Les actualités Malgaches du Mercredi 14 Août 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara37 partages

Insécurité à Antananarivo : Inquiétude de la population

La question qui se pose est : existe-t-il encore des endroits où l’on ne risque pas de croiser des malfaiteurs ou des voleurs à la tire à Antananarivo. Le verdict est sans appel ; aucune des personnes qu’on a interrogées, d’Ambatomainty à Ampitatafika, n’a osé affirmer le contraire, Antananarivo est infesté de bandits de tous genres qui squattent les moindres recoins de la capitale. « Actuellement, la sagesse est de ne pas sortir la nuit. Même pour acheter du pain à l’épicerie qui se trouve à deux pas de la maison, on n’est pas à l’abri d’une attaque ! » selon Rindra, un habitant d’Anjanahary. En effet, la situation ne cesse de s’empirer dans la capitale, qu’on soit en voiture, à moto ou encore à pieds, les malfaiteurs ne sont jamais très loin. De plus, les « mpanendaka » agissent désormais en plein jour, le mal n’attend donc plus le coucher du soleil.

Un phénomène qui ne cesse de gagner du terrain. « Dans les années 90, on savait se défendre à Ampefiloha, les habitants faisaient peur aux brigands. Mais ces derniers temps, on remarque quelques malfaiteurs qui traînent dans nos ruelles », a déclaré Rija. En effet, il suffit de lire les publications des internautes sur Facebook pour comprendre que, l’insécurité ne cesse de gagner du terrain dans la ville des mille. Presque chaque semaine, on peut y lire des plaintes des personnes victimes de vol à la tire à Faravohitra, Ankadivato, 67 ha et bien d’autres fokontany encore. Il est donc tout  à fait normal que la population s’inquiète, après tout, est-ce que tout le monde n’a pas droit à la sécurité dans cette société ?

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara15 partages

Fumée de goudron à Alasora : Manifestation de la population

C’est contre la société chinoise en charge de la réfection de la route nationale 7 que les habitants d’Ankadiaivo Alasora ont manifesté lundi. « Non à la fumée de goudron toxique » ; telle était la demande affichée sur les pancartes portées par les manifestants du côté de By Pass. Selon les explications de ces derniers, deux personnes sont mortes depuis que les travaux ont commencé en juin. D’après un manifestant « ils nous ont dit qu’ils ont obtenu l’autorisation du ministère pour s’installer ici dans le cadre de leur travail ; mais qu’importe, c’est illégal » De son côté, le chef du fokontany, Bruno Ramaroson a déclaré que : « cette société a signé un cahier de charges délivré par le ministère. Des améliorations ont été adoptées récemment afin de moins polluer l’air ; notamment grâce à l’utilisation de filtre avant l’évacuation. Ceci a été mis en place dans le but de protéger la santé de la population. ». Puis, il a continué en disant cette fois que « ce n’est pas à cause de la fumée que les deux personnes sont décédées », et que lui et son équipe font tout pour calmer la population. Quant aux manifestants, ils ne comptent pas baisser les bras jusqu’à ce que cette émission de fumée de goudron s’arrête. Ils demandent également à ce que le tuyau d’évacuation de la fumée soit rallongé de manière à ce qu’il se trouve un peu plus en hauteur.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara4 partages

Décès : Dany Ranoa rejoint le paradis des grands compositeurs

Il  était un homme d’une grande créativité artistique.  Sa vie, il  l’a consacrée à la musique. Artiste, auteur, compositeur, interprète  depuis la fin des années 1950, Daniel Ranoason connu sous  le non de Dany Ranoa s’est éteint lundi dernier à 79 ans. Né d’une famille musicienne,  il a commencé à chanter  avec ses frères et sœurs « Raha Tsontsa».   Admirateur  de la musique classique, il compose plusieurs mélodies. Les couplets de ce grand icône de kalon’ny fahiny  ont été également  interprétés par les chanteurs comme Kintana telo, Lecky, Lily, et Liza. Fils d’un pasteur, chrétien fervent, Dany Ranoa est l’auteur des cantiques de l’Eglise FJKM.  Il a écrit près de  400 paroles évangéliques qui   ont été  éditées dans le recueil intitulé «Inty aho».

Selon sa famille, les obsèques auront lieu le jeudi 15 août 2019 au caveau famillial Atsomangy Ambohitrantenaina Avaradrano, après un culte au temple FJKM Tranovato Anjanahary maritiora à 13 heures.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara3 partages

Bianco : Lutte contre les détournements de deniers publics

Une convention de partenariat entre la Croix Rouge Malagasy (CRM) et le Bianco a été signée, hier, au siège de ce dernier à Ambohibao. En marge de cette cérémonie, le nouveau DG du Bianco, Laza Eric Donat Andrianirina, que « le détournement des deniers publics n’est pas du tout toléré». A propos des grands dossiers, il va en parler au moment opportun. Le nouveau DG n’a pas manqué également de parler du rôle du Bianco. Il s’agit notamment de l’éducation, de la prévention et de l’application de la loi.

Bavures. De son côté, la présidente nationale de la Croix Rouge Malagasy a fait savoir que l’on va procéder à une restructuration interne, tout en soulignant au passage qu’il faudrait redorer le blason de la CRM, améliorer les prestations et renforcer la capacité de tout un chacun en vue d’éradiquer la corruption. Et d’enchaîner que la « nouvelle équipe a choisi la transparence dans la mise en œuvre de ses activités ». Elle a notamment intérêt vu les bavures qui se sont passées au sein du CRM.

Programme de réforme. Pour en revenir à la convention, elle a pour objectif, d’une part, de mobiliser et éduquer le personnel de la Croix Rouge Malagasy à promouvoir  une attitude intolérante à la corruption et infractions assimilés, et de rejeter toutes formes de malversation, et d’autre part, d’instaurer les systèmes et procédures suffisamment transparents pour verrouiller les zones de risque de corruption dans l’administration des différentes activités de la CRM.

Dominique R.

Midi Madagasikara3 partages

Talatamaty : Un policier stagiaire arrêté pour vol avec effraction dans une société

Les malfaiteurs étaient sur le point d’embarquer cette quantité importante de maïs quand la gendarmerie les a interpellés .

Ce qui vient de se passer à Talatamaty la nuit du dimanche 11 août au lundi 12 août, confirme la nécessité de l’assainissement dans le rang de la Police nationale. Cette mesure serait de mise depuis le recrutement de la personne à intégrer dans cette entité. Poursuivi pour vol avec effraction, un policier en exercice est gardé à vue à la compagnie de la gendarmerie d’Ambohidratrimo pour enquête. Cette nuit-là vers 1 heure du matin, la gendarmerie a été alertée de l’existence d’une escouade d’individus en train de commettre un cambriolage dans le magasin de stockage d’une société opérant dans l’agroalimentaire dans le fokontany de Fitroafana, commune rurale de Talatamaty, district d’Ambohidratrimo. Intervenant sur place, des gendarmes du poste avancé de Mandrosoa-Ivato ont pu arrêter sept suspects dont une femme. Selon les informations, les malfaiteurs ont déjà réussi à faire sortir 76 sacs de 50 kg de maïs  du magasin, quand ils ont été appréhendés. Durant l’enquête, il a été révélé que l’un d’eux est un policier stagiaire dans un commissariat de la capitale. Ce policier serait déjà un récidiviste. Ses complices l’auraient dénoncé d’être impliqué dans un autre vol commis dans ce magasin auparavant. Ayant approfondi leur investigation à partir de l’analyse des contacts téléphoniques des suspects, les enquêteurs ont encore pu mettre la main sur un présumé receleur à Ambohitrimanjaka, hier. Pendant son interrogatoire, ce dernier aurait  confirmé la culpabilité de ce policier. On attend alors la suite de cette affaire.

T.M.

Midi Madagasikara3 partages

Pouvoir : Politiciens, pays et citoyens, mélangent des genres et des époques

la population malgache lors de la campagne électorale de 2018

Madagascar se dirige petit à petit vers un nouvel horizon politique. Nostalgie d’une époque ou pas, la classe politique est en train de se rajeunir. Il est temps de dessiner les contours d’être un politicien à l’heure actuelle.

La politique, la chose effrayante, attirante, grisante, enivrante… le chemin le plus légitime pour atteindre le pouvoir. Ou encore, l’outil systémique le plus ancien et mou, depuis la Grèce antique, pour gérer la cité. Dans les pays comme Madagascar, devenu l’un des plus pauvres en dix ans, elle a toujours intégré en elle le développement. Faire de la « politique » est devenu : envisager le développement. Il n’y a pas à dire, gérer la Grande Île ne se compare pas à gérer la Finlande ou le Japon. Et au milieu de tout cela, se trouve le politicien.

Hery Rajaonarimampianina le premier président de la IVe République

Le politique dans le « Big game »

Propagandes présidentielles 2018, « trois partis, à savoir le Mapar, le TIM et le HVM n’ont pas accepté le plafonnement des fonds de campagne », lance Faraniaina Ramarosaona, du mouvement de la société civile Rohy. Le choix de cet exemple, étant donné que Chef d’Etat, représente l’aboutissement de tout politicien, démontre largement le rapport de ce dernier avec le jeu politique. Etre politicien, c’est avoir les moyens, quitte à ce qu’ils soient illimités. Et ce n’est pas seulement à Madagascar. Chez l’Oncle Sam, la totalité des dépenses de campagne présidentielle avoisinent les trois milliards de dollars.

Philibert Tsiranana le père de l’indépendance

Après, les réactions offusquées face aux dons et les cadeaux financiers effectués par les candidats ou candidates avant les élections, font la passe avec cette démonstration de la possession du nerf de la guerre. Quelque part, ils et elles veulent prouver qu’ils et elles ont assez de moyens pour se tenir bien droit, sans voler dans les caisses de l’administration une fois en poste. La « confiance dirigée » transforme la société, la relation argent et politique est devenue moins conflictuelle. A Madagascar, la politique réussit à décomplexer le rapport des malgaches avec l’argent, un sujet parfois tabou.

Mais dans un pays où l’engagement citoyen dans la politique est loin des espérances, il suffit de voir le taux de participation aux élections législatives. « La plupart des candidats ont été élus à 20 % de taux de participation », fait remarquer Faraniaina Ramarosaona. Dans ce genre de pays, la réponse citoyenne ne semble pas nécessiter de grandes débauches de moyens. Si dans un stade où le candidat ou la candidate arrive à rassembler 100 000 personnes. Et qu’au final, 10 000 ou 8 000 de ces individus viennent aux urnes. C’est comme sucrer une tasse de café avec 50 kilos de sucre.

Les députés de Madagascar

Le physique, un atout direct

Bon gré mal gré, le milieu politique malgache se rajeunira forcément. Avec le côté pathétique des « pages qui se tournent », tôt ou tard, des nouvelles têtes vont dominer. La preuve avec l’élection d’Andry Rajoelina en 2018. De même avec son rival, Marc Ravalomanana dans la quarantaine en 2002, qui a reçu la faveur populaire face à Didier Ratsiraka enjambant le troisième âge. Ce dernier a été également mis en avant par sa fougue lors de son accession au pouvoir dans les années ‘70. La jeunesse reste donc un atout à avoir en main chez le politicien.

La voie de l’expérience est de plus en plus délaissée au profit de la fraîcheur. L’expérience semble mieux avoir ses aises en coulisse. Rien qu’à voir les différentes nominations du pouvoir actuel dans les postes clés de la présidence. Rien qu’à voir lors des propagandes, l’entourage d’Andry Rajoelina a réuni beaucoup de jeunes par rapport à son adversaire. Sans vouloir citer des noms, outil de performance, la jeunesse est devenue plus que jamais un outil politique. De plus, les électeurs semblent se dire que si les anciens n’ont pas réussi, pourquoi ne pas laisser la place aux jeunes.

Andry Nirina Rajoelina le jeune président malgache

En vingt ans, l’âge idéal pour s’activer en politique se situe entre 40 et 55 ans. L’intervalle optimal pour débuter. Par ailleurs, cette jeunesse s’accompagne d’une vision tout aussi moderne. Par contre, les habitudes ont la dent dure. L’image du politicien donneur de leçon, détenteur du savoir… restent toujours ancré dans l’exercice. Un comportement en écho à l’instauration d’un Etat fort qui a déjà retrouvé cette forme dans l’administration coloniale. Une image de jeune avec une posture paternaliste, c’est être politicien aujourd’hui.

L’électorat dans le besoin

Pour Faraniaina Ramarosaona, du mouvement Rohy, il s’agit en premier lieu d’un besoin. « Un besoin d’avoir cette image du politicien ». L’électorat voudrait sans doute être rassuré, face à l’avenir de plus en plus sombre du pays, il a besoin d’une personne solide. Pourtant, c’est là que le risque réside. Entre les profiteurs et les vrais politiciens, la frontière est invisible.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara1 partages

VITM : Le « Vonjy Iray Tsy Mivaky » reste centriste

: Le président national du VITM.

