Les actualités à Madagascar du Samedi 14 Septembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara5 partages

BNI Madagascar : Lancement de KRED à Diégo Suarez

« Assurer une présence permanente auprès des entrepreneurs semi-formels et informels et contribuer au développement de leurs activités, grâce à un mécanisme d’appui financier, accessible et simple, pour répondre efficacement à leurs besoins de financement. Cela, avec des taux d’intérêts parmi les moins chers du marché et des délais relativement courts».  C’est  ce qu’a notamment expliqué  Adrian Chindris, Directeur Général Adjoint Stratégie de BNI Madagascar lors du lancement de   KRED, la deuxième marque dédiée  aux petites entreprises, à Diégo Suarez.

KRED, rappelons-le est un système de bancarisation utilisé par la BNI Madagascar dans l’objectif de réaliser la totalité de ses opérations : de la collecte de la demande de crédit à la prise de décision finale via les tablettes de ses agents nomades pour assurer une proximité maximale avec ses clients.   Forte d’un partenariat avec MVola de Telma, KRED permet à sa clientèle d’entrer en contact via le menu KRED TELMA (#111*7*2*2#), de recevoir son crédit et de le rembourser depuis son téléphone portable 7j/7j et 24/24.  Grâce à KRED, BNI MADAGASCAR franchit donc un nouveau cap en matière d’universalité des services financiers pour tous les segments du marché malgache. « KRED accompagne les activités économiques malgaches. Celles-ci bénéficieront à la fois d’une forte réactivité et des meilleures conditions financières, à l’instar de ce qui se fait avec les grandes banques» confirme Adrian Chindris.

R.Edmond.

Madagate4 partages

Luc Hervé, le terroriste qui s'ignore, perdu dans ses paradis artificiels

C'est en langue malagasy que cet énergumène qui réside en région toulousaine, en France, démontre son art d'insulter qui il veut, sûr de son impunité. Malheureusement pour lui, sans rime ni aucune raison, sinon de défendre un escroc -qui aura des comptes à rendre à la justice d'ici ou d'ailleurs, tôt ou tard-, il m'a inscrit dans son palmarès avec une gravissime insulte pour un Malagasy: s'en prendre à ma mère, pourtant décédée en 1977. Je ne reproduirai pas cette insulte ici, ce ne serai ni intelligent ni correct. Mais j'ai une capture d'écran, pour le prouver. Lui -que, jusqu'ici, je ne connaissais ni d'Adam ni d'Eve-, il est sûrement venu sur la planète Terre, tout seul?

Non, il a des parents. Mais faut-il les plaindre d'avoir engendré un authentique monstre frustré d'on-ne-sait-quoi qui prendre les Malagasy pour de la merde? Tout simplement au nom de la "liberté d'expression". Cela est dit en français: malgaches de merde! Pourquoi j'ai rédigé ce texte en français, alors que lui, il parlotte tout le temps en malagasy, à travers des vidéos qui ont toutes été enregistrées? C'est pour prévenir les gouvernements français et américains. Car mieux vaut prévenir que guérir.

Avec un type ayant des comportements de terroriste, il faut s'attendre à tout. Surtout qu'il travaille dans un aéroport... Qu'adviendra-t-il s'il pète les plombs en plein boulot? Car, trop souvent en plein paradis artificiel, il ne sait même pas lui-même jusqu'où il pourrait aller dans sa folie. Dans un post en malagasy il le dit lui-même, d'ailleurs: "Anao koa adala. Zaho Luc Hervé adala mandilatra anao". Ce qui signifie, en bon français: si tu es fou, moi Luc Hervé, je le suis encore plus que toi. Imaginez alors ce qui risque de vous arriver si vous le rencontrez et que vous le regarder de travers. Avec ce Luc Hervé tout est possible et surtout toujours le pire.

Quelle est sa raison de vivre? Pourquoi s'en prend-il à ses compatriotes de Madagascar, lui résidant à 10.000 kilomètres? Assurance de l'impunité totale au nom sa fameuse "liberté d'expression" ou summum de la lâcheté d'un fanfaron mal éduqué? Quoi qu'il en soit, une chose est certaine: aussi loin que l'on aille, on ne peut jamais échapper à ce que l'on fait. Originaire de Mahajanga, il y a sûrement quelqu'un, ici sur Facebook, qui doit le connaître réellement: son enfance (dure? Mais ce n'est pas une raison pour insulter tout le monde); son parcours (de combattant? D'où son habitude à se vêtir en terroriste), sa façon d'avoir pu s'établir en France (sujet de routine très intéressant, messieurs des RG...).

Certes, il a du trimer dur pour arriver à avoir un semblant de vie dans le sud français. Mais pourquoi a-t-il gâcher sa chance en se mettant en lumière comme le dernier des terroristes coupeurs de tête? Voyez ces photos en tenue de combat et même cagoulé, avec une arme. Factice ou non, ces images ne doivent pas du tout être appréciées par le gouvernement américain. Ni même l’État français dont il bénéficie d'avantages sociaux certains.

Il n'y a pas à lui faire entendre raison, c'est peine perdue. Il importe plutôt de garder un œil vigilant. Car au stade où il en est, dans ce monde de bruits et de fureur, les regrets ne viennent jamais qu'après. Quant à ses complice supporteurs, aussi lâches et anonymes qu'ils soient, les voilà aussi prévenus. Les inventeurs de Facebook ne sont pas des Luc Hervé et une adresse IP est indélébile, où que vous soyez. Aussi, profitez bien de votre... liberté. Personnellement, ce gars-à me fait pitié.

Mais j'ai l'honneur de ceux qui m'ont donné le jour à défendre. Vous tous, je ne sais mais, mais les parents, c'est sacré. Aussi, rira bien qui rira le dernier. Il joue à un jeu infantile, voire puéril, certes, mais extrêmement dangereux pour son âge.En est-il conscient ?. Certainement pas. Enfin, s'il voulait être célèbre, c'est réussi, c'est fait, mais il ne s'en sortira jamais indemne. Pourquoi porter plainte contre lui ? D'autres s'en chargeront tôt ou tard. Il ne s'agit pas, ici, de lui donner une quelconque importance, mais de le faire connaître, tel qu'il a été et pourquoi il finira forcément mal par sa propre faute d'avoir renier l'éducation reçu de ses parents.

Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara1 partages

Tsiafahy : Mbola Rajaonah interdit de communiquer sauf avec son épouse

Tsiafahy est réservé aux grands criminels, selon les textes.

Depuis son arrestation spectaculaire à Antsahabe par des éléments du service anti-gang de la police nationale le 13 février 2019, l’opérateur économique Mbola Rajaonah croupit dans cette maison de force.

Une détention jugée arbitraire selon la défense, compte tenu de la nature des inculpations de son client. Le 13 février de cette année, l’opérateur économique a été arrêté pour émission de chèque sans provision produite par la Société Tafaray dont il était l’un des associés en 2018. Quand il a été déféré au Pôle anti-corruption (PAC), il était également auditionné à propos d’un autre dossier qui était déjà entre les mains du PAC depuis longtemps. Ce deuxième dossier l’accuse d’abus de biens sociaux et de blanchiment de capitaux. A l’issue de son passage devant le Juge d’instruction, il a obtenu une liberté provisoire sur le premier dossier. En revanche, il a été placé sous mandat de dépôt à Tsiafahy pour le second dossier relatif aux  « abus de biens sociaux et blanchiment de capitaux ». Rappelons que le Tribunal correctionnel du PAC a acquitté Mbola Rajaona dans l’affaire de chèque sans provision en ordonnant un « renvoi des fins de la poursuite ».

MD expirés. L’homme a fait opposition à son mandat de dépôt dans le cadre de ce dossier. Cette opposition a été rejetée par la Chambre de détention du PAC même s’il a déjà remise entre les mains du Juge d’instruction du PAC tous les documents officiels démontrant que le rapport du Ministère de l’Economie et des Finances est mal fondé. Toutes les demandes de liberté provisoire ont été toujours rejetées par ladite Chambre. Selon la nouvelle loi n°2018-043 du 13 février 2019, le blanchiment de capitaux n’est qualifié de crime mais de délit. Or, selon l’article 8 du décret n°2006-015 du 17 janvier 2006, « les maisons de force reçoivent les condamnés aux peines criminelles à mort ou à perpétuité, les condamnés à la relégation, les condamnés reconnus dangereux ».

