Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Jeudi 14 Janvier 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara17 partages

Anosipatrana : Jiolahy efa-dahy nosamborin’ny SAG

Nandritry ny fisafoana nataon’ireto polisy avy ao amin’ny sampana miady amin’ny fanafihan-jiolahy mahery vaika na ny SAG, teny amin’iny faritra Anosipatrana iny no nahasamborana azy efa-dahy ireto. Voalaza fa mbola tratra teny aminy ireo fitaovana fampiasan’izy ireo amin’ny asa ratsiny.

Araka ny loharanom-baovao azo dia toa hoe vao avy nahavita ny asa ratsiny mihitsy ry zalahy ireto no sendra ireto mpanao fisafoana. Trano iray teny amin’iny faritra iny no fantatra fa avy norobain’izy ireo tamin’io fotoana io. Vantany vao nahita ireo mpitandro filaminana anefa izy ireo somary kaodikaody avy hatrany, nilonjehitra ireto entana isan-karazany. Toy ireny olona hifindra trano ireny izy efa-dahy saingy tsy manana izay mihitsy anefa. Nosakananan’ireo pôlisy avy hatrany izy ireo ary nanontaniana ireo entana novesaran’izy ireo. Nosavaina teo no eo ihany moa izany entana izany ka nahitàna entana sy firavaka lafovidy, ankoatry ny lelavola mitentina eo amin’ny roa tapitrisa ariary teo  ho eo. Ankilan’izay kosa, nisy ny fitaovana isan-karazany sy zava-maranitra. Nosamborina ary notanana natao andrimaso avy hatrany ry zalahy ireto ahafantarana ny tena marina. Voalaza fa tamin’izany fa tena jiolahy, isan’ny rain-dahiny amin’ny famakiana trano eny an-toerana ry zalahy ireto. Efa naverina tamin’ny tompon’ny trano vaky avokoa moa ireo entana nangalarin’izy ireo. Izy efa-dahy kosa natolotra ny Fampanoavana omaly ary heverina fa nadoboka am-ponja avy hatrany, raha tsy nisy ny fiovàna.

Tao anatin’ny herinandro maromaro izay dia nirongatra izay tsy izy ny resaka tsy fandriampahalemana teny amin’iny faritra Anosipatrana sy ny manodidina iny. Tsy vitsy amin’ireo mponina no mikaikaika ny amin’ny nafitsok’ireo olon-dratsy mitam-piadiana, izay tsy menatra ny mamono sy manolana izay sendra azy. Toy ny nahazo ireo andiana tanora avy nanao asa soa voatafika ny alin’ny krismasy lasa teo. Misimisia ny fisafoana toa izao, hoy ny mponina, mba hifanenan’ireo jiolahy amin’ny « mpaka kitay » tsara …

m.L

Midi Madagasikara12 partages

Livre : Sortie de « Gardens of Mars : Madagascar, an history Island »

La couverture de « Gardens of Mars : Madagascar, an history Island »

Dans « Gardens of Mars : Madagascar, an history Island », paru il y a quelques jours, l’anglais John Gimlette écrit avec optimisme sur l’avenir de la Grande Île. Bien qu’il décrive un pays noyé dans la corruption. Il loue par ailleurs l’opiniâtreté et l’intelligence du peuple, trouvant toujours les moyens de s’en sortir. Sans vouloir jouer au misérabilisme, l’auteur déploie quelques points de vue personnels, à prendre comme des critiques, sur les faiblesses contemporaines du pays.

Comme la fuite des cerveaux, surtout vers la France ou les pays francophones. Il donne aussi des chiffres assez grisants, comme quoi deux millions de tananariviens vivent avec seulement un euro ou en dessous. En dressant un tableau des moins attrayants, il apporte cependant des éléments d’espoir. Pour lui Madagascar sera « un hub numérique » et que l’industrie va employer plus de 50 000 personnes.

La raison est que le pays bénéficie de la 4G la plus rapide de l’Afrique, il n’a pas précisé qu’il est aussi l’un des plus coûteux. Dans l’ensemble, le livre se ressemble plutôt à un carnet de voyage d’un touriste éclairé. Donc, le lecteur y retrouve des raccourcis et quelques approximations. Il qualifie par exemple, le président Andry Rajoelina, « d’avoir débuté en tant que Dj », dans des stations radios.

Et que Ravalomanana, en tant qu’anglophone, a été chassé du pouvoir avec l’appui des français et des russes. À se demander d’où il tient ces affirmations. Par ailleurs, entre images et lecture positive d’un pays, le livre donne un bol d’air frais à un lecteur en quête d’une lecture ludique. John Gimlette a aussi écrit des livres/carnets de voyage sur le Sri Lanka et le Suriname.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara4 partages

Trafic d’or : Les 3 suspects en Afrique du Sud demandent une libération sous caution

La maison de force de Tsiafahy a hébergé, jusqu’à présent, 7 personnes impliquées dans cette exportation illicite d’or.

La société SGM, qui est au cœur de ce scandale, a présenté des faux documents à partir d’une déclaration de la douane malienne pour pouvoir embarquer les 73,5 lingots d’or.

Les trois personnes arrêtées en Afrique du Sud ont émis une requête auprès de la justice sud-africaine pour une libération sous caution. Alors que la justice malgache demande leur extradition et le rapatriement des 73,5 kg d’or saisis dans ce pays. Une demande officielle formulée par le pôle anti-corruption a été transmise par voie diplomatique, dimanche dernier, auprès de la justice sud-africaine. Dans ce cadre, le ministre des Affaires étrangères, Liva Tehindrazanarivelo, a rencontré, dimanche, à son bureau, la chargée d’affaires auprès de l’ambassade sud-africaine.

Emissaires. Au niveau de l’exécutif, l’affaire est prise très au sérieux et mobilise une armée de hauts responsables à différents niveaux. Cette mobilisation fait également l’objet de plusieurs supputations, notamment sur les réseaux sociaux. Depuis quelques jours, des comptes « fake » sur le réseau social facebook amplifie les bruits sur l’existence des émissaires qui auraient entamé des tractations avec les autorités sud-africaines sur cette affaire. Mais plusieurs sources en haut lieu démentent ces rumeurs.

Rumeurs. Aucune délégation mandatée par le gouvernement n’a fait, selon nos sources, aucun déplacement en Afrique du Sud dans le cadre de cette affaire, contrairement aux rumeurs qui courent sur la toile. Toutefois, le suivi de l’affaire sur les terres sud-africaines est confié à l’ambassade malgache à Pretoria. Dans le pays, le ministère du Transport et de la Météorologie, celui des Mines et des Ressources stratégiques, celui de la Sécurité Publique et du secrétariat d’Etat de la gendarmerie, ainsi que la direction générale de la douane, sont mobilisés pour dénouer la situation aux côtés du pôle anti-corruption qui coordonne l’enquête.

Pièces détachées. Les enquêtes menées par les autorités resserrent l’étau autour des trafiquants. La déclaration E1343 à la douane présentée par ces derniers dans le cadre de cette affaire falsifie un document de l’administration douanière malienne. Le document authentique émis par le bureau des douanes de l’aéroport de Bamako-Senou, qui a été donc modifié illégalement par la société SGM, il  s’agit d’une déclaration dont la nature des marchandises déclarées en douanes n’est que « des roues dentées et autres éléments de transmission », en d’autres termes des pièces détachées pour véhicules motorisés. Celle présentée par la société SGM concernant cette affaire de trafic d’or ne provient pas alors des douanes maliennes de l’aéroport de Bamako-Sénou, a affirmé une source.

Ni nom ni date. La société a ainsi procédé à déformer le document de la douane malienne, notamment la déclaration E1343, en changeant la nature des marchandises, pour pouvoir embarquer les métaux précieux.  Et lorsque le document a été présenté à Ivato, avant le départ du convoi, il n’y a affiché non plus ni le nom du douanier responsable ni la date de sa signature. L’utilisation de faux documents par les trafiquants est donc avérée dans ce cas. On peut, en effet, projeter que la piste de l’origine malienne des 73,5 kg d’or peut être écartée.

Mines. La mobilisation presque générale derrière le dépouillement de cette affaire d’exportation illicite de 73,5 kg d’or interceptée en Afrique du Sud serait synonyme d’une détermination des autorités à démanteler le vaste réseau de trafiquants d’or qui a ruiné le pays depuis longtemps. A partir de cette affaire, l’Etat compte pousser l’investigation, nous a indiqué une source en haut lieu, à tous les niveaux de l’organisation du trafic allant de la localisation des mines d’extraction, en passant par l’identification des différents intermédiaires, des exportateurs jusqu’aux clients finaux.

PAF. La justice a déjà mis la main sur 8 personnes depuis la semaine dernière, celles qui sont impliquées directement dans cette exportation clandestine de 73,5 kg d’or vers Dubaï via l’Afrique du Sud. Et la justice ne compte pas s’arrêter là et resserre l’étau. D’autres personnes devront être entendues par le pôle anti-corruption Antananarivo, saisi pour traiter l’affaire. Des agents de l’aviation civile de Madagascar, de la douane, de la police de l’air et des frontières ainsi que de la gendarmerie, sont attendus, nous a-t-on signalé, pour comparaître devant les juges du pôle anti-corruption aux 67ha.

Rija R.

Midi Madagasikara3 partages

Concert : Les 30 ans de Tanora Masina Itaosy à célébrer en grandes pompes

Tanora Masina Itaosy aux couleurs malgaches.

Trois décennies, cent cinquante membres, neuf albums. Des chiffres impressionnants qui définissent actuellement la Chorale Tanora Masina Itaosy

Voilà 30 ans que la Chorale Tanora Masina Itaosy (Tmi) orbite dans la sphère de l’évangélisation à Madagascar. Des bougies qui méritent largement d’être célébrées en grandes pompes. Pour ce faire, la formation donne rendez-vous à son public le 30 janvier au Plazza Ampefiloha. Dans les alentours de 150 membres pour chanter en chœur, démontrer puissance vocale et cohésion le temps d’un après-midi. La chorale avec les musiciens au complet, prévoit également pleins de surprises, histoire de donner de la couleur au concert. Pas moins de quatre heures pour sillonner les neuf albums de la chorale en comptant les tubes à l’instar de « Kalvary », « Fitsarana » et « Mamelà ny nosinay ». Si ce concert est le premier pour 2021,  le coup d’envoi de la célébration des 30 ans sera marqué dimanche au  Flm Ambohimasina Itaosy.

Fidèle à ses préceptes, la chorale fait de l’évangélisation sa priorité.  Lovaniaina Rakotondranaivo, chef de chœur de la chorale d’avancer que « pour 2021, l’agenda de la chorale compte pas moins de 40 concerts à travers la Grande île. Effectivement, avec le confinement de l’année dernière, tous les concerts ont dû être reportés. De ce fait, nous avons repris  toutes les dates prévues de l’année dernière. Si les dates exactes ne sont pas encore définies, Majunga et la région Vakinankaratra auront leur part. »

A savoir que Tanora Masina Itaosy a été créée en 1991. La chorale doit son nom au « Raiamandreny Nenilava ». Ayant sorti son tout premier album en version cassette en 1999, c’est en 2004 que le troisième album dans lequel figure « Kalvary » est mis sur le marché. Cette fois, la chorale bascule sur Cd. Pourtant, c’est en 2006 que la notoriété commence à prendre forme. En 2014, Tmi frôle pour la première fois la scène du palais des sports et n’a plus cessé. Depuis, les chants de chorales entrent dans la catégorie des musiques tendances.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara3 partages

Trafic d’or : Les 3 suspects en Afrique du Sud demandent une libération sous caution

La maison de force de Tsiafahy a hébergé, jusqu’à présent, 7 personnes impliquées dans cette exportation illicite d’or.