Le parti Vonjy Iray Tsy Mivaky » ou VITM reste au centre. La précision vient de son président national Dr Christian Razanabahiny Marojama. Ce dernier affirme que cette formation politique ne fait pas partie des partis d’opposition, contrairement à ce qu’on essaie de véhiculer ces derniers jours. « Prônant l’unité nationale, base de son idéologie, le parti « Vonjy Iray Tsy Mivaky » est un parti historiquement centriste. Il s’oppose à toute velléité de séparatisme entre Malagasy et à toute forme d’agissements pouvant entraver le développement du pays dont entre autres la corruption et l’insécurité. », explique Dr Christian Razanabahiny.

Développement effectif. Pour le VITM, le moment est venu pour aider et encourager toutes les bonnes volontés à s’atteler et à démarrer les initiatives et les actions concrètes pouvant accélérer la croissance du pays et progresser vers un développement effectif et équilibré de toutes les régions de l’île.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Basket-ball : L’ASCB s’impose à La Réunion

L’ASCB a fait preuve de son talent face à La Réunion.

L’équipe de l’Association Sportive et Culturelle de Boeny (ASCB) n’a pas démérité à La Réunion, lors de son dernier match de gala contre le Club Omnisports de la Montagne (COM). La rencontre s’est déroulée dimanche dernier au Gymnase de Champ Fleuri. Après un moment de suspense, la championne de Boeny a battu le COM sur le score de 88 à 81 à la prolongation. L’équipe locale a frappé fort d’entrée et a mené avec dix-neuf points à la fin du troisième quart-temps, mais la bande à Bila a redoublé d’efforts aux dernières minutes. A l’issue d’un match très disputé, les deux protagonistes se sont séparés sur un score de 73-73 au quatrième quart-temps. Rappelons que onze joueurs dont trois médaillés d’or aux Jeux des Îles de l’Océan Indien ont constitué l’ASCB. La délégation était dirigée par son président, ainsi que ses deux coachs, notamment Arnaud et Tojo Rasamoelina. Quatorze jours en terre réunionnaise, l’équipe entamait aussi un entraînement chaque jour dans le but de renouer son titre national en 2017. Le Vice-consul de Madagascar à La Réunion, Mialy Andrianaivo a honoré ce match. Elle a félicité l’équipe malgache pour cette belle victoire. La préparation à la reprise du championnat national s’annonce bien pour l’ASCB.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Nouvelle Rocade Nord-Est et Est : 60 millions d’heures et 60 milliards Ariary économisés par an

Présentation du projet Rocade Nord-Est et Est, hier à Nanisana, en présence des riverains, des propriétaires expropriés, des partenaires techniques et financiers, ainsi que des acteurs de mise en œuvre.

Concocté depuis 10 ans, le projet de construction de la nouvelle rocade reliant Amoronankona By-pass à Andranobevava Masay, en passant par Ambohimahitsy et Nanisana est achevé à 35%. L’infrastructure sera opérationnelle en janvier 2021.

 Décongestionner la circulation routière dans l’agglomération d’Antananarivo. Tel est l’objectif du projet de construction de la Rocade Nord-Est et Est, qui prévoit une route à quatre voies de 8,25Km, des raccordements urbains, deux ponts et quatre zones giratoires. Malgré certaines difficultés dans la mise en œuvre du projet, le déroulement du processus de mise en œuvre est satisfaisant, selon Jérôme Bertrand-Hardy, directeur de l’AFD (Agence française de développement) qui a représenté les partenaires techniques et financiers, lors d’une séance de présentation du projet hier, sur le chantier à Nanisana. En effet, les démarches entreprises, jusqu’ici, ont été réussies, car toutes les parties prenantes ont fait primer l’intérêt général, d’après le ministre de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo. « Ce projet a été initié depuis une décennie, alors que notre président de la République actuel était encore maire de la ville d’Antananarivo. Mais suite à de nombreuses difficultés, les travaux n’ont pu commencer qu’en mai 2018. On peut dire que 10 années de préparations est long, mais désormais, on connait cette expérience. De nombreux services, de nombreux techniciens ont participé à l’élaboration du projet. A l’avenir, grâce au progrès technique, nous n’aurons plus besoin d’autant d’années pour concocter un projet de grande envergure », a déclaré le ministre Hajo Andrianainarivelo.

Expropriations. Les propriétaires des terrains expropriés étaient invités à cette présentation d’hier, ont pu poser des questions et exposer certaines problématiques, comme l’évacuation d’eau, l’irrigation des zones cultivables bordant la nouvelle rocade et les ruelles la traversant. Selon le directeur de l’AFD, les personnes déplacées doivent être toutes indemnisées. « Ces ménages ne devraient pas être moins bien lotis qu’avant le projet. Nous avons mis en place un mécanisme de doléance pour que tout se passe bien. Avec le MAHTP, nous suivons de près la régularisation des indemnisations. Quelques cas restent encore à régler », a-t-il noté.  De son côté, le ministre Hajo Andrianainarivelo a souligné que l’Etat tient à dédommager toutes les personnes concernées par l’expropriation. « Ce genre de projet devrait être bénéfique pour tous. Aucun Malagasy ne devrait être lésé. En ce qui concerne les ruelles qui traversent la rocade, tout sera rétabli comme avant, pour les usagers », a-t-il indiqué. Le DG de l’ARM (Agence routière de Madagascar) a noté qu’une route souterraine est prévue, ainsi que des passages piétons aériens. Par ailleurs, 20 abris bus et 36 ouvrages hydrauliques sont également inclus dans ce projet, financé par l’Etat Malagasy, l’AFD, la BEI (Banque européenne d’investissement) et l’Union Européenne.

Antsa R.

Tia Tanindranaza0 partages

Iarintsena Ambalavao RN7Rongony 2 kitapo sarona tanaty taksibrosy

Omaly talata 13 aogositra 2019 tamin’ny 8 ora maraina, raha nanao fisafoana teny amin'ny lalam-pirenena faha-7 ireo zandary miasa amin'ny Brigade de police routière (BPR) Fianarantsoa dia nahasarona rongony roa sakaosy milanja 20 kg tao anaty fiaram-pitaterana tao Analalova, kaominina Iarintsena, distrika Ambalavao.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famonoana mpanangom-bokatraOlona 3 nidoboka am-ponja

Tra-tehaka tao amin'ny kaominina Kiangara ny atidoha nikotrika ny famonoana ilay mpanagom-bokatra toa azy, tamin’iny faritra iny herinandro vitsy lasa izay.

 Tamin’ny voalohan’ity herinandro ity, dahalo roa hafa no sarona voalohany niaraka tamin’ny basim-borona iray  sy bala telo. Izy ireo izay nokaramain’ilay mpanangom-bokatra 1 tapitrisa ariary. Ireo no nanoro ity farany izay mpaniraka hanatanteraka ny asa ratsy. Samy nidoboka am-ponja vonjimaika izy telo ireo, afak’omaly alina. Nandritra ny fanadihadian'ny zandary no niaiken’ilay  mpanarama fa vokatry ny fialonana noho ny fifaninanana ara-barotra no nandatsahany ny ainy. Nampahafantatra ny mpitandro filaminana ilay nahavanon-doza fa lasan'io mpifanandrina aminy io daholo ny vokatra, indrindra ny vary amin'iny faritra avaratr'i Bongolava sy andrefan'i Vonizongo iny.

Raha ny  loharanom-baovao any an-toerana mantsy efa ifampitadiavana tanteraka ny vary amin’izao vanimpotoanan’ny main-tany izao izay angonina itsinjovana ny varotra amin’ny maitso ahitra. Olona iray hafa ihany koa no nosamborin’ny mpitandro filaminana izay nivory niaraka taminy nandritra ny ora vitsy mialoha ilay asa ratsy. Samy natolotra ny fampanoavana afak’omaly hariva izy efatra ireo fa ilay nikaon-doha niaraka taminy nahazo fahafahana vonjimaika. Notsipihin’ny kaompanian’ny zandariam-pirenena ao Ankazobe fa tafiditra ao anatin’ny ezaka «opération» an’ny Vondrontobim-pileovana Analamanga izao hetsika izao.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ambohidava AmbohidrapetoTaolambalo maro no lasan’ireo mpamaky fasana

Nitrangana vaky fasana teny Ambohidava Ambohidrapeto, distrikan’Antananarivo Atsimondrano. Tsy dia fantatra loatra ny fotoana nitrangany.

 

Ireo mpihady fasana nialoha lalana ireo mpandevina tao an-toerana ny alatsinainy teo no nahita voalohany. Akory ny hatairan’izy ireo fa efa nivoha ny fasana. Ankoatra izay dia nalain’ireo tsy mataho-tody avokoa ny razana tamina farafara vato iray izay voalaza fa razambe avokoa. Ny lamba sisa no najanon’ireo mpanao ratsy. Voatery niantso mpitandro ny filaminana ireo tompom-pasana sy ny fianakavian’ny maty ka niandry fotoana maromaro ilay razana lena vao azo nampidirina indray. Nitombo avo roa heny ny fahorian’ny rehetra izay tena nanohina ny fo tokoa. Raha ny angom-baovao azo hatrany dia ity vaky ity no fasana voalohany indrindra teny Ambohidava Ambohidrapeto.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fandriampahalemana - ToliaraTra-tehaka ny mpanamboatra basy vita gasy

Tra-tehaky ny polisy ny mpamatsy basy vita gasy ny faritra Atsimon’ny Nosy. Ny 11 aogositra 2019 lasa teo tany Tsimenatra II, Toliara , lehilahy iray, 26 taona no voasambotry ny Polisy miasa ao amin’ny «Force d’intervention de Police »

  na FIP any an-toerana noho ny resaka fanamboarana basy vita gasy. Andro maromaro talohan’io dia nahazo loharanom-baovao ny FIP fa misy lehilahy iray mpanamboatra sy mivarotra fitaovam-piadiana any amin’iny faritra iny . Natao ny fanarahan-dia ka tra-tehaka tao Tsimenatra II ilay tovolahy voalaza fa tompon’antoka amin’izany. Mbola tratra tao aminy ihany koa ny basy poleta vita gasy sy basy lava maromaro miaraka amin’ireo bala ana basim-borona miisa 4, «revolver», «pistolet automatique», bala maromaro, «matrices fanamboarana «cross métallique». Fantatra ihany koa fa ity lehilahy ity dia ahiana ho anisan’ireo mpamatsy basy lava an’ireo dahalo any an-toerana. Natolotra ny Police judiciaire ao Toliara avy hatrany hanohizana ny fanadihadiana.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lozam-pifamoivoizana -TampoketsaNy entana no nahamaika ny kaoperativa fa tsy ny mpandeha

Nitrangana lozam-pifamoivoizana ny zoma alina teo, sahabo ho tamin’ny 9 ora mahery, tamin’ny faritra Ankazobe.

 

 « Teny Tamponketsa no niseho ny loza, tsy nisy aina nafoy, nisy ny folaka sy ny voadona ara-tsaina », hoy ny fampitam-baovaon’ny mpitandro filaminana. Tamin’ny 1 ora maraina vao tonga ny fiara namonjy. Niteraka hatezerana ho an’ireo mpandeha ny tsy firaharahiana azy ireo tany Mahajanga fa ny entana izay nandrasan’ireo mpitsena no nahamaika ny tompon’andraikitry ny koperativa. « Anjara andraikitry ny tompon’ny fitaterana anefa ny manontany ny tsy fahasalamana sy ny fitsaboana vao ny entana », raha ny filazan’ny ATT izay mpiandraikitra ny fitaterana an-tanety. Raha ny filazan’ny mpandeha anefa, noho ireo entana tafahoatra teo ambony fiara no nampianjera ilay fiara teo amin’ny fiolahana. “ Efa tao anatin’ny torimaso ny ankamaroan’ny mpandeha izay niainga ny takariva teny Andohatapenaka ho any Mahajanga. Ny fidobohan’ny fiara narahin’ny kiakiaka no nanaitra. Raim-pianakaviana iray no saika tsy niverina ny sainy. Fihodinana ilay lalana ary nisy tatatra ka izay no nampironjona ilay taksibrosy”, hoy i Tantely, anisan’ireo mpandeha nieren-doza nitantara ny zava-nitranga. Nilaza ny zandary ao Ankazobe fa mirimorimo loatra ireo fiara amin’iny lalam-pirenena iny fa tsy resaka lolo no mahatonga ny loza.

Haja Nirina

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fijininihan-dra lava na hemophilie150 no fantatra fa voany eto Madagasikara

Aretina tsy fantatra raha tsy amin’ny alalan’ny fitiliana ra irery ihany ny fijininihan-dra lava na ny “hemophilie”.