Visite. Or, Mbola Rajaonah est toujours en détention préventive à Tsiafahy quand bien même le délai de ses deux MD aurait expiré le mois dernier. Rappelons que le Représentant Résident du PNUD a rappelé, lors de l’inauguration d’un système électrique solaire dans cette maison de force, les règles minima instituées par les Nations Unies en matière de traitement des détenus. Or, Mbola Rajaonah serait interdit de communiquer avec qui que ce soit sauf avec son épouse qui est la seule autorisée à le voir, au parloir et non pas dans une chambre de visite conjugale qui n’existe d’ailleurs pas dans les prisons malgaches. De toute façon, un garde pénitentiaire assisterait en permanence à la visite.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Ambohijanaka : Tambazotran-jiolahy rava, roa nadoboka eny Tsiafahy, roa eny Antanimora

Miisa enina ireo olona nosamborin’ny zandary teny amin’iny faritra Ambohijanaka iny, izay voarohirohy ho ao anatina tambazotra mpanao fanafihana mitam-piadiana nifanesisesy teny an-toerana. Ny efa-dahy hatreto no fantatra fa isan’ireo tompon’antoka amin’izany ka ireo nadoboka any am-ponja vonjimaika ireo, ny sisa hafa kosa dia nomen’ny teo anivon’ny Fampanoavana fahafahana vonjimaika. Raha ny fampitam-baovao azo dia niainga tamina fahitàna entana mampiahiahy misy fitaovam-piadiana sy zavatra maromaro nisy nametraka tao amina toeram-pivarotana sakafo teny an-toerana ny fanadiahadiana rehetra, ny zoma lasa teo. Basy vita gasy anankiroa niaraka tamin’ny tranom-bala sy bala vitsivitsy, niampy entana maro samihafa no hita tao anatin’izany. Natao ny fanadihadiana ka fantatra fa entan’olona voatafika andro vitsy talohan’io ireo entana hita ary an’ireo mpanafika ireo basy sy bala. Nitohy miandalana ny fanadihadiana ka fantatra teo ny tompon’ireo basy ary nosamborina teny amin’iny faritra 67ha iny. Ity farany indray moa no nanoro ireo mpiray tendro aminy izay nosamborina ihany koa teny amin’iny faritra Andohatapenaka sy Soavimasoandro iny ary teny Ambohijanaka ihany. Dimy lahy no totalin’ireo voasambotra hatreo. Nitohy ihany ny fanadihadiana ka niantefa tany amin’ireo olona efa mpandray ireo entana halatra indray ny fisamborana. Tafakatra enina mianadahy teo ny isan’ireo olona nanaovan’ny zandary teny Andoharanofotsy famotorana ary ireo nampiakarina teny anivon’ny Fampanoavana ireo, omaly. Raha ny fantatra dia mbola nisy naman’izy ireo miriaria any, izay efa tafatsoaka tany amin’iny faritra Bongolava iny ary mbola karohina fatratra amin’izao.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Visite du Pape : Escroquerie de 250 sacs de riz par des faux religieux

Les malfrats ne manquent pas d’imagination pour leurs méfaits. Cette fois-ci, ils ont sauté sur l’occasion, celle de la visite du Pape dans la capitale. Peu avant, notamment durant la préparation de la venue de la Sainteté, des faux religieux ont approché un grossiste de riz à Tanjombato. Un homme et deux femmes vêtus de costume ecclésiastique et se font passer pour un Père et deux Sœurs. A eux trois, ils ont négocié 250 sacs de riz qu’ils disent destiner à nourrir les pèlerins à Antananarivo. Le marchand ne se doutait de rien, pire encore, il était fier de servir ces « religieux ». Une fois le marché conclu, on a embarqué les marchandises dans un camion en compagnie des deux sœurs. Le Père quant à lui a emmené avec lui le marchand à Faravohitra, là où le paiement devrait se faire. Mais une fois sur place, ce dernier s’est évaporé dans la nature. Il a dit qu’il va prévenir son supérieur pour débloquer l’argent. Il a fait attendre le marchand au portail et n’est jamais revenu. Le soi-disant Père a alors pris la fuite. Le lendemain la victime a porté plainte et aussitôt a été ouverte une enquête. Les forces de l’ordre ont fini par le retrouver. Il a avoué ses actes, selon les enquêteurs de la gendarmerie. Il a dénoncé les recéleurs des marchandises volées. Les deux « sœurs », des vraies fausses, sont actuellement recherchées.

Voarisoa Davidson (stagiaire)

Midi Madagasikara1 partages

Ambodivona : Tantsaha hividy vokatra voaendaka

Mpanendaka ny tantsaha

Vao nivoaka ny fonja dia niverina nanendaka indray. Eo amin’iny manodidina an’Ambodivona iny ny toerana tena fanaovany ratsy ary tsy vao voalohany izy no nigadra fa efa imbetsaka raha ny filazan’ny pôlisy. Tamin’ity indray mitoraka ity dia herinandro vitsy taorian’ny nivoahany ny fonja no tratra indray i John, fanampin’anarana ahafantaran’ny mpanao ratsy azy. Mampiasa ody gasy izy ary efa ananan’ny polisy ny mombamomba azy rehetra noho izy efa mpamerin-keloka. Tao anatin’ny fotoana fohy izay nahazoany fahafahana rehefa avy nifonja dia efa marobe sahady ny fitoriana tonga teo anivon’ny mpitandro ny filaminana. Nitovy avokoa ny fanamarihan’ny olona momba ilay nahavanon-doza. Natao ny fidinana an-tsehatra ary nampitomboina ny fisafoana ary teo no nahatratran’ny polisy etsy amin’ny kaomisaria Analamahitsy an’i John. Nidoboka am-ponja indray izany noho ny heloka mitovy ary tsy misy afaka ny hiteny fa tena hiova izy rehefa mivoaka any. Raha ny tsikaritra mantsy dia toa lasa fialan-tsasatra ho an’ny mpanendaka ny fonja ary tsy atahoran’izy ireo intsony.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Communales à Tana : Vers la fin de la rivalité Rajoelina – Ravalomanana

On s’achemine vers la fin de la rivalité Rajoelina-Ravalomanana. (Photo d’archives)

Faux bond de Marc Ravalomanana pour les communales à Antananarivo. En effet, le numéro Un de l’Empire Tiko a choisi d’ignorer les demandes des politiciens de l’opposition regroupés au sein du « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » et des parlementaires TIM, et a décidé de renoncer à la course à la Mairie de Tana. Alors que tous les observateurs s’attendaient à ce que le « Tiako i Madagasikara » présente un Ravalomanana, notamment entre Marc, Lalao, Tojo ou Sarah, « Dada », quant à lui, a préféré un illustre inconnu. Un jeune opérateur économique, plutôt novice en politique, en la personne de Tahiry Randriamasinoro. Le choix a surpris tout le monde. Même les leaders du clan Ravalomanana ont été pris de court. Plus d’un considère  aussi ce choix de « Dada » comme une gifle pour les politiciens de l’opposition regroupés au sein du « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » qui ont espéré le salut en soutenant la candidature de Ravalo. Ayant toujours été accusé de refuser la politique de la relève au sein du « Tiako i Madagasikara », il a enfin cédé, à 70 ans. Bon nombre d’observateurs estiment que ce faux bond risque de marquer le début de la fin de la carrière politique pour l’ancien président qui a déjà perdu la bataille de la dernière élection présidentielle.

Principaux protagonistes. A l’allure où vont les choses, la tournure actuelle des évènements politiques risque de marquer aussi la fin de la rivalité Ravalomanana – Rajoelina. Les deux personnalités ayant marqué ou accaparé (c’est selon) l’échiquier politique malgache depuis plus de dix ans sont absentes de la liste des candidats à la Mairie de Tana. Tous les deux ont déjà occupé le poste de président de la République et Maire de la capitale. Ayant été les principaux protagonistes de la crise politique de 2009, « Dada » et « Zandry Kely » ont eu l’occasion de s’affronter directement par la voie des urnes lors du second tour de la Présidentielle de 2018. Un face-à-face qui s’est soldé par la victoire du plus jeune. Pour les élections communales du 27 novembre prochain, les deux hommes ont choisi d’opter pour un « olom-baovao ». Et ce, même si Naina Andriantsitohaina, le candidat de l’IRD, est peut-être une nouvelle figure en politique mais il a toujours été présent aux côtés du président Andry Rajoelina. Si ce dernier gagne les communales à Tana, Marc Ravalomanana risque de partir à la retraite politique car lors de la prochaine Présidentielle, il sera âgé de 75 ans. Bon nombre d’observateurs estiment que les élections du 27 novembre prochain devraient être la dernière chance pour lui de prendre sa revanche sur Andry Rajoelina. L’électorat tananarivien ayant toujours été considéré de rebelle qui se range toujours du côté de l’opposition, la victoire ne constitue donc pas une évidence pour le candidat du pouvoir. A suivre.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Omda : Réception de nouveaux pensionnaires

Haja Ranjarivo, le directeur de l’OMDA.

Voilà 35 ans que l’Office malgache du droit d’auteur existe. Hier, les artistes membres et les concernés se sont retrouvés au restaurant Le Pavé Antaninarenina pour accueillir les nouveaux pensionnaires. L’Omda a réceptionné sept nouveaux membres qui viennent grossir les rangs des autres 144 artistes qui perçoivent leur pension chaque trimestre. Selon Haja Ranjarivo, le directeur, cette année, l’Omda a augmenté de 20% à 25% le montant alloué aux pensionnaires.

