Les actualités à Madagascar du Mercredi 14 Juin 2017

Modifier la date
Tia Tanindranaza493 partages

Mivoaka miditra !

Miarahaba ry Jean a ! Dia tena gaga mihitsy aho amin’ity fihetsikareo mivoaka miditra isak’izay mandeha ity.

Marco      

Midi Madagasikara404 partages

Claudine Razaimamonjy à Antanimora : Pas de traitement de faveur, le SMM réclame la tête de ses complices

Le Chef d’établissement de la maison centrale a confirmé la présence physique de la Conseillère spéciale du président de la République dans un quartier réservé aux femmes.

La Conseillère spéciale du président de la République, Claudine Razaimamonjy a passé hier sa deuxième nuit en prison. Hier, le Chef d’établissement de la maison centrale d’Antanimora a confirmé qu’elle a bel et bien été transférée dans un quartier réservé aux femmes au sein de cette prison depuis lundi soir à 19h30. Une déclaration qui dément les rumeurs selon lesquelles, la patronne de l’hôtel « AC » aurait été placée en résidence surveillée à Mantasoa. Jointe au téléphone, une source au sein de l’Administration pénitentiaire a confirmé la présence physique de Claudine Razaimamonjy à la prison d’Antanimora. Cette source a d’ailleurs fait savoir que contrairement aux rumeurs, elle ne bénéficie pas de traitement de faveur. « Elle est traitée et considérée comme les autres détenues qui sont dans la même chambre », a-t-on indiqué. Il n’est toutefois pas à écarter qu’elle soit transférée incessamment à l’infirmerie de la prison, comme c’est le cas d’autres politiciens tels que l’ancien Vice-président du Conseil Supérieur de la Transition Alain Ramaroson, le président de l’association HAFARI Malagasy Jean Nirina Rafanomezantsoa, ou encore l’ancien Directeur de Cabinet du Ministère de la Communication Nivo Ratiarison. En tout cas, le Chef d’établissement d’Antanimora a affirmé que Claudine Razaimamonjy est en bonne santé et qu’il n’y a rien à craindre en ce qui concerne son état de santé.

Contrôle de détention. De son côté, le Procureur général près la Cour d’Appel d’Antananarivo, Jacques Randrianasolo a laissé entendre par rapport aux rumeurs de son placement en résidence surveillée qui ont circulé hier, qu’une descente des juges d’instruction à Antanimora n’est pas à écarter pour vérifier la présence physique de Claudine Razaimamonjy dans cette prison. Faut-il rappeler que durant l’évacuation de cette femme milliardaire à l’hôpital HJRA, deux contrôles de détention ont été réalisés. Pour sa part, le Syndicat des Magistrats de Madagascar, dans un communiqué publié hier, affirme que « la détention préventive de Claudine Razaimamonjy s’inscrit dans le cadre d’une procédure normale constituant un acte anodin au regard de la procédure judiciaire ». Soucieux du respect de l’Etat de droit, le Syndicat soutient qu’il reste vigilant par rapport à la suite de cette affaire. Par ailleurs, le SMM réclame la tête de tous les complices de la patronne de l’hôtel « AC ». « Qu’en est-il des ordonnateurs principaux et secondaires, les gestionnaires d’activités et les personnes responsables des marchés publics au niveau du Ministère de l’Intérieur ? », se demande Tiaray Fanahimanana, vice-président du SMM.

Immixtions. En effet, du côté du SMM, l’on affirme que Claudine Razaimamonjy n’est pas l’auteur principal dans cette affaire. « La passation des marchés publics implique des hautes personnalités et des hauts fonctionnaires au niveau du Ministère concerné ». Le vice-président et non moins porte-parole du SMM n’a donc pas manqué d’encourager le Bureau Indépendant Anti-Corruption à poursuivre ses investigations pour déterminer les véritables auteurs de cette corruption à haut niveau. Le SMM encourage aussi les magistrats en charge du dossier « à refuser toute pression directe ou indirecte d’où qu’elle vienne, empêchant la recherche de la vérité ou pour donner un traitement de faveur aux prévenus ». « Le SMM intensifiera ses actions pour que les faiblesses structurelles portant atteinte à l’indépendance de la justice et ayant permis les interférences et immixtions diverses dans cette affaire soient corrigées dans les meilleurs délais », prévient-on. En effet, les magistrats envisagent de radicaliser leur mouvement. Jusqu’ici, le Ministère de la Justice n’a donné aucune suite aux relances pour le dialogue qui ont été envoyées. Le bureau du SMM n’a d’ailleurs pas manqué d’exprimer sa profonde indignation face à ce « mépris ».

Davis R

L'express de Madagascar255 partages

Subvention – 200 milliards d’ariary pour la Jirama

La Jirama continue de bénéficier d’une subvention. Le projet de loi de finances rectificative prévoit une enveloppe d’aide de 200 milliards d’ariary.

Et rebelote. La Jirama continuera d’être subventionnée. Les transferts additionnels alloués à la compagnie nationale d’eau et d’électricité connaîtront une hausse. D’après le projet de loi de finances rectificative, cette enveloppe d’aide sera de l’ordre de 200 milliards d’ariary, soit 50 milliards d’ariary de plus que ce qui étaient clamés au mois de mars. Pourtant, le gouvernement avait annoncé à l’époque que cette aide financière ne devait pas dépasser les 150 milliards d’ariary.Pour faire face aux aléas du changement climatique et des problèmes d’approvisionnement en énergie, les dirigeants de la Jirama avaient demandé en janvier 750 milliards d’ariary d’aide financière. Une demande qui a essuyé un refus de l’Exécutif qui comptait s’en tenir aux 250 milliards d’ariary prévus par la loi de finances. Quelques mois plus tard, le gouvernement change d’avis et reste favorable à une aide financière à la compagnie nationale d’eau et d’électricité. Le plafond de 150 milliards d’ariary était annoncé.

Difficulté de financièreLa mission du Fonds monétaire international (FMI) était même souple sur cette question de subvention.« Les difficultés de la société publique d’eau et d’électricité aggravées par la sécheresse, nécessiteront des transferts additionnels d’environ 0,5% du produit intérieur brut (PIB) », avait déclaré Marshal Mills, chef de mission du Fonds monétaire international (FMI)  à l’issue d’une évaluation semestrielle dans le cadre du programme de Facilité élargie de crédit (FEC) au mois de mars. Mais l’on ne sait pas si l’institution de Bretton Woods a été consultée ou si elle est favorable à ce surplus de 50 milliards d’ariary.Le projet de loi de finances rectificative indique tout simplement que « la revue du programme Facilité élargie de crédit (FEC) a amené à prendre en compte certaines dépenses. Entre autres, le gouvernement a accordé des subventions pour soutenir les entreprises publiques en difficulté, à savoir la Jirama et Air Madagascar, compte tenu de leur caractère stratégique pour le développement du pays ».Le dossier Madagascar devrait passer devant le conseil d’administration du FMI dans les prochains jours. Les dossiers concernant les sociétés étatiques comme la Jirama ou la compagnie Air Madagascar avaient retardé ou risquent de faire blocage au décaissement de la seconde tranche du FEC.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar247 partages

Affaire Razaimamonjy – Le SMM attend la poursuite des autres suspects

Réagissant à l’effectivité de la détention provisoire de Claudine Razaimamonjy, le SMM a rappelé que l’affaire n’est pas close. Le syndicat soulève le cas des co-auteurs et complices du délit.

Quid des complices ?  C’est la question soulevée  par le juge Tiaray Fanahimanana, vice-président du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), devant la presse, hier, concernant l’affaire Claudine Razaimamonjy.Par le biais d’un communiqué de presse, le bureau du SMM a réagi favorablement à l’effectivité du placement sous mandat de dépôt de la femme d’affaire. Celle qui est, également, l’une des baronnes du parti au pouvoir, a été transférée de sa chambre d’hôpital, à la maison d’arrêt d’Antanimora, dans la soirée de lundi. « L’exécution de la détention préventive (…) s’inscrit dans le cadre d’une procédure normale constituant un anodin au regard de la procédure judiciaire », relativise le Syndicat.Le SMM souligne ainsi, que la poursuite n’est pas pour autant close. D’autant plus que le boss de l’AC hôtel est lié à au moins quatre affaires, en cours d’enquête au niveau du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco). Concernant les deux dossiers qui ont conduit à la détention provisoire de Claudine Razaima­monjy, toutefois, le juge Fanahimanana a déclaré devant des journalistes qu’étant une femme d’affaire, elle n’aurait pas pu agir seule.Détournement de deniers publics, corruption et favoritisme sont les chefs d’inculpation retenus contre la figure du « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM), Fianarantsaoa. « Des responsables du ministère de l’Intérieur et de celui des Finances sont impliqués dans cette affaire », a soutenu le vice-président du SMM.

Au moins dix personnesAppelant le Bianco à mener à terme ses investigations, il a lancé que les informations entre les mains du Syndicat fait état d’« au moins une dizaine de personnes », happées par l’affaire Razaimamonjy. Dans ses réactions, d’hier, le SMM réaffirme, par ailleurs, sa « vigilance », quant à d’éventuelles tentatives « d’entrave à la Justice (…) empêchant la recherche de la vérité ou pour donner un traitement de faveur aux prévenus ».Les malversations financières à hauteur de plus de 396 millions d’ariary, dans le cadre d’une « subvention exceptionnelle », pour le compte de la commune rurale d’Ambo­himahamasina, dans la région Haute Matsiatra, fait partie des faits ayant amené la détention provisoire de l’hôtelière. Le maire de cette localité, son secrétaire comptable et un directeur auprès du ministère de l’Intérieur, ont été déférés devant la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC), le 30 novembre 2016.Tous les trois ont bénéficié d’une liberté provisoire. Dans une tentative de défendre le « business », de sa belle-sœur, durant une séance de questions-réponses entre le Sénat et le gouvernement, en décembre 2016, le sénateur Riana Andriaman­davy VII, a, cependant, révélé que « treize communes », dans les régions de Fianarantsoa sont sous la coupe d’une enquête pour détournement de deniers publics.Durant une conférence de presse expliquant le déroulement de la garde à vue de l’opé­ratrice économique, le 6 avril, le Bianco a indiqué que deux personnes recherchées dans le cadre des dossiers traités ont été introu­vables. La commission spéciale ayant évalué l’état de santé de Claudine Razaimamonjy, a conclu qu’il n’y a plus de raison de prolonger son hospitalisation. Sa condition physique permet ainsi l’incarcération.Ce qui implique que la prévenue devrait pouvoir se soumettre à de nouvelles auditions soit dans le cadre de l’instruction des affaires en cours auprès de la CPAC, ou des autres dossiers encore en possession du Bianco. Une source auprès du Bureau d’Ambohibao soutient : « De notre côté les investigations ne se sont jamais arrêtées. Si pour les besoins de l’enquête il faut auditionner Claudine Razaimamonjy, nous allons engager une procédure d’extraction. Seulement, au stade actuel, cela ne sera pas pour tout de suite ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar178 partages

Maevatanàna – Un maire TIM exécuté chez lui

Un maire du parti Tiako I Madagasikara a été froidement tué à son domicile. Le crime a été commis par quatre bandits armés.

Crime barbare. Une escouade de bandits munis de fusils de chasse et d’armes blanches a froidement tué le maire Olivier Razafimanan­tsoa à Anjiakely Bemikotra, dans le district de Maeva­tanàna dans la soirée d’avant-hier. La victime était élue sous la bannière Tiako I Madagasi­kara (TIM). Le meurtre a été commis dans la soirée, aux alentours de 19h 30, de source auprès des autorités locales.L’élu a été tué dans une attaque à main armée perpétrée à son domicile. Le mobile privilégié repose sur un vol, les assaillants se sont emparés de tous les objets de valeur à portée de mains dont un ordinateur, des appareils électroménagers ainsi que du numéraire. Les versions divergent en revanche quant aux circonstances dans lesquelles le maire a trouvé la mort. La première prétend qu’il a été roué de coups et a succombé des suites de ses blessures si la seconde indique qu’il a été fusillé en pleine poitrine, le tuant sur le coup.La bande était constituée  de quatre individus. Des témoignages révèlent que ces derniers ne semblaient pas connaître les lieux. Si au moment de fait, ils n’ont pas levé la main sur l’épouse de l’élu, ils l’ont en revanche intimée sous la menace de les conduire jusqu’à la sortie du village ni vu ni connu. Profitant de la pénombre totale, les malfaiteurs ont  de ce fait réussi à s’évanouir dans la nature, sans que personne ne parte à leurs trousses, abandonnant à son deuil la veuve victime de leurs sévices.

Emmo/regLe lieu du crime se trouve à 25 kilomètres du chef lieu du district de Maevatanàna. Sitôt alertées du drame, les forces de l’ordre ont envoyé à la rescousse des éléments mixtes d’intervention, rassemblés dans l’État major mixte opérationnel de la région (Emmo/reg) Betsiboka.Le commandant du groupement de la gendarmerie nationale de la région Betsi­boka en personne ainsi que le commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie à Maevatanàna se sont dépêchés sur place pour mener les opérations. Le constat a été d’emblée effectué et les recherches aussitôt lancées mais les fuyards demeuraient encore introuvables jusqu’à hier soir.La traque des malfaiteurs se poursuit mais aucune piste sérieuse n’a encore été retrouvée auxdernières nouvelles. Une atmosphère sépulcrale s’est emparée de toute la commune après que cette attaque meurtrière s’est abattue sur le maire. La famille du défunt est en plein préparatif des funérailles.

Andry Manase

Midi Madagasikara161 partages

American School : Remise de diplômes pour la 18e promotion

Les 14 élèves de la promotion sortante écoutant les conseils de leur parrain.

Quatorze élèves de l’American School qui constituent la 18e  promotion de l’établissement, ont désormais en poche le « High School Diploma », le diplôme américain de fin d’études secondaires décerné à la fin des quatre années de lycée. Le vendredi 9 juin dernier a eu lieu à l’American School à Ivandry, la cérémonie de remise de diplômes au cours de laquelle les 14 élèves de la promotion, représentant 12 nationalités différentes, ont reçu des mains de la directrice de l’école, Dr Caroline Brokvam, le fameux diplôme qui les emmènera vers les études supérieures. L’ambassadeur Yamate, parrain de la promotion, n’a pas manqué de féliciter celle-ci : ”Aujourd’hui, nous célébrons votre réussite et un nouveau départ. Il s’agit d’un moment historique dans vos vies et également dans la vie de l’American School. Vous êtes, en effet, les derniers élèves à recevoir vos diplômes dans ce campus d’Ivandry.”  Il a clos son discours par quelques conseils :”Restez fidèles aux principes que vous avez acquis à l’American School : le respect, l’intégrité, l’honnêteté, l’amitié et la résilience. Battez-vous pour vos valeurs et idéaux, et défendez-les quand ils sont contestés. Défendez ce en quoi vous croyez et ayez confiance en vous.”

La cérémonie s’est terminée par le traditionnel « tassel turning » (changement de côté de la houppe) et le lancer de toques mené par les majors de la promotion.  Et c’est ainsi que les 14 diplômés vont poursuivre leurs études universitaires aux quatre coins du globe, notamment aux Etats-Unis, au Canada et en Grande Bretagne.

Hanitra R.

Midi Madagasikara114 partages

Morondava : Dahalo roa matin’ny fitsaram-bahoaka

Ny 12 jona teo, ireto malaso no nanafika tao Bemanonga Distrikan’i Morondava. Tsy nanaiky lembenana ny fokonolona teo an-tanàna fa nanohitra an’ireo andian-dahalo nandroba ny ombiny, ka raikitra ny fifandonana. Tao anaty sakoroka dia voasambotry ny mponina ny roa tamin’ireo malaso, raha vaky nandositra kosa tsy nahazo na dia tamingana omby iray ireo namany. Teny an-dàlana hoentina any amin’ny Zandary ireto olon-dratsy tratra  nifatotra  tànana, no nisy andian’olona tsy nahafehy ny hatezerany intsony avy hatrany dia nanindrona antsy an’ireto dahalo roalahy voatondro ho rain-dahiny amin’ny halatra omby arahina vono olona sy fanolanana. Maty tsy tra-drano tsy tonga teny amin’ny tobin’ny mpitandro filaminana akory ireo malaso, ary nihijika eraky ny  arabe ny rà, hoy ny vaovao.

Faratsiho: Dahalo telo mitam-piadiana avy nanafika mpivarotra, matin’ny fokonolona. Avy nanafika mpivarotra mandeha  namonjy tsena, tao amin’ny fokontany Lohahevitra any amin’ny kaominina Miandrarivo ireto dahalo no nifanenjehan’ny fokonolona ka voasambotra, ary niharan’ny fitsaram-bahoaka avy hatrany, ka maty tsy tra-drano noho ny vono sy daroka nihatra tamin’ireto olon-dratsy. Naratra mafy kosa ilay mpivarotra voatafika ka mbola manaraka fitsaboana hatramin’izao. Marihina fa nirongo basy vita gasy ireo dahalo, saingy tsy nanaiky lembenana ny fokonolona.

Nangonin’ i Eric Manitrisa

Midi Madagasikara101 partages

Fédération Savate : Davidson Michaël nommé DTN

Davidson Michaël assurera tout le côté technique de la fédération.

L’assemblée générale extraordinaire de la fédération malgache de savate boxe française a confirmé la nomination des nouveaux membres, le secrétaire général et le directeur technique national.

Un changement. La fédération malgache de savate boxe française a un nouveau directeur technique national. Il s’agit de Michaël Davidson Andrianantenaina. C’est la nouvelle résolution de l’assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue, hier, à l’Académie Nationale des Sports (ANS) à Ampefiloha. Cette AGE qui a duré presque cinq tours d’horloge a été assistée par Rosa Rakotozafy, directeur du sport fédéral. « L’AGE a respecté tous les textes en vigueur régissant cette discipline » a indiqué la DSF à la sortie de la salle. Deux nouvelles têtes font leur entrée au sein du comité directeur de la fédération nationale à savoir le secrétaire général et le directeur technique national. « Cette décision a été prise après mûre réflexion et n’aura pas d’impact au sein de la direction technique surtout à la veille des compétitions majeures » a expliqué Campa Rivo, président de la fédération. Sitôt nommé au poste, Michaël Andrianantenaina va essayer d’accomplir les programmes de la fédération dans la promotion de la discipline notamment au niveau des établissements scolaires, dans les actions de développement et les formations. A cette occasion, l’ancien DTN Joseph Randrianasolo a affirmé qu’il va « conseiller » son successeur. Un nouveau secrétaire général a été également nommé en la personne de Jean Landry Rakotondrafara. La préparation des tireurs malgaches en vue des Championnats du monde de Croatie attend le nouveau DTN.

T.H

Midi Madagasikara91 partages

Besalampy : Botry voatafika, vehivavy roa lasa takalonaina

Tsy an-tanety, tsy an-dranomasina, fa dia manjaka tokoa ny tsy fandriampahalemana. Ny faran’ny herinandro lasa teo, botry nitondra mpandeha sy entana no notafihan’ny jiolahy teny am-povoan-dranomasina, tany Soanenga distrikan’i Besalampy. Vehivavy roa izay isan’ny mpandeha tao anatin’izany botry izany no lasan’ilay jiolahy natao takalonaina, niaraka tamin’ireo entana maromaro sy vola telo tapitrisa ariary. Lasa torak’izay ihany koa moa ilay botry. Nalaky nitsoaka sy nitsambikina tany an-dranomasina, niantso vonjy haingana ny tompon’ity sambokely ity, niaraka tamin’ny vadiny. Ny zava-nitranga, nisy botry iray izay antsoina hoe « Sofindraza » izay nentina mpivady, ary nitondra mpandeha telo  sy entana isan-karazany. Nony tonga teny am-povoan-drano ity sambokely ity dia nisy iray amin’ireo mpandeha namoaka famaky sy sabatra, ary rafitra namono ireo mpandeha niaraka taminy. Tonga saina avy hatrany ireo mpitondra an’ilay botry, fa fanafihan-jiolahy no niseho ka avy hatrany dia nitsambikina tany an-dranomasina ilay rangahy, narahin-dramatoa vadiny, handeha hila vonjy. Ary na dia naratra aza izy dia tody soa aman-tsara teny an-tanety ihany. Nentin’ilay jiolahy nirongo fiadiana araka izany ilay sambo kely, niaraka tamin’ireo mpandeha roa vavy tao anatiny. Tsy vitan’izay moa, raha ny fampitam-baovao, fa mbola nisy  entana, vary 50 gony sy menaka amina zerikanina maromaro nentin’ity sambokely ity. Ary manampy ireo ny vola telo tapitrisa ariary. Nampandrenesina haingana ireo tompon’andraikitry ny filaminana tao Besalampy mahakasika ity fanafihana botry ity. Ireto farany moa izay niantso fiaraha-miasa tamin’ny Apmf,  ny sampan-draharaha miandraikitra ny fifamoivoizana an-dranomasina sy an-dranomamy, mba hikarohana ity sambokely lasan’ny jiolahy ity, fa indrindra ireo olona lasa takalonaina.

m.L

Midi Madagasikara84 partages

Ampitatafika : Renim-pianakaviana voahitsaky ny kamiao, nipotsaka ny atidohany

Nandriaka indray ny rà, teny amin’iny faritra Ampitatafika iny, omaly antoandro. Renim-pianakaviana iray tokony ho 40 taona any ho any no maty tsy tra-drano, rehefa voahitsaky ny fiarabe iray teny an-toerana. Mbola nitrotro ny zanany izay vao am-bolana monja, ity ramatoa ity no tojo izao loza mahatsiravina izao. Saingy nipitika lavitra ary mba tsy naninona ilay zaza. Avy nanatitra mpianatra ity renim-pianakaviana ity, ary an-dàlana hody, raha ny fitantaran’ireo nanatri-maso. Tamin’io fotoana io indrindra anefa, raha sendra niampita arabe iny ny tenany no nisy fiarabe iray, izay mpitaona fasika no nifanitsy taminy. Voafaoka tamin’izany izy mianaka kely ireto. Nipitika ilay zaza, saingy izy kosa, nianjera tsy lavitr’ilay fiara. Nentin-tahotra tamin’ny loza nitranga ihany koa ny mpamily ka niezaka nanitsy ny fiarabe nentiny. Tamin’izay indrindra indray anefa no voarain’ny kodiarana ilay ramatoa, ary voatety teo amin’ny lohany. Namonto ny arabe ny rà, ary nipotsaka mihitsy aza ny atidohan’ity renim-pianakaviana ity, teo ambany vesatr’ilay fiara. Na dia niezaka namonjy  azy aza ny olona, dia tsy nisy azo natao intsony. Namoy ny ainy teo noho eo ihany ilay vehivavy. Efa nentina tany amin’ny tranom-patin’ny hôpitaly tetsy Ampefiloha moa ny razana. Noraisin’ireo mpitandro filaminana an-tànana kosa ny fanadihadiana sy famotorana ilay mpamily nahavanon-doza.

m.L

News Mada81 partages

Herin’ny fanovana : « Tsy maintsy horavana izao fitondrana izao… »

« Tsy maintsy fanerena no handravana izao fitondrana izao. Tsy eken’ireo moramora ny hoe fiaraha-mitantana. Efa tolo-kevitra naroso izany. Firy volana izay? Tsy eken’ireo raha tsy misy ny fanerena. »

Io no nambaran’ny mpitarika ny Herin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo, taorian’ny  fivoriamben’izy ireo teny Andravoahangy Ambony, omaly. Nisy solontenan’ny avy any amin’ny faritra: Vatovavy Fitovinany, Amoron’Imania, Atsimo Atsinanana, Melaky….

Efa nilaza ny mpitondra fa tsy hanaiky moramora ny fiaraha-mitantana. Ny dikan’izany, tsy maintsy atao fanerena. Manerana  ny Nosy izany. « Tsy fitiavana hiaraka amin’ny mpitondra amin’izao fotoana izao io, fa fomba sy foto-kevitra demokratika hajaina. Rehefa tsy ekeny, ho hitantsika eo fa hatao ny fanerena », hoy izy.

Tsy mety intsony izao fitantanana izao

 

Samy miara-miaiky ny rehetra fa tsy mety intsony izao fitantanana izao. Iaraha-mahita izany. Ny irosoana amin’izao: ahoana no hanoloana ireo mpitondra ireo? Niaraha-nahita ny fanambaran’ny mpitondra fivavahana eto Madagasikara tany amin’ny TV 5, miantso ny vahoaka malagasy hijoro.

Handefa solontena any amin’ny faritra sy ny distrika tsirairay avy ny Herin’ny fanovana handamina fiaraha-mientan’ny vahoaka amin’ny fanovana ny rafitra. Tsy mety intsony izao, fa tsy maintsy atao ny fanovana.

Fanetsehana eran’i Madagasikara no atao amin’izao; vita izany, mirotsaka amin’ny hetsika. Tsy maintsy hatao ny fanerena ny fitondrana ho amin’ny fiaraha-mitantana, raha te hanova.  Tsy maintsy hiafara amin’ny fihaonambem-pirenena ny raharaha.

Miankina amin’ny fifandanjan-kery sy ny ho fihetsiky ny mpitondra ny fidinana an-dalambe na tsia. Na izany aza, nilaza izy ireo fa tsy hanonganam-panjakana. Tsy miafina intsony amin’ny vahoaka sy izao tontolo izao fa tsy azo apetraka eo amin’izao intsony ny fitondrana.

R. Nd.

Tia Tanindranaza72 partages

Claudine RazaimamonjyHavotsotra tsimoramora ?

Samy maminavina izay ho tohin’ny raharaha Claudine Razaimamonjy ny rehetra taorian’ny filazana ny namindrana azy eny amin’ny fonjan’Antanimora nanomboka ny alatsinainy hariva tokony ho tamin’ny 7 ora.

 

Raikitra indray ny sinema ?

 

Nilaza moa ny Sendikan’ny mpitsara (SMM) omaly fa ny gadra politika ihany no tokony homena toerana voaambina manokana. Tsy fanarahan-dalàna manaraka indray raha tanteraka tokoa, hoy ny filoha lefitry ny SMM. “Nahoana moa no homena tombondahiny manokana hatrany iny ramatoa iny ?”, hoy ny SMM. Dingana iray ihany izao hoy ny sendikan’ny mpitsara fa tokony hitohy ny fanadihadiana ary milaza ho mailo amin’ny toe-draharaha ry zareo mpitsara tamin’ny fanambarana navoakany omaly hariva.Mamporisika hatrany ireo mpitsara mba tsy hanaiky ny tsindry amin’ity raharaha ity ny SMM satria sakana amin’ny fikarohana ny marina izany, hoy ny fanambarana. Tsy hanaiky mora foana ny sendikan’ny mpitsara, ary re fa hisy ny fidinana ifotony eny amin’ny fonjan’Antanimora tsy maintsy hataon’ny fitsarana ato ho ato mba hamantarana sy ahitana maso fa ao marina Rtoa Claudine Razaimamonjy.Omaly tontolo mantsy dia nandeha be ny feo fa efa miala any ny paikady hamotsorana tsimoramora an’ity mpandraharaha mpanefoefo akaikin’ny filohampirenena ity; ny olona rahateo manomboka variana amin’ny fiaterahana ny fetim-pirenena, ny fanadinana ho an’ny ankizy ka mety tsy dia mivaky loha loatra firy intsony amin’ny raharaha politika aloha, dia izay no mety araraotin’ny sasany hamotsorana ny tompon’ny AC.Betsaka moa ny tombatombana sy ny adihevitra fa andrasana kosa ny resaka ofisialy avy amin’ny manampahefana isan-tsokajiny ny amin’ny tena marina momba ity raharaha ity.

 

 

Toky R

 

Midi Madagasikara66 partages

Mini-sommet africain à Berlin : Hery Rajaonarimampianina absent

Angela Merkel avec les neuf chefs d’Etat africains et les représentants du FMI, de la Banque mondiale et de la BAD.

La Chancelière allemande Angela Merkel a réuni les 12 et 13 juin 2017 autour d’elle, 9 chefs d’Etat africains dont 7 francophones.

Le numéro Un malgache qui était invité au Bundestag deux semaines plus tôt dans la capitale fédérale allemande, n’a pas été convié à ce mini-sommet africain. Lequel a vu la participation des institutions de Bretton Woods en la personne du Directeur général du FMI, Christine Lagarde et de celle du président de la Banque mondiale Jim Yong Kim. Etait aussi de la partie, le président de la Banque Africaine de Développement (BAD) Akiinwumi Adesina.

Robinets. En somme, c’est le cas de le dire, le locataire d’Iavoloha a raté une occasion en or – au propre comme au figuré – de rencontrer ceux qui tiennent les robinets des financements, à un moment où le pays est en manque de liquidités. Et ce, dans l’attente du déblocage des  10 milliards de dollars issus de la Conférence des Bailleurs et Investisseurs qui s’était tenue début décembre 2016 à Paris. Dans la capitale française où le président nouvellement élu vient de recevoir ses homologues ivoirien et  sénégalais, en l’occurrence Alassane Ouatarra et  Macky Sall. Ces derniers étant ainsi les …premiers chefs d’Etat africains à être reçus officiellement à l’Elysée par Emmanuel Macron.

Retombées. C’est dire que Hery Rajaonarimampianina a aussi manqué le coche lors de son récent passage obligé à Paris avant de rallier Berlin où il n’avait pas non plus rencontré le président fédéral allemand Frank-Walter Steinmeier. Encore moins la Chancelière Angela Merkel qui avait convoqué, en sa qualité de présidente du G20 pour cette année, des chefs d’Etat africains pour parler notamment de partenariat public-privé, d’agro-industrie, de lutte contre la corruption… Autant de questions cruciales évoquées à Berlin où de nombreuses entreprises et investisseurs potentiels attendent beaucoup de ce mini-sommet. Tout autant que les hommes d’affaires malgaches qui avaient accompagné le président Hery Rajaonarimampianina, espèrent des retombées positives de leurs contacts et rencontres à Berlin s’ils ne connaissent pas le syndrome de la CBI à Paris.

R. O

Midi Madagasikara63 partages

Que le cas de Claudine ne soit pas l’arbre cachant la forêt

Le cas de la dame Claudine Razaimamonjy a focalisé l’attention de tous les médias car il est emblématique. Malgré toutes les tentatives faites pour la soustraire à la Justice, cette dernière est maintenant bel et bien incarcérée à la prison d’Antanimora. Mais il ne faudrait pas  que ce soit l’arbre qui cache la forêt. Beaucoup d’autres affaires du même genre nécessitent d’être traitées avec le même soin pour que la lutte contre la corruption soit véritablement menée.

Que le cas de Claudine ne soit pas l’arbre cachant la forêt

L’arrestation de Claudine Razaimamonjy a ébranlé la certitude de tous ceux qui ont cru pouvoir transgresser la loi en toute impunité. Cette dame croyait faire partie des personnalités intouchables, car elle appartenait à l’entourage du couple présidentiel.  Cela n’a  pas empêché le Bianco de boucler plusieurs dossiers où elle était accusée de malversations. Les membres du syndicat des magistrats ont suivi l’affaire de très près et toutes les manœuvres dilatoires utilisées ne lui ont pas permis d’échapper à la Justice. Cette conseillère spéciale est donc la première à être tombée pour des faits de corruption, mais elle n’est pas la seule dans son cas. Beaucoup de voix s’élèvent pour que l’action menée par le Bianco continue et qu’elle n’épargne personne.  Les langues se délient et les preuves des malversations peuvent être versées aux dossiers de ceux qui ont pu bâtir leurs fortunes de manière inavouable. La dame Claudine ne peut maintenant plus échapper à son sort, mais il faut que tous les autres corrompus soient traduits en justice. Les propos tenus par le chef de l’Etat à plusieurs reprises sur la nécessité de la lutte contre la corruption doivent être un gage de sa bonne foi. Même s’ils ont été considérés comme un véritable engagement de sa part, il n’y a pas eu de véritable concrétisation de ces intentions. L’opinion publique est aujourd’hui très vigilante et n’entend pas être menée en bateau. Elle entend encourager les actions entreprises par le SMM pour faire respecter  les décisions de Justice.

Patrice RABE

Midi Madagasikara52 partages

Kidnapping à Maibahoaka : La Dame enlevée raconte son calvaire

Ce jour, le dossier relatif au kidnapping de la femme d’un grossiste commis à Maibahoaka-Ivato samedi sera remis au parquet du Tribunal de Première instance Anosy. L’enquête a abouti à l’interpellation des quatre suspects à savoir, le chauffeur de la voiture Mercedes utilisée par les ravisseurs et son aide, la jeune femme de 22 ans qui est soupçonnée d’être complice, et le quatrième est une personne que le grossiste soupçonne d’être le cerveau. En effet, l’enquête n’est pas encore terminée, car on sait qu’au moins trois suspects sont encore en cavale, si l’on se réfère au déroulement de cet enlèvement depuis son début à Maibahoaka-Ivato jusqu’à l’endroit où la femme du grossiste a été libérée.

Comme nous avons rapporté dans nos éditions précédentes, les cibles dans ce kidnapping étaient le grossiste et son épouse. Mais, les ravisseurs n’ont réussi à enlever que l’épouse qui était blessée pendant l’embuscade avant d’être embarquée dans la voiture des ravisseurs où son calvaire a commencé. D’après son récit, les ravisseurs l’ont tabassée et ligotée puis l’ont placée sur le plancher de la voiture. Depuis, la Dame affirme avoir fait semblant d’être inconsciente. C’est pourquoi, elle s’est souvenue tous les trajets parcourus par la voiture depuis Maibahoaka, puis à Talatamaty, jusqu’au Bout de piste de l’Aéroport d’Ivato où la voiture s’est arrêtée. Et de lui de poursuivre que les malfaiteurs se sont apprêtés à la laisser sur le lieu quand un bruit de moto s’est fait entendre. Stupéfait, le chauffeur a démarré le moteur mais en vain. C’est pourquoi, trois des ravisseurs sont partis. Les deux autres, à savoir le chauffeur et celui qui se dit l’aide de ce dernier, sont restés avec la femme.

La femme du grossiste s’est rendu compte que ces deux hommes sont des complices quand ces derniers lui ont dit qu’ils vont appeler secours à des amis. D’après ses témoignages, le soi-disant aide du chauffeur était parmi les personnes qui l’ont tabassée dans la voiture. Partageant la thèse de son épouse, le grossiste affirme que le chauffeur avait l’occasion de s’enfuir dès Maibahoaka, où un accrochage s’est produit entre lui et deux des agresseurs qui avaient tenté de l’immobiliser. A un moment où l’arme des bandits est tombée par terre.

