Les actualités à Madagascar du Jeudi 14 Mai 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara102 partages

Forêt domaniale d’Ampanihy : Privatisation protestée par les communautés de Sainte-Marie

Les communautés locales de Sainte-Marie craignent la privatisation de la forêt domaniale d’Ampanihy.

La forêt domaniale d’Ampanihy sur l’Île de Sainte-Marie fait l’objet de demandes d’acquisition foncière. Cela pourrait aboutir à sa privatisation et menacer son intégrité écologique, selon les Saint-mariens qui ont lancé une pétition.

 Un bien commun, un patrimoine menacé ! C’est ainsi que la population de l’île Sainte-Marie considère actuellement la forêt domaniale d’Ampanihy. « Bordée à l’Ouest par la mangrove d’Ampanihy, cette forêt appartient au patrimoine naturel et culturel de l’Île et rend des services économiques et culturels indispensables à la population. Elle est le lieu d’exercice de cultes ancestraux appartenant aux traditions saint-mariennes. La forêt d’Ampanihy renferme en outre des espèces endémiques locales récemment inventoriées en danger critique d’extinction et/ou vulnérables. Elle joue également, avec la mangrove, un rôle de rempart indispensable contre les effets du changement climatique dans cette île particulièrement vulnérable aux cyclones. En raison de leur importance écologique et économique (tourisme, sécurité alimentaire), les écosystèmes de la presqu’île d’Ampanihy ont été proposés par la population comme zone vouée à une protection intégrale dans l’aire protégée marine et terrestre en cours de création à Sainte-Marie », ont souligné les communautés locales regroupées dans la PCADDISM (Plateforme de Concertation et d’Appui au Développement Durable de l’île de Sainte-Marie).

Risque de privatisation. Malheureusement, cette forêt domaniale fait aujourd’hui l’objet de demandes d’acquisition foncière. Ces demandes, en cours, concerneraient une grande partie de la forêt domaniale (notamment le terrain n°Aff-17 26 SM). Selon les informations, des opérations de reconnaissance par les services compétents ont déjà eu lieu, sans respect des délais liés aux formalités obligatoires de publicité en vigueur selon l’article 48 de l’Ordonnance n°62-047 du 20 septembre 1962. Les communautés d’Agnafiafy, de Sahasifotra et Ankobahoba ont ainsi exprimé leur désaccord sur la cession de ce terrain dans un courrier adressé à l’ensemble des autorités et services concernés. « En vertu de la Loi 97-017 portant régime forestier, nous rappelons que les forêts et les mangroves appartenant au domaine de l’Etat sont inaliénables, imprescriptibles et incessibles. La privatisation ou le déclassement de la forêt domaniale d’Ampanihy pourrait entraîner la perte d’espèces menacées ; la perte définitive d’espèces endémiques locales ; accentuer la fragmentation de l’écosystème et sa vulnérabilité ; la perte des services écologiques, économiques et socio-culturels ; et la perte de la jouissance des droits ancestraux d’une partie de la population », a soutenu la PCADDISM.

Atteinte à la biodiversité. A noter qu’un défrichement illégal de 4km dans la forêt naturelle (coupe de bois de rose et d’autres espèces endémiques) a déjà été effectué en mars dernier, visant à faciliter l’accès à un terrain à vocation touristique en cours de demande à Ampanihy. Pour les communautés locales, ce fait témoigne que les risques d’atteinte à la biodiversité sont réels et que des impacts environnementaux ont déjà eu lieu. « Nous, membres de la PCADDISM, communautés de l’Île de Sainte-Marie, sommes engagés dans la préservation et la valorisation des biens communs et l’appui au développement durable de l’Île de Sainte-Marie. En tant que force d’interpellation sur des problématiques locales inhérentes à nos missions, et avec votre soutien, nous nous adressons à la ministre de l’Environnement et du Développement Durable pour manifester notre opposition à la privatisation éventuelle de la forêt d’Ampanihy et des autres forêts de Sainte-Marie. Ces forêts doivent rester un bien commun, non privatisable et dans l’intérêt et le respect du droit des générations actuelles et futures vivant à Sainte-Marie », a déclaré la PCADDISM. Ainsi, un bras de fer est lancé entre les communautés locales et les demandeurs d’acquisition foncière. Affaire à suivre…

 Antsa R.

Midi Madagasikara51 partages

Professeur Raymond Ranjeva : « Oser s’exprimer dans la sagesse »

Le président de l’académie malagasy, Raymond Ranjeva.

L’association  » Antenimieran’ny andriana merina » a également son mot à dire concernant le Covid-19 qui sévit actuellement dans le pays. La teneur de sa déclaration se présente comme suit :  » Devant la grande crise qui frappe actuellement la nation et le peuple malgache, l’Antenimieran’ny Andriana Merina (AAM) sous l’égide de l’Andriambenimerina, le Professeur Raymond Ranjeva, a lancé ce message à tous les citoyens, et ce à la suite de son Assemblée effectuée le jeudi 7 mai 2020. Primo : Oser discerner. Secundo : Oser s’exprimer dans la sagesse. Tertio : Oser se tenir correctement ». L’association estime ainsi que ce sont les seuls principes qui garantissent le fondement de notre patrie et le peuple malagasy dans le futur. Contribution. Par le biais de son président et non moins président de l’Académie nationale malgache, l’Antenimieran’ny andriana merina » tient ainsi à apporter sa contribution pour combattre cet ennemi invisible qu’est le Coronavirus. Des conseils pertinents qui s’adressent à tout un peuple qui se trouve actuellement en difficulté. Et que les principes cités auparavant sont notamment dictés par l’amour de la patrie.

Dans tous les cas, tout le monde s’y met actuellement pour combattre cette pandémie. A titre de rappel, l’Etat malagasy a instauré le 21 mars dernier l’état d’urgence sanitaire et qui a été suivi par le confinement partiel. Soit 38 jours, une situation que bon nombre de gens n’arrivent pas à suivre vu le nombre important des personnes qui travaillent dans le secteur informel. Pourtant, l’heure est grave. Le pire est que ce sont les indisciplinés qui ne pensent pas aux autres, faisant ce qui leur plaît.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara41 partages

Mozika mafana : Sylvia Rivelo, une jeune étoile de la variété malgache

Une nouvelle chanson de Sylvia Rivelo, très Bientôt.

Il est temps de nager dans le grand bain ! Après toutes ses années de préparation, elle décide de passer aux choses sérieuses. Sa première apparition était un coup de maître et elle n’a pas encore dit son dernier mot. Cette année est un moment opportun et important pour elle. Il faut qu’elle sorte de sa tanière et prenne le micro en main.

Dombolo, Salegy, Afrobeat… elle sait s’adapter à toutes ces sonorités. Sylvia Rivelo est une étoile montante de la musique tropicale malgache. Installée en France depuis quelque temps, la jeune femme décide de se lancer dans une carrière musicale cette année. Elle sait que la concurrence fait rage mais elle est nullement inquiète, elle a le profil d’une chanteuse de « mozika mafana ». Native d’Antalaha, Sylvia Rivelo a été bercée par la chanson du terroir. Le salegy, elle a cela dans le sang. Souhaitant devenir chanteuse, désormais, Sylvia devient chanteuse.

Artiste curieuse et polyvalente, Sylvia Rivelo est bien encadrée par son manager qui n’est autre que son mari, Jacques Mohammed Tiana Randrianarivelo. C’est au sein de son studio que la jeune femme a fait ses premiers pas de chanteuse. « Tsy hisaraka », tel est le titre de son premier morceau. Une chanson d’amour qui a fait d’elle une star sur les réseaux sociaux. Toujours sexy mais pas vulgaire, la jeune Sylvia séduit les adolescents avec sa manière de se vêtir.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara22 partages

Abattu après 20 ans de cavale : Fin de parcours pour Lamà, la prime de 200 millions d’ariary revient à...

Après la libération de l’opérateur économique Anil Karim par ses ravisseurs, mardi soir, le présumé chef de la bande des kidnappeurs appelé Lamà, qui a séquestré cet opérateur économique indien de nationalité française depuis le 27 avril dernier, a été abattu par la gendarmerie hier matin. Les éléments de la section de recherche de la gendarmerie à Fiadanana sont parvenus à ce résultat suite à une longue investigation sur cet individu. Selon le commandant de la circonscription interrégionale de la Gendarmerie nationale d’Antananarivo, le Général Andry Razafindrazaka, les enquêteurs ont réussi à traquer un bras droit de Lamà après avoir interpellé une vingtaine de personnes censées être proches de ce dernier. C’était à partir de là que l’enquête a abouti à l’identification de la cachette de Lamà à Analamahitsy. Depuis, un piège a été tendu à Lamà pour le faire sortir de sa tanière. Ayant encerclé cette maison sise à Analamahitsy, des éléments de la gendarmerie se sont alors tenus prêts à intervenir. Pris au dépourvu, il tentait de s’enfuir. C’est pourquoi, ses poursuivants ont tiré sur lui pour l’arrêter. Blessé au pied, il a succombé pendant son transport à l’hôpital. Quoi qu’il en soit, il a encore eu l’occasion d’avouer ses crimes tout en dénonçant ses complices. Il a indiqué l’endroit où il cache ses victimes à chaque fois qu’il vient de commettre un acte de kidnapping. Ce qui a permis de trouver une maison sise à Manankasina du côté d’Andralanitra où il a séquestré Anil Karim. S’étant rendus sur les lieux, les gendarmes ont été accueillis par un frère de Lamà. Ayant tenté de s’enfuir, ce dernier qui était armé d’un pistolet a été abattu par ses poursuivants. Ce qui porte à deux le nombre des personnes abattues durant cette opération. L’enquête a également révélé que la bande à Lamà n’est pas encore complètement démantelée. Deux de ses complices et hommes sont encore en cavale. C’est pourquoi, la gendarmerie promet une prime des 200 millions d’ariary à quiconque fournit des renseignements permettant de capturer ces deux individus. Une somme colossale que la gendarmerie a également promise pour la capture de Lamà. Cette dernière est alors revenue à la gendarmerie elle-même.

Recherchés depuis 2005. En effet, la mise à prix de la tête de Lamà aurait accéléré les choses. Il n’a suffi que de onze jours après l’annonce de la prime, un pactole de 200 millions d’ariary, et l’homme le plus recherché en matière de kidnapping s’est fait arrêter. Le plus recherché ne s’est pas fait beaucoup attendre. Lamà est le seul kidnappeur qui a pu s’échapper pendant une quinzaine d’années aux forces de l’ordre. Jugé à contumace en 2008 et condamné à 15 ans de travaux forcés, Lamà n’a pas purgé un seul jour de sa peine. Il a été introuvable et le jugement est juste annoncé pour la forme, contrairement au sort de ses acolytes qu’il aurait trahis. On se souvient de Mahandry, de Steeve et de Ndimby, ces trois hommes qui furent tués par les forces de l’ordre en mars 2005 dans une villa qui leur servait de cachette à Ankerana. Le seul survivant de la bande est Lamà, et beaucoup ont compris la trahison qu’il a réservée à ses camarades. Après la mort de ses compères, Lamà n’a pas cessé d’opérer dans le kidnapping en recrutant d’autres individus. Rasolonaivo Andry dit Pika, Djaffar Younousse et encore d’autres noms figurent dans son réseau. De ces personnes, Lamà est le seul qui demeure en cavale. Ses amis, eux, pourrissent à la maison de force de Tsiafahy. Ses camarades sont, soit tués soit emprisonnés. On pensait alors que le réseau de Lamà a été anéanti mais loin de là, Lamà a continué d’opérer dans l’industrie juteuse du kidnapping. Sa dernière marque est celle sur Anil Karim, le distributeur pharmaceutique qui a été libéré durant la même nuit d’avant-hier où Lamà s’est fait abattre du côté de Nanisana. Fin de parcours donc pour le célèbre Ramandiamanana Norbert dit Lamà. L’enquête à son sujet pourrait aider la police criminelle à une meilleure compréhension du réseau de kidnapping au pays.

D.R/M.K./T.M.

Madagate3 partages

CUA-Fondation Axian : un 3P pour pérenniser le centre des sans-abris d’Anosizato

La signature de partenariat entre la Commune Urbaine d’Antananarivo avec, en tête, le Maire Naina Andriatsitohaina, et la fondation Axian, représentée par Isabelle Salabert, Directeur Exécutif, et s’est déroulée le 13 mai 2020 à l’Hôtel de ville de la Capitale de Madagascar.

La fondation Axian s’est mobilisée, dès la déclaration par le Président de la République de Madagascar de l’état d’urgence sanitaire, pour apporter son soutien aux autorités publiques. Pour faire face à la pandémie Covid-19, dans l’objectif de protéger de la maladie les populations les plus vulnérables à Antananarivo, la CUA a ouvert un centre d’hébergement temporaire pour les sans-abris à Anosizato, le 23 mars dernier. 258 sans-abris, venus en majorité en famille, ont rejoint ce centre et ont bénéficié, depuis le début de l’état d’urgence sanitaire jusqu’à ce jour, d’un lieu d’hébergement, de médicaments, de produits de premier nécessité et de repas chauds, réceptionnés par la CUA sous forme de dons de divers acteurs publics-privés.

Engagée à apporter aux sans-abris de la Capitale une aide durable et des solutions pour faciliter leur réinsertion dans la société, la Fondation Axian a décidé d’étendre son action. Suite à l’annonce par la CUA de son souhait de faire du centre d’Anosizato un centre pérenne dédié à l’accueil et à l’hébergement provisoire des sans-abris, la Fondation Axian a décidé de se mobiliser pour réhabiliter entièrement le centre et offrir aux familles hébergées un cadre de vie sain et sécurisé.

En coordination avec les équipes de la CUA, l’équipe de First IMMO, entreprise Immobilière du Groupe Axian, a procédé à l’étude des besoins en réhabilitation et en équipement du centre et a établi un plan et un phasage des travaux à effectuer permettant aux bénéficiaires de ne pas quitter les lieux. Une fois réhabilité, le centre aura une capacité d’accueil de 260 personnes. La Fondation Axian prend entièrement en charge l’équipement du centre afin qu’il soit opérationnel, sécurisé et qu’il réponde aux besoins de ses résidents.

Le site comportera notamment : un dortoir réservé aux hommes seuls, un dortoir pour les femmes seules et un dortoir réservé aux familles, un réfectoire, une infirmerie, une salle couverte polyvalente, deux salles de classe et de formation, 3 blocs sanitaires et de douche, un lavoir, une cuisine ainsi qu’un potager. Le centre sera alimenté en énergie solaire et relié aux services d’eau et d’électricité de la Jirama.

Par Andry Rakotonirainy

Midi Madagasikara3 partages

Place du 13 mai : Me Willy Razafinjatovo présent sur les lieux hier.

Willy Razafinjatovo commémore chaque année le mouvement du 13 Mai 72.

Comme à l’accoutumée, Me Willy Razafinjatovo dit Olala n’a pas manqué de commémorer le 13 mai 72. Celui qui a été l’un des meneurs de cette manifestation populaire dans le temps était venu, hier, sur la Place du 13 mai. Il a, à cette occasion, déposé des gerbes sur cette place historique. Par la suite, il s’est déplacé avec la délégation qu’il a conduite au restaurant « bon accueil » , sis à Ambatonakanga pour tenir une conférence de presse. Ce fût ainsi une occasion pour lui de déclarer que ses actes sont motivés par le sang versé sur ladite place.  » Parmi les revendications, il y en a celles qui ont été réalisées mais d’autres restent à satisfaire. Il incombe ainsi aux générations futures de les réaliser », a-t-il soutenu. Chose curieuse, pour ce 48e anniversaire du 13 mai 72, ceux qui ont toujours célébré cette date ont brillé par leur absence. L’on se demande si c’est dû au Coronavirus ou à d’autres motifs?

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara3 partages

67 ha : Vehivavy voaendaka teny amin’ny fiantsonan’ny bus 172

Lehilahy iray 19 taona no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny kaomisaria boriboritany faha-7 etsy amin’ny 67 ha ny alatsinainy 11 may lasa teo tokony ho tamin’ny 5 ora sy sasany hariva noho ny resaka fanendahana. Tovovay iray niala tamin’ny fiara fitanteram-bahoaka (bus) avy any Ambohitrimanjaka no lasibatr’ity tovolahy ity teo amin’ny fiantsonan’ny Bus 172 eo akaikin’ny Tranom-piatohana « Ny Havana » tamin’io fotoana io. Andian-jiolahy maromaro ireto mpanedaka ka lasan’izy ireo tamin’izany ny poketran’ity tovovzvy ity izay nisy vola mitentina 1 500 000 ariary. Sy finday iray ary fanalahidy maromaro. Vaoitranga izany dia nanantona ireo polisy izay nanao ny asa fisafoana sy fitandroana ny filaminana teny an-toerana avy hatrany ity voaroba. Raikitra ny fanenjehana satria mbola tazana teny ireo olon-dratsy. Sarona tamin’izany ity tovolahy ity fa ny namany kosa tafaporitsaka. Nandritra ny fanadihadiana dia nilaza ity tovovavy ity fa tena io lehilahy io tokoa no nanendaka azy saingy tsy tratra teny amin’ity farany intsony ireo entana very izay azo heverina fa efa lasan’ireo jiolahy namany. Natolotra ny fampanoavana ny 12 may teo moa ity farany ary efa nahiditra am-ponja vonjimaika eny Antanimora.

T.M.

Midi Madagasikara3 partages

Îles éparses : Volte-face d’Emmanuel Macron

« Ici c’est la France », dixit le président français sur la plage de la Grande Glorieuse.

Quoique les travaux de la commission mixte franco-malagasy sur les îles éparses soient confinés pour cause de Coronavirus, cela n’empêche pas le sujet de refaire surface à un mois et demi du calendrier convenu pour trouver une solution. C’est-à-dire d’ici le 26 juin 2020 qui est précédé par d’autres dates marquantes.

29 mai 2019. Lors de la conférence de presse conjointe du président français, Emmanuel Macron, et de son homologue malagasy à l’Elysée, il a été dit qu’une commission mixte composée de représentants des deux pays allait être mise en place afin de trouver une solution à la question des îles éparses constituées par Tromelin, l’archipel des Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India.

23 octobre 2019. Volte-face du numéro un français qui a déclaré lors de son arrivée à la Grande Glorieuse : « Ici, c’est la France, c’est notre fierté, notre richesse ». Et d’annoncer dans la foulée son projet de faire de l’archipel une réserve naturelle nationale.

11 mai 2020. Début de la consultation du public sur la question qui coïncide avec le début du déconfinement en France mais aussi et surtout avec la déclaration du président Andry Rajoelina sur France 24 et RFI à propos de la restitution des îles éparses.

13 mai 2020. Publication sur le site du Sénat du « Régime juridique applicable aux îles éparses de l’Océan Indien et du Canal de Mozambique et à l’île de Clipperton ». Il est mentionné que « Jusqu’à leur rattachement à l’empire colonial, ces îles ont constitué des terres sans maître. La France a affirmé sa souveraineté sur l’île de Tromelin à la fin du 18ème siècle et sur les autres îles un siècle plus tard. La prise de possession de l’archipel des Glorieuses eut lieu en 1892. Quant à Juan de Nova, Europa et Bassas da India, la loi du 6 août 1896 déclarant « Madagascar et les îles qui en dépendent » colonie française, les a implicitement placées sous la souveraineté de la France, avant qu’un acte du 31 octobre 1897 porte expressément prise de possession. Jusqu’en 1960, ces îles ont constitué des dépendances administratives de Madagascar qui continue aujourd’hui à les revendiquer après avoir dénoncé, le 23 janvier 1973, l’accord passé avec la France le 2 avril 1960 plaçant les îles éparses sous souveraineté française en contrepartie de la reconnaissance de l’indépendance malgache. L’île Maurice revendique également la souveraineté sur l’île de Tromelin ».