Le droit d’auteur est le revenu financier dont bénéficie l’auteur en contrepartie de l’utilisation de son œuvre. Les conditions d’auteur sont précaires et le succès est éphémère. C’est pourquoi l’Omda depuis, plus de 15 ans a mis en place une politique d’action sociale ou allocation d’entraide pour les seniors auteurs membres. Cette action est financée par des retenues prélevées sur les droits répartis.

A savoir que sont pensionnaires, les artistes membres qui remplissent les critères. Effectivement, voici les conditions d’octroi de la pension ou allocation d’entraide : on doit être âgé de 60 ans révolus, être membre depuis au moins 20 ans et valider 15 années de jouissance de droits d’auteur. Si le nombre de pensionnaires depuis la mise en place du régime était de 192, 41 sont déjà décédés. Aujourd’hui ils sont 151 à jouir du fruit de leur travail.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Communales : 10 619 dossiers de candidature déposés dans tout Madagascar

Bon nombre d’observateurs craignent un record de faible taux de participation aux scrutins du 27 novembre.

On a enregistré des candidatures à l’élection des maires dans toutes les 1695 communes de Madagascar.

La situation a évolué depuis le soir du 12 septembre, date butoir pour le dépôt des candidatures. En effet, si les chiffres se trouvant ce 12 septembre à 17h entre les mains de la CENI ont fait état de l’absence des candidats maires et conseillers dans de  nombreuses communes, on a appris hier qu’on a enregistré des dossiers de candidature à l’élection des maires dans toutes les 1695 communes existantes. « Au total, 6061 candidats maires ont déposé leurs dossiers dans le délai imparti par la loi. Ces 6061 candidats sont répartis dans les 1695 communes existantes.», a fait savoir le Rapporteur Général de la CENI Fano Rakotondrazaka. Avant de rajouter : « Quant à l’élection des conseillers, on a enregistré 4558 dossiers de candidature dans tout Madagascar. Mais, il faut signaler qu’aucun dossier de candidature n’a été déposé dans deux communes du district d’Ambatondrazaka, à savoir Antsangatsanga et Ampanotsokatra. » Bref, 10.619 dossiers de candidature ont été enregistrés dans tout Madagascar dans le cadre des Communales et des Municipales du 27 novembre.

72 heures. Mais, rien n’est encore définitif. Les OVEC (Organe de Vérification et d’Enregistrement de Candidature) ont encore, à partir du 13 septembre, 72 heures pour traiter et examiner les dossiers qui leur sont soumis. Durant cette nouvelle période, ces organes vérifient si les candidats ont rempli les conditions exigées par les textes en vigueur. A l’issue de ce délai légal de 72 heures, il appartiendra aux OVEC  d’afficher les listes définitives des candidats autorisés à participer aux scrutins du 27 novembre. Après cette vérification, les cas de candidature unique dans certaines circonscriptions électorales ne seraient pas à exclure. En tout cas, malgré l’impression que les candidats ne se soient pas empressés pour déposer leurs dossiers de candidature, il n’y a pas eu prorogation du délai de dépôt. « Nous avons envoyé au gouvernement une lettre où nous avons exposé toutes les éventualités sur le dépôt de dossier de candidature. Maintenant, cette lettre devient sans objet car la prorogation du délai de dépôt n’a pas été nécessaire. », a précisé Fano Rakotondrazaka.

Maires sans conseillers. Force est de constater qu’il y a plus de listes des candidats maires que celles des conseillers. Autrement dit, il y a des candidats maires qui n’ont pas des listes de candidats conseillers. La question est de savoir comment ces maires pourront gérer leurs communes s’ils sont élus alors qu’ils n’ont pas de conseillers pouvant les aider à réaliser leurs programmes de développement dans les organes délibérants. La situation serait pire si le parti d’opposition à celui du maire élu représente la majorité dans cet organe délibérant. Or, un maire ne peut pas procéder à la mise en œuvre d’une décision relative à la gestion de sa circonscription sans l’aval du Conseil qui prend les délibérations. D’après des analystes politiques, les montants élevés des cautions ont freiné certaines candidatures. Pour ne citer que la commune urbaine d’Antananarivo, il a fallu 20 millions d’ariary pour qu’un parti politique puisse présenter à la fois un candidat maire et une liste des candidats conseillers. En tout cas, la campagne électorale pour les Communales du 27 novembre débutera le 06 novembre.

R.Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – Sommets N1A : Les favoris exacts au rendez-vous des demi-finales

Les Championnats N1A abordent la phase des demi-finales ce jour au Palais des Sports de Mahamasina. Des demi-finales électriques seront au programme.

Le bouquet final des Championnats de Madagascar N1A s’annonce très intéressant ce week-end avec de beaux matches en perspective.

Invincibles. Favoris de la compétition pour la course au titre, les joueurs de la Gendarmerie Nationale Basket-ball Club (GNBC) n’avaient aucune difficulté à s’imposer devant la formation du COSFA sur le score de 84 à 68, hier, en quarts de finale. Une confirmation pour les Antsirabéens qui restent invincibles dans cette campagne 2019. Les tenants du titre du COSPN ont assuré face au MB2All. Les Livio, Guy et ses amis ont dominé la rencontre en remportant la victoire par 89 à 66. Les tirs à 3 points se sont défilés du côté des policiers, ce qui a vraiment créé la différence. Les Majungais du SEBAM ont défait les gars du COSMOS de Diana sur le score par 69 à 59.

Vers une finale SBBC-MB2All. Du côté des dames, il n’y a pas beaucoup de surprises. Comme annoncé, ce n’était qu’une simple formalité pour l’équipe du MB2All. Les championnes de Madagascar ont écrasé leurs adversaires en corrigeant BC Est par 97 à 31. Les ‘Muriel et sa troupe’ étaient en promenade de santé et reste la grande favorite de la compétition. Même topo pour SBBC qui a pris le dessus l’ASCUT sur le score de 75 à 44. L’équipe de la JEA Vakinankaratra a battu la formation du TAMIFA par 72 à 63. Mais au vu des résultats depuis le début de la compétition, on s’acheminait vers une finale SBBC-MB2All.

T.H

Calendrier

12h00-Dames: SBBC Boeny contre ANKARATRA Vakinankaratra.

14h00-Dames: MB2ALL Analamanga contre JEA Vakinankaratra.

16h00-Hommes: GNBC Vakinankaratra contre SEBAM Boeny.

18h00: Hommes : COSPN Analamanga contre ASCUT Atsinanana.

Midi Madagasikara0 partages

Municipales : pour une campagne électorale exemplaire

A voir la presse d’hier, on peut présager de l’âpreté de la campagne électorale à venir. Chaque camp entend soutenir à fond son candidat et c’est celui  de l’IRD qui a fait le maximum. Des deux côtés, on a encensé celui qui a été choisi, mais les qualificatifs utilisés paraissent excessifs et peuvent heurter les électeurs. La campagne officielle commence le 5 novembre et il sera toujours temps de rectifier le tir.

Municipales : pour une campagne électorale exemplaire

Les médias d’hier se  sont focalisés sur les deux candidats ayant déposé  leur dossier un peu avant la clôture. La présentation du candidat de l’IRD s’est faite de manière presque théâtrale devant une assemblée totalement acquise à sa cause. Le suspense avait été maintenu jusqu’au bout et la surprise a été totale. C’est peut-être pour cela que les termes utilisés ont paru excessifs. De nombreux médias ont versé dans le dithyrambe. Le TIM a aussi su ménager ses effets et l’annonce de la candidature d’un cadre du parti, inconnu  du grand public, a aussi fait son petit effet. Les journaux du camp Ravalomanana ont eux aussi encensé leur champion. On peut dire que tout cela est de bonne guerre, mais la pratique peut être contre productive. Les qualificatifs de « messie » ou de « sauveur » semblent dater d’hier et ne convainquent pas ceux à qui l’on s’adresse. L’effervescence de ce début va certainement baisser et c’est un message plus sensé qui va être adressé aux électeurs. Les Tananariviens adoptent parfois un comportement contradictoire. Il est nécessaire de ne pas les brusquer. Dans les jours à venir le ton  va certainement changer. On espère qu’il n’y aura pas d’attaques trop virulentes de part et d’autre et que cette campagne électorale qui s’annonce sera exemplaire.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Football – Ligue des Champions : Fosa Juniors défie le Tout Puissant Mazembe demain

Un adversaire de taille. C’est comme cela qu’on peut qualifier l’équipe du Tout Puissant Mazembe de la République Démocratique du Congo, elle qui sera face à Fosa Juniors FC demain au Stade Rabemananjara en marge du match aller du premier tour de la Ligue des Champions. Les champions de Madagascar malgré la dureté de la mission sont prêts à relever le défi. Les Corbeaux, surnom également du TP Mazembe sont déjà arrivés à Mahajanga depuis vendredi soir. Une équipe qui a déjà remporté à cinq reprises la ligue des Champions de la CAF et a déjà annoncé la couleur qu’elle est venue pour la gagne à Mahajanga surtout pour prendre la revanche des Léopoards battus par les Barea en huitièmes de finale de la CAN. Une forte délégation, de 48 personnes dont 19 joueurs, a fait le déplacement sans le défenseur Issama Mpeko, vice-capitaine de l’équipe. Ce dernier souffre de douleurs aux adducteurs. Un quatuor arbitral zimbabwéen officiera cette rencontre à savoir Norman Matemera (AC), Edgar Rumeck (A1), Brighton Nyika (A2) et Brighton Chimene (AP).

