Les actualités à Madagascar du Vendredi 14 Avril 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara535 partages

Robert Yamate, ambassadeur des Etats-Unis : « Claudine Raizamamonjy doit répondre à la justice malgache »

L’ambassadeur Robert Yamate hier au Palais du Premier ministre à Andafiavaratra.

Il estime que Claudine Razaimamonjy doit revenir au pays après son traitement médical à Maurice pour pouvoir répondre à la justice malgache.

La communauté internationale commence à réagir. Hier, alors qu’il inaugurait les travaux de réhabilitation du Palais du Premier ministre d’Andafiavaratra, travaux financés par l’ambassade des Etats-Unis à hauteur d’environ 32 000 Usd, l’ambassadeur Robert Yamate s’est exprimé sur l’affaire Claudine. « J’espère que Mme Claudine Razaimamonjy, après son traitement médical à l’île Maurice, revienne à Madagascar pour répondre à la justice malgache. Le Bianco auquel nous apportons à 100% notre soutien a fait son travail. Un mandat d’arrêt a été délivré par la Chaîne pénale anti-corruption. Ce mandat d’arrêt doit être exécuté. Le procès doit continuer dans le respect des lois en vigueur », a souligné l’ambassadeur des Etats-Unis hier à Andafiavaratra. Avant de rajouter : « La présomption d’innocence doit être respectée et la transparence doit être la règle durant le procès. » Quant à l’évacuation sanitaire de la conseillère spéciale du président de la République, l’ambassadeur Robert Yamate estime qu’elle doit être surveillée de près pour éviter toute suspicion malveillante.

Soutien au SMM. Outre ces déclarations de Robert Yamate, les membres du bureau du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) dirigés par leur présidente Faniry Erinaivo ont été reçus hier à l’ambassade des Etats-Unis à Andranomena. Une occasion pour le premier conseiller Stephan Anderson d’exprimer le soutien de l’ambassade des Etats-Unis aux efforts des magistrats malgaches dans la restauration de l’Etat de droit dans le pays. Force est de constater que l’ambassade des Etats-Unis à Madagascar suit de très près l’affaire Claudine Razaimamonjy. Une affaire où la réelle volonté du régime en place à lutter contre la corruption est plus que jamais mise à l’épreuve. En tout cas, si le Pnud (Nations Unies) vient d’offrir une voiture de fonction au Bianco et si hier Robert Yamate (Etats-Unis) et Véronique Vouland (France) ont publiquement exprimé leur soutien à ce Bureau Indépendant Anti-Corruption alors que l’affaire Claudine n’est plus entre ses mains, Ambohibao est poussé à prendre ses responsabilités face aux autres cas de corruption connus du public et qui impliquent notamment certains caciques du régime HVM. A suivre.

R.Eugène

L'express de Madagascar463 partages

Football – CHAN 2018 –

Les Barea de Madagascar ne sont pas encore au complet. La composition de l’équipe nationale qui affrontera le Malawi dépendra des performances des joueurs de la CNaPS.

Rien n’a été décidé. La liste des joueurs malga­ches pressentis pour jouer contre le Malawi, le 22 ou 23 avril à Madagascar, dans le cadre du premier tour qualificatif « aller » au Championnat d’Afrique des nations (CHAN) 2018, reste incomplète.Jusqu’ici la fédération malgache de football a retenu les noms des vingt-quatre joueurs qui ont débuté le regroupement, depuis mercredi à Carion. On note entre autres, la forte présence des clubs Elgeco Plus qui recense huit joueurs et de Fosa Juniors qui en compte sept.Une source au niveau de la fédération malgache de football a confirmé que les joueurs de la CNaPS complèteraient cet effectif de vingt-quatre joueurs. On ne connaît pas encore le nombre des joueurs de cette équipe qui pourraient être retenu.

ConditionsOn sait par contre que leur appel en équipe nationale dépendra de la prestation de la CNaPS, en match retour des 1/16es de finales de la Coupe de la confédération africaine de football qui se jouera à Luanda ce samedi, contre le Club Recrativo Desportivo do Libolo. Aussitôt connus, les joueurs de la CNaPS qui seront retenus en équipe nationale, rejoindront le regroupement dirigé par Auguste Raux à Carion, le 19 avril.Le match retour de la première rencontre face au Malawi se jouera à Blantyre le 30 avril. En cas de victoire, le Mozambique sera le prochain adversaire des Barea de Madagascar au second tour de cette course à la qualification pour la CHAN 2018 qui se déroulera au Kenya

Liste des 24 joueurs

Elgeco Plus (8) : Bastia, Johnny, Bosco, Dino, Zola, Blaise, Bila, BelaFosa Juniors (7) : Chrétien, Yasser, Mario, Lolody, Baggio, Dax, ElefoniAjesaia (3) : Ando, Rojo, ZénithAs Adema (2) : Angelo, JonahTana FC (2) : François, DinaCosfa (1) : NonoZanakala FC (1) : Rado

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar438 partages

Lutte contre la corruption – Le corps diplomatique soutient le Bianco

La communauté internationale a exprimé son soutien aux efforts menés par le Bianco. Hier, une valse de diplomates a été aperçue à la villa La Piscine, à Ambohibao.

Signal fort. L’ambassade des États Unis a exprimé son soutien aux efforts du Bianco dans l’instauration de l’État de droit. Hier, Robert Yamate a rendu visite au directeur général de cet organe de lutte contre la corruption, à son bureau à Ambohibao.Lors de cette rencontre, le diplomate espère « le retour de Mme Razaimamonjy au pays maintenant qu’elle va mieux. Elle a la responsabilité de revenir et de se défendre, et finir le processus auquel elle fait partie de manière à assurer que ce processus soit ouvert, équitable et transparent. (…) ».Dans la même optique, l’ambassadeur américain a également affirmé qu’il suit de près le processus judiciaire engagé par le Bianco et la Chaîne Pénale Anti-Corrup­tion. Ainsi, il lance un appel au respect de l’État de droit « (…) Souvenons-nous que la présomption d’innocence prévaut toujours et doit être respectée. Le processus doit continuer », affirme-t-il. La communauté interna­tionale suit de près l’évolution de cette situation, et la visite de cet ambassadeur constitue un signal fort pour le respect de l’indépendance des organes de lutte contre la corruption.

Soutien clairDans la journée d’hier, une forte délégation de corps diplomatiques et consulaires résidant à Madagascar est également venue dans les locaux du Bianco. L’am­bassadeur de France à Mada­gascar a été accompagné par ses homologues européens, allemand, suisse, norvégien, anglais, américain, japonais et de la Banque africaine de développement, lors d’ une cérémonie de remise de dons de matériel informatique à la branche territoriale du Bianco Antananarivo.Dans son allocution, l’ambassadeur de France à Mada­gascar Véronique Vouland- Aneini a profité de cette occasion pour saluer et apprécier les efforts menés par la Bianco dans la lutte contre la corruption à Madagascar. Dans son langage très diplomatique, elle a qualifié « d’intéressantes » les actions récemment menées par cette institution de lutte contre la corruption.« Des cadres légaux qui assure l’indépendance des organes de lutte contre la corruption ont été mis en place (…) on voit comment ils sont appliqués, car il y a des enquêtes et des arrestations et c’est très positif », a-t-elle argumenté.Fortifié par cette présence massive de diplomates, le directeur général du Bianco a réitéré sa volonté de mener à terme les missions de cette institution. « Malgré une semaine mouvementée, nous tenons le cap et nous tenons debout. Debout contre les rumeurs, l’immixtion et l’intimidation. Nous agissons pour l’intérêt général de l’État. Il faut avoir le courage de faire un grand saut », a martelé Jean Louis Andriamifidy.

La division investigation équipée

L’ambassade de France, à travers le Service de la coopération et des actions culturelles (Scac) a doté la division investigation de la branche territoriale du Bianco Antananarivo de matériel informatique. La cérémonie de dotation a été présidée par Jean Louis Andriamifidy et par l’ambassadeur de France à Madagascar, Véronique Vouland-Aneini, hier matin dans les locaux du Bianco à Ambohibao.Cette dotation de matériel informatique s’inscrit dans le cadre du projet « Appui à la sécurité judiciaire et juridique à Madagascar ». Initié depuis 2015, ce projet d’un montant de 85 millions d’ariary s’articule autour de trois axes. Il s’agit de l’instauration de mécanismes efficaces de sanction aux manquements à l’éthique et aux dysfonctionnements dans les fonctions judiciaires et pénitentiaires ; l’exigence de redevabilité et de résultat du service public de la justice par le renforcement du contrôle, de la direction et de l’exécution des décisions de justice, et enfin le développement de la sécurité juridique par la formation des acteurs et par la diffusion des textes et de la jurisprudence.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar406 partages

Kidnapping – Des Français tirent la sonnette d’alarme

Les Français à Madagascar expriment leur ras-le-bol face aux récurrents kidnappings. Ils exigent des actions et des résultats de la part des autorités.

Non au rapt d’enfant ! Les ressortissants français à Madagascar exigent des actions et des résultats de la part des autorités malgaches, quant à la sécurité de tout un chacun. C’était, notamment, l’un des messages qu’ils ont voulu passer, hier, lors du sit-in de solidarité avec Firoze Nourbhay et sa famille, dans l’enceinte du lycée français de Tananarive à Ambatobe. Firose Nourbhay est le jeune lycéen enlevé de force par une troupe de ravisseurs à Andranomena, alors qu’il attendait le bus scolaire pour rejoindre son établissement,  mardi matin.« Des dizaines d’enlèvements d’adultes ont eu lieu, des enquêtes ont été ouvertes. Mais combien ont abouti  Combien de ces criminels sont arrêtés et sont en prison  Et quid de leur complice, de leur commanditaire », a soulevé Jean-Hervé Fraslin, vice-président du Conseil consulaire des Français à Madagascar, avant de préciser que depuis 2010, quatre vingt-dix enlèvements ont eu lieu à Madagascar.Ils réclament ainsi l’efficacité des actions policières, avant que ces actes d’enlèvement n’atteignent une centaine. « Qu’ils développent leurs actions de surveillance et d’écoute, d’identification des malfaiteurs, de leur complice et de leur commanditaire, de localisation, qu’il procède aux arrestations, à la condamnation et à la punition des coupables », poursuit Jean-Hervé Fraslin.Ils sont particulièrement choqués par les kidnappings d’enfants et expriment leur ras le bol. « On ne peut plus tolérer que des mineurs soient pris en otage pour des motifs crapuleux », soutient l’association des parents d’élèves.

Ras le bolEn quelques années, trois enfants ressortissants français ont été enlevés. Outre cet enlèvement à Andrano­mena, deux autres en ont fait les frais à Tuléar et à Toamasina. Sa famille est sans nouvelle d’Owen Alek, depuis sa disparition à Toamasina, en juin 2014.La Police nationale, pour sa part, assure l’accélération des expertises, sur l’affaire concernant Firose Nourbhay. « Nous sommes en pleine enquête, actuellement. Il y aura prochainement des résultats », a affirmé le commissaire Alexandre Ranaivoson, responsable de la Com­munication auprès de la Police nationale.Ces ressortissants français font appel, par ailleurs, aux autorités françaises sur cette affaire. « En tant que Français, nous souhaitons que la France apporte une contribution à cette action. Elle doit contribuer à la sécurité de ses ressortissants, en apportant ses expertises et son assistance aux autorités locales », ajoute Jean-Hervé Fraslin. Il avance que ces tâches ne devront pas être compliquées, avec la technologie moderne permettant d’écouter, de surveiller des communications, de localiser.La famille du jeune homme crie à sa libération. « Nous prions les ravisseurs de relâcher rapidement notre enfant », lance son oncle, présent à ce sit-in.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara273 partages

Evasion organisée : Suite du film après la présidentielle de 2018

Le cinéma a commencé par la séquence sur civière.

C’est le titre du prochain film « gasy » dont le tournage a commencé le 4 avril 2017 au Palais des Sports et de la Culture à Mahamasina avec dans le rôle principal Claudine Razaimamonjy qui a été embarquée dans le …panier à salade au sortir d’un match de basket.

La séance de tournage a repris le jour d’après à Ambohibao avec comme second acteur, Riana Andriamandavy VII qui avait forcé l’entrée du siège de Bianco avant d’être refoulé manu militari. Le sénateur devait revenir le lendemain 6 avril avec un régiment de gros bras qui a mené une « initifada » contre le portail de la Villa La Piscine. La veille au soir, le ministre de la Justice Charles Andriamiseza avait tenu un point de presse nocturne pour dénoncer « la détention arbitraire » de la femme d’affaires et réclamer sa libération au motif que le délai de garde à vue de 48 heures a expiré. Le Bianco qui maîtrise tout aussi bien le code de procédure pénale de s’appuyer sur un autre dossier aux fins de retenir sa « prise » pour un nouveau garde à vue de 48 heures.

Suspense. Le vrai film devait commencer le lendemain en fin d’après-midi au siège de la Chaîne Pénale Anti-Corruption aux 67 ha, lorsque l’actrice principale s’était évanouie à l’annonce de sa mise en détention préventive. Un « malaise » qui l’avait conduite tout droit au service des urgences à l’HJRA au lieu d’être écrouée à Antanimora où son entrée dans le quartier des femmes aurait au moins ajouté du suspense à ce film qui avait tenu en haleine les téléspectateurs. Les yeux rivés sur la bande annonce qui défilait au bas du petit écran et dont le scénario variait d’une station à une autre. Ce qui avait provoqué un zapping au risque de tomber sur des chaînes qui n’avaient pas programmé la saison 1.

Saison 3. Le tournage de la saison 2 avait eu pour cadre l’ambiance aseptisée de l’HJRA où d’autres patients ont été les témoins oculaires du départ de la « rola » qui n’était plus sur une civière mais marchait bel et bien sur ses deux jambes le lundi 10 avril vers 3h30 du matin. Une séquence réelle qui s’est passée évidemment à l’abri des caméras. L’embarquement à Ivato  à bord d’un avion privé et le débarquement à Maurice jusqu’à l’admission à la clinique Fortis Darné à Floréal étaient également en mode « pause ». Même topo lors de la sortie de l’établissement de l’actrice principale qui a vraisemblablement évité le champ des caméras de la presse mauricienne car le film est une production « gasy » qui a peu de chances de figurer au box office. A l’image de l’actrice principale qui n’est pas près d’être conduite dans le box des accusés après cette « évasion organisée ». Le tournage reprendra peut-être en 2018. L’issue de la prochaine élection présidentielle influera inévitablement sur le scénario de la saison 3. 3 comme le numéro du dossard du candidat du HVM en 2013.

R.O

News Mada162 partages

Lutte contre la corruption : la France affiche son optimisme

La lutte contre la corruption va dans le bon sens à Madagascar. Les efforts effectués par le bureau indépendant anti-corruption sont largement salués par la communauté internationale. Mercredi dernier, le programme des Nations unies pour le développement (Pnud) a fait don d’un véhicule au Bianco. Hier, ce fut au tour de l’ambassade de France de doter le Bianco de matériel informatique. Un geste qui en dit long.

«Nous sommes vigilants sur la lutte contre la corruption. Mais nous constatons que c’est positif. Il y a eu des arrestations et des jugements. C’est positif. L’objet du cadre juridique est encourageant et le cadre légal, base d’un respect de l’éthique et de l’indépendance est également positif». Une déclaration de l’ambassadeur de France à Madagascar Véronique Vouland-Aneini lors de la cérémonie de remise de matériel informatique au Bianco afin que ce dernier puisse parfaire sa mission. L’ambassadeur de préciser que son gouvernement suit de près l’évolution de la situation à Madagascar.

Autres affaires en cours

Le directeur général du Bianco Jean Louis Andriamifidy a salué la coopération avec le gouvernement français. Pour ce qui est de la suite de l’affaire Claudine Razaimamonjy, le directeur général de préciser «Qu’elle n’est plus du ressort du Bianco étant donné que les dossiers sont entre les mains de la chaîne pénale anti-corruption (CPAC). Elle est partie pour se soigner mais elle va revenir. Et nous avons encore d’autres dossiers qui méritent d’être éclaircis», a révélé ce premier responsable du Bianco.

Nadia

 

Midi Madagasikara132 partages

Monnaie : Les nouveaux billets de banque avant la fin de l’année

Tous les billets de banque en ariary seront changés avant la fin de l’année. Les nouveaux billets de 100, 200, 500, 1 000, 2 000, 5 000 et 10 000 ariary seront donc en circulation. Mais la grande nouveauté sera probablement l’apparition sur le marché du nouveau billet de 20 000 ariary.

« Le 20 000 ariary est une dénomination plus adaptée à l’économie » a expliqué, hier, le Gouverneur de la Banque Centrale de Madagascar, Alain Rasolofondraibe, lors d’un point de presse qu’il a donné hier à Antaninarenina. Selon le Gouverneur, cette émission de nouveaux billets s’inscrit dans le cadre de la mission de la Banque Centrale de Madagascar d’offrir une monnaie fiduciaire moderne comportant les meilleurs signes de sécurité les plus récents. Une manière en somme de démontrer que cette initiative répond avant tout à des considérations d’ordre technique. « Le renouvellement d’une gamme de billets de banque se fait généralement après une dizaine d’années de mise en circulation. Pour Madagascar, les dernières émissions de billets de banque en ariary datent de 2003 et 2004. Depuis, la technologie d’impression fiduciaire et les éléments de sécurité ont beaucoup évolué. En outre, les dénominations et les principes iconographiques des billets de banque ont été adaptés au développement des activités économiques du pays. Enfin, les dimensions de chaque coupure ont été révisées pour suivre les bonnes pratiques internationales ».

Côté esthétique, la Banque Centrale mise également sur l’actualité et la modernité. Avec comme thème global « Madagascar et ses richesses », le visuel des nouveaux billets de banque mettra en exergue les six faritany dont les richesses sont déclinés en activités économiques, en biodiversité, en sites culturels et touristiques. En termes de sécurité, ces nouveaux billets comportent des signes plus élaborés qui garantissent une meilleure protection contre la contrefaçon. Bref, on s’attend à de meilleurs billets de banque. Quand bien même, le public se pose déjà des questions sur la manipulation des prochains billets de 20 000 ariary. A noter que toutes les dispositions seront prises par la Banque Centrale afin de faciliter la transition vers ces nouveaux billets de banque en ariary.

R.Edmond

Midi Madagasikara99 partages

Ambatovy : Vers un recours à l’arbitrage international

L’image de marque de Madagascar risque de porter un coup si l’Etat ne prend pas correctement ses responsabilités.

Un cas de violation de la loi sur les grands investissements miniers par l’Etat lui-même. C’est ce que l’on peut dire de cette affaire qui oppose Ambatovy à un employé expatrié qui a été licencié en 2016. Suite à une restructuration organisationnelle en effet, l’employé expatrié en question a été remercié. Et ce conformément aux dispositions de la LGIM qui permet à l’entreprise minière qui en bénéficie de procéder à une rupture anticipée du contrat moyennant un préavis de 3 mois et une indemnisation. C’est ce qu’a d’ailleurs fait Ambatovy contre cet employé. Mais ce dernier a porté plainte pour licenciement abusif et a eu gain de cause. Le tribunal est même allé jusqu’à condamner Ambatovy à payer des dommages et intérêts d’un montant faramineux.

Libre choix. Cependant, le problème réside dans le fait qu’au sein d’Ambatovy, une entreprise régie par la LGIM, les employés expatriés ne sont pas soumis au droit du travail local, mais selon un contrat de travail conclu entre les deux parties et tenant notamment du fait que l’entreprise a le libre choix de déterminer le nombre d’employés expatriés en son sein. En somme, le tribunal a pris une décision non conforme à la LGIM. Raison pour laquelle, Ambatovy a décidé d’adresser une lettre de doléances au Président de la Commission des grands investissements, en la personne du Secrétaire Général du ministère des Mines et dont la mission est de veiller au respect de la LGIM.

CIRDI. En tout cas, comme le prévoient les textes réglementaires, le ministre de la Justice a la possibilité de s’opposer à une décision judiciaire contraire à la LGIM. Si ce dernier ne le fait pas, Ambatovy a le droit de recourir à l’arbitrage international. Une éventualité qui pourrait engager la responsabilité de l’Etat malgache. En effet, la convention du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI) veut que c’est l’Etat qui n’arrive pas à faire respecter sa propre loi qui devient défendeur. Dans le cas d’espèce, si le gouvernement malgache ne prend pas les dispositions pour faire respecter sa propre LGIM, sa responsabilité sera engagée. Une éventualité qui risque de ternir l’image de Madagascar sur le plan des investissements internationaux.

R.Edmond

Midi Madagasikara86 partages

Lutte contre la corruption : Les partenaires de Madagascar affichent leur vigilance !

Tous ces partenaires de Madagascar ont donc les yeux rivés sur Madagascar dans la lutte contre la corruption

Après le PNUD (Programme des Nations-Unis pour le Développement) avant-hier, c’est au tour de l’Ambassade de France d’effectuer un don de matériels informatiques au Bianco (Bureau Indépendant Anti-Corruption). En effet, dans la matinée d’hier, la délégation de l’Ambassade de France, assistée par les partenaires internationaux de Madagascar dans la lutte contre la corruption, s’est rendue au  siège du Bianco à Ambohibao pour remettre à la division investigation de la branche territoriale du Bianco à Antananarivo des ordinateurs portables et des imprimantes qui, selon les explications de Véronique Vouland, ambassadrice de France, « contribuera à l’amélioration des conditions d’exercice de l’équipe d’investigateurs à Tana ». Le Directeur Général de Bianco, Jean Claude Andriamifidy, a d’ailleurs marqué que « toutes les enquêtes au sein du Bianco s’effectuent au moyen des ordinateurs ».

Affaire Claudine. Interrogé sur la suite des enquêtes menées à l’endroit de la conseillère spéciale du chef de l’Etat, Claudine Razaimamonjy, le DG du Bianco a rappelé que « deux des affaires dans lesquelles elle est engluée ont été élucidées mais il en reste encore six ». Tout en rappelant les affirmations de la procureure de la République selon lesquelles la patronne de l’AC doit retourner à Madagascar, Jean Claude Andriamifidy a tenu à rassurer que les enquêtes se poursuivront. De son côté, l’ambassadrice de France a eu également son mot à dire sur ce sujet : « cette cérémonie était prévue de longue date. La collaboration de la France avec le Bianco est une coopération ancienne. Nous soutenons le Ministère de la Justice de façon appuyée car c’est à travers l’assainissement des procédures de la justice que nous luttons contre la corruption. Nous soutenons aussi les organismes indépendants de lutte contre la corruption tels que le Samifin, le Bianco et le CSI ». En d’autres termes, cela n’insinue aucunement l’idée de récompenser le Bianco pour son travail.

Vigilance. « La corruption rapporte aux corrompus mais coûte cher aux collectivités. Elle participe à terme à la fragilisation du tissu social, à l’instabilité politique et au découragement des jeunes. Elle constitue un frein au développement », rappelle Véronique Vouland. Justement, compte tenu du fait que la corruption soit un fléau, elle a reconnu – dans un premier temps – que des avancées ont été enregistrées, « des jugements et des arrestations ont eu lieu », mais a informé, dans un second temps que « la présence de tous les partenaires de Madagascar montre que nous sommes vigilants sur la lutte contre la corruption ». Notons qu’outre les matériels informatiques, une convention d’un montant de 86 millions d’Ariary a été signée hier, lequel est destiné à financer trois séries de formations destinées au personnel du Bianco.

Aina Bovel

Midi Madagasikara84 partages

Vehivavy roa saika haondrana any Koweït : Mpiasan’ny Minisiteran’ny Vola sy Teti-bola no atidoha

Na efa voararan’ny Fanjakana malagasy aza ny  fandefasana olona hiasa any amin’ireo Firenena  Arabo (Arabie Saoudite, Koweït, Liban…) nahitana olana matetika tamin’ny fomba fitondrana ireo mpiasa tonga tany dia mbola misy ihany ireo manao izany antsokosoko ka mampiasa izay fomba rehetra ahatongavana amin’izany.  Isan’izany ity tambajotra iray vao ravan’ny Sampana mpanao fanadihadiana manokana sy miady amin’ny fanaovana hosoka antontan-taratasy (SCELFD) etsy Anosy  ny Alatsinainy 11 Aprily lasa teo  ity.

Tovovavy roa mitonona ho mpiasam-panjakana nanao fangatahana hanao pasipaoro teny amin’ny sampan-draharaha miandraikitra izany teny Anosy, io Alatsinainy io, no niandohan’ny fanadihadiana. Rehefa nohamarinina ny antontan-taratasy dia hita fa sandoka ny « certificats administratifs » sy ny « autorisation  de sortie »  nampiasaina. Nalefa tany amin’ny SCELFD avy hatrany izy roa vavy mba hanaovana fanadihadiana. Nandritra ny  famotorana no nahalalana fa halefa any Koweit izy ireo ka mba hanamora ny fahazoana pasipaoro sy ny fahazoana mivoaka an’i Madagasikara dia namoronana taratasim-panjakana hosoka.

Nivoaka teo ihany koa fa Mpiasan’ny Minisiteran’ny Vola sy ny Teti-bola (MFB) no atidoha amin’izany. Rehefa nosavaina ny tranon’izy ireo dia nahitana fitombokasem-panjakana sy  antontan-taratasy maromaro avy ao amin’ny MFB sy ny Minisiteran’ny Asam-panjakana (FOP). Tamin’ny fanadihadiana natao azy roalahy no nahafantarana fa miara-miasa amina « Agence deplacement » iray any Koweit izy ireo amin’izao asa ratsy izao ka amin’ny alalan’ny Facebook no hitadiavana ireo ankizy haondrana.

Vola be tokoa no azon’izy ireo amin’izany satria mandoha 800 000 ariary isan’olona ny ankizy haondrana. Ilay Agence kosa no miantoka ny saran-dàlana  ka andraisan’izy roalahy 3 000 000 ariary isan’ankizy.

Omaly no natolotra ny fampanoavana izy efatra mianadahy ireo.

T.M.

Midi Madagasikara76 partages

SMM sur l’affaire Claudine : « Irrégularité totale », persiste Fanny Ernaivo

L’évasion de l’année ! C’est en ces termes que la Présidente du Syndicat des Magistrats de Madagascar a qualifié l’évacuation sanitaire de la femme d’affaires Claudine Razaimamonjy. « Comme on parle d’évasion, il y a donc une irrégularité et ainsi toute cette opération s’est faite dans une irrégularité totale. Dans ce sens, le séjour de la concernée – une détenue évadée selon ses dires –  à Maurice est aussi en situation irrégulière », a-t-elle expliqué. La présidente du SMM avance par ailleurs qu’avec la coopération judiciaire entre les deux Etats, notre pays est en mesure de demander l’extradition de la personne concernée. Outre le fait que le SMM a déjà saisi la justice pour une ouverture d’enquête sur les auteurs et les complices de l’évasion de Claudine Razaimamonjy, le même syndicat appelle les autorités del’Etat à procéder à cette demande d’extradition. Cette affaire a visiblement déstabilisé tout un système. Du parquet au parquet général, de l’administration pénitentiaire à la police des frontières, du ministère de l’intérieur au ministère de la Santé, les avis restent toujours divisés. Quelques jours après le départ de Claudine à l’île Maurice, chaque responsable concerné par la décision de l’éva(sion) sanitaire essaye de sauver sa peau.

D.R

 

Midi Madagasikara76 partages

Col Joseph Ramiaramanana : Acharnement contre la CUA

Atmosphère tendue lors de la passation de service entre Lalao Ravalomanana et le Col Joseph Ramiaramanana le 3 octobre 2015 à l’Hôtel de Ville.

Tout a commencé au lendemain de l’élection de Lalao Ravalomanana à la mairie de Tana. Le PDS Joseph Ramiaramanana a essayé de tout faire pour retarder la passation de service entre lui et la nouvelle élue. Le Col Joseph Ramiaramanana a mené sa première revanche lorsque la commune urbaine d’Antananarivo a saisi les camions qui ont effectué des travaux de remblayages illicites à Andohatapenaka et les a mis en fourrière à la caserne de la police municipale à Anosipatrana. La nuit du jour de la mise en fourrière, l’ex-PDS était venu avec « ses » éléments armés jusqu’aux dents pour récupérer les camions.

Acte II. L’acte II de sa revanche personnelle se déroule depuis avant-hier à Ankorondrano. Cette fois-ci, le Col Joseph Ramiaramanana utilise le nom du président de la République et ignore complètement la compétence de la CUA pour démolir une propriété privée. Sur les actes perpétrés contre la caserne d’Anosipatrana, la CUA a déposé une plainte contre cet officier, mais elle ne connaît aucune suite jusqu’à présent. A quand l’Acte III ?

R.Eugène

Midi Madagasikara75 partages

6e édition de l’ITM : Les préparatifs vont bon train

Des conventions de partenariats ont été signées hier dans le cadre de ce salon d’envergure internationale.

La 6e édition de l’International Tourism Fair Madagascar (ITM) sera un événement innovant et exceptionnel.  L’Office National du Tourisme de Madagascar  (ONTM) en partenariat avec le ministère du Tourisme, veut relever ce défi. « Tous les préparatifs vont bon train  et les espaces se remplissent rapidement. Le taux de remplissage des stands du côté « Village tourisme » est actuellement à 81% », a annoncé Joël Randriamandranto, le PCA de l’ONTM lors de la signature des conventions de partenariats médias et sponsoring hier à l’hôtel Carlton.

Conventions de partenariat. Notons que les inscriptions pour participer à ce salon du tourisme d’envergure internationale  en tant qu’exposant seront clôturées à la fin du mois d’avril. En outre, des partenaires médias et des sponsors de l’ITM 2017 ont exprimé leur volonté de participer à la relance définitive de la destination Madagascar, en signant des conventions de partenariat. Il s’agit du consortium Ravinala Airports, à titre de sponsor exceptionnel, de la société Vitafoam et de BNI Madagascar, au titre de sponsors platinium ainsi que de la BFV-SG Madagascar et de la Plantation Bemasoandro, au titre de sponsors golds. Et deux organes de presse ont été considérés comme des partenaires médias gold.  « D’autres partenariats de sponsoring en cours feront l’objet d’une seconde série de signatures pour faire du salon un événement exceptionnel », a poursuivi le PCA de l’ONTM.

Eductours. Rappelons que l’ITM 2017 sera marqué par un programme sans précédent d’éductours durant lequel l’ONTM invitera plus d’une centaine d’agences de voyages et Tours opérateurs qui découvriront les circuits et sites touristiques éparpillés dans toute l’île et qui vont rencontrer ensuite les exposants du salon. « L’objectif est de redorer l’image de Madagascar à l’étranger tout en développant le tourisme national », a-t-il conclu.

Navalona R.

Tananews68 partages

Alain Marsaud : lettre aux Français de Madagascar

Mes Chers Compatriotes,

Avant-hier alors qu’il se rendait au lycée Français de Tananarive, un jeune compatriote âgé de 16 ans a été enlevé. Vous, Français établis à Madagascar faites face depuis quelques années à des menaces de plus en plus répétées.

En qualité de Député de la 10ème circonscription des Français établis hors de France dont vous faites partie, j’ai tenu à adresser hier un courrier aux Ministres des Affaires Etrangères et de l’Intérieur afin que le gouvernement puisse enfin mettre en œuvre une véritable coopération policière et de police scientifique avec le gouvernement malgache pour que les différentes enquêtes puissent être menées à bien.

Cela serait de nature à dissuader les criminels de tout poil qui semblent avoir fait de la communauté française une cible privilégiée.

J’ai eu l’occasion à plusieurs reprises au cours de ces cinq dernières années, d’alerter notre gouvernement sur les exactions commises chaque jour à votre encontre, faisant malheureusement de l’île l’un des pays les plus dangereux de la circonscription.

A travers ce message, je tiens à vous réaffirmer ma mobilisation pour qu’enfin vous puissiez toutes et tous vous sentir à nouveau en sécurité.

Je reste bien entendu à votre entière disposition et vous annonce dès à présent que je viendrai à votre rencontre du 14 au 18 mai.

Alain MarsaudDéputé des Français de l’étrangerAfrique et Moyen-Orientwww.alainmarsaud.fr

 

Madagascar Tribune67 partages

90 enlèvements depuis 2010

Malheureuses statistiques. 90 personnes dont une majorité d’étrangers notamment des indiens de nationalité française ont été kidnappées depuis 2010. Le jeune Firoze Nourbhay, un jeune lycéen de 16 ans est le dernier en date. Ce jeune garçon a été kidnappé à Andranomena Antananarivo sous le nez des policiers alors qu’il attendait le bus scolaire pour rejoindre le lycée français d’Ambatobe.

La communauté française, le personnel enseignant du lycée français et les parents d’élève de cet établissement ont tenu une manifestation hier 13 avril 2017 pour dénoncer ces actes de barbaries et exiger des actions des autorités malgaches. L’Ambassadeur de France à Madagascar, Véronique Vouland-Aneini abonde dans le même sens et note que le kidnapping touche surtout des membres d’une communauté particulière qui sont les indo-pakistanais de nationalité française. La communauté française fait constater que le développement technologique et technique est tel qu’il n’y a plus de prétexte ni de motifs pour ne pas avoir de résultats. La communauté indo-pakistanaise exige des résultats et des actions des autorités malgaches avec le soutien des experts français pour démanteler les réseaux de malfaiteurs.

En parallèle, une pétition est lancée sur Internet pour demander solennellement à l’Etat Malgache « de sauver et de libérer notre concitoyen, d’arrêter et de punir ces kidnappeurs très organisés, leurs commanditaires et leurs complices. De protéger les minorités malgaches « zanatany ».

La police nationale pour sa part fait remarquer que l’absence de coopération de la part des familles des victimes rend le travail de forces de l’ordre difficile. D’autant que souvent, les familles ne portent même plus plainte devant les autorités malgaches. Attitude qui se comprend au vu de l’absence de confiance envers les autorités judiciaires dans son ensemble. A titre d’exemple, le magistrat soupçonné d’être complice voire cerveau dans le rapt et assassinat de la petite Annie de Toamasina, circule librement en ville depuis plusieurs mois. La rançon versée pour la libération d’un jeune karana diabétique kidnappé à Toamasina il y a quelques années a été remis aux policiers. La rançon a disparu en même temps que la victime…. Plus d’une fois, des éléments de forces de l’ordre sont complices dans ces actes criminels quand ils ne sont pas les principaux auteurs comme à Antsakabary. Tout cela en toute impunité.

Voila pourquoi tout le monde s’en méfie !

Midi Madagasikara66 partages

Evasion organisée : La Police de l’Air et des Frontières se disculpe

« Tous les documents requis pour une évacuation sanitaire sont complets ». C’est ce qu’a déclaré hier le Chef de la Police de l’Air et des Frontières (PAF), le Commissaire Lebiria Ruffin Tolojara par rapport à l’affaire Claudine Razaimamonjy. Pour la première fois depuis le début de ce feuilleton, le numéro Un de la PAF apporte des éléments d’explications sur cette affaire. Pointée du doigt notamment par le Syndicat des Magistrats de Madagascar pour avoir laissé sortir une prévenue faisant l’objet d’une Interdiction de Sortie du Territoire (IST), la Police des Frontières se disculpe. « Notre travail consiste à vérifier les documents de voyage », a-t-on indiqué. Et le Chef PAF de faire savoir au passage que « Claudine Razaimamonjy a été munie d’une déclaration générale de voyage émanant de la Compagnie aérienne, d’un passeport, d’un certificat médical et de toutes les pièces nécessaires pour le transport d’un prévenu. En outre, le motif du voyage est bien écrit sur les documents, elle sera en évacuation sanitaire à l’île Maurice ». Continuant sur sa lancée, le Commissaire de la PAF de confirmer que Claudine Razaimamonjy est surveillée durant ce voyage, par un agent de l’Administration pénitencier dénommée Rakotomalala Soloniaina Marie Elie Sarah. Cette dernière aurait également présenté un ordre de mission en bonne et due forme signé par ses supérieurs. Un ordre de mission qui sera expiré le 24 avril prochain. Elle devrait donc être de retour au pays avant cette date. Selon les explications du Commissaire Lebiria Ruffin Tolojara, « la procédure légale a été respectée car toutes les conditions étaient réunies et tous les documents transmis à la PAF étaient conformes à la procédure ». « Ces documents étaient dûment signés par les gendarmes, l’Aviation civile de Madagascar (ACM), la SAMADA, des techniciens du Service des douanes et des représentants du Ministère de la Santé », a-t-il fait savoir.

IST. En quelque sorte, en organisant cette conférence de presse, le numéro Un de la PAF répond au Procureur général près la Cour d’Appel, Randrianasolo Jacques et au Syndicat des Magistrats qui ont évoqué l’existence de deux Interdictions de sortie du territoire contre Claudine Razaimamonjy. Interrogé sur ces deux IST, le Commissaire Lebiria Ruffin Tolojara a esquivé la question. Il préfère renvoyer la balle dans le camp du Ministère de l’Intérieur. « Demandez auprès du Ministère de l’Intérieur si les documents y afférents ont déjà été transférés à la PAF », a-t-il annoncé. Est-ce une manière d’accuser ce département ministériel dirigé par le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana d’avoir retenu l’information et de n’avoir pas avisé les autorités responsables en ce qui concerne l’IST contre Claudine Razaimamonjy ? Et ce, même si le premier IST contre la propriétaire de l’hôtel « AC » date du 29 novembre 2016. D’ailleurs, le Procureur général auprès de la Cour d’Appel, Randrianasolo Jacques a déjà fait savoir que la Police de l’Air et des Frontières a déjà été avisée de l’existence de ces deux IST. La question est aussi de savoir si l’équipe du Commissaire Lebiria Ruffin Tolojara n’était également pas au courant du placement sous mandat de dépôt de Claudine Razaimamonjy prononcé par les Juges de la Chaîne pénale anti-corruption. Pour expliquer sa décision de laisser sortir une prévenue faisant l’objet d’une IST, la PAF explique que « la vie humaine devrait primer sur une décision administrative ». D’après les explications, « en prenant cette décision, la PAF a porté assistance à une personne en danger ».

