Les actualités à Madagascar du Mardi 14 Janvier 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara62 partages

Transport aérien : GS Aviation assure des vols domestiques réguliers

Avec le “King Air B 200” de GS Airlines, le trajet Antananarivo – Fianarantsoa se fait en moins d’une heure.

Après Tsaradia, filiale d’Air Madagascar et Madagasikara Airways, une autre compagnie aérienne de droit malgache, GS Airlines, devient la troisième compagnie à assurer des vols réguliers sur le réseau domestique malgache.

La compagnie qui fait partie du groupe Sipromad a effectué, hier son vol inaugural sur l’itinéraire Antananarivo-Fianarantsoa-Mananjary-Antananarivo. Une entrée en lice qui fera le bonheur des usagers des transports aériens des régions Haute Matsiatra et de Vatovavy Fitovignany, longtemps dépourvues de desserte aérienne depuis qu’Air Madagascar avait décidé, il y a une dizaine d’années d’abandonner cette ligne pour des raisons économiques.

Détermination. Une arrivée qui marque aussi la détermination de GS Aviation de contribuer à l’amélioration de la connectivité aérienne de Madagascar sur le réseau local. Sur ce point, d’ailleurs, le ministre du Tourisme, des Transports et de la Météorologie, Joël Randriamandranto n’a pas manqué de féliciter GS Airlines d’avoir répondu favorablement à l’appel du ministère de rouvrir cette ligne qui n’intéresse visiblement pas les autres compagnies aériennes. Et pourtant, il s’agit d’une desserte aérienne qui a un intérêt économique certain avec notamment le potentiel agricole et industriel de Fianarantsoa. Ou encore les sites touristiques réputées comme le parc national de Ranomafana et ce, sans compter le fait que la région est traversée par le canal des Pangalanes. Par ailleurs, les deux villes de Fianarantsoa et de Mananjary disposent d’un vivier important d’opérateurs économiques. Tina Rasamimanana, directeur de cabinet du groupe Sipromad, qui a représenté Ylias Akbaraly, le PDG du groupe, a déclaré, hier dans son discours inaugural que le lancement de ce premier vol sous une licence régulière domestique est un grand pas pour GS AVIATION/GS AIRLINES. « Tout en gravitant à l’international, le Groupe Sipromad se veut toujours être le pionnier du développement et de l’innovation à Madagascar car il croit aux potentiels de notre Pays. Ainsi, de nombreux investissements ont été, sont et seront davantage réalisés à Madagascar. Nous restons convaincus que le tourisme est un vecteur de développement économique et social pour Madagascar. Mais pour cela, la mise en place des infrastructures d’accueil y compris les moyens de voyager est sans conteste une première condition incontournable ».

L’inauguration du vol officiel s’est faite, hier, en présence du ministre Joël Randriamandranto.

Grande qualité. En tout cas, les passagers de GS AIRLINES auront droit à des services de grande qualité. « GS Airlines sera une compagnie aérienne garante de la qualité, de la régularité et de la sécurité. La satisfaction de nos passagers sera notre principale priorité : respect des horaires, programme de fidélisation, service à bord… » selon toujours Tina Rasamimanana. Et avec des prix qui défient toute concurrence, puisque les vols qui seront assurés par un “King Air B200” et une “Citation C-550B” coûteront seulement 470.000 ariary pour Antananarivo-Fianarantsoa, 270.000 ariary pour Fianarantsoa-Mananjary et 340.000 ariary pour Mananjary-Antananarivo. Et l’aventure ne va pas s’arrêter là parce que GS Airlines a encore d’autres projets ambitieux pour l’avenir. D’autres lignes sont ainsi prévues d’être ouvertes avant le 26 juin 2020. Et pour y parvenir GS Airlines va se doter de moyens techniques et humains exceptionnels. En effet, une équipe de professionnels a été recrutée pour faire de GS AIRLINES une référence ; elle est composée d’experts malgaches et africains de haut niveau, ayant évolué dans de grandes compagnies aériennes. Ils sont spécialisés dans le domaine des aéronefs, des opérations, du commercial/marketing et des finances. « Leur mission actuelle est d’élaborer un business plan d’ici à la fin du mois de février afin de déterminer les lignes où nous allons intervenir, les types d’avions adaptés, le recrutement du Personnel Navigant ainsi que tout le système commercial et marketing devant être mis en œuvre » selon toujours le Directeur du Cabinet du groupe SIPROMAD. A noter que la licence d’exploitation de GS Airlines a été remise officiellement, hier par le Directeur Général de l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) Tovo Ramaholimiaso. Avec cette licence incluant les vols réguliers, GS Airlines a prouvé qu’elle a passé avec succès les épreuves imposées par l’ACM et qu’elle a rempli les conditions requises par les standards domestiques et interdomestiques.

R.Edmond.

Midi Madagasikara34 partages

Destination Nosy-Be : Recrudescence des bateaux de plaisance et des hôtels informels

L’envahissement des bajaj incontrôlés crée un embouteillage dans la ville de Nosy-Be.

L’Office Régional du Tourisme de Nosy-Be (ORTNB) a déployé de nombreux efforts afin de maintenir l’île de Nosy-Be au rang de destination phare de Madagascar.

Toutefois, « les acteurs économiques locaux ont rencontré divers problèmes ne permettant pas de bien développer leurs activités. Ce qui pourrait ainsi constituer un frein au développement du tourisme de Nosy-Be. De notre côté, nous assurons la promotion des sites terrestres et marins existants afin d’attirer non seulement des touristes étrangers mais aussi des touristes nationaux. Les opérateurs économiques ont également apporté leur contribution au développement local. En revanche, l’Etat doit en même temps prendre ses responsabilités afin de lever ces contraintes liées au développement du tourisme. On peut citer, entre autres, la recrudescence des bateaux de plaisance et des hôtels ainsi que des sites d’hébergement informels », a expliqué Samsidine Adolphe, le Président du Conseil d’Administration de l’ORTNB.

Pas de permis d’exploiter. Au niveau du port de Nosy-Be, « on recense au moins 70 bateaux de plaisance comme des bateaux à voile ou à moteur, voire des yachts, qui portent des immatriculations étrangères mais qui opèrent ici. A ma connaissance, la loi en vigueur n’autorise pas les navires battant pavillons étrangers à opérer dans nos eaux maritimes tant que ceux-ci ne seront pas immatriculés sous pavillon malgache. Ils ne disposent que d’un permis de circulation dans le port et non pas d’un permis d’exploiter. Cependant, on les identifie via des sites web promouvant la destination Nosy-Be. Et ils effectuent de nombreuses activités touristiques telles que le transfert ou l’excursion en mer ou la plongée sous marine, et ce, au détriment des navires formels. Ce sont notamment des bateaux de plaisance battant pavillons sud-africain, seychellois, mauricien et réunionnais. Par contre, les bateaux de croisière possèdent une autorisation internationale légale pour faire des touchées à notre port », a-t-il dénoncé.

Victime de sa popularité. Les établissements hôteliers informels sont également en nette recrudescence. « Ils n’ont pas une autorisation d’exploitation délivrée par le ministère de tutelle. Et ils ne sont pas non plus membres de l’ORTNB. Pourtant, ils sont au nombre d’une centaine qui s’affichent sur un site web hébergé à l’étranger afin d’attirer des touristes à choisir la destination Nosy-Be. Ces établissements hôteliers informels appartiennent à des Malgaches résidents ou aux étrangers de nationalité française ou italienne ou aux membres de la diaspora malgache à l’extérieur. D’autres infrastructures hôtelières informelles sont également en cours de construction », d’après toujours les explications de Samsidine Adolphe. Et il a enchaîné que des maisons ou villas appartenant aux particuliers sont transformées en site d’hébergement tout en échappant au contrôle de l’Etat. En fait, « la destination Nosy-Be est victime de sa popularité. En effet, durant la période de haute saison touristique ou bien les festivals organisés localement, tous les hôtels affichent complets. C’est pourquoi, bon nombre de maisons sont utilisées pour accueillir des touristes aussi bien nationaux qu’étrangers. Certains vacanciers dorment même dans les voitures faute d’hébergement », a-t-il soulevé.

Le Président de l’ORTNB, Samsidine Adolphe interpelle l’Etat face aux problèmes rencontrés par les opérateurs locaux.

Renforcer le contrôle. Force est pourtant de remarquer que la formalisation et la sanction des informels ne relèvent pas de la compétence de l’Office Régional du Tourisme. C’est pourquoi, « nous interpellons l’Etat face à cet état de fait. Il faut renforcer le contrôle car la recrudescence de l’informel contribue au développement du tourisme sexuel et à l’augmentation des trafics de drogues. Il y a plus de deux semaines, la gendarmerie a arrêté un trafiquant de drogue dure à Dzamandzar », a-t-il précisé. Par ailleurs, le non -respect de la loi sur la construction des infrastructures hôtelières pose un grand problème à Nosy-Be. « On se demande où sont déversées les eaux usées des hôtels installés au bord de la plage alors que nous avons des richesses marines à protéger comme les tortues de mer, les coraux et les requins baleines. Il y a actuellement un danger alarmant sur les espèces marines locales à cause de l’insalubrité des plages, sans compter les impacts du changement climatique selon une étude menée par le Centre National de la Recherche Océanographique », a révélé le PCA de l’Office Régional du Tourisme de Nosy-Be.

Délestage. Et ce n’est pas tout ! La dégradation des infrastructures routières dans cette première ville touristique constitue un autre obstacle au développement du tourisme à Nosy-Be. « Elle s’est empirée par l’envahissement des Bajaj incontrôlables. Ce qui crée des embouteillages monstres dans toute la ville. Du jamais-vu dans l’histoire de l’île aux Parfums. En effet, un trajet de 5 minutes ne peut plus être effectué qu’en une heure actuellement. Une perte de temps pour les touristes, surtout pour les croisiéristes. En outre, le délestage y règne encore. Or, nous vivons dans un climat très chaud presque tout au long de l’année. La population a ainsi besoin d’une climatisation. Les opérateurs touristiques sont, de ce fait, obligés de recourir aux groupes électrogènes. Ce qui entraîne une dépense supplémentaire surtout en matière d’achat de carburants. Du coup, ils investissent assez dans l’entretien périodique de leurs établissements hôteliers alors que c’est une nécessité », a-t-il soulevé. Notons que de nombreux établissements hôteliers de petite taille ne peuvent pas se permettre de se procurer des groupes électrogènes. D’autres en disposent mais ils informent bien leur clientèle que la climatisation ne peut pas fonctionner en cas de délestage pour éviter une surcharge. Les coupures de courant sont fréquentes et cela survient presque tous les jours. En plus, « le délestage peut durer une heure puis l’électricité revient et ensuite il y une autre coupure pendant une trentaine de minutes, et ce, dans la même journée », selon le gérant d’un hôtel à Nosy-Be.

Devis à 6 millions Ar. A part cela, « le problème d’adduction d’eau potable constitue un autre obstacle au développement du tourisme. Il n’y a qu’un seul quartier qui soit alimenté par l’eau potable fournie par la Jirama, seulement entre 5h et 6h du matin tous les jours. Les abonnés sont de moins en moins nombreux alors que Nosy-Be dispose d’une dizaine de lacs sacrés permettant d’alimenter en eau potable la population de la ville. Une borne fontaine est installée dans chaque quartier. Et l’eau qui y coule est payante. Par contre, certains hôteliers préfèrent exploiter de l’eau du puits étant donné que le devis permettant d’avoir un branchement en eau de la Jirama est coûteux, atteignant jusqu’à 6 millions d’ariary », a évoqué le PCA de l’Office Régional du Tourisme de Nosy-Be. Et enfin, la grogne des touristes monte constamment en raison de la mauvaise qualité des service offerts par la compagnie Tsaradia pour desservir Tanà et Nosy-Be. Le retard et le report, voire l’annulation de vols deviennent très fréquents depuis ces derniers temps.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara32 partages

Revendication syndicale : Le SECES exige 307 milliards ar à l’Etat

« Les manifestations vont continuer et vont être renforcées. Toutes les portes seront fermées ». Ce sont là les propos de Samy Grégoire, président du SECES ou syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’enseignement supérieur section Antananarivo pour faire état de la situation de leur revendication syndicale hier. Une situation qui dure depuis presque cinq mois et qui perturbe le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique malgache. A l’heure actuelle, on ne sait pas grand-chose sur lesdites revendications si ce n’est que cela correspond au paiement de diverses indemnités cumulées depuis l’année 2009. Ce qui est un droit il faut le reconnaître. Interrogée sur ce que peut valoir les revendications des membres du Seces, une source concordante – qui a tenu garder son anonymat de peur de représailles – balance : « Les 2700 membres du Seces exigent en tout et pour tout 307 milliards d’ariary à l’Etat malgache ». Une somme colossale qui pèse lourd pour l’administration publique. Il conviendrait toutefois de noter qu’une partie desdites revendications a été satisfaite par l’Etat.

Modèles. La connaissance des 307 milliards d’ariary permettrait de mieux comprendre la position de l’Etat malgache dans cette affaire. Ce, compte tenu des efforts déjà initiés mais surtout face aux priorités des priorités ainsi que des besoins imminents des 25 millions de Malgaches. Il n’est pourtant pas à écarter que la somme vaut droit pour les concernés. Leur manifestation le prouve d’ailleurs. Et l’opinion publique aurait pu donner raison aux syndicalistes si avec leurs agissements, ils n’ont pas bafoué les droits des autres. Les étudiants sont les premières victimes. Leur droit d’étudier, d’aller et venir dans l’enceinte universitaire est piétiné par leurs enseignants lorsque ceux-ci bloquent tous les accès. Le droit des enseignants – qui n’adhèrent pas aux manifestations – et des membres du personnel administratif et technique est également foulé aux pieds par les éminents intellectuels du pays. Ces derniers devant être des sources de solutions pour le pays et non des problèmes à gérer. Avec les perturbations occasionnées par les revendications des membres du Seces et les dégâts que cela occasionne sur le bon déroulement des affaires auprès des universités, on se demande pourquoi les présidents desdites institutions restent amorphes ?

José Belalahy

Midi Madagasikara15 partages

Hauts emplois de l’Etat : Des changements après le 24 janvier

Le Premier ministre Christian Ntsay veut opérer une profonde réforme dans l’administration publique malgache.

Des changements au niveau des différents postes à responsabilité ministériels s’avèrent incontournables après le remaniement du gouvernement.

Au plus tard le 24 janvier 2020. L’échéance fixée pour l’envoi des dossiers de candidature aux postes de hauts responsables de l’Etat coïncide avec la date d’expiration de la première période d’un an pour l’évaluation de la performance des membres du gouvernement. Ces derniers seront évalués par rapport aux objectifs définis dans le contrat-programme qu’ils ont signé avec le président de la République au moment de leur prise de fonction. À l’allure où vont les choses, le remaniement du gouvernement, qui serait la suite logique de cette évaluation, serait suivi de changements des hauts responsables au niveau des différents ministères. D’après nos sources, ces changements toucheraient les postes des secrétaires généraux, des directeurs généraux et des directeurs des ministères. Les mêmes sources ont permis de savoir que les nominations aux hauts emplois de l’Etat suivraient désormais un processus qui obéit à des règles strictes de sélection, permettant de lutter contre la médiocrité dans l’administration publique. À s’en tenir aux principes énoncés dans l’appel à candidatures lancé par le gouvernement – dont l’équité, l’égalité des chances et la transparence – le pouvoir en place veut combattre le népotisme, le copinage, le corporatisme, le favoritisme, la corruption et le clientélisme politique. Des responsables ont été nommés à des postes qui n’ont rien à voir avec leurs domaines de compétence.

Sang nouveau. Visiblement, le régime veut apporter un sang nouveau à l’administration publique. Le président de la République veut de nouvelles compétences pour que cette année 2020 soit une année de succès pour la réalisation de ses « Velirano ». Les dirigeants n’auront plus d’excuses. Durant la première année de son mandat, le président Andry Rajoelina a posé les fondations de ses grands projets de développement. La deuxième année qui vient de courir devrait être l’année des grandes réalisations ayant des impacts directs et palpables sur les conditions de vie de la population. En tout cas, force est de constater que le pouvoir en place se met à corriger ses erreurs du passé. À rappeler qu’après l’élection présidentielle de 2018, qui a placé Andry Rajoelina à la magistrature suprême du pays, des militants des premières heures de sa plateforme politique Mapar ont fait la queue à l’Arena Ivandry pour déposer leurs CV. Ces camarades politiques voulaient tous être casés dans les institutions et les ministères, sans avoir, pour la majorité d’entre eux, le profil répondant aux critères techniques requis par les postes. Actuellement, le régime veut rectifier le tir en recherchant des éléments qu’il faut à la place qu’il faut. Reste à savoir si l’initiative aboutira aux résultats escomptés.

