Les actualités Malgaches du Lundi 14 Août 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara1297 partages

Augustin Andriamananoro : Fils d’une épicière, il a créé un logiciel informatique

Né le 14 août 1968 à Befelatanana, Augustin Andriamananoro fêtera donc ses 49 printemps aujourd’hui. Contrairement aux autres politiciens qui ont hérité de l’identité de leurs parents et/ou de leurs aînés pour lancer leur carrière, l’ancien ministre des  Télécommunications, des Postes et des Nouvelles technologies quant à lui, a pu percer grâce à la persévérance, à la loyauté et à la fidélité. Issu d’une famille modeste de huit enfants (trois garçons et cinq filles), il a passé toute son enfance dans le quartier d’Ambodin’Isotry. D’ailleurs, Augustin Andriamananoro est l’exemple type d’un élève ayant passé la totalité de sa scolarité dans des établissements publics. En effet, il a passé ses études primaires à l’Ecole Primaire Publique (EPP) d’Ambodin’Isotry, puis au CEG des 67Ha et au Lycée Jules Ferry Faravohitra avant d’intégrer la Faculté de Droit à l’Université d’Antananarivo. Ses périodes de vacances, il les passe avec ses frères et sœurs dans son village d’origine à Soamahamanina. Son père Razafindranaivo est un fonctionnaire retraité du Service d’Exploitation de la Poste. Quant à sa mère Ravaonarivo Cécile, elle était épicière dans le quartier d’Ambodin’Isotry. Issu d’une famille très croyante, Augustin Andriamananoro n’a jamais caché son appartenance à l’Eglise catholique. Dès l’âge de cinq ans, il a été un enfant de chœur à l’Eglise Sainte Thérèse de l’Enfant de Jésus à Isotry. Il a reçu tous les sacrements de l’église et se marie avec  Volanirina Razakamanana à l’Eglise Saint Aspais de Melun en France le 27 août 1994. Il est père de trois enfants (Sophie, Estelle et Timothée)dont il est très fier.

Parcours professionnel. Passionné de Communication, d’Arts plastiques et de tout ce qui a trait à l’audiovisuel en général, il a eu un parcours professionnel assez atypique. Alors qu’il venait à peine d’obtenir son baccalauréat en 1986, il a intégré son premier métier en tant que Dessinateur Scénariste en Bandes dessinées. Il a d’ailleurs profité de notre entrevue pour adresser ses reconnaissances envers ceux qui lui ont donné cette chance d’éditer ses œuvres à l’époque, parmi lesquels, les éditions « Tsileondriaka », très connues du public par les séries de bandes dessinées de la fin des années 80. Pendant qu’il poursuivait ses études universitaires au début des années 90, il a commencé à s’intéresser à l’audiovisuel. Il avait ainsi démarré sa carrière de Reporter Caméraman, puis réalisateur Vidéaste à l’ « Agence TV Report TAHINA ».  Sa passion poussait sa curiosité à apprendre la magie de la P.A.O (Publication Assistée par Ordinateur). Après trois années d’expérience en tant que Technicien Réalisateur Multimédia à l’Agence Horizon Communication, il a ensuite intégré la Société « C-net », qui recrutait des développeurs en multimédia pour répondre aux nouveaux besoins du marché de la « E-formation ». Il a débuté en tant que Technicien en Hardware pour installer les composants électroniques des ordinateurs, puis progressivement, développeur des applications, Administrateur de réseaux et Créateur de sites internet et des IntraNet.

« Cahier de Texte ». Augustin Andriamananoro est le père d’un Logiciel appelé « Cahier de Texte » expérimenté dans le milieu de l’Education nationale via son Intranet. Il a donc étoffé ses expériences dans les études et Régulation du Secteur des Nouvelles Technologies, lorsqu’il exerçait de 2011 à 2014 la fonction de Directeur Général de l’Autorité de Régulation des Télécommunications à Madagascar (OMERT). Il est également titulaire d’un Diplôme de Mini MBA en Télécommunications qu’il a obtenu au Texas Southern University, après avoir complété ses formations en janvier 2013 à l’Institut International de Management, en Galilée – Israël. De 2000 à 2004, il travaillait comme Consultant-Chef de Projet pour le Fonds européen auprès de la Région les Archipels de la Guadeloupe. Sa mission consistait à structurer des projets éligibles pour les financements du DOCUP, (Document Unique de Programmation). Fort de ses expériences dans le cadre du financement, la gestion, l’implantation et le suivi des projets de développement aux Antilles françaises, il a décidé de retourner à Madagascar en 2005 pour créer sa propre entreprise en apportant des projets innovants à la Grande Ile. Il a d’ailleurs été parmi les premiers promoteurs de « l’outsourcing ». Une pratique qui consiste à externaliser vers un prestataire spécialisé certaines tâches dans le domaine du marketing et de la relation clients à Madagascar et dans l’Océan Indien.  Avec son Groupe « Osmosis Business Solution », il était parmi les précurseurs dans le domaine de « l’offshore » avec la délocalisation des projets ambitieux tels que la réécriture et la maintenance des logiciels, ou encore du Centre d’appel délocalisé pour des clients en Europe.

Arrestation. Cela fait dix ans qu’Augustin Andriamananoro s’engage dans la politique. En 2007, il était conseiller spécial résidant à l’étranger auprès de la Commune Urbaine d’Antananarivo, lorsqu’Andry Rajoelina était maire. Il était aussi membre du gouvernement durant la période transitoire, puis Président du Conseil d’Administration de la Société Nationale de Participation (SONAPAR) jusqu’en 2014. Il occupe aussi le poste de Vice-président national du MAPAR. Son parcours politique a surtout été marqué par son arrestation par l’Emmoreg le 10 décembre 2016 alors qu’il assistait à l’enterrement d’un de ses proches. Augustin Andriamananoro a passé la fête de Noël à la prison d’Antanimora. Suite à l’affaire Soamahamanina, il a été condamné à trois mois d’emprisonnement avec sursis.

Recueillis par Davis R

Midi Madagasikara800 partages

Mariage : Briand et Onitiana se sont dit Oui

Le couple présidentiel a assisté au mariage de Briand et Onitiana.

En voyant des piquets de sécurité samedi, les riverains et les usagers de l’axe desservant Mahazoarivo ont vite conclu qu’un « vahiny » illustre allait se rendre à la Primature. En fait, les gardes étaient là pour le président de la République qui a assisté avec son épouse au mariage d’Onitiana Realy Voahariniaina et de Briand Joseph Andrianirina à la Villa Les Calanques à Ambohimiandra au nom de l’amitié qui lie les deux couples. Tout particulièrement la Première Dame et la mariée. La ministre de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme et le DG de l’ANRE (un organisme rattaché à la Présidence de la République) se sont dit Oui devant Dieu et devant les hommes. En choisissant comme verset l’épître aux Hébreux (13.4a) « Le mariage doit être honoré par tous ». En signe de leur engagement, ils se sont échangé des alliances. Et ce, 5 ans après s’être connus au cours du voyage d’études en Inde du CEDES dont des sortants ont été d’ailleurs invités au mariage qui a été évidemment célébré en présence des proches et membres des deux familles. En revanche, aucune figure politique n’a été conviée à la cérémonie dont l’office religieux a été dirigé par le pasteur Ramahefason Fampiononana du FPVM. Midi Madagasikara adresse ses félicitations et tous ses vœux de bonheur aux « just married » qui étaient tout feu tout flamme. A l’image du feu d’artifice qui a clôturé en beauté la fête en début de soirée.

R.O

News Mada778 partages

Rugby : le Com temporise le jeu

«La situation devient de plus en plus délicate pour les férus de la discipline. Il faut que les deux camps trouvent un terrain d’entente pour permettre aux joueurs de continuer la saison en toute quiétude.»  La déclaration émane du président du Comité olympique malgache (Com), Siteny Randrianasoloniaiko, tenue, samedi dernier, à Ivandry. Selon ses dires, une rencontre a déjà eu lieu avec Malagasy rugby qui est la première structure concernée et la mieux placée pour trouver un compromis avec Analamanga rugby.

«Les deux parties doivent trouver une issue favorable à cette situation le plus tôt possible pour ne pas perturber la saison. Le Com respecte l’autonomie de toutes les fédérations mais il faut que toute décision respecte la charte olympique ainsi que les lois en vigueur. En effet, Malagasy rugby peut, soit, sanctionner, soit, opter pour une autre option plus olympique», a-t-il renchéri. A entendre les propos des têtes pensantes au sein du Com, le tribunal sportif serait l’instance juridique habilitée à trancher sur cette affaire et l’intervention de l’Etat, si nécessaire, doit être objective.

Rojo N.

 

Madagascar Tribune446 partages

70% des « clients » sont des nationaux selon l’ONG Ecpat

Le tourisme sexuel fait encore rage à Madagascar et surtout l’exploitation des mineurs. Et bien qu’on pensait que c’est là un fait des étrangers, il semblerait pourtant que ce soit le contraire. En effet, 70% de ces clients du tourisme sexuel seraient des Malgaches alors que les étrangers ne représentent que 30% des concernés. Sont mis en cause ceux qui partent en déplacement dans les provinces ou dans la capitale, ceux qui partent en mission mais également les forces de l’ordre.

70% des habitués du tourisme sexuel sur des mineurs à Madagascar sont des nationaux et seul 30% seraient des étrangers de passage dans la Grande île. Alors qu’on pensait que le tourisme sexuel était surtout le fait des étrangers. Ces chiffres ont été dévoilés suite à un suivi évaluation effectuée par l’ONG ECPAT France à Madagascar. Cette ONG est membre du réseau ECPAT International dont la mission est de lutter contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales.

Le tourisme sexuel aurait différentes formes selon les régions du pays. Et ce ne sont pas les résidents qui le pratiquent mais des gens de passage qui recherchent expressément des mineurs. Cela a favorisé l’apparition d’un réseau de trafic dans certaines régions, notamment dans la Capitale malgache. Les plus touchées sont les mineures se trouvant dans une situation économique précaire, issues des milieux défavorisés. Les éléments des forces de l’ordre aussi sont mis en cause dans la prolifération de ce phénomène. Selon les informations, ces derniers seraient également tentés d’abuser des mineurs et prostitués qu’ils arrêtent avant de les relâcher. Malheureusement, peu des victimes osent encore dénoncer ces actes dont elles sont les cibles. La première raison est qu’il s’agit encore d’un sujet tabou dans la société. D’où les victimes n’en parlent pas par honte vis-à-vis de la société. La deuxième est que les communautés des victimes ne réagissent point même s’ils sont mis au courant. Enfin, même si les cas arrivent devant la justice, l’impunité est toujours de mise et les concernés s’en sortent sans grand souci. Jusqu’à actuellement, malgré la mise en place d’un Plan National de Lutte contre le Tourisme Sexuel (PNLTS) en 2008, les actions entreprises dans ce sens demeurent encore au stade de la sensibilisation.

Midi Madagasikara226 partages

Hery Rajaonarimampianina – Marc Ravalomanana : Divorce consommé

« Face à cet acharnement, il est hors de question de participer à une éventuelle rencontre avec le président de la République », a déclaré l’ancien exilé d’Afrique du Sud.

Le clash. Le divorce est désormais consommé entre le président Hery Rajaonarimampianina et l’ancien président Marc Ravalomanana. La collaboration annoncée dès le retour d’exil du numéro Un de l’Empire Tiko semble avoir été enterrée. Depuis le 8 juillet, le jour où la Préfecture de Police d’Antananarivo a empêché la tenue du grand rassemblement que le « Tiako i Madagasikara » a prévu d’organiser au stade de Mahamasina dans le cadre de la célébration de son 15e anniversaire, la tension entre les deux partis n’a jamais cessé de monter. Pas plus tard que samedi dernier, la manifestation prévue se dérouler dans l’enceinte du Magro à Toamasina a encore été interdite, suite à une forte mobilisation des forces de l’ordre réquisitionnées par la Préfecture de Police de Toamasina (voir article par ailleurs). En marge de cet anniversaire raté, Marc Ravalomanana a déclaré qu’il n’assistera pas à une éventuelle rencontre avec l’actuel président de la République. Pourtant, à entendre les propos de l’ancien président, c’est la Communauté internationale, en l’occurrence, l’Union européenne, l’Union africaine et les autorités américaines qui auraient proposé la tenue d’un dialogue afin de résoudre le bras de fer actuel entre le « Tiako i Madagasikara » et le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». « Face à l’acharnement dont nous sommes victimes et à l’interdiction de toutes les manifestations prévues par le TIM dans le cadre de la célébration de son 15e anniversaire, il est hors de question de participer à cette rencontre », a prévenu Marc Ravalomanana.

Persécutions. En tout cas, la tension entre le régime HVM et le TIM risque de s’intensifier. Un peu plus d’un an avant l’élection présidentielle de 2018, les préparatifs battent leur plein au niveau de chaque état-major politique, quitte à lancer des coups bas à l’encontre des adversaires potentiels. Les partisans du « Tiako i Madagasikara » devraient s’attendre à ce que les persécutions à leur encontre s’intensifient davantage dans les mois à venir. Face à la persistance du clan Ravalo qui prévoit un « forcing » pour la célébration de son 15e anniversaire, il n’est pas à écarter que les dossiers de Justice contre le numéro Un de l’Empire Tiko soient remis sur le tapis. En tout cas, à l’allure où vont les choses, aucune manifestation publique ne sera autorisée d’ici à la fin du mandat du HVM. Marc Ravalomanana pourrait tirer un trait sur la célébration du 15e anniversaire du « Tiako i Madagasikara ».

Davis R

Midi Madagasikara220 partages

RN4 : Efa tafiditra hatrany anaty fiaran’ny mpandeha mihitsy ny jiolahy

Raim-pianakavina iray no lasibatra, raha handeha hody hihazo an’i Mahajanga,  ny Alarobia teo, rehefa avy naka ny zanany vao tonga avy any Chine. Telo mianaka izy no nandeha tao anatin’ilay fiara niaraka tamin’ireo mpandeha rehetra. Tao  Ambodivona izy no efa nisy nampitandrina fa tokony  ho mailo amin’ireo mpanendaka, kay tratran’ny tsy nampoizina, fa efa tafiditra tany anaty fiara mihitsy ilay mpanao ratsy. Nanao famandrihan-toerana manokana tany amin’ny seza arina rehetra izy telo mianaka dia ilay raim-pianakavina niaraka tamin’ny zanany vavy sy ny vinantolahiny. Noho ity farany izay teratany amerikana lehibe sady ngeza anefa dia voatery nafindra tany aloha izy mivady ka ilay raim-pianakavina sy mpandeha hafa no nipetraka tany amin’ny farany arina ny fiara. Araka ny fitantarany, dia minitra vitsy monja no nanatanterahan’ilay olon-dratsy io asa fanendahana io. Finday avolenta izay efa tao anaty paosy palitao anatiny fa mbola voasokitrany soamantsara. 10 minitra mialoha ny nahavery azy hoy hatrany izy, dia mbola nampiasaiko io finday io ary mbola tao anaty fiara avokoa ny olon-drehetra. Fotoana vitsy monja no nijanona teo Ankazobe raha toa ka sendra ny fiara iray nanao lozam-pifamoivoizana. Tsitapitapitra teo, dia nanjavona ary efa maty avy hatrany tsy azo antso intsony. Ankotr’io, sakaosy iray ihany koa no mbola napetraka tao ambanin’ny seza. Tao avokoa no nasiana ny vola rehetra, variana tamin’ny fahaverezan’ilay finday izy telo mianaka, tonga taty Mahajanga vao nahatsikaritra, fa lasa tao ihany koa kay ny vola 3 tapitrisa ariary. Rehefa tsy hita intsony moa izay natao, dia nametraka fitoriana teny anivon’ny mpitandro ny filaminana ireto fianakavina ary efa mandeha ny fikarohana.

Tantely Vandriam

Midi Madagasikara197 partages

Ecotourisme sur la RN2 : Le « SAHA Maitsoanala » met la barre plus haute

Vue sur une partie du paysage offert par le site.

Le « SAHA Maitsoanala » sis à Mandraka, est sans doute le site écotouristique le plus proche d’Antananarivo.

Situé à environ 65 km de la Capitale, sur la RN2, le lieu, qui est également un site d’éducation environnementale, est la concrétisation de l’initiative du département des Eaux et Forêts de l’Agro de l’Université d’Antananarivo, en partenariat de gestion avec l’association Maitsoanala. Doté d’un gîte d’accueil récemment inauguré, le « Saha Maitsoanala » de Mandraka est aujourd’hui en mesure d’accueillir des événements divers, en marge de ses activités principales, à savoir l’écotourisme et l’éducation environnementale. Pour cela, les pistes et sentiers du site ont été réaménagés et de nouveaux supports destinés à l’éducation environnementale ajoutés. De même, une pépinière a été mise en place pour la reproduction des jeunes plants.

Soutien à la communauté locale. Par ailleurs, le lieu, pourvu d’une aire de camping, répond aux besoins des visiteurs en quête de quiétude dans un environnement sain. Dernièrement, le site s’est doté de plusieurs infrastructures, incluant une boutique communautaire. Celle-ci permet de mettre en valeur les produits artisanaux et touristiques de la localité, et devient, de ce fait, une source de revenus complémentaires pour les communautés de la région.

Autant d’initiatives mises à contribution dans la protection de l’environnement que les partenaires de « Saha Maitsoanala », notamment la présidence de l’Université d’Antananarivo, la Direction régionale des Eaux et Forêts (DREF), la Fondation TANY MEVA, l’Office régional du Tourisme Antananarivo (ORTANA) et l’association Maitsoanala, ont pu constater de visu lors de l’inauguration de ces infrastructures.

Hanitra R.

Midi Madagasikara107 partages

Volley-ball / Maurice : L’équipe malgache de Maurice finaliste

Le festival organisé par des clubs mauriciens sur place a permis à une équipe malgache d’arriver en finale et de gagner la coupe et les médailles de bronze. Composée de Fabrice Hermann, Onja, Roberto, Fidy, Mika, Casimir, Nando et Faly, l’équipe qui a joué a donc perdu en finale et se classe 2e sur huit équipes. Fabrice qui joue au Camp Ithier a également gagné le titre de meilleur joueur.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara101 partages

Aéroport de Nosy-Be : Lancement des travaux de rénovation

Lors de la cérémonie traditionnelle de lancement des travaux par Ravinala Airports.

Dès septembre 2017, le chantier au niveau de l’aéroport de Fascène à Nosy-Be va démarrer par le renforcement de la piste d’atterrissage avec la réfection de la buse sous piste à son extrémité nord. La prochaine étape sera la remise en état de la couche de roulement qui est en ce moment fissurée. C’est ce qu’on a appris lors du lancement des travaux par Ravinala Airports, samedi dernier. Une cérémonie traditionnelle y a été organisée en présence de la population locale suivie de la distribution de viande de zébu ou « nofon-kena mitam-pihavanana », à cette occasion.

Renforcer l’attractivité. Toutes les conditions sont ainsi remplies pour commencer dans les meilleures conditions la rénovation du Terminal international de l’aéroport de Nosy- Be dont les travaux s’étaleront sur une année. « La confortation de la piste est un gage de sécurité pour les passagers. Elle va également renforcer l’attractivité de l’aéroport de Nosy- Be qui doit séduire de nouvelles compagnies internationales et attirer plus de touristes », selon les explications de Ravinala Airports. Outre les travaux relatifs à la piste d’aviation, la mise en place d’une station de traitement des eaux sera, quant à elle, achevée dès le mois de novembre prochain. La remise aux normes de l’incinérateur pour le traitement des déchets est aussi prévue, dans cette optique.  Par contre, la réfection des façades et l’augmentation de la capacité d’accueil par le biais de la mise en place d’auvent et le réaménagement des salles d’embarquement sont prévus dans les prochains mois.

Infrastructures modernes. Notons que ces travaux sont exécutés par CMBI regroupant les sociétés Colas Madagascar et Bouygues Bâtiment International dont le savoir-faire et l’expérience sont reconnus dans leurs domaines respectifs. Ravinala Airports a déjà procédé à la sécurisation des installations électriques, à la restructuration du Queuing afin de mieux organiser le ckeck-in des passagers. Dans la même foulée, un travail de fond est en cours afin de permettre à l’aéroport de Fascène Nosy- Be d’accueillir conformément aux normes du frêt à l’international. Il faut savoir que la gestion de l’aéroport est confiée à Ravinala Airports tandis que l’ADEMA, pour sa part, continue à assurer la partie relative à la navigation aérienne, la gestion de la tour de contrôle, aux services de pompiers et au balisage lumineux de la piste. Rappelons que ce projet d’envergure entre dans le cadre des Projets Présidentiels visant à doter la Grande Ile d’infrastructures modernes. En effet, la mise aux normes de l’aéroport de Fascène Nosy- Be permettra de promouvoir le développement des routes aériennes ainsi que la croissance du trafic. Elle constitue de ce fait un moteur important pour le développement touristique et économique de ce pôle touristique et de la Grande Ile, en général.

Navalona R.

Midi Madagasikara98 partages

SOS Santé : Elan de solidarité pour Novah Dakoto

Novah Dakoto, qui ne peut plus se lever seul, a assisté au cabaret assis.

L’artiste Novah Dakoto, chanteur renommé de la génération Kaiamba, est malade. Ses amis artistes lui ont concocté un cabaret de solidarité pour collecter des fonds afin de l’aider, samedi dernier au Telozoro Andrefan’Ambohijanahary. Grâce à cela, un volontaire va  le prendre en charge à partir de ce mardi.

Pour venir en aide à leu ami Novah Dakoto, artiste très connu de la scène kaiamba qui a signé plusieurs tubes, dont le fameux « Miverena aty  Antsihanaka aty », un cabaret a eu lieu samedi dernier au Telozoro à Andrfan’Ambohijanahary. Plusieurs artistes ont participé à cet élan de solidarité, comme Soulanga, Nantenaina, Nonoh Ratelo , Sefo du groupe Johary… et Novah Dakoto lui-même, qui, malgré sa paralysie, a pu s’y rendre et chanter avec ses amis. Outre, les artistes, on a pu compter sur la générosité du public et de quelques personnalités venues apporter leur contribution à cet artiste et à sa famille. Car le coût de son traitement est élevé et cela fait quelques années qu’il est inapte à marcher. Samedi, il a pu collecter 1 200 000 Ar en espèce, avec les donations par mobile banking. Et une personne de bonne volonté a même annoncé qu’elle prendra en charge ses soins à partir de ce mardi.

Attaque. L’histoire est tout de même surprenante, autant dire qu’il ne faut pas être au mauvais endroit au mauvais moment. Le 12 juillet 2012, alors qu’il était rentré un peu tard, à Andreba, Ambatondrazaka, des personnes malintentionnées l’avaient attaqué. Le pauvre avait perdu connaissance et ne s’était réveillé qu’au beau milieu de la nuit., heure à laquelle des sorcières rodaient tout autour. Ces dernières lui ont même fait du mal, si bien qu’il est retombé inconscient. Le matin, lorsqu’enfin quelqu’un l’a ramené chez lui, le mal a pris tout son corps. D’abord hospitalisé à l’hôpital d’Ambatondrazaka le 16 juillet de la même année, il a du être évacué à Antananarivo à l’hôpital HJRA pour y recevoir des soins. Sa santé s’est améliorée, mais ses jambes sont depuis paralysées. Aujourd’hui, sa santé n’est guère meilleure, et c’est pour cette raison que ce cabaret a été organisé pour lui.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara90 partages

Tapatapany

#- Taolagnaro. Kamiao nivadika nahafatesana olona efatra. Lozam-piarakodia mahatsiravina no nitranga tamin’ny lalam-pirenena faha-12A (RN12A) ny zoma 11 Aogositra teo tokony ho tamin’ny 11 ora alina. Kamiao mpitatitra entan’ny orinasa mpanao lalana EGECOM manamboatra iny RN12A  iny no nivadika tao amin’ny tanàna atao hoe Belavenoky, kaominina Mahatalaky, 26 km miala avy ao Taolagnaro. Vokany, olona efatra no maty tsy tra-drano ka iray tampo ny roa amin’izy ireo izay samy mbola ankizy avokoa (5 sy 14 taona). Fito no naratra ka dimy tena voa mafy ka tsy maintsy notanana ao amin’ny hôpitaly CHRR ao Tolagnaro. Potika tanteraka ilay fiarabe.

#-Imerinafovoany. Mpamilin’ny ministera, tratra nifoka rongony sy nitondra basy tsy ara-dalàna. Ny faran’ny herinandro teo, nisy telolahy nosamborin’ny zandary avy ao amin’ny borigadin’i Talatamaty, teny amin’iny faritra Imerinafovoany iny. Voarohirohy tamin’ny resaka fidorohana zava-mahadomelina izy ireo, ary mbola nahatrarana basim-borona tsy ara-dalana. Araka ny fampitam-boavao azo dia ny iray tamin’ireo telolahy ireto dia fantatra fa mpamilina ministera iray, ireo roalahy namany kosa dia samy mpivarotra. Notazonina vonjimaika ao amin’ny borigady Talatamaty izy ireo miaraka amin’ilay basy hanaovana ny fanadihadiana.

Nangonin’i T.M. / m.L

Midi Madagasikara89 partages

Presse : Décès de notre confrère Andry Ratovo

Andry Ratovo a lutté contre sa maladie jusqu’à son dernier souffle. (Photo facebook)

Après des mois cloué au lit de l’hôpital Befelatanana, notre confrère Ratovonjanahary Andriamaharo, plus connu sous le nom d’Andry Ratovo dans le monde journalistique, a tiré sa révérence à l’âge de 45 ans, dans la nuit du vendredi 11 août des suites d’une longue maladie qui le minait : une insuffisance rénale avec des calculs rénaux. De son vivant, Andry Ratovo était le rédacteur en chef de sobika.com ; le dernier poste qu’il occupait avant son décès. Il travaillait également pour le Groupe Matv et était un journaliste sportif du quotidien L’Express de Madagascar. En mai dernier, Andry Ratovo a lancé des appels à l’aide pour qu’il puisse bénéficier des séances de dialyse impératives pour le traitement de sa maladie. Un téléthon a donc été organisé pour ce faire. Malheureusement, le destin en a décidé autrement. Andry Ratovo sera inhumé ce jeudi à Tambohomandrevo Alakamisy Itenina Fianarantsoa. Toute la rédaction de Midi Madagasikara présente ses sincères condoléances à sa femme, à ses enfants et à toute sa famille.

Aina Bovel

Tia Tanindranaza84 partages

Marc Ravalomanana“Atahorana hiverina ny krizy”

Tsy navelan’ny fitondram-panjakana hankalaza ny faha-15 taonany indray tamin’ny alalan’ny prefen’i Toamasina Benandrasana Cyrille ny antoko Tiako I Madagasikara ny sabotsy teo.

