Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Lundi 14 Septembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara81 partages

Déclaration de patrimoine : Les 4 nouveaux ministres aux abonnés absents

10 nouveaux ministres de l’actuel gouvernement ne figurent pas encore sur la liste de la Haute cour constitutionnelle concernant les membres du gouvernement qui ont déposé leurs déclarations de situation patrimoniale.

Les nouveaux ministres qui viennent d’intégrer le gouvernement, le 20 aout dernier, sont attendus par la Haute cour constitutionnelle pour déposer la situation de leurs patrimoines. Une démarche que tout ministre ne doit pas rater une fois qu’il a intégré le gouvernement. Marie Michelle Sahondrarimalala, Jean Louis Rakotovao, Bavy Angelica Michelle et Ernest Tsikeliniankina sont invités à déclarer la situation de leurs avoirs auprès de la cour d’Ambohidahy, conformément aux dispositions constitutionnelles qui, dans leurs articles 40 et 41, exigent aux ministres de déposer à la Haute cour constitutionnelle leurs déclarations de patrimoine. Leurs noms ne figurent pas encore sur la liste publiée par Ambohidahy, mercredi dernier, qui cite les noms des ministres et premiers ministres qui ont déjà fait la déposition.

Rétrograde. Au départ, le gouvernement ne rate pas le coche sur le sujet. Actuellement, il semble qu’il a perdu son rythme du début de mandat. En janvier 2019, les nouveaux ministres qui ont fait leur entrée dans le gouvernement se sont bousculés au portillon pour faire leur déclaration de patrimoine auprès de la Haute cour constitutionnelle, à peine une semaine après leur nomination. A cette époque, les premières recrues ont fait preuve d’exemplarité en matière de respect de l’obligation légale concernant la déclaration de patrimoine. Un an plus tard, les nouvelles têtes de l’équipe de l’Exécutif ont rétropédalé en la matière.

Transparence. 6 ministres de l’actuel gouvernement, qui ont été nommés en début de cette année, n’ont pas encore fait leurs déclarations de situation patrimoniale auprès de la Haute cour constitutionnelle, comme l’exigent alors les législations en vigueur en matière de transparence et de lutte contre la corruption. Ils ne figurent toujours pas sur la liste de la cour d’Ambohidahy. Il s’agit, entre autres, du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Elia Béatrice Assoumacou, du ministre de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène, Voahary Rakotovelomanantsoa, du ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique, Andriamanohisoa Ramaherijaona.

Délai légal. Pourtant, l’actuelle ministre de l’Environnement et du développement durable, Baomihavotse Raharinirina se démarque de ses collègues qui ont été recrutés en janvier 2020. Selon la liste de la Haute cour constitutionnelle, la déclaration de la situation des avoirs et patrimoines de cette dernière a été enregistrée le mercredi 09 septembre dernier, c’est-à-dire 9 longs mois après sa nomination au poste de ministre. Un conformisme tardif car cette originaire de la région Betsileo a loupé le délai légal imposé à tous les membres du gouvernement pour procéder à la déclaration. La législation en vigueur exige aux ministres de déclarer chacun son patrimoine, dans un délai de trois mois qui suivent leur nomination.

Emprisonnement. La publication de la liste par la cour constitutionnelle démontre à quel point certains membres sont loin de montrer le bon exemple en matière de probité et de transparence, particulièrement sur leur situation patrimoniale. Une réalité qui va certainement à l’encontre de l’initiative du chef du gouvernement d’impulser un « code de bonne conduite » destiné à sa formation et qui risque d’écorner l’image du gouvernement, en général, déjà sous la haute surveillance de la société civile en ce qui concerne la gestion des fonds destinés à la lutte contre le coronavirus. En tout cas, le manquement en matière de déclaration de patrimoine réserve des sanctions aux ministres. « Tout récalcitrant n’ayant pas encore accompli son obligation légale, deux mois après un rappel dûment envoyé, risque une peine de 6 mois à 5 ans d’emprisonnement et une amende de 50 millions d’Ariary à 200 millions d’Ariary, selon l’article 34 de la Loi 2016-020 du 22 août 2016 sur la lutte contre la corruption ou l’article 183.2 du code pénal malagasy », a rappelé le bureau indépendant anti-corruption.

Rija R.

Midi Madagasikara28 partages

Football- Match de préparation des Barea : Un très mauvais choix de Dupuis

Nicolas Dupuis, le sélectionneur de l’équipe nationale.

Que s’est-il passé dans la tête de Nicolas Dupuis pour qu’il s’entête à choisir le FC Swift Hespérange comme sparring partner des Barea lors de la journée FIFA du 9 octobre prochain ?

Ce club luxembourgeois venait de monter en première division et que, de ce point de vue, on ne voit pas trop l’importance d’une confrontation entre un club et une équipe nationale. On devait trouver une équipe nationale pour espérer avoir une bonne préparation. Et c’est ce que la Fédération malgache de football (FMF) a fait en établissant un contact avec un agent des rencontres. Il est donc acquis que le Burkina Faso a accepté l’offre et que l’agent en question s’occupe de tout pour un match prévu se tenir au Portugal, plus précisément à Lisbonne. Là où on a du mal à saisir c’est de savoir que l’offre de l’agent contacté est nettement inférieure au coût du match si les Barea devaient aller au Luxembourg.

Déjà théoriquement moins intéressante que le choc avec les Burkinabe, cette rencontre avec le FC Swift s’annonce comme une perte de temps et d’argent. Mais aussi étrange que cela puisse paraître, c’est le choix de Nicolas Dupuis. De quoi le technicien français avait-il peur ? On se demande d’ailleurs dans une telle situation si l’avis de Nicolas Dupuis compte plus que le choix de la fédération. Manifestement, il n’y a pas photo entre les Étalons Burkinabe et le FC Swift luxembourgeois alors qu’on prépare une double confrontation avec la Côte d’Ivoire. D’ailleurs on n’a jamais vu l’équipe de France disputer un match, fut-il amical, avec un club tout comme on n’a pas entendu Didier Deschamps interférer dans les affaires administratives de la FFF. C’est tout aussi simple que cela.

Clément RABARY

Midi Madagasikara26 partages

Taxi-Be : Big Mj et Basta lion retrouvent leurs inconditionnels

Le taxi-Be a rouvert ses portes et a accueilli le ponte de l’Hip Hop Maloya et le prince du raggamuffin dans ses murs, vendredi et samedi dernier. La fête a commencé à 18 heures et s’est terminée à 22 heures. Ce n’était pas un bal masqué. Les fans de Big Manafo Joby et celui de « Real Don Dada » ont bien suivi les consignes. Masques et make-up des jeunes femmes décoraient la piste du cabaret d’Antanimena.

Big Manafo Jôby est dans la place ! La foule était en liesse. Certains se sont même mis debout afin de pouvoir voir leur chanteur. Après plusieurs mois de confinement, Big MJ l’interprète de Lehilahy manambola, est au top de sa forme.

Du « Tsinjaka triatria », c’est la signature de Big Mj. le chanteur à multiples facettes est monté sur les planches du Taxi-Be Antanimena. Pour le plus grand bonheur des habitués des lieux, l’interprète de « Ataoko akory » a tenu sa promesse, une soirée endiablée digne de ce nom. Sans changer une formule qui gagne, cette image pleine d’artifices, Big Mj a su gagner un public toujours à l’affût. Avec une bonne dizaine d’années de carrière, il a su trouver sa place parmi la crème de la musique urbaine, en étant l’un des meilleurs chanteurs de variétés de Madagascar.

Rappeur, chanteur et danseur à la fois, il a réussi à se tenir aux côtés des grosses pointures tout en le devenant à son tour. Si ces dernières années, les réseaux sociaux se sont plus penchés sur sa vie privée, cela ne l’a pas empêché de sortir des tubes à l’instar du « Aminao fô ty niany » qui atteint les plus de 700 mille vues sur les plateformes comme Youtube. Par ailleurs, le fameux « Bertrand zegny tsy mandigny Big » a fait le buzz pendant plusieurs semaines. Il sait, comme aucun autre, naviguer sur plusieurs eaux, que ce soit dans la musique urbaine, musique « tropicale » ou la balade européenne… De l’afrobeat et une multitude de variétés en combinaison, il privilégie également les balades comme « doudounaka », « Tsy atakaloko vadiko », gagnant ainsi les cœurs des amoureux transis sans oublier des morceaux plus rythmés très à la demande durant les fêtes.

Il est l’artiste le plus admiré du festival Somaroho en 2015, Chevalier de l’ordre national de l’art en 2016, élu meilleur look de l’année par RDJ mozika en 2017. Son titre Na lingui yo est le morceau le plus diffusé de l’année 2018, élu meilleur artiste tropical de l’année 2019, depuis son titre Triatria, Big Mj rafle les trophées tout rn étant actuellement le grand ponte de la musique urbaine malgache et du Sud-Ouest de l’Océan Indien.

Le lion rugit. Cela faisait un moment que ses fans dans la capitale attendaient cette rencontre. En effet, Basta Lion occupe actuellement la place forte de la musique urbaine malgache dans les cours de récréation. Il possède l’un des meilleurs flows en matière de ragga actuellement. Samedi, c’est au tour de Real Don Dada (Basta Lion) de surchauffer la piste du cabaret le Ta            xi-Be. Dès 17 heures, jeunes filles et jeunes hommes sont venus assister au concert du raggaman. La température a augmenté samedi. Les adeptes de ragga faisaient le va-et-vient à Antanimena en attendant la prestation du petit prince du raggamuffin malgache.

A 18 heures 23 minutes, Basta Lion est monté sur scène. « C’est la vie », « olo Joby » et autres tubes ont été interprétés. C’est une foule en extase qui l’accueille avec un tonnerre d’applaudissements. Le jeune homme n’a pas changé, toujours dans « la rythmique ».

Iss Heridiny

Midi Madagasikara14 partages

A mon cher banquier,

Je vous écris cette lettre parce que je pense que vous êtes toujours à l’écoute des gens qui vous font toujours confiance, comme moi. Voilà pourquoi je vous ai régulièrement viré mon salaire, voilà pourquoi je vous ai fait garder mes économies, voilà pourquoi, quand je suis à court comme pendant la rentrée des classes des enfants, vous m’accordez des petits prêts , pour cela je vous remercie.

Mais, comme on est entre gens de bonne entente, il est de bon aloi qu’on se dise sincèrement les choses. Loin de moi de généraliser au niveau de toute la profession mais quelques « écarts » gagnent tout de même à être réajustés.

Primo, on me fait trop attendre aux guichets. Soit pour verser ou retirer, il n’est pas rare d’y passer la matinée parce qu’il y a qu’un ou deux agents derrière les guichets à majorité désertés. À croire qu’il vous manque du personnel ou, pire, vous mettez des jeunes encore bégayants dans leur travail pour servir la clientèle. Oui, je sais, la rationalisation des moyens, même humains, vous a contraint de vous séparer d’une bonne partie des « anciens » ou que l’informatisation nécessaire se fait surtout en « back office », mais tout de même, les relations humaines en pâtissent, et si le temps est de l’argent pour les financiers, il l’est tout autant pour les bonnes gens. Sans parler de la courtoisie qui était de tout temps votre signe distinctif, mais qui semble avoir disparu du métier. Il n’est pas rare qu’un simple agent de sécurité travaillant pour une entreprise n’ayant rien à voir avec les finances rabroue les clients. Où est cette professionnalisation et cette rigueur qu’on vous connaissait. Oui, des efforts ont été entrepris dans la dématérialisation de la monnaie et l’automatisation des services mais les GAB, s’ils sont pratiques, ce n’est pas encore la panacée contre les longues attentes, mais voyez vous-mêmes les longues files qui sont devant, quand encore, ils ne sont pas en panne ou non assez fournis en billets. Voilà en ce qui concerne les services et l’accueil.

Deuxio, la banque est, pour tout un chacun, synonyme de confiance, des fois même aveugle. J’avoue que l’opacité des opérations me rend quelques fois perplexe comme dans ces opérations de change qu’on qualifie d’ «au mieux ». Je ne sais pas vraiment si le « mieux » est pour la banque ou pour moi ; ou encore ces frais bancaires qui ne font qu’augmenter et que je ne suis averti que par une note placardée dans l’agence. Ces démarches semblent pencher au manque d’égard à ma personne.

Puis, parlons de ces erreurs (refus systématiques des virements automatiques pour une raison ou pour une autre, bien des fois insignifiantes, par exemple). A croire que la fameuse formule « erreur de la banque en votre faveur » n’existe que dans le jeu de Monopoly, et que c’est l’inverse qui prévaut. Et quand on en est victime, il faut de longues démarches pour résoudre, et encore s’il y a une solution. A croire que le mal des tracasseries administratives a atteint aussi le secteur bancaire. On se demande si le numérique n’est pas contrebalancé par la bureaucratie.

Enfin, des malversations dans les manipulations ont été citées dans la presse et que certains agents s’amuseraient à utiliser temporairement ou carrément vider des comptes des clients à leur insu, j’espère que de telles informations ne seraient que des « fake news » et que si, d’aventure, elles s’avéraient vraies, des mesures des plus sévères ont été prises.

Avec tout le respect que je vous dois, je vous remercie, Monsieur le Banquier de m’avoir lu.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara9 partages

CCO Ivato : Le Général Elack Olivier agressé par un « Vazaha »

Cette histoire confirme la nécessité de la maîtrise de soi dans la vie en société. D’autant plus qu’on est dans une situation compromettante. Poursuivi pour coups et blessures volontaires contre le Coordonnateur général du Centre de Commandement Opérationnel Covid-19, le Général Elack Olivier, un ressortissant étranger de 33 ans sera déféré au Parquet du Tribunal Anosy ce jour. Cet acte a eu lieu la nuit du vendredi vers 22 heures à Ivato, soit devant le portail du CCO, lieu de travail du Général Elack Olivier. A bord de sa voiture tout terrain 4X4, ce dernier est parti de son bureau pour rentrer chez lui. Quand son véhicule a franchi le portail, il l’a stoppé après avoir aperçu une moto roulant à vive allure venant de Mandrosoa en direction d’Ivato. Arrivée devant lui, la moto s’est aussi arrêtée. En colère, le motard est descendu de son engin en reprochant au général d’avoir coupé sa route. Il a frappé avec son casque le rétroviseur gauche de sa voiture. Puis, il a asséné un coup de poing sur le visage de sa victime et a blessé la partie droite de sa face. Surpris par la réaction impulsive de cet étranger, le garde du corps du Général est intervenu pour maîtriser l’agresseur tout en appelant la gendarmerie la plus proche. Alertés, huit gendarmes de la brigade de Talatamaty, dirigés par leur commandant, se sont rendus sur les lieux pour constater les faits. Interpellé, l’étranger a reconnu la faute qu’elle a commise. Ainsi, il fut arrêté et a été conduit à la brigade de la gendarmerie où il est placé en garde à vue pour la continuité de l’enquête. Puisque le rétroviseur de la voiture de ce haut fonctionnaire de l’Etat a été endommagé, il est également poursuivi pour destruction de bien d’autrui. On attend alors la suite de cette affaire.

T.M.

Midi Madagasikara5 partages

Electricité de la Jirama : 12 000 nouveaux branchements avant la fin de l’année

L’augmentation de la production d’électricité et l’amélioration des infrastructures de distribution permettent à la Jirama d’offrir une meilleure qualité de service et de raccorder plus d’usagers à l’électricité. Selon les dirigeants de la société d’Etat, la réalisation des travaux de branchements avance bien. « Les compteurs sont arrivés à Ambohimanambola, il y a quelques semaines déjà. Il y en a trois types. D’abord, le compteur prépayé, fonctionnant avec du crédit ; le compteur PCG, celui électronique habituel ; et enfin le compteur intelligent qui est communiquant à distance. L’objectif est de réaliser 12 000 branchements en souffrance, d’ici la fin de l’année 2020 », a indiqué Vonjy Andriamanga, directeur général de la Jirama, lors de sa visite au dépôt à Ambohimanambola. Selon ses explications, les travaux sont actuellement réalisés à 40%. Outre ces nouveaux compteurs, la Jirama a également décidé d’assurer elle-même la confection des poteaux en béton, une tâche confiée auparavant à des entreprises privées. L’usine à Mandroseza qui se chargera de cette mission compte produire 8 à 10 supports par jour. Bref, le raccordement à l’électricité devrait désormais être plus facile pour les nouveaux usagers de la Jirama. Pour la Direction générale de la société, ces actions s’inscrivent dans le cadre du défi d’accélérer l’électrification pour tous, suivant le Velirano N°2 du président de la République.

Antsa R.

Midi Madagasikara3 partages

Covid-19 : 133 nouveaux cas et 3 décès le week-end dernier

Les chiffres officiels publiés hier.

Plus d’une centaine de personnes ont contracté le coronavirus durant la fin de la semaine dernière. Quarante-cinq nouveaux cas sur 743 tests effectués et un décès ont été observés le jour du vendredi 11 de ce mois si samedi a affiché le plus grand nombre de personnes positives à la maladie avec 68 nouveaux cas, un décès et trente-sept (37) formes graves. La journée du dimanche a, quant à elle, affiché une tendance à la baisse par rapport aux deux autres jours. Les chiffres officiels publiés font état de vingt (20) nouveaux cas obtenus sur 460 tests effectués sur tout le territoire du pays. Les statistiques du centre de commandement opérationnel Covid-19 faisant également savoir que les nouvelles contaminations sont éparpillées dans cinq (5) régions du pays, à savoir Analamanga (12 nouveaux cas), MatsiatraAmbony (1), Atsimo Andrefana (2), Androy (2) et Diana (3). Par ailleurs, les mêmes données avancent que trente-quatre (34) personnes souffrent de la forme grave de la Covid-19. Si la tendance est à la baisse, la vigilance semblerait l’être aussi. Le laisser-aller gagnerait du terrain. Le risque de rechute est toujours à craindre et l’on ne s’étonnerait d’un nouveau regain de contamination avec le relâchement ambiant.

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Taxi-Be : Des arrêts supprimés et d’autres déplacés

C’est toujours dans l’objectif d’améliorer la fluidité de la circulation routière à Antananarivo que la Commune urbaine a décidé de déplacer certains arrêts de bus. Ces modifications ont pris effet depuis le vendredi 11 septembre 2020.

Dans une note publiée le 11 septembre, la CUA a fait savoir que, désormais, il n’y a plus d’arrêt de bus à Ambohidahy Ankadindramamy entre l’arrêt situé près de la Station-service Total et celui près de l’EPP Ambatomaro. Même chose en ce qui concerne l’arrêt de bus localisé entre le dispensaire Analamahitsy et le « RDA » Analamahitsy. L’arrêt de bus entre le « RDA » Analamahitsy et l’ancien percepteur d’Analamihitsy a, lui aussi, été supprimé. Pour les bus venant d’Analamahitsy qui se dirigent vers Ivandry, l’unique arrêt se trouve au niveau du « Tamboho Saint-Ignace », près du bac à ordures ; celui en face de l’école « Pierre précieuse » ayant été supprimé. Plus loin, entre Ankazomanga et Antanimena, l’arrêt situé en face de « Location vaisselle » a été déplacé devant le magasin Aurlac, près du rond point Boulevard. L’arrêt en face de la Gare de Soanierana Ankadimbahoaka et celui à Amboditsiry qui descend vers le bureau du Fokontany ne sont plus. Voilà les changements apportés par la Commune urbaine d’Antananarivo durant la fin de la semaine précédente. Le non-respect de ces nouvelles mesures est passible de sanction, ont souhaité prévenir les autorités municipales.

Les avis concernant ces nouvelles dispositions divergent. Si une partie de l’opinion adhère en jugeant que cela va réellement améliorer la qualité du trafic routier dans la capitale, d’autres trouvent que ces changements rallongent leurs itinéraires habituels. Quoi qu’il en soit, les bouchons incessants en centre-ville nécessitent des mesures drastiques de la part des autorités et on peut penser que ces suppressions d’arrêts de bus et ces réfections de route font déjà partie des changements qui vont dans ce sens. Cependant, selon des experts en aménagement du territoire avec qui nous nous sommes entretenus, la solution la plus efficace résiderait dans le transfert des activités professionnelles dans les zones périphériques.

