour sa part emmène les pêcheurs loin des villages d’origine qu’ils ne revoient généralement pas avant des mois. Mais n’en déplaise aux amateurs de tableaux idylliques, il ne faut plus confondre systématiquement «Vezo » et « pêcheur vezo » : les « Vezo ampotake » ou Vezo de la boue sont, par exemple, d’authentiques Vezo de l’intérieur des terres.  Selon les statistiques, les Vezo sont même les plus nombreux dans la fonction publique avec les Merina et les Betsileo.

Betania, un petit village au Sud de Morondava, une existence rude et simple, vécue sous le sceau de la solidarité communautaire : les hommes partent en haute mer à peine le soleil levé, après avoir fait glisser la pirogue sur le sable, et trouvé le bon passage entre les vagues.  Un matériel, des automatismes, des enchaînements qui n’ont pas changé depuis la nuit des temps. Ne surtout rien oublier de l’hameçon bien costaud, fixé à un fil de nylon lesté d’un bout de fer, du morceau de papier alu en guise de leurre, de la traîne, du filet, et du trident à planter au bon moment pour l’estocade finale. Au retour les femmes se chargeront d’écouler les prises sur le marché de Morondava ou auprès des hôtels après avoir franchi le bras de mer séparant le village de la ville.

Presque tous les pêcheurs Vezo savent construire leurs pirogues et raccomoder leurs filets

Marins mais aussi charpentiers, les nomades de la mer ont aussi adopté la goélette dont la construction, à Morondava comme à Belo-sur-mer, requiert au moins six mois de travail. Une belle histoire qui remonte au temps de Napoléon III et de Radama II, quand une amorce de coopération technique maritime naissait entre les deux pays. Les coopérants, en l’occurrence la famille Joachim, proposaient de fabriquer des embarcations plus grandes et plus rapides. Ils trouvèrent une oreille attentive auprès de ces charpentiers habiles qu’étaient les Vezo.

En 2001, une organisation non gouvernementale française de la région de l’estuaire de la Loire, Transmad Développement, s’engage dans un programme d’appui  à la perpétuation des goélettes sur la côte Ouest malgache. Supervisé par l’entreprise « Boutre en train » de Frédéric Macquet et s’intégrant dans tout un ensemble comprenant la coopération française, le WWF, le ministère malgache de l’Environnement, des eaux et forêts, et du tourisme, ainsi que l’Angap,  le projet baptisé « Les ateliers de Joachim » cumule dans ses finalités la modernisation de la filière et la valorisation de la gestion des ressources fournies par la forêt tropicale sèche.

L’année 2006, les côtes bretonnes voient arriver une authentique goélette malgache conçue selon les techniques traditionnelles. Le « Lovasoa » jauge 11 tonneaux et mesure 14 mètres hors tout. Construit à Morondava, entré ensuite en chantier de rafraichissement et d’aménagement interne à Toliara, il part parachever sa mise en conformité en France. Là-bas, une campagne très fournie de navigation l’attend avec une dizaine de ports et une participation remarquée au Festival des Rendez-Vous de l’Erdre à Nantes

Que le « Lovasoa » et ses semblables continuent d’avoir bon vent et belle mer, et que vivent nos goélettes. Pour très longtemps encore…

Destinées – Les faiseurs de rois

Du temps de l’Ancienne Alliance, le roi le plus puissant allait régulièrement consulter le prophète qui l’a fait roi, un personnage parfois très humble et habitant une cabane au bout d’un chemin de chèvre, pour connaître avec précision l’avis de Dieu sur tel ou tel problème de l’État. Il était même possible que ce prophète soit une prophétesse, comme la plus célèbre d’entre elles, Déborah, dont le Livre a conservé la réplique cinglante à Barac fils d’Abinoah, lequel refusait d’aller sans elle au combat contre Sisra et ses neuf cents chars de fer : « Je t’accompagnerai, mais tu ne tireras aucune gloire de cette expédition, car c’est à une femme que Dieu livrera Sisra. »  Ces élus de Dieu ne voulaient pas le pouvoir pour le pouvoir, à l’instar de Samuel qui préféra oindre Saul, dont les pas avaient été conduits à lui par Dieu, sous prétexte de la recherche d’un troupeau d’ânes égarés.