 

Baikon’ny praiminisitra

 

“Ny baiko azonay dia tsy misy olon’ny TIM afaka miditra ny faritry ny Magro Tanambao V. Andraikitray amin’ny maha mpitandro ny filaminana anay ny manatanteraka izany satria raha ny taratasy azonay dia tsy nahazo alalana ara-dalàna ny TIM hanao ny hetsika”, hoy ny lehibe mitarika ny Emmo-Reg. Fantatra moa avy eo fa baiko mivantana avy any amin’ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly no azon’ireto mpitandro filaminana tsy namela ny TIM hiditra tao amin’ny Magro ireto. Dia tena mahagaga ny zavatra tahaka izao ,hoy Atoa Marc Ravalomanana raha niresaka tamin’ny mpanao gazety tao Toamasina izy; fankalazana tsingerintaona ao amin’ny trano sy tanin’ny Magro izay fananako manokana ve dia andrarana ahy sy ny mpiara-dia amiko, izany ve no tany tan-dalàna hoy izy.Raha hiditra ao an-tranoko koa ary ve aho dia tsy maintsy hangataka alalana amin’ny prefe, hoy hatrany ny filoha nasionalin’ny TIM nanohy ny fanazavany. Efa miaiky ireo masoivohona firenena vahiny eto amintsika fa hafakely ny eto Madagasikara fa ahitana zavatra tsy fahita maneran-tany. Mampanontany tena ny resaka fampihavanam-pirenena raha izao fandehan-javatra izao, hoy i Marc Ravalomanana hoe tena hatao marina ve ilay izy sa mba fialana “zigla” sy fampandriana adrisa fotsiny ? Efa nisy ilay fampihavanam-pirenena notarihan’ny FFKM fa mba aiza moa izao no tohiny ? Raha nisy olona tena tsy nifankahazo teto Madagasikara dia izaho Marc Ravalomanana sy Andry Rajoelina izay naka an-keriny ny fahefana tamin’ny 2009, saingy efa miresaka tsara izahay ka tsy misy ny olana hanohizana ny fampihavanana raha tena fampihavanana amin-kitsi-po marina no atao,hoy izy. Na teo aza moa ny sakana dia nisy ny fihaonana manokana nataon’Atoa Ravalomanana tamin’ireo mpanara-dia azy tao amin’ny efitranom-pilanonan’ny sekoly David Jones, nandritra izany no nanipazany hafatra tamin’ireo mpikatroka TIM, fa “mila miray hina tsara isika, mila mifandefitra ihany koa, ary mila mahay memetraka tsara ny fihavanana, satria afaka miara-miasa amin’ny fikambanana na antoko mitovy hevitra amintsika isika, saingy tsy ao anatin’ny fombantsika ny fanonganam-panjakana sy fidinana an-dalam-be hisian’ny korontana”.

 

Atahorana hiverina ny krizy

Fa ankoatr’izay dia nambaran’i Marc Ravalomanana tany Toamasina fa nanelanelana ny amin’ny tokony hihaonany amin’ny filoha Rajaonarimampianina ilay delegasionina avy amin’ny governemanta Afrikanina tatsimo nihaona taminy teny Faravohitra. Nisy ny fotoana nifanarahana hanaovana izany, ary izaho dia olon’ny fifampiresahana sy ny fifanakalozan-kevitra, hoy izy saingy izao anefa ny zava-mitranga ka asa hoe hanao ahoana ny mety ho tohin’io fihaonana io.Marefo dia marefo ny lafiny toekarena sy sosialy eto Madagasikara amin’izao fotoana izao hoy i Marc Ravalomanana ary raha tsy mitandrina ny fitondrana dia hiverina eto ny krizy.Ny TIM manokana hoy izy dia afaka miresaka sy miaraka amina fikambanana na vondrona politika izay mitovy fomba fijery sy tanjona aminy; nomarihany kosa anefa fa manaja lalàna izy sy ny Tiako i Madagasikara saingy rehefa sosotra sy tezitra  noho ny faneriterena sy ny fahasahiranana mahazo azy ny olona dia tsy ho voafehiko, hoy i Marc Ravalomanana.

Rakoutou sy RTT

Midi Madagasikara81 partages

Big Soma : « Nous allons mettre en avant le social », explique Thierry Ramandimbiarisoa

Thierry Ramandimbiarisoa, coordonnateur national de Big Soma.

Coup d’envoi en grande pompe, samedi, pour le Big Soma 2017. Logique quand les organisateurs ont porté leur choix sur une très grosse pointure pour ouvrir le bal, en l’occurrence  de  Lôla. Un très grand Lôla qui a mis le feu au village touristique de Mahajanga après que le groupe local La Sainte, a réussi à préparer l’ambiance.

Ce fut donc un village touristique noir de monde qui a accueilli l’ouverture de Big Soma qui va un peu changer son fusil d’épaule après le succès des précédentes éditions. En l’absence du président fondateur de l’association, Orlando Robimanana qui ne sera sur place qu’à partir de lundi, c’est le coordonnateur national, Nirina Thierry Ramandimbiarisoa qui en parle avec un brin d’optimisme mais également une motivation décuplée par cette présence massive de la foule.

« Pour cette année, nous allons mettre en avant le social pour se rapprocher davantage de la masse et tenter de lui apporter le soutien nécessaire à son épanouissement », explique-t-il. Avant de poursuivre que c’est la raison pour laquelle tous les « fokontany » de Mahajanga ont été sollicités pour présenter au beach soccer, car le sport reste évidemment un des moyens le plus rassembleur.

Comme Big Soma veut ratisser large, le beach volley interentreprises puis en open figure aussi au programme où le must est ce championnat de la zone 7 au basket-ball 3 x 3 et qui va regrouper du 18 au 20 août, toutes les îles et riverains de l’Océan Indien.

Côté culturel et après ce succès de Lôla et de La Sainte, Tence Mena et sa fougue clôturera en beauté Big Soma 2017 le 20 août. Elle va partager la scène avec Arione Joy au cours d’une soirée où on aura aussi droit à l’élection de Miss et Mister.

Clément RABARY

Midi Madagasikara63 partages

Diaspora où es-tu ?

Le premier forum de la diaspora, organisée par le ministère des Affaires étrangères se tiendra du 26 au 28 août. Ce forum sera accueilli par le village Voara à Andohatapenaka. Encore un des ces colloques des gens du Nord pour se financer les vacances au soleil du Sud serait-on tenté de dire ?

Diaspora ? Mot barbare pour beaucoup et objet de polémiques pour ceux qui s’y intéressent, certaines définitions sont plus ou moins folkloriques comme celle de l’Union africaine qui la définit ainsi :« La diaspora africaine désigne les personnes d’origine africaine vivant hors du continent africain, qui sont désireuses de contribuer à son développement et à la construction de l’Union africaine, quelles que soient leur citoyenneté et leur nationalité ».Discours assez racoleur prenant les désirs pour des réalités, sinon comment croire que « La diaspora africaine serait la plus importante au monde et se répartirait selon les régions : 39,16 millions de personnes en Amérique du Nord ; 112,65 millions en Amérique latine ; 13,56 millions dans les Caraïbes et 3,51 millions en Europe.» Contentons-nous de celle la plus classique de Larousse : « L’ensemble des membres d’un peuple dispersés dans le monde mais restant en relation ». Pour être clair et faire simple, disons que la diaspora malgache (naturalisée et/ou non) se définit pour nous comme ceux d’ « Andafy ».

Combien sont-ils là-bas ? Les chiffres officiels français (pour nous Andafy veut dire essentiellement la France) Ils sont 50 000 (chiffres INSEE 2012), soit grosso modo 100 000 et 140 000 individus avec leurs familles). Mais le doute peut persister sur l’exactitude, car quel Malgache n’a pas un parent arrivé « au paradis » et sans compter notre tendance à transgresser les règles ou à déjouer les lois sur l’immigration.

Que font-ils là-bas ou quels emplois occupent-ils ? Selon un sondage effectué sur un échantillon de 400 individus de « l’Etude sur le profil de la diaspora malgache en France » réalisée par le FORIM (Forum des Organisations solidarité Internationale Issues des Migrations) et financée par l’Organisation Internationale pour les Migrations). Ils sont (hommes et femmes confondus) à près de 20% à occuper la catégorie de cadres, profession intellectuelle et libérale ; employé qualifié avec 6% ; employé non qualifié avec 6% ; chômeur avec plus de 10%…). Ces conclusions peuvent gonfler notre fierté nationale, mais cette étude officielle a des portées limitées avec un échantillon de 400 personnes seulement et surtout le caractère « diplomatique » du rapport. En effet, le vécu fait état de nombreux ressortissants exerçant le métier de nettoyeur de « peep show », au mieux de trieur de nuit des « PTT », heureusement certains ont été repérés et sont devenus des grands commis de l’Etat à Madagascar. Mais ces cas sont évidemment tus au niveau de la famille et de l’opinion, pour dire que dans la grande majorité, les Malgaches en France vivent dans la précarité. Sinon, comment expliquer que la diaspora n’effectue que 85 millions d’euros avec un transfert mensuel de 155 euros individuel par mois seulement. Pour certains pays africains la diaspora effectue un transfert supérieur à l’Aide Publique au Développement et vous ? Bonnes vacances Mesdames et Messieurs !

M.Ranarivao

Madagascar Tribune62 partages

Un refus de plus à Toamasina

Après les démêlés que le parti Tiako i Madagasikara (TIM) a eus avec la préfecture de police d’Antananarivo dans le cadre de la tenue d’une manifestation pour le 15ème anniversaire du parti, voilà que le TIM se heurte à la préfecture de police de Toamasina. C’était pourtant pour éviter ce genre de déconvenue que Marc Ravalomanana et son parti avaient décidé de continuer la célébration dans les provinces.

Le parti Tiako i Madagasikara (TIM) de Marc Ravalomanana avait décidé d’entamer la célébration du 15ème anniversaire du parti dans la ville du Grand Port, à Toamasina. Celle-ci devait se tenir samedi 12 août dernier dans l’enceinte du Magro à Tanambao V, dont le propriétaire a accepté de donner usage pour la manifestation. Une propriété privée et qui selon les membres du parti donc ne requiert aucune nécessité de demande d’autorisation. D’ailleurs, la préfecture de police de Toamasina a déclaré n’avoir reçu aucune demande d’autorisation venant du parti TIM, d’où aucun accord n’a été donné. La préfecture de Toamasina de rajouter qu’il ne s’agit que d’un coup du Parti pour semer le trouble à l’ordre public. Face à cette interdiction, les dirigeants du parti ont décidé de porter l’affaire devant le Tribunal Administratif de Toamasina en déposant une plainte contre la préfecture de police de la ville. De l’autre côté, un important déploiement des éléments des forces de l’ordre a été observé dans le quartier de Tanambao V.

Peur et faiblesse

Le porte-parole du parti TIM en la personne du député Guy Rivo Randrianarisoa de déclarer face à cette interdiction qu’il ne s’agit que «  d’un signe de faiblesse du pouvoir qui est très impopulaire en ce moment  ». La raison d’un éventuel trouble à l’ordre public a en effet déjà été avancée lors du refus d’accorder au TIM l’accès au Stade municipal de Mahamasina il y a quelques semaines. Ce samedi 12 août à Toamasina donc le trouble à l’ordre public ne justifie pas l’interdiction d’une manifestation qui était prévue se dérouler cette fois dans une enceinte privée. Outre cela, le fait que le refus vienne une fois encore de la préfecture, qui rappelons-le est une autorité déconcentrée et donc relevant directement de l’Etat central ne plaide guère en faveur du régime actuel. Ce nouveau refus atteste du fait que la célébration du 15ème anniversaire du TIM ne pourra se faire nulle part, ni dans la capitale ni ailleurs. Reste à savoir si Marc Ravalomanana et ses partisans tenteront encore leur chance ailleurs.

Tia Tanindranaza60 partages

Fari-piainan’ny malagasyMitotongana isan-taona

Nitotongana noho ny tamin’ny 57 taona lasa ny fiainan’ny malagasy ankehitriny, hoy ny mpanao politika, ny Jeneraly Désiré Ramakavelo,

J. Mirija

Midi Madagasikara58 partages

Journée Internationale de la Jeunesse 2017 : Plus de 700 jeunes réunis à Fianarantsoa

Toutes les régions de l’Ile ont été représentées à Fianarantsoa.

C’est dans un gymnase d’Ambatomena, Fianarantsoa, rempli de jeunes issus des 22 régions de la Grande Ile que la Journée Internationale de la Jeunesse (JIJ) 2017 a été célébrée samedi.

« Les jeunes artisans de la paix », tel a été le thème de la célébration. Les différents intervenants ont mis l’accent sur les jeunes, leur rôle dans la préservation de la paix et le développement du pays.Cette année, la célébration a été marquée par un rassemblement massif de jeunes issus des 22 régions du pays.

700 jeunes. Comme plus de 60% de la population malgache sont des jeunes, l’Etat mise sur ses ressources. Avec la validation de la Politique nationale de la Jeunesse (PNJ) ainsi que le plan d’action quinquennal, l’avenir des jeunes était au cœur de la célébration de cette JIJ 2017. « Par rapport aux éditions précédentes, cette année, la JIJ a été marquée par la forte mobilisation des jeunes des 22 régions. Les jeunes ne sont pas seulement l’avenir du pays, mais ils sont déjà des acteurs dans la préservation de la paix et surtout du développement durable » a fait savoir le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa. Ils étaient presque 700 à se réunir pendant près de quatre jours dans la ville de Fianarantsoa. Les responsables ont insisté sur les potentialités et de la jeunesse malgache.« Souvent, la célébration se limite aux ateliers et au carnaval sans aucun suivi après. Il est grand temps que les jeunes prennent leur place dans le développement du pays. La paix est la clé de voûte de toute société démocratique»  a expliqué le Premier ministre, Olivier Mahafaly. Et lui d’inviter les autorités à en faire la promotion, à œuvrer ensemble pour les protéger, garder, les encadrer afin de les responsabiliser. La présence des autorités concernées dans le volet jeunesse à Fianarantsoa témoigne de la volonté de l’Etat dans l’accompagnement des jeunes du pays.

Dotation. Profitant de cette occasion, une convention tripartite a été signée entre le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, Olivier Mahafaly, le ministère de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa et l’UNFPA représenté par son représentant résident, Serge Bounda. L’UNFPA, un des partenaires très actif du MJS a fait une dotation en matériels informatiques à hauteur de 46 millions d’Ariary pour la maison de jeunes de Fianarantsoa. Et en parallèle avec la tenue de l’évènement de samedi, les autorités présentes ont procédé à la pose de la première pierre de nouvelle Maison des jeunes. Dans le cadre de cette célébration, plusieurs activités étaient au programme entre autres des formations des jeunes ambassadeurs et JPE,  sur le montage de projet social appliqué au SSRAJ, dialogue entre les jeunes pour la paix avec la validation des recommandations, le cadrage du dividende démographique et PAQ/PNJ.

T.H

Midi Madagasikara57 partages

Dialogue rompu entre Hery et Ravalo

Pour les Malgaches en général, les questions politiques semblent être placées au second plan d’une actualité plutôt axée sur les difficultés de la vie quotidienne. Les tracasseries subies par l’ancien président et son parti TIM paraissent ne pas provoquer beaucoup de remous dans l’opinion. Le régime est bien décidé à ne pas laisser le champ libre à l’un de ses principaux adversaires.

Dialogue rompu entre Hery et Ravalo

Les interdictions successives ordonnées par les préfets d’Antananarivo puis de Toamasina sont tombées comme des couperets et malgré les recours effectués, les organisateurs des manifestations ont dû s’y plier. Les forces de l’ordre présentes sur les lieux ont dissuadé tout rassemblement. Les partisans de  l’ancien président ont donc dû se disperser et ils l’ont fait dans le calme. Néanmoins, aujourd’hui, le message est sans équivoque. Le régime est omnipotent et il peut agir à sa guise. La population, préoccupée par sa lutte pour la survie, ne paraît plus décidée à  s’indigner. Le « gentleman agreement » conclu entre l’ancien président et le chef de l’Etat est donc maintenant rompu. Et pourtant, la communauté internationale aimerait organiser une rencontre entre les deux hommes. Au vu de l’attitude du pouvoir et à l’écoute des propos tenus par Marc Ravalomanana, il devrait être difficile de rétablir le dialogue entre les deux parties. L’ancien président s’est certainement humilié par ce qu’il considère comme des abus de pouvoir. Le régime, quant à lui, ne veut pas laisser le champ libre à son rival qui a commencé à mobiliser ses partisans et est décidé à reconquérir un électorat nostalgique. Les yeux sont rivés sur les élections présidentielles de 2018. Il reste un peu plus d’un an avant l’échéance. La campagne électorale est déjà commencée. Comme nous le disions, c’est une course de fond qui est engagée. Les embûches n’empêcheront pas les plus décidés d’aller jusqu’au bout.

Patrice RABE

Midi Madagasikara57 partages

Androhibe : Telo lahy nirongo basy nanafika toeram-pivarotana

Toeram-pivarotrana enta-madinika iray notafihana jiolahy telo mitam-basy ny zoma hariva teo tokony ho tamin’ny 5 ora sy sasany tany ho any. Tsy fantatra mihitsy hoe jiolahy ireto mpanao ratsy niditra toy ny mpividy rehetra. Tampoka teo anefa dia nandrangaranga basy izy ireo ary nandrahona izay rehetra hitany tao an-trano ka nitaky ny vola rehetra tao amin’ny “caisse”. Noho ny tahotra dia tsy maintsy nanaiky mora foana ny tompon’ny tsena. Rehefa nanazo izay ilainty ire o jiolahy dia nivoaka toy ny tsy nanao na inona na inona ireny. Taorian’izay vao afaka niantso mpitandro ny filaminana ireo voatafika saingy efa nadio ny rano nitan’ireo mpanao ratsy. Araka ny vaovao voaray avy eo anivon’ny mpitandro ny filaminana dia saika mbola hanafika toeram-pivarotana hafa teny Ivandry indray ireto jiolahy ireto. Efa nihaodihaody teny an-toerana izy ireo saingy nandamoka izany. Tonga ara-potoana teny an-toerana ny polisy avy ao amin’ny kaomisarian’ny Filaminam-bahoaka boriboritany faha-8 etsy Analamahitsy ka vaky nandositra ireo jiolahy. Tena mampiseho ny heriny tokoa ireo jiolahy eto andrenivohitra.  Fantatra, anefa, fa misy ilay hetsika manokana iarahan’ny polisy, ny zandary ary ny tafika manao mba hiadiana amin’ny firongatry ny tsy fahandriam-pahalemana eto Antananarivo sy ny manodidina. Hetsika izay voalaza fa natomboka tamin’ny herinandro lasa iny ary mandritra ny fotoana tsy voafetra.

T.M.

Midi Madagasikara47 partages

Ankazoabo Atsimo : Zandary sy miaramila saika hamonjy olona voatifitra, iray maty, telo hafa naratra

Zandary iray no namoy ny ainy, lavon’ny balan’ireo olon-dratsy, iray kosa naratra mafy niampy miaramila roa. Izay no vokatry ny vela-pandriky ny jiolahy, tao an-tampon-tanànan’Ankazoabo Atsimo, ny alin’ny zoma lasa teo. Araka ny fampitam-baovao azo avy tamin’ny zandarimarim-pirenena, dia namaly ny antso vonjin’ olona, izay nokasain’ olon-dratsy notafihana ireto andiana mpitandro filaminana ireto. Kanjo, mbola tsy tonga tany amin’ilay toerana niavian’ilay antso vonjy ireo, dia tifitra variraraka avy hatrany no nitsena azy ireto tao anatin’ny tampoka. Noho ny firongatry ny tsy fandriampahalemana any an-toerana, dia nisy ny fandrasaina fepetra nataon’ireo mpitandro filaminana telolafy tany an-toerana, dia ny nanagiazana ireo basy tsy ara-dalàna rehetra izay entin’olona mivezivezy tao an-tanàna sy ny manodidina. Ao anatin’izany ihany koa ny fisafoana amin’ny alina ataon’ireto mpitandro filaminana ireto. « Tao anatin’ny fanatanterahana izany indrindra no nandrenesan’ireo andiany izay nanao fisafoana ireo antso, fa misy andian-jiolahy mikasa hanafika ny tranon’olona iray izay ao an-tsena ka avy hatrany dia nirohotra nandeha namonjy tany izy ireo hiaro io olona io. Rehefa nihazakazaka namonjy tany ka nandalo teo amin’ny tobin’ny FLM izy ireo, dia nisy tifitra basim-borona avy any anaty kirihitr’ala izay teo akaiky teo. Voa tamin’izany ny 4 tamin’ireo mpitandro ny filaminana ireo » hoy ny vaovao. Teo anatrehan’izay, dia namaly tifitra avy hatrany ny naman’ireto mpanao fisafoana ireto. « Vaky nandositra tao anaty haizina ireo jiolahy ireo ary nandositra toy izany koa ireo sasany izay saika hanafika tranon’olona ka tsy tanteraka ny asa ratsy nokasain’izy ireo hatao ». Efa nentina novonjena tany amin’ny toeram-pitsaboana avokoa moa ireo mpitandro filaminana naratra vokatry ny famonjena olona ireto ary efa samy nahazo ny fitsaboana sahaza azy avokoa. Nentina tany amin’ny toby kosa ny nofo mangatsiakan’ity zandary  lavo an-tanim-piadiana ity. Tetsy andanin’izay, dia mbola nitohy ny fikarohana ireto olon-dratsy ireto. Ambonin’izay ihany koa ny fampiharana ireo fepetra vaovao noraisina. Efa nisy mihitsy aza ny « renforts » nalefa any an-toerana hanantanteraka izany.

m.L

Midi Madagasikara35 partages

Enseignement supérieur : Deux établissements se dotent de matériels de pointe

Les responsables d’AQUAMAD, de l’EEFPSC et de Schneider Electric après la remise de dons à Faravohitra.

L’avenir de Madagascar dépend en grande partie de la qualification et des compétences de ses ressources humaines, notamment des jeunes. Actuellement, les acteurs du secteur privé commencent de plus en plus à prendre conscience de ce fait.

L’entreprise AQUAMAD-spécialisée dans l’importation et la distribution de matériels professionnels électriques- et son principal fournisseur Schneider Electric ont offert des matériels électroniques à deux instituts privés. Il s’agit de l’Institut supérieur technique d’Ampasampito et de l’Etablissement d’Enseignement et de Formation professionnelle Supérieure Condorcet (EEFPSC). Parmi les matériels octroyés figurent entre autres des disjoncteurs de petite et grosse puissance, des contacteurs, des relais, des platines, des interrupteurs différentiels, des voyants et des diodes, etc. Le coût total s’élève à 30 millions d’Ariary. Romain Alcaraz, DG d’AQUAMAD a rappelé la principale raison qui a motivé cette action de son entreprise et de Schneider Electric : « Madagascar, riche en minerais, est encore en voie de développement, lequel peut être boosté par une industrie performante et des techniciens qualifiés. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de soutenir ces deux établissements qui forment des techniciens et des industriels qualifiés et compétents, dans le domaine du génie industriel et civil notamment. »

Luz R.R

Tia Tanindranaza33 partages

Delestazy lavarenyNitroatra ny mponin’Ambohidahy Itaosy

Taorian’ireo mponina eny Anosimasina Itaosy dia tezitra mafy tamin’ny orinasa JIRAMA ihany koa ireo mponina tao amin’ny Fokontany Ambohidahy Itaosy,

 

 samy ao anatin’ny kaominina Bemasoandro ny sabotsy alina teo. Raha araka ny fanadihadiana natao mantsy dia efa ny tontolo andron’ny zoma no tsy nirehitra ny jiron’izy ireo ary nampandre ny tompon’andraikitra teo anivon’ny orinasa JIRAMA saingy tsy nisy mihitsy ny fandraisana fepetra nataon’ity orinasam-panjakana iray ity. Betsaka ireo tsy afaka nampidi-bola tao an-tokantranony noho izany, indrindra fa ireo mivelona amin’ny asa mila herinaratra. Eo an-danin’izay anefa raha araka ny fitarainan’ireo mponina hatrany dia tsy mitsaha-midangana ny vidin-jiro ka raha vantany vao tara ny fotoana handoavana izany dia tonga ireo mpiasan’ny JIRAMA manapaka. Nitroatra vokatr’izany ny mponina ka nivoaka ny arabe ary nanapaka ny lalana teny an-toerana mihitsy nandritra ny ora telo teo ho eo. Narahina tora-bato sy fandoroana kodiarana izany raha  môtô scooter iray ihany koa no fantatra fa may kila forehitra.  Na izany aza anefa dia vetivety ihany dia tonga teny an-toerana ireo mpitandro ny filaminana ka ireto farany no nandrava ny hetsika. Nanambara moa ireo mponina fa mbola hitohy hatrany ny hetsika raha toa ka mbola minia manampin-tsofina hatrany ny JIRAMA. Ankoatra ny jiro dia toerana maro eto an-drenivohitra ihany koa no misedra olana amin’ny tsy fahazoana rano fisotro madio hatramin’ny herinandro teo vokatry ny olana ara-teknika mahazo ny fitaovana eny Mandroseza.

Pati

 

Midi Madagasikara30 partages

FIZAFATO : Les six vice-présidents connus

Les six vice-présidents du FIZAFATO ou Association des Natifs de la province de Tuléar sont désormais connus. Il s’agit de Randimby Ruffine pour la zone Anôsy, de Roandriagne Vontana pour la zone Androy, du général Emahitimana pour la zone Mahafaly, de Nakany Charly pour la zone Ibara Lonaky ; de Nahoda Zafy Fihaora Robson pour la zone Atsimo Andrefana et du général Filahara Claude Norbert pour la zone Menabe.

Recueillis par Aina Bovel

Madagascar Tribune26 partages

Plusieurs potentiels candidats déjà handicapés

Les potentiels candidats sont légions bien que les conditions pour se porter candidat ne sont pas encore tout à fait claires. Quoi qu’il en soit, plusieurs potentiels candidats se trouvent déjà en mauvaise posture par rapport aux conditions d’éligibilité. Bien que le « ni ni » est déjà contesté par la communauté internationale, le régime semble en train de chercher d’autres paramètres pour bloquer les candidats qu’ils jugent dangereux pour Hery Rajaoanarimampianina. Marc Ravalomanana et accessoirement Tantely Andrianarivo sont tous les deux officiellement condamnés par la justice malagasy. A priori, selon la loi en vigueur, ils ne peuvent pas être éligibles sans amnistie. L’amnistie en question est une des missions confiée au Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM). Du temps où le Général Sylvain Rabotoarison était à la tête du CRN (Commission de réconciliation nationale) pendant la Transition, l’ancien Premier ministre de Didier Ratsiraka, Tantely Andrianarivo a rappelé plusieurs fois que son dossier de demande d’amnistie était entre les mains de la CRN de l’époque mais aucune réponse favorable jusqu’ici. Tantely Andrianarivo a été condamné par le régime Ravalomanana. Mais ce dernier souffre aussi du même handicap que cet ancien Premier ministre. Et vu la composition et le processus de mise en place de l’actuel CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy), sa neutralité est déjà mise en doute. Donc, il ne faut pas trop s’attendre à ce qu’elle amnistie des potentiels adversaires de leur présumé patron dans l’imaginaire populaire.

D’un autre côté, les actions menées contre Mamy Ravatomanga connu pour être le financier du candidat Andry Rajoelina ne sont pas anodines aussi. En s’attaquant au milliardaire, le régime attaque par ricochet l’homme fort de la transition. D’autant que les enquêtes et autres audits pourront toucher Andry Rajoelina.

Hery Rajaonarimampianina de son côté, s’il se porte candidat à sa propre succession, ce qui est fort probable, devrait démissionner de son poste 60 jours avant le scrutin. Et ce sera Honoré Rakotomanana, l’actuel président du Sénat, qui assurera la fonction présidentielle jusqu’à l’investiture du prochain président, quel qu’il soit. Si jamais, il y aurait une crise post-électorale, on ne sait pas si l’octogénaire serait apte de gérer.

Midi Madagasikara24 partages

Farakely : Concert de promotion vendredi prochain

Farakely, bientôt en concert.

Farakely, qui prépare actuellement son premier album « Tafaray samy isika », le présentera en live ce vendredi 18 août à partir de 19h au CC Esca Antanimena. Un concert de promotion où elle invitera ses amis artistes.