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Clinique Ave Maria Antsirabe : Dotée d’équipements médicaux par le Japon

Le nouvel appareil échographe remis à la Clinique Ave Maria, plus performant, procure davantage de précision.

La clinique Ave Maria à Antsirabe vient d’être dotée de nouveaux équipements médicaux sur financement japonais, dans le cadre du programme de coopération financière intitulé « Aide sous forme de dons aux microprojets locaux contribuant à la sécurité humaine ». Ce projet au profit de cette clinique gérée par les religieuses catholiques, a nécessité un budget de 73 .655 euros, soit l’équivalent de 290 millions d’ariary, par le financement de l’ambassade du Japon. Un financement qui a contribué au renouvellement de certains équipements médicaux tels que l’échographie, l’automate biochimie et l’automate hématologie dont le Japon avait déjà financé l’acquisition dans le passé. « Quelle que soit la qualité des équipements, le problème de vétusté est inévitable », a-t-il été constaté. Les nouveaux équipements servent ainsi à davantage de précision et d’efficacité dans les services de cette clinique soutenue par l’ambassade du Japon, laquelle a depuis de longues années, un lien particulier avec la Clinique Ave Maria, surtout grâce à la présence d’une religieuse japonaise, sœur Yukie Makino.

La cérémonie de remise du projet a eu lieu le 12 septembre dernier à Antsirabe en présence du chargé d’affaires de l’ambassade du Japon, Yorio ITO et du chef de Région par intérim du Vakinankaratra.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana tranona vahiny : Tratra ilay lehilahy mpividy entana halatra

Anisan’ny iray mampirongatra ny asan-jiolahy ny fisian’ireo olona mpandray entana halatra. Isan’izany ity lehilahy iray voasambotry ny sampan-draharahan’ny pôlisy misahana ny ady heloka bevava teny Anosy. Fiara tsy mataho-dalana iray no voalaza fa novidiany mora tany amin’ireo olon-dratsy, izay nandroba tranon’ny teratany vahiny iray. Efa teo an-dalam-panovàna izany fiara izany ho tsy fantatry ny tompony intsony ny lehilahy izao tra-tehaka izao, ny alarobia lasa teo. « Raha tsiahivina dia tranona teratany sinoa iray, teny Ivato no nisy nanafika ny volana desambra 2018, ka fiara tsy mataho-dalana iray sy finday ary vola no lasan’ireo jiolahy tamin’izany», hoy ny fampitam-baovao. « Efa nisy ny fanadihadiana natao ka lehilahy miisa enina, nahitana mpitandro filaminana iray, no voasambotra ary efa nidoboka eny am-ponja ». Nilaza moa ireto olon-dratsy ireto fa namidiny tamin’ny lehilahy iray efa mpividy izay môtô sy fiara halatra azon’izy ireo ilay fiara, tamin’ny vidiny folo tapitrisa ariary. Nanomboka teo indray ny fikarohana ity mpividy halatra sy mpiray tsikombakomba amin’ny jiolahy ity Ny alarobia teo, tokony ho tamin’ny folo ora sy sasany no tra-tehaka ilay ranamana, rehefa nanaovana vela-pandrika. « Nandritra ny fanadihadiana azy dia niaiky izy fa nividy ilay fiara tamin’ireo olon-dratsy ireo ary nanoro ny toerana nanafenany izany fiara izany», hoy ny loharanom-baovao avy amin’ny pôlisy. Trano fandraisam-bahiny iray teny amin’iny faritra Mandroseza iny no  nahitàna ilay fiara ary maro ireo fanovàna efa natao taminy mba tsy hamantarana ny maha-halatra ilay fiara. Saingy noho ny fitsirihana sy ny fizahana lalina dia tratra ihany ny nafenina ary voamarina fa ilay fiarana vahiny ilay izy. Atolotra ny Fampanoavana tsy ho ela moa ity ranamana ity ary ilay fiara kosa dia haverina amin’ny tompony rehefa vita ny fanadihadiana rehetra, hoy ny fanazavàna azo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Special Olympics : Charles G. Takouet à la rescousse des encadreurs malgaches

Les participants ont pu tirer profit des expériences de Charles G. Takouet.

Nouvellement créé, le Special Olympics Madagascar entame une première formation avec l’expert Ivoirien Charles G. Takouet, dans le cadre du programme de la fédération internationale du Special Olympics à travers son projet : « Subvention de fondation et développement durable ». La formation a duré quatre jours et prendra fin ce jour au Karibo Hôtel Analakely. Après la participation des athlètes malgaches aux Jeux mondiaux pour les personnes en déficience intellectuelle à Dubaï en mars, la fédération internationale a octroyé par la suite une somme de 8 .000 dollars à Madagascar pour accompagnement des programmes nationaux. « Puisqu’on vient juste de se lancer, on a priorisé la mise en route d’une formation comme celle-ci pour les personnes qui sont les principausx acteurs quotidiens de l’association, tels  les entraîneurs, les athlètes, et les membres du conseil d’administration dans toutes les ligues. Charles G. Takouet nous a donné les bases réclamées et exigées par le Special Olympics, et pour simplifier la pratique du sport pour les personnes qui ont cette difficulté intellectuelle », a expliqué le président Dinar Monja. Pour la journée d’hier, la formation était focalisée sur l’organisation et la gestion des jeux spéciaux Olympics, suivie d’un test d’évaluation. La dernière séance d’aujourd’hui consiste à étudier le déroulement d’une mini-compétition allant de l’ouverture officielle jusqu’à la cérémonie de clôture. Il y aura une remise de certificat pour les participants à la fin de la réunion.Manjato Razafy.

Midi Madagasikara0 partages

Agenda culturel

Fara West

Oxow sauce le jazz et le blues

Plan blues à l’horizon ! Oxow est encore un nom peu connu, ses membres sont tous de grosses pointures de la musique malgache. Andry Ramamonjisoa le lead guitare, Nali Rabarison à la batterie, Titi Razakamiadana au piano et saxophone ainsi qu’Eric Rakotoary à la basse, c’est littéralement la « dream team » musicale. Un peu de rock certes, plus de jazz aussi mais surtout beaucoup de blues. Avec un répertoire éclectique des standards, le groupe surprend toujours les mélomanes attentifs et les oreilles exigeantes. Pour les voir rendez-vous demain soir au Fara West Faravohitra.

No Comment bar

Du « taroba be »à la Masabao 

Le “Taroba Be” est une des cultures traditionnelles de la région Sud de Madagascar, plus précisément “l’Androy”. Le groupe se produit avec des instruments tels que la mandoline, le violon, la guitare et l’accordéon. Le tout sublimera la voix du Sud de Masabao sans oublier les polyphonies telles que le bekobey tsikodola, le tohagne ou le tehake. Une culture d’un tout autre monde qui règnera au No Comment Bar Isoraka, ce soir.

Antsahamanitra

Joseph d’Af et TDL, le duo de choc de l’évangélique

Louer le Seigneur, partager sa joie, répandre son amour, tout cela se fera à Antsahamanitra. Dimanche après-midi, les passionnés de musique évangélique et amateurs de bonne ambiance se réjouiront dans le Seigneur avec Joseph d’Af et TDL. Avec TDL, presque tous les styles musicaux sont revisités. Voilà sans doute la recette du succès de ce groupe, il y a du reggae, de la ballade, Joseph d’Af c’est un peu le renouveau de la musique évangélique, version tropicalisée des Colton Dixon ou autre Grégory Turpin. Un moment de réjouissance, de partage et de communion se profile à l’horizon. Chrétiens de toute part, soyez au rendez-vous !

CcEsca  

« Mitsongoloka » façon Etsetra etsetra et Barhone

Ils sont trois, ils sont humoristes et ils reviennent en force sur le devant de la scène. Dans un style « Mitsongoloka », Etsetra  etsetra et Barhone diront tout haut ce que les gens pensent tout bas. Evidemment, ils se pencheront sur la conjoncture politique, les beuveries et bien sûr les sujets pointilleux qui ternissent la vie quotidienne. Faisant de l’art une arme efficace, le tout sera dilué dans de l’humour bien croquant pour ne froisser ni les uns ni les autres, tout en atteignant sa cible en plein cœur.

Zo Toniaina /Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Société Générale Madagasikara : Des offres dédiées au secteur agricole à la FIA

Le stand de la Société Générale Madagasikara à la FIM.