 

 Vokatry ny tsy fahampian’ny singa mahatonga ny tsy fivainganan’ny ra izy io, hany ka mijininika ra hatrany ilay lasibatra raha sanatria ka misy ratra mahazo azy. Ho an’ireo ankizy latsaky ny dimy taona hatao didim-poitra, ohatra ,ka voan’ity aretina ity dia mety tsy hijanona mihitsy ny ràny raha tsy hampidirana io singa io izay efa maimaimpoana ny fandraisana an-tanana ho an’ny hopitaly HJRA etsy Ampefiloha. Manodidina ny 6 hetsy Ar  kosa  no vidin’ilay facteur raha vidiana vola ary tsy maintsy hampidirina isam-bolana ho an’ireo manaraka fitsaboana.  Nampahafantatra ny fisian’ity aretina ity sy ny tokony hitandreman’ny olona tetsy Anosy omaly ny talen’ny hopitaly HJRA sy ireo mpiara-miombon’antoka aminy toy ny “Novo nordisk haemophilia foundation” izay mamatsy azy ireo ilay facteur. Nivoitra tamin’izany fa vao 150 olona hatreto no fantatra fa tratry ny hemophilie raha mbola betsaka ny any ivelany. Hihazo an’Antsiranana izy ireo hanao fitiliana hahafahana mamantatra ireo marary rehetra manerana ny Nosy. Raha araka ny fantatra hatrany moa dia mety hitranga amin’ny alalan’ny mangana ihany koa ny hemophilie raha voadona mafy ilay marary, izany hoe tsy misy ra mivoaka. Iny dona iny anefa mety hitarika tangongon-dra any anaty hozatra na any anaty vanin-taolana izay mety hahafaty mihitsy raha tsy voatsabo.  Aretina lovaina avy amin-dray aman-dreny ny hemophilie.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny famatsian-drano eto AntananarivoHovahana amin’ny alalan’ny kamio “citerne”

Tsy mitsahatra ny mikaro-kevitra hamahana ny olan’ny famatsian-drano eto Antananarivo sy ny manodidina ny mpitantana ny orinasa JIRAMA.

Nisy ny fifampidinihana an-databatra boribory notarihin’ny minisitry ny angovo, ny rano ary ny akoranafo, Vonjy Andriamanga, ny alahady lasa teo, nijerena ny fomba hanamaivanana ny fahasahiranan’ny mponina amin’ny olan’ny famatsian-drano madion’ny JIRAMA. Tapaka nandritra ity dinika ity fa hovahana sy hohamafisina ny fitsinjarana rano amin’ny alalan’ny kamiao « citernes » ka hisy ny fametrahana « citernes » 5 hatramin’ny 10m3 eny amin’ireo fokontany izay tena ianjadian’ny tsy fisian-drano. Hifampidinika amin’ny kaominina sy ny fokontany voakasika ny tompon’andraikitra eto anivon’ny orinasa JIRAMA, amin’ity herinandro ity, hahafahana mandrindra ny asa sy mametraka olona hiandraikitra ny fizarana rano. Toy ireny maka rano amin’ny paompin’ny daholobe ireny ny mpanjifa ka hisy ny sarany haloan’izy ireo, izay tsy mbola voafaritra. Ho vahaolana maharitra kosa dia hisy ny fikarohana ireo loharano azo trandrahana hamokarana rano. Ho an’ny faritra andrefan’Antananarivo dia voaresaka ny tetikasa hanaovana « forage » miisa enina, eny Ambohidrapeto ka vinavinaina hotanterahina amin’ity herinandro ity ny fitrandrahana andrana ny fitosahan’ny rano « débit » eny an-toerana. Ampahatsiahivina fa misy ihany koa ny tetikasa hiarahan’ny orinasa JIRAMA sy ny BEI (Banque Européenne d’Investissement) izay miompana indrindra amin’ny fanatsarana ny tambajotra fitaterana rano eto Antananarivo ary ny fampitomboana ireo tobim-pamokaran-drano. Vinavinaina hatomboka amin’ny voalohan’ny taona 2020 ity tetikasa ity. Mialoha izany dia taterina hatrany fa mandroso ilay asa fanorenana tobim-pamokaran-drano eny Amoronankona, izay afaka hamokatra rano 200 m3 isan’ora. Andrasana afaka herinadro vitsivitsy ny fahavitan’ny asa.

 

Pati sy Marigny

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jerry Rakotoarijaona« Ny mpanohitra no tena mpanolotsaina ny filoham-pirenena ! »

Efa misy ny dingana atao ankehitriny eny anivon’ny antenimieram-pirenena sy teny amin’ny Carlton Anosy mba hametrahana ny tena atao hoe fanoherana, hoy ny filohan’ny fikambanana Vahaolana anio sy rahampitso na VAR,

 Jerry Rakotoarijaona. Ilaina amin’ny tany tena demokratika ny mpanohitra saingy mila apetraka ny hoe inona no ataony ary iza no toheriny ? Ny tena fanoherana dia ny fitondrana ny atao hoe fifandanjan-kery. Izany hoe ny mpanohitra no tokony ho ilay antsoina amin’ny teny vahiny hoe “contre poid” an’ny mpitondra ka raha tena mahay mihaino ny mpitondra dia ny mpanohitra azy no tena lasa mpanolotsainy satria ny hevitra entin’ny mpanohitra no entiny hanitsiany ny lalan-kizorany, hoy hatrany ity filohan’ny VAR ity. Heveriko, hoy izy, fa mila miresaka anefa mialoha an’izay ny samy mpanohitra mametraka an’izay tena hitarika azy ireo.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Manarintsoa IsotryHita ihany ilay zaza 9 taona nitsoaka

Zazalahy kely vao sivy taona monja Rakotomalala Iandraina. Very tsy hita ity tovolahy kely ity afak’omaly hariva rehefa nilalao teo an-tokotany ka nirahina.

 Ao Manarintsoa Isotry izy ireo no mipetraka. Voatery nivoaka nitety ireo toerana misy mpitandro ny filaminana  ireo ray aman-dreniny rehefa tsy tafaverina nandritra ny ora maromaro izy. Sendra ireo tsara sitrapo anefa i Iandraina ka mpanamboatra fiara iray no nanatitra azy tao amin’ny polisy ampitan’ny fokontany ao Manarintsoa Isotry ihany. Ireto farany no nampandre ireo ray aman-dreniny taorian’izay.  Raha ny fantatra, somary nisy fifamaliana kely teo amin’i Iandraina sy ny reniny talohan’io tsy nahitana azy io. Efa milamina tanteraka ny raharaha ankehitriny. Efa niverina nianatra i Andraina omaly niatrika ny fanadinana fifindran-kilasy. Tsiahivina fa taona fahavalo ao amina sekoly tsy miankina iray eny Manarintsoa Isotry i Iandraina kely.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

RMDM

Tafatsangana ankehitriny ny RMDM na Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara.

Araka ny fanazavana dia vondrona sy antoko politika ara-dalàna daholo no mikambana ao anatiny ao.

Fesiboky

Mitarazoka ny asa ho an’ireo orinasa voatery tsy maintsy mikirakira ireny fesiboky ireny iny omaly iny satria dia tena tafahoatra ny fidilotry ny fahafahana mahazo izany na ilay antsoina hoe “connection”. Ny tena mampanahy ny ankamaroan’ny mpikirakira izany dia ny hoe hisy hangalatra ny kaontiny manoloana izao tandrametaky ny tomponandraikitra izao.

Polisy mandehandeha

Saika miverina ahenoana fitarainana noho ny afitsoky ny mpanendaka sy mpangarom-paosy indray ankehitriny ireo fiantsonan’ny taksibe eto Antananarivo. Mampametra-panontaniana ny maro ny hetsika ataon’ireo polisy mandehandeha na “police mobile” izay lasa tsy hitahita intsony tato ho ato.

Tia Tanindranaza0 partages

Asan-dahalo ao BetrokaNiova ho fakana takalon’aina

Mihena ny asa-dahalo any Betroka amin’izao fotoana, hoy ny filohan’ny fikambanana Andrimaso, Ajad Ridji Razafindrazanaka, saingy ny halatra olona kosa no tena mampatahotra ny mponina.

 

 Herinandro mahery kely izay dia nalain’ny dahalo tao an-tampon-tanàna ny olona iray natao takalon’aina hakana 17 tapitrisa ariary saingy rehefa tsy nahazo izay ilainy izy ireo dia novonoiny ho faty. Am-polony mirongo fiadiana ireo dahalo lasa mpaka takalon’aina ireo. Mangataka, noho izany, ity fikambanana ity mba hamatsy fitaovana toy ny natao tamin’ny ady tamin’ny dahalo mikasika ny fakàna takalon’aina koa ny fanjakana ary manao antso avo amin’ny vahoaka mba hifanampy amin’ny mpitandro filaminana amin’ny alalan’ny fametrahana “Quartier mobile” satria nihena ny halatra omby fa nivadika an’io indray, hoy izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famokarana trondroTsy maharaka ny filan’Antananarivo

Nanatanteraka atrikasa sy fifampizarana traikefa mahakasika ny fiompiana trondro tamin’ilay tetikasa Ampiana vatsian’ny Vondrona Eoropeanina vola mandritra ny 5 taona ireo fikambanan’ny tantsaha mpiompy mivondrona ao amin’ny APDRA.

 Tanjona ny hikarohana mahakasika ny fampiroboroboana ny fiompiana trondro eto Analamanga sy Vakinankaratra ary any Itasy. Nifarana omaly talata 13 aogositra ity tetikasa Ampiana vatsian’ny Vondrona Eoropeanina vola ity. 1500 no isan’ireo mpiompy trondro misitraka ny tetikasa ary kaominina miisa 30 manodidina ny renivohitra no nahazo tombony. Amin’izao fotoana izao dia tafakatra 15000 Ariary farafahakeliny ny kilaon’ny vidin’ny trondro eto Analamanga ary tsy maharaka ny filan’ny mponina mihitsy ny vokatra. Maro anefa ny tanimbary sy ny dobo midadasika ahafahana miompy trondro saingy olana ihany koa ny tsy fahampian’ny mpamokatra. Manampy trotraka ihany koa ny tsy fahaizan’ny mpiompy trondro noho ny tsy fahampian’ny fampiofanana. Izany rehetra izany anefa no manaratsy ny kalitaon’ny trondro ka ilana ezaka. Mampitaraina ireo teknisianina ihany koa ny vanimpotoana mangatsiaka tahaka izao izay mampihena ny vokatra tahaka ny Tilapia izay mifidy toetr’andro.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra VakinankaratraSahirana amin’ny famoaham-bokatra

Manatsara ny toekarem-pirenena ny fampiroboroboana ny sehatry ny fandraharahana any amin’ny faritra. Ho an'ny faritra Vakinankaratra manokana, efa manomboka hita taratra ny ezaka ataon’ireo mpandraharaha na dia maro aza ireo sakana.

 

 Ankoatra ny olana eo amin’ny fikarakarana ny taratasy mantsy dia mampikaikaika ihany koa ny faharatsian’ny lalana amin’ny famoahana ny vokatra. Antony nivondronan'ny mpandraharaha ho iray ao anatin’ny FIvondronan’ireo Orinasan’i Vakinankaratra na ny FIOVA mba entina hifanampiana hitadiavam-bahaolana. Ity faritra ity izay manana orinasa miisa 115 izay misehatra amin'ny fanodinam-bokatra ho lasa sakafo avokoa ny ankamaroany ary mamatsy ny 70%  ireo sakafo voahodina manerana an'i Madagasikara. Miankina betsaka amin'ny tantsaha sy ny lalana ny famoaham-bokatra any amin’ny Faritra Vakinankaratra. Amin’izany no tokony hanomezana sehatra azy ireo hampiroboroboana ny faritra sy ny tontolo ambanivohitra ary ny fanatsarana ireo fotodrafitrasa entina hamoahana sy hivarotana ny vokatra.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàn’ny fandraharahanaTombony ho an’ny Malagasy

Miambakavaka ary misavoritaka tanteraka ny mpandraharaha Malagasy noho ny tsy fahamarinan-toeran’ny tontolony eto Madagasikara araka ny nambaran’ny mpandraharaha sady depioten’i Faratsiho, Rasolonjatovo Honoré.

Miandriandry daholo ny mpandraharaha ary tsy sahy mampiasa vola amin’izao fotoana izao noho ny tsy fisian’ny lalàna marim-pototra mifehy azy Manampy trotraka ny fitobahan’ireo entana avy any ivelany izay mamono tanteraka ny mpandraharaha Malagasy, hoy izy. Misy akony ratsy amin’ny toekarena anefa izany ary hita ho mahazo vahana hatrany ireo mpampiasa vola avy any ivelany mihoatra ny Malagasy. Noho ny fidiran’ireo entana avy any ivelany ireo no mamparefo ny tontolon’ny fandraharahana eto Madagasikara ary saika misehatra amin’ny tsy ara-dalàna avokoa ny ankamaroan’ny mpampiasa vola. Antenaina amin’ny alalan’ny fandraharahana ity ny tataon-ketra atao amin’ireo vokatra avy any ivelany mba iainan’ny mpandraharaha Malagasy.

Tsirinasolo

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fambolena sy fiompiana eto MadagasikaraOlana ny lalam-barotra

Nampahafantarina omaly talata 13 aogositra tetsy amin’ny Hotely Le Louvre Antaninarenina ny fisian’ny foara lehiben’ny fambolena sy fiompiana andiany fahatelo (FIA).

