Les actualités Malgaches du Lundi 13 Novembre 2017

Modifier la date
News Mada1079 partages

Fiainam-piangonana : mangataka hiditra ho mpikamban’ny FFKM ny FPVM

« Tany Soisa izahay, izao ny tenin’ny tany: tsy mahazo miasa irery ianareo, fa tsy maintsy mba miara-miasa amin’ny  finoana hafa. Efa misy eto Madagasikara ny FFKM, azo hidirana… Na hanao fiangonana tsy miankina ianareo, na mitambatra amin’ny fiangonana hafa. Izay no mahatonga anay manao hoe: tian’ny FFKM ny hiara-miasa aminay, vonona izahay raha miantso anay izy. »

Izay ny nambaran’ny filoha mpanorina ny Fiangonana protestanta vaovao eto Madagasikara (FPVM), ny pasitera Randrianatoandro Jean-Joseph, tamin’ny fitokanana ny fahavitan’ny trano fiangonana eny Antaninanandrano Ampandrana, afakomaly, taorian’ny fanompoam-pivavahana lehibe izay ao anatin’ny fankalazana ny faha-15 taona niorenan’ny fiangonana rahateo. Tonga nanome voninahitra izany ny solontenam-panjakana: Praminisitra, minisitra, loholona…

Misy rihana efatra ny fiangonana, ary telo miliara Ar no nenti-nanana azy. Mahatratra iray tapitrisa mahery ny mpino amin’izany amina fiangonana miisa 600 mahery.

Mbola hodinihina ny fangatahana

« Mangataka ry zareo mba ho tafiditra ho amin’ny satan’ny fiangonana eto Madagasikara, fa mbola ao anatin’ny  fikambanam-pivavahana ny FPVM amin’izao fotoana izao. Fangatahana izay, fa mbola lavitra ny lalana », hoy ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier, nisolo tena ny filohan’ny Repoblika. Mbola hodinihina amim-pahendrena ny zava-drehetra ny amin’izany. Tsy maintsy jerena ny hoe: ahoana ny mason-tsivana hahazoana manao azy? Fito ihany ny fiangonana amin’izao fotoana izao, fa mbola fikambanam-pivavahana avokoa ny ankoatra izay.

Tsiahivina fa nakaton’ny fanjakana, tamin’ny fitondran-dRavalomanana, oktobra 2005, ny FPVM, ary nosokafan’ny fitondrana Tetezamita, notarihin-dRajoelina, taona 2009.     Nanolotra vola 20 tapitrisa Ar hanaovana dabilio ho an’ny FPVM ny filoham-pirenena nosoloin’ny Praiminisitra tena. Nambarany fa adidin’ny kristianina ny mivoy ny fampihavanana, izay imasoan’ny fanjakana malagasy amin’izao fotoana izao.

« Ny fitoriana ny Filazantsara no zava-dehibe aminay, fa tsy ny fikambanana », hoy ny filoha mpanorina ny FPVM.

R. Nd.

L'express de Madagascar365 partages

Gouvernance – La Jirama reste une entreprise d’État

Le plan d’affaires de la Jirama ne prévoit aucune privatisation de la société. La direction générale rassure ses employés.

Catégorique. Les dirigeants actuels de la Jirama écartent l’idée d’une privatisation de la société. Des syndicalistes de la société véhiculent actuellement cette idée pour rameuter ses troupes à préparer une grève.« La Jirama n’est pas à privatiser », a affirmé Olivier Jaomiary, directeur général de la compagnie nationale de distribution d’eau et d’électricité, joint au téléphone. Bien que la situation financière de la société reste très délicate, elle demeure, toutefois, une société d’État à part entière. Le redressement de la société se poursuit pour qu’elle puisse bénéficier d’une trésorerie saine.La société dispose d’un plan d’affaires bien clair et validé par le conseil d’administration, au mois de juin. Le document devrait permettre à la Jirama de sortir la tête hors de l’eau. Il prévoit un équilibre opérationnel en 2020 et un soutien sans faille des bailleurs de fonds traditionnels.« Nous avons intérêt à accélérer ce redressement. Le plan d’affaires convenu avec les bailleurs prévoit la sortie de la dépendance aux subventions étatiques après 2020 », explique le DG de la Jirama.

CompétitifCe business plan permet à la Jirama de rester dans l’arène devant la concurrence qui pointe déjà son nez avec l’adoption du code d’électricité. Le fait d’être une société d’État ne devrait pas disqualifier la Jirama dans cette course. À en croire la déclaration d’Olivier Jaomiary, son équipe reste très sereine. Il s’est étonné des attitudes de certains syndicalistes.« La nouvelle loi sur l’éner­gie libéralise la production, le transport et la distribution de l’électricité et les moins performants risquent de disparaître. La Jirama a un avantage certain avec ses réseaux, déjà en place. Nous devons profiter de notre avantage compétitif pour avancer avec nos moyens et les supports de l’État et des bail­leurs », tient-il à rassurer.Celui-ci mise plutôt sur l’éradication des maux qui gangrènent cette société d’État depuis la nuit des temps. La traque de vol d’électricité et différentes formes de fraudes sont menées actuellement. Ces pratiques pénalisent le bon fonctionnement de la société énergétique. Elles engendrent un préjudice s’élevant jusqu’à des milliards d’ariary. Des employés assermentés participent activement à cette opération. Depuis le début de l’opération, plusieurs cas de branchements illicites ont été mis à nu. Les affaires ont été portées devant la Justice. Les complices en interne n’ont plus leur place au sein de la société.« Le licenciement d’un employé représente une perte de ressource pour la société. On ne devrait pas licencier un employé. C’est malheureusement le cas lorsque nous découvrons des détournements et des fraudes comme des détournements de recettes, de partage des avantages de la Jirama aux voisins, faux et usages de faux, branchement sans compteur, ou encore d’implication dans des actes criminels contre la société, de trafic de compteurs », a souligné Olivier Jaomiary.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar217 partages

Écotourisme – Le parc national d’Andringitra en feu

Les feux ont touché le parc national d’Andringitra. Des touristes ont été évacués.

Les parcs nationaux deviennent des cibles trop fréquents d’incendie. Les feux se sont à peine éteints à Isalo, qu’ils ont touché Andringitra. Des feux ont jailli à l’ouest du parc, mercredi, et l’ont atteint, selon le rapport d’un guide sur place. L’évacuation des touristes a été incontournable, vendredi. « Pour des raisons de sécurité et de précaution, nous avons demandé à une vingtaine de touristes de sortir du parc », a rapporté le Dr Mamy Rakotoarijaona, directeur des opérations au sein de Madagascar national park (MNP), qui gère les parcs nationaux de l’Ile.Selon ce guide, les feux étaient incontrôlables dans la nuit du vendredi au samedi. Une partie de la forêt a brûlé sous les flammes. Il raconte, en outre, que quelques équipements des guides, à savoir, des tentes, des téléphones et bien d’autres ont été partis en fumée.Le bilan de la surface incendiée n’est pas encore connu. Mais le MNP rassure que les feux n’ont pas atteint les sites de conservation.« Il n’y avait pas d’habitat d’animaux protégés incendiés », rajoute la source.

MaîtrisésLes flammes ont été vite maîtrisées. On annonçait la maîtrise des feux, samedi. Mais les agents du parc ont continué à surveiller les cendres, dans la nuit du samedi. Cent cinquante personnes, dont des agents du parc et la communauté habitant autour du parc, ont participé à l’extinction de la fournaise. Comme les zones éco-touristiques étaient restées intactes, la fermeture du parc ne serait pas nécessaire, contrairement au cas d’Isalo, où les feux ont frôlé quelques circuits, comme la piscine naturelle, le circuit Namaza.La cause comme l’auteur des feux n’ont pas encore été identifiés à Andringitra. Des bruits courent, toutefois, sur le mécontentement de certaines personnes à propos de l’opération des éléments des forces de l’ordre sur place, après l’attaque sur des touristes qui y a eu lieu, il y a quelques temps. Ce qui aurait pu les amener à commettre cet acte. Cette hypothèse est à vérifier. Une plainte contre X sera déposée, afin de pouvoir poursuivre les malfaiteurs.Depuis septembre, Isalo a été incendié deux fois de suite. Andringitra vient d’être touché, également. Des mesures drastiques devraient être opérées face à cet incendie trop fréquent au cœur des parcs nationaux, pour ne pas compromettre l’éco-tourisme.

Réouverture de l’Isalo

L’office national du tourisme informe la réouverture du circuit Namaza, à partir de cette semaine. Les autres activités du parc se poursuivront également, comme la visite du Canyon Maki, du Canyon des rats, Anjofo, Antsifotse. La piscine naturelle sera encore fermée, pour des raisons de sécurité. 1 500 hectares de la surface du parc ont péri sous les feux initiés par des dahalo, du 6 au 9 novembre.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar142 partages

Antananarivo – Un temple grandiose dans la ville

Un temple de quatre étages est érigé dans les quartiers d’Antaninanandrano à Ampandrana.

Un temple de quatre étages est érigé dans les quartiers d’Antaninanandrano à Ampandrana. C’est l’un des plus grands temples de Madagascar, avec sa capacité d’accueil d’un peu moins de vingt mille personnes et ses quarante bureaux. Il s’agit de la bâtisse du Fiangonana protestanta vaovaon’ny Madagasikara (FPVM), une association cultuelle qui a vu le jour en 2002, suite à la séparation du pasteur Jean Joseph Randrianantoandro, président fondateur, avec l’Église Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara (FJKM).L’inauguration de la bâtisse s’est tenue, samedi, dans le cadre de la célébration du 15e anniversaire de l’association et en présence des représentants de l’État. « Nous sommes présents ici pour vous montrer la conviction de l’État à travailler avec vous. Le président de la République Hery Rajaonari­mampianina aurait aimé être ici mais a été retenu par d’autres fonctions. Il vous a offert 20 millions d’ariary pour vous aider dans l’équipement en bancs », a annoncé le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana pendant son discours.

Actions socialesEn 2005, la FPVM a été fermée et a été réouverte, 4 ans plus tard. Trois milliards ariary ont été nécessaires pour la construction de ce temple Taninanandrano.La FPVM regroupe, actuellement, un million d’adhérents répartis dans six cent quatre-vingt temples dans tout Madagascar et près d’une dizaine à l’étranger, dont en France. La FPVM intervient également dans les actions sociales. Elle dispose déjà de quatre écoles et un centre de prise en charge des enfants démunis. Elle dispense, par ailleurs, des formations agricoles aux paysans dans la région de la Haute Matsiatra. Elle envisage d’élargir ses activités sociales, en créant des centres de santé, et des dispensaires et d’autres écoles. La FPVM souhaite intégrer le Fiombonan’ny fiangonana Kristiana eto Madagasikara (FFKM).

Miangaly Ralitera

Madagascar Tribune139 partages

Incluses dans la Zone Economique Exclusive de Madagascar

Le dernier conseil des ministres du 08 novembre inclut les îles éparses dans la Zone Economique Exclusive (ZEE) de Madagascar. En terme administratif, il a été communiqué entre autres une « communication verbale relative à l’initiative du Comité National de Délimitation de l’Espace Maritime (CNDEM) d’enclencher le processus de délimitation des limites extérieures de la Zone Economique Exclusive de Madagascar, en ce qui concerne les zones non sujettes à des conflits interétatiques ».

Pour les tenants du pouvoir de la Grande ile, ces zones ne sont pas sujettes à des conflits interétatiques car les Nations unies ont déjà donné raison à Madagascar sur ce sujet. Mais dans la réalité, la France les détient par la force, les occupe, fait des recherches et exploration dedans, malmène les pêcheurs malgaches qui opèrent à côté, et les a inclus aussi dans leur « Terres australes et antarctiques françaises ». L’ambassadeur de la France à Madagascar Vouland-Aneni a déjà déclaré que les îles éparses appartiennent à la France.

Les nombreux appels des autorités malagasy qui demandent à la France de se conformer à la résolution de l’ONU de 1979 sont restés lettre morte. De par sa force économique et au sein de la communauté internationale, la France ne semble pas prête de céder quoi que ce soit, résolution de l’ONU ou non.

Reste à savoir si cette fois ci les autorités malagasy vont vraiment se battre pour revendiquer la restitution des îles éparses.

L'express de Madagascar115 partages

Jirama – Coupure fréquente à Anta­na­narivo

Normal. Le retour en force des coupures de l’électricité, notamment les après-midi et les soirs, devient, en quelque sortes habituel dans plusieurs quartiers de la capitale. « On n’a plus parlé de délestage depuis un certain temps, mais on s’étonne de ces coupures et mini-coupures qui ont des conséquences désastreuses sur les machines et autre matériel », rapporte un propriétaire de cybercafé du côté d’Ampe­filoha, victime des coupures incessantes.La Jirama précise alors que les coupures sont dues soit à la météo, soit aux travaux d’entretien qu’elle doit effectuer. « La pluie majorée d’un caractère venteux impacte sur les fils de distribution, c’est l’une des raisons de ces coupures », indique Feno Randria­narison, responsable de la communication au sein de la Jirama. Toutefois, celui-ci ajoute que la sous-station des 67 ha, dont la tête de câble a été court-circuitée, a subi des travaux d’urgence, hier. Cet incident a ainsi entraîné de longues ou des coupures intermittentes du côté d’Ambodin’isotry, Antoho­madinika, Isoraka, Ampasamadinika, Antsalo­vana.D’autres travaux d’entretien périodiques se déroulent actuellement dans les autres localités, telles que Ilafy, Ambohidratrimo, Tsarasaotra, Alarobia Ambo­ni­loha, Ambo­hi­mangakely, Anosipatrana Soalandy, Beravina, Ambohi­jatovo, Ambatomitsangana, Am­pa­hitrosy, et ce jusqu’au 15 novembre. En outre, beaucoup de gens réclament l’alimentation des éclairages publics délaissés depuis trop longtemps.

Mirana Ihariliva

Tia Tanindranaza93 partages

Dosien-dRavalomananaNanjavona tao amin’ny fitsarana ?

Miparitaka amin’ny tambajotra ara-tsosialy (fb) nanomboka omaly alina ny resaka fahaverezan’ny dosie lehibe na “Grand dossier” mikasika an’i Marc Ravalomanana tao amin’ny tribonaly Anosy ny sabotsy 11 novambra.

La Vérité81 partages

Annulation de concerts à Soanierana Ivongo - Le groupe de Rossy victime d’abus de pouvoir !

Le week-end dernier, le groupe Rossy a prévu de donner deux rendez-vous à Soanierana Ivongo dont un cabaret le vendredi dans la salle des fêtes et un grand concert le dimanche au Stadium Saha Volamena. Malheureusement, aucun de ces deux spectacles n’a eu lieu suite à divers problèmes se résumant tout simplement à un abus de pouvoir.

Hier, Rossy a donné une conférence de presse pour expliquer ce que lui et son équipe ont vécu sur place. « Ce concert à Soanierana Ivongo était organisé dans le cadre d’une tournée nationale. Comme à notre  habitude, nous faisons à l’avance le repérage des lieux où nous pouvons faire les shows étant donné que ceux-ci dépendent de l’espace où nous pouvons installer nos matériels. Le 18 septembre dernier, je suis allé à Soanierana Ivongo pour inspecter les lieux. Par la suite, il a été décidé que le concert sera effectué au Stade Saha Volamena. Suite à l’autorisation de la mairie, nos mandataires ont tout de suite rempli tous les formulaires nécessaires pour louer le stade et avons payé tous les frais. Tout s’est passé dans les règles et nous avons déjà entamé les publicités, l’affichage des banderoles, bref les communications avant les concerts. Comme  les installations techniques doivent se faire à l’avance pour bien préparer les rendez-vous, notre camion transportant la sonorisation et les chapiteaux a été victime d’un accident de circulation qui a fait 2 blessés. Nous avons donc été obligés d’envoyer d’autres camions pour transporter nos matériels qui pèsent plus de 14 tonnes. Mais ce n’était pas le vrai problème. Pendant ce temps, j’ai reçu un appel téléphonique d’un inconnu disant que le concert ne doit pas avoir lieu dans le stade mais dans un tout autre endroit. Cependant, j’ai répondu que ce n’était pas possible et que les installations  ainsi que les publicités ont été déjà entamées. Imaginez, il me dit que la raison pour laquelle on ne peut pas s’afficher dans le stade est qu’il vient juste de planter des gazons et qu’on risque de tout détruire. Une excuse bidon qui sent un sabotage en plein nez », explique Rossy. Barrage Cependant, l’équipe de Rossy a déjà photographié le stade juste avant de commencer les installations et qu’il était impossible de planter des gazons sur les lieux. C’était donc tout simplement un coup monté de la part de l’inconnu. Même le maire et la conseillère municipale n’étaient pas au courant de cette action. Jusque- là, impossible de tout annuler, Rossy et son équipe ont voulu tout poursuivre. Quoique pendant que les techniciens installaient les chapiteaux, avec une trentaine de jeunes comme assistants, 5 hommes armés sont venus les menacer d’arrêter leur travail. Effrayés, les villageois ont pris la fuite pendant que les techniciens subissaient des menaces de la part de ces hommes leur demandant de quitter les lieux. Un technicien a même été frappé par l’un d’eux et l’autre menacé d’un fusil. « Pendant ce temps, même si mon voyage n’avait rien à voir avec la politique, les rumeurs circulaient comme l’homme voulant stopper les manifestations était un membre du Mapar. J’ai donc pris l’initiative d’appeler le président de la partie pour régler la situation. Sauf que l’inconnu n’a voulu rien entendre. On m’a également dit que c’était un député. J’ai également fait de même en appelant le président de l’Assemblée nationale  pour lui demander de résoudre le problème car il était trop tard pour annuler le concert. J’ai même appelé le chef du gouvernement mais rien. Suite à un arrêté donné par le chef de la police, nous avons demandé une suspension au tribunal. Ceci a été accepté mais encore une fois refusé par cette dernière. Finalement, on a donc décidé de tout annuler et de quitter les lieux. Sauf que quand on a voulu partir, un maçon et un charpentier érigeaient un mur pour nous bloquer la sortie. Nous avons voulu sortir par la porte principale mais ils nous ont bloqué et nous demandaient que l’entrance de nos matériels dans le stade était illégale donc il faut se démerder pour les faires sortir », continue Rossy. Des pertesC’est là que l’inconnu, appelé aussi le député a commencé à frapper et insulter de tous les noms Rossy. Et ce en présence du chef de la gendarmerie et de la police, du chef district ainsi que son adjoint. « Il ne s’est pas arrêté là, il m’a par la suite donné un coup de pied et m’a insulté en disant que je n’ai pas ma place là-bas et que je suis le député des bas quartiers. Puisque notre homme avait une radio privée, il a incité la population à se manifester contre nous. Heureusement que cette dernière nous aimait bien et voulait même qu’on respecte le rendez-vous. Ce qui me traquait le plus c’est que ni la police ni la gendarmerie n’ont voulu accepter mes dépositions ni même me protéger alors que j’étais menacé. Ceci malgré mon titre de député. Finalement, même le cabaret du vendredi n’a pu avoir lieu. On à tout remballer et prendre la route pour Antananarivo. On a perdu plus de 200 millions rien que pour le voyage ainsi que les frais qu’on a dû payé comme le carburant, les frais des personnels, la compagne de publicité, le bétail et bien d’autres encore », relate Rossy. Ce présumé député n’a donc peur de rien, même le huissier emmené par le maire a lui aussi a été insulté. Un journaliste de la Tvm venu interviewer le groupe sur le sujet a également été menacé. Rossy fait appel aux autorités compétentes de regarder de près la situation et surtout le cas de ce supposé député Mapar qui abuse de son pouvoir à Soanierana Ivongo. Il demande aussi à ce qu’on rembourse les frais qu’il a dépensés car il compte y revenir pour faire le concert. Une affaire délicate à suivre de près.Publius

La Vérité79 partages

Logique et normal ?

LLes ténors du Hvm sentirent la nécessité absolue de rendre public la raison politique qui les avait poussés à écarter le président, ou plutôt l'ex-président du Sénat Honoré Rakotomanana. Il leur a fallu, à la date du 8 novembre 2017, d'un encart sur une page entière de publication dans certains quotidiens proches du pouvoir ou d'autres qui ne sont pas trop « méchants » vis-à-vis d'Iavoloha.

En fait, la démarche s'inscrit dans l'optique de rétablir la logique politique et remettre les pendules à l'heure, c'est-à-dire, un utile recadrage pour la normalisation des institutions selon, même, les termes choisis. Une gesticulation qui ne convainc personne, du moins, les observateurs avertis.Logique et normal, dites-vous ! Pour peu que l'on creuse, on se rendra très vite à l'évidence que le choix des termes frise, tant soit peu, une tricherie, voire un décalage flagrant entre les situations réelles et les prétentieuses déclarations. Logique. Larousse définit le mot « logique », entre autres, par une « manière de raisonner juste, méthodique : suite cohérente d'idées… ». Quand on suit de près le fil des idées évoqué par les barons du Hvm avec en tête Rivo Rakotovao et son mentor Hery Rajaonarimampianina, on ne décèle point une suite de raisonnements cohérents et justes. Tout juste, on note l'enchevêtrement de forcings et de diktat et le tout dans un cadre infesté de corruption. Le processus est faussé dès le départ même, dans la mesure où l'élection et la nomination des membres de la deuxième Institution, le Sénat, ne suivaient pas la logique de la vérité et de la justice. Les résultats des élections, lors des Municipales (maires et conseillers municipaux), ne reflétaient pas exactement les choix du peuple. Trucages et traficotages ont été constatés. Les observateurs suspectaient des manipulations, à grande échelle, des résultats dans les bureaux de vote. Et au moment du montage des listes des grands électeurs, des débauchages et revirements de certains élus au profit du parti au pouvoir s'opéraient au su et vu de tous. Il s'agit, en réalité, d'un scrutin où le pouvoir de l'argent frappe insidieusement.Ainsi, si les barons du Hvm parlent de « logique politique », il serait plutôt judicieux de dire d'un « logique du vol » ou d'un « logique de l'escroquerie » !  La normalisation ! La normalisation des institutions. Tel est le second motif justifiant le limogeage sec de l'ancien président du Sénat Honoré Rakotomanana pour mettre à sa place Rivo Rakotovao, le président du Hvm. Tout le monde connait le déséquilibre des Institutions de la 4ème République. Dans les faits, c'est un équilibre « bancal ». Les titulaires des deux principales Institutions ne reflètent pas, non plus, l'expression du choix du peuple. A l'Assemblée nationale, le régime n'avait AUCUN député élu au début de la législature. C'est par à coup de mallettes que le groupe parlementaire Hvm s'étoffait. Donc, s'ils osent parler de normalisation, il faudrait remettre à leurs partis d'origine les élus débauchés. Les députés « indépendants » rejoignent la case départ. C'est ainsi que la situation revienne à la normale. La normalisation des institutions que l'on claironne, actuellement, ne relève que d'une mascarade ignoble.Dans toute chose publique, il y a un minimum de déontologie, voire d'étique à respecter. Autrement, on se retrouve dans une République bananière !Ndrianaivo

Tia Tanindranaza68 partages

Hery Rajaonarimampianina mivadyManao pi-maso amin’Antananarivo

Saika nanao fampivoriana maika ireo ray aman-drenin’ny mpianatra avokoa ireo sekoly tsy miankina amin’ny fanjakana ambaratonga faharoa teto Antananarivo ny sabotsy teo.

J. Mirija

Midi Madagasikara50 partages

Gospel : « Go and share » rencontre du succès

Les grosses pointures du gospel malagasy se sont retrouvées sur la même scène hier. Pour sa seconde édition, les chorales ont tâté le terrain en ouvrant de nouveau le chemin de la scène après la peste.  Tana Gospel Choir, GMMC et The Singers of Jesus restent fidèles à leurs notoriétés respectives au CCEsca Antanimena. Les amateurs de gospel ont été bien servis. La communion à son apogée, les trois formations ont donné de leurs spécialités en entrainant une foule en délire dans la célébration et la louange.

Tout en comptant les messages d’amours dans les paroles de chansons, les oreilles des mélomanes ont eu le privilège de voir plusieurs leaders de gospels s’adonner à des prouesses vocales à ne plus  en finir. Entre autres, Stephan Rambinintsoa, Jaovola, Rado Rakotomalala et bien d’autres encore ont fait des heureux. S’entourant de la crème de la musiciens malagasy, le show n’avait  rien à envier aux autres spectacles.

Pour ce qui est du répertoire, place aux standards du gospel américain.  Environ 25 chansons au compteur. Un show plutôt grandiose donnant ainsi sa lettre de noblesse à la musique évangélique malagasy.

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar49 partages

Infrastructure – La RN2 dans un état lamentable

Inquiétant, l’état de la route entre Antananarivo et Toamasina laisse à désirer. Les utilisateurs commencent à se plaindre.

Bien qu’indispensable, la route nationale numéro deux (RN2), reliant la capitale à la côte Est, se trouve pourtant, en ce moment, en piteux état. Nombreux sont les automobilistes qui évitent d’emprunter cet axe, si la motivation reste le simple plaisir de voyager. « Si nous avions eu d’autres choix, nous aurions volontairement pris une autre voie », souligne un transporteur régional. Celui-ci explique que, il y a tout juste quelques mois, il pouvait mettre une heure et demie ou deux heures au maximum pour un voyage d’Antananarivo à Mora­manga. À présent, le trajet nécessite au moins trois heures de temps.Les nids de poules se font ressentir dès le point kilométrique seize d’Ambo­hi­malaza et n’en finissent plus jusqu’à ce que les automobilistes arrivent à destination. Entre les 370 km séparant Toamasina de la capitale, il est rare de trouver des kilomètres de bitume qui ne soient endommagés. Le confort de conduite se retrouve ainsi diminué, les risques d’accident s’accroissent à mesure que la nationale sombre dans la déchéance.

DélabrementDe toutes les principales artères nationales, la RN2 serait celle qui contribue le plus au bon fonctionnement de la vie économique du pays. Toutes les marchandises arrivant du grand port transitent par ses kilomè­tres pour arriver dans la capitale. « Les entretiens se font rares, pour ne pas dire inexistants, sur cet axe très fréquenté. Pourquoi tarde-t-on à s’y mettre ? Or, dans d’autres régions du pays, des travaux se font à longueur d’année », déplore un transporteur.Un constat qui se confirme à l’instar de la rénovation d’une grande partie de la RN7. En effet, une portion de route qui a torturé plus d’un automobiliste autrefois, entre Ambohi­mahasoa et Fianarantsoa, est à présent entièrement rénovée et bétonnée. Le délabrement de la RN2 n’a de réelle conséquence que sur les opérateurs qui l’utilisent quotidiennement. Mise à part un financement d’une quinzaine de millions d’euros pris en charge par l’Union européenne en 2013 pour la réhabilitation des dégâts cycloniques des années précédentes, plus aucun gros travail ne fut entrepris pour entretenir cet axe. Quid du Fonds d’Entre­tien Routier et autre taxation imposée aux transporteurs en vue d’entretenir les routes nationales ?

Harilalaina Rakotobe

Tia Tanindranaza40 partages

Minisitry ny serasera teo alohaNohadihadiana teny amin’ny zandary

Notorian’ny minisitry ny serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrim-panjakana Harry Laurent Rahajason teny amin’ny zandarimariam-pirenena ny minisitra, izay nodimbiasany Andrianjato Vonison.

 Resaka fiaran’ny minisitera, izay nambara fa very no anton’ny fitoriana. Loharanom-baovao iray kosa anefa no nahenoana fa efa 3 volana no namerenana io fiara io, ary efa nisy ny taratasy nifanaovana momba izany na ilay antsoina hoe “décharge”. Ny zoma 10 novambra lasa teo no voaantso sy natao famotorana teny amin’ny tobin’ny zandary eny Itaosy ny tenany. Ambadika hafa natao hamelezana azy izany ny fanenjehana raha mitombina tokoa ilay “décharge” efa natao. Ahiana ho mety tsy hamelan’ny fanjakana ity minisitra teo aloha ity, raha ny fahitana ny raharaha. Vao nesorina tsy ho minisitra ny tenany, dia tsy nahazo seza intsony ary toa nailiky ny fitondrana HVM tanteraka. Nalaza ho tafiditry ny raharaha fanodinkodinana volabe tokony ho an’ny haino aman-jerim-panjakana, ary efa am-bolana maro izay no nidoboka am-ponja ny talen’ny kabinetrany Nivo Ratiarison. Mbola teo amin’ny toerana naha minisitra azy kosa i Andrianjato Vonison, ary na ny mpitondra sy ny mpanohana fitondrana sasany aza, dia efa nanakiana sy sahy nilaza fa tsy afa-bela tamin’iny raharaha iny ny tenany. Efa manomboka mibaribary izao ny mety hanapotehana azy, ary ny minisitra nandimby ny toerany no mijoro voalohany amin’ny fanenjehana. Mety hanara-dia an’i Nivo Ratiarison any am-ponja ve ny tenany sa mba hilamina ihany ny raharaha ? Fomba fanaon’ny mpitondra ny mifampiaro rehefa misy ny toe-javatra tahaka izao, saingy efa hafa mihitsy ity miseho ity. Mety hiafara hatrany amin’ny fanakatonana na fanaovana antsojay ny Soa Radio, izay an’i Andrianjato Vonison ihany koa ity tantara ity. Re amin’izao fa makamaka aina any ambanivohitra ny minisitry ny serasera teo aloha. Andrasana ny tohin’ny raharaha.

Toky R

 

News Mada32 partages

Federasiona malagasin’ny atletisma : «Tsy mbola nahazo naoty fampiatoana izahay», hoy i Norolalao

Nambaran-dRamanantsoa Andriamahazo Norolalao, filohan’ny federasiona malagasin’ny atletisma (FMA), fa tsy mbola nahazo naoty fampiatoana na manasazy, avy any komity olympika ny federasiona tantaniny, hatreto. “Amin’ny alalan’ny haino aman-jery sy ny gazety no andrenesanay izany, izay toa miovaova foana ny filazana azy. Na izany aza, manana ny fiandrianany ny atletisma”, hoy izy, nandritra ny fihaonany, tamin’ny mpanao gazety, ny zoma lasa teo, teny amin’ny kianjan’Alarobia.

Mandra-piandry izany anefa, nanolotra ny fandaharam-potoana, ho an’ny taom-pilalaovana 2018 -2019, ny komity mpitantana eo anivon’ny federasiona. Hahatratra 11 ny lalao iraisam-pirenena, hatrehin’ny atletisma, ho an’io taona miditra io. Hanombohana ny taom-pilalaovana, ny “Atletisma, ho an’ny rehetra”, hatao eto Antananarivo, ny 28 janoary, ho avy izao. Hampiavaka io  taom-pilalaovana 2018 io, ny fiaraha-miasan’ny federasiona amin’ny fitondrana maraokanina.

Torcelin

 

Tia Tanindranaza31 partages

Trafika sy fanamboarana basyAfera tena mandeha eto Madagasikara

Ny 1 aogositra hatramin’ny 31 oktobra 2017 dia 47 isa no fitaovam-piadiana azo (basy lava sy basy fohy) misy ny basina zandary, miaramila,

 polisy satria rehefa misy ny fifandonana ka misy ny mpitandro ny filaminana maty dia alain’ny jiolahy sy ny dahalo ny fitaovam-piadiana. Maro be koa ny basy niparitaka noho ny krizy nisy teto. Mbola hitombo io isa io satria misy ny basy hafa efa tratra saingy noho ny maha saropady ny tohin’ny fanadihadiana dia tsy azo ampitaina aloha ny vaovao momba azy ireo. Misy ny fanadihadiana mbola mandeha amin’izao fotoana, araka ny fampitam-baovaon’ny zandarimariam-pirenena. Misy olona tena mahay manamboatra basy eto, misy koa ny mivarotra sy manaparitaka. Matoa misy io tambajotra io dia miakatra ambony ny filàna eo amin’ny tsena. Sesilany ny fahatrarana basy tsy ara-dalàna tato ho ato. Basy miisa 9 sy bala miisa 24 sy kojakoja maro hafa fanamboarana basy no saron’ny zandarimariam-pirenena ny 4 novambra 2017 tamin’ny 6 ora sy 20 minitra hariva tao Ambodisatrana, distrikan’i Sambava. Lehilahy miisa 3 no nosamborina ka nanaovana fanadihadiana. Re fa nisy olona manamboatra sy mitazona basy tsy ara-dalàna ao an-tampon-tanànan’i Sambava. Niroso tamin’ny fikarohana avy hatrany ireo zandary. Nosavana ny tranon’ireo olona nahiahiana ka sarona tao ireo fitaovam-piadiana voatanisa ireo. Voasambotra ireo olona 3 tao an-trano. Basy lava (FC) miisa 3 ary basy fohy (PA) miisa 6 miaraka amin’ny bala miisa 24 (ny 13 vodim-bala) ireo tratra ireo, ka nogiazan’ny zandary avy ao amin’ny GAPJ SAVA sy ny Kaompania Sambava, izay manao ny fanadihadiana. Mitohy koa ny fikarohana ireo izay mbola mety ho mpiray tsikombakomba amin’izy ireo. Tsy ny fiatrehana ny asan-jiolahy ihany tsy akory no asa ataon’ny zandarimaria, fa ny fisorohana ny mety hitrangan’ny asan-jiolahy ihany koa, toy izao natao tany Sambava izao.