12 décembre 1979. Le Sénat français ne fait nullement mention de la Résolution des Nations Unies du 12 décembre 1979 votée à une très large majorité par 93 voix contre 7 (avec 36 abstentions) pour la réintégration des îles éparses qui ont été séparées arbitrairement de Madagascar. La 16ème conférence annuelle et ordinaire des Chefs d’Etat ou de gouvernement des pays membres de l’OUA à Monrovia a renforcé la nécessité du respect de l’intégrité territoriale de Madagascar sur les îles éparses. Sans parler de la 6ème conférence des chefs d’Etat ou de gouvernement des pays non alignés à la Havane en septembre 1979. 41 ans après, la France réaffirme, contre vents et marées, que les îles éparses constituent l’un des districts des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF) malgré l’avis de la Cour Internationale de Justice de la Haye sur les îles Chagos qui a pris acte de la résolution des Nations Unies de 1979 sur les îles …malgaches.

Recueillis par R.O

Midi Madagasikara2 partages

Rio Tinto QMM : Réorganisation générale du travail face au Coronavirus

La distanciation sociale de 1 m est respectée

Comme toutes les entreprises qui font face à la pandémie de COVID-19, Rio Tinto QMM se réorganise pour assurer la continuité des affaires tout en veillant à la santé et à la sécurité des employés.

 Afin de limiter les risques de propagation du Coronavirus au sein de la compagnie, Rio Tinto QMM a instauré une réorganisation générale du travail. Ce nouvel aménagement aide l’entreprise à assurer la continuité des opérations malgré les contraintes inhérentes à l’urgence sanitaire.

Mesures spécifiques. Alors que le bureau d’Antananarivo est fermé jusqu’à nouvel ordre, et que les employés travaillent à domicile, les installations de Fort-Dauphin sont fonctionnelles avec des mesures spécifiques de prévention. Une partie des employés fait du télétravail, et les autres sont en auto-isolement. En effet, une équipe au niveau de la production au sein de la mine est isolée dans des systèmes d’hébergement. Pour cela, la compagnie a engagé des partenariats avec les hôtels de la région. Au quotidien, Rio Tinto QMM a mis à la disposition de ses employés les moyens nécessaires pour éviter la propagation du virus. Avant chaque entrée sur site, il y a toujours la prise de température, le contrôle du port de masques et le nettoyage des mains au gel hydro-alcoolique devenus obligatoires. En outre, du gel hydro-alcoolique est disponible à différents endroits des installations et dans les véhicules, tandis que la distanciation sociale d’un mètre entre chaque employé au bureau, à la cantine, durant les réunions et dans les moyens de transport du personnel est instaurée. Par ailleurs, la compagnie continue d’informer et de sensibiliser régulièrement ses employés sur le coronavirus. Chaque matin, la direction leur envoie un sms de rappel au sujet de cette pandémie. Par ailleurs, ils reçoivent régulièrement, via la messagerie électronique, des informations sur l’évolution de la pandémie à Madagascar et les mesures relatives à la situation.

Programme d’Appui. Rio Tinto QMM a également son propre Programme d’Appui aux Employés. Un psychologue est toujours disponible en cas de besoin pour répondre aux questions qui préoccupent les employés. Une «infoline» est aussi disponible pour collecter leurs questions ou leurs commentaires. Par ailleurs, des visites auprès des bases-vie sont organisées régulièrement par les responsables pour le soutien moral aux collaborateurs, mais aussi pour échanger sur la préservation de leur confort physique et moral. « Si Rio Tinto QMM continue à opérer, c’est grâce à l’engagement et aux efforts dont chacun de nos employés a fait preuve dans ce contexte sans précédent. Nous bénéficions également du soutien de nos partenaires sociaux (les délégués du personnel et les délégués syndicaux). Nous les tenons informés des mesures et des actions à mettre en place pour faire face à cette pandémie de COVID-19. Il est important de mentionner que toutes les décisions prises au sein de l’entreprise sont alignées avec celles stipulées par le gouvernement », a déclaré Ny Fanja Rakotomalala, Président de QMM.

R.Edmond

Midi Madagasikara2 partages

Covid-19 à Madagascar : La circulation du Coronavirus s’accélère à Toamasina

20 nouveaux cas confirmés de Covid-19, hier, dont 15 à Toamasina. En quelques jours, la courbe des nouveaux cas se fait de plus ascendante : 24 cas en six jours, du 7 au 12 mai 2020, auxquels s’ajoutent les 15 autres annoncés hier, soit 39 nouveaux cas confirmés en une semaine.

 Le dernier point de situation fait hier par le Pr Vololontiana Hanta, porte-parole du Centre de commandement (CCO) Covid-19, fait état de deux nouveaux cas à Antananarivo, trois à Moramanga et 15 à Toamasina. Les statistiques montrent une progression plus rapide du Coronavirus dans cette ville. En effet, la ville du Grand Port compte actuellement le plus grand nombre de cas encore sous traitement, contrairement à Antananarivo où le nombre des guéris a déjà largement dépassé celui des malades toujours en traitement dans les hôpitaux. La tendance est, en effet, inversée à Toamasina qui totalise 93 cas sur l’ensemble des cas confirmés jusqu’à présent dans le pays. D’après la porte-parole du CCO, Toamasina compte actuellement 70 cas (sur 93) encore en cours de traitement, et 23 guérisons. Autrement dit, les guérisons représentent le tiers du nombre total des cas confirmés, si à Antananarivo, les données indiquent l’inverse avec une large majorité des patients atteints de Covid-19 déjà guéris et sortis des hôpitaux.

Ainsi, la progression du Coronavirus s’accélère dans la capitale de l’Atsinanana. Une situation qui amène les responsables sanitaires à appeler à une vigilance accrue. Sur le terrain, le CCO de Toamasina est renforcé depuis quelques jours par une brigade d’intervention spéciale de l’armée, dépêchée sur place et composée de personnels soignants militaires pour renforcer les équipes soignantes dans la région Atsinanana. Dans la ville, le renforcement des mesures barrières se fait beaucoup plus fermement. Force est cependant de constater qu’il n’est pas rare de voir des individus non masqués ou portant le leur de la mauvaise manière en l’absence des policiers.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Gouvernement Princier de Monaco : Une aide de 134 039 euros pour ses partenaires à Madagascar

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie Covid-19, le gouvernement monégasque, par le biais de la direction de la coopération internationale du gouvernement princier de Monaco, a octroyé des aides d’urgence d’une valeur totale de 134 039 euros à ses partenaires à Madagascar. 50 000 euros reviendront au Programme Alimentaire Mondial (PAM), 30 650 euros à SOS Village d’enfants pour appuyer la formation dans les 31 centres professionnels pour la protection de l’enfant, 3 285 euros seront remis à la fédération des associations des aveugles à Madagascar (FAAM), 30 000 euros sont destinés à l’association internationale GRET, 104 euros pour le centre EKAR EPHATA de Fianarantsoa afin de le doter de matériels d’hygiène et de santé en faveur des enfants qu’il prend en charge, et une somme de 20 000 euros est prévue être versée au centre Akamasoa ainsi qu’à d’autres centres.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Aire protégée d’Itremo Recrudescence de l’exploitation de cristal

L’aire protégée d’Itremo dispose d’une forêt humide en fragmentation.

L’aire protégée d’Itremo fait partie des sites financés par la Fondation des aires protégées et de la biodiversité de Madagascar (FAPBM) depuis 2013. Situé dans le domaine des Hauts-plateaux, à 140km à l’ouest d’Ambositra, dans le district d’Ambatofinandrahana, région d’Amoron’i Mania, ce site dispose de la végétation de Tapia la plus représentative dans tout Madagascar qui est favorable au développement de l’élevage de vers à soie. La sériciculture constitue d’ailleurs une des activités soutenues par la Fondation pour appuyer les communautés riveraines de cette aire protégée. On y trouve également diverses espèces faunistiques et floristiques avec un taux d’endémicité de 89%.

Affectée par la pandémie. Cependant, une recrudescence de l’exploitation de cristal est actuellement observée à l’intérieur de cette aire protégée, a révélé la FAPBM. Et face à la crise sanitaire actuelle, le gestionnaire de ce parc, en l’occurrence, Royal Botanical Garden Kew, ne ménage pas ses efforts pour renforcer les patrouilles régulières au niveau de la zone tampon afin de prévenir les entrées illicites à l’intérieur du site. Il faut rappeler que cette aire protégée d’Itremo est riche en orchidées terrestres et compte une trentaine d’espèces. Elle est également le seul site dans le monde entier qui renferme une espèce de plante endémique dénommée « Podocarpus Capuronii » et une espèce de palmier endémique dite « Dypsis Ambositrae », qui sont toutes deux menacées d’extinction.

Par ailleurs, la FAPBM soulève que la pandémie de Covid-19 affecte également les ressources propres de cette aire protégée de l’Itremo qui dispose des infrastructures écotouristiques adéquates pour accueillir des touristes, aussi bien nationaux qu’étrangers. En effet, les activités écotouristiques sont au point mort en raison de cette crise sanitaire qui touche le monde entier.

Navalona R.

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo Rakotovao“Mitaky paikady mazava ny fitrosana lehibe"

Nandritra ny fakan-kevitra niarahana tamin` ireo mpahay toekarena eto Madagasikara omaly dia nanambara ny Filohan’ny Antenimierandoholona Rivo Rakotovao

fa zava-dehibe ho an’ny firenena ny fananana olona ampy traikefa amin’ny lafiny hay toekarena toy izao, izay tsy mitsahatra mikaroka ny tombotsoan’ny firenena. Samy mitsinjo izay mety hahasoa ny firenena ny tsirairay ankehitriny indrindra amin’izao krizy maneran-tany izao ka samy mijery ny paika rehetra ho entiny hanarenana ny tanjaka ara-toekarenany. Tokony ho sahy ihany koa hoy izy ny fitondram-panjakana hiroso amin’ny fitrosana lehibe kokoa entina hampiakarana ny harin-karena fa mitaky paikady mazava tsara anefa izany, hoy hatrany izy. Natao izany fifanakalozan-kevitra izany mba hahafahan’ny loholon’i Madagasikara mahafantatra bebe kokoa momba ny toekarena eto Madagasikara, mba hahafahan’izy ireo mampitombo ny traikefa izay efa ananany ary mba ahafahana maneho hevitra amin’ny fandinihana ny volavolan-dalàna mikasika ny tetibolam-panjakana taona 2020 nasiana fanovàna izay handalo eo anivon’ny parlemanta roa tonta. Na dia eo aza izany dia tsy maintsy miainga amin’ny finiavan’ny mpitondra no hahafahana manatanteraka ny fampandrosoana ny firenena.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ambohimandroso-AmparafaravolaNodarohana vodi-basy ireo tsy nanao arotava

Re avy any Ambohimandroso Amparafaravola Faritra Alaotra Mangoro fa niharan’ny fandarohan’ny mpitandro filaminana vodi-basy ireo olona tratra tsy nanao arotava tamin’ny talata 12 mey 2020 lasa teo.

 

 

 

 Somary sarotiny tokoa ireo mpitandron’ny filaminana any amin’ity Faritra ity ankehitriny amin’ny fanarahana ny fepetra napetraka hiarovana ny Covid-19 noho ny fahafantarana fa efa ahitana olona mitondra ity tsimokaretina ity ao amin’ny distrikan’i Moramanga ankehitriny. Na izany aza, hoy ny mponina any an-toerana, dia tokony ho ny fanasaziana efa napetraky ny fitondram-panjakana no omena an’ireo izay tsy mitondra izany fitaovana izany no hampiharina fa tsy tokony handray fepetra hafa mifanohitra amin’ny fanajana ny zon’olombelona ireo mpitandron’ny filaminana natao hanara-maso.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Solontenan'ny OMS eto Madagasikara"Fanampiny ihany ny fitsaboana nentim-paharazana"

Nilaza ny solontenan’ny sampandraharahan'ny firenena mikambana misahana ny fahasalamana na OMS eto Madagasikara, Charlotte Faty Ndiaye,

 

 fa azo atao fanampim-pitsaboana na fiandry eo amin’ny resaka fandrakofana ara-pahasalamana ho an’ny rehetra na CSU ny fitsaboana nentim-paharazana. Tao amin’ny tambazotran-tserasera twitter moa no nanehoany izay heviny izay.Notsindriany tsara ihany koa fa mila porofo ara-tsiantifika ny fitsaboana nentim-paharazana.Fanehoan-kevitra izay hita ho manamaivana hatrany ny fitsaboana nentim-paharazana rehefa zohiana. Hita ho taratra ao anatiny rahateo ny fifaninanana goavana misy eo amin’ireo farmasia miara-miombon’antoka amin’ity rafitra ity na ilay antsoina hoe “Big pharma” sy eo amin’izay raokandro nentim-paharazana izay.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miparitaka ny Covid-19Mihorohoro i Moramanga

Mihorohoro tanteraka ny mponina ao Moramanga noho ny resaka coronavirus. Olona 87 no nahiana ho nifindran’ity valanaretina ity noho ny fifampikasohana tamin’ilay olona iray efa voamarina fa voa.

 Efa niakatra ho 3 ny trangana covid-19 hatry ny omaly. Mitaintaina ireo ray aman-drenin’ny mpianatra hanala fanadinam-panjakana. Misy mihitsy aza no efa mangataka ny hanajanonana manontolo ny fampianarana aloha. Toerana be mpivezivezy i Moramanga, ary somary mangatsiaka mety tsara amin’ny coronavirus ny toe-tany. Miha henjana ny fampanajana fepetra sy ny fanomezana toromarika ny vahoaka. Nizara fitaovana araka izay vitan’ny tena izahay, toy ny arovava, nizara bidons sy akora fidiovana,… Efa voatety ireo kaominina rehetra ao anatin’ny distrikan’i Moramanga, ka nahazo arotava ireo mpianatra hanala ny fanadinam-panjakana, hoy ny solombavambahoaka Lova Rajaobelina voafidy tao Moramanga. Na izany aza mbola mafy ny fitaintainana. Na izany, aza maro ny velon’ahiahy tsy any ihany, toy ny eto an-drenivohitra ahitana ray aman-dreny manapa-kevitra tsy handefa ny zanany any an-tsekoly ka misafidy ny hoe: aleo very taona iray fa tsy olana. Ny fitiliana faobe ihany no isan’ny vahaolana lehibe sy mahomby hahafantarana izay voa sy hahafahana mifehy ny valanaretina.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Zanak’i Toamasina monina eto Antananarivo“Asio fitiliana faobe isaky ny fokontany ”

Manoloana ny Covid 19 mihanaka eto Antananarivo dia manambara izahay solontenan’ny zanak’i Toamasina monina eto Antananarivo,

 

 hoy izy ireo omaly, fa tsy tokony avela irery amin’ny ady amin’ny Coronavirus ny fitondram-panjakana. Hevitra bontolo, hoy i Riribe na Henry Rakotomalala, ny filazana fa tokony hialana amin’izay ny fihibohana. Tokony jerena izay hahafahana miara-miady handresena ity valan’aretina ity hisorohana ny faty olona maro, hoy izy. Vahaolana naroson’izy ireo moa ny tokony hirosoana kosa amina fitiliana faobe fa tsy mijanona amin’io tsikelikely ataon’ny fitondram-panjakana io. Raha mitombo ny fianaky ny aretina dia tokony hanao fihibohana tanteraka na “confinement total” ny fitondram-panjakana. Asiana ny fitiliana faobe isaky ny fokontany na isaky ny tokantrano mihitsy aza. Efa io koa ny CVO, hoy hatrany I Riribe, izay nitarika ireto zanak’i Toamasina ireto, ka hampiasao hanasitranana ireo sanatria marary isam-pokontany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiraki-draharaha voan` ny Covid-19 Mikatona ny fitsarana any Toamasina

Voakasiky ny aretina coronavirus ny tontolon` ny fitsarana. Mpiraki-draharaha vitsivitsy no tratran` ny aretina ankehitriny.

Vokatr` izay dia nakatona ny fitsarana ao Toamasina ary mety hiitatra aty an-drenivohitrra ny fanapahan-kevitra. Noho ny tsy fanajàna ny fepetra hisorohana ny fihanaky ny aretina Covid-19 toy ny any Toamasina dia sehatra maro no ahitana izany aretina izany.Miisa fito izy ireo no nanaovana fitiliana, hoy ny minisitry ny fitsarana. Efa misy ihany koa ny fepetra noraisina eo anivon` ireo voafonja mety ho tratra any amin`ny fonja. Tsy tonga dia miaraka amin`ny daholobe mantsy ireo voafonja fa misy fihibohana manokana sy fitiliana raha misy ny ahiahy. Vokatr izay rehetra izay dia natsahatra ireo fanapahan-kevitra hoe miverina tsy moramora amin` ny fiainana andavanandro ny mponina. Hentitra no nilazan` ny minisitra fa tsy misy manaja ny baikon` ny fanjakana. Mikatona avokoa ny fitsarana any amin`ny faritra Atsinanana ary “service minimum” no hisahana ny asa.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitiliana mampiahiahy nataon'ny Institut PasteurMbola mitohy ny fanadihadiana lalina

Tsy mbola afa-po ny fanjakana Malagasy tamin'ny fanadihadiana tapany voalohany natao teo anivon'ny Institut Pasteur de Madagascar [IPM] mahakasika ilay vokatra fitiliana Covid 19 nahitana "cas positif".

Omaly hariva no tonga teny amin'ny praiminisitra ny tatitra momba azy io ka tahaka izao ny vokatra tamin'ireo fitiliana 67 naverina: 55 no vita ka ny 5 tamin'ireo no voamarina fa voan'ny Covid 19.Ny 11 tsy nahazoam-baliny azo antoka ka averina; voamarina kosa fa tsy Coronavirus no nahafaty ilay ramatoa iray fa aretin'ny voa.Ny 6 mey lasa teo moa no nivoahan'ilay hoe misy olona 67 voan'ny Coronavirus ka nahatonga ny ahiahin'ny fitondram-panjakana hoe ambony loatra kosa izy izany fa tsy tahaka ny mahazatra ka nangataham-panazavana sy nanaovana fanadihadiana.Mbola hitohy ny fanadihadiana hoy ny fampitam-baovaon'ny governemanta omaly hariva satria tsy voavaly mazava ny fanontaniana hoe taiza no nisy nanao tsirambina ka nandiso ny fitiliana sy namoaka tarehimarika tsy mitombina.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Pr Rafatro Herintsoa "Mafy hery fiarovana ny Malagasy"

Mafy toto ny Malagasy ary mahery ny hery fiarovantsika amin’io aretina covid-19 io. Efa maro ihany koa ny aretina nisy, toy ny gripa H1N1 fa tsy nisy Malagasy maty, hoy ny Pr Rafatro Herintsoa.

 

Tena resy lahatra aho, hoy izy, fa ny fomba fitsaboana nolovaina no tena hahafahantsika mifehy ity valanaretina ity. Ny nataon’ny sinoa dia nanangana hopitaly goavana. Ny any amin’ny ilabolan-tany avaratra, dia nampiasa ny fitsaboana iraisana, saingy hitantsika ny vokany. Ny antsika vao hoe tafiditra ny covid-19 dia ringitra ny ravin-tsara, kininim-potsy, ny voasary makirana nifanotofana,… 100% latsaka kely angamba dia mampiasa ny fitsaboana nolovaina, ary tena nanavotra, ka izay no tsy nahafaty antsika tamin’io valanaretina io, raha ny nambarany. Kely ny narary eto raha mitaha ny any amin’ny firenen-kafa. Ny ankamaroan’ny fanafody ampiasaina any amin’ny Fitsaboana ifanekena na “médecine conventionelle”, dia nivoaka avy amin’ny fomba fitsaboana nolovaina. Ny Eucalyptole, ohatra, dia nalaina avy amin’ny zava-maniry toy ny ravin-tsara. Ny ACT hitsaboana ny tazomoka, dia avy amin’ny Artemisinine amin’ny Atremisia. Ho ahy manokana, dia avelao ny olona hampiasa ny raokandro araka ny fampiasany azy sy ny nahazatra azy. Ny mpikaroka manam-pahaizana avy eo no manangona sy mandalina ny fahaiza-manao, hoy ity Profesora ity. Nahomby ny fiarovan-tena, fa saingy izao hoe rehefa tena marary, dia manantona ny dokotera sy toeram-pitsaboana, hoy izy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

AndralanitraOlon-dratsy ny 10%-n’ny mponina

Olon-dratsy avokoa ny 10 %-n’ireo mponina ao amin’ny Akamasoa eny Andralanitra.