La chanteuse est en pleine préparation de son concert de promotion, l’occasion de la sortie prochaine de son album, « Tafara samy isika », qui aura lieu au CC Esca le 18 août prochain. Des heures et des heures de répétition avec ses musiciens et ses invités, puisque pour sa première scène en solo, elle a voulu appeler ses amis, ceux qui ont toujours évolué avec ou autour d’elle. Il y aura le groupe Randrantelo, dont elle fait d’ailleurs toujours partie, mais aussi Dama, Laza et Alain Rabetrano. Néanmoins, pour ce premier concert, il y sera surtout question de la présentation de ses propres chansons, celles qui font cet album.

Inspirations. Farakely n’est pas un visage inconnu de la scène musicale locale. Cela fait quelques années qu’elle évolue dans la variété locale, d’abord avec son frère, mais elle acquiert encore plus de notoriété au sein du groupe Randrantelo. Farakely en est aujourd’hui à un tournant de sa carrière, car désormais, elle veut voler de ses propres ailes. Et il y a de quoi car la chanteuse écrit et compose et veut partager ses inspirations avec le public. Et puis Farakely veut aussi montrer que dans son répertoire figurent des chansons de divers horizons, plus actuelles et plus groovy. On attend impatiemment de la voir sur scène !

Anjara Rasoanaivo

 

Midi Madagasikara24 partages

Taekwondo : La championne Tiavo coach de Sab-Nam

Tiavo Randrianisa, la championne d’Europe de Taekwondo, qui plus est, ceinture noire 1er Dan, est de passage à Madagascar. Elle a dirigé un stage pour les combattants de 5 à 30 ans afin de partager ses acquis.

«C’est la 2e fois que je coache ce club. Je constate une nette progression du niveau technique des athlètes membres quand je leur fais faire des exercices. Maintenant, je leur apprends les techniques et les tactiques de combat qu’ils n’ont jamais utilisées auparavant ainsi que les nouvelles règles de Taekwondo. Il s’agit entre autres, de la technique de double touche en laissant le pied en l’air », a-t-elle déclaré lors d’un entraînement effectué au Dojo SonRang à Andavamamba samedi dernier. « Je continue également à les aider en matière d’équipements pour qu’ils puissent s’entraîner dans les meilleures conditions possibles », a-t-elle poursuivi. Sabotsy Namehana a déjà bénéficié de nombreux équipements tels que des « dobok », des rackets, des pao et des casques ainsi que divers protecteurs, l’an dernier par le biais de l’association Tiav’Or. « Nous avons créé cette association en 2015 à l’initiative de Tiavo afin de soutenir le club de Sabotsy Namehana. En fait, c’est elle qui a choisi d’aider ce club parmi les deux clubs qu’elle a visités lors de son passage à Madagascar en 2015 étant donné que les conditions des athlètes membres étaient moins bonnes. Et les résultats sont palpables, car ceux-ci sont plus motivés à se lancer dans cette discipline sportive. Et leur niveau a bien progressé », a exprimé Sahondra Andriamanantena, la mère de Tiavo.

 Dix fois championne de France. Multiple championne de France chez les moins de 46 kg, elle est aussi championne d’Europe et joue chez les juniors pour la dernière fois cette année. Dès sa rentrée en France la semaine prochaine, elle va continuer sur un stage en vue de la préparation du championnat d’Europe Juniors à Chypre qui aura lieu en novembre suivi d’un autre stage de préparation de la compétition Polish Open qui se tiendra en Pologne. Son projet pour SabNam est de doter ce club de plastrons électroniques. Notons qu’elle est de son côté coachée par Matthieu Boudin au club de Cosma Arcueil en France.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara22 partages

Andaingo Ambatondrazaka : Vehivavy 80 taona, maty voahitsaky ny lamasinina

Nandriaka indray ny rà. Nitrangana lozam-pifamoivoizana an-dalamby tany amin’iny faritra Alaotra iny, omaly. Vehivavy lehibe tokony ho 80 taona any ho any, no namoy ny ainy teo  noho  eo, raha voadona sy voahitsaky ny lamasinina teo anelanelan’Amboasary gara sy Andaingo. Mbola mifamahofaho be ihany ny tena zava-nitranga tamin’io fotoana io. Raha ny fampitam-baovao azo, dia hoe tsy dia salama saina loatra ity ramatoa ity, ary nikasa ny hiampita tampoka ny lalamby kanefa efa akaiky ilay fiaran-dalamby. Teo amin’ny lohany no voa mafy raha ny vaovao hatrany, antony nitarika avy hatrany ny fahafatesany. Marihana, fa mponina eny amin’iny faritra manodidina ihany ity ramatoa ity, ary lamasinina izay mampitohy an’Ambatondrazaka sy Moramanga no io nahavoadona azy io. Efa mandeha any an-toerana ny fanadihadiana ataon’ireo mpitandro filaminana misahana manokana ny lalam-by, mahakasika ity tranga ity.

Janus / m.L

News Mada19 partages

Détenus mineurs d’Anjanamasina : la plupart sont inculpés de vol

Bon nombre d’inculpations des détenus mineurs du centre de rééducation de Mandrosoa Anjanamasina sont le vol. Sur les quelques mineurs interrogés sur la raison qui les a poussé à commettre ce délit, une grande partie a invoqué la faim. Pour ce faire, ils s’adonnent au vol à la tire. Au moment de l’acte, tout ce qui compte pour eux, c’est de tromper cette faim qui les tenaille. De ce fait, ils n’ont pas le temps de réfléchir sur les conséquences de leurs actes. Selon un responsable du centre, une recrudescence de cette situation est enregistrée ces dernières années.

A la différence des détenus mineurs de la Maison centrale d’Antanimora, ceux d’Anjanamasina ne sont pas condamnés, mais mis en liberté surveillé.

En plus de l’enseignement primaire et secondaire, ces jeunes marginalisés bénéficient d’une formation  professionnelle (maçonnerie, bâtiment et agriculture). Des mesures qui entrent dans le cadre de la préparation d’une orientation de leur avenir à l’issue de leur détention.

Actuellement, le centre accueille 75 enfants de 10 à 17 ans, en conflit avec la loi, pour une capacité d’accueil d’une cinquantaine de pensionnaires. Il n’a pas ainsi échappé à la règle de la surpopulation pénale qui sévit dans tous les établissements pénitentiaires malgaches. 90% d’entre eux sont des enfants des rues ou issus de familles nécessiteuses des bas quartiers.

Lions Club Antananarivo Farimbona à la rescousse

Dans le cadre de la Semaine internationale des œuvres sociales pour la jeunesse, du 7 au 13 août, le Lions club Antananarivo Farimbona (LCAF) a choisi les jeunes détenus d’Anjanamasina, ce samedi, pour leur venir en aide. « La Commission jeunesse a réagi par rapport à la mobilisation du Lions Club International (LCI) pour initier les jeunes de notre communauté aux œuvres sociales », selon la présidente de la Commission jeunesse du LCAF, maître Harilala Amélie Andriamampianina. Des dons de nourriture, de ballons et de goûters, ont été apportés par les Léos. Lors de cette visite, des jeux et des animations diverses ont été menées par les membres du LcaF ainsi que des sensibilisations sur la prévention contre

le diabète et les principes d’hygiène de base et de la santé.

« Des moments inoubliables pour ces jeunes qui ont vraiment besoin d’appui, de sensibilisations, d’animations et surtout de visites », auxquels le chef d’Etablissement du centre Mandrosoa, Arimanjato Ranaivoson, a tenu à exprimer ses remerciements à l’endroit du LCAF.

Sera R

 

L'express de Madagascar16 partages

«Welcome back home»

Fong Po Thune est mort à Hong Kong. Mais, sa dépouille sera rapatriée à Madagascar. Et comme le dit si bien le faire-part en malgache, malgré une coquille orthographique : «ny nofo mangatsiaka dia ho tonga eto an-tanindrazany» : «la dépouille sera de retour en sa patrie», le15 août.Il était le patron du célèbre magasin de l’avenue de l’indépendance, «Samkocwa», véritable caverne d’Ali Baba de tout ce qui touchait à la radio (ondes courtes et ondes moyennes puisque la FM ne servait à rien), le hi-fi (ah, les premières radio-cassettes «double-deck»), les téléviseurs (longtemps en noir et blanc), divers équipements de bricolage ou de confort et les accessoires associés, à une époque où n’existait ni téléphone portable ni iPod ni Internet. Mais, là, je vous parle d’un temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître.Les ancêtres de Fong Po Thune, comme les ancêtres de Louis Laï-Seng (enseignant sortant de l’école Le Myre de Vilers), comme les ancêtres d’Antoine (Restaurant Jasmin), comme les ancêtres de Pierrot Men (photographe qu’on ne présente plus), comme les ancêtres de Jean Yves Chen (peintre qu’on ne présente plus non plus), étaient arrivés il y a bien plus longtemps que 40 ans. Plutôt deux ou trois fois 40 ans… Où sont-ils les descendants de ce Chinois que le missionnaire de la London Missionary Society, William Ellis, avait rencontré à Tamatave en 1856 ?Fong Po Thune était le représentant attitré des «Sinoa Zanatany», ceux qui sont nés à Madagascar et qui ont décidé de s’y faire enterrer. Quitte à se faire rapatrier de la lointaine  enclave de Hong Kong. Il était également le fondateur de l’association «Amitié Madagascar-Chine» ce qui souligne, non pas l’ambiguïté du statut des «Sinoa Gasy», mais plutôt le paradoxe d’avoir à être en quelque sorte les ambassadeurs en terre malgache, donc chez eux, non pas d’un pays, la Chine, dont ils n’ont pas la nationalité, mais d’une Culture, Cinq fois Millénaire, dont ils auraient tort de ne pas être fiers.Formose (actuelle île de Taïwan) leur avait fourni la première assistance ou avait constitué la première plate-forme internationale, avant le retour de l’indépendance de Madagascar. L’école chinoise de Fianarantsoa, par exemple, avait été créée en 1952 avec le parrainage de Taïwan. Le Hong Kong d’avant la rétrocession leur avait été la passerelle commode, familière, naturelle, avec la «terre des ancêtres». C’est que, les «Sinoa Gasy» sont tous originaires de cette partie septentrionale de la Chine.L’ouverture d’un Institut Confucius à Antananarivo depuis 2008 (la France a son Institut Français, l’Allemagne a son Goethe-Institut, les États-Unis l’American Cultural Center, l’ambassade du Japon organise régulièrement son concours de discours en nippon) vient relayer les anciennes activités pédagogiques du Cercle chinois (par exemple, l’ancienne école chinoise de Soavinandriana, un beau «campus» en friche). Là, on apprend qu’une trentaine d’étudiants malgaches ont obtenu leur bourse d’études du gouvernement chinois. Autant d’ambassadeurs de cette Culture Cinq fois Millénaire, car il n’y a pas que des «accaparements» de terres, des relations managériales problématiques avec les employés d’anciennes sociétés d’État, ou des histoires de «confiscation» de l’or ou du pétrole malgaches. Rappeler à l’opinion publique malgache, la vieille cohabitation sans histoires avec les «Sinoa Gasy», c’est lui parler autrement de la Chine moderne et des relations adultes que Madagascar peut nouer avec elle.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Midi Madagasikara16 partages

XVe anniversaire du TIM à Toamasina : La manifestation n’a pas pu se tenir

La rencontre du président national du Tim, Marc Ravalomanana avec ses partisans à Toamasina n’a  pas pu se tenir en raison de l’interdiction des forces de l’ordre. En effet, à partir de sept heures du matin, ces dernières ont sillonné l’enceinte de Magro Tanambao V , lieu auquel la manifestation du Tim était prévue. Aucune négociation n’a eu lieu dans la mesure où « l’ordre portant interdiction de manifester émanait directement du Premier ministre », informe Marc Ravalomanana. Lui qui s’insurgeait, par ailleurs, contre cette décision, car pour lui, « le Magro n’est pas leur propriété, mais la nôtre ». Quoi qu’il en soit, l’ancien chef de l’Etat a eu l’occasion d’adresser quelques mots à ses partisans, non pas au Magro, mais dans un endroit privé hors des radars des forces de l’ordre dépêchées dans la capitale du Betsimisaraka. « Selon la Constitution, les partis politiques légalement constitués ont le droit d’effectuer des manifestations. Par rapport à cela, j’ai déjà envoyé des lettres ouvertes à l’Union européenne, à l’Union africaine et aux Américains pour dénoncer ces agissements du gouvernement », a soutenu Marc Ravalomanana.

Recueillis par Aina Bovel

News Mada15 partages

Collectif Basy Gasy : prestation réussie

Fort du succès de sa dernière prestation au jardin d’Andohalo, le 29 juillet dernier, Basy Gasy a rameuté les amateurs de concert diurnes, samedi dernier, à l’ADMC-Craam Ankatso.

Le succès était au rendez-vous malgré la météo maussade. Le collectif d’artistes a drainé de beau monde dans l’antre d’Ambohitsaina. Composé, entre autres, de Bolo, Jess Flavi One, Box, Tsiry Kely Panda,  Lova Zen, Biba, Niry et Miora Rabarisoa, le groupe a proposé un répertoire riche et bien établi. On notera, tout particulièrement, l’excellente interprétation des titres : «Tana song», «Jomaka», «Henoy nge» ou encore «Basy».

A la fois photographe attitré et guitariste accompli du groupe, Rijasolo a, également, projeté des photos pour le décor.

Joachin Michaël

 

Tia Tanindranaza13 partages

Mamboly korontana !

Tsy mety tapitra ny fandranitana sy fihantsiana ady. Efa efa miditra amin’ny aty vilanin’ny hafa mihitsy ny fanjakana HVM amin’ny filam-boatsiary sy famoretana,

kanefa ny fanjakana no tokony ho filamatra amin’ny fitandroana filaminana eto amin’ny firenena. Tsy izay anefa no miseho ankehitriny, fa te hampiseho sy hiedininedina fa matanjaka sy afaka manao izay tian-katao, ka mamboly korontana etsy sy eroa, raha tsy hilaza amin’io fihetsika atao amin’ny antoko Tiako i Madagasikara io. Izany tokoa ve no entina hanaporofoana fa ny antoko HVM no matanjaka indrindra eto Madagasikara, araka ny efa nolazain’i Rivo Rakotovao? Novoizina hatrany ny hoe mila manaja lalàna, saingy ny antsoina hoe lalàna eto amintsika amin’izao fotoana izao, dia izay fepetra sy kajikajy mety amin’ny HVM, fa izay voafaritry ny lalàm-panorenana na lalàna voasoratra isan-tsokajiny any, dia efa ela no nohitsahiny sy tsy manan-kery eto amin’ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara. Ny basy aman-tafondro no miteny eto, fa izay andinin-tsoratra any tsy mikaonty, ka isan’ny manaporofo izany ny hoe ny didim-pitondrana avoakan’ny prefektiora no manan-kery sy manan-danja eo anatrehan’ny didim-pitsarana sy didy avoakan’ny filankevi-panjakana,…

Toky R

News Mada12 partages

FIMPIMA : l’art oratoire conforte sa place

Un pas de franchi pour l’art oratoire malgache. 380 nouveaux diplômés viennent de grossir les rangs des amoureux de l’art discursif dans l’association des orateurs malgaches (Fimpima), section Antananarivo.

La sortie de la promotion baptisée Georgette Ranivoarivelo  Gabrielle (GRG) s’est tenue, samedi dernier, à Analamaitso, Analamahitsy. Dans cette promotion, 380 jeunes orateurs ont reçu leurs  parchemins et 50 jeunes pousses ont été initiées à l’art oratoire. Réparties en trois catégories, ces nouvelles porte-voix de la société auront le loisir de mettre en pratique leurs acquis, au terme de 10 mois de formation.

«Une des personnalités les plus emblématiques de sa génération,  Georgette Ranivoarivelo Gabrielle est la troisième femme à intégrer le Fimpima dans la section Antananarivo, à l’orée des années 80. Raison pour laquelle cette promotion a emprunté son nom», a fait savoir Maholy Nirilala Ramarolahy, directeur de l’enseignement et de la recherche au niveau du Fimpima Antananarivo.

  Identité culturelle 

Représentative de presque toutes les catégories d’âges, la nouvelle promotion a, tout particulièrement, mis en avant la gent féminine. «Comme le veut la tradition, les femmes malgaches n’avaient  pas droit à la parole en public, sauf dans des cas de force majeure. De par la patrilinéarité de la société malgache, la prise de parole y est un signe d’honneur réservée, exclusivement, à la gent masculine et, notamment, à celui à qui est attribué le pouvoir de décision», a rappelé le représentant de la promotion à l’assistance, avant d’enchaîner que «Cette époque est révolue, nous avons mis un point d’honneur à promouvoir, tout à la fois, les genres et l’identité culturelle ».

Le kabary conforte sa place dans la société. La preuve en est que «Le Fimpima est présent aux quatre coins du globe et forme plus de 1000 rhéteurs chaque année», selon Hanitra Andriamboavonjy, présidente de l’association, dont la mission fondatrice est, justement, de former un rhéteur pour chaque famille.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara11 partages

Airtel Madagascar : Airtel Beach Party un nouveau succès

Tout le monde y était! Natifs de Majunga, vacanciers et touristes ont répondu présents lors de ce grand évènement organisé par Airtel Madagascar et FH.

  Un moment unique concocté pour les petits et les grands pour s’amuser et se divertir tout en profitant du beau temps de la Cité des Fleurs. Plusieurs artistes de renommée internationale et nationale ont, comme prévu, mis le feu à la scène du Airtel Beach Party le 06 août dernier avec 11 heures de spectacle non-stop et diverses animations qui ont rempli à ras bord le programme de l’évènement jusqu’à deux heures du matin.

Toofan. Après le passage de Shyn, THT, Odyai, One Lio, Jerry Marcos et quelques invités-surprises, les spectateurs ont finalement pu apprécier en live les performances du groupe Togolais Toofan. Ces derniers ont d’ailleurs tenu à faire monter sur scène des amateurs de Gweta qui ont époustouflé, à la fois le public et l’auteur lui-même de cette nouvelle tendance. La fête étant aux couleurs d’Airtel Madagascar, les spectateurs ont également pu profiter des goodies ainsi que des recharges offerts durant les animations.

Incontournable. Le public s’est armé de patience avant de découvrir des Toofan au meilleur de leur forme. Une fois sur scène, les fameux « Fils du vent » ont déchaîné une tempête de sable sur Soma Beach. «… Airtel Beach Party est maintenant un rendez-vous incontournable à Majunga lors des grandes vacances. L’innovation apportée pour cette année est la prestation des artistes internationaux. Vivement la prochaine édition ! » s’est exprimé Bien Aimé RANDRIANAVALONA, chef de la délégation d’Airtel présent sur les lieux. Le succès de cette deuxième édition témoigne, une fois de plus, de la volonté du 3e opérateur mobile mondial d’accompagner à chaque instant la communauté qu’il sert.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara11 partages

Omnisports : Les sportifs fianarois à l’honneur

Toujours dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la Jeunesse (JIJ), des rencontres sportives inter-régionales étaient au programme à Fianarantsoa. Les jeunes des régions ont partagé leurs joutes dans plusieurs disciplines sportives. Huit équipes chez les garçons et trois du côté des dames ont participé au tournoi de football. La formation de Maitso Volo s’est imposée face à Demoka en finale sur le score de 2 buts à 0 et chez les filles la victoire finale est revenue à l’équipe du Jeune  Leader après avoir battu l’équipe d’Antanifotsy par 1 but à 0. En basket-ball 3×3, le tournoi a vu la participation de 11 équipes dont huit masculines et trois féminines. Chez les hommes, la finale a opposé la formation du Barot’s à Mario et qui a vu la victoire de ce dernier sur le score de 13 à 12. Du côté des dames, les Rakotomavo ont pris le dessus sur les basketteuses du Dalia par 16 à 9. Des concours de sport traditionnel ont été prévus par l’organisateur comme le Tsignarignarigna et le Hazo Malama. Chaque année, ces rencontres sont organisées dans le dessein de raffermir la solidarité entre les jeunes.

Résultats

Tsignarignarigna

Fréderic Nomenjanahary (garçon).

Joséphine Tahinjanahary (fille).

Nomenjanahary Ramiarinirina (fille).

Hazo malama

Mamitiana Rafanomezantsoa.

Danielson Onjaniaina.

Léon Randriamazava.

Football à 7

Filles

Maitso Volo.

Demoka.

Jeune leader.

Garçons

Jeune Leader.

Antanifotsy V.

Ambatomena.

Basket FIBA 33

Filles

Rakotomavo.

Dalia.

Fafa.

Garçons

Mario.

Barot’s.

Fafa.

T.H

Midi Madagasikara9 partages

Football féminin : L’ASKAM s’offre l’étape majungaise

La logique a fini par l’emporter et la victoire finale est allée à l’équipe qui la voulait le plus, c’est-à-dire à une équipe de l’ASKAM d’Itasy qui a mis une année pour se mettre au top. L’ASOT pourtant donné favori par une frange du public l’a appris à ses dépens.

2 à 0. C’est sur ce score sans appel que l’ASKAM s’est imposé devant l’ASOT lors de la finale de la première étape du championnat de Madagascar de football féminin devant un public majungais un peu plus fourni.

Mais un public unanime à reconnaître qu’après tout, il s’agit là du fruit d’un coaching gagnant du jeune entraîneur Val qui a pris soin de museler la meneuse et néanmoins internationale de l’ASOT, Domoina, avant de mettre également deux filles sur Ando, l’attaquante racée de la sélection U18, et le tour est joué.

Un invité de marque. Car à aucun moment l’ASOT n’a réussi à se montrer dangereuse. En face par contre les assauts répétés de la ligue offensive composée de Sarah dans l’axe, Lalao et Tina sur les deux flancs, ont fini par payer. Par deux fois la petite Tina a réussi à percer la défense de l’ASOT pourtant une des meilleures du tournoi pour aller battre l’infortunée gardienne (19e et 84e).

Une prestation effectuée sous l’œil averti d’un invité de marque, puisque le président de la CAF, Ahmad était dans les tribunes aux côtés de Patricia Rajeriarison, la présidente de la Commission de football féminin au sein de la FMF, mais aussi du SG Stan Rakotomalala.

Un plateau relevé en fait pour décider maintenant de la conduite à tenir, car même au sein du SabNam qui s’offre la troisième place en battant MIFA sur un but de Nivo, il y a à boire et à manger pour former une équipe nationale capable de bien défendre nos couleurs au COSAFA Cup au Zimbabwe en septembre. Avec une bonne dose de volonté, il n’y a pas de raison à ce que les protégées de Patricia Rajeriarison emboîtent le pas aux Barea. Croisons les doigts…

Clément RABARY

Midi Madagasikara8 partages

Combustibles domestiques : Le gaz très utilisé en période de vacances

Le « fatapera » gaz est très pratique. (Photo d’archives)

Vitogaz a décidé d’appliquer une promotion sur le « fatapera gaz » au profit des familles.

Toamasina, Mahajanga, Antsirabe, Toliara ou Fianarantsoa… Les grandes villes malgaches sont très visitées par les vacanciers, surtout en ce mois d’août. Histoire de limiter les dépenses, beaucoup de familles partent avec des outils de cuisson pour préparer elles-mêmes petit déjeuner, repas et dîner. Le « fatapera gaz », figure parmi les ustensiles indispensables aux vacanciers. Raison pour laquelle d’ailleurs, Vitogaz, a décidé d’appliquer une promotion sur ce produit avec une baisse de -20 pour cent sur le brûleur et le socle. Une aubaine en somme pour les utilisateurs de Vitogaz. Surtout en cette période hivernale où de plus en plus de foyers utilisent le gaz pour le chauffage ou la production d’eau chaude. Et avec les avantages qui en découlent.

Avantages. Pour bénéficier justement des avantages du gaz et l’utiliser en toute quiétude, voici un rappel des règles de sécurité universelle pour les utilisateurs. La bouteille de gaz est fabriquée suivant des normes très strictes, avec un acier spécial qui fait qu’elle soit très résistante. Elle dispose également d’une soupape de sécurité qui est aussi un plus pour la sécurité de l’utilisateur. Pour renforcer cette sécurité, en ce qui concerne la manipulation et le stockage des bouteilles, les conseils suivants sont à suivre : stocker la bouteille dans une position verticale, la tête en haut. De même lors de l’utilisation, cette position est à garder. La bouteille est à poser sur une surface plane, loin des points bas et de matériels combustibles. Ne pas toucher à la bouteille, par exemple, enlever les valves ou scier les anses de protection, ou transvaser le contenu de la bouteille. Utiliser le gaz dans un endroit bien ventilé. Se servir d’un tuyau ne dépassant pas 1,5 m et vérifier la date limite d’utilisation. L’utilisateur doit procéder au remplacement du tuyau avant la date mentionnée. S’assurer qu’il n’y a pas de feu nu à proximité avant de brancher ou de débrancher la bouteille. Reconnaître une fuite par une odeur très caractéristique, utiliser de l’eau savonneuse pour identifier une fuite éventuelle et jamais avec de la flamme (allumette, briquet …). Le « fatapera » à gaz est très pratique et se prête à différentes utilisations. Avec l’application des consignes de sécurité, les foyers peuvent exploiter et découvrir les mille et une façons d’utiliser le gaz à la maison.

Recueillis par R.Edmond

Madagate5 partages

Augustin Andriamananoro. Bon anniversaire de notre confrère Midi Madagasikara !

Le confrère Davis R, de Midi Madagasikara, a omis d’écrire qu’Augustin Andriamananoro est l’un des co-fondateurs de madagate (.com à l’époque, aujourd’hui .org) le 13 février 2001, il y a plus de 16 ans donc. J’en suis toujours directeur de publication délégué et rédacteur en chef: HAPPY BIRTHDAY, AUGUSTIN! - Pappy Jeannot Ramambazafy (Souvenir de notre Shoan ICI).

****************

Né le 14 août 1968 à Befelatànana, Augustin Andriamananoro fête donc ses 49 printemps aujourd’hui. Contrairement aux autres politiciens qui ont hérité de l’identité de leurs parents et/ou de leurs aînés pour lancer leur carrière, l’ancien ministre des  Télécommunications, des Postes et des Nouvelles technologies quant à lui, a pu percer grâce à la persévérance, à la loyauté et à la fidélité.

Augustin Andriamananoro avec trois de ses cinq sœurs:  Ange, Colombe et Bako. Vous remarquerez qu'ils sont tous pieds nus. Or, la photo a été prise en plein centre d'Antananarivo, comme celle suit

Issu d’une famille modeste de huit enfants (trois garçons et cinq filles), il a passé toute son enfance dans le quartier d’Ambodin’Isotry. D’ailleurs, Augustin Andriamananoro est l’exemple type d’un élève ayant passé la totalité de sa scolarité dans des établissements publics. En effet, il a passé ses études primaires à l’École Primaire Publique (EPP) d’Ambodin’Isotry, puis au CEG des 67Ha et au Lycée Jules Ferry Faravohitra avant d’intégrer la Faculté de Droit à l’Université d’Antananarivo.

Le petit Augustin entre son papa, Razafindranaivo, et sa maman, Ravaonarivo. Photo prise dans les escaliers vers Antaninarenina ou escalier Lido. Toutes les familles malagasy d'avant 1972 ont, au moins, pris une photo noir et blanc en ce lieu

Ses périodes de vacances, il les passe avec ses frères et sœurs dans son village d’origine à Soamahamanina. Son père Razafindranaivo est un fonctionnaire retraité du Service d’Exploitation de la Poste. Quant à sa mère Ravaonarivo Cécile, elle était épicière dans le quartier d’Ambodin’Isotry. Issu d’une famille très croyante, Augustin Andriamananoro n’a jamais caché son appartenance à l’Église catholique. Dès l’âge de cinq ans, il a été un enfant de chœur à l’Église Sainte Thérèse de l’Enfant de Jésus à Isotry. Il a reçu tous les sacrements de l’église et se marie avec  Volanirina Razakamanana à l’Église Saint Aspais de Melun en France le 27 août 1994. Il est père de trois enfants (Sophie, Estelle et Timothée) dont il est très fier.