Toky R

 

L'express de Madagascar28 partages

Lauréats de bourse  de recherche

Lalatiana Randriamiharisoa de Madagascar National Parks et Andrianjaka Ravelo­manana sont les lauréats de la bourse de recherche du programme PEER de l’Agence des Nations-Unies pour le développement interna­tional (USAID).

News Mada23 partages

Sambaraha : le comité d’organisation déploie les gros moyens

La 6e édition du festival Sambaraha se déroulera du 20 au 23 décembre à Taolagnaro.

Pour cette édition, le Comité d’organisation du festival Sambaraha ( Cofsa) mise sur toutes ses cartes pour que cette manifestation soit différente des éditions précédentes.

Sous le thème de la «Découverte», la 6e édition du festival Sambaraha sera marquée par la participation des artistes de renom, en l’occurrence Tsiliva. Mis à part les rencontres sportives et culturelles, un village Sambaraha sera érigé pour l’occasion.

Et comme l’objectif est de promouvoir le tourisme, la culture et surtout des potentialités que regorge la région Anosy, cette édition 2018 sera une opportunité pour les jeunes de se cultiver sur les ressources et les valeurs culturelles de la région, par le biais des communes avoisinantes de Taolagnaro, comme la commune d’Esira.

Nadia

 

Midi Madagasikara21 partages

Tuléar – Francophonie : Les vainqueurs reviennent de France

Miarana et Excellence en compagnie de Mr Astana, leur encadreur.

Ils ont débarqué le 6 novembre après avoir passé quatre merveilleux jours à Paris. Il s’agit de Miarana Razafimanantsoa, garçon à peine 17 ans et Excellence Rakotobe jeune fille de 15 ans. Ils étaient accompagnés de leur encadreur Wilfrid ASTINA, à qui ils doivent aussi leur victoire car Astina était là depuis le début, et était absolument sûr que Tuléar allait remporter la victoire. Culturellement et sportivement, Tuléar a remporté plusieurs trophées, loin de l’éternel sobriquet « Tuléar, cimetière de projets ».

Pourquoi Tuléar a obtenu le trophée ? 14 jeunes, aussi brillants les uns que les autres  avaient représenté six provinces de Madagascar, donc un concours national (normalement 12 mais il y aussi Antsirabe avec une Alliance très active). Une victoire en « question pour un champion » ne peut être le fruit d’un hasard. D’autant plus que l’écart entre les deux gagnants et les deux suivants était presque le double, donc une victoire écrasante et bien méritée.

Quel est le secret ? Le garçon, un peu plus bavard répond de suite qu’il enregistre et s’intéresse à tout. « Un puits de savoir » le qualifie son mentor Astina. Son passetemps favori est les jeux vidéo. Quant à Excellence, elle avoue timidement que ce succès est dû au résultat de ses nombreuses lectures qui l’ont aidée pendant le championnat du Quizz ikoizana, organisé en marge du XVIe sommet de la Francophonie en partenariat avec le réseau des Alliances Françaises de l’île.

Miarana est en classe de Terminale scientifique. Il est toujours major de la classe. De même Excellence, toujours la meilleure, option scientifique. Par contre elle a encore deux ans pour arriver en Terminale. Rien ne presse, elle est encore jeune. Sa grand-mère, chez qui  elle habite, prend bien soin d’elle.

Charles RAZA, correspondant à Tuléar

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara21 partages

Bonn : Le couple Ravalomanana à l’ouverture de la COP23

Le couple Ravalomanana lors de l’ouverture de la COP23 à Bonn.

La Conférence Climat pour l’ONU s’est officiellement ouverte hier à Bonn (Allemagne) pour se terminer le 17 novembre prochain. L’importance de ce rendez-vous international s’explique par le fait que c’est la première depuis le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris. Le couple Ravalomanana était présent à la cérémonie d’ouverture de la COP23. Marc Ravalomanana en tant qu’ancien président de la République et proche ami de l’ancien président allemand Horst Köhler, récemment nommé négociateur de l’ONU pour le dossier Sahara Occidental. Et Lalao Ravalomanana en sa qualité de la maire d’Antananarivo.

Retrouvailles. Pour Marc Ravalomanana, la participation à la COP23 est très importante dans la mesure où Madagascar subit actuellement les effets néfastes du réchauffement climatique. Par ailleurs, il a souligné qu’il a retrouvé à Bonn ses amis anciens présidents dont l’allemand Horst Köhler. De nombreux maires de grandes villes du monde étaient également présents hier à l’ouverture de la Conférence Climat pour l’ONU. A noter que la CUA investit actuellement dans la protection de l’environnement dans le cadre d’une agriculture urbaine verte.

Recueillis par R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara19 partages

Mondialisation : Plus de 90% des échanges internationaux par voie maritime

Le port de Manakara.

Franc succès pour  « la Journée Mondiale de la Mer » (JMM) et  de « la Journée Mondiale des Gens de Mer» (GMM) qui se sont déroulées le week-end dernier dans la ville portuaire de Manakara.

Ayant porté sur deux  thèmes :    « Connecter navires, ports et personnes » et « Les gens de mer importent », l’événement était d’une importance capitale pour le secteur maritime.

Travail acharné. Raison pour laquelle, d’ailleurs de nombreux responsables étatiques et des autorités régionales ont répondu présents aux différentes manifestations qui ont marqué  les célébrations. Pour ne citer, entre autres que  le ministre des Transports et de la Météorologie, Beboarimisa Ralava ; le ministre de la Défense Nationale Général de Corps d’armée, Rasolofonirina Béni Xavier. Cette année, l’Organisation Maritime Internationale OMI, dont Madagascar est membre,  et  les organisateurs dont le Ministère des transports et de la météorologie ainsi que l’Agence   Portuaire Maritime et Fluvial (APMF) ont mis l’accent  sur la coopération  qui doit exister entre les ports et les navires en vue de préserver et de renforcer la sécurité, la sûreté et l’efficacité du système de transports maritimes. La célébration était également  une occasion pour les organisateurs de faire connaître au grand public le travail acharné des 1,5 millions de marins dans le monde au service de la communauté mondiale.

Place prépondérante.  Epine dorsale de la mondialisation et moteur du développement économique de Madagascar, plus de 90% des échanges internationaux se font par voie maritime. L’APMF  confirme par son slogan, cette place prépondérante du secteur concerné par la célébration, vis-à-vis du développement économique de notre pays : « Faire du sous-secteur portuaire, maritime et fluvial un levier du développement économique de la Grande Ile ». Outre les conférences-débats et les stands d’exposition, les journées ont été également marquées  par des spectacles animés par des artistes de renommée comme Black Nadia et Lico Kininike. Les activités ont été soigneusement sélectionnées afin de réunir tous les acteurs confondus : professionnels, usagers, grand public et autorités dans l’objectif de faire un constat annuel de la situation des transports maritimes à Madagascar et un aperçu de leur avenir vis-à-vis de leurs contributions au développement économique du pays.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune16 partages

Codification

Il existe une confusion dans l’opinion publique malgache sur cette question de code électoral. La confusion trouve sa source dans l’appellation, incorrecte, donnée à la loi organique 2012-005 du 22 mars 2012. Celle-ci s’appelle « loi organique n°2012-005 portant code électoral » [1]. Or, cette loi n’est pas vraiment un code. Un code est un instrument de référence unique, qui rassemble et rationalise dans un même volume, les différents textes (lois et règlements) pouvant toucher à un sujet donné, ici les élections. Le travail de codification consisterait en rassembler et organiser dans un seul document toutes les lois et tous les décrets malgaches qui touchent aux élections. En d’autres termes, il s’agirait de réunir en un seul document les textes suivants :

Les articles applicables de la Constitution ; La loi organique relative aux élections (en remplacement de la loi 2012-005, qui concerne les règles générales relatives à l’exercice du droit de vote (qualité d’électeur, liste électorale, opérations électorales, campagne électorale et propagande, déroulement du scrutin, dépouillement, observation, le contentieux)) ; Les lois spéciales et organiques relatives à chaque type d’élection (en remplacement de la loi 2012-015 sur l’élection du premier Président de la 4ème République ; la loi 2012-016 relative aux premières élections législatives de la 4ème République, la loi 2014-020 et 2015-002 sur les Collectivités territoriales Décentralisées et les modalités d’élections) ; La loi 2015-020 sur la Commission Électorale Nationale Indépendante (existante ou amendée) ; La loi 2012-006 portant Code d’éthique et bonne conduite politique des acteurs politiques pendant la transition (existante ou amendée) ; La loi 2016-037 relative à la réconciliation nationale (existante ou amendée) ; La loi 2011-012 relative aux partis politiques (existante ou amendée) ; La loi 2011-013 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition (existante ou amendée) ; Le code pénal (existant ou amendé) (concernant l’éligibilité des électeurs, des candidats ainsi que des sanctions pénales diverses) ; La loi anti-corruption (existante ou amendée) (concernant la corruption électorale) ; La loi sur le blanchiment d’argent (existante ou amendée) (concernant les sources de financements électoraux) ; Le code de communication (existant ou amendé) (concernant la communication électorale) ; Le code de nationalité (existant ou amendé) (concernant l’éligibilité des personnes naturalisées) ; Toute nouvelle loi, si séparée, sur le financement des partis et des campagnes électorales ; Et tous les décrets et arrêtés relatifs aux élections.

Ce ne serait pas une chose aisée de rédiger aujourd’hui un « code électoral », ni de codifier les textes existants. La priorité, aujourd’hui, est de présenter les nouvelles lois ou les modifications aux lois existantes, pour tenir des élections crédibles et acceptées par tous [2] en 2018.

En lisant les recommandations issues de la société civile et des partis politiques, regroupées dans le rapport [3] de la commission consultative, un certain nombre d’entre elles touche à différentes lois et pas à la seule loi n°2012-005. Pour ne citer que quelques exemples :

Les règles de financement des campagnes électorales n’existent pas encore et devraient intégrer la loi électorale générale, tandis que certaines règles concernant le financement des partis politiques existent déjà dans la loi relative aux partis politiques et pourraient être améliorées ; Les règles concernant l’éligibilité des électeurs (et par extension des candidats) sont dans la loi électorale générale ; Les règles concernant l’indépendance de la CENI sont dans la loi relative à la CENI ; Les règles concernant l’éligibilité des candidats à la Présidence sont dans la loi spéciale relative à l’élection du Président, même chose pour les députés (qui doivent aussi être élus en 2018) ; Les règles concernant le type de scrutin (de liste, uninominal, à un tour ou deux) sont dans les lois spéciales (assemblée nationale, CTD)

En bref, les recommandations issues de la société civile et des partis politiques, pour être traduites en textes légaux, doivent venir amender ou remplacer une demi-douzaine de lois existantes, qui pourraient ou pas être regroupées dans une seule loi, ou, par la suite, codifiées. Les recommandations appelaient aussi à limiter les situations où le gouvernement peut réglementer par décret (comme dans le cas des fameuses autorités politiques pouvant faire de la propagande).

Il mérite aussi d’être rappelé que la Constitution liste parmi les questions qui relèvent d’une loi organique [4] les règles relatives à l’élection du Président de la République, des députés, des sénateurs et des collectivités territoriales décentralisées (j’ajoute, en passant, la loi de finances). Qu’est-ce qui distingue une loi organique d’une loi ordinaire [5] ?

Le projet (ou la proposition) de loi ne peut être voté qu’à l’expiration d’un délai de 15 jours après son dépôt. La loi ne peut être votée que par la majorité absolue des deux chambres, c’est-à-dire 76 députés et 32 sénateurs [6], et Faute d’accord entre les deux assemblées après deux lectures, l’assemblée nationale seule peut la voter à une majorité des deux-tiers. Si l’assemblée n’a pas adopté le projet avant la clôture de la session, les dispositions du projet peuvent être mises en vigueur par ordonnance.

Bref, les avant-projets de lois (dans la mesure où elles doivent être organiques) doivent être soumises au parlement bien avant le 23 novembre pour permettre le délai de 15 jours sus-mentionné ainsi que le va-et-vient entre l’Assemblée Nationale et le Sénat. En effet, l’article 75 de la Constitution dispose que la deuxième session parlementaire ne dure que 60 jours à partir du 3ème mardi du mois d’octobre (17 octobre officiellement (25 octobre officieusement, pour cause du décès du Président Zafy), pour se terminer alors, officiellement, le 15 décembre, ou officieusement le 22 décembre). Pour rappel, pour les élections de sortie de crise de 2013, les lois applicables ont toutes été promulguées le 1er août 2012, soit plus d’un an avant la date du scrutin initialement prévue en août 2013.

12 novembre 2017

Madagascar Tribune15 partages

Des débats nécessaires et attendus

Le projet de loi de finances 2018 passera en séance plénière à l’Assemblée Nationale ce mercredi 15 novembre pour examen et vote. Ceci après la conférence des présidents et les travaux de commissions. Jusque là, aucune discussion n’a eu lieu sur le contenu de ce projet de loi de finances qui devrait pourtant être débattue de long en large au niveau de l’Assemblée Nationale.

Notons par exemple l’augmentation du budget des institutions liées à la sécurité dont le ministère de la Défense, de la Sécurité intérieure et de la Gendarmerie. Ceci dans le cadre de la mise en œuvre de la Réforme du secteur sécurité (RSS). Des discussions ont été soulevées sur les impacts que cette augmentation de budget aurait sur le quotidien des Malgaches, car jusque là, force est de constater que la sécurité est à son plus bas niveau si l’on se réfère aux braquages, kidnapping et vols de zébu avec des cas de mise en location d’armes de la part de certains éléments des forces de l’ordre.

Idem pour le secteur de l’éducation qui débutera la mise en œuvre du Plan sectoriel de l’éducation (PSE). En somme, des débats sont attendus et nécessaires à la Chambre Basse ce mercredi, ainsi que la présence des députés à cette assemblée. Afin que l’adoption de la loi de finances ne se fasse pas comme l’adoption de la loi sur les zones économiques spéciales (ZES) qui pourtant est crucial dans le développement du pays.

Midi Madagasikara14 partages

Mouvance Zafy : La course à la succession est ouverte

Cette mouvance politique qui a joué son rôle dans la résolution de la crise de 2009 cherche son nouveau chef de file.

Que restent-ils de la mouvance Zafy et de l’UNDD après la disparition de leur chef de file ? La course à la succession semble être ouverte ces derniers temps avec les différentes interventions sur l’affaire « Villa Elisabeth ». Tabera Randriamanantsoa  a été le premier à avoir réagi sur cette affaire en défendant l’intérêt de la famille du Pr Zafy Albert. 24 heures après cette violente réaction, la famille du Prof a sorti un communiqué signé par Aimé Zafy et Richard Zafy, deux fils du défunt. Dans ce communiqué qui semblait démentir la qualité de Tabera Randriamanantsoa, il est précisé que seul Serge Zafimahova peut parler au nom de la famille sur le dossier « Villa Elisabeth ». Fort de cette consécration, Serge Zafimahova qui n’est autre qu’un cousin germain de la femme de Zafy Albert, a usé de son titre de « porte-parole » pour faire des révélations vendredi dernier sur la vente de la Villa Elisabeth. Ces révélations ont fait de lui pour certains observateurs le numéro Un de la famille biologique et politique des occupants de la villa « La Franchise » Ivandry. Mais, pas plus tard qu’avant-hier, deux autres dirigeants de la mouvance Zafy et de l’UNDD ont fait leur apparition à travers un communiqué, en l’occurrence Emmanuel Rakotovahiny et Régis Manoro.

Vocation. Dans leur communiqué, Emmanuel Rakotovahiny et Régis Manoro semblent remettre en cause le titre de Serge Zafimahova en dénonçant toute forme de récupération politique dans l’affaire « Villa Elisabeth ». « Le président Zafy n’a jamais instrumentalisé le nom du parti UNDD et ceux des associations régionales avec lesquelles il a travaillé, pour servir des intérêts particuliers. », souligne le communiqué. Avant de rajouter : « Nous ne politiserons jamais cette affaire (NDLR : Villa Elisabeth) ». Par ailleurs, d’autres grandes figures de la mouvance Zafy se sont manifestées lors du décès du Prof, pour ne citer que l’ancien Premier ministre Omer Beriziky qui était toujours aux côtés de la famille du défunt lors de la présentation des condoléances aux Palais des Sports de Mahamasina. Il y a également le Dr Joseph Randriamiarisoa et Miandrisoa Marcel qui étaient toujours aperçus avec la famille pendant les jours de deuil. En tout cas, la succession ne poserait pas de problèmes étant donné que la politique n’est pas la vocation des trois enfants du Pr Zafy.

R. EugènePartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada11 partages

Faritra Alaotra Mangoro : vita ireo tetezana telon’i Sahabe

Hita taratra eto ny mahazo ny any ifotony mamaha ireo olana samy irery any aminy. Tsy mampanahy intsony izao ny mampitety fiara ireo tetezana telon’i Sahabe, nanomboka ny 2 novambra teo noho ny fanamboarana notarihin’ny lehiben’ny faritra Alaotra-Mangoro, Ranarisoa Désiré. Ny ampahan-dàlana RN.3.A, mampifandray ny RN.44 (Moramanga-Ambatondrazaka)  amin’ny distrikan’ Amparafaravola, Anony, sns izay sompitry ny vary. Mandalo amin’io koa ny avy any Andriamena hitaterana kraoma mandalo an’i Sahabe. Lehibe ny vavarano satria io Sahabe io no mpamatsy rano voalohany ny farihin’Alaotra.

Nesorina ilay hazo natao vahaolana vonjimaika sy ireo tsivalamby efa niforitra, vao napetaka ny platelage. Nandrasana ny fitaovana novidian’ny groupe Stark tany an-dRenivohitra. Misy fitaovana nalaina, avy nampiasaina tany amin’ny tetezana Bailey, nampiasaina vonjimaika nanamboarana ny lakandrano manondraka ny tanimbarin’Ambohijanahary-Amparafaravola”, araka ny filazan’ireo teknisianina nanao ny asa. Nisahiranana nangonina izany rehetra izany nampiasaina namahana tany ifotony ny olana tamin’io tetezana io.

Efa nambara tato amin’ny gazety Taratra tokoa, volana vitsy lasa izay, fa voatery samy mitondra hazo lehibe ireo fiarabe hiampita ireo tezana ireo hatramin’izay. “Lasa resabe ka nanaovana fifampiraharahana maro nandritra ny roa volana izay teo anivon’ny minisiteran’ny Asa vaventy sy ireo mpisehatra ao amin’ny kraoma – misy ny Groupe Stork izay nanaiky namatsy vola”, hoy ny lehiben’ny faritra Alaotra-Mangoro. Zaza niaraka  tamin’ny tetezan’i Mangoro, Betsiboka,  Manakara, Sofia… ireo ao Sahabe ireo.

Rarivo

News Mada11 partages

Livre : «Rêves carmin», un nouveau genre littéraire à explorer

Samedi dernier, le livre «Rêves carmin» a été présenté au Mille Feuilles à Behoririka, dans le cadre du «Café littéraire» animé par Andréa Razafindrabe. Le livre reflète un nouveau genre dans le paysage littéraire malgache parce qu’il englobe à la fois les chroniques de Kemba Ranavela, les photos de Georges Bertrand et une nouvelle de Rodéo Randriamazoto.

Il y a un an, le photographe Georges Bertrand a rencontré Michèle Rakotoson et lui a proposé de participer à ce projet. «Mais ce genre d’écriture n’est pas mon fort. Cependant, je lui a recommandé Kemba Ranavela, la chroniqueuse de Les Nouvelles», précise Michèle Rakotoson. Et ils ont tout de suite été sur la même longueur d’onde. «Nous nous sommes vus rarement, plus précisément deux fois. Georges Bertrand m’a proposé une vingtaine de photos et j’ai sorti mes anciennes chroniques qui correspondent à ces clichés. Durant trois mois, nous avons travaillé à distance», dévoile Kemba Ranavela.

Du succès grâce aux chroniques

Le livre connait actuellement un succès auprès des bibliophiles. «Je n’ai pas l’habitude de lire ce genre d’ouvrage mais les chroniques de Kemba Ranavela m’ont plu. Elles me touchent, et je me sens concerné dans les sujets qu’elle traite», s’est exprimé un lecteur. Au fait, elles relatent la vie sociale actuelle des Malgaches. Et les superbes photos en noir et blanc de Georges Bertrand les illustrent harmonieusement.

«J’écris comme je parle et je me moque surtout de moi, de nous, de la vie quotidienne qui se passe au pays», révèle Kemba Ranavela. En effet, l’écrivain ajoute une pointe d’humour dans ses textes. «Des humours qui incitent à la réflexion», ajoute  Andréa Razafindrabe. Ayant à la fois deux nationalités, Kemba Ranavela a su mélanger un style littéraire malgache dans ses œuvres rédigées en français.

De son côté, Rodéo Randriamazoto a aussi écrit une nouvelle qui englobe les chroniques de Kemba Ranavela. Cette œuvre parle d’une rencontre d’un ami qui se termine sur des «rêves carmin». «Cette nouvelle ajoute un autre regard, un autre style», informe Andréa Razafindrabe,

Une collection du genre

Georges Bertrand essaie d’effectuer une collection de ce genre de livre actuellement. «Au début, il nous a montré une version camerounaise du livre, avec des photos prises au Cameroun et des chroniques écrites par un Camerounais », précise Michèle Rakotoson. Il projette donc de réaliser le même concept dans d’autres pays.

Holy Danielle

 

Madagate11 partages

Etienne Ralitera. Inhumation à la Nécropole d’Ambohimalazabe 2

A personnalité exceptionnelle, reportage photographique tout aussi exceptionnel -comme si vous y aviez vraiment assisté- et aussi grand que ce Chancelier dont l’un des fils, Val, a révélé que son père était considéré par de nombreuses personnalités -politiques ou non- comme «l’homme de toutes les républiques» de Madagascar.Place à la seconde série de photos sans plus de commentaires, prises à la Nécropole d'Ambohimalazabe, le dimanche 05 Novembre 2017. Pour l'Histoire et la Postérité

Jeannot Ramambazafy

 

Tia Tanindranaza10 partages

Antoko Tanora Mandray AndraikitraFifidianana lalàmpanorenana no vahaolana

Naneho ny heviny momba ny raharaham-pirenena teny amin’ny Espace Mon Gouter Andrefanambohijanary ny Antoko Tanora Mandray Andraikitra (TMA), tarihin’i Tsiry Andriamihantasoa ny sabotsy 11 novambra teo.

 Nambaran’io mpitarika io fa tsy hay ny hangina ary tsy hay ny tsy hiteny amin’izao zava-misy iainana ankehitriny izao. Kivy sy ketraka  ary mametra-panontaniana mihitsy hoe mbola misy fanantenana ihany ve ? Mbola misy vahaolana ihany ve ? Kivy ihany koa ny ankamaroan’ny Malagasy rehetra. Potika ny hoavin’ny tanora ary sarotra ny hanantena hoavy tsaratsara amin’izao fitondrana izao, hoy izy.  Betsaka ny tanora tsy an’asa, betsaka ny mirenireny ary betsaka ny mivarilavo. Tsy zanaka an-drenivohitra irery no tratran’izay fa na hatrany ambanivohitra any aza. Mbola azo ekena ve raha mbola izany no antenaina aorian’izao zavatra efa iainana izao ? Manjavozavo hoe mankaiza sy mankaiza marina no tena hitondrana an’i Madagasikara, hoy izy. Fifidianana lalàmpanorenana no tokony hatao ary io irery ihany no manaporofo fa misafidy lalam-baovao i Madagasikara. Tsy fitsapan-kevi-bahoaka fa fifidianana lalàmpanorenana, ka raha toa ka misafidy io hevitra io ny fitondram-panjakana  ankehitriny, dia arahaba soa arahaba tsara. Raha hizotra amin’izay isika dia tsy maintsy hovaina aloha ny lalàm-pifidianana, hatsangana ny komity manokana hiandraikitra any fitsarana sy ny famolavola ireo lalàm-pifidianana ireo, dia mila mivondrona ny mpanao politika misy eto Madagasikara. Fifidianana miaraka amin’ny filoham-pirenena sy ny lalàmpanorenana, izay no fomba hitondrana azy, izany hoe ampiarahana ny fifidianana lalàmpanorenana sy ny fifidianana filoha. Mila manova fomba fijery sy foto-kevitra ary mila manana vina isika. Manentana ny vahoaka hahay hijery sy mahay misafidy satria miankina amin’izay ny hoavin’ny firenena. Mila manana fahefana isika fa tsy hoe manana fahefana rehefa tonga ny fifidianana na rehefa misy ilan’ny mpanao politika ihany.

Toky R

 

Midi Madagasikara10 partages

Qui sont nos hommes politiques ? : Serge Zafimahova Il aime la discrétion

Serge Zafimahova, a été un homme de confiance et un fidèle sans état d’âme du Professeur Albert Zafy. L’ancien Dircab du Prof a montré sa fidélité en étant discret mais efficace même lors des derniers jours de l’ancien Président de la République jusqu’à l’organisation des obsèques dosant les côtés officiel, religieux, familial, traditionnel et populaire. Alors que le chirurgien vient de se hisser au sommet de l’Etat après le mouvement populaire de 1991, ce dernier a fait appel aux Forces Vives France et c’est ainsi que Serge Zafimahova a été amené à diriger son cabinet au sein de la Haute Autorité de l’Etat (HAE). De mars 1992 à janvier 1996, il a dirigé dans la plus grande discrétion, entre autres attributions, les services de renseignement (DGDIE, 2e Bureau, gendarmerie, police nationale) sans que son entourage et ses cercles relationnels ne sachent sa mission. C’est ainsi qu’il a côtoyé la politique internationale au plus haut niveau. Depuis, ce zafiste, à l’instar de Serge Radert et d’autres, n’a plus quitté le cercle de l’ancien Président même pendant les longues années de traversée de désert politique de ce dernier après la chute de la première partie de la Troisième République. Serge Zafimahova a quitté le cercle du pouvoir en 1997 et devient un membre reconnu de la société civile.

Architecte de la privatisation. Avec un cercle d’amis, Serge Zafimahova a créé le Club Développement et Ethique (CDE) en septembre 2000. Connu par son franc-parler pour dénoncer la mauvaise gouvernance, il n’hésite pas aussi à écrire ses point de vue sans rien concéder tout en apportant des propositions. Cet ancien correspondant du quotidien Madagascar Tribune à Paris à la fin des années 1980 n’a jamais caché son penchant pour l’écriture et c’est ainsi qu’il est l’auteur de plusieurs ouvrages analytiques. Sa fierté était que son livre « Madagascar dans le tourbillon des relations internationales » a été référencié dans la bibliographie à lire de la filière sciences politiques section africaine de l’Université de Vienne, il y a une dizaine d’années. C’est surtout le livre « Jeu de Fanorona autour de la privatisation à Madagascar » paru en Mai 1998 qui a permis de faire connaître une autre facette de ce psychologue de formation comme un stratège réputé. Il fournit dans le livre des éléments d’analyses, il fait le bilan des privatisations passées, il démonte les montages les plus complexes dont les dessous des cartes qui ont miné la privatisation durant la seconde République, et il explique les objectifs de la nouvelle politique de privatisation dont il a été un des architectes.

Pratiquant d’aïkido. Deuxième fils dans une fratrie de 6 enfants, Serge Zafimahova est à la fois passionné de lecture, de football, d’équitation et amateur d’arts martiaux particulièrement l’aïkido. Mais, il oublie très vite ses hobbies quand la chose publique est mise sur le tapis. Sa disponibilité est remarquable quand il s’agit de questions relatives à l’intérêt national. Durant la période transitoire, par exemple, durant laquelle la gouvernance publique était au plus mal, Serge Zafimahova, alors qu’il n’avait ni titre ni fonction sous le mandat du Premier Ministre Omer Beriziky, a dirigé la délégation officielle négociant avec la Banque Mondiale pour la mise en œuvre du Programme de Gouvernance et de Développement institutionnel Phase II (PGDI 2). En devenant aujourd’hui le Président des Organisations de la Société Civile pour les Industries Extractives (OSCIE), l’administration des mines et du pétrole et les professionnels du secteur savent qu’ils auront à faire à un homme travaillant ses dossiers et qui impulsera les positions de la société civile avec conviction et technicité.

Recueillis par R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune9 partages

Le président de la République veut rassurer

Après plusieurs retournements de situation aboutissant à la nomination au Sénat de Rivo Rakotovao puis à sa propulsion à la tête de la Chambre Haute, le président de la République, Hery Rajaonarimampianina a voulu rassurer sur le bon déroulement des élections à venir. Dans son émission hebdomadaire « Le rendez-vous » sur la chaine Youtube, le PRM est revenu sur les préparatifs de la prochaine élection présidentielle après une période sulfureuse notamment due à la peste. Selon lui, ces échéances doivent être minutieusement préparé car garantes de la stabilité du pays et du non-retour dans la crise. Il a souligné au passage le fait qu’il a été élu à travers des élections libres et partant de ce principe cherche également à mettre en place les éléments nécessaires à de telles élections. Toujours est-il que des discussions devraient avoir lieu selon Hery Rajaonarimampianina concernant des articles ambigus – « manahirana » étant le terme employé - de la Constitution, surtout en ce qui concerne les fokontany et leur rôle, notamment dans la conception de la liste électorale. Une tache qui a pourtant été effectué par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et que celle-ci continue d’assurer.

D’autre part, Hery Rajaonarimampianina a souligné qu’une étape avait été franchie dans l’élaboration du document stratégique pour une amélioration de l’encadrement du processus électoral. Un document qui a été remis par un comité composé de l’Exécutif lui-même et qui a reçu de nombreuses critiques selon lesquelles ce document stratégique risquerait de ressembler au Code de la Communication élaboré par le régime. Malgré tout, le PRM a déclaré que ces lois seront la garantie offerte à la population d’une élection transparente et démocratique. Mis à part cela, Hery Rajaonarimampianina a également soulevé le fait que les entités et les structures relatives à l’organisation des élections sont dépassées et doivent par conséquent être revu. Il a proposé par la même occasion d’intégrer à la Constitution les dispositions relatives aux élections, notamment en ce qui concerne le Code de bonne conduite des acteurs électoraux et la question des financements des partis politiques. Le fait est qu’il existe déjà des dispositions légales relatives à ces questions mais qui n’ont jamais été suivi, dont les financements que l’Etat doit allouer aux partis politiques. Il est peu probable que l’insertion de ces dispositions dans la Constitution puisse y changer quelque chose.

Madagascar Tribune9 partages

Les facebookers donnent du fil à retordre aux gouvernants

Pour une fois que bon nombre de personnes ont droit à la parole directe grâce aux réseaux sociaux notamment Facebook à Madagascar, ils ne s’en privent pas. Même si ce n’est pas toujours à bon escient. La preuve : les rumeurs portant vaccination forcée contre la peste qui a causé psychose des parents et catastrophe à peine évitée ainsi que celle sur l’effondrement du tunnel d’Ambanidia sont parties et enflées sur Facebook. Les autorités n’en finissent pas de traquer les facebookers bien que cela semble un peu exagéré des fois. Les derniers facebookers arrêtés : certains pour avoir lancé des rumeurs sur la vaccination forcée contre la peste, d’autres pour avoir dénigrer les autorités en place. Un Facebooker qui a annoncé le décès d’une quarantaine de personnes lors du début de l’épidémie de la peste a été arrêté aussi mais relâché après.