R.Eugène

Midi Madagasikara9 partages

Magistrat de premier grade : Peut être maintenu en activité jusqu’à l’âge de 65 ans

La loi organique n°2019-004 complétant et modifiant l’article 82 alinéa 2 de l’ordonnance n°2005-005 du 22 mars 2006 relative au Statut de la Magistrature est conforme à la loi, selon la HCC. Ainsi en son considérant 7 que l’article 82 alinéa 2 est ainsi libellé : « Par dérogation aux dispositions de l’alinéa ci-dessus, le magistrat de premier grade qui a atteint l’âge de soixante ans, sur sa demande, peut être maintenu en activité jusqu’à l’âge de soixante-cinq ans au maximum pour nécessité de service dûment constatée par le Conseil Supérieur de la Magistrature.» ; que la modification apportée par la loi organique n°2019-004  déférée, ne concerne que ce même article 82 alinéa 2 (nouveau) ainsi libellé : « …Toutefois, chaque magistrat de premier grade en position de maintien en activité et ayant atteint l’âge de 65 ans, après approbation du Conseil Supérieur de la Magistrature, peut continuer à exercer pour une durée supplémentaire d’une année renouvelable une seule fois, la fonction dans la magistrature et ce pour nécessité de service ». Et en son considérant 8 stipule que l’article 33 de la Constitution reconnaît la continuité du service public comme un principe constitutionnel ; que les modifications apportées par la présente loi organique visent notamment à assurer la continuité du service public de la Justice.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara4 partages

REGION ATSIMO ANDREFANA Année 2020 : décentralisation, levier du développement

Le gouverneur Tovondrainy Edally et son équipe.

Le gouverneur de la région Atsimo Andrefana (RAA) Tovondrainy Edally et son équipe sont prêts pour mettre en pratique leur plan de travail annuel (PTA). Trois priorités : sécurité, routes et maîtrise de l’eau, avec possibilité d’y glisser les projets présidentiels de l’IEM.

Pour la RAA, la sécurité de la région repose sur le « Dinabe ». En effet, le « Dinabe » a fait ses preuves depuis 2016 et, en général, le vol de zébus a diminué sensiblement ces dernières années. En tenant compte des doléances sur les dérapages du « Dinabe », le gouverneur et son équipe vont procéder aux changements des responsables du « Dinabe », leurs mandats arrivant à terme.

Les routes reliant les neuf districts seront couvertes de pavés, beaucoup plus solides et moins chers. Les routes sont des artères pour faire circuler les produits locaux (pois du cap et haricots) qui abondent dans la région ; mais aussi permettent le développement du tourisme (2e pôle de l’île). L’électrification rurale commencera très bientôt puisque les groupes électrogènes et poteaux sont déjà acquis.

Les cinq cours d’eau coulant à travers la région seront barrés à bon escient pour irriguer les grandes plaines de culture du côté de Bezaha et le périmètre du Bas-Mangoky. Pour résorber le chômage qui sévit dans la région, des formations en adéquation avec l’agriculture et la pêche seront organisées, en collaboration avec l’Institut Halieutique et des Sciences Marines (IHSM). Pour les jeunes et les sportifs, le Stade de Me Kira est en pleine réhabilitation. Les ressources minières vont occuper le reste de la main d’œuvre. L’objectif est d’occuper les gens, afin d’éviter que les chômeurs pensent à voler.

Charles RAZA

Midi Madagasikara1 partages

Loi sur les VBG : La peine la plus lourde : 5 ans d’emprisonnement et 4 millions d’ar d’amende

La Haute Cour Constitutionnelle a déclaré conforme à la Constitution la loi n°2019-008 relative aux violences basées sur le genre.

« Une grande victoire pour les droits des femmes et des enfants victimes et une avancée vers la fin de l’impunité et davantage de Justice sociale ». C’est la réaction de Mialy Rajoelina, Première dame de Madagascar et ambassadrice du FNUAP dans la lutte contre les VBG après l’adoption au parlement de la loi n°2019-008 relative aux violences basées sur le genre. C’est désormais chose faite. Cette loi va entrer en vigueur. Dans sa décision n°02-HCC/D3 en date du 13 janvier 2020, la Haute Cour Constitutionnelle déclare cette loi : « conforme à la Constitution et aux conventions et protocoles internationaux relatifs aux violences basées sur le genre ». Il ne reste plus donc que la promulgation par le président de la République et cette loi pourra s’appliquer sur toute l’étendue du territoire national. Renforcer le régime juridique de la prévention, de la poursuite, de la répression des actes de violences basées sur le genre, de la prise en charge et de la répartition, ainsi que de la protection des victimes. C’est l’objectif premier de cette loi, si l’on se réfère à son article premier. A noter que ladite Loi comporte 22 articles. Sont considérés comme des violences basées sur le genre « tout acte de violence dirigé contre une personne en raison de son sexe, et causant ou pouvant causer un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée ». Désormais donc, la violence physique, sexuelle, psychologique et économique exercée au sein de la famille, y compris les coups, les sévices sexuels infligés aux enfants, les pratiques traditionnelles préjudiciables aux deux sexes, la violence au sein du couple, et la violence liée à l’exploitation ; ainsi que les violences exercées au sein de la société, y compris les sévices sexuels, le harcèlement sexuel, le proxénétisme et la prostitution forcée, sont passibles d’une peine d’emprisonnement et d’une lourde amende.

Outrages sexistes. Aussi, tout acte d’intimidation, de menace de représailles ou de représailles à l’encontre des victimes de violences basées sur le genre ainsi que des membres de leur famille, des témoins et des dénonciateurs ayant pour but d’entraver la prise en charge ou la poursuite pénale, constitue une infraction et sera puni d’une peine de 6 mois à 2 ans d’emprisonnement et d’une amende de 100.000 ariary à 500.000 ariary. La peine la plus lourde est réservée à la pratique sexuelle contre nature commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte ou menace. Cette infraction est punie de 2 ans à 5 ans d’emprisonnement ferme, assortie d’une amende de 2 millions à 4 millions d’ariary. Finis aussi les injures et les outrages sexistes. Selon l’article 11 de la loi sur les VBG, « Tout propos proféré ou tout agissement à connotation sexiste à l’encontre d’une personne qui porte atteinte à sa dignité en raison de son caractère dégradant ou humiliant ou crée à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante, constitue un outrage sexiste, et est puni d’une amende de 100.000 ariary à 500.000 ariary ». Par ailleurs, l’article 8 prévoit aussi que « tout individu qui aura donné un ordre, usé de paroles, de gestes, d’écrits, de messages, et ce de façon répétée, proféré des menaces, impose des contraintes, ou utilisé tout autre moyen aux fins d’obtenir, d’une personne, des faveurs de quelque nature que ce soit, y compris sexuelles, à son profit ou au profit d’un tiers contre la volonté de la personne harcelée, sera puni d’un an à trois ans d’emprisonnement et d’une amende de 100.000 ariary à 1 million d’ariary ». Si l’on se réfère à ce texte, même le fait de restreindre ou de priver son conjoint ou la personne engagée avec lui dans une relation, de ses droits liés à l’accès aux ressources financières, est puni d’une amende de 100.000 ariary à 500.000 ariary. La peine d’emprisonnement à perpétuité contre les cas de viols n’est pas prévue dans cette loi. A noter aussi que ce texte sur les VBG prévoit la protection des dénonciateurs et la prise en charge des victimes.

Davis R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanovana governemantaMitaky hiverina haleotena ny minisiteran’ny jono

Araka ny voalazan’ny loharanom-baovaon’ireo mpiasa eo anivon’ny fitantanana ny jono ao amin’ny minisiteran’ny fambolena sy fiompiana dia miha-mahery vaika hatrany ny fitakiana fahaleovantena ho an’ny minisiteran’ny jono.

 

Voalazan’ny mpiasa hatrany fa nanome fampanantenana azy ireo ny minisitra tamin’ny fanovana farany teo fa “hanova fomba fiasa mahakasika “direction générale”ho an’ny jono” kanefa tsy misy akory ny fiovana fa ny teo ihany no teo ka nahatonga ireo mpiasa mangataka ny hanasarahana azy amin’ny fiompiana sy fambolena.

Haja Nirina

Tia Tanindranaza0 partages

Famerenana ny "police de la route"Hogiazana avokoa ireo fiara mibahan-dalana

Hiara-hiasa amin'ny kaominina ny mpitandro filaminana manao PR ho fametrahana fanagiazana fiara na "taquet d'arret"

sy hiara-hiasa amin'ny Tafika Malagasy koa amin'ny fiara "etsy babeko razandry" hitaomana ireo fiara rehetra mitoetoe-poana amoron-dalana sy mibahana fifamoivoizana. Araka ny fanambaran'ny kaomisera CDP Danny Marius Rakotozanany, Tale Jeneralin'ny Ministeran'ny Filaminam-bahoaka, nanomboka omaly 13 janoary ny famerenana ny asan'ny Police de la route na PR, teto Antananarivo Renivohitra. Ny taratasin-tsazy vita printy ofisialy  dia hivoaka afaka 2 na 3 volana araka ny fifanarahana tamin'ny trano pirinty nasionaly. Namoaka "contravention" vonjimaika tsy azo anaovana hosoka aloha  ny Ministera mpiahy ka 1 000 isan-kerinandro  no natota avy amin'ny polisim-pirenena. Fanamiana mianavaka koa no entin'ireo manatanteraka PR mety miova araka ny vanimpotoana. Haverina tsy ho ela koa ny laharam-pinday fitarainana 117  ka ny mpiandraikitra araka ny toerana iantsonana no handray  izany.  Efa nisy ny fiomanana amin'ny PR, notsongaina manokana ireo Polisy fa tsy ny mpitandro filaminana amin'ny polisim-pirenena rehetra no ho PR. Nanomboka niainga omaly koa ireo mpampiofana amin'ny faritany izay hanofana ireo ho mpampiofana  an'ireo any amin'ny faritra ary afaka tapabolana dia hiasa daholo ny PR any amin'ny faritra manerana ny Nosy Ny "barrage de sécurité, économique" dia miainga mivantana amin'ny manampahefana any ifotony. Hoy ny Tale Kabinetra, ny kaomisera CPP Albert Estel Ainanirina.Tsy hilefitra amin'ireo polisy manao kolikoly ny Ministera mpiahy.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Analakely sy ny manodidinaTsy maintsy miala ireo mpivarotra amoron-dalana

Nidina ifotony teny amin’ireo faritra misy mpivarotra amoron-dalana toy ny etsy Tsaralalana sy ny manodidina ireo polisy miasa ao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany voalohany etsy Analakely omaly.

 

Nanentana ireo mpivarotra ny polisy ary mampiomana azy ireo mba hiala eo amin’ireo toerana ireo ary hanatona ny kaominina hahafantaran’izy ireo ny toerana tokony ho azony hivarotana. Izao no natao dia mba hanalefahana ny fitohanan’ny fifamoivoizana sy hahafahan’ny mpandeha an-tongotra mandeha eny amin’ny « trottoir » ary entina hanabeazana ny mpampiasa lalana ao anaty fanarahan-dalàna, hoy ny fanazavana. Taorian’ny fanentanana, dia hiroso hanala ireo mpivarotra izy ireo amin’ny herinandro manaraka io raha toa ka mbola mahita mpivarotra amoron-dalana eny amin’ny faritra Analakely sy ny manodidina. Nanahirana ny mpitantana ny tanàna ny fanalana ireo mpivarotra amoron-dàlana, ka ny hirariana mba tsy hananosarotra ny asa ataon’ny polisim-pirenena ho fanalalahana ny fifamoivoizana sy ho fampanajana ny lalàna.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

AMBODIMITAMbola tsy voasambotra ilay voay

Araka ny fanadihadian’ny polisim-pirenena eny Ambohimanarina, voalazan’ireo mponina eny an-toerana fa nahita voay tokoa izy ireo teny Ambodimita.

Tamin’ny resaka manokana nifanaovana tamin’ny mpamonjy voina anefa no nampahalalany ny mpanara-baovao fa efa tonga teny an-toerana izy ireo afak’omaly hisambotra ilay voay fa tsy tazana. Voalazan’ny mpiandraikitra eo Tsaralalana hatrany fa nihamaro ny olona izay nitangorona sady nitabataba ka heverina izay no nampisitrika ilay biby mpandrapak’olona tamin’ny fotaoana nahatongavan’ireo mpamonjy voina. Ireo mponina teny an-toerana izay sendra ny mpanao gazetinay dia nilaza fa voay salasany no tazan’izy ireo.  Tazan-davitra ihany koa moa noho ny tahotra ary tsy nipoitra tanteraka io ilay voay.  Manentana ny mponina eny an-toerana sy ny manodidina hatrany ny manampahefana eny ifotony mba ho malina amin’ity biby mampidi-doza anaty rano ity. Miandry antso hatrany koa ny mpamonjy voina raha sendra mipoitra indray io voay io ary entanin’ny tompon’andraikitra hatrany mba tsy hitabatabana sy hitangoronana amin’ny fotoana fahitana azy indray mba hahafahana misoroka ny loza amin’ny fisamborana azy. Milaza moa ireo mponina fa maro ireo  mbola mirobo-drano amin’ny fitsijana ny ambim-bariny eny an-tsaha.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Marary tao amin’ny hopitalyNamoy ny ainy vokatry ny delestazy

Nisy fahatapahana nandritry ny ora naharitra ny herinaratry ny jirama tamin'ny faritra misy ny Hopitalibe sy ny tobin'ny zandary ary tafika tao Toamasina ny zoma 10 janoary lasa teo.

Nisy raim-pianakaviana iray narary nasiana "oxygène" anefa tao an-toerana tao amin’ny “sampana medecine 123”, saingy namoy ny ainy, vokatry ny fahatapahan’ny herinaratra, izy io raha ny vaovao voaray. Asa na vokatry ny fahatapahan-jiro tokoa na antony hafa no nahafaty ilay olona. Tsiahivina fa nanomboka tamin’ny 08 ora maraina ka hatramin’ny 03 ora folakandro no tapaka ny herinaratra tao Toamasina tamin’io andro io. Amin’ny ankapobeny dia tsy tokony ho tapaka mihitsy ny jiro amin’ny faritra misy ny hopitaly, ary tokony hisy milina famokarana herinaratra fiandry eo anatrehan’ny mety ho fahatapahana eny amin’izy ireny. Tsy natao hanenjehana na hanomezan-tsiny na iza na iza. Tsy hisy hanao fanahy iniana na haniry izany fa tratry ny tsy azo hanoharana. Mety hiteraka fahatezerana anefa ny toe-javatra tahaka izao. Mila handraisana fepetra sy hitondrana vahaolana satria tsy misy mahavidy ain’olona, ary fahasalamana no tadiavina, kanefa zavatra hafa no miseho. Io mivoaka io ihany koa amin’izao ny resaka olana tsy fahampian’ny tahirin-dra ao amin’ny Hopitaly HJRA Ampefiloha, izay ilana fanentanana lehibe mba hivahan’ny olana. Ny ra izay alaina dia soloina, saingy misy ny olana.

Toky R sy Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny mpampianatraSekoly maro hikatona mandritra ny herinandro

Mbola miantona tanteraka ny fampianarana eny anivon’ireo lisea maro eto an-drenivohitra sy ny manodidina ankehitriny.

 

Tsy misy mety hampianatra ny mpampianatra rehetra noho ny fihetsiky ny minisitry ny fanabeazam-pirenena sy ny fampianarana ara-teknika izay nambaran’izy ireo fa fanivaivana sy fanambaniana azy tanteraka. Ny mpampianatra no tena kofon’ny vovo-dakre sy  reraka amin’ny  fanabeazana ny zana-bahoaka isan’andro  nefa izahay indray no omena ilay ambim-bola  9300 Ar fa tsy ilay 65.000 Ar. Raha araka ny fanazavan’ny filoham-pirenena Andry Rajoelina anefa, hoy izy ireo dia tokony hahazo  io avokoa ny rehetra. Tsy hampianatra mihitsy izy ireo mandritra ity herinandro vaovao ity. Ny fanazavan’ny filoham-pirenena Andry Rajoelina no andrasan’izy ireo amin’ny maha Raiamandrenin’ny Malagasy azy vao hiverina handray ny asany izy ireo. Amin’ny alatsinainy 20 janoary indray vao hanatanteraka fihaonam-be ireo mpampianatra eny anivon’ny lisea maro eto an-drenivohitra sy ny manodidina hahalalana izay mety ho tohin’ny fitokonana na hitsahatra amin’izay. Sekoly lehibe maro eto Antananarivo Renivohitra no voakasik’ity resaka ity, miampy sekoly avy any amin’ny faritr’i Talatamaty, Ambohidratrimo, Ivato, Itaosy sy toerana maro hafa eto Antananarivo. Misy milaza fa hanatevina ny fitakiana ihany koa ny avy any amina faritra hafa manerana ny nosy.Ny tsikaritra dia marobe ireo mpianatry ny lisea nirenireny fotsiny omaly miandry ny fotoana hiverenan’ny asa fampianarana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lohataona, ririnina, fahavaratraTsy mety foana ny delestazy

Tapaka ny herinaratra amin'ny toerana maro eto Antananarivo sy ny manodidina amin'izao fotoana izao, noho ny andro ratsy izay miteraka tsy fahatomombanan'ny fitaovam-pitaterana herinaratra, hoy ny Jirama omaly takariva.