Patrice Raharimanana à qui la Sainte Vierge serait apparue à Anosivolakely

Aujourd’hui au XXIe siècle, il est à croire que beaucoup d’esprits chez les Malgaches en sont restés au temps de Juda et d’Israël, d’abord du côté de ceux qui se croient investis de la mission d’être des intermédiaires entre Dieu et les tenants du pouvoir. Combien de fois la Vierge Marie aurait-elle transmis des messages que l’on disait urgents et de la plus haute importance à l’intention du plus haut dirigeant du pays, là-bas du côté d’Anosivolakely ? Le destinataire final y a toujours opposé la plus condescendante des fins de non-recevoir. Personne ne peut dire aujourd’hui que bien ou mal lui en prit, mais l’Histoire a suivi son cours,  laissant au bord de la route ceux qu’elle a choisi d’oublier, du moins jusqu’au prochain tour de roue qui ne saura plus tarder. L’Église luthérienne, dont on connait la sévérité, s’est quelque peu mise en retrait de ces affaires d’illuminés depuis la  disparition de Nenilava.

La foule de croyants de l’Apokalipsy lors de leur grande rencontre à Antsonjombe

Il n’empêche que le virus a peut-être tellement bien pris que, de temps à autre, un anonyme sort des rangs avec une mission demeurée inchangée depuis des millénaires : délivrer  en mains propres un message divin  au plus haut lieu. Ce fut le cas, il y a  plusieurs années de cela, de Landivola, touchée par la Grâce dans sa chambre sous les toits. Ce fut aussi le cas, plus récemment, d’une diaconesse du Moyen-Sud. Son langage et ses propos étaient si  tranchés que beaucoup n’hésitèrent pas à voir la main du pouvoir en place derrière le montage. Dieu certainement ne s’est pas laissé avoir. L’Église officielle luthérienne s’est toujours gardée de commenter ces  dérapages… incontrôlés de certains de ses ouailles. Il n’empêche que la question peut se poser concernant la quasi institutionnalisation du pèlerinage au Toby luthérien d’Ankaramalaza pour les dirigeants en place, quand bien même ils seraient d’une autre confession. Nécessité d’une onction divine « sine qua non » ? Reconnaissance en l’Église Luthérienne de la qualité d’être le dépositaire de cette onction ? Les autres Églises apprécieront.

Le fin du fin est à mettre au crédit d’un pasteur « apocalyptique » qui s’est autoproclamé à la fois porteur, objet, et principal destinataire du message. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. La teneur se résume en une phrase : « Pour des raisons indépendantes de notre volonté, notre rendez-vous de 2013 est reporté en 2018 ». Difficile de faire plus simple ou même plus simpliste…