Parlant du mobile de cet acte, le grossiste affirme qu’il ne s’agit pas d’un besoin d’argent ni quelque chose de matériel. « Les ravisseurs auraient tenté de m’assassiner, car ils étaient, selon ce que ma femme a entendu durant sa séquestration, fâchés parce qu’ils n’ont pas pu m’attraper », A-t-il conclu.

T.M.

Midi Madagasikara47 partages

Rémunérations des agents publics : Transparency International Madagascar dénonce l’inaccessibilité de...

Claude Fanohiza, directeur exécutif de Transparency International Initiative Madagascar.

L’atelier de restitution des résultats et de recueil des recommandations sur le projet « Pour une Transparence des Rémunérations des Agents Publics à Madagascar » ou TRAP, conduit par Transparency International Initiative Madagascar (TI-IM), a eu lieu hier au DLC Anosy en présence de quelques sénateurs, des représentants de la société civile, de la communauté internationale, de la Cour des Comptes et du Secrétaire général du ministère de la Fonction Publique. Le constat est un peu amer : les données sont incomplètes faute d’accessibilité des sources. A cet effet, Claude Fanohiza, directeur exécutif de TI-IM explique : « Nous avons travaillé pendant cinq mois. Ce qui fait que le délai qui nous a été imparti est loin d’être suffisant. De surcroît, certaines données n’ont pas été divulguées, car il fallait l’aval des supérieurs hiérarchiques des responsables que nous avons interrogés ». Néanmoins, l’atelier a intéressé plus d’un et de nouvelles recommandations ainsi que quelques pistes de réflexions ont été lancées. A ce sujet, la fiabilité des données en question a été discutée. Landy Rakotondrasoa, responsable juridique au sein de TI-IM a répondu qu’elles sont « fiables mais incomplètes ». Et elle d’ajouter qu’ « un rapport y afférent sortira d’ici peu ».

Recommandations. Quoi qu’il en soit, TI-IM a pu fournir quelques chiffres importants. On a su, par exemple que le président de la République perçoit sa rémunération suivant l’indice 4 500. Celle du Premier ministre suit l’indice 3 700. Les deux bénéficient respectivement de 60 000 Ariary et 8 000 Ariary d’indemnités de représentation. Aussi ont-ils droit respectivement à 8 et 6 gens de maison. Par ailleurs, TI-IM a également informé que le ministère des Affaires étrangères est le ministère le plus payé, si le ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique est le moins payé. Toutefois, quelques recommandations ont été avancées. Il s’agit, entre autres, de mettre en place le système de la méritocratie au niveau de la Fonction publique, de renforcer le contrôle des finances publiques en étoffant le nombre des inspecteurs généraux de l’Etat ou encore d’établir une cartographie de la fonction publique pour une harmonisation des recrutements. Pour asseoir la transparence, Claude Fanohiza a appelé les partenaires techniques et financiers de TI-IM à ce que « ce projet continue ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara40 partages

Région Betsiboka : Le Maire de Bemikotry tué dans un cambriolage armé

La région Betsiboka en deuil. Le Maire de la commune rurale de Bemikotry, district de Maevatanàna a trouvé la mort dans un cambriolage armé de son domicile, dans la nuit du lundi. Selon les informations émanant de la gendarmerie de Maevatanàna, l’acte a été perpétré par quatre bandits armés de deux fusils de chasse et de couteaux. Vers 19 heures 30, trois bandits sont entrés de force dans le domicile du Maire dans le « fokontany » d’Ambodirotra, commune rurale de Bemikotry, tandis que le quatrième est resté dehors. Une fois à l’intérieur, ils ont tiré sur le Maire qui a tenté de riposter. Touché dans le dos et au bras le Maire fut tué sur le coup.

Alertés par les « fokonolona », des éléments de l’Emmo-Rég de Betsiboka accompagnés par le préfet de région sont descendus sur place, quelques heures plus tard. Ainsi, ils ont ratissé les secteurs. Ce qui a permis d’arrêter l’un des assaillants. Un couteau a été saisi sur lui. Selon toujours les informations, un ordinateur portable de marque Dell, une caméra de marque Panasonic et une somme d’un million d’ariary ont été dérobés  dans ce cambriolage armé.

T.M.

Midi Madagasikara40 partages

Anjozorobe : Doté d’un appareil échographique

Le médecin inspecteur Laliarisoa Raharimamonjy du CHD d’Anjozorobe.

Le Centre hospitalier de District (CHD) niveau I d’Anjozorobe vient d’être doté d’un appareil échographique de la part du consulat de Monaco. Un appareil d’une importance vitale dans la mesure ou’il faudrait se déplacer dans la capitale pour pouvoir en bénéficier auparavant. La société VITAFOAM a également fait don de 50 matelas au profit de ce centre hospitalier. La cérémonie s’est déroulée, hier, à Anjozorobe. Lors de cette dotation, les différents intervenants ont émis leur souhait de voir implanter dans cet hôpital un bloc opératoire. Quant au médecin inspecteur Laliarisoa Raharimamonjy, elle a tenu à souligner que le CHD accueille 200 patients par mois et qu’il y a également 20 accouchements tous les mois. Il y avait eu également d’autres dotations pour le compte de la commune d’Ambatomanoina dans le district d’Anjozorobe où une circoncision collective aura lieu dans les prochains jours. Les concernés auront droit, notamment, à des jouets et des « malabary ». Ces dotations ont été octroyées par la Première dame qui s’est fait représentée par un membre de son cabinet.

Dominique R.

Midi Madagasikara37 partages

Fête de la musique : Kenny Wesley, Tovo J’Hay, Anyah et Steph Ramby au Café de la Gare

Steph Ramby et Kenny Wesley, un duo très attendu.

Des têtes d’affiche de rêve pour une fête de la Musique qui s’annonce déjà exquise. C’est ce que le Café de la Gare prépare pour le 21 juin, mais aussi pour le 24 juin. De grosses pointures locales et Kenny Wesley comme cerise sur le gâteau, ça promet !

Music, de la bonne musique pour la fête de la Musique. Le Café de la Gare a invité les plus soul des artistes locaux, avec comme invité spécial Kenny Wesley, l’Américain. L’affiche est très alléchante, surtout pour les mélomanes qui doivent vite réserver les places, sinon arriver plus tôt que prévu le jour venu. Et il y a de quoi : Tovo J’Hay, avec son style soul r’n’b, est l’un des plus connus de la place pour cette variété de bonne qualité que l’on apprécie sans modération. Anyah, qui reprend la scène petit à petit, a officié aux côtés de Tovo J’Hay lors du concours de musique G5 sur Viva. Ses titres restent des tubes que le public continue à aduler, car sa voix puissante et à la fois douce emmène vers un monde de nostalgie. Steph Ramby, charmeur, a également une voix qui fait chavirer tout le monde. En interprétant les chansons de crooners tels que Lionel Richie ou le légendaire Babyface, il ne laisse personne de marbre. En ayant regardé Kenny Wesley il y a quelques mois de cela, les mélomanes ont découvert cet artiste américain à la fois attirant pour sa simplicité, mais surtout grand pour son charisme et pour ses performances vocales. Pour le 24 juin, la musique sera de nouveau célébrée par deux grandes pointures. Deux voix, deux styles, mais finalement un même monde : Kenny Wesley et Steph Ramby reprennent la scène, cette fois-ci au Hall de la Gare de Soarano.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara35 partages

« Des Lémuriens au pays des Cigognes » : Madagascar fascine l’Alsace

Un aperçu de la foire « Des Lémuriens au pays des Cigognes » à Strasbourg.

La foire « Des Lémuriens au pays des Cigognes » s’étant tenue à Strasbourg du 22 au 28 mai dernier fut couronnée de succès. Elle a enregistré 4 000 visiteurs, dont une participation notoire de la diaspora malgache, venue de tous les coins de l’Hexagone spécialement pour l’occasion.

« Des Lémuriens au pays des Cigognes » a mis en avant le dynamisme des relations franco-malgaches dans les domaines socio-économique et culturel ; mais comme son nom l’indique, l’accent a été mis sur la coopération entre l’Alsace et Antananarivo. La foire est en effet le fruit de la collaboration de l’association « Event » et la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Alsace Eurométropole, l’association MAZANA Alsace, ainsi que la CCIA (Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo) et le GEM (Groupement des Entreprises de Madagascar). Le secteur public a aussi largement contribué à la réussite du salon, représenté par le MIDSP (Ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur privé). La foire a ainsi renforcé la visibilité de la Grande Ile sur le plan international en mettant en valeur les spécificités de sa culture : sa langue et sa littérature, son artisanat et sa gastronomie, etc. Toutefois, une attention particulière a été accordée aux secteurs particulièrement dynamiques de l’économie malgache comme le tourisme, notamment le tourisme vert.

Programmation fournie. Les visiteurs ont apprécié la programmation riche et diversifiée de la foire, mêlant culture et économie, allant de l’art oratoire au tourisme, en passant par la musique. Une journée sur sept, dénommée « Journée économique » fut en effet consacrée à l’économie ; elle a permis le réseautage et la rencontre entre les professionnels et les entreprises. Pour le tourisme, le MNP (Madagascar National Park) a notamment diffusé un film sensibilisant sur la préservation et la valeur inestimable de la biodiversité de Madagascar et ses retombées socio-économiques. Côté culture, le « kabary », art oratoire malgache par excellence, a fasciné au pays des Cigognes pendant toute une semaine. Dans le respect de la diversité culturelle, les « kabary » ont été proposés en version bilingue, français et malgache. La diaspora malgache alsacienne a également apporté sa contribution, par le biais du spectacle de gospel, offert par « Gasy Gospel Singers ».

Luz R.R

L'express de Madagascar30 partages

Concert – Mafonja présente « Ho an’i Gasikara »

Après sa performance remarquable à Fianarantsoa, Mafonja l’interprète du tube «  me-peace-fanahy » entamera un concert gratuit qui aura lieu à l’Is’ Art Galerie à Ampasanimalo, ce vendredi soir à partir de 19 heures. Un concert entrant déjà dans le cadre de la célébration de la fête nationale. « Ho an’i Gasikara », ainsi s’intitule le show, un titre qui est également tiré de son premier album « Gasikara ».  Musique enivrante et passionnante sera à l’honneur durant la soirée. L’ex-boys band réserve un rendez-vous hivernal qui promet d’être riche et qui garantit d’offrir à tout bon amateur de la musique jazz roots reggae, un voyage dans le temps et dans les cultures les plus « One love ». Pendant plus de deux tours d’horloge, Mafonja étalera son premier album « Gasikara » sur lequel il chantera «  me-peace-fanahy» mais  également ses tubes phares du moment, à l’instar de « Angivy » ou encore « Drako ».Originaire d’Antsirabe, Mafonja, de son vrai nom Onja Andrimiarana, a été révélé par le succès du groupe Unik, durant son adolescence. Par la suite, il cherche à mieux développer son talent. Actuellement, à part d’être auteur et compositeur, il joue de la guitare et de la valiha. En 2016, il est nommé champion dans la catégorie musique moderne du concours scène d’Afrique. Aujourd’hui, avec une carrière remplie dans la Grande île, il  mène une carrière solo et expérimente un nouveau genre, fusion de hip hop, jazz et reggae.

S. R.

Madagascar Tribune28 partages

Magistrats, greffiers, et le syndicat des marins continuent la pression

Si les magistrats du syndicat SMM ont repris le travail, ils ne baissent pas les bras dans leur lutte pour l’indépendance de la justice. D’ailleurs les greffiers maintiennent toujours la pression. Cela fait deux jours que le fonctionnement du tribunal pêche par leur absence ; une telle situation entraîne la nullité des actes de justice. Les juges d’instruction sont bloqués car la procédure nécessite l’assistance d’un greffier et les usagers du tribunal rentrent bredouille car les greffiers n’ont pas observé un service minimum ne serait-ce que pour le service délivrance de casier judiciaire ou la lecture des verdicts. Le syndicat des greffiers attend depuis lundi dernier d’être reçu par le Premier ministre pour examiner à nouveau la question de promotion en grade ou versement. « Tant qu’une solution ou un consensus n’est trouvé, le syndicat poursuivra la grève  », déclare son président.

Pendant ce temps, le syndicat SMM qui se réjouit de l’étape accomplie dans l’affaire Claudine Razaimamonjy, ne baisse non plus les bras. Le SMM souhaite vivement que les autres étapes soient franchies dans les meilleurs délais, pour dire qu’il y a quatre autres dossiers Claudine Razaimamonjy. Le SMM rappelle aussi les plaintes déposées par l’entité Dinika Fanavotam-Pirenena (DFP) contre les véritables auteurs des détournements dans cette affaire Claudine et qui ne sont pas inquiétés (ordonnateur, personne responsable de marché public…).

Des dockers aussi se plaignent

De nombreuses décisions de justice demeurent non exécutées remarque-t-on dans le milieu des marins et gens de mers parmi lesquels les dockers. Le syndicat des marins de Madagascar (SYGMA) monte à nouveau au créneau pour prêter main forte aux revendications de 43 dockers licenciés depuis cinq (5) ans par une société qui a pignon sur rue ces derniers temps. D’après le SYGMA, le motif de licenciement est l’adhésion de ces dockers au syndicat. La justice leur a reconnu le droit syndical et a condamné la société en question. La même justice a ordonné la réintégration de ces dockers dans leur emploi. Mais jusqu’à ce jour ils sont toujours dans la rue. Le SYGMA réclame à ce que ces dockers bénéficient aussitôt qu’ils reprennent leur travailleur du statut d’employés permanents. Le SYGMA a été reçu par le ministre des transports qui a promis d’examiner la situation et de descendre sur place pour résoudre le problème.

Le cas des 43 dockers vient ainsi s’ajouter à celui des employés d’Air Madagascar. Il faut dire qu’à l’approche de la fête nationale, les revendications ne cessent de se multiplier. Le président de la République lui aussi revendique dans la rubrique sécurité, la prise de responsabilité de chacun depuis le foyer nucléaire familial, la grande famille, les voisins dans les quartiers, et surtout le chef fokontany, les élus dans les communes car dit-il les bandits et autres ravisseurs ne résident pas dans les nuages mais dans les fokontany, dans les communes.

L'express de Madagascar26 partages

Produit de rente – Le café devient une denrée rare

Le kilo du café atteint actuellement les 20 000 ariary. Les grossistes disent ne plus en trouver. Les zones productrices sont également en difficulté.

La filière en difficulté. Le café a perdu non seulement sa renommée d’antan, mais coûte cher. Il se vend au quadruple de son prix normal qui est de 5000 ariary en moyenne.« En deux mois, le prix du kilo du café en grains est passé de 5000ariary, à 8000 ariary et maintenant à 20 000 ariary », raconte un détaillant du marché d’Anosibe. Ce prix est pratiqué dans la principale zone productrice de café « Robusta » du littoral Sud-Est. Le Robusta constitue les 95% de la production annuelle du pays et se cultive dans cette partie de la Grande île. « La  plupart des plants de café ont subi les dégâts du cyclone Enawo. La pluie, puis la trop longue période de sècheresse ont  impacté sur la qualité de la production », explique Chrétien Gilbert Ralaimitsiry, directeur régional de l’Agriculture pour Vatovavy Fitovinany. Près d’un quart des 56 000ha de zone de caféiculture seulement ont pu assurer la production. « Les sacs de café sont directement acheminés vers Fianarantsoa par voie ferrée, donc le prix est à peu près le même pour Fianarantsoa et Manakara, chef lieu de région de Vatovavy Fitovinany. Il était de 3000 ariary le kapoaka (gobelet) ramenant ainsi le prix du kilo à 12 000 ariary », précise le directeur. Les collecteurs achètent le kilo à 10 000 ariary auprès des producteurs.Mais même avec le coût du transport vers la capitale, le premier responsable de l’agriculture de la région Vatovavy Fitovinany pense que le coût de la spéculation est trop exagéré pour atteindre 20 000 ariary.La chute du prix sur le marché international à moins de 2000 dollars la tonne soit, une contribution de 0,2% sur le PIB du pays,  n’a pas motivé les producteurs depuis une décennie.

En difficultéD’ailleurs, Madagascar est classé « petit producteur de café » avec ses 10 750 tonnes en 2007, 1 950 tonnes en 2009 et 8 800 tonnes en 2014, par rapport au  Mexique qui produit près de 400 000 tonnes annuellement. Le vieillissement des plants datant de la colonisation, le refus de nouvelles techniques culturales par les planteurs n’arrangent pas non plus la situation. La plantation ne produit que très peu, environ 1 à 2 kg par pied donnant environ un rendement de 3 à 4 tonnes à l’hectare, contre 6 à 8 kg par pied, du temps de colonisation. Depuis 1991, la détérioration est aggravée par le choix des planteurs de café, de le remplacer par du girofle ou de la vanille. « 70% de la culture de café sont rayés des habitudes de production », souligne encore Chétien G. Ralai­mitsiry. Un couple de planteurs de café raconte qu’il a opté depuis quelques années pour la culture de vanille.« Des opérateurs de la Sava viennent directement acheter notre vanille, et c’est de l’argent sûr », explique-t-il.On annonce en revanche que la prochaine récolte sera meilleure, même si le projet de rajeunissement de plants et d’amélioration des semences ne se fructifiera que d’ici encore quelques années. Toutefois, la production caféière mondiale sera encore inférieure à la consommation cette année. Même si la tendance est plutôt moins de caféine mais plus d’arôme.

Mirana Ihariliva

Tia Tanindranaza25 partages

Fifidianana amin’ny 2018Hampiady an-trano , hoy i Doudou

Amin’ny maha sendika ny tenako dia tsy hirotsaka velively amin’ny fifidianana ho avy hatao eto amin’ny firenena, eny fa na dia amin’ny fifidianana filoham-pokontany aza nefa dia tsy maintsy miteny kosa

  rehefa misy raharaha tsy mandeha amin’ny tokony ho izy eto amin’ny firenena, hoy Ratolojanahary Maharavo Doudou mpitarika ny DFP ankehitriny. Nambarany fa raha tsy hasiana fanovana ny tontolon’ny fifidianana eto amintsika amin’io 2018 kasaina hanaovana fifidianana io dia ho ady an-trano no hiseho eto Madagasikara.

Ntsoavina Evariste

 

 

Midi Madagasikara24 partages

CFM : Appel à candidature ouvert !

Le Comité de Sélection National du Conseil du « Fampihavanana Malagasy » ou CSN/CFM vient d’ouvrir officiellement l’appel à candidature au sein de cet organe constitutionnel à partir d’aujourd’hui. Selon les dispositions de la loi n°2016-037 du 2 février 2017 relative à la réconciliation nationale, le comité de sélection aura à sélectionner justement les 22 membres issus des 22 régions de Madagascar, soit un candidat pour une région. Les 11 autres seront désignés par le chef de l’Etat. Les 33 membres du CFM vont principalement, pendant cinq ans, « conduire le processus de réconciliation nationale en mettant en œuvre les dispositifs prévus à cette fin », conformément à la loi suscitée.

Délai d’un mois. Néanmoins, des conditions doivent être remplies pour que la candidature ne soit pas rejetée. D’après les informations que nous avons reçues, « il faut être de nationalité malgache, avoir 40 ans révolus, être de bonne moralité, avoir de l’expérience sur les composantes et les éléments du processus de réconciliation nationale, ne pas être membre d’une Institution de la République, n’avoir jamais été condamné définitivement pour crime et délit, n’avoir jamais fait publiquement de déclaration hostile à la réconciliation nationale à Madagascar et ne pas être membre de l’instance dirigeante d’un parti politique ». Par ailleurs, il faut « être intègre, refuser le népotisme sous toutes ses formes, doté du sens de la Justice, du devoir, du bien public et de l’intérêt général, compétent et avoir une connaissance réelle de Madagascar et être capable de transcender les clivages de toute nature ». Les intéressés auront jusqu’au 14 juillet à 18 heures pour déposer leur candidature soit auprès des Districts, soit au siège du CSN/CFM, soit par voie postale, par Lettre Recommandée avec Accusé de Réception à l’adresse du CSN/CFM, bâtiment de l’Organisation Internationale de la Francophonie – Niveau 0 Antaninarenina, Antananarivo 101.

Recueillis par Aina Bovel

L'express de Madagascar18 partages

Toliara – Une soixantaine d’élèves victimes d’intolérance aux antiparasitaires

Une campagne de déparasitage de vers dans plusieurs écoles publiques a mal tourné hier. Plusieurs enfants ont été évacués d’urgence à l’hôpital.

Panique générale dans la ville de Toliara hier toute la journée. Soixante-neuf élèves de diverses écoles publiques primaires de la ville ont été évacués au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Tanambao, hier toute la journée.  Tous ont absorbé du Mebendazole 500 que l’on utilise pour traiter les infections causées par plusieurs types de vers parasitaires. C’était lors d’une campagne de déparasitage organisée par la direction régionale de l’Éducation nationale d’Atsimo-andrefana. Les dirigeants de chaque école, après avoir été formés par des agents sanitaires, ont été responsabilisés pour administrer le médicament parasitaire aux enfants.Contre toute attente, celui-ci s’est transformé en poison en l’espace de quelques minutes. En effet, dès la prise de ce médicament, plusieurs élèves ont eu un malaise et des maux de tête, d’autres se sont évanouis, quelques-uns ont eu des étourdissements et certains ont même vomi. La première alerte est venue de l’EPP d’Anketa vers 10 heures, où environ soixante deux élèves ont été transportés d’urgence à l’hôpital, suivi de sept autres issus du collège Rabe Jules, des EPP Besakoa, Mahavatse, Andaboly et Morafeno-Tanambao.Cette ruée vers l’hôpital a créé des embouteillages monstres sur toutes les voies menant vers l’établissement sanitaire. Les familles des jeunes victimes sont également venues nombreuses, accusant les responsables (directeurs, maitres d’école) de ce qu’ils qualifientd’empoisonnement de leur progéniture. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour ramener le calme devant le service d’urgence de l’hôpital. « Nous n’admettons pas que nos enfants soient les cobayes du Fanjakana (État) pour de quelconques avantages et des raisons que l’on ignore. Ainsi, on réclame la tête des responsables de cet acte criminel et abominable », hurle un père en colère.

IntoléranceInterrogé sur ce qui aurait pu être à la cause exacte de ce malaise, le directeur du CHU de Toliara, le Pr Andry Riel, précise : « C’est une intolérance médicamenteuse collective provenant de l’absorption par inadvertance du Mebendazole. Toutefois, pour le moment, je ne peux pas me prononcer par rapport à ce médicament. Est-ce qu’il est périmé ou a un défaut de fabrication   », se méfie-t-il. « Seules les expertises du Centre national pharmacovigilance à Tsaralalàna à Antananarivo, peut fournir dans les heures ou jours à venir, des résultats fiables à ce sujet », ajoute-t-il.À l’heure où nous mettons sous presse, le nombre des élèves intoxiqués a augmenté, car certains sont encore dirigés vers le service d’urgence du CHU pour être examinés. « Depuis ce matin, quarante sept patients ont été admis à l’hôpital tandis que vingt deux ont rejoint leur domicile après avoir reçu les soins nécessaires. Aucun décès n’a été signalé jusqu’à présent, contrairement aux rumeurs qui circulent en ville », conclut le Pr Andry Riel.

Francis Ramanantsoa

Midi Madagasikara17 partages

Ivato- centre Ambositra : Une classe verte dédiée aux élèves de l’EPP

« Les élèves de l’EPP ont eu droit à une classe verte ».

La commune rurale d’Ivato-centre Ambositra a été choisie par la région d’Amoron’i Mania, le 9 juin 2017, pour marquer d’une façon bien originale, la Journée Mondiale de l’Environnement (JME) qui a pour thème : « Réconcilier la population avec la nature ».

Originale, cette JME l’est dans la mesure où la direction  régionale de l’Environnement, des Forêts et de l’Ecologie d’Amoron’i Mania sous l’égide de son directeur régional, Abodou Randrianasolo Paul a choisi  les élèves de l’EPP pour dispenser une classe verte dans le « fokontany » d’Ampanatovana. L’objectif était d’initier ces élèves à l’art de la sylviculture dans l’entretien de la forêt de pins qui s’y trouvait, (élagage et éclaircissement). Cette démonstration a vu également la participation de la population locale et des autorités venues nombreuses cautionner les efforts dispensés par ces élèves, embrassant ainsi communément,  le thème de cette célébration.

Acteurs. Le maire d’Ivato-centre, quant à lui, n’avait pas tari d’éloges sur l’idée du  nouveau directeur régional de l’Environnement, des Forêts et de l’Ecologie d’Amoron’i Mania pour sa première apparition en public, d’avoir jeter son dévolu sur les élèves de l’EPP, pour être non seulement des acteurs de premier plan, mais aussi des leaders dans la préservation de l’environnement pour  le futur. Une initiative qui sans nulle doute fera tâche d’huile au sein de  la communauté, elle-même, par le biais de ces élèves, a conclu l’édile de cette commune malheureusement réputée pour ses feux de brousse et aider  ainsi, la population locale à se prendre en charge.

Anastase

Tia Tanindranaza16 partages

Fikaonan-doha amin’ny mpampiasa volaAny Johannesbourg anio sy rahampitso

Hotanterahina anio 14 jona sy rahampitso any Johannesbourg Afrika Atsimo ny fihaonana sy fikaonan-doha amin’ny mpampiasa vola, karakarain’ny sekretariam-panjakana eo anivon’ny minisiteran’ny raharaham-bahiny, misahana ny fiaraha-miasa sy ny fampandrosoana.

 

 Miara-mientana amin’ny hahatontosan’ity fihaonana ity an-tsakany sy an-davany ihany koa ilay vovonana ara-toekarena EDBM (Economic Development Board of Madagascar). Tsy hay aloha na mba hahazo vola na ho voky fampanantenana tahaka ilay tany Frantsa ny volana desambara amin’ny hoe hahazoana vola hatrany amin’ny 10 miliara dolara ny fanjakana HVM. Vitan’ny filoham-pirenena mihitsy ny nilanjalanja loha sy nandihy tsy afa-tavony ary nirehareha tamin’ny mpanohitra noho ny fitokisan’ny mpamatsy vola. Vaky vava ihany anefa taty aoriana rehefa tsy nipotsaka ilay volabe nantenaina fatratra, ka nilaza fa indraindray dia misy ny filam-boatsiary ataon’ny mpamatsy vola. Nitady lalana tany amin’ny Arabo sy ny sinoa avy eo, saingy tsy fantatra intsony na nahazo na tsia ary tsy mazava intsony ny resaka fifanarahana hafahafa natao tamin’ireny firenena tsy dia mahazatra ireny. Sesilany, ohatra, ny fanomezana tany hotrandrahan’ny sinoa sy ny vahiny isan-karazany. Tsy misy intsony ny lamina mazava fa mandeha ny kitsapatsapa rehetra amin’ny hitadiavam-bola, ka vitan’ny HVM mihitsy ny milela-paladia etsy sy eroa. Amin’ny ankapobeny dia tsy dia atokisan’ny firenena matanjaka ny mpitondra noho ny resaka kolikoly sy tsy fahaiza-mitantana, ka zary tsapatsapaina avokoa ny zava-drehetra sao mba mahazo vola ihany e !

 

 

Toky R

 

Midi Madagasikara16 partages

Concours international : Voix Nouvelles s’ouvre aux amateurs de musique classique malgache!

Les gagnants iront sur les traces de la marraine du concours la soprano colorature Natalie Dessay

Madagascar accueille pour la première fois les éliminatoires du Grand Concours International Voix Nouvelles. En collaboration avec l’Institut Français de Madagascar et Laka Association, les chanteurs malgaches pourront participer à l’éliminatoire régionale qui aura lieu le mercredi 8 novembre 2017 à l’IFM Analakely.

Devenir un grand chanteur lyrique reconnu sur la scène internationale, beaucoup y aspirent mais très peu y parviennent ! Le concours Voix Nouvelles leur donne l’occasion de réaliser leur rêve. Enfin, seulement ceux qui ont moins de 32 ans ! Pour la première fois depuis sa création, il y a trente ans, Voix Nouvelles s’invite à Madagascar. Pour participer ? Il suffit de télécharger le bulletin d’inscription à télécharger sur le site du Centre Français de Promotion Lyrique www.cfpl.org accompagné de la partition de l’air choisi, d’un CV d’une page avec votre portrait, une photocopie du passeport en cours de validité et d’un certificat de résidence. L’inscription est gratuite. Les auditions se dérouleront entre le 4 septembre et le 31 décembre. Les lauréats des éliminatoires participeront à la finale régionale, puis partiront en France pour les demi-finales et finales nationales en 2018 avant d’entamer une grande carrière lyrique sur les traces de la marraine du concours la soprano colorature Natalie Dessay.

Opéra Comique. Le but de l’évènement est de découvrir de nouvelles voix lyriques et permettre à des chanteurs de moins de 32 ans, qu’ils aient ou non une formation classique, de participer gratuitement aux auditions. Une tournée est ensuite organisée pour les lauréats, afin de les soutenir dans leurs débuts sur les scènes lyriques. Avec ce concours, le Centre français de promotion lyrique souhaite détecter le plus de nouvelles voix possible. C’est d’ailleurs parce que ce concours est lourd à organiser qu’il n’a lieu qu’irrégulièrement depuis sa création, il y a près de 30 ans. Les participants ont jusqu’au 30 juin pour s’inscrire. Les Malgaches sélectionnés seront en compétition avec d’autres chanteurs venus de France, Belgique, Suisse, Canada, Comores et Maurice, les 25 et 26 janvier 2018 à l’Opéra de Massy. La finale aura par contre lieu le 10 février 2018, à l’Opéra Comique, avec l’Orchestre Colonne. Le jury sera constitué notamment de tous les directeurs d’opéra, ainsi que d’un certain nombre de personnalités du monde lyrique.Mahetsaka

L'express de Madagascar15 partages

Pétanque – Masters – Luc et Cobra aux côtés de Nanou et Hery

Pendant un temps, la Fédération Malgache de Pétanque n’avait pas encore confirmé l’information. Mais c’est désormais officiel, Hermann Luc Rahaingoson et Tojo « Cobra » Rahasintsoa disputeront bel et bien la tournée 2017 des Masters de pétanque, en France.Ils viennent renforcer le duo de champions du monde composé de Christian « Nanou » Andrianiaina et Hery Razafi­mahatratra. Les quatre boulistes ont quitté Madagascar il y a quelques jours, direction l’Hexagone donc.Ils ont un mois pour préparer la compétition, qui comptera sept étapes qualificatives avant le Final Four. Le coup d’envoi de la tournée sera donné le 13 juillet, soit dans un mois, à Romans-sur-Isère. S’ensuivront les rendez-vous de Wissembourg (20 juillet), Clermont-Ferrand (27 juillet), Montluçon (3 août), Tignes (10 août), Castel­sarrasin (24 août) et Ruoms (30 août).Comme à l’accoutumée, les quatre meilleures équipes à l’issue de ces sept étapes qualificatives se retrouveront lors du Final Four. Celui-ci est fixé pour le mercredi 6 septembre, dans la ville d’Istres.Concernant le cru 2017, la nouveauté de cette année se nomme Bénin. La nation vice-championne du monde participera pour la première fois aux Masters, avec notamment le redoutable tireur Bio, qui avait impressionné lors du Mondial de décembre au Palais des sports et de la culture Mahamasina.Notons également la présence de Christian Andrian­tseheno, alias Racle. Il évoluera au sein de l’équipe Fazzino, en compagnie du tireur Italien Diego Rizzi, de Christian Fazzino et de Claudy Webel. Parmi les sept formations engagées, l’équipe de France aussi sera à suivre de près, avec Michel Loy, Damien Hureau et les deux Philippe, Quintais et Suchaud dans ses rangs.

H.L.R.

Midi Madagasikara15 partages

Hippisme : Mascotte de Star crée la surprise

La course phare de l’AHCEL de dimanche à Mahazina, a permis à Mascotte de Star de signer une très belle surprise puisqu’elle a devancé tout le monde grâce notamment au talent de Jean Baptiste Rakotohanja des grands jours qui a également survolé la troisième course avec Magique Etoile.

Pour revenir à la quatrième course, la chute de L’Oiseau Bleu sous la selle de Nicot Ramiliarimanga a quelque peu faussé les débats. Et c’est Kathy Pleasure montée par Eric Ravelonjanahary qui prend la deuxième place devant le grand favori Nabab confié à Patrick Rakotoarivelo.

L’apprenti Michel Randriamanantena a laissé tout le monde sans voix en remportant la première course avec Luna Bella qui devance Orchidée pourtant conduite par Patrick Rakotoarivelo. Ce dernier se rattrapera dans la course d’après en conduisant presque logiquement à la victoire l’impressionnant Osarus.

Les courses de l’AHCEL observeront un break pour ne reprendre que le 25 juin pour le Grand Prix de l’Indépendance.

Clément RABARY

Midi Madagasikara14 partages

Francophonie : Atallah Béatrice reçue par le président togolais

Rencontre entre la ministre Atallah Béatrice et le président Faure Gnassingbé hier à Lomé.

Le chef de la diplomatie malgache Atallah Béatrice a rencontré hier à Lomé, en tant que présidente de la Conférence Ministérielle de la Francophonie, le président togolais Faure Essozimna Gnassingbé. Des sujets d’actualités d’ordre bilatéral, multilatéral et régional étaient au centre des discussions. « Je suis tout comme Michaëlle Jean, SG de la Francophonie, je n’ai aucune inquiétude quant à la capacité du Togo d’héberger la 3e conférence qui se tiendra à Lomé du 24 au 26 juin 2017. », a souligné Atallah Béatrice à l’issue de l’entrevue. Le Chef d’Etat togolais lui a fait montre d’une volonté manifeste d’assurer le bon déroulement de ce rendez-vous diplomatique francophone. « En ma qualité de garante morale de la conférence, j’ai rassuré la partie togolaise que Madagascar restera à tout moment disponible pour toute éventuelle assistance conformément aux expériences acquises par Madagascar lors du Sommet d’Antananarivo » a expliqué le chef de la diplomatie malgache.

Préparatifs. Les séances de travail dirigées par les deux ministres des Affaires étrangères au siège du MAE togolais ont justifié l’état d’avancements des préparatifs de la conférence. « Je vous prie d’avoir confiance ; nous ferons comme vous avez fait à Antananarivo », a rassuré le ministre togolais Robert Dussey. En effet, tout semble être en place. Des questions logistiques au sujet de substances sans oublier la mise en place de toutes les commissions utiles comme l’exige le prérequis logistique et matériel remis symboliquement par la présidente de la CMF. La passation entre la présidente sortante et celle qui hébergera le prochain sommet d’Arménie se tiendra justement à Lomé lors de la 33e conférence. Le thème de cette dernière étant déjà validé par les instances de la Francophonie, il intéresse également la partie malgache : « Nouvelle économie : économie bleue et économie verte, nouveau moteur de croissance pour l’inclusion sociale et le développement durable ».