Rehefa ratsy toy izao ny andro dia betsaka ireny taribian-jiro ireny no tapaka ka iangaviana isika rehetra tsy handray azy ireny, indrindra tsy hanakaiky ny andrin-jiro mba hisorohana ny loza. Maro isika mpanjifa no miantso ireo laharan-tariby fifaneraserana amin'ny JIRAMA ka betsaka no tsy voaray. Entanina hatrany isika hamerina miantso hahafahana mifampita vaovao, hoy ny JIRAMA. Ireto avy ny laharana : 35 47 (Telma) - 03 35 47 (Airtel) - 032 32 035 47 (Orange). Efa tsy vaovao intsony ny fahatapahan-jiro sy ny delestazy eto amintsika na ririnina na lohataona na fahavaratra. Tsy misy fiantraikany any amin’ny faktiora ireny fa mainka aza miha midangana.

Toky R

Haut du formulaire

Bas du formulaire

 

Tia Tanindranaza0 partages

Disitrikan’AmbilobeKisoa an-jatony matin’ny “Peste Porcine”

Kisoa an-jatony no maty tao anatin’ny herinandro tao amin’ny distrikan’Ambilobe.

Valan-kisoa iray no nitarika ny fiparitahan’ny aretina. Niampita tamin’ireo kisoa mpirenireny izany ary tsy voafehy raha tsy ny faran’ny herinandro teo. Nidina ifotony ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny minisiteran’ny fambolena sy fiompiana ary nanambara omaly tetsy Ampandrianomby fa tsy ahiana intsony ny fiparitahan’ny valanaretina pesta porcine afrikanina amin’ny faritra hafa.  Nilaza ihany koa ny tompon’andraikitra fa tsy misy fiantraikany amin’ny fahasalaman’olombelona io pesta mahazo ny kisoa io. Na izany aza dia tsy azo atao ny mivarotra henan-kisoa matin’ny pesta sy mamoaka kisoa velona ao Ambilobe mihazo faritra hafa amin’izao fotoana.

 

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Parking manokana eto an-drenivohitraTsy mbola nisy nahazo fahazoan-dalana

Namoaka fanambarana mikasika ny mety ho famaritan’ny mponina sasany eto an-drenivohitra ny tobim-piantsonana ho azy manokana ( parking privé) ny teo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

 

Nambaran’ny talen’ny fifamoivoizana eto an-drenivohitra fa tsy mbola nisy nahazo izany hatreto na dia iray aza. Efa tapitra tamin’ny 31 desambra lasa teo avokoa ny fahazoan-dalana manan-kery rehetra nomen’ny kaominina. Tsy misy afaka milaza fa manana na nahazo izany izy ireo. Miandry ny fahavitan’ny tetibolan’ny kaominina amin’ity taona vaovao 2020  ity kosa ny fahafahana mamoaka ny fahazoan-dalana vaovao  ankoatra ireo ny fandaminana sy ny fepetra mety horaisina. Mahavoasazy ireo nahazo fahazoan-dalana teo aloha  ny fitazomany  ireny toerana ireny amin’ny alalan’ny hazo na vato na rojo vy…. iarovana  ilay tobim-piantsonana. Hisy moa ny fepetra horaisin’ny kaominina ho an’ireo izay minia mandika fandaminana  napetrak’izy ireo.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampianarana teknikaMangataka hisaraka amin’ny minisiteran’ny fanabeazana

Ny velirano faha-4 nataon’ny filoham-pirenena Andry Rajoelina no milaza fa omen-danja bebe kokoa ny fampianarana teknika sy ny arak’asa

 

mba hahafahana manomana ireo tanora hiatrika asa avy hatrany aorian’ny fiofanana narahiny ka hahafahan’izy ireo mandray anjara amin’ireo tetikasa fampivoarana isam-paritra voafaritry ny PEM. Tsy tanteraka anefa izany tamin’ny taon-dasa satria navesatra loatra ka sarotra tantanina ny fitambaran’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena (MEN) sy ny an’ny fampianarana teknika sy ny fanofanana arak’asa (METFP), hoy ny Sendikan’ny mpiasa ao amin’ny minisiteran’ny asa sy ny fampianarana teknika ary ny fanofanana arak’asa (STEMEETFP). Niteraka fahatarana na fahadisoan’ny fanapahan-kevitra noraisin’ny mpitantana io ka lasa ankilabao ny fampianarana teknika sy fanofanana arak’asa, raha ny fanazavana. Mpiofana an’aliny no tsizarizary ny fanofanana azy. Anisan’ny olana niseho ny fahatarana telo volana ho an’ireo mpiasa nalefa niofana tany Maraoka, tsy afaka nanao fampiharana na “pratique” ny mpiofana tany amin’ny LTP, CPF ary ny CFPF noho ny tsy fisian’ny “matière d’oeuvre” Efa nifarana ny taom-pianarana vao tonga ny vola fampandehanan-draharaha ho an’ny LTP sy CFP ary ny CFPF, tsy voaloa ny karaman’ny ECD sy “Vacataire”, tsy nahavaly ny filan’ny toeram-piofanana ny traikefan’ny mpiasa noraisina ho mpiasam-panajakana (recrutement),… “Diso fanantenana ny maro, ka angatahanay ny fisarahan’ny minisitera roa dia ny METFP sy ny MEN”, hoy ny STEMEETFP.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsena iraisampirenenaNihena ny vidin-tsolika

Nahitana fidinana ny vidin-tsolika, tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo, teo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Nihena 0,6% hatramin’ny 0,9% izany amin’izao.

 

 Nidina hatramin’ny 64,59 dolara ny sarany eo amin’ny tsena iraisampirenena. Anisan’ny nampatahotra ny mpanara-baovao maro eo amin’ny fifanolanana misy eo amin’i Iran sy Etazonia. Tao ireo nanombana fa hisy fiantraikany amin’ny vidin-tsolika maneran-tany ny fifanandrianan’ny firenena roa tonta. Mifanohitra amin’izany ny zava-misy.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hofan-tranoNiakatra 10 % ny ankamaroany

Fotoana fampiakaran’ny tompon-trano ny hofany ny taona vaovao tahaka izao.

 

 

Raha araka ny fanadihadiana natao dia betsaka tamin’ireo mpanofa trano no efa nahazo fampilazana mifandraika amin’izany, eny fa na dia ireo mpiasa tsotra tsy nahazo ilay fiakarana 13 % aza. Manodidina ny 10 % eo ny fiakarana  raha 100.000 Ar  ny mora indrindra amin’izao, efitrano iray tsy misy rano fa mantsaka eny amin’ny paompy saingy misy jiro kosa.  Isaky ny faran’ny volana no tsy maintsy aloa ny hofan-trano na faha dimin’ny volana hitsahina farafaharatsiny. Niakatra nanaraka izany  ihany koa ny vidin-tany raha araka ny fanadihadiana natao tamina « agence »  iray. 10 % eo ihany koa ny fiakarana  ka ny eny amin’ny By-pass mihazo an’Alasora no tena lafo indrindra noho ny fisian’ireo teratany vahiny  mifandrombaka mividy tany eny an-toerana.  Nomarihin’ny mpiandraikitra ity agence ity  manokana fa marobe koa ireo olona mitady trano amin’izao toy ireo monina eny amin’ny faritra avo ahiana hisy fihotsahana. Betsaka koa anefa ireo monina amin’ny faritra iva no maniry hipetraka amina faritra tsy azon’ny rano ka mahatsiaro ho sahirana izy ireo. Toy ny mahazatra dia ny antsasaky ny hofan-trano no alain’ny agence amin’ireo olona mitady izany  sy ny tompony, toy izay koa ny tany.

 Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Teknolojia vaovao sy avo lentaHitarafana ny fandrosoan’ny firenena ny fampiasana azy

Amin’izao andron’ny fanatontoloana izao dia tsy azo ihodivirana intsony ny fironana anatin’ny tontolon’ny informatika sy ny teknolojia vaovao.

 Na ny Banky Iraisam-pirenena aza dia milaza fa anisan’ny singa iray lehibe ahafahana manafoana ny fahantrana ny fampiasana ny teknolojia vaovao sy avo lenta. Azo lazaina fa mbola tara i Madagasikara amin’io sehatra ahafahana mampandeha kokoa ary mampiroborobo ny famokaran’ny orinasa io. Tsy ny famokarana ihany anefa no mahazo tombony amin’ny fampiasana ny teknolojia avo lenta fa ireo sehatra maro hafa tahaka ny fambolena sy ny fizahan-tany izay ainga ho amin’ny fampandrosoana ara-toekarena dia mahazo vahana rehefa mahafehy ny teknolojia. Efa filàna maneran-tany ary vokatry ny fanatontoloana ny fivoarana amin’ny teknolojia. Maro ny orinasa misehatra amin’ny teknolojia vaovao sy avo lenta (NTIC) nitsangana nanomboka ny taona 2014 hatramizao. Ny 3 taona fotsiny dia efa nahatratra 70 izany ary saika irony call center, famoronana site web sy logiciels ary applications mobiles no maro an’isa amin’izany. Na izany aza dia mbola ilàna ezaka be ny fanarahana sy ny fampiofanana mahakasika ny teknolojia malaza sy vaovao eto Madagasikara amin’izao fotoana izao. Anisan’ny olana sedrain’ny orinasa amin’izao fotoana izao ihany koa ohatra ny fomba fitehirizana ny vaovao izay mahataraiky hatrany an’i Madagasikara. Misy amin’ireny orinasa natsangana taty aoriana ireny anefa no manome vahaolana amin’izany tahaka ny traitement de données, ny fikirakirana kaonty (comptabilité). Tombony ihany koa ny fanamorana ny amin’ny sehatra fitantanana ankapobeny ary lasa haingana sy marina noho ny fikirakirana ny teknolojia indrindra ho an’ireo orinasa lehibe mampiasa olona maro. Araka ny tatitry ny filan-kevitry ny fampandrosoana ara-toekarena (EDBM) dia 35% amin’ireo orinasa nitsangana nanomboka ny taona 2014 hatramin’ny 2016 dia tantanan’ny vahiny ary efa ambony lavitra io tarehimarika io raha ny amin’izao fotoana izao. Ny zavatra hita dia miantraika avy hatrany amin’ny asa atao sy ny famokarana ataon’ireo orinasa ny fahaizana mifehy ny teknolojia.

Tsirinasolo

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

OniversiteAn-dalana ny taona fotsy

Nandray fanapahan-kevitra ny sendikan’ny mpampianatra mpikaroka eto Antananarivo izay nivory omaly teny Ankatso satria efa akaiky ny 15 janoary

 

 izay fe-potoana nomen’ny filankevitra nasionalin’ny Seces eto Madagasikara mba hahazoana vahaolana mahafa-po sy azo tsapain-tanana amin’ny fitondram-panjakana. Nisy ny fihaonana in-dray mandeha tamin’ny praiminisitra Ntsay Christian ary in-9 be izao tamin’ny minisitry ny fampianarana ambony, Blanche Nirina Richard, hoy ny filohan’ny Seces Tana, ny Pr Sammy Grégoire Ravelonirina, kanefa hatreto dia zara raha nisy izay valiny mahafa-po sy azo tsapain-tanana izay. Misy ny filazana etsy sy eroa fa efa mivaha ny olana 6 amin’ny 7 kanefa hamafisina fa tsy marina izay filazana izay. Miantso ny filoham-pirenena izy ireo mba hamaha ny olan’ny Seces satria io vahaolana mahafa-po sy azo tsapain-tanana io ihany no ahafahan’izy ireo miverina amin’ny fampianarana hahafahany mitsinjo ny ho avin’ny tanora Malagasy. Ireo mpitondra hita fa tsy nahavaha olana kosa, hoy izy ireo, dia tsy tokony hisalasala hanala sy hanolo ny toeran’izy ireo ny filoha. Anjaran’ny fitondram-panjakana koa anefa raha toa ka te hanosika any amin’ny fisian’ilay mampatahotra anay ny hiteny azy hoe “Année “Blanche”. Izahay kosa hiteny hoe hihamafy ny tolona ary mametraka fa tsy maintsy tsinjovina ny ho avin’ny zanaka Malagasy satria vola be no lanin’ny ray aman-drenin’izy ireo hikarakarana azy, hoy hatrany ny Seces Tana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Gare routière Fisandratana« Tsy mbola mahafeno ny fepetra », hoy ny ATT

Tsy tontosa indray ny famindrana ireo fiara mpitatitra na taksibrosy miantsona eny amin’ ny Fasan’ny karana ho eny Ambohimanambola.

 

Tsy mbola voapetraka araka ny tokony ho izy ireo pitsopitsony ara-teknika isan-karazany na ny lafiny fidiovana, ara-pahasalamana, toerana asiana ireo fiara mpitatitra satria maro be izy ireo no miantsona ao amin’ny Fasan’ny karana ka tsy maintsy misy lamina maty paika hampidirana azy ireo eny Ambohimanambola, hoy ny sampandraharaha misahana ny fitaterana (ATT). Samy miandry ny hamindrana an’ireo fiara indray ny rehetra. Maro aloha ireo fanehoan-kevitra mahakasika azy io. Adihevitra foana moa ny halaviran’ny « gare routière » sy ny fivezivezena eny an-toerana. Andrasana, araka izany, ny fandaminana ataon’ireo tompon’andraikitra isan-tokony.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mbola mitaredretra ihany !

Feno ny fepetra ara-politika ananan’ny fanjakana ankehitriny fahefana hampandroso an’i Madagasikara. Malalaka tamin’ny fisafidianana ny ekipany ny filoha,

 

 nahazo maro an’isa tamin’ny fifidianana depiote, nitohy tamin’ny fifidianana ben’ny tanàna. Azy ny hery sy ny fahefana na dia ny 60% tamin’ny olom-pirenena mpifidy aza tsy naneho ny safidiny. Hajaina sy toavina ny ara-dalàna sy ny sata ara-demokratika hoe: io no filoha, ireo ny olom-boafidy na mety azo hiadian-kevitra aza ny fomba nahalany azyy fa efa izay aloha ny zava-misy. Efa ireo izao no eo, dia avela hiasa. Fa iza moa no manakana azy ireo tsy hiasa ? Ny nambara tany aloha dia ny mpanohitra no fototry ny olana rehetra. Zary lasa anton-draharahan’ny mpitondra ny manenjika mpanohitra. Endriky ny demokrasia ny fanakianana ary tena anjara asan’ny mpanohitra. Ny fanoherana tsy voatery ho adika be fahatany ho fanonganana na fanakorontanana fa kosa fanairana sy harofanina ho an’ny mpitondra. Maro ny fampanantenana natao, nirarakopana ny velirano,... ka ho lasa paradisa kely i Madagasikara raha ny fakana fom-bahoaka tany anaty fampielezan-kevitra no tanteraka avokoa. Raha ny zavatra noresahina sy nambara fa hatao tamin’ny 2019 iny fotsiny anefa, dia ny 90% no tsy tanteraka. Ny olana misy aza tsy voavaha, mainka fa ireo zavatra lavitra ezaka ampanantenaina. Ny fanatanterahana velirano no tokony ho laharam-pahamehana voalohany indrindra, ka sao ho diso adversera lany andro fotsiny manenjika mpanohitra ? Raha hangina ny mpanohitra dia izay indray no henjehina ? Toa mahagaga ihany mantsy ilay fitadiavana atidoha na “cerveaux” satria tsy araka ny fampandrosoana nampanantenaina ny miseho fa tena mitaredretra. Efa nambara fa niomana 4 taona. Tsy herintaona tokoa ny fe-potoana iasana fa dimy taona, saingy aleo tsy miteniteny foana amin’ny zavatra mety tsy ho vita, toy izay hampanantena poak’aty lava izao e !

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra – Tompondakan’ny Ligue 1 AlfaNirava 2-1 avokoa ireo lalao 4 tontosa omaly alatsinainy

Nirava 2-1 avokoa ireo lalao 4, ao anatin’ny andro faha-9 tamin’ny fifaninanana fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga « Alfa » sokajy Ligue 1,

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàna VBGNeken’ny HCC

Nankatoavin’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) ny lalàna miady amin’ny herisetra mianjady amin’ny maha lahy na ny maha vavy.

 

Mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana sy ny fifanarahana ary ny arofenitra iraisam-pirenena ity lalàna ity raha ny nambaran’ny HCC. Efa nisy rahateo ilay hetsika 16 andro niadiana amin’ny herisetra mifototra amin’izy io izay ka anisan’ny nandray anjara tamin’izany isika teto Madagasikara tamin’ny alalan’ny fanentanana isan-tokony ary notarihan’ny minisiteran’ny mponina sy fiahiana ara-tsosialy ka nandany sy nankato izay ny HCC. Raha tsiahivina, ity lalàna VBG ity dia niteraka resa-be hatrany teto amin’ny firenena. Samy naneho ny heviny avokoa ireo rehetra hatramin’ny mpitarika fivavahana. Ny 13 desambra lasa teo moa no nandaniana azy teo amin’ny Antenimiera roa tonta. Na dia nilaza hatrany ny fitondram-panjakana fa tsy misy idiran’ny fanambadiana olona mitovy fananahana ity lalàna ity dia mbola maro no miahiahy fa dingana mankany amin’izany ny lalàna VBG. 

 Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

19 janoary 2020Tena hamboly hazo fa tsy hitsangantsangana

Zanakazo 60 tapitrisa no efa vonona hovolena ny 19 janoary ho avy izao.

 

Ao anatin’ny fanomanana tanteraka ny minisiteran’ny tontolo iainana sy ny fampandrosoana maharitra ary ireo rantsamangaika any amin’ny faritra amin’izao. Mariky ny firaisam-pirenena sy maodely ny fambolena hazo nasionaly izay atao ny alahady izao any amin’ny distrikan’Ankazobe. Tanjona, hoy ny minisitra Alexandre Georget, ny famerenana ho maitso an’i Madagasikara. Andrasana, araka izany, izay fandaminana ataon’ny minisitera tompon’andraikitra. Hatramin’izay mantsy, zary lasa fitsangantsanganana ho an’ny minisitera sy ny orinasa ny fambolen-kazo. Amin’ity dia voalaza fa ho hentitra ny tompon’andraikitra. Raha toa mantsy ka ny fambolen-kazo no tanterahina tao anatin’ny taona maro nifandimby dia nolazaina fa hisy isaky ny elakela-trano kanefa mifanohitra amin’izay no nisy teto Madagasikara. Tanjona ho an’i Madagasikara ny hamboly hazo 80 tapitrisa fototra amin’ity taona ity ho fanatanterahana ilay vina hanamaitso indray an’i Madagasikara.

 

Manodidina ny 44%-n`ny ala voajanahary eto Madagasikara no ringana tao anatin`ny 60 taona lasa izay. Mbola mampiasa arina fandrehitra ny 85%-n`ny Malagasy. Tokantrano iray vinavinaina mampiasa arina fandrehitra 60 hatramin`ny 70 kilao isam-bolana. Hazo 10 kilao vao ahitana arina fandrehitra 1 kilao. Raha ny antontan`isa nivoaka tamin`ny taona 2012, ho an`Antananarivo fotsiny dia mahatratra 110 000 taonina isan-taona ny fandaniana izay tsy maintsy hanapahana hazo 32 000 Ha.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana MAFAMI sy ireo mpiaradia aminyMitaky ny famoahana ny filohany mba tsy hisian’ny olana

Nanamafy ny fitakiana ny famoahana ny filohany, Hasimpirenena Rasolomampionona, ny fonja indray omaly ny avy eo anivon’ny fikambanana MAFAMI sy ireo fikambanana miaradia aminy.

 

 Mbola am-perinasa, hoy izy ireo, ny filohanay no nosamborina kanefa raha ny tokony ho izy dia matoa nambara tamin’ny fomba ofisialy fa kandida ho solombavambahoaka izy dia tokony efa natsahatra teo ny fanenjehana azy. 10 volana izy ankehitriny no tany am-ponja ary matoa izahay mbola manao antso dia hafa ihany ny miteny toy izay tsy miteny, hoy hatrany ny mpitondra teny, Fama Razafimahazo. Manantena vokatra ihany koa izahay, fara fahatarany, ny zoma izao. Tsy vao izao ny MAFAMI no nitaky ny famoahana ny filohany izay efa sady solombavambahoaka voafidy, tokony ho am-perinasa, ao Fandriana. Efa nitaky izany koa ny fikambanan’ny terak’i Fandriana sy fikambanana marobe hafa, hoy hatrany izy ireo. Nilaza kosa ny avy eo anivon’ny fikambanana Astafim, izay fikambanana misehatra amin’ny sosialy sy fanatanjahantena miaradia amin’ny MAFAMI fa mila filaminana ankehitriny ny tany sy ny firenena ka ampy izay ny fifanenjehana sy tsy fanajana zon’olombelona fa tokony ho efa fampandrosoana no jerena. Teny izay hita ho milaza amin’ny fomba hafa ihany fa mba tsy hisian’ny olana no anton’ny fitakian’izy ireo nohamafisina tetsy Tsiadana ity.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjakana RajoelinaVao mainka tsy atokisan’ny mpamatsy vola

Endrika tsy fangaraharan’ny fitantanana sy fisian’ny fanodinkodinam-bola no niseho tao anatin’ilay raharaha 65000Ar

tokony hotsinjaraina amin’ny mpiasam-panjakana satria ny governemanta izao no nilaza fa tsy mifanaraka amin’ny tapaky ny filankevitry ny minisitra ny fanomezana vola tsy mifanaraka amin’ny voalaza. Misy minisitra mbola sahy milaza fa tokony ho an’ny mpiasan’ny minisitera ihany fa nisy ambiny dia nomena ny mpampianatra. Angaha ireo tsy mpiasam-panjakana ? Lojika raha misy ny fitokonana satria tsy rariny loatra ny fanambaniana. Endrika iray hitarafana ny fomba fitantanana ny firenena ireny. Hitarafana ny fanjakana sy ny mpitondra amin’ny fomba fitantanany ny volam-bahoaka. Mazava ary lojika raha tsy hanome sy tsy hamatsy vola be antsika ny mpamatsy vola sy ny mpiara-miombon’antoka. Tsy misy zavatra mangarahara fa toa hanjakan’ny kolikoly sy ny aferafera ny fitantanana. Toa mitarazoka sy hampanginginina anefa iny raharaha iny na dia eo aza ny ambara fa fisiana fitsirihana na « audit » nambara fa hatao. Resahina ny ady amin’ny kolikoly, mandeha ny fanagadrana ireo mpitantana teo aloha, saingy ny ankehitriny tao mitady ho vitavita ho azy. Majifa amin’ny fitantanana tsy mazava ny volam-bahoaka. Hiakatra be anefa ny hetra amin’ity taona ity mba hahafahan’ny fanjakana mampitombo ny loharanom-bolany izay lojika satria tsy dia mahazo vola avy any ivelany. Vinavinaina ho 1 474 miliara ariary ny fampidiram-bola amin’ny alalan’ireo mpiara-miombon’antoka ara-bola sy ara-teknika amintsika na ny PTF amin’ity 2020 ity, raha ny voasoratry ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitakiana ny nosy MalagasyMampitandrina ny Filoham-pirenena ny Pr James Ratsima

Miketrika ny hampanao fitsapan-kevi-bahoaka momba ny fitakiana ireo Nosy Malagasy na îles eparses ny fitondram-panjakana ankehitriny.

 

 Tanjony ny hahalalana ny hevitry ny tsirairay na hotakiana amin’ny Frantsay tokoa ireo Nosy ireo na hatsahatra hatreto ny hetsika.  Mampitandrina ny filoham-pirenena mikasika izany fanapahan-kevitra kasainy horaisina izany ny profesora James Ratsima, filohan’ny fikambanana Asandratro ny fireneko.  Nambarany fa ny fitakiana ireo Nosy Malagasy ireo no hany vahaolana tokana hahafahana manavotra ireo vahoaka Malagasy 23 tapitrisa manerana  ny Nosy.  Ny fanjakana anefa mbola mitady hiala bala ihany na dia efa  nanamarina aza ny firenena mikambana fa an’ny Malagasy ny îles eparses. Nomarihin’ny profesora James Ratsima moa fa raha minia manampin-tsofina amin’ny fitakiana ny îles éparses Rajoelina sy ny ekipany dia hijoro ny tenany ary tena hahita ny maha mpanao pôlitika azy tokoa ny rehetra. Raha vonona ny hitaky ireo Nosy Malagasy kosa anefa ny filoha dia vonona ity profesora ity hanome tanana azy saingy hijanona hatreo ihany ny fiaraha-miasa tsy hisy tohiny, ho fanavotana ny vahoaka Malagasy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raveloson Louis de Gonzague« Politikan’ny manam-bola no manjaka eto »

Naneho ny fahitany ny fiainam-pirenena ny mpanao politika, Raveloson Louis de Gonzague ka nilazany ny zava-misy eto Madagasikara amin’izao. T

 

 

sy tokony hanao politika raha tsy manam-bola satria na manana foto-kevitra sy vinam-piarahamonina aza ka tsy hanana ny vola dia tsy ho lany mihitsy. Efa zarin’ireo mpanao politika mpanam-bola amina tambitamby isan-karazany toy ny sakafo, fitaovana, vola, vary, menaka… ny vahoaka dia lasa tsy any amin’ilay fampandrosoana no banjinina fa lasa mijery fotsiny fa tsy mitsinjo ny ampitso. Izay mpanao politika mandany betsaka no mahazo be, hoy izy. Nibaribary izany nandritra ny fifidianana farany teo. Raha ny fitiavan’ny olona ny fikambanany dia betsaka ny olona no nitia fa rehefa voatambitamby tamin’ny vola satria voatolotra isan’andro dia adino ny fotokevitra hijoroana. Fatiantoka goavana ho an’ny Malagasy io satria ny teo ihany no teo. Lasa manao « devoir » tahaka ny teo aloha ihany ireo lany fa tsy ilay fitiavan-tanindrazana no mipoitra avy ao anatiny fa ilay vola no nametraka azy teo dia mitady vola ho any anaty paosiny sy ny fianakaviany, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Betampona-Fenoarivo AtsinananaNiova tampoka ny anaran’ny ben’ny tanàna

Rakoto Justin dit Ralonga, kandida miaraka amin’ny antoko Tia Tanindrazana tao amin’ny kaominina Betampona Fenoarivo Atsinanana no efa notononin'ny Fitsarana ao Toamasina fa lany ho ben’ny tanàna,

 

 araka ny fanambarana ofisialy tamin'ny alarobia 08 janoary lasa teo. Omaly alatsinainy anefa, dia gaga ry zareo raha nahita fa ny kandida tsy miankina Serge Bezaka indray no vosoratra fa lany anaty peta-drindrina, hoy ny fampitam-baovao. Diso tsipelina tahaka ilay kandida tsy tafiditra tao amin’ny bileta tokana tamin’ny fifidianana sa fanahy iniana novaina tsotra izao ny anarana ? Manahy Rakoto Justin sy ireo mpanohana azy sao misy zavatra hafahafa, eny mety kolikoly mihitsy aza ao ambadik’izao fanovana anarana tampoka izao. Andrasana ny fanazavana ofisialy avy amin’ny tompon’andraiki-panjakana eo anatrehan’ity toe-draharaha ity. 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Politika avo lentaMiady an-trano ny mpitondra

Toekarena mihemotra, fiainana ara-tsosialy mihasarotra, tsy fandriampahalemana mampikolay, fiainana ara-politika tsy milamina, demokrasia voahitsakitsaka, diplomasia tsy mandeha

 

 amin’izay laoniny … no mamaritra ny fiainam-pirenena ankehitriny. Betsaka ny fampanantenana saingy ny resaka no betsaka. Nambara fa efa niomana nandritra ny 4 taona ny filoha, efa vonona ny ekipa rehetra fa ny fahazoana fahefana sisa andrasana. Ny tranom-pody anefa no vita amin’ny vava, hoy ny fomba fiteny. Mitady “cerveaux” na olona manan-tsaina sy fahalalana afaka ny hanampy hivoahana amin’izao fahasahiranana sy tsy fahombiazana izao ny fitondram-panjakana. Zava-dehibe izany ary na tsy miaiky mivantana aza fa misy zavatra tsy mandeha eto dia efa fahatsapana lehibe io fa tena mihisatra na mikatso ilay masinina haingam-pandeha. Maro no tsy mahavita azy ao anaty fanjakana ao, ary toa sasatry ny mamono afo ny fanjakana eo anatrehan’ny olana misesisesy. Tsy tena hita ihany koa ny firaisankina sy firaisan-tsaina ao anaty fitondrana, hany ka ratsy endrika hatrany ny mpitondra. Nisy olana ny resaka vola tokony homena ny mpiasam-panjakana, dia minisitera na minisitra iray no hatao lasibatra sy henjehin’ny governemanta na minisitra hafa hatao sorona, kanefa ny rehetra samy voakasika daholo. Mandeha ny fifidianana, dia samy mandrotsaka ny olona ny lehiben’antoko sasany ao anaty governemanta tahaka ny MMM an’Atoa Hajo Andrianainarivelo sy ny Freedom an-dRamatoa Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy. Raikitra mihitsy ny gidragidra eo amin’ireo samy antoko ao anaty fitondrana, toy ny fifidianana any Faratsiho hifanolanan’ny IRD sy ny MMM. Samy te haneho ny tanjany sy hilaza fa manana olona sy fahefana hahafahana mitazona ny toerany na koa hanaovana takalon’aina ara-politika. Mety ho paikady politika, saingy taratry ny efa tsy firaisan-tsaina intsony fa toa samy mitady ny tombontsoany, dia samy mikepoka izay azony mba tsy hilazana fa mifanangana fanjakana kely ao anaty fanjakana be. Lojika raha mikatso ny firenena ary tsy ny mpanohitra no olana fa toa ireo manodidina ny filoha ihany no mety ho sakana ho azy.

 

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

TOERAM-PIANTSONANA VOATOKANA : Tsy manan-kery intsony ireo fahazoan-dalana teo aloha

Ny faran’ny volana desambra 2019 no nifarana ny fahazoan-dalana ho an’ireo rehetra nisitraka izany. Nilaza araka izany ny teo anivon’ny Kaominina fa tsy misy manana fahazoan-dalana hampiasa an’io toeram-piantsonana voatokana avy amin’ny Kaominina io intsony hatramin’ny fiandohan’ity taona ity vaovao ity. Andrasana, hoy ilay fanambaràna, ny fisian’ny fandaminana vaovao. Voamarina amin’ny alalan’ny takela-by ahitana rojo vy misy laharana nomen’ny Kaominina ireo toeram-piantsonana voatokana.

Izay nangataka ka nahazo alalana tamin’ireo tompon’andraikitra isan’ambaratongany no  mametraka izany manoloana ny vavahadiny, na ny tranony na ihany koa ny toeram-pivarotany. Manoloana ity fanambarana navoakan’ny Kaominina ity dia nanao antso tamin’ireo rehetra manana an’io takela-by izy ireo mba hanala izany tsy misy fepetra. Mbola tsy nisy hatreto ny fahazoan-dalàna vaovao navoakan’ny Kaominina. Hentitra ny fanaraha-maso, nanamafy izy ireo fa mahavoasazy ny tsy fanarahana an’io fandaminana napetraka io. 

Heverina fa tafiditra sahady ao anatin’ny fanovana ny rafitra sy ny fanovana ny fomba fitantanana eo anivon’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra ny fampiatoana aloha ny fanomezana ahalalana an’ireo fiantsonana voatokana. Efa manangasanga sahady mantsy ireo endri-panovana isan-karazany indrindra amin’ny endrika ivelany eto ampovoan-tanana.

N.A

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA : Maty tsy tra-drano ilay tovolahy nitondra “moto”

Misesilany  ireo  namoy ny ainy vokatr’izany, manginy  fotsiny  ireo  naratra.  Raha ny  loharanom-baovao  voaray  omaly , lozam-pifamoivoizana  mahatsiravina ihany  koa  no  nitranga tany amin’ny  lalam-pirenena fahatelo,  Antsahasoa fokontany Andranotsimihozo Kaominina  Talata Volonondry Distrikan’ Antananarivo Avaradrano,  ny  alahady  hariva lasa teo , tokony ho  tamin’ny  dimy ora sy  sasany tany  ho  any. 

Tovolahy  iray 24 taona  niaraka tamin’ny olon-tiany  22 taona nitaingina  “ moto “ no  niharan-doza tamin’io  fotoana io rehefa nifandona  tamina fiara  mpitatitra  iray  tao  an-toerana.  Nohamafisin’ireo nahita maso  fa nandeha mafy dia mafy  nifaninana tamina moto iray  hafa teo alohany ity  farany  ka izao niharam-boina izao. Na ny fiara nifandona taminy  koa aza dia  fantatra fa  nandeha mafy  ihany koa. Avy  hatrany dia nidaraboka tamin’ny  arabe ireto  farany. 

Naratra  mafy ilay  lehilahy  nitondra moto, tsy  nahatsiaro  tena intsony, nandriaka ny  rà ary  fantatra fa avy  hatrany  dia namoy ny  ainy   teo  no ho  eo  ihany  ity  farany . Noezahina  novonjena  kosa  ilay  ramatoa kely  niaraka taminy ka manohy mitsabo tena ao  amin’ny  Hjra hatreto.   Raha ny  loharanom-baovao   voaray  avy  amin’ny  Zandary  tao  an-toerana  dia tena ketraka ireto farany satria dia tsy  misy mihaino  mihitsy  ireo toro-lalana momba ny fifamoivoizana  apetraka amin’iny faritra iny . Samy  manao izay tiany  ireo  mpitondra fiara sy moto noho  ny tsy fisian’ny Polisy  misahana ny fifamoivoizana  ao  amin’ny Rn3. Tsy  vao izao  akory  fa efa  mateti-piavy loatra ny loza miseho  ao hoy  hatrany  ireo  Zandary.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

LOZA MITATAO : Trano sy tanànan’olona ahiana harodan’ny lavaka nangadiana fasika

Avy ao Madirokely sy ao aorian’ny Hotel holidays no idiran’ireo fiarabe mankany. Matsabory ao ambadiky ny Homeopharma iny no akan’izy ireo fasika. 