Le général Ferdinand Razakarimanana

Retro pêle-mêle

 Certains noms  sont plus que connus, d’autres  plutôt moins. Nous sommes en 2004, et Michel Barbaza, un opérateur malgache très performant dans le domaine des BTP,  fait honneur au secteur privé de la Grande Ile en raison de la bonne tenue de sa société EBMA.  Cette entreprise est  sortie première de l’évaluation effectuée par la prestigieuse BFW-BAV allemande lors d’une mission à Madagascar, alors que l’ALMA ou « Asa sy lalana malagasy » ne pointe qu’à la dixième position. EBMA a su convaincre les Allemands par sa rigueur et son abattage, des qualités bien… germaniques. Du côté des ambassades, Jean-François Bijon,  conseiller économique et commercial à l’ambassade de France, a la réputation d’être l’un des hommes les mieux informés sur la situation économique et sociale de Madagascar, sur la même ligne que le représentant de la Banque Mondiale. On ajoutera qu’il est l’inspirateur des rencontres économiques franco-malgaches de cette même année à Paris sous l’égide d’UbiFrance.  L’univers politique malgache bouillonne toujours, et beaucoup s’interrogent sur le mystère de certaines nominations. C’est le cas de celle du général Ferdinand Razakarimanana, propulsé à la tête de la province d’Antananarivo. Personnage atypique, volontiers bourru et frondeur, il lui arrive d’embarquer tout son staff loin des séminaires  et autres pertes de temps. Militaire jusqu’au bout des ongles, il ne rechigne pas de dormir sous la tente pendant ses tournées. Quand la Banque va, il est difficile de ne pas avoir à l’esprit des géants comme Gaston Ramenason, président de la BMOI. Cette filiale de la BNP a affiché un bénéfice net d’exploitation  de plus de 50 milliards Fmg pour l’exercice 2003, ce qui n’est pas négligeable au regard de la conjoncture du moment. Parallèlement, Ramenason est le N°1 du Groupement des entreprises de Madagascar, GEM, où il a la réputation de ne jamais éviter les questions qui fâchent. Les Karana ont aussi leurs figures emblématiques : Mme Salma Hassanaly, qui fut le porte-parole de la communauté bohra lors des dialogues présidentiels d’Ambohitsorohitra, est souvent mise aux premières places des personnalités karana marquantes au même titre qu’un Ylias Akbaraly. Les deux ont d’ailleurs été formés dans de prestigieuses universités, notamment françaises et américaines, Mme Salma Hassanaly ayant pour sa part complété son cursus au sein de cabinets ministériels français et dans l’univers des télécommunications. Dernier mais non le moindre, Dukuzumuremy Pasteur mérite d’être spécialement cité parmi les meilleurs donateurs auprès du Comité national de secours. Cet industriel est un Rwandais d’origine, qui a créé en 1997 le savon connu sous l’étiquette « Savony Salama ». À côté du savon, sa société produit aussi des articles cosmétiques et d’entretien

Lettres sans frontières

Alfred De Vigny

In  Les Destinées

 

Le Mont des Oliviers

Alors il était nuit, et Jésus marchait seul,

Vêtu de blanc ainsi qu’un mort de son linceul ;

Les disciples dormaient au pied de la colline,

Parmi les oliviers,  qu’un vent sinistre incline ;

Jésus marchait à grands pas en frissonnant comme eux ;

Triste jusqu’à la mort, l’œil sombre et  ténébreux,

Le front baissé, croisant les deux bras sur  sa robe

Comme un voleur de nuit cachant ce qu’il dérobe,

Connaissant les rochers mieux qu’un sentier uni,

Il s’arrête en un lieu nommé Gethsémani.

Il se courbe à genoux, le front contre la terre ;

Puis regarde le ciel en appelant : « Mon Père ! »

Mais le ciel reste noir, et Dieu ne répond pas.

Il se lève étonné, marche encore à grands pas,

Froissant  les oliviers qui tremblent. Froide et lente

Découle de sa tête une sueur sanglante.

Il recule, il descend, il crie avec effroi :

« Ne pourriez-vous prier et veiller avec moi ? »

Mais un sommeil de mort accable les apôtres.

Pierre, à la voix du Maître, est sourd comme les autres.

Le Fils de l’Homme alors remonte lentement

Comme un pasteur d’Égypte, il cherche au firmament

Si l’Ange ne luit pas au fond de quelque étoile.

Mais un nuage en deuil s’étend comme le voile

D’une veuve, et ses plis entourent le désert.

Jésus, se rappelant ce qu’il avait souffert

Depuis trente-trois ans, devint homme, et la crainte

Serra  son cœur mortel d’une invincible étreinte.

Il eut froid. Vainement il appela trois fois :

« Mon Père ! » Le vent seul répondit à sa voix.

Il tomba sur le sable assis, et, dans sa peine,

Eut sur le monde et l’homme une pensée humaine.