Dessinateur pour les éditions "Tsileondriaka"

Parcours professionnel. Passionné de Communication, d’Arts plastiques et de tout ce qui a trait à l’audiovisuel en général, il a eu un parcours professionnel assez atypique. Alors qu’il venait à peine d’obtenir son baccalauréat en 1986, il a intégré son premier métier en tant que Dessinateur Scénariste en Bandes dessinées. Il a d’ailleurs profité de notre entrevue pour adresser ses reconnaissances envers ceux qui lui ont donné cette chance d’éditer ses œuvres à l’époque, parmi lesquels, les éditions « Tsileondriaka », très connues du public par les séries de bandes dessinées de la fin des années 80. Pendant qu’il poursuivait ses études universitaires au début des années 90, il a commencé à s’intéresser à l’audiovisuel. Il avait ainsi démarré sa carrière de Reporter Caméraman, puis réalisateur Vidéaste à l’« Agence TV Report TAHINA ». Sa passion poussait sa curiosité à apprendre la magie de la P.A.O (Publication Assistée par Ordinateur). Après trois années d’expérience en tant que Technicien Réalisateur Multimédia à l’Agence Horizon Communication, il a ensuite intégré la Société « C-net », qui recrutait des développeurs en multimédia pour répondre aux nouveaux besoins du marché de la « E-formation ». Il a débuté en tant que Technicien en Hardware pour installer les composants électroniques des ordinateurs, puis progressivement, développeur des applications, Administrateur de réseaux et Créateur de sites internet et des IntraNet.

En complet marron très clair (et cravate pas encore bleue...), un expert-comptable totalement anonyme, lors de l'inauguration des locaux du groupe « Osmosis Business Solution », à Ampefiloha le 11 mars 2008, en présence du Maire élu, Andry Rajoelina

« Cahier de Texte ». Augustin Andriamananoro est le père d’un Logiciel appelé « Cahier de Texte » expérimenté dans le milieu de l’Éducation nationale via son Intranet. Il a donc étoffé ses expériences dans les études et Régulation du Secteur des Nouvelles Technologies, lorsqu’il exerçait de 2011 à 2014 la fonction de Directeur Général de l’Autorité de Régulation des Télécommunications à Madagascar (OMERT). Il est également titulaire d’un Diplôme de Mini MBA en Télécommunications qu’il a obtenu au Texas Southern University, après avoir complété ses formations en janvier 2013 à l’Institut International de Management, en Galilée – Israël. De 2000 à 2004, il travaillait comme Consultant-Chef de Projet pour le Fonds européen auprès de la Région les Archipels de la Guadeloupe. Sa mission consistait à structurer des projets éligibles pour les financements du DOCUP, (Document Unique de Programmation). Fort de ses expériences dans le cadre du financement, la gestion, l’implantation et le suivi des projets de développement aux Antilles françaises, il a décidé de retourner à Madagascar en 2005 pour créer sa propre entreprise en apportant des projets innovants à la Grande Ile. Il a d’ailleurs été parmi les premiers promoteurs de « l’outsourcing ». Une pratique qui consiste à externaliser vers un prestataire spécialisé certaines tâches dans le domaine du marketing et de la relation clients à Madagascar et dans l’Océan Indien.  Avec son Groupe « Osmosis Business Solution », il était parmi les précurseurs dans le domaine de « l’offshore » avec la délocalisation des projets ambitieux tels que la réécriture et la maintenance des logiciels, ou encore du Centre d’appel délocalisé pour des clients en Europe.

VIDÉO DE CETTE SORTIE ICI

Arrestation. Cela fait dix ans qu’Augustin Andriamananoro s’engage dans la politique. En 2007, il était conseiller spécial résidant à l’étranger auprès de la Commune Urbaine d’Antananarivo, lorsqu’Andry Rajoelina était maire. Il était aussi membre du gouvernement durant la période transitoire, puis Président du Conseil d’Administration de la Société Nationale de Participation (SONAPAR) jusqu’en 2014. Il occupe aussi le poste de Vice-président national du MAPAR. Son parcours politique a surtout été marqué par son arrestation par l’Emmoreg le 10 décembre 2016 alors qu’il assistait à l’enterrement d’un de ses proches. Augustin Andriamananoro a passé la fête de Noël à la prison d’Antanimora. Suite à l’affaire Soamahamanina, il a été condamné à trois mois d’emprisonnement avec sursis.

Recueillis par Davis R

Nota: toutes les photos d'illustration (sauf la photo de famille) ne figurent pas dans l'article originel paru dans Midi Madagasikara (ICI)

L'express de Madagascar4 partages

Formation – Socota ouvre un centre de formation

Le ministère de l’emploi a délivré les arrêtés portant agréments de filière et ouverture du centre de formation au groupe Socota Antsirabe.

Exemplaire. À l’image du groupe dans le paysage industriel malgache, le nouveau centre de formation baptisé « The Talent Factory » a été inauguré vendredi dans la ville d’Antsi­rabe, le fief de Socota. L’ouverture du centre se traduit par les initiatives réalisées dans le cadre du partenariat public privé, soutenu par l’administration, qui, pour l’occasion, a octroyé les arrêtés ministériels portant sur l’agrément des filières de formation du centre. Partenariat qui se concrétise notamment par des formations professionnelles en alternance avec les plus grands établissements universitaires du pays. Entre autres, avec l’ISCAM pour la délivrance du Master International des Affaires (MIDA) à l’endroit des étudiants de l’École Supérieure Spécialisée du Vakinan­karatra (ESSVA).Sans oublier les cours et stages intégrés avec la filière Sticom de l’institut polytechnique d’Antana­narivo ou encore, et non la moindre, la collaboration avec Grenoble Ecole de Manage­ment, l’une des meilleures Business School Européennes. « Dans l’optique de s’adapter à un environnement professionnel en constante transformation, “The Talent Factory” se donne comme ambition d’améliorer la capacité du groupe à former les talents au sein de toutes ses filiales tout en formant ces managers de demain », souligne Véronique Auger, le directeur général, représentant Salim Ismaïl, le président du groupe Socota.Ainsi, à travers l’effectivité du centre, le groupe projette d’atteindre le cap des dix mille emplois créés d’ici quelques années.

École entrepriseDes emplois qui s’axeront surtout dans les domaines du BTP, le dévelop­pement rural, les nouvelles technologies de l’information ainsi que le textile, l’habillement et accessoires. À rappeler que « The talent Factory » a une capacité d’accueil de deux cent trente apprenants ouvert 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 pour un peu plus de 125.000 heures de formations dispensées à l’année. Les modules enseignés dans le centre vont des langues (français, anglais, espagnol), à l’informatique (bureautique, Autocad, programmation) jusqu’aux qualités, sécurité, contentieux, ressources humaines, management, hygiène et environnement du travail, développement personnel, finances, production (matière textile) et santé « Un projet qui contribuera assurément au développement de la région et de la ville, même si elle est déjà la deuxième plus importante localité industrielle du pays », s’enthousiasme le Dr Georges Solay Rakotonirainy, secrétaire général du ministère de l’emploi. Ce dernier qui met l’accent sur l’encouragement de la création des centres de formation privés en soulignant que « ces centres sont un vivier de compétences pour les métiers. Dans la mesure où le centre se situe à même l’enceinte de l’usine. Un concept d’école entreprise qui facilitera l’insertion professionnelle des jeunes diplômés ».

Harilalaina Rakotobe

News Mada2 partages

Marché pétrolier : une hausse tirée par le fuel lourd de la Jirama

Une hausse de 14% est enregistrée sur le marché pétrolier au niveau national durant le mois de juillet, pour s’établir à une consommation totale de 90 393 m3. Cette augmentation considérable est essentiellement accentuée par la quantité croissante de fuel lourd  utilisé par la société Jirama.

Selon le dernier rapport publié par l’Office malgache des hydrocarbures (OMH), la consommation de fuel lourd thermique représente 13% du marché pétrolier dans le pays durant le mois de juillet, contre 4% seulement, en 2016, sur la même période. En effet, la consommation de fuel lourd thermique a connu une croissance de 283%, atteignant un volume de 11 908 m 3. Cela s’explique par la reprise des activités soutenues de la centrale thermique de Mandroseza depuis juillet, mais aussi par le basculement effectif vers le fuel lourd, notamment la constitution de stock de ce produit et la mise en service d’une centrale en fuel lourd nouvellement construite.

La consommation de gasoil en baisse de 21%

Par ailleurs, la consommation de gasoil thermique a baissé de 21% durant le mois de juillet pour un volume se chiffrant à 10 148 m3. Rappelons que la réduction progressive de la consommation de gasoil figure parmi les mesures prises par la Jirama pour optimiser les dépenses de la société. Concernant le Réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA), la Jirama s’est fixé pour objectif d’approvisionner une grande partie du réseau par le biais de la centrale hydroélectrique d’Andekaleka et des centrales thermiques au fuel lourd. D’après les explications apportées par la compagnie, au moins 140 MW d’électricité, utilisée par le RIA, proviennent des centrales fonctionnant au fuel lourd. Il s’agit, notamment, des turbines à combustion (TAC) de la Jovenna installées à Ambohimanambola d’une capacité de 40MW, de la centrale thermique turque Askaf power installée également sur le même site ; et de la centrale de Mandroseza.

 Le marché pétrolier au niveau national est en progression de 13% en cumul sur les sept premiers mois de l’année, s’inscrivant à une consommation de 567 020 m3, d’après toujours l’OMH. Ce dernier a également mis en exergue la hausse notable enregistrée au niveau de la consommation de produit pétrolier dans le secteur du transport, avec une augmentation de 10% durant le mois de juillet.

Riana R.

 

Madonline2 partages

Exacerbé, Marc Ravalomanana dénonce la provocation du régime HVM

Marc Ravalomanana tenait à rester détendu malgré la tension qui l'oppose aux dirigeants

Il n’a pas caché sa déception vis-à-vis du président Hery Rajaonarimampianina. Le chef du parti TIM, et ancien président, Marc Ravalomanana, a affiché son désaccord et sa déception à l’issue de l’épisode chaotique du congrès régional de son parti à Toamasina.

« A quoi servirait une rencontre avec le président Hery Rajaonarimampianina si les autorités continuent à agir de cette manière », a affirmé Marc Ravalomanana.

Le TIM a programmé un rassemblement dans l’enceinte privée du magasin Magro, appartenant à Ravalomanana, à Toamasina, dans le cadre du quinzième anniversaire du parti mais les forces de sécurité étaient sur place avant l’arrivée des militants. Car le préfet local a interdit la manifestation du TIM, à l’image de ce qui s’est passé à Antananarivo, la capitale, quelques semaines auparavant.

C’est la consternation du côté des sympathisants de l’ancien président. Celui-ci a fait comprendre à ce moment que les représentants de la Communauté internationale ont tenté de faciliter le dialogue entre Ravalomanana et Rajaonarimampianina. L’initiative fait suite aux récents désaccords entre les deux parties.

« Une nouvelle crise n’est pas exclue, si les dirigeants campent sur leur positions », a laissé entendre Marc Ravalomanana, exacerbé.

A Toamasina, le TIM devait se contenter de transférer la réunion du parti à un autre endroit privé, appartenant à l’église réformée FJKM, à la suite de l’interdiction d’accès au Magro par le préfet.

La tension entre le TIM et les autorités monte d’un cran après l’incident de Toamasina. La relation entre l’ancien président et l’actuel chef de l’Etat se complique davantage, à un peu plus d’un an d’une nouvelle élection présidentielle.

L'express de Madagascar2 partages

Andranonahoatra – Ambohidahy – Les habitants manifestent contre le délestage

Les habitants d’Ambohidahy et Andranonahoatra sont excédés par les coupures de courant. Samedi soir, ils sont descendus dans la rue pour le faire savoir.

Les habitants d’Andra­nonahoatra et d’Ambo­hidahy ont haussé le ton, samedi soir, à cause d’une longue coupure d’électricité. « Nous en avons assez des coupures de courant. La Jirama est vraiment inutile des fois », se plaint Hajatiana Navalona , un habitant d’Am­bo­hidahy et participant à la grève. Vers 18h, un groupe de personnes provenant du fokontany d’Ambohidahy a fait retentir des coups de sifflets et sont montés sur la route principale. Puis d’au­tres personnes ont rejoint ce groupe d’après Justine Razafinirina, une habitante d’Ambohidahy. Une foule s’est dressée devant la route et l’a bloquée avec des grosses pierres tout en allumant un pneu. « Dès que les voitures ont aperçu la foule massée devant la route, ils ont pris d’autres voies, d’autres ont fait demi-tour. Certaines voitures ont quand même pu passer sans problème », affirme Justine Razafinirina. D’autres personnes qui ne sont pas montées jusqu’à la route principale sont sorties de leur maison en se demandant s’il y a une coupure de courant. « Je ne savais pas qu’il y avait une grève, hier. Avec les voisins, nous sommes sortis de notre maison et nous nous demandions s’il y a eu une coupured’électricité », raconte Rija Razafi­mahatratra, un habitant d’Andranonahoatra.

Coupure répétéeCe n’est pas la première fois que ce type de désagrément se produit dans ces fokontany d’après Radany, habitant d’Ambohidahy.« Au mois de mai ou mars, le délestage arrivait tous les jours puis actuellement, il a diminué. Mais ces cinq derniers jours, les coupures de courant ont persisté. Hier, le courant a été coupé à 9h du matin et est revenu à 15h. Puis une autre coupure a commencé à 18h,ce qui a rendu furieux les habitants des deux fokontany concernées car la partie Dalle Itaosy n’a pas été touchée. L’électricité n’est revenue qu’à 20h30 », explique t-il. Les gens n’ont pas voulu se retirer de la route jusqu’à ce que électricité ait de nouveau fonctionné. Quelques gendarmes sont venus après la grève selon les témoins oculaires.

Mamisoa Antonia

News Mada1 partages

Fiaraha-miasa : tonga hijery ny tetikasa fampandrosoana ny Sinoa

 Nigadona ny faran’ny herinandro teo, eto amintsika ireo delegasiona  avy amin’ny fitondram-panjakana sinoa. “Hijery ireo tetikasa azo iaraha-miasa amin’ny fitondrana izahay. Anisan’izany ohatra ny momba ny seranan-tsambo any Antsiranana na koa Taolagnaro…. Efa misy solontena hafa efa tonga eto mijery akaiky izany”, hoy ny mpitarika ny delegasiona, Ramaherison José na ny Me Gao, tetsy 67ha, omaly.  Nanteriny fa hijery ireo tetikasa ahafahana mitondra fampandrosoana ho an’i Madagasikara izy ireo amin’izao fitsidihana eto izao. Mpikambana avy amin’ny fikambanana fiaraha-miasa sinoa sy malagasy izy ireo. Na izany aza, miandry ny tena filàn’ny vahoaka malagasy ireto vahiny ireto.  “Tokony hiainga avy aty amin’ny Malagasy sy ny hetahetany anefa izany… Ohatra, azo atao ny fanorenana tanàna vaovao. Eo koa ny fanamboarana fotodrafitsara toy ny lalana…”, hoy ihany izy. Anisan’ny angatahin’izy ireo koa ny hanamorana ny tontolon’ny fampiasam-bola hataon’izy ireo eto amintsika, ahafahana manafaingana ny fampandrosoana sy hanatanterahana ireo tetikasa tiana hatao eto amin’ny firenena. Hisy ny fihaonana amin’ireo tompon’andraikitra ambony eto amin’ny firenena amin’izao fandalovan’izy ireo eto izao.

Synèse R.

 

 

News Mada1 partages

Conseil pour le Fampihavanana Malagasy : Quiproquo autour de la désignation des membres

Le processus de désignation desmembres qui composeront le Conseil pour le fampihavanana malagasy (CFM) ne fait pas que des heureux.

Des associations et plateformes ne sont pas satisfaites des étapes requises par le Comité national de sélection. Tabera Randriamanantsoa est le premier à avoir pointé du doigt ce processus. Pour ce leader du Conseil pour la réconciliation nationale (CRN), «ce processus portera atteinte au vrai esprit de réconciliation nationale. Avec cette démarche, la réconciliation nationale ne sera pas effective», a-t-il martelé, lors d’une intervention sur une chaîne privée en fin de semaine. En gros, Tabera Randriamanantsoa est contre le fait que les membres de ce CFM soient désignés.

Vers plus d’inclusion

Mais il n’est pas le seul, la fédération des détenus politiques a également élevé la voix la semaine dernière.

Les membres revendiquent leur participation à ce processus. Une participation qui ne sera plus possible étant donné qu’aucun des membres de cette fédération n’a été appelé à participer à l’épreuve orale qui s’est tenue la semaine dernière.

«On se demande pourquoi des candidats représentants des régions sont exclus. Nous sommes assez expérimentés dans la mise en œuvre de la vraie réconciliation nationale. Nous avons d’ailleurs déjà commencé le processus dans les différentes parties de l’île, et nous avons eu des résultats satisfaisants», a fait savoir Henri Rakotomalala, connu communément sous le nom de Riri Be.

Ce dernier appelle les dirigeants, dont le président de la République, le Premier ministre, ou encore les responsables de la mise en place de ce conseil à rectifier le tir. «La réconciliation ne peut pas être effectuée par une seule entité», a-t-il conclu.

Il faut savoir qu’après l’épreuve orale, les noms de ceux qui composeront le CFM et mèneront à terme la mission de réconciliation nationale seront publiés. Au final, 33 des candidats reçus vont intégrer le CFM à raison d’un représentant par région et 11 seront désignés par le président de la République. Ils étaient 220 au départ, dont dix par région, à avoir passé la troisième étape dernièrement au Sénat à Anosy.

Nadia

 

News Mada1 partages

Foot – Eliminatoires Chan : les Barea concèdent le nul à domicile

Le match aller du 3e tour des éliminatoires du championnat d’Afrique, (Chan), 2018 opposant les Barea de Madagascar aux Palancas Negras de l’Angola, s’est soldé par un score vierge, hier, au stade de Mahamasina. L’opération est assez difficile pour Madagascar qui est à une marche de la qualification pour cette joute continentale.

Pris à contre-pieds ! Les Angolais n’étaient pas venus pour une promenade de santé. Ce sont de redoutables adversaires capables de briser le rêve de disputer le Chan 2018 des Barea, au Kenya. Pour preuve, ils ont dominé toute la première période, ou presque, avec un jeu assez varié pour embrouiller la défense malgache.

Les Barea n’ont pu sortir leurs cartes qu’à une dizaine de minutes de la pause mais ont raté les quelques occasions qui se sont présentées. Njiva et Dimby ont frappé les premiers mais leurs tirs n’ont pas inquiété le portier angolais. Les Palancas Negras n’étaient pas restés les bras croisés et ont répondu coup pour coup aux assauts des Malgaches, grâce au talent des attaquants à l’image de Wilson et Sylviano.

La bande à Njiva tentait de renverser la vapeur à la seconde mi-temps et a, visiblement, mené une nouvelle stratégie offensive et défensive pour tirer leur épingle du jeu. Les contre-attaques ont été bien exploitées à maintes reprises mais ont été stoppées net par la défense angolaise. Il fut des fois où Njiva, Toby, Dimby et Ando ont été tout près du but, au sens propre du terme.

Renard de surface et fin technicien, Njiva a épaté la galerie avec un slalom entre les défenseurs adverses mais a manqué le cadre (70e minute). Auguste Raux a, ensuite, misé sur le talent des buteurs  comme Bela, Bila ou encore Jeannot Vombola ou Nono. Son choix fut justifié car le public de Mahamasina a assisté à une pluie d’offensives contre l’Angola. Malheureusement, les Barea n’ont pas réussi à trouver le chemin du filet jusqu’au coup de sifflet final et devront placer la barre haute pendant le match retour, prévu le 19 août prochain, à Luanda.

Rojo N.

 

News Mada1 partages

Taekwondo : Tiavo continue le combat

Tiavo Randrianisa mène, de front, deux combats acharnés, sur le tatami et en dehors. De passage à Madagascar, depuis quelques jours, elle poursuit la réalisation de son autre défi qu’est le soutien aux taekwondokas malgaches.

Priorité de son association Tiav’Or, le club de Sabotsy-Namehana a été privilégié par la Grande championne pour les séances d’entrainement qu’elle a coachées. «C’est la deuxième fois que j’ai coaché ce club. J’ai constaté une nette progression du niveau technique, lors des exercices que nous avons faits. Durant les séances d’entrainement,  je leur ai appris, également, les techniques et les tactiques de combat qu’ils n’ont jamais utilisées auparavant ainsi que les nouvelles règles de taekwondo», a-t-elle expliqué.

Son séjour en terre malgache prendra fin cette semaine. Elle donne rendez-vous aux férus de la discipline au championnat d’Europe junior de novembre prochain, à Chypre. Peut-être l’occasion pour la jolie Championne de briller sur le toit de l’Europe.

Naisa

 

News Mada1 partages

Fourrage vert : le ray-grass à 13 000 ariary le kilo

Le fourrage vert pour vaches laitières ray-grass se vend actuellement à 13 000 ariary le kilo. Sa culture est une opportunité de revenus très rentable pour le milieu rural par rapport au riz.

Le prix de la semence du ray-grass est de 15 000 ariary le kilo, contre 2 000 ariary pour le riz. Cependant, malgré cette différence de prix, la rentabilité est largement supérieure à la culture du ray-grass. En effet, à part le prix de 13 000 ariary le kilo de ce fourrage vert, contre au plus 1 000 ariary pour le paddy, son rendement est aussi plus élevé que le riz, pour une même surface de culture. De plus, côté entretien, la culture du riz engage plus d’effort physique, du matériel et du temps.

A part le ray-grass, la culture de l’avoine rapporte plus que le riz, à raison de 2 500 ariary le kilo.

Une demande insatisfaite pour Analamanga

«Malgré les efforts déployés pour la promotion de la culture de fourrage de bétail dans la région, au moins un besoin en 40 tonnes de fourrage vert par jour est encore nécessaire pour Analamanga», a confié un responsable du Malagasy dairy board (MDB), un groupement qui a pour mission de promouvoir la coordination et le développement de la filière laitière à Madagascar. Cela, au cours de la dernière Foire internationale de l’économie rurale de Madagascar (Fier-Mada) à Mahamasina. Pour Analamanga, 45%  seulement sont couverts en besoin de fourrage vert, a souligné le MDB, ce qui implique les éleveurs de vaches laitières à s’approvisionner vers d’autres régions comme Bongolava, Vakinankaratra et Itasy.

Formation

Dans le cadre de la promotion de la culture de fourrage de bétail, ainsi que la vulgarisation d’élevage de vaches laitières et le renforcement des capacités des éleveurs à Madagascar, le MDB se lance actuellement dans une formation à grande échelle pour Analamanga et ses périphéries.

En effet, avec une consommation de seulement cinq litres de lait par an pour les Malgaches, contre 20 litres en Afrique, et 50 litres dans les pays occidentaux, la filière lait promet encore à Madagascar, côté investissement s’entend. Une filière qui offre des opportunités tant sur la production de fourrages verts que le lait proprement dit. Sur ce point, le ministère de l’Agriculture et de l’élevage encourage les entreprises à s’y investir, et se dit prêt à toute proposition de collaboration, via le partenariat public-privé (3P). Pour le moment, selon le MDB, « Sur les rayons des produits laitiers des grandes surfaces, plus de la moitié sont occupés par des produits importés ».

Sera R

 

Orange Madagascar1 partages

Sampana Lehilahy Kristiana-Fihaonambem-pirenena tao Mahajanga: maherin’ny 8000 ireo tonga

Mila mijoro ny lehilahy kristiana ary ny loha-laharana dia ny fampandrosoana ny fiangonana sy ny  firenena. Io no lahateny nasongadin’ny Filoham-pirenena Malagasy, Atoa Hery Rajaonarimampianina raha nandray fitenenana nandritra ny fotoam-pivavahana lehibe famaranana ny Fihaonamben’ny SLK (Sampana Lehilahy Kristiana) eo anivon’ny FJKM tao amin’ny fitandremana Ziona Vaovao Mahajanga ny tenany.  

Tsiahivina fa fihaonambe andiany faha-10 ity notontosain’ireo Lehilahy kristiana ity, nanomboka ny Talata 08 hatramin’nyAlahady 13 Aogositra 2017. Maherin’ny 8000 ireo solo-tena avy amin’ireo synodam-paritany FJKM miisa 38 manerana an’i Madagasikara no tonga nandray anjara.

Tsy tokony  ho menatra ny lehilahy mahery amin’ny fijoroana ho vavolombelon’i Kristy. Ary tsy afa-misaraka ny maha Filoham-pirenena sy ny maha kristiana. Hafatra notsindrian’ny Filoham-pirenena io ho an’ireo lehilahy maha-tsapa fa tena kristiana marina.

Manana anjara lehibe ary mpisehatra eo amin’ny fampandrosoana ny firenena ny kristiana hoy ihany izy ka tokony hijoro handresy amin’ny ady rehetra atao ary tsy sehatra hifampitsikeràna ny fiangonana. Mila sahy amin’ny fanatanterana ny andraikitra ny lehilahy kristiana hoy izy raha nampatsiahy ireo hevi-dehibe nivoaka tamin’ny fihaonany tamin’ireo manamboninahitra tany ivelany. Navoitran’ny Filoha fa tsy misy fanjakana afaka mijoro raha tsy manana an’Andriamanitra ny firenena.

Handray anjara feno amin’ny famitana ny ivo-toerana FJKM izay hatao any Foulpointe ny Filoha. Nomen’ Andriamanitra andraikitra amin’ny fampandrosoana ny firenena ny lehilahy kristiana hoy izy ka tokony hanatanteraka  izany amin’ny fanetretena.

Nanolotra vola efatra tapitrisa ariary ny  vondron’ny SLK ny Filoham-pirenena tamin’ny fanatanterahana izao fihaonambem-pirenena tao Mahajanga izao.

Nanotrona sy nanome voninahitra an’izany fotoam- pivavahana famaranana izany ireo olom-panjakana ambony izay notarihin’ny Préfet an’i Mahajanga  sy ny Lehiben’ny faritra Boeny, Atoa Saïd Ahamad Jaffar, notron’ireo mpizaika SLK manerana ny faritany enina notarihin’ny Filoha nasionaly sy ny Tonia Nasionalin’ny SLK.

L'express de Madagascar1 partages

Entrepreneuriat – Tenue du Forumess 4e édition

L’économie sociale et solidaire prend de l’ampleur. Le Forumess (Forum malgache de l’Économie sociale et solidaire), pour sa quatrième édition regroupera plus d’ONG, VOI (Vondron’olona ifotony), mutuelles, associations, coopératives et entreprises sociales venant des quatre coins de l’Ile.La grande rencontre entre ces acteurs et entrepreneurs économiques sociaux et solidaires se tiendra  du 19 au 23 Septembre à Mahajanga, si l’édition 2016 s’est tenue à Fianarantsoa. « Le Forumess  2017 verra la participation d’acteurs internationaux qui échangeront des points de vue avec les acteurs malgaches », explique l’Association Afaka (Asa fa tsy kabary) initiatrice du Forum.« Leadership, gestion et bonne gouvernance, législation et responsabilités, atelier, conférence-débat, table-ronde et descente sur terrain marqueront cette manifestation, qui veut impacter toujours plus sur le côté social et solidaire des projets à entreprendre, et notamment les futurs acteurs sociaux et solidaires de Maha­janga », continue Tianasoa Razafin­tsialonina, président de l’Afaka. Une journée spéciale sera consacrée aux coopératives.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Football – CHAN 2018 – Les Barea tenus en échec

Le match aller entre Madagascar et l’Angola s’est soldé par un score nul et vierge, hier à Mahamasina. Les Barea sont condamnés à marquer au retour, dans une semaine.