Pour la troisième édition de la Foire Internationale de l’Agriculture 2019, SG Madagasikara s’investit pour accompagner les professionnels et les

particuliers, dans leurs projets.

« Nous nous sommes préparés  bien en amont pour offrir des produits qui s’adaptent aux besoins du secteur agricole et agro-business »   a notamment déclaré le responsable du stand de Société Générale Madagasikara, à la Foire Internationale de l’Agriculture. En effet, SG Madagasikara ne se contente uniquement  pas de proposer des prêts mais elle accompagne les intervenants du secteur agricole. C’est justement avec  CARE Madagascar et la SGMada que le projet OMBONA a vu le jour. Ceci consiste à capter et relier l’épargne collectée par les Associations villageoises (VOAMAMI) de manière traditionnelle vers un compte bancaire formel afin de sécuriser les fonds de la micro épargne commune des membres. Pour ce lancement, cinq VOAMAMI ont été embarquées et utilisent déjà OMBONA et 20 autres suivront pour 2019.

Equipe dédiée

Fidel participant de la FIA depuis sa première édition, Société Générale Madagasikara  conforte sa présence pour cette édition, avec une équipe dédiée et professionnelle à l’écoute des visiteurs, notamment les porteurs de projets. « Cette démarche positive s’est faite petit à petit dans le but d’avoir des actions durables et porteuses de développement économique à Madagascar. Elle se traduit par l’implantation d’agences dans les zones à forte croissance du secteur tertiaire à Madagascar : Ambatondrazaka, Mahanoro,… L’expérience client a su au fil des années maçonner  nos produits pour l’adapter aux besoins de nos clients ». Toujours dans le cadre de sa participation  à la FIA la  Société Générale Madagasikara, offre un espace de rencontre pour des informations, des souscriptions ou un simple retrait sur  son DAB ainsi que différentes offres aussi bien pour les  professionnels que les particuliers.  « Société Générale Madagasikara évolue, se transforme et construit la banque de demain : innovante, plus porche des besoins. Cette grande capacité, nous la développons avec nos clients, les premiers bénéficiaires de ces opportunités, des outils simples et nomades. Suivre nos clients dans leur évolution, nous permet de nous approcher de leurs besoins et de pouvoir répondre à leurs attentes ». Des structures ont été mises en place en interne afin de mettre en évidence ses solutions et de les développer pour nos clients. L’INNOV’PLACE est l’une de ces démarches qui renforce cette volonté de donner aux clients tout le bénéfice de la transformation.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

BFM : Stabilité de l’ariary, selon le Gouverneur

Madagascar a accueilli la 49e réunion du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales de la SADC (Communauté de Développement de l’Afrique Australe), pendant trois jours à l’hôtel Carlton. Plus de 75 délégués représentant les 15 banques centrales des pays membres de ce bloc régional y ont été présents. Ce comité est chargé de promouvoir le développement des institutions et des marchés financiers par la mise en œuvre en commun de politiques en matière de finances, d’investissement et de change.

Baisse de la croissance. L’objectif vise à suivre le processus d’intégration monétaire et financière des Etats de la SADC. A cette occasion, le Gouverneur de la Banque Centrale de Madagascar (BFM), Razafindraibe Alain, a évoqué la situation macro-économique de la Grande Ile. « Il y a une stabilité de l’ ariary même si notre objectif de réduire le taux d’inflation à moins de 5%, n’est pas encore atteint. Ce taux se situe actuellement entre 7 et 8%. Entre temps, la Banque centrale veillera à atténuer la volatilité de cette monnaie locale tout en maintenant à un niveau compatible aux conditions macro-économiques du pays par rapport à l’évolution de l’économie mondiale. En effet, on enregistre actuellement une baisse de la croissance économique au niveau mondial. Les économies des pays qui sont ouvertes vont ainsi en souffrir en raison de leur interdépendance. Même les chocs climatiques ont des impacts sur l’économie nationale», a-t-il évoqué.

Objectifs communs. Au niveau de la SADC, la croissance du PIB (Produit Intérieur Brut) continue de progresser mais avec un taux de performance très modeste, n’atteignant que 2,4% cette année contre 2% en 2018. « Le taux de chômage y est encore assez élevé. Beaucoup d’économies ont également un endettement croissant et une inflation élevée, sans compter les menaces externes. La mission de la Banque Centrale de contribuer à l’amélioration de la gestion macro-économique d’un pays devient ainsi difficile. C’est pourquoi, le Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la SADC ont partagé des bonnes pratiques internationales dans le domaine monétaire et de change tout en convergeant vers des objectifs macroéconomiques communs », a conclu le Gouverneur.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Centre européen d’appui électoral : Rencontre avec les forces de défense et de sécurité

Avec la tenue des municipales et des communales qui focalisent l’attention de bon nombre d’observateurs, ces derniers temps, le centre européen d’appui électoral a organisé tout récemment un atelier avec le concours des représentants de la police, de la gendarmerie et de l’armée. Le but de cet atelier est de renforcer la confiance des acteurs électoraux avec les forces de défense et de sécurité. Il a été question notamment de l’instauration d’un climat d’apaisement, lors des prochaines consultations populaires. Force est cependant de constater que les candidats ont tardé à déposer leur candidature.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Tabera Randriamanantsoa : « Le RMDM n’a aucun problème avec le TIM »

Les membres du RMDM restent soudés.

Tabera Randriamanantsoa a mis les points sur les « i » hier face aux intox que certains essaient de véhiculer sur le choix du candidat du TIM aux Municipales d’Antananarivo. Un des six vice-présidents du RMDM (Rodobe ny Mpanohitra ho any Demokrasia eto Madagasikara), ce dirigeant du CRN (Comité pour la Réconciliation Nationale) a précisé que cette nouvelle plateforme de l’opposition n’a aucun problème avec le TIM. « Nous avons ensemble mis en place le RMDM. Nous avons décidé de propulser Marc Ravalomanana à sa présidence car il incarne pour nous l’opposition légitime et légale dans le pays. Marc Ravalomanana reste jusqu’à présent le président du RMDM. Quant aux candidatures aux Communales et aux Municipales du 27 novembre, le TIM est libre de choisir ses candidats. C’est son propre affaire. Par contre, le RMDM est prêt à collaborer si le TIM et Marc Ravalomanana le sollicitent. », a souligné hier Tabera Randriamanantsoa.

Alliances. En tout cas, certaines forces et entités politiques ont décidé de tisser des alliances pour mieux affronter les Communales du 27 novembre. D’autres sont pourtant confrontées à des problèmes de dissidence comme le cas de l’IRD à Antananarivo, avec la candidature de Feno Harison, celui que Andry Rajoelina a mandaté pour le représenter auprès de la CENI dans le cadre du suivi du traitement des résultats des présidentielles de 2018. Antananarivo ne fait pas exception. Dans plusieurs communes, des têtes issues des grandes formations politiques se présentent en indépendants faute d’avoir été sélectionnés durant le casting. Cette situation risque d’affaiblir leurs candidats officiels qui ne sont pas forcément les meilleurs.

R.Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Tanjombato : Nodorana ny orinasa mba hangalarana ny karaman’ny mpiasa

Diso kajy…

Hafakely ilay paika. Ny 5 septambra teo no nisy hain-trano teny amin’ny faritra Forello Tanjombato. Orinasa sinoa no may ary hatreo dia tsy mbola fantatra ny antony. Rehefa nandeha anefa ny fanadihadiana izay noraisin’ny polisy etsy Tsaralalàna (SUT) taorian’ny fitorian’ilay sinoa dia nanomboka ny fijerena ny horonan-tsary avy amin’ny « vidéosurveillance ». Tsikaritra ny fisian’ny lehilahy iray nivezivezy sy nikaroka zavatra tao anatin’ilay orinasa nandritra ny alina ary sahabo, raha araka ny fanazavan’ny polisy. Sahabo ho tamin’ny efatra ora maraina dia nampirehetiny ny afo ary  nitsoaka teny am-baravarankely izy. Rehefa nozahàna ny peta-tondro manamarina ny fivoahana ny ny orinasa dia hita fa nisy lehilahy iray tsy voamarika tao. Miasa ao ihany izy ary tsy nivoaka ny orinasa tamin’ny ora firavàna fa niafina tao anaty entana. Ny kajy dia ny haka ny karaman’ny mpiasa. Herinandro taty aoriana dia voasambotra tao an-toerana ihany. Niaiky ny helony izy, hoy ny polisy. Mitentina 160 tapitrisa ariary, karaman’ny mpiasa 800 mahery no saika noketrehany nalaina saingy tsy hitany ny toerana nisy azy. Rehefa izany dia nodorany ny orinasa.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Pranathérapie Madagascar : Des séances gratuites offertes au grand public

Pranathérapie Madagascar poursuit ses actions pour faire connaître le Pranic Healing aux Malgaches.