La société SGM, qui est au cœur de ce scandale, a présenté des faux documents à partir d’une déclaration de la douane malienne pour pouvoir embarquer les 73,5 lingots d’or.

Les trois personnes arrêtées en Afrique du Sud ont émis une requête auprès de la justice sud-africaine pour une libération sous caution. Alors que la justice malgache demande leur extradition et le rapatriement des 73,5 kg d’or saisis dans ce pays. Une demande officielle formulée par le pôle anti-corruption a été transmise par voie diplomatique, dimanche dernier, auprès de la justice sud-africaine. Dans ce cadre, le ministre des Affaires étrangères, Liva Tehindrazanarivelo, a rencontré, dimanche, à son bureau, la chargée d’affaires auprès de l’ambassade sud-africaine.

Emissaires. Au niveau de l’exécutif, l’affaire est prise très au sérieux et mobilise une armée de hauts responsables à différents niveaux. Cette mobilisation fait également l’objet de plusieurs supputations, notamment sur les réseaux sociaux. Depuis quelques jours, des comptes « fake » sur le réseau social facebook amplifie les bruits sur l’existence des émissaires qui auraient entamé des tractations avec les autorités sud-africaines sur cette affaire. Mais plusieurs sources en haut lieu démentent ces rumeurs.

Rumeurs. Aucune délégation mandatée par le gouvernement n’a fait, selon nos sources, aucun déplacement en Afrique du Sud dans le cadre de cette affaire, contrairement aux rumeurs qui courent sur la toile. Toutefois, le suivi de l’affaire sur les terres sud-africaines est confié à l’ambassade malgache à Pretoria. Dans le pays, le ministère du Transport et de la Météorologie, celui des Mines et des Ressources stratégiques, celui de la Sécurité Publique et du secrétariat d’Etat de la gendarmerie, ainsi que la direction générale de la douane, sont mobilisés pour dénouer la situation aux côtés du pôle anti-corruption qui coordonne l’enquête.

Pièces détachées. Les enquêtes menées par les autorités resserrent l’étau autour des trafiquants. La déclaration E1343 à la douane présentée par ces derniers dans le cadre de cette affaire falsifie un document de l’administration douanière malienne. Le document authentique émis par le bureau des douanes de l’aéroport de Bamako-Senou, qui a été donc modifié illégalement par la société SGM, il  s’agit d’une déclaration dont la nature des marchandises déclarées en douanes n’est que « des roues dentées et autres éléments de transmission », en d’autres termes des pièces détachées pour véhicules motorisés. Celle présentée par la société SGM concernant cette affaire de trafic d’or ne provient pas alors des douanes maliennes de l’aéroport de Bamako-Sénou, a affirmé une source.

Ni nom ni date. La société a ainsi procédé à déformer le document de la douane malienne, notamment la déclaration E1343, en changeant la nature des marchandises, pour pouvoir embarquer les métaux précieux.  Et lorsque le document a été présenté à Ivato, avant le départ du convoi, il n’y a affiché non plus ni le nom du douanier responsable ni la date de sa signature. L’utilisation de faux documents par les trafiquants est donc avérée dans ce cas. On peut, en effet, projeter que la piste de l’origine malienne des 73,5 kg d’or peut être écartée.

Mines. La mobilisation presque générale derrière le dépouillement de cette affaire d’exportation illicite de 73,5 kg d’or interceptée en Afrique du Sud serait synonyme d’une détermination des autorités à démanteler le vaste réseau de trafiquants d’or qui a ruiné le pays depuis longtemps. A partir de cette affaire, l’Etat compte pousser l’investigation, nous a indiqué une source en haut lieu, à tous les niveaux de l’organisation du trafic allant de la localisation des mines d’extraction, en passant par l’identification des différents intermédiaires, des exportateurs jusqu’aux clients finaux.

PAF. La justice a déjà mis la main sur 8 personnes depuis la semaine dernière, celles qui sont impliquées directement dans cette exportation clandestine de 73,5 kg d’or vers Dubaï via l’Afrique du Sud. Et la justice ne compte pas s’arrêter là et resserre l’étau. D’autres personnes devront être entendues par le pôle anti-corruption Antananarivo, saisi pour traiter l’affaire. Des agents de l’aviation civile de Madagascar, de la douane, de la police de l’air et des frontières ainsi que de la gendarmerie, sont attendus, nous a-t-on signalé, pour comparaître devant les juges du pôle anti-corruption aux 67ha.

Rija R.

Midi Madagasikara2 partages

Non-port de masque dans les villes : Une centaine d’individus capturés par la police

Depuis l’arrivée du coronavirus à Madagascar, complémentaire des gestes barrières tels que se laver les mains, maintenir une distance physique d’au moins 1 mètre,  le port du masque s’impose chaque jour davantage comme un nouveau réflexe mais aussi une règle dans certaines zones du pays. Il permet de casser les chaînes de contaminations et de se protéger les uns les autres. L’obligation de porter le masque dans les lieux publics clos s’étend aux bureaux non individuels. Le non-respect de l’obligation de porter le masque est puni d’un travail d’intérêt général. Les autorités imposent le port du masque dans les lieux publics comme dans la rue, au marché, au centre-ville. Et une opération de rappel à l’ordre a été lancée depuis lundi en vue de faire respecter les gestes barrières relatifs à la lutte contre le coronavirus. Plusieurs individus ont été capturés hier dans chaque recoin de la ville d’Antananarivo dans le cadre de l’opération effectuée par les forces de l’ordre. Des éléments de la police nationale se déplacent sur le terrain pour voir de près la situation au travers les rues les plus fréquentées. L’objectif de cette action n’est pas seulement d’inciter la population à porter le masque mais aussi de respecter les gestes barrières. Même si ces attitudes devraient faire partie du quotidien de la population, beaucoup semblent oublier la nécessité de ces gestes. Dernièrement, la règle a été transférée dans les zones de grande fréquentation. Les gens ne respectaient plus les mesures de protection sanitaire. Beaucoup n’ont pas de masque ou en mettent mais d’une manière incorrecte. Face à cela, les actions de mobilisation ont été renforcées depuis lundi . Les forces de l’ordre se dispersent dans la ville et emmènent avec eux ceux qui n’ont pas de masque. Depuis le début de la semaine, des centaines de personnes ont ainsi été prises car elles ne faisaient pas usage d’un masque. A Anosibe, le commissariat du cinquième arrondissement chargé de ce secteur a pris 62 personnes. A Ampasapito , les individus appréhendés sont au nombre de 90 . Ces personnes sont envoyées à effectuer des travaux d’intérêt général dans les espaces publics après quelques minutes de rappel à l’ordre par les forces de l’ordre. Aucune excuse n’est autorisée en cette période où une nouvelle forme de coronavirus menace le pays. Les autorités sensibilisent la population à être vigilante face à cette pandémie. Madagascar n’est pas encore épargné du coronavirus.

Yv sam

Midi Madagasikara1 partages

Palais de verre Anosikely : Rapport de la commission d’enquête, hier

Les sénateurs se sont penchés, hier, sur le rapport de la commission d’enquête.

Le Sénat a procédé, hier, au rapport de la commission d’enquête. Une réunion qui s’est tenue à huis clos. D’après des indiscrétions, la discussion aurait été houleuse. Toutefois, sur une station privée de la capitale, le président du sénat a parlé de quatre points qui ont été examinés par cette commission, à savoir l’évasion dans la prison de Farafangana, l’importation illicite des armes de guerre, la gestion de la Covid-19 et les doublons, lors des élections. Et d’enchaîner que le rapport va être transmis ce jour (lire hier) aux ministères concernés.

Incident. En outre, le président du Sénat, Rivo Rakotovao, a parlé d’un incident regrettable qui s’est passé, hier, à la Chambre haute. Il a parlé notamment de certains sénateurs nouvellement élus qui ont déjà pris possession des bureaux, pourtant le président du Sénat de souligner que cela ne devrait avoir lieu qu’après la passation, c’est-à-dire, le 19 janvier prochain.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Isoanala RN13 : Deux taxi-brousses transportant des migrants interpellés pour surcharge

L’existence des deux taxi-brousse transportant des migrants en provenance de l’Androy pour fuir le kere sévissant actuellement dans cette partie méridionale de l’île a fait le buzz sur les réseaux sociaux, hier. Ces véhicules ont été immobilisés par les forces de l’ordre sur la RN13, soit exactement dans la commune d’Isoanala, district de Betroka. Beaucoup ont reproché cette mesure en la qualifiant d’entrave aux principes universels de Droits humains portant sur la liberté de circuler. À travers un communiqué publié hier, la Gendarmerie veut apporter les explications suivantes. Hier vers 4 heures du matin, les policiers de la route ont interpellé ces véhicules après avoir constaté des infractions en matière de transport de voyageurs. Le nombre de leurs passagers dépasse celui autorisé par la loi (surcharges). Acte qui est passible d’amende et de la mise en fourrière. Une heure plus tard, soit vers 5 heures 15 minutes, les deux autocars ont pu reprendre leur chemin en  respectant le nombre normal de passagers lorsque les propriétaires ont payé les amendes y correspondant. Les cinq passagers en surplus ont été transbordés dans d’autres voitures. La Gendarmerie souligne que des gendarmes qui ne prennent pas leur responsabilité devant ce genre d’infraction sont également passibles de sanction. La pratique de surcharge est le plus souvent à l’origine de plusieurs accidents mortels sur cette route nationale. En effet, le communiqué susmentionné dément alors l’idée véhiculée sur les réseaux sociaux disant qu’il est interdit aux gens du Sud de migrer à Antananarivo.

T.M.

La Vérité0 partages

Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !

La situation se complique pour le Président sortant des Etats – Unis, Donald Trump. Alors que la date du 20 janvier, jour d’investiture du nouveau Président élu, Joe Biden approche à grands pas, l’actuel locataire de la Maison Blanche continue de faire de la résistance. Dans la soirée de mercredi, le Chef d’Etat américain a fait l’objet d’une procédure de mise en accusation (« impeachment ») au niveau du Sénat, et ce pour la seconde fois. L’année 2019, le Président Donald Trump a déjà fait l’objet d’une mise en accusation mais n’a pas abouti.Cette fois – ci, la mise en accusation a été adoptée par la chambre des représentants. A priori, les voix d’une dizaine d’élus républicains ont fait pencher la balance. Ce fut par 232 contre 197 voix que la chambre des représentants a voté la mise en accusation de Donald Trump. La décision du Sénat est vivement attendue à ce sujet. D’ailleurs, le Président sortant risque gros et pourrait ne plus pouvoir briguer un mandat présidentiel dans les années à venir.Des comptes suspendus Suite aux violences survenues à Washington, notamment l’assaut du Capitole, plusieurs réseaux sociaux ont décidé de suspendre le compte de Trump. Facebook et Twitter ont été les premiers à bloquer la page du Président américain. Dans une publication en date du 7 janvier, Mark Zuckerberg (fondateur de Facebook) en personne annonce la suspension du compte de Donald Trump. Mercredi, la plate – forme Snapchat a annoncé que désormais Donald Trump y sera définitivement banni. Rappelons que les médias traditionnels comme les chaînes de télévision américaines ont déjà tourné le dos à Donald Trump lorsqu’il a prétendu sortir vainqueur des élections présidentiels alors que les résultats provisoires tendaient vers la victoire de Joe Biden.L’assaut du Capitole par des partisans en colère de l’ex – locataire de la Maison Blanche a déclenché cette vague de bannissement. Un incident considéré comme une manœuvre anti – démocratique par les autorités américaines. D’ailleurs, au lendemain de cet évènement, l’ambassade américaine à Madagascar a réagi via un communiqué en qualifiant les manifestants de « criminels » ayant commis des « actes de violence et de terreur contre la démocratie ». La Rédaction

La Vérité0 partages

Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême

La rentrée judiciaire a été annoncée hier de façon solennelle lors d’une cérémonie officielle dans la salle de séance de la Cour suprême Anosy. Le premier président de la Cour suprême a demandé la mise en place de la Cour administrative d’appel. Ça y est. C’est la rentrée. Mais il ne s’agit pas d’une rentrée scolaire. Il s’agit de la rentrée judiciaire après 20 jours d’arrêt d’activités. Le système judiciaire malagasy va reprendre sa vitesse de croisière pour satisfaire les usagers du service public de la Justice. Beaucoup d’usagers attendent en effet avec impatience cette reprise afin de faire valoir leurs droits.Le mot d’ordre pour cette rentrée judiciaire est la rapidité de traitement des dossiers et la lutte contre la corruption. C’est ce qu’a annoncé le procureur général de la Cour suprême Andriantianarivelo René José. Ce sont les grands défis de la Justice que chaque agent et tous les auxiliaires de Justice devraient relever.Le procureur général de la Cour suprême a également profité de l’occasion pour dresser un bilan des activités de la Cour. Il a cité qu’en 2019, 153 dossiers n’ont pas été traités. Et en 2020, 612 dossiers n’ont pas également été traités. Mais qu’en tout, 614 décisions ont été prises par la Cour suprême. Il ne reste donc plus que 151 dossiers à traiter.De son côté, le premier président de la Cour suprême Andriamanankiandrianana Rajaona a expliqué que la Cour suprême joue un rôle important dans le pays. La raison pour laquelle elle doit avoir sa place d’honneur parmi toutes les institutions. Des efforts seront ainsi déployés pour que la Cour suprême soit reconnue comme telle.Poursuivant ses explications, le premier président de la Cour suprême a avancé que des Cours administratives doivent être mises en place. Le système actuel, le Conseil d’Etat faisant office d’appel et de cassation, a prouvé ses limites. La raison pour laquelle cette Cour a déjà avancé des recommandations dans ce sens aux autorités judiciaires compétentes.La mise en place d’un triple degré de juridiction en matière administrative ne sera pas une grande première dans le pays. Le premier président de la Cour suprême a rappelé que par le passé, des tribunaux administratifs d’appel ont existé, et ce pendant une trentaine d’années. Il suggère alors de prendre les leçons du passé pour mieux avancer à l’avenir.La rédaction

La Vérité0 partages

La furie d’un peuple

Prenez garde de la rage d’un peuple excédé ! Samedi dernier, le 9 janvier, un « dahalo » tristement célèbre connu sous le sobriquet de « Benafy » a été atrocement abattu par le fokonolona à Ambinanikely dans le District de Maevatanana (Région d’Ambatoboeny). Sans pitié ni remords, les gens du village qui l’interpellèrent, après l’avoir repéré,le charcutèrent, le décapitèrent. Le peuple, excédé des attaques à main armée à répétition par des bandits, sans foi ni loi, dans cette Région en particulier dans les parages de Maevatanana (décrétés « zone rouge »), n’a accordé aucune chance de survie à ces bandits.Quelques semaines auparavant, le 28 décembre, la population d’Imerintsiatosika saccagea la Brigade de la gendarmerie. Ni les bombes lacrymogènes, ni les tirs en l’air n’ont pas réussi à dissuader le peuple à faire valoir sa furie. En cause, la population soupçonne les gendarmes de vouloir « protéger » un criminel dans leur camp. Et ils ont attaqué la Brigade. Résultats : tout partait en fumée !En début d’année 2017, un scandale s’éclatait dans la Commune d’Antsakabary. Une localité sise dans le District de Befandriana- Avaratra (Région de Sofia) où deux éléments de la Police nationale de Mahajanga, le sous-brigadier Razafison Dieudonné et l’agent de 1 er échelon Razafindramevajery Samson ont trouvé la mort et ce de façon atroce. Dépêchés sur place pour le besoin d’enquêtes suite à un délit relativement important sinon banal, les deux agents ont été abattus. La population locale se méfiant de leurs comportements plutôt inquiétants les avait appréhendés et les a mis à mort des suites d’une vindicte populaire.Les représailles de la Police n’ont pas tardé à sévir causant un dégât inestimable sur place. Jusqu’à ce jour, l’affaire d’Antsakabary n’a jamais été élucidée.Les exemples de furie d’un peuple peuvent se multiplier à… l’infini.Le drame dans tout cela, c’est que les dirigeants qui s’étaient succédé au sommet de l’Etat avaient tous la mémoire courte. Du feu Philibert Tsiranana jusqu’à Rajaonarimampianina Hery, en passant par Ratsiraka Didier et Ravalomanana Marc, ignoraient les différentes contestations populaires. Ils se moquaient des enseignements offerts par le passé et se croyaient inaccessibles à la furie populaire.Les incessantes coupures d’eau et d’électricité dans la Capitale ainsi que dans les environs immédiats finiront un beau jour par faire craquer le moral. Les délestages intempestifs en eau à longueur de la semaine agaceront les usagers. Il ne faut pas attendre que le peuple fasse éclater sa furie pour qu’on daigne apporter des solutions viables et durables. Si les responsables se sentent incapables à le faire, il faut avoir l’honnêteté de remettre le tablier à qui de droit.L’inflation toujours galopante sévissant, surtout les prix des PPN, aura raison un jour de la patience du petit peuple. Les prix du riz et de l’huile alimentaire se trouvent totalement hors de portée. On a l’impression que les responsables concernés plafonnent et font du sur-place ! Ayez au moins l’amabilité de laisser la place aux autres beaucoup plus perspicaces si les exigences de la responsabilité vous dépassent.Le commun des mortels ne cherche pas la lune. Il croit être en droit de réclamer le minimum vital. Méfions-nous de la furie d’un peuple !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Secteur textile - « Les entreprises franches vivent au jour le jour » dixit Hery Lanto Rakotoarisoa, pr...

Un début d’année assez difficile. La crise sanitaire malmène toujours le secteur du textile et habillement. Les mesures sanitaires ont été renforcées dans les pays importateurs comme l’Afrique du Sud, les Etats-Unis et l’Europe. Dépendantes de l’évolution de la pandémie au niveau mondial, les entreprises franches vivent désormais au jour le jour et non plus en fonction des campagnes comme auparavant. « Notre secteur ne s’est pas totalement redressé, malgré le retour à la normale des activités dans le pays. Nos clients viennent tous des pays durement frappés par la pandémie. On vit maintenant au jour le jour. Les contrats ne se font plus maintenant par campagne d’été ou d’hiver mais au coup par coup. Vu les restrictions de déplacement et la fermeture du ciel, les échantillons sont envoyés par fret. On attend par la suite le retour des clients. Dorénavant, la production dépend du volume des commandes. Le travail varie aussi de la même façon. Quand on ne reçoit pas de commande, les employés sont envoyés au chômage technique» raconte Hery Lanto Rakotoarisoa, président du GEFP. Aucune visibilité Les perspectives demeurent floues pour le secteur. Questionné sur le sujet, le président du GEFP n’était pas en mesure de déterminer les prévisions au titre de l’année 2021. « Nous manquons encore de visibilité tant pour la réouverture des frontières que l’évolution de la situation mondiale. Une grande incertitude règne », poursuit-il. Pour ce secteur qui représente 29% du Produit intérieur brut, les recettes de l’exportation et le sort des milliers d’employés sont frappés lorsque l’activité des entreprises franches est mise à mal. Le Gouvernement a tout de même considéré l’hypothèse de la reprise du secteur cette année dans la loi de Finances 2021. Par ailleurs, les opérateurs soufflent un peu concernant les obligations fiscales. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Campagne de reboisement 2020-2021 - Plus de 70 millions de jeunes plants seront mis en terre

La campagne de reboisement 2020-2021 sera officiellement lancée mardi prochain à Taolagnaro. Pour cette année, 70 500 000 jeunes plants seront mis en terre et des efforts ont été mobilisés pour mettre en place des pépinières au niveau de chaque District et Communes ainsi que des Fokontany du pays. Deux vitrines de reboisement sont instaurées dans les Régions d’Analamanga et d’Itasy afin de sensibiliser et inciter les citoyens à participer aux reboisements. Suivant cette perspective, le ministère de l’Environnement et du Développement durable (MEDD) et le ministère de l'Education nationale collaborent dans la mise en œuvre du programme "Un élève, un arbre" afin d'impliquer les élèves dans la protection de l'environnement. Les actions de lutte contre les feux ont été également renforcées et la politique de "Tolérance zéro" est appliquée afin de protéger les ressources naturelles. L'engagement du secteur privé et des entreprises dans le développement social, économique et humain ainsi que dans la protection de l'environnement à travers la politique Responsabilité sociétale des entreprises sera également renforcé. Les Directions régionales de l’environnement et du développement durable (DREDD) assurent aussi un suivi et contrôle systématique des entreprises polluantes. Pour la DREDD Analamanga, la réception des demandes de jeunes plants pour participer à la campagne de reboisement 2020-2021 sera clôturée le 22 janvier prochain. Le département a ainsi sélectionné et priorisé les jeunes plants répondant aux besoins de la population locale et adaptés aux conditions géographique et climatique de la Région. Plusieurs citoyens ont répondu à l'appel du ministère et sont venus récupérer ces jeunes plants en vue de mettre en œuvre la vision "Madagasikara Rakotr'Ala".