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara13 partages

COMESA : Vers la mise en place d’une norme commune

Faly Rasamimanana, le Directeur général de Faly Export, présentant le référentiel HOREB, lors d’une réunion du COMESA au Kenya.

Les actions de RSE présentées par Faly Rasamimanana, le Directeur général de Faly Export, ont été mises en avant lors d’une rencontre entre les secteurs privés des pays membres du COMESA (Marché Commun de l’Afrique Orientale et Australe) qui s’est tenue dernièrement au Kenya.

En fait, l’objectif consiste à mettre en place en place une norme commune au sein de cette communauté économique régionale tout en promouvant des chaînes d’approvisionnement agro-industrielles durables afin de surmonter toutes les éventuelles barrières non tarifaires. Pour ce faire, « L’application d’un système inclusif s’avère indispensable en commençant au niveau des lieux de production. Nous, le secteur privé, reconnaissons que nous n’avons guère pris nos responsabilités pour pouvoir améliorer la production tant en quantité qu’en qualité. C’est pourquoi, nous avons initié le référentiel HOREB (Hygiène, Organisation, Restauration de l’Environnement et de la Biodiversité) pour développer des filières d’exportation à Madagascar, et ce, dans le cadre de la mise en œuvre de nos activités de RSE. Il s’agit notamment d’allouer une partie de notre bénéfice net à l’amélioration du bien-être des producteurs, surtout au niveau de la santé et de l’éducation de leurs enfants ainsi que de la sécurité alimentaire de leurs familles. Sinon, ces exploitants agricoles n’auront pas la capacité de booster leur production, même si on leur offre des appuis en matière d’intrants agricoles », a expliqué le Directeur général de Faly Export.

Non compétitifs. Au niveau du secteur de transformation agro-industrielle, ce promoteur du système HOREB a soulevé que bon nombre des industries ne sont pas compétitives, et ce, pour de nombreuses raisons. Il s’agit entre autres, de l’utilisation des machines dépassées, moins performantes et consommant beaucoup de gas oil ainsi que de manque d’infrastructures comme les routes pour acheminer les produits et les magasins de stockage respectant les normes. « Madagascar ne sera pas ainsi compétitif tant que le secteur privé ne suit pas l’évolution technologique pour réduire son coût de production. Au niveau des industries agro-alimentaires, les appareils de production et les matériels roulant servant à transporter les produits doivent en principe respecter l’environnement grâce à l’utilisation des énergies propres tels que le gaz et l’électrique. Mais les PME-PMI malgaches ne peuvent pas se permettre de les acquérir faute d’accès facile au financement. D’autant plus que le fonds de garantie est encore insuffisant », a-t-il enchaîné.

Politique économique. Face à cet état de fait, Faly Rasamimanana a suggéré l’implication du secteur privé dans l’élaboration des projets de développement en partenariat avec l’Etat et les bailleurs de fonds. « Nous nous endettons pour mettre en œuvre ces projets alors que cela ne contribue pas assez à l’amélioration de la compétitivité de nos filières d’exportation. C’est dédié souvent au renforcement de capacité des producteurs. Pourtant, ceux-ci n’arrivent même pas à faire vivre leurs familles. En outre, les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) doivent être une institution capable de fédérer toutes les propositions des acteurs concernés pour pouvoir monter des projets servant à apporter des solutions aux entraves au développement du secteur privé », a-t-il rajouté. Par ailleurs, « Ces Chambres Consulaires doivent être les leaders en matière d’élaboration d’une politique économique efficace permettant de faire face à la mondialisation, notamment l’application de la Zone de Libre Echange et de l’Accord de Partenariat Economique. Mais suite au mode d’élection des dirigeants des CCI actuels, on doute sur la recherche des intérêts communs du secteur privé », a conclu le Directeur général de Faly Export.

Navalona R.

Midi Madagasikara13 partages

Airtel Madagascar : Un lot de matériels à l’association SMM ADSF

Airtel veut faire le chemin ensemble vers l’épanouissement des élèves de SMM ADSF.

Organisé par l’association Ecole des Sourds SMM ADSF (Sekolin’ny Marenina Madagasikara – Aide et Soins Sans frontières) avec le soutien d’Airtel Madagascar, le spectacle intitulé « Tè pas né », réalisé par le comédien français Philippe Mayamat, a permis de faire une levée de fonds en faveur des nombreux malentendants du centre. Le public venu nombreux lors des représentations de cette pièce en avril dernier a été conquis.

Le 09 juin 2017, l’équipe d’Airtel Madagascar dirigée par Maixent Bekangba a effectué une  descente à l’Ecole SMM ADSF Ambatoroka pour la remise de matériels issus du fruit  de l’élan de solidarité qui s’est manifesté à travers la levée de fonds. Cet important don est constitué de huit machines à coudre, d’accessoires de couture, d’ustensiles de cuisine, de matériels de jardinage pour la classe technique, de lits superposés, de draps, de couvertures pour l’internat, de trousses de pharmacie et enfin de panneaux pour le terrain de basket-ball ainsi que de ballon pour l’école.

Le matériel mis à la disposition des 33 élèves souffrant de problèmes d’audition dont 14 en pensionnat permettra d’offrir plus  d’autonomie. « Ces enfants ont besoin de nous pour leur épanouissement personnel et professionnel dans un environnement où ils sont, pour la plupart, rejetés par la société. Airtel Madagascar s’est fixé comme objectif de faire le chemin ensemble vers le succès et offrir une vie meilleure ainsi qu’une intégration dans la société» a déclaré Maixent Bekangba, Directeur Général d’Airtel Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara12 partages

Basket-ball- Championnats de Madagascar N1A : Le quatuor de tête se précise chez les dames !

Les championnats de Madagascar de basket-ball abordent déjà la cinquième journée avec des résultats édifiants sinon prévisibles et plus particulièrement chez les dames où on assiste à une mainmise de quatre équipes avec TAMIFA, SBBC, MB2All et Fandrefiala.

Victoire de la logique lors de la journée de lundi et mardi aux championnats de Madagascar de basket-ball en N1A. D’abord pour Soma Beach Basket Club qui enfile les victoires face au JEA Vakinankaratra (86 à 51) et à l’ASA Analamanga (94 à 29). Deux victoires avec de la marge qui montrent que le SBBC ne vient pas pour de la figuration et la courte défaite du premier jour contre Fandrefiala ne serait plus que de l’histoire ancienne.

TMBB intraitable. MB2All de Ndranto Tagg Rakotonanahary s’affiche aussi comme une prétendante pour le dernier carré comme l’atteste cette facile victoire d’hier contre le BC EST par 90 à 43.

ASE et JEA ont signé une victoire face respectivement à BC EST ( 55 à 43) et AS Emma (39 à 27).

Chez les hommes, TMMB s’est montré par deux fois intraitable. D’abord face au GNBC qui n’est plus que l’ombre de lui-même (69 à 63) puis devant le Challenger (104 à 72).

Ce dernier est devenu méconnaissable au point de subir la loi des Antsirabéens du 2BC par 71 à 67.

Le Cosmos pour sa part a pris une sérieuse option en infligeant une lourde défaite de 94 à 85 au MB2All. Quant au COSPN, il a enfoncé un peu plus le SEBAM qui n’arrive plus à tenir la route (75 à 68).

 Clément RABARY

Midi Madagasikara12 partages

« Enjoy Madagascar » : La Grande Ile sous son meilleur jour

Les artisans malgaches ont du talent à revendre et s’efforcent de gagner en technicité, comme ici lors de l’« Enjoy Madagascar ».

Le salon « Enjoy Madagascar », s’étant tenu au Parc des Expositions Forello Tanjombato du 7 au 11 juin dernier, a permis au public de profiter de « 7 salons en 1 ». 7 salons réunis en 1 seul, qui a permis à la population d’apprécier Madagascar du «côté soleil », en mettant entre parenthèses les aspects qui ternissent son image.

« Enjoy » se traduit par « prendre plaisir » en français. Conformément à cette terminologie, le salon  « Enjoy Madagascar » a mis l’accent sur cette dimension « plaisir », optimiste, voire  hédoniste. Le salon se propose en effet de procurer au public le plaisir de découvrir ou de redécouvrir toutes les spécificités qui font la renommée et la fierté de la Grande Ile et mettre de côté certains éléments de la réalité qui la rendraient moins attrayantes. L’objectif était également d’inciter les Malgaches à apprécier leur pays, à apprécier ses richesses et savoir les valoriser. L’évènement a ainsi réuni sept salons en un : Tourisme, Gastronomie, Famille, Mode, Bien-être et Sport, Décoration et New-tech. Effectivement dans ces sept domaines, notamment le tourisme et la gastronomie, les atouts de Madagascar ne sont plus à démontrer. 150 000 invitations gratuites ont été distribuées en amont du salon, si le prix d’entrée était fixé à 4 000 ariary. Lors des premiers jours du salon, la coïncidence du salon avec la tenue de l’ITM (International Tourism Fair Madagascar) s’est fait ressentir sur l’affluence. Cependant, le week-end a largement inversé la tendance, car plus de 2 000 visiteurs par jour y ont été enregistrés.

Bonne chère. Gourmets ou gourmands, c’est selon…En tout cas, l’assaut qu’ont connu les stands du « salon gastronomie » ont prouvé que les Malgaches aiment la bonne chère ! Quoi de mieux en effet pour se détendre le week-end, qu’une sortie autour de bons petits plats, tous les sens en éveil ? Surtout quand on sait que les plus grands chefs cuisiniers malgaches, regroupés au sein de la CAM (Chef Association Madagascar) ont concocté quotidiennement plusieurs séances de dégustation … Mais la bonne chère, n’a pas été la seule à avoir drainé la foule. Le « salon fashion », avec ses défilés de mode et de « body building » et ses déstockages de masse ont également fait des émules, notamment du côté de ces dames. Dans un registre plus sérieux et non moins intéressant, la sensibilisation des touristes nationaux à l’éco-tourisme, les animations et « coaching » proposés par le salon « parents-enfants », ainsi qu’un prototype de maison « éco » ont aussi trouvé écho chez le public. Le salon bien-être a également mérité le déplacement, mais il aurait gagné à organiser une animation spéciale pour le dimanche 11 juin, journée mondiale du Bien-être.

Luz R.R

Midi Madagasikara12 partages

Danse-Ballet : Claude Brumachon met en scène sa « folie »

Un spectacle inédit ! Ce samedi 17 juin, la Cie Sous la Peau jouera la « Folie » de Claude Brumachon   à l’IFM Analakely. « Folie » est un ballet de groupe, un corps immense composé de quinze danseurs malgaches. Une marée humaine qui se lève, qui monte et qui descend suivant le rythme intense des respirations. Un océan empli de vies, de luttes et de morts. Avec « Folie », Claude Brumachon et Benjamin Lamarche transmettent leur travail de chorégraphe. Ils continuent à faire vivre cette pièce prestigieuse et majeure de leur répertoire à travers des reprises. « Pour que « Folie » vive, il nous faut la danser et la transmettre, de danseur à danseur, la pièce prend sa liberté. Pour défier ces poussières de temps qui font de la danse un art éphémère, pour présenter et revoir ce qui fut, mais qui au travers des temps semble ne pas vieillir. Et quand bien même, elle vieillirait, les marques de l’âge, là encore, seraient une raison de plus pour poursuivre les représentations de « Folie ». Une raison de plus s’il en fallait encore une autre que le désir surpuissant de s’engager dans la danse et sur la scène. »Mahetsaka

Tia Tanindranaza11 partages

Force de changementHampihetsi-bahoaka amin’izay

Henontsika ireny vavan’ny avy eo anivon’ny HVM ireny fa tsy mila fiaraha-mitantana, hono, izy ireo, hoy ny avy eo anivon’ilay vovonana politika Force de changement, raha nanohy ny fivoriany tetsy amin’ny AKFM Andravoahangy omaly.

Mirija

Midi Madagasikara11 partages

ONG Habaka : Madagascar bientôt développeur de sa propre technologie

La technologie au service du développement durable. Tel est le leitmotiv de l’ONG Habaka qui est un espace regroupant les talents et les activités technologiques à Madagascar. Le projet met en place un certain nombre d’initiatives visant à construire un écosystème autour de l’entrepreneuriat et l’innovation technologique. L’ONG Habaka vise à regrouper la communauté technologique malgache dont entre autres, les blogueurs, les entrepreneurs dans les nouvelles technologies, les développeurs, les technophiles et les passionnés en la matière. Sa contribution à la mise en place tout récemment du Laboratoire de Fabrication Numérique ou Fablab en partenariat avec le CIDST, permet également de concevoir des projets numériques et innovants répondant aux besoins sociaux et à ceux des entreprises. Avec ce nouveau laboratoire, Madagascar sera bientôt développeur de sa propre technologie et ne sera plus consommateurs des technologies importées, selon les dirigeants de l’ONG Habaka.

Navalona R.

L'express de Madagascar10 partages

Chorégraphie – Danse et Ballet en Folie à l’IFM

Deux pointures de la danse contemporaine, Claude Brumachon et  Benjamin Lamarche  invitent la capitale à découvrir les danseurs malgaches interpréter la « Folie », leur pièce phare créée en 1989.

Une vraie chance pour les férus de la danse contemporaine. La Compagnie Sous la Peau dirigée par des chorégraphes de renommée internationale, Claude Brumachon et  Benjamin Lamarche, dévoilera  « Danse, Ballet Folie » ce samedi 17 juin à partir de 15 heures 30 à l’Institut Français De Madagascar (IFM)  dans la salle Albert Camus pour le grand plaisir des amateurs de danse contemporaine. Cela leur permettra aussi d’éveiller leurs talents pour cette discipline artistique tout en découvrant l’historique et les fondements de cette danse. «Folie est une pièce qui  parle d’une marche improbable d’êtres humains vers une révolution. C’est une pièce très universelle, donc chacun suivant les niveaux peut y trouver une nourriture. Je tenais à partager cette expérience avec les jeunes danseurs malgaches», explique Claude Brumachon l’initiateur de l’événement. Avec Folie, Claude Brumachon et Benjamin Lamarche transmettent leur travail de chorégraphe. Ils continuent à faire vivre cette pièce prestigieuse et majeure de leur répertoire à travers des reprises pour les auditeurs de la danse contemporaine.

FolieCréée voici plus de 20 ans, «Folie» est la pièce emblématique du répertoire de Brumachon et Lamarche à laquelle les danseurs d’aujourd’hui font encore référence. Un ballet de groupes, un corps immense composé de quinze danseurs malgaches. Une marée humaine qui se lève, qui monte et descend suivant le rythme intense des respirations.Un océan empli de vies, de luttes et de morts. «Pour que Folie vive, il nous faut la danser et la transmettre, de danseur à danseur, la pièce prend sa liberté. Pour défier ces poussières de temps qui font de la danse un art éphémère, pour présenter et revoir ce qui fut mais qui au travers des temps semble ne pas vieillir. Et quand bien même, elle vieillirait, les marques de l’âge là encore seraient une raison de plus pour poursuivre les représentations de Folie. Une raison de plus s’il en fallait pour montrer le désir surpuissant de s’engager dans la danse et sur la scène», rajoute Claude Brumachon. C’est ainsi une véritable ode à la culture musicale locale.Ce spectacle sera suivi d’un échange avec les artistes et de projections d’extraits de créations de la Cie Sous la Peau. Ainsi, les danseurs auront le privilège d’ explorer et de partager avec ces deux chorégraphes leur amour de la danse, leur expérience et leur recherche.

Sitraka Rakotobe

Midi Madagasikara10 partages

Constant-Serge Bounda : Le nouveau représentant du FNUAP à Iavoloha

Le Président Hery Rajaonarimampianina a reçu le nouveau représentant du Fonds des Nations unies pour la Population (FNUAP), Constant-Serge Bounda, avant-hier à Iavoloha. « Il ne s’agit pas d’apporter de nouvelles idées, mais d’assurer la continuation des activités déjà entamées par mes prédécesseurs. Nous allons axer surtout nos interventions sur la Jeunesse » a déclaré le nouveau Représentant, et Directeur Pays pour les Comores, Maurice et les Seychelles. Il est à souligner que l’UNFPA œuvre pour la construction d’un monde qui permette à chacun d’atteindre son plein potentiel, puis de permettre à chaque femme d’accoucher dans des conditions optimales de sécurité, son slogan étant “ Tout le monde compte”.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara9 partages

Sport mécanique : Un grand rassemblement avec Le club 405 « Mada» ce samedi

1987-2017. Cette année, la 405 de Peugeot célébrera ses 30 ans. Plusieurs festivités seront lancées ce samedi 17 juin. La Grande Ile ne manquera pas cette grande fête. En parallèle à cette célébration officielle, le club 405 Mada organise un grand meeting ce samedi. Ainsi, les propriétaires de 405 se donneront rendez-vous au CEG Antanimbarinandriana à 8 h 30. Une caravane sera organisée au départ d’Anosy jusqu’à Imerinkasinina, là où se tiendra le rassemblement. Arrivé à Imerinkasinina, l’évènement à Sochaux sera retransmis en direct suivi des échanges et conseils entre propriétaires et passionnés et présentation du groupe. Il est à signaler que le groupe Peugeot 405 Madagascar sur Facebook a été créé en octobre 2014 par quelques passionnés de la marque au Lion et plus particulièrement de la 405. Avec 1 000 membres en 2015, le groupe recense actuellement pas moins de 4 000 adhérents. L’objectif étant de partager la passion commune pour cette marque, mais aussi pour l’entraide et le partage. Après plusieurs rencontres entre plusieurs passionnés, le Club 405 MADA a été constitué en octobre 2016 dont les membres sont les vrais passionnés de la lauréate de la Meilleure voiture de l’année 1988.

T.H

L'express de Madagascar4 partages

Fonction publique – Le détail du salaire des fonctionnaires reste flou

Réforme. C’est le mot d’ordre de l’atelier organisé par Transparency Interna­tional Initiative Madagascar (TI-IM), qui s’est déroulé hier au Developement Learning Center (DLC) Anosy. Un atelier qui s’est focalisé sur la transparence des rémunérations des agents publics à Madagascar. Durant les exposés qui se sont succédé, les points se sont focalisés sur la méconnaissance des fonctionnaires de ce qui compose leur rémunération. D’après Claude Fanohiza, directeur exécutif de la TI-IM, « nombreux ignorent les rubriques qui constituent leur salaire. Il devrait y avoir une transparence, rubrique par rubrique à ce sujet ». Un exemple de rubrique est la compensation du revenu de solidarité active (RSA) dont le calcul diffère selon le ministère. Selon les dires du directeur exécutif de la TI-IM, une cartographie de la fonction publique est également utile pour gérer les recrutements dans tout le pays et éviter ainsi des problèmes, tels que l’incompatibilité des besoins du pouvoir en matière de compétences des recrutés et le recrutement organisé par le gouvernement.La TI-IM a émis plusieurs recommandations pour une meilleure transparence avec la mise en place d’une base de données unique qui permet d’éviter les différences des chiffres énoncés par le ministère des Finances publiques et le ministère de la  Fonction publique. Il a aussi été recommandé d’augmenter le nombre des agents de contrôle des Finances publiques, qui sont largement moins nombreux que les agents publics eux même. « On recense actuellement une trentaine d’inspecteurs généraux de l’État pour cent quatre vingt onze mille à deux cent cinquante mille agents publics », selon Claude Fanohiza.Durant les investigations menées par la Transparency International Initiative Madagascar, près de deux cent cinquante textes sur les rémunérations ont été recueillis et compilés, deux cent cinquante corps existent dans la Fonction publique, dont trente neuf bénéficient de statuts particuliers, cent quatre vingt onze mille fonctionnaires d’après la loi de finance 2017 contre cent soixante mille selon le ministère de la Fonction publique. Ces décalages entre les chiffres témoignent encore de la présence effective de la corruption à Madagascar.

Loïc Raveloson

Tia Tanindranaza3 partages

Sekolin’ny mareninaNotoloran’ny Airtel fitaovana marobe

Fikambanana iray miezaka manampy ireo ankizy manana olana ara-pihainoana eto amintsika ny Sekolin’ny Marenina Madagasikara eny Ambatoroka. Miisa 33 mianadahy ireo zaza beaziny ao ankehitriny ka ny 14 amin’ireo no kilasy mandry.

Pati

 

Orange Madagascar3 partages

Enawo – Des préjudices de 129 millions USD

En raison des pertes considérables occasionnées par le cyclone Enawo au mois de mars dernier, une reprogrammation des dépenses a été opérée dans le projet de Loi de Finances rectificative pour 2017.

Les dégâts ont été significatifs notamment sur les plans éducationnel et infrastructurel. Le coût estimatif des dommages remonte jusqu’à 129 millions USD dont les 34,7% et 26,9% accaparés par ces deux secteurs.

Le coût estimatif des préjudices s’élève jusqu’à 42 millions USD, pour le seul secteur éducatif. Au total, 2 329 salles de classe ont été totalement détruites, 1 827 autres ont été décoiffées et  1 632 ont subi des dégradations partielles. A cet effet, le ministère de l’Education Nationale (MEN) a été doté de crédit d’investissement s’élevant à 43,6 milliards d’Ariary pour le financement des travaux de réhabilitation de ces dégâts.

Dans le domaine de la santé, le recensement effectué après le passage du cyclone Enawo a fait état de 25 bâtiments médicaux totalement détruits, 98 à réhabiliter, 245 à réparer et 50 stocks en intrants détruits. Cela correspond à une perte de 13,7 millions USD dont une moitié à hauteur de 7,2 millions USD sera financée par les PTF avec la coordination technique des Agences d’Exécution.

Le secteur Eau et Assainissement a également subi d’importantes pertes nécessitant un financement de 2,4 millions USD. Leurs relèvements viennent en supplément des objectifs déjà fixés par l’Etat d’atteindre un taux de desserte en eau potable de 68% en milieu urbain, 50% en milieu rural, et un taux d’accès aux infrastructures d’assainissement de 52% au niveau national.

Faut-il noter que les organismes internationaux ont répondu positivement à l’appel de Madagascar à travers les « Flash Appeal » lancés par le BNGRC. Cette initiative a permis la récolte de 20 millions USD, selon ce qui est inscrit dans le Projet de Loi de Finances rectificative pour 2017. Outre cela, les divers mécanismes de financement entres autres la FEC du FMI, le projet Filets Sociaux de Sécurité (FSS) et le Mécanisme de Réponse Immédiate (MRI) de la Banque Mondiale ainsi que les projets de la BAD vont allouer 50 millions USD afin de soutenir le secteur social. A ce titre, 35 millions USD proviendront du FMI (FEC), 13 millions USD du MRI de la Banque Mondiale et 1 million USD chacun du projet FSS-FID et de la BAD.

Outre les appuis des partenaires techniques et financiers, des aides d’urgence seront programmées dans le Programme d’Investissements Publics pour un montant total de 50,3 millions USD. Les interventions concernent la réhabilitation des infrastructures et le rétablissement dans le secteur routier, l’Education, la Santé, le Transport, l’Agriculture et la JIRAMA.

Ainsi, les dépenses totales (20,2% du PIB) vont augmenter de 9,6% pour passer de 6 709,2 milliards d’Ariary à 7 353,5 milliards d’Ariary y compris le remboursement de la TVA.

LDV

L'express de Madagascar3 partages

La décision unilatérale du général Gallieni

L’instauration du protectorat français  sur Madagascar en octobre 1895, n’apporte aucun changement aux Sakalava et Antankarana, notamment avec la remise en fonction dugouverneur Ratovelo à Anorotsangana. Son premier souci est de se venger des administrés.La reine Binao demande alors de l’aide aux autorités françaises de Nosy Be. Les Français se contentent de lui conseiller, pour mieux se défendre, de bâtir un village fortifié où elle regrouperait tous les Sakalava bemihisatra, même ceux qui se sont enfuis sur les iles.Chassé d’Ambohimarina, Ratovelo est en effet placé comme gouverneur général de Vohémar par ordonnance de Ranavalona III du 6 juin 1896.« Situation incompréhensible pour les Antankarana car ils ignoraient tout du traitéfranco-hova du 1er octobre 1895. La région de l’Ankarana était néanmoins plus tranquille, car les troupes de Ratovelo n’osaient plus s’y aventurer, craignant l’intervention des Antan­karana stationnés à Nosy Mitsio et des Français de Diego-Suarez» (Ambalavelona ou l’insurrection anticoloniale dans le Nord-ouest de Madagascar en 1898 de Cassam Aly Ndandahizara).Puis par la loi du 6 août 1896 qui abolit le protectorat, Madagascar est annexé et devient colonie française. Les Sakalava et les Antankarana réfugiés sur les diverses îles du Nord-ouest retrouvent leurs villages, leurs champs et leurs pâturages sur la Grande terre.Le général Joseph Simon Gallieni arrive à Antananarivo, le 16 septembre 1896, pour remplacer le général Voyron, commandant supérieur du corps d’occupation et territoires militaires. Et à partir du 28 septembre, comme résident général pour succéder à Hippolyte Laroche.Ce même jour, il s’adresse ainsi à la reine Ranavalona III: « Je suis heureux de recevoir Votre Majesté et de lui témoigner les sentiments de mon affection et de sympathie que la France et le gouvernement de la République éprouvent pour elle. Il n’en saurait être autrement, Madame, car Madagascar est désormais une terre française. Il est de mon devoir de m’exprimer très franchement  et très clairement à ce sujet, afin qu’il ne reste plus aucun doute et équivoque sur ce point dans votre esprit ni dans celui de la population de l’Emyrne: l’île de Madagascar est maintenant une colonie française et les populations qui l’habitent sont devenus sujets français. Les couleurs françaises sont les seules qui doivent flotter désormais sur les moindres villages de la Grande île. »Le 28 février 1897, Ranavalona III reçoit de la main du gouverneur Rasanjy et du chef de l’état-major général, l’arrêté N°633 abolissant la royauté merina. Elle est dirigée à Toamasina où elle est embarquée pour l’ile de La Réunion puis Alger.Mais un an auparavant, deux lois sont prises par le Parlement français, le 9 mars 1896, sur le régime de la propriété foncière et sur celui des concessions. Mois par mois, le général Gallieni est informé du déroulement des reconnaissances et explorations entreprises à travers l’île.Concernant particulièrement la province de Nosy Be, la partie comprise entre la mer, la montagne d’Ambre et la baie de Bekopaka au nord, et le fleuve Mananjeba au sud, est à peu près inconnue. Plus au Sud, les vallées de la Mananjeba, de la Mahavavy, de l’Ifasy, du Sambirano et son affluent le Ramena ont déjà certains points placés. Les lignes de partage de ces différents bassins et de leurs affluents restent à déterminer.Le plus grand vide de la carte est limité au nord par le cours de l’Ifasy, à l’est par la Mahavavy, au sud par la Maevarano et à l’ouest par la Sambirano.Enfin tout le pays- entre la Maevarano au nord et la Sofia au sud, la ligne de partage de deux versants de l’île à l’est et la mer à l’ouest- n’est traversé que par quatre itinéraires de directions différentes. Ils sont séparés par des distances telles que leurs lignes orographiques ne se soudent pas et ne peuvent, par la suite, être utilisées pour un travail d’assemblage.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar3 partages

Sports équestres – Le COT accueille le championnat national

Les cavaliers malgaches se retrouveront au Club Olympique Tananarive, à Ilafy, ce dimanche, pour conclure la saison à l’occasion du championnat de Mada­gascar de sports équestres. La compétition sera divisée en deux manches de concours de saut d’obstacles. Les qualifications prendront d’abord place dans la matinée, à partir de 9h.S’ensuivront les finales en début d’après-midi, à partir de 13h30. Les cavaliers seront départagés en six catégories, à savoir podium jeunes chevaux, podium jeunes chevaux deuxième année, podium C, podium B, podium B Elite et podium A. Les côtes diffèreront logiquement selon les catégories, soit 80 à 85 cm pour le niveau C, 85 à 95 cm pour le niveau B, 95 à 105 cm pour le niveau B Elite et 105 à 115 cm pour le niveau A.Précisons que le parcours pour le podium jeunes chevaux sera similaire à celui du podium C et le parcours pour le podium jeunes chevaux deuxième année sera similaire à celui du podium B. Pour ces deux catégories, il n’y aura pas de qualifications, mais seulement une manche faisant immédiatement office de finale, dans la matinée.Les jeunes chevaux n’ayant pas encore la condition physique requise pour enchainer avec deux manches de suite en une seule journée.

H.L.R.

News Mada2 partages

Claudine Razaimamonjy à Antanimora : justice et d’autres têtes reclamés

Bien que l’incarcération de Claudine Razaimamonjy soit effective, le SMM émet toutefois quelques réserves quant à la poursuite de l’enquête. La vigilance est de mise.

Le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) a pris connaissance de la satisfaction de l’une de ses revendications, notamment l’exécution des décisions de justice à l’encontre de la femme d’affaires Claudine Razaimamonjy qui venait d’être transférée à Antanimora.

Il faut cependant noter que le SMM a également revendiqué la poursuite des autres personnes impliquées dans l’affaire. En effet, selon le vice-président du syndicat, une affaire de détournement de deniers publics doit forcément impliquer d’autres personnes, notamment celles œuvrant au sein de l’administration publique. «Elle a été placée sous mandat de dépôt mais la détention préventive n’est qu’une étape d’une procédure judiciaire. Toute la question est maintenant de savoir si l’enquête touchera également ses présumés complices. Au moins une dizaine de personnes sont impliquées dans cette affaire», a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le SMM a fait savoir, dans un communiqué officiel, que la lutte contre la corruption est l’affaire de tous et non seulement de la Justice et qu’elle doit être accompagnée de sanctions. Le Bianco, la société civile, les parlementaires et les partenaires techniques et financiers sont tous concernés.

«Nous émettons quand même des réserves quant à  la poursuite de l’enquête que nous espérons ne plus faire l’objet d’entrave à la Justice», précise le communiqué. Le bureau du SMM invite les magistrats à être vigilants tout en leur encourageant à «Refuser toute pression directe ou indirecte d’où qu’elle vienne». Le mouvement pourrait d’ailleurs prendre de l’ampleur tant que l’affaire ne soit totalement réglée. «Le SMM intensifiera ses actions pour que les faiblesses structurelles portant atteintes à l’indépendance de la justice et ayant permis les interférences et immixtions diverses dans cette affaire soient corrigées dans les meilleurs délais», poursuit le communiqué.

Lutte syndicale

Dans tous les cas, le SMM reste fidèle à ses objectifs, notamment la lutte syndicale et l’indépendance de la Justice. «Nous continuons nos autres points de revendications jusqu’à obtention complète de celles-ci, en tenant à rappeler que nos revendications purement syndicales n’ont d’autre motivation que de défendre les intérêts de notre profession et de nos membres», précise toujours le communiqué. Pour le syndicat, l’indépendance de la justice ne peut être effective qu’en respectant certains points, notamment l’inamovibilité des juges du siège, la subordination hiérarchique des membres du Parquet, le contrôle effectif de la police judiciaire, mais surtout l’indépendance financière et matérielle ainsi que l’autonomie de la justice.

Tahina Navalona

News Mada2 partages

Fizahantany : nitombo 20% ny mpizahatany espainola eto amintsika

Liana amin’ny zavaboahary, ny vakoka, ny morontsiraka eto amintsika ny teratany espainola mivahiny eto Madagasikara. Araka ny tatitra avy ao amin’ny kaonsilam-boninahitr’i Espaina eto Madagasikara, nitombo 20% ny mpizahatany avy any amin’ity firenena ity, nitsidika teto amintsika ny taona 2016 raha noharina ny taona 2015. Porofo manamarina izany fa anisan’ny firenena mahaliana ny vahiny eto Madagasikara ary azo antoka.

Taorian’ny fampahafantarana ny nosintsika nataon’ny mpandraharaha malagasy tany ivelany, nisy loabary an-dasy nataon’ny mpandraharaha ara-pizahantany espainola, omaly, teto Antananarivo, nokarakarain’ny kaonsilan’i Espaina. Nanatrika ity fotoana ity ny mpianatra malagasy, amin’ny lalam-piofanana fampiantranoana sy fisakafoana.

Misy voka-dratsiny ny fandrosoana

Nambaran’ireo mpandraharaha ara-pizahantany espainola, fa azo raisina ho ohatra ho an’i Madagasikara ny firoboroboan’ny fizahantany any amin’izy ireo, na tsy mitovy aza ny zava-misy sy iainana. Mandray mpizahatany 75 tapitrisa isan-taona ity firenena ity, mitondra 11%-n’ny harinkarena faobe (PIB)-n’ny fireneny. Nilaza koa ireo mpandaha-teny fa mila mitandrina tsara ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny satria misy voka-dratsy entin’izany fitomboana sy fandrosoana izany. Toy ny any Espaina, maro ny olana nosedrain’ny firenena vokatry ny firoboroboan’ny fizahantany. Santionany amin’izany, saika potika ny ankamaroan’ny morontsiraka any amin’ny tapany Mediteranée (atsinanana) satria maro loatra ny fotodrafitrasa sy trano vaventy ho an’ny fizahantany.

Njaka A.

News Mada2 partages

Saisie d’un kilo d’héroïne à Maurice : un Malgache et un policier incriminés

1,2 kg d’héroïne, dont la valeur marchande avoisinerait les 650 millions d’ariary, a été saisi par les éléments de l’Anti-drug and smuggling unit (ADSU), la brigade des stupéfiants mauricienne.

Deux personnes dont un certain Andry Andriamalala, 42 ans, sont incriminées dans cette affaire. Son présumé complice serait un policier du Bureau de l’immigration, appelé Basana Reddi, 40 ans.

Le 11 juin dernier, le quadragénaire malgache, directeur d’entreprise, est arrivé par le vol MK 289 en provenance de Madagascar. Forts d’un renseignement, les limiers de l’ADSU ont suivi les faits et gestes de certains passagers. Ainsi ont-ils aperçu Andry Andriamalala entrer dans les toilettes avec un sac à main avant de ressortir les mains vides. A son tour, Basana Reddi s’est introduit dans les toilettes, éveillant ainsi les soupçons des policiers.

Une enquête a été ouverte et a permis de découvrir deux sacs contenant 1,2 kg d’héroïne, le lendemain. Le policier a été arrêté. Une opération de livraison contrôlée a été montée mais le motocycliste censé récupérer les colis a réussi à prendre la fuite.