Efa lavaka be ny ao saingy mbola mitohy hatrany ny fitrandrahana. Efa anaty rano tanteraka ireo olona no maka fasika nefa mbola mitohy hatrany. Loza mitatao ho an’ireo tanàna sy trano manodidina io fitrandrahana fasika io satria ny fasika dia migorisa, ka rehefa lavaka be ny eo akaiky dia lasa any ny fasika avy amin’ny tanànan’ olona hafa. Volabe ho an’ireo mpitrandraka fasika izy io satria vidian’ireo fiarabe 50 000Ariary ny fasika iray fiarabe. Ireo fiarabe kosa mivarotra 200 000Ariary amin’ireo mitady izany. Mitaraina ireo mponina saingy tsy misy mihaino. Volabe rahateo ka mivarotra ny fasika ao aminy ny tompon’ny tany.

Toy izay koa ny eny Grand pavois, tractopelle iray no maka fasika eny amin’ny torapasi-dranomasina hanotofany ny lavaka be ao anaty lakorony. Gaga ireo fokonolona ka nanontany ireo mpaka fasika. Namaly moa ireto farany fa nahazo fahazoan-dalana.

Tokony hojerena tsara ihany ny fanomezan-dalana hitrandraka fasika satria manimba ny tanànan’olona hafa sy ny fananana iombonana izy ireo. Potika tanteraka ny tontolo iainana. Ao Petite plage ao ohatra dia angalarin’ireo mpivarotra fasika ny fasika eo an-tokotanin’olona.

Nangadian’izy ireo ny fasika tao ka lasa cheminée ilay vovon-drano izay nilentika tao anaty tany, noho ny halalin’ny lavaka nakana fako. Ny tranon’olona moa dia lasa nitongilana. Ireo tanin’olona tsy mipetraka eto Mahajanga no tena lasibatra matetika ka tokony hanara-maso tsara ireo mpanome fahazoan-dalana mialoha ny hanomezana izany ary homena sazy henjana kosa ireo mpangalatra fasika rehefa tratra.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ASA SOSIALY : Niantoka ny fandefasana nody an’i Bebe Rasoaritiana 83 taona i Assanati Famo Gidraka

Ny zoma, faran’ny herinandro teo no niainga teto Mahajanga izy ary mbola nomena vola anaty valopy ihany koa izy hanorenany ny fiainany rehefa tonga any amin’ny havany izy. Nipetraka eo an-davarangan’olona ao amin’ny fokontany Ambalavola  ity ramatoa be ity satria tsy manan-kialofana. Ny olona miantra no mba ahafahany misakafo. Ny fokontany no miahy azy, ary ny lefitry ny sefo fokontany no nifandray tamin’ireo tompon’andraikitry ny fikambanana Assanati Famo gidraka eto Mahajanga, ka nitadiavana fiaraha-miasa momba azy taorian’ireny dobo rano be teo iny. 12 taona no nipetrahany teto.

Mbola tanora i Bebe Rasoa no tonga nitady ravinahitra teto Mahajanga ; tsy manan-janaka sy  tsy manan-kavana eto izy. Tohina ny fo hoy ny filohan’ny fikambanana tatsimo amin’izao ataon’ny Assanati Famo Gidraka izao. Ny fikambanana no tokony handray andraikitra amin’izao nefa tsy nisalasala izy nanampy, hoy hatrany izy fa misaotra azy. Fifampitsinjovana sy fifanampiana no tanjona, hoy hatrany ireo mpikambana ary Werawera tsy maintsy mandeha.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TRANOM-PIANTOHANA MAMA : Miisa 1 831 ireo trangana loza nandoavana vola ho an’ny taona 2019

Taonan’ny asa ary anisany taona nahitana fahombiazana tanteraka iny taona 2019 ho an’ny tranom-piantohana Mama. Manoloana izany dia nahazo fankasitrahana manokana avy amin’ny vondrona manara-maso ny fomba fiasan’ny tranom-piantohana eto Madagasikara izy ireo. Tafiditra ao anatin’ireo tranom-piantohana mendrika indrindra tamin’ny fandoavana ny voka antoka tamin’ireo mpikambana aminy izay niharan-doza ny Mama.

Araka ny fanadihadiana natao dia nahatratra 1 831 ny isan’ireo tranga nandoavana vola teo anivon’ity tranom-piantohana ity tamin’iny taona 2019 lasa teo iny. Io antontan’isa io dia mitsinjara araka ny karazana fahavoazana naharasain’ny Mama taratasy fangatahana, ka nokirakirain’izy ireo izay nitotaly hatramin’ny 5827. Fantatra fa ny 1 101 tamin’ireo dia mahakasika ny fahasimbana teo amin’ny lafiny ara-pitaovana izay nandoavana vola fiantohana. Ho an’ny antontan-taratasy mahakasika ny loza nihatra tamina olombelona kosa dia 612 ireo efa nandoavana vola fiantohana. Tranga miisa 27 no nandoavana vola ho an’ny fiantohana hafa ary antontan-taratasy miisa 91 no nandoavana vola tamin ny tranom-piantohana hafa, dia ny Havana sy ny Aro izany.

Mitentina enina Miliara Ariary ny vola naloa

Voaloa ara-dalàna avokoa ny volan’ireo mpikambana nahafeno ny dosie ilaina tamin’ireo trangana loza rehetra ireo. Nahatratra enina miliara Ariary latsaka na 586 393 679 ny vola naloa tamin’izany. Araka ny lalàna mifehy ny andraikitr’ireo trano fiantohana dia manana telo volana aorian’ny naharaisany ny antontan-taratasy fangatahaka avy amin’ireo tra-doza ny Mama mba ahafahany manao ilay fanonerana. Hatreto tsy nisy olana fa voahajan’izy ireo tsara io fe-potoana io. Fanamby apetrak’ireo tompon’andraikitra ihany koa ny hampanara-dalàna hatrany ny asan’izy ireo. Nampiseho ny maha-matihanina azy tanteraka ny tranom-piantohana Mama tamin’ireo antontan-taratasy tonga teo am-pelatanan’izy ireo. Isany mbola sakana amin’ny fanatanterahan’izy ireo ny asany kosa anefa ny tsy hahafahan’ny tranom-piantohana miroso avy hatrany amin ny fandinihana ny dosie tonga eo am-pelatanany.

Matetika dia ny iray amin’ireo nanao loza izay mihevitra ho manana ny fahamarinana ihany no nanao ny fanambarana sy nanatitra ny antontan-taratasy. Ny teo anivon’ny trano fiantohana anefa dia nanazava fa tena ilaina ny taratasy mirakitra fanazavana avy amin ny olona faharoa izay tafiditra tao anatin ny loza niseho.  Raha tamin’iny taona nivalona iny, nanomboka teo amin’ny datin’ny iray janoary 2019 ka hatramin ny 31 desambra  2019 dia nahatrata 9, 98 isan-jato ny dosie efa voaloa vola. Ho an’ ireo taona tany aloha kosa dia efa tafakatra 90, 02  isan-jato ny dosie nandoavana vola.

Avotra Isaorana  

Ino Vaovao0 partages

ANTANANARIVO : Hoesorina avokoa ireo mpivarotra mibahan-dalana eny Analakely sy ny manodidina

Saika feno, tsentsina  mpivarotra  amoron-dalana  izay  aleha  rehetra, hany  ka voaelingelina hatramin’ny  lafin’ny  fifamoivoizana.  Ho  fampandrosoana sy  fanatsarana ny  tanàna eto  Antananarivo  renivohitra   manoloana  ny  zava-amisy  dia  anisany  nitondra  paikady    ny   teo  anivon’ny  Polisy  miasa ao amin’ny Kaomisarian’ny boriborintany voalohany etsy Analakely.  Omaly, nidina  ifotony   teny   amin’ireo  faritra  feno  mpivarotra manodidina  an’Analakely   sy Tsaralalàna   izy  ireo . Nampiomanina  avy  hatrany  ny  sain’ireo   mpivarotra  fa  tsy  maintsy   hiala  amin’ny  toerana  mahazatra  izay  nivarotana  ary koa niangaviana mba hanatona ny Kaominina   hamantaran’izy  ireo  toerana  vaovao tokony ho azo  anaovana  ny  tsena  vaovao  indray. 

Tsy  maintsy  noraisina  ny  fepetra  mba  hanalefahana   ny  fitohanan’ny  fifamoivoizina  lavareny. Etsy  andanin’izay , mba voahaja ihany  koa  ny  lalana «  trottoir  »  natao ho  an’ny  mpandeha an-tongotra. Atao  ezaka goavana manomboka izao  ny  fanabeazana  ny  mponina ho tia filaminana  sy  mahay  manaja  lalàna  mifehy ka tsy  ho  zatra  goragora  intsony.

Tokony  tsy ho hita  intsony  ireo  olona  zatra mandika  lalàna fa  samy  hanaiky  ny  fandaminana  apetraka  avokoa. Aorian’ity  fanentanana notanterahin’ny  Polisy  ity  moa  dia tsy  maintsy   hiroso   amin’ny fanalana ireo  mpivarotra  amoron-dalana iray  manontolo ireto  farany  amin’ny  herinandro  manaraka  izao raha sendra  ka mbola mahita.

Tatianà R.

La Vérité0 partages

GPS sur les « taxis-be » - Essai concluant mais…

Depuis le mois de novembre dernier, des GPS ont été installés dans les bus de la ligne pilote D reliant Ivato et Vasacoss, dans le cadre de l’amélioration de la qualité des services offerts  par les transporteurs en commun. Après la période d’essai, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie (MTTN), en collaboration avec l’Agence des transports terrestres (ATT), ont obtenu un résultat convaincant. Le nombre des accidents de la circulation ont diminué. Ces derniers sont principalement causés par un excès de vitesse. Les transporteurs ont l’habitude de faire la course, notamment durant les heures de pointe, ce qui  présente un grave danger pour les passagers. En cas de dépassement de la vitesse maximale, inscrite sur le GPS, l’alarme se déclenche jusqu’à ce que le chauffeur ralentisse sa vitesse. Ainsi, l’utilisation de cette nouvelle technologie a permis de diminuer la gabegie au niveau des transports en commun à Antananarivo et ses périphéries. Grâce à une surveillance de près, les bus ont respecté les terminus, les primus et les passagers. A travers une caméra installée à l’intérieur du véhicule, le responsable peut traquer depuis le centre de contrôle les fautes, les imprudences et alerter les chauffeurs. Pour les propriétaires, ils peuvent surveiller leurs véhicules à tout moment grâce à une application Android.

Malgré un test concluant du projet, les observateurs sont quand même déçus. D’une part, l’utilisation du GPS n’est pas obligatoire comme tout le monde l’a espéré. D’après Loyens Jean Yves, conseiller technique au sein du MTTN, les propriétaires de véhicules sont libres d’utiliser ou non cette nouvelle technologie. Actuellement, seulement 70 « taxis-be » sur les 2 500 exerçant à Antananarivo sont équipés de GPS. D’autre part, ce sont les propriétaires eux-mêmes qui ne sont pas convaincus du projet. Selon leurs explications, le coût est très élevé. La location de ce matériel coûte 50 000 ariary par mois, soit 2 000 ariary par jour, à payer sur 25 jours. Toutefois, la plupart de ces transporteurs ne sont que des locataires. Afin de donner plus d’explications, la société TEC Company, initiateur du projet, a réuni les propriétaires des véhicules, hier, dans le cadre de la présentation du GPS. « En tant qu’intermédiaire, le ministère mise sur la facilitation des procédures et l’accessibilité au coût. Beaucoup de partenaires sont déjà prêts à soutenir les transporteurs afin de mener à bien ce projet », conclut ce responsable.Anatra R.

La Vérité0 partages

Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !

Au lendemain même de sa présentation de vœux pour le nouvel an au couple présidentiel, Rivo Rakotovao, président du Sénat, poignarde dans le dos le Président de la République, Andry Rajoelina. En effet, le baron du HVM  au nom de son institution qu’il dirige a intenté une requête auprès de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) contre les actes pris par le Président de la République. Il a mentionné particulièrement toutes les ordonnances prises par celui-ci dans le cadre de la légifération. Ni plus ni moins, Rivo Rakotovao  demande à ce que la HCC déclare caduques ces ordonnances qui selon lui n’ont pas été ratifiées ensuite par le Parlement.  Pour le demandeur, comme la ratification n’a pas eu lieu, les ordonnances ne doivent plus être maintenues. Un argument comme tant d’autres mais balayé d’un revers de la main par des constitutionnalistes. «  Le pouvoir de la HCC se limite à contrôler la constitutionalité d’une loi ou d’une ordonnance. Elle a déclaré conformes à la Constitution toutes les ordonnances prises en Conseil des ministres. C’est impensable que la HCC, qui les a déclarées conformes, aille les déclarer maintenant caduques. Et même si la HCC a ordonné, il s’agit d’une  obligation de moyens et non de résultats », explique un des leurs.  Le président du Sénat sait sûrement à l’avance la suite de cette requête mais comme il veut jouer le trouble-fête, il le joue à fond. Mais tout le monde sait également que l’une des ordonnances qui reste toujours à travers la gorge de Rivo Rakotovao est celle prise par le Conseil des ministres à Antsiranana. C’est la fameuse ordonnance qui réduit le nombre des sénateurs de 63 à 18. Cette réduction est nécessaire selon le président de la République dans la mesure où le Sénat est budgétivore et que son budget pourrait être affecté à d’autres fins notamment à la construction des universités.  A priori, c’est l’intérêt personnel qui prime pour le président du Sénat sur celui de la Nation car il n’imagine pas  l’impact de cette requête sur la vie du pays. Etant donné que ces ordonnances touchent des domaines cruciaux  dont entre autres la loi de Finances rectificative 2019. Mais comme les observateurs le disent, le motif avancé par Rivo Rakotovao n’a aucun fondement constitutionnel.

Cette requête est les énièmes attaques de Rivo Rakotovao envers le régime actuel et plus précisément le Président de la République. Et dire que lors de son passage au Palais d’ Ambohitsorohitra pour la présentation des vœux, il a souligné que les divergences politiques ne doivent pas constituer un obstacle pour œuvrer ensemble au développement du pays. Mon œil !La rédaction

La Vérité0 partages

Enseignants fonctionnaires - Déjà bénéficiaires de 100 000 ariary d’indemnités

Depuis juillet 2018 jusqu’à ce mois de janvier 2020, les enseignants fonctionnaires perçoivent les nouvelles allocations à hauteur de 100 000 ariary, promises par le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement  technique  et professionnel (MENETP). Cependant, ces allocations sont inscrites dans les revendications syndicales des enseignants fonctionnaires datant de 2018. A partir de ce mois de janvier, ces fonctionnaires de l’Etat au service de l’éducation bénéficieront de la somme de 50 000 ariary à titre d’indemnité forfaitaire d’enseignement et celle de résidence dans leur solde, confirme le ministère. Ce paiement s’ajoute à l’indemnité spéciale pour tous les fonctionnaires du dudit ministère. Il s’agit d’une somme de 25 000 ariary déjà octroyée depuis le mois d’octobre 2019 et un autre montant de 25 000 ariary, en guise d’indemnité de craie et d’indemnité spéciale d’éloignement, déjà payé en 2018. 

Pour toutes ces raisons, les enseignants ne peuvent plus dire que le Gouvernement actuel n’émet pas une importante considération à leur travail. Rappelons qu’un protocole  d’accord a été adopté lors d’une concertation effectuée par diverses entités affectées par les problèmes des enseignants à Madagascar. Ces entités sont représentées par un comité technique. Outre les indemnités, 6 autres grandes lignes au profit des enseignants ont été créées et vont s’appliquer. L’objectif étant d’assurer l’accélération des dossiers d’avancement afin de promouvoir aux catégories 3 et 4 les élèves sortants de l’Institut national de formation pédagogique ou INFP. A cela s’ajoute la création de 8 000 postes budgétaires durant les années 2019-2020, notamment pour les maîtres FRAM.

La Vérité0 partages

Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données

Plus d’informations. La directrice de cabinet de la Présidence, Lova Hasinirina Ranoromaro, a donné  hier de plus amples explications à la presse  sur les tenants et aboutissants de l’appel à candidatures lancé par l’Etat pour les postes de haut responsable.