Anja RANDRIAMAHEFA

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Ouverture de la RN7 - Toute une foule à la gare routière de Fasan'ny Karana

La fin de la semaine dernière a été marquée par l'ouverture de la route nationale 7, reliant Antananarivo à Tuléar, passant par Antsirabe, Ambositra, Fianarantsoa et ainsi de suite. Après presque 6 mois de fermeture, cette reprise semble avoir été une bonne nouvelle pour la population.
Vendredi dernier, une centaine de voiture a quitté Antananarivo à la gare routière de Fasan'ny Karana. La gare a été remplie de foule voulant rejoindre le Sud, un fait qui a rendu difficile le respect des mesures de barrière. Sur la route nationale, les accidents se sont succédé engendrant des pertes matérielles et humaines.
Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fanajana fepetraOlona 110 indray no voasazy

Na dia efa miha mihena hatrany aza ireo olona lasibatry ny valan’aretina Covid 19 eto amintsika dia mbola tsy foana tanteraka ny aretina.

 

 

Efa marobe sahady anefa ireo manao ny hataony tsy manaja ireo fepetra napetraka ka voatery nandraisan’ny polisim-pirenena andraikitra manokana. Mpanampy ny mpamily miisa 25 araka izany no voatery nampanaovina asa iombonana ny faran’ny herinandro teo. Tsy nanao visiere na nampiakatra izany avokoa izy ireo. Missa 71 kosa ireo olona tratra tsy nanao arotava ka nohamafisiny ny asa iombonana nomena azy ireo. Ankoatra izay dia mpivoaka alina miisa 14 no nampidirina violon. Tsy nanao arotava izy ireo no mbola tsy nanaja ny couvre feu ihany koa. Notsiahivin’ny polisim-pirenena moa fa ny fihetsika maneho tsy fitandremanan-tena sy tsy miaro ny hafa tahaka izao dia mety hampirongatra indray ny valan’aretina Covid 19 ka tokony ho samy ho tonga saina ny tsirairay.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus9 no maty tao anatin’ny herinandro

Olona 2 no namoy ny ainy tao anatin’ny 48 ora, ka 01 tany SAVA ny sabotsy teo, ary 01 hafa tany DIANA omaly alahady, araka ny tatitry nataon’ny Pr Vololontiana Hanta. 210 no namoy ny ainy hatramin’izay,

 

ary 9 tao anatin’ny herinandro teo anelanelan’ny 6-13 septambra. Miisa 68 ny tranga vaovao ny sabotsy hita tamin’ny fitiliana 636 manome taham-pahavoazana 10,69%. Miisa 20 kosa ny tranga vaovao omaly azo tamin’ny fitiliana 460 manome taham-pahavoazana 4,34%. Ny 12 tamin’ireo tranga vaovao omaly teto Analamanga, 01 Matsiatra Ambony, 03 Antsiranana tany DIANA avokoa, 04 Toliara ka 02 Atsimo Andrefana ary 02 Androy (01 Tsihombe, 01 Ambovombe). Mitotaly 15 757 ireo voa hatrizay.

NIHENA IREO MARARY MAFY

14 368 no sitrana sitrana hatreto, ka 48 tao anatin’ny 48 ora. 91,18% ny taham-pahasitranana hatreto. 1176 no mbola manaraka fitsaboana manome taha 7,46%. Miisa 34 ny "forme grave" ka ny 18 eto Analamanga, 03 Vakinankaratra (Antsirabe), 08 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), 01 Atsimo Andrefana (Toliara), 04 DIANA. Somary nihena ny tranga vaovao tao anatin’ny 48ora, nihena ihany koa ireo marary mafy. Na izany aza ilaina ny mitandrina, ary mety hiteraka fahatokisan-tena hampidi-kizo ny fahitana fa mihena ny antontan’isa. Miharihary mantsy ny tsy fanajana fepetra eto amintsika, ka toa adinonodina fa mbola tsy fongana ny valanaretina.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsena Ambalavao Isotry Tongo-by halatra maro nogiazana

Tratra teny amin`ireo biraokatera ireny eny amin` ny tsenan` Ambalavao Isotry ireo tongo-by be dia be nisy nangalatra tamina toerana maro teto an-drenivohitra izay tratra namidy an-tsokotsoko.

 

 Marihana fa fananam-panjakana ireo tadim-by sy tngom-by ireo rehefa nasiana sainam-pirenena andro vitsivitsy lasa izay. Taorian` ny fanadihadiana nataon` ny teo anivon` ny Kaominina Antananarivo Renivohitra dia fantatra tsy nanana taratasy fanamarihana ny mpivarotra izay nahatrarana ireo entana halatra. Nanambara moa ny teo anivon` ny CUA fa atsangana ny delege manarina ireo entana amidy eny an-tsena. Vokatry ny fiaraha-mientana teo amin`ny CUA, mpitandro filaminana, mpivarotra ary olon-tsotra no nahafahana nahazo izao vokatra izao.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Bar, boite de nuit, karaoke Misy tena tsy manaja fepetra mihitsy

Tsy nisy nanampo ny fahatongavan'ny polisy ireo toeram-pilanonana tsy nanaja fepetra.

 

Feno olona sady tsy misy manao Arotava no tsy misy manaja fepetra ireo toeram-pilanonana (bar,karaoke,boite) nisokatra tany amin'ny faritra Diana kanefa mbola misy ilay valan'aretina Covid-19 any an-toerana, ary any no tafiditra ao anatin’ny PIC na ny fahabetsahan’ny tranga vaovao amin’izao. Nakaton'ny Polisy avokoa ireo toeram-pilanonana miisa 08 ary nampidirina « violon » ireo tompon-trano satria minia mandika ny fepetra hiarovana amin'ny fiparitahan'ilay valan'aretina. Toy izany ihany koa ny any Toamasina. Nohamafisina ny fepetra satria maro no mihevitra fa efa resy ilay valan'aretina. Samy nanamafy ny fepetra avokoa noho izany ireo Polisy miasa any amin'ny faritra ka raha raisina ohatra ny faritra miisa 05 (Antananarivo, Toamasina, Mahajanga, Fianarantsoa, Toliara). Ho an’ny omaly fotsiny, dia miisa 363 ireo olona nampanaovina asa iombonana rehefa hita fa tsy nanao arotava. Raha ny eto Antananarivo manokana, dia toy ny efa tsy misy valanaretina intsony, mifanaretsaka ny olona, hatramin’ny artista misy efa manao hetsika sy lanonana anaty efitrano any amin’ny boite de nuit, kanefa mbola mbola tsy afa-misokatra izy ireny, araka ny toromariky ny Filoham-pirenena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fampidinana vidin-tsolikaMahita ialana bala foana ny fanjakana

Tany amin’ny fiandohan’ny krizy no efa nanomboka nitotongana ny vidin’ny solika teo amin’ny tsena iraisam-pirenena.

Nisy fotoana nidina tany amin’ny 10 dolara ny iray barila. Ny 05 jona dia isan’ny nanontanian’ny solombavambahoaka tamin’ny Minisitry ny angovo Atoa Christian Ramarolahy io, ka nambarany tamin’ity farany tamin’izany, fa olana iainantsika ny hakelin’ny ny fanatobiana solika sy ny tsy fananana « raffinerie ». Raha be indrindra dia 45 andro no afaka vatsiana. Isaky ny 6 volana anefa ny an’ny firenena manana toby lehibe. Ny mpandraharahan’ny solika aloha izany no nisitraka ny tombony teo. Nialoha an’io, ny 28 mey no nilaza ny Praiminisitra, fa ny hanefana ny 170 miliara ariary, izay tokony ho voaloha ny volana septambra. Tsy azo atao izany amin’izao fotoana izao, na midina be aza ny vidiny iraisam-pirenena noho io trosa mbola ananan’ny mpandraharaha amintsika io, hoy ny Praiminisitra. Amin’ny volana septambra na oktobra vao mety ho voaloa io trosa io ka amin’izay vao antenaina fa mety hidina ny vidin-solika, hoy ny fanazavana tamin’izany. Raha manantena ny rehetra fa mba hisy fidinana io, dia tsy izay no miseho. Ankehitriny, ny fiandohan’ity volana ity no nilazan’ny Tale Jeneralin’ny OMH Atoa Olivier Jean Baptiste fa tsy manana vinavina hampidina na hanitsy ny vidin-tsolika izy ireo noho ny fitotongan’ny sandan’ny ariary ka misy fiantraikany amin’ny fanafarana solika. Mahita fialana bala hatrany ny fanjakana eo anatrehan’ity resa-tsolika ity. Vokatry ny tsy fahaiza-mitantana sy tsy fahaiza-manao avokoa izany, ary ny zavatra ataon’ny fanjakana amin’ity fanafarana zavatra hozarazaina etsy sy eroa ity no isan’ny mampitotongana ny sandam-bola. Ny resaka solika no isan’ny vahaolana ara-tsosialy mety hisy fiantraikany amin’ny vidim-piainana, fa tsy ny kizarazara miendrika propagandy politika. Mila jerena ihany koa ny vidin-jiro. Nahoana ny mpitondra any Ghana no mahavita tsy mampandoa vidin-jiro hatramin’ny faran’ny taona fa ny antsika milaza fa ho sangany aty Afrika tsy misy hafitsoka ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanajana fepetraMbola voarara ny famadihana

Ao anatin`ny vanim-potoanan` ny famadihana izao isika eto Madagasikara. Sarobidy loatra ho an` ny Malgasy izay mbola mandalina izany noho izy fomban-drazana.

 

 Nanamafy kosa ny mpandrindra nasionalin` ny CCO Covid-19, Jeneraly Elack Andriankaja, fa tsy mbola azo atao ny fanatanterahana lanonam-pamadihana amin`izao hahamehana ara-pahasalamana izao. “Ny fepetra rehetra dia miroso amin` ny atao hoe « déconfinement progressif » izay tsy midika fa mivaha tanteraka. Raha azo leferina dia aleo ajanona. Matoa mbola tsy noresahin` ny filoha Rajoelina dia tsy mbola tsy azo atao ». Nambarany hatrany fa afaka atao no misafidy tetiandro ivelan` ny fahamehana ara-pahasalmana hanatanterahana famadihanana. Ho fitsinjovana ny fahasalaman` ny rehetra no antom-pisian` ny fandraràna.

 

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tobim-piantsonana Aranta MahajangaTsy eken’ny mpiasa ilay “caisse unique”

Tsy manaiky ny fametrahana ilay "caisse unique" ny mpiasa rehetra ao amin'ny tobim-piantsonana nasionaly ao Aranta Mahajanga.

 

Nisy ny hetsika nataon'izy ireo nentina nanoherana izany afak’omaly sabotsy 12 septambra. Anisan’ny antony tsy haneken’ireo mpamily sy ny koperativa ity fandoavam-bola tokana ity moa ny fananan’izy ireo mpanjifa manokana efa zatra sy tia azy. Misy ihany koa ireo mpanjifa tsy mandoa saran-dalana raha tsy efa tonga any amin’ny toerana tokony alehany ankoatra ireo mandoa saran-dalana mivantana amin’ny mpamily sy ireo olona mety horaisina eny an-dalana. Manohitra izany avokoa anefa ny fametrahana ity toerana fandoavana saran-dalana tokana ity, koa miantso ny tompon’andraikitra sy ny Fitondram-panjakana mba hijery akaiky izany izy ireo.Tsiahivina moa fa tokony hisokatra rahampitso talata 15 septambra ny zotra mampitohy ny tananan'i Mahajanga sy Antananarivo (RN4) ary ny RN7 mianatsimo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sarety sy posySamy manao izay saim-patany

Raha voasokajy ho tanàna maloto indrindra aty Afrika i Antananarivo, araka ny fanadihadiana nataon’ny gazety boky amerikanina “Forbes”,

 

 dia azo inoana fa tafiditra ao anatin’ ny tanàna isian’ny gaboraraka indrindra ihany koa eo amin` ny lafiny fifamoivoizana. Tao anatin’ny taona maromaro izay dia hita fa nisy fivoarany ny fitaterana eto Madagasikara. Tsy fitaterana olona ihany fa hatramin’ny fitaterana entana koa. Na dia efa noraràna aza ireo posy sy sarety tsy hiditra amin’ny faritry ny afovoan-tanàna dia navela indray izy ireo amin’izao fotoana izao ka dia miandry ny hafainganam-pandehany mora izay fiara tratra aoriany. Ireo izay tsy mitandrina moa dia mety ho voakikin’ny vy be sy ny entana izay entiny. Niha nahazo vahana moa ity fomba fitaterana ity ary tsy ny lehilahy irery intsony ankehitriny no mpanosika sarety fa hatramin’ny zaza amam-behivavy koa. Tena mampalahelo tanteraka izany. Miverina an-tsaina ny andro ny fanadevozana sy ny fanjanahantany fahiny tamin` ny 100 taona lasa. Ny sarety izay ny soavaly sy ny omby no nitarika azy fahiny dia lasa olombelona indray no mizioga izany amin’izao fotoana izao. Vokatry ny fahantrana tao anatin’ny taona maromaro izany. Etsy andaniny ihany koa, ireo posy sy sarety dia tsy misy manaja ny didy navoakan’ny kaominina izany intsony ary tsy te hahalala izany lalàna mifehy ny fifamoivoizana izany mihitsy ireto posy sy sarety ireto fa manao izay danin’ny kibony. Manoloana izany rehetra izany anefa dia tsy hita izay andraikitra raisin’ny fitondram-panjakana sy ny kaominina ka miaritra ny zava-misy ny olon-drehetra. Hatreto aloha dia azo ambara fa mafy vao afaka hanova ireo fahazaran-dratsin’ny mponina ireo.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Gara MAKI Andohatapenaka Taxi bousse 6 hiazo ny RN 1 saika naiditra foriera

Mbola tena manahirana ny fandaminana eo anivon’ireo tobim-piantsonana maro isan-tsokajiny eto amintsika amin’izao fanombohan’ny fisokafan’ny zotra nasionaly sy rezionaly izao.

 

 Ankoatra ny fametrahana ilay fandoavam-bola tokana sy saran-dalana tokana mantsy dia samy manao izany fantany fa mety ihany koa ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny. Ho an’ny tetsy amin’ny tobim-piantsonana Maki Andohatapenaka ohatra dia fiara taxi-brousse niazo ny lalam-pirenena voalohany miisa 6no saika foriera ny Sabotsy teo. Tsy neken’ny CRCO Itasy sy Bongolava mantsy ilay naoty 086 navoakan’ny Ministeran’ny Fitaterana izay nampiharin’izy ireo dia ny tsy fampiakarana saran-dalana sy ny famenoana ny isan’ny mpandeha araka ny licence-n’ilay fiara izany, raha izay ihany koa no kabarin’ny Filoham-pirenena nandritra ny lahanteny nataony farany. Ho an’mny CRCO B Itasy sy Bongolava mantsy dia miakatra ny saran-dalana ary efatra isan’ambaratongany ny mpandeha fa tsy dimy. Tsy navelan’izy ireo nidina tany amin’ny faritra nisy azy araka izany ireo fiara 6 ireo fa nosakanany teny Ambodisaha sy Arivonimamo ary saika hampidiriny foriera mihitsy. Tezitra mafy noho izany ireo tompon’andraikitra tetsy amin’ny tobim-piantsonana Maki Andohatapenaka ka nampiaka-peo. Izahay manara-dalàna indray ve hoy izy ireo no hampidirina foriera fa ireo manao gaboraraka mampiakatra saran-dalana toy ny eny amin’ny tobim-piantsonana hafa tsy jeren’ny fanjakana ? Miantso ny hisian’ny fifampiresahana eo amin’ny CCO foibe sy ny CRCO araka izany ireo mpitatitra. Mahatsiaro ho voaporitra izahay hoy izy ireo noho ny tsy fisian’ny fifandaminana mazava eo amin’ny roa tonta.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

TAXI eto an-drenivohitraTsy hampiditra fiara vaovao ny kaominina

Saika mivarotra ny taxi-any avokoa ireo tompona fiara mampiasa izany eto an-drenivohitra amin’izao fotoana izao no sady manao varo-boba.

 

 Raha araka ny tsaho niparitaka tao anaty tambajotran-tserasera facebook mantsy dia hampiditra fiara vaovao maro sy mitovy ny kaominina Antananarivo renivohitra mba hanoloana azy ireny. Nanitsy io vaovao niely io sy nilaza ny tena marina araka izany ny solontena avy eo anivon’ny FTAR ka nambarany tamin’izany fa tsy manam-pikasana ny hanao izany mihitsy ny kaominina. Miantso ireo mpampiasa fiara karetsaka eto an-drenivohitra araka izany ny FTAR mba tsy ho taitaitra. Anisan’ny tena imasoan’izy ireo ankehitriny ny fanovana ho nomerika ny licence izay nomarihiny ihany fa tsy handoavam-bola na Ar aza. Toraka izany koa ny ady amin’ny taxi moto sy ny bisikileta izay manimba ny asan’izy ireo. Ho an’ireo manana taxi mbola tsy misoratra amin’ny anarana kosa anefa dia tokony hanao ny mutation faran’izay haingana izy ireny hahazoany ny tombontsoa rehetra. Miisa 4.727 moa ireo taxi miasa eto an-drenivohitra ankehitriny.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fanajana fepetra anaty taksibeEfa miverina hatramin’ny taingim-be

Vao tamin’ny herinandro no efa tsikaritra ho maro amin’ireo taksibe na fiara fitateram-bahoaka eto an-drenivohitra sy ny manodidina no efa tsy manome akora fanasan-tanana ireo mpandehany intsony.

Nandrasana ny fanaraha-mason’ireo tompon’andraikitra mikasika izany saingy raha ny zava-nisy hatramin’ny niafaran’iny herinandro iny aloha izany dia toy ny efa mihevitra ny Coronavirus ho tsy eto intsony ny ankamaroan’ireo olom-pirenena. Manomboka miverina hatramin’ny taingim-be anatin’izay fitaterana izay fa tsy misy ilay elanelanin’ny “seza volamena” araka ny fomba fiteny intsony ireo taksibe sasany. Ekena tokoa fa efa manomboka miha mafana ny andro saingy isan’ny tany faran’izay mafana eto ambonin’ny tany, ohatra, izany tany arabo toa an’i Qatar sy Arabia saodita izany no mbola tafiditr’ity valanaretina ity hatrany. Miditra tsikelikely anatin’ny vanim-potoanan’ny fahavaratra rahateo isika ankehitriny ary tsy vitsy ireo firenena niverenan’ity valan’aretina ity toa ny any Frantsa sy Sina ihany koa.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hanome sa omena lesona ?

Kizarazara etsy, fitokatokanana eroa, fampantenana mitosaka na aiza na aiza aleha,…

 

 Toy ny mbola ao anaty propagandy isika. Azo antoka fa hitohy satria misy ihany koa ireo tetikasa goavana nataon’ny fanjakana teo aloha mety ho vita ato ho ato, toy ny toby lehibe famokarana herinaratra any Sahahofika, ny fanitarana ny seranam-piaramanidina,… Miezaka ny mametraka ny dian-tànany ny fanjakana ankehitriny, saingy ny manahirana dia ny hoe : mifanaraka amin’ny filan’ny Malagasy ve ny ankamaroan’ireo laharam-pahamehana eto ? Kianja manara-penitra handaniana an-jatony miliara, kianja masoandro niteraka lonilony, trano mijoalajoala,… Fandre matetika ny hoe : ho sangany indrindra aty Afrika, orinasa lehibe indrindra aty Afrika, orinasa lehibe indrindra aty Afrika,… Fa maninona raha mba ny sahaza sy mety amin’ny Malagasy no atao ? Amin’ny kisehoseho isika, dia efa tena sangany aty Afrika, fa raha ny ara-toekarena sy fiainana ara-tsosialin’ny Malagasy dia mbola any amin’ny rambony, ary mihemotra hatrany hatreto. Ara-politika aza moa, dia isika no maneho fa hanome lesona ho an’ny Afrikanina, raha raisina amin’ilay tenin’ny Filoha ny 06 septambra hoe : « Tsy any Côte d'Ivoire, Guinée ka hiezaka hijanona eo mandrakizay » manoloana ilay resaka nandeha fa hanalava ny fe-potoam-piasana. Ny tsy azo lavina angamba, dia mety sangany taty Afrika isika tamin’ny fanatosahana vola nakana fahefana vao tsy ela, na ny fanonganam-panjakana niteraka fahapotehana tsy roa aman-tany tany aloha? Ny seho ivelany, dia mety ho sangany aty Afrika isika, fa raha ny fiainam-bahoaka sy ny ara-toekarena dia toa miha rambony, ka sao sanatria mbola hataon’ny olona tsisy kalitao ihany amin’ity fomba fiasa mitovy ny tamin’ny tetezamita ?

