Les actualités à Madagascar du Samedi 14 Mars 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara10 partages

Lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants : Une bataille qui ne fait que commencer selon des journ...

Des journalistes qui ne se connaissaient pas mais qui ont décidé de collaborer pour la défense des droits des enfants. (crédit photo : Anja)

Onze journalistes issus des sept régions de Madagascar se sont retrouvés à Fianarantsoa durant cette semaine pour un atelier d’échange à propos de la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants. Il en est ressorti que cette lutte ne fait que commencer et que la situation reste encore critique dans certaines régions reculées du pays. 

« Dans certaines régions comme celles du Nord,le fait de réussir à marier sa fille avec un ressortissant étranger est considéré comme une réussite sociale » pouvait-on entendre du journaliste représentant la ville de Nosy-Be lors de cet atelier d’échange. Une affirmation qui laisse encore perplexes les acteurs pour la lutte contre l’exploitation sexuelle à Madagascar. Mais Nosy-Be n’est qu’un exemple parmi tant d’autres parce que beaucoup d’enfants malgaches souffrent encore de maltraitance et de violence dans presque toutes les régions de la Grande Île. Face à cela, ces onze journalistes issus de régions différentes ont donc décidé de contribuer à l’éradication de la violence perpétrée aux enfants, notamment en essayant de promouvoir les droits des enfants dans leur production médiatique ou en parlant tout simplement du thème dans la presse locale. « Le but n’est pas de dénoncer mais d’informer le public sur la situation réelle de beaucoup d’enfants à Madagascar, des informations qui ne sont pas souvent communiquées en raison de la pression exercée par des personnes influentes sur certains journalistes » nous a expliqué un des participants à cet atelier initié par l’organisation ECPAT France, fervent acteur dans la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants et les VBG. 

Mise en place d’un réseau.  Après deux jours de concertation, ces quelques journalistes venant des quatre coins du pays se sont mis d’accord pour former une ligue de journalistes engagés pour la défense des droits des enfants. C’est ainsi qu’est né un réseau réunissant des journalistes du secteur privé et du secteur public, des professionnels conscients qu’ils ont un rôle à jouer dans la protection des enfants et la lutte contre l’exploitation sexuelle.  « Nous sommes convaincus que la presse peut et doit contribuer à cette lutte. Dans le traitement de l’information, on peut par exemple prêter plus d’attention au respect des droits des enfants que ce soit au niveau des photos ou du contenu textuel. Puis, il y a aussi le fait d’en parler tout simplement, ce qui va permettre de sensibiliser le public sur le sujet » en a témoigné le représentant de la télévision nationale d’Antsirabe. 

Cet atelier a duré deux jours. Il a pris fin le jeudi 13 mars  et chaque journaliste est de retour dans sa région depuis hier. Toutefois, ils sont repartis chez eux avec un objectif dans la tête : garantir la protection des enfants sur l’ensemble du territoire, même dans les régions où la culture pose encore un réel problème. 

Anja RANDRIAMAHEFA 

Midi Madagasikara5 partages

Football- Madagascar- Côte d’Ivoire : Les matchs aller et retour reportés par la CAF

Les Barea devront encore patienter avant de reprendre le chemin des compétitions.

Un ouf de soulagement. 48 heures après le communiqué de la Confédération Africaine de Football (CAF) sur le maintien des dates des éliminatoires de la Coupe d’AFrique des Nations 2021 au Cameroun, hier soir par le truchement de son secrétaire général, Abdel Bah, la CAF a fait un volte face en décidant de reporter les matchs prévus du 25 au 31 mars. Comme toutes les compétitions footballistique en Europe, Asie, Amérique, voilà, la CAF a pris ses mesures pour éviter que le football soit à l’origine de la propagation de ce virus.  “Suite à la requalification de la crise sanitaire mondiale actuelle du Covid-19 ou Coronavirus, en pandémie par l’Organisation Mondiale de la Santé, compte tenu également des difficultés de déplacements de plus en plus grandes à travers le monde et consciente que la plupart des joueurs qui composent nos sélections africaines évoluent hors du continent, La CAF estime que l’organisation des matches éliminatoires de la CAN Total 2021 (3e et 4e journée) ne peut être assurée convenablement. En conséquence, elle décide du report des matchs des 3e et 4e journées à une date ultérieure”, tel est la teneur du communiqué sur le site officiel de la CAF. Plusieurs raisons ont été évoquées par la CAF sur ce report entre autres le refus des clubs de libérer leurs joueurs pour des matchs internationaux,  la majorité des joueurs africains évoluent en Asie et en Europe dans les pays où on détecte le plus de cas et surtout face aux demandes des gouvernements et des mesures prises par rapport à cette épidémie de coronavirus. Les qualifications à la CAN Féminine 2020, prévues du 8 au 14 Avril 2020, ainsi que les Qualifications à la Coupe du Monde Féminine U20 prévues du 20 au 29 Mars 2020, sont également reportées. Cette décision ne fait que rejoindre les autres décisions des instances internationales du sport des autres disciplines qui ont tous annulés ou reportés leurs évènements.  Le ministère de la Jeunesse et des Sports salue cette décision de la CAF sur le report des rencontres. Le MJS qui a déjà publié un communiqué sur la suspension des rencontres internationales sur le sol malgache et suit de très près la situation. “ La santé prime avant toute autre chose aussi bien pour le monde du sport que pour le peuple malgache. La décision de report des matches éliminatoires de la CAN 2021, prévus pour la fin de ce mois par la CAF rencontre notre pleine adhésion. Elle traduit la lucidité et la prévoyance de cette instance par rapport à la situation qui prévaut actuellement. Toutefois, la préparation de nos sportifs continue afin de s’apprêter à toute éventualité et pour cela, le ministère de la Jeunesse et des Sports sera près des fédérations sportives et les soutiendra. Félicitations et bravo » a souligné, Tinoka Roberto, ministre de la Jeunesse et des Sports. Ce report servirait les intérêts des joueurs malgaches. C’est le cas de Hery Bastien dont un des coéquipiers de Linfield fut testé positif. Romain Métanire est devant un dilemme, puisqu’il a le droit de partir mais comme les USA ont fermé leurs frontières pour un mois entier, on ne pense pas que le club de Minnesota le laisse partir. Le club belge de Charleroi a aussi fait clairement savoir qu’il ne va pas libérer Marco Ilaimaharitra. Des absences de taille donc mais qui risquent de s’étendre à d’autres joueurs selon Nicolas Dupuis qui, par le biais de sa caisse de résonnance, un certain Odon Randrianiaina, évoque le cas de deux joueurs en Arabie Saoudite qui seront confinés chez eux pour éviter des risques de contamination.Et quand on sait qu’il s’agit de Carolus Andriamahitsinoro et d’Ibrahim Amada, on mesure mieux le poids d’une telle absence.

C.B/T.H/M.R 

Midi Madagasikara3 partages

Nicolas Dupuis : Ambassadeur de la marque Toyota by Sicam

Remise de clef du nouveau Fortuner à Nicolas Dupuis.

Le tout nouveau Fortuner 2019 d’une valeur de 230 millions d’ariary. C’est ce que le Sicam-Cfao Group a remis hier, à Nicolas Dupuis, au “showroom” de Sicam à Ankorondrano. En effet, le coach des Barea de Madagascar est désormais le représentant officiel de la marque Toyota by Sicam, suite à la signature d’un contrat de partenariat avec Sicam-Cfao Group. « Je conduis déjà une Toyota, qui a été offerte à l’époque par l’Etat malgache. Aujourd’hui, c’est une fierté pour moi de représenter la marque sur le territoire. Comme vous le savez, je suis attaché à Madagascar et je vais aimer, encore plus, vivre ici avec Toyota. Je porterai haut les couleurs de Toyota comme on a porté haut les couleurs du football de Madagascar », a déclaré Nicolas Dupuis, lors de la remise de clef à Ankorondrano, devant les médias.