La Vérité0 partages

Traitement de la Covid-19 - Anosiala et Andohatapenaka de nouveau réquisitionnés

Face à la hausse inquiétante des personnes testées positives au coronavirus, le ministère de la Santé publique a de nouveau réquisitionné les deux Centres hospitaliers universitaires (CHU) Anosiala et Andohatapenaka depuis mercredi dernier. Ces établissements sanitaires seront ainsi spécialisés dans le traitement des patients de Covid-19. « Désormais, les hôpitaux Manara-penitra vont accueillir uniquement les porteurs du coronavirus. Actuellement, des patients y sont encore hospitalisés mais n’attendent plus que leur billet de sortie d’hôpital » a avancé le docteur Manitra Rakotoarivony, directeur de la promotion de la santé auprès du ministère de la Santé publique.  Hier, le CHU Anosiala comptait déjà 3 patients présentant de formes symptomatiques. Quant à Andohatapenaka, mardi dernier, il n’enregistrait qu’un seul malade infecté par le virus Sars-Cov-2. Selon toujours le docteur Manitra Rakotoarivony, les centres hospitaliers universitaires Joseph Raseta Befelatanana (JRB) et Joseph Ravoahangy Andrianavalona (JRA) doivent prendre en charge d’autres patients autre que les porteurs du virus. Pour cette raison, leur service doit être libéré. Il y a deux jours, 18 patients développant de signes graves de cette maladie infectieuse y ont été encore en cours de traitement.                                                                                                                En ce qui concerne le Centre de traitement covid-19 (CTC-19) au Village Voara Andohatapenaka, trois jours après l’annonce de la réouverture, les responsables sont encore en pleine installation des matériels indispensables. Cependant, son opérationnalisation est prévue pour cette semaine. En attendant, les cas suspects, c’est-à-dire ceux qui ont des formes symptomatiques douteux sont invités à rejoindre les deux hôpitaux spécialisés suscités ou encore à rejoindre les CSB II sans oublier les centres hospitaliers en périphérie tels qu’Anosy Avaratra ou encore Bongatsara.  Il est à noter que seul le ministère de tutelle, à travers le tracing contact, peut déterminer les personnes sans aucun signe clinique banal ayant été en contact avec un porteur du virus requérant des analyses en laboratoire. K.R.

La Vérité0 partages

Emigration de la population du Sud - Les Malagasy s’entraident

Plus de 500 personnes ont quitté le Sud de Madagascar. Elles ont quitté leur terre avec toutes leurs familles pour rejoindre la partie Nord de la Grande île dont Antsiranana, Ambilobe, Mahajanga ou encore Ambatondrazaka et Bongolava… Et pour pouvoir payer les frais de transport et subvenir à leur besoin durant le voyage, ces émigrants ont vendu tous leurs biens. Cependant, des imprévus sont survenus en cours de route. Le voyage ne s’est pas passé comme prévu puisque, à plusieurs reprises, ces personnes ont dû changer de taxis- brousse. Face à cette situation, ces familles sont bloquées au stationnement de Fasan’ny karana. Malgré la crise actuelle dans le pays où bon nombre de personnes sont confrontées à des crises financières, elles n’ont pas fermé les yeux face à la souffrance de leurs compatriotes. Depuis lundi, des riverains, des passagers et des gens de bonne volonté etc. se sont venus à leur rescousse. Ils ont contribué à l’achat des nourritures pour ces émigrants et apporté des habillements et couvertures. Or, certains d’entre ces derniers ont avancé qu’ils n’ont pas mangé depuis des jours. « Nous n’avons rien mangé jusqu’ici et on ne sait pas ce que nous réserve l’avenir », avance un père de famille. Pour le stationnement du Fasan’ny karana, il a pris en charge ces émigrants depuis leur arrivée dans cette localité. Des natifs d’autres Régions ont ainsi cotisé pour payer le frais de transport jusqu’à Ambondromamy de quelques-uns d’entre les migrants.En attendant le départ de ces familles, le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) et le ministère de la Population ainsi que l’Agence des transports terrestres (ATT) sont déjà sur place pour les accompagner. Des tentes pouvant accueillir jusqu’à 400 personnes seront installées sur place. « Jusqu’à ce jour (Ndlr : hier), nous n’avons pas encore le nombre exact de ces émigrants, puisqu’ils arrivent par vague. Toutefois, nous sommes prêts à les accueillir », avance le directeur général du BNGRC, le Général Elack Olivier Andrianjaka.  Quant au directeur général de l’ATT, le Général Reribake Jeannot, il a annoncé que son département ainsi que le ministère de la Population faciliteront le transport de ces émigrants vers leurs destinations. Avant de quitter la Capitale, ils subiront un test de dépistage de la Covid - 19.Anatra R.

La Vérité0 partages

Covid-19 à Wuhan- Chine - Un doctorant malagasy au premier rang !

Etudiant inscrit à « China University of Geosciences » (CUG). Flaubert Tiandraza fait partie des candidats au Doctorat en gestion des ressources foncières auprès de cette université chinoise implantée à Wuhan, où les premiers cas de Covid-19 ont été déclarés en décembre 2019. Ce doctorant malagasy figure parmi les membres de l’équipe « Iron- Volunteer », laquelle a été sélectionnée pour apporter de l’aide aux autres étudiants de son campus universitaire. « Bien que l’épidémie ait été accompagnée de nombreuses difficultés, la communauté internationale a reçu pendant cette période un soutien matériel et émotionnel suffisant de la part des autorités universitaires. Des commandes spéciales ont été faites à notre guise. Nous avons reçu des articles tels que des masques, des thermomètres, des désinfectants et des produits alimentaires comme du riz, de la farine, des œufs ainsi que des fruits et légumes. Ces équipements et vivres ont été distribués quotidiennement à plus de 400 étudiants par membre de l’équipe bénévole baptisée « Iron- Man » », témoigne l’étudiant malagasy, fier d’avoir été au premier rang. Selon les informations recueillies, une trentaine d’étudiants malagasy poursuivent leurs études auprès de la CUG, contre des centaines inscrits en Chine. Expérience époustouflanteCe doctorant malagasy est resté à la CUG, à Wuhan, tout au long de l’épidémie de Covid-19. « Ce fut une expérience époustouflante puisque de nombreuses vies ont été perdues. D’ailleurs, les membres de ma famille se sont beaucoup inquiétés pour moi. Mais plus tard, ils ont apprécié les actions menées par le Gouvernement chinois envers les étudiants de la communauté internationale », relate- t-il. Flaubert Tiandraza n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance envers les autorités chinoises, lesquelles ne leur ont pas laissé pour compte ni mourir de faim. « J’ai été étonné d’entendre et de voir à la télévision qu’un hôpital pouvant accueillir plus de 10 000 patients a été construit en 10 jours ouvrables. Je pense que la Chine a fait l’histoire et a laissé au monde une grande leçon à apprendre d’elle », s’exprime l’étudiant malagasy. En décembre 2020 ce dernier a récemment reçu, avec les autres bénévoles de l’équipe « Iron-Man », 3 certificats d’honneur du Gouvernement local, de la CUG et du département d’immigration.Cours et séminaires en ligneCours physiques suspendus jusqu’à nouvel ordre. Cette décision a été prise afin de respecter toutes les mesures préventives prises par le Gouvernement chinois contre la Covid-19. Pour y faire face, la CUG a organisé des cours et séminaires en ligne, permettant aux étudiants de poursuivre leur programme d’apprentissage. « Comme les autres étudiants, je ne regrette aucune perte de semestre ou d’année universitaire puisque les programmes en ligne étaient bien organisés et les cours dispensés en temps voulu. De plus, nos superviseurs étaient toujours prêts à nous aider à tout moment », avance Flaubert Tiandraza. « Outre le fait que je sois un doctorant, j’ai rejoint l’équipe d’étudiants bénévoles par amour des autres et de la communauté. Je pourrai témoigner qu’aller chercher de la nourriture et d’autres articles auprès des fournisseurs n’a jamais été facile, avec la propagation du coronavirus. Mais aujourd’hui, je peux partager mon expérience parce que nous avons mené ensemble un bon combat contre la Covid-19 », conclut-il.Recueillis par Patricia Ramavonirina

Ino Vaovao0 partages

RODOBEN’NY MPANOHITRA : Milaza hanova paikady amin’ny fanakorontanana ny firenena

Nilaza izy ireo fa ho mafy ary hiova tsy toy ny tamin’ny taon-dasa ny fanoherana hoentin’izy ireo maneho ny tsy fankasitrahana ny Fitondrana ankehitriny. Mazava ho azy fa ny tsy hampilamina ny firenena no tena kendren’izy ireo mba tsy ahafahan’ny Fitondram-panjakana ankehitriny, izay tarihin’ny Filoha Andry Rajoelina manatanteraka an’ireo vinam - pampandrosoana marobe ho an’ny vahoaka sy ny firenena.

Satria raha ho vita tanteraka izay fanamby nataon’ny Filoha tamin’ny vahoaka dia tsy azo hiodivirana ny mbola hahalany fanindroany ny antoko Tgv amin’ny fifidianana manaraka eo, ka hitohizan’ny fe-potoam-piasany ho amin’ny dimy taona manaraka indray. Izany indrindra no tena tsy levon’ny vavonin’ireo mpanohitra, izay mikasa ny handrombaka fitondrana an-keriny. Ireto farany izay mitady ny fomba rehetra mba tsy hahamarin-toerana ny fitondrana izay mikendry ny hamboly korontana hatrany. Araka ny fantatra dia hanova paikady hoentina maneho ny tsy fankasitrahana ny Fitondram- panjakana ankehitriny ny RMDM. 

Hisy ny fandaharana iombonana hiarahan’ny onjam-peo maromaro indray mandefa na ilay antsoina hoe “miara-manonja” hataon’ireo mpanohitra. Ao anatin’io fandaharana io no voalazan’izy ireo fa hitsikerana izay rehetra tsy mety hataon’ny Fitondrana. Nilaza ny mpitondra tenin’ny RMDM fa hiezaka ny hanamarin-toerana ny mpanohitra eto Madagasikara izy ireo. Milaza ny hanomana sahady ny fifamindram-pahefana ihany koa izy ireo. 

Voalaza ho efa nanomboka ny 8 janoary lasa teo io fandaharana miara-manonja hataon’ny mpanohitra ity. Lazaina ho mifototra amin’ny famakafakana ny raharaham-pirenena kanefa familiana ny saim-bahoaka mba tsy hanana fijery miabo eo anatrehan’ireo ezaka sy asa fampandrosoana imasoan’ny Fitondram-panjakana ankehitriny.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

FIKASANA HANONGAM-PANJAKANA, FANAKORONTANA … : “Tsy vahaolana ny fidinana an-dalambe”

Nambaran’ny filohany, Jean Nirina, fa tsy vahaolana intsony ny fanonganam-panjakana sy ny fidinana an-dalambe, fa tokony hiandry ny fifidianana amin’ny taona 2023 ireo mpanao politika mpitady fahefana. “Reseo lahatra amin’ny praograman’asanareo amin’ny fampandrosoana ny firenena ny vahoaka, dia izy ireo no aoka hitsara amin’ny alalan’ny fifidianana”, hoy ny nambarany.

Araka ny fanazavany, dia fahadisoana politika tanteraka ny faminganana, famotehana ary famonoana ny mpitondra izay miasa ankehitriny. Tsy manaiky entina any amin’ny korontana sy ny savorovoro intsony ny vahoaka, hoy ny Hafari, fa aleo any amin’ny fifidianana ihany no mifampitady. Voalazan’i Jean Nirina, fa tokony hahay hiaina sy hiaino ny manodidina ireo mpanao politika dia tsy tonga any amin’ny fanakorontanana. Tsy mpanao politika ny fikambanana tarihiny ary tsy hanao politika, fa mandroso soson-kevitra entina hanatsarana ny tontolo politika.