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolo iainana “Mifampiankina ny natiora sy ny olombelona”

“Mihena 68% ny harena voajanahary maneran-tany teo anelanelan’ny 1970 ka hatramin’ny 2016. Karazam-biby sy zavamaniry maro no efa lany tamingana.

Mitombo ny mponina eran’izao tontolo izao izay efa 8 miliara ankehitriny. Mitombo miaraka amin’izany ny filàna ara-tsakafo, ara-pitaovana, amin’ny lafiny angovo ary dia mitombo ihany koa ny fanimbana ny tontolo iainana. Nanomboka tamin’ny 1990 dia nihena 40% ny Loharanon-karena voajanahary na « Capital naturel » eran’izao tontolo izao kanefa ny famokarana dia nitombo avo roa heny. Mihamafy hatrany ny fiantraikan’ny fiovan’ny toetrandro toy ny fiakaran’ny hafanan’ny tany sy ny ranomasina, ny fitombon’ny entona mangeja hafanana amin’ny habakabaka, mitsonika ihany koa ireo ranomandry amin’ny tendron’ny tany” hoy ny tatitra « rapport planète vivante 2020 ». Manaitra hatrany ny voalazan` ity tatitra ity satria tandindomin-doza ny famokarana sakafo sy ny fahasalamana ary ireo zavamananaina isan-karazany satria tapaka ny fifandraisantsika taminy ary ny krizy maneran-tany nateraky ny Covid 19 dia ohatra mazava sy mivaingana amin’izany.Manamafy indray fa mifampiankina ny Natiora sy isika Olombelona, hoy ny “Planète Vivante”. Vokatry ny fikarohana nataon’ireo siantifika maherin’ny 125 amin’ny kaontinanta 5 eran’izao tontolo izao ity tatitra ity ary isaky ny roa taona no mivoaka izany ka mampiasa tondro manokana handrefesana ny fiantraikan’ny asan’olombelona amin’ny tontolo iainana izay antsoina hoe « Living Planet Index ».

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Facebook Nisy nisandoka ny kaontin’ilay minisitra

Mivoatra tokoa angamba ny teknolojia ka mitombo isa ihany koa ireo trangana fisolokiana sy hosoka amin` ny tambajotra serasera. Tsy olon-tsotra intsony no lasibatra fa hatramina minisitra mihitsy.

Nanao fanambarana ny minisitry ny fampianarana ambony sy ny fikarohana siantifika, Rtoa Elia Béatrice Assoumacou, fa misy misandoka ny kaonty fesibokiny. Tsy vitan` izany fa sahy ireo olo-dratsy mihitsy no maka vola aman`olona amin` ny anaran` ity minisitra ity. "Miarahaba isika rehetra namana ato amin'ny fb. Misy mampiasa ny anarako sy ny sariko ka manao compte fb izay entiny misoloky olona fa hoe mahita asa any andafy omeny ireo izay miresaka aminy raha manome vola azy. Tiako ny mampahafantatra fa ity compte iray ity ihany no ampiasaiko fa tsy misy hafa ankoatrany. Manentana isika rehetra tsy hanao j'aime na hanao commentaire na koa hanaiky ny demande d'amis amin'io compte hosoka eo amin'ny sary eo ambany io mandra-pahafoana ilay compte”, hoy ny minisitra. Efa eo am-pelatanan'ny manampahefana sy ny tompon'andraikitra momba ireny “cybercriminalité” ireny moa ny raharaha.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Leader Fanilo“Tokony 45 fara fahakeliny ny isan’ny loholona”

Mbola antoko velona ny Leader Fanilo izay tarihin’ny filohany, Jean Max Rakotomamonjy, hoy i Eric Rabeharisoa sekretera jeneralin’ity antoko, ity.

Ohatra vao haingana, dia tamin’ny 2 herinandro lasa izao ny mpisolo toerana an’Itompokovavy Rakotomamonjy tao amin’ny antenimieran-doholona no nandray ny toerana maha loholona azy. Eo koa ny resaka ben’ny tanana sy mpanolontsain’ny tanana avy amin’ny Leader Fanilo izay mandray ny andraikiny ankehitriny. Misy mpikambana Leader Fanilo vitsivitsy ihany koa miara-miasa amin’ny ben’ny tananan’Antananarivo, hoy hatrany ny Leader Fanilo. Amin’ny maha antoko politika koa dia mijery ny zava-misy izahay. Ao ny resaka lalana mivoaka toy ny lalana momba ny antenimieran-doholona. Manana ny heviny manokana ny Leader Fanilo mikasika an’io satria raha soloina ny isan’ireo loholona, aminay dia manana asa io antenimiera io. Tsy inona izany, hoy izy, fa ny fanaraha-maso ny lafiny eny an-kianja ny asa izay tanterahana amin’ny resaka fitsinjaram-pahefana. Raha mijery ny isa notapahan’ny governemanta sy ny tsangan-tanana momba io dia hitanay hoe kely loatra ny isan’ireo loholona raha oharina amin’ny isan’ireo faritra sy faritany. Fara fahakeliny, ny fijerinay azy, hoy ity SG ity, dia tokony ho 40 na 45 teo ny isan’ny loholona saingy tsy maintsy ekena moa rehefa izay no demokrasia.

 J. Mirija

Legende: Ry zareo ao amin’ny Leader Fanilo (Tahirin-tsary)

Tia Tanindranaza0 partages

Eric Rabeharisoa“Hampidi-doza ny fitondrana ny zava-misy”

Tsy fantatra be eny ihany ny tena fizotran’ity Coronavirus eto Madagasikara ity, hoy ny mpanao politika, Eric Rabeharisoa. Sarotra be ho an’ny mpitondra fanjakana ny mamoaka stratejia satria tsy fantany ny tena fipetrak’ilay izy.

 

Mijery ny zava-misy sy ataon’ny fanjakana isika. Marina fa miezaka amin’ny alalan’ny fanomezana samihafa ny fitondrana fa tsy ampy ary lavitra be amin’ny fijalian’ny vahoaka ny fanampiany. Vola tsy toko tsy forohana, hoy ny fanazavany, no hampiasain’ireo firenena mandroso iadiana amin’io valanaretina io ary izany dia mampiseho sahady fa hiha hahantra kokoa ny tany mahantra aorian’izao. Ny ho avy ny ahy no jereko hoe ho sarotra ny fitantanan’ny mpitondra ny raharaham-panjakana ao aoriana. Tsy hiteny ao aoriana koa anefa ao satria tsy fantatra mihitsy izay fotoana hiafaran’ity Coronavirus ity. Aman-taona io Coronavirus io, hoy izy, ary ireo orinasa afaka haba, ohatra, mety any amin’ny 75% any no hikatona. Ny resaka hoe andiany faharoa amin’ny aretina moa dia ny andiany voalohany aza mbola tsy mifarana ary eo no tena hampidi-doza ny fanjakana satria tsy hitany intsony hoe aiza no hatomboka ary aiza no atao, aiza ny enti-manana hamongorana ny aretina. Marina fa manome fanampiana ny avy any ivelany fa kely dia kely io. Mety amin’ny vola Malagasy isika no miheritreritra hoe volabe izany 300 tapitrisa dolara na 500 tapitrisa dolara fa tsy misy dikany ao anatine firenena izany, hoy hatrany ny tenany.

J. Mirija

Legende: Eric Rabeharisoa

Tia Tanindranaza0 partages

Valifaty politikaLasa fitaovam-piadiana ny fitsarana…

Ny faran’ny herinandro lasa teo no nanaovan’ny Filohan’ny Antenimierandolohona Atoa Rivo Rakotovao ampamoaka momba ilay taratasy nalefana manampahefana avy ao amin’ny Fiadidian’ny Repoblika manome baiko ny PAC (Pôles Anti-Corruption)

 

hoe ampidiro am-ponja vonjimaika (MD) ranona sy ranona. Matoa ihany koa ireo ao anatin’ny SAC (Système Anti-Corruption) nahitana ny Mpandrindra ny PAC, Tale Jeneralin’ny Bianco, Tale Jeneralin’ny SAMIFIN, Tale Jeneralin’ny CSI nanaiky nanao ilay fandaharana tao amina fahitalavitra tsy miankina dia mba te hiteny sy haneho hevitra izy ireo, hanazava ny zavatra iainan’izy ireo ihany koa. Miharihary ny toa karazana kajikajy amin’ny lalàna hamerana ny fahefan’ny PAC, toy ny fanalana ny heloka ara-toekarena sy ara-bola, ny fanagiazana ireo fananana ahiana ho azo tamin’ny kolikoly mialohan’ny fanamelohana,… Misy zavatra tsy milamina izany ao. Ahoana tokoa moa no mbola tsy misy datim-pitsarana mazava momba an-dry Mbola Rajaonah kanefa lazaina fa hananana dosie mafonja ? Ry Berija efa nolazaina fa manohintohina ny filaminana anatiny. I Rolly Mercia lazaina fa nanakarama ireo zatovo teny Ambohipo, izay efa miendrika fahatrarana ambidiomby .ka nahoana no tsy tsaraina dia hamoahana didim-pitsarana raikitra kanefa koa hoe tsy voatery ho « MD systématique ». Inona no tena izy sa miandry ilay fonjabe eny imerintsiatosika vita vao atao ny fitsarana ? Tsy hidirana ny hoe meloka sa tsia ilay olona, fa efa mba ela ihany izay nitazonana an’i Mbola Rajaonah izay satria efa ny 14 febroary 2019, i Berija efa tamin’ny 06 jona, ny 16 jolay ho an’i Rolly Mercia izay ambara fa manohintohina ny fiandrianam-pitenena. Hatramin’izao ve dia mbola tsy feno ny dosie ary alefa amin’izay ny fitsarana ?

MITARAZOKA IREO DOSIE HAFA

 Mitarazoka etsy an-kilany ireo dosie hafa toy ny raharaha « bonbons sucettes » efa tany amin’nyvolana mey, ka ny 04 jona no nanesorana ny Minisitry ny fanabeazana teo aloha, ny raharaha « écrans plats » izay isan’ny nitana ny sain’ny maro, na ireny trafikana fitaovam-piadiana ireny aza mbola raharaha mety handeha fitsarana, saingy mbola miandry ny mpitondra ankehitriny tsy ho eo amin’ny toerana intsony angamba vao handeha ny raharaha fa ny amin’izao aloha mbola anjaran’ireo tsy mitovy hevitra ara-politika.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RaobelinaMiha mafy ny fanenjehana azy

Taorian’ireo olon’ny HVM teo aloha toa an-dry Mbola Rajaonah sy Claudine Razaimamonjy dia tsikaritra ho miha mafy indray ankehitriny ny fanenjehana eny anivona haino aman-jery sy tambazotra samihafa ny mpandraharaha Malagasy,

 Andry Raobelina. Isan’ny voizina ny hoe nanaovany ampihimamba ny toeram-pijerena sarimihetsika an’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena teo aloha, izay toerana misy ny Plaza, ankehitriny. Ity toerana ity moa izay efa zary fanaovan’olona maloto sisa no nohajarian’ity mpandraharaha ity ho lasa azo hijerena sarimihetsika indray. Voizina ihany koa fa nisy ny fifanarahana maro nifanaovan’ny fitondram-panjakana tamin’ny alalan’ireo minisitry ny fanabeazana teo aloha toa an-dry Paul Rabary, ny 15 Jona 2017, Horace Gatien ny 17 Aogositra 2018, Félicité Rejo ny 28 mey 2019 mikasika ny tokony hanampian’ity mpandraharaha ity ireo sekoly tsy miankina amin’ny alalan’ny vondron’orinasa izay tantaniny. Isan’ny voatanisa ao anatin’ity ampamoaka ity koa ny mikasika ny fiantsonam-piaramanidina an’ny ADEMA izay nampiasain’ny TIKO tany aloha ka nalain’ny orinasa anabakabaka tantanin’ny fianakaviana Raobelina, Madagascar Airways. EPP miisa 15 moa no voalaza fa nifanarahana fa tokony hasian’ity mpandraharaha ity fanatsarana saingy ny EPP Andavamamba ihany no hoe nasiany fanamboarana.Mialohan’izao dia natsikafon’i Andry Raobelina ny tsy fanarahan-dalàna nataona fahitalaviitra tsy mainkina iray tamin’ny fandefasana horonantsary mihetsika tsy nananana fahazoan-dalana akory. Izahay ao amin’ny CANAL 7 no manana io fahazoan-dalana io, hoy izy ary alefa jerena anaty trano aloha ilay izy fa tsy tonga dia zimbazimbaina alefa amin’ny fahitalavitra, tena piraty izany,hoy i Andry Raobelina. Asa izay mety ho tohin’ity raharaha iray ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

FrantsaNiverina nihetsika indray ny « Gilets Jaunes »

Raikitra indray ny sakoroka tao Paris - Frantsa ny sabotsy lasa teo. Niverina nidina an-dalambe indray ny "Gilets Jaunes" raha toa ka niato izany nandritra ireny vanim-potoanan` ny valanaretina Covid 19 tany an-toerana ireny.

 

 Voarara tsy azo hanaovana fihetsiketsehana ny manodidina ny Champs-Elysées, toerana misy ny birao sy trano ipetrahan'ny filoham-pirenena Frantsay Emmanuel Macron. Nafana ny tamin’ny sabotsy satria, nahatratra 128 ireo olona nosamborin’ny mpitandro filaminana noho fihetsika maherisetra nataon’izy ireo na noho ny fahatratrarana ireo fitaovana voarara teny amin'izy ireo, toy ny antsy, zava-maranitra, karazana vanja, vato maranitra, fanorahana tsilo (arc à fléchettes), … Mandray anjara amin'ny fihetsiketsehana ihany koa ireo "Gilets Jaunes" any amin’ny tanan-dehibe maro any Frantsa. Raha tsiahivina dia teraka fotsiny ity hetsika “Gilets jaunes” ity manoloana ny zava-misy miantraika amin`ny olo-pirenena tsotra fa tsy avy amina fikambanana na antoko politika na avy amina sendikà. Mahatsiaro mandalo fotoan-tsarotra ny vahoaka frantsay noho ny hasarotan` ny vidim-piainana. Tany am-piandohana dia fisintonana lakilosy ny fanjakana noho ny fampiakarana hetra nalaina amin`ny solika tamin` ireo olom-pirenena no anton` ny hetsika ka nampiseho an`izay fahasahiranana tamin`ny fidiana an-dalambe.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tanora Actif an’i MadagasikaraNijery ireo mpianatra sy voafonja tao Manjakandriana

Misedra olana tanteraka ny Ray aman-dRenin’ny mpianatra amin’izao ankatoky ny fidiran’ny mpianatra izao.

 Ho an’ireo Ray aman-dReny very asa nandritra ny fihibohana dia mbola olana na dia arapaka isan’andro aza, antony nanosika ny TAMa na ny Tanora Actif an’i Madagasikara hizara fitaovam-pianarana tany Manjakandriana ny Sabotsy lasa teo.Ankoatra ny boky miisa 150 izay natolotra ireo mpianatra ao amin’ny EPP an’i Manjakandriana niampy fitaovam-pianarana maro isan-karazany miisa 200 dia tsy nanadino ireo voafonja any amin’ity distrika iray ity ny TAMa izay vehivavy sy Renim-pianakaviana ny ankamaroany.Gels disinfectants miisa 3, aro-tanana 2 baoritra niampy Cotrim 10 baoritra kely no natolony tamin’izany ho fiarovana ireo voafonja amin’ny fiparitahan’ny valan’aretina Covid 19. Nisaotra manokana ireo mpikambana moa ny filoha nasionalin’ny TAMa nandritra izany, indrindra fa ireo tsara sitra-po nanolotra ny boky sy ny fitaovam-pianarana mba hozaraina tahaka izao. Marihina fa tafiditra ao anatin’ny fankalazana ny faha-6 taonan’ny fikambanana ny hetsika.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiahiana ireo tsy manan-kialofanaNotolorana fanampiana ny tetsy Anosizato

"Tsy mifidy volon-koditra, tsy mifidy toerana aleha ny fitondram-panjakana mikaroka fanampiana sy manatanteraka asa sosialy ho an'ny vahoaka" hoy Angelica Michelle,

 

 Minisitry ny Mponina ny sabotsy teo raha tonga teny amin'ny Akany Iarivo Mivoy nanolotra fanampiana ho an'ireo fianakaviana tsy manan-kialofana. Marihana fa napetraka vonjimaika ao amin` io akany io ireo tsy manan-kialofana noho ny fahamehana ara-pahasalamana vokatry ny coronavirus. Araka izany, vary 6525 kilao, voamaina 950 kilao ary menaka 620 litatra avy amin'ny fiaraha-miasa amin'ny PAM no natolotra ireto fianakaviana 80 (204 olona) ireto. Miara miasa akaiky moa ny kaominina Antananarivo Renivohitra sy ny Ministeran'ny Mponina amin` izao fiahiana ny tsy manan-kialofana izao.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

JIRAMAHampiditra jiro 12.000 hatramin’ny faran’ny taona

Fampidiran-jiro miisa 12. 000 no hotratrarin’ny orinasa JIRAMA hatramin’ny faran’ity taona 2020 ity.

Efa tonga ao Ambohimanambola, ny kaontera hanatanterahana izany, herinandro vitsivitsy lasa izay. Nitsidika izany teny an-toerana ny Tale Jeneralin'ny JIRAMA, Vonjy Andriamanga, afak’omaly Sabotsy. Misy karazany telo ireo kaontera hamparitaka amin’izany. Lohalaharana amin’ireny ny kaontera mandeha amin'ny fahana na ilay antsoina hoe : "prépayé". Faharoa ny kaontera elektronika na irony kaontera tsotra mahazatra irony ary fahatelo farany ny kaontera "intelligent" ZTE izay afaka mifandray mivantana amin'ny JIRAMA. Tanjona hoy ny tale Jeneraly Vonjy Andriamanga ny hahavitàna fampidiran-jiro 12. 000 isa hatramin'ny faran’ny taona . Efa manomboka ny fanatanterahana izany ka ny 40%-n’ny asa no efa vita amin'izao fotoana izao. Miara-dalana amin'izao fahatongavan'ny kaontera izao ihany koa ny fanokafana indray ny ozinina fanamboarana andrin-jiro vita amin'ny rafi-batomikarana na "poteau en béton", etsy Mandroseza, raha toa ka orinasa tsy miankina no nisahana izany teo aloha. Vinavinan'ity ozinina ity ny hahavita andrin-jiro 8 ka hatramin'ny 10 isan'andro. Izao no hatao dia hanafainganana ny fisitrahan'ny mponina herinaratra, izay velirano faharoan'ny Filoham-pirenena.

Pati

Legende : Nandritra ny fijeren’ny tale jeneralin’ny JIRAMA ireo kaontera

Tia Tanindranaza0 partages

Olana ara-tanin’ireo OniversiteNanaitra ny fanjakana ny Seces Antananarivo

Eo anatrehan’ny loza nitranga tao Maninday, Oniversiten’ny Toliara ny 10 septambra 2020 ka naha may ireo tranovondro ipetrahan’ny mpianatra dia nivoaka tamin’ny fahanginany ny avy eo anivon’ny sendikan’ny mpampianatra mpikaroka sy mpikaroka mpampianatra Antananarivo na Seces Tana.