Quatre-vingt-dix minutes et aucun but entre Madagas­car et Angola. Le troisième tour aller des éliminatoires du Champion­nat d’Afrique des Nations 2018 a, quelque peu, déçu un stade de Maha­masina archi-plein, hier après-midi.Ce résultat ne fait pas l’affaire des Barea, bien évidemment. Ils se trouvent désormais dans l’obligation de marquer au moins une fois, lors de la deuxième confrontation face au Palancas Negras, le weekend prochain.À domicile, la sélection malgache avait logiquement à cœur de gagner, afin d’abor­der le match retour sereinement. Ce qui a entraîné Auguste Raux à tenter un pari stratégique sur le plan offensif. Il a placé en pointe Dimby du Cosfa, pour sa toute première sélection.Un pari risqué, qui n’a pas vraiment réussi, voire même a paru incompréhensible à ce stade de la compétition, sachant qu’on est habitué à voir les expérimentés Nonot et Bela à ce poste.En première mi-temps, il n’a pas vraiment pesé sur la défense adverse, à l’image des Barea dont les attaques ont été gênées par le pressing angolais. Des attaques sur balles aériennes pour la plupart. Il aurait néanmoins pu marquer dans les arrêts de jeu de la première mi-temps, mais sa frappe à bout portant, à la suite d’une passe en retrait de Njiva, a été déviée par le portier angolais du bout des doigts.En seconde période, Raux l’a sorti au bout de dix minutes, pour enfin envoyer Nonot au charbon. Jusque-là, la possession de balle était plutôt en faveur des Angolais, dominateurs dans les duels et maîtres dans l’entrejeu.

Toby en sauveurLa physionomie de la rencontre a peu à peu basculé en faveur de Madagascar, au fil de cette deuxième mi-temps. Et les Barea auraient pu concrétiser à quelques minutes de la fin du temps règlementaire, si Nonot avait cadré sa tête devant le but vide (83e), sur un centre de Bela, entré en jeu à la place de Dino.Un centre un peu trop appuyé malheureusement. À ce moment-là, Raux a joué son va-tout en faisant entrer deux attaquants et en envoyant Bila en tant qu’ultime joker à la place de Dax.En face, les Palancas Negras auraient aussi pu prendre l’avantage. Heureu­sement que Toby a dégagé in extremis le cuir sur la ligne (72e), à la suite d’un cafouil­lage dans la surface d’Ando, jeune gardien d’Elgeco Plus titularisé après la suspension de Leda (ndlr : deux cartons jaunes).Le défenseur latéral gauche de la CNaPS Sport mériterait bien le titre d’homme du match, vu son volume de jeu, ses nombreuses interventions réussies, son apport précieux en attaque et cette action décisive qui a sauvé la mise pour la Grande île.Une fois de plus donc, les Barea devront aller chercher la qualification en territoire ennemi. Ils l’ont fait une fois au tour précédent contre le Mozambique et ils peuvent rééditer l’exploit, si l’on en croit les propos du sélectionneur : « Si c’était un nul de 1-1 ou 2-2, alors je serai plus inquiet. Là, après un 0-0, je pense qu’on peut se qualifier au retour. »

Mots croisés

Auguste Raux, sélectionneur de Madagascar : « C’était une erreur de tenter de balancer des balles aériennes à plusieurs reprises. À chaque fois, les Angolais se sont imposés dans les airs. Ils sont bons, certes, mais je crois qu’on peut les battre au retour. Concernant Dimby, c’était un choix stratégique. Je l’ai titularisé car les Angolais connaissaient déjà très bien le jeu de Nonot et Bela. Et aussi, parce qu’à l’entrainement, il s’entendait très bien avec Njiva. Nous devrons marquer au retour. Nous pouvons tourner cette situation en notre faveur, car c’est aussi avantageux pour nous de jouer à l’extérieur sur de meilleures pelouses. »

Beto Bianchi, sélectionneur de l’Angola : « Nous avons fait un bon match. Les deux équipes auraient pu gagner, mais voilà, nous terminons sur un 0-0. Madagascar a été obligé d’attaquer, vu qu’il évoluait à domicile. Mais en face, nous avons très bien défendu. Tout est encore ouvert pour le match retour et Madagascar semble meilleur à l’extérieur.0-0, ce n’est pas vraiment un résultat satisfaisant. Si nous avons gagné 4-0 ou 5-0, là j’aurais été plus content. Au retour, je vous assure que nous marquerons un but de plus. »

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Punching-ball

Faire la queue pendant des heures, quitte à sacrifier toute sa demi-journée pour obtenir ce que le droit nous accorde, on le fait. S’acquitter dans l’urgence de diverses paperasseries dont on ne nous informe l’existence qu’au dernier moment, on le fait. Essayer de comprendre une logique administrative qui ne répond pas toujours à celle du commun des mortels, on le fait. Ne plus compter les allées et venues, dans l’attente de tel responsable qui apposera sa signature sur tel document, dans l’attente de tel document signé mais égaré dans les méandres de l’administration, dans l’espoir que le document signé, égaré, renouvelé et présenté à nouveau soit livré à temps…On le fait. Malgré les efforts consentis, certes, en rongeant son frein, pour obtenir ce que l’on demande, on se rend toujours compte qu’au final, on est toujours le maillon maltraité de la chaîne.Ainsi, c’est le raisonnement.  Que l’on soit contribuable, client d’une banque ou d’un restaurant, usager d’une compagnie de téléphonie mobile ou d’un autobus, c’est donc à nous, usagers, abonnés,  acheteurs, visiteurs de faire les efforts nécessaires pour être bien accueillis. Ce, non pas parce que des précédents négatifs auront justifiés un comportement cynique à nos égards. Non pas parce que nous étions discourtois, en retard, ni même négligents… Non, c’est parce que nous sommes clients, usagers, contribuables.Le service client, l’assistance à l’usager, la courtoisie envers ses visiteurs, ou la courtoisie tout court, voilà des choses bien désuètes, remplacés par la manie de tirer une tronche de six pieds de long à l’approche de «l’ennemi». Quelques phrases cassantes, indifférentes à la situation, voire même, des mots franchement déplacés, pourquoi pas, tant qu’on y est. Plus la personne parait fragile, plus l’échange est expéditive et inconvenante pour passer au prochain client. Sans compter le stress presque visible de ceux, venus de loin, qui avaient une existence simple avant  de devoir affronter les sinuosités procé­durières pour faire valoir leurs droits. Et qui y vont, genoux tremblants, pour essayer de se faire aider sans se faire malmener.La façon inconvenante fait hémorragie jusqu’aux petites boutiques, petites échoppes où vendeurs et commerciaux s’adressent aux clients avec de telles manières cavalières, qu’on s’en veut presque de poser des questions.  Désormais, sur certains bus d’Antananarivo, un avertissement est donné aux usagers : «Assurez-vous d’avoir de la petite monnaie sur vous, pour éviter tout problème entre vous et le receveur». Une note bien menaçante qui signifie que si le client ne se plie pas aux règles, les «problèmes» pourraient survenir.Au final, cette habitude très tananarivienne est usante. N’est-il pas possible d’avoir simplement des habitudes correctes, comme de saluer, de remercier, d’expliquer avec des mots clairs le processus en cours, d’assurer le service demandé sans intimidation ni mépris, de répondre aux questions si ce n’est avec politesse, au moins sans «teny an’anavona» - formule expressément citée en malgache car il semble qu’elle prend son plein et désagréable sens dans notre langue maternelle.  On ne s’attend pas à lier des amitiés éternelles, ni même éphémères, mais à être accueilli avec une bonne vieille politesse toute bête. Si on ne peut être le client roi, que l’on ne soit pas le client punching-ball.

Par Mialisoa Randriamampianina

Madaplus.info0 partages

Suspens sur la qualification des Barea de Madagascar pour la CHAN 2018

Le stade municipal de Mahamasina était plein hier, les Malgaches sont venus en masse pour soutenir leur équipe dans l’espoir de voir Madagascar qualifié pour la CHAN 2018.
La bande à Njiva s’est battue jusqu’à la dernière minute pour pouvoir trouver les filets du portier de l’équipe angolaise, mais la chance de but n’était pas de leur côté ni du côté de l’Angola non plus. Les deux équipes n’ont pas pu se départager et se sont séparées sur un score vierge. Lors de la conférence de presse, Raux Auguste a réitéré que les Barea jouent mieux à l’extérieur et ils l’ont prouvé lors du Match contre le Mozambique. Le Score de zéro partout, chez nous, reste toujours un avantage pour Madagascar.
Madagate0 partages

Madagascar Journalisme. Un délit de presse ne doit pas être qualifié d’infraction de droit commun

« Le SMM a été saisi d'une doléance par le Groupe Free News concernant une poursuite pénale engagée contre lui. A cet effet nous tenons à réitérer que le SMM s insurge contre toute velléité d'instrumentaliser la Justice aux fins de règlements de comptes politiques et dénonçons fermement les tentatives d'utiliser abusivement la loi à ce dessein.

Ainsi les journalistes ont la loi sur la communication qui les protège ou les sanctionne et un délit de presse est -et demeure- un délit de presse et NE POURRA ÊTRE QUALIFIÉ D'UNE AUTRE INFRACTION DE DROIT COMMUN. A cet égard je tiens à interpeller toutes les personnes ou entités concernées par cette affaire de s'en tenir à la loi et uniquement à l'application stricte de la loi. Particulièrement, j'invite mes collègues magistrats à ne pas se prêter involontaire ou non une fois de plus à servir d'instrument de représailles politiques et de juger selon la loi et strictement la loi ».

Antananarivo, ce 14 août 2017

Fanirisoa Ernaivo

Présidente du Syndicat des Magistrats de Madagascar

*******************

News Mada0 partages

Famatsian-drano eto Toamasina : antitra ny fantsona, mitombo ny trano tsy ara-dalana

Mitaraina ny mpanjifa satria maloto sady tapaka matetika ny ranon’ny Jirama eto Toamasina. Nitondra mpanao gazety, noho izany, ny 10 aogositra teo, ny talem-paritra, Veloson Léonard, nijery ifotony ny zava-misy.

Any Farafaty ny foibe famokaran’ny Jirama rano fisotro ho an’ny Tanànan’i Toamasina. Nambaran’ny talem-paritra, Veloson Léonard, fa ampy tsara ny rano satria 740.000 m3 isam-bolana ny vokarin’ny Jirama ao Farafaty, saingy ny 510.000 m3 ihany no tonga hatrany Toamasina. Antony, misy ireo trano tsy ara-dalàna miorina eo ambony fantson-drano, ka misy very ny rano. Manampy ireo, misy siniben-drano roa eo Toamasina, eny Tanambao II, afaka mitahiry 750 m3 sy eny Tanambao Verrerie, 1.000 m3. “Tsy mitombina ny filazana fa tsy ampy ny rano”.

Madio ny rano fisotro

Misy amin’ny mpanjifa milaza fa maloto ny rano fisotro eto Toamasina. Miloko manopy mena na mainty, lazain’ny hafa fa misy kankana mihitsy aza. Nilaza ny talem-paritry ny Jirama Toamasina, fa antitra ny fotodrafirasa, ny fantsona mitondra ny rano. Efa tamin’ny fotoan’ny fanjanahantany nanorenana azy ireny. Eo koa ny fanorenana trano tsy ara-dalàna eo ambonin’izy ireny, mandoaka ny fantsona sy ny fanamboarana lavaka fivoahan’ny maloto (fosse sceptique), nefa mamoaka maloto, ka lasa mifangaro amin’ny famatsian-drano.

Manamafy anefa ny talem-paritra, Veloson Leonard, fa azo antoka ny rano fisotro sady voatily any amin’ny Institut Pasteur any Antananarivo, mialoha ny hanapariahana azy amin’ny mpanjifa. Aminy, misy ny sampandraharaha tompon’andraikitra amin’ny fanomezana fahazoan-dalana hanorin-trano, fa tsy andraikitry ny Jirama.

Njaka A. sy Sajo

News Mada0 partages

Hetsika tao Toamasina : nahazo rariny ny Tim saingy mbola nosakanan’ny prefet

 Tsy afa-bela. Nikasa hanao hetsika fankalazana ny faha-15 taony sy ny kongerisim-paritra tao Toamasina ny eo anivon’ny antoko Tim, ny asabotsy teo. Nitory izy ireo noho ny sakana nataon’ny prefektiora any an-toerana.

 

Tsy niandry ela ny valin-kafatra. « Tsy misy olona ambony lalana fa eo ambanin’ny lalana avokoa ny rehetra. Antony nametrahana ny fitsarana izany. Efa namoaka ny heviny ny tribonaly misahana ny ady ifanaovana amin’ny fanjakana fa mihantona aloha ny naoty navoakan’ny preft-n’ i Toamasina amin’ny fanakanana olona na fikambanana hankalaza ny faha-15 taony atao ao amin’ny tranony ihany. Mbola tsy hahazo hiditra ny tranony tsirairay avy ny rehetra fa sakanana raha mitohy izao. Tsy afaka hiditra ny tranonao ianao raha vao tsy mangataka alalana amin’ny fitondrana”, hoy ny mpanorina ny Tim, Ravalomanana, manoloana ny tsy fahazoana lalana hiditra ny faritry ny Magro etsy Tanambao fahadimy, ny asabotsy teo.

Nomena fotoana tamin’ny 9 ora ny mpikambana Tim ho tonga ao amin’ny Magro Tanambao fahadimy, saingy efa tomefy ny mpitandro filaminana ny lalana rehetra mihazo ny faritra misy ny Magro, hatreny amin’ny fiantsonan’ny taksibrosy ary voasakana avokoa, nanomboka tamin’ny 4 ora maraina.

Nampitandrina ny mpitondra Ravalomanana

Niezaka nifampiresaka tamin’ny komandim-paritanin’ny zandarimariam-pirenena, ny jly, Serge Géllee ireo solontenan’ny Tim  mba hanao fety am-pilaminana, saingy tsy nahitam-bokany izany. Tonga teny an-toerana ny filoha teo aloha, Ravalomanana avy eo.  » Tsy ny vahoaka no te hidina an-dalambe fa ny mpitondra mihitsy no mihantsy ny vahoaka hanao izany. Tsy misy ny demokrasia sy ny fahalalahana. Aleo isika hiresaka eto ka ho hitako eto raha hisambotra ahy. Manaja lalàna izahay ka tsy hanatanteraka ny fety nosakanan’ny mpitondra. Tia filaminana ny Tim ary voafehiko ny oloko. Vitanay ny miditra an-keriny ao. Tsy ampahafirin’ny 2002 akory ireo, saingy tsy hitondra ady ny Tim. Hitondra fampandrosoana izahay…”,  hoy ihany izy. Notsiahiviny fa efa niresaka an-telefaonina tamin’ny Vondrona eoropeanina sy i Etazonia ary Afrika atsimo, nitantara ny zava-misy  sy niseho amin’ny antsojay ataon’ny fitondrana aminy ny tenany nialoha ny nidinany teny amin’io toerana io. Nampitandrina ny mpitondra mihitsy ny tenany.  » Izaho anie ka tsy any am-pitan-dranomasina intsony fa eto an-tanindrazana. Mampitandrina anareo mpitondra aho, fa indrindra ny praiminisitra. Fositra amin’ ity firenena ity ianao » hoy izy.

Sajo sy Synèse R.

News Mada0 partages

Manifestation interdite : le Tim tient tête au régime

La célébration du 15e anniversaire du parti Tiako i Madagasikara (Tim) qui devait se tenir dans l’enceinte du Magro Toamasina le week-end dernier n’a pas pu avoir lieu. Malgré les différentes négociations entre les leaders et les dirigeants régionaux, le verdict est tombé. La manifestation sera interdite selon la préfecture de police, pour des raisons encore floues, même si les rumeurs évoquent des possibilités de troubles.

Les forces de l’ordre ont donc été les premières à être présentes autour du lieu de manifestation pour empêcher toute tentative de forcing. Les partisans du Tim ont cependant changé de stratégie et ont choisi l’enceinte David Jones à Anjoma pour fêter l’anniversaire.

La manifestation s’est finalement tenue, sans anicroche.

Nadia

 

News Mada0 partages

Kitra – Nirava 0 no ho 0 tamin’ny Angoley : ho sarotra ny lalan’ny Barea amin’ny lalao miverina

Zana-tohatra iray, mety mbola hanahirana. Nirava ady sahala tsy nisy nitoko ny fihaonan’ny Barea sy ny Angoley, tetsy Mahamasina, omaly. Lalao tafiditra amin’ny dingana farany eo amin’ny fiadiana ny “Chan 2018”, hatao any Kenya.

 

Nanao be fiavy ny Angoley raha vao nanomboka ny lalao. Nanindry hatrany izy ireo nefa tsy natahorana firy izany. Karazan’ny niaro tena fotsiny ny mpilalaontsika. Nifoha tamin’ny torimasony anefa ary nanomboka tafiditra anaty lalao ny ekipam-pirenentsika, tany amin’ny 10 mn farany, fizaram-potoana voalohany. Efa nisy dakan’i Njiva sy Dimby, sambany niatrika lalao lehibe tokony ho tafiditra, saingy nivilana izany. Na izany aza, tsy tena nanana fanafihana natahorana ny Angoley tamin’ny alalan-dry Sylviano sy ry Wilson. Niezaka nanova fomba filalao ny Barea teo amin’ny fizaram-potoana faharoa. Nanao totoafo tamin’ny valim-panafihana ary niezaka nampiasa ny fahaiza-manaony manokana tamin’ny alalan’ny daka lavitra na famitahana ny vodilaharana Angoley. Anisan’izany i Njiva sy i Toby ary i Ando, saingy nivilana metatra vitsivitsy amin’ny haraton’ny mpifanandrina izany na azon’ny mpiandry tsatoby.

Mifantoka kokoa rehefa any an-tanin’olona ny Barea

Nesorina i Dax sy i Dimby ary i Dino. Nampidirina kosa i Bela sy i Bila ary i Nono mba hampidi-baolina. Tsy nahitam-bokany izany na nanao totoafo aza izy ireo. Niverina nanindry ihany anefa ny vahiny mialoha kelin’ny fiafaran’ny lalao saingy avotr’i Ando, anisan’ny nisongadina tamin’ny fiandrasana ny haratontsika izany.

Hita taratra ny fahabangan’ny eo afovoan’ny kianja ho an’ny Barea. Tsy nisy nanosika, na nahazo tolotra tsara avy eo afovoany ny mpanafika ho an’ny ekipam-pirenentsika.

Araka izany, manana andro vitsy ny mpanazatra Raux, hanitsiana ny lesoka, mialoha ny lalao miverina hatao any Luanda. Mahavita mamadika ny baolina rahateo ny Barea rehefa any an-tanin’olona… Asabotsy mifankahita.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Tenisy – «Mada U18» : lasan’i Miary Zo intelo misesy

Voahosotra ho tompondakan’i Madagasikara, sokajy U18 lehilahy, Rakotondramboa Miary Zo, rehefa nandresy an-dRabarijaona Vahia, tamin’ny seta 2 no ho 1 (2/6 ; 6/2 ; 6/3). Fihaonana natao omaly, tetsy amin’ny kianja Acsa Ambohidahy. Mbola nisongadina indray ny fahaiza-manaon’i Miary Zo, izay nahay nifehy ny lalao. Fanintelony misesy, tsy niala teo am-pelatanan’i Miary Zo, ity anaram-boninahitra ity. Ankoatra izay, nahazo ny teo amin’ny U12 lehilahy, i Rovanantenaina Johny, rehefa nanilika an-dRakotomalala Mahefa Anthony, tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/1 ; 6/1). Marihina fa hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, kaontinaly, isan-tarika, hatao any Maraoka, ny 10 – 16 septambra, ho avy izao, izy mirahalahy, miaraka amin’i Ugo.

Ankoatra izay, voahosotra ho tompondaka, teo amin’ny U14 vehivavy, Ranaivo Mialy, izay nandavo  an-dRanaivo Narindra, tamin’ny seta 2 no ho 0 (7/5 ; 6/2). Ho an’ny U16 lehilahy, Ranaivo Toky, nanilika an-dRakotozandriny Lanja, tamin’ny seta 2 no ho 1 (1/6 ; 6/3 ; 6/2). Hitohy, anio, ny fihaonana izay ho an’ny sokajy rehetra.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Kitra vehivavy – «Division Elite» : lasan’ny Askam ny dingana voalohany

Nifarana tany Boeny, tamin’ny asabotsy lasa teo ny dingana voalohany amin’ny fifaninanam-pirenena, eo amin’ny baolina kitra vehivavy “Division Elite”. Nandrombaka izany ny ekipan’ny Askam avy any Itasy. Resin’izy ireo, teo amin’ny famaranana, tamin’ny isa mazava, 2 no ho 0 ny Asot Analamanga. Baolina roa tafiditr’i Christina, teo amin’ny minitra faha-19 sy ny tany amin’ny minitra faha-84.

Azo lazaina fa nandiso fanantenana ny mpomba an’Analamanga ihany ity fifaninanana ity, satria noheverina fa tsy hahasakana ny Asot ny tovovavin’Itasy, saingy tsy izay no nitranga fa nanohitra ary nahavita dingana goavana, ry zareo Itasy.

Nitana ny laharana fahatelo, ny AC Sab-Nam, rehefa nanilika ny Mifa, tamin’ny isa tokana 1 no ho 0. Baolina tokana tafiditr’i Nivo, teo amin’ny minitra faha-69 nilalaovana. Hotanterahina eto Antananarivo indray ny dingana faharoa, ny 25 aogositra ka hatramin’ny 2 septambra, ho avy izao, ka ireo ekipa valo niatrika ny dingana voalohany ihany, no hanao izany. Ny volana oktobra kosa ny dingana fahatelo. Voahosotra ho tompondakan’i Madagasikara, ny ekipa manana isa be indrindra, amin’ireo dingana telo hotanterahina ireo.

Torcelin

News Mada0 partages

Rugby – Olana eo amin’Analamanga sy ny federasiona : «Ny tribonalin’ny sport ihany no manana zo hit...

Nijoro amin’ny maha tomponandraikitra voalohany azy eo amin’ny fitantanana ny fanatanjahantena  ny komity olympika malagasy, ka namoaka ny heviny mikasika ny disadisa  misy eo amin’ny tontolon’ny rugby, ankehitriny.

Nivoaka tamin’ny fahanginany ny Komity olympika malagasy (Kom), manoloana ny olana iainan’ny rugby, amin’izao fotoana izao. Nambaran’Andrianasoloniaiko Siteny, filohany, tamin’ny fihaonany tamin’ny mpanao gazety, ny asabotsy lasa teo, teny Ivandry fa ny tribonalin’ny fanatanjahantena (Tribunal arbitral du sport) irery ihany no afaka mitsara ny olana misy eo amin’ny fanatanjahantena fa tsy ny tribonaly miady amin’ny fanjakana. «Lalàna manerana izao tontolo izao izany ary mifehy ny fanatanjahantena maneran-tany»,  hoy izy.

Na izany aza, nolazainy fa miara-miasa amin’ny fanjakana ny Kom, amin’ity olan’ny rugby ity, ary efa nisy fifampiresahana, teo amin’ny roa tonta.

Nomarihiny fa amin’ny maha filohan’ny komity olympika malagasy azy, ny federasiona aloha no niresahany voalohany. Efa nampiantso an-dRakotomalala Marcel ny tenany, nanadihady io olana io, ka efa nandroso vahaolana. Manome herinandro ny Malagasy rugby i Andrianasoloniaiko Siteny, handravonana  io olana io. Raha tsy milamina izany, handray fepetra henjana ny Komity olympika malagasy.

«Tsy maintsy mijoro ny komity olympika, mamaha ity olan’ny rugby ity, mba tsy hiverenan’ny sazy iraisam-pirenena, toy ny nahazo ny ady totohondry. Fatiantoka ho an’ny atleta izay mitsemboka sy milofo amin’ny fanazarantena mantsy ny tsy fiatrehana fihaonana iraisam-pirenena iray», hoy izy.

Nanao tsipy teny ihany koa ny tenany fa tsy tokony hampidirana politika ny fitantanana fanatanjahantena.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Région Menabe : des heurts entre civils font cinq morts

La tension est montée d’un cran dans la région Menabe, plus précisément dans la commune de Mandabe. De violents affrontements entre civils ont éclaté hier à la suite d’une histoire de vol de zébus.

La situation sécuritaire dans la région Menabe est préoccupante. A la poursuite d’une horde de dahalo qui avait attaqué leur village, des habitants de Mandronarivo ont eu maille à partir avec des membres de la communauté villageoise de Mandabe. L’altercation s’est transformée en une véritable bataille rangée. Le bilan encore provisoire a fait état de 5 morts et 2 blessés.

Le vol en question remonte au 15 juillet. Ce jour-là, un ramassis de bandits de grand chemin a assailli le village de Mandronarivo. Après des échanges de tirs, les malfaiteurs ont réussi à emporter 116 têtes de zébus. Sans attendre, les villageois ont engagé une battue. Une soixantaine d’individus équipés de fusils de chasse et d’armes blanches se sont lancés sur la trace des brigands.

La situation s’est dégradée

«Les traces les ont conduits à Beselirano puis à Soarano, mais aussi curieux que cela puisse paraître, ils ne sont pas entrés dans ce village. Ils sont restés à Beselirano pendant une semaine avant de rejoindre le chef-lieu de la commune de Mandabe. Ils ont réclamé 400 zébus en échange des bœufs volés. Après de longues négociations, il a été convenu que les habitants de Beselirano leur livreront 250 têtes. Entre-temps, les poursuivants ont lancé des tirs en l’air avant de saccager des commerces. Ce qui a provoqué la colère des habitants

de Mandabe», a expliqué une source locale.

La situation s’est dégradée et des heurts ont eu lieu dans la matinée d’hier. Trois morts et deux blessés ont été recensés. Les affrontements se sont poursuivis dans l’après-midi et, toujours d’après la source, deux autres morts ont été signalés.

Interrogé au sujet de cette affaire, le général Anthony Rakotoarison, directeur de la Sécurité et des renseignements auprès du commandement de la gendarmerie, a fait savoir que l’accrochage a eu lieu suite à l’application du «dina», (convention collective). «Des membres de l’Organe mixte de conception, sous la férule du chef de district de Mahabo, se sont dépêchés sur les lieux. Pour l’heure, nous ne disposons que de très peu de détails sur l’affaire», a-t-il fait savoir.

Mparany

 

News Mada0 partages

Kamiao nivadika tany Belavenoky-Taolagnaro : mpandeha efatra maty, dimy hafa naratra mafy

Efa ho lava… Mamono olona hatrany ny lozam-pifamoivoizana. Rehefa tsy taksiborosy, dia kamiao. Tany Taolagnaro, olona efatra matin’ny lozam-piarakodia. Tany Ambatolampy, iray matin’ny taksiborosy…

Nisehoana lozam-pifamoivoizana ihany koa tany Taolagnaro, tany amin’ny lalam-pirenena faha-12, teo amin’ny PK 26, ny zoma tokony ho tamin’ny 11 ora alina. Teo amin’ny toerana antsoina  hoe Belavenoky, kaominina Mahatalaky no nisehoan’ny loza. Kamiao mpitatitra entana ana orinasa iray no nivadibadika ka nahafaty olona efatra, fito hafa kosa naratra ary tsaboina any amin’ny hopitaly Taolagnaro ny dimy amin’ireo. Araka ny fanazavana, vokatry ny fandehanana mafy teo amin’ilay fiara ny nahatonga ny loza. Ny andro efa alina rahateo, ny lalana ratsy ka anisan’ny nampivadika ny fiara izany.