Tant qu’il y a des crédules qui prennent pour argent comptant tout ce qui est publié sur Facebook les responsables chargés de traquer les diffuseurs de rumeurs auront du travail.

Tia Tanindranaza9 partages

Faha-5 taonan’ny « VOX ANGELI »Hetsika maro no hotanterahina

Hanasongadina ny maha izy azy amin'izay ny antoko mpihira Vox Angeli ao anatin'ny dimy taona ho avy.

 

 Notanterahina ny sabotsy teo ny  fotoam-pivavahana nentina nisaorana sy nanomezam-boninahitra an'Andriamanitra ho fanokafana ny fankalazana ny faha dimy  taona niorenan'ity antoko mpihira iray ity. Teny amin'ny chapelle Saint Michel Amparibe no nanatanterahana ny hetsika  izay nahavory olona marobe tokoa. Hetsika maro loha no entina hanamarihana izany, raha araka ny fanazavan-dRanaivo Tiavina Andriambololona, anisan'ireo tompon'andraikitra ao anatin'ny antoko mpihira. Anisan'ny akaiky indrindra ny hetsika hiarahan'izy ireo amin'ny orinasam-pifandraisana Orange Madagascar izay hotanterahina  amin'ny volana desambra ho avy izao. Toraka izany koa ny fiarahana amin'ireo taranak'i Jules Ramiarison raha tsy latsa-danja amin'ireo ny fanasongadinana ny antoko mpihira amin'ny lafiny rehetra. Raha tsiahivina ny tantara dia fikambanana tanora iray mivoy ny gadona klasika ny Vox Angeli. Avy amina fiangonana maro samihafa ireo tanora ireo no natambatry ny fankafizana sy ny fivoizana ity gadona iray ity izay marihina fa mivelatra amin'ireo karazan-kira maro samihafa. Ankehitriny efa tena lasa toy ny orinasa kely iray mihitsy ny Vox Angeli amin'ireo sampana misy ny mpikambana tsirairay avy. Miisa 25 mianadahy izy ireo ka misy ny mpitendry, mpihira izay mizara ho amina karazam-peo efatra.

 

Pati

 

 

 

L'express de Madagascar9 partages

Institut Français de Madagascar – Nabalüm et Sanzy font  voyager les mélomanes

Un concert d’envergure internationale sur la scène de l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely, aussi mélodieux qu’exotique soit-il. C’est ce qui manquait surtout au public habitué à cette institution culturelle incontournable de la capitale, au bout de cette longue pause, suite à l’épidémie de la peste. C’est donc avec les mirettes et les oreilles amplement rassasiées qu’il a apprecié un concert exquis et inédit  du vendredi soir. Un périple exclusif et poétique en musique, porté par deux artistes féminines d’origine africaine, a, en effet, pris vie sur la scène de l’IFM Analakely le temps d’un instant.D’un côté, on avait Nabalüm, une jeune révélation de la scène musicale du Burkina Faso dont la musique est très ancrée à l’identité de son pays. De l’autre, on avait Sanzy du Cameroun, une jeune chanteuse dont la musicalité s’avère être plus contemporaine. À elles deux, elles exposent une musique envoûtante et un brin abstrait, qui vous hypnotisent aux rythmes de ses notes.Ce passage par la Grande île rentrant, d’ailleurs, dans le cadre d’une tournée africaine en duo, qu’elles réalisent à deux. « C’est un privilège pour nous de faire la rencontre du public malgache. Un peuple honorable et passionné, qui, selon nou,s est chanceux de par la richesse artistique dont regorge ce pays. C’est un privilège pour nous de partager avec vous cet instant » confie Nabalüm. Elle, qui débute, d’ailleurs, le concert et se découvre à travers une voix veloutée, profonde et généreuse en émotions. Notamment, grâce à ses morceaux comme « M’yamê ». Sanzy n’est pas en reste avec une voix tout aussi riche en émotions et plus puissante.

A. P. R.

Midi Madagasikara9 partages

La FSAM fait encore des siennes

Incroyable mais hélas vrai, les résultats officiels du 38e RIM n’étaient pas finalement sortis. La faute à la Fédération de Sport Automobile de Madagascar qui a tout chamboulé. Dans un premier temps en effet, Yves et Nitro ont été déclassés à la quatrième place à cause d’une faute durant le « refueling » donc ne pouvant pas faire l’objet d’une lourde pénalisation.

C’est donc Ndrianja et Fanja qui prennent la tête mais furieux le Team Mika Faniry a aussi déposé une plainte. Et jusqu’à tard dans la nuit, les résultats ne sont pas encore sortis au grand dam des fans de cette discipline qui rappellent au passage qu’il s’agit d’une deuxième bourde de la FSAM après les sanctions sur certains pilotes bien avant le départ du Rallye de Materauto.

Le président de la FSAM, Bebe, aura intérêt à marcher sur des œufs pour préserver l’intérêt du rallye à Madagascar déjà que ce RIM n’a rien d’international par la présence du seul Mcdo.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

Itaosy : Lehilahy iray sy vehivavy telo, tratra niaraka tamina vola sandoka

Na dia eo tokoa aza ny lalàna izay milaza fa “voaheloka hiasa an-terivozona mandra-pahafatiny ny mpanao vola sandoka” , dia toa tsy mahafoana velively ireo tontakely izay misehatra amin’ity asa ratsy ity izany. Ny herinandro lasa teo tokoa mantsy, dia tambajotrana mpanao vola sandoka, saika hanaparitaka izany indray no saron’ny zandarimariam-pirenena teny amin’iny faritra Itaosy iny. Lehilahy ny iray tamin’izy ireo ary vehivavy kosa ny roa. Mbola nahatrarana vola sandoka mitentina eo amin’ny dimy alina sy efatra hetsy ariary teo moa izy ireto tamin’ny fisamborana azy. Raha ny fanazavana azo, dia nisy ny loharanom-baovao azon’ny teo anivon’ny zandary mahakasika ny fisiana olona mikasa hanaparitaka vola sandoka. “Nanao ny fikaroham-baovao toy ny mahazatra azy ny zandary tamin’io fotoana voalaza io ka nahare ny fisian’olona manaparitaka vola sandoka mipetraka eny Amboatavo Ambavahaditokana Itaosy. Nidina avy hatrany teny an-toerana ary izy ireo nanamarina izany ary niditra avy hatrany tamin’ny fanokafana fanadihadiana, izay nitohy tamin’ny fisavana ka niafara tamin’ny fahitana ireo vola sandoka ireo” hoy ny fampitam-baovao. Dimy izy ireo no tany amin’io toerana nisamborana azy ireo, saingy tafaporitsaka kosa ny iray, raha ireo azo sambo-belona ireo ny efatra. Efa eo an-dalam-pikarohana ity iray nitsoaka ity moa ireo tompon’andraikitry ny zandary any an-toerana. Ny zoma teo kosa no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ireto olona tratra niaraka tamin’ny vola sandoka ireto, ary nadoboka avy hatrany any Antanimora, miandry ny fotoam-pitsarana azy.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada8 partages

Fampihavanan’ny CFM : nitsodrano ny filohan’ny eveka

« Azonareo ny tsodrano, hoy ny raiamandreny filohan’ny Fivondronamben’ny eveka eto Madagasikara, raha toa ka tena manao fampihavanam-pirenena marina ianareo. » Izay no nambaran’ny filohan’ny Komitin’ny fampihavanana malagasy (CFM), Maka Alphonse, teny Ampefiloha, afakomaly, momba ny fangatahan’ny birao maharitry ny CFM fihaonana tamin’ny Fivondronamben’ny eveka eto Madagasikara teny Ambatoroka, ny 10 novambra lasa teo.

Nangataka ny fihaonana ry zareo amin’ny maha raiamandreny am-panahy ireo eveka,  nangatahin-tsodrano amin’ny fiatrehana ny adidy masina. Eo koa ny fanazavana tamin’izy ireo ny antom-pisian’ny CFM sy ny andraikitra nankinina taminy. Nanararaotra nanontany ireo eveka: aiza ho aiza ny « F » efatra nataon’ny FFKM amin’ity rafi-panjakana ity? « F » efatra: fiaiken-keloka, fibebahana, fahamarinana, fihavanana.

Tsy mihambo ho manana fahaizana sy ny hevitra rehetra hisian’ny fampihavanam-pirenena eto Madagasikara ny CFM. Hisy àry ny fivoriana tsy ara-potoana voalohan’ny CFM eny Ampefiloha, ny 20-22 novambra ho avy izao, hanaovan’ny manampahaizana malagasy fanofanana momba ny fampihavanam-pirenena. Hampitoviana lenta ny mpikambana izany. Anisan’ny hojerena amin’izany koa izay ho laharam-pahamehana amin’ny asa fampihavanana.

R. Nd.

 

News Mada7 partages

Pétanque – Mondial féminin : les Malgaches n’ont pas démérité

Le championnat du monde de pétanque s’est achevé sur une bonne note pour les boulistes féminines malgaches qui ont raté de peu le coche pour se hisser au sommet. Les Françaises ont effectivement eu le dernier mot en finale de ce plateau très relevé.

L’opération ne fut pas aisée pour Cicine et compagnie qui ont pourtant eu toutes les chances de monter sur la plus haute marche du podium pendant le championnat du monde féminin de pétanque qui a pris fin, samedi dernier, à Kihua, Chine. Cicine, Miran et Tita Kely n’ont pas pu renverser la triplette française en finale de cette compétition même si elles étaient bien parties pour ravir le titre cette année.

La France a été sacrée championne du monde après avoir battu les boulistes malgaches sur le score de 13 à 6. Mais ces dernières n’ont pas démérité et remportent ainsi la médaille d’argent. Pour rappel, Cicine et ses condisciples ont fait un parcours honorable en battant tout d’abord l’équipe n°1 du pays hôte, la Chine, par 13 à 7 aux huitièmes de finale. Et ce, avant de donner de fausses illlusions aux boulistes thaïlandaises en quarts de finale. Ce fut le match le plus difficile pour la troupe de Cicine car les deux formations se sont séparées sur le score serré de 13 à 12. Autant dire que la Thaïlande fait partie des berceaux de la pétanque et cette victoire démontre le niveau de la discipline dans la Grande île.

Madagascar a ensuite remporté en toute quiétude son billet pour la finale face aux boulistes italiennes en s’imposant, en vraies reines du bal, sur le score sans appel de 13 à 4. Pour sa part, la championne du monde malgache, Cicine, n’a pas pu rééditer son exploit au tir de précision car elle a été écartée par la Cambodgienne Ke Leng en quart de finale par 47 à 26. Cette dernière a ravi le titre dans cette catégorie et ce genre de compétition.

Rojo N.

 

Midi Madagasikara7 partages

Airtel Madagascar : Don de kits scolaires et d’hygiène à des EPP de la région d’Analamanga

Airtel Madagascar œuvre toujours pour une meilleure éducation.

Après les vacances de peste, place à la rentrée. Une nouvelle  occasion pour Airtel Madagascar de prouver qu’elle est une entreprise socialement responsable

En  effet, le 3e opérateur mobile mondial a offert des kits scolaires et des kits d’hygiène à près de 350 élèves des écoles primaires publiques de la région Analamanga à savoir les EPP de la commune de Mangamila, district d’Anjozorobe et l’EPP d’Alarobia.

Hygiène. La remise des dons aux élèves de Mangamila  a été faite vendredi dernier par une délégation d’Airtel Madagascar dirigée par son directeur des Ressources Humaines, Andry Ratsimbason. Le 17 novembre prochain, ce sera au tour de l’EPP Alarobia d’accueillir la délégation d’Airtel pour la cérémonie de distribution des kits scolaires et kits d’hygiène aux 150 élèves de l’école. En tout, près de 350 élèves ont eu droit à des fournitures scolaires de base composées d’un sac à l’effigie d’Airtel, de plusieurs cahiers de différents formats, ainsi que des stylos, des crayons et une règle. Par ailleurs,  des kits d’hygiène ont également été remis à ces élèves pour rappeler les bonnes pratiques d’hygiène surtout en cette période d’épidémie. Les volontaires d’Airtel ont d’ailleurs sensibilisé les enfants sur l’importance de se laver les mains avec du savon, un moyen efficace de prévenir les maladies.

Responsabilité sociale. Rappelons que le mois d’octobre dernier, l’opérateur a déjà octroyé des fournitures scolaires et des sacs de riz aux 300 élèves de son école adoptive, l’EPP Mahavelona. Les écoles publiques des provinces ont également bénéficié des kits. Ces dons s’inscrivent dans la politique de responsabilité sociale d’Airtel Madagascar.  « L’éducation est l’affaire de tous. Airtel Madagascar n’hésite pas, dès qu’il le peut, à apporter à travers chacune de ses actions, sa part de brique pour promouvoir l’éducation des enfants malgaches. Nous sommes heureux de pouvoir aider les parents à alléger leurs charges, et d’offrir aux élèves l’opportunité de poursuivre leur scolarité dans les meilleures conditions » a expliqué Andry Ratsimbason directeur des Ressources Humaines  d’Airtel Madagascar. Fidèle à ses valeurs de dynamisme, de solidarité et de respect, Airtel multiplie ainsi  ses actions en faveur d’une meilleure éducation pour les jeunes malgaches afin de leur permettre d’exploiter pleinement leur potentiel et de pouvoir participer activement au développement du pays.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

38e RIM : Belle victoire de Yves et Nitro !

Yves et Nitro ont su revenir au bon moment pour ravir la victoire de ce 38e RIM.

Le 38e Rallye International de Madagascar a tenu son pari avec un véritable show à Mahamasina devant des tribunes garnies. Comme il fallait un vainqueur l’équipage du Team Mika et Faniry avec Yves et Nitro  est monté sur la première marche avec la Subaru.

13 équipages sur les 29 au départ ont franchi la ligne d’arrivée du Rallye International de Madagascar qui a rendu un résultat presque logique avec la victoire d’Yves et Nitro du Team Mika Faniry.

Les deux hommes devançaient au classement Ndrianja et Fanja également sur une Subaru. La marque Subaru ravissait d’ailleurs la vedette aux autres puisque les cinq premiers équipages étaient au volant d’une Subaru.

Le King Hery Be. Notamment Boana et Miangaly qui pointaient à la troisième place devant Tahina et Baovola ainsi que Sefo Kely et Tsanga qui s’invitaient agréablement ainsi à la fête.

Une belle fête et plus particulièrement pour Hery Be qui se pare du nom de King of Mahamasina pour avoir réalisé le meilleur chrono sur sa Mitsubishi Evo 10 avec un temps de 1mn 07 sec 5 au cours des trois tours du stade d’une longueur de 1,350 km. Comme on ne peut pas tout avoir, un ennui mécanique a privé Hery Be d’un meilleur classement car il a été contraint à l’abandon à la suite d’un problème au niveau de la boîte de vitesse.

N’empêche, le bilan est largement positif pour Team Mika Faniry avec la victoire de Yves et Nitro sur l’ancienne Subaru Impreza de Hery Be.

On notera au passage le début réussi de Jean Marc Ravelonanosy à bord d’une P 205. Le frère de Bati qui a voulu tout juste tâter le terrain, a terminé à la 11e place de ce 38e RIM devant un viel habitué qu’est Dom avec sa Golf. C’est presque une certitude que Jean Marc va revenir car il a apprécié le spectacle de Mahamasina.

En attendant, voici le top 10 de ce RIM 2017

1er) Yves et Nitro sur Subaru

2) Ndrianja et Fanja sur Subaru

3) Boana et Miangaly sur Subaru

4) Tahina et Baovola sur Subaru

5) Sefo Kely et Tsanga sur Subaru

6) Haja Danielson et Alain sur Ssangyang Actyon

7) Nirina et Alcazaria Jr sur P.205

8) Nari et Tito sur Golf II

9) Macdo et Jimmy sur P 206

10) Anjara et Aina sur Golf III

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara6 partages

Toamasina : Nisy nanipoka, nanjavona teny an-tsena ny kapaoty

“Tena sahirana izahay mitady fimailo izao, tsy mahita intsony izahay eny an-tsena nefa fomba iray hiarovako tena amin’ny filako ny fampiasana azy io”, izay no nambaran’ity tovolahy iray nitaraina mikasika ny tsy fahitany ity fiarovana amin’ny aretina azo avy amin’ny firaisana ara-nofo ity eto Toamasina, tato ho ato izay. Raha natao tokoa ny fanadihadiana amin’ireo mpivarotra misy soratra mivarotra izany maromaro eto Toamasina, dia tena tsy manana tahiry intsony izy ireo noho ny tsy fisian’ny famatsiana azy ireo intsony, nefa ny fimailo amidin’izy ireo no mora sy zakan’ny volan’ny olon-drehetra amin’ny fiarovan-tenany amin’ny aretina sy amin’ny vohoka tsy nirina. Na izany anefa ireo mbola manana tahiry tany aminy dia lasa mivarotra ity fimailo ity  lafo dia lafo, satria lasa misy mivarotra 2.000 ariary ny singany iray amin’izany izao eny amin’ireo tsena mpivarotra izany. Ankilan’izay anefa dia misy ireo fimailo hatrany, eny amin’ireo mpivaro-panafody, saingy tsy natao ho an’ny daholo be izany noho ny vidiny. Koa na lafo aza izy ireny dia eny ankehitriny no mivatsy izany ireo mpampiasa azy amin’ny filany. Ankoatra ny olan’ireo mpampiasa izany  ho fiarovan-tenany amin’ny filany, dia fantatra ihany koa izao fa mijaly ireo olon-kafa mampiasa izany amin’ny zavatra indray. Eo ireo mpampiasa izany ho fanatsarana ny volo izay mampitsiry ny volo mihintsana izany sy mampaniry ny loha sola, eo koa ireo mpanjono sy mpanarato mampiasa azy ireny koa entina hamonosana ireo “lampe de poche” hitsirihana sy hakana orita sy dingadingana. Hatreto aloha dia tsy nisy nahazoana fanazavana ny antony, sy milaza ny tsy mahalala mikasika ny tsy fahitana fimailo an-tsena ireo tompon’andraikitra rehetra nanontaniana.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada5 partages

Morontsiraka eto Madagasikara : tsy mihodina ara-dalàna ny seranan-tsambo maro

Ny 28 septambra ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny ranomasina, nanokafan’ny Organisation maritime internationale (OMI) azy, amina lohahevitra « Ny ifandraisan’ny mpitatitra an-dranomasina, seranan-tsambo ary ny mpiasa ». Samy manana ny fandaharam-potoany momba izany ny firenena isanisany.

Natomboka tany Manakara, ny faran’ny herinandro lasa teo ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny ranomasina eto amintsika, izay mbola hotohizana any Mahajanga, Antsiranana, Nosy Be, Toliara, Taolagnaro, Sainte Marie, Morondava, Antalaha, sy eto Antananarivo. Ankoatra an’Antananarivo, tanàna amoron-dranomasina daholo ireo, manana seranan-tsambo. Ny ao Toamasina irery ihany anefa no miantoka ny 80 % ny asa eo amin’ny seranan-tsambo eto Madagasikara. Midika izany fa tsy mihodina araka ny tokony ho izy ny hafa, na efa misy aza ny eo an-dalam-panarenana azy. Ny ao Manakara aza, efa nikatona hatramin’ny 2008.

Amin’ny maha Nosy ny tanindrazantsika, harena lehibe ny ranomasina, iankinan-javatra maro eo amin’ny fampihodinana ny toekarena : fitaterana anatiny sy any ivelany, mampidi-bola be indrindra ho an’ny fadintseranana, jono an-dranomasina, harena isan-karazany anaty ranomasina (zavaboahary, solika, sns), fizahantany, famokarana angovo, fanomezana asa. Natao hiasana hampandrosoana ny firenena isanisany ny lohahevitra nofaritan’ny OMI, indrindra aty amin’ny tany mahantra.

Manana ny APMF ny eto an-toerana misahana ny fitaterana an-dranomasina sy ny seranan-tsambo, tokony hanokatra fiaraha-miasa bebe kokoa amina sehatra tsy miankina, hijery akaiky ny hampifandray sy hampahomby ny asa an-dranomasina sy izay sampana tokony hifandray aminy rehetra.

Raha ny morontsiraka sy ny ranomasina fotsiny eto Madagasikara, tokony hampihodina hatrany amin’ny 68,7 % ny toekarem-pirenena, araka ny fanadihadiana navoaka ny sampana mpanao fikarohana ao amin’ny OMI tamin’ny fiandohan’ny taona 2000. Ankehitriny amin’izao fiovan’ny toetrandro izao, tokony hanantombo noho izany ny tombontsoa azon’ny Malagasy avy amin’ny harena an-dranomasina.

R.Mathieu

Midi Madagasikara5 partages

Ligue des champions : Un 5e titre pour CNaPS Sport !

Le cru 2017 de la CNaPS Sport est plus complet dans ses lignes.

La CNaPS Sport à qui il suffisait d’un match nul ou d’une courte défaite, a fait mieux en battant Elgeco Plus sur le score de 1 à 0 sur un penalty de Njiva. Et dans un match très tendu, trop tendu où le public a eu droit à une séance de boxe dans la tribune officielle, l’inévitable s’est passé quand Dino et ses camarades quittaient définitivement la pelouse à la 81e mn.

Un 5e titre de champion de Madagascar pour la CNaPS Sport, on ne peut rêver mieux pour une équipe qui signe ainsi un record. Un titre que les caissiers ont mis en place depuis l’entame de cette Poule des As où ils n’ont rien lâché en gagnant tous leurs matches en réponse à leurs détracteurs.

La CNaPS Sport rafle tout. Une saison pleine en fait même si on ne peut pas effacer d’un trait la défaite en Telma Coupe de Madagascar contre une équipe du TAM Port Bergé. Mais le football, c’est aussi ce côté imprévisible qui aurait au moins servi une chose notamment au réveil de toute l’équipe qui n’a jamais été aussi performante qu’à l’heure actuelle. A preuve et au moment des lauriers au stade d’Ampasambaza, Niasexe s’offre le trophée de meilleur buteur tandis que son coéquipier Lalaina, le titre de meilleur joueur de la Ligue des champions.

Avec un trio d’attaque composé de Njiva, Lalaina et Lucien Kasimo, la CNaPS Sport est maintenant mieux armée pour vivre pleinement sa campagne africaine. Reste à espérer que tous les joueurs vont rester pour ce nouveau challenge. Prudent, le staff technique veut encore étoffer l’effectif avec des visées sur l’attaquant de l’AS Adema Angelo, ne serait-ce qu’à titre de prêt pour la Ligue des champions d’Afrique où le club ne cache pas ses ambitions d’aller le plus loin possible, le seul gage d’un retour de manivelle avec des primes, on le sait, conséquentes.

Pour revenir aux matches de Fianarantsoa d’hier, le COSFA s’est plutôt ressaisi pour infliger une défaite de 2 buts à 0 au HZAM Amparafa. Une rencontre sans réelle conviction où Julien est sorti du lot pour marquer les deux buts des militaires. Mais un galop d’essai pour le COSFA qui va disputer la finale de la Telma Coupe de Madagascar contre Fosa Juniors. Une autre paire de manches en somme…

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada4 partages

Handball-CCCOI : THBC en préparation

«Plusieurs équipes malgaches prévoient de participer à la Coupe des clubs champions de l’océan Indien qui se déroulera à Maurice du 25 novembre au 3 décembre», a annoncé le président de la Fédération malgache de handball (FMHB), Fidèle Razafintsalama, avant son départ pour l’Assemblée générale de la Fédération internationale de handball en Tunisie, vendredi dernier.

Parmi les formations qui pourraient défendre les couleurs malgaches à cette compétition régionale figure la grande équipe féminine de THBC et non moins détentrice de la CCCOI.

Depuis quelques jours, les handballeuses de l’équipe championne de Madagascar affûtent leurs armes en vue de cette compétition qualificative pour la joute africaine des clubs.

Cependant, comme à l’accoutumée, commun aux disciplines sportives malgaches, le conditionnel est de mise dans la mesure où le budget nécessaire à cette campagne reste à trouver.

Sur le plan national, les compétitions reprennent leurs droits après la levée de l’interdiction par le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS). Et selon le président de la FMHB, «Les activités de la fédération seront réalisées à temps».

Ainsi, après les joutes régionales et le tournoi de la Zone centre, qualificatif pour le sommet national, la fédération donne rendez-vous au mois de décembre pour le championnat de Madagascar à Antananarivo.

Naisa

 

L'express de Madagascar4 partages

Journée de la mer – La ville de Manakara à l’honneur

Avancer. La fin de la semaine dernière a été une occasion pour le ministère des Transports et de la météorologie de s’engager dans la redynamisation des infrastructures maritimes et fluviales. La journée mondiale  de la mer, célébrée internationalement tous les 28 septembre, et celle des gens de mer, marquée tous les 25 juin, ont été combinées pour Madagascar pour être honorées les 10 et 11 novembre. « Le choix de Manakara pour célébrer ces deux journées n’est pas fortuit », souligne Beboarimisa Ralava, ministre des Transports et de la météorologie à l’ouverture de la célébration, vendredi, au bord de Manakara be,capitale de la région Vatovavy Fitovinany. « Madagascar est membre de l’organisation Maritime internationale depuis 50 ans. Aussi, ne –laisserons nous pas passer ces journées importantes pour souligner l’étroite relation entre les bateaux, les ports et les Hommes », a-t-il ajouté. « Il est temps pour Manakara de se relever pour reprendre sa renommée d’antan car la remise en marche du port de Manakara est déjà à l’étude », a déclaré le ministre responsable. Cafés, girofles, raphia, bananes et  litchis, entre autres, auront l’opportunité d’être écoulés directement vers les îles voisines.Le canal des Pangalanes ne sera pas en reste. Le royaume du Maroc s’est déjà engagé à appuyer le gouvernement dans l’assainissement et la remise aux normes de la circulation fluviale pour mieux desservir les activités avoisinantes.

ProfessionnelsLe début des travaux n’a pas été annoncé à cette célébration. Les conférences débats ont, par ailleurs, mis en relief l’importance du travail des gens de mer. « On néglige souvent la part importante du travail des gens de mer pour l’économie locale, régionale et nationale. Mais il appartient aux gens de mer aussi de respecter leur travail en prenant soin de leurs moyens de navigation et en se professionnalisant constamment dans ce métier », indique un conférencier de l’APMF (Agence portuaire maritime et fluviale). On apprend le redémarrage du centre de formation professionnelle des gens de mer à Mahajanga ainsi que l’organisation des formations du genre à travers l’île, comme celle récemment réalisée à Mananjary.  Le ministère a fait savoir qu’une rencontre de haut niveau se déroulera incessamment à  Londres. Elle vise le développement  du secteur, notamment, dans la recherche d’appuis techniques et dans la réalisation effective des diverses conventions et ratifications signées par les pays.Cette célébration de la journée de la Mer et de celle des gens de mer à Manakara a été une aubaine d’inciter le secteur privé à s’intéresser au secteur maritime et fluvial. « En effet, les Malgaches ne profitent pas encore assez du fait que leur île est entourée de mer, source de revenus rentable », indique un autre responsable de l’APMF.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar4 partages

Les préjugés de la littérature historique coloniale

Ida Pfeiffer, touriste autrichienne de passage dans la capitale, est reçue par la reine Ranavalona Ire, en 1857. Son séjour tombe mal, signale Simon Ayache (« Esquisse pour le portrait d’une reine : Ranavalona Ire », revue d’études historiques Hier et Aujourd’hui, N°1 et 2, 1975), car il coïncide avec le moment du célèbre complot, mettant notamment en cause Jean Laborde, Lambert et même son fils, le prince Rakoto.Dans son Voyage à Madagascar paru en 1860, qui devient célèbre, elle écrit : « Du sang, toujours du sang, la reine considère qu’elle n’a pas gagné sa journée si elle n’a pas ordonné dix ou vingt condamnations à mort… Si le gouvernement n’est pas bientôt renversé, si l’on n’enlève pas le pouvoir des mains de cette mégère, on verra des exécutions et des atrocités horribles… » L’ Histoire de Madagascar d’Alfred et Guillaume Grandidier (1942) reprend, dans un « langage plus étudié », les mêmes accusations. En quelques lignes, commente Simon Ayache, éclatent « tous les préjugés caractéristiques de la littérature historique de l’époque coloniale». C’est-à-dire  le contraste entre Radama Ier, ami des Européens, et son « indigne » épouse, ennemie de la civilisation (lire précédente Note).Extrait : « Lorsque le sikidy (procédé de divination) avait rendu son arrêt, s’il était fatal, Ranavalona devenait féroce… Le vieux parti merina, nombreux et puissant, qui avait porté Ranavalona au pouvoir et qui n’approuvait pas les innovations de Radama, replongea Madagascar, qui commençait à se civiliser, dans son ancienne barbarie et fit revivre les coutumes idolâtriques, avivant d’une part, la haine de l’étranger et cherchant à se débarrasser des européens dont il redoutait l’influence ; et d’autre part, excitait les clans les uns contre les autres, abrutissant le peuple par l’excès de la servitude et exterminant quiconque faisait montre d’énergie et de courage. Son premier acte fut de faire annuler par la reine le traité avec l’Angleterre. »Simon Ayache énumère alors les écrivains et historiens, protestants et catholiques. D’après lui, dès 1838, W. Ellis inaugure la lignée des historiens et écrivains protestants, « représentée du côté français par G.S. Chapus et G. Mondain ». L’Histoire de Mada­gascar du missionnaire protestant « pose nettement le problème du règne de Ranavalona en termes de relations politiques et culturelles, avec l’Europe ». À la mort de Radama, mentionne-t-il, « beaucoup, en vérité, semblait dépendre du choix du successeur. Non seulement la paix intérieure du pays, mais aussi la poursuite ou l’abandon de tous les projets de Radama entrepris pour le progrès de son peuple. Et les membres de la Mission n’étaient pas les moins intéressés à une telle décision… »Poursuivant son analyse, Simon Ayache précise que si les successeurs français d’Ellis reprennent plus tard toutes ses thèses, dans un style d’histoire coloniale qui les rapproche plutôt de Grandidider, les auteurs malgaches utilisent son « Histoire» ou s’en inspirent dans un tout autre esprit. « Leurs jugements aussi sévères expriment, cependant, des sentiments plus profonds, une idéologie  de caractère ‘national’ qui leur donnent une autre valeur. » Car ils apprécient le règne de Ranavalona dans l’évolution morale et religieuse de l’Imerina et du point de vue de leurs convictions, « sans condamner en bloc tous ses choix politiques ».Ainsi de Raombana qui, le premier, exprime la tradition aristocratique et protestante de l’histoire culturelle du XIXe siècle. Bien qu’il n’ait pas connu le livre d’Ellis, introduit dans l’ile vers 1863, « sa formation anglaise, acquise en Angleterre pendant huit ans, lui fait partager des sentiments semblables. Son éducation chrétienne lui donne une nouvelle vision du monde et des hommes, lui inspire le respect profond de la liberté des nations. « Il félicite sans ambages sa souveraine pour la lutte menée contre les ambitions coloniales de l’Europe au nom de l’indépendance nationale. Mais il ne lui pardonne pas le « néfaste gouvernement sous lequel gémit » le peuple malgache, « car authentique gouvernement absolu » qui inflige souvent la mort « pour des fautes minimes ».Car mises à part la dureté d’une telle justice et l’aveugle foi en d’aveugles idoles, précise Simon Ayache, Raombana lui fait âprement grief de l’inutile cruauté des guerres intérieures, exterminatrices aussi bien pour les Merina que pour les provinciaux. « Il m’est douloureux de rapporter ici que j’ai vu récemment (1853) deux provinces, jadis très populeuses, aujourd’hui totalement dépeuplées par la guerre et par la cupidité des officiers de garnison… dans ces pays, rien ne prospère sinon les chiens… »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

Midi Madagasikara4 partages

Droit au but : Candidat unique !

