Les actualités Malgaches du Mercredi 14 Mars 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara162 partages

Concilier développement personnel et développement de compétences Interview d’un professionnel

Angelin Rafidisaonina.

Nous avons rencontré Rafidisaonina Marius Angelin, entrepreneur et fondateur de « SEEDS Learn and Share » qui vise à fournir aux Malgaches, notamment les jeunes, les outils nécessaires de développement personnel, afin de faire éclore et exploiter à bon escient leurs compétences. Interview.

 Midi Madagasikara (M.M) : Pourquoi offrir des formations en développement personnel ?

Angelin Rafidisaonina : Je suis parti du constat que de telles formations sont nécessaires dans la Grande île pour contribuer à l’émergence de jeunes adultes épanouis, compétents et capables de mettre en œuvre leur vision. Pour inverser un peu la tendance et les préjugés selon lesquels, les jeunes malgaches sont à la traine dans le marché du travail. Cela est en effet en rapport étroit avec un développement personnel lacunaire. Pourtant, ce sont certains éléments de la Culture malgache elle-même qui impactent sur le mode d’éducation reçu par les enfants, qui ne favorisent pas le développement personnel des enfants et leur imputent la liberté d’expression, pourtant essentielle dans la formation d’une personnalité épanouie.

M.M : Présentez-nous donc en quelques mots votre démarche conceptuelle.

A.R : Par le biais d’ateliers, de conférences, de formations modulaires, ou encore d’évènements alternatifs comme le camping, j’essaie de mettre en œuvre mon concept qui est un peu en marge, voire à l’opposé de ce qui se passe en matière de formation en développement personnel à Madagascar. Effectivement, actuellement nous avons tendance à confondre le développement de compétences (organisation du temps, gestion du changement, prise de parole en public, etc.) avec le développement personnel. Alors qu’en réalité, ce dernier est le pré-requis indispensable au développement de compétences. Autrement dit, ma démarche vise à développer la personne en soi, pour qu’elle s’efforce même de développer ses compétences.

 M.M : Comment en êtes-vous arrivé là ?

A.R : Après des études à l’ISCAM, grâce à l’initiative et au soutien de personnes proches et inspirantes-que je remercie-je me suis orienté à six ans de recherches (et d’observations) axées sur le développement personnel. J’ai ensuite eu la chance de tisser un réseau important de relations précieuses et de collaborations fructueuses. Comme cette conférence de Nadine Beaupré, à laquelle j’ai eu la chance d’assister, et qui m’a inspiré l’intitulé « Learn and Share » (apprendre et partager). Un concept représenté par deux totems : la graine de tournesol et la coquille St-Jacques (se référer au pèlerinage de Compostelle). L’être humain est donc comme une graine de tournesol qui prend de l’ampleur à travers le partage.

M.M : Vos projets ?

A.R : Je suis en train de concocter une multitude de projets pour revoir à la hausse, le niveau de mes prestations et interventions, mais je prends le temps de les mûrir ! L’échéance la plus proche est cependant ma participation en tant qu’exposant à la foire Asia Enjoy du 22 au 25 mars, à la Zone Forello Tanjombato.

Propos recueillis par Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara147 partages

Limogeage du PGCS : Le décret présidentiel annulé par le Conseil d’Etat

Ranary Rakotonavalona Robertson avec ses deux avocats devant la presse hier à Anosy.

Le Conseil d’Etat a annulé hier le décret présidentiel limogeant Ranary Rakotonavalona Robertson.

Le Procureur Général près la Cour Suprême Ranary Rakotonavalona Robertson reste à sa place. C’est le résultat du verdict prononcé hier par le Conseil d’Etat sur le recours formulé par les avocats de celui qui a été limogé par un décret présidentiel lors du Conseil des Ministres du 28 février 2018. « Il n’y a pas de vainqueur, ni de vaincu. C’est le droit qui  a triomphé. C’est une grande avancée de l’Etat de droit à Madagascar. », a réagi Ranary Rakotonavalona Robertson devant la presse hier à son bureau à Anosy. Le 5 mars 2018, les deux avocats de Ranary Rakotonavalona Robertson, Me Rakotoarisoa Ferdinand et Me Iariravaka Ramanandraibe, ont déposé deux requêtes auprès du Conseil d’Etat pour demander le sursis à exécution, et l’annulation du décret abrogeant le décret n°2012-160 du 1er février 2012 portant nomination du Procureur Général  près la Cour Suprême. « Le principe du parallélisme de forme a été violé. Le fait d’avoir pris cette décision sans avoir consulté au préalable le Conseil Supérieur de la Magistrature est illégal. », ont dénoncé les deux avocats de Ranary Rakotonavalona Robertson.

Après consultation.  Au moment où ils ont déposé leurs requêtes auprès du Conseil d’Etat, les deux avocats de Ranary Rakotonavalona Robertson ont rappelé l’article 16 de la Loi n° 2007-039 du 14 janvier 2008 relative au Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) qui dispose : « Le Premier Président et le Procureur Général de la Cour Suprême sont nommés par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du ministre de la Justice, après consultation du Conseil Supérieur de la Magistrature. » « Ces dispositions légales  n’ont pas été respectées pour le cas de Ranary Rakotonavalona Robertson. Son limogeage ne relève pas du pouvoir discrétionnaire du Président de la République. », ont-ils fustigé. En tout cas, le Procureur Général près la Cour Suprême réintègre son poste à Anosy. Une réintégration qui ne devrait pas poser de problème, étant donné que le régime n’a pas encore procédé à la nomination de son successeur.

R. Eugène

Midi Madagasikara126 partages

Ifanadiana : Un village entier brûlé par des « dahalo »

Dimanche 11 mars, des « dahalo » lourdement armés ont attaqué le village d’Ambohimiera, dans le district d’Ifanadiana. Durant leur passage, ils ont dépouillé les habitants qui n’ont pu rien faire. Avant de partir, ils ont brulé le village tout entier. Face à cette situation, le député élu dans le district d’Ifanadiana veut attirer l’attention de l’Exécutif à prendre en considération le cas de la population victime. Ce parlementaire déplore la recrudescence de l’insécurité dans sa circonscription d’origine qui  risque de devenir une zone rouge. En effet, il souhaite le renforcement en nombre des éléments des forces de l’ordre dans la localité.

Midi Madagasikara75 partages

Tsimialonjafy Mahamasina : Tomponandraikitra ambony amina ministera, maty voatsatoka antsy

Rangahy, mitana andraikitra ambony amina ministera iray no namoy ny ainy, vokatry ny tsindrona antsy izay nahazo azy, teny Tsimialonjafy Mahamasina ny faran’ny herinandro lasa teo. Araka ny fanazavana azo tamin’ny tomponandraikitry ny filaminana misahana iny faritra iny dia alin’ny zoma hifoha sabotsy  lasa teo ny tenany no niharan’ny fanendahana izay nataona andian’olona, raha iny izy handeha hamonjy fodiana iny. Ny andro rahateo alina ka mora tamin’ireo olon-dratsy no namely azy. Ary angamba, efa nandrasan’ireto olon-dratsy ireto mihitsy ity rangahy ity. Araka ny fitantaran’ireo mponina mantsy dia iny izy handeha hiditra ny vavahadiny iny mihitsy ity farany no noleran’ireo olon-dratsy tamin’ny antsy. Taorian’io, rehefa lavo ity lasibatra dia lasa nitsoaka izy ireo, niaraka tamin’ny zavatra sarobidy izay nendahin’izy ireo teny aminy. Naratra mafy ity tomponandraikitra ambony ity tamin’io fotoana io saingy mbola afaka niantso vonjy. Nentina namonjy toeram-pitsaboana haingana izy tamin’izay ary nahazo fitsaboana. Andro vitsivitsy tato aoriana anefa, ny alatsinainy  teo dia tsy tana intsony ny ainy, noho ny halalin’ny ratra sy noho ilay zava-maranitra nahazo taova saro-pady.

Raha ny fanazavàna nomen’ireto tomponandraikitra filaminana hatrany dia isan’ireo toerana azo lazaina fa nilamina iny faritra Tsiamialonjafy iny teo aloha teo. Ary vao sambany tato anatin’ny fotoana maharitra izay no nisiana tranga toa izao. Nisy avy hatrany moa ny fepetra manokana noraisin’izy ireo taorian’ity tranga ity amin’ny fifehezana ny fandriampahelamana amin’iny faritra iny sy ny manodidina. Mazava ho azy fa efa mandeha ihany koa ny fikarohan’ireo izay nahavanon-doza araka ny fantatra hatrany.

m.L

Midi Madagasikara67 partages

Débat sur les lois électorales : « Sakoroka » à Tsimbazaza

Les agissements de certains parlementaires ne sont pas du tout dignes des représentants du peuple.

La tension monte d’un cran du côté de l’Assemblée nationale dans le cadre du processus d’adoption des lois organiques sur la Présidentielle et les législatives. La séance d’imprégnation prévue hier avec les membres du gouvernement s’est soldée par un « sakoroka » général. L’hémicycle était en effervescence, pourtant si l’on se réfère à l’ordre du jour, l’adoption des textes sur les élections n’aura lieu que le mardi 20 mars prochain. La présence à Tsimbazaza de tous les membres du gouvernement était à l’origine du désaccord. Conformément au règlement intérieur de la Chambre basse, les commissions plénières devraient se dérouler à huis clos. Lors des débats en commissions, il a été décidé que seuls le Premier ministre et non moins ministre de l’Intérieur, Olivier Mahafaly Solonandrasana et la ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine, sont invités à faire face aux parlementaires. Les députés élus sous la bannière du MAPAR et ceux du TIM sont ainsi montés au créneau pour dénoncer « un micmac du gouvernement et des parlementaires pro-régime ». A leur tour, ces députés ont ouvert la porte de l’hémicycle pour que les journalistes présents sur le lieu puissent eux aussi assister aux débats. Les Christine Razanamahasoa, Tinoka Roberto, Djaosera Irénée, Volahaingo Marie Thérèse, Jocelyne Rahelihanta et consorts estiment que la transparence est de mise dans la mesure où les textes sur les élections concernent l’ensemble de la population.

Irruption. Le ton est monté d’un cran entre députés. Le Vice-président de l’Assemblée nationale élu dans la Province d’Antsiranana, Mahazoasy Freddie qui a dirigé la séance à la place du président Jean Max Rakotomamonjy parti en mission à l’extérieur, semblait être dépassé par les évènements. L’intervention des éléments des forces de l’ordre qui ont fait irruption dans la salle de séances, à la demande du député Behavana Raveloarivonjy (Zoky Vonjy), n’a fait qu’attiser la tension. C’était insuffisante pour apaiser la colère des uns et des autres. Quoiqu’il en soit, ce qui s’est passé hier à Tsimbazaza, ternit davantage l’image de la Chambre basse déjà entachée par des soupçons de corruption. Les agissements de certains parlementaires ne sont pas du tout dignes des députés de Madagascar. A l’exemple de la députée d’Isandra, Rabetafika Roberthine qui a traité les journalistes présents à l’hémicycle de « puer des aisselles ». Pour calmer la situation, la séance a été suspendue et n’a repris que vers 16 heures. Cette fois-ci, les journalistes ont été autorisés à assister à la présentation du gouvernement dirigée par le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana. Ce jour, ce sera au tour des membres de la Société civile d’apporter leurs points de vue sur les lois électorales face aux députés.

Davis R

Midi Madagasikara65 partages

Nanisana : Telolahy nirongo basy nanafika tranombarotra, maty voatifitra ny tompon-trano

Nirefodrefotra ny basy teny amin’iny faritra Nanisana iny ny harivan’ ny alatsinainy teo. Tranombarotra iray teny an-toerana no lasibatry ny andian-jiolahy nirongo basy poleta. Vokany, voatifitra ny tompon-trano izay namoy ny ainy, rehefa tonga tany amin’iny toeram-pitsaboana. Lasan’ireo olon-dratsy kosa ny vola rehetra tao amin’ity tranombarotra ity, izay mbola tsy fantatra mazava ny totaliny, araka ny fanazavàna azo.

Tsy mifidy ora tokoa ireo jiolahy rehefa hanao ny asa ratsiny. Anisan’ireo faritra be olona mantsy iny Nanisana iny, indrindra moa tamin’ny ora izay nitrangan’ity fanafihana ity, izay tokony ho tamin’ny fito ora hariva teo. Fotoana ihany koa io mba hanararaotan’ireo mpivarotra hanentsemana ny tsy fisian’ny mpividy amin’ny antoandro. Tamin’io mihitsy anefa no tonga tao ireo andian-jiolahy, izay tsy nisaron-tava akory, araka ny fanazavana azo tamin’ireo tomponandraikitra misahana ny ilay toera-mpivarotana. Basy poleta no teny an-tanan’izy ireo nentiny nandrahona ny tao am-pivarotana, sy nitaky ny vola rehetra. Nentanin’ny fiarovan’ny fananany ny raim-pianakaviana tompon’ny tsena ka niezaka ny nanohitra ireto olon-dratsy. Nirefotra indray mandeha anefa ny basy ary nidaraboka itsy voalohany. Lavon’ny bala izay niditra teo amin’ny tratrany ary nivoaka tao amin’ny lamosiny ilay rangahy. Tamin’io no nanararaotra nibata ny vola rehetra tao anaty fitoerany ireo mpanafika ary nitsoaka nony avy eo.

Tao anatin’ny fotoana vitsy monja no nanaovan’ireto jiolahy ny asa ratsiny, ary vetivety foana dia nanjavona sy nafenin’ny alina ireo elakelan-trano maro teny an-toerana izy ireo. Nikoropaka namonjy ity naratra kosa ireo izay nahita ary niezaka nitondra azy haingana tany amin’iny toeram-pitsaboana. Indrisy anefa fa tapitra ny ainy vao tonga teny izy. Efa nampandrenesina ny pôlisy misahana iny faritra iny ary tonga teny an-toerana, nanao ny fikarohana sy ny savahao ny manodidina, hatramin’io alina io ka hatramin’ny andro omaly. Nanampy azy tamin’ny fanadihadiana moa ny sampan’ny pôlisy misahana ny heloka bevava etsy Anosy.

m.L

Midi Madagasikara62 partages

Madagascar – Banque Mondiale : 16 projets pour un montant de 838 millions de dollars

La réhabilitation du pont de Kamoro figure parmi les projets financés par la Banque Mondiale.

La Banque Mondiale figure parmi les bailleurs de fonds qui ont respecté leurs engagements lors de la conférence des bailleurs et des investisseurs à Paris en 2016.

Les relations entre la Banque Mondiale et Madagascar sont au beau fixe. C’est ce qui ressort, en tout cas, de la revue conjointe du portefeuille des projets financés par la Banque Mondiale, et qui se déroule depuis hier au siège de ce bailleur de fonds à Anosy.

Performance. Comme son nom l’indique, la réunion consiste à passer en revue tous les projets financés par la Banque Mondiale à Madagascar. Et ce, dans l’objectif d’en  améliorer la performance. Le portefeuille de la Banque Mondiale à Madagascar vient en appui au Plan National de Développement. Il comporte actuellement 16 projets d’un montant total de 838 millions de dollars dont près de 372 millions de dollars ont été déjà  décaissés « Ce sont des  projets élaborés par le gouvernement malgache »  a tenu à préciser le ministre de l’Economie et du Plan, le Général Herilanto Raveloarison.  Ce dernier n’a pas oublié de remercier la Banque Mondiale «  pour tous ses appuis marquant la conviction et l’espoir partagé pour Madagascar dans son processus de lutte contre la pauvreté, pour une résilience et un développement durable » Faut-il en  effet rappeler que, les projets financés par la Banque Mondiale concourent tous au développement du pays.

Résultats palpables. Des projets qui ont pour la plupart produit de résultats palpables. Pour ne citer entre autres, que la protection sociale  à travers les  transferts monétaires ,les filets sociaux productifs avec les projets Filets de Sécurité Sociaux (FSS)  et  Projet d’Urgence pour la Sécurité Alimentaire et la Protection Sociale (PURSAPS) avec près de 140 000 ménages bénéficiaires.  Ou encore l’accroissement de plus de 140% des recettes fiscales, l’augmentation moyenne de plus de 70% des revenus  des producteurs issus des cultures commerciales prioritaires grâce au projet Pôles Intégrés de Croissance et Corridor (PIC 2). Ainsi que le projet PUPIRV ; la réhabilitation des ponts et infrastructures de transport à Madagascar, dont notamment le pont métallique de Kamoro. La reconstruction de ce dernier a notamment permis d’éviter la coupure de la circulation entre la capitale et les régions productrices de l’Ouest et du Nord du pays.

Intégrité et efficacité. Et le  meilleur est encore à venir puisque, la revue de portefeuille qui voit la participation des représentants des ministères de tutelle et sectoriels concernés est aussi l’occasion de développer des recommandations et des pistes pour une meilleure gestion d’un plus grand impact des projets. Et bien évidemment les techniciens de la Banque Mondiale qui vont échanger avec les responsables malgaches. Sur ce point d’ailleurs, Coralie Gevers Country Manager de la Banque Mondiale à Madagascar a déclaré : « Il est essentiel pour la Banque Mondiale d’échanger avec la partie nationale sur la mise en œuvre des projets qu’elle finance afin que les populations bénéficiaires puissent pleinement profiter  des impacts de ces projets ». Elle a également ajouté : « Avec l’accroissement du soutien de la Banque Mondiale pour Madagascar, il est crucial que la mise en œuvre des projets se fasse par les autorités avec intégrité et efficacité, et que les objectifs de développement soient atteints ».

R.Edmond.

Midi Madagasikara60 partages

Union Européenne : Un million d’Euro pour éviter les conflits électoraux !

« C’est l’affaire de tous d’exiger un climat apaisé en période électorale ». Ce sont les propos de l’ambassadeur de l’Union Européenne à Madagascar, Antonio Benedito Sanchez, hier à l’hôtel Ibis Ankorondrano, en marge du lancement du programme Pev. Le Pev est un projet d’appui à la prévention de la gestion de conflits et violences potentiels liés aux élections à Madagascar. Financé par l’Union Européenne à travers l’Instrument contribuant à la Stabilité et à la Paix (IcSP) à hauteur d’un million d’euro, il dure 20 mois (de Janvier 2018 au mois d’Août 2019) et s’étend dans les six provinces. Mais l’Union Européenne craint-elle des élections sources de conflits et/ou de violences ? L’ambassadeur de répondre : « L’objectif est de voir des élections se tenir dans le respect des règles du jeu, c’est-à-dire dans la légalité, des élections transparentes et inclusives avec la participation active de tous et qui conduisent à un renforcement de la démocratie à Madagascar ».  

Etat des lieux. Lors du lancement du projet, l’état des lieux actuel n’a pas été omis. Ainsi, « la présence d’une violence psychologique et structurelle » est constatée. Cela veut dire, d’après les explications de Juvence Ramasy que « l’on vit dans un climat de peur, de terreur et d’intimidations » (c’est la violence psychologique) et que « des manipulations des lois électorales » sont à craindre (c’est la violence structurelle). Par rapport à ces points, ce ne sont pas les illustrations qui font défaut. Des manipulations constitutionnelles ou légales, des manœuvres dolosives pour éliminer tel ou tel candidat de la course à la magistrature suprême, par exemple, sont d’actualité. Ou encore, l’interdiction des simples rencontres politiques, des congrès nationaux, des assises régionales ou la célébration d’un anniversaire d’un parti. Tout cela porte atteinte à la stabilité et est susceptible de créer des troubles durant tout le processus  électoral.

Alertes précoces. C’est justement pour éviter ce genre de troubles ou violences que le projet Pev trouve toute son essence. D’après les explications de Lalaina Randriarimanana, coordonnatrice générale de Liberty 32, des bénévoles seront formés à partir de la semaine prochaine et c’est seulement après cette formation que ces derniers seront répartis dans tout Madagascar. « Ils auront à signaler les cas suspects. Par la suite, ils seront vérifiés à travers la radio ou par la société civile. S’ils sont fondés, ils seront placés sur le site web dédié pour cela pour que les individus puissent en être informés », indique-t-elle. Par ailleurs, des débats et des échanges entre les forces vives de la nation ainsi que les citoyens sont en gestation, et une série de dialogues entre les acteurs est également au rendez-vous. Notons que les principales cibles du projet Pev ne sont autres que les membres de la société civile, les médias, les forces de l’ordre et les diverses autorités électorales.

Aina Bovel

Midi Madagasikara46 partages

« Grande-Ile Guitares Talents » : Les cinq finalistes s’affronteront ce samedi !

Les finalistes de « Grande-Ile Guitares Talents ».

Place aux choses sérieuses ! Ce samedi 24 mars, les cinq finalistes du concours « Grande-Ile Guitares Talents » vont s’affronter sur la scène de l’Alliance française. Celui qui se sera démarqué et aura convaincu le jury, devient le lauréat de cette première édition et remporte la fameuse guitare Fender signée par l’unique Jimy Hendrix. Il gagnera également une tournée nationale. Avant cette grande finale, Anjara, Herisetra, Jaykee, Misaina et Tamby devront faire une prestation à l’Is’Art Galérie et au Kudéta Anosy. Ils seront évalués selon leur performance sur scène et leur capacité à improviser. Le panel du jury est composé de Marc Demelemester lui-même ainsi que d’un grand nom de la musique malgache, Edgard Ravahatra. Initié par le grand Marc Demelemester, qui n’est nul autre que le guitariste du regretté Johny Halliday, « Grande-Ile Guitares Talents» a été organisée dans le but de promouvoir la musique et la culture rock à Madagascar. Les inscriptions au concours ont été clôturées le mois d’août dernier. Une centaine de participants a été enregistrée lors des premières sélections.Mahetsaka

Midi Madagasikara46 partages

Concours à l’ENMG : Le Bianco hausse le ton

Cinq jours après la décision du ministère de la Justice de brûler les copies d’examen des candidats aux derniers concours d’entrée à l’ENMG (Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes), le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) hausse le ton. Il déplore « les conséquences de tels agissements, du fait que ces dossiers brûlés font partie des éléments d’enquêtes concernant les suspicions de corruption et infractions assimilées dans l’organisation desdits concours. » Le Bianco « regrette également que ces événements malheureux vont sûrement engendrer la perte de confiance des citoyens envers ces concours. »

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara39 partages

Patrick Raharimanana : 7 heures d’audition au Toby Ratsimandrava

L’audition de Patrick Raharimanana par la gendarmerie nationale hier,  au Toby Ratsimandrava a duré 7 heures d’horloge. La convocation du service des affaires criminelles et spéciales de la gendarmerie a porté notamment sur trois dossiers, à savoir, plainte du directeur de la maison de force de Tsiafahy, plainte de diffamation et diffusion de fausses nouvelles, sur un article du décès d’un maire à Matsiatra Ambony, publié en juin 2017 et un commentaire qui lui a été attribué sur une publication d’un autre facebooker en 2016.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara33 partages

SOS santé : A juste 9 ans, Johanna souffre d’un cancer des ovaires

«Je voudrai devenir médecin pour aider ceux qui souffrent» a lancé Johanna sur son lit d’hôpital.

Difficile d’imaginer la douleur des parents de la petite Johanna lorsqu’ils ont été informés que, leur fille de neuf ans souffre d’un cancer des ovaires. L’histoire remonte à la fin du mois de janvier 2018 durant lequel Johanna a eu des douleurs abdominales. Douleurs qui se sont amplifiées jusqu’à alarmer ses parents. Des va-et-vient entre l’hôpital des enfants, le CHU JRA Anosy et l’institut pasteur de Madagascar s’en suivirent et durant lesquels Johanna a subi au moins quatre séances d’échographies. Puis vinrent successivement deux opérations chirurgicales. «La première consistait à connaître de quoi souffrait exactement Johanna, malgré les séances d’échographies qu’on nous a dit de faire» déplore Aina sa mère. Cette dernière d’ajouter que l’opération en question s’est soldée par l’octroi d’une kyste ovarienne. La deuxième opération quant à elle faisait référence à l’ablation de l’ovaire gauche de la petite Johanna. A la suite de laquelle,les parents ont été informés que leur fille est atteinte d’un cancer des ovaires. «Ce fut un choc pour nous, vu les efforts que nous avons déployés pour la sauver» avance sa mère. En chimiothérapie et très faible, Johanna est actuellement internée au service d’oncologie pédiatrique du CHU JRA. Pour ceux qui voudront participer à sa guérison, toutes les aides sont les bienvenues aux numéros 0349530928 et 0340915535. Johanna a besoin de tous les appuis possibles de notre part.

José Belalahy

Midi Madagasikara28 partages

Paludisme : Un médicament expérimental avance 100% de guérison

Le moustique est le vecteur.

Venu à bout du plasmodium falciparum, parasite le plus répandu, responsable du paludisme dans sa forme la plus sévère, un médicament expérimental promet une efficacité de 100%.

 Une équipe médicale internationale vient de mettre au point un nouveau traitement expérimental contre le paludisme et qui avance une guérison totale des malades infectés par le Plasmodium falciparum. Le Pr Peter Kremsner est à la tête de cette équipe scientifique et est issu de l’institut de Médecine tropicale de Tübingen, en Allemagne, qui collabore depuis longtemps avec des hôpitaux et des centres de recherche au Gabon.

Les résultats des recherches, publiés dans une revue scientifique, font état d’un médicament d’un nouveau genre puisqu’il combine un antipaludéen, la pipéraquine et un antibiotique, la fosmidomycine, un dérivé de la fosfomycine. Ce nouveau traitement expérimental, administré pendant trois jours, promet 100 % de guérison.

Approche originale. L’originalité de cette approche inédite réside dans son mode d’action. En effet, le médicament expérimental permet d’agir selon deux mécanismes indépendants. Alors que la pipéraquine attaque le parasite au niveau du globule rouge, la fosmidomycine bloque une voie métabolique qui intervient dans la production d’isoprénoïdes, une vaste famille de substances naturelles présentes chez tous les organismes vivants et qui sont nécessaires à la reproduction du parasite. Avec deux cibles différentes, les scientifiques qui ont mis au point de médicament se mettent donc – à priori – à l’abri de l’apparition rapide d’une double résistance. Mais seulement, à priori, l’étape des recherches ne permettant pas encore d’être définitivement affirmatif sur ce point.

Essais. Les essais préliminaires, dits de phase 2, ont été un succès. Ils ont pour but de tester l’efficacité, la tolérance et la sécurité de ce nouveau médicament fruit d’une combinaison. L’essai a inclus 83 personnes, âgées de 1 à 30 ans, infectées par le Plasmodium falciparum. Le traitement a été administré pendant trois jours et les résultats, avec un suivi à deux mois, rapportent effectivement 83 guérisons. Le parasite a totalement disparu de la circulation sanguine et ce, sans aucun effet secondaire majeur. Ces résultats encourageants conduiront à d’autres essais beaucoup plus étendus.

CTA. Quoi qu’il en soit, le traitement actuellement préconisé par l’OMS reste la combinaison thérapeutique à base d’artémisinine (CTA) pour le paludisme non compliqué causé par P. falciparum. Les CTA associent (aussi) 2 principes actifs qui ont des modes d’action différents. Ce sont les antipaludiques les plus efficaces dont on dispose actuellement. Si l’OMS recommande 5 CTA contre le paludisme à P. falciparum, le choix pour l’un d’entre eux doit se fonder sur les résultats des études d’efficacité thérapeutique contre les souches locales de paludisme à P. falciparum.

Rappelons que le paludisme est à l’origine de près de 500.000 décès par an, dont majoritairement des enfants de moins de 5 ans. Le continent africain est de loin celui qui compte le plus grand nombre de malades  dans la mesure où 90% des cas surviennent en Afrique.

Recueillis par Hanitra R.

Madagate28 partages

Rabetafika Norovelo Roberthine, parlementaire malgache puant d’autre chose…

Assemblée nationale de Madagascar, Tsimbazaza, 13 mars 2018. Et c’est en public que Rabetafika Norovelo Roberthine, parlementaire élue à Isandra, a déclaré que "les journalistes malgaches puent des aisselles et doivent être dégagés de la salle de séance car ils polluent l'atmosphère".

Bravo! Mais si les députés passent et trépassent, le journalisme et ses serviteurs, eux, demeurent éternels. Pôvre con...combre démasqué, va!

Jeannot Ramambazafy - Journaliste depuis 1984

 

Midi Madagasikara25 partages

Vono olona tetsy Soavimasoandro : Voalaza fa manao tsindry ny fianakavian’ilay namono

Tonga namangy ireo fianakavian’ilay tovolahy namoy ny ainy, noho ny tsindron’antsy nahazo azy tetsy Soavimasoandro ny Solombavambahoakan’ny boriborintany fahadimy, Naivo Raholdina, niaraka tamin’ny Filoham-pokontany eny an-toerana sy ireo mpiara-miasa aminy. « Tsy manadino an’izy ireo velively amin’ny maha mpiara-monina indrindra amin’ny maha mpisolo-tenan’ny vahoaka azy eny amin’ny Boriborintany  fahadimy azy, taorian’ny nanolorany ny rambon-damba ho an’ny maty sy fotsim-bary ho an’ny velona » hoy ny fampitam-baovao azonay. Velom-pisaorana ity solombavambahoaka ity sy ny mpiara-miasa aminy moa ireto fianakaviana nana-manjo ireto. Ary tamin’izay ihany no nanararaotan’izy ireo nitaraina sy nangataka tamin’ity tompon’andraikitra ity mba hanaraha akaiky ilay raharaha. Voalaza mantsy fa manao tsindry sy fandrahonana ny fianakavian’ilay tovolahy namono. « Mangataka ny fanjakana sy ny tompon’andraikitra rehetra toy ny fitsarana mahefa sy ny sisa ny ray aman-dreniny sy ny fianakaviany, mba hanara-maso akaiky an’io nahavanon-doza io noho ny fandrahonana ataon’ireo fianakavian’io mody adala io an’ ireo fianakavian’ny niharam-boina ». Nanamafy moa ny Solombavambahoaka, fa hanara-maso akaiky an’io toe-draharaha mampalahelo  io. Ary nanolotra sy niantoka mpisolovava amin’ireo fianakaviana ireo, sao dia marina mitavozavoza tsy mahahelo ny lainga tsara lahatra ary hitondra ny hetahetan’ireo niharam-boina ireo amin’ny tompon’andraikitra voakasik’ izany. Tetsy andanin’izay dia tsy nipetra-potsiny ny teo anivon’ny fokontany, fa efa nisy ny fandraisana andraikitra nataon’izy ireo, toy ny fandefasana ireo adala mirenireny eny Anjanamasina sy niantso ny havan’izy ireo mba haka azy.

m.L

Midi Madagasikara24 partages

Ancien ministre : Nirhy-Lanto Andriamahazo n’est plus

L’ancien ministre de l’Eau durant le régime Andry Rajoelina, Nirhy-Lanto Andriamahazo, est décédé, hier, à l’âge de 63 ans. Plus connu en tant que politicien, il a été également de son vivant, poète et artiste. L’inhumation aura lieu vendredi à Avarabary Imerintsiatosika. Midi-Madagasikara présente ses condoléances à la famille du défunt.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara23 partages

Un jugement du conseil d’Etat qui fera date

Ce n’est plus un pouvoir omnipotent agissant comme bon lui semble qui a reçu un camouflet hier de la part du conseil d’Etat. L’annulation du décret présidentiel portant limogeage du PGCS par cette juridiction, met un frein à tous les abus qu’il est tenté de faire. Cette dernière a examiné la requête de l’ancien procureur et a jugé selon le droit et lui seul. Justice a donc été rendue, et l’Etat de droit a donc été respecté.