Philosophie commune. Pour sa part, Frédéric Hébert DG de Sicam-Cfao Group a souligné que le coach des Barea a été choisi comme représentant de la marque, car il s’agit d’une personne connue, d’un influenceur qui a des valeurs que l’on trouve dans la marque Toyota. « D’abord, il y a cet esprit de recherche permanente de résultats et de faire en sorte que les choses avancent de manière positive. Ensuite, Toyota comme le coach Dupuis cherche à tirer le meilleur de chacun, de toutes les personnes qui sont à disposition. Pour Toyota, c’est le “ respect people ” ou le développement des gens dans l’entreprise. Les deux parties sont également à la recherche permanente de la performance. Et enfin, Toyota a une grande notoriété au niveau international. Il est bien d’associer cette marque prestigieuse à un coach reconnu, qui fait partie des meilleurs au monde », a affirmé le DG de Sicam-Cfao Group. Bref, le coach Dupuis roule déjà actuellement avec le noveau Fortuner 170ch, qui est le sport wagon de Toyota. Selon le concessionnaire, ce modèle est vendu entre 10 à 15 unités par mois à Madagascar. D’après Sicam, le marché de l’automobile neuve a légèrement progressé depuis 2019, grâce à Toyota.

Antsa R. 

Midi Madagasikara2 partages

Patrimoine routier et avoirs illicites : Les projets de loi adoptés par le Sénat

Le Projet de loi 002/2020 est passé en deuxième lecture, hier, au niveau du Sénat. A noter que ce Projet de loi a déjà été voté au niveau de l’Assemblée nationale, le 26 février dernier. Ce Projet de loi concerne l’Ordonnance N°2019-001 sur le Patrimoine routier ; l’Ordonnance N°2019-007 pour l’Ordre National Malagasy ; et l’Ordonnance N°2019-015 relative au Recouvrement des Avoirs Illicites. « Après que ce Projet de loi a été discuté par les sénateurs en Commission plénière, il a été voté en Séance plénière, en présence du ministre de l’Aménagement et des Travaux Publics, du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, ainsi que du représentant du ministre de la Justice. Sur les 64 sénateurs, 46 ont participé à la session, 13 ont émis des lettres d’excuse pour leur absence. 45 sénateurs ont voté pour le Projet de loi, qui est donc adopté », a indiqué le Ministère de l’Aménagement et des Travaux Publics (MATP).

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Epidémie de Coronavirus : Réunion d’urgence à Ambohitsorohitra

Face aux risques engendrés par le Coronavirus, Andry Rajoelina a consulté les membres de l’Académie de Médecine de Madagascar.

« L’Etat fera tout pour que le peuple malgache ne soit pas touché par cette épidémie ». C’est ce qu’a déclaré hier le président Andry Rajoelina. Une manière à lui de rassurer les concitoyens face aux risques engendrés par la propagation de cette épidémie. En effet, face à la psychose provoquée par cette maladie, le Chef de l’Etat a décidé de convoquer une réunion d’urgence de toutes les entités concernées par le Coronavirus hier en début de soirée. Le président de la République a choisi de consulter le Comité scientifique et les experts Malagasy, membres de l’Académie de Médecine de Madagascar regroupant les imminents professeurs malgaches pour avoir une appréciation technique de la situation. Etaient présents lors de cette réunion à Ambohitsorohitra également le Premier ministre Ntsay Christian, la Représentante de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Madagascar, Docteur Charlotte Ndiaye, et les trois ministères concernés par cette épidémie, à savoir le ministre de la Santé publique, le Professeur Ahmad Ahmad, le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto et la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo. D’après les informations, le président Andry Rajoelina va annoncer les décisions prises durant cette rencontre lors d’une émission spéciale sur le Coronavirus qui sera diffusée sur la TVM ce soir à 20h. Hier, le Chef de l’Etat a confirmé que pour le moment, Madagascar compte zéro cas de COVID-19. « La Grande île figure parmi les rares pays qui ne sont pas encore touchés par le Coronavirus grâce à l’anticipation et aux mesures que nous avions prises », a-t-il soutenu.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

CNIDH : Renouvellement de ses membres

Le mandat de quatre ans des membres de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) touche à son terme le 13 octobre 2020. En vertu de l’article 10 de la loi 2014-007 portant institution de la commission, le bureau permanent notifie aux entités concernées l’avis d’expiration du mandat sept mois à l’avance et le processus de renouvellement s’opère six mois avant l’expiration du mandat. Selon les dispositions de la loi, le processus d’élection et de désignation doit de ce fait être entamé à partir du 13 avril 2020. Son organisation est portée à la connaissance des entités représentées au sein de la commission afin de permettre l’installation des nouveaux membres dans le délai imparti. Notons que la commission est composée de onze membres.

Recueillis par Dominique R.

Madagate0 partages

Mialy Rajoelina, Marraine de la Santé de la Mère et de l'Enfant. Discours

 

Novotel Antananarivo, 11 mars 2020. Le ministère de la Santé publique malagasy, représenté par le Professeur Ahmad AHMAD, ministre de la Santé, et l'Organisation Mondiale de la Santé, représentée par le Professeur Charlotte Faty NDIAYE, ont décerné le certificat de Marraine de la Santé de la Mère et de l'Enfant à Madagascar à Mialy RAZAKANDISA RAJOELINA, Première Dame de Madagascar, Présidente Fondatrice de l'Association Fitia et Ambassadeur du Fnuap dans la lutte contre les Violences Basées sur le Genre ou Vbg. Voici son discours axé sur une large rétrospective des actions menées et à venir.

Jeannot Ramambazafy

************************************************

 

Monsieur le Ministre de la Santé Publique,

Madame la Représentante résidente de l’Organisation Mondiale de la Santé, Mesdames et Messieurs les chefs d’agences du Systèmes des nations unies à Madagascar,

Mesdames et Messieurs les professionnels de Santé;

Mesdames et Messieurs,

 

C’est avec beaucoup d’émotion que je me tiens devant vous en ce jour qui marque la reconnaissance d’un engagement ferme et pérenne en faveur de tous les enfants Malagasy. Toute ma gratitude va à l’Organisation Mondiale de la Santé, ainsi qu’au Système des Nations Unies, tous deux représentés ici par une seule et même personne, le Professeur Charlotte Faty Ndiaye, une femme admirable que je vous demanderai d’applaudir.

 

Je me sens particulièrement honorée de recevoir ce certificat qui symbolise non seulement les actions déjà menées et à poursuivre mais surtout l’espoir de tout un pays à travers la santé de ses générations futures. Permettez-moi donc de vous adresser mes remerciements, toute ma reconnaissance pour ce geste qui me touche énormément. Je m’engage à rassembler tous les efforts nécessaires en collaboration avec l’OMS et le Ministère de la Santé pour atteindre l’objectif de 90% de couverture vaccinale en focalisant les actions sur la revitalisation de la vaccination de routine.

 

Je prêterai ma voix pour inciter les mamans à faire vacciner leurs enfants. Il nous est, dès lors, impératif de rappeler l’importance de la vaccination de routine. Plus nous sommes nombreux à nous faire vacciner, plus nous évitons à ceux que nous aimons, à ceux avec qui nous vivons et travaillons, et à l’ensemble de la population de notre pays et des pays dans lesquels nous voyageons, de tomber malade, et de contaminer leur entourage. Cela permet de circonscrire des épidémies comme cela a été le cas pour la rougeole en 2019.

 

La lutte contre les maladies infectieuses est un défi majeur de santé publique. La vaccination reste l’une des armes plus efficaces pour combattre ces maladies, et préserver la santé des populations. Par la même occasion, je remercie également le Ministère de la Santé publique pour sa collaboration dans ce projet d’envergure ainsi que tous les professionnels de santé qui y travaillent activement. Lorsque Madame la Représentante était venue me rencontrer pour me présenter la situation alarmante de la couverture vaccinale à Madagascar, j’ai été saisie de suite par l’idée d’apporter ma contribution dans le combat, de part ma sensibilité en ce qui concerne la précarité de la santé Mère-Enfant.

 

Et je le répète aujourd’hui : les enfants ont droit à une bonne santé. Donnons-leur ce droit ! Et dans ce même ordre d’idée, la vaccination est un droit précieux. Elle permet de protéger les enfants contre des maladies évitables dès leur naissance. Nous l’avons entendu. Des efforts ont déjà été déployés pour améliorer la couverture de vaccination. Toutefois, ce combat est loin d’être gagné d’avance. Bon nombre de freins jalonnent en effet nos routes. Plusieurs facteurs entravant la croissance de la couverture vaccinale de routine ont pu être identifiés et demeurent toujours d’actualité. Citons entre autres :

- l’insuffisance de soins de qualité;

- l’insuffisance qualitative et quantitative en ressources humaines;

- le manque d’informations et d’approches communautaires pour convaincre les populations;

- la difficulté d’accessibilité à des lieux éloignés;

- l’insuffisance de ressources financières;

- l’insuffisance d’intrants nécessaires;

- la dégradation des infrastructures et des équipements sanitaires.