 L’objectif, selon la conférencière, c’est de permettre à l’Etat de constituer sa base de données sur les personnes qualifiées qui désirent collaborer et travailler avec le Président de la République dans la réalisation de sa vision pour le développement de Madagascar. Le choix de la transmission des dossiers de candidatures sur le site web de la Primature n’est pas également fortuit, précise Lova Ranoromaro, car cela permet d’éviter de croiser les routes des arnaqueurs. « Tout le monde sait que des malveillants inventent qu’ils sont proches d’untel ou d’untel et parviennent à vous placer dans un quelconque poste. En contrepartie, ils veulent de l’argent. C’est de la pure escroquerie mais des personnes de bonne volonté tombent malheureusement dans le piège. On veut de la transparence et donner une chance égale à tous ceux qui désirent apporter leur savoir-faire au Président de la République en particulier et à l’Etat malagasy en général », explique la directrice de cabinet de la Présidence qui a tenu également à préciser que la date limite du dépôt des dossiers, pour le 24 janvier 2020, n’a rien à voir avec un soi-disant remaniement. « Les candidats  aux postes de haut responsable de l’Etat doivent avoir, outre la même vision que le Président de la République, un plan d’action  à court, moyen et long terme à la réalisation des projets présidentiels qui touchent leur domaine de prédilection » , précise la Dircab de la Présidence de la République.

Lova Hasinirina Ranoromaro a martelé que les dossiers reçus sur la plateforme seront ensuite traités par un cabinet spécialisé. Ainsi, quand l’Etat se trouve dans le besoin, aujourd’hui ou demain, des  ressources humaines expérimentées dans un domaine précis (santé, diplomatie, agriculture ou autres), il saura où les dénicher. A l’heure actuelle, au moins 200 personnes ont déjà envoyé leur candidature sur le site de la Primature…La rédaction

La Vérité0 partages

Drame familial - Un père tue ses enfants de 4 et 18 mois

L’horreur à son comble ! Samedi dernier, un chef de famille fut interpellé par les éléments du Commissariat central d’Antsirabe après qu’il eut tué froidement ses deux enfants : un petit garçon de quatre mois et une fillette de dix-huit mois.Et pourtant, les riverains n’ont pas entendu le couple se disputer quelques moments avant les faits. Seulement, la maîtresse de maison a quitté son foyer l’après-midi du jeudi 9 janvier dernier, laissant ainsi les siens seuls à la maison.Ayant profité du moment d’absence de son épouse, le chef de famille a ainsi étranglé son petit garçon. Une agression qui a entraîné la mort du petit. Non satisfait du résultat, il a ensuite entraîné sa fillette vers la forêt d’Amboronomby où il l’avait aussi tuée.

La dépouille de l’enfant n’a pu être retrouvée que le soir du vendredi 10 janvier suivant. Du coup, la Police a démarré une enquête. Le suspect fut interpellé le matin du 11 janvier. Durant son audition, l’homme aurait reconnu les faits. Il a expliqué son geste comme étant dicté par son exaspération par rapport à sa vie de couple. Une exaspération, qui a fait également germer dans son esprit la tentative de mettre fin à ses jours après le double meurtre de ses progénitures par ses propres mains.

Pour le moment, on ignore ce qu’est devenue leur maman. La Police n’a plus mentionné où elle a dû se trouver au moment des faits. Difficile aussi de savoir si elle a eu l’intention de se séparer de son époux en lui abandonnant les petits à sa charge. Sans doute, a-t-elle donc une grande part de responsabilité dans ce drame ? Car autrement son mari n’aurait pas réglé le problème de leur ménage de façon ainsi barbare et cruelle. 

Jamais à Madagascar, on n’a vu un parent agir ainsi de façon cruelle et insensée, quitte à tuer des petits innocents quel qu’en soit le motif. Certes, il y eut le cas de cette mère de famille qui s’est suicidée en se noyant délibérément dans le lac Tritriva, entraînant ainsi dans sa mort son petit garçon qu’elle portait dans son dos, toujours à Antsirabe il y a à peine quelques jours. Mais voir un parent assassiner ainsi froidement ses petits, comme le cas de ce chef de famille, cela dépasse vraiment les bornes.Franck R.

La Vérité0 partages

La date butoir

La date fatidique du 24 janvier approche à grands pas. A compter de ce jour, mercredi 15 janvier, il reste neuf jours francs. Les membres du Gouvernement s’étaient engagés formellement auprès du Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina, le jour de leurs nominations, le 24 janvier 2019, qu’au terme d’un contrat de un an, ils seront appréciés sinon jugés par le numéro Un du pays de leurs prestations  au sein de leur département respectif.

Le Président de la République leur imposait le concept d’obligation de résultats. Le pays englué dans la boue des difficultés innommables et insupportables requiert absolument de la compétence et d’efficacité des membres du Gouvernement. Après ce test de douze mois, aucun ministre n’échappe au « contrôle ».  Il doit rendre compte au grand chef de leurs actes. Personne n’a, non plus, d’excuse. Tout manquement conduit vers « une sanction » qui ne peut être autrement que « rendre son tablier ». Le Chef de l’Etat, tel qu’on le connait durant cette première année de son mandat, ne badine point sur n’importe quel égarement vis-à-vis de la responsabilité confiée aux uns et aux autres. Rappelez-vous du sort réservé au ministre chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Pr Madeleine Félicitée Rejo-Fienena ou au ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures Vonjy Andriamanga  remerciés en pleine fonction. La vieille routine du « mandeha ho azy » et la culture de l’impunité sont révolues, de l’histoire ancienne ! Le pays tout entier attend des résultats concrets et la population espère voir ses conditions de vie améliorées dans les plus brefs délais.

Des avis de plusieurs observateurs, la première année de régime IEM laisse l’ensemble de l’opinion  dans l’expectative. Certains départements comme le sport, les finances et du budget ou celui de la communication brillent par leur détermination à traduire en actes le Velirano. D’autres laissent à désirer sur certains égards. Les grands chantiers tels Tana-Masoandro tardent à démarrer. En cause, une certaine maladresse d’approche des hauts responsables.  Le calvaire vécu par les usagers de l’eau et de l’électricité de la JIRAMA persiste. Certains départements à l’exemple de l’Education nationale risquent de ternir l’image du régime. Des erreurs qu’on peut bien éviter plombent l’aile de l’IEM et compromettent la crédibilité du Président. Cette histoire de « prime » de 65.000 Ar offerte gracieusement à tous les agents de l’Etat a eu l’effet contraire dans certains ministères à cause de la maladresse des premiers responsables à commencer par le titulaire de poste. Quand un ministre ne dispose pas sous ses yeux un tableau des effectifs de son ministère, et d’un. Et qu’on viole le message transmis en supposant que la prime est destinée uniquement au personnel de bureau, de deux. Il y a lieu de s’inquiéter de la compétence de quelques-uns à gérer comme il se doit leurs départements. De quoi s’étonner si les enseignants s’insurgent !

Le Chef de l’Etat a mille fois raison de recourir au service d’un cabinet spécialisé de recrutement  afin de pallier les insuffisances chroniques des compétences de hauts responsables au sein du régime.On est à quelques encablures de la date butoir du 24 janvier. Le pays attend de pied ferme l’issue de l’examen de passage. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Ministère de la Jeunesse et des Sports - Nicolas Dupuis prend officiellement son poste de consultant de l...

Les expériences de Nicolas Dupuis au bénéfice de toute la jeunesse malagasy. Il a déjà annoncé à son retour au pays après les aventures de la CAN 2019 en Egypte, qu’il travaillerait pour l’Etat malagasy.  Maintenant c’est officiel. Nicolas Dupuis, l’entraineur national des Barea de Madagascar, est devenu consultant auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS). Il sera chargé du développement du football dans tout Madagascar et de la promotion du partenariat public privé. Son bureau lui a été présenté,  hier, par le ministre Tinoka Roberto dans l’enceinte du Palais des Sports de Mahamasina. Et ce, afin de lui donner des conditions optimales pour sa mission qui sera de concert avec les techniciens malagasy.

« Vous avez réussi à qualifier nos 11 nationales au stade de quarts de finale pour sa première participation, faisant ainsi entrer le football malagasy dans la cour des grands. Prouvant votre attachement à notre Barea et cédant aux sollicitations du Président de la République Andry Rajoelina, vous avez prolongé votre contrat en dépit des autres propositions alléchantes venues de toutes parts. Pour renforcer davantage cette collaboration, vous avez accepté avec plaisir d’être le consultant du MJS en matière de développement du football et de la promotion des partenariats public privé», exprime le ministre durant son allocution et d’ajouter :

« Sa principale tâche concerne la gestion des infrastructures dans tout Madagascar et la détection rapide des jeunes talentueux. Les projets appartiennent au ministère mais, pour en faire bon usage, l’expérience et les relations de Nicolas Dupuis vont dans le même sens.

 La collaboration ira au-delà du football. En tant que consultant, on peut bénéficier de ses expériences qui ne resteront pas seulement pour l’équipe nationale mais pour les jeunes dans tout Madagascar. On sait qu’avec son sérieux il est convoité par- tout dans le monde », explique le ministre.  

« Et notre demande à l’Etat est de bâtir dans l’urgence une académie soutenue par l’Etat et par les partenaires privés», sollicite le nouveau consultant du MJS.

« Le ministère a besoin d’autres ressources pour pourvoir construire des infrastructures dans tous les Districts et les Communes pour répondre au Velirano. Cette année, le MJS va se focaliser dans cette optique. Le conseil et les relations de Nicolas Dupuis nous seront bénéfiques dans la réalisation de tous ses projets », renchérit le ministre. Il a également mis en garde les politiciens véreux à ne pas utiliser le sport comme outil de trouble politique vis-à-vis de l’Etat. L’occasion d’hier était également pour les directeurs au sein du ministère de présenter leurs vœux au ministre.Elias Fanomezantsoa

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Le combat continue pour le vaillant Fanaiky

Fanaiky garde l’espoir quant à sa guérison.

Fanaiky est encore prêt à se battre, à retrouver sa dignité d’artiste dévoué à sa patrie, à ses pairs et à tous les mélomanes du monde entier. L’un des meilleurs bassistes de Madagascar sera soutenu durant un concert au Cgm Analakely.

Une voix toujours aussi attentionnée, le ton éternellement affectueux, Fanaiky ajuste les mots. « Si je rate ma dialyse, rien qu’une séance… je suis sûr de rentrer directement auprès de nos ancêtres ». Actuellement, le meilleur bassiste de Madagascar vit ses heures les plus tragiques. Entre les soixante-dix kilos, soulevant une guitare à six cordes sur scène pendant deux heures, et les cinquante kilos d’un père de famille affaibli… il n’a fallu que très peu de temps. Beaucoup se souviennent des concerts d’un chanteur mythique durant lesquels lui et le maestro Tôty assuraient un spectacle entier à coup de basse.

Cela fait plus d’une année que cette légende de la guitare basse et de la boxe se bat contre sa maladie. « Mon cœur, mes yeux, mes reins… sont au plus mal. Il n’y a aucune autre solution, une greffe de rein est inévitable », soupire le génie. Si auparavant il était un pugiliste redouté sur le ring, son état actuel ferait penser à un vieux briscard. Il recevrait des pluies de coups mais, par fierté, il ne voudrait jamais laisser ses genoux toucher le sol. « Je veux encore voir ma femme, mes petits-enfants, alors je garde espoir », insiste-t-il.

La formation Quator Squad sera de la partie au Cgm Analakely ce 17 janvier.

Soutien des passionnés. Des initiatives de soutien sont prises ici et là. D’Antsiranana à Toamasina, sans oublier Antananarivo, le microcosme musical veut l’aider. Il ne faut pas oublier que Fanaiky est une figure emblématique de la musique malgache. Une légende nationale qui puise son inspiration dans la découverte de tout le pays et vice-versa. Si l’Afrique moderne a connu les Richard Bona, Vicky Edimo et compagnie, la Grande Île est fière d’avoir Fanaiky qui n’a rien à envier à ces derniers. Heureusement qu’il a eu le temps et l’occasion de transmettre son talent et son savoir-faire à plusieurs jeunes appartenant à cette génération.

Un concert de soutien aura lieu ce 17 janvier à partir de 10 h 30 au Cgm Analakely. Sur ce sujet, le bass-hero y va de son petit commentaire. « Cela fait très longtemps que je veux jouer. Mes mes mains et mes doigts me démangent ». Sur cette scène réputée de la capitale, le public retrouvera un joli plateau avec BBK, LMM Quartet, Bandy Baraka Fanfare, Quator Squad, Icanto et Samy Andriamanoro. Il y aura du jazz, du classique, de la world musique… A l’image de Fanaiky, un être humain ouvert à tous les vents, baignant dans une musique sans frontières, ce spectacle ne pourra qu’être grandiose.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Malnutrition infantile : Une lutte loin d’être gagnée

Certains estiment que la situation du Sud ne changera pas, et que cela cache une situation géopolitique plus complexe. (crédit photo : Anja)

La malnutrition infantile reste un grand problème à Madagascar. Malgré tous les efforts déployés pour changer la situation depuis une vingtaine d’années, ce fléau ne connaît pas encore de solution. Selon les dernières statistiques entendues auprès des responsables lors d’une conférence de presse au ministère de l’Education nationale, la malnutrition infantile engendrerait plus de 17 000 décès par an dans le pays.

Lors d’une descente dans le Grand Sud l’année dernière, la situation était plus que critique avec des enfants malnutris dans plusieurs régions, d’Amboasary jusqu’à Ambovombe. Un fléau  qui n’a pas épargné le sud, et ce depuis des années. Pas d’approvisionnement en eau potable, situation économique compliquée où les ménages ne disposent que de 1 000 Ariary par jour pour nourrir une famille de 4 enfants, pas de perspectives professionnelles et, bien évidemment, un climat loin d’être clément pour ces régions. Du côté de l’Etat, on a mis en place divers programmes par le biais du ministère de la Population, des projets censés permettre la résolution du problème de pauvreté dans le sud. Malheureusement, pour l’instant, la situation reste inchangée même si on a pu noter quelques améliorations.

Un fléau qui touche toutes les régions. Mais outre le Sud, d’autres régions de Madagascar rencontrent également des cas de malnutrition infantile.  A Analamanga et dans presque toutes les villes du pays ; une alimentation saine pour les enfants reste encore un grand défi. Les enfants ne mangent pas assez de légumes, peut-on entendre des responsables au niveau de l’ONN (Office national de la nutrition) ou du ministère de la Santé publique lors des conférences de presse. Mais au-delà du fait de se priver de fruits et légumes, beaucoup d’enfants ne mangent pas régulièrement et quotidiennement. Parfois, les parents sont négligeants et d’autres fois, ils n’ont tout simplement pas les moyens de subvenir aux besoins de leurs enfants.

Comment y remédier ?  Tous les acteurs humanitaires ont lancé divers projets ces dernières années pour délivrer le sud de la pauvreté et de la malnutrition. Même chose pour les autres villes où des efforts conjoints par différents ministères avaient pour but de mettre fin à la malnutrition en 2019. Toutefois, ces actions de sensibilisation n’ont pas encore porté leurs fruits même si elles ont eu des répercussions sur le mode de vie d’une partie de la population. « Nous souhaitons bien faire et offrir le meilleur à nos enfants. Mais le manque de moyens ne nous le permet pas », nous a confié Miora, une mère de famille localisée à Andranomanalina. Beaucoup d’efforts restent donc encore à faire pour cette année au niveau des responsables mais aussi de la population elle-même.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

De–ci, de–là : Glopopopy sur une scène de la capitale

Il est temps pour lui de se montrer, après avoir créé un buzz énorme. « Glopopopy » sera sur la scène du Bônara Be aux 67 ha. Pour assurer le show, il sera accompagné par Jazz Mmc, de retour d’une mini-tournée en terre française. L’ambiance sans aucun complexe sera du côté du centre-ville pour ce week-end. Pour ceux ou celles qui ne le connaissent pas, Glopopopy est le fruit d’une imagination complètement loufoque, que la toile a mise au-devant de la popularisation effrénée. Alors, il est temps de découvrir ce jeune homme avec tout son potentiel. Dans ce lieu, il est fort probable que la fièvre sera toujours au summum.

L’année culturale à l’horizon

L’année culturelle malgache démarrera cette année, à en croire le calendrier rural ou cultural, vers la semaine du 13 avril. Si le service de la météorologie prévoit une saison cyclonique assez dense, les organisateurs du « Taom-baovao malagasy » d’Ambohitrabiby annoncent que les dates de la célébration de cette fête seront les 24 au 25 mars. Cet événement annonce la fin des pluies ou fararano. Les récoltes vont monter dans les chaumières, la vraie richesse de Madagascar sera disponible. Pour le moment, au niveau des troupes de hira gasy, c’est le branle-bas de combat. Au sujet des linceuls et des « malabary »  pour les circoncisions, le marché se prépare.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme : Narindra Rafidimalala s’envole pour les USA

Le ministre, Tinoka Roberto, recevant Narindra Rafidimalala avant son départ.

Cet athlète, spécialiste du 100m et 110m haies, peut continuer sa carrière sportive de haut-niveau dans les meilleures conditions, aux Etats-Unis en même temps qu’il poursuit ses études à l’Université d’Arkansas.