Sitraka r.

Ino Vaovao0 partages

BORIBORINTANY FAHAROA : Nitatitra ny asa vita ny Depiote Lanto Rakotomanga

Omaly, tetsy Tsiadana no nanao tatitra tamin’ireo vahoaka nifidy azy mahakasika ny asa vitan’ny Depiote nandritra izay fotoana nipetrahany teo amin’ny toerana izay izy. Tao anatin’izay roa taona naha Depiote azy izay, nahasahy nitaky tamin’ny mpitondra Fanjakana izay tena ilain’ny vahoaka ny Depiote Lanto Rakotomanga ary tsy nanao andraso, andraso fa avy hatrany dia namaha ny olan’ny mponina isaky ny misy fitarainana voarainy. Isan’ireo asa mankadiry vita ny fametrahana andrin-jiro mandeha amin’ny herin’ny masoandro sy ny fizaràna “takamoa led” mitsitsy, napetraka tamin’ireo faritra mena eny amin’iny faritra iny. 

Isan’ireo nametrahana izany, ohatra ny tao Saropody, Tsiadana, Ankatso, Ambohipo tanàna. “Ny fametrahana ireny jiro mandeha amin’ny herin’ny masoandro ireny dia tena zava-dehibe satria sady manampy amin’ny fampandriana fahalemana ireny no misoroka ny fisian’ny fahatapahan-jiro koa. Ny fampandriana fahalemana dia tena isan’ireo nimasoana ary voarakitra tao anaty velirano nifanaovana tamin’ny vahoakan’ny boriborintany faharoa”, hoy ny Depiote Lanto Rakotomanaga. Ankoatra izay fampandriana fahalemana izay, nahafantarana ity Depiote ity koa ny fikarakarana fampianarana maimaim-poana ho an’ireo mpianatra miatrika fanadinam-panjakana Cepe, Bepc, ary Bacc. Niaraka tamin’io koa ny fanolorana fitaovam-pianarana sy kojakoja ho an’ny mpianatra sy ny fizaràna fitaovana toy ny baolina, aron’akanjo ho an’ny tanora mpanao fanatanjahan-tena.

Fotodrafitrasa maro

Nanangana fotodrafitrasa famatsiana rano fisotro madio sy toeram-pidiovana maro koa ity Depiote ity raha tsy hilaza afa-tsy ny fotodrafitrasa natsangana teny Manjakamiadana, Andohamandry, Volosarika, Andohamandry ary Ambohipotsy. Nametrahana toby famatsian-drano vaovao koa ny teny Anjohy, Ambohitsoa, Ambohidepona, Andohanimandroseza. Nisy koa ny fametrahana lavadrano teny Ampahateza, Ambolokandrina, Ankatso ary Ambolokandrina. Ankoatra ireo, lalan-kely maro koa no efa voatsangana ao amin’ny Boriborintany faharoa. Isan’ireo efa nisitraka izany ny teny Anjohy, Ampasanimalo, Andohanimandroseza, Ampamatanana ary Tsiadana. Nizara karatany faobe ho an’ny fianakaviana maherin’ny 3 000 koa izy ary tokantrano maherin’ny 5 00 no mbola hizaràna izany ato ho ato. Isan’ireo nahasahy nijoro, nanampy ny mpianatra nandritra ireny vanim-potoanan’ny fihibohana ireny koa ny Depiote Lanto Rakotomanga. 

Nampanao fizaham-pahasalamana sy fizaràna fanafody maimaim-poana koa izy sy ireo mpiara-dia aminy ary tsy nanao ambanin-javatra ny fizaràna aron-tava sy tsiranoka mamono viriosy nandritra izay fotoana nisian’ny covid-19 izay. “Niasa izahay, namaly ny antson’ny mponina, nitatitra ny hetaheta tany amin’ny mpanatanteraka ary mbola vonona hanohy izany hatrany”, hoy ny nambarany.Nanteriny moa fa hanolotra volavolan-dalàna vaovao hodinihin’ny Depiote mandritra ny fivoriana manaraka eo ny tenany ary tsy hitsahatra hitaky ireo ilain’ny mponina any amin’ny mpanatanteraka.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

“MIATRIKA COVID” : Homena fiofanana ireo mpisehatra amin’ny fizahan-tany

Novolavolain’ny Ministeran’ny fizahan-tany sy ny famantarana ny toetr’andro izy ity ary natao ho an’ireo mpisehatra ao anatin’ny fizahantany. Iarahana miasa amin’ny Banky iraisam-pirenena. Amin’ny alalan’ny fampiofanana ireo mpiasa no hanataterahana izany, mba hahafahana mitazona ireo asa fototra any anivon’ireo orinasa momba ny fizahantany sy hamafisana ny fahaiza-manaon’izy ireo. Maherin’ny 250 ireo fiofanana hotanterahina eto Antananarivo sy ny manodidina izay hahavoakasika mivantana mpiasa manodidina ny 5 000.

Hiompana amin’ny resaka fianarana teny vahiny, ireo asa fototra, ny informatika ary ny asa tena, ny fiofanana izay hanomboka amin’ny faran’ny volana janoary ho avy izao ary hitohy mandritra ny herintaona. Ireo mpiasa mivantana avy amin’ireo orinasa misehatra amin’ny fizahantany sy ireo mpiasa tena mpikambana amin’ireo vondrona matihanina na tsia toy ny mpiseradia, no kendrena hahazo fampiofanana. Ny kaonfederasion’ny fizahan-tany eto Madagasikara (Ctm) no misahana mivantana ny fanatanterahana ity tetik’asa ity.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

TSY FANAOVANA ARO VAVA SY ORONA : Olona an-jatony nahazo sazy henjana

Teny amin’ny faritra Anosibe dia ny Polisy avy amin’ny kaomisarian’ ny Polisy boriboritany faha-5 Mahamasina niaraka ny avy amin’ny Kaomisaraia Tsaralalàna no nanatanteraka ny hetsika, ka 62 no isan’ireo voasazy nanao asa iombonana. Ny 12 amin’ireo dia tsy nanao arovava orona mihitsy, ny 50 kosa nanao ny azy eny ambany saoka. 

Ny teny amin’ny faritra Ampasampito kosa dia ny Polisy avy ao amin’ny Kaomisarian’ny Polisy Boriboritany faha-3 Antaninandro sy ny Polisy avy amin’ny kaomisaria Tsaralalàna no nanao izany. Olona 90 no voasazy ka ny 11 dia tsy nanao fiarovana mihitsy ny 79 kosa nanao izany teo ambany saoka. Hitohy hatrany izao hetsika izao. Ny Polisim-pirenena dia manentana ny tsirairay mba samy hanaraka ny fepetra ara-pahasalamana, tsy ny fanasaziana no zava-dehibe fa ny fahatsapantenan’ny tsirairay. Iara-mahita ny faran’ny herinandro teo ihany koa fa niakatra izaitsizy ny tahan’ny isan’ny marary sy matin’ny coronavirus.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA “SANGANY SY VOAFEHIKO” : Mpianatra 66 sy mpampianatra 40 hotolorana mari-pankasitrahana

Natao ity hetsika ity hanomezana lanja ny ezaka vitan’ny mpampianatra sy mpianatra, hanomezana risi-po azy ireo mba hanohy hatrany ny ezaka rehetra natao hatramin’izay hahazoana vokatra tsara fa indrindra hanatsarana hatrany ny kalitaon’ny fanabeazana. Haharitra telo andro ny fandraisan’ny minisitera an-tanana an’ireo mpianatra miisa 66 sy mpampianatra miisa 40 eto Antananarivo. Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoanan’izy ireo ny fiatrehana hetsika ara-kolontsaina sy zavakanto, ny fitsidihana orinasa, ny oniversite Ankatso, ny Lapan’ny tanana Analakely, Rova sy ny valan-javaboary ao Tsimbazaza ary ny fijerena sarimihetsika ao amin’ny Plaza Ampefiloha miampy ny fihaonana amin’ny Filoham-pirenena.

Ny hetsika “sangany" dia anomezana maripankasitrahana ireo mpianatra nahazo naoty tsara indrindra tamin’ny fanadinam-panjakana ka ireo mpianatra nahazo ny naoty tsara indrindra isaky ny faritra 22 no nantsoina amin’io. “Ny Voafehiko” kosa indray dia natao hankasitrahana ireo mpampianatra mitazona taranja iray ary nanana ankizy nahazo ny naoty tsara indrindra tamin’izay taranja notanany izay. “Tosika lehibe ity ataon’ny Minisitera ity satria manokatra ny sain’ny ankizy hikaroka sy haniry ny tsaratsara kokoa hatrany”, araka ny fanazavan-dRandrianarivo Hasiniaina, Talen’ny fampianarana ambaratonga faharoa, eo anivon’ny Minisiteran’ny fanabeazam-pirenena. Fantatra koa moa fa hizaran’ny Ministera fitaovana ireto ankizy mendrika indrindra ireto hahafahany manohy ny fianarany amin’ny sehatra ambony kokoa. Raha ny fanadihadiana natao, fantatra fa misy tamin’ireto ankizy hotolorana mari-pankasitrahana ireto no nahazo naoty 19,9 tamin’ny 20.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

COVID-19 : Faritra miisa 14 no voakasika vokatry ny tsy fanajana ireo fepetra ara-pahasalamana

Noho ny tandrevaka amin’ny fanarahana an’ireo fepetra ara-pahasalamana dia mihamahazo vahana eto amintsika indray ity areti-mandoza ity. Miverina mirongatra indray ny valanaretina Covid-19 raha toa ka efa azo lazaina ho nilamina izany teo aloha. Io filaminana kely io indrindra no mahatonga ny olom-pirenena tsy taitra intsony amin’ny fanarahana an’ireo fepetra ara-pahasalamana. Vokany, mitombo isa ireo mararin’ny Covid-19 amin’izao fotoana izao. Nitombo hatrany amin’ny avo telo heny ny antontan’isa mahazatra ny tarehimarika ôfisialy izay nivoaka farany teo. Nahatratra hatrany amin’ny 234 ny tranga vaovao tato anatin’ny herinandro farany kanefa efa tsy nisy afa-tsy 50 no latsaka izany hatramin’izay nivoahan’i Madagasikara tato anatin’ny fihibohana. 

Nambaran’ny teo anivon’ny Minisiteran’ny Fahasalamana fa Faritra miisa 14 no voakasika sy ahitana olona mitondra ny tsimokaretina amin’izao, Faritra efatra ao anatin’ireo no tena misy ny maro an’isa indrindra. “Faritra 14 eo no ahitana ny Covid-19 ary ao anatin’ireo dia misy faritra efatra izay azo lazaina ho betsaka. Tafiditra ao anatin’izany ny Faritra Analamanga, Boeny, Vatovavy Fitovinany ary Matsiatra Ambony”, hoy ny nambaran’ny Minisitry ny Fahasalamana. Nohamafisiny fa noho ny tsy fanajana an’ireo fepetra sy sakana ara-pahasalamana no mampiverina indray ny fiakaran’isan’ireo marary tratran’ny Covid-19. “Izao fiakaran’isa izao dia hita fa noho ny tsy fanarahana ireo fepetra sy sakana ary ireo fitsipika maro samihafa izay napetraka mba tsy hiparitahan’ity tsimokaretina ity ary marihina fa ireo fitsipika ireo dia mbola manan-kery ary napetraka izany mba hotohizana, ka mila hamafisina mihitsy aza”, araka ny fanazavany hatrany. Manoloana izany dia mampahatsiahy ny rehetra ny Minisitera amin’ny hanajana an’ireo sakana ara-pahasalamana mba tsy hiparitahan’ity tsimokaretina ity. Tsy misy afa-tsy ny fanajana ireo fepetra ara- pahasalamana ihany hatreto no vahaolana ahafahana mifehy mifehy ny tsy hiparitahan’ity valanaretina ity.