 

Nankahery ireo niharam-boina izy ireo. Eo anatrehan’ny fatiantoka lehibe mianjady amin’ny mpianatra sy ny Oniversiten’ny Toliara dia mampahatsiahy sy manaitra ny fitondram-panjakana amin’ny fisian’ny olana ara-tany ao amin’ny Oniversiten’i Toliara sy eo anivon’ireo Oniversite rehetra manerana ny nosy ary ireo Foibem-pikarohana Nasionaly ny Seces Tana. Manainga ny mpitondra fanjakana mahefa mba hitondra vahaolana azo tsapain-tanana sy mahomby ary maharitra hamahana ireo olana miisa roa mifandray ireo dia ny olana mikasika ny tanin’ireo Oniversite miankina amin’ny fanjakana sy ireo Foibem-pikarohana Nasionaly sy ny olana mikasika ny toeram-ponenan’ny mpianatra. Ny Seces sampana Antananarivo dia manantena fa hisy fandraisana andraikitra ahazoana toky fa tsy hiverina eo anivon’ireo anjerimanontolo miankina amin’ny fanjakana sy ireo Foibem-pikarohana Nasionaly intsony ny loza toy ireny, hoy hatrany ny fanambarana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra AndroyNomena fitaovam-panadiovana ireo toeram-panadinana

Toeram-panadinana CEPE miisa 34 sy BEPC miisa 15 any amin`ny fari-pihapiadiana miisa 4 amin` ny faritra Androy:

 

 Bekily, Belo, Ambovombe ary Tsihombe notolorana fitaovam-panadiovana savony miisa 50 baoritra , “pulverisateurs” 6 ary bidon HTH. Tanjona araka ny fanazavana ny teo anivon` ny Minisiteran` ny fanabeazam-pirenena dia ny fiarovana ny fahasalaman` ireo mpiadina amin` ny fiatrehana fanadinam-panjakana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon’ny fahasalamanaEfa misy eto ny fitsaboana ampitain-davitra

Fomba fitsaboana vaovao nipoitra nandritra izao fiparitahan’ny valan’aretina Covid 19 eto amintsika izao ny fitsaboana hampitain-davitra ho fiarovana ny fahasalaman’ny isam-batan’olona sy tsy hisian’ny fifampikasohana be loatra raha firenena 15 no efa mampihatra azy maneran-tany.

 

 Anisan’ny mampihatra izany eto amintsika ny dokotera Ratsimivony, filoha mpanorina ny vondrona JCR. Nambarany nandritra ny tafa ho an’ny mpanao gazety nokarakarainy fa ny mba hahafahana manampy sy manohana ireo olona tsy salama tsy afa-mihetsika eto am-pandriana indrindra fa ireo any amin’ny tany lavitra andriana no tanjona. Amin’ny alalan’ny antso an-tarobia hataon’ireo manana ny marary no hanoroana hevitra azy ireo ny amin’ny vonjy aina voalohany tokony hataony aloha. Mandeha maka fanafody ireo matanjaka aorian’izay raha toa ka ilaina izany hanampiana ilay marary. Tsy lafo ny saran’izany hoy dokotera Ratsimivony fa natao ho zakan’ny fahefa-mividin’ny rehetra. Mikasika ilay baoma Fosa izay nisy nisanoka teo aloha moa dia nomarihiny fa efa nohavaozina tanteraka izany ka tsy azon’ny sasany alan-tahaka intsony. Efa natao ho zakan’ny rehetra ihany koa ny heriny sy ny fofony hoy hatrany ity dokotera ity. Manasitrana aretina manodidina ny 150 isa moa ny baoma Fosa raha tsiahivina.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly Katolika eto AntananarivoEfa misokatra ny fisoratana anarana

Namoaka fanambarana ny DIDEC Antananarivo ka nilazany fa efa misokatra ny taom-pampianarana 2020-2021.

 

 Manentana ny rehetra mba tsy hitarehidrehitra manoloana izao toe-javatra Covid 19 izao amin`ny fisoratana anarana ny DIDEC. Namafisiny hatrany fa arahina eny amin` ny sekoly ireo fepetra ara-pahasalamana noraisin` ny fitondram-panjakana.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Voavy PaulinNampiakatra ny laharan’ny ekipany indray

Tao anatin’ireo lalao miisa 2 natrehin’ny Misr El Makassa dia mpilalao mendrika indrindra hatrany ilay lohalaharan’ny Barea, Voavy Paulin.

 

 Miditra amin’ny andro faha 26 ankehitriny ny fifaninanam-pirenena ejipsianina eo amin’ny taranja baolina kitra ary nandresy tamin’ny isa mazava an-tanin’olona 2 noho 0 indray ry Ilay kely sy ny tariny. Ity kintan’ny ekipam-pirenena Malagasy ity no nanokatra ny isa teo amin’ny minitra faha 48 raha nihaona tamin’ny Tanta SC farany teo rehefa avy nandresy tamin’ny isa mavesatra ny andrarezin’I 4 noho 1 nandritry ny andro faha 25. Tsiahivina fa mbola I Voavy ihany koa no nanokatra ny isa tamin’izay. Niakatra ho laharana faha 7 indray izany ny El Makassa raha toa ka efa niakatra ho laharana faha 8 talohan’ity lalao tontosa farany teo ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

MahajangaRakotra vahoaka eny amin’ny Bord

Mifanaretsaka ny mponina any Mahajanga amin’izao fotoana izao, taorian’ny fanalefahana ny fepetra noraisin’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina ny 06 septambra lasa teo.

 

 Saika feno olona ny tanàna, rakotra vahoaka ny eny amin’ny Bord indrindra fa ny fiafaran’ny tolakandro sy ny hariva ary amin’ny alina. Fepetra noraisina rahateo ny hoe afaka mivoaka, fa ao anatin’ny fanajana ny fepetra, ary hatramin’ny 10ora alina no fe-potoana farany hahafaha-mijanona eny ivelany. Toa lasa soavaly tapa-kofehy ny mponina amin’izao fotoana izao, ary tombanana vao mainka hahazo vahana izany satria hisokatra manomboka rahampitso 15 septambra ny làlam-pirenena faha-4 mampitohy an’Antananarivo sy Mahajanga, izay tombanana. Ahiana ny hampitombo ny trangana covid 19 raha tsy voahaja ny fepetra satria ao anatin’ireo Faritra mbola ahitana tranga vaovao isan’andro ny any Boeny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Etoile de MadagascarTafiditra ao anatin'ireo lisitry UICN

Manodidina ny 1 200 ireo karazana « orchidée » misy eto Madagasikara ary tsy misy afa-tsy eto amintsika ihany koa ny 90% amin’izany.

 

 Isan'ireo « orchidée » mampiavaka antsika ny antsoina hoe "Etoile de Madagascar" (Angraecum sesquipedale. Ny volana jona hatramin'ny volana novambra izy no mamony ary any amin'ireo faritr'ala any amin'ny morontsirak'Atsinanan'ny Nosy no tena ahitana azy. Mamokatra singa izay isan'antoky sakafon'ireo biby kely toy ny lolo mpivoaka amin'ny alina toy ny Xanthopan morgani praedicta ity zava-maniry ity. ). Tafiditra ao anatin'ireo lisitry UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) ny zavamaniry atahorana ho lany tamingana noho ny doro tanety sy ny fanimbana ny ala ny “Etoile de Madagascar”.Nosy manan-karena indrindra eran-tany tokoa i Madagasikara.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko PSDNanolotra fanampiana ho an` ireo mpiasan` ny fahasalamana

Ny faran` ny herinandro lasa teo dia tonga nanolotra aro-vava miisa 300 ary "Gel désinfectant" 10 tavoahangy ho an'ny Hopitaly Vaovao Mahafaly any Mandritsara ny antoko PSD.

 

 "Ny antony nanosika ny tenako tamin'ny fanampiana izao dia noho ireo mpiasan'ny fahasalamana izay miantsehatra tanteraka amin'ireo marary, ka raha sanatria izy ireo indray no marary dia ho sahirana ny handraisana ny olona marary. Teo ihany koa ny fahatsapana ny maha-zavadehibe ny fiarovana ny mpiasan'ny fahasalamana", hoy Eleana Bezaza, filoha nasionalin` ny antoko. Nandray ireo fanampiana ireo moa ny Tale Jeneralin'ny Hopitaly Vaovao Mahafaly ao Mandritsara, Dr Tombomora Euryaldys, sy ireo mpiasan'ny fahasalamana tao amin'ity toeram-pitsaboana ity.

Marigny A.

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA TAO BESALAMPY : Jiolahy 6 voasambotra, vola 35 tapitrisa Ariary voaroba

Raha ny loharanom-baovao dia jiolahy miisa enina no tra-tehaky ny Polisy avy ao amin’ny Kaomisaria Besalampy, tamin’io andro io. Mpivarotra avy nandeha namonjy tsena no nosakanan’ireo andian’olon-dratsy marobe nitondra fitaovam-piadiana mahery vaika, teny amin’ny lalana Analangidro. Voaroba tamin’izany ny vola mitentina 35 tapitrisa Ariary sy finday be dia be mitentim-bidy 15 tapitrisa Ariary ary lamba tamin’ny sakaosy izay entam-barotra ihany koa. 

Nandritra io fanafihana io moa dia nisy niantso ny mpitandro filaminana ka vantany vao nahare izany izy ireo dia tonga teny an-toerana avy hatrany. Tamin’izay fotoana izay no nahavoasambotra ny jiolahy miisa enina. Mbola sarona teny amin’ireto farany moa ny fitaovana toy ny basy vita gasy miisa roa, antsy lava, famaky ary ody gasy.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

“MERKIORA” : Olom-boafidy roa nahazoan’ny jiolahy mpisoloky 27 tapitrisa Ariary

Vola 27 Ariary be izao no azon’ireo olon-dratsy tamin’izany. Taorian’ny vela-pandrika napetraky ny Zandary avy ao amin’ny Borigadin’i Betroka, dia fantatra tamin’ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana fa sarona, tamin’ny zoma faha 11 septambra, tokony ho tamin’ny 06 ora hariva tao amin’ny alam-bararata manakaiky ny sekoly fianarana iray tao an-tampon-tanàna ireo andian-jiolahy mpisoloky.

Araka ny fantatra dia misandoka ho manana merkiora na “mercure” izy ireo, ka izany no entina amitahana olona maro mba hahazoana volabe. Raha ny fanazavana hatrany dia olom-boafidy miisa roa tao an-toerana no efa lasibatr’izy ireo ka vola mitentina 27 tapitrisa Ariary ny fitambaran’ny azon’izy ireo tamin’izany. Ny olom-boafidy iray nakan’izy ireo vola mitentina 12 tapitrisa Ariary, ny faharoa kosa nahazoany 15 tapitrisa Ariary. 

Araka ny tatitra avy amin’ireo Zandary mpanao famotorana ihany dia nanazava fa ataon’ireo olon-dratsy mihitsy izay haharesy lahatra ny olona resahiny mba hahazoany volabe. Mody asainy manao fanandramana ireo olona roboka mba tena hino tokoa fa merkiora tena izy ilay amidiny, ka asainy mitondra tsanganolona, anana, voatabia, brike ary toaka mena. Rehefa tonga ny fotoana dia nitondra zavatra iray lehibe sahala amin’ny tavoahangy irony indray ireto jiolahy, hidiany tsara ao anaty harona plastika, ka afangarony asidra sy tantely ary ireo zavatra nampitondrainy ny mpividy mba hiteraka entona sy hipoaka. Etsy ankilany mbola nampandoaviny sarany ny fanandramana ka alainy ho azy ireo kosa ny tsanganolona. Voarebireby tokoa noho izany ireo mpividy ka dia roboka ary mandoa ireo vola be an-tapitrisany. Marihina anefa fa hosoka sy fisolokiana tanteraka ny nanjo azy ireo. Rehefa tonga any an-trano mantsy vao talanjona fa vatan’akondro ity lazaina fa  merkiora. 

Hatreto dia mitohy ny fanadihadiana atao amin’ireo andiany voasambotra tamin’ny faran’ ny herinandro lasa teo iny, roa hafa naman’izy ireo kosa amin’izao fotoana izao no efa nidoboka am-ponja. Manentana ny mponina ao Betroka sy ny manodidina mandrakariva moa ny Zandary mba samy ho mailo ka tsy ho voarebirebin’ny lainga tsara lahatra ataon’ireto mpisoloky ireto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

BAREAN’I MADAGASIKARA : Noesorina tsy ho mpandrindra i Sylvain Razafinirina

Mahatratra 30 000 euros ireo faktiora ireo ka misy hofan-trano fandraisam-bahiny, misy hofana fiara VTC, misy karaman’ny dokotera mijery ireo mpilalao, saran’ny fitsirihana (analyse) isan-karazany... Rehefa nilaza tamin’ny Federasiona malagasin’ny baolina kitra na FMF ny fisian’ireo faktiora mbola tsy voaloa ireo i Sylvain Razafinirina dia nanambara izy ireo fa tsy manam-bola handoavana izany. Matetika anefa dia “prestataires" mitovy ihany ny an’ny ekipa nasionaly afrikanina maromaro... 

Efa nahaloa ny azy avokoa ireo Firenena hafa nandray anjara tamin’iny CAN 2019. Isika Malagasy kosa dia lasa fihomehezana. Mba hiarovana ny voninahitr’i Madagasikara, izay efa nentin’ireo barea ambony nandritra ny CAN farany teo, dia nanatona ireo Malagasy miasa ao amin’ny CAF i Sylvain Razafinirina hijerena ny fomba handoavana ireo faktiora ireo... Fantatra mantsy fa hahazo fanampiana na “subvention” mitentina 500 000 USD eo ny federasiona. Izay no nahatonga ny fivoriana "maika" ny alarobia teo, hoy ny loharanom-baovao, fivoriana nanesorana an’i Sylvain tsy ho ny “coordinateur” an’ny ekipa nasionaly malagasy intsony. 

Tsy fantatra hoe iza daholo no nanatrika io ’fivoriana maika’ io satria ny filohan’ny federasiona nasionalin’ny lalao baolina kitra dia fantatra fa mandositra noho ny fanenjehana azy eto Madagasikara noho ny fanadihadiana mikasika ny fanodinkondinam-bola tao amin’ny Cnaps. Misy mpikambana ao amin’ny birao mpanatanteraky ny FMF ihany koa milaza fa tsy nanatrika izany fivoriana izany… Raha tsiahivina dia ny taona 2007 no nalain’i Ahmad Ahmad, izay filohan’ny federasiona malagasy ny baolina kitra tamin’izany ho mpandrindra  ny ekipa malagasy i Sylvain Razafinirina. 

Niara-niasa tamin’ny mpanazatra  maromaro izy nandritra izany nanomboka tamin’i Arsène Malabary hatramin’i Nicolas Dupuis nandalo tamin’i Jean Paul Rabier, Mosa, Frank Rajaonarisamba sy Auguste Raux... Anisan’ireo nitady sy niantso ireo mpilalao baolina kitra manana ra malagasy milalao amin’ny ekipa hafa hamonjy ny ekipa nasionaly izy. Niezaka ihany koa ny ahafahan’ireo mpilalao amin’ny ekipa nasionaly ho voakarakara tsara toy ny ekipa nasionaly rehetra na amin’ny dia amin’ny fiaramanidina, na trano fandraisam-bahiny na fiara mpitatitra.. Toy izany koa ny fikarakarana rehetra. Nampiasany ny tambazotra nananany mba hahafahantsika manana ekipa nasionaly mendrika izany anarana izany... 

Raha matory amin’ny seranam-piaramanidina, na amin’ny trano tsizarizary araka ny notantarain’i Rakapy Faneva Ima ireo mpilalaon’ny ekipa nasionaly malagasy teo aloha dia nisy fiovana izany noho ny ezaky ny mpandrindra... Noho ny lahasan’ireo ekipa mpikarakara tany ivelany dia nitondra avo ny voninahitr’i Madagasikara ireo mpilalao ao amin’ny ekipa nasionaly, nandritra ny CAN 2019 teo. 

Lasa reharehan’ny Malagasy. Ankehitriny anefa dia miverina indray ny fomba ratsin’ireo mpitantana ny fanatanjahantena Malagasy izay vato misakana ny firoborobon’ny atleta sy ekipa malagasy amin’ny fitantanana tsy manjary, fanodinkodinam-bola sy kiantranoantrano izay efa mampitaraina ireo mpilalao amin’ny federasiona maromaro... Tsy tafakatra mihitsy ny ekipa nasionaly nefa mamiratra ireo atleta malagasy rehefa milalao any ivelany. 

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

OLANA ARA-TANY IAINAN’NY ONIVERSITE : Miantso ny Fitondram-panjakana ny SECES Sampana Antananarivo

Manainga ny Fitondram-panjakana mahefa izy ireo hitondra vahaolana mikasika izany. Maro be ireo tanin’ny Oniversite lafo na misy mibodo an-tsokosoko nandritra ny Fitondrana teo aloha kanefa mitazam-potsiny ny tompon’andrakitra…

Taorian’ny loza nitranga tany Maninday, Onivesiten’i Toliara, ny 10 septambra 2020 lasa teo, dia nanao fanambaràna koa ny SECES, sampana Antananarivo. Nampahery ireo mpianatra rava trano fonenana sy may fitaovam-pianarana izy ireo, sady niantso ny rehetra handray andraikitra tandrify azy avy tsy hiverenan’ny tranga tahaka ireny intsony. “Tsy mora ny mamoy ny trano nialokalofana sy ireo entana sy fitaovana entina manatanteraka ny fianarana rantovina eny amin’ny Anjeri manontolo”, hoy ny fanambaràna.Mampahatsiahy sy manaitra ny Fitondram-panjakana amin’ny fisian’ny olana ara-tany ao amin’ny Oniversiten’i Toliara sy eo anivon’ireo Oniversite rehetra manerana ny Nosy ary ireo Foibem-pikarohana Nasionaly koa ny SECES sampana Antananarivo manoloana izao fatiantoka lehibe mianjady amin’ny mpianatra sy ny Oniversiten’i Toliara izao. Nanainga ny Mpitondra Fanjakana mahefa koa ny SECES Antananarivo mba hitondra vahaolana azo tsapain-tanana sy mahomby ary maharitra hamahana an’ireo olana anankiroa mifandray ireo, dia ny olana mikasika ny tanin’ireo Oniversite miankina amin’ny Fanjakana sy ireo Foibem-pikarohana Nasionaly sy ny olana mikasika ny toeram-ponenan’ny mpianatra.Gaboraraka ny fitantanana ny tanin’ny Oniversite

Marihina fa mbola mitohy hatrany hatramin’izao ny gaboraraka amin’ny fitantanana ny tanin’ny Oniversite. Mitombo isan’andro ny fotodrafitrasa an’ny sivily miorina kanefa tsy misy fandraisana andraikitra mifanaraka amin’izany. Toa lasa “bizina” sy fitadiavam-bola mihitsy aza tato ho ato ny famaritana tany eny amin’ny tanin’ny Oniversite raha ny zava-misy eny amin’ny Oniversiten’ Antananarivo sy any Maninday-Toliara no raisina. Ny antsasa-manilan’ny trano misy ny trano fonenan’ny mpianatra dia saika efa lafo sy nananganan’ny olon-tsotra fotodrafitrasa avokoa. Tsena, toeram-pisotroana, trano fanaovam-bolo, toeram-pilanonana, ivon-toerana faninginana na fanaovana “soudure”, fivarotana sakafo … ireo no fotodrafitrasa hita manerana ny tanin’ny Oniversite, ankehitriny.Araka ny fanadihadiana lalina natao, misy amin’ireo tompon’andraikitra ambony mitantana ny trano fonenan’ny mpianatra, miray tsikombakomba amin’ireo mpamaritra tany tsy ara-dalàna ireo. Ahazoan’izy ireo vola manodidina ny dimy hetsy ka hatramin’ny valopolo tapitrisa Ariary ny fanaovana izany asa maloto izany. Manampy trotraka izay koa ny fisian’ireo mpianatra mamoaka jiro sy rano an-tsokosoko, ka mivarotra izany amin’ny trano mifanila amin’ny trano fonenan’ny mpianatra.  Ilàna fandraisana andraikitra haingana

Mila fandraisana andraikitra haingana ity resaka trano fonenan’ny mpianatra sy ny olana ara-tany misy eny amin’ny Oniversite ity. Raha mitohy mantsy ny famaritana ataon’ireo mibodo tany miampy ny kolikoly ataon’ny mpitantana ny trano fonenan’ny mpianatra ao ambony ao dia ho fongana tsy hisy intsony ny tanin’ny Oniversite afaka fotoana vitsy ary ho lasa “tompony mangataka atiny” ny mpianatra. Natao mihataka ny tanàn-dehibe sy ny toerana be olona avokoa ny toerana nananganana ny Onivesite rehetra teto Madagasikara tany aloha mba hahafahan’ny mpianatra manana fifantohan-tsaina amin’ny fianarana rantoviny saingy tsy izany intsony ny zava-misy amin’izao fotoana. 

Tabataba, korontana, toraka varavarana, ompa, teny ratsy, ady sy olona mifandramatra… ireo kosa no tsy maintsy zakain’ny mpianatra amin’izao fotoana. Ny azo antoka dia matoa ny SECES mampiaka-peo tahaka izao dia “misy raha” any ambadimbadika any. Tanjon’ny Fitondram-panjakana ankehitriny ny hiady amin’ny kolikoly sy hanohitra ny tsy ara-dalàna ka nahoana tokoa moa no avela hanjaka tahaka izao ny fenetriben’ny Firenena ?