La Pranathérapie (pranic healing ou l’art de revitaliser par les mains), est de plus en plus connue à Madagascar, et les témoignages sur les bienfaits de cette science se multiplient. Cependant, ses promoteurs poursuivent l’organisation d’événements ponctuels, pour permettre à une plus grande partie de la population malgache, de découvrir cet art développé par le Grand Maître Choa Kok Sui. « Il s’agit d’améliorer le bien-être physique, mental et émotionnel. Afin de permettre à un grand nombre de personnes de découvrir cet art, nous organisons des sessions gratuites de Pranathérapie, une fois par mois, jusqu’en février 2020. Ces séances se tiendront donc le 14 septembre, le 12 octobre, le 16 novembre, le 14 décembre, puis le 11 janvier et le 8 février prochains. Durant ces samedis, de 12h à 16h, le Centre Pranathérapie Madagascar à Ambatomena-Antaninarenina sera ouvert au grand public pour les séances gratuites. Des sessions gratuites de méditation se tiennent également tous les jours de 12h30 à 13h30, du lundi au vendredi », ont affirmé les responsables auprès du Centre. Bref, il s’agira de découverte pour certains et de poursuite de l’amélioration du bien-être pour d’autres, grâce aux séances gratuites qui débutent ce jour.

 Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Tennis de table : Madagascar hôte des championnats d’Afrique juniors et cadets en 2020

Les membres de la Fédération Malgache de Tennis de Table.

Même si la saison 2019 n’est pas complétement clôturée, la Fédération malgache de tennis de table annonce déjà la tenue du championnat d’Afrique juniors-cadets et le pro-tour « World Junior Circuit » en avril 2020.

 2020 sera marquée par des grandes compétitions internationales pour la Fédération malgache de tennis de table. Pour la première fois dans l’histoire de cette discipline, la Grande Ile arbitrera le Championnats d’Afrique juniors et cadets. La bonne nouvelle a été annoncée hier par les membres du comité exécutif, dirigé par le président Jean Herley Ambinintsoarivelo, lors d’une conférence de presse au Palais des Sports Mahamasina. Ces sommets continentaux auront lieu du 7 au 13 avril 2020 dans la Capitale. Ce mois d’avril sera historique pour le tennis de table, puisqu’avant ce championnat, notamment du 1er au 05 avril, Madagascar accueillera une autre compétition internationale pro-tour, un circuit pour le classement des juniors et une qualification aux Jeux Olympiques, qui vont rassembler les pongistes issus des continents asiatique, européen et africain. En parallèle avec ces deux grandes joutes internationales, la fédération ne manquera pas la célébration de la journée internationale du sport au service de la paix le 6 avril 2020. « Nous remercions vivement le président Andry Rajoelina. Après notre échange, il a répondu à notre demande et a accepté de nous donner un coup de main, non seulement pour l’accueil de ces compétitions mais surtout pour le développement du tennis de table en général. Le chef d’Etat nous a promis d’offrir une salle dédiée à la discipline, ainsi que des équipements pour l’équipe nationale. De notre côté, pour la bonne préparation et pour pouvoir participer aux Jeux Olympiques 2024, nous allons engager des formateurs internationaux pour former les joueurs et les arbitres » a souligné le président de la FMTT. Entre autres, le championnat national s’étalera du 17 au 20 octobre pour terminer la saison. « Il s’agit déjà d’une première détection des athlètes malgaches. Dans ce cas, la compétition sera spéciale car nous diviserons la salle pour les jeunes et les séniors. Evidement le sommet se fera en double, en simple et par équipe », a ajouté le directeur technique national, Tahiry Rakotoarisoa.

ManjatoRazafy

Midi Madagasikara0 partages

Projections climatiques pour Madagascar : 2030 : plus chaud et plus sec

Pour pouvoir faire face au changement climatique dans les prochaines années, il est important d’améliorer la production et la compréhension des informations sur le climat. Un atelier de présentation des nouvelles projections climatiques de Madagascar s’est donc tenu à l’hôtel Panorama Andrianarivo le vendredi 13 septembre.

Disposer des informations importantes sur l’évolution du climat et intégrer la dimension résilience climatique dans les documents et outils de planification pour le développement, sont les deux points essentiels qui ont poussé le gouvernement malgache à améliorer et à mettre à jour ses projections climatiques. Une initiative qui s’inscrit dans le cadre des activités du programme pilote pour la résilience climatique (PPRC), financé par les fonds d’investissement climatique de la Banque mondiale et mise en œuvre par la CPGU (cellule de prévention et gestion des urgences).

1.2°C de plus en 2030. D’après les données sur la précipitation et la variation de la température dévoilées hier à l’hôtel Panorama, le climat va nettement changer à Madagascar d’ici onze ans. Pour les Hautes Terres Centrales par exemple, les précipitations baisseraient de 5.1 millimètres, la température maximale augmenterait de 1.2°C et la température minimale baisserait de 1.2°C. Et ces chiffres deviendront de plus en plus importants au fil des années, en 2080 par exemple, la baisse des précipitations sera de 11.8 millimètres. Toutefois, grâce à l’accès à ces données, le gouvernement peut mettre en place des mesures d’atténuation des effets du changement climatique.

Les projections du changement climatique à des échelles dynamiques appropriées répondant aux besoins des secteurs ont été développées par la Direction Générale de la Météorologie (DGM) et le Bureau national des changements climatiques, du carbone et de la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (BN CCCREDD+) avec l’appui technique du Regional Integrated Multi-hazard Early Warming System (Rimes). Avec les scénari climatiques, il est possible de prévenir les impacts négatifs majeurs des changements climatiques tout en favorisant un développement résilient au climat, mais également de répondre aux besoins spécifiques de Madagascar afin d’asseoir une meilleure réduction des risques de catastrophes et d’adaptation au changement climatique.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ministère des Affaires Etrangères : Recrutement d’un nouveau directeur au sein de la COI

Le conseil de gouvernement du 11 septembre dernier a procédé à des communications portant sur quatre accords pour le compte du ministère des Affaires Etrangères. Il s’agit notamment de la visite de travail au Qatar, du 14 au 17 septembre 2019, du recrutement d’un nouveau directeur auprès du Secrétariat Général de la Commission de l’Océan Indien (COI), de la prospection de candidature pour une vacance de poste de Directeur/Directrice du Secrétariat des Organes directeurs et Secrétaire de la Conférence générale et du Conseil exécutif au siège de l’UNESCO, à Paris, France, de l’appel à candidatures et à nomination de candidats qualifiés pour des postes de haut niveau au sein des opérations de maintien de la paix des Nations Unies et de l’accord pour la Vacance du poste de Directeur Général du Groupe de l’institution de la Mutuelle Panafricaine de Gestion de Risque (ARC) de l’Union Africaine (UA).

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Tozzi : Green Promotion d’une agriculture durable et inclusive dans le Sud

Le DG de Tozzi Green Madagascar, Alessandro Berti, présentant le livre aux officiels lors de l’ouverture de la FIA.

Depuis 2010, Tozzi Green Madagascar, la filiale de la holding italienne Tozzi Green, se lance dans une exploitation agricole à grande échelle dans la partie Sud du pays, qui est une zone réputée pour ses terres arides et dures, difficiles à cultiver.

Et grâce à ses expériences sur la revalorisation de sols, elle a fertilisé plus de 6 800 ha destinés notamment à la culture de maïs, sans oublier la plantation de légumineuses et de géranium, dans la commune de Satrokala, à Ihorombe. « Nous promouvons en fait l’agriculture durable et inclusive. Et en tant qu’exposant à la Foire Internationale de l’Agriculture (FIA), nous voulons partager cette approche via la présentation du livre pour enfant intitulé « Le soin de la terre », écrit par un dessinateur italien et édité par Tozzi Green Book », a déclaré Alessandro Berti, le directeur général de Tozzi Green Madagascar.

Solutions. « Ce livre de 24 pages retrace les techniques agronomiques appliquées ainsi que les étapes suivies au cours des cinq années pour rétablir la fertilité de sols et leur conservation. Il décrit toutes nos activités en matière de développement durable et inclusive, y compris la préservation de l’environnement, et ce, à travers les yeux des enfants. Le lien entre la promotion des énergies renouvelables et l’agriculture à grande échelle, y est également évoqué », a-t-il rajouté. Il faut savoir que la partie sud de l’île est entre-­­­­temps une zone sèche tout au long de l’année, mais Tozzi Green a su apporter des solutions en installant un barrage de rétention d’eau pour pratiquer le système d’irrigation de goutte à goutte dans sa zone d’implantation. « Nous avons produit  à peu près 20 000 tonnes de maïs en une année. Cela a été épargné par les chenilles légionnaires. Et c’est destiné à la production de provendes », a-t-il enchaîné.