 Raha araka ny fanazavan’ny mompera Pedro Opeka izay tompon’andraikitra voalohany ao an-toerana mantsy dia nahatrarana toeram-pivarotana rongony roa sy bara mpivaro-toaka roa tao an-toerana. Antony miteraka ny tsy fandriampahalemana sy ny fanolanana ankizy ao Andralanitra izany ka nosokafana afaka omaly talata ny paositry ny polisy ao an-toerana , hisahana ny fiarovana ireo mponina manerana ireo tanana 22 napetraka ao an-toerana. Tsiahivina moa fa olona sahirana avy eto an-drenivohitra avokoa ireo beazina sy karakarain’ny mompera Pedro ao an-toerana saingy ny mampalahelo dia izy ireo indray no manimba ny manodidina azy rehefa afaka tao anaty fahantrana lalina.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsinjarana ny Tosika famenoFitarainana miisa 5101 no voaray

Lasa miteraka resabe eny anivon’ny fiarahamonina tato ho ato ilay resaka Tosika Fameno, hanomezan’ny Fitondram-panjakana ilay lela-vola 100.000 Ar ho an’ireo fianakaviana tena marefo manerana ireo faritra lasibatry ny

 

 

fihibohana vokatry ny fiparitahan’ny coronavirus. Ny fitarainana sy ny fimenomenomana no tena betsaka. Raha araka ny fanadihadiana natao mantsy dia mahatratra 5.101 isa nanomboka tamin’ny 25 Aprily ka hatramin’ny 08 May teo ny fitarainana voarain’ny FID izay mpandrindra izany. Toerana maro no nahitana olana toy ny teny Anosibe Mandrangobato II izay olona vitsiana no nahazo izany ary efa nanaovan’ny FID lisitra vaovao mihitsy. Toraka izany koa ny tany Toamasina…Nomarihin’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny FID moa fa anisan’ny olana mahatonga ny tsy fahazoan’ireo olona sasany vola matetika ny lainga hataony. Misy amin’izy ireny mantsy no milaza tsy miasa rehefa hanontaniana nefa manana antom-pivelomana ara-dalana.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

IhosyTafakatra 500 Ar ny kapoakan’ny vary

Tafakatra ho 500 Ar ankehitriny ny kapoakan’ny vary any Ihosy Faritra Ihorombe, araka ny vaovao

voaray avy any an-toerana na dia fotoana fiakaran’ny voka-bary aza amin’izao fotoana izao. Ratsy ny voka-bary tamin’ity taona ity any Ihosy, hoy ity vaovao voaray ity noho ny hain-tany misy vokatry ny tsy fahampian’ny orana nirotsaka hany ka velon-taraina ny mponina any an-toerana fa aina ity hoy i Rainimanonja. Marihana fa tamin’ny taon-dasa tamin’ny fotoana fiakaran’ny voka-bary tahaka izao dia mbola nanodidina ny 300 Ar ny vidin’ny 1 kapoaka tany an-toerana.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo renivohitraTsy azo atao intsony ny tsenabe isan-kerinandro

Tampoka tamin’ireo mpivarotra isaky ny tsenan’Alarobia etsy Andravoahangy ny fandrarana tsy hamelatra entana nataon’ny CUA azy ireo omaly.

J. Mirija sy Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Firavan’ny tsena vao marainaFitangoronana tsy nisy ohatr'izany teny Andravoahangy

Aretina tsy hifindra amin’ireny tsy hifindra intsony. Tampoka tamin’ireo mpivarotra isak’alarobia tetsy Andravoahangy ny fandrarana azy ireo tsy hivarotra omaly noho ny fanapahan-kevitry ny fitondram-panjakana hisorohana ny

 

 

fiparitahan'ny Covid 19. Fitangorongoronana no nosorohana kinanjo vao mainka fitakosokosohana no nitranga rehefa rava vao maraina ny tsenan’Andravoahangy. 2 volana mahery izay ny fahamehana ara-pahasalamana saingy mbola tsy mety voafehy aloha hatreto ny fitangorongoronana fa toy ny vao maika mitombo aza.

Tia Tanindranaza0 partages

Betafo AntsirabeMbola lafo be ny vidin-drano

Mbola hitarainan’ny mponina ao Betafo Antsirabe foana ankehitriny ny vidin-drano any amin’ity tanàna ity vokatry ny fanomezana ny fitantanana izany ho

 

 

an’ny orinasa tsy miankina iray izay nampanantena fanatsarana fitaovana sy fomba fitantanana miavaka nefa dia izao mpampijaly ny mponina izao ao anatin’ny fanarahana ny fepetra tokony hanasana tanana matetika amin’ny savony hiarovana amin’ny fifindran’ny tsimokaretina Covid-19 . Mikasika an’ity ady ity indrindra dia efa manomboka mametaka arotava ihany koa ankehitriny ny mponina any an-toerana taorian’ny nahenona fa misy mitondra ny tsimokaretina any amin’iny Faritr’i Vakinankaratra iny.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fahapahan-jiro matetikaFitarainana 800 isan’andro no voarain’ny JIRAMA

Mahatratra 800 isan’andro ny fitarainana voarain’ny orinasa JIRAMA mikasika ny fahapatahan’ny jiro sy rano eto an-drenivohitra sy ny manodidina isan’andro. Manoloana izany dia nitondrana fanazavana misimisy kokoa Atoa

 

Ralaivaoalandreo Eloi Alphonse anisan’ireo tompon’andraikitra ao an-toerana. Nambarany tamin’izany fa ankoatra ny fahanteran’ny fitaovana izay mitarika fahasimbana dia misy ihany koa ny fahatapahana noho ny antony hafa. Isan’izany ny halatra fitaovana, ny fisian’ireo hazo manakaiky ny tambazotra izay mikasika na mianjera amin’ny zotra MT na BT, ny filalaovan’ny ankizy papango vita amin’ny kitapo plastika sy kofehy izay misaringotra amin’ny tarobian-jiro na bakoly ka mitarika « court circuit » indrindra amin’ny tambazotra mitondra herinaratra mavesatra. Ity farany dia mety hitera-doza toy ny fahamaizan’ny zaza mihitsy. Ilaina arak’izany ny fanaraha-maso ataon’ny Ray aman-dreny sy ny tompon’andraikitra isam-pokontany amin’ny filalaovan’ny ankizy ity kilalao iray ity indrindra amin’izao fotoana maha be rivotra izao. Eo ihany koa ny fampiasana fitaovana mampiasa herinaratra mavesatra toy ny friteuse mandritra ny ora be mpampiasa izany hoe manomboka 6 ora hariva ka hatramin’ny 9 ora alina. Miantso ny rehetra mba hahay hifanohana araka izany ny orinasa JIRAMA.

Nangonin’ i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ambohidahy AnkadindramamyTsy manaiky ny fanesorana tsy ara-drariny ireo mpivarotra

Manao antso avo amin’ny manam-pahefana isan-tsokajiny ireo mpivarotra etsy amin’ny tsenan’Ambohidahy Ankadindramamy mba hijery azy ireo manoloana ny fikasana ataon’olon-tokana hanaisotra azy ireo amin’ny tsenany.

 

Manoloana ny tranon’io olona io, fa tsy amin’ny taniny satria amin’ny arabem-panjakana io kanefa tadiavina hesorina amboletra ireo mpivarotra, hoy Randrianarimalala François Roger Filohan’ny FIMPIA na ny Fikambanan’ny Mpivarotra Ambohidahy. Tsena 14 eo ambonimbony kelin’ny Fokontany no tena voakasika, saingy miray feo sy tsy manaiky ny tsy rariny ny mpivarotra an-jatony maro ao anatin’ny FIMPIA, izay efa 25 taona no nijoroany ara-dalàna, hoy kosa Rtoa Lala Delegen’ny tsena. Nambarany fa tsy menatra mihitsy ilay olona tonga dia manao resaka ara-bola mba ho sandan’ny tsy fanesorana ireo mpivarotra. Mitondra olona voalaza fa vadin-tany na mpiasan’ny kaominina mikasa hanala an’ireo mpivarotra io, saingy rava maina hatrany amin’ny maha tsy azy ny tany. Efa in-telo no nisy fikasana hanilika ireo mpivarotra ka tamin’ny 4 taona lasa sy talohan’izay no natao izany saingy ny teo anivon’ny Kaominina no nijoro sy niaro azy ireo ary nanamafy fa tanim-panjakana io. Miova ny mpitantana ny kaominina, dia mitady làlana hanesorana ireo mpivarotra indray izy, hoy ny fanazavana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Anosizato AndrefanaManara-maso ireo tsy manao arotava ny Komity Loharano

Hentitra ny fepetra raisin’ny kaominina Anosizato Andrefana manoloana ny fiparitahan’ny tsimok’aretina COVID 19 eto amintsika.

 Ankoatra ny fanentanana ny olona tsy miato amin’ny fanarahana ireo fepetra napetraky ny fitondram-panjakana mantsy dia midina ifotony eny anivon’ireo Fokontany miisa fito mihitsy ny Komity Loharano manara-maso ireo olona tsy manao arotava. Miara-miasa amin’ny zandary mihitsy izy ireo mandritra izany ho fitandroana ny fahasalaman’ny rehetra. Mihatra avy hatrany ny sazy ho an’ireo tsy manara-dalana raha araka ny fanazavan-dRtoa Andrianantenaina Lova, tompon’andraikitra misahana ny maha-olona eo anivon’ny kaominina ka anisan’ireny ny famafana lalana. Ankoatra izay dia miezaka ihany koa ireo komitin’ny loharano mijery ny fahasalaman’ny mponina isaky ny elakelan-trano hisorohana ny patsa iray tsy omby vava. Misy avy hatrany ny fandraisana andraikitra raha sanatria ka misy ahiahiana tsy hiparitahan’ny tsimok’aretina. Na izany aza dia tsy mbola nahitana olona tratry ny Covid 19 tao amin’ity kaominina ity hatreto.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ankazotoho Anosizato Nariana tao ambany sarety ilay zaza menavava

Zaza menavava iray tombanana ho herinandro latsaka an-tany eo ho eo no nisy nanary tao ambany sarety mijanona ary hitan’ny fokonolona afaka omaly Talata tokony ho tamin’ny 7 ora hariva.

Tao amin’ny Fokontany Ankazotoho, kaominina Anosizato Andrefana no nitrangan’izany. Olona roa no nisy nahatazana teo akaikin’io sarety io tamin’ny fotoana nitrangan’ny tantara saingy tsy nieritreritra zavatra hafa. Rehefa nahare feon-jaza nitomany ny sasany vao tonga saina ka nahita ilay tsy manan-tsiny izay mbola velona soa aman-tsara no sady voafono lamba ihany koa. Voatery notazonin’ny komitim-pokontany ity zaza ity tamin’io alina io raha omaly kosa no fantatra fa nentina nanatona ny mpitandro ny filaminana izy hahafantarana izay tokony hatao. Raha ny vinavinan’ireo nanatri-maso ny zava-nitranga moa dia olona nandalo tsy mipetraka ao amin’ity Fokontany ity no mety ho tompon’antoka tamin’izao fanariana zaza izao izay marihina fa lahikely. Na izany aza dia efa misokatra ny fanadihadiana mahakasika izany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jiolahy nirongo basy teny Ambodivona Voaroba ny vola 7 tapitrisa ariary

Atoandro be nanahary tokony tamin` ny 12 ora sy sasany no nanafihan` ireo jiolahy miisa efatra mirongo fitaovam-piadiana tranombarotra mpivarotra kodiarana iray tetsy Ambodivona.

Rehefa hikatona iny ny tsena dia niditra tao amin`ilay tsena ny roa tamin` ireo jiolahy ary nilaza fa hividy kodiarana. Nilaza kosa ny mpivarotra fa efa hanidy tsena. Nivoaka ireto roalahy ary ny namany roa hafa kosa dia teny ampitan` ilay tsena lasibatra no niandry. Vantany vao nivoaka ilay olona nitondra ny sakaosy misy ny vola mitentina 7 tapitrisa ariary dia nambanan` ireo olon-dratsy tamin` ny basy. Ny roalahy teny ampita kosa no nanapoaka basy in-droa ka niparitaka hatrany ny olona teny amin`ny manodidina. Nanararaotra nitsoaka avy ireo olon-dratsy. 30 minitra taorian` ny fanafihana vao tonga ny mpitandro filaminana. Nandritra ny fisafoana nataon` ireto farany no nahitàna ny vodim-bala napoakan` ireo jiolahy. Faritra anisan` ny mena eto an-drenivohitra ny etsy Ambodivona ary tsy vao izao no misy fanafihana amin`iny faritra iny.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaovana KidnappingMaty voatifitry ny zandary i Lama sy ny zandriny

Nambaran’ny teo anivon’ny zandarimariam-pirenena tamin’ny alalan’ny Jeneraly Andriantsarafara Rakotondrazaka Kaomandin’ny fari-piadiadiana iraisam-paritry ny zandarimaria Antananarivo omaly hariva fa maty i Norber Ramandiamanana na Lama, jiolahy nokarohina hatry efa 20 taona.

 Niantso ny tanan-kavanany teny Analamahitsy ary tonga tao izy ary tao no nanaovana ny velam-pandrika. Olona natokisany sy noheverina tsy hamadika azy io. Voatifitra ny teo amin’ny foto-peny I Lama satria namaly tsy nanaiky mora foana, izay niafara tamin’ny fahafatesany na notsaboina aza izy. Mbola nentina nanoro ny toerana fanafenany ireo olona nalaina an-keriny, ka misy trano natorony eny Manankasina Ma-Colline Ambohimahitsy fanafenany ireo olona, ary isan’izany i Anil Karim. Mbola tratra tao ny jiolahy anankiray izay zandriny ihany. Nisy ny fifampitifirana, ka mbola maty teo ihany koa io rahalahiny io.

Olona 3 mbola karohina

 Vola 80 tapitrisa no hita tao anatin’ilay trano nipetrahan’ilay zandriny. Nialoha ny nahafatesan’i Lama dia notononiny avokoa ny zavatra rehetra izay nataony. Nisy “kidnapping” maro teo analenanelan’ny 2000-2019. 23 ny olona voarohirohy, izay efa nisy ny navotsotra. Misy zandary tafiditra ao anatin’ity raharaha ity, izay vao nosamborina, niampy ramatoa iray mpandamina sy mpandrindra ny asa ratsy. Nisy lehilahy antsoina hoe Abdoul tany Ambaja, ary efa nigadra saingy efa votsotra ka naverina nosamborina. Nidoboka eny Tsiafahy izy roalahy, ary eny Antanimora ilay vehivavy. Tao anatin’ny fanadihadiana no nanononan’i Lama ny tena tanan-kavanany roa antsoina hoe Rajim sy Herman antsoina amin’ny anarana hoe: “Man”, miampy teratany karana iray malaza amina kidnapping, izay voalaza fa mialokaloka any Kaomoro, ary efa atao ny dingana ara-pitsarana ahafaha-misambotra azy. Mbola homena tambiny 200 tapitrisa ariary ho an’izay manome vaovao mahakasika ireo olona ireo. Efa nozaraina taman’olona nanome loharanom-baovao kosa ilay tambiny ho an’izay nanampy nahazoana an’i Lama. Afera farany nahavoatonona an’i Lama ilay kidnapping natao tamin’i Anil Karim mpandraharaha karana mpamongady fanafody, izay votsotra ny talata 12 mey teo. 2 miliara no voalaza fa tambiny, saingy mbola mandeha ny fanadihadiana lalina mahakasika izany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominin’Androhibe-AtsimondranoNandravarava sy naka an-keriny ny dahalo

Ny alin’ny 12 mey hifoha omaly 13 mey dia nisy fanafihan-dahalo nitranga tao amin'ny kaominina Androhibe Atsimondrano.

Tsena kely miisa 5 no voatafika tao amin'ny Fokontany Morarano Ambatomalaza, raha ny fampitam-baovao voaray tany an-toerana. Niala teo ny dahalo dia niakatra nitsoaka an-tendrombohitra niakandrefana io toerana io,ary nanafika tao Soavinandriana indray. Lehilahy iray no voatifitra teo amin’ny sandriny ary vehivavy 17 taona no nalain'izy ireo natao takalon’aina tao, hoy ny ben’ny tanana, Fabrice Rakotomalala. Niala teo dia nanafika tsena iray indray tao amin'ny fokontany Ankadivory Atsimo, izay nahaverezana vola 5 hetsy ariary sy peratra mariazy volamena, izy ireo. Mangataka ny tomponandraiki-pahefana ao an-toerana ny amin’ny mba hijerena akaiky ity tsy fahadriampahalemana ao Atsimondrano ity noho izany ity tompon'andraikitra ity fa eo koa ny mba hanampiana ireo mpitandro filaminana miasa eny an-toerana. Tsara ihany koa raha mba afaka ampiana toerana fanaraha-maso iasan’ny mpitandro filaminana na « poste avance » sy « poste fixe » hanamora ny asan'izy ireo. Miandry ny avy eny Fenoarivo ny fanenjehana ireo dahalo nefa ny lalana iaraha-mahalala fa ratsy, hoy izy. Ireo toerana voalaza ireo dia ny farany atsimo eto amin'ny kaominina. Nisaotra ny CB Fenoarivo sy ny ekipany tonga nijery ny zava-nisy teny an-toerana moa ny tenany. Fantatra kosa fa mbola mitohy ny fikarohana ny marina amin’ity raharaha ity, raha ny fampitam-baovao hatrany.

J. Mirija sy Pati

Tia Tanindranaza0 partages

World Music Trophy Ho fantatra anio ny tohin’ny dian’ny solontena Malagasy

Taorian’ny naha tafiakatra tamin’ny dingana manaraka ny mpanakanto solotenan’ny malagasy amin’ilay fifaninanana iraisam-pirenena World music trophy ny alahady teo dia efa raikitra omaly indray ny fifidianana ireo izay hiatrika ny dingana manaraka.

 

Ho fantatra anio araka izany ny tohin’ny dian’ny tarika Takasy izay solontena Malagasy miangaly izay World music izay. Dingan’ny ampahavalon-dalana iny niainga omaly iny, hoy ry zalahy, fa ny irariana dia ny mba hahatongavana amin’ny ambony indrindra ho reharehan’ny maitso, fotsy, mena. Miandrandra ny fahombiazan’ireto solontena Malagasy ireto noho izany ny rehetra.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandoavan-ketraMila mazava tsara amin’ny rehetra

Tokony hahemotra faran’ny volana jona ny ankamaroan’ny fandoavan-ketra araka ny fangatahan’ireo mpandoa hetra.