N.A

Ino Vaovao0 partages

FIZARANA AN’I VATOVAVY SY FITOVINANY : Nankasitraka ny fanapahan-kevitry ny Filoha ireo Ampanjaka

Zaraina roa samy hahaleo tena ny Faritra Vatovavy sy Fitovinany raha toa ka nitambatra iray, Vatovavy Fitovinany, izany teo aloha. Efa nisy ny fihaonana nataon’ny Filoham-pirenena tamin’ireo olobe avy any an-toerana, izay noentina namaritana an’io fanovana io. 

Ny faran’ny herinandro teo dia nanao fanambaràna iombonana ihany koa ireo Ampanjaka avy any an-toerana. Izy ireo izay nankasitraka feno an’ity fanapahan-kevitra noraisin’ny Filoham-pirenena ity. Mariky ny fampandrosoana ny Faritra isany avy izany, hoy izy ireo, ary ho tombontsoa ambonin’ireo vahoaka ao aminy ihany koa. Nandritra io fanambaràna io notsofiny rano ireo tompon’andraiki-panjakana isan-tokony, izay mitantana ny Faritra tsirairay avy mba samy hahatanteraka izay asa fampandrosoana ankinina amin’izy ireo tsirairay avy.

Anisany tena andrandrain’ireo vahoaka ao Vatovavy sy Fitovinany amin’izao fivakisan’ny Faritra izao ny fampandrosoana tena izy, noho ny Faritra izay manan-karena eo amin’ny sehatry ny vokatra fanondrana mankany ivelany. Ireo tompon’andraikitra isan-tokony kosa dia maniry ny hisian’ny fitsinjaram-pahefana tena izy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

KOLONTSAINA MALAGASY : Mamolavola olona ho lasa mpanentana i Rado mpikabary

Nivoaka tao amin’ny andiany Tsimiamboalahy, an’ny Havozomanitra ary valo taona nampianarana izany ao amin’ny Havozo ihany i Rado mpikabary. Mpanentana amin’ny lanonana rehetra ihany ary mampiofana sy mamolavola olona maro ho lasa mpanentana amin’ny lanonana, tsy voatery ho mpikabary io fa na olon-tsotra aza ka tia manao izany fanentanana izany dia vonona izy. «  Tsy mifidy tany hikabariana aho fa mandeha foana n’aiza n’aiza, araka izany, amin’ny kabary am-panambadiana sy ny lanonana rehetra eny na dia kabarim-panjakana aza. Fa ao ihany koa ny kabary an-karatsiana rehetra, izay matetika misy maka ahy hanao izany. Ho fanandratana sy famerenana ny kolontsaina malagasy, hitondra teny ho an’ny olon-drehetra mila izany na ho an’ny fianakaviana na ho an’ny fiarahamonina, indrindra ho an’ny firenena  », araka ny nambarany.

Manana tanjona

Ny hamerina indray ny hasin’ny teny malagasy, fitarihana sy fampianarana ireo ankizy, tanora, indrindra ireo olon-dehibe hahafantatra tanteraka ny tantara sy ny fomba izay misy eto Madagasikara no tanjon’i Rado mpikabary. Marihina fa valo taona mahery teo koa izay no nanoratany tononkalo. «  Ataon’ny sasany kilalao ny kabary ankehitriny, misy manandrankandrana sy manao tsinontsinona ilay fahendrena malagasy, tsy manaja ny fomba sy drafitra tokony harahina fa manao vavabe, izay manimba sy mandoto ilay kolontsaina tena mamy...Maro ny tanora miverina manandratra sy mikolo ary miezaka mijoro amin’ny fanandratana ny maha Malagasy fa vao miana-mamindra izy ireo ka tokony hampiana sy hatosika hatrany  », hoy i Rado mpikabary, nanazava ny fahitany ny kabary ankehitriny sy ny vahaolana amin’izany. 

Eny amin’ny sekoly lisea tsy miankina Lahatra eny Soamanandrariny, isaky ny asabotsy hariva sy ny alahady ny toerana ampianarany kabary. Afaka mifandray aminy ihany koa ao amin’ny pejy “facebook” Rado mpikabary mpanentana havozo. Ny kabary feno fanentanana, mampifaly, izay tena mahaliana ny olona ankehitriny no tena mampiavaka azy... Kanefa manaraka hatrany ny drafitry ny kabary.

N.A

Ino Vaovao0 partages

FAMPANDROSOANA NY FARITRA : « Adidin’ny rehetra », hoy i Patrick Ratsitohara

Lasa faralahy amin’ny fampandrosoana eto amin’ny Firenena iny toerana manana otrikarena tsy hita pesimpesenina iny, noho izany, ka ilàna ny firaisankinan’ny rehetra, hiara-hiasa amin’ny Fanjakana mba hanarenana azy, hoy i Patrick Ratsitohara, mpandraharaha ara-toekarena zanak’io Faritra io.

Olana daholo ny lafim-piainana rehetra atrehin’ny mponina any amin’ny Faritra Melaky noho ny tsy fisian’ny fampandrosoana iny Faritra iny hatramin’ny fotoan’ny fahaleovantena, hoy ny mpandraharaha ara-toekarena Patrick Ratsitohara. «  Mahavelom-panantenana ny vahoaka ny fisian’ny tetikasan’ny Filoham-pirenena atomboka any an-toerana amin’izao fotoana izao nefa tokony hifarimbona hanatevina izany amin’ny tetikasa madinidinika arak’izay tandrify azy avy izay afaka hanatanteraka izany mba hisian’ny fiantraikany haingana amin’ny mpahazo tombontsoa any an-toerana  », hoy izy. 

Ny tena filàn’ny vahoakan’i Melaky ireo nataon’ny Fitondrana tetikasa laharam-pahamehana ireo, araka ny fanazavany, satria ilaina amin’ny fampandrosoana azy ny fisian’ny lalana hisokafan’ny Faritra amin’ny manodidina azy, hivezivezen’ny olona sy ny vokatra. Tsy latsa-danja koa anefa ny fananganana toby miaramila vinavinaina ao Beravina, ho fitsinjovana ny fandriampahalemana hahafahan’ny tantsaha miasa araka ny tokony ho izy satria ho fanoitra hampitombo ny famokarana any Melaky ny oniversite sy ny hopitaly manara-penitra hatsangan’ ny Fanjakana ao Maintirano, araka io tetikasa io.

« Adidin’ny mpandraharaha sy ireo rehetra mivelona amin’ny Faritra iray ny mandray anjara amin’ny fampandrosoana azy ankoatra izay efa ataon’ny Fanjakana, ho valim-babena amin’ny tany ama-monina ka anentanako izay voakasik’izany  », hoy i Patrick Ratsitohara izay efa nanatontosa hetsika ara-tsosialy isan-karazany ho fanapiana amin’ny fampivoarana ny Faritra Melaky.

Makoalahy

Ino Vaovao0 partages

FISITRAHANA VATSY TSINJO : Misaotra ny fitondram-panjakana ny mponin’Ambatomaro

Toy ny mahazatra, nakana toerana malalaka teny amin’ny Coliseum Antsonjombe hahafahana manaja ny elanelana iray metatra sy ny fepetra ara-pahasalamana hisorohana ny mety ho fiparitahan’ny valanaretina covid-19. Vary iray kitapo milanja 50 kg, menaka roa tavoahangy, ronono mandry, voamaina, ary legioma novidian’ny Fitondram-panjakana tamin’ny tantsaha tany Vankinankaratra no nozaraina tamin’izany.

Nisaotra sy nankasitraka ny fitondram-panjakana ny mponin’Ambatomaro tamin’izany fanomezana izany ary maniry ny mba hitohizana izany fanampiana izany  hatrany,  araka ny nambaran’ny solontenan’ny mponina dia  «  Mitsinjo vahoaka ny Filoham-pirenena sy ny Fanjakana ankehitriny satria sakafo ampy tokantrano iray mandritra ny iray volana, no nozaraina hitsinjovana ireo mponina ary tsy mbola nisy mihitsy fitondrana teto hatramin’izay no nahavita nanao tahaka izao  ».

Anisan’ny tonga nanotrona ity fizaràna Vatsy tsinjo ity moa ny solombavam-bahoakan’ny Boriborintany fahadimy Naivo Raholdina mivady ary hita fa nilamina sy nanaja fepetra daholo ny vahoaka tonga nisitraka izany fanampiana izany. Tsy nisy olana  ny fizaràna fanampiana “sosialim-bahoaka” hatramin’izay. Olana madinidinika tamin’ny fanisam-bahoaka no nisy, saingy efa nasiana fandaminana manokana ny mahakasika izany, ka antenaina fa hilamina sy hirindra tsara avokoa”, hoy kosa ny lehiben’ny fokontanin’ Ambatomaro.

INV

Ino Vaovao0 partages

HETSIKY NY CUA : Nomena endrika vaovao ny eny Anosipatrana sy ny manodidina

Nanomboka tao anatin’ny faritra misy ny Polisy Monisipaly ny asa fanadiovana ary nipaka hatrany amin’ny elakelan-trano sy ny arabe rehetra eny amin’iny faritra iny. “Ity hetsika ity no natao dia tafiditra indrindra ao anatin’ny fitsinjovana ny vanim-potoana fahavaratra sy hitandroana ny tanànan’Antananarivo ho madio sy ho maha te honina”, hoy ny fanazavan’ny tompon’andraikitry ny Kaominina. 

Tonga nanatanteraka ny fanadiovana teny an-toerana ny avy ao amin’ny BMH Isotry sy ny sampan mpamonjy voina avy ao Tsaralalàna, ny polisy monisipaly niampy ny avy amin’ny fokontany sy ireo rafitra eny ifotony misehatra amin’ny fanadiovana toy ny RF2 sy ny maro hafa...

Noesorina nandritra ity hetsika ity avokoa ny fako nisavovona nanentsina ny lakandrano, nofafana ny lalana ary noesorina ny lobolobo. Nisy koa ny fanadiovana ny kihon-dalana izay misy manao maloto sy ny fametrahana takelaka mampahatsiahy ny olom-pirenena mandrara ny fanaovana maloto ankalamanjana.

Ny sampana mpamonjy voina kosa no nanao ny fanasana ny arabe sy ireo faritra maloto. Nofendrahana ranom-panafody koa ny toerana rehetra hiadiana amin’ny valanaretina covid-19 sy hisorohana ny mety hiverenan’ny tazomoka indray. Niara-dalana tamin’ity hetsika ity koa ny fanentanana ireo mponina sy ireo mpampiasa lalana teny an-toerana izay notarihan’ ny lehiben’ny vondron’ny polisy monisipaly amin’ny tokony hanajana ny fahadiovana ary fampahafantarana ny fitsipika mifehy ny fahadiovana sy ny fahasalamana eto amin’ny Kaominina Antananarivo renivohitra. 

“Zava-poana ny fanadiovana tsy arahim-panentanana satria misy amin’ireo mponina no tsy mbola mahalala ny tokony hatao sy ny tsy azo atao raha tsy entanina. Sady mampianatra ny tompon’andraikitra no mampahatsiahy fa misy fitsipika tokony harahin’ny rehetra ny fifamoivoizana”, hoy hatrany ny avy eo anivon’ny Kaominina nandritra ity hetsika ity. Marihina fa fiaraha-miasan’ny CUA sy ny ASOS, no anisany nanampy tamin’ny fanatanterahana izao asa fanadiovana izao.

Natsidiky ny lehiben’ny sampana mpamponjy voina na ny «  chef de corps  », Ostrom Wens, tamin’ity fotoana ity hatrany ny fitohizan’ny fandraisana antontan-taratasy ho an’ireo tanora mikasa hiditra ho polisy monisipaly.

N.A

La Vérité0 partages

Football - Eliminatoires CAN 2022- Mada vs Côte d’Ivoire - Un match amical prévu pour les Barea, début...

Le sélectionneur de l’équipe nationale malagasy de football, les Barea de Madagascar, concocte actuellement un stage et un match de préparation. Cela entre dans la préparation de l’équipe en vue de la confrontation avec les Eléphants de la Côte d’Ivoire, comptant pour la troisième journée des éliminatoires de la CAN 2022, début octobre.  Plusieurs propositions ont été faites à la Fédération qui va choisir et trancher, d’après l’annonce de Nicolas Dupuis sur sa page Facebook hier. « La possibilité d'effectuer un match amical s’avère coûteuse et difficile à mettre en place du fait entre autres qu’il nous est impossible de jouer en France (interdiction). Nous cherchons donc la meilleure solution possible au moindre coût », explique-t-il. Nicolas Dupuis soutient par ailleurs que pour lui, « il n’est pas question de rassembler les joueurs pour une ou deux journées seulement, le stage étant le plus important pour réapprendre à vivre et jouer ensemble ».« Je remercie le Comité exécutif d’avoir tout d’abord accepté l’idée de faire un stage, ce qui est évidemment primordial pour la cohésion et l’intégration des nouveaux. Travailler une semaine ensemble est le plus important pour l’automatisme sur le terrain et la vie de groupe. Nous cherchons donc la meilleure solution possible au moindre coût. Le stage étant le plus important pour réapprendre à vivre et jouer ensemble», a-t-il renchéri. Selon nos sources, il semble que le coach des Barea a proposé une rencontre avec le FC Swift, une équipe de D2 luxembourgeois. Dans la foulée, il a également proposé un choc contre le Burkina Faso. C’est qui semble le bon choix pour la FMF. Cette dernière affirme même que toutes les conditions semblent bien être réunies pour concrétiser la rencontre. Le Sénégal et le Mali qui sollicitent aussi la même équipe, l’étalon de Burkina Faso, une des meilleures équipes africaines actuellement. Mais ces deux pays attendent la décision de Madagascar sur ce match amical contre le Burkina Faso.Au passage, Nicolas Dupuis met en garde les supporters des Barea sur les fausses informations qui circulent dans les médias ou sur les réseaux sociaux.« L’idée est bien de pouvoir travailler et non pas de faire plaisir à un pseudo journaliste vieillissant qui dit tout et son contraire. Dernier chose, c’est bien moi qui ai contacté le Burkina pour jouer au Portugal et qui en a parlé à la FMF. Attendons de connaître le choix du Comité auquel nous faisons confiance », a conclu l’entraîneur des Barea.Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Lutte contre la Covid-19 - L’Etat malagasy reçoit 6 nouvelles ambulances 4x4

Malgré la baisse du nombre de nouveaux cas, la lutte contre la Covid-19 est loin d’être finie. L’Etat malagasy continue ainsi de bénéficier de l’appui des partenaires issus du secteur privé. Hier, le ministre de la Santé publique, le Professeur Rakotovao Hanitrala Jean Louis a réceptionné 6 ambulances 4x4 au siège du Centre de conférence international à Ivato qui abrite le siège du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19. Ces dons ont été offerts par la fondation « BOA » et la société « Madagascar International Container Terminal Services ». Ces ambulances serviront notamment à la prise en charge des malades du coronavirus.En sa qualité de vice – président du CCO, le ministre de la Santé publique a réitéré que ce genre d’aide est toujours la bienvenue surtout dans un objectif d’humanisation des soins. « Il est important que les dons aient des impacts directs sur le quotidien de la population », a – t – il indiqué avant d’ajouter que « les résultats actuels sont déjà positifs mais il faut savoir les maintenir ». Le numéro un de la Santé publique insiste sur le respect des gestes barrières comme le port du masque. Le Professeur n’a pas manqué de rappeler les nombreuses descentes du Président de la République Andry Rajoelina qui ne laisse aucune communauté à l’écart y compris celle qui habite dans les zones les plus reculées. D’ailleurs, durant sa tournée, le Chef de l’Etat a enchaîné les remises d’équipements sanitaires incluant les ambulances 4x4. Ainsi, le ministère de tutelle se chargera de distribuer ces nouveaux véhicules tout terrain au profit des localités les plus isolées qui en ont le plus besoin.La Rédaction 

La Vérité0 partages

Création d’une 23ème Région dans le Sud – Est - Des notables locaux appellent à l’unité

La rencontre entre le Président Andry Rajoelina et les « Ampanjaka » de la Région Vatovavy Fitovinany marque une nouvelle étape dans la perspective de création d’une 23ème Région grâce à la scission de la Région Vatovavy Fitovinany en deux Régions indépendantes. Un projet qui est déjà en cours de concrétisation. Comme à chaque prise de décision importante, ce nouveau découpage territorial qui marque le tournant dans la politique de développement local fait débat. Des prises de position divergentes continuent de se faire entendre. Ainsi, des notables locaux à l’appellation de « Ndrenony» issus d’Ikongo se sont exprimés à ce sujet dans une déclaration diffusée, en fin de semaine, sur les ondes de la Radio nationale. D’emblée, ils ont salué l’initiative présidentielle en vue de la création de cette nouvelle région. Selon eux, les différences de point de vue ne devraient, en aucun cas, être un obstacle au développement de cette partie Sud – Est du pays. Ils ont adressé des « tso – drano » à l’endroit de leurs concitoyens de Mananjary et Nosy Varika qui formeront, entre autres, la nouvelle Région de Fitovinany.Ils n’ont pas manqué d’appeler à l’unité et laisser de côté toutes formes de divergence afin de soutenir d’une même voix cette décision présidentielle qui découle d’une revendication de la population dans cette partie de la Grande île. Parallèlement, une rencontre organisée par des membres du conseil pour le « fampihavanana malagasy » (CFM) à Manakara a créé l’adhésion des leaders religieux, de ceux traditionnels et des politiciens sur la mise en place de cette nouvelle Région.Promesse présidentielleLa création d’une 23ème Région figure parmi les promesses de campagne du Président Andry Rajoelina. Une promesse d’une importance capitale puisqu’évoquée dans son discours à l’occasion de la cérémonie d’investiture à Mahamasina le 19 janvier 2019. La semaine dernière, le Président de la République a reçu une délégation composée des « Ampanjaka », des chefs traditionnels, ainsi que des élus locaux issus des Districts qui forment la Région Vatovavy Fitovinany. Ces notables ont ainsi rapportés les attentes de la population locale. De son côté, le Chef de l’Etat a procédé à une consultation inclusive de tous les avis sur la question.Dans sa forme actuelle, la Région Vatovavy Fitovinany est composée de 6 Districts à savoir Ifanadiana, Ikongo, Manakara, Mananjary, Nosy Varika, et Vohipeno. Dans sa forme scindée, la Région Vatovavy devra être composée des Districts de Nosy Varika, Ifanadiana et Mananjary tandis que Fitovinany regroupera Ikongo, Manakara et Vohipeno. Avec une telle organisation, chaque Région aspire ainsi à un développement véritable ainsi qu’une décentralisation effective.La Rédaction

La Vérité0 partages

Alaotra-Mangoro - Des projets bien en marche

Des projets d’infrastructures dans l’Alaotra-Mangoro sont bien en marche. La construction de la portion de la nationale 44 entre Marovoay Gara et Amboasary Gara, 60 km, est en tête de liste du lot. Le chantier avance. L’entreprise adjudicataire du marché, la compagnie chinoise CGC, s’attaque actuellement à la moitié nord du trajet concerné. La réalisation sur cette partie donne de l’espoir aux usagers longtemps martyrisés par le très mauvais état de la route du riz.Par contre, le deuxième lot qui va d’Amboasary Gara à Vohidiala Gara, 73 km, attend la désignation de son constructeur. L’appel d’offres a été déjà lancé. Un cabinet d’études est en cours de désignation pour le contrôle et la surveillance. La circulation y sera, à coup sûr, compliquée dès les premières pluies de la prochaine saison pluvieuse. Les points noirs parsèment ce trajet, notamment à Ambodirano Andaingo et entre Ambohimena et Andilanatoby.Sur la RN3A reliant Vohidiala Gara à Vohitraivo en passant par Amparafaravola, le chantier à Manaingazipo bat son plein. L’entreprise Colas travaille sans relâche pour terminer les travaux dans le temps. Le reprofilage du tracé s’impose pour éviter les inondations chroniques qui gênent l’économie locale. Les gros œuvres sont déjà en place en ce moment.Dans les villes d’Ambatondrazaka et de Moramanga, la construction des stades municipaux aux normes est visiblement en avance. Si celui d’Alaotra est sur le point d’installer le tapis synthétique, son pair de Mangoro passe à une autre étape : le terrassement de la principale aire des jeux. Ce sont autant de projets présidentiels directement supervisés par le gouvernorat dont la performance sera bientôt évaluée.D’autres projets qui auront sûrement des impacts directs sur la vie de la population suivent leur cours dans l’Alaotra-Mangoro. L’on cite, par exemple, le pavement de la RNT23 au niveau de la ville de Moramanga. La ville sera également dotée d’une maison de retraite dont le coup de truelle de la construction a été donné le 3 septembre.Le traitement de la très mauvaise piste rurale desservant la Commune rurale de Didy est aussi sur le point de s’élancer. Par-dessus tout, les gens s’attendent à ce que les autorités régionales travaillent davantage sur l’intercommunalité dorénavant. Ce sera un plus important pour le développement régional.M.R.