Et la terre trembla, sentant la pesanteur

Du Sauveur qui tombait aux pieds du Créateur.

Textes: Tom Andriamanoro

Photos : L’Express de Madagascar – AFP

 

 

L'express de Madagascar0 partages

Athlétisme – Tsiry Rakotomalala major de promotion

Les techniciens malgaches en athlétisme brillent eux aussi comme leurs protégés à l’extérieur. Le directeur technique national de la fédération malgache d’athlétisme, Tsiry Manantena Rakotomalala, sortait major de sa promotion à l’issue d’un stage pour entraîneurs niveau 2 qui s’est tenu du 4 au 11 octobre à Dakar, capitale sénégalaise.Le DTN Tsiry a obtenu la meilleure note de 4 sur 4 en évaluation pratique et 4 sur 4 également en examen écrit. Le premier responsable technique de l’athlétisme à Madagascar a impressionné le directeur du stage en présentant son rapport de projet sur la détection d’athlète en épreuves combinées telles le décathlon et l’hepta­thlon d’ici deux ans.« Pour obtenir le niveau 3, il faut collaborer avec un athlè­te qui servira de cobaye pendant la période de stage pratique au centre international de l’IAAF à Dakar », a souligné ce major de stage d’entraîneurs niveau 2 à Dakar. Treize entraîneurs venant de onze pays entre autres Benin, Burkina Faso, Centre Afrique, Côte d’Ivoire, Madagascar, Mali, Niger, Sénégal, Tchad et Togo, ont suivi le stage.Le DTN a ajouté que « ce projet nous permettra de faciliter la détection de la relève d’Ali Kame, champion d’Afrique en décathlon et qui a représenté la Grande île deux fois aux Jeux Olympiques ».

Le marathon de Tana reporté

Comme toute autre manifestation sportive, la XVIIe édition du Marathon international de Tana, prévu ce dimanche, a du être ajourné. Un des responsables de l’organisation a déjà avancé officieusement la date du dimanche 19 novembre pour la tenue de l’événement. L’un des principaux soucis des organisateurs réside dans l’indisponibilité des invités étrangers ainsi que la réservation de leur vol. Des Kenyans et Éthiopiens, et des dizaines de coureurs de l’océan Indien ont déjà confirmé leur participation et sont attendus à ce MIT.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Évacuation des étudiants des logements d’Ambondrona

Les étudiants devront quitter le campus de le plus tôt possible. L’année universitaire ne sera pas pour autant blanche.

Des enquêtes seront bientôt effectuées. De plus, les deux mois de bourses sont déjà prêts, après l’arrivée du premier responsable de l’Enseignement supérieur à Madagascar. Tels ont été les points essentiels des déclarations de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Marie-Monique Rasoazananera, celui des Travaux publics, Eric Razafimandimby, et le président de l’Université de Mahajanga, le Pr Emmanuel Rakotoarivony, lors d’une visite du campus Ambondrona, hier.

La ministre Monique Rasoazananera a été très choquée et hors d’elle. Vous êtes censés être de futurs cadres supérieurs, d’intellectuels et vous vous comportez comme des dahalo. Pourquoi agissez-vous ainsi ? Ces bâtiments ont été réhabilités, il y a moins d’un mois. Si vous ne voulez pas étudier, quittez ces lieux. martèle-t-elle.

Une centaine d’étudiants étaient venus se rassembler autour de la délégation. Mais ils ont tourné le dos et hué la ministre, quand cette dernière les a invités de rentrer chez eux s’ils ne veulent pas étudier.

Il est à préciser que l’évacuation des chambres est une mesure préventive contre la peste, mais aussi pour sécuriser les lieux et ultérieurement mener la réhabilitation. «Vous avez tous des répondants, vous devez donc partir et nous pourront discuter avec ceux qui n’ont personne pour les héberger», rassure-t-elle.