Davis R

Midi Madagasikara54 partages

RN4 : Taxi-brousse voataro-bato, mpandeha iray naratra

Miverina indray ny fanakanan-dalana ataon’ireo andian-jiolahy eny amin’iny lalam-pirenena fahefatra iny. Ny marainan’ny alarobia lasa teo, taxi-brousse iray avy any Mahajanga no voatora-bato teo amin’ny toerana antsoina hoe Ambohimarina, ao amin’ny distrika Ankazobe. Vokany, vaky ny fitaratra, ary mpandeha iray no naratra voan’ny vato. Tsy nisy zavatra azon’ireo mpitoraka anefa fa tafatsoaka ihany ity fiara sprinter ity, araka ny fampitam-baovao azo. Tokony ho tamin’ny 3 ora maraina teo no niseho ity trangana fanakanan-dalana ity, teo amin’ny PK92. Taxi-brouss an’ny kaoperativa Kofifi no lasibatra tamin’ity indray … mitoraka ity, raha avy any an-drenivohitr’i Boina ka handeha hitodi-doha hiakatra aty an-drenivohitra, raha araka ny fampitam-baovaon’ny zandary. Tsy fantatra mazava izay tena niavian’ny toraka, araka ny fanazavàna azo. Tsy fantatra rahateo ihany koa ireo olona nitoraka izay nitampify tanaty bozaka tany. Azo heverina fa ny mpamily no nokendren’ireo olon-dratsy tamin’izany kanefa tsy voa io fa mpandeha iray hafa no tratran’ny vato. Vokatr’izay dia afaka nitsoaka ihany ilay fiara, ary nampandre avy hatrany ny zandary. Nentina namonjy toeram-pitsaboana haingana moa ilay naratra. Tetsy andanin’izay kosa, vantany vao nahare ny fisin’ireo tranga io ny zandary dia nidina avy hatrany teny an-toerana nanao ny savahao. Efa tsy nisy tratra intsony moa ireo mpitoraka, saingy mbola mandeha amin’izao fotoana izao ny fanadihadiana.

m.L

Madagascar Tribune52 partages

Le BIANCO persiste et signe et la communauté internationale le soutient

Jean Louis Andriamifidy, directeur général du BIANCO ne se laisse pas intimider par les barons du régime Rajaonarimampianina ou qui que ce soit d’autant que la communauté internationale (dont la France et les États-Unis en premier) soutient fort et en public son entreprise.

Hier lors de la remise de matériels informatiques dans le cadre du projet de coopération franco-malgache d’appui à la Justice dans les bureaux du BIANCO à Ambohibao, l’ambassadeur français Véronique Vouland-Aneini a été accompagné par ses homologues européens, suisse, allemand, norvégien, anglais, japonais, norvégien et américain.

L’affaire Claudine Razaimamonjy retient l’attention de tous car plusieurs entités sont pointées du doigt, en particulier depuis son évacuation/évasion vers l’île Maurice. En tout cas, « Tout cela est très positif » affirme l’ambassadeur de la France qui apprécie la forte mobilisation du BIANCO et des autres organes qui contribuent à la lutte contre la corruption. Véronique Vouland-Aneini note que des enquêtes sont menées à bout et des jugements sont rendus mais cela n’empêche surtout pas que la communauté internationale reste vigilante sur le sujet et l’avancement de la lutte contre la corruption qui est un élément très important dans le développement du pays.

L’Ambassadeur des Etats-Unis, Robert Yamate a également rendu visite au Directeur Général du Bianco pour exprimer le soutien de l’Ambassade dans les efforts que le BIANCO a entrepris pour faire appliquer l’état de droit. Robert Yamate a dit qu’il espérait voir Mme Razaimamonjy retourner au pays maintenant qu’elle va mieux. "Elle a la responsabilité de revenir et de se défendre et finir le processus auquel elle fait partie de manière à assurer que ce processus soit ouvert, équitable et transparent. Son retour devrait terminer ce processus. »

Concernant le processus judiciaire engagé par le BIANCO, et l’achèvement du processus d’enquête avec la Chaîne Pénale Anti Corruption (CPAC), l’Ambassadeur américain continue « Laissons le processus faire son cours et faisons-en un suivi et respectons l’état de droit. Le travail qu’ils ont fait doit être respecté. Souvenons-nous que la présomption d’innocence prévaut toujours et doit être respectée. Le processus doit continuer. »

Le DG du BIANCO déclare quant à lui sa détermination à conduire ses poursuites contre Claudine Razaimamonjy. Sur les six (6) dossiers, il y a quatre autres dossiers de mise en examen qui attendent Claudine Razaimamonjy pour qu’elle s’explique. Le DG du BIANCO fait comprendre que si elle rentre de Maurice en tant que détenue –car pour l’instant elle est encore à Maurice, elle sera consultée en prison ; dans le cas où elle obtient la liberté provisoire, elle sera priée de joindre aussitôt le BIANCO pour d’autres enquêtes.

La Police de l’Air et des Frontières (PAF), pointée du doigt dans cette affaire a appelé la presse ce 13 avril pour démontrer qu’elle n’y est pour rien dans toute cette affaire car les dossiers qu’on lui a présenté sont complets et répondent à leurs exigences. Pourtant les journalistes ont noté que l’autorisation d’évacuation sanitaire provient de l’hôpital militaire de Soavinandriana alors que Claudine Razaimamonjy a été transféré dans les services des urgences de l’hôpital HJRA à Ampefiloha.

.

Tia Tanindranaza50 partages

Raharaha Claudine RazaimamonjyMiditra an-tsehatra ny iraisam-pirenena

Mitohy hatrany ny fanohanan’ny sehatra iraisam-pirenena ny Bianco.

 

News Mada49 partages

Ramaroson Arlette : « Sambory ireo polisy tany Antsakabary »

« Ampy ny vesatra ary hita maso, satria polisy 42 teo: hita maso, fantatra anarana. Maninona no tsy samborina? Nefa milaza ry zareo hoe efa manao famotorana. Iza koa no adaladalaina amin’izany? Ampidiro aloha ireo polisy 42, ary ataovy ny famotorana. Izay no maha fitsarana ny fitsarana. Avoahy izy ireo rehefa hita hoe tsy meloka. »

Io ny fanehoan-kevitry ny filohan’ny Vovonana mampiray ny vahoaka malagasy ny fanorenana sy ny fanarenana an’i Madagasikara sady mpitsara iraisam-pirenena teo aloha, Ramaroson Arlette, momba ny « Raharaha Antsakabary ». Lazaina fa efa manao famotorana ry zareo. Nefa toa hoe tsy mbola nisy voasambotra ireo polisy na iray aza.

Ny mampihomehy, ny namono ny polisy no nosamborina. Mizana tsindrina ila. Inona ny maha fitsarana ny fitsarana amin’izany? Samborina ny atsy; ny aroa, tsy samborina. Inona koa no dikan’izany? Nefa milaza ny lalàna fa rehefa ampy ny vesatra, ampidirina am-ponja aloha ilay olona: atao ny famotorana.

Mila hafainganina ny raharaha

« Marina fa misy ny tsiambaratelon’ny famotorana, nefa tokony ho fantatry ny vahoaka ihany. Efa misy mahafantatra ange e! Manainga ny fitsarana izahay: mba ataovy haingana io », hoy izy. Raha tsy izany, hitondra ny raharaha eo amin’ny Filankevitry ny zon’olombelona eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ry zareo, satria tena ao anatiny io.

Ny mampalahelo azy ireo: ho afa-baraka na ny fitsarana, na ny mpanao famatorana, na ny filoha mitondra ny tany sy ny firenena. Raha roa na telo volana, tsy mbola samborina ihany ireo polisy, mba meteza ny tena eo amin’ny toeran’ny vahoaka, raha ny nambarany.

R. Nd.

 

Midi Madagasikara41 partages

Physique des particules : Les élèves de 1re et Terminale initiés

Le professeur Stephan Narison, directeur de recherche au CNRS de Montpellier. (photo d’archives)

Le professeur Stephan Narison partage ses connaissances sur les dernières découvertes scientifiques concernant la Physique des Particules.

Le Directeur de Recherche Emérite au Centre National de la Recherche Scientifique de Montpellier et Fondateur de l’Institut de Recherche iHEPMAD de l’Université d’Ankatso (Antananarivo) depuis 2004 et des séries de Conférences Internationales HEPMAD depuis 2001, passe deux fois par an à Madagascar pour partager gratuitement ses connaissances et les dernières découvertes scientifiques sur la Physique des Particules (constituants infimes de la matière) et sur l’origine de l’Univers (l’infiniment grand) aux élèves, étudiants, enseignants et chercheurs malgaches avec le soutien de l’Association Gasy Miara-Mandroso (AGMM) ainsi que des organisateurs et autorités locaux dont les DREN, chefs CISCO, Proviseurs, Recteurs et Doyens des Universités. Il s’agit notamment du professeur Stephan Narison.

Choix d’orientation. Cette fois, il est repassé dans les Lycées et Universités publics et privés des villes des Régions d’ Amoron’i Mania (Sandrandahy, Fandriana, Ambositra, Ambohimahasoa), Haute Mahatsiatra (Alakamisy Ambohimaha, Fianarantsoa, Ambalavao) visitées en 2012 et Vakinankaratra (Antanifotsy, Antsirabe) visitées régulièrement depuis 2010 et à l’école théologique FLM d’Atsimon’ny Avoko (Antsirabe). Cette démarche est nécessaire pour les élèves en fin de formation (1re et Terminale) pour leur permettre d’élargir leur choix d’orientation et pour mieux les préparer à leurs futurs études universitaires, ainsi qu’élargir leur connaissance générale sur l’évolution de la science et de la recherche scientifique dans cette nouvelle discipline introduite en 2001 à Madagascar. La présentation des hautes technologies actuelles et d’avant-garde issues de cette discipline permet aussi de mieux motiver les élèves à étudier les matières scientifiques alors qu’on constate actuellement la baisse du niveau des élèves. Pr Narison souhaite que le ministère de l’Education Nationale avec le concours des responsables régionaux et locaux, ainsi que des enseignants revoient sérieusement le programme de l’enseignement scientifique pour mieux l’adapter aux progrès technologiques. Il souhaite aussi une amélioration des conditions de travail des enseignants et des élèves (matériels didactiques, livres, internet, cantines…)

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara40 partages

Sandwicherie/Saladerie : Mak’Club ouvre ses portes !

Prisca Maka, propriétaire de Mak’club, en pleine explication

Mat Li y expose déjà ses œuvres. Une dizaine de photos en noir et blanc. Des images très artistiques, prises ici et là, lors d’évènements et voyages auxquels a assisté le photographe. L’endroit n’a pourtant pas encore été inauguré, enfin, de manière officielle. Ses portes sont effectivement déjà ouvertes depuis quelques jours déjà. Situé à Isoraka, dans un décor cozy, « Mak’club », car c’est de ce resto-bar lounge qu’il s’agit, tiendra sa soirée d’inauguration le 20 avril. « Il y aura un show bar à l’extérieur et des animations avec des danseuses. Tous ceux qui seront parmi nous pourront goûter à nos spécialités. Des cocktails de bienvenue et dinatoire seront offerts. Personne n’est, d’autant plus, exclue chez nous. Nous avons une grande cuisine et un excellent chef qui  cuisine halal, végétarien…», détaille Prisca Maka, propriétaire des lieux. Tout le monde aura donc sa part. Mak’club propose sandwicherie et saladerie « revisitées ». Pour découvrir Mak’club, rendez-vous à la soirée d’inauguration, le 20 avril prochain ou avant, Prisca Maka et son équipe vous y attendent. Les lieux sont ouverts 24/24 heures, 7/7 jour.Mahetsaka

Midi Madagasikara38 partages

Plus d’échappatoire pour le pouvoir

Le pouvoir est aujourd’hui poussé dans ses derniers retranchements. Le régime est plus que jamais comptable des actes qu’il a faits. Sa tentative de soustraire la dame Claudine à la justice en organisant cette évacuation sanitaire rocambolesque l’a discrédité. Les citoyens malgaches n’ont pas été dupes. Les représentants de la communauté internationale sur place sont plus que jamais vigilants et appellent au respect de la légalité.

Plus d’échappatoire pour le pouvoir

Nul ne sait pour le moment ce qui est advenu de Claudine Razaimamonjy. On parle d’un départ pour une destination inconnue après son départ de la clinique mauricienne. Mais elle n’est pas pour autant tirée d’affaire car elle ne va pas pouvoir se faire oublier. La mobilisation de l’opinion publique et la détermination des magistrats et des agents du Bianco ne lui laisseront aucun répit. Les représentants des chancelleries se félicitent de l’action menée par ces derniers et affirment que la dame Claudine ne doit pas échapper à la justice malgache. Plus aucune échappatoire ne pourra plus être utilisée. La conférence de presse donnée par les responsables de la police de l’air et des frontières a mis en lumière les subterfuges utilisés pour couvrir cette évasion organisée. Les propos que ces derniers ont tenus les ont totalement discrédités aux yeux des représentants de la presse venus nombreux. Ils peuvent se targuer d’avoir obéi à des ordres venus du sommet de l’Etat, mais ils sont responsables d’avoir participé à cette mascarade. Aujourd’hui, personne n’est dupe et le pouvoir ne peut plus se réfugier dans un silence embarrassé. Le départ de Claudine l’empêtre encore plus dans ses contradictions. Il ne pourra pas empêcher d’autres affaires de corruption d’être instruites. Et il ne sera plus possible de les étouffer. La boîte de Pandore est maintenant ouverte.

Patrice RABE

Midi Madagasikara38 partages

Moramanga : Zaza nateraka niakarana fitsarana

Zaza faharoa nateraky ny reniny ilay zazalahy 13 taona sady manana ny kopia nahaterahana ara-dalana ary monina eto Moramanga renivohitra. Tao anatin’ny telo volana (  febroary 2017 ka hatramin’ny aprily 2017) izao no tsy hita izay misy io zaza io hatramin’izao. Narary mafy teo am-pandriana ilay reny niteraka azy no naniraka ity zaza ity hividy sira, dia izao izy tsy niverina intsony izao. Efa fanindroany no nisy ny tranga tsy fahitana an’ity zaza ity,ka tamin’ny taona 2012 no voalohany. Ity tsy fahitana azy voalohany ity no niteraka ny disadisa, satria hita tany amin’ny tokantrano iray tao amin’ny kaominina Anjiro ilay zaza rehefa nandeha ny fitadiavana. Nilaza ho very zanaka roa volana ireto fianakaviana nitazona azy tamin’ny taona 2004 nandritra ny fitaom-pivavahana tamin’izany fotoana izany, raha niangavy olona niara-nipetraka taminy tao am-piangonana ilay ramatoa mba hitazona ny zanany  fa hivoaka vetivety. Rehefa tafaverina teo amin’ny toerana nipetrahany izy dia efa tsy teo intsony ilay olona nampitazonina ilay zaza. Nanomboka teo ihany koa ny fitadiavany ny zanany.Taty aoriana, noho ny fahitany ity zaza ity teny am-pilalaovana tamin’ny taona 2012 no nilazany fa zanany ka nentiny avy hatrany, ary nitarika ny raharaha hatrany  amin’ny fitsarana, vao tafaverina tamin’ilay reny manana ny kopia nahaterahana ara-panjakana ilay zaza. Tsy hita indray ilay zaza amin’izao fotoana izao, ny ankilany etsy andaniny nampiakatra indray ny fitoriana izay efa noheverina ho nilamina tamin’ny taona 2012, sady manizingizina fa zanany ilay very. Efa eo am-pelatanan’ny fitsarana ny raharaha.

Cathy

Tia Tanindranaza35 partages

Minisitry ny fitsaranaMatahotra mafy an’ny Bianco ?

Tsy nisy sahy nipoitra teny amin’ny Bianco omaly maraina ireo solontenam-panjakana nandritra ny fanolorana fitaovana momba ny informatika nataon’ny masoivoho frantsay na dia nahazo fanasana aza.

Toky R

 

Midi Madagasikara34 partages

Compagnie Int’Air Iles : Boycottée par l’ACM

L’Aviation Civile de Madagascar (ACM) a suspendu tous les vols de la compagnie aérienne comorienne Int’Air Îles à destination de Madagascar depuis le 08 avril dernier pour des raisons de sûreté aéroportuaire. « Mais ces arguments ne sont que des faux prétextes pour boycotter la compagnie qui fait de l’ombre à une autre compagnie étrangère.  Int’Air Îles fait appel aux services d’Air Madagascar et de Madagascar Ground Handling pour l’assistance au sol », a dénoncé Djaafar Salim Allaoui, le Conseiller privé du PDG de cette compagnie comorienne. En outre,  « les tarifs proposés sont plus compétitifs par rapport à ceux des autres concurrents. L’ACM et ce concurrent chercheraient également des manœuvres considérées comme des techniques de concurrence déloyale pour contrer l’Alliance Vanille », a poursuivi  Mountaka Ahmed, le directeur commercial de la compagnie.

Vol dérogatoire. Mais à la suite d’une requête de vol dérogatoire, l’Airbus A 380 de cette compagnie comorienne a pu décoller mardi dernier pour les Îles Comores. « En effet, il y a des passagers en majorité comoriens qui sont composés de personnes âgées avec des patients nécessitant des soins aux Comores et des itinérants qui ont besoin de renouveler leur visa qui a expiré dans leur pays natal », a enchaîné Djaafar Salim Allaoui. De son côté, l’Ambassadeur des Comores à Madagascar, SEM Kaambi Elyachourtu Mohamed suit de près cette affaire en se positionnant comme étant facilitateur dans les négociations avec l’ACM. « Dans l’intérêt du développement touristique à Madagascar et en accord avec le principe de l’Open Sky, il serait plus judicieux que chaque compagnie trouve sa part de marché sans aller jusqu’à se mettre des …cales dans les roues », a conclu le Conseiller privé du PDG de la compagnie comorienne.

Navalona R.

Midi Madagasikara32 partages

Transporteurs de Madagascar : « Il faut plus de transparence dans le régime fiscal »

Le régime fiscal des transports a été présenté par la direction générale des impôts aux membres de l’association des Transporteurs de Madagascar hier.

Des efforts de transparence doivent être entrepris dans le cadre du régime fiscal des transporteurs. Lesdits efforts devant permettre de limiter les faits de corruption dans ce domaine.

Manque de communication. C’est ce qui a régi la fiscalité concernant les transports dans la Grande-île. Un constat général effectué par les représentants des transporteurs présents durant un atelier de présentation du régime fiscal des transporteurs auprès du bureau général des impôts à Anosy hier. Un évènement durant lequel les parties prenantes, à savoir la direction générale des impôts et les associations des transporteurs de part le pays ont pu partager leurs points de vue sur les réalités existantes concernant les modalités d’imputations imposées aux transporteurs. Car d’après le président de l’ASTRAM ou Association des Transporteurs de Madagascar, Fredinard Rakotondrafara, « il est du droit des contribuables, notamment des personnes œuvrant dans le secteur du transport d’être au courant de comment l’Etat se procède à l’imputation des impôts ». Fredinard Rakotondrafara d’affirmer que : « la transparence est de mise pour lutter contre la corruption qui règne dans ce secteur en particulier et dans les domaines de la vie publique en général ». Propos partagé par le Directeur Général des impôts qui a tenu à faire savoir que « l’évènement concordait avec la politique de transparence leadée par la direction ». Ce qui devrait se faire d’après le président de l’ASTRAM par « la mise en place d’un meilleur système de communication entre les parties ».

Flou. L’atelier était également l’occasion pour les membres de l’ASTRAM de soulever les parts d’ombres entourant les modalités d’imputation appliquées aux transporteurs. En effet, Fredinard Rakotondrafara a dénoncé « que le montant exact des impôts devant être payé par les transporteurs est inconnu ». Le président de l’ASTRAM d’ajouter « l’existence d’irrégularité dans l’organisation même de la perception des impôts ». Et les exemples ne manquent pas d’après lui. Entre autres, la différence entre les impôts payés par deux transporteurs exerçant les mêmes activités mais siégeant dans deux localités différentes. Des « zones d’ombre » existent toujours dans le domaine des impôts, l’atelier d’aujourd’hui démontre, toutefois, l’engagement et la volonté des transporteurs et de la direction générale des impôts à lutter contre la corruption.

José Belalahy

Midi Madagasikara31 partages

Indonésie – Madagascar : Coopération entre deux sociétés pour produire des briquettes ardentes

Ces briquettes indonésiennes et malagasy sont le fruit de la technologie protectrice de l’environnement.

Face au phénomène de déforestation dû à l’utilisation massive de bois comme matière principale de cuisson et de chauffage et malgré l’existence de gaz dans leur pays, les protecteurs de l’environnement indonésiens ont profité de l’existence des cocotiers sur les milliers de leurs ’îles pour transformer les fibres de ces noix de coco et en faire des briquettes ardentes. Ces combustibles sont totalement naturels et n’émettent aucune fumée nocive pour la santé. Ils sont plus résistants et procurent une chaleur calorifique deux fois plus importante que les charbons de bois. En effet, avec quatre kilos de fibre de coco, on peut obtenir 0,8 kg de briquettes ardentes qui peuvent être utilisées pour la cuisson des repas de cinq personnes et/ou pour faire des barbecues. La durée de combustion de ces briquettes est de deux heures trente minutes. Elles sont déjà exportées en Europe.

Madagascar conscient aussi de ce fléau de déforestation a cherché des moyens pour réduire l’utilisation excessive de bois. Une société malagasy , à partir des poudres de charbon de bois, est parvenue à fabriquer des charbons ardents qui ont les mêmes caractéristiques que celles fabriquées à partir des fibres de noix de coco par les Indonésiens. L’avantage de cette société malagasy est d’avoir mis au point une procédure de recyclage et d’utiliser des capitaux locaux. La collaboration entre des sociétés de ce genre sera la bienvenue, la coopération Sud-Sud n’étant plus un slogan. Fibres de coco, poudre de charbon de bois ou autres matières  ne sont qu’une infime partie de ce que l’humanité a besoin pour satisfaire ses besoins sur le plan énergétique.

Nary Ravonjy

Tia Tanindranaza29 partages

Ramiaramanana JosephMihantsy ady amin-dRavalomanana …

Tsikaritra ho misetrasetra sy mandrangaranga hery mihitsy ny kolonely Ramiaramanana Joseph, sekretera jeneraly eo anivon’ny minisiteram-panjakana misahana ny tetikasan’ny filoha sy ny fanajariana ny tany (M2PATE) amin’ny fandravana trano ataony ankehitriny.

 Izy mihitsy no mitarika andian’olona sy mpitandro ny filaminana. Tsy misy asa atao ve eo anivon’ity minisitera ity sa tsy ampy ny mpiasa, ka aleony mirotsaka an-tsehatra amin’ny fandravana trano etsy sy eroa ? Etsy Ankorondrano, ohatra, dia mbola mitohy hatrany ny fandravana fananan’ny Orinasa Tiko, ka izy no lehiben’ireo mpandrava. Raha tsiahivina, izy koa no nanao botolo sy namaky ny kazerina misy ny polisy monisipaly tetsy Anosipatrana, ary naka ireo fiarabe izay mpanototra tany tsy ara-dalàna. Toa tsy maty voalavo an-kibo ny lehilahy taorian’ny tsy naha PDS teto Antananarivo azy intsony, ary lasa mahery fihetsika mihitsy rehefa nomen’ny fanjakana HVM seza ao amin’ny M2PATE ka misetrasetra. Olona sahirana ara-pivelomana no voalaza fa karamainy amin’ny vola kely varaventy hanampy azy amin’ny asa fandravana izay ataony. Mandeha ny resaka fa dia ny anaran’ny filoham-pirenena izay mety tsy mahalala na inona na inona akory no entiny sy isalorany rehefa manao ny setrasetrany izy. Manontany tena ihany koa ny maro hoe aiza ho aiza ny fepetra sy sazy tamin’ireny barofo sy tsy fanarahan-dalàna nataony teny Anosipatrana ireny ? Sa rehefa manana basy aman-tafondro dia afaka manao izay tian-katao sy ambonin’ny lalàna ?

Toky R 

 

L'express de Madagascar29 partages

Émission de nouveaux billets – La Banque centrale se veut rassurant

L’inflation ne sera pas au rendez-vous. C’est ce qu’on entend du côté de la Banky foiben’i Madagasikara.

«Il n’y aura pas d’inflation ». Cette déclaration est de Alain Rasolon­draibe, gouverneur de la Banky Foiben’i Madagasikara (BFM) face à la crainte de l’opinion d’une hausse généralisée du prix à l’issue de l’émission de nouvelles gammes de billets sur le marché. « Si l’on parle de l’économie pure, cette mesure n’entraînera pas d’inflation. Il ne s’agit pas d’une mesure de dévaluation de la monnaie nationale », a-t-il souligné lors d’une conférence de presse, hier.Pourtant, des économistes avancent l’apparition de l’inflation après l’effectivité de l’émission de ces nouveaux billets. « C’est une dévaluation indirecte de la monnaie nationale. L’inflation est inévitable mais c’est à la banque centrale de prendre les mesures adéquates pour la maîtriser », a expliqué au téléphone Rado Ratobisaona, enseignant-chercheur des Univer­sités, mercredi. L’émission d’une grosse coupure de 20 000 ariary y est pour quelque chose. « Avec la dépréciation répétitive de l’Ariary face aux monnaies fortes comme le dollars et l’euro, la banque n’a plus le choix que d’émettre une grosse coupure. C’est une pratique qui se fait dans le monde », a-t-il ajouté.

Sécurités aux normesLe régime actuel annonce son intention de renouveler l’ensemble des coupures de billets de 100 ariary, 200 ariary, 500 ariary, 1000 ariary, 2000 ari­ary, 5000 ariary, 10 000 ariary, avec l’introduction d’un nouveau billet de 20 000 ariary. La première mise en circulation de ces nouveaux billets est prévue avant la fin de l’année.« Le renouvellement d’une gamme de billets de banque se fait généralement après une dizaine d’années de mise en circulation. Pour Madagascar, les dernières émissions de billets de banque  datent de 2003 et 2004. Les technologies d’impression fiduciaire et les éléments de sécurité ont beaucoup évolué », a fait savoir le gouverneur, hier. Cette nouvelle gamme de billets permettra à la population comme aux institutions financières de mieux se prémunir de la contrefaçon, grâce aux signes de sécurité modernes utilisés. « Ces billets seront fabriqués avec des sécurités aux normes internationales, avec des technologies de pointes. Ainsi, ils possèdent des sécurités très renforcés », continue-t-il d’expliquer.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar28 partages

Transport national – Contrôle strict des taxis-brousse

Mesure spéciale à l’approche des fêtes pascales. Les passagers des taxis-brousse de la zone nationale devront limiter leurs bagages. La cellule d’Intervention routière (CIR), sous l’ordre de la direction du Transport routier (DTR), opère une action de contrôle des véhicules de la zone nationale et régionale, notamment, le suivi de la hauteur du bagage sur le porte-bagages du véhicule. « Elle ne devrait pas excéder le 0,80 mètre de hauteur, pour éviter les accidents de circulation », précise le directeur général de l’Agence de transport terrestre (ATT),le colonel Andry Rakoton­drazafy, hier.La DTR a commencé l’opération, mercredi. Pendant leur descente au stationnement de la zone nationale à Anosizato, une dizaine de taxis-brousse ont été rappelée à l’ordre, selon le rapport de Gilbert Rakotozafy DTR.« Nous avons bloqué les véhicules avec une hauteur de bagage au dessus de 0,80 mètre. Ils ne pouvaient pas sortir du stationnement, sans que leurs bagages soit aux normes », explique-t-il. Ce dernier reconnaît que cette opération était difficile. « Les transporteurs ont contesté notre intervention », continue-t-il.Du coup, la CIR n’opérera plus au niveau des stationnements. Finis la sensibilisation. « Nous allons intervenir directement sur les routes nationales, dès demain (ndlr : ce jour). Nous retirerons les papiers des véhicules irréguliers et les mettrons en fourrière, à leur voyage du retour », avance-t-il.En 2016, onze personnes ont succombé, suite à des accidents de circulation, pendant les fêtes pascales. Cette année, le ministère ambitionne de diminuer ces accidents de circulation, en effectuant l’alcootest et en renforçant la sécurité routière ainsi que les critères de délivrance des autorisations spéciales.

M.R.

Midi Madagasikara28 partages

Futurs leaders au service de l’enfance : L’équipe VITA-NOVA de l’INSCAE se mobilise

L’Institut National des Sciences Comptables et de l’Administration d’Entreprise (INSCAE) forme de futurs cadres performants et activement engagés dans les causes sociales. Dans cette optique, la « team » VITA-NOVA, inscrite en deuxième année, Session 3, met en œuvre un projet de rénovation de l’Ecole Primaire Publique (EPP) Volosarika, sise à Ambatoroka. Cette EPP a été « l’heureuse élue », en raison de son état de délabrement avancé, mais aussi parce que VITA-NOVA est convaincue que les enfants représentent l’avenir socio-culturel et économique de Madagascar. Il importe donc de leur donner les meilleures bases pour démarrer leur vie dans des conditions optimales, garantes de leur productivité future.

Les réalisations. Le projet de cette jeune équipe s’articule autour de trois points focaux. Ils s’attèleront à la création d’une aire de jeux pour l’éveil et l’épanouissement des écoliers de l’EPP. Le sanitaire de Volosarika étant plus ou moins insalubre, VITA-NOVA projette également de rénover les latrines de l’établissement, afin de les rendre opérationnelles. L’hygiène et la santé détiennent effectivement une place primordiale dans une éducation réussie. La rénovation des infrastructures dans un état de délabrement avancé et flagrant est également prévue. Vivement la vulgarisation des initiatives de ce genre !

Luz R.R

Midi Madagasikara27 partages

Alarobia : Famonoana an’i Beby sinoa, voasambotra i Therry sy Toto

Ankoatr’ireo mpiasa vavy roa sy efa-dahy voasambotra sy efa any am-pigadrana ary ny tovolahy iray maty voatifitra, dia mbola mitohy hatrany ny fanadihadiana mahakasika ilay famonoana sinoa vavy, fantatry ny maro amin’ny hoe Beby sinoa teny amin’iny faritra Alarobia iny, dia mbola niampy roa indray ireo voasambotra. Tovolahy roa fantatra amin’ny anarana hoe Therry sy Toto no voasambotry ny pôlisy misahana ny heloka bevava, tetsy Morarano  Alaboria ny talata sy ny alarobia lasa teo. Tamin’ny alalan’ny  fiaraha-miasa teo amin’ny andrimasom-pokonolona teny an-toerana no nahafahana nisambotra ireto olon-dratsy ireto araka ny fanazavàna azo avy tamin’ireo mpanao fanadihadiana. Ny iray moa, dia teo am-piomanana ny hitsoaka mihitsy no noraisim-potsiny. Teo am-panaovana fifindra-monina izy no saron’ny pôlisy. Samy voarohirohy ho nandray anjara nivantana tamin’ny famonoana ity sinoa vavy ity avokoa izy roalahy ireto. Ary tamin’ny fanadihadiana aza dia niaiky tanteraka izy ireo fa isan’ireo namono. Tsiahivina fa ny marainan’ny 29 Novambra 2016 no hita faty tao an-tranony i Beby sinoa, na i Sam Hao Sam Tu, raha ny tena anarany, voavono sy voafatotra. Mitazona toeram-pivarotana zava-pisotro eny amin’iny faritra Alarobia iny ny tenany ary mipetra-drery. Raha ny fanadihadiana tamin’io fotoana io, dia fantatra fa ny alin’io nahitàna azy io izy no notongavana andian-jiolahy tao an-tranony. Lasa tamin’izany ny vola rehetra tao an-trano. Ny ampitson’io ihany dia niroso tamin’ny fisamborana ny mpanampy roavavy tao aminy ny pôlisy. Andro vitsivitsy taty aoriana dia nisy tovolahy iray fantatry ny rehetra amin’ny anarana hoe Tatasy, voarohirohy ho isan’ireo nanafika no maty voatifitry ny pôlisy indray. Ary izao volana maromaro aty aoriana no nisy ireto roalahy voasambotra ireto. Omaly moa izy ireo no nohenoina teny anivon’ny Fampanoavana ary samy nadoboka am-ponja avokoa araka ny fampitam-baovao azo hatrany.

m.L

Tia Tanindranaza21 partages

Fetin’ny paskaNivadika ho zavatra hafa mihitsy

Fety masina ny fetin’ny paska saingy amin’izao fotoana kosa dia toa efa lasa mivaona amin’izay ny ankamaroan’ny olona, eny fa ny kristianina mihitsy aza no tena maro manao azy.

 Ny fety masina tahaka izao no lasa fotoana himamoana sy hanaovana zavatra tsy mendrika isan-karazany, raha ny zava-misy hita eny amin’ny fiarahamonina ankehitriny. Mitombo ireo olona mamo eny an-dalambe, mitombo ireo olona hita eny amin’ireny toeram-pandihizana na fanalan’azy, araka ny filazan’ny tanora, eny fa na hatramin’ireo tovovavin’ny alina mpampanofa tena aza dia ny vaninandro toy izao no ambaran’izy ireo fa fotoana fanararaotana hahazoana vola bebe kokoa ny vola ho azy ireo. Mety ho lasa fihomehezana ny tahaka izany, saingy rehefa tena halalinina, dia anisan’ny mety ho antony mampikorosy fahana ny firenentsika. Raha ny ara-panahy, ny fanimbazimbana ny fety sokajiana ho masina indrindra no miteraka ozona ho antsika. Raha ny lafiny toe-tsaina kosa dia tsy mahay mandanjalanja ny fomba aman-pihetsika intsony ny Malagasy fa dia mandeha ho azy ara-bakiteny ny zava-drehetra. Tsy misy intsony ny fandalinana ny mety sy ny tsy mety fa baranahiny ara-bakiteny.

Toky R

 

Tananews19 partages

Le kilo de vanille à 1 000 000 ar ?

Et pendant ce temps on se fait ch*** à Tana à cumuler des études bac+machin, pour un job payé au lance-pierre alors que le pognon est là, sous nos yeux ?

Objectif : produire et vendre donc 5 kilos de vanille tous les mois.

Ça ne devrait pas être mission impossible.

Midi Madagasikara19 partages

Judo – Championnats d’Afrique : 10 Malgaches en action ce jour

Les responsables au sein de l’UAJ, hier, à l’Hôtel Carlton. (Photo Kelly)

C’est parti pour les 38e Championnats d’Afrique de Judo au Palais des Sports de Mahamasina ce jour et ce jusqu’à dimanche. 188 judokas de 22 pays se partageront leurs joutes pendant ces trois jours.

Le coup d’envoi de l’édition en terre malgache du Sommet continental de judo senior et kata sera donné ce jour à Mahamasina. L’Union Africaine de judo présidée par Habib Sissoko accompagné du président de la Fédération malgache de judo, Siteny Randrianasoloniako et des autres membres ont rencontré la presse hier à l’Hôtel Carlton.« C’est une opportunité pour chaque pays de montrer leur visage et de s’évaluer en action. Nous souhaitons que ces championnats d’Afrique soient couronnés de succès. Que les meilleurs gagnent », annonce Habib Sissoko, président de l’Union Afrique Judo (UAJ) hier lors d’une conférence de presse au Carlton Anosy.Les grandes nations du judo africain à l’image  de la Tunisie, l’Algérie, le Maroc et l’Egypte sont toutes présentes. Evoluant à domicile, Madagascar sera représenté dans toutes les catégories soit au total 24 judokas.

10 malgaches.Pour cette première journée de compétition, 10 judokas malgaches seront en action dans les catégories des -48kg, -52kg, -57kg, -63kg chez les dames et -60kg, 66kg et -70kg du côté des hommes. Chez les moins de 48 kg, Tatiana Andrianaivoravelona affrontera l’Angolaise Andreza Antonio. La Tunisienne, Olfa Saoudi attendra le vainqueur de cette confrontation. Dans la catégorie des moins de 52kg, Mirana Rakotovao sera aux prises de la Sénégalaise, Ndeye Camara.En moins de 57 kg, elles sont deux judokates à défendre les couleurs malgaches. Narindra Rakotovao sera face à la Camerounaise, Jeanne Mballa et Fanja Rabehariniaina défiera la Sud-africaine, Zelda Olivier. La dernière engagée est Daniella Nomenjanahary chez les moins de 63 kg qui sera opposéeà Aissata Traoredu Mali. Dans les joutes masculines, chez les moins de 60kg, les deux malgaches sont exemptés du premier tour. Nazir Bin Abdou défiera le Marocain, Yassine Moudatir et Nady Jonarison affrontera Pascal Laurent de Maurice au second tour. Dans la catégorie des moins de 66kg, Kevin Andriamanoelina entrera en action face au Mauricien, Christopher Carron. Les deux judokas engagés en moins de 73kg ont été également exemptés du premier tour et défieront les cadors egyptiens. L’expatrié Royal Rakotoarivonyattaquera Omar Mahmoud et Mathieu Ramarolahy sera opposé à Mohyeldin. 

Interactif. Une grande première dans l’histoire des Championnats d’Afrique où les combats seront transmis en live sur le nouveau site de l’UAJ, www.africanjudo.com. « Tous les férus de judo de par le monde peut suivre en temps réel le déroulement de l’évènement. Madagascar est fier d’accueillir ses pairs à cette joute continentale », a fait ressortir le président de la FMJ, Siteny Randrianasoloniako. Cette interactivité est rendue possible avec la collaboration de l’opérateur en téléphonie Telma grâce au backbone national en fibre optique. Les éliminatoires débuteront à partir de 9 heures à Mahamasina, la cérémonie d’ouverture est prévue à 16 heures qui sera suivie des finales. L’entrée est gratuite pour permettre aux férus de cette discipline de venir en masse pour voir le judo de haut niveau.

T.H

Midi Madagasikara18 partages

Portrait : Rafidimalala Robert ou Fidimalala : Il a apporté sa pierre à l’édifice de la culture malgache

Fidimalala au CCESCA, dimanche dernier.