La Vérité0 partages

Perles rares

Le Conseil de Gouvernement du 9 septembre 2020 a adopté un décret portant convocation du collège électoral pour les élections sénatoriales prévues pour le 11 décembre 2020 au suffrage universel indirect. Et cela, sur proposition de la Commission Electorale nationale indépendante (CENI). Soit dit en passant, ce scrutin sénatorial du 11 novembre fait des vagues parmi certaines organisations de la société civile et surtout auprès des formations politiques évoluant dans la sphère de l’Opposition. Mis à part le contexte politique lourd résultant de la réduction drastique du nombre des sénateurs, de 63 à 18, pénalisant le champ d’action du poids lourd de l’Opposition en l’occurrence le HVM, le choix de la date enflamme le débat quelque part rejetant la date du 11 décembre. Motif avoué, le paramètre climatique. Le texte en vigueur recommande, d’ailleurs, la tenue des élections à Madagasikara durant la période sèche autrement en dehors de la saison des pluies sauf pour des raisons impérieuses ou en cas de nécessité nationale.Ce décret fait état également diverses dispositions dont, entre autres, la caution à laquelle chaque liste doit s’acquitter afin de pouvoir s’aligner dans les starting-blocks. Ladite caution qui est fixée à quinze millions d’Ar fait des déçus et des heureux. En fait, il s’agit d’une pièce maîtresse imposée à tous les prétendants au Palais d’Anosikely à défaut de quoi le dossier de candidature se voit le rejet  systématique. Apparemment, le Gouvernement a mis la barre bien haut. Mais, il faut le comprendre dans le sens qu’il s’agit ici d’une caution « par liste » et non « pour chaque candidat ». Une liste doit comprendre normalement quatre candidats dont deux titulaires et deux suppléants. Chacun déboursera donc trois millions sept cent cinquante mille ariary. Pour un poste de sénateur, c’est plus que normal ! Une somme à la portée de tout prétendant potentiel et sérieux. Par ailleurs, le Gouvernement  évite d’avoir affaire à une flopée de candidats ou d’aventuriers risquant de ternir l’image de l’Institution dont le président est le deuxième personnage de l’Etat et assure la fonction de Chef d’Etat en cas de vacance de poste au sommet de l’Etat. Il faut le dire qu’un nombre pléthorique de candidats  complique les affaires des services de la CENI. L’ordonnance n° 2020-006 du 28 mai 2019 relative aux nouvelles modalités régissant le Sénat réduit le nombre des sénateurs de 63 à 18 à raison de 2 sénateurs par Faritany à élire par les grands électeurs et 8 nommés par le Président de la République. Pour ainsi dire que le scrutin du 11 décembre va départager les formations politiques ayant en leurs comptes de grands électeurs (conseillers ruraux et municipaux, maires) en nombre suffisant. Il va falloir ainsi dénicher des « oiseaux rares » pour gagner la cagnotte de deux sièges par Faritany. Il n’est pas du tout évident pour un parti qui n’a pas les reins solides pour pouvoir s’aligner dans les starting-blocks. Des plate-formes  creuses du genre RMDM n’ont aucune chance d’y parvenir. Et même les supposées être de grandes formations de la taille du MAPAR et relativement du TIM auront du pain sur la planche pour distiller le bon grain de l’ivraie. En effet, les candidats intègres au maximum quatre par Faritany sont de vraies « perles rares » qu’il fallait trouver en profondeur.  Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Produits forestiers à Madagascar - Un gap annuel de 6 millions de m3

L’offre est loin de suffire à la demande. Des chercheurs au niveau de l’Ecole supérieure des sciences agronomiques (ESSA) de l’université d’Antananarivo ont effectué des recherches agronomiques sur le bois, et cela afin d’établir la situation actuelle de la filière à Madagascar et d’en dégager des solutions pour instaurer une exploitation plus durable et responsable. Ces recherches ont ainsi révélé que la consommation annuelle de bois du pays se chiffre aujourd’hui à près de 29,72 millions de m3 ou l’équivalent d’environ 185 000 hectares de zones forestières, en se basant sur le volume moyen de bois sur pied, estimé à 160 m3/ha. « Cette consommation en bois se compose principalement de bois-énergie. Elle représente près de 82,5 % de la consommation annuelle, soit 11,685 millions de m3 pour le bois de feu et de 12,639 millions de m3 pour la fabrication de charbon de bois. La filière de transformation de bois ne consomme que 5,494 millions de m3, soit seulement 18,5 % », a rapporté le Dr Tahiana Ramanantoandro, lors de l’atelier de concertation entre l’équipe technique du ministère de l’Environnement et du Développement durable et les opérateurs de la filière de transformation de bois. Malheureusement, la production est loin de correspondre à la consommation. « Aujourd’hui, nous enregistrons un déficit de produits forestiers ligneux de 6 millions de m3 par an. Pour le cas du charbon de bois par exemple, la production est de seulement 8,071 millions de m3, alors que la consommation s’élève à 12,639 millions de m3, soit une différence 4,568 millions de m3 », précise ce chercheur. Ce gap est notamment dû aux exploitations illicites. En 2012, près de la moitié des entreprises opérant dans la filière bois à Antananarivo travaillaient dans l’illégalité. Depuis, ces chiffres ont dû augmenter, pas seulement dans la Capitale mais sur tout le pays, causant notamment la dégradation de près de 254 000 ha de zones forestières en 2019. Au rythme où les choses évoluent, Madagascar pourrait perdre la totalité de ses forêts en un rien de temps. Heureusement, les autorités ont déjà débuté depuis l’année dernière une campagne de reboisement pour reverdir Madagascar. Mais cette campagne ne portera ses fruits que si la dégradation des zones forestières du pays est également limitée. De plus, en se basant sur ces chiffres, une transition énergétique vers des ressources plus vertes permettra aussi de réduire considérablement la consommation en bois, et par conséquent protéger les forêts. Aujourd’hui, il est donc important d’instaurer le changement, et ce, à tous les niveaux, pour que demain, au lieu de diminuer, les zones forestières se multiplient. Il faut savoir que les forêts occupent un place importante dans tous les secteurs de production, allant du tourisme à l’agriculture, en passant par le bâtiment et l’ameublement. Leur préservation doit être une priorité.     Rova Randria

La Vérité0 partages

Non-respect du Code des impôts - 22 entreprises frappées de fermeture administrative

Colère, polémique. Le débat politique tourne actuellement autour de la fermeture des quatre établissements de la société « Triple A » situés à Behoririka, Fianarantsoa, Tamatave et Antsirabe. Des petits producteurs ont même déversé la semaine dernière des litres de lait dans les rues de la ville d’eaux, et cela en guise de protestation. Certaines personnes qualifient également cette décision comme une manœuvre politique vu que la société appartient à l’ancien Président de la République, Marc Ravalomanana. A rappeler que lors de leur descente sur place, les inspecteurs des impôts ont constaté que l’établissement ne dispose pas de carte fiscale à jour et n’a pas honoré son obligation fiscale. Le groupe Tiko accuse même un arriéré fiscal à hauteur de 170 milliards d’ariary. Et pourtant, « le cas de la Société Triple A n’est pas un cas isolé », annonce Germain, directeur général des impôts (DGI). Les mesures sont déjà appliquées aux autres entreprises à cause des irrégularités. « A vrai dire, cette démarche n’est pas nouvelle au sein de notre département. Tout simplement car auparavant, nous n’avons pas porté connaissance au grand public nos actions à cause du secret professionnel. Depuis l’année dernière, 22 entreprises réparties dans toute l’île sont frappées de fermeture administrative après constat d’irrégularité. Les motifs varient mais reviennent toujours à l’infraction du Code général des impôts. Tout cela pour dire que notre action n’est pas due à une décision politique », rapporte Germain, hier, en marge de la cérémonie de signature avec la Caisse nationale de la prévoyance sociale (CNaPS).Etant donné qu’il s’agit d’une démarche administrative, la fermeture reste temporaire, ce qui signifie que l’opérateur dispose encore de temps pour régulariser sa situation. « Comme les démarches entamées avec les établissements de MAGRO, la fermeture administrative totale est prononcée pour une durée de quinze jours à compter de sa notification. Cette décision est prise suite au constat d’irrégularité et le défaut de paiement des impôts après la mise en demeure du contribuable concerné. Nous sommes conscients que des personnes perdent leur emploi et leur revenu. Mais dans tous les cas, notre objectif consiste à appliquer la loi. Même si nous nous trouvons actuellement dans une situation d’urgence sanitaire, il est important de suivre le Code des impôts », souligne le DG.Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Police nationale - Une opération de séduction réussie

Des images positives véhiculées sur les réseaux sociaux. La cote de la Police nationale ne cesse d’augmenter ces derniers temps, notamment depuis le confinement. Cela grâce aux actions remarquables des agents de Police qui viennent en aide aux personnes en difficulté. Cette opération de charme semble réussir, si l’on tient compte des réactions, commentaires, partages et feedbacks positifs reçus par les policiers et leur corps. L’octroi de masques pour les personnes âgées qui n’en disposaient pas dans les rues, au début de la pandémie, fait partie de ces gestes qui ont ému plus d’un. Durant l’examen du CEPE à Antananarivo, le 1er septembre dernier, un agent de Police a pris en charge le déjeuner de deux candidats. Ces derniers n’ont pas vu leurs parents à leur sortie des salles d’examen. Il a fallu que le policier paie de sa poche la nourriture des petits afin qu’ils mangent à leur faim durant leur premier examen officiel. Ce même jour, un policier a accompagné un candidat jusqu’à sa salle d’examen, ce dernier s’étant trompé de centre. Ses parents n’étaient plus sur place. Le petit se sentait perdu jusqu’à ce que le policier œuvrant sur place, du côté d’Analamahitsy, lui vienne en aide. Dans la soirée du dimanche dernier, les Policiers qui assuraient la patrouille du côté de Soavimasoandro sont venus en aide à trois personnes accompagnant une femme enceinte. Cette famille marchait à pied en pleine nuit pour rejoindre une maternité à Amboditsiry. Le taxi qu’ils ont appelé a désisté, d’après leurs dires. Les agents de police du 8ème arrondissement se sont mobilisés pour les emmener à bord de leur véhicule jusqu’à la clinique où la femme va accoucher. Saine et sauve, la famille n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance envers les policiers, tout comme les internautes qui félicitent cette action mémorable.A travers les gestes émouvants de ses éléments, la Police nationale arrive ces derniers mois à redorer son blason, tant auprès des internautes qu’au niveau de la population en général. Le regard critique et accusateur des gens envers les policiers semble changer en admiration et reconnaissance. Ceci d’autant plus que ce corps des Forces de l’ordre accorde une place importante aux sensibilisations et avertissements, avant d’arriver à la répression de ceux qui enfreignent aux règlements…Patricia Ramavonirina


La Vérité0 partages

Ouverture de la RN4 - Une foule attendue à Mahajanga

Les lignes régionales et nationales reliant Analamanga avec les Régions de Boeny, Sofia, Atsimo-Atsinanana, Alaotra-Mangoro, Vatovavy-Fitovinany, Analanjrofo, Menabe, Melaky et Anosy sont ouvertes à partir de ce jour. Toutefois, les plages et le bord de mer de Mahajanga sont déjà noirs de monde depuis leur réouverture, samedi dernier. Les habitants de cette ville se sont donné rendez-vous aux plages après cinq mois d’interdiction. De plus, avec la réouverture de l’axe routier et la période des vacances, une foule est attendue à Mahajanga, nécessitant ainsi un maximum de surveillance et de vigilance. Malgré l’allègement de différentes mesures liées au déconfinement, le contrôle sera strict quant au respect des barrières sanitaires, avance le préfet de Mahajanga, Fitiavana Ravelomahay. Comme dans les autres gares routières, les mesures restent inchangées. Tous les véhicules sont soumis à un contrôle technique avant de quitter les lieux, tandis que les passagers doivent subir un contrôle sanitaire. ManifestationMais en attendant la reprise de leurs activités, les employés de la gare routière Aranta, située à Mahajanga, ont déjà observé une grève, le 12 septembre dernier. D’après leurs dires, ils ne sont pas d’accord avec la mise en place d’un guichet unique. En effet, certains clients effectuent des paiements cash tout de suite. D’autres voyageurs sont à récupérer en chemin et ont l’habitude de débattre le tarif. Or, le guichet unique ne permet pas de faire des exceptions. La mise en place de ce système a comme objectif de lutter contre les passagers clandestins qui ne sont pas mentionnés dans le manifold.Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Perles rares

Le Conseil de Gouvernement du 9 septembre 2020 a adopté un décret portant convocation du collège électoral pour les élections sénatoriales prévues pour le 11 décembre 2020 au suffrage universel indirect. Et cela, sur proposition de la Commission Electorale nationale indépendante (CENI). Soit dit en passant, ce scrutin sénatorial du 11 novembre fait des vagues parmi certaines organisations de la société civile et surtout auprès des formations politiques évoluant dans la sphère de l’Opposition. Mis à part le contexte politique lourd résultant de la réduction drastique du nombre des sénateurs, de 63 à 18, pénalisant le champ d’action du poids lourd de l’Opposition en l’occurrence le HVM, le choix de la date enflamme le débat quelque part rejetant la date du 11 décembre. Motif avoué, le paramètre climatique. Le texte en vigueur recommande, d’ailleurs, la tenue des élections à Madagasikara durant la période sèche autrement en dehors de la saison des pluies sauf pour des raisons impérieuses ou en cas de nécessité nationale.Ce décret fait état également diverses dispositions dont, entre autres, la caution à laquelle chaque liste doit s’acquitter afin de pouvoir s’aligner dans les starting-blocks. Ladite caution qui est fixée à quinze millions d’Ar fait des déçus et des heureux. En fait, il s’agit d’une pièce maîtresse imposée à tous les prétendants au Palais d’Anosikely à défaut de quoi le dossier de candidature se voit le rejet  systématique. Apparemment, le Gouvernement a mis la barre bien haut. Mais, il faut le comprendre dans le sens qu’il s’agit ici d’une caution « par liste » et non « pour chaque candidat ». Une liste doit comprendre normalement quatre candidats dont deux titulaires et deux suppléants. Chacun déboursera donc trois millions sept cent cinquante mille ariary. Pour un poste de sénateur, c’est plus que normal ! Une somme à la portée de tout prétendant potentiel et sérieux. Par ailleurs, le Gouvernement  évite d’avoir affaire à une flopée de candidats ou d’aventuriers risquant de ternir l’image de l’Institution dont le président est le deuxième personnage de l’Etat et assure la fonction de Chef d’Etat en cas de vacance de poste au sommet de l’Etat. Il faut le dire qu’un nombre pléthorique de candidats  complique les affaires des services de la CENI. L’ordonnance n° 2020-006 du 28 mai 2019 relative aux nouvelles modalités régissant le Sénat réduit le nombre des sénateurs de 63 à 18 à raison de 2 sénateurs par Faritany à élire par les grands électeurs et 8 nommés par le Président de la République. Pour ainsi dire que le scrutin du 11 décembre va départager les formations politiques ayant en leurs comptes de grands électeurs (conseillers ruraux et municipaux, maires) en nombre suffisant. Il va falloir ainsi dénicher des « oiseaux rares » pour gagner la cagnotte de deux sièges par Faritany. Il n’est pas du tout évident pour un parti qui n’a pas les reins solides pour pouvoir s’aligner dans les starting-blocks. Des plate-formes  creuses du genre RMDM n’ont aucune chance d’y parvenir. Et même les supposées être de grandes formations de la taille du MAPAR et relativement du TIM auront du pain sur la planche pour distiller le bon grain de l’ivraie. En effet, les candidats intègres au maximum quatre par Faritany sont de vraies « perles rares » qu’il fallait trouver en profondeur.  Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Football - Eliminatoires CAN 2022- Mada vs Côte d’Ivoire - Un match amical prévu pour les Barea, début...

Le sélectionneur de l’équipe nationale malagasy de football, les Barea de Madagascar, concocte actuellement un stage et un match de préparation. Cela entre dans la préparation de l’équipe en vue de la confrontation avec les Eléphants de la Côte d’Ivoire, comptant pour la troisième journée des éliminatoires de la CAN 2022, début octobre.  Plusieurs propositions ont été faites à la Fédération qui va choisir et trancher, d’après l’annonce de Nicolas Dupuis sur sa page Facebook hier. « La possibilité d'effectuer un match amical s’avère coûteuse et difficile à mettre en place du fait entre autres qu’il nous est impossible de jouer en France (interdiction). Nous cherchons donc la meilleure solution possible au moindre coût », explique-t-il. Nicolas Dupuis soutient par ailleurs que pour lui, « il n’est pas question de rassembler les joueurs pour une ou deux journées seulement, le stage étant le plus important pour réapprendre à vivre et jouer ensemble ».« Je remercie le Comité exécutif d’avoir tout d’abord accepté l’idée de faire un stage, ce qui est évidemment primordial pour la cohésion et l’intégration des nouveaux. Travailler une semaine ensemble est le plus important pour l’automatisme sur le terrain et la vie de groupe. Nous cherchons donc la meilleure solution possible au moindre coût. Le stage étant le plus important pour réapprendre à vivre et jouer ensemble», a-t-il renchéri. Selon nos sources, il semble que le coach des Barea a proposé une rencontre avec le FC Swift, une équipe de D2 luxembourgeois. Dans la foulée, il a également proposé un choc contre le Burkina Faso. C’est qui semble le bon choix pour la FMF. Cette dernière affirme même que toutes les conditions semblent bien être réunies pour concrétiser la rencontre. Le Sénégal et le Mali qui sollicitent aussi la même équipe, l’étalon de Burkina Faso, une des meilleures équipes africaines actuellement. Mais ces deux pays attendent la décision de Madagascar sur ce match amical contre le Burkina Faso.Au passage, Nicolas Dupuis met en garde les supporters des Barea sur les fausses informations qui circulent dans les médias ou sur les réseaux sociaux.« L’idée est bien de pouvoir travailler et non pas de faire plaisir à un pseudo journaliste vieillissant qui dit tout et son contraire. Dernier chose, c’est bien moi qui ai contacté le Burkina pour jouer au Portugal et qui en a parlé à la FMF. Attendons de connaître le choix du Comité auquel nous faisons confiance », a conclu l’entraîneur des Barea.Recueillis par E.F.