 Hotanterahina ny 12 hatramin’ny 15 septambra eny amin’ny Forello-Expo Tanjombato ity hetsika hanome vahana ny tantsaha ity. Tanjona ny hampifandraisana sy hamondronana ary hanetsehana ny tantsaha sy ny mpandraharaha mpisehatra satria iaraha-mahalala fa izy ireo no maro an’isa ary mamelona ny Malagasy. Hampiavaka ity hetsika ity ny fandraisan’anjaran’ireo sehatra tsy miankina maro hanomezan-danja ny asa famokarana ary hampitodika ny mpandraharaha amin’ny tsena iraisam-pirenena. Ankoatr’izay dia tarihina ho matihanina ary hanaraka ny fenitra iraisam-pirenena amin’ny alalan’ity foara be ity ny mpamboly sy ny mpiompy eto Madagasikara. Lesoka hatrany ny tsy fisian’ny fiofanana sy ny fampiofanana, ny indrindra ny tsy fisian’ny lalam-barotra ho an’ny tantsaha, hany ka tsy hita ary takona eny amin’ny tsena iraisam-pirenena ny vokatra sy ny fandraharahana Malagasy. Hatao ihany koa ity hetsika ity ho fampiroboroboana ny toekarena manga (économie bleue) izay hampiroboroboana ny sehatra jono izay efa tena tokony hovoizina eto Madagasikara.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rafi-pampianarana eto MadagasikaraRahoviana ilay « tena izy » ?

Mitana ny sain’ny maro ilay fanatsarana ny fampianarana. Ny tetipivoaran’ny fanabeazana (PSE) norafetina sy efa nankatoavin’ny mpamatsy vola ny hanatanterahana azy.

Tsy tohizina indray ilay efa natomboky ny fitondrana teo aloha ao amin’ny PSE, ilay fikisahana miandakana amin’ny fanombohana ny taom-pianarana amin’ny volana martsa fa miverina miditra mianatra amin’ny volana oktobra indray ny mpianatra ary tsy foanana ny CEPE. Sanatria ve tsy matotra izay dingana efa vita tany aloha ? Araka ny nambaran’ny praiminisitra Ntsay Christian, isika eto Madagasikara dia tsy maintsy mijery ny zavatra tontolo misy eto amintsika kanefa ny fampianarana eto amintsika dia mifandray amin’ny fotoam-pampianarana any ivelany. Mahatsapa ny rehetra, hoy izy, fa tsy mety io tetiandrom-pampianarana io. Reraka ny ankizy noho io fanapahan-kevitry io ka Tsy maintsy ovana sy hahitsy. Hatramin’izay, tsy nahitana olana firy mahakasika ny tetiandrom-pampianarana teo aloha, hoy ny praiminisitra. Mizara ny hevitra raha ny marina. Ny « éducation fondamentale de neuf ans » na ny sekoly fanabeazana fototra sivy taona no voafaritra ao anatin’ny PSE. Midika izany fa zaraina telo ireo ambaratongam-pampianarana ireo ka 5 taona ho an’ny ambaratonga voalohany ary 4 taona kosa ho an’ny  CEG. Izay rehetra izay dia niteraka tsy fitoviana ara-kevitra satria ao ambadik’io dia tsy tokony hisy intsony CEPE, hoy i Ntsay Christian. Zavatra nisy ary noraisina daholo ny hevtry ny besinimaro fa isika tsy maintsy miroso ka tsy maintsy namerenana amin’ny « cycle » teo aloha amin’ny fidirana amin ny taom-pampianarana amin’ity taona ity. Ahoana ary no ahitana vokatra amin’ny fanavaozana ny rafi-pampianarana raha mandroso mihemotra ny fanapahan-kevitra raisina. Rahoviana vao tena izy ny rafi-pampianarana eto amintsika fa toa andrakandrana izay atao ho fanatsaràna ny kalitaon’ny fampianarana ?

 

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoHo ady sa adilahy ?

6 volana mahery taorian’ny nijoroan’ny fitondrana Rajoelina dia manomboka mijoro koa ankehitriny ny rafitra politika rehetra heverina fa lojika ao anatin’ny atao hoe repoblika.

 

Efa io ny filoham-pirenena, ny praiminisitra, ny governemanta, ny antenimieram-pirenena, ny antenimierandoholona sy izay rantsamangaika hafa rehetra. Singanina manokana ao anatin’izany moa ity resaka mpanohitra sy fanoherana ity. Mampifandrirotra azy io sy ny fitondrana ankehitriny ny fikasan’ny hery an-kavanana, izany hoe, ny mpiaradia amin’ny fitondrana hanolo ny lalàna voasoratra sahady kanefa tsy nampihatra izany akory. Efa mazava moa izany ny ao ambadik’izay fa fikasana hanilika ihany koa ny mpifaninana mivantana tamin’ny filoham-pirenena ankehitriny nandritry ny fifidianana mba tsy ho filohan’io hery hankavia io. ho ady sa adilahy, izany hoe, krizy politika indray no ho vokatr’izao atsy ho atsy ? Hifampiziriziry hahatonga ny vahoaka ho sorona sy ho diso fanantenana atsy ho atsy indray ve sa mba tena hahita fifanarahana matotra ho an’ny tombontsoan’ny olompirenena rehetra ? Fanontaniana heverina fa ilaina hapetraka izany rehetra izany mialoha ny tsy hisiana fanapahan-kevitra mitory fitiavantenan’ireo mpitondra indray na fahefana mpanao lalàna io na mpanatanteraka.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rallye du Boeny 201930 no isan’ireo ekipazy handray anjara

Fantatra izao fa mahatratra 30 ireo ekipazy handray fiaingana ao amin’ny PC Karon-Sômabeach Mahajanga rahampitso alakamisy 15 aogositra 2019.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana filohan’ny FMFIdiran’ny politika avo lenta ihany koa

Olana tany aloha ny ahiahina tsindry bokotra sy kolikoly nandritra ny fifidianana ireo filohana ligin’ny baolina kitra sasany, izay hifidy ny filohan’ny Federasionin’ny baolina kitra Malagasy.

 Noho izany, napetraka ny rafitra hanitsy ny mety diso sy handrindra ny zotram-pifidianana rehetra ka teraka teo ny « comité de normalisation » tarihan-dramatoa Atallah Beatrice, ary niasa tokoa izy io. Nizotra am-pilaminana ny zava-drehetra, ka iny niaraha-nahita iny ny vokatra tsara azon’ny Barea nandritra ny CAN 2019. Ankehitriny anefa manoloana ny fifidianana izay ho filohan’ny Federasionina Malagasy amin’ny Baolina kitra na ny FMF dia re fa misy zavatra hafahafa: misy karazana tsindry avo lenta avy amina fikambanana kaontinantaly te hampandany kandida iray. Io kandida io izay efa hitam-poko, hitam-pirenena fa tafaroboka anaty politika. Zavatra tsy eken’ny FIFA anefa izany ho an’ireo rehetra kandida ho filohana federasionina. Efa mba nitraka sy nisongadina ny baolina kitra Malagasy teo, dia sanatria ve hovonoina indray ? Tena mitady ho tafiditry ny kajy maloto ny hikatsahana tombontsoa mihoapampana fa tsy mikendry ny fampandrosoana io sehatra io ny tontolon’ny baolina kitra, ka mila mailo sy tena mijery lavitra ireo filohana ligy manana ny fahefana amin’ny fifidianana izay ho filohan’ny FMF. Irariana mba tsy hatao sorona sy hitadiavana tombontsoa mihoapampana  ny FMF ka hamotika ny kitra Malagasy ny fametrahana olona niainga avy amin’ny kajy politika mamohehatra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiainam-pirenenaMihantona tanteraka…

Mifampitaha tanteraka amin`izao fotoana izao ny resaka fifidianana ary mbola izany foana ny resaka mandeha eny amin`ny olo-pirenena.

Ny fiainam-pirenena mihantona satria ny fifidianana tena manakaiky vahoaka no tena andrasana fatratra nefa tsy mbola mivoaka foana ny didim-panjakana hiantsoana ny mpifidy. Asa izay tena antony tsy hamoahan`ny fanjakana izany. Samy miandry ny rehetra. Inona tokoa moa no andrasan`ny mpanatanteraka ? Ny antenimiera roa tonta efa mivory ka antenaina fa hahazo vaovao. Ny filoham-pirenena ihany koa dia efa nilaza fa amin`ity herinandro ity ny momba ny fifidianana  kaominaly. Antenaina fa hanana fahendrena ireo mpitantana antsika, indrindra eo amin`ny daty fiantsoana ny olo-pirenena hifidy amin`ny kaominaly sy monisipaly.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Asa fanaovan-gazetyNampahafantarina omaly ny momba ny “journalisme collaboratif”

Fomba fiasa efa mihamahazo vahana any ampitan-dranomasina ny “journalisme collaboratif”, ary hahazoana tombony, toy ny hoe : mihena ny vola lany rehefa mizara asa ny mpanao gazety.

 

 Misy akony mafonja kokoa any amin’ny olona maro, na any amin’ny firenena hafa mihitsy aza, ny vokatry ny fanadihadiana natao, hoy Rakotondravony Alain Iloniaina, mpanao gazety mpampiofana eo anivon’ny Friedrich Ebert Stiftung (FES). Mbola vitsy anefa ny mpanao gazety malagasy manao azy. Ity “journalisme collaboratif” ity dia fomba fiasa iray, ka mpanao gazety maromaro no miaraka mitrandraka vaovao sy manao fanadihadiana lalina. Mety ho avy amina orinasan-gazety samy hafa izy ireo no miara-miasa ary afaka miitatra amin’ny sehatra iraisam-pirenena mihitsy. Nanasa an’i Leila Minano, mpanao gazety vahiny mpanao fanadihadiana lalina ny FES omaly, nampahafantatra sy namelabelatra ny momba io antsoina hoe : “journalisme collaboratif” io.  Nahafahana namoaka ho fanta-bahoaka, ny marina momba ny raharaha mafampana maro, ny fomba fiasa “journalisme collaboratif”. Anisan’izany ireny raharahan’ny “panama papers” na “paradise papers” ireny.   

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Gidragidra politikaPotehina tanteraka Antananarivo…

Mandeha ny serasera samihafa hoenti-manaratsy sy manamavo tanteraka an’i Marc Ravalomanana mivady eo amin’ny sehatra ny politika amin’izao fotoana izao.

Manao ranolava ny fiezahana manome endrika ratsy an’i Lalao Ravalomanana amin’ny fitantanana ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Ezahina finganina amin’ny lafiny maro ka mandeha ny serasera samihafa saika isan’andro ilazana fa tsy mandeha araka izay laoniny fitantanana ny kaominina. Ireny no avadika ho fitaovana ara-politika hoeti-maneho fa tsy mahavita azy ny ben’ny tanàna sy ny antoko niaviany. Ny antsojay samihafa anefa mandeha ihany toy ny fitaterana ny fako, izay anjaran’ny minisiteran’ny rano saingy iniana havela hivangongo mba hanaratsy endrika ny kaominina, kanefa ny SAMVA no eo ambany fiahian’ny minisiteran’ny rano no tokony hitaona azy. Eo no mampametra-panontaniana hoe: hatao sorona mandrakariva noho ny tsy fitovian-kevitra politika ve ny renivohitr’i Madagasikara ? Vao ny alarobia 7 aogositra teo ny filoha no nilaza hoe tiantsika hadio sy milamina ve Antananarivo ? Tsy misy angamba olona hiteny sy hanohitra izany. Efa karazana hafatra sy toromarika io milaza hoe: fidio ny olona miaraka sy atolotry ny antokon’ny fitondrana raha hahita mangirana. Tsy tokony hatao sorona noho ny tsy fitovian-kevitra ara-politika anefa ny renivohitra, ary mila hajaina ny safidin’ny vahoaka. Mila manaja sy mankato ny demokrasia ny fitondram-panjakana, raha tsy olon’ny fitondrana no lany eo. Mila ampiana sy tohanana ny mpitantana ny renivohitra fa tsy finganina, raha tena milaza ary ho tia tanindrazana ny filoha sy ny ekipany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Solombavambahoakan’i MadagasikaraAndrasan’ny vahoaka hamaha ny olana eny ifotony

Betsaka ny hetahetan’ny vahoaka, maro ireo zavatra efa nandrasana hatramin’izay tsy vita eo no efa nampanantenain’ny olona teo aloha tsy vita…

 

 

Ao anatin’ny fandinihanana ny politika ankapobeny ny fanjakana ireo depiote ireo, izay voaantso hiatrika fivoriana manokana. Fotoana izao hijeren’ireto olom-boafidy ireto manokana ireo distrika misy azy. Hijery akaiky sady  apetraka tsara mihitsy sy angatahina any amin’ny governemanta ny fe-potoana na ny atao hoe « dead line » amin’ny asa hatao. Efa samy mahalala izay zavatra misy any aminy ireo solombavambahoaka ireo ka tokony hiady ho an’izay mba tena hahazo tetikasa maro mba tena hiantefa any amin’ny vahoaka. Mba zavatra tena hotanterahina ihany koa fa tsy atolotra fotsiny. Rano fisotro madio, resaka fahasalamana toy ny CSB sy hopitaly… eo ihany koa ny fampandehanan-draharaha eny amin ireo sampandraharam-panjakana, eny amin’ny kaominina, na eny amin’ny distrika. Mahakasika ny fampianarana ihany koa satria vitsy ny sekoly any amin’ireo ankamaroan’ireo distrika. Betsaka no andrasana amin’izy ireo. Asa masina ny asan’ny parlemantera satria solontena sady mitondra ny feon’ny vahoaka. Ny laharampahamena na any amin’ny fahefana mpanatanteraka na mpanao lalàna dia izay mahasoa ny vahoaka.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàna momba ny fanoherana“Misy fahabangana”, hoy Ranesa Firiana

Teto Madagasikara dia teraka, taorian`ny fandanian`ny vahoaka Malagasy ny lalàmpanorenana tamin`ny taona 2010, ny fisian`ny fanoherana manara-drafitra ao anatin`ny Antenimieram-pirenena.