En tout cas, les forces de l’ordre vont mener  des enquêtes et des sanctions seront appliquées, comme la ministre Monique Rasoazananera l’a laissé entendre.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Handball – Fédération – Les championnats réportés

La fédération malgache de handball ne peut faire autrement qu’annuler et reporter ses matches. Ceci suite à la note circulaire du ministère de la Jeunesse et des sports ayant pour objet d’interdire toute manifestation en cette période de peste pour éviter sa propagation.La fédération a décidé, en début de cette semaine, de décaler et même d’annuler les compétitions prévues pour ce dernier trimestre de l’année. La plus proche, le championnat de la zone centre prévu se dérouler au gymnase couvert de Mahamasina du 16 au 22 octobre est reporté à une date ultérieure.Ainsi, la fédération a déjà informé tous les clubs engagés sur cette annulation et déterminera une autre date après la levée de l’interdiction. Quatre ligues sont regroupées dans la zone centre entre autres Analamanga, Atsinanana, Menabe et Bongolava. Neuf clubs sont engagés chez les hommes.La ligue d’Atsinanana a droit à deux représentants à ce zonal à savoir Hasin’i Toamasina, champion national en titre et Tilty. La ligue hôte aura, pour sa part, cinq représentants. Entre autres l’AS St Michel, St Michel Itaosy, Cosfa, Sporting et ASCAF. Du côté des dames, trois formations seront en lice et seront toutes qualifiées au sommet national.Le multiple champion en titre, Tana Handball Club Analamanga sera l’équipe à battre. Les deux autres en course sont le HBCA Analamanga et HBCB 119 Bongolava.Au terme de ce tournoi qualificatif, les quatre demi-finalistes chez les hommes seront qualifiés à la phase finale du championnat national. Dans la foulée, les clubs qualifiés des autres zones sont déjà connus à l’issue de leur championnat respectif. Celui de la zone sud s’est tenu à Toliara du 6 au 16 septembre. Le Groupe Siteny et l’ASS représenteront cette zone, chez les hommes, à la phase finale du sommet national tandis que le HBCI et H3A étaient qualifiés chez les dames.Pour la zone Nord qui a eu lieu à Antsohihy, du 28 septembre au 1er octobre, Sofia Misoma et HBCB Boeny chez les hommes, AS Tsiky Boeny et Sofia Misoma chez les dames défendront ses couleurs au championnat national. Ce rendez-vous au sommet programmé au début de saison se tenir du 26 octobre au 4 novembre à Antana­na­rivo sera aussi reporté à une date ultérieure.

La CCCOI retirée et déplacée

Confirmée, l’organisation de la coupe des clubs champions de l’océan Indien de handball a été retirée à Madagascar suite à la crainte de l’épidémie de peste. L’organisation de cette joute régionale a été confiée à la fédération malgache et est prévue se tenir à Antananarivo du 23 novembre au 2 décembre. L’île Maurice, deuxième pays prétendant à accueillir la CCCOI s’est déjà manifestée qu’elle est prête à abriter la compétition aux environs de la date initiale.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – Deux manches de trente minutes à Terra Topia

Ranty Ernest arrive au terme de son test auprès de la Vision Racing Team. Il disputera sa troisième course, ce samedi sur le circuit de Terra Topia, qui constituera le point d’orgue de son passage en Afrique du Sud.C’est au terme de ces trois sorties que l’on saura si les dirigeants de la Vision Racing Team l’engageront ou pas pour la saison prochaine. À Terra Topia, le multiple champion de Mada­gascar juniors sera au départ de la dernière manche du championnat sud-africain, face aux meilleurs pilotes nationaux de la catégorie juniors 125 cm3, sur deux manches de trente minutes.Il sera une nouvelle fois au guidon de son Husqvarna TC-125, avec laquelle il a décroché un podium le week-end dernier sur ce même circuit. Comme quoi il connaît déjà la piste et il est en meilleure forme aussi.« On a changé la couronne de ma moto pour avoir plus de reprise. Après, on verra s’il faudra aussi régler le carburateur. Pour ma part, je me sens bien et je suis plus à l’aise sur le circuit », confie Ranty, à quelques heures de la course.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