Un jugement du conseil d’Etat qui fera date

Ce jugement du conseil d’Etat  met un frein aux abus de pouvoir dont le régime est coutumier. C’est une véritable levée de bouclier de tous les membres de la magistrature qui a accueilli l’annonce du limogeage du PGCS  et l’on attendait avec intérêt le jugement du conseil d’Etat après la requête déposée contestant la décision. Cette fois-ci, les juges n’ont subi aucune pression et ont respecté l’éthique de leur profession. L’Etat, dans ce cas d’espèce, a été condamné de manière tout à fait normale, et cela redonne un certain espoir à tous ceux qui subissent sans pouvoir s’y opposer le bon vouloir des puissants pour peu qu’ils soient proches du régime. Cette fois ci, il est vrai que le régime avait imposé son diktat sans penser qu’il pouvait être contesté. Il pensait que la décision serait acceptée sans contestation de l’intéressé.  Toute la profession s’est sentie bafouée et a fait bloc autour de ce collègue. L’indignation a été générale, et un mouvement de solidarité s’est créé autour de ce dernier. L’opinion a suivi avec intérêt l’évolution de la situation et attendait la suite donnée à cette requête de l’ancien procureur auprès du conseil d’Etat. Aujourd’hui, ce jugement devrait avoir un impact certain sur l’institution judiciaire. La justice a ainsi redoré son image. Certes, c’est un membre important de la magistrature qui a eu gain de cause, mais ce que l’on retiendra, c’est  qu’une décision prise sans tenir compte des règles du droit a été annulée. On espère maintenant que d’autres affaires seront jugées avec la même  éthique, et que les abus de pouvoir ne seront plus tolérés.

Patrice RABE

Midi Madagasikara20 partages

Bazaribe Toamasina : Mpitondra posy tsy ampy “versement”, nivadika mpanendaka

Tsy vao izao no naharenesana fa misy manendaka sy mangalatra entan’olona nentiny ireo mpitondra posy eto Toamasina, indrindra ireo mpandeha amin’ny taksibrosy tonga hariva sy vao maraina eo amin’ny fiantsonan’ny fiara mpitatitra ao Tanambao V sy Ambolomadinika ary Ankirihiry. Saingy ity tranga tao bazary be ny sabotsy teo ity no hafa kely satria tsy ampy ny “versement” amin’ny hofan’ny posy nentiny anefa efa hariva ny andro, dia nivadika mpanendaka ity mpitondra posy iray ity ka sahy nanendaka ny findain’ity vehivavy iray avy nirava niasa hamonjy fodiana. Avy hatrany dia niantso vonjy ity vehivavy voaendaka ity ka raikitra avy hatrany ny fifanenjehana teo amin’ny sy ireo olona sendra nandalo nahita ny zava-nisy, tsy lavitra teo ihany koa nisy mpitandro filaminana manao fisavana an-dalam-be, ka tsy lasa lavitra dia tratra ity mpitondra posy nivadika mpanendaka ity. Nihaiky ny fanendahana nataony izy satria mbola tratra tany aminy ny finday nendahiny, ka raha nisy ny fiakaran’ny fitsarana araka ny fitorian’ilay ramatoa voaendaka, dia miandry fitsarana am-ponja ity mpitondra posy ny alatsinainy teo.

Malala Didier

Midi Madagasikara15 partages

Elections FMF : Les footeux malgaches remercient Fatma et Ahmad

Le président de l’association des présidents des ligues, Jacques Ramaroson et Désiré Rakotoarimino confiant de l’issue de la négociation.

La FIFA a les regards rivés sur la vie du football malgache, et notamment sur la crise que connaît  la FMF depuis le début du processus électoral. Ce surtout grâce à deux personnalités du football mondial, Ahmad, président de la CAF et de Fatma Samoura, Secrétaire Général de la FIFA. Une réaction de la FIFA-CAF qui a ranimé l’espoir des férus du ballon rond malgache. Dans le but d’empêcher la suspension de Madagascar de l’instance internationale du football,  les émissaires de la FIFA-CAF sont sur place. Les envoyés du président Infantino rencontreront les protagonistes de la crise, les membres du comité exécutif  de la FMF, le comité olympique malgache et le ministère de la Jeunesse et des Sports. Les émissaires de la FIFA sont Segbé Pritchett, responsable des Associations membres des pays francophones, Véron Mosengo-Omba, le  directeur FIFA des Associations membres et du Développement Afrique-Caraïbes et de Luca NICOLA, Manager FIFA des Associations Membres. Ce sera une mission conjointe FIFA/CAF. Segbé et Véron avaient été déjà mandatés  par la FIFA pour une mission à la Fédération  Malienne de Football (FEMAFOOT) en novembre 2017, à la fédération Ivoirienne de football en janvier 2018. Ces émissaires arrivent au pays pour constater de visu la réalité sur les problèmes concernant les irrégularités, de statuer sur les plaintes et doléances  portant sur  des cas de violations des  dispositions du code électoral lors des procédures des élections au niveau de certains clubs et sections  au sein de la  FMF. Mais surtout sur la suite du processus électoral au sein de la Fédération Malgache de Football (FMF). « Nous remercions la CAF et la FIFA d’avoir écouté nos doléances. Il ne faut pas que le football malgache ne sombre pas, surtout à la veille de la reprise des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019. Nous espérons que ces émissaires vont analyser de très près cette situation pour la reprise des élections démocratiques » a fait savoir, Jacques Ramaroson, président de l’association des présidents de ligue. Un des faits qui a conduit à ce problème était la disqualification de plusieurs candidats dans les ligues de Vatovavy Fitovignany et de Haute-Matsiatra. Les présidents des sections de V7V, de Haute-Matsiatra et de Bongolava sont déjà dans capitale pour étaler et expliquer la situation qui prévalait dans leur ligue. « La venue des ces émissaires de la FIFA-CAF est une lueur d’espoir pour nos présidents de section à la tenue des élections surtout après les deux reportées » a annoncé le collectif des présidents de section de V7V et de Haute-Matsiatra. Cette initiative est félicitée par la population fianaroise et de Manakara.

T.H

Midi Madagasikara15 partages

Diplomatie : Un Secrétaire d’Etat français dans nos murs

Poignée de main entre le Secrétaire d’Etat français Jean-Baptiste Lemoyne et le ministre des Affaires Etrangères Henry Rabary-Njaka. (Photo Yvon RAM)

Le Secrétaire d’Etat français auprès du ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères, Jean-Baptiste Lemoyne, est dans nos murs, depuis, hier. A son arrivée, il  a été reçu par le ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka dans son bureau à Anosy pour une réunion de travail. Les deux personnalités se connaissent. Ils ont eu à plusieurs reprises l’opportunité de se rencontrer dans des rendez-vous diplomatiques. La visite du Secrétaire d’Etat français permet au renouvellement des relations franco-malagasy.

Conférence. C’est la première fois qu’un membre du gouvernement français effectue une visite à Madagascar depuis l’élection du Président de la République française Emmanuel Macron en mai 2017. Il  a été par ailleurs reçu par le Président de la République de Madagascar ce jour. Les jeunes ne seront pas également en reste. En effet, une conférence leur est consacrée ce jour au ministère des Affaires étrangères. Elle porte sur divers thèmes dont : « La Politique extérieure de la France-Les relations France Madagascar-La Francophonie ». A cette occasion, les auditeurs de l’Enam, les étudiants des universités, les élèves des lycées publics et privés, auront le privilège d’écouter le Secrétaire d’Etat français.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara14 partages

Andohatapenaka : Un homme fauché à mort par une voiture, le chauffeur en fuite

Hier au petit matin, des passants ont trouvé le corps sans vie d’un homme d’une quarantaine d’année sur la route d’Andohatapenaka. Alertées de ce fait, des autorités du fokontany sont descendues sur place pour constater le fait.  L’observation du corps a permis de conclure que, la victime a été fauchée par une voiture dont le chauffeur aurait pris la fuite. Puisque cet individu est inconnu dans le quartier et  n’a aucun papier  indiquant son identité, sa dépouille a été immédiatement emmenée à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona à Ampefiloha. Ce n’est pas la première fois qu’un tel genre d’accident est survenu sur cette route. Le pire est d’entendre que les chauffards concernés sont tous des irresponsables.

T.M.

Midi Madagasikara11 partages

Ambondrona : Retour aux sources !

Ambondrona attend impatiemment retrouver ses inconditionnels à Antsahamanitra.

Beranto et sa bande ont partagé des moments intenses et de plusieurs merveilleux souvenirs avec ses fans à Antsahamanitra. Cette année, ils ont décidé de revenir sur les lieux pour revivre ces moments de communion et de convivialité, les 24 et 25 mars.Ambondrona, c’est l’histoire d’un succès mais surtout, d’une relation privilégiée avec le public. En 17 ans de carrière, le groupe a effectivement réussi à maintenir son niveau de popularité au même niveau. « Notre secret ? On se demande parfois nous-mêmes ce que nous avons fait pour mériter autant d’amour. Ce qu’on peut dire par contre, c’est que nous sommes très reconnaissants et fiers d’avoir un public comme le nôtre. Nous ferons toujours en sorte d’être à la hauteur de leurs attentes », affirme Kix. Justement en guise de reconnaissance et pour entamer son année artistique en beauté, le groupe va donner deux concerts : les 24 et 25 mars à Antsahamanitra. « Nous avons partagé beaucoup de choses avec le public à Antsahamanitra. Nous nous sommes produits dans ce théâtre de verdure pendant nos premières années. Il y règne une ambiance différente de celle du Palais des sports ou encore du CCesca, mais tout aussi plaisante. Cette année, nous avons voulu revivre et faire revivre à nos inconditionnels cette ambiance de proximité et de convivialité qui a marqué nos débuts », précise Beranto. Pour chacun des deux concerts, le public aura droit à trois heures de spectacle pendant lesquelles, le groupe revisitera non seulement ses récentes mais également et surtout ses anciennes compositions. « Au fil des années, la grande famille d’Ambondrona s’est agrandi. Il y a les premiers fans, ceux qui nous ont suivis depuis 2002 et ceux qui nous ont découverts depuis peu. Ces concerts sont donc un peu le résumé de ces 17 ans de ‘vie commune’. On va reprendre les titres ayant marqué nos premiers pas dans le milieu musical et ceux avec lesquels la dernière génération nous a découvert ».

Encore disponibles. Dès les premiers jours de sortie des réservations, les fans se sont rués vers les points de vente. Les rumeurs selon lesquels il ne reste plus de tickets se sont ensuite répandus. Beranto tient cependant à assurer ceux qui n’ont pas encore eu les leurs que, des tickets simples sont encore en vente au Nect’art et au Super music Analakely pour les deux dates. Après le 25 mars, le groupe projette de faire une tournée qui, cette année, inclura peut-être la SAVA. « Nous nous sommes effectivement déjà produits dans presque tous les coins de Madagascar, sauf dans la SAVA. On espère y remédier très bientôt ». Le septième album est également en gestation. Le groupe a déjà donné un petit aperçu avec son titre « Maraina vao » qui passe actuellement sur le petit écran. En attendant, les fans d’Ambondrona devront prendre leur mal en patience, et réapprendre les titres de ces chansons qu’ils ont appréciées.Mahetsaka

Midi Madagasikara10 partages

Terrain synthétique : Elgeco met aussi la main à la pâte !

Une vue partielle du matériel pour le complexe sportif d’Elgeco.

Elgeco va construire un complexe sportif en synthétique pouvant contenir un terrain de football, de volley-ball, de basket-ball et même d’une piste d’athlétisme. C’est le contenu de la conférence de presse d’hier par le PDG du COGELEC et non moins président du club Elgeco Plus, Alfred Randriamanampisoa.

Tout le matériel nécessaire à ce nouveau temple du sport est déjà sur place, preuve que c’est du très sérieux même si Elgeco est en train de mettre la touche finale au choix de l’endroit qui, selon Randriamanampisoa, se situerait à 5 ou 7 mn du centre ville de Tana.

Il affirme aussi haut et fort son choix de faire des jeunes sa priorité car ces derniers n’ont pas toujours les moyens de fouler une pelouse synthétique. Un très beau geste en fait…

Clément RABARY

Midi Madagasikara9 partages

Marché du travail : Des filières susceptibles d’offrir un débouché

Le Doyen de la Fac DEGS, Olivaniaina David Rakoto, lors d’une conférence tenue à l’ES-DES.

Le Doyen de la Faculté de DEGS (Droit, Economie, Gestion et Sociologie), Olivaniaina David Rakoto a expliqué aux étudiants de l’ES-DES (Ecole Supérieure de Développement Economique et Social) comment s’intégrer dans le marché du travail.

« Quelle formation pour quel débouché ou vice-versa ? ». Tel a été le thème discuté lors d’une conférence qu’il a tenue récemment à l’ES-DES. En fait, les étudiants sortants des universités publiques et privées ont du mal à trouver un emploi, alors qu’ils ont des diplômes en poche dont un doctorat. Tout d’abord, « il faut s’informer sur le référentiel des métiers publié par le Bureau International du Travail (BIT). Il y a des filières susceptibles d’offrir facilement un débouché. On peut citer entre autres, l’Economie, la Gestion, le Droit, l’Informatique, le Tourisme, la Science Sociale, les Langues et le Travail social. Il faut ainsi bien choisir les parcours selon l’objectif fixé par chaque étudiant et selon son talent, tout en identifiant ce qui le motive », a évoqué ce Doyen de la Fac DEGS.

Sous-emploi. Ensuite, « la réussite pour avoir un débouché dépend à 70% des étudiants. Et le reste constitue le diplôme. Le caractère hautain ou trop humble du demandeur de travail peut constituer entre autres, un obstacle. Une simulation pour passer un entretien d’embauche doit être ainsi effectuée au sein des universités. En outre, les étudiants ayant choisi la formation professionnalisante comme à l’ES-DES, auront plus de chance de trouver un emploi que les généralistes. A titre d’illustration, le Travailleur Social peut effectuer le métier d’un infirmier ou devenir responsable administratif, chef du personnel ou responsable de la cellule enquête pour une veille permanente de l’évolution du marché. S’informer et développer des relations et connaissances facilitent aussi l’accès au travail », a-t-il enchaîné. Pour ceux qui optent pour la filière agronomie, il les conseille plutôt à créer sa propre entreprise individuelle dans le domaine de l’agri-business. « C’est un secteur porteur mais  moins prisé. En fait, le marché du travail est loin d’être saturé. Seulement, il y a un problème de sous-emploi à Madagascar en raison de l’inadéquation de la formation à l’emploi », a-t-il soulevé.

Capacité d’accueil. Par ailleurs, le Doyen de la Faculté de DEGS a précisé que les universités publiques n’entrent pas en concurrence avec les instituts privés. « Au contraire, on en a tellement besoin car notre capacité d’accueil est très limité ne permettant de recevoir que 5 000 bacheliers sur les 15 000 candidats, cette année rien qu’au niveau de notre Faculté. En revanche, il faut que les universités privées respectent bien les normes et la qualité d’enseignement. Et je suis pour la fermeture des instituts hors-normes », a-t-il fait savoir. Pour le cas de l’ES-DES, « nous avons le même système d’enseignement qu’à l’université d’Ankatso. D’autant plus, la plupart de nos enseignants y travaillent en même temps », a conclu  Hanitriniaina Eléa Chilo, la directrice qui plus est la présidente de l’ONG ACDM.

Navalona R.

Midi Madagasikara9 partages

Affaire évasion à Tsiafahy : Décès du fugitif capturé Safidy, le flou reste entier sur la sécurité d...

La capitulation vive de l’évadé de Tsiafahy Safidy,de son vrai nom Randriamalala Toky Fenosoa Safidy, dimanche 11 mars vers midi, aurait dû permettre de traquer les quatre autres  prisonniers encore en cavale  qui avaient pris fuite avec lui en octobre dernier. Le général Honoré Randriambololomanana, directeur de la Sécurité des établissements pénitentiaires a avancé cette hypothèse quand il a expliqué comment les pénitentiaires de la Maison de force de Tsiafahy ont procédé pour mettre la main sur ce fugitif. Ce n’était en réalité qu’une hypothèse dans la mesure où, Safidy a succombé à ses blessures dans la soirée de ce dimanche à l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona. Selon les explications de ce directeur, la perte importante de sang aurait causé ce décès. « Il a rendu l’âme juste à 20 heures au moment où il était sur le point d’être introduit dans le bloc opératoire, alors qu’il avait été blessé à midi », ajoute ce haut responsable de l’administration pénitentiaire. Une explication qui n’a pas du tout convaincu des observateurs avertis des affaires nationales, surtout en matière de défense et de sécurité. Ces derniers qui  s’interrogent sur la mission exacte de l’administration pénitentiaire. Le constat du corps de cet homme a révélé que la victime a reçu pas moins de quatre balles dont l’une a traversé son avant-bras gauche pour pénétrer dans sa poitrine. Une autre a touché son abdomen. Et les autres ont percuté ses cuisses comme il a été rapporté par le directeur Honoré Randriambololomanana, quand il a accompagné la victime à l’HJRA, ce dimanche tout en soulignant que les  pénitentiaires n’ont jamais eu l’intention de tuer Safidy mais juste pour faciliter son arrestation. Ayant pris en main l’enquête sur cette affaire d’évasion en octobre, la brigade criminelle de la police nationale à Anosy s’est déjà préparée à reprendre Safidy pour  continuer son travail. Cette dernière qui aurait, en principe, dû se charger  à l’arrestation de ce prisonnier, remplaçant  l’administration pénitentiaire.

T.M.

Midi Madagasikara9 partages

Finances publiques : Formation pour les médias, organisée par l’UNESCO

Journalistes en formation à Antaninarenina, avec leurs formateurs.

Trop technique, trop complexe … C’est avec de telles excuses que certains représentants de l’Administration publique découragent les journalistes à la recherche de réponses sur la transparence et la redevabilité, surtout lorsque l’on parle d’indicateurs économiques. Pour appuyer les médias et favoriser les missions d’investigations, l’UNESCO organise cette semaine, en partenariat avec l’Ordre des journalistes, un programme de formation axé sur plusieurs domaines sensibles, entre autres, la démocratie, les questions parlementaires, l’accès à l’information, etc. Hier, les séances portaient sur les finances publiques et le budget de l’Etat. Comment suivre l’élaboration de la loi de finances et s’assurer que la sincérité et l’équité soient respectées ? Comment lire et interpréter les documents budgétaires ainsi que les données économiques publiées par l’Etat ? Comment évaluer la performance d’un Gouvernement dans la mise en œuvre d’une politique de développement… Autant de questions ont été abordées pour permettre aux journalistes participants de mieux suivre de près et de réagir correctement sur les informations liées à l’exécution budgétaire, ainsi que sur les différentes politiques de développement menées par les dirigeants. Cette formation qui se déroule à la salle de conférence de l’hôtel Le Pavé Antaninarenina se poursuivra jusqu’à vendredi.

Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

Antsirabe : Benny, Sammy, Nini, Sefo chantent « Lolo sy ny tariny »

Benny et sa bande enchanteront la Ville d’Eau.

Si Lolo se fait rare à Madagascar, ses compères de toujours ne cessent d’aller à la rencontre du public. Pour ce week-end, Benny, Sammy, Nini, Sefo chanteront  « Lolo sy ny tariny » dans la Ville d’Eau. Effectivement, ils retrouveront les fans d’Antsirabe à l’Espace Mihaja Andranovisy.  Comme toujours, la bande restera fidèle à l’image de ces  dernières années, en jouant du folk et mettre l’ambiance bonne enfant avec des instruments acoustiques. Une fois de plus, Benny, Bebey, Sefo et Sammy vont faire le bonheur des noctambules. Le groupe reprendra tous les tubes et les titres qui ont et continuent de faire le succès de Lôlô sy ny tariny, très appréciée des amateurs de folk.

Adepte des surprises, le groupe prévoit quelques invités durant les deux spectacles comme à l’accoutumée, sans pour autant dévoiler leurs identités à l’avance. Ambassadeur par excellence de la musique folk, country et variété, Lolo sy ny tariny fait partie des rares artistes à avoir traversé les épopées et ont forgé une notoriété au fil des ans. D’ailleurs, c’est l’âme même de ce concept, pour mettre tout le monde dans l’ambiance de ce qui est esprit « gasigasy », de la musique aux mets qui seront proposés durant la soirée. Les organisateurs pensent réitérer cet événement tous les mois, avec d’autres artistes.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara7 partages

Filière lait : Le MDB installera un terminal de vente

Tous les 120 acteurs opérant dans la filière lait, membres de Malagasy Dairy Board (MDB) sont tenus de respecter la charte des membres qu’ils ont signée. Le PCA de cette entité, Haingotiana Razafindraibe, réélu pour son 2e mandat de trois ans, l’a évoqué à l’issue de son assemblée générale dernièrement. « Il s’agit notamment de produire du lait de qualité sans additif et mouillage par l’eau. Ils ont aussi l’obligation de soigner le bien-être des vaches laitières en commençant par une meilleure alimentation ,et le respect du confort de leurs étables, afin que celles-ci puissent produire du bon lait. En fait, notre objectif est d’assurer la traçabilité des produits laitiers. Nous prévoyons ainsi d’installer un centre de collecte à Imerintsiatosika ,et un terminal de vente à Anosizato dans le cadre de la mise en œuvre du programme ASA Lait financé par l’Union Européenne en juin prochain », a-t-il annoncé lors d’une rencontre avec la presse hier. Un appel à manifestation d’intérêt a été déjà lancé dans le but d’inciter les opérateurs à gérer ces structures.

Contraintes. En outre, « le MDB a sensibilisé les cultures fourragères et cela devient une affaire nationale, car la campagne de fourrage a été lancée par le Président de la République, au site vitrine d’Iavoloha. C’est destiné non seulement à alimentation des vaches mais aussi des zébus et des petits ruminants. L’amélioration génétique n’est pas en reste. Cela se fait par la distribution des taureaux Pie Rouge Norvégienne, certifiés aptes à la reproduction pour une montée naturelle avec l’appui de l’Union Européenne  et par l’acquisition d’une unité de production d’azote liquide, servant à conserver les semences importées congelées de race Holstein, Jersey et Tarentaise. En fait, l’élevage de vaches laitières constitue un levier de développement permettant à la population de sortir de la pauvreté. Mais il y a encore de nombreuses contraintes comme l’application des taxes trop élevées aux collecteurs formels au niveau de la filière lait », a conclu le PCA de MDB.

Navalona R.

Midi Madagasikara7 partages

Rugby – Bras de fer MR – Analamanga : Le ministère des Sports réagit !

Les gradins vides du Stade Makis illustrent bien le peu d’intérêt du public pour les compétitions organisées par Malagasy Rugby.

Première réponse positive du ministère des Sports sur la crise qui mine le rugby malgache depuis mars 2017. Malgré la décision du Conseil d’Etat, la fédération reste sourde à toutes sollicitations, et contourne le problème pour mettre en place une Ligue d’Analamanga bis.

Comme il ne peut pas intervenir directement par peur d’être taxé d’ingérence, le ministère des Sports a enfin réagi par le biais de la commission de Contrôle de la Légalité des Elections Fédérales pour remettre Norbert Razafimbelo à sa place en arguant au passage que, ces élections l’ayant conduit à la tête d’une deuxième ligue d’Analamanga de rugby, n’avaient pas de valeur légale. Les signataires de la lettre ne peuvent pas d’ailleurs prêter à confusion car tous les cadres y ont participé à commencer par le Secrétaire Général, le Directeur Général, la Directrice du Sport Fédéral et le Directeur régional des Sports pour Antananarivo.

Bianco et Bianco. Allez donc expliquer comment Norbert Razafimbelo a fait savoir qu’il va saisir le Bianco. Une démarche qui ne peut pas être sans risque car cela va obliger ladite institution à remonter à l’origine de cette crise, notamment sur le fait ayant conduit Malagasy Rugby à sanctionner l’actuel président d’Analamanga, et surtout les raisons qui justifient la décision de la fédération à faire fi de la décision du Conseil d’Etat de suspendre les sanctions infligées par Marcel Rakotomalala à Andry Ravelojaona.

Une raison d’ailleurs suffisante pour suspendre à son tour Malagasy Rugby qui n’avait pas le droit mais pas du tout d’interférer dans l’organisation du championnat tananarivien car comme son nom l’indique, une fédération est en charge du rugby au niveau national et non dans une ligue fut-elle la plus puissante telle Analamanga car elle représente les 90% du monde de l’ovale à Madagascar.

On ne comprend d’ailleurs pas pourquoi Malagasy Rugby va jusqu’à accuser le directeur régional des Sports qui n’a fait qu’appliquer les textes en spécifiant que, le championnat d’Analamanga est une prérogative de la Ligue d’Analamanga selon les règles régissant toute structure fédérale.

Nouvelle base. A moins d’être une surpuissante fédération, Malagasy Rugby n’a pas le droit de convoquer une assemblée générale de la Ligue d’Analamanga, mais elle l’a fait au détriment de tout bon sens avec les sections dissidentes qui devaient aussi logiquement se trouver dans le viseur du Bianco tant qu’on y est car le procédé est bien trop flou pour être franc.

Comment en effet expliquer le revirement de certains présidents de section en plein championnat qui marche et avec une gestion des plus saines d’une équipe bien représentative de toutes les forces vives de l’ovale tananarivien ? Mais de cela, MR n’en faisait pas grand cas même s’il savait que s’entêter à présenter une équipe nationale de seconde zone ne résoudrait pas cette crise bien plus profonde pour que 9 clubs de l’élite décident de rester contre vents et marées avec Andry La Pie.

Si on n’y trouve pas de solution car le MJS tarde à faire appliquer tout simplement la loi, alors il vaut mieux repartir sur une nouvelle base en faisant table rase du passé. Comme World Rugby semble n’avoir pas voix au chapitre, qu’est-ce qu’on gagnerait en restant à l’écart puisque de toutes les façons, les résultats des Makis avec une sélection réduite aux seuls FT Manjakaray, l’étonnant COSFA et dans un degré moindre l’US Ankadifotsy, nous mènent plus nulle part. C’est tout aussi simple que cela car sans les subventions de la fédération mondiale, MR ne tarderait pas à mettre la clé sous le paillasson.

Clément RABARY

Midi Madagasikara7 partages

Dividende démographique : Un objectif à atteindre d’ici 2050 pour Madagascar

Maitriser la fécondité pour se concentrer à la population active, c’est un des moyens qui devrait permettre d’atteindre le dividende démographique.

Le développement du pays devrait se faire par l’atteinte du dividende démographique. Un objectif qui n’est pas une mince affaire pour le pays.

La tendance, l’évolution démographique malgache démontre un taux de population active inférieur à celui de la population non participante à la vie active, la population qualifiée de charge. Une situation handicapante pour le pays étant donné que la population active ne parvient pas à assumer, à assurer le développement humain et économique de sa famille, de sa région et de son pays à cause des lourdes responsabilités auxquelles elle fait face. La pauvreté ambiante qui sévit actuellement en est une illustration parfaite. Intervenir dans la population s’en trouve donc une meilleure façon de faire basculer la tendance. Intervention devant se faire à partir d’une approche multisectorielle intégrant la fécondité, l’éducation (primaire, secondaire, universitaire et professionnelle), et la bonne gouvernance. Une approche qui devait permettre d’atteindre le «dividende démographique» qui se définit d’un côté comme le résultat de nombreuses réformes opérées dans les différents secteurs pris en compte dans l’approche multisectorielle. Le principe revêt également une définition économique, celle de la «croissance économique potentielle liée à l’évolution de la pyramide des âges d’une population, principalement lorsque la proportion de la population active est supérieure à celle de la population à charge». Un objectif que la Grande-Ile compte atteindre d’ici 2050 grâce à des réformes initiées dans différents secteurs clés.

Planning familial. L’atteinte du dividende démographique exige une maîtrise de la fécondité. Ce qui devrait permettre d’aider les couples à satisfaire leur besoin mais également à renforcer leur productivité. Des reformes initiées dans les programmes de planning familial sont dans ce cas, importantes et nécessaires. Une façon pour le pays, d’initier un déclin de la fécondité. Ce, afin «d’obtenir une structure par âge concentrée sur la population active». L’initiative devrait dans ce cas, aider à dessiner la voie démographique du pays en améliorant la santé et en augmentant les épargnes. L’atteinte du dividende démographique ne se limite toutefois pas au planning familial. Elle requiert «des investissements dans le capital humain et dans l’application d’une politique économique saine».

José Belalahy

Midi Madagasikara7 partages

Semaine de la francophonie : « Dis-moi dix mots sur tous les tons »

La fête des mots du 17 au 24 mars.

Amoureux de la langue française? Ceci vous concerne!   Les jeux du « Dis-moi dix mots » reviennent dans le cadre de célébration de la Semaine de la Francophonie. Plusieurs manifestations culturelles tournant autour des mots « Accent », « bagou », « griot », « jactance », « ohé », « placoter », « susurrer », « truculent », « voix » et « volubile » se tiendront du 17 au 24 mars à l’Alliance française d’Andavamamba.

Chaque année, une thématique destinée à transmettre un message sur la langue française et dix mots l’illustrant sont choisis par les différents partenaires francophones à savoir la France, la Belgique, le Québec, la Suisse, et l’Organisation internationale de la Francophonie qui représente 80 États et gouvernements.

Les manifestations à l’Alliance Française durant la Semaine de la Francophonie visent ainsi à encourager le public à utiliser ces mots par le biais de jeux, d’expositions et d’ateliers divers. Les mercredis et les samedis seront consacrés à Un atelier d’écriture pour raconter une histoire en utilisant des enchainements subtils de ce vocable tournant autour de la voix, mais surtout l’utilisation de la parole, en contant des mots, de ces dix mots.

