Les actualités à Madagascar du Mardi 14 Février 2017

Modifier la date
News Mada1198 partages

Malagasy miara-miainga : « Tsy rariny intsony izao… fahendren’ny mpitondra ny miala”

 Nampahatsiahy amin’ny mpitondra ny tsy mbola namaliana ny fangatahany ny  antoko Malagasy miara-miainga, omaly, teny Ankerana. Nitondran’izy ireo ny heviny koa ny momba ny fiainam-pirenena.

 

“Tsy rariny intsony izao… Mijaly ny vahoaka; tsy misy intsony ny fanarahan-dalana. Mila mahatsiaro tena ireo mpitondra satria tsy ao aminy intsony ny fitokisan’ny vahoaka. Fahendrena ho azy ireo ny mametra-pialana… Aleo miala raha misy ihany ny fitiavana ny tanindrazana mba tsy hisian’ny korontana eto amin’ny firenena”, hoy ny filohan’ny antoko malagasy miara-miainga, Andrianainarivelo Hajo. Notsiahiviny fa efa niteny daholo ny rehetra amin’ny tsy fandehanan’ny raharaham-pirenena.

Nambarany koa fa efa nivoaka ny fanambaran’ny HCC momba ny fanoherana ka nilazana fa tokony hijoro izany ary hamboarina ao anatin’ny fotoana fohy . “Lasa ihany ny iray volana fa tsy nanao na inona na inona ny fanjakana. Efa nandefasana taratasy ny filoham-pirenena, ny filohan’ny Antenimiera ary ny lehiben’ny governemanta milaza amin’izy ireo mba handray fepetra momba ny fanapahana noraisin’ny HCC”, hoy ihany izy. Manoloana izany, nanambara ny Malagasy miara-miainga fa efa tapitra ny fotoana  fiandrasana ka rehefa tsy afaka maneho hevitra  ara-dalana, azo atao ny maneho hevitra amin’ny sehatra rehetra manomboka izao. “Aoka tsy hifampiteniteny intsony mihitsy. Miteny koa ianareo mpitandro filaminana fa tsy fanao ny maneho hevitra an-dalambe satria tsy ara-dalàna. Ny tsy fanekena ny fanoherana tsy ara-dalàna; ny tsy fanajana ny lalàmpanorenana koa tsy ara-dalana ka tokony hosamborina ireo… Sao mifandiso ny tokony hosamborina.. Jerenareo fotsiny ny tsy manara-dalàna”, hoy Andrianainarivelo Hajo.

Nampitandrina fa mbola hiteny ny vahoaka…

 Nitodika amin’ireo mpiara-miombona antoka koa ny tenany avy eo mba tsy hitongilana fa handinika ny tokony hatao. “Fanjakana tsy manaiky ny hisian’ny mpanohitra ny eto… Mitovy hevitra amin’ny Vondrona eoropeanina (UE) koa izahay hoe malalaka ny fifidianana, mitovy hevitra aminy hoe atsangano  ny HCJ, hitsarana ny mpitantana rehetra… Tokony hotohizana hatramin’ny farany izany araka ny voalazan’ny satan’ny UE amin’ny fametrahana ny fanjakana tan-dalàna… “, hoy izy. Nohitsiny fa tokony hotanterahina ireo fepetra ireo. Tsy mitady toerana ny antokony, araka ny nambarany fa hanavotra ny firenena sy hametraka fifanakalozan-kevitra madio ahafahana maneho hevitra an-kalalahana satria manana vina sy fomba fijery hampandrosoana ny firenena.

Ankoatra izany, nampitandrina ny Malagasy miara-miainga. “Mbola hiteny ny vahoaka rehefa tonga ny fotoana. Hiteny izy fa azy ny fahefana ka izay tiany no hanaovana azy…”, hoy izy.

Synèse R.

 

Midi Madagasikara322 partages

Hajo Andrianainarivelo : Contre une révision de la Constitution

Le « Malagasy Miara-Miainga » opte pour une élection inclusive et ouverte à toutes les forces politiques. Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue hier au siège du parti à Ankerana, Hajo Andrianainarivelo a mis en garde le régime Rajaonarimampianina contre tout projet visant à modifier la Constitution afin que l’on puisse écarter des candidats potentiels. Selon ses dires, Hery Rajaonarimampianina devrait quitter son poste bien avant la fin de son mandat afin que les candidats à la Présidentielle puissent bénéficier d’un traitement égalitaire. L’ancien Vice-Premier ministre a également touché mot des difficultés subies au quotidien par la population. « Le président de la République devrait démissionner s’il est incapable de trouver des solutions à ces problèmes sociaux », a-t-il soutenu. Et ce, « afin d’éviter un soulèvement populaire ». Hier, Hajo Andrianainarivelo est de nouveau monté au créneau face au comportement des dirigeants actuels qui font la sourde oreille par rapport à la désignation du chef de l’opposition. Un mois jour pour jour après l’avis de la Haute Cour Constitutionnelle qui a interpellé la Présidence de la République, le Gouvernement et le Parlement face aux carences que caractérisent les textes par rapport aux modalités de désignation du chef de l’opposition officielle, les choses restent au statu quo. Hier, le président du MMM a demandé aux responsables étatiques de fixer un deadline pour la promulgation des textes y afférents. Hajo Andrianainarivelo demande aussi aux tenants du régime d’éclaircir leur position à propos du chef de l’opposition. Une manifestation de rue est même prévue au cas où le régime continuerait de faire la sourde oreille.

Davis R

Midi Madagasikara195 partages

Sekoly fanta-daza : Zafikelin’ny filoha iray nahatratrarana rongony

Afenina tanteraka ny raharaha satria sady fanta-daza ilay sekoly no taranaky ny olo-be teo aloha eto amin’ny firenena ny voakasika. Tao amin’ilay toerana, ny alakamisy teo no saron’ny mpampianatra ny fonosan-drongony. Nametraka fitoriana ilay mpanabe raha araka ny fanampim-baovao azo momba ity raharaha ity. Saingy izay mpitandro ny filaminana nanontaniana dia nilaza ho tsy nahafantatra ny zava-nisy avokoa. Zafikelin’ny filohan’ny andrimpanjakana iray teo aloha no isan’ny voakasika. Ny tena nahatalanjona amin’ity raharaha ity dia tsy maka lavitra ireo mpianatra rehefa manao ny fidorohana fa ao amin’ny toerana iray ao amin’ilay sekoly ihany. Efa misy mpamatsy ny rongony ary avy any atsimo no fanafarana azy. Endrika fanapotehina ny mpianatra ny fampidirana an-tsekoly zava-mahadomelina satria sady tsy fanajana ny zon’ny ankizy no mamotika avy hatrany ny fisainan’izy ireo. Mila mijery akaiky ny tompon’andraikitra ary manome ny sazy mifandraika amin’izany. 

D.R

Midi Madagasikara190 partages

Tempête tropicale Dineo : La saison des pluies a vraiment commencé

Une photo satellite de la tempête tropicale modérée Dineo hier.

Qualifiée de modérée, la perturbation tropicale située dans le canal de Mozambique a été baptisée hier sous l’appellation de« Dineo ». En effet, ayant « remplie les critères d’une tempête tropicale modérée, elle était à 360 km à l’Ouest de Morombe hier à 15 heures locales ». Conséquence ? Même si avec « un vent moyen de 75 km/h alterné de rafales de 105 km/h, il n’y a pas de risque d’alerte cyclone pour la Grande Ile étant donné que Dineo est prévue s’éloigner des côtes malgaches pour menacer l’Afrique australe ».

Fortes pluies. L’impact direct de Dineo sur la météo malgache est « la forte pluie » d’après le service météo. Ladite forte pluie devant toucher surtout les côtes Ouest malgache, mais également dans la région d’Atsimo-Atsinanana. La capitale, de son côté, subit également les conséquences des fortes pluies de ces deux derniers jours. En effet, outre la montée des eaux enregistrées presque dans tous les quartiers, il y a une dégradation des infrastructures routières. Ladite dégradation se faisant petit à petit et à vue de nez malheureusement. Des mesures devant limiter les dégâts ne se sont pas encore manifestées jusqu’ici. Il faudrait peut-être, comme à l’habitude, attendre des conséquences graves incluant destruction matérielle pour qu’elles soient prises.

José Belalahy

L'express de Madagascar184 partages

Rapt à Toamasina – Le gang utilisait la voiture d’un gendarme

Une Renault Express a été saisie après l’enlèvement du patron de la quincaillerie NS distribution à Toamasina. Le propriétaire est un gendarme travaillant à Tana.

Une première piste s’ouvre aux enquêteurs après le rapt de Saifoudine Nourbay, un opérateur économique d’origine indienne, propriétaire de la quincaillerie NS Distribution à Toamasina. L’étau se resserre autour d’un gendarme travaillant à Antananarivo. Celui-ci est identifié comme étant le propriétaire d’une fourgonnette de marque Renault Express, que les ravisseurs ont utilisée lors de l’enlèvement. Faisant l’objet d’une saisie, le véhicule en question est d’ailleurs immatriculé à Antananarivo.Le kidnapping a été commis le vendredi 3 février aux alentours de 18h 30. L’opéra­teur économique pris pour cible allait regagner son foyer lorsqu’il est tombé dans un guet-apens, tendu par une escouade de bandits armés de Kalachnikov, non loin de sa résidence au Bazar-Be. Alors que la victime s’est fait kidnapper sous les yeux et à la barbe de deux militaires, mis à sa disposition pour assurer sa protection, les deux véhicules ayant servi lors du rapt ont été  retrouvés par les forces de l’ordre, une trentaine de minutes plus tard.La Renault Express a été  laissée  aux abords de l’église dite « Tranovato », dans le quartier de Tanambao V, lorsque la police y a mis la main.

InterventionEn passant au peigne fin les principales artères qui desservent de la ville, elle a, dans la foulée, découvert un véhicule tout-terrain de marque Suzuki Vitara , à bord duquel le gang armé a embarqué Saifoudine Nourbay. Ce 4×4 appartient à la victime elle-même.La thèse selon laquelle la Renault Express aurait pu être volée pour commettre le  rapt a été évoquée. Des sources auprès des forces de l’ordre indiquent néanmoins qu’aucun vol de véhicule n’a été déclaré au moment des faits. Elles signalent des interventions sur la restitution de la Renault Express, incriminant un colonel.Interrogé, un haut responsable auprès du commandement de la gendarmerie nationale affirme néanmoins n’avoir reçu aucun rapport sur les indices troublants autour de la fourgonnette.Toujours entre les griffes de ses ravisseurs, le  patron de NS Distribution en est à son 11e jour de captivité.Aucune information ne filtre, en revanche, sur les marchandages concernant le montant de la rançon. La famille du captif n’a pas porté plainte. Le rapt été perpétré par cinq  bandits tenantchacun un fusil Kalachnikov. La bande a débarqué avec la Renault Express.

Andry Manase

Midi Madagasikara161 partages

Le Complexe : Un nouveau concept de restauration au Pradon

Le staff du Complexe Restaurant.

Le cadre est excellent et en plein centre ville. L’ambiance est bonne. Le Complexe Restaurant a tout pour être l’endroit inévitable pour les amateurs de bonne cuisine. Loin du concept industriel des « Food Courts », le COMPLEXE est en effet une cuisine du monde raffinée et haute en couleurs, concoctée par la brigade des 12 cuisiniers du Chef Marco qui a, à son actif 20 ans de cuisine.

Situé au Pradon Antanimena, Le Complexe offre une vaste terrasse idéale pour les moments de détente qui vous accueillera pour vos moments de détente, et ce dans un cadre unique et personnalisé. « Les aspirations du COMPLEXE sont simples: satisfaire sa clientèle à travers un large de choix de mets riches en saveurs et accessibles à tous, tout en maintenant le service de choix d’un restaurant » a notamment déclaré Régis Guillet un des initiateurs de ce nouveau restaurant, lors de la conférence de présentation qui a eu lieu samedi dernier. Et bien plus qu’un lieu de restauration, le COMPLEXE est également un espace de détente et de divertissement: « Afterworks Happy Hours » avec lives et animations musicales du mercredi au samedi soir. Un challenge ambitieux et audacieux pour les initiateurs du restaurant: un disciple Escoffier, Jean-Marc Bouchet et un amoureux de la bonne table, Régis Guillet, tous deux acteurs expérimentés de la grande cuisine et de l’événementiel à Madagascar. Le Complexe propose trois cartes de choix : La Bistronomie, bistrot et tendance ; Le Jap, fusion asiatique et enfin, l’AN-K pour la saladerie et le snacking.

R.Edmond

L'express de Madagascar154 partages

Présidence de la CAF – L’Afrique australe roule pour Ahmad

La prise de position de la Cosafa (Council of Southern Africa Football Associations) était attendue, à propos de la prochaine élection à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF). Elle est désormais officielle.Les pays de l’Afrique australe soutiennent sans surprise Ahmad. « La Cosafa soutient la candidature d’Ahmad, actuel président de la Fédération malgache (FMF), qui briguera la présidence de la CAF lors du scrutin en Éthiopie », a annoncé Philip Chiyangwa, actuel président de la Cosafa, à l’issue d’une réunion tenue samedi en Afrique du Sud.Concrètement, qu’est-ce que ça donne   La Cosafa comptera quatorze voix pour cette élection. Jusqu’à présent, seul le Swaziland ne s’est pas clairement prononcé. En d’autres termes, Ahmad pourra donc compter sur treize intentions de vote favorables, lors du vote du 16 mars. Combien de voix reste-t-il à glaner   Au total, le nombre de votants s’élève à cinquante-quatre.Avec le soutien de la Cosafa, le numéro un de la FMF doit encore faire campagne pour convaincre au moins une quinzaine d’autres présidents de fédération de le plébisciter. Ainsi, il dépasserait la barre des 50%.

RuptureDurant la réunion de samedi dernier, Ahmad a également présenté à ses homologues un ouvrage imprimé en fin de semaine à Antananarivo. Celui-ci est intitulé « Ensemble pour le changement » ou « Together for change ». Un titre qui en dit long sur son contenu, qui n’est autre que son programme s’il est élu à la tête de la CAF.Un titre qui évoque également la rupture avec l’ère Issa Hayatou, qui est en place depuis 1988. Le Camerounais règne sur le continent depuis une trentaine d’années. Et malgré son âge avancé aujourd’hui, il postule encore pour un huitième mandat. Le mandat de trop dénoncent bon nombre de footeux.Outre ses atouts, notamment l’appui des pays de la Cosafa, mais aussi celui des Maghrébins d’après des rumeurs persistantes, la situation de son adversaire profitera également à Ahmad. Hayatou étant décrié de toutes parts pour son forcing à rester à la présidence de la Confédération.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara141 partages

Détenus de Madagascar : 250 ar/détenus/jour de budget alloué à la nourriture

La construction de nouvelles infrastructures répondant aux normes et une bonne politique de sécurité ainsi qu’une justice équitable pourrait être la solution à la surpopulation carcérale des prisons malgaches.

Les conditions de vie des détenus de la Grande Ile sont tout sauf humaines. Outre le manque de nourritures, les infrastructures posent également problème.

Les détenus des différentes prisons de Madagascar vivent un enfer. En effet, en plus des sanctions pénales qui leurs sont infligées, ils endurent des conditions de vie des plus déplorables. La malnutrition y règne en maître. Une situation qui est due à « une politique d’austérité mise en place par l’administration pénitentiaire ». En effet, selon un responsable des services juridiques de ladite administration, « le manque d’argent actuel oblige les décideurs à limiter à 250 ar/détenus le budget alloué à la nourriture ». « A cause de cette politique l’administration pénitentiaire a du mal à assurer les conditions respectant la personne humaine dans les prisons malgaches » a ajouté ce responsable. Ce qui correspondrait à environ 750 grammes de manioc bouillis par détenus par jour de ration alimentaire. D’où la situation de malnutrition qui a touché 319 détenus sur les 20 605 (chiffres du 10 décembre 2016).

Infrastructures. Outre le problème lié à la malnutrition, les détenus doivent vivre dans des conditions de mauvaise santé causée par le mauvais état des infrastructures. En effet, si les infrastructures ne sont pas vétustes, elles n’existent pas. Ce qu’un responsable auprès du ministère de la Justice confirme selon laquelle « les infrastructures de l’administration pénitentiaire malgache datent, dans la majorité, de l’époque coloniale ». Le manque d’infrastructures influe de façon considérable sur la vie des détenus malgaches, notamment dans l’incapacité desdits bâtiments d’accueillir des personnes. En effet, la surpopulation figure parmi les problèmes inhérents aux prisons malgaches, notamment dans la maison centrale de Tsiafahy. A noter que les informations ont été recueillies lors de la conférence de publique initiée par le CICR ou Comité International de la Croix-Rouge.

José Belalahy

News Mada134 partages

Nanao saran-dalana 500 Ar : taxi-be 187 saika nodoran’ny olona

Savorovoro tampoka  ny nitranga teny 67Ha, noho ny fanaovan’ny taxi-be 187 iray ny saran-dalana 500 Ar. Efa tafiditra avokoa ny mpandeha rehetra vao nilaza ny resevera fa 500 Ar ny saran-dalana. Tezitra noho izany ny olona ary nimenomenona fa efa nilaza ny ATT fa tsy misy saran-dalana 500 Ar intsony. Niakatra ny maripana ary nanao vava ny resevera. Teo no romotra ny mpandeha ary nikasa ny handoro ilay taxi-be 187. Nisavoritaka ny iray taxi-be ka olona sasantsasany nahavita nampitony ireo efa nitroatra, ny amin’ny mety tsy fahalalan’ny tompon’ny fiara izao saran-dalana izao. Tsy sahy niteny intsony taorian’izay ilay mpamily sy resevera. Araka ny fanamarihan’ny mpandeha teny 67Ha, ankoatra ny 187, mbola 500 Ar koa ny saran-dalan’ny 172 sy 137. Ilàna fanazavana ary tokony hamoaka lisitra ny tompon’andraikitra ho an’ireo fiara mbola mijanona ho 500 Ar. Mety ahitan-doza ary hitarika fitsaram-bahoaka eto Antananarivo ity resaka saran-dalana ity, raha mitohitohy kely ny nahazo ilay taxi-be 187 ity. Mila fanazavana ny vahoaka.

Yves S.

 

Midi Madagasikara131 partages

Inauguration du WC public de Tsimbazaza : La riposte de Lalao Ravalomanana au M2PATE

Sauf changement de dernière minute, Lalao Ravalomanana inaugurera ce WC public à Tsimbazaza ce jour.

Faut-il rappeler que vers la fin du mois de janvier, le M2PATE a déjà ordonné à la CUA de déplacer cette infrastructure.

La réponse du berger à la bergère. Après le forcing du Ministère en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement (M2PATE) par rapport à la construction d’une bibliothèque au niveau de l’école primaire publique d’Antanimbarinandriana, la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) prévoit de riposter à son tour. En effet, de source bien informée, la cérémonie d’inauguration du nouveau WC public à Tsimbazaza aura lieu ce jour. Une cérémonie qui sera honorée par la présence du Maire Lalao Ravalomanana. Faut-il rappeler que mis à part l’affaire Antanimbarinandriana, la construction de cette infrastructure est également source de tension entre l’Etat et la mouvance Ravalomanana par l’intermédiaire de la CUA. Hier, une équipe de la Commune Urbaine d’Antananarivo s’est rendue sur les lieux pour finaliser les derniers détails des travaux. D’ailleurs, les petits commerçants qui s’installent aux alentours de ce nouveau WC public ont reçu l’ordre de nettoyer le lieu et de suspendre leur activité ce jour.

« Forcing ». En tout cas, bon nombre d’observateurs considèrent cette inauguration de toilettes publiques comme « de la provocation ». Quelle est l’intérêt du Premier Magistrat de la Ville des Mille à inaugurer un WC public ? Ayant perdu la première bataille car le Ministère en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement a obtenu gain de cause auprès du Conseil d’Etat à propos de l’affaire de la construction d’une bibliothèque à Antanimbarinandriana, la Commune Urbaine d’Antananarivo refuse de se laisser faire. Elle a décidé de prendre sa revanche en procédant également à un « forcing ». Vers la fin du mois de janvier, le Directeur général de l’Aménagement du Territoire, Gérard Andriamanohisoa a déclaré que « ce WC public à Tsimbazaza est mal placé, car il se situe entre le marché public d’Ankaditoho et la route principale ». Le DGAT a aussi contesté le fait que ces toilettes se situent au milieu de la voie publique. Fin janvier, le M2PATE a déjà ordonné à la CUA de déplacer cette infrastructure. Une demande que la Mairie de Tana n’a apparemment pas prise en considération. Faut-il rappeler que le WC public que Lalao Ravalomanana prévoit d’inaugurer ce jour se situe à une centaine de mètres seulement de la résidence du président Hery Rajaonarimampianina à Tsarafaritra Tsimbazaza. Cette infrastructure est également installée juste à côté du Palais de l’Assemblée nationale. Avec cette nouvelle « provocation », le bras de fer entre l’Etat et la CUA semble loin d’être terminé. Histoire à suivre.

Davis R

L'express de Madagascar83 partages

Élection – La CENI insiste sur l’échéance 2018 pour la présidentielle

Pour la CENI il n’y a pas place au débat, la présidentielle se tiendra en 2018. L’idée de reporter l’échéance électorale en 2019 fait, pourtant, son chemin.

Ferme. Maître Hery Rakotomanana, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), a été clair lorsque la question sur le moment où se tiendra l’élection présidentielle lui a été posée, hier.« Il n’y a pas lieu de polémiquer, la présidentielle se tiendra en 2018 », a déclaré le numéro un de la CENI, durant un point de presse de présentation du bilan provisoire de la révision annuelle de la liste électorale, hier, à Alarobia. La presse a, en effet, profité de l’occasion pour lui demander de plus amples explications sur une position qu’il a affirmée dans une interview publiée dans le journal l’Hebdo de Mada­gascar, vendredi.Dans les colonnes de cet hebdomadaire, maître Rakoto­manana a soutenu : « Je tiens à souligner fermement, en tant que président de la CENI, que je refuse catégoriquement le report du scrutin de la présidentielle pour 2019. Ce suffrage sera réalisé en 2018 car, il est inadmissible de l’ajour­ner. Je suis catégorique sur ce point. Il est inimaginable de reporter cette élection au-delà de la fin du mandat du président de la République, c’est-à-dire le 24 janvier 2019 ».Pour défendre sa position devant la presse, hier, l’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats a mis en avant, le 7e point de l’article 38 de la loi sur la Commission électorale qui dispose qu’elle « est chargée de veiller au respect des dispositions légales relatives aux élections ». Il a, ainsi, rappelé que la Constitution en son article 45 souligne que le Président de la République « est élu pour un mandat de 5 ans ».

IllégaleMaître Rakotomanana a, également, rappelé que l’article 47 prévoit que « l’élection du président de la République a lieu 30 jours au moins et 60 jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice ». La CENI n’a, cependant eu de cesse de déclarer que fixer le calendrier électoral est une prérogative du pouvoir Exécutif. Une réplique opposée, systématiquement, aux journalistes lorsque la question concernant la tenue des élections régionales et provinciales est posée.L’Exécutif, justement, pourrait faire valoir ce privilège pour appliquer une idée qui fait son chemin au sommet de l’État depuis quelques temps, « repousser l’élection présidentielle dans le courant de l’année 2019 ». Parmi les arguments avancés en coulisse est qu’« il s’agit d’éviter le cas de force majeure et ne pas tenir les scrutins durant la saison des pluies ». Le code électoral prévoit, effectivement, que « le scrutin doit se tenir durant la saison sèche de l’année, entre le 30 avril et le 30 novembre, sauf cas de force majeure (…) ». Or, si l’on se réfère à la Consti­tution, le premier tour de la présidentielle devrait avoir lieu au plus tôt le 25 novembre, tandis que le deuxième tour se tiendrait donc en pleine saison « interdite ».La CENI affirme ne pas remettre en cause cette prérogative du gouvernement mais, soutient que celle-ci doit s’exercer, sans outre­passer les lois. « La Constitution est claire, toute initiative de repousser la présidentielle au-delà de l’année 2018 est illégalle », indique un membre de la Commission électorale, en marge du point de presse d’hier. À propos du cas de force majeure, la source soulève, dans ses arguments, la hiérarchie des normes. « Le code électoral est une loi organique. Nous parlons ici, d’échéan­ce prévue par la Constitution », argue-t-elle.Tout comme le reste du cadre juridique des élections, le code électoral devrait faire l’objet d’une refonte. La source ajoute, du reste, qu’en plus d’être illégale, pareille décision risque de se heurter à l’hostilité de l’opinion nationale et internationale. Reste à voir, cependant, si la Commission aura son mot à dire, si jamais l’idée de repousser la présidentielle, en 2019 est concrétisée. L’article 38 de la loi sur la CENI s’en tient juste au fait qu’elle « veille », au respect des lois électorales, sans pouvoir de sanction.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara73 partages

Lutte contre la corruption : Descente du mouvement Rohy dans sept services publics

Les membres du mouvement Rohy menant des actions de lutte contre la corruption. (Photo Kelly)

Le mouvement Rohy a procédé à une coopération et appréciation des services publics par les prestataires et les usagers ces derniers temps, et ce, à travers le projet AIKA (Ady Iombonana amin’ny Kolikoly no Arindra) financé par le projet Dinika de l’Union européenne. Sur ce, les actions de lutte contre la corruption de cette société civile sont présentes dans sept services publics, à savoir, la délivrance des passeports, la direction régionale des impôts Analamanga, les douanes au port de Toamasina, les axes routiers RN2 et RN7, la délivrance des permis de conduire et des cartes grises biométriques pour la province d’Antananarivo, la visite technique à Antananarivo et le service d’Etat civil dans les 1er et 4e arrondissements de la CUA. Cette société civile a ainsi présenté un compte-rendu d’activité, lors d’une conférence de presse qu’elle a tenue, hier au CITE Ambatonakanga.       

Baromètre. Le projet AIKA a adopté une approche innovante basée sur l’incitation, celle de mettre en place un système de « labellisation » des services publics afin de motiver  les agents de l’administration concernée (prestataires) de fournir des services de qualité et sans corruption. A cet effet, d’octobre à décembre 2016, un baromètre servant d’indicateur de qualité et de probité a été développé dans une démarche participative comprenant l’administration concernée, les usagers, les organisations de la société civile du mouvement Rohy du projet AIKA et le Bianco. Depuis une semaine, l’étape qui consiste à demander l’avis des prestataires d’un côté, et les usagers de l’autre a commencé, sur la base de questionnaires issus de ce baromètre. Des actions louables, certes, de la part de cette société civile, mais qui reste difficile à réaliser, étant donné que la corruption qui gangrène notre société ne date pas d’hier. Ce serait ainsi un combat de longue haleine.

Dominique R.

Midi Madagasikara66 partages

Ambositra : Vers une coupure totale de l’électricité d’ici les prochains jours, si …

Au sein de la Jirama d’Ambositra, la galère se perpétue. (Photo Anastase)

En cas de défaut d’approvisionnement en gasoil dans les prochains jours, la ville d’Ambositra risque un black-out total d’ici peu.

 Le scénario de la coupure totale de l’électricité risque de se concrétiser, si l’on se réfère à la coupure d’électricité qui a eu lieu toute la nuit du samedi dernier jusqu’à dimanche où l’électricité n’a repris qu’à partir de 6h du matin pour permettre aux chrétiens d’aller prier. Une situation qui risque de se prolonger pour les jours et les nuits suivantes. Une coupure totale de l’électricité qui n’est pas pour contenter les usagers, contrairement à la récente déclaration du chef de gouvernement… Mahafaly qui a demandé à la population de prendre son mal en patience. « Mais jusqu’à quand… ? », s’interrogent les perpétuelles victimes. Solonandrasana Mahafaly Olivier, lui-même qui lors de son passage à Ambositra, au mois de septembre 2016, a déclaré publiquement que la situation sera rétablie d’ici peu  à travers toute l’île et que des ordres dans ce sens seront donnés aux responsables. Des responsables qui ont été limogés et remplacés, alors que la galère continue et la situation empire au point de croire, selon des observateurs que la Jirama est en train de mourir à petit feu.

 8 heures. Pour en revenir à Ambositra, les usagers de la Jirama, des semaines auparavant, ont eu droit à 16h d’électricité par jour. C’est ce qui a permis de peu d’améliorer une situation déjà très précaire. La semaine dernière, la situation a de nouveau empiré, avec seulement 8 h de courant par jour de 8h à 12h et une reprise dans la soirée de 18h à 21h, pour laisser libre cours à l’insécurité, comme ces vols de câbles de la Jirama qui continuent à se perpétuer sans que les auteurs ne soient inquiétés. Un préjudice de… haute tension, parmi tant d’autres auquel cette compagnie nationale d’électricité devra faire face.

Ravalomanana. Lors de sa visite à Ambositra samedi dernier et à Fandriana le jour suivant, le fondateur de l’empire « Tiko » Marc Ravalomanana avait ses mots à dire sur les maux qui gangrènent le pays tout entier, comme le délestage, l’insécurité et l’inflation au point de se faire une crédibilité aux prochaines élections, à chacune de ses tournées, face à un gouvernement de plus en plus désemparé où le courant ne passe plus avec de la population fortement désabusée.

Anastase

Midi Madagasikara65 partages

Telma : D’autres investissements en vue

L’ADG de Telma Patrick Pisal Hamida.

L’incident de la coupure du câble Eassy est passé. Telma a fait preuve d’une bonne réactivité en assurant un service Internet d’appoint, tout en réparant en un temps record les dégâts subis par les infrastructures à une profondeur de 2600 mètres. Les solutions back up du câble Eassy via des accords satellitaires et sur d’autres câbles ont permis aux usagers de disposer de connexions de secours.

En tout cas, cet incident  est devenu une opportunité pour le groupe Telma qui annonce d’autres investissements pour encore de meilleurs services. L’ADG Patrick Pisal Hamida n’est pas encore entré dans les détails lors de la conférence de presse qu’il a donnée, hier à l’Hôtel Ibis. Mais il s’agit en fait de projets de câbles en fibre optique qui vont encore améliorer le très haut débit à Madagascar. Le câble METISS où Telma assure la présidence est un projet qui implique plusieurs opérateurs internationaux. Le câble Fly Lion 3 sera également lancé. Des projets qui vont sécuriser avantage les connexions et éviter les gros problèmes en cas de panne.

Par ailleurs, pour remercier les clients qui ont fait preuve patience durant cet incident, Telma leur offrira de nombreux bonus. Ainsi, mars sera le mois de l’Internet de l’Internet by Telma avec beaucoup de bonnes surprises pour les usagers. A noter que malgré les coûts financiers relativement importants de cet incident, Telma ne révisera pas en hausse ses tarifs. En somme, les travaux n’auront pas d’impact sur les prix de l’Internet by Telma qui demeure encore et toujours le, meilleur à Madagascar.

R.Edmond

Indian Ocean Times57 partages

Un hôtel Novotel à Madagascar

En partenariat avec la société Eden, Accor Hotels a présenté le 31 janvier 2017 le projet de construction d'un nouvel hôtel quatre étoiles à Antananarivo. Cet hôtel portera l'enseigne Novotel. Ce projet d'envergure arrive au moment où le secteur touristique malgache et celui des investissements connaissent un essor considérable. Madagascar a été choisie par le groupe Accor Hotels déjà propriétaire d'un établissement hôtelier à Madagascar, en l'occurrence l'Ibis hôtel, pour faire partie des pays africains retenus pour le déploiement de sa nouvelle stratégie. En effet, plusieurs hôtels Novotel ouvriront leurs portes cette année dans plusieurs villes africaines. L'hôtel Novotel sera construit sur un terrain de trois hectares, dans la zone d'affaires d'Alarobia, à seulement quelques minutes de l'aéroport international d'Ivato. L'établissement comprendra 150 chambres dont une vingtaine de suites présidentielles. En terme d'investissement, ce projet hôtelier est évalué à 20 millions d'euros. Les travaux commenceront dans les trois prochains mois, avec une ouverture prévue au début de l'année 2019. Les promoteurs du projet prévoient des formations pour le futur personnel, afin de leur inculquer l'esprit et les standards de service qui font la renommée d'Accor Hotels dans le monde. L'ouverture de ce nouvel hôtel sera bénéfique à l'économie du pays et surtout au tourisme, car il renforcera la capacité d'accueil, que ce soit pour les rencontres internationales ou pour les saisons touristiques. Enfin, le projet créera près de 250 emplois directs. La marque Novotel donne de nouveaux atouts à Madagascar au sein des iles vanille. Il marque concrètement les résultats de l'engagement de Madagascar et de son ministre du tourisme Roland RATSIRAKA en faveur du développement économique et touristique de la grande île.
Madagascar Tribune57 partages

Le premier ministre veut du concret

Le team building du gouvernement a débuté hier avec la présence du Chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina qui a procédé à son ouverture officielle à Mantasoa. Selon les explications, le premier ministre Olivier Mahafaly et les membres de son gouvernement auront également au programme des renforcements de capacité. Mais aussi et surtout, ces derniers auront à faire le bilan des quatre années de mandat. Selon le premier ministre, « un pays avance selon la vision du Chef de l’Etat. Et lorsqu’il a été élu, celui-ci a à cœur le développement du pays ». La réalisation de cette vision incombe au gouvernement qui s’est vu confier une mission bien précise, dont la lutte contre la corruption, contre l’insécurité et contre le trafic des ressources minières malgaches, souligne Olivier Mahafaly. « Actuellement, la direction à suivre est encore plus claire avec l’établissement du Fisandratana 2030. L’important maintenant c’est de garder en tête cette vision ainsi que les actions pour la réaliser. Ceci sans perdre le sens des priorités sur les actions qui auront un impact concret dans la vie de la population ». Ce qui d’ailleurs a été la première raison de la tenue de ce team building. Aussi, pour les quelques mois qui restent à son équipe, Mahafaly Solonandrasana demande du concret, des actions dont les répercussions se feront sentir directement dans la vie quotidienne des malgaches. Ce qui est aussi de l’intérêt du régime Rajaonarimampianina qui n’aura pas réussi à gagner le cœur des malgaches durant un mandat. Et dont la popularité est au plus bas à l’approche des élections. Malheureusement, jusqu’ici aucun des gouvernements qui se sont succédé durant la quatrième république n’ont su répondre aux attentes de la population. Et depuis l’avènement du régime Rajaonarimampianina, il y a eu plus de discours que de réalisation. Un constat amer que les tenants du pouvoir ne semble pas vouloir reconnaitre. Face à cela, le premier ministre Olivier Mahafaly a précisé que le gouvernement ne fait qu’un et que tous les membres doivent être solidaire. « Les ministres ne travaillent pas à leurs comptes, ils travaillent pour le gouvernement et pour la population », souligne le locataire de Mahazoarivo. La solidarité du gouvernement passera à partir de maintenant par des actions coordonnées qui devront s’inscrire dans la vision Fisandratana 2030 mais également pour répondre aux attentes immédiates de la population. « Le gouvernement devrait être solidaire et la population doit pouvoir apercevoir cette solidarité dans la mise en place de défis et objectifs. Les membres du gouvernement devraient avoir un seul point de vue, une seule parole car le but visé est le même », a-t-il conclu.

Midi Madagasikara54 partages

Iavoloha : Andian’olona manao fanamiana miaramila manakan-dàlana

Maro ny olona nahatsikaritra ny fisian’ny andian-dehilahy manao fanafimiana miaramila teny amin’ny RN7, mifanandrify amin’ Iavoloha. Ny alin’ny alahady teo no nitrangan’izany. Izy ireo dia misandoka manao mpitandro ny filaminana izay mandridra ny fifamoivoizana. Najanona ny fiara maro, indrindra fa ny fiara lehibe manao asa fitaterana. Nisy tamin’ireo ny kamiao izay nitondra saribao avy any atsimo mba hoentina ety an-drenivohitra. Rehefa nijanona ny fiara dia tsy nisy resaka firy fa nosokafana ny taoriana ary navoaka ny entana dia samy nitatitra ny azy teo ireo milaza ho mpitandro ny filaminana. Tsy io ihany, satria maromaro ny olona nitaraina rehefa niharan’izany fandrobana ampahibemaso izany. Nisy ny fitarainana napetraka teny amin’ny biraon’ny mpitandro ny filaminana saingy natao « contre X » izany satria tsy fantatra ireo olona. Ireo voaroba dia nanamafy fa tsy mpisandoka izany ireo. Sady mitazona basy no manao fanamiana, raha araka ny fanazavan’izy ireo. Loza tanteraka raha izany no zava-nisy satria tafiditra ao anaty baranahiny ny firenena. Ireo natao ho tandroka hiaro ny vozona indray no lasa mandroba. Saingy mila malina rehefa misy ny tranga toa izao satria tsy vitsy koa ny mpisandoka. Mendrika ny mba hohadihadian’ny mpitandro ny filaminana lalindalina kokoa ity zava-niseho ity ary faizina mafy ireo tompon’andraikitra, na tena izy izany na mpisandoka.