Dans les années 50 et 60, le duo Barijaona-Fidimalala séduisait les mélomanes de la musique malgache. Et encore de nos jours, les gens se souviennent encore de « Havako anie », « Vorona ô », « Hanina an’i neny »… A leur façon, Barijaona et Fidimalala ont apporté leur pierre à l’édifice de notre culture. Il est vrai qu’ils n’ont enregistré que peu de disques mais quelques œuvres restent immortelles et incontournables. Si Barijaona est déjà parti pour un monde meilleur, Fidimalala quant à lui a actuellement 89 ans et partage aux autres son vécu. Portrait.

Rafidimalala Robert ou simplement Fidimalala est fils unique. Il aimait la chanson, la musique depuis sa tendre enfance. Sa mère avait deux frères qui vivaient avec sa petite famille. En entendant ses deux oncles jouer de la guitare et de la mandoline, Fidimalala a commencé à apprécier les instruments musicaux acoustiques.

Fidimalala a rencontré par le pur des hasards Barijaona à l’âge de 16 ans chez un coiffeur d’Ankaditapaka Ankadifotsy. Ayant les mêmes goûts, ils ont donné ensemble des sérénades nocturnes dans ce quartier.

En 1946, Fidimalala a rejoint la Chorale du Foyer des jeunes d’Amparibe. Il y a pu renforcer ses connaissances musicales. Et il a continué à évoluer au théâtre d’Ambatovinaky vers l’âge de 17 ans. Il a ensuite intégré le groupe théâtrale Tropy Lisin’Iarivo en 1949.

En 1950, les compositions malgaches ont eu leur plage entre midi et 14 heures à radio Antananarivo. Barijaona et Fidimalala au début de leur carrière ont donné six chansons à diffuser : quatre de Barijaona et deux de Fidimalala.

Le grand compositeur de « Majunga ve ? » Ranaivo Ranarivelo, admiratif de leur talent, a encouragé les deux jeunes chanteurs Barijaona et Fidimalala à partir à l’étranger. Barijaona s’envola pour la France en octobre 1953 et Fidimalala l’y rejoignit trois mois plus tard (décembre 1953).

A leur début en France, ils ont connu une vie difficile. Mais les deux compagnons n’ont pas dit leur dernier mot. Tous les soirs, ils n’hésitaient pas à demander aux propriétaires des cafés de la ville de Paris de leur permettre de chanter et d’animer les soirées pour gagner un peu d’argent pour survivre. Ce n’est qu’en 1957 que Barijaona et Fidimalala ont enregistré leur premier disque avec Ranaivo Ranarivelo. En 1958, le Professeur Ratsimamanga a décidé de produire leur premier disque « Rova ». Il y avait douze  de leurs compositions. Leur situation financière commençait à s’améliorer ainsi que leur carrière dans la musique. Barijaona décida alors de rentrer à Madagascar en 1979 et Fidimalala le suivit en 1980. A leur retour au pays, ils ont continué leur carrière.

Fidimalala, l’« akanga sisa nanamborana » est un chanteur passionné. Il écrivait, il composait et habillait musicalement des poésies de Dox.

Dimanche dernier, il était la vedette d’un concert « Poa-tsatroka ho an’i Fidimalala » organisé par par R’Imbosa et Angolan’Imerina. Il fut à cette occasion élevé au grade de Commandeur de l’ordre national.

Fidimalala à 89 ans chante encore et les mélomanes et ses confrères du monde de la musique lui souhaitent une longue vie.

Mamiah

Midi Madagasikara17 partages

Scandale sommet mondial de pétanque : « Les comptes ont reçu le quitus de l’AG », précise Naina Andr...

Le scandale financier qui fait de l’ombre à l’organisation du championnat du monde de pétanque au Palais des Sports, continue de faire des vagues. Car au-delà des cris de détresse des prestataires non payés, il y a aussi cette bataille juridique qui pointe à l’horizon.

Car à défaut de trouver un accord pour que toutes les dettes soient épongées, le président du Comité d’organisation, le Dr Naina Andriambelosoa, se voit contraint de saisir la justice car il n’admet pas que les gens qu’il a engagés pour faire tout le boulot, ne soient pas rémunérés.

« C’est dur de savoir qu’une mère de famille qui a travaillé sans relâche pour faire du sommet une réussite ne soit pas payée pour ses efforts », souligne Naina Andriambelosoa qui précise qu’il avait fait ce qu’il avait à faire. Notamment de présenter les comptes incluant les dépenses d’organisation à l’Assemblée Générale de la Fédération de pétanque mais aussi les impayés. Une démarche qui a reçu le quitus de cette AG.

Les mêmes factures ont été aussi présentées à la Directrice du Sport Fédéral, Rosa Rakotozafy sans doute par précaution pour qu’un tiers ne vienne pas y rajouter quelque chose.

« J’ai tout fait avec la transparence requise et surtout pour qu’on n’écorce pas mon intégrité », explique encore le Dr Naina Andriambelosoa qui n’a qu’un vœu pour que cette affaire trouve une solution dans les jours à venir.

Clément RABARY

Midi Madagasikara15 partages

Vazo miteny : Nantenaina sous les feux des projecteurs !

Nantenaina est à l’affiche du Telozoro Andrefan’Ambohijanahary ce soir.

Ce soir, Nantenaina va investir le Telozoro Andrefan’Ambohijanahary pour y entonner ses plus grands succès mais également pour dévoiler ses nouvelles compositions, notamment « Vavaka ».

Des retrouvailles qui s’annoncent très chaleureuses ! Avec lui, on ne s’ennuie jamais. Nantenaina n’est effectivement jamais à court de bonnes histoires, et des vraies, qu’il raconte en chansons à tous ses inconditionnels. Une soirée avec  l’interprète de « Vavaka », c’est de l’ambiance assurée. Auteur, compositeur, chanteur, musicien, Nantenaina est également un ambassadeur du « petit peuple ». Il est ce père de famille devenu alcoolique parce que sa femme l’a quitté pour cause de pauvreté ou celui qui s’est laissé tenter par une autre et prie sa femme de le reprendre. Il est également ce paysan qui tente par tous les moyens d’éduquer ses enfants, cet homme qui n’a plus de repères parce que la mondialisation lui a insufflé toutes sortes d’idées… Nantenaina revêt toutes les casquettes. Ses histoires, bien qu’elles ne soient pas toujours joyeuses, sont toujours racontées gaiement… en musique. Culture, corruption, éducation, tromperie… il aborde tous ces sujets dans ses titres mais jamais de manière mélancolique. Et c’est ce qu’aiment ses inconditionnels qui se feront certainement très nombreux au Telozoro Andrefan’Ambohijanahary ce soir.Mahetsaka

Madagascar Tribune13 partages

Un appel à la prise de conscience

Le mouvement Wake-up Madagascar a tenu hier une nouvelle manifestation devant l’hôtel de ville d’Antananarivo. Une manifestation cette fois-ci intitulé « Tsangan-tànana 2018 », qui consistait à lever la main. La raison en est qu’après les déboires de l’Assemblée Nationale lors du vote des lois électorales durant lequel certains députés auraient levé leurs mains après réception d ‘une importante somme d’argent, la remarque a été faite que pour certains qui ont la responsabilité de faire des lois pour le pays, le fait de lever sa main n’est qu’un simple geste pour s’enrichir. Aussi, les citoyens, dont la majorité se noie dans l’inflation et le cout de la vie trop chère, a été invitée à lever leurs mains en signe de protestation contre les pratiques qui prévalent dans la sphère dirigeante à Madagascar. « Il s’agit d’une manifestation pour dénoncer la corruption qui apparemment fait des hommes riches à Madagascar, alors que la population devient de plus en plus pauvre chaque jour », déclare une manifestante membre de Wake-Up Madagascar. Au-delà de la simple manifestation, il s’agissait également d’un appel à la prise de conscience citoyenne. « Pourquoi accepte-t-on encore les pratiques malsaines des politiciens qui ne se cachent plus et dont nous seuls, sommes victimes ? », se demande une autre manifestante. Une question qui résume bien la non-réaction de la majorité des malgaches face aux dérives dont ils ne sont que simples spectateurs et victimes.

Midi Madagasikara13 partages

Danse : Festival Arondihy, place au spectacle !

Lamako Event organise cette année la 6e édition de Arondihy

La 6e édition du festival de danse Arondihy, organisée par Lamako Event, se poursuit tranquillement et laisse place au spectacle. Ce samedi 29 avril, trois compagnies de danse se produiront à l’AFT Andavamamba.

 

Le festival de danse Arondihy, organisé et initié par Lamako Event, suit son cours. Déroulement inédit pour un événement, le festival se tient sur plusieurs mois, à raison de quelques jours par activité. Son objectif est de mettre en valeur la diversité de la danse, et de mélanger les styles. Ainsi, durant ce festival, les danseurs traditionnels côtoient ceux qui évoluent dans la danse moderne. La rencontre tient lieu à des créations, et le résultat est époustouflant. Ainsi, depuis le premier trimestre de l’année, au mois de février, les participants se sont retrouvés au cours d’ateliers d’échange. Il s’agit du groupe Soameva qui fait de la danse Sakalava, et la Compagnie Asara, plutôt dans la danse de contact. Au mois de mars, le groupe Sarandra Beloba a tenu un atelier sur la culture et la danse Antanosy. On a eu droit au mangaliba, le relosy, l’elaky tagnana et le dihy koaiky, avec une ouverture sur le modern jazz, le street jazz et la danse classique.

AFT. Le festival poursuit son petit bonhomme de chemin et investit, pour le 29 avril prochain, les locaux de l’Alliance Française d’Andavamamba, pour un spectacle qui débutera dans les coups de 14h. Sur la scène extérieure donc, les danses issues des différentes régions de Madagascar  seront mises en valeur. On retrouvera alors la troupe Sahy de Toamasina, la Compagnie Moustik d’Antananarivo et la pièce « Daholobe » qui terminera la fête en beauté. Mais le festival ne se terminera pas là car la route continue vers le Nord pour d’autres séries d’ateliers, prévues pour les premières semaines du mois de mai. Ensuite, le festival retourne sur Tanà pour une conférence suivie d’une exposition à l’IKM Antsahavola. Le festival se clôturera très officiellement le 14 mai à l’Hôtel de Ville à Analakely.

Anjara Rasoanaivo

Madonline12 partages

Soutien avéré de la chancellerie étrangère à la lutte contre la corruption

Claudine Razaimamonjy lors de son interpellation. Un cas qui a suscité diverses réactions.

Les représentants de la communauté internationale à Madagascar ont tenu à montrer leur solidarité et leur soutien à l’endroit  du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) dans ses actions. L’ambassadeur des Etats-Unis, Robert Yamate, a rencontré le Directeur général du Bianco pour lui exprimer sa solidarité, notamment à la suite de l’affaire Claudine Razaimamonjy.

Au cours des derniers jours, le cas de cette conseillère à la présidence de la République, et non moins femme d’affaires très connue à Madagascar, a suscité de vives polémiques. Mise en cause dans plusieurs affaires d’octroi de marchés publics et soupçonnées de corruption, Claudine Razaimamonjy a été interpellée par le Bianco. Elle devait être placée en détention préventive, mais officiellement « prise de malaise », elle été transférée à l’hôpital, puis évacuée dans un autre hôpital à l’île Maurice, avant de rejoindre une autre destination inconnue, mais qui serait vraisemblablement la Turquie d’après diverses sources.

« Elle a la responsabilité de revenir et de se défendre et finir le processus auquel elle fait partie de manière à assurer que ce processus soit ouvert, équitable et transparent. Son retour devrait terminer ce processus », a affirmé l’ambassadeur américain à propos du cas Claudine Razaimamonjy.

D’autres ambassadeurs, comme celui de la France et de la Commission de l’Union Européenne ont également affiché leur solidarité à propos de la lutte contre la corruption dans la Grande Ile. Ces diverses réactions sont compréhensibles étant donné que le Bianco est une entité qui bénéficie d’un large soutien financier des partenaires étrangers du pays.

D’autres proches du président de la République semblent actuellement paniquer à la suite de l’affaire Claudine Razaimamonjy. Des conseillers du chef de l’Etat seraient déjà frappés d’une mesure d’interdiction de sortie du territoire. Concernant l’« évacuation sanitaire » de Claudine Razaimamonjy, le syndicat des magistrats de Madagascar a parlé d’une « évasion déguisée ». Le procureur général de la République a parlé « d’irrégularités ». Mais l’implication du ministre de la Justice et de quelques proches du président de la République dans l’affaire a eu raison de tous ceux qui pensaient que, pour une fois, « un gros poisson » est tombé dans le filet du Bianco.

Midi Madagasikara11 partages

« Santé pour tous ? » – Résistance civile : Wake Up Madagascar organise un sondage

« Santé pour tous ? » ou « Fahasalamana : ho an’ny rehetra ? » par Wake Up Madagascar.

Dans le cadre de la résistance civile non-violente, Wake Up Madagascar organise un sondage sur le système de santé opérationnel actuellement dans la Grande Ile. Intitulé « Santé pour tous ? », le sondage s’adresse à tous les citoyens désireux de s’exprimer sur le thème de la santé à Madagascar et d’assainir par la même occasion le système concerné. Pour y participer, il suffit de suivre le lien https://fr.surveymonkey.com/r/SFPQKLV. Ne demandant que quelques minutes, remplir le sondage permet pourtant d’amorcer des changements significatifs dans le secteur de la santé et de la sécurité sociale, encore problématiques à Madagascar.

Mobilisation. « Santé pour tous ? » intègre tout un projet de mobilisation de masse. Les résultats du sondage seront diffusés publiquement. Suite à cette publication, un grand débat citoyen aura lieu dans quelques semaines, sur le thème de la santé évidemment. D’autres types de mobilisation de masse seront également prévus, étant donné qu’il existe 198 moyens de faire de la résistance civile. Il faut user de créativité et se familiariser entre autres avec les lois en vigueur et leur application, « Etat de Droit » oblige ! Tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à l’amélioration, voire à l’assainissement du système socio-politique à Madagascar sont cordialement invités à se manifester. Comme le disait si bien Gandhi : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. »

Luz R.R

Midi Madagasikara11 partages

Vendredi joli

# Solo Andrianasolo au Piment Café. Il se fait rare, très rare. Quand les occasions se présentent, elles sont à ne rater sous aucun prétexte. Ce soir, Solo Andrianasolo nous revient pour une soirée très intimiste et conviviale. Le guitariste sera à l’affiche du Piment Café. Il mettra toutes ses casquettes : jazzman, chanteur de variétés, guitariste, saxophoniste…

# Matsubara au Cemes Soanierana. La voix cuivrée et chaleureuse de Julien Tcheik Matsubara, ses belles compositions dans un style de fusion, tantôt traditionnel, tantôt moderne avec une tendance plus marquée pour la variété ainsi que les textes évoquant de tout, de l’amour à la joie, sont plus qu’accrocheurs. Ses œuvres sont sur toutes les lèvres et l’artiste est, de plus en plus, sollicité. Ce soir, il va faire danser les noctambules.# Datita Rabeson, Toky Ramasimanga et Nali au Trass. Les amateurs de jazz le connaissent, et même très bien. Ce soir, Toky Ramasimanga sera aux côtés de ses amis de longue date pour de la bonne musique à volonté.# Foxy’s band à l’HDA Analakely. Rock, blues, funk, reggae… Foxy et sa bande proposent un répertoire très éclectique. Les noctambules ne vont pas s’ennuyer. Accompagné de Jiaary à la basse et Mamitiana à la batterie, Foxy va dévoiler ses compositions, dans le genre de celles de Hendrix, Rolling Stones et Prince.  Des artistes qu’il préfère spécialement et dont quelques-uns des titres seront également interprétés pendant la soirée. Méconnu dans le milieu musical malgache, Foxy a pourtant été primé à plusieurs reprises lors du « Street Music Festival » et a déjà joué dans plusieurs pays, entre autres le Pays-Bas, l’Allemagne, la Pologne ou encore les Etats-Unis.# Haramy au Jao’s Pub. Créé en 2011, Haramy est déjà un expert dans l’art de faire danser son public. Ce soir, il fera danser les habitués du Jao’s Pub au rythme de son salegy.# Monika Njava Joel Rabesolo à La Palette Antsirabe. Ce n’est pas une grande première mais c’est toujours un évènement, à ne rater sous aucun prétexte ! Ils ont déjà joué ensemble à plusieurs reprises et ont même donné des concerts en Hexagone. Et puis, leur chemin s’est séparé.# Jaojoby au Vatolahy Antsirabe. Il est capable de nous faire danser jusqu’au bout de la nuit autant qu’il est capable de nous émouvoir. Jaojoby, c’est un artiste exceptionnel qui excelle aussi bien dans l’art de mettre de l’ambiance que dans l’interprétation du blues ou de la soul. Avant de devenir « roi du salegy », le chanteur a effectivement envisagé d’évoluer dans ce genre musical avant de se faire connaître dans ce milieu et heureusement… Si vous n’avez jamais vu un spectacle de Jaojoby, c’est une expérience à ne pas manquer! Et si vous l’avez vu, vous savez de quoi on parle! Si vous êtes dans la ville d’Eaux, ne ratez donc pas le rendez-vous.Mahetsaka

Midi Madagasikara11 partages

Hery Rakotomanana : Parti pour la Turquie, avant-hier

Le président de la CENI, Hery Rakotomanana, est parti rejoindre Istanbul, capitale de la Turquie, avant-hier, pour une mission d’observation quant à la tenue du référendum constitutionnel dans ce pays. Ce suffrage  qui se tiendra le 16 Avril prochain  portera sur la modification de la Constitution visant à remplacer le système parlementaire actuel par un régime présidentiel. Cette mission entre aussi dans les échanges d’expériences que la CENI entretient depuis 2016, visant à un professionnalisme des membres de l’organe. Notons que le jour précédent son départ pour la Turquie, le président de la CENI a reçu l’ambassadeur Représentant régional de l’OIF, Malik Sarr, venu lui rendre une visite de courtoisie. Un cadre de coopération sera bientôt mis en place à l’occasion des processus électoraux dans le pays.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar10 partages

On ne touche pas aux enfants

On ne touche pas à la famille. Vieux code d’honneur chez la Mafia, sicilienne ou napolitaine voire new-yorkaise, des romans de Mario Puzo ou des films de Sergio Leone sur fond de musique d’Ennio Morricone. Chez nous, dans cette société malgache dangereusement engagée sur la pente d’un déclin moral – dont on avait cru toucher le fond pendant la Transition (2009-2013), l’opacité qui entoure chaque affaire de kidnapping laisse libre cours aux pires conjectures, jusqu’à l’hypothèse, maintes fois formulée et jamais démentie, d’un réglement de comptes inter-communautaires, entre Karana engagés dans une féroce rivalité d’affaires doublée d’un schisme dogmatique ou entre nouveaux Chinois fraîchement arrivés de la Chine septentrionale, héritière de la Révolution maoïste de 1949.On ne touche pas à la famille. Et certainement pas aux enfants. La Révolution française de 1789 a fait décapiter le roi et la reine. Si on connaît la France régicide, les livres d’histoire oublient trop souvent de raconter la séquestration du dauphin, âgé de 10 ans. Dans le sillage de la Révolution russe de 1917, mais seulement une fois le mensonge soviétique livré au devoir d’inventaire, la forêt d’Ekaterinburg dévoila le martyre de la famille impériale des Romanov : le tsar et la tsarine assassinés avec leurs cinq enfants (23, 21, 19, 17 et 14 ans). Cependant, nous ne sommes plus ni en 1789 ni en 1917, même dans le Madagascar du quart-monde.Le trépied de la refondation de notre nation doit combiner la conscience et la volonté du vivre ensemble, avec le souci de l’intérêt général et une meilleure redistribution des richesses. Nous sommes tous différents, ça se voit, on le sait, et chaque groupe cultive son particularisme qui participe de l’archipel intérieur de île-continent. Mais, continuons-nous de vouloir vivre ensemble   Il est loin le temps, et sans doute révolu, où «l’Autre» pouvait être déporté de force sur un navire en partance pour quelque plantation d’Amérique ou des Mascareignes. Si les frontières psychologiques de cet archipel intérieur ont gardé leur impérméabilité, aucune muraille physique, par contre, ne sera assez haute pour endiguer le flux, le flot, le raz-de-marée, de la misère en exode que l’absence de fond de péréquation n’aura pas su enraciner sur un chez-soi fertile.On ne touche pas aux enfants. À peine l’émotion d’une mascarade d’État s’est-elle dissipée, que l’abomination du rapt d’un enfant en attente de son bus scolaire vient souligner la précarité permanente et désormais structurelle de cette société fragilisée, sur le point de s’effondrer sous nos yeux et sous nos pieds.À l’occasion des récents évènements, et beaucoup grâce à l’avènement des réseaux sociaux, une forme de mobilisation citoyenne s’organise à Madagascar. Il lui reste à atteindre une masse critique : depuis la défense de la faune en voie d’extinction et de la flore endémique jusqu’à la solidarité de protestation contre un énième kidnapping d’enfant en passant par la dénonciation d’une évasion sanitaire ourdie avec des complicités en très haut lieu. N’oublions pas de réclamer la restauration de la peine pénale la plus implacable et la plus définitive pour les commanditaires et les auteurs de crimes impardonnables.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Midi Madagasikara10 partages

Pancrace Trophée Fight II : Neufs combattants malgaches à La Réunion

La délégation malgache hier à Mahamasina. (Kelly)

La Grande Ile alignera une délégation massive de neuf combattants à la deuxième édition de « Trophée fight » de pancrace qui se disputera demain à Sainte-Marie de La Réunion. Un tournoi triangulaire opposant La Réunion, Mayotte et Madagascar. La délégation malgache s’est envolée hier après-midi après la rencontre avec la presse à Mahamasina.  Il s’agit de Tojonirina Rakotoarisoa (-66kg), Tokiniaina  Razafindrainibe (-61kg), Eddy Vianey Randriamanantena (-70kg), Billy Ramboasalama (-80kg), Anthony Andrianomanana(-70kg), Fidèle Andrianantenaina (-66kg) et Blaise Andriamazoto (-66kg)en pancrace et de EL Fazzaraly (-67kg) et de Voary Pierre (-75 kg) en K1. Nombre d’entre les combattants sont à leur première expérience internationale. « Ils ont entamé une préparation d’un mois. Cette échange dans la région Océan Indien contribue à l’amélioration du niveau technique des combattants en espérant une rencontre en Europe » a indiqué Parfait Rakotonindriana, président de la commission malagasy de pancrace et de submissiondéjà membre de la Fédération malgache de kickboxing et disciplines associées. Gildas Zafindalana et Fidel Ravoninjanahary assureront le coaching.

T.H

Midi Madagasikara9 partages

Socio… scopie

La semaine précédant les fêtes pascales est mouvementée. D’un côté, l’affaire de l’évasion sanitaire de la milliardaire Claudine Razaimamonjy à Maurice… puis en Turquie. De l’autre, le kidnapping d’un collégien Karana lundi dernier à Andranomena. Sans oublier les parties continuelles « du jeu du chat et de la souris » entre les marchands ambulants de la capitale et les agents de la police municipale. Pas de répits donc pour la population malgache durant les derniers jours du carême, selon certains qui devrait se remettre à la Puissance Divine si elle veut s’affranchir de  la pauvreté dans laquelle elle est plongée actuellement.  

José Belalahy

L'express de Madagascar7 partages

Toamasina – L’insécurité inquiète la communauté indienne

Suite aux évènements qui se sont déroulés récemment, causant la mort de trois personnes d’origine indo-pakistanaise dont deux victimes habitaient Toamasina, les membres de cette communauté se sont réunis dans l’après-midi du mardi 12 avril, au grand Palais de la région Atsinanana en présence du Préfet de Toamasina, du Procureur général et du Procureur de la République, ainsi que des responsables des forces de l’ordre et de sécurité publique au sein de l’organe mixte de conception (OMC) de Toamasina. La lutte contre l’insécurité grandissante était au centre des discussions.Les forces de l’ordre ont reproché aux membres de la communauté de cacher des informations nécessaires à la bonne marche des enquêtes. En effet, après le meurtre de la dame, mercredi dernier, aucune plainte, ne serait-ce émanant des membres de la famille de la victime, n’a été déposée auprès de la police. Il en est de même pour celui du jeune Mouffadal tué lundi dernier. Un comportement jugé comme un manque de considération du travail qu’entretiennent les responsables de la sécurité publique. Il est aussi à noter que les versions de ces assassinats n’ont cessé de varier de jour en jour. Le montant exact de l’argent emporté par les malfaiteurs reste flou. Tout reste au niveau des spéculations.Les responsables ont insisté sur le fait que des précautions devraient être prises pour la sécurité des personnes et des sommes d’argent transportées. La vigilance devrait être de mise. Ainsi, l’installation de caméras de surveillance a été suggérée.Les forces de l’ordre comptent prendre des mesures, malgré l’insuffisance de l’effectif de la police. Les contrôles et les fouilles des voitures seront redoublés aux carrefours. De même, une unité d’intervention rapide circulera dans la ville.Finalement, les participants à la réunion se sont mis d’accord sur la nécessité de la collaboration des forces de l’ordre et de la population, au moins dans le domaine de l’information et du renseignement.

Falinah Safidinirina

News Mada6 partages

Fanondranana olona hiasa any Koweit : mpiasan’ny minisiteran’ny vola roalahy voasambotra

 Natolotra ny fampanoavana omaly ireo roa lahy mpiasan’ny minisiteran’ny Vola sy ny tetibola (MFB) niaraka tamin’ireo vehivavy roa saika hiondrana an-tsokosoko hiasa any Koweit.

Voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny Service central des enquêtes spécialisées et de la lute contre les fraudes documentaires (SCESLFD), ny alatsinainy 11 avrily 2017, teny Anosy ireo olona efatra voarohirohy ho nanao tombokasem-panjakana hosoka sy mpanondrana olona handeha hiasa any Koweit.

Araka ny fanazavan’ny polisy, nisy tovovavy roa nangataka hanao pasipaoro tamin’io fotoana io ka rehefa nohamarinina ny antontan-taratasy nentin’izy ireo dia hita fa hosoka avokoa ny ankamaroan’ireo antontan-taratasy. Nampiahiahy ny tao amin’ny sampandraharaha misahana ny pasipaoro izany ka nahatonga azy ireo nandefa azy roa vavy tany amin’ny SCESLFD hanaovana fanadihadiana.

Fantatra nandritra ny fanadihadiana fa nokasaina haondrana any Koweit izy roa vavy ireo. Mba hanamora ny fahazoana pasipaoro sy ny fahazoana mivoaka an’i Madagasikara, namorona taratasim-panjakana hosoka izy ireo. Ireo roa lahy mpiasan’ny MFB no tompon’antoka tamin’izany. Nahitana fitombokasem-panjakana maromaro avy amin’ny MFB sy ny Fop tao an-tranon’izy ireo nandritra ny fisavan’ny polisy.

J.C

Tananews6 partages

« Nous espérons le retour de Mme Razaimamonjy au pays maintenant qu’elle va mieux »

Voici donc les vœux de prompt rétablissement de l’ambassadeur américain, Robert T Yamate.

« Nous espérons le retour de Mme Razaimamonjy au pays maintenant qu’elle va mieux »

Nous allons donc attendre Paul tous ensemble.

Madaplus.info5 partages

Firoze Nourbhay : Sit in des élèves et des parents du lycée Francais d’Ambatobe

Le kidnapping devient de plus en plus fréquent à Madagascar, ce sont les ressortissants étrangers qui payent le lourd tribut de cette forme d’insécurité.
Ce n’est pas la première fois qu’on entend un enlèvement à Madagascar. La communauté « karana » ou indo-pakistanaise est la cible des malfaiteurs. Le cas du jeune Karana, Firoze Nourbhay, jouissant de la nationalité française, est le énième cas que la police locale traite. Si on revient aux faits, il a été obligé de force à monter dans une voiture par un groupe de 6 personnes lourdement armé au moment où il s’apprêtait à prendre le bus scolaire. Tout cela se déroule devant des policiers qui étaient à proximité des lieux, pourtant ils ne se sont pas intervenu. Trois jours après son enlèvement, on n’a reçu aucune nouvelle de ce jeune garçon.
Hier, une mobilisation des parents d’élèves, des élèves a eu lieu au lycée français d’Antananarivo. Ces parents demandent la libération de Firoze Nourbhay. « On demande juste que plus de sécurité soit installée pour nous tous, pour tout le monde, nous sommes malagasy comme vous, nous sommes la quatrième génération née à Madagascar. C’est notre pays, on reste comme vous, on habite chez vous. On n’est pas des soi-disant. « karana » on est des Malagasy » affirme le père du gamin.
News Mada5 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy : les Etats-Unis soutiennent le Bianco et le SMM

Les Etats-Unis soutiennent le Bianco et le SMM dans leurs efforts dans la lutte contre la corruption. Le retour de Claudine Razaimamonjy est alors fortement attendu car il constitue la garantie de la poursuite des enquêtes.

L’ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, Robert Yamate, a rencontré le président du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) Jean-Louis Andriamifidy hier à Ambohibao. L’occasion pour lui d’afficher le soutien de son pays à cette institution dans les efforts déjà entrepris pour le respect de l’Etat de droit, notamment la lutte contre la corruption.

Le premier conseiller de l’ambassade américain, Stephen Anderson, a également reçu hier à Andranomena les membres du bureau du Syndicat des magistrats (SMM), dirigés par Fanirisoa Ernaivo. Le même message de soutien des Etats-Unis a été envoyé au SMM suite à ses efforts. L’affaire Claudine Razaimamonjy continue d’alimenter l’actualité.

Le message est clair

« Nous espérons son retour au pays après son évacuation sanitaire pour que le procès puisse se poursuivre », a indiqué Robert Yamate hier à Andafiavaratra en marge de la réception des travaux effectués dans le Palais du premier ministre. « Elle a d’ailleurs le devoir de revenir au pays pour pouvoir se défendre dans cette affaire », a-t-il poursuivi. Cela en considération de la présomption d’innocence. Pour lui, le retour de la milliardaire constitue la garantie de la poursuite du procès.

Pas d’ingérence

Dans tous les cas, les Etats-Unis suivent l’affaire de près, sans pour autant faire de l’ingérence. « Nous sommes ici en tant qu’observateurs et nous attendons que toutes les procédures soient respectées », a expliqué Robert Yamate. « Un mandat de dépôt a été lancé contre elle et nous espérons que cette décision soit respectée », a-t-il souligné. Les Etats-Unis espèrent ainsi que toutes les surveillances nécessaires aient été prises en compte durant l’évacuation de la conseillère spéciale, notamment auprès des médecins traitants. Conscients des difficultés rencontrées dans cette affaire, les Etats-Unis restent très attentifs quant au dénouement du procès.

Tahina Navalona

Alarmé par le non-respect de la séparation des pouvoirs entre l’organe législatif, exécutif et judiciaire ainsi que la violation du principe d’indépendance des institutions de lutte contre la corruption et de contrôle de l’Etat, Transparency International-Initiative Madagascar a tenu à rappeler certains points sur la même affaire. Il souligne ainsi que le Bianco et le Samifin sont des institutions indépendantes et que les accusations et intimidations contre ces dernières vont

à l’encontre de la garantie d’indépendance. Il dénonce ainsi l’immixtion du pouvoir exécutif, législatif et d’autres personnalités dans les travaux menés par le Bianco et les magistrats en charge de cette affaire. Il rejette ainsi « avec la plus grande rigueur la culture de l’impunité qui conduit à la perte de confiance du peuple malgache envers le système judiciaire, et qui favorise le recours de plus en plus fréquent à la vindicte populaire ». Cela en soulignant que Madagascar a besoin d’un traitement exemplaire des cas de corruption pour faire cesser l’impunité et permettre le retour de la confiance des citoyens envers leur système de justice.

 

Tananews4 partages

Et pendant ce temps là Marco

Marco ne se pose pas de questions, il sillonne le pays en long, en large, en travers, à la rencontre des populations.

Gageons que lui n’a pas besoin de faire semblant d’avoir un auditoire, en forçant les maires à rameuter des gens, sortir les enfants des écoles, etc. à la sauce schtroumpf bleu.

Premier tour dia vita, à 75% minimum. Vu comment ils nous emmer****, c’est tout à fait notre droit de faire rager les lalimanga qui gouvernent ce pays.

News Mada4 partages

Fanehoan-kevitra amim-pomba diplaomatika : mitaky ny hitsarana an’i Claudine ny Amerikanina sy ny Frantsay

Nivoaka amin’ny fanginany. Samy naneho hevitra avokoa ireo firenen-dehibe manoloana ny resaka kolikoly, indrindra ny momba ny “Raharaha Claudine”.  Anisan’izany ny Amerikanina sy ny Frantsay. Na tsy mivantana tanteraka aza, mitaky ny hanohizana io ady efa natomboky ny Bianco io izy ireo ka hampodiana ity tandapa ity sy hanefany ny saziny vonjimaika.

Mazava ny hevitry ny firenena ngeza indrindra, ao ambadiky ny fianakaviambe iraisam-pirenena. “Tokony hiverina eto ary hiatrika ny fitsarana azy sy hiaro tena izy. Fitsaboana no naleha tany ka rehefa vita izany, tokony hiatrika fitsarana ny tenany”, hoy ny ambasadaoro amerikanina, Robert Yamate, teny Andafiavaratra, omaly. Nambarany fa nanao ny asany mifanaraka amin’ny  lalàna ny Bianco tamin’io raharaha io. Nampitainy amin’ny CPAC etsy 67 ha izany. “Vita ny asan’ny teny amin’ny fitsarana mijirika ny kolikoly… Manohana  100%  ny fandraisana andraikitry ny Bianco izahay amin’ny  fanajana ny tany tan-dalàna ary manantena izahay fa ho tahaka izany koa ny ho tohiny ho fanajana ny lalàna”, hoy ihany ity ambasadaoro amerikanina eto amintsika ity. Notsiahiviny fa nisy ny fitanana am-ponja vonjimaika (MD) ka irariana mba harahina araka ny tokony ho izy ny fanapahan-kevitry ny fitsarana. Na izany aza, nilaza ho tsy mitsabaka ny asan’ny fitsarana  sy ny Bianco ny Amerikanina. “Manara-maso ety ivelany fotsiny ihany izahay… Na aiza na aiza, na eto Madagasikara na any Etazonia, misy ny rafi-pitsarana sy ny dingana rehetra ka tokony harahina izany”, hoy ihany izy.

Ny fianakaviambe iraisam-pirenena mihitsy…

 

Etsy andaniny,  tsy mifanalavitra amin’izany ny hevitry ny Frantsay. « Singan-javatra fototra ilaina amin’ny fampandrosoana ny firenena ny ady amin’ny kolikoly », hoy ny ambasadaoro frantsay, Véronique Vouland-Aneini, tamin’ny mpanao gazety, teny Ambohibao, omaly.

Ao anatin’ny tontolon’ny fitsarana ny ady amin’ny kolikoly eto Madagasikara: mendrika ampirisihana, hita fa mandroso. Misy fetra tokony hohajaina, miantoka ny fahaleovantena sy ny fampandehana tsara ny asa amin’ny ady amin’ny kolikoly.Tonga ny sasany amin’ireo mpiara-miombon’antoka amin’i Madagasikara tamin’ny fanolorana fanomezana ho an’ny Bianco. Midika izany fa malina momba ny ady amin’ny kolikoly izy ireo, araka ny nambarany. Narahina fanomezana fitaovana sy kojakoja ho an’ny Bianco izany rehetra izany ary tokony ho fantatry ny mpitondra fa efa ny sehatra iraisam-pirenena mihitsy izao miditra an-tsehatra manampy izao, amin’ity ady amin’ny kolikoly ity. Efa nialoha lalana ny fanomezana fitaovana, toy ny fiara 4×4 afakomaly, ny eo anivon’ny Pnud. Ny lanonana rehetra, omaly, kosa, natrehin’ny avy amin’ny sehatra iraisam-pirenena. Anisan’izany ny Vondrona eoropeanina sy ny Vondrona afrikanina.  Misy dikany izany fa tsy mandehaleha ho azy.

Synèse R. sy R. Nd

News Mada4 partages

Bianco : mbola misy raharaha efatra hafa miandry an’i R. Claudine

Mbola ifanontaniana ny amin’ny tohin’ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine ». Mbola misy raharaha efatra hafa miandry azy eny amin’ny Bianco.

« Enina ny raharaha mahakasika an-dRazaimamonjy Claudine. Roa no vita, mbola tsy vita ao ny efatra. Mbola manohy ny fanadihadiana izahay. Talohan’ny nitondrana azy tany amin’ny « Chaîne penale », efa nametrahanay fiantsoana izy. »

Izay ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny Bianco, Andriamifidy Jean-Louis, teny Ambohibao, omaly, momba ny tohin’ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine« . Fanazavana, taorian’ny lanonana fandraisana fitaovana mitentina 86 tapitrisa Ar ho an’ny mpanao famotorana eo anivon’ny Bianco, avy amin’ny masoivoho frantsay.

Raha misy ny fahafahan-dRazaimamonjy Claudine, tokony mbola hiverina eny amin’ny Bianco izy. Raha voatana izy, tsy ilaina intsony ny fiantsoana fa anjaran’ny Bianco ny maka azy any am-ponja hahazoana manohy ny famotorana, araka ny fanazavany ihany.

Tsy mihazakazaka ny fanadihadiana ataon’ny Bianco, fa efa natomboka tany amin’ny tapaky ny taona 2016. Efa nisy ampahany vita tamin’ny novambra 2016, tamin’ny nisian’ny fiantsoana ary tsy nahazoana valiny.

Rehefa tafatsoaka any ivelany izy, tsy andraikitry ny Bianco intsony. Tsy andraikitry ny Bianco intsony ny raharaha nalefa any amin’ny « Chaîne pénale anti-corruption », fa anjarany ny manohy azy.

Raha misy tranga hafa indray aorian’iny ka mety mahakasika ny Bianco, raharaha hafa izay: fitsarana hafa indray… Nalefa any ivelany hitsabo tena izy. Efa niteny ny tonia voalohany mpampanoa hoe tsy maintsy hiverina eto izy, rehefa vita ny fitsaboan-tenany. « Miandry ny hiverenany isika hitohizan’ny raharaham-pitsarana mahakasika azy », hoy ny tale jeneralin’ny Bianco.