Zo Toniaina

News Mada6 partages

Depiote Nicolas : “miala i Onitiana sy Ratsiraka Roland”

Nahitsy tanteraka. “Miala  ny minisitra Ratsiraka Roland sy Onitiana Realy. Tsy misy hain’izy ireo ny olan’ny vahoaka eny ifotony. Nahay nitsikera fony mpanao  gazety  i Onitiana Realy nefa tsy mba niteny na maty na tsia izao  fitondrana izao”, hoy  ny depiote Randrianasolo  Nicolas, tetsy Antaninarenina, omaly. Notsindriny fa  tokony hasiam-panovana ny governemanta fa manahirana anay ny sasany amin’izy ireo.  Nanteriny fa  mimenomenona avokoa ny vahoaka any ifotony amin’ny ataon’ny mpitondra  sasany.  Tsy vitan’izany  fa tokony haongana koa ny birao maharitry ny  Antenimierampirenena. “Tsy miraika ary tsy maika amin ‘ny tokony handinihana ny volavolan-dalàna momba ny fifidianana izy ireo. Misy resaka fitantanana  ny vola tsy mazava koa ao”, hoy  ihany izy. Mbola nanamafy ny tenany fa tsy maintsy miteny ny tsy mety  manoloana ny tsy fandehanan’ny raharaham-pirenena. Eo  koa ny tokony hijerena ny fanendrena ireo ambasadaoro. Tsy mifantoka amin’ ny tokony hitadiavana famatsiam-bola  na mpampiasa vola ny 95% amin’izy ireo.

Synèse R.

News Mada6 partages

World music charts Europe : « Anarouz » de 3 MA indétrônable

Sorti au mois de novembre dernier, le dernier album du groupe 3MA intitulé «Anarouz» continue de faire un tabac à l’étranger. Au mois de janvier, il a fait son entrée incontestable au World music charts Europe et s’est tout de suite placé à la cinquième place. Puis, au mois de février, «Anarouz» était au top et caracole en tête du classement du mois en cours et reste toujours le numéro 1 suivi de  «Bu Bir Ruya» de  Dirtmusic.

Et  cet incroyable succès de l’album se poursuit. Le renommé  magazine Songlines vient de lui attribuer la note de quatre étoiles et a surnommé les trois artistes de 3MA, (Ballaké Sissoko, Criss El Maloumi et Rajery) comme étant les «Sultans des cordes».

Un agenda chargé de festivals

En pleine tournée internationale, le groupe participera à l’évènement «Over the border» en Allemagne, à partir de 19 mars. Deux shows cases sont au programme. Ensuite, le 22 mars, le trio s’envolera pour la France et prendra part au festival Les Déferlantes au Portes-Lès-Valence. Au mois d’avril, 3MA sera également dans quelques grandes villes en Suisse, pour le festival Cully Jazz Festival.

Et cela continue. Le groupe participera à d’autres festivals, entre autres, New traditional festival en Varsovie le 12 mai, Théâtre les 3 chênes en France le 18 mai… Et surtout le grand évènement Songlines encounters festival qui se déroulera le 31 mai à Londres. Et enfin, le 28 juin, il sera au Maroc dans le cadre du Festival des musiques sacrées du monde.

Rappelons que le groupe 3MA s’est formé en 2006 à Madagascar. Composé de Ballaké Sissoko (Mali), Criss El Maloumi (Maroc) et Rajery, il a déjà sorti un premier album intitulé «3MA» en 2008. La spécificité du groupe est que les membres jouent chacun un instrument traditionnel de leurs pays respectifs, à savoir la kora, l’oud et la valiha.

Holy Danielle

Midi Madagasikara5 partages

CGM Analakely : Jazz Club rend hommage à Eckehart Olszowski

Eckehart Olszowski a laissé un héritage culturel et artistique derrière lui.

Cinq mois sont écoulés depuis sa disparition, mais  Eckehart Olszowski reste à jamais dans les cœurs de ses filleuls.  Le jazz club CGM  lui rendra hommage dimanche

Il était une fois un 8 octobre 2017, un jour bien sombre  dans le paysage culturel. Eckehart Olszowski directeur du Cercle-germano-malagasy a rendu l’âme. Une énorme perte que le grand monde arrive à peine à digérer. Cinq mois après, le Jazz club CGM tient à rendre hommage à ce grand homme à qui le club doit son existence et sa pérennité.

En vingt ans, le club a produit bien des musiciens professionnels qui font le renom de la musique malgache du moment, notamment le jazz. Des Njaka Rakotonirainy, Andry Michael Randriantseva, Josia Rakotondravohitra, Jax Ravel… et bien d’autres encore. Dimanche, le big band donne rendez-vous à tous ceux qui ont connu de près ou de loin l’homme fort pour lui rendre hommage le temps d’un après-midi.

Dédicace. Les membres du jazz club Cgm interprèteront les morceaux qui tenaient à cœur à Olle. Selon Ranja Rasamoelisoa, coordinatrice des activités culturelles du cercle, « le répertoire se fera avec les morceaux qu’il aimait. L’on peut compter les « What a wonderfull world », « lanitra mangamanga » ou encore « Take 5 ». Entre deux titres, artistes et amis d’Olle témoigneront de leur partage avec Olle. L’on se remémorera de sa personnalité, de ses engagements, de son travail, son apport… Toutes ces choses qui nous rappellent sa générosité, son altruisme mais surtout ce qu’il a fait pour la promotion de la culture ces 34 dernières années» relate-t-elle.

Mentor. A rappeler que le Cercle-germano-malagasy fait partie des plateformes qui ont permis l’ascension de nombreux artistes. Presque tous les musiciens et artistes de Madagascar sont passés sur la scène du Cgm. La plupart ont par ailleurs, commencé sur ces planches avant de faire  du succès à l’international. L’on peut compter Rajery le valihiste, Jax Ravel, le bassiste qui performe au Etats-Unis, et beaucoup de peintres d’artistes plasticiens, des danseurs et d’autres talents dans toutes les disciplines.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara5 partages

Météo : Le cyclogenèse plane toujours

Le risque de cyclogenèse est maintenu.

Les prévisions météorologiques concernant les précipitations annoncent que, les prochaines deux semaines seront pluvieuses pour nombreuses régions du pays. Définies du 12 au 25 mars de cette année, les prévisions ont pour objectif de «préparer les populations ainsi que les infrastructures concernées à d’éventuelles montées des eaux». A cet effet, de fortes précipitations (150 à 300 mm) sont à prévoir pour Diana, Sava, Analanjirofo, Alaotra Mangoro, Atsinanana ainsi que dans les districts d’Analalava, Bealanana, Antsohihy, Befandriana Nord et Mandritsara dans la semaine du 12 au 18 mars 2018. Les données changeront dans la deuxième semaine (19 au 25 mars). Des précipitations de 75 à 100 mm seront prévues dans les districts d’Analalava, Bealanana et Antsohihy. Par ailleurs, le service de la météorologie – via le bulletin des précipitations – annonce que le risque de cyclogenèse durant cette semaine est observé de près. Le même service de faire part que le taux de cyclogenèse est moindre pour la semaine du 19 au 25 mars prochaine.

Recueillis par José Belalahy

L'express de Madagascar4 partages

Coopération avec Maurice – Une commission spécialisée en diplomatie à Madagascar

Consolidation. C’est dans ce sens que s’est tenue, hier, la cérémonie de commémoration du 50e anniversaire de l’indépendance, et du 26e anniversaire de l’instauration de la Républi­que de l’ile Maurice. L’occasion pour le Premier ministre mauricien, Pravind Kumar de raffermir la collaboration avec la République de Madagascar, représentée par Benjamina Ramanantsoa, ministre de l’Aménagement du territoire et de l’équipement.Une brève revue de toutes les réalisations entretenues conjointement par les deux pays a ouvert la discussion, notamment l’appui de Mada­gascar à la restitution d’une ile à proximité de Maurice. Dans la même optique, « dans quelque temps, une commission mixte spécialisée dans le domaine de la coopération, notamment la diplomatie et la mise en place de stabilité constante dans le pays, sera présenté à Madagas­car », a souligné le Premier ministre mauricien.Par ailleurs, de nombreux opérateurs et investisseurs désirant investir à Mada­gascar ont eu une entrevue avec la délégation du ministère de l’Aménagement du territoire et de l’équipement.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar2 partages

Projets financés par la Banque Mondiale – Les procédures jugées trop lourdes

La revue conjointe du portefeuille de la Banque mondiale a mis en exergue la lourdeur des procédures à suivre dans la mise en œuvre des projets.La Banque mondiale entreprend des échanges périodiques avec  les ministères et représentants sectoriels  ainsi que les agences d’exécution  ayant des projets financés par cette institution. Une revue qui intervient une année après le lancement du Cadre de partenariat sur la période 2017-2021. La revue permet ainsi de développer des recommandations et des pistes pour une meilleure gestion et surtout pour de plus grands impacts des projets. L’intervention de Rado Rakotondralambo, consultant de la Banque mondiale, a ainsi fait part des résultats sur l’inventaire des procédures de gestion des projets financés par la Banque mondiale.Les études menées en juin 2017 révèlent que la ratification des prêts accordés par la Banque mondiale nécessite de passer par vint-sept étapes. « Une ratification  de prêts passe par huit institutions et autorités différentes, quinze directions et services, vingt responsables de traitement. En outre, les deux chambres parlementaires ont besoin de trois-cent soixante-cinq exemplaires des documents pour pouvoir statuer », a-t-il fait savoir. Il a souligné, par ailleurs, hier, des retards dans des aménagements de crédit ou encore dans la nomination même des ordonnateurs secondaires (Ordsec). Des exemples de blocage et de lourdeur identifiés dans la gestion des projets et auxquels cette revue conjointe, ayant commencé hier pour se terminer ce jour à Anosy, tentera sûrement d’apporter des solutions.

Engagements

La revue conjointe traitera en outre cinq autres thèmes tels que les procédures opérationnelles ou encore le développement des capacités des parties prenantes. Sur ce point, Coralie Gevers, Country manager de la Banque mondiale, reconnaît l’exploit de la capacité de la partie malgache.« Le portefeuille de Madagascar est plus performant que celui des autres pays. Depuis quatre ans, nous sommes parvenus à ce que les projets des ministères soient gérés par les ministères mêmes et non par des agences de mise en œuvre ou des consultants, par exemple », indique-t-elle.Le pays a mis en place un plan valable afin de réduire la pauvreté, amenant ainsi à accroître le financement accordé par la Banque mondiale par rapport à  l’année 2014. Le portefeuille de la Banque mondiale comporte  seize projets d’un montant de 838 millions de dollars, dont 372 millions de dollars ont déjà été décaissés pour cette période 2017-2021.

Mirana Ihariliva

News Mada1 partages

Fanjakana kitoatoa sy tsy mahay : miverina amin’ny toerany ny tonia ambony mpampanoa lalàna (PGSC)

 Mitafy henatra tanteraka ny fitondrana sy  ny minisiteran’ny Fitsarana. Voaporofo  izao fa tsy mahay sy  tsy mahalala  ny tokony hataony ny mpitondra.  Naverin’ny filankevi-panjakana  ary  heverina ho toy  ny tsy misy ny nanesorana amin’ny toerany ny Tonia ambony mpampanoa lalàna  (PGSC), Ranary Rakotonavalona Robertson. Fanapahan-kevitra  noraisina  teo amin’ny filankevitry ny minisitra  notarihin’ny filoham-pirenena mihitsy, herinandro vitsy  lasa izay ny nanala azy io amin’ny toerany. Tsy nipetra-potsiny manoloana izany tsy fahaizana lalàna sy ny pitsopitsony izany anefa ny mpisolovava  ka  nitory teny amin’ny filankevi-panjakana. Notakin’izy ireo ny hanafoanana  izany didy manala  an-dRanary Rakotonavalona Robertson amin’ny toerany izany. Fa eo koa ny nitakiana ny hanafoanana mihitsy ilay didy fampiharana. Neken’ny filankevi-panjakana izany  ary izao nandresy izao  izy ireo.

Fitsabatsabahana andraikitra

Nohitsin’izy ireo fa misy fitsabatsabahana andraikitra ao anatin’ity raharaha  ity ary  tsy manaja ny an-tanan-tohatra samihafa ny mpitondra. “Tsy anjaran’ny filoham-pirenena na  ananany fahefana  na koa ny mpanatanteraka ny manala azy amin’ny toerany.  Tsy anisan’ireo mpiasam-panjakana ambony voalaza amin’ireny filankevitry ny minisitra ireny ny tonia ambony mpampanoa lalàna, Ranary Rakotonavalona Robertson fa an’ny rantsam-pitsarana.  Tsy  misy idiran’ny governemanta nefa nandraisana  izany fanapahan-kevitra izany. Tsy napetraka fotsiny  akory ny  CSM  ary ao anaty fanjakana tan-dalàna  isika ka tokony hohajaina izany ”, hoy  ihany  izy ireo. Nohitrikitrihin’izy ireo fa nahitana fandikan-dalàna ny raharaha.

Tsiahivina  fa efa nitsipaka tanteraka izao fihoaram-pefy ataon’ny mpitondra izao  ny SMM,  tamin’ny alalan’ny filohany,  Fanirisoa Ernaivo.  “Anjaran’ny Filankevitra ambonin’ny mpitsara (CSM) ny  maka fanapahan-kevitra momba izany fa tsy misy idiran’ny governemanta. Tsy andraikitra politika na mitovy amin’ny mpiasam-panjakana ambony na tale  jeneraly io fa lehiben’ny  rantsam-pitsarana”, hoy izy.

Minisitra miteniteny foana…

 Tsy vitan’izany rahateo fa tsy nisy hadisoana  goavana nataon’io tonia ambony mpampanoa lalàna io na  niakarany teo anivon’ny filankevi-pitsim-pifhezana (Codis)  nefa  nesorina. Midika izany fa  tsy mahay sy tsy mahalala ny tokony hataony ny  mpitondra. Anisan’ny  tsy afa-bela amin’izany ny minisitry ny Fitsarana. Tahaka  ny efa nataon’ny minisitra sasany ihany niteniteny foana ny datim-pifidianana any ivelany.  Na  koa ny hafa nilaza fa  hadisoana tsy nahy ny nampihoatra aotra telo ny sora-bola  amin’ny tsenam-baro-panjakana. Rahampitso, iza indray ny minisitra na tompon’andraikitra hanara-dia ireo namany ireo ?

Randria

News Mada1 partages

Textes électoraux : les journalistes chassés Tsimbazaza sens dessus dessous

Vives tensions. Les journalistes n’ont pas été les bienvenus hier à l’Assemblée nationale. Et les forces de l’ordre ont même été appelées à les chasser de l’Hémicycle, mais plusieurs députés ont vivement contesté.

L’ordre du jour prévu pour hier était la rencontre à huis clos entre le chef du Gouvenement, Olivier Mahafaly Solonandrasana, la ministre de la Justice, Elise Rasolo Alexandrine et les députés. Mais, un tout autre scénario s’est produit quand  les membres du gouvernement ont débarqué à Tsimbazaza au grand complet.

De ce fait, certains députés, notamment ceux de l’opposition, ont décidé que la rencontre ne devrait plus se tenir à huis clos étant donné que les donnes ont changé. Pour dire que la présence des médias est vivement sollicitée pour suivre sans restriction les débats.

Les journalistes, persona non grata

Comme aucun camp n’avait l’intention de lâcher du lest, le ton est monté et la salle commençait à s’échauffer. D’autant que les gens du métier n’avaient l’intention de quitter les lieux. Les députés partisans du régime qui ont même considéré les journalistes comme des «malpropres», n’avaient qu’une idée en tête, chasser les médias de l’Hémicycle pour faire place à cette clownerie à huis clos. Les députés opposants qui ont vraiment l’intention de demander des comptes à l’Exécutif, n’étaient pas cet avis. Et au nom du droit à l’accès à l’information, ils ont pris la défense des journalistes tout en les encourageant à rester dans la salle.

«Tout le monde doit connaître ce qui se passe ici, on essaie de nous cacher des choses», s’est indigné l’élue du Mapar, Christine Razanamahasoa. «Les lois électorales sont d’une extrême importance pour le pays et doivent être connues de tous», a indiqué le député Tim, Félix Randriamandimbisoa.  Et si tous les membres du gouvernement ont répondu présent, il est légitime que la population soit au courant des discussions.

Vers une expulsion manu militari

Le trouble au sein de l’Hémicycle a atteint son paroxysme. Des altercations verbales entre les débutés retentissent à Tsimbazaza. Et la situation devenait explosive quand le vice-président de l’Assemblée nationale a fait appel aux forces de l’ordre pour chasser les journalistes de la salle au motif que la séance n’était qu’à titre d’information pour les députés. Des militaires prêts à exécuter les ordres, sont entrés, mais un député Mapar a pris la défense des médias en les repoussant vigoureusement.

C’était le désordre total. Les députés ont sifflé, hurlé, frappé du poing sur la table jusqu’à éviter in extremis d’en venir aux mains. La Chambre basse s’est alors transformée en marché public où plus personne ne pouvait plus s’entendre de telle sorte que la séance a dû être suspendue pour reprendre l’après-midi.

Manigances

Dans un tel climat houleux, certains députés estiment en effet que non seulement le temps imparti pour étudier les textes en question est très limité, mais que leur adoption semble être calculée à l’avance. Ils craignent un nouveau forcing à la manière HVM. Sous cet angle, certains élus du peuple pensent qu’adopter ces lois dans une vive tension politique et médiatique n’est plus opportun. Cela rendra davantage les scrutins à venir non crédibles.

Notons que le Tim et le Mapar ont toujours suspecté des manigances autour desdits textes électoraux. La solidarité soudaine de tous les membres du gouvernement laisse d’ailleurs planer le doute.

Les avis divergent tant au niveau des acteurs, des législateurs mais également des simples citoyens. Il en est de même au niveau de la société civile puisque certaines organisations ont tout simplement été écartées des discussions. Cependant, la rencontre se poursuivra ce jour à Tsimbazaza, cette fois avec les membres de la société civile.

 Tahina Navalona

 

News Mada1 partages

Banque mondiale-election : Coralie Gevers : « Le financement est en jeu… »

La Banque mondiale procède actuellement à la revue du portefeuille du pays, avec le Gouvernement, le secteur privé et autres parties prenantes. Mais le climat actuel relatif aux préparatifs des élections laisse planer un doute.

16 projets sont financés par la Banque mondiale à Madagascar en ce moment, dont le montant s’élève à 838 millions de dollars. Quatre d’entre eux ont été annoncés lors de la Conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI), tenue à Paris, en décembre 2016.

Le taux de décaissement du financement de la Banque mondiale à Madagascar est de 37%. Sur ce point, cette institution a avancé un constat positif sur la gestion des projets à Madagascar. Celle-ci n’a pourtant pas épargné ses doutes par rapport à l’élection prévue cette année.

«On espère que l’élection se déroulera paisiblement  et conformément à la constitution. Car non seulement le financement de la Banque mondiale est en jeu, mais aussi et surtout l’avenir du pays», a avancé Coralie Gevers, le country manager de la Banque mondiale à Madagascar, à l’occasion de la réunion pour la revue du portefeuille de la Banque mondiale à Madagascar, hier, au siège de l’institution à Anosy.

Celle-ci de poursuivre qu’ «il faut une décennie de  stabilité pour réduire la pauvreté à Madagascar. Ce qui est indispensable pour pérenniser les services de base envers la population. On espère que cette fin d’année se déroulera bien ». La responsable a toutefois précisé que la Banque mondiale continuera ses engagements envers Madagascar, même en temps de crise. Seulement, l’approche de l’institution sera redirigée vers le développement humain et les actions sociales.

Un taux de décaissement à 37%

Avec près de 372 millions de dollars de fonds décaissés à Madagascar, le taux de décaissement du financement de la Banque mondiale est de 37 % avec une moyenne d’âge des projets de 1,7 an. «La réalisation est dans les temps», a souligné Coralie Gevers.

Concernant les engagements de 1,3 milliard de dollars annoncés par la banque à la CBI, 1 milliard de dollars viennent de l’Association internationale de développement (Ida) et 300 millions de dollars de la Société financière internationale (SFI), visant à appuyer le secteur privé.

«La SFI a déjà fait près de 200 millions de dollars dans les engagements auprès du secteur privé et sur le milliard annoncé par la Banque mondiale, on doit approcher les 600 millions sur moins de deux ans», a expliqué le country manager de la Banque mondiale.

A noter également que le financement de l’institution à Madagascar a quadruplé depuis 2014. La Banque mondiale a apporté un financement de 110 millions de dollars à la Grande île en 2014. Et celui-ci s’élève à 400 millions de dollars cette année.

Riana R.

News Mada1 partages

Technicien agricole : sorti d’un nouveau référentiel de diplôme

Le ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage compte prioriser la formation des techniciens agricoles dans le dessein de redresser le secteur de l’Agriculture à Madagascar. Le nouveau référentiel national de diplôme au métier «Technicien agricole, élaboré en 2017, va être mis en application, dès cette année scolaire, dans les six Ecoles de formation de technicien agricole (EFTA)  au niveau national», a-t-on indiqué à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la rentrée des EFTA, organisée  à Ambatobe, lundi dernier.

La formation de nouvelles générations de producteurs et de techniciens dans son appareil de formation, est le fruit d’une collaboration entre les techniciens du ministère de l’Agriculture en collaboration avec le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et la formation professionnelle

L’actualisation des statuts des centres et écoles dans l’appareil de formation est également en vue, pour se conformer aux réglementations en vigueur et être en cohérence aux missions qui leur sont dévolues, annonce le ministère de l’ Agriculture.

R.R.

 

La Vérité1 partages

Insultes - L'Ordre des journalistes demande des excuses publiques du Parlement

Condamnation. Ce terme résume la prise de position de l'Ordre des journalistes de Madagascar, hier à travers un communiqué. Devant les évènements qui se sont déroulés à Palais de Tsimbazaza où siège l'Assemblée nationale le 13 mars, notamment les propos insultants de la députée Robertine Rabetafika, l'Ordre des journalites de Madagascar a publié hier une déclaration. « Les journalistes n'auraient jamais pu pénétrer dans la salle de séance s'ils n'avaient pas été invités à le faire. Ils n'ont à aucun moment fait le forcing pour pénétrer ce Palais d'Etat.

Si les journalistes étaient présents ce jour-là, c'est tout simplement pour effectuer leur travail et leurs responsabilités », précise le communiqué signé par le président de l'Ojm Gérard Rakotonirina. Et la missive de rajouter : « L'entrave à la liberté des journalistes dans l'exercice de leur fonction est inacceptable, quelle que soit sa forme. Ainsi l'Ojm demande des excuses publiques de la part de l'Assemblée nationale pour les insultes adressées aux journalistes ». Lors d'une séance particulièrement agitée à l'Assemblée nationale mardi, la députée d'Isandra Robertine Rabetafika avait réclamé que les journalistes sortent de la salle au motif qu'ils puaient des aisselles. Outré par les propos de sa consoeur, le député Tsabotokay Honoré, ancien journaliste, a présenté des excuses. Mais le mal a été fait. Depuis deux jours, un déluge de réactions a inondé les réseaux sociaux à la suite notamment de la diffusion des vidéos de cette députée sur les chaînes de télévision privées de la Capitale. Des vidéos qui ont également été reprises sur les réseaux sociaux. Les journalistes de tous bords, issus aussi bien des rédactions de télé et de radio privées ainsi que des journaux, aussi bien pro et contre le pouvoir, ont vivement critiqué les propos injurieux de la députée Robertine Rabetafika, élue sous les couleurs du Vpm-mmm et qui a viré de bord pour être une fervente défenseur du régime actuel. Pour les journalistes et même pour bon nombre d'individus en dehors des membres du corps journalistique malagasy, la députée a franchi la ligne rouge en remettant en cause l'hygiène personnelle des journalistes.La Rédaction

Madaplus.info0 partages

Échauffourée à l’assemblée nationale hier

Un accrochage a eu lieu hier entre les députés à Tsimbazaza lors de la séance de discussion sur le projet de la loi électorale.
L'accrochage a commencé quand le président de la séance à demander aux journalistes de sortir de la salle. Situation que certains députés n’ont pas apprécié. Une dispute a commencé. Le président de la séance a même fait intervenir les forces de l’ordre. Certains députés ont voulu que les journalistes sortent, les autres ont stipulé que les journalistes doivent être présents, car leur rôle est de partager les informations à la population sur ce projet de loi et il n’y a aucune raison à les chasser hors de la salle. Pour rajouter à cela, la députée Rabetafika Robertine, a semble t-il sommer les journalistes de sortir pour des raisons d'incommodation. Les remarques de cette dernière n’ont pas du tout été appréciées par les journalistes d'autant plus qu'elle aurait proféré des injures, filmée par des caméras, cette situation embarrassante a fait le tour des réseaux sociaux, l'OJM (Ordre des journalistes malgaches) demande même des excuses publiques.
Madaplus.info0 partages

Union européenne : enveloppe d’1 million d’euros pour la gestion des conflits et des violences potent...

L’Union européenne a démontré sa volonté d’épauler Madagascar pour la tenue des élections pour cette année. L’Ambassadeur de l’Union Européenne à Madagascar, Antonio Benedito Sanchez a réitéré son vœu que ces élections soient transparentes, libres et inclusives.
L’Ambassadeur de l’UE à Madagascar a mentionné que l’élection présidentielle de cette année devrait se dérouler dans un environnement apaisé. L’Union Européenne finance ce projet pour une enveloppe de 1 million d’euros. Il s’agit d’un projet d’apaisement dans le cadre de la tenue des élections dans un environnement serein.
Madaplus.info0 partages

Banque Mondiale : octroi d’un appui budgétaire de 427 millions de dollars pour Madagascar

Madagascar est toujours considéré comme l’un des pays les plus pauvres au monde selon le rapport de la banque mondiale. En effet, Madagascar a encore un taux élevé de déperdition scolaire, un faible taux d’accès à l’eau potable et à l’énergie. Malgré cela, après la crise politique, une évolution économique considérable du pays a été constatée selon le rapport de la Banque Mondiale.
Ainsi, la Banque Mondiale s’engage dans des nouveaux projets pour Madagascar d’une valeur de 427 millions de dollars. Projet concernant notamment l’inclusion financière, projet d’amélioration de la gouvernance et des opérations dans le secteur de l’électricité. 97% des promesses de la Banque Mondiale lors de la Conférence des bailleurs en 2016 ont déjà été décaissées d’après son rapport de portefeuille. Cette année, la Banque Mondiale mènera de nouveaux projets sur l’énergie, l’environnement, l’inclusion financière et d’autres secteurs. Les actionnaires de la Banque Mondiale incitent une stabilité politique, macroéconomique et la responsabilité des institutions étatiques pour un développement durable lors de la présentation de la revue du portefeuille de la Banque Mondial hier à Antananarivo.
News Mada0 partages

Kitra : hanangana kianja «synthètique» ny Elgeco Plus

 Taorian’ny Cnaps Sport, fantatra ihany koa izao fa hanangana kianja «synthetique» ho azy ny Elgeco Plus. Ho goavana ity tetikasa ity, araka ny fanambaran’ny tomponandraikitra, tamin’ny mpanao gazety, omaly. Tsy nety nanambara ny toerana hisian’izany kianja izany izy ireo fa ny hany fantatra, tsy ho lavitra satria eo amin’ny 5 na 7 mn miala ny Renivohitra fotsiny.

Na an’ny Elgeco Plus aza ny kianja, hosokafana amin’ny daholobe izany fotodrafitrasa izany. Nambaran’Andriamanampisoa Alfred fa  hampakarana ny fahaizan’ireo tanora eny amin’ny fokontany, tsy ankanavaka, izany izay manana ny talentany ka tokony ho afaka hizatra hilalao amin’ny kianja tsara. Ho vita mialoha ny faran’ny taona ilay kianja ity, satria eo amin’ny 6 na 8 volana eo ny faharetan’ny asa fananganana. Ankoatra ny kianja ho an’ny baolina kitra, hisy koa ny an’ny basikety sy ny volley-ball, miaraka amin’ny efitrano fisoloana akanjo sy «auditorium» . Hahazaka mpijery 15.000 ilay fotodrafitrasa, izay mbola mety hampiana 15.000 hafa amin’ny manaraka. Tanjona ny hanangana kianja «synthétique» manerana ny faritra. Nomarihin’ny filohan’ny Elgeco Plus fa ny «synthétique» no mahazaka lalao betsaka.

Tompondaka

News Mada0 partages

Moto – «4 Heures Honda 2018» : hifampitady amin’i Fabien Planet i Claudio Tida

Hiditra amin’ny andiany faha-17 ny «4 Heures Honda», amin’ity taona 2018 ity. Hiavaka ny fihaonana satria hisy vahiny andrarezina maro handray anjara, hifampitana amin’ireo mpanamory malagasy.  

Hotanterahina, ny alahady 18 marsa ho avy izao, eny amin’ny «Circuit TKM» Imerintsiatosika, ny andiany faha-17 amin’ny “4 Heures Honda». Fifaninanana mitondra moto, isan-tarika (olona roa), izay hifandimby amin’ny fihodidinana halaviran-dalana mirefy 8 km, ahitana fiakarana, fiampitana rano, tetezana, lalana malama.

Ankoatra ireo Malagasy, hisy mpifaninana vahiny koa ho avy handray anjara. Anisan’ireny ilay Frantsay, Fabien Planet, hiara-dalana amin’i Tsitsi, hitondra ny moto Sherco. Tsiahivina fa efa nandrombaka ity “4 Heures Honda” ity i Fabien, tamin’ny taona 2014. Niara-dalana tamin’i Jao izy, tamin’izany fotoana izany. Hifampitady amin’i Claudio Tida, tompondakan’i Madagasikara, sy ilay Reonioney, Dorseuil Pascal, hitondra ny moto KTM, izy ireo. Hifampitana amin-dry zalahy ireo ihany koa i Ranty sy ilay Italianina, Elie Vecchi.

Tsiahivina fa  inenina efa nandrombaka ity fifaninanana ity i Tsitsi, raha indroa avy i Ranty sy i Jao. Nambaran-dRazafindrakotohasina Dadou, filohan’ny federasiona motocyclisme, fa ankoatra ireo efa kalaza amin’ity “4 Heures Honda” ity, hisy koa mpankafy avy any amin’ny faritra ho avy hanandrana izany fifaninanana izany.

Hisy sokajy 10 ny hifampitady amin’ity : ny mpanamory roa amin’ny moto roa. Eo koa ireo manana kara-pilalaovana amin’ny federasiona, ny mpifaninana tsy matihanina, ny fiarahan’ny ray sy ny zanaka, ny “veteran”, ny “legend XR”, ny vehivavy, ny “MV3/Espoir 85 cc”, ny “junior” latsaky ny 18 taona, ny mitondra moto 85 cc.