La suspension du président de l’ACNOA, Lassana Palenfo, par le CIO par 47 voix contre quatre, a été au centre de toutes les discussions des sportifs. Non pas parce que la mesure certes provisoire jusqu’au verdict du Tribunal Arbitral du Sport (TAS), a frappé un icône du sport en Afrique mais bien parce que ce dernier s’est rendu coupable d’avoir verrouillé la candidature au poste de président de l’ACNOA en éliminant l’actuel président de l’athlétisme africain, Ahmad (un nom porte bonheur comme celui qui siège à la CAF) mais bien le Camerounais Ahmad Kalkaba Malboum pour des raisons fictives en évoquant que ce dernier bénéficiait de l’aide de son gouvernement.

Mais ce concept de candidat unique a aussi cours à Madagascar. Mais il ne faut pas s’étonner outre mesure car Lassana Palenfo n’est autre que le mentor du président du COM, Siteny Randrianasoloniako avec qui ce dernier a tout appris.

D’abord toutes les élections au sein des fédérations sportives malgaches, à des rares exceptions près, se tenaient avec un candidat unique. L’athlétisme étant l’exception qui confirme la règle, on peut citer tous les présidents proches de Siteny Randrianasoloniako notamment les présidents de l’haltérophilie, le cyclisme, l’escrime, la gymnastique, le badminton et la voile.

Et la situation risque de perdurer devant l’immobilisme du ministère des Sports. Sauf peut-être si la sanction de Palenfo fera un effet boule de neige pour que le Comité Olympique International consente enfin à clarifier toutes les situations, africaines de surcroît.

Car le mal est beaucoup plus profond avec cette manie de verrouiller toutes les portes. C’est le cas notamment au football qui est en train de mettre en place toutes ses structures décentralisées. Aux dernières nouvelles, la Ligue de Toamasina est poursuivie en justice pour avoir favorisé la méthode de candidat unique dans les sections et donc logiquement des hommes proches du président sortant.

A Mananjary, l’affaire est aussi portée en justice car les membres de la Commission Electorale curieusement désignés par la ligue locale, étaient introuvables le jour de la clôture du dépôt de candidature et empêchant ainsi un candidat de se présenter.

Comme les cas de Toamasina et de Mananjary ne sont que la face cachée de l’iceberg, on doute fort de la sincérité des élections organisées actuellement par la Fédération Malgache de Football. Avec des candidats uniques, l’écrasante majorité des présidents des ligues en exercice vont être reconduits. C’est aussi simple que cela…

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Inclusion financière : Interconnexion entre Telma et BNI Madagascar

Telma et BNI Madagascar font équipe pour renforcer l’inclusion financière. Les deux entreprises viennent de franchir un grand pas avec la collaboration dans le système d’interconnexion  qui permet par exemple, depuis mai 2016, aux guichets BNI d’accepter les opérations MVola. Depuis septembre 2017, le système d’interconnexion mis au point par BNI MADAGASCAR et TELMA permet les virements d’argent de leur compte bancaire BNI vers MVola ou vice versa ; les clients disposant de ces services gratuitement.  Du coup, à l’instar de ce qui a pu se voir dans d’autres contrées comme au Kenya par exemple, une banque BNI MADAGASCAR et un opérateur mobile TELMA ont franchi le pas aujourd’hui pour proposer des services financiers à travers le mobile.

Ce partenariat favorisera l’inclusion financière, et permettra de mettre en commun les avantages d’un opérateur mobile qui occupe une place de premier rang sur le territoire et les avantages d’une banque en mouvement BNI MADAGASCAR qui apporte son soutien en tant que garant des opérations de services financiers offertes par Mvola. Une responsabilité que BNI MADAGASCAR assume complètement car la proximité et l’innovation au bénéfice de la clientèle sont les leitmotivs de BNI MADAGASCAR pour être la banque de demain.

Ces nouvelles solutions vont incontestablement améliorer la culture financière de la clientèle mais aussi intégrer dans le système financier une partie de la population qui n’ose pas encore franchir le pas d’une agence bancaire. Toutes les équipes de BNI MADAGASCAR et de TELMA ont bien travaillé sur ce projet innovant et structurant au bénéfice du pays en général et de la population en particulier. La CSBF a bien compris les enjeux de ces nouvelles solutions financières via le téléphone portable qui permettront d’être un levier pour l’inclusion financière du pays.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info3 partages

Football match amical: Barea # Comores match nul - samedi 11 novembre

Le score a été de 1 partout entre l'équipe nationale malgache BAREA et celle des Comores au Stade Municipal de Saint-Leu-la-Foret lors du Derby.
En vue de la préparation de CAN 2019 (Coupe d'Afrique des Nations) l'équipe malgache Barea a rencontré les Coelacanthes la nationale comorienne.
Le match a été dominé par les malgaches qui ont mené dès la 6e minutes de jeux par Carolus. Un premier mi-temps en faveur des malgaches qui ont mené 0 à 1.
Relayé sur le facebook de Barea de Madagascar nombre d'entres nous ont pu lire l'évolution du match au fur et à mesure des occasions intéressantes que se procuraient les deux équipes.
Le 2nd mi-temps a été cependant moins chanceux pour notre équipe nationale puisque les comoriens égalisent à la 53e minutes et que de nombreuses occasions se présentent sans concrétisation de but (un face à face avec le gardien à la 64e min et un joli coup franc à la 70e min...).
Vous pouvez retrouver les détails relayés de ce match par Barea de Madagascar sur sa page facebook ci-joint.
Tia Tanindranaza3 partages

Dosien-dRavalomananaNanjavona tao amin’ny fitsarana ?

Miparitaka amin’ny tambajotra ara-tsosialy (fb) nanomboka omaly alina ny resaka fahaverezan’ny dosie lehibe na “Grand dossier” mikasika an’i Marc Ravalomanana tao amin’ny tribonaly Anosy ny sabotsy 11 novambra.

 

Midi Madagasikara3 partages

CFM : Rencontre avec les membres de la Conférence des évêques

Les membres du bureau permanent du « Conseil du Fampihavanana Malagasy » (CFM) ont rencontré les membres de la Conférence Episcopale de Madagascar (CEM) vendredi dernier, à Ambatoroka. Ce fut une occasion pour le CFM de parler du rôle de ce dernier aux évêques. Le 4F organisé par le FFKM en 2015 a été également abordé. Par ailleurs, le CFM tiendra une Assemblée Générale extraordinaire les 20, 21 et 22 novembre prochains. Notons que le président du CFM, Maka Alphonse a souligné que cet organe manque de moyens mais malgré tout, il pense faire des descentes dans les chefs-lieux de province.

Attributions. Faut-il rappeler que le CFM a pour attributions principales, l’établissement de la vérité sur les violences et les allégations de violation des droits de l’homme en relation avec des faits liés aux évènements politiques de 2002 jusqu’à la fin de la Transition, en permettant aux personnes victimes des violations des droits de l’homme ainsi que celles qui en sont responsables de s’exprimer.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Douane : Fin de la formation militaire

La formation militaire des élèves agents de constatation et agents d’encadrement de la douane a pris fin vendredi dernier à l’Ecole Nationale de la Gendarmerie de Moramanga.  Ils étaient au total 123 à avoir suivi cette formation depuis le 22 octobre dernier. Ils ont été initiés à la discipline militaire, à la surveillance, (veille et renseignement), à la technique de contrôle routier,  et à la formation militaire proprement dite (ordre serré, défilé, tir, simulation sur terrain, maniement des armes…). Cette formation est justifiée par le fait que la douane est une administration paramilitaire.

A titre de rappel, la première formation militaire pour les nouvelles recrues a débuté en 2004 avec la troisième promotion des élèves-inspecteurs, et a continué avec cette prise en main de la promotion

2016 pour les élèves agents d’encadrement et agents de constatation, ainsi que les élèves contrôleurs et bientôt, la 5e promotion des élèves-inspecteurs. Après la vague des agents, l’Ecole Nationale Supérieure de la Gendarmerie accueillera les élèves contrôleurs.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada2 partages

Détention de faux billets : quatre individus arrêtés à Itaosy

La collaboration entre la population et la gendarmerie nationale a porté ses fruits dans la commune rurale d’Itaosy, dans le district d’Antananarivo-Atsimondrano, en permettant la neutralisation d’un réseau de faux monnayeurs à Amboatavo-Ambavahaditokana.

Les quatre membres d’un groupe soupçonné de mise en circulation de faux billets de banque ont été arrêtés par des éléments de la brigade de la gendarmerie nationale d’Itaosy, le 8 novembre.  Informée de la présence de ces faux monnayeurs dans sa circonscription, la brigade a, en effet, décidé de mener des investigations ayant abouti à une perquisition effectuée à Amboatavo-Ambavahaditokana, pour mettre la main sur ces malfaiteurs avec une masse de faux billets de banque évaluée à 450.000 ariary. Un des membres du gang a pu échapper aux mailles du filet de la gendarmerie mais les enquêteurs sont déjà sur ses traces actuellement, aidés de renseignements sur son identité.

Coiffée au poteau par les forces de l’ordre, la bande n’a encore pu effectuer l’opération de mise sur le marché de leurs fausses liasses. La propagation de ces nouveaux faux billets a pu être évitée ainsi grâce à la collaboration entre la population et la gendarmerie nationale qui incite toujours les citoyens à lui fournir des renseignements pour restaurer la sécurité publique en leur assurant une totale confidentialité.

Les faux monnayeurs ont été placés en détention préventive à la Maison centrale d’Antanimora après avoir été présentés au parquet le 10 novembre dernier.

ATs.

 

Midi Madagasikara2 partages

Football amical : Les Barea tenus en échec par les Cœlacanthes

Un demi-échec pour les Barea contraints au partage, 1 à 1, par les Cœlacanthes. C’était samedi en France où le sélectionneur Nicolas Dupuis s’est attelé à faire tourner son effectif essentiellement formé par des expatriés en vue des éliminatoires de la CAN 2019 contre le Sénégal.

Madagascar tenu en échec par les Comores ! Dans un passé lointain, ce résultat aurait pu être un affront pour la Grande Ile mais compte tenu des efforts fournis par nos voisins durant ces dernières années pour remettre leur football sur orbite, c’est presque un exploit d’avoir réussi à arracher ce nul de 1 à 1.

Zotsara égal à lui-même. Car mine de rien, les Comores qui s’appuyaient aussi sur leurs expatriés ont fait un grand bond en avant et on l’a appris tard samedi.

L’équipe type alignée par Nicolas Dupuis ne manquait pas pour autant de charme même si on aurait aimé voir Zotsara d’entrée pour animer les actions offensives. Il a d’ailleurs réussi une belle passe pour Faneva Ima avant de se trouver nez à nez avec le gardien comorien.

Autre tout nouveau tout bon, on citera aussi Jérôme Mombris sur le flanc droit de la défense ainsi que le jeune Marco Ilaimaharitra placé en sentinelle aux côtés du revenant Anicet Abel.

Dans la charnière centrale, Fontaine se trouvait en couverture de Bapasy qui a marqué le but malgache sur un corner de Carolus (6e). Ibrahim Amada signait aussi son retour en équipe nationale aux côtés de Voavy Paulin.

Sortie de Bolida. Dans les buts malgaches se trouvait Ibrahim Dabo tandis que Faneva Ima se trouvait à la pointe de l’attaque.

Bref, tout marchait si bien jusqu’à la sortie de Bolida alors que ce dernier tenait bon sur le flanc gauche de la défense. Pour des raisons qu’on ignore, le meneur comorien, Youssouf Bendjaloud, se trouvait complètement libre de tout marquage pour armer le but de l’égalisation.

Autant le dire que l’essai est moins concluant alors que Nicolas Dupuis avait de la matière car outre Zotsara qui n’est rentré qu’en seconde période, il y avait aussi Deba Kely, Rinjala, Alexandre Boyer, Gladison, Dimitri Caloin et Adrien Melvin.

Il va falloir montrer un tout autre visage pour espérer faire douter les Lions du Sénégal d’un certain Sadio Mané.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Socio…… ….Scopie

# Religion. L’église central et siège officiel de l’église protestante réformée FPVM (Fiangonana Protestanta Vaovao eto Madagasikara) a été inauguré officiellement samedi dernier à Taninanandrano Ampandrana, en présence du Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly. Les bâtiments ont une capacité d’accueil de 20 000 personnes.

Peste. Le dernier bulletin épidémiologique de la peste émis par le Bureau national de Gestion des Risques et Catastrophes fait état de trois nouveaux cas dépistés contre deux guéris le 10 novembre dernier. Par ailleurs, 34 patients sont actuellement en cours de traitement.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Chronique de Mickey : Les bâtisseurs du Monde

« Etre homme, c’est précisément être responsable. C’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde.»  disait Antoine de Saint Exupéry. Ces quelques mots peuvent s’appliquer à ces petites gens qui, tôt le matin, arpentent les chemins et les rues menant à leurs lieux de travail se trouvant au gré des chantiers. Ces artisans du bâtiment avec au dos des bardas contenant scie, truelle, marteau, une règle de niveau… et de quoi faire la pitance de la journée marchent en silence  mais cadencés  par la même pensée, celle de devoir subvenir aux besoins de chaque famille respective. Parmi eux, des tailleurs de pierre, ils vont rendre le bloc de roche en petits morceaux aux formes la plus cubique réalisable pour que ses confrères puissent les empiler  de la manière la plus facile possible. C’est sa responsabilité. Puis, le maçon, de sa truelle et de sa règle de niveau vont s’appliquer à bien empiler les moellons les uns sur les autres, pour que les murs soient rectilignes, que le bâtiment tienne debout et ait une fière allure en plus, et surtout que le tout supporte la couronne : un toit, un dôme ou un clocher. Puis, il y a le couvreur, il  est là pour régler l’angle des charpentes, pour ajuster la clé de voûte, pour bien agencer  la toiture, pour bien canaliser l’air et la lumière. Il est généralement le maître responsable non seulement de sa famille mais aussi de l’édifice de l’ouvrage, de la coordination des travaux de toute l’équipe, de l’initiation  des apprentis qui vont à leur tour comme lui parcourir le pays par monts et par vaux et partager le savoir. Le travail accompli, il s’en ira vers d’autres cieux, baluchon sur le dos. En posant sa pierre, il a contribué à bâtir le monde. Question ultime, qui est le grand architecte de ce monde, de cet Univers ? Laissons encore l’auteur du Petit Prince répondre à ce débat  sans fin.  « La polémique ne fait qu’aigrir les rapports aigris, car chacun croit en sa propre noblesse. Personne n’a le sentiment (pourtant très simple) de la multiplicité des systèmes conceptionnels. » ou encore « Dieu est vrai, mais créé peut-être par nous. » ou enfin, « Que m’importe que Dieu n’existe pas : Dieu donne à l’homme de la divinité ». Pour finir, un lointain souvenir de cours de philosophie me revient où un certain Feuerbach disait « Nous avons créé un être parfait,  nous l’avons appelé Dieu ».

M.Ranarivao

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Concours de débat radiophonique sur les « Droits Humains » : Place aux quarts de finale

Dans le cadre de la préparation du Séminaire annuel de la société civile sur les Droits humains qui se tiendra du 16 au 18 novembre prochain, le Centre de Presse malgache et la Radio Université Ambohitsaina organisent conjointement un concours de débat radiophonique en live. Outre les affiches et les annonces dans les médias, les organisateurs ont soumis un appel à candidature aux universitaires, issus des établissements publics comme privés. Toutefois, la candidature des associations estudiantines était particulièrement encouragée.

Sujets. Le concours de débat radiophonique sera libre, mais par contre balisé par des sujets  relatifs à la définition des Droits humains, au niveau national et international. Les candidats rivaliseront donc de talents oratoires et d’arguments de taille, à travers les sous-thématiques suivants : l’environnement, la santé, l’enfance, la jeunesse et la famille, le genre, l’ethnie, le handicap, les droits sociaux, l’éducation et l’accès à la terre.

Finalité. L’objectif principal est de mesurer la perception et la compréhension qu’ont les universitaires du concept des Droits humains. Les quarts de finales se dérouleront aujourd’hui à partir de 14h00, suivis par les demi-finales demain à la même heure, toujours dans les locaux de la Radio Université Ambohitsaina. La finale de ce concours radiophonique sera couplée avec celle du Séminaire annuel de la société civile sur les Droits humains au parvis de l’Hôtel de ville à Antananarivo. Elle aura lieu le 18 novembre prochain.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada1 partages

Kitra ara-pirahalahiana : nandiso fanantenana ny vokatra azon’ny Barea

Nisaraka, ady sahala 1 sy 1, ny Barea de Madagascar sy ny Coelanthes avy atsy Kaomoro. Fihaonana, ara-pirahalahiana notanterahina ny asabotsy lasa teo, tao amin’ny kianja St Leu La Forêt, Frantsa. Nandiso fanantenana ny maro ity ady sahala ity, satria ekipa tsy milahatra amin’ny Malagasy mihitsy ry zareo Kaomorianina.

Na izany aza, nanokatra ny isa ny Barea, teo amin’ny minitra fahadimy, tamin’ny alalan’i Bapasy, taorian’ny “corner” nodakan’i Zotsara. Nihevitra ny rehetra fa hisesy ny baolina ho tafiditra, taorian’izay, satria nofehezin’ny Barea ny lalao teo amin’ny 15 mn voalohany. Nahay namezivezy baolina ry Anicet sy ry Zotsara ary tsara ihany koa ny fiarovantena, notarihin-dry Deba Kely sy i Bapasy ary i Mombris. Tany amin’ny lohalaharana moa, tsy nahasakana an-dry Faneva sy i Carolus ary ny fitsoriadriak’i Paulin ireo vodilaharana kaomorianina, saingy lesoka ny famonoam-baolina.

Teo amin’ny fidirana faharoa, niezaka nanafika ny Kaomorianina, ary izy ireo indray no nanindry. Vokatr’izay, nahasahala ny isa ry zareo, teo amin’ny minitra faha-53, raha somary nanao ratsy fipetraka  ny vodilaharana malagasy. Mbola betsaka ny lesoka ilàna fanarenana, ho an’ny Barea.

 Tompondaka

 

News Mada1 partages

Mahitsy : tratra ireo vehivavy mpivarotra rongony

Naiditra am-ponja vonjimaika eny Antanimora ny roa amin’ireo vehivavy voarohirohy ho nanao trafikana rongony tratran’ny zandary tany Mazavatakona Mahitsy, ny herinandro teo. Ny zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Mahitsy, distrikan’Ambohidratrimo no nahasambotra ireto vehivavy malaza ratsy amin’ny fanaovana trafikana rongony ireto. Nanao fisafoana toy ny mahazatra ny zandary ka nifanena tamin’olona iray nifoka rongony izay nosamborin’izy ireo. Nandritra ny fanadihadiana no nanoroan’ilay mpifoka rongony ny toerana nividianany izany.

Nangataka fahazoan-dalana hanao fisavana teny amin’ny tribonaly Anosy ny eo anivon’ny tobim-paritra eny an-toerana ka ny andron’io ihany dia natao ny fisavana ny tranon’ireo olona voatondro ireo ao Mazavatakona Mahitsy. Ny trano fonenan’ny iray amin’ireo vehivavy telo tratra ireo no nanatanterahana ny fisavana. Fonosan-drongony marobe efa vonona hamidy no hita tao miaraka amin’ny rongony 3 kg mahery.

Fa tratran’ny polisy teny Andravoahangy sy Antaninarenina, ny asabotsy teo koa ny jiolahy roa mpidoroka zava-mahadomelina sady manendaka. Samy efa nigadra teny Antanimora izy roa lahy ireo, saingy nanohy ny asa ratsiny hatrany nony tafavoaka ny fonja.

Jean Claude

News Mada1 partages

Réconciliation : le CFM en quête de légitimité

Le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) se trouve, ces derniers temps, sous le feu des critiques. Ses membres veulent, toutefois, entamer des démarches pour obtenir la reconnaissance auprès de l’opinion.

Comment rassurer l’opinion publique sur les motivations du CFM ? C’est la principale interrogation à laquelle les membres de cette institution doivent trouver des réponses dans les mois, voire les années, à venir. En effet, plusieurs personnalités ont déjà exprimé leurs craintes quant à la légitimé de cette institution, à commencer par les hommes d’église. Sur ce point, les évêques réunis au sein de la Conférence épiscopale ont d’ailleurs tenu à rencontrer, vendredi dernier, à Ambatoroka, le bureau du CFM. «Nous avons pu nous expliquer sur l’existence des tenants et des aboutissants de cette institution (…). Et ils ont profité de l’occasion pour savoir le 4F», a expliqué Maka Alphonse, président du CFM, sur les ondes de la radio nationale.

Selon les principes des chefs d’église, au sein du Conseil chrétien des églises à Madagascar (FFKM), la réconciliation nationale devrait être basée sur le Fibebahana- Fieken- keloka-Fivavahana-Fahamarinana. Plusieurs démarches ont été initiées par les églises à ce propos, comme la rencontre des anciens et actuels chefs d’Etat à Ivato en 2015, mais la concrétisation des résolutions demeure impossible.

Un cadre biaisé

Dès l’officialisation de ses membres, en tout cas, le CFM n’a jamais fait l’unanimité. Lors de l’ouverture d’un colloque qui s’est déroulé à l’Institut catholique de Madagascar (ICM) Ambatoroka, Monseigneur Odon Razanakolona a lui aussi lancé une pique contre cette institution. «La réconciliation nationale est supposée apporter une stabilité durable au pays mais la population a le sentiment qu’on continue de lui confisquer la parole par un cadre biaisé limitatif, et non souverain, par une représentation non représentative car non choisie par le fokonolona», a-t-il déclaré.

Il en est de même pour l’ancien chef d’Etat Albert Zafy. A en croire l’un de ses proches, durant une conférence de presse donnée jeudi dernier à Faravohitra, l’homme au chapeau de paille n’a jamais reconnu cette entité. «Les personnes qui ont accepté d’intégrer cette entité n’ont plus droit d’entrée à la résidence du Professeur», a martelé Serge Zafimahova, lors de cette rencontre avec la presse.

Invité récemment dans l’émission «Ambarao» sur Alliance 92Fm, l’un des membres du bureau politique du parti Vert «Hasin’i Madagasikara», Ratafika, a souligné que cette formation n’a jamais reconnu cette entité dès sa mise en place. «On ne peut pas être juge et arbitre», a-t-il alors indiqué, en pointant du doigt l’un des membres du CFM, sans citer de nom. Il a estimé que le choix des membres de cette entité n’a pas été réellement transparent. Il s’étonne du fait que «des gens qui devraient être à la place des réconciliés se trouvent maintenant réconciliateurs». Pour faire taire ces critiques, le CFM n’a en tout cas d’autres choix que de réussir dans sa mission. Ce qui n’est pas chose aisée.

Rakoto

Tia Tanindranaza1 partages

Kianja Saint-Leu-la Foret FrantsaVoatazon’i Comores ady sahala ny Barea mpila ravinahitra

Azo ambara fa nahaliana ny mpijery baolina tany Frantsa, indrindra ireo mpila ravinahitra Kaomoriana sy Malagasy monina any amin’ity firenena ity ny nanaraka ny lalao ara-piralahiana « derby de l’Océan Indien »

 

Tia Tanindranaza1 partages

Tsaho, Tsaho…

Fa iza, hono, no nitondra anao ?Mba iza koa ny ray sy reninao ?Fa vao lavitra dia tsy misy tsy mahalala anao.Fanta-poko, fanta-pirenena, tena izao tontolo izao.

Tena mampiaiky aloha raha izato herinao.Mampivarahontsana  ny zava-bitanao,Na ny miseho ho mafy aza matahotra anaoTsy misy mety intsony izay zavatra atao.Vao miserana Ianao, dia misy migadra mihitsyAry tena olo-maro fa tsy mba vitsivitsyMivoaka  fahitalavitra Ianao, hatramin'ny fesibokyNy gazety moa dia maro no efa voasoloky.Tsy valanaretina, tsy andian-jiolahyNefa tena mandrigana, mampiahiahyAleo habaribariko eto ny tena anaranaoTSAHO, TSAHO, tena mahery ianao...

La Vérité1 partages

Avant -projet de Code électoral - Des partis politiques maintiennent leur pression sur le gouvernement

Le groupement des partis politiques et des organisations de la société civile qui revendiquent un code électoral consensuel ne lâche rien. Hier au cours d’une conférence de presse, ces derniers ont de nouveau demandé au gouvernement de publier l’avant- projet du cadre juridique des élections, bien malgré le niet adressé par l’Exécutif à une précédente demande. 

En fin de la semaine dernière, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana avait en effet adressé une fin de non recevoir à la demande de ce groupe d’avoir un droit de regard sur les textes qui seront soumis en Conseil de gouvernement et des ministres.   Arguant que les avis des politiques et de la société civile avaient déjà été entendus lors des débats  durant l’atelier de restitution des travaux du comité interministériel chargé de la révision de l’encadrement juridique du processus électoral à Madagascar, fin octobre dernier au Carlton d’Anosy, le locataire de Mahazoarivo de rajouter que si ces derniers voulaient encore exprimer leur opinion, la porte des deux chambres du Parlement étaient ouvertes pour les lobbyings.  En réponse à cette posture de l’Exécutif, les membres du « groupement » ont annoncé hier la mise en place d’un comité de vigilance démocratique pour les élections qui sera  chargé d’exiger auprès du gouvernement de leur remettre le projet de loi sur le Code électoral, « pour une meilleure transparence, avant sa présentation au Conseil des ministres et surtout avant son envoi aux deux chambres parlementaires pour adoption de loi, de revendiquer la diffusion publique du nouveau code électoral pour qu’il soit consensuel et accepté par tous, n’engendrant pas une crise pré pendant et post électoral, de demander le respect de la Constitution pour que l’élection ait lieu en 2018, de solliciter la communauté internationale à soutenir les efforts des Malagasy pour le respect de la démocratie ». Un comité de vigilance qui est composé des membres de la commission consultative renforcé par les chefs de partis politiques et des sociétés civiles ou de leurs représentants.  En parallèle, les membres de cette plateforme ont décidé de saisir la communauté internationale par le biais d’une lettre. « Le mouvement ne serait seulement pas de contestation mais aussi de sensibilisation et d’éducation à nos citoyens pour leur choix à des élections, une prise de connaissance du Code électoral et des textes réglementaires régissant les élections », soutient le communiqué signé par les membres du comité coordonnateur de ce groupe à savoir Ihanta Randriamandranto, Eliana Bezaza, Yves Ramarojaona… En outre, ces derniers de rappeler que les textes une fois soumis à l’Assemblée nationale et au Sénat étaient quasi systématiquement adoptés par les parlementaires d’où la nécessité de mener le combat bien en amont.Pour rappel, ce groupe de partis politiques et d’entités de la société civile constatent que « leurs suggestions, issues de plusieurs ateliers organisés par la Commission électorale nationale indépendante et les partenaires techniques et financiers, élaborées par la Commission consultative de réflexion et de proposition pour l’amélioration de l’encadrement juridique du processus électoral malgache remis au gouvernement le 18 juillet 2017, ne sont pas respectées par le Comité interministériel chargé de la révision de l’encadrement juridique du processus électoral malgache qui a présenté leur rapport le 30 octobre 2017 au Carlton Anosy ».  Craignant un scénario similaire au Code de la Communication, ce groupe évoque ainsi ses doutes ses suspicions d’un changement de leurs propositions par le gouvernement avant sa présentation au conseil des ministres et de son adoption aux Deux chambres parlementaires d’où un précédent ultimatum d’une semaine  pour la publication de l’avant-projet de loi relatif aux élections.  En tout cas, bon nombre d’observateurs ont peu d’espoir que l’Exécutif accède à cette nouvelle demande de publication de l’avant projet de texte sur le code électoral. Les chefs de file des partis politiques ont laissé entendre qu’ils allaient élaborer une proposition de lois électorales, de leur côté, qu’ils vont soumettre aux deux chambres du Parlement, le cas échéant.A.R.

L'express de Madagascar1 partages

Airtel Madagascar – Don de kits scolaires aux écoles primaires

Airtel Madagascar a offert des kits scolaires et des kits d’hygiène à des écoles primaires publiques (EPP) de la région Analamanga. Près de trois cent cinquante élèves des EPP de la commune de Mangamila, district d’Anjozorobe, ont pu bénéficier de ces dons. D’après l’opérateur télécom, la remise des dons aux élèves de Mangamila a été effectuée vendredi. Les élèves de l’EPP Alarobia auront également leur part le 17 novembre.Les kits sont composés essentiellement de fournitures scolaires de base : un sac à l’effigie d’Airtel, plusieurs cahiers de différents formats, des stylos, des crayons et une règle. Par ailleurs,  des kits d’hygiène ont accompagné les fournitures scolaires pour rappeler les bonnes pratiques d’hygiène, surtout en cette période d’épidémie. En ce sens, les volontaires d’Airtel ont, d’ailleurs, sensibilisé les enfants sur l’importance de du lavage des mains avec du savon, un moyen efficace de prévenir les maladies.« L’éducation est l’affaire de tous. Airtel Madagascar n’hésite pas, dès qu’il le peut, à apporter, à travers chacune de ses actions, sa part de brique pour promouvoir l’éducation des enfants malgaches », a expliqué Andry Ratsimbason, directeur des ressources humaines  d’Airtel Mada­gascar.« Nous sommes heureux de pouvoir aider les parents à alléger leurs charges, et d’offrir aux élèves l’opportunité de poursuivre leur scolarité dans les meilleures conditions », a-t-il continué.Le mois dernier, l’opérateur a déjà octroyé des fournitures scolaires et des sacs de riz aux trois cents élèves de son école adoptive, l’EPP Mahavelona.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Des pluies orageuses au rendez-vous  

Les paysans devront songer à se concentrer sur la saison culturale. Des pluies orageuses seront attendues à Antananarivo, ce jour, demain et après-demain, selon les techniciens du service de la Prévision météorologique à Ampan­drianomby, hier. Les régions de Vakinankaratra, Boeny, Betsiboka, Bongo­lava, Itasy et Sofia en bénéficieront, également.

L'express de Madagascar1 partages

Malentendu centenaire

Le 11 novembre 1917 était le 1198ème jour de la Première guerre mondiale. Les nombreux documentaires autour du 99ème anniversaire de l’armistice du 1918 insistent particulièrement sur la guerre «souterraine» de cette époque : des kilomètres et des kilomètres de tranchées sur un front figé, un réseau impressionnant de tunnels, de puits, de mines, illustration tragi-comique de la vie de rat que fut celle des millions de soldats, surtout français et allemands, dans la région de Verdun. Que pouvaient bien penser les généraux, qui donnèrent ces ordres de s’enterrer vivant, pour ne pas céder un pouce ou avancer de quelques mètres, de l’absurdité sanglante (700.000 morts à Verdun, dit-on) de leur entreprise ?

Le 7 novembre 1917, les troupes de Léon Trotski attaquaient le palais d’Hiver de Saint-Petersbourg. En vingt-quatre heures, Lénine et ses bolchéviques prennaient le pouvoir en Russie. Vladimir Illitch, qui vivait alors en exil depuis dix ans, avait pu rentrer en Russie grâce à l’aide des services allemands qui voulaient créer un désordre derrière les lignes ennemies, et en son coeur. Terrible calcul, même si Lénine fit signer dès le 2 décembre un traité d’armistice avec l’Allemagne des Hohenzollern et l’Autriche-Hongrie des Habsbourg. Leur cousin (ne sont-ils pas tous descendants de Joachim-Ernest d’Anhalt (1536-1586) ?) Nicolas II de Romanov sera exécuté par le bolchéviques, avec toute sa famille, en juillet 1918. La suite, on la connaît, sept décennies d’une dictature communiste, qui s’effondrera en 1989 non sans avoir contaminé le reste du monde de son idéologie mortifère.

Cette guerre de 14-18 – qui ne fut mondiale que parce que des supplétifs originaires des colonies africaines, arabes, asiatiques, malgache combattirent sur l’unique front européen – a été la bien-nommée «suicide des empires». Le 30 août 1914, à Tannenberg, les Allemands battaient les Russes, en une lointaine revanche sur la défaite des Chevaliers teutoniques, en 1410. En 1917, cette bataille de Tannenberg avait été décidée pour ouvrir un deuxième front et soulager les Français bousculés par les Allemands. C’est une singulière ironie de l’histoire que des dynasties impériales apparentées en soient venues aux armes, permettant de sauver une IIIème République française héritière de la Révolution de 1789.