Mparany

 

News Mada2 partages

Voix Nouvelles 2018 : plus que quelques jours pour s’inscrire

Le centre français de promotion lyrique organise la quatrième édition du concours Voix Nouvelles  qui se tiendra à partir du mois de septembre. Réservé aux chanteurs lyriques, le concours servira de tremplin important dans ce domaine. L’inscription est déjà ouverte et elle prendra fin le 30 juin prochain.

En collaboration avec le groupe Laka Ensemble, ce concours donnera l’ opportunité aux chanteurs lyriques malgaches de participer à la quatrième édition du concours international baptisé «Voix nouvelles 2018» cette année. L’objectif est non seulement de détecter les nouveaux talents mais aussi de les aider dans leur carrière musicale. Plusieurs grands chanteurs internationaux y ont déjà participé, entre autres Natalie Dessay, Nathalie Manfrino, Florian Laconi…

Les dates à retenir

Ainsi, l’inscription se fait par internet et se terminera avant la fin de ce mois. Les auditions par région commenceront à partir du 4 septembre jusqu’à la fin de cette année. Ensuite, les demi-finales nationales auront lieu à l’opéra de Massy, les 25 et 26 janvier 2018. Et enfin, la grande finale se tiendra, le 10 février, à l’opéra Comique avec un grand orchestre international et Laurent Petitgirard, un grand compositeur et chef d’orchestre français. A part une somme de 10 000 euros, soit 35 millions d’ariary, attribuée au grand lauréat, les organisateurs programmeront aussi un «Concert des lauréats» aux candidats les plus surprenants, lequel se déroulera le 24 septembre 2018 sur la scène du théâtre des Champs-Elysées en France.

Madagascar un redoutable candidat

Selon le communiqué de presse, le centre attend plus de 1000 jeunes voix, cette année, venant des régions d’outre – mer, de la Belgique, de la Suisse, du Canada, de la France métropolitaine, des Comores, de l’île Maurice et de Madagascar. Le candidat devra avoir moins de 32 ans et capable de présenter au minimum deux airs d’opéra dont un chanté en français. Bref, les détails sur les règles et conditions du concours sont visibles sur la page officielle du concours. «Les chanteurs et artistes malgaches sont célèbres surtout talentueux à chaque concours international de chant. Nous pensons aussi que cette fois-ci, ils auront toute leur chance pour aller loin dans cette aventure», a expliqué l’un des membres du groupe Laka Ensemble, coorganisateur de ce concours.

Holy Danielle

News Mada2 partages

Conseil pour le Fampihavanana Malagasy : l’appel à candidature est lancé

Les membres du Comité de sélection national en vue de la mise en place du Conseil pour le Fampihavanana malagasy (CFM) ont annoncé hier à Antaninarenina l’ouverture du dépôt de candidature pour ceux qui sont intéressés à partir de ce jour jusqu’au 14 juillet prochain. Les ressortissants malgaches étant les seuls à pouvoir postuler, les dossiers de candidature sont à déposer auprès des districts, au siège du comité de sélection, ou par poste. Certains critères doivent être respectés : être âgé de 40 ans au moins, avoir une expérience dans le processus de réconciliation nationale, une bonne moralité et n’avoir fait l’objet d’aucune condamnation pénale. Pour rappel, 22 membres dont un par région et 22 suppléants constitueront le conseil pour la réconciliation, nouvelle version.

Les nouveaux membres auront pour mission la conduite du processus de réconciliation nationale en suspens depuis plusieurs mois. Il s’agit d’établir la vérité sur «Les violences et les allégations de violation des droits de l’homme en relation avec des faits liés aux évènements de 2002 jusqu’à la fin de la  Transition», précise le communiqué du comité. Les membres se pencheront par la suite sur la question de l’amnistie. D’autre part, le CFM devra également émettre des recommandations pour résoudre les conflits mais aussi pour prévenir d’autres violations pouvant porter atteinte à l’unité nationale et à la paix sociale sur la base du concept «Vérité-Réconciliation».

Tahina Navalona

 

Tia Tanindranaza2 partages

TAPATAPANY

Nizara bodofotsy mafana iray sy baran-tsavony roa ho an’ny olona sahirana sy beantitra miisa 90 teny amin’ny fokontany Anosipatrana atsinanana omaly ny fikambanana ADRA.

 Ankizy mpianatra 30 mianadahy manovo  fahalalana eo anivon’ny EPP Anketa Toliara II no voatery  naiditra hopitaly omaly vokatry ny fihinanana ody kankana. Avy hatrany dia nalemilemy be ny sasany tamin’izy ireo raha nisy ihany koa no nandoa sy narary an-doha. Efa nisokatra omaly ihany moa  ny fanadihadiana mikasika  ireo ody kankana nankarary ankizy ireo.

Vonona amin’ny fiatrehana ny fetim-pirenena 26 Jona ny pôlisim-pirenena . Handefa  namana hanao fanamiana sivily any anaty tsena mantsy  izy ireo manomboka izao mba hahafahan’ny mponina miantsena sy manao fety amim-pilaminana. Anisan’izany ny ao Analakely, Andravoahangy, Ambodin’Isotry, Mahamasina…Mihabetsaka hatrany mantsy raha araka ny fanazavan’ny polisim-pirenena ireo fitarainana voarain’izy ireo momba ny sinto-mahery sy ny harom-paosy.

Zazalahy kely miisa telo tsy ampy taona no indray  saron’ny  mpitandro ny filaminana tao amin’ny fokontany 67 ha atsimo  afak’omaly tratra nangalatra sy nanao sinto-mahery findain’olona iray. Vao 12 taona monja ny iray tamin’izy ireo izay marihina fa zanak’olona eny amin’ny manodidina ihany. Anisan’ny toerana  tena hanjakan’ny tsy fandriampahalemana tokoa ny ao amin’ny fokontany 67 ha atsimo amin’izao fotoana izao.

Nahazo fampitaovana avy amin’ny Unesco toy ny solosaina sy ny imprimante ny zandarimariam-pirenena. Omaly no nanolorana tamim-pomba ofisialy  izany tao amin’ny toby Ratsimandrava  ho an’ny  ivontoeram-pikarohana sy fahazoam-baovao  tantanan’izy ireo.  Hampiasaina entina   hanatsarana ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana  eto an-drenivohitra sy ny manodidina ireo fitaovana ireo, hetsika narahin’ny sonia fifanekem-piaraha-miasa teo amin’ny roa tonta.

Tsy marina ny filazana fa hamidy  amina  teratany vahiny mpandraharaha ny valanjavaboary etsy Tsimbazaza. Fomba entina handotoana anay fotsiny izany,  hoy ny tompon’andraikitra. Tsiahivina moa  fa hanaovana toeram-pialam-boly sy fanaovana  fanatanjahantena ary toeram-pamakiam-boky ny valanjavaboary etsy Tsimbazaza rehefa lafo, raha ny feo mandeha.

Mitaraina noho ny olana ateraky ny fahasimban’ny tetezana ao Anjevabe  mihazo ny kaominina  Didy, distrikan’Ambatondrazaka amin’izao fotoana izao ireo mpampiasa lalana any an-toerana. Efa am-bolana maro no nihitsoka tany amin’ity kaominina iray ity ny vary sy ireo karazam-bokatra kasain’ireo mpandraharaha any an-toerana havoaka. Tafidina 150 Ar ny kapoakam-bary any an-toerana vokatr’izany.

Taorian’ny nampidirana am-ponja vonjimaika an’i Claudine dia nanambara ny filoha lefitry ny SMM fa mbola misy raharaha karazany efatra hanenjehana ity farany. Tsy maintsy hivezivezy Ramatoa Claudine, hoy izy amin’ireo raharaha miandry azy ireo mba  hanaovana fanadihadiana lalina izay vao afaka mangataka ny fahafahana vonjimaika raha toa ka hisy izany. Aorian’i Claudine dia hitodika any amin’ny senatera Riana Andriamandavy indray izy ireo satria ny  fampiharana ny lalàna dia natao ho an’ny olon-drehetra.

Orange Madagascar2 partages

La biodiversité au centre de la 5ème édition du Forum de la Recherche

Dans son allocution, le Premier ministre a fait part de l’importance de la recherche et a félicité les initiateurs de ce forum en ces termes : « Cet évènement marque un tournant déterminant dans la continuité des actions entreprises pour l’évolution de la recherche scientifique à Madagascar. Le but étant de mettre les résultats au service du développement durable, en contribuant à l’essor de l’économie, avec comme toile de fond la stimulation de l’innovation, la promotion et la création d’emplois et de richesses. En matière de recherche scientifique, le Gouvernement, à travers tous ses départements ministériels, est en effet convaincu que la recherche peut et doit contribuer au développement économique et social de notre pays. Par ailleurs, il nous faut encourager le rapprochement entre chercheurs et opérateurs économiques, ainsi que les alliances entre recherche et production, entre partenaires publics et privés. Relevons le défi en vue de résultats palpables à grande échelle. Notre attente à travers l’évènement d’aujourd’hui est, je le pense une meilleure sensibilisation et conscientisation du public, des chercheurs, de la population estudiantine, des secteurs productifs, publics et privés, sur la nécessité de créer des alliances avec les secteurs productifs de l’économie et de la société. Le Gouvernement est prêt à faciliter, à travers les mesures qui s’imposent, la mise en place d’actions concrètes pour développer le partenariat pour la recherche et le développement par l’innovation ».

A noter qu’un  forum sur la biodiversité marine aura lieu à Nosy Be au mois de septembre, et un  autre colloque au mois d’octobre à Fianarantsoa sur l’agro-biodiversité, dans le cadre de la trilogie de l’année 2017.

L'express de Madagascar2 partages

Sainte-Marie – Une Allemande meurt noyée

Une femme de 35 ans, d’origine allemande, a été retrouvée morte, dimanche soir. Les informations recueillies ont conclu qu’elle s’est noyée dans la mer qui borde l’hôtel où elle séjournait, dans le quartier de Bellevue à l’île Sainte Marie. Des témoins ont affirmé qu’elle aurait parlé de suicide à maintes reprises. Cette hypothèse est avancée à la suite d’une tentative récente à laquelle les voisins ont vite réagi pour la sauver. Mais cette fois-ci, elle aurait attendu le moment propice, un début de soirée calme sur une plage déserte, pour se jeter à l’eau. Jusqu’ici, la mer n’a pas encore rendu son corps.

Falinah Safidinirina

L'express de Madagascar2 partages

Un hiver plus chaud que la normale en juillet et août.

La température sera supérieure à la normale au mois de juillet et août, par rapport aux chiffres de l’année dernière, selon le directeur des Recherches et de développement hydrométéorologique à Ampandrianomby, hier. Cette situation concerne entre autres, Antananarivo et la région Analamanga. En ce mois de juin, la température est également plus chaude que la normale. La saison d’hiver s’achèvera au mois d’août.

News Mada1 partages

Savate Boxe Française : le DTN Joseph Randrianasolo limogé

Coup dur ! A l’heure où la discipline reprend son envol, la fédération de tutelle a décidé de revoir sa copie tout d’abord en termes d’organigramme. Et ce, à quelques jours du championnat du monde. En effet, il a été décidé que le Directeur technique national (DTN) Joseph Randrianasolo doit céder sa place à Davidson Michaël Andrianaimanantena.

La Fédération malgache de savate boxe française décide de rectifier le tir à quelques jours de sa participation au championnat du monde. Le staff de la fédération vient d’être remodelé, hier, pour diverses raisons.

Une Assemblée générale extraordinaire provoquée par les ligues régionales a décidé le remplacement de Joseph Randrianasolo par Davidson Michaël Andrianaimanantena, un jeune Capenien ayant réussi sa soutenance sur  cette discipline, au poste de DTN. Du coup, la fédération s’est aussi affublée d’un nouveau secrétaire général en la personne du sieur Jean Landry Rakotondrafaramalala.

Le président de la Fédération malgache de savate boxe française, Rivo Louis Amédée Campa, a tenu à rassurer que cette disposition prise par neuf ligues sur les onze existantes n’aura aucun impact sur la participation malgache au prochain championnat du monde prévu du 22 au 25 juin en Croatie.

Le ministère de tutelle a été représenté par le directeur du sport fédéral pour garantir la légalité de l’Assemblée générale extraordinaire tenue dans les locaux de l’Académie nationale des sports à Ampefiloha, hier.

Manou

 

News Mada1 partages

Formation : Honoré R. parmi les siens

Un  des plus bardés de diplômes dans le volley-ball malgache, Honoré Razafinjatovo est très sollicité lorsqu’il s’agit de formation initiée par la Fédération internationale de volley-ball (FIVB). Ce sera le cas lors de la prochaine formation d’entraîneurs de niveau 2 qui aura lieu dans la capitale du 20 au 24 juillet prochain.

Il sera l’aide instructeur d’André Glaive qui officiera en tant qu’instructeur principal durant toute la durée de la formation.

Nouvellement élevé au rang d’instructeur international après avoir réussi l’examen de passage cette année, il devra attendre l’année prochaine pour pouvoir diriger une formation de niveau 3. Autant dire qu’à partir de la saison prochaine, Madagascar disposera d’un expert capable de former les entraîneurs locaux en vue de l’obtention du diplôme niveau 3.

En attendant, la Fédération malgache de volley-ball (FMVB) lance un appel aux intéressés, ceux ayant le diplôme de niveau 1, à s’inscrire à cette formation à venir. Seuls les 30 premiers inscrits seront retenus.

Naisa

News Mada1 partages

Non résistance aux antiparasitaires : une soixante-dizaine d’élèves hospitalisés à Toliara

La campagne de déparasitage en milieu scolaire menée depuis avant-hier dans la Circonscription scolaire de Toliara I a failli virer au drame. Une soixante-dizaine d’élèves qui ont manifesté des signes de non résistance aux antiparasitaires comprimés ont dû être hospitalisés.

Alerte générale à l’EPP Anketa, Toliara. Hier dans la matinée, après avoir pris chacun du vermifuge sous forme de comprimé, plus précisément du Mebendazole 500 mg comprimé, 77 élèves en classe de CE, CM1 et CM2 ont du être conduits d’urgence à l’hôpital de Toliara suite à des malaises, selon le directeur régional de l’Education nationale (Dren) de la région Atsimo Andrefana, Elan Mahavitrika. «Nausées, vomissements, douleurs d’estomac et maux de ventre… tels ont été les symptômes de ces malaises», selon les explications du directeur régional de la Santé d’Atsimo Andrefana, le Dr Francis Randriamiarisoa, joint au téléphone.

«Après avoir reçu les soins nécessaires, la moitié d’entre eux ont pu regagner leur foyer respectif si les autres, soit une trentaine, qui ont eu besoin d’un suivi continu, dont quatre élèves  mis sous sérum, ont été retenus à l’hôpital jusqu’à maintenant (ndlr, hier à 17 h)», a ajouté notre source, tout en soulignant que leur pronostic vital n’est pas engagé. Nos sources ont évité pour le moment de soulever les éventuelles causes de cette mésaventure en attendant les résultats de l’enquête qui sera ouverte dans les prochains jours, selon le ministre de l’Education nationale (Men), Paul Rabary.

Lors d’une rencontre avec la presse locale, les  autorités compétentes ont souligné toutefois que, «Ces symptômes ne sont pas d’origine médicamenteuse dans la mesure où les vermifuges distribués ne sont ni de mauvaise qualité ni périmés».  Par ailleurs, d’autres élèves  issus des cinq Cisco sur les sept ciblées par cette campagne de déparasitage en milieu scolaire dans le cadre d’un projet mené conjointement par le Men, le ministère de la Santé et le Programme alimentaire mondial (Pam), n’ont pas manifesté de tels symptômes. Il s’agit notamment des Cisco bénéficiaires du projet «Cantine scolaire», financé par le Pam, telles qu’Amboasary Atsimo, Taolagnaro, Betioky, Ampanihy, Sakaraha, Toliara I et II.

Les parents non consultés

Cette situation a failli dégénérer dans la mesure où le ton est monté chez les parents des élèves victimes. Des sources concordantes ont confirmé que ces derniers vont réagir si jamais la vie de leur progéniture est menacée. Ils ont été unanimes à condamner l’agissement des responsables de l’école, qui n’ont pas daigné à leur envoyer une lettre pour demander leur avis ou pour les aviser sur la tenue de cette distribution de médicament antiparasitaire à leurs enfants, comme c’est le cas dans les écoles privées.

Pour tempérer la situation et en attendant les résultats de l’enquête, le numéro un du Men a ordonné la suspension de cette campagne de déparasitage dans la Cisco de Toliara I jusqu’à nouvel ordre. C’est également le cas pour celle de Sakaraha, la seule Cisco qui n’a pas encore été couverte.

Fahranarison

 

Madonline1 partages

Le clin d’œil des autorités à l’endroit des artistes

L'humoriste Francis Turbo et les membres de Fou hehy parmi les récipiendaires.

A un peu plus d’un an d’une nouvelle échéance électorale, chaque camp politique cherche les moyens d’émerger du lot. L’actuel président, avec une cote de popularité au plus bas, tente de séduire diverses entités spécifiques, comme les artistes.

Tout le monde sait que depuis quelques années, à Madagascar, il est pratiquement impossible de tenir une campagne électorale sans artistes de renom. Dans la Grande Ile, comme sous d’autres cieux, la présence d’une personnalité du show-biz peut souvent être bénéfique pour un acteur politique.

Au cours des derniers jours, un grand nombre d’artistes de renom ont bénéficié ainsi de décoration de l’Ordre national. Toutefois, certains artistes y ont renoncé, pour différents motifs. « Je ne peux pas accepter un titre que j’ai déjà obtenu auparavant », a spécifié le chanteur Jaojoby Eusèbe, qui a renoncé à sa décoration alors qu’on allait le nommer chevalier de l’Ordre national Malagasy.

Mais Jaojoby n’était pas le seul à y renoncer. Subodorant un dessous politique dans la démarche, d’autres artistes ont choisi le profil bas. Ils étaient toutefois une cinquantaine à recevoir l’Ordre des arts, des lettres et de la culture, ou encore les distinctions de l’Ordre national. Des humoristes, des chanteurs, des musiciens, mais aussi des acteurs, des réalisateurs et des cinéastes étaient parmi les récipiendaires.

Il était difficile de dissocier cette démarche de la politique politicienne. On sait, par exemple, que Jaojoby Eusèbe est resté politiquement proche de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, qui s’oppose désormais à son ancien allié, l’actuel président, Hery Rajaonarimampianina. On peut donc comprendre facilement son attitude.

La Vérité1 partages

Mercato - Njiva Rakotoharimalala - Wydad - La CNaPS ne confirme rien du tout

Après le succès des Barea au Soudan, le football reste au centre de l’actualité dans le pays. Et une rumeur court sur Njiva Rakotoharimalala selon laquelle celui-ci a rejoint le Wydad du Maroc. En effet, d’après les dires qui circulent sur les  réseaux sociaux, en particulier le groupe Kitra Malagasy et Diaspora Kitra, deux groupes les plus suivis des  amateurs et footeux  malgaches avec plus de 90.000 membres - c’est trois fois plus que la page de la Fédération malagasy de football - « Njiva  (huit sélections en équipe nationale avec deux buts) aurait quitté l’aéroport Ivato mardi après -midi pour rejoindre le Maroc. Il a été sollicité par ce club marocain pour rejoindre sa formation ». 

Tout en rajoutant qu’il ne fera pas partie des Barea qui disputeront le Cosafa senior du 25 juin au 7 juillet prochains. Discrets et très réservés, les dirigeants du club sembleraient  n’avoir rien décidé. Questionné sur la véracité de ce transfert, le président du club, n’a rien confirmé en  lançant juste un simple « Je ne peux rien dire.» Récemment, Njiva a effectué un test avec Montpellier, France, une équipe  qui évolue en Ligue 1. Une montagne insurmontable pour les footballeurs malgaches. En effet, Lalaina Nomenjahary, Gladison, Njiva et  beaucoup d’autre sont passés par là sans réussir le test. Toutefois, il est à rappeler que le Wydad Athletics Club (WAC) évolue en D1 et est champion du Maroc. Ce club à découvert Njiva l’année dernière lors des 16è de finale de la ligue des champions de la CAF. L’équipe dans laquelle évolue Njiva a été humiliée 5-1 au match « aller »  au Maroc et la CNaPS, puisqu’il s’agit d’elle, a battu l’équipe 2-1 à Mahajanga lors du match « retour » sur un but de Njiva et une pénalité transformée par Feno.  Tandis que l’unique but du match « aller »  était l’œuvre de Nono sur une passe décisive de Rinjala.Elias Fanomezantsoa

L'express de Madagascar1 partages

Grève des greffiers – Désagréments pour les usagers

Les procès au niveau du Tribunal ont tous été reportés. La grève des greffiers a des impacts sur le traitement des différents actes afférents au Tribunal.

Les personnes ayant des procès qui devaient se dérouler cette semaine n’arrêtent pas de passer ou de se poster devant le portail du Tribunal à Anosy en espérant un changement de situation, en ce qui concerne les greffiers.« Je suis venu ce matin pour voir si le procès a lieu mais il n’y a rien, le tribunal reste fermé », affirme Tojo Razafy.  Des gens venus de loin se déplacent à Antananarivo sans savoir la situation de grève au tribunal. « Nous nous sommes déplacés de Miarinarivo pour assister à un procès demain matin sans savoir que cela pouvait être reporté jusqu’en juillet. Nous avons dépensé 5 000 ariary en frais de déplacement. Heureusement que nous avons une famille pour nous héberger en attendant le procès », se plaint François Rakotondratsimba.Les gens pensent que l’État doit réagir car des affaires urgentes à résoudre au sein du tribunal traînent à cause de cette grève. « Il faut que l’État réponde aux revendications des greffiers car le peuple se retrouve victime », ajoute François Rakoton-dratsimba.D’autres personnes sont venues juste pour déposer des dossiers, mais le gardien très strict, ne laisse personne entrer au tribunal. Chaque jour, des programmes d’ajournement de procès sont affichés pour en informer les intéressés, et ce,  jusqu’à ce que les greffiers reprennent leur travail.

Attente d’arrangement« Les greffiers continueront leur grève jusqu’à ce qu’un arrangement avec le Premier ministre, Olivier Mahafaly, soit trouvé. D’ailleurs, ce dernier leur a promis une rencontre vendredi, afin de trouver une entente. Lorsque ce jour est arrivé, le Premier Ministre a été engagé avec l’Assemblée Nationale », affirme Haja Randriambololona, président du syndicat des greffiers. Les procès et les audiences de la Cour d’appel qui ont dû se dérouler hier, sont reportés au 10 et 11 juillet. Seuls les procès pénaux sont reportés d’une ou de deux semaines.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar1 partages

Conférence – Préparatifs avec les Japonais

Comme prévu, les représentants des firmes japonaises spécialisées en infras- truc­tures sont dans nos murs en vue de préparer la grande conférence sur les « infrastructures de haute qualité » prévue se tenir le 24 juillet prochain à Antananarivo. Un atelier d’échanges avec la partie malgache s’est tenu hier au ministère de l’Économie et du plan d’Anosy.Vingt-quatre compagnies japonaises telles que Toyo (spécialisée en construction de port), Sumitomo, Sakai Heavy industries, Fujita, Penta Ocean, Toyota Tsusho ou encore Nikken Kogaku ont présenté leur spécialités. Le ministère auprès de la présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’équipement, celui de l’Eau, de l’énergie et des Hydrocarbures, des Travaux publics, des Transports et de Météorologie, la société du Port à gestion autonome de Toamasina et la représentation de la Banque Mondiale à Madagascar ont, tour à tour, évoqué leurs réalisations et surtout leurs attentes par rapport au savoir-faire japonais en matière d’infrastructures aux normes, durables et résilientes. L’appui japonais sera connu à l’issue de cette conférence.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Le bouchon s’amplifie dans la ville.

Les automobilistes et les passagers utilisant les moyens de transport en commun remarquent que le bouchon s’amplifie, dans la grande ville, en cette approche de la célébration de la commémoration de la fête de l’Indépendance. Ils sont plus que choqués par la perte de temps que cet embouteillage engendre. Des marchands de rue bloquent la circulation un peu partout.

L'express de Madagascar1 partages

Contrôle des finances publiques

Les Organes  contrôles des finances publiques (OCFP) organisent des portes ouvertes ce jeudi et vendredi à l’hôtel Carlton à Anosy. Les deux journées permettront ainsi aux contribuables et simples citoyens d’acquérir des connaissances sur le mécanisme de système de contrôle et de suivi des finances publiques. Des conférences-débats sont organisés durant cet évènement. Les OCFP sont composés entre autres  de la cour des comptes, les tribunaux financières, la commission nationale des marchés, le conseil de disciplines budgétaires et financiers, l’inspection générale de l’Etat.

L'express de Madagascar1 partages

Décret sur le prix maxima

Le conseil du gouverne­ment d’hier a annoncé l’adoption du décret portant fixation des prix maxima affichés à la pompe. Cette décision va régir le prix du carburant pour le second semestre. Cette durée peut être réduite en fonction de la politique de l’État sur la gestion des prix des carburants, comme l’a indiqué le communiqué du conseil.

News Mada0 partages

Saika nosamborin’ny olona ny Dren Toliara : mpianatra 77 naiditra hopitaly voapoizin’ny odinkankana

Narary kibo mafy, nandoa sy nivalana. Nisy aza safotra tsy nahatsiaro tena mihitsy. Izany no nanjo ireo ankizy 77, mpianatry ny Epp Andaboly sy Anketa, Toliara I, omaly, taorian’ny nihinanan’izy ireo ody kankana nozarain’ny ministeran’ny Fahasalamana, ny alatsinainy teo. Tezitra noho izany ireo ray aman-drenin’ny mpianatra, ary efa saika hisambotra ny Talem-paritry ny fanabeazam-pirenena (Dren) mihitsy.

Tsy maintsy nampidirina hopitaly haingana ireo mpianatra 77 avy amin’ny EPP Anketa sy Andaboly, kilasy T3 hatramin’ny T5 rehefa avy nihinana ilay odinkankana nozarain’ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka, ny alatsinainy teo. Voatery notazonina tany amin’ny hopitaly ny 37 ary nalefa nody ny ambiny rehefa nahazo fitsaboana.

Nandoa sy nivalana, fanina ary safotra mihitsy aza ireo mpianatra sasany nihinana izany ody kankana izany. Atahorana ny fahasalaman’ny sasany satria tena reraka vokatry ny fahaverezan-drano ateraky ny fandoavana matetika sy ny fivalanana.

Tsy nanaiky mora foana ny fahorian-janany sy ny mety hahafoizana ny sombiniainy ireo ray aman-dreny manan-janaka voapoizin’ny ody kankan’ny minisitera any Toliara ireo. Nikasa haka an-keriny ary hampihatra ny hatezerany tamin’ireo mpampianatra nanome ilay ody kankana ireo ray aman-drenin’ireo mpianatra. Ny Talem-paritry ny fanabeazam-pirenena (Dren) aza efa saika nosamborin’ny olona mihitsy.

Mangata-panazavana

Nangataka fanazavana tamin’ny Cisco tany an-toerana ihany koa ny ray aman-dreny, saingy tsy nisy fanazavana nomen’ity tompon’andraikitry ny fampianarana ity. Tonga hatrany amin’ny fikasana hisambotra ny ny Dren izany noho ny ahiahy fa tsy afa-bela amin’izao izany tompon’andraikitra izany. Tsy niaiky ny hadisoany kosa ny tompon’andraikitry ny fahasalamana any amin’ny faritra atsimo andrefana, fa milaza ny mbola hanao fanadihadiana amin’ny minisitera aty an-dRenivohitra.

Mbola nohazavainy fa “effet secondaire” an’ilay ody kankana ny nahatonga izany.

Tsy nahafaly ny ray aman-dreny ny fanazavana nentin’ny talem-paritry ny fahasalamana, Andriamiarisoa Francis ka nahatonga korontana tao an-Tanànan’i Toliara.

Nambenan’ny mpiatandro filaminana ny hopitaly

Tsy niandry ela koa anefa fa niatrana avy hatrany ny mpitandro filaminana ka nahitana azy ireo ny teny amin’ny hopitaly misy ireo mpianatra tsaboina, mba tsy hisian’ny savorovoro. Efa tonitony ny toe-draharaha ny hariva. Voalaza koa fa efa tsy misy ahiana ny ain’ireo mpianatra. Nitondra fanazavana ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena fa 77 ireo ankizy tsy nahazaka ity odin-kankana ity. Efa natsahatra ny fizarana izany.

Tatiana A. sy CMS

 

News Mada0 partages

Tsy voafehin’ny fanjakana ny fahantrana : midangana ny kafe, ny siramamy, ny menaka, ny vary, sns, …

Tsy hita taratra intsony ny “ady amin’ny fahantrana” nimatimatesan’ny mpitondra. Tsotra ny antony, hita maso sy voaporofon’ny zava-misy, tsy mila fanazavana, fa iarahan’ny Malagasy 92% miaina, afa-tsy ireo mana-katao sy manam-pahefana.

Raha ny farany indrindra, “tsy mahazo kafe “tapaky ny kaopy “ intsony ny 100 Ar, fa efa 200 Ar izao”, hoy ny mpivarotra azy ireny taminay, omaly. Nanomboka ny fiandohan’ny volana jona teo, tafakatra 3.600 Ar ny kilaon’ny siramamy fotsy raha 3.200 Ar teo aloha, lasa 3.200 Ar ny kilaon’ny siramamy mena raha 2.800 Ar-3.000 Ar teo aloha. Efa lasa 6.000 Ar koa ny litatry ny menaka anaty tavoahangy raha 5.000 Ar-5.500 Ar/l teo aloha. Sakafo ilaina andavanandro, jifain’ny Malagasy maro anisa ireo notanisaina ireo, tsy nisy tsy nikaikaika ny mpanjifa, eny fa na ny mpivarotra mpaninjara koa aza, satria lazain’izy ireo fa avy any amin’ny mpamongady mihitsy ny fiakaram-bidy.

Niakatra ho 4.000 Ar ny karama isan’andro

Nidina kely ny vidim-bary satria miakatra ny vary vakiambiaty aty afovoan-tany. Nilaza ny tantsaha fa ratsy ny vokatra tamin’ity taona ity satria tsy ampy ny rotsak’orana, ka maivam-boa ny vary. Nilaza Randrianoavy, mpamboly eny Imerintsiatosika, fa  “tsy haharitra io fidinan’ny vidim-bary io, fa tsy maintsy hiverina hidangana indray. Voatery mivaro-bary ny tantsaha satria mila lelavola, fa na izany aza, kely ihany no azo amidy”.

Manoloana ireo, mitaraina ny mpikarama isan’andro eny ambanivohitra fa tsy zaka intsony ny fidangan’ny vidim-piainana. Hany ka voatery nasondrotr’izy ireo koa ny saran’ny karama, lasa 4.000 Ar hatramin’ny 5.000 Ar isan’andro raha 3.000 Ar-3.500 Ar isan’andro tany aloha.

Randria

News Mada0 partages

Toamasina : nampiantsoin’ny polisy Ratsiraka Elysée

Nampiantsoin’ny polisy misahana ny heloka ara-bola hatao  fanadihadiana ny ben’ny Tananàn’ i Toamasina, Ratsiraka Elisée. Nalaina tany an-tranony kosa ny lefitra voalohany raha nanohitra ny fiantsoan’ny polisy ny herinandro lasa teo. Anton’izany ny fitoriana napetraky ny filohan’ny filankevitry ny Tanàna, Rakotoarivelo Solofo Ginah. Tsy nandà ny fiantsoana sy ny hanaovana fanadihadiana azy Ratsiraka Elysée, saingy niangavy mba tsy hatao any amin’ny biraon’ny polisy izany fa atao any an-tranony. Fantatra fa hofotorana manoloana ireo fitoriana maro sosona ny ben’ny Tanàna.  Eo ny momba ny fanodikodinam-bola  natokana ho an’ny solika hanesorana fako, 375 tapitrisa Ar. Ny famarotana tany sy fiara ary kojakoja rehetra fampiasan’ny vondrona mpamonjy voina nefa tsy nazahoana fankatoavan’ny filankevitra. Manampy izany ny fitorian’ny mpiasa amin’ny fisian’ny olona iray mandray karama indroa anatin’ny iray volana. Eo koa ny tsy fandraisan’nympiasa sasantsasany karama efa ho roa taona izao sy ny nanomezana karama dimy volana indray miaraka ireo “gros bras” miisa 12 lahy. Na izany aza, vao manomboka ny fanadihadiana sy ny famotorana an-dRatsiraka Elysée.

Sajo

News Mada0 partages

Ambohibary Moramanga : mamokatra 2t/ha ny tantsaha notohanan’Ambatovy

Mahatratra 51,5 ha ny velaran-tany volen’ny tantsaha any Ambolomaro, kaominina Ambohibary, distrika Moramanga, faritra Alaotra Mangoro. Notohanan’ny tetikasa Ambatovy  ara-pitaovana sy ara-teknika ary kojakoja ara-pambolena ireo tompon’ny tany sy tanimbary, voakasika tamin’ny fametrahana ny fotodrafitrasa ao amin’ny toeram-pitrandrahana. Nahafa-po ny zava-bita  satria tafakatra maherin’ny 2 t/ha ny voka-bary tamin’ny taom-pambolena farany teo.

Nanao santa-bary ny tantsaha, ny fiandohan’ny volana mey teo, sady nampahafantarina tamin’io fotoana io koa ny fanomezana ny anaran-tanàna, novaina hoe “Ambarimaro”. Manampy izany, hiditra amin’ny voly avotra indray ireo tantsaha, rehefa afaka ny vary, ka manohy hanohana ara-teknika sy kojakoja ilaina amin’ny fambolena ny tetitaka Ambatovy.

Njaka A.

News Mada0 partages

Tourisme : partage d’expériences avec les opérateurs espagnols

L’Espagne s’intéresse de plus en plus au tourisme malgache. Une nette croissance du nombre de touristes espagnols a été constatée à Madagascar ces dernières années. Les opérateurs hispaniques présents dans la Grande île comptent raffermir les liens entre les deux pays.

L’arrivée des touristes espagnols à Madagascar est en hausse de 20% en 2016, par rapport à l’année 2015, d’après les informations reçues du Consulat honoraire d’Espagne à Madagascar. «Les touristes espagnols sont surtout intéressés par la nature, les patrimoines naturels, les plages… Voilà pourquoi Madagascar est actuellement une des destinations prisées des vacanciers venant de l’Espagne. D’autant que la Grande île est un pays sécurisé. La promotion de la destination Madagascar faite par les opérateurs malgaches en Europe a eu ses effets», a fait savoir un responsable auprès du Consulat honoraire d’Espagne à Madagascar, lors d’une table-ronde organisée hier à Ambatovinaky. Cette rencontre a réuni les professionnels touristiques espagnols qui travaillent à Madagascar et les jeunes étudiants malgaches dans le domaine de l’hôtellerie. Les experts espagnols ont apporté leur vision professionnelle externe de Madagascar aux jeunes étudiants.