L’athlétisme malgache peut souffler. L’athlète Narindra Rafidimalala, encore méconnu du grand public, va se perfectionner aux Etats-Unis d’Amérique. Spécialiste du 100m et du 110m haies, Narindra sait allier culture physique et intellectuelle. Agé actuellement de 18 ans et étudiant en 4e année à l’École Supérieure Polytechnique de Vontovorona, et après moult efforts pour bénéficier d’une bourse de sport-études, il s’est enfin adressé au ministère de la Jeunesse et des Sports. Le ministre, Tinoka Roberto, a répondu favorablement à ses doléances en lui apportant une contribution financière conséquente pour la finalisation des conditionnalités de son dossier, et  un appui pour l’obtention du visa de séjour. Et en ce début d’année, le rêve de Narindra se concrétise. Il s’est envolé pour les Etats-Unis, le dimanche 12 janvier dernier. Il va pouvoir poursuivre ses études à l’Université NorthWest d’Arkansas en Mines, grâce à ses relevés de notes plus que flatteurs. Ce soutien entre dans la droite ligne de la politique du ministère de la Jeunesse et des Sports d’assurer la relève sportive. « Je pourrai enfin continuer vers une carrière sportive de haut-niveau dans les meilleures des conditions. Je tiens à remercier le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto, pour sa réponse favorable à ma demande de soutien qui m’a permis de partir. Je remercie mes parents qui m’ont toujours soutenu dans tout ce que j’ai entrepris. Respects à mes coaches qui m’ont initié à l’athlétisme », a souligné Narindra avant son départ. Le département de la Jeunesse et des Sports, depuis l’arrivée au poste du ministre Tinoka Roberto, a toujours apporté un soutien consistant aux jeunes désireux de parfaire leur avenir sportif et éducatif sous d’autres cieux, dans le cadre de la réalisation du Velirano numéro 13 du président de la République, Andry Rajoelina.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

CSM : Le 1er tournoi de la diaspora à Bordeaux

Les 11, 12 et 13 avril, la ville de Bordeaux accueillera le premier tournoi de la diaspora malagasy. La décision de cette ville hôte a été annoncée vendredi dernier par le “Collectif Sport Malagasy”, organisateur de l’évènement. Ce jour, le CSM rencontre l’ambassadeur de Madagascar, Rija Rajohnson en France pour parler de ce tournoi. Neuf disciplines à savoir le football, le basket, le volley, le tennis, le tennis de table, la pétanque, le futsal, les arts martiaux et la natation attendront les 43 adhérents.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ifanadiana : Dimy lahy tra-tehaka nangalatra lavanila manta 15 kg

Nitrangana halatra lavanila manta teny an-tsaha indray tany amin’ny Dsitrikan’ Ifanadiana, Faritra Vatovavy Fitovinany, ny alin’ny valo janoary lasa teo, tokony ho tamin’ny 11 ora halina. Raha ny vaovao voaray, dimy lahy nanafika sahana mpamboly lavanila iray, tao Andranombilahy. Novonoin’ireo olon-dratsy ny mpiambina ity tanin-davanila ity. Taorian’izay, rehefa nahazo ny remby notadiaviny ireo jiolahy dia mbola nangalatra tao Andranofolahana ihany koa ny alin’io, ka nilanja 15 kg ny totalin’ny lavanila maitso azon’ireto mpandroba. Nokarohina natao hazalambo ireo olon-dratsy, ka taorian’ny fanomezam-baovao mari-pototra avy tamin’olona tsara sitra-po, dia voasambotry ny polisy tao an-tampon-tanànan’ Ifanadiana ireo jiolahy raha saika hivarotra ireo lavanila maitso avy nangalariny. Raha ny loharanom-baovao azo akaiky ny mpitandro filaminana mandray an-tanana ny raharaha, dia efa ela ireto andian-tanora voasambotra izay malaza ratsy amin’ny halatra ireto no nokarohina. « Ny halatra lavanila manta am-potony toy izao no mahatonga ny vidin’ny lavanila midina ambany be aty aminay, ka mila handraisan’ny fanjakana fepetra hentitra fa manimba ny lalam-pihariana lavanila », hoy ireo mpamboly.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Ambatofahavalo : Accrochage entre sécurité villageoise et bandits

Quatre blessés par balles. Tel est le bilan d’un accrochage entre les membres de la sécurité villageoise et des bandits qui ont attaqué la commune rurale d’Ambatofahavalo dans la nuit du dimanche 12 janvier vers 21h15. Une escouade de malfaiteurs, au nombre indéterminé, équipés de fusils de chasse ont pris d’assaut le village d’Ankadivoribe, dans le fokontany Faravohitra, dans ladite commune. Selon les informations, ces bandits étaient en route pour cambrioler des maisons quand des membres de la sécurité villageoise qui étaient de garde dans la localité les ont repérés. Ces derniers ont alors alerté leurs collègues, lesquels se sont vite rassemblés pour affronter les envahisseurs. Surpris, les malfaiteurs ont été obligés d’abandonner leur mission et de quitter les lieux. Les villageois sont alors partis à leur poursuite. C’est à ce moment que les malfrats ont répliqué en tirant sur leurs poursuivants. Résultat, quatre de ces derniers ont été blessés dans cet accrochage. Malgré tout, les villageois n’ont pas reculé, et les malfaiteurs ont fini par se disperser dans le noir. Alertés, des éléments au poste de la gendarmerie locale sont venus à la rescousse des habitants, tout en quadrillant la localité, en vain. Aucun suspect n’a été appréhendé. L’enquête est en cours. Quoi qu’il en soit, l’initiative de la population de cette commune de prendre en main la sécurisation de sa région est louable. Une détermination qui devrait être appuyée par les forces de l’ordre.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

CUA : Passation de service jeudi prochain

Lalao Ravalomanana fera ses adieux jeudi prochain.

La maire sortante Lalao Ravalomanana quittera l’Hôtel de ville jeudi prochain après y avoir effectué un mandat de quatre ans. En effet, suite à la proclamation, par le tribunal administratif, du résultat officiel de l’élection du maire de la capitale, la passation de service entre cette dernière et le nouvel élu, Naina Andriantsitohaina, aura lieu ce jeudi. L’attente de la notification et la préparation des dossiers de passation par l’équipe de la maire sortante n’auraient pas permis d’effectuer, hier, cette passation.

Prise de responsabilité. Dans sa première déclaration faite après la proclamation du résultat officiel des Municipales d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina n’a pas caché son impatience à réaliser la reconstruction de la ville. Une ville qui se trouve actuellement dans un état qui ne mérite pas une capitale. La prise de responsabilité par le nouveau maire est donc attendue sur les problèmes récurrents, voire chroniques, de la ville dont les ordures, les embouteillages, les marchands de rue et les fréquentes coupures du courant, ainsi que la pénurie d’eau dans certains “fokontany”.

R.Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Pologne : « Prête à collaborer avec Madagascar », selon le consul général

L’ambassadeur de Pologne et le consul général de ce pays à Madagascar ont procédé, hier, à l’inauguration du consulat général polonais dans la Grande île.

Le consulat de Pologne à Madagascar est devenu consulat général. À cet effet, une cérémonie s’est tenue, hier, à Analamahitsy pour l’inauguration de ce consulat général. Il en résulte également que le consul Dr Zbigniew Kasprzyk a été élevé au grade de consul général de ce pays dans la Grande île. Une promotion en sorte. Selon l’ambassadeur de la Pologne à Madagascar siégeant à Nairobi, Jacek Bazanski, le consul honoraire sera en charge, entre autres, de la protection des intérêts de la Pologne et de ses ressortissants. Concernant la coopération entre les deux pays, elle n’en est qu’à ses débuts, d’après l’ambassadeur, tout en soulignant au passage la venue de touristes polonais qui ont atteint le nombre de 6 000 en 2019.  Quant au consul général, il a tenu à préciser que son pays est prêt à collaborer avec Madagascar sur tous les plans. Notons que 70 ressortissants polonais résident dans la Grande île, dont 60 sont des missionnaires. Par ailleurs, la Pologne a investi tout récemment dans la reconstruction de bâtiments scolaires dans un village situé dans le district d’Ananalava.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

RN3 : Môtô nifandona tamina taxi-brousse : olona iray maty, iray hafa naratra

Maty tsy tra-drano ilay tovolahy nitondra ilay môtô scooter nifandona tamina taxi-brousse iray tetsy Ambohimanarivo, Talata Volonondry, tamin’iny lalam-pirenena fahatelo iny, ny harivan’ny alahady lasa teo. Naratra mafy ary mbola mety ahiana kosa ny ain’ilay vehivavy nentiny taoriana tamin’io kodiaran-droa io. Ity farany moa dia mbola manaraka fitsaboana eny amin’ny tobim-pahasalamana. Tetsy andanin’izay dia notazomina natao andrimaso ao amin’ny zana-tobi-paritry ny zandary ao Talata Volonondry ny mpamilin’ilay taxi-brousse  nifandona tamin’izy ireo. Mbola ao anatin’ny fanadihadiana tanteraka izahay mahakasika io, hoy ny tompon’andraikitry ny zandary amin’iny faritra iny.

Ny zava-nisy : tokony ho tamin’ny dimy ora latsaka tany ho any no niseho ny loza, raha ny fitantaran’ireo nanatri-maso izany. Handeha hiakatra, hihazo ny renivohitra ity fiara mpitatitra iray, izay manao zotra mampitohy an’Ankazondandy sy Antananarivo, no nifanena tampoka tamina môtô scooter « 4temps » iray nanao taingin-droa, tao anaty fiolanana mampidi-doza. Voalaza fa samy nandeha mafy izy ireo. Mazàna anefa ny ataon’ireo mpamily, na ny mpitondra môtô rehefa tojo izany dia ilay somary mangalatra kely ny lalana tokony ho an’ny hafa, fa sao tsy tafiditra amin’ilay fiolanana. Heverina ho samy nanao izay avokoa izy ireo ka dia io nifandona io. Mafy dia mafy tokoa ny fifandonana. Potika tanteraka ilay kodiaran-droa. Potika ihany koa ny lohan’ny fiara. Tetsy ankilan’izay, nipitika lavitra ny toerana nifandonana ireo mpitaingina ilay kodiaran-droa. Ilay tovolahy nitondra azy moa, rehefa avy nosarihan’ ilay môtô nentiny, nipitika ary nikarapoka tamin’ny tany. Nandriaka ny rà ary tsy nihetsika intsony. Maty tsy tra-drano. Ilay vehivavy kosa mbola nisy aina kely, na dia naratra mafy tokoa aza, ka novonjen’ireo nahita, nentina nihazo hôpitaly haingana. Nampandrenesina mahakasika ity loza mahatsiravina ity moa ireo tompon’andraikitry ny filaminana teny an-toerana ary tonga nijery ifotony ny zava-nisy sy nanao ny fanadihadiana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

SECES section Antananarivo : La grève continue

Sans surprise, le SECES section Antananarivo décide de poursuivre la grève. L’assemblée générale extraordinaire de ce Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’enseignement supérieur, section Antananarivo, hier matin à Ankatso, a pris cette décision de continuer le mouvement. L’entrée à Ambohitsaina est ainsi toujours bloquée et le campus reste inaccessible aux véhicules de 8h à 16h, comme la semaine dernière. Les étudiants, pour leur part, commencent à s’inquiéter et craignent que cette grève ne s’éternise au point de compromettre l’issue de l’année universitaire. Certains d’entre eux, remarquant que les activités ne sont pas totalement suspendues dans l’ensemble des établissements, et que des cours sont quand même assurés par certains enseignants, déplorent une situation d’inégalité qui lèse les étudiants privés de cours.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Pro League : Le sort de Elgeco connu ce jour

L’équipe de Elgeco Plus.

Le verdict du match ayant opposé Fosa Juniors à Elgeco Plus sera connu ce jour, à l’issue de la réunion du comité exécutif de la FMF qui a transmis l’affaire à la commission de recours, une entité indépendante. Pour rappel, Elgeco a quitté le stade Alexandre Rabemananjara pour contester la décision de l’arbitre d’accorder un penalty à Fosa Juniors. Elgeco Plus menait à ce moment-là par 1 à 0 et jouait le chrono car il restait une vingtaine de minutes. Le plus difficile c’est qu’il s’agit de deux équipes présidées par deux présidents très influents car si Arno Steenkist est aux commandes de Fosa, Alfred Andriamanampisoa est non seulement vice- président de la FMF mais aussi président de Elgeco Plus car malgré sa dénégation, il a encore présidé la cérémonie de présentation de vœux du club, dimanche dernier. Reste donc à attendre que le statut de ces deux présidents n’influe pas sur la décision de la commission de recours. N’empêche une incursion dans le milieu estime que la décision la plus sage ne serait pas de déclarer match perdu pour Elgeco Plus mais de lui infliger des points en moins. Une mesure qui lui permet de continuer la compétition mais également pour lui apprendre les bonnes manières. Attendre et voir…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Autobiographie : Kwame Nkrumah, la source de l’idée panafricaniste

Le livre qui inspire les chefs d’Etat africains de nos jours…

L’autobiographie de Kwame Nkrumah inspire toujours les dirigeants et la jeunesse africaine de nos jours. Composé d’une dizaine de chapitres, le livre évoque l’itinéraire politique du personnage et son idéologie. Considéré comme le père du panafricanisme, Kwame Nkrumah est l’une des personnes qui ont rêvé d’une Afrique unie. Cette idéologie est toujours d’actualité.

Kwame Nkrumah est l’un des hommes qui ont mené la lutte pour la libération du Ghana. C’est sous sa direction que le Ghana a réalisé de grands projets en termes de développement et d’infrastructures. Il a joué un rôle important dans la fondation de l’unité africaine. Dévoué à son pays, cet homme d’Etat Ghanéen affiche son engagement pour le continent noir. Né dans un village enclavé à l’ouest de la Gold Cost, d’un père orfèvre et d’une mère commerçante au micro-détail, Nkrumah a poursuivi ses études à Achimota. Il deviendra ensuite enseignant. Si, au début, il voulait devenir prêtre catholique, plus tard il change d’avis. À 26 ans, il quitte son pays pour étudier à l’Université Lincoln aux États-Unis. Lors de ses voyages de l’autre côté de l’Atlantique, le jeune homme découvre les écrits de Karl Marx et de Marcus Garvey. Ces livres font naître en lui les idées socialistes et le panafricanisme. En 1945, il est allé à Manchester (Royaume-Uni) pour organiser le cinquième congrès panafricain et décide d’accélérer la lutte pour la libération de l’Afrique. Ses actions et ses réflexions ont influencé la jeunesse africaine. Les idées de Nkrumah, à travers l’unité africaine, seront plus tard connues sous le terme panafricanisme. Pour lui, les Africains doivent se tendre la main afin de pouvoir développer le continent. « Divisés, nous sommes faibles, unie, l’Afrique pourrait devenir l’une des plus grandes puissances économiques du monde… », a-t-il précisé.

Statue de Kwame Nkrumah à Accra, Ghana.

La Gold Coast d’abord… ensuite l’Afrique tout entière. Après 12 années passées loin de sa famille et ses compatriotes, Kwame Nkrumah est invité à devenir secrétaire général du premier parti politique de la Gold Coast UGCC. Nommés les six grands, les membres fondateurs du parti se lancent dans la libération de leur pays, alors sous le joug de l’impérialisme britannique. En 1948, la Gold Coast connaît une agitation sans précédent. Les marchandises importées d’Europe sont hors de prix pour la population locale. Par conséquent, un soulèvement populaire a éclaté dans le pays. L’autorité coloniale accuse les dirigeants de l’UGCC d’avoir provoqué cette agitation. Nkrumah et ses camarades sont tenus responsables des pillages et des émeutes. Immédiatement, les présumés fauteurs de trouble sont arrêtés et emprisonnés. Ces derniers ont pourtant gardé la tête haute car, pour eux, on peut emprisonner l’homme mais pas ses idées. Cette incarcération n’as pas empêché l’homme fort de la Gold Coast de s’opposer au gouvernement colonial britannique. Après quelques années, Nkrumah sort de prison. En 1951, des élections sont organisées dans son pays ; ce nationaliste y participe et est élu Premier ministre. C’est un pas pour la libération de la Gold Coast. Mais il ne s’arrête pas là, il veut que son pays soit entièrement indépendant. Entre 1945 et 1955, de nombreux pays colonisés d’Asie obtiennent leur indépendance, et le rêve des Africains est d’emboîter le pas à leurs frères asiatiques. Le 6 mars 1957, la Gold Coast devient le premier pays subsaharien à retrouver son Indépendance. Lors de son discours, ce nationaliste ghanéen déclare, « nous devons créer notre personnalité et notre identité africaine. L’indépendance c’est pour maintenant, demain nous institueront les Etats-Unis d’Afrique». L’exaltation et l’enthousiasme populaires étaient au rendez-vous ce jour-là.