En devoir de mémoire comme d’inventaire, je rappelle cette Chronique du 05 août 2014, «Ma leçon à moi de 14-18» : Par le jeu des alliances, et par la fatalité de la colonisation, des soldats malgaches allaient mourir pour une cause qui nous fut absolument, mais alors totalement, étrangère ! Franchement, que l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie, que la Russie protectrice slave mobilise ses troupes, que l’Allemagne se rallie à sa cousine l’Autriche, que la France et l’Angleterre entrent en guerre au nom de la «Triple entente», qu’est-ce que Madagascar en avait à foutre en 1914 !

Vingt ans auparavant, en 1895, nos arrière-grands-parents venaient de voir leur indépendance violée par les troupes françaises. Le mouvement nationaliste des «Menalamba» avait été réprimé de 1896 à 1901. Et, tandis que les Européens entraînaient le reste du monde dans leurs folies, l’heure du Vy Vato Sakelika (VVS) sonnait chez les nationalistes de Madagascar dont la fierté de la chose malgache n’allait jamais se démentir pour se concrétiser dans l’oeuvre immense, malheureusement sans héritier, de l’encyclopédie malgache du «Firaketana».

Le malentendu, que fut cette guerre lointaine pour la génération de nos arrières-grands-parents, est incarné par le sort du pasteur Ravelojaona (14 février 1879 – 4 septembre 1956) : nostalgique de l’époque de l’indépendance, sans doute membre de quelque cercle des premiers intellectuels tananariviens de son époque, le fondateur du «Firaketana», pour prouver sa «loyauté» après son acquittement dans le procès de la VVS en 1916, accepta de s’exiler à Marseille et il termina la guerre comme adjudant de l’armée française. Ravelojaona, comme l’ensemble des tirailleurs malgaches envoyés combattre les soldats allemands, ne devait professer aucune animosité particulière envers les dynasties Habsbourg et Hohenzollern, comme il ne devait cultiver aucune sympathie excessive pour la IIIème République française qui fit exiler Ranavalona III et Rainilaiarivony, fusiller Ratsimamanga et Rainandriamampandry, désacraliser la dépouille du roi Andrianampoinimerina et bouleverser les «Fitomiandalana» d’Antananarivo…

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar1 partages

Kick boxing – Nette domination de Tana contre la zone Sud

La sélection de la capitale a largement dominé celle de la zone Sud.  Dans la classe A, les combattants tananariviens ont raflé huit victoires sur les dix combats de défi au programme.Un des chocs très attendus par les amoureux de la discipline était celui entre Fazaraly du club GISL Analamanga contre Todisoa de Cosfa, représentant de la zone Sud, dans la catégorie -67kg. Les deux combattants sont des champions nationaux depuis leur jeune catégorie, et sont tous les deux des habitués à des compétitions internationales. Et lors de ce combat de défi, la victoire est revenue au plus jeune, Fazaraly.Chez les -57kg, la sélection de Tanà a réalisé un triplé. Bary de Tigers a battu Solofo de CKBF de la zone Sud, Tahiry a pour sa part renversé Briand du Sud et Belou de Tigers a fait tomber Sedra Jean Éric de Rossary, porte-fanion du Sud. Les combattants de la capitale ont aussi remporté deux victoires chez les -60kg. Turbo a défait Franklin, et Good a, de son côté, disposé de Lahatra d’Antsirabe.Dans la catégorie -63kg, la sélection de capitale a réalisé un doublé grâce à Zo qui a éliminé Tojo de Super Eagles, et Alain de Cosfa quant à lui face à Faray de Scorpion. L’unique victoire de la sélection Sud a été ravie par Tovondrainy de 3FB, qui a gagné contre Rova de FTBF. Pas de vainqueur pour le combat entre Tojo de 3FB et Commando de Cosfa qui ont effectué un combat trop brutal et  très peu technique.Chez les juniors, la sélection Sud a par contre ravi cinq victoires contre quatre pour la capitale. Du côté de la classe B, Antananarivo a raflé huit victoires contre trois chez les seniors, et cinq partout chez les juniors.

S. R.

L'express de Madagascar1 partages

Menace de grève

Les normaliens lancent une menace de grève. Ils contestent le dernier recrutement du ministère de l’Éducation nationale. Ce ministère leur aurait promis de recruter les trois cent cinquante sortants de l’École normale supérieure, mais cette promesse n’aurait été respectée que pour soixante-dix d’entre eux.

Midi Madagasikara1 partages

Journée mondiale du diabète : Dépistage gratuit et mise en lumière des femmes diabétiques

La journée mondiale du diabète sera célébrée à la Clinique AMADIA Faravohitra.

Pour célébrer la Journée mondiale du diabète (JMD), demain, la clinique AMADIA (Association malgache contre le Diabète) organise une séance de dépistage gratuit du diabète à la Clinique AMADIA Faravohitra. Les actions de sensibilisation et de prévention seront au centre de la célébration, avec un focus sur les femmes diabétiques.

La journée mondiale du diabète est célébrée depuis le 14 novembre 1991 sous l’initiative de l’International Diabete Federation (IDF). Elle fut décrétée officiellement par les Nations Unies en 2006. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) décide chaque année du thème de la célébration. Pour 2017, la JMD aura pour thème : « Les femmes et le diabète, notre droit à un futur en bonne santé », pour que les femmes diabétiques mènent une vie « normale », à l’abri de l’exclusion. Car une femme diabétique est parfois exposée à l’exclusion. Par ailleurs, des études scientifiques ont révélé qu’au sein du foyer, il est peu évident de concilier l’alimentation jugée un peu spéciale des diabétiques avec celle de la famille. D’autant plus que le diabète peut aussi, parfois, porter un coup de mou à l’épanouissement sexuel du couple, la femme diabétique pouvant sporadiquement connaître des chutes de libido, voire une frigidité.

La femme et le diabète. Le diabète constitue la 9e cause de mortalité féminine dans le monde. Selon les statistiques internationales, 199 millions de diabétiques sur 415 millions sont des femmes. Et encore, la majorité d’entre elles (2 sur 5) sont en âge de procréer. Par ailleurs, les risques sanitaires encourus par ces femmes varient selon le type de diabète. Les femmes atteintes du diabète type 2 présentent deux fois plus de risques de pathologies cardio-vasculaires. Celles vivant avec le diabète type 1 quant à elles sont particulièrement exposées aux avortements spontanés en cas de gestation, ou encore aux malformations fœtales de leur progéniture. Enfin, une grossesse sur 7 est concernée par le diabète gestationnel (contracté durant la grossesse et disparaissant après). Toutefois, si le diagnostic est établi à temps et le traitement suivi correctement, les femmes diabétiques peuvent vivre une grossesse sans encombres majeurs et donner vie à des enfants bien portants.

Chronique et budgétivore. En effet, le diabète est une maladie lourde à porter, au propre comme au figuré. Il est budgétivore pour les familles à revenus modestes, car le traitement de cette maladie chronique se poursuit à vie. Pour les diabétiques du type 1 qui doivent s’injecter de l’insuline 3 fois par jour, le flacon coûte environ 30 000 Ariary, au moins 2 flacons par mois sont nécessaires. Concrètement, pour une famille modeste ayant 3 diabétiques de type 1 dans la famille, le compte est loin d’être bon à la fin du mois. Et encore, cela aurait pu être pire si l’insuline n’était pas devenue un « médicament essentiel » depuis 2005. Le cas échéant, l’insuline aurait coûté 40 euros, son prix normal.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Mahamasina : Rangahy tra-tehaka saika hangalatra fiara mpanao « rallye »

Raha ny hijery fifaninanana « rallye » no nahatongavan’ny rehetra tetsy Mahamasina, ny faran’ny herinandro teo, ny an’ity rangahy iray ity kosa dia hafa mihitsy ny zava-nokendreny. Satria dia ilay fiara mpanao fifaninanana mihitsy no nokasainy  ho nentina sy nangalariny. Araka ny fanazavana azo, dia efa tao anatin’ny fiara, ary toa efa saika hamelona an’izany mihitsy ity farany no tratran’ny tompon’ny fiara. Nosamborina avy hatrany ity rangahy saika hangalatra fiara mpanao fifaninanana ity. Mbola sarona teny aminy moa ilay lakile saika hamelomany an’ilay fiara. Nentina avy hatrany tany amin’ny biraon’ny polisy kaomisarian’ny boriborintany fahadimy tetsy Mahamasina moa ity rangahy saika hangalatra fiara ity. Saingy navotsotra rehefa hita fa … olona tsy dia salama saina loatra. Raha ny fanazavana azo avy tamin’ny tompon’andraikitra tokoa, dia manana aretin-tsaina ity rangahy ity. “Nandritra ny famotorana azy  tamin’ny zavatra nataony izy dia nilaza fa, saika hitondra ity fiara ity satria azy ilay fiara. Teo no nahatsapana fa olona tsy dia salama saina izy”. Nanamarina izany rahateo moa ireo fianakaviany tonga teny amin’iny biraon’ny pôlisy, nitondra ireo taratasy fanamarinana avy amin’ireo dokotera efa nitsabo azy teo aloha. Nilaza ihany koa ireto farany, fa tia loatra ity fifaninanana fiarakodia ity izy, ary io no alefa hojereny rehefa tiana hipetraka ao an-trano ilay rangahy. Teo anatrehan’izay moa dia tsy nametraka fitoriana akory mahakasika ity tranga ity ilay tompon’ny fiara.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Nécessité d’une véritable campagne de communication

Le front de la lutte contre la peste semble avoir définitivement reculé. Les séquelles psychologiques de l’épidémie cependant restent. On l’a constaté jeudi dernier, mais Dieu merci, l’émeute a été évitée. Maintenant, il est peut-être temps de faire une véritable campagne de communication pour rassurer une population traumatisée par ce qu’elle a vécu. Les fonds octroyés par nos partenaires internationaux  vont arriver et ils doivent notamment permettre d’informer et d’éduquer nos citoyens dans ce domaine particulier.

Nécessité d’une véritable campagne de communication

La lutte contre l’épidémie de peste a été menée tant bien que mal, mais elle a permis de stopper la progression du fléau. Il n’est plus question de revenir sur les conditions dans lesquelles elle a été menée, mais on peut quand même demander aux autorités de remédier aux erreurs qui ont été faites. La principale est certainement ce manque de communication qui a entraîné une incompréhension du public. Une certaine couche de la population a même douté de l’existence de cette maladie, ironisant sur le fait que seuls les membres de la classe moyenne ont été contaminés, les sans abris et les plus pauvres étant étrangement épargnés. Les mesures de confinement et les confiscations autoritaires de corps de défunts ont été très mal comprises et ont même failli provoquer des affrontements avec le personnel médical. Comme les mesures sont appliquées sans aucune explication, on ne peut plus s’étonner de la méfiance qui s’est installée. Dans ce contexte, les rumeurs ont vite fait de prendre et la peur s’est vite installée. La nouvelle de la présence d’une équipe de personnes accompagnée de membres des forces de l’ordre et chargée de vacciner les enfants relève de cet ordre d’idée. Actuellement, on apprend que des parents refusent qu’on vaccine leurs rejetons contre la poliomyélite et sont même décidés à employer la force pour signifier leur mécontentement.  Le danger est donc réel et il est temps pour les autorités de reprendre l’initiative et de rétablir une confiance visiblement écornée.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Herinandron’ny vaksinin’ny “polio” eto Toamasina : Hahiana hiverina indray ny sakoroka sy ny fitsar...

Raha tokony ny faraparan’ny volana oktobra teo no nanaovana ny herinandron’ny vaksinin’ny lefakozatra, “polio”, teto Toamasina izay tsy vita noho ny fisian’ny valan’aretina pesta, dia mihevitra ny hanao izany manomboka ny 22 novambra izao indray ny eto Toamasina I. Efa misy ny fanofanana hatao amin’ireo ekipan’ny fahasalamana eto Toamasina, efa tonga eto Toamasina ihany koa ireo mpiasan’ny fahasalamana avy amin’ireo kaominina sy fokontany maro ao anatin’ny faritra atsinanana mikasika izany. Misy anefa ny olana ankehitriny satria ireo filoham-pokontany nomen’ny minisiteran’ny fahasalamana sy ny OMS vola fa hoe niasa mafy tamin’ny valan’aretina pesta mihitsy izao no tsy vonona amin’ity herinandron’ny vaksiny ity, satria milaza ny tsy afaka hiaro ny ain’ireo mpiasan’ny fahasalamana manao izany vaksiny izany tonga eny anivon’izy ireo ireto filoham-pokontany ireto noho ilay resaka tsaho mikasika ilay resaka vaksinin’ny pesta nahatonga olana teto Toamasina teo aloha teo. Ao anatin’izay ihany koa ,dia maro amin’ireo talen-tsekoly miankina na tsy miankina amin’ny fanjakana nanontaniana mikasika ity herinandron’ny vaksinin’ny “polio” ity ihany koa, no nilaza mazava fa tsy hanaiky ny hidiran’ireo mpiasan’ny fahasalamana ny tokotanin-tsekoly noho ny tsaho nampisy olana tamin’ity resaka vaksinin’ny pesta efa nisiana fitsaram-bahoaka saika nahafaty mpampianatra ity. Efa nilaza tamin’izy ireo ihany koa ny ankamaroan’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra tsy handefa ny zanany hianatra, raha misy ny fanaovana ity herinandron’ny vaksinin’ny “polio” ity amin’ireo sekoly. Ankoatra izay,  dia mbola tena malaina amin’ny fisian’ity hetsika mikasika ny fanaovana vaksinin’ny “polio” ity taorian’ny valan’aretina pesta teo ny ankamaroan’ny olona. Na ireo mpiasan’ny fahasalamana sy ireo mpiara-miombona antoka aminy eny amin’ny fokontany aza tsy mazoto, noho ny tahotra ny ainy. Izay rahateo no mbola mampitsahatra ny fanisam-bahoaka eto Toamasina I hatramin’izao.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Ino Vaovao0 partages

FATIM-BEHIVAVY NAMPISAVOROVORO NY MPONINA : Lehilahy iray saika niharan’ny fitsaram-bahoaka

Araka ny tatitra voaray avy amin’ny mpitandro filaminana dia vehivavy iray atao hoe Vavisoa Monea, 35 taona teraka tamin’ny taona 1982 no hita faty tao an-tranony tamin’io andro io ka nampandre ireo mponina ilay lehilahy atao hoe Jao izay voalaza etsy ambony fa saika niharan’ny fitsaram- bahoaka.

Niahiahy azy ny ankabetsahan’ireo olona tao an-tanàna fa mety izy no nahavanona namono ity ramatoa nindaosin’ny fahafatesana ity. Raikitra ny fifanjevoana vokatr’izay ka nirohotra hamono avokoa ny rehetra. Soa ihany fa tonga dia nampilaza teny amin’ny biraon’ny zandary sy ny mpitsabo ireo olona vitsivitsy ka mba nalaky tony ihany ny tabataba.

Nidina teny ifotony haingana ireto farany ka nandamina ny zava-nisy. Hatreto aloha dia mbola mitohy ny famotorana sy fanadihadiana lalina ity rangahy voarohirohy ka andrasana ny fivoaran’ny valin’ny fikarohana amin’izao fotoana izao. Marihana fa efa miverina amin’ny laoniny ny fiainan’ny mponina ao an-toerana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MAINTIRANO : Raim-pianakaviana iray eo amin’ny 60 taona maty notsatoha...

Vao milentika ny masoandro dia miaina ao anatin’ny tahotra lalandava izy ireo. Lehilahy antitra iray eo ho eo amin’ny 60 taona no maty notsatohan’ny jiolahy tamin’ny lefona tao amin’ny trano nonenany, ny zoma hariva lasa teo tokony ho tamin’ny 7 ora, tao Tanambao Spm, kaominina ambonivohitr’i Maintirano.

Araka ny fampitam-baovao azo dia lehilahy roa no tonga nandondona tao amin’ny tranon’ity namoy ny ainy ity ka ny vadiny namoha ny varavarana. Ilay lehilahy vadiny avy hatrany no nanontanian’ireo olon-dratsy, tsy nahay ninoninona ilay ramatoa ka nantsoin’ity vadiny ity.

Vao nivoaka teo am-baravarana ity farany dia tsatoka lefona no nitsena azy ka teo amin’ny fony no nitsatoka izany ary maty avy hatrany ilay raim-pianakaviana ity. Nandositra ireo roa lahy nahavanon-doza ka hataraina ny an’ilay ramatoa vadiny raha nahita ny fatin’io andefimandriny io nitsirara teo amin’ny tany.

Nikaikaika niantso vonjy ity farany ka vory avokoa ny mponina manodidina vao nandre izany. Niezaka nanara-dia ireo nahavanon-doza ny vatan-dehilahy tao an-toerana saingy tsy hita intsony ireto farany. Nampandre ny mpitandro filaminana tao an-toerana ny fokonolona ka nidina ifotony nijery ny zava-nitranga.

Araka ny fitantaran’ilay ramatoa vadiny dia tsy nisaron-tava ireo lehilahy roa nahavanon-doza ary olona mbola tsy fahitany. Mandeha ny resaka any an-toerana fa lonilony no namonoana io lehilahy antitra io satria misy raharaha eny amin’ny fitsarana izy io, misy olona notoriany. Ankoatra izany dia misy milaza ihany koa fa any ambanivolo ny fivelomany ka mahafantatra ny asa ratsin’ny olona manodidina azy izy ary mety anisany ho antony namonoana azy io. Ny Polisy ao Maintirano no mandray an-tanana ny raharaha ary efa miroso amin’ny fanadihadiana lalina izy ireo amin’izao.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

DARAINA-VOHEMAR : Zandary mandroba fananana sy mampihorohoro vahoaka

Araka ny loharanom-baovao marim-pototra roa herinandro lasa izay, nandalo tao amin’ny fokontany Antsoha tao amin’ny tanàna antsoina hoe Ambodimadiro, kaominina ambanivohitr’i Daraina ireto zandary ireto niaraka tamin’ny olon-tsotra maromaro ka lasan’izy ireo ny omby maherin’ny zato izay misy tompony ary misoratra anatin’ny boky mazava tsara.

Omby hafa miisa 26 araka ny loharanom-baovao hatrany tao amin’ny tanàna antsoina hoe Sambatioka dia lasan’izy ireo ihany koa ary tranon’ny mpanjono miisa 3 nodorana. Mitohy ny asa ratsy nataon’ireto zandary sy ireo mpiara-dia aminy ka ny alakamisy faharoa novambra teo araka ny nambaran’ny vahoaka manodidina dia nandratra olona 4 ka ny iray vehivavy bevohoka 26 taona ireto zandary sy ny namany. Tsy vitan’izay nosimbain’izy ireo ny varavaran’ny trano miisa 62 ary nofatorana tady tao an-tranony ny mpampianatra iray.

« Tanora lahy antsoina hoe Arnaud tsy dia salama saina efa indroa niharan’ny herisetra avy tamin’ireto zandary sy ny namany. Raim-pianakaviana iray antsoina hoe Raharivelo Rajerissin 75 taona sy lehilahy iray hafa antsoina hoe Berilahy 33 taona ary vehivavy anankiray antsoina hoe Stella naratra ihany koa. Voatery nolanjaina nentina tany Antsoha noho ny ratra nahazao azy i Renaud sy Stella », hoy ny fanazavana nataon’ny mponina. Araka ny voalazan’ny tompon’andraikitra iray any an-toerana, tsy vitan’izay fa maherin’ny 3 tapitrisa ariary ny vola voaroba ankoatra ny entana maro samihafa tamin’ny fandavalovan’ireto zandary sy ny namany tao Daraina.

Nandefa fitarainana

Manoloana ny fanamparam-pahefana sy fandrobana fananana ary herisetra nataon’ireto zandary ireto dia nandefa tatitra sy fitarainana any amin’ny tompon’andraikitra ara-panjakana samihafa ny olom-boafidy sasany ao an-toerana. Anisan’izany ny lehiben’ny faritra Sava sy ireo lehiben’ny zandary ao amin’ny distrikan’i Vohemar. Andrasana mafy araka izany ny fepetra horaisin’ny fanjakana mahefa ho an’ireto zandary jiolahy ireto.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKA AMBALAVAO : Miakatra ny vidin’ny vary sy ny hena eny an-tsena

Amin’izao fotoana izao mantsy dia saika efa mividy vary avokoa ny rehetra, eny fa na ireo tantsaha heverina ho mpamokatra aza. Raha ny zava-misy eny an-tsena amin’ny ankapobeny dia hita fa efa samy mividy an-tsinjarany ny olona noho ny tsy fananana an-tsopitra intsony. Ireo nanangona na nanao “stock” sisa no tena manana ary mamoaka mivarotra izany amin’ireo mpaninjara any an-toerana. 

Izany toe-javatra izany no anisany mampiakatra ny vidim-bary ao Ambalavao nandritra ny andro vitsivitsy izay. Sarany izay tonga hatrany amin’ny 500 Ariary ny iray kapoaka, izay tombanana ho eo amin’ny 1 800 Ariary ny iray kilao. Tsara marihana fa mbola nahitana 450 Ariary izany vidim-bary izany tamin’ny herinandro lasa teo. Etsy ankilany dia nisongadina ihany koa ny fisondrotan’ny vidin-kena ao an-tsenan’Ambalavao, indrindra ny henan’omby.

 Mahakasika ity farany dia fantatra fa fiakarana vokatry ny famoahana ny fepetra mahakasika ny varotra sy ny vono omby farany teo. Fepetra izay mamaritra fa ireo omby vositra mihoatra ny dimy taona ihany no azo vonoina. Izay toe-javatra izay no nanova ny vidiny ho 8 000 Ariary ny iray kilao tao anatin’ny telo herinandro teo ho eo izay. Fantatra mantsy fa mbola nisy 6 400 Ariary izany vidin-kena izany teo aloha.

Manodidina ny enina hetsy ariary raha ny vidina omby mbola kely, raha eo amin’ny sivy hetsy ariary eo kosa ny antonontonony ary mahatratra dimy hetsy sy iray tapitrisa ariary hatramin’ny dimy hetsy sy roa tapitrisa ariary, arakaraka ny fiavian’ny omby, ny vidiny eo amin’ny tsenan’ombin’Ambalavao. Araka izany dia misedra fahasahirana ireo mponina sy ireo mpandraharaha omby ankehitriny.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA AMBINANIROA : Najoro ny fikambanan’ny mpamboly mangahazo

Anisany efa sakafo nananan’ny Malagasy hatramin’ny ela tokoa raha ny mangahazo. Ireo mponina any amin’ny faritra ambanivohitra no tena manjifa sy mihinana azy ireny raha ny eto Madagasikara, sady any ambanivohitra rahateo no vokarina ny ankamaroany. Saingy anisan’ireo faritra tena misongadina ary  mitana ny lohalaharana amin’izany voly “Kazaha” na mangahazo izany ny Distrikan’Ambalavao, amin’ny alalan’ny Kaominina Ambanivohitra Ambinaniroa. 

400 Ariary eo no hivarotana ny iray kilao rehefa maina amin’izao fotoana izao any an-toerana, raha 2 500 Ariary ny iray siny. Tsara ho fantatra fa kaominina mpamokatra sy mpamatsy mangahazo amin’ny faritra maro ivelan’ny distrikan’Ambalavao ny kaominina Ambanivohitr’i Ambinaniroa. Anisany tombony lehibe ho an’ny kaominina izany kanefa mampitaraina ireo mpamokatra any amin’io kaominina io ny famoahana ireo vokatra. 

Mahatsiaro ho tena matiantoka izy ireo satria dia tsy mahaleo ny sarany ny vidiny raha mitaha amin’ny fikarakarana sy ny hery ary ny fotoana lany aminy. Nanangana fikambanana araka izany ireo tantsaha mpamboly mangahazo any amin’ny kaominina Ambinaniroa. Tampivoka na tantsaha mpisehatra amin’ny voly kazaha no anaran’ny fikambanana. 

Tanjona amin’ny fananganana ny fikambanana araka ny nambaran’ny ben’ny tanànan’ Ambinaniroa dia ny mba hifehezana ny vidin’ny mangahazo. Tsara fantarina mantsy fa saika isan-tokatrano ao amin’io kaominina ambanivohitra io dia mamboly mangahazo avokoa ary mahatratra an’aliny taonina isan-taona ny vokatra. Hatreto dia manodidina ny arivo no isan’ny mpikambana ao amin’ny Tampivoka. 

Lucien R.

News Mada0 partages

Kitra – «Poule des As» : tompondaka ny Cnaps Sport

Tsy vita hatramin’ny farany ny lalaon’ny Cnaps Sport sy ny Elgeco Plus, teo amin’ny andro farany amin’ny «Poule des As», taranja baolina kitra, natao omaly alahady, tany Matsiatra Ambony. Niala ny kianja ny Elgeco, 10 mn tsy hifaranan’ny fotoana, rehefa nitaraina fa tsy mahita ny mpiandry tsatobiny, noho ny andro somary nanjavona. Efa nitarika 1 no ho 0 ny Cnaps, tamin’io, tamin’ny alalan’ny «pénalty», tafiditr’i  Njiva, teo amin’ny minitra faha-34, rehefa nandray tanana tao anaty faritra tsy azo ivalozana i Jhonny. Notapahin’ny mpitsara fa rava ny lalao ary voahosotra ho tompondakan’i Madagasikara ny Cnaps Sport. Nametraka fitoriana any amin’ny federasiona  ny Elgeco Plus. Mandra-piandry izany, nahazo lelavola 5 tapitrisa Ar sy amboara, ny Cnaps. Mpanazatra mendrika i Typeh, izay nomena 300.000 Ar. Mpilalao nahafaty baolina be indrindra i Niasexe, nahatafiditra baolina 15 ary nahazo 400.000 Ar.  I Lalaina, mbola avy amin’ny Cnaps Sport ihany, ny mpilalao mendrika, izay notolorana 600.000 Ar. Ny Cosfa indray, nandresy ny Hzam, tamin’ny isa 2 no ho 0.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

«Rallye International de Madagascar» : tontosa ny fifaninanana fa tsy mbola nivoaka ny vokatra

 Tanteraka soa aman-tsara ny «Rallye international de Madagascar», saingy mbola nisy olana teo amin’ny famoahana ny vokatra ofisialy. Na izany na tsy izany, nahafinaritra ny fihaonana, tamin’ny ankapobeny.

 Hatramin’ny ora farany nanoratanay, tsy mbola nivoaka ny vokatra ofisialy teo amin’ny “Rallye international de Madagascar”. Fihaonana, notanterahina ny zoma ka nifarana omaly alahady. Nahitana olana mantsy ny teo amin’ny resaka teknika. Anisan’izany ny mahakasika ny fakana solika, izay niteraka disadisa teo amin’ny federasiona sy ireo mpandray anjara. Vokatr’izay, nisy fifamadihana ny teo amin’ny filaharana. Nitaky ny hijerena izany ireo mpifaninana, ka nitarika ny fahataran’ny fivoahan’ny vokatra izany.

Na izany na tsy izany, nahafinaritra ary tena niady ny fihaonana, tamin’ity hazakazaka fiarakodia ity.

Nahatratra 18 ny isan’ny dingana manokana “ES”, tamin’ity “Rallye international de Madagascar” ity.  Nifandimbiasan’ireo mpanamory ny nitondra ny laharana voalohany, tamin’izany. Teo ry Ndrianja, ry Yves sy ry Sefo Kely ary ry Boana, niampy an-dry Tahiana ny fakana ireo dingana manokana ireo.

Nifamadibadika tanteraka, araka izany, ny fe-potoan’ireo mpifaninana tsirairay avy. Na izany aza, nanahirana azy ireo ny nanatanteraka ny andro faharoa, izay natao ny asabotsy noho ny rotsak’orana ka nampalama ny lalana nodiavina. Anisan’ny nisian’ny fialana an-daharana betsaka izany. Mpanamory tsy afaka nanohy ny fifaninanana intsony ry Hery Be sy Fafah, izay nitarika teo amin’ny andro voalohany.

Vokatr’izay, voatery nitandrina avokoa ka nanao izay hahatongavana fotsiny fa tsy afaka nanatsara fe-potoana ny ankamaroan’ireo mpanamory. Teo amin’ny fanatontosana ny “super special”, farany, teo Mahamasina, no nanezaka mafy ireo hany sisa mbola afaka nanohy ny fifaninanana, tamin’ity.

Torcelin

Hoy izy ireo

Rakotofiringa Jimmy (filohan’ny Federasiona) : Ny nahafaly aloha, tontosa soa aman-tsara ny fifaninanana. Nahafinaritra ihany koa satria afaka nahita zava-baovao ny mpifaninana ary afaka nanatrika mivantana mihitsy ny mpijery, tamin’ny fanaovana ny “super spécial”, teto amin’ny kianjaben’i Mahamasina, izay isaorana ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Ho hita eo indray ny tohiny.

 

Hugo Louvel (mpanamory)  : Afa-po tamin’ny fikarakarana rehetra ary faly satria afaka nandray anjara, tamin’ny “super spécial”, natao teto amin’ny kianjaben’i Mahamasina. Tsara ilay “piste” ary afaka nilalao sy nampiseho fahaizana tsara izahay. Manantena fa ho tsara lavitra, noho izao, ny amin’ny manaraka ary ho betsaka ny mpandray anjara.

 

Domvala (mpanamory) : Nahafinaritra ny niaina ilay izy, saingy tsy afaka tena niady satria tratry ny orana ka voatery nitandrina satria nalama ny lalana. Tsara ihany koa ny vokatra satria faharoa, tamin’ny “M12 2 roues motrices” ary faha-11 tamin’ny filaharana ankapobeny. Mbola eo foana amin’ny “rallye” manaraka.

 Nangonin’i Torcelin

News Mada0 partages

Tribunal d’Anosy : les dossiers «7 février» subtilisés?

Une nouvelle crise politico-judiciaire en vue, suite à la constatation de la disparition de plusieurs dossiers datant de l’année 2009, dont certainement ceux relatifs à l’affaire 7 février, au tribunal d’Anosy dans le courant de la semaine passée. Deux arrestations auraient déjà été opérées en fin de semaine dans la capitale.

Des dossiers auraient inexplicablement disparu au Palais de justice d’Anosy, en fin de semaine. Ici, le conditionnel est de rigueur, tant l’affaire est complexe. Coïncidence fortuite toutefois, des dossiers spécifiques à l’année 2009, dont ceux traitant de la crise politique de l’époque, auraient été particulièrement ciblés dans cet acte qui va avoir certainement des répercussions sur les affaires nationales en cette veille d’élection présidentielle.

Les investigations de la police chargée de l’enquête ont permis d’interpeller deux personnes dont une femme dans le cadre de cette affaire depuis vendredi dernier. La femme aurait été autorisée à rejoindre son domicile après son interrogatoire, quant au jeune homme, fils d’une haute personnalité de l’époque, il a été placé en garde-à-vue dans les locaux de la police pour les nécessités de l’enquête. Une source sécuritaire a annoncé que ce vol de dossiers judiciaires n’aurait pu être accompli sans aucune complicité, laissant présager des vagues d’arrestations qui assurément provoqueront des remous dans le monde politique.

Aucune trace d’effraction n’aurait été relevée, faisant conclure que ceux qui ont subtilisé les dossiers sont des personnes qui peuvent y avoir accès en toute quiétude.