Nidina tany an-toerana ny mpitandro filaminana nanao ny fanadihadiana. Raha ny fanazavana azo, tsy tokony hisy mpandeha maromaro tahaka izao ity kamiao ity. “Nisy ny fandikan-dalàna tao. Fiara fitaterana entana io fa tsy fitondrana olona. Efa misokatra ny fanadihadiana momba ny loza”, hoy ny mpitandro filaminana.

Amin’ny ankapobeny, tsy hita ny fandikan-dalàna ataon’ny mpamily, na ny tompon’ny fiara raha tsy efa miseho ny loza. Izay amin’ny ankapobeny ny zava-mitranga rehefa manao fanadihadiana ny mpitandro filaminana. Ankoatra ny fandikan-dalàna, tsy ara-dalàna ny fiara, misy olana mekanika. Toy izany no nitranga tamin’ilay loza nampivadika Boeing tany Ankazobe ny fiandohan’ny volana teo. Tsy fanarahan-dalàna miteraka olana maro, faty olona sns. Rehefa tsy ho hentitra ny tompon’andraikitra tsirairay amin’ity loza miseho lava ity, hitohy ny faty olona.

 

Efa ho lava…

Taksiborosy nivarina an-kady, olona iray maty

Taksiborosy Mazda iray nivarina an-kady tany Ambatolampy, ny zoma tamin’ny 3 ora sy sasany maraina. Nivadibadika ary nilatsaka tany amin’ny faran’ny tevana ilay fiara io. Vokany olona iray maty, ary 10 mahery naratra. Araka ny fanazavana azo, vokatry ny torimaso ny nahatonga ny loza. “Resin-tory ilay mpamily, ny fiara nandeha mafy ka io nivarina anaty hantsana io”, hoy ny fitantarana. Nisy ihany koa ny fanazavana fa vokatry ny faneren’ny mpandeha ilay mpamily handeha kanefa tsy ampy torimaso ny antony nahatonga ny loza. “Tsy navelan’ny mpandeha hatory ny mpamily kanefa vizana, ary izao tsy nahatanty izao intsony ka tsy nahatana ny familiana”, hoy ny fanazavana.

Araka izany, ireo mpandeha indray no voalaza fa tompon’antoka tamin’ny loza satria nanery ny mpamily handeha ihany na efa tsy manana hery entina miasa aza. Tompon’andraikitra hatrany anefa ny mpamily izay afaka nandà ny hanainga rehefa hitany fa tsy mety izany. Nandray an-tanana ny fanadihadiana ny zandary.

News Mada0 partages

Asa fanaovan-gazety : nodimandry i Andry Ratovo

Misaona ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety ara-panatanjahantena eto Madagasikara. Nodimandry, ny asabotsy lasa teo, ny namana Ratovonjanahary Andriamaharo (Andry Ratovo), tonian-dahatsoratry ny Sobika.com. Nitarika ny fahafatesany ny aretin’ny voa efa nitaiza azy, nandritry ny herintaona.

Marihina fa efa nanaovana tolo-tanana sy fanampiana i Andry Ratovo, saingy tsy nahatana ny ainy izany. Tsiahivina fa sehatra maro no efa niasan’Itompokolahy, teo amin’ny fanaovan-gazety. Nanombohany izany, ny tao amin’ny Ma-TV, ny taona 2000, avy eo izy nisahana ny fanatanjahantena tao amin’ny L’Express de Madagascar ary nanoratra ny politika indray tao amin’ny Tia Tanindrazana, ary ny tao amin’ny Sobika.com ny farany. «Misaotra ny namana rehetra sy ianareo mpanao gazety ary ny olon-tsotra, ny mpitondra fivavahana, indrindra fa ny tomponandraiki-panjakana, tamin’ny fanampiana sy fitondrana am-bavaka, teo amin’ny fitsaboana an’i Andry Ratovo. Andriamanitra manakarem-pahasoavana, hamaly ny soa rehetra nataonareo fa tsy voavalinay dimy mianaka», hoy i Fanja, vady navelan’Itompokolahy. Hoentina any Fianarantsoa, amin’ity alatsinainy ity ny nofo mangatsiakany mialoha ny handevenana azy, ao amin’ny fasan-drazany ao Tambohomandrevo Alakamisy Itenina, Fianarantsoa, ny alarobia ho avy izao. Namela mananontena sy zanaka efatra mirahalahy i Andry Ratovo. Mampahery ny fianakaviany ; izahay eto amin’ny Gazety Taratra.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Ekar Andraikiba : namelabelatra ny fahantrana sy ny vahaolana i Pedro sy i Orlando

 Nitondra famelabelaran-kevitra narahina adihevitra tany amin’ny Ekar Andraikiba Antsirabe ny mompera Pedro sy Robimanana ny faran’ny herinandro teo. Niompana amin’ny olana ara-tsosialy, indrindra fa ny fahantrana sy ny vahaolana amin’izany ny lohahevitra nentin’izy ireo. Anisan’ny nitondran’ny mompera Pedro famalabelarana ny fahantrana lalina iainan’ny vahoaka malagasy amin’izao fotoana izao, toy ny eny Andralanitra. Eo koa ny fahasahiranana sy ny fijalian’ny mponina noho ny tsy fahitan’ny mpitondra vahaolana sosialy.

Etsy andaniny, nitondra famelabelarana eo amin’ny lafiny toekarena sy ny vahaolana manoloana izao fahantrana izao ny mpitarika ny fikambanana Madagasikara vina sy fanantenana, Robimanana Orlando. Nahaliana ny maro izany satria nahafantarana ny tokony ho fitantanana ny firenena, na toekarena na ny vola. Fa eo koa ary anisan’ny olana ny gaboraraka manjaka tanteraka amin’izao fotoana izao.

Nitondra fanomezana ho an’ny sahirana

Namaly ireo fanontaniana nanitikitra avy amin’ireo mpanatrika izy mianaka anisan’ny nitarika ny famelabelarana ary samy nahazo valiny mahafa-po avokoa izy ireo. Manampahaizana manokana sady teknisianina hatrany amin’ny sehatra iraisam-pirenena rahateo ny tenany ary efa tale jeneralin’ny Tahirim-bolam-panjakana sady manana traikefa momba izany.

Anisan’ny nanatrika izany ireo mpitantana isan-tokony eo anivon’ny fiangonana katolika ao Antsirabe. Teo koa ireo avy amin’ny fiarahamonim-pirenena sy ny mpanao politika any amin’iny faritra iny ary ireo olon-tsotra.

Tsiahivina fa nanolotra fanomezana ho an’ireo sahirana sy ny teo anivon’ny hopitaly any an-toerana Robimanana Orlando.

Synèse R. 

News Mada0 partages

Chronique : mode de réconciliation

Alors que le thème de la réconciliation est de nouveau à l’ordre du jour, d’irréductibles béotiens se demandent encore ce que recouvre ce mot sérieux, grave et solennel.

A l’évidence, les réconciliateurs sont persuadés du bien fondé de leur démarche, c’est tout à leur honneur. Pour autant, ils gagneraient à revoir leur stratégie de communication pour convaincre les béotiens et les profanes, c’est-à-dire tous ceux qui ne font pas partie du cercle des réconciliateurs, que notre Risorgimento passe nécessairement par la réconciliation nationale.

En attendant qu’ils trouvent les justes mots pour le dire, il n’est pas inutile de rappeler qu’il existe d’autres voies qui mènent à un avenir radieux, et qu’il serait dommage de restreindre le champ de nos solutions à cette seule initiative placée sous l’égide du très fantasmé Fihavanana.

Même si nous aimons immodérément l’art de la table rase et que nous restons figés à l’an Deux de chaque révolution, fouiller le passé serait une novatrice source d’inspiration pour oser franchir le cap fatidique de l’an Trois.

Il n’y a pas si longtemps, les affectations étaient organisées de façon à faire découvrir aux fonctionnaires et à leurs familles que la nation malgache s’étend bien au-delà du tanindrazana, au sens étroit du terme. Les actes de naissance de nos parents et de nos grands-parents racontent une histoire «nationale» réduite aujourd’hui à des querelles de quartier. Naître à Ambovombe n’estampillait pas le nouveau-né comme antandroy ; cela signifiait que sa mère, antandroy ou non, avait accouché à Ambovombe. Depuis quelques années, le souci du détail frise le ridicule : on ne naît plus vulgairement à Antananarivo mais à Befelatanana ou même à Sainte Fleur.

On peut donc se réconcilier à huis clos, entre personnes de qualité. On peut aussi donner la possibilité aux Malgaches de vivre, travailler, prospérer et s’épanouir partout dans leur pays, pour que, même en tant que mpiavy, ils se sentent partout chez eux.

Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le départ de M. Garbit (3)

(Suite et fin.)

Les nombreux télégrammes adressés soit au président de la République, soit au ministre des Colonies, pour demander le maintien à Madagascar de M. Garbit, sont un éclatant témoignage des sympathies que ce haut fonctionnaire avait provoquées durant son gouvernement et des éminents services qu’il a rendus. Ces télégrammes émanaient de M. Bourdariat, au nom du conseil d’administration et de la plupart des groupements commerciaux et agricoles de la colonie, des colons de Nossi-Bé, d’Antsirabe, de Morondava, de Vatomandry, de Fort-Dauphin, de Majunga, de Fianarantsoa, etc.

Voici enfin le texte de la proclamation adressée par M. Garbit à la population de Madagascar à la veille de son départ :

« Au moment de quitter la colonie, je tiens à remercier de nouveau les colons et corps constitués de Madagascar de la collaboration si empressée et du concours si dévoué que j’ai toujours trouvés auprès d’eux. Ils peuvent être assurés que je n’oublierai ni leur dévouement à la chose publique, ni leurs marques si fréquentes de sympathie qui m’ont profondément touché. Je suivrai toujours leurs efforts avec le plus affectueux intérêt et tout mon dévouement leur reste acquis. Je remercie aussi les fonctionnaires de tous services et de tous rangs qui ont rivalisé de zèle pour assurer la marche des services publics malgré les nombreux vides causés par la mobilisation. À tous, j’adresse mes vœux de prospérité et de bonheur.

« Je félicite enfin les indigènes de leur loyalisme et de leur dévouement à la mère patrie. Qu’ils travaillent tous avec ardeur, ce qui est le meilleur moyen pour ceux qui restent de concourir à la victoire. La France ne les oubliera pas. »

Bergé

Nous relevons avec plaisir dans le dernier mouvement judiciaire colonial la nomination de M. Bergé, ancien juge-président à Majunga, comme procureur de la République à Tananarive, en remplacement de M. Magnon, nommé substitut du procureur général de Madagascar.

Nous félicitons vivement notre ami de cet avancement mérité.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy misy tompon’ny vahoaka

Sao misy mihevitra aza any ho any fa tompon’ny vahoaka ? Ny vahoaka no loharanon’ny fahefana izay apetrany hitantana ny raharaha sy hiahy ny fiarahamonina ho tony anaty filaminana. Tsy afa-po angamba ny besinimaro eo anoloan’ny zava-misy. Na inona na inona lafiny andinihana izany, sarotra no hihevitra fa handeha moramora ny safidiny mikasika ny fanankinana ny adidy amin’ilay itsy na amin’

ilay hafa iry. Tsy ferana amin’izany ny vahoaka rehefa tonga ny fifidianana. Tsapa anefa fa mihatofoka hatrany ny olona noho ny tsy fahitana fiovana na iza na iza no tafakatra voafidin’ny maro an’isa. Izay iray tonga toa voavidin’ny fitiavan-tena. Tsy maika hifidy intsony ny olona. Ry zalahy mpilatsaka no maimay amin’izany. Sarotra ny manainga ny mponina hanefa ny fandatsahany vato izay voalaza hoe adidy. Maro no mihevitra fa tsy mamokatra na miantefa firy amin’ny fiainany izany. Toy izany koa ny fahalainan’ny ankabetsahan’ny olona amin’ity fahenoana eny an-dalambe ny tsy fankatelemana ny fitondrana na ny fomba fitondrany. Fomba fiady angamba ny fandrahonana amin’ny filazana fikasana hitarika vahoaka hidina eny amin’ny arabe. Mety ho nofinofy ihany izany. Vitsy ny vonona hanaraka hetsika toy izany.

Manodidina ny faha folon’ny volana aogositra moa dia mitamberina ao an-tsaina ny loza niseho 26 taona lasa izay. Tsy nisy hetsika natao ho fahatsiarovana iny tranga iny anefa. Tsara ihany na izany aza ny fiverenan’ny dinika mikasika izany. Andaniny mba hisorohana ny loza toy ireny tsy hiverina, fa eo ankilany koa ny fahafahana mamakafaka araky ny fitazanana azy aty aoriana ny tombony mety ho notoazana vokatry ny hetsika toy izay natao na tamin’ny 1972 na 1991 na 2002 na 2009. Iza no natavy ? Asa. Samy mahafantatra any am-pony any ! Hany tazan’ny rehetra  dia tsy nanamaivana ny fahasahiranan’ny mponina ny fandavantenany nandray anjara tamin’izany. Raha tena dinihina aza dia nandentika ny firenena tao anaty sarotra izay ela ny fiharenana avy amin’izany.

Noho ny fahafantaran’ny fitondrana fa leon’ny tranga toy ireny ve ny mponina dia tsy hampiraika azy ny fahatahorana ny mety fiverenan’ny toy izany. Diso izay fiheverana izay. Tsy mpitarika no afaka hisarika ny olona fa rehefa tsy mety ny tantana ka alohalika ny rano, pitik’afo kely dia ampy hampitroatra ny vahoaka.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : Ruelles VIP, le rêve de la route nylon

Dans nos villes, les routes principales, boulevards et autres avenues sont à peu près épargnés par les trous. Dès qu’il faut s‘aventurer dans les rues secondaires, les pneus et les amortisseurs sont mis à rude contribution. Ne parlons pas des ruelles en terre, en cailloux ou en sable, sujet sensible pour les amortisseurs et nos colonnes vertébrales. Sauf pour ceux qui ont le privilège d’habiter sur le chemin qui mène à la demeure d’un personnage important. Sur quelques centaines de mètres, on peut glisser comme sur une route nylon… Le rêve ! Si vous êtes tenté, prenez soin d’habiter avant la maison du personnage important. Dix mètres après, c’est le dur retour à la réalité des amortisseurs épuisés.

 

News Mada0 partages

Nifandona ny mpitandro filaminana sy ny jiolahy : zandary iray indray no maty tany Ankazoabo Atsimo

 Vokatry ny fifandonana tamin’ny jiolahy, zandary iray no lavo, ary iray hafa sy miaramila koa naratra. Taorian’ny famaliana ny antso vonjy azon’izy ireo tamin’olona nokasaina andian-jiolahy hotafihana tao an-tanànan’Ankazoabo atsimo, ny 11 aogositra teo, tokony ho tamin’ny 9 ora alina, izany.

 Nisy ny fepetra noraisin’ny mpitandro filaminana miaraka (zandarimariam-pirenena, tafika malagasy ary polisim-pirenena) tao Ankazoabo atsimo, ny andron’ny 11 aogositra teo, ka nanagiazana ireo basy tsy ara-dalàna rehetra izay entin’ireo olona mivezivezy tao an-tanàna sy ny manodidina.

Nitohy tamin’ny fisafoana amin’ny andro alina izany ka tao anatin’ny fanatanterahana izany indrindra no nandrenesan’ireo andiany nanao fisafoana antso fa misy andian-jiolahy mikasa hanafika ny tranon’olona iray ao an-tsena.

Nandeha namonjy tany amin’ny  toerana voatondro izy ireo. Rehefa nandalo teo amin’ny tobin’ny FLM izy ireo, nisy nitifitra basim-borona avy any anaty kirihitr’ala teo akaiky teo. Voa tamin’izany ny efatra tamin’ireo mpitandro filaminana ireo. Nisy ny famaliana tifitra ka vaky nandositra tao anaty haizina ireo jiolahy ireo ary nandositra toa izany koa ireo sasany izay saika hanafika tranon’olona ka tsy tanteraka ny asa ratsiny.

Namoy ny aina noho ny famonjena olona noho izany ny GP1C Soja Manjakasoa, naratra kosa ny zandary iray sy ny tafika roa hafa, ka nalefa teny amin’ny hopitaly ary efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy avy ary efa tsy misy atahorana ny ainy.

“Marihana fa tsy ny tanànan’Ankazoabo akory, araka ny feo miely no nisy nanafika, fa asan-jiolahy toy ny miseho rehetra ihany no saika niseho saingy voasakan’ny mpitandro filaminana”, hoy ny fanazavana. Notohizana hatrany noho izany ny fandraisan’andraikitra efa noraisin’izy ireo any an-toerana, ny fanamafisana ny fisafoana andro aman’alina sy ny fanagiazana ny basy rehetra mivezivezy izay tsy ara-dalàna. “Efa misy ny « renforts » tonga any hanehoana ny fahavononana hatrany amin’ny fiarovana ny olona sy ny fananany satria ny zava-dehibe ny fiarovana ny olona”, hoy ny fanamafisana. Mitohy ny fikarohana ireo jiolahy. « Ny fianakaviam-ben’ny zandarimariam-pirenena dia mirary fiononana feno ho an’ny fianakavian-dratompokolahy, ary mirary fahasitranana haingana ho an’ireo maratra », hoy ny zandary.

Yves S.

News Mada0 partages

Taolagnaro : notolorana fanampiana ny voafonja

Nitondra fanampiana ho an’ny vahoakan’i Taolagnaro ny fitondram-panjakana ny faran’ny herinandro lasa teo. Nitarika ny delegasiona ny minisitry ny indostria, Nourdine Chabani niaraka amin’ny ekipa misahana ny asa sosialin’ny fiadidiana ny Repoblika. Nitondra kahie amin’ny baoritra maromaro, penina, vary 2t, loko 120 kg ary vola izy ireo.

Nizarana ny fanampiana ny toeram-pamonjana, ny hopitaly, ny mponina ao Ambinanibe, ny mpamboly ary ny toby FLM sy ny fikambanan-dehilahy ao amin’ny fiangonana.

News Mada0 partages

Nisy fampitaovana avy amin’ny UNFPA : hahazo tranoben’ny tanora i Fianarantsoa

60%-n’ny Malagasy tanora avokoa, tokony ho tomponandraikitry ny fampandrosoana izy ireo amin’izao fotoana izao. Noentanina ny manam-pahefana isan-tsokajiny hanao tantsoroka ho azy ireny tany Fianarantsoa.   

Notanterahina tany Fianarantsoa ao amin’ny kianja mitafon’Ambatomena ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny tanora ny faran’ny herinandro lasa teo. Efa nosantarina ny 10 aogositra lasa teo ny hetsika tany an-toerana ary lohahevitra iompanany ny “Tanora mpanorina fandriampahalemana maharitra”. Nandritra ny lanonana ny fametrahana ny vato fehizoron’ny tranon’ny tanora sy ny fanatanjahantena. Eo koa ny fandraisana ny fitaovana avy amin’ny Tahirin’ny Firenena mikambana momba ny mponina (UNFPA) ho an’ny tranoben’ny tanora ao an-toerana. Mitentina 46 tapitrisa Ar ny fampitaovana informatika natolotry ny UNFPA tamin’ny alalan’ny solontenany miasa eto Madagasikara, Serge Bounda.

Nandritra ny hetsika ny fijoroana vavolombelonon’ny tanora masoivoho izay mendrika tamin’ny fianarana ary lasa ho fitaratry ny namany amin’ny lafiny rehetra.

Notolorana taratasy fankasitrahana koa ny tanora nahavita fiofanana. 700 ny tanora avy amin’ny faritra 22 nandray anjara tamin’ny hetsika samihafa. Niavaka ny dinika niarahan’izy ireo momba ny fandriampahalemana lohahevitry ny fanamarihana tao Fianarantsoa.

Mpanatanteraka ny fitandroana ny fandriampahalemana ny tanora ao anatin’ny fampandrosoana maharitra”, hoy ny minisitry ny Tanora sy ny fanatanjahantena, Andriamosarisoa Anicet. Nanotrona ny hetsika tany an-toerana ny praiminisitra.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Faran’ny herinandro an-tsary

Toy ny tamin’ireo adin-kiragasy roa voalohany, tsy nifampitsitsy ny tariky ry Rafarahasimanga Georgine, andaniny, sy Ramaroson Soanierana B, ankilany, omaly, tetsy Ambohijatovo. Ao anatin’ny « Hiragasy makotrokotroka » hatrany izany.

Nifamotoana, teny amin’ny Craam eny Ankatso, ny asabotsy teo, ireo mpanakanto ao anatin’ny vondrona Basy Gasy. Io, rahateo, ny anaran’ny hetsika, izay efa fanao ary enti-manome lanja ny kanto aty an-tanàn-dehibe.

Namarana ny Labdihy, ny asabotsy teo, teny amin’ny Is’Art galerie eny Ampasanimalo, ny velakevitra nataon’i Roberto Torres, narahin’ny fampisehoan’ny kaompania Lovatiana sy Rary.Landy R., Fanou, Mamiherison.

 

News Mada0 partages

Tennis : la logique a été respectée

Le championnat national vétérans ainsi que les U12, U14, U16 et U18 ont pris fin, hier, sur les courts de l’Acsa à Ambohidahy, au grand bonheur de Miary Zo Rakotondramboa (U18 garçons), Johnny Rovanantenaina (U12 garçons), Mialy Ranaivo (U14 filles) et Toky Ranaivo (U16 garçons). Miary Zo a décroché son troisième titre, dans cette catégorie, aux dépens de Vahia Rabarijaona. La tâche n’a pas été aisée car il a fallu un 3e set pour départager les deux jeunes finalistes.

Au final, Miary Zo a remporté la bataille sur le score serré de 2/6 ; 6/2 ; 6/3. Quant à Johnny, il a disposé de Mahefa Anthony Rakotomalala en 6/1 ; 6/1. Quant aux Ranaivo, elles ont, encore une fois, prouvé qu’elles restent les reines du bal durant le duel au sommet. Mialy a pris le dessus sur Narindra en deux sets (7/5 ; 6/2). Chez les U16 garçons, Toky a battu Lanja Rakotozandriny par 1/6 ; 6/3 ; 6/2. Notons que Miary Zo, Johnny et l’expatrié Ugo disputeront le championnat d’Afrique par équipe, au Maroc, du 10 au 16 septembre. En attendant, le championnat national toutes catégories se poursuit, ce jour, à l’Acsa.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Basket-U14 : Razzia de MB2All

MB2All brille de mille feux lors du championnat de Madagascar U14, de basket-ball, qui s’est tenu à Tsiroanomandidy. Cette équipe a gagné haut la main les deux titres nationaux, garçons et filles.

L’avenir s’annonce serein pour MB2All (Analamanga) ! Les jeunes du club ont dominé de la tête et des épaules la joute nationale U14 qui vient de s’achever, hier, dans la capitale du Bongolava. Ses U14 garçons et filles sont les nouveaux champions et championnes de Madagascar 2017.

Lors de la finale, dans la catégorie féminine, qui a débuté dans la journée d’hier, les protégées de Ndrato Tagg Rakotonanahary sont les premières à annoncer la couleur en remportant facilement la finale face à ASBM (Vatovavy Fitovinany). Un match à sens unique où l’équipe d’Analamanga a fait montre de sa supériorité. 50-37, un score qui reflète bien la physionomie du match.

Un élan positif s’est emparé de l’équipe. En effet, chez les U14 garçons, face à une équipe de l’Ascut (Atsinanana), dans une forme étincelante, MB2All n’a pas tremblé. Sur la trace de leurs sœurs, les garçons ont assuré l’essentiel, en disposant de l’équipe du Grand port sur le score de 70-56.

La machine tourne à plein régime du côté de MB2All. Les performances se succèdent à un rythme effréné.

Les vétérans ont deux champions

En simultané avec la joute nationale U14, les vétérans (hommes et dames) étaient également sur le terrain pour leur premier championnat national à Tsiroanomandidy. Premier titre attribué à l’AS Emma (Haute Matsiatra), dans la catégorie féminine, après sa victoire sur JCBA (Analamanga) en finale, hier, (51-36).

Chez les vétérans hommes, SBBC (Boeny), a pris la mesure de Viga (Vakinankaratra) dans une finale accrochée. L’équipe de la ville des Fleurs ne s’est imposée que sur la marque serrée de 58-50.

Naisa

Résultats des finales U14

Fille :

MB2All (Analamanga)-ASBM (Vatovavy fitovinany): 50-37

3e place fille :

Asa (Analamanga)-Mega Informatique (Atsinanana) : 48-37

Garçon :

MB2All (Analamanga)-Ascut (Atsinanana) : 70-56

3e place garçon :

BCSM (Analamanga)-ESF Riven’s (Analanjirofo) :

44-67

Résultats des finales vétérans :

Dame :

AS Emma (Haute Matsiatra)-JCBA (Analamanga) : 51-36

Homme :

SBBC (Boeny)-Viga (Vakinankaratra) : 58-55

 

News Mada0 partages

Volley-Analamanga : Cosfa retrouve la GNVB en finale

Les demi-finales du championnat d’Analamanga ont rendu, hier, leur verdict au gymnase de Mahamasina, en volley-ball.

En tête d’affiche de la 1ère division masculine, le duel, qui a opposé l’équipe de Cosfa à celle de VBCD, a tenu toutes ses promesses. Dans une ambiance ludique et sportive, les militaires ont trouvé la ressource pour venir à bout des protégés de Tony Andriambao au tie-break (3 sets à 2).

La finale s’annonce bouillante dans cette catégorie après que l’équipe de la gendarmerie de volley-ball (GNVB) ait également obtenu son ticket suite à son succès probant devant AS Voara dans la deuxième demi-finale.

Une retrouvaille insoupçonnée, au début du championnat, mais tant désirée par les férus depuis le détachement de la gendarmerie du Cosfa.

En première division féminine, les demi-finales ont également tenu en haleine le public. Digne d’une finale, le mano à mano, entre VBCD et Bi’As, a tourné à l’avantage du premier. Mais il a fallu passer par un tie-break pour voir VBCD triompher face aux Championnes d’Analamanga en titre.

La qualification des jeunes mamans du JMVB a aussi surpris plus d’un. Elles ont grillé la politesse aux expérimentées volleyeuses de l’AMVB sur le score, sans appel, de 3 sets à zéro.

Autant chez les hommes que chez les femmes, les demi-finalistes représentent la ligue d’Analamanga au prochain championnat national qui se tiendra à Toamasina.

Naisa

Résultats des demi-finales

1ère division masculine :

GNVB-AS Voara : 3-0

Cosfa-VBCD: 3-2

1ère division feminine :

VBCD-Bi’As: 3-2

JMVB-AMVB: 3-0

2e division masculine :

JSA-VBC Jack : 3-0

TSVB-VBCD : 3-1

News Mada0 partages

Quatuor Squad : un vibrant hommage à Chester

C’est dans une atmosphère joyeuse et passionnante que le public de l’Hôtel de ville Analakely a baigné, samedi dernier, à l’occasion du «Cover in live» de Quatuor squad qui a rendu un vibrant hommage au regretté Chester Bennington.

 Formé de quatre jeunes hommes mélomanes, cet ensemble à cordes enchaîne les concerts de promotion. Dans ce contexte, après celui du CGM et de la maison Jean-Laborde à Andohalo,  le public de l’Hôtel de ville a pu apprécier le talent incroyable de ces musiciens. Dans «Cover in live» le quatuor a laissé libre cours à leurs instruments à cordes frottées s’exprimer à leur place.