D.R

Midi Madagasikara50 partages

Ecoutourisme et éducation environnementale : SAHA Maitsoanala Mandràka innove

Vue sur une aire de repos de Saha Maitsoanala.

L’aménagement d’un jardin floral, d’aires de camping et d’un gîte d’étape font partie des dernières initiatives visant à améliorer la qualité des services fournis aux visiteurs du site écotouristique SAHA Maitsoanala, à Mandràka, à 65km de la capitale, sur la RN2. Face à l’augmentation de la fréquentation de ce site écotouristique et éducationnel, en effet, de nouveaux aménagements ont été effectués, récemment. Durant ces trois derniers mois, plusieurs dispositifs ont été mis en place et réhabilités, dont font partie les aires de camping, le jardin des fleurs, le gîte d’étape et le parking pour les véhicules qui accèdent au site.  

Richesses. La création  de ces aires de camping répond aux attentes des visiteurs nationaux et internationaux désirant séjourner dans des milieux naturels. Quant à l’extension du parking, elle facilite davantage l’accès des visiteurs, avec une capacité permettant d’accueillir plus de 30 voitures. SAHA Maitsoanala a, par ailleurs, créé un jardin floral afin d’offrir aux visiteurs des produits touristiques mettant en valeur la richesse floristique du site et permettant aux visiteurs, notamment, ceux du troisième âge pouvant avoir des difficultés à parcourir de longues distances, d’en profiter pleinement.

Guidage. La poursuite des efforts de renforcement des compétences de guidage pour les membres de l’association Maitsoanala s’est concrétisée à travers des visites-échanges et des partages d’expériences entre ces membres de l’association et les guides professionnels à Andasibe. La visite portait alors sur le thème de « la gestion des sites touristiques et éducationnels, les techniques de guidage et d’accueil ». Et enfin et non des moindres, le volet éducation environnementale figure également parmi les préoccupations du site. Des dispositifs touchant ce domaine ont été également créés tandis que les dispositifs déjà existants ont été améliorés.

Rappelons que « SAHA Maitsoanala » est une initiative du département des Eaux et Forêts de l’école des sciences agronomiques de l’Université d’Antananarivo, en partenariat de gestion avec l’association Maitsoanala. Le projet bénéficie des appuis financier et technique de la Fondation Tany Meva et de la direction générale des Forêts.

Hanitra R.

Midi Madagasikara40 partages

Cannabis à Tana : Les consommateurs, de 15 à 50 ans…

Les statistiques du Service Central de la Lutte Contre les Abus des Stupéfiants et des Substances Psychotropes (SCLASSP) ont montré que l’âge des consommateurs varie entre 15 à 50 ans. Les milieux scolaires et les quartiers chauds de la capitale sont les plus exposés au phénomène. Zoom sur la consommation de stupéfiants à Tanà…

Le stupéfiant et ses effets

Le stupéfiant, une substance toxique agissant sur le système nerveux provoque un effet analgésique narcotique ou euphorisant. L’usage répété peut entraîner une accoutumance voire une dépendance totale. Le cannabis, l’héroïne, la cocaïne et l’ecstasy sont les produits stupéfiants qui existent à Madagascar et sous différentes formes. Il est à noter que toutes les drogues ne sont pas forcément des stupéfiants. Les drogues sont inscrites sur une liste régulièrement tenue à jour par Swissmedic, un institut suisse des produits thérapeutiques.

 

Des adolescents sous l’emprise des stupéfiants

La consommation de stupéfiants peut s’exprimer par des changements de comportement et aussi par des troubles psychiques qui parfois rendent violents les individus consommateurs. Les mineurs sont les plus vulnérables aux changements. A l’âge de 12 ans, nombreux sont déjà ceux qui sont sous l’emprise des stupéfiants, a constaté le service de la lutte contre la consommation des stupéfiants. Face au phénomène, les concernés sont amenés à suivre des séances de rééducation avant de les envoyer au centre de correction à Anjanamasina. Pour les adultes, les peines varient entre six mois à cinq ans d’emprisonnement ferme et assorties d’amendes. Les raisons sont diverses : recherche de sensation, la curiosité et le chargement d’humeur. Les rôles du service de la lutte contre les abus de stupéfiants et de substances psychotropes se concentrent sur deux étapes majeures. D’une part, elle concerne la répression des trafiquants et d’autre part la sensibilisation via les médias ainsi qu’une série d’éducations dans les établissements scolaires. L’année dernière, tous les lycées publics de la capitale ont bénéficié d’une sensibilisation de la part du SCLASSP ou service de la lutte contre les abus de stupéfiants et de substances psychotropes. Il est important de faire savoir aux jeunes les conséquences que peuvent engendrer la prise de drogues. Pour intensifier la lutte contre les trafics, une autre sensibilisation va être menée par le même service et cette fois-ci, au Lycée Technique d’Ampasampito, ce jour.

Que dit la loi ?

A Madagascar, les activités illicites portant sur les stupéfiants, les psychotropes et les précurseurs sont punissables selon la loi n°97-039 sur le contrôle des stupéfiants, des substances psychotropes et des précurseurs à Madagascar. La production, la fabrication, le commerce, l’emploi dans l’industrie, la remise aux particuliers sont interdits. La brigade des stupéfiants observe des dispositions d’usage telles que les perquisitions de nuit, les contrôles des services postaux, la surveillance des livraisons, la mise sous surveillance des comptes bancaires afin de déjouer les trafics.

58 kilos de cannabis saisis

Rien que pendant le mois de janvier 2017, le SCLASSP a saisi deux sacs contenant 58 kilos de stupéfiants en provenance de la région Nord. Une source de bonne foi a signalé la police sur l’existence d’un commerce en gros de cannabis. Dépêchée sur place, la police a mis la main sur le commerçant. Le suspect a révélé durant l’enquête préliminaire qu’il avait l’intention d’acheminer les produits à Tamatave. Les réseaux des trafics de stupéfiants s’élargissent de plus en plus dans la capitale et touchent aussi les périphéries. Actuellement, six quartiers d’Antananarivo figurent parmi les zones rouges en la matière. Ce sont entre autres le quartier d’ Anosibe, Ankasina, la cité des 67ha Nord-Ouest, Ambohimanarina, Manjakaray, Tsarahonenana et Andraisoro. Les stupéfiants proviennent pour la plupart des cas de Betroka et d’Antsohihy.

Le Mali, parmi le plus touché en Afrique

Au Mali, l’Office central des stupéfiants a mis la main sur 2,7 tonnes de cannabis qu’un réseau de trafiquants déchargeait près de Bamako. Des arrestations se sont poursuivies mercredi dans la capitale malienne et à Accra, au Ghana, lieu de provenance de la drogue. Près de trois tonnes de cannabis, pour une valeur marchande estimée à environ 100 millions de francs CFA (plus de 152 000 euros). C’est la plus importante saisie de drogue des vingt dernières années dans la capitale malienne et sa périphérie.

Bilan 2016 : 193 sous MD dont six mineurs

Un bilan du service concerné a décelé 156 cas de trafics de stupéfiants au niveau national. Les commerces de cannabis et autres substances psychotropes ont connu leur summum en avril, le mois de la moisson selon les spécialistes de la police.

L'express de Madagascar37 partages

Internet – Les solutions de backup se font attendre

Des opérateurs malgaches investissent actuellement dans deux projets concernant les câbles optiques sous-marins. Au vu des calendriers, ces réseaux ne devraient pas être opérationnels avant 2018.

Quid des solutions de backup. Maintenant que Telma a annoncé le rétablissement de la connexion internet, tout le monde, du simple internaute aux entreprises, s’interroge sur les solutions de backup de connectivité internationale de Mada­gascar. Les projets annoncés jusqu’ici tardent à être mis en place. Il faut attendre l’année 2018 pour bénéficier d’une sortie internationale supplémentaire au niveau de Tolagnaro avec le projet Melting Pot Indianoceanic Submarine System (Metiss). Un autre projet comme Fly Lion 3 ne s’est toujours pas concrétisé alors qu’il devait être opérationnel depuis mi-2015, selon le calendrier initialement prévu.L’endommagement du câble optique sous-marin au large de Toliara, le 25 janvier, qui avait entraîné une grande perturbation de l’internet à Madagascar devrait néanmoins accélérer les choses. Pour ne plus pénaliser ses abonnés, Telma rappelle et réaffirme des investissements dans des projets d’infrastructures télécom de la région océan Indien.«Telma va  investir pour qu’il ne manque plus jamais de connexion internet à Mada­gascar. Dans ce sens, nous allons investir dans deux projets de câbles optiques sous-marins, Fly Lion 3 et Metiss, avec d’autres opérateurs internationaux pour sécuriser la connectivité internationale de la Grande île », a déclaré Patrick Pisal Hamida, administrateur directeur général de la société, hier, au cours d’une conférence de presse.

En coursCette annonce de Telma va bousculer un peu les projets d’infrastructures d’internet à très haut débit dans la région océan Indien. Elle devait remettre sur la table le projet Fly Lion 3 qui reliera Mada­gas­car, La Grande Comore, et Mayotte. Ce projet annoncé depuis belle lurette, prévoit un  point d’atterrissement à Mahajanga et permettra ainsi d’accéder aux câbles Eassy et Lion 2. Ce projet était initié par un consortium d’opérateurs télécom de l’océan Indien, à savoir Comores Telecom, Telma, Orange, Emtel et Société Réunionnaise de radiotéléphone.De l’autre côté, dans l’océan Indien, un consortium a décidé l’année dernière de mettre en place le projet Metiss. Ce réseau long de 3500 km environ devrait relier La Réunion, Maurice, Mada­gascar à l’Afrique du Sud. Emtel et CEB FiberNET Co Ltd de Maurice, Blueline, Telma, et Canal Plus Telecom, SRR (SFR Réunion), Telco OI (Only) et Zeop de La Réunion, travaillent en ce moment pour la mise en place de cette infrastructure à haut débit dont le coût des investissements est estimé à 75 millions d’euros. D’après ce consortium d’opérateurs, le réseau devrait être opérationnel d’ici 2018.L’effectivité de ces deux projets de câbles optiques sous-marins pourrait résoudre, en grande partie, les problèmes de connexions de secours pour la Grande île. En tout, Madagascar disposerait de quatre sorties internationales avec des points d’atterrissements Toliara, Tolagnaro, Toamasina et Mahajanga. Il ne reste plus qu’à optimiser la capacité de ces câbles pour supporter les besoins des internautes et entreprises malgaches qui, au fil des ans, ont eu une grande dépendance à l’internet.

Telma réserve des surprises à ses clients

Un dédommagement des clients   Les dirigeants de Telma laissent les journalistes sur leur faim. Ils annoncent « créer des surprises pour ses abonnés internet sans exception pour le mois de mars » sans pourtant préciser de quoi s’agit-il exactement. « Le mois de mars sera le mois de l’internet à Madagascar. Nous réservons des surprises à nos clients », avait annoncé Patrick Pisal Hamida au cours d’une conférence de presse à Ankorondrano lundi.S’agit-il plutôt d’un dédommagement des clients à la suite du problème de la connexion internet  qui a duré plus de 15 jours   Aucune réponse au niveau des responsables.  Mais le numéro un de Telma dévoile pourtant quelques bribes d’infos sur cette partie. « Telma avait prévu d’ajuster ses tarifs par rapport à la dévaluation de l’ariary. Maintenant, nos clients peuvent se réjouir qu’il n’y aura pas de hausse de tarif », a-t-il annoncé.

Lova Rafidiarisoa

Agence de Presse de l'Ocean Indien35 partages

A la découverte de la mégafaune marine de Nosy Be

Les passionnés par l’observation de la mégafaune marine ont le choix à Madagascar : à l’Est du pays avec l’association « Cetamada » de Sainte Marie que nous présentions dans nos colonnes l’an dernier et à l’ouest, à Nosy Be avec l’association « les baleines Ass’eau » issue, comme à Sainte Marie, de la passion et de l’esprit d’entreprise. Focus sur cette association dirigée par trois jeunes français passionnés et passionnants.

Il faut les avoir connus dès 2012 pour bien saisir combien l’’abnégation, la passion et l’entrepreneuriat peuvent aboutir à de nobles actions. Au tout début en effet, Arthur Guillemain d’Echon, son frère Tanguy Guillemain d’Echon et Elina Sourisseau Goy (compagne de Tanguy) ont créé la SARL les Baleines Rand’eau en 2012. Objectif : emmener les touristes et résidents à la rencontre de la mégafaune marine de Nosy Be : baleines, dauphins, requins baleine, tortues… Alors que d’autres auraient investi des millions dans ce genre d’activité, les trois jeunes n’ont d’autre moteur que la passion et le goût du travail bien fait. Avant d’’autofinancer leur propre embarcation, ils louent au début des bateaux avec leurs équipages afin de démarrer cette activité pionnière à Nosy Be.Un pari gagnant aux dires d’Arthur : « nous avons pu mesurer l’incroyable bio diversité de la zone et l’immense potentiel de recherches qu’elle présentait. Tandis que peu d’organismes scientifiques s’étaient profondément penchés sur tout ça, nous avons contacté et rencontré différents scientifiques afin de leur proposer des projets qui nous permettraient de mieux comprendre les différentes espèces maritimes croisant dans les eaux nosybéennes et les enjeux de leur préservation ».Tout comme à Sainte Marie avec Cetamada, l’activité scientifique s’est développée parallèlement aux simples balades touristiques : « nous avons ainsi créé en 2016 une association, Les Baleines Ass’eau, qui a pour but « toutes actions concernant l’observation, la sensibilisation, l’amélioration des connaissances et la protection des cétacés, des requins baleine, des tortues et de la biodiversité marine dans son ensemble dans les eaux de Nosy Be et du canal du Mozambique. Nous travaillons en étroite collaboration avec le Centre National de Recherches Océanographique (CNRO) de Madagascar, situé à Nosy Be. »

Bien que se présentant comme des non scientifiques, Arthur, Tanguy et Elina dirigent cette association qui accueille des projets scientifiques et se porte garant de leur validité comme le précise Tanguy : « nous utilisons l’ensemble des sorties en mer de l’activité touristique pour prendre un maximum de données qui pourraient servir aux différents projets scientifiques que nous menons au sein de l’association ».

 

Comme dans le reste du pays, la population de Nosy Be n’est pas du tout sensibilisée à l’environnement par les autorités. Des associations et ONG oeuvrent tant bien que mal à compenser cette carence du pouvoir central comme le fait « Les Baleines Ass’eau » au travers d’interventions dans les écoles, hôtels et résidences, sur différents sujets touchant à la connaissance et à la préservation du monde marin.Chaque année depuis 2012, l’association organise un « Week end de la baleine » où se mêlent activités autour de ces géants des mers (conférences, diffusion de films, concours de dessins, sculptures sur sables…) et sorties gratuites pour les habitants de Nosy Be. Ainsi, depuis 4 ans, plus de 200 enfants et adultes ont pu partager des moments incroyables à la rencontre de ce monde qu’ils ignoraient jusque là.

Le volet scientifique permet aux membres de l’association de travailler sur 3 grands projets : le Global Fin Print,en partenariat avec le Dr Jeremy Kiszka, de la Florida International University (FIU) et la Wild Conservation Society (WCS).Les baleines d’Omura, en partenariat avec le docteur Salvatore Cerchio, du New England Aquarium (NEAQ) et Boris Andrianantenaina (scientifique).Enfin, le plus connu est sûrement le projet Requins Baleine en partenariat avec le docteur Jeremy Kiszka, de la Floride International University (FIU), le docteur Simon Pierce, de la Marine Megafauna Foundation (MMF) et Stella Diamant, scientifique en charge du projet (voir les liens à la fin de cet article pour plus d’informations)

Le mot de la fin pour Elina qui nous donne ses perspectives : « en 2017, nous allons donc poursuivre ces 3 projets tout en essayant d’en développer d’autres, notamment au niveau des tortues (vertes et imbriquées) dans la zone. De même, nous souhaitons développer l’association en engageant à temps plein un(e) coordinateur(trice) qui sera en charge de gérer l’association, de développer les différents partenariats scientifiques et de générer de nouvelles dynamiques au niveau social. » A suivre et à soutenir !

J.Rombi

Midi Madagasikara34 partages

Code minier et Code pétrolier : Appui de la Banque Mondiale et de la BAD

(De dr. A g.) Rémi Pelon de la Banque Mondiale rencontrant le ministre Zafilahy Ying Vah.

Ces codes améliorés devront permettre à attirer des investisseurs tout en contribuant au développement durable du pays et en se souciant de l’aspect environnemental.

Après le succès de la participation de Madagascar à la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs l’an dernier à Paris, la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement (BAD) ont manifesté leur désir d’appuyer Madagascar en matière d’amélioration du Code minier et du Code pétrolier. Parlant du Code pétrolier, « sa révision s’avère indispensable car le pays entre actuellement dans la phase d’exploitation pétrolière. Et la BAD via la Facilité africaine de soutien juridique a appuyé à la formation des techniciens du ministère en charge du Pétrole, du ministère des Finances et de l’OMNIS pendant dix jours. Une attestation leur sera délivrée aux termes de leur formation. Ils seront ensuite des futurs négociateurs dans l’établissement des contrats pétroliers afin qu’il y ait des retombées économiques positives pour le pays, surtout pour la population locale impactée par le projet », a évoqué Zafilahy Ying Vah, le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole hier.

Discutés en détails. Pour le cas de la Banque Mondiale, « il y a plusieurs appuis en cours dont entre autres, l’assistance technique sur les aspects juridiques et fiscaux et sur l’initiative de la transparence des industries extractives. La mise en œuvre du projet d’appui à la performance du secteur public n’est pas en reste », a annoncé Rémi Pelon, représentant une délégation de la Banque Mondiale venue de Washington, lors de sa rencontre avec le ministre de tutelle hier. « Il y a un potentiel important dans le secteur minier et pétrolier à Madagascar. Et le gouvernement a exprimé sa volonté d’en faire un secteur stratégique qui peut être décisif pour le développement de la nation en bien qu’en mal », a-t-il évoqué. De son côté, le ministre Zafilahy Ying Vah a soulevé que de nombreux sujets ont été discutés en détails durant cette rencontre. Il s’agit notamment des retombées économiques positives, des questions sur la fiscalité et juridique ainsi que des impacts socio-environnementaux.

Démarche inclusive. Notons que des ateliers régionaux seront organisés à compter de jeudi jusqu’au 11 mars 2017 afin de mieux peaufiner le Code minier et le Code pétrolier améliorés, et ce, dans le cadre d’une démarche participative et inclusive. Toutes les parties prenantes dont entre autres, le secteur public et le secteur privé, la société civile, les autorités locales et les élus ainsi que les autres entités concernées y participeront activement. « L’objectif est que ces codes devront permettre à attirer des investisseurs tout en contribuant au développement durable du pays et en se souciant de l’aspect environnemental. Il y aura encore une discussion en détails avec cette délégation de la Banque Mondiale sur ces sujets avant son départ prévu dimanche prochain », a conclu le ministre Zafilahy Ying Vah.        

Navalona R.

Midi Madagasikara34 partages

Jirama : une situation revenue à la normale

C’est enfin le début de la saison de pluies et avec elle, surviennent la montée des eaux et le remplissage des différentes rivières des Hautes Terres. La Jirama peut donc enfin dire que le délestage tournant a pris fin et que les consommateurs vont pouvoir enfin jouir d’un service à peu près normal. Une première étape a donc été franchie, mais c’est la suite des actions entreprises pour le redressement de la société nationale que l’on attend.

Jirama : une situation revenue à la normale

La pluie qui est tombée à verse le week-end dernier a été accueillie par tout le monde avec satisfaction malgré la montée des eaux dans certains quartiers de la capitale. La météo est enfin telle qu’elle devrait être en ce début d’année avec ses trombes d’eau qui regonflent le lit des rivières asséchées. La tempête tropicale Dineo approche rapidement de la Grande Ile et avec elle, arrivent ces ondées bienfaisantes qui ont déjà permis aux turbines de l’usine hydroélectrique d’Andekaleka de tourner à plein régime. L’alimentation en électricité d’Antananarivo est maintenant assurée, se réjouissent les responsables de la Jirama. Et, dans la foulée, le président de la République lors d’un de ses déplacements en provinces a pu condamner les manifestations d’usagers en colère de ces derniers temps. Ce qu’il ne peut nier cependant c’est qu’il s’agissait de réactions de désespoir. A présent, elles n’ont plus de raison d’être, mais les promesses de redressement de la société nationale doivent maintenant être tenues. L’administrateur délégué qui a été nommé a fait des déclarations dans ce sens et a annoncé une série de mesures qui vont continuer à assainir la société. La nature a donc retrouvé son cycle normal. Nul ne sait encore quelle va être l’évolution de cette tempête tropicale Dinéo. Pour l’ instant, on ne constate que les bienfaits qu’elle apporte. On ne peut que prier le ciel pour qu’elle ne se transforme pas en un véritable cyclone dévastateur. Restons sereins et attendons avec philosophie ce qui va se passer dans les prochains jours.

Patrice RABE

Tananews32 partages

Ambatondrazaka : il découpe ses 3 enfants à la machette

Il s’engueule avec sa femme, celle-ci s’enfuit, de rage il prend sa machette et tue les 3 enfants : 2 mois, 3 ans et 7 ans.

Alertés par les cris atroces des enfants, le fokonolona débarque.

Le forcené voulait aussi tuer le fokonolona mais ce sera le fokonolona qui le tuera. Une espèce d’auto-défense assaisonnée avec une pointe de vindicte populaire.

Chronique d’une journée ordinaire à Babakoto Land. Par contre ne faisons pas honte aux babakoto, ces vrais animaux, car nous n’avons jamais entendu parler de babakoto qui tuaient leurs progéniture, avec ou sans couteau.

C’est Saint Valentinus horibilis cette année pour la mère de famille rescapée.

Midi Madagasikara31 partages

Toamasina : “MD enim-bolana noho ny tondro molotra I Clovis Razafimalala”

Ny tomponandraikitry ny vovonana CNPE nanao valan-dresaka.

Nanao valan-dreseka ho an’ny mpanao gazety teto Toamasina, ny sabotsy teo, tao amin’ny trano fisakafohanana “ficus Nitida” Bd Augagneur ny vovonam-pirenena miandraikitra ny ady sisika amin’ny fiarovana ny tontolo iainana na ny “CNPE”. Nandritra izany no nanazavan’izy ireo ny asany ka nanamarihan’izy ireo ny fitakiana hamoahana ny marina ny raharaha mikasika an’i Clovis Razafimalala, izay nofonjaina enim-bola am-ponja vonjimaika, nefa tsy misy heloka mafonja manejika azy.

Tao anatin’izao valan-dresaka izao no nilazan’Atoa Lalaina Andrianavalona mpandrindra nasionaly ny CNPE sy ny Rtoa Rahoeliarisoa Huynh Corrine misahana ny serasera, fa vovonana miaro ireo vondron’olona ifotony (VOI) manao ny fanaraha-maso sy miady amin’ny fandikan-dalana eo amin’ny resaka tontolo iainana izy ireo; koa ho an’ireto vovonana ireto dia heloka noho ny tondro molotra no manameloka ny naman’izy ireo efa enim-bolana ao Ambalatavoahangy izao. Resaka ady noho ny bizina sy resaka ara-bola teo amin’ireo samy mpandraharaha tao Maroantsetra ka nisiana sakoroka nahamay ny biraon’ny distrika sy ny fitsarana tany an-toerana, no nentina nanenjehana an’i Clovis Razafimalala izay nambara fa mpitarika ireo nanankorontana sy nandoro biraom-panjakana tamin’izay. Fito ireo nosamborina sy nentina teto Toamasina tamin’izay nefa i Clovis sy ny namany iray ihany sisa no miandry fitsarana am-ponja raha efa nohafahana vonjimaika avokoa ireo dimy hafa.

Mitaky ny hanafainganan’ny fitsarana ny raharaha ny CNPE sy ny filoha Lampona, na mangataka fahafahana vonjimaika ho azy ihany koa alohan’ny fitsarana azy. Hatreto anefa dia tsy mbola manangasanga eo anivon’ny raharaham-pitsarana eto Toamasina ny antontan-taratasin’ady mikasika ity raharaha tany Maroantsetra nafindra eo anivon’ny fitsarana Toamasina…

Malala Didier

Midi Madagasikara30 partages

Sakoroka tany Ambatolampy : Dimy naiditra am-ponja, roa nalefa eny tsiafahy

Niakatra fampanaovana omaly ireo voasambotra  taorinan’ny fanafihana  kaomisaria tany Ambatolampy ny herinandro lasa teo. Vokany, olona dimy tamin’ny ireo voarohirohy no naiditra am-ponja eny Antanimora. Roa kosa no hanefa ny saziny eny tsiafahy raha nahazo fahafahana vonjimaika kosa ny roa. Raha tsiahivina dia andian’olona maherin’ny 400 no saika hanafika ny kaomisaria tany Ambatolampy ny alarobia 8 febroary lasa teo. Izany dia noho ny fitakiana mpangalatr’omby maromaro nosamborin’ny pôlisy, saika hovonoin’ny vahoaka. Nandray ny andraikiny avy hatrany anefa teto ny mpitandron’ny filaminana ka izay no nampiakatra ny hatezeran’ny vahoaka ka niafara tamin’ny Sakoroka.

Kanto R. (Stagiaire)

Tia Tanindranaza29 partages

Aferana BoaderozyRamatoa manampahefana no atidoha ?

Ny komandy ambonin’ny zandarimariam-pirenena ny jeneraly Ramiandrisoa Jean de dieu sy ny tale jeneralin’ny polisim-pirenena Joachim Rajaobelison no mitarika ny famotorana sy fanadihadiana momba ireo bolabolana boaderozy 341 nentin’ny sambo Lumina ka tratra tany amin’ny manakaiky ny Cap Masoala.

 Fantatra izao fa nisy ny vondrona manokana na “unite speciale” teo ambany fitarihan’ny filoham-pirenena sy ny praiminisitra ka nahitana mpitandro ny filaminana sy mpanao gazety nitsongo dia sy nanaraka ilay sambo Lumina. Taorian’ny fahazoam-baovao momba ny fikasana hanondrana hazo sarobidy amin’iny tapany avaratra atsinanan’ny nosy iny ny faran’ny volana janoary no nananganana ity vondrona manokana ity ary natao ho tsiambaratelo tanteraka izany ka olona vitsy dia vitsy no nahafantatra ny fisiany. Nisy ny fivoriana notanterahana teny Mahazoarivo ny 4 febroary notarihan’ny praiminisitra sy ireo olom-bitsy voafidy manokana, nomena ny toromarika ary dia lasa tany Toamasina ny ekipa ny 5 febroary. Nifampiraharaha tamin’ny tompon’andraikitra tao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina ny ekipa koa dia nahazo sambo kely iray hikarohana sy hanenjehana ilay sambo Lumina voatondro fa nitondra boaderozy ny 6 febroary.

Ho tratra amin’izay ny atidoha ?

Efa teny afovoan-dranomasina no tratra ilay sambo Lumina. Niaiky ny komandan’ny sambo fa boaderozy no nentiny. Misy Madama manome toromarika anay, hoy ilay komandan’ny sambo Lumina nilaza hoe : “tohizo foana ny lalanareo fa aza mijanona na misy miantso sy manenjika aza fa izaho no manamboatra an’ireo avy eo…”.Tratra niaraka tamin’ireo tantsambon’ny Lumina moa ny lehilahy iray, olon-tsotra voalaza fa mpandrindra ny trafika ary mandray baiko avy amin’ilay Madama. Nampanantenaina 4 tapitrisa ariary isan’olona ireto tantsambo ireto ary 800 000 Ariary ny “avance” efa nomena. Olona heverina fa manana ny maha izy ary eto amin’ny firenena ity Ramatoa manome toromarika, izany hoe mety ho tompon’ny entana satria hita ho tena mahatoky tena be izy. Mandeha ny fanadihadiana, ary tena manamboninahitra ambony jeneraly kintana 3 no miandraikitra azy koa inoana fa hisy ny anarana mivoaka ary hisy ny trondro be hosamborina sy hotsaraina amin’izay fa tsy hoe ny irakiraka sy mpibata entana foana no migadra noho ny aferana boaderozy. Tena miandry ny ho tohin’ity raharaha ity ny rehetra, ary ho hita eo amin’izay raha tena sahy ny filoha Rajaonarimampianina na tsia. Efa manomboka mivoaka mantsy ny feo fa misy olona manodidina azy voakasika amin’izao afera maizina izao. Misy koa ny manampahefana ambony ao anaty governemanta manao tatitra diso omena ny filoham-pirenena, ary mety tena miaro mihitsy aza ny mpanao aferana boaderozy.

RTT

News Mada24 partages

Na teo aza ny fahasimban’ny internet : tsy hampiakatra ny saran’ny tolotra ny Telma

Araka ny efa notaterina teto, niverina amin’ny laoniny ny tambajotra internet an’ny Telma, taorian’ny fahasimban’ny tariby “câble” tany ambany ranomasina. Manoloana izany, nilaza ny administratera tale jeneraly (ADG), Patrick Pisal-Hamida, omaly fa hatokana ho an’ny internet ny volana marsa ka maro ny valisoa homena ny mpanjifa. Na tsy nambarany aza ny antsipiriany, nanome toky izy fa anisan’ny ao anatin’io valisoa io ny tsy hampiakarana ny saran’ny tolotry ny Telma, na teo aza ny volabe lany tamin’ny fanamboarana ny simba.

Maro karazana ny mpanjifa internet-n’ny Telma hahazo , toy ny mampiasa “call center”, ny “cyber café”, ny orinasa ary ny olon-tsotra.

Tsy hiverina intsony

Nambaran’ny ADG-n’ny Telma koa fa noraisina ny fepetra tsy hiverenan’ny tranga toy ity intsony. Hanampy ny taribim-pifandraisana Eassy fampiasa, misy ny tambajotra internet fiandry raisina avy amin’ny zanabolana sy amin’ireo taribim-pifandraisana any ambanin’ny ranomasina hafa.

Njaka A.

Sary: Fanou R.

Midi Madagasikara24 partages

Majorité présidentielle : Friction entre le PM et les députés du VPM-MMM

Le PM Mahafaly Solonandrasana Olivier est accusé de tourner le dos aux députés qui l’ont proposé à la Primature.

Après le scandale lié à l’affaire d’eucharistie qui a choqué bon nombre des catholiques, le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier se trouverait actuellement dans le collimateur des députés pro-régime.

S’achemine-t-on vers un clash entre le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier et les députés du VPM-MMM, l’un des groupes parlementaires qui l’ont proposé à la tête du gouvernement ? Selon le président de ce groupe parlementaire, Andriatsizehena Benja Urbain, la friction existe. « Les députés du VPM-MMM figurent parmi ceux qui ont présenté le nom de Mahafaly Solonandrasana Olivier pour être nommé premier ministre par le président de la République. Actuellement, il nous est devenu difficile, pour ne pas dire impossible, d’avoir accès à l’actuel locataire de Mahazoarivo. Nous lui demandons d’audience pour discuter des affaires nationales, il ne nous reçoit pas. Nous lui passons des coups de fil, il ne décroche pas. Nous lui envoyons des SMS, il ne répond pas. Bref, il ne voudrait plus être en contact avec nous.», dénonce l’élu de Manakara. Avant d’affirmer : « Par contre, nos relations avec le président de la République sont au beau fixe. Nous sommes toujours en contact. Si nous lui demandons d’audience, il nous reçoit. »

Remaniement ou changement du gouvernement ? D’après le député Andriatsizehena Benja Urbain, les députés du groupe parlementaire VPM-MMM ne sont pas les seules victimes du comportement du premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier. « D’autres présidents de groupes parlementaires pro-régime se plaignent également de l’arrogance du chef du gouvernement. », affirme-t-il. Interrogé sur l’éventuel remaniement ou changement du gouvernement, le président du groupe parlementaire VPM-MMM de répondre : « Quant au remaniement, cela relève du pouvoir du président de la République. S’il trouve qu’il y a des membres du gouvernement qui n’étaient pas performants, qu’il les remplace. En ce qui concerne le changement du gouvernement, c’est également au président de la République d’évaluer l’efficacité et la performance du premier ministre. S’il estime que celui-ci n’a pas fait preuve de compétence et qu’il ne pourra plus continuer à mettre en œuvre le plan national de développement, qu’il trouve un autre premier ministre. » A noter que le groupe parlementaire VPM-MMM est représenté par l’ancien député Jean-Jacques Rabenirina (ministre de la Culture et de l’Artisanat) dans l’actuel gouvernement.

R. Eugène

Midi Madagasikara21 partages

Trafics de tortues : Quatre affaires suivies de près par l’AVG

« Depuis la mise en œuvre du projet ALARM, 15 trafiquants ont été arrêtés et plus d’un millier de tortues saisies », selon l’AVG.

La lutte contre la corruption n’est pas encore efficace malgré le fait que quatre entités aient été mises en place, à savoir le BIANCO, le CSI, le SAMIFIN et la Chaîne pénale anti-corruption », a dénoncé, Ndranto Razakamanarina, le PCA de l’AVG.

L’Alliance Voahary Gasy (AVG) ne ménage pas ses efforts pour  lutter efficacement contre les trafics des ressources naturelles à Madagascar. La preuve, elle suit de près en ce moment quatre affaires sur le trafic de tortues dans le cadre de la mise en œuvre du projet ALARM (Application des Lois contre les Abus sur les Ressources naturelles à Madagascar). « Nous effectuons un suivi depuis les investigations  jusqu’à l’arrestation et l’emprisonnement des trafiquants, et ce, en étroite collaboration avec  la Gendarmerie et le ministère de l’Environnement. On effectue également des visites systématiques au niveau de leurs centres de détention», a expliqué Annie Rajeriarison, juriste au sein de l’AVG lors d’une conférence de presse hier.  

Crime. La première affaire concerne le trafiquant réunionnais qui a été appréhendé par la gendarmerie de Mahitsy. « Il était en vacances à Ambanja en novembre 2016. Il a été ensuite arrêté pour avoir transporté sept tortues endémiques de la région d’Ambanja prévues être exportées à La Réunion. Son procès aura lieu ce jour. Et la 2e affaire concerne un gendarme et un consultant international qui ont été déjà placés sous MD. Le verdict de leur procès sera aussi connu  ce jour », a-t-elle déclaré. Et la 3e affaire porte sur les deux Chinois pris en flagrant délit scotchant des tortues sur leurs ventres à l’aéroport d’Ivato. Leur procès est prévu le 21 février 2017. Et la 4e affaire parle d’un trafiquant arrêté à Mahajanga qui a transporté une tortue « Angonoka », qui ne se trouve que dans la baie de Baly, une aire protégée. « Selon la loi en vigueur, ce dernier constitue un crime étant donné que le trafic a eu lieu dans une aire protégée. Mais jusqu’ici, les sanctions infligées à l’encontre des trafiquants arrêtés sont encore minimes. C’est pourquoi, nous ne cessons d’interpeller l’Etat à imposer des sanctions exemplaires en appliquant réellement les lois pour lutter efficacement contre les trafics des ressources naturelles à Madagascar », a évoqué Ndranto Razakamanarina, le PCA de l’Alliance Voahary Gasy.

Bois de rose. Notons que l’AVG prône également la bonne gouvernance environnementale et s’engage à lutter contre la corruption en travaillant en partenariat avec la Justice, la Gendarmerie et le ministère de l’Environnement pour une meilleure application des lois. « Mais pour l’heure, la lutte contre la corruption n’est pas encore efficace malgré le fait que quatre entités aient été mises en place, à savoir le BIANCO, le CSI, le SAMIFIN et la Chaîne pénale anti-corruption », a-t-il dénoncé. L’AVG réclame entre autres, une enquête approfondie ainsi qu’une poursuite judiciaire à l’encontre des hautes personnalités ayant autorisé l’exportation illicite des 30 000 rondins de bois de rose saisis à Singapour ainsi que toutes les affaires de bois de rose saisis depuis 2009. « Madagascar est encore sous embargo de la CITES alors que le trafic de bois de rose commence à prendre de l’ampleur depuis le début de l’année », a enchaîné le PCA de l’AVG. En revenant sur le projet ALARM, 15 personnes ont été arrêtées et plus d’un millier de tortues ont été saisies et remises à leur habitat naturel, depuis sa mise en œuvre en août 2016. « Nos actions commencent sur la lutte contre le trafic de tortues. Et cela va s’étendre sur d’autres ressources comme le bois de rose et le corail noir », a conclu Ndranto Razakamanarina.