 

Hampiharina amin’izay ny lalàna momba ny fanambaram-pananana

 « Mbola manentana izahay eto amin’ny Bianco mba hanatanteraka haingana faran’izay azo atao ho an’ireo tsy mbola nahavita », hoy izy momba ny fanaovana fanambaram-pananana. Efa hiroso hamantatra ireo tsy manao ny Bianco, ary handefa taratasy momba izany. Hanomboka amin’izay ny fanenjehana, amin’ny volana mey. Efa tamin’ny 31 marsa ny daty farany. Voalazan’ny lalàna fa sazina avokoa izay tsy manao. Miroso amin’ny fampiharana tsikelikely ny lalàna isika, araka ny nambarany.

R. Nd.

(Tahirin-tsary)

Tananews4 partages

Depuis 2010, 90 karana kidnappés

Bah on a voulu le changement en 2009, on l’a bien eu là non ?

On l’a même eu bien profondément diraient même le djeuns.

Donc la prochaine fois, avant de faire la révolution (ou d’y contribuer), prenons bien le temps de la réflexion.

Car on sait toujours à quel moment on a soulevé le couvercle du vilany (marmite) de Pandore.

Mais quand à pouvoir le remettre dessus, ça nul ne le sait. Dès fois le couvercle disparaît carrément. Le vilany aussi d’ailleurs.

Tananews4 partages

Le MMM exige l’extradition de Claudine Razaimamonjy

Pour notre part, nous estimons qu’elle n’est déjà plus à l’île Maurice.

Elle est où alors ?

Quelque part, en Chine, au bord de la piscine de Bekasy.

Tananews4 partages

Communiqué de Transparency International

La Vérité3 partages

Showbiz et événementiel - Des jeunes s’adonnent à la culture des fesses

L’habillement constitue un des aspects de l’existence humaine et entretient, dans chaque civilisation, une relation directe avec sa conception de l’homme. Il  s’avère être le miroir de sa vision du monde. Pendant des siècles, les jeunes filles malagasy sont encore bien vêtues, et même dans les boîtes de nuit, il est indécent pour les femmes de porter des vêtements qui soumettent les hommes à la tentation. Les femmes couvrent leur corps avec une tunique.

A l’époque du président Philbert Tsiranana, il était interdit pour les femmes de porter des mini-jupes. Le port en public de tenue dite : « mini-jupe » ou « mini-robe » et, en général, de toute autre tenue contraire à la décence, aux mœurs, et coutumes malagasy. D’ailleurs, le vêtement est fait pour donner une valeur au corps, mais il sert également à le cacher. Actuellement, la modernité est de rigueur. Qu’elles soient des enfants, jeunes filles, mères, elles savent attirer l’intention en portant des vêtements qui moulent le corps ou qui sont transparents,  à savoir des mini-shorts, mini-jupes et qui font voir les fesses. En plus de bouger les fesses partout, en écoutant la musique, dans des spectacles ou des événements familliaux, cet art est le bienvenu dans toutes les quatre coins de la Grande île.

Les artistes définissent la civilisation d’un peuple, surtout que Madagascar est un pays jeune. Les chansons, les clips représentent une manière d’éduquer les jeunes. Pourtant, nombreux  sont les artistes à mettre leurs atouts physiques en avant. Si, pour certains, c’est une vraie identité, pour d’autres, c’est un moyen de faire monter son chiffre d’affaires. Une chose est sûre : en tout cas, la nudité, ça fait parler. « On le sait, quand on est artiste, il faut savoir donner de sa personne. Parfois, il suffit juste d’un bout de peau dévoilé ou même de son intention pour s’assurer le succès ou faire parler », a avancé un artiste qui a préféré garder son anonymat.Anatra R.

L'express de Madagascar3 partages

marché du travail – Vers la considération du handicap

Nombreuses sont les personnes en situation de handicap (PSH) qui ne peuvent pas accéder au marché du travail à cause de leur état, à Madagascar. Des études ont  été effectuées dans les régions Analamanga et Vakinan­karatra dans le cadre du projet « Mihary » initié par le Centre national de la formation professionnelle des personnes en situation de handicap (CNFPPSH) en partenariat avec le ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle et la Christoffel Blidenmission (CBM).Ce projet vise à les orienter à travers des formations. Le résultat de ces études a été présenté, hier, au siège du centre à Ampan­drianomby. Mille PSH issues des deux régions bénéficieront des formations (artisanat, NTIC) afin de pouvoir se qualifier dans le marché du travail. « Les PSH ne peuvent accéder au marché du travail. Soit elles  ne possèdent pas de connaissances sur le travail qu’elles font, soit les demandes ne sont pas compatibles avec les offres, soit il y a une discrimination dans le milieu du travail », explique Anita Andrianjafy, responsable du projet CBM à Madagascar.  Les entreprises, pour la plupart, font passer l’intérêt économique avant le côté social. Les entreprises craignent que les PSH ne soient pas capables de travailler correctement. Les ressources matérielles comme les toilettes spécialisées et les rampes font défaut dans les entreprises.  Des recommandations ont été avancées lors de la présentation du projet.À court terme, des actions de sensibilisation suivies de plaidoyer et de dialogue social entre les entreprises et les personnes en situation de handicap s’opèreront. À long terme, le code du travail doit être révisé pour être conforme à la convention internationale à travers la Politique nationale de l’Emploi et de la formation professionnelle (PNEFP). Des filières comme le développement personnel, la créativité, l’installation sanitaire doivent s’ajouter dans les programmes d’éducation de ce genre de centre.Le projet vise à établir une statistique des nombres exacts des personnes en situation d’handicap. La CBM financera le projet à hauteur de 155 000 euros pour trois années successives. Les personnes en situation de handicap à Analamanga prévoient de lancer des épiceries et des taxiphones tandis que ceux du Vakina­nkaratra optent pour l’élevage de volailles.

Mamisoa Antonia

Tananews2 partages

Bon week-end pascal à tous

Semaine particulièrement chargée en actualités que cette semaine.

Il est donc temps de partir en week-end bien mérité.

Priez, baffrez, copulez, buvez, faites ce que vous voulez mais ne conduisez pas bourré, merci.

Prochaine mise à jour : mardi 18 avril 2017.

Tananews2 partages

KMF/CNOE : « Rahoviana no hisongadina tokoa izany atao oe fanjakana tan-dalana izany eto madagasikara? »

Amin’ny maha mpanara-maso ny fiainam-pirenena ny” KMF/CNOE” Education des citoyens, dia tsy hay ny hangina ka hanaiky fotsiny ny toe-javatra mahakasika an’ DRamatoa Claudine Razaimamonjy, izay mpanolon-tsaina akaiky ny Filoham-pirenena Malagasy ary mpandraharaha ara-toe-karena eto amin’ny firenena.

Tsapa fa tsy mangarahara ny fitantanana eo anivon’ny fitondram-panjakana isan’ambaratonga ary mbola mitoetra hatrany ny fanamparam-pahefana. Mijanona ho hetahetam-bahoaka hatrany ny fisian’ny fanjakana tan-dàlana eto amin’ny tany sy ny fanjakana. Manontany tena ny KMF/CNOE hoe hatraiza ny akon’ity raharaha ity no mahatonga azy ho lasa lalina toy izao ka tsabahan’ny fahefana mpanatanteraka amin’ny fahefam-pitsarana? Ahiana mafy arak’izany ny tsy fahamarinam-pototra ara-politika eto amin’ny firenena.

Ny KMF/CNOE dia mitsipaka ny fitsabahan’ny fitondram-panjakana amin’ny asa natokana hoan’ny mpitsara. Mankasitraka manokana ny BIANCO tamin’ny fanatanterahana ny andrakiny, mankahery sy manohana azy hatrany amin’izany. Manohana ihany koa ny SMM amin’ny ezaka izay ataony amin’ny fiadina ny fahaleovan-tenan’ ny fitsarana, araky ny fenitra voizin’ ny làlam-panorenana.

Mipetraka ny fanontaniana, natao ho an’iza ny làlana? Aiza ho aiza ny fanajana sy ny fampiharana azy? Rariny ve raha izay tokony ho fitaratra hoan’ ny vahoaka indray no mampiana-dratsy azy? Ambava homana am-po mieritreritra! Ny KMF/CNOE dia mitaky hatrany ny fampiharana ny làlana ary manamafy fa mitovy ny rehetra eo anatrehany na mpitondra fanjakana io na olon-tsotra dia meloka avokoa raha mandika azy. Manameloka ny kolikoly sy izay rehetra manome vahana ny tsy fampiharana ny làlana.

Manamarika koa ny KMF/CNOE fa tsy tokony hamaivanina mihitsy ary tokony arahi-maso akaiky ny fivoaran’ity raharaha ity. Fanalahidin’ny fametrahana ny Fanjakana tan-dàlana eto Madagasikara izy ity raha tontosa ny fanenjehana azy, sady vokatra azo tsapain-tànana amin’ny filofosana amin’ny ady amin’ny kolikoly. Raha araky ny fenitra dia tsy mifidy ny lalàna, noho izany, dia tsy tokony hisy intsony izany atao hoe tsy maty manota izany raha tena fanjakana tan-dàlana tokoa no tiana avohitra. Mitaky hatrany amin’ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny ny KMF/CNOE amin’ny fanomezana tatitra mazava sy mangarahara hoan’ny olom-pirenena tsy ankanavaka.

Antananarivo, faha-13 aprily 2017Ny Birao Nasionaly

Tananews2 partages

Et l’autre qui réclame une trêve pascale

Des religieuses violées, une évasion sanitaire illégale et trafiquée au plus haut niveau de l’Etat, un ado franco-karana de 16 ans kidnappé, des vindictes populaires qui continuent de plus belle, et on passe.

Pour moins que ça, dans d’autres pays des centaines de milliers de personnes seraient déjà descendues dans les rues pour dénoncer tout cela et crier leur haine et leur colère.

Mais ça c’est dans d’autres pays. Les babakoto eux préfèrent endurer les turpitudes et les magouilles d’une toute petite bande de mafieux au pouvoir.

Qui ne foutent rien de leurs journées, ne pensent qu’à voler et à se couvrir entre eux, à magouiller.

Hery Rajaonarimampianina l’aura sa trêve de 3 jours : mais dès mardi, la meute reviendra à la charge.

News Mada2 partages

Telma sy ny Paska : tolotra manokana ho an’ny mpanjifa

Tsy mitsahatra manolotra fanomezana ny mpanjifa ny Telma, amin’izao fetin’ny Paska izao. Anisan’izany ny finday 4Gen, Smartphone 4G voalohany eto amin’ny Nosy, natao ho an’ny rehetra. Ahafahana manao internet amin’ny tambajotra tena matanjaka, hakana horonantsary sy sary avo lenta HD amin’ny fakan-tsary 8 Mpx.

Azo ampiarahina amin’ny 4Gen Telma koa ny famantaranandro Telma Watch, sambany misy eto amintsika. Omena maimaimpoana ny mpanjifa izy ity ho an’ireo mividy finday 4Gen amin’ny alalan’ny MVola, amidy 244.000 Ar monja.

Mandritra ny Paska, misy ny tolotra Fety M’ora, ahazoana miantso mandritra ny 80 mn any amin’ny laharana namana manokana (FAF) telo, sy/na 80 sms ho an’ny namana tsy ankanavaka, sy/na 80 Mo hakana sary sy horonantsary. Azo ampiasaina ny tontolo andro ireo, amin’ny alalan’ny #322*26#.

Manomboka ny asabotsy 15 avrily hatramin’ny alatsinainy 17 avrily, hahazo fanampiny (bonus) 30% ireo mampiasa MVola ary fanampiny 10% ho an’ny fampiasana 2toiàmoi.

Njaka A.

(Sary : Telma)

News Mada2 partages

Emission de nouveaux billets : pour une adaptation à la réalité économique

La Banky foiben’i Madagasikara (BFM) a annoncé officiellement l’émission d’une nouvelle gamme de billets de banque, hier dans ses locaux à Antaninarenina. Il s’agit d’un réel besoin pour l’économie nationale, d’après le gouverneur général de la BFM, Alain Hervé Rasolofondraibe.

La mise en circulation d’un nouveau billet de 20 000 ariary a été confirmée par la Banky foiben’i Madagasikara (BFM) hier. Un renouvellement de l’ensemble des coupures des autres billets de banque sera également effectué avant la fin de cette année. Les anciens billets restent toutefois en circulation après l’émission de ces nouveaux billets.

D’après les explications apportées par le gouverneur de la BFM, Alain Rasolofondraibe, «Les billets utilisés actuellement ne conviennent plus à la réalité économique et sociale à Madagascar. On a pu constater que le billet de 10 000 ariary est le plus utilisé par les usagers alors que la plus grosse coupure devrait servir généralement d’épargne». Celui-ci de poursuivre que, «L’introduction du billet de 20 000 ariary était prévu, il y a trois à quatre ans. Mais c’est seulement cette année que le projet  a été lancé.  Dans les autres pays, ce renouvellement se fait tout les dix ans».

Perte de la valeur de l’ariary

Le gouverneur de la BFM a également avoué que l’introduction du billet de 20 000 ariary marque la perte de la valeur de la monnaie nationale face aux monnaies de référence, due à la faible croissance économique enregistrée dans le pays. «Il est évident que la perte de la valeur de l’ariary est un indicateur de la pauvreté à Madagascar», a-t-il avancé. Alain Rasolofondraibe a poursuivi dans ce sens que, «Même si une certaine stabilité de l’ariary est constatée ces deux dernières années, la BFM a dû appliquer une politique d’intervention avant cette période pour garantir la stabilité de l’ariary».

Par ailleurs, la nouvelle gamme de billets est également un moyen de lutte contre le blanchiment d’argent et l’émission de faux billets dans le pays. «On a pu constater que la BFM  a eu du mal à maîtriser la circulation des billets de banque. Cette nouvelle gamme entre dans le cadre de la nouvelle politique monétaire adoptée en 2015», a indiqué une autre source auprès de la BFM.

Riana R.

 

News Mada2 partages

Mialoha ny faran’ny taona : hivoaka ny vola 20.000 Ar tokana

Io tokoa àry ! Araka ny efa notaterina teto, omaly, hamoaka ravimbola vaovao 20.000 Ar ny Banky foiben’i Madagasikara (BCM), mialoha ny faran’ity taona 2017 ity. Havaozina daholo koa ny endrik’ireo lelavola efa misy, 100 Ar, 200 Ar, 500 Ar, 1.000 Ar, 2.000 Ar, 5.000 Ar, 10.000 Ar.

Nilaza ny governoran’ny BCM, Rasolofondraibe Alain Hervé, fa “tsy misy fiantraikany amin’ny vola holanina izao fanavaozana izao satria efa fanao foana ny manonta vola vaovao. Nahitsiny koa fa tsy misy fiantraikany ara-toekarena, mampidangana ny vidim-piainana ny fisian’ity lelavola 20.000 Ar ity satria tsy miova ny sandany”. Tsy nohazavainy kosa anefa ny fiantraikany amin’ny lafiny hafa, toy ny lafiny ara-tsaina sy toe-tsaina (psychologique), ohatra, satria fahita amin’ny fandaniam-bola ny fampiasana ny lelavola be indrindra. Miantraika amin’ny fahazarana sy ny toe-tsaina koa ny fihenan’ny isan’ny lelavola, nefa mitarika handany foana raha vao mampiasa azy.

Eo koa ny lafiny vidin-javatra sy ny vidim-piainana, satria hisy saran-javatra ho manodidina ny 20.000 Ar. Singanina amin’izany ny saran’ny taxi, ohatra, manodidina ny 10.000 Ar foana ny tombanan’ny mpamily.

Randria

(Tahirin-tsary)

Tananews2 partages

Juste une amende de 85 millions ar ?

Alors que le gars est convaincu d’en avoir détourné près de 400 ?

Ce n’est pas une peine dissuasive ça.

C’est au contraire un formidable encouragement à détourner encore plus de deniers publics.

En plus avec le matelas confortable qui reste, les 5 années de prison devraient se réduire à quelques mois avec les 6 mois déjà effectués, la « bonne conduite« , les petits ecolages ici et là.

Le verdict est bon. Les sanctions beaucoup moins.

L'express de Madagascar2 partages

Aranta – Des maisons détruites par le feu

On ne sait plus si les incendies de quartier qui se déclarent sont dûs à une imprudence ou à autre chose. En tout cas, ils engendrent des sinistrés sans-abri.

Les incendies se succèdent, ces derniers temps à Mahajanga. Après les habitations près du CSI de Mahabibo, une cinquantaine de maisons ont été dévorées par le feu, hier, dans le fokontany d’Aranta, secteur II.L’incendie est parti d’une maison vers 7h 30, et s’est propagé aux habitantions voisines, toute en « satrana » ou en chaume, donc très inflammables. Une fois de plus, les pompiers ne sont pas arrivés à temps, ce qui a accru les dégâts, d’après les témoins.« Les victimes s’étaient affolés et n’ont pas eu la présence d’esprit d’appeler les sapeurs-pompiers. J’ai eu très peur mais finalement j’ai formé le numéro des soldats du feu. Ils sont arrivés en retard », a témoigné une jeune fille.Mais ce qui a le plus retardé les pompiers était leur difficulté à accéder les lieux. La servitude de passage est trop étroite et le camion-citerne a eu beaucoup de mal à atteindre les maisons qui étaient en train de s’embraser.« Notre maison n’aurait pas été calcinée si les sauveteurs étaient arrivés à temps, car on était éloigné du point de feu », s’est insurgée une mère de famille, très en colère.

ProfiteursUne petite fille, enfermée dans sa maison par sa mère qui était partie au marché, a été sauvée in extremis par sa voisine, une personne âgée.« J’ai entendu des cris et des pleurs d’une petite fille qui pleurait. J’ai alors ouvert la porte », a raconté la vieille dame.L’origine du feu reste inconnue, comme d’habitude. Personne ne peut expliquer la cause, certains ont affirmé n’avoir pas pu préparer leur petit-déjeuner. Ils ont juste acheté du sirop et pain, ce matin-là. Heureusement, il n’y a eu ni mort ni blessé à déplorer. Mais, les dégâts matériels se chiffrent à des dizaines de millions d’ariary.Dans ce genre de sinistre, des malfaiteurs profitent pour voler les sacs de riz des victimes, des postes de télévision ainsi que d’autres objets de valeur. Plusieurs centaines de badauds étaient venus sur place pour apprécier « le spectacle ». En tout cas, une enquête est ouverte.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar2 partages

Vohémar, la capitale des Anjoaty

Situé au Nord-est de l’ile, Vohémar sert de plaque tournante aux vagues d’immigration musulmane vers le Sud et le Centre du pays.La ville prend naissance aux quartiers d’Androronana et d’Antsorolava, au pied du contrefort qui limite la plaine au sud. Le nord de la ville, tout couvert de buissons de « dara » aux fruits comestibles, est alors appelé Andranovaka. Plus tard, l’extension de la ville vers la plaine amène à la découverte de nécropoles avec mobilier funéraire, comprenant en particulier des poteries chinoises et islamiques » (Pierre Vérin) qui doivent être « ceux de «mpihavy» connus sous le nom de Rasikajy » (Clovis Ralaivola).Toujours d’après le Pr Pierre Vérin, aucune pièce retrouvée n’est antérieure au XVe siècle.« On désigne habituellement sous le nom d’Antalaotra, les anciens habitants des comptoirs du Nord-ouest, et de Rasikajy, ceux de Vohémar. » Ces derniers sont islamisés « puisqu’on les a retrouvés couchés la tête à l’Est, les yeux tournés vers le Nord dans l’attente du coup de trompette du jugement dernier ». Cependant, leurs dépouilles sont accompagnées d’objets précieux, bijoux, poteries, ustensiles, armes, « une coutume malgache très différente des normes d’inhumation authentiquement musulmane ».Le Pr Vérin en conclut ainsi que les Rasikajy de Vohémar se sont mélangés aux habitants du Nord et beaucoup de leurs descendants « figurent parmi les Anjoaty actuels», tandis que d’autres ont émigré vers le Sud.Aucune explication n’est cependant donnée sur l’origine du nom. Pour Clovis Ralaivola, ce mot peut correspondre à la locution dialectale « tsy kazo » (infatigable). « Cette version est d’autant plus vraisemblable que l’art de tailler des ustensiles dans du chloristoschiste exigeait beaucoup de patience, de soins, de répétitions, surtout à une époque où les outils étaient encore rudimentaires. » D’autant aussi que le chloristoschiste est connu à Vohémar sous le nom de roche de Rasikajy (vaton-dRasikajy).Plus tard, un autre contingent d’immigrants islamiques qui se sont fixés à Vohémar, sont désignés par « Anjoaty » qui, dit-on, signifie outremer (andafy). Selon un chef naturel de ce groupe ethnique, ses ancêtres sont des rescapés d’une ile appelée Mijoa en Arabie, et dévastée par la tempête. Six hommes et deux femmes conduits par un chef montent alors dans une embarcation de fortune, passent par Mijomby (Mer rouge) et débarquent à Ampasindava du côté d’Ambilo-be, au Nord-ouest de Madagascar, en pays antankarana.Le roi de ce territoire leur assigne la région de Bobaomby, au cap d’Ambre, à l’extrême Nord pour s’installer. Mais seul leur chef Fasinarivo s’y fixe. Ses compatriotes poursuivent leur voyage, quatre hommes et les deux femmes débarquent à Vohémar. Ils s’y livrent à la pêche et à l’extraction de l’huile de coco pour subsister. Les deux derniers continuent vers le Sud jusqu’à Matitanana (Manakara). « Ils forment les ancêtres des Antemoro. »Un autre descendant des Anjoaty souligne que ses ancêtres sont arrivés à Vohémar lorsque Rangita, reine vazimba, dirige l’Imerina, c’est-à-dire vers le début du XVIe siècle. Il précise en outre qu’au cours de leur périple le long de la côte Ouest, en direction de Vohémar, les uns se sont arrêtés à Besalampy et Ambato-Boeny. Les autres, plus nombreux, s’implantent dans le Nord-Est. Cela explique « que ses coreligionnaires d’autres régions viennent de temps en temps en pèlerinage à Ambavan’Iharana qui recèle les nécropoles d’Anjoaty ».Ces derniers respectent, jusque vers la fin du siècle dernier, certaines coutumes qui leur sont particulières. Telles l’inhumation dans le sable de la plage, l’obligation pour une femme allaitante de se baigner à la mer dans les vingt quatre heures qui suivent son accouchement, et en souvenir de l’un de leurs ancêtres, l’interdiction aux hommes aux cheveux grisonnants de manger du poulet.Certains auteurs parlent aussi d’Onjatsy pour désigner l’Anjoaty. En 1648, Flacourt écrit que l’Onjatsy est un pêcheur blanc, descendant des Zafiraminia. Plus tard, Grandidier confirme « que les Onjatsy du Sud-est sont les descendants des Onjatsy du Nord».Quant à Fernand Kasanga, Anakara lettré du peuple antemoro, il affirme « que les Onjatsy sont des Arabes blancs, pêcheurs provenant de Hedzaz, village sur le bord de la Mer Rouge. Ils se sont installés d’abord dans le Nord-Ouest de Madagascar, puis côtoyèrent vers le Nord pour s’installer à Iharana (Vohémar).

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Agence nationale Taratra

Tananews1 partages

Waa ça a de la gueule ça

Ça claque hein ?

Pendant ce temps, certains n’ont même pas réussi à nommer UN seul ambassadeur en près de 1 200 jours de gouvernance.

Madagate1 partages

Madagascar BD. Un concours « Open » avec le soutien de la BMOI, « Amie des Arts »

News Mada1 partages

Fakana an-keriny zanaka karana : manameloka ny fihetsiky ny polisy ry zareo Karana Frantsay

Nivantana ny fitenin’ny mpitondra tenin-dry zareo Karana mizaka ny zom-pirenena frantsay fa tsy nandray andraikitra ny polisy nanoloana ilay zanaka karana nisy naka an-keriny. Nitazam-potsiny izy ireo…

Nilaza tao amin’ny Radio France Info i Jean-Denis Boudot, mpitondra tenin’ireo Frantsay teratany karana eto Madagasikara, fa manameloka ny fihetsiky ny polisy malagasy nanoloana ireo mpaka an-keriny teny Ambohibao, ny talata maraina teo. Nambarany fa nitazam-potsiny ireo polisy fito teny an-toerana, kanefa teo ambany masony ireo jiolahy no nanao ny asa ratsiny. “Andro mazava be ny nitrangan’ny fakana an-keriny ary hitan’ny rehetra izany, hatramin’ireo ankizy efa tao anatin’ny fiara mpitatitra mpianatra. Nihorohoro izy ireo”, hoy i Jean-Denis Boudot.

Manana ahiahy, noho izany, ity mpitondra tenin-dry zareo Frantsay teratany karana monina eto amintsika ity amin’ny fihetsiky ny polisy tsy nandray andraikitra tamin’io fotoana io. Nanitrikitrika izy fa efa tranga miverimberina matetika eto amintsika ny fakana an-keriny ka mihorohoro ry zareo. “Misy takalom-bola hatrany io ary efa mahazatra loatra eto amin’ny firenena”, hoy izy. Hatramin’izay, olon-dehibe hatrany ny alain’ny jiolahy an-keriny, izao kosa anefa, efa ny ankizy tsy ampy taona, ka tsy tokony hoekena izany”, hoy ity mpitondra teny ity.

Nisy polisy iray naratra

Marihina fa nisy polisy iray naratra voatifitra teny Ambohibao, nandritra ity fakana an-keriny ity. Mety noho ny fisian’izay, raiki-tahotra ny polisy namany ka tsy sahy nanao na inona na inona. Voalaza fa nanao tifitra variraraka ireo jiolahy ka niankohoka tamin’ny tany ireo polisy. Andrasan’ny rehetra ny fanazavana ofisialy momba ireo polisy sy ny andraikitra tokony horaisin’izy ireny. Mitsoaka ady ve ny polisy rehefa tsy mitovy ny hery na samy manana basy aza? Sa azo sokajina ho anisan’ny tsy firarahany manoloana ny olona am-bavaloza?

Yves S.

 

News Mada1 partages

Herisetra, vonoan’olona, fakana an-keriny… : manaitra ny fanjakana malagasy ny teratany frantsay

Mampiaka-peo ny teratany frantsay sy ireo teratany vahiny mizaka ny zom-pirenena frantsay miasa sy monina eto Madagasikara, eo anatrehan’ny herisetra, ny vonoan’olona, ny fakana an-keriny mihatra amin’izy ireo tato ho ato.

Manoloana ny fakana an-keriny ilay tovolahikely zanaka karana, antsoina hoe Firroz Nourbhay, izay mbola tsy hita popoka hatramin’izao, mitaky ny fanjakana malagasy ny solontenan’izy ireo, i Jean Hérvé Fraslin, mba handray ny andraikiny ka hahita vokatra mivaingana amin’ny fanadihadiana sy fikarohana ity tovolahikely ity. Fa indrindra, ny fisamborana ireo jiolahy naka an-keriny azy. Nisongadina izany, nandritra ny hetsika fanehoana fiaraha-mientana sy fanohanana ny fianakavian’ity tovolahikely ity, teny amin’ny Lycée Français Alefap sy Apelf, teny Ambatobe, omaly.

Eo anatrehan’ity raharaha ity ihany, niangavy ny fanjakana frantsay koa ity solontenan’ny teratany  frantsay monina eto Madagasikara ity hanome tanana ny mpitandro filaminana malagasy amin’ny fanatanterahan’izy ireo ny asany, hanafainganana ny fanadihadiana sy ny famotorana. “Efa miroborobo amin’izao fotoana izao ny fampiasana ny teknolojia moderna sy avo lenta ka tokony hanamora ny fikarohana ireo olon-dratsy izany”, hoy ny fanazavany.

 

90 ny teratany vahiny efa nalaina an-keriny

Fantatra  fa hatramin’ny taona 2010 no ho mankaty, efa nahatratra 90 ireo teratany vahiny miasa sy monina eto Madagasikara no niharan’ny fakana an-keriny toy izao. Anisan’izany, ohatra ilay tovolahy karana, Owne Alek, nisy naka an-keriny tany Toamasina ny volana jona 2014 ary mbola tsy hita popoka hatramin’izao. Tetsy andanin’izay, nanamafy ny filohan’ny federasionan’ny fikambanan’ny ray aman-drenin’ny mpianatra maneran-tany (Fapee) fa “tsy azo leferina raha ny ankizy mpianatra no iharan’ny herisetra sy fakana an-keriny tahaka izao. Nandritra ity hetsika teny Ambatobe, omaly, ity samy nitondra ny sarin’i Firroz Nourbhay, ilay tovolahikely nisy naka an-keriny, ny mpianatra sy ireo ray aman-dreny, tonga maro teny Ambatobe.

Vonjy A.

 

News Mada1 partages

Ambasadaoron’i Frantsa : « Misy fepetra ampiharina… »

« Nihaona tamiko niaraka tamin’ny delegasiona ny filohan’ny Repoblika, iray volana lasa izay. Niadianay hevitra tamin’izany ny amin’ny ady amin’izany fakana an-keriny izany zava-miseholany izany », hoy hoy ny ambasadaoro frantsay, Sem Véronique Vouland-Aneini, teny Ambohibao, omaly, momba ny fakana an-keriny karana mizaka ny zom-pirenena frantsay miseholany tato ho ato.

Tokony hiantoka ny olona monina eto Madagasikara ny mpitandro filaminana malagasy. Misy ny fepetra hampiharina ny amin’izany, ny amin’ny fiantohana ny fifampitam-baovao momba izany eo amin’ny roa tonta, izay hanamora kokoa ny famahana io fakana an-keriny miseholany io.

Raharaha tena loza ny fakana an-keriny momba ireo fiombonambe mizaka ny zom-pirenena frantsay. Tsy voalohany io, ary misy fiombonambe iharan’izany manokana eto Madagasikara. Eo ireo Frantsay izay ao anatin’izany fiombonambe izany, raha ny nambarany.

R.Nd.

 

News Mada1 partages

Semaine sainte : le Jeudi saint a connu une grande affluence

Les chrétiens n’ont pas manqué leurs rendez-vous pour la commémoration de la passion du Christ durant la semaine sainte, la semaine précédant Pâques. Depuis dimanche, le jour Des Rameaux, les temples et les églises ont toujours été quasiment remplis. Notamment hier, où le triduum de la passion et de la résurrection du Christ a commencé, pour ne se terminer que le dimanche de Pâques.

Dans la journée d’hier, le Jeudi saint, les chrétiens ont célébré l’institution par le Christ de la Cène ou Eucharistie, c’est-à-dire, la commémoration du dernier repas qu’il a pris avec ses disciples avant son arrestation. C’est un événement que tout chrétien ne veut aucunement rater, autant que possible, pour marquer sa volonté de communier avec le Sauveur. A tel point que plusieurs messes ont été organisées afin que toutes les ouailles puissent participer à cette commémoration. «En cette période difficile, les gens se tournent vers leur Créateur à la recherche d’un repère moral qu’est le Christ», a noté un pasteur d’un temple FJKM, une des raisons de ces grandes affluences.

Sera R

 

Orange Madagascar1 partages

Martial Alexandre Lazavalo remporte le gros lot du jeu Loka Be Pâques Orange Money 2017

Orange Money récompense ses fidèles clients, et leur permet de passer de joyeuses fêtes de Pâques avec leurs proches, grâce au jeu « Loka Be Pâques Orange Money 2017 ». Deux partenaires de choix se sont joint à l’aventure pour offrir des lots aux heureux gagnants : Supermaki et Sunny Hôtel.

Du 3 au 12 avril 2017, tous les jours, pour toute transaction Orange Money dans tout Madagascar, à partir du menu #144# et/ou l’application mobile Orange Money, et supérieur à 5.000Ar , le client obtient un ticket de jeu éligible au jeu.

10 gagnants par jour ont été tirés au sort parmi les tickets éligibles. 100 paniers garnis ont ainsi été offerts aux heureux gagnants par Supermaki.

Martial Alexandre Lazavalo remporte le gros lot tiré au sort le jeudi 13 avril, au siège d’Orange Madagascar à Ankorondrano, en présence des commissaires aux jeux. Il gagne un séjour de 3 nuitées avec pension complète pour une famille, dans un établissement Sunny Hôtel de son choix (Antananarivo, Mahajanga ou Toamasina).  

Les lots ont été distribués ce vendredi 14 avril 2017 à La Tour Ankorondrano, à l’occasion d’une cérémonie en présence des équipes d’Orange Money et des deux partenaires : Supermaki et Sunny Hôtel.

Orange Money, portefeuille électronique, a révolutionné le quotidien de plus d’un million de clients à Madagascar. Un millier de sociétés s’ouvrent actuellement au réseau Orange Money, en utilisant et en proposant Orange Money comme solutions de paiement. De plus, plus d’un millier de distributeurs Orange Money sont disponibles sur toute l’île pour être encore plus proches des clients, et leur rendre service.

Orange Madagascar1 partages

Carton des athlètes malgaches au Championnat du monde de Pétanque 2017

Les athlètes malgaches cartonnent au Championnat du monde de Pétanque 2017 en Belgique. Ils s'apprêtent à entrer dans les phases finales à partir de samedi 15 avril , sauf en double mixte où l'équipe malgache a été éliminée par l'équipe tunisienne au 4ème tour sur un score de 5 à 13.

Parmi les temps forts de ce vendredi 14 avril, la victoire de Harimbola Zonandrianina Andrianasolo, alias Rams, en individuel hommes, contre Henri LaCroix, le grand favori français du championnat.  Le porte-fanion de Madagascar a écrasé son adversaire avec un score de 13 à 5 au 4e tour.

Il s’agit de la première édition du championnat du monde en doublette et doublette mixte. Traditionnellement la pétanque est jouée en triplette, soit en équipe de trois joueurs et d'une réserve. Par contre ce championnat du monde est joué en formation de deux joueurs en doublette et doublette mixte.

La pétanque de compétition ainsi que le raffa et la boulonnaise vont essayer de rejoindre la famille olympique en 2024, et c’est dans cette optique que ces nouvelles disciplines ont été créées.

ZHN

La Vérité1 partages

Licenciement à Ambatovy - Recours à l’arbitrage international

Un employé expatrié a été remercié par la compagnie minière d’Ambatovy à cause d’une restructuration organisationnelle en 2016. Cet employé a porté plainte. Contre toute attente, le Tribunal a prononcé un verdict en faveur de ce dernier,

évoquant un licenciement abusif et condamnant la société à payer des dommages et intérêts dont le montant est énorme, laissant Ambatovy au pied du mur. D’après la Loi sur les grands investissements miniers (Lgim) à Madagascar, les salariés expatriés ne sont pas concernés par le droit du travail local dès lors que la compagnie est sous le régime de cette loi. Toujours d’après la Lgim, la société qui emploie est libre de déterminer le nombre d’expatriés qui doivent opérer en son sein, et l’employé expatrié est régi par le contrat de travail conclu avec son employeur. Le contrat entre les deux parties prévoit une rupture anticipée à tout moment, moyennant préavis de trois mois. Le préavis a eu lieu et une indemnité a été payée par rapport à cela. Les dispositions de la Lgim étant violées, Ambatovy compte prendre des mesures radicales. Une lettre de doléances est remise au président de la Commission des grands investissements miniers (Cgim), également secrétaire général des Mines, qui doit veiller au respect de la loi. Selon les textes, le ministre de la Justice a la possibilité de s’opposer à une décision, contrairement à la loi. Dans le cas ou le ministre de la Justice ne prononce pas sa décision, Ambatovy va recourir à l’arbitrage international. D’après les sources,  « dans ce cas-là, ce sera la responsabilité de l’Etat qui sera en cause et selon le règlement d’arbitrage applicable qui est celui de la convention Cirdi (Centre international pour le règlement des différents relatifs aux investissements) établie sous les auspices de la Banque mondiale. C’est l’Etat qui, faute d’avoir fait respecter sa propre loi, deviendra défendeur dans ce dossier ».

 Tiasoa  Samantha

L'express de Madagascar1 partages

Traite de travailleuses – Deux fonctionnaires de l’État incarcérés

Une tentative d’envoi de travailleuses clandestines au Koweit  a été débusquée. Deux fonctionnaires du ministère des Finances liés à cette affaire, ont été écroués hier.

Un trafic de travailleuses portée au grand- jour. Deux individus soupçonnés d’envoi clandestin de travailleuses dans des pays à risque du Moyen-Orient sont tombés dans les mains de la police. Pourtant, l’exportation de main-d’œuvre ouvrière dans ces pays est interdite depuis août 2013. Traduits devant le parquet du tribunal d’Antananarivo hier, les prévenus, fonctionnaires du Ministère des Finances et du Budget (MFB) selon la police, ont été placés sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antani­mora. Ce trafic a été mis à nu lorsque les migrantes se sont présentées au service de police chargé de la délivrance des passeports, à Anosy. Elles ont été prises en possession de faux  documents: des certificats administratifs et des autorisations de sortie du territoire.Ayant relevé des indices suspects sur les papiers soumis par les deux travailleuses, les  fonctionnaires du ministère de la Sécurité Publique qui traitaient leurs dossiers ont saisi le Service Central des Enquêtes Spécia­lisées et de la Lutte Contre les Fraudes Documentaires (SCESLCFD). Les deux jeunes femmes ont bénéficié de mise en liberté provisoire au terme de leur comparution devant le juge d’instruction.

Documents fabriquésEn scrutant les documents le SCESLCFD a établi un faux et usage de faux. Lors d’un interrogatoire, les deux jeunes femmes ont permis aux enquêteurs de remonter jusqu’aux deux fonctionnaires du MFB. Ceux-ci ont été placés en détention préventive, hier.De source policière, les deux migrantes auraient révélé que les faux papiers d’immigration découverts ont été fabriqués pour faciliter la délivrance des passeports.Lors de perquisitions effectuées à leurs domiciles, les enquêteurs ont mis la main sur des cachets usurpés dont le MFB ainsi que le ministère de la Fonction Publique en sont les victimes.L’investigation du SCESLCFD révèle que les deux hommes, sous les verrous, seraient de connivence avec une agence de placement à Koweït. Les récrutement, alléchants, sont publiés sur facebook pour mettre la poudre aux yeux.