 

 Ny lalàna no natao ho fampiharana izay voalazan`ny lalàmpanorenana. Ny tranga misy anefa dia misy fahabangana io lalàna io, hoy Ranesa Firiana, mpahay lalàna. Tsy tao ny fombafomba fifidianana lehiben`ny mpanohitra. Tsy voafaritra mihitsy tao anatin`ilay lalàna, hany ka lasa miteraka adihevitra. Tsy misy fe-potoana napetraky ny lalàna ahafahana mijoro ho an`ny mpanohitra hany ka azo lalaovina ny fehezan-dalàna, hoy ihany izy. Miantso fivoriana tsy ara-potoana ny Antenimiera roa tonta handinihana  ny lalàna mikasika ny mpanohitra. Azo heverina fa handinika ny fanatsarana azy io ny depiote sy ny loholona mba tsy hisian`ny adihevitra intsony amin`ny fampiharana azy. Nohamafisiny kosa fa ny lalàmpanorenana dia tsy miova, izany hoe miainga avy amin`ny antenimieram-pirenena no fotora tsy maintsy hiaingana. Na io lalàna io na hisy ny fanatsarana dia tsy afaka mivoana amin`ny fotokevi-dehibe napetraky ny lalàmpanorenana. Noho izany, azo antoka fa tsy maintsy miainga avy amin`ny maro an`isa manohitra ny fivoahan`izay fandaminana mikasika ny mpanohitra sy lehiben` ny mpanohitra, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko ABA« Tokony miala ny mpitondra tsy mahay politika ! »

Matoa misy vondrona iray mitsangana dia manana anto-pisiana na « ideologie », hoy ny sekretera nasionalin’ny antoko politika ABA,

 

Dany Rakotoson, raha naneho hevitra mikasika ny fahitany ny fanapahan-kevitr’ireo mpanohitra ny fitondrana hivondrona. Tokony hapetraka mazava tsara, hoy izy, izay tanjona ao anaty fiarahana izay. Izahay antokom-bahoaka izao dia hery mpanitsy na « force d’interpellation » satria miteny rehefa mahita tsy mety ary manohana ireo hitanay fa mety kosa. Mila mandroso haingana ny firenena satria efa betsaka no matin’ny fahantrana amin’ny karazany rehetra, hoy ny fanazavany, ka raha atao fitadiavan-tseza fotsiny ny fanoherana dia heveriko fa tsy mety. Tsy ny zava-bita no tokony hanomezana hevitra fa ny zavatra mipoitra. Mila mametraka hoe tsy mety ity fa raha izahay no teo dia izao no hanaovanay azy. Resaka PSE izao, ohatra, dia hitanay hoe efa praograma ka tsy tokony hanaovana sorona ny zana-bahoaka. Ny famerana zaza teraka koa, ohatra, aminay dia tsy fahaizana politika satria kolontsaina Malagasy ny hoe harena ny zanaka. Firenena lehibe noho i frantsa i Madagasikara ary miisa 25 tapitrisa ny mponina ao. Rehefa tsy vitanao ny mampanankarena ireo dia mialà fa tsy ny zaza avoakany no ferana satria ho fanoitra amin’ny fampandrosoana toekarena ireo atsy ho atsy. Rehefa mpitondra tsy mahay politika dia miala fa ny baiboly aza nilaza hoe mamenoa ny tany, hoy ity mpanao politika ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko politika maro eto Madagasikara« Mampieritreritra ihany ny fisiany”

Mifandrirotra ny mpanao politika amin`ny resaka fanoherana indrindra eo amin`ny lehiben`ny mpanohitra.

 Fantatra fa nisy lalàna nivoaka momba ny antoko mpanohitra ary efa voalaza ao anatin`ny lalàmpanorenana. Ny olana eto Madagasikara, hoy Rtoa Aimée Ratsimbazafy, filoha lefitry ny KMF/Cnoe Fanabeazana ny olom-pirenena , dia efa misy ny lalàna nofidiana sy efa mipetraka saingy ny fampiharana asa mihitsy no mahatonga ny mpanatanteraka tsy tapa-kevitra mametraka izany. Nandritra ny fivorian`ny birao nasionalin`ny KMF Cnoe dia efa nanamafy izy ireo fa aoka hifanjohy ny fifidianana ny lalàna. Rehefa tafapetraka izany dia tokony hiaraka aminy ny lalàna fampiharana mba tsy hampiteraka savorovoro eo amin`ny samy Malagasy. Ny lalàna mihantona, hoy ity filoha lefitra ity, ary mampisalasala ny olom-pirenena na ireo tomponandraikitra, indrindra moa ireo antoko politika. Mahakasika ny hoe « samy te ho mpanohitra » ireo antoko dia nilaza Rtoa Aimée Ratsimbazafy fa efa dingana iray ny fihaonan`ireo antoko mpanohitra ary antenaina hitondra zava-baovao ka mba hisy fivoarana eo amin`ny antoko politika rehetra. Nomarihany kosa fa maro ireo antoko politika eto Madagasikara nefa mahagaga fa vitsy amin`izy ireo no sahy sehatra amin`ny fifidianana. Ny antom-pisian`ny antoko politika dia ny fandraisany fahefana amin`ny alalan`ny fifidianana. Saingy tsy izany no zava-misy ka mampieritreritra ihany ny fisiany. Antoko politika tokoa marina ve izy ? Ny antoko politika dia manana vina ka nahoana ny vinan`ireo antoko maro ireo ? Anjaran`ny minisiteran ny atitany no mandray andraikitra momba ny antoko politika izay tsy mandray anjara amin`ny fifidianana, hoy ihany izy. Mila atao mazava amin`ny olo-pirenena izany satria ny vahoaka mijery sady mametra-panontaniana amin`ny hoe “antoko iza no inona ? manao inona ?” Tsy fantatra intsony, hoy hatrany ny fanazavana

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaGejain’ireo manodidina azy ?

Nidina ifotony tany amin’ny faritra Vakinankaratra omaly ny filoha Andry Rajoelina ka nampatsahy indray ilay Fandaharanasa Fihariana hanampiana ireo rehetra te hisehatra amin’ny famokarana sy ny fandraharahana ;

 

 tafiditra ao anatin’izany ny mpamboly sy ny mpiompy. Ary anisan’ny heverin’ny fanjakana ho tohanana manokana ireo tantsaha sy mpiompy any Vakinankaratra.Tsara tokoa ilay eritreritra saingy…kisehoseho ivelany ihany iny aloha hatreto satria raharaha mafana eto amin’ny firenena amin’izao fotoana ny fikitihana ny sata mifehy ny mpanohitra izay efa tamin’ny taona 2011 no nandanian’ny fanjakana tetezamita ny lalàna 2011-013. Tsy nampiharina tao anatin’ny 8 taona io na dia efa nekena sy nankatoavina aza. Didy fampiharana sisa no andrasana, saingy mandeha ny tetika hanovana azy. Mitamberina ny adihevitra nifanaovan’i Andry Rajoelina sy Marc Ravalomnana nandritra ny fifidianana filoha, fa hanaiky ny hamela malalaka an’i Marc Ravalomanana ho lehiben’ny mpanohitra. Hafahafa  ny fihetsik’i Andry Rajoelina amin’izao fotoana. Minia mangina sy te hikosoka ny zavatra nambarany tany aloha manoloana ny fikitihana ny lalàna sy ny sata mifehy ny mpanohitra. Raha hatao mivantambatana ny fiteny dia “mpandainga” sy “mpamahan-dalitra” no azo hanasokajiana ny filoha ankehitriny, tsy mitana ny teny nomeny satria izy tenany izao no efa nanaiky ampahibemaso fa hamela malalaka an’i Marc Ravalomanana ho lehiben’ny mpanohitra. Fanotaniana mipetraka anefa ny hoe tena nahim-pony sy safidiny ve ny tsy hitazona ny teny nomeny ? Mampanahy ny zava-misy satria mety tsy ho i Andry Rajoelina no tsy mitana ny teny nomeny fa mety ho olona manodidina azy izay efa tsy voafehiny intsony no mametraka ny fitsipi-dalao. Mety ho olona mahalala tsiambaratelom-panjakana na tsiambaratelon’ny filoha. Tsy adala rahateo ny filoham-pirenena ka hivadi-belirano sy manaiky hitondra anarana ho “mpandainga” sy tsy mpitazona ny teny nomeny, fa matoa manaiky izany dia mety ambanin’ny mena, izay toa mampitombina  ny hoe « Filoha saribakoly ». Andrasana izay hiseho ato ho ato !

Toky R

 

Midi Madagasikara0 partages

Tortures et violence policière : Les cris d’alarme de la CNIDH

Les conditions de détention dans les prisons malgaches ont fait couler beaucoup d’encre.

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme déplore des cas de non respect des droits humains observés suite à des descentes sur terrain cette année.

Des cas de non respect des droits de l’homme se présentent quotidiennement à Madagascar. Dans un communiqué publié hier, la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme avance et dénonce “la dégradation des conditions de détention au niveau des établissements pénitentiaires”. “Ayant effectué la visite de vingt-trois établissements pénitentiaires sur les quatre-vingt-deux existants à Madagascar, elle (la CNIDH) a formulé des recommandations afin d’améliorer le traitement des personnes privées de liberté”, peut-on lire dans ledit document. La CNIDH également de préciser “la pratique masquée d’actes de tortures et de traitements cruels, inhumains et dégradants caractérisés par la détention provisoire prolongée”. Il conviendrait en effet de noter que, la détention préventive abusive a toujours été déplorée par les défenseurs des droits de l’homme. Citée comme première cause de la surpopulation carcérale, la pratique est devenue systématique pour le système judiciaire malgache. Si bien que la majorité des détenus malgaches est composée par des “prévenus”.

Etouffés. La CNIDH continue son “ampamoaka” en faisant savoir que “des pactes villageois ou “dina” non-homologués sont appliqués…et imposent une légitimation de la torture, parfois attentatoire à la vie des victimes”. Que “la torture frappe les groupes de population souvent oubliés”. Les cas dénoncés par la population de Farafangana, les exactions policières commis à Antsakabary ou encore le “Besaloha” observés dans la région Sofia, ont été cités par la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme dans son communiqué. Avant de pointer du doigt l’inexistence de jugement rendu pour des affaires comme Antsakabary. “…Malgré les interpellations, des dossiers restent souvent lettres mortes et certaines procédures judiciaires étouffées (…) La nécessité d’autorisation de poursuite s’avère être un bouclier imparable pour les éléments des forces de défense et de sécurité incriminés”. Instituée en tant que mécanisme national de Prévention de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la CNIDH continue de tirer sur la sonnette d’alarme…Ses efforts seront-ils fructueux un jour ?

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Parlement : Un siège vacant, deux autres pourvus

Finies les vacances, vivent  les audiences. Au lendemain de sa rentrée, la HCC a évacué les trois dossiers en instance à Ambohidahy. Comme il fallait s’y attendre, a été déclarée irrecevable la requête d’un candidat aux fins de rectification de l’Arrêt portant proclamation des résultats officiels des législatives qui n’est susceptible d’aucun recours.

Nouveau sénateur. En revanche, le juge constitutionnel a donné suite à la saisine du président du Sénat pour constater la vacance du siège de la sénatrice Mbade Jeannine Gabrielle Ravoninahitriniarivo qui a démissionné après son élection à l’Assemblée nationale. S’agissant d’une sénatrice nommée, la HCC de spécifier qu’ « il appartient au Président de la République de procéder à la nomination du nouveau sénateur ».

Suppléants. Par ailleurs, la HCC a proclamé députés, Justin Famindra, deuxième de la liste IRD à Toamasina I et Jean Emanuelson Ravenasy, suppléant de la liste IRD à Bealanana, pour remplacer respectivement Naharimamy Irmah et Volahaingo Marie Thérèse suspendus d’office de leur mandat, suite à leur nomination dans le gouvernement.

Recueillis par R.O

Midi Madagasikara0 partages

Assemblée nationale : Les avantages et les salaires des députés discutés à huis clos hier

Une réunion à huis clos s’est tenue hier à Tsimbazaza.

Les revendications relatives aux avantages des députés ont connu hier un nouveau rebondissement à Tsimbazaza.