Midi Madagasikara0 partages

Betafo : Jiolahy mpamaky trano, saron’ny polisy

Mirongatra ny tsy fandriam-pahalemana ao Betafo, tato ho ato izay. Nisesisesy ny vaky trano sy hala-botry, eny fa hatramin’ny sinto-mahery sy ny fanendahana dia lasa mahazo vahana. Maro ny tokantrano no efa lasibatr’izany ka velon-taraina. Tsy mipetra-potsiny anefa ny mpitadro filaminana fa manao izay ho afany ihany, saingy tsy kely làlana ny ratsy. Roa lahy  no saron’ny polisim-pirenena ao Betafo,  ny 7 Septambra lasa teo. Voalaza fa nagalatra vary 9 gony tao Imerimandroso fokontany Avaratsena. Fantatra fa mpamerin-keloka ny iray amin’izy ireo, matetika no miakatra fitsarana amina resaka vaky trano, saingy rehefa nahefa ny saziny tany am-ponja dia io mamerina io hatrany. Natolotra ny fampanoavana indray izany ingahy rainy sy ny namany ary mazava fa hiditra am-ponja. Miantso ny fiaraha-miasa amin’ny vahoaka ny mpitandro filaminana ao Betafo mba hampandre sy hilaza raha misy ahiahiana mahakasika ny tsy fandriam-pahalemana, fa hotazomina ho tsiambaratelo izany. Araky ny fanazavana, dia sahirana ny olona, maro no very asa noho ny valanaretina covid19 ka nampirongatra ny tsy fandriampahalemana.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Théophile Pennequin : Le « pacificateur » ignoré

Esquisse artistique de l’Ile de Nosy-Be en 1883

Un bref séjour en France, une nomination au grade de capitaine et Théophile Pennequin fut affecté à Madagascar, Nosy-Be puis Diego-Suarez. Il fut chargé en 1883 de créer une compagnie de tirailleurs mixtes, comoriens, zanzibarites et malgaches qui prendront le nom de « casques noirs ». Cette unité combattit l’armée hova pendant la première guerre franco-malgache. Son activité lui valut la croix de chevalier de la Légion d’honneur. De nouveau, il fut opposé à l’armée merina commandée par le Britannique Shervington lors du combat d’Andampy où il les défait le 27 août 1885. Ce qui lui vaut d’être promu officier de la Légion d’honneur. Il acquit une grande renommée pour ses actions mais aussi pour son non-conformisme

Théophile Pennequin, né le 25 décembre 1849 à Toulon de Henri Jean Charles Pennequin et de Marie Anayse Louise Gasquet, fit des études dans sa ville de naissance avant d’intégrer Saint-Cyr, en 1868, dans la promotion « Suez ». Il intégra le 4e régiment d’infanterie de la marine, rejoignait le Camp de Châlons avant de combattre à Mouzon, Douzy et Bazeilles pendant la guerre de 1870. Il fut emmené en captivité en Allemagne pour être libéré en avril 1871. Il servit ensuite à Toulon puis à Cayenne avant de partir avec le bataillon du 4e RIMA, en 1877, qui servait en Cochinchine. En 1879, il commandait une compagnie du régiment de tirailleurs annamites de Ben Tré.

Nommé chef de bataillon, il était chargé, en 1888, par le général Charles Bégin de pacifier la haute région de la Rivière Noire et du pays muong, d’assister Auguste Pavie lors de son séjour en pays Taï. Pavie étant vice-consul à Luang Prabang. Ils se rencontrèrent en août 1888 à Vĩnh Yên du district éponyme. La région était parcourue par les bandes des Pavillons noirs, des Pavillons jaunes et de soldats chinois non soldés et surtout, les principaux dirigeants du mouvement national vietnamien autour de la personnalité du régent Tôn Thất Thuyết. Pavie et Pennequin, après moult tergiversations, parviennent à un accord avec Đèo Văn Tri pour le retour des soldats en Chine, à la reddition pacifique des Siamois du général Phya Surrisak retiré dans la citadelle de Muong Theng. En décembre 1888 Pavie et Pennequin se séparent.

Lâché par tous, son projet est enterré par le Comité Consultatif de Défense des Colonies, arguant que « l’évolution militaire d’un peuple ne peut que suivre son évolution politique et sociale et non la devancer ». Il quitte son commandement le 5 février 1913 et n’obtenant pas d’affectation propre à son rang, demande sa mise en deuxième section et devenant le seul général de la coloniale à partir en retraite avant la limite d’âge. Il se propose, le jour de la mobilisation générale, le 2 août 1914 mais ne reçoit pas de réponse. Il fut auditionné par les députés Massé et Bernard. Paul Doumergue insista ensuite pour hâter le recrutement en Indochine. Ce n’est qu’en 1915 que Pennequin, brisé dans sa carrière, cherche à revenir dans la partie en proposant d’employer 170 000 Vietnamiens et hommes des minorités de la Haute-Région tonkinoise pour servir en métropole dans le cadre de la mobilisation générale des forces vives de l’Empire. La santé de Théophile Pennequin déclinait, il décède en juin 1916 à l’hôpital de Toulon.

Recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Sendikan’ny artista : Any ivelany ireo mpikirakira « facebook » izay notorina

Efatra no natolotra ny fampanoavana taorian’ny fitorian’ny sendikan’ny artista, noho ny fanohintohinana ny filaminana anatiny. Artista fanta-daza ny iray ary olon-tsotra nizara ny fanehoan-keviny kosa ny telo. Araka ny efa fantatra, dia tsy nidoboka am-ponja izy ireo fa arahin’ny fitsarana maso kosa. Ankehitriny koa dia fantatra, fa avy amin’ny solon-tenan’ny mpitory fa mbola misy telo hafa  mitohy ny fanenjehana azy ireo. Mpikirakira pejy facebook izay betsaka mpanaraka izy ireo. Ny indro kely, dia tsy misy mipetraka eto Madagasikara ireo olona na dia efa fantatra ihany aza ny mombamomba azy ireo, rehefa nandeha ny fanadihadian’ny sampana « cybercriminalité ». Ho an’ireo olona efatra natolotra ny fampanoavana kosa dia natsahatra ny fanenjehana azy ireo, rehefa niaiky ny helony ary koa nanaiky ny nanao fifonana sy fialan-tsiny imasom-bahoaka. Mety hisy arak’izany ny fihaonan’izy ireo amin’ny mpanao gazety ato ho ato, mba handefasana izany fialan-tsiny izay amin’izay mety ho  voakasika. Raha tsiahivina, dia faniratsirana sy fanompana ny sendikan’ny artista no tena niaingan’ny fitoriana. Izany dia avy amin’ny alàlan’ny kaonty facebook izay nanehoan’ilay artista ny heviny momba ny feo izay nandeha fa hisy fizarana vola iray tapitrisa ariary ho an’ny mpanakanto. Sady diso ilay vaovao no feno teny ratsy. Dia nisy nizara koa taorian’izay. Sady voarohirohy ilay artista sy ireo izay nizara ny fanehoan-keviny tamin’ny facebook.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

RN4 Ankazobe : Le chef de Corps du 1RM7 blessé dans un accident

Blessé dans un accident sur la route nationale n°4, le colonel Jerisoa Ratsitohaina, chef de Corps du 1er Régiment militaire n°7 (1RM7) Antsiranana a été évacué d’urgence dans un hôpital de la capitale, le 11 septembre dernier. Cet officier supérieur de l’armée malgache était en route pour rejoindre son poste à Antsiranana quand sa voiture a fait un accident dans le Fokontany Kiva, dans la commune et district d’Ankazobe. Dans un virage, son 4X4, qui était conduit par un soldat de deuxième classe, a fait une sortie de route vers la partie gauche de la chaussée puis a repris la voie avant de se renverser sur le côté droit en position couchée sur son flanc gauche. Résultat, la voiture a été fortement endommagée. Coincé à l’intérieur, le colonel a été blessé tandis que son chauffeur s’en est sorti sain et sauf au moment de l’arrivée de l’équipe de secours conduite par le commandant de la brigade de la gendarmerie d’Ankazobe. L’enquête a révélé que l’éclatement du pneu arrière gauche de la voiture a provoqué ce drame. Après la constatation des faits, les gendarmes ont gardé la voiture accidentée en attendant l’arrivée du véhicule de dépannage.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Polibrèves

*** 259 passagers venant d’Europe ont débarqué à l’aéroport international d’Ivato hier à bord d’un vol de la compagnie Air Madagascar. Tous les passagers ont respecté tous les critères et les mesures sanitaires établis, a-t-on indiqué. A leur arrivée à Ivato, tous ces passagers ont subi un test PCR au Coronavirus. En attendant les résultats, ils sont mis en quarantaine au Tamboho hôtel Tana Water Front et à l’hôtel du Louvre Antaninarenina.

 

*** Le Pôle Anti-Corruption (PAC) reprend du service après l’allègement des mesures dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Actuellement, les responsables sont en train d’organiser les programmes en vue d’une reprise prochaine du traitement des dossiers. D’après les explications, les dossiers en instance qui les ont attendus depuis plusieurs mois de confinement seront traités en priorité.

 

*** D’après les informations, la Commission spéciale en charge de la mise en accusation des hauts responsables étatiques au sein de l’Assemblée nationale sera opérationnelle incessamment. Les membres du bureau de ladite commission sont actuellement au grand complet après l’élection de Djohary Lee au poste de Premier rapporteur général. Il convient de rappeler que les rapporteurs généraux jouent un rôle crucial au sein de cette commission de mise en accusation. Et ce, dans la mesure où ce sont eux qui prennent la décision concernant les dossiers à traiter.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Commerce international : Un système équitable et transparent réclamé par le secteur privé

Le système commercial mondial est injuste pour les pays d’Afrique, selon les résultats de l’enquête menée par le magazine African Business.

L’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), dans son état actuel, est inefficace, selon les 37% des PDG d’entreprises, interrogés dans le cadre d’une enquête commandée par le Comité panafricain du commerce et de l’investissement du secteur privé (PAFTRAC).

Evaluer le point de vue du secteur privé sur le commerce. Tel est l’objectif de l’enquête initié par PAFTRAC et réalisée par le magazine African Business, en partenariat avec Afreximbank. Les résultats de cette enquête ont mis en évidence le désir du secteur privé de réformes considérables pour doter le système mondial de règles commerciales plus justes et plus transparentes. « 200 PDG ont été interrogés sur des questions concernant l’OMC et le commerce en général. 37% d’entre eux estiment que l’OMC, dans son état actuel, est inefficace. 65% des PDG estiment que le système commercial mondial est injuste pour l’Afrique. Plus de 50% des PDG jugent que le commerce mondial augmentera au cours des 12 prochains mois. Plus de 70% des PDG pensent que le commerce intra-africain augmentera au cours des 12 prochains mois », ont indiqué les initiateurs du projet, qui ont communiqué les résultats de l’enquête.

Imperfections. «En tant que banque panafricaine de financement du commerce, Afreximbank a été mandatée pour héberger le secrétariat du PAFTRAC. Toute réforme doit soutenir un secteur privé africain en plein essor et une Afrique de plus en plus intégrée. Nous avons vu, au cours du dernier quart de siècle, depuis la création de l’OMC, l’émergence d’un secteur privé africain robuste et dynamique et, plus récemment, des étapes importantes pour intégrer l’Afrique dans le cadre de l’Accord de libre-échange continental africain (ZLECAf). L’OMC et ses nouveaux dirigeants devront reconnaître l’impératif de l’intégration africaine et placer le développement au centre de tout programme commercial », a déclaré le professeur Benedict Oramah, président d’Afreximbank. Mercredi dernier, une présentation des résultats de l’enquête ainsi qu’un débat sur le sujet ont été programmés lors d’un webinaire.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

2 « El » opposés

A l’image du projet de séparer le Vatovavy du Fitovinany, le découpage territorial et administratif de la 23ème région divise les membres de la classe politique, y compris ceux qui sont dans le même camp.

2 « El » opposés

Le gouverneur de la région Vatovavy Fitovinany, Lucien Laurel Razafitsotra, et le député élu à Ikongo, Jean Brunelle Razafitsiandraofa, sont les 2 « El » opposés par rapport à la délimitation de la future 23ème région. Chacun d’eux a deux « étoiles » sur ses épaulettes puisque le premier était médecin général dans l’armée et l’autre Contrôleur général de police. En somme, ils sont issus tous les deux des rangs des forces de l’ordre quoique leur désaccord actuel fasse quelque peu… désordre dans le milieu régional, voire au niveau central. La rivalité entre les deux hommes tient peut-être aussi du fait que le gouverneur soit une personnalité désignée qui porte à la fois la casquette de représentant local de l’Etat et celle de chef de l’Exécutif local tandis que le député est le représentant de la population du district dont « les 80% ne voudraient pas être rattachés à Fitovinany », selon ses dires. Une manière d’apporter la riposte au gouverneur qui pense aux gouvernés, en s’appuyant sur la proximité géographique d’Ikongo avec Manakara plutôt qu’avec Mananjary. Si l’un n’a pas tout à fait raison, l’autre n’a pas entièrement tort. Ce qui augure l’âpreté des prochains débats au Parlement sur la modification de la loi n°2004-001 relative aux régions qui dispose en son article 3 qu’ « Il est créé 22 régions à Madagascar ». En effet, si les limites territoriales, la dénomination et le chef-lieu de chaque région peuvent être changés par voie de décret par le Législatif, en revanche, la modification du nombre des régions doit passer par le Législatif. A chacun ses pouvoirs comme les 2 « El », soucieux tous les deux du développement régional et qui ont pour autre dénominateur commun de ne pas rouler en « 4L ».

R.O

Midi Madagasikara0 partages

« Weekend magnifique » : Mpivoaka alina 14, nosamborin’ny polisy

Mbola misy ary tsy mbola resy akory ilay valanaretina, hoy ny eo anivon’ny polisim-pirenena. Raha ny hita anefa, indrindra fa ny eto an-dRenivohitra dia toa maro amin’ireo olona no manadino sa minia manadino tanteraka ny fisian’izany valanaretina izany ka tsy manaja sy tsy miraharaha intsony ireo fepetra rehetra noraisina tsy hiparitahan’izany valan’aretina Covid-19 izany. Ary izay indrindra no nahatonga azy ireo hisava sy hasiaka amin’ireny olona ireny. Porofon’izany, mpirevy sy olona tia mivoaka alina nahatratra am-polony tany ho any no voatery nosamborina ary nampidirina « violon » avy hatrany. Ny antony, tsy fanajana ny « couvre feu » ary tsy fitondrana aro vava sy orona. Ankoatr’ireo moa dia fantatra ihany koa fa olona  74 hatreto no tratra tsy nanao izay arovava sy orona izay teny an-dalam-be ka nampanaovina ilay asa iombonana na ny « TIG » (travaux d’intérêt général) ho fampatsiahivana azy ireo, fa mbola misy ireo fepetra noraisina io.

Eo amin’ny lafiny fiara mpitatitra, raha ny teo an-dRenivohitra, dia fantatra fa mbola misy ihany ireo mpamily na ny mpanampiny tsy manaja ihany koa ireo rehetra nolazaina sy notapahan’ireo tompon’andraikitra na mba mampihatra ihany fa amin’ny ampahany. Voatery nosazina ihany koa izy ireny ka nahatratra teo amin’ny 25 teo ireo « reveveur » no voatery nampanaovinaa asa iombonana. Antony : fampakarana « visiere » ho toy ny « casquette » na ihany koa tsy fanaovana tsotr’izao ity aro tava manjelatra ity. « Ny fihetsika tsy misy fitandremana asehontsika anefa, hoy ny eo anivon’ny polisim-pirenena hatrany, dia mety hampirongatra indray ny aretina ka aoka re mba samy ho tonga saina mba tsy hiverenan’ny fihibohana intsony »

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Reboisement : Un taux de réussite de 85% à Ankazobe

Le constat a été effectué sur le terrain.

Le défi est de taille quant à la réalisation de l’initiative de reverdir la Grande île.

Le reboisement effectué le 19 janvier 2020 semblerait avoir porté ses fruits. Ce jour-là, 500 Ha de terrain situés dans la plantation de la station forestière de Manankazo ont été reboisés. La station forestière en question, d’une superficie de 8 750 Ha, étant gérée par la société Madasco depuis l’année 2000 pour une durée de 50 ans. La réussite a été constatée lors d’une descente effectuée par la ministre de l’Environnement et du développement durable, Baomiavotse Raharinirina et son équipe hier si l’on se fie à un communiqué publié par le ministère en question. Le même communiqué faisant savoir : « tel que constaté, le reboisement affiche un taux de réussite de 85% ». Un résultat obtenu grâce à la collaboration entre diverses parties prenantes telles que la gendarmerie nationale, le bureau du district d’Ankazobe ainsi que le KMDT (Komity Miaro amin’ny Doro Tanety). Ces derniers étant les bras armés de la lutte contre les feux auprès des communautés.

Le pourquoi. Le reboisement effectué à Ankazobe le mois de janvier dernier se voudrait être « un exemple de réussite » en la matière. En ce sens qu’il est le fruit d’une nouvelle approche initiée par le ministère de l’Environnement et du développement durable. L’approche en question consistant en « l’implication des communautés locales dans l’initiative de reverdir la Grande île ». Après le lancement de la campagne de reboisement en 2019, les populations vivant aux alentours de la station forestière de Manankazo auraient été sollicitées par le ministère de tutelle pour effectuer le reboisement. Contre des indemnités, lesdites communautés auraient également été chargées d’effectuer le suivi des plants mis en terre. « Cette tâche étant la plus importante » et qui ferait la « particularité » de la campagne de reboisement lancée le mois de janvier dernier si l’on revient sur les dires du ministre de l’Environnement de l’époque. Missions qui sembleraient avoir été menées à bien par les communautés locales vu le constat de la délégation qui s’y est déplacée hier.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Besalampy : Ravan’ny polisy ny andian-jiolahy mpanafika mpiantsena

Jiolahy mpanao fanafihana mitam-piadiana enina indray no ravan’ny polisy tao Besalampy, rehefa avy nanao ny  asa ratsiny, ny faran’ny herinandro teo. Araka ny loharanom-baovao, dia ny 29 aogositra tokony ho tamin’ny 7 ora hariva no nanafika mpivarotra avy nivaro-bokatra nandeha tamin’iny làlana Analangidro iny ireto jiolahy ireto. Nambanan’izy ireo  basy ireo olona ireo rehefa nosakanany. Voaroba avokoa ny vola mitentina 35 tapitrisa ariary, finday maromaro  mitentim-bidy 15 tapitrisa ariary, ary lamba maromaro. Noho ny hafainganan’ny antso voarain’ny polisy, dia nidina tonga ara-potoana teny an-toerana izy ireo ka voasambotra tamin’izany ireo jiolahy  enina; izay mbola lasa lavitra raha nikasa hitsoaka. Mbola tra-tehaka teny amin’izy ireo ny fitaovana nampiasainy toy ny basy vita gasy  roa, famaky roa, antsy lava ary ody gasy maromaro. Tontosa moa izao fanamboarana izao noho ny fiaraha-miasa amin’ny fokonolona any an-toerana.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Hatolotra ny fampanoavana anio : Nampiasa hosoka mba hibodoana ny harem-badiny taloha

Nivoaka tamin’ny fahanginany ny zandary ao Ambovombe, mahakasika ny raharaha izay nalaza tao an-toerana, dia ny fibodoana ny fananan’i Soja Tovonday (mpitandraka safira, maty voatifitra) sy ny vadiny Brigitte. Raha tsiahivina, dia nisy nitifitra teny amin’ny lalam-pirenena mizotra ho any Ambovombe itsy voalohany. Vao vita ny fandevenana azy, dia raikitra ny savorovoro momba ny fananany. Nody an-tanampolo ny vadiny rehefa nobodoin’ny vadiny teo aloha antsoina hoe Haova ny hareny. Nanomboka teo ny fitorian’i Brigitte teny anivon’ny zandary tao Ambovombe noho ny fangalarana ny fanananam-badiny. Sarotsarotra teo ny raharaha, satria nisy didy mifanohitra avy amin’ny sampam-pitsaràna roa karazana. Nahitan’ny zandary vahaolana ihany izany, ary dia voaporofon’ireo fa nisy tokoa ny fampiasana hosoka mba hibodoana fananan’olona. Araka ny fanazavan’ny komandin’ny vondron-tobim-paritry ny zandarimaria ao amin’ny faritra Androy, ny Lieutenant-Colonel Andriamamonjisoa Jean Bernard, nandritry ny fihaonany tamin’ny mpanao gazety tao an-toerana, dia hosoka ny taratasy fananangan-jaza nataon-dramatoa vadiny teo aloha. Izany no nataon’io ramatoa io dia ny mba hanaporofoana, fa nanaiky ny nanangana ireo zaza efatra (telo amin’ireo ny zanak’izy ireo fony nanambady) i Soja Tovonday. Manamora ny fibodoana ireo fananan’ny maty izany. Voaporofon’ny zandary anefa ny maha-hosoka ireo taratasy. Hatolotra eny amin’ny fampanoavana anio ny raharaha, ary anisan’ny hoentina eny koa ireo tompon’andraiki-panjakana izay nanao ny taratasy hosoka. Ankoatr’izay, dia mbola noporofoin’ny zandary koa fa fika iray entina handotoana ny mpitory ny filazan’i Haova, fa nisy naka an-keriny ny zanany iray izay zanany tamin’ny vadiny faharoa; izay antsoina hoe Jocely. « Rehefa nohalalinina dia noho ny hatezeram-badiny (vadiny vaovao) no nakàny ilay zaza ho any aminy. Tsy zakan’ilay rangahy (Jocelyn) mantsy ny fisian’ilay taratasy hosoka  milaza fa natsangan’ny rafilahiny io zaza io. Nitory ny vadiny koa aza i Jocelyn noho izany », raha araka ny fanazavan’ny zandary. Mivoaka tanteraka ny valin’ny fanadihadiana rehetra ankehitriny, ary dia handrasana ny fanapahan-kevitry ny fampanoavana ao an-toerana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Sénatoriales : Vers un simulacre de boycott du RMDM

La question est de savoir si l’opposition parviendra à trouver une entente pour faire front uni contre les candidats du régime.