Tsiahivina fa fifaninanana tsy ankiato ny “4 Heures Honda” ka mivoaka ho mpandresy izay ekipa mahavita fihodidinana betsaka indrindra.

Ho fety ben’ny moto ity, araka ny nambaran’ny filohan’ny federasiona satria ankoatra ny fifaninanana eo amin’ny “4 Heures Honda”, hisy koa fisarihana tombola, hahazoana loka maro, ho an’ireo mpanatrika sy mpijery.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Kabary Fimpima : hisokatra any amin’ny faritany ny sokajy « Mpandalina »

Nahavita dingana iray lehibe indray ny Fikambanan’ny mpikabary malagasy (Fimpima). Raha teto amin’ny faritany Fimpima Antananarivo ihany no nahitana ny sokajy « Mpandalina » hatramin’izay, fantatra fa ny volana mey izao no hosokafana ihany koa ity sokajy fahahefatra eo amin’ny an-tanan-tohatry ny fampianarana kabary eo anivon’ny Fimpima ity. « Mpikabary fiharatra sy kanty » ny tanjon’ity sokajy « Mpandalina » ity. Ny Dr. Rabenalisoa Ravalitera Jean, izay filan-kevitra manokana momba ny fampianarana, no tompon’andraikitra voalohany ho an’io sokajy io, raha ny fanazavan’ny filohan’ny Fimpima maneran-tany, Andriamboavonjy Hanitra.

Nohamafisin’ny filohan’ny Fimpima maneran-tany hatrany fa « sokajy iray ao anatin’ny fampianarana Fimpima natokana ho an’ny efa mpikabary ny « Mpandalina » ». Misy ny fepetra ahafahana miditra ao anatin’izany, raha ny fanazavany hatrany. Anisan’izany ny fanatanterahana fikarohana sy fanohanana izany voka-pikarohana izany. Misy taranja maro no ianarana amin’izany, toy ny lalàna (fanambadiana, fandovana…), fomban-tany, fandrika an-kabary, fanoratana kabary, arofenitra…. Ao koa ireo taranja isafidianana, tahaka ny fanandroana, kabary sy ny kristianisma, sns.

Marihina fa ny 10 marsa teo no notanterahina tany Toliara ny fihaonambem-paritany voalohan’ny Fimpima ho an’ny faritra Atsimo Andrefana. Nisy ny famoahana ireo andia « Vahatse » sy fandraisana azy ireo ho mpikambana tsotra avy hatrany ary fametahana fango famantarana manokana ho an’ny mpikabary Fimpima.Tahaka izany ihany koa ny 11 marsa tany Fianarantsoa. Fivoriambem-paritany voalohany (taona 2018) faritany Fimpima Fianarantsoa.

Nomarihin’ny filohan’ny Fimpima maneran-tany fa mitohy hatrany ny fampianarana tselika efa fanao hatramin’izay (Telo andro ny lohahevitra iray).

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Enin-taona aty aoriana… : hiverina ao Antsahamanitra ry AmbondronA

Nanamarika ny tantaran’ny fisehoana an-tsehatra ny zava-bitan’ny tarika AmbondronA tamin’ny nahafenoany irery ny Coliseum Antsonjombe, indroa nisesy. Na izany aza, tsy adinon’izy ireo ny miverina amin’ny niandohana.

Hanokatra ny « taom-pilalaovana », amin’ny alalan’ny fampisehoana indroa miantoana, ny tarika AmbondronA. Na maro aza ny manantena ny hanatontosana izany eny amin’ny Coliseum Antsonjombe, nambaran’izy ireo fa hiverina amin’ny niandohana aloha ny hetsika amin’ity indray mitoraka ity.

Araka izany, hotanterahina etsy Antsahamanitra ireo fampisehoana roa ireo : ny asabotsy 24 marsa sy ny ampitson’io, 25 marsa, samy amin’ny 3 ora tolakandro. Raha tsiahivina tokoa, mirakitra ny lalam-pahombiazana nodiavin’ny tarika ity toerana ity. Nanomboka ny taona 2013, teny amin’ny lapan’ny Kolontsaina eny Mahamasina hatrany no nifamotoana tamin’ny mpankafy izy ireo. Nitohy teny Antsonjombe izany, ny 2014.

« Hiverenana ny etsy Antsahamanitra, satria maro ireo mpankafy aty aoriana no tsy mahafantatra sy tsy mbola niaina ny ambiansa ao », hoy i Beranto. Nohamafisiny fa mifanakaiky kokoa ny tarika sy ny mpankafy ao amin’ity kianja mahazatra ny maro ity. Manolotra seho roa, izay samy haharitra ora telo eo ho eo, ry AmbondronA.

Azo lazaina ho mifameno izy ireo, satria, hatramin’izay, misy hatrany ireo hira tsy tafiditra ao amin’ny fandaharana noho ny fotoana. Amin’ity kosa, hahazo tombony manokana ireo hijery ny seho roa, araka ny fampanantenan’ny tarika. Ankoatra ireo hira nahafantarana azy ireo tao anatin’izay 17 taona izay, hampahafantatra sanganasa vaovao ihany koa izy ireo. Anisan’izany ny « Tiako hitoetra » sy ny « Maraina vao », efa nivoaka rakitsary any amin’ny « youtube » any. Santionany amin’ireo hira ao anatin’ny rakikira fahafiton’ny tarika, heverina hivoaka amin’ity taona ity, ihany koa ireo. Ankoatra ny fitetezam-paritra eto an-tanindrazana, vinavinan-dry AmbondronA koa ny hanatontosa hetsika goavana, any ivelany, amin’ny faramparan’ny taona, araka ny voalazan’i Beranto hatrany.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Rarihasina : nahasarika ny fanofanana momba ny pikan-tsary

Tafiditra amin’ny taranja ataon’ny tanora mpianatra ao amin’ny sekoly ambony Inscae ny fampiharana ny fampianarana momba ny fandraharahana. Tanjona ny hanamafy ny traikefany avy amin’ny lesona nifampizarana tany am-pianarana. Vondrona tovovavy dimy (i Niaina,  i Mitahirisoa, i Rojovola, i Marimbola ary i Clara) samy ao amin’ny taona faharoa, no nisafidy ny hanomana hetsika teny amin’ny Tahala Rarihasina. Notontosaina ny faran’ny herinandro teo ny fampirantiana ny vokatry ny pikan-tsary nokarakarain’izy ireo teny an-toerana. Tsapa fa maro amin’ireo tanora ankehitriny no liana amin’ny sary sy ny tontolo manodidina azy. Nosafidina ny tetikasa Picture your own color hampirisihina ireo tanora liana amin’ny fakana sary na ireo mpaka sary vao misandratra hiroso lalindalina ho matihanina. Nisy ny fiofanana roa miompana amin’ny fakana sary sy ny fitaovana kirakiraina ilaina amin’izany. Nampiranty ny sanganasany ireo matihanina amin’ny pikan-tsary. 70 ireo mpiofana nanaraka ny fampianarana  ary 250 kosa ny mpitsidika ny fampirantiana rehetra. Afa-po tamin’ny vokatry ny tetikasa ny mpikarakara na sambany aza nikarakara hetsika tahaka izao.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Hetsika “Kanto loatra” : ady atao hisakanana ny fanondranana bibidia

Nampahafantarin’ny masoivoho amerikanina ny hetsika “Kanto loatra”, nandritra ny lanonana fankalazana ny Andro maneran-tany fiarovana ny bibidia (3 marsa), hisakanana ny fanondranana ireny an-tsokosoko. Famatsiam-bola avy amin’ny Amerikanina ny hanaovana izany, tantanan’ny USAID, miaraka amin’ny tohana sy ny fandraisana anjaran’ny minisiteran’ny Tontolo iainana, haivoahary sy ny ala, ny minisiteran’ny Fizahantany, ny fadintseranana malagasy, ary ireo mpiara-miombon’antoka valo miasa eo amin’ny sehatry ny fiarovana ny tontolo iainana eto an-toerana sy any ivelany.

Manan-danja amin’ny fiainan’ny zanak’olombelona ireny bibidia ireny, miantoka ny fiarovana ny tontolo iainana, mampiakatra ny fizahantany, manampy amin’ny kolontsaina sy fomba amam-panao amin’ny faritra iray, mampitombo ny fahalalana sy ny fanabeazana ho an’ny ankizy sy ny tanora. Anisan’ny tanjona iray ho amin’ny fampandrosoana maharitra.

Tsy mitsaha-mihena ny isany

Betsaka ny loza mitatao amin’ireo karazam-biby arovana ireo, noho ny ataon’ny zanak’olombelona ihany. Tsy mitsaha-mihena ny isan’izy ireny noho ny fahapotehan’ny ala fonenany, fihazana, fanondranana an-tsokosoko, sns. Nankalazaina amin’ny endriny maro samihafa io Andro maneran-tany ho fiarovana ny bibidia io, ampitaina amin’ny rehetra ny harena ao amin’izy ireny, mampandroso ny toekarena sy sosialy.

Fanentanana isan-karazany atao peta-drindrina, sary, sy hafatra  ho an’ny tambajotra sosialy manohitra izany fanondranana antsokosoko bibidia izany. Miantefa amin’ny vondron’olona samihafa ireo rehetra ireo, zaraina manerana ny Nosy, ary hita amin’ny trano fandraisam-bahiny, sekoly, vondron’olona ifotony, biraon’ny fadintseranana, seranan-tsambo sy seranam-piaramanidina rehetra. Raha mahita iray amin’ireo fitaovana ireo ianao, amporisihana handray anjara ka haka sary miaraka amin’izany, ary halefa amin’ny info.madagascar@usaid.gov (antony : Kanto loatra).

R.Mathieu

News Mada0 partages

Betorabato : dahalo raindahiny tratran’ny polisy

Tratran’ny polisy nandritra ny fifanenjehana tao amin’ny distrikan’Ambalavao ny herinandro teo ireo dahalo raindahiny tarihin’i Rasta. Anarana fantatry ny mponina ao Ambalavao ny anaran’ity lehiben’ny dahalo ity. Maro rahateo ireo olona efa nitondra faisana taminy talohan’ny nahatraran’ny polisy azy. Nandritra ny vela-pandrika natao azy sy ireo namany no nahasamborana azy tao amin’ny tanàna iray niafenany ao Betorabato. Nohamafisin’ny polisy hatrany fa dahalo raindahiny tokoa ity tratra ity ary efa ela no nikarohana azy, saingy izao kosa vao tratra. Tanàna maro no efa lasibatr’izy ireo ka anisan’izany ny tao Mahaditra, Anjoma, Kirano, Vinanitelo sy ireo maro hafa. Raha ny antontanisa eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana, anjatony maro ny omby efa lasan’izy ireo nandritra ny taona 2016 no ho mankaty. Mahatratra 16 kosa ny fitoriana ireto dahalo ireto tonga eny anivon’ny polisy sy zandary amin’izao fotoana izao, ankoatra ireo mbola tsy nametraka fitoriana izany.

Na teo aza izany, maro ny naman’ireto jiolahy ireto no efa lavon’ny mpitandro filaminana nandritra ny fifanenjehana. Niaiky rahateo ry zalahy nandritra ny famotorana fa isan’ny nampitondra faisana ny tao amin’ny distrikan’Ambalavao sy ny manodidina. Mitohy ny fanadihadiana sy ny fanaraha-dia ataon’ny mpitandro filaminana amin’ny fikarohana ireo lasan’izy ireo.

J.C

News Mada0 partages

Kaominina Ambohimiera – Ifanadiana : nodoran’ny dahalo ny tanàna, anjatony ireo traboina

Nitrangana fanafihan-dahalo narahina herisetra tao amin’ny kaominina Ambohimiera, distrikan’Ifandiana, ny faran’ny herinandro teo. Dahalo ampolony maro nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika no niditra an-keriny nampihorohoro ny mponina ao amin’ity kaominina ity.

Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana, miaina ao anatin’ny horohoro tanteraka ny mponina any an-toerana amin’izao fotoana izao noho ny herisetr’ireo dahalo. Trano miisa anjatony maro, kila hotohoton’ny afo ka isan’izany ny fiangonana, ny trano vadim-piangonana, ny sekolim-panjakana ao an-toerana. Fianakaviana marobe, araka izany, no tsy manan-kialofana. Isan’izany ireo mpampianatra sy mpianatra ary tompon’andraikitra ao amin’ny Dren Vatovavy Fitovinany. Voalaza fa nanafika ireo mponina ao an-tanàna ireo dahalo mialoha ny nandoran’izy ireo ny tanàna. Nanapoapoaka basy ireo malaso ka lasan’izy ireo tamin’izany ny omby sy ny entana azo nobataina isan-tokantrano. Tsy afa-nanoatra noho izany anefa ny mponina satria tampoka ny fiavian’ireo olon-dratsy. Nony efa lasa anefa ireo malaso, nodoran’izy ireo ny tanàna iray manontolo. May hatramin’ny kalisy sy ny akanjon’ny pasitera nipetraka tao amin’ny trano vadim-piangonana. Kilan’ny afo toy izany koa ny antontan-taratasy maro samihafa.

Raikitra ny fifanjevoana teo amin’ireo mponina ao an-tanàna satria samy nanao izay ho afany tamin’ny famonjena ny entana azo novonjena izy ireo. Tafavoaka ihany ny entana sasany ho an’ireo manana trano biriky, saingy lasa lavenona hotohoton’ny afo kosa ho an’ireo nipetraka tamin’ny trano hazo. Tafavoaka ihany ny entana saingy levon’ny afo avokoa ny ankamaroany, araka ny fanazavan’ireo mponina hatrany.

Velon-taraina ary manao antso avo amin’ny fanjakana ireo mponina ao amin’ny distrikan’Ifanadiana manoloana ny asan-dahalo miseholany amin’iny faritra iny. Aiza ilay vina fisandratana nimatimatesan’ny mpitondra fanjakana izay mbola mikendry hijanona eo amin’ny fitondra hatramin’ny 2030 manoloana ny asan-dahalo toy izao? Variana amin’ny kajikajy sy ny paikady politika hikapana ny vavaranjon’ny sasany fotsiny.

J.C

News Mada0 partages

Betafo : basy lava miisa 16 sy Mas 36 iray azon’ny zandary

Saika hatao inona? Lehilahy miisa 19 no tratra nitondra fitaovam-piadiana an-tsokosoko mahery vaika tao Ambalavato, fokontany Andranovorilava, kaominina ambanivohitr’Alarobia Bemaha, distrikan’i Betafo, ny alahady 11 marsa 2018 lasa teo. Araka ny fanazavan’ny zandary, niainga avy any Bemaha ireto lehilahy ireto no nifanena tamin’ny zandary nanao fitsidiham-paritra tamin’iny toerana iny. Nampiahiahy ireto zandary ny fihetsiky ry zalahy ireto ka niroso tamin’ny fisavana avy hatrany izy ireo. Hita tao anaty entan’izy ireo nandritra ny fisavana ny basy lava vita gasy miisa 16, basy Mas 36 iray sy bala miisa sivy amin’ny 7,5 mm, basy PA iray tsy misy marika miaraka amin’ny bala efatra amin’ny 7,62 mm ary bala miisa telo amin’ny 9 mm. Nogiazana ao amin’ny poste avance-n’Alarobia Bemaha avy hatrany ireto fitaovaom-piadiana ireto. Notazonina anaovana famotorana ihany koa ireo tambajotrana mpanao trafikana fitaovam-piadiana ireto. Mitohy ny famotorana ataon’ny zandary momba ity raharaha ity.

Jean Claude

News Mada0 partages

Hiditra an-tanety ny zoma izao i Eliakim : faritra sy distrika 26 nahazo filazana loza fanairana

Raha feno ny fepetra, hivadika ho rivodoza anio, ka hitondra ny anarana hoe “Eliakim”, ilay tangoron-drahona narahi-maso akaiky hatry ny roa andro teo izay, raha ny vinavinan’ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro, omaly, tamin’ny 5 ora tolakandro, hiditra an-tanety, ny zoma izao, any amin’ny faritra avaratra atsinanana i Eliakim.

Araka izany, mahazo filazana miloko maitso, na filazana fanairana amin’ny rivodoza ireto faritra sy distrika manaraka ireto : Diana, Sava, Sofia, Mahajanga, Mitsinjo, Ambato-Boeny, Tsaratanana, Maevatanana, Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro, Ankazobe, Anjozorobe, Manjakandriana, Ambohidratrimo, Antananarivo Atsimondrano, Antananarivo Renivohitra, Antananarivo Avaradrano, Andramasina, Arivonimamo, Ambatolampy, Antanifotsy ary Nosy Varika.

Ankoatra izay, tokony hitandrina koa ireo mpampiasa ranomasina amin’iny faritra Ste Marie no ho miakatra iny satria ho mafy ny fitsokan’ny rivotra ary hahery ny ranomasina

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fifaninanana iraisam-pirenena : fampahafantarana voka-pikarohana ao anatin’ny 3 minitra

 Sambany handray anjara amin’ny fifaninanana « Ma thèse en 180 secondes » i Madagasikara.

 « Natokana ho an’ny mpianatra manomana mari-pahazaina « doctorat » na koa olona vao nahazo ny « doctorat » tamin’ny taona 2017 amin’ny oniversitem-panjakana enina ny hetsika iraisam-pirenena », hoy ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony, Ralijaona Christian Guy, omaly teny Fiadanana. « Ampahafantarin’ny mpandray anjara ao anatin’ny 3 minitra ny vokatry ny fikarohana nataony mitondra fampandrosoana ary misy fiantraikany amin’ny vahoaka ». Hotsarain’ny mpitsara fito amin’izany ny fahaizan’ny mpifaninana nampita ny vokatry ny fikarohana ho an’ny olona ivelan’ny mpikaroka sy ny mpampianatra eny amin’ny oniversite, araka ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny fikarohana ara-tsiansa, Ramiarison Claudine.  57 ireo nisoratra anarana hifaninana avy amin’ny oniversite eto Antananarivo, Fianarantsoa, Mahajanga, Toliara ary Toamasina. Nifanintsana teny anivon’ny faritany izy ieo ka ny telo mendrika indrindra isaky ny oniversite no hiatrika ny famaranana eto Antananarivo. Ho an’ny eto Antananarivo sy any Fianarantsoa, dimy avy ny solontena. Olona mpandraharaha, avy amin’ny fiarahamonina sivily, vahiny avy amin’ny cosmetic valey ny mpitsara. Avy amin’ny seha-pikaohana marolafy kosa ny mpandray anjara : momba ny lalàna, fambolena, siansa momba ny sosialy… fa tsy mivaona amin’ny haitsara sy haivao fimamatry ny minisiteran’ny Fampianarana ambony. Tafiditra amin’ny fanamarihana ny “Herinandron’ny frankofonia” ny fifaninanana iarahana amin’ny masoivoho frantsay sy ny AUF. Handeha any Soisa ny mpandresy amin’ny fifaninanana, ny 19 marsa izao eny amin’ny Akademia Malagasy. Hisolo tena an’i Madagasikara izy, ny volana septambra ho avy izao.

 Vonjy A.

News Mada0 partages

Ny asako rahampitso : hampahafantarina kokoa ny « spécialisation »

 Hisokatra amin’ny « lycée » maromaro ivelan’Antananarivo ny hetsika « Ny asako rahampitso » andiany faha-13 amin’ity taona ity. « Ankoatra ny lycée fito eto an-dRenivohitra efa iasana amin’ny fampahafantarana isan-taona, hahazo ny anjarany koa ny lycée Jacques Rabemananjara any Toamasina, lycée André Resampa ao Antsirabe ary ny lycée Philibert Tsiranana ao Mahajanga », araka ny fanazavan’ny filohan’ny fikambanana Rotary club Antananarivo Ainga,  Ravalisaona Andrianasolo Elyette, omaly teny Anosy. Fampahafantarana ny karazana asa misy eto amintsika sy ny lalana rehetra ahatongavana amin’izany no hampitain’ny mpiantsehatra 240 hanomboka ny talata ho avy izao ho an’ny mpianatra amin’ny kilasy 2nde rehetra. Haharitra hefarana “Ny asako rahampitso”. Hiavaka ny fizarana satria tsy hijanona amin’ny ankapobeny ny sokajin’asa fa hitodika kokoa amin’ny “spécialisation”. Ohatra, ho an’ny fitsaboana, hitondra ny traikefany ny mpandidy na mpitsabo manana fahaizana manokana.

Manampy azy ireo amin’ny fisafidianana sokajy rehefa hiakatra amin’ny kilasy 1ère ny fampahafantarana ny sokajin’asa misy. Amin’ity andiany faha-13 ity, 8 000 ny mpianatra iantefan’ny fampahafantarana amin’ny kilasy 136 ao anatin’ny lycée 11, araka ny nambaran’ny tale jeneralin’ny ESFM ao amin’ny minisitera, Rakotojaona Lalaharontsoa. Miara-miasa amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena ny Rotary hanatsarana ny fanomanana sy ny fizotry ny asa rehetra. Ho an’ny “lycée” any amin’ny faritany roa, ny Rotary any an-toerana no mikarakara ny fanomanana sy ny fitadiavana ny mpiantsehatra mpiray ombon’antoka.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Tsy mbola manomboka akory ny fifidianana : raikitra ny savorovoro sy korontan’ireo depiote teny Tsimba...

 Nifanjevo sy nifampihantsy ary nisavoritaka ireo depiote, omaly, teny Tsimbazaza tamin’ny fivoriana tokony ho nandinihana ny volavolan-dalàna fehizoro momba ny fifidianana. Efa ahitana  taratra sahady ny mety ho fizotry ny fifidianana hatao amin’ity taona ity, izany.

 Efa lanin’ireo depiote fa handray  ny minisitry ny Atitany sady lehiben’ny governemanta, Mahalafy Solonandrasana izy ireo, miaraka amin’ny minisitry ny Fitsarana  tamin’io omaly io.  Niova indray anefa izany noho ny tsy fahaiza-mandrindra sy fitantanan’ny filoha lefitra nitarika ny fivoriana. Tsy  vitan’izany fa tonga teny  daholo koa ireo mpikamban’ny governemanta  ary nambara koa  fa fivoriana mikaton-trano izy ity. Tsy nanaiky izany anefa  ireo avy amin’ny mpanohitra ary nanizingizina fa avelao hanao ny asany ny mpanao  gazety.  Niditra an-tsehatra hatramin’ny mpitandro filaminana nandamina izany.  “Tokony ho  fantatry ny  vahoaka nifidy anay ny adihevitra atao eto. Manana zo amin’izany izy ireo… Tsy baikon’ny miaramila  izany izahay fa olom-boafidy… Lapan’ny demokrasia ity ary masi-mandidy ny  vahoaka…  Tsy azo ekena izany hoe miverina amin’ny hevitra efa tapaka izany…”, hoy ny ampahan’ny fanehoan-kevitr’ireo depiote , tsy faly amin’ny ataon’ireo depiote namany.

Tsy nanaja ny  teny nomena fa nivadika

 Nohitsin’izy ireo fa efa tapaka tamin’ny lahadinika ny amin’ny handraisana ny minisitry ny Atitany sy ny Fitsarana  nefa  izao niova izao indray izany. Tsy  levon’ireo depiote sasany koa ny tsy namelana ny mpanao gazety hanatrika ny adihevitra sy ny  famelabelarana.  « Tsy manaja ny teny nomena ireo birao mpitantana ka nanova tanteraka ny resaka tetiandro. Tsy ny governemanta iray manontolo no tokony hihaona aminay fa ny praiminisitra sy ny minisitry ny Fitsarana”, hoy ny depiote Razanamahasoa  Christine. Nanteriny fa tokony hisy ny marimaritra iraisana, na tsy mipetraka aza, ny tena ara-drariny eny amin’ny Antenimierampirenena, kitro amaharan’ny demokrasia. Nampiaka-peo koa ny depiote Rakotomanga Lanto ary nilaza ny amin’ny tokony tsy hatahorana mpanao gazety amin’ny famoaham-baovao mitranga rehetra. “Miatrika  raharaham-pirenena isika ka tsy tokony hatahorana izy ireo satria mitatitra ny vaovao rehetra mankany amin’ny vahoaka  ka tsy tokony horoahina izy ireo”, hoy izy.

Tsy manana fahendrena  sy ny  maha olom-boafidy…

 Antony  nahatonga ny  fampiakaram-peo teo amin’ireo  depiote sasany izany   ary  nahatonga  ny  savorovoro. Tsy nisy intsony ny  fifanajana na fifandeferana fa samy nanao  ny saim-pantany. Siotsioka tsy nifandrenesana tao an-dapa.

Voatery naato  mihitsy aloha izany ny fivoriana ny  tapaka andro maraina,  omaly.

Araka  izany,  efa ahitana  taratra sahady ny mety ho fizotry ny fifidianana izao tranga  niseho teny Tsimbazaza  izao. Tsy hita taratra ny fahendrena amin’ny maha olom-boafidy azy ireo, misolo tena ny  vahoaka nifidy.  Savorovoro sy  korontana ary fifampihantsiana.  Hanao ahoana  rehefa samy hanana ny kandidà sy ny hotohanany avy   amin’ny fifidianana filoham-pirenena  ?

Randria 

News Mada0 partages

Tsy misy fahatoniana : tsy azo antoka hampiasam-bola eto Madagasikara

 Na firenena tsy misy korontana aza eto Madagasikara, tsy azo antoka ny fampiasam-bola ho an’ny mpandraharaha eto an-toerana, indrindra ny avy any ivelany. Antony, manjaka ny tsy fandriampahalemana, ny kolikoly, lafo ny angovo, tsy tony ny lafiny politika, sns.

Tsy misy mangirana mihitsy ny hoavin’ny fampandrosoana toekarena eto Madagasikara.

Araka ny filaharana navoakan’ny sampana fandraharahana (doing business) ny taona 2018, faha-162 i Madagasikara amin’ny firenena 190. Ho an’ny kabinetra anglisy Control risk, ny taona 2017, firenena anisan’ireo 24 aty Afrika mampatahotra sy tsy azo antoka ny fampiasam-bola eto Madagasikara. Midika ireo fa anisan’ny firenena sarotra, tsy azo hampiasam-bola eto amintsika, na efa efa-taona nisin’ny fanjakana ara-dalàna aza.

Azo tarafina amin’ny zava-misy koa ireo voalaza ireo. Tsy misy na vitsy ny fandaharanasa mitondra fampandrosoana tohanan’ny mpamatsy vola iraisam-pirenena. Anisan’izany ny sehatry ny fambolena sy ny fiompiana, satria tantsaha ny 75%-n’ny Malagasy. Toraka izany koa ny lafiny fanorenana fotodrafitrasa ho an’ny vahoaka, toy ny lalana, ny tsena, sekoly, toeram-pitsaboana, sns, tokony hiteraka asa. Saika lafiny sosialy sy fanatsarana fitantanam-panjakana ny ankamaroan’ny famatsiam-bola vahiny hatreto.

Haneho ny hatezerany ny orinasa

Vitsy koa ny orinasa miforona, tsy manana asa ny Malagasy miisa 500.000 ary na ny efa miorina aza akatona. Hany miroborobo ny sehatry ny varotra sy ny tolotrasa (servisy) saingy tsy miantraika any amin’ny fiainan’ny mponina ankapobeny.

Manampy ireo voalaza ireo ny tsy fandriampahalemana. Tsy tony intsony ny mpandraharaha satria mirongatra ny fakana an-keriny. Haneho ny hatezerany ny orinasa maro rahampitso alakamisy 15 marsa amin’ity tsy fandriampahalemana tsy voavahan’ny fitondrana ity.

Tsy afaka mamokatra intsony ny tantsaha satria ringan’ny dahalo ny omby tokony hoenti-miasa amin’ny fambolena.

Randria

News Mada0 partages

Misaona ny Mapar : nodimandry i Nirhy Lanto Andriamahazo

Nodimandry,  omaly rehefa  nolazoin’ny aretina nandritra ny fotoana maro  ny minisitry ny Rano fony fitondrana, Tetezamita Nirhy Lanto Andriamahazo. Ankoatra ny maha minisitra azy ,  efa nirotsaka kandidà  hofidiana solombavambahoaka teny  Atsimondrano  ny tenany tamin’ny alala n’ny lokon’ny Mapar. Tany amin’ny laharana fahatelo ny nisy azy  nanoloana ny kandidàn’ny Tim sy ny  tsy miankina.

Ankoatra izany anefa, mpanakanto, mpihira sy mpamorona koa ny tenany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Me Razafinjatovo Willy : « tokony halalaka ny TVM/RNM »

« Amin’ny fiainantsika andavanandro izay niainantsika hatramin’izay: ahoana ireo haino aman-jerim-panjakana, TVM sy RNM?Milomano sy miliba irery amin’ny RNM sy ny TVM ny fitondram-panjakana eto amintsika, izay Malagasy toy ny Malagasy rehetra ihany. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny mpahay lalàna, ny Me Razafinjatovo Willy, momba ny volavolan-dalàna fehizoro mifehy ny fifidianana manery ny haino aman-jery amin’ny sehatra tsy miankina hampitovy ny kandidà rehetra mandritra ny fampielezan-kevitra amin’ny fifidianana.

Tsy nampidirina tao amin’ny haino aman-jerim-panjakana ny mpanohitra hatramin’izay. Hovaina ve ny lalàna fa tonga izao ny fifidianana? Raha ny amin’izay fanovana lalàna izay, tokony ho nahitsy fotsiny hoe: tokony ho avela malalaka any amin’ny RNM sy TVM avokoa ny kandidà rehetra, araka ny nambarany.

Fa tsy hoe atao amin’ny haino aman-jery tsy miankina na olon-tsotra izay fampitoviana ny kandidà rehetra izay mandritra fampielezan-kevitra amin’ny fifidianana, satria fivelomany izay. Maninona no teren’ny fanjakana amin’ny lalàna izay ataony ny tsy haino aman-jery tsy miankina? Hanapepoiny ny kandidà fantatra fa ho tafavoaka, tsy hisy hahafantatra raha mipetraka fotsiny amin’izao.

Amin’izany rehetra izany, mbola hanamarin-tena ihany ve ny mpitondra fa tsy misy paipaika sy kajikajy politika… maloto ny volavolan-dalàna fehizoro mifehy ny fifidianana?

R. Nd.

News Mada0 partages

Haino aman-jery tsy miankina : manohitra ny fandrosoana ara-toekarena ny lalàm-pifidianana

Manomboka amin’ny famoahana ny lisitry ny kandidà na lisitra kandidà, tsy azo atao ny fampiasana ny dokambarotra amin’ny haino aman-jery rehetra izay miendrika fampielezan-kevitra amin’ny fifidianana.