Navalona R.

Midi Madagasikara21 partages

Budget de l’Etat : La Programmation pluriannuelle CDMT pour l’efficience des dépenses

Directeur général du Budget, Mialy Lanto Razanajato Razafinimanana.

Un atelier de sensibilisation sur la programmation pluriannuelle CDMT (Cadre de dépenses à moyen terme) a été organisé par le Ministère des Finances et du Budget, par le biais de la Direction Générale du Budget, les 7 et 8 février dernier. Cet atelier a réuni les coordonnateurs et les responsables de Programmes au sein des différents Ministères et Institutions. Le DG du Budget, Mialy Lanto Razanajato Razafinimanana, nous apporte plus d’éclaircissement sur ce fameux CDMT. Interview.

Midi Madagasikara (MM). Quelles sont les réformes apportées par la LOLF, et quels sont leurs enjeux ?

DG du Budget (DGB). La Loi organique n°2004-007 du 26 juillet 2004 sur les lois de Finances (LOLF) a conduit à des réformes, qui visent à mettre en application, une budgétisation orientée vers les résultats ; un engagement sur des objectifs ; et un renforcement de la responsabilisation des gestionnaires. Ces réformes devraient permettre de renforcer l’efficacité des dépenses publiques, de rénover la gestion publique, d’améliorer la transparence budgétaire et d’introduire la pluri-annualité dans la gestion publique.

MM. Pouvez-vous expliquer ce qu’est le CDMT ? Est-il déjà en application ?

DGB. Le CDMT est un outil pluriannuel décomposant les grandes catégories de dépenses par nature, par fonctions, et par ministères. C’est aussi un processus itératif, axé sur la performance et les résultats escomptés dans le temps. Il décrit la stratégie ministérielle sous forme d’enveloppes financières à affecter aux programmes et aux activités à moyen terme. Des documents relatifs au CDMT sont ensuite annexés au projet de loi de finances initiale présentant, pour chaque programme, indiquant les objectifs, et résultats attendus mesurés par des indicateurs de performance.

Le CDMT, constitue l’innovation apportée dans l’élaboration de la loi de Finances 2017. Sept Ministères pilotes y sont déjà soumis, notamment, ceux de la Santé ; de l’Éducation nationale ; de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle ; de la Fonction publique ; des Finances et du Budget ; des Travaux publics ; et enfin, celui de l’Agriculture.

MM. Vous avez évoqué le principe de sincérité, lors de l’atelier sur le CDMT. Qu’est-ce que cela représente ?

DGB. Le principe de sincérité se définit comme l’obligation de présenter des comptes ou un budget, reflétant une image sincère et fidèle de la situation et des perspectives économiques et patrimoniales nationales, au regard des informations dont dispose le gouvernement au moment de leur élaboration.

La mise en œuvre de ce principe interdit de sous-estimer les charges ou de surestimer les ressources présentées dans la loi de finances et fait obligation de ne pas dissimuler des éléments financiers ou patrimoniaux. 

L’exercice du contrôle de l’application de ce principe revient aux parlementaires à l’occasion de la discussion et du vote de la loi de finances ; et le cas échéant, à l’autorité chargée, du contrôle de constitutionnalité des lois et ex post à la Cour des comptes, dans la mesure où celle-ci doit se prononcer sur la loi de règlement.  

MM. Le CDMT est un concept nouveau. Avez-vous prévu d’organiser des formations ?

DGB. Pour cette année 2017, tous les départements ministériels élaboreront leur CDMT pour la période 2018-2020. Depuis le 13 février 2017, la Direction Générale du Budget dispense des vagues de formations aux acteurs budgétaires et différents responsables des institutions et ministères sectoriels, pour maîtriser les critères de répartition du budget. Ces formations apporteront un appui et des conseils pour l’élaboration des CDMT.

De cette manière, les CDMT initiaux  2018-2020 seront élaborés d’ici à fin mars 2017, pour pouvoir avancer dans la préparation de la pré-conférence budgétaire, suivi de l’enveloppe budgétaire, afin de finaliser les CDMT cadrés.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara20 partages

Nouveau Diocèse de Maintirano : Mgr. Gustavo BombinEspino nommé premier évêque

Nouvelle organisation au sein de l’église catholique. En effet, il s’agit du nouveau diocèse de Maintirano qui aura comme premier évêque le Monseigneur Gustavo BombinEspino. Si le nouveau diocèse, sa délimitation territoriale, ont été détachés de Mahajanga, Maintirano et de Tsiroanomandidy, Mgr Gustavo BombinEsspino lui a été transféré du diocèse de Tsiroanomandidy. Mais qui est-il ? Agé de 56 ans, il a été ordonné prêtre le 21 mars 1987, soit 29 ans de sacerdoce actuellement. Comme susmentionné, il a été évêque de Tsiroanomandidy après avoir occupé différentes charges pastorales allant de Vicaire Episcopale à Vicaire Général en passant par curé de district missionnaire de Maintirano.  Sa nomination par le Saint Pape quant à elle date du 8 février dernier. 

Recueilllis par José Belalahy

Midi Madagasikara19 partages

Saint-Valentin : Joëlle Claude chante l’amour !

Joëlle Claude chantera l’amour le 17 février, au Buffet du Jardin.

Elle sera sous les feux des projecteurs ce 17 février. Joëlle Claude va chanter l’amour ce vendredi au Buffet du jardin.

Romantique ? Elle l’est. Sa voix, la manière dont elle chante et même dont elle se vêt est celle d’une douce et tendre femme qui a néanmoins son caractère. Pour la fête des amoureux, ce n’est pas la femme de caractère qu’elle mettra en avant, mais la Joëlle Claude au cœur tendre, celle qui chante l’amour comme personne. Pour la Saint-Valentin, ou plutôt le vendredi 17 février, la fille de Claude Bass va faire une ode à l’amour. De la rencontre au premier rendez-vous, du premier baiser au premier anniversaire, les incessantes disputes qui finissent par des câlins… elle abordera l’amour sous toutes les coutures, en chansons bien sûr. « Nous allons reprendre les plus belles chansons d’amour, mais à notre sauce! L’amour dans tous ces états! ». Le répertoire, autrement dit, sera très éclectique, quoiqu’un peu jazzy, puisque c’est dans ce domaine qu’elle s’est fait un nom. Pour l’occasion, Joëlle sera accompagnée de ses acolytes : Samy Andriamanoro et son fils Tahiry, sans oublier les frères Andriambelo : Do et Naivo avec qui la chanteuse a fait ses premières scènes.

De père en fille. Inconnue ? Joëlle Claude ne l’est aucunement. Elle est tombée dans le jazz étant petite. A seulement 8ans, elle interprétait déjà les chansons de Michaël Francks et avait ce quelque chose que les autres n’avaient pas. Accompagnée souvent de son défunt père Claude Bass, elle était la révélation du festival Madajazzcar en 1993. Depuis, elle enchaîne les concerts, cabarets, festivals et a joué avec les grands noms du jazz comme le duo Lehnora Helm, Brandon MacCune des USA, le trompettiste Jean Loup Lognon, Hal Singer du Brésil ou le trio Esperanza. Entourée de sa famille : les Andriambelo et de ses compagnons de scène comme Alain Nirinasoa, Thierry Razakamiadana, Samy Andriamanoro, Datita Rabeson, Silo, Joël Rabesolo… Joëlle Claude, en novembre dernier a sorti son premier album, plus d’une vingtaine d’années après ses débuts. Depuis, elle n’a cessé d’investir les scènes pour présenter ses nouvelles compositions. Ce  vendredi cependant, le répertoire sera différent, puisque Joëlle ne va pas mettre en avant « I’ll sing for you », mais va chanter l’amour.Mahetsaka

Midi Madagasikara19 partages

Musique : Stéphanie veut calmer les « Tsaho » dans son dernier tube

La sortie du dernier tube de Stéphanie, tout simplement intitulé « Tsaho », continue à faire parler de lui un peu partout, dans le monde réel comme dans le monde virtuel. Ecrit par le chanteur Shyn, cette chanson se défend un peu de tous les ragots dont Stéphanie est victime. Si les paroles ne semblent pas très claires, le producteur de la chanteuse veut expliquer qu’ils veulent s’adresser aux personnes qui médisent sur elle, se prenant pour des journalistes et répandant des informations non avérées. En tout cas, le clip, avec plus de 10 000 vues sur youtube, attire bien du monde. Et il est plus qu’important d’éclaircir l’histoire que raconte la chanson pour ne vexer personne !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara18 partages

RN44 : Lehilahy iray nentin’ny ranon-trambo

Lehilahy iray no nentin’ny  ranon-trambo   namakivaky ny  lalam-pirenena faha- 44  ny  Zoma faha  10 febroary 2017 teo. Sambany no nirotsaka naharitra ny orana teto Ambatondrazaka  ny harivan’ny zoma     izay  nisy ranon-trambo mahery vaika  teo Ambalabako  Manakambola  izay   3 Km tsy hiditra an’ny tananan’Ambatondrazaka izay   tokony tamin’ny 5ora sy sasany hariva tany ho any. Tsy nisy afaka nandeha avokoa ny fiara rehetra fa samy nijanona noho ity ranontrambo mahery namakivaky ny arabe ity ; ny olona sy ny moto ihany koa dia nifitsaka namonjy sisiny niandry izay fotoana nijanonany. Tovolahy iray izay hamonjy fodiana no variana nanamorona ny rano no nofaohiny avy hatrany  ka   nivadibadika nanaraka ilay ranon-trambo    tany an-tanimbary. Raikitra ny antso vonjy  ka  vatan-dehilahy  maromaro no nandeha nanenjika hamonjy ity lehilahy ity, ka voavonjy ihany . Efa tena reraka sy  tsy nahatsiaro  tena ity lehilahy ity ka, ny  loholon’ny Madagasikara Atoa Rabenony  izay sendra tavela teo ihany koa no nikarakara ity olona efa reraka ity ka nateriny teny amin’ny tobim-pahasalamana ary voavonjy  soamantsara ihany. Anisan’ny atahorana mihintsy ity ranon-trambo eo Manakambola ity satria ny lalana  fandehanan’ny fiarakodia mihintsy no vakivakian’ity ranon-trambo mahery ity. Efa nisy fiara 4X4 nofaohin’ny rano teo  tamin’ny fahavaratra   tamin’ny taona 2015.  Tokony hojeren’ny mpitondra akaiky ity lalana fandalovan’ny ranon-trambo ity  satria isan-taona dia ahitana loza hatrany.

Janus R.

News Mada17 partages

Mahitsy – Fanatanterahana fomba : nirotsaka avy hatrany ny orana

« Tsy mandà ny fiovaovan’ny toetr’andro maneran-tany ny foko Manendy, saingy afaka mifehy manokana ny ato aminy… », hoy Maminiaina Johnny, filohan’ny fikambanan’ny terak’i Manendy. Ondry roa mitondra rano no natao sorona nangatahana ranon’orana tao amin’ny toeran’Andriamifehinilanitra Anosivola Mahitsy. Antony nampiato ny rotsak’orana teny amin’iny faritra iny, ny fanotana fady tafahoatra tao anatin’ny vakim-paritra raha ny fanazavan’ny mpahay ody andro eny an-toerana. Misy ny fifanarahana hisorohana ny fiverenan’ny fanosena ireo hasin-drazana Manendy vao nomen-kasina, ka nampahafantarin’ny taranaka ireo manam-pahefana tonga teny an-toerana. Fanirian’izy ireo ny hialan’ny vahiny mampiasa ny tany niorenan’ny lapan’ny mpanjaka Manendy fahiny sy ny fasany izay toerana nipoiran’ny foko ka hikajiana araka ny tokony ho izy ny hasin’io vakoka mitahiry tantaram-pirenena io. Nirotsaka avy hatrany ny orana teny amin’iny faritra iny raha vao vita ny sorona ny alarobia teo.

Nanangona: HaRy Razafindrakoto

 

Madagascar Tribune17 partages

Lancement de la 2è édition du forum de l’orientation professionnelle

« Une Orientation réfléchie équivaut à une insertion professionnelle réussie », tel est le slogan qui anime le forum d’orientation professionnelle qui se tiendra durant le 16 et 17 février prochain à la CCIA (Chambre de commerce et de l’industrie d’Antananarivo) à Antaninarenina. Ce forum s’adressera aux jeunes désireux de connaitre les différents cursus universitaires ou encore les postes moins occupés dans les entreprises. Il s’agit du dispositif du projet PIPOM (Promotion de l’insertion Professionnelle et de l’Orientation à Madagascar) porté par l’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie), en partenariat avec Campus France Madagascar, Ambassade de France à Madagascar et l’Association malgache des DRH d’entreprises (AMDRHe). Si la majorité des salons que l’on rencontre dans la capitale tananarivienne sont tous des salons de recrutement, ce forum en est tout à fait autre, souligne Ange Rakotomalala, responsable de projet au sein de l’AUF : « notre démarche va un peu plus en amont. Nous ciblons beaucoup plus les jeunes qui souhaitent connaitre les filières universitaires que les jeunes qui sont déjà dans la vie active. Le but est d’éviter qu’après quatre ou cinq années d’études passées à l’université ou encore après un certain temps de travail, le jeune se rend compte qu’il a choisi la mauvaise filière ou le mauvais poste au sein de l’entreprise ». De plus, « un poste sur trente arrive à trouver la bonne personne, et inversement, seule une personne sur trente arrive à dénicher un emploi qui correspond parfaitement à la formation qu’il a suivie. Ce constat paradoxal est l’un des éléments précurseurs de cet événement » dixit Jean Luc Ramamonjiarisoa, Président de l’AMDRHe.

A travers des conférences, des ateliers et surtout des entretiens individuels, des responsables de ressources humaines d’entreprises vont s’échanger avec les jeunes pour essayer de les orienter vers les métiers qui leur correspondraient le mieux. Plusieurs métiers seront représentés durant ces deux journées : la banque, la construction, les industries extractives, la recherche scientifique, les télécommunications ou encore l’agro-alimentaire. Cette deuxième édition fera découvrir également aux jeunes un tout nouveau métier qui est « l’humanitaire ». Ce domaine pourvoyeur d’emploi est encore moins connu à Madagascar.

Madagascar Tribune16 partages

Dernier avertissement à l’endroit du pouvoir

Le président du parti MMM (Malagasy Miara-miainga) réclame toujours la chaire de Chef de l’opposition à l’Assemblée nationale. Il a tenu ce 13 février une conférence de presse pour exprimer cette détermination à occuper le 7è siège de vice-président de l’Assemblée nationale au nom de l’opposition. C’est un dernier avertissement qu’il a lancé à l’endroit du pouvoir qui, d’après l’intonation et les propos, fait le mort à ce sujet. Cela fait plus d’un mois que la Haute cour constitutionnelle (HCC) a donné son avis et les lettres adressées au président de la République et au Premier ministre, avec copies aux chancelleries installées dans le pays sont restées sans suite. Cela dépasse largement les bornes déclare-il à la presse et l’opposition ne peut plus rester les bras croisés ; le MMM et consort vont prendre des initiatives poursuit-il, sans trop préciser sur le genre d’actions ou d’entreprise envisagée.

Le président du parti MMM demande à ce que le pouvoir s’exprime clairement et sorte de son mutisme coupable de non-démocratie en refusant d’admettre une opposition légale. Il appelle aussi la communauté internationale à témoin et l’interpelle car le pouvoir ne respecte pas les articles de la Constitution. Enfin et non des moindres, il s’adresse aux forces de l’ordre car à son avis, les premiers qui ne respectent pas la loi fondamentale, qui ne respectent pas la liberté d’expression légale de l’opposition sont les gouvernants.

News Mada16 partages

Fandripahana harena voajanahary : raharaha trafika sokatra roa hiakatra fitsarana anio

Tsy foana ny trafika sokatra hatramin’izao. Na misy aza ireo efa voasazy, “mbola ny sazy ambany indrindra no mihatra”, hoy ny Alliance voahary gasy. Takin’izy ireo ny henjana kokoa ho anatra ho an’ny hafa.

Hiakatra fitsarana anio eny Anosy, ilay Malagasy-Renioney mizaka ny zom-pirenena frantsay. Avy any Ambanja  izy ity, ary nividy sokatra fito karazana Kinixys Belliana, tsy fahita raha tsy any an-toerana sy eto Madagasikara, voasokajy ho Annexe II ao amin’ny fenitra Cites. Tratran’ny zandary teny Mahitsy izy, ny 25 novambra 2016, ary naiditra am-ponja vonjimaika. Raharaha faharoa ny hivoahan’ny didim-pitsarana, mikasika ilay zandary sy “consultant” ary olon-tsotra iray, nahatrarana sokatra miisa fito, karazana radiata teny Ampasampito, ny 25 novambra ihany koa.

Ho an’ny filohan’ny filankevi-pitantanana (PCA)-n’ny fikambanana Alliance voahary gasy (AVG), Razakamanarina Ndranto, “isaorana ny fitondram-panjakana niarahana niasa manoloana ny ady amin’ny fandripahana harena voajanahary, tafiditra ao anatin’ny tetikasa Alarm, ho fampiharana ny tena lalàna”.

Ny lalàna farany ambany no nihatra

Na izany aza, tsikaritra fa ny farany ambany ihany no tena mihatra amin’ireo meloka amin’ireo raharahan-tsokatra teo aloha. Singanina amin’izany, raha 5-20 taona ny sazy ho an’ny heloka bevava, fitsofohana anaty faritra arovana sy fakana harena ao anatiny, migadra dimy taona ilay olona tratra tany Mahajanga, niditra an-tsokosoko tanaty faritra arovana Soalala, voasokajy ho heloka bevava. “Tokony ho mafy kokoa ny sazy ampiharina ”, hoy ny PCA-n’ny AVG.

Tsiahivina fa araka ny lalàna, migadra enim-bolana hatramin’ny roa taona ny meloka amin’ny fanaovana trafika harena voajanahary, miampy fandoavana onitra 10-50 tapitrisa Ar. Migadra 5-20 taona kosa ny fitsofohana sy fakana harena anaty faritra arovana, miampy onitra 100-200 tapitrisa Ar.

Randria

Sokatra 17 tratra tany Toliara:

Tratran’ny polisy, ny asabotsy maraina teo, ny sokatra17 natao tanaty gony roa nentin’ny lehilahy telo lahy, amin’iny lalana AmbohitraboToliara iny, nandritra ny fisafoana mahazatra fanaon’izy ireo tany Bazaribe. Natsipin’izy telo lahy ny gony raha vao nahita ny polisy izy ireo. Noheverin’ireto farany fa taolam-paty ny tao anatin’ireo gony ireo kanjo sokatra. Notazonina tao amin’ny biraon’ny polisy ireo sokatra ary nalain’ny minisiteran’ny Tontolo iainana sy ny ala, ny alatsinainy, naterina any Mangily. Hatreto, tsy mbola hita izy telo lahy.

CMS

Midi Madagasikara16 partages

Le buzz sur le net : « Fifosana gasy pipoles », toujours au centre des commentaires !

« Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy », certainement la page malgache la plus célèbre sur facebook. La page où les gens pouvaient parler des « people gasy ». Une page qui a néanmoins due être suspendue. Une suspension qui n’a pas réfréné l’ardeur des facebookers puisque même aujourd’hui, les gens continuent d’en parler sauf que cette fois, c’est l’administrateur de la page qui est au centre de tous les commentaires et de toutes les publications. Certains le dénigrent. D’autres le défendent et parlent même de tenir une manifestation pacifique pour le soutenir. Quoi qu’il en soit, « fifosana gasy pipole », continue de faire le buzz.Mahetsaka

Tia Tanindranaza15 partages

Voafonja eto Madagasikara250 Ar isan’andro isan’olona no anjara sakafony

Efa ela ny nahenoana fa mandray fepetra ny mpitondra fanjakana. Ny zava-misy iainana eto amin’ny firenena hatramin’izao anefa dia miha very fanahy mbola velona ny mpiray tanindrazana.

250 Ar isan’andro isan’olona no anjara sakafon’ireo voafonja eto amintsika amin’izao fotoana izao. Manodidina ny 2 miliara Ar isan-taona ny vola natokan’ny fanjakana Malagasy ho amin’izany ka ny mangahazo tsy misy fangarony no tena foto-tsakafon’izy ireo. Vokany,  manodidina ny 3 %-n’ireo voafonja no efa lasibatry ny tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka ankehitriny araka ny fanadihadiana nataon’ny komitin’ny Croix rouge iraisam-pirenena. Ny 1,92 %  izay misy voafonja manodidina ny 397 no  tranga hita tamin’ny 30 septambra taona 2016 raha hita tamin’ny 10 desambra lasa teo kosa ny 1,55 % izay ahitana voafonja  miisa 319. Ankoatra izay dia misedra olana mafy amin’ny resaka fotodrafitrasa ihany koa  ireo voafonja. Ho an’ny fonjan’i Tsiafahy, ohatra, voafonja miisa 110 no tokony ho zakany nefa efa mahatratra 931 izy ireo no tazonina ao. Toraka izany koa ny fonjan’i Farafangana izay efa misy voafonja manodidina ny 586 ankehitriny raha 112 no tokony ho zakany… Tsy latsa-danja amin’ireo ny eto Antananarivo izay efa misy voafonja mihoatra ny 3 289 isa  tazonina amina toerana tokony ho ana voafonja miisa 178. Tafakatra 86,87 % ny salanisan’ny fihoaran’ny voafonja eto Antananarivo izay tokony hojerena akaiky. Soa ihany anefa fa eo hatrany ny komitin’ny  Croix rouge iraisam-pirenena  izay nihaona mivantana tamin’ireo mpiara-miombon’antoka maro isan-tsokajiny eto amin’ny firenena, omaly. Nisy ny tatitra mikasika ny asa vitany notanterahin’izy ireo, anisan’ireny ny fanomezana ny sakafon’ny voafonja arahin’ny fanaraha-maso ny halavan’izy ireny sy ny lanjany isam-bolana. Eo ihany koa  ny fanodinana hanjary ho biogaz ny maloto  hahafahan’ireo voafonja ao Tsiafahy mahandro ny sakafo haniny,  tetikasa nanomboka ny taona 2016 lasa teo,  ny fitsaboana ireo marary ho fanajana ny zon’olombelona.

 

Pati

 

Midi Madagasikara15 partages

Contrôle et paiement des impôts : La DGI appelle à la vigilance des contribuables

Des actes d’escroquerie et d’usurpation de fonction ont sévi, récemment, dans quelques régions de la Grande Ile, d’après la Direction Générale des Impôts (DGI). En effet, des escrocs se font passer pour des agents du fisc en mission sur terrain, afin de soutirer de l’argent aux contribuables. Trois d’entre eux ont déjà été interceptés par les forces de l’ordre dans le District d’Ambohidratrimo, la semaine dernière, mais d’autres pourraient encore être en circulation, d’après les informations collectées. Face à cette situation, la DGI a déclaré que « Tout agent de l’Administration fiscale effectuant une mission en dehors du Bureau du Centre fiscal (notamment pendant la fiscalité de proximité) doit être en possession d’un ordre de mission dûment signé par son supérieur hiérarchique et d’un badge avec photo mentionnant son identité, et doit les présenter à ses interlocuteurs avant toute intervention. En outre, tout paiement d’impôts et taxes ne peut être effectué qu’au bureau du Centre fiscal territorialement compétent ou au bureau fixé en concertation avec la Commune d’intervention suivant l’ordre de mission ». Dans un communiqué qui nous a été envoyé hier, cette Direction Générale a affirmé qu’en cas de doute ou de suspicion d’escroquerie, le public doit informer immédiatement le Centre fiscal au lieu de résidence du contribuable ou tout autre responsable administratif le plus proche. En attendant que les usurpateurs soient interceptés, les contribuables doivent rester vigilants.

Antsa R.

Midi Madagasikara13 partages

Inscription sur les listes électorales : « Une augmentation inédite de 5,20% », selon la Ceni

La Ceni réitère son engagement de conduire et de garantir un processus électoral transparent. (Photo : Yvon Ram)

« Les présidentielles auront lieu coûte que coûte en 2018 ! ». Ces propos ont été tenus, hier, par Hery Rakotomanana, président de la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante), lors d’un point de presse relatif aux dernières RALE (Révisions Annuelles des Listes Electorales) à Alarobia. 

Une augmentation inédite.  Justement concernant ces RALE, la Ceni tient entre les mains les chiffres clés de l’année 2017 après l’opération dite de « dédoublonnage ». Ils sont complets et « réjouissants » pour la commission électorale. En effet, 9 124 901 citoyens-électeurs sont inscrits sur les listes électorales cette année si 8 673 465 l’ont été en 2016. Soit une augmentation de 5,20%. Ce taux comble Hery Rakotomanana. D’ailleurs, il l’a exprimée en lançant : « Nous sommes satisfaits de vous informer qu’aucun taux d’inscription sur les listes électorales n’a jamais atteint ce niveau auparavant ». Par ailleurs, il a également noté la contribution des jeunes et des femmes. En 2017, 2 750 031 jeunes se sont inscrits sur les listes électorales si 2 312 982 l’ont été en 2016. Soit une augmentation de 18,90%. Il en est de même pour les femmes recensées au nombre de 4 172 896 si elles étaient 3 979 217 en 2016. Soit une augmentation de 4,87%. A titre de rappel, l’arrêtage définitif des listes électorales aura lieu le 15 avril.

Année 2018. Interrogé sur l’année à laquelle seront organisées les élections présidentielles, Hery Rakotomanana exige que ces dernières auront lieu en 2018…advienne que pourra. « Nous sommes régis, actuellement, par les textes en vigueur dans la mesure où les modifications découlant de la révision du cadre légal des élections ne sont pas encore applicables », a-t-il expliqué. A en croire les ses propos, le respect du droit positif s’impose. « Effectivement, il incombe au gouvernement d’arrêter les dates des élections mais la Ceni, d’après l’article 38, alinéa 7 de la loi la régissant est tenue de veiller au respect des dispositions légales relatives aux élections », poursuit-il. Bon nombre d’observateurs s’interrogent sur la latitude de la Commission Electorale par rapport aux (éventuelles) pressions de l’Exécutif, surtout si ce dernier invente n’importe quel sésame dans le dessein de reporter les présidentielles en 2019. A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara11 partages

Tarif des frais à 500 ariary : Encore une échauffourée dans certaines lignes

Lassitude. C’est ce qu’on peut dire du sentiment éprouvé par les habitants de la capitale malgache. En effet, le fait que certaines lignes de bus continuent de garder leur tarif à 500 ariary est perçu par les habitants de Tananarive comme un abus de la part des coopératives. Et pour manifester leur mécontentement, des passagers d’un bus n°172 ont failli brûler un véhicule dans le quartier de Namontana hier. Une justice populaire évitée de justesse grâce à l’intervention des personnes dites « olon-dehibe » qui ont convaincu la foule déchaînée à ne pas s’en prendre au véhicule. A noter que cet axe a déjà connu un autre incident il y a deux jours de cela. Toujours à cause des tickets à 500 ariary, les passagers d’un bus 172 ont failli tabasser les chauffeurs et receveurs du véhicule. « Je me demande à quoi peuvent bien leur servir les subventions » s’est indigné Olivia, un usager des transports publics tananariviens.  

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara11 partages

Pétanque – VESPA : Un bel élan de solidarité des vétérans

Le Colonel Randrianarivony Vololonjatovo (au micro) a su trouver les mots justes pour redonner espoir à tous les boulistes vétérans.

La cérémonie de présentation de vœux du Nouvel An, de samedi à Imerintsiatosika, a tourné à l’euphorie pour les boulistes vétérans regroupés au sein de leur association dénommée VESPA pour rappeler la célèbre et néanmoins solide mobylette d’époque, mais qui signifie en fait Vétérans Sportifs de Pétanque Analamanga.

Logique car sous l’impulsion du nouveau président, le Colonel Randrianarivony Vololonjatovo dont le talent de rassembleur ne se dément pas, toute la grande famille était de la fête avec un soin particulier aux anciens présidents des VESPA à qui on avait remis des cadeaux.

Du jamais vu en fait mais qui a montré, une fois de plus, le talent de cet officier supérieur qui entend remettre sur orbite cette association. Et ce n’est pas sans raison si la Fédération Malgache de Pétanque vient d’inclure dans son comité exécutif un représentant des VESPA en la personne de Charly Rakotoariventy, l’ancien sénateur.

Pour revenir à la cérémonie de samedi dans le domaine de la sympathique Monique, un tournoi en interne a vu la participation de 114 boulistes sous une ambiance bon enfant, mais qui n’a rien donné, puisque Dame Pluie s’est invitée à la fête alors qu’on allait disputer les demi-finales.

Mais ce ne sera que partie remise, car c’est presque une certitude que ce Colonel pas comme les autres trouvera un autre moyen de rassembler la grande famille des vétérans. On parie ?

Clément RABARY

L'express de Madagascar10 partages

Présidentielle – Les candidats dans les starting-blocks

Les prétendants déclarés ou pressentis à la magistrature suprême s’activent. Certains enchaînent les tournées pour mobiliser leurs troupes.

Branle-bas de combat. En l’attente du coup d’envoi officiel de la course à la présidentielle, les candidats déclarés ou pressentis et leurs partisans, s’activent déjà pour préparer la rampe de décollage.La plupart des analystes s’accordent à dire que la joute électorale prévue, en principe, pour les derniers mois de l’année 2018, démarrera officieusement, cette année. Les manœuvres de ceux considérés comme parmi les principaux acteurs de la course à la présidentielle tend à le confirmer. La plupart sont passés à l’offensive dès les premiers jours de 2017, à l’instar de Marc Ravalomanana, ancien président, qui donne de sa personne en multipliant les tournées afin de mobiliser les militants de son parti « Tiako i Madagasikara » (TIM).

Pré-campagneAffirmant, à chaque occasion, son intention de s’aligner à la ligne de départ de la présidentielle, les descentes sur terrain sont, aussi, une manière pour le fondateur de la société Tiko de se rappeler aux bons souvenirs de la population locale. Dernièrement, il était en tournée dans la région Amoron’i Mania.Si Hery Rajaonarimam­pianina, président de la République, veut entretenir le flou, le camp présidentiel n’en est pas moins déjà en mode « pré-campagne ».C’est le parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM), avec ses ministres et sa ribambelle d’élus qui montent au front. Reboise­ment, réception ou banquet à ciel ouvert à l’occasion de la nouvelle année et même durant les tournées présidentielles, les ténors des Bleus ne ratent pas une occasion de requérir la candidature du chef de l’État et mettre en avant comme argument « la continuité des réalisations du pouvoir ».Des sorties publiques fréquentes qui sont, aussi, une manière pour les Bleus d’occuper le terrain politique vu que la concurrence ne se tourne pas les pouces. Pour le camp du pouvoir, même Voahangy Rajaonarimam­pianina, première dame se prête au jeu de la « pré-campagne », par le biais des œuvres sociales. La dernière en date est un « show » philanthropique au Palais des Sports de Mahamasina, vendredi, pour distribuer des vivres aux familles démunies de la capitale.Bien que discret dans les débats et actualités politiques, Andry Rajoelina, ancien président de la Transition, lui aussi revient aux affaires le temps de requinquer ses troupes. Le leader de la révolution Orange a participé à la célébration du 10e anniversaire du parti « Tanora Malagasy vonona » (TGV), dont-il est le fondateur, dimanche. Celui qui déjà déclaré à ses fidèles « je vous donne rendez-vous en 2018 », préfère, lui aussi, opter pour la stratégie du « plébiscite ».La réception de dimanche, a alors été l’occasion pour les irréductibles du Groupe des partisans de Andry Rajoelina (Mapar), d’appeler à la candidature de leur favori lors de la prochaine élection présidentielle. En ce début d’année, chaque écurie politique semble d’abord s’employer à booster ses rangs. Dans cette joute préliminaire, les réseaux sociaux sont, également, mis à contribution. Les pages et groupes de soutien à telle ou telle personnalité foisonnent, par exemple, sur Facebook. Les préparatifs semblent  aller bon train. Toutefois, tout peut arriver avant que ne retentisse le starter.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara10 partages

Advanced Cargo Declaration : Vers un nouveau forcing du gouvernement

Le retour de Jean Codo fera certainement des vagues.

Le secteur privé est un des moteurs du développement économique. Du coup, une possible rupture du dialogue public-privé, provoquée par une décision irréfléchie risque de porter un coup fatal à la relance.

« Le gouvernement et l’APMF ont opté pour l’adoption du système Advanced Cargo Declaration ». Cette phrase, extraite de la note explicative du programme de mise en œuvre du code ISPS dans les ports malgaches parle d’elle-même, quant à la volonté du gouvernement malgache d’imposer son diktat pour faire revenir le très contesté système Advanced Cargo Declaration.

Mauvaise réputation. En effet, la note explicative parle à peine de la consultation du secteur privé maritime qui, pourtant est le premier concerné par ce système. Autrement dit, aucun dialogue préalable n’avait été réalisé avant que le gouvernement ne se décide à imposer de nouveau l’ACD. Un forcing qui risque en tout cas, de miner une fois de plus les relations entre le secteur privé et le gouvernement. Informé, d’ailleurs de cette tentative d’un nouveau coup de force de l’exécutif, certains opérateurs économiques n’écartent pas une nouvelle rupture du dialogue public-privé. La future contestation du secteur privé risque d’autant plus d’être extrêmement violente dans la mesure où l’ATPMS sera apparemment le prestataire du gouvernement dans ce retour de l’ACD. On rappelle notamment que le Béninois Jean Codo, le boss d’ATPMS est d’une très mauvaise réputation dans le milieu des affaires internationales.

Contesté. Cette nouvelle tentative d’imposer l’ACD est d’autant plus mal partie dans la mesure où une fois de plus, l’Agence Portuaire Maritime et Fluviale (APMF) et le gouvernement mettent en avant une évaluation de l’US Coast Guard des Etats-Unis à l’endroit de l’autorité maritime malgache pour justifier son forcing. Or, on rappelle que lors de la première mise en œuvre de l’ACD, l’Ambassade américaine avait formellement démenti l’existence de toutes corrélations entre l’ACD envisagée par ATPMS et les exigences des garde-côtes américaines. En somme, s’il est indéniable que la sécurité maritime est une nécessité, et mérite de faire l’objet de mesures efficaces, par contre, le fait d’imposer un système déjà contesté, qui plus est, piloté par une personnalité de mauvaise réputation, relève d’une mauvaise foi manifeste de la part de nos gouvernants.

Trésor de guerre. A moins que, comme le laissent entendre certains observateurs, ce nouveau forcing du gouvernement pour imposer l’ACD n’ait un quelconque lien avec l’approche des prochaines élections présidentielles. Une occasion pour les barons du régime de se constituer un trésor de guerre en vue de 2018. Car ce qu’il ne faut pas ignorer, c’est que derrière les belles théories avancées par le gouvernement pour défendre leur ACD, se cache un enjeu qui se chiffre par des millions d’euros. Car au bout, ce sont les opérateurs qui devront payer cash, les redevances de cette supposée sécurité portuaire. Une affaire à suivre.

R.Edmond

Midi Madagasikara10 partages

Saint-Valentin : Ny Eja: Parlez-moi d’amour!

Ny Eja invite les amoureux à une soirée inédite ce soir !

Amour ce jour, amour toujours ! La Saint-Valentin, c’est l’occasion de parler d’amour à tous les temps. Pour la poétesse Ny Eja, c’est en prose et en rythme qu’elle propose de passer la soirée, à l’hôtel Urban Ambatonakanga ce soir à partir de 20h, pour une ambiance inédite entre déclamation de poèmes et musique romantique, le tout servi avec un menu gastronomique local. Ny Eja accueillera comme invitée, durant la soirée, la chanteuse Onja Pazzapa. Elle déclamera principalement ses poèmes, ceux qui parlent d’amour dans toute sa splendeur, extraits de ses quatre ouvrages : « Ilay Fitia », « Rêve inédit », « Voady » et « Poésie vao mafana ». « Entiko eny amin’ny lanitra faha fito » ou littéralement « Je t’emmènerai au 7e ciel », un titre plus qu’évocateur pour ce jour où tout est permis. L’artiste compte partager tout le romantisme dans son cœur, car comme on dit, l’amour est source de jouvence.

Anjara Rasoanaivo

News Mada9 partages

Lalàna momba ny fitrandrahana solika : fanomanana ho fandraisana ireo mpampiasa vola

Efa eo amin’ny dingana fitrandrahana solika izao i Madagasikara. Midika izany fa mila fanavaozana ny lalàna momba ny solika eto amintsika, izay mbola teo amin’ny sehatry ny fikarohana ny misy amin’izao fotoana izao.  Noho izay fanavaozana izay, misy ny atrikasa eto Antananarivo omena izay voakasik’izany, mandritra ny 10 andro.