3 600 emplois directs. Et dans le cadre de ses activités de RSE (Responsabilité Sociale d’Entreprise), cette société italienne a contribué au développement socio-économique local en prenant en charge la scolarisation de plus de 850 enfants, en soignant gratuitement plus de 200 000 personnes au centre de santé de base de la commune de Satrokala. « Nous avons aussi assuré l’accès à l’eau potable à plus de 200 ménages et l’électrification de tous les villages, soit au profit de 1 500 bénéficiaires au niveau de notre ferme de production, sans compter la création de 3 600 emplois directs pour les paysans qui travaillent avec nous », a évoqué Alessandro Berti.

Géranium Bourbon. Par ailleurs, Tozzi Green Madagascar a redoré l’image de la Grande  Ile en tant qu’exportateur de l’huile essentielle de géranium. « On cultive cette plante sur une surface de 120ha via une technique agronomique plus moderne. L’amélioration génétique n’est pas en reste. On a ainsi recréé le géranium bourbon, qui est très prisé sur le marché international. C’est ainsi une fierté nationale. Nous exportons actuellement 5 tonnes d’huiles essentielles de géranium bourbon à destination des grandes parfumeries en France », a déclaré le directeur général de Tozzi Green. Parlant du livre vert, il projette de demander le parrainage du ministère de l’Education  nationale en vue de le distribuer gratuitement dans toutes les écoles à commencer par celles d’Ihorombe. « Il faut transmettre aux enfants cette approche d’agriculture durable et inclusive», a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Thèse de doctorat : Levée de la suspension des soutenances

Les soutenances en vue de l’obtention du diplôme de doctorat peuvent reprendre à partir de lundi prochain.

Les soutenances pour l’obtention de la HDR ou Habilitation à Diriger des Recherches sont encore sous embargo jusqu’à nouvel ordre.

“Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, de commun accord avec les directeurs des 30 écoles doctorales, des représentants des présidents des universités de Madagascar mais également des représentants du collectif des professeurs, a pris la décision de suspendre les soutenances en vue de l’obtention de la HDR ou Habilitation à Diriger des Recherches auprès des universités du pays”. Ce sont là les propos de Jean Claude Razaranaina, secrétaire général auprès du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique lors d’une interview hier. Le SG du MESUPRES d’expliquer “ la suspension a été décidée suite à une réunion organisée dans les locaux du MESUPRES le jeudi 12 septembre dernier. La réunion en question étant la manifestation de la volonté du ministère de s’ouvrir à toutes les entités dans le but d’améliorer l’enseignement supérieur et la recherche scientifique à Madagascar”. La suspension a été motivée par la nécessité pour les parties prenantes de revoir le décret portant statut des chercheurs du ministère chargé de l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique. “Le décret en question qualifie, en effet, la HDR comme étant uniquement un titre alors que c’est un diplôme dans les pays étrangers. Voulant aligner l’enseignement supérieur et la recherche scientifique malgache à celui des pays avancés, les parties prenantes se sont donc convenus de l’importance d’organiser une autre réunion pour tirer au clair la question” a renchéri Jean Claude Razaranaina. Un projet de décret devrait donc être apporté pour validation auprès du conseil des ministres pour une parfaite effectivité de la réforme.

Normes. Pour ce qu’il est des soutenances de doctorat, le ministère a donné son feu vert. Une décision prise suite toujours à la réunion de 12 septembre dernier. La décision principale ayant mis l’accent sur “la nécessité de se conformer aux lois et règlements dans le processus d’obtention du diplôme de doctorat”. “Les faits ont, en effet, démontré de nombreuses irrégularités dans le processus d’obtention des diplômes de doctorat. Les participants de la réunion se sont donc convenus de la nécessité pour les responsables auprès des écoles doctorales ainsi que les présidents des universités de prendre les mesures adéquates et d’être intransigeants dans le respect des normes établies” lance le SG du MESUPRES. Ainsi, les modalités d’inscription, les modalités relatives à l’encadrement ou encore la durée de trois ans ont été avancées par les participants pour “assainir” le processus. Profitant de l’occasion, Jean Claude Razaranaina de lancer que “les initiatives prises par l’équipe dirigeante actuelle entrent dans le cadre de la réforme de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique”. Ladite réforme ayant comme objectif un enseignement supérieur de qualité pour tous, la recherche pour le développement du pays et la mise en application de l’e-gouvernance. Réforme qui ne plairait apparemment pas à certaines entités qui commencent déjà – après seulement un mois et quelques jours de son lancement – à s’agiter… dans tous les sens.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Plan d’action de Kazan : Andry Rajoelina réitère son engagement pour le sport

Andry Rajoelina a été élu champion de l’éducation physique de qualité et de la mise en œuvre en Afrique du plan d’Action en Afrique.

Après quatre jours de discussions intenses et fructueuses, la première conférence régionale des ministres sur la mise en œuvre du Plan d’action de Kazan en Afrique a pris fin hier sur une très bonne note. Le président de la République, Andry Rajoelina, élu à l’unanimité des conférenciers comme champion de l’éducation physique de qualité et de la mise en œuvre en Afrique du plan d’Action en Afrique pour l’Union africaine a honoré de sa présence la dernière journée consacrée aux recommandations d’hier. Le chef d’Etat qui a mis en priorité le sport et dont les résultats sont déjà palpables lors des grandes compétitions internationales a réitéré son engagement à soutenir le sport par la construction de stades et d’aire d’exercices physiques aux normes pour lutter contre la délinquance et le décrochage scolaire. La professionnalisation de la pratique sportive et la promotion du sport-étude seront renforcées surtout avec la création de l’Académie nationale des sports de haut niveau. Andry Rajoelina a rappelé que les travaux de rénovation du Stade de Mahamasina débuteront cette année. Parmi les recommandations adoptées sur le plan national est l’alignement des politiques sportives nationales avec le cadre de politique sportive de l’Union africaine. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto a martelé dans son discours de l’engagement de Madagascar dans la réalisation du PAK pour une Afrique qui gagne.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la corruption : Le DG du BIANCO à Vienne

Le DG du BIANCO, Laza Eric Donat Andrianirina en appelle à la coopération internationale.

Le Directeur général du BIANCO Laza Eric Donat Andrianirina a participé à la 1re reprise de la 10e session du Groupe d’examen de l’application de la Convention des Nations Unies Contre la Corruption (CNUCC) et à la 10e session du Groupe de Travail à composition non limitée sur la prévention de la corruption.

Obligations. Les deux sessions se sont déroulées à Vienne en Autriche du 02 au 04 septembre pour la première et du 04 au 06 septembre pour la seconde. Le chef de la délégation malgache a fait, pour l’occasion, un rapport de progrès de la mise en œuvre de ladite Convention, notamment sur les volets relatifs à l’application de la loi, la prévention de la corruption et la coopération internationale. Il a fait part au cours de la première réunion, de la disponibilité des experts gouvernementaux malgaches de s’acquitter, de concert avec ceux du Sud Soudan, de leurs obligations dans le cadre du 2e cycle d’examen et d’évaluation du respect des dispositions du Chapitre II (prévention de la corruption) et du Chapitre V (recouvrement des avoirs) de la Convention.

Recommandation. La seconde réunion portait sur les échanges de bonnes pratiques sur la prévention de la corruption entre tous les représentants des pays membres de la CNUCC. Madagascar a partagé ses expériences concernant la mise en place des dispositifs de prévention de la corruption aussi bien dans le secteur public que privé. Les efforts déployés par le gouvernement malgache par rapport à la dématérialisation progressive de la procédure administrative ont été évoqués durant les débats. Recommandation a été faite aux autres pays pour suivre l’exemple de Madagascar.

Impunité. Par ailleurs, en sa qualité d’expert gouvernemental en matière de lutte contre la corruption, le DG du BIANCO a participé au cycle de formation de haut niveau organisé par le Secrétariat de l’UNODC. Il a réitéré à tous les représentants des pays partenaires, l’importance de la coopération policière et judiciaire internationale afin de parvenir à des résultats substantiels dans la lutte contre l’impunité et pour le recouvrement des avoirs d’origine criminelle.

Recueillis par R.O

Madagate0 partages

Mialy Rajoelina. Nahazo sehatra ao amin'ny gazety boky “Jeune Afrique”

Ramatoa Mialy Rajoelina sy Andriamatoa Constant-Serge Bounda, solontena maharitry ny FNUAP eto Madagasikara

Tsy dia fahita loatra izany hoe vadina filoham-pirenena malagasy nomena sehatra na “Tribune” ao anatina gazety boky ivelan'ny firenena. Nataon'ny “Jeune Afrique” -izay niasan'ny namana Sennen Andriamirado- anefa izany, tamin'i Ramatoa Mialy Rajoelina, vadin'ny Filoham-pirenena malagasy. Izany hoe izy mihitsy no nanoratra ilay lahatsoratra fa tsy nisy fanontaniana avy amina mpanao gazety velively.