 

Misy anefa ny fanambarana milaza fa tokony mandoa in-2 miantoana indray ka ny 15 mey no voalohany ary ny 15 jona ny faharoa. Iaraha-mahalala fa efa mipaka ary misy fiantraikany ratsy amin’ny vola miodina sy ny fidiram-bolan’ny orinasa lehibe, Madinika sy salantsalany ary ny isam-batan’olona mihitsy ny krizy ara-pahasalamana ka izany no antony nanalavana ny fandoavan-ketra. Mahakasika ny hetra azo amin’ny vola miditra (IR) izay nolazaina fa azo atao ny mandoa izany indroa miantaona miatomboka ny 15 mey dia mampametra-panontaniana ny maro ny indray ny mahakasika izany. Ny fananganana ny drafitra ara-bola (etat financier) mantsy mbola tsy mivoaka kanefa asaina mandoa ny IR exceptionnel ny orinasa. Ny faran’ny vola Jona koa anefa dia mbola handoa ny hetra (acompte IR) ihany izy ireo. Velon-taraina araka izany ireo Orinasa satria ny vola andoavana ny hetra aza efa tsy misy intsony, ny fepetra napetraka anefa mbola mafy ihany koa. Misy aza ireo no mametra-panontaniana sao dia mbola variana hameno ny kitapom-bolany indray ny fanjakana kanefa izy ireo no tokony hanampy ireo orinasa rehetra tojo fahasahiranana amin’izao fotoana izao. Tokony heverina izy ireo amin’ny alalan’ny fametrahana fanemorana ny daty mba ho fitsinjovana ny toekarena manontolo.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanarenana ny toekarena“Tsy tokony omena tombony ny banky”

92%n` ny Malagasy dia mandray latsaky ny 250 dolara isam-bolana. Ireo firenena niray laharana tamin`i Madagasikara anefa dia niala amin`ny fahantrana (pays émergents).

Fahantrana ara-bola no tena misy eto amin` ny firenena, hoy Rakoto David, filohan` ny CREM (Centre de réflexion des économistes de Madagascar). Mila mamorona vola ny banky foiben'i Madagasikara (BFM) ary alefa amin` ireo sehatra tsy miankina izany. Ny fototry ny famokarana mantsy dia ny sehatra tsy miankina. Raha ny fantatra dia 40 miliara ariary no nalefa tany amin`ny sehatra tsy miankina. Ampaham-bola azo tamin` ny fanampiana avy amin` ny Tahirim-bola iraisam-pirenena (FMI) izay nitentina 166 tapitrisa dolara izany. “Olana mipetraka dia 5% ny zana-bola alain`ny BFM ary nalefa any amin` ireo banky fototra (primaires) izany vola izany ka ireto farany no mivarotra indray amin`ny sehatra tsy miankina ka maka zana-bola hatramin` ny 9%. Noho izany, mahazo tombony 4% ireo banky ara-barotra. Tsara kokoa no mandefa ny vola azo eny amin` ny “trésor public” ka ireo no manao fiaraha-miasa amin`ny alalan` ny 3P (Partenariat-Public-Privé). Raha tsy voafehy ny fahantrana dia hiteraka korontana ara-politika sy sosialy izany. Mila manangana bankim-panjakana (Banque d`Etat)”, hoy ny filohan`ny CREM. Mila havaozina ny lalàna ny banky sy izay mifehy ny banky foibe mba tsy ireo banky tsy miankina no hibahana ny tsenan` ny vola. Tanjona dia hamokatra ny Malagasy ka hiteraka fanjifàna anatiny (consommation intérieure), hampidina vidin-entana, hampiakatra famokarana ary mitarika amin`ny fahaleovan-tena ara-tsakafo, hoy hatrany izy. Namafisiny hatrany fa mila drafitra ara-bola no hahafahana manatanteraka izany fa tsy ny banky no omena tombony.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly HJRA Natoka-monina ny mpiasan’ny Service Oncologie...

Marary iray avy tany Toamasina no niditra hopitaly ny alakamisy 7 mey teny amin’ny amin’ny Hopitaly HJRA ary maty 9 mey, raha ny vaovao azo. Mikatona 5andro izao ny Service Oncologie nisy azy, ka misy mpiasa sy marary arympiambina marary mihiboka tsy mahazo mivoaka ao,

raha ny loharanom-baovao.13 ry zareo no voalaza fa mihidy ao. Efa mararin’ny Cancer ilay olona dia nisy ilay olona manao “combinaison” fotsy ireny tonga tao tamin’ny zoma haka singa hanaovana fitiliana ilay marary, dia izy maty ny sabotsy izay, hoy ny fanazavana. Raha halalinina, dia ahiana ho nisy coronavirus izany io olona io, ka andrasana izay mety ho valin’ny fitiliana na fanampim-panazavana miainga avy amin’ny hopitaly. Voalazan’ny loharanom-baovao, fa ny “Chimiothérapie” tokony natao tamin’ity herinandro ity nahemotra daholo fa asiana ranom-panafody avokoa ny Service Oncologie. Efa nisy moa naoty nivoaka fa « mise en quarantaine » ny mpiasan’ny Service Oncologie.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Faly sahirana

Mifamahofaho eto amin’ny tany sy ny firenena ny lafin-javatra maro, izay ao ny toa mamohafoha ny afon’ny fanantenana, saingy eo ihany koa ny toe-javatra toa mahavalaketra ny ambanilanitra.

 

Toa nirehitra ny afon’ny fitiavan-tanindrazana ary mandeha ny fampitahana fa isan’ireo maherifon’i Afrika ny Filoha Malagasy ankehitriny taorian’ny hafatra nataony ho an’ny Frantsay sy ny iraisam-pirenena. Mahafinaritra, mila fanohanana, ary indrindra firaisan-tsaina izany. Misy ihany anefa ny manalasala raha hiverenana ny tantara hatrany am-piandohana, niainga tany amin’ny 11 taona lasa. Ny ahiahy ihany koa mantsy tsy hihavanana, hoy ny Ntaolo. Iza sy firenena avy aiza no niainganin’ny fanampiana ilay ambara fa mpitari-tolona hanao revolisionina lehibe teto amin’ny firenena? Izay tokoa angamba ilay hoe amin’ny politika, dia tsy misy mpinamana mandrakizay na mpifahavalo mandrakizay. Misy fomba fiteny vahiny ihany koa anefa hoe: “don’t bite the hands that feeds you” na hoe aza manaikitra ny tànana mamahana sakafo anao. Asa aloha izay hiafarany, fa ny hirariana dia hizotra amin’ny tena fanirian’ny Malagasy mba hisandratra fa tsy habadoin’ny mpanjanaka lava eto. Mba tena hisy vokany amin’izay ny kabary politika re hatrizay, fa tsy ho fampanofinofisana intsony. Etsy ankilany, mila amboarina ny paikady amin’ity valanaretina mahavalaketraka ity. Tena tsy voafehy, tsy mandry ny saim-bahoaka na ambara aza fa efa misy fanafody fanefitra sy mahatsabo. Mitombo isa hatrany ny voa. Mahavalalanina ny toe-javatra tsy mandeha amin’izay laoniny, toy ny resaka antontan’isa izay tsy niakatra ny isan’ny fitiliana, fa niampy 20 ny voa. Disodiso tsy nahy sa sanatria misy kajikajy avo lenta mandeha?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiainan’i Zoto 5 mianakaRaikitra ny adihevitra sy fifamaliana

Nambarana manamboninahitra iray tao amin’ny tambajotran-tserasera ny ahiahiany momba an’i Zoto 5 mianaka izay sao sanatria ho mpisoloky i Zoto mampiasa ireo zaza mba hitserana azy?

Nofafany anefa izany, saingy mbola nandeha ny kihana ho azy tany anaty pejy hafa, ka niditra an-tsehatra izy. Maro ny olona nanana ahiahy amin’ny sao dia mety hanaovana fitaovana ireo zaza ireo. Nisy mihitsy ny nilaza fa ajanony fa “maltraitance” na karazana fitondrana tsy am-pahamendrehana ireo zaza ka andao atero izy ireo ho an'izay manam-bola na fiara, hoy ny fanehoan-keviny. Raha fitserana ireo zaza tokoa mantsy izay tsy misy mpitaiza intsony satria maty ny raibe nitaiza no nolazainy hoe nangalany azy, dia malahelo ho azy an'ireo zaza ianao. Mbola nentiny lavitra be noho ny lalana miverina izy ireo. Ny zavatra tsikaritra eny an-dàlana, dia ny olona no midera ny finiavana hananan’izy ireo ao anatin’ilay hoe: “Tour de Mada”, ka misy ny manome zavatra, misy ny manampy. Tsy ifanomezan-tsiny ihany koa anefa ny ahiahy. Na izany aza, sao misy ifandraisany amin’ilay satroka “casquette” nanaovan-dry Zoto noho ny tonga teto Antananarivo nisy ny sarin’ny Filoha teo aloha Marc Ravalomanana ny endrika fanomezan-tsiny na fanaratsiana azy ? Mbola hihazo an'i Mahajanga mialohan'ny hodiany any Antsiranana moa ry Zoto mianakavy saingy tsy maintsy mbola miandry ny valin'ny fitiliana Covid 19 vao afaka mandao an'Antananarivo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraNihovitra ny tany

Tsy honohono fa tena nihetsika ny tany omaly 13 mey 2020 tamin'ny 10 ora sy 2 minitra alina teto Madagasikara, nahare azy tsara ny mponina teto Antananarivo sy ny manodidina.4,8 amin'ny maridrefin'i Richter ny tanjany,

 

ary naharitra 20 segondra teo ho eo ilay izy.Tany amin'ny 35 km atsinanan'ny distrikan'i Fandriana no voatondro fa nisy ny foibeny, ka 15km tany ambanin'ny tany no nisy ilay fihetsehana.Azo ambara fa nanaitra ny maro ihany izy ity satria ireo trano somary avo dia nihozongozona tahaka ireny finday mihovitra ireny.Nihetsika avokoa ny entana tao an-trano.Ireo izay natory dia nisy nitsamboatra mihitsy.Tsiahivina ihany fa 5,1 tamin'ny maridrefy Richter no herin'ny horohoron-tany re farany teto Madagasikara ny taona 2019.Efa misy vanim-potoana fihetsehany ny tany ho an'ny siantifika, misy kosa ireo olona mihevitra fa fambara zavatra ny horohoron-tany.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fahatapahan-jiroEfa lasa fanampin-tsakafo

Efa mba velom-panantenana ery ireo mpanjifan’ny Jirama 2 na 3 andro teo izay hoe mety mba hita soritra angamba ny vahaolana azo hisorohana ity fahatapahan-jiro lavareny ity.

 

Nanomboka niverina indray anefa izany, raha ny fitarainana maro, heno teto an-drenivohitra omaly. Tsy niova ihany koa ny fihodinan’ny fahatapahana fa saika ireo izay tratry ny fahatapahana maraina ihany no tratra maraina. Izay tratra hariva dia hariva. Mihena ny fahafaha-mandany jiro kanefa ny vidiny hita aloha hatreto dia miha midangana hatrany. Efa zary lasa fanampin-tsakafo mihitsy ilay izy, hoy ny fahasorenan’ireo hiharan’izany eo amin’ny fotoana tena ilana azy.Maharitra hatrany amin'ny adin'ny 2 ny fahatapahana matetika.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Pasitera Lanto Rabeharivelojaona"Iles Eparses aux Malagasy" no dikan’ny IEM

Tao amin’ny fivahinianany tao amin’ny fandaharana manokana isan’andro novokarin’ny haino aman-jery iray eto an-drenivohitra no nanambaran’i Pasitera Lanto Rabeharivelojaona

 

 

 

mpanolontsaina ao amin’ny antoko politika Otrikafo fa ho azy ny hoe IEM dia midika hoe : “Iles Eparses aux Malagasy” na hoe Iles Eparses ho an'ny vahoaka Malagasy raha “Initiative Emergence Madagascar” kosa no tena dikany  namoronan’ny filoha am-perinasa Andry Rajoelina azy ka filamatry ny fitondrana tarihany ankehitriny.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Maitre Willy Razafinjatovo“Efa azo hatramin’ireo nosy manodidina raha…”

Resaka mizana tsindrian’ila teo amin’ny fomba fitondrana ny samy mpianatra mpikaroka teny Ankatso sy Befelatanana no antony nampimpoaka ny tolon’ny 13 mey 1972,

 hoy ny fampatsiahivan’ny mpahay lalàna ,anisan'ny mpitari-tolona tamin’izany fotoana, Willy Razafinjatovo na Olala, raha nanati-boninkazo teny amin’ny kianjan’ny 13 mey omaly. Nitohy tamin’ny hetaheta ho amin’ny fanovana ny politikam-pampianarana izay voagejan’ny “accord de cooperation” izay nantsoin’ny mpianatra hoe satan’ny fanandevozana izany, hoy hatrany ny fanazavana. Nalefa nogadraina hatrany Nosilava ireo mpianatra. Tamin’io fotoana io no mba nahafantarako izany mopera Remi Ralibera izany, mpitolona sady mpanoratra izay nankahery ahy hoy ny Maitre Olala. Ny fandrenesana ny tenin’ny filoham-pirenena tamin’izany hoe “tsakitsaky zato arivo” sy ny fomba namonoana ny namanay teo amin’ny kianjan’ny 13 mey ary ny fahenoanay fa manao politika izahay nony tonga teto Antananarivo no nahatonga anay nilaza hoe manomboka izao dia manao politika izahay ka mitaky ny fialan’ny mpitondra, hoy izy. Nomarihiny hatrany moa fa tolon’ny mpianatra madiodio no niatombohan’ny tolon’ny 13 may. Mendrika ny ho tsaroana, hoy izy, ireny maritiora ireny satria maty ho an’ny rehetra. Ny tombontsoa notovozin’ny firenena noho iny tolona iny dia tadidio fa tamin’ireny mbola nisy minisitra frantsay tao amin’ny governemanta. Nisy toby miaramila frantsay. Ny tompom-pahefana anaty governemanta mbola saika frantsay daholo saingy misy intsony izany ankehitriny. Raha ny mpitolona tamin’ny 1972 no nitondra ny firenena hatramin’izao fotoana izao dia efa azontsika hatramin’ireo nosy manodidina saingy ny olana dia ireo mpijapy “train” no nahazo fahefana tao aorian’izay rehetra izay, , hoy hatrany ity mpisolovava ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rinah RakotomangaMisy manozongozona ny toerany ?

Nahoraka omaly fa tsy misahana ny andraikitra maha talen’ ny serasera azy eo anivon’ny fiadidiana ny repoblika intsony Ramatoa Rinah Rakotomanga.

 

 

Rehefa nohamarinina moa ny vaovao dia hita fa tsy mitombina.Mbola manohy ny asa aman'andrakiny tsara eny an-dapa i Rinah R ; mety izy ilay tsy hita matetika maneho hevitra sy miady hevitra anaty tambazotran-tserasera ve no nahatonga ny resaka niparitaka, sa misy antony hafa. Efa fomba fiady amin'ny resaka politika mantsy ny mody manaparitaka vaovao na resaka, mba hitsapana ny mety ho fihetsiky ny olona voakasika mivantana amin'ilay izy na ny fiarahamonina amin'ny ankapobeny.Olona manana ny maha izy azy ao amin'ny fiadidiana ny repoblika izany talen'ny serasera izany ary tsy ny olon-drehetra no mahazaka io asa io.Raha ny fahafantarana azy dia anisan'ireo mpanohana mahafatra-po ny filoha ankehitriny Rtoa Rinah Rakotomanga ary anisan'ireo tena mahitsy fitenenana rehefa maneho hevitra.Mety maro no tsy mahazaka na tsy faly amin'izay toetrany izay.Ho hita eo ihany ho tohin'ity raharaha ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mihazakazaka ny fihanaky ny Covid 1915 tao Toamasina, 3 tao Moramanga...

Notaterin’ny Pr Vololontiana Hanta omaly fa olona 20 be izao no voamarina fa tratry ny Coronavirus tamin’ny fitiliana natao ny afak’omaly 12 mey tamin’ny 8ora maraina hatramin’ny 6 ora hariva.

 

 

Toky R

Ino Vaovao0 partages

KIDNAPPING : Votsotra teo am-pelatanan’ny Jiolahy i Anil Karim rehefa nandoa vola be

Raha  tsiahivina  dia  , ny  alatsinainy   27 aprily  2020 no nisy  naka an-keriny  teny  Ambatobe  Panoramique izy  io raha  nandeha nivoaka  ny tranony. Natao  ny  fampitadiavana , nisy  ihany  koa  aza ny  antso avo nataon’ny  mpitandro  filaminana   tamin’ny  fikarohana  azy  io  teo aloha teo. 

Raha ny  loharanom-baovao  mahakasika  ny  raharaha  nambaran’ny  fianakaviany   anefa dia  ny  talata 12 may ,  manodidina   tamin’ny  valo  ora  sy  fahefany  hariva  tany  ho  any  no  navotsotr’ireo  mpaka  ankeriny  ity  farany, teny  Nanisana. Salama tsara  izy  ary  efa eo  anivon’ny  fianakaviany.

Nambara tamin’izany  fa  nandoavana  vola be  izay  vao  navotsitr’ireo  olon-dratsy  izy  io raha  ny  fanazavana  voaray  ihany. Tsy  nampilaza ny  mpitandro  filaminana kosa  anefa ireto fianakaviany  ny amin’ny  fanomezana  vola be izao  mba  ho  fanavotana ny  ainy  i Anil Karim.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA OWNE ALEK : Voasambotra tao Fenoarivo-Atsinanana Nomenjanahary Sami na Abdi

Dimy amby roapolo taona ny tovolahy tamin’io fotoana io. Enin-taona aty aoriana, dia niverina voaresaka ity raharaha ity rehefa somary nangingina tao ho ao. Ny 11 marsa 2020 no hita tao Mangarivotra Toamasina ny taolam-balony. Fahitana ny taolambalon’i Owne Alek izay nahatonga fitohizana fanadihadiana lalina. 

Anisany nokarohina tamin’izao raharaha izao i Nomenjanahary Sami fantatra amin’ny solon’anarana Abdi. Araka ny angom-baovao azo avy any Fenoarivo-Atsinanana, dia voasambotra ny alatsinainy 11 mey tany an-toerana ity rangahy ity. Izy izay 45 taona.Ny angom-baovao hatrany no nahalalana fa ny teo anivon’ny borigadin’ny zandariamraim-pirenena ao Fenoarivo-Atsinanana no nitarika ny hetsika nahafahana nisambotra azy. I Abdi izay voasambotra teo akaikin’ny Epp Sahavola ny andron’ny alatsinainy 11 mey, tokony ho tamin’ny 7 ora sy sasany hariva. 

Niara-niasa akaiky tamin-dry Tida Kely sy Vazaha ity Abdi ity tamin’ny fanamorana ny fakana an-keriny an’i Owne Alek, ny 24 jona 2014. Izy izay mahay tsara ny fianakaviana Owne Alek noho izy niasa tao amin’ny orinasan-drain’i Owne Alek tao amin’ny STI Mangarano Toamasina. Mekanisianina tao amin’ilay orinasa izy.Fantara fa niaiky ny heloka vitany i Abdi. Izay izay efa nentina nihazo an’Antananarivo anohizana ny fanadihadiana. Hanokatra pejy vaovao amin’ny fanadihadiana amin’ny raharaha Owne Alek izao fahatrarana azy izao.

Anisany havanana amin’ny fikarohana mpaka an-keriny ny zandary ao Fenoarivo-Atsinanana amin’ny alalan’ny borigady. Iray taona lasa izay, 11 mey 2019, mitovy daty amin’ny nahatratrarana an’i Abdi, dia voasambotry ny Kaomandin’ny borigadin’ny zandariamariam-pirenena Fenoarivo-Atsinanana tao amin’ny gare routière Fenoarivo-Atsinanana i Ramanantsoa Alain Joachin fantatra amin’ny solon’anarana hoe Ralava. Ity farany izay efa nalaza tamin’ny fakana an-keriny teratany karana teto Madagasikara. Ralava izay efa maty voatifitra.