Nisy ny fepetra vaovao noraisina

Manomboka izao dia hihamafy ny faraha-maso hatao ho fampiharana an’ireo fihetsika sakana sy fiarovana ara- pahasalamana, indrindra fa ny fitondrana aro vava sy orona eny an-dalambe. Hanamafy ny fanentanana rehetra ihany koa ny Minisitera mba hahatonga saina ny olom-pirenena ny maha zava-doza ny mety ho fiverenan’ity valanaretina ity eto amintsika. Ankoatra ireo dia nisy ihany koa ny fepetra vaovao noraisin’ny Minisitera. Hiverina hisokatra ny fanaovana fitiliana etsy amin’ny Village Voara Andohatapenaka ho an’izay olona miahiahy ny amin’ny toe- pahasalamany. Tahaka izany ihany koa dia hiverina ny famatsiana fanafody eny anivon’ny hopitaly fototra eny anivon’ny Kaominina (CSB) amin’ireo Faritra telo tena voakasiky ny valanaretina.

 “Ny Minisitera dia nandray ity fepetra iray ity. Hatomboka ny fandaminana maro samihafa ka hosokafantsika ny Village Voara ho an’ireo olona mampiseho ny soritr’aretina ary rehefa manatona eny izy dia hatao ny fitiliana ary misy ihany koa ny fandraisana an-tanana ny marary. Hisy ihany koa ny fandaminana manokana amin’ireo Faritra telo ireo dia ny eto Analamanga, Vatovavy Fitovinany ary ny Faritra Matsiatra Ambony, eny amin’ny CSB dia misy ny fanomezana fanafody amin’izay toerana tena ahitana ny valanaretina. Hisy ny fitiliana hatao eny amin’ny Village Voara ary eo ihany koa ny fitsaboana ho an’ireo Faritra telo mba hanomezana fanafody eny anivon’ireo hopitaly hitsaboana an’ireo marary”, araka ny fanazavana nomen’ny Minisitry ny fahasalamana hatrany.

Avotra Isaorana

Midi Madagasikara0 partages

Orange Digital Center : Pour l’employabilité, l’entreprenariat et l’innovation

Un accord de partenariat a été signé par Orange Solidarité Madagascar et la GIZ pour renforcer l’employabilité des jeunes, l’entrepreneuriat et promouvoir l’innovation à Madagascar.

Développer les compétences numériques de plus de 20.000 jeunes et créer 8.000 emplois. Tels sont les principaux objectifs du partenariat entre Orange et la Coopération allemande (GIZ). Un programme a été signé entre les deux parties, prévoyant un financement de 30 millions d’euros pour promouvoir l’employabilité des jeunes, l’entrepreneuriat et l’innovation numérique sur 14 pays de la région Afrique et Moyen-Orient. Dans le cadre de cet accord global et pour sa mise en œuvre à Madagascar, Orange Solidarité Madagascar a signé un accord de partenariat avec la GIZ Madagascar pour déployer un Orange Digital Center et renforcer ses activités. Selon les deux parties, l’objectif est de faire du numérique, une chance pour tous. « La GIZ et la Fondation Orange, qui partagent une vision de développement dans le cadre des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies, œuvrent pour l’amélioration du cadre socio-économique et soutiennent les objectifs du gouvernement de Madagascar de faire du numérique un puissant levier de développement », a communiqué Orange Madagascar.

Apprentissage. Selon les explications, Orange Digital Center (ODC) est un écosystème qui réunit, en un seul lieu, un ensemble de programmes allant de la formation des jeunes au numérique jusqu’à l’accélération de start-up innovantes en passant par l’accompagnement des porteurs de projets et l’investissement dans ces derniers. Concrètement, le centre comprend une école du code, un FabLab Solidaire de la Fondation Orange, un accélérateur de start-up « Orange Fab ». D’après ses promoteurs, ODC vise à créer des synergies entre tous ces quatre programmes. Basé dans la capitale de chacun des pays, il a pour ambition d’être présent également dans les régions, à travers des ODC Clubs qui seront déployés au sein d’universités partenaires. Déjà lancé en Tunisie et au Sénégal, l’écosystème ODC sera inauguré très prochainement à Madagascar. Il sera également déployé dans plusieurs autres pays.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Miaraka.com : Une nouvelle plateforme de crowdfunding à Madagascar

(A dr.) Nirina Rasoanaivo, la directrice générale de Miaraka.com avec ses collaborateurs.

Le crowdfunding commence à se développer à Madagascar alors que ce système reste encore méconnu du grand public.

La preuve, une nouvelle plateforme de crowdfunding portant l’enseigne de Miaraka.com est opérationnelle depuis l’an dernier dans le pays. « Cette plateforme de crowdfunding qui constitue également un financement participatif agit en intermédiation entre un porteur de projet dont entre autres, les start-up, les Petites et Moyennes Entreprises ou les micro-entreprises, et un investisseur à Madagascar. Plus précisément, nous nous adressons aux porteurs de projets en phase d’amorce, de lancement et de développement, ainsi qu’aux investisseurs ou contributeurs qui souhaitent diversifier leurs placements ou soutenir des initiatives innovantes », a expliqué Nirina Rasoanaivo, la directrice générale de Miaraka.com, lors de la rencontre entre les investisseurs et les actionnaires dernièrement.

Innovation. En outre, cette plateforme s’engage à accompagner gratuitement les promoteurs de projets à soutenir afin de garantir tous les fonds qui y sont investis.  « Ceux-ci soumettent une présentation de leurs idées, de leurs produits ou services auprès de Miaraka en précisant le montant qu’ils souhaitent collecter ainsi qu’une durée pour l’atteindre. Après validation, leur projet est publié sur le site et visible par la communauté, le compte à rebours est lancé ! La qualité et la cohérence de la présentation du projet revêtent ici une grande importance pour atteindre l’objectif de levée de fonds sur le temps imparti », a-t-elle rajouté. Rappelons que le Crowdfunding est un mode de financement alternatif et participatif. « C’est une réelle innovation dans le partage du pouvoir d’agir. Il s’appuie sur l’usage de plateformes en ligne mettant en relation les porteurs de projet et une somme d’individus. Ceux-ci, convaincus par le projet, vont donner de la puissance au projet, voire lui permettre de se concrétiser, en le soutenant financièrement. Donateurs particuliers, associations ou entreprises vont se retrouver dans les valeurs du porteur du projet ainsi que dans l’objet du projet », a-t-elle enchaîné.

Cinq projets soutenus. Force est également de reconnaître que tous les secteurs d’activité n’ont pas été épargnés par la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19 qui sévit le pays depuis l’an dernier. En dépit de tout cela, « nous avons pu soutenir cinq projets, à savoir, un projet de production d’huile essentielle, un projet d’externalisation de services, un projet de développement de prestation de services au niveau de l’agriculture et de l’élevage, un projet de pisciculture et un projet d’assainissement. Mais ce n’est pas tout ! D’autres nouveaux projets n’attendent que des financements pour être mis en œuvre à compter de cette nouvelle année. On peut citer, entre autres, un projet de transformation des produits laitiers, un projet lié à la préservation de l’environnement et la transformation de déchets », d’après toujours les explications de Nirina Rasoanaivo. Et lui de rajouter que Miaraka.com constitue la première plateforme d’investissement qui garantit les fonds appartenant aux particuliers investis sur les entreprises dirigées par des entrepreneurs malgaches.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Gal de division Andriamaholy Jaona Solomona : Nommé inspecteur général

Il a été décidé, lors du conseil des ministres d’hier,  une série de nominations. Au titre du ministère de la Défense Nationale, il y avait eu trois nominations, ainsi le général de division Andriamaholy Jaona Solomona a été nommé inspecteur général au sein de l’inspection général des armées. Pour ce qui est du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, une nomination. Quant au ministère de la Population et de la Protection sociale, il n’y avait eu également qu’une seule nomination, il en est de même pour le ministère de la Communication et de la Culture.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanana : Un militaire tué lors d’un accrochage avec des dahalo

Les dahalo ou bandits de grands chemins ont de nouveau frappé fort à Maevatanana. Le 10 janvier dernier, un accrochage entre dahalo et des éléments des forces de l’ordre s’est soldé par la mort d’un militaire. Cet affrontement meurtrier s’est produit dans la commune de Bemokotra, district de Maevatanana quand ce soldat poursuivait des dahalo qui ont volé des bovidés dans la localité, quand lui et ses compagnons sont tombés dans l’embuscade tendu par les malfaiteurs. Grièvement blessé par balles, il a été évacué d’urgence au CSBII d’Antsakoama, mais il n’a pas survécu à ses blessures à cause de la perte abondante de sang. Portant le grade de Deuxième classe et appelé Maminirina Lindo Triange, ce soldat était en mission de pacification dans la Zone Rurale de Priorité de Sécurité (ZRPS) en mission de pacification dans la région Betsiboka quand ce malheur lui est arrivé. Son corps d’origine est le 1er Régiment de la RM4 de Mahajanga où il a servi depuis son intégration dans l’Armée.