Andry Manase

L'express de Madagascar1 partages

Partenariat – La BFV-SG s’allie avec le SIM

Appui au secteur industriel. Le Syndicat des industries de Madagascar (SIM) fait équipe avec la Banque BFV-Société Générale compte tenu de l’évolution de l’industrie voire de l’économie à Madagascar. Un accès privilégié à ses services a été réservé par La Banque BFV -SG aux membres du SIM pour les aider à développer leurs projets. La collaboration entre les deux entités a été marquée par une signature de convention de partenariat autour d’un business breakfast qui s’est tenu à l’hôtel Ibis Ankorondrano, hier. Le Syndicat des industries de Madagascar regroupe actuellement 88 membres et quatre groupements répartis dans 10 branches d’activités générant près de 57 500 emplois dont 60% de la branche principale appartient à l’agroalimentaire. Ses membres contribuent à hauteur de 25% des recettes fiscales. L’innovation fait partie de l’ambition des deux partenaires, « nous sommes en train de faire des approches des différents services de La Banque BFV-SG car il est important que les outils de production des industries soient innovés. Le but est que ce partenariat illustre la mondialisation en marche et encourage également les sociétés dans leurs projets », affirme Fredy Rajaonera, président du SIM. Quant à la BFV-SG, cette institution financière renforce ses engagements de répondre aux besoins de financements en somme ou pour construire des solutions permettant aux industries de mieux réussir ses activités.

Sandra Miora Hafalianavalona

L'express de Madagascar1 partages

Forum – La fiscalité des entreprises à la loupe

Un évènement à ne pas rater. La huitième édition du forum des entreprises organisé par le cabinet CECOM se tiendra ce jour à l’hôtel Colbert Antanina­renina. L’évènement verra une très forte participation des cadres de l’administration fiscale malgache. Ce qui est normal pour une manifestation dont le thème s’articule autour de la fiscalité.Les chefs d’entreprise, les cabinets comptables, les fiscalistés, les consultants, les chefs de projets ou encore les professions libérales pourraient mettre à jour leurs connaissances sur le système fiscal du pays ou débattre sur la fiscalité adaptée au contexte malgache.L’équipe de la direction générale des impôts apportera plus de précision sur la politique fiscale du gouvernement, la lutte contre la corruption au niveau de ce département, la modernisation et la transparence de l’administration fiscale, ainsi que les grandes évolutions récentes de la fiscalité internationale et les pers­pectives pour Madagascar.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Enawo- Les dégâts estimés à 415 mil­lions de dollars

Une situation chaotique. Les estimations de pertes à la suite du passage du cyclone Enawo, les 7 et 8 mars, laissent croire que certaines localités vivent dans le chaos. D’après le communiqué du ministère des Finances et du budget, les pertes sont estimées à 415 millions de dollars. « Cette estimation est effectuée sur la base d’une modélisation quantitative des risques effectuées par une équipe de la Banque mondiale », précise le document.Très puissant, Enawo a presque tout balayé sur son passage dans certaines régions de la Grande île. La région de Sava est la plus affectée. D’énormes dégâts sont constatés dans les infrastructures et bâtiments. Les pertes sont évaluées à 168 millions de dollars dans cette partie Nord Est de Mada­gascar.À Analanjirofo, elles sont de 30 millions de dollars.Dans le secteur de l’agriculture, les pertes se chiffrent à environ 207 millions de dollars. Les plantations de vanille dans les régions de Sava et Diana ont le plus souffert du passage du cyclone Enawo. Les dommages directs causés à la culture de la vanille et la perte de productivité y associée sont estimés à 164 mil­lions de dollars dans ces deux régions.Au 20 mars 2017, les évaluations menées sur le terrain par les pouvoirs publics et les partenaires estiment à près de 434 000 le nombre de personnes touchées par le cyclone. Le bilan humain s’élève à 81 morts et 250 blessés. Les rapports indiquent que les dégâts causés aux infrastructures sont importants, avec plus de 40 000 maisons, 3 300 salles de classe et 100 dispensaires endommagés.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Dernier avertissement

Jean Louis Andriamifidy, directeur général du bureau indépendant anti-corruption (Bianco), tire la dernière sonnette d’alarme pour avertir les personnalités adminis­tratives qui n’ont pas encore fait leur déclara­tion de patrimoine. En marge de la cérémonie de la remise de dons octroyés pour le Bianco par l’ambassade de France, hier à Ambo­hibao, Jean Louis Andriamifidy a révélé qu’une lettre de mise en demeure serait expédiée à ces récalcitrants au début du mois de mai prochain. Selon le dernier rapport du Bianco sorti vers la fin du mois de mars dernier, seules 33% de ces personnalités étatiques administratives et judiciaires se sont pliées à leur obligation.

Midi Madagasikara1 partages

Telma : Des offres spéciales pâques

Les belles fêtes de pâques, ce sont aussi les belles communications. Avec les offres exceptionnelles de Telma, les utilisateurs seront gâtés durant le week-end pascal. Telma propose Fety M’Ora pour marquer les fêtes de pâques. Pour seulement 800 Ar, les usagers peuvent profiter de : 80 minutes d’appel vers 3 numéros FAF pour rester en contact avec vos proches  et/ou 80 SMS pour échanger des vœux avec tous les contacts et/ou 80 Mo pour partager photos,vidéos et la joie sur les réseaux sociaux…

L’offre est valable pendant toute une journée, accessible en tapant le #322*26#. Avec Telma, les fêtes de Pâques se fêtent avec une pluie de bonus. Du samedi 15 au lundi 17 avril, c’est 30% de bonus pour tout achat de crédit ou d’offres via MVola et 10% de bonus pour tout achat de crédit via 2toi à moi.

Avec Telma, le 4Gen, 1er Smartphone 4G accessible à l’ensemble de la population malagasy, promet une superbe expérience du seul réseau 4G disponible dans tout Madagascar. Grâce à ses fonctionnalités exceptionnelles, le 1er Smartphone 4G by Telma permet d’accéder à l’Internet Très Haut Débit Mobile, de capturer les moments forts en vidéos et photos HD grâce à son appareil photo de 8 Mpx ou de sublimer les selfies en plus d’une reconnaissance faciale. Et incontestablement, le 4Gen by Telma fait la paire avec la Telma Watch, la 1ère montre connectée by Telma. Elle est offerte à l’achat d’un 4Gen à seulement 244 000 Ar via MVola.

R.Edmond

Madaplus.info0 partages

Firoze Nourbhay : Sit in des élèves et des parents lycée Francais d’Ambatobe

Le kidnapping devient de plus en plus fréquent à Madagascar, ce sont les ressortissants étrangers qui payent le lourd tribut de cette forme d’insécurité.
Ce n’est pas la première fois qu’on entend un enlèvement à Madagascar. La communauté « karana » ou indo-pakistanaise est la cible des malfaiteurs. Le cas du jeune Karana, Firoze Nourbhay, jouissant de la nationalité française, est le énième cas que la police locale traite. Si on revient aux faits, il a été obligé de force à monter dans une voiture par un groupe de 6 personnes lourdement armé au moment où il s’apprêtait à prendre le bus scolaire. Tout cela se déroule devant des policiers qui étaient à proximité des lieux, pourtant ils ne se sont pas intervenu. Trois jours après son enlèvement, on n’a reçu aucune nouvelle de ce jeune garçon.
Hier, une mobilisation des parents d’élèves, des élèves a eu lieu au lycée français d’Antananarivo. Ces parents demandent la libération de Firoze Nourbhay. « On demande juste que plus de sécurité soit installée pour nous tous, pour tout le monde, nous sommes malagasy comme vous, nous sommes la quatrième génération née à Madagascar. C’est notre pays, on reste comme vous, on habite chez vous. On n’est pas des soi-disant. « karana » on est des Malagasy » affirme le père du gamin.
News Mada0 partages

BFV-SG sy ny Sim : tohanana ny sehatry ny indostria

Natao sonia, omaly, ny fifanarahana teo amin’ny banky BFV-SG sy ny Sendikan’ny indostria eto Madagasikara (Sim). Nanatanteraka izany ny filohan’ny Sim, Rajaonera Fredy, sy ny filoha tale jeneraly (PDG)-n’ny BFV-SG, Bruno Massez. Tanjona ny ahafahan’ireo mpikambana miisa 88 ao anatin’ny Sim manitatra ny ambaindain’ny orinasa sy ny fandraharahany avy, hiarovana ny tombontsoa momba ny asa sy ny toekarena, ara-bola sy  varotra, sosialy, sns. Miparitaka amin’ny seha-pihariana 10 ireo mpikambana.

Nambaran’ny PDG-n’ny BFV-SG, fa “manaraka anareo ny fanekena ataonay rehefa miitatra sy miroborobo ny fiharianareo mpandraharaha”.

Anisan’ny tohana ataon’ity banky ity ny mpikambana ao amin’ny Sim, ny fanomezana tombondahiny amin’ireo tolotra samihafa. Eo koa ny fanoroan-kevitra sy torolalana, fanadihadiana, manodidina ny tetikasan’ny mpandraharaha na ny orinasa, fikarohana vahaolana hanatsarana ny fihariany avy.

Njaka A.

News Mada0 partages

« ITM 2017 » : hanatsara ny endrik’i Madagasikara

Hotontosaina, ny 8-11 jona ho avy izao eny amin’ny tanàna Voara Andohatapenaka  (tanànan’ny Frankofonia teo aloha), ny « Hetsika iraisam-pirenena ho an’ny fizahantany » (ITM) andiany fahenina. Nambaran’ny filohan’ny filankevi-pitantanan’ny Ofisim-pirenena ho an’ny fizahantany eto Madagasikara (ONTM), Randriamandranto Joël, fa hanatsara ny endrik’i Madagasikara amin’izay io fotoana io. Nomarihiny fa hisy amin’ireo vahiny matihanina amin’ny fizahantany hitety ny toerana fitsidika ara-pizahantany eto amin’ny Nosy, mialoha ny handraisany anjara amin’ity « ITM 2017 » ity. Ho an’ny minisitry ny Fizahantany, Ratsiraka Roland, hampiakarana ny tahan’ny sehatry ny fizahantany eo amin’ny harinkarena faobe (PIB), mbola 7%, ny hetsika iraisam-pirenena toy izao. Mbola mitana ny laharana voalohany ny sehatry ny fambolena sy ny fiompiana (15%) ka hatao tanjona ny hihoaran’ny fizahantany izany.

Natao sonia, omaly, ny fifanarahana teo amin’ny mpikarakara, ny ONTM, sy ireo mpiara-miombon’antoka amin’ny lafiny fampahalalam-baovao sy ny mpanohana amin’ny « ITM 2017 ».

Njaka A.

News Mada0 partages

67 ha : mpangala-damba tratran’ny fitsaram-bahoaka

 Noraisim-potsiny teo am-pangalarana lamban’olona mihahy teo an-tokotany eny 67 ha, ny faran’ny herinandro teo ny jiolahy iray. Nitangoronan’ny andian’olona avy hatrany ka efa nidaroka ity jiolahy ity ireo olona noho ny hatezerana. Nandritra ny fotoana nandalovan’ireo polisy nanao fisafoana tamin’iny faritra izany ka nentin’izy ireo avy hatrany ilay jiolahy nangala-damba. Fantatra nandritra ny famotorana nataon’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahafito eny 67 ha fa zanaka mpivaro-damba eny Isotry ity jiolahy ity ka saika hoentiny hamidy ireo lamba avy nangalariny ireo.

Tratra teo am-panendahana sy nanao sinto-mahery tamin’ny renim-pianakaviana iray niandry taxi-be teo amin’ny fiantsonana eny Vatobe 67 ha, ny alatsinainy teo koa ny jiolahy iray malaza ratsy amin’ny fanendahana sy fanaovana sinto-mahery. Noho ny hamaroan’ny fitarainana voarain’ny polisy momba ny fisiana mpangarom-paosy isaky ny fiantsonana eny 67 ha, nisy fepetra manokana noraisin’ny polisy tamin’ny alalan’ny fametrahana polisy manao fanamiana sivily tamin’iny faritra iny ka izao nahitam-bokany izao.

J.C

News Mada0 partages

Fampidirana am-ponja : tokony hiverina amin’ny 24 avrily R. Claudine

Raha ny taratasy eo am-pelatanan’ny mpandraharaha fonja nanaraka an’i R. Claudine any Maorisy, ny 24 avrily ho avy izao ity farany no tokony hampodiana an-tanindrazana. Izany hoe tapitra amin’io fotoana io izany ny fotoana itsaboana azy any ivelany any. Tokony haiditra am-ponja vonjimaika araka ny didy avy amin’ny fitsarana noho izany ity tompon’ny hotely AC Ivato ity sady mpanolotsaina manokan’ny filoham-pirenena.

Hatreto anefa, nofinofy ihany ny mety hahatanterahan’izany, raha ny fizotran’ny raharaha. Raha ny vaovao farany, efa nivoaka ny hopitaly nitondrana azy tany Maorisy ramatoa Claudine. Tsy mbola fantatra kosa anefa raha efa niala tany an-toerana izy na mbola any ihany. Fantatra, andanin’izany, fa ny zanany miaraka amin’ny olona vitsivitsy no efa any Frantsa. Mety hitsoaka any an-toerana ramatoa Claudine? Efa nilaza anefa ny masoivoho frantsay efa nilaza anefa fa tokony hotsaraina eto ity mpanolotsaina manokan’ny filoham-pirenena ity, ary manohana ny asan’ny Bianco izy ireo.

Miandry ny tohiny ny rehetra. Mifandroritra eo ny manampahefana manodidina izany. Niteny ny avy amin’ny Bianco fa tsy manana fahefana intsony fa efa eny am-pelatanan’ny fitsarana ny raharaha. Ny fitsarana indray, asa raha mahefa ka afaka hanery an-dramatoa hiverina an-tanindrazana amin’io 24 avrily io. Ny fanjakana mahefa, hita fa mihalangalana mody fanina manoloana ny zava-mitranga rehetra. Mety ho toy ireny mpanao politika mpitsoa-ponenana ireny i R. Claudine?

Yves S.

 

News Mada0 partages

Famonoana sinoa : tovolahy roa tratran’ny polisy

Tovolahy roa voasambotry ny polisy miady amin’ny heloka bevava sakelika voalohany na ny BC1, ny 11 sy 12 avrily lasa teo, anisan’ny namono ilay Sinoa vavy maty teny Amboniloha Alarobia ny alin’ny 28 hifoha 29 avrily 2016. Raha tsiahivina, tamin’io fotoana io no nisy namono tao amin’ny trano fonenany ny Sinoa vavy antsoina hoe Sam Hao Sam Tu. Nofatorana sy nodarohana ka maty ilay vaviantitra io. Lasan’izy ireo ny vola rehetra tamin’izany. Ny ampitson’io, izany hoe, ny 29 avrily, voasambotra ny mpiasa vavy roa izay anisan’ny mpiray tsikombakomba tamin’ny famonoana. Natolotra ny fitsarana ary nigadra izy ireo. Nitohy hatrany ny famotorana. Ny 2 desambra 2016, lehilahy iray antsoina hoe Tatasy, anisan’ny nandray anjara tamin’ny famonoana no nenjehin’ny polisy teny an-tanimbary eny Morarano. Maty voatifitra izy tamin’io fotoana io. Ny 4 desambra 2016, nitohy hatrany ny famotorana  ka voasambotra ny efa-dahy ary voaporofo fa nanao ilay asa ratsy izy ireo izay nigadra avokoa ny 6 desambra 2016.

Mbola nitohy hatrany ny fikarohana, fiaraha-miasa tamin’ny andrimasom-pokonolona nynahafahan’ny polisy nisambotra ny lehilahy roa antsoina hoe Therry sy Toto, farany teo. I Therry izay teo am-piomanana ny hilefa ; naka fifin-dramonina ka noraisim-potsiny. Niaiky ny heloka vitany izy nandritra ny fanadihadihana natao. Natolotra ny fampanoavana, omaly, izy ireo.

Yves S.

News Mada0 partages

Polisy misahana ny sisin-tany (Paf) : « Ara-dalàna ny taratasy nivoahan’i Claudine”

 “Ara-dalàna avokoa ny antontan-taratasy nivoahan-dRazaimamonjy Claudine, niala teto, ny alatsinainy teo. Feno ny fepetra nandefasana azy nivoaka any ivelany hotsaboina”, hoy ny lehiben’ny Polisy misahana ny sisin-tany (Paf), ny kaomisera divizionera, Tolojanahary, omaly teny Ivato. Anisan’ny nahafahany nivoaka ny taratasy maromaro, toy ny pasipaoro, ny taratasy avy eny amin’ny mpitsabo ao amin’ny HJRA, ny avy amin’ny mpiandry fonja, ny ACM, ny mpitsabo eny amin’ny seranam-piaramanidina ary koa ny avy amin’ny mpitandro filaminana.  Manampy ireo ny avy amin’ny kaompaniam-pitaterana nitondra azy. Nanteriny fa ho fitandroana ny ainy no tsy maintsy nandefasana azy sady feno rahateo ny fepetra rehetra. Natsipin’ny Paf any amin’ny minisiteran’ny Atitany kosa ny momba ny didy tsy fahazoan-dRazaimamonjy Claudine mivoaka any ivelany (IST).Araka izany, samy milaza ho ara-dalàna avokoa izany na ny Paf na ny mpandraharaha fonja tamin’ny nandefasana ity tandapa ity any ivelany. Mitombina izany ny nambaran’ny SMM fa fandefasana sy famoahana any ivelany voarindra sy voaomana iny natao momba an-dRazaimamonjy Claudine.

Synèse R. /Sary : Fano

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

 Reconnu coupable de détournement de deniers publics, Nivo Ratiarison a été condamné à 5 ans de travaux forcés.

Réception des travaux effectués au Palais du Premier ministre au Musée d’Andafiavaratra.

Passation de service entre l’ancien et le nouveau responsable de la Fédération malgache de football

L’évacuation sanitaire de Claudine Razaimamonjyà l’étranger a été qualifiée d’évasion organisée

Parking du Lycée français d’Ambatobe, manifestation de solidarité à l’égard de l’otage, Firoze Nourbhay, récemment kidnappé à Andranomena.

Grève des chauffeurs de taxis-ville pour dénoncer, selon leurs dires, les magouilles dans l’utilisation de la nouvelle lanterne.

Photos : Tiana R, Mamiherison et Fanou

News Mada0 partages

Kitra- « Ligue des champions » any Eoropa : resin’ny Real de Madrid 1-2, ho sarotra ny lalan’ny Bayern

  Niondrika teo an-jaridainy tao amin’ny kianjan’i  Allianz Arena ny ekipan’ny Bayern de Munich tamin’ny lalao mandroso amin’ny « Ligue des champions ». Lalao tafiditra amin’ny ampahefa-dalana. Resin’ny Real de Madrid 2 no ho 1 izy ireo.

 

Efa any amin’ny dingan’ny manasa-dalana ny ekipan’i  Cristiano Ronaldo (CR7) raha mbola mampanahy kosa ny hoavin-dry Ribery sy ny namany. Nitarika 1 no ho 0 ny Alemà teo amin’ny fizaram-potoana voalohany tamin’ny alalan’ny baolina tafiditr’i Arturo Vidal tamin’ny lohany niainga amin’ny “corner” nodakan’i Thiago Alcantara, minitra faha-25. Mbola nahazo “penalty” koa aza ny mpilalaon’i Ancelotti  ary nodakan’i Vidal saingy nisavoana any ambonin’ny tsivalamby nandrasan’i Keylor Navas izany. Nentina niala sasatra io isa tokana fandresen’ny Bayern de Munich io avy eo. Nahatafiditra ny baolina ka nahasahala ny isa anefa avy eo i Ronaldo,  roa minitra nanombohan’ny fizaram-potoana faharoa. Mbola nampian’ity kintana portiogey ity izany isa izany minitra faha-77 ary nitondra ny fandresen’ny Real de Madrid tanteraka 2 no ho 1.

Nilalao 10 ny Bayern de Munich

Na izany aza, nanjakan-dry Lham sy ny namany ny fizaram-potoana voalohany. Efa tokony ho nahatafiditra  baolina hafa koa aza i CR7, saingy navotan’ny tsatoby izany na efa very tanteraka ny mpiandry harato alemà, i Neuer. Nilalao 10 rahateo ny Bayern de Munich taty amin’ny fizaram-potoana faharoa rehefa nahazo karatra mavo indroa noho ny hadisoany i Javier Martinez.

Hotanterahina amin’ny herinandro izao ny lalao miverina any an-jaridain’ny Real de Madrid any Bernabeu. Ho sarotra ny fandidiana ho an’ny Bayern de Munich.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Taranja Pancrace – La Reunion : vonona ny solontenantsika

Efa nanainga, omaly, nihazo ny Nosy La Reunion ny mpikatroka malagasy eo amin’ny « pancrace », hiatrika ny fifaninanana « Trophé fithg », andiany faharoa. Hotanterahina ny asabotsy izao izany ka hanana solontena sivy  isika hiatrika izany, amin’ny sokajin-danja samihafa. « Nanomana tao anatin’ny iray volana izahay amin’ity fifaninanana ity. Nisy ny fiarahana nanao fanazarantena teto Mahamasina fa teo koa ny anaty efitrano, niarahana amin’ny tale teknika nasionaly (DTN). Vonona izahay ny handresy », hoy ny mpitarika sady filohan’ny federasiona, Rakotonirina Parfait, tetsy Mahamasina, omaly. Ho mpifanandrina amintsika amin’izany, La Reunion mpampiantrano sy i Mayotte.

Synèse R.

 

Ireo mpikatroka handray anjara : Rakotoarisoa Marcel Tojonirina (-66 kg) ; Razafindrainibe Tokinirina (-61 kg) ; Randrianantenaina Eddy (-70 kg), Fazaraly (-67 kg) ; Ramboasalama Billy (-80 kg) ; Andriarimanana Antoni (-70 kg) ; Andrianantenaina Fidel (-66 kg) ; Andriana Mazoto (-66 kg).

News Mada0 partages

ITM 2017 : soutien du secteur privé

Les membres du secteur privé travaillent main dans la main avec l’Office national du tourisme à Madagascar (ONTM) pour l’organisation de la 6e édition de l’International tourisme fair Madagascar (ITM) qui se tiendra du 8 au 11 juin au village Voara d’Andohatapenaka. La signature de conventions de partenariats avec quelques opérateurs a eu lieu hier à Antaninarenina.

Les conventions signées hier concernent principalement les partenaires médias et les sponsors qui ont jusqu’à présent exprimé leur volonté de participer à la relance de la destination Madagascar sur le marché du tourisme. D’autres partenariats de sponsoring en cours feront l’objet d’une seconde signature, a-t-on indiqué auprès de l’ONTM.

Cette année, l’ITM sera marqué par un programme d’éductours durant lequel l’ONTM invitera plus d’une centaine d’agences de voyages et tour-opérateurs qui iront à la découverte de circuits dans différentes régions de Madagascar et à la rencontre des exposants ITM. Nombreux sont également les partenaires des éductours qui contribueront à l’accueil de ces professionnels du tourisme venus de l’étranger et dont les partenariats feront l’objet d’une troisième série de signatures.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Passage du cyclone Enawo : les pertes économiques estimées à 415 millions USD

Les pertes économiques après le passage du cyclone Enawo sont estimées à 415 millions USD, d’après les estimations sur la base d’une modélisation quantitative des risques effectuées par la Banque mondiale. La région Sava, point d’entrée du cyclone le 7 mars dernier est la plus affectée avec des pertes évaluées à 168 millions USD.

Ces pertes estimées à 415 millions USD représentent 4% du Produit intérieur brut (PIB) du pays, et correspondent à des dégâts directs sur les bâtiments et les infrastructures, ainsi que les pertes agricoles. En effet, les dégâts causés par le cyclone Enawo sur les bâtiments et les infrastructures sont estimés à 208 millions USD.

Point d’entrée du cyclone Enawo le 7 mars 2017, la région Sava est la plus affectée avec des pertes évaluées à 168 millions USD, suivie de la région Analanjirofo qui enregistre des pertes de l’ordre de 30 millions USD. Le secteur de l’habitat est le plus touché avec 74,1% des pertes totales. Dans le secteur de l’agriculture, les pertes se chiffrent à environ 207 millions de dollars. Les plantations de vanille dans les régions Sava et Diana ont le plus souffert du passage du cyclone Enawo. Les dommages directs causés à la culture de la vanille et la perte de productivité y associée sont estimés à 164 millions de dollars dans ces deux régions.

Cyclone le plus violent depuis 2004

Enawo est le cyclone le plus violent qui a frappé Madagascar depuis 2004, avec des vents de 230 km/h lors de son arrivée sur le littoral et des précipitations de 220 mm en 24 heures à Sambava. Il est comparable au cyclone Gafilo qui, en 2004, avait causé des dégâts de l’ordre de 250 millions USD.

«Même s’il s’agit d’une première estimation sur la base d’un modèle de risque, cette évaluation offre une estimation rapide des pertes et dommages que le gouvernement va prendre en compte dans le processus de relèvement», a avancé Gervais Rakotoarimanana, ministre des Finances et du budget.

D’après le dernier bilan en date du 20 mars dernier,  les évaluations menées sur le terrain par les pouvoirs publics et les partenaires estiment à près de 434 000 le nombre de personnes touchées par le cyclone. Le bilan humain s’élève à 81 morts et 250 blessés. Les rapports indiquent que les dégâts causés aux infrastructures sont importants, avec plus de 40 000 maisons, 3 300 salles de classe et 100 dispensaires endommagés.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Pâques : les meilleures offres chez Telma

Une pluie de cadeaux chez Telma pour fêter Pâques. Accédez au seul réseau 4G disponible dans tout Madagascar et bénéficiez de l’Internet très haut débit mobile avec le 4Gen by Telma, 1er smartphone 4G accessible à tous. Profitez également de ses fonctionnalités exceptionnelles.

Le 4Gen by Telma fait la paire avec Telma Watch, la 1re montre connectée by Telma. Elle est offerte à l’achat d’un 4Gen à seulement 244.000 ariary via MVola.

Telma propose également «Fety M’Ora». Pour seulement 800 ariary, profitez

de 80 minutes d’appels vers 3 numéros FAF pour rester en contact avec vos proches, et/ou 80 SMS pour échanger vos vœux avec tous vos

contacts, et/ou 80 Mo d’internet pour partager vos moments forts sur les réseaux sociaux. L’offre est valable pendant toute une journée, accessible en tapant #322*26#.

Pâques chez Telma, c’est aussi une pluie de bonus. Pour le week-end pascal, à partir du 15 jusqu’au 17 avril, c’est 30% de bonus pour tout achat de crédit ou d’offres via MVola et 10% de bonus pour tout achat de crédit via 2toiàmoi.

Arh.

News Mada0 partages

« Lundi de Pâques ça va be » : hiray sehatra ny samy « artistes de l’année »

Black Nadia, mpanakanto vehivavy mendrika indrindra ary Dadi Love, mpanakanto lehilahy mendrika indrindra. Samy voahosotra ho « artiste de l’année » izy ireo, nandritra ny « RDJ mozika 2016 », farany teo. Fantatra fa hiray sehatra mandritra ilay seho goavana « Lundi de Pâques ça va be”, izay hotontosaina eny amin’ny Stade Annexe Mahamasina izy ireo, ny alatsinainy ho avy izao.« Nezahanay ny hanambatra karazan-gadona, mba hifanaraka amin’izay ilain’ny mpankafy. Notsinjovina manokana koa anefa ny tanora, mba ho tafaraka amina sehatra iray ireo mpanakanto ankafizin’izy ireo », hoy ny fazavana avy amin-dRazakarivelo Andry, mpikarakara ao amin’ny Sound Production.Ankoatra an’i Black Nadia sy i Dadi Love mantsy, ho avy koa i Big Mj sy ny “tsinjaka triatria”. Sambany koa no hisehatra eto Antananarivo I Princia, izay nampiakarin’ilay hira “zah fa tsy afaka.  Hanampy azy ireo ny tarika sy mpanakanto mpivoy ny mozika an-tanàn-dehibe toa an-dry Krutambull, izay ao anatin’ny fiverenany an-tsehatra amin’izao fotoana izao. Eo koa ry Martiora Freedom, Mr Sayda, Jyunii ary Julambup’s. Tsy vitan’izay, nasaina manokana koa i Sarobidy sy Christian K, izay nisongadina tamin’ny “Pazzapa Kids” farany teo. Hanomboka amin’ny 9 ora maraina ny seho.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

« Sweet show » : hiaka-tsehatra ry THT, Jess Flavi One, Martiora Freedom

Hiavaka ny fanakatonana ny fankalazana ny faha-50 taon’ny sekoly katolika Saint Pierre Malaza Andoharanofotsy. Amin’ny alalan’ny « Sweet show » na ilay fampisehoana an-tsehatra hisongadinan’ireo mpanakanto ankafizin’ny ankizy sy ny tanora ankehitriny ary mahasarika ny zokinjokiny. Anisan’ny hiaka-tsehatra eny amin’ny kianjan’ny sekoly, ny Alatsinain’ny Paka izao ry THT, Jess Flavi One, tarika Martiora Freedom. Ao koa ny fialamboly maro samihafa sahaza ny rehetra, tahaka ny fifaninanana mandihy, karaoke, fiarahana amin’ireo mpikosoka kapila manomboka ny misandratr’andro. Nambaran’ny tompon’andraikitra ao amin’ny sekoly fa « tsy ho diso anjara ny lehibe satria natokana ho an’ny isan-tokantrano ny sehatra fialamboly mandritra ny « Sweet show ».

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Patrimoine : Andafiavaratra se refait une beauté

Le musée du Premier ministre Rainilaiarivony à Andafiavaratra fait peau neuve.  L’ambassade des Etats-Unis à Madagascar et le ministère de tutelle ont procédé, hier, à la réception des travaux de réhabilitation de ce patrimoine historique.

Les Etats-Unis ont accordé un financement de 32.500 USD, par le biais du Fonds de l’ambassadeur pour la préservation culturelle (FACP), en appui au projet de sécurisation du musée d’Andafiavaratra. S’étalant sur une période d’un an, les travaux ont officiellement débuté le 21 janvier 2016 et ont été achevés le 16 décembre dernier.

 «La réhabilitation concerne des domaines aussi variés que l’éclairage intérieur et extérieur, les équipements anti-incendie, les clôtures traditionnelles, les vérandas et les papiers peints», détaille Emeline Raharimanana, directeur général auprès du ministère de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine.

Préserver le patrimoine culturel

L’ambassadeur des Etats-Unis, Robert T. Yamate, salue une étape importante dans l’histoire de la solidarité et de la coopération entre Madagascar et le pays de l’Oncle Sam.  «Les travaux de restauration témoignent la coopération et le respect entre nos deux pays et par-dessus tout, notre priorité partagée de préserver, de respecter et de protéger ce  patrimoine culturel national. Le musée une fois restauré constituera un autre atout pour la ville des Mille d’attirer les touristes qui sont souvent fascinés par la nature exceptionnelle que nous offre la Grande île», a-t-il souligné dans son allocution.

Rappelons que ce financement du gouvernement américain a également soutenu la préservation des textiles historiques  en 2004, les portes sculptées indo-arabes en 2005, la musique et la danse traditionnelles malgaches en 2006 et la restauration ainsi que la conservation préventive des sentiers historiques dans la vieille ville de Fianarantsoa en 2008.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Fiarovana ny lapan’Andafiavaratra : noraisin’ny Amerikanina sy ny Malagasy ny asa vita

Iray amin’ireo vakoka malagasy niharan’ny fahamaizana ny lapan’Andafiavaratra. Nisy ny fanarenana natao vokatry ny fiaraha-miasan’i Madagasikara sy ny fitondrana amerikanina. Anisan’ireny ny zava-bita natolotra omaly.

21 janoary 2016, nanomboka tamin’ny fomba ofisialy ny asa… Vita ny volana desambra 2016 ny fanarenana. Anisan’izany ny tamboho natao tamin’ny fomba nentin-drazna manodidina ny lapan’ny praiminisitra eny Andafiavaratra. Fametrahana ny jiro anatiny sy ivelan’ny lapa, fanatsarana ireo fitaovana fiarovana amin’ny afo niaraka tamin’ny fanofanana ny fampiasana azy. Tao koa ny fanavaozana ny temitra, lavarangana, varavarambe sy varavarankely tamin’ny lafin-drindrina sasany. Noraisin’ny fitondrana amerikanina tamin’ny alalan’ny masoivohony Robert T. Yamaté, sy ny fitondram-panjakana malagasy tamin’ny alalan’ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Kolontsaina, omaly, ireo asa vita mitentina 100 tapitrisa ariary ireo. Vola avy amin’ny « Ambassador’s Fund for cultural in the world » na ny tahiry manokana ho fitandroana ny harentsaina maneran-tany izany.

Nambaran’ny masoivoho amerikana tao anatin’ny lahateniny fa « mahafaly ny milaza fa ny fahavitan’izao asa fanarenana izao… midika fa tsy handefitra amin’ny fanapotehana ireo vakoka sy kolontsaina ny vahoaka malagasy ». Nohamafisiny koa fa « ny ezaka toy izao, mampiseho fiaraha-miasa sy ny fifanajana eo amin’ny firenena roa tonta ary fametrahana miaraka ny maha zava-dehibe ny fiarovana sy fanajana ara-kolontsaina izay ifandovan’ny fiarahamonina ». Nomarihiny fa « ankoatra ny fifandraisana ara-barotra, politika, miaramila, fomba iray hafa hoenti-maneho ny endrik’i Etazonia amin’ny firenen-kafa ny fiarovana ny kolontsaina ».

Tsy ho toeram-pandalovana fotsiny intsony Antananarivo

Nohamafisin’i Robert T. Yamate ny maha zava-dehibe ny fahavitan’ny asa fanarenana ity mozea ity amin’ny fizahantany, indrindra eto Antananarivo. Matetika, zary toerana lalovan’ny mpizahatany fotsiny Antananarivo. Maika ny hijery valanjavaboahary ivelan’ny Renivohitra izy ireny, raha ny fanazavany. Marihina fa efa maro ireo tetikasa novatsin’ny tahiry manokana ho fitandroana ny harentsaina maneran-tany notontosaina teto Madagasikara. Anisan’ireny fikajiana ireo lamba manan-tantara (taona 2004). Fikajiana ireo varavarana voasokitra indianina sy arabo hita eto (taona 2005). Fikajiana ny tanàna ambonin’i Fianarantsoa (taona 2007). Fanarenana sy fikajiana ireo lalankely manan-tantara ao amin’ny tanàna ambonin’i Fianarantsoa (taona 2008).

Fantatra tamin’ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny kolontsaina sy ny fiarovana ny vakoka eo anivon’ny minisiteran’ny Kolontsaina fa hosokafana ho an’ny mpitsidika ny lapan’ny praiminisitra etsy Andafiavaratra atsy ho atsy. Hametrahana fampirantiana ity mozea ity, raha ny fanazavany hatrany. Hanana lohahevitra tsirairay ny fampirantiana hifandimby eny an-toerana. Anisan’ny mbola voatahiry eny an-toerana ny fanaka sisa tsy may teny amin’ny Rovan’Antananarivo, toy ny fitaovana nampiasain’ny mpanjaka, haingo, fanaka, sns.

HaRy Razafindrakoto /Sary : Fanou

News Mada0 partages

Agents forestiers : effectif insuffisant pour assurer la gestion durable

Le nombre des agents forestiers est encore largement insuffisant à Madagascar, pour assurer la gestion et surtout l’utilisation durable du capital forestier.

En 2016, on a compté 282 agents des eaux et forêts au pays, sortants des écoles de formation publique. 257 d’entre eux travaillent dans l’administration forestière et dans les organismes privés. Comme il n’y a plus de formation en surveillants et agents techniques des eaux et forêts, cela ne fait qu’aggraver cette situation. D’ici 2021, une centaine de ces agents vont partir à la retraite, selon une statistique établie en 2012. Sous cette optique, un agent est en charge de 201 577 ha de forêts à Madagascar, contre un agent pour 891 ha à La Réunion.

Plus de concepteurs que d’hommes de terrain

Force est de constater un fort déséquilibre entre les différentes catégories de formation forestière au pays. Si dans un pays à économie développée, un ingénieur forestier est responsable de 14 techniciens de tous niveaux, à Madagascar, un ingénieur travaille avec 0,8 techniciens. Donc, il y a plus de concepteurs que de réalisateurs dans la Grande île.

Réouverture de l’école d’Angavokely

Face à cette situation et dans le cadre de la stratégie nationale de formation agricole et rurale, de la Politique nationale de l’emploi et de

la formation professionnelle (PNEFP) ainsi que de la Politique forestière (Polfor), le ministère de l’Environnement (MEEF) a décidé de procéder à la réouverture de l’école forestière d’Angavokely. L’atelier de présentation du plan de gestion de cette école a lieu, hier, au Café de la gare Soarano. Ce plan a été validé à l’interne du MEEF mardi. A part le statut juridique, le processus de la mise en œuvre de la formation ainsi que les besoins en ressources humaines, financières et logistiques font partie de ce plan.

Diplôme de technicien forestier

Le MEEF, par le biais de son comité pour la rénovation de la formation et avec les appuis des autres ministères, entre autres, ceux de la Présidence en charge de l’agriculture et de l’élevage (MPAE) et de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP), ainsi que des partenaires dont le Formaprod, Page/GIZ et Fanalamanga, s’est lancé dans le développement du Référentiel national de diplôme de technicien forestier ou RND, validé en décembre 2016.

Sera R

 

News Mada0 partages

C FOR C : insertion professionnelle des handicapés

L’ONG C For C a procédé à la formation professionnelle de 25 personnes handicapées en 2014. Une formation suivie d’un test d’évaluation que ces dernières ont réussi à passer avec succès. Cependant, seule une minorité a été embauchée au niveau des entreprises, aussi bien publiques que privées.