Deux jours sont passés sans que les députés et les sénateurs aient  entamé les travaux législatifs proprement dits, alors qu’une session extraordinaire ne doit excéder 12 jours. En termes d’examen et d’adoption des lois, la navette parlementaire veut que l’Assemblée nationale et le Sénat ne disposent chacun que de 6 jours des travaux effectifs. Pour les députés en particulier, trois importants sujets sont à examiner durant la session, à savoir leur règlement intérieur, la présentation par le Premier ministre de son programme de mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat et le statut de l’opposition. La séance plénière pour l’adoption de l’ordre du jour a été prévue hier à 15h à Tsimbazaza, mais elle n’a débuté qu’à 15h30. Chose curieuse, cette séance plénière s’est transformée en une réunion à huis clos pendant laquelle les députés ont discuté de leurs salaires et avantages. Le débat sur l’ordre du jour a ainsi cédé sa place à celui relatif aux avantages des nouveaux élus. La réunion à huis clos a duré plusieurs heures. Nombreux étaient les députés qui ont remis sur les tapis les montants de leurs salaires et ceux de leurs collaborateurs dont les assistants parlementaires et les membres de cabinet pour les membres du bureau permanent. On a également appris que la plupart des députés s’oppose à la réduction du nombre des commissions permanentes de l’Assemblée nationale en conformité avec celui des départements ministériels composant l’actuel gouvernement.

4×4. Par ailleurs, de nombreux députés persistent encore sur l’acquisition des voitures 4×4 leur permettant d’accomplir leurs missions, notamment pour ceux élus dans les districts enclavés du pays. L’Exécutif n’a pas encore donné une réponse officielle à la revendication. D’ailleurs, l’acquisition des voitures Tout Terrain pour les députés n’est prévue ni par la loi de Finances Initiale 2019, ni par la Loi de Finances Rectificative 2019. Pour le gouvernement, le débat est presque clos sur cette question. Actuellement, l’Exécutif semble préoccupé par des problèmes sociaux dont l’insécurité dans certaines parties de Madagascar, le délestage et  la pénurie d’eau qui sévissent surtout dans la Capitale. La tenue des Communales figure également parmi les principales préoccupations du gouvernement. D’après la Commission Electorale Nationale Indépendante, il faudra trouver 40 milliards d’ariary pour cette élection de proximité. La décision du gouvernement y afférente est attendue ce jour. En tout cas, la session extraordinaire du Parlement est à son troisième jour aujourd’hui. A l’Assemblée nationale, l’ordre du jour a été adopté hier tard dans la soirée. Les travaux des commissions commencent dès aujourd’hui.  La proposition de loi modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2011-013 divise les députés.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Résurgence de la peste : 47 districts à risque pour la saison 2019/2020.

Exemple d’amoncellement d’ordures dans la capitale.

Si ailleurs, la peste a été éradiquée  depuis des années, elle est endémique à Madagascar, et revient chaque année.

“Les analyses effectuées n’ont pas permis de vérifier que les neuf cas actuellement observés correspondent à de la peste”. Ce sont là les propos du ministre de la Santé publique, le Professeur Julio Rakotonirina lors d’une interview effectuée hier. Le numéro Un dudit ministère de noter que “la saison pesteuse va courir du mois de septembre 2019 au mois d’avril de l’année 2020”. Des mois durant laquelle le risque de résurgence d’une épidémie n’est pas à négliger. La dernière épidémie qui a sévi dans le pays démontre à quel point la peste est un fléau. Elle a également démontré les lacunes en matière de prévention, de riposte et de contrôle. Mais surtout l’incapacité du gouvernement à prendre à temps les mesures adéquates. Face à un tel risque, la vigilance est de mise. Les propos du ministre Julio Rakotonirina rejoignent cette position. “Nous ne devons pas attendre que les cas soient confirmés. Il faut prendre les choses en main et agir en conséquence”, lance-il. Avant d’interpeller les malgaches à “adopter les bons gestes lorsque des cas suspects se présentent”. “Il faut directement prendre les dispositions adéquates lorsque tel cas se présente”, a-t-il ajouté.

Insalubres. Si les tons ont haussé face aux montagnes d’ordures qui se sont entassées dans la ville des mille, l’opinion est plus ou moins docile dans les autres villes du pays. En effet, la gestion et la collecte des ordures sont devenues une problématique majeure de nombreuses communes de Madagascar. D’un côté à l’autre du pays, les scènes sont presque les mêmes : l’insalubrité règne en maître dans les Fokontany et les quartiers. Les responsables auprès des communes, quartiers et villes, semblent être impuissants face à de telle situation. Le manque de moyens – financier, humain et matériels – est souvent avancé pour tenter de justifier les montagnes d’ordures qui s’entassent un peu partout. Il conviendrait toutefois de noter que, des communes se démarquent par leur propreté. Les cas de Nosy Be, de Diégo et de Fort Dauphin sont quelques illustrations. Il conviendrait également de noter que la population a son lot de responsabilités. Jeter ses ordures partout, uriner et déféquer à l’air libre font en effet que les villes, communes et Fokontany malgaches soient insalubres et propices à la résurgence d’épidémies comme la peste ou le choléra. Avec la saison pesteuse qui s’annonce, la probabilité de pandémie est présente….aussi bien dans les 47 districts à risques que dans les autres.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

CITY ART : Un lieu d’échange pour les artistes

les admirateurs du troisième art se régalent devant les 30 tableaux présentés à La City Ivandry

Centre commercial, point de rencontre, la city Ivandry devient un espace culturel dédié spécialement à la culture et à l’art.    

 Le lancement officiel   de  « CITY ART »  s’est tenu hier à la City   Ivandry à 10 heures 30’.  Des hauts dignitaires sont venus honorer l’évènement.  La cérémonie à duré plus d’une heure.

Lors de son allocution, le représentant de SMTP  a souligné que « le   développement du pays dépend de la culture. C’est la raison pour laquelle le groupe SMTP collabore étroitement avec   le ministère  de Communication et de la Culture ». De son coté,  la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy-Andriatongarivo  a affirmé que « la promotion de la culture est l’une des priorités du ministère. Le MCC encourage ainsi les initiatives privées qui contribuent au développement de la culture et qui offrent l’opportunité aux acteurs du secteur de s’exprimer en mettant en avant leur art ».  Ainsi, le ministère  a conclu un partenariat avec la City pour réaliser son projet  « city art ».  Après les discours des hautes personnalités,  l’accord de coopération entre le groupe SMTP et le MCC a été signé vers 11 heures 30’. Désormais, la City Ivandry devient un espace culturel où les artistes peuvent présenter leurs œuvres.  D’ailleurs,  CITY ART  est créé pour promouvoir la culture malgache, et surtout pour permettre  aux jeunes artistes de se construire  une carrière.  Le département de la communication et de la  culture entend s’impliquer  à fond dans ce projet de la City.  Cet endroit somptueux sera un fief des expositions de peintures, de sculptures, de spectacles, et des conférences thématiques. CITY ART sera une zone où les artistes pourront  partager leurs expériences. D’après la ministre «  les recettes de toutes les activités seront versées dans un fonds d’appui à la culture géré par le MCC. Ainsi, les amateurs d’art et culture malgache ne bouderont pas leur plaisir en visitant cette endroit».

Les artistes de  Tanàna Arts Gallery ont commencé l’exposition qui ne se termine que dans quinze jours.  Plus de 60 artistes ont présenté leurs œuvres hier. En effet, cette  association offre aux férus d’art une sélection d’œuvres de styles et de techniques variés. Sa  principale mission est  de partager avec le public leurs passions,  et mettre sur le devant de la scène les talents des artistes malgaches. Cette exposition est une opportunité aux jeunes artistes malgaches

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Musique urbaine : Big Mj et Blacko lachent you can change

Big Mj et Blacko au studio Livity

Big MJ  fait à nouveau parler de lui. Le chanteur malgache, grand ponte de la musique urbaine, vient de dévoiler un nouveau morceau lundi dernier sur les réseaux sociaux. A cette occasion, il s’associe au rappeur français Blacko et réalise « we can change ».

Après presque huit mois d’attente, les admirateurs ont enfin pu  écouter Big Mj en  featuring avec Blacko. A 14 heures de la  diffusion sur youtube, You can change a fait  plus de 10 000 vues.

De la bonne musique. Charmés  par la mélodie  reggae,  Big Mj et Blacko s’échangent cordialement des couplets émouvants.   Enregistré à Paris au studio Livity,  Mixée par Ratakinga record à Antananarivo, You can Change   est de qualité. On sent qu’il y a de la recherche   dans les lyriques, refrain chanté avec justesse et Flows  variés. En outre,  les deux artistes    évoquent également   leur identité : la région du  Sud-ouest de l’Océan Indien. Cette région où le chanteur malgache a puisé son inspiration  pendant plusieurs années de sa carrière…

Big MJ  fourmille de projets. Entre les aides sociales, qu’il a effectuées dans sa région natale, et sa tournée actuelle, qui fera escale à Vohipeno le 14 août  prochain, le rappeur s’est attelé à un projet qui lui tient particulièrement à cœur : la réalisation de son clip avec Blacko. Selon son  manager « non seulement nous allons réaliser le clip de You can change, mais  Blacko fera une tournée avec Big MJ vers la fin de l’année». Fort du succès de son morceau aminao fo ty niany, Big Mj  s’érige désormais au rang de star internationale. Et il n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Après sa tournée à Madagascar, il retournera aux Etats-Unis. Ensuite, il continuera son périple à Canada. Et enfin il rendra visite le pays de Bob Marley.

Actuellement, Big Mj finalise son album Nalingi yo.  Une jaquette très attendue par ses fans. Cette formation d’Antalaha n’arrête pas d’innover.  Avec son équipe de BJ label, l’artiste est bien entouré. Pour lui,  chaque morceau est une prouesse. Le jeune homme a toute la jeunesse devant lui pour cultiver son talent.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Projet AMPIANA : Près de 1 500 pisciculteurs accompagnés

Lancé depuis février 2015, ce projet touchera à sa fin en septembre 2019. 

Le projet AMPIANA (Appui aux Marchés Piscicoles d’ Analamanga), financé par l’Union européenne à travers le programme ASA, vise à développer la pisciculture autour d’Antananarivo dans le but d’améliorer la disponibilité en poissons dans la Capitale. C’est mis en œuvre par le consortium qui associe l’APDRA Pisciculture Paysanne, les centres des recherches malagasy et français, FOFIFA et CIRAD, ainsi que le Malagasy Professionnels de l’Elevage. Lancé depuis février 2015, ce projet touchera à sa fin en septembre 2019.  Durant cette période, le projet AMPIANA a accompagné l’installation de près de 1 500 pisciculteurs œuvrant dans les régions Analamanga, Itasy et Vakinankaratra.

Augmentation de 10 à 20%. Son objectif vise à soutenir les exploitations artisanales pour maîtriser la conduite d’une pisciculture rentable et durable dans le cadre d’une filière organisée. Cet appui consiste entre autres, en la formation des pisciculteurs sur les techniques d’alevinage et de grossissement de carpes. La rizipisciculture est en même temps développée. « Ce qui a permis d’augmenter la production de riz de l’ordre de 10 à 20%. Entre temps, les pisciculteurs ont enregistré une production de l’ordre de 120 tonnes entre janvier et juin de cette année », a expliqué Rija Andriamarolaza, chef du projet AMPIANA, lors d’un atelier de partage et de clôture de ce projet hier à l’hôtel « Le Pavé » à Antaninarenina. 

Points de vente de poissons vivants. Dans le cadre de ses activités de recherche, le projet a contribué à l’amélioration des connaissances sur la rizipisciculture, l’élevage piscicole semi-intensive et la qualité sanitaire de cette filière porteuse. Quant au volet de la commercialisation, trois points de vente de poissons vivants appartenant aux associations de pisciculteurs, ont été construits.  Les alevineurs et les grossisseurs ont été également mis en relation. Et 26 opérateurs de marché ont été dotés de kits d’hygiène.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Ady tany ao Imeritsiatosika : Raikitra ny sakoroka, vehivavy iray lehibe iray naratra

Ilay vehivavy nianjera sy naratra voalaza fa natosik’ireo mpitandro filaminana. (sary nomena)

Mafampana indray ny raharaha amin’ny resaka ady tany ao Imeritsiatosika ao. Tany aman-jatony hektara izay hifanolanan’ireo mponina, voalaza fa efa nitrandraka sy nanajary izany amam-polon-taonany maro, amina orinasa iray any an-toerana, milaza ihany koa fa manana taratasy ara-dalàna maha azy ireo ilay tany ka tonga haka izany.

Omaly atoandro, raikitra ny sakoroka teo amin’ny roa tonta. Vokany, vehivavy lehibe iray no fantatra araka ny loharanom-baovao avy any an-toeran, fa naratra. Tokony ho tamin’ny iraika ambin’ny folo atoandro tany ho any no nigadona teo amin’ilay toerana hifanolanana ireto andian’olona avy amin’ilay orinasa, izay narahana vadin-tany sy mpitandro filaminana. « Niaraka tamin’ny fitaovana sy fiarabe izy ireo ary avy hatrany dia nanatsotsatoka hazo sy nandavadavaka lakan-drano» hoy hatrany ity loharanom-baovao ity. Tsy nanaiky hatramin’ny farany moa ireo fokonolona satria voalaza fa « nisy fifanarahana natao ny tsy hikasihana ilay tany ary tsy nanaja izany ilay orinasa fa io tonga io indray ». Tetsy andanin’izay dia nidrikina ihany koa ny andaniny satria hoe fanatanterahana didy no nataon’izy ireo matoa miaraka amin’ny vadin-tany. Raikitra teo ny savorovoro. Tao anatin’izany, araka ity loharanom-baovao ity hatrany izay isan’ireo mponina any an-toerana ihany moa, dia nisy vehivavy lehibe iray, sahabo ho eo amin’ny 50 taona teo ho eo no torana tsy nahatsiaro rehefa voalaza fa hoe niharan’ny herisetra avy tamin’ireo mpitandro filaminana.