Hommages émouvants. Originaire de Befandriana-avaratra, son corps a été acheminé dans ce district après une émouvante cérémonie militaire en son hommage tenue sur la place d’armes du régiment militaire d’Antsohihy, mardi matin. Une cérémonie qui a vu l’assistance du Gouverneur de la Région Sofia, Général Lylison Urbain René de Roland et des notables de la région qui ont présenté leurs condoléances à la famille éplorée. À cette occasion, il a été élevé au grade de Soldat de Première classe. Marié et père d’une fillette, ce militaire devra figurer sur la liste des héros de la Nation.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Transport routier : Réforme sur la délivrance des autorisations spéciales

Les transporteurs doivent se conformer aux mesures prises par l’ATT

Compte tenu du contexte sanitaire actuel, les demandes d’autorisations spéciales adressées à l’Agence des transports terrestres (ATT) ont connu des changements. Dorénavant, les transporteurs seront contraints d’accepter les mesures sanitaires imposées dans le cadre de la lutte contre le coronavirus qui sont stipulées dans la lettre d’engagement. Le manifold comprenant les coordonnées des passagers sera aussi intégré dans le dossier. Le nom, le numéro de la carte d’identité nationale, le numéro de téléphone ainsi que l’adresse de chaque voyageur doivent figurer dans ce manifold. « Ces mesures ont été déjà prises auparavant mais elles seront davantage renforcées surtout à l’endroit des coopératives de transport qui n’exploitent pas leurs lignes habituelles. La mise en œuvre de cette mesure fera l’objet d’un contrôle strict », selon le DG de l’ATT, le général Jeannot Reribake

Par ailleurs, les mesures prises pour limiter les accidents routiers sont toujours de rigueur. C’est le cas pour la hauteur des bagages qui ne devrait pas dépasser les 80 centimètres. Il y a aussi le respect du code de la route et le respect du nombre des passagers. Concernant le retour  des barrages sanitaires au niveau des routes nationales, le directeur général de l’ATT a indiqué qu’il fera encore l’objet d’une réunion avec le ministère des Transports et les coopératives des zones nationales et régionales.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Slam : La poésie orale retrouve le micro à compter de vendredi

A l’origine, déclamée sans microphone, la poésie des slameurs fait plus d’échos aujourd’hui quand elle est amplifiée. (Photo : Madagaslam Section Tananarive)

Les jeunes poètes urbains de Madagascar retrouveront le micro dès cette semaine à l’Ivon-toeran’ny Kolontsaina Malagasy à Antsahavola, lors de la première scène Slam de l’année à Antananarivo. Sur initiative de l’association nationale Madagaslam Section Tananarive ; quelques férus des mots forts vont s’exprimer pour la première fois cette année, ce vendredi 15 janvier 2021 de 16 heures 30 à 18 heures 30. Comme il s’agit d’une scène ouverte, tout le monde pourra y participer. D’ailleurs l’entrée à l’événement est libre, même s’il faut tout de même consommer quelque chose sur place. Rappelons que cela fait maintenant plus de dix ans que le Slam a été adopté à Madagascar. Cet art oratoire, fruit de l’imagination débordante du poète américain Marc Smith, attire de plus en plus de jeunes Malgaches qui ont soif d’exprimer leurs différents points de vue en poésie. Et vu l’excellent classement obtenu par nos slameurs nationaux lors des compétitions internationales, il n’y a aucun doute sur le talent de ces jeunes. On imagine que cette année encore, de nouveaux poètes vont faire leur apparition lors des slam sessions, à condition d’avoir la verve et les mots qu’il faut pour faire claquer des doigts les spectateurs. 

Anja RANDRIAMAHEFA 

Midi Madagasikara0 partages

Insertion professionnelle : Partenariat entre le MEF et des établissements supérieurs

Le MEF s’associe avec les établissements supérieurs pour renforcer la capacité des jeunes à l’emploi (MEFUNIVERSITE)

Le partenariat public-privé est aussi un moyen de parvenir à l’insertion des jeunes malgaches dans le milieu professionnel.

Le ministère de l’Économie et des Finances soutient l’insertion des jeunes à l’emploi. Ce département clé de l’économie vient de signer des conventions cadres de partenariat  de stage avec sept établissements supérieurs publics et privés.

Conforme

Il s’agit, en l’occurrence, de l’Université de Fianarantsoa, l’Université de Toliara, l’Université de Toamasina, l’Université d’Antsiranana, le CNTMAD, l’ISCAM et l’IEP Madagascar. La cérémonie marquant cette coopération s’est tenue le 12 janvier 2021 dans les locaux du ministère de l’Économie et des Finances. Un partenariat qui arrive à point, en ce moment où les jeunes ont plus que jamais besoin d’intégrer rapidement le monde du travail. Grâce à cette convention,  en effet, des étudiants de ces instituts supérieurs pourront effectuer des stages de formation au sein du ministère de l’Économie et des Finances. Une manière pour le MEF de contribuer à l’amélioration de la qualité de formation des étudiants et au renforcement de leurs compétences. Ce partenariat est par ailleurs conforme aux objectifs du ministère également : une réalisation de  la vision  de l’émergence de Madagascar de doter le pays de jeunes techniciens compétents.

Mutuellement avantageuse

Les conventions signées marquent le début d’une collaboration pérenne entre les deux parties. Elles leur permettront de conjuguer leurs efforts dans l’éradication de l’usage des faux diplômes grâce à la mise en place de procédures d’authentification. Des programmes de recherche collaboratifs seront également élaborés, dans le but de contribuer à l’amélioration des activités et des services du ministère. Il s’agit d’une convention mutuellement avantageuse dans la mesure où elle prévoit également la mise en place d’un cadre de formations destinées aux agents du ministère en partenariat avec ces établissements de formation. La Secrétaire Générale du ministère de l’Économie et des Finances, Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison, a déclaré lors de la cérémonie de signature de cette convention que ce partenariat public-privé est un excellent outil de développement qui vise à renforcer les compétences des jeunes. On rappelle que la même convention de partenariat de stage a été signée avec  l’Université Catholique de Madagascar (UCM), l’Institut National des Sciences Comptables et de l’Administration d’Entreprises (INSCAE), l’Université ACEEM, Sekoly Ambony momba ny Ita sy ny Serasera / École Supérieure de l’Information et de la Communication (SAMIS-ESIC), l’École Supérieure Sacré Cœur Antanimena (ESSCA), l’IT University et le CNAM.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Rapatriement de Gôly Be : Le MJS aide la famille

Il n’y a rien à craindre. La dépouille de Ferdinand Rafalimanana sera rapatriée sur le territoire malgache avant le 15 janvier, date limite pour pouvoir procéder. En effet, les choses sont de plus en plus sûres. Mis à part le téléthon organisé par les anciens joueurs de l’équipe nationale, le ministère de la Jeunesse et des Sports s’active aussi sur le rapatriement du corps de ce grand footballeur malgache. Selon les explications, le ministère de tutelle est en contact en permanence avec la fille du défunt en France. Il est également en contact avec le ministère des Affaires étrangères et l’ambassade pour la préparation des documents officiels de sa conjointe et ses enfants. Par ailleurs, la somme de 3 976 000 ariary collectée à Analakely a été déjà versée sur le compte de la famille de Ferdinand. Il y a eu également une manifestation des ressortissants malgaches en France, qui a pu collecter 3 000 euros soit 14 100 000 ariary. Ainsi, un concert dénommé « Tolo-tànana pour Gôly Be » s’est tenu hier au Glacier Analakely. De nombreux artistes y ont pris part, toujours dans l’objectif de trouver des fonds afin d’aider la famille de Ferdinand Rafalimanana. Sa dépouille sera inhumée à Mandritsara selon sa volonté.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Sénateurs désignés : Vatovavy Fitovinany souhaite en avoir un

Les Ampanjaka du Tranobe de Vohipeno ont aussi donné leur opinion.

Sur les 18 sénateurs que compte le Sénat, six relèvent de la prérogative du président de la République. Sur ces sénateurs désignés, la région Vatovavy Fitovinany souhaite qu’elle en fasse partie. Selon le maire de Vohipeno, Tsimahakenko Angelo, « nous maires de Vatovavy Fitovinany, avons proposé un nom par le biais de grands électeurs et des Ampanjaka, pour travailler de concert avec le président de la République ». Il a tenu à souligner qu’aucun membre du gouvernement n’est issu de cette région. Le choix n’a pas été fait au hasard, car la personne proposée devrait être, entre autres, un leader politique ayant de solides expériences en la matière, un homme de dialogue, un originaire du grand Sud-Est et partisan du président Andry Rajoelina. Notons que la région Vatovavy Fitovinany est divisée en six districts. Il s’agit notamment d’Ifanadiana, Ikongo, Manakara, Mananjary, Nosy Varika et Vohipeno. Toujours est-il que le grand Sud-Est a le plus grand nombre de grands électeurs dans la province de Fianarantsoa.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Coopération : L’ambassadeur de Chine chez MIDI Madagasikara

Xiaomei Guo a eu le privilège de visiter la presse rotative du groupe Midi Madagasikara

Récemment accrédité à Madagascar, Xiaomei Guo, le nouvel ambassadeur de Chine à Madagascar, a rendu une visite de courtoisie au Directeur Général de Midi Madagasikara,  Jeremy Rabesahala. L’ambassadeur a d’emblée présenté ses vœux de nouvel an tout en déclarant que: « La coopération avec Midi Madagasikara va encore s’intensifier pour cette année 2021 ». Des propos qui illustrent déjà l’avenir de la coopération entre les deux parties.

Les discussions ont entre autres porté sur la continuité et le renforcement du partenariat entre l’Ambassade de Chine et Midi Madagasikara. La Chine est toujours prête à soutenir les médias locaux. Ainsi, d’un côté, l’envoi de journalistes malgaches à la découverte de la culture et le monde journalistique chinois reprendra dès que la situation sanitaire le permettra. D’un autre côté, une délégation de presse chinoise est attendue dans ce sens à Madagascar dès que possible.

Par ailleurs, le Directeur Général de Midi Madagasikara, Jeremy Rabesahala, a affirmé  que l’échange d’expériences ne peut qu’être bénéfique pour les deux parties. Lui qui n’a pas manqué de partager les expériences qu’il a acquises en terre chinoise en termes de gestion d’entreprise et l’utilisation de matériels à la pointe de la technologie pour la presse écrite.

L’usage de la presse rotative pour l’impression des journaux a été d’ailleurs  présenté à l’ambassadeur lors de sa visite.

Encore une fois, l’équipe de Midi Madagasikara souhaite à l’Ambassadeur de Chine la bienvenue en terre malgache. Tonga Soa !

Narindra Rakotobe

 

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Balita « Oh Tcho tcho » fait son come Back

Le chanteur Balita revient sur la scène musicale malgache.

Après quatre ans de silence, Balita revient sur la scène musicale malgache. Son envie n’a pas encore maigri. L’auteur de  «Oh Tcho tcho » n’a pas trop changé. Toujours si jovial, le maître de l’ambiance n’a fait que prendre d’élan depuis ces années pour mieux sauter. À présent, il décide  de faire son come  back !     Andronao ty niany,  tel est le nouveau titre du chanteur. « Un titre qui sera sûrement un tube  pour ce premier trimestre », a  certifié  un fan inconditionnel du chanteur.  En effet, Balita aime semer de l’ambiance. C’est son  atout. Depuis  la sortie de « Oh Tcho Tcho », un tube ayant fait bouger la région du Sud-Ouest de l’Océan Indien, le chanteur  connaît une montée en flèche. Toujours fidèle à son rythme, l’artiste n’a pas changé de veste. Le « salegy goma » teinté d’une sonorité électrique  figure toujours dans son  menu !  Andronao ty niany, sorti il y a deux semaines, est une chanson d’animation qu’il a offert à ses convives.

 Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Non-port du masque : La toile s’affole contre les mesures pour les contrevenants

Les contrevenants ont curé des canaux d’évacuation avec des tas d’immondices

Les images relayées sur le réseau social « facebook » concernant les Travaux d’intérêt général (TIG) effectués par les contrevenants des consignes sanitaires ont suscité l’indignation des internautes.

Surpris en “flagrant délit” de non-port du masque, les contrevenants ont été contraints de procéder au curage des canaux, qui apparemment sont obstrués par des immondices. Aucun d’entre eux ne portait d’équipement de protection individuel comme les bottes, les combinaisons ou encore des gants. La distanciation d’au moins un mètre n’a été aucunement respectée durant les TIG alors que certains contrevenants ne portaient même pas de masque. Le tout, sous les yeux des forces de l’ordre qui scrutent minutieusement l’exécution  des travaux.