Suite à une étude menée auprès de certains établissements de la capitale, sur les raisons de cet échec, bon nombre ont répondu qu’aucune personne handicapée n’a déposé une demande quelconque auprès d’eux. Ce qui a permis à C For C de tirer la conclusion suivante. Les handicapés diplômés manquent encore d’assurance, malgré leurs capacités et du coup, ils craignent de ne pas être à la hauteur pour pouvoir répondre à l’attente des entreprises.

Dans l’objectif de résoudre ce problème, un atelier a été organisé, hier, par C For C à l’IKM Antsahavola, où les participants ont été, entre autres, des handicapés, des représentants d’entreprises et des partenaires de l’organisation.

Sera R

News Mada0 partages

Kidnapping d’un lycéen : ras-le-bol des parents d’élèves

Quatre jours après l’enlèvement de Firoze Nourbhay à Andranomena, des parents d’élèves issus de quelques établissements français de la capitale se sont donné rendez-vous hier dans le parking du Lycée français d’Ambatobe pour manifester leur solidarité à l’égard de la victime.

Quatre jours se sont écoulés après l’enlèvement mais toujours aucune nouvelle de l’enfant. En vue de témoigner leur soutien à Firoze Nourbhay et à sa famille, des élèves des écoles françaises de la capitale et leurs parents ont décidé d’organiser cette manifestation de solidarité.

Jean-Hervé Fraslin, vice-président du Conseil consulaire des Français de Madagascar et non moins conseiller élu à l’Assemblée des Français de l’étranger pour la circonscription de l’Afrique centrale, australe et orientale, n’y est pas allé par quatre chemins pour dénoncer l’insécurité grandissante au pays.

«Nous voulons exprimer maintenant notre ras-le-bol. C’est la première fois qu’ici à Antananarivo, un de nos élèves est victime d’un acte criminel et crapuleux. Ce n’est pas la première fois à Madagascar, malheureusement. Ça c’est déjà produit à Toliara et à Toamasina. Ces enlèvements d’enfants sont pires encore que les enlèvements d’adultes», a-t-il déclaré.

90 cas d’enlèvement

recensés

A l’évocation du cas de Firoze Nourbhay, l’élu n’a pas manqué de préciser que s’attaquer à des enfants qui ne peut pas se protéger, c’est s’attaquer à l’éducation.

Après avoir demandé aux responsables de la sécurité des Français à Madagascar d’apporter leur expérience et leur assistance aux autorités locales, Jean-Hervé Fraslin a également interpellé les autorités malgaches à prendre les mesures qui s’imposent. «La technologie moderne donne un moyen d’écouter, de surveiller et de localiser les communications. Depuis 2010, 90 cas d’enlèvement ont été recensés. Des enquêtes ont été ouvertes mais combien ont abouti ? Combien de ces criminels ont été arrêtés ? Quid de leurs complices et de leurs commanditaires ? Nous exigeons des actions et des résultats», a-t-il ajouté.

Xavier Gonon, président de la Fédération des associations des parents d’élèves des établissements français à l’étranger, a lui aussi rappelé que c’est un mineur sans défense qui a été pris pour cible. «Il faut que ça cesse. On ne peut plus tolérer que des enfants soient pris en otage pour des motifs crapuleux». Pour marquer son adhésion, l’assistance a salué les propos des deux responsables par une salve d’applaudissements.

Mparany

 

News Mada0 partages

Alaotra : mise en priorité de la sécurité

Le groupement de la gendarmerie de l’Alaotra Mangoro a décidé de prendre les taureaux par les cornes face à la situation qui prévaut dans sa circonscription. Des arrestations ont été opérées pour rétablir la sécurité et la gendarmerie appelle à la collaboration de la population.

Le colonel Hery Lala Randriamaharivo, commandant du groupement de la gendarmerie nationale de l’Alaotra Mangoro, s’est dit prêt à remettre de l’ordre dans la région. Joignant l’acte à la parole,  il a pu mettre hors d’état de nuire une vingtaine d’individus arrêtés en possession de matériels destinés aux cambriolages et vols avec effraction à Ambatondrazaka et périphéries, suite à l’exploitation de renseignements fiables émanant des simples citoyens.

Couvre feu

Cet officier supérieur de la gendarmerie a prouvé ainsi que l’afflux des exploitants miniers illicites, grossissant le rang des sans domicile fixe, favorise la flambée de violences et divers actes de banditisme dans la région. Le déclenchement de cette opération s’est répercuté positivement sur la sécurité à Ambatondrazaka mais le préfet a décidé en parallèle d’instaurer un couvre-feu à partir de 22 heures pour renforcer les mesures prises par les forces de l’ordre.

En réplique aux déclarations des exploitants miniers illicites au cours d’une réunion où ils se sont déclarés en situation régulière dans leurs activités coordonnées par une association basée dans la capitale de la région, le commandant de groupement de la gendarmerie de l’Alaotra Mangoro a tenu une conférence de presse à Ambatondrazaka. Il a mis au défi quiconque pouvant lui fournir des renseignements sur des gendarmes rackettant les exploitants illicites ou les autorisant à poursuivre des activités minières à Bemainty, dans la Commune rurale de Didy.

Manou/Solo

 

News Mada0 partages

Chronique : Emoi grandissant au sein de la communauté Karana

A dates rapprochées deux crimes faisant comme victimes des Karana, quelques jours après l’enlèvement spectaculaire d’un jeune Karana ! De quoi secouer cette frange de la population qui dans sa diversité n’a en partage que l’appartenance

à des origines liées au sous-continent indien. Au-delà du rattachement respectif de chaque individu à un état de la planète par une acquisition de nationalité, l’attachement au pays ancestral, des coutumes particulières et des pratiques de religions différentes rendent impropre l’appellation communauté Karana, alors que vivent de façon communautaire nombre de sous-groupes, qui n’ont de solidarité que pour défendre des intérêts particuliers qui leur sont communs. On reproche à la population locale une résistance à intégrer les étrangers installés dans le pays, réaction apparentée à un rejet. Le mode communautariste n’est toutefois pas le meilleur gage de volonté d’une effective appartenance.

De ces considérations la population ne fait pas de nuances, englobe ces communautés sous une unique désignation «Karana». Appellation parfois à connotation péjorative, exploitée à des moments par des forces occultes pour faire de cette communauté le bouc-émissaire cause des échecs de gouvernance. Cibles faciles en raison de la réussite d’un grand nombre de Karana, réussite que le public, ployant en majorité sous le poids de la pauvreté, attribue à une avidité agressive, jusqu’à une inclination génétique (vilaine et coupable accusation) à recourir à des combines condamnables. Malgré ce climat délétère, il serait hasardeux et injuste de mettre sur le dos de la population accusée haineuse, frustrée et jalouse, toutes les odieuses opérations dont sont victimes des Karana. Autre chose que de vilipender  l’Etat pour son incapacité à assurer la protection de cette communauté. Sur quelle base justifier de précautions particulières réservées quand la population entière loge à l’enseigne de l’insécurité. Il est des suppositions qui n’éliminent pas l’hypothèse de classer certaines des opérations dans la catégorie des règlements de compte.

Ayant droit de vote par acquisition de la nationalité ou non, les Karana ne sauraient s’exonérer d’une coresponsabilité quant aux résultats des élections : les initiatives des représentants des plus influents groupements à s’ingérer par le biais d’un apport consistant de trébuchants coups de pouce constituent un secret de polichinelle.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : circulaire au sujet des droits d’usage des indigènes (1)

Tananarive, le 30 mars 1917.

Le Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances à Messieurs les chefs de circonscription administrative.

Il a été fréquemment constaté que les indigènes font un usage abusif des droits d’usage qui leur sont consentis sur les produits naturels du domaine, particulièrement ceux de la forêt, soit qu’ils l’exploitent sans la moindre méthode, soit qu’ils trafiquent des produits principaux forestiers, contrairement aux dispositions de l’article 62 du décret du 28 août 1913.

Le moment ne me paraît pas opportun de réglementer, dans ses détails, l’exercice de ces droits d’usage, ainsi que se l’était proposé l’arrêté du 20 septembre 1907, explicitement abrogé par l’arrêté du 13 décembre 1913.

J’estime que les circonstances actuelles s’opposent également à la constatation et à la détermination de ces droits d’usage suivant la procédure tracée par les articles 60 et 61 du décret du 28 août 1913, ainsi qu’à l’adoption des voies et moyens dont fait état l’article 62 du même décret pour concentrer ou même racheter dans certains cas les servitudes dont il s’agit.

Mais, en attendant l’exécution de ces mesures d’ordre indispensables, je vous prie de vous inspirer de l’esprit des textes précités pour prévenir la destruction des produits naturels du domaine – en particulier ceux de la forêt – à laquelle se livrent souvent

les indigènes, sous le prétexte d’exercer leurs droits d’usage.

En ce qui concerne plus particulièrement les produits forestiers, vous devrez vous inspirer des dispositions de l’article 67 du décret qui prévoit que les usagers devront observer les règles d’exploitation prévues par ce texte. Dans cet ordre d’idées, je ne verrais que des avantages à ce que les usagers n’exploitent les bois nécessaires à leurs besoins strictement personnels que sur permis de coupe – naturellement gratuits – comportant des délais d’enlèvement aussi courts que possible.

Cette mesure appliquée déjà dans certaines régions forestières de la Colonie a donné de bons résultats.

(À suivre.)

Garbit.

Journal officiel de Madagascar et Dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : responsabilité, une balle de ping-pong

Seule évidence Claudine Razaimamonjy quitte le territoire malgré l’interdiction de sortie non levée selon les formes requises. Impuissante, l’opinion s’interroge remontant à la genèse du rocambolesque feuilleton. Qui oserait l’affront d’entreprendre une poursuite sans l’aval du grand patron ? Qui aurait l’impudence de contrarier une décision avalisée et de soustraire de la sorte la suspectée ? Les directives auraient-elles changé ? La manière des autorités judiciaires de s’en laver les mains laisse perplexe. Le procureur général de la Cour d’appel ouvre une enquête relative aux conditions ayant favorisé l’évacuation « exfiltrante ». Le procureur de la République reconnait avoir signé la demande d’évacuation sanitaire, non sans préciser que la signature de ce document, tel un accusé de réception, n’a de valeur ni d’acceptation ni de rejet du contenu.

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : sasanangy tsy mitovy na samy ompikelin’ny mpitondra aza

Na eo aza ny hakiviana rehefa nilatsaka ny didy henjana nanameloka azy dia vao mainka angamba nanampy trotraka an’i Nivo Ratiarison ny fieritreretana an’i Claudine Razaimamonjy izay tafaporitsaka any ivelany noho ny fahaizany nampiasa takalo tamby fitsikombakombana manampahefana ambony. Aiza moa no tsy ho velo-pe (pialonana). Samy ompikely teo anilan’

ny tompony, ary samy voampanga ho nanota nefa tsy misy ifandraisana ny anjara ratsy miantraika amin’ny atsy sy aroa. Tsy milaza fahadisoan’ny fanafaizana amin’ny fanomezana sazy mahamay an’izay nanota fady teo am-panatanterahana adidim-panjakana izany, fa manipika kosa ny tsy maha-rariny ny fahafahan’ny sasany izay voarohirohy koa mikasika heloka mitovitovy, nitsoaka noho ny goragora niniana. Asa na kely na betsaka ny dimy taona an-terivozina sazy azon-dRatiarison, noho ny heloka bevava tamin’ny fitsabahan’ny tanany maloto tao anatin’ny vilanin’ny volam-panjakana. Volabe io niampangana azy io, nefa toy ny ivi-tsaka raha ampitahina amin’ny onjan’ny havetavetana eo anivon’ny ranomasimbe fanilihana ny volam-panjakana. Mikasika vola tsy toko tsy forohana ny raharaha nipaingorana an’i Claudine Razaimamonjy. Akory nefa atao fa areti-mahery no nilatsaka taminy. Aretina nitarika fandefasana azy mangigina sasak’alina noho ny fahamaikana eo amin’ny fitsaboana azy. Kanjo moa nilatsahan’ny fahagagana faharoa izy. Ny ampitso dia tafarina nivoaka ny hôpitaly nandray azy tany ivelany rehefa afaka nanasonia ny taratasy manafaka ny mpitsabo amin’ny adidiny eo amin’ilay fanapahan-kevitr’ilay olona nilaza azy ho marary. Fahagagana tsy ataon’ny any ivelany ahagaga intsony izany Tsy takoritsika fa efa resaka vaky ampahibemaso no mivohy ny laza mikasika ny fahasampotsamponan’ny fitantanam-panjakana eto Madagasikara. Eran-tany ao ireo manao ny Nosy anton’ny fihomehezana sy fanadrohadroana. Eo kosa ireo velon’alahelo. Ny rehetra moa dia samy lany fitokisana avokoa.

Raha mitolefika irery any amponja ankehitriny Ratiarison, any amin’ny misy azy any angamba mikopak’elatra toy ny akoho haneno Ramatoa Claudine. Efa teo amoron-kady vao avotra. Miarahaba ny tenany samy irery fa tsy maty fo aman’aina.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Evacuation de Claudine R : «La vie prime sur la décision», selon la Paf

Afin de couper court aux spéculations faisant état de complicité d’évasion, le commissaire divisionnaire de police Rufin Lebiria Tolojara, premier responsable de la Police aux frontières à l’aéroport d’Ivato, a rencontré la presse hier. D’après ses explications, toutes les conditions requises en cas d’évacuation sanitaire ont été remplies.

«Le motif de voyage a été clairement indiqué. La dame ainsi que les personnes qui l’ont accompagnée avaient également des documents de voyage en bonne et due forme et dûment signés par les autorités. Outre la Paf, toutes les autorités et entités aéroportuaires, dont l’ACM, le Samada, la compagnie de transport, la gendarmerie ont été représentées durant l’embarquement», a-t-il expliqué avant de préciser que le médecin de l’aéroport a attesté qu’elle était vraiment malade.

Interrogé par les journalistes par rapport à la fameuse «Interdiction de sortie du territoire» qui aurait été lancée contre la femme d’affaires, le responsable n’a voulu confirmer ni infirmer son existence.

Mparany

 

News Mada0 partages

Handball-Ihorombe : Tsangandahy Simon vient en aide

L’excellente performance des jeunes handballeurs et handballeuses de la ligue d’Ihorombe ne laisse pas insensibles les élus de la région. Comme c’est le cas du sénateur Tsangandahy Simon, ancien handballeur de l’AS Saint-Michel et non moins vice-président de la Fédération malgache de handball (FMHB).

En tant que représentant étatique d’Ihorombe, il a tenu à soutenir à sa manière cet élan de développement qui se concrétise dans sa région. Ainsi, avant d’entamer les demi-finales du championnat national jeunes ce jour, il a rendu visite à sa troupe composée de cinq équipes à l’Académie nationale du sport, hier, pour les encourager. C’était le moment également pour lui de remettre une somme d’argent d’une valeur de 1 million d’ariary en guise de rafraîchissement.

«Actuellement, nous avons le privilège de soutenir le handball mais cela ne veut pas dire que les autres disciplines sportives soient lésées.  Lors des championnats nationaux, nous seront là pour aider autant que faire se peut», a-t-il souligné.

Naisa

Programme des demi-finales :

Juniors garçons : Groupe Siteny vs Ascaf, ASS vsTilty

Cadets : ASS vs Tam, ASRB vs Ascim

Cadettes : HBCI vs HBCB, ASE vs Zanakala

News Mada0 partages

Foot – Aussonne : l’AS Roro en invité de marque

Après une participation qui n’est pas passée inaperçue en 2014, l’AS Roro sera encore parmi les clubs invités du tournoi international des jeunes qui se déroulera pendant le week-end pascal au stade de foot de l’Etoile Aussonnaise. Cette 27e édition réunit près de 1.000 jeunes footballeurs à partir de cinq ans. Quatre clubs étrangers ont été conviés par les organisateurs, notamment Charleroi (Belgique), Puigcerda (Espagne), Radieuse Oran (Algérie) et l’AS Roro (Madagascar) outre les six clubs hors ligue et les 28 clubs de Midi-Pyrénées.

La délégation malgache a été la première à déposer ses bagages auprès de sa famille d’accueil pour prendre son élan en vue de cette 27e édition et non moins 50 ans de l’Etoile Aussonnaise. A noter que l’AS Roro est une association sportive fondée par l’ancien international du FC BFV, Romuald Razafindrabe. Il a déjà participé au Mondial pupille de Plomelin, au Tournoi de Ponthierry ou encore au Tournoi du MBC World Youth de Gyengju.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Judo-Championnat d’Afrique : Madagascar présent dans toutes les catégories

Hôte du championnat d’Afrique de judo durant deux jours, Antananarivo sera le théâtre d’âpres batailles entre les meilleurs judokas du continent à partir de ce jour au palais des Sports de Mahamasina.

Madagascar saura-t-il tirer son épingle du jeu lors de ce sommet continental ? Devant son public, l’équipe nationale malgache tentera de faire mieux que lors des précédentes éditions. Pour y arriver, la Fédération malgache de judo (FMJ) a présenté des combattants dans toutes les catégories autant chez les dames que chez les hommes.

Au total, 22 judokas malgaches feront partie des 188 inscrits à cette grande messe du judo africain. Ils croiseront le fer avec les élites du continent venant d’Egypte, de Cameroun, de Tunisie, d’Angola, d’Afrique du Sud entre autres. Et autant dire que ce ne sera pas une partie de plaisir pour la sélection nationale malgache bien qu’elle ait le plus grand nombre de judokas à monter sur le tatami. Pour autant, l’équipe nationale va jouer son va-tout  devant son public, notamment dans quelques catégories de poids bien spécifiées. Il s’agit de celles des -60 kg et -73 kg chez les hommes qui verront chacune la participation de deux judokas malgaches. La capitaine d’équipe Nady Jonarison et Nazir Bin Abdou seront les porte-fanions chez les -60 kg tandis que Royal Rakotoarivony et Mathieu Ramarolahy défendront la couleur malgache chez les -73 kg.

Chez les dames des -57 kg, la Grande île sera représentée par Narindra Rakotovao et Fanjanirina Rabehariniaina. Et les deux dernières judokates de la même catégorie de poids ne sont autres que Hajanirina Zo Andriambololona et Ornella Randrianomanana.

«La raison pour laquelle nous avons choisi de mettre deux combattants dans chacune de ces deux catégories de poids est la possibilité de faire une bonne campagne, eu égard aux performances de ces combattants», selon le directeur technique national (DTN), Jean Jacques Rakotomalala. Premier verdict ce jour pour les judokas malgaches des catégories -48 kg, -52 kg et -57 kg dames ainsi que les -60 kg, -66 kg et -73 kg hommes.

Naisa

La sélection nationale hommes : Nady Jonarison, Nazir Bin Abdou (-60 kg), Herilanto KevinAndriamanoelina (-66 kg), Royal Rakotoarivony, Mathieu Ramarolahy (-73 kg), Ricky Ramalanjaona (-81 kg), Mahandry Randriambelo (-90 kg), Tojo Gael Rajemisa (-100 kg), Francky Rasamuel( +100 kg), Open: Nirina Julot

La sélection nationale dames : Tatiana Andrianaivoravelona (-48 kg), Mirana Rakotovao (-52 kg), Narindra Rakotovao, Fanjanirina Rabehariniaina (-57 kg), Daniella Nomenjanahary (-63 kg), Hajanirina Zo Randriambololona (-70 kg), Durianah Ramiandrisoa (- 78 kg), Aicha Isilo (78 kg),

Open : Elisabeth Nomenjanahary

 

News Mada0 partages

Tennis de table-Afrique : Setra R. en 16e de finale

Un bon augure pour la suite de la compétition. Contrairement aux autres pongistes des autres nations qui participent au championnat d’Afrique des jeunes dans la capitale tunisienne (Tunis), Setra Rakotoarisoa, le seul malgache de la compétition, a été exempté du premier tour hier. De ce fait, il est automatiquement qualifié pour les 16e de finale à l’affiche ce jour. Il rencontrera le Sud-Africain Zakeer Moosa pour une place en 8e de finale.

La route est encore longue et semée d’embûches pour Setra Rakotoarisoa. Mais en vrai compétiteur qu’il est, les adversités, il les connait. Avec son père et non moins directeur technique national de la Fédération malgache de tennis de table (FMTT) à ses côtés, rien ne l’empêche de ravir ce premier succès tant attendu pour sa première participation à la joute africaine.

Naisa

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko VAMIMitaky fifidianana lalàmpanorenana

Akaiky ny fifidianana amin’ny 2018, hoy ny sekretera jeneralin’ny antoko VAMI, Gaby Vakiniadiana.

 Raha hanao ihany, tsy aleo ve ny fototra dia ny lalàmpanorenana no fidiana mialoha ? Efa iaraha-mahita fa ny rafitra misy mihitsy no manitsakitsaka ampahibemaso ny lalàmpanorenana. Ny Loholon’i Madagasikara mihitsy no hita miaro mivantana ary mitondra “gros bras” anaty rafitra iray dia ny Bianco. Ny depiote mivory koa misy ampahany miaro ny mpanao ratsy. Na ny minisitry ny fitsarana aza dia manome baiko amoahana azy. Ny olon-drehetra anefa, hoy hatrany ny VAMI dia samy ambany lalàna. Nisy olona voasambotry ny polisy na Bianco nihoatra ny 48 ora ny nitazonana azy fa tsy nanome baiko toy izao ny minisitra. Niaraha-naheno koa ny fanambaran’ny sendikan’ny mpitsara izay nilaza fa fandosirana sy firaisana tsikombakomba amin’olona voarohirohy izay nahatafiditra tomponandraiki-panjakana no dikan’ireny zava-nitranga ny alatsinainy teo ireny. Mangataka ireo depiote handray ny andraikiny, hoy hatrany izy, fa raha tsy izany dia manan-jo ho eny amin’ny arabe koa ny vahoaka hitaky ny fanovana io rafitra natao hiarovan’olona io.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

BANKY BNI MADAGASCARMpanohana ofisialy ny ITM taona 2017

Anisan’ny banky iray manohana feno ny fampiroboroboana ny fizahantany eto amintsika ny BNI Madagascar.

 Taorian’ny fanokafany ny fiaraha-miasany tamin’ny federasionan’ireo trano fahandroan-tsakafo eto Madagasikara dia lasa mpiara-miombon’antoka amin’ny ofisy nasionaly misahana ny fizahantany eto Madagasikara ihany koa izy ireo no sady mpanohana ofisialy ny International Tourism Fair 2017. Tanjon’ity banky iray ity ny hahafahana manohana sy manampy ny mpanjifa rehetra tsy an-kanavaka amin’ny alalan’ireo karazana tolotra maro samihafa misy ao aminy. Anisan’ireny ny carte VISA, ny crédit voyage, ny leasing…Tsiahivina moa fa tranoheva miisa 200 no handray anjara amin’ity hetsika ity. Hisy koa ny fampahafantaran’ny banky BNI ireo asa tanterahiny, indrindra ny fanampiana ny tsirairay amin’ireo sehatra misy azy avy. Harahina torohevitra izany rehetra izany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

BefelatananaNarenina ny sampandraharahan’ny Neuro-psychiatrie

Narenina tanteraka ny sampandraharahan’ny Neuro-psychiatrie eo anivon’ny hopitaly Befelatanana.

Vokatry ny ezaka nataon’ireo mpianatra ao amin’ny sekoly ambony INSCAE taona faharoa, manaraka ny lalam-piofanana fitantanana no angady nanana izany, izay manatanteraka asa sosialy isan-taona amin’ny alalan’ny fikambanana natsangana antsoina hoe : Mamiratra. Miisa 10 mianadahy izy ireo.  Ity  sampandraharaha iray ity no nosafidiany noho ny fahafahantarana fa izy io no tsy mbola nisy nanampy sy nanohana mihitsy hatramin’izay na dia olona marobe isan-taona aza no raisiny an-tanana. Efitrano miisa 14 no nohavaozina tamin’izany izay nolokoina, nosoloina ny fitaratra, nodiovina …Ny fanampiana ny hopitaly tahaka izao moa dia midika ho fanampiana ny tena sy ny vahoaka, hoy ny profesora Mamy Randria, lehiben’ity hopitalim-panjakana iray ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hirodana ny fanjakan-jiolahy

!Mihevi-tena ho eo mandrakizay ny mpitondra ankehitriny, ka tsy misaina akory izay haloaky ny ampitso. Tsy misy intsony ny fanjakana tan-dalàna fa efa tena ara-bakiteny ny fanjakan-jiolahy eto amintsika amin’izao fotoana izao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olona manana fahasembananaNifampizara traikefa tetsy Antsahavola

Manana fahasembanana 20 isa no nandray fiofanana arak’asa tamin’ny rafitra tsy miankina (ONG) C for C hatreto, raha ny fanazavan’ny talen’ny ONG, Sariaka Nantenaina.

 Fikirakirana solosaina, fivoarana amin’ny maha olona, fananganana asa mahavelona ary fidirana amina orinasa no teboka lehibe nampiofanina. Eo am-pananganana ny orinasany manokana amin’izao fotoana izao ny 5 amin’ireto nandray fiofanana ireto ary nifampizara traikefa tamin’ireo olona manana fahasembanana hafa maniry ny hiroso amin’izay fananganana orinasa manokana izay tetsy amin’ny IKM Antsahavola omaly. Mbola mitantsoroka azy ireto hatrany anefa ireo mpampiofana mba hampifantoka ao an-tsainy fa tsy fitserana akory no handraisana azy ireo hiasa fa tena noho ny fahaiza-manaony sy ny fampisehoany fa tsy vesatra izy ireo.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Polisin’ny sisintany IvatoAra-dalàna ny taratasin-dRtoa Claudine Razaimamonjy

Nanao fanambarana ny kaomisera divizionera Lebiria Rufin Tolozara, tompon'andraikitra voalohany eo anivon’ny polisy mpiambina ny sisintany (PAF) eny Ivato omaly alakamisy 13 aprily maraina fa nahafeno fepetra ny taratasin’i Claudine Razaimamonjy mikasika ny famoahana azy hitsabo tena any ivelany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Boaderozy tany SingapourBizina vaovaon’ny HVM

Mitohy ny raharaha boaderozy tratra tany Singapour tamin’ny 2014. Amin’izao fotoana dia tsy maintsy manohy ny ezaka isika satria araka ny fahafantarako azy dia mba anisan’ny ady lehibe nataon’ny fitondram-panjakana ity ady amin’ny fanondranana ny hazontsika tany

 Singapour ity satria 50 tapitrisa dolara ny vola mety ho azontsika amin’izany, hoy ny minisitry tontolo iainana sy ny haivoary Ndaimananjara Johanita omaly. Minia tsy mahatadidy sa tsy  mba mahatsiaro ny tantara ity minisitra ity ? Ny fanjakana Malagasy ihany no efa nilaza fa ara-dalàna izany tamin’ny andron’i Anthelme Ramparany, ary efa nisafidy ny nangina tamin’ity raharaha ity raha tsy ny fitsarana tany Singapour no nihetsika, ka aiza izany hoe niady amin’ny fanondranana hazo sarobidy izany ? Aiza ny raharaha Bekasy izay nampandosirina noho ny raharaha boaderozy ? Tena nizaha ny marina sy nikendry ny hivoahan’ny mangarahara tokoa ve ny dia nalehan’ny praiminisitra narahina minisitra 5 tany Toamasina ny 10 febroary ? Sa nampangina sy nanarontsarona ny raharaha sambo Lumina nahatrarana 341 bolabola ? Aiza ilay hoe trondro vaventy tsy maintsy hosamborina tsy ho ela nampanantenain’ny praiminisitra Mahafaly Olivier fa efa 2 volana izay no lasa ? Milaza ny hiroso amin’ny fivarotana ireo andramena tany Singapour ny fanjakana araka ny fanambaran’ny minisitra, Ndaimanajara Johanita ihany. Eo am-pijerena ny fomba hanatanterahana izany ny fanjakana mba ho amin’ny tombontsoan’ny Malagasy saingy mbola miandry ny tena didim-pitsarana. Mety efa mandeha indray izany ny kajikajy amin’ny kopaka hisasahan’ny HVM amin’ny fivarotana ireo bolabolana andramena 30 000, izay mitentim-bidy 50 tapitrisa dolara eo ho eo ireo. Mety tsy ho lany amin’ny famahana izao olana ara-bary mianjady amin’ny Malagasy izao akory izany volabe izany raha tena manam-pahendrena ny mpitondra eto, saingy tsy izay no misy fa fanjakan-jiolahy sy ny mpanao afera.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanLasibatra izany ianareo e !

Eny ary ry Jean fa dia ianareo izany no lasibatra a ! Tsy rariny tokoa ny nahazo anareo hatramin’izay e ! Halatra madinidinika ny fanodinkodinana fananam-bahoaka mitentina an-tapitrisany maro.

Tokony ho vitana indrafo izany fa tsy angejana olona 5 taona be izao ! Ilay bandy nanao selfy niaraka taminareo iny mihitsy rangahy no tena diso a ! Milingilingy tsy mahalala ny asany ny adala. Kony Jean e ! Izahay ilay boay kely tsy navelanareo niasa tamin’ny fotoan’androny sy notapenam-bava tamin’ireny koa no tena nitsolatsolana e ! Izahay mihitsy rangahy no tena diso a ! Tena mitombina mihitsy ireny fanontanianareo omaly ireny. Tena tsy rariny ny nahazo anareo hatramin’izay e ! Tsy tokony ho nokitihana mihitsy ianareo na hivarotra ambongadiny ny onjapeom-pokonolona aza e ! Ry zalahy nisambotra anareo ireny mihitsy no tokony hoesorina amin’ny asany fa manaotao foana. Mandrapihaona Jean a ! Veloma !

Marco   

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitra Rolland RavatomangaMampiroaroa saina ny TIM sasany

Maro amin’ireo mpikambana ao anatin’ny antoko Tiako I Madagasikara no miroaroa saina sy velom-panontaniana ankehitriny momba ny minisitry ny rano Rolland Ravatomanga hoe mbola ao anatin’ny antoko TIM ny tenany sa efa HVM ?

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

VAKY TRANO TENY AMPAHIBE : Lasibatra indray ny Karàna, najifa ny entana rehetra tao an-trano

Fongana tsy nisy niaingana ireo fitaovana sy entana lavo vidy tao an-trano. Ahiahiana ho tompon’antoka amin’ity raharaha ity ny mpamilin’izy ireo izay mbola tsy hita popoka ka karohin’ny Polisy fatratra amin’izao fotoana izao.

Ny alarobia hariva no niara-niainga tao an-trano ilay Karàna vavy niaraka tamin’ny zanany telo miandahy hamonjy moske eny Ankorondrano. Tahaka ny efa fanaon’izy ireo dia misy mpamily hatrany miaraka aminy saingy ity farany tsy miditra any am-piangonana fa miandry eo ivelany.

Fanaon’ilay ramatoa ihany koa ny tsy manajanona ny fanalahidin’ny fiara fa hoentiny manaraka azy izany rehefa miditra mamonjy ny fotoam-bavaka izy efa-mianaka. Tamin’io fotoana io anefa nivadika ilay rangahy mpamily. Rehefa nirava ny fivavahana dia tsy hitan’ilay renim-pianakaviana tao anatin’ilay fiara nijanona teo an-tokontany intsony izy. Rehefa nantsoiny tamin’ny finday dia mody nilaza ilay mpamily fa “voadonan’ny môtô ary naratra mafy ka tsy maintsy tsaboina eny amin’ny hôpitaly”. Taorian’io anefa dia tsy tratra antso intsony ity farany.

Voatery niantso mpamily hafa ilay ramatoa nanoloana izany, kanjo rehefa tonga tany an-tranony efa nivoha nidanadana ny varavaram-ben’ny trano. Tsy nisy tao intsony ireo fitaovana lafo vidy maro toy ny fahitalavitra, finday, solosaina finday, vola niaraka tamin’ireo antontan-taratasy sarobidy maro isan-karazany. Tsy vitan’izay anefa fa mbola lasan’ireo jiolahy ihany koa ny fiara tsy mataho-dalana iray niantsona tao anaty garazy izay noheverina fa nitondran’ireo olon-dratsy ny entana nitsoaka.

Karohina fatratra io mpamily tsy hita popoka io hatreto ary efa misy ny peta-drindrina isaky ny biraon’ny Polisy hikarohana azy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIOMBONAN’IREO SEKOLY FRANTSAY : Mitaky ny famotsorana an’i Feroze Nourbahy

Ity farany izay tsy mbola nahazoana vaovao mihitsy ny momba azy hatramin’ny fotoana nanoratana.

« Tsy ekena ny fanaovana takalonaina ny ankizy tsy manan-tsiny. Mitaky izahay ny hamotsorana an’i Feroze N., izay zanaka, fianakaviana ary namana. Miantso ny fiarovana ihany koa izahay ny amin’ny tsy fisian’ny fandriampahalemana ary indrindra mangataka amin’ny ambaratongam-pahefana isan-tsokajiny ny amin’ny fikarohana sy ny famotsorana aza io ”, hoy i Jean- Hervé Franslin, “ vice- president du conseil consulaire des français de Madagascar ”. Ny alakamisy teo, ireto farany niampy ny ray aman-drenin’ny mpianatra sy ny mpampianatra no nanao fanambaràna teny Ambatobe. Notsindrian’izy ireo tamin’izany fa tsy misy fiarovana ny zon’ny ankizy manoloana ny fitiavam-bola.

Misy fiantraikany lehibe eo amin’ny sain’io zaza io sy ny mpiara-mianatra aminy io fakàna an-keriny an’ity mpianatra iray 16 taona ity. Sambany vao nisy tranga toy izao teo anivon’ity sekoly ity ka miteraka ahiahy sy tahotra ho an’ireo ray aman-dreny ny firongatry ny fanaovana fakàna an-keriny ity.

Raha tsiahivina dia ankizy karàna izay mizaka ny zom-pirenena malagasy telo no efa nisy naka an-keriny, ka nahitana izany tany Toamasina sy Toliara ary ity niseho teny Andranomena ity.

Hatramin’izao dia mbola miandry ny fanadihadiana sy ny fikarohana momba an’ i Owen Alek ny fianakaviana. Ity farany izay mpianatra tany Toamasina no nisy naka an-keriny tamin’ny 24 jona 2014.

Tsy fantatra ny momba azy hatramin’izao, tsy fantatra koa na maty na velona. Araka ny tatitra azo dia mahatratra hatramin’ny 90 isa ireo Karàna monina eto Madagasikara nanomboka ny taona 2010.

W.F

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-BASY : Raim-pianakaviana loakan’ny bala teo amin’ny lohany

Nandriaka ny ra. Nisehoana fanafihan-dahalo tao Ambolomborona, eo an-tampon-tanànan’Ambatofinandrahana ny alarobia teo tokony ho tamin’ny 3 ora maraina. Andian-dahalo nisy efa ho 20 lahy niaraka tamin’ny basim-borona no nitontona teo an-tanàna ary avy hatrany dia namantana tao amina tokantrano iray. Nidiran-dry zalahy an-keriny ny valan’omby ary navoakany niaraka tamin’izay ny omby miisa 19. Teo indrindra no nivoaka ny trano tampoka ilay rangahy tompon-trano raha nahare ny kotaba tany ivelany. Vao nivoaka ny varavarana anefa ny tenany tonga dia notsenain’ny tifitra ka maty tsy tra-drano.

Io feom-basy io no nanaitra ny fokonolona iray tanàna saingy tsy nisy sahy nivoaka trano ny rehetra noho ny tahotra sy ny hamaroan’isan’ireo olon-dratsy. Tokony ho 10 minitra taorian’ny fanafihana vao nampandrenesina ny Zandary, raikitra ny fanarahan-dia taorian’izay. Ireo Zandary mpanao fisafoana amin’ny alina no nanenjika an’ireo malaso avy hatrany niaraka tamin’ny vatan-dehilahy matanjaka tao an-toerana. Nisy ny fifandonana teny an-dalana ka vaky nandositra ihany niafaran’ireo dahalo rehefa resy tosika, iray tamin’izy ireo no naratra mafy voatiditra saingy mbola tafatsoaka niaraka tamin’ny namany.

Tafaverina amin’ny tompony avokoa ny omby rehetra.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA MIFETY : Tsy hifarana raha tsy ny 22 aprily ny fankalazana ny fetin’ny Paska 2017

Ny Ofisim-paritry ny Fizahantany miaraka amin’ireo mpandraharaha eo amin’ny sehatry ny fizahantany eto Mahajanga no mikarakara ny hetsika, izay hiavaka tokoa. Hetsika maro samihafa samy manana ny maha izy azy no hisongadina mandritra io sivy andro io.

Karanavaly lehibe (pard) no hanokafana izany amin’ny fomba ofisialy, izay hatao ny tolakandron’ny zoma 14 aprily, ka hiainga eo anoloan’ny tranoben’ny Antenimieran’ny Varotra sy ny indostria (CCI) eny amin’ny Bord. Hisy ireo tranoheva isan-karazany anehoana indrindra ireo vokatra an-dranomasina izany amin’ny alalan’ny “Festival de fruit de mer”, izay haharitra efatra andro hatramin’ny 17 avrily, isaky ny amin’ny 6 ora hariva ka hatramin’ny 9 ora alina. Trano fandraisam-bahiny sy fisakafoana miisa valo eo no handray anjara amin’izany.

Manomboka ny 18 ka hatramin’ny 21 avrily kosa indray dia any amin’ny toerana misy azy ihany izy ireo no hanao hetsika, amin’ny alalan’ny fanentanana sy ny fampihenam-bidy ireo sakafo misy karazana hazan-dranomasina ao aminy. Ny 22 avrily kosa ny famaranana ofisialy.