Tsy maintsy ovaina ny lalàna momba ny solika eto Madagasikara, atao mifandraika amin’ny dingana fitrandrahana, efa misy manao ankehitriny. Hita amin’izany ny fitrandrahana solika mavesatra any Tsimiroro ataon’ny Madagascar Oil. Betsaka ny voakasika amin’izany dingana izany, manaraka atrikasa ao amin’ny DLC Anosy, toy ny minisiteran’ny Harena an-kibon’ny tany sy ny solika, minisiteran’ny Fitantanam-bola sy ny tetibola, Omnis. Manohana azy ireo  ny Banky afikanina momba ny fampandrosoana (Bad) miaraka amin’ny ALSF*, cabinet avy any ivelany, sy avy amin’ny sehatra tsy miankina mpampiasa vola.

Ilaina ny fanomanana fandraisana ireo mpampiasa vola hiditra amin’ny sehatra fitrandrahana solika, indrindra ny fifehezana ny lalàna mahakasika izany. Miainga avy amin’io lalàna io ny hamaritana ny fifanarahana amin’ireny mpampiasa vola ireny. Tsy vitsy ny mihevitra ho aty Madagasikara amin’izy ireo, taorian’ny fivorian’ny CBI tany Paris”, hoy ny minisitry ny Harena an-kibon’ny tany sy ny solika, Zafilahy Ying Vah. Ampy traikefa ny Bad, manampy an’i Madagasikara, momba ny harena an-kibon’ny tany.

Nomarihin’ny minisitra ny fahitan’ny Madagascar Oil any Tsimiroro, solika mavesatra, 1,7 miliara barils. Azo ampiasana tsara izany hamokarana herinaratra. Efa nanaovana andrana izany tao amin’ny Jirama, Holcim, Star. Mila fanavaozana ireo milina ao amin’ny Jirama ho amin’izay famokarana herinaratra izay indrindra. Mora kokoa io menaka mavesatra io noho ny gazoala.

Mamaritra ny Banky iraisam-pirenena

Nisy ihany koa ny iraky ny Banky iraisam-pirenena (BM) nihaona tamin’ny minisitra, omaly ihany. Nifampiresahana ny antsipiriany maro momba ny lalàna mahakasika ny harena an-kibon’ny tany rehetra. Mpahay lalàna ireo olona ireo, nizaha izay volavolan-dalàna tokony hitondra tombontsoa. Anisan’ny jerena, ohatra, ny mahakasika ny tontolo iainana sy ny lafiny sosialy. Lalàna hatao hifanaraka eto Madagasikara, indrindra any amin’izay toerana hitrandrahana harena an-kibon’ny tany.  “Tokony faritana ho laharam-pahamehana mihitsy izany ho fampandrosoana ny toekarena”, hoy i Rémi Pelon, mpahay lalàna ao amin’ny BM.

R.Mathieu

ALSF* : African legal support facility.

Tia Tanindranaza9 partages

Mpanao politika MalagasyTsy vonon-kihavana mihitsy

Nangingina indray ny resaka fampihavanam-pirenena amin’izao fotoana.

 Tsy mazava intsony koa na fampihavanam-pirenena inona no tian-katao eto ? Ny vahoaka Malagasy mantsy dia hita ho milamina sy mirindra ihany ny fiarahamoniny na misy aza ireo toe-javatra hafahafa, toy ny fitsaram-bahoaka sesilany, izay azo sorohana tsara fa ny fandraisan’andraikitr’ireo tompon’andraikitra voakasika no tsy misy. Ny mpanao politika no miady eto amin’ny firenena ary izy ireo hatrany no sakana sy zary mamotika an’i Madagasikara, ka izy ireo no mila mihavana. Mila soritana tsara ihany koa ny endri-pihavanana tokony hisy eo amin’izy ireo. Na ny samy mpanao politika aza mantsy dia tsy mitovy hevitra amin’io fampihavanana io satria samy manana ny kajiny sy ny tombontsoa tiany hotakiana avy, ka sarotra ny hisian’ny marimaritra iraisana, ary porofo mivaingana ny zava-misy ankehitriny. Ny tsikaritra dia tsy misy tombontsoam-bahoaka katsahina ao anatin’ny resaka fampihavanam-pirenena eto amintsika fa ny an’ny mpanao politika no iadiana varotra. Toa mbola ho ela ny fahatongavan-tsain’ny mpanao politika Malagasy hiaraka hikaon-doha sy hiaraka ho tonga saina, ka tsy hanaiky hampiadian’ny vahiny lava eto, fa vonona ny hiara-kiady ho an’ny tomboantsoan’ny firenena. Raha mbola ny zarazarao hanjakana lava sy ny fitsitokotokoana lava toy izao no hisy eto, dia na afaka arivo taona aza isika tsy hiarina mihitsy.

Toky R

L'express de Madagascar9 partages

Surpopulation carcérale – Des prévenus en surnombre

Les chiffres sur la détention préventive explosent les statistiques. Des défaillances au niveau de la Justice sont pointées du doigt.

Si le nombre des détenus est d’environ vingt mille dans tout Madagascar, la moitié, soit les dix mille attendent encore leur procès dans les maisons d’arrêt. Cette statistique alarmante a été révélée par des responsables du ministère de la Justice, hier, pendant un événement de communication publique sur la détention à Madagascar, organisée par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Café de la Gare à Soarano.Les causes de cette lenteur de procédure sont multiples. Aina Tantely Rakoto­malala, directeur de l’humanisation de la détention et de la  préparation à la réinsertion sociale, auprès du ministère de la Justice, cite entre autres, la hausse de la criminalité, donc des affaires à traiter au niveau du ministère de la Justice. L’insuffisance de magistrats et celle des greffiers est aussi un des facteurs de blocage, comme l’indique cette source. La norme recommandée au niveau international est de 10 magistrats pour 100 000 habitants. Or, il n’y a sûrement pas 2200 magistrats dans tout Madagascar, pour s’occuper d’environ 23 millions de population.

SurpopulationAu premier abord, ce surnombre des individus en détention préventive est la principale cause de la surpopulation carcérale. À Antanimora, par exemple, la capacité d’accueil est limitée à 800 individus, mais le nombre des détenus enregistrés excède les 3 000.Le ministère de la Justice a déjà tenté de diminuer cette population carcérale, en mettant en place des peines alternatives, à l’exemple de l’exécution des peines à l’extérieur des maisons de détention, depuis peu.Pour le moment, cette mesure n’a pas suffi à régler le problème de surpopulation dans les maisons carcérales. Les détenus supportent encore et toujours la sous-alimentation, la promiscuité, mettant ainsi en péril le respect des droits de l’homme. D’autres projets sont en cours, au niveau du ministère de la Justice, pour améliorer la situation alimentaire des détenus, à savoir le développement de l’agriculture dans les camps pénaux. « Lors de la prochaine saison culturale, nous allons démarrer le projet dans trois autres camps pénaux », souligne Aina Tantely Rakotomalala.La construction de nouvelles maisons de détention est recommandée. « La criminalité ne cesse d’augmenter. Faute d’infrastructures, nous ne faisons qu’entasser les prévenus dans ces infrastructures qui datent de l’époque de la colonisation », indique encore Aina Tantely Rakotomalala.

Miangaly Ralitera

Tia Tanindranaza8 partages

Hajo AndrianainariveloHitarika vahoaka hidina an-dalambe ?

Mangataka ny fanjakana HVM hanome daty mazava amin’ny hamaliana ny fangatahan’ny Antoko Malagasy Miara-Miainga haka ny toeran’ny mpanohitra eny anivon’ny antenimiera i Hajo Andrianainarivelo, mpitarika ny antoko, omaly.

 Rehefa tsy vonona hanatanteraka izany ny mpitondra dia tokony hilaza mazava fa tsy vonona amin’ny hisian’ny fanoherana eto Madagasikara, hoy izy. Rehefa tsy afaka maneho hevitra amin’ny fomba ara-dalàna dia azo atao ny maneho hevitra amin’ny sehatra hafa manomboka izao, ka aoka tsy hifampiteniteny, hoy i Hajo Andrianainarivelo. Somary nanipy teny ho an’ny mpitandro ny filaminana ihany koa izy amin’ny tsy maha ara-dalàna ny fanehoan-kevitra an-dalambe, izay matetika hisian’ny fampiasan-kery. Ny tsy fanekena ny fanoherana sy ny tsy fanajana ny lalàmpanorenana dia samy tsy ara-dalàna, ka tokony hosamborina ihany koa ireo mandika izany. Ny fanjakana HVM no tiany horesahina eto. Raha halalinina ny fanehoan-kevitr’ity mpanao politika efa nirotsaka hofidiana filoham-pirenena tamin’ny 2013 ity, dia hiroso amin’ny dingana mafimafy kokoa izy ireo sy ireo mpiara-dalana aminy ato ho ato, toy ny fidinana an-dalambe. Rehefa tsy nahomby ny fifampiresahana tsotra tamin’ny mpitondra mba hanomezana sehatra azy ireo, dia any amin’ny fitarihana olona hidina an-dalambe indray no dingana manaraka. Mpanao politika efa fanta-daza teto amin’ny firenena i Hajo Andrianainarivelo. Anisan’ny hahatadidiavan’ny maro azy ny niarahany nanongam-panjakana tamin’i Andry Rajoelina tamin’ny taona 2009. Nalaza ratsy ny tenany fony nitana ny toeran’ny praiminisitra lefitra misahana ny fanajariana ny tany noho ny afera maro sy ny fanagonan-karena, ary voalaza fa tamin’ny alalan’izany no nananany volabe nentina nanao propagandy tamin’ireny. Mbola hita tamin’ny fiarahana tamin’ireo hetsika isan-karazany toy ny Mitsangana ry Malagasy, izay nilaza tamin’ny fotoan’androny fa hanongana tsy misy hatak’andro ny fitondrana Rajaonarimampianina. Tsy hay intsony na fitiavan-tanindrazana sy fitsinjovana ny vahoaka Malagasy no ao ambadik’izao fihetsiny izao na fitia te hahazo fahefana sy seza.

Toky R

Midi Madagasikara8 partages

CAF – Elections : Un soutien total du COSAFA pour Ahmad

Ahmad (au centre) affiche un bel optimisme avec ce soutien des 14 pays de l’Afrique Australe, mais aussi de ses hommes de main dont Stan Rakotomalala et Reboza Cyril.

Très bonne nouvelle pour le président de la Fédération Malgache de Football, Ahmad, qui a reçu, samedi à Johannesburg, l’onction de la grande famille du COSAFA (Council of Southern Africa Football Association) pour se présenter aux élections du président de la Confédération Africaine de Football du 16 mars prochain à Addis-Abeba.

La réunion du COSAFA de samedi a pris parmi ses résolutions le soutien total (full endorsement) à la candidature d’Ahmad lors des élections du président de la CAF en Ethiopie.

Changement. Un très bon signe en fait, voire un grand pas de franchi pour Ahmad qui va se présenter contre Issa Hayatou et ses 30 années de règne au sein de la Confédération Africaine de Football. Un record de longévité qui va, cette fois, jouer en sa défaveur, car beaucoup des pays membres de la CAF aspirent aujourd’hui à voir un changement, un vrai.

Le nouveau président du COSAFA, le Dr Phillip Chiyangwa très heureux de la tournure des décisions de l’association, parle même d’une avancée à même d’apporter un changement dans toute l’Afrique australe.

Une réaction prévisible en fait car fort du soutien de ses amis de cette région de l’Afrique, Ahmad s’est décidé à se lancer dans la bataille avec la ferme intention d’aller jusqu’au bout grâce notamment à un programme bien ficelé et l’aide de ses nombreux amis dont le président de la Fédération nigériane, Amajou Tinnick, chargé de convaincre le groupe anglophone mais aussi les pays du Maghreb.

Pas ridicule. Un ratissage en règle en fait mais aussi des promesses d’une aide substantielle par subventions interposées.

« Le football africain commence à réaliser des bénéfices grâce notamment aux droits TV alors il suffit de gérer au mieux cette manne venue du ciel pour apporter aide et soutien à toutes les fédérations nationales», explique Ahmad qui entend ne plus lâcher prise et profiter de toutes les opportunités pour expliquer sa nouvelle vision du football africain. C’est ainsi qu’il va revenir la semaine prochaine en Afrique du Sud et participer à une autre réunion de la FIFA où il n’aura pour but que de convaincre d’autres présidents africains et se forger ainsi un bon moral avant d’aller à Addis-Abeba. Une chose est certaine, il ne sera pas ridicule…

Clément RABARY

News Mada6 partages

Relance de « Advance Cargo Declaration » : tromperies en haute mer

L’intention de l’Etat de relancer le système «Advance cargo declaration» (ACD) au niveau des ports internationaux est confirmée. Ce, par une note explicative de l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF) en date du 15 janvier dernier. Cela contredit donc les déclarations faites par l’Ambassade des Etats-Unis sur ce sujet.

A vrai dire, cette missive insiste sur l’obligation d’appliquer  le  Code international pour la sûreté des navires et des installations (ISPS) pour instaurer le système et exiger une nouvelle redevance aux opérateurs d’import/export. Les arguments avancés par cette agence sont pratiquement les mêmes que ceux déjà remis en cause par les acteurs concernés.

Le secteur privé aura bel et bien du souci à se faire. Pour justifier la mise en place de l’ACD, l’APMF avance une nouvelle fois de plus l’argument des recommandations des Etats-Unis quant à la mise en œuvre du code ISPS au niveau des ports internationaux de l’île, pour des raisons de sûreté et de sécurité maritime. «Des recommandations ont été déjà émises à l’issue des visites et de l’évaluation formelle de l’US coast guard des Etats-Unis d’Amérique à l’endroit de l’autorité maritime de Madagascar durant ces deux dernières années», peut-on lire dans la note explicative.

Celles-ci porteraient donc sur l’application du code ISPS au niveau des ports. C’est ainsi que, «Le gouvernement et l’APMF ont opté pour l’adoption du système ACD (…) comme source de financement pour la mise en œuvre  du code ISPS allant jusqu’à l’acquisition de bateaux et de vedettes rapides pour la police maritime aux fins de sécuriser les ports», poursuit l’APMF.

Pourtant, l’ambassade des Etats-Unis à Madagascar a déjà  été, on ne peut plus claire dans un communiqué publié en février 2016 que, «Le système ACD prévu par l’ATPMS  ne constitue pas une exigence pour les conteneurs de fret expédiés aux États-Unis. Il n’y a aucune exigence prévue ni pour les garde-côtes des Etats-Unis dans le cadre du programme international de sécurité des ports ni pour le code de l’ISPS (International Ship and Port Facility Security Code) pour un système ACD tel que la société ATPMS le prévoit». On se demande donc qui l’APMF veut-elle persuader à travers cet argumentaire déjà décrédibilisé, sinon démantelé pièce par pièce par la représentation américaine au pays.

Même son de cloche du côté du secteur privé qui avait  indiqué qu’après vérification auprès de l’Organisation maritime internationale (OMI), «le système ACD ne figure ni dans la partie A des règles obligatoires du code ISPS (Normes de Protection des Navires et des Installations Portuaires), ni dans sa partie B relative aux recommandations laissées au choix des Etats signataires».

Surcoût non négligeable

Par ailleurs, l’APMF annonce cette fois qu’il y aura des charges supplémentaires pour les opérateurs à travers  l’application de l’ACD si auparavant, elle avait affirmé que celui-ci  n’engendrerait aucune charge financière supplémentaire. «Le financement des activités et des équipements servant à l’amélioration des niveaux de sûreté va faire appel à la contribution des usagers par la mise en place des redevances sur les marchandises objet des transports maritimes en termes d’exportation et d’importation dans nos ports»,  selon l’Agence. Il est évident que cette nouvelle redevance engendrera des surcoûts qui provoqueront la hausse des prix des marchandises importées. Ce qui représentera une surcharge considérable pour les opérateurs privés qui font déjà face à plusieurs difficultés en ce moment.

A qui profitera donc l’éventuelle mise en place de l’ACD ? Certainement pas aux opérateurs pour qui ce serait une véritable estocade, vu tout ce qu’on leur a fait déjà endurer (harcèlements fiscaux, délestages, insécurité…), ni, par ricochet à l’économie, étant donné que le secteur privé avait déjà également prévenu que, hormis cette hausse des charges à l’exportation, cette nouvelle redevance provoquera une érosion de la compétitivité à l’exportation.

De surcroît, un forcing de l’État pour l’opérationnalisation d’un tel système risquerait une fois de plus de détériorer le climat des affaires au pays. Pour rappel, la question faisait déjà partie des raisons pour lesquelles le secteur privé avait décidé l’année dernière de rompre le dialogue public-privé…

Haja R.

 

News Mada6 partages

Betsaka ny rotsak’orana : miaina anaty rano ny faritra iva

Lasa efa fiainana andavanandron’ny mponina eny amin’ny faritra iva ny rano miakatra raha vao mirotsaka misesy ny orana eto an-dRenivohitra. Maharitra andro maromaro aty aoriana vao mitsika tanteraka ny rano izay mifangaro amin’ny rano maloto vokatry ny fahasimban’ny fantsona amin’ny lakandrano. Tsaramasay, Anjezika, Anatihazo Isotry, Ampefiloha Ambodirano, i Besarety hatreny Ankorondrano samy toerana sahirana dibo-drano isaky ny fahavaratra. Maina teo ny andro, nimenomenona ny vahoaka fa sempotry ny hafanana, simba ny vokatra rehetra. Avy ny rotsak’orana, be loatra indray ny nirotsaka ka faly sahirana indray.

Nahatratra 80,7 mm ny refin’ny orana nijojo ny faran’ny herinandro teo, azo ambara fa betsaka izany. Teny amin’ny fokontany nanatonana, mbola tsy nisy ny traboina na niakatra aza ny rano satria tsy mety mandao ny tokantranony ny olona. Mihena koa ny haavony afaka ora maromaro.

Mbola hitohy ny orana, omaly sy anio, eto Antananarivo amin’ny takariva sy ny alina fa hihena ny habetsany. Momba ny fahasimbana vokatry ny orana, trano roa no nahina hitera-doza ho an’ny mponina. Narodana mihitsy ilay teny 67 ha raha nesorina vonjimaika fotsiny ny tompon’ny trano roa miorina eo ambanin’ny tamboho vato nianjera teny Soavimbahoaka.

Samy nanamarika ny rehetra fa niakatra sahady ny haavon’ny renirano telo mandalo eto Antananarivo sy ny manodidina.

 

Miseho daholo ny kileman’Antananarivo

Lalan-dratsy, faritra dibo-drano, 4’mi tsy manan-kialofana… Ampahany amin’ireo kilema miharihary ireo rehefa mirotsaka ny orana eto Antananarivo. Vao mainka miha lalina ireo lavadavaka eny amin’ny arabe tratry ny riaka sy ny rano miandrona. Miteraka fitohanan’ny fiara lavareny izany satria miezaka miala izany lavaka izany avokoa ireo fiara ary tsy mahay mifandefitra intsony eny an-dalana.

Saika ahitana arabe feno lavaka ny faritra rehetra eto Antananarivo. Nisy ihany ny fanamboarana nandritra ny maintany saingy teo ihany koa ireo simba ary tsy nisy nikitika intsony ka izao vao mainka miitatra izao raha vao ilatsahan’ny orana.

Tsy ny lavadavaka eny amin’ny arabe ihany fa eo indrindra koa ireo faritra iva dibo-drano vao mirotsaka kely ny orana.  Anisan’ny tsy ahitana vahaolana ny eny Besarety, Behoririka, Andravoahangy, Antanimena, Isotry….

Tsikaritra koa ireo 4’mi rehefa avy orana tsy manan-kialofana fa mamonjy ny eny ambany tonelina rehefa hariva. Miady toerana mihitsy izy ireny ka izay mahatratra voalohany ihany no mahazo ny toerana tsy lena.

Vonjy sy Tatiana A

News Mada6 partages

Antanimena-Cinéma Ritz : nesorina ireo peta-drindrina tsy manara-dalàna

Nanala ireo peta-drindrina tsy manara-dalàna teny Antanimena sy teny amin’ny manodidina ny Cinéma Ritz ny ekipa teknika avy ao amin’ny boriborintany voalohany, ny faran’ny herinandro teo.  26 ireo mpiasa niara-nirotsaka nanatanteraka izany.

«Mafimafy ny asa », hoy ireo ekipa satria maro loatra ireo afisin’ireo karazam-piangonana zandriny sy karazana fianarana ary ny fampisehoana ataon’ireo mpanakanto mipetaka eny amin’ireo rindrina izay tsy tokony hametahana izany akory.

Raha ny eto an-drenivohitra, efa misy ireo toerana natokana hametahana peta-drindrina. Mialoha izany anefa, tsy maintsy manao fangatahana eny aivon’ny kaominina ireo izay mikasa hametaka izany.

Betsaka ireo mametapetaka afisy eny rehetra eny, indrindra amin’ny toerana be mpandalo na talaky maso kanefa tsy natokana ho an’ny peta-drindrina akory. Ny sasany koa tsy mandalo any amin’ny kaominina akory manaraka ny an-tanan-tohatra tokony hatao vao mametaka izany ka tafiditra ao anatin’ny tsy manara-dalàna ihany.

Maika ireo mpikarakara lanonana sy fiangonana zandriny mametaka afisy rehefa misy hetsika fitadiavam-bola hataon’izy ireo. Tsy mba manala izany afisy izany akory anefa rehefa vita ny hetsika fa avela hanaratsy ny endriky ny tanàna eo izany peta-drindrina izany.

Betsaka ny fiangonana zandriny sy ny mpikarakara hetsika no mifamaly ihany koa amin’ny fametahana afisy satria lasa mifanindry sy mifanakona ny peta-drindrin’izy ireo noho ny tsy fifanajana sy ny fahamaizana samy hisarika olona.

Hatramin’izao, tsy mbola heno ny filatsahan’ny sazy amin’ireo tsy manara-dalàna sy mpanao gaboraraka amin’ny peta-drindrina na fanta-poko fanta-pirenena aza izany. Matetika, misoratra amin’ireny peta-drindrina ireny ihany koa ny findain’ireo mpikarakara hetsika izay tokony ho mora arahina ny fanasaziana azy rehefa mihoa-pefy.

Tatiana A

Midi Madagasikara6 partages

Basket-ball – Coupe du président : ASCB et Sebam Boeny qualifiés pour le play-off

L’ASCB vainqueur des éliminatoires de la zone Nord.

Les deux représentants de la zone nord au Play-off de la Coupe du président de la République de basket-ball sont désormais connus. Les deux finalistes des éliminatoires de Mahajanga à savoir l’Association Sportive et Culturelle de Boeny (ASCB) et Sebam se donneront rendez-vous dans la capitale du Betsileo du 18 au 25 mars. Ces deux mêmes formations seront de nouveau au rendez-vous de cette phase de la compétition. Pour en revenir à la finale des éliminatoires régionales de dimanche au Gymnase du Complexe Sportif, les gars de l’ASCB se sont imposés sur le score de 81 à 61. La bande à Elly malmenée au premier quart-temps par les Bréchard et consorts du Sebam arrivent à réduire l’écart au premier tour. A la pause, le tableau affichait un score de 28 à 26 en faveur du Sebam. De retour des vestiaires, les Bila, Livio et ses camarades ont totalement pris le jeu à leur compte. Au final, ils se sont imposés par 81 à 61. De leur côté, les éliminatoires de la zone sud battent actuellement leur plein à Toliara. L’équipe du CBBCR d’Atsimo-Andrefana se distingue en signant deux victoires de suite. Dimanche, CBBCR a disposé facilement de la formation du V2BCI d’Ihorombe sur le score de 65 à 45. BCTT Atsimo-Andrefana, JCT Androy et BCA Andohanilakaka Ihorombe ont enregistré respectivement une victoire et une défaite.  Les deux équipes finalistes de ces éliminatoires de la zone sud rejoignent ASCB et Sebam pour le Play-off à Fianarantsoa.

T.H

L'express de Madagascar5 partages

Couple de l’année

Non, il ne s’agit pas de celui auquel tout le monde pense en ce jour de la Saint-Valentin. Ou plutôt si, si on classe les tandems selon les bévues, les bides et les bourdes qu’ils ont commis et qui ont le plus fait mal au public et à la population. Cela peut s’appeler la coulpe de l’année et il faut bien lire pour ne pas faire une erreur de casting et le regretter. Le choix est large et les prétendants risquent de finir sur la même ligne à l’arrivée. Le Président de la république lui-même ne sait plus par quelle queue prendre le diable et préfère botter en touche, dégager sa responsa­bilité devant les innombrables tracas qui l’assaillent et parler à tort et à travers pour épater la galerie. Un président est justement fait pour trouver des solutions à des problèmes qu’il n’a pas créés. Les électeurs ont cru qu’il en était capable et réalisent aujourd’hui qu’ils ont misé sur une mazette.Mais celui qui a choisi la corruption comme partenaire décrochera assurément la palme. On peut citer pêle – mêle braquage-kidnapping, délestage-coupure d’eau, trafics-détournements, fraudes douanières-corruptions, épidémie-accidents de la circulation, sècheresse-séisme, embouteillage-inflation. Une liste qui est loin d’être exhaustive et on peut bien évidemment intervertir les éléments selon les sensibilités ou les aversions des uns et des autres.Il va sans dire que le grand amour n’est plus d’actualité, étant donné qu’il est impossible de vivre d’amour et d’eau fraîche depuis que les robinets servent à répertorier les foyers qui ont accès à l’eau potable virtuelle. Pour courtiser, il faudra trouver de solides arguments qu’un cœur gros comme ça.La fête des amoureux risque d’être compliquée ce jour, dans la mesure où, avec tous les problèmes subis par la population, la tête est ailleurs et le cœur n’y est pas. Il est impossible de passer une journée ou une soirée, où qu’on se trouve, sans qu’on ait à affronter un souci dérangeant. Chez soi, il n’y a ni eau, ni électricité. Au bureau, il n’y a ni connexion, ni électricité. Au resto il n’y a ni frites ni glace. Dans le taxi-be, il y a des pickpockets et des détrousseurs. Dans la rue il y a des embouteillages et des accidents. C’est toute l’existence qui est devenue hypothétique. Tous les jours, c’est un sacré challenge de pouvoir rentrer sans perdre un poil. On joue en permanence à la roulette russe. La Saint-Valentin devient anecdotique dans cette atmosphère délétère. Surtout qu’elle a lieu à un moment où les portefeuilles ne contiennent plus que le permis de conduire, la carte d’identité nationale, une carte bancaire avec zéro ariary au crédit. C’est assurément la fête la plus mal placée dans le calendrier. Mais il faut peut-être prendre le bon côté des choses avec philosophie. Des fois il suffit de l’illusion d’une fête, de l’euphorie d’une victoire pour tout oublier. Il ne faut pas bouder son plaisir et faire la fine bouche à bouche. La meilleure Saint-Valentin n’est-elle pas celle qu’on passe dans une salle obscure, loin des regards indiscrets   A quelque chose malhery est bon.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar5 partages

Plaidoyer pour une cogestion franco-malgache sur le récif de Tromelin

À la demande du Gouvernement (français), l’Assemblée nationale (française) a retiré in extremis de son ordre du jour l’examen du projet de loi autorisant l’approbation de l’accord-cadre franco-mauricien signé à Port-Louis le 7 juin 2010 dont l’objectif est l’établissement d’une cogestion économique, scientifique et environnementale sur l’île de Tromelin et sa vaste zone économique exclusive (280 000 kilomètres carrés de superficie). À la suite d’une levée de boucliers suscitée contre un vote de l’Assemblée nationale en faveur de l’autorisation d’approbation, émanant de parlementaires et de personnalités scientifiques, le Gouvernement a voulu éviter une polémique à la veille des élections présidentielles.Profitons donc de ce moment de répit pour formuler une série d’observations critiques et une objection rédhibitoire à l’encontre d’une éventuelle cogestion franco-mauricienne sur le récif de Tromelin ainsi qu’une suggestion prospective en faveur de la République de Madagascar.1) Les observations critiques. On peut d’emblée s’interroger sur le bien-fondé de la cogestion franco-mauricienne sur le récif de Tromelin. Sans exagération, l’accord-cadre qui l’institue peut être qualifié de« marché de dupes », dès lors que la France accorde à Maurice des avantages substantiels sans contreparties véritables, tout particulièrement dans le domaine de l’exploitation des ressources halieutiques au détriment des pêcheurs français de La Réunion. Il en est ainsi également dans la mesure où ce traité ne règle pas la question de la souveraineté. Le traité est équivoque dans la mesure où chaque partie peut l’interpréter à son avantage. L’ambiguïté principale du traité apparaît nettement à la lecture de son article 2 qui indique que le régime franco-mauricien de cogestion ainsi mis en place ne saurait être interprété comme une renonciation de la souveraineté de la France sur Tromelin établie en 1722 ou à une remise en cause de la revendication mauricienne sur ce récif qui remonte à 1976.Ainsi, la cogestion de Tromelin par la France et Maurice ne règle pas le différend territorial qui oppose les deux États. En dépit de certains « garde-fous » imposés par la France, le député centriste Philippe Folliot considère que l’engagement international de Port-Louis consacre un processus progressif d’« abandon de souveraineté » de la part de la France. De fait, pour être un traité équilibré, il aurait fallu qu’en contrepartie de la cogestion consentie sur Tromelin par la France dans des secteurs stratégiques, comme celui de l’exploitation des ressources halieutiques, une obligation ciblée soit mise à la charge de Maurice : l’obligation de renoncer à revendiquer cet îlot pendant la durée d’exécution du traité. Dans la mesure où cette obligation – le gel de la revendication mauricienne sur Tromelin – n’a pas été exigée par la France ou acceptée par Maurice, l’accord-cadre du 7 juin 2010 peut effectivement être considéré comme une porte ouverte à l’abandon de la souveraineté française sur Tromelin.Faute d’être assujettie à cette obligation, Maurice peut en effet continuer à revendiquer Tromelin tout en étant désormais associée par la France à un système de cogestion du récif ! Pour les autorités gouvernementales de Port-Louis, la cogestion n’est au demeurant qu’une étape intermédiaire. Certes, dans son intervention à l’Assemblée générale des Nations Unies, dès le 24 septembre 2011, Navin Ramgoolam a considéré comme un « progrès » le traité portant sur la cogestion du récif. Mais le Premier ministre mauricien a souhaité que le dialogue continue afin de permettre « le retour de Tromelin » dans le giron mauricien. C’est dire si on n’a pas fini d’entendre parler de la querelle franco-mauricienne sur Tromelin, de l’accord-cadre du 7 juin 2010 et de ses conventions d’application.2) L’objection rédhibitoire. Même si elle n’a pas d’implication en matière de souveraineté, la convention d’application du traité de Port-Louis qui porte sur la cogestion de la recherche archéologique sur Tromelin pose un double problème. D’abord, la cogestion a-t-elle vraiment sa raison d’être dans un domaine aussi restreint que celui de la recherche archéologique   On peut en douter.Ensuite, pour des raisons d’éthique, il semblerait beaucoup plus rationnel d’envisager une cogestion franco-malgache dans le domaine de la recherche archéologique en raison des origines exclusivement malgaches des naufragés abandonnés sur Tromelin à la suite du naufrage, le 31 juillet 1761, de la flûte française l’Utile qui avait heurté le récif alors qu’elle se rendait de Madagascar – où elle avait pris en fraude une « cargaison » de 160 esclaves – à Maurice. Dans le naufrage du navire de la Compagnie Française des Indes Orientales, 20 marins et 72 esclaves périrent noyés. Mais le reste de l’équipage et des esclaves parvint à se réfugier sur le récif. Au nombre de 122, les blancs rescapés construisirent une embarcation de fortune avec les matériaux récupérés sur les débris du vaisseau. Ils embarquèrent sur la Providence le 27 septembre 1761 et rejoignirent Maurice, promettant  aux esclaves de revenir les récupérer. Mais ces derniers, du moins les survivants, durent attendre plus de 15 ans. Le 29 novembre 1776, le chevalier Jacques-Marie Boudin de Tromelin, enseigne de vaisseau du Roi de France, commandant la corvette la Dauphine, réussit à débarquer sur le récif. Il ramena à Maurice les survivants du naufrage de l’Utile. Sur 88 esclaves abandonnés en 1761, sept femmes et un bébé de 8 mois avaient survécu sur cet îlot brûlé par le soleil et balayé par les cyclones.Pour Christian Chadefaux, si une île de l’océan Indien doit être considérée comme malgache, « c’est bien Tromelin qui conserve dans ses « tripes » les vestiges de l’esclavage dont furent victimes les Malgaches dans cette zone. Pas d’autres traces d’une présence humaine durable que malgaches à Tromelin. Pas d’autres drames humains à Tromelin que celui du séjour forcé de la centaine d’esclaves malgaches, abandonnés comme des épaves sur ce caillou de l’océan Indien par des marins français ». C’est aussi notre intime conviction : prévoir par un engagement international de longue durée une coopération principalement franco-mauricienne pour la cogestion du récif de Tromelin dans le domaine ciblé de la recherche archéologique nous paraît attentatoire à la réalité historique.3) La suggestion prospective. Ainsi, le traité franco-mauricien soulève de graves critiques en raison, autant de ses ambiguïtés intrinsèques que des avantages que la France accorde à Maurice sans contrepartie véritable et surtout de manière injustifiée. À ce sujet, une remarque majeure s’impose : la revendication mauricienne sur le récif de Tromelin repose sur des arguments juridiques faibles et peu convaincants. Dès lors, si la France tient à tout prix à mettre en œuvre le concept novateur de cogestion du récif de Tromelin et de ses eaux avoisinantes, elle doit désormais envisager ce concept avec la République de Madagascar dans le cadre d’une politique résolument anticolonialiste.Madagascar, faut-il le rappeler, a en effet des droits solides sur le récif de Tromelin qu’elle pourrait faire valoir avec succès devant un tribunal arbitral international ou devant la Cour internationale de Justice de La Haye en invoquant le droit international de la décolonisation. Le différend territorial franco-malgache est en fait le procès du décret français du 1er avril 1960, ainsi rédigé de manière péremptoire : « Les îles Tromelin, Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India sont placées sous l’autorité du ministre chargé des départements et territoires d’outre-mer ». Un faisceau d’indices démontre que ces îlots ou groupes d’îlots revendiqués par le Gouvernement d’Antananarivo à partir du 18 mai 1872 ont été, pour la plupart, des dépendances du Royaume souverain de Madagascar jusqu’à son annexion par la France, le 6 août 1896. Par la suite, il apparaît que ces îlots ont tous été – sans exception – des dépendances administratives de Madagascar jusqu’au décret du 1er avril 1960. En réalisant le démembrement de la Grande Ile, sans consultation du peuple malgache ou de ses représentants élus et au mépris du principe de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation, à la veille de son accession à l’indépendance, proclamée le 26 juin 1960, le décret méphistophélique du 1er avril 1960 déroge aux principes généraux de la succession d’États.En dernière analyse, rien ne doit être entrepris par la France qui aurait pour finalité de spolier le véritable souverain du récif de Tromelin qui est, sans conteste, Madagascar,  et de remettre, par suite, en cause l’amitié franco-malgache, une amitié multiséculaire à laquelle nous sommes tous très attachés.

Par André ORAISON, Professeur des Universités, Juriste et Politologue

News Mada4 partages

Nahazo rano ireo tohodrano : nihena ny delestazy teto Antananarivo

Nirotsaka ny orana nandritra ny faran’ny herinandro teo. Araka, ny tatitra avy any amin’ny Jirama, natao ny alakamisy 9 febroary teo ny fandrotsahana orana tsy voajanahary (faha-14, nanomboka ny desambra 2016). Na sarotra aza ny asa, nahomby ny hetsika, nahatonga ny orambe teto Antananarivo sy ny manodidina. Vokany, afaka nihodina ny milina mamokatra herinaratra avy amin’ny tohodrano any Andekaleka, tena mamatsy ny tambajotra Antananarivo sy ny manodidina (RIA). Atao fiandry kosa ireo milina mihodina amin’ny gazoala sy hampifandrindra ny famatsiana herinaratra.

Etsy ankilany, nanimba fotodrafitrasa maro ny orambe teto an-dRenivohitra sy ny manodidina, indrindra ny alin’ny asabotsy11 febroary. Niasa avy hatrany ny Jirama nanarina azy ireny, toy ny andrin-jiro nianjera tamin’ny tany, teny Antsahafoy Ambohitrimanjaka, Mahitsy, Andriampamaky, ny arovaratra simba tany Arivonimamo-Ampefy sy Ampahitrosy, sns.

Njaka A.

Sary: Fanou R.