Nanazava ny tompon’andraikitry ny zandary, raha natsoina an-tariby omaly hariva, ny Kaomandin’ny vondron-tobi-paritra Arivonimamo fa « araka ny tatitra voarainy dia sarisarintsary fotsiny no nataon’io ramatoa io. Satria hoe manao mody torana sy mody mianjera any an-tatatra izy ka rehefa tsy nisy nanatona ny olona dia nitsangana ho azy tao ». Nanazava moa ity manamboninahitra ity fa nisy tokoa izay savorovoro izay saingy voafehy sy voalamina ihany. Marihana fa teo anatrehan’ity savorovoro ity dia nisy mihitsy ny fidinan’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy ao anivon’ny OMC, tarihin’ny Lehiben’ny faritra Itasy. « Efa fanintelony amin’izao ny OMC no nidina tany an-toerana tamin’ity taona ity nikaro-baholana mahakasika io resaka ady tany io ». Ny farany nandehanan’ireto tompon’andraikitra tany dia fantatra fa nisy ny famoriana ireo lohandohan’ny mpisorona izay mifanolana amin’io tany io : ireo solon-tenam-pokonolona sy ireo tompon’andraikitra ao amin’ilay orinasa. « Tsy nahitam-bokany anefa izany tamin’izay fotoana izay ary nilaza ny solom-bavam-bahoaka voafidy tany amin’iny distrika iny fa hitondra ny raharaha any amin’ny Filoham-panjakana mihitsy ». Ho hita eo araka izany ny tohiny fa raha ny any an-toerana aloha, raha ny omaly hariva, araka ny fanazavàna azo hatrany dia « efa azo lazaina fa milamina ny toe-draharaha na izany aza dia mbola nametrahana mpitandro filaminana ihany aza ».

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Rugby – Championnats d’Afrique : Les Makis terrassées par les Sud-africaines

C’est sur le score fleuve de 73 à 0 que les Makis dames se sont écroulées face aux Springboks Sud-africaines. Une défaite qui n’augure de bien pour les Malgaches qui disent adieu à une éventuelle participation à la Coupe du monde à Nouvelle-Zélande. Physiquement et techniquement, la sélection malgache n’était pas en mesure de contrer les hôtes de la compétition qui ont défilé par le festival d’essais. Déjà à la pause, l’écart est conséquent par 44 à 0. Les Malgaches affronteront les Ougandaises pour la rencontre de la troisième place si le ticket se jouera entre les Sud-africaines et les Kenyanes.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ntsay Christian : Premier face-à-face avec les nouveaux députés le 16 août

Le PM Ntsay Christian est rompu à l’exercice et au sujet

Le Premier ministre se présentera cette semaine à Tsimbazaza et à Anosikely pour exposer la Politique Générale de l’Etat (PGE) qui a été définie par rapport à la vision IEM du Président de la République.

« Dans les trente jours de sa nomination, le Premier ministre présente son programme de mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat au Parlement qui peut émettre des suggestions ». Conformément à ces dispositions de l’article 99 alinéa 1er de la Constitution, le PM Ntsay Christian se rendra à l’Assemblée nationale puis au Sénat afin d’exposer tour à tour devant les députés et les sénateurs, comment il compte mettre en œuvre la PGE.

Troisième. On croit savoir que le locataire de Mahazoarivo se présentera à Tsimbazaza et à Anosikely le vendredi 16 juillet prochain. Soit 29 jours après sa reconduction à la Primature le 19 juillet dernier. Ce sera le troisième du genre pour Ntsay Christian qui est rompu à l’exercice et au sujet (la PGE) pour l’avoir déjà fait le 02 juillet 2018, 30 jours après sa nomination en tant que PM du gouvernement de consensus le 04 janvier de la même année ; puis le 04 février 2019, deux semaines après sa confirmation comme premier PM du second quinquennat de la Quatrième République.

Report. En revanche, ce sera le premier face-à-face avec  le chef du gouvernement pour la nouvelle Assemblée nationale composée en grande partie – plus d’une centaine sur 151 – de députés débutants. Ils auront en face d’eux des ministres redoublants, à une exception près, pour ne pas citer la nouvelle de la classe gouvernementale. En tout cas, tous les ministres seront en principe présents à Tsimbazaza et à Anosikely ce vendredi autour du PM. Ce qui explique le report des « Journées de concertation des grands responsables pour la mise en œuvre du contrat de performance » organisées par le ministre de la Sécurité Publique, le Contrôleur général de Police Roger Rafanomezantsoa et placées sous le haut parrainage du Premier ministre, chef du gouvernement.

Modifications. En sa qualité de premier responsable de la sécurité, le PM sera effectivement présent à la cérémonie d’ouverture qui est reportée au lundi 19 août au même endroit, au Centre de Conférence International (CCI) à Ivato. La date initiale du 16 août coïncidant avec le jour de la présentation de la PGE. « Si en cours d’exécution, le gouvernement estime que des modifications fondamentales de ce programme s’avèrent nécessaires, le Premier ministre soumet lesdites modifications à l’Assemblée nationale qui peut émettre des suggestions », selon le dernier alinéa du même article 99. Par contre, la Chambre haute n’aura plus ses « maux » à dire puisque d’après l’article 85 de la Constitution, seuls « les articles 71 à 89 sont applicables, par analogie, au Sénat ».

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Droits de l’homme : encore un long chemin à parcourir

Madagascar n’est pas encore un pays où les droits de l’homme sont respectés. Le CNIDH ou Commission Nationale Indépendante  des Droits de l’Homme le  constate et  comme on dit, il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Elle affirme, après avoir fait des visites dans  vingt trois établissements pénitentiaires que, les conditions de détention  se  sont beaucoup dégradées et qu’elle a relevé la pratique masquée d’actes de torture et de  traitements cruels et inhumains. Il y a donc encore beaucoup de chemins à parcourir pour arriver à un niveau acceptable.

Droits de l’homme : encore un long chemin à parcourir

Les citoyens, dans leur grande majorité, ne sont pas conscients de conditions carcérales ou plutôt, ils en ont  entendu parler, mais tant qu’ils n’e sont pas confrontés à des situations les amenant à les subir, ils préfèrent ne pas y  penser. Madagascar ne fait pas  partie de ces pays qui font la une de la presse internationale pour les exactions qui y sont commises. En matière de non respect des droits de l’homme, on trouve bien pire dans le monde. On ne dénonce pas de tueries de masse ou de massacres, on ne parle pas de camps de concentration, mais les exactions existent. Elles sont faites par des détenteurs de l’autorité qui agissent impunément. Le CNIDH rappelle dans son communiqué l’affaire d’Antsakabary où un incendie criminel aggravé de pillage et d’actes de tortures commis par des agents de la force publique n’a donné lieu à aucune poursuite. La presse en a bien entendu parler, mais l’affaire semble avoir été étouffée. Aujourd’hui, personne n’évoque plus cette descente  meurtrière qui a fait plusieurs victimes innocentes. Ce sont ces genres d’actes que le CNDIH entend mettre en exergue et qui aujourd’hui, ne seraient plus couverts par la hiérarchie. A un niveau moindre, on rencontre aussi  des abus qui ne sont jamais dénoncés. « la détention provisoire prolongée et la mise en garde à vue  prolongée légitimisent parfois les actes de torture et de traitement  cruel » . Un atelier organisé par le CNIDH et l’ACAR Madagascar, en collaboration avec le haut commissariat des nations unies aux droits de l’homme a permis hier de cerner tous ces problèmes.

Patrice  RABE

Midi Madagasikara0 partages

Zone de libre-échange : 4,8 millions USD pour la mise en place du Secrétariat

Transformation économique et intégration de 55 pays d’Afrique. C’est ce qu’inspire l’Accord de libre échange, actuellement en cours de mise en place. Jeudi dernier, un accord de subvention de 4,8 millions USD a été signé entre l’Union Africaine et le Groupe de la BAD (Banque africaine de développement), pour la mise en place du Secrétariat de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA/AfCFTA). « L’accord de subvention, approuvé par le Conseil d’administration de la BAD le 1er avril 2019, entre dans le cadre des actions menées par l’institution pour accélérer la mise en œuvre de l’Accord de libre-échange », a indiqué l’institution financière. A noter que les dirigeants africains réunis début juillet à Niamey, au Niger, avaient lancé la phase de mise en œuvre de l’accord de libre-échange conclu en mars 2018. À l’heure actuelle, 54 États dont Madagascar, ont signé l’accord et sont sur le point d’entamer des négociations officielles avant la mise en œuvre effective de l’accord, prévue en juillet 2020. « La ZLECA va fonctionner, et nous sommes certains que d’ici le 1er juillet prochain, les 55 pays auront signé et ratifié l’accord pour ainsi marquer le démarrage du processus intra-africain », a déclaré Albert Muchanga, commissaire au commerce et à l’industrie de l’Union africaine, avant d’exhorter les pays à tirer partie de cette période pour conclure les travaux parlementaires.

Force économique. L’accord de libre-échange continental, réunissant 55 pays africains dont le produit intérieur brut total dépasse 2.500 milliards USD, pourrait aider le continent à créer la plus grande zone de libre-échange au monde. C’est un atout puissant d’intégration qui peut relever le niveau du commerce intra-africain, estimé actuellement à environ 16 %.L’accord commercial devrait permettre d’augmenter les échanges intra-africains jusqu’à 35 milliards de dollars par an, faciliter la circulation des biens, des services et des personnes sur tout le continent , et réduire les importations de 10 milliards de dollars, tout en stimulant les exportations agricoles et industrielles, respectivement de 7 % et 5 %. Selon Andoh O. Mensah représentant la BAD lors de la signature, l’accord contribuera à stabiliser les pays africains, et ainsi permettre aux petites et moyennes entreprises de prospérer. Il permettra également d’accélérer le processus d’industrialisation du continent et ainsi sortir des millions de personnes de la pauvreté.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Formation des jeunes journalistes : Le béaba du journalisme collaboratif

La 7e édition de la formation des jeunes journalistes, organisée par Friedrich Ebert Stifung, a réuni de nombreux journalistes locaux le mardi 13 août au Sunny Garden Hôtel à Ankorondrano. Un rendez-vous où tous les participants pouvaient découvrir ou s’exprimer sur le « journalisme collaboratif ».

A 10 heures tapantes, divers journalistes issus de différents organes de presse avaient déjà pris place dans la grande salle du Sunny Garden hôtel. Ce qui n’est pas étonnant puisque la majorité des organes de presse malgaches sont localisés à Ankorondrano et les environs. Quant à la table des intervenants, on y a vu trois journalistes : madame Leila Minano, journaliste correspondante de Consortium Investigate Europe également reporter à Zero Impunity et fondatrice de Youpress ; madame Hilda Hasinjo Ravelonahina, journaliste économie à Expansion Magazine- Politikà et monsieur Iloniaina Alain Rakotondravony, journaliste freelance. Ce sont ces trois professionnels du métier qui ont assuré l’animation de la conférence.

Introduction au concept de journalisme collaboratif. Pour sa part, l’intervenante principale Leila Minano a tenu avant tout à exposer son introduction dans le milieu du journalisme collaboratif mais également, à partager son expérience et ses connaissances en tant que journaliste d’investigation. Au menu donc, l’historique de ce système de collaboration entre journalistes qui, selon cette auteure de La Guerre invisible- Grasset 2016 serait né il y a plus de quarante ans maintenant. Elle a également parlé de l’importance du réseau et de la collaboration transfrontalière des médias en s’appuyant sur des exemples comme les Panama Papers qui sont parvenus à dévoiler  des secrets bancaires comme preuves d’évasion fiscale perpétrée par des ressortissants de nombreux pays du monde en 2016. « Je ne connaîtrais jamais mieux Madagascar qu’un journaliste malgache tout comme un journaliste malgache ne traitera jamais mieux de l’actualité en France qu’un journaliste français », a-t-elle expliqué. C’est donc une des raisons pour laquelle, la collaboration est essentielle entre les journalistes du monde entier. De plus, cela permet selon les intervenants de gagner du temps, de réduire les frais d’investigation et surtout de livrer un produit fini ultra-qualitatif grâce à un travail collectif.