 Tsy mazava io And. 115 ao amin’ny volavolan-dalàna fehizoro lah. 05/2018, ny 21 febroary 2018, momba ny fitondrana ankapobeny ny fifidianana sy ny fitsapan-kevi-bahoaka io.

Tsy mahazo mamoaka fandaharana manana endrika dokam-barotra miantso hifidy kandidà koa izy ireo. Hanana vola betsaka very amin’izay tokony ho azony amin’izany ny tsy miankina, satria tsy azo atao intsony ny mamoaka fandaharana dokambarotra ao anatin’ny fifanarahana ara-barotra ho tombontsoan’ny kandidà na lisitra kandidà. Fepetra manohitra ny fandrosoana ara-toekarena izany.

Harahi-maso akaiky ny haino aman-jery

  Manery ny haino aman-jery hitana ny fitsinjaram-potoana fitenenan’ny mpanao politika sy ny fe-potoana ifanarahany amin’ny kandidà na lisitra kandidà ny And. 113. Hahazoan’ny manampahefana misahana ny fandaminana manaitra izay tsy manaja ny fampitoviana ny kandidà amin’ny fe-potoam-pidianana izany fanerena izany.

Amin’izany, afa-mibaiko ny haino aman-jery mba handray ny fepetra tsy maintsy hajaina amin’ny fampitoviana ny kandidà ny manampahefana. Harahin’ny manampahefana maso akaiky izany ny fandaharana momba ny fifidianana amin’ny haino aman-jery.

Mila hampitoviana koa ny fandaharana momba ny kandidà mandritra ny fampielezan-kevitra ofisialy. Mitondra fandaniana vola ho an’ny haino aman-jery tsy miankina izany: tsy maintsy mamokatra fandaharana mitovy ho an’ny kandidà rehetra amin’ny fitsinjarana ny fotoana fitenenana.

Tokony halalaka ny fanohanana kandidà…

 Amin’ny fotoam-pifidianana toy ny amin’ny fotoana tsotra, ny haino aman-jery tsy miankina, ao anatin’ny fepetra faritan’ny lalàmpanorenana, araka ny And. 10: afaka ao anatin’ny fahalalahan’ny fifandraisana, ny fanehoan-kevitra, ny fampahalalam-baovao,  mamaritra mazava ny foto-kevitra ijoroany sy ny fandaharany.

Manimba ny fahalalahana voalazan’ny lalàmpanorenana ny vokatry ny fitantanana mitovy kandidà. Malalaka hanana fijery hafa amin’ny fampahalalam-baovao hafa ny haino aman-jery tsy miankina, ary manome fahalalahana maneho hevitra amin’izay heveriny ho mety aminy ny haino aman-jery tsy miankina.

Any Etazonia, ohatra, malalaka amin’ny fanohanana kandidà ny fampahalalam-baovao. Tsy voatery hifanaraka amin’ny lalàmpanorenana malagasy ny fomba fiasa frantsay, indrindra amin’ny tontolo politika sy sosialy malagasy.

R. Nd.

News Mada0 partages

Le député de Betroka au créneau

Le député de Betroka attise la tension politique au sein du régime par des déclarations tonitruantes qu’il a émises, hier, à Antananarivo, pour demander l’impossible aux dirigeants.

Le président de la Commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale, Jean Nicolas Randrianasolo,  réclame la dissolution du Bureau permanent de son institution pour différentes raisons, dont le retard de l’adoption du code électoral. Il exige également le remplacement de certains ministres allant à contre-courant du programme du régime, selon ses analyses.

A vrai dire, ce député critique les hautes institutions de leur décision sur les critères de nomination des ambassadeurs, tout en fustigeant le président de la République d’un égoïsme privant, ceux qui l’ont soutenu, des avantages jouis par les membres de son parti.

Le député Jean Nicolas Randrianasolo a rappelé qu’il est de son devoir, en tant que représentant du peuple, de tirer la sonnette d’alarme mais les dirigeants sont libres de s’exécuter ou non.

Manou

 

News Mada0 partages

Disparition : Nirhy-Lanto Andriamahazo décède

L’ancien ministre de l’Eau durant la Transition Nirhy-Lanto Andriamahazo est décédé hier. Cet ancien cadre du parti Avi était l’un des fervents supporteurs de la révolution Orange en 2009. Il est devenu par la suite un des leaders du parti Mapar. Une formation politique qu’il n’a jamais quittée en dépit des vicissitudes de la vie du pays depuis la IVe République.

Par ailleurs, il a été candidat lors des législatives de 2013 dans la circonscription d’Atsimondrano. Sur un tout autre plan, il a été aussi un artiste hors pair.

J.P

 

News Mada0 partages

Copies brulées a l’ENMG : aucun accord du Bianco

Le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) a tenu à apporter quelques précisions sur  le dernier incident survenu à l’ENMG récemment, notamment l’incinération des copies d’examen et des procès-verbaux.

En effet, le Bianco a déclaré n’avoir pas été informé de l’intention des responsables de brûler les copies. Pour rappel, l’affaire près sa source après la tenue du concours d’entrée à l’ENMG les 6 et 7 février derniers qui a été par la suite annulée pour suspicion de corruption. La salle dans laquelle ont été placés tous les documents, a été scellée, puis descellée la semaine dernière par la ministre de la Justice, un huissier et le directeur général de l’ENMG. Les documents ont par la suite été brûlés.

Lors de son intervention sur une chaîne privée de la capitale récemment, le directeur général de l’ENMG a expliqué que ces documents avaient été brûlés puisqu’il n’y avait pas assez de place pour les étudiants. Cela d’autant plus que «Le Bianco a déjà pris connaissance de cette intention de brûler les copies», a-t-il précisé.

Le Bianco réplique

Or d’après le communiqué du Bianco d’hier, «Contrairement aux informations véhiculées ces derniers jours, le Bianco n’avait pas eu connaissance de l’intention du ministère de la Justice et de l’ENMG de briser les scellés des portes des salles sécurisant les feuilles de copies des candidats, les procès-verbaux des concours, ainsi que tous les dossiers y afférents, afin de les brûler».

Le Bianco déplore les conséquences de tels agissements, «du fait que ces dossiers font partie des éléments d’enquête concernant les suspicions de corruption et infractions assimilées dans l’organisation desdits concours».

L’organe craint ainsi que cet évènement puisse engendrer la perte de confiance des citoyens envers ces concours et impacter gravement sur la crédibilité du processus de recrutement. Malgré tout, les enquêtes devraient se poursuivre.

Tahina Navalona

News Mada0 partages

Basket-coupe du président : les équipes de la N1B attendues au tournant

Le playoff de la Coupe du président aura un goût particulier. Outre la quête d’une qualification au Top 8, cette deuxième manche verra une bataille serrée chez les N1B en course pour accéder dans la division reine.

Fin de la trêve ! Les 11 équipes qualifiées pour le playoff à Toliara, du 17 au 25 mars, reprennent les armes. Outre les trois formations de la N1A en lice, à savoir Cospn (Analamanga), Cosfa (Analamanga) et Cosmos (Diana), huit équipes de la N1B complètent la liste.

Une compétition dans la compétition animera cette deuxième manche de la Coupe du président chez les N1B. Pour cause, la possibilité pour les deux meilleures formations d’accéder à la division supérieure. «Les 2 équipes N1B Homme, occupant les 1ère et 2e places au classement général de la Coupe du président 2018, accéderont directement en N1A Homme dès la saison 2018», selon la Fédération malgache de basket-ball (FMBB).

Certes, ce ne sera pas encore une manche décisive, mais elle permettra de dégager une tendance sur la suite de la campagne. Quoique les anciens pensionnaires de la N1A relégués la saison dernière partent avec une longueur d’avance, à l’image de MB2All (Analamanga) ou encore USF (Haute-Matsiatra).

Désistements

Le nombre d’équipes participantes à ce playoff est en baisse ! Ainsi, au lieu de 12, elles sont finalement 11 à s’engager définitivement. TMBB (Analamanga) a décliné l’offre alors qu’elle est qualifiée d’office.  Quant à Ami (Vatovavy Fitovinany), bien que qualifiée dans la Zone centre sud, elle a déclaré forfait pour la suite. Pour la remplacer, la FMBB a fait appel à l’AS Fanalamanga (Alaotra Mangoro), classée troisième dans la Zone centre.

Naisa

Liste des formations en lice 

N1A :Cospn (Analamanga), Cosmos (Diana), Cosfa (Analamanga)

N1B :JBC (Atsimo andrefana), BCA (Ihorombe), USF (Haute-Matsiatra), AS Fanalamanga (Alaotra Mangoro), MB2All (Analamanga), ASB (Itasy), Cnaps (Itasy), Sebam (Boeny)

 

News Mada0 partages

La FIFA débarque avec des mesures : l’Association des ligues salue l’initiative

Le moment tant attendu par les sections, les ligues, les inconditionnels du ballon rond malgache et même les observateurs, est enfin arrivé. Depuis hier et jusqu’au 16 mars, une délégation de la Fifa, composée de trois personnes, occupant chacune un poste à responsabilité, est en mission, qui ne ressemble à aucune autre, à Madagascar. Et déjà des mesures ont été prises.

Après avoir ordonné la Fédération malgache et la Commission électorale nationale (CEN) de suspendre temporairement le processus électoral, faisant suite aux plaintes déposées par les ligues régionales sur le non respect du principe d’impartialité lors des élections, la Fifa, par le biais de Luca Nicola, manager des associations membres de la Fifa, de Véron Monsengo-Omba, directeur des associations membres et du développement Afrique-Caraïbes, et de l’unique dame de l’équipe, Segbé Pritchett, va évaluer la situation sur le terrain en vue de dénouer cette crise électorale.

La Fifa à l’écoute. L’association des ligues, représentée par Jacques Ramaroson, approuve hautement cette initiative au nom du sport roi. «On remercie la Fifa et la Caf et on espère que cette mission aboutira à la tenue d’une élection démocratique», a-t-il évoqué.

Et arrivés dans la capitale, tous les présidents des ligues Vatovavy Fitovinany, Haute-Matsiatra et Bongolava, dont l’élection a été pointée du doigt, ont déjà déposé une demande de rencontre avec les émissaires de la Fifa, dans le dessein d’éclaircir certains points. Dans la foulée, la délégation de la Fifa va également s’entretenir avec le Comité olympique malgache (Com), le ministère de la Jeunesse et des sports et bien évidemment, la Fédération malgache.

La fédération acculée

Après avoir analysé et recoupé tous les éléments de plaintes et doléances des ligues, portant sur des violations des dispositions du code électoral et des irrégularités, lors des élections, au niveau de certains clubs et sections, la Fifa a pris plusieurs mesures en vertu des dispositions de l’article 26 du Code électoral sur les manquements, les droits de la Fifa et la conservation des documents.

D’abord, «la Fédération malgache de foot  (FMF) reconnaît que cela est considéré par la Fifa comme une violation grave, d’après les termes de l’article 13 des statuts de la Fifa, la non application des principes et de toutes les dispositions du présent code lors des élections au sein de la FMF et/ou de ses membres». Et sur ce sujet, toute violation entraîne des sanctions prévues par l’article 14 des statuts de la Fifa.

L’autre point important qui a fait débat, est la soi-disant ingérence ou immixtion de la Fifa dans l’affaire interne de la fédération. L’instance internationale a même été taxée d’abus d’autorité par le président intérim de la fédération. A ce titre, «La Fifa a le droit d’intervenir, à tout moment, dans la procédure électorale de la FMF pour contrôler sa conformité et vérifier le respect du présent code ainsi que ses statuts et règlements» et de préciser : «De même, la Fifa peut, selon le cas, suspendre ou annuler la procédure électorale et/ou désigner une administration provisoire pour la FMF». Ce n’est pas encore le cas pour le moment.

JR.

 

News Mada0 partages

Moto – 4 heures honda : une 17e édition à Ambohimalaza

Toutes les forces vives de la discipline ne manqueront pas le rendez-vous pour rien au monde. Le circuit TKM Imerintsiatosika abritera, pour la troisième fois, les 4 heures Honda ce dimanche. Des motards étrangers seront encore au rendez-vous cette année. Tous les ingrédients sont réunis pour cette course d’endurance qui sera disputée sur un circuit varié et original d’une distance de 8 km.

Les équipages seront servis avec les pistes très variées mêlant bourbier, franchissement, obstacles naturels et fabriqués,… L’équipe (ndlr, 2 pilotes et 2 motos) qui réussit à effectuer le plus grand nombre de tours en 4 heures remportera la course. Chaque année, cette épreuve off-road rassemble près de 60 équipages. Cette fois, Claudio Tida (ndlr, champion de Madagascar en titre) va faire équipe avec Pascal Dorseil (La Réunion). Le duo de choc roulera sur une KTM 250 SXF.

«Toutes les catégories seront représentées et le circuit TKM Imerintsiatosika est l’un des plus prisés par les motards. Il est difficile de pronostiquer sur les éventuels vainqueurs de cette course car, presque tous les pilotes de renom seront de la partie, à l’image de Fabien Planet qui a remporté l’édition 2014, Tsitsi Razafimahefa (6 fois champion des 4 Heures Honda), Ranty Ernest ou encore l’Italien Elie Vecchi», a déclaré le président de la Fédération malgache de motocyclisme (FMAM), Dadou Razafindrakotohasina, hier, au siège de Madauto à Andraharo.

Les organisateurs restent fidèles à la formule gagnante avec les dix catégories (2 pilotes/2 motos, licenciés, amateurs, père/fils, vétéran, légende XR, féminin, MV3/ espoir 85 CC, et junior). En tout cas, ce sera une épreuve éprouvante qui servira de test grandeur nature avant la prochaine manche du Championnat national.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Volley-Analamanga : la saison s’ouvre

Aucun répit ! A peine le Championnat des clubs de la Zone 7 Afrique terminé, voilà que les deux équipes malgaches engagées à cette compétition, retrouvent le terrain ce week-end. Pensionnaire de la première division d’Analamanga, l’affiche GNVB (Homme) et VBCD (Dame) animeront la première journée du Championnat régional aux stades annexes de Mahamasina.

Chez les hommes, l’équipe coachée par Honoré Razafinjatovo, en l’occurrence VBCD, hérite du lourd pour son début ce dimanche. Pour autant, l’entraineur de la GNVB n’a pas l’intention de changer la composition de son équipe qui a disputé la CCZ7. Il alignera ses meilleurs éléments tels Manohisoa, Andry be, Dinos, Fenozara ou encore Tolotra.

Côté dames, le désistement de l’équipe B de l’Asi Itaosy a conduit la ligue d’Analamanga à aligner VBCD contre Asi A, samedi. La saison marathon se poursuit pour les protégées de Tony Randriambao, qui entame sa troisième compétition de l’année après le beach-volley et la CCZ7.

Naisa

News Mada0 partages

Us et coutumes : SSM, SMM et les autres

Les conditions de vie durcissent.Conséquence naturelle : le désir de changement s’amplifie, la lutte en ce sens s’intensifie, le tissu syndical se densifie. Si le Syndicat des Magistrats plus que jamais manifeste une grande combativité, les autres syndicats ne sont pas en reste. Le mouvement se matérialise par une initiative à rassembler les forces et ainsi entreprendre des actions communes : Solidarité des Syndicats ! Plus qu’un symbole, porteur d’un message fort, expression d’une détermination à mener avec fermeté le combat. Prendre une dérive politique constitue toutefois un danger en menace pour ce mouvement bien enclenché.

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ;Resaky ny mpitsimpona akotry : Korana mangigina mety hiteraka kotaba mahery vaika

Manantena hisoko miadana toy ny ron-gisa ny fitondrana amin’ny fandrosoana fara-fotoana an’ireo volavolan-dalàna mikasika ny fifiadanana. Na maneno tahaky ny inona aza aty ivelany ny feo milaza ny tsy fankatoavana ny fepetra maro ao anatin’izany volavolan-dalàna izany, mihevitra hanao bao tsy mivily ny governemanta ka tsy hanaiky fikitikitihana ny lahatra atolony.

Manana ny maro an’isa ao amin’ny antenimiera roa tonta, Antenimierampirenena sy Antenimieran-doholona, ny fitondrana ka mazava fa hisosa miadana ny fandaniana an’ireo volavola ho lalàna mahefa. Izany fisosana am-pilaminana eo am-padaniana an’ireo lalàna ireo izany anefa tsy ampy ho antoka hisorohana ny mety ho fisian’ny korontana rehefa tonga ny fampiharana azy. Sanatria arakaraky ny fanakaikezan’ny fotoam-pifidianana ny fandroson’ny rahona manambana fikorontanana.

Ao moa ny alok’ireto lalàna izay tsy ankatoavin’ny olona sy vondrona maro fa efa eo koa ny tandidon’ny disadisa tsy tambo isaina anivon’ny fiaraha-monina. Toy ny nifanao fotoana ny sokajy maro izay samy maneho karazana lonilony samy hafa. Misy ihany angamba ny mpampandotso araky ny filazan’ny fitondrana, fa eo koa ny fahaleovan’ny olona noho ny hetraketraky ny fahasahiranana mitombo tsy misy farany. Hitsikitsika tsy mandihy foana fa ao raha. Ary raha tsy mbola misy ny antony ahatongavan’ny fahatezerana, sarotra no hamporisika ny mponina ho romotra amin’ny tsy misy antony.

Lasa ihany ny sain’ny solombavambahoaka sasantsasany. Ny lanitra ho manga ihany, fa raha mivadika ny toetr’andro eo amin’ny fitondrana ka tsy ho azo antoka intsony ny fitafiana loko manga mety ho izy ihany koa no ho voafaokan’ny rivotra mitondra fanovana raha mitsofoka ho anisan’ny tompon’antoka amin’ireto lalàna voampanga ho tetika fandravana ny fananana vintana sy zo sahala eo anoloan’ny fahalalahan’ny vahoaka hisafidy izay ametrahany ny fitokisany. Ny mpifidy koa efa tonga saina ho azy, tsy mila fanentanana intsony noho izy efa matetika voafitaka. Misy aza milaza fa efa tsidrin-daona mikasika ny fifidianana ny maro eo am-piadrasana an’ilay fotoana hanaovany kendry tohina. Na izany aza, mety ho diso ihany izay tetika izay. Tsy natao ho fanalana alahelo ny fifidianana fa natao ho fiarahana mikaroka ny tsara ho an’ny ho avy. Na eo amin’ny fisafidianana aza, tsy azo adino ny lasa sy ny ankehitriny.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Sambo tsy sakafo

Ce que nous avons craint s’avère.

L’Officiel du 23 février contient, en 1ère page, un Arrêté et une Décision qui se touchent tellement que l’une détruit l’autre…

L’Arrêté dispose que le « Chef du Service » des transports maritimes et du ravitaillement est désigné pour faire partie du comité consultatif.

Très bien ; voilà le Chef d’un Service dont la création s’imposait de par les circonstances qui prendra voix au chapitre.

Mais immédiatement il a le sifflet coupé par la Décision suivante, qui donne délégation au directeur des Finances pour fixer les prix de cessions des denrées réquisitionnées dans la Colonie pour le ravitaillement civil.

Alors – là, franchement – que reste-t-il de la prétendue Chefferie du nouveau service ? À qui devrons-nous nous en prendre quand les vivres seront chers et que les navires brûleront nos escales ? À personne de vivant, de répondant, toujours à l’« increvable » Entité bureaucratique.

Nous répétons que nous n’en sommes pas à la question des personnes. Nous nous inspirons du précepte de M. Clemenceau : Critiquer pour servir.

Quelle que soit la puissance de travail du distingué fonctionnaire dirigeant les Finances, sa mission si délicate et chargée par elle-même ne lui permet pas de voir de près le fonctionnement d’un rouage nouveau qui est à lui seul une très grosse chose puisque de son efficacité dépend l’avenir imminent de la Colonie.

Et cela n’est pas encourageant pour nous autres, Régionalistes – de l’Est, du Nord, de l’Ouest, du Sud, peu importe – que cette obstination dans cette Centralisation à outrance, cause du marasme où se traîne interminablement la Colonie.

Avis

L’Administrateur des Colonies, Chef de la Province et Maire de Tamatave, Président de la Commission Consultative, a l’honneur de porter à la connaissance du public le câblogramme suivant du 6 mars reçu ce jour de Bombay :

« Chambre Commerce Tamatave.

« Pouvons disposer neuf cents tonnes fret sur voilier Tamatave Djibouti six cents francs mètre cube délai deux mois informez maisons – Répondez Gaebele – Hommeliness – Calcutta – Gaebele. »

Tamatave, le 7 mars 1918.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Chronique : irresponsables en liberté

Des individus ayant perdu la raison courent les rues semant une grande frayeur à leur passage. Même si récemment l’un d’entre eux a pu tuer froidement un anonyme, en raison de leur nombre relativement faible ils ne constituent pas le premier des dangers dans le climat d’insécurité actuel. Quoique consciente de l’anormalité de la situation par la possibilité faite à des dérangés mentaux de circuler en toute liberté, la population reste zen, un dysfonctionnement de plus parmi tant d’autres dont elle supporte les conséquences. De plus auprès de qui se plaindre, de quel côté que l’on se tourne rien que des irresponsables, aussi irresponsables que ces « fous ».

Un esprit sain sait sa liberté liée à une responsabilité. Cette notion de liberté conditionnée à une responsabilité, s’est pourtant diluée au fil du temps, quand les plus hauts responsables de l’Etat se savent irresponsables et en abusent. Aussi longtemps que la juridiction spéciale devant laquelle seule ils sont justiciables, ne fonctionne dans la réalité (c’est le cas depuis que cette République est République), ces gens-là n’ont à répondre ni de leurs actes ni donc de leurs malfaisances. Ils sont même mieux protégés que les fous qui eux après avoir commis des actes répréhensibles peuvent être reconnus irresponsables mais seulement suite à une procédure de poursuite judiciaire. Ce qui n’est pas le cas des hauts responsables : quel qu’acte pendable qu’ils aient commis aucune poursuite ne peut être engagée à leur encontre tant que la Haute Cour de Justice n’assume une pleinefonction. A chacun de conclure sur les causes du retard au démarrage de cette juridiction !

Aussi l’argument basé sur l’incompétence de la juridiction  qui a prononcé la condamnation de Marc Ravalomanana semble bien tenir la route, encore faut-il que le condamnéle plaide devant une juridiction de justice. Pour ce coup-ci « s’autoproclamer » libéré d’une condamnation de justice risque de ne pas passer, même s’il argumente sur le fait d’avoir été abusé par une attitude faussement bienveillante du pouvoir. Le pouvoir est parvenu à l’endormir, jusqu’à ce qu’il risque de ne plus avoir le temps d’entreprendre la procédure adéquate. Une palinodie par enfumage d’un « enfumeur ». Là-haut au Palais, Jean qui rit pour ça, Jean qui pleure pour autre que ça ! Arrosés à tour de rôle, l’un et l’autre ne sauront toutefois accorder le ton de leurs jérémiades.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Ambondrona : un nouvel album en chantier

En plus d’une tournée nationale, le groupe AmbondronA sortira son 7e album audio le courant de cette année.

Voilà maintenant 17 ans qu’AmbondronA vole de succès en succès sur l’échiquier culturel. Une longue et brillante carrière qui se résume en 3 albums vidéo live, 4 albums vidéo et 6 albums audio. Après son dernier opus intitulé «Havaoziko», sorti à l’orée de l’année 2013, le groupe de pop rock concocte un autre disque, dans lequel seront listés les morceaux «Tiako hitoetra» et «Maraina vao», déjà sur toutes les lèvres, à peine diffusés sur les médias.

«On prendra tout le temps nécessaire pour travailler sur ce projet qui nous tient à cœur. Ceci étant, l’album sera disponible dans les bacs cette année», a promis Beranto, avant d’enchaîner que «pour la première fois dans l’histoire du groupe,  les œuvres d’AmbondronA seront bientôt distribuées sur les plateformes en lignes payantes».

Antsahamanitra pour ouvrir le bal

Comme annoncé tout récemment, deux concerts successifs inaugureront «AmbondronA 2018 Tour» au théâtre de verdure d’Antsahamanitra, les 24 et 25 mars. Trois heures durant, le pionnier de rock va revisiter ses plus beaux succès et chaque concert sera à la fois différent et complémentaire.

«Nous avons presque parcouru tous les recoins de la Grande île, hormis la région Sava et la ville de Taolagnaro et cette fois-ci, elles seront dans l’agenda du groupe», avance Kix. A noter qu’après avoir écumé les scènes nationales, le chanteur de «Tohizo ihany» va effectuer  une sortie à l’étranger au grand bonheur de la diaspora.

Dans le même registre, beaucoup de fans se sont posé la question si la formation va s’aventurer, cette année, au palais des Sports Mahamasina et notamment, au Coliseum d’Antsonjombe.  «Il faut un début à tout, d’autres dates sont prévues», a rassuré la bande à Honty, Blanc et Ranto.

Joachin Michaël

 

Ino Vaovao0 partages

POLISY BORIBORITANY FAHA-4 : Lehilahy 12 voasambotra nandritra ny fisafoana teny ambodin’Isotry

Lehilahy miisa 12 indray no voasambotra, ny faran’ny herinandro teo nandritra ny fisafoana alina teny amin’ny tetezan’ny Bekiraro sy ny  tetezan-dRamala ary ambodin’Isotry. Nanomboka tamin’ny 6ora hariva ka niafara tamin’ny 6 ora maraina ny hetsika tamin’io fotoana nisamborana azy 12 lahy ireo. 

Misy tamin’izy ireo olona nampiahiahy fa ny sasany kosa jiolahy, araka ny vaovao azo. Taorian’ny fisamborana dia nalaina avokoa ny mombamomba ireo nampiahiahy voasambotra ary noraiketina an-tsoratra sy an-tsary tao amin’ny kaomisaria ary navela namonjy fodiana avy eo, raha ny tatitry ny Polisy ao amin’ny boriborintany fahaefatra ihany. 

Misy amin’ireo voasambotra ihany koa mpiloka amoron-dalana ary marihina fa izy ireo matetika manita-kevitra ka miroso amin’ny fanen dahana rehefa lany ny vola. Raha tsiahivina ny herinandro lasa teo, olona miisa 22 no sarona teny amin’ny Faritra Ambodin’Isotry 3G Hangar, IVO, Andranomanalina, izay nisy mpamaky trano tamin’izy ireo.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA TENY BAZARY BE : Lehilahy nanendaka mpaka sary naiditra am-ponja vonjimaika

Dimy lahy izy ireo no tonga nanafika azy tamin’ny zoma 02 marsa maraina vao mangiran-dratsy. Marihina fa ity farany dia avy nanatanteraka ny asa fanaony andavanandro, dia ny fakan-tsary izany, nandritra ny lanonana fanokafana tamin’ny fomba ofisialy ny jono teto Mahajanga, ny alakamisy 01 marsa teo ka tra-maraina, satria tsy vitsy ireo olona izay mbola nifamezivezy teny amin’ny tora-pasiky ny village teto Mahajanga.

Rehefa maraina niandry ny taksibe hody eny Antanimasaja izy no tojo ireo jiolahy. Natao ny fanenjehana ireo jiolahy, ka tratra teny amin’ny fokontany Marovato Abatoir i Lolos fa ireo namany kosa tafaporitsaka. Nohazonina tao aminy polisy santraly ity tratra ity rehefa saika niharan’ny fitsaram-bahoaka ary niaiky ny heloka vitany izy saingy nilaza fa ny namany no tena nandrava fa tsy ny tenany. Natolotra ny Fampanoavana, ny harivan’ ny talata 06 marsa teo i Lolos, ka avy hatrany dia naiditra am-ponja vonjimaika ny androtr’io ihany.

Ankaotra izay dia mbola karohina ihany koa anefa ilay zatovo tsy ampy taona roa lahy nanendaka ny mpampianany teo aloha teny amin’ny Sotema andro vitsy lasa izay. Nirongatra tokoa tato ho ato izay ity asan- jatovo tsy ampy taona manao io asa fanendahana io eto Mahajanga. Araka izany hentitra ny amin’izany i Tabaly Fabio, kaomisera santraly fa tsy hitsitsy amin’ireo izay tratra na zanak’iza na zanak’iza no manao io asa ratsy io.

INVMGA  

Ino Vaovao0 partages

CEG AMBINANINDOVOKA : Mpianatra 20 nihetsika ambalavelona tato anatin’ny 1 volana

Ny iray tamin’ireo ankizivavy dia inefatra nihetsehan’ ity aretina azo avy amin’ny herin’ny maizina ity. Hatreto araka ny fanazavana azo dia ankizy roapolo no nihetsika izany tao amin’ny sekoly, ka11 hatramin’ny 17 taona eo ireo voany. Ny 16 amin’izy ireo ankizivavy avokoa ary 2 ihany no ankizilahy, araka ny vaovao azo ihany. 

Voalaza fa ao an-tsekoly sy ao amin’ny faritry ny sekoly ihany no mihetsika ny ambalavelona. Nanomboka tamin’ny taona 2010 no nahitana ity trangan’aretina azo avy amin’ny herin’ny maizina ity tao amin’ny sekolim-panjakana ao Ambinanindovoka, hoy ny talen’ny sekoly. Miverimberina ary misy fotoana ny fitrangany ary misy fotoana ihany koa tsy mampiseho azy ao amin’ny sekoly, hoy ihany ny talen’ny Ceg Ambinanindovoka.

Rehefa mihetsika izany dia mirifatra mihazakazaka mafy mamonjy ny trano fivoahana ao amin’ny sekoly ny ankizy. Araka ny fanazavana azo ihany dia tamin’ny taona 2010 no nahitana ody gasy nariana tao anatin’ io trano fivoahana ao amin’ny  sekoly io. Voafaritra izany fa tena aretina ratsy ny ambala- velona ary tsy voajanahary fa tena asan- devoly tokoa.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

« REGION NOUVELLE AQUITAINE » : Manohana ny lafiny fampananana asa ny Malagasy

IMaro ny zavatra tiana hatao sy hajoro eto an-toerana saingy olana ara-teknika sy ara-bola matetika no sakana. Etsy ankilany, tsy manohana fahatany izay tetikasa miainga ny vahiny raha tsy voafaritra tsara izay mety ho fampandrosoana haterany. Mahakasika izay indrindra dia fantatra izao fa hitodika bebe kokoa amin’ny lafiny fampananana asa eto Madagasikara ny «  Région nouvelle aquitaine  ». 