 

En se faisant vacciner, on se protège donc soi-même, et on protège aussi les autres. Concrètement, l’Organisation Mondiale de la Santé et l’Association FITIA collaborent ensemble pour réunir leurs ressources et parvenir au but commun qui est principalement de mettre en œuvre des activités de mobilisation sociale et de communication pour la revitalisation de la vaccination de routine. L’accent est mis sur les trois régions les plus affectées, à savoir : Analamanga, Alaotra Mangoro et Ihorombe. Aujourd’hui, c’est pour moi une occasion de vous présenter l’état d’avancement de notre mission déjà en bonne marche.

 

L’Association FITIA a démarré avec l’installation de centres et points de vaccination dans différents grands hôpitaux. Nous avons dorénavant mis en place trois centre de vaccination, notamment celui d’Ambohimiandra, de Tsaralalàna et de Tuléar. Sur cette lancée, nous en implanterons bientôt dans d’autres hôpitaux et centres de santé. Par ailleurs, notre équipe-terrain, composée de 4 médecins volontaires a déjà entamé la première phase des activités de mobilisation sociale, de sensibilisation et de communication pour renforcer la vaccination de routine.

 

En effet, des descentes à Manjakandriana et à Ankazobe ont été faites auprès :

- des APART pour désigner les Autorités locales, administratives, religieuses et traditionnelles;

- des écoles publiques, privées et confessionnelles;

- des associations de femmes (leaders, vendeuses, …);

- des centres de santé;

- ainsi qu’auprès du grand public.

Il est à noter qu’à Ihorombe, nos mobilisations sociales ont touché :

- les APART en l’occurrence les chefs de Région, des Fokontany et les maires ;

- les directeurs, les enseignants et élèves des nombreuses écoles publiques et privées.

 

De manière générale, nos équipes ont toujours été bien reçues. Les personnes cibles ont pour la plupart été surprises devant la réalité concernant la vaccination, elles ont cependant été réceptives contre toute attente. Ces populations cibles ont finalement adhéré à reconnaître l’importance de la vaccination et sont maintenant conscientes de l’enjeu et du défi. Désormais, elles sont prêtes à œuvrer et à aider à la réalisation efficace des actions. Outre les installations de centre de vaccination d’une part, et la mobilisation des cibles d’autre part, nous avions également convenu avec l’OMS, qu’afin d’optimiser l’extension de ces actions, nous nommerons des mamans modèles de la vaccination.

 

Nous sommes ravis de vous annoncer que nous en avons sélectionné plusieurs. Elles sont choisies suivant 2 principaux critères de performances comme :

- la consultation prénatale et

- le respect de l’assiduité du carnet de vaccination. Ces mamans modèles, comme leur nom l’indique, sont des femmes influenceuses qui servent d’exemple pour participer aux sensibilisations au sein des communautés. En somme, lors des 3 dernières inaugurations des centres de vaccination, l’association FITIA a déjà pu toucher un grand nombre de personnes auxquelles s’ajoutent sur terrain, lors de cette première phase de mobilisation :

- 37 autorités locales, administratives, religieuses et traditionnelles;

- 30 directeurs d’école publiques, privées et confessionnelles;

- 74 enseignants;

- 68 Agents Communautaires;

- 57 Personnel de santé;

- 261 Mamans modèles désignées;

- 2265 élèves.

Soit un total de 2792 personnes sensibilisées, en plus des populations qui ont assisté aux sensibilisations.

 

Dès cette semaine, notre équipe de mobilisation repartira pour la région Alaotra Mangoro. Pour conclure, je tiens à renouveler encore une fois mon engagement aussi immuable qu’indéfectible pour la santé des enfants. C’est ainsi en ces mots que je lance un appel solennel à vous, chers parents Malagasy, à vous professionnels de la santé, à vous organismes de toutes sortes, à vous adultes, jeunes et adolescents Malagasy.

 

Permettez-moi de faire appel à votre humanité bienveillante, à votre amour inconditionnel pour chaque petit enfant de notre pays : informez-vous, prônez la vaccination de routine autour de vous, parlez-en, discutez-en, bannissez rumeurs infécondes et infanticides et entraidons-nous tous ensemble à faire de la santé de nos enfants une réalité de demain. C’est un acte patriotique dont nous sommes tous les héros.

 

Mesdames et Messieurs, je vous remercie de la noblesse de votre ambition à laquelle je joins la mienne avec respect et honneur.

Vive la vaccination de routine ! Vive les enfants Malagasy !

Discours également publié à la page 7 de "La Gazette de la Grande île" du samedi 14 mars 2020

Midi Madagasikara0 partages

Entrepreneuriat : Un “Hackathon” à l’IFM Analakely

« Ville Durable, changer les villes pour changer de vie ». C’est le thème du “Hackathon” qui s’est tenu la semaine dernière, organisé par le programme Entrepreneuriat du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’ambassade de France à Madagascar. Durant l’événement, plus de 100 équipes de toutes les universités publiques et privées de la Grande Île se sont inscrites et ont travaillé sur des projets de programmation en mode collaboratif. Pour les provinces,  les équipes sélectionnées sont issues des universités d’Antsiranana, de Mahajanga, de Fianarantsoa, ainsi que celle d’ Ambositra. Pour la capitale : l’Université Catholique de Madagascar, l’ISCAM, l’Institut Supérieur Polytechnique de Madagascar (ISPM), l’Université d’Antananarivo  et  l’Institut Supérieur de Technologie d’Antananarivo étaient au rendez-vous. Selon les organisateurs, de nombreux lots ont été attribués aux plus performants, dont un séjour d’une semaine à La Réunion, tous frais payés, une année d’incubation à Zafi Tody, 2 mois de “coworking”

à NEXTA et bien d’autres lots.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Election présidentielle : « Les résultats ont été reconnus par tous » selon le PNUD

Le programme des nations unies pour le développement s’immisce pour essayer de temporiser le jeu politique. Il n’y a pas lieu de douter, selon le Pnud, sur les résultats de toutes les élections depuis 2018. 

Le programme des nations unies pour le développement vient à la rescousse de la commission électorale nationale indépendante et répond, à cet effet, à l’interpellation du « collectif des candidats lors de la présidentielle 2018 ». Selon un communiqué publié hier par cet organisme des nations unies, « les institutions issues du processus électoral ont été reconnues comme pleinement légitimes, grâce à l’implication et la maturité démocratique de tous les acteurs de la vie politique nationale ».  Une déclaration qui conforte celle de la commission électorale qui a failli risquer un naufrage après avoir été secouée par une vague de critiques virulentes d’une opposition déterminée à ébranler le processus électoral. La meute de Hery Rakotomanana a même, visiblement, du mal à désamorcer la crise qui a commencé après la déclaration incendiaire de son ex-vice-président, Thierry Rakotonarivo, sur l’existence des numéros identiques de carte nationale d’identité. 

Crédibilité. Le pnud veut réaffirmer le crédit qu’il a attribué aux élections organisées depuis 2018. Si le « collectif des candidats » dirigé par les deux anciens présidents Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina a estimé que « la communauté internationale a été berné en soutenant les élections depuis 2018 dont les résultats ne sont plus crédibles après la découverte des milliers de numéros identiques de carte nationale d’identité », le programme des nations unies, quant à lui, soutient que les élections depuis 2018 ont été, non seulement, « inclusives et transparentes », mais aussi, « les résultats ont été reconnus par tous » qu’il s’agit de la présidentielle, des législatives, des communales et des municipales. L’organisme laisse alors entendre qu’il n’y a aucun doute sur la crédibilité de ces élections et veut ainsi tuer dans l’œuf toute initiative qui tente de remettre en question le processus électoral qui a contribué « dans la longue marche et difficile marche vers le renforcement de la démocratie dans le pays ». 

Bilan. Le programme des nations unies, qui s’immisce dans la tempête qui frappe la commission électorale, estime aussi que sa position est bien fondée. Un atelier de bilan de toutes les élections, notamment la présidentielle, les législatives, les communales et municipales a été organisé, selon le pnud, en janvier dernier. Cet atelier a été initié par la commission électorale et la cour constitutionnelle avec l’appui du programme des nations unies pour le développement, a-t-on affirmé. Les différents acteurs du processus électoral y ont participé, selon toujours le pnud, notamment les tribunaux administratifs, les autres institutions et l’administration, les partis politiques, les parlementaires, les organisations de la société civile, les médias ainsi que les partenaires techniques et financiers. Cet atelier a développé, toujours selon cet organisme, un regard impartial sur l’expérience du cycle électoral 2017-2019 à l’issue des scrutins, en identifiant, non seulement, leurs points forts et bonnes pratiques, mais aussi les difficultés rencontrées et les limites des dispositifs opérationnel et normatif en place. 