News Mada3 partages

Mars : consacré « mois de l’internet » par Telma

Les travaux de réparation du câble sous-marin Eassy se sont déroulés avec succès. La connexion (3G, 4G, Adl, fibre) a été rétablie depuis samedi dernier. Tous les utilisateurs ont retrouvé à nouveau le meilleur de l’internet Très haut débit de Telma.

«Le mois de mars sera le mois de l’internet à Madagascar. Tous nos clients, quels qu’ils soient (call center, résidentiels, entreprises…) auront de belles surprises, et tous ceux qui n’ont pas pu profiter pleinement de l’internet ces dernières semaines vont pouvoir se rattraper au mois de mars»,  a déclaré hier à la presse Patrick Pisal-Hamida, administrateur directeur général de Telma.

Malgré le coût des opérations de remise en service du câble Eassy ainsi que son programme d’ajustement tarifaire prévu en début d’année, Telma a décidé de ne pas répercuter sur ses factures le moindre ariary à ses clients. «Telma assumera l’intégralité des coûts compte tenu du caractère exceptionnel dela situation. Malgré la dévaluation de l’ariary, il n’y aura pas le moindre impact du coût des travaux chez nos clients, ni ajustement de prix », a-t-il assuré.

Investissements

En effet, cet incident pour le Groupe Telma est aussi devenu une opportunité de partager sa vision et sa stratégie industrielle de connectivité internationale pour la Grande île. Il était annoncé que Telma veut investir 250 millions de dollars dans les cinq prochaines années. «Cette année, nous serons à plus de 50 millions de dollars d’investissement sans compter les coûts de réparation du câble. Cela fait de nous le plus grand investisseur en télécommunication de Madagascar», a affirmé notre interlocuteur.

Pour sécuriser toujours plus la connectivité internationale de Madagascar, le Groupe Telma travaille avec plusieurs autres opérateurs télécom internationaux sur deux autres projets de câbles sous-marins : Fly Lion 3 et Metiss. «On le voit qu’aujourd’hui, internet est devenu un produit de première nécessité et plus personne ne peut s’en passer, ne serait-ce qu’une journée. Nous tenons donc à rassurer nos clients que tous les moyens sont mis en œuvre pour garantir leur connectivité, aujourd’hui et demain», a assuré  l’ADG de Telma.

Pour rappel, le Groupe Telma est le 1er opérateur à investir pour relier Madagascar au monde  en utilisant un câble international sous-marin, le câble Eassy, opérationnel depuis 2010.

Arh.

Orange Madagascar3 partages

Conseil du Gouvernement du 14 février 2017

COMMUNIQUE DE PRESSE

Conseil du Gouvernement – Mardi 14 février 2017

Palais d’Etat de Mahazoarivo

 

Un Conseil du Gouvernement s’est tenu ce mardi 14 février 2017 à partir de 9h00 au Palais d’Etat de Mahazoarivo.

 

I- ADOPTION DE TEXTES REGLEMENTAIRES

 

· Au titre du Ministère des Finances et du Budget.

 

 

Le 15 décembre 2010, le Conseil des Gouverneurs du FMI a décidé la quatorzième révision générale des quotes-parts laquelle impliquait un ensemble de réformes quotes-parts et de la gouvernance. Ce train de réforme est entré en vigueur le 26 janvier 2016 et produit une augmentation de100% du total des quotes-parts (doublement des quotes-parts).

 

La République de Madagascar, par le biais du Ministère des Finances et du Budget, a consenti à cette opération. Ainsi, sa quote-part, qui est actuellement de 122,2 Mios DTS, sera portée 244,4 Mios DTS.

 

· Au titre du Ministère de la Santé Publique.

 

 

II- COMMUNICATIONS

 

· Au titre du Ministère des Finances et du Budget

 

 

· Au titre du Ministère de l’Economie et du Plan.

 

 

Au plan technique, le recensement pilote a eu lieu en septembre et octobre 2016. La cartographie censitaire est en cours de préparation et sera organisée à partir du deuxième trimestre de l’année pour une durée de 4 mois. Le dénombrement exhaustif de la population et des ménages est programmé au  mois d’octobre 2017.

 

Au plan financier, le coût total du RGPH-3 est évalué actuellement à environ 25,9 millions USD. Mises à part les contributions de la Banque mondiale et celles de quelques PTFs qui se sont déjà prononcés, il reste encore à combler un GAP d’environ 6,3 millions USD.

 

· Au titre du Ministère du Commerce et de la Consommation.

 

 

· Au titre du Ministère des Travaux Publics.

 

 

Afin de mener à bien les travaux d’entretien et des platelages métalliques et pour la sécurité de l’ouvrage et de l’ensemble des usagers, le Ministère des Travaux Publics mettra en place des mesures exceptionnelles et temporaires de régulation de la circulation au niveau du pont de Kamoro au PK 406 + 400 de la Route Nationale n°4 reliant Antananarivo – Maevatanàna – Mahajanga à partir du 15 février 2017 jusqu’au 27 Avril 2017.

 

Ainsi, durant cette période, le pont sera fermé à toute circulation tous les matins de huit heures à midih0 (080 – 12h 00) du lundi au samedi. Le dimanche, la circulation sera totalement libre.

 

· Au titre du Ministère de la Culture, de la Promotion et de Sauvegarder du Patrimoine.

 

 

· Au titre du Secrétariat d’Etat Auprès du Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche Chargé de la Mer.

 

 

L’ordre du jour ayant été épuisé, la séance a été levée à 12h35.

 

Antananarivo, 14 février 2017

Les Porte-paroles du Gouvernement

Mme Onitiana REALY

Ministre de la Population,

de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme

M. Andrianjato Vonison RAZAFINDAMBO

Ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions

L'express de Madagascar3 partages

Canal de Mozambique – Le cyclone Dineo près de Morombe

La perturbation cyclonique baptisée Dineo se trouvait à 360 kilomètres à l’ouest de Morombe, hier, à 15 heures, selon le bulletin cyclonique spécial de la direction générale de la Météo­rologie. « Elle est accompagnée d’un vent de 75 km/h et d’une rafale de 105 km/h, et se déplace vers l’Ouest avec une vitesse de 5 km/h », précise le bulletin. La prévision de trajectoire de la perturbation tropicale indique qu’il n’y a pas de risque à ce que Dineo touche la Grande île. Elle va plutôt s’éloigner de Mada­gascar et atterrir sur le Mozambique.Si aucune alerte de cyclone n’est lancée pour Madagascar, la sortie en  mer est fortement déconseillée entre les districts de Moron­dava et d’Ampanihy pour les deux jours à venir, à cause des perturbations apportées par Dineo. Par ailleurs, la direction générale de la Météorologie lance une vigilance forte pluie, pour les habitants des côtes du Sud-Ouest, de l’Ouest, pour les régions de Vatovavy Fito­vinany et d’Atsimo Atsina­nana. La montée des rivières et des cours d’eaux est à craindre pour ces régions. Les techniciens à Ampan­drianomby précisent que ces fortes précipitations n’ont pas de lien direct avec Dineo.

M.R.

Tananews2 partages

Hajo Andrianainarivelo insiste sur le seza officiel d’opposant

Le Président du MMM fait une véritable fixation sur ce seza d’opposant.

Mais il espère quoi ?

Que ce statut d’opposant officiel lui apportera un avantage décisif en 2018 ?

Tananews2 partages

Lalao Ravalomanana inaugure elle aussi des chiottes publics

Et pas n’importe quelles chiottes : des chiottes situées à une centaine de mètres du domicile présidentiel à Tsimbazaza.

Des chiottes qui cristallisent également les tensions actuelles entre la CUA de Lalao Ravalomanana et le Ministère des “Projets Présidentiels“.

Un Ministère qui devrait d’ailleurs se rebaptiser “Ministère de la Propagande Présidentielle“, à moins de deux ans des prochaines élections présidentielles.

Tananews2 partages

Monsieur Riana Andriamandavy déplore la multiplication des vindictes populaires

Pourquoi ? Il en a peur peut-être ?

Les mpamadika palitao, les voleurs de deniers publics, les magouilleurs sont épargnés par les vindictes populaires.

Pour le moment.

News Mada2 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : dia mitaky hatrany “ vola! vola! vola! ”

Miala tsiny amin’ireo mpanao kolikoly izay mahana aloha lalandava raha vao mitsidika ny resaka fitakiam-bola tsy ara-drariny sady tsy ara-dalàna. Fantam-poko fantam-bahoaka moa ny fisian’izany nefa na ankalamanjana sy antoandro be nanahary izao aza ny fitrangany dia samy mody tsy mahita ary na ny tompom-pahefana izay manambara ady atao ho fandravana azy io aza dia jambena tsy mahovoka firy.  Na mahatsiravina sy mahakely finona aza iny tranga raiki-tapisaka iny ary raha mbola toy ny fiterena omby mahia ihany aza ny fitakiam-bola amin’ny vahoaka reraky ny fahantrana dia tsy ny kolikoly no anton-dresaka eto, fa ny fanerena fandoavam-bola miseho ara-dalàna etsy sy eroa. Tsy hiverenana intsony ny fanararaotana tamin’ny fanafainganana ny fanavaozana permis sy carte grise, sanatria toy ny lalan-kitan-kisoa natao fikarohana anentsenana ny banga ao amin’ny kitapom-bolan’ny fanjakana.

Araky ny lalàna, misy fomba mazava tsy maintsy arahana mba ahafahana manangona sy mitaky vola avy amin’ny vahoaka. Noho izany, tsy misy angamba  fahefana ahafahan’ny kaominina na fokontany mametraka sakana ahafahany hitaky sarany amin’ny mpitondra fiara mitety arabe ao amin’ny faritra iadidiany raha tsy mametraka didy manaram-penitra. Izao indray misy fokontany sasatsasany eto andrenivohitra mizara tapakila momba ny fandoavam-bola mikasika fanangonana ny fako. Tsy fantatry ny mponina na avy aiza na avy aiza izany fepetra izany. Tsy hain’ny fokontany no mampilaza ny vahoaka momba izany anefa tampotampoka eo, hainy no maniraka solontena isaky ny tokonam-baravarana hitaky ny adidy amin’izany na tsy fantatry ny tsirairay aza ny fomba sy fisehon’ny fanatanterahana io raharaham-bahoaka io.

Toy ny any amin’ny tany sady tsy misy fanjakana no tsy fihezin-dalàna. Samy mandeha samy mitaky. Mananga-bovona avokoa izay sahy mijoro ho manam-pahefana amin’ny famorimporetana ny mponina izay tsy afa-manoatra raha tsy miara-mitraotra. Hiantsampy aiza moa rehefa lany toky ? Any antratran’ ny hazo feno lay sa hiankina amin’ny hazo boboka ? Ny ela anefa maha iray ny roa, misy fetrany ny fiaretana ny tsy zaka. Izany hoe aleo maty rahampitso toy izay maty anio. Mety handresy izao fisalasalana rehetra izao ka hitarika amin’ny fahasahiana hamakivaky làlana izay fantatra fa tomefy tsilo.

Léo Raz

 

News Mada2 partages

Toliara : saron’ny polisy ilay lehilahy nisandoka ho Daf-n’ny Bianco

Nidoboka am-ponja ny zoma teo ao Toliara ilay lehilahy voarohirohy ho nisandoka ho Daf-n’ny Bianco. Ny alakamisy teo izy no saron’ny polisy taorian’ny fitoriana napetraky ny renim-pianakaviana iray voasolokiny. Araka ny fampitam-baovao voaray avy amin’ny polisy, efa nigadra taty an-dRenivohitra noho ny resaka fisolokiana ity lehilahy ity, kanjo niverina nanohy asa ratsiny izy taorian’ny fivoahany ny fonja. Voalazan’ny polisy araka ny fitarainan’ireo olona tonga teo am-pelatanan’izy ireo fa tao anatin’ny volana maromaro izay no efa nandeha ny resaka fa misy olona misandoka ho Daf-n’ny Bianco ao Toliara. Fantatra fa renim-pianakaviana iray saika nanofany trano no voasolokiny vola 60 000 Ar. Taorian’izay no nahafantarana fa mpisoloky ity lehilahy ity satria rehefa nanontany ny mombamomba azy tao amin’ny Bianco ilay voasoloky dia voamarina fa tsy miasa ao izy. Nifanome tanana tamin’ny fisamborana ity mpisoloky ity ny teo anivon’ny Bianco sy ny polisy. Niaiky ny heloka vitany izy nandritra ny famotorana nataon’ny polisy. Maro ny olona efa voasolokiny taty an-dRenivohitra mialoha ny nisandohany ho Daf-n’ny Bianco tao Toliara.

CMS sy J.C

Sary : CMS

News Mada2 partages

Laza avy any am-pita : nodimandry i All Jarreau

Anarana tsy afaka amin’ny tontolon’ny jazz raha ny an’i All Jarreau. Fantatra izao fa nodimandry omaly, teo amin’ny faha-76 taonany ity mpanakanto amerikanina ity. Raha mbola milomano ao anatin’ny tontolon’ny mozika jazz, mankafy ny sanganasany avokoa. Tsy vitsy ireo naka aingam-panahy taminy, satria anisan’ny mpanakanto tsy nanisy fefy ny mozika izy. Nivelatra tamin’ny pop, soul, rhythm blues, funk, sns, ny mozikan’I Al Jarreau na tsy niala aza ny fototra jazz.  Izy irery no mpanakanto nahazo fankasitrahana im-pito tamin’ny Grammy Awards, teo amin’ny sokajy telo samihafa (jazz, pop ary rhythm blues).Nisongadina tao anatin’ny vanim-potoana naharitra ihany koa i Al Jarreau, nanomboka ny taona 1970 hatramin’ny taona 2000. Tany amin’ny taona 180 izy no tena nisongadina, kanefa tsy lefy laza mihitsy ny sanganasany. Niara-niasa tamina mpanakanto maro, toa an’i Georges Benson, Paul Mc Cartney, Marcus Miller, sns, ity mpanakanto ity.

Madonline2 partages

Délestage : Quelques sociétés se frottent les mains

La détaxation des groupes électrogènes n'est pas pour demain

Les victimes de la coupure fréquente de l’électricité sont très nombreuses. Des foyers et des entreprises s’en plaignent. Mais il y a quelques exceptions, les sociétés qui vendent ou louent des groupes électrogènes ont vu leur chiffre d’affaire grimper en quelques mois.

Afin d’éviter les tracasseries de l’entretien, certaines entreprises préfèrent, en effet, louer des groupes électrogènes plutôt qu’en acheter. La plupart des grandes entreprises à Antananarivo semblent préférer cette option. Les groupes sont loués en fonction des heures de fonctionnement, c’est-à-dire en fonction de la durée de la coupure de l’électricité fournie par la compagnie nationale, la Jirama.

Pourtant, au cours des derniers temps, la coupure de courant pouvait aller jusqu’à six heures quelquefois durant les heures de travail. Ce qui oblige certaines entreprises à recourir à la location de groupes électrogènes.

Actuellement, les groupements patronaux proposent au gouvernement la détaxation des groupes électrogènes à la vente, pour permettre une réduction des coûts aux entreprises qui souhaitent en acquérir. Le gouvernement n’a pas donné suite à cette proposition pour le moment.

Dans le contexte précis actuel, l’avenir d’un grand nombre d’entreprises semble dépendre de la gestion du délestage par la Jirama. Avec un coût exorbitant des nouvelles charges liées à la coupure fréquente d’électricité, certaines entreprises ne cachent pas leur inquiétude. Même si quelques sociétés en tirent des bénéfices, la plupart en sont plutôt des victimes.

Tananews2 partages

Telma : un “geste commercial” prévu pour ce mois de Mars

La connexion semblant être revenue à la normale, il va maintenant penser à faire un petit geste pour les 3 millions d’abonnés.

Ce qui selon les dires de l’opérateur est prévu pour ce mois de Mars.

Nous ignorons encore sous quelle forme. La logique voudrait que vu que ça a été coupé un demi-mois, les abonnés devraient donc obtenir une petite réduction de 50% sur leur prochain prélèvement ?

Wait and see.

Tananews2 partages

“Je serai candidat à la Présidentielle de 2018”

Affirmation de Andry Rajoelina devant ses partisans réunis à l’Arena Center d’Ivandry.

“Je serai candidat à la Présidentielle de 2018″

Et d’enfoncer le clou : “Rien ni personne ne pourra m’empêcher de m’y présenter

Elle va être passionnante cette présidentielle de 2018. Un bon petit cocktail explosif à base de 2002, avec une pointe de 2009, sans oublier le sabreur précoce de champagne de 2014.

L'express de Madagascar2 partages

Médecine du sport – Trois médecins malgaches diplômés

Après la pratique sur le tas, la reconnaissance sur le papier. Trois médecins malgaches ont décroché leur diplôme de médecine du sport.

Jusqu’ici on a tout fait sur le tas. On a profité des grands évènements d’ici ou d’ailleurs comme les Jeux des îles ou les Jeux de la Francophonie pour enrichir notre expérience sans jamais avoir eu une formation spécifique. C’est l’aveu fait par Dr Norbert Ra­mian­drisoa, ancien toubib du FC BFV et des Scor­pions pendant plusieurs années, un des trois diplômés , sur trente pour toute l’Afrique, après deux années d’études de très haut niveau par correspondance.L’examen final a eu lieu le 12 janvier et c’est avec une grande fierté et une énorme satisfaction qu’il a appris le résultat transmis par mail par le professeur Michel Rieu, président de l’Université virtuelle francophone de la médecine du sport (UVFMS) et de François Delmotte, secrétaire général. L’UVFMS est le partenaire de l’université Léopold Sedar Senghor d’Alexan drie, en Égypte, avec l’Union africaine de médecine du sport.Il y a de quoi être fier quand on sait que Norbert Ramiandrisoa a eu une note de 16/20 alors que les études sont extrêmement difficiles. « C’est un cursus très complet, une véritable spécialisation. Les modules comprennent, entre au­tres, la physiologie et la traumatologie. Il y a plusieurs matières dans chaque module et on découvre en détails tous les aspects de la médecine du sport qu’on était loin de soupçonner auparavant. Les cours sont aussi variés qu’intéressants allant de l’alimentation et le cancer, les accidents cardio-vasculaires des footballeurs, l’entraînement en altitude », révèle le nouveau diplômé qui espère plus de sollicitation du monde sportif dorénavant et qui se dit prêt à partager son expérience et pousser les jeunes médecins à lui emboîter les pas.

Encouragement« Le haut niveau exige un encadrement de qualité des athlètes y compris et surtout le staff médical. Si nous voulons rivaliser avec les meilleurs, il n’y a pas d’autres solutions. Il faut donc avoir plusieurs médecins du sport. J’encourage les jeunes à prendre le même chemin et suis prêt à les parrainer. Les cours sont gratuits ». Mais il faut une sacrée volonté pour boucler le parcours. « C’est vrai qu’il faut beaucoup d’abnégation, de temps et de passion pour y parvenir, mais le jeu en vaut la chandelle », positive l’un des premiers diplômés de cette spécialité. Les deux autres diplômés sont le Dr Nenana Rafidison, ancien médecin des Barea et le médecin commandant Yoland Rakotondrainibe.

Herisetra

L'express de Madagascar2 partages

Énergie – Communication ratée pour la Jirama

La Jirama n’a pas tenu ses promesses. Ceux qui attendaient une programmation du délestage devraient encore patienter. Contrairement à ce qui a été annoncé dans une publication parue dans la presse antananarivienne, la compagnie nationale de l’eau et de l’électricité n’a pas communiqué jusqu’ici les programmes fixes de ces coupures d’électricité dans les quartiers ou secteurs de la capitale.Pourtant, la Jirama avait annoncé dans cette mesure, « à partir de ce 10 février, un programme fixe du délestage sera publié pour Antananarivo et ses environs jusqu’au 28 février. Ce dispositif a été mis en place pour que les abonnés puissent prendre leurs dispositions ». Interrogé, un responsable au niveau de la Jirama ne souhaite pas commenter cette situation.L’amélioration de l’approvisionnement en électricité dans la capitale et ses communes environnantes aurait –elle motivé les dirigeants de la Jirama à prendre ces décisions   Alors que ce derniers temps, la nouvelle équipe de la société d’État avait renforcé sa stratégie de communication pour soigner son image.

L.R.

L'express de Madagascar2 partages

Air Madagascar – Départ en toute discrétion du vol vers Guangzhou

Sans tambour ni tamtam. Air Madagascar a relancé dimanche sa liaison vers Guangzhou en Chine, opérée via La Réunion et en partage de codes avec Air Austral. Le vol MD18 de la compagnie nationale malgache a décollé de  l’aéroport d’Ivato dimanche matin vers 11 heures. L’Airbus A340-300 de la compagnie nationale malgache était attendu à La Réunion à 13 heures 30. À l’aéroport de Roland Garros, le lancement de ce premier vol vers Guangzhou a fait l’objet d’une cérémonie digne de ce nom. Le vol a ensuite repris sa route vers la Chine à 15Heures 20, en présence de Marie Joseph Malé, président directeur général d’Air Austral.La compagnie nationale aérienne malgache signe ainsi son retour en Chine et en Asie après un an d’absence. Elle avait suspendu en janvier 2016 la desserte de Guangzhou, qui s’effectuait alors via Bangkok, citant un manque de rentabilité. Ce partenariat avec la compagnie réunionnaise permet d’assurer un meilleur remplissage de l’avion. Dans le cadre de cet accord de partage de code, la moitié des sièges de l’aéronef est, en effet, mise à la disposition d’Air Austral. Et pour ce vol inaugural, les responsables d’Air Madagascar annoncent que la compagnie a rempli son quota.Les deux compagnies prévoient une fréquence de deux vols par semaine en aller et retour. Le vol quitte Antana­narivo le mercredi et dimanche à 10h45 et Saint-Denis-de- La-Réunion à 15h00 pour une arrivée à Guangzhou à 05h30 le lendemain. Et de Guangh­zou à Antananarivo, les départs auront lieu chaque lundi et chaque jeudi, à 9h10, heure de Guangzhou, pour une arrivée à Ivato à 17h50. Il fera une escale à l’aéroport de Roland Garros à La Réunion.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara2 partages

Forum Italia Madagasikara : Pour la promotion de l’offre malgache sur le marché italien

Le Forum Italia Madagasikara se tiendra les 15 et 16 mars prochain à Rome en Italie. Sous le thème du « développement durable et inclusif », cet événement devra promouvoir l’offre malgache en produits et projets à caractère durable, pour le marché italien, selon les organisateurs. En effet, le forum s’inscrit dans le cadre du renforcement des échanges commerciaux et culturels, entre les deux pays. Plusieurs secteurs d’activités seront  mis en avant durant les rencontres, notamment l’artisanat, les pierres précieuses, les épices, la mode, les travaux de bois, les travaux du cuir et le tourisme. En ce qui concerne le programme, la manifestation comprendra une conférence, des ventes expo avec des stands, des rencontres B to B, ainsi que des visites d’entreprises et d’entités diverses. D’après les informations, l’événement est initié par le Ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur privé, en partenariat avec d’autres entités comme la Chambre de Commerce et d’Industrie, le Ministère du Tourisme, etc. Des participants et intervenants italiens sont attendus durant les deux jours de rencontres.

 Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

Gestion du secteur pétrolier : Un appui de la Facilité africaine de soutien juridique

Améliorer la gouvernance pour une meilleure gestion du secteur pétrolier à Madagascar. C’est l’objectif de l’atelier, qui se tient dans la Capitale, du 13 au 24 février. Organisé par le Gouvernement, en partenariat avec l’ALSF (Facilité africaine de soutien juridique), cet atelier est assisté par les représentants des acteurs impliqués dans les étapes de mise en œuvre des contrats de partage de production, notamment les ministères, les organismes rattachés et des représentants du secteur privé. D’après les organisateurs, la formation se focalise sur la mise en œuvre effective des projets pétroliers et les enjeux liés aux obligations de chaque partie. Les problématiques et les enjeux majeurs spécifiques aux contrats pétroliers seront également abordés. A noter que l’ALSF est une institution publique internationale hébergée par le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). « Son objectif est d’accompagner les États africains en leur fournissant des services de conseil juridique en cas de contentieux avec des fonds vautours et dans le cadre de négociation de transactions commerciales complexes », indiquent les responsables auprès de l’institution.

Capacité de négociation. L’ALSF a notamment été créée afin de réduire l’asymétrie existant entre les compétences des États africains et celles des investisseurs internationaux en matière de négociation de transactions commerciales complexes se rapportant aux ressources naturelles et aux industries extractives. Cet atelier de formation fait donc partie des nombreuses interventions menées par l’ALSF relevant de son pilier relatif au renforcement des capacités, dont l’objectif est d’améliorer les capacités des cadres des gouvernements africains en matière de négociation de contrats et de contentieux. « Le secteur pétrolier est un marché à fort potentiel pour la République de Madagascar. C’est pourquoi le Gouvernement espère renforcer les capacités de ses cadres dans ce domaine pour accélérer le développement socio-économique et humain du pays », ont indiqué les responsables auprès de l’ALSF.

Recueillis par Antsa R.

Madaplus.info1 partages

Lylison René de Roland écope d’un an d'emprisonnement

Le verdict est tombé hier pour l’affaire concernant le colonel Lylison René de Roland, il est condamné à un an d’emprisonnement ferme, de plus il est déchu de son statut de sénateur à partir du moment où le mandat d’arrêt est lancé à son encontre.
L’appel pour une ville morte en mai 2016, la mise en place de barrage dans certains quartiers de la ville d’Antananarivo, telles ont été les charges qui pesaient contre le colonel Lylison René de Roland lors de la comparution de cette affaire au tribunal hier. En effet, l’appel à une ville morte est passible au terme de l’alinéa 3 de l’article 61 du code pénal. En outre, son acte de mettre de barrage visant à compromettre la sécurité publique est puni par la loi à au moins un an d’emprisonnement. Rappelons que le colonel Lylison René de Roland ne s’est pas présenté à son procès hier. On attend la réaction du MAPAR (parti avec Andry Rajoelina) après ce verdict.
Tananews1 partages

La magouille de l’ACD de nouveau évoquée

C’est comme ça à Babakoto Land : fasse au tollé général on fait semblant de faire machine arrière quelque temps pour essayer ensuite de relancer en catimini le projet controversé.

Tel est le cas de cet Advance Cargo Declaration, une énième magouille pour soutirer des sous sur tous les containers, pour “se conformer aux exigences de sécurité américaines” nous serine-t-on.

Or les Américains ont déjà précisé que de telles exigences n’existaient pas.

Il y a vraiment des rageux “mamba-vola” dans ce pays de cons.

Quelle sera la prochaine “relance” de projet foireux ? Soamahamanina ?

News Mada1 partages

Ady amin’ny kolikoly amin’ny asam-panjakana : akan-kevitra amin’ny tetika Aika ny mpiasa sy ny mpanjifa

« Misy ny maridrefy hijerena ny kalitao sy ny fanalavirana ny kolikoly. Nisy fanontaniana  niarahan’ny mpiasa amin’ny sampandraharaham-panjakana  sy ny mpanjifa na ny mpila raharaha amin’izany. Amin’izao fotoana izao, ao anatin’ny fakan-kevitra amin’izany ny Rohy. »

Io ny fanazavan’ny mpandrindra ny tetikasa Ady iombonana amin’ny kolikoly no arindra (Aika), ataon’ny firaisamonina sivily ny hetsika Rohy, Ramarosaona Faraniaina, teny Ambatonakanga, omaly, momba ny ady amin’ny kolikoly amin’ny tetikasa Aika, vatsian’ny Vondrona eoropeanina vola.

Anisan’izay sampandraharaham-panjakana fito izay ny fanomezana pasipaoro; ny momba ny hetra, faritra Analamanga; ny fadintseranana Toamasina; ny lalampirenena RN 2 sy RN 7; ny fanomezana fahazoan-dalana mitondra fiara sy ny momba ny fiara, faritany Antananarivo; ny fanaovana fitsirihana teknika ny fiara, Antananarivo; ny fanomezana sora-piankohonana amin’ny boriborintany I sy IV.

Jerena izay fototry ny kolikoly

Jerena amin’izay fakan-kevitra izay, ohatra, ny faharetan’ny fikarakarana antontan-taratasy, ny dingana sy ny fomba arahina, ny fahampian’ny taratasim-panjakana ilaina… Miainga avy amin’izany ny tokony hatao amin’ny ady amin’ny kolikoly. Tombanana ho vita amin’ny volana marsa ny vokatra.

Niaingana ny safidy amin’ireo sampandraharaha anaovana ny tetikasa ny fanadihadian’ny Transparency International, ny Afrobaromètre, ny Bianco tao anatin’ny roa na herintaona farany. Ao anatin’izany ny sehatry ny fitsarana, ny fananan-tany… Mbola hatao manokana, ohatra, ny fitsarana.

Tsy maintsy akan-kevitra ny roa tonta, ny mpandray sy ny mpanome. « Andraikitry ny olom-pirenena tsirairay avy ny ady amin’ny kolikoly », hoy izy. Tetikasa filamatra ny Aika, fa  mbola itarina amina raharaham-panjakana amin’izay mankarary ny vahoaka malagasy hatramin’izay.

Ampiasaina amin’izao tetikasa izao ny fomba vaovao: mari-pankasitrahana omen’ny olom-pirenena ireo sampandraharaham-panjakana amin’ny fanalavirana ny kolikoly. Fandrisihana amin’ny fanomezana asa tsara sy mifanaraka amin’ny filan’ny mpanjifa izany.

R. Nd.

Sary :Fanou

News Mada1 partages

Kitra – «Ligue des champions d’Europe» : hanala vela amin’ny Barcelone ny PSG

 Hangotraka ny lalao ampahavalon-dalana amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa «Ligue des champions», taranja baolina kitra. Anisan’ny fihaonana andrasan’ny rehetra ny fifandonan’ny PSG sy ny FC Barcelone.

Lalao roa no hanokatra ny dingan’ny ampahavalon-dalana mandroso, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions”, taranja baolina kitra, amin’ity talata ity. Fihaonana goavana hanamarika izany ny an’ny FC Barcelone sy ny Paris St Germain, hatao ao amin’ny Parc des Princes.

Ekipa efa diso mifankahalala tsara ny roa tonta satria vao tamin’ny herintaona no nifanehatra, teo amin’ny dingan’ny ampahefa-dalana. Nanakana ny lalan’ny Frantsay ary nandrava ny nofinofin’ny Frantsay, tamin’izany, ry Messi sy Suarez ary Neymar (MSN). Hanala vela izany, amin’ity, ny Parizianina.

Fantatra kosa amin’ity lalao ity fa manana olana ny Barça satria tsy afaka hiakatra kianja i Javier Mascherano sy i Arda Turan. Ankoatra izay, tsy mbola fantatra na afaka hilalao na tsia i Aleix Vidal, izay manana faharatrana eo amin’ny kitrokeliny havanana, taorian’ny lalao nataony ny asabotsy lasa teo.

Hitondra aroloha kosa i Rafinha, amin’ity fihaonana ity, noho ny orony vaky. Etsy ankilany, vonona tanteraka ny Parizianina, hifanandrina amin’ny Barcelone. Araka ny fantatra, mety ho anisan’ireo mpilalao 18 ho an’ny PSG,  ilay Arzantin, Javier Pastore.

Etsy ankilany, hampiantrano ny Borussia Dortmund avy any Alemaina ihany koa ny Benfica de Lisbonne.

Heverin’ny rehetra fa mety hanantombo amin’ity fihaonana ity na hilalao any Portugal aza, ny Dortmund. Efa nanambara ny hafaliany tamin’ny antsapaka rahateo i Hans-Joachim Watzke, filohan’ny klioba. Na izany aza, nilaza ny tenany fa manana herijika betsaka hanohy ny lalana ny Borussia Dortmund na ekipa goavana any Portugal aza ny Benfica.

Etsy ankilany, nanambara ny fahavononany hifandona amin-dry zareo Alemà ny Portiogey.

 Tompondaka

 

News Mada1 partages

PSD – Rakotobe Michel : nahatratra 3.000 ny nitsidika ny fampirantiana…

Tontosa ny faran’ny herinandro teo ny fampirantiana momba ny tantaram-pirenena tafiditra tao anatin’ny fankalazana ny faha-60 taon’ny antoko Parti Social Démocrate (PSD). « Nahatratra 3000 ny mpitsidika teny amin’ny Tranombokim-pirenena Anosy, nandritra ny telo andro nanatontosako niaraka tamin’ny antoko PSD iny fampirantiana iny », hoy Rakotobe Michel, mpaka sary sady mpitahiry vakoka. Hita tao avokoa ny sokajin-taona rehetra. « Tonga teny an-toerana ny mpanao politika, mpianatra niaraka tamin’ny mpampianatra sy ny talen-tsekoly mihitsy aza, hoy hatrany izy. Tsy avy eto Antananarivo ihany fa ao koa ny avy any Mandritsara, Toamasina, sns

… Marobe ireo fangatahana hitondrana iny fampirantiana iny any amin’ny faritra na faritany. « Hotanterahinay ny fangatahan’ireny olona ireny, ka ny faritra avaratry ny Nosy (Sava sy Diana) no hitondrana azy iny voalohany », hoy hatrany Rakotobe Michel. Nambarany fa zary lasa nanana endrika fampihavanam-pirenena ny fahitana ireo olona tonga marobe namantatra ny tantara.

HaRy Razafindrakoto

News Mada1 partages

Chronique Laïcité : garant d’égalité, espace de liberté

L’organisation cultuelle des Katos lors d’un dernier symposium affirme son droit à intervenir dans la vie publique, droit qui se fait obligation au constat d’une situation qui se gâte à devenir alarmante. Des réactions n’ont pas tardé à accuser cette déclaration d’acte de provocation portant atteinte au principe de laïcité et pire parmi les ultras défenseurs de l’œcuménisme, à déceler dans cette initiative une manœuvre  jetant encore davantage de trouble à l’intérieur du groupe FFKM. De l’extérieur on ne peut évaluer les causes d’une perte d’influence de cette formation regroupant les 4 majors des églises chrétiennes, aussi on s’arrête à n’en faire que le constat, en observant toutefois que l’une ou l’autre des églises membres du FFKM se dynamise pour entreprendre des initiatives individuelles démonstratives. On aurait tort au nom de la laïcité d’y trouver là toute forme d’ingérence. La laïcité traine tant une interprétation erronée que la mauvaise réputation d’être restrictive de la liberté des organisations confessionnelles à s’impliquer dans la vie de la nation. Nombreux pensent qu’en vertu de ce principe, les organisations de ceux qui croient ont moins de droit que celles de ceux qui militent pour une cause, entre autres celle des femmes, ou celles qui regroupent les défenseurs d’une activité comme celles des chasseurs ou à l’inverse celles des adversaires de cette pratique. Le principe de laïcité n’interdit pas aux associations cultuelles d’émettre leur idée quant à l’organisation de la société, quant au régime de gouvernance, ni même de donner des consignes de conduite à leurs membres si les statuts de l’association le leur permettent.

Le principe de laïcité impose comme règle essentielle l’obligation faite à l’Etat de veiller à se cantonner dans la neutralité et d’organiser la vie publique afin que les croyances s’exercent en toute égalité dans le respect des libertés sans considération des appartenances des gouvernants ou d’une prétendue majorité.

Léo Raz

 

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : séance de l’Académie malgache (4)

(Suite et fin.)

Sur les terrasses planes de la dépression d’Ankazobe, les affleurements rocheux manquent totalement : il en est ainsi, ce semble, sur tous les sols jadis couverts par les eaux ; la transformation latéritique les a atteints profondément. Par contre, dans les vallées actuelles, entaillées graduellement jusqu’à une profondeur de 30 à 35 mètres, à mesure que le niveau des eaux s’abaissait en aval, le gneiss apparaît par places : tel est le seuil rocheux d’Andriambikinina, qui semble avoir été jadis et est encore le principal obstacle à l’écoulement des eaux. Si le service de colonisation arrive à abaisser et à élargir ce seuil, qui retient les eaux et produit leur stagnation dans le fond des vallées actuelles, il aura supprimé une des causes principales de l’insalubrité relative de la région. Alors peut-être un jour viendra où la population, aujourd’hui fort clairsemée, se multipliera dans cette dépression d’Ankazobe, et ces terrains, qui semblent jouir d’une certaine fertilité, pourront se couvrir de cultures.

Le secrétaire rend compte des documents reçus depuis la dernière séance. Il présente des fossiles envoyés par Rakotoarivony, instituteur officiel à Ankirihitra, et transmis par M. l’administrateur, chef de la province de Maevatanana ; une collection d’oiseaux et de mammifères faite dans la forêt tanala par les préparateurs du Musée et une importance collection d’insectes recueillie dans la région Antsihanaka par des indigènes opérant pour le compte de l’Académie.

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 18 heures.