La BFV-SG lance sa gamme d’emprunts pour voiture

BFV-Société Générale met à la disposition de ses clients une gamme de produits et services diversifiés et à la pointe de l’innovation. Actuellement, la BFV-Société Générale met en avant les crédits Soafeno Auto et renforce sa proximité pour répondre aux besoins de ses clients et pour leur permettre d’acheter la voiture de leur choix parmi une large gamme auprès des concessionnaires partenaires de la banque comme CFAO/SICAM, Toyota Rasseta, Madauto, Materauto…

L'express de Madagascar0 partages

VTT – Report de la MBike Adventure

Comme les autres événements sportifs de ce mois d’octobre, la MBike Adventure est également reportée. La course internationale de vélo tout terrain devait se tenir la semaine prochaine, avec cinq étapes au programme à partir du mercredi 18 jusqu’au dimanche 22 octobre.Mais, « nous ne pouvons pas faire autrement et aller à l’encontre de la note ministérielle », précise-t-on auprès des organisateurs. Comme pour les autres compétitions également, aucune date de report n’est définie pour l’instant. Il faudra attendre la levée de l’interdiction de toute manifestation émise par le ministère de la Jeunesse et des Sports, pour ce faire.Pour les coureurs, c’est bien évidemment la déception, vu qu’ils se sont déjà préparés depuis plusieurs mois et ont déjà effectué les reconnaissances ces dernières semaines, du côté des nouvelles pistes à Mantasoa notamment.

H.L.R. 

L'express de Madagascar0 partages

Texto macabre

Texto macabre du jour, tristement, c’est le sujet de la peste qui l’emporte sur l’éloge funèbre d’un défunt président de la République.On aurait bien voulu écrire de belles phrases et des éloges à l’endroit du Président Albert Zafy qui s’en est allé, hier. Les mots devraient normalement couler de soi pour retracer les moments forts du pays qui ont été le fruit d’un de ses dirigeants. Citoyen lambda, inculte de la chose politique et encore moins de ses politiciens, on devrait avoir le réflexe de nous référer aux impacts des bonnes décisions prises par nos dirigeants pour améliorer notre quotidien. Sûrement, les politologues, les politiciens et les historiens auraient deschoses à dire sur ce président. Le reste de la population, ne se souviendra que de son chapeau de paille, de sa chemise, de samanière un peu particulière de parler et…du prénom de sa femme.Revenons alors à la peste. L’État émet des règlementations comme l’interdiction de tout rassemblement car cela augmenterait les risques de propagation de l’épidémie. Ce qui fait que les écoles sont fermées depuis maintenant deux semaines. Toutes les rencontres et les concerts sont annulés. Les endroits comme les bibliothèques, certains types de bureaux sont clos. Mais une question se pose. Pourquoi y a-t-il des exceptions ? Pour qui la loi est-elle faite ?Revenons sur  les faits. Depuis deux semaines, les organisateurs d’évènements ont vu le fruit de leur travail tomber à l’eau. On a même vu des missions humanitaires annulées à cause de la peste. Pourtant, au vu de tous, un salon s’est bel et bien tenu. Les publicités tant dans les médias que sur les panneaux publicitaires ont insisté sur le fait  que tout se passe comme prévu. On constate aussi que les lieux de culte sont plus que jamais bondés. À croire que les « lieux saints » soient tous sains.À notre plus grande surprise, des voitures de publicité sonore viennent à l’intérieur des quartiers à risque pour appeler au regroupe­ment au stade couvert de Mahamasina. Et le message qu’ils passent relève carrément de la manipulation de masse. Tout en jouant sur la peur, la réalité de la peste, ils appellent les païens à la prière : que ceux qui sont malades viennent pour le miracle de guérison. Pour convaincre un peu plus, des témoignages des plus convaincants sont balancés à tue-tête. Alors que l’Organisation Mondiale de Santé dresse un tableau assez paniquant, sur le terrain, la réalité laisse monsieur et madame tout le monde dans le doute. Et disons-le franchement, la population parle maintenant de théorie de complot.Il y a les discours, il y a les faits : le long du canal d’Andriantany tout comme le dépotoir d’Andralanitra grouillent encore de monde. Les lieux de culte sont toujours ouverts appelant les malades au regroupement pour que le miracle s’opère. Des évènements se tiennent encore malgré les interdictions émanant de l’État. Les situations qui mettent à mal la crédibilité des mesures prises se multiplient.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Cinq criminels introu­vables