Manou

 

News Mada0 partages

Olona telo voasambotry ny zandary… : basy, bala marobe, kojakoja fanamboarana basy sarona

Nahitam-bokany indray ny ezaka ataon’ny zandarimariam-pirenena manoloana ny ady amin’ny fiparitahan’ny fitaovam-piadiana. Ny zoma 4 novambra 2017 lasa teo, olona telo nahatrarana basy miisa sivy sy bala miisa 24 miampy ireo kojakoja fanamboarana basy…

 

Tena efa mahavita ary mitovy amin’ny fitaovam-piadiana fampiasan’ny mpitandro filaminana mihitsy ny zava-bitan’ireto telo mpanamboatra basy tratran’ny zandary ireto. Tao amin’ny kaominina ambonivohitra sy distrikan’i Sambava no nahatrarana azy ireo. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, noho ny fikaroham-baovao nataon’izy ireo, re fa misy olona manamboatra sy mitazona basy tsy ara-dalàna ao an-tampon-tanànan’i Sambava. Niroso tamin’ny fikarohana avy hatrany ny zandary ka nosavaina ny tranon’ireo ahiahina ho tompon’antoka tamin’ity raharaha ity. Noraisim-potsiny tao an-trano ireo olona telo voarohirohy ireo niaraka tamin’ireo fitaovam-piadiana marobe.

Basy lava miisa telo sy basy PA miisa enina miaraka amin’ny bala miisa 24 (ny 13 vodim-bala) ireto tratran’ny zandary ireto. Nogiazan’ny zandary avy ao amin’ny GAPJ Sava sy ny kaompania Sambava izay manao ny fanadihadiana ity raharaha ireto fitaovam-piadiana ireto. Nanamafy hatrany koa ny zandary fa mitohy ny fikarohana ireo olona ahina ho mpiray tsikombakomba amin’ireto voasambotra ireto.

Basy nasitrika tao anaty gonin-tsaribao…

Voasambotry ny zandary tao Sakaraha, ny 6 novambra 2017 teo ireo telo lahy niaraka tamin’ny basim-borona miisa telo. Nahazo loharanom-baovao ny zandary avy ao amin’ny poste avancé Mahaboboka momba ny fisiana andian’olona mikasa hitondra basy amin’ny taksiborosy eny amin’ny toby fiantsonana tamin’io andro io. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny zandary ka nanao ny fanaraha-maso ary nisava ny entan’ireo mpandeha.

Hita nasitrika tao anaty gonin-tsaribao iray tokoa ireto fitaovam-piadiana ireto ka tratra teo koa ireo telo lahy tompony. Voalazan’izy ireo nandritra ny famotoran’ny zandary fa saika hiakatra aty an-drenivohitra izy telo lahy kinanjo tratran’ny zandary tampoka.

Nentin’ireo zandary nihazo ny borigadin’i Sakaraha anaovana fanadihadiana izy telo lahy voarohirohy ireto.

Nilaza ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena fa tsy ny fiatrehana ny asan-jiolahy ihany no asan’ny ataon’ny zandarimariam-pirenena fa eo koa ny fisorohana ny mety hitrangan’izany.

Jean Claude

News Mada0 partages

Ambohimahasoa : maty ilay mpitondra bisikileta voadonan’ny taksiborosy

 Maty noho ny ratra nahazo azy ilay mpitondra bisikileta nifandona tamin’ny taksiborosy tao Ambohimahasoa, omaly tolakandro. Mafy ny fifandonana satria nianjera mafy tamin’ny tany izy ka vaky ny lohany ary nitarika ny fahafatesany. Efa lasan’ny fianakaviana ny razana taorian’ny fanadihadiana nataon’ny zandary.

Fa ankizikely iray 10 taona koa naratra mafy vokatry ny fifandonan’ny fiara Sprinter tao amin’ny fokontany Talatamaty Ambohidratrimo, RN 4 Pk 11+900. Nifanao aloha sy aoriana avy any Mahajanga hihazo aty an-drenivohitra ireto fiara nifandona ireto. Mafy ny fifandondna satria nahitana fahasimbana ny lohan’ilay fiara tao afara nandona raha simba kosa ny vodin’ilay fiara voadona. Tsy nisy kosa ny aina nafoy.

Tonga nanao fizahana sy famotorana teny an-toerana ny zandary avy ao amin’ny borigadin’i Talatamaty. Nalefa notsaboina eny amin’ny Hopitaly loterana Ambohibao kosa ilay niharam-boina.

J.C

News Mada0 partages

Amboatavo – Itaosy : olona efatra tratra nanaparitaka vola sandoka

Nidoboka eny amin’ny fonjan’Antanimora, ny zoma lasa teo ireo olona efatra voarohirohy ho mpanaparitaka vola sandoka, saron’ny zandary avy ao amin’ny borigadin’Itaosy teny Amboatavo Ambavahaditokana Itaosy, ny alarobia teo…

Tratra tany amin’ireto olona efatra ireto (lehilahy iray sy vehivavy telo) ny vola sandoka mitentina 450 000 Ar. Teo am-piomanomanana hanaparitaka ireo vola sandoka izy ireo no nifanehatra tamin’ny zandary. Nahazo loharanom-baovao ny zandary taorian’ny fikaroham-baovao fa misy olona manaparitaka vola sandoka mipetraka eny Amboatavo Ambavahaditokana Itaosy. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny zandary ka voamarina ny fisian’ireto olona voarohirohy ireto. Tratra tao an-tranon’izy ireo nandritra ny fisavana nataon’ny zandary ireo vola sandoka amana hetsiny ireo.

Ankoatra ireo olona efatra voasambotra, nisy olona iray tafaporitsaka, saingy efa fantatra ny momba azy ka eo am-pikarohana azy ny zandary. Niaiky ny heloka vitany ireo voarohirohy nandritra ny famotorana nataon’ny zandary.

Tsiahivina fa efa nisy koa olona tratra teny Ampitatafika raha nikasa hanaparitaka vola sandoka, ny volana oktobra lasa teo. Voasoroka mialoha indray, araka izany, ny fikasan-dratsin’ireo olona nikasa hanaparitaka vola sandoka. Tsy voafehy mihitsy koa ity fanaovana vola sandoka ity na efa melohin’ny lalàna asa an-terivozona mandra-pahafaty aza ho an’izay tratra manao izany.

Jean Claude

News Mada0 partages

Varotra hani-masaka : hivoaka ny bokin’andraikitra

Nankalaza ny fahafolo taony ny Consortium des laboratoires agro alimentaires de Madagasikara (Clam) izay manana anjara toerana lehibe amin’ny fikatsahana sy fanatsarana ny kalitaon’ny sakafo, ny fitantanana sy fanaraha-maso izany.

Nisy ny fampiofanana ireo mpivarotra hani-masaka miisa 700 eo anivon’ny boriborintany enina niarahana tamin’ny BMH sy ny Clam. Mbola hitohy ny ezaka ka tokony hanaraka ny toromarika avokoa ireo mpanao hani-masaka ireo mba ho fitsinjovana ny fahasalaman’ny mpanjifa araka ny voalazan’ny talen’ny BMH, ny Dokotera Herivonona Durand Deris.Marihina fa misy ny fitsipika voasoratra mazava tsara ao anatin’ny “code municipal d’hygiène” izay hirosoan’ny kaominina tsy ho ela ny fampiharana azy.

Voarakitra ao anatin’io lalana monisipaly momba ny fahadiovana io araka ny sokajy faharoa misy ny varotra hani-masaka sy ny sakafo fihinana, voalaza ao amin’ny andininy faha-35 hatramin’ny faha-38 fa voarara ny varotra hani-masaka ivelan’ny toerana voatokana sy nohajariana manokana ho amin’izany ao anaty tsena.

Tokony hihidy anaty vata fitaratra tsy tafiditry ny bibikely sy vovoka  avokoa ny sakafo masaka rehetra. Mila mampiasa aro-tanana na fitaovana voatokana fandraisana sakafo ireo mpivarotra.

 

Hentitra ny fepetra raisina

 Tsy maintsy manana taratasim-panjakana avokoa ireo mpivarotra hani-masaka tsirairay hanamarihana fa tena manara-dalàna amin’ny fahadiovana izy ireny. Mila manana kara-panondrom-pirenena, patanty amin’ny anarany izay manan-kery mandritra ny taona diavina. Fahazoan-dalana manamarina ny fahazoana toerana ivarotana, fanamarinam-pahasalamana manan-kery amin’ny taona diavina…

Voarara kosa ny fivarotana hani-masaka sy zava-mamy manodidina ny toeram-pianarana. Tsy azo atao ny mampiasa kitay amin’ny varotra hani-masaka. Mola mandray fepetra ny mpivarotra amin’ny fampiasana ny fatana arina na gazy mba tsy hanelingelina ny mpivezivezy. Tsy maintsy sasany sy dioviny hadio tsara ny toeram-pivarotana mialoha ny hikatonany. Tsy azo atao intsony ny miditra ao amin’ny tsena aorian’ny fikatonany na ho an’ny mpivarotra aza.

Tatiana A

News Mada0 partages

Hahena ho 25% ny olona bado : havaozina ny paikady fampianarana mamaky teny

 Havaozina ny paikady nasionaly ho an’ny fampianarana mamaky teny sy manoratra ary mikajy (SNA) miaraka amin’ny Unesco sy ny minisiteran’ny Fanabeazana, manomboka amin’ity herinandro ity. Tanjona ny hampidina ny tahan’ny tsy fahaizana mamaky teny sy manoratra ho 25% hatramin’ny taona 2030. Efa tafiditra ao anatin’ny tetipivoarana ho an’ny fanabeazana rahateo ity SNA ity.

Napetraka ny taona 2008 ny SNA hampihenana ny tahan’ny olona bado ho 27%, ny taona 2015. Nisy ny vokatra azo tsapai-tanana na tsy tratra aza ny tanjona amin’ny taonarivo fahatelo ho an’ny fampandrosoana (OMD).

“Ilaina ny fanavaozana ny paikady hitondrana ny fampianarana mamaky teny sy manoratra mba hahomby kokoa sy hamaly ny filana », hoy ny talen’ny akany fibeazana sy ny fampianarana mamaky teny, Ravelonjanahary Mananjaona Arthur. Efa mikirakira ny teknolojia vaovao amin’ny fampiasana internet ahafahana mitantana sy manara-maso ny asa rehetra mifandraika amin’izany ny minisitera amin’izao fotoana izao. Hiara-hiasa amin’ny manampahazaina manokana any ivelany ny minisitera amin’ny fanavaozana hahazoana tetikasa.

Hamantarana ny zava-misy, hidina ifotony any amin’ny faritra hijery ireo ONG sy fikambanana samihafa mampianatra mamaky teny sy manoratra ary mikajy ny tomponandraikitra. Hadihadiana amin’izany ny olana ahafahana manatsara ny fanavaozana.

Vonjy A.

Ino Vaovao0 partages

KIANJA VAVATENINA : Manomboka ny asa fanamboarana kianja filalaovam-baolina

Ny antony, dia nisy ny fifanolanana momba ny tany tamin’io kianja monisipaly hany tokana misy ao an-toerana. Fifanolanana izay tonga hatrany amin’ny fitsarana. Niravona tanteraka ny disadisa amin’izao fotoana izao. Izany no tanteraka dia vokatry ny fifampiresahana nisy teo amin’ireo solontenam-panjakana sy ny mpandova ny tany.Niverina amin’ny vahoaka araka izany ny kianja filalaovam-baolina.

Tsy hoe niverina fotsiny fa hatsaraina. Ny zoma 10 novambra lasa teo no tonga tao Vavatenina ny iraky ny minisiteran’ny fanatanjahantena notarihin’ny lehiben’ny Faritra Analanjirofo sy ny Préfet an’i Fenoarivo-Atsinanana nitondrana ny solontenan’ilay orinasa hanamboatra ny kianja. Ny andron’ny zoma io ihany, nanomboka avy hatrany ny asa tamin’ny alalan’ny fanorenana fefy vato.

Fefy izay hovitaina ny volana desambra. Ny volana janoary 2018 kosa no manomboka ny fanamboarana ny sisin’ny kianja, izany hoe fanamboarana ny pista fihazakazahana ho an’ny taranja atletisma. Fanamboarana pista arahin’ny fanamboarana ny « tribune » ho an’ny mpijery baolina. Hisy koa ny fanorenana kianja filalaovana volley-ball sy ny fanamboarana ny bozaka ambony kianja filalaovam-baolina.

Havadika ho kianja anisany manara-penitra indrindra ao anatin’ny Faritra Analanjirofo ny kianja ao Vavatenina. Fotodrafitrasa izay tena ilain’ny vahoaka ao an-toerana tokoa. Na ireo raiamandreny ara-drazana na ireo raiamandreny ara-pivavahana na ny solombavambahoakan’i Madagasikara voafidy tao Vavatenina, dia samy nankasitraka izao asa goavana tanterahina ao amin’ny kianja ao Vavatenina izao. Ho taona vaovao sy ho kianja vaovao ho an’i Vavatenina ny taona 2018.

Ino Vaovao0 partages

BAOLINA KITRA-SEKSIONA TOAMASINA II : Voafidy fanindroany ho filoha i Rivo

Fifidianana izay notanterahina tao amin’ny biraom-paritry ny tanora sy ny fanatanjahantena Atsinanana.

Roa ny kandidà mpifaninana dia i Miadanarivo Razanamalala izay efa filoha teo aloha sy Andriamirado Emile. Raha ny fanazavana voaray, dia dimy ireo nametraka filatsahan-kofidiana fa ny roa ihany no voatazona. Ny telo kosa tsy nahafeno ny fepetra ka tsy nankatoavin’ny kaomisiona misahana ny fifidianana ny filatsaham-kofidian’izy ireo. Klioba miisa 9 no nandray anjara tamin’ny fifidianana. Nazava ny fandresen’i Miadanarivo Razanamalala izay fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Rivo. Isa 7 amin’ny 9 no azony. Mpifidy iray no nanao vato maty. Izany hoe vato iray monja no azon’ny mpifaninana taminy.

Raha ny zava-misy, dia nafana ny fifamaliana am-bava nandritra ny fifidianana. Samy tonga teny amin’ny biraom-pifidianana ny ekipan’i Gérard Joël Patrick sy ny ankilany, ekipan’ny filohan’ny ligin’ny baolina kitra Atsinanana. Ny ekipan’i Gérard Joël Patrick izay nanakiana fatratra ny fomba fiasan’ny ligin’Atsinanana tato ho ato, indrindra mahakasika ny fikarakarana fifidianana filohan’ny seksiona. Nisy ny fanatanterahana valan-dresaka ho an’ny mpanao gazety misesisesy. Etsy ankilany, ny filohan’ny ligin’Atsinanana, dia manamafy fa tsy misy idiran’ny ligy velively ny fikarakarana fifidianana.

Na dia teo kosa izany rehetra izany, dia tontosa antsakany sy andavany ny fifidianana izay ho filohan’ny seksiona Toamasina I. Mbola nametrahan’ny mpitia baolina kitra eto Toamasina I ny fitokisana hitantana ny seksiona indray araka izany i Miadanarivo Razanamalala.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

MBOLA TSY MIRAVONA NY OLAN’NY FTAR : Manambana any indray ny hetsika goavana

Efa nisy ny fihaonana sy ny fifampidinihana saingy tsy nahitam-bokany izany fa toa vao mainka aza niafara tamin’ny fifanenjanan’ny tady teo amin’ny roa tonta. Amin’izao fotoana izao manambana ny hanao hetsika goavana mihoatra noho izay efa nataony hatramin’izay indray ireo mpikambana, araka ny vaovao voaray. Mitohy ny tantara, ny mbola tsy fisian’ny vahaolana noraisin’ny Kaominina eo anatrehan’ireo fangatahan’ny mpamily fiara karetsaka no anton’izany.

Ny sabotsy lasa teo dia nanatanteraka fivoriam-be ireo lehiben’ny fiantsonan’ny fiara karetsaka eto an-drenivohitra. Nivoitra tamin’io fa iharan’ny antsojay mivaivay ireo mpamily fiarakaretsaka indrindra indrindra ireo izay tsy manaiky ireo lamina notetehin’ny Kaominina apetraka, toy ny fampiasana ilay “lanterne” lehibe. “Tena fanerena amin’ny fomba rehetra no ataon’ny Kaominina ankehitriny hanatanterahana izany foto-kevitra hoentin’izy ireo hanimbana ny fiarakaretsaka izany ankehitriny”, hoy ny filoha lefitry ny Ftar. 

Nilaza kosa ny filohan’ny Ftar, Raharinirina Clémence fa mamaky ady amin’izy ireo ny Kaominina Antananarivo ary mikendry ny haharava ny fikambanana. Manome roa herinandro ny Kaominina indray araka izany ireo mpamily fiara karetsaka, nambaran’izy ireo fa miteraka olana goavana eo amin’ny fanatanterahany ny asany ity fizirizirin’ny Cua amin’ny fanapaha-keviny ity. Amin’izany hisy indray ny hetsika hanamafisana ny fitakiana ataon’izy ireo. 

“Ho avy izahay afaka roa herinandro hanatanteraka an’izay hetsika faran’izay mafy izay. Ary hamafisinay tsy hisy hetsika hataon’ny mpitatitra mafy ohatran’io hetsika hataon’ny mpamily fiarakaretsaka io eto amin’ity Antananarivo ity”, hoy ny filohan’ny Ftar.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

IMT SY AFT : Nanolotra boky ho an’ireo tanora voafonja ao Ambalatavoahangy

Ny fikambanana Ino Maresaka à Tamatave (Imt) izay efa mpanohana hatrany ny fonjan’Ambalatavoahangy amin’ireo asa sosialy maro. Teo, ohatra, ny fanorenana toerana fialofan’ireo fianakaviana mpanatitra sakafon’ny voafonja.

Tsy hijanona ny fiaraha-miasa eo amin’ny Alliance française Tamatave sy ny Imt ary ny fonjan’Ambalalatavoahangy fa hitohy hatrany ho fanabeazana an’ireo tanora nania.Ny hita sy tsapa nandritra ny fandalovana tao Ambalatavoahangy ny andron’ny zoma 10 novambra, dia mihoatra ny isa tokony ho zakan’ny fonja ireo voafonja. Raha tokony ho 350 monja mantsy no zakan’Ambalatavoahangy, dia efa 1 000 mahery ireo voafonja amin’izao fotoana izao.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA ADY TANY : Mangataka ny CUA handray ny andraikiny ny Fisemare

Raharahana ady tany misy ny foiben-toeran’ity farany etsy Antanimena no fototry ny olana. Araka ny vaovao voaray dia roa taona lasa izay no nisy nivarotra io tany niorenan’ny trano foiben’ny Fisemare io, lafo ny tany ary narodana avy hatrany ny birao izay nijoro teo amboniny. Fantatra fa efa nanomboka tamin’ny taona 1999 kosa no efa nisy nikasa hivarotra izany saingy nolavin’ireo mpitantana teo anivon’ny Kaominina Antananarivo renivohitra hatrany. 

Manoloana io fandrodanana tsy ara-drariny ny trano foiben-toeran’ny sendika miaro ny zon’ny mpiasa eto Madagasikara io indrindra dia mangataka ny fandraisan’andraikitra faran’izay haingana avy amin’ ny Kaominina ireo mpikambana. Nandritra ny filan-kevitra monisipaly no voalaza fa naharaikitra ny fifampivarotana tamin’ny olon-tsotra ka niafara tamin’ny fandrodanana ny birao izany. 

Eo anatrehan’izany dia mitaky ny hanafoanana an’io fanapahan-kevitra nivoaka nandritra ny filan-kevitra io ireo mpikambana ao anatin’ny fisemare. “Ny fanjakana mahavita manafoana ny fifampivarotana ary nahoana ny Kaominina no tsy mba afaka mampihatra haingana hatramin’izay ny filan-kevitra monisipaly manafoana an’io fifampivarotana io izay efa nolazaina ary nohamafisiny hatramin’izay fa tsy ara-dalàna. Miandry ny avy ao amin’ny Kaominina izahay hoe tsy manaja ny teniny ve ry zareo”, hoy ny fanazavana nomen’ny sekretera jeneralin’ny fisemare. 

Araka izany ny fepetra raisin’ny Kaominina Antananarivo renivohitra amin’ny hanafoanana io fifampivarotana io no tena andrasan’ireo mpikambana ao anatin’ny sendika mpiaro ny zon’ny mpiasa eto Madagasikara amin’izao fotoana izao. Fantatra fa efa nisy fitoriana napetrak’ireo mpikambana teny anivon’ny fitsarana mahakasika ity raharaha ity ary nisy ihany koa ny fitarainana nalefan’izy ireo any Genève saingy mbola andrasana fatratra izay valiny hatreto.

Avotra Isaorana

News Mada0 partages

Loza mahazo ny firenena amin’izao… : miantso ny Malagasy hijoro ny AKFM

« Miantso indray ny Malagasy tsy misy anavahana ny AKFM hiara-kitsangana ho fampitsaharana tsy misy hataka andro izao mihatra amintsika izao », hoy ny fanambaran’ny AKFM, mahatsiaro ny faha-59 taony, ny faran’ny herinandro teo, manoloana ny raharaham-pirenena.

Antsoiny ny antoko sy fikambanana politika, ny firaisamonina sivily, ny mpitondra fivavahana… Mba hiara-kikaondoha hametrahana paikady matotra avy amin’ny teny ierana ho fanarenana haingana sy ifotony ny fiainam-bahoaka sy ny firenena.

Manamarika ny vanim-potoana ankehitriny ny fanjakazakan’ny fanatontoloana kapitalista maneran’izao tontolo izao nandritra ny taona maro. Voazanaka ao anatin’izany ny fiainam-pirenena malagasy. Mitaky fanovana tanteraka ny fifandanjan-kery misy ankehitriny izany, ary efa miroso amin’izany ny vahoaka malagasy.

Mila potserina ireo tsy rariny sy tsy hitsiny…

 Tsy maintsy potserina ireo tsy rariny sy tsy hitsiny misy amin’ny vahoaka: tsy  fandriampahalemana, fitotongan’ny fari-piainana. Eo ny zo amin’ny fahasalamana, hanana asa, haneho hevitra malalaka…

Tsy maintsy sakanana haingana sy amin’ny fomba hentitra ny firaisana tsikombakomban’ny mpitondra malagasy sy ny vahiny: fivarotan-tanizandrana. Lazaina manokana ny amin’ireo Nosy malagasy manodidina, fototry ny fiandrianam-pirenena sy ny maha Malagasy. Toy izany koa ny fandrobana sy fanondranana antsokosoko ny harem-pirenena, tokony hanarenana ny fahantram-bahoaka.

Marihina ao anatin’ny faha-100 taon’ny revolisionina sosialistan’ny volana oktobra 1917, tany Rosia, ny faha-59 taon’ny AKFM. Nitondra fanantenana vaovao sy lehibe ho an’ny vahoaka maneran-tany miandrandra fiarahamonina anjakan’ny rariny sy ny hitsiny amin’ny lafiny rehetra sy ho an’ny rehetra izany.

Nanao sonia ny fanambarana ny sekretera jeneraly, Razanatoandro Solofo; ny filoha nasionaly, Rakotomanga Eric.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Lalàm-pifidianana : eo hatrany ny tsy fahatokisana ny fanjakana

Mbola tsy milamina ny amin’ny fandrafetana ny volavolan-dalàm-pifidianana. Eo hatrany ny tsy fahatokisana ny fanjakana…   

« Misy miteny hoe mila hita ny rijan-teny, sao misy fandripandrika ataon’ny fitondram-panjakana: o ry zalahy, mba efa ampy izay ny fiarahana. Efa napetraka ny foto-kevi-dehibe, nisy ny adihevitra nafana, noraisina avokoa… « 

Io ny nambaran’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana O. teny Anosy, ny faran’ny herinandro teo, manoloana ny fangatahan’ny mpanao politika sy ny firaisamonina sivily ny famoahana ny volavolan-dalàm-pifidianana, izay iandrasana ny asan’ny komity iraisan’ny minisitera.

« Miangavy anareo mpanao politika sy ny firaisamonina sivily, raha tsy afa-po amin’izay zavatra mety havoakan’ny filankevitry ny minisitra isika: mbola misy ny Antenimiera roa, ataovy izay hitondrana ny hevitrareo amin’izy ireo », hoy izy.

Tsy maintsy tratrarina ny fanatanterahana fifidianana

Tsy maintsy mandeha araka ny tokony ho izy isika mba hahatrarana ny lamim-potoana  hahatongavana amin’ny fifidianana, araka ny fanazavany. Efa henony ny hetahetan’ny Ceni na ny vahoaka malagasy hahafantatra ny datim-pifidianana.

Taorian’ny fampahafantarana tamin’ny fomba ofisialy ny asan’ny komity iraisan’ny minisitera tamin’ireo tomponandraikitra politika, firaisamonina  sivily, olon-tsotra: efa vita tanteraka ny rijan-teny momba ny lalàna mifehy ny fifidianana.

Eo hatrany ny tsy fifampitokisana

 Tena mandeha amin’izay fanatrarana ny fifidianana ara-potoana izay ve ny mpitondra? Nefa niniana tsy natao, ohatra, ny fifidianana filoham-paritra sy filoham-paritany, narirarira lava teny noho ny paipaika sy kajikajy politika. Toy ny nanaovana ny lalàna mifehy ny serasera… mamono fahafahana, novaina fa tsy araka ny fakan-kevitra. Izay koa no tsy atokisan’ny olona ny fanjakana amin’ny lalàna mifehy ny fifidianana.

Manao izay fomba rehetra handresena amin’ny fifidianana ny mpitondra, efa mahalala fa tsy ankasitrahan’ny vahoaka intsony noho ny tsy fahombiazana? Izy aza tsy matoky tena matoa tonga amina karazana paipaika sy kajikajy politika rehetra izao. Ahoana no ahatokisana azy? Politika no atao…

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Fort-Dauphin – « Découverte » : andiany faha-6 ny « Festival Sambaraha »

Anisan’ny hetsika fanao isan-taona manasongadina ny maha izy azy ny faritra Anosy ny « Festival Sambaraha ». Tsy kolontsaina ihany fa amin’ny lafiny maro, manana ny mampiavaka azy ity faritra ity.

Raikitra fa ny 20 desambra ka hatramin’ny 23 desambra izao ny hanatontosana ny « Festival Sambaraha » andiany faha-6,  any Taolagnaro (Fort-Dauphin). Nametraka fanamby ny komity mpikarakara (Cofsa) fa hiavaka amin’ireo rehetra teo aloha ity andiany nampitondraina ny lohahevitra « Découverte » ity.

Ho an’ny kolontsaina manokana, handray anjara amin’ito andiany faha-6 ito ireo andrarezin’ny hira malagasy toa an’i Tsiliva. Ankoatra ny seho an-tsehatra, hisy ny fihaonana sy fifanakalozana ary fifaninanana eo amin’ny kolontsaina sy eo amin’ny fanatanjahantena. Hisy rahateo ny fananganana ny tanàna Sambaraha amin’izao andiany faha-6 izao.

Voatazotra hatrany ny tanjona nofaritan’ny mpikarakara hatramin’izay. Fampandrosoana sy fampivelarana ny tontolon’ny fizahantany sy ny kolontsaina. Fanehoana ihany koa ireo tanjaka amin’ny lafiny maro ananan’iny faritra iny.

Tombony lehibe ho an’ny tanora rahateo ny fahazoana mifanakalo sy mifampizara ireo kolontsaina fototra amin’ireo kaominina manodidina toa an’i Esira.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

«Adin-kiragasy 2017 » : lasan-dRafaralahy Raymond ny amboara

Naharitra telo volana teo ho eo ny fifanintsanana… Tontosa teny amin’ny kianjan’Ambohijatovo, omaly, ny famaranana. Lasan’ny tarika Rafaralahy Raymond avy any Ambatoantrano ny amboara tamin’ity andiany faha-8 ity. Nifanandrina taminy tamin’izany ny tarika Rakotomandimby Jean-Pierre avy any Morarano Gara.

Raha tsiahivina, nahatratra 12 ny adin-kiragasy tontosa. 18 ireo tarika mpihiragasy nandray anjara. 40.000 teo ho eo kosa ireo mpijery tonga. Nomarihin’ny mpikarakara fa anisan’ireo kolontsaina sy zavakanto mitaiza ho olom-banona ny hiragasy. Tokony homena vahana ny fanapariahana azy manerana ny Nosy. Goavana indrindra amin’ny fanabeazana hoentin’ny hiragasy ny fananana tononkira mifono anatra sy fahendrena. Mahasarika ny fihainoana izany satria omen’ny mpihiragasy endrika kanto, toy ny hatsikana, ady rima, sns.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Hiragasy Makotrokotroka : la troupe Rafaralahy remporte le trophée

Après plusieurs mois de concours, c’est la troupe de Raymond Rafalahy d’Ambatoantrano qui a séduit le plus le public durant cette huitième édition du Hiragasy Makotrokotroka. Face à Jean Pierre Rakotomandimby de Morarano Gara, elle a remporté le trophée lors de la grande finale qui s’est tenue, hier, au Kianjan’Ambohijatovo.

La troupe de Jean Pierre Rakotomandimby a investi en premier le jardin d’Ambohijatovo. Dès les premières notes, le ton a été donné.  La troupe a essayé de sortir de l’ordinaire en traitant un sujet touchant les spectateurs, la jalousie sous différents angles. Mais les mots qui ont surtout marqué le public concernaient l’importance du code vestimentaire dans le monde actuel.

De son côté, Raymond Rafaralahy a surtout misé sur les jeux de mots. Plus agressif et spectaculaire à la fois, il a utilisé un thème spécial sur l’espoir. «Rien n’est facile sur cette terre, l’obstination et l’espoir sont les seules choses qui permettent d’avancer», ont-il réclamé dans leur texte. Côté chorégraphie, les danseurs ont surtout démontré plus de création, de prestesse et d’originalité.

Malgré tout, les deux troupes ont envouté le public, hier. Le score était serré. Mais au final, Raymond Rafaralahy a devancé son adversaire d’un point.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Chronique : sommet de la francophonie, un an après

Un an déjà depuis les dernières vacances de la Francophonie. Pourtant, on a l’impression que c’était hier : il y a encore sur les panneaux d’affichage de la capitale quelques belles images qui annoncent la période festive de notre retour officiel dans le concert des nations. Cette année, pas de vacances de la Francophonie, ni de la Toussaint d’ailleurs, elles ont été remplacées par d’inédites vacances de la peste. Pour le reste, la situation ne s’est guère améliorée.

Il y a un an, on se félicitait dans certains milieux des opportunités que le sommet allait infailliblement générer pour le pays. Pendant que l’autosatisfaction en étouffait quelques-uns, la grande majorité des autres riait jaune. Avec un soupçon d’amertume, la rue se moquait d’elle-même : « Il paraît qu’on est francophone, il faut parler français maintenant !». Elle se moquait, en malgache bien sûr. On accuse toujours la malgachisation, mère de tous nos maux, pour justifier tous nos échecs, dont celui du très faible niveau de nos élèves. C’est confondre le projet de société de notre brève période révolutionnaire (sans doute le seul réel projet

de société que nous ayons jamais eu…) et le manque de moyens humains et matériels qui caractérise le pays depuis depuis.

Nous sommes donc considérés comme des francophones, obligés de pratiquer un « bilinguisme circonstanciel » comme le suggérait le père de la malgachisation. Mais ce n’est pas si mal si l’on en croit les récents travaux du neuropsychologue Albert Costa : «Utiliser une autre langue favorise le raisonnement délibératif et fait réfléchir deux fois. (…) Quand nous réfléchissons dans une autre langue, non seulement nous nous laissons moins guider par notre première réaction émotionnelle, mais nous sommes plus disposés à prendre des risques».

On comprend tout de suite mieux comment la Francophonie peut être source d’opportunités nouvelles pour le pays. Si on nous avait présenté les événements de novembre 2016 en insistant sur cet aspect que les communicants ont négligé, on aurait trouvé plus naturel d’être «libres ensemble».

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : la question du riz à Madagascar

Nos lecteurs se souviennent-ils que nous leur avions parlé de l’initiative de certains colons qui, pour remédier à la pénurie du riz dans la Grande Île, avaient pris les mesures nécessaires pour en faire venir d’Indochine ? Par ailleurs, deux maisons de la colonie avaient manifesté l’intention de faire venir 5 000 tonnes de riz de notre France d’Asie ou de l’Inde britannique, afin d’enrayer la hausse constante du précieux aliment.

À ce sujet, notre confrère la Tribune de Madagascar écrit que la réussite de cette tentative ne pourra se réaliser effectivement que par une intervention pécuniaire du gouvernement pour résoudre la crise du fret.