Bulletin

de l’Académie malgache

Les permis de recherche

à Madagascar

Par décret du 22 janvier 1917, publié au Journal officiel du 28, le permis de recherches n° 164, du 12 juillet 1913 (pour mines autres que les mines d’or, de métaux précieux et de pierres précieuses ayant donné lieu à la déclaration de bornage n° 4779) appartenant à la Société Cymrodorion dont le siège social est à Ambositra (Madagascar) est renouvelé pour un an, à compter du 12 juillet 1916.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada1 partages

Us et coutumes : des bottes qui pantouflent

Dans le pays les niches qui assurent les meilleures rentes se trouvent au sein du pouvoir public. Ailleurs on cherche à mettre un frein à l’hémorragie des « grosses têtes », énarques et autres ingénieurs et diplômés de grandes écoles, qui désertent la fonction publique pour faire leur beurre dans le secteur privé. Ici on barate mieux  dans un poste au gouvernement ou au moins dans les alentours, agents de l’Etat jouent des coudes pour y accéder. Peut-être pour reposer les orteils mais surtout pour tisser bas de laine, hommes d’uniforme se battent pour se déchausser de leurs bottes et enfiler les pantoufles dans de douillets nids de rente.

 

News Mada1 partages

Ambohidroa – Ambodimita : nijoalajoala ny afo, trano lehibe iray kila forehitra

 Kila hotohoton’ny afo ny entana rehetra tao amin’ilay trano nirehitra teny Ambohidroa Ambodimita, omaly. Fipoahana herinaratra no voalaza fa nahatonga ny loza…

 

Nitohana nandritra ny ora maromaro ny fitohanan’ny fiara teny Ambohidroa Ambodimita, omaly tolakandro nandritra ny firehetan’ny trano lehibe iray. Raikitra ny fifanjevoana teo amin’ireo olona teo amin’ny manodidina ity trano nirehitra ity. Nijoalajoala rahateo ny afo ka nampikoropaka ny olona. Tsy fantatra mazava hatreo izay antony nahatonga ny fahamaizan’ny trano fa araka ny fanazavan’ny mpamonjy voina, fipoahana herinaratra no nitarika ny firehetana. Niainga avy any ambony rihana tany amin’ny tafon-trano ny afo ka somary nampanano sarotra ny famonoana ny afo. Niezaka nifanome tanana tamin’ny famonoana ny afo ireo olona teo amin’ny manodidina mialoha ny nahatongavan’ny mpamonjy voina. Kila hotohoton’ny afo kosa ny entana rehetra tao an-trano. Samy tsy nanampo na inona na inona rahateo ny teo an-tanàna fa ny afo efa nirehitra no nahataitra ny olona. Nanao izay ho afany tamin’ny famonoana ny afo sy namoaka ny entana ireo niharam-boina saingy niitatra ny afo ka nahamay ny entana sasany tao an-trano. Tsy nisy kosa ny aina nafoy na teo aza ny fifanjevoana tamin’ity haintrano ity.

Tokony hitandrina hatrany ny tsirairay amin’izao fotoana matetika ahitana haintrano izao. Na eo aza ny delestazy, tokony ho mailo hatrany amin’ny fampiasana labozia satria isan’ny antony iray mahatonga ny haintrano koa ny labozia mirehitra nefa hadino ny mamono azy.

J.C

News Mada1 partages

Enlevement de Saifoudine Nourbhay : un gendarme dans le collimateur ?

Moins de deux semaines après l’enlèvement de Saifoudine Nourbhay, plusieurs zones d’ombre planent encore sur cette l’affaire.

L’enquête piétine. Aucune avancée majeure n’est constatée. Les responsables des forces de l’ordre sont avares d’informations. Toutefois, les langues commencent à se délier. Ainsi a-t-on appris que la Renault Express utilisée par les kidnappeurs appartient à un gendarme et non à un policier comme certains essayent de véhiculer ces derniers temps. L’on sait aussi que le gendarme en question n’a pas encore été auditionné.

Selon des sources concordantes, un officier supérieur tenterait actuellement de négocier auprès des enquêteurs afin que ces derniers n’engagent pas de procédures de saisie de la voiture. En quelques mots, il négocie la restitution de la Renault Express. Interrogée au sujet de l’implication présumée d’un gendarme, une source auprès du commandement de la gendarmerie a expliqué qu’elle n’a pas encore reçu de rapport y afférent.

Toujours pas de signe de vie

Par ailleurs, les sources ont fait savoir que jusqu’à présent, aucun renseignement concernant l’otage n’est disponible. On ignore si Saifoudine Nourbhay est déjà libéré ou non par ses ravisseurs. Des bruits ont circulé comme quoi les proches de l’otage auraient déjà versé une grande partie de la rançon exigée par les kidnappeurs mais la police n’a pas voulu les infirmer ni les confirmer.

Pour rappel, Saifoudine Nourbhay a été enlevé par des hommes équipés d’armes de poing et de fusils d’assaut dans la soirée du 3 février à proximité de sa maison à Ampasimazava. Les kidnappeurs ont quitté les lieux avec leur voiture, une Renault Express, ainsi que celle de leur proie, une Suzuki 4×4. Les deux véhicules ont été découverts respectivement près de l’église dit «Tranovato», dans le quartier de Tanambao V, et à Mangarano.

Mparany

News Mada1 partages

Société Biblique : initier les chrétiens aux Tic

En collaboration avec les deux opérateurs téléphoniques Telma et Orange, la Société biblique à Madagascar (SBM) va bientôt lancer un jeu dénommé « BibleaQuiz ». Comme tous les « Quiz», c’est un jeu composé d’une soixantaine de questions tournant autour  de la Bible, l’histoire de la SBM et son évolution, ainsi que  la culture générale.

« L’objectif ne se limite pas seulement à une meilleure diffusion de la Bible, mais aussi d’inciter les chrétiens à manipuler et se familiariser avec les nouvelles Technologies de l’informatique et de la communication (Tic), une avancée incontournable à l’époque où nous vivons, aussi bien dans la vie spirituelle qu’au quotidien », a souligné le directeur général de la SBM, le pasteur Hubert Rakotoarivony. « A travers ce jeu, la SBM entend ainsi apporter sa contribution d’amener les Malgaches à s’ouvrir au monde des Tic », a-t-il indiqué.

Dans cet objectif, les principaux lots à gagner sont des matériels informatiques comme les ordinateurs, les tablettes, les smartphones, en sus des produits bibliques de la SBM.

Sera R

 

News Mada1 partages

Analanjirofo : les ponts et les routes réhabilités

Les travaux de remise en état des infrastructures routières dans la région d’Analanjirofo se poursuivent. Le pont d’ Antsiatsiaka est en cours de réhabilitation actuellement et des mesures sont annoncées pour sa maintenance.

Les travaux de réhabilitation d’un pont d’une trentaine de mètres compris dans la réfection d’une route de huit kilomètres dans la Commune rurale d’Antsiatsiaka, dans le district de Fénérive Est,  sont en cours de finition actuellement après une vingtaine d’années de dégradation.  Le chef de région Jacques Ramaroson a constaté de visu l’état d’avancement des travaux et a recommandé l’instauration de contrôles des charges passant sur ces infrastructures pour prévenir leur dégradation. Il a aussi ordonné des maintenances permanentes dans ce sens.

La population a promis de prendre ses responsabilités pour maintenir le pont en l’état vu la prolifération des vols de ferrailles sur les voies publiques.

Manou

 

News Mada1 partages

Etsetra Etsetra : un grand concert et un album pour ses 10 ans

Dans le cadre de la célébration de leurs dix années de carrière, les deux humoristes d’Etsetra Etsetra organiseront un grand spectacle baptisé « Donto-posa », le 26 mars au CCEsca à Antanimena. Et Ils en profiteront pour sortir leur premier album intitulé « Vazo vazy volet 1 ».

Après leurs dix ans de carrière, c’est pour la première fois qu’Etsetra Etsetra, composé de Riri et d’Aldini, donnera un spectacle en solo. «Acquérir de l’expérience est importante avant de se lancer dans un one man show. Cela exige que sur scène, on devrait être en connexion permanente, même si notre sketch est déjà écrit à l’avance. Le regard, les gestes, les mots… Bref, tout peut être susceptible d’inspiration pour balancer un argument quelconque», a expliqué Riri. En effet, durant cette période, les deux humoristes ont déjà assuré des émissions radiophoniques qui se basent simplement sur de l’humour… «Ce spectacle sera en quelque sorte un résumé de ces dix ans», a affirmé Aldini.

« Dodom-posa »

Baptisé «Dodom-posa», le spectacle se tiendra donc en deux parties. Dans la première se feront les habituels «stand-up» où ils effectueront les divers sketchs d’imitation, les parodies… La seconde partie sera réservée seulement aux deux vamps Zisy et Lenina. «Toutefois, il y aura des invités qui feront une petite apparition sur scène», a ajouté Riri.

En ce qui concerne l’album, il contiendra six parodies et une dizaine de sketchs. «Effectivement, nous avons environ 270 parodies, mais nous avons choisi les meilleures et ces six ont toujours eu la cote auprès de notre public», a-t-il déclaré.

Chacun son style

Rappelons qu’à leur début, les deux humoristes n’ont jamais imaginé entamer ensemble cette carrière. «Il est vrai que nous sommes parents, cependant nous avons chacun notre style», a-t-il continué. C’est ensuite qu’ils ont décidé d’unir leur talent pour concourir à l’émission «Kidaona mihomehy» et ils ont obtenu le premier prix. Depuis, leur carrière n’a cessé de s’étendre et ils s’affichent même actuellement auprès des grands humoristes malgaches tels que Francis Turbo, Fou Hehy… Ainsi, depuis ces dernières années, ils ont participé à l’évènement «Fetin’ny maman’ty».

Holy Danielle

 

Tananews1 partages

Menace de vindicte populaire sur les taxibe à 500 ar

Quand babakoto n’a pas assez d’argent pour prendre le taxibe, babakoto menace de brûler le véhicule.

On n’a jamais vu un pays aussi pauvre que ça dans le monde.

Surtout depuis que Hery Rajaonarimampianina en est devenu le Président de la République.

Mais la descente aux enfers vers la Somalisation n’est pas terminée.

Tananews1 partages

14 février : bonne Saint Valentin à tous les amoureux

Un petit clin d’œil même si nous pensons que toutes ces “festivités” annuelles (Noël, Saint Valentin, etc.) sont devenues au fil du temps des énormes attrape-nigauds commerciaux.

Et les radins que nous sommes diraient même qu’il n’est pas forcément besoin d’acheter quelque chose pour montrer à l’élu(e) de son coeur que nous tenons à sa personne.

Mais comme d’habitude, chacun fera comme il lui conviendra.

L'express de Madagascar1 partages

Plus de 5% d’augmentation du nombre d’électeurs

La Commission électorale nationale indépendante (CENI), a publié, hier, le nombre provisoire des votants retenus dans la liste électorale. Des chiffres obtenues après les opérations de dédoublonnage, entre autres. A l’heure actuelle, 9.124.901 électeurs sont inscrits soit une augmentation de 5,20% par rapport à l’année 2016. Le nombre de jeunes inscrits dans la liste connait, aussi, une augmen­tation 18,90%, soit 437.049 jeunes électeurs de plus qu’en 2016, ce qui donne un chiffre 2.750.031. Pareillement pour les femmes qui sont 4,87% de plus par rapport à l’année dernière. Les femmes inscrites provisoirement dans la liste des votant est de 4.172.896.

L'express de Madagascar1 partages

Le parti MMM hausse le ton

Le parti « Malagasy miara-mihainga » (MMM), tape du poing sur la table pour dénoncer les « manœuvres dilatoires », du pouvoir dans l’installation de l’opposition officielle au sein de l’Assemblée nationale. La coupe est pleine, estime son président national, Hajo Andrianainarivelo. Sa formation politique en a assez d’attendre. Et lui d’ajouter que, si la voie légale et les cadres institutionnelles ne suffisent plus, ils pourraient utiliser des moyens plus radicales pour se faire entendre.

Madaplus.info0 partages

Zone franche : Annulation de l’agrément si rapport non livré

L’Economic Development Board of Madagascar ou EDBM invite toutes les sociétés zones franches à Madagascar au respect de leurs engagements dans leur cahier de charge.
En effet, les dossiers agréés stipulent que ces sociétés devront remettre leur rapport d’activité de l’année 2016 avant le 31 mars 2017 auprès de l’EDBM. Si les sociétés ne déposent par le rapport jusqu’à ce délai, l’EDBM sera obligé d’annuler leurs agréments. Rappelons que cela est cité dans la Loi Nº 2007-037 du 14 janvier 2008 et le Décret Nº 2015-1096. L’EDBM qui est en charge de renforcer la compétitivité du secteur privé à Madagascar par la recherche de partenariat, l’accroissement des investissements étrangers, mais aussi en étant l’interface entre le secteur privé et le secteur public.
Madaplus.info0 partages

La pluie abondante a engendré une bonne et une mauvaise nouvelle pour la JIRAMA

La pluie survenue lors des deux derniers jours, notamment le 11 et le 12 février 2017, a fait ses effets, tant bien que mal sur la capitale.
L’abondance de pluie a surtout eu des impacts sur les réseaux, ce qui a causé des coupures techniques dans différentes localités d’Antananarivo. Les réseaux d’électricité et les réseaux téléphoniques en étaient concernés. Les techniciens de la JIRAMA interviennent actuellement, à travers des réparations pour remettre en ordre les réseaux. Côté positif selon la JIRAMA, c’est que les heures de délestage seront réduites, car l’abondance de la pluie a amélioré l’alimentation en électricité et en eau pour la capitale. Les habitants pourront prendre un peu leur respiration. Certes, les heures de délestage sont réduites mais la recherche de solution durable serait encore mieux.
Madaplus.info0 partages

La pluie abondante a engendré une bonne et une mauvaise nouvelles pour la JIRAMA

La pluie survenue lors des deux derniers jours, notamment le 11 et le 12 février 2017, a fait ses effets, tant bien que mal sur la capitale.
L’abondance de pluie a surtout eu des impacts sur les réseaux, ce qui a causé des coupures techniques dans différentes localités d’Antananarivo. Les réseaux d’électricité et les réseaux téléphoniques en étaient concernés. Les techniciens de la JIRAMA interviennent actuellement, à travers des réparations pour remettre en ordre les réseaux. Côté positif selon la JIRAMA, c’est que les heures de délestage seront réduites, car l’abondance de la pluie a amélioré l’alimentation en électricité et en eau pour la capitale. Les habitants pourront prendre un peu leur respiration. Certes, les heures de délestage sont réduites mais la recherche de solution durable serait encore mieux.
Madaplus.info0 partages

Le 13 février, la célébration de la journée mondiale de radio par l’UNESCO.

L’UNESCO a invité toutes les stations et organisations à se rejoindre sous le thème de participation publique portant sur le slogan « La radio c’est vous ».
Durant cette journée, l’UNESCO a lancé un communiqué sur l’encouragement des stations de radio à améliorer la création d’une programmation exceptionnelle outre les émissions de divertissements et d'informations. Des programmes qui permettent de promouvoir la liberté d’expression et le traitement des problématiques d’aujourd’hui.
En guise de la célébration, cette organisation a mobilisé les stations de radio du monde à une plateforme où elles se sont inscrites pour partager leurs programmes spéciaux à l’occasion de la journée mondiale de la radio. L’UNESCO certifiera toutes les organisations qui ont participé à l’évènement.
Madaplus.info0 partages

Lylison René de Roland écope un an d'emprisonnement

Le verdict est tombé hier pour l’affaire concernant le colonel Lylison René de Roland, il est condamné à un an d’emprisonnement ferme, de plus il est déchu de son statut de sénateur à partir du moment où le mandat d’arrêt est lancé à son encontre.
L’appel pour une ville morte en mai 2016, la mise en place de barrage dans certains quartiers de la ville d’Antananarivo, telles ont été les charges qui pesaient contre le colonel Lylison René de Roland lors de la comparution de cette affaire au tribunal hier. En effet, l’appel à une ville morte est passible au terme de l’alinéa 3 de l’article 61 du code pénal. En outre, son acte de mettre de barrage visant à compromettre la sécurité publique est puni par la loi à au moins un an d’emprisonnement. Rappelons que le colonel Lylison René de Roland ne s’est pas présenté à son procès hier. On attend la réaction du MAPAR (parti avec Andry Rajoelina) après ce verdict.
Tananews0 partages

Orange Madagascar : la 4G se précise

Le site orange.mg semble fin prêt en tout cas.

On espère que des nouvelles offres intéressantes accompagneront ce lancement imminent.

Et Orange ils ont des câbles de backup eux, c’est pour cela que ça marche quasiment 24/7/365.

Ino Vaovao0 partages

HALATRA LAVANILA TANY SAVA : Tsy nahatsiaro tena ireo Polisy roa nomena fanafody fampatoriana

Fantatra fa nomen’olona fampatoriana ireo Polisy roa lahy niambina ka tsy mahatsiaro tanteraka.

Araka ny loharanom-baovao dia lavanila avy any Mananara Avaratra hoentina amidy ao Antalaha izy io, ary efa izy roa lahy ireo sy ny ramatoa tompon’ilay entana no nitondra azy ireo avy tany Mananara. Voalaza fa tsy maintsy nampidirina Hôpitaly ao an-tampon-tanànan’Antalaha kosa izy roa lahy satria tena tsy mahatsiaro tanteraka vokatry ny fisotroan’izy ireo na fihinanana ihany koa izay zavatra mampatory, hatreto mbola tsy fantatra ny tena marina aminy.

Raha ny loharanom-baovao hatrany dia efa mailo amin’ny fisiany asa ratsy toy izao avokoa ny mpitandro filaminana any amin’ny Faritra Sava, satria efa matetika mitranga izany. Fa fantatr’ireo olon-dratsy fa vahiny ireto ka izany no nanamparan’izy ireo ny fahazaran-dratsiny.

Efa manao fikarohana ireo navanon-doza kosa ny mpitandro filaminana any an-toerana ary voalaza fa efa nahatsiaro tena ny iray tamin’ireo Polisy ny alahady tolak’andro tokony teo amin’ny 4 ora, nefa kosa mbola tsy afaka natao fanadihadiana fa ny iray kosa dia mbola tsy mahatsiaro tena tanteraka hatramin’ny fotoana nanoratana, raha ny vaovao avy any an-toerana hatrany.

Miandry ny fahatsiarovan-tenan’izy ireo kosa no hahafantarana ny tena zava niseho, nahatonga izy roa lahy niara-nisotro ka nampalemy tanteraka azy ireo.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

HERISETRA TAO ANDOHAN’ANTSAHABE AMBANJA : Nofatorany ilay zazavavy kely dia avy eo naolana

Ny herinandro lasa teo iny no nisehoan’ity habibiana ity tao Andohan’ Antsahabe, tanàna kely tsy lavitra ny Distrikan’i Sambava. Lehilahy iray mpiara-monina aminy ihany no tompon’antoka tamin’ny zava-niseho. Nanararaotra ny tsy fisian’ny olona sy ny fahanginan’ny tanàna ity farany.

Tsy nisy tao an-trano ny ray aman-drenin’ilay tovovavy, ka tamin’io fotoana io indrindra no nojokoin’ilay lehilahy irery tao an-tranony izy. Avy hatrany dia nofatorany tamin’ny tady mba tsy afaka hihetsika hanohitra sy hahafahany manao ny sitrapony, mbola notampenany ihany koa ny vavany mba tsy hahafahany miantso vonjy amin’ny manodidina ary teo amin’izay no nanararaotany nanampatra ny filàn-dratsiny rehetra.

Araka ny vaovao voaray, torana tsy nahatsiaro tena mihitsy ity niharan-doza. Ilay tovolahy kosa nitsoaka nivoaka ny trano raha vao nahavita ny nataony. Minitra vitsy taorian’io vao tonga ny reniny, ity farany no niantso vonjy tamin’ny manodidina sy nitondra ilay zaza teny amin’ny hopitaly.

Voasambotra ny androtr’io ihany ilay lehilahy tompon’antoka, fantatra fa misy rohim-pihavanana amin’izy ireo ny tenany izao nahavanon-doza izao.

Nikasa hanao raharaham-pihavanana ny havany ka handoa vola dimy hetsy Ariary kanefa tsy nanaiky izany mora foana ny ray aman-drenin’ilay zaza nanana ny fahasimbana. Vao 13 taona monja ilay tovovavy kilasy fahafito amina sekoly tsy miankina iray any an-toerana.

Ny faran’ny herinandro lasa teo no nitondra ny raharaha teo anatrehan’ny manam-pahefana ny ray aman-drenin’ilay tovovavy kely. Hita fa miha mirongatra ary mahazo vahana tanteraka ny fanolanana mihatra amin’ireo zazavavy kely tsy ampy taona ao anatin’ny Faritra Sava iny.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITSARAM-BAHOAKA TANY BESALAMPY : Lehilahy 10 sy vehivavy iray no hatolotra ny fampanoavana

Fantatra fa ato ho ato izy ireo no hatolotra ny Fampanoavana.Nentina eto Mahajanga izy ireo rehefa nisy ny “opération” nahafahana nisambotra ireo olona ireo tany an-toerana, tany Besalampy. Ny 23 janoary teo no nisian’ny savorovoro tany an-toerana.

Olona iray no tratra, taorian’ny halatra sy famonoana olona. Rehefa henon’ny mponina fa voatazona tao amin’ny Kaomisaria io olona io dia notakian’izy ireo ny hamoahana azy sy hanolorana azy ny vahoaka hanaovana fitsaram-bahoaka.

Tsy nanaiky anefa ny Polisy tany an-toerana. Tezitra ny olona ka an’arivony izy ireo no namaky ny Kaomisaria ka namoaka ilay olona notadiaviny. Be noho ny vitsy ireo Polisy miisa 15 miasa ao, ka tsy maintsy nitsoaka namonjy ny ainy. Olona iray hafa izay tsy misy ifandraisany amin’io raharaha io voatazona tao amin’ny kaomisaria ihany koa no nosamborin’ireo vahoaka ka nanamparany ny hatezerany niaraka tamin’ilay olona notadiaviny.

Sarotra ny nandefa fanampiana ho an’ireo Polisy tany Besalampy noho ny halaviran-dalana ka dia nanaram-po ny vahoaka nidaroka sy namono azy roa lahy ireto. Taty aoriana vao nisy ny iraka manokana nitadiavana ny tompon’andraikitra tamin’iny raharaha iny, ka nahasambotra azy 11 mianadahy izao.

Andrasana ny marina amin’ity raharaha ity satria matetika amin’ny raharaha toy izao dia tsy voatery ny atidoha nikotrika sy ny mpitarika no voasambotra raha tsy hilaza afa-tsy ny zava-nisy tany Mampikony taorian’ny savorovoro teo amin’ny fokonolona sy ny Zandary.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ANDRO MANERAN-TANY HO AN’NY RADIO : Niara-niasa ireo mpiasan’ny onjam-peo teto Mahajanga

Mandritra ny tontolo andron’ny alatsinainy 13 febroary no nanatanterahan’izy ireo ny hetsika fiarahana mirona ity, ka samy niezaka namelona ny fandaharana nahazatra ireo mpanetana tany amin’ny onjam-peony avy araka ny ora fiasany isan’andro.

Tsikaritra fa nahafinaritra ireo mpankafy io hetsika io mitory firaisankina, raha ny filazan’ireo niditra mivantana tamin’ny antso an-tariby. Nomarihin’ny maro fa tokony hisy matetika ny hetsika tahaka izay, mba miala kely amin’ny mahazatra na ny feo na ny fomba fanehoana izany.

Fety

News Mada0 partages

Judo-Afrique : Fetra Ratsimiziva se prépare

La nouvelle va réjouir plus d’un si elle vient à se concrétiser. Fetra Ratsimiziva, le champion malgache vivant en France, est quasi assuré de participer au prochain Championnat d’Afrique de judo qui aura lieu dans la capitale au mois d’avril prochain. «Concernant les expatriés en lice au sommet continental, seule la participation de Fetra Ratismiziva est annoncée», a glissé le directeur technique national (DTN), Jean-Jacques Rakotomalala.

Actuellement, le jeune combattant, dans le cadre de sa préparation, entre dans une étape cruciale où  la perte de poids et le travail de puissance sont de mise après avoir terminé les exercices relatifs à l’obtention de force. «Mon objectif est de perdre 11 kg en gardant les mêmes force, puissance et vitesse dans un délai de 45 jours», s’est il exprimé sur le réseau social.

Tout cela signifie qu’il a digéré son élimination de la course à la qualification aux Jeux olympiques de Rio de l’année dernière. D’ailleurs, après sa déconvenue, il a même annoncé sa retraite internationale. Mais force est de constater qu’il est fin prêt pour une nouvelle étape dans sa carrière.

La preuve, il a terminé troisième au Championnat d’Italie par équipe le mois de novembre dernier, quelques mois après sa désillusion. Depuis, il a continué à travailler dur pour revenir au top niveau, quitte à faire l’impasse sur le Grand Slam de Paris. vice-champion d’Afrique en 2011, dans sa catégorie de prédilection les -81 kg, cette fois-ci devant un public acquis à sa cause, Fetra Ratsimiziva va prouver «qu’impossible n’est pas malgache».

Naisa

 

News Mada0 partages

Election de la CAF : le Cosafa officiellement derrière Ahmad

Il l’a dit officieusement lors de sa dernière conférence de presse au Carlton à Anosy, mais depuis le samedi 11 février, c’est officiel. Le Conseil des associations du football d’Afrique australe (Cosafa) a pris une position en soutenant Ahmad lors de l’élection du président de la Confédération africaine de football (Caf).

Les 14 pays membres du Cosafa vont soutenir la candidature d’Ahmad, actuel président de la Fédération malgache de football (FMF) contre l’inébranlable Issa Hayatou, président en exercice de la Caf. En un mot, la partie orientale de l’Afrique du football a décidé de se ranger du côté des siens du fait que Madagascar est également membre du Cosafa. Un atout non-négligeable face à un adversaire redoutable qui annonce donc une bataille pleine de tournures.

Cette annonce intervient quelques jours après le sommet de l’Union africaine d’Addis-Abeba en Ethiopie où la chef de la diplomatie malgache, considérée par Ahmad comme un soutien de taille dans son entreprise, n’a pas chômé. Toutefois, le Cosafa dans son communiqué précise que «Le Cosafa a décidé de ne soutenir que les présidents des différentes fédérations lorsque ces individus se disputent les élections de la Caf ou de la Fifa».

Une nouvelle occasion… ratée !

Et le nouveau président du Cosafa, Phillip Chiyangwa, n’a pas caché son soulagement à l’idée d’appuyer la candidature d’Ahmad. «C’était notre première réunion depuis que le nouveau bureau a été élu et nous sommes satisfaits des résolutions prises par le Conseil lesquelles, je crois, changeront le visage de la région», s’est-t-il exprimé.

Après avoir échoué dans sa tentative de briguer une place de membre du Conseil de la Fifa, l’année dernière, Ahmad semble bien parti cette fois-ci dans sa course à la présidence de la Caf. Sa candidature reflète la volonté du football africain de changer comme c’était le cas également au niveau de la Fifa où Infantino est devenu la nouvelle tête de l’instance internationale du football après plusieurs années sous la coupe de Sepp Blatter. Ce dernier est parti, Issa Hayatou attend son tour…

Naisa

 

News Mada0 partages

Opposition parlementaire : Hajo A. : « Le temps de l’attente est terminé »

L’impatience du parti Malagasy miara-miainga (MMM) se fait ressentir face à l’inertie de l’Etat concernant la mise en place de l’opposition légale. Pour le parti, le moment est venu d’agir.

Après des semaines d’attente pour le MMM et de mascarade sur le statut de l’opposition au niveau de l’Etat, Hajo Andrianainarivelo est monté sur ses grands chevaux hier à Ankerana, «Le temps de l’attente est terminé et si nous ne pouvons pas nous exprimer par la voie légale, nous pourrons toujours recourir à d’autres moyens». Et d’ajouter, «Nous lançons un appel aux forces de l’ordre à ne pas faire obstacle à nos prochaines actions», a-t-il soutenu en laissant entendre que ce sont les dirigeants qui outrepassent les lois et non pas la population qui refuse de les appliquer.

Pour le leader du MMM, «Faire obstacle à la mise en place d’une opposition parlementaire est inconstitutionnelle» car la Haute cour constitutionnelle (HCC) elle-même en a fait un devoir.

«Et si l’Etat ne veut pas d’une opposition, qu’il le dise clairement», a poursuivi Hajo Andrianainarivelo. En effet, aucune décision n’a été prise, un mois après l’avis de la HCC sur le statut de l’opposition. Pour rappel, une lettre relative à ce sujet a été envoyée au chef de l’Etat, une au chef du gouvernement Mahafaly Olivier Solonandrasana et une autre au président de l’Assemblée nationale, Jean-Max Rakotomamonjy, mais sans suite apparemment.

Démission du chef de l’Etat

La situation est très claire pour le MMM. «Le chef de l’Etat devrait démissionner avant que la situation se complique. Mais au lieu de cela, il perd son temps sur des questions de remaniement qui n’aboutissent à rien», a déclaré Hajo Andrianainarivelo. En tout cas, le MMM ne souhaite aucunement intégrer un gouvernement «hors-la-loi».

Quant aux intentions de certains à vouloir modifier la Constitution, le MMM met en garde. «Nous n’accepterons jamais que l’on touche à la Constitution pour ensuite avantager certains candidats aux prochaines élections», a soutenu le leader du parti. Une fois de plus, «le chef de l’Etat devrait quitter son poste avant l’échéance pour éviter qu’il n’use des biens publics».

Dans tous les cas, les preuves sont visibles, «La population est pauvre, mais les dirigeants ne cessent de lui demander de se serrer la ceinture», déplore Hajo Andrianainarivelo. «Combien de fois l’avez-vous fait durant ces quatre années au pouvoir ?», s’est-il interrogé en s’adressant aux dirigeants.

Hajo Andrianainarivelo se tourne ainsi vers la communauté internationale concernant le non-respect manifeste de la loi. «Il est nécessaire que les élections soient ouvertes à tous candidats et qu’il faille au plus vite mettre en place les diverses institutions de l’Etat, telles que la Haute cour de justice, pour que tous puissent être jugés comme il se doit», a-t-il fait savoir. Des préoccupations similaires aux recommandations de la communauté internationale.

Tahina Navalona

 

News Mada0 partages

Fiarovana ny tontolo iainana : namboly hazo ny ONG Affami

 Namboly hazo, teny Ambatomirahavavy, ny ONG Affami ny faran’ny herinandro teo. Maherin’ny 500 ireo olona nanoina ny antso ary namboly zanakazo maherin’ny 1200 fototra. Nitarika izany teny an-toerana ny filoha manorina sady depioten’i Madagasikara voafidy teny Ambohimanarina, Rasoavololona Victorine. Niara-nanatanteraka izany asa fiarovana ny tontolo iainana izany ny fikambanana Lovasoa. « Mpiara-miasa aminay izy ireo ary manara-maso sy mikolokolo ny zanakazo. Eo koa  indrindra koa ny solontena avy amin’ny minisiteran’ny Rano sy ny ala, tonga manome fiofanana tsy tapaka isaky ny fotoana fambolen-kazo tahaka izao », hoy ny depiote etsy amin’ny boriborintany fahenina.

Tsiahivina fa efa fanaon’ny Affami, ny hetsika tahaka izao, ankoatra ny asa sosialy samihafa fijerena ny sosialim-bahoaka : ho an’ny tanora, ny ankizy sy ny olon-dehibe ary ny zokiolona.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Distrikan’Arivonimamo : nidina ifotony ny depiote Rodin

 Nidina ifotony ary nijery ny hanarenana ny lalana mirefy iray kilaometatra eo anivon’ny fokontany Soanierana ny depiote Rakotomanjato Rodin ny faran’ny herinandro teo. Hatao rarivato izany satria efa potika sady miteraka fahasairanana ho an’ny mponina sy ny famoahana ny vato avy eo amin’ny karieran’i Ambatovory. Ankoatra izany, namaly ny fangatahan’ny EPP Soanierana koa ny tenany ka nanolotra tafo miisa 24  amin’ny fananganana ny “préscolaire” eo anivon’io sekoly io. “Tsy misy fanampina na famatsim-bola na ariary aza avy amin’ny fanjakana amin’izao ny asa atao izao sy ny efa natao. Tsy mifanitsaka amin’ireo asa hotanterahin’ny kaominina ao anatin’ny famatsim-bolan’ny FDL, izany hoe ireo fotodrafitrasa tsy voakasiky ny famatsim-bolam-panjakana  nefa ilain’ny vahoaka no ho tanterahina”, hoy izy.

Synèse R.

News Mada0 partages

Atsinanana : guerre des vignettes entre Toamasina I et II

La crise couve entre les communes de Toamasina I et II suite à l’instauration du nouveau barème des vignettes taxées sur les motocyclettes par la Commune urbaine de Toamasina.

Si rien ne change, les motos immatriculées dans la commune de Toamasina II seront interdites de circulation dans la ville de Toamasina. La Commune urbaine a ainsi qualifier cette décision comme une évasion fiscale procédée par les propriétaires de motos après la publication de la hausse de la vignette de 3.000 à 15.000 ariary. En réaction, les responsables de la commune de Toamasina suburbaine ont contre- attaqué en annonçant des mesures similaires pour les motos provenant de la commune de Toamasina I.

Erreurs de stratégies fiscales.

Basée sur des conflits d’intérêts, cette crise entre les deux communes de Toamasina risque d’entraîner un effet de boomerang dans le domaine socio-économique de ces circonscriptions, selon les observateurs. En effet, la mairie de Toamasina I se refuse à accepter l’échec de sa nouvelle politique fiscale calculée sur le rapport du nombre important de motos en circulation dans la ville et l’instauration d’une hausse de la taxe sur la vignette. Mais, au lieu de s’acquitter de leurs taxes à la Commune urbaine, les usagers préfèrent se défiler dans la commune mitoyenne de Toamasina II à Ambalamanasy où la taxe de 3.000 ariary pour les motos reste inchangée. Toamasina I perd ainsi sur toutes les faces en risquant un effet contraire aux prévisions sur son taux de pression fiscale. La nouvelle décision de la Commune urbaine de Toamasina, prise certainement sur un coup de tête, constitue une entorse aux règlementations en vigueur, en plus de l’entrave à la liberté de circulation puisque l’interdiction envisagée viole sciemment la loi.

Manou

 

News Mada0 partages

Acte de volontariat : un renforcement de capacités et d’expériences

A part la satisfaction d’avoir réalisé des activités d’intérêt général, l’acte de volontariat apporte aussi d’autres avantages utiles dans le domaine professionnel. Témoignage de Joël Randriamihaingo de la Coordination nationale pour la promotion du volontariat (CNV).

* Les Nouvelles : Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir volontaire ?

– Joël Randriamihaingo : A partir d’une sensibilisation faite lors de la célébration de la Journée du volontariat, il y a cinq ans. Les arguments utilisés par les organisateurs à cette occasion m’ont profondément marqué. Tout de suite, j’ai décidé de m’engager.

. Quels sont les avantages d’être un volontaire ?

– Beaucoup, même si c’est un acte gratuit et qualifié de désintéressé. En effet, à part la satisfaction propre d’avoir participé à des actions citoyennes et d’intérêt général, l’acte de volontariat m’a aussi apporté d’autres expériences, si je ne parle ici que du renforcement de mes capacités et de mes compétences ainsi que l’extension de mes relations. Des éléments qui sont très utiles dans la vie professionnelle.

. Pouvez-vous nous citer un exemple ?

– Les volontaires reçoivent toujours des formations avant de descendre sur terrain. Des formations qui ne font que renforcer leurs acquis et compétences. A l’exemple, je viens de bénéficier d’une formation dispensée par le  Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap) sur la sensibilisation du planning familial dans les bas quartiers. Cette formation m’a beaucoup appris sur le mode de vie au niveau de ces quartiers, la méthode nécessaire en matière de communication pour sensibiliser les gens, l’expérience d’un travail de groupe, les nouvelles relations créées lors de la mise en pratique et bien d’autres. J’ose affirmer que l’acte de volontariat est plus intéressant que les stages effectués dans les entreprises.

. Avez-vous d’autres ambitions dans ce domaine du volontariat ?

– Oui, celle de participer au prochain concours autour des Objectifs durables de développement (ODD) qui est lancé à l’endroit des volontaires et des Organisations impliquant des volontaires (OIV) et qui entre dans le cadre de la promotion du volontariat et la considération des volontaires dans le processus de développement socio-humanitaire et pour la paix.

. Pourquoi cette participation est-elle importante à vos yeux ?

– Mener une nouvelle expérience et je veux aussi marquer mon passage dans le volontariat. De plus, il s’agit des ODD, des objectifs importants dans le développement de l’humanité. Par la même occasion, ce sera aussi un test pour moi de valoriser mes acquis au cours de ces cinq années de volontariat.