Avec un répertoire étendu, la bande à Hervais interprète avec aisance  «Libertango» d’Astor Piazzolla, «Apokalipsy» d’Apost, «Tia tokoa» de Marion ou encore «Tambazako» d’Eric Manana. Le quatuor a également fait sensation avec «Viva la vida» de Coldplay, «Efiko parsi» de Rak Roots et «Sorry» de Justin Bieber. D’autres artistes ont également été mis à l’honneur. On citera Bob Marley avec «Redemption song», Michael Jackson avec «Billie Jean», mais surtout le groupe Linkin Park avec le titre à

succès «Numb»,  dont  est issu Chester Bennington, retrouvé mort, le 20 juillet dernier, à son domicile de Los Angeles.

C’est un envoûtant concert que Quatuor squad a livré ce samedi. Du nu metal au reggae, en passant par le rnb, le roots et la musique du monde, aucun genre musical ne lui résiste. «Au-delà de la musique classique, le violon peut s’adapter parfaitement à tous les genres musicaux», argumente Ravo Raboanarison.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

RN 12 : quatre morts dans un accident

La série noire se poursuit. Un accident de la route d’une rare violence, faisant quatre morts et sept blessés, s’est produit vendredi dernier sur la RN 12, au PK 26, à hauteur de Belavenoky, Taolagnaro.

L’accident s’est déclaré peu avant minuit. Suite très probablement à un excès de vitesse, le camion de livraison d’une société s’est couché sur son flanc gauche. La mauvaise visibilité et l’état délabré de la route ont également été pointés du doigt comme étant à l’origine du drame.

L’enquête sommaire a permis d’établir qu’une infraction au code de la route a été constatée sachant que le camion n’est pas censé transporter des passagers. L’ampleur du choc a été telle que quatre des occupants dont deux enfants ont péri. Sept autres passagers ont été blessés.

Mparany

News Mada0 partages

Malnutrition dans le sud : le programme d’urgence a sauvé 1 700 enfants

Le programme d’urgence pour venir en aide nutritionnelle aux enfants des régions Androy, Anosy et Atsimo Andrefana touche à sa fin. Plus de 1 700 enfants en situation de malnutrition aiguë sévère et modérée ont été les bénéficiaires de ce programme dans ces trois régions, particulièrement au niveau de sept districts, dont Toliara II, Ambovombe, Tsihombe, Betioky et Amboasary, de source auprès de l’Office national de nutrition (ONN). Dans ces districts, 12% des enfants de moins de cinq ans ont souffert de malnutrition aiguë sévère avec des pics de 30% dans certaines communes en 2015. Une situation due à l’impact d’El Nino qui a fortement perturbé la campagne agricole en cette période, aboutissant à une forte difficulté alimentaire.

Ce programme de l’Unité de programme national de nutrition  communautaire (UPNNC) est placé sous la coordination de l’ONN. Il a été financé à hauteur d’un million de dollars par la Banque africaine de développement (Bad) et l’Unicef. Plus de 480 agents communautaires ont été mobilisés pour évaluer régulièrement le statut nutritionnel des bénéficiaires. En sus des bonnes pratiques sanitaires et d’hygiène, ils ont aussi prodigué des conseils sur la nutrition des enfants. Des supplémentations nutritionnelles, à l’instar des «Pumply Doz» et «Pumply sup», ont été distribuées dans le programme. Des produits qui ont une haute teneur en vitamines et minéraux ainsi qu’en valeur nutritive. Ils sont fabriqués à base d’arachides, de sucre, d’huile végétale, de protéines de soja et autres.

Sera R

 

News Mada0 partages

Mandritsara : succès de la foire «Ankolagny»

Clôture officielle de la foire régionale «Ankolagny», hier, au stade municipal de Mandritsara, dans la région Sofia. Des opportunités d’affaires ont été offertes aux producteurs durant les trois jours de la manifestation, selon les organisateurs qui ont apporté quelques innovations lors de cette édition.

Les stands présentant la filière vanille dans la région Sofia ont constitué le clou de cette manifestation économico-commerciale dont la 5e édition a été organisée dans la ville de Mandritsara du 11 au 13 août dernier. Les producteurs, bénéficiant de l’appui du projet Prosperer, dans les 29 communes du district de Mandritsara, ont exposé à travers 200 stands spécialisés afin d’évaluer leurs performances, selon le coordonateur régional du projet, Redek Rafaralahy qui a rappelé les implications du projet Prosperer dans la promotion de la production agricole du début de la chaîne à la recherche de débouchés.

Valoriser l’économie agricole.

Faciliter l’écoulement des produits devient une priorité pour la région afin de maintenir la dynamique de production des paysans qui butent face à des problèmes de débouchés. L’objectif du projet est d’améliorer les prestations économiques du monde rural à travers des encadrements techniques et financiers allant jusqu’à la commercialisation des produits. Par ailleurs, cette foire périodique permet, à la région Sofia, d’attirer les investisseurs sur son potentiel agricole exceptionnel, caractérisé par la diversité des cultures possibles. Ainsi, les exposants, souhaitant diversifier leurs cultures, appellent les collecteurs à s’y approvisionner. Pour ce faire, les autorités doivent remédier à l’insécurité qui y prévaut et, dans la foulée, procéder au désenclavement de la région qui, en outre, est dotée d’un potentiel économique non négligeable.

Manou

 

News Mada0 partages

Sport scolaire 2017 : Dren Analamanga soutenue par l’Unescoa

Des élèves de la Direction régionale de l’éducation nationale (Dren) Analamanga participeront aux championnats nationaux du sport scolaire organisés par le ministère de l’Education nationale (Men). Un championnat qui se tiendra du 18 au 28 août dans la ville de Mahajanga, la capitale de la région Boeny. Au cours de cet événement, la délégation d’Analamanga est soutenue par la Commission nationale malgache pour l’Unesco. D’après son Secrétaire général, Soarinaivo Fanjamboahangy Ratsimisetra, non moins coch de l’éducation de la région Analamanga, « Le sport est important pour le développement  individuel, autant sur le plan physique qu’intellectuel. Des valeurs qui coïncident avec la vision de l’Unesco. C’est pourquoi nous avons tenu à apporter notre soutien à ces jeunes sportifs ». A part la Commission nationale malgache pour l’Unesco, le vice-président du Sénat, Mananjara Randriambololona, le sénateur Lalao Berthin Randriamihaingo, le chef de  région, Tiarainiaina Ndrantonomena Rakotonanahary, et plusieurs entreprises figurent parmi les sponsors d’Analamanga.

La délégation d’Analamanga sera composée de 16 encadreurs/officiels techniques et 68 sportifs. Ils défendront l’honneur de la région ainsi que leurs établissements d’origine. Cela à travers plusieurs disciplines, entre autres, le foot, le basket, le hand-ball, le volley-ball, le rugby et l’athlétisme.

Sera R

 

Tia Tanindranaza0 partages

POLITIKA

Tena ilaina amin’ny fampandrosoana ny ho avin’i Madagasikara ny fanisam-bahoaka, hoy ny tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny sampanasan’ny Firenena mikambana misahana ny mponina.

 Dingana misy ankehitriny ny kisarin-tany misy ny mponina. Manaraka avy eo ny fanentanana eo anivon’ny distrika sy prefektiora.

Fanapahan-kevitra goavana noraisina taorian’ny fifanakalozana narahina ady hevitra notontosain’ny Dinika ho Fanavotam-Pirenena teny amin’ny Panorama Andrainarivo ny fidinana an-dalambe. Nivoaka tamin’izany ny datin’ny 22 aogositra 2017, araka ny resaka mandeha.

FIALAN-TSASATRA

Toerana tena mahasarika ireo mpiala sasatra avy eto Antananarivo i Mahajanga sy i Toamasina. Tsy mahasakana ireto farany ihany koa ny fiakaran’ny saran-dalana. Manodidina ny 25.000 ariary hatramin’ny 40.000 ariary ny mampitohy an’Antananarivo sy Mahajanga. 20.000 ariary hatramin’ny 30.000 ariary kosa ny zotra Antananarivo sy Toamasina.

TOEKARENA

Anisan’ny ambany indrindra manerantany ny tahan’ny fampidiran-ketra eto Madagasikara raha oharina amin’ny harikarena anatiny faobe. 9,9% izany ny taona 2014 raha nanodidina ny 10,6% teo anelanelan’ny taona 2005 hatramin’ny taona 2012.

3,5%n’ny harikarena anatiny faobe ny fampiasambola eto Madagasikara ny taona 2015. Niakatra 5,2% ny taona 2016. Eritreretina ho 7% io salan’isa io amin’ity taona 2017 ity ary hahatratra 9,7% ny taona 2020.

Ambony kokoa ny tahan’ny fahantrana eny amin’ny tontolo ambanivohitra mivelona amin’ny fambolena sy fiompiana eto Madagasikara. Manatombo avo roa heny amin’ny salan’isa an-tanàn-dehibe ny tahan’izany ka misongadina manokana ny tapany atsimo atsinanan’ny nosy.

 FANATANJAHANTENA

Ny ekipan’ny Asbm (V7V) sy ny ekipan’ny Mb2All (Analamanga) no nihaona teo amin’ny lalao famarananan’ny ho tompondaka nasionalin’ny taranja basikety sokajy U 14 F ny alahady 13 aogositra tany Tsiroanomandidy. Ny Ascy (A/nanana) sy Mb2All Analamanga) teo amin’ny sokajy U 14 G. Ny As Emma (H/M) sy ny Jcba (Analamanga) teo amin’ny Vet D ary ny Viga (H/M) sy ny Sbbc (Boeny) teo amin’ny Vet H.

Ilay teratany Frantsay  ny alahady 13 aogositra teo no nibata ny medaly volamena teo amin’ny 50 km marche tany amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tanin’ny atletisma notontosaina tany Londres. Vitany tao anatin’ny fe-potoana 3h33’12 io halaviran-dalanan’ny fifaninanana io. Marihana fa izy ihany no mitana ny zava-bita tsara indrindra eran-tany 3h32’33 nanomboka tamin’ny  15 aogositra 2014 teo tany Zürich.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

CRM PARAMEDHanatsara ny sehatry ny fanofana paramedikaly

Vonona hanatsara ny sehatry ny fanofanana paramedikaly eto amintsika ny CMR Paramed na ny drafitra fanofanana paramedikaly tarihin’ny filoha nasionaliny Razanadrakoto Roland Albert.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AndoharanofotsyHametrahana pôlisy kaominaly amin’izay

Miroso hatrany amin’ny fampandrosoana ny faritra iadidiany amin’izao fotoana izao ny kaominina Andoharanofotsy, tarihin’ny Ben’ny tanàna Ranirison Hasina.

Taorian’ny fandaminana rehetra natao dia fantatra fa hapetraka eo anivon’ity kaominina ity amin’izay ny pôlisy kaominaly taorian’ny  fangatahana fankatoavana avy  tamin’ny filan-kevitra kaominaly. Raha araka ny fanazavan’ity Ben’ny tanàna ity dia nanaraka  tsara ny lalàna  rehetra tokony hatao amin’ny fametrahana izany pôlisy kaominaly izany ny kaominina. Ohatra noraisiny ny hoe : tsy ny kaominina no nandray sy nifantina ireo olona ireo fa ny tompon’andraikitra misahana izany. Ny FIP eny Antanimora ihany koa no manome fiofanana azy ireo hotronin’ireo zandarimaria sy pôlisy ao amin’ity kaominina iray ity. Ny 24 Aogositra ho avy izao izy ireo no havoaka amim-pomba ôfisialy, hotronin’ireo tompon’andraikitra maro isan-tsokajiny. Tsiahivina moa fa anisan’ny asa miandry ny pôlisy kaominaly ny fitandroana ny fandriampahalemana sy ny fandaminana ny faritra hiasany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Asa fanaovan-gazetyNodimandry i Andry Ratovo

Nindaosin’ny fahafatesana ny sabotsy maraina teo tamin’ny 2 ora, rehefa nolazoin’ny aretin’ny voa nandritra ny 12 volana ny namana mpanao gazety Andriamaro Ratovonjanahary,

 

 fantatry ny maro amin’ny anarana Andry Ratovo. Ny alakamisy lasa teo izy, raha ny fanazavan-dRamatoa Fanja vady navelany no tsy nahatsiaro tena tampoka  ka nampidirina haingana teny amin’ny hopitaly Befelatanana. Noho ny fahataran’ny dialyse tokony ho natao taminy no nitarika ny fahafatesany. Notsiahiviny fa dialyse in-droa isan-kerinandro no tsy maintsy natao taminy fony fahavelony. Handaniana 5 hetsy isaky ny mandeha raha kely indrindra nefa efa tena tsy nahita nosarangotina intsony ny fianakaviana. Afa-po tamin’ny ezaka nataon’ny fianakaviana sy ireo tonga nanolo-tanana nidodododo nanampy azy ireo ara-bola, indrindra ireo nitrotro am-bavaka azy mianakavy kely andro aman’alina izy ireo. Tsiahivina fa efa mpanao gazety teto anivon’ny gazety an-tsoratra Tia tanindrazana ary tao amin’ny l’Express de Madagascar ihany koa ny namana Andry Ratovo ary tonian-dahatsoratra tao amin’ny  sobika.com izy izao nandao ny tany izao. Nialoha izay dia mpanao gazety tao amin’ny fahitalavitra MaTV izy ary anisan’ny nirona bebe kokoa tany amin’ny fanatanjahantena. Izy no mpanentana ny fandaharana Mahery tao amin’io fahitalavitra  io. Namela kamboty efatra mirahalahy Itompokolahy. Anio alatsinainy 14 aogositra no hiala ao an-tokantranony etsy Ambohitrarahaba ny razana. Hatao veloma farany ao amin’ny fiangonana FLM Androhibe, mialoha ny hametrahana ny nofo mangatsiakany any amin’ny fasan-drazany any Fianarantsoa ny alarobia ho avy izao. Efa namita ny adidiny namangy sy nankahery ny fianakavian’Itompokolahy teny Ambohitrahaba ny minisitry ny serasera Harry Laurent Rahajason sy ireo mpiara-miasa aminy. Izahay eto amin’ny gazety Tia Tanindrazana dia mirary fiononana feno ho an’ny fianakaviany.

Tia Tanindrazana

 

Tia Tanindranaza0 partages

Alain RamarosonHampiakatra fitsarana ambony

Tsy afa-po tamin’ny didim-pitsarana nivoaka ny 8 aogositra teo, izay manameloka azy higadra 30 volana sy mandoa onitra 200 tapitrisa noho ny raharahan-tany teny Ambohimangakely nifanolanany tamin’ny fianakaviana i Alain Ramaroson.

Noho izany dia anio 14 aogositra ny tenany no hampiakatra fitsarana ambony raha ny loharanom-baovao iray. Fantatra ihany koa fa efa nanao izany izy tamin’ny raharaha ady tany teny Andoharanofotsy, izay efa nanamelohan’ny fitsarana azy 1 taona an-tranomazina miampy onitra 950 tapitrisa ariary, ary andrasana ihany koa izay ho fanapahan-kevitry ny fitsarana manoloana izany. Raha ny fanehoan-kevitra maro amin’izao fotoana  izao, indrindra fa avy amin’ireo mpanao politika namany, dia antsojay politika no antony handetehana ity lehiben’ny Antoko Masters ity. Na izany na tsy izany, dia tsy takona nafenina ihany koa ny resaka fananganam-pahavalo maro nataony teo amin’ny sehatry ny politika, ka mety ho efa maro no niandry kendry tohana azy. Ny tena mahagaga ihany koa, dia ny fahanginan’ireo niara-nitakosona taminy, indrindra fa tamin’ireny andron’ny tetezamita ireny. Toa zary fanaon’ireo niara-nanongam-panjakana tamin’izany fotoana ity tsy miaraka amin’ny resy ity, kanefa mba niara-dia sy nanao izay danin’ny kibo ihany hatramin’izay. Naman’ny olon-dresy tokoa i Alain Ramaroson noho ny fanenjehana mahazo azy, ka zary adino sy tsy misy mpiraharaha.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Andro iraisam-pirenena ho an’ny tanoraTontosa tao Fianarantsoa

Notanterahina tao amin’ny renivohitra Fianarantsoa ny 10 hatramin’ny 12 aogositra 2017 ny andro iarasam-pirenena ho an’ny tanora, ka lohahevitra nosafidiana tamin’izany ny hoe

 « Tanora manorina fandriampahalemana maharitra ». 700 mianadahy ireo tanora nisolotena ny Faritra 22, izay tonga nanatrika azy io tany an-toerana. Tonga nanokatra tamin’ny fomba ofisialy ny lanonana ny tany amin’ny Gymnase Couvert Ambatomena Fianarantsoa ny praiminisitra lehiben’ny governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier ny sabotsy 12 aogositra 2017. Nambaran’ny praiminisitra fa manana anjara toerana eto amin’ny firenena ny tanora ary antoky ny fampandrosoana. Aoka ho tanora mpanorina fa tsy tanora mandray anjara na hampandraisana anjara amin’ny fanapotehana an’i Madagasikara. Tokony ho fianarana ianareo tanora. Mahaiza mifandefitra sy mifankatia”, hoy izy. Efa manana ny politikam-pirenena ho an’ny tanora ny fitondram-panjakana. Efa vita ireo drafitra entina manatanteraka ny politikam-pirenena. Ezahina hotanterahina ao anatin’ny 5 taona ny dingana voalohany dia ny fohy ezaka sy ny antonony ezaka. Nandritra ny lanonana dia nisy ny fanaovan-tsoniam-piaraha-miasa teo amin’ny minisiteran’ny Atitany sy ny Fitsinjarampahefana, izay notarihan’ny praiminisitra sady minisitry ny Atitany sy ny fitsinjarampahefana sy ny minisiteran’ny tanora ary ny UNFPA, amin’ny  fiaraha-miasa hametrahana tetikasa ho an’ny tanora eto Madagasikara. Nisy ihany koa ny fametrahana vatofehizoro amin’ny hananganana ny tranon’ny tanora na ny “maison des jeunes”. Marihina fa any amin’ny renivohitr’i Toliara no hotanterahina ny Andro Iraisam-pirenena ho an’ny Tanora ny amin’ny taona 2018.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampihavanana ara-drazanaHotanterahina ao Nosy varika

Ny sabotsy 19 aogositra izao ao Nosy Varika no hanatanterahana ny antsoina hoe fampihavanana ara-drazana.

Araka ny fampitam-baovao dia miisa 8000 ireo fanasana efa naparitaka mikasika azy ity ary hisy vahiny miisa 26 ao anatiny. Ao anatin’ireo nasaina moa, raha ny fanazavana, ireo tompon’andraiki-panjakana. Andriana, Sojabe, Tangalamena, Hazomanga sy izay rehetra mety ho olobe mpitana ny fomban-drazana no hitarika izany. Nanafatra ireo olobe namany kosa ny fikambanan’ireo Tangalamena mba tsy hanaiky ho ataon’ny mpanao politika fitaovana intsony amin’izao akatoky ny fifidianana izao. Raha misy kandida ho filoham-pirenena mangata-tso-drano aminareo, hoy ny solontenan’izy ireo dia rano anaty dobo omena azy.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Jeunes Leaders Malagasy Misy ny lonilony politika hatramin’ny taona 2014

Efa misandrahaka manerana ny nosy ny JLM (Jeunes Leaders Malagasy) ahitana mpikambana tanora latsaky ny 45 taona izay manome lanja betsaka ny fanadihadiana politika eto amin’ny firenena.

 

Misy ny lonilony politika eto Madagasikara hatramin’ny taona 2014 nandraisan’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina ny fahefana, hoy ity fikambanana ity. Anton’izany ny tsy fanajana ny Lalàmpanorenana tandrametraka tamin’ny taona 2010. Teo ny fanendrena ny praiminisitra tsy mifanaraka amin’ny andininy faha-54. Tsy mbola mijoro hatreto ireo andrimpanjakana fanalahidy toy ny Fitsarana Avo (HCJ) manana fahefana mitsara ireo olom-panjakana mpandika lalàna. Efa mitondra mankany amin’ny tsy filaminana avokoa anefa ny tondro rehetra ankehitriny, hoy ny mpikambana mpiara-mitantana Rado Ratobisaona. Dingana fampihenana ny savorovoro fotsiny ihany rahateo ny fifidianana. Ho kely kokoa moa ny fahapotehana ara-toekarena raha miseho mialohan’ny fifidianana izany. Azo hanaporofoana ireo ny vidin’ireo korontana nolalovan’ny fiaraha-monina Malagasy hatramin’izao tahaka ny fahaverezana asa, fiainana mitotongana na koa ireo fotodrafitrasa sy orinasa potika, araka ny fahitan’ny JLM azy.

Ramano F.

Sary Fampihaingoana : Rado Ratobisaona, mpikambana mpiara-mitantana ny JLM

 

Ino Vaovao0 partages

ELYSÉE RATSIRAKA : “Mifanaraka amin’ny fitiavan-tanindrazana ny fampandrosoana”

Ny zoma lasa teo dia ireo mpikambana  ao amin’ny antoko “Appel” tao Brickaville no notsidihiny. Anisany niompanan’ny dinika tamin’izany ny mahakasika ny raharaham-pirenena. Navoitrany fa mifanaraka amin’ny fitiavan-tanindrazana ny fampandrosoana ny Firenena.  “Tsy misy ny fampandrosoana raha tsy misy ny fitiavan-tanindrazana. 

Fitiavan-tanindrazana miainga any amin’ny mpitondra hatrany amin’ny vahoaka. Raha manao zavatra ianao eo amin’ny fiainana andavandro dia mila atao mifanaraka amin’ny fitiavan-tanindrzana izany”, hoy ny ny voalazany. Ankoatra izay dia nilaza mazava ny tenany fa mbola mijanona ao anatin’ny vondrona Mapar ny antoko Apel ary vonona ny handray anjara amin’izay fifidianana rehetra misy eto amin’ny firenena, ary vonona indrindra indrindra amin’ny fanohanana ireo kandida atolotry ny vondrona Mapar tahaka ireny efa natao nandritra ny fifidianana solombavambahoaka ireny.

Tamin’ny fivahinianany tao Brickaville dia nahazo tso-drano manokana tamin’ireo tangalamena tao an-tanàna ny tenany. Aorian’ity farany dia hanohy ny fitetezam-paritra sy hihaona ao amin’ireo sampan’ny antoko Apel ao anatin’ireo Distrika hafa mandrafitra ny Faritra Atsinanana ny filohan’ny antoko Elysée Ratsiraka.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FETIN’NY TIM : Tafahaona tamin’ny mpomba azy teny amin’ny sekoly David Jones Ravalomanana

Ny alarobia 9 aogositra, dia efa nisy ny naoty navoakan’ny prefektioran’i Toamasina fa tsy azo atao ny famoriam-bahoaka manana endrika politika manerana ny tanànan’i Toamasina ny andron’ny sabotsy 12 aogositra io. 

Ny angom-baovao no nahalalana fa baiko midina avy tamin’ny Praiministra io naoty navoakan’ny Prefen’i Toamasina io. Ny 12 aogositra izay daty voatondro hanamarihana ny faha-15 taonan’ny antoko Tim. Tao amin’ny Magro Tanambao V no nokasaina hanaovana izany.

Na teo aza io naoty navoakan’ny Prefe io, dia nigadona teny amin’ny faritra manamorona ny kianja Magro ihany ireo mpomba an-dRavalomanana Marc. Tsy afaka niditra ny kianja kosa noho io toerana efa voahodidin’ny mpitandro filaminana maro miatrana amin’ny basy. Naharitra ora telo teo ho eo no nijanonan’ny mpomba ny filoha teo aloha teny amin’ny manodidina Magro. Teny amin’ny sisin-dalana manamorona ny Geg Ratsimilaho sisa no niarahaban-dRavalomanana an’ireo mpomba azy. Taorian’izay kosa, dia nihazo ny sekoly Fjkm David Jones eny Anjoma izy sy ny mpomba azy. 

Nihaodihaody manodidina teny hatrany ireo mpitandro filaminana. Tao amin’io sekoly io no nitafa mivantana tamin’ireo mpomba azy ny filoha teo aloha. Nambarany nandritra izany fa«  mahafehy ny olony izy ka tsy hisy korontana velively  ». Niantso ny fianakaviambe iraisam- pirenena ihany koa ny tenany mba handray fepetra manoloana ny tsy fisian’ny demokrasia eto Mada- gasikara izao. Taorian’io fihaonana nataony tamin’ny mpiara-dia taminy tao amin’ny sekoly David Jones, dia nihazo avy hatrany ny seranam-piaramanidina Ambalamanasy ny tenany niverina namonjy fodiana any Antananarivo. 

Marihina fa tsy  nisy fifandonana teo amin’ny mpomba an-dRavalomanana sy ny mpitandro filaminana tao Toamasina nandritra ny sabotsy 12 aogositra io.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

DISADISA : Nanaovan’ny Fitsarana sy tompon’andraiki-panjakana fahirano ny Jly Serge Gele

Ity farany izay voatendry ho Kaomandin’ny vondron-tobim-paritry ny Zandarimariam-pirenena Analanjirofo. Ny Jeneraly Serge Gele lehiben’ny fari-piadidian’ny kaomandin’ny Zandarimariam-pirenena Toamasina no nitarika ny lanonana.

Nahatsikaritra ireo rehetra tonga niatrika fa tsy nahitana tompon’andraiki-panjakana firy ny lanonana. Tsy nahitana solontenan’ny Fitsarana. Tsy tonga niatrika ihany koa ny Prefen’i Fenoarivo-Atsinanana sy ny Lehiben’ny Faritra Analanjirofo. Ny angom-baovao anefa no nahalalana fa nahazo fanasana avokoa izy rehetra. Fihetsika izay maneho fa ataon’ny Fitsarana sy tompon’andraiki-panjakana any amin’ny Faritra fahirano ny Jly Serge Gele. Fahirano izay mbola tohin’ny raharaha misy eo amin’ity Jeneraly ity sy ny Fitsarana ary ireo tompon’andraiki-panjakana. Ny Jeneraly Serge Gele izay namaky ady tamin’ny Fitsarana volana vitsy lasa tamin’ny filazana fa «  tsy handray baiko avy amin’ny fitsarana intsony  ».

Raharaha izay niteraka fifamaliana an-gazety teo aminy sy ny lehiben’ny Fampanoavana Toamasina. Tsy nijanona eo aminy sy ny fitsarana ihany ny disadisa ankehitriny fa nitohy amin’ireo tompon’andraiki-panjakana maro any amin’ny faritra. Ny angom-baovao ihany koa mantsy no nahalalana fa misy ny tsindry sy fitsabahana andraikitra ataon’ny Jeneraly Serge Gele amin’ireo tompon’andraiki-panjakana any amin’ny faritra toy ny hita tamin’ny raharaha lavanila farany teo.

Kamy

Madagate0 partages

Nosy Malagasy. Taratasy misokatra ho an’ny Filoha Rajaonarimampianina

Antananarivo, faha 14 aogositra 2017

Ho an’Andriamatoa Hery RAJAONARIMAMPIANINA

Filoham-pirenena Malagasy

Lapam-panjakana Iavoloha

ANTONY: FITAKIANA IREO NOSY MALAGASY SY NY FANOMEZAN’NY FITONDRAM-PANJAKANA FRANTSAY TAMBINY HO AN’NY FIANAKAVIAN’IREO MPANJONO MALAGASY NIHARAM-BOINA

Andriamatoa Filoham-pirenena,

Afaka iray volana katroka ny Fivoriamben’ny Firenena Mikambana any New York ka raisinay voninahitra no mandefa ity taratasy ity aminao nohon’ny antony voalaza etsy ambony.