Rija R. 

Midi Madagasikara0 partages

Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation : 5000 jeunes plants mis en terre par le personnel

Intégrer la dimension environnementale et la gestion du changement climatique dans l’administration locale ainsi que réaliser la vision « Madagascar recouverte de forêt » sont les défis écologiques que veulent relever le ministère de l’intérieur et de la décentralisation. Chaque année, le ministère et ses démembrements s’engagent à planter des arbres pour progresser dans cette direction. Pour cette année 2020, 5000 jeunes plants d’olive et d’acacia ont été mis en terre, hier,  par le personnel de tous les services centraux de ce département, dans le fokontany Ambohimahavelona, commune rurale de Talata Volonondry, district Avaradrano. « Nous nous engageons aussi à faire le suivi de toutes nos zones reboisées » a indiqué Tianarivelo Razafimahefa, ministre de l’intérieur et de la décentralisation. Les préfectures, districts, régions ainsi que les communes ont aussi participé activement à cette campagne de reboisement suivant un calendrier bien défini par chaque service excentrique du ministère et par toutes les collectivités.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana « cash point » eto an-drenivohitra : Lehilahy iray voasambotra teny Ambohimanarina

Mbola tratra teny amin’ity lehilahy iray voarohirohy amin’ny fanafihana ireny toerana fakàna sy fandefasana vola ireny ny vola marobe, niaraka tamin’ny entana sarobidy isan-karazany mbola vaovao avokoa. Ny alakamisy hariva teo izy ity no voasambotra rehefa nisy ny fanadihadiana nataon’ny pôlisy.

Tamin’ny alalan’ny angom-baovao isan-karazany azo teo anivon’ny polisy avy ao amin’ny CUI (compagnie urbaine d’intervention) etsy Tsaralalàna, niaraka tamin’ny pôlisy misahana ny heloka bevava etsy Anosy no nahafantarana ny fisian’ny lehilahy iray ahiahiana ho isan’ireo nandray anjara tamin’ireo fanafihana « cash point » maro teto an-drenivohitra, eny amin’iny faritra Ambohimanarina iny. Niroso avy hatrany tamin’ny fidinana teny ifotony ireo pôlisy ary niezaka nanara-maso  ity lehilahy. Ny alakamisy lasa teo, tokony ho tamin’ny telo ora tolakandro tany ho any no nosamborina teny an-toerana ilay lehilahy. Nambaran’ny Lehiben’ny kaomisaria foibe etsy Tsaralalàna fa mbola tratra tany amin’ity farany ny vola misimisy ihany. Nahitàna entana sarobidy isan-karazany, izay ny sasany amin’izy ireo dia mbola vaovao vao novidiana vao haingana ihany koa tao an-tokantranony. Nentina natao famotorana avy hatrany moa ity farany ary ho fantatra tsy ho ela ihany ny vokatr’izay. « Mbola misy ny namany hafa, hoy ny fanazavàna azo, ary efa eo an-dalam-pikarohana izany izahay ». Heverina mantsy fa tsy olona iray na roa fotsiny no tao ambadik’ireny fanafihana misesisesy ireny fa mety ho tambajotran-jiolahy matanjaka mihitsy.

Marihana fa manoloana ny firongatry ny fanafihana mitam-piadiana eto an-drenivohitra ity ary nahalasibatra ireny toerana fandefasana sy fametrahana vola ireny, na ilay fantatra amin’ny anarana mahazatra hoe « cash point » dia efa nametraka paik’ady matotra ny eo anivon’ny pôlisim-pirenena. « Saika mandeha kodiaran-droa avokoa izy ireo, hoy ny fanazavàna nentin’ny Lehiben’ny kaomisaria foibe etsy Tsaralalàna. Ao ireo manafika ankitsirano ireo toeram-ponenan’ny tompon’izany « cash point » izany, ao ireo miandry kendry tohana ka na manafika ilay mpandraharaha ao anatin’ny ora fivoahany na firavàny. Eo anatrehan’ireny dia iaraha-mahalala fa efa misy ny hetsika atao eto anivon’ny pôlisim-pirenena, indrindra fa ny eto an-drenivohitra tamin’ny alalan’ny fanangonam-baovao sy ny fisafoana na andro na alina. Ary dia izao ahazoana vokatra izao. Tsy mitsahatra fa mbola mitohy hatrany izany », hoy hatrany ny fanavazàna azo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimangakely : Mpanampy an-trano voarohirohy tamina resaka fanafihana mitam-piadiana

Tsy nahatanteraka ny asa ratsiny ireo jiolahy raha nikasa ny hanafika tokantrano iray teny amin’iny faritra Ambohimangakely iny. Nalaky tonga mantsy ireo mpitandro filaminana. Lehilahy iray no voasambotra raha voarohirohy niaraka taminy kosa ny vehivavy iray izay fantatra, raha ny angom-baovao azo, fa mpanampy an-trano tao amin’io tokantrano iray saika niharan’ny fanafihana io.

Ny alin’ny alarobia hifoha alakamisy teo no nitrangan’ity fanafihana tsy tanteraka ity tao amin’ny tokantrano iray tetsy Betsizaraina Ambohimangakely. Raha teo am-panaovana amboletra hiditra an’ilay tokantrano mihitsy ny olon-dratsy no nampandre haingana ny pôlisy misahana ny heloka bevava ny tompon-trano. Tetsy an-danin’izay ihany koa nahazo fampandrenesena ireo zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Ambohimangakely. Naheno izany moa ireo olon-dratsy dia nirifitra nitsoaka tsy nahatanteraka akory ny zava-dratsy saika nokasain’izy ireo hatao. Raha ny angom-baovao azo moa dia nifanenjehina mihitsy ireo olon-dratsy izay niarahan’ireo mpitandro filaminana nisalahy. Tsy lasa lavitra dia voasambotra ny iray. Fantatra kosa fa toa hoe nosamborina niaraka taminy ihany koa ny vehivavy iray izay voalaza fa mpiray tsikombakomba tamin’ireo mpanafika. Mbola ao anatin’ny fanadihadiana azy ireo tanteraka moa ireo mpitandro filaminana amin’izao fotoana izao ary efa mandeha ihany koa ny fikarohana izay olona mety ho naman’izy ireo. Marihana fa ny pôlisy no tonga aloha teny an-toerana ary izy ireo no nandray an-tanana ny raharaha raha ny loharanom-baovao azo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Mahamsina : Un mort dans une collision entre un camion et une 4X4

Encore un excès de vitesse. En forte détonation a réveillé les habitants de Mahamasina la nuit du jeudi au vendredi dernier. Cela s’est passé vers 1 heure 15 quand une voiture Hyundai Terracan est entrée en collision avec un camion sur la rue passant près du gymnase couvert de Mahamana. Selon des témoins, c’est tout à fait normal si le choc entre les deux véhicules a provoqué une forte détonation. Cela a été  prouvé par l’importance des préjudices enregistrés. Un homme a été tué sur le coup, deux autres ont été blessés. En réalité cette véritable catacombe a eu lieu suite à l’imprudence du chauffeur de la 4X4.

Excès de vitesse. Selon les explications des témoins, le camion concerné était stationné devant le parking en face du gymnase couvert de Mahamasina quand la Terracan l’a percuté par derrière après avoir raté un virage menant à cet endroit. Le pire est qu’un homme des 21 ans qui se trouvait derrière a été également fauché par la 4X4. Coincé entre les deux véhicules, il a été tué sur le coup. Selon les explications, la victime était en train de décharger le camion quand l’accident s’est produit. Quant à la Terracan qui avait deux personnes à bord, elle a fini sa course sous le camion. Grièvement blessés, ses occupants ont été évacués d’urgence à l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona. Encastré entre les deux véhicules, le corps mutilé de la victime n’a été extirpé des décombres que le matin. Cela était grâce à l’intervention des éléments des sapeurs-pompiers de la commune urbaine d’Antananarivo. Ces derniers qui ont été obligés de nettoyer les lieux qui étaient couverts de sang. Ceux qui ont déjà fréquenté ce quartier connaissent que cet axe en provenance de l’ex-Ecole normale de Mahamasina pour rejoindre le collège Sainte Famille est très dangereux. Le pire est d’entendre, et cela reste à vérifier, le chauffard qui a causé cet accident était  sous l’emprise de l’alcool. Encore sous contrôle médicale, celui-ci devra être enquêté par la police dès sa sortie de l’Hôpital.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : Le point de vue de Jean-Daniel Chaoui, conseiller consulaire des Français de Madagascar

Midi Madagascar (MM) Le président français Emmanuel Macron s’est exprimé avant- hier soir, en direct, sur les chaînes françaises. Votre avis sur son allocution et plus largement sur la situation qui prévaut en France à propos de l’épidémie de coronavirus.