Après une semaine de cavale, les cinq fugitifs de la maison de force de Tsia­fahy demeurent jusqu’à présent insaisissables. Les recherches semblent infruc­tueuses. Lundi, des péni­tenciers ont été convoqués à la brigade criminelle d’Anosy pour enquête sur l’évasion de ces cinq criminels dangereux.

Midi Madagasikara0 partages

1re République : 59e anniversaire ce jour

14 octobre 1958 – 14 octobre 2017. La première République a 59 ans aujourd’hui. En effet, elle fut proclamée le 14 octobre 1958, mais la Grande Ile n’avait accédé officiellement à son Indépendance que le 26 juin 1960. Actuellement, la date du 14 octobre n’est pas célébrée comme il faut au niveau national, tandis que celle du 26 juin est retenue comme la date de la fête nationale. Ce qui n’empêche pas les « enfants de la 1re République » de commémorer à leur façon la date de la proclamation de la 1re République de Madagascar. L’année dernière, la commémoration s’est déroulée dans la commune rurale d’Ambakirano (district de Mandritsara, région SOFIA), lieu de naissance du Père de la Première République Philibert Tsiranana.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Parti Vert : Hommage au Pr Zafy

Le monde politique malgache est en deuil après le décès de l’ancien président Zafy Albert. A ce propos, Alexandre Georget et le parti Vert « Hasin’i Madagasikara » rend hommage à ce « grand homme d’Etat » qui a marqué l’histoire politique de la Nation. « Le Pr Zafy Albert est le seul président de la République qui n’a pas amassé des richesses durant son mandat. Il n’a pas non plus contesté le résultat de la motion d’empêchement votée par les députés et ce malgré le fait que cette motion soit injuste. Et encore, le président Zafy Albert n’a pas influencé la HCC qui a statué sur la constitutionnalité de cette motion d’empêchement.», a rappelé le président national du parti Vert.

Recueillis par R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Fermeture de Tiko-AAA : « Sakoroka » hier à Andranomanelatra

Les employés, les fournisseurs, les clients et le « fokonolona » ont manifesté hier à Andranomanelatra contre la fermeture de la société Tiko-AAA. Ils ont bloqué la RN7 pendant deux heures et les éleveurs ont versé leur lait sur la route. Un geste par lequel ils ont voulu exprimer leur mécontentement face à la décision de l’Etat. La manifestation n’a pas duré, car les forces de l’ordre ont dispersé les manifestants par des grenades lacrymogènes. D’après le Directeur général de la Tiko-AAA, Lanto Rabenatoandro, tous les moyens juridiques seront utilisés pour attaquer l’illégalité de la mesure de fermeture. D’autres actions seront également menées sur le plan environnemental.

60%. Par ailleurs, Lanto Rabenatoandro déplore l’impact de la décision de fermeture sur l’économie régionale et nationale. En tout cas, le Directeur général de Tiko-AAA a rappelé que « Environ 60% des sociétés à Madagascar ne sont pas en règle vis-à-vis des obligations environnementales. ». Avant d’enchaîner : « Ces employés étaient au chômage depuis huit ans. Ils ont retrouvé leurs emplois, mais voilà on a fermé leur usine. » Les manifestations se poursuivent aujourd’hui à Andranomanelatra.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires