Les actualités à Madagascar du Mercredi 13 Novembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara131 partages

Délestage à Tana : Achat de nouveaux transformateurs en Afrique du Sud

Durant la période de réalisation des travaux de remplacement des câbles, les tananariviens vont devoir encore se préparer à supporter une période de coupures d’électricité.

Polémiques autour de la vague de limogeages qui vient d’être effectuée au niveau de la JIRAMA. Bon nombre d’observateurs estiment en effet que les responsables ont juste fait sauter des fusibles. Nul n’ignore que le limogeage du Directeur d’exploitation des réseaux interconnectés, du Directeur technique Eau Antananarivo, du Directeur de production d’électricité, du Directeur principal en charge de la Région Antananarivo, du Directeur Approvisionnement et Logistique, ainsi que de la Directrice de la Communication, ne résoudra pas les problèmes de délestage. Selon des explications techniques émanant des responsables au sein de la Société d’Eau et d’Électricité de Madagascar, le véritable problème pour Antananarivo n’est pas au niveau de la production mais c’est plutôt au niveau des réseaux de distribution et de transport d’énergie. Il y aurait saturation des réseaux qui n’ont pas encore été remplacés faute d’argent, et en raison de transformateurs inadéquats, ainsi que des fils et câbles en fin de vie. La Direction générale, en ayant décidé d’opérer à cette série de limogeages, est pointé du doigt, notamment à travers les réseaux sociaux. Tout le monde sait que ceci n’est pas la solution. Nul n’ignore d’ailleurs que le ras-le-bol général causé par les problèmes de délestage représente une véritable menace pour la stabilité du régime Rajoelina. Faut-il rappeler que l’éradication du délestage figure parmi les promesses de campagne de l’actuel homme fort du pays.

Coupures d’électricité. Pour ce qui est d’Antananarivo, l’on sait que la production en électricité est largement suffisante pour couvrir les besoins des tananariviens. C’est la vétusté des matériels qui en seraient la cause des problèmes. Pour y remédier, le président Andry Rajoelina a donné l’ordre aux responsables de la JIRAMA de faire l’acquisition de nouveaux transformateurs. Les nouveaux matériels seront à Tana dans les plus brefs délais, a-t-on fait savoir. D’après les informations, les dirigeants de la JIRAMA seraient actuellement en contact avec des sociétés sud-africaines en vue de la comparaison des prix. C’est l’Etat qui financera l’achat de ces nouveaux matériels. Par ailleurs, une opération sera lancée incessamment en vue du remplacement de 300km de câbles d’alimentation et des isolateurs sur les poteaux. Rien que cette semaine, 60km de câbles vont être remplacés. Durant la réalisation de ces travaux, les tananariviens vont devoir encore se préparer à supporter une période de coupures d’électricité.

Réseau mafieux. Quoiqu’il en soit, mises à part l’acquisition de nouveaux transformateurs et l’amélioration du réseau de distribution, un assainissement est aussi de mise au niveau de la Société « Jiro sy Rano Malagasy ». Au niveau des hauts responsables étatiques, l’on sait que la vraie solution consiste au démantèlement d’un véritable réseau mafieux qui a opéré au sein de la JIRAMA depuis des années. Il existe des équipes composées de simples agents et de dirigeants qui ont fait de cette société d’Etat, une véritable vache à lait et qui se sont enrichis sur le dos des clients. Actuellement, plusieurs responsables et des employés de la société sont dans le collimateur de la Justice pour corruption et/ou détournement.

73 millions d’Ariary. Le cas d’une société sise à Ankadimbahoaka en est un exemple concret. En 2018, cette entreprise spécialisée dans la fabrication de plastiques a fait l’objet d’une facture de rappel de consommation d’un montant total de 73 millions d’Ariary pour avoir été surpris pour un vol de courant. Mi-août 2019, ladite Société a soumis à la JIRAMA une demande de règlement par le paiement d’un montant de 42 millions d’Ariary au lieu de 73 millions, assortie d’une proposition de paiement  échelonnée de 12 mois, soit plus de 3.500.000 Ariary par mois à partir du mois d’août. Une proposition que la JIRAMA a rejetée en bloc. Pourtant, coup de théâtre, un haut responsable de la JIRAMA s’est intervenu pour ramener la somme de 73 millions Ar à seulement 7.900.000 Ar.

« Velirano ». Si le président Andry Rajoelina souhaite réaliser son « Velirano » qui consiste à offrir de l’énergie et de l’eau pour tous, il faut faire tourner les chefs de service et tous les agents de la JIRAMA. La plupart d’entre eux sont restés pendant trop longtemps dans un poste et maitrisent parfaitement le système. L’on attend aussi des sanctions exemplaires contre ces responsables impliqués dans des affaires de malversations.

Davis R

Midi Madagasikara22 partages

EPP dans le Sud : Collecte de fonds en ligne pour les repas scolaires

Share the Meal, une application mobile, vient d’être lancée à Madagascar pour collecter des fonds au profit des cantines scolaires des écoles primaires du Sud du pays.

Une campagne de collecte de fonds en ligne au profit des élèves des écoles primaires dans le Sud de Madagascar, vient d’être lancée par le Programme Alimentaire Mondial (PAM). A travers l’application mobile Share the Meal, téléchargeable sur App Store ou Google Play, il sera possible de faire un don en ligne au profit de ces enfants. Les fonds ainsi collectés permettront d’offrir des repas scolaires à 10.800 enfants sur les 300.000 ciblés par le programme d’alimentation scolaire dans 1.100 écoles primaires des régions Androy, Anosy et Atsimo Andrefana, zones à forte insécurité alimentaire dans cette partie Sud du pays. Ce programme, rappelons-le, a été mis en en place par le ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et Professionnel (MENTP) et le PAM. L’objectif (du Plan Sectoriel d’Education) est d’atteindre en 2019 quelque 357.000 élèves bénéficiaires des cantines scolaires, avec une augmentation annuelle de 10% jusqu’en 2023. Ce qui porte à 370.000 le nombre des enfants bénéficiant des cantines scolaires en 2023.

Innovation au profit de la nutrition. L’application mobile Share the Meal, alliant alimentation scolaire et innovation, contribue à la fois à améliorer la nutrition des enfants et à augmenter le taux d’assiduité et la durée de l’apprentissage à l’école. Plus globalement, l’initiative vise à réduire la faim dans le monde. Car cette application mobile a déjà permis de partager près de 47 millions de repas dans le monde, du Pakistan au Bangladesh, en passant par le Liban, le Yémen et la Syrie. Des enfants de Madagascar figurent aussi, dorénavant, parmi les bénéficiaires de cette initiative. Selon une analyse coût-bénéfice de l’impact des cantines scolaires à Madagascar, menée en 2018, il apparaît qu’un dollar investi dans les cantines scolaires génère 6,1 dollars de PIB, soit 935 dollars sur toute la durée de vie d’un enfant. Le PAM de souligner que l’effet à long terme est une productivité accrue du pays, et une croissance économique grâce à un meilleur emploi, des adultes en meilleure santé, demandant moins de soins, et travaillant plus longtemps.

Hanitra R.

Midi Madagasikara4 partages

Surpopulation carcérale : La prison d’Antalaha asphyxiée

Les détenus de la prison d’Antalaha devraient être transférés dans la prison de Sambava en 2020.

La prison de Moramanga et celle d’Antalaha sont les plus surpeuplées de la Grande Île.

A l’instar des prisons et maisons d’arrêt du pays, la prison d’Antalaha vit actuellement les affres de la surpopulation carcérale. Une situation déplorée par Liva Franco Gabriel Randrianasandratra, inspecteur d’administration pénitentiaire en service à la direction régionale de l’administration pénitentiaire SAVA. « La prison d’Antalaha compte actuellement 2.379 détenus alors que la capacité d’accueil est seulement de 285 prisonniers. Soit une surpopulation de dix fois supérieure à ce qui était prévue » note notre interlocuteur. Une situation qui nuirait également aux respects de certains droits des détenus qui doivent faire – en plus de leur nombre assez important – avec la vétusté des infrastructures, le manque d’hygiène. Bref, tous les méfaits du système carcéral malgache liés à la promiscuité et les échanges d’expériences qui détruisent plus un individu que ne le corrigent. Interrogé sur la tranche d’âge des détenus, l’inspecteur Liva Franco Gabriel Randrinasandratra fait savoir : « outre les mineurs, les détenus de la prison d’Antalaha sont généralement dans la tranche d’âge de la population active. Ils sont entre 21 et 35 ans ». Par ailleurs, un projet serait actuellement en cours pour prévenir la délinquance juvenile dans les zones productrices de vanilles. Financé par le Peace Building Found, le projet en question touche également l’administration pénitentiaire d’Antalaha.

Bientôt. Le désengorgement de la prison surpeuplée d’Antalaha dépend de l’extension de la prison de Sambava. « Lancés vers le mois de septembre dernier, les travaux devraient prendre fin vers le mois de décembre de cette année ou encore au mois de janvier de l’année qui vient » explique l’inspecteur d’administration pénitentiaire Liva Franco Gabriel Randrianasandratra. L’opérationnalisation de la nouvelle structure devrait toutefois attendre un peu si l’on s’en croit toujours aux dires de l’interlocuteur. « Il y a encore beaucoup à faire. Entre autres, la mise en place d’un système de sécurité répondant à la nouvelle situation » renchéri l’inspecteur. En effet, outre la mise en place d’un système de sécurité fiable et efficiente, l’administration pénitentiaire de la SAVA devrait également revoir l’effectif de son personnel. Ce serait seulement après que l’administration pénitentiaire devrait procéder aux transferts des détenus. Ce qui devrait se faire vers « les mois de juin ou d’août 2020 » prochains d’après les dires de Liva Franco Gabriel Randrianasandratra. Si les problématiques de la surpopulation carcérale sont criées par les observateurs, l’Etat de son côté a lancé des initiatives de réhabilitation, de construction de nouvelle prison.

José Belalahy

Midi Madagasikara3 partages

Le retour de la ²ferveur des BAREA

C’est vent d’optimisme qui souffle de nouveau chez les supporters malgaches depuis lundi dernier. L’arrivée des Barea dans la capitale avant le premier match des éliminatoires de leur groupe samedi prochain a ravivé la flamme de la fierté nationale. Ils amènent une éclaircie dans la grisaille de cette vie avec délestages et coupures d’eau fréquents. Cette joie et ce sourire des admirateurs de Bolida, Dax, Métanyre, Melvin et de leurs camarades faisaient plaisir à voir hier, lorsqu’ils ont regardé leurs idoles fouler la pelouse de Mahamasina.

Le retour de la ²ferveur des BAREA

Le souvenir de l’épopée de la CAN 2019 est toujours aussi vivace chez les Malgaches. Les supporters veulent revivre les mêmes émotions et à voir leur enthousiasme lors du premier regroupement de joueurs, hier, on sent qu’ils veulent de nouveau vibrer aux exploits des Barea. Ce sont des joueurs qu’ils considèrent comme des héros et qui vont leur offrir un très beau match samedi prochain. Dans le contexte actuel, ces retrouvailles avec ces footballeurs quart- finalistes de la CAN leur font retrouver ce formidable élan national. Ils redonnent à tous ce sentiment que les Malgaches peuvent aussi se hisser au plus haut niveau s’ils le veulent. L’engouement est réel et la préparation de nos joueurs va aller crescendo jusqu’au jour J. Le coach Nicolas Dupuis ne cache pas son optimisme sur le déroulement de ce premier match de qualification. Tout le groupe est motivé et l’ambiance est excellente. Les entraînements vont se dérouler devant  un public de plus en plus nombreux au stade municipal. Les organes d’information, audiovisuel et presse écrite, vont entretenir cet intérêt en train de monter. La ferveur née durant la CAN 2019 est toujours là et elle est prête à s’exprimer de nouveau.

Patrice RABE

Midi Madagasikara2 partages

Cas des députés incarcérés : Risque d’ingérence dans les affaires de la Justice

Le principe de séparation des pouvoirs risque d’être remis en question à l’Assemblée nationale.

Si le corporatisme primera sur l’Etat de droit, une résolution favorable à la libération des deux députés incarcérés sera adoptée vendredi prochain à l’Assemblée nationale. Jusqu’à présent, on tend vers cette éventualité. Et l’on y croit depuis la mise en place d’une commission chargée de « l’examen des demandes de suspension de la détention, des mesures privatives et restrictives de liberté ou de la poursuite d’un député ». Ladite commission s’est déjà réunie pour se pencher sur le cas de Hasimpirenena Rasolomampionona (élu à Fandriana) et de Ludovic Raveloson (élu à Mahabo). Si le premier, impliqué dans une affaire de vente illicite d’un terrain appartenant à l’Etat à Antananarivo, est placé sous mandat de dépôt à Antanimora, le second, épinglé par la Justice pour une affaire purement pénale, attend dans la prison de Morondava le verdict de la Cour d’appel de Toliara sur son recours. Les mesures judiciaires prises à l’encontre de ces députés ont été prises avant même le début de la campagne électorale des Législatives du 27 mai 2019. Hasimpirenena Rasolomampionona et Ludovic Raveloson ont croupi en prison durant la campagne électorale, mais, ils ont été bel et bien élus députés. Leurs noms figurent dans l’Arrêt n°45-HCC/AR du 02 juillet 2019 portant proclamation des résultats officiels  des élections législatives du 27 mai 2019. « La Haute Cour Constitutionnelle ne s’ingère pas dans les affaires de la Justice. Laissons la Justice faire son travail. Le jugement des affaires pénales ne relève pas de la compétence de la Cour. », a précisé le président de la HCC Jean Eric Rakotoarisoa en marge de la cérémonie de proclamation des résultats officiels des Législatives du 27 mai.

Immunité parlementaire. Réagissant par rapport aux éventuelles actions à mener par les députés sur le cas de leurs deux collègues, le président du SMM (Syndicat des Magistrats de Madagascar) Clément Jaona met les points sur les « i » : « Si les deux députés croupissent actuellement en prison, c’est suite à des décisions de Justice. Ils ne peuvent donc s’en sortir que par des décisions de Justice. » Notre interlocuteur de se poser la question : « Une résolution qui serait adoptée en application d’un Arrêté (NDLR : Règlement Intérieur de l’Assemblée nationale) pourra-t-elle annuler une décision de Justice qui a été prise conformément à une loi ? » A entendre le président du SMM qui a rencontré vendredi dernier les députés membres de la commission de l’examen des demandes de suspension de la poursuite d’un député, les cas de Hasimpirenena Rasolompionona et de Ludovic Raveloson sont différents. « Le député de Mahabo a été jeté en prison en 2017, c’est-à-dire qu’il était encore député (NDLR : précédente Législature). Il jouissait encore de son immunité parlementaire. La procédure judiciaire engagée contre lui doit être nulle. », a expliqué Clément Jaona. Avant de rajouter : « Si les députés veulent se plaindre de cette irrégularité de procédure, ils peuvent saisir le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit. Cet organe constitutionnel peut par la suite saisir les autorités compétentes concernées par l’incarcération de l’élu de Mahabo. » En tout cas, si l’Assemblée nationale dont le règlement intérieur a été déclaré conforme à la Constitution par la HCC ne fait pas attention, elle risque de s’ingérer dans les affaires de la Justice. Le principe de séparation des pouvoirs serait remis en question. La séance plénière de vendredi prochain décidera de la suite des actions des députés.

R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

HCC : « Fondation Andry Rajoelina » pas de connotation politique

Avis n°10-HCC/AV du 12 novembre 2019 relatif à une demande de précision sur l’article 3 de l’Avis n°09-HCC/AV du 20 septembre 2019. Cette Institution a ainsi donné son avis sur ce point. En son article premier, la demande d’avis présentée par le Président de la République est recevable. En son article 2, la dénomination « Fondation Initiative pour l’Emergence de Madagascar-Rajoelina » a une connotation politique. Et en son article 3, la dénomination « Fondation Andry Rajoelina » est conforme à l’article 3 de l’Avis n°09-HCC/AV du 20 septembre 2019.

Création d’une fondation. En son Considérant 1 que par lettre n°363/PRM/SG/DEJ-19 en date du 24 octobre 2019, le Président de la République sollicite une précision sur la portée et le sens de l’article 3 de l’Avis n°09-HCC/AV du 20 septembre 2019 relatif à la demande d’avis sur la conformité de la création d’une fondation avec l’article 49 de la Constitution ; que ledit article avait établi que « la fondation doit respecter scrupuleusement son objectif d’intérêt général et doit être dissociée de toute connotation politique ». En son Considérant 2 qu’aux termes des dispositions de l’article 119 de la Constitution : « La Haute Cour Constitutionnelle peut être consultée par tout chef d’institution et tout organe des collectivités territoriales décentralisées pour donner son avis sur la constitutionnalité de tout projet d’acte ou sur l’interprétation d’une disposition de la présente Constitution » ; que la demande de précision du Président de la République relatif à un éclaircissement d’un Avis de la Cour de céans est régulière et recevable ;

Pratique courante. En son Considérant 3 que la dissociation de toute connotation politique comporte plusieurs conséquences ; que, comme précisé dans l’Avis précité, le Président de la République ne participe pas à la gestion et à l’administration de la Fondation à quelque niveau que ce soit ; que la Fondation ne doit pas être proche d’un parti ou groupement politique quelconque ; que l’alinéa in fine de l’article 5 de la loi n°2004-014 du 19 août 2004 portant refonte du régime des fondations à Madagascar précise qu’« elle (la fondation) s’abstiendra de toute immixtion, sous quelque forme que ce soit, dans les affaires politiques de la République » ; que sa dénomination ne doit pas être identique ou voisine d’un parti, groupement ou programme politique. Et en Considérant 4 que la dénomination « Initiative pour l’Emergence de Madagascar » a été un projet politique lors de la campagne électorale de l’élection présidentielle ; que les grands axes de ce projet ont été intégrés dans la Politique Générale de l’Etat ; que sa connotation politique est ainsi avérée ; qu’une dénomination éponyme « Fondation Andry Rajoelina », pratique courante en la matière, enlèverait cette connotation politique.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Moraingy : Un début prometteur à Toamasina

Enorme succès pour le début du moraingy à Toamasina.

Le moraingy fait recette à Toamasina. C’est le cas de le dire avec cette foule monstre qui a rempli, dimanche après-midi, le stade municipal converti en aire de fête comme l’exige la dénomination de Moraingy Watcha.

L’affluence dépasse largement le public de samedi lors du match de Pro League opposant Tia Kitra au Club M Mananara.

Et c’est dans cette chaude ambiance que les Tamataviens ont tissé leur victoire par 3 à 2 contre des Antsiranais qui ont tenté leur chance à l’image d’un Super Black qui aurait été très bon en kick boxing mais qui a choisi le moraingy pour son côté plutôt proche du grand public où l’argent coule à flots car il arrive qu’un gagnant est non seulement porté en triomphe mais reçoit aussi des primes de la part des spectateurs pour la plupart des grands passionnés.

Mais cette fois, les Antsiranais pourtant plus expérimentés ont trouvé à qui parler, puisque les combattants tamataviens portés à bout de bras par un bouillant public qui bravait les consignes, ont fini par gagner.

On retiendra surtout la prestation de Zaza Maditra, un transfuge de la boxe anglaise tout comme l’organisateur de ce premier tournoi de moraingy, Ranary « Mike Tyson », qui a largement rempli son contrat surtout que cela n’a pas été facile de faire venir les combattants de Diégo.

Sur ce chapitre du reste, on se demande pourquoi on ne fait pas autant pour la boxe tout court car il y a de la matière mais surtout un entraîneur de grande classe tel François Ratavilahy. La balle est donc dans le camp de la direction régionale du Sport pour remettre cette discipline sur orbite.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Académie militaire : Un élève-pilote meurt à l’issue d’un bizutage

Il fait partie des 20 candidats définitivement admis au test de recrutement d’élèves-pilotes d’hélicoptère. Son nom figurait sur la liste publiée par le service de la formation et des stages de l’Académie Militaire (Acmil), datant du 14 juin dernier. En d’autres termes, Rakotoson Mamimaherimanana Andrianina (RMA) est officiellement apte à poursuivre ses études à l’Acmil. Jeudi dernier, il arrive à Antsirabe, tout comme les autres nouvelles recrues de sa promotion. Le lendemain, il a été évacué dans un établissement de santé local pour des circonstances qui restent à déterminer parce que les versions varient selon la famille et l’Acmil. Quatre jours après, soit lundi dernier, il a rendu son dernier souffle à l’hôpital militaire de Soavinandriana après des tentatives de réanimation. Sa famille porte plainte pour homicide volontaire. « Oui, nous sommes déterminés à poursuivre en justice cette affaire qui a coûté la vie à notre enfant. C’était un jeune homme en très bonne santé et nous n’accepterons pas toutes velléités de lier sa mort à une maladie » nous a expliqué Randrianarivelo Fidèle, porte-parole de la famille durant l’attente du résultat de l’autopsie, hier, à l’hôpital militaire. Il ajoute : « Photo à l’appui, nous avons constaté des traces (au moins quatre) de bottes militaires sur son corps plein de bleus et de blessures à hauteur de ses reins. » Pour la famille du défunt, il est clair que RMA a subi des violences entraînant la mort. Agé de 33 ans, RMA a été un pilote qui travaillait auprès d’organismes internationaux. « Un métier qui lui  tenait à cœur et il avait l’avenir devant lui. Mais il a quitté son ancien travail pour répondre à  l’appel à candidature lancé par l’État. Cela après l’acquisition par l’Etat d’hélicoptère destinés à transporter des troupes » selon toujours Randrianarivelo Fidèle.

Bahutage-bavure. De son côté, le ministère de la Défense nationale n’a pas pris du temps pour apporter sa version, tellement la triste nouvelle s’est vite propagée sur facebook. Lu dans l’extrait du communiqué d’hier : « (…) à son arrivée à l’Acmil et durant la visite médicale, il a été constaté que RMA souffrait de problème rénal. Il a été soigné à l’infirmerie de la garnison avant son évacuation dans un centre de santé privé à Antsirabe puis à l’hôpital militaire dans la capitale (…) il a été justifié durant ces recours qu’il présentait une insuffisance rénale aiguë (…) ses soins ont été pris en charge par l’État. » Les réactions se sont enchaînées sur les réseaux sociaux. « Comment se fait-il que le concerné ait pu être recruté alors qu’il présentait une maladie grave de la sorte ? ». Ou encore : « A croire son problème rénal ‘sévère’, il est impossible que RMA ait pu réussir à l’épreuve physique obligatoire dans le processus de recrutement ». Autant de réflexions qui laissent les gens perplexes sur la nature du décès de l’élève-officier. De son côté, la famille très déterminée a engagé un autre médecin pour établir une contre-expertise mais l’accès au dossier lui a été refusé hier. RMA qui avait un avenir brillant devant lui allait fonder une famille et son mariage était prévu pour décembre prochain, a-t-on appris. Un triste sort surtout pour sa fiancée qui au vu de sa publication facebook est totalement effondrée. Les décès durant les bizutages militaires ne sont pas choses nouvelles. En 2014, ils étaient sept à être hospitalisés et l’un d’eux a péri après trois jours de bizutage. La formation suit-elle les normes requises ? Le ministère de la Défense nationale devrait revoir à la loupe ce problème répétitif sous peine que l’Acmil ne soit considérée par le public comme un camp miné…

D.R

Tia Tanindranaza0 partages

Lozam-pifamoivoizana RN2Resin-tory ny mpamily, niala an-dalana ny fiara

Nitrangana lozam-pifamoivoizana tany Ampasimadinika, 60 km tsy hiditra an’i Toamasina, tamin’ny lalam-pirenena faha 2, avy aty an-drenivohitra.

 

 Araka ny fampitam-baovao, afak’omaly maraina tamin’ny 4 ora no nitranga ny loza, tsy nisy ny aina nafoy fa ny fiara no voa mafy, nisy ihany koa ny naratra saingy maivana ihany izany tsy misy akony amin’ny ain’ny mpandeha. Voalazan'ireo mpandeha fa natory ny mpamily no antony nahatonga ny loza. Voalaza hatrany anefa fa tao anatin’ny fandehanana mafy ilay fiarakodia saingy noho ny lala-marina sy mahitsy no tsy nampivadika ny fiara na niala an-dalana aza ny kodiarana. Araka ny fampitam-baovaon’ny mpitandro filaminana, na efa tapitra aza ny fialantsasatra sy efa niditra ny mpianatra izay nampihena ny  isan’ny mpandeha dia mbola nahazo vahana hatrany ny lozam-pifamoivoizana. Andrasana koa ny fampiharana ny fialantsasatr’ireo mpamily amin’ireo toerana natokana hakany sy ny mpandeha aina isorohana ny loza vokatry ny havizanana sy ny torimaso toy izao.

Haja Nirina

Tsy nisy ny aina nafoy fa ny fiara no niharam-pahavoazana

Tia Tanindranaza0 partages

Vonjy taitra sy hain-tranoHifanampy ny polisy sy ny mpamonjy voina

Notanterahina omaly nandritra ny fivoriana isan-kerinandron’ny kaomisaria Antananarivo Renivohitra, teo amin’ny polisim-pirenena Tsaralalana, ny fifanaraham-piaraha-miasa eo anivon’ny polisim-pirenena sy ny sampana mpamonjy voina.

 

 

 Amin’ny fotoana itrangan’ny loza, indrindra ny hain-trano no ifanomezan’izy ireo tantsoroka hanavotana ny mponina sy ny fananany. Nanambara ny teo anivon'ny mpamonjy voina fa ny mpitandro filaminana no hanankinana ny fandaminana ny mponina amin’ny fisehoan’ny loza. Fantatra moa fa misy mpanararaotra hatrany ny fahavoazana ka ny fiarovana ireo entana sy tapaporohana sisa tsy may koa no ilana ireo polisy. Ny fanavotana ain’olona hatrany no laharam-pahamehana ho azy ireo, indrindra amin’ny hain-trano izay tsy nitsaha-nitombo ny antso azon’ireo mpiandraikitra tato ho ato. Ezahin’izy ireo koa ny fampitoviana ny tatitra, ny isan’ny lasibatra tahaka ny naratra na ny nindaosin’ny fahafatesana izay havoaka amin’ny haino aman-jery. Manana mpanadihady mikasika ny anton’ny loza ireo mpamonjy voina saingy ankininy amin’ny zandary na ny polisy mpanao famotorana sy fanadihadiana ny famoahana izany mba tsy hitatra ny resaka izay mbola hizotra any amin’ny lalam-pitsarana.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalam-pïofanana lalànaMbola tena mahaliana ny mpianatra

Anisan’ny lalam-piofanana mbola tena mahaliana ireo tanora mpianatra vao afa-panadinana Bakalôrea amin’izao ny lalàna.

 

 

Pati

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Doro tanety etsy sy eroaIreo mpitsoa-ponenana sy ny tevy ala no fositra

Mirongatra ny doro tanety manerana ny faritra amin’izao ary saika potika avokoa ny harena ambanin’ny tany. Nambaran’ny minisitry ny tontolo iainana, Alexandre Georget fa noho ny fisian’ireo olona

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin’AmbohidratrimoMandeha taksibe vao mahita rano vidiana

Velon-taraina tanteraka ireo mponina eny Ambohidratrimo noho ny tsy fisian’ny rano fisotro madio.

 

 

 

 

 Nanomboka tamin’ny zoma teo mantsy raha araka ny fanazavan’ny solontenan’ny mponina no nanomboka tapaka ny rano ary tsy niverina hatramin’ny omaly fotoana nanoratanay. Voatery mandeha mitaingina taksibe mividy rano any amin’ny toeran-kafa avokoa ny mponina toy ny eny Talatamaty….ankoatra ireo manana fiara manokana hitaterana izany. Ho an’ireo tsy manana fahafahana kosa indray dia mamonjy vovon-drano na fantsakana any ambanivohitra no hataon’izy ireo ka lany ora efatra isan’andro raha kely vao mahita rano hosotroina sy hidiovana. Tsiahivina anefa fa fototry ny aina ny rano.  Rano no mandrafitra ny 80 %-n’ny vatan’olombelona. Mila misotro rano hatrany amin’ny 1 litatra sy tapany isan’andro ny olona iray raha te ho salama tsara, indrindra ao anatin’izao vanim-potoanan’ny hafanana izao, ankoatra ny hidiovana sy hahandroana sakafo. Olana anefa ny fitadiavana  izany any amin’ny toerana lavitra sy manahirana koa andrasana izay vahaolana mety hoentin’ireo tompon’andraikitra vaovao vao hotendrena indray.

Pati

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tania, zazavavy kely 10 taonaVehivavy roa no naka an-keriny azy

Tovovavy kely iray vao 10 taona monja antsoina hoe Tania, monina eny Avarabohitra Soavimasoandro no tsy hita nanomboka ny alatsinainy lasa teo.

 

 

 Ramatoa roa ka ny iray mitrotro zaza no voalaza fa naka ity zazavavy kely ity, tamin’ny ora firavany tamin’ny 11 ora. Raha araka ny fanazavana azo dia nokitikitihan’ireo i Tania kely. Nivadika tampoka ity farany noho izany ka nilaza tamin’ireo mpiara-mianatra taminy fa reniny ilay ramatoa niresaka taminy ka nanaraka azy mirahavavy mora foana i Tania. Nilaza moa ireo fianakavian’i Tania fa efa misy olona ahiahiany amin’izao fakana ny zanany izao ary tsy hijanona hatreo izy ireo fa hitondra ny raharaha hatreny anivon’ny mpitandro ny filaminana. Tsy mbola hita i Tania, hatramin’ny omaly hariva, fotoana nanoratanay. Azo atao ny miantso ireo laharan-tariby manaraka ireto ho an’ireo izay sendra mahita an’i Tania dia ny 033 19 868 33, ny 034 31 727 53, ny 032 69 187 60 ary ny  033 05 013 37.

Pati

Legende : Ity i Taniakely, zaza tsy mba mpanarak’olona izany, hoy ny fianakaviany

 

Tia Tanindranaza0 partages

Oniversiten’AntananarivoMananontanona ny taona fotsy

Nanapaka omaly ny fivoriamben’ny Seces, sampana Antananarivo, fa ankoatry ny fanentanana ireo mpampianatra mpikaroka mbola manohy

ny asany dia nandefa taratasy fangatahana fihaonana amin’ny filoham-pirenena sy ny fiadidiana ny primatiora ary ny minisiteran’ny fampianarana ambony izy ireo mba ho fialana nenina amin’ny fifampidinihana hanataterahana ny vahaolana nampanantenana azy ireo. Ny alakamisy izao izy ireo no hiverina hivory hahafahana manao ny tatitra momba io dingana io, hoy ny filohan’ny Seces Tana, Sammy Grégoire Ravelonirina. Hitaterana ihany koa ny vokatry ny fanapahan-kevitr’ireo oniversite hafa toy ny any Toliara sy Antsiranana. Tapitra androany (TTF: omaly) tsinona, hoy izy, ny fe-potoana 72 ora niantsoan’ireto Seces ireto famahana olana avy amin’ny fitondram-panjakana. Hisy, araka izany, ny dinika momba ny fanatanterahana tolona iombonana. Mety hiafara amin’ny fanambarana taona fotsy, hoy hatrany ny Seces Tana, izahay raha tsy tonga ny vahaolana.

 

Ambony ny tahan’ny fialana an-daharana eny amin’ny anjerimanontolo araka ny tatitry ny Banky Iraisam-pirenena. Mahatratra 25% izany ary ny fahadisoana eo amin’ny safidina lalam-piofanana matetika no tena anton’izany, araka ny nambaran’izy ireo hatrany.

 

J. Mirija sy Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana an-dranomasina sy an-dranomamyHirosoana ny fanatsarana tsikelikely

Hohavaozina miandalana ny fitaterana an-dranomasina sy an-dranomamy manomboka izao.

Ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana mahakasika ny (APMF) no efa miandraikitra ny ezaka atao. Anisan’ny hojerena voalohany manokana ny mahakasika ny fitantanana ankapobeny. Hisy mihitsy ny fitsirihana anatiny (audits internes) hanadiovana ny fitantanana. Eo ihany koa ny fehezan-dalàna mifehy ny fitaterana an-dranomasina izay efa tena lany daty ny an’i Madagasikara. Efa nilaozan’ny toetr’andro satria efa tamin’ny taona 2000 ilay fehezan-dalàna ka rariny raha hatsaraina. Eo amin’ny lafiny ara-teknika sy ny ara-potodrafitrasa, indrindra ny mahakasika ny seranan-tsambo sy ny fitandroana ny filaminana eny amin’ny ranomasina sy ny ranomamy dia ilana ezaka sy fanatsarana ihany koa ary maro ny drafitra efa novolavolaina. Amin’ny maha Nosy an’i Madagasikara dia tokony hisy akony lehibe amin’ny toekarena ireo haren-dranomasina marobe ireo rehefa mety ny fitaterana. Amin’izao fotoana izao dia efa misy mihitsy ny fanadihadiana isan’ambaratongany ataon’ny APMF ny amin’ny fitantanana ny seranan-tsambo sy ny fanaovana fotodrafitrasa amin’ireo faritra mitoka-monina hampiroboroboana ny toekarena an-dranomasina. Misy ny seranan-tsambo efa an-dalam-panamboarana tahaka ny any Mananara Avaratra, izay manana halava 140 metatra sy velarana 360m² izay hovitaina ny volana jona 2020.

 Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoTsy mahalala menatra indray

Hiverina hiatrika lalao iraisampirenena indray ny Barea nanao CAN farany teo ny sabotsy izao.

 

 Azo antoka fa ho heno hanakoako etsy Mahamasina indray amin’io fotoana io ilay hira malaza hoe “Tsy mahalala menatra io”. Tsetsatsetsa tsy aritra ihany no ilazana izay noho io hira io nanamarika izao fitondrana izao ihany koa. Raha ny zava-misy anefa dia toa ireo mpitondra sy ny ekipany ihany no hita ho tsy mahalala menatra indray ankehitriny. Sahin’ny kandida ho ben’ny tanàna atolotry ny vondrona politika miaradia amin’ny filoham-pirenena ny mampanantena fa izy no hamaha ny olan’ny fahatampahan-jiro mampikaikaika ny rehetra ankehitriny kanefa ny filoham-pirenena izay ao an-damosiny aza tsy mahavaha ny olana ihany mandrak’izao. Sahiny ny mbola maneho an-tsary fa hitondra soa ho an’ny Malagasy ny fanotofana tanimbary. Betsaka ireo tranga efa hita izao fa mariky ny tsy fahafehezana lafin-javatra maro toy ny tsy fandriampahalemana sy ny fidangan’ny vidim-piainana ary ny fahatapahana lavareny eo amin’ny jiro sy rano. Na olon-dratsy efa any anaty fonja aza izany ankehitriny dia mbola sokirin’ny fokonolona any anaty figadrany ihany. Asa na mbola tokony hampipetra-potsiny ny fitondrana ny mandre vaovao fa misy toe-draharaha toy izany any amin’ny faritra ivelan’ny renivohitra any. Sao dia mba misy fahamarinany kosa ary ny filazan’ireo mpanao politika sasany hoe mbola fihetsika sy fanaona filohana antoko politika ny an’ny filoham-pirenena fa tsy izay fihetsika maha filoham-pirenena izay velively ? Rahoviana ihany no tena hifarana tanteraka ny propagandiny mba tena hifantohany amin’ny fampandrosoana ity firenena ity marina ?

J. Mirija  

Tia Tanindranaza0 partages

BAOLINA KITRA PRO LEAGUEResin’ny Fosa 3-0 ny 3Fb Toliara

Omaly talata 12 novambra vao notontosaina tao amin’ny kianja Rabemananjara Mahajanga

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny tanora sy fanatanjahantenaMpiasa 80 no homena fiofanana fitantanan-draharaha

Nanomboka tamin’ny alatsinainy 11 novambra 2019 teo tetsy amin’ny ANS Ampefiloha ka haharitra roa herinandro ny fampiofanana homena an’ireo mpiasa

 

miisa 80 ao amin’ny minisiteran’ny tanora sy ny fanantanjahatena Malagasy mba ho fampandrosoana sy ho fanatsarana ny fomba fiasa ao amin’ity minisitera ity. Nozaraina andiany roa samihafa ireto mpiofana ireto ka ny momba ny « Techniques de secrétariat, pratique protocolaires et rédactions administrative » indrindra indrindra no hampitaina amin’izy ireo amin’izany.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao amin’ny sabotsyVonona ny Barea sy ny mpanohana

Horakoraka, hafaliana, fanantenana no nisoritra teny amin’ny endrik’ireo mpankafy baolina kitra Malagasy tonga tetsy Mahamasina omaly tonga nanatrika ny fanazaran-tena nataon’ireo mpilalao miomana fatratra amin’ny lalao goavana hifandonana amin’i Ethiopie ny sabotsy ho avy izao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsarana faobeVoambolana diso

Tsy misy ny fitsarana faobe na « audience forraine », hoy ny filohan’ny sendikan’ny mpitsara eto Madagasikara, Clément Jaona.

 

 Fampitomboana ny fotoam-pitsarana no atao ahafahana mampihena ny isan’ireo tsy voatsara any am-ponja araka ny fampitam-baovao am-bavany. Diso, hoy izy,  ny voambolana nampiasaina. Be loatra mantsy ireo voatazona am-ponja miandry fitsarana noho ireo manefa sazy. Azo hafangainina ny fotoam-pitsarana. Raha ohatra ka roa isaky ny herinandro izany dia hampitomboana efatra. Miisa 10 isan’andro mantsy ireo olona atao “déferrement”  tonga eny amin’ny fitsarana. Mahakasika ny fandaminana dia anjaran’ny mpampanoa lalàna sy ny filohan’ny tribonaly no manao izany fa kosa  arakaraky ny tribonaly izany satria samy manana ny “standard de service” izy ireny.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarovana ny zon’olombelonaRatsy toerana i Madagasikara

Nisongadina indray ny fanitsakitsahana ny zon’olombelona, indrindra ho an’ny ankizy sy ny mahakasika ny vehivavy.

 

Eo ihany koa, ny fibodoana na fakana tany izay nambaran’ny firaisamonim-pirenana maro miady amin’ny zon’olombelona teo anivon’ny Kaomisionina misahana izany eo  anivon’ny firenena mikambana. Nanamafy ny vaomiera manao ny fitsirihana maneran-tany (examinateur universel des droits de l’Homme) fa tsy manaja ny zo ara-toekarena, ara-tsosialy, ara-kolotoraly hananan’ny mponina ny fanjakana malagasy ka manamafy ny fahantrana izay tena miha lalina. Manampy izay ihany koa ny fitazomana olona tsy ara-drariny, fihoaram-pefy na fironana amin’ny fialana amin’ny ara-dalàna amin’ny fampiharana ny lalàna mahakasika ny “cybercriminalité”. Manampy trotraka ny fanohintohinana ny fahalalahana haneho hevitra, ny kolikoly, ny fanjakana ratsy tantana, ny fanamelohana ho faty niniana nataon’ireo mpitandro filaminana. Ireo rehetra ireo dia noresahina sy notsikafonina teo anivon’ny firenena mikambana tany Genève Suisse. Ny alatsinainy lasa teo ny fiarovantenan’i Madagasikara ka na maromaro aza ny delegasionina notarihan’ny minisiteran’ny fitsarana dia mavesatra ny fampiangana ny fanjakana Malagasy manoloana izany. Adiny telo moa ny fifampihenoana tao anatin’ny fijerena ny momba an’i Madagasikara. Marihana fa ireo firenena rehetra mpikambana ao amin’ny ONU dia ny atao hoe “Examen périodique universel” manodidina ny zon’olombelona manoloana ity kaomisionina ity isan-taona. Miharihary eo anivon’izao tontolo izao ny zava-mitranga eto amintsika ary miampanga sy mamaky bantsilana ny any ivelany. Mahamenatra ny tranga toy izany.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vola sandokaMirongatra rehefa misy fifidianana

Miasa ny vola rehefa vanim-potoan’ny fifidianana toy izao ary tsy azo ihodivirana.

 

Samy hanao izay ho afany tokoa ireo mpirotsaka hofidiana. Saingy tsy azo odian-tsy hita fa nihamaro ny vola sandoka tato ho ato. Raha tsiahivina, nisy tranga toy izao tamin’ ny taon-dasa, nandritra ny fifidianana filoham-pirenena. Vola sandoka 20 000 ariary indray no miparitaka ary misy faritra no voakasika. Maninona moa no miparitaka indray ireo vola sandoka ao anatin’ny vanim-potoam-pifidianana ? Fanakorontanana saim-bahoaka ve sa sanatria io mihitsy no ampiasaina hanaovana propagandy ? Tsy ny tontolon’ny politika ihany anefa no mety hikorontana fa na eo amin’ny sehatry ny toekarena amin’ny fiparitahan’ny vola sandoka. Ireo irakiraka na nampiasa ny vola sandoka no tratra hatreto. Eo ihany koa ireo ambara fa mpiasa mpanonta azy, fa tsy mbola fantatra mazava ny atidoha sy lohandohan’ny mpisorona.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin`ny tsimatimanotaAfaka hiasa tsara ve ny HCJ ?

Nisokatra indray ny fanadihadiana mahakasika ireo tompon’andraiki-panjakana ambony nandritra ny fitondrana teo aloha izay voarohirohy amin’ny fanodinkodinam-bolam-panjakana. Minisitra telo no voasaringotra amin’izany.

 

Ny tonia voalohany ao amin’ ny fitsarana an-tampony moa no manao ny fanenjehana. Raha ny and. 133 ao anatin`ny lalàmpanorenana, ny antenimieram-pirenena no afaka mampiainga azy ireo amin’ny alalan’ny latsa-bato lanian’ny antsasamanila mahery. Manana fahefana feno hitsara kosa ny fitsarana avo (HCJ). Maro ihany anefa ireo dosie nalefan`ny BIANCO eny anivon`ity rafi-pitsarana ity saingy toa tsy nahitam-baliny avokoa. Misy amin`ireo antontan-taratasin`ady sy fitoriana ireo no efa nanokafan`ny Fitsarana Avo fanadihadiana; misy miandry ny fanapahan-kevitry ny Antenimieram-pirenena ny fanohizana ny famotorana noho ny voampanga izay mpitondra ambony amin`ny fanjakana. Hatreto anefa, tsy voafidy ireo solontenan`ny antenimieram-pirenena eo anivon`ny HCJ, izay efa tokony ho nofidiana herinandro lasa izay saingy nahemotra. Raha ny fantatra dia aorian`ny fifidianana monisipaly sy kaominaly no hanatanterahana azy. Midika izany fa mbola mandringa tanteraka ny HCJ. Marihana hatrany fa ny fitsarana avo irery ihany anefa ny fahefana afaka mitsara ireo olona ambony ireo. Inona moa no andrasan’ity andrim-panjakana ity no tsy mbola hita izay asany hatramin’izao ? Tena nandiso fanantenana ny vahoaka aloha ny HCJ hatramin’izao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendrena governoram-paritraNangataka ny hevitry ny HCC i Rivo Rakotovao

Mbola mipetraka adihevitra taorian’ny fanendrena ny governoram-paritra ny fanapahan-kevitra noraisin’ny filohan’ny repoblika

 

nametrahana ny governoram-paritra miisa 11 tamin’ny 25 septambra lasa teo nandritra ny filankevitry ny minisitra. Na ny filohan’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC), Jean Eric Rakotoarisoa, aza tsy sahy naneho ny heviny mahakasika iny fanapahan-kevitra iny raha manaraka ny voalazan’ny lalàmpanorenana tokoa na tsia fa nilaza manana ny atao hoe « droit de réserve » izy ireo ka tsy afaka manome ny valiny. Araka izany, nangataka izay hevitry ny HCC raha toa ka araka ny lalàna ny fanendrena governora, ny filohan’ny Antenimierandoholona, Rivo Rakotovao, izay zony amin’ny maha filohana andrimpanjakana azy. Hangataka ity filoha ity raha toa ka araka ny lalàna no namoahana ny didim-panjakana manendry ireo governora miisa 11. Andrasana ihany koa aloha ireo governora 12 ambiny. Fangatahana fanazavana faharoa teo amin’ny HCC ity nataon’i Rivo Rakotovao ity satria efa nangataka tamin’ny saika nanesorana ny loholona Randriambololona Mananjary izay saika nesorina tamin’ny maha loholona sy filoha lefitry ny Antenimierandoholona azy saingy nolavin’ny HCC tamin’ny didm-pitsarana navoakany tamin’ny 6 novambra lasa teo.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rina Randriamasinoro« Manana ny vahoaka isika…»

Mihohy ny fampielezan-kevitra ataon’ny Kandida Atolotry ny Antoko TIM eto Antananarivo Renivohitra Rina Randriamasinoro.

 

 Anisan’ny notsidihiny niaraka tamin’i Marc Ravalomanana sy ny depiote Feno Ralambomanana ny Boriborintany faha-3 omaly, toa an’Avaradoha, Ambohitrakely,…. Tsy misy zavatra nofinofy na kely aza, fa zavatra azo tanterahina no hataontsika, hoy izy. Efa nandinika tsara aho ny zavatra ilain’ny vahoaka dia tanàna madio, jiro mirehitra, misy ny rano, milamina ny tanàna,… Tena hojerena sy himasoana ny sosialim-bahoaka. Mamely ny kaominina no ataon’ny mpifaninana amin’izao fotoana izao, ka asa na mijery fitaratra. Raha kandidam-panjakana izy dia inona no zava-misy eto Iarivo izao ? Misy rano  ? Mirehitra ny jiro  ? Izany ve dia  tsy menatra ihany ? Rehefa tonga ny fotoam-pifidianana dia lasa ianao mizara vola. 4 miliara ariary isan-taona no aloan’ny Kaominina Antananarivo amin’ny fanjakana amin’ny alalan’ny SAMVA, izay voaloa tsy misy trosa na ariary raha ny fanazavana efa nentiny. Ny fako anefa toa tsy notaomina sy natao fitaovana politika hanenjehana  ny kaominina. Mila mijoro tsara isika. Raha manam-bola izy dia hoporofointsika fa isika manana vahoaka. Ny vahoaka tsy habadoina lava izao na hampahantraina, ka rehefa tonga ny fotoana ilanao azy, dia mody hizarazarana zavatra, hoy i Rina Randriamasinoro. Programa azo tanterahina no hataontsika ary andao hifanome tanana. Afaka mifampiresaka tsara foana isika ary hiaraka hanatanteraka izany. Efa fantatra fa mety hisy mpangalatra ho avy indray eo amin’ny 27 novambra, ka aoka isika ho mailo dieny izao, hoy ity kandida ity.

 Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Biletà tokana« Tsy hisy ny fahatarana », hoy ny CENI

Distrika 101 amin’ireo 119 manerana ny nosy no nahavitana ny fanotana biletà tokana izay fiaraha-miasa amin’ny tranoprintim-pirenena ho amin’ny fifidianana kaominaly sy mpanolotsaina.

 Ahitana kaominina miisa 1 430 ireo distrika 101 nahavitàna ireo biletà tokana ireo. Kaominina 265 no hovitaina  ao anatin’ny herinandro, izay manana antontan’isa 2 tapitrisa biletà tokana. Mety tsy hisy ny fahataran’ny asa satria raha ny tetaindro napetraka dia tokony ho vita amin’ny 17 novambra izao ny biletà tokana rehetra ampiasaina manerana ny nosy. Ho an’Antananarivo Renivohitra sy ny manodidina izany saingy ny ankoatra izay dia hovitaina mialoha izay daty izay. Ny 12 novambra moa no tetiandro voalohany  napetraka fa hamitàna ny fanotana ireo biletà tokana kanefa iaraha mahalala ny isan’ireo biletà tokana natota satria fifidianana roa no natrehina, hoy hatrany ny CENI. Marihana fa ny 11 novambra lasa teo no nanomboka niala teto Antananarivo ireo fitaovana rehetra izay ampiasaina amin’ny fifidianana ka haparitaka manerana ny nosy ary hamantana any amin’ireo distrika tsirairay avy. Ireo distrika no heverina fa ho lavitra sy saro-dalana no nandefasana izany voalohany. Fitaovana izay ahitana kojakoja rehetra hampiasaina ho amin’ny fifidianana toy ny vata mangarahara miisa roa isaky ny birao fandatsaham-bato, ireo biletà tokana izay efa misy ny sarin’ny kandidà. Efa vonona ihany koa ny fitaovana hasiana voka-pifidianana sy maro hafa. Mifototra amin’ny herinandro faharoa ny fampielezan-kevitra ataon’ireo kandidà. Milamina hatreto saingy misy no minia manao tsy fanarahan-dalàna ka naharaisana fitarainana, hoy hatrany ny CENI.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampielezan-kevitraTsy taitra intsony ny olom-pirenena

Ao anatin’ny herinandro faharoa ny fanaovana fampielezan-kevitra ho an’ireo kandidà ben’ny tanàna sy mpanolotsain’ny tanàna.

Tsy mafàna ny ambiansin’ny fampielezan-kevitra fa somary mihainohaino ny olona. Tsy hahenoana firy izay adihevitra manoloana ireo tetikasa noho ny zava-misy tsikaritra eny amin’ny fiarahamonina. Mandalo ny kamio tsara tarehy dia midanàka fotsiny ny olona saingy avy eo miverina amin’ny ataony amin’ny fiainana andavanandrony ihany. Tsy misy mamaky firy ny programanasa eny amin’ny afisy. Tsy mampiraika ny olona intsony ny fifidianana. Tranga mamerina ny adihevitra mahakasika ny fomba amam-panao politika : mifampitarika any amin’ny mahasoa ve amin’izao ? Mahaliana an’ny vahoaka ve ny fandrosoana ny tanàna izay misy azy ? Nahoana no tsy toy ny ambiansa rehefa fampielezan-kevitra ?

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

ACMIL AntsirabeMampiahiahy ny nahafaty ilay mpanamory…

Mpianatra ho manamboninahitra mpanamory fiaramanidina Antsoina hoe Rakotoson Mamimaherimanana Andrianina, 33 taona anisan’ireo afa-panadinana ho mpanamory no namoy ny ainy.

 Feno mangana sy ratra ary diana kiraro ny vatany, araka ny nambaran’ny havany taorian’ny fizahana ny razana. Ny harivan’ny nidirany tao amin’ny ACMIL dia efa naiditra hopitaly. Velon-taraina ny fianakaviana ka hitory noho ity toe-javatra ity. Tetsy an-kilany, naneho fiondrehana am-panajana eo anatrehan’ny vatana mangatsiakany ny minisiteran’ny fiarovam-pirenena sy ny fianakaviamben’ny Foloalindahy Malagasy ary nirary fiononana feno ho an’ny fianakaviana, hoy ny fanambarana nataon’ny minisiteran’ny fiarovana. Raha tsiahivina, nandritra ny fizaham-pahasalamana teo am-pahatongavana tao amin'ny sekoly Akademia Miaramila ao Antsirabe no nahitana fa manana olana amin'ny voa ity mpianatra ity ka avy hatrany dia notsaboina tao amin'ny "Infirmerie de Garnison", hoy ny fanazavana avy amin’izy ireo. Nentina tany amin'ny toeram-pitsaboana tsy miankina iray ao Antsirabe mialoha ny nandefasana azy tao amin'ny Centre Hospitalier de Soavinandriana (CENHOSOA) aty Antananarivo. Voamarina hatrany nandritra ny fandraisan'ny toeram-pitsaboana nitondrana azy fa manana aretina "Insuffisance rénale aigue" ity mpianatra ity ary nitarika ny fahafatesany, hoy ny minisitera. Niantohan'ny fanjakana avokoa ny fitsaboana sy ny fitaterana natao taminy saingy tsy tana ny ainy. Rehefa halalinina ny zava-misy dia manahy ny havany fa vono na herisetra no nahafaty azy, raha milaza kosa ny tafika fa noho ny aretin’ny voa nahazo azy. Somary manitikitika ny saina sy mampametra-panontaniana ny hoe: tsy fantatra tany amin’ny fifaninanana sy ny fizahana ara-pahasalamana nialoha ny nahatafidirany ho mpiofana ve io tsy fahasalamany io fa efa tany amin’ny ACMIL mihitsy vao fantatra raha izay tokoa ? Ao anatin’ny sokajy sarotra anefa io aretina io. Izany ve tsy nisy fahadisoana goavana tamin’ny mbola nanafahana fanadinana azy nahatafidirany ho mpianatra tao ? Dia inona izany no nahatonga ireo mangana sy ratra tamin’ny vatany? Mampiahiahy ity raharaha ity!

 

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

VONO OLONA MISESISESY AO ANDAPA : Lehilahy roa no nosamborina hatreto

 Raha tsiahivina hatrany  dia  efa  nahatratra  07 ireo    namoy  ny  ainy, izay novonoina  tamin’ny  fomba feno  habibiana. Nandritra  ny fanaraha-maso  akaiky   nataon’ny  tompon’andraikitra  araka izany  no nahazoana vokatra  ka lehilahy  miisa roa no  efa tra-tehaka, omaly,  11 novambra. Mitohy hatrany  ny  fikarohana ireo  olon-dratsy  ao  ambadik’ity  raharaha ity.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

SOAVIMASOANDRO : Mbola tsy hita popoka ilay zazavavikely antsoina hoe “Taniah”

Nanomboka omaly  izao  dia  saika hita  niparitaka  teny  amin’ny  tambajotran-tserasera   ny  fahaverezan’ilay  zazavavikely   antsoina  ho  Taniah, vao  10 taona monja.  Araka ny  angom-baovao  voaray  tamin’ny  reniny niteraka azy  omaly  dia  mbola tsy  hita  popoka io  zanany  io  ary  mbola ao  anatin’ny  fanadihadiana  lalina tanteraka   ny  mpitandro  filaminana  hatreto.  

Raha tsiahivina  dia  ny  alatsinainy  antoandro,  tokony  ho  tamin’ny  11 ora  no  nisy  naka an-keriny  teny  Avarabohitra Soavimasoandro  izy  io.    Nohamafisin’ilay  reniny  tamin’izany  fa  vehivavy  miisa  telo  no  nisintona azy   raha ny  fitantaran’ny  mpiara-mianatra  aminy  ihany.  Manjavozavo tanteraka  ny  zava-misy  hatreto   ka  manao  antso  avo  amin’ny  olona  izay   mety  hahita azy  ny  fianakaviany  mba hampandre azy  ireo na koa ny  manam-pahefana  akaiky  azy. Nisy  moa  ny  laharana  finday  naparitaka    mba hahazoana  ny  fianakaviany  hatrany  dia  ny  032 69 187 60 / 033 05 013 37.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTOHOMADINIKA - ASAN-JIOLAHY : Tovolahy iray noendahin’ ireo mpiray tanàna aminy ihany

Ny alahady, 10 novambra 2019, tokony ho tamin’ny 06 ora hariva no niharan’ny fanendahana  ny  tovolahy iray, avy niantsena no nohararaotin’izy ireo nendahina rehefa tafiditra tamin’ny lalana mangingina, ka very tamin’izany ny finday lafo vidy. Fomba fiadin’ireto mpanendaka ireto ny mody mangataka sigara ka rehefa mijanona miresaka aminy dia eo no anaovan’izy ireo ny asa ratsiny. 

Nanatona avy hatrany ny polisy teny an-toerana ity tovolahy voaendaka ka rehefa natao ny famotorana dia fantatra fa mpiray tanàna aminy ihany no nanendaka azy ary dia noraisim-potsiny tao an-tranony izy mirahalahy no sady mbola tratra tao ihany koa ilay finday.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIFEHEZANA NY KANDIDA : Tsy maintsy manao fanambaràm-pananana izay voafidim-bahoaka

Tamin’ny fifidianana Filoham-pirenena sy solombavam-bahoaka farany teo dia nisy hatrany ny famolavolana ny fitsipika natao hifehezana ny fitondran-tenan’ny kandida. Ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana, ny Filan-kevitry ny fampihavanana malagasy miaraka amin’ny fiarahamonim-pirenena isan-tokony no niara-namolavola izany. Tamin’ity fifidianana ben’ny tanàna ity dia navadika ho “teny ierana hanompo vahoaka” ny anaran’ny fitsipika napetraka raha toa ka “toky nomena” izany tamin’ny fifidianana tany aloha. 

Omaly, maro tamin’ny kandida no resy lahatra ka nanaiky nanao sonia ny “Teny ierana hanompo vahoaka”. Misy koa anefa ny tsy nanaiky ny hanao sonia izany, nambaran’izy ireo fa  ny vahoaka nifidy azy no mahalala ny toky natao taminy. Voafaritra anaty andininy miisa 33 ny fitsipika hifehezana ny kandida tsirairay ka anisan’izany ny tsy maintsy hanaovan’izay kandida lany, na ben’ny tanàna na mpanolotsaina fanambaràm-pananana. Tanjona ny hampangarahara ny fitantanana ny Kaominina ka ho tapitra hatreo ny endrika fangoronan-karena rehetra. Ankoatra izay, tafiditra ao anatin’ ny fitsipika tokony hohajain’ny kandida ihany koa ny fiteny, ny fihetsika mialoha sy mandritra ny fampielezan-kevitra. Voarakitra ao anatin’ ny “teny ierana hanompo vahoaka” ny fifehezan-tenan’ ny kandida sy ny fanabeazany ary ny fanentanany ny mpomba azy tsirairay avy mba hanalavitra ny herisetra sy ny fanaratsiana mahatonga fihantsiana amin’ ny endriny rehetra. 

Manana adidy koa ny kandida hanentana ny olom-pirenena rehetra mba hanatanteraka ny adidiny, amin’ ny faha27 novambra ho avy izao ka handeha handatsa-bato sy hanara-maso ny zotram-pifidianana, ary tsy hisalasala ny hametraka fitoriana raha toa ka misy tsy fanarahan-dalàna hitany. Nisy ihany koa anefa Kandida tsy nanaiky ny hanao sonia an’ity Teny ierana ity. Nambaran’izy ireo fa efa misy ny toky ifanomezany amin’ ny vahoaka hifidy azy ka tsy ilaina izany. Tsy vitan’ izay ihany koa, araka ny voalazan’izy ireo hatrany fa mijanona ho fifanarahana tsotra fotsiny ihany ny “Teny ierana hanompo vahoaka”, izay tsy manana lanja araka ny lalàna. 

Ny Kaomity mpikarakara ihany koa dia mametraka safidy malalaka ho an’ ny kandida rehetra na hanao sonia izy na tsia. Tsy misy fanerena ny fanaovan-tsonia fa miankina amin’ ny faharesen-dahatry ny tsirairay, tsy misy ihany koa lalàna hanasaziana raha misy tamin’izay nanao sonia no nanao tandrevaka fa ny feon’ny fieritreretan’ny tsirairay no takina.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ASA FANASOAVANA : Nanamafy ny HCC fa ara-dalàna ny “Fondation” Andry Rajoelina

Napetraky ny Hcc mazava kosa anefa tamin’ izany fa tsy azo ampifandraisana amina resaka politika io fa mba ho fanasoavana ny ara-tsosialin’ny vahoaka irery ihany. Ankilany, tsy azon’ny Filoha atao ny mitana andraikitra ao anatin’io “Fondation” hatsangany io. Ny 24 oktobra lasa teo anefa dia mbola nangataka fanamafisam-panazavana avy amin’ny Hcc ny Filoham-pirenena mahakasika ny voalazan’ny andininy faha-3 amin’ilay fanapahan-kevitry ny Hcc laharana faha9 – Hcc/av tamin’ny 20 septambra 2019, mahakasika ny fananganana io “Fondation” io raha mifanaraka amin’ny andininy faha49 ny Lalàm-panorenana. Omaly maraina no namoaka fanindroany ny teo anivon’ny Fitsarana avo momba ny Lalàm-panorenana tao amin’ny tranon-kalam-pifandraisany. 

Nohazavain’ny Hcc fa ny fananganana ny “Fondation” dia mila mitsinjo ny tombontsoan’ny rehetra ary tsy tokony hafangaro amina endrika politika. Nambaran’ny Hcc fa ara-dalàna tsara ny “Fondation” Andry Rajoelina fa misy endrika politika kosa ny “Fondation Initiative pout l’emergence de Madagascar Andry Rajoelina”, noho izy nampiasaina tamin’ ny fifidianana Filoham-pirenena. Ity farany ihany koa dia voafaritry ny lalàna 2014-015 tamin’ny 19 aogositra 2004 izay mifehy ny “Fondation” eto Madagasikara fa tsy azo idiran’ny raharaha politika na fandaharan’asa politika “Fondation”. Araka izany dia nanapaka ny Fitsarana avo momba ny Lalàm-panorenana fa azo raisina tsara ny fangatahana nataon’ny Filoham-pirenena ary ny anarana “Fondation Andry Rajoelina” dia manara-dalàna ka azo ampiharina avy hatrany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

CENI : Hentitra amin’ny fanaraha-maso ny fizotran’ny fampielezan-kevitra

Handraisana fepetra ireo kandida tsy manara-dalàna, hoy ny fanambarana voaray amin’izao ankatoky ny fampielezan-kevitra izao. Maro ny kandida sy mpanohana azy no mitaraina eny amin’ity vaomiera ity noho ny tsy fanajana lalàna ataon’ny kandida sasany. Nilaza omaly ny mpampiaka-teny eo anivon’ny Céni, Fano Rakotondrazaka, fa mazava ny voalazan’ny andininy faha57 amin’ilay lalàna fehizoro 2018/008 momba ny fitondrana ankapobeny ny fifidianana sy ny fitsapan-kevi-bahoaka. Voarakitra ao anatin’io avokoa ny fepetra sy fitsipika fototra tsy maintsy arahina mandritra izao fampielezan-kevitra izao, hoy ny nambarany.  

“Tokony hipetraka hatrany ny fanajana ny firaisam-pirenena sy ny toe-tsaina momba ny fihavanana Malagasy”, hoy ity mpampiaka-tenin’ny Céni ity. Notsipihiny fa voasoratra ao anatin’ny andinin-dalàna voalaza etsy ambony ny tsy fitanilan’ny sampan-draharaham-panjakana, tsy fitanilan’ny haino aman-jerim-panjakana. “Tokony hampiseho ny tsy fitanilany manoloana ny mpanao fampielezan-kevitra ny mpikirakira vaovao amin’ny fahitalavi-panjakana sy ny haino aman-jerim-panjakana”, hoy hatrany ny fanazavany. Nampahatsiahy koa izy ireo omaly fa voarakitra ao anatin’ny lalàna mifehy ny fifidianana koa ny tsy tokony hiandanian’ny toeram-pivavahana amin’ny antoka na kandida iray.

Hajaina ny fitovian’ny herijikan’ny kandida ary mila atao mangarahara ny loharanom-pamatsiam-bola mandritra ny fampielezan-kevitra sy ny fampiasam-bola natokana ho amin’izany. Voalaza ao amin’ny fitsipika fahaenina mifehy ny fampielezan-kevitra ny tsy maintsy hanendren’ny kandida ny mpitam-bolan’ny fampielezan-kevitra. Eo koa ny fanajana ny kandida sy ny tokony hanajana ny fiainany manokana. Voarara tanteraka ny mitsikera izay fiainany manokana izay. 

Voarara koa ny fiantsiana sy fanavakavahana ary ny fanaovana teny tsy voahevitra, hita ao amin’ny andininy fahasivy amin’ity lalàna resahana eto ity izany. Ambonin’ireo rehetra ireo ny fitandroana ny filaminam-bahoaka. Azo atao ny mamory olona amin’ny toerana izay tiana saingy tsy maintsy angatahana alalana avy amin’ny tompon’andraikitra izany.

N.A

Ino Vaovao0 partages

FANATRARANA NY FAHALEOVAN-TENA ARA-TSAKAFO : Velaran-tany 9 000ha no efa voajary

Dingana iray hahafahana manatratra izany ny fanajariana ny lemaka sy toerana azo volena manerana ny Nosy. Efa misy ny asa natomboka hanatrarana io fahaleovan-tena ara-tsakafo io raha ny fanazavan’ny Minisitry ny Fambolena sy ny fiompiana ary ny jono, Ranarivelo Lucien. Araka ny fanazavan’ity farany, efa mahatratra 9 000ha amin’izao fotoana izao ny velaran-tany nohajariana eto Madagasikara. Tafiditra ao anatin’izany ny any amin’ny Faritra Alaotra Mangoro, toerana izay notsidihin’ny Filoham-pirenena farany teo.

Tanjona tratrarina ny fanajariana ny toeram-pambolem-bary hahatratra 100 000ha farafahakeliny ao anatin’ny 5 taona, hoy hatrany ny minisitra, nanazava. Efa hita avokoa ny toerana rehetra mila fanajariana, hoy izy, ary efa manao fanadihadiana mahakasika izany ny teknisiana eo anivon’ny minisitera tarihiny amin’izao fotoana izao. Hisy ny fandresena lahatra ny mpamatsy vola hiara-hiombon’antoka amin’ny fanajariana ireo lemaka ireo.

Notsipihiny nefa fa azo atao tsara ny manomboka ny asa sy mampiasa ny tetibolam-panjakana ho an’ny taona 2020 mandra-piandry ny mpamatsy vola. Ankoatra ny fanitarana sy fanajariana ny lemaka azo volena, nanambara koa ny Minisitra fa tokony hampiroboroboana ny sehatry ny fiompiana eto amintsika. Nasiany tsindrim-peo manokana ny fiompiana akoho. Nambarany fa mbola ambany ny fihinanana henan’akoho eto Madagasikara raha oharina amin’ny firenen-kafa satria tsy mihoatra ny 2 kg isan’olona izany mandritra ny taona iray. «  Ny fampiarahana ny fambolena sy ny fiompiana no hahafahana manatratra ny fahaleovan-tena ara-tsakafo haingana satria betsaka ny tombony azo avy amin’ireo sehatra ireo, mifameno ireo ary tsy afa-misaraka  », hoy hatrany ny minisitra Ranarivelo Lucien, nanazava.

N.A

Ino Vaovao0 partages

SEHA-PIHARIANA DRAKAKA : Tsy ekena ny ampihimamba, hoy ireo mpanangom-bokatra

Io no sora-baventy nolanjain’ireo mpanangom-bokatra eo amin’ny sehatra drakaka, ny talata maraina teo. Niverina nitokona indray izy ireo ary nampiantso mpanaoa gazety.  Tsy hanaiky hatramin’ny farany izahay, na inona na inona zava-miseho raha tsy miova ny fitantanana ny seha-pihariana drakaka. Tsy tonga any amin’ny Filoha ny fitarainanay fa misy manodinkodina, hoy izy ireo. Handefa solontena any Antananarivo izahay hihaona amin’ny Filoham-pirenena mivantana satria misy kolikoly ambadika ity raharaha ity. 

Tsy hanimba zavatra izahay, tsy hikasi-tanana olona hoy ny mpisehatra iray fa ny fitakianay sy ny fangatahanay no ataonay. Nidina an-dalam-be indray izy ireo, ny talata maraina teo, satria tsy misy mihaino, hoy izy ireo, ary tsy misy mangirana ny fitakiana  ataon’ izy ireo. Efa nanome fe-potoana izy ireo nefa mbola tsy misy fanapahan-kevitra amin’ny ilan’izy ireo azy.  Mitobaka amin’ny Sinoa mpanondrana ny entana (ndlr ny drakaka) nefa izy ireo tsy maharaka ny miasa azy  : tsy maharaka ny mpiasa, tsy maharaka ny sivana… Milahatra telo andro vao voaray manao sivana ka maro ny drakaka maty. 

Vola anie no tadiavinay, hoy hatrany ity mpanangom-bokatra iray hafa ka « mba sokafy re ny mpandraharaha rehetra hisian’ny fifaninanana. » Mazava, hoy izy, fa raha misokatra ny rehetra dia hiakatra ny vidin’ny drakaka. Efa nisy moa fihaonana nataon’izy ireo tamin’ny talem-paritry ny fambolena sy fiompiana ary jono. Nanao tatitra tany amin’ny minisitra tompon’andraikitra ity tompon’andraikitra voalohany ity ary ny faran’ny herinandro lasa teo no fe-potoana nomen’ny minisitra hanomezana valin-teny. Nambarany tamin’izany fa efa eo am-panaovana ny lalàna mikasika izany ny minisitera.  Nisy ihany koa ny fihaonany tamin’ireo tera-tany sinoa mpanondrana satria nilaza ireo mpanangom-bokatra fa nijanona ny fandraisana ny drakaka. Rehefa nanontaniana kosa ireo Sinoa dia nilaza fa tsy mijanona fa naka aina kely ary efa miverina miasa. Na izany aza dia tsy maharaka  ny fandraisana vokatra miakatra ireo mpandraharaha mpanondrana drakaka misy ka izany no mahatonga ny mpanangom-bokatra izay tena maro tokoa hitaky ny hanampiana isa azy ireo, ary indrindra mba hasiana mpandraharaha malagasy ihany koa. Marihina moa fa efa nisy ny fanamboarana lalàna mikasika ny fanondranana drakaka ka anisany fepetra notakiana ny fanaovana fiompiana na  ‘ferme’ izany hoe tsy maka drakaka anaty natiora fa mitaiza. Tsy napetraka mialoha anefa ny fepetra mikasika ireo fiompiana“ferme” ireo. Na izany aza dia betsaka ny Malagasy nanao ferme. Nisy ny tao Mahajamba, ny any Amparemahitsy, ary ny any Soalala. Saingy rehefa vita ny ‘ferme’ dia nivoaka indray ny lalàna vaovao fa misy halavirina tsy maintsy hajaina amin’ny elanelan’ny « ferme » roa na refesina amin’ny sidin’ny vorona ka noho izany dia lany volabe fotsiny ireo mpandraharaha Malagasy nanao ‘ferme’ tany amin’iny distrikan’i Mahajanga faharoa iny. Ao Amparemahitsy kosa dia misy ‘ferme’ izay efa vita tsara sy manara-penitra tokoa ana Malagasy. 

Efa nisy ny teknisianina tao amin’ny jono nitsidika azy io saingy hatramin’ izao dia mbola tsy nahazo fahazoan-dalana hanondrana ny tompony. Nivoaka indray mantsy ny lalàna fa tsy maintsy manana «  écloserie  » indray fa tsy ekena ny fanangonana drakaka ‘sauvage’. Ny tena olana dia mbola tsy misy teknisianina malagasy mahafehy ny fanamboarana «  écloserie  » drakaka sy ny fahaiza-manao satria araka ny nambaran’izy ireo dia ambony be ny taham-pahafatesana. Noho izany dia misy ny mpanondrana vitsy izay efa nomena fahazoan-dalana nandritra ny fitondrana teo aloha ary mbola tsy nitombo isa nandritra izao fitondrana izao. Anisany nangatahan’ireo mpanangom-bokatra tamin’ny Filoham-pirenena nandritra ny fandalovany teto Mahajanga mialoha ny fifidianana depiote iny moa ity fanokafana ny sehatr’asa drakaka ity.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

LALANA MIFEHY NY TETI-BOLA 2020 : Mandalo fandinihana lalina ao anaty asam-baomiera

Fantatra fa efa samy naharay ny boky mirakitra izany avokoa ny depiote ary mbola samy mandinika ny votoatin’ ity lalàna ho an’ny teti-bola 2020 ity ny tsirairay.  Ny alatsinainy lasa teo no nikatroka tamin’ny asa fandinihana izany ny isam-baomiera eny anivon’ ny Antenimieram-pirenena. Nanamafy ny filohan’ny Antenimieram-pirenena fa na ao anatin’ny vanim-potoana mafana amin’ny fiatrehana ny fampielezan-kevitra aza ny firenena ankehitriny dia manohy ny asany hatrany ny solombavambahoaka. 

“ Miasa sy mandinika ny tolo-dalàna sy volavolan-dalàna samihafa ny depiote na eo aza ny fampielezan-kevitra. Tsy mijanona ny asa ety anivon’ ny Antenimieram-pirenena fa miasa foana ny kaomisiona rehetra”, hoy ny filohan’ ny Antenimieram-pirenena, Razanamahasoa Christine. Andrasana ny fotoam-pivoriana handaniana na tsia an’ity volavolan-dalàna mifehy ny teti-bolam-pajakana 2020 ity. Hatreto dia mbola tsy nisy ny fanehoan-kevitra mifandraika amin’izay fa samy mbola mandinika lalina avokoa ny depiote. Anisany iankinan’ny fampandehanana ny raharaham-pirenena ny teti-bolam-panjakana ka tsy azo atao ao anaty hamehana ny fandinihana  sy ny fandaniana azy.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Vague d’agressions criminelles  dans la Capitale - Un suspect éliminé, 6 autres entre les mains de l...

Face à une alarmante série d’assauts de bandits ayant secoué et ensanglanté la Capitale, la Police a réagi. Lors de ses récentes opérations effectuées depuis le début de la semaine, la Police a fait un beau coup de filet. Un assaillant fut définitivement mis hors d’état de nuire tandis que 6 autres furent interpellés. Selon la Police, les concernés sont pointés du doigt d’être derrière une attaque mortelle survenue en décembre 2016, le braquage d’un cash-point d’Andavamamba en décembre 2018, assaut qui a été aggravé par le vol d’une somme de 12 millions d’ariary, l’assassinat d’un évangéliste à Antohomadinika en janvier 2019, l’assaut ayant visé la compagnie Vidzar le 21 janvier 2019 à Anosizato dont le préjudice s’élève à 80 millions d’ariary, l’attaque se produisant à Anosibe doublée par la perte de 100 millions d’ariary, l’assassinat d’un agent de la société JB au 67ha, la victime se trouvant alors en moto, enfin le meurtre d’un piéton à Isotry vendredi soir dernier. Tout a commencé par un renseignement ayant permis à la Police de remonter la piste d’un suspect prénommé Lelandy samedi dernier. Durant son audition, le concerné a avoué que ses 9 acolytes et lui seraient les auteurs de tous ces forfaits susmentionnés.  Lundi dernier, un autre renseignement a révélé qu’un certain M. était repéré du côté des 67ha. Il a dû se faire soigner à cause d’une blessure sur le crâne. La Police l’a cherché jusque dans un cabinet médical et  cueilli à cet endroit. M. fut contraint d’appeler un complice surnommé Gorille afin de l’arrêter aussi. Les Forces de l’ordre ont monté un piège en utilisant M. pour appâter Gorille du côté d’Amboanjobe. Cependant, ce dernier n’a pas voulu se laisser faire au moment où la Police a cherché à l’arrêter. Il a aussitôt dégainé son arme et n’a pas hésité à faire feu.

La Police a dû répliquer à ses tirs dont les balles ont mortellement touché la cible. Les embuscades de la Police se sont poursuivies mardi dernier.  Le même jour, au cours de la matinée, un certain D. et B. ont été arrêtés à Ampefiloha. Ces derniers seraient les auteurs du braquage assorti de meurtre de la société JB au 67ha. D était tombé également dans un traquenard au moment où il a voulu rencontrer des acolytes en vue de préparer un assaut à Analakely. Or, c’est la Police qui est arrivée en premier sur les lieux pour y surprendre et se lancer aux trousses d’un autre suspect surnommé Ndaty. Les Forces de l’ordre ont dû ouvrir le feu face à la tentative des suspects pour résister. Finalement, Ndaty fut appréhendé avec une arme quelques mètres plus loin. L’après-midi, un certains S. est tombé également dans le piège. L’assassinat d’un jeune piéton près du pont de Bekiraro, c’est lui. Ce dernier fut appréhendé à Anosy. Il avait deux armes à feu dont les magasins renferment 7 cartouches chacun. Durant l’audition de tous les suspects par la Brigade criminelle (BC4), tous ont fait l’aveu. L’enquête a révélé qu’un de leurs compagnons, un certain Razily se trouve déjà en prison tandis que d’autres encore sont encore en cavale. Ils seront bientôt déférés au Parquet. Franck R.

La Vérité0 partages

Salon international des transports, de la logistique et de la manutention - Les solutions prioritaires du s...

Le tout premier Salon international des transports, de la logistique et de la manutention (SITLM) ouvrira ses portes aujourd’hui, à la Zone Forello Expo Tanjombato. Ce sera donc quatre jours de débats ouverts sur les trois secteurs, mais plus particulièrement du transport. L’idée étant de débattre des solutions prioritaires pour le développement effectif de la filière. « Les enjeux sont énormes, et chacune des parties prenantes ressentent bien les contraintes quotidiennes liées aux diverses questions de mobilité mais quoi qu’il en soit, des solutions vont devoir être trouvées pour régler le présent et anticiper les problèmes à venir. Toutefois, on peut relever d’ores et déjà une véritable absence de prise de conscience d’une partie de la filière du transport, de la logistique et de la manutention par rapport aux enjeux édictés par ce vaste secteur. Mais, fort heureusement, les véritables leaders et les « number one » ont répondu à l’appel et seront de ce fait partie prenante des efforts colossaux qui sont menés pour mettre Madagascar sur la route de l’émergence » a soutenu Michel D. Ramiaramanana, président du comité d’organisation de l’événement, à la veille de cette grande ouverture. Il ne faut pas oublier qu’il est actuellement plus que nécessaire d’encadrer, d’impulser et de conduire sa nouvelle politique en adéquation avec les objectifs fixés par le Plan Emergence de Madagascar. Des investisseurs internationaux seront aussi au premier plan pour découvrir les différentes opportunités présentes dans ces filières. En tout cas, les usagers, les citoyens lambda, ne seront pas oubliés. Comme à l’habitude de ces grandes plateformes économiques et déjà annoncées dans le programme, des conférences seront énoncées pour circonscrire les problématiques du transport. De nombreuses animations extrêmement instructives leur seront également proposées pour leur laisser un souvenir inoubliable de cette première édition du SITLM.Rova Randria

La Vérité0 partages

Corporatisme et impunité

Lors de la « Concertation nationale des grands responsables de la Police nationale tenue à Ivato (CCI) le 20 août 2019, le Premier ministre Ntsay Christian sort de ses gonds. D’habitude conciliant dans ses interventions publiques, le Chef du Gouvernement n’a pas pu retenir la colère face à la défense exclusive et parfois aveugle des intérêts professionnels constatée au sein de la Police nationale. Ntsay a tapé sur la table ! Il dénonce le comportement corporatiste qui frise l’impunité dans les rangs des Forces de l’ordre.Néanmoins, le scélérat geste le moins que l’on puisse dire de la Police nationale n’est seulement le fait de cette unité des Forces de l’Ordre, le regrettable comportement s’enregistre malheureusement aussi chez d’autres Corps de métier et qui s’apparente à une tendance généralisée à asseoir l’impunité en tant que système. De l’immunité parlementaire. Les largesses que la Loi fondamentale donne jouissance à un parlementaire préoccupent le citoyen lambda. En fait, la Constitution de la IV ème République accorde l’immunité aux membres élus de l’Assemblée nationale. Selon l’art 73 dudit texte fondamental, alinéa 1 :« Aucun député ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions».

Jusque-là, on peut à la rigueur tolérer dans la mesure où en tant que représentant du peuple, le député peut émettre des avis ou opinions qu’il juge nécessaires pour défendre les intérêts de sa circonscription ou du pays. On ne peut pas le condamner ainsi, d’ailleurs c’est une disposition universellement reconnue. Mais à la lecture des alinéas suivants 2 et 3, c’est là que le bât blesse « Aucun député ne peut, pendant les sessions, être poursuivi et arrêté en matière criminelle ou correctionnelle, qu’avec l’autorisation de l’Assemblée, … ». En termes clairs, le député jouit le privilège de l’impunité. Certes, la Loi érige une balise et préconise le cas de « flagrant délit ». Mais, la délimitation de la flagrance de délit suscite des doutes. D’autant que l’alinéa 3 qui stipule ainsi « Aucun député ne peut, hors session, être arrêté qu’avec l’autorisation du bureau de l’Assemblée » enfonce le clou. Bref, le député est intouchable (tsy maty manota). Le cas d’Ernaivo, ce juge et ancien président du SMM radié du Corps de la magistrature, soulève des vagues. En cause, la réaction du Syndicat des magistrats (SMM) fustigeant la décision du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Une levée de boucliers qui traduit tout simplement une vive réaction au nom du corporatisme. Les magistrats seraient-ils donc au-dessus de la loi ? Pour en revenir à l’intervention musclée du PM au CCI Ivato qui dénonça le réflexe nuisible des policiers  à défendre leurs pairs, des brebis galeuses, au nom du corporatisme. D’un ton inhabituellement sévère, Ntsay Christian avertit le Corps incriminé sur le risque de manquements répétés au respect de la discipline. La Police nationale se doit de faire de maximum d’efforts pour redorer le blason. Pour reconquérir la confiance des contribuables, le PM exige à tous les membres du Corps de la Police de faire preuve d’exemplarité, d’efficacité et produire des résultats probants.La population, exacerbée par l’incurie de certains grands Corps de l’Etat, ne veut pas entendre d’impunité car personne n’est au-dessus de la loi.

La Vérité0 partages

Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

La réunion de la commission conjointe sur les îles éparses qui se tiendra lundi prochain sera un test pour la cohésion nationale des Malagasy. La mise en place de cette commission avait été annoncée par le Chef  de l’Etat malagasy, il y a quelques semaines. Une annonce qui est intervenue en réaction aux déclarations de son homologue français, Emmanuel Macron, quelques heures auparavant au cours d’une visite très médiatisée sur les îles  glorieuses. Parmi les propos du Chef de l’Etat français, beaucoup ont surtout retenu la phrase « Ici c’est la France ».  La mise en place de ladite commission mixte a été actée durant la rencontre entre les deux Présidents au mois de mai à Paris. La gestion ou la restitution des îles éparses devront être discutées au sein de cette commission. Les deux Chefs d’Etat se sont entendus sur un consensus devant être établi le 26 juin 2020. Dans ce contexte, la déclaration  de Macron a été perçue comme un coup d’arrêt au processus par bon nombre de Malagasy.  La tenue de cette réunion d’une commission mixte est ainsi la preuve du non renoncement des autorités malagasy et de la volonté de celles-ci de croiser le fer avec la France. Cette lutte diplomatique que s’apprêtent à mener les dirigeants actuels contre la France nécessite une cohésion nationale sans faille des Malagasy. La France ne cèdera pas facilement du terrain dans ce combat. La plus grande force de Madagascar c’est la solidarité de tous les Malagasy.

Lever de drapeauxLes considérations politiques ne doivent pas entrer en ligne de compte dans la question de ces îles malagasy. Le combat n’est pas celui d’Andry Rajoelina, ni celui de Christian Ntsay ni celui du Gouvernement, mais celui des Malagasy. Il s’agit d’une question de souveraineté nationale. Cela nécessite un réveil patriotique de chaque citoyen. Les « intellectuels », « les historiens », sont invités à émettre leurs idées sur le sujet sur les moyens de communication existants. Le combat doit dépasser les considérations partisanes. Faut-il d’ailleurs remarquer que  ce n’est pas la première fois qu’une réunion du genre a lieu. C’était déjà le cas en 1990 ou en 2016. La France a toutefois toujours pesé de tout son poids pour faire capoter la lutte. Cette fois-ci, les dirigeants semblent ne pas entendre faire machine arrière et semblent vouloir aller au bout de la démarche.  D’ailleurs, l’appellation “îles éparses” ne devrait plus avoir lieu d’être car ces îles sont les « Iles malagasy de l’océan Indien ». En tout cas, en préalable à la tenue de la réunion de la commission mixte, chaque citoyen malagasy, sur toute l’étendue du territoire national, est invité à lever son drapeau pour montrer sa solidarité par rapport au combat mené par les dirigeants. Le jour de la tenue de la commission mixte, l’on espère donc voir une foule de drapeaux accrochés aux maisons. Surtout ceux qui habitent dans la Capitale et notamment ceux habitant sur les axes menant vers la Haute ville, vers Andafiavaratra. La Rédaction

La Vérité0 partages

Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’...

L’affaire de faux et usage de faux, d’abus de fonction mais aussi du détournement de fonds publics survenue en octobre 2014 dans la Commune rurale d’Ambohimahamasina, District d’Ambalavao, aurait été jugée par la Cour criminelle ordinaire du Pôle anti-corruption ou (PAC) aux 67ha, hier. Dans le box des accusés, l’ex-maire d’Ambohimahamasina, une secrétaire trésorière de ladite commune, et bien sûr l’ex-conseillère spéciale - visiblement très détendue - de l’ancien Président Rajaonarimampianina, Claudine Razaimamonjy. Mais finalement, les trois accusés, après l’étude de certains détails techniques du dossier, ont dû retourner en prison, toujours à titre préventif. La présidente de la Cour leur a refusé une liberté provisoire. Elle se base sur deux articles du code pénal pour cette décision : deux  accusés sont  incriminés pour des faits graves  interdisant ainsi leur mise en liberté.De même, la juge a décidé de renvoyer l’audience pour une prochaine session, probablement en avril ou mai 2020. A l’explication, la présidente de la Cco du PAC a à peine entamé les débats qu’un avocat de l’ex-maire a fait objection afin de soulever ce qu’il a qualifié d’anomalies sur le traitement en cours du dossier. « Nous avons fait une déclaration d’opposition sur la tenue de cette audience. Mais n’avons pas été informés sur la tenue de l’issue de notre requête.

Par conséquent, nous demandons à ce que le dossier soit remis entre les mains du juge d’instruction », explique l’avocat. Ce qui a pour effet de pousser la juge saisie de l’affaire à interrompre de facto les débats en cours pour que les assistants au juge puissent considérer en délibéré cette requête d’opposition, hier. A l’issue duquel la présidente de la Cco d’annoncer que puisque la requête de la partie pour la défense de l’accusé n’était pas encore passée au niveau de la chambre d’accusation, il faudra encore du temps pour la régler à ce niveau.  Les trois personnes qui ont comparu à la barre, hier, sont accusées de détournement de deniers publics et de complicité. C’est le cas de l’ancienne conseillère spéciale de l’ex-chef de l’Etat en exercice en 2014 et 2018. A l’époque, la somme détournée s’élève  à près de 396 millions d’ariary. Cet argent provenait de subventions exceptionnelles de l’Etat de l’époque. Il était prévu à la réfection du bureau de la Commune d’Ambohimahamasina. Notons que l’ex-chef du Gouvernement de l’époque est fréquemment cité dans cette même affaire. Sans doute, son absence lors de l’audience d’hier expliquerait cette anomalie évoquée.Franck R.

La Vérité0 partages

Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !

« La réhabilitation du stade de Mahamasina n’est pas la priorité de la Commune urbaine d’Antananarivo ». Telle est la réponse de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) de Lalao Ravalomanana  à l’initiative du Président de la République Andry Rajoelina de donner un sérieux lifting à ce plus grand stade de l’océan Indien. Une intention lancée lors de l’accueil des Barea devant le stade de Mahamasina à leur retour de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 en Egypte. Cette fin de non-recevoir émise par la CUA est pourtant aujourd’hui désavouée par les faits rapportés par les inspecteurs de la Confédération Africaine de Football (CAF) et le constat de certains membres du staff technique des Barea et de simples observateurs. A l’unanimité, ils admettent que la réhabilitation ou même la rénovation du stade de Mahamasina s’avère nécessaire.Après mort d’Homme survenue à la rencontre Madagascar-Sénégal ayant causé l’interdiction au stade de Mahamasina d’accueillir des matchs internationaux officiels, des inspecteurs de la CAF étaient venus dans la Capitale, en début de semaine, pour constater l’amélioration faite en matière de sécurité. Et ce dans le cadre de la fin de la suspension du stade et de l’accueil de ce samedi du match comptant pour les éliminatoires de la CAN 2021.

Leur rapport est édifiant quant au non-respect des normes de sécurité du stade de Mahamasina. Nombre de portails d’entrée et évidemment de sortie insuffisants, non marquage des places, vétusté des infrastructures notamment les escaliers des gradins, absence totale de toilettes et bien d’autres. Les recommandations de la CAF pour faire de Mahamasina un stade « manarapenitra » sont nombreuses, mais dans l’immédiat elle n’a exigé à la Fédération nationale (FMF) que le strict minimum. D’où l’empressement de cette dernière à exécuter les exigences de la CAF afin de sauver le match de ce samedi et pour éviter une nouvelle sanction du stade de Mahamasina. Mais tôt ou tard, Madagascar devra se mettre au diapason des règles de la CAF et également de la FIFA. A part ces faits rapportés par la CAF, le constat des observateurs  concerne plutôt la qualité de la pelouse de Mahamasina. Beaucoup d’encre et de salive ont coulé sur ce point, mais la CUA fait la sourde oreille. Au temps d’Ahmad, de Doda Andriamiasasoa, la FMF a fait le maximum pour rendre la pelouse digne d’un stade. Mais à défaut d’entretien de la CUA et à l’utilisation « abusive », l’état du gazon naturel du stade  laisse à désirer. A preuve, Raoul Arizaka Rabekoto, le nouveau patron de la FMF et son équipe ont dû refaire quelques travaux pour que les Barea, dont la majorité sont des expatriés, puissent jouer dans un minimum de confort. Face à ces recommandations de la CAF et le constat des observateurs, l’initiative du Président de la République Andry Rajoelina arrive à point nommé. Il est temps maintenant d’agrandir ce « grand » stade, de le mettre aux normes internationales et lui doter d’une pelouse digne de son statut. ….La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

MID : Le ministre reprend du service

Le ministre a retrouvé son bureau à Anosy.

Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Tianarivelo Razafimahefa a repris ce lundi ses fonctions à la Patte d’éléphant à Anosy. Ce membre du gouvernement a été victime d’une chute de la tribune du stade municipal d’Ambatolampy le dimanche 03 novembre. Il a été immédiatement évacué à l’Ile de La Réunion. Le ministre Tianarivelo Razafimahefa est rentré au pays le lundi 4 novembre et a été admis à l’hôpital Polyclinique d’Ilafy. Après sa période de convalescence, le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a retrouvé le personnel de son département lundi dernier. La nomination des 11 autres gouverneurs de région attend ce membre du gouvernement après cette reprise de travail. 11 ont été déjà nommés.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Farafangana : Dialogue social entre la société civile et les députés

Un dialogue social entre les Organisations de la Société civile et les députés de la région AtsimoAtsinanana / journées portes ouvertes de l’Assemblée nationale s’est tenu le 12  novembre dernier à Farafangana. Dans le cadre du projet Africa Democracy Strengthening-IV ADS-IV, le programme d’appui parlementaire mis en œuvre par l’Institut Électoral pour une Démocratie durable en Afrique (EISA) a posé comme l’un de ses objectifs le renforcement de la relation entre les électeurs et les parlementaires à travers la promotion de la redevabilité, la responsabilisation mais aussi les échanges entre les citoyens et les élus. Afin d’appuyer l’Assemblée nationale dans la réalisation de ces objectifs, les partenaires à savoir EISA et la Chambre basse du parlement ont organisé cette rencontre entre les parlementaires et les membres de la société civile.

Dispositions légales. Le dialogue social traitera notamment du sujet de l’inégalité homme-femme dans la région AtsimoAtsinanana. La raison en est que malgré les dispositions légales qui existent à Madagascar, les traitements diffèrent selon le sexe de la personne dans cette partie du pays, notamment en matière successorale. Une situation qui, de ce fait, mérite d’être soulevée avec les législateurs élus de cette région du Sud-est.

Redorer le blason. Les journées portes ouvertes, quant à elles, ont été pensées afin que les électeurs puissent avoir accès aux informations utiles et nécessaires relatives à l’Assemblée nationale en ce début de la seconde législature de la IVe République. Ceci afin de réaliser la vision posée par la Présidente de l’Assemblée nationale qui est celle de redorer l’image d’une  Chambre basse représentant réellement le peuple malgache. Seront présents durant ces deux jours tous les députés de Madagascar élus dans la région AtsimoAtsinanana mais également des représentants de l’Administration de l’Assemblée nationale ainsi que les autorités traditionnelles de la région (Ampanjaka) et des représentants de la Société civile travaillant dans le domaine de la promotion de la femme basée dans la région.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Séminaire HappyLive : Plus de 500 personnes inscrites à J-4

Toky Rajaona, le fondateur de MasterLife, veut être un accélérateur de changement pour les individus et les entreprises et surtout pour le pays.

Le fondateur de MasterLife, Toky Rajaona, organise un séminaire Happy Live le 17 novembre 2019 au CCI Ivato.

« Aimez-vous la vie que vous menez ? ». C’est à cette question provocante que Toky Rajaona, conférencier en développement personnel et fondateur de MasterLife, aime commencer ses séminaires. « Tout le monde veut que les choses changent, mais trop peu sont ceux qui commencent par eux-mêmes», souligne-t-il. Le conférencier incite souvent à la réflexion sur le présent et sur l’avenir par ses saillies qui font mouche dans les cœurs et dans les esprits. HappyLive, le dernier séminaire de cette année, ne dérogera pas à la règle. Il donnera les pistes de réflexion sur le bonheur, la réussite et le bien-être. Et pour attaquer les problématiques liées au stress, mal-être, routine, désespoir, pression, etc., une dizaine d’entreprises ont déjà souscrit leurs collaborateurs à y participer. Plus de 500 personnes sont actuellement inscrites à J-4 à cet évènement majeur qui aura lieu le 17 novembre 2019 au CCI Ivato et qui promet une programmation hors du commun.

Investissement. Les séminaires et les formations de ce type commencent lentement mais sûrement à être considérés comme des investissements à Madagascar. « Nous sommes plus enclins à dépenser qu’à investir. Or, un séminaire en développement personnelle est un investissement sur soi-même, un investissement pour vivre plus et vivre mieux», commente-t-il. Ce séminaire HappyLive traitera d’ailleurs du bien-être, de la réussite et du bonheur avec un accent particulier sur quatre dimensions : l’énergie, l’amour, les relations et l’argent. « Quand on évoque le cas du sous-développement de Madagascar, on parle souvent d’une question de mentalité. Il est donc nécessaire de travailler sur cet aspect. Tous nos séminaires ont une visée claire : apprendre aux gens à être plus forts, plus confiants et développer un mindset de leader. En bref, c’est l’Empowering people », explique Toky Rajaona. Ce nouveau séminaire disruptif plongera les participants aussi bien dans l’introspection que dans l’action à travers une approche résolument ludique.

Pionnier. Avec ses séminaires chocs tels Momentum, Invincible et HappyLive, Toky Rajaona développe des approches disruptives, novatrices et dans l’air du temps qu’il a baptisées la « ludo-andragogie ». En clair, l’apprentissage des adultes de manière ludique et participative. Son passé mouvementé, marqué par plusieurs traumatismes, l’a fortement inspiré pour pouvoir proposer des contenus originaux. « De ces épreuves, j’en ai tiré une force et une volonté inébranlables d’accompagner les autres à aller de l’avant. », ajoute-t-ilMamy R., une participante du séminaire Invincible témoigne : « Grâce à la méthode Toky Rajaona, j’ai eu l’audace de quitter mon poste de responsable au sein d’une grande société de télécommunication pour reprendre un nouveau chemin professionnel qui me tenait à cœur ». « Il y a ce côté complètement boostant avec l’approche de Toky Rajaona. Grâce à son dernier séminaire, j’ai décidé de me lancer sur un nouveau business », lance Donald R., un autre participant. « A travers ma démarche, je veux être un accélérateur de changement pour les individus, pour les entreprises et surtout pour le pays », conclut Toky Rajaona. Il en est d’ailleurs le pionnier au niveau de l’Océan Indien.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Stadium de Barikadimy : Entrée interdite au grand public

Le président de la Ligue Atsinanana, Andry Herinjatovo Marcel, se réjouit d’avoir un Stadium de Barikadimy répondant aux normes internationales.

Le tout Toamasina est fier de voir le nouveau Stadium de Barikadimy prendre forme et qu’il reste, vu de l’extérieur, la piste d’athlétisme probablement de huit couloirs pour espérer accueillir des compétions internationales.

Mais ce n’est pas aussi simple car pour l’instant, l’endroit est interdit au grand public même si on encourage les footballeurs à piétiner la nouvelle pelouse. « C’est même un souhait qui nous a conduit à programmer les matches intersections à Barikadimy mais sans aucun spectateur sur la tribune et les gradins comme cela a été stipulé dans les recommandations », explique le président de la Ligue de football d’Atsinanana, Andry Herinjatovo Marcel.

Et lui de poursuive qu’au moins les joueurs peuvent peaufiner leur technique sur une pelouse en parfait état, contrairement à celle du stade municipal où les acteurs sont soumis à un double contrôle notamment celui du ballon et du terrain.

Mais comme pouvoir disposer d’une pelouse synthétique est une aubaine, la ligue d’Atsinanana n’a pas tardé à en profiter pour mettre en place une sélection de moins de 20 ans.

« Le potentiel est là avec des joueurs de plus de 1m 80 mais au bout, la Ligue envisage d’en faire une seule équipe mais une équipe jeune capable de rivaliser avec toutes les grandes formations malgaches », poursuit le président Marcel qui, comme tous les Tamataviens, rêve de pouvoir disposer pleinement de ce Stadium de Barikadimy.

« Cela changerait notre routine habituelle et cette hantise de voir la pluie tomber à la veille d’un match de Pro League, qui rendrait le stade municipal impraticable », conclut-il.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Beloha : 20.000.000 ariary sy volamena iray boaty norobain’ny jiolahy

Tsy ny halatr’omby ihany akory no mampikaikaika ny mponina any amin’iny tapany Atsimon’ny Nosy iny, fa eo ihany koa ny asan-jiolahy. Ny faramparan’ny volana lasa teo tokoa mantsy dia tokantrano iray no lasibatry ny jiolahy mirongo fiadiana sy miravaka ody gasy. Vola mitentina eo amin’ny roapolo tapitisa ariary teo ho eo no lasan’ireo jiolahy tamin’io fotoana io, niaraka tamina firavaka volamena iray boaty, bisikileta iray ary fahitalavitra. Fanafihana izay nitranga tao amin’ny kaominina Tranora, distrika Beloha Androy. Nanao ny ezaka hikarohana ireo olon-dratsy avy hatrany ny pôlisy tany an-toerana. Herinandro taorian’io, rehefa nisy ny angom-baovao azo, dia voasambotra ny valo tamin’ireo mpanafika, izay marihana, hoy ny vaovao fa samy avy any Belavenona, any amin’iny distrikan’i Bekily iny. Rehefa natao moa ny famotorana azy ireo, dia niaiky ny sasantsany tamin’ireo voasambotra fa isan’ireo nandray anjara tamin’ilay fanafihana. Mbola tratra teny amin’izy ireo aza moa ny basim-borona  telo sy ireo fanafody gasy fentin’ireo manao ny asa ratsiny. Natolotra ny fampanoavana ny herinandro teo izy ireo ka  ny fito tamin’ireo voasambotra ireo no nadoboka am-ponja vonjimaika miandry ny fotoam-pitsarana azy, raha nahazo fahafahana vonjimaika kosa ny naman’izy ireo iray.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Divertissement : Succès des télénovelas auprès des Malgaches

Aujourd’hui, force est de constater que le nombre de séries tv latino-américaines, coréennes ou philippines diffusées sur les chaînes de télévision malgaches ne cesse de monter en flèche. Depuis la fin des années 90, ces séries (Marimar, Luz Clarita ou Le Coupable) ont commencé à envahir les petits écrans y compris la chaîne nationale. Suivis par plusieurs foyers, les directeurs des télévisions se sont vite rendu compte du potentiel de ces nouveaux programmes TV à Madagascar. Ce qui pourrait expliquer le fait qu’elles sont toujours autant suivies vingt ans après. Mais qu’est ce qui explique l’engouement autour de ces séries tv étrangères ?

Accessibles. Le fond de l’histoire est pratiquement le même pour chacune de ces séries TV. « C’est toujours l’histoire d’un jeune homme ou d’une jeune femme issue d’une famille pauvre qui prend conscience qu’elle vient d’un milieu plus aisé après avoir croisé le chemin de son âme sœur » d’après une jeune fille qui ne regarde plus ce type de programme aujourd’hui. Il est vrai que pour la majorité de ces films, l’histoire tourne souvent autour d’un conflit de castes sociales. Et au niveau écriture et script, c’est souvent très accessible et explicite pour le grand public selon l’avis de quelques téléspectateurs. « Toutefois, les textes très simples figurent parmi les raisons qui expliquent le succès de ces séries car un plus grand nombre sont aptes à comprendre l’histoire » a supposé Fanorotiana, adepte de ces séries et accros à la télévision.

Proximité culturelle ou intellectuelle. On peut aussi se demander s’il n’y a pas une sorte de proximité culturelle ou intellectuelle qui fait que ces séries fonctionnent si bien à Madagascar. En effet, une couche de la population peut s’identifier et connaître la vie ailleurs à travers ces séries selon l’expert en culture que nous avons interrogé. « Ces films touchent plus les ménages modestes que d’autres » a-t-il dit en ajoutant que le romantisme et l’injustice sociale dans ces films font que beaucoup peuvent s’identifier à travers.

En tout cas, ce qui est certain, c’est qu’une partie des Malgaches apprécient ces séries TV dites Télénovelas, et les télévisions le savent pour en proposer davantage sur leurs chaînes respectives.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Forum National des Entrepreneurs : 600 entrepreneurs attendus à Antaninarenina les 15 et 16 novembre

De plus en plus de jeunes se lancent dans l’entrepreneuriat à Madagascar.

Une plateforme est mise en place par le MED et la JCI Madagascar, pour les jeunes entrepreneurs et les porteurs de projets productifs.

 Echanges et concertations sur le développement de la culture entrepreneuriale malgache, tels sont les objectifs du Forum National des Entrepreneurs, qui se tiendra les 15 et 16 novembre prochains, dans la salle de conférence de l’hôtel Le Pavé Antaninarenina. Selon les organisateurs, ces discussions tournent autour  du développement de la culture entrepreneuriale, dans l’optique des objectifs relatifs au développement durable. « Un grand nombre d’entrepreneurs, soit environ 300 par jour, seront présents à l’événement. Notre vision est de promouvoir et vulgariser la culture entrepreneuriale à travers des objectifs bien précis, comme le thème de l’événement l’indique : Entrepreneurs Malagasy au service du Développement Durable », ont-ils indiqué.

Club d’entrepreneurs. A noter que le Forum est organisé par le MED (Madagascar Entreprises Développement), en partenariat avec la Jeune Chambre Internationale (JCI) Madagascar. Selon les explications, le MED est une structure d’appui et d’accompagnement destinée aux TPE (Très petites entreprises) et aux Porteurs de projet malgaches. De ce fait, le Club des Entrepreneurs de MED, a pour objectifs de proposer une plateforme pour répondre aux besoins des entrepreneurs adhérents et pour les aider à développer leurs compétences et leurs entreprises. « A travers le club, un véritable réseau entrepreneurial est formé, où, un partage des expériences et de conseils entre les différents entrepreneurs fait office de mot d’ordre », soutiennent ses membres. Pour sa part, la JCI, qui est un réseau mondial de jeunes actifs, cherche à offrir des opportunités de développement pour les jeunes, en leur donnant la capacité de créer des changements positifs.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Secteur des finances : Madagascar à la traîne, en termes de digitalisation

11 banques sont répertoriées à Madagascar. Tout comme la plupart des autres pays de l’Afrique Subsaharienne, chacun de tous ces établissements disposent d’un site internet. 81,8% d’entre eux offrent un accès à un compte en ligne et seulement 45,5% proposent des notifications SMS. Ce dernier indicateur est faible, comparé à ceux de la Côte d’Ivoire, du Cameroun et du Gabon à 100%, du Sénégal à 92%, du Mali à 92,9% ou de la Mauritanie à 83,3%. Au niveau des applications de mobile-banking téléchargeables, la Grande-île est moins performante, car seulement 4 sur les 11 banques disposent du système. Par ailleurs, Madagascar figure parmi les rares pays d’Afrique Subsaharienne, où l’ouverture de compte en ligne est impossible. Au niveau des assurances, la situation est pire. Le pays ne dispose que de 5 compagnies d’assurances, dont 20% seulement disposent d’application mobile-insurance téléchargeable. Aucune compagnie ne dispose d’un espace client en ligne et bien évidement, la souscription en ligne reste encore impossible.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Filière crabe : Les exploitants malgaches avant tout

Sur le marché d’Isotry, le kilo de crabe s’achète entre 7.000 ariary et 8.000 ariary. Une petite affaire pour les petits commerçants qui arrivent à en écouler pas moins de 50 kg par jour. Plus loin, dans le Sud, dans le district de Morombe, la situation n’est pas très reluisante, puisque non seulement la capture est relativement limitée mais de surcroît les prix pratiqués ne sont pas satisfaisants par rapport à la dureté de la besogne que réalisent les pêcheurs. A savoir de 2.500 ariary à 3.000 ariary auprès des pêcheurs. « On ne s’en sort vraiment pas parce que nos revenus ne couvrent même pas nos besoins essentiels » comme en témoigne Jacques, un des 300 pêcheurs de crabe qui opèrent dans le district de Morombe à Toliara. Et leur situation est d’autant plus difficile dans la mesure où la limitation des captures à 11 cm réduit leur marge de manœuvre. « On arrive à peine à capturer 5 kg de crabe par jour » ajoute Jacques. Ce qui ne l’empêche nullement d’entrevoir un avenir meilleur en évoquant ses relations avec les exportateurs malgaches de crabe. « On a un bon potentiel car il nous aide dans notre travail de pêcheurs de crabes » ajoute-t-il. Une manière en somme de dire que le pouvoir public devrait laisser plus de chance aux exportateurs malgaches à opérer dans cette filière, actuellement dominée par les Chinois. En tout cas, tout le monde a encore sa place dans cette filière prometteuse, avec notamment une augmentation de 50% de la production entre 2012 et 2017. Un boom qui doit avant tout profiter aux exploitants locaux.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Antohomadinika : Mpanendaka tsy ampy taona, tra-tehaky ny fokonolona

Tovolahy kely iray no voasambotry ny fokonolona teny amin’ny fiantsonan’ny « taxi-brousse » eny Antohomadinika. Tra-tehaky ny rehetra teo am-pisintonana finday an’ ankizy mpianatra tao anaty « bus scolaire » mantsy ity tovolahy ity, ny faran’ny herinandro teo. Raha ny fantatra, dia tavela tao anaty fitohanana io fiara nitondra mpianatra io ary tamin’izay no nohararaotin’ity tontakely nalaina ilay zavatr’olona. Nisy nahatsikaritra ny zava-nisy, hoy ny vaovao azo avy amin’ny pôlisy ka avy hatrany dia nifanenjehan’ny olona ilay mpanao sinto-mahery. Tsy lasa lavitra moa dia tratra ihany ingahirainy, ary nentina avy hatrany tany amin’ny biraon’ny pôlisy teo Antaniavo. Efa mampikolay ny maro tokoa raha iny faritra Antohomadinika sy ny manodidina  iny amin’ny resaka sinto-mahery sy fanendahana. Mirotsaka manao ity asa ratsy ity avokoa mantsy, tsy kely, tsy lehibe, tsy lehilahy, tsy vehivavy. Izy ireo ihany koa tsy mifidy hasiana intsony, na antitra na tanora na mpianatra na mpiasa. Marihana, fa vao 16 taona ilay zalahy tratra nanendaka mpianatra io.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Evènement : Et de sept pour « November Rock »

L’évènement « November Rock » se tiendra dimanche au Cfm Anosy le 17 novembre, les portes s’ouvriront dès 10 h. Un mini festival pour les « metalheads » de la Capitale.

« Nous sommes maintenant à la septième édition du ‘November Rock’, annonce Rheg, artiste et promoteur de musique métal. Cette année, l’évènement aura lieu dimanche au Cfm Anosy à partir de 14 h. Il ne s’agit pas d’un concert à part entière, ce sera plutôt une fête du heavy métal. « C’est pour les inconditionnels de Rheg, mais surtout pour les amateurs du heavy métal », ajoute le chanteur. Dès lors, des jeunes pourront monter sur scène. Trois groupes, jusqu’à maintenant, vont participer en tant que découvertes. L’un d’eux vient d’Anjeva.

La messe du rock débutera donc à 10 h. « On débutera par une séance de merchandising. Tous les groupes de rock qui se respectent doivent avoir des produits destinés pour l’événement : teeshirts, goodies,… », a fait savoir Rheg. Avant midi, il y aura également du talk-show. Pour ce faire, le groupe va aller à la rencontre du public, partager un verre, discuter, écouter les critiques… Bref, un moment de partage. Avant le début des hostilités à 14 h, le public pourra également visiter les loges, faire des selfies, « checker » les matériels… Ce qui va au-delà de la simple prestation. « November Rock » veut vraiment apporter une image accessible et ouverte du metal.

Mission réussie apparemment, étant donné que plusieurs jeunes loups de ce genre musical ont pu s’essayer sur une vraie scène grâce à ce rassemblement. Cependant, les aînés ont aussi le privilège de se remettre en selle comme les Lôkômôtiva, référence du metal malgache. La première partie des prestations musicales débutera à 14 h. « Nous allons commencer par notre premier album, sorti en 2000. Etonnamment, nos inconditionnels nous réclament toujours cet opus avant les trois autres », met en avant Rheg. L’ambiance folk rock sera au menu avec des chansons tirées du thrash metal pour sillonner des sensations acoustiques.

Cette édition du November Rock annonce également les 20 années de scène du groupe Rheg. La deuxième partie sera dénommée « No slow », rien qu’à cette dénomination on imagine déjà le déroulement. « Nous jouerons vingt-cinq chansons d’affilée, sans aucune ²pause. Ce sera très dur. Nous serons cinq musiciens sur scène », met en évidence Rheg. Il faut avouer que rares sont les initiatives de cette trempe dans le milieu de la musique malgache, surtout du métal. De plus, les organisateurs font de l’autoproduction. En remettant à flots le rock malgache, Rheg et son équipe veulent aussi apporter une image professionnelle de cette musique.

Rendez-vous donc le 17 novembre pour une journée de folie. Sans oublier le nectar préparé spécialement pour l’occasion. « Ce breuvage fait partie de notre signature », annonce fièrement Rheg.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Exécution budgétaire 2018 : Quitus pour la Questure du Sénat

Les sénateurs ont donné hier leur quitus au Questeur I du Sénat Abdirassoul Mourad pour la bonne gestion du budget 2019 de l’Institution. En 2018, un budget de 27 milliards d’ariary a été alloué à la Chambre Haute. La réalisation budgétaire a atteint le taux de 90%. « Nous avons toujours essayé d’adopter la bonne gouvernance et la transparence dans la gestion budgétaire du Sénat. La réalisation budgétaire 2018 n’a pas atteint le taux de 100% pour des raisons qui ne dépendaient pas de notre volonté dont entre autres le taux de régulation fixé par le ministère en charge des Finances. », a expliqué le Questeur I du Sénat Abdirassoul Mourad.

Trois années successives. Dans son discours, le président du Sénat Rivo Rakotovao a salué le rapport financier présenté par la Questure de l’Institution. « La transparence est toujours de mise. », a-t-il déclaré. Il a souligné que le taux d’exécution budgétaire peut être amélioré. A rappeler que la Questure I a toujours obtenu son quitus de gestion ces trois dernières années. L’article 19 du règlement intérieur du Sénat prévoit que le responsable doit présenter devant les sénateurs son rapport financier sur l’exécution budgétaire de l’année écoulée. Ce qui a été fait hier au Palais de Verre d’Anosikely.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Foire des chrétiens : Un grand rassemblement au Palais des Sports

Conférence de presse sur la foire des chrétiens à Andavamamba. (Crédit photo : Princy)

Une conférence de presse s’est tenue hier au Live Hôtel Andavamamba pour annoncer la foire des chrétiens qui aura lieu au Palais des Sports de Mahamasina du 22 au 24 novembre prochain. « Cette foire va permettre de mettre en lumière tous les entrepreneurs chrétiens à Madagascar mais également l’occasion d’unir tous les croyants. Et cela n’est que la quatrième partie du programme dédié au Christ » a expliqué le pasteur Romille. Pour l’ensemble du programme que ces religieux consacrent au Christ, il y aura un concert avec Joseph D’Af et quelques groupes mais aussi un déjeuner pour tous selon les explications du pasteur.

Rassembler. Si ces religieux ont décidé d’organiser cette foire, c’est parce qu’ils souhaitent rassembler tous les chrétiens présents à Madagascar à travers cet événement. « Nous invitons tous les chrétiens, toutes les églises et tout le peuple malgache à venir assister à cette foire », voilà en gros le message du pasteur lors de notre entretien.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ankirihiry Toamasina : Kioska « mobile money » notafihana telo lahy nitondra basy

Misesisesy indray tato ho ato ny fanafihana mitam-piadiana amin’ireny kioska manao fanakalozam-bola ireny eto Toamasina. Taoriana ny famoriana nataon’ny prefen’i Toamasina Benandrasana Cyrille ireo filoham-pokontany, ny sabotsy teo mikasika indrindra ity tsy  filaminam-bahoaka ity, sy taorian’ny tranga na fanafihana tao kioska “mobil money” tao Ambalakasoa, ny alatsinainy tolakandro izay tsy nahazoana na inona na inona, dia nitrangana fanafihana hafa indray ity kioska manao “mobil money” iray tao Ankirihiry omaly maraina misandratr’andro. Vola 100.000 ariary no nalain’ireo jiolahy  telo nitondra basy PA vita gasy sy nitondra moto scooter roa. Tsy nisy aloha ny voasambotra tamin’izy telo lahy ireto, fa heverin’ny polisy sy ny mpanara-baovao fa misy ifandraisany tamin’ireo andian-jiolahy tao Ambalakisoa tsy nahazo na inona na inona ny alatsinainy ihany izy ireto. Ankilan’izany, dia mahazo vahana ihany koa ny vaky trano samihafa amin’izao ka ireo mpangalatra amin’izany dia mikendry ireo trano tsy maintsy hahazoany “écran plat” sy hahazoany firavaka samy hafa ary fantany fa misy vola an-trano. Ireo fokontany manodidina ny tampon-tananan’i Toamasina no tena lasibatra amin’izany vaky trano izany, satria tsy maintsy taratara hatrany mantsy ny mpitandro filaminana vao tonga any amin’ireo ka efa lasa mandositra ireo jiolahy. Ankoatra izany, dia ny resaka fisolokiana ihany koa dia mahazo vahana amin’izao fotoana izao eto Toamasina. Ao anatin’ny taom-panondranana lavanilina mantsy ny eto amintsika izao, eo koa ny fotoam-pihotazana lodsia, ary ny fotoana fiakaran’ny jirofo. Araka ny vaovao marim-pototra voaray, dia zandary roa lahy saika hanao kolikoly sy hanao fisolokiana mpandraharaha jirofo iray no saika matin’ny fitsaram-bahoaka raha tsy navotan’ny FIP noho ny antso voarain’ny FIP. Tsy miaro andian-jiolahy ny zandary fa rehefa vandana dia kary aminy ka tsy afaka hiaro izany ny zandary raha misy ny fitoriana mandeha.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Concert : Manankasy continue son périple musical

Le Groupe Manakasy mélange le slam et la musique traditionnelle Betsimisaraka.

Le groupe Manankasy livrera un concert à Tuléar au Vakok’ Art le 15 novembre et à l’Alliance française d’Ambositra le 18 novembre.

Manankasy est un groupe sorti d’un événement culturel dénommé ” Regards croisés sur Tamatave “, q un projet du lycée français et de l’Alliance française de Toamasina. Après la première représentation du spectacle, l’Alliance française de Toamasina y a cru et soutenu le collectif en tant que producteur de Manankasy. Composé  de cinq personnes dont un slameur- animateur Geraldo Vondro une slameuse- danseuse Makwa Joma , un chanteur et percussionniste Fabrice Mora et un choriste Willy Randriamanalina, ainsi qu’un guitariste- chanteur Noudou Ghyslain, le groupe a su mélanger le slam, la musique et la danse.

Créé en mars 2018, Manankasy est un collectif réunissant des jeunes passionnés de slam et de la musique orientale de la Grande Ile. Manankasy signifie « ce qui est sacré ». Après plusieurs spectacles qu’ils ont effectués à l’Alliance française de Toamasina, ils ont également participé à la grande scène de la fête de la Musique 2018 à Toamasina ensuite, en 2019 à Sambava. Depuis sa création, Makwa Joma et ses compères effectuent des  périples musicaux. D’Antsirabe à Diégo-Suarez, le groupe Manankasy fait découvrir au public son originalité, dont la fusion de la musique traditionnelle et le style moderne. Les membres du groupe sont loin d’être « bling bling »… Seuls leur esprit et leur foi leur permettent d’avancer. La modestie est toujours le mot préféré  du groupe Manankasy.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Mirongatra ny vaky trano

Sesilany indray ny vaky trano eny amin’ireo fokontany maromaro eto Maevatanàna an-tapon-tanàna. Tokantrano maro no lasibatra, hatramin’ny fiandohan’ny volana Oktobra sy ny volana Novambra no ho mankaty. Ankoatra ny fitaovan-dakozia sy ny vorona isan-karazany dia alain’ireo mpangalatra ny fahitalavitra sy ireo fitaovan-tokantrano lafo vidy, toy ny solosaina. Tsy re tsaika ireo mpangalatra raha ny voalazan’ireo niharam-boina fa ny trano efa voaroba sy ireo entana banga amin’ny maraina vao samy mikoropaka ny rehetra. Raha ny tao Ambodimadiro izao dia kojakoja an-dakozia samihafa kosa no nasesin’ireo olon-dratsy.Ny fokontany Ambodimadiro dia andrenesana tranga vaky trano sy hala-botry matetika. Manao antso avo amin’ny tompon’andraikitra mahefa ambony sy ny mpitandro ny filaminana mba hijery akaiky ny resaka vaky trano izay mateti-pitranga eto Maevatanàna ny mponina.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Tsaralalàna : Des coups de feu en plein jour pour capturer un bandit

Depuis Analakely jusqu’à Tsaralalàna, des coups de feu ont semé la panique, hier vers 15 heures. Des policiers de la 4e section de la brigade criminelle de la Police nationale à Anosy ont dû tirer en l’air pour capturer un bandit dans la localité. Selon les informations, l’individu fait partie de la bande recherchée par la police à Andoharanofotsy lundi. Une traque qui s’est soldée par la mort de l’un des fugitifs. Il est tombé lors d’un échange de tirs entre les deux parties. Continuant la poursuite des autres bandits qui ont pu s’échapper, la brigade criminelle à Anosy a reçu un renseignement annonçant la présence de cet individu à Analakely, près de la Pharmacie de l’Océan Indien. Des policiers sont alors descendus sur les lieux. A leur arrivée, le fugitif a pris la fuite en direction d’Ambatomena en passant  devant le magasin Aigle d’or. Ainsi, la course-poursuite a été engagée. Les hommes de loi n’ont pas cessé de tirer en l’air pour sommer le fugitif à s’arrêter. Après avoir parcouru la rue d’Ambatomena, il a été appréhendé près de l’Hôpital des enfants à Tsaralalàna. Heureusement, aucun blessé ni perte de vie humaine n’est à déplorer. Ce jour, les responsables auprès de la Brigade criminelle vont rencontrer la presse pour apporter plus de précisions sur cette opération qui entre dans le cadre de la lutte contre les actes de grand banditisme menée par les forces de l’ordre à l’heure actuelle.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ampahitrosy Atsimondrano

Un blessé et une somme de 8.000.000 ariary dérobée. Tels sont les préjudices lors d’un braquage d’un camion livreur de boissons alcoolisées, survenu dans la commune rurale d’Ampahitrosy, district d’Antananarivo-Atsimondrano, lundi dernier. L’acte a été commis vers 16 heures. Le véhicule passait dans le fokontany d’Ankaditapaka quand deux motos montées chacune par deux individus à visage découvert et munis de matraques et d’armes blanches l’ont intercepté en plein route. Sitôt, ils s’en sont pris au chauffeur pour réclamer de l’argent. Ce dernier aurait tenté de riposter mais il a fini par se soumettre après avoir reçu des coups de matraque assénés par ses agresseurs. Ainsi, les malfaiteurs sont allés jusqu’à fouiller son véhicule avant de prendre la fuite. Alertés de cette attaque, quatre gendarmes de la localité se sont rendus sur les lieux. La course- poursuite a été engagée et l’un des malfaiteurs a été surpris à bord d’une moto. Les trois autres ont pu s’échapper. Vu les circonstances de ce braquage, les malfaiteurs auraient été bien renseignés sur le mouvement et l’emploi du temps de ce camion. La brigade de Fenoarivo se charge de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Football – CAN 2021 : Les Barea au grand complet ce jour

Les huit retardataires rejoignent leurs camarades ce jour à l’entraînement de l’équipe.

C’est parti. Les joueurs des Barea pas au grand complet ont débuté leur séance d’entraînement officiel, hier, en fin d’après-midi au Stade de Mahamasina. Une première sortie des hommes de Nicolas Dupuis très attendue où des milliers de supporteurs sont venus en masse pour voir de près leurs héros. Les Barea qui affronteront samedi à domicile, les Ethiopiens et attaqueront les Nigériens à Niamey ce mardi 19 novembre dans le cadre des deux premières journées des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations en 2021 au Cameroun.

8 absents. Les joueurs de Fosa Juniors qui ont disputé leur match de ProLeague hier à Mahajanga étaient encore absents de la première séance d’hier, tout comme les quatre joueurs expatriés, Anicet Abel Andrianantenaina, Rayan Raveloson, Jéremy Morel et Njiva Rakotoharimalala. Prévus arrivés au pays hier matin, les expatriés n’ont débarqué que très tard dans la soirée. Ils sont accompagnés des membres du staff technique de l’équipe. L’entraînement d’hier était juste axé sur les fondamentaux, les passes de ballons sans entrer encore dans la phase tactique. Seuls les trois gardiens de but étaient au grand complet à savoir Melvin Adrien, Rajomazandry et Nina Razakanirina. Le trio s’est entraîné intensivement au grand bonheur du public de Mahamasina. Melvin Adrien idole de ces dames n’a pas hésité à saluer ses fans à la fin de l’entraînement et en se prêtant même à la séance de selfie. Blessé lors de la rencontre opposant son équipe Charleroi à les Malines au Championnat de Belgique, Marco Ilaimaharitra ne pourra pas jouer les deux matchs contre Ethiopie et Niger.

Garman. « C’était une décision personnelle. Il est temps que je parte et que les autres prennent le relais. Avec la CAN en Egypte tous les Malgaches étaient solidaires, je vous redemande de rester unis peu importe les divergences d’idées et d’opinions » a souligné, Faneva Ima Andriantsima, l’ex capitaine des Barea, face à la presse. Lui qui arborera pour la dernière fois le maillot de l’équipe nationale ce samedi face à l’Ethiopie. Franklin Randriamanarivo et Raux Auguste, coachs assistants étaient présents hier au côté de Nicolas Dupuis. Samedi contre Ethiopie, les Barea joueront avec le maillot de Garman, l’équipementier de la sélection à la Coupe d’Afrique des Nations en Egypte.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Manandriana : Ireo dahalo indray no niantso vonjy rehefa mitady ho resy tosika

Naharitra ora iray ny fifandonana teo amin’ireo zandary mpampandry tany sy ireo dahalo izay niafina tao amina tokantrano iray tany amin’iny kaominina Talata Vohimena, distrika Manandriana iny. Na dia nampiasa basy mahery vaika aza ireo olon-dratsy dia tsy nahaleo ireo zandary efa tsara hofana. Hany ka nony  hitan’izy ireo fa ho resy tosika izy ireo, dia niantso vonjy  tamin’ny alàlan’ny finday : « ry Maitsoanala, vonjeo izahay fa maty aty » hoy izy ireo.

Ny alatsinainy teo no nitrangan’io fifandonana io tao Soatàna, fokontany Sahamandresy. Raha ny filazan’ny avy eo anivon’ny zandarimarim-pirenena moa dia loharanom-baovao avy tamin’ny olona tsara sitrapo no nahafantaran’izy ireo, fa misy olon-dratsy miafina tao amin’io tokantrano io. Tsy niandry ela fa nidina ifotony avy hatrany ireo zandary avy ao amin’ny tobin-jana-paritra Talata Vohimena. « Vao tonga anefa ireo zandary, hoy ny vaovao dia tifitra variraka no nitsenan’ireo olon-dratsy azy ireo ». Voatery namaly tifitra ihany koa ireo mpitandro filaminana teo anatrehan’izany, ary io naharitra adim-pamantaran’andro iray io ny fifamaliana tifitra teo amin’ny roa tonta. Na izany aza anefa, dia tsy nisy ny naratra na ny aina nafoy. Azo sambo-belona rahateo ireo dahalo  dimy, niery tao amin’ilay trano, niaraka tamin’ireo basy mahery vaika « kalach » roa, izay tsy nisy afa-tsy bala iray avy  sisa nampiasain’izy ireo. Fantatra ihany koa, fa nisy omby efatra avy nangalarin’ireto olon-dratsy ireto azo teny am-pelan-tanany ; izay samy efa naverina tany amin’ny tompony. Nentina nofotorana avy hatrany moa ireto olon-dratsy ireto, hahafantarana ny nampaniraka azy ireo sy izay mety ho namany hafa. « Raha ny tetik’ady napetraka any amin’iny faritra iny, hoy ny avy eo anivon’ny zandary, dia matetika tsy afa-manohitra intsony ireo dahalo fa manomboka mitonon-tena mba tsy ho faty ». « Manomboka miseho avokoa ihany koa ny tsiambaratelon’izy ireo » hoy hatrany ny fanazavana. Izany fia toa midika  fa efa manomboka voafehy ihany ity asan-dahalo ity. Enga anie.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Théâtre : La « Tropy Jeannette » lance un concours

La « Tropy Jeannette » rassemble toutes les générations. (crédit photo : Tropy Jeannette)

La « Tropy Jeannette » qui fête cette année ses 90 ans de service sur les planches, organise un concours de chant théâtral des œuvres d’Andrianary Ratianarivo et de Rasamy Gitara dimanche à partir de 10 heures au Cemdlac Analakely. Les inscriptions ont été clôturées le 10 novembre. Cette compétition d’interprétation s’adresse au moins de 30 ans. Pour ce faire, deux catégories vont départager les concurrents et concurrentes. A savoir, les moins de 15 ans et ceux entre 15 et 30 ans. Avant tout, le concours s’adresse aux amateurs. « Les personnes qui font déjà partie d’un groupe ou font du cabaret ne pourront pas y participer », ont fait savoir les organisateurs.

Les participants et participantes peuvent ainsi faire des performances en solo, en duo ou en trio à condition que les chansons appartiennent à ces deux grands noms du théâtre malgache. Andrianary Ratianarivo (1895-1949) et Rasamy Gitara qui fêtait ses 50 années de théâtre en 1964 ont permis au théâtre malgache d’avoir une identité musicale propre. Leurs œuvres sont à inscrire dans le patrimoine artistique malgache. Ce concours de chants fait partie des nombreuses activités de la « Tropy Jeannette » pour la commémoration de ses 90 années de théâtre. Et selon les premières informations, cette compétition de chants a attiré de nombreux jeunes.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Football – Pro League : Fosa Juniors frappe fort d’entrée

Fosa Juniors FC se relance dans la Pro League de football, après son élimination précoce de la Coupe de la Confédération Africaine. En effet, les Majungais ont confirmé leur forme, hier, au stade Rabemananjara lors de troisième journée de la compétition. Ils ont facilement battu le 3FB sur un score sans appel de 3 buts à zéro. Jean Yves a ouvert le score à la 17e minute. Après une passe décisive de ses coéquipiers, Dahery a marqué le second but à la 29e minute. La première mi-temps était marquée par la domination de l’équipe championne de Boeny. Au retour des vestiaires, la troupe à Baggio continue à gagner du terrain en profitant des failles de la formation d’Atsimo Andrefana. Après quelques minutes de jeu, Jean Yves a mis K.O. définitivement l’équipe de Tuléar. Il a doublé la mise à la 66e minute. A la dernière minute du match, Fosa Juniors avait encore eu une belle occasion qui n’a pas été saisie, dès lors les joueurs du 3FB se sont retranchés pour bétonner leur défense. Malgré la faute grave commise par Gildas, qui lui a valu un carton rouge, Fabrice est parvenu à garder sa cage inviolée. Après cette troisième journée, il n’y a pas eu de grand changement sur le classement général. La CNaPS Sport caracole toujours en tête avec 9 points, suivi de près par As Adema et Cosfa. Fosa Juniors se trouve à la 7e place avec trois points. Ses joueurs, en l’occurrence Baggio, Jean Yves et Théodin devraient être à Mahamasina ce jour pour le regroupement avec les Barea.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Artisanat malgache : Vers la vulgarisation de la carte professionnelle numérique

La carte professionnelle des artisans malgaches est en passe de devenir une carte numérique. C’est ce qu’on a avancé lors d’une réunion organisée à Antsirabe le 8 novembre dernier. Une initiative menée par le ministère en charge du commerce, de l’industrie et de l’artisanat dans le cadre de la professionnalisation de l’artisanat à Madagascar d’après les explications d’un responsable auprès du ministère de tutelle. Ce dernier de renchérir « le ministère s’active actuellement à récolter toutes les informations correspondant aux artisans malgaches dans le but de la mise en œuvre de l’initiative. Des missions sont menées dans les provinces afin d’avoir le maximum d’informations mais surtout pour les identifier et les répertorier ». Le responsable toutefois de noter « la professionnalisation de l’artisanat n’a pas encore été lancée mais le ministère prépare déjà les artisans au changement relatif à la carte numérique. Ce qui devrait bientôt être effective ». Avant d’interpeller les artisans malgaches à « adhérer à l’initiative du ministère de tutelle ». « Il est important de préciser que plus le ministère dispose d’informations permettant d’identifier les artisans, plus l’efficacité du processus de professionnalisation de la filière sera garantie ».

Positifs. La réunion organisée à Antsirabe le vendredi 8 novembre dernier était donc l’opportunité pour les responsables auprès du ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat de présenter les avantages de la carte numérique. Entre autres, la reconnaissance et la professionnalisation des artisans, la facilitation pour les artisans de participer à des foires, toutes sortes d’appui telles que la possibilité pour les artisans de bénéficier de formation. Actuellement en cours, la professionnalisation de l’artisanat devrait avoir comme première conséquence, la hausse du nombre d’artisans répertoriés qui est actuellement autour de 4.000.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Ambassade de France : 20 projets de la société civile financés par PISCCA

Une remise des diplômes attestant le lancement du projet de ces lauréats. (Photo : Nary Ravonjy)

Suite à un appel à projet lancé par l’ambassade de France à Madagascar, 142 dossiers ont été reçus pour une demande de financement des projets via le Fonds d’appui à la société civile dit « Projets Innovants des sociétés Civiles et Coalition d’Acteurs » ou PISCCA. Parmi lesquels, 20 projets des organisations de la société civile ont été sélectionnés pour être bénéficiaires de ce Fonds ayant un budget global de 400 .000 euros sur une période de 2018-2020. « Ce Fonds PISCCA permet de soutenir les projets des organisations de la société civile visant à lutter contre la pauvreté, à renforcer l’accès aux droits fondamentaux des populations vulnérables ainsi qu’à améliorer la gouvernance démocratique à l’échelle locale », a expliqué hier Frédéric Joureau, le Premier conseiller de l’Ambassade de France à Madagascar, lors de la remise des diplômes attestant le lancement des projets des 20 associations de la société civile lauréates hier à l’IFM. Leurs projets touchent entre autres, l’insertion socio-économique, la gouvernance, l’environnement, l’éducation et la formation professionnelle et le secteur agricole ainsi que le tourisme durable et les droits humains. Ils interviennent dans plus de dix régions de Madagascar. Notons que les associations, les ONG, le réseau d’acteurs et les coopératives peuvent bénéficier de ce financement PISCCA.

Navalona R.