Raha tsiahivina dia efa nanomboka ny taona 2010 izany fiaraha-miasa tamin’ny Malagasy izany, tamin’ny alalan’ny fanavaozana ny «  école régionale  » ho ivon-toeram-piofanana Crfpa Ilofosana ao amin’ny kaominina Analavory. Toy ny sekoly sy ny toeram-piofanana rehetra ihany, nitombo ny isan’ny mpiofana tao an-toerana. Tsy maintsy hampitomboina mifanaraka amin’izay ihany koa araka izany ny fotodrafitrasa. Mbola ny fiaraha-miasa tamin’ny «  région nouvelle aquitaine  » hatrany no nahafahana nanitatra ity sekoly ity. Ity farany izay sady efitrano fiofanana no kilasimandry, raha ny fanazavana. 

Tsara ny mampahafantatra fa misy ny fiofanana an-tselika mahakasika ny fambolena sy ny fiompiana ho an’ny daholobe atao ao an-toerana. Ankoatra izay anefa dia isany mampiavaka ity ivon-toerana ity ihany koa ny fampiofanana ho “entrepreneur agricole” mandritra ny telo taona. Ny delegasiona avy any amin’ny “region nouvelle aquitaine” no tonga nitokana izany fotodrafitrasa vaovao izany tany an-toerana. Araka ny fantatra dia tsy mijanona hatreo ny fanampian’ireto vahiny ireto fa mbola mitohy hatrany. Izy ireo izay nanamafy fa sehatry ny fampananana asa eto Madagasikara mihitsy no hotohanan’izy ireo. 

Fantatra izany taorian’ny fihaonana an-databatra boribory niarahana tamin’ny tompon’andraikitry ny fampianarana teknika tao amin’ny lisea teknika sy ny arak’asa an’i Soavinandriana.    

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

FITONDRAM-PANJAKANA TSY MAHAVAHA OLANA : Miha lavareny ny fahatapahan-jiro manerana ny Nosy

Fampandriana  adrisa ny vahoaka fotsiny ny tena zava-misy  hita amin’izao fotoana izao. Ho an’ny eto an-drenivohitra manokana aloha dia fantatra fa vao mainka naharitra ora maro ny fahatapahan-jiro niseho tao anatin’ny herinandro maromaro izay. Tsy mitombina ny fanambaràn’ny mpitondra Fanjakana ambony sasany fa nifarana hatreo ny delestazy. Mbola misy foana ary matetika sy maharitra ny fahatapahan-jiro, eny fa na ny  any amin’ny Faritra maro manerana ny Nosy aza.

Ny faran’ny herinandro lasa teo izao dia maro no nitaraina fa tena nampijalian’ny fahatapatapahan’ny herinaratra. Naharitra ora maro mihitsy izany ho an’ny faritra marobe. Na «  coupure  » na delestazy no iantsoan’ireo tapi-pahaizana azy, tsy mahalala izany ny vahoaka fa ny zava-misy dia tapaka foana ny jiro. Tsy nohajain’ireo teknisianina ny baikon’ny Filoham-pirenena ny amin’ny fanafoanana tanteraka ny delestazy. Tsy mahavaha olana akory ny fanomezana ny fitantanana ny fitaovan’ny Jirama Mandroseza ho an’ny vahiny sy ny filazana. Mijaly ny vahoaka ary tena leo sy tofoka amin’ity resaka fahatapahan-jiro tsy misy farany ity.

Raha tsiahivina kely ny resaka natao tany aloha dia telo volana no nampanantenaina tany am-boalohany nefa efa hifarana ity  ny fotoam- piasan’ny Filoham-pirenena, tsy hita akory izay vahaolana nahafa-po naroson’ny Fanjakana. Tsy nandroso ary tsy niroborobo ny sehatry ny famatsian-jiro fa vao mainka mikoroso fahana sy mihemotra. Izay nosimbaina ihany no namboarina nefa tsy tafaverina amin’ny laoniny akory.Miteraka olana goavana amin’ny fiainan’ny mponina

 Miteraka fahavoazana goavana amin’ny fiainan’ny mponina ity tsy fahatomombanana miseho hatramin’izao ity. Vokany, fatiantoka amina miliara no azon’ny orinasa tsy miankina sy ny vahoaka madinika manao asa velon-tena mampiasa herinaratra. Saika tapitra simba avokoa ny ankamaroan’ny fitaovana mandeha amin’ny herinaratra any an- tokantranon’ny olona rehetra any. Rehefa misy anefa ny fahavoazana dia ny madinika hatrany no mijinja fahasahiranana. 

Anisany tena vesatra ho an’ny rehetra ny fampiakarana ny vidin-jiro hatramin’ny fiandohan’ny taona vaovao iny,  ka betsaka ireo olona no tsy mahaloa ny sarany intsony. Toa lasa zary ampiakarina fotsiny ny ofany saingy tsy mahafa-po akory ny tolotra omena. Vao mainka aza miha ratsy andro aman’alina. Aiza ho aiza ny andraikitra sahanin’ny Tale Jeneraly vaovaon’ ny orinasa Jirama  manoloana ny zava- misy ? Hoy ireo mpanara-baovao iharan’ny  vesatra. Tsy  hita taratra mihitsy anefa hatreto izay fandraisan’andraikitra raisina.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ASA SOSIALY AO MAHAJANGA : Mbola mitohy ny hetsika ataon’ny « Jaja groupe »

Hatramin’iny taon-dasa iny dia manao tohivakana ny hetsika ara-tsosialy nataon’izy ireo eto Mahajanga. Zava-pisotro mamy isan-karazany no natolony ho an’ireo vehivavy an-jatony avy nanao diabe nandritra ny fankalazana ny andro maneran-tany ho an’ny vehivavy ary nanao be midina teny amin’ireo fokontany ihany koa ny fikambanana, tamin’iny faran’ny herinandro lasa teo iny nitondra fanampiana ireo sahirana ara-pivelomana sy ny marefo. 

Marihina fa fikambanana tsy manao politika, anefa afaka manohana antoko iray izay mitovy firehana aminy ny fikambanana "Jaja", araka ny nambaran’ny filoham-boninahitra. Ankoatra ny hetsika ara-tsosialy fanaon’ ny fikambanana dia efa nanao fanabeazana ireo tanora tamin’ny alalan’ny fanatanjahantena toy ny ady baolina kitra, ka nanolorany ny omby mifahy iray ho an’ireo mpandresy tamin’izany.

INVMGA.

Ino Vaovao0 partages

FAHAZOAN-DALANA MAMILY : Tonga any Mahajanga ireo tompon’andraikitra hanao ny permis biometrique

Efa nampilazaina mialoha ireo manana izany eto Mahajanga ka amin’ny valo ora no fotoana nomena. Olona eo amin’ny 500 eo no nandrasana saingy mety ho tafakatra hatramin’ny 750 araka ny nambaran-dRakotoasimbola Haingotiana Jean Ange, tompon’andraikitry permis. Tamin’ny telo maraina no fantatra fa  tonga ny voalohany... betsaka kosa no tonga taorian’ny tamin’ny 7 ora.

Tamin’ny 8 ora sy sasany teo dia manodidina ny 120 ireo olona tonga. Taorian’izay, mbola nisy hatrany ny nanatona. Malaky fiasa kosa ireto tompon’andraikitra avy any an-drenivohitra ireto. Tamin’ny 9 ora no nanomboka ny fandraisana olona.  Amin’ny 11 ora kosa dia efa 70 mahery ireo olona voaray. 

Tamin’ny 12 ora dia efa 100 mahery. Nilamina tanteraka satria nampiakarina tsifolofolo  tany amin’ny rihana fahatelo ao amin’ny bloc administratif ireo mpikarakara fahazoan-dalana hamily, mba tsy hameno toerana sy hisian’ny korontana. Fantatra kosa fa ny 16 avrily izao no azo alaina ny fahazoan-dalana vita amin’ny sarany dia 40 000Ariary.

Vanessa

News Mada0 partages

Raid des dahalo : zébus volés et maisons brûlées à Ifanadiana

Les dahalo ont mené une véritable razzia dans le district d’Ifanadiana. Ils ont incendié un village avant de partir avec plusieurs têtes de zébus et des objets de valeur.

La terreur s’est installée dans la commune d’Ambohimiera samedi dernier. Une centaine de dahalo dont une vingtaine de femmes ont fait parler d’eux dans cette commune située dans le district d’Ifanadiana. Lourdement armés, ils ont pris au dépourvu les villageois. Certains d’entre eux brandissaient leurs armes, tandis que d’autres tiraient des coups de semonce. La population a vécu un moment de frayeur tout au long de l’attaque.

Les assaillants ont ensuite fait main basse sur les objets de valeur ainsi que sur un certain nombre de zébus.

Les villageois n’ont pas eu le temps d’alerter à temps les forces de l’ordre.

Des maisons réduites en cendres

Pour couronner le tout, les dahalo ont incendié des maisons avant de quitter les lieux. Une dizaine de maisons dont les foyers des responsables de la Direction régionale de l’éducation nationale (Dren) Vatovavy Fitovinany et des temples ont été brûlées.

Après le départ des dahalo, les villageois ont tenté de sauver ce qu’ils pouvaient récupérer. Seules les maisons en dur ont résisté aux flammes. Les constructions en bois sont toutes parties en fumée. L’incendie a laissé des milliers de sans-abri qui se trouvent actuellement dans une situation critique.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Insécurité à Ambalavao : La bande à Rasta démantelée

Longtemps recherchés dans le district d’Ambalavao, Rasta et sa bande ont fini par se faire capturer par les éléments du commissariat de sécurité publique d’Ambalavao.

Rasta est l’un des chefs des dahalo qui écument la région Haute  Matsiatra depuis deux ans. Selon la police, ils sont derrière la série d’attaques qui se sont produites dans la région. Depuis 2016, 16 plaintes ont été déposées au niveau du commissariat d’Ambalavao. Depuis ce temps, l’on sait que 88 zébus ont été volés. L’on sait aussi que Mahaditra, Anjomà, Kirano, Vinanitelo et bien d’autres villages ont été déjà visités par la bande à Rasta.

Ils ont été arrêtés à Betorabato, un village reculé où ils se retranchent après chaque opération. Lors de l’interrogatoire, les bandits ont avoué leur crime.

ATs.

 

News Mada0 partages

«Ny asako rahampitso» : bientôt la 13e édition

Les élèves en classe de seconde de l’établissement public à l’honneur. La  13 e édition de «Ny asako rahampitso», mon métier de demain,  sous la houlette de Rotary club Antananarivo Ainga (RCA Ainga), en partenariat avec le ministère de l’Education nationale (Men), se tiendra dans un premier à Andoharanotsy du 20 au mars et le 27 mars. Puis, l’événement se décentralisera dans les provinces, notamment  au lycée Philbert Tsiranana à Mahajanga,  au lycée Jacques Rabemananjara à Toamasina ou encore au lycée André Resampa à Antsirabe.

«L’extension de la manifestation dans ces zones a été rendue possible grâce à l’implication des Rotary clubs pour cette noble cause», a informé le président de la RCA Ainga, Elyette Andrianasolo Ravalisaona, hier au DLC à Anosy.

En tout,  11 lycées, 136 classes et plus de 7.000 élèves seront ciblés. Dès la classe de seconde, ils auront déjà l’occasion de se familiariser avec les marchés de l’emploi et de bénéficier des conseils d’orientation professionnelle.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Diana : l’axe Ambilobe-Antsiranana rétabli

La situation se rétablit peu à peu dans la région Diana. La circulation routière a repris depuis mardi sur la RN6 après l’installation d’un pont provisoire au PK 580. Le ministre des Travaux publics a annoncé à l’occasion la poursuite des travaux de réhabilitation de routes sur cet axe.

L’axe routier Ambilobe-Antsiranana est de nouveau ouvert à la circulation automobile depuis mardi. Un pont Bailey vient d’être installé à Isesy par le ministère des Travaux publics pour rétablir la circulation. La chaussée s’est en effet affaissée sur une longueur de 18 mètres environ, au niveau du PK 580, suite aux inondations dues aux pluies diluviennes résultant des intempéries, lors du récent passage du cyclone Dumazile dans cette partie de Madagascar.

Un pont provisoire de 20 mètres y a donc été placé pour permettre la traversée des véhicules dans les deux sens où la circulation a été totalement coupée depuis plusieurs jours.

 Des impacts négatifs

En effet, cette défaillance des infrastructures routières s’est déjà fortement répercutée dans la région. La suspension des ravitaillements dépendant de la RN6 s’est fait sentir jusque dans la ville d’Antsiranana où les carburants ont commencé à faire défaut. De longues files se sont formées depuis des jours dans les stations-services, pour des approvisionnements rationnés afin d’éviter les tentatives de stockages des produits inflammables dans des lieux inappropriés.

L’approvisionnement en énergie des réseaux électriques de la région a aussi subi les impacts négatifs de ce début de pénurie ces derniers jours qui s’est étendue dans le domaine de l’approvisionnement en produits de première nécessité (PPN) à Antsiranana avant la mise en service de ce pont Bailey à Isesy.

Manou

 

News Mada0 partages

Droits des femmes : un « espace genre » au MEETFP

Le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP) a marqué la Journée des droits des femmes en inaugurant à Ampefiloha, l’«espace genre». Cette structure permet aux travailleurs, femmes et hommes de promouvoir leur développement personnel et facilite le partage d’expérience entre eux ou avec d’autres acteurs externes sur des thèmes variés.

«Ces échanges et partage auront lieu chaque semaine, à raison d’une heure par séance pour améliorer les compétences des employés», a fait savoir la ministre Marie Lydia Toto Raharimalala. Un atelier de démonstration de recyclage de papier et d’un aménagement de jardin a clôturé cette cérémonie interne du MEETFP, à l’occasion de la célébration du 8 mars.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Enterrement des pestifères : il faut suivre à la lettre le protocole

L’enterrement des cadavres suspects ou confirmés de peste ne posera plus aucun problème comme ce fut le cas dernièrement. Madagascar a finalement adopté le projet relatif à la possibilité d’enterrer les victimes  dans leurs terres ancestrales et même dans le caveau familial. Mais à condition de respecter à la lettre les protocoles déjà définis.

Après quelques mois d’études de faisabilité, suivies de consultations à tous les niveaux et à travers le pays, il est maintenant possible de concilier  coutumes funéraires et sécurité sanitaire. C’est l’objectif ultime de cette initiative conformément à l’application d’un enterrement digne et sécurisé (EDS) des personnes décédées de peste. Désormais, l’ancienne pratique qui consiste à enterrer les victimes dans des fosses communes, en vue de protéger la population d’une éventuelle contamination, n’est plus à considérer.

Et dans le dessein de mettre en pratique cette nouvelle approche, un atelier de validation du protocole des enterrements dignes et sécurisés des personnes décédées de peste s’est tenu avant-hier à l’hôtel Paon d’Or à Ivato. A rappeler que l’épidémie a fait au moins 2.000 cas et 200 décès dans le pays.

D’après la représentante de l’OMS à Madagascar, le Dr. Charlotte Ndiaye, «Il s’agit d’une grande innovation dans la lutte contre la peste à Madagascar où des grandes difficultés ont été rencontrées lors du récent cas d’épidémie dans le pays, notamment le camouflage des cas, le refus de l’enterrement en fosse commune… jusqu’au vol de cadavres pestiférés. Ce qui a rendu difficile la prise en charge et la lutte contre la propagation de l’épidémie».

«Cela pourrait améliorer la prise en charge de l’épidémie, en réduisant davantage la réticence de la population à déclarer les cas, à amener leurs proches à se faire soigner… et par ricochet, de diminuer les risques de propagation de la maladie», a souligné  le ministre de la Santé, le Pr Mamy Lalatiana Andriamanarivo.

Plan d’attaque

Les conditions établies dans ce protocole devraient être pourtant respectées à la lettre pour éviter une éventuelle propagation accidentelle de l’épidémie. De ce fait, avant d’être remis à sa famille pour la veillée funèbre et l’enterrement proprement dit, le corps de la victime doit être traité au préalable pour ne pas exposer les membres de la famille à tout risque de contamination. Des opérations qui doivent être menées par  un personnel qualifié et préalablement formé.

Dans ce sens, le corps doit être lavé avec une solution chlorée à 0,5% dans un délai de 6 h après le décès. Il faut le mettre par la suite dans un «emballage individuel protégé» avant de le placer dans un cercueil scellé et muni d’une double paroi en zinc et en bois.

Selon toujours ce protocole, la veillée funèbre ne devrait pas excéder deux jours. Une durée qui peut être prolongée de un jour au cas où le 3e jour est interdit pour l’enterrement par respect des us et coutumes de la communauté en question.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Asa : des bourses pour les nationaux

A l’intention des élèves malgaches issus des établissements scolaires publics et privés, allant du sixième jusqu’à la classe de troisième, l’American school of Antananarivo (Asa) vient de lancer la 2e édition de son programme «Bourses d’études secondaires» pour l’année scolaire 2018-2019.

D’après les explications, le montant de la bourse varie en fonction du mérite scolaire de l’élève et des revenus de ses parents, accompagnés de pièces justificatives. La prise en charge des frais de scolarité peut aller jusqu’à 90% pour les élèves sélectionnés. Toutefois, il convient toutefois de noter que les frais de scolarité au sein de l’Asa avoisinent les 18 000 dollars par an. En cas d’obtention de bourse, les parents devront encore donc s’acquitter de 2 000 dollars en plus.

Maîtrise de l’anglais

Comme l’Asa est une école d’expression anglaise, la maîtrise de la langue de Shakespeare est ainsi le premier critère de base exigé. «Mes parents m’ont orienté à étudier l’anglais dès la classe de primaire, vu que c’est une langue internationale. Ce qui m’a permis d’être sélectionnée parmi les bénéficiaires de la bourse en 2017», a témoigné Jennifer Fitia Ralison.

A part l’anglais, les postulants devront être citoyen malgache ou résident de Madagascar  et âgés entre 12 et 15 ans à la date du 1er septembre de cette année,  Et enfin, les candidats doivent rédiger en anglais une lettre de motivation expliquant les raisons qui lui ont amené à faire cette demande de bourse.

Les intéressés auront jusqu’à ce vendredi pour déposer leur candidature.

Sera R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatra afaka bakalorea3% ihany no tafiditra amin’ny oniversite

Ambany dia ambany ny taham-pahafaham-pidiran’ny mpianatra malagasy afaka bakalorea eto amintsika ho amina rafitry ny oniversite eto Madagasikara raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra amina oniversite tsy miankina iray etsy Ambodifilao nandritry ny fampahafantarana tamin’ny fomba ofisialy ny fisokafan’izy ireo omaly.

 3% raha toa ka 70% ny any amin’ny tany mandroso. Enim-bolana aorian’ny fametrahana ny fangatahana alalana hisokatra anefa, raha ny fanazavan’izy ireo, vao mivaly ny fahazoan-dalana. Ho fitsinjovana ireo tsy manana fahafahana hidirana amina oniversite tsy miankina, indrindra, noho izany dia nivondrona ireto tompon’andraikitra nahatsiaro ho nahazo tombony tamin’ny fanampiana teo amin’ny fianarana ireto hanangana oniversite iray amin’ny sarany mora.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Olom-boafidy sa olom-boavidy !

Lasa resabe indray ny savorovoro tetsy amin’ny lapan’ny antenimieram-pirenena Tsimbazaza omaly.

 Niteraka korontana sy adihevitra ny resaka fandaharam-potoana sy ny olona afaka nanatrika izany, ka saika niafara hatramin’ny ady totohondry teo amin’ny samy solombavambahoaka aza. Nampisavorovo sy lasa olana ho an’ny solombavambahoaka mpomba ny fitondrana HVM moa ny fanatrehan’ny mpanao gazety ny fotoana, ka dia raikitra ny sakoroka, ka nantsoina hatramin’ny mpitandro ny filaminana handamina. Nisy mihitsy ny tsy nahafehy tena sy toa tsy niraharaha intsony ny haja amam-boninahitra ananany amin’ny maha olom-boafidy azy, ary tsy mendrika akory amin’ny maha solombavambahoaka ny vava navoakany. Vitan’ny depiote Rabetafika Roberthine voafidy tany Matsiatra Ambony iny ny nanompa sy nanivaiva ny mpanao gazety ho maimbo helika. Tsy manan-tahotra amin’ny vava havoaka ve satria akaiky ny fitondrana sy mirehareha amin’ny fahefana ? Olom-boafidy manana ny maha izy azy sa olom-boavidy baikoina hanaotao foana ? Teny an-toerana ny minisitra iray tokony hiaro ny mpanao gazety, saingy tsy hay na mety aminy ireny na hisy ny fanamelohana hataony, fa ny mpanao gazety rehetra tonga teny an-toerana kosa dia tofoka sy nanameloka ity farany. Manala baraka ankitsirano ny andrim-panjakana misy azy. Hisy ve ny fanamelohana hataon’ny antenimiera sa homena rariny ny fanivaivana sy fanompana ny mpanao gazety satria manelingelina ny hafa ? Inona ihany koa ny zavatra kimaizimaizina tiana hafenina ao anatin’ny raharaha, ka hanaovana roaka alika ny mpanao gazety ? Mila lalao madio sy mazava dia milamina ny raharaha raha tena ampiharina tokoa ilay hoe lapan’ny demokrasia e !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Filaharam-behivavy tao Betafo AntsirabeNy lehilahy mpiaro ny zon’ny mpanjifa no nahazo fandrahonana

Nanana ny nampiavaka ny fanamarihana ny 8 martsa, andron’ny vehivavy maneran-tany tamin’ity taona 2018 ity ny vehivavy tao amin’ny distrikan’i Betafo Antsirabe,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby Terres en MêléesHo any Andafy i MITAIZA na i Marcelia

Tamin’ny firesadresahana taminy tao amin’ny IFM na Institut Français de Madagascar Analakely ny andron’ny 8 martsa lasa teo ka nandefasana teto Antananarivo an’ilay horonantsary fanadihadiana “La jeune fille au ballon ovale” novolavolain’ny fikambanana Terres en Mêlées sy narindran’i Christophe

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin’ny ambany tanànaMiaina anaty loto tanteraka

Mbola miangona eran’ny tanàna ihany ny rano maloto ao amin’ny fokontany Manarintsoa Atsinanana amin’izao na dia efa andro maromaro aza no tsy nirotsahan’ny ranon’orana intsony.

 

Noho ny fahasimban’ireo motera telo amin’ny efatra, ao amin’ilay “station de pompage”  izay misintona ny rano maloto ao amin’ity fokontany iray ity sy ny manodidina rehetra, no voalaza fa antony ary mandefa izany any amin’ny lakandranon’Andriantany.  Nisy ny fitarainana efa nataon’ny fokontany teny anivon’ny kaominina Antananarivo  Renivohitra sy ny distrika, araka ny fanazavan-dRaharimampionona Nirina, sekreteram-pokontany ao an-toerana, ho fitandroana ny fahasalaman’ny mponina. Fantatra fa hotanterahina amin’ny volana aprily ilay tetikasa hanalana ireo tsikafona be izay manampina ny vavan’ilay “station de pompage” ao an-toerana. Horariana vato iray manontolo ihany koa ilay toerana ivarinan’ny rano avy any amin’ireo fokontany manodidina rehetra. Efa misy moa ireo dokotera  avy amin’ny CSB II entina fiara mandehandeha mijery ny fahasalaman’ireo  mponina eny an-toerana noho izay rano miandrona eran’ny tanana izay. Maro mantsy  ireo  karazan’aretina mety ho avy amin’izy ireny toy ny tazo mahery, ny kohoka…. Mikasika ilay asa tanamaro manokana dia fantatra fa ny fokontany ihany no miantoka ireny izay handoavana 40.000 Ar isaky ny mandeha.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina Kitra MalagasyTonga handamina ny FIFA

Tonga eto Madagasikara nanomboka omaly 13 martsa ny solontenan’ny Federasionina Iraisam-pirenena momba ny baolina kitra na ny FIFA sy Kaonfederasiaonina Afrikanina na ny CAF.

 

 Miisa 3 izy ireo dia i Segbé Pritchett, mpiandraikitra ny mpikambana avy amin’ny Firenena Frankofonina, Véron Mosengo-Omba, Tale misahana ny fampandrosoana ho an’i Afrique-Caraïbes, ary i M. Luca NICOLA, Mpitantana sy mpandrindra eo anivon’ny FIFA. Anton-dian’izy ireo ny hijery ny toe-javatra tsy araka ny tokony ho izy nataon’ny mpikarakara ny fifidianana (CEN) sy ny Federasionina Malagasy (FMF) tamin’ny fifidianana teny amin’ny Seksionina sy ny ligy, ary indrindra hijery ny hanohizana ny fifidianana izay ho filohan’ny FMF. Tokony ho natao ny 10 martsa teo ny fifidianana filohan’ny FMF, saingy nahemotra. Tena fifidianana avo lenta sy hanehoan’ny mpifaninana ny tanjany ara-bola, toy ireny fifidianana filoham-pirenena ireny izy io. Etsy an-kilany, misaotra ny FIFA sy ny CAF ny fikambanan’ireo ligy tamin’ny anaran’ny filohany Jacques Ramaroson. Mangataka ny FIFA sy ny CAF mba handinika ny tokony hatao amin’ny fitohizan’ny fifidianana madio sy mangaraharaha ihany koa izy ireo. Efa tonga eto Antananarivo avokoa ireo filohana seksionina rehetra avy any Vatovavy Fitovinany, Matsiatra Ambony ary Bongolava, ka hangataka fihaonana amin’ny FIFA sy CAF hanazava ny zava-nitranga marina izy ireo, izay nisaotra sahady ireto rafitra ambony indrindra amin’ny baolina kitra ireto namaly ny fitarainan’izy ireo, ka hijery izay mahasoa ny Baolina Malagasy. Maniry ny mba hitohizan’ny fifidianana amin’ireo  faritra tsy mbola nahavita. Mandritra izao fandalovany eto Madagasikara izao dia hihaona amin’ny FMF, ny komity mpikarakara ny fifidianana (CE), ny Komity Olimpika Malagasy (COM), ny minisiteran’ny tanora sy ny fanatanjahantena Malagasy (MJS) ireto delegasionina ireto. Fandaminana sy famahana ny olana no atao ary manantena ny mpankafy baolina kitra fa tena hahitam-bokatsoa tokoa izao hetsika izao ary ho vita soamantsara tsy misy romoromo ireo fifidianana rehetra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Adala mirenireny eto an-drenivohitraNy fanjakana no tompon’andraikitra voalohany

Mitombo isa hatrany ireo olona adala mirenireny eto an-drenivohitra sy ny manodidina tato ho ato.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Zaridaina eny AnosyMbola betsaka ireo asa tsy vita

Tsy mbola vita tanteraka amin’ny ankapobeny ny fanavaozana sy ny fanamboarana ny zaridaina etsy Anosy izay navadika ho toeram-pitsangantsanganana sy fialan’ny ankizy voly.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandorana dosie tao amin’ny ENMGTsy hampihemotra ny Bianco

Namoaka fanambarana manoloana ny raharaha fandorana ny taratasim-panadinana tao amin’ny sekoly ambony manofana ho mpitsara sy mpiraki-draharaha na ny ENMG ny teo anivon’ny Bianco omaly. Nanamafy ity sampandraharaha ity fa naheno sy nahalala ny zava-niseho.

 Nodorana ny taratasim-panadinana, ny firaketana an-tsoratra, ary ny dosie rehetra mifandraika amin’ny fanadinana natao ny 6-7 febroary lasa teo, izay nofoanana noho ny fiahiahiana resaka kolikoly. Tsara anefa ny manamarika, fa nohidiana teo imason’ny vadin-tany ny trano nisy izany mba hitandroana ny hasin’ny fanadinana, saingy novohaina nakana ireo taratasy nodorana. Nanamafy ny ny Bianco teo anatrehan’ny zava-nisy fa zava-dehibe tsy azo ihodivirana amin’ny ady amin’ny kolikoly ny fanaraha-maso ny fifaninanam-panjakana. Antoka lehibe hahafahana mampitovy ny zanaka Malagasy amin’ireny fifaninanam-panjakana ireny ihany koa, ka ny fahaizana no tena hikaonty. Nitsotra kosa ny teo anivon’ny Bianco fa tsy nahalala ny resaka famakiana ny toerana nanidiana ireo taratasim-panadinana niraketana, ny firaketana an-tsoratra, ary ireo dosie isan-karazany. Ireo dosie ireo anefa dia anisan’ny mety mbola ilaina amin’ny fanadihadiana momba ny fiahiahiana kolikoly tamin’ity fanadinam-panjakana ity. Nanamafy ny Bianco fa vao mainka nanamafy ny fahaverezan’ny fitokisan’ny olom-pirenena amin’ireny fifaninanam-panjakana ireny ny toe-javatra niseho tamin’ity raharaha ENMG ity. Na inona na inona nitranga dia maneho ny fahavononany hanohy ny fanadihadiana ny Bianco, na teo aza ny fanjavonan’ny porofo manan-danja sasany tao anatin’ny toerana nitazonana ny antontan-kevitra, izay efa nohamarinin’ny vadin-tany ny nanidiana azy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Patrick RaharimananaNohadihadian’ny zandary nandritra ny 7 ora

Dosie miisa 3 no nanaovana fanadihadiana an’i Patrick Raharimanana teny amin’ny Toby Ratsimandrava Andrefan’Ambohijanahary omaly talata 13 martsa, ka naharitra 7 ora ny fanadihadiana natao azy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ho avy ilay andro…

Ho avy tsy ho ela ilay antoandro hafakely.Efa feno mpivarotra kiririoka sahady i Tsaralalana sy Analakely.Io manko ilay Dimy minitra hiarahan'ny rehetra mientana. Hanehoana faobe ny ady amin'ny tsy fahandriampahalemana.

 Dia mba lasa ho aho ny saiko hoe ianareo mpitondra ve ?

Mba hampaneno anjombona koa eny an-dalambe ?

Sa ianareo milamina tsy misy atahorana intsony ?

Fa izahay vahoaka no mitebiteby lava tsy mba mety ho tony !

 

Ireo Miaramila sy bebaoty mpanenjika vahoaka

Mety hahazo baiko hoe ireo ny "grenady" apoaka

Amin'izay mba mandray anjara koa amin'ilay fitakiana 

Angamba rey olona dia ho atoandro hahavariana. 

 

Ny aza hitako fotsiny hoe hisy hangalatra indray ny lakolosim-piangonana

Dia tsy afaka ny hampaneno ny azy ireo diakona sy loholona.

Ity ary no hafatra fohy ho antsika rehetra handray anjara

Hampanenoy mafy be mba horaiketin'ny tantara.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aretin’i MadagasikaraSarotra sitranina

Niaiky ny rehetra fa niha mafy hatrany ny krizy teto Madagasikara, indrindra taorian’ireo fifidianana efa nandalo ary tsy mbola nisy voavaha.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lisi-pifidianana etsy amin’ny fokontany FMAAMbola naverin’ny Ceni ihany ireo maty sy efa nifindra miisa...