TH

Ino Vaovao0 partages

FARAFANGANA : Saron’ny zandary ilay tovolahy mpividy entana amin’ny vola sandoka

Mila  mailo  mandrakariva  noho izany ireo  mpampiasa vola  manoloana  ny zava-misy. Toy  ny  tranga tany  amin’ny  Distrikan’i Farafangana,  raha ny  loharanom-baovao  voaray  dia  lehilahy iray  avy namarotra  kafe no  voasandoka  tamin’ny  vola  roa alina  Ariary tsy  tena izy.  Vokany, tovolahy  iray  no  voasambotra  ary efa niakatra Fitsarana, raha toa ka mbola  karohina  kosa ny  namany  hafa  mpiara-miasa aminy  akaiky,  izay tena  mpamatsy   ireo vola sandoka ireo hatramin’izao.

Raha  ny  fanazavana, vola sandoka  roa  alina  Ariary miisa  109 no tratran’ny  vela-pandriky ny  Zandarimariam-pirenena tao  an-toerana. Niainga tamin’ity  lehilahy  avy nivarotra  kafe   tao  amin’ny  Kaominina ambanivohitr’Anosy Tsarafa  ao  anatin’ity  Distrika ity,  ny  faha-28 avrily  lasa iny  no  nahatrarana  ny olon-dratsy. Ny voalohan’ny   volana  mey  taorian’io  anefa, rehefa nahazo vola  vidin’ilay  kafe ity  farany  dia  nandeha  nividy entana tamin’ireo  vola ireo tao  Agnalila, Kaominina  Amporoforo. Teo  am-pividianana  entana izy  vao  nahatsikaritra  ny  mpivarotra fa  vola sandoka ireo  teny  am-pelatanany.   Soa  ihany  fa  olom-pantatr’ilay lehilahy  ity  ny tovolahy iray  nanome  azy ireo  vola sandoka  vidina  kafe.

Avy  hatrany  dia  nampandre ny  Zandary  izy  ka  nidina  ifotony  tany  amin’ny trano  fonenan’ilay  olon-dratsy   tao Tragnambo,  Kaominina  Vohilengo izy  ireo  ary  dia  noraisim-potsiny  ilay olon-dratsy. Rehefa  natao  ny  fisavana azy  dia  mbola nahitana  lelavola  roa alina  ariary  sandoka  mitentina  02 tapitrisa ariary tany  aminy.Ankehitriny, ao  anatin’ny  fikarohana  ny  namany  izay  mbola  tsy  hita popoka  ny zandary  ka mangataka fiaraha-miasa akaiky  amin’ny  mponina    ao  an-toerana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAMBOLENA : Natomboka tao Soavinandriana ny "Tetikasa DMM" nampanantenain’ny Filoha

Tonga nanokatra ny fotoana tamin’ny fomba ofisialy ny Governora sy ireo manam-pahefana any an-toerana ary naneho ny fisaorany sy fankasitrahany manokana ny Filoham-pirenena izay nisafidy ny Faritra Itasy mba hametrahana voalohany io ivon-toerana fampitaovana io.

Nanambara ihany koa ny Governora fa vonona ny hanampy amin’ny fametrahana ity ivon-toerana ity satria ny fampiroboroboana ny fambolena, ny jono ary ny fiompiana dia anisany paikadim-pampandrosoana napetraka ato amin’ny Faritra. Mbola hisy ny dingana manaraka, hoy ireo tompon’andraikitry fambolena sy ny fiompiana ary ny jono, tonga tany an-toerana saingy efa afaka mametraka sahady ny antontan-taratasy ilaina ireo vonona hisehatra amin’izany.

Tsiahivina fa ny "Tetikasa D.M.M" dia  fampanantenana nataon’ny Filoha Andry Rajoelina tamin’ny fanokafana ny taom-pambolena vary tany Sarobaratra-Ifanja, ao amin’ny Faritra Itasy,  ny 16 novambra 2019  lasa teo. Fitsinjovana ny  mpamokatra mividy masomboly na zezika na fanafodim-bibikely manimba voly na fitaovana ilaina amin’ny fambolena, jono sy fiompiana izay tsara kalitao nefa amin’ny vidiny mirary no antony nametrahana izany. Izany no atao, hoy ny Filoham-pirenena tamin’izany, dia ny mba hanatratrarana ny velirano fahasivy mikasika ny fahavitan-tena ara-tsakafo ary mba hirosoan’ireo mpamokatra amin’ny famokarana matihanina.

N.A

Ino Vaovao0 partages

FANAFOANANA NY TSENA : Tezitra ireo mpamonjy tsena noraràna tsy hivarotra teny Andravoahangy omaly

Ho an’ny teto  an-drenivohitra manokana,  nofoanan’ny  Prefektiora  sy ny Kaominina  Antananarivo  indray  aloha  ny  tsena   fanao isan-kerinandro  toy ny  eny   Andravoahangy, Mahamasina, Analakely… 

Izany  no  natao  dia  ny  hitsinjovana  ny  aim-bahoaka  eo  anatrehan’ity  fihanaky ny  areti-mandoza ity, izay  mbola tsy  mety  voafehy hatramin’izao. Raha ny  zava-nitranga  teny  amin’ny  Tsenan’Andravoahangy, omaly  alarobia,  dia  nisahotaka ireo  mpivarotra  mpamonjy tsena eny  isan-kerinandro, omaly, raha tsy  nanaiky  ny  fandaminana tamin’ ny  fanesorana azy ireo. 

Betsaka  ny  mpivarotra  no nilaza fa  tsy   mbola  naheno  ny  fampilazana momba ireo  fepetra   vaovao  napetraka ny  amin’ny  tokony  tsy  ahazoana mivarotra intsony  indray  aloha. Nisy  ihany  moa  ireo  mpivarotra sasantsasany  no  namelatra  entana niafinafina teny  ambadiky ny fiara. 

Nampitandrina   hatrany  moa   ny  mpitandro filaminana  tamin’io fotoana  io fa tsy  misy  mahazo  mivarotra  mamory  olona intsony,  ka tsy  maintsy  voatery  mandrara sy  manala  ireo mpivarotra  izy  ireo  manatanteraka ny  asany. Ady   iraisana   rahateo   koa   ny   valanaretina  misy ankehitriny   ka tokony  hanaraka  ny  lamina apetraka  avokoa aloha  ny tsirairay, raha  ny  fanazavana voaray  momba ity  krizy  ara-pahasalamana ity  hatrany. 

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

« CORONAVIRUS » : Hifanome tanana amin’ny Fanjakana ireo Solombavambahoaka

Handray andraikitra isaky ny Distrika nahalany azy ireo Depiote tsirairay ary anisan’ireo mpikambana fototra eny anivon’ny foibem-pibaikoana ny ady atao amin’ny Covid 19 (Ccoc) isaky ny Faritra misy azy avy.

Nisy ny fihaonan’ireo mpikambana eo anivon’ny governemanta tamin’ireo Solombavambahoaka, ny talata antoandro lasa teo. Niompana tamin’ny paikady ho entin’ny Fanjakana hiatrehana ny ady atao amin’ny valanaretina “Coronavirus” ny votoatin’ny fihaonana teo amin’ny roa tonta. Naneho fahavononana tanteraka ny hanohana sy hifanampy amin’ny Fitondram-panjakana eo anatrehan’ity ady ara-pahasalamana ity ireo Solombavambahoaka. Nambaran’ny filohan’ny Ccoc Ivato sady Minisitry ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana, Razafimahefa Tianarivelo fa mpikambana feno eny anivon’ireo foibem-pibaikoana ny ady atao amin’ity valanaretina ity isam-paritra ireo Solombavambahoaka. “Ny Depiote rehetra dia mpikambana feno tanteraka any amin’ireo Kaomity natsangana isam-paritra hiady amin’ny valanaretina “Coronavirus”. Ianareo dia solombavambahoaka, ianareo no vahoaka noho izany izay fanapahan-kevitra rehetra ao dia hiarahana aminareo”, hoy ny Minisitry ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana raha niresaka mivantana tamin’ireo Solombavambahoaka ny tenany. Ankoatr’izay, nitondrany fanazavana ihany koa ny mahakasika ny resabe miely amin’izao izay misy milaza fa manafina tarehimarika amin’ny fivoaran’ny valanaretina eto Madagasikara ny Fitondram-panjakana. Nambarany mazava fa mangarahara tanteraka ny ady rehetra atao amin’ny fiatrehan’i Madagasikara an’ity valanaretina ity.

Tsy misy zavatra afenina na dia iray aza indrindra ny isan’ireo olona voamarina fa mitondra ny tsimokaretina eto Madagasikara. “Tsy misy zavatra afenina, eto amintsika dia tsy misy zavatra azo afenina intsony amin’izao satria ao anatin’ny iray segondra dia efa miparitaka be ny serasera. Tsy mbola nisy mihitsy olona matin’ny “Coronavirus” ka nafenina, tsy misy mihitsy izany hoe isa afenina”, hoy hatrany ny Minisitra. 

Anisan’ireo nitafa mivantana tamin’ny Solombavambahoaka teny amin’ny Cci Ivato ihany koa ny Minisitry ny fahasalamam-bahoaka, ny Profesora Ahmad Ahmad ary ny Minisitry ny fitaterana, ny fizahantany ary ny famantarana ny toetr’andro, Joel Randriamandrato. Samy nanazava ireo paikadin’ny Minisitera tantanany eo anatrehan’ny ady atao amin’ny valanaretina “Coronavirus” izy ireo tamin’izany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MIHAZAKAZAKA NY FIVOARAN’NY “COVID-19” : Efa mananika ny 212 ny isan’ny olona voany eto Madagasikara

Tato anatin’ny herinandro izay dia tsy mitsaha-mitombo ny tranga voamarina, araka ny antontan’isa ofisialy navoakan’ny Ccoc eny Ivato ary avy hatrany dia be dia be ireo olona ahitana ny tsimokaretina ao aorian’ny fitiliana hatao. Anisany tena manomboka ahitana tranga betsaka isan’andro ny any Toamasina. Tsy azo ihodivirana fa antony mahatonga izany ny gaboraraka sy ny goragora eo amin’ny fampiharana an’ireo fepetra ara-pahasalamana napetraky ny Fitondram-panjakana. Namela malalaka ny fivezivezen’ny olona ho amin’ny tapak’andro maraina ny Fanjakana saingy ny fanarahan’ny olona an’ireo fepetra rehetra tokony hatao no marisarisa tanteraka. Anisan’izany, ohatra, ny efa nandraràn’ny Fanjakana an’ireo mpiasan’Ambatovy tsy hivoaka ny faritry ny orinasa intsony. Nilaza anefa ny Filoha nandritra ny fandalovany tany an-toerana fa reny fa mbola misy amin’ireo mpiasa ireo ihany no tafavoaka. Tsy mahagaga noho izany raha miha mirongatra izay tsy izy ny tranga azo tamin’ny alalan’ny fifampikasohana. Ankehitriny dia efa tafakatra 212 ny isan’ny olona voamarina fa mitondra ny tsimokaretina eto Madagasikara. Tranga vaovao miisa 20 no hita omaly, ka ny 15 tamin’ireo avy any Toamasina avokoa. Telo tao Moramanga ary roa kosa ny avy eto Antananarivo. 

Raha mbola mitohy ny tandrevaka dia ahiana ho tonga any amin’ny dingana faharoa (stade 2) amin’ny fiatrehana an’ity valanaretina ity i Madagasikara. Araka ny fanazavana dia rehefa mahatratra 300 ny isan’ny voan’ny “Coronavirus” na maherin’ny dimy ireo olona efa maty dia izay no antsoina hoe  : miakatra amin’ny “stade 2”. Heverina anefa fa hihamafy indray amin’izay fotoana izay ny fepetra ara-pahasalamana raisin’ny Fitondram-panjakana. Raha ny tarehimarika ofisialy omaly io ihany dia mijanona ho 107 hatrany ny isan’ny marary sitrana, mbola tsy misy ny trangana fahafatesana ho an’i Madagasikara ary tsy misy ny trangan’aretina misy fahasarotana.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Témoignage des habitants de Tsarahasina Ambohimangakely - « Nous n’avons vu Lama qu’une seule fois»

Contrairement à la déclaration des gendarmes, l’arrestation des hommes de main de Lama  s’est déroulée au Fokontany Tsarahasina Ambohimangakely et non à la colline Ambohimahitsy connue actuellement sous le nom de Fokontany Manantenasoa. « Je viens juste d’arriver au bureau et nous nous sommes posés la question, moi et mes  collègues, où exactement s’est déroulée la fusillade. Cette histoire donne une image  négative au Fokontany »,  martèle le chef Fokontany hier lors de notre passage. « Mercredi dernier, vers 14 heures, trois véhicules 4X4  et une voiture plaisir  ont attiré l’attention des habitants de Tsarahasina, Ambohimangakely. L’avancée de ces automobiles à vitesse constante demeurait suspecte », poursuit-il. « J’ai cru voir un convoi funèbre mais je n’ai vu aucun cercueil», avance une épicière. Quant à son mari, il  a imaginé, un instant que les autorités sont venues accaparer leur terre faisant l’objet d’un problème foncier. Mais une fois que les voitures se sont arrêtées et que les passagers,  composés au moins de 8 individus dont deux arborant des gilets inscrits Gendarmerie nationale, se sont mis à courir aux alentours d’un bâtiment en cours de finition, les riverains ont commencé à prendre peur. Qu’est- ce qui se prépare et qui vont-ils arrêter ? Telles étaient  les questions que les habitants se posaient. Et d’après les témoignages des voisinages, trois coups de feu ont été entendus au cours de leur intervention. En effet, les éléments du groupement de gendarmerie d’Analamanga y ont planifié une opération  d’arrestation des hommes de main  de Norbert  Ramandiamanana alias Lama ou encore Baina. D’ailleurs, un habitant de Tsarahasina, Ambohimangakely a déjà vu Lama sur place lors de la construction des fondations de la maison où ce dernier a retenu Anil Karim. « Nous n’avons vu Lama qu’une seule fois. Mercredi soir, j’étais pétrifiée de voir à la télé que la personne que j’ai cru être l’acheteur du terrain situé à quelque mètre de notre demeure n’est autre que le bandit  arrêté  et tué par les Forces de l’ordre. Je suis restée bouche  bée en apprenant qu’il a été recherché par les Forces de l’ordre depuis une vingtaine d’années après plusieurs opérations d’enlèvement. D’habitude, après l’acquisition  d’un terrain, les propriétaires ont tendance à le revendre et je me suis fait cette idée lors de son passage »,  raconte une dame du quartier.  « Cela fait moins d’un an que Ramahefa , le propriétaire, domicilié à Ambohimahitsy, a fait construire ce bâtiment dont les travaux ont été arrêtés et il s’y rend de temps en temps à bord d’un Renault express de couleur verte ou encore  avec sa moto. Selon les conversations des ouvriers qui y travaillaient,  une pièce sombre  y a été aménagée. De temps à autre, il donne quelques billets de 2 000 ariary à mes enfants », raconte un de ses voisins Pour d’autres riverains,  cette maison n’a jamais été aperçue comme telle mais plutôt un monument funéraire appartenant à des familles prestigieuses à peaufiner avec distinction. « Nous n’avons même pas remarqué qu’une  maison est  fondée devant nos yeux qu’après que les travaux aient pris de hauteur. Malheureusement, le bâtiment n’a jamais été fini. Or, nous y avons remarqué des mouvements constants avec des visites hebdomadaires », souligne un jeune homme du quartier. En outre, en son absence, c’est un jeune homme surnommé « Radadafara » qui s’occupe de la surveillance de la maison. Et c’est celui que les gendarmes ont identifié comme étant son  frère et qui a été abattu par balles lors de la fusillade. « Quand nous avons montré la photo de son corps inanimé allongé par terre à visage découvert, publiée par la Gendarmerie, une famille, une de ses rares connaissances, a affirmé l’avoir côtoyé de son vivant. Tout le temps, il m’appelle pour lui chercher de l’eau depuis la source. Je n’entre pas dans la propriété mais nous échangeons le sceau et l’argent  juste devant le portail. Quelques fois aussi, je le vois boire du café dans les épiceries du coin », formule un jeune garçon. « Personnellement, moi, je ne connais pas le propriétaire dudit bâtiment, je suis  juste au courant qu’il vient d’Ambohimahitsy. En ce qui concerne  le gardien, je ne l’ai jamais rencontré»,  avance une femme habitant du quartier depuis 5 ans.  Selon la Gendarmerie nationale lors d’une conférence de presse à Ankadilàlana avant-hier, ses éléments ont surpris le frère de Lama, c’est-à-dire Radadafara à l’intérieur de la maison lors de cette arrestation. La version officielle avance qu’il n’a pas hésité à leur tirer dessus et les échanges  de coup de feu lui ont été mortels. Or, selon les témoins, ces gendarmes ont mis la  main sur ce bandit au cours de cette altercation violente. « Un gendarme m’a appelé pour reconnaitre leurs cibles se trouvant à l’intérieur de la maison. Tourmenté par les coups de feu, j’ai refusé d’y mettre les pieds. Entre-temps, j’ai vu un des leurs tabassant Dadafara, toujours en vie, contre la muraille », témoigne un autre riverain. Quant à Rajim et Herman, ils  ont pu s’échapper lors de cette opération, avancent les gendarmes. Apparemment,  les habitants ont bel et bien vu deux hommes ayant pris la fuite. « Ma fille m’a raconté qu’un homme habillé d’un pull noir et de tee- shirt  noir et blanc s’est enfui de l’autre côté de notre maison. Nous avons entendu par la suite qu’il a traversé  plusieurs domaines  avant de prendre un taxi », raconte un homme d’un certain âge qui était présent au moment de l’action.  Il a ajouté  que deux éléments de la Gendarmerie l’ont approché pour informer de cette fuite et de lui demander de camper pour éviter les balles perdues. La Rédaction

La Vérité0 partages

Ville de Toamasina - Six ministres pour peaufiner le plan de riposte à la pandémie

Les efforts à déployer pour endiguer la propagation de coronavirus à Madagascar vont se concentrer sur la Région Atsinanana et Alaotra-Mangoro, après Analamanga. La ville de Toamasina, avec plus d’une centaine de cas positifs, à elle seule enregistre en ce moment le taux de contamination le plus élevé au pays. Il s’agit pourtant de la capitale économique où est basée l’usine de la compagnie minière Ambatovy, le plus grand pourvoyeur de devises et de taxes à l’Etat malagasy.Hier, le Président Andry Rajoelina y a dépêché six de ses ministres à savoir Tianarivelo Razafimahefa (Intérieur et Décentralisation, président du Centre de commandement opérationnel Covid-19), Lalatiana Andriatongarivo (Culture et Communication), Fidiniavo Ravokatra (Mines), Irmah Lucien Naharimamy (Population), Gisèle Ranampy (Travail, Fonction publique et Lois sociales) et Richard Ravalomanana (Gendarmerie nationale).Venue à bord de deux petits appareils, la forte délégation gouvernementale est arrivée dans la ville du port par deux vagues. Elle a pour mission d’appuyer les autorités locales dans la bataille à livrer à la Covid-19 qui paralyse sérieusement le quotidien des habitants. Visites sur le terrain et réunions au bureau se sont alternées durant la journée d’hier afin de peaufiner le plan de riposte en cours de mise en œuvre.Des cache-bouches et du tambavy CVO ont été gratuitement distribués aux habitants d’Ambalamanasa où se trouve l’aéroport international éponyme. Les locaux du Foyer Social du Canada ont été aménagés en salles d’hôpital pour accueillir l’éventuel flot de malades étant donné que les infrastructures hospitalières de la ville s’avèrent insuffisantes pour recevoir la cohorte des gens ayant besoin de traitement médical.Les membres de la délégation ont aussi assisté à l’opération de distribution de la subvention financière Tosika Fameno 100 000 ariary. Par la même occasion, les marchands en ville ont été priés de fermer leurs lieux de travail. Le souci à ce propos pour certains habitants est que la baisse d’activités économiques impliquerait une situation d’insécurité grandissante en milieu urbain. Des forces d’intervention d’Antananarivo sont déjà sur place pour gérer cette question.Les ministres en mission à Toamasina ont étudié ensemble avec les membres du comité stratégique local tous les aspects de la lutte nécessitant une mise au point d’urgence. Des entrevues avec les responsables de la compagnie Ambatovy et les membres de la presse locale ont aussi eu lieu. Le minier a dû envoyer en chômage technique la grande majorité de son personnel depuis hier. Un plan de riposte adapté aux réalités locales devait être adopté.M.R.