Araka ny efa fantatrao dia nisy ny « Symposium national pour la restitution des Iles Malagasy » (Iles Eparses) tamin’ny 23 jolay 2016 tao amin’ny Lapan’ny Tanànan’Antananarivo Renivohitra izay nandraisan’ny solontenan’ny olom-boafidy, ny Antoko politika sy ny fiaraha-monim-pirenena, ny mpitondra fivahanana, ireo Ray aman-dreny ara-drazana, ny avara-pianarana, ny tanora,ny vehivavy avy amin’ny faritra 22 eto Madagasikara.

Raha fintinina ny fehin-kevitra tapaky ny mpizaika izay tsy nisy nitsipaka dia ny famerenan’ny fitondram-panjakana frantsaytsy misy hatak’andro ireo nosy malagasy (Iles Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India),tsy ekena ny fiaraha-mitantana (cogestion) ireo nosy malagasy ireo, ny fanomezan’ny fitondram-panjakana frantsay tambiny ho an’ny fianakavian’ireo mpanjono malagasy nodimandry tany an-dranomasina nohon’ny fehitsiky ny tafika an-dranomasina frantsay tamin’ny 29 mas 2014 sy ny toe-draharaha hafa taty aoriana.

Miangavy anao izahay, Andriamatoa Filoham-pirenena, hitondra izany hetahetam-bahoaka izanymanoloana ny Fivoriamben’ny Firenena Mikambana amin’ny volana septambra 2017 mandritra ny fandraisanao fitenenana mba ho fiarovana ny fiandrianam-pirenena Malagasy.

Maneho fisaorana anao mialoha izahay amin’ny fiaraha-miasa.

Marihina fa vonona handray anjara feno amin’ny fivoriana momban’ny famerenana ireo nosy malagasyizay hataon’ny firenena roa tonta ny ANM ary maneho fisaorana sy mankaheryan-dRamatoa Dr RANDRIANARISOA Ylénia Léonide – Sekreteram-panjakana miandraikitrany ranomasina izay nijery ifotony ireo mpanjono nentim-paharazana, manao ny ezaka rehetra amin’ny famerenana ireo nosy malagasy miaraka amin’ireo « Fikambanana mitaky ireo nosy malagasy » amin’ny alalan’ny adi-hevitra eo amin’ny firenena roa tonta ao anatin’ilay vaomiera « iles éparses » eo anivon’io Sekretariam-panjakana io. Miray feo sy miara-mientana ny vahoaka malagasy amin’ny fialana amin’ny fanjanahan-tany ara-politika satria nalan’ny fitondram-panjakana frantsay tamintsika an-kolaka sady tsy mifanaraka amin’ny Lalàna iraisam-pirenena sy ny Fehin-kevitry ny Firenena Mikambana 1514 (XV) tamin’ny 14 desambra 1960 momban’ny fanomezana ny fahaleovantenan’ny tany voazanaka ireo nosy malagasy ireo tamin’ny alalan’ny fampiharany samy irery ny didim-panjakana n°60-555 du 01 aprily 1960, izany hoe 80 andro talohan’ny fanambarana ny fahaleovantenan’i Madagasikara ny 26 jona 1960.

Raiso, Andriamatoa Filoham-pirenena, ny haja ambony indrindra atolotray anao.

Arlette RAMAROSON

Filohan’ny ANM

Mpitsara Iraisam-pirenena teo aloha

Nandefasana kopia mitovy:

Ramatoa Sekreteram-panjakana miandraikitra ny ranomasina

L'express de Madagascar0 partages

Ankazoabo – Les forces mixtes tombées dans un piège

Suite à un appel de détresse, des éléments de la gendarmerie et de l’armée ont couru sur les lieux de l’attaque. Tombés dans un guet-apens, ils ont été arrosés de balles.

Guet-apens meurtrier en pleine ville d’Ankazoabo. Tombés dans une embuscade tendue par des bandits armés, quatre éléments des forces de l’ordre ont été arrosés de balles. Le gendarme principal de première classe Manjakasoa Soja a péri dans  la fusillade. Ayant eu plus de chance, trois de ses compagnons d’infortune, dont un de ses frères d’armes au sein de la gendarmerie nationale ainsi que deux militaires de l’armée malgache ont survécu. Arrosés de projecti­les, ces trois rescapés sont sur leur lit d’hôpital.Ces scènes de film sont survenues dans la nuit de vendredi à samedi vers 21 heures, lors d’une patrouille  mixte. Face à des ahurissantes détentions illégales d’armes à feu par des civils, les forces mixtes, dont la gendarmerie, la police ainsi que l’armée, ont mené une opération conjointe dans la journée de vendredi. Des fusils de chasse ont été, de ce fait, saisis et la rafle s’est poursuivie la nuit.Pendant que les éléments mixtes sillonnaient les environs, un appel de détresse leur était parvenu. Informés qu’un gang armé s’apprêtait à sévir chez un commerçant sur la place du marché, ils se sont rués en courant, c’est alors que des bandits armés tapis dans les broussailles les ont accueillis dans une salve de coups de feu.

Traque renforcéeLes tireurs embusqués ont ouvert le feu sur les gendarmes et militaires venus à la rescousse pendant que ces derniers empruntaient une voie de desserte passant devant l’Église Luthérienne d’Ankazoabo (FLM).Bien que pris par surprise, dans une pénombre totale, les forces de l’ordre ont riposté à coups de Kalachnikov. Repoussés, les assaillants, dont le nombre n’est pas déterminé ont battu en retraite.Des échanges de coups de feu ont secoué les environs pendant une quinzaine de minutes. Pendant cet accrochage, la bande qui rôdait aux abords du marché pour diriger une attaque à main armée contre un commerçant, s’est elle aussi repliée.Malgré ce drame qui s’est abattu sur les forces de l’ordre, la traque des détenteurs illicites d’armes à feu ainsi que les patrouilles de nuit se  poursuivent selon un communiqué du commandement de la gendarmerie nationale. Du renfort a été, de surcroît, dépêché sur place pour intensifier l’opération ainsi que la recherche des bandits qui ont frappé.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Direction générale du Trésor – Andriamanga aux commandes

À peine nommé, le nouveau directeur général du Trésor a pris les rennes. Durant la passation, il a insisté sur la continuité du travail et son amélioration.

La passation ne s’est pas fait attendre. Au surlendemain du limogeage de Pierre-Jean Feno, le processus de passation s’est fait très rapidement. L’ancien directeur général du Trésor auprès du ministère des Finances et du budget a passé les rênes vendredi matin à son successeur Herivelo Andriamanga, payeur général d’Anta­nanarivo depuis 2011, avant sa nomination le 9 août en tant que directeur général du Trésor. Ce dernier a alors promis de « continuer les actions initiées pour une meilleure performance et efficacité du système au sein du Trésor public ».Herivelo Andriamanga a confirmé sa volonté de faire mieux en déclarant « nous allons travailler dans la continuité. Et bien sûr, si des améliorations sont à apporter, nous n’hésiterons pas à le faire ». Les agents de la Paierie générale d’Antana­narivo sont venus féliciter ce sortant de l’École Nationale du Trésor de Noisiel, en France. Le nouveau DG, un inspecteur du Trésor a déjà fréquenté l’Agence comptable centrale du Trésor et de la dette publique en tant que Chef de division, puis Fondé de pouvoir entre 2003 et 2008.  Il a également travaillé au service de la gestion des aides bilatérales, et a déjà été Receveur général d’Anta­nanarivo.

RéformesHerivelo Andriamanga est connu pour avoir mené des réformes auprès de la Paierie générale d’Anta­nanarivo, en améliorant la qualité de service auprès des retraités et des fonctionnaires. Il continuera alors la modernisation et la dématérialisation des opérations du Trésor public. Des actions menées par son prédécesseur Pierre-Jean Feno. L’inau­guration des Perceptions principales de Beroroha et  d’Ikongo, et celle de la Trésorerie Générale de Morondava l’attendent très prochainement. Enfin, le nouveau directeur aura à continuer la gestion des relations humaines afin de renforcer la cohésion des agents du Trésor Public, qui s’est fait sentir durant l’ère Pierre-Jean Feno, du 11 mars 2015 au 9 août 2017.On attend bien sûr, d’une personnalité pareille, une gestion équitable et transparente en tant qu’organisme public chargé de collecter, au nom de l’État, l’impôt sur le revenu et les contraventions des contribuables et contrevenants, ainsi qu’une mission de comptabilitépour toutes les personnes publiques.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Rejet de sursis à exécution – Le collège « La lumière internationale» fermé

Pas de miracle pour le collège La Lumière internationale qui devra fermer ses portes. Les responsables parlent d’une décision politique et diplomatique. 

La messe est dite. Le Con­seil d’État a rejeté la deman­de de sursis à exécution de la décision de fermeture du collège La lumière internationale. Un verdict qui scelle le sort de l’établissement.La défense du collège La lumière internationale devant le Conseil d’État, n’a pas convaincu les juges de lui épargner la fermeture. À l’issue d’une audience singulièrement longue, mercre­di, la Cour administrative, a rejeté la demande de sursis à exécution de décision de fermeture de l’établissement scolaire, par le ministère de l’Éducation nationale.La décision ministérielle de fermer cet établissement scolaire, dirigé par des ressortissants turcs, aurait été notifiée aux intéressés, en février. À l’issue d’une réunion entre, notamment, les parents d’élèves et le département de l’Éducation nationale, les parties se seraient accordées sur le fait que la fermeture n’interviendrait qu’« à l’issue des examens officiels, pour que les élèves puissent y prendre part sereinement ».Entre-temps, l’établissement scolaire a donc, engagé une requête pour sursis à exécution et en annulation de l’acte. En attendant l’étu­de du fond du dossier par le Conseil d’État qui devrait l’amener à se prononcer sur l’annulation ou pas de la décision ministérielle, le rejet du sursis à exécution impose ipso facto au collège La lumière internationale de fermer ses portes.Durant l’audience, mercredi, deux motifs principaux ont été les points d’ancrage de la plaidoirie de la Direction des législations et des contentieux (DLC), pour défendre la position de l’État. À entendre les débats, le ministère aurait motivé sa décision par des non-respects de la loi constatés. Un dossier présenté à l’audience indique que l’établissement aurait été discrètement cédé, sans que le ministère en ait été avisé.

Risques terroristesLa situation instable et irrégulière à cause de faux visas, de membres du personnel enseignant a, également, été soulevé. Treize membres de nationalité Turque du corps enseignant du collège, ont échappé de peu à l’expulsion, en mars. Ils auraient été en possession de faux papiers de séjour. Si l’on s’en tient aux échanges de mercredi, la présence clandestine, de ces enseignants, aurait conforté l’autre raison de la décision ministérielle de fermer l’établissement.La sécurité, serait l’autre raison de la fermeture de La lumière internationale. Il a été dit durant l’audience que l’école aurait des liens avec un réseau terroriste. Que ses activités présenteraient des risques d’implantation terroriste et pourraient servir de couverture. Des arguments qui cadrent avec ceux de Recep Tayyip Erdogan, président turc.En visite officielle, à Madagascar, le 24 et 25 janvier, il avait fustigé son rival politique Fethullah Gülen et le réseau d’écoles de sa fondation, dont le collège La lumière internationale. En croisade contre celui qu’il considère comme son principal adversaire politique, le président Erdogan, durant son road-show africain, en janvier, avait insisté sur le fait que la fondation Gülen couvre un réseau terroriste afin de convaincre ses hôtes de fermer les établissements affiliés.La proximité temporelle des tourmentes du collège La lumière internationale et de son corps enseignant avec la croisade du chef d’État Turc, avec dans son sillage des promesses de plusieurs millions de dollars d’accord, laisse sceptique. Plaidant en faveur du sursis à exécution, le parquet a mis en doute l’argument basé sur l’appartenance de l’école à un réseau terroriste. Il a, notamment, posé la question selon laquelle, la décision ministérielle aurait plutôt des motivations politiques et diplomatiques.Les échanges durant l’audience indiquent que dans le motif de la décision se base, effectivement, sur les informations communiquées par les autorités turques, l’État aurait réagi dans un souci de prévention des risques. Ce qui a, aussi, permis de révéler les irrégularités. Les raisons d’ordre public, l’insuf­fisance des moyens d’annulation et les préjudices réparables en argent, ont, visiblement, amené le Conseil d’État à rejeter la demande de sursis à exécution. Reste à voir son verdict sur la requête en annulation.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Paix et jeunesse – Une insertion socioéconomique en cours

L’abandon de l’école, le mariage précoce, le chômage sont les principaux facteurs causant le laxisme qui se solde par l’insécurité tant urbaine que rurale. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Jean Anicet Andria­mosarisoa a touché mot, samedi sur la prise de conscience et de responsabilité qu’on attend des « jeunes artisans de la paix » aux fins du développement du pays. Environ sept cent jeunes représentants des vingt-deux régions ont pris part à la célébration de la JIJ au gymnase couvert  d’Amba­tomena Fianarantsoa qui a duré trois jours. Les jeunes représentent les 62% de la population qui peuvent être un facteur déterminant pour un progrès effectif.Le premier ministre Mahafaly Olivier Solonan­drasana a tenu à préciser que chacun des jeunes a sa part de brique dans la consolidation de la paix. « Plusieurs jeunes sont en butte aux différents problèmes dont le chômage. Ce qui pourrait être l’origine de l’insécurité », a-t-il élucidé dans son allocation. Le représentant de groupe de jeunes qui a ainsi pris la parole a démontré qu’il n’y aura point de développement sans paix dans laquelle chaque individu est impliqué.Le gouvernement, l’UNFPA, par le biais de son représentant résidant à Madagascar Serge Bounda et le ministère de la Jeunesse et des Sports, ont signé une convention de collaboration dans le cadre de cette JIJ. Quarante-six millions d’ariary ont été octroyés par les Nations Unies pour la construction d’une deuxième maison des jeunes à Ambatomena Fianarantsoa, ainsi que sa dotation de matériels.

Hajatiana Léonard  

L'express de Madagascar0 partages

Taolagnaro – Grave accident faisant quatre morts

Un accident sur la route nationale 12A, reliant Taolagnaro et Vangaindrano, a fait 4 morts et 7 blessés. C’était à Belavenoky, commune Mahatalaky, à 26 km de Taolagnaro que l’accident s’est produit, dans la nuit du vendredi dernier vers 23 heures. Le camion, surchargé de 5 tonnes de ciments, cinq sacs de riz et des sacs de patates douces ainsi que des cageots de bière, s’est renversé avec ses quinze passagers à bord. Parmi ces victimes, deux enfants de 14 et 5 ans ont trouvé la mort. Par contre, le chauffeur s’en est sorti indemne.Les blessés ont été évacués au Centre Hospitalier de Taolagnaro pour des soins intensifs. Le camion appartient à la société Egecom qui est chargée de la réhabilitation de cette route nationale.

L'express de Madagascar0 partages

Talatamaty – Trois fumeurs  de drogue pris avec un fusil

Coincés. Trois individus tous âgés d’une quarantaine d’années ont été appréhendés par la gendarmerie, vendredi en début de soirée. Le trio était en train  de fumer du chanvre indien lorsque  des éléments de patrouille montants les ont interpellés.En fouillant les environs, les gendarmes ont dans la foulée découvert un fusil de chasse de marque Baikal que le trio avait dissimulé dans un buisson. La thèse selon laquelle les suspects s’apprêtaient à commettre un acte de banditisme et qu’ils ont pris de la drogue avant de sévir, est privilégiée par les enquêteurs. Le numéro de série du fusil de chasse pris en leur possession a été d’ailleurs limé. L’arme n’a pas de surcroît le moindre papier.Vendredi aux alentours de 18h 30, le trio rôdait aux abords d’une banque pour ensuite se terrer dans les broussailles d’un terrain vague, lorsque leur comportement a mis la puce àl’oreille des riverains. Inquiets, ces derniers ont alerté la gendarmerie qui a, à son tour, envoyé sur les lieux l’équipe de patrouille de nuit. Cernés, les trois individus, pris sur le fait, se sont rendus sans opposer de résistance.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Littérature – Kiady Laure Ramonjy cherche un éditeur

La miss Taolagnaro 2014, Kiady Laure Ramonjy, est aussi une femme de lettres. Elle envisage de faire un livre de son recueil de poème en ligne « Personne n’ose plus rêver ». 

L’œuvre de Kiady Laure  Ramonjy «Personne n’ose plus rêver» interpelle plus d’un sur le net. La jeune malgache de vingt-sept ans décrypte le fonctionnement de notre monde dans ses poèmes  soulignant que le mode du fast-food et du prêt-à-consommer laisse peu de place à la découverte des choses profondes. Personne n’ose plus rêver et se laisse emporter par ses émotions. Personne n’ose plus rêver d’amour. Cupidon n’est plus d’actualité. Mais pourquoi ne pas continuer à y croire même si des fois, on atteint la rubrique « rupture » ?Son recueil de poèmes de quarante-cinq pages se résume par rêver, croire et oser. Kiady Laure Ramonjy a pu l’éditer sur le site d’Amazon, disponible en .com, .fr et .in. Actuellement, elle est encore en train de chercher une bonne maison d’édition en France pour qu’elle puisse en faire un livre. La poétesse se trouve au centre d’une négociation avec la librairie Mixte de Madagascar pour leur proposer une éventuelle édition.Diplômée de l’université de Toliara en littérature française, ainsi que de l’université Paul Valéry Montpellier 3 en Français langue étrangère ou FLE, Kiady Laure Ramonjy est une auteure précoce qui écrit ses premiers vers à 13 ans.

Talents multiplesSon talent est vite reconnu et certains de ses poèmes ont été primés par le comité d’organisation des concours sur la francophonie de Madagascar et de l’océan Indien en 2011 et 2012. Un de ses poèmes a reçu le troisième prix, catégorie « étudiants étrangers », au concours de  poésie de langue française « poésie en liberté 2014 ». En 2017, deux de ses poèmes ont reçu le prix du poème le plus romantique lors du festival de poésie organisé à Ahmedabad dans l’État du Gujarat en Inde.Actuellement professeur de FLE à l’école internationale TGES, Wadi School à Rajkot, en Inde, elle  prépare aussi une licence en psychologie à  distance à l’université de Rennes 2. Elle n’en oublie pas sa passion pour autant car Kiady Laure Ramonjy écrit toujours des poèmes lors de ses temps libres.En plus de l’écriture, Kiady Laure  Ramonjy a plusieurs centres d’intérêt, à noter qu’elle a représenté la région d’Anôsy pour miss Madagascar 2014. Ce concours de beauté était un défi qu’elle a voulu relever, et au cours duquel elle a été parmi le top 5, lors de la grande finale. Membre de l’association cinématographique T-Movie depuis 2012, Kiady Laure Ramonjy continue toujours de suivre leurs actualités sur facebook pour ne rien rater depuis l’Inde. C’est aussi une femme très sportive. Elle pratique le basketball depuis la classe de sixième jusqu’à maintenant. Kiady Laure  Ramonjy intègre actuellement l’équipe de SNK school à Rajkot en Inde au niveau régional, car elle ne peut dépasser ce stage faute de nationalité indienne. Décidemment, Kiady Laure  Ramonjy a une tête bien faite et bien pleine, en plus de plusieurs cordes à son arc.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Trass Tsiadana – Rija Ramanantoanina  et Nanie en duo de charme

Des retrouvailles chaleureuses. C’est tous les deux portés par les douces mélodies du blues, du slow, ainsi qu’un bon zeste de jazz qui subliment leurs compositions respectives et communes que Nanie et Rija Ramanantoanina se sont retrouvés dans la soirée du vendredi. Rendez-vous était ainsi donné au Trass Tsiadana par Nanie qui profitait de son passage au pays pour partager un excellent moment de détente, mais avant tout de communion musicale avec son fidèle camarade Rija Ramanantoanina. Il n’est pas surprenant qu’avec une affiche d’une telle classe et d’une telle élégance, les lieux étaient bien remplis. Les noctambules retardataires qui souhaitaient se laisser bercer par les douces voix de ce duo ont dû patienter au bar, voire même à l’entrée pour manque de table dans ce lounge bar réputé.Rija Ramanantoanina débute la soirée, accompagné par de talentueux musiciens tous majoritairement issus de la scène jazz nationale. Il enchaîne tout d’abord avec quelques interprétations inédites de sa part. « Un hommage à mes pairs, à ces auteurs et compositeurs de génie qui m’auront longtemps inspiré », confie-t-il. Vient ensuite Nanie avec qui il partage entre autre en duo sa chanson « Hay ve ka nisy » que toute la salle reprend en chœur. Nanie qui fidèle à elle-même ravit l’auditoire de ses plus grands tubes. Un moment voluptueux et mélodieux qui aura fait rêvé les noctambules présents à Tsiadana.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnat de Madagascar – Mialy bat Narindra en finale des U14

La finale attendue entre Mialy et Narindra, a bien eu lieu, hier à l’ACSA, conclue sur une victoire de Mialy. On notera également les revanches de Miary Zo sur Vahia et de Miotisoa sur Maholy. 

Àune époque, plusieurs finales consécutives de Grand Chelem ont opposé les sœurs Williams, Serena et Venus. À Madagascar, on a eu une finale du même genre, entre les sœurs Ranaivo, hier sur le court numéro 1 de l’ACSA à Ambohidahy, en cham­pionnat de Madagascar, dans la catégorie U14 filles. D’un côté, Mialy, et de l’autre Narindra, toutes deux pensionnaires du centre de Kenya. Une finale attendue qui a tourné en faveur de Mialy (7/5 6/2).Dès l’entame du match, elle a réussi à breaker Narindra, coupable de deux fautes directes dans le premier jeu. Cependant, cette dernière a réussi à débreaker dans la foulée. Et elle a même mené par 1/3. Distancée mais afin de recoller, Mialy a pris la mise en jeu de son adversaire à deux reprises par la suite, grâce à quelques retours gagnants bien placés. Les deux sœurs se sont alors retrouvées à égalité (4/4), avant que Mialy ne prenne un avantage décisif pour remporter le premier set (7/5). Dans la deuxième manche, elle a poursuivi sur cette lancée, pour se retrouver rapidement devant à 4/1 puis 5/2. Le match était plié et elle a conclu sur son service, sur sa première balle de match, grâce à un ultime coup droit gagnant (6/2).Juste à côté, sur le court numéro 2, Toky Ranaivo a disputé la finale en U16 garçons face à Lanja Rakotozandriny. L’expatrié qui évolue au centre du Maroc, a été bousculé d’entrée par son vis-à-vis, très agressif et très entreprenant, notamment avec son puissant coup droit. Et c’est en toute logique que Lanja a enlevé le premier set (1/6).

RevancheDos au mur, Toky se devait de réagir. Et il l’a fait, le temps de régler la mire et de se reprendre. Résultat, il a renversé la vapeur dans la deuxième manche (6/3) et assurer dans la troisième (6/2), pour décrocher le titre. Il aura l’occasion de réaliser le doublé, puisqu’il est encore en lice en demi-finales des U14 (ndlr : les matches de cette catégorie ont été décalés en ce début de semaine, comme ceux des vétérans 2e série hommes). En parlant de doublé, Johnny Rovanantenaina, lui, l’a fait. Champion régional en U12 garçons, il a glané le titre national face à Mahefa Anthony Rakotomalala (6/1, 6/1).La journée d’hier a également été marquée par les revanches de Miary Zo Rakotondramboa et de Miotisoa Rasendra. Le premier s’était incliné devant Vahia Rabarijaona en U18 garçons, en championnat d’Analamanga. Hier, il a vaincu ce dernier en finale de la même catégorie (6/2, 2/6, 6/2). Il s’agit de sa troisième couronne nationale consécutive.Quant à Miotisoa, elle avait été battue à deux reprises par Maholy Razakaniaina, en championnat d’Anala­manga. Hier, elle a disposé de cette dernière en finale des U14 filles (6/7, 6/3, 7/5).  On notera également le sacre de Finaritra Andriamadison, en U16, face à Manuella Robinson (6/3, 6/1) et de Sariaka Radilofe, en U18, face à Miora Andrianatoandro (6/2, 6/0). La compétition s’arrête là pour Sariaka, championne d’Analamanga en première série. Elle ne disputera pas le championnat de Madagascar, puisqu’elle s’envolera pour l’Europe  le championnat de France.

Les champions

U12 garçons : Johnny RovanantenainaU12 filles : Miotisoa RasendraU14 filles : Mialy RanaivoU16 garçons : Toky RanaivoU16 filles : Finaritra AndriamadisonU18 garçons : Miary Zo RakotondramboaU18 filles : Sariaka RadilofeVétérans 1e série hommes : Harivony AndrianafetraVétérans 1e et 2e série confondues dames : Lily Charline RavololoniainaVétérans 3e série hommes : Alain SamsoudineVétérans 3e série dames : Vonitsoa RamanantsehenoVétérans 4e série hommes : Nihary AndrianirinaVétérans 4e série dames : Liana RajaobelinaVétérans +55 ans hommes : Bernard Rakotoson

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Rentrée scolaire – Les prêts bancaires de plus en plus envisagés

La réinscription et les nouvelles inscriptions commencent. Les frais augmentent et le nombre d’enfants à souscrire et celui des fournitures alourdissent les dépenses des parents. Face au pouvoir d’achat qui s’affaiblit, ces derniers ne trouvent pas de solution miracle pour combler ce qui leur manque. Ils se précipitent vers les banques afin d’obtenir des prêts. Or, l’emprunt couvre non seulement la rentrée scolaire mais sert aussi de fonds pour un quelconque projet. « Il n’y a aucune issue car le salaire mensuel ne nous suffit pas. Un prêt bancaire s’avère une bonne alternative pour soutenir tous les projets. Un bon départ nécessite aussi un fonds convenable », expose Haritiana Ravaloson, assistante de direction. Cette mère de trois enfants en âge scolaire poursuit qu’elle n’est pas la seule à choisir cette option puisque son mari s’embarque également dans l’aventure.Les gestionnaires de compte expliquent que le prêt scolaire permet aux parents de bénéficier jusqu’à trois mois de salaire qu’ils remboursent sur un échelon de dix mois. Malgré l’offre, des clients pensent qu’ils sont toujours tributaires de la banque.

Farah Raharijaona

Midi Madagasikara0 partages

Football / CHAN 2018 : Angola Madagascar 0- 0 « Il faudra marquer et bien marquer »

La première joute Angola-Madagascar a abouti sur un 0 à 0 qui ne nous est pas très favorable. Il faudra marquer et marquer pour le compte du match retour opposant donc les Barea au  Palancas Negras d’Angola.

« Pour mieux aborder le match retour, il faudra marquer et bien marquer » a lancé un technicien qui a suivi de près le match d’hier à Mahamasina dans un stade assez bien rempli. Le public voulait une bonne surprise, car depuis qu’Ahmad était aux commandes à la Confédération africaine de football, tout semblait aller bien pour le football malgache. Mais cela ne fut pas le cas hier. Le troisième tour aller des éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations 2018 a fini sur un 0 à 0 pour les deux parties.

Les protégés de Raux ont donné le meilleur d’eux-mêmes lors de la première partie, mais les attaques se valaient les unes les autres. On qualifiera tout de même cette première partie assez angolaise. Dès le début de la seconde partie du jeu, à la 55e minute, Dimby fut remplacé par Lôlô. Et là, ce fut au tour des Malgaches de dominer. Mais apparemment Dax n’était pas dans son assiette et on se demande pourquoi ce remplacement tardif à la 84e minute.

L’équipe 138e mondiale nous a tenue en échec, mais les Barea sauront faire honneur à leur 90e place au match retour sûrement dans une semaine à Luanda. Car l’enjeu est de taille, l’équipe qui possède le plus de points dans ces éliminatoires ira à la phase finale de la CHAN 2018 et cela ne nous est plus arrivé depuis belle lurette. Comme les Barea ont déjà eu le dessus sur les Mozambicains au match retour après un match-aller décevant, ils peuvent refaire l’exploit. Raux et son staff en sont convaincus.

Anny Andrianaivonirina