Théoriquement, la principale raison d’existence des partis politiques est de prendre le pouvoir. Les textes exigent d’ailleurs leur participation aux échéances électorales. Cette disposition n’est malheureusement pas respectée à Madagascar en ce qui concerne la majorité des 125 partis politiques légalement constitués au ministère de l’Intérieur. En effet, une vingtaine de partis seulement présentent des candidats lors des élections. Le reste est constitué de groupuscules dont le Modus operandi est de s’opposer, critiquer et parfois déstabiliser pour réclamer un  » fiaraha-mitantana  » pour obtenir un  » seza « . Nul n’ignore que le Mouvement pour le Changement Démocratique à Madagascar (MCDM) d’Alain Andriamiseza n’a jamais participé à aucune élection, du moins pendant ces 10 dernières années. Même situation pour le Pasteur Edouard Tsarahame qui est connu comme étant l’un des spécialistes des coalitions et/ou groupements de partis de l’opposition.

Verdict des urnes. Actuellement, l’ancien président Marc Ravalomanana et son parti, le « Tiako i Madagasikara », ont décidé de s’entourer des leaders de ces groupuscules. Cette coalition ou association (c’est selon) risque toutefois de fragiliser davantage le TIM qui, pourtant, représente la deuxième force politique du pays. En effet, l’on constate actuellement qu’en acceptant d’intégrer le « Rodoben’ny Mpanohitra hoan’ny Demokrasia eto Madagasikara » (RMDM), l’ancien parti au pouvoir accepte de rouler pour la stratégie de ces petits partis qui n’osent pas, et qui n’ont jamais osé, se confronter au verdict des urnes. D’ailleurs, à l’allure où vont les choses, il faut s’attendre à ce que dans les prochains jours, le « Rodoben’ny Mpanohitra hoan’ny Demokrasia eto Madagasikara » annonce qu’il ne participera pas aux élections sénatoriales de décembre prochain. Convaincus de leur défaite assurée, ils vont opter pour un simulacre de boycott du scrutin en évoquant comme argument des imperfections dans l’organisation des élections. Pourtant, connaissant Marc Ravalomanana qui a choisi le  » Never give up  » comme devise, il aurait utilisé tous les moyens pour remobiliser ses troupes et convaincre les grands électeurs TIM d’aller au front. Quoi qu’il en soit, avec la scission actuelle au sein du RMDM, c’est une opposition fragilisée et en ordre dispersé qui va affronter les sénatoriales. Pourtant, ce scrutin aurait pu être un énième round qui aurait pu être intéressant dans le combat entre le MAPAR et le TIM. Bon nombre d’observateurs pensent en tout cas que pour envisager un retour au pouvoir, Marc Ravalomanana devrait bien choisir son… Entourage.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Zanak’i Betsiboka Mitambatra : Aide sociale en faveur des enfants de Betsiboka à Antananarivo

Hier, 13 septembre 2020, la communauté de Betsiboka à Antananarivo (ZABEMI) est venue offrir un lot de produits de première nécessité aux enfants de la région qui suivent leurs études dans la capitale. Une aide qui vient à point nommé puisque les parents de ces étudiants ne peuvent les approvisionner pour l’instant en raison de la crise sanitaire. C’est ainsi que le président de la communauté, Flobert Randrianjara, et son équipe ont remis à chaque étudiant 04 sacs de riz, 03 cartons d’huile de table, un carton de savons, des légumineuses et d’autres produits utiles dans la vie de tous les jours. Par ailleurs, la communauté ZABEMI prévoit aussi de venir en aide aux candidats au baccalauréat originaires du Betsiboka dans les jours à venir.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ligue 2 : Paris FC de Bôlida en tête du classement

Trois joueurs des Barea ont brillé en Ligue 2 avec leurs clubs respectifs, ce week-end.

Un sans-faute pour Paris FC. Avec trois victoires consécutives, Bôlida et ses coéquipiers se trouvent en tête du classement provisoire de la Ligue 2. Lors de la troisième journée de ce week-end, les hommes de René Girard se sont imposés face à Amiens sur le score de 2 buts à 1. Ils étaient perturbés par le camp adverse mais ont pu résister pour conserver leur première place. Paris a ouvert le score peu avant la mi-temps avec le premier but de Julien Lopez, puis a doublé la marque par l’intermédiaire de Moustapha Name à la 57e minute. Le pénalty transformé de Stiven Mendoza à la 70e minute relançait Amiens. Mais malgré de nombreuses tentatives, les Picards n’ont pas pu égaliser le score. L’international malgache, Lalaina Nomenjanahary, a été titulaire au poste de milieu latéral gauche. Il a assuré avec ingéniosité son poste pendant 84 minutes en ayant réalisé un excellent jeu.

Ainsi, deux autres Barea ont joué lors de cette troisième journée de la ligue 2 avec leurs clubs respectifs, en l’occurrence Rayan Raveloson et Jérôme Mombris. Pour Rayan et Troyes, ils ont défait Paul FC sur le score de 2 buts à 0. Le milieu de terrain des Barea a joué l’intégralité du jeu et a largement contribué à la domination de son équipe. Il écopait d’un carton jaune à la 31e minute. A l’issue de ce match, l’Estac Troyes est à la quatrième place provisoirement. Quant au Grenoble de Jérôme Mobris, il a enchainé une deuxième victoire en s’imposant face à Chambly sur le score de 2 à 1.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Déclaration de patrimoine : Les 4 nouveaux ministres aux abonnés absents

10 nouveaux ministres de l’actuel gouvernement ne figurent pas encore sur la liste de la Haute cour constitutionnelle concernant les membres du gouvernement qui ont déposé leurs déclarations de situation patrimoniale.

Les nouveaux ministres qui viennent d’intégrer le gouvernement, le 20 aout dernier, sont attendus par la Haute cour constitutionnelle pour déposer la situation de leurs patrimoines. Une démarche que tout ministre ne doit pas rater une fois qu’il a intégré le gouvernement. Marie Michelle Sahondrarimalala, Jean Louis Rakotovao, Bavy Angelica Michelle et Ernest Tsikeliniankina sont invités à déclarer la situation de leurs avoirs auprès de la cour d’Ambohidahy, conformément aux dispositions constitutionnelles qui, dans leurs articles 40 et 41, exigent aux ministres de déposer à la Haute cour constitutionnelle leurs déclarations de patrimoine. Leurs noms ne figurent pas encore sur la liste publiée par Ambohidahy, mercredi dernier, qui cite les noms des ministres et premiers ministres qui ont déjà fait la déposition.

Rétrograde. Au départ, le gouvernement ne rate pas le coche sur le sujet. Actuellement, il semble qu’il a perdu son rythme du début de mandat. En janvier 2019, les nouveaux ministres qui ont fait leur entrée dans le gouvernement se sont bousculés au portillon pour faire leur déclaration de patrimoine auprès de la Haute cour constitutionnelle, à peine une semaine après leur nomination. A cette époque, les premières recrues ont fait preuve d’exemplarité en matière de respect de l’obligation légale concernant la déclaration de patrimoine. Un an plus tard, les nouvelles têtes de l’équipe de l’Exécutif ont rétropédalé en la matière.

Transparence. 6 ministres de l’actuel gouvernement, qui ont été nommés en début de cette année, n’ont pas encore fait leurs déclarations de situation patrimoniale auprès de la Haute cour constitutionnelle, comme l’exigent alors les législations en vigueur en matière de transparence et de lutte contre la corruption. Ils ne figurent toujours pas sur la liste de la cour d’Ambohidahy. Il s’agit, entre autres, du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Elia Béatrice Assoumacou, du ministre de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène, Voahary Rakotovelomanantsoa, du ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique, Andriamanohisoa Ramaherijaona.

Délai légal. Pourtant, l’actuelle ministre de l’Environnement et du développement durable, Baomihavotse Raharinirina se démarque de ses collègues qui ont été recrutés en janvier 2020. Selon la liste de la Haute cour constitutionnelle, la déclaration de la situation des avoirs et patrimoines de cette dernière a été enregistrée le mercredi 09 septembre dernier, c’est-à-dire 9 longs mois après sa nomination au poste de ministre. Un conformisme tardif car cette originaire de la région Betsileo a loupé le délai légal imposé à tous les membres du gouvernement pour procéder à la déclaration. La législation en vigueur exige aux ministres de déclarer chacun son patrimoine, dans un délai de trois mois qui suivent leur nomination.

Emprisonnement. La publication de la liste par la cour constitutionnelle démontre à quel point certains membres sont loin de montrer le bon exemple en matière de probité et de transparence, particulièrement sur leur situation patrimoniale. Une réalité qui va certainement à l’encontre de l’initiative du chef du gouvernement d’impulser un « code de bonne conduite » destiné à sa formation et qui risque d’écorner l’image du gouvernement, en général, déjà sous la haute surveillance de la société civile en ce qui concerne la gestion des fonds destinés à la lutte contre le coronavirus. En tout cas, le manquement en matière de déclaration de patrimoine réserve des sanctions aux ministres. « Tout récalcitrant n’ayant pas encore accompli son obligation légale, deux mois après un rappel dûment envoyé, risque une peine de 6 mois à 5 ans d’emprisonnement et une amende de 50 millions d’Ariary à 200 millions d’Ariary, selon l’article 34 de la Loi 2016-020 du 22 août 2016 sur la lutte contre la corruption ou l’article 183.2 du code pénal malagasy », a rappelé le bureau indépendant anti-corruption.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Barea : Dimitri Caloin et Ramalingom toujours sans club

A quelques jours de la fin du mercato d’été, prévue pour le 5 octobre, des joueurs des Barea sont toujours à la recherche de nouveaux clubs. Le milieu de terrain, Dimitri Caloin, ancien sociétaire du FC Ville Franche Beaujolais, est toujours libre depuis le mois de janvier 2020. « Quelques très bonnes nouvelles de Dimitry qui a actuellement de nombreuses propositions. J’ai pu échanger avec lui. Il vous salue, et est dans une super forme. Il va bientôt décider de sa future destination à l’étranger à coup sûr », c’est la publication du coach Nicolas Dupuis datant du mois de juillet. Mais deux mois plus tard et à quelques jours de la clôture des transferts, le dossier Dimitri Caloin reste encore très calme. L’autre nouvelle recrue des Barea, à savoir l’attaquant Alexandre Ramalingom, ancien pensionnaire du club RE Virton Belgique, est sans club depuis le 1er juillet 2020. D’après les informations, Alexandre Ramalingom serait sur les tablettes du FC Sète, qui venait d’être promu en National 1. En attendant l’évolution de leur situation, la question est de savoir si les deux joueurs sans clubs seront retenus par le coach Nicolas Dupuis pour la prochaine double confrontation face à la Côte d’Ivoire au mois de novembre.

TH

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme : Distribution de dons aux athlètes de Vakinankaratra

Les athlètes étaient ravis de recevoir les dons de l’AC Crown.

Les jeunes athlètes de la ligue de Vakinankaratra d’athlétisme ont été gâtés. Crown Athletics Club d’Antsirabe, grâce à ses donateurs, a pu collecter des matériels sportifs et les a distribués aux athlètes. En effet, le grand club d’Antsirabe n’a pas retenu pour lui seul les dons récoltés mais les a partagés avec les deux autres clubs affiliés, à savoir l’ASJA AC et l’EPSPI afin de motiver les jeunes athlètes de la ligue. Une séance d’entraînement a été organisée hier au Parc de l’Est pour rassembler les athlètes de ces trois clubs pour la remise des matériels.

Ce n’est pas la première fois que l’AC Crown procède à ce genre d’action. Les dirigeants du club, à l’instar de son président, Yann Mayette, étaient toujours au chevet de leurs athlètes en distribuant des dons alimentaires pour faire face au confinement. Et ces derniers temps, le Crown Athletics club vient de recevoir 5 300 000 ariary. C’est une somme collectée par le magazine Respirez Sports afin d’aider le club à affronter les aléas de la crise sanitaire mais surtout pour se projeter dans un futur bien meilleur. Par ailleurs, confinement ou pas, les athlètes du club ne se sont jamais arrêtés de s’entrainer. Ils ont travaillé périodiquement hors stade pour maintenir leur performance et afin d’être toujours prêts à toute éventuelle compétition.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Investissements : L’industrie minière malgache en panne

Le secteur minier est un incontournable du développement économique

Le secteur minier est très actif dans le développement socioéconomique de Madagascar. Mais la situation n’est actuellement pas reluisante, notamment pour les grands investissements miniers qui rencontrent un certain nombre de blocages.

 Ambatovy qui peine à retrouver ses activités normales en raison de la crise sanitaire, Base Toliara qui risque tout simplement de tomber à l’eau depuis que la Cour des comptes a sorti un audit qui lui est défavorable, les grands investissements miniers mais aussi les petites mines ne sont pas dans leur meilleure forme actuellement.

Rôle de premier ordre

Une contre-performance qui, malheureusement, risque de jouer en défaveur de la relance économique en ce début de période de post-Covid. Car qu’on le veuille ou non, l’industrie extractive joue un rôle de premier ordre dans l’économie de Madagascar. D’après les statistiques, les mines ont contribué, entre 2018 et 2018, à plus de 3 milliards de dollars d’achat local avec un peu moins de 2 000 entreprises locales comme fournisseurs. Le secteur a contribué, en termes de recettes fiscales, à plus de 1 100 milliards d’ariary d’impôts et taxes et a généré 33 000 milliards d’ariary d’investissements directs étrangers entre 2011 et 2018. D’après un rapport de l’EITI, l’industrie extractive a contribué à hauteur de 742,6 milliards d’ariary dans le PIB de Madagascar en 2017. Pour un total de 8 929,50 milliards d’ariary d’exportations malgaches en 2017, le secteur extractif a apporté 2 243,35 milliards d’ariary, représentant 25% du total. Des chiffres qui démontrent, en tout cas, l’importance économique du secteur.

Importante contribution

Pris individuellement, les grands investissements miniers ont démontré leur importante contribution économique. Pour ne prendre que le cas d’Ambatovy qui s’approvisionne auprès de plus de 850 PMME dans 40 secteurs, ou encore des dizaines de milliers d’heures de formation technique en comptabilité, gestion de projet, leadership, contrôle de la qualité, administration de contrats, passation de marchés, approvisionnement, environnement, santé et sécurité, relations entre le patronat et les employés et en gestion du changement et développement… Pour Base Toliara, l’avenir se présente également sous de belles perspectives, avec notamment ses 560 millions de dollars d’investissements, ses 4 000 emplois directs et indirects, ses 43 millions de dollars d’impôts lors de la phase d’installation des infrastructures, ses 35 millions de dollars par an de ristournes.

Cotée en bourse

Des retombées positives, en somme, mais qui risquent de ne pas se traduire en réalité en raison du blocage que pourrait provoquer cet audit de la Cour des comptes. Certains observateurs estiment que si cet audit mène à une suspension définitive du projet, le pays risque de gros problèmes. Outre la perte des avantages attendus, il y a un autre risque car les investisseurs internationaux de la taille de Base Toliara, une société cotée en bourse, ne se laisseront pas faire et réclameront, probablement en justice, les dépenses d’investissements qu’ils ont consenties. Sans compter, bien évidemment, le fait que la remise en question de ce projet risque de porter, une fois de plus, atteinte à la crédibilité de Madagascar en tant que destination des investissements. En somme, et comme le suggèrent certains observateurs, l’Etat et Base Toliara devraient trouver un terrain d’entente pour ne pas compromettre définitivement le projet.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Gouvernement monégasque : 80 000 euros pour appuyer Action contre la faim

Afin de prendre part à l’amélioration de la sécurité nutritionnelle des enfants dans le Grand sud de Madagascar, le gouvernement monégasque a apporté un soutien financier à hauteur de 80 000 euros au programme élaboré par l’Association contre la faim. Une aide qui s’inscrit dans le cadre de l’amélioration des mesures de prévention et de prise en charge de la malnutrition aigüe durant la période de soudure, selon la direction de la coopération internationale monégasque.

Selon la dernière enquête sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le Grand sud durant le mois d’octobre 2019, il a été révélé que 33 % des communes sont en alerte ou urgence nutritionnelle. D’où la nécessité de venir en aide à cette partie du pays dans les plus brefs délais. C’est d’ailleurs pourquoi Action contre la faim s’est résolue à déployer 11 équipes mobiles sur 50 sites d’intervention dans les 08 districts du Grand sud. Dans ce programme, l’association projette de faire bénéficier plus de 9 000 enfants de 6 à 59 mois souffrant de malnutrition aigüe d’un traitement spécifique et d’une prise en charge médicale.

Cette aide du gouvernement de Monaco n’est pas une grande première puisqu’il a toujours répondu présent lorsqu’il s’agit d’intervenir dans le domaine de la santé dans les pays vivant encore dans la pauvreté extrême.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Coopératives agricoles : Accès aux équipements pour développer les industries rurales

Les représentants des quatre entités qui ont signé l’accord de partenariat sur la mise en œuvre du projet « Zara Iombonana »

Quatre entités viennent de signer un accord de partenariat en vue de renforcer la productivité des 2 300 coopératives agricoles recensées dans tout Madagascar, à travers la mise en œuvre d’un nouveau projet intitulé « Zara iombonana ».

Il s’agit notamment du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, celui de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, du programme national d’entrepreneuriat Fihariana et de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel.  L’objectif de ce partenariat consiste à appuyer ces coopératives agricoles, qui sont majoritairement localisées en milieu rural, à augmenter leur capacité de production en termes de quantité et de qualité. En outre, « le programme Fihariana se charge de la facilitation de l’accès de ces coopératives aux équipements, surtout de transformation, sous forme de crédit-bail afin de développer les industries rurales capables de satisfaire les besoins de leur district, voire leur région », a expliqué Valérie Zafindravaka, la Secrétaire exécutive du programme Fihariana, lors de la signature de cet accord de partenariat qui a eu lieu tout récemment à Ankorondrano.

Identifier les greniers de production. Via ce système de crédit-bail, les coopératives pourront acquérir des équipements ou matériels de transformation sous forme de vente-location. « Les coopératives Fanamby et AAM dans les régions Amoron’i Mania et Vatovavy Fitovinany seront les premières bénéficiaires du projet « Zara iombonana », et ce, à titre de coopératives pilotes. Des pressoirs à huile d’arachide sont ainsi mis à leur disposition sous forme de crédit-bail. Nous envoyons en même temps des techniciens qui se chargent de la formation des membres concernant l’utilisation et la maintenance de ces équipements. Le but est d’appuyer ces coopératives à augmenter leur production d’huile d’arachide tout en respectant la qualité afin de satisfaire, en premier lieu, la demande locale et d’assurer, par la suite, l’autosuffisance alimentaire du pays », a-t-elle poursuivi. Quant au ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, « nous allons identifier les greniers de production de matières premières qui serviront à alimenter régulièrement les industries rurales. L’appui des producteurs à l’amélioration de la qualité de la production agricole n’est pas en reste », a soulevé le ministre Lucien Ranarivelo.

Opportunités d’affaires. Dans la même foulée, « notre département se charge de la formalisation des coopératives agricoles et de la certification de leurs produits transformés ainsi que de la recherche de débouchés. La mise en œuvre de ce projet « Zara iombonana », contribue au développement d’un produit qui sera spécifique à chaque district. Nous allons entre-temps développer les opportunités d’affaires suivies de business plan types pour 30 secteurs d’activité dans le but de booster l’entrepreneuriat et l’industrie rurale », a évoqué le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala. Par ailleurs, l’ONUDI assure la formation et l’encadrement technique des membres des coopératives afin de pérenniser leurs activités. Notons que ces 2 300 coopératives concernées comptent en tout près de 45 000 membres.  Et pour en revenir au projet « Zara Iombonana », qui est également décliné sous forme d’ateliers partagés, le programme Fihariana prévoit de mettre en activité 15 ateliers avant la fin de 2020 et 90 autres dans les deux prochaines années.

Navalona R.