La Vérité0 partages

20 puissants séismes - Le plus élevé ressenti à Madagascar

Chaque jour, au moins 4 tremblements de terre sont enregistrés par l’Institut et observatoire de géophysique d'Antananarivo (IOGA), à Madagascar. Cependant, il n’est ressenti que si son intensité est plus de 3. Le 13 mai dernier, vers 22h 2mn et 30s, un séisme d’une magnitude de 4,8 sur l’échelle de Richter a été ressenti au niveau des hauts plateaux. Son épicentre a été localisé dans la ville d’Andraidoka, à  30 km au Sud - est de Fandriana. Le plus puissant, enregistré cette même date. D’après l’explication au sein de l’IOGA, la durée ressentie par les humains est de 13 à 15 secondes, mais la machine a enregistré 11minutes. Jusqu’à ce jour, aucune victime ni de dégât majeur n’est à déplorer. Chaque année, Madagascar enregistre à peu près 25 tremblements de terre d’une magnitude entre  2,5 et 4,5 c'est-à-dire un taux de 35,21%,  et de  56% pour les magnitudes supérieures ou égales à 4,5. Dans le monde, 372 tremblements de terre ont été enregistrés mercredi dernier, dont une vingtaine ayant des magnitudes de 4,5  au minimum. A part Madagascar, les séismes ayant une  forte intensité sont  localisés au Sukki, Japon, Central East Pacific Rise, San Jose (Guatemala), New Zeeland, Northern Sumatra (Indonésie), Tajikistan-Xinjiang Border Region(Chine), Fiji Islands Region, East Coast of Honshu(Japan), Severo- Kuril’Sk(Russie).Le changement climatique est à l’origine de nombreuses transformations de la planète, et pourrait notamment provoquer une hausse du nombre de séisme. En effet, la perte de masse des glaces modifie les tensions au sein de la croûte terrestre. Ces forces pourraient activer des failles sismiques auparavant calmes et ainsi être à l’origine de puissants séismes. Lorsque la glace fond, la surface reprend lentement sa précédente forme, la croûte se déplaçant grâce aux mouvements de l’écoulement visqueux du manteau terrestre sur lequel elle se trouve. Anatra R.

La Vérité0 partages

Réforme du code minier - Un retard inévitable

Prévue pour le mois de juin. Le Gouvernement a commencé la réforme du code minier vers la fin de l’année 2019. Le ministère des Mines et des Ressources stratégiques a même proposé un avant-projet de loi lors du lancement en décembre dernier.  Cette institution a par la suite mis en place un comité de pilotage chargé des travaux de modification. La plateforme regroupe dix représentants issus respectivement des grandes mines, la société civile, les opérateurs nationaux, les syndicats et l’administration publique. Cependant, les réunions de ce comité sont interrompues temporairement à cause de la pandémie de coronavirus. « La dernière réunion remonte au 27 mars. Afin d’éviter la propagation du coronavirus, le ministère de tutelle a suspendu temporairement les ateliers de concertation. Les parties prenantes remplissent le canevas de leur côté. Il s’agit d’un document dans lequel chacun propose les retouches à apporter dans le code minier. Mais vu ce rythme et le contexte actuel, nous craignons que le document ne sera pas achevé d’ici juin. Il faut encore consolider les idées de tous les membres du comité avant de proposer la loi à l’Assemblée nationale. Je pense que la modification a nécessité plus de temps que prévu. La finalisation serait vers la fin de l’année si la crise sanitaire persiste» avance Christian Iharantsoa, spécialiste du secteur minier au sein de Transparency International contacté au téléphone, hier. Selon ses dires, les sociétés civiles ont déjà déposé des demandes répétées au sujet de la reprise du processus de la révision du code minier auprès du ministère. Leur plateforme recommande les rencontres privées avec le numéro un du département afin d’accélérer le travail. Malgré le contexte actuel, une source auprès du ministère affirme que leur département poursuit l’activité de leur côté. Il faut savoir que cette retouche du code minier représente un grand défi pour le Gouvernement actuel. Les responsables durant le régime précédent ont consacré des années sur cette tâche mais n’y sont pas parvenus. En tout cas, l’objectif consiste à mettre en place un cadre légal au bénéfice de tous. Le secteur minier n’a jamais apporté de retombée économique palpable et tangible à la population malagasy. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Crise sanitaire - Gel hydroalcoolique, le nouveau filon des industries

S’adapter en fonction de la demande et de la situation. Au tout début de la crise sanitaire, au mois de mars dernier, les gels et solutions hydroalcooliques étaient soit en rupture de stocks, soit trop chères vis-à-vis du pouvoir d’achat du consommateur moyen, et ce auprès de tous les revendeurs. Pourtant, aujourd’hui, la situation s’est complètement inversée. Pour cause, les industries productrices de ce produit se sont multipliées au cours des derniers mois. Au mois de mars en effet, seules deux marques possédaient une gamme de produits de gels hydroalcooliques. Avant la pandémie, ce produit n’était utilisé que par un nombre limité de personnes. Et aujourd’hui, ces chiffres ont doublé et même triplé. « Les industries spécialisées en produits cosmétiques mais aussi en produits de nettoyage sont les principales intéressées, venant renforcer les rangs des producteurs de gels hydroalcooliques. Voyant la demande croissante en solution hydroalcoolique autant pour usage personnel que professionnel, elles ont décidé d’élargir leur gamme de produits, d’une part pour répondre aux besoins des consommateurs, nous n’allons pas le nier, mais d’autre part pour les bénéfices également », explique un expert en création de produit. Avec la reprise de toutes les activités du quotidien, le gel hydroalcoolique est un outil indispensable pour éviter toute contamination ou transmission du virus. Il se retrouve ainsi partout, des supermarchés et autres magasins aux différents bureaux administratifs, sans oublier les différentes entreprises. « Les marques ont ainsi un marché très élargi. Mais pour se distinguer des autres marques, certaines optent quand même pour la diversification des formats et des parfums. Ce qui fait que nous avons aujourd’hui des gels au « ravintsara » ou encore à l’aloe vera, et même à l’ylang-ylang. Alors qu’auparavant, ce genre de parfum importait peu »,  souligne-t-il. Ces différents parfums et composants finissent par définir le choix des consommateurs. « Quitte à s’en mettre plusieurs fois dans la journée, il faut au moins que le gel sente bon » confie Rojotiana, une jeune vendeuse, en rigolant. Les prix ne sont pas mis de côté pour autant. Le gel hydroalcoolique de 50ml s’achète aujourd’hui entre 2 700 et 3 000 ariary, tout dépend de la marque et du revendeur.Les masques aussi… La frabrication des masques est également devenu une nouvelle source de revenus pour les industries actuellement. Outre les entreprises franches, les ateliers fabricants de cache-bouches se sont également multipliés au fil des derniers mois. La fabrication et la mise en vente des masques en tissu s’intesifient particulièrement sur le marché intérieur, mais aussi extérieur. Des entreprises franches exportent actuellement leurs produits vers les marchés régionaux, comme la Réunion. Effectivement, une personne doit avoir plusieurs caches-bouches, pour pouvoir en changer régulièrement comme le suggère le personnel médical pour éviter toute contamination par le Covid-19 ou encore tout autre microbe. Rova Randria

La Vérité0 partages

Moramanga - Troisième ville la plus contaminée par la Covid-19

En quelques jours, Moramanga, s’est retrouvée précipitée au-devant de la crise sanitaire à Madagascar, suite à la découverte d’un premier cas puis l’augmentation rapide des cas, passé de 0 à 15 en moins d’une semaine. Faut-il en effet souligner qu’à la date du 9 mai, cette localité de la Région Alaotra Mangoro enregistrait un premier cas de contamination au coronavirus. Moins de 7 jours plus tard, elle en compte 15, dont 11 nouveaux cas recensés dans la seule journée d’hier, selon le rapport quotidien de la porte-parole du Centre de commandement opérationnel le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle. Des chiffres qui situent Moramanga en troisième place des villes malagasy où des cas de contamination au coronavirus ont été recensés, après Antananarivo dans la Région Analamanga et Toamasina dans la Région Atsinanana. Aujourd’hui, 5 Fokontany sur 13 dans la Commune de Moramanga sont concernés par la pandémie, à savoir, Moramanga Ambony, Betambako, Tsarafasina, Tanamandroso Est, Ambatolampy. Les autorités locales appellent toutefois la population locale à ne pas succomber à la panique et à suivre les consignes des sanitaires. De nombreuses mesures préventives ont en outre été prises afin de limiter la propagation du virus. Carrefour entre Antananarivo, Toamasina et Ambatondrazaka, Moramanga est désormais isolée. La suspension des services offerts par la ligne régionale de transport de voyageurs au départ de Moramanga, à savoir l’axe Moramanga- Ambatondrazaka-Amparafaravola et celui de Moramanga-Anosibe an’Ala, avait déjà été annoncée auparavant. Ces dernières heures, la Préfecture d’Ambatondrazaka a annoncé la restriction du trafic entrant et sortant de Moramanga. Le gouverneur de l’Alaotra Mangoro a convoqué une réunion des responsables au niveau du centre opérationnel de Moramanga pour étudier les solutions idoines pour stopper la propagation de la pandémie. D’ores et déjà, il a été annoncé la construction de lieux de repos pour les responsables au niveau des barrages sanitaires à Marozevo et Beforona, l’affrètement de véhicules pour le transport de ces agents, la dotation en matériels et en équipements. D’autres mesures doivent être prises pour appuyer effectivement ces mesures préventives. Notons que les patients atteints du coronavirus de Moramanga sont pour la plupart pris en charge à Antananarivo. Hier, dix-huit nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus ont été annoncés par le Centre de commandement opérationnel, portant le total des cas confirmés à 230 sur toute l’étendue du territoire national malagasy. Une nouvelle guérison porte le nombre total de guérison à 108. Le nombre de personnes traitées au niveau des hôpitaux est à 122. Enfin, aucune forme grave et aucun décès ne sont à signaler. Sur les 18 nouveaux cas comptabilisés, 13 proviennent de résultats de cas nouvellement confirmés dans les 24 dernières heures, 5 proviennent de nouveaux prélèvements sur des personnes dont les résultats avaient été déjà annoncés le 6 mai et publiés puis retirés du décompte pour vérification. Outre les 11 des nouveaux cas confirmés localisés à Moramanga dans la Région Alaotra Mangoro, 5 ont été comptabilisés dans la Région Atsinanana et 2 à Antananarivo Analamanga.La Rédaction

La Vérité0 partages

Stop corona !

« Stop corona ! » tel est le thème de guerre, le cri de ralliement dans le champ de bataille de tous les « combattants » malagasy. Au même titre que tous les pays touchés par la pandémie de coronavirus Covid-19, Madagasikara part en guerre sans état d’âme et sans complaisance pour stopper net la propagation de ce terrible virus sur le territoire national.Au stade actuel, le cas Madagasikaran’est pas si alarmant ou préoccupant, en termes de nombre de cas confirmés positifs et d’effectif de victimes en vies humaines, par rapport à ce que l’on pourra constater ailleurs mais les dirigeants en place prennent très au sérieux l’évolution inquiétante de la situation. En effet, à la date d’hier 14 mai, le nombre total de cas testés positifs à Madagasikara s’élève à 230. La barre de 200 cas est donc largement franchie. Mais eu égard au nombre de patients guéris (108), et ce, grâce au CVO, il reste 122 cas en traitement. Et on n’enregistre aucun cas de forme grave encore moins de décès du moins pour le moment. On est encore en pleine bataille !Jusqu’ à ce jour, 15 mai 2020, trois Régions sur les vingt-deux que compte le pays sont formellement constatées pour être contaminées par la pandémie, à savoir Analamanga, Atsinanana et Matsiatra-Ambony. Il existe des cas à suivre de près dans certaines localités, à l’instar de Moramanga ou d’Antsirabe. En tout cas, les autorités étatiques et régionales ont déjà pris de façon drastique toutes les dispositions de prévention qui s’imposent.Le confinement reste de loin la mesure-phare pour contenir la propagation du Covid-19 suivi de près par le port de masque et le respect des gestes barrières. Mais l’application de ces mesures rencontre des résistances et même des refus catégoriques. Certains acteurs politiques désaxés et surtout de mauvaise foi trouvent l’occasion de remettre en cause les mesures prises. D’autres, certains élus parlementaires, à même dans les rangs du régime, jugent nécessaire de gesticuler par des joutes verbales inutiles en  critiquant le Gouvernement sur la gestion de la crise sanitaire. D’après le constat de certains observateurs, c’est l’argent qui tourne autour qui fait jaser plus d’un. D’un côté, c’est l’afflux des espèces sonnantes pour gérer la crise qui fait des jaloux. De l’autre, c’est l’appétit qu’il suscite. Du coup, tout le monde manifeste un vif intérêt.La découverte du Covid-Organics par l’IMRA contribue beaucoup à freiner la vitesse de contamination du coronavirus à Madagasikara. L’objectif affiché étant de stopper net la percée de ce virus indésirable sur le territoire national. Et les résultats sont encourageants mais on est encore loin du bout du tunnel. Le remède miracle Covid-Organics, crée des vagues. Tout simplement, parce qu’il sort de la « moule » d’un pays pauvre africain. Il piétine la plate-bande des « gros prédateurs ». Logiquement et selon la loi du plus fort, un complot sous la bénédiction de l’OMS se trame. Madagasikara, soutenu par ses pairs du Continent noir, n’attend plus arrêter. Il faut qu’on stoppe le virus corona ! Au moins 37 Etats africains font savoir leur solidarité. L’Afrique d’hier n’est plus celle d’aujourd’hui. Elle se réveille et se lève contre toute volonté externe à fouler au pied son identité ainsi que sa dignité.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Crise sanitaire - Le représentant permanent et trois fonctionnaires de l’OMS expulsés !

Ultimatum expiré. C’est aujourd’hui que le représentant permanent et trois fonctionnaires de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) doivent quitter le pays après que le ministère des Affaires étrangères les a déclarés « persona non grata ». Les raisons exactes de cette expulsion restent encore floues mais la gestion de la pandémie de coronavirus n’est pas sans doute étrangère à cette décision. Les autorités estimeraient à une ingérence inacceptable de ces quatre experts dans la gestion de la pandémie dans le pays.  L’OMS reste pour le moment discrète et sans réaction officielle face à cette décision gouvernementale ainsi que les moyens qu’elle mettra à la disposition de ces experts pour quitter le sol du pays du fait que toutes les liaisons aériennes sont suspendues. A bout de nerfs et avec une tension très tendue entre le Gouvernement et le bureau permanent de l’OMS ces derniers jours, les autorités burundaises ont pris cette décision radicale d’expulser de leur territoire ces experts. Et ce en pleine crise sanitaire due au Covid- 19 faisant état de 27 cas positifs dont un décès au Burundi.Pour Madagascar, les relations avec l’OMS sont loin d’être tendues mais non plus au beau fixe. Avec l’arrivée de la période hivernale dans la Grande île, une froideur semble s’installer entre les deux parties, du moins vu de l’extérieur. Au tout début de la crise, les autorités malagasy et le bureau permanent de l’OMS se tiennent les mains et s’entraidaient pour faire face à ce virus qui, à l’époque, faisait déjà des milliers de morts en Europe. A l’instar des autres pays d’Afrique, Madagascar paraît être épargné par la vague de cas positifs mais les dirigeants, avec l’aide des organismes internationaux s’apprêtent à toutes les éventualités. La représentante de l’OMS à Madagascar est toujours aperçue dans les grands évènements entourant cette préparation de Madagascar à faire face à la pandémie entre autres à la mise en place du Centre de commandement opérationnel (CCO) à Ivato et à la réception de la première vague des dons du milliardaire chinois Jack Ma.Le coup de froid constaté par les observateurs survint à la présentation officielle de la tisane Covid- Organics (CVO) à Avarabohitra Itaosy. Ce remède traditionnel amélioré (RTA) découvert par l’Institut malagasy de recherches appliquées (IMRA) ne semble pas du tout au goût de l’OMS expliquant sans doute l’absence très remarquée de sa représentante à Madagascar ou un membre du bureau permanent, à moins qu’elle n’ait pas été invitée, contrairement aux ambassadeurs de la Chine et de la Corée du Sud. Snobée par l’OMS à sa naissance, le Covid-Organics faisait tout de même ses premiers pas au pays avant de s’envoler vers d’autres cieux du continent africain. L’OMS, au lieu de l’accompagner dans ses premiers pas, clame partout son inefficacité, pire même son dangerosité. Si la représentante à Madagascar se fait discrète, celle de l’Afrique, Docteur Moeti, n’est pas allée de main morte pour dénigrer carrément ce remède à base de plante médicinale qu’est l’artemisia. Une sortie médiatique suivie d’une campagne contre le CVO à travers la presse internationale. La guerre froide est bel et bien installée et elle s’est accentuée la semaine dernière quand le site de l’OMS sort un chiffre de 67 cas contaminés contre 35 pour l’unique source officielle de Madagascar. Des chiffres divergents semant la panique chez la population. La faute n’incomberait pas peut –être à l’OMS, d’ailleurs l’Institut Pasteur de Madagascar est pointé du doigt quelques jours après, mais la célérité avec laquelle, elle a publié ce chiffre est considérée, à tort ou à raison, comme une attaque en règle envers Madagascar et notamment son Covid- Organics. D’autant plus qu’elle s’est faite au même temps d’une campagne médiatique internationale A noter que, selon les indiscrétions, c’est l’OMS qui prendrait en charge tous les frais inhérents aux  tests PCR effectués par l’Institut Pasteur de Madagascar…La rédaction

La Vérité0 partages

Témoignage des habitants de Tsarahasina Ambohimangakely - « Nous n’avons vu Lama qu’une seule fois»