Propos recueillis par Sera R

 

News Mada0 partages

Centres d’Isotry : un repas chaud tous les dimanches

Grâce à l’initiative du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF), dont le personnel a été mobilisé, dimanche dernier, pour se mettre aux fourneaux. Le centre d’accueil pour des personnes sans-abri d’Isotry peut dorénavant servir des repas chauds tous les dimanches.

250 personnes au total, 184 du centre Seba et 66 du centre Madcap bénéficient ainsi de ce « Sakafo mitam-pihavana » ou repas de la solidarité, le slogan utilisé par le MPPSPF pour qualifier cette action.

Il convient de noter que les pensionnaires de ces centres commencent à occuper les lieux à partir de 17 h, pour ne les quitter que le lendemain matin à 8h, afin de vaquer à leurs occupations quotidiennes et de revenir au centre le soir venu. En général, ces familles restent sur les lieux pendant une année entière, voire un peu plus.

Sera R

 

News Mada0 partages

Programme ASBAL : l’appui à la Feffi en cours

De source auprès de l’Office national de la nutrition (ONN), le processus du programme pilote « Alimentation scolaire basée sur des achats locaux » (Asbal) est en cours au niveau des 60 écoles des régions d’Atsimo Andrefana, Androy et Anosy.

Il s’agit d’injecter des fonds auprès de la Feffi ou « Farimbon’ezaka ho an’ny fahombiazan’ny fanabeazana eny ifotony », le comité de gestion des écoles publiques. Cela à raison de 25 ariary par élève et par jour, pour l’achat de produits périssables pour la cantine scolaire. Quant aux produits non-périssables, leurs achats et leurs distributions au niveau de chaque établissement sont effectués par la Direction régionale de l’Education nationale (Dren).

Asbal a été conçu pour devenir un levier de développement dans le but d’améliorer les indicateurs de l’éducation, l’état nutritionnel des élèves et  d’augmenter  à la fois la production agricole locale. De ce fait, ce programme entre aussi dans la réduction de la pauvreté des couches rurales les plus vulnérables. En cas de réussite du programme durant ce premier trimestre de l’année scolaire, il s’étendra sur 180 écoles.

Sera R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rajoelina sy RajaonarimampianinaHo raikitra ny valifaty ?

Manomboka miteny sy mamaly ny HVM i Andry Rajoelina ankehitriny, ary toa milaza an-kolaka fa vonon-kiady sy tsy hanaiky lembenana intsony manoloana ny enjikenjika isan-karazany mahazo azy sy ny ekipany.

 Lonilony efa hatry ny ela no nisy teo amin’ny ekipan’ny HVM sy ny MAPAR ary mitohy mandrak’ankehitriny. Nahatsiaro tena fa voailika sy natao tohatra fiakarana i Andry Rajoelina sy ny ekipany tamin’ny fanohanana an’i Hery Rajaonarimampianina ary mbola iharan’ny enjika isan-karazany ihany koa. Niezaka nangina sy tsy niteny mihitsy i Andry Rajoelina tamin’ny antsojay politika nahazo azy sy ny mpiara-dia aminy. Tsy nahenoam-peo ny tenany manoloana ny fanenjehana an’i Kolonely Lylison, ny nanagadrana an’i Augustin Andriamananoro, ary efa nisy mihitsy aza ny resaka nandeha fa izy tenany no hosamborina.

MIKONONKONONA VALIFATY ?

Mampiahiahy ihany ny fihetsiky ny filohan’ny tetezamita, izay toa efa manomboka sahy sy tena mihantsy ny fitondrana Rajaonarimampianina mihitsy aza. Efa manana kajy manokana ve izy sy ny ekipany ary vonona ny hanohitra sy hamaly faty amin’izay ? Niezaka nangina sy te hamafa ny raharaha 2009 ny tenany mba hanadiovan-tena hahafaha-miatrika ny 2018. Tsikaritra anefa fa mifono hevi-dalina iny resany tamin’ny faran’ny herinandro teo iny. Ny fanjakana HVM etsy an-kilany, mirehareha fatratra amin’ny fahefana sy hery eo am-pelatanany. Tanjona lehibe ny hisakanana ireo kandida atahorany amin’ny 2018, anisany i Andry Rajoelina. Kotrehina mihitsy ny handetika ity filohan’ny tetezamita ity amin’ny lafiny rehetra mba hahatonga azy ho vato kiboribory, re mihitsy aza fa mety hogadraina ny tenany. Toa efa mandrangaranga hery sy vonon-kiady ihany koa anefa ny an-daniny fa tsy hanaiky hotsindriana lava eto. Re ihany koa mantsy fa efa mandrangaranga valifaty i Andry Rajoelina, indrindra raha tanteraky ny HVM ny fanakanana azy tsy ho anisan’ny kandida amin’ny taona 2018.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fepetra mitondra mankaiza ?

Efa ela ny nahenoana fa mandray fepetra ny mpitondra fanjakana. Ny zava-misy iainana eto amin’ny firenena hatramin’izao anefa dia miha very fanahy mbola velona ny mpiray tanindrazana.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fokontany Anosizato Atsinanana IiNampidirina am-ponja vonjimaika ny filohany teo aloha

Nampidirina am-ponja vonjimaika eny Antanimora ny sabotsy teo, araka ny vaovao azo, ny filohan’ny fokontany Anosizato Atsinanana II teo aloha,

 rehefa avy natao famotorana teny amin’ny  biraon’ny zandarimariam-pirenena eny Anosizato ary natolotra ireo mpitsara mpanao famotorona. Fisolokiana no vesatra hiampangana azy. Rahampitso alarobia ihany dia hiakatra fitsarana ny raharaha. Ankoatra izay, fantatra fa niakatra teo anivon’ny fampanoavana omaly ihany koa ny raharaha HAFARI Malagasy tarihin’ny filoha nasionaliny Rafanomezantsoa Jean Nirina. Nivadika tanteraka ny rasa satria ny filohan’ny HAFARI  Malagasy indray no nipetraka teo amin’ny toeran’ny mpitory ka anisan’ny notoriany ireo olona nitory azy   hatramin’izay.  Olona ambony maro samihafa eto amin’ny firenena no fantatra fa tafiditra ao anatin’izany. Andrasana izay mety ho tohin’ny raharaha. Mbola mitohy kosa ny fitsaboan-tena eny amin’ny hopitaly ho an-dRafanomezantsoa Jean Nirina manokana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpilatsaka an-tsitrapoHikarakara fifaninanana

Asa mila finiavana ny fanaovana ny asan’ireo mpilatsaka an-tsitrapo sady tsy handraisan-karama.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Soanierana - ArivonimamoLalana mirefy 1km hatao rarivato

Rehefa avy nitety ireo kaominina miisa 22 mandrafitra ny distrikan’Arivonimamo ny solombavambahoaka Rakotomanjato Rodin, nitondra ny anjara birikiny tamin’ny fanarenana sy fametrahana fotodrafitrasa samihafa ilain’ny mponina dia niditra indray amin’ny asa fampandrosoana eo anivon’ny kaominina ambonivohitra miainga avy amin’ny filan’ny mponina

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

PNUD eto MadagasikaraIharan’ny fisolokiana

Mampahafantatra ny avy eo anivon’ny sampandraharahan’ny firenena mikambana misahana ny fampandrosoana na ny PNUD fa misy olona

misandoka ho mpiasan’ity rafitra iraisam-pirenena ity izay miantso na mandefa mailaka amin’ireo orinasa mpisehatra amin’ny fandraharahana ny zotram-piaramanidina miara-miasa amin’izy ireo ka manao tolotra fiaraha-miasa hividianana tapakilam-piaramanidina amin’ny anaran’ny PNUD. Misy, araka izany, ny tolotra sy fampahafantarana sandoka hita any amin’ny tambajotran-tserasera samihafa any amin’izao fotoana izao. Milaza ho tsy tompon’andraikitra amin’ireo voasoloky moa ity rafitry ny firenena mikambana ity ary mampahatsiahy fa azo alaina maimaimpoana eny amin’ireo foiben’izy ireo maneran-tany ny tolotr’asa sy tolo-bidy iandraiketany.

Mirija   

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiasam-bolan’ny vahinyFehezin’ny Aziatika ny 57,5%

Ny firenena Aziatika no nitana ny 57,5%-n'ny fampiasam-bola vahiny mivantana teto amintsika ho an'ny taona 2016, ka lohalaharana tamin'izany ny firenena sinoa izay nitana ny 29%, araka ny tatitra nataon'ny Economic Board of Madagascar (EDBM).

 Manomboka mahazo laka eto amintsika ny firenena Aziatika, indrindra fa ny sinoa izay tompondakan’ny resaka fandraharahana sy ny bizina. Tsotra kokoa ny azy ny resaka fampiasam-bola sy fampindramam-bola satria miainga amin’ny « ty sy nday », ka rehefa hitany fa misy tombony ho azy dia hirisihany avy hatrany. Matanjaka ihany koa ny resaka fandresen-dahatra, ary sahy mamiravira volabe mihitsy ny sinoa, ka raha tsy mahay tsara ny Malagasy dia roboka, kanefa na dia zara raha mahazo tombontsoa ny firenena. Antoka iray mampiroborobo ny harinkarena ny fampiasam-bolan’ny vahiny eo amin’ny firenen’ny tena saingy mila mametraka ihany koa isika fa ny Malagasy no mifehy fa tsy isika indray no voatsindry sy voambaka lava eto, toy ny misy ankehitriny. Mahazo vahana amin’ny fitrandrahana harena ankibon’ny tany, ohatra, ny vahiny saingy tsy mba misy akory izany tamberim-bidin’ny fitrandrahana izany ho an’ny faritra hialan’ireny harena ireny, eny ho an’ny firenena mihitsy, fa ny mpitondra no migoka ny tombontsoa, izay tsy mankaiza akory mitaha amin’ny haren’ny tena lasan’ny hafa.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Aza mifanabado !

Manao ahoana ry Jean a ! Tehaka mirefodrefotra aloha fa mba somary nihena kely indray ny haizim-pito teto Iarivo tato anatin’ny andro vitsy e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Olom-boafidyMila manova toetsaina sy manaja lalàna

Fanenjehana tsy mitombina ny fanehoan-kevitry ny solombavambahoakan’i Madagasikara ao amin’ny boriborintany faha-5 Raholdina Naivo milaza ny fampidiran’ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana politika ny fampiasana ny tetibolan’ny CLD

 

(Comité Local de Développement) sy ny fanovan’ny Fiadidiana ny tanàna ireo tetikasa novolavolain’ny komity ifotony misahana ny fampandrosoana. Mpiara-mitantana mandrafitra ity farany avokoa mantsy ireo olom-boafidy toy ny ben’ny tanàna miaraka amin’ireo mpanolotsaina sy ireo depiote raha tompon’andraikitra voalohany amin’ny lafiny famoaham-bola ny lehiben’ny distrika, izany hoe fanapahan-kevitra iombonana vao mivoaka ny vola fanatontosana ny asa, hoy ny filohan’ny Vondron’Olon-Tsotra Ravaoniriana Sarah Zoé. Zava-dehibe rahateo ny fanovana toetsaina sy ny fanajana ny lalàna ialana amin’ny fampifangaroana andraikitra tsy mampandroso ny fiarahamonina. Andraikitry ny solombavambahoaka ny mitondra ny hetahetan’ny mponina sy manara-maso ny asa natao. Adidin’ny fahefana mpanatanteraka kosa ny mijery ifotony ny zava-misy marina ahafahany mamaritra ny tena laharam-pahamehana ho an’ny vahoaka izay mifototra amin’ny fitoniana, fampandrosoana ary fianakaviana vanona ho an’ny ekipan’i Neny manokana. Misokatra rahateo amin’ny fifanatonana sy fifampiresahana hatrany ny Fiadidiana ny kaominina Antananarivo Renivohitra, hoy ity mpanatontosa iraka eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ity.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tim Boriborintany faha-5 sy ny fifidianana amin’ny 2018Ho lohalarana amin’ny fampandaniana ny Filoha Ra...

Naseho ampahibemaso, tao anatin’ny lanonana fifampiarahaban’ny antoko TIM 5è teny amin’ny kianja maitson’Analamahitsy ny sabotsy lasa teo, ireo mpikambana Distim vaovaon’ny Boriborintany faha-5 eto Iarivo notarihan’ny filohany, Ramasitera Ralph.

 

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko TIM AmbohimangakelyNanatanteraka ny fifampiharahabana ny taona vaovao koa

Nifampiarahaba noho ny fahatrarana ny taona vaovao ny antoko Tiako i Madagasikara ao amin’ny kaominina Ambohimangakely distrikan’Avaradrano ny sabotsy 11 febroary lasa teo.

 

Vory lanona ireo mpikatroka rehetra eny an-toerana notarihan’ny filohan’ny COMTIM eny an-toerana ka ny masoandro maty no nampalahelo tamin’ny fiarahana nifaly sy nitotorebika. Ny hafatra fohy nampitaina tamin’ny mpikatroka teny an-toerana moa dia ny fanentanana hivonona amin’ny fiatrehana an’ireo fifidiana rehetra ho avy amin’ny taona 2018, indrindra ny hamerenana amin’ny toerana maha Filoham-pirenena azy indray ny Filoha Mac Ravalomanana mba hanarina an’ity firenena latsaka an-davaka ity.

Ntsoavina Evariste

 

Orange Madagascar0 partages

Echos de Mahajanga, 14 février 2017

CSI MAHABIBO : La maternité du centre de santé intégré (CSI) de Mahabibo a reçu un appareil échographique offert par le ministre de la Santé publique, de passage à Mahajanga vendredi dernier.

FOKONTANY MAHATSINJO : La commune urbaine de Mahajanga a accordé un délai supplémentaire de 24h, à compter de ce mardi 14 février, à un éleveur de porc dans le fokontany de Mahatsinjo pour déplacer son élevage, interdit en centre-ville. La commune procèdera à la démolition de l’étable et saisira les cochons une fois ce nouveau délai dépassé.

ACCIDENT MAROVOAY : 13 passagers ont été blessés et évacués au Chu Androva hier lundi 13 février, suite à une sortie de route d’un taxi-brousse reliant Marovoay à Mahajanga. A noter que le minibus était en surcharge et transportait 21 personnes au lieu de 14.

COMMUNE DE MAHAJANGA : 14 maires de la région Boeny ont suivi un atelier de formation sur l’effectivité de la Transparence budgétaire par l’indice de Transparence budgétaire 2015, organisé par le Multi-Sectore Information Service (MSIS) Tatao, ce mardi 14 février à la salle de réunion du Don Bosco à Mangarivotra. L’Union européenne finance le projet avec le ministère des Finances et du Budget.

PHARE DE KATSEPY : Selon l’Agence portuaire maritime et fluviale, il est désormais strictement interdit de visiter le grand phare en vedette. Cette mesure vise à éviter les accidents en mer et naufrage. Aussi, les touristes devront rejoindre en voiture le site après l’escale à Katsepy.

Ino Vaovao0 partages

VONO OLONA AN-KITSIRANO : Renim-pianakaviana iray maty notifirina teo am-patoriana

Manodidina ny tamin’ny sasak’alina tany ho any no nahare fipoahana mafy avy ao an-tranony ny mponina teo amin’ny manodidina. Nirohotra nihazo ilay toerana nivoahan’ny poa-basy ry zareo saingy efa ilay renim-pianakaviana nihosin-drà teo amin’ilay fandriana natoriany no novantanin’izy ireo tao. Teo ambanin’ny fony no niantefan’ny bala ka io no nahafaty azy teo no ho eo. Araka ny nambaran’ny fokonolona dia fantatra ny nahavanon-doza izay tsy iza fa lehilahy iray niara-nipetraka taminy tao ihany.

Ahiana ho nisy lonilony teo amin’ny roa tonta, ka izay no nahatonga ity farany nahavanona ny habibiana. Niditra an-keriny tao an-trano ilay nahavanon-doza. Nopitsohany moramora avy any ivelany ny varavaram-ben’ny trano ka teo nidirana tao an-trano.

Ny tompon-trano kosa tsy nahare na inona na inona nandritra izany, ka tao anatin’ny torimaso tsara iny indrindra ny tenany no fantatra fa nirefotra ny basy.Nampandre avy hatrany ny lehiben’ny Fokontany tao an-tanàna ny fokonolona, ka ity farany indray avy eo no niantso Zandary. Taorian’ny fanadihadiana sy ny fikarohana rehetra natao dia voasambotra ihany ilay nahavanon-doza ary efa voatazona hatao fanadihadiana.

Voalaza fa mirongatra izay tsy izy ny tsy fandriam-pahalemana arahina vono olona ao anatin’ity Kaominina ity.

Ny androtr’io ihany dia raim-pianakaviana iray tao Ambalanomby, ao anatin’ny Kaominina Andranomamy hatrany no miady aman’aina noho ny ratra niniana natao nihatra taminy.

Notafihana andian-jiolahy nirongo fiadiana ny tranony tamin’io fotoana io, ankoatra ny fananana rehetra najifa tao anatin’ny indray mipi-maso dia mbola naratra mafy noho ny vono nihatra taminy ihany koa ity lasibatra.

Avotra Isaorana

Madagascar Tribune0 partages

Le premier ministre veut du concret

Le team building du gouvernement a débuté hier avec la présence du Chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina qui a procédé à son ouverture officielle à Mantasoa. Selon les explications, le premier ministre Olivier Mahafaly et les membres de son gouvernement auront également au programme des renforcements de capacité. Mais aussi et surtout, ces derniers auront à faire le bilan des quatre années de mandat. Selon le premier ministre, « un pays avance selon la vision du Chef de l’Etat. Et lorsqu’il a été élu, celui-ci a à cœur le développement du pays ». La réalisation de cette vision incombe au gouvernement qui s’est vu confier une mission bien précise, dont la lutte contre la corruption, contre l’insécurité et contre le trafic des ressources minières malgaches, souligne Olivier Mahafaly. « Actuellement, la direction à suivre est encore plus claire avec l’établissement du Fisandratana 2030. L’important maintenant c’est de garder en tête cette vision ainsi que les actions pour la réaliser. Ceci sans perdre le sens des priorités sur les actions qui auront un impact concret dans la vie de la population ». Ce qui d’ailleurs a été la première raison de la tenue de ce team building. Aussi, pour les quelques mois qui restent à son équipe, Mahafaly Solonandrasana demande du concret, des actions dont les répercussions se feront sentir directement dans la vie quotidienne des malgaches. Ce qui est aussi de l’intérêt du régime Rajaonarimampianina qui n’aura pas réussi à gagner le cœur des malgaches durant un mandat. Et dont la popularité est au plus bas à l’approche des élections. Malheureusement, jusqu’ici aucun des gouvernements qui se sont succédé durant la quatrième république n’ont su répondre aux attentes de la population. Et depuis l’avènement du régime Rajaonarimampianina, il y a eu plus de discours que de réalisation. Un constat amer que les tenants du pouvoir ne semble pas vouloir reconnaitre. Face à cela, le premier ministre Olivier Mahafaly a précisé que le gouvernement ne fait qu’un et que tous les membres doivent être solidaire. « Les ministres ne travaillent pas à leurs comptes, ils travaillent pour le gouvernement et pour la population », souligne le locataire de Mahazoarivo. La solidarité du gouvernement passera à partir de maintenant par des actions coordonnées qui devront s’inscrire dans la vision Fisandratana 2030 mais également pour répondre aux attentes immédiates de la population. « Le gouvernement devrait être solidaire et la population doit pouvoir apercevoir cette solidarité dans la mise en place de défis et objectifs. Les membres du gouvernement devraient avoir un seul point de vue, une seule parole car le but visé est le même », a-t-il conclu.

Madagascar Tribune0 partages

L’homme d’affaires Mbola Rajaonah arrêté

Après Eddy « Bois de Rose », l’homme d’affaires Mbola Rajaonah a été arrêté par les forces policières. L’arrestation aussi spectaculaire que celle du présumé trafiquant de bois de rose Eddy Maminirina, a eu lieu hier après-midi, devant une grande surface à Antsahabe, à proximité de son bureau. Un média appartenant à cet ancien conseiller technique et proche de Hery Rajaonarimampianina confie que les forces de l’ordre n’auraient présenté aucun mandat prétextant cette arrestation, ni la moindre lettre pour justifier sa détention à la brigade criminelle.

C’est sur une page Facebook d’un autre site d’informations proche du régime actuel qu’on apprend qu’il s’agit d’une interpellation « pour enquête, arrestation et déferrement » et qui ne nécessiterait aucun mandat d’arrêt. Ainsi, tout élément des forces de l’ordre qui aurait eu information concernant cet homme aurait pu l’arrêter à tout moment.

Mbola Rajaonah est dans le collimateur du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) depuis un an pour des faits de corruption et de fraudes douanières. Il a été auditionné à plusieurs reprises à Ambohibao. Ayant rejoint le camp Ravalomanana pour le second tour de la présidentielle, Mbola Rajaonah a qualifié ses multiples convocations au Bianco d’acharnement politique. Cela a valu un communiqué officiel de la part de cette entité en novembre dernier expliquant que les les convocations à l’encontre de ce dernier ne sont qu’une suite logique aux investigations menées par le Bianco depuis un an. Les médias proches du pouvoir actuel indiquent que lors d’une perquisition, des documents confidentiels du Bianco auraient été également retrouvés au domicile de Mbola Rajaonah. Affaire à suivre.

Madagascar Tribune0 partages

Les employés de Kraoma pointent du doigt le ministre des Mines

Le collectif du personnel de Kraoma monte au créneau. Se sentant trahis par l’actuel ministre des Mines et des ressources stratégiques qu’ils accusent d’être de mèche avec « les russes », les employés interpellent directement le président Andry Rajoelina.

Lors de la campagne électorale du second tour de la présidentielle, Andry Rajoelina s’est rendu sur le site de la Kraomita Malagasy à Brieville. Les employés lui ont donc rappelé sa promesse selon laquelle il traiterait les problèmes de la société en priorité s’il est élu.

Dès le premier jour de la prise de poste du ministre des Mines et des ressources stratégiques, les représentants des employés de cette compagnie se seraient précipités à son bureau à Ampandrianomby, pour lui informer de la situation qui sévit à Brieville. Ils accusent quelques personnalités de l’ancien régime de conspiration avec la société russe pour procéder à la vente déguisée de la société.

Depuis, les employés n’ont pas cessé d’interpeller le ministère sur la dégradation des conditions de vie des employés suite aux impayés de salaires. Ils auraient même proposé une solution pour redémarrer l’activité de la société en dehors de la coopération avec les russes.

Vendredi dernier, le ministre aurait proposé aux représentants des employés la reprise des activités et la renégociation avec la société Ferrum Mining. Un décision inadmissible pour les employés qui accusent la société russe d’avoir participé au processus de mise en faillite de la Kraomita Malagasy.

Ne sachant plus à quel saint se vouer, les employés ont pris acte de la proposition du ministre en signant un procès-verbal de la rencontre. Mais, la question est de savoir si cette proposition reflète-t-elle vraiment l’orientation politique stratégique du Président de la République ou s’agit-il d’une initiative personnelle dépourvue d’intérêt général ? Ainsi, ils se demandent si Andry Rajoelina est un homme de parole tout en rappelant que si le candidat n°13 a obtenu en moyenne 99,8% des voix dans tous les bureaux de vote de la localité, c’était grâce à la déclaration qu’il a faite lors de la campagne électorale.

Vu que le ministère de tutelle leur a tourné le dos en leur tendant la patate chaude, les employés se tournent actuellement vers le Président de la République et attendent désespérément une solution rapide et objective.

Madagascar Tribune0 partages

L’homme d’affaires Mbola Rajaonah arrêté

Après Eddy « Bois de Rose », l’homme d’affaires Mbola Rajaonah a été arrêté par les forces policières. L’arrestation aussi spectaculaire que celle du présumé trafiquant de bois de rose Eddy Maminirina, a eu lieu hier après-midi, devant une grande surface à Antsahabe, à proximité de son bureau. Un média appartenant à cet ancien conseiller technique et proche de Hery Rajaonarimampianina confie que les forces de l’ordre n’auraient présenté aucun mandat prétextant cette arrestation, ni la moindre lettre pour justifier sa détention à la brigade criminelle.

C’est sur une page Facebook d’un autre site d’informations proche du régime actuel qu’on apprend qu’il s’agit d’une interpellation « pour enquête, arrestation et déferrement » et qui ne nécessiterait aucun mandat d’arrêt. Ainsi, tout élément des forces de l’ordre qui aurait eu information concernant cet homme aurait pu l’arrêter à tout moment.

Mbola Rajaonah est dans le collimateur du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) depuis un an pour des faits de corruption et de fraudes douanières. Il a été auditionné à plusieurs reprises à Ambohibao. Ayant rejoint le camp Ravalomanana pour le second tour de la présidentielle, Mbola Rajaonah a qualifié ses multiples convocations au Bianco d’acharnement politique. Cela a valu un communiqué officiel de la part de cette entité en novembre dernier expliquant que les les convocations à l’encontre de ce dernier ne sont qu’une suite logique aux investigations menées par le Bianco depuis un an. Les médias proches du pouvoir actuel indiquent que lors d’une perquisition, des documents confidentiels du Bianco auraient été également retrouvés au domicile de Mbola Rajaonah. Affaire à suivre.

Madagascar Tribune0 partages

Tana s’étouffe lui-même

A force de vouloir attirer tout le monde, la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) s’étouffe elle-même. Nul ne sait si se débarrasser des Tsena illégaux ou informels est une solution à long terme quand la CUA ne peut abriter que 500.000 habitants à tout casser alors qu’on est 4 millions en jour ouvrable. Il est clair qu’en faisant du stade municipal de la Commune un stade aux normes internationales, il attirera encore plus de monde. Bien sûr, ce nouveau stade attirera de nouveaux travailleurs, dans de nouveaux bureaux, de nouveaux événements alors qu’entre messe, foire et match, on n’en peut déjà plus !

Sans parler de la définition curieuse de la décentralisation qui veut dire « stade municipal sous le joug de la Présidence de la République » ! On aurait quand même pu créer un nouveau stade à Ambohimalaza, Itaosy ou Mahajanga pour draguer les gens hors de Tana et développer d’autres régions.

Iavoloha ou Ambohitrimanjaka ?

La solution serait de désengorger la CUA. Suivre le modèle Iavoloha. C’est-à-dire évacuer les ministères de la CUA. La Présidence libère de nouveau Ambohitsirohitra ; la HCC à Mantasoa dans la résidence présidentielle ; le ministère de la Communication à Maibahoaka et ainsi de suite. En un an, la CUA peut se délester au moins de quatre institutions. Avec 77 millions €, on aurait pu créer sept (7) bâtiments écologiques hors Tana.

Pour pallier les déplacements, l’e-administration est de mise vingt ans après l’An 2000. Les solutions abondent aujourd’hui.

L’idée Ambohitrimanjaka ne serait que désengorger Pierre ou engorger Paul puisque dans 30 ans, Ambohitrimanjaka ou Tana Masoandro aura le même problème que la CUA. Or en éparpillant les institutions, le développement sera partout dans la province d’Antananarivo et pourquoi pas dans les cinq autres ?

Tana pittoresque

Dans la même foulée, la politique de la CUA serait le « Tana pittoresque ».

Pourquoi vouloir que Tana soit comme Shangaï ou New-York ? Antananarivo a son cachet. Sans être conservateurs, il faut reconnaître que l’architecture merina ou coloniale ne mérite pas d’être transformée en « Béton Tour orange » ! Les quartiers à préserver ne sont pas uniquement la « Haute Ville ». Les maisons traditionnelles d’Ambohimanarina, Alarobia, Ankadifotsy, Ampitatafika, etc. sont aussi à rénover quitte à discuter avec les héritiers ! Donc vive les tours Orange à Arivonimamo, Moramanga, etc.

Les bâtiments administratifs pourraient être loués à des écoles, des hôtels, des centres commerciaux, etc. Les écoles ne seraient accessibles qu’aux riverains. De telles manières que les parents n’envoient pas leurs enfants dans les deux heures d’embouteillages par jour.

Remblayons tout Tana ?

Idem, gageons qu’avec tous ces remblais étatiques (Marais Masay, Route de Tsarasaotra, et tous ces lalambaovao), que les privés ne font qu’ajouter, il n’y aura plus un seul bassin tananariviens dans 20 ans. Le sujet n’est pas «  il faut bien remblayer puisqu’il n’y a plus un centimètre carré de libre », mais « est ce que la maison sur les centimètres carrés est salubre  ? ». Si ! Il y a de l’espace, mais très mal utilisé. Ces remblais ne font qu’attirer le monde à Tana.

En tous les cas, vouloir tout concentrer à Tana c’est justement desservir Tana et délaisser Madagascar.

Par Hilda Ravelonahina et Toavina RalambomahayConseillers municipaux d’Antananarivo-KOMBA

Madagascar Tribune0 partages

De l’espoir, mais aussi des défis pour l’essor économique malgache

La banque mondiale a publié hier son « mémorandum économique de Madagascar », une publication quinquennale qui étudie la performance économique du pays et propose des réformes prioritaires susceptibles de générer une croissance plus robuste, inclusive et durable. Il est alors constaté que la reprise économique, conjuguée à une transition politique pacifique à la suite des deux tours de la présidentielle en 2018, offre une base solide pour sortir la Grande île d’un cycle récurrent de pauvreté et d’instabilité. Autrement, il y a de l’espoir pour voir le pays s’en sortir, économiquement parlant.

« Une croissance économique soutenue par des secteurs porteurs tels que l’agroalimentaire, la confection et la sous-traitance en services informatiques a permis une progression de l’emploi ces dernières années », explique Natasha Sharma, économiste principale et auteure principale du rapport. « En se basant sur les succès récents, Madagascar peut bâtir une économie plus résiliente et inclusive, notamment à travers l’amélioration de la connectivité, du capital humain, et du cadre des affaires, ainsi que l’adoption de méthodes de production plus modernes dans le secteur agricole. »

Selon cette étude de la Banque mondiale, Madagascar dispose de quatre atouts majeurs pour l’essor de secteurs porteurs : une main d’œuvre de qualité, des ressources naturelles uniques, le positionnement de certains produits sur le marché du haut de gamme et une connexion internet rapide. En comblant les déficits d’investissements en infrastructures et en capital humain, le pays parviendrait à favoriser une croissance plus inclusive. Mais pour y parvenir, il faudra prendre des mesures innovantes pour, entre autres, renforcer la concurrence, améliorer le climat des affaires et accroître la productivité dans le secteur agricole.

Cette étude révèle « un environnement concurrentiel difficile, caractérisé par des règles de jeu peu inclusives et de fortes barrières à l’entrée dans des secteurs-clés de l’économie ». En effet, les marchés malgaches sont souvent perçus comme étant dominé par quelques entreprises et acteurs économiques puissants. « Plus généralement, une simplification des règles administratives, un renforcement de la justice commerciale et une dématérialisation des certains services publics pourraient significativement améliorer le climat des affaires et encourager l’investissement privé », estime la Banque mondiale.

L’étude indique aussi que la production rizicole locale n’arriverait pas non plus à soutenir la concurrence avec le riz importé parce qu’environ 20% du riz cultivé localement est commercialisé, le reste étant destiné à la consommation directe des agriculteurs. L’étude recommande l’intensification des investissements en cours dans la connectivité rurale, mais aussi la suppression des exemptions de droits de douane sur les importations de riz. Pour augmenter les revenus de producteurs et encourager les investissements dans l’agroalimentaire, il faudra lever « l’interdiction d’exportation des variétés de riz haut de gamme ainsi que de la vanille sous vide, des récoltes précoces de litchis, de l’ylang-ylang et du bétail ».

La Banque mondiale recommande également de « mieux investir dans l’éducation, la santé et la protection sociale » pour renforcer la qualité du capital humain qui reste très bas par rapport à l’échelle internationale. « Un recrutement méritocratique pour les enseignants et un alignement du calendrier scolaire sur la saison agricole s’avèrent être des priorités urgentes pour améliorer les résultats d’apprentissage. Améliorer les services de santé et de nutrition et renforcer les filets sociaux pour les plus pauvres sont également essentiels pour contribuer à réduire le retard de croissance qui affecte 47% des enfants ».

Les techniciens de la Banque mondiale estiment par ailleurs que « La restructuration de la concession du chemin de fer et le renouvèlement de l’accord de ciel ouvert partiel sont d’autres priorités à considérer pour améliorer la connectivité et ouvrir de nouvelles opportunités commerciales. » Ils préconisent également « la poursuite des efforts pour le redressement financier de la compagnie nationale d’électricité (JIRAMA), pour améliorer l’accès et la fiabilité du réseau ». « L’autorisation d’investissements concurrents dans les infrastructures numériques et la réduction des coûts de licence pourraient également attirer de nouveaux investissements et réduire le prix des connexions. »

Madagascar Tribune0 partages

Une réforme et une informatisation de l’état civil prochainement

Une réforme et une informatisation de l’état civil seront effectuées prochainement, selon une décision prise en conseil des ministres, mercredi, au Palais d’Etat d’Iavoloha. « Une nouvelle organisation et une nouvelle stratégie de distribution de documents d’état civil seront mises en place dans toute la Grande Île d’ici peu. L’objectif est de recenser tous les Malgaches et de doter chaque enfant malgache d’un acte de naissance, et tout individu majeur d’une carte d’identité nationale », selon le communiqué du dernier conseil des ministres.

Ainsi, un nouveau mode de gestion des registres de l’état civil sera bientôt établi en équipant chaque commune du système informatique dans tout Madagascar.

« Le système informatique permettra la mise en place d’une gestion informatisée de l’administration. Cette réforme consiste en la mise en application d’une nouvelle stratégie d’e-gouvernance qui sera susceptible de moderniser l’administration et les services publics en général », selon les explications.

De nos jours, beaucoup d’enfants malgaches n’ont pas d’acte d’état civil à leur naissance, même dans la Capitale ; c’est la raison pour laquelle des campagnes de distribution gratuite de copies d’acte de naissance sont effectuées par des organisations non gouvernementales (ONG) dans chaque arrondissement de la commune urbaine d’Antananarivo. Notamment dans les régions et les campagnes, cette non-détention d’actes d’état civil chez les enfants et surtout chez les personnes adultes est considérable. Selon la statistique nationale de 2016, 25%, soit environ 2,5 millions des enfants malgaches de moins de 18 ans ne disposent pas d’acte de naissance.

« Le président de la République, Andry Rajoelina, a ordonné à tous les ministères de travailler de concert dans la mise en place rapide de la réforme de la gestion de l’Administration dans toute la Grande Île en termes d’état civil. Le but est que l’Administration puisse être informée sur chaque citoyen. Le président de la République invite ainsi tous les départements ministériels de participer à l’élaboration des projets de bonne gouvernance de l’administration publique », selon toujours le communiqué du conseil des ministres.

Outre l’instauration d’une bonne gestion des activités au sein de l’Administration, cette réforme facilitera aussi le recensement de la population malgache.

L'express de Madagascar0 partages

Ambohidratrimo – Trois faux agents de la perception arrêtés

Triple arrestation à Ambohidratrimo. Hame­çonnés  par des commerçants qui ont travaillé de concert avec la gendarmerie, trois faux agents de la perception ont été épinglés, jeudi. Traduits devant le parquet hier, ils ont été placés en détention préventive à la maison centrale d’Antanimora.«Le trio a empoché des millions d’ariary en rackettant des commerçants. Les imposteurs ont déjà fait parler d’eux dans la commune rurale d’Ambatomirahavavy dans la  région Itasy,  avant qu’ils ne sévissent à Mahitsy et Ambohidratrimo. Ils ont fait quatorze victimes», explique le commandant de la brigade territoriale de la gendarmerie à Ambohidratrimo.À l’entendre, les trois prévenus munis de badges, ont  fait des descentes auprès des commerçants, pour procéder à des contrôles de papiers. À la moindre irrégularité, ces derniers seraient rackettés puis amenés à verser des pots de vin aux imposteurs, pour qu’ils étouffent l’affaire.Pour que les victimes n’y voient que du feu, le trio leur donne parfois des reçus, selon les circonstances.Le chef de la perception à Ambohidratrimo signifie que tout paiement est effectué exclusivement au siège.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret-Concert – Joëlle Claude chante l’amour

Joelle Claude retrouvera le Buffet du Jardin à Antaninarenina, ce week-end. Cette artiste est une référence en matière de jazz vocal.