Fa ankoatra izay dia hisy “Gymkhana” amin’ny sabotsy mialoha ny Paska, dia ny 15 avrily eny amin’ny Bord manomboka amin’ny 9 ora maraina ka hatramin’ny 8 ora alina. Ary faranana amin’ny “Alin’ny mpandraharaha”, izay ahitana ireo rehetra ao anatin’ny fizahan-tany. Ny alatsinainin’ny Paska tontolo andro kosa no hanatanterahana ny Spectacle nautique boutre” na fifaninanana mivoy lakana, izay hiainga eo anoloan’ny APMF, mihazo ny Village touristique hatrany Amborovy, dia miverina ao amin’ny toerana niaingana.

Eo anoloan’ny trano fisakafoana La Promenade no hanolorana ny loka ho azy ireo. Feno dia feno ny fandaharam-potoana raha ny fankalazana ny fetin’ny Paska ka ahafahana milaza fa hiavaka tamin’ireo efa nisy hatramin’izay.

Ankoatra izay dia hafana ihany koa ny eny amin’ny Petite plage. Hetsika samihafa miendrika fifaninanana, toy ny dihy, hatsarana, hakingana ary antsapaka, no hita eny an-toerana, manomboka ny alahady tolakandro ka hatramin’ny harivan’ny alatsinainy.

Fety

Ino Vaovao0 partages

MIFARANA INDRAY NY HERINANDRO : Hetsika samihafa no hanamarihana ny fetin’ny Paska

ANTSAHAMANITRA « Paska fandresena » no hatolotry ny Les Adelines

Ny alahadin’ny Paska izao manomboka amin’ny 2 ora antoandro, etsy Antsahamanitra, no hanoloran’ny Les Adelines ny « Paska fandresena ». Fampisehoana hoentin’ny tarika hanome vetsovetsom-po ireo mpankafy azy ireo hatramin’izay, ireo hira fiderana. Amin’io fotoana io ihany koa no ho tonga hifampizara sehatra amin’ny tarika ireo mpanakanto sy antoko mpihira ara-pilazantsara toa ny Frère Hery sy Pray’F ary ny LMC.

KIANJA MAITSO BEVALALA « Face à face-n’ny samy ngeza », miaraka amin’ny Dadi Love sy Arnaah

Hampitorajofo etsy amin’ny Kianja maitson’i Bevalala, ny alatsinain’ny Paska i Dadi Love sy Arnaah. Manomboka amin’ny 10 ora maraina no misokatra ny vavahady, hitondra ireo hira nampiakatra ny lazany teo amin’ny sehatry zava-kanto hatramin’izay i Dadi love.

Arnaah ihany koa anefa dia andriambavilanitra manana ny lazany eo amin’ny tontolon’ny mozika mafana, izay vonona hamalifaly ireo mpankafy azy. Hisy mpanakanto hafa ihany koa hanotrona azy roa ireo amin’io fotoana io.

COLISEUM ANTSONJOMBE Mpanakanto maro hanapoaka ny « Alatsinain’ny Paska Bômba be »

Hangotraka ny fiarahana amin’ny tarika Wawa sy ireo namany etsy amin’ny Coliseum Antsonjombe. Hampitsinjaka amin’ny salegy i Wawa ary hampitotorebika amin’ny kilalaky kosa i Barinjaka. Tsy ho ambakan’izany ny coupé decalé hiarahana amin’i Black Nadia. Hampitsapiky ireo mpankafy azy koa i Khélène. Tsy latsa-danga amin’io ihany koa ny mozika R’n’b iarahana amin’ny Big Mj sy Shyn. Hisokatra amin’ny 8 ora maraina ny vavahady amin’ity « alatsinain’ny Paska Bômba be » ity.

KIANJA MAKIS ANDOHANTAPENAKA Hifangaroan’ny gadona maro ny fialam-boly alatsinain’ny Paska

Hiaka-tsehatra sy hanome fahafinaretana ireo mpankafy azy i Jess Flavy One sy ry Barinjaka, ny alatsinain’ny Paska ho avy izao, ao amin’ny Kianja Makis Andohantapenaka. Hampitorajofo amin’ny kilalaky, salegy, hira madinika ary ny mozika an-dalambe ho an’ny faritra Andohantapenaka sy ny manodidina ireto mpanakanto manana ny lazany amin’ny sehatrany mozika ireto amin’io fotoana io. Hifandimby hiaka-tsehatra amin’izany fampisehoana hotontosaina izany avokoa i Barinjaka, Khélène, Mijah, Arnaah, Tif à Tif, Big Mj. Amin’ny 8 ora maraina no hanomboka hisokatra ny vavahady.

KIANJAN’NY ALAROBIA

Mpanakanto maro ho hampiala voly ny eto an-drenivohitra

Tsy ho ambakan’ireo fampisehoana hafa. Hampafana ireo mpankafy azy no tanjon’i Dadi Love sy Tence Mena sy ireo mpanakanto hafa amin’io alatsinain’ny Paska io, izay hotanterahina ao amin’ny Kianjan’Alarobia. Amin’ny 10 ora hanomboka hisokatra ny vavahady. Ambiansy mafana no efa miandry ireo mpifety amin’io fotoana io.

Hangotraka ny fampisehoana satria ankoatra an’i Dadi Love sy Tence Mena dia nasaina hanafana ny sehatra ihany koa i Lianah, Jean Aimé, Kapitsany ary Princia ary i Jess Flavy One sy Mijah. Dago Mix Club kosa no hiantoka ny fanentanana.

Ino Vaovao0 partages

MAHABIBO MITROATRA NY MPIVAROTRA : Tsy laitra intsony ny rano maloto avoakan’ ny Mada Hotel

Voalazan’ireo mponina fa mandavan-taona no niaretan’ireo mpivarotra filao sy srakaka ny rano maloto avy ao amin’ity trano fandraisam-bahiny ity.

Efa betsaka ny resaka nifanaovana sy fifampiraharahana, fa ny teo ihany no eo hatramin’izao. Tsy sambany no nilazanay fa hanamboatra ny tatatra sy fantsona avy ao izy fa tsy nisy mihitsy. Mitombo hatrany anefa ny fahasimbana ka tena feno rano ny toeram-pivarotan’izy ireo amin’izao fotoana izao. 

Mikatso, araka izany, ny varotra ataon’izy ireo satria tsy miditra ny olona noho io rano maloto mitosaka ao io. Koa manao antso avo amin’ny mpitondra sy ny tompon’andraikitra tandrify izany ireo mpivarotra miharitra io fofona maimbo io mba hijery ifotony ny zava-misy ary handray fanapahan-kevitra amin’izay tokony atao mikasika izany.

Fety

Ino Vaovao0 partages

FIVAROTANA TSENA : Vola 10 000 000 Ariary no takian’ ny mpiasan’ny Kaominina Toamasina

Ny herinandro teo iny, ramatoa iray nividy toerana malalaka tao amin’ny Bazaribe no niharan’ny endrika fisolokiana nataon’ny mpiasan’ny Kaominina.

Lehiben’ny sampan-draharaha iray sy mpiasa tsotra iray no voalaza ho tompon’antoka tamin’ity raharaha ity raharaha maloto ity. Raha ny fanazavana azo mantsy dia notakian’ireto mpiasan’ny kaominina roa ireto vola mitentina 10 000 000Ariary io ramatoa io ho vidin’ilay toerana. Raha ny fanazavana hatrany dia efa nandoa io volabe io ilay ramatoa saingy tsy mbola azony ny toerana hatramin’izao. 

Very fanahy mbola velona araka izany ny tenany, manoloana izao endrika fisolokiana izao.

Raha nanontaniana kosa io lehiben’ny Sampandraharaha misahana ny tsena dia nilaza fa “misy mpiasan’ny kaominina no manararaotra fa tsy tonga hatrany amin’ny 10 000 000Ariary izany ny vola taminy”. Sadaikatra ihany ity tompon’andraikitra ity raha nanaovana izao fanadihadiana izao ka tsy nilaza ny tena mari-bola nifanarahana izy. Araka ny fandraisana ny resany kosa dia manodidina 5 000 000Ar iaryteo no tena nifanarahana fa mahagaga ny nahatafakatra azy no 10t apitrisa Ariary. 

Mahatalanjona ny fomba fiasa ataon’ny sampandraharaha sasany ao amin’ny kaominina renivohitr’i Toamasina bizina sy famenoana ny paosy no manjaka. Fanina tanteraka ny Ben’ny tanàna sy ny lefiny fa tsy maharaka ny fisian’ity fitakiana volabe io. Andrasana izany ny fepetra mety horaisin’ny Ben’ny tanàna sy ny mpiara-miasa aminy, manoloana izao raharaha izao.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITEN’I MAHAJANGA : Tsy mahazaka ny mpianatra intsony ny fotodrafitrasa

Efa hiditra hianatra ireo mpianatra ary hanomboka indray ny fikarakarana azy ireo amin’ny filany. Anisan’ny asa be miandry ireo tompon’andraikitry ny Oniversite ny fizarana ny trano satria natao ho an’ny mpianatra 600 ny fotodrafitrasa misy ankehitriny. Efa mananika ny 2 000 anefa ireo mpianatra no mianatra eny ankehitriny. 

Vokatr’izay dia tsy mahazaka ireo mpianatra intsony ny fotodrafitrasa eny amin’ny campus. Teo aloha dia nozaraina araka ny fihaviana izy ireo ka ny fikambanana no mitantana. Lasa olana izany satria misy ireo faritra betsaka mpianatra kokoa ka mahatratra 8 ny mpianatra amin’ny efitrano iray raha roa fotsiny ny an’ny fikambanana hafa vitsy mpianatra. Efa misy ny paikady apetraky ny tompon’andraikitry ny Oniversite amin’ny fanadiovana sy ny fanesorana ireo mpianatra efa tsy tokony hipetraka eny intsony ahafahan’ny vao misondrotra misy trano. Misy hatrany anefa ny tsy manaiky tantana ka mitarika fanakorontanana.

Vanessa

La Vérité0 partages

Festival international de l’accordéon - Un Malagasy parmi les cinq musiciens sélectionnés

Depuis 2009, le festival international « Akkordéonale »  est devenu le plus grand événement  en Allemagne consacré à l’accordéon.  A l’initiative du musicien Servais Hanan, le festival a été créé pour redonner une place de choix à cet instrument surprenant. Il s’agit de l’événement phare de la saison culturelle en Allemagne. Il se déroulera du 17 avril au 25 mai prochain. Durant presque un mois et demi, 34 dates sont proposées en Autriche et en Allemagne afin de satisfaire les amateurs de l’accordéon, ainsi que les touristes et visiteurs. Le festival est actuellement à sa 9e édition.

La plupart des régions du monde jouent de l’accordéon depuis le XIXe siècle. Né en Europe, puis disséminé à l’époque coloniale sur tous les continents, cet instrument a été progressivement assimilé par différentes cultures musicales, allant de la Russie à l’Europe de l’Est, à travers des musiques klezmer et tsiganes, mais aussi en Amérique du Sud et du Nord, en passant par le Maghreb. Pour la Grande île, cet instrument est en train de perdre ses valeurs. Beaucoup de jeunes ne connaissent plus cet instrument, faute de moyens et de savoir-faire. Cinq accordéonistes de la planète participeront à ce festival, dont un Malagasy. Il s’agit de Rinah Rakotovao du groupe « Tafaranitse ». Le concept de ce festival « Akkordéonale » est de proposer une chanson, originale, typique et facile à retenir.  La préparation a duré trois mois, pour les 7 musiciens et de deux ans pour Rinah. Rinah à la conquête de la scène internationale Rinah Rakotovao est un accordéoniste à talent indéniable. Depuis sa tendre enfance, il a déjà été attiré par l’accordéon, et a commencé à jouer avec son oncle prénommé Ra-Maurice. En l’an 2000, il a intégré le groupe Zmg (Zara-Mauric-Germain) en tant que musicien. Ce groupe est devenu six ans après le « Zatovo Mikalo Gasy ». Zmg s’est démarqué par la musique traditionnelle betsileo, ainsi que la maîtrise des instruments typiquement malagasy tels que le « kabosy » et le « jejo voatavo ». Actuellement, Rinah a créé le groupe « Tafaranitse » avec Tina Tafaranitse.  En 2015, il a décidé d’intégrer le professionnalisme en s’inscrivant dans le festival international « Akkordéonale » en Allemagne. Pour Rinah, l’objectif de cet événement est de donner un nouveau souffle à l’accordéon ainsi qu’aux aspects typiques de la culture betsileo, notamment à travers le « Horija » et le « Zafindraony ».   Anatra R.

La Vérité0 partages

Trafic de drogue - Un trafiquant extradé à Maurice

Après s’être caché à Madagascar et recherché depuis longtemps, Will Townsend, un trafiquant de drogue mauricien a été extradé vers son pays. Tôt hier matin, il a dû alors quitter la Grande île pour rejoindre l’île Maurice où il était attendu par le service anti-drogue de Port-Louis. Cependant, nos confrères sur place ont affirmé qu’il n’a pas été confirmé que le trafiquant avait débarqué ou non dans l’île sœur, hier matin.  Ce qui était sûr, c’est qu’il n’a pas été encore auditionné durant cette même matinée.

Normalement, W.T. aurait également dû être placé en détention policière hier soir et il risquerait même l’inculpation provisoire en justice. L’homme est soupçonné d’être un maillon fort pour l’acheminement des cargaisons de drogue depuis Madagascar. Les autorités mauriciennes estiment que c’est lui qui prend livraison d’héroïne pour ensuite la livrer aux trafiquants locaux opérant à Maurice. Toujours est-il que la Police mauricienne a établi qu’il appartient à un réseau ayant importé de l’héroïne d’une valeur estimée à plusieurs millions de roupie depuis deux ans, et cela jusqu’à son démantèlement l’année dernière.Selon toujours nos confrères de l’île Maurice, il s’agissait également d’une affaire familiale où l’épouse du neveu de W.T. a été arrêtée à la suite de la découverte d’une affaire  d’importation de 5,6 kg d’héroïne. Durant cette période, W.T. et un autre trafiquant se sont rendus à Madagascar où ils se sont procurés de la marchandise auprès d’A., un Pakistanais, avant de repasser la drogue à l’équipage d’une pirogue.  Recueillis par Franck Roland

La Vérité0 partages

Pauvreté à Madagascar - Les enfants mendiants se multiplient !

Des sans-abris. Les enfants en comptent plusieurs. Actuellement, ils ont recours à la mendicité aux alentours des arrêts de bus à Antananarivo, notamment aux 67ha, à Ankorondrano et Ampefiloha. Le bus ne s’arrête même pas qu’ils sont déjà regroupés autour du véhicule.

« Donnez-moi 100 ariary madame, je n’ai rien avalé depuis hier », murmurent-ils. Pour ces enfants mendiants, tous les systèmes d’approche sont bons. Il y a également ceux qui chantent dans les « taxis-be » pour éblouir les voyageurs. Etant amis de quelques receveurs de bus, ils y sont autorisés librement.  Dans la plupart des cas, ce procédé rapporte pas mal d’argent. Ils arrivent à rassembler 1 000 ariary en une minute. D’autant plus qu’ils essaient toujours de changer leurs prestations. Dans tous les cas, les messages circulés par les mots de ces enfants enchantent le public.  Particulièrement, les voyageurs sont fortement touchés en voyant les nouveau-nés malpropres et souffrants. Pour pouvoir soutirer de l’argent facilement, ces mendiants emmènent avec eux leurs petits frères et sœurs. De temps à autre, ils deviennent agressifs jusqu’à donner des coups ou même à insulter d’une manière violente.  Si l’on circule la nuit, ils sont nombreux à dormir sous le pont d’Ambohidahy ou sous les arcades de l’avenue de l’Indépendance à Analakely. Pendant la période du Sommet de la Francophonie qui s’est déroulé dans la Capitale, le Gouvernement malgache leur a proposé des toits. Ils étaient ainsi envoyés dans des centres d’hébergement. Mais à peine ledit Sommet clôturé, ils étaient renvoyés dans leurs taudis habituels. Dans d’autres pays en voie de développement, il existe des infrastructures spéciales pour accueillir les sans-abris. Certains pays définissent même une politique pour réduire le nombre de personnes sans domicile fixe.

 Kanto R.

La Vérité0 partages

Claudine Razaimamonjy à l’île Maurice - Interdite de sortie sauf pour Madagascar

Elle est où Claudine Razaimamonjy ? C’est la question que se sont posés bon nombre d’observateurs de la vie politique malagasy ces dernières 24h. La propriétaire de l’hôtel AC d’Ivato est sortie de la clinique Fortis Darné de Maurice avant-hier. Depuis, elle a disparu des radars. Certains médias de la place ont annoncé qu’elle avait même déjà quitté l’île sœur. Une de nos sources à Maurice soutient que la Dame est toujours sur place. D’après les informations révélées par celle-ci, cette opératrice économique ne serait ni dans un hôpital ni dans un hôtel. Et elle d’indiquer que Claudine Razaimamonjy séjourne dans une résidence privée depuis son départ de la clinique Fortis Darné, jeudi. Suite à « l’évacuation sanitaire » dont elle a bénéficié, l’opératrice économique avait été  admise dans cet établissement en début de semaine pour y passer une « angiographie cérébrale ». Un examen que les spécialistes mauriciens ont considéré comme non nécessaire au vu de l’état de santé de celle-ci.

Nul ne sait si Claudine Razaimamonjy a passé l’examen en question. Toutefois, il a été annoncé, notamment par la presse mauricienne, qu’elle était sortie de la clinique mauricienne jeudi dernier. Le motif de son évacuation sanitaire étant tombé, normalement on devait s’attendre à son retour dans la Grande île afin qu’elle regagne la prison d’Antanimora. Inculpée dans des affaires de favoritisme, de détournement de deniers publics et de blanchiment d’argent, Claudine Razaimamonjy a été frappée d’un mandat de dépôt, prononcé par la Chaîne pénale anti-corruption. Cependant, beaucoup lui prêtent des intentions de s’envoler vers l’Europe ou le Moyen-Orient. Et ce, pour rejoindre ses enfants qui ont regagné l’Europe en tout début de semaine.

En tout cas, du moins jusqu’à hier, elle est toujours à Maurice. Et il semble que celle qui est connue comme étant la bailleresse de fonds de certains proches de l’Etat et du parti au pouvoir, ne soit pas prête de quitter l’île sœur. En effet, d’après les propos de Fanirisoa Ernaivo, présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm), hier au cours d’une conférence de presse à Anosy, qui cite « une source officieuse », la milliardaire ne serait autorisée à sortir de Maurice que pour revenir à Madagascar.D’après les sites d’information de Maurice, la présence de la conseillère du Président de la République malgache, Claudine Razaimamonjy, « se transforme de jour en jour en embarras politique pour Maurice ». Officiellement, l’Exécutif mauricien « n’est en présence d’aucune information relative aux faits qui sont reprochés à cette Vip de la politique à Madagascar », soutient le site « lemauricien.com ». Radio France International (Rfi), dans son édition d’hier, précise par ailleurs que « les mouvements (de Claudine Razaimamonjy, ndlr) sont discrètement suivis par les services autorisés ». Même si officiellement, Maurice se dit n’être au courant de rien, officieusement elle suivrait quand même de près l’évolution de cette affaire.

D’après Fanirisoa Ernaivo, hier, Maurice attendrait une demande des autorités malagasy pour l’extradition de Claudine Razaimamonjy. Et elle de soutenir cependant que « Maurice ne pourra pas la retenir éternellement si  les autorités malagasy ne font pas de demande pour qu’elle soit extradée ». C’est pour cette raison notamment que la plateforme Solidarité syndicale de Madagascar (Ssm) dont fait partie le Smm a demandé hier au Gouvernement malagasy d’extrader cette dame.Rfi soutient du reste que « Maurice accorde à tout ressortissant malgache un droit de séjour de 15 jours initialement. Une source du Gouvernement affirme que c’est aussi le cas pour la conseillère du Président malgache et qu’elle ne reçoit pas de faveurs diplomatiques ». Faut-il comprendre que la prévenue ne sera retenue par l’île Maurice que jusqu’au 24 avril ? Recueillis par L.A.

La Vérité0 partages

Antécédent fâcheux

Jusqu’où cette « affaire Claudine » va-t-elle nous mener en bateau ? Quand l’évasion s’organisait par les soins même du pouvoir en place, on perd complètement le nord. Le Bianco et la Cpac, deux organismes spécialisés dans la lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent, en vertu de l’indépendance qu’ils se sont investis, marquent courageusement leurs empreintes ainsi que leur « territoire », au grand plaisir des contribuables. En effet, les citoyens désabusés des pratiques délétères des dirigeants en place et leurs acolytes qui gravitent autour, se félicitent des actes de bravoure des hommes de main d’Ambohibao-La Piscine et ceux des 67ha.

Ils ont osé épingler les « intouchables » de la haute sphère du pouvoir. Nonobstant que la principale inculpée ait pu… s’évader, gracieusement, avec le concours bienveillant de monsieur le ministre de la Justice, en personne, en collaboration avec un autre du Gouvernement, c’est déjà ça ! Du jamais vu dans les annales de la République ! L’affaire continue de susciter les intérêts du public. On ose espérer que le processus suivra son cours normal. Que les interpellations continuent. S’il le faut, les braves gens de Bianco devraient traquer « les bêtes nuisibles » jusque dans leurs dernières tanières. Entreprise qui rappelle, étrangement, ces Brigades spéciales de la voirie, d’antan, qui quadrillait la ville pour dératiser les quartiers. La « chasse » n’est qu’à son début. De gros gibiers tapissent encore quelque part.

Nous ne sommes pas tous sans savoir que la bataille pour éradiquer ce mal endémique, la corruption, n’est pas du tout repos. Elle exige persévérance, patience et surtout ténacité. Les régimes successifs ont tous buté contre un mur en « béton armé » et essuyé, par la suite, un échec cuisant. Le fléau résiste. Comme dans toute chose qui démarrait, il a fallu un début. C’est le premier pas qui compte, dit-on, souvent. Ce fut fait malgré la tournure subite et fâcheuse qu’avait eue l’affaire en prenant tout le monde au dépourvu.

Un écueil de taille gêne la démarche, fort louable, d’Ambohibao. En l’occurrence, l’antécédent fâcheux suscité par le geste irresponsable des barons du régime dans le traitement du cas Razaimamonjy. Le fait d’organiser officiellement une évasion d’une personne, confiée aux bons soins de la Justice, et dont l’auteur de la fuite n’est autre que le patron de la Justice, lui-même, crée des vagues et des situations incompréhensibles qui dépassent, de très loin, les bornes de l’entendement. Dès lors que la cause avancée pour justifier l’évacuation urgente n’est qu’une maladie… imaginaire, le choc bat le record. Comment cette Institution, la Justice, va-t-elle gérer les cas à venir du même genre ? Comment pourrait-elle éviter le phénomène de Justice « à deux vitesses » ? Ou de « deux poids, deux mesures » étant les pires ennemis de la démocratie, de l’Etat de droit et de la justice sociale ! Le cas de Nivo Ratiarison, entre autres, nous rend tous bêtes : punir un accusé reconnu coupable et faire évader un autre, ayant commis le même délit. La liste est longue. Et l’opinion se fâche ! Nous ne nous étonnons nullement si le peuple prend en main la charge de juger, lui-même, les fauteurs de crime pris en flagrant délit. Ainsi, où va-t-il ce pays ?Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Tribunal d’Anosy - « Wake up » se mobilise face à des citoyens anesthésiés

« Non à l’impunité », tel pouvait-on notamment lire sur les pancartes que brandissaient les membres du mouvement « Wake up Madagascar » (Wum). Ces derniers se sont mobilisés pour dénoncer les nombreuses violations de l’Etat de droit perpétrées par le régime actuel,

devant le Tribunal d’Anosy. La dernière en date, l’évasion organisée de l’opératrice Claudine Razaimamonjy qui fut dénoncée par le Syndicat des magistrats de Madagascar. A ce sujet justement, les activistes du « Wum » soulignent que personne ne doit être au-dessus de la loi et exigent que la patronne de l’hôtel AC subisse les peines qu’elle mérite, ainsi que tous ses complices dans cette affaire. Pour ce rendez-vous pacifique, le « Wake up Madagascar » a appelé tous les citoyens ainsi que toutes les forces vives du pays à les rejoindre. La seule ombre au tableau, l’affluence n’était pas encore au rendez vous.  Ils n’étaient que quelques vingtaines à former les rangs des manifestants, entourés de quelques badauds.  Comme à chacune de ses manifestations, le « Wum » semble prêcher devant des citoyens anesthésiés qui ne réagissent plus face à la douleur. Douleur due à la trahison des dirigeants qui manquent sans le moindre scrupule à leurs promesses et enchaînent les dérives en haut lieu : détournement de deniers publics, favoritisme, népotisme, corruption, blanchiment d’argent, violation des lois, etc. 

Stoïcisme

Cette mobilisation du « Wake up » n’est pourtant pas la première. Connu pour ses nombreuses dénonciations, le « Wum » agit également. Quand le délestage était à son summum, ce mouvement citoyen a organisé une manifestation sous forme de ceinture humaine du côté d’Anosy, mais qui fut peu suivie par les citoyens. Idem pour le rassemblement tenu du côté d’Antaninarenina pour s’opposer au festin d’Iavoloha au début de l’année. Même si les consignes et appels à manifestation ne sont pas suffisamment répercutés par les médias, il n’empêche que beaucoup d’internautes « likent » les publications. Si l’on ne comptait que ces « likers », le nombre de manifestants ne se limiterait pas à quelques vingtaines mais des centaines, voire des milliers. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette nonchalance citoyenne à s’exprimer, même de manière pacifique. Soit la culture de la participation citoyenne n’est pas encore très ancrée chez les Malagasy, soit il s’agit d’un pur stoïcisme. Pour sortir de cette somnolence, le peuple malagasy a peut-être encore besoin d’une bonne dose de « caféine » à la sauce Hvm !

Sandra R.

La Vérité0 partages

Compagnie « Int’Air Iles » - Démenti de l’Aviation civile comorienne

L’Aviation civile des Comores a tranché. Suite à l’accusation des représentants de la compagnie aérienne comorienne  « Int’Air Iles » selon laquelle l’Aviation civile de Madagascar (Acm) a boycotté la société, l’Aviation civile des Comores a tenu à démentir ces affirmations.

D’après le communiqué de presse de l’Agence nationale de l’Aviation civile et de la météorologie à Comores, il s’agit de fausses informations. « Je ne comprends pas ces allégations qui accusent à tort l’Acm », a indiqué Jean-Marc Heintz, directeur général (Dg). Ce dernier a ainsi tenu à apporter quelques remarques. « Le 1er avril 2017, la compagnie « Int’Air Iles » a fait un vol sans autorisation, ce qui est interprété dans la Convention de Chicago comme un "viol d’espace aérien". Suite à quoi l’Acm a demandé à la compagnie des explications », explique le communiqué. La compagnie aérienne comorienne a laissé expirer son autorisation et n’a pas répondu aux règlements malgaches. Elle n’a pu non plus expliquer ses écarts de conduite avant que les deux Aviations civiles des deux îles voisines ne prennent l’initiative de l’aider. L’Aviation civile des Comores affirme que l’Acm s’est montrée compréhensive envers la compagnie « Int’Air Iles », malgré les infractions.  « Il est tout à fait normal et rationnel que l’Acm protège son espace aérien et sa souveraineté. Il est également normal qu’elle questionne n’importe quelle compagnie aérienne ou demande des informations complémentaires », continue le communiqué. L’article 1 de la Convention de Chicago relate que les Etats sont souverains de leur espace aérien respectif. L’Acm peut exiger le respect des exigences dans son règlement. Rappelons que suite à une requête de vol dérogatoire, l’Airbus A380 de cette compagnie comorienne a pu décoller mardi dernier pour les îles des Comores, le vol ayant été composé de Comoriens, de personnes âgées nécessitant des soins aux Comores et d’itinérants qui devaient renouveler leur visa.

 Déstabilisation des relations Madagascar-Comores

 Le Dg Jean-Marc Heintz a également évoqué sa surprise quant à une intention de déstabiliser les bonnes relations entre Madagascar et les îles des Comores. « Je suis surpris que certains gens veulent gratuitement déstabiliser nos bonnes relations de coopération régionale et déforment la vérité. Je m’élève contre les fausses allégations à l’encontre de l’Acm et de son Dg. Je lui adresse toute notre sympathie et nos regrets. Je suis navré de constater que ces interventions sont utilisées comme levier pour passer de force au-dessus des règlements et des affaires techniques. Nous œuvrons pour permettre à la compagnie  « Int’Air Iles » de reprendre ses vols commerciaux au plus vite », a-t-il renchéri. 

Tiasoa  Samantha

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

La banque BFV-SG soutient l’industrie

 

Madagascar Tribune0 partages

Mokhtar Salim Andriatomanga reste

Le maire de la ville des fleurs, Mahajanga, était pressenti sur le départ après la demande d’explication signé par onze (11) conseillers municipaux sur les dix neuf (19) qui composent cet organe de la mairie. Aussi, hier se déroulait la session extraordinaire du conseil municipal de Mahajanga, une session qui était destinée uniquement à l’explication du maire sur certains sujets à propos de la gestion de la ville. Pour rappel, c’est après le passage avorté d’Andry Rajoelina à Mahajanga que les conseillers ont soulevé ces questions. Mokhtar Salim Andriatomanga s’était alors présenté sur une chaine privée de la ville pour déclarer qu’il y aurait une tentative de destitution à son encontre. Une descente de l’Inspection d’Etat avait suivi mardi dernier, dont le but était de « contrôler la gestion de la Commune sur tous les plans, notamment financier ». C’est à la suite de cette descente que les 11 conseillers municipaux ont effectué la demande d’explication. Notamment sur l’usage du Mobile Banking dans le paiement des frais de marché pour les marchands, la réception de dons par la commune dont les camions utilisés dans la ville actuellement pour le ramassage des ordures, les rénovations entreprises sur le jardin Ralaimongo, ou encore les suspicions selon lesquels le maire aurait mis à son nom les véhicules octroyés par la Turquie à la Mairie, et bien d’autres. Le maire s’était donc présenté devant le conseil municipal hier pour apporter ses réponses.

Soutien populaire

La population de la ville des fleurs n’était pas en reste suite à la convocation du maire et à sa venue hier devant le conseil municipal. Le travail au sein de l’Hôtel de ville avait même du être suspendu du fait du nombre important de citoyen qui s’y était introduit pour soutenir le maire. Les forces de l’ordre ont alors interdit et sécurisé l’accès à l’hôtel de ville dans la matinée. La population scandant et hurlant contre la destitution du maire Mokhtar Salim Andriatomanga. Du côté du conseil municipal, certains déplorait également le fait de ne pas avoir été tenu au courant de cette demande d’explication. Dans la foule amassée devant l’Hôtel de ville, un bon nombre criait que « la destitution ou non du maire revient à la population, étant donné que c’est elle qui l’a élu et qui l’a choisi ». Déclarant que dès que le nombre de signature nécessaire a été atteint, la demande a été envoyé sans plus consulté les autres. Aux termes de leur réunion, dix (10) conseillers municipaux ont voté en faveur de Mokhtar Salim Andriatomanga si neuf (9) avaient voté contre. Ce dernier a par la suite remercié les conseillers municipaux qui lui ont encore accordé leurs confiances et a fait appel aux autres de continuer à collaborer pour le bien de la ville.

Madagascar Tribune0 partages

Ambatovy suspend ses opérations d’extraction de cobalt et de nickel

L’information a été publiée sur les réseaux sociaux de la compagnie minière d’Ambatovy dimanche dernier. L’exploitation de cobalt et de nickel est suspendue, les camions qui servent à transporter les minerais étant bloqués sur le site à Moramanga. Néanmoins, des équipes réduites resteraient en activité sur les sites dans le but d’assurer la maintenance et la sécurisation des installations.

L’actionnaire majoritaire d’Ambatovy, Sumitomo Corporation, avait déjà annoncé vers la fin du mois de mars la suspension temporaire des opérations d’extraction à Moramanga. Cette suspension était motivée par la nécessité d’assurer la sécurité des employés et de leurs familles. Cette suspension des opérations entrainera certainement de lourdes conséquences financières sur les activités de la société, mais elles restent pour l’heure difficile à quantifier.

En effet, la compagnie minière n’a pas été épargnée par la pandémie. Elle a été informée le 31 mars que trois des employés de l’un de ses sous-traitants avaient été testés positifs au Covid-19. Au moment du test le 26 mars, ces employés étaient déjà en isolement de 14 jours, conformément aux mesures établies par le gouvernement malgache.

Le 2 avril, la société a publié un communiqué sur l’existence de ces cas, la société avait indiqué à ce moment là que ces employés ont été placé en quarantaine et qu’ils ne présentaient aucun symptôme lié au virus. Vu que la compagnie a la chance de disposer de suffisamment d’équipements médicaux de qualité pour la prise en charge médicale sur leur site à Toamasina, les trois personnes contaminées ont été prise en charge par les médecins du site même d’Ambatovy. De nombreux salariés de la compagnie à Toamasina ont rapporté qu’après l’annonce des cas avérés annoncés par la société, ils auraient été stigmatisés étant considérés à risque. Certains médecins auraient même refusé de les recevoir en consultation suite à cela.

La majorité des employés d’Ambatovy sont désormais chez eux ou travaillent depuis leur domicile afin de réduire le nombre des employés sur les lieux de travail, a également annoncé la compagnie. Des mesures strictes pour protéger la santé et la sécurité de ses employés et de leurs familles auraient été mis en place pour ceux qui travaillent encore sur le site.

La compagnie minière a annoncé également la remise de 3000 combinaisons de protection pour la ville d’Antananarivo Renivohitra pour la lutte contre la propagation du coronavirus. Ce don porte à 5 200 les combinaisons de protection distribuées par la société à travers le pays. Pour rappel, ces combinaisons serviront notamment pour les médecins qui assurent les tests au niveau des barrages sanitaires mis en place sur les routes nationales.

Madagascar Tribune0 partages

La perception des pension de retraite réorganisée

Mesures de confinement et crise sanitaire obligent. Une nouvelle organisation a été mise en place au niveau du trésor public concernant notamment le paiement des pensions pour les retraités de la fonction publique. Elle devrait commencer à partir du 17 avril prochain. Ces mesures concernent notamment les trois régions touchées par l’épidémie de coronavirus à savoir Analamanga, Haute Matsiatra et Atsinanana. Un calendrier a ainsi été établi pour éviter les longues queues habituelles vécues par les retraités tous les mois devant les bureaux de perception des pensions.

Il est notamment basé en fonction du numéro de pension et s’établit comme suit :

 Pour les numéros qui se terminent par 0 et 1 : 17 avril 2020 Pour les numéros qui se terminent par 2 et 3 : 20 avril 2020 Pour les numéros qui se terminent par 4 et 5 : 21 avril 2020 Pour les numéros qui se terminent par 6 et 7 : 22 avril 2020 Pour les numéros qui se terminent par 8 et 9 : 23 avril 2020 Pour les numéros qui se terminent par A : 24 avril 2020 Pour les numéros qui se terminent par B et C : 27 avril 2020 Pour les retardataires et les procurations : à partir du 28 avril 2020

Par ailleurs, pour ceux qui touchent leurs pensions par virement bancaire, ils peuvent désormais remettre leur certificat de vie auprès des lieux habituels où ils touchent leurs dûs. Ceux qui touchent leur « pension de veuvage » ayant des numéros commençant par « 1A – 2A – 9A » de la Recette générale d’Antananarivo à Antaninarenina, pourront les toucher à la paierie générale annexe à Isoraka.

Les personnes âgés faisant partie des personnes les plus à risque d’attraper le Covid-19, des mesures de protection sanitaire seront ainsi appliquées auprès des paieries générales ou des agences accréditées lors du paiement de ces pensions : utilisation de gel hydroalcoolique, prise de température, respect de la distanciation d’un mètre, port de masques.

Madagascar Tribune0 partages

Recrudescence du paludisme dans douze districts

Le paludisme gagne du terrain. Le ministère de la Santé publique a relevé une recrudescence du paludisme dans douze (12) districts de Madagascar, selon l’information recueillie auprès de ce ministère, la semaine dernière. Les douze districts les plus touchés récemment sont Vaingaindrano, Sakaraha, Ambato Boeny, Morombe, Ikalamavony, Beroroha, Mitsinjo, Andilamena, Mahajanga II, Betafo, Toliara II et Maroantsetra, selon le rapport de la direction de la veille sanitaire, de la surveillance épidémiologique, et de la riposte (DVSSER) auprès du ministère. Dans ces districts précités, la maladie a dépassé son seuil de prévalence, selon le ministère.

« Depuis la semaine 11 (S11) jusqu’à maintenant (la fin de la semaine dernière), nous avons constaté une tendance à la hausse des cas du paludisme. Par exemple, à Befotaka, 68% des consultations au Centre de santé de base (CSB) sont liés au paludisme, il en est de même dans plusieurs districts, 64% à Midongy Atsimo , 60% à Farafangana, 58% à Ikalamavony et 51% au CSB d’Anosivarika. Toutes ces statistiques dépassent la tendance moyenne escomptée », selon notre source auprès de la DVSSER.

Vigilance

La recrudescence de cette maladie a été provoquée entre autres par les intempéries qui ont apporté des inondations dans plusieurs districts de Madagascar. Maintenant, le coronavirus accroît le taux de prévalence du paludisme, car par crainte de la contamination au Covid-19, les paludéens ne viennent plus consulter aux CSB, d’où cette forte augmentation récente des cas dans la communauté, explique notre source.

Cette source a souligné que le paludisme a connu cette hausse de son taux de prévalence depuis décembre dernier, et surtout cette année. « Durant la semaine 10 (S10) de cette année, moins de 14% des consultations dans les centres de santé de tout le pays sont des cas de paludisme, mais à partir de la S11, la tendance commence à s’accroître avec des taux de 15% en S11, 16,7% en S12 et 17% en S13. Ces pourcentages dépassent les valeurs moyenne et maximale escomptées pour cette maladie », selon toujours ses explications.

Elle a en outre indiqué que le ministère a réuni la semaine dernière tous les agents de santé en charge de la lutte contre le paludisme, pour accroitre la vigilance face à cette maladie qui continue de faire des ravages dans le pays.