La question du riz est devenue si aigüe dans la Grande Île que le premier acte de M. Merlin, le nouveau gouverneur général, a été de chercher à remédier à cette situation.

Comme il paraît que dans certaines régions, notamment à Majunga, il y a des stocks de riz, on envisage leur transfert dans les districts où le riz fait défaut, ce qui arrêterait sensiblement la crise actuelle.

Cette question du riz a eu sa répercussion – inattendue – sur le tronçon de voie ferrée déjà posé à Tsiafahy.

L’impossibilité de se procurer le matériel nécessaire pour pousser le rail jusqu’à Antsirabe justifiait en quelque sorte cette mesure, mais la rareté du riz a conduit l’administration à reporter les rails enlevés à la ligne Moramanga-Alaotra.

Jusqu’ici cette région a été considérée comme devant produire intensivement le riz le jour où les prix des transports seront abaissés ; elle pourra donc de la sorte intensifier ses cultures vivrières et contribuer à l’alimentation des tobys où toute une armée d’ouvriers travaillent aux carrières de graphite.

Cette mesure qui, un moment, a pu inquiéter les colons ayant des intérêts dans la vallée d’Ambatolampy, n’empêche nullement l’administration de s’intéresser à leurs droits puisqu’elle se préoccupe actuellement de se procurer le matériel nécessaire à la ligne d’Antsirabe ; mais la question du riz imposait en quelque sorte cette opération.

En outre, quels qu’aient été les frais qu’elle a occasionnés, peu considérables d’ailleurs, il est assuré qu’ils seront vite récupérés par le rendement du fret qui descendra de la région du lac Alaotra.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry Sorisory miantomboka mifehy ny fitohizan-dalao

Miaka-peo ny mpanohitra manoloana ny kopo-soroka ataon’ny andaniny mikasika ny volavolan-dalàna mametra ny fitsipi-dalao hifehezana ny fifidianana. Ny fisehon’ny amboletra ho fandaniana ho làlana an’ilay volavola dia efa miteraka ahiahy amin’ny fisian’ny tetika maizina ambadik’izany fomba izany. Tsy vitan’ny hoe mailomailo fotsiny ireo mpanohitra fa efa nahatsikarika sy nanasongadina andiany ao amin’ilay volavola izay mitory fanomanana makarakara hanamorana ny fanaovana sangodim-panina ho fampitongilanana ny fifaninanana sy fikirakirana maizina hanatsofohana hosoka entina handisoana ny vokatra.

Hery tsy mifandanja anefa, toy ny atody miady amim-bato ny vitsy mifanehatra amin’ny maroanisa ! Akory atao ? Tsy fantatra intsony ny fomba hanoherana ny fanaovana ho lalàna ny fifehezana tazana mivandravandra fa fanomezana bahana ny hetraketraka diso tsy rariny. Hitodika any amin’ny vahoaka ? Fantatra fa tsy mahefa izany ny mponina izay efa trotraka be ihany noho ny fahasahiranana ampianjadiana aminy, no sady efa leon’ny fitapitaka ka tsy te hiherika amin’ izay rehetra manopy lokona adilahy pôlitika. Hiantso vonjy any amin’ny fikambanambe iraisam-pirenena ? Dia inona loatra aza ny ozona mihatra maniraka hitaraina amin’ny any ivelany mahatonga hilefitra sy hibaboka mikasika ny tsy fahaizan’ny tena mandamina ny raharahan-tokantrano nefa miseho ho saro-piaro raha vao kitikitihana ny fahaleovantena sy fahefam-pirenena. Izay anefa ny hany sisa fomba ahafahan’ny mpanohitra manakana ilay volavolan-dalàna izay afinafenina be ihany. Laingalainga fa io fikambanambe io dia manana fahefana ankolaka handrava ny fizotra mivilambilana. Tsotra ny fipetraky ny raharaha, toy ny eo amin’ny zavatra rehetra  ny vola no hozatra antoka voalohany eo amin’ny fanatanterahana ny fikasana. Ny fikambanambe iraisam-pirenena no mpamatsy ny vola ilaina anaovana ny fifidianana ho avy. Raha noho ny antony samihafa mitarika azy hihevitra fa tsy mahafa-po azy ny fomba omanina anaovana izany dia tsotra, giazany ny vola. Iza anefa no tena mahafantatra ny tena tetiky ny fikambanambe any ambadika any? Maro amin’ ny mpikambana ao anatiny no manana ho azy manokana na olona na vondrona safidiany mangina. Mety omeny fanampiana tsiambaratelo aza eo amin’ireo mpilatsaka ho fidian’ny vahoaka. Rehefa mitolona eo amin’ny sehatra pôlitika, mila fitandremana ny firaisan-tetika amin’ny vahiny. Isak’izay mihetsika ny solontenam-pirenena iray dia ny fitsinjovana tombony ho an’ny firenena fihaviany no lanjalanjainy voalohany.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : bienvenue au roi des rois…

La date de la journée fatidique, autrement formulée, de la journée de solidarité nationale, qui nous transformera d’un coup de baguette magique en rois du nettoyage n’a pas encore été arrêtée. Ou alors, les principaux acteurs, encore nous, n’ont pas encore été notifiés. Mais dans certains quartiers, les nettoyeurs professionnels donnent l’exemple. Pour la bonne cause ? Pt’êt ben qu’oui, pt’-êt qu’non… Ce qui motive les rois du balai et les reines de la sobika, c’est la prochaine visite du roi des rois. C’est donc reparti pour un tour : mobilisation générale pour démanteler les dortoirs de voiture, déplacer les bennes à ordures et passer le jet d’eau. Le roi des rois est le bienvenu dans le quartier…

News Mada0 partages

Jirama : la tension monte

La tension monte entre la Direction générale et l’ intersyndicale de la Jirama concernant les licenciements et recrutements de quelques employés au sein de la compagnie. L’intersyndicale dénonce un changement dans la convention collective, tandis que la Direction générale insiste sur le fait que le licenciement collectif n’est pas dans ses perspectives.

Comme prévu, les membres de l’Intersyndicale de la Jirama ont tenu une Assemblée générale, samedi, à l’Ecole normale supérieure Mahamasina. Ils ont décidé à l’issue de cette réunion d’aller remettre ce jour leurs doléances aux différents responsables de la compagnie et ce, après leur rencontre avec le directeur général de la compagnie, le 13 octobre, une rencontre apparemment vouée à l’échec. Comme l’a rapporté David Christor Andriamihaja, porte-parole de l’Intersyndicale de la compagnie d’eau et d’électricité, joint par téléphone hier : «Si aucune suite n’est donnée à cette action, nous envisagerons également de saisir l’Inspection du travail. Nous nous donnons jusqu’à samedi prochain pour décider des actions à mener par la suite».

Pour rappel, 44 employés de la Jirama ont été licenciés par la Direction générale. Ce qui constitue un abus, selon les explications de l’intersyndicale qui évoque également un changement de la convention collective. Des affirmations réfutées par Olivier Aimé Jaomiary, DG de la Jirama. « Je n’ai changé ni la convention ni la procédure de licenciement. La Jirama a des objectifs à atteindre. Licencier du personnel équivaut à perdre des ressources et des expériences et par conséquent, aboutir à un échec en management. Cependant, nous sommes contraints de procéder au licenciement lorsque la Direction découvre des détournements et des fraudes », a-t-il déclaré.

Et comme motif de licenciement, la Direction évoque un détournement de recettes ou de fonds, un branchement illicite, un partage des avantages de la Jirama aux voisins, un faux et usage de faux, un branchement sans compteur ou un égarement de compteur, une implication dans des actes criminels contre la société, comme le cas d’un incendie des bureaux locaux à Andapa, un trafic de compteur.

Poursuite des recrutements

Olivier Aimé Jaomiary a effectivement souligné qu’il a pris les devants pour changer l’organigramme en une structure plus légère et moins bureaucratique, un organigramme ayant été approuvé par le conseil d’administration en juin de l’année en cours. Il a rappelé en outre que la Direction a suivi la procédure définie pour effectuer les recrutements avec des appels à candidatures publiés en juillet dernier.700 candidatures ont été reçues.

La sélection s’est déroulée en août et septembre derniers par un cabinet canadien qui a proposé trois à cinq candidats par poste en octobre. Cinq responsables ont été nommés au début du mois de novembre dont deux à l’interne. Et trois seront probablement nommés au courant de cette semaine. Le recrutement de 25 directeurs est en cours, selon les explications de ce premier responsable.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Boa Madagascar : lancement du pack Fonxionaria

Constatant que le taux de bancarisation des fonctionnaires demeure faible, l’Etat a récemment promulgué un décret sur la bancarisation des salaires des fonctionnaires afin d’y remédier. C’est dans ce sens que la Bank of Africa (BOA) et le ministère de la Fonction publique, des réformes de l’administration, du travail et des lois sociales ont signé un accord portant sur le lancement d’une offre  destinée au personnel de ce ministère, le pack Fonxionaria.

Par ailleurs, le ministère de la Fonction publique prévoit de mettre en œuvre un programme de renforcement de capacités en vue d’augmenter la motivation des agents de l’Etat. A travers ce programme, le ministère entend renforcer, en plus du taux de bancarisation des salaires des fonctionnaires, les capacités des fonctionnaires sur l’utilisation des NTIC. Dans cette perspective également, la BOA a accompagné le département ministériel par la dotation de matériels informatique et de communication, à l’occasion d’une Journée portes ouvertes organisée par le ministère de la Fonction publique, vendredi dernier, à son siège aux 67 Ha.

R.R.

 

News Mada0 partages

Rallye international de Madagascar : la première place risque d’échapper à Yves et Nitro

Le classement final de la 38e édition du rallye international de Madagascar Rim, qui a pris fin hier au stade de Mahamasina, pourrait connaître un chamboulement. La sanction plane sur l’équipage Yves-Nitro, leader du classement officieux.

Rien n’est acquis ! En route pour remporter sa deuxième course de la saison après celle qu’il a obtenue au rallye TMF, l’équipage Yves-Nitro, au volant d’une Subaru, risque de tout perdre et de compromettre sa chance dans la course au titre de champion de Madagascar 2018.

En cause, d’après une source auprès de la fédération, le non-respect du règlement de la course par cet équipage leader du classement officieux de cette 5e manche de la joute nationale.

«Ils n’ont pas respecté le passage obligatoire au pointage. Par conséquent, si ce fait est avéré, ils écoperont de 5 minutes de pénalités. Ce qui signifie qu’ils rétrograderont dans le classement officiel», selon notre source.

Pourtant, tout a bien commencé pour cet équipage dans ce rallye en se classant deuxième lors de la première journée. La deuxième journée a été plus prolifique où les deux compères ont remporté deux épreuves spéciales (ES), celles 5e et  7e sur les huit au programme, tout en réalisant le podium dans quatre ES.

De même, lors de la dernière journée, bien que bousculés par Bona-Miangaly ou encore Ndrianja-Fanja, Yves et Nitro ont trouvé les ressources nécessaires pour s’accrocher au podium de chaque ES et un succès à la 14e ES devant Ndrinja et Bona.

Sensation

Au-delà de ce litige, le Rim a également été l’occasion pour le public d’apprécier la performance des pilotes moins en vue. Parmi eux figure Sefokely au volant d’une Subaru. Copiloté par Mahatsangy Ramalanjaona, cet équipage a rivalisé avec les favoris durant toute la course.

En effet, Sefokely et Tsangy ont pu glaner des points surprenants en s’adjugeant deux ES au nez et à la barbe de leurs adversaires.  Un essai réussi pour les deux larrons.

Naisa

 

News Mada0 partages

Basket-N1A : l’ASCB annonce la couleur

Amputée de deux éléments clés de son dispositif, en l’occurrence Ellt et Rick-Ley, pris par l’engagement continental de Madagascar en Fiba 3×3, l’ASCB Boeny a tout de même réussi l’exploit de gagner le trophée du tournoi Allée des Baobabs.

Comme lors de la Coupe du président de cette saison, la bande à Amed, désigné meilleur joueur de la compétition, a dominé l’autre formation de Boeny, SBBC, en finale hier à Morondava. Mais contrairement à la Coupe du président où le succès de Bila et consorts a été acquis aisément, cette fois-ci, la délivrance n’est venue qu’à la dernière seconde de la rencontre. Le score final parle de lui-même, un point d’écart seulement entre les deux équipes, en faveur de l’ASCB (64-63).

A trois semaines du début de la phase retour du championnat national N1A, du 2 au 10 décembre à Antananarivo, les deux équipes de Boeny affichent une bonne forme, notamment l’ASCB qui sera au complet lors de cette phase retour avec le retour des médaillés de bronze de la Coupe d’Afrique des Nations en Fiba 3×3.

Pour autant, force est de constater que les deux équipes restent néanmoins perméables comme cela a été le cas lors du tournoi de Morondava où elles ont soufflé le bon et le moins bon lors de la phase éliminatoire. Les deux formations ont obtenu deux victoires chacune et autant de défaites.

 

Résultats finaux :

Vétéran dames :

JCBA Analamanga-Morondava : 65-41

 

Vétéran hommes:

BBCM Analamanga-Morondava : 53-50

 

Senior hommes:

SBBC Boeny-ASCB Boeny: 64-63

 

News Mada0 partages

Foot – Amical : les Barea tenus en échec par les Comores

Les Barea de Madagascar se sont rendus, samedi, à Saint-Leu-la-Forêt, en vue d’un stage et d’un match amical face aux Comores. Pour la première fois, l’équipe nationale malgache a joué une rencontre comptant pour le classement Fifa en région parisienne. Seuls les joueurs expatriés ont participé à ce rassemblement qui a permis de détecter six nouveaux éléments. Au final, les protégés de Nicolas Dupuis ont beau donner leur maximum, la rencontre face aux Coelanthas s’est soldée sur le score de 1 but partout.

Un match palpitant dans la mesure où la formation comorienne est bel et bien une équipe prenable si l’on se réfère aux classements continental et mondial des deux pays. Néanmoins, les Barea ont ouvert le score à la 5e minute, grâce à un but signé par Pascal Randrianantenaina, dit Bapasy, sur un corner de Zotsara Randriambololona. Les Comoriens ont ensuite repris du poil de la bête durant la seconde mi-temps et réussi à égaliser à la 53e  minute.

Bien des téléspectateurs et techniciens malgaches n’ont pas mâché leurs mots par rapport au déroulement du match. Plus d’un est d’accord à propos de la mauvaise habitude des Malgaches qui ont tendance à mêler vitesse et précipitation. Et ce fut malheursement le cas. Nombreuses étaient les occasions en or ratées au cours de la partie, aussi bien pendant la première que durant la seconde période.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Foot – Ligue des champions : Cnaps Sport reste au sommet

Il est difficile de battre un champion. Cnaps Sport, éliminé contre toute attente lors de la Telma Coupe de Madagascar, a su protéger son titre de club champion de Madagascar, hier, à l’issue du derby final de la phase retour de la THB Ligue des champions de Madagascar au stade moderne d’Ampasambazaha. Les Cassiers de l’Itasy ont effectivement remporté leur face-à-face contre leur rival de toujours, Elgeco Plus, hier, au terme d’un match fou qui a fait sursauter le public de Fianarantsoa.

Les deux formations se sont séparées sur le score serré de 1 à 0 grâce à un but signé par Njiva Rakotoharimalala. Pour rappel, Cnaps a déjà annoncé la couleur samedi face à l’Hzam en s’imposant sur le score de 3 buts à 1. Quant à Elgeco Plus, la bande à Bila a fait mordre la poussière aux militaires de Cosfa et a ainsi signé une victoire aisée sur le score de 6 buts à 2. Cette victoire tonitruante de Cnaps Sport a été auréolée d’une coquette somme de 5 millions d’ariary et lui permet de disputer la prochaine Coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI).

Rojo N.

Résultats de la dernière journée :

-Cosfa – Hzam : 2-0

-Elgeco Plus – Cnaps Sport : 0-1

Classement final :

1-Cnaps Sport : 18 pts (+11)

2-Elgeco Plus : 12 pts (+6)

3-Cosfa : 4 pts (-8)

4-HZAM Amparafaravola : 1 pt (-9)

 

News Mada0 partages

CFP Ambohidratrimo : don du MEETFP

La rénovation ainsi que la dotation des Centres de formations professionnelles de nouveaux matériels pédagogiques, en vue d’améliorer la qualité de l’enseignement, constitue l’une des priorités du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP) et ses partenaires, dont l’Unesco.

Parmi les structures ayant déjà bénéficié d’une telle intervention figure le Centre de formations professionnelles (CFP) d’Ambohidratrimo. Il s’agit, notamment, d’un lot de matériels comportant 35 machines industrielles,17 piqueuses plates, 6 collereteuses, 4 surjeteuses industrielles,10 machines de coupe, 5 machines spécialisées et 5 machines à coupe. Ces dons sont destinés à équiper particulièrement la filière Textile, habilement et accessoire (THA) de cet établissement, où sont formés 286 jeunes, dont 90 de la gent féminine. «Ces matériels permettent de favoriser les études pratiques durant les cours et par ricochet, de faciliter l’insertion des apprenants en milieu professionnel», a souligné le ministre du MEETFP,  Marie Lydia Raharimalala Toto.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Fpvm Taninanandrano : 15 ans après, un édifice à quatre étages mis sur pied

Ayant accueilli, au début, ses fidèles sur un champ de cresson sis à Ampandrana, littéralement «Taninanandrano», l’église Fiangonana protestanta vaovao eto Madagasikara (FPVM) se dote actuellement d’un édifice à quatre étages. L’infrastructure, ayant une capacité d’accueil de près de 20.000 personnes, a été inaugurée avant-hier.      

Les quinze ans de labeur ont porté leurs fruits. C’est ce que l’on peut résumer du parcours de la FPVM qui, après avoir passé par toutes les épreuves, suivies d’une fermeture entre 2005 et 2009, a pu se relever en devenant une grande église réunissant actuellement plus d’un million de fidèles à travers le monde. La mise sur pied, sur le terrain à Antaninanandrano, d’un immeuble à quatre étages, qui vient d’être inauguré avant-hier, sous l’égide du Premier ministre, Olivier Solonandrasana Mahafaly et de son épouse ainsi que d’une forte délégation gouvernementale , n’est qu’une illustration de sa présence dans le cercle de la religion dans le pays. Un événement qui a été célébré parallèlement au 15e anniversaire de l’église.

Ses interventions, via différentes activités liées à l’éducation, au social ou encore à l’encadrement paysan …ne font qu’illustrer ses engagements à apporter sa contribution dans le développement socio-économique de la nation. «Des interventions qui ne se basent pas sur les attentes de l’Etat aux églises mais qui ont pour rôle d’éduquer la société tout en favorisant son développement, non seulement spirituel mais également sur les volets social et économique», a souligné le chef de Gouvernement, lors de son allocution.

Près de 700 églises annexes à travers le monde

En quinze ans d’existence, l’église FPVM a pu étendre ses zones d’emprise à l’échelle mondiale, avec notamment 684 églises à travers Madagascar et 9 autres à l’étranger, dont 4 en France, 3 à Paris, une en Belgique, une à Toulouse et une autre à la Réunion, sans citer les autres groupes de prières dans d’autres pays, comme à Toulouse ou encore à Montpellier…, a informé le responsable des représentations de l’église à l’étranger, le pasteur Dieudonné Randrianasolo. «L’infrastructure nouvellement inaugurée, dont les travaux étaient financés à hauteur de 3 milliards d’ariary, mis à part les dons en nature octroyés par les fidèles, a une capacité d’accueil de près de 20.000 personnes», a enchainé l’un des membres de bureau de l’église, le Dr Rado Andrianjaka Razafimandimby.

Intégration au FFKM sollicitée

La FPVM restera fidèle à son engagement, qui est de faire de tout un chacun une bonne personne, aussi bien sur le plan spirituel que moral et physique, durant les quinze ans à venir. A ce propos, le président et fondateur de l’église FPVM, le pasteur Jean Joseph Randrianantoandro, a cité comme priorité «la poursuite de l’extension de l’église sur tout le territoire national et à l’échelle internationale. L’église projette également la construction d’autres écoles, de Centres de santé de base et de dispensaires dans ses zones d’interventions, surtout dans les zones rurales reculées ». Notre source n’a pas manqué de manifester son souhait quant à l’intégration de l’église FPVM au sein du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM).

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Violence conjugale : des cellules d’écoute pour hommes

Seize cellules d’écoute pour hommes viennent d’être instaurées et inaugurées, hier, dans différents quartiers de la capitale à travers le projet « Sahala », initié par l’ONG C-for-C.

«L’instauration d’un tel système est primordiale dans la prise en charge des hommes auteurs de violences conjugales. De ce fait, un accompagnement psychologique afin qu’ils adoptent un changement de comportement et deviennent non violents est nécessaire», selon les explications du responsable de la communication de cette ONG, Mampionona Ramamonjisoa. Il a aussi précisé que «l’écoute accordée aux hommes, auteurs de violences, ne consiste pas à se mettre de leur côté ni à lutter contre l’impunité des auteurs de violences, non plus à les juger ni leur faire la morale».

Compte tenu du fait qu’il s’agit d’un service nouvellement lancé, d’autant que se faire accompagner est une attitude encore à adopter chez les hommes, des sensibilisations à travers le programme «Masculinité positive» sont organisées en parallèle dans les fokontany hôtes de ces cellules.

Parmi elles, on peut citer «Assefema» d’Ambolonkandrina, APS Anosizato Ouest, «Koloaina» d’Ampefiloha Ambodirano, ou encore Bureau d’assistance sociale (BAS) d’Isotry, de Namontana et de Volosarika.

Sera R

 

News Mada0 partages

ACS : démotivation dans l’Atsimo Andrefana

Les agents communautaires de la santé (ACS) de l’Atsimo Andrefana ne perçoivent que 3 000 ariary d’indemnités par jour dans leurs activités de sensibilisation et d’animation dans le cadre de la lutte contre la malnutrition. «Complètement dérisoire par rapport à la cherté de la vie actuelle» a fait savoir, hier, un agent communautaire du centre de santé (CSB) de niveau II de Betania Toliara I. Il a ajouté que, «ces indemnités ne sont pas conformes aux travaux que nous effectuons et ne compensent même pas nos besoins quotidiens. Or, nous sommes obligés de délaisser nos activités, sources de revenus familiaux, pour accomplir les séances de sensibilisation en question». De ce fait, ils réclament au moins 10 000 ariary de per diem. En effet, la tâche des ACS consiste à sensibiliser, informer et conscientiser la population dans la lutte contre la malnutrition. Des attributions qui exigent plusieurs jours d’affilée pour obtenir des résultats concrets.

Ils ont déjà transmis leurs doléances à tous les responsables concernés mais ils n’ont obtenu jusqu’ici, selon leurs dires, que des promesses vaines.

Sera R

 

Tia Tanindranaza0 partages

POLITIKA

Mbola ny mponina ihany no omen'ny fitondrana tsiny ho tsy nahay nihaino ny fanentanana sy ny serasera nataon izy ireo momba ny vaksinin'ny pesta, hoy ny tale jeneralin'ny minisiteran'ny fanabeazam-pirenena. Tsy tokony hiandry ny fanjakana foana ny rehetra manoloana ny zava-mitranga, raha ny fanazavany hatrany.

 

Matoky tena fatratra i Rivo Rakotovao fa ho lany ny HVM amin'ny 2018. Tsy maintsy hisy filoham-pirenena vaovao eo amin'ny janoary 2019, tsy hihemotra izany ny fifidianana. Ny vahoaka no hitsara ary hifidy ny HVM raha ny fanazavany izay feno fahatokisan-tena.

Ambany loatra ny fari-pahaizan'ny malagasy matoa mora andairan'ny tsaho toy ny nitranga tamin'ilay vaksinin'ny pesta raha ny fandalinan'ny filoha nasionalin'ny antoko Andrianiko ny Tanindrazako. Ataon'ny mpitondra fanahy iniana mihitsy ny tsy mampianatra  ny ankizy Malagasy mba hahafahana mandemy ny vahoaka amin'ny tranga tahaka izany.

 

VAKSINY POLIO

Matahotra mafy ny mpiasan'ny minisiteran'ny fahasalamana hanao vaksiny ny Polio izay tokony hanomboka ny 20 novambra izao, izany dia taorian'ireny fikorontanan-tsain'ny olona momba ny pesta farany teo.

 

TRANGAM-PIARAHAMONINATelovavy sy iray lahy, mpanaparitaka vola sandoka no nosamborina tetsy Itaosy. Izy ireo dia manakalo ny vola sandoka ho lasa vola tena izy, na mihena aza ny vidiny, no tena asany. Izany hoe mividy entana kely mba hahazoàna famerim-bola amin'ny vola tena izy. Na koa, mivarotra ireo vola sandoka amin'ny vidiny mora. Lehilahy iray no hita faty tetsy Malaza Fenoarivo. Nisy tsatok'antsy roa hita tamin'ny vatany. Raha ny fijery voalohan'ny manampahaizana dia efa novonoina izy vao natsipy teo an-toerana ny fatiny. Nalefa etsy amin'ny Hjra ny razana omaly maraina.

 

ZAVA-KANTO

Efa manombotomboka hiditra amin’ireo hetsika faran’ny taona manomboka izao ireo mpanakanto ary dia hiverina hiakatra an-tsehatra indray ny tarika Raboussa. Ny 2 desambra izao no hifanomezany fotoana indray amin’ireo mpakafy azy etsy amin’ny CGM Analakely manomboka amin’ny 5 ora hariva ary dia entina hanampiana manokana ireo ankizy sahirana moa no anton’ity hetsika ity raha ny nambaran’ny mpikarakara.

AMBOHIDAHY AKADINDRAMAMY

 Nahitana fatin-jazakely vao avy nesorina ka natao tao anaty harona plastika miloko mainty, ary nariana tao anaty tatatra teny Ambohidahy Ankadindramamy ny marainan’ny sabotsy lasa teo. Tsy fantatra kosa izay olona tsivalahara tamin’ity zava-doza ity.

TETIKASA SAHALA

Hampahafatarina amin’ny fomba ofisialy rahampitso 14 novambra etsy amin’ny Ibis Akorondrano ny boky manokana fitantsorohana ireo lehilahy mpihetraketraka izay novokarin’ny rafitra tsy miankina C for C ao anatin’ilay tetikasa antsoina hoe Sahala. Ny vondrona Eoropeanina moa no mpanohana voalohany azy ity ary dia nanatevin-daharana ihany koa ankehitriny ny avy eo anivon’ny kaominin’Antananarivo Renivohitra sy ny minisiteran’ny mponina. Ny ady amin’ny herisetra mihatra amin’ny vehivavy sy ny fampimirana lenta ny lehilahy sy ny vehivavy moa no anisan’ny tanjona fototry ny tetikasa.

HALATRA FIARA

Lehilahy iray no saika hangalatra fiara iray fanaovana “Rallye” tao amin' ny Kianjaben'i Mahamasina ny marainan’ny sabotsy teo. Efa tafiditra tao anaty fiara ny tenany ary efa nisy fanalahidy niaraka taminy. Raha natao ny fanadihadiana azy dia fantatra fa olona tsy dia salama saina ny tovolahy ary tonga teny ny rahalahiny nanamarina an' izany. Mahagaga kosa ny fananany fanalahidy, izay tsy hay aloha na tena mahavelona ilay fiara na tsia. Mody adala sa tena adala ?

AVARADOHA

Ny tampoka tokoa tsy maha lehilahy. Raha iny nirahin’ny mpampiasa azy hividy fasika iny ny mpitaona entana iray no nisy nidaroka tampoka avy any aoriana raha nikasa hamonjy elakela-trano hanao hitsin-dalana. Efa narakarahan’ireo jiolahy izy, araka ny fitantarany rehefa nahazo fitsaboana teny amin’ny hopitaly. Mody nangataka afo hifohana sigara ny 1 tamin’izy ireo. Ny iray kosa nanasakobona ny tavany tamin’ny akanjony ary ny sasany nively hazo ny valahiny. Adiny 2 taty aoriana, rehefa nahatsiaro tena ity lasibatra dia afaka niantso vonjy an-tariby ihany hoe jereo aho fa nisy namono eto Avaradoha.

ITASY

Dahalo tsy fantatra isa mirongo basy niditra an-keriny sy nanapoaka izany ary nitsoka kiririoka tao Antanamandroso, fokontanin’Avaradapo, kaominin’i Zoma Behaloka, nitoraka vato sady namoaka ny omby miisa 30 an’Atoa  Rakotoarivony Alexandre ary nitondra izany nianavaratra miankandrefana ny 8 novambra 2017 tamin’ny 9 ora alina. Nanara-dia moa ny fokonolona sy ny zandary tao Miadanimamo saingy samy manana ny lalany nolazainy ny tobim-paritr’i Fenoarivobe hanao ny fanakanana ka ny 9 novambra teo  tamin’ny enina ora sy sasany maraina, raha ny vaovao voaray no nisy fifandonana teo amin’ny zandary sy ireo dahalo. Tafaverina ny omby 11 isa ary nampidirina fourrière tao amin’ny CR Ambatomanjaka. Ny Borigady Miarinarivo no misahana ny raharaha.        

ANALAMANGA

Fiara Sprinter roa nifanao aloha sy aoriana avy any Mahajanga ho aty Antananarivo no nifandona teo Talatamaty, distrikan’Ambohidratrimo, RN4 PK 11+900, ny 10 novambra teo tamin’ny 6 ora sy 30 minitra. Zaza iray 10 taona  no naratra tao anatin’ilay fiara teo aloha ary simba moa ny lohan’ilay fiara tao afara izay nandona ary nisy fahasimbana ihany koa ny vodin’ilay fiara voadona. Nisy ny fizahana sy famotorana nataon’ny zandary ao amin’ny borigadin’i Talatamaty teny an-toerana ary nalefa notsaboina eny amin’ny hopitaly loterana Ambohibao ny naratra.

ANTALAHA

Hita faty tao an-tranony ao amin’ny fokontanin’Ambinany, Antalaha, ny vehivavy iray atao hoe Vavisoa Monea, 35 taona, teraka ny taona 1982 tao Antalaha ny 10 novambra teo tamin’ny 3 ora maraina. Nisy lehilahy iray tafaraka taminy atao hoe Jao tao tamin’ny fotoana nahafatesan’io vehivavy io ka tsy navelan’ny fokonolona fa saika novonoin’izy ireo. Nidina teny an-toerana haingana niaraka tamin’ny dokotera ny zandary avy ao amin’ny Borigady Antalaha. Notazonina ao Antalaha i Jao. Voalamina ny olona ka voasoroka ny fitsaram-bahoaka.

FAMPIHAVANAM-PIRENENA

Hisy ny fivoriana tsy ara-potoana hotontosain’ilay filankevitry ny fampihavanana Malagasy na ny CFM ny 20 ka hatramin’ny 22 novambra ho avy izao hampitoviana ny tadin-dokangan’izy 44 mianadahy mpikambana hahafahana manantontosa araka ny tokony ho izy ny fampihavanana kasaina hapetraka. Andrasana amin’io fotoana io ihany koa moa hoe afaka hivady ve ny fampihavanana kasain’ny FFKM hihatra amin’ny alalan’ny 4 F sy ity an’ny CFM ity.    

FIKARAKARANA FIFIDIANANA

Nilaza ny praiminisitra sady minisitry ny atitany, Solonandrasana Mahafaly Olivier, fa vantany vao eken’ny avy eo anivon’ny filankevitry ny governemanta sy ny minisitra ny lalàna mifehy ny fifidianana dia hambara manaraka izay ihany koa ny datim-pifidianana. Ao anatin’izany rehetra izany dia tsikaritra fa tsangan-drafitra fotsiny anefa ny CENI izay nomena ny anarana hoe vaomieram-pirenena mahaleotena misahana ny fifidianana satria dia miandry ny sitrapon’ireo depiote sy ny governemanta izany ny fahafantarana ny datim-pifidianana fa tsy miankina amin’ity rafitra lazaina ho mahaleotena.

TETIBOLAM-PANJAKANA

Ny 15 novambra izao vao hodinihina mandritry ny fivoariana ara-potoanan’ireo depiote eny Tsimbazaza ny fandehan’ny tetibolam-panjakana hampiasaina amin’ny taona 2018. Anisan’ny andrandraina ao anatin’izany manokana moa ny mikasika ny tetibola hampiasaina amin’ny fifidianana ireo mpitondra amin’io taona ho avy io.