Des risques à tenir compte

En effet, la forte croissance du tourisme en Espagne peut servir d’exemple pour Madagascar même si le contexte est différent. L’Espagne accueille près de 75 millions de touristes chaque année et le secteur représente 11% du Produit national brut (PIB) du pays. Toutefois,  la forte croissance du tourisme présente également des risques. «L’Espagne a rencontré plusieurs difficultés économiques. Et le développement du tourisme a permis la relance du pays. Le tourisme à Madagascar présente également d’importantes opportunités mais en même temps, il existe des dangers à tenir compte. Il faut savoir que l’Espagne a perdu beaucoup de choses en chemin face à cette explosion du tourisme. A l’exemple de la côte méditerranéenne dans le pays qui est presque détruite à cause de la construction massive d’infrastructures liées aux activités du tourisme», a fait savoir notre interlocuteur.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Alaotra Mangoro : appui aux industries agricoles

Les activités agricoles dans l’Alaotra Mangoro restent fortement dominées par l’agriculture familiale en dépit du fort potentiel de la région. La mise en place d’une direction interrégionale de l’industrie est en vue dans l’Alaotra pour inciter la création d’industries agricoles, notamment les grandes entreprises et les Petites et moyennes entreprises (PME).  Ce projet a été annoncé par le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, Nourdine Chabani, lors d’une visite d’un atelier de fabrication de matériels agricoles dans la commune d’Avaradrova Avaratra. L’objectif de cette visite a été de voir de près l’état des lieux pour la faisabilité de la mise en place d’une infrastructure industrielle pouvant servir plusieurs secteurs dans la région, notamment l’agriculture et la santé.

Alaotra Mangoro est réputée pour la production de riz qui oscille annuellement entre 250.000 et 300 000 tonnes dans la région. Mais l’Alaotra approvisionne également les autres régions en fruits et légumes. L’Etat compte apporter son appui technique et financier aux opérateurs de la région à travers la mise en place de cette direction interrégionale de l’industrie.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Sucre : hausse continue des prix

A peine le prix du riz stabilisé, celui du sucre part à la hausse et ne cesse d’augmenter depuis plus d’un mois.

Depuis le début du mois, le sucre, notamment le sucre blanc, bien que plus cher et généralement plus demandé que les autres types, a disparu du marché, pour des raisons inconnues, selon des grossistes à Anosibe. En plus de sa rareté, son prix part à la hausse pour s’acheter actuellement à 3.600 ariary le kilo alors qu’il y a un mois de cela, ce prix n’a pas dépassé les 3.000 ariary, comme nous rapporte un détaillant d’Analamahitsy.

Or, depuis deux semaines, cette denrée réapparait peu à peu sur le marché mais le coût n’a pas baissé. Sur le marché d’Anosibe, les grossistes vendent le sac de 50 kilos entre 160.000 et 165.000 ariary contre 135.000 ariary il y a un mois. Un semi-grossiste du Sud de la capitale affirme même que les détaillants n’osent pas en acheter vu le coût. Ils préfèrent attendre, en espérant que le prix diminuera.

11 à 24% d’augmentation

Selon les statistiques publiées par la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo, le prix du kilo du sucre sur les grands marchés de la capitale a grimpé entre avril et mai. En moyenne, le prix du sucre dans la capitale a augmenté de 11,58% pour le sucre blanc et de 24,36% pour le sucre roux pour cette période donnée.

Au marché d’Analakely, le sucre blanc s’est vendu à 3.400 ariary/kg pour le mois de mai s’il était à 3.000 ariary en avril. Pour le sucre roux, le kilo s’est négocié à 3.200 ariary/kg contre 2.600 ariary en avril. Par rapport

à ceux d’Analakely, les prix au niveau des marchés d’Anosibe et d’Andravoahangy ont été moins chers : le sucre blanc a coûté 3.100 ariary/kg et le sucre roux 3.000 ariary.

D’après les commerçants, après le problème du riz, les fournisseurs ont trouvé un nouveau créneau, il y a une rétention quelque part. L’offre ne correspond donc pas à la demande. A part le sucre, les prix des PPN,  à savoir le savon et le café et l’huile de table, ont aussi connu une argumentation.

Arh.

 

News Mada0 partages

“Rallye Asacm” : mpanamory 30 ireo handray fiaingana

 Hiditra amin’ny dingana faharoa ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, amin’ny fanamoriana fiarakodia. Ny rallye telo andro, karakarain’ny klioba Asacm, izany. Hafana ny fifaninanana.

 

Hotanterahina, ny 16 – 18 jona ho avy izao, ny rallye telo andro. Dingana faharoa, eo amin’ny fifaninanam-pirenena, iarahana amin’ny Asacm. Mpanamory 30 no hifampitady amin’ity. Anisan’ny hifampitady, amin’ity i Loom, mitondra Mitsubishi sy i Ndrianja, miaraka amin’ny Subaru. Tsiahivina fa misy dingana manokana “ES” miisa 14 ity rallye ity, mirefy 159, 78 km.

Torcelin

 (Tahirin-tsary)

 

Ny anaran’ireo mpifaninana 

1 – Alcazaria – Marielle – (P.205) – FMMSAM

2 – Nirina – Christelle – (P.206) – FMMSAM

3 – Sitraka – Rado – (R.Clio) – FMMSAM

4 – Ndrianja – Fanja – (Subaru) – Asacm

5 – Jeffy – Copain – (P.205) – TMF Rally

6 – Fred – Andry Tahina – (P.206) – Asacm

7 – Louvel – Mahents – (Mitsubishi Evo 9) – FMMSAM/Asacm

8 – Tahiana – Tahiry – (Subaru) – Asacm

9 – Alain – Haja D – (Ssangyong Actyow) – TMF/Asacm

10 – Jacques Ferre – Santatra – (Mitsubishi Evo VII) – TMF

11 – Dom – Tita – (VW Polo) – Asacm

12 – Stenio – Finoana – (P.106) – FMMSAM

13 – Tahina – Baovola – (Subaru) – Asacm

14 – Hanitra – Moumou – (Subaru) – ACCT

15 – Tonio – Jordan – (P.205) – Asacm

16 – Patty – Jennie – (Subaru) – Asacm

17 – Tovonen – Grist – (Clio) – FMMSAM

18 – Loom – Lucas – (Mitsubishi Evo X) –Asacm

19 – Boom – Chouchou – (P.306) – Asacm

20 – Papy Ben – Antsaly – (P.205) – FMMSAM

21 – Yves – Nitro – (Subaru) – TMF / Asacm

22 – Rina – Mirija – (Renault Megane) – Asa Tana

23 – Fidy – Naina – (Clio) – Asacm

24 – Ando – Tojo – (Clio) – Asacm

25 – Boana – Miangaly – (Subaru) – FMMSAM / ACCT

26 – Sefo kely – Ny Anjara – (Toyota Celica) – Asacm

27 – Sisi – Landry (Rala) – (R.Clio) – MSA

28 – Anja Bob – Dads – (VW Golf Type III) –Asa Tana

29 – Dany – Hendry – (C2) – Asa Tana / FMMSAM

30 – Fidy Anjeva – (P.504) – Asacm

News Mada0 partages

Miaraka amin’ny Terre en melées : raikitry ny rugby any an-tsekoly

 Sambany eo amin’ny tantara, iarahana amin’ny Terre en melées. Hotanterahina etsy amin’ny Malacam Antanimena, ny 25 jona izao, ny famaranana eo amin’ny fifaninanam-pirenena ho an’ny rugby an-tsekoly. Ialohavan’ny fifanintsanana any amin’ny isam-paritra izany ka efa nahavita ny azy  ny faritra avaratra, natao tany Ambanja ny volana mey teo. Nandray anjara tamin’izany ireo mpianatry ny kolejy avy any Boeny sy i Betsiboka ary i Diana. Nibata ny fandresana ary hisolo tena iny faritra iny ny zazavavy avy any Betsiboka sy ny zazalahy avy any Diana. Hiakatra aty Antananarivo izy ireo hanohy ny lalao ny 24 sy ny 25 jona izao. Nanamarika ny lalao ny nanaovana diabe teo an-tanàna, niarahana amin’ireo tanora ao Ambanja. Eo koa ny atrikasa fanentanana momba ny fahasalamana, ny fiarovana ny tontolo iainana ary ny fanehoana ny fotokevi-dehibe mibaiko ny Rugby solidaire. Manampy ireo ny fifanakalozan’ny samy tanora sy ny fivoizana ny kolontsain’ny faritra avy.

Efa tontosa ny 27 mey teo kosa ny fifaninanana ho an’ny faritra afovoany, natao tany Fianarantsoa.

Tsiahivina fa anisan’ny mpanohana mavitrika ity rugby an-tsekoly ity ny eo anivon’ny BFV-SG, Orange Madagascar, Groupe Star, Groupe Taloumis, Taf, World Rugby, ny ambasadin’i Frantsa. Eo koa ny avy amin’ny Tozzi Green. Mpanomana sy mpikarakara kosa ny Malagasy Rugby sy ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena ary ny Terre en melées.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Lehilahy midera : rendez-vous le 18 juin

Chaque année, le groupe de chœur dénommé «Lehilahy Midera» propose un grand concert qui se déroule au temple FJKM Tranovato Ambatonakanga. Cette année, il aura lieu le 18 juin et sera célébré simultanément avec la commémoration du 150e anniversaire du temple et la Fête des pères.

Organisé par l’association des hommes chrétiens (STK) d’Ambatonakanga et le comité de célébration de cette commémoration, le concert mettra à l’ honneur les pères, surtout le Seigneur Père Créateur. Ainsi, le répertoire sera bien établi suivant ce thème. Il sera composé d’une quinzaine de titres chantés par une vingtaine de choristes.

Selon le communiqué de presse relatif à cet évènement, sept compositions du groupe seront à l’affiche, entre autres «Arovinao» de Francis Raharison ou encore «Mpanota ô mihevera» de David Ramasindraibe, sans oublier l’hymne du 150e anniversaire du temple Tranovato Ambatonakanga .

La seconde partie sera surtout réservée à d’autres compositions internationales qui seront traduites en malgache par le groupe Lehilahy Midera. Entre autres, «He touched me» de Bill Gaither deviendra «Notendreny aho», ou encore «You raise me up» de Brendam Graham aura pour titre «Hampijoro ahy»…

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Foot – Cosafa U17 : Madagascar dans le groupe B

Bien que le pays ait été privé de la Coupe d’Afrique des nations (Can) U17, il a encore toutes les chances de montrer ce qu’il a dans le ventre lors des championnats des moins de 17 ans de la Cosafa. Après le tirage au sort effectué hier, les jeunes Barea sont classés dans le groupe B avec l’Afrique du Sud, la Zambie et le Mozambique.

La vie continue pour les jeunes Barea U17 qui seront de nouveau sous le feu des projecteurs après une participation mort-née à la Can U17. En effet, ils sont attendus au tournant aux championnats des moins de 17 ans de la Cosafa, du 21 au 30 juillet, à l’île Maurice. Le tirage au sort étant fait samerdi dernier, les responsables de la Fédération malgache de football (FMF) ont révélé que Madagascar sera dans le groupe B avec l’Afrique du Sud, tête de série et malheureux finaliste de la dernière édition, la Zambie et le Mozambique.

Madagascar devra ainsi batailler dur car l’année dernière, la Zambie a été intraitable durant le premier tour avec trois victoires en autant de matchs. Elle a été par la suite disqualifiée de la compétition suite à deux cas de tricherie sur l’âge. Pour le cas de Madagascar, le pays a perdu ses trois matchs en 2016 tandis que le Mozambique n’a pas été dans la course.

Cette année, les huit équipes inscrites ont été réparties en deux groupes de quatre et les deux premières de chaque groupe obtiendront leur ticket pour les demi-finales. La Namibie sera la grande absente de cette version 2017. Elle ne défendra pas son titre acquis l’année dernière à l’issue de la séance des tirs au but face à l’Afrique du Sud (3-1). Pour rappel, les deux formations se sont séparées sur le score de 1 but partout au terme du temps réglementaire. Pour sa part, le pays hôte tentera de corriger son tir, soit de passer la phase de groupe après avoir raté le coche l’année dernière.

Rojo N.

Répartition des poules

Groupe A : Maurice, Zimbabwe, Botswana, Malawi

Groupe B : Afrique du Sud, Mozambique, Zambie, Madagascar

 

News Mada0 partages

Hippisme : Jean Baptiste signe un beau doublé

Une journée des Montagnes pleine de hauts et de bas. Les quatre courses à l’affiche de la 4e réunion organisée par l’Autorité hippique pour les courses et l’élevage de chevaux (Ahcel) à Madagascar ont tenu toutes leurs promesses, dimanche dernier, à l’hippodrome de Mahazina à Ambatolampy. Sans crier gare, le jeune apprenti Michel Randriamanantena a ouvert le bal lors de la course de 1.400 m sur le dos de Luna Bella et s’est ainsi imposé devant Orchidée sous la monte de Patrick Rakotoarivelo et Oiseau d’or sous les brides de Jean Baptiste Rakotohanja (Tiercé : 1-3-4).

Tel qu’on le connaît, Patrick Rakotoarivelo ne s’est pas contenté de cette deuxième place et s’est adjugé la première place du podium avec Osarus lors du prix Bongolava (1.600 m). Il a coiffé sur le poteau Nayade associé à Rabearivelo et Noris Faniry de Rivoson Andriamparany (quinté : 3-1-6-7-5). Et ô stupeur ! Jean Baptiste Rakotohanja est revenu au galop durant les deux dernières épreuves de cette journée en remportant, tout d’abord, le prix Andringitra (1.700 m) avec Magique Etoile et le prix Tsaratanàna (1.800 m) sur le dos de Mascotte de star. L’Ahcel donne rendez-vous aux férus de course hippique le 25 juin à l’occasion de la journée de l’Indépendance pour permettre aux chevaux et aux jockeys de se reposer après ces quatre réunions éprouvantes.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Chronique : rénovation du langage diplomatique

Il n’existe pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Le sourd trouve complicité à paraitre n’avoir rien capté lorsque le message est enveloppé dans un langage codé. Les relations internationales traitant de sujets de plus en plus délicats laissent de moins en moins place aux ambigüités avec ou sans complicité d’une mauvaise foi, le langage diplomatique cède peu à peu du terrain au discours d’un franc parler très direct.

Appeler chat un chat ne signifie pas pour autant une permission à parler de tous les chats, chaque pays a son domaine réservé que ceux qui se disent amis doivent respecter. Quelles que bonnes que soient les relations amicales jusqu’à être intimes, il demeure un principe, tous doivent traiter d’égal à égal entre adultes. S’il  est admis de poser des conditions lors de négociations, il est discourtois de donner des leçons. Lancer un appel fut-il fraternel à la classe dirigeante d’un pays ami afin que tous se ressaisissent et «renoncent aux petits jeux politiques» commet l’impair de franchir le pas de la zone du mauvais goût. Lors d’une cérémonie de célébration du 26 Juin à la représentation malgache à Moscou par exemple, l’ambassadeur de Madagascar ne se permettrait pas l’offense de rappeler aux gouvernants russes le devoir de tempérer leur appétit impérialiste.

Au moment où l’Ambassadeur de Russie  crachait cette remarque de renoncer aux jeux politiques, peut-être vérité mais sûrement pas bonne à dire, le personnel politique présent a fait preuve d’une réelle maitrise-de-soi pour s’être retenu de toute manifestation d’humeur face à une telle impudente absence de tenue.

Si certains dirigeants parfois oublient qu’au-delà d’une amitié qui lierait des peuples entre eux, la présence d’une représentation étrangère a comme vocation première de veiller aux intérêts du pays qui la missionne, à l’inverse la population suspecte plus qu’il ne faut, une arrière-pensée derrière tous les gestes, mêmes les initiatives en apparence désintéressées.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le « Yarra »

Un confrère ayant annoncé que ce paquebot des Messageries Maritimes avait été torpillé en Méditerranée, nous croyons devoir ajouter, pour rassurer la population, que suivant les renseignements reçus, il n’y a eu aucune victime parmi les passagers. Seuls auraient péri deux ou trois Arabes, employés à la chaufferie. *

L’événement s’est produit près de Melles ou Milo, l’une des îles Cyclades (Grèce) sur laquelle les passagers ont trouvé refuge. Espérons que pareil accident ne se renouvellera pas.

Ce que dessus était écrit lorsque nous avons reçu le communiqué suivant :

Télégramme officiel n° 167

Tananarive, le 4 juin 1917.

Gouverneur Général à toutes circonscriptions.

Vous avise en vous priant informer public que d’après un câblogramme reçu du Consul de France à Aden le paquebot Yarra qui avait quitté Tamatave le 8 mai et Diégo le 11 mai aurait été torpillé et coulé en Méditerranée le 29 à minuit. Les passagers, l’équipage et les effectifs à bord ont été recueillis et sone en sûreté ; quelques chauffeurs arabes manquent encore et ont pu être recueillis par un autre navire. Service des Postes donne instructions au sujet renseignements à fournir en ce qui concerne courrier qui était à bord Yarra.

Garbit.

D’un autre côté, un avis de la Poste fait connaître que les mandats perdus dans le Yarra seront remboursés après les cinq mois réglementaires.

Le départ de M. Garbit

Au cours des fêtes très réussies qui ont eu lieu à Antsirabe à l’occasion du Concours agricole organisé dans ce chef-lieu, un vin d’honneur a été offert par la population européenne à M. le Gouverneur Général Garbit. Le champagne versé, M. Lanier, l’industriel bien connu, a prononcé un discours qui exprime si bien et en si beau style la manière de voir de tous les colons que nous estimons être agréable à nos lecteurs en le publiant, in extenso ; mais, faute d’espace dans le présent numéro, nous le publierons dans le prochain.

Le Tamatave

* Note de 2017. Le compilateur de ces articles centenaires évite d’intervenir pour les commenter. Il n’a pu, cependant, éviter ici un haut-le-cœur dont il a cru nécessaire de vous faire part.

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : takalo-patsa

Toy ny tranga tany Soamahamanina. Mikotrika any Ampasindava ny fiodinana faharoa amin’ny fanehoan’ny mponina ny hatezerany noho ny fanapotehana ny tontolo iainany afitsok’ireo vahiny mitrandraka harena an-kibon’

ny tany. Ravarava ny fonenana sy ny zavaboahary noho ny lavadavaka aman’arivony ikarohan’ireo Sinoa an’ilay “tany sarobidy” atao hoe “terres rares”. Mbola aiza ny tohiny ? Vao eo am-piandohana izao ny karazana fikarohana ny loharano sy ny kibo ivangongoan’ilay harena. Tsy mitsitsy, tsy mahalala fetra, tsy manaja fa manitsakitsaka na ny fady aza ireo mpandraharaha sinoa toy ny olona azon’ny tazon’ny fitrandrahana. Tsy misy zavatsaro-bidy aty ivelan’ny tany mihoatra ilay zava-tsoa trandrahany ao ankibon’ny tany. Maivana amin’izy ireo izany tontolo iainana izany. Potika ny zava-maniry, ripaka na ny biby dia na ireo fiompy. Very hasina hatramin’ny fasana itehirizana ny razana. Kely sisa dia hakipakipaka hatramin’ny trano fonenana. Zara raha ahafahana mandingana ny tokotany, efa tomefy lavadavaka.

Iza ny afaka hiaro anay amin’izany fanimbana ny fiainanay izany, hoy ny antson’ny mponina avy any Ampasindava. Milaza ho manana fanomezan-dàlana ara-dalàna momba io fitrandrahana io ireto vahiny. Ny fanomezan-dàlana moa ve fanomezan-dàlana hanaovana izao karazana herisetra rehetra tsy misy fady toy izao ? Ny filazana hoe ara-dalàna kosa mbola ilana fandinihana ! Ny fahefana tamin’ny Tetezamita angaha no nanome an’ilay taratasy fanomezan-dàlana. Tsy nanana fahefana mikasika an’izany ny Tetezamita. Tsy azo lazaina hoe hosoka fa sanatria aza nisy tambiny ny nazahoana izany, mety ho tsy hisy vidiny raha tsaraina araky ny lalàna.

Any amin’andriamatoa Filohampirenena no tsara ampiakarina io raharaha io. Izy no tompom-pahefana faratampony afaka hiahy mivantana ny vahoaka izay ianjadin’ny hetraketra tsy rariny. Ary angamba tsy izy no hatoro mikasika an’Ampasindava, noho ny andraikitra ambony notananany tao anatin’ny fitondrana Tetezamita. Matokisa azy fa fantany an-tsipirihany ny manodidina an’io raharaha io.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : sans intérêt pour que se dérange Madame Merckel

La Chancelière n’a manifesté aucun geste officiel de sympathie à l’adresse le Président de la République de Madagascar pourtant en visite dans son pays voilà une semaine. Peut-être qu’elle voulait que l’on évite de faire un amalgame avec le mini-sommet africano-G20 qui se tient à Berlin actuellement. Consolation : le petit nombre de pays conviés ; regret : il y est question a destination des pays d’Afrique d’aides du G20 que la Chancelière préside ; question : Madame Merckel fera-t-elle une fleur pour appuyer l’inscription de Madagascar dans la liste des bénéficiaires ?

 

News Mada0 partages

Seranam-piaramanidina ao Maorisy : polisy maorisianina sy Malagasy iray nahatrarana héroïne

 Voasambotry ny polisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina tao amin’ny seranam-piaramanidina ao Maorisy ny alahady teo, ny teratany Malagasy iray nitondra héroïne niainga avy aty Madagasikara. Hita tao anaty camera de surveillance ny fihetsiny rehetra sy ny polisy maorisianina niray tsikombakomba taminy…

 

Araka ny fampitam-baovao navoakan’ny gazety maorisianina mpiseho isan’andro, nigadona tao amin’ny seranam-piaramanidina ao Maorisy tamin’ny 7 ora sy 30 mn hariva, ny alahady teo ny fiaramanidina zotra MK 289 niainga avy eto Madagasikara. Nandeha tamin’io fiaramanidina ilay teratany Malagasy talen’ny kaompaniam-pitaterana iray eto Madagasikara izay tratran’ny polisy miady amin’ny zava-mahadomelina ao Maorisy. Nohamafisin’ity gazety ity hatrany fa hita tao anatin’ny camera de surveillance tamin’ny 7 ora sy 55 mn ny fihetsik’ilay teratany malagasy nivoaka sy niditra tao amin’ny trano fivoahana ao amin’ny seranam-piaramanidina niaraka tamin’ny kitapo kely. Minitra vitsy taorian’izay, nanaraka azy avy ao aoriana nitsofoka tao amin’io trano fivoahana io koa ny polisy maorisianina iray tompon’andraikitra misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina eo anivon’ny seranam-piaramanidina ao Maorisy. Tao amin’ny trano fivoahana no nifanoloran’ilay teratany malagasy sy ilay polisy niray tsikombakomba taminy ilay héroïne tanaty boaty kely roa. Tsy namonjy ny asany intsony ilay polisy taorian’izay ka nampiahiahy ny tompon’andraikitra teo anivon’ny seranam-piaramanidina.

Niroso tamin’ny fanadihadiana avy hatrany ny polisy tao amin’ny seranam-piaramanidina ka tratra tany amin’izy ireo ireo boatikely roa nisy vovoka heroine nentin’ilay teratany Malagasy avy aty Madagasikara ka niarahany niray tsikombakomba tamin’ity polisy maorisinina ity.

Nosamborina ny alatsinainy teo ilay polisy maorisianina.

Jereo amin’izany ny any Maorisy rehefa mandika lalàna dia tsy maintsy ampiharina amin’ny lalàna na mpitandro filaminana aza. Mifanohitra amin’izany anefa ilay tranga niseho teny Ivato fa begalona bokotra dimy avy ao amin’ny tafika no miditra an-keriny eny amin’ny seranam-piaramanidina maka an-keriny ireo olona tratra nanao trafikana volamena.

J.C

 (Tahirin-tsary)

News Mada0 partages

Ampitatafika : olona iray maty voahitsaky ny kamiao

 Maty tsy tra-drano ilay vehivavy voahitsaky ny kamiaobe tany Ampitatafika Ambohimandroso, omaly. Araka ny fanazavan’ireo nahita ny fitrangan’ny loza, natory teo amoron-dalana izy ka nifoha tampoka avy eo ka niampita ny arabe no notsenain’ilay kamiaobe. Naratra mafy teo amin’ny lohany izy ka nitarika ny fahafatesany. Mipetraka eny amin’ny manodidina eny ihany ity vehivavy niharam-boina ity. Tonga teny an-toerana ny zandary nanao ny fanadihadiana.

J.C

 

News Mada0 partages

Lalan’ny Frankofonia : mitohy ny fangalarana ny baterian’ny jiro

 Misy mpisompatra ny andrin-jiro eny Andohatapenaka, lalana Frankofonia. Miezaka manazava ny tanàna ny tompon’andraiki-panjakana. Mila faizina kosa ireo  atidoha maniraka hanimba izany.

Samy mahatsikaritra ireo mpandeha eny amin’ny lalam-baovaon’ny Frankofonia iny fa miha maty tsikelikely ireo jiro mandeha amin’ny herinaratra manemitra iny lalana iny. Mitohy ny fangalarana ireo baterian’ireny jiro ireny.

Marihina fa efa nisy ireo andiana tanora tratran’ny fokonolona nangalatra ireo baterian-jiro ireo telo volana lasa izay. Nifanenjehana teny an-tanimbary ireo tamin’izany ka saika niharan’ny fitsaram-bahoaka teny. Somary nangina izany tato ho ato ka izao misy mikononkonona handripaka izao indray.

Anisan’ny lalana manampy betsaka ny mpandeha mody any andrefan’Antananarivo anefa iny lalana iny ialana amin’ny fitohanan’ny fiara eo Ambohimanarina sy eny 67 ha ary Andohatapenaka.

Tsy lazaina intsony fa efa tapitra tsy mirehitra koa ireo andrin-jiro mandeha amin’ny alalan’ny herin’ny masoandro eny amin’ny Digue Anosimpatra mihazo ny rond point mivoaka any Anosizato iny.

Tato ho ato, nandeha ny feo fa ho aripaka avokoa ireo fitaovana izay najoron’izao fitondrana izao mba entina hilazana fa tsy nahavita na inona na inona satria asa anisan’ny mivaingana sy misongadina ireo andrin-jiro mandeha amin’ny masoandro ireo ary miantoka ny fandriampahalemana eny an-dalana ka mila potehina.

Fomban’ny kanosa ny fampirisihana ny maty eritreritra hamotika izay zava-bita ho an’ny tombontsoa iombonana. Manaitra ny sain’ny mpitandro filaminana ihany koa hanao fisafoana matetika eny amin’ireo toerana ireo.

Tatiana A

News Mada0 partages

Déchets médicaux : autoclaves pour quatre hôpitaux

Une meilleure pratique environnementale dans la gestion des déchets médicaux sera déployée dans quatre hôpitaux pilotes dans la province d’Antananarivo, à savoir le Centre hospitalier universitaire Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA), le Centre hospitalier universitaire de la gynécologie obstétricale de Befelatanana (CHU-GOB), le Centre hospitalier universitaire mère-enfant de Tsaralalàna (CHUMET), et l’hôpital de Manjakandriana. Ce projet, mené en partenariat avec l’OMS, la Banque Mondiale et le Pnud, consiste en la mise en place d’autoclaves dans ces établissements hospitaliers pilotes. Ceci s’inscrit dans le programme de la lutte contre le changement climatique entrant dans le cadre de la lutte contre l’émission de polluant organique non intentionnel.

«Ce matériel, qui sera fonctionnel en septembre, sert à stériliser les déchets infectieux comme les seringues, les compresses, le coton ou encore les restes d’organes, sans procéder à l’incinération, un procédé qui ne manque pas de contaminer l’environnement. Ces déchets sont estimés à 2000 kg par semaine dans les CHU», a soulevé le chef de service de la santé et environnement auprès du ministère de la Santé, Venance Tata, hier lors d’une interview. «L’objectif est d’empêcher la circulation des microbes ou des virus contenus dans les déchets toxiques des hôpitaux dans l’environnement», a-t-il ajouté.

Recyclage ou incinération

Une fois stérilisés, ces déchets peuvent être recyclés ou incinérés dans des fosses sécurisées, sans aucun risque de contamination à l’environnement ou aux ressources en eau. Parallèlement à cette initiative, les efforts dans l’amélioration de la gestion des déchets médicaux dans les hôpitaux, aussi bien les CHU que les Centres de santé de base (CSB) se poursuivent. «Parmi les projets sur les rails figure l’élaboration de livret de gestion des déchets médicaux, destiné aux agents de santé, conformément aux directives de la politique de gestion des déchets», a informé notre source. Néanmoins, chaque hôpital applique déjà le triage des déchets, en séparant les déchets ménagers, les déchets infectieux ainsi que les déchets piquants et tranchants.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Rémunération des agents publics : TI-IM fait des recommandations pour sa transparence

Transparency international-Initiative Madagascar (TI-IM) a tenu un atelier hier au Development Learning center Anosy pour la restitution officielle des résultats du projet «Pour une transparence des rémunérations des agents publics (Trap) à Madagascar». Il a fallu cinq mois pour TI-IM pour le réaliser, avec comme objectif principal l’accroissement de la transparence sur l’utilisation de l’argent public. Un recueil qui se résume à quatre recommandations sur ce projet a été aussi publié.

Renforcement des coordinations

La première recommandation faite par TI-IM est le renforcement des coordinations entre les ministères concernés dans la rémunération des agents publics. Telle la constitution d’une base de données unique, afin d’éviter la publication de statistique différente concernant un même sujet. «Comme ce fut  le cas entre le MFPRATLS et le ministère des Finances et du budget (MFB) qui ont affiché chacun de leur côté un effectif différent sur le nombre des fonctionnaires et des agents publics», a mentionné le directeur exécutif du TI-IM, Claude Fanohiza.

Transparence des rubriques

La transparence des rubriques de solde a été aussi soulevée.  La majorité des agents publics ne sont pas au courant du mode de calcul de leur solde. «A l’exemple du rubrique 508, la compensation de l’IRSA, où chaque ministère a son propre mode de calcul», a noté le directeur exécutif du TI-IM. Une transparence rubrique par rubrique figurant dans le bulletin de solde est ainsi recommandée.

« Mapping » de la fonction publique

L’instauration d’une cartographie de la fonction publique au niveau de chaque ministère, région, district, voire même les communes, a été fortement conseillée. L’existence d’un tel système facilitera la coordination des recrutements et des affectations. Cette cartographie sera une transparence pour l’accomplissement des besoins dans ce domaine, notamment pour le gouvernement dans le recrutement des agents publics.

Contrôle des finances publiques

La TI-IM a aussi mis en exergue l’insuffisance du personnel dans le contrôle des finances publiques. En effet, Madagascar ne possède qu’une trentaine d’inspecteurs généraux de l’Etat, pour environ 200 000 fonctionnaires et agents publics. Il en est de même pour le personnel de la Cour des comptes travaillant dans les tribunaux administratifs où, non seulement l’effectif  est réduit, mais le droit d’exercer se limite à un an.

Sera R

 

News Mada0 partages

Alaotra-Mangoro : partenariat entre le RNDC et les autorités

La protection des consommateurs est reconsidérée par les autorités dans plusieurs communes de la région Alaotra-Mangoro actuellement. Une collaboration avec le Réseau national pour la défense des consommateurs (RNDC) est à l’origine de l’initiative.

Des communes ont pris des dispositions dans l’intérêt des consommateurs après le passage du président national du RNDC, Rabetsara Rakotorova dit Lita, dans la région Alaotra-Mangoro. Conscients des préjudices subis par les consommateurs privés d’une partie de leurs droits après les sensibilisations du réseau, des maires ont opté pour le changement dans la vie quotidienne des contribuables. Les viandes non estampillées n’auront plus désormais droit aux étals des bouchers dans la commune rurale de Bejofo, selon le maire, pour préserver l’hygiène publique. Des sensibilisations sont aussi menées dans la commune urbaine d’Ambatondrazaka et des communes rurales périphériques pour l’utilisation de vitrines dans la vente de produits d’alimentation cuite, par mesures sanitaires.

L’efficience par un travail d’ensemble

Le président du RNDC a annoncé sa satisfaction sur la prise de responsabilité des autorités de l’Alaotra-Mangoro en matière de défense des consommateurs. Informés par ses soins des irrégularités des instruments de poids et mesures utilisés dans la région, les services de  la métrologie légale locale sont immédiatement entrés en action pour rétablir la situation, a-t-il annoncé hier. Le RNDC a révélé en effet que la plupart des matériels de pesage utilisés par les collecteurs dans cette région agricoles sont faussés. Les épiciers en font aussi autant pour léser les consommateurs qui seront dorénavant rétablis dans leurs droits grâce aux interventions des agents de la Direction régionale du commerce.

S’efforçant d’étendre ses activités pour soulager les impacts de la paupérisation actuelle sur la masse populaire, le Réseau national pour la défense des consommateurs programme l’implantation de ses antennes

à Farafangana et Vangaindrano, dans la région Atsimo-Atsinanana avant la fin de cette semaine.

Manou

 

News Mada0 partages

Atsinanana : hausse des frais de transport

Les voyageurs de la zone nord de la province de Toamasina connaîtront de mauvaises surprises à partir de demain. Les transporteurs exploitant la RN5 ont décidé d’appliquer une hausse des frais à partir du 15 juin.

Les opérateurs transporteurs du secteur justifient leur décision par la hausse incessante des prix du carburant et les prix exorbitants des pièces détachées qu’ils doivent consommer sans modération à cause de l’état de dégradation avancée de l’axe routier qu’ils empruntent. Les pannes occasionnent des gouffres dans leurs trésoreries respectives, déplore leur porte-parole, et ils doivent prendre cette disposition pour sauver leurs entreprises et les milliers de familles qui en vivent. Une hausse respective de 2.000 ariary et de 4.000 ariary sera procédée sur la ligne Toamasina-Fenoarivo Atsinanana et Toamasina-Soanierana Ivongo, de ce fait. Les tarifs de transport de voyageurs dans les districts de Maroantsetra, Mananara Avaratra, Vavatenina seront aussi révisés à la hausse au détriment des usagers qui en seront toujours les éternelles victimes.