Contrairement à la déclaration des gendarmes, l’arrestation des hommes de main de Lama  s’est déroulée au Fokontany Tsarahasina Ambohimangakely et non à la colline Ambohimahitsy connue actuellement sous le nom de Fokontany Manantenasoa. « Je viens juste d’arriver au bureau et nous nous sommes posés la question, moi et mes  collègues, où exactement s’est déroulée la fusillade. Cette histoire donne une image  négative au Fokontany »,  martèle le chef Fokontany hier lors de notre passage. « Mercredi dernier, vers 14 heures, trois véhicules 4X4  et une voiture plaisir  ont attiré l’attention des habitants de Tsarahasina, Ambohimangakely. L’avancée de ces automobiles à vitesse constante demeurait suspecte », poursuit-il. « J’ai cru voir un convoi funèbre mais je n’ai vu aucun cercueil», avance une épicière. Quant à son mari, il  a imaginé, un instant que les autorités sont venues accaparer leur terre faisant l’objet d’un problème foncier. Mais une fois que les voitures se sont arrêtées et que les passagers,  composés au moins de 8 individus dont deux arborant des gilets inscrits Gendarmerie nationale, se sont mis à courir aux alentours d’un bâtiment en cours de finition, les riverains ont commencé à prendre peur. Qu’est- ce qui se prépare et qui vont-ils arrêter ? Telles étaient  les questions que les habitants se posaient. Et d’après les témoignages des voisinages, trois coups de feu ont été entendus au cours de leur intervention. En effet, les éléments du groupement de gendarmerie d’Analamanga y ont planifié une opération  d’arrestation des hommes de main  de Norbert  Ramandiamanana alias Lama ou encore Baina. D’ailleurs, un habitant de Tsarahasina, Ambohimangakely a déjà vu Lama sur place lors de la construction des fondations de la maison où ce dernier a retenu Anil Karim. « Nous n’avons vu Lama qu’une seule fois. Mercredi soir, j’étais pétrifiée de voir à la télé que la personne que j’ai cru être l’acheteur du terrain situé à quelque mètre de notre demeure n’est autre que le bandit  arrêté  et tué par les Forces de l’ordre. Je suis restée bouche  bée en apprenant qu’il a été recherché par les Forces de l’ordre depuis une vingtaine d’années après plusieurs opérations d’enlèvement. D’habitude, après l’acquisition  d’un terrain, les propriétaires ont tendance à le revendre et je me suis fait cette idée lors de son passage »,  raconte une dame du quartier.  « Cela fait moins d’un an que Ramahefa , le propriétaire, domicilié à Ambohimahitsy, a fait construire ce bâtiment dont les travaux ont été arrêtés et il s’y rend de temps en temps à bord d’un Renault express de couleur verte ou encore  avec sa moto. Selon les conversations des ouvriers qui y travaillaient,  une pièce sombre  y a été aménagée. De temps à autre, il donne quelques billets de 2 000 ariary à mes enfants », raconte un de ses voisins Pour d’autres riverains,  cette maison n’a jamais été aperçue comme telle mais plutôt un monument funéraire appartenant à des familles prestigieuses à peaufiner avec distinction. « Nous n’avons même pas remarqué qu’une  maison est  fondée devant nos yeux qu’après que les travaux aient pris de hauteur. Malheureusement, le bâtiment n’a jamais été fini. Or, nous y avons remarqué des mouvements constants avec des visites hebdomadaires », souligne un jeune homme du quartier. En outre, en son absence, c’est un jeune homme surnommé « Radadafara » qui s’occupe de la surveillance de la maison. Et c’est celui que les gendarmes ont identifié comme étant son  frère et qui a été abattu par balles lors de la fusillade. « Quand nous avons montré la photo de son corps inanimé allongé par terre à visage découvert, publiée par la Gendarmerie, une famille, une de ses rares connaissances, a affirmé l’avoir côtoyé de son vivant. Tout le temps, il m’appelle pour lui chercher de l’eau depuis la source. Je n’entre pas dans la propriété mais nous échangeons le sceau et l’argent  juste devant le portail. Quelques fois aussi, je le vois boire du café dans les épiceries du coin », formule un jeune garçon. « Personnellement, moi, je ne connais pas le propriétaire dudit bâtiment, je suis  juste au courant qu’il vient d’Ambohimahitsy. En ce qui concerne  le gardien, je ne l’ai jamais rencontré»,  avance une femme habitant du quartier depuis 5 ans.  Selon la Gendarmerie nationale lors d’une conférence de presse à Ankadilàlana avant-hier, ses éléments ont surpris le frère de Lama, c’est-à-dire Radadafara à l’intérieur de la maison lors de cette arrestation. La version officielle avance qu’il n’a pas hésité à leur tirer dessus et les échanges  de coup de feu lui ont été mortels. Or, selon les témoins, ces gendarmes ont mis la  main sur ce bandit au cours de cette altercation violente. « Un gendarme m’a appelé pour reconnaitre leurs cibles se trouvant à l’intérieur de la maison. Tourmenté par les coups de feu, j’ai refusé d’y mettre les pieds. Entre-temps, j’ai vu un des leurs tabassant Dadafara, toujours en vie, contre la muraille », témoigne un autre riverain. Quant à Rajim et Herman, ils  ont pu s’échapper lors de cette opération, avancent les gendarmes. Apparemment,  les habitants ont bel et bien vu deux hommes ayant pris la fuite. « Ma fille m’a raconté qu’un homme habillé d’un pull noir et de tee- shirt  noir et blanc s’est enfui de l’autre côté de notre maison. Nous avons entendu par la suite qu’il a traversé  plusieurs domaines  avant de prendre un taxi », raconte un homme d’un certain âge qui était présent au moment de l’action.  Il a ajouté  que deux éléments de la Gendarmerie l’ont approché pour informer de cette fuite et de lui demander de camper pour éviter les balles perdues. La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

« Komity loharano » : Vers un retour aux sources

Mettre la charrue avant les bœufs. C’est le moins que l’on puisse dire à propos de la prise de fonction des membres du « Komity loharano ». Alors que leur nomination n’a pas encore été entérinée par le Conseil des ministres, et que des contestations pour le manque de transparence dans la formation des équipes se font entendre, les membres se sont déjà empressés de prendre fonction en participant à la distribution des « vatsy tsinjo », et l’établissement des listes des bénéficiaires du « tosika fameno ». Une initiative que bon nombre d’observateurs accusent d’ « usurpation ». Pour s’assurer que le « Komity loharano » bénéficie du soutien des quartiers, mais aussi d’une adhésion populaire, la reprise du processus de mise en place de ce comité ainsi que le choix de ses membres sont fortement envisagés au niveau de la Présidence de la République. Un retour aux sources en quelque sorte. Le ministère de l’Intérieur est amené à apporter des éléments d’éclaircissement concernant la procédure suivie lors de la formation de cette structure. Est-ce qu’elle répond au souhait et aux exigences du président Andry Rajoelina qui entend faire du « Komity loharano » un pilier pour les actions au développement. Une structure solide basée sur le « fokonolona », bénéficiant d’une adhésion de tous les habitants des quartiers. Pour ce faire, les membres du « Komity loharano » devraient être élus pendant une assemblée générale du fokontany. En outre, d’après les informations, une investigation va être menée au niveau des 192 quartiers de Tana pour déterminer les véritables raisons des mécontentements actuels.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Football : Trois Malgaches gagnants du concours lancé par Melvin

Les six dessins ayant été choisis par Melvin pour personnaliser ses gants.

Ils étaient 68 personnes issues de trois pays, à savoir Madagascar, La Réunion et France, à avoir participé au concours de design lancé par Melvin Adrien. Une initiative qui avait pour but de personnaliser ses futurs gants, et de créer un passe-temps pour les footeux durant la période de confinement. Le portier des Barea a dévoilé les noms des six lauréats du concours mardi dernier. Auparavant, l’organisateur a prévu deux vainqueurs pour chaque pays mais, au final, ils ont accordé une faveur spéciale aux participants malgaches en choisissant trois gagnants, à savoir Eric Rafanomezantsoa, Hery Juven et Kikische Renard. Ils sont tous talentueux et artistes en même temps mais aussi fans de football. Pour leur prix, ils auront chacun un maillot portant le numéro 23, précisément celui de Melvin, de sa propre marque qui vient d’être lancée. En effet, le choix a été difficile selon ses explications puisque, les designs proposés étaient tous merveilleux, d’après ce qu’il a publié sur sa page Facebook. « Vous étiez nombreux à avoir participé au concours et je vous en remercie du fond du cœur », a-t-il fait savoir, avant d’ajouter que « même si je n’ai pas choisi votre dessin, sachez que votre participation m’a beaucoup touché ». Bientôt, nous verrons donc ces gants personnalisés par les fans aux mains de notre gardien de but. Les auteurs de ces dessins seront sûrement fiers de leur talent. Rien qu’à l’idée de penser à leur dessin ostensiblement porté par Melvin à la finale de la CAN, nous en avons déjà des frissons.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Food costing : Une deuxième saison en ligne

Le confinement n’est pas un obstacle pour développer sa compétence. « Restez à la maison et enrichissez-vous de connaissances », tel est le slogan choisi par l’organisateur de Food Costing, la formation marathon pour les responsables restauration. En effet, cette formation a commencé hier et se terminera ce jour.

Lancé le 23 janvier dernier, « Food costing », la technique qui permet de calculer le prix de fabrication d’un produit alimentaire, est à sa deuxième édition. Si sa première saison s’est déroulée à l’agence Tumbu Andraharo, cette deuxième se fera, cette fois-ci, en ligne. Les contenus seront adaptés pour qu’ils soient applicables par les apprenants dans leur environnement, en tenant compte du contexte local. L’objectif est de contribuer à la professionnalisation du secteur de l’hôtellerie. Ainsi, gérants, chefs cuisiniers, responsables restauration, porteurs de projets, étudiants… seront les bienvenus dans cette formation à distance.

Les supports de formation et de documentation seront mis à disposition dans la communauté. Les attestations seront envoyées en version PDF. Après la formation, un suivi en ligne sera effectué pendant un mois.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Boxe : Madagascar touche le fond, explique Heritovo Rakotomanga

Heritovo Rakotomanga fut champion de Mada pendant 10 ans.

Rien ne va plus pour la boxe malgache dont la dégringolade se poursuit. C’est le constat amer du grand champion des poids plumes qui a régné sans partage de 1985 à 1995.

Dix années de gloire avec cette retentissante victoire aux Jeux de la Bonne Volonté de 1986 (Goodwill Games) à Moscou contre l’américain Tyrone Washington. Sans vouloir revenir sur ces années fastes, Heritovo Rakotomanga dénonce aujourd’hui les maux qui rongent la boxe à Madagascar. « Cela ne marchera jamais tant qu’on a un président malléable et qui dit oui à tout le monde, et plus particulièrement au Comité Olympique Malgache », explique Heritovo Rakotomanga. Et lui de proposer un président qui connaît la boxe comme cela a été le cas avec Harvel. L’autorité de ce dernier ne se discute pas tant sur le plan national qu’international. Il a également su, selon toujours Heritovo, rassembler le petit monde de la boxe. Ce qui ne serait plus le cas aujourd’hui où on a tendance à isoler les boxeurs de Tana. Le président Herimamy Rabarison, qui avait pourtant gravité dans l’entourage du président Harvel Marcellin, aurait dû prendre exemple sur sa manière de gérer cette discipline. « J’ai essayé de recoller les morceaux mais tout le monde s’en est pris à moi, alors j’ai préféré partir, d’autant plus que j’ai des problèmes de mémoire », explique encore ce boxeur du COSFAP qui est à la retraite, donc il n’est plus soumis au droit de réserve propre aux militaires. Cela ne l’empêche pas d’avancer des solutions passant par une réconciliation nationale avant de passer à l’acte. Il propose, entre autres, d’intégrer dans l’encadrement les anciens tel le Morondavien Félice ou celui qui a été avec lui aux Jeux Olympiques de Barcelone 92, à savoir Anicet Rasoanaivo. Mais il reste convaincu que la boxe malgache à encore besoin de l’expérience de Ratovolala Claude.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Jiolahy 5 lahy mpamaky trano saron’ny zandary

Jiolahy 5 lahy mpamaky trano gaigy lahy no saron’ny zandary tao amin’ny koaminina Ambohitsimanova Antsirabe II. Avy nanao asa ratsy tao amin’ny kaominina Sahanivotry izy ireo izao tra-tehaky ny zandary izao. Tovolahy iray nitondra entana nampiahiahy no nifanena tamin’ny zandary nanao fisafoana ny faramparan’ny herinandro lasa teo. Avy hatrany dia nosamboraina ity farany ary noho ny tahony angamba dia nibaboka avy hatrany ranamana fa entana halatra tamin’ny famakian-trano tao Maromandraisoa ireo. Nanoro ny namany hafa izy, avy teo, ary 5 no vosambotra hatreto. Nambarany fa telo lahy izy ireo no nanao fanafihana tamin’izany. Sabatra, barre à pince no fitaovana fitondrany rehefa manafika. Fantatra nandritra ny fanadihadiana  fa efa mpamerin-keloka ny iray ary efa nigadra tamin’ny resaka fanafihana hatrany. Voalaza fa manana ekipa maro izy ary saika miova hatrany ireo namany fitondrany manafika rehefa miova tanàna. Niditra am-ponja avy hatrany izy dimy lahy raha mbola eo am-pikarohana ny namany kosa ny mpitandro filaminana.

Andry N. 

Midi Madagasikara0 partages

Jirama : Coupures d’électricité prévues du 15 au 19 mai

La Jirama a annoncé des coupures d’électricité, pour des travaux d’entretien et d’amélioration de son réseau de distribution, dans la ville d’Antananarivo. « De nombreuses interventions sont nécessaires afin d’améliorer davantage l’alimentation en électricité des ménages. Des travaux qui engendrent souvent des coupures de courant, comme ce sera le cas dans certains quartiers d’Antananarivo, du vendredi 15 au mardi 19 mai », a indiqué la communication officielle de la société d’État. Pour Antananarivo, ces coupures toucheront les quartiers d’Imamba et Ampandriambehivavy pour le 15 mai ; Antsonjombe, Analamahitsy, Androhibe, Andafiavaratra et Manjakamiadana pour le 16 mai ; Antanimena, Behoririka, Soarano et Andraharo pour le 17 mai ; et enfin Ampefiloha pour le 19 mai. Selon les informations, aucune coupure n’est prévue le 18 mai. A noter que les interventions en question concernent des entretiens périodiques, des branchements en électricité, des remplacements de câbles et des élagages d’arbres.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

« Opération voleurs à la tire » : Huit pickpockets et receleurs d’objets volés arrêtés

Les efforts déployés par la police nationale à l’heure actuelle pour rétablir l’ordre et la sécurité dans la capitale sont fortement louables. Lancée depuis la fin de la semaine dernière, une mission baptisée « Opération voleurs à la tire » visant à mettre fin aux actes de banditisme urbain comme les vols à la tire commencent à porter ses fruits. Dans cette action, tous les commissariats de sécurité publique existant dans la capitale apportent leur contribution en déployant des éléments motorisés, à pied et en tenue civile pour sillonner toutes les zones sensibles en matière d’insécurité dans la ville d’Antananarivo. Premier concerné par cette opération, le commissariat du 1er Arrondissement de la sécurité publique d’Analakely a désormais enregistré de bons résultats en ayant capturé huit individus impliqués dans des vols à la tire, de recels d’objets volés et de consommation de drogue. Selon les informations, ces individus ont été appréhendés suite aux doléances des habitants du quartier d’Antaninarenina et ses environs sur l’existence d’escouades de bandits terrorisant cette localité depuis des semaines. Nantis d’informations fiables, des éléments de ce commissariat se sont rendus sur le terrain, le 9 mai vers 5 heures du matin. Une fois sur place, ils sont tombés sur un groupe d’individus en train de dépouiller des jeunes gens pratiquant du sport matinal. Ayant constaté les faits, la police a tout de suite réagi. Un des malfaiteurs a été attrapé, deux autres ont pu s’échapper. Interpellé par la police, le suspect qui était surpris en possession d’un couteau a reconnu son acte. Il affirme que sa bande a pour cibles les personnes qui sortent le matin pour faire du sport. Pour ce faire, ils se servent de couteaux et d’armes à feu, a-t-il avoué tout en dénonçant ses complices dont l’un a été cueilli à Ambodirano-Ampefiloha le lundi 11 mai. Reconnu comme receleur d’objets volés, l’autre a été arrêté à « La Réunion kely ». Durant l’enquête, ces malfrats ont également avoué qu’avant de commettre leur forfait, ils consomment du cannabis, et que leur fournisseur se trouve à Anosibe. Poursuivant l’enquête, les policiers se sont rendus à Anosibe. Arrivés sur les lieux, ils sont tombés sur cinq individus en train de fumer du cannabis. Ces derniers ont été arrêtés sur-le-champ. Le plus triste dans l’histoire est que deux d’entre eux sont des mineurs et élèves d’une école privée de la capitale. Déférés au parquet mardi dernier, les huit suspects se trouvent actuellement en prison.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tests refaits : Quid des résultats des 67 cas ?

Convoqués par le Premier ministre Ntsay la semaine dernière, les responsables de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) devaient livrer, hier, les résultats des investigations en interne sur les 67 cas confirmés qui ont dû faire l’objet de seconds tests face à ce que les autorités malgaches estiment être une anomalie en présence d’une hausse sans précédent du nombre des cas confirmés en un court laps de temps, et surtout d’un taux de positivité qui a bondi à 90%, si ce taux oscillait entre 3% et 6% depuis la mi-mars, début des réalisations des tests de dépistage du coronavirus à Madagascar, selon les explications fournies la semaine dernière par la porte-parole du gouvernement.

Aucune mention de « l’affaire des 67 cas » n’a été faite, hier, par la porte-parole du CCO lors de son intervention télévisée. Si les résultats de telles investigations s’adressent en premier lieu aux autorités qui en ont fait la demande, l’opinion s’attend également à être informée de leur teneur, au nom de la transparence. Les conclusions de cette investigation sont ainsi très attendues par le public depuis hier. Il en est de même des résultats du test concernant une femme décédée récemment, objet de quelques suspicions. Pour rappel, la défunte faisait partie des passagers d’un taxi-brousse, rappelés par le CCO suite à la découverte d’un cas de Covid-19 parmi les occupants du véhicule. Un premier test sur cette passagère s’est révélé négatif, mais elle a par la suite présenté des signes de problème respiratoire, puis le décès est survenu.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Junior NBA Leadership : Une conférence virtuelle avec les stars mondiales

Le rendez-vous est fixé pour demain. La National Basketball Association (NBA) va organiser la quatrième conférence annuelle Jr. NBA Leadership demain, alimentée par Under Armour. La conférence virtuelle aura lieu demain vendredi 15 mai de 19 h à 21 h 45. Elle sera diffusée en direct sur l’application de la NBA, NBA.com, Jr.NBA.com et sur les comptes Facebook, Twitter et YouTube de la NBA et de la Jr. NBA. Les fans du ballon orange malgache ne seront pas en reste et sont invités à se joindre à la conférence pour assister aux discussions entre les leaders de la communauté basketball et les experts en santé publique sur des sujets en lien avec l’état actuel du monde du sport à destination de la jeunesse. Cette année, le Jr NBA League a été lancé à Madagascar mais a été interrompu au stade des demi-finales à cause de la pandémie de Coronavirus. La reprise de la compétition attend encore la levée de l’interdiction des organisations de compétitions sportives. Cette conférence accueillera de nombreux participants de marque, dont Stephen Curry des Golden States Warriors, trois fois champion NBA; Doris Burke, l’analyste d’ESPN et gagnante du Curt Gowdy Media Award; Rick Carlisle, l’entraîneur en chef des Dallas Mavericks; Dr. Vivek Murthy, ancien administrateur de la santé publique des Etats-Unis; Dawn Stanley, l’entraîneur en chef de l’équipe féminine de l’University of South Carolina et membre du Naismith Memorial Basketball Hall of Fame; et Doc Rivers, l’entraîneur en chef des LA Clippers. L’événement se conclura sur une clinique virtuelle de basketball, d’une durée de 15 minutes, qui proposera des exercices que les jeunes filles et garçons pourront reprendre à la maison, dans un espace réduit, pour rester actif et développer leur jeu de manière sûre et saine.

Recueilli par T.H

Midi Madagasikara0 partages

Suspicion de Covid-19 au CHU JRA : Reprise des activités de l’unité d’oncologie ce jour ou demain

Reprise des activités prévue ce jour ou demain pour l’unité d’oncologie du CHU JRA.

Les activités ont été suspendues à partir du lundi 11 mai 2020 dernier. Le personnel de l’unité d’oncologie du Centre Hospitalier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona a été mis en quarantaine.