Dans le contexte. La deuxième partie du programme était dédiée aux questions et aux remarques de l’assistance. Et ces derniers n’ont pas manqué d’exprimer leurs opinions sur le sujet du journalisme collaboratif. Comment faire dans un pays où les patrons de presse et les organes sont affiliés de près ou de loin à une entité politique ? Qu’en est-il du respect de la loi de la communication médiatique en vigueur à Madagascar ? Ne faut-il pas prendre en compte les moyens financiers des journalistes malgaches ? Est-ce que le journalisme collaboratif ne peut traiter que des scandales socio-financiers ? Quelles sont les limites de ce système ? Peut-on collaborer ensemble entre deux organes de presse ne partageant pas les mêmes idéologies ? Autant de questions auxquelles, madame Leila Minano a essayé de répondre. Pour elle, « publier un article comprend toujours des risques partout dans le monde, et l’organe de presse lui-même peut être poursuivi en justice par les organismes dénoncés dans l’article. Cependant, le fait de se regrouper ne peut que compliquer la tâche de ceux qui souhaitent mener l’affaire devant les tribunaux car attaquer 220 journalistes est bien plus compliqué ». Le journalisme collaboratif offre donc une certaine force aux journalistes. Elle a également ajouté que « vous n’êtes pas forcés de collaborer avec tout le monde, il faut juste choisir les bons correspondants! » au sujet des idées divergentes des organes de presse.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Trano Kolotoraly Malagasy : Hofidina ny Alakamisy izao ny ho filoha vaovao

Araka ny fivoriamben’ireo mpikambana ao amin’ny  Trano Kolotoraly Malagasy; izay natao ny tolakandron’ny 11 aogositra lasa teo, dia hotanterahana ny Alakamisy 15 aogositra ho avy izao ny fifidianana izay ho filoha vaovaon’ity fikambanana ity.  Hatomboka amin’ny  2 ora sy sasany izany ka ao amin’ny foiben’ny Trano Kolotoraly Malagasy ao Soarano no hifamotoana ireo mpikambana. Mba tsy hisorohana ny mety ho olana, dia ny komity izay efa natsangana tamin’io fivoriambe natao ny  11 aogositra 2019  io no hikarakara izany fifidianana izany. Io komity io no mandrindra sy  misahana vonjimaika ny raharaha rehetra eo anivon’ny fikambanana mandra-pitsangan’ny birao vaovao, satria efa tapitra tamin’ny volana jona 2019 teo ny fe-potoana niasan’ny teo aloha.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ampangabe : Un accident de la route fait onze blésssés

Celà  s’est  produit sur la RN7, dans le quartier d’Ampangabe, commune Ambalavao, district d’Antananarivo Antsimondrano hier matin aux environs de neuf heures. Deux véhicules se sont télescopés. Il s’agit d’un taxi-brousse régional reliant Antananarivo à Antsirabe et un véhicule  4×4. Ce dernier a connu une défaillance technique selon son chauffeur. « Le capot se serait détaché. Affolé, il aurait braqué sur la droite», a-t-il expliqué. Le sprinter de son côté roulant à grande vitesse. Les deux voitures se sont heurtées. De source confirmée, on compte onze blessés dont neuf dans le transport en commun et deux autres dans l’autre voiture louée par le BNGRC. Les victimes ont été aussitôt évacuées à l’HJRA. Les conducteurs ont fait un constat à l’amiable. Les dégâts matériels n’étant pas considérables.

Voarisoa Davidson (stagiaire)

Midi Madagasikara0 partages

Kiangara : Mpandraharaha maty voatifitry ny jiolahy

Nitrangana fanafihana mitam-piadiana tao  Kiangaran ny faran’ny herinandro teo. Vokany, raim-pianakaviana iray mpandraharaha any an-toerana no maty voatifitr’ireo olon-dratsy. Very tamin’izany ny vola  dimy tapitrisa ariary teo ho eo.

Jiolahy teo amin’ny efatra, mirongo fiadiana no niditra an-keriny tao amina tokantranon’ny mpandraharaha iray tao amin’ny fokontany Andranofeno. Nitifitra avy hatrany ireto olon-dratsy ary voa teo amin’ny lamosiny ny tompon-trano. Lasan’izy ireo tamin’izany  ny vola rehetra ary nitsoaka toy ny tsy teo ireto mpanafika. Nezahina nentina notsaboina tany amin’ny hôpitaly kosa ilay rangahy voatifitra, saingy tsy tana intsony ny ainy, noho ny ratra mafy nahazo azy.

Taorian’io, dia nanao fanadihadiana sy hazalambo ireto jiolahy ireto ny zandary tany an-toerana. Tsy niandry ela fa ny ampitson’ny fanafihana, dia nisy roa tamin’ireo mpanafika no voasambotra. Ireto olona roa ireto izay nambara, fa isan’ireo tompon’antoka tamin’ilay fanafihana mihitsy. Tamin’ny famotorana natao azy ireo no nilazany ny namany; izay nambaran’izy ireo ihany koa fa ati-dohan’ilay fanafihana. Nosamborina ihany koa  ity olona ity. Mbola tao anatin’ny famotorana ihany no nahafantaran’ireo mpitandro filaminana, fa mbola misy naman’izy ireo telo lahy mandehandeha any. Ireto telo lahy ireto dia mpiray tsikombakomba tamin’izy ireo, satria izy ireo dia naniraka ireo olon-dratsy hanafika io mpandraharaha io ary nanakarama azy ireo vola iray tapitrisa ariary. Mbola an-dalam-pikarohana ireto farany moa ireo zandary. Mahakasika ireo olona telo voasambotra kosa, dia efa natolotra ny Fampanoavana ny alatsinainy lasa teo ka ny roa tamin’izy ireo, ireo tena nandray anjara nivantana no nampidirina am-ponja vonjimaika. Ilay olona fahatelo kosa dia nahazo fahafahana vonjimaika, araka ny fampitam-baovao azo hatrany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Pancrace – « Mazana 110 » : Six combattants réunionnais attendus au pays

La deuxième édition « Mazana 110 » aura lieu ce dimanche au parc de l’Hôtel des Thermes d’Antsirabe. Une compétition internationale de pancrace, initiée par la Commission Malgache de Pancrace et Submission (CMPS), et sous l’égide de la Fédération malgache de kick-boxing et disciplines associées. La liste des équipes malgaches était dévoilée samedi à Mahamasina, après le regroupement. Il s’agit de Tony, chez les juniors (-70kg), Patrick (-70kg),  Willy (-93kg) et Poona (-93kg) pour la classe A et Tokiniaina pour la classe B (+100kg). La délégation réunionnaise dont cinq combattants, débarquera en sol malgache ce vendredi, selon les explications du président Mely Zafindranaivo. En outre, quatre combats de défis seront au programme  pour animer la scène :

Classe B: – 77kg: Falimanana (Cosfa) VS Manjary (Tsunami) / -61 kg: Sarobidy (YBI) # Ndimbison (Majunga).

Classe A:-65kg: Jocelyn (CSLA) Vs Denis (Cosfa)/ -61kg: Toky (YBI) vs Ando (SPV FELANA)

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : Tolérance zéro contre les accaparements de terrain

Un président proche du monde rural et des opprimés. C’est l’image que souhaite s’imprégner le président Andry Rajoelina. Hier, le Chef de l’Etat a fait le déplacement à Andranomanelatra et à Manandona. Deux communes rurales se trouvant dans la Région Vakinankaratra. Une descente dont d’objectif était de faire le suivi -évaluation de l’utilisation de l’investissement effectué par les paysans qui ont bénéficié d’un financement, suite au projet Fihariana. Cinq familles bénéficiaires sont recensées à Andranomanelatra tandis qu’une vingtaine pour Manandona. Ils sont donc les premiers bénéficiaires de ce projet. D’ici la fin d’année, plus de 800 vaches laitières seront distribuées. Rien qu’au niveau de la Région Vakinankaratra, a-t-on laissé entendre. Manandona, les « tantsaha » membres de l’association Avotra cultivent des pommes de terre et des haricots verts sur 30ha de terrain, mais aussi la filière artisanale. Du côté d’Andranomanelatra, le président Andry Rajoelina a constaté de visu les vaches laitières qu’ont acheté les paysans locaux à travers le projet Fihariana. A l’écoute des paysans. Le Chef de l’Etat a déclaré à l’occasion que des vétérinaires seront envoyés à Vakinankaratra pour veiller à l’état de santé des vaches. En vue de la professionnalisation de la filière, des formations seront octroyées aux paysans. A noter que la Société Socolait a adhéré à ce projet de vaches laitières en collectant les productions. Hier, le président Andry Rajoelina était resté à l’écoute des paysans de la Région Vakinankaratra. Il a aussi apporté des solutions immédiates aux problèmes vécus au quotidien par la population locale. Pour ne citer que le cas de Dadabe Razafinjoelina qui a demandé une vache laitière ou des six maîtres FRAM de l’EPP Manandona qui vont être recrutés en tant que fonctionnaires. Par ailleurs, le Chef de l’Etat va financer toutes les fournitures scolaires des 450 élèves de cette école primaire publique. Un père de famille s’est plaint d’avoir été expulsé de ses terres par un pénitencier. Andry Rajoelina s’est engagé à offrir un terrain de la même surface à cette famille. J’entends les cris de souffrance de la population. Désormais, il n’y aura plus aucune tolérance contre les accaparements de terrain, a-t-il martelé. Et d’annoncer dans la foulée que des sanctions sévères vont être prises contre les auteurs de ces abus.

Davis R.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Elections FMF : Hery Rasoamaromaka priorise la collaboration avec les ligues

Hery Rasoamaromaka n’est plus à présenter dans le monde du ballon rond malgache.

Pratiquement une semaine après l’ouverture de la campagne, seul un candidat se démarque. Il s’agit de Hery Rasoamaromaka portant le numéro 4 dans le bulletin unique.

C’est encore le calme plat pour les candidats à l’élection du président de la Fédération malgache de football. Tous les moyens sont utilisés par les candidats pour se faire remarquer quitte à faire des coup-bas et des provocations. Hery Rasoamaromaka, candidat numéro 4 sur le bulletin unique, décide de ne pas répondre aux accusations, mais continuer toujours ses actions en faveur du football. « Cette candidature a été mûrement réfléchie. Cela fait trois ans que j’ai préparé cette élection, la preuve que j’ai reçu huit cautions de la part des présidents de ligues si on aurait besoin que de trois. Je trouve que c’est le moment idéal et que  tous les ingrédients sont réunis », a-t-il déclaré.

Projets de développement. Ce sont les ligues qui sont les organes suprêmes, et le candidat se veut être à leur écoute. Ce dernier qui détient la clé à l’élection du samedi 24 août. « Il n’y a pas de développement du football sans la bonne collaboration entre le président de la FMF, les membres du comité exécutif et les ligues régionales. Moi président, les ligues ne seront plus mises à l’écart, elles seront des acteurs clés dans la gestion et le développement du football à la base », a fait savoir le candidat. Les ligues seront dotées en équipements. Des infrastructures seront construites sans oublier l’augmentation des subventions.  Des projets de développement seront lancés, entre autres la mise en place des écoles de football U10, U14 et U17 dans toute l’île, la construction des centres de formations et l’organisation des stages pour les arbitres, entraîneurs en collaboration avec les instances dirigeantes du football continental et mondial en plus des championnats périodiques habituels.

Figure très connu dans le milieu du football surtout à travers les clubs Tana et Boeny Formation, Hery Rasoamaromaka s’est fait un nom ces derniers temps dans la construction et la promotion des terrains à pelouse synthétique. Il était au premier lors des différentes compétitions footballistiques auxquelles, l’équipe nationale malgache a participé. Il a offert des aides financières en faveur des Barea CAN, CHAN et des Jeux des Iles. « 110 tapis sont déjà arrivés au pays et n’attendent que le début des travaux ».

Sponsors. Le sport et la politique vont toujours de paire, c’est pour cela qu’il y a la politique de développement du sport. « En étant un homme politique, les relations que j’ai nouées peuvent être toujours utiles. Je ne ferai pas de la politique politicienne à la tête de la FMF, mais, la politique de développement pour le football malgache. Et un projet de loi sera présenté à l’Assemblée nationale pour favoriser et inciter les entreprises à soutenir et à s’investir dans le sport. Elles bénéficieront par la suite un allégement fiscal. Le football malgache est sur une belle lancée et je souhaite qu’on continue sur cette voie. Je n’y arriverai pas seul, j’ai besoin du soutien de tous les férus du ballon rond et surtout des 22 présidents de ligues qui auront le dernier mot », a-t-il conclu. Le verdict sera connu à Ifaty le 24 août entre les cinq candidats.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

3e édition de la FIA : Focus sur l’économie bleue

La Foire Internationale de l’Agriculture (FIA), dans sa 3e édition, se tiendra du 12 au 15 septembre prochain au Forello Expo Tanjombato. A cette occasion, les organisateurs vont mettre un focus sur l’économie bleue pour une émergence de Madagascar. En effet, la Grande île dispose d’une Zone Economique Exclusive d’une surface de 1 140 000km². Un plateau continental particulièrement riche en ressources halieutiques mais largement victime de la pêche INN (Illégale-Non déclarée-Non réglementée). L’état des lieux de l’économie bleue ainsi que les opportunités offertes et les projets présidentiels en cours, seront exposés dans le cadre de cette Foire Internationale de l’Agriculture. Notons que 30% de la population vivent directement de la pêche traditionnelle. Le développement des activités aquacoles, piscicoles et de la rizipisciculture s’impose ainsi. L’objectif vise à faire émerger les exploitations durables des ressources halieutiques. C’est ce qu’on a appris lors d’une conférence de presse organisée par l’agence Première Ligne hier à l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina.

Navalona R.