Nanao fanamarinana ny lisitr’ireo mpifidy ao amin’ny fokontany FMAA (Faravohitra-Mandrosoa-Ambatonakanga-Antsapanimahazo) ao amin’ny boriborintany voalohany ny tompon’andraikitra iray ao an-toerana tafaresaka tamin’ny Tia Tanindrazana omaly.

Tia Tanindranaza0 partages

Filoham-pirenena Indiana tonga eto MadagasikaraHanamafy ny fiarovana ny tombontsoan’ny Karana

Hanatanteraka fitsidihana ofisialy eto Madagasikara ny filoham-pirenena Indiana, Ram Nath Kovind sy ny vadiny manomboka anio alarobia 14 ary hitohy rahampitso alakamisy 15 martsa.

 

 Raha araka ny fandaharam-potoana dia anio amin’ny 10 ora maraina izy no higadona eo amin’ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena Ivato. Aorian’izay dia hihaona amin’ny filoham-pirenena Malagasy Hery Rajaonarimampianina etsy amin’ny lapam-panjakana Iavoloha. Hisy ihany koa ny fanokanana ilay ivontoerana Géo-informatika ampiasaina amin’ny fampandrosoana ny tontolo ambanivohitra (OGARD). Ny alakamisy kosa no hanatanterahana ilay Business Forum Madagascar harahan’ilay fikaonan-doha ataon’ny SEM etsy amin’ny anjerimanontolo Ivato. Raha tsiahivina dia 25 000 ny isan’ny Karana eto Madagasikara ary ny ankamaroan’izy ireo dia mankato ny finoana Silamo. Misy ireo mpanefoefo be manana razam-be Karana izay efa Malagasy taratasy ankehitriny no sady manana ny zom-pirenena Frantsay ihany koa  monina eto Madagasikara tahaka an’i Ylias Akbaraly, tompon’ny Sipromad sady tompon’ilay tranobe mijoalajoala eny Ankorondrano izay manana harena  hatramin’ny 710 tapitrisa dolara na 221 165 000 000 Ar (1dolara=3115Ar). Manaraka azy ao i Hassanein Hiridjee tompon’ny Telma sy ny BNI Madagascar, tombanana ho 705 tapitrisa dolara  harenany. Ambara fa miazona manodidina ny 20%-n’ny toekarena eto Madagasikara ny Karana ary tsy azo ihodivirana intsony amin’ny fampandrosoana ny firenena. Inoana, araka izany, fa antony ara-toekarena goavana no ahatongavan’ny filoha Indiana eto ary tsy maintsy misy ifandraisany amin’ny fiarovana hatrany amin’ny tombontsoan’ny Karana.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Gidragidra noho ny fifidiananaAzo sorohana tsara

Ny diplaomasia tsy maintsy asiana rehefa miresaka. Nilaza ny tompon’andraikitra eoropeanina fa hanampy amin’ny fiatrehana ny fifidianana ny ECES izay miasa eto amintsika omaly nandritry ny fampahafantarana ny tetikasan’izy ireo ho fisorohana sy fitantanana ny ady mety hitranga mandritry ny vanim-potoan’ny fifidianana.

 

 Manahy ny hisian’izany ihany anefa izy ireo, raha ny fampahafantarana ity tetikasa antsoina hoe PEV Madagasikara ity omaly. Samy tsy nahitana filaminana avokoa mantsy na ny taona 1972 na ny 1989 na ny 2001 na ny 2006 ary nihamafy hatrany ny krizy naterany. Anisan’ny miteraka korontana ny firehana politika, ny tsy fahampiam-baovao, ny hetsika eny amin’ny oniversite fa eo koa ireo herisetra ara-moraly sy araka ny rafitra misy eto amin’ny firenena. Ahoana no hisorohana izany tsy hitranga amin’ity 2018 ity ? Io no fanontaniana napetraka. Vahaolana naroso ny fanapariaham-baovao amina tambajotra maro samihafa sy ny fanentanana isan-karazany. Amin’ny maha tetikasa azy anefa dia mbola noraketina anaty boky be izy io fa ny fanatanterahana azy tsy hay na tena hahomby na resaka mandany jiro toy ny hatramin’izay.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieram-pirenenaNisavorovoro tanteraka

Nitrangana savorovoro teny amin`ny Antenimieram-pirenena Tsimbazaza omaly ka tsy tontosa ny ``commission plénière" amin`ny fandinihana sy fandaniana ny lalàna fehizoro mifehy ny fifidianana.

 

Efa tsy voaisa intsony ny fampatsiahivana ny fitondram-panjakana sy ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana fa maro ny tsy fahatomombanana tamin’ny fikarakarana. Raha ny zava-niseho, nisy ny fihetsika tsy mendrika nataon'ireo solombavambahoaka sasantsasany satria horakoraka sy siotsioka tsy nifandrenesana no nisy tao an-dapa. Amin`ny ankapobeny, lany tamin'ny tsangan-tanana ny fanekena ny fanatrehan'ireo mpikambana avy ao amin'ny governemanta ny fandaniana ny lalàna kanefa tsy neken'ireo solombavambahoaka vitsivitsy. Lany ihany koa ny tsy fanatrehan'ireo mpanao gazety izany kanefa dia nisy solombavambahoaka nanao amboletra nanokatra ny varavarana nampiditra ireo mpanao gazety ka raikitra ny savorovoro. Raha zohina, fanakorontanana teo anivon`ny Antenimieram-pirenena no nataon`ny depiote sasany. Teo ihany koa anefa ny di-doha sy fanazavana ara-teknika ary teny tsy valiana hatrany ka nanambara fa tsy misy mihitsy irika ahafahana mangala-bato satria tomombana sy manara-penitra ny fikarakarana rehetra.

Fitondran-tena

 

                                                                                                    Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Misaona ny MAPARNodimandry i Nirhy Lanto Andriamahazo

Nodimandry omaly talata 13 martsa tamin’ny iray ora maraina teny amin’ny Espace Médical Mpitsabo Mikambana Ampasanimalo i Nirhy Lanto Andriamahazo.

 

 Efa minisitry ny rano nandritra ny fitondrana tetezamita izy ary mpanolotsaina an'i Andry Rajoelina fony ity farany ben'ny tanànan'Antananarivo. Anisan’ireo olobe nianteheran’i Andry Rajoelina ny tenany, raha vao nanomboka niditra tamin’ny tontolo politika ity farany. Tao anatin’ny antoko AVI i Nirhy Lanto Andriamahazo no niova loko niara-dia tamin’i Andry Rajoelina niainga tamin’ny fitantanana ny tanànan’Antananarivo, nizotra nankany amin’ny fanonganam-panjakana ny 2009, hatramin’ny fiafaran’ny tetezamita ny taona 2013. Nirotsaka hofidiana solombavambahoaka teny Antananarivo Atsimondrano tamin’ny alalan’ny lokon’ny MAPAR izy ny taona 2013, saingy tsy lany. Tsy dia re feo intsony taorian’izay fa somary nangina. Nandeha nandalim-pahaizana tany Frantsa, ka anisan’ny nianarany tamin’izany ny tontolon’ny Siansa ara-politika sy ny fifandraisana Iraisam-pirenena na ny “Sciences politiques et Rélations Internationales”. Manampahaizana momba ny hainteny sy haisoratra Malagasy ihany koa i Nirhy Lanto Andriamahazo, ka efa nampianatra izany teny amin’ny anjerimanontolon’Antananarivo tao amin’ny Sampana Malagasy taorian’ny tetezamita. Ankoatra izay, mpanakanto ihany koa izy satria sady mihira no havanana amin’ny fitendrena gitara. Nanao hosodoko ihany koa ity minisitra tamin’ny tetezamita ity.  Ny Gazety Tia Tanindrazana dia mirary fiononana feno ho an’ny fianakavian’i Nirhy Lanto Andriamahazo manontolo.

 

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady teny amin’ny fitsaranaResy ny fanjakana

Nofoanan’ny filankevi-panjakana omaly ny didim-panjakana manaisotra ny tonia mpampanoa lalàna ambony,

 

La Vérité0 partages

Décoration à titre posthume des artistes - Le ministre fait-il de la discrimination ?

Depuis la fin de semaine jusqu'à maintenant, les yeux des observateurs sont tournés vers le ministre de la Culture, de la promotion de l'artisanat et de la sauvegarde du patrimoine. Après la mort subite de Tovoherizo Michaël Eric dit Djaig, chanteur et membre du groupe Spesialista, beaucoup attendaient de pied ferme la décision que le ministre va prendre concernant la décoration de cet artiste. Apparemment, la situation est pire que l'on le croyait. Selon les informations recueillies, ni Jean Jacques Rabenirina ni aucun représentant d'ailleurs n'ont pris le temps de rendre un dernier hommage à cet artiste pendant que la dépouille était encore à son domicile, à Namontana.

En tant que premier responsable et surtout premier ami des artistes, le ministre devrait être le premier à venir sur les lieux après une telle tragédie. Non seulement il n'est pas venu présenter ses condoléances à la famille mais également il n'a pris la peine d'envoyer un représentant. Ce qui a, normalement, choqué plus d'un. Par ailleurs, plusieurs membres du syndicat des artistes présidé par Paul Bert Rahasimanana dit Rossy sont venus nombreux présenter leurs condoléances à la famille de leur camarade.Des questionsCe geste du ministre a donc suscité de nombreuses réactions notamment en ce qui conserne la décoration. Beaucoup se sont posé la question comme quoi le ministre fait-il de la discrimination ? Quel genre d'artiste mérite d'être décoré à sa mort ? Puisqu'il n'est plus à rappeler que le ministre lui-même a couru pour décorer des grands noms de la musique ou d'autres disciplines lors de décès de ceux-ci. Or, même rendre un dernier hommage à Djaig, il ne l’a pas fait. Peut-être que ce dernier serait d’une condition humble tout comme le groupe dont il était membre? Une question pertinente qui mérite une réponse venant du ministre. Ce dernier qui, comme d'habitude, ne va faire aucun communiqué, car même lui n'est pas trop proche avec les journalistes culturels... Dommage!  A noter que ce n'est pas la première fois que ce ministre ‘commet’ une grave erreur de ce genre. Plusieurs artistes de renom décédés n'ont pas également mérité de décoration de la part du ministre. En fait, ce n'est pas vraiment la distinction qui est la plus importante mais le respect qu'on doit à l'artiste après tout ce qu'il a réalisé pour l'art et la culture en général. En tout cas, l’inhumation de cet artiste s’est déroulée dans l'après-midi d'hier à Anjomakely Andohaony Bongatsara, en présence de la famille, du groupe Spesialista, des amis et quelques artistes.T.A.

La Vérité0 partages

Enseignement - La disparité des salaires dénoncée

Une rémunération médiocre. La plupart des enseignants, que ce soit dans les établissements publics que ceux privés, dénoncent les salaires misérables malgré l’importance de leur métier. En fait, les enseignants se chargent de l’éducation des élèves, lesquels passent la plupart de leur temps en classe. Pourtant, ceux travaillant dans le primaire ne gagnent qu’entre 80 000 et 150 000 ariary par mois contre 120 000 à 200 000 ariary pour le secondaire. Ce salaire mensuel est plus élevé pour les enseignants fonctionnaires, qui touchent entre 150 000 et 300 000 ariary. D’ailleurs, le diagnostic de la question enseignante, présentée hier dans le cadre de son lancement à Madagascar, tient compte de la disparité de salaires entre les enseignants fonctionnaires et ceux non fonctionnaires. Cette différence considérable devrait être remise en question d’autant plus que les enseignants effectuent les mêmes activités au profit des enfants malgaches. 70% du budget alloué aux soldesQuestionné à ce sujet, Lalaharontsoa Rakotojaona, Directeur de l’enseignement secondaire et de la formation de masse auprès du ministère de l’Education nationale (MEN) a avancé que « 25% du budget de l’Etat sont alloués à l’éducation ». « 70% de ce budget sont destinés pour le paiement des soldes des enseignants, au nombre de 100 000 et plus dans tout Madagascar. Environ 40% d’entre-eux sont des enseignants fonctionnaires. Réviser à la hausse le salaire de ces enseignants causera un impact budgétaire colossal », avance notre source. Toutefois, les responsables tiennent compte des  conditions de travail des enseignants, en définissant des mesures pour récompenser les méritants. L’attribution de bonus fait partie des perspectives pour compenser les salaires dérisoires, selon les informations recueillies. Aussi, le MEN s’engage à définir une stratégie pour payer à temps les subventions des enseignants non fonctionnaires, afin qu’ils puissent s’assurer de l’enseignement sans absence ni manque de concentration.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Football- Ligue Analamanga D1 - As Adema cartonne et caracole en tête

Après  six journées de  compétition,  le Cosfa, l’unique équipe d’Analamanga  parvenue à se hisser en finale de la coupe nationale, n’a toujours pas vu la moindre lueur au championnat régional.  Les militaires  cartonnent toujours dans la zone de relégation devant le Mi20 avec trois points sur son compteur. Du  côté de l’As Adema, malgré un départ de la majorité de ses joueurs  ayant rejoint d’autres clubs, l’équipe de l’aéroport commence à voir les fruits de son travail grâce à la relève. 

L’équipe reste en tête du classement. C’est seulement  à la quatrième journée que l’équipe  a été devancée, après sa défaite face à Tana Formation.  A l’issue de la sixième journée d’hier, l’As Adema garde son fauteuil de leader dans la compétition avec 13 points, après un match nul d’un but partout (1-1) face au Cosfa. Rappelons que ce dernier a été humilié (3-0) par l’équipe d’Ivato lors de la cinquième journée.  Elgeco Plus monte en douceur à la seconde position, crédité de 12 points, à égalité de points avec l’Uscafoot, qui monte sur le podium. Mais la formation de Herimanitra Rabeharisoa alias Hery Be devance l’équipe de la Commune Urbaine sur  goal average.  Après avoir pris la place de leader, à la quatrième journée, la descente aux enfers des Fosa continue. Le compteur de l’équipe est bloqué à 10  points.  Après cela,  les protégés de Franck Rajaonarisamba descendent au pied du podium devant TFC qui complète le top 5 avec 7 points.  Une nouvelle affiche mettra aux prises les dix équipes pour le compte de la 7ème journée (Aller) prévue dimanche et la 8ème journée (retour) programmé le mercredi 21 mars. Voici le programme du dimanche 18 mars.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

67ha - Quatre individus interpellés pour escroquerie

En cette époque où seuls les étrangers sont considérés comme ayant un grand pouvoir d’achat, cela fait donc le chou gras des escrocs de tout acabit de la place. C’est ce qui s’est produit lundi dernier au 67ha où les hommes de la Brigade criminelle ont interpellé quatre individus. Ces derniers sont incriminés d’arnaque concernant une vente de présumée « huile de corail noir ». Leur victime : une dame laquelle a été extorquée de la somme de 1,8 millions d’ariary. Elle ne s’est finalement rendu compte de la supercherie que lorsque ces inconnus ont encore essayé de lui demander 6 millions d’ariary ! Elle a alors porté plainte.

Tout a commencé par le piège que ces escrocs lui ont tendu. En se qualifiant de pasteur, l’un d’eux lui a alors expliqué qu’il peut trouver du corail noir. Pour mieux la convaincre, l’énergumène ajoute qu’il connait un ressortissant étranger qui peut acheter ce produit rare à prix fort. Le but du bandit est de la convaincre à participer dans cette soi-disant affaire de gros sous. Ayant mordu à l’hameçon, la dame négocie alors le prix et l’achète.Dans tout cela intervint un deuxième larron, un supposé expert. En feignant de se livrer à tester son corail, ce dernier donne son diagnostic et annonce la couleur à la femme : le produit est de qualité et authentique. C’est là qu’entre en scène un troisième larron, mais cette fois-ci par téléphone. Il feint de parler dans une langue étrangère et déclare son intention d’acheter l’huile. Mais puisqu’il se trouve encore à l’extérieur, il recommande à la femme, de plus en plus dupée, de donner un acompte à ces démarcheurs et a promis de payer la totalité du prix  une fois qu’il sera arrivé au pays ! C’était dans ces circonstances qu’elle leur a remis en toute confiance les 1,8 millions d’ariary. Mais elle devenait plus méfiante lorsqu’ils lui ont encore demandé l’autre somme et a décidé d’en parler à la Police.Après son audition, la Police a monté un plan afin de piéger les arnaqueurs. Le traquenard consistait à leur fixer un rendez-vous pour que la cliente puisse leur remettre les 6 millions restants au 67ha. En s’y rendant, les escrocs étaient donc tombés dans le piège. En revanche, la Police n’a pu trouver les traces de celui qui s’est déclaré évangéliste, actuellement recherché. Morale de l’histoire : il ne faut pas être aussi dupe que cette victime devant toute proposition douteuse, surtout lorsque d’importantes sommes sont en jeu…Franck Roland

La Vérité0 partages

Visite du Président Indien - Vers une augmentation des investissements indiens à Madagascar

 Une grande première dans l’histoire de la coopération malgacho – indienne. Comme annoncé, l’avion qui transportait à son bord une délégation dirigée par le Président de la République de l’Inde, Ram Nath Kovind, et son épouse, Savita Kovind, a atterri à l’aéroport d’Ivato  dans la matinée d’hier.  Le chef de l’Etat indien sera en visite d’Etat de deux jours et est accompagné d'une délégation composée de Shri Ashwini Kumar Choubey, Ministre d'État chargé de la Santé et du bien-être familial, et de quatre membres du Parlement ainsi que des hauts fonctionnaires du Gouvernement. Une équipe gouvernementale sous la houlette du Premier Ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana a fait le déplacement à Ivato pour accueillir la délégation présidentielle. L’on pouvait également apercevoir de nombreux indiens résidant à Madagascar, qui sont venus sur les lieux, brandissant des drapeaux indiens.

La délégation s’est, par la suite, dirigée à Iavoloha où le Président indien s’est entretenu avec son homologue malgache, Hery Rajaonarimampianina. A l’issue de cet entretien, les deux hommes ont « réaffirmé le souhait commun de renforcer la coopération dans les domaines suivants : économique, commercial, technique, éducatif, scientifique et culturel ». Sur cette lancée, l’augmentation du volume des investissements du secteur privé indien à Madagascar dans des secteurs clés est envisagée.Extension de coopérationLa coopération bilatérale s’étendra aussi dans le domaine de la pêche durable, la connectivité maritime, la gestion des ressources marines, la promotion de l'écotourisme, le contrôle de la pollution et les études relatives à la mer. Dans l’après – midi, les deux Présidents ont inauguré le Centre d'application géo-informatique pour le développement rural (CGard), construit en partenariat avec la République de l’Inde. Il s’agit d’un bâtiment équipé de matériel de technologies de pointe en matière de télédétection, de système d'information géo-informatique et de Gps (Global positioning system) qui peuvent faire l’objet d’applications dans plusieurs secteurs comme la pêche, l’agriculture, la cartographie, la gestion des catastrophes naturelles, la recherche scientifique, entre autres.Ce jour, le chef de l’Etat indien lancera officiellement la réunion d’affaires entres les opérateurs malgaches et indiens au Carlton Anosy. Il donnera également une conférence à l’attention des étudiants de l'Université d'Antananarivo. Sandra R.

La Vérité0 partages

Basta !

De notre précédente édition, nous avions attiré l'aimable attention de tous, en particulier, les hommes et les femmes au pouvoir que la « coupe déborde ». Là maintenant, ce jour de 15 mars, nous sommes au « point de refus » irréversible. « Aok'zay ! » Le 15 mars 2018, une plateforme, mise en place spécialement pour la circonstance, composée de 29 entités (industrielles, commerciales, associatives, société civile, etc) donnaient une conférence de presse à la Chambre de Commerce à Antaninarenina dont le motif principal consistait à alerter l'opinion notamment le pouvoir public sur la situation sécuritaire devenue inadmissible et inacceptable à Madagascar. En quelque sorte, il s'agit, à la fois d'un signal fort de détresse, de secours et un appel à la mobilisation générale à l'intention de toutes les personnes de bonne volonté à unir la voix pour « crier ensemble : assez ! ».

Il faut le rappeler que les opérateurs ne sont pas à leur première tentative. Eternelles victimes d'actes de violence, notamment des kidnappings, ainsi que leurs proches, ils ont déjà sonné le tocsin le 4 juillet 2017 en direction des responsables du pays.En gros, la plateforme conteste, sévèrement, l'inertie des premiers responsables concernés par ce phénomène très inquiétant. Elle dénonce, par la même occasion, la persistance de la corruption, répandue surtout à travers le système judicaire et au sein des Forces de l'ordre, et cela, comme étant l'origine principale de ce mal troublant et blessant, à savoir l'insécurité. En fait, le problème de l'insécurité doit être pris, toujours selon la plateforme, en considération au rang d'urgence nationale. Pour ce faire, la plateforme s'apprête, ce jour 15 mars, à sensibiliser pour une mobilisation générale  entre midi et midi et demi, à une manifestation pacifique mais particulièrement bruyante pour que les oreilles entendent et les yeux voient qu'on a assez ! L'objectif à terme consiste à ramener tout le monde, responsables étatiques et sécuritaires, surtout, autour d'une table.Ça suffit ! Souvent, comme le mal ne vient jamais seul, les opérateurs se voient confronter à un autre type de « malheur », cette fois-ci d'une dimension aussi inquiétante et contraignante que le premier. Un écueil qui risque de compromettre sérieusement leurs activités et de porter atteintes au cours normal de la vie quotidienne de la population. En effet, le port de Toamasina, principale porte d'entrée économique du pays, est victime d'un grave disfonctionnement. Une asphyxie d'une rareté et d'une ampleur exceptionnelles suffoque le premier port de la Grande Ile. Littéralement parlant, les containers sont bloqués. Les bateaux ne peuvent pas décharger tandis que les camions cloués au sol. Le black-out total. D'où, la panique générale !Si le problème ne trouve pas d'issue d'ici très peu de temps, nombre d'unités de production se trouveraient dans l'obligation de fermer leurs portes et cesseraient leurs activités. Encore une fois, les Groupements d'entreprises, représentés par 13 grands opérateurs attirent, désespérément, l'attention des responsables de dénicher dans les meilleurs délais les voies et moyens  pour sortir de la crise. Sinon, des emplois vont être supprimés, des magasins non ravitaillés et, au final, la population dans la peine. Basta ! La situation ne peut plus continuer ainsi. Les tenants du régime se doivent de s'attaquer aux choses sérieuses avant que la catastrophe sévisse !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Réhabilitation des routes par A. Rajoelina - Les entrepreneurs d'Ambilobe menacés par l'Etat

Le rouleur compresseur du Hvm est en marche. Après la déclaration de l'ancien Président de la Transition Andry Nirina Rajoelina sur l'envoi d'engins à Ambilobe cette semaine pour réhabliter les routes de cette ville, les coups bas du pouvoir n'ont pas tardé à arriver.De sources concordantes, l'on apprend que certains responsables du ministère des Travaux publics seraient en train de mener un véritable travail de sape pour décourager les entrepreneurs de cette partie nord de l'île qui seraient tentés d'aider l'ancien Président Andry Rajoelina à répondre aux doléances du peuple.

Face aux plaintes de la population locale, suite à la dégradation des routes au niveau de la Commune urbaine d'Ambilobe, Andry Rajoelina a annoncé qu'il enverra des engins pour la réhabilitation des routes de cette localité. Pris au dépourvu par cette annonce, le pouvoir actuel a cogité sur la manière de contrecarrer l'iniative d'Andry Rajoelina. Toute une délégation massive du ministère des Travaux publics est actuellement sur place à Ambilobe. Dirigée par le Directeur des affaires financières Vita Odon Bruno et le Directeur régional de ce département ministériel, cette délégation aurait pour objectif de  procéder à la réfection des routes de la Commune urbaine.  Selon des sources locales, une dizaine de millions d'ariary auraient d'ailleurs déjà été reversées par l'Etat dans les comptes d'une compagnie pétrolière pour la fourniture de carburant destinés à faire tourner les engins censés procéder aux travaux.En outre, le régime userait de procédés peu glorieux pour tenter de saborder l'initiative d'Andry Rajoelina. Plusieurs entrepreneurs routiers de cette partie nord ouest de l'île affirment en effet être victimes de menaces de la part des gens du ministère des Travaux publics. En gros, l'on aurait fait comprendre aux entrepreneurs que, s'ils acceptaient le marché proposé par Andry Rajoelina, plus aucun marché ne leur serait attribué par le ministère. « On ne nous a attribué aucun marché durant ce quatre dernières années, je ne vois pas pourquoi ça changerait », «  Si le Président Andry Rajoelina nous propose le marché, nous accepterons », ont pour leur part affirmé des entrepreneurs contactés et déterminés à ne pas céder à ces menaces.En tout cas, il est désolant de constater qu'il a donc fallu l'annonce d'Andry Rajoelina d'aider ses concitoyens en réhabilitant les routes de la ville d'Ambilobe pour que le régime Rajaonarimampianina daigne bouger le petit doigt pour la réfection de ces routes. Des routes qui sont en état de délabrement avancé depuis 2015, a pourtant indiqué le maire de la Commune urbaine d'Ambilobe Assimo Bruno, contacté hier au téléphone.La Rédaction

La Vérité0 partages

Ajustement tarifaire - L'Office de régulation de l'électricité apporte des éclaircissements

Comme l'Office de régulation de l'électricité (ORE) veille à l'application des lois en vigueur, aucun ajustement des tarifs ne peut se faire sans son accord. Lors d'une formation sur « la tarification de l'électricité » qui s'est déroulé mardi dernier au sein du Centre de formation de la Jirama sis à Ambohimanambola, Aimée Andrianasolo, présidente exécutive de l'ORE, a donc apporté des éclaircissements sur les raisons qui poussent une entreprise à réajuster ses tarifs. « Il existe trois principales raisons qui poussent une entreprise à modifier sa grille tarifaire, notamment le reflet des coûts de production, l'évolution de l'environnement économique ainsi que la viabilité financière de l'opérateur », explique-t-elle.

Pour appuyer ses arguments, elle s'est donc référée à l'article 52 de la loi n° 98-032 concernant la réforme du secteur de l'électricité à Madagascar. Il y est stipulé que « à chaque fois que la déviation indiquée par les formules d'ajustement dépasse plus ou moins cinq pour cent, les opérateurs sont en droit d'ajuster les tarifs, moyennant un préavis de sept jours à l'Organisme régulateur. La structure des prix réglementés reflète les coûts économiques de la fourniture de manière à stimuler l'efficacité dans l'utilisation de l'énergie électrique. Le niveau des tarifs réglementés tient compte de la nécessité d'assurer la viabilité financière des opérateurs ». Toutefois, avant d'entamer un réajustement des tarifs, l'opérateur en question doit présenter un plan d'affaires pour justifier son acte et c'est à l'ORE d'analyser et de vérifier toutes ces données avant d'accorder son feu vert. Il a été mentionné que cet ajustement tarifaire dépend également de quatre paramètres économiques qui sont l'indice de prix à la consommation, le taux de change de l'euro mais aussi du dollar, le taux d'inflation internationale et enfin le prix du gasoil. Par conséquent, la variation de ces paramètres impactera forcément sur les tarifs appliqués au niveau des clients.Rova R.

La Vérité0 partages

Pouvoir central-CUA - Solidarité obligée en présence des donneurs

Les projets d’aménagement urbain financés par les partenaires obligent les autorités gouvernementales et les autorités municipales d’Antananarivo à une solidarité de façade. Hier, toutes les deux ont été amenées à être côte à côte durant une descente effectuée dans les bas quartiers de la capitale en présence du secrétaire d’Etat français à la Coopération Jean-Baptiste Lemoyne, accompagné de l’ambassadrice de France Véronique Vouland-Aneini, de l’ambassadeur de l’Union européenne Antonio Benedito Sanchez Gaspar et du représentant de l’Agence française de développement (AFD).

L’équipe gouvernementale a été conduite par le ministre d’Etat chargé des projets présidentiels, Benjamina Ramarcel Ramanantsoa et du ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, Lanto Rasoloelison. Pour sa part, le maire Lalao Ravalomanana a dirigé l’équipe de l’administration municipale. L’objet du rendez-vous était de constater de visu les réalisations sur le terrain en matière d’aménagement des quartiers de la ville. Les délégations ont également évalué les besoins pour les prochaines étapes à franchir.VirtuellementEn effet, l’Union européenne et l’AFD ont contribué ensemble à la mise en œuvre de la phase II du projet Lalankely à hauteur de 5 millions d’euros au bénéfice d’un certain nombre de quartiers. Ceci étant, la phase III se profile à l’horizon pour un montant d’un peu plus de 22 millions des mêmes donneurs. Cette fois-ci, vingt-sept communes, dont la commune urbaine d’Antananarivo, en profiteront.Après Ankazomanga dans le troisième arrondissement, les visiteurs se sont rendus à Manarintsoa Atsinanana pour « ausculter » virtuellement les cinq stations de pompage dont la santé physique s’est fortement dégradée après des années de négligence. Leur remise en marche devrait intervenir incessamment afin de protéger les bas quartiers contre toute éventuelle montée des eaux dans le cadre de la maîtrise des crues durant les saisons pluvieuses.Bonne coordinationL’occasion était pour le ministre Benjamina Ramarcel Ramanantsoa de rappeler la nécessité d’alléger les pressions subies par la grande ville consécutivement à la forte croissance démographique. Les infrastructures existantes sont, selon lui, prévues pour 300 000 habitants alors que la capitale en compte aujourd’hui plus de 3 millions. Il faudrait alors réfléchir sur l’extension du cadre urbain. Le maire Lalao Ravalomanana, de son côté, a insisté sur le caractère impératif de la collaboration entre le pouvoir central et l’administration municipale afin de mériter la confiance des partenaires. Elle a ainsi mis en exergue le besoin d’une bonne coordination des actions. Elle a également souligné l’implication directe des habitants et le respect de la discipline et du respect mutuel.Recueillis par Manou Razafy

L'express de Madagascar0 partages

Ambohimiera-Ifanadiana-Des dahalo laissent un champ de ruines

Une centaine de toits ont été littéralement réduits en cendres, à Ambohi­miera, district d’Ifanadiana. La chasse aux pyromanes est en cours.

Incendie criminel. Les dahalo, dont des femmes, armés de kalachnikov et de hache, ont mis le feu à une centaine de toits, à Ambohi­miera, district d’Ifanadiana, région de Vatovaty Fitovinany. Cet embrasement dévastateur s’est déclaré dimanche à 6h.Chacune de nos sources d’informations a son chiffre concernant le bilan du drame. La gendarmerie a compté  deux cent vingt neuf foyers ravagés et neuf zébus dérobés, tandis que le député de ce district, Lova Narivelo Razafindrafito a établi trois cent cinquante huit habitations, dont école et église calcinées et seize bœufs volés.