Une note de service publiée auprès de l’unité d’oncologie du Centre Hospitalier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) a fait savoir « une suspension temporaire des activités à partir du lundi 11 mai 2020 ». La cause avancée par la note de service N°145-MSANP/SG/DGSF/CHU JRA pour justifier la suspension était « la mise en quarantaine du personnel de l’Unité et des patients en cours de traitement ». Joint au téléphone pour de plus amples informations concernant la situation, le Pr Olivat Rakoto, directeur d’établissement auprès du CHU JRA d’expliquer : « la reprise des activités est en train de s’organiser. Cela devrait se faire demain (ce jour) ou après-demain (demain) ». L’interview téléphonique avec le Pr Olivat Rakoto a également permis de l’interroger sur la raison ayant entraîné la mise en quarantaine de l’unité. Le directeur du CHU JRA d’avancer – sans trop donner de détails – qu’il « y a eu suspicion de cas de covid-19 auprès de l’unité ». Avant de noter que « tout le personnel de l’unité a été contrôlé » sans pour autant avoir donné ni le nombre des agents de l’unité, ni celui des patients mis en quarantaine. « Nous avons fait en sorte que tout le personnel de l’unité soit contrôlé, nous n’avons pas limité le nombre », renchérit le Pr Olivat Rakoto.

Traçabilité. La suspension des activités auprès de l’unité d’oncologie du CHU JRA a empêché des patients de recourir à certains services comme « les activités hospitalières, la chimiothérapie ambulatoire ou encore les consultations externes ». Ce qui ne devrait plus être problématique étant donné l’imminente reprise des activités. L’interview téléphonique d’hier a été l’occasion pour le Pr Olivat Rakoto de rassurer l’opinion publique en avançant la possibilité de tracer les patients de l’unité d’oncologie. « Les contacts des patients qui sont pris en charge auprès de l’unité d’oncologie sont répertoriés. Nous sommes en contact direct avec nos patients », explique le directeur du CHU JRA. La situation actuelle du covid-19 montre une hausse continuelle du nombre des cas positifs proportionnellement avec une hausse du nombre des personnes testées (généralement des personnes ayant eu des contacts avec des cas confirmés). La situation serait autre lorsque l’on procédera à des tests aléatoires auprès de la population malgache.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Humour : Sokaf’Hehy se met en ligne

Avec des humoristes comme César Legrand, la relève est assurée.

Depuis plusieurs mois, le sokaf hehy a été le rendez-vous des humoristes. Sur les planches du CGM/GZ, des jeunes talents ont fait leur apparition. Aujourd’hui, le stand-up se mue en version en ligne. Exit la scène, place au video « Homemade » comme tout le monde le fait actuellement. Pour ce mois de mai, c’est au tour de César Legrand et Finengo Mahasaky de partager leurs minutes de délire. Sujet d’actualité par excellence, le confinement ne cesse d’inspirer les artistes. Et les humoristes ne dérogent pas à la règle.

De l’humour au premier degré pour Finengo Mahasaky qui n’hésite pas à pousser la chansonnette pour y ajouter une pincée de sel. Spécialiste des jeux de mots, l’artiste consacre une petite partie de son intervention à de multiples sujets allant des cache –nez/cache-bouches aux cas confinés/cas confirmés, il laisse pour autant l’humour noir pour ne pas offenser le large public. Pour sa part, César Legrand parle des situations courantes, des anecdotes qu’il teinte évidemment d’humour. Beaucoup se retrouvent par ailleurs dans ces petites histoires souvent insolites rendues plus drôle quand c’est un expert qui en parle.

A noter que le Sokaf’Hehy en ligne entre dans le cadre du projet #meinOrt du CGM/GZ. Pour rappel, le projet entre dans le cadre de la mise en place d’espaces culturels éphémères. Le but est de mettre l’art à proximité du public. Depuis le début du confinement, au moins une dizaine d’artistes ont pu gagner leurs pitances malgré les coups durs du moment. Parmi les programmations artistiques mensuelles du centre culturel, ce rendez-vous des humoristes continuera à mettre sur le devant de la scène ces jeunes talents. Une bonne plateforme (si ce n’est la seule) qui a vu des talents confirmés dans le milieu comme Za Rery, Sombiniaina ou Arohim. Des relèves potentielles qui constituent incontestablement la nouvelle génération des humoristes malgaches. A voir de près !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

People : Madonna, Enrico Macias etc… attaqués par le Covid–19

Madonna, la star mondiale est désormais engagée dans la lutte contre le Coronavirus après en avoir été guérie.

Des personnalités des plus inattendues ont été ou déclarées atteintes du Covid–19, qui touche le troisième âge mais se tourne de plus en plus vers les quadras.

Yann Arthus-Bertrand est guéri du coronavirus nouveau. Même si c’était en avril, cela veut dire que cette pandémie n’est pas à prendre à la légère. Plus tard, il a déclaré avoir été complètement « HS » durant cette épreuve qui, malgré sa forme bénigne, lui a déjà confisqué le sens de l’odorat. C’est que le Covid–19 n’est pas là pour s’amuser, surtout en Europe où le combat mené contre la maladie semble encore garder toute son intensité dans plusieurs pays.

D’autres personnalités comme lui n’ont pas eu la chance de survivre, notamment le rappeur anglais Ty. Qualifié comme étant le pionnier du rap britannique, il est décédé le 7 mai. C’est au début du mois d’avril qu’il a été hospitalisé et mis en coma artificiel. Malgré tous les soins qu’il a reçus, la pandémie a eu raison de lui après « des complications », selon un communiqué officiel. Le summum de sa carrière a été sa nomination au Mercury Prize, l’équivalent du Golden Globe pour la musique.

Des célébrités commencent également à sortir de leur silence. Parmi les plus surprenantes : la madone. En effet, Madonna a affirmé via les réseaux sociaux qu’elle a été infectée par le nouveau Coronavirus au mois de février lors de son passage en France. Des tests et quelques symptômes lui ont signalé la présence du virus en elle. Ce passage douloureux l’a poussée à s’engager dans la lutte contre cette maladie.

Dans la catégorie des aïeuls de la musique, la figure française de la variété, Enrico Macias, a aussi avoué ce mois qu’il a été atteint. Une vraie bombe auprès des octogénaires puisqu’à 81 ans, il avait plus de risques d’être exposé aux attaques du Covid–19. Il rassure actuellement ses fans, sa santé est au beau fixe. Selon ses déclarations, il ne présentait ni fièvre, ni toux… Cependant, des douleurs abdominales lui faisaient souffrir. Le virus s’attaquait déjà à ses poumons.

Brésil. Le vaste monde du folk–song et aussi du country a été abasourdi par le décès de John Prine, survenu le 7 avril aux Etats–Unis. Ce roi du country–folk a été terrassé à l’âge de 73 ans. Ces créations ont été reprises par des références comme Johnny Cash, Joan Baez, Robert Plant, Jimmy Buffett et tant d’autres. Ce n’est pas seulement une page qui se tourne avec sa perte, un livre d’une époque bénie de ce genre musical s’est refermé avec son décès.

C’est au Brésil que le monde de l’art et les personnalités ont été les plus touchés ce mois de mai. L’inventeur de l’art cinétique, Abraham Palatnik, a été emporté par le Covid–19 ce 9 mai. La dernière personnalité connue ayant succombé à cette pandémie est l’actrice et chanteuse canadienne Renée Claude à l’âge de 80 ans. La liste s’allonge de mois en mois. Ce qui est sûr, ce fléau n’épargne aucun secteur. Que ce soit l’art, la politique, l’économie etc.

Pour Madagascar, seule la chanteuse Tence Mena a été « officiellement » déclarée atteinte et guérie du Coronavirus après un mois d’hospitalisation. Le milieu artistique malgache semble être épargné. Pour le moment, ce sont les poches vides pour manque de contrat à cause des mesures sanitaires qui touchent le plus ce milieu.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Futsal : Le Kick-Off Tournament 2020 est reporté

La crise sanitaire due au Covid-19 n’a donné la moindre chance à aucun des événements sportifs dans toute l’île. Les reports des compétitions s’enchaînent, et cette situation impacte toutes les disciplines depuis le mois de mars. Prévue initialement se dérouler du 15 au 24 mai prochain au gymnase couvert de Mahamasina, la quatrième édition du Kick-Off Futsal Tournament encaisse aussi de plein fouet l’impact de cette épidémie. Dans un communiqué, les organisateurs ont décidé de reporter cet événement à une date ultérieure. « On n’a pas encore déterminé la date, mais nous espérons que ce serait toujours pour cette année. En effet, la tenue de cette édition dépendra de l’évolution de la situation et de la décision du ministre de tutelle concernant la reprise des activités sportives à Madagascar », selon les explications d’un organisateur. Comme chaque année, cette initiative de l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) envisage de rassembler vingt-quatre équipes issues des instituts et universités de la capitale. Vingt équipes ont déjà confirmé verbalement leur engagement, mais l’ouverture des inscriptions sera proclamée prochainement. A titre de rappel, l’équipe de l’Université Catholique de Madagascar (UCM) a été sacrée championne lors des deux dernières éditions.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

BFM : Le niveau des instruments de politique monétaire maintenu

Le Comité monétaire de la Banky Foiben’i Madagasikara (BFM) a reconnu au cours de sa réunion tenue récemment que les dispositions prises par cette institution financière pour faire face aux conséquences de la pandémie de Coronavirus sont appropriées au contexte actuel. Les membres de ce Comité monétaire ont ainsi décidé de maintenir le niveau des instruments de politique monétaire à Madagascar. A titre d’illustration, le taux des facilités de dépôt est maintenu à 0,90%.

Politique de relance. « Cet instrument peut servir d’outil à la Banque centrale lorsque celle-ci veut relancer la croissance économique par la politique de relance. Rappelons que ce taux a été révisé à la hausse en novembre 2019, atteignant le 0,90% contre 0% auparavant. Et c’est encore maintenu jusqu’à maintenant même si l’on est actuellement face à une crise sanitaire sans précédent affectant aussi bien le social que l’économie nationale. Ce taux des facilités de dépôt constitue notamment un taux de rémunération pour 24 heures de prêt par la Banque centrale au profit des banques primaires », selon les explications d’un économiste. Plus précisément, « si ce taux augmente, la BFM incite davantage les banques primaires à déposer plus de liquidités, à part les réserves obligatoires avec un coefficient de 13% qui est également inchangé », a-t-il poursuivi.

Maîtriser le niveau de l’inflation. Par ailleurs, le Comité monétaire de la Banky foiben’i Madagasikara a également décidé de maintenir le taux des facilités de prêt marginal à 5,3%. En fait, « la dernière révision à la hausse de ce taux a eu lieu en novembre 2019. Auparavant, c’était fixé à 4,4%. Si les banques primaires octroient ainsi plus de crédits et qu’elles ont besoin d’un refinancement, le taux d’intérêt appliqué par la Banque centrale est de l’ordre de 5,3%. Autrement dit, cette institution financière affiche une certaine prudence monétaire en intervenant pour bien maîtriser le niveau de l’inflation. D’autant plus, on est encore dans l’incertitude concernant le taux de change », a conclu cet économiste.

 Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Education : Les « livrets d’apprentissage » remis aux élèves

Le lancement officiel du « livret d’apprentissage » a eu lieu au CEG Ambanitsena le lundi 11 mai 2020.

Depuis le lundi 11 mai 2020, le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel (MENETP) a commencé à distribuer les « livrets d’apprentissage » aux élèves de la classe de 6e, 5e, 4e et 3e dans les 22 régions. Ces manuels appelés aussi « livrets essentiels » ont été élaborés dans l’objectif de permettre aux élèves de continuer leur apprentissage chez eux, surtout en ce temps de crise sanitaire. Pour l’instant, le contenu de ces livrets porte sur les mathématiques, le malagasy et le français mais le ministère a déclaré que la préparation des livrets comprenant toutes les matières pour les élèves en classe d’examen est déjà en cours. Quant aux livrets distribués jusqu’à présent, ils proposent des résumés de leçons, des exercices, des instructions et des corrigés. A noter que l’UNICEF a beaucoup contribué dans la réalisation de ce projet en apportant son appui financier, que ce soit pour l’élaboration ou la distribution des livrets.

Par ailleurs, depuis que les enfants ne peuvent plus se rendre à l’école, le MENETP a déjà développé quelques émissions pédagogiques diffusées sur la chaîne nationale. Nous pouvons par exemple citer « Izaho koa mba te hahay », émission diffusée sur la radio nationale et qui s’adresse aux élèves des classes préparatoires ; ou encore l’émission « Kilasy pour tous », diffusée sur la télévision nationale et sur quelques chaînes privées. Cette émission fait d’ailleurs beaucoup parler d’elle en ce moment. Elle fait l’objet de critiques sur les réseaux sociaux en raison de la prestation des animateurs qui est jugée parfois « trop laxiste sur la forme ».

Enfin, concernant les classes primaires, notamment celles du second cycle général et technique, le MENETP a annoncé que de nouvelles émissions devront voir le jour mi-mai. Toutes ces émissions sont accessibles en ligne sur le site Internet du ministère de l’Education nationale.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Vie de parti : La crise fracture le HVM

Le parti HVM tente tant bien que mal de se relever après la défaite cuisante lors de la présidentielle de 2018.

Coup de massue sur la tête du président du Sénat, mardi dernier, après la déclaration publique de quelques sénateurs issus du parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara qui ont soutenu le remède avancé par le président de la République.

Le parti HVM n’est pas sorti de sa zone de turbulence. En pleine crise sanitaire, le parti n’est pas épargné par la dissension. Des sénateurs élus sous les couleurs de ce parti de Hery Rajaonarimampianina ont manifesté, mardi dernier, leur soutien à la tisane améliorée Covid-organics du président de la République. La déclaration est un affront contre le président du sénat et non moins coordonnateur national du parti HVM, Rivo Rakotovao. Ce dernier est désavoué par ses propres alliés politiques qui ont choisi l’autre camp dans le cadre de la crise actuelle. Le parti HVM rejette formellement la décoction de l’Institut Malgache de Recherches Appliquées comme remède au Coronavirus, et demande à les retirer du marché. Mais les sénateurs Roger Kolo, Honoré Rakotomanana, Johary Rajobson ne sont pas de cet avis. Ils soutiennent que le CVO est « une solution pour lutter contre la propagation du Covid-19, et mérite à cet effet, un soutien ». Le pont est donc complètement coupé entre ces derniers et le clan Rakotovao.

Clash. Le front contre le président du Sénat ne date pas d’hier. Mené par les Roger Kolo, Berthin Andriamihaingo, Johary Rajobson, le clan anti-Rakotovao au sein du Sénat s’est dévoilé au grand jour au lendemain de la saisine de la Haute cour constitutionnelle par le président du Sénat concernant la régularisation des ordonnances présidentielles publiées en début de l’année 2019. Cette démarche de Rivo Rakotovao a été l’acte de trop pour les sénateurs Roger Kolo et consorts. Ces derniers voient de très mauvais œil l’initiative du président du sénat, et décident de le désavouer en public. Depuis, le clash est consommé au sein du HVM, grand perdant lors de la présidentielle de 2018. Une frange du parti décide de s’allier au régime alors que le parti bleu a choisi le camp de l’opposition. Au niveau du Sénat, le bureau permanent est secoué par les menaces de destitution. On vise de détrôner Rivo Rakotovao de sa confortable chaise de président de la Chambre haute. Le concerné a même dévoilé en mars dernier, lors de la session extraordinaire du parlement, que les frondeurs tentent même de corrompre des sénateurs pour arriver à leurs fins.

Impasse. Malgré cette hémorragie au sein du HVM, le parti n’a pas perdu son allure. Au sein de l’opposition, le HVM assure une présence percutante. Au sein du sénat, les sénateurs HVM ont assumé plus d’une fois le rôle de contre-pouvoir devant une assemblée nationale acquise à la cause du régime. Lors de la première session extraordinaire du parlement en mars dernier, le sénat a fait peser tout son poids dans le cadre de la navette parlementaire pour bloquer l’adoption du projet de loi 001-2020 autorisant la ratification des ordonnances 2019-002 relative au régime général des élections et des référendums, 2019-006 relative au fonctionnement du Sénat ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs de Madagascar, et 2019-009 portant code minier. Le projet de loi est rejeté, et ce blocage a conduit à la mise en place d’une commission paritaire pour dénouer l’impasse. Le parti crie victoire. Pour l’adoption prochaine de la loi des finances rectificatives, le sénat promet encore de « bien jouer » son rôle de contre-pouvoir.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Fanaparitahana vola sandoka : Tovolahy iray nahatratrana vola roa tapitrisa ariary mahery

Vola roa alina ariary miisa 109, izay mitentina eo amin’ny roa tapitrisa ariary mahery eo ho eo no sarona tany amin’ity tovolahy iray tany amin’iny distrika Farafangana iny. Vola sandoka avokoa izy ireo ary nokasaina haparitaka tany an-toerana.

Zava-nisy nitranga ny herinandro lasa teo. Raha ny vaovao voaray dia niainga avy tamin’ny varotra kafe nitranga tao amin’ny kaominina Anosy Tsarafara, distrika voalaza etsy ambony. Rehefa azon’ity mpamboliny ny vidin-kafe, araka ny tati-baovao azo dia mba niroso tamin’ny fividianana ireo kojakojan’ny fiainana andavanandro izy, tany amin’ny kaomina iray, tany an-toerana hatrany. Tamin’izay anefa no nitranga ny tsy nampoizina satria voalaza teo fa vola sandoka no nentin’ity rangahy mpamboly kafe ity. « Soa ihany fa fantatr’ilay rangahy io tovolahy nanome vola sandoka azy io izay monina any Tragnambo, kaominina ambanivohitr’i Vohilengo ». Napetraka ny vela-pandrika ka tra-tehaka tao an-tokantranony ihany ity lehilahy ity. Tamin’ny fisavàna ny tranony no nahitàna ireo vola sandoka 20000 ariary an-jatony isa ireo. Efa natolotra ny fitsaràna tany ihany moa ny raharaha ary nadoboka am-ponja vonjimaika ity lehilahy nikasa hanaparitaka vola sandoka ity. Mbola mitohy kosa ny fanadihadiana, ahafantarana marina ny loharano nipoiran’ireto vola sandoka ireto sy ireo nanome azy ilay tovolahy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Le merveilleux exploit de Zoto et de sa famille

C’est une aventure qui fait rêver de nombreux Malgaches. Maurice Randriamorasata et sa petite famille sillonnent les routes de Madagascar pour un périple qui les a menés du nord au sud. Partout, ils ont été accueillis avec ferveur. On l’a tout de suite appelé Zoto comme cet homme qui a fait trois fois le tour de la Grande île à pied dans les années 80. Midi Madagasikara avait relaté les exploits de ce dernier en son temps, et avait été un de ses principaux soutiens. Aujourd’hui, nous découvrons avec plaisir l’épopée de son homonyme qui fait l’admiration de beaucoup de ses compatriotes. C’est cette volonté de dépassement et cet exploit gratuit qui émerveillent le public.

Le merveilleux exploit de Zoto et de sa famille

Zoto ou Randrianarison Maurice était un ami de notre rédaction, et la relation que nous avions tissée avec lui s’est forgée au fil de ses exploits. Nous l’avions accompagné durant son cheminement sur les routes de la Grande île. Il ne bénéficiait d’aucune aide et il n’avait aucun sponsor. C’est la même émotion que l’on ressent quand on découvre cette aventure vécue par cette petite famille. L’accueil manifesté par les gens lors de son passage dans les localités successives dépasse la SIMPLE reconnaissance de l’exploit sportif. Il s’agit d’un phénomène qui, toute proportion gardée, ressemble à l’engouement créé par les Barea. C’est l’enthousiasme et le dépassement de soi qui sont célébrés. Chacun se reconnaît dans ce marcheur doublé d’un cycliste infatigable. Lui, sa femme et ses trois garçons ressemblent à toutes les familles malgaches, et montrent que l’on peut atteindre son objectif quand on a la foi chevillée au corps. L’exploit est d’autant plus méritoire qu’il se réalise durant cette épidémie de Covid-19. Ils ont dû, en effet, se soumettre à chaque halte à des tests et des dépistages. Mais qu’à cela ne tienne, ils ne se sentent pas découragés dans l’accomplissement de ce trajet nord-sud et sud-nord qui va entrer dans les annales de l’histoire.

Patrice RABE