 TSAHO MOMBA NY PESTA

 Mbola nisahotaka noho ilay tsaho miely momba ny vaksinina pesta ihany koa ireo mponina tany amin’ny kaominina ambanivohitra Ankazondandy ny zoma teo. Ireo mpianatra no tena voakasik’izany izay tsy voatazon’ny talen-tsekoly fa voatery navoaka mihitsy. Raha araka ny fanazavan’ity talen-tsekoly iray ity moa dia anisan’ny vaovao azon’ireo ray aman-dreniny ny filazana fa efa tany Andriampamaky ireo mpanindrona, antony  nanosika azy ireo hitroatra namoaka an-janany tany an-tsekoly.

 AMBODIFILAO

Mitaraina noho ny firongatr’ireo mpanendaka sy mpanao sinto-mahery ao amin’ny faritra iadidiany ireo tompon’andraikitry ny fokontany ao Ambondrona sy Ambodifilao. Tsy andro tsy alina mantsy fa manao ny hataony hatrany ireo mpangalatra ka nisy tamin’ireo mponina mihitsy no nanambatra vola mba hanamboarana vavahady kely miditra ao an-tanàna.

VIDIM-BARY 

Manomboka tsy hita eny amin’ny tsenan’Anosibe intsony amin’izao ny vary gasy. Raha misy aza dia efa tafakatra hatrany amin’ny 700 Ar ny iray kapoaka.  Antony mahatonga izany, raha araka ny fanazavan’ireo mpivarotra ny tsy fisian’ny vary zanatany avy any ambanivohitra intsony, olana nateraky ny tsy fahampian’ny ranon’orana tamin’ity taona ity. Mitobaka be ireo karazam-bary avy any ivelany, hamidy amin’ny vidiny 400 Ar mahery ny iray kapoaka.

ANDRANONAHOATRA ITAOSY 

Lehilahy adala iray 35 taona eo ho eo no nampahory fatratra ireo mponina teny Andranonahoatra Itaosy ny faran’ny herinandro teo. Tsy voatazona mantsy fa mamono olona eraky ny lalana ity adala ity. Olona efatra isan’andro raha kely no lasibatra. Araka ny fanazavan’ny mponina dia efa niezaka niantso mpitandro ny filaminana izy ireo saingy tsy nisy namaly mihitsy ireto farany.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsiahy an’i Michael JacksonHipoka ny tranompokonolona Analakely

Feno hipoka ny tranompokonolona Analakely ny sabotsy hariva teo. Azo lazaina ho niavaka ary mbola nampisongadina hatrany ilay mpanjakan’ny Pop Music,

 

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Festival Sambaraha –TolagnaroHo goavambe ny andiany faha-6

Hanakoako any Tolagnaro ny 20 ka hatramin’ny 23 desambra ho avy izao ny festival Sambaraha andiany faha-6 karakarain’ny Cosfa. Hetsika ara-kolontsaina goavana izy ity.

 

I Tsiliva no hanafana ny lanonana any an-toerana, hisy ihany koa anefa ny fifaninanana ara-panatanjahantena sy ara-kolontsaina arahana fifampizarana sy fifanakalozana traikefa. Hiova endrika mandritra io fotoana io ny tanànan’i Sambaraha, tafiditra ao anatin’ny fanafanana ny ambiansy avokoa izany. Tanjona eto ny fampahafantarana ny faritra Anosy, ny zava-misy ao aminy mba hampiroboroboana ny fizahantany. Ny faritra Anosy izay anisan’ireo tena miavaka eto Madagasikara ary tokony hahasarika mpizahatany bebe kokoa. Ankoatra izay, tanjona kinendrin’ireo mpikarakara ihany koa ny hampahafantarana ny tanora ny kolontsaina mampiavaka an’i Tolagnaro sy ny kaominina mifanakaiky aminy tahaka an’i Esira..

RTT

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny pesta ao AndoharanofotsyMitety fokontany manentana ny mponina ny polisy kaominaly

Tsy amin’ny vanim-potoana fisian’ny valanaretina pesta tahaka izao ihany fa irina haharitra sy mandavan-taona mihitsy ny asa fanadiovan-tanana ho an’ny kaominina Andoharanofotsy Atsimondrano.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sao dia ho diso kajy e !

Mihamafana ny raharaham-pirenena ankehitriny, indrindra ny resaka paikady handresena any amin’ny fifidianana filoham-pirenena. Raha mbola mifandresy lahatra sy mifandamina ireo vondrona politika tsy ao anaty fitondrana sy ny firaisamonim-pirenena dia manao tsy omby aloha amin’ny kajy maloto sy pitsopitsony handavoana ny mpifanandrina kosa ny HVM.

Sesilany ny fihantsiana sy fandranitana, ary indrindra ny antsojay tsotr’izao. Tena raha izao ady an-kanosana atao izao no mitohy, kanefa tsy mahomby dia mety tsy hisy tahotra sy henatra intsony ny fandatsahan’aina na mivantana na ankolaka satria efa ny politika maloto sisa no mibaiko. Ny zavatra hita anefa aloha hatreto, dia toa tsy taitra firy amin’ireo heverina ho famotehana azy ireo mpanao politika tiana hopotehina, izay mety ho efa manana ny paikadiny ihany koa fa mbola mijery ny fomba hoentiny miaro ny rambony tsy ho tapaka sy mitroatra eo anatrehan’ny loza ara-politika apetraka eo an-tampon-dohany. Ny biby hanaikitra tsy mba mampiomana, hoy ny fitenenana, ka dia tsy hay aloha na hahomby ihany ny tetikadin’ny mpitondra, izay efa mandrangaranga ny heriny sy ny fahefany na koa ho diso kajy eo, ka halavon’ny herim-boangoriny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

« Tournoi allée des Baobabs » tany MorondavaResin’ny ASCB Boeny tamin’ny moka fohy ny SBBC Boeny

Azo avokoa ireo vokatra rehetra teo amin’ny taranja basikety notontosaina tao anatin’ny hetsika “Tournoi allée des Baobabs” notontosaina tany Morondava tamin’ny 4-11 novambra 2017.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Thb Champion’s League MalagasyTompondaka 2017 indray ny CNaPS Sport

Tamin’ny isa 1-0 baolina matin’i Njiva tamin’ny alalan’ny penality teo amin’ny faha-31 minitra nilalaovana no nandresen’ny CNaPS Sport Itasy ny Elgeco Plus

Tia Tanindranaza0 partages

Rallye RIM andiany faha-38Mbola misy disadisa eo amin’ny vokatra ofisialy

Mbola misy disadisa ny vokatra ofisialy tamin’ilay fifaninanana rallye RIM andiany faha-38 nokarakarain’ny Fsam teto Antananarivo ny 10,11 ary 12 novambra teo izay nanome filaharana ankapobeny vonjimaika. Nahazo ny voalohany i Ndrianja-Fanja nitondra Subaru n°1.

Tia Tanindranaza0 partages

Ligin’ny baolina kitra AnalamangaMbola ho kandidà indray i Tôta

Ny 1-19 novambra izao no daty navoakan’ny komity mpanomana ny fifidianana eo anivon’ny taranja baolina kitra Malagasy fa hanatanterahana ny fifidianan’ny seksiona manerana ny nosy amin’ny taom-pilalaovana ho avy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana FPVMTohanan’ny fanjakana

Tontosa ny sabotsy 11 novambra lasa teo ny fitokanana ny trano Fiangonana Protestanta Vaovao eto Madagasikara (FPVM), etsy Antaninanandrano Antaninandro, tarihin’ny Mpitandrina Randrianantoandro Jean Joseph.

 Delegasionina mafonja avy amin’ny fitondram-panjakana no nanome voninahitra ny lanonana, notarihin’ny praiminisitra  Mahafaly Solonandrasana Olivier mivady, sady nisolotena ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina. Fa tazana teny an-toerana koa ny mpanolotsaina manokan’ny filoham-pirenena, ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka sy ny minisitry ny fitaterana sy ny minisitra eo anivon’ny fiadidiana ny repoblika misahana ny harena ankibon’ny tany sy ny solitany, ny filoha lefitry ny antenimierandoholona sy solontena avy amin’ny antenimieram-pirenena sy ny komitin’ny fampihavanam-pirenena. Nandritra ny lanonana dia nanolotra vola 20 tapitrisa ariary ny filoham-pirenena, ho fampitaovana ho an’ny FPVM ary nisy ny fanomezana mari-boninahitra sy medaly mari-pankasitrahana ho an’ireo kristianina mivavaka ao. Tsy tongatonga ho azy ny zavatra tahaka izao, hoy ny resabe tetsy sy teroa ny faran’ny herinandro teo iny satria fantatra tsara ny tantaran’ny FPVM izay nisitaka avy tamin’ny FJKM ary nakatona fony fitondrana Ravalomanana. Manana ny olony eto Antananarivo sy amin’ny faritra maro manerana ny nosy ity Fiangonana ity ary tsy vitsy amin’ireo manampahefana no olony. Raha tsorina ny resaka dia tena nahazo sitraka sy tohana avy amin’ny fitondrana HVM ny FPVM ary azo antoka fa misy ifandraisany amin’ny resaka fifidianana ho avy io, na inona na inona ambara. Hita taratra indray eto ny fifandraisan’ny politika sy ny fiangonana. Araka ny fanazavana teny an-toerana dia ny volana jolay 2002 no niantombohan’ny fikarakarana ny tany nanorenana ny fiangonana, tsy vitsy ny olana nosedraina talohan’ny nahatongavana tamin’izao. Fety roa sosona no nankalazaina, dia ny fahavitan’ny trano ary ny nahatrarana ny faha-15 taonan’ny Fiangonana. Nanolotra ny fiarahabana nombam-pirariantsoa avy amin’ny filoham-pirenena ho an’ireo kristianina rehetra ao amin’ny FPVM ny praiminisitra. “Ny fahatongavanay maro izao, dia midika ho fahavononan’ny fitondram-panjakana hiara-miasa amin’ny FPVM. Ny Fiangonana dia andraisana ny fanofanana rehetra sy ny fitaizana amin’ny lafiny rehetra mba hahatonga olom-banona, ary izay fandraisana andraikitry ny Fiangonana izay no ilain’ny fitondram-panjakana ankehitriny”, hoy ny Lehiben’ny Governemanta.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Mahatsiaro ho tratry ny tsindrihazolenaNitroatra ny mpiasan’ny SAMVA

Vao tonga ny Tale Jenaraly vaovao dia tokony mba nampivory anay mpiasa aloha voalohany indrindra, mba nanontany hoe inona no zavatra tadiavinareo mpiasa sy ny zavatra tsy nety teto, hoy ireo mpiasan’ny SAMVA nanao fitokonana teny anoloan’ny Mikoja eny Ampasapito ny sabotsy 11 novambra teo.

 Tsy nisy anefa izany, fa tonga dia tery vay manta tamin’ny asa no nandeha, hoy izy ireo. Nambaran’ireo mpiasa moa fa nisy ny asa tsy ara-dalàna, fa dia noterena fotsiny izy ireo. Ny tena olana anefa, hoy hatrany ireo mpiasa, dia raha vao manapaka indray andro, dia tapaka ny karama na ao anatin’izay “voyage” tsy ara-dalàna izay aza. Tsy fantatra hoe: iza no tena manapaka azy io na ny “chef personnel” na ny lehibe any ambony, hoy hatrany izy ireo. Ny asa mihantra aman’aina kanefa ny tery vay manta mandeha foana, ny vola tapaka, ary tena zara raha misy, hoy izy ireo. Nambaran’izy ireo ihany koa fa efa nisy ny fifanarahana tamin’ny andron’ny Tale Jeneraly teo aloha momba ny fampiakarana ny tambin-karana, saingy tsy nihantra amin’izao fotoana izao, ary nilaza mihitsy izy ireo hoe avereno ny Tale Jeneraly teo aloha. Isan’ny mametraka olana ihany koa ny resaka fitakiana diplaoma raha ny nambaran’ireo mpiasa, izay tsotra ny havalin’izy ireo izany hoe raha nanana diplaoma izahay tsy hanao mpandroaka fako, ka mba tokony hojerena ny zo maha olombelona fa tsy hararaotina amin’izany na dia fako maloto aza no kirakiraina. Tsy mba mahazo fiantohana ara-tsosialy ny mpiasan’ny SAMVA, ary mangataka izany izy ireo satria raha sanatria marary, ohatra, dia mianto-tena fa tsy mba misy izany OSTIE na CNaPS izany. Eo ihany koa ny tsy fandraisana mpiasa raikitra na dia efa am-polo taonany aza. Taorian’ny resaka nifanaovana tamin’ireo mpiasa dia voalaza fa tonga teny Tale Jeneralin’ny SAMVA, ka tsy hay aloha na efa nilamina famaliana ny fitakian’ireo mpiasa na ahoana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahitalavitra tsy miankinaMety hoesorina anaty “Canalsat” sy “Blueline” ary “Parabole”

Mety hoesorina ao anatin’ireo “bouquet” ao amin’ny Canalsat sy Blueline ary Parabole ireo fahitalavitra sy radio tsy miankina eto Madagasikara, raha ny siosion-dresaka re ny faran’ny herinandro teo.

 Amin’izay dia ny TVM sy RNM irery izay haino aman-jery fehezin’ny fanjakana no mahenika an’i Madagasikara. Ankehitriny, na misy fahitalavitra tsy manana “émetteur” any amin’ny faritra aza dia tonga any ihany amin’ny alalan’ireo tambajotrana fahitalavitra mandoa vola. Anton-javatra maro no ao ambadik’izao, anisany ny fifehezan’ny mpitondra ny tontolon’ny serasera sy ny fanaovana ampihimamba eo amin’ny tontolon’ny haino aman-jery. Ny haino aman-jerim-panjakana hatreto no zary lasa fitaovana hanasoasoana ny mpitondra, izay lojika be satria azy ireo ny fahefana, ary ataony amin’izay azony hanaovana azy. Hatreto aloha, mbola ny fanjakana no tena manjaka tokana amin’ny fisitrahana ny TVM sy RNM na amin’ny resaka vaovao politika manokana fa tsy vaovaom-panjakana aza. Indraindray, ao anatin’ireo no ahitana fandranitana sy fanaratsiana be fahatany ny mpanao politika tsy mitovy firehana amin’ny mpitondra. Mitana anjara toerana goavana ny fahitalavitra sy ny radio amin’ny resaka propagandy, ary ireo orinasan-tserasera tsy miankina no tena azon’ny kandida mpanohitra hivalamparana. Tsy vitsy ireo mihevitra ny hirotsaka no efa manana orinasan-tserasera, ka dia mety ho kapa ranjo an-kolaka natao hamotehana  ny kandida amin’ny fifidianana indray izy ity. Mazava ho azy fa ho vaovao tokana sy fanasohasoana ny mpitondra no ezahina handrakotra an’i Madagasikara, izay ho tombony lehibe ho an’ny antoko’ny fitondrana. Mifanohitra tanteraka amin’ny tetikasa TNT (Télévison Numérique Terrestre), izay ambara fa hirosoana tsikelikely ity zavatra katsahina hatao ity. Sao dia miroso amin’ny fihemorana isika ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

CybercaféManao facebook sy mijery vaovao ny 80 %-n’ireo mpanjifany

Anisan’ny asa iray tena mandeha tokoa akehitriny, indrindra fa ny eto an-drenivohitra ny fanaovana cybercafé. Hatramin’ny nisian’ny facebook no voalaza fa tena nampandeha io asa fitadiavana iray io satria dia mampiditra hatrany amin’ny 50.000 Ar isan’andro raha kely ny cyber iray.

 

 Ankoatra ny fanaovana facebook dia ny fijerena ireo vaovao mahaliana eto an-toerana sy any ivelany no tena mahasarika ireo mpanjifa. 30 minitra raha kely indrindra ny olona iray no manao izany, 500 Ar tsy mihoatra kosa ny an’ireo ankizikely alefan-dray aman-dreniny hijery ireo karazana saary miteny, indrindra fa ireo tsy manana fahitalavitra any an-tokantranony. Betsaka amin’ireo mpanjifa anefa no tsy mahafehy ity facebook ity. Misy amin’izy ireo mantsy no mampihatra avy hatrany izay hitany,  toy ireny fanelezana vaovao tsy marina sy fanalam-baraka tompon’andraiki-panjakana ambony ireny izay tsiahivina hatrany fa mety hampigadra ka ilana fitandremana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanelezana tsahoTena mampigadra

Anisan’ny raharaha mbola mitana ny sain’ny maro hatreto ny fisian’ilay tsaho niely momba ny vaksinina pesta izay tena nampisahotaka ray aman-drenin’ny mpianatra marobe tamina faritra maro, ny herinandro teo.

 

 Mety hampigadra anefa ny fanelezana tsaho tahaka ireny satria tafiditra ao anatin’ny fanaparitahana vaovao tsy marina, hoy ny kaomisera Jean Victor Tsaramonina Ravony, lehiben’ny commissariat central Tsaralalana - Antananarivo. Zavatra telo loha no mety haterany izay samy voasoratra ao anatin’ny fehezan-dalàna famaizana avokoa ( code pénal) dia ny mety hisian’ny fanimban-javatra, ny vono olona ary ny vesatra ara-moraly izay tena misy fiantraikany vetivety tokoa toy ny nahazo ireo ray aman-dreny rehetra teto an-drenivohitra ny herinandro lasa teo.  Ny nampalahelo tamin’ireny tranga ireny dia mora handairan’ny tsaho isika Malagasy. Tsy mba nisy akory nijery na nanaporofo ny tena zava-misy marina fa vao mainka nanely ilay tsaho indray aza. Tsy nisy ihany koa ny niantso mpitandro ny filaminana, antony nahatonga azy ireo hametraka laharam-pinday mazava eny anivon’ny talen-tsekoly sy ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny hahafahana mifandray sy mifanampy raha vantany vao misy zavatra mampiahiahy tahaka ireny. Miantso ny rehetra mba samy ho olom-pirenena tompon’andraikitra ny tenany hisorohana ny tranga mampisavorovoro tahaka ilay tsaho momba nytsindrona vaksinina pesta. Mikasika ireo mpitandro ny filaminana manao “patrouille” mitety faritra maro isan’andro dia nomarihiny manokana fa hiaro ny vahoaka sy ny fananany no tena antom-pisian’izy ireny. Manana tanjona hanakorontana ny mpanely tsaho ka aoka samy ho mailo hatrany, hoy izy.

Pati

 

 

La Vérité0 partages

Université de Toliara - Les enseignants-chercheurs en grève !

Suspension des activités pédagogiques, des examens et des soutenances de fin d’études. Tel est le principal impact de la grève des enseignants-chercheurs regroupés au sein du Seces, section Toliara, effective depuis hier. Ce syndicat a pris ladite décision à l’issue d’une réunion qui s’est tenue hier, avec la participation d’une soixantaine d’enseignants.

Selon les informations recueillies, seuls 5 d’entre les participants ont proposé d’entamer une semaine de préavis de grève. Les autres ont uni leur voix pour passer directement à l’acte, à travers la suspension de toutes les activités. « Nous n’avons pas encore touché les indemnités des heures complémentaires depuis l’année universitaire 2015-2016. Pourtant, le calendrier universitaire de 2016-2017 touchera  à sa fin d’ici peu. Le cumul d’indemnités commence à peser sur les enseignants », fait part le Président du Seces section Toliara. « L’on a été informé que les enseignants-chercheurs des autres universités comme Fianarantsoa, Toamasina, Antsiranana ou encore Mahajanga ont déjà reçu leurs indemnités. D’un autre côté, l’engagement à faire auprès des Finances au titre de cette année serait clôturée à partir du 29 novembre prochain. Ceci pour dire que le paiement de nos dus pourrait encore être reporté pour 2018 si le ministère de tutelle ne se mobilise pas à temps », ajoute le premier responsable.La grève du Seces de Toliara n’impacte pas sur la tenue des concours d’entrée en première année au sein de l’université de Maninday, lesquels s’y déroulent depuis hier. Le concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure, prévu pour le 27 novembre prochain, en sera également épargné. Toutefois, cette grève des enseignants-chercheurs pourrait retarder la sortie des résultats ou encore la rentrée de 2017-2018. Ceci d’autant plus que les vacances sont courtes, voire inexistantes, pour les étudiants locaux. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique devrait prendre au sérieux ce cas et y apporter des solutions afin que les étudiants n’en deviennent pas victimes. Affaire à suivre !Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Exploitation des énergies renouvelables - Les Français optent pour les partenariats locaux

« Nous n’allons pas créer des industries d’exploitation et de production d’électricité à Madagascar. Nous opterons plutôt pour le développement local, en privilégiant les partenaires locaux ». Cyril Carabot, secrétaire général du Syndicat français des énergies renouvelables, l’a précisé lors de l’ouverture du séminaire sur ce thème, jeudi dernier à Ankorondrano.

Des dizaines de chefs d’entreprise, d’investisseurs et de spécialistes dans le domaine des énergies renouvelables ont partagé leurs acquis et expériences aux techniciens et représentants ministériels malagasy pendant les 2 jours de rencontre. « Le co-développement et la création de richesses locales seront nos priorités. C’est pour cela que les entreprises françaises se sont mobilisées en masse pour chercher des partenaires locaux. Nous sommes disposés à nous investir et à apporter notre expertise pour améliorer ce secteur », ajoute notre source. En fait, les énergies renouvelables sont encore peu exploitées dans la Grande île, alors que nous disposons de diverses opportunités, notamment dans les secteurs du solaire, de l’énergie éolienne et de la biomasse. Au niveau mondial, les prix du solaire et de l’éolienne s’avèrent largement compétitifs par rapport au fuel importé. Leur exploitation va non seulement accroître la compétitivité mais surtout diminuer la subvention.Le ministre malagasy de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures reste positif quant à l’obtention de contrats de financement sur l’approvisionnement en électricité, à partir des énergies renouvelables, à l’issue des 2 jours de séminaire.« L’exploitation suivra les normes internationales afin que chaque famille puisseavoir accès à l’électricité, à un prix compétitif. Divers pays africains utilisent actuellement le système « pay and go », lequel consiste à fournir de l’électricité à partir de l’énergie solaire selon les moyens des ménages. Ces derniers pourront limiter leur consommation selon leurs budgets », avance le ministre de tutelle. Par ailleurs, la Jirama à travers son directeur général se dit ouvert à toute collaboration, voire à toute concurrence, afin d’améliorer l’approvisionnement en électricité à Madagascar. D’après ce premier responsable, Olivier Jaomiary, 116 localités sont en ce moment couvertes par la Jirama, d’où l’importance de la concurrence. D’ailleurs, les opportunités d’affaires pour la mise en place de centrales de production sont nombreuses. Toutefois, l’exploitation et la distribution d’électricité requièrent au préalable une autorisation, selon les lois en vigueur. Dans tous les cas, ce séminaire constitue une occasion d’encourager ces investisseurs français à financer les projets d’approvisionnement en électricité. Chacun de ces projets, incluant des installations durables, va durer 20 à 25 ans, ce qui entraîne une création conséquente d’emplois locaux.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Analamahitsy - Tentative d'assassinat sur un ressortissant français

Les agressions contre les membres de la communauté indopakistanaise de la capitale sont loin de se terminer. Pas plus tard qu'hier matin, c'était au tour de Moustapha Ameralli, un ressortissant français d'être visé du côté d'Analamahitsy. Ce père de famille était au volant de sa voiture, une Audi A6 qui fut bloquée dans un embouteillage se produisant sur une chaussée étroite, lorsque deux inconnus, masqués de cagoules, à bord d'une moto-cross rouge, l'ont abordé. Une fois que la moto se trouvait à la hauteur de la voiture, le passager a sorti une arme de poing pour faire feu, et ce, au moins à deux reprises, en visant particulièrement l'automobiliste.

Touché à la fois au visage et à son torse, l'indopakistanais, qui a survécu  aux tirs, a encore tenté une sortie et la Audi a embouti deux autres voitures. Le malheureux a voulu sortir de voiture mais il s'est écroulé aussitôt. Un projectile lui a fait éclater la joue et arracher ses dents ! Des curieux ont tenté de le sauver en attendant l'arrivée des secours qui l'ont évacué vers une clinique privée.  A l'heure où nous mettons sous presse son état reste critique.Quant aux agresseurs, ils ont fait rapidement demi-tour, sitôt leur forfait accompli. Dans la trop grande précipitation de celui qui a piloté, le deux-roues a embouti la partie arrière d'un taxi-be. La violence du choc a fait éjecter à terre celui qui a tiré. Comme il n'a pu plus regagner son acolyte, qui a foncé sur la moto, l'assaillant a pris la fuite à pied et à travers un dédale de cimetière, l'arme au poing. Le fugitif avait la police aux trousses mais n'a jamais pu être attrapé, du moins selon une source policière. Des témoins ont rapporté que la moto des agresseurs, dont on ignore l'identité et le mobile, a pris en filature l'Audi depuis que son conducteur a déposé ses enfants au lycée français d'Ambatobe. Des limiers du commissariat du 8e arrondissement et leurs collègues de la brigade criminelle ont ratissé le secteur jusque tard dans l'après-midi. Règlement de comptes ?Jusque-là, la thèse d'un règlement de comptes est privilégiée, du moins selon cette même source. La succession des faits, en l'espace d'un week-end,  laisserait perplexe certains observateurs qui ont immédiatement fait un raccourci, en se demandant s'il n'y avait pas un lien entre le kidnapping raté de la fille du propriétaire indopakistanais d'un grand magasin de la Capitale vendredi, toujours dans cette même partie de la capitale, précisément à Ambatobe, et l'horrible agression subie par ce chef de famille…En tout cas, seules les enquêtes permettront d'en savoir davantage sur cette affaire. Il faut noter par ailleurs que ce ressortissant karana ne s'est pas fait que des amis dans le milieu.  D'après certaines informations, lors de son incarcération à Tsiafahy il y a quelques années, il aurait ainsi été victime de harcèlement. En outre, des bribes d'information ont permis d'apprendre que ce ressortissant français d'origine indopakistanaise a mailles à partir avec des membres de sa communauté. Un différend avait même à l'époque été porté devant le Tribunal. L'homme avait alors remporté le procès et son adversaire avait été condamné à plusieurs années d'emprisonnement.  Notons également que, souvent victime de harcèlement et d'extorsion de fonds,  le dossier concernant ce ressortissant français serait ainsi suivi de près depuis quelques temps par le Consulat de France, selon des informations recueillies auprès d'une source indiquée. En l'espace de quelques mois, plusieurs membres de la communauté indopakistanaise ont donc été ciblés par des tirs d'armes à feu alors qu'ils étaient dans leurs voitures, pour ne citer que deux autres cas : En août dernier, le consul honoraire de Malaisie à Antananarivo avait été assassiné un jeudi soir en plein centre ville de la capitale de Madagascar, avait été abattu à bout portant par des coups de feu.  Douze mois plus tôt, un jeune ressortissant indopakistanais en vacances dans la Grande île avait été tué par un tir d'arme à feu  du côté de Mangasoavaina Besarety, alors qu'il était au volant de sa voiture. Recueillis par A.R.

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Airtel soutient la scolarisation

En cette période de rentrée scolaire, le 3ème opérateur mobile mondial a offert des kits scolaires et des kits d’hygiène à près de 350 élèves des écoles primaires publiques de la région Analamanga à savoir les EPP de la commune de Mangamila, district d’Anjozorobe et l’EPP d’Alarobia.

La remise des dons aux élèves de Mangamila a été effectuée le vendredi 10 novembre 2017 par une délégation d’Airtel Madagascar dirigée par son Directeur des Ressources Humaines d’Airtel, Andry Ratsimbason.

Le 17 Novembre prochain, ce sera au tour de l’EPP Alarobia d’accueillir la délégation d’Airtel pour la cérémonie de distribution des kits scolaires et kits d’hygiène aux 150 élèves de l’école.

En tout, près de 350 élèves ont reçu des fournitures scolaires de base composées d’un sac à l’effigie d’Airtel, de plusieurs cahiers de différents formats, ainsi que des stylos, des crayons et une règle. Par ailleurs,  des kits d’hygiène ont accompagné les fourniture scolaire pour rappeler les bonnes pratiques d’hygiène surtout en cette période d’épidémie. Les volontaires d’Airtel ont d’ailleurs sensibilisé les enfants sur l’importance de se laver les mains avec du savon, un moyen efficace de prévenir les maladies.

Le mois dernier, l’opérateur a déjà octroyé des fournitures scolaires et des sacs de riz aux 300 élèves de son école adoptive, l’EPP Mahavelona. Les écoles publiques des provinces ont également bénéficié des kits. Ces dons s’inscrivent dans la politique de responsabilité sociale d’Airtel Madagascar.

« L’éducation est l’affaire de tous. Airtel Madagascar n’hésite pas, dès qu’il le peut, à apporter à travers chacune de ses actions, sa part de brique pour promouvoir l’éducation des enfants malgaches. Nous sommes heureux de pouvoir aider les parents à alléger leurs charges, et d’offrir aux élèves l’opportunité de poursuivre leur scolarité dans les meilleures conditions » a expliqué Andry Ratsimbason Directeur des Ressources Humaines  d’Airtel Madagascar.

Fidèle à ses valeurs de dynamisme, de solidarité et de respect, Airtel multiplie ses actions en faveur d’une meilleure éducation pour les jeunes malgaches afin de leur permettre d’exploiter pleinement leur potentiel et de pouvoir participer activement au développement du pays.

Madagascar Tribune0 partages

Des débats nécessaires et attendus

Le projet de loi de finances 2018 passera en séance plénière à l’Assemblée Nationale ce mercredi 15 novembre pour examen et vote. Ceci après la conférence des présidents et les travaux de commissions. Jusque là, aucune discussion n’a eu lieu sur le contenu de ce projet de loi de finances qui devrait pourtant être débattue de long en large au niveau de l’Assemblée Nationale.

Notons par exemple l’augmentation du budget des institutions liées à la sécurité dont le ministère de la Défense, de la Sécurité intérieure et de la Gendarmerie. Ceci dans le cadre de la mise en œuvre de la Réforme du secteur sécurité (RSS). Des discussions ont été soulevées sur les impacts que cette augmentation de budget aurait sur le quotidien des Malgaches, car jusque là, force est de constater que la sécurité est à son plus bas niveau si l’on se réfère aux braquages, kidnapping et vols de zébu avec des cas de mise en location d’armes de la part de certains éléments des forces de l’ordre.

Idem pour le secteur de l’éducation qui débutera la mise en œuvre du Plan sectoriel de l’éducation (PSE). En somme, des débats sont attendus et nécessaires à la Chambre Basse ce mercredi, ainsi que la présence des députés à cette assemblée. Afin que l’adoption de la loi de finances ne se fasse pas comme l’adoption de la loi sur les zones économiques spéciales (ZES) qui pourtant est crucial dans le développement du pays.

Madagascar Tribune0 partages

Incluses dans la Zone Economique Exclusive de Madagascar

Le dernier conseil des ministres du 08 novembre inclut les îles éparses dans la Zone Economique Exclusive (ZEE) de Madagascar. En terme administratif, il a été communiqué entre autres une « communication verbale relative à l’initiative du Comité National de Délimitation de l’Espace Maritime (CNDEM) d’enclencher le processus de délimitation des limites extérieures de la Zone Economique Exclusive de Madagascar, en ce qui concerne les zones non sujettes à des conflits interétatiques ».

Pour les tenants du pouvoir de la Grande ile, ces zones ne sont pas sujettes à des conflits interétatiques car les Nations unies ont déjà donné raison à Madagascar sur ce sujet. Mais dans la réalité, la France les détient par la force, les occupe, fait des recherches et exploration dedans, malmène les pêcheurs malgaches qui opèrent à côté, et les a inclus aussi dans leur « Terres australes et antarctiques françaises ». L’ambassadeur de la France à Madagascar Vouland-Aneni a déjà déclaré que les îles éparses appartiennent à la France.

Les nombreux appels des autorités malagasy qui demandent à la France de se conformer à la résolution de l’ONU de 1979 sont restés lettre morte. De par sa force économique et