Pas plus tard que lundi, le Préfet de police d’Antananarivo, le général Angelo Ravelonarivo, a brandi la menace de sanctions sévères à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. Pour certains, ce curage des canaux d’évacuation dépasse tout entendement car il se pourrait que ces individus  puissent contracter d’autres maladies en étant en contact direct avec ces tas d’immondices. Les observateurs tirent la sonnette d’alarme et invitent les responsables concernés à voir de près cette situation !

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Présidence : Nomination imminente des 6 sénateurs restants

Certains sénateurs élus préparent déjà leurs bureaux au Palais d’Anosikely

5 jours après la proclamation des résultats officiels du scrutin du 11 décembre, le microcosme attend la publication par Iavoloha ou Ambohitsorohitra de la liste des 6 sénateurs nommés.

La proclamation des résultats officiels des élections sénatoriales du 29 décembre 2015 s’était tenue le 22 janvier 2016. Le président Hery Rajaonarimampianina devait ensuite nommer son quota de 21 sénateurs le 1er février de la même année. Soit 10 jours après. Pour les sénatoriales du 11 décembre 2020 dont les résultats ont été proclamés par la Haute Cour Constitutionnelle le 07 janvier 2021, on attend la nomination par le président Andry Rajoelina des 6 membres qui vont compléter l’effectif de la Chambre haute réduit à 18 dans la législature entrante.

Critères. En effet, en plus des sénateurs élus, l’article 81 de la Constitution prévoit que « le Sénat comprend pour un tiers, des membres nommés par le président de la République, pour partie, sur présentation des groupements les plus représentatifs issus des forces économiques, sociales et culturelles, et pour partie, en raison de leur compétence particulière ». Les sénateurs élus ne répondent pas forcément à ces critères précis.

Empressement. L’article 83 d’ajouter d’ailleurs que « le Sénat est consulté par le gouvernement pour donner son avis sur les questions économiques, sociales et l’organisation des Collectivités Territoriales Décentralisées ». Outre leur rôle législatif, les sénateurs jouent donc le rôle de conseiller de l’Exécutif. C’est l’embarras du choix qui amène peut-être le président de la République à donner du temps au temps dans le choix des 6 membres restants de la Chambre haute, alors que certains sénateurs élus font montre d’empressement pour s’installer au Palais d’Anosikely, sans attendre la session spéciale prévue le 19 janvier 2021. C’est dire que le tiers restant sera désigné avant cette date par le président de la République qui n’a pas besoin de convoquer un conseil des ministres pour prendre le décret portant nomination des 6 sénateurs.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Mettre en place des mesures bien pensées

Deux jours après la déclaration du préfet mettant en garde les personnes omettant de respecter les gestes barrières et de porter le masque, le tour de vis décrété est effectif. L’avertissement s’est concrétisé par des sanctions particulièrement avilissantes. Les contrevenants ont été obligés de nettoyer les bacs à ordure et de curer les canaux obstrués par des détritus. Ceux qui n’avaient pas encore pris au sérieux les recommandations des autorités ne s’y attendaient pas et vont maintenant réfléchir à deux fois avant d’enfreindre les règles édictées. Néanmoins, l’exemplarité des mesures prises dépasse quand même les normes admises. L’accomplissement de la peine sans bottes et sans gants risque de causer plus de mal que prévu.

Mettre en place des mesures bien pensées

La reprise des contaminations constatée depuis ces derniers jours a décidé les autorités à durcir leur attitude. La gravité de la situation exigeait le retour à une discipline très peu respectée depuis un certain temps. Il n’y avait plus de prudence, le relâchement semblant se généraliser. C’est à raison que les autorités ont fait leurs recommandations devant l’urgence de la situation. Le rappel de la nécessité du port du masque et du respect des gestes barrières n’étant pas suffisant, il a été décidé qu’il s’accompagnerait de sanctions exemplaires. Comme il fallait s’y attendre, il y a eu des contrevenants qui ont été pris en flagrant délit de non-respect des règles. Les forces de l’ordre ont donc sévi, mais ceux qui ont été arrêtés ont accompli des travaux d’intérêt général encore plus pénibles qu’auparavant. Ils ont été obligés de faire le travail des éboueurs et ce dans des conditions d’hygiène déplorables. Certes, ils se souviendront de leur négligence et ils feront attention dorénavant, mais ce qu’ils ont enduré peut nuire à leur santé. La sanction est exemplaire, mais il est nécessaire de revoir son application. La peur du gendarme peut être salutaire, mais elle doit s’accompagner d’une campagne d’information pour conscientiser la population. Il faudrait peut-être remettre sur les chaînes de télévisions et les radios les rendez-vous quotidiens des spécialistes de la Covid-19 pour prévenir du danger qui nous guette. Les autorités sanitaires ont pris la situation très au sérieux et elles ont décidé d’agir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Football – Mercato Réunion : Sedera, Faralahy et Ando changent de clubs

Le mercato bat actuellement son plein à La Réunion. Les clubs réunionnais renforcent leur ossature surtout en vue des 16e de finale du championnat local. Les joueurs malgaches évoluant à La Réunion font parler d’eux et changent de camp.

Mathieu Sedera Randriamparany décide de rejoindre les rangs de la Tamponaise pour la saison à venir. Il est la troisième recrue de l’équipe après  Jean Michel Fontaine et Loïc Rivière. Après cinq saisons avec la JSSP de 2015-2018, le milieu de terrain malgache a évolué avec les Tangos de l’AS Excelsior pour une saison et a fait un petit retour à la JSSP avant de décider de prendre les hauteurs de Tampon. Le plus réunionnais des joueurs malgaches est déjà passé par Saint-Paul et Petite-Ile. Les contours du club qui se veut plus ambitieux se dessinent petit à petit avec le recrutement de joueurs expérimentés. Un autre joueur de l’Ajesaia change d’air et ouvre le bal des arrivées pour l’AS Capricorne. Après une saison avec la Jeunesse Sportive Saint Pierroise, Faralahibe Voavy quitte le club pour renforcer l’ossature de l’AS Capricorne. Arrivé à La Réunion chez Excelsior, Faralahy n’a fait qu’une saison avec ce club. Le départ de l’autre joueur de la JSSP en la personne du défenseur central, Mamy Gervais Randrianarisoa, a été annoncé par les journaux réunionnais. L’international malgache évoluant avec Saint-Pierre pourrait rejoindre le Saint Denis FC pour la prochaine saison. Avec ces départs, la maison-blanche se sépare de ses trois joueurs malgaches. L’international malgache Ando Manoelantsoa qui a rejoint l’US Sainte-Marie signe aussi avec le Saint Denis FC. Les clubs réunionnais s’arrachent les talents des footballeurs malgaches depuis très longtemps, mais, ces derniers ont été préférés à des joueurs binationaux d’origine réunionnaise évoluant en métropole au sein des Barea.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Présentation du PEM : Reportée sine die

Contrairement à la date initialement prévue, la présentation du Plan émergence Madagascar n’aura pas lieu le 19 janvier prochain. Certains départements ministériels n’auraient pas encore finalisé leur partie respective qui devrait constituer des éléments fondamentaux pour élaborer le document. Le délai imparti au gouvernement, notamment le 10 janvier, pour finaliser le projet, n’a pas été donc respecté et conduit, à cet effet, au report, jusqu’à présent indéfini, de la présentation officielle de ce plan cadre. Ce report est traduit par certains observateurs comme un signe avant-coureur de la limite de l’équipe qui forme actuellement l’exécutif. Il va sans dire que le gouvernement a beaucoup du mal à suivre le rythme « TGV » que le président de la République a adopté. La présentation du PEM rate ainsi la date du 19 janvier qui coïncide à l’anniversaire du second mandat d’Andry Rajoelina à la présidence ainsi qu’à la session inaugurale du nouveau Sénat.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Football : Les stars de la CNaPS Sport à l’accueil

Les deux gardiens de but de la CNaPS Sport, Jolce et Leda vous réservent le plus beau sourire à l’accueil au siège à Ampefiloha.

C’est désormais acquis, plusieurs joueurs, incluant des jeunes de la CNaPS Sport, ont choisi de quitter le football de l’élite pour se consacrer à leur gagne-pain en restant des employés de cette société. Coïncidence ou coup de pub de la CNaPS, l’écrasante majorité de ces internationaux sont placés à l’accueil. Avec pratiquement la même vocation de gardiens de but, ils assurent aujourd’hui l’accueil de la clientèle au siège à Ampefiloha. C’est le cas notamment de deux portiers, Leda et Jolce. Mais c’est aussi le cas de l’autre gardien de but, Ando, qui se trouve à l’accueil de la porte principale. Mais en parvenant à monter les quelques marches de l’escalier, vous serez accueillis sur votre gauche par Lalaina, l’attaquant des Barea CHAN. Le tout avec le sourire comme on leur a appris dans de telles circonstances. Et s’ils vivent bien de leur nouveau job, le football reste le grand perdant car ils sont encore opérationnels. Et c’est quelque peu dommage.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Tennis : Pas d’Open d’Australie pour Tessah Andrianjafitrimo

Tessah Andrianjafitrimo a tenté de participer au Grand Chelem.

L’aventure s’arrête pour Tessah Andrianjafitrimo aux qualifications de l’Open d’ Australie. Elle était éliminée au deuxième tour, comme lors de sa participation aux qualifications au tournoi international de Roland Garros 2020.

Les matchs de qualifications de l’Open d’Australie se déroulent à Dubaï pour les tenniswomen, tandis qu’ à Doha pour les messieurs depuis cette semaine. Les qualifiés participeront au Grand Chelem australien qui aura lieu du 8 au 21 février à Melbourne. La France y a été représentée par quatre joueuses professionnelles dont Tessah Andrianjafitrimo, la joueuse de tennis professionnelle française d’origine malgache en fait partie. Bien qu’elle joue pour la France, Tessah Andrianjafitrimo est aussi une valeur sûre pour le tennis malgache. Lors de la première journée, la Malgache numéro 254 a pris le dessus sur la Britannique Naiktha Bains (6/1, 6/2). En effet, la moisson a été belle pour toutes les joueuses françaises en cette première journée de qualifications. Clara Burel a de son côté battu l’Espagnole Eva Guerrero Alvarez (6/4, 6/0), tandis que Chloé Paquet a dominé la Roumaine Gabriela Talaba (6/4, 6/2). Mais les choses se sont compliquées pour Tessah lors du deuxième tour. Elle a été battue par la Hongroise Babos en trois sets, ce qui est synonyme de sa fin de parcours. De même pour Harmony Tan qui a été éliminée hier en s’inclinant face à l’italienne Elisabeth Cocciaretto (3-6,1-6). « Admise dans le tableau dans les dernières heures, grâce notamment au test positif à la Covid-19 de la Polonaise Magdalena Frech, Tessah Andrianjafitrimo, 254e mondiale, a remarquablement saisi sa chance sur les courts ensoleillés de Dubaï. Ce voyage aux Emirats est une formidable opération financière. Elle est assurée de repartir avec un chèque d’au moins 35 000 $ AUS, soit environ 22 000 Euros », a rapporté le journal en ligne Tennis Actu.

Manjato Razafy