Jean-Daniel Chaoui (JDC) : J’ai apprécié l’intervention d’Emmanuel Macron. Il a trouvé le ton juste en appelant au civisme et à la solidarité nationale, « la France unie, solidaire et non solitaire » selon ses mots. Il est important dans la difficulté de se rassembler pour faire front. Il a aussi insisté sur les mesures d’accompagnement sanitaires et sociales, « quoi qu’il en coûte » a-t-il répété à plusieurs reprises, pour centrer la priorité sur les gens, sauver des vies. C’est essentiel. La fermeture des crèches, des écoles et des universités est une mesure de bon sens. Le maintien de l’élection municipale en France est plus discutable, je crains une participation très faible pour ce premier tour.

MM : Donc, globalement, plutôt un bon point au gouvernement français pour la gestion de la crise jusqu’à présent ?

JDC : La réponse est oui. Il est toujours difficile de monter en puissance dans les mesures de restriction sans provoquer la panique. Cela a été plutôt bien fait jusqu’à présent. Un bémol cependant, en ce qui concerne  la session de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE) qui devrait avoir lieu la semaine prochaine,  du 16 au 20 mars,  et qui vient d’être annulée ce vendredi 13 mars. Cette indécision frise l’irresponsabilité de la part du ministre  en charge des Français de l’étranger. Fort heureusement, j’avais anticipé et pris la décision de ne pas participer à cette session de l’AFE.

MM : En ce qui concerne Madagascar, comment voyez-vous l’avenir proche de cette pandémie ?

JDC : Nous avons été épargnés jusqu’à présent, c’est une bonne chose, mais il est probable que nous serons aussi impactés dans les jours ou semaines qui viennent. La priorité des autorités françaises à Madagascar est la protection de la communauté française mais aussi l’aide et l’assistance sanitaire aux autorités malgaches. Nous serons tous concernés, le coronavirus ne choisit pas les nationalités. Les zones à risques dans le monde vont se multiplier, ce qui va rendre la gestion des personnes arrivant à Madagascar de plus en plus compliquée. Il faut, sur ce point, que les autorités malgaches demeurent  vigilantes pour limiter la contamination et puissent imposer un confinement rigoureux.

MM : La fermeture des frontières vous paraît-elle opportune pour le cas de  la Grande Île ?

JDC : C’est aux autorités malgaches d’en décider. Mais c’est une option possible pour se protéger. Je suis plutôt favorable à imposer un confinement aux voyageurs venant des zones à risques, sachant qu’aujourd’hui l’Europe, dont la France, est entrée dans cette définition.

MM : Votre vision à moyen terme de l’évolution de cette pandémie ?

JDC : Ce qui se passe actuellement en Chine et en Corée du Sud pousse à l’optimisme. On s’aperçoit que, passée un pic d’expansion, l’épidémie commence à décroître. Elle n’aurait donc pas vocation à s’installer et à perdurer. Mais cela représente un cycle de plusieurs mois qui déstabilise les pays et le commerce mondial et peut entraîner une crise économique. Le coût humain est aussi douloureux, nous dépassons aujourd’hui les 5000 victimes alors que nous n’avons pas atteint le pic de l’épidémie sur le plan mondial.

MM : Un dernier mot.

JDC : Pour paraphraser le président français, « Solidaire plutôt que solitaire », en France comme à Madagascar et entre nous.

Recueillis par P.R.

Midi Madagasikara0 partages

HCDDED : Sur la rotation des agents de l’Etat

Le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit (HCDDED) a fait un tour d’horizon des actualités nationales. En outre, Il a émis son avis sur la rotation des agents de l’Etat qui a eu lieu tous les cinq ans. Le HCDDED est partant, et, ce en vue de la bonne gouvernance. Toutefois, l’Etat devrait tenir compte des frais réels occasionnés par les affectations des agents de l’Etat. Pour en revenir aux affaires nationales,  cet organe a parlé du sénat, du coronavirus, des affaires Claudine Razaimamonjy et Mbola Rajaonah  et du cas de Thierry Rakotonarivo. Pour la Chambre haute, il estime qu’il s’avère nécessaire de procéder au contrôle des armements mais toutes les institutions ne devraient pas également y échapper. Quant au coronavirus, le pouvoir a pris des dispositions drastiques cela n’empêche pas toutefois, qu’il faudrait renforcer les informations au niveau des Fokontany et des régions. A propos des affaires Claudine Razaimamonjy et Mbola Rajaonah, portant notamment sur d’impôts impayés, justice devrait être faite si c’est prouvé, et ce, conforme à la loi. En plus, cela devrait respecter les procédures y afférentes. Pour ce qui est du cas de Thierry Rakotonarivo, le HCDDED juge qu’avant de procéder aux élections, la Ceni devrait rectifier les anomalies observées dans la liste électorale.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Grand Sud : 4 millions USD du PNUD et de la Russie pour des projets de développement rural

Financé par la Russie et le PNUD, ce projet pour le Grand Sud sera mis en œuvre par le ministère de l’Economie et des Finances.

Lancement, hier à l’hôtel Colbert du  projet en faveur du Développement des facteurs vitaux de production, eau et énergie dans le Grand Sud de Madagascar. Un événement qui a été présidé par le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato 

Signe de la confiance des partenaires techniques et financiers  vis-à-vis de  Madagascar, les financements pour le développement continuent de tomber.

Co-financé. Cette fois-ci, ce sont les régions Anosy, Androy et Atsimo Andrefana qui vont bénéficier d’un projet d’électrification  et de développement rural de grande envergure. En effet, le gouvernement malgache vient de bénéficier d’un appui du “Trust Fund for Development” (TFD), une collaboration entre la Fédération de Russie et le PNUD, pour la mise en œuvre d’un projet  dont l’objectif est  d’améliorer dans ces trois régions l’accès aux facteurs de production eau et énergie, de soutenir une production agricole durable et de promouvoir la mise en place de zones de transformation au niveau de six communautés rurales des régions concernées.  D’un montant total de 4 millions USD, ce projet est cofinancé par le PNUD et la Fédération de Russie à hauteur de 2 millions USD chacun. La mise en œuvre du projet revient   au ministère de l’Économie et des Finances pour une période de deux ans, de 2020 à 2021.

Département-clé. Le ministère de l’Economie et des Finances, un  département-clé de l’économie œuvrera  notamment  pour la mise en place de 4 mini centrales solaires d’une capacité de 100 KWc chacune et fournira 2000 kits photovoltaïques dans les localités les plus reculées. Il construira  également 10 infrastructures d’adduction d’eau potable et réhabilitera 10 infrastructures hydro-agricoles. La promotion d’activités économiques ne sera pas oubliée dans ce projet qui intégrera 3600 femmes et jeunes  pour la création d’activités génératrices de revenus. Par ailleurs, 1000 paysans bénéficieront d’un renforcement de leurs capacités en techniques modernes de production, de transformation et de commercialisation de leurs produits et seront appuyés pour l’acquisition de matériels et d’intrants. Le projet prévoit également la mise en place de deux zones de transformation économiques intégrées aux centrales solaires, afin d’appuyer les petites et moyennes entreprises spécialisées dans le secteur rural. Notamment pour les  produits agricoles, de pêche ou d’élevage.