Portée par cette voix et ce charisme musical qu’elle retranscrit brillamment sur scène, la chanteuse Joëlle Claude, toujours aussi incontournable dans le milieu du jazz national, convie le public mélomane de la capitale à se joindre à elle, le temps d’une soirée. L’amour dans toute sa splendeur  constituera le menu principal.Avec plus de deux décennies de carrière à son compte, elle promet ainsi un cabaret-concert qui s’annonce inédit, ce 17 février, dans le fief-même du jazz de la ville des Mille. Rendez-vous y est ainsi donné au Buffet du Jardin à Antaninarenina pour un instant de douceur et de volupté musicales, à partir de 20 heures. « Avec mes musiciens, nous nous plairons à interpréter à notre sauce, les plus belles chansons d’amour en tous genres, vu que cette semaine nous allons célébrer l’amour lui-même. Ce sera donc une soirée intime où le spectateur et notamment les amoureux pourront  participer en montant sur scène pour chanter l’amour avec nous », souligne la chanteuse.Une charmante épopée musicale, c’est ce à quoi le public noctambule du Buffet du Jardin aura droit. La chanteuse sera accompagnée de ses fidèles amis jazzmen, à savoir Samy Andriamanoro, Tahiry Andriamanoro, Do Andriambelo et Naivo Andriambelo, à travers une fomation « quintet ».

Jazzwoman de renomDéfinitivement adoubée par ses pairs dans le milieu musical et artistique, Joëlle Claude a su se forger une place de choix au devant de la scène. Ayant sorti son album « I’ll sing for you » au mois de novembre 2016, elle l’a présenté au Cercle Germano-Malgache à Analakely. Un opus qui s’est affirmé comme une belle consécration dans la carrière de la chanteuse, fédérant en son sein des compositions remarquables et des arrangements d’artistes émérites comme Silo, Datita Rabeson, Tovo Andrianandraina, mais aussi Do Andriambelo et Joel Rabesolo.Avec « I’ll sing for you », la jazzwoman confirme sa personnalité au devant de la scène. Cette chanteuse généreuse à la voix douce et suave enivre et séduit d’entrée son public à chaque fois, avec ses compositions malgaches et anglo-saxonnes, telles que « Misia Mazava », « Adiady », « Body and Soul» et « I’m not good for you ».Outre ses propres compositions, ce week-end, elle aura  aussi l’occasion de se redécouvrir à travers un exercice qu’elle maîtrise particulièrement à savoir, l’interprétation des grands standards des balades romantiques internationales. « Je réserve de belles surprises pour le public à l’occasion, notamment le temps de quelques duos avec des invités de marque. De même, cette année s’annonce très productive pour le groupe, car nous projetons d’organiser des événements ponctuels chaque mois et d’aller en provinces aussi », confie Joëlle Claude. En attendant, elle invite vivement les férus de bon jazz à la retrouver, ce week-end.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Basket-Ball – Coupe du président zone nord – Une série de scandales à Mahajanga

Les éliminatoires de la compétition ont été marqués par des attitudes qui illustrent mal l’esprit sportif. Un conseil de discipline sera réuni bientôt.

Deux équipes ont refusé de disputer leur match. Le BCO ne s’est pas pointé le dernier jour des éliminatoires face au Sporting de Diana. Le coach a menacé l’arbitre et l’un de ses joueurs la veille, durant la rencontre qui a opposé cette équipe au NCBB, mercredi. La formation du BCO a été battue par 50 à 58 points et l’entraîneur s’est déclaré victime d’un coup d’arbitrage.Et ce n’est pas tout. En effet, l’As Victoire a refusé de jouer la demi-finale face à  la Sebam, samedi soir. Pourtant, les spectateurs sont venus nombreux au complexe sportif d’Ampisikina. Jeudi, le club AS Victoire a déjà été vaincu par la Sebam par 50 points à 70, pour le compte des éliminatoires. Et à la suite du classement, ils auraient dû disputer la demi-finale suite. Cette fois-ci aussi, les joueurs de l’ASV et leurs dirigeants ont avancé que leur défaite a été le résultat d’un mauvais arbitrage.

Sebam en bleu et ASV, en noir, auraient dû disputer la demi-finale samedi.

Mais le plus spectaculaire a été le comportement des joueurs de la Sebam qui ont quitté le terrain à quelques minutes de la fin de la 3e période durant la finale qui l’a opposé à l’’ASCB.Tout est venu d’un joueur de la Sebam qui, ayant perdu une dent dans un cafouillage sous le panier,  est sorti du gymnase. Tout le monde l’a suivi sur ordre des coaches.  Le tableau affichait alors 37 points à 50 en faveur de la Sebam. Livio, Bila, Zezy ainsi que Fabien et Elly de l’ASCB ont attendu sur le terrain. Un abattement de quinze minutes a été déclenché.Cinq minutes après, cinq joueurs sont revenus sur le terrain et le match a repris, dans un relent de scandale. Le reste de la bande est resté dehors ainsi qu’un manager.À la reprise du dernier quart-temps, ils ont donné leur balle à chaque fois à leurs adversaires, et les ont laissé marquer des points. Tout ce spectacle inattendu s’est  produit sous les yeux du préfet de Mahajanga,  Lalanaina Fitiavana Ravelomahay et du directeur régional des Sports de Boeny, Nestor ainsi que le chargé de mission de la FMBB, Jimmy Randriamandimby. Les deux formations se sont séparées sur le score de 81 points à 61 en faveur des joueurs de l’ASCB. Ces derniers ont d’ailleurs écarté largement la Sebam, 90 points à 61,  lors des éliminatoires jeudi.Ce sont donc les deux clubs qui représenteront la zone Nord à Fianarantsoa pour le play off en mars. La Fédération et les arbitres a dressé un rapport sur les faits déroutants qui se sont déroulés à Mahajanga. Un conseil de discipline sera réuni pour juger les coups et menaces à l’encontre des arbitres.

Un sans faute pour l’ASC BoenyLes quatre équipes qualifiées pour la demi-finale, en vue de la qualification à la Coupe du Président de basketball ont déjà disputé leur petite demi-finale, hier au Complexe sportif d’Ampisikina. L’ASCB Boeny, avec un parcours sans faute de cinq victoires, affrontera de nouveau le NCBB, classé quatrième, samedi. Tandis que le Sebam et l’ASV, tous deux de Boeny, disputeront également le seul ticket pour la finale.Hier, ils se sont encore opposés pour le compte des éliminatoires de la compétition. Le BCO de Mahajanga et le Sporting de Diana ont plié bagages.Les 6 équipes en lice ont disputé les éliminatoires en poule unique et les quatre premières formations accèderont aux demi-finales. En fin de compte, c’est un remake entre les antagonistes. Ce jour, tout le monde se repose avant l’avant-dernière bataille.Les deux premières équipes rejoindront Fianarantsoa pour le play-off qui se déroulera du 18 au 26 mars.

Résultat

ASCB Boeny # SEBAM Boeny (90-61)BCO Boeny # NCBB Boeny (50-58)SEBAM Boeny # SPORTING Diana (70-50)

Vero Ravonimbola Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Interruption de travaux de construction

La commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a ordonné hier, l’interruption des travaux de construction d’un bâtiment au dessus du tunnel d’Ambohijatovo. Une source avisée informe que cette construction n’a pas été autorisée. La reprise des travaux dépendrait de la régularisation de la situation de cette propriété.

L'express de Madagascar0 partages

Incendie à Ambohidroa

Un violent incendie s’est abattu sur une maison de deux étages  à Ambohidroa, hier, aux alentours de 12h30. Il a fallu plus  de 2 heures aux sapeurs-pompiers et au fokonolona pour venir à bout de l’embrasement. Le feu était sur  le point de se propager sur la maison voisine, lorsqu’il a été circonscrit in extremis.

L'express de Madagascar0 partages

Vtt – Cross country à Antsirabe

La Ligue de Vakinan­karatra organisera une course régionale de cross country VTT (Vélo Tout Terrain), ce dimanche 26 février. La piste est située dans le Parc de l’Est, derrière la gare d’Antsirabe. Les coureurs seront départagés en trois catégories.Citons en premier lieu les U10 qui auront à boucler deux kilomètres et demi. Par la suite, les coureurs de dix à quinze ans, accompagnés des vétérans et des dames, auront quinze kilomètres au menu. Enfin, pour les concurrents de plus de quinze ans et les séniors, ils se bagarreront sur trente kilomètres.Le tracé propose plusieurs difficultés et un dénivelé plus ou moins important. Mais bien évidemment, il y aura des échappatoires. Le monde du cyclisme à Antsi­rabe s’investit grandement dans le milieu du VTT, ces derniers temps.Il y a deux semaines, la course « downhill » Bira Descente avait été une grande réussite. Il devrait en être de même pour ce cross country.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Toliara – Le CBBCR de l’Atsimo-Andrefana caracole en tête

Deuxième victoire pour l’équipe de la Gendarmerie de Toliara. Elle représente la ligue de basketball de la région Atsimo-Andrefana a signé sa deuxième victoire lors de la coupe du président en basketball qui se déroule du 11 au 18 février à Toliara. Ainsi, elle se hisse en haut du classement et compte parmi les équipes invaincues de ce tournoi avec le Vahontsoy de l’Androy, même si ce dernier n’a fait qu’un seul match.Les éliminatoires de la Coupe du Président de basket-ball pour la zone Sud ont débuté, le samedi 11 février, au gymnase couvert de Toliara-centre. Après la défection de la ligue de l’Anosy, seules sept équipes sont engagées dans la course. La ligue de l’Androy est représentée par trois équipes : le Basket Club de l’Androy (BCA), le Vahontsoy, JCT de l’Androy. La ligue d’Ihorombe est présente avec deux équipes, à savoir le Basket Club d’Andohanilakaka (BCA) et le V2BCI d’Ihorombe. Les deux équipes restantes sont issues de la ligue d’Atsimo-Andrefana, le Basket-Club de Trésor de Toliara (BCTT) et le Club Basket Ball de la Gendarmerie de Toliara (CBBCR).Faute de quorum en raison de l’absence de l’Anosy, le tournoi se déroulera en poule unique. Des matchs seront ainsi disputés entre tous les clubs engagés pour déterminer les quatre demi-finalistes retenus pour la journée du samedi 17 février. La grande finale s’ensuivra, le dimanche 18 février. Les deux finalistes gagneront le ticket pour le play-off qui se déroulera à Fianarantsoa.Aux résultats du week-end, le CBBCR de Toliara, reste au-dessus du lot avec deux victoires confortables face au BCA de l’Androy, avec un score fleuve de 93 à 27 et une victoire étriquée de 65 points à 45 face à l’équipe de V2BCI d’Ihorombe qui lui permet d’envisager avec sérénité les demi finales. Le premier représentant de l’Atsimo-Andrefana a le vent en poupe jusqu’à présent. Pour leur part, les Trésoriers de Toliara ont mal entamé leur match d’ouverture. Ils se sont fait surprendre samedi, par la vaillante équipe de Vahontsoy de l’Androy sur le score serré de 63 à 56, à la grande déception de leurs supporters venus nombreux pour les encourager. Mais leur réaction et sursaut d’orgueil ont été immédiats car, contre toute attente, lors de leur deuxième match, ils ont surclassé l’équipe favorite du tournoi, le BCA d’Andohanilakaka sur le score de 67 à 57 durant la seconde journée du tournoi. Les éliminatoires se poursuivent ce jour.

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Viol et meurtre

Découverte du corps sans vie d’une fillette à Djamandzar Nosy Be avant-hier. Le constat du médecin révèle que l’adolescente a été violée puis tuée.

L'express de Madagascar0 partages

Palais des sports Mahamasina – Ambondrona affiche complet 

Le Coliseum à Antsonjombe était rempli comme un œuf lors du concert mythique pour débuter la célébration des 15 ans de scène du groupe AmbondronA. Il rempilera de nouveau au Palais des Sports et de la Culture à Mahamasina le 26 février prochain à partir de 15 heures, pour la clôture de cette célébration.« Sold out ! » comme on dit dans le jargon de l’événementiel, en un seul week-end, plus de dix mille places se vendront comme des petits pains sur les points de ventes officiels des billets, dans la capitale. Un record comme d’habitude, pour le groupe qui a vu le Nect’Art à Ambatomitsangana et le Super Music à Analakely se faire littéralement assiégés par ses inconditionnels à la simple annonce de l’ouverture des billetteries, vendredi dernier. De plus, les réservations ont déjà été bouclées la veille. « Il y a un tel engouement autour des concerts du groupe, qu’on se doit à chaque fois de redoubler de vigilance pour éviter les fraudes avec des faux-billets par la suite. Ainsi, pour tous ceux qui ont pu acquérir leurs billets, on les invite à en prendre soin, pour ne pas froisser les codes barres qui confirmeront leur authenticité une fois sur place », confie un membre de l’organisation du concert. Des retrouvailles qui s’annoncent d’ores et déjà chaleureuses et attrayantes de la part de Kix au chant, Beranto à la guitare, Honty à la basse, Blanc à la batterie et Ranto au piano.Promettant encore une fois d’être spectaculaire et festive à l’image d’AmbondronA, cette clôture de la célébration de ces 15 ans de scène, marquera aussi le début d’une nouvelle aventure pour le groupe qui planche déjà sur un futur projet. Au-delà d’une épopée rythmée à travers 15 ans de musique, d’émotions et de partage depuis « Tsy adala aho » en passant par « Ampy ahy », « Fito andro», « Havaoziko ny eny » et « Tiako hitoetra », quelques surprises sont ainsi annoncées à l’occasion par le groupe. Des retrouvailles que toute une génération de fans a décidément hâte de vivre, aux côtés de ces idoles avec qui ils ont grandi.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Infrastructures – La route de Vontovorona à bitumer

Mesure d’accompagnement. Le complexe de la CNaPS (Caisse nationale de prévoyance sociale), à Vonto­vorona, constitue un véritable plus pour le sport. Avec son stade de football, son gymnase couvert, son bassin chauffant et ses courts de tennis, ainsi que son luxueux hôtel en cours de construction, il est capable d’accueillir une bonne partie des compétitions durant les Jeux des îles ou un autre rendez-vous international de la même envergure.Toutefois, un hic subsiste au niveau de l’itinéraire pour y accéder. En effet, il faut passer par une route secondaire en terre d’environ trois kilomètres, entre le CUR et le portail du complexe. « Nous prévoyons de rénover cette route prochainement », nous a confié un dirigeant de la CNaPS.Et vivement la réfection à venir puisque samedi, à l’issue du match de Ligue des Champions de la CAF (Confédération africaine de football) entre la CNaPS Sport et le Township Rollers FC du Botswana, il a fallu plus d’une heure pour boucler ces trois kilomètres en sens inverse, sous une pluie battante, vu qu’un embouteillage monstre s’est formé sur cette portion accidentée et étroite. Et le bouchon sur la digue de Fenoarivo attendait les spectateurs après.La rencontre s’est conclue vers 17h, mais beaucoup ne sont rentrés chez eux en ville que vers 20h30 ou plus tard. En construisant ce complexe, la branche sportive de la CNaPS s’inscrit certainement sur une vision à long terme. Bitumer cette route semble indispensable, dans cette optique.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Sécurité alimentaire – Des semences distribuées dans le Nord

La région septentrionale de la Grande ile a également subi la sécheresse. Les autorités locales ont décidé de soutenir les paysans.

L’agriculture touchée dans la région Diana. Des problèmes environnementaux  croissants et surtout le retard de la pluie y ont, ces derniers temps, frappé. La sécheresse a mis à mal quelques communes où la sécurité alimentaire n’est plus assurée.La région a donc pour mission de sauver des vies et de diminuer l’impact des désastres naturels. C’est en ce sens qu’elle a initié un projet de distribution de semences pour soutenir la population productrice, de concert avec le ministère de l’Agriculture.Ces opérations d’urgence visent, avant tout, à améliorer l’accès des agriculteurs à des semences de variétés appropriées et de bonne qualité. Ce qui leur permettra de remettre leurs terres en culture durant  la saison des pluies et ainsi de réduire leur dépendance à l’aide alimentaire. Parfait, le maire de la commune rurale d’Antsatsaka-Ambanja, n’a pas manqué d’ exprimer  sa satisfaction tout en vantant le projet.Les responsables techniques ont sillonné les cinq districts de la région et confié aux maires la sélection des paysans vulnérables.

Remonter la penteEn fin de la semaine passée, les 24 communes du district d’Ambanja ont aussi reçu leur part. La distribution s’est déroulée dans l’enceinte du service de l’Agriculture en présence des autorités locales. La région a été représentée par ses hauts responsables, dont son directeur de cabinet Leonard Tsiahiana qui a remis les cinq tonnes de semences aux maires bénéficiaires présents à la cérémonie.« La région espère que cette distribution aidera les paysans  à remonter la pente après avoir connu des moments difficiles. Nous sommes convaincus qu’il faut  livrer aux agriculteurs des semences et du matériel végétal de variétés sélectionnées de qualité supérieure », explique-t-il. Toutefois, avec les pluies qui sont tombées ces derniers temps, dans toute la région, une lueur d’espoir brille pour les paysans.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Montée rapide de la rivière d’Ikopa

Le niveau de la rivière d’Ikopa à Anosizato est monté de 0,8 mètre, après les pluies abondantes de la nuit du dimanche, selon le rapport de l’Autorité pour la  protec­tion contre les inondations de la plaine d’Antananarivo (APIPA). Il a été de 0,2 mè­tre dimanche et est arrivé à 1 mètre, hier. Pour l’instant, il n’y a pas de menace de crues dans la plaine d’Antananarivo.

L'express de Madagascar0 partages

Deux villageois tués

Affrontements meurtriers entre dahalo et fokonolona samedi en fin d’après-midi à Ambatosoa Ambohimahasoa. Deux villageois sont tombés sous les balles d’une quarantaine de voleurs de bétail brandissant fusils de chasse et armes blanches. Les bandits de grand-chemin se sont emparés de sept zébus.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – L’association Miari poursuit sa route

Tendre la main aux défavorisés. C’est la raison d’être de l’association Miari qui a son siège à Tomboarivo, Antsirabe. Cela se traduit par un appui au développement complet des enfants, des jeunes et des femmes. C’est ainsi que deux cents femmes nécessiteuses, membres de l’association et issues de dix fokontany de la ville d’Eaux, ont bénéficié de son soutien en ce début d’année qui coïncide avec  la période de soudure.Dans cette action, Miari travaille en collaboration avec une association française dirigée par  Monique Pezzeta et avec le groupe Gaston. Ce qui lui a permis de faire  un  don d’habits et de chaussures. « Nos propres efforts n’ont pas suffi à réaliser les activités déjà effectuées. Mais pour continuer notre chemin, nous tenons encore à solliciter la collaboration d’autres associations ou personnes qui ont la même vision que nous », lance Julienne Maminirina Rasoarimanana, présidente de l’association.Mis à part l’octroi de dons,  l’association concentre également son action sur l’organisation de formations pour machinistes. Son objectif est d’aider les jeunes à s’intégrer dans les entreprises franches. Les femmes adultes sont aussi initiées à des activités rémunératrices.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Célébration de la Saint-Valentin dans le calme

Les parfums et les montres sont les cadeaux les plus prisés, en cette célébration de la fête des amoureux, selon quelques vendeurs de cadeaux spéciaux Saint-Valentin. Ces vendeurs soulignent la baisse des consommateurs, par rapport à l’année dernière.

L'express de Madagascar0 partages

La franco-malgache Jain élue artiste féminine de l’année

Une étoile montante de la musique francophone, Jain, de son vrai nom Jeanne Galice, a remporté le prix de l’artiste féminine de l’année, dans le cadre des Victoires de la musique qui se sont tenues ce week-end. Même si elle reste assez méconnue dans la Grande île, d’où elle tient ses origines de par sa mère, la jeune femme parle fièrement de ses racines malgaches à travers quelques-unes de ses compositions, notamment dans son premier album intitulé « Zanaka » signifiant « Enfant » en français. C’est d’ores et déjà une belle consécration pour cette artiste, pour qui se rajoute aussi une certification « Double platine» pour son album. Désormais une charmante découverte pour le public malgache, Jain continue à envoûter l’Hexagone par sa musique, affichant une culture musicale bien à elle. En attendant de la découvrir sur une scène malgache, on peut se consoler en écoutant ses compositions en ligne

L'express de Madagascar0 partages

L’attitude du citadin face à l’hôpital

Avant l’arrivée des Européens à Madagascar, les centres de soins ou d’hébergement n’existent pas. Les malades se soignent à domicile ou sont placés à l’écart sur ordre du roi. Ainsi Andrianampoinimerina fait isoler les varioleux dans des trous individuels creusés hors des villages lors d’une épidémie. Ses successeurs agissement de même. Vers le milieu du XIXe siècle, des œuvres religieuses philanthropiques créent, dans le but de soigner, des hôpitaux et des dispensaires en certains points de l’ile, notamment à Antananarivo.Mais la vraie histoire hospitalière commence avec le corps expéditionnaire français qui est doté d’une infirmerie-ambulance très mobile. Après la pacification, l’infirmerie se fixe et devient un hôpital militaire qui reçoit dans des locaux spéciaux. Le général Gallieni par la suite, crée des hôpitaux-dispensaires un peu partout, et l’esprit du public « qui faisait mal une distinction entre hôpital et dispensaire, appelait dès lors ‘hopitaly’ tout centre de santé » (Odéon Théophile Andrianaivo, étude sur Le rôle de l’hôpital malgache dans l’éducation sanitaire, Bulletin de Madagascar, décembre 1967).Les Européens donnent avant tout une importance définitive à la médecine de soin, à l’hôpital. « Mais l’hébergement faisait naitre un grave problème : la rupture entre la vie en famille et la vie à l’hôpital, l’isolement d’un membre (au sens large) étaient ressentis comme un mal. »O. T. Andrianaivo explique : « Le malade hospitalisé qui n’a pas d’accompagnateur ou qui ne reçoit pas de visite, est considéré par l’entourage avec un sentiment de commisération parfois ironique et dédaigneux. » C’est pourquoi, ajoute-t-il, la famille se fait un devoir de mettre en permanence au moins un membre à côté du malade, de recréer à l’hôpital l’esprit « tsy misara-mianakavy » fortement ancré dans chaque groupe ethnique. Car la cohésion familiale exige qu’aucun membre ne s’éloigne ni se sépare de la famille. « L’hôpital devient donc un lieu de rendez-vous de tout le monde, un centre de regroupement où les relations publiques jouent pleinement. »Selon O.T. Andrianaivo, l’hôpital est vraiment un monde à part, un lieu où divers groupes peuvent se trouver ensemble et un endroit où diverses coutumes se manifestent simultanément. « Chaque malade apporte de chez soi sa façon de penser, de s’exprimer et de vivre : chacun apporte son folklore. »Le citadin est longtemps favorisé car de très grandes facilités lui sont offertes en matière sociale. Les premiers hôpitaux sont construits dans les grandes villes et, dans les années 60, seules les grandes agglomérations sont desservies par des hôpitaux principaux. Les centres d’enseignement y sont aussi implantés. À la même époque, la concentration urbaine ne comprend que 15% environ de la population, mais pour le citadin, le recours au médecin est très facile, tant dans les dispensaires et hôpitaux que dans les cabinets privés. Pourtant, en général, il ne va à l’hôpital que dans des cas assez graves, puisque « une maladie qui débute, se soigne souvent chez soi, la consultation est faite par des parents ou amis ».Toutefois, pour un enfant malade, on recourt toujours au dispensaire. Et pour rendre visite à un proche ou un ami malade, on se fait aussi un devoir d’aller à l’hôpital. Ainsi visiter un membre de la famille hospitalisé est une obligation à la fois sociale et familiale, surtout dominicale. Car les obligations professionnelles font que seul le dimanche permet d’avoir un après-midi assez long pour les visites. « Une visite-éclair est socialement mal vue. » C’est aussi l’occasion d’étaler sa situation matérielle qui, dans les années 60, est assez aisée. Le citadin peut se payer un bon nombre de produits alimentaires, vestimentaires et mobiliers. En se basant sur ses possibilités, il pense que l’hôpital ne peut les lui fournir qu’en quantité et non en qualité.Ainsi, « partant d’un préjugé, il affirme que tout ce qui est à usage collectif ne peut être que de basse qualité ». Chaque famille s’efforce de ce fait, de donner à ses malades hospitalisés des produits du dehors : linge, nourriture, friandise et lecture. Mieux, toujours méfiant et craignant d’avoir un voisin peu souhaité, le citadin entre généralement en chambre particulière (1re catégorie) ou en chambre à deux lits réservée auparavant aux Vazaha. « Méprisant les manières paysannes qualifiées par lui de grossières, le citadin ne se mêle pas au rural lequel, n’ayant pas les moyens, est toujours en assistance médicale (4e catégorie). »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Tananews0 partages

Il pleut vraiment beaucoup en ce moment

De la sécheresse récente nous allons donc bientôt passer aux inondations.

Après réflexion, il vaut mieux qu’il y ait trop d’eau que pas assez.

Le trop peut se gérer, être canalisé, dévié, stocké, etc. alors qu’avec le pas assez, vous ne pouvez pas faire grand chose.

Encore faut-il avoir les compétences pour ça, ce dont on doute fortement en regardant les pompiers qui nous gouvernent ces 3 dernières années.

Midi Madagasikara0 partages

Moramanga – Fitsaram-bahoaka : Nisambotra olona fito ny zandary

Nilanja sora -baventy ireo fokonolona ao amin’ny fokontany Befotsy hanohitra ireo zandary ho fanoherana ireo fito (izay andrimasom-pokonolona ny iray, kartie maobilina ny iray, ary vehivavy ny iray amin’ireo) nigadra nandevina olona velona ny alatsinainy 30 janoary 2017 tokony ho tamin’ny 11 ora atoandro, tsy manaiky ny hanagadrana ireo namany ireo fokonolona na dia efa nampahafantarin’ireo zandary azy ireo aza ny lalàna mahakasika ny tsy mahamety ny fitsaram-bahoaka. Nandritry ny fanadihadiana nataon’ireo zandary no nahafantarana fa efa fanin’efatry ny olona nalevin’ireto fokonolona antsokosoko ity saron’ny zandary ity raha efa folo taona lasa ny sasany. Niara-nanao sonia kosa ireo fokonolona rehetra fa nanao ity fitsaram-bahoaka ity taorian’ny fanerena nataon’ireto olona fito efa any am-ponja ireto. Mbola tsy tapitra akory ny ain’ilay olona dia nodakana tany anaty lavaka ilay olona rehefa vita ny vavaka nataony hoy hatrany ny navalin’ireo namono nandritry ny fanadihadiana natao azy ireo. Olona avy nivoaka ny fonja ity olona ity ny zoma 27 janoary 2017 ary hitady asa tselika hatao saran-dalana hody satria fony mbola tao am-ponja izy dia nahazo iraka tamin’ireo namany izay nampitondra hafatra ho an’ireo fianakaviany no sady hanaovana an’ilay asa. Tsy tao an-trano ilay olona notadiavina ka izany no nahatonga ilay mpiandry trano hiantso vonjy tamin’ny manodidina ary ireto farany tsy nanadihady fa avy hatrany dia nidaroka. Niezaka ny nanazava ihany ity olona fa tsy nisy nihaino. Tsy nanaiky ny famonon’olona ny komandin’ny vondron-tobim-paritry ny zandary eto moramanga Cdt Rakotoarisoa Eugène ka nahatonga azy handray ny andraikiny avy hatrany. Efa any am-ponja avokoa ireo tompon’antoka tamin’ity raharaha ity.

Cathy

Midi Madagasikara0 partages

Journées des écoles : Ateliers et jeux pour les élèves des écoles soutenues par l’ONG Bel Avenir

Un match de foot, rien de tel pour animer les cours de récré à l’occasion de la journée des écoles.

Les établissements scolaires soutenus par l’ONG Bel Avenir de Toliara célèbrent, cette semaine, les journées des écoles. C’est à travers des ateliers et divers jeux que les élèves meubleront les trois journées qui y seront consacrées. Demain, le collège des Salines de Toliara organisera une kermesse pour les élèves où divers jeux leur seront proposés. Le lendemain, place aux ateliers et autres sensibilisations sur l’hygiène, mais également au nettoyage. Et pour garder l’esprit festif de ces journées, du cinéma et des rencontres interclasses de basket-ball animeront également ces journées. Sans oublier les séances consacrées au théâtre, au chant et à la danse, vendredi.

Les élèves de l’école des Saphirs, à Antsohamadiro, près d’Ilakaka, célèbreront également la journée des écoles, jeudi, où un atelier et des jeux seront au programme pour les élèves, ainsi qu’un carnaval et des représentations de chants et de danse par les élèves, vendredi.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Kaominina Ampasimbe : Telo mianadahy mpibizna taolam-paty

Taolan-dava 121 isa no sarona niaraka tamin’izy ireo.

Efa nanomboka ny volana septambra sy ny volana oktobra ny taona nivalona iny no tena nirongatra ny vaky fasana tao amin’ny kaominina Ampasimbe izay kaominina mamarana ny faritra atsinanana amin’ny lalam-pirenea faha-02. Ny tao amin’ny fokontany Seranandrano sy Ambodimanga Bemavony no tena nahitana izany, taorian’ny fitorian’ireo fianakaviana tratra nanomboka ny fanadiadian’ny zandary. Ny talata lasa teo dia nahomby ny fikarohan’ny zandary tamin’ny fahatrarana ity vehivavy mpanera iray antsoina hoe Viviane avy ao Ampasimbe Tampon-tanana, teo am-pitadiavana ity mpividy ireto taolam-paty voalaza fa avy ao Antananarivo. Izy indray avy eo no nanoro ireo ny namany roa dia Fanomezantsoa avy ao Ampasimbe tampon-tanana izay anadahin’i Viviane ihany sy Lezoma avy ao Ambodimanga Benavony; ity farany izay sahy nangalatra ny taolam-patin’ny razam-beny nokasaina hamidy izao. Samy niaiky ny heloka vitany avokoa izy telo mianadahy ireto, saingy tsy nanoro kosa ireo mpividy ny taolana ao Antananarivo sy ny mety ho vidin’ny taolan-dava iray. Niisa 121 ireto taolan-dava tratra tao anatin’ny gony roa izay nafenin’izy ireo tany anaty ala nandritra ny fisamborana nataon’ny zandary izao. Taorian’ny fiakaran’izy ireo fampanoavana sy mpitsara mpanao famotorana omaly tolakandro dia miandry fitsarana ao Ambalatavoahangy avokoa izy telo mianadahy ireto, ka ingahy Lezoma sy Fanomezantsoa voalaza fa mpamaky fasana raha mpiray tsikombakomba kosa i Viviane. Hatolotra ny kaominin’Ampasimbe ireto taolam-paty ireto raha tsy misy ireo fianakaviana milaza ho tompony…

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Why are essays important – research paper order customwriting.biz

rnAs you know, we constantly try to provide the very best tailor made composing expert services, so we will offer amendments right until you are totally satisfied.

rnWe ensure to deliver your task on time!rnDid you have an urgent order in thoughts when you started off wanting for a web page to compose essays for you?rnThis is the suitable place for you!rnwhy we will make confident to fulfill and beat your deadline!rnre hunting for a low-cost personalized essay composing support, our specialist paper writers will give it to you!rnCheck out our provides and select the a single that satisfies your calls for most!rnProfessionally coined composing piece and fast tutorial assistance. rngladly condition, that this paper is diligently assumed out and planned. rnWill select this website to get extra help with my papers. rnvery fantastic start off of a new term!rnaccordance with your necessities may possibly be tricky.

rnWhy should really I purchase my tutorial paper from this particular crafting services?rnnumber of online checks to make absolutely sure only the ideal get to in fact do the job for us and generate for you. rnWhy Illustration Producing Companies Are so Vital?rnhelpful when it es to your individual crafting.

Lab report writer

rnpany are pletely first and published from scratch. rnlarger and additional plex sorts of academic assignments. rnit until eventually you are pletely satisfied with the effects.

Buying essays

rneverything we do to be about the ease of our clients. rneverything humanly probable to offer you with the finest doable benefits. rnWe ensure Privateness, Plagiarism absolutely free papers, Timely delivery!rnJust about 10 seconds back, we below at Book. rnIn want of experienced essay assist on-line or expert help with your research paper?rnBrowsing the world-wide-web high school papers term paper sites writing an argumentative essay for a trustworthy tailor made crafting service to give you a hand with college assignment?rnOut of time and require swift and furthermore helpful help with your expression paper or dissertation?rnStop exploring and get qualified academic aid correct right here and correct now with BookwormLab. rnTeam of professional indigenous English writers and editors.

rnfill in all essential data and proceed with the payment. rnWe use PayPal for payment transactions, which is a carefree and uncomplicated way as it relives your concerns about basic safety.

rnAmerican writers and editors you can established your anxieties apart, as your paper WILL unquestionably satisfy the prerequisites set by your professor. rnAnd this is certainly the pretty initially rationale why you can have faith in us with your university assignment. rn is an possibility to choose your own writer and purchase customized paper for acceptable pricing.

rnWe provide premium typical papers within your price range. rnregret investing your cash and moreover you will be amazed how correctly they can be used when doing the job with BookwormLab. rnWe realize how serious academic papers are and that the wide amount of money of your grades depend on them. rnwhy we present you with the option to achieve complete control above the development of your get.

rnTrack your buy where ever you truly feel like and be mindful of the condition. rnLeave your concerns powering and put an conclusion to anxious waiting around all through the paper creating course of action. rnTake aspect in building your paper and direct your author with ments to get just what you have to have. rnFeel free of charge to ask for revisions as several occasions as you want completely cost no cost and make your personalized paper simply just Best.

Midi Madagasikara0 partages

Clash of clans designer

Upgraded Witches raise far more skeletons at a time. This undead creature poses tiny menace by alone.

But it hardly ever fights on your own, given that the Witch can summon an limitless horde of Skeletons towards your enemy! Witch can summon skeletons and shoot smaller magical blasts. She summons 4 at a time, but can do so unlimitedly till she dies. The Wizard is a terrifying presence on the battlefield. Pair him up with some of his fellows and solid concentrated blasts of destruction on everything, land or sky! Dodging multiple arrows from Archers and one shotting one particular with a fireball.

Was able to hold again forty five Goblins and enable none as a result download free game clash of clans cheats.clansofclash-hack.com clash of clash of clans of his gates. Can generate a bunny that creatures a big explosion upon effects. section for those people not featured in any animations but are in the sport.

Clash of clan gem freeClash of clan hack no surveyClash of clans nowHow to get clash of clans on pcPlay the game clash of clansFree clash of clans download pc

Bow that number of gentlemen could dream of wielding. She can assault enemy villages or guard your village. These promoted skeletons have traded in their joy of destroying partitions for a pleasure of destroying defenses. Deploy them to choose out pesky mortars and cannons! His enormous boulders bounce off their targets and hit once more at the rear of it for double strike! The could of the dragons are recognized throughout the land.

This scaly terror of the skies feels no mercy and practically nothing will escape the fiery splashes of his breath. The Grand Warden is a excellent tactician who has expended decades discovering to harness strong artifacts of unfamiliar origin.

He toughens troops that attack enemy villages or guard your village. These pesky small creatures only have eyes for a person issue: LOOT! They are speedier than a Spring Lure, and their hunger for assets is limitless.

The mighty Golem loves to soak up injury! When ruined, it explodes and splits in two. This majestic creature life to shield and assist her fellow troops. Any army is enhanced with her healing support, but make sure to defend her from air defenses! This terror of the skies was born out of Dim Elixir. Undetectable by the Looking for Air Mine, Minions materialize with simplicity, but are fragile in our earth.

Clash of clans games for pcGames like clash of clans for pc freeClash of clans desktopClash of clans siteClash of clans best base designClash of clans town hall 8 defense layoutClash of clans building

handed axe, this glorious warrior operates amongst nearby structures and can shred a number of troops or buildings at as soon as with her whirlwind blow! anything I skipped or I should add! Will there be a regard thread for the Clash Royale Troops? give reddit gold in appreciation of this article. have any animations or everything to consider from. REDDIT and the ALIEN Brand are registered logos of reddit inc. You have to have to login to do that. is one particular of the most performed cell games in the Inter. Since it was released in 2012, its amount of consumers maximize exponentially. continuous try to equilibrium the activity with distinctive updates.

It will be a little disappointing for the paratively reduce stage players. But these updates can make a reasonable impact on the activity.

When it es to any Clash of Clans updates, the pretty first thing to contemplate is there any variety of transform in the troops and the spells? But it is neutralized in the current update. The hurt rate of Amount eight and Amount 9 mortars are greater by a truthful volume. Skeleton spells have bee additional productive as 26 skeletons can spawn with the use of just one skeleton spell. The clone spell would last very long on the battlefield. These are the standard updates on the troops and the spells.

Defenses are also pretty important element of this activity, so it is truly vital to maintain all the defenses in the stability. The primary attraction of the defense update is the introduction of the bomb tower, which is readily available at town corridor eight and far more.