Mazava izany fa avy any aminy ny alàlana -na tsia- ny hamohana azy amina sehatra hafa, na handikana azy amin'ny teny malagasy. Izay no nataoko adidy satria reharehan-tsika Malagasy rehetra ny manana “Première Dame” tsy misorona mandray andraikitra toa azy. Indrindra eo amin'ny sehatry ny fiarovany ny vehivavy eo amin'ny lafiny maro, ary koa ny fiadiany amin'ny fanambadiana aloha lohatra na alohan'ny fotoana. Izany hoe vehivavy tsy ampy taona, na bevohoka ka voatery manam-bady na koa teren'ny ray aman-dreniny hanambady mihitsy noho ny antony ara-bola matetika dia matetika.

Ity manaraka ity ary ny dika malalaka an'ilay lahatsoratra nosoratan'i Ramatoa Mialy Rajoelina.

Jeannot Ramambazafy

*******************

Mandalo amin’ny fampandraisana andraikitra ny vehivavy ny fandrosoan’ny Afrika

10 Septambra 2019 amin’ny 05: 07 ora hariva Nosorantan’i Mialy Rajoelina, Vadin’ny filoham-pirenena malagasy, masoivohon’ny FNUAP ary mpamorona ny fikambanana Fitia.

Eto Afrika, mihoatra ny toerana hafa rehetra, dia mbola miankin-doha amin’ny lehilahy mazàna ny vehivavy. Kanefa ny fizakan-tena be be kokoa dia hanampy azy ireo ho tanteraka ka ahazoan’izy ireo ny toerany manokana eo amin’ny fampandrosoana ara-ekonomika ny kaontinanta.

Amin’izao fotoanan'ny firoboroboan’ny kabary sy tetikasa momba ny fampandrosoana an’i Afrika izao, ny fanontaniana laharam-pahamehana tokony tsy maintsy valiana dia ny fiarovana sy ny fampandraisana andraikitra ny vehivavy. Tsy misy fandrosoana ara-ekonomika, ara-tsosialy, sy ro amin’ny lafiny maha-olombelona ho vanona raha tsy mivoatra aingana ny toe-draharaha misy ankehitriny, izay feno herisetra sy tsindry hazo lena. Ary tsy misy afa-tsy ny vehivavy no afaka manosika izany fiovana fomba fijery sy fisainana izany.

Mihoatra ny vehivavy efatra amin'ny folo no manambady alohan’ny faha-18 taonany

Andeha aloha hifanaraka tsara isika amin’ny tena atao hoe « herisetra ». Ankoatra ny herisetra ara-batana sy ara-panananahana, dia tafiditra ao anatin'izany koa ny fanambadiana aloha loatra na mialohan'ny fotoana, ny tsy fahafahana mandeha an-sekoly, ny tsy fandrosoana arak'asa na amin’ny fiainam-pianakaviana nosafidiana malalaka sy mampivelatra. Ireny herisetra feno habibiana ireny no manakana ny fahafahantsika handroso eto amin’ny kaontinanta. Mampihorohoro ny tarehimarika: eran-tany dia 35% ny vehivavy no mizàka, teo amin’ny fiainany, herisetra ara-batana na ara-pananahana. Any Afrika andrefana sy afovoany, mihoatra ny vehivavy efatra amin’ny folo no manambady alohan’ny faha-18 taonany. Izany dia manafohy ny fotoana hafahany mianatra, manakana azy ihany koa hivelatra eo amin’ny fiaraha-monina sy ny mba hanany asa. Ary farany, 71% ny olona ahondrana antsokosoko dia vehivavy avokoa.

Izany herisetra izany dia mamehy ny fandrosoana ara-ekonomikan’ny tokan-trano, misakana ny vehivavy hamorona, hitrandraka ary hiasa ka hitaiza tsara sy amin'ny ara-dalàna ny zanany. Fatiantoka be izany ho an'ny kaontinantantsika, nefa dia ny olombelona monina ao aminy no tena tokony ho loharanon-karena voalohany indrindra, fanoitry ny fampandrosoana!

Manana adidy mafonja sy manan-danja isika mba hanefy ny zana-tsika ho tonga olon-dehibe vanona

Araka ny fanadihadiana nataon’ny Banky iraisam-pirenena ny volana desambra 2018, tsy latsaky ny 55,4 milliara euros ny vola very eto amin’ny kaontinanta noho ny fanambadiana aloha loatra sy ny fialàna an-tsekoly. Ny mariazy aloha loatra mantsy dia mampiditra ny ankizy vavy anatin’ny kizo tsy misy fivoahana ho azy intsony. Ny mariazy aloha loatra dia manalavitra ny ankizy vavy amin’ny sekoly ary mahatonga azy ho reny aloha loatra. Manginy fotsiny ny voka-dratsy aterak'izany eo amin’ny fahasalamany sy ny zaza aterany.

Vehivavy malagasy velom-panantenana

Eto Afrika, mihoatra ny toerana hafa rehetra, dia mbola miankin-doha amin’ny lehilahy mazàna ny vehivavy. Nefa kosa, ny fizakan-tena be be kokoa dia hanampy azy ireo ho tanteraka ka ahazoan’izy ireo ny toerany eo amin’ny fampandrosoana ara-ekonomika ny kaontinanta.

 

Adidintsika vehivavy ny miady amin’ny herisetra !

Anisan’ny fototra manimba ny fiaraha-monina ny kolotsaina sy ny fomba nilaozan'ny toetr'andro izay mampiroborobo ny fanavakavahana sy ny fanomezan-danja bebe kokoa, na be loatra mihitsy aza, ny lahy mihoatra ny vavy.

Mila sorohina avy any amin’ny fakany izany foto-pisainana mandoza izany, ka ny fanabeazana, ny fampianarana sy ny fampandraisana andraikitra ny rehetra no vahaolana mahomby indrindra. Ny vehivavy dia manana anjara biriky manan-danja amin’izany tolona izany. Ary izany indrindra no antom-pisian’ny fikambanana “Fitia” izay manampy ny olona marefo eto Madagasikara. Anisan’ny tolona atrehinay, mazava loatra, ny ady amin’ny herisetra izay mahakasika ny vehivavy sy ny ankizy vavy malagasy.

Ankoatra ny fampandraisana andraikitra ny hery velona rehetra eo amin'ireo lafiny ireo, dia manolotra ihany koa izahay ivo-toerana handraisana ireo niharam-boina. Tamin’ny fiandohan’ny volana Jolay 2019, niaraka tamin’ny FNUAP, izay voninahitra ho ahy no misolo tena azy amin’ny maha-Ambasadaoro ahy, dia nametraka “Borigady Polisy vehivavy” anankiroa izahay eo amin’ny manodidina an’Antananarivo sy any amin’ny faritany anankiray any atsimon’ny Nosy. Ireo borigady ireo no nofanina handray an-tànana ireo niharam-boina avy amin’ireo herisetra mety nahazo azy ireo.

Manana adidy mafonja sy manan-danja isika mba hanefy ny zana-tsika ho tonga olon-dehibe vanona. Adidin-tsika ny mampahatsiahy an’ireo zana-tsika fa tsy fitaratra faka-tahaka velively ny herisetra ary tokony hanana ny heviny sy ny tanjony manokana izy ireo.

Tsy maintsy mianatra daholo alohan’ny faha-18 taona

Hafahana mandroso, dia mila mandray fepetra entitra mivaingana izay azo tanterahina haingana. Voalohany aloha, dia atao izay tsy maintsy hampidirana an-tsekoly ny ankizy 18 taona no midina rehetra ary arahina maso ny fianakaviana tsirairay amin’ny tsy fandikàna io fepetra io ho an’ireo ankizy vavy izay matetika mandray ho fandaniana andro ny fandehanany an-tsekoly. Manoloana ny fomban-drazana, izay matetika manome lanja ny lehilahy eto Afrika, dia mila mandany lalàna manokana hiadiana amin'ny herisetra. Eto Madagasikara, dia nanomboka nanao fifanarahana tamin’ny ministera mahefa sy ireo mpiara-miombon’antoka izahay, ka hisy lalàna hivoaka tsy ho ela ho entina dinihina eny amin’ny Antenimierampirenena. Mila haverina ihany koa ny fahatokisan-tenan’ny vehivavy ary amporisihina izy eo amin'ny fandraisana andraikitra hamoronany asa.

Eo amin’ny kihon-dalan’ny Tantaran'ny kaontinanta Afrikana

Farany, maninona moa no tsy amporisihina ny orinasa hampiasa vehivavy ? Tsy ny talenta no tsy misy ary hahazo vokatsoa amin’izany ny rafitra ara-ekonomika rehetra, indrindra ny orinasa madinika. Eo anatrehan’ny fiovana ara-ekonomika, ara-tsosialy, eo amin'ny maha-olona ary sy kolotsaina, dia eo amin’ny kihondalan’ny Tantarany ny kaontinanta Afrikana. Ndeha isika hifanome tànana hiaro ny vehivavy sy hanampy azy ireo amin’ny fivelarany. Miankina amin’izany ny hoavintsika sy ny an'ireo zanantsika./.

Mialy Rajoelina