Partenaires. Pour sa mise en œuvre, ce projet implique différents  partenaires  dont le ministère de l’Énergie et des Hydrocarbures, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, le ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène, le ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, les ONG locales, le secteur privé, les autorités locales, les établissements publics comme ADER, ORE. Le  représentant résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Mme Marie Dimond et Stanislav Akhmedov,  l’Ambassadeur de la Fédération de la Russie à Madagascar ont également assisté à cette cérémonie de lancement.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme-Ligue Bongolava : La course « Rodobe » en guise d’ouverture

Comme chaque année, la ligue d’athlétisme de Bongolava ouvrira la saison avec la course dénommée « Rodobe ». L’événement aura lieu autour de la ville de Tsiroanomandidy le samedi 21 mars 2020. Pour cette 24e édition,  deux épreuves seront au programme, à savoir la course de  renouveau et le relais pédestre. Il y aura également la zumba et les diverses animations durant la demi-journée. Les inscriptions sont gratuites, cependant tout le monde est invité  à participer. La course prendra départ devant l’hôtel de Ville  à 7h.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : une prise de décision bien pesée 

Le pouvoir est maintenant à la croisée des chemins. Il est confronté à une situation qui peut devenir très vite explosive. Il doit savoir prendre les bonnes décisions  avant que les esprits ne  s’échauffent. C’est donc pour ce faire que la réunion qui a eu lieu hier à Ambohitsorohitra a permis au chef de l’Etat et à son équipe de connaître toutes les alternatives. Les mesures qui vont être prises par le pouvoi,r, en connaissance de cause,, et une fois décidées,  devront être appliquées car elles auront été soupesées. Le président aura alors la lourde tâche de faire admettre leur bien fondé.

Coronavirus : une prise de décision bien pesée 

C’est une des situations les plus difficiles de ce début de quinquennat à laquelle le régime est confronté.  Il ne s’agit pas de mettre un terme à une querelle politique, mais il faut  prendre des décisions qui engagent l’avenir de toute la population malgache. On se rend compte donc aisément de l’importance de la réunion qui s’est tenue hier  autour du chef de l’Etat. Les avis de toutes les personnes ressources ont été requis.  L’OMS, trois ministres et un comité scientifique ont été consultés et ont apporté leur expertise sur la portée des mesures susceptibles d’être prises. Toutes les solutions ont été discutées et à la fin, le président de la République  prendra les décisions qui lui apparaîtront   les plus opportunes. Ces dernières risquent de  décevoir certains, mais elles ne devraient souffrir  d’aucune contestation . Dans un premier temps, le pouvoir avait fait savoir par ses différents canaux de communication que la fermeture des frontières paraissait inopportune car elle risquait de provoquer de nombreux dommages sur le plan économique. Les explications avaient été très nombreuses sur les mesures prises en matière de sécurité sanitaire. Mais le public n’a pas été entièrement convaincu et des voix se sont élevées pour demander la prise de mesures les plus radicales.   Le fait que l’épidémie se rapproche de plus en plus du pays a convaincu beaucoup de monde qu’il fallait sauter le pas, fermer les frontières et annuler tous les vols en provenance de l’extérieur. La balle est donc maintenant dans le camp  du pouvoir.  Les mesures qu’il prendra seront lourdes de conséquences.

Patrice RABE.

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : Des dictionnaires pour les élèves des écoles publiques

La gratuité de l’éducation sera effective à partir de la prochaine rentrée.

Le Chef de l’Etat a aussi fait une annonce relative à la gratuité effective de l’inscription dans les écoles publiques à partir de la prochaine rentrée scolaire.

Le régime avance dans la mise en œuvre du « velirano » numéro 4 qui consiste à fournir à tous les « zanaka malagasy » la chance d’accéder à une éducation de qualité. Hier, le Chef de l’Etat a assisté à la cérémonie de lancement officiel de la distribution de dictionnaires pour les élèves des EPP, CEG et lycées au niveau de la Région Analamanga. Il a été accompagné par son épouse Mialy Rajoelina durant cet évènement qui s’est tenu au Stade couvert de Mahamasina. Devant plusieurs élèves des différents établissements scolaires publics de la capitale, Andry Rajoelina a réitéré son engagement de relever le niveau de l’éducation des enfants Malagasy, en leurs fournissant des outils pédagogiques performants et modernes, nécessaires à leurs apprentissages. « Notre priorité est d’offrir une éducation de qualité à nos enfants pour qu’ils puissent disposer de bases solides pour leur avenir, garants de leur réussite », a-t-il soutenu. La distribution de ces « Rakibolana » rentre d’ailleurs dans le cadre de cet engagement présidentiel. Le Chef de l’Etat a aussi annoncé la distribution de tablettes numériques pour chaque élève des classes d’examens officiels.

« Velirano ». Mais l’évènement marquant de cette cérémonie était l’annonce fait par le président de la République relative à la gratuité effective de l’inscription dans les écoles publiques à partir de la prochaine rentrée scolaire. « L’Etat prendra en charge les droits d’entrée de tous les élèves afin d’alléger les charges des parents », a-t-il déclaré. Du côté du Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement technique, la ministre Rijasoa Iarintsambatra Andriamanana Josoa a déclaré que le recrutement des enseignants FRAM va se poursuivre pour qu’à la prochaine rentrée scolaire, les Raiamandreny n’auront plus à payer leurs salaires. Andry Rajoelina qui n’a également pas manqué lors de cette occasion, d’encourager les enseignants à prodiguer des enseignements de qualité aux « zanaka malagasy ». L’on constate en tout cas que parmi les « 13 velirano », le régime Rajoelina a choisi de prioriser les projets relatifs à l’éducation. Ce département est en train d’enclencher la vitesse supérieure. Pour ne citer que la réalisation de nombreux EPP et CEG « manara-penitra » à travers le pays, ou encore la construction de nouvelles universités dans les régions, entre autres, à Antsirabe, Morondava, Fénérive-Est et dans l’Itasy.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Lycée technique commercial d’Ampefiloha : Dotation de matériels informatiques au bénéfice des élèves

Le jeudi 12 mars 2020, une convention a été signée entre les Lions Clubs Antananarivo Salanitra et Tsiroanomandidy, le Leo Club Ivolanitra, l’association “Olom-pirenena Tompon’Andraikitra” (OPTA), et le point d’information et de formation utilisant les TIC (PIF TIC) au lycée technique commercial d’ Ampefiloha. Ce partenariat a pour but de mettre à la disposition de l’établissement des matériels informatiques, à savoir 170 ordinateurs, au bénéfice des élèves. 

A travers cette dotation, les différentes parties prenantes à cet accord souhaitent vulgariser les technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les établissements scolaires malgaches afin de renforcer les compétences à Madagascar. Et également, la vulgarisation de la pratique de la gestion participative, de l’autonomie, de l’entrepreneuriat ou bien la redevabilité sociale figurent également dans les objectifs de cette action. En outre, un « coaching métier » a été aussi donné aux élèves du lycée technique durant cette cérémonie de signature de convention pour une meilleure adéquation formation/emploi.

Enfin, selon la présidente du Lions Club Antananarivo Salanitra, Fanja Olivia Ranaivoarison, des actions similaires sont prévues dans d’autres établissements malgaches. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Androranga Toamasina : Mpanendaka efatra voasambotra niaraka tamin’ny basy

Ny alarobia 11 mars hariva raha namonjy ny tokantranony ity ramatoa iray nitondra moto scooter, dia nosakanan’ny telo lahy nitondra basy sy nitaingina moto scooter fotsy tao Androranga mihazo ny orinasa SKT sy HITA. Niezaka nitsoaka ihany ireto mpanendaka telo lahy ka ny roa tena tafatsoaka fa iray tratran’ny olona ka niharan’ny fitsaram-bahoaka, saingy tsy maty fa tonga ny polisy nisahana ny raharaha. Tafaverina tamin’ilay ramatoa avokoa ny fananany lasan’ireto jiolahy ireto satria mbola tao anatin’ilay moto nendahanin’ireto tovolahy mpanendaka ireto. Ny alin’ny alarobia io ihany dia nanomboka ny fikarohana ireo naman’ity tovolahy tratran’ny fokonolona ity, ka tratra tamin’izany ny roa lahy ary izy ireo indray no nanoro ilay tovolahy tsy ampy taona mpampanofa ilay basy amin’izy ireo ka izay no nahatonga ireto ekipa mpanendaka efatra tratran’ny polisy ireto. Raha ny fanazavana dia karazan’ireny basy fanairana ireny ity basy ity saingy mety hahafaty sy handratra ihany raha akaiky ireo mpampiasa azy mitifitra aminy. Efa samy niaiky ny asa fanendahana nataony sy fampanofana basy fanaony avokoa izy efa-dahy ireto izay mponina ao depot IVème Toamasiana. Omaly alakamisy tolakandro teo no niakatra fitsarana ny raharaha ka samy miandry fitsarana am-ponja vonjimaika avokoa ireto tovolahy efatra saron’ny polisy mpanendaka mitam-basy ireto.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme – Meeting du Grand Sud : Que la fête commence !