Cette liberté est une source d’inspiration pour les États africains qui veulent s’émanciper du joug colonial. A ce titre, le Ghana occupe un rôle prépondérant dans la lutte contre l’impérialisme.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Tovolahy kely manao firaisana amin’ny biby, nosamborina

Efa ela no nahalala ny fisian’io tovolahy kely  mamoa fady io tao Antsenakely Antsirabe ary rehefa voasambotra izy dia niaky tokoa fa tena manao firaisana amin’ny biby dia ny alika izany. Tsy vitan’izay fa mbola ataony mahita faisana ihany koa ny bandy kely namany ao Antsenakely ao ampihariny ny filan-dratsiny. Marihina fa ankizy tsy manan-kialofana izy ireo ary mpatory an-tsena. Nandritra ny fisafoana ataon’ny mpitandro filaminana sy ny sampandraharaha misahana ny ankizy tsy ampy taona eto Antsirabe ambonivohitra no nahatratrarana azy.

Ankoatra izay dia nandrenesana fitarainana amin’ny tsy fandriam-pahalemana  noho ny fisian’ireo ankizy mpirenireny ireo ny mpivarotra ao Antsenakely satria efa maro no vaky tsena. Fantatra fa misy amin’ireo ankizy ireo no manendaka sy manao sinto-mahery rehefa hariva ny andro.

Raha ny vaovao voaray teo amin’ny mpitandro filaminana dia ankizy 15 isa tao Antsenakely  no  efa naterina eny amin’ny toerana fitazaina  ankizy mpirenireny ireny eto Antsirabe.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Prévisions météo : Retour des précipitations

Les prévisions météorologiques de la DGM annoncent des pluies abondantes dans les prochains jours.

Une semaine pluvieuse s’annonce. C’est ce que fait savoir la direction générale de la météorologie de Madagascar. Un retour des précipitations qui serait causé par deux phénomènes, notamment une zone de convergence intercontinentale située dans la partie Nord-Ouest et Nord du pays et quelques amas nuageux stationnés dans le canal du Mozambique. Ainsi, si l’on se réfère aux prévisions de la direction générale de la Météorologie, l’on pourrait s’attendre à d’abondantes pluies dans la majeure partie de la Grande Île dans les prochains jours. En guise d’exemple, le service de la météo a pris les cas de l’Atsimo-Andrefana, Sofia, Boeny et une partie de la Diana où il devrait y avoir des averses orageuses ce jour. Par ailleurs, la direction générale de la météo de faire également savoir que « les averses et averses orageuses pourraient être accompagnées de grêles dans les régions des hautes terres centrales ». Avec ces temps pluvieux qui s’annoncent, la montée des eaux serait au rendez-vous, surtout pour la population tananarivienne et des villes comme Mahajanga et Toamasina… Bref, pour toutes les populations des régions du pays, étant donné que les inondations présentent de très graves dangers aux conséquences extrêmement lourdes, la vigilance est de mise..

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

En attendant les premières décisions du nouveau maire

Une page est maintenant tournée à la mairie d’Antananarivo. Le nouveau maire va bientôt prendre ses quartiers dans les bureaux qui lui reviennent. Il a l’intention de ne pas précipiter les événements et il va prendre son temps. La passation de service entre son équipe et celle qui l’a précédée aura lieu jeudi. Mais il sait très bien ce qu’il va faire dès son installation. D’ores et déjà, les premiers travaux d’approche ont été faits pour dégager les trottoirs. On sent qu’il est à l’œuvre et qu’il a l’intention, de remettre de l’ordre dans la ville.

 

En attendant les premières décisions du nouveau maire

Le nouveau maire a promis de redorer le blason de la Capitale. La tâche est écrasante, mais il dit vouloir la mener jusqu’au bout. Les Tananariviens attendent donc beaucoup de lui. Avec son équipe, il va s’attaquer à l’assainissement de la ville. On a déjà vu hier les policiers du commissariat d’Analakely à l’œuvre. Ils ont poliment prévenu les marchands installés sur les trottoirs et leur ont demandé de plier bagages. Il s’agissait de les inciter à partir volontairement, mais dans les jours à venir, les récalcitrants seront forcés d’obtempérer. C’est un premier pas qui va être franchi et si l’opération est menée jusqu’au bout, ce sera un bon point pour le nouveau maire. On verra ensuite quelles seront les autres actions qui seront menées. Les chantiers à ouvrir sont innombrables. Il va falloir régler cette circulation anarchique, en obligeant les automobilistes et les motocyclistes à respecter une certaine discipline. On sait cependant que, la collaboration avec le pouvoir central doit être étroite. Les solutions doivent être innovantes. Il faudra également revoir le plan d’urbanisme et continuer, même si cela cause·des drames, de démolir les constructions illicites. Antananarivo est une ville surpeuplée et cela cause énormément de désagréments. Les pr,obl.èmes à résoudre, de ce fait, s’accumulent. Le nouveau maire doit s’armer de courage et faire preuve de persévérance. Il savait que ce ne serait pas une sinécure.

 

Patrice RABE
Midi Madagasikara0 partages

Campagne de reboisement : Ouverture ce samedi à Firarazana Tampoketsa

Le fokontany de Firarazana, Tampoketsa, accueillera ce samedi 19 janvier l’ouverture de la campagne de reboisement annoncée pour être la plus vaste mobilisation en faveur de l’environnement jamais organisée dans le pays. Cette grande campagne nationale est ainsi une démarche à laquelle tout citoyen est incité à adhérer, ainsi que toutes les entreprises, associations, institutions, sociétés civiles, ONG etc. Tous peuvent récupérer gratuitement auprès du ministère de l’Environnement et du Développement Durable, ou de ses directions régionales, les jeunes plants à utiliser dans le cadre de cette campagne de reboisement. Quelque 60 millions de plants sont alors prévus être mis en terre.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Mpanefy firavaka, nangalatra volamena efa ho 1kg

Saron’ny mpitandro filaminana ny mpanefy firavaka iray eto Antsirabe nangalatra volamena iray kilao latsaka kely rehefa avy nifampitadiavana. Mpiasana-tera tany vahiny iray mpanefy firavaka ity namoa-tsapona ity rehefa nametrahan’ny mpampiasa azy fitokisana. Volamena milanja 1963grama no nomen’ilay vahiny azy ho tefena kinanjo nivadi-pahatokisana ilay rangahy ka izao noentiny nandositra izao ny volamena. Taorian’ny fitarainana nataon’ilay mpampiasa azy teny amin’ny mpitandro filaminana dia natao ny fikarohana. Nosavana ny trano fiasany ka volamena milanja 846 grama no banga tamin’ilay vongam-bolemane nomena azy. Fantatra fa nitsoaka tany amin’ny zaodahiny ingahy rainy ary tany no nanafenany ilay volamena. Nampandre ilay zaodahiny ny rahalahin’ilay mpanefy volamena nilaza  fa misy raharaha mahavoasaringotra azy ka izay no antony hisitrihany ao aminy. Mailo ilay zaodahiny ka nanao fisavana ary hitany tao anaty gonin-tsarivao ny vaingam-bolamena miisa roa. Tsy afa niala intsony ilay mpanefy ary nibaboka ny zavatra nataony. Vosambotra noho izany ilay mpanefy ary voatazona niaraka taminy ihany koa ny mpiasa roa lahy niaraka taminy sy ilay rahalahiny nitoroka azy izay samy hatolotra ny fampanoavana avokoa.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Grand tournoi d’Imerimanjaka : JSA Andoharanofotsy sacré champion

L’équipe championne de la 8e édition du Grand tournoi d’Imerimanjaka.

La 8e du « Grand tournoi » de foot à 9, initié par la section football de la commune Imerimanjaka, a connu son dénouement ce dimanche sur le terrain Manandona Bypass. Après deux mois de compétition, c’est l’équipe de JSA qui a réalisé un parcours parfait en remportant la victoire. En effet, les joueurs d’Andoharanofotsy se sont imposés face au TMM Mahabo sur le score de 2 buts à 1 en finale. Un véritable match à suspens, puisqu’ il a fallu attendre la séance des tirs au but pour voir les deux sélections se départager, après le score nul (1-1) à la fin du temps règlementaire. Cependant, les joueurs de JSA ont bien saisi leur chance, et c’est ainsi que le zébu et la coupe rentrent chez eux. Cependant le vice-champion n’est pas rentré les mains vides puisque l’équipe de Mahabo a remporté un mouton. Quant au troisième, le FC Real, qui s’est imposé face au FC Santos Manandona par 2 buts à 1. Pour le Moussul Antsampandrano, le champion de la précédente édition, il n’a pas pu aller loin, ses joueurs se faisant fait éliminer en phases éliminatoires. Ce fut également le cas pour l’équipe Voamadilo Imerimanjaka, le vice-champion 2018.

Ce tournoi attire de plus en plus l’attention des jeunes footballeurs issus des différents coins de la Capitale depuis sa création en 2017. Ainsi, 32 clubs ont souscrit à ce tournoi depuis les quartiers d’Ilafy, Ankatso, Ambatofotsy, Mahazo… « Les tournois ‘interfokontany’ comme celui-ci ne sont pas moins importants que les compétitions nationales. Il s’agit d’un vrai football qui édifie et éduque les jeunes. De plus, les jeunes  se familiarisent au au niveau technique des autres équipes » a fait savoir l’organisateur, Rija Ravonjimalala. Malheureusement, selon ses explications, la 9e édition a pris du retard alors qu’elle devrait commencer dans quelques semaines. « Il y a une amélioration des infrastructures du terrain à Manandona Bypass. L’organisateur est en train de chercher un nouvel endroit pour accueillir la prochaine édition » a-t-il ajouté.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Betroka : Fandrobana masera, roa lahy nitam-piadiana azo sambo-belona

Rehefa nokarohina nandritra ny andro maromaro, ka taorian’ny fahazoan’ny mpitandro filaminana loharanom-baovao mari-pototra avy tamin’olona tsara sitra-po, dia voasambotry ny zandary avy ao amin’ny borigadin’i Betroka, ny zoma teo, ireo roa lahy nandroba ny tobin-dry masera tao amin’ny Fokontany Mananovy, Kaominina ambanivohitra Bekorobo, Distrikan’i Betroka, Faritra Anosy. Taorian’ny nahasaronana an’ireto jiolahy nitam-piadiana, dia efa tafaverina amin-dry masera avokoa ireo entana very sy voaroba tao amin’ny toby. Raha ny vaovao voaray, matetika mahazo fandrahona ry Masera ao Mananovy fa hisy dahalo hanafika, ka tokony haka mpiambina ry zareo hiambina ny toby misy azy ireo. Ireo no isan’ny paik’ady nampiasan’ireto tovolahy mirahalahy tra-tehaka ireto mialoha ny nahavaky ny toby. Nambaran’ny GPCE Zaheraly Ameraly, Kaomadin’nyBorigady Betroka, fa « rehefa mahazo vaovao ara-potoana sy mazava tsara ny Zandary, dia afaka manome vokatra malaky hamongorana ny asa ratsin-jiolahy miseho amin’ny endriny samihafa amin’izao aty amin’ny Disitrikan’ i Betroka ». Taorian’ny famotorana lalina nataon’ny Zandary, dia natolotra ny Fampanoavana afak’omaly ireto jiolahy tra-tehaka, ary nadoboka am-ponja vonjy maika avy eo.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Jiolahy ranjanany mitety trano manolana vehivavy

Saika efa tokatrano dimy hatramin’izao no lasibatra amin’ny fanolanana isan-tokatrano ataon’ireo jiolahy eto Ambatondrazaka .Ny tao Antsahatanteraka izay voatsatoka antsy ilay tovovavy rehefa tsy nety  natao ankeriny  ka nandositra ilay jiolahy rehefa niantso vonjy izy  ,ny tao Antsahalava izay narahina fandrobana sy fangalarany fitaovana sarobidy izay samy voaolana avokoa ny renim-pianakaviana iray sy ny vinantony  vavy  , ny tao amin’ny faritra Asabotsy izay nitondra fitaovam-piadiana toy ny kalaknikov ireo jiolahy ,ary ny tao Antsimondrova  ny faha  13 janoary 2020  tokony tamin’ny 3 ora maraina .Toa saika mitovitovy  avokoa ireo fanafihana sy ny fomban’ireo jiolahy, satria voalazan’ireo voaholana fa manao fanamian’ny mpitandro ny filaminana izy ny akanjo ambony ary milaza fa misy jiolahy tafiditra ato aminareo ka hisambotra azy izahay sady mandondona manao feo avo  ,vao misokatra anefa  ny trano dia avy hatrany dia miditra ankeriny izy ireo ka manambana antsy ary manao ny fanolanana .Ireo tranga 4 dia toa olona mitovitovy avokoa satria voalaza fa jiolahy ranjanany iray no voatonotonona  ,fa ny tranga iray tao Antsahalava no nanao andiany ireo jiolahy ka taorian’ny fakana ireo entana sarobidy hatramin’ny moto    izy ireo vao manao  ny fanolanana .Mandray andraikitra ny mpitandro ny filaminana amin’izao fotoana izao satria mitebiteby avokoa ireo vehivavy mitokatokana ny trano fonenany sy ireo mipetra-drery ary ny mpianatra.

R Janus

Midi Madagasikara0 partages

Panier garni de 65 000Ar : Les enseignants des lycées réclament un traitement égalitaire

Les cours restent suspendus cette semaine dans les principaux lycées à Antananarivo, notamment le LMA où les enseignants se retrouvent pour revendiquer ensemble le paiement des 65 000 Ar de panier garni remis par le président de la République. Ils réclament tout simplement à être traités de la même façon que les autres fonctionnaires qui, eux, y ont eu droit. L’affaire commence à agacer les élèves et leurs parents, qui demandent à ce que les responsables de cette nouvelle source de tension, une de plus, au sein de l’éducation nationale, trouvent une issue au plus vite afin de permettre aux élèves de reprendre les cours. Les élèves des classes d’examen sont les plus inquiets, ayant encore en mémoire la grève de plusieurs mois au cours de l’année scolaire 2017-2018, qui a valu des mois d’inquiétude chez les élèves et leurs parents, sur l’issue des examens, lesquels, heureusement ont pu avoir lieu. Mais nombre de candidats les ont passés avec un sérieux handicap, pour ne pas avoir pu terminer le programme scolaire convenablement.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Analakely : Volabe no azon’ny mpisoloky ho mpiasan’ny finance

Niasa teo anivon’ny minisiteran’ny vola izy teo aloha ary tany Ambositra ny biraony. Naato tamin’ny asany nony avy eo. Nitatra ny sainy ary lasa misoloky ho mahatafiditra olona eo anivon’io minisitera io ny tenany. Alefa Mvola ny saran’izany ary alefa taxi-brousse amin’ny adiresiny kosa ny antontan-taratasy rehetra mahakasika ilay olona. Nisy ny tratran’ity asa fisolokiana ity teto an-drenivohitra ary maro koa ny tany amin’ny faritra. Misy olona miray tsikombakomba amin’ity lehilahy ity ao anatin’izany. Lazaina fa mpiasan’ny minisitera izy ary manana andraikitra ambony afaka mampiditra mpiasa. Rehefa izany ary dia atao miresaka mivantana amin’ny finday aminy ny olona izay hangalàna vola nony avy eo. Iaraha-mahalala ny tsy fisian’ny asa eto amintsika ary koa ny hamaroan’ny olona mba te-ho mpiasam-panjakana. Vokatr’izany dia betsaka ny roboka tao anatin’ny fandrika. Vola mitentina 10 tapitrisa ariary no tentin’ny fampidirana ho mpiasam-panjakana ary izay no tena tanjon’ireo alaina amin’ny olona. Farafaharatsiny dia ahazoan’izy ireo ny antsasak’izany ny voasoloky. Nisy hatramin’ny olona izay nohafarana tamin’izay mba hiakatra eto Antananarivo, satria handalo « entretien ». Tonga tokoa ary efa nivonona ara-tsaina sy ara-bola. Rehefa nantsoina anefa ilay laharana nifaneraserana nandritra ny fotoana ela dia tsy nandeha intsony ary tsy nandeha mihitsy. Teo amin’izay no nanomboka tonga saina ny olona fa voasoloky. Nentina teny amin’ny polisin’ny SUT etsy Tsaralalàna ny fitoriana ary teo vao samy talanjona ny rehetra fa efa maro ny fitoriana mahakasika ilay olona noho ny fisolokiana. Nosokafana araka izany ny fanadihadiana ary notsirihina ny momba ilay laharan’ny finday. Ny valin’izany rehetra izany no nahatratrarana ny olona iray tetsy Analakely, teo ambadiky ny làpan’ny tànana. Rehefa nohenoina izy dia nanazava fa tena mpiasan’ny minisitera tokoa teo aloha ary naato. Mbola mitohy ny fikarohana ireo namany niray tsikombakomba tamin’ity raharaha ity. Isaky ny dosie azo dia zarain’izy ireo roa ny vola, izany hoe samy manana dimy tapitrisa ariary avy. Efa betsaka ny tranga toy izao notaterina an-gazety ary dia mbola betsaka ihany koa anefa ny voasoloky. Ny tsy fisian’asa avokoa no anton’izany…

D.R