Manou

 

News Mada0 partages

Coke studio Africa : miara-miasa amin’i Jason Derulo i Deenyz

Sambasamba ! I Deenyz na Denise, araka ny tena anarany, no mpanakanto malagasy voalohany voafidy hisitraka ny tetikasa Coke studio Africa…

Tsy vitan’izany, miara-miasa ary hamoaka hira iraisana amin’i Jason Derulo, mpihira amerikanina fanta-daza, ity mpanakanto malagasy, manam-peo miavaka, ity. Nanomboka ny taona 2013 ny Coke studio Africa, tetikasa iray noforonin’ny The Coca-Cola Company, ary misy isan-taona. Fotoana iray hamondronana mpanakanto avy amin’ny firenena afrikanina maromaro, ao anaty « studio » na trano fanatontosana sy famokaran-kira ny Coke studio Africa.

Tanjon’ny tetikasa ny hanome sehatra ny samy mpanakanto afrikanina ahafahan’izy ireo miara-mamokatra zavatra iray. Ankoatra izany, manoka-baravarana ho an’ireto mpanakanto ireto koa izy, amin’ny alalan’ny fiantsoana mpihira fanta-daza, hizara traikefa sy hiara-hiasa mihitsy amin’izy ireo.

Tamin’ity taona ity, avy amin’ny firenena afrikanina 16 ireo nosafidina, raha 11 ihany izany hatramin’izay. Araka izany, anisan’ireo sambany mandray anjara i Madagasikara ary voafidy manokana i Deenyz. Marihina fa tontosaina, any Nairobi (Kenya) amin’izao fotoana izao, ny Coke studio Africa. Andrasana fatratra ny vokatra avy amin’i Deenyz sy i Jason Derulo.

Landy R.

News Mada0 partages

Festival Varavarana : le IIIe arrondissement s’active

Une fenêtre ouverte sur les arts vivants à la culture, au patrimoine et à la citoyenneté, c’est ce que propose la seconde édition du festival Varavarana  dans le IIIe arrondissement de la capitale.

Né d’une initiative de la compagnie Aléa des Possibles de promouvoir les arts vivants dans sa diversité, le festival Varavarana est de retour et compte bien occuper le devant de la scène une bonne partie du mois. Fort de son premier succès en 2015, par le biais de cette seconde édition, il renforcera sa vocation d’une programmation internationale de talents surprenants.

Un large éventail d’activités rythmera ce festival,  à l’instar de spectacles artistiques, d’ateliers, de conférences-débats, de rencontres, de masterclass, d’animations, de projections et bien d’autres encore.  Au- delà de cette programmation, Varavarana comporte aussi des réflexions bien plus profondes sur la culture. Pas plus tard qu’hier, un débat amical et courtois s’est engagé entre les acteurs de la chaîne au centre Maitsoririnina Ankadifotsy, autour des thématiques «Médiation culturelle et politique des publics : compétences et enjeux» et «Culture, tourisme et patrimoine : des clefs pour l’identité et le développement des territoires».

Dans le même registre, le projet Transformer la cité (TLC) sera également concrétisé à l’occasion de ce festival. Elaboré par l’association 2hy-Faire lien, il consiste non seulement à rendre la cité plus vivante, plus agréable à vivre et plus accueillante pour la fierté de ses habitants mais également à renforcer le lien social.  Cet ambitieux projet sera axé sur la formation des acteurs principaux de chaque fokontany, c’est-à-dire, les habitants pour pouvoir mettre en valeur leur quartier et en prendre soin à long terme.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

BMOI ami des arts : le vote est lancé

Dans le cadre du festival de bande dessinée Gasy Bulles qui bat son plein actuellement, 21 œuvres des candidats sélectionnés au concours de bande dessinée organisé par la BMOI Ami des arts sont exposées en ce moment dans le jardin à Antaninarenina. Le public aura le droit de voter son tableau préféré durant l’exposition, plus précisément jusqu’à vendredi prochain.  Cinq œuvres seront ainsi primées.

Se basant sur le thème «Madagascar de demain», chaque candidat a présenté des scénarios aussi remarquables les uns que les autres. Au fait, les tableaux sont classés en trois catégories. La première est destinée aux professionnels dont les œuvres sont composées de cinq ou six planches. Ensuite, la seconde appelée catégorie «Espoir» est réservée aux jeunes talentueux émergents. Ces derniers ont présenté deux ou trois planches. Et enfin, la dernière catégorie ne sera que pour les dessins de presse.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Tsy any Mantasoa na nohazonina manokana… : miandry ny fitsarana azy eny Antanimora i Claudine

Nandiso ireo vaovao niely momba an-dRazaimamonjy Claudine ny eo anivon’ny mpiandrry fonja. Nanamafy izany koa ary nitondra fanazavana ny eo anivon’ny Sendikan’ny mpitsara (SMM).

« Miandry ny fotoam-pitsarana azy aty amin’ny fonjan’Antanimora Razaimamonjy Claudine. Efa nahazo ny fitsaboana izy matoa nalefa aty. Misy mpitsabo manara-maso ny fahasalaman’ny voafonja aty », hoy ny lehiben’ny fonja, ny komandà Rakotonandriana Olivier, omaly. Nitondra fanazavana manoloana ny feo niely fa efa tsy eny amin’io toerana tokony hitazonana azy vonjimaika azy io intsony indray ity tandapa ity  fa any Mantasoa na Manjakandriana… Nanamafy izany ny SMM, tamin’ny alalan’ny filoha lefitra, Fanahimanana Tiaray. « Ny gadra politika ihany no mahazo toerana manokana arahi-maso  fa tsy olon-tsotra voarohirohy  amin’ny fanodinkodinam-bolam-panjakana. Tsy fanarahan-dalàna indray koa raha miditra amin’izany », hoy izy,  tetsy Anosy, omaly.

Olona 10 mpiray tendro amin’i Claudine

 Nohitsiny fa tsy tokony homena tombony manokana io mpandraharaha io sady tsy raharaham-panjakana rahateo na resaka politika ny momba azy. « Efa nilaza ny fitondrana fa tsy raharaham-panjakana ka tsy tokony hisy fametrahana azy amin’ny toerana voatokana arahi-maso izany. Tsy tokony hisy fikarakarana manokana koa », hoy ihany ny SMM.

Etsy andaniny, niantso ny Bianco koa izy ireo mba hiroso lalindalina satria tsy  nahavita samirery ny mety ho fanodinkodinam-bolam-panjakana izany Razaimamonjy Claudine. « Misy mpiasan’ny minisiteran’ny Atitany sy ny Tahirim-bolam-panjakana koa ao anatin’io. Tsy latsaky 10 ireo tompon’andraikitra mpiray tendro aminy », hoy izy.

Tsy mahazo fahafahana vonjimaika (LP)

 Ankoatra izany, mbola misy raharaha efatra hafa miandry azy eo anivon’ny Bianco, ankoatra ireo raharaha roa niampangana azy sy nidirany am-ponja. « Mbola misy fanadihadiana hatao aminy momba izany ka aorian’izany vao tokony ho afaka mangataka fahafahana vonjimaika (LP) ny voarohirohy », filoha lefitry ny SMM, Jaona Clement. Nanterin’izy ireo fa efa famaliana ny ampahany amin’ny fitakian’izy ireo izao nandefasana am-ponja vonjimaika (MD) ity mpandraharaha ity izao. « Tsy ampy hamahana ny disadisa eo amin’ny SMM sy ny fitondrana anefa izany. Mbola andrasana ny fepetra tokony horaisin’ny governementa momba ny loholona Andriamandavy Riana », hoy izy.  Tsy hanaiky tsindry samihafa amin’ny hanohizana ny fanadihadiana sy ny hitadiavana ny marina ny eo anivon’ny SMM, araka ny fanazavana ihany.

Randria

 

News Mada0 partages

Togo : Atallah reçue par Gnassingbé

En mission dans la capitale togolaise actuellement, la Chef de la diplomatie malgache Béatrice Atallah a été reçue par le Président togolais Faure Gnassingbé, hier.

Selon les informations communiquées par le ministère malgache des Affaires étrangères, les deux interlocuteurs ont pu discuter pendant presque une heure des sujets  d’actualités d’ordre bilatéral, multilatéral et régional. Cependant, les préparatifs de la prochaine conférence ministérielle de la Francophonie qui se déroulera à Lomé du 24 au 26 novembre ont focalisé la rencontre d’autant que le Chef de la diplomatie malgache est la présidente en exercice de cette conférence des ministres.

Francophonie

«Je suis tout comme Michaëlle Jean, SG de la Francophonie, je n’ai aucune inquiétude quant à la capacité du Togo d’héberger la 33e conférence qui se tiendra à Lomé du 24 au 26 juin 2017», a  noté la Chef de la diplomatie malgache à l’issue de leur entretien. Le Chef d’Etat togolais, quant à lui, a fait montre d’une volonté manifeste d’assurer le bon déroulement de ce rendez-vous diplomatique francophone. «En ma qualité de garante morale de la conférence, j’ai rassuré la partie togolaise que Madagascar restera à tout moment disponible pour toute éventuelle assistance conformément aux expériences acquises par Madagascar lors du Sommet d’Antananarivo», a rapporté Béatrice Atallah à la sortie du Palais présidentiel togolais. Les séances de travail dirigées par les deux ministres des Affaires étrangères au siège du MAE togolais ont, en tout cas, justifié l’état d’avancement des préparatifs de la conférence. «Je vous prie d’avoir confiance ; nous ferons comme vous avez fait à Antananarivo », a lancé le ministre togolais Robert Dussey.

Bilatéral

Par ailleurs, au-delà des questions francophones, plusieurs sujets d’ordre bilatéral ont été abordés par les deux parties. Plusieurs domaines figurent dans la priorité des deux gouvernements, à savoir l’agriculture, le secteur privé, le tourisme, la sécurité et les transports maritimes ainsi que le domaine de la formation militaire. Elle s’est intéressée également à un renforcement de partenariat entre la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest et le Comesa. Le Président togolais se trouve à la présidence de la première tandis que Madagascar est le président en exercice du marché commun de l’ Afrique australe (Comesa). «Nous nous sommes convenus de renforcer la coopération à travers l’intégration régionale et les relations bilatérales par le truchement de l’ouverture de consulats honoraires dans chacun de nos pays respectifs. Le développement du secteur privé sera couvert par la mise en œuvre du mémorandum d’entente signé en 2010 entre les deux communautés» rapporte Béatrice Atallah à la presse togolaise. Le Chef d’Etat togolais encourage Madagascar à ratifier la Charte de Lomé sur la sécurité et la sûreté maritime. A noter que la visite de travail de la délégation malgache à Lomé a vu la présence active de Malik Saar, ambassadeur, représentant de l’OIF à Madagascar.

J.P

 

News Mada0 partages

ODOC – Andohamandry et ambohipotsy : 500 titres à ditribuer

Le lancement officiel de l’Opération domaniale concertée (Odoc) s’est tenu hier dans les quartiers de la Haute ville. L’équipe du ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de  l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate), dirigée par son Secrétaire général, Georges Rasoamanana, a effectué une descente sur place afin de sensibiliser la population sur la teneur de cette opération.

Durant cette Odoc, 500 titres seront distribués à la population des fokontany d’Andohamandry et Ambohipotsy. Si le mètre carré est de 10.000 ariary, le ministère a décidé d’octroyer le terrain à ceux qui l’ont exploité depuis longtemps à raison de 500 ariary/m2. Quatorze hectares de terrain seront touchés par cette opération selon les explications.

«Nous vous démontrons par cette action que nous pensons aussi à la population et qu’il n’est nullement question de favoritisme envers les étrangers», a expliqué Georges Rasoamanana.

Cette descente entre dans le cadre de la vulgarisation de la politique de l’urbanisme, lancée par ce département.

Il faut savoir que cette sensibilisation du M2pate est la mise en œuvre de la  Lettre de politique foncière concernant une gestion foncière concertée et transparente, une planification inclusive de l’usage des espaces, et un accès équitable et sécurisé à la terre pour tous, hommes et femmes, permettant un développement socio-économique durable impliquant la population, ouvert aux investissements, et ancré dans les dynamiques locales.

Nadia

 

Ino Vaovao0 partages

TSARAHONENANA BETAINOMBY : Tovovavy 14 taona maty nodoran’ny jiolahy tao an-trano

Tovovavy iray vao 14 taona no may kila forehitra tao anatin’ilay trano.Raha ny angom-baovao voaray, dia nivoaka hividy menaka sakafo ny renin’ ilay ankizivavy tamin’ny fotoana nitrangan’ny loza. Ity farany kosa marary ka matory tao an-trano.

Norarahan’ireo olon-dratsy solika ny manodidina ny trano ary nodoran’izy ireo avy eo. Vokany, maty tsy tra-drano tao ilay ankizivavy.

Mihorohoro tamin’ity tranga ity ny vahoaka ao Tsarahonenana Betainomby. Mamaky trano sady mandoro trano mantsy ireo olon-dratsy.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

AMBENANA MAFY NY HOPITALY : Zaza 40 naiditra hopitaly noho ny fihinanana ody kankana

Nilaza izy ireo fa fanapoizinana no natao ireo mpianatra madinika ireo.Nisy fizaràna fanafody kankana nokarakarain’ny minisiteran’ ny Fahasalamana ho an’ireo mpianatra ambaratonga voalohany ho an’ny sekolim-panjakana ao anatin’ny Distrikan’i Toliara voalohany. Nanomboka ny alatsinainy teo dia mitaraina fa marary kibo sy mandoa taorian’ny nihinana io fanafody kankana io ireo izay nahazo ity fanafody ity. Misy aza ny milaza fa torana ny sasany tamin’ireo zaza, araka ny vaovao voaray avy any an-toerana.

Voatery nampidirina ao amin’ny Hopitaly Be ao an-tampon-tanànan’i Toliara ireo zaza miisa 40 ireo, noho izany.

Nivadika korontana

Araka ny fitantaran’ ireo ray aman-dreny sasany dia ny alatsinainy no nitaraina marary ireo zanany. Nieritreritra izy ireo fa mandalo ihany izany, kinanjo ny talata maraina nitombo isa ihany ireo zaza mandoa sy fanina tao an-tsekoly. Teo vao nahafantarana fa vokatr’ilay fanafody kankana no niteraka ny aretin’ireo zaza ireo. Raikitra amin’izay ny savorovoro, ka tezitra ireto farany ary nikasa haka an-keriny ireo mpampianatra ao anatin’ ireo EPP roa ireto. Vaky nandositra avokoa ireo mpampianatra ao amin’ny EPP Anketa omaly maraina, raha ny vaovao voaray avy any an-toerana ihany.

Nilaza ireto ray aman-dreny niharan-doza fa fanapoizinana no natao an’ireo zanany satria ny fampihinanana fanafody kankana ny zaza dia avy misakafo sy alohan’ny hatory alina. Mangataka fanazavana avy amin’ny tompon’ andraikitry ny Cisco izy ireo, omaly, momba io raharaha io. Tsy ny avy ao amin’ny Cisco izay notakian’ ireo no nanao fanambarana fa ny Talem-paritrin’ny Fahasalamana ao Toliara no nanao izany. Nanambara ity farany fa « hanao fanadihadiana momba io raharaha io any amin’ny minisitera any Antananarivo izahay fa tsy nanaiky fa fahadisoana no niteraka izao tsy fahasalaman’ny zaza efapolo tafiditra Hopitaly izao ». Tsy nahafapo ireto ray aman-dreny nefa ny fanambaràna izany, ka nivadika korontana izany ankehitriny, araka ny vaovao voaray ihany. Ambenan’ny mpitandro filaminana mafy, araka izany, ny Hopitaly be omaly, satria tsy manaiky hatramin’ny farany ireo ray aman-dreny. Andrasana ny ho tohin’ny raharaha.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

ADY TAO 67 HA : Kolonely iray saika nitifitra olona tao anaty trano fisakafoanana

Herinandro vitsivitsy lasa izay, araka ny loharanom-baovao voaray tamin’ny olona akaiky ny Fitondrana, dia saika notifirin’ny manamboninahitra miaramila manana galona Kolonely, Talen’ny sampan-draharaha eo anivon’ny minisitera, ny lehilahy iray zanak’Andapa, tao amin’ny trano fisakafonana iray tetsy 67Ha.

Vola tamina raharaha kaontenera efatra izay nitondrana kojakoja sy entana maro, ary navoaka teny amin’ny tranom-panjakana iray teny Alarobia, ka namidy amin’ny mpandraharaha karana no fototry ny olana.

Soa ihany, araka ny loharanom-baovao, fa nisy ny Talen’ny sampandraharaha iray mikirakira vola eo anivon’ny minisiteran’ny Asa vaventy nisakana ilay kolonely mba tsy hitifitra fa raha tsy izany dia loza no niseho. Voalaza fa namidin’ireto tompon’andraikitra ireto ny entana rehetra tao anatin’ireo kaontenera sy ny vy, eny fa na ny kaontenera izay voalaza fa vita amina alominioma.

Araka ny loharanom-baovao voaray hatrany dia fanomezana avy amin’ny firenena Alemana ho an’ny minisiteran’ny Asa vaventy no tao anatin’ireo kaontenera efatra ireo ka notahirizana tao amin’izany toerana izany. Nasain’ilay mpandraharaha karàna nividy izany toerana izany navoaka mantsy ny entana hita tao ka tamin’izany no nahafahan’ireto tompon’andraiki-panjakana ireto nanodinkodina ireto kaontenera efatra ireto. Volabe no azon’izy ireo ka teo amin’ny fizarana izany no nisy fifanolanana.

Ao raha...

Manoloana izany fanodinkodinana fananam-panjakana izany tsy vitsy ny mpanara-baovao mety hanotany raha tsy fantatry ny minisitry ny Asa vaventy ny fisian’izany. Fantany tsara araka ny loharanom-baovao fa matoa tsy miteny, ao raha. Tena marina hoy tompon’andraikitra ara-panjakana iray dia nilaza, hono, ingahy minisitry fa tsy mampaninona azy ny mety hanalaza azy amin’ny toerany satria efa manana fiara vaventy « semi-remorques » maromaro sy « quincaillerie ». « Ary azo inoana fa tsy hipetraka eto Madagasikara fa ho any andafy ingahy minisitra raha toa ka mihongana izao Fitondrana izao », hoy hatrany ity tompon’andraikitra ara-panjakana ity.

Tokony hanadihady

Na izany na tsy izany tokony hanadihady mikasika ny fanodinkodinana fananam-panjakana izany ny Fanjakana mahefa. Fananam-bahoaka io ka tsy azo atao ny mangina.

Afa-tsy hoe tsy misy Fanjakana intsony eto amintsika ka samy manao izay danin’ny kibony ny mpitondra sy ny mpiasam-panjakana sasany.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

MINISITERAN’NY SERASERA : Manomboka ny famindran-toerana ireo Talem-paritra

Ankoatra ny mpiara-miasa aminy akaiky dia misy ihany koa ny fanovana ireo Talem-paritra ka nisantatra izany ny Talem-paritry ny serasera ao amin’ny Faritra Vakinakaratra. Ny alatsinainy teo no natao ny famindram-pitantanana teo amin’ny Talem-paritra teo aloha, Ralandy Haja sy ny Talem-paritry ny Serasera vaovao, Raherinandrasana Tarcisius. 

Tao anatin’ny firahalahiana tanteraka no nanatanterahana izany, tao amin’ny RTVA Antsirabe. Tonga nanatrika izany avokoa ireo haino aman-jery miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana sy ireo mpanao gazety an-tsoratra manerana ny Faritra Vakinakaratra. Marihana fa i Tarcisius Raherinandrasana dia efa Talem-paritra teto Vakinankaratra nandritra ny Fitondrana Tetezamita ary izao tafaverina izao indray. 

Raha ny fanazavany dia hanarina ny tsy nety, indrindra ny tao anivon’ny Sampandraharaham-paritry ny serasera, no tarigetrany ary niangavy fiaraha-miasa amin’ireo mpanao gazety tsy miankina amin’ny Fanjakana izy. Tetsy ankilany, nitso-drano azy hahavita izay fanambiny izay ny Tale teo aloha, Ralandy Haja izay voatendry hiandraikitra asa hafa. Na teo aza izany famindram-pitantanana izany dia tsy nety nanao sonia ny taratasy manambara ny isan’ny fitaovana sisa nampiasan’ny RTVA ny Talem-paritra vaovao. 

Raha ny marina dia misy tsy mazava aminy ny mikasika ireo fitaovana sisa tavela ao amin’ny RTVA ireo saingy rehefa nanontaniana mikasika izany ny Talem-paritra teo aloha dia nilaza fa fitaovana novidiany manokana mba hampiasan’ny mpiasa no betsaka tao amin’io RTVA io. Ity farany, izay nilaza fa tsy mba nanana fiara manokana nampiasany ka ny vola anjarany amin’ny alalan’ny solika no nampiasany nividianany fitaovana, hoentina mampandeha ny asa.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

MGR TSARAHAZANA DESIRE : « Tsy ampy olona tia tanindrazana i Madagasikara »

Hoy ny Arsevekan’ i Toamasina, ny Mgr Tsarahazana Désiré nandritra ny toriteniny tao amin’ny Ekar Fo Masin’ i Jesoa Tanambao Fahadimy Toamasina, nandritra ny fanamasinana ny Sakramentan’ny fankaherezana tamin’ ireo ankizy an-jatony mahery, ny alahady 11 jona lasa teo. 

«  Aoka ho tadidintsika fa toy izao no niseho tao Sodoma sy Gomora fahiny izay nahatezitra an’Andriamanitra ka naripaka tsy nasiana olona intsony io Firenena io ka lasa olona vaovao. Andrasana ho tonga amin’izany ve ny firenentsika ity vao hisy olona marina ?  », hoy hatrany ny Arseveka.

«  Tsy sasatry ny manao antso avo amin’ny Mpitondra izahay mba handinika ary hanao ho vaindohan-draharaha ny fiarovana ny ain’ ny malagasy sy ny fananany  », hoy hatrany ny tenany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ESPLANADE ANALAKELY : Mpivarotra miisa roan-jato no nahazo toerana maimaim-poana

Manoloana izany dia nisy ny fandaminana ny toeram-pivarotana manodidina eo Analakely, omaly, ka ireo mpivarotra teny amoron-dalana no navondrona eo amin’ny Esplanade. 

Miisa roanjato eo ho eo ireo aloha hatreto no tafiditra ao anatin’ity toerana ity ary tsy nampadoavim-bola izy ireo tamin’izany raha ny tatitra teo anivon’ny Kaominina. Marihina ihany koa fa tsy mandritra ity fety ity ihany no hametrahana ireo mpivarotra ireo amin’ilay toerana vaovao fa tonga dia tazonina hatao tsena mihitsy. Mbola misy toerana hafa aza hokarakaraina omena ireo izay mbola tsy nahazo mba ho fanamboarana ny tanàna sy ho fisorohana ny fitohanan’ny fifamoivoizan’ny fiara eto an-drenivohitra. 

Raha ny zava-misy anefa dia milaza ireo mpivarotra sasantsasany fa misy ireo olona mitaky vola amin’izy ireo noho ny fifindrana amin’ity tsena ity, ka  tsy fantatra mazava izay tena marina. Nanamafy manoloana izany i Sahara Joe Ravaonirina tompon’andraikitra  ao amin’ny Kaominina  Antananarivo fa “ tsy misy vola na ariary aza  takiana amin’ireo mpivarotra ireto, ka enjehin’ny lalàna avy hatrany izay tratra manao izany”.

Nitaraina ihany koa  ireo mpivarotra  fa toa tsy mety amin’izy ireo ny toerana  vaovao satria lasa mihena ireo mpividy satria tsy mahazatra ireo mpiantsena.

Ity olana famindran-toerana ity dia efa ela no hita teo ami’ireo mpivarotra sy ny Kaominina eto an-drenivohitra, ka andrasana indray na hilamina na tsia ity fanavaozana toerana vaovao ity.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Izay vao manomboka midina ny vidim-bary nafarana avy any Pakistan eny amin’ireo tsena

Mahakasika ny vary gasy eto an-toerana kosa dia mbola 600 Ariary no mora indrindra.Na izany aza dia mbola tsy zakan’ny fahefa-mividin’ny ankamaroan’ny Malagasy izany. Amin’ny fotoana tahaka izao mantsy dia efa any amin’ny 55 000 Ariary ny gony amin’ny vary gasy isan-taona satria efa miakatra ny vary asara. 

Tamin’ity taona ity kosa dia niakatra be ny vidim-bary, ka nahatratra 700 ka hatramin’ny 800 Ariary ny iray kapoaka.Na nisy aza ny fanafarana vary dia tsy nampidina firy ny vidim-bary akory fa nihazohazo manodidina ny 90 000 Ariary ny vidin’ny vary iray gony, milanja 50kg, avy any Pakistan sy Chine. Efa tara ihany koa vao niakatra ny vary asara noho ny tsy fahampian’ny orana.

Niezaka nanentana amin’ny fambolena vary jeby ny tompon’andraikitra ao amin’ny Faritra Boeny sy ny sampandraharaham-panjakana misahana ny fambolena mba hampiakarana ny vokatra. Antenaina mba hisy akony izany, ka mba hitombo ny vokatra hampidina ny vidin’ny vary jifain’ny vahoaka.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FETIM-PIRENENA : Hanamafy ny fitandroana fandriampahalemana ny mpitandro filaminana

Ao anatin’izany indrindra dia maro ireo tsena sy ny olona mifamezivezy etsy sy eroa. Vokatr’izay dia mety hitombo isa ihany koa ireo mpanao ratsy, ka milaza ny handray andraikitra ny mpitandro filaminana, avy amin’ny Polisim-pirenena.

Manoloana izany anefa dia mametraka paik’ady hiadiana ireo mpanao ratsy ny mpitandro filaminana eto an-drenivohitra. Voalaza fa misy ireo Polisy any amin’ny faritra hafa no hiakatra eto Antananarivo hanampy ireo efa eto an-toerana. Misy amin’ireo mpitandro filaminana ihany koa no hanao fanamiana sivily ka hiparitaka any anatin’ireo tsena ahafahana mijery ireo mpanendaka sy mpandroba, raha araka ny fanazavana azo hatrany. Fantatra fa mialoha sy mandritra ny fety no handray ny andraikiny ireo mpitandro filaminana.

Raha isaky ny fety na isaky ny mandray fivoriana iraisam-pirenena no mandray andraikitra tahaka izao ny Polisim-pirenena, dia aiza ho aiza izany ny fiahiana izay filaminana izay amin’ny andavanandro tsotra ?

Mihaja Sarobidy

Tia Tanindranaza0 partages

Zandarimariam-pirenenaNotoloran’ny UNESCO fitaovana

Notanterahana omaly talata 13 jona 2017 tao amin’ny Toby Ratsimandrava ny fifanaovan-tsonia teo anivon’ny zandarimariam-pirenena sy ny UNESCO mikasika ny fanamafisana ny fiaraha-miasa eo amin’ny roa tonta.

 

Nandritra izany dia nisy ihany koa ny fanolorana solosaina sy « imprimante » vaovao ho an’ny « Centre de documentation et d’information » eto amin’ny foibe fibaikoana mba hoentina hanatsarana sy hampandehanana ny asa rehetra izay atao ao. Nambaran’ny solontenan’ny UNESCO fa mbola vonona ny hanampy hatrany ny zandarimariam-pirenena, araka izay vitany mikasika ireo filana mahakasika ny asa izy ireo. Nitondra ny teny fisaorana kosa ny jeneraly Randriamanarina Jean Christophe, lefitra voalohan’ny komandin’ny zandarimaria, izay nisolotena ny komandin’ny zandarimariam-pirenena, noho izao fahavitan’ny sonia fiaraha-miasa izao, ary koa ho fankasitrahana tamin’ireo fanampiana ara-pitaovana ireo. Manantena ny tenako, hoy izy, fa hitohy hatrany ny fiaraha-miasa. Ny zandarimaria kosa dia hampiasa izany amin’ny asa mifanandrify aminy ho an’ny fandriampahalemana.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

NY AMPINGANamoaka mpikabary 150 mianadahy indray

Namoaka ny andiany fahasivy misalotra ny anarana “Antsiva” indray ny fikambanana Ny Ampinga ny faran’ny herinandro teo, fikambanana izay tsiahivina fa mampianatra kabary maimaimpoana.

 Teny Analamahitsy no nanaovana ny  fanandratana  azy ireo tamin’izany  izay nahatratra 150 mianadahy mianaka ka fito taona no zandriny indrindra tamin’izany raha 62 taona no zokiny indrindra. Nianatra nandritra ny fito  volana teny amin’ny ANS Ampefiloha sy teny amin’ny LTP Alarobia ary teny amin’ny sekoly  Fanoellie Imerinafovoany izy ireo ary efa mahafehy tsara ny asan’ny mpikabary avokoa. Tonga nanotrona ny lanonana tamin’izany avy ao amin’ny minisiteran’ny kolontsaina sy ny avy ao amin’ny Federasion’ny Mpikanto teny sy Soratra (FMTS)  raha ny filoha tale jeneralin’ny sekoly ambony INSPNMAD kosa no Ray mpiahy azy ireo.  Raha araka ny fanazavan’i Manampisoatoavina, tompon’andraikitra voalohany ao amin’ny fikambanana “Ampinga” dia natao hanairana ny manodidina ity andiany vao navoaka ity.  Amin’ny volana novambra ho avy izao indray  no hiditra amim-pomba ofisialy ny andiany fahafolo.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

SEKOLY AMBONY ISTMiezaka manome vahana ny voka-pikarohana

Fomba fiasan’ny sekoly ambony IST ( Institut Supérieur de Technologie) eto Antananarivo nanomboka tamin’ny 2016 ny

 

 fanamafisana sy fanatsarana kokoa  sy hatrany ny  voka-pikarohana ho an’ireo mpampianatra mpikaroka ao aminy. Amin’ny alalan’ny fihaonany mivantana amin’ireo mpandraharaha sy mpiara-miombon’antoka aminy no hanatanterahiny izany raha eo ihany koa ny fihaonana eo amin’ny samy mpampianatra, raha araka ny fanazavan-dRakotomalala Jean Lalaina, tale jeneralin’ity sekoly ambony iray ity. Nampiavaka  ny tamin’ity taona ity raha araka ny fanazavana hatrany ny fisian’ilay  fifanakalozan-kevitra sy  fanomezam-baovao eo amin’ny lafin’ny fikarohana niarahana tamin’ireo mpiara-miombon’antoka. Anisan’izany ny ministera, ny orinasa, ny AFD…Nomarihiny manokana moa fa tsy mionona fotsiny amin’ny fikarohana ny IST fa miezaka mampihatra ilay  drafitra momba tetikasa ihany koa mba hampidi-bola eo amin’ny tontolon’ny fikarohana sy ny fampianarana. Notanterahina omaly tetsy Antaninarenina ny andro natokana ho an’ny fikarohana andiany faharoa amin’ity taona 2017 ity,  notanterahin’ny sekoly ambony IST sy ireo mpiara-miombon’antoka aminy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Iza sa ny inona ?

Iza sa inona no manetsika ireto mpanao fihetsiketsehana miha mitombo efa ho isan’andro tato ho ato ireto ? Ny mahagaga dia tsy ny fetezan-javatra efa am-polony taona maro daholo no izao vao hifandimbiasam-pilazana ho tsy azo ekena intsony.

Rahoviana indray izao ny mpitarika azy ireo no hahazo tampimaso dia hangina am-bolana maro ? Tsy mahagaga raha tsy nisy nahomby na nahomby ihany fa mora rava ny tolona nisy teto hatramin’izay. Tsy mba azo akana lesona ve ny anton’ny fiovan’ny tantaran’ny frantsay  taorian’ny nanonganan’izy ireo mpanjaka tamin’ny taona 1879 ? Toy izany koa ny tolon’ireo tanora amerikanina ny taona 1970 raha tsy nanaiky ny fanjakan-jokiolona tafahoatra tamin’ny fotoan’androny. Na ny filoha alemana teo aloha , Adolph Hitler, izay niezaka hampanjaka ny taranany mandritry ny arivo taona aza vitan’ny vahoaka tia tanindrazana tany an-toerana ihany ny nanapaka ny fikasany tao anatin’ny 13 taona monja. Dia tsy nisy azo nakana lesona hitoerana amina vahaolana maharitra ve ireny fa dia satry foana hiaina amina krizy lavareny eto ? Inona moa no nahatonga an’i Afrika atsimo ho amin’ny toerany amin’izao fotoana raha tsy ny tolona madiodion-dry Nelson Mandela ? Inona koa no nahatonga an’i Burkina faso ho amin’ny toerany ankehitriny raha tsy ny famoizan’ain’ny mpitari-tolona Thomas Sankara ?

Mirija    

Tia Tanindranaza0 partages

AmpitatafikaNotetezin’ny kamio ny lohan’ilay vehivavy

Vehivavy iray manodidina ny 40 taona, mamo no fantatra fa maty voahitsaky ny kamiao teny Ampitatafika omaly antoandro, lalana miditra ho any an-tanàna, vao miala ny tetezana. Feno fasika ity kamiao ity, raha araka ny vaovao azo.

 Namoy ny ainy avy hatrany ity farany, antony niteraka fitohanana goavana teny an-toerana. Teo amin’ny lohany no notetezin’ny fiara. Raha araka ny fantatra hatrany dia tsy hitan’ny mpamily mihitsy io vehivavy io fa nipetraka ary nivembena, ka nifatratra tany ambany kodiarana avy hatrany. Tsy naninona kosa ilay menaky ny ainy vao am-bolana, teny an-tanany. Rehefa hitan’ireo nanatri-maso fa tena mamo izy dia noraisin’izy ireo ilay zaza, ka izay no nahaavotra ny ainy. Avy any  amin’ny fokontany Ankaditany io ramatoa maty io. Tsy fitandremana kely dia efa mety hitera-doza ho an’ny tena sy ho an’ny hafa ka aleo ihany mitandrina. Raha ity zava-doza niseho ity mantsy na inona inona mety ho fahadisoan’ny mpamily ilay fiara, na inona na inona mety ho fahadisoan’ilay ramatoa namoy ny ainy, dia miteraka fahasahiranana ho an’ny hafa hatrany. Manginy fotsiny ny fotoana sy ny vola lany amin’ny mpitandro ny filaminana sy eny aminy fitsarana satria tsy vitavita ho azy ny zava-doza tahaka izao. Amin’ny vanim-potoana ankatoky ny fety tahaka izao rahateo no matetika hisehoan’ny loza mahatsiravina, ka aleo ihany misoroka, toy izay mitsabo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote TIM Boriborintany faha-6Manampy hatrany ny tanora eny Ambohimanarina

Feno hipoka ny efitrano malalaky ny Boriborintany faha-6 teny Anosisoa Ambohimanarina, ny sabotsy teo, nandray ireo ankizy niisa 200 nanaraka an’ilay « révision CEPE » nokarakarain’ny « Association Katraka Live »

 tarihan’i Mr Haja nampitana ilay fianarana lesona fehezina amin’ny hira sy lalao. Nahazo tolotanana 100% tamin’ny depiote Rasoanoromalala Horace avy amin’ny TIM ity hetsika ity ary nampiany tsodrano ho an’ireto ankizy hanala fanadinana ireto izay nampirisihany koa tsy hisaraka amam-bavaka hatrany. Ny alahady 11 jona kosa dia nanolotra « survêtement » ho an’ireo tanora sy ankizy  17x3 mpikambana ao amin’ny Basket Club Ravinala tarihin'ny Coach Riri teny amin’ny kianja basket an’ny Boriborintany faha-6 ity depiote ity sy mpiara-miasa aminy. Ireo  17x3 ambiny sisa kosa dia hahazo ny anjarany tsy ho ela, araka ny fanamarihana azo teny an-toerana.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Filankevitry ny fampihavanam-pirenenaMisokatra ny fisoratana anarana

Hisokatra anio ary tsy hifarana raha tsy ny 14 jolay izao ny firotsahana ho kandidà handrafitra ireo mpikambana ao anatin’ny filankevitry ny fampihavanana malagasy.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Olona Hasin’ny TanyHijoro hanavotra ny firenena

Manoloana ny toe-javatra misy eto amin’ny firenena ankehitriny dia mijoro ny fikambanana Olona Hasin’ny Tany (OHT) ary milaza fa handray andraikitra amin’ny fanavotana ny firenena.