Les retrouvailles entre les athlètes en ce début de saison s’annoncent très chaudes à Toliara et surtout avec la température de 35°  dans la Cité du Soleil. 

C’est parti. La grande famille de l’athlétisme du Grand Sud du pays se donnera rendez-vous ce jour et demain à Toliara pour la première édition du Meeting Grand Sud. Tout le décor est là  pour offrir une meilleure compétition à tous les participants. Une compétition qui verra la participation de six ligues de l’axe sud du pays à savoir Vatovavy Fitovinany, Ihorombe, Anosy, Haute Matsiatra, Amoron’Imania, Atsimo-Andrefana et deux clubs d’Analamanga Cospn et Cosfa. Les athlètes participants issus des ligues invités sont déjà arrivés à Toliara. Plusieurs épreuves et courses sont programmées pour cette première édition; entre autres les 100m, 200m et 400m, 1500m et 5.000m. Et au concours, il y aura le lancer de poids et le saut en longueur. C’est dans les courses du 1500 m et les 10 km que les acharnements seront intenses. Au 1500 m, on attend au mano à mano entre Donné et Elysé et entre Jean Claude et Elysé au 10 km.  » Environ, 70 athlètes vont prendre part à cette compétition. Nous sommes très satisfaits de l’engouement des ligues participantes. Nous remercions tous ceux qui ont contribué à la bonne réalisation de cet évènement «  a déclaré, Lahimana Indépendance dit Depa, conseiller technique régional au sein de la ligue régionale Atsimo-Andrefana. Toutes les délégations d’athlètes seront hébergées à l’Ecole Normale.

 La présidente de la fédération malgache d’athlétisme, Norolalao Andriamahazo et le directeur technique national,Tsirimanantena Rakotomalala sont présents à Toliara pour cet événement fédérateur pour l’axe sud du pays. Demain, le coup d’envoi de la course de 5 km pour les dames et 10 km pour les hommes sera donné au Bamboo Hôtel à Mangily. « Nous venons de revenir de Mangily après l’étape de mesurage du parcours du Cross des sables. L’équipe technique est bien rodée et tout est prêt, on n’attend plus que le début des épreuves. Nous témoignons de notre reconnaissance  à la ligue d’Atsimo-Andrefana qui a organisé cet événement car les athlètes des régions, les six ligues concernées manquent de compétitions. En plus avec cette histoire de coronavirus, notre saison va être difficile, les compétitions internationales reportées, à cause de la suspension de sortie pour les athlètes malgaches. Heureusement qu’il y a encore quelques compétitions locales pour améliorer la forme des athlètes » a souligné, la présidente de la FMA.

T.H 

Midi Madagasikara0 partages

Météo : Une dépression tropicale à 213km au Nord-Est d’Antalaha

La localisation de la dépression, hier matin.

La perturbation cyclonique qui s’est formée au large de Sambava, la dixième de la saison, et suivie depuis quelques jours a maintenant évolué en dépression tropicale après une phase d’intensification. Selon les informations fournies par Météo Madagascar, hier matin, elle se trouvait à 213km au Nord-Est d’Antalaha et se déplace direction Ouest-Nord-Ouest à une vitesse de 18km/h. Cette dépression tropicale de 140km de diamètre n’a pas encore atteint le stade de baptême. Pour le moment, elle est accompagnée d’un vent moyen de 55km/h avec des rafales de 75km/h.  On s’attend à ce qu’elle continue à s’intensifier dans les trois prochains jours et atteigne, dans ce cas, le stade de tempête tropicale. Selon toujours Météo Madagascar, une trajectoire orientée vers les îles Mascareignes est prévue à compter de cet après-midi. Auquel cas, Madagascar serait à l’abri d’un danger potentiel. Toutefois, les sorties en mer entre Sambava et Brickaville sont déconseillées en raison des vents forts qui pourraient persister. Pour l’instant et à ce stade, il n’y a pas d’alerte cyclonique pour Madagascar. L’évolution du système reste, cependant, suivie de près par les prévisionnistes de Météo Madagascar.

Hanitra R.  

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : un contrôle qui risque d’échapper au pouvoir

La pression sur le gouvernement se fait de plus en plus forte.  Alors que La Réunion connaît ses cinq  premiers cas de maladies du coronavirus, une partie de l’opinion réclame la fermeture des frontières de la Grande Île. Elle s’aperçoit que l’épidémie est à ses  portes. Les nouvelles venant de l’extérieur incitent à cette tentation de mesures radicales. L’Italie a été la première nation européenne à mettre sa population  en isolement, la France  a décidé de passer à  une  étape moins dramatique, mais le plan de prévention  est passé à un stade avancé. L’Allemagne a commencé à établir des contrôles à ses frontières. D’autres pays refusent l’entrée  de ressortissants étrangers : l’Inde, le Vietnam, Israël, l’Arabie Saoudite, la Mongolie et le Népal refusent d’accorder un visa aux Français. La liste de ceux qui sont touchés par les restrictions n’est pas exhaustive. La réaction de Donald Trump qui a ordonné  la suspension des vols en provenance de l’Europe  ne fait qu’ajouter à la confusion  sur le  plan international. Dans ce contexte, les appels à la prise de décisions encore plus drastiques à Madagascar se  comprennent et  la temporisation des pouvoirs publics ne fait qu’irriter ceux qui craignent le déclenchement d’une épidémie. Le chef de l’Etat, Andry Rajoelina,  à l’exemple d’Emmanuel  Macron , va donc tenter demain soir  d’éclairer l’opinion sur  la situation actuelle. Il s’agit pour lui de calmer les inquiétudes et de prendre les bonnes décisions. Cela éclipse totalement le feuilleton de la crise de la  CENI qui semble s’être terminée sans trop de problèmes avec  la démission de son vice-président. Celui par qui le scandale est arrivé a préféré jouer le rôle de fusible pour ne pas gêner les autres membres de la commission. Tout aussi rocambolesque est l’attitude des sénateurs HVM qui ont   voté une motion de rejet de trois lois présentées à la Chambre haute, provoquant l’ire des partisans du régime. Mais tout est rentré dans l’ordre à l’Assemblée nationale où elles ont été adoptées sans problème.

Sur le plan international, c’est bien sûr l’épidémie du COVID 19 qui domine l’actualité. Comme nous l’avons dit, tous les pays se prémunissent en adoptant des mesures très sévères et très restrictives. Les conséquences sur le plan social et économique commencent à se faire  sentir  dans les pays touchés par cette crise. La Chine, quant à elle, commence à se remettre de sa longue épreuve.

Le conflit  entre la Syrie et la Turquie s’est quelque peu apaisé.  Le calme est revenu sur le front, mais les deux armées qui se font face restent sur le pied de guerre. Des entretiens ont eu lieu entre les présidents Erdogan et Poutine et un accord semble avoir été trouvé pour l’établissement  d’un cessez-le-feu.

La France vit à l’heure de l’épidémie du coronavirus. La situation est jugée très grave. L’intervention du président Macron faite avant-hier soir a permis d’appréhender les risques que la population française encourt. Les mesures d’isolement ont commencé à être appliquées, les grands rassemblements sont  interdits, les manifestations sportives sont suspendues  et les établissements scolaires sont fermés jusqu’à nouvel ordre.