Malgré le contexte actuel, tous les hôpitaux et les centres de santé de base dans les régions et districts continuent toujours à traiter les autres pathologies, rappelle notre source. En tout cas, force est de constater que dans la capitale, beaucoup de médecins spécialistes extra hospitaliers ont suspendu les consultations dans leur cabinet.

L'express de Madagascar0 partages

Évacuation sanitaire – Précisions de la police des frontières

Les péripéties de l’évacuation de Claudine Razaimamonjy vers l’île Maurice, diman­che dernier, continuent de faire débat. Les responsabilités restent à définir.

Formel. Lors d’une conférence de presse organisée par la Police de l’air et des frontières (Paf) à Ivato hier matin, le commissaire divisionnaire Ruffin Lebiria, directeur de la Paf a exposé, documents à l’appui, la légalité des procédures d’évacuation de la patronne de l’AC Hôtel.D’après ce responsable, les documents fournis par Claudine Razaimamonjy sont authentiques. La présentation d’un certificat médical signé par un médecin du centre hospitalier de Soavinandriana constitue une  pièce justificative attestant la légalité de cette opération. Ce document certifie que la conseillère auprès de la Présidence souffre d’une maladie n° I 21 selon la classification internationale des maladies,  révision (CIM-10). Il s’agit d’une classification statistique non exclusivement médicale des maladies, signes, symptômes, circonstances sociales et causes externes de maladies ou de blessures, publiée par l’organisation mondiale de la santé (OMS).Les propos du numéro un de la PAF tendent à infirmer les assertions selon lesquelles le voyage de Claudine Razaimamonjy à l’île Maurice est une évasion organisée. « Nous ne pouvons pas interdire  qui que ce soit disposant d’un certificat médical attestant la nécessité d’une évacuation », a-t-il expliqué.

Retour attenduLe second document présenté par le commissaire Lebiria est un ordre de mission autorisant l’agent pénitencier à partir à l’île Maurice, signé par le ministre de la Justice. La mission assignée à cet agent consiste, selon ce document, à « renforcer la sécurité de la personne détenue Claudine Razaimamonjy pendant son examen médical à l’île Maurice ». Dans cette autorisation, il a été remarqué que la validité du séjour de cet agent expirera le24 avril. Selon les informations recueillies par notre collègue de l’Express Maurice, Claudine Razaimamonjy est sortie de l’hôpital le 12 avril 2017. Il est donc permis d’attendre son retour avant l’expiration de son visa de séjour de 15 jours dans cette île voisine.Questionné sur l’existence de deux mandats d’interdiction de sortie du territoire (IST), signés par le Procureur général auprès de la Cour d’appel, Jacques Andrianasolo, le patron du Paf a été évasif. Toutefois, il a affirmé vouloir décliner toutes responsabilités sur « la non-assistance à personne en danger, d’autant qu’il s’agit d’un cas d’évacuation sanitaire », s’est-il défendu.Faut-il rappeler que Claudine Razaimamonjy, après avoir été arrêtée et entendue par le Bianco, a été  déférée à la Chaine pénale anti-corruption le vendredi 7 avril dernier. Atteinte d’un malaise subit, elle a été admise au l’hôpital HJRA. Évacuée au petit matin du 10 avril, cette conseillère auprès de la présidence de la République a poursuivi son traitement dans une clinique privée des Plaines-Wilhems à l’île Maurice. Sortie de l’hôpital le 12 avril, son retour au pays est très attendu pour clôturer les dossiers la concernant.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Affaire Singapour – Les autorités malgaches pressés

Les « complices » malgaches de l’affaire de bois de rose de Singapour courent toujours. Le gouvernement semble avoir d’autres priorités.

Un dossier épineux pour le gouvernement. La poursuite judiciaire des « complices » malgaches dans l’affaire de bois de rose Singapour est très attendue. Mais jusqu’ici, les procédures ne seraient pas encore déclenchées. Le gouvernement semble être préoccupé par le sort des bois de rose saisis par les autorités singapouriennes. « Ces bois précieux pourraient nous rapporter 50 millions de dollars », a fait savoir Johannita Ndahi­mananjara, ministre de l’environnement, de l’écologie et des forêts, hier à Soarano Antananarivo.Une déclaration qui n’est pas fortuite au moment où l’État malgache essaie de trouver une issue favorable pour ces bois précieux saisis. « L’État malgache est disposé à travailler avec les autorités Singapouriennes pour décider de la disposition légale et transparente de ce stock de bois de rose », comme l’a indiqué un communiqué des autorités malgaches publié le 1er avril. Mais le membre du gouvernement veut aller plus vite en révélant les solutions possibles. « Nous avons la possibilité de les rapatrier ou de demander le remboursement de ses valeurs. En cas de vente, l’on ne sait pas encore si elle se ferait à Singapour ou ailleurs », a-t-elle déclaré.

CoupableLors d’un procès qui s’est tenu à Singapour le 30 mars, la Cour suprême de la ville-État a reconnu coupable Wong Wee Keong et sa société Hong Hoo, pour importation de bois de rose malgache, selon le journal local The Straits Times. La société basée à Singapour avait importé près de 30 000 rondins de bois de rose d’une valeur estimée à 50 millions de dollars en février 2014, mais la cargaison a été interceptée dans le port de Jurong, Singapour. L’homme d’affaires avait soutenu, durant ses procès, qu’il allait expédier ces marchandises à Hong Kong. Par deux fois, il a été acquitté, en 2015 et 2016.Le gouvernement malgache s’attribue de cette décision de la justice singapourienne comme étant « une grande victoire ». Mais des tergiversations ont été constatées dans la gestion de ce dossier. Les autorités changent parfois d’avis sur le caractère légal ou illégal des  documents présentés par la société Hong Hoo. Maisi il a fallu attendre les remarques du secrétariat permanent de la Cites, en août 2016 et les menaces de sanctions internationales, pour que les autorités aient enfin daigné agir, en intentant une action civile afin de « demander la restitution des bois saisis ». Aucune décision n’a encore été prononcée dans ce sens.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Palais d’Andafiavaratra – La réhabilitation est effectuée

Le Palais du Premier ministre du XIXe siècle, connu en tant que musée d’Andafiavaratra, retrouve son éclat. La restauration a commencé le 21 janvier 2016.

L’ambassa­deur des États-Unis Robert Yamate et le ministère de la Culture, représenté par son secrétaire général Michel Botomazava, ont procédé hier matinà la réception des travaux de réhabilitation du palais d’Andafiavaratra. Cette résidence a logé le Premier ministre du temps de la royauté.Les travaux ont officiellement débuté le 21 janvier 2016. Le programme a permis de restaurer les clôtures traditionnelles autour du palais en utilisant les méthodes de construction de l’époque,  d’installer des éclairages modernes fonctionnant à l’énergie renouvelable, de moderniser l’équipement de lutte contre l’incendie, de changer les vieilles boiseries, de revêtir les murs avec du nouveau papier peint, sans oublier la formation des agents luttant contre d’éventuels incendies.« Je suis ravi de dire que ces travaux de restauration achevés enverront un message, indiquant que la population malgache ne tolérera pas la destruction de son patrimoine culturel », a déclaré l’ambassadeur américain dans son discours.

RemerciementsLe programme fourni par le « Fonds de l’Ambassadeur  pour la préservation culturelle dans le monde » s’élève à 32 500 dollars. Ce « Fonds de l’Ambassadeur » est un programme du gouvernement des États-Unis, créé en 2001 à la demande du Congrès des États unis .  Plusieurs projets ont été financés par le « Fonds de l’Ambassadeur » à Madagascar dans le passé, comme la préservation des textiles historiques en 2004, la préservation des portes sculptées Indo-Arabes de Madagascar en 2005, la préservation et la promotion de la musique et de la danse traditionnelle malagasy en 2006, la préservation de la vieille ville de Fianarantsoa en 2007 et la restauration de la conservation préventive des sentiers historiques dans la vieille ville de Fianarantsoa en 2008.Le secrétaire général du ministère de la Culture a exprimé ses remerciements, au nom du ministère et du peuple malgache, envers l’ambassadeur des États-Unis et le Congrès américain.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Judo – Championnats d’Afrique – Les Malgaches veulent une sérieuse référence africaine

La réussite malgache attendue sera plutôt sur le côté organisationnel. Sur le tatami, la sélection malgache n’ambitionne pas plus que la médaille de bronze.

C’est parti. Les cham­pionnats d’Afri­que de judo débutent ce jour, au Palais des Sports et de la culture de Mahamasina, à partir de 9h.En tout, on attend la participation de 200 judokas issus de vingt-cinq pays qui évolueront dans seize catégories, en ce qui concerne les combats ou shiaï. L’épreu­ve de Kata regroupera trois au­tres épreuves, le nage no kata, le katame kata et le kime kata où il y aura deux représentants par pays, par épreuves. Les chances malgaches d’aller chercher le titre continental sont infimes.

Efforts à fournirLa meilleure chance malga­che n’était autre qu’Asara­manitra Ratiarison, médaillée de bronze durant le sommet continental de 2016. Malheureusement, elle ne sera plus de la partie, pour cause de maternité. Brenda Valérie Andria­tiana, aussi, qui n’a pu se préparer comme il faut, a décidé de faire une impasse sur ces championnats d’Afrique qui se jouent à domicile.« Le niveau de nos judokas en équipe nationale est très moyen et est encore bien loin du niveau des meilleurs combattants africains. Les 80 % de l’effectif de notre équipe nationale sont des cadets et juniors et ils gagneront beaucoup en expérience. On peut ambitionner de décrocher au mieux une médaille de bronze. Un travail est à fournir pour revenir à un niveau bien meilleur d’ici quelques années. On pense tout de même faire bonne impression en kata », relativise, Jean Jacques Rakotomalala, directeur technique national de la fédération malgache de judo.Quoiqu’il en soit, les dés sont jetés et on démarre aujourd’hui les championnats d’Afrique avec les catégories -48kg, -52kg, -57kg dames et les -60kg, -66kg et -73kg hommes. Les éliminatoires se dérouleront le matin et les phases finales seront prévues à partir de 16h30. Un premier constat qui nous dira plus du niveau réel de nos judokas par rapport aux meilleurs africains du moment.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Sambava – Une ambulance interceptée pour trafic de vanille

Coup de théâtre à Ambodiampana Sambava. Une ambulance de l’hôpital public du district a été immobilisé pour trafic de vanille. C’était hier après-midi, aux  alentours de 14h30. Trois suspects ont été arrêtés dont un individu, en possession de près de trois kilos de vanille verte suspecte, le chauffeur du véhicule et un prétendu acheteur de vanille volée. Le fokonolona a appréhendé l’individu qui a transporté sur lui de la vanille. Ce dernier a été interrogé par les gens, énervés. Craignant la vindicte populaire, il a dénoncé son complice qui opère depuis le chef-lieu de district, selon les informations communiquées.Le fokonolona l’a obligé à joindre au téléphone le présumé acheteur. Il l’a fait. N’ayant douté de rien, celui-ci a fait un trajet de 47 kilomètre depuis la ville de Sambava pour se rendre à Ambodiampana pour conclure l’affaire avec le fournisseur.La foule s’est donc saisie d’eux. Le maire d’Ambodiam­pana a averti la gendarmerie de la situation. Des élé­ments d’intervention sont intervenus. La cueillette de la vanille est prévue pour le 20 juin  prochain pour Sambava.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Pancrace – Océan Indien – Neuf combattants à l’assaut de la Réunion

Une aubaine à vivre à fond. Neuf combattants malgaches en pancrace sont attendus à Sainte Marie, île de la Réunion, pour y disputer la deuxième édition du Trophée Fight, prévu ce samedi.Un tournoi de pancrace (sport de combat grec) et de K1 (kick-boxing japonais) qui verra la participation de Madagascar, de Mayotte et de la Réunion, le neuvième combattant.Pour Madagascar, les neuf combattants retenus pour représenter Madagascar ne sont autres que Anthony Andrianomanana (-70kg, classe A), Fidèle Andrianan­tenaina (-66kg, classe B), Blaise Andrianamazoto(-66kg, classe A), Tojonirina Marcel Rakotoarisoa (-66kg, classe A), Tokiniaina Razafin­drainibe (-66kg, classe A), Eddy Vianey Randriama­nantena (-70kg, classe B), Billy Ramboasalama (-81kg, classe B), El Fazar Fazaraly (K1-67kg, classe A) et Voary Pierre (K1 -75kg classe A).La délégation malgache sera conduite par le président de la fédération malga­che de kick-boxing Briand Andrianirina, du président de la commission malgache de pancrace, Parfait Rakoto­nin­driana, de maître Gildas et du directeur technique nationale de la commission malgache de pancrace et de submission, Fidèle Ravoninjanahary.« La commission malgache de pancrace et de submission est une discipline associée au niveau de la fédération malgache de kick-boxing. On a été invité pour un tournoi international pour la deuxième année consécutive et on remercie infiniment le président de la fédération malgache de kick-boxing sans qui ce voyage n’aurait pu se faire », précise Parfait Rakotonindriana de la commission malgache de pancrace et de submission.« On multiplie les échanges au niveau de l’océan Indien, mais on tentera une approche pour l’Europe. Sur le plan local, on effectuera le premier cham­pionnat de Madagascar de pancrace vers le moi de juin, car la discipline est déjà présente dans quelques régions de Madagascar, à savoir, Anala­manga, Vakinankaratra, Alaotra Mangoro, Haute Matsiatra, Atsinanana, Boeny et Itasy », assure-t-il.

D.R.

L'express de Madagascar0 partages

Évacuation sanitaire – Quid des responsabilités

Tout était en règle. Après l’évacuation sanitaire de la conseillère du Président, Claudine Razaimamonjy à Maurice, lundi, tous les responsables concernés essaient de dégager en touche. Pas plus tard qu’hier, la police aux frontières a affirmé que la patiente mise en détention préventive par la Chaîne pénale à anti-corruption était parfaitement en règle. « Elle avait tous les papiers nécessaires pour partir », toujours selon le commissaire de la Paf. Ce qui contredit la déclaration du Procureur général de la Cour d’appel Jacques Randria­nasolo, lequel avait indiqué que Claudine Razaimamonjy n’aurait pas pu partir, étant sous le coup d’une double interdiction de sortie du territoire. La Paf réplique que le plus important était de sauver une vie.Les regards se tournent vers l’Aviation civile de Madagascar. Mais de ce côté, les attributions semblent claires, à en juger l’avis d’un technicien. « L’ACM ne s’occupe pas des passagers, mais de l’appareil. Son rôle consiste au respect et au maintien des normes de sécurité et de sûreté en termes d’aviation civile. Elle élabore, met en œuvre et surveille l’application des réglementations régissant le transport aérien. »Quant à la relation de l’ACM avec les autres acteurs du transport aérien, le même technicien précise. « L’ACM veille à la coordination des activités des exploitants au niveau de la plateforme aéroportuaire, mais n’intervient pas dans l’exercice de leurs fonctions, en particulier celles de la Paf, du Gta et des douanes ».Autrement dit, si un appareil remplit toutes les conditions de sécurité et de sûreté pour voler, on ne peut pas l’en empêcher.

Herisetra

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – CCA – Donga Jeremy reconduit

Le président sortant de la commission centrale des arbitres de la fédération malgache de basketball, Donga Jeremy succède à lui-même.L’élection de cette commission s’est tenue le vendre­di 7 avril, la veille du coup d’envoi du Top-8, dernière phase de la troisième édition de la coupe du Président. Deux candidats ont déposé leur candidature, en l’occurrence le président en exercice et Anthony Razafindrakoto.La candidature de ce dernier a été rejetée par le comité électoral national indépendant, car ce candidat n’a déposé ses dossiers que la veille du jour de scrutin, alors que la date limite était au plus tard cinq jours avant l’élection.Donga était finalement le seul candidat retenu et a gagné l’élection sans concurrent. Occupant ce poste de président depuis 2003, Donga a déjà écoulé trois mandats, et là, il est reconduit pour un quatrième mandat, en obtenant huit voix contre un vote blanc.La commission centrale des arbitres compte cette saison, quatre-cent-quatre-vingts membres dont quatre candidats à l’international, mais Madagascar n’a pour le moment, aucun arbitre zonal. Les malgaches candidats aux prochains examens pour devenir arbitres internationaux, sont Haja Ranaivoson, Andy Andriamandova, Santatra Andriamena et Tombozara Marcelot. Ces derniers effectueront un test cooper en ligne.Et en plus de ce test, les candidats devraient ensuite répondre à vingt-cinq questions en anglais et toujours en ligne en deux minutes et six secondes, au maximum. La condition de réussite est de donner 80% de bonnes réponses. Quant aux arbi­tres qui assurent les compétitions locales, la discipline compte actuellement cinquante-six arbitres nationaux et quatre-vingt-dix régionaux.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Rapt à Ambohibao

Après le rapt d’un lycéen au niveau du point de contrôle de la police à Andranomena tres tôtmardi   matin, des mesures ont été prises au sein de la police nationale. Le 4×4 de la police du 6e arrondis­sement, en panne et laissé sur les lieux du rapt pour faire office d’abri pour les éléments en service, a été  enlevé pour réparation.

L'express de Madagascar0 partages

Théâtre – « Sous le ciel bleu de Tana » illustre le romantisme en général

Une charmante comédie, sublimée par les douces balades romantiques d’antan. C’est ainsi que se découvrira au public féru de théâtre de la ville des Mille au CCESCA Antanimena, cette pièce inédite qu’est « Sous le ciel bleu de Tana ».Outre les pique-niques ou sorties habituelles  à chaque lundi de Pâques, les fameux comédiens Gégé Rasamoely et Clara Razaiarinosy proposent une petite nouveauté bienvenue. À 14h30 tapantes, le rideau se lèvera sur cette pièce théâtrale enchanteresse et taquine, mais aussi subtilement pédagogue. Les techniques de drague diverses, aussi bien à l’ancienne que contemporaine, sont ce que ce brillant duo de comédiens prévoient de raconter et d’illustrer sous toutes ses formes, sur les planches du CCESCA. « À nous deux, on se plaira à retranscrire l’amour et la drague dans toute sa généralité face au public, à travers les situations que l’on jouera, et qui illustreront ce romantisme propre à Antananarivo. Un moment exceptionnel et amusant destiné à un public de tous âges, et qui émerveillera l’auditoire », souligne Gégé Rasamoely.Une modeste pièce, mais d’une certaine envergure en même temps, « Sous le ciel bleu de Tana » se verra sublimée par une mise en scène particulière. Notamment, grâce à la participation de la troupe du « Diarin’ny kintana ». Celle-ci ravira les mélomanes amateurs de chansons d’hier et d’antan, en égayant la pièce de leurs interprétations des compositions de Ludger Andrianjaka, Julien Rasman, Mr Razafy ou encore Ny Voanio.En tout, une bonne quarantaine de chansons nostalgiques des années 60 accompagneront l’histoire de nos deux protagonistes, interprétés par Gégé Rasamoely et Clara Razaiarinosy. Telle une comédie musicale sur la romance entre ces deux amoureux,« Sous le ciel bleu de Tana » est à découvrir.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Meurtre d’une Chinoise

Recherchés depuis des mois pour le meurtre d’une commerçante chinoise à Alarobia Amboniloha, deux suspects ont été arrêtés par la police criminelle, mardi et mercredi. Deux femmes, ayant travaillé pour la défunte ainsi que quatre autres suspects sont déjà, pour leur part, en détention préventive. Le mobile du crime repose sur un vol de numéraires et d’appareils électro­ménagers, selon la police.

L'express de Madagascar0 partages

Vakinankaratra – Les opérateurs touristiques encouragés à investir

Promouvoir la destination Vakinankaratra est l’un des leitmotivs de l’Office régional du tourisme (ORTVa), d’où l’encouragement des opérateurs à s’investir. De fait, le nombre d’arrivées de touristes dans la région  a atteint 21 000 en 2016, contre 13 000 en 2014 et  19 000 en 2015. Une statistique qui  constitue une bonne surprise pour les opérateurs touristiques.« Ce résultat indique que la filière tourisme est encore une filière porteuse d’où la multiplication des investisseurs dans ce domaine », note Rosette Andrianaivo, présidente du conseil d’administration de l’ORTVa.Parallèlement à l’objectif de l’année dernière, qui consistait à faire de la région  Vakinankaratra une véritable destination touristique de long séjour et non seulement de passage, l’ORTVa étoffé ses activités dans le cadre de la promotion des produits des neuf filières touristiques de la région.Selon la direction régionale du Tourisme du Vakinankaratra, plus d’un million de touristes sont  attendus à choisir le pays comme destination dans les trois années à venir. Vakinankaratra projette, de ce fait, de tripler, voire plus, le nombre de touristes qui séjourneront deux à quatre jours dans la région à partir de cette année, ce avec les plus de 900 chambres déjà disponibles actuellement.« Face à cet objectif, le marché en matière d’hébergement et de restauration est encore loin d’être saturé. Aussi, encourageons nous les opérateurs à investir afin de satisfaire le besoin de nos visiteurs », note un responsable au sein de l’ORTVa où vient d’ouvrir l’hôtel Ankaratra Résidence. Sis à Antsampanimahazo, à 5 km d’Antsirabe, ce nouvel établissement hôtelier se distingue par la qualité de son service et sa modernité.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Billet de vote

De nouveaux billets de 20.000 ariary bientôt. C’est dans la logique des choses et une tradition de la République. Tsiranana avait ses billets imprimés par l’Institut d’émission de Madagascar, l’ancêtre de la Banque centrale. À l’époque, le franc malgache était encore sous la protection de la zone franc. Le plus grand billet valait 5000 fmg puis 1000, 500, 100 et 50 francs. Outre les billets, il y avait des pièces de 1,2, 5, 10 et 20 francs. Avec Ratsiraka et la série de dévaluation assortie d’une inflation irrépressible, la création de la Banque centrale , il fallait créer de nouveaux billets et de nouvelles coupures pour ne pas se retrouver avec une charrette de billets pour acheter du pain. Les billets de 2500, 10.000 , 25.000 et 50.000 fmg sont apparus de même que des pièces de 25, 50 et 100 fmg.Ravalomanana y est allé de son patriotisme en supprimant le fmg remplacé par l’ariary. Il a changé les billets mais en gardant les coupures. Histoire de rendre caducs les conteneurs de billets de la Banque centrale, transférée à Toamasina pendant la crise de 2002. Il avait raison puisque, sept ans plus tard, quelqu’un avait voulu échanger des billets de plusieurs milliards d’ariary au Trésor public.Le billet de 10.000 ariary, toujours en cours , est frappé à l’effigie du Tim. Le nouveau billet de 20.000 ariary portera-t-il le logo du HVM?  Pourquoi pas ?  C’est un excellent véhicule de propagande à un an de l’élection  de présidentielle comme le yaourt Tiko l’était pour Ravalomanana. En poussant un peu l’imagination et l’audace, on peut en faire un bulletin plutôt un billet de vote. On peut faire d’une pierre deux coups. On fait l’économie de l’impression du bulletin, et il n’est plus nécessaire d’acheter des voix. Mieux, la recette collectée pourrait servir d’emprunt national pour équiper le Bianco et appuyer la lutte contre la corruption. Comment le Bianco peut-il être indépendant s’il doit passer par l’assistanat et la charité internationale pour pouvoir travailler dans les règles de l’art ?  Ce n’est pas fortuit que la communauté internationale vient à son chevet au lendemain de l’arrestation de Claudine Razaimamonjy. Si ce n’est pas une récompense pour une mission accomplie, Dieu que cela y ressemble.Avec 10 millions d’électeurs, cela fait un joli pactole et on ne mendiera plus 20.000 euros pour s’offrir des ordinateurs. C’est cela l’expression de la souveraineté nationale.Cela dit , des billets de 20.000 ariary illustreront davantage la pauvreté et l’effritement du pouvoir d’achat. On se retrouve sur la même ligne que le Zaïre de Mobutu Sese Seko des années 80 où un mouchoir coûtait un million de la monnaie locale, ou le Zimbabwe du sacré Mugabe où des billets de 10 millions sont en cours.Seul bénéficiaire de ce gros billet, les serveurs de restaurant qui voudraient bien garder la monnaie à tous les coups.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Coopération

D’après Boto Tsaradia Lamina, directeur général du service de renseignement financier (Samifin), une coopération avec le Financial Intelligence Unit (Fiu), l’équivalent du Samifin à l’île Maurice est en préparation. En marge de la cérémonie officielle de remise des dons octroyés par l’ambassadeur de France, Véronique Vouland Aneini, hier à Ambohi­bao, le numéro un du Samifin a souligné que cette coopération se focaliserait sur des échanges de renseignements concernant les suspicions de blanchiment d’argent, venant des trafics dedrogue ou corruption à Madagascar et Maurice. Une mission entre les experts de ces deux enti­tés se tiendra dans les prochains mois.

L'express de Madagascar0 partages

Handball – ASE Ihorombe et HCJB en finale

Place aux choses sérieuses. Les championnats de Madagascar de handball « jeunes » entre ce jour, dans la phase des demi-finales pour les juniors garçons, les cadettes et les cadets. La finale chez les juniors filles est déjà connue et sera l’affiche ASE Ihorombe vs HCJB Boeny.En demi-finale, hier au gymnase d’Ankorondrano, l’ASE Ihorombe s’est montrée héroïque, en coiffant la HBCA Analamanga, sur le score de 16 buts à 15. Le scénario de la deuxième demi-finale qui a opposé le Zana- kala d’Atsimo Atsinanana à l’HCJB de Boeny s’est soldé par la victoire de cette dernière sur le score de 19 buts à 15.ASE Ihorombe et HCJB Boeny se disputeront donc le titre de champion de Madagascar chez les juniors filles demain.Pour ce jour, place aux demi-finales chez les cadettes. L’ASE Ihorombe (1er de la poule) jouera contre l’HBCB de Bongolova (4e de la poule) et le HBCI Ihorombe affrontera (2e de la poule) affrontera le Zanakala d’Atsimo Atsinanana (3e de la poule).En juniors garçons, l’affiche des demi-finales sera Groupe Siteny vs ASCAF et Tilty vs ASSÀ l’heure où nous mettons sous presse, les organisateurs ont procédé à un calcul des points pour connaître les équipes demi-finalistes. Quoiqu’il en soit, les rencontres de demi-finales sont prévues se jouer toujours au gymnase couvert d’Anko­rondrano, ce jour à partir de 9h.

D.R.

L'express de Madagascar0 partages

Soirée « Salsa et Kizomba » au Complexe Restaurant

Un évènement particulier en ode à la danse, le tout dans un cadre inédit. C’est ce qui se proposera à tous ceux qui se joindront à la soirée « Salsa et Kizomba » au Complexe Restaurant Antanimena dans l’enceinte de Villa Pradon, ce 28 avril à partir de 21 h. Dans la joie et la bonne humeur, le public noctambule qui se retrouvera sur place aura ainsi le plaisir de s’initier à ces deux danses particulières, tout en se délectant des délicieux plats que le restaurant réserve dans son menu. La salsa étant d’ores et déjà une danse très populaire, une initiation au kizomba débutera de 20 h à 21 h pour les profanes. S’ensuivront une prestation inédite de la part des danseurs professionnels invités à l’occasion, et diverses animations tout au long de la soirée.

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le gouvernement italien aide les sinistrés

Suite à l’appel à l’aide lancé par le ministère des Affaires estrangères malgache, le gouvernement italien, par le biais de son ambassade, a décidé d’allouer à la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICROSS), une donation multilatérale d’émergence de 200 000 euros, en faveur de Madagascar.Selon un communiqué émanant de l’ambassade italienne à Madagascar, cette somme, qui comprend environ 25% de la demande d’assistance financière totale avancée par la FICROSS, est un geste concret de solidarité et d’attention en faveur de la population vulnérable malgache frappée par le cyclone Enawo. Elle contribuera à assister 25 000 personnes sinistrées dans les huit prochains mois, à travers la Croix-Rouge malagasy.Parmi les activités prévues figurent les premiers secours sanitaires, la fourniture d’eau et d’installations hygiéniques, l’assistance aux personnes déplacées telle que l’approvisionnement de matériaux pour la construction d’abris provisoires dans les régions affectées par le cyclone.« Cette action signifie que l’ambassade d’Italie renouvelle au ministère des Affaires étrangères de Madagascar les sentiments de sa haute considération », a expliqué Claudio Siragusa, consul honoraire d’Italie à Nosy Be.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Billard – Dreams 18 ans – Dany Rahary s’impose

La salle de billard Dream’s à Ivandry a procédé mercre­di, à la cérémonie de remise de trophées et prix, aux trois meilleurs du tournoi dénommé Black ball birthday part de ce week-end. Ceci entre dans le cadre de la célébration du 18e anniversaire du club organisateur.Les éliminatoires se sont déroulés les mercredi 5 et jeudi 6 avril et la phase finale le samedi 8 avril, dans la soirée. C’était un tournoi Open simple et mixte qui a vu la participation de soixante-quatre concurrents dont une seule et unique dame. Le tournoi a été marqué par la domination du club In-Square, car deux de ses joueurs se sont hissés sur le podium au terme de la compétition.Danny Rahary d’In-Square a été sacré champion en battant en finale Marc Ravoa­hangy, joueur indépendant sur un score de 7 à 6. Et Andy Sandro Razafindraibe, dit Soft, du club In-Square termine troisième. Il a écarté Rindra d’In-Square, lui aussi, en match de classement.Le partenaire du Dreams, Huawei, depuis déjà deux ans, a offert un téléphone portable de marque Huawei P9 au champion et un HuaweiY3II au vice-cham­pion. Quant aux activités de cette salle, « Dreams organise chaque année trois tournois dont les deux autres pendant les vacances de cette année », a confié la première responsable de la salle Dreams, Stéphanie Ramaroson.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Amélioration de qualité de formation

Le fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a offert du matériel d’une valeur de 2 500 dollars, à la filière maïeutique de la Faculté de Médecine, hier. Cette donation rentre dans le cadre de l’amélioration de la qualité de formation.

L'express de Madagascar0 partages

« Des arbres et des hommes » bientôt à l’IFM Analakely

Une présentation qui s’annonce singulière et contemporaine, rentrant dans la continuité de ce que le public a l’habitude de découvrir au sein de l’Institut français de Madagascar (IFM). « Des arbres et des hommes » s’y exposera du 9 au 27 mai. Initiée par Andrée Mathilde Etheve et l’association Faneva Mirindra, cette exposition met en scène les arbres et les plantes, dans ce qu’ils offrent de plus intime à l’Homme. À savoir leur bois, leurs fibres, leurs sucs au pouvoir colorant. On y trouvera les sculptures teintes, les bois gravés, ciselés et retravaillés de la forêt d’Ankarafantsika, ainsi que des rabanes et Ikats de raphia teints présentés avec les plantes tinctoriales relatives à leurs couleurs.

L'express de Madagascar0 partages

Arrestations aux 67ha

Les éléments  de la police du 7e arrondissement ont appréhendé deux suspects, lundi et mardi aux 67 ha. L’un s’est fait prendre en train de glisser sa main dans le sac d’une femme qui montait dans un taxi-be. Le deuxième a été capturé par le fokonolona avec des linges volés.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga I – Patrice Ndeha nommé chef Cisco

Après la nomination du nouveau Directeur régional de l’Éducation nationale (DREN) Boeny, en la personne de Noavy Sandy, il y a trois semaines, la valse de nomination et d’affectation est observée au sein des Circonscriptions scolaires (Cisco) de Mahajanga I et II.Ainsi, l’ancien proviseur du lycée Philibert Tsiranana, Patrice Ndeha, est promu au poste de Chef Cisco de Mahajanga I. Il remplace Flavien Andriantsoa. Ce dernier est muté au sein de la Cisco de Mahajanga II. La passation de service entre ces deux nouveaux responsables de l’Éducation nationale dans les districts de Mahajanga I et II a eu lieu hier au CRNIFP à Mahabibo. Le bureau de la Cisco de Mahajanga I y est provisoirement transféré, les travaux de réhabilitation des bâtiments en face de l’hôpital de Mahabibokely ayant commencé l’année dernièreDans son intervention, Patrice Ndeha a mis l’accent sur la responsabilité de chacun. Par ailleurs, le proviseur adjoint du lycée Philibert Tsiranana a pris les fonctions de son prédécesseur, depuis le jeudi 6 avril.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Course pour la solidarité féminine – Trois nouveautés au programme

Organisée chaque année depuis 2013, en début mars, aux alentours du 8 mars, journée internationales des femmes, la cinquième édition de la Course pour la solidarité féminine version 2017 est décalée au mois de juillet et peut être pour les années à venir.« De nombreuses célébrations officielles sont organisées aux alentours du 8 mars… et en plus, cette année, j’étais trop occupée aux assemblées générales électives de nombreuses fédérations nationales, dans la capitale et dans d’autres régions », a expliqué de ce report, la présidente de l’association malgache des athlètes olympiens (AMAO) et directeur du sport fédéral du ministère de la jeunesse et des sports, Rosa Rakotozafy.Outre les habituelles courses relais de dix coureurs par équipe hommes, dames et mixte ainsi que le tournoi de basketball Fiba 3×3, lancé depuis l’année dernière, trois nouveautés seront au programme, cette année. Il s’agit de la course relais pour enfants, le tournoi de tennis de table et la handirun, une course pour les handicapés physiques sur une distance de 200 m.Toutes ces activités sont ouvertes aux sociétés, associations, ministères et institutions.

Serge Rasanda

Midi Madagasikara0 partages

Sit-in devant le Lycée français : Appel à l’envoi d’experts français pour aider à la libération d...

Hier, la grande famille du Lycée français a  manifesté hier le ras-le-bol face aux actes d’enlèvement des élèves de cet établissement depuis ces derniers temps  à Madagascar. En effet, le rassemblement de solidarité aux parents et familles de Firoze Nourbhay kidnappé mardi dernier à Andranomena,  sur le parkig du Lycée Français à Ambatobe (LFA) était l’occasion pour lancer un appel  au soutien du gouvernement français par l’envoi d’experts étrangers pour libérer dans le plus bref délai cet adolescent de 17 ans.

Présidant le rassemblement d’hier, le proviseur du LFA a rappelé que Firoze Nourbhay porte à trois le nombre d’élèves qui ont été enlevés dans le pays depuis l’année 2014. Les deux autres ont été commis à Toamasina et Toliara. Acte qu’il qualifie de la barbarie dans la mesure où il est perpétré contre un enfant sans défense dont le mobile n’est pas pour gagner de l’argent. D’après lui, ce genre de problème social qui ternit l’image de notre pays bouleverse l’éducation de nos enfants. C’est la raison pour laquelle il sollicite les autorités concernées notamment les forces de l’ordre de faire le nécessaire pour retrouver sain et sauf cet élève. Pour ce faire, il souhaite fortement  la collaboration avec des experts français.

 Ce qui a marqué ce sit-in d’hier, c’est la présence du Président de la Fédération des associations des parents d’élèves du lycée français dans le monde. Manifestant son  soutien aux parents de Firoze Nourbhay, il affirme ne plus tolérer de voir les malgaches renverser dans cette guerre intestine. C’est la raison pour laquelle, le père du jeune Firoze a clamé haut et fort son attachement à ce pays en soulignant que lui et sa famille, ils sont Malagasy  et ont le droit d’être protégés  par l’Etat et de vivre en paix dans ce pays.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Misy karàna hafa indray mahazo fandrahonana hisy haka an-keriny izao

Nahalalana zavatra maro ny fihaonana naharitra adiny roa teo amin’ny fianakaviam-ben’ny karàna Toamasina, sy ireo mpisahana ny fitandroana ny filaminana notarihan’ny prefen’i Toamasina, nahitana ny tonia mpampanoa lalàna ambony, ny tonia mpampanoa lalànan’ny Repoblika, ny komadan’ny fari-piadidian’ny zandarimamiram-pirenena Toamasina, ny talem-paritry ny polisy Toamasina, ary ireo kolonely roa nisolo tena ny komandan’ny fari-piadidian’ny faritra miaramila faha-3 Toamasina. Raha ny fanazavana dia efa niandry ity tovolahy teratany karàna ity teo Tanambao V ireo andian-jiolahy roa, izay nitondra PA, izay nampiasan’izy ireo ny “bala na polisy” izay voamarin’ny ambina bala niisa 6 hita teo an-toerana mitondra ny laharana “A-38” avokoa. Araka ny fanamarinana nataon’ireo polisy teto Toamasina anefa dia tsy nivoaka tamin’ny olombelon’izy ireo ireto ambina bala ireto, ka voatery nalefa eo anivon’ny sampan-draharaha manokana mpandinika izany ao Antananarivo hanaovana fanamarinana azy sy ilay toby mety nivoahany. Fantatra ihany koa fa tsy misy ny fiaraha-miasa sy fanomezam-baovao ataon’ireo fianakavin’ny niharam-boina tamin’ireo olana amin’ny asan-jiolahy mahazo ireo fianakaviana karàna hatreto. Nanomboka tamin’ilay fakana an-keriny an’i Saifoudine, ny fitifirana an-dRtoa Sabina, ary ity nitranga tao Tanambao V farany teo nanjo an’i Mouffadal, fa tsy naharay fitoriana na fitarainana mikasika ireo raharaha ireo na iray aza ny mpitandro ny filaminana sy ny fitsarana. Nandritra ity fihaonana adiny roa tao amin’ny lapan’ny faritra atsinanana ity ihany koa no nahalalana tamin’ireo mpitandro ny filaminana, fa misy fianakaviana karàna hafa indray izao mahazo fandrahonana hisy haka an-keriny. Taorian’ny adiny roa ny fihaonana dia niara-nandray fepetra ny mpiara-mivory, entina hamerenana an’i Toamasina ho tena kapitaly ekonomika fa tsy izao kapitalin’ny fakana an-keriny sy asan-jiolahy izao. Nifanaiky ny rehetra fa hifanampy amin’ny fanomezam-baovao, ka hisy komity hitsangana hanamorana ny fiaraha-miasa amin’ny roa tonta, ary hisy ny fahatongavan’ireo polisy misahana ny hery vonjy taitra haingam-pandeha (UIR) avy ao Antananarivo hanampy ireo namany fotoana voafetra eto Toamasina…

Malala Didier