 

 Fikambanana efa mitsangana manerana ny nosy, nanomboka tamin’ny taona 2014 izy ity. Ny fitiavan-tanindrazana no mampivondrona ireo mpikambana. Mandinika ny fiainam-pirenena sy manolotra vahaolana ho an’ny tompon’andraikitra sy ny mpiantsehatra isan-tsokajiny ary manofana ny ho mpitondra rahampitso amin’ny soatoavina politika, hanaja ny moraly sy handray andraikitra ho an’ny tombontsoa ambonin’ny firenena no fototry ny asan’ny fikambanana. Manao antso avo amin’ny tompon’andraikitra rehetra sy ny mpiantsehatra amin’ny raharaham-pirenena mba tsy hisian’ny korontana mety hiteraka olana hanavesatra ny fahasahiranan’ny Vahoaka Malagasy ny Olona Hasin’ny Tany. Mijoro ihany koa ny OHT mba hamelona ny fanantenan’ny Malagasy mpiray tanindrazana aminy fa tsy lany olomanga akory i Madagasikara fa mbola manana olona nanao velirano fa hanao ny ainy tsy ho zavatra hiarovana ny vahoaka malagasy sy ny voninahitr’i Madagasikara. Efa tena latsaka an-katerena loatra ny firenena noho ny politika maloto sy fisian’ireo mpanao politika mersenera ka mijoro hitondra fanavaozana ny OHT izay manomboka mametraka ny rafitra hiasany ankehitriny.

 

RTT

 

 

La Vérité0 partages

Vente de lampions - Un marché florissant

Une affaire concluante d’un mois. En cette période où la fête de l’indépendance avance à grands pas, les lampions de production locale sont présents en grande quantité dans tous les marchés et les grandes surfaces de la Capitale, notamment à Analakely, Andravoahangy et tant d’autres. Pour bien marquer cet événement, comme tous les ans, les gens s’y précipitent pour en acheter afin de faire plaisir spécialement aux enfants. Cette année, les marchands n’ont pas oublié de proposer des nouveaux modèles de lampion aux habitués.

Il suffit juste d’avoir à sa disposition des papiers, des colorants différents ainsi que des métaux pour pouvoir en fabriquer. « Depuis 2014, 500 kg de papier sont utilisés en cette période afin de couvrir les besoins des Tananariviens en ce produit », explique Mioty, une commerçante et détaillante opérant à Analakely. Selon ses explications, la production de lampions constitue l’une des activités de sa famille depuis des années. Par ailleurs, en étant au nombre de cinq, ils arrivent à en fournir journalièrement des centaines aux marchands d’Analakely et ses alentours. « En étant en même temps une étudiante, j’arrange mon emploi du temps pour pouvoir aider ma famille dans le financement de mes études en faisant ce travail » a-t-elle fait savoir. Quand l’affaire marche, 2 000 lampions de tailles différentes sont vendus chaque jour. Or, cette période ne dure en moyenne que cinq jours seulement, plus précisément à partir du 20 juin, ce qui équivaut à peu près 10 000 lampions vendus. « En tenant compte des différents modèles exposés, le prix varie entre 500 et 10 000 ariary », continue-t-elle.  Des produits chinois en concurrencePas de clients potentiels. En matière de lampion, les produits asiatiques inondent aussi le marché. Les Malgaches s’y intéressent également. Avec la pluralité des produits, ce marché est saisissable pour bon nombre de commerçants. « Les produits asiatiques n’engagent qu’une petite somme d’argent et peuvent être portés à d’autres événements surtout culturels. Comme exemple, on peut citer les accessoires lumineux tels que les bracelets, les colliers et les boucles d’oreilles. De ce fait, il est aisé de les commercialiser ici à Madagascar », avoue Lalatiana, une commerçante opérant à Andohan’Analakely. Depuis lundi, elle a commencé à les étaler sur un vaste périmètre afin de pousser les clients, spécialement les parents à en acheter. En moyenne, un gadget asiatique coûte 2 000 ariary. Ce prix peut atteindre 10 000 ariary. Selon elle, ce montant a augmenté de 500 ariary cette année. Par ailleurs, la météo se caractérisant par des crachins n’aide pas à la vente des produits en papier, d’où le recours à ces produits étrangers, a-t-elle expliqué.  Kanto R.

La Vérité0 partages

Trafic de drogue à Ihosy - Un ex-gendarme fait transiter de la drogue

Un véhicule utilitaire immatriculé à la Gendarmerie sous le numéro Z 5160, a été intercepté par la Police hier matin à Itaosy. A bord de celui-ci, la Police découvre une cargaison de 20 sacs bourrés de came.

Au volant, un individu qui se qualifie d’officier de la Gendarmerie tandis que deux autres personnes dont une femme faisait partie du voyage. Pour la Gendarmerie, il ne s’agissait que d’un bluff de la part de celui qui s’est prononcé ainsi gendarme. En réalité, ce dernier en fut un dans le passé,  mais a complètement changé de filière pour rejoindre carrément les narcotrafiquants après qu’il avait eu maille à partir avec la Gendarmerie il y a quelques années. Durant l’enquête, l’on a appris que le véhicule en question appartient à un particulier mais qu’on l’a fait simplement porter cette immatriculation de la Gendarmerie,  avec l’objectif  de tromper la vigilance des Forces de l’ordre, les vraies cette fois. Les différentes vérifications conjointement effectuées par la Police et la Gendarmerie à Ihosy,  ont finalement étalé au grand jour la supercherie à propos du véhicule : les numéros de la carte grise s’avèrent totalement différents entre l’officiel et celui qu’on trouve apposé sur le véhicule même. Mais les enquêteurs des deux bords ont surtout percé le mystère sur le compte  du « faux officier»: ce dernier fut radié de la Gendarmerie en 2010 à la suite de la décision N°391Com/4Drh/Pso du 22 septembre 2010. Motif : le désormais ex-gendarme a été poursuivi pour actes de banditisme et attaques à main armée et qu’il est même récidiviste. Il a déjà séjourné à la prison de Tsiafahy il y a donc 5 ans pour ces mêmes motifs. Pourtant, cela ne l’a pas empêché à remettre son sale coup. Son audace est telle qu’il a osé jusqu’à utiliser l’immatriculation du véhicule appartenant à un officier de la Gendarmerie en exercice.

Sévère mise en garde

D’ores et déjà, la Gendarmerie qui travaille en étroite collaboration avec la Police nationale sur cette affaire, a lancé une sévère mise en garde à l’endroit de l’officier de la Gendarmerie en cause à Ambovombe et qui est propriétaire du véhicule portant la même immatriculation que celui qui a transporté la marchandise. Dans un communiqué officiel, la loi en vigueur( code pénal) mais aussi la discipline militaire seront  appliquées au cas où l’implication directe ou implicite du concerné dans cette affaire s’avérerait juste. Dans ce cas, la Gendarmerie ne fera donc que mettre en œuvre le verdict de la Justice et agira selon le conseil d’enquête de la Gendarmerie.

Dans le cadre de la politique d’assainissement, pour ne pas dire de purge au sein de cette Force de l’ordre, l’effort sera axé dans l’identification et les recherches, enfin l’expulsion des brebis galeuses, tout cela selon la logique de la sécurisation du pays, selon toujours ce communiqué.

F. Roland

La Vérité0 partages

Recrutement de jeunes talents - Young Professionals Program (YPP) 2018 : intégration à l’équipe de la ...

Pour étoffer son équipe et pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes talents, la Banque mondiale a lancé un appel à candidature aux jeunes africains avides d’une carrière passionante au sein du Groupe de la Banque mondiale (Gbm) depuis d’hier jusqu’au 28 juillet. Le programme Ypp 2018 vise à recruter des personnes hautement qualifiées et spécialisées dans les domaines tels que l’économie, les finances, l’éducation, la santé publique, les sciences sociales, l’ingénierie, l’urbanisme, l’agriculture, les ressources naturelles et encore bien d’autres.

Le postulant doit également être passionné par le développement international. Chaque année, la banque retient les 40 meilleurs candidats. Les recrutés bénéficieront d’un contrat à durée déterminée renouvelable de 5 ans mais également d’un salaire très compétitif à l’échelle internationale en fonction de leur formation et de leurs expériences professionnelles. Quant aux conditions de travail, le Gbm offre à ses travailleurs des programmes de santé, de vie ainsi que d’accident et de retraite. Et pour ceux qui n’habitent pas Washington-Baltimore, la banque assurera les voyages et les prestations de réinstallation. 

Les conditions d’admission et la démarche d’inscription

Premièrement, les candidats doivent être des citoyens des pays membres de la Banque mondiale. Puis, ils doivent être nés à compter du 1er octobre 1986, diplômés d’un doctorat ou d’une maîtrise dans l’un des domaines pertinents et avoir une expérience de travail pertinente de moins de 3ans. Enfin, ils doivent parler couramment l’anglais et la maîtrise des langues de travail du Gbm comme  le français , le chinois ou encore l’arabe serait souhaitable. Pour s’inscrire, il faut aller sur le lien suivant : http://www.worldbank.org/en/about/careers/programs-and-internships/young-professionals-program#a et suivre les démarches qui y figurent. Les dossiers à préparer sont un Cv actualisé, des certificats d’éducation, des courts résumés des thèses de doctorat ou de maîtrise le cas échéant et l’essai d’application prêt à être téléchargé. Cet essai consiste à décrire en 1000 mots la contribution propre du candidat ainsi que le rôle potentiel de la Banque mondiale dans la réalisation des défis mentionnés dans l’extrait du rapport de Gbm 2016.  Vu toutes ces conditions, les jeunes malgaches avec leurs potentiels ont toutes leurs chances d’être retenus, s’ils s’appliquent dans leur demande et dans la mise en relief des valeurs, se rattachant au développement international et celui du leadership, qu’ils défendent.

Rova R. 

La Vérité0 partages

Enjoy et Itm - Deux événements complémentaires et non opposés

 

A l’heure du bilan de la 6e édition d’Enjoy Madagascar, Michel D. Ramiaramanana, instigateur de ce salon, et non moins de bien d’autres manifestations économiques tels la Foire internationale de Madagascar, la foire internationale Asia, et le salon international de l’habitat, livre ses impressions sur le déroulement de cette manifestation. Il a par ailleurs profité de l’occasion pour mettre terme à la supposée « opposition » entre cet événement et l’Itm.  

La Vérité : La tenue quasi-simultanément des deux salons, Enjoy et Itm n’a-t-elle pas porté préjudice sur votre salon ?

Michel D. Ramiaramanana : « Tout d’abord, il est important de clarifier les choses parce que nous avons été souvent été interpelés sur cette question. Il y a eu deux événements bien distincts, Enjoy et Itm, qui ont été des succès dans leur domaine respectifs dans leur domaine. Incontestablement, l’Itm a réalisé une grande mobilisation des professionnels du tourisme, et a fait un bon travail sur la sensibilisation des jeunes au métier du tourisme qui est une priorité dans le pays. De notre côté nous, Enjoy Madagascar, avons organisé un multi-salon, «7 salon en un », à savoir que dedans nous avions le domaine de la mode, nous avions 15 stylistes qui ont travaillé de tissus fabriqués à Madagascar par Socota, et qui présenté la quintessence de leurs œuvres, et également l’association des chefs cuisiniers de Madagascar qui a excellemment travaillé avec chef Mariette et chef Mbinina, ainsi que bien d’autre fin cuisiniers malgaches », a-t-il fait savoir. 

L.V : Les visiteurs et des exposants ont-ils été satisfaits du 6e Enjoy ?

M D R : « Visiblement, c’était le cas. Entre autres, par leurs prestations la prestation des sportifs a permis de développer la notion de compétition dans le sens positif chez les jeunes, tout comme pour le Brésil qui a bâti son développement sur le football. Puis on a eu également le secteur des aires protégées pour parler de l’environnemental.  En quelques mots, sur cinq jours qui nous a donné entièrement satisfaction, nous nous étions adressés aux classes intermédiaires solvables, pour dire que chacun puisse aller visite, le salon de leurs rêves, ne serait-ce qu’une fois dans l’année. Les participants qui étaient là étaient aussi bien traités que ceux de la Fim. Ils avaient des moquettes,  de la lumière, des stands, un espace de 12 000m2, et surtout une bonne protection contre le crachin assez fort des deux derniers jours samedi et dimanche, n’ont pas empêché les gens de venir visiter l’Enjoy. Il y a eu un véritable ras-de marée, et nous  avons réussi à toucher le cœur même des visiteurs ». 

L.V : Qu’est-ce que l’esprit Enjoy ? 

MDR : Enjoy, c’est tout ce qu’il y a de sympa à faire à Madagascar pour faire des jeunes des acteurs, mais pas seulement des spectateurs du développement du pays de la façon la plus efficiente. Nous n’allons n’occulte pas les côtés négatifs de la situation du pays, mais il faut aussi considérer les aspects positifs qui permet à chacun d’être une partie prenante du développement de notre pays. Il faut être visionnaire car le développement ne se fait à la va vite. On ne peut pas percevoir des retombées immédiates de ce qui a été fait. Il faut un effort de longue haleine et de la persévérance. « Ne vous découragez pas car une partie de la solution à nos problèmes est entre vos mains », tel est le message à faire passer.  

 LV : Somme toute, à votre avis, le chevauchement de ces deux événements n’était donc pas une mauvaise chose ? 

MDR : Nous avons eu un plan médiatique tout à fait exceptionnel dont très peu d’organisateurs peuvent se permettre. Ainsi nous sommes prêts pour la prochaine édition et allons davantage améliorer cet événement qui aura lieu comme d’habitude au mois de juin 2018 qui est le mois de l’Indépendance. A bien voir, le chevauchement a tout même eu un impact positif sur les deux événements.  A Dubaï, il y a 365 salons par an, et d’une certaine manière, plus les manifestations sont nombreux plus il y a des publics qui varient selon le genre. De toutes façons, nous nous sommes inscrits longtemps à l’avance à l’agenda mondial des salons, et à partir du moment où l’on et engagé, on ne peut plus modifier les choses. Je ne pense pas que les visiteurs avaient un intérêt particulier d’aller voir l’Itm. Inversement on peut se poser la question, si la visite d’Enjoy où il verra la mode à la malgache et les spécialités culinaires typiques de Madagascar ne pourrait-elle pas constituer un facteur susceptible de faire venir des touristes à Madagascar. Et on verra bien l’année prochaine », a-t-il conclu.

Rivo S.      

 

La Vérité0 partages

Panique générale !

Panique générale à bord. Une grave tempête menace le voyage. Des vents violents et de fortes pluies tombent à flots. Le navire… chavire ! Des passagers, pris de panique, tentent l’impossible en voulant quitter le bateau à la nage. Le capitaine, commandant de bord, essaie tant bien que mal de temporiser ou de banaliser la situation.

Madame Claudine Razaimamonjy, la multimilliardaire et gérante-propriétaire du grand palace AC du côté d’Ivato et « mère-nourrice » du régime-Hvm, fut incarcérée ce lundi 11 juin 2017 vers la fin de la journée à Antanimora. C’est l’aboutissement, du moins jusque-là, d’un long et énigmatique feuilleton qui a vu la participation, en casting, des membres du Gouvernement, des élus et d’autres hautes personnalités jouant des rôles principaux, mais, avec autant de maladresses. L’intensité de l’éclatement a été telle que des ondes de choc très puissantes se font enregistrer, partout, à l’intérieur du bâtiment, à savoir le régime en place. 

Madame Claudine Razaimamonjy n’est pas une personne de n’importe qui. Elle figure parmi les proches, voire la plus proche du couple présidentiel. Partout où la dame passait, elle arborait la carte de conseillère spéciale du Président de la République. A ce titre, elle bénéficiait des traitements de faveur, au-dessus même de ceux, normalement, dévolus à des membres du Gouvernement. Mais, elle est « généreuse et large ». Tout le monde, à la crête du pouvoir, de l’Exécutif ou du Législatif, lui doit, en quelque sorte, une « dette morale » et pourquoi pas « une redevance ».

Quand une grande personnalité de ce gabarit s’est fait interpeller pour répondre de ses actes, notamment des détournements à grande échelle de deniers publics que la loi punit sévèrement, tous les barons, tenants du régime, se bousculaient auprès d’elle. Et cela, pour manifester la sympathie et porter main-forte en cas de besoin. Redevance morale oblige !

Par ailleurs, les observateurs ont pu décrypter, à travers les visages de certains  des hauts dirigeants de l’Etat, des sentiments de crispation, de panique et d’énervement, de même chez les élus et les opérateurs économiques de gros calibre proches du régime. On craint, essentiellement, l’effet de domino. Si la célèbre bailleresse du parti d’Etat, Hvm, mettrait à exécution sa menace de tout révéler au cas où elle franchira le seuil de la porte de la prison, alors là, cela fera l’effet d’un tsunami. Maintenant que le Rubicon fut franchi, on attend la suite des évènements. Les yeux braqués à Iavoloha et à Mahazoarivo, les contribuables avides d’en savoir un peu plus, ont les oreilles tout ouïes. D’un autre angle mais dans la même optique, s’il existe un département ministériel très impliqué dans cette « affaire » et qui devrait répondre de ses responsabilités, ce sera celui des Finances et du Budget. Des hauts cadres de ce ministère, jusqu’au niveau du ministre doivent être entendus, voire mis en examen.

La mise en place effective d’un Etat de droit passe obligatoirement par le respect des lois en vigueur qui, à son tour, commence par la soumission de tous, sans exception, aux décisions de Justice. Sans ambages, on peut qualifier d’une étape acquise le dénouement inespéré de ce sulfureux feuilleton, mais, n’empêche que le monde du pouvoir est plongé dans un état de panique générale. 

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

A Hell-Ville, Nosy Be - Les malfaiteurs se laissent cueillir facilement

Ali Aboudou, maire de la Commune urbaine de Hell-Ville, Nosy Be, où quelque 60 000 visiteurs internationaux passent annuellement, hormis les nationaux en vacances, reste confiant quant à la tranquillité dont bénéficie son territoire. Interview.

 

La Vérité (+) : L’île de Nosy Be est mondialement connue pour les activités touristiques. Comment les choses se passent-elles en ce moment ?

Ali Aboudou (=) : Nosy Be, c’est le tourisme comme vous l’avez dit. On est calme là-bas et ça progresse. Les visiteurs commencent à affluer présentement. Ceci, grâce à l’existence de liaisons aériennes internationales. Trois vols par semaine relient l’île à l’Italie depuis avril. Il y a aussi les vols d’Air Austral desservant le trajet Paris-Nosy Be via La Réunion et les vols directs de Johannesburg, Afrique du Sud.

(+) : Beaucoup de mouvements alors ?

(=) : Justement, j’aimerais remercier le pouvoir central. Les engins du Colas sont déjà en place pour les travaux d’extension de l’aéroport international de Fascène. Cela contribuera à l’arrivée encore plus massive d’avions qui transporteront davantage de visiteurs à l’avenir.

(+) : Qu’en est-il de la sécurité dans ce contexte ?

(=) : On peut dire que le calme y règne en général. Des mesures spécifiques sont prises surtout à Hell-Ville où des caméras de surveillance sont déployées pour renforcer la sécurité des personnes et de leurs biens dans la ville.

(+) : Qu’en est-il précisément de l’efficacité d’une telle mesure ?

(=) : Les dispositifs sont installés en collaboration avec le ministère des Télécommunications, du Développement numériques et des Postes, il y a deux ans. Au total, 28 unités sont disposées à des endroits différents du centre-ville. Les résultats obtenus sont probants. Les cambrioleurs du magasin d’un Indo-pakistanais, vendeur de produits électroménagers, ont pu être identifiés et arrêtés grâce à ces caméras de surveillance. C’est aussi le cas d’un violeur qui a commis son méfait dans l’arrière-plan du lycée. Pourtant, en gros, la population ne connait pas trop l’efficacité de ces équipements. J’estime que ça changera bientôt. Des investigations sur une récente infraction sont en cours. Les présumés auteurs sont déjà plus ou moins connus. Leurs vraies identités devraient être rendu publiques incessamment. L’opportunité de ces matériels sera reconnue une fois que l’affaire sera médiatisée.

(+) : Quel est alors votre défi pour le court terme ?

(=) : L’assainissement de la ville est mis au top de toutes les priorités pour le court terme. Il s’agit du premier site touristique de Madagascar. Ce n’est pas bon si la salubrité n’est pas là. Cela aura des impacts réels sur les activités des habitants qui tirent l’essentiel de leurs revenus grâce aux opportunités stimulées par la venue des touristes.

(+) : Le tourisme à Nosy Be en termes plus économiques ?

(=) : La moyenne annuelle est de 60 000 touristes. Une hausse significative de cet effectif est en perspective. Quelque cinquante touchers de bateaux de croisière sont attendus cette année. Ils ne sont que de passage, certes. Ils laissent toutefois dans leur sillage beaucoup de devises. Le séjour de leurs clients fait travailler les taxis, les sculpteurs, les brodeuses… de Nosy Be. Tout ceci est très important pour l’économie locale.

Recueillis par

 Manou Razafy

La Vérité0 partages

Marchés publics - 5 ministères clés pour Claudine Razaimamonjy

Suite au transfert de Claudine Razaimamonjy à la maison centrale d’Antanimora et en attendant d’éventuels rebondissements, l’attention des observateurs est dorénavant davantage focalisée sur les affaires touchant cette proche du Président Hery Rajaonarimampianina. Partiellement satisfait de cette incarcération tardive, le Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) a d’emblée réagi en réclamant également la tête des complices de l’opératrice économique. Rappelons à titre d’information que Claudine Razaimamonjy a été placée sous mandat de dépôt le 7 avril dernier suite à son audition au niveau de la Chaîne pénale anti-corruption (Cpac) pour les deux premiers dossiers lui concernant. Le directeur général du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), Jean Louis Andriamifidy avait confirmé dans la foulée que 4 autres affaires lui concernant sont encore en cours de traitement au niveau de la villa La Piscine d’Ambohibao. 

On croit entendre que ces 4 autres dossiers seraient plus complexes et de loin plus graves que les 2 premiers qui ont pourtant déjà conduit au placement sous mandat de dépôt de la concernée. Une autre manière de dire que cette proche du couple présidentiel est loin d’être sortie de l’auberge, si bien sûr le Bianco et la Cpac restent dans leur logique. Pour les deux premiers dossiers qui ont conduit au placement sous mandat de dépôt de la concernée, les chefs d’inculpation sont : détournements de deniers publics, complicité de détournements de deniers publics, abus de fonction, recel, favoritisme, complicité de favoritisme et blanchiments de capitaux.

Chasses gardées 

Des documents qui circulent depuis plusieurs mois sur cette proche du Chef de l’Etat font état de cas encore plus déraisonnables que ceux cités plus haut. Il s’agirait en effet de marchés publics purement fictifs mais qui auraient pourtant fait l’objet de décaissement effectif d’argent public de montants démesurés. Dans ce domaine, certains départements ministériels seraient, selon les mêmes documents, de véritables chasses gardées pour Claudine Razaimamonjy. Le département ministériel de l’Intérieur et de la Décentralisation dirigé par le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, celui de la Santé, celui de l’Education nationale, celui de l’Enseignement technique et celui des Sports feraient ainsi partie des ministères pour lesquels la propriétaire de l’AC d’Ivato aurait un fort penchant…

Il est difficile de déterminer les artifices utilisés pour pouvoir attester du service fait, lequel est la clé pour pouvoir décaisser la somme, contrepartie de tout marché public. En tout cas, pour les autres irrégularités déjà mises au jour, les auteurs de malversations ne se sont pas embarrassés de la moindre procédure pour se contenter simplement de faire pression sur le  maire de la Commune ayant bénéficié du virement de la somme convoitée, à l’exemple du cas d’Ambohimahamasina qui avait défrayé la chronique l’an dernier. Selon le même mode opératoire cité plus haut, des sociétés-écrans ou des prête-noms sont pour la plupart du temps utilisées dont celles qui reviennent le plus souvent sont Raharimanantsoa Jacqueline et Randriantsara Linah Sylvie... Pour répondre à l’interpellation du Smm, le Bianco sait vers où diriger son regard. L’incarcération de l’opératrice économique est, pour bon nombre d’observateurs, un feu vert donné au Bianco pour la poursuite de la procédure judiciaire. 

Recueillis par A.R.

Madagascar Tribune0 partages

La démission du nouveau Premier ministre réclamée

Neuf jours après sa nomination à la tête du gouvernement, sa démission est désormais réclamée. « Le Premier ministre Christian Ntsay doit quitter son poste parce qu’il ne fait que subir les pressions du président de la République » et donc, « du parti HVM ». Les propos sont de maître Hanitra Razafimanantsoa, porte-parole du collectif des parlementaires pour le changement, mercredi sur le Parvis de l’hôtel de ville à Analakely.

Contrairement à la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC) du 25 mai dernier, relative à la déchéance du Président de la République, qui donne le plein pouvoir au chef du gouvernement de consensus, l’actuel Premier ministre n’aurait pas son mot à dire face au pouvoir et à la pression des pro-régimes. La présence de nombreux ministres HVM au sein du nouveau gouvernement et la reconduction de huit anciens ministres du staff de l’ancien Premier ministre, Olivier Solonandrasana Mahafaly confirment que Christian Ntsay est dépourvu de son pouvoir réel.

Après la démission du Premier ministre, les cinq députés issus du collectif pour le changement ayant accepté d’intégrer le gouvernement de consensus devront également quitter leur poste, a ajouté la députée du premier arrondissement d’Antananarivo, élue sous la bannière TIM de l’ancien président Marc Ravalomanana. Quoi qu’il en soit, les autres membres du collectif pour le changement ont indiqué que, pour eux, ces cinq parlementaires devenus ministres n’ont jamais trahi le mouvement. Au contraire, ils accomplissent une mission.

« Leur mission consiste, explique Hanitra Razafimanantsoa, à recueillir des informations, des preuves, témoignant les dégâts laissés par leur prédécesseur au sein de leur ministère respectif. Cela à des fins politiques pouvant être utiles pour l’aboutissement du mouvement que les 73 députés pour le changement ont initié sur la place du 13 mai ».

Pour sa part pourtant, le nouveau Premier ministre est déjà à pied d’œuvre. Après une première sortie en province, dans la région de SAVA, mardi, il a accueilli une forte délégation de l’Union européenne au palais de Mahazoarivo, hier mercredi. Lors de cette rencontre avec l’ambassadeur de l’Union européenne, Antonio Benedito Sanchez, il a rassuré les Malgaches qu’il apporterait un changement dont les impacts devront se faire sentir à travers les actions menées par les membres de son gouvernement.

Christian Ntsay appelle ainsi la population au calme et réitère que les élections lui importent beaucoup. La bonne tenue de celles-ci, en matière d’organisation et de transparence, figure d’ailleurs parmi les priorités de son gouvernement. C’est une condition sine qua non pour sortir le pays de cette crise politique cyclique, estime le nouveau chef du gouvernement. A ce propos, l’ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar a déclaré que l’Union européenne est prête à soutenir le gouvernement actuel à mener à bien les prochaines élections.

Madagascar Tribune0 partages

Assemblée nationale : Le député Jaona Elite quitte le HVM

Un coup de théâtre au niveau de l’Assemblée nationale. Harijaona Randriarimalala alias Jaona Elite a démissionné de son poste de président du groupement parlementaire du HVM. Il a également quitté cet groupement parlementaire et a affirmé avoir présenté sa lettre de démission auprès du président de la chambre basse et du président du parti présidentiel. « Je reste désormais un député de Madagascar, indépendant, élu à Atsimondrano, qui ne fait pas partie de l’opposition, ni du parti au pouvoir  », a-t-il déclaré.

La récente décision prise par la Haute cour constitutionnelle (HCC) préconisant la décision de la Cour électorale spéciale (CES) en 2014 qui indique que le groupement HVM n’existe pas aurait motivé cette démission de Jaona Elite selon ses dires. Mais il a notamment indiqué qu’il a failli à sa mission en tant que président de ce groupement politique et n’a pas pu satisfaire les besoins des membres. « C’était le cas lors du vote des lois électorales », affirme-t-il.

La démission de ce président du groupement parlementaire ne devrait pas affecter le parti HVM, toutefois, elle peut être interprété comme le début de sa décadence, suite à cette crise politique qui a constitué une épine dans le pied du parti.

Madagascar Tribune0 partages

La passation de service pour Maharante Jean de Dieu effectuée en pleine nuit

Les employés du ministère des postes, télécommunications et des nouvelles technologies (MPTDN) ont continué à manifester contre la nomination de Maharante Jean de Dieu dans leur ministère. Hier dans journée, l’entrée du ministère a été bloquée par une voiture, et la cour a été envahie par des employés qui ont fait un sit-in. Le MPTDN ne veut pas d’un ministre déjà désavoué par la Fonction publique, peut-on lire sur les banderoles brandies par-devant l’entrée du ministère à Antaninarenina. Les employés de ce ministère étaient fermement déterminés à empêcher Maharante Jean de Dieu à entrer en fonction.

Ce n’est que tard dans la soirée que la passation entre le ministre sortant André Nepatraiky et Maharante Jean de Dieu ait pu se faire. Une passation en toute discrétion ou presqu’en cachette.

Madagascar Tribune0 partages

« Elections », mot d’ordre des passations au niveau des ministères

La tenue des élections, leur préparation et le maintien de la stabilité politique. Ce sont les maîtres mots des passations de service entre les anciens ministres et nouveaux membres du gouvernement qui se sont déroulées mercredi. Le nouveau ministre de l’Intérieur, remplaçant Olivier Soloandrasana Mahafaly a notamment insisté sur la tenue de l’élection cette année.

Les ministères concernés par les passations de service sont : la Fonction publique, l’Environnement, la Population, la Communication et les relations avec les institutions, l’Eau, l’Education nationale et le secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie. A l’issue de cette dernière passation, le nouveau patron de la gendarmerie a notamment insisté sur le maintien de la sécurité dans le pays, la protection du peuple et de ses biens.

La passation entre les ministres entrant et sortant de la Poste et télécommunications a par ailleurs été émaillée d’une nouvelle contestation du nouveau venu. Les employés de ce département ministériel ont brandi une banderole contestant Jean de Dieu Maharante qui jusqu’ici n’a pas pu mettre le pied dans son nouveau ministère.

Madagascar Tribune0 partages

CENI : les lois électorales sont déjà promulgués, il n’y a rien à redire

En attendant la rencontre le gouvernement Ntsay Christian pour déterminer la date précise des prochaines présidentielles, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a de nouveau tenu un cadre de concertation multi-acteurs, regroupant la société politique et civile afin de discuter de la suite du processus électorale hier au le Pavé Antaninarenina

Lors cette concertation, le président de la CENI a insisté que cet organisme ne s’occupe que du volet technique des élections. Les débats sur la loi électorale controversée, qui a conduit les députés à descendre dans la rue, n’ont pas lieu d’être au sein de cet organisme. Les débats étant d’ordre politique, la CENI se doit uniquement de suivre les lois en vigueur, « La loi a déjà été promulguée, aussi, il n’y a plus rien à redire », soutient Hery Rakotomanana. Le premier ministre Christian Ntsay de son côté, lui avait souligné qu’il s’attellerait à faire sortir les textes règlementaires y afférents le plus tôt possible.

Les problèmes de la liste électorale ont été soulevés également hier. Hery Rakotomanana a interpellé sur la difficulté à travailler sur la liste actuelle : « Notre liste électorale est une liste alphanumérique. Pour éviter les fraudes, il faudrait passer à une liste électorale biométrique », soutient-il. Dans une liste alphanumérique, il revient à chaque citoyen de vérifier son inscription, cette liste se base sur la déclaration d’information de chaque électeur au niveau des fokontany. Pourtant « Bon nombre de malgaches sont en dehors du système. Cela explique le gap entre le nombres d’inscrits et ceux qui devraient l’être » explique la CENI. « La CENI a renvoyé à plusieurs reprises la liste au niveau des fokontany. Nous avons aussi fait un audit du fichier électoral et nous allons encore en faire avant les élections, afin que personne ne se dise encore que la CENI joue sur la liste », rajoute-t-il.

« Les politiques ont un rôle très important à jouer pour garantir la transparence des résultats électoraux », affirme Hery Rakotomanana. Les résultats se trouvent toujours contesté par un parti ou par un autre pourtant la loi exige que les représentants des candidats soient présents dans les bureaux de vote afin de veiller au scrutin. Un climat de confiance et d’apaisement devrait déjà être instauré bien avant les élections afin que chacun soit serein lors de la publication des résultats avait conclu la CENI lors de cette cadre de concertation multi-acteurs.

Madagascar Tribune0 partages

Libération des neuf détenus dans l’affaire Base Toliara

Les neuf habitants de Benetse, Ampototse et Tsiafanoke dans le district de Toliara II placés en détention provisoire depuis le 9 mai dernier ont été relaxés au bénéfice du doute par le Tribunal de première Instance de Fianarantsoa.

Ces 9 personnes font partie des milliers d’habitants des 17 fokontany du district de Toliara II, en majorité des cultivateurs, éleveurs et pêcheurs qui s’opposent depuis plusieurs années au projet minier Toliara Sands, renommé Base Toliara depuis son rachat par la société australienne Base Resources en 2017. Les habitants craignent que l’exploitation de l’ilménite envisagée par cette compagnie détruisent leurs moyens d’existence, leur environnement et leur culture.