La crainte du coronavirus commence à gagner une partie des Malgaches. Et elle risque de provoquer des troubles si ces derniers ne sont pas très vite rassurés. Le pouvoir, pour le moment, fait preuve d’un attentisme,  qui ne calme pas cette peur en train de se répandre. Les jours à venir vont être décisifs et vont permettre de savoir comment le pouvoir va gérer une situation de  plus en plus délétère.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Agenda culturel : No comment Bar

Tsiky  se dévoile. Un an après le lancement de sa carrière, Tsiky Kely investira le “No Comment bar” ce soir. Entre les  clips et les titres en préparation, elle se dévoile au public avec un concert latino-reggae. Interprète, guitariste, auteure et  compositeur, cette passionnée de musique dès son plus jeune âge a fait ses premiers pas en public dans des télé crochets en 2013. Si elle s’est fait surtout connaître avec la reprise de « Marinah » de Mad Max, la jeune femme a déjà trois singles à son actif. « Aza avelanao »  sonne comme du reggae tandis que  « Mifona » verse plutôt dans le latino. Récemment, elle a sorti un slow pop baptisé « Ts’isy ahasolo ». Tsiky compte apporter un nouveau souffle dans le milieu. A voir de près

“Bonara Be” “Ambiance Rotsaka” avec Din Rotsaka

Il est le maître de l’ambiance Rotsaka! Avec ses titres aux rythmes effrénés, Din Rotsaka fera danser les noctambules au “Bonara Be” 67ha, ce soir. Pour cet ambassadeur du « salegy motro», le répertoire tournera autour des « Safia » et « Maman’i Dolorès » pour le bonheur de ses inconditionnels. Une soirée de folie, doublée d’ambiance torride pointe déjà à l’horizon.

Glacier : Neuf chanteurs à l’affiche

Point de silence au Glacier ce soir. Neuf chanteurs se relaieront sur la petite scène. Les plus connues, Ange-Lah et Sylange “kilalaky”. Il y aura également Saina, Sahala, Papouzy, Adrien, Nanah et Loïc. De quoi faire frémir les habitués des lieux. Entre le “kilalaky”, le “mangaliba”, le “banaiky” et tant d’autres styles, le cœur y sera, tout comme les déhanchés et les prouesses de ces dames en matière de danse.  Une occasion de revoir les noctambules avides de rythme en enchaînement.

Tranovato Andafiavaratra : Gala évangélique avec Rojo ny Avo

IL y a deux ans, Rojo ny Avo s’est lancé dans la musique évangélique et depuis, il ne s’arrête plus. Demain après-midi, c’est au Tranovato Andafiavaratra que l’interprète de « Vita Sedra » donnera un concert. Bien connu dans le milieu pour ses multiples duos, comme  « Ianao foana no hiraiko », « Mbola ao Jesoa », « Tsy nafoinao ho rendrika », il chantera ses propres morceaux. Musicalité et spiritualité y seront de mise.

Palais des sports : Njakatiana et Poopy au diapason

L’un comme l’autre sont de grosses pointures de la musique de variété malgache. A eux deux, Njakatiana et Poopy forment un duo apprécié par le grand public. Et ce rendez-vous de demain fait certainement partie des spectacles  tant attendus. Un moment de détente salutaire entre les psychoses dues au coronavirus et la conjoncture actuelle est de mise.

M.R/I.H/Z.T

Midi Madagasikara0 partages

Fiscalité locale : Convention entre la DGI et six communes

La Direction Générale des Impôts multiplie les initiatives pour l’amélioration de recouvrement des recettes publiques. Une convention relative à la fiscalité locale  a été signée hier entre elle et six communes.  Cet accord qui est dans sa deuxième  phase est destiné à mieux gérer les impôts locaux dont l’Impôt Foncier sur les Propriétés Bâties, l’Impôt Foncier sur les Terrains ainsi que l’Impôt Synthétique.

Financé par la coopération Allemande GIZ, cette convention entre dans le cadre  du Projet de Développement Communal Inclusif et de Décentralisation. L’un des objectifs fixés par le projet consiste notamment à renforcer les initiatives pour faire entrer  les entreprises dans le secteur formel. C’est dans cette perspective, d’ailleurs, que la DGI a réalisé des efforts pour la mise en place de Services des Ressources Locales qui ont de liens directs avec les communes partenaires. Un guide de gestion des ressources fiscales des collectivités territoriales décentralisées est mis à la disposition des communes pour faciliter leur travail.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Commerce : Des quincailliers récompensés par Holcim Madagascar

La remise des lots s’est tenue hier à l’hôtel Le Pavé.

Dans le cadre de son programme « Holcim Mizara »,  l’industrie de production de matériaux de construction à Madagascar, a récompensé les quincailliers qui font la promotion du ciment « Vita Malagasy ».

Ainsi, durant trois mois, soit du 16 octobre au 16 janvier 2020, ils ont été sollicités à mettre en avant ce produit fabriqué localement. Plus de 500 quincailliers y ont participé. Divers lots ont été attribués par Holcim Madagascar à ceux qui ont atteint 60 points de fidélité et plus. Parmi lesquels, on peut citer, entre autres, des scooters, des écrans plats, des tables à manger, des réfrigérateurs, des Smartphones, des multi cuiseurs, des mini fours, des bons d’achats et des crédits téléphoniques. En revanche, deux quincailliers ont gagné le gros lot. Comme récompense, Holcim Madagascar leur a offert un voyage tous frais payés à l’île Maurice. La remise des lots s’est tenue hier à l’hôtel Le Pavé à Antaninarenina.

Deux usines. Il faut savoir qu’un point de fidélité correspond à une tonne de ciment acheté directement chez Holcim ou au niveau de ses distributeurs agréés. Et la valeur minimale des lots est de 100 000 ariary. Cette entreprise qui produit et commercialise des matériaux de production entend mettre en œuvre ce programme tous les ans afin de soutenir les quincailliers dans la promotion du « Vita Malagasy ». Notons que Holcim dispose actuellement de deux usines. La première usine dite intégrée est sise à Ibity Antsirabe tandis que la seconde usine se trouve à Toamasina. Il produit notamment des ciments correspondant aux différents besoins de construction. On peut citer, entre autres, les types de ciments pour les enduits, la pose de carreaux et les maisons à un étage ou bien pour le béton et les constructions d’un immeuble pouvant avoir jusqu’à six étages. Il y a également d’autres types de ciments destinés pour les gros œuvres ou pour le parpaing.

Navalona R.  

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque- Coupe de Madagascar : Rendez-vous à Imerintsiatosika

La Coupe de Madagascar de pétanque aura lieu ce jour à partir de 10h au boulodrome du CB MAMA, à Imerintsiatosika.

Une première organisation majeure pour la FSBM qui se saisit de cette occasion pour rameuter tout le monde à régulariser la situation au point de vue licence.

Et quand on dit tout le monde, cela implique les seniors, hommes et dames, mais également les vétérans qui ne peuvent plus participer aux compétitions officielles sans le précieux sésame.

Une logique indiscutable en fait. Mais une logique qui n’est pas suivie à fond par cette frange qui se sert de la pétanque comme un sport de loisirs ou mieux d’entretien comme l’écrasante majorité des vétérans. Le club VESPA de Tana qui vient d’élire un nouveau bureau en sait d’ailleurs plus sur ce sujet.

En attendant, place à cette coupe de Madagascar qui verra des triplettes masculines et féminines mais aussi des doublettes vétérans.

A noter qu’en sus des trophées, les vainqueurs chez les hommes recevront une prime de 1,5 millions d’ariary. Quant aux triplettes dames et les vétérans, leurs primes seront déduites des droits de participation.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Coopération Inde-Madagascar : 6000 tonnes de riz aux victimes de l’inondation

L’Inde a octroyé 6000 tonnes de riz aux victimes de l’inondation.

Le Ministre des Affaires étrangères, Tehindrazanarivelo Liva, et l’ambassadeur de l’Inde, Abhay Kumar, ont effectué, le jeudi 12 mars 2020, un déplacement dans la ville d’Antsiranana. A cette occasion, au nom de l’Etat malgache, le Ministre a réceptionné 600 tonnes de riz destinées aux victimes des inondations de Madagascar. Le navire de guerre indien INS SHARDUL avait transporté ces dons. Ce soutien entre dans le cadre du renforcement de la coopération entre les deux pays, d’une part, et, d’ autre part, de la volonté de l’Inde de soutenir les efforts du gouvernement malgache dans l’amélioration des conditions de vie de la population. Il sied de rappeler que le mois dernier, l’Inde avait envoyé le navire INS Airavat pour apporter du matériel de secours aux victimes des inondations et ce, afin de témoigner de sa solidarité envers le peuple malgache.

Escale. De son côté, le ministre des Affaires étrangères a notamment déclaré :« Je suis ravi d’être parmi vous aujourd’hui à l’occasion de l’escale de ce navire de la marine indienne à Antsiranana. Au nom du gouvernement malgache, de l’Etat-major général de l’armée malgache et en particulier des forces navales malgaches, je vous souhaite la bienvenue à tous, au commandant et à tout l’équipage du « INS SHARDUL » qui se trouve aujourd’hui dans le port de cette ville d’Antsiranana».

Recueillis par Dominique R.