Coups de feu

Aucun mort ni blessé n’a toutefois été déploré, selon les informations recueillies. « Les villageois se sont immédiatement cachés dans la forêt, dès que les dahalo sont arrivés au village », a indiqué ce parlementaire. Une série de coups de feu a retenti sur les lieux et des échanges de tirs opposant quatre gendarmes du poste avancé local aux dahalo ont duré trente minutes. « Nous avons observé un peu plus loin et n’avons osé nous rapprocher qu’après le départ des bandits impitoyables », a raconté un enseignant d’un collège d’Ambohi­miera dans un entretien téléphonique.D’après le constat des éléments des forces de l’ordre, le village a été complètement ravagé. « Nous nous sommes entraidés pour sauver tout ce que nous avons pu, pour retirer les chaises, couvertures et les vivres qui n’ont pas été brûlés », a indiqué un sous-officier, joint par téléphone.Une dizaine de douilles de balles utilisées par les dahalo ont été ramassées lors des opérations de déblai. D’après les informations dépêchées par notre interlocuteur, le nombre des sinistrés s’élève à mille trois cent personnes qui sont pour l’heure sans-abri.Le Chef d’escadron Herila­latiana Andrianarisaona, chef de service de la communication et des relations avec les institutions (SCRP) de la gendarmerie nationale a précisé, hier qu’un des pyromanes a été pris en possession d’un kalachnikov et quelques munitions lors d’un ratissage. « Les bandits se sont dirigés vers l’ouest, dans la forêt  d’Ambalakindresy, près de Vohiparara où se trouve leur repaire », a-t-il signalé. L’enquête du captif se poursuit toujours.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Ambondrona – 2018 Tour – Retrouvailles avec deux concerts inédits

Ambondrona ne cesse de créer l’événement à l’annonce de chacun de ses concerts. Pour son retour à Antsahamanitra, le groupe met ainsi les bouchées doubles pour deux concerts inédits. Devenu un véritable phénomène à lui tout seul au bout de 17 ans d’existence, AmbondronA se plaît toujours à surprendre ses fans. Une grande communauté de fidèles qui s’agrandit continuellement, qui accueille désormais en son sein une nouvelle génération et qui reste toujours aux aguets à l’annonce d’un événement de la part du groupe. Fidèle à lui-même, AmbondronA entend ainsi débuter tambour battant cette année, en invitant un public de tous horizons à le rejoindre à Antsahamanitra les 24 et 25 mars. Deux concerts exceptionnels d’envergure et qui s’annoncent tout aussi spectaculaires que les précédents, c’est ce que le groupe réserve pour ses milliers d’aficionados à l’occasion.La bande à Kix, Beranto, Honty, Blanc et Ranto, qui ravivera la flamme sacrée, animant ses fans de la première heure pour son retour à Antsahamanitra, mais aussi  surprendra la jeune génération en affichant une prestation électrisante. « On a toujours apprécié cette proximité qu’on entretient avec le public et Antsahamanitra reste notre scène de prédilection pour cela. Chaque concert sera unique, mais tous deux auront un point commun. On peaufine une nouvelle formule, qui enchantera sans doute le public », souligne Beranto.

Une ode aux fans

Les prémices d’une longue tournée nationale et internationale, ces deux concerts de trois heures de temps chacun, promettent d’émerveiller un public de tous âges. Jonglant entre nostalgie et nouveauté, AmbondronA égayera la scène d’Antsahamanitra de cette magie qui transcende les fans de la première heure, mais aussi les nouveaux.L’engouement est tel qu’à chaque annonce d’un événement, les billets se vendent comme des petits pains en à peine quelques jours.« Au sein du groupe, on est tout autant surpris par cet amour intemporel et réciproque qui anime nos fans. C’est pourquoi, quand l’occasion se présente, on déborde d’énergie à l’idée de chanter notre reconnaissance envers eux », confie Kix. AmbondronA, qui au fil des ansn se refait une cure de jouvence à chacun de ses concerts rythmés de ses balades pop-rocks. Beranto d’ajouter « C’est tout un programme que l’on prépare pour ces deux jours à Antsahamanitra. À l’instar de ce que l’on a déjà pu réaliser au Coliseum Antsonjombe ou au Palais des Sports, ces deux concerts seront tout aussi chaleureux et sensationnels »..

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Hyacinthe Befeno Todimanana – « Le peuple paie le prix de 20 ans de laisser-alle...

Le président du Conseil d’administration de la Jirama, Hyacinthe Befeno Todimanana, apporte des éclaircissements sur la situation financière actuelle de la société d’État d’eau et d’électricité. « Des efforts ont été entrepris, mais il faut les inscrire dans la continuité sur le moyen et long terme, vu le nombre d’enjeux économiques importants qui dépendent de la Jirama dans le pays », explique-t-il.

Une colère générale est montée suite aux dernières révisions du tarif de la Jirama. Comment expliquez-vous le mécanisme de la hausse ?D’après les textes, les révisions de tarif doivent se dérouler deux fois par an. Des révisions à la hausse ou à la baisse. Toutes propositions de révisions doivent obligatoirement passer par l’Office de régulation de l’électricité (ORE). Et ce, des mois à l’avance car d’innombrables calculs et analyses sont effectués par l’ORE. Et c’est l’ORE, après étude et analyse qui approuve les changements de tarifs. Depuis toujours, et jusqu’en 2007, les révisions de tarifs ont été appliquées conformément aux textes, ne serait-ce que pour « gommer » l’impact de l’inflation. Depuis 2008, pour des raisons strictement politiques, et disons-le de populisme, les gouvernements successifs ont décidé de ne plus appliquer ces révisions de tarifs. En 2009, pour ces mêmes raisons populistes, on a décidé de baisser encore de 15% le tarif de l’électricité. Depuis, nous vendons à perte. Le résultat aboutit à un trou de plus de 1500 milliards d’ariary cumulés, auquel s’ajoutent plus de 850 milliards d’ariary de dettes à court terme. L’État a été obligé de puiser dans les programmes sociaux tels que la santé, l’éducation, la population, la sécurité, afin de subventionner la société.

Quelle est la politique actuelle de la Jirama?Nous avons opté pour la réforme, tant sur le plan financier que sur le plan industriel, à un moment où la société doit enfin entamer son virage vers un mix énergétique plus centré sur les énergies renouvelables que sur le thermique. La Jirama a mis en place un plan de redressement et de restructuration financière et industrielle début 2017, afin d’atteindre un équilibre opérationnel en 2020,  pour mettre fin aux subventions et retrouver son autonomie financière et opérationnelle. Ce qui ne peut se faire sans revenir à la vérité des prix, et c’est la raison pour laquelle le président de la République, Hery Rajaonarimampianina est le seul sur ces vingt dernières années à assumer cette hausse inéluctable de tarif.

Comment la Jirama compte-t-elle atteindre cet équilibre opérationnel ?La Jirama doit assumer la responsabilité des égarements des politiques en traitant ces problèmes, et en faisant des efforts historiques de son côté. Si les hausses de tarif de 2017 ont permis de collecter environ 25 milliards d’ariary en plus auprès de nos clients, nous avons, de notre côté, économisé plus de 200 milliards d’ariary en mettant en œuvre une politique drastique de réduction et d’optimisation de coûts, en éliminant à Antananarivo toutes les centrales fonctionnant au gasoil pour les remplacer par des centrales au fuel lourd, qui coûte environ 40% moins cher, tout en mettant à la disposition du réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA) une capacité de production largement supérieure aux besoins de la pointe, ce que personne n’a fait en 20 ans. En février 2017, Antananarivo souffrait de 5h de délestage par jour. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, même si les nombreuses microcoupures sont dues à la vétusté du réseau de distribution, des branchements illicites qui font exploser les transformateurs, les vols de lignes ou de cuivre qui font sauter les protections de ligne en cas d’orage. Nous espérons en terminer avec tout cela avant la fin d’année 2018. Quand il y a des coupures, il arrive que les employés de la Jirama fassent parfois jusqu’à 20 kms à pied la nuit sous la pluie, le long du réseau pour voir où se situe la coupure, et ensuite réparer ! Donc, je réfute les malversations qui véhiculent que la Jirama ne fait rien pour améliorer les choses. Je souligne surtout que 52% des consommateurs de la Jirama bénéficient d’un tarif social, donc d’un tarif à141 ariary le kilowatt heure, un tarif qui n’a jamais bougé. Si on tue la Jirama, et qu’au final nous n’avons pas d’autre choix que de la privatiser, je peux vous assurer que les 52% des clients de la Jirama qui, aujourd’hui, paient le tarif social, verront leur facture multipliée par 10, soit 1500 Ar le kwh. C’est en effet le prix du kwh dans les localités non desservies par la Jirama.

Qu’en est- il du tarif intermédiaire justement, lancé il y a quelques semaines, suite à la grogne des consommateurs ?Nous sommes encore en train de l’étudier. Le lissage des prix fera toujours grogner les uns et les autres, mais nous nous attelons à ce que le tarif soit acceptable, notamment pour les 46% de consommateurs qui paient fort cette révision à la hausse.

Où en est la restructuration de la dette de la Jirama ?Les commissaires aux comptes ont émis un refus de certifier les comptes financiers de 2013 et ce, malgré l’audit. En 2017, nous avons demandé à faire l’audit des comptes 2015 et 2016 qui n’ont pas été faits. Nous nous sommes donc lancés, depuis, dans l’assainissement des comptes de la Jirama. Nous devons contenir l’évolution à la hausse de nos dettes, alors que nous continuons à vendre à perte malgré les hausses entreprises et l’évolution à la hausse du prix du carburant, qui est l’élément central de nos coûts d’exploitation sur les marchés internationaux. Sur nos 850 milliards de dettes, environ 380 milliards ont fait l’objet de convention tripartite avec l’État, environ 150 Milliards ont été rééchelonnés suite à des discussions directes entre la Jirama et ses fournisseurs. Il reste environ 320 Milliards pour lesquelles nous cherchons encore une solution via des financements structurés. Nous demandons aux fournisseurs d’être patients, car nous mettons tout en œuvre avec l’État, unique actionnaire de la Jirama, pour leur donner une visibilité sur le traitement de leurs engagements. Nos clients et le peuple doivent savoir que ce sont eux qui paient aujourd’hui le prix de 20 ans de laisser- aller et de vision à courte vue, voire de fautes, qui ont failli conduire la Jirama à la faillite, sans l’aide massive apportée aujourd’hui par L’État.

Le régime actuel ne fait-il pas de Jirama une vache à lait, comme ce qui s’est passé depuis des décennies ?Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina nous a donné carte blanche pour assainir et redresser la société, et nous invite tous les jours à prendre toutes les décisions nécessaires en ce sens, sans considération politique. Ceux qui n’ont pas respecté leurs engagements vis-à-vis de la Jirama, ceux qui ont volé et/ou continuent de voler la Jirama ou ne paient pas leurs factures depuis des années en toute impunité, devront répondre de leurs actes devant la Justice, car nous ne ferons aucune exception. Les clients et partenaires de la Jirama, les employés modèles de la Jirama qui sont une très grande majorité, les citoyens qui, aujourd’hui, paient les égarements des politiques via les subventions, méritent que l’on prenne ces dispositions pour protéger et sauver notre société nationale, la seule stratégique de cette taille qui appartienne encore à l’État, donc aux Malgaches à 100%. La Jirama a besoin d’une classe politique qui dit la vérité aux citoyens, aussi dure soit elle.À propos de fuel lourd, Madagascar Oil sera-t-elle dans la course des fournisseurs ?Je précise qu’il n’y a eu de pression, de quelque forme que ce soit, à l’endroit de Madagascar Oil, fournisseur potentiel de fuel lourd pour la Jirama. Nous continuons à discuter avec eux, pour voir comment nous pourrions travailler ensemble.

Six mille employés ne sont-ils pas en surnombre pour faire marcher la Jirama ?En très grande majorité, les employés de la Jirama sont très attachés à notre société et travaillent bien, contrairement à des contre vérités qui sont véhiculées. Mais ils doivent évoluer avec les changements qui se préparent au sein de la Jirama, conséquence du changement de modèle industriel et des réformes en termes de gouvernance avec un système basé sur le mérite uniquement. La grande majorité ne doit pas payer pour les brebis galeuses.  Cette position est comprise et soutenue par la plupart de nos employés. Et tout le monde est d’accord sur ce fait, même nos partenaires internationaux qui soutiennent que la Jirama est la société nationale à la plus forte expertise technique en Afrique. C’est dans le Management que nous pêchons. Et la masse salariale ne représente pas plus de 10% du chiffre d’affaires de la Jirama. Les salaires et traitements de nos employés sont en dessous des normes dans les entreprises du privé à taille comparable. Nous projetons dans cette perspective d’améliorer leurs conditions de travail, que ce soit en numéraires en mettant en place des rémunérations basées sur l’expertise et les compétences qui seront évaluées de façon professionnelle, et en nature en fournissant les équipements nécessaires pour que tout le monde à la Jirama puisse travailler dans des conditions d’hygiène et de sécurité optimales.

Propos recueillis par Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Betafo – Un père et ses fils multirécidivistes écroués

Inculpés pour vol de bœufs et fabrication d’armes artisanales dans le district de Betafo, un père et ses deux fils d’une vingtaine d’années ont été mis sous les verrous pour la quatrième fois. Ils ont été traduits devant le parquet d’Antsirabe lundi après avoir été arrêtés par la police vendredi 9 mars dans la commune de Mahaiza. Selon les circonstances du coup de filet relatées par le chef du commissariat local, le trio en possession d’un fusil de chasse flambant neuf a été d’abord capturé par le fokonolona. « Le père a pris des coups et a été blessé au niveau de sa tête avant que les éléments des forces de l’ordre soient intervenues », a-t-il indiqué. Une vindicte populaire où une mort certaine les aurait attendus a pu être évitée.Amenés au commissariat, ces bandits ont été facilement reconnus par les enquêteurs à travers leur dossier et plainte conservés au service de la police.

Tsiry Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Rallye – Hugo Louvel se projette en France

Le champion de Madagascar de slalom envisage de courir à l’étranger, cette année. Il prépare la saison 2019 en championnat de France junior.Un projet de carrière bien planifié. Hugo Louvel aura dix-huit ans, cette année. Le champion de Madagascar de slalom va logiquement passer en rallye, à Mada­gascar mais aussi en France.« J’ai dix-huit ans cette année et donc je peux enfin conduire en rallye. Mais je ne vais pas arrêter le slalom, cependant. Je continuerai pour le plaisir », souligne-t-il. Le jeune pilote avait effectué ses premières apparitions, au volant d’une Peugeot 309, avant de rouler sur une Peugeot 306 par la suite.Lors de ses trois premières saisons en championnat de slalom, il a terminé à la place vice-champion à chaque fois. Il est monté sur la première marche en 2017, aux commandes d’une Citroën C2.« Je vais devoir acquérir un maximum d’expérience, parce que je ne bouclerai pas l’intégralité de la saison. En milieu d’année, je pars pour disputer quelques rallyes en France. Et ce, afin de préparer la saison 2019 du championnat de France junior », poursuit-il. Voilà une bonne nouvelle qui devrait ravir tous les passionnés de sport automobile. On aura donc plusieurs coureurs venant de Madagascar engagés dans l’Hexagone.

Volant chez M-Sport

Comme on peut le voir, Hugo Louvel a déjà en tête plusieurs objectifs, à court, à moyen et même à plus long termes. D’où le choix de cette filière championnat de France junior, où il sera aux commandes d’une Ford Fiesta R2. « Là-bas, je courrai sur de la terre et de l’asphalte. Le vainqueur du championnat décroche un contrat avec M-Sport en junior WRC », ajoute-t-il.M-Sport, c’est l’écurie phare du WRC actuellement, où évolue Sébastien Ogier, quintuple champion du monde. Obtenir un volant au sein de l’équipe de Malcolm Wilson en championnat du monde junior ou junior WRC serait une grande réussite.

Trois coureurs venant de Madagascar en France 

En fin d’année dernière, Laza Randriamidifimanana avait annoncé son projet de disputer quelques manches du championnat de France de rallyes terre. Le champion de Madagascar de rallye 2011 et champion de slalom 2016 roulera sur son habituelle Peugeot 106. Il sera navigué par Vahatra Rakotomanganiaina. Et voici donc Hugo Louvel qui sera également engagé dans l’Hexagone, cette année. On attend la confirmation des rallyes auxquels le champion de slalom 2017 prendra part.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Cyclisme - Analamanga – Realdo Jessuren se révèle

Un constat qui en dit long sur le cyclisme à Analamanga. L’ouverture de la saison 2018 pour la ligue régionale de cyclisme d’Analamanga a été marquée par une course du coté du Marais Masay dimanche. Les juniors comme les seniors ont pu prendre part à ce premier rendez-vous de l’année et ont pu évoluer en vélo de piste et en vélo tout terrain.Chez les seniors en vélo de piste de 60 kilomètres, la victoire est revenue à Realdo Jessurun du club Mbike qui a effectué le parcours en 1h34mn23s. Il a été suivi de près par Célestin Rakotoha­simbola du club VCA, qui a accusé un retard de neuf secondes sur Realdo Jessurun. Pour le gain de la troisième place, c’est Jean Pierre Ranai­voson lui aussi du VCA qui s’est illustré en 1h34mn52s.En vélo tout terrain de 40 kilomètres, la victoire s’est jouée sur un sprint infernal. Au final c’est Andriamirado Rakotondravao du club FCA Avaradrano qui est sorti victorieux en 1h30mn05s. Hasina­valona Razafindrakoto et Martin Randriamijery tous les deux du club Atsimon­drano se sont classés respectivement deuxième (1h30mn05s10 ») et troisième (1h30mn06s).

Engagement

Absent des compétitions officielles depuis plusieurs années, Martin Randriamijery a donc annoncé son retour.« C’était une compétition où on a vu beaucoup d’engouement de la part des participants. C’est le plus important car on pu enregistrer cent quatre vingt deux coureurs. On tentera de faire augmenter cet effectif au fil des compétitions qu’on va organiser tout au long de l’année. La prochaine course est prévue pour le dimanche 8 avril sur l’axe de la route nationale numéro un », rappelle Naly Ravelonarivo, président de la ligue régionale d’Analamanga de cyclisme.

Les autres résultats

Cadets 20km1er Rakotondrabe Nambinintsoa (VCA) 30mn44s2e Andrianaivositraka Thierry (UCJT Nanisana) 30mn44s20’3e Rakotoarison Tsiriniaina (indépendant) 30mn45s10′Minimes 2km1er Tolotriniavo2e Rakotoarison Rivo FrédéricVétérans 20km1er Rakotonaivo Rolland (FCA Avaradrano) 30mn44s10′2e Ramarotafika Élodie ACA 67ha) 30mn45s00′3e Rahelambo Thierry (ACA 67ha) 30mn45s18′

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Dix tonnes de cristal saisis

Dix tonnes de cristal ont été découverts à bord d’un véhicule, au niveau d’un barrage des gendarmes, à Vinaninkarena, district d’Antsirabe, samedi. Ces pierres viennent d’Ikalama­vony et auraient été ache­minées vers Antananarivo. La brigade de police de route et le service des mines sont saisis de l’enquête.

L'express de Madagascar0 partages

 Autorisation de pour­suite en attente

Une autorisation de pour­suite dûment signée par le ministre de la Sécurité publique est attendue pour pouvoir enquêter sur les policiers suspectés dans l’affaire d’Antsakabary. La police a affirmé avoir déjà eu les enregis­trements vidéo de l’incendie.

L'express de Madagascar0 partages

De Coppet s’attaque aux « ambitieux intrigants » de 1947

«Témoignage de patients efforts de l’ordre spirituel, économique, social, promesse d’un avenir meilleur pour tous les habitants de ce pays, la foire-exposition du Progrès franco-malgache malgré la révolte- à cause de la révolte- n’est donc pas le fruit d’un optimisme téméraire, mais bien une manifestation réaliste, constructive, et aussi de la part de tous, un acte de foi. » Les blessures physiques et morales occasionnées par la répression lors des évènements de mars 1947 ne sont pas encore cicatrisées que déjà le haut-commissariat français organise une foire d’envergure qui doit durer quatre semaines (5 octobre-7 novembre 1947).Défi ou paradoxe à l’heure où sonne le glas de la domination coloniale dans le monde? Pour le haut-commissaire Marcel de Coppet, dans son discours inaugural, ce n’est ni l’un ni l’autre.« Cette foire, c’est précisément pour ramener à leur signification véritable les douloureux évènements que nous venons de connaître. » Et méconnaissance ou total mépris du sens profond de ce soulèvement? En tout cas, il en donne une version française, tout en insistant sur les conséquences de« la révolte qui s’achève » et qui « est une chose grave: elle a coûté bien des vies humaines; les destructions, les ruines seront longues à relever; un climat de malaise est né que le temps seul pourra faire disparaître ».S’attaquant directement aux « fomentateurs » qui ne sont qu’une « poignée d’ambitieux et d’intrigants » désireux de rétablir à leur profit les privilèges d’un autre âge, il traite leurs partisans de simples exécutants, « d’individus fanatisés appartenant à des tribus primitives dont Gallieni avait déjà pu mesurer la xénophobie » (cf. Menalamba). Car selon toujours M. de Coppet, « toute l’île civilisée est restée calme puisque c’est au cœur de la forêt, dans les régions où les facteurs géographiques rendent difficile la pénétration française que  les superstitions, la sorcellerie, les serments rituels ont pu provoquer la barbarie- fait capital de l’insurrection- sans lequel les desseins criminels des insurgés seraient demeurés vains ».Et pour apporter sans doute du réconfort teinté d’espoir à « l’immense majorité des Malgaches », il ajoute: « Mais en dépit des crimes inspirés par quelques criminels insensés, malgré l’odieuse machination tramée dans l’ombre par des ambitieux sans scrupules, le 29 mars 1947 ne doit pasreprésenter, ne représente pas une solution de continuité dans l’œuvre entreprise ici par la France, non plus qu’une cassure irrémédiable entre les Français et l’immense majorité des Malgaches. Nous pleurons nos morts, mais plus fortes que toutes les rébellions, la vie continue, les activités créatrices se poursuivent et la France, sans laquelle Madagascar ne serait point en passe de devenir un grand pays moderne, la France demeure! »Par-delà son aspect purement économique, l’objectif de la Foire qui est en tout cas réussie, consiste à démontrer à quel point les insurgés « ont tort » comme le laisse entendre le discours de clôture de M. de Coppet. « Elle aura permis aux populations de la Grande île de prendre conscience des réalisations obtenues en un demi-siècle de colonisation franco-malgache. » Et en 1947, au titre du deuxième semestre, seul de tous les territoires d’Outre-mer, Madagascar reçoit de la France, un contingent de devises égal à celui des six premiers mois de l’année en cours, soit 8 400 000 dollars.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Institut Français de Madagascar – Hommage à Johnny Hallyday et France Gall

Le concept se base sur un atelier quizz appelé « Jeu C tout » qui consiste à être le premier à répondre, dans l’assistance, aux indices donnés par Odile Gabillon, créatrice et animatrice de cette formule ludique destinée aux adolescents.Pour cet après-midi de mercredi 14 mars à partir de 15 heures à la médiathèque de l’Institut Français de Madagascar ou IFM, les deux grandes figures récemment disparues de la chanson française, Johnny Hallyday et France Gall, seront le thème de la séance.

Un titre de leurs 

chansons, une partie des  textes de leurs œuvres, un morceau de musique, et quelques indices sur leurs biographies respectives serviront à tester la connaissance des participants par rapport à ces légendes de la musique française. Et ces deux artistes ont eu un riche et brillant parcours, et une vie de star forgée par leur personnalité. Ce qui donne un large panel de quizz à leur sujet.« Les adolescents connaissent peu sur ces deux artistes qui ont plutôt marqué la génération de leurs parents. Mais quand ces derniers sont intéressés  par un certain artiste de leur époque, à force d’écouter assez souvent les titres de chanson et l’histoire de leur idole à la maison, les enfants arrivent  à connaître ces stars que leurs parents adulent. Dès fois, la nouvelle génération devient elle-même accro. Et ce jeu va les mettre en contact dans la bonne humeur. L’entrée est libre. Ils peuvent se faire de nouveaux amis pour l’occasion. Et le but consiste à enrichir leurs connaissances générales », explique Mamy Yves Rakotomanga, animateur à la médiathèque de l’IFM. La Française Odile Gabillon fera le déplacement pour honorer de sa présence cette belle séance.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Football – Elgeco Plus aura aussi son propre stade

Les dirigeants d’Elgeco Plus ont présenté à la presse leur projet de construction d’un nouveau stade, hier, au siège du club à Andrefan’ Ambohijanahary. Le club double champion d’Anala­manga aura donc sa propre enceinte d’ici quelques mois.« Le matériel pour aménager cette nouvelle infrastructure est déjà prêt. On parle du tapis synthétique, entre autres, ainsi que des sièges pour les tribunes et les gradins. La pose de la première pierre est prévue dans les semaines à venir. Mais ce qui est sûr, c’est que les travaux seront bouclés avant la fin de l’année », a annoncé Alfred Randriamanampisoa, président d’Elgeco Plus.Pour l’instant, les dirigeants du club n’ont pas encore dévoilé l’emplacement exact de ce futur stade. Mais il se trouvera à cinq ou dix minutes du centre-ville, d’après eux. D’après les rumeurs, ils auraient choisi la périphérie Est de la Capitale, aux alentours d’Ambohimangakely.L’accès se fera ainsi par le By-pass. « Si on avait opté pour du gazon naturel, le terrain n’aurait pu accueillir que deux à trois matches par jour. Avec une pelouse synthétique, on pourra y jouer à longueur de journée. La capacité du stade devrait s’élever à 15 000 personnes, mais il se pourrait qu’il fasse par la suite l’objet d’une extension », a ajouté le président du club.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Un trafiquant dor en cavale

Le nommé Alisoa Baritsia­lonina Andrifanantenana, âgé de 42 ans, cerveau d’un réseau de trafiquants d’or, court toujours. Les indices collectés sont encore insuffisants pour le localiser.

 

L'express de Madagascar0 partages

Coupe de la CAF – Les Mauriciens arriveront jeudi

La seizième de finale retour de Coupe de la CAF, entre Fosa Juniors Boeny et l’AS Port-Louis 2000, se jouera ce dimanche, au stade Alexandre Rabemananjara de Mahajanga. Les Mauri­ciens sont prévus débarquer à l’aéroport d’Ivato, ce jeudi. Ils passeront une nuit à Antananarivo.Par la suite, ils rallieront la Cité des Fleurs vendredi. Les joueurs de l’ASPL tâteront la pelouse synthétique du stade Rabemananjara, samedi.La formation mauricienne est en mauvaise posture, avant cette deuxième confrontation. Elle avait perdu sur le score de deux buts à zéro, à domicile, devant le vainqueur de la Telma Coupe de Madagascar, il y a une semaine.Statistiquement, la probabilité de qualification de Fosa Juniors Boeny est très élevée, avec une victoire à l’extérieur et deux longueurs d’avance.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

La paix se construit

La paix n’est pas seulement l’inexistence de conflits ouverts ou de guerres armées. La paix doit être également un climat apaisé qui permet à la population de vivre en toute sérénité, d’avoir l’assurance du respect de ses droits fondamentaux, de s’exprimer librement, d’investir et d’évoluer dans un pays stable. Être en paix, c’est aussi avoir la confiance que des instances veillent à ce que tout se passe bien au fil de la vie de la Nation. Quand on constate que tous les indicateurs de développement humain, de respect des droits minimaux, de sécurité des investissements, de l’éducation s’amenuisent, on ne peut pas dire que Madagascar soit en paix.La paix se construit et c’est l’affaire de tous. On ne peut pas parler de « fampihavanana » des Malgaches ou à la malgache sans faire de rétrospective. Nous avons le droit d’égrener une à une les douleurs du passé ; de dire les choses avec les mots de la vérité. À cause du « fihavanana » ou, plus vraisemblablement par refus de faire face à la vérité, nous n’osons pas nommer un chat, un chat.Oui, nous n’osons pas dire que l’État a été et est corrompu jusqu’à sa moelle, que les forces de Défense et de sécurité le sont autant. Nous n’avouons qu’à demi-mot que les médias sont fauteurs de troubles, que la société civile est faible et intéressée. Nous nous voilons la face et ne parlons pas de ces hommes d’église avides d’argent et de pouvoir, ces leaders traditionnels qui jouent au tribalisme politique. La liste est encore longue mais n’oublions surtout pas ce citoyen déserteur qui laisse la place aux opportunistes et puis se dit éternelle victime du système.Le dire n’est pas juste se jeter la pierre les uns sur les autres ou faire de l’autoflagellation. C’est plutôt faire un feedback juste et conscient. Il y a une expression malgache qui image très bien la situation : mihatsara ivelatsihy. Cea signifie que, quand on reçoit des invités à la maison, on envoie juste toutes les ordures sous la natte et fait paraître que tout est bien « clean ». Dénonçons cette manière d’autodéfense stérile face à la réalité et acceptons d’avancer en toute âme et conscience.La paix se construit et c’est l’affaire de tous. Madagascar est à un virage de son histoire. Certes, il faut « dédramatiser » la situation comme l’a si bien dit Mr le Sénateur Kolo Rogers lors du lancement du Projet d’appui à la prévention et à la gestion de conflits et violences potentiels liés aux élections à Madagascar (PEV Madagascar). Ce que nous vivons est une phase « normale » dans la vie d’une Nation. Mais si l’on pouvait apprendre les leçons d’ailleurs et avancer plus vite, ce ne serait que bénéfique pour Madagascar et son peuple.Dans ce virage, il est du devoir de tous de faire naître un climat apaisé qui inspire confiance en mettant les actions de dialogue et de collaboration multi-acteurs au cœur de toute démarche. En effet, la consolidation de la paix et de la stabilité nécessite un dialogue renforcé à tous les niveaux de la société malgache. La prévention et la résolution de conflit potentiel demandent également un dialogue inclusif avec l’implication de tous les acteurs. Les organisations de la société civile et les médias sont idéalement placés pour créer des liens entre les différents acteurs et des passerelles entre ces acteurs et la population en général. Promouvoir la culture de paix et de tolérance s’apprend à travers les renforcements de capacités dans la prévention de conflit, construction de la paix et la préparation aux crises potentielles.  La paix se construit surtout en cette période électorale.

par Mbolatiana Raveloarimisa