Lors d’une manifestation contre le projet au mois d’avril, des objets mobiliers appartenant au projet Base Toliara ont été détruits et incendiés d’où l’arrestation des 9 personnes accusées de destruction volontaire de biens, d’incendie et attroupement non armé et non abandonné après l’annonce de sommation. Malgré leur libération, les neufs personnes sont condamnés à six mois de prison avec sursis dans cette affaire.

Pour la société civile, entre autres le Centre de recherches et d’appui pour les alternatives de développement –océan indien (CRAAD-OI) et le Collectif pour la défense des terres malgaches-Tany qui ont réclamé cette libération se félicitent de ce jugement dans leur communiqué : Ce jugement « témoigne clairement le respect des droits des détenus à une justice équitable et impartiale, et la reconnaissance réelle des libertés et des droits fondamentaux qui leur sont accordés par les conventions internationales sur les droits de l’homme que Madagascar a ratifiées, en particulier le droit de défendre leurs moyens d’existence, leurs terres et le patrimoine naturel national ».

L'express de Madagascar0 partages

Fête de la musique – Les artistes en herbe en vedette

Deux jours de célébration marqueront la fête de la musique, cette année. Trois scènes s’offriront aux jeunes talents pour montrer le meilleur d’eux-mêmes.

La planète entière honorera la musique en général pendant la journée du 21 juin depuis trente sept ans. Madagascar faisait partie des pays qui célèbrent cette date par le biais de l’Alliance Française de Madagascar depuis une bonne vingtaine d’années. Le but principal réside dans la promotion des jeunes talents en leur offrant une visibilité durant la célébration.À chaque début d’année, l’Alliance Française de Tananarive ou AFT lance un appel à proposition pour les  artistes, dont la musique présente une originalité et est représentative des régions de Madagascar. Ils méritent d’être mis sous les feux des projecteurs pendant cette date symbolique. Une bonne soixantaine d’artistes ont répondu à l’appel cette année et sont passés à la présélection dont les critères de base reposent sur leur expression scénique, la qualité de leur musique et l’originalité de leurs œuvres. La moitié a rempli ces conditions et prépare intensivement ce premier rendez-vous avec le grand public sur les scènes de la Fête de la musique à Antananarivo. Un grand carnaval égayera la matinée du samedi 17 juin.

AnniversaireLe cortège partira de l’AFT et sillonnera les rues de la capitale pour rejoindre le jardin d’Ambohijatovo vers 9 heures où se tiendra  la première scène. Dix groupes enflammeront l’ambiance avec Belahy comme artiste invité. Dans l’après-midi le même jour, mais cette fois-ci, sur la scène extérieure de l’AFT, douze autres groupes démontreront leur talent. Chacun présentera trois morceaux pour l’occasion. Une initiative qui favorise la promotion des artistes talentueux mais qui sont encore dans l’ombre. Il y en aura pour tous les rythmes et plusieurs régions de l’Ile seront représentées, passant du rap au jazz mais aussi  les rythmes traditionnels. Le but sera de montrer la diversité culturelle qui compose le paysage de la chanson à Madagascar. La journée du 17 juin se terminera par un « Grand concert Arendrina » à  l’AFT,  avec deux grandes stars du rock malgache à l’instar de Kiaka et Iraimbilanja pour une prestation inoubliable à partir de 17 heures. Ceci rentre dans le cadre de la célébration de soixante-dixième anniversaire de l’Alliance Française de Madagascar. Rappelons que Kiaka a fait ses débuts sur les planches de l’AFT, il fut un temps.Les instruments de musique modernes ou traditionnelles marqueront la journée du mercredi 21 juin à l’AFT. Son hall accueillera les luthiers malgaches qui présenteront quelques-unes de leurs créations, avec une séance d’initiation suivie d’une démonstration de la façon de jouer ces instruments «made in Madagascar»

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Rallye Asacm – Boom revient sur une Peugeot 306

Mamy Patrick Solofonirina, alias Boom revient en compétition, à l’occasion du Rallye Asacm de ce weekend. Il roulera sur une Peugeot 306 et se bagarrera chez les deux-roues motrices.

Le champion de Madagas­car 2015, Mamy Patrick Solofonirina, est de retour. Cela fait longtemps que Boom n’a plus pris le départ d’un rallye.Il revient en compétition ce weekend, à l’occasion du Rallye Asacm, deuxième manche de la saison. « Je serai au volant de la Peugeot 306, avec laquelle Loom (Ndlr : Lova Randriamihaingo) évolue en slalom. Je roulerai en compagnie de Chouchou, sa sœur cadette, qui participera à sa toute première course », confirme-t-il.En novembre 2015, on se souvient que Boom avait décroché le titre de cham­pion aux côtés de Berthin Randriamihaingo, sur la fameuse Mitsubishi Lancer Evolution X. Depuis, il était un peu en retrait.D’un autre côté, l’Evo X a été pilotée par Loom, avec laquelle ce dernier a déjà signé deux victoires, notamment au Rallye Elf Michelin d’il y a un mois. Ce weekend, on retrouvera donc Boom derrière un volant.`« Je vais aider Chouchou pour son apprentissage. C’est également le rallye de mon club et c’est pour cela que j’ai décidé de reprendre le volant », poursuit-il.Avec sa Peugeot 306, Boom évoluera donc chez les deux-roues motrices. La bataille s’annonce alléchante dans cette catégorie, face à Nirina Ratsifandrihamanana et sa Peugeot 206, Sitraka « NS » Rakotomalala et sa Renault Clio ainsi que Daniel Rabetafika et sa Citroën C2.

Grosse bataille« Effectivement, on aura de belles bagarres chez les deux-roues motrices. Les autres pilotes auront un avantage, puisqu’ils ont déjà couru sur les mêmes pistes lors du précédent rallye. Pour ma part, il me faudra encore trouver mes repères. Par rapport à la Peugeot 205 que j’avais conduite dans le temps, la 306 dispose d’un moteur moins nerveux mais de meilleures suspensions et d’une meilleure boîte de vitesses », conclut Boom.Le Rallye Asacm s’étalera sur trois jours, aux alentours d’Ilafy et d’Anjeva, avec quatorze épreuves spéciales au programme, d’une longueur totale de 159,78 kilomètres. Le club Asacm a procédé à une réfection des pistes dernièrement. Malheureusement, celles-ci sont rendues glissantes par les intempéries de ce week­end. Les organisateurs prévoient de descendre sur place avant vendredi, pour voir s’il faut procéder à de nouveaux travaux.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Poste et télécommunication – La vulgarisation du numérique comme cheval de bataille

Madagascar à l’ère du numérique. C’est le leitmotiv du ministère des Postes et télécommunications et du développement numérique et qui est inscrit en lettres capitales dans l’extrait de son rapport d’activité 2016. Et c’est dans cette voie que le ministère a adopté cinq grandes axes de développement dans le cadre des actions au profit de la vulgarisation des TICs au niveau national.Marquée par la création du département numérique afin d’assurer un « écosystème numérique harmonieux», l’année dernière a été pour ce ministère une étape charnière. Globalement, 2016 a vu, entre autres, le désenclavement numérique des zones reculées avec le déploiement du réseau TIC dans plus de cent soixante dix  sites un peu partout dans l’île. D’un autre côté, la Paositra Malagasy s’est aussi vu dotée de nouveaux bureaux s’adaptant aux exigences de l’évolution technologique. Notamment dans les agences de Ranohira, de Baobab City à Majunga ou encore de Sabotsy Namehana. Cependant, ne se limitant pas seulement à l’élargissement du réseau numérique, le MPTDN s’est aussi investi dans des secteurs clés tels que l’éducation avec le lancement du réseau Irenala, qui permet l’interconnexion entre toutes les institutions universitaires de Madagascar et la connexion de ces dernières au reste du monde. Enfin, avec le projet Safe City, en collaboration avec l’équipementier Huawei, ce ministère a permis la sécurisation de la capitale lors du dernier sommet du Comesa ainsi que l’installation sur Nosy be de vingt-neuf caméras de surveillance et dix bornes wi-fi répartis sur Hell Ville, Dzamandzar et sur Ambatoloaka, permettant l’accès internet gratuit pour ces localités. Un projet entrant dans le cadre de la continuité du projet « numérique pours tous » lancé en 2015 dans la même localité.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Ampitatafika – Une femme écrasée par un camion

Accident mortel près du pont d’Ampitatafika, hier. Une dame âgée de 41 ans a été écrasée par un camion. « Elle a frôlé le camion et est tombée au sol. Sa tête est passée ensuite sous la roue arrière. Son nourrisson d’un an qui était sur ses bras s’en est sorti indemne », a raconté un témoin. Le poids-lourd était vide et aurait ralenti sur le raidillon lorsque le drame s’est produit. Des légumiers ont immédiatement alerté le poste avancé d’Ampita­tafika pour que des agents s’y dépêchent par peur d’une éventuelle vindicte populaire. Arrivés à temps, des gendarmes ont tout de suite immobilisé le véhicule, puis l’ont mis en fourrière. Le chauffeur s’est fait embarquer au bureau pour enquête.« Il s’agit d’un homicide involontaire passible d’une peine correctionnelle », ont souligné les enquêteurs. Les tests d’alcoolémie et toxicologiques pratiqués sur le chauffeur sont négatifs. La dépouille de la victime a été transportée à la morgue après l’examen de situation. Le bébé a été pris en charge par sa famille. Le conducteur du véhicule gardé à vue dans les locaux du poste avancé de la gendarmerie d’Ampita­tafika sera traduit devant le parquet, ce jour si faire se peut, d’après les explications reçues.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Tables et kiosques saisis au bord de la mer

L’assainissement du bord de la mer se poursuit dans la cité des Fleurs. Mais face à la résistance, l’opération est très sécurisée.

Les actions d’assainissement et d’embellissement de la ville de Mahajanga, initiée par la commune urbaine, continue. Elle touche actuellement la belle avenue du bord de la mer. Jeudi, des dizaines de tables et de tréteaux ainsi que de petits kiosques de vente de recharges téléphoniques ont été saisis par le services de la voirie. Des manèges qui auraient dû être enlevés depuis plusieurs jours, ont été aussi confisqués, parce qu’ils occupaient la voie publique.Vers 7h30 du matin, les agents de la police municipale ainsi que les hommes de l’Emmo sécurité sont descendus sur les lieux pour sécuriser l’opération.La municipalité a aussi accordé un délai d’une semaine à tous les propriétaires de kiosques de paiement mobile qui ne sont pas en règle dans la Cité des Fleurs.

ContestationToutefois, la résistance s’organise déjà devant la volonté de la commune d’assainir la ville. Les premiers concernés clament qu’ils ont occupé leur fonction et l’emplacement depuis des décennies. Aussi refusent-ils de quitter les lieux et émettent même des menaces.À Mahajanga, à chaque action d’assainissement ou prise de décision, les responsables sont toujours confrontés à des refus et objections. Qu’importe l’auteur ou le décideur, que ce soit au niveau du transport, de la gestion de la ville, ou au niveau du marché ou de n’importe quel secteur, les nouvelles dispositions ne sont jamais bien accueillies.La mentalité et le caractère contestataire de la population entravent le développement que les dirigeants souhaitent apporter à la ville, voire à toute la région. Ils menacent d’effectuer une démonstration de force, samedi, si la commune persiste dans sa décision.

Zézé (2e a` g.) à côté de l’homme en jaune.

Basket-Ball – Zézé raccroche son maillot

Le monde du basket-ball en deuil. Et surtout celui de Mahajanga. Germain Rakotomalala dit Zézé, 54 ans, ancien joueur des équipes de Fafifama, Sierra et Sotema, également entraîneur et fondateur de l’Éducateur Sport de Mahajanga ou ESM Boeny, est décédé lundi matin vers une heure, à l’hôpital luthérien d’Antanimalandy.Zézé a aussi enseigné l’éducation physique et sportive dans quelques établissements de Mahajanga. Il a surtout été très remarqué par sa créativité et surtout son dévouement pour le sport, notamment le basket-ball. C’est dans cette optique qu’il a créé le club ESM, qui a été champion de Madagascar dans la catégorie U-16, U-18 et U-20 garçons en 2007.Il a fait partie d’une famille de sportifs, son frère aîné, Francis, était footballeur tandis qu’un autre, Émilien Rakotomalala évolue au sein de l’équipe nationale de basket-ball. Il est actuellement à Bordeaux. Hier, après la messe à l’église catholique d’Antanimasaja, le convoi funéraire a fait un détour au complexe sportif d’Ampisikina, lieu où se tient le sommet national N1A.La dépouille mortelle a été acheminée sur Antananarivo, hier soir. Il sera inhumé demain dans sa ville natale.

Antsahavaky – Des foroches arrêtés par l’UIR 

Une bande de « foroches » dissoute. C’est le fruit du travail de l’Unité d’intervention rapide (UIR) de Mahajanga la semaine dernière. Ils étaient vingt et un jeunes délinquants, âgés entre 15 et 26 ans, à avoir été appréhendés par les forces de l’ordre, vers une heure du matin, le lundi de la Pentecôte. À leur habitude,  ils ont attaqué des jeunes du quartier d’Ambalanomby avec des armes blanches, couteaux, bois ronds pointés et cloutés, pierres et sabres.Durant l’affrontement, une de leurs victimes a été blessée. La Police a aussitôt organisé une chasse à l’homme, tard dans la nuit de ce même lundi.Le directeur de la Sécurité publique, le commissaire Fanomezantsoa Rakotomalala, est resté ferme. «On ne peut pas tolérer ce genre de situation. La sécurité doit régner dans la ville. Personne n’a le droit de perturber le calme et la sérénité de la population. Nous invitons les parents à «contrôler et à bien encadrer leurs enfants », avertit-il.Ces derniers temps, les « foroches » sont revenus dans la ville malgré les interventions des forces de l’ordre. Des patrouilles circulent en permanence dans la ville.

Textes et photos : Vero Andrianarisoa

 

L'express de Madagascar0 partages

Motocyclisme – Iarivo Moto Club souffle ses vingt bougies

Créé en 1997, IMC est l’une des plus anciennes associations de motards à Madagascar. Un club composé essentiellement de passionnés d’off road, unis par des liens fraternels.

31 mai 2017 : Iarivo Moto Club fête ses vingt ans d’existence. L’occasion pour nous de rencontrer quelques-uns de ses membres et de se remémorer l’historique de l’une des plus anciennes associations de motards dans la Grande île.On revient donc en 1997. À l’époque, il n’y avait de course que tous les six mois. On est bien loin des événements mensuels de ces dernières années. « Les courses étaient organisées par Ra-Pà, un mordu de deux-roues du côté d’Ambohidratrimo. On avait six à sept pilotes au départ. Par la suite, mon frère aîné, Dadou, et moi (ndlr : Andrianjaka Razafindrakotohasina, actuel président de la Fédération malgache de motocyclisme), avions acquis respectivement une Yamaha WRZ 250 et une Honda XR 600. Avec Ra-Pà et d’autres motards, nous avons décidé de monter notre club », raconte Solofoarivelo Razafindrakotohasina alias Bibs.

Les membres du club, dont Bibs qui tient le drapeau.

Première réunion à SoaranoAu départ, celui-ci a été dénommé Association Moto Analamanga. C’est par la suite que l’appellation Iarivo Moto Club est choisie. « Notre toute première réunion s’est tenue à l’imprimerie Rapid Service, au building Ramaroson à Soarano. Et le club a été créé officiellement le 31 mai 1997. Pour marquer le coup, nous avons invité tous les amateurs de deux-roues pour une grande randonnée off road, en partance d’Ambohijatovo pour traverser les périphéries d’Antananarivo avant de se terminer à Ambohidratrimo », poursuit Bibs. Une trentaine de motos ont pris part à cette première grande sortie. Une dizaine de tout-terrains, des mobylettes et des scooters.Iarivo Moto Club a mis le paquet côté organisationnel depuis sa création. Ce qui a grandement contribué au développement du motocross. Outre les randonnées découvertes aux quatre coins de Madagascar, à son actif figurent aussi les courses à Antsirabe à chaque weekend de Pâques, entre 1997 et 2000.

IMC est également connu pour l’organisation de diverses courses.

Enduro Suzuki et Trophée MotulOn lui doit également la tenue de l’Enduro Suzuki de 1998 à 2005. Pour la dernière édition de l’évènement, on se souvient que le célèbre Giovanni Sala, ancien champion du monde d’enduro, a fait le déplacement à Madagascar. Sans oublier le Trophée Motul à Lazaina. Aujourd’hui, l’IMC prend toujours part à l’organisation des grands rendez-vous comme les 4 Heures Honda ou encore l’Enduro Sherco. La dernière course en date en championnat de Madagascar s’est déroulée le dimanche 28 mai, à Ambohidratrimo.L’IMC se fonde sur la fraternité entre ses membres. Parmi les plus connus, à part Dadou, Bibs et Rapa, citons Christian Ramilison dit Kiki, champion de Madagascar de motocross en 2010, Tsirava « Tsitsi » Razafimahefa, quintuple champion national, ou encore Ted Boyaval, champion en 2013, dont le père Eric est le trésorier du club, et on en passe… « Il n’y a pas de recensement exact chez nous ni de droit d’adhésion. Il suffit juste d’avoir cet esprit de fraternité pour intégrer l’IMC. C’est une grande famille que tout le monde peut rejoindre. Au départ, nous nous sommes basés sur l’entente et les liens fraternels entre les membres. Et on a gardé cet esprit jusqu’à aujourd’hui », conclut Bibs.

Les XR 600 au top en 1997

À l’époque de la création d’Iarivo Moto Club, vers la fin des années 90, une moto a régné dans le milieu du off road. Il s’agissait de la Honda XR 600. Équipée d’un monocylindre de 591cc 4 temps, 4 valves simple arbre à cames en tête, la japonaise délivrait une puissance impressionnante de 46 chevaux. Elle se démarquait également par sa fiabilité et sa robustesse. En outre, les adeptes de plus petites cylindrées se tournaient vers les Yamaha WRZ 250 et Kawasaki KX 250. Vers 2004 avec la détaxation, le parc a considérablement évolué avec l’arrivée massive des Honda CRF 4 temps. En 2010, 75% du plateau ont été constitués de CRF. Dernièrement, d’autres firmes se sont implantées peu à peu dans la Grande île. KTM est montée en puissance avec ses EXC-F, tout comme Kawasaki et Husqvarna. La dernière marque à avoir débarqué à Madagascar est Sherco. Le constructeur français, représenté par Funbike, s’est rapidement imposé parmi les plus appréciés des motards malgaches.

Kiki a intégré IMC en 1997

Christian Ramilison alias Kiki, champion de Madagascar 2010 – « Une ambiance fraternelle règne chez l’IMC »

Qu’est-ce qui vous a incité à intégrer Iarivo Moto Club ?J’ai participé à la première randonnée organisée par IMC, au départ d’Ambohijatovo. À l’époque, je roulais sur une mobylette Peugeot P50. C’est à ce moment-là que j’ai fait connaissance avec les fondateurs du club. C’est là aussi qu’est née notre amitié. Au sein de l’IMC, on retrouve plusieurs membres d’une même famille, comme les frères Dadou et Bibs, mon frère Thierry et moi, Bôbô et son fils Manjato, et autres.

Décrivez en quelques mots l’ambiance au sein du club.En intégrant l’IMC, je me suis fait de nouveaux amis. On y remarque une ambiance fraternelle entre les membres. Bien évidemment, une certaine discipline s’impose en ce qui concerne le port d’équipements de protection quand on roule, le casque en premier. On se soucie de la sécurité et on veut toujours donner une bonne image des motards.

La Renault Duster et sa version pick-up, l’Oroch.

Le Duster demeure un best-seller 

Madauto a organisé son exposition annuelle, du 31 mai au 3 juin. Au terme de ces quatre jours, le best-seller se nomme Renault Duster. Accessible à partir de 59 millions ariary, le SUV compact se démarque par sa polyvalence. En ville, sa taille est idéale par rapport aux rues étroites de la capitale, tout comme son grand angle de braquage et son moteur réactif à volonté. Que ce soit le 1,6l essence ou le 1,5 diesel, ce bloc affiche aussi son aisance hors agglomération, où le Duster bénéficie également d’une bonne tenue de route. Et enfin, avec une garde au sol de 210mm, un angle d’approche de 29,3°, un angle ventral de 23° et un angle de fuite de 34,9°, il avale les terrains accidentés avec une facilité déconcertante. Le Duster s’est mué dernièrement en pick-up pour ceux qui recherchent ce genre de tout-terrain, en donnant naissance à l’Oroch. Au pôle moto, l’avènement des nouveaux scooters Peugeot est un franc succès. Les modèles Kisbee et Speedfight sont les plus prisés. Concernant les tout-terrains, les nouvelles KTM 350 EXC-F sont allées aux mains de Moto Tour Madagascar, avec lequel Madauto a conclu un partenariat. Pour marquer le coup, les machines autrichiennes ont été amenées en randonnée à Antsirabe durant le KTM 3 Days Ride, du 3 au 5 juin.

Les utilitaires de Gazkar à l’ITM.

Gazkar, CT Motors et Socimex à l’ITM

Gazkar Automotive était présent à l’International Tourism fair Madagascar, du 8 au 11 juin. Précisons que le concessionnaire d’Anosivavaka propose une gamme de véhicules utilitaires de fabrication russe. Celle-ci comprend notamment le Sobol Combi, le Sobol Fourgon, la Gazelle Minibus, la Gazelle Fourgon ainsi que le camion Sadko. Autant d’utilitaires destinés à divers usages, que ce soit le transport de passagers ou de marchandises, qui s’illustrent tout particulièrement par leur capacité accrue en off road. À côté, CT Motors a aligné ses quads Polaris RZR, ainsi que ses VTT. Bien évidemment, les motos n’ont pas été en reste, notamment les néo-rétros Royal Enfield. Les deux-roues de Socimex ont été également de la fête. Parmi les modèles présentés aux visiteurs du salon ITM, la Yamaha Crux, un modèle urbain qu’on pourrait classer dans la catégorie des utilitaires. À côté, la belle Yamaha XT 250 s’est adressée aux passionnés des deux-roues, à la recherche d’une machine plus exclusive.

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Musique – SLAM – « Caylah and MEN » en scène au Kudéta

Une soirée musicale unique en son genre où solidarité et générosité seront principalement mises en avant. C’est ce que l’association Enda Madagascar propose au public noctambule à découvrir au Kudéta Carlton Anosy dans la soirée du 15 juin à partir de 19h. Elle s’affiche comme une soirée de bienfaisance au profit de son programme d’éducation alternative au profit des enfants des rues. C’est un concert nocturne fédérateur et enivrant de mélodies, de prose et de rimes qui attend le public avec à l’affiche le groupe « Caylah and MEN ».La jeune slameuse Caylah et ses musiciens conjugueront ainsi une fois encore grâce, volupté et harmonie à travers les notes, ainsi que les mots pour enivrer à travers la fameuse « Slamothérapie ». Affichant son engagement intarissable, voire passionnel, pour promouvoir le bien être de la jeunesse, Caylah sera accompagnée de Rybota Ramalanjaona à la basse, Miora Rabarisoa à la batterie et Eric Rasoamiaramanana à la guitare. Entre poésie et sérénade littéraire en ode aux enfants pris en charge par l’association Enda Madagascar, « Caylah and MEN » scandera ses textes avec vivacité tout au long de la soirée. Le mois de juin étant le mois de l’enfance, c’est tout aussi bien un moment chaleureux à partager entre l’artiste et le public qui se découvrira à l’occasion.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football – Cosafa U17 – Les Barea dans un groupe difficile

Un tirage au sort qui désavantage les Malgaches. La Fédération malgache de football a annoncé le résultat du tirage au sort de la Cosafa Cup 2017 qui s’est effectué le 10 juin dernier. Résultat, les Barea de Mada­gascar évoluera dans un groupe B très difficile du 21 au 31 juillet à l’île MauriceDéjà il y aura l’Afrique du Sud, récent finaliste de l’édition 2016 qui a perdu de justesse devant la Namibie sur 1 but à 3 durant la séance des tirs au but après un but partout durant le temps réglementaire et suite aux prolongations. Notons que la Namibie, championne en titre, s’est désistée au dernier moment de la compétition.Après l’Afrique du Sud, il y aura les redoutables Zam­biens qui, en 2016 ont gagné leurs trois matches de groupe, mais, qui par la suite ont été disqualifiés suite à deux cas de tricherie d’âge. Cette équipe veut donc redorer son blason en passant au mieux les matches de groupe. Enfin on aura le Mozambique qui fait son comeback dans la compétition.Pour les Barea de Mada­gascar, qui avaient essuyé trois défaites de suite durant les éliminatoires de la Cosafa Cup 2017, finir dans les deux premières place du group B serait déjà un exploit. Jusqu’ici, la Fédération malgache de football n’a pas encore dévoilé ni la liste des présélectionnés pour cette édition 2017 de la Cosafa Cup U17, ni le nom de l’entraîneur en charge de l’équipe nationale, ni le début d’un éventuel regroupement.

Les groupes

Groupe AMaurice – ZimbabweBotswana – Malawi

Groupe BAfrique du Sud – ZambieMozambique – Madagascar

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Le prétexte Beatles

Les Beatles ne sont pas exactement de ma génération. Plutôt celle de la génération d’avant : 1963, c’est l’année du discours «I Have a Dream» de Martin Luther King comme de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy ; 1964, celle de la sortie de la Ford Mustang ; 1966, celle de la renaissance simultanée de l’Allemagne et du Japon «consacrée» par un concert des Beatles à Hambourg, suivi du concert à Tokyo, quatre jours plus tard, en juin…Mais, ce documentaire sur les Beatles («Eight Days a Week», par Ron Howard, 2016) me parle. Sans doute à cause de cette simple phrase de Brian Epstein, l’agent qui leur a donné la célébrité planétaire : «Ils étaient différents, sans artifice». Sans artifice, sans nunucheries modernes. Ni le coefficient post-moderne d’Internet. J’aime croire qu’ils n’avaient pas eu besoin des excentricités paparazzisées des stars des années 2000. Que leur génie avait suffi.Costume propret et coupe de cheveux en obole : ce look, il le devrait à Brian Epstein : «à 27 ans, c’était un adulte. Il avait une voiture ! ». Brian Epstein s’exprimait bien, racontent les quatre, il avait la voix posée. Les Beatles allaient essayer de bien s’exprimer, à son exemple. La vulgarité de notre époque aurait vite fait d’y voir une ringardise suprême.Le journaliste Larry Kane, qui a suivi la tournée américaine des Beatles en 1964-1965, raconte comment son père l’avait pris à part avant cette tournée : «Attention à toi, ces garçons sont un danger pour la société». Il est vrai que les filles inauguraient l’hystérie des cris stridents et des syncopes synchronisées, mais surtout médiatiques. Elles faisaient des déclarations d’amour insensées (comme toutes les déclarations d’amour, d’ailleurs, et ce, à toutes les époques) à de parfaits inconnus. Elles cassaient la vitre de leur voiture pour leur caresser le visage. Ce papa américain des années 1960 parlait comme s’étranglerait un cheick wahhabite des années 2000 si celui-ci voyait quatre mille vierges séoudites se débarrasser de leur hijab et niqab pour les lancer aux pieds des Beatles…On ne posera pas une question sur les Beatles ni à l’oral du Bac ni au Brevet, mais, comme très sérieusement, on avait pu les interroger sur la place qu’ils pensaient occuper dans la culture occidentale, il n’est pas superflu de se souvenir du nom des «quatre garçons dans le vent» : Ringo Star (né en 1940), John Lennon (né en 1940, assassiné en 1980), Paul McCartney (né en 1942), George Harrison (1943-2001).Les Beatles allaient se séparer l’année de ma naissance. Non, ils n’étaient décidément pas de mon époque. Mais, «Imagine» de John Lennon ne se décline-t-il pas très contemporainement, entre reprise des Kids United, publicité caritative ou un magazine (Imagine-demain-le-monde)   Tiens, n’est-ce pas le pantalon slim des Beatles qui revient enserrer skinny nos jambes modernes   Ils n’étaient pas de mon époque, mais la vie est un éternel recommencement.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Deux tournois en Tunisie

Fenosoa Rasendra, Lanja Rakotozandriny et Toky Ranaivo sont actuellement en phase de préparation. Et ce, en vue du prochain cham­pionnat d’Afrique par équipe, catégorie U14. Compétition qui s’étalera du 27 juin au 2 juillet, en Tunisie.Les trois se retrouveront sous la houlette du coach Solofo Tiana Randrianaivo dit Rappol, à Tunis. Avant ce sommet continental, les jeunes Malgaches disputeront tout d’abord un tournoi ITF Grade 1, toujours dans la capitale tunisienne, entre le 21 et le 24 juin.« On a profité de cette période pour que les jeunes puissent également prendre part à ce tournoi ITF Grade 1. Cela fera office de tournoi d’échauffement pour eux. Trois autres joueurs y seront également engagés, à leurs propres frais, à savoir Sampras Rakoton­drainibe ainsi que Mialy et Narindra Ranaivo », explique-t-on auprès de la Fédération.Pour rappel, la sélection malgache s’était imposée lors du championnat d’Afri­que australe par équipe dans cette catégorie U14, au mois de janvier en Namibie. Et ce, après que Toky Ranaivo ait été couronné en individuel. Les garçons avaient réussi une performance mémorable en battant la formation sud-africaine en finale. D’où leur qualification pour le championnat continental de ce mois de juin.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Ambatondrazaka – Vente réduite de drapeaux

À quelques jours de la journée consacrée à la célébration de la fête nationale, le 26 juin, l’on enregistre une forte baisse de vente de drapeaux par rapport à 2016 dans le chef-lieu de la région Alaotra-Mangoro.Selon des revendeurs qui sillonnent la ville à pied, la plupart des habitants d’Ambatondrazaka et d’autres localités de l’Alaotra auraient une autre préférence, la confection maison. D’autres commerçants soutiennent que ce serait surtout dû à la chute du pouvoir d’achat des foyers.Questionnées sur leur choix, des mères de famille, comme tant d’autres, ont répondu tout simplement qu’à cause du coût qu’elles jugent trop élevé et de la mauvaise qualité du « produit » proposé par les revendeurs, elle préfèrent coudre elles-mêmes « leurs » drapeaux, ou les faire coudre, après avoir acheté des bouts de tissu proposés à bon marché dans les petits pavillons des fripiers.

Hery Fils Andrianandrainy

L'express de Madagascar0 partages

Revirement autorisé

Visite annuelle d’une association d’éducation citoyenne auprès de Lycée de Sabotsy Namehana. Plusieurs centaines d’étudiants dans la cour du lycée pour ce rendez-vous, où il est question d’apporter des réflexions aux jeunes concernant leur cursus après le baccalauréat. Les inspirer pour qu’ils puissent voir loin, voir grand.En conséquence, bien expliquer les efforts à fournir, les choix à faire et ce que cela représente dans les différentes étapes de la vie. Occasion rêvée également pour faire passer des messages sur la participation que devraient avoir nos jeunes dans la vie de la Nation dans le présent et dans le futur.Le côté noir. Il est choquant de voir que le jeune Malgache est devenu aussi peu participatif. Tout le monde se presse d’aller au fond de la cour où l’on mime de ne rien entendre, de ne rien savoir, de ne rien à avoir avec ce qui se passe devant. Là où l’on reste observateur passif et là où il est le plus facile de « s’éclipser » et filer à l’anglaise. Certes, les jeunes de cet âge n’aiment pas véritablement participer, bouger, mais le constat est grave. Puis, les jeunes ne savent plus s’exprimer ou ne veulent plus s’exprimer. Très peu de question, très peu de questions pertinentes alors que l’occasion était en or.Le côté lumineux. Seconde partie des « échanges » : il est demandé aux jeunes de faire un concours et des lots seront distribués. Quand il y a quelque chose à gagner, cela les intéresse plus. Trois jeux sont proposés : slam, représentation scénique et dessin sur les thématiques de la citoyenneté. Ceux qu’ils ont présentés permettent de lire un peu ce qui se passe dans la société, de se faire une petite lecture de l’appréciation des jeunes de son environnement social. D’un, notons la grande volonté des jeunes filles à participer. Elles sont toujours les plus nombreuses et osent se « mettre en scène » plus facilement. Puis, une grande partie des scéniques s’est portée sur les affaires de corruption à tous les niveaux.La surprise. Les petites mises en scène de corruption montrent des cas se passant dans un bureau de commune, dans celui d’un ministre, au sein de la BIANCO et dans d’autres lieux. Plusieurs mots reviennent : bois de rose, trafic d’influence, mallette, argent. Quand on fait un peu la synthèse et les analyses voici ce qui en ressort. Le BIANCO a la cote auprès des jeunes de ce pays. Ils valorisent les efforts menés. Notons également la note d’espoir, de voir un ministre refuser catégoriquement une mallette pleine d’argent contre une signature sur l’autorisation de détourner quelques bois de rose ; de voir un agent de la BIANCO faire aboutir une plainte de deux passagères d’un taxibe témoignant de la corruption d’un policier par le chauffeur ; de voir la BIANCO mettre sous les verrous un maire pour trafic d’influence.Les avancées de ces derniers jours ne peuvent que renforcer ces bons points. Depuis sa création, cette entité de lutte contre la corruption n’a jamais été bien vue. Maintenant elle gagne en notoriété et en confiance. Dans la même foulée, le système judiciaire pourrait également  se faire une meilleure image. L’affaire Claudine est supposée être close, le plus gros travail commence pour la BIANCO et le Syndicat des Magistrats de Madagascar car à partir de maintenant on joue le tout pour le tout.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Obligation de rapport

Deux parmi les trois policiers ayant perdu trois kalachnikovs ont été forcés de faire un rapport écrit de ce qui s’est réellement passé dans une rapine survenue à Ambatofi­nandrahana, vendredi 9 juin. Ils risqueraient de passer en conseil de discipline, selon des informations policières. Le troisième agent se trouve toujours dans un hôpital d’Antsirabe suite à ses blessures par balle. Des renseignements sur les bandits qui ont pris d’assaut le camion escorté par ces trois éléments des forces de l’ordre sont déjà aux mains du commissariat local.

L'express de Madagascar0 partages

Des maisons en bois consumées

Une dizaine de maisons en bois ont été détruites par un incendie qui s’est déclaré, hier matin à 9h 20 à Anosibe. L’étroitesse des couloirs menant vers les lieux a rendu un peu difficile l’extinction du feu. L’origine de cet embrasement reste encore à déterminer, selon les enquêteurs. L’incendie n’a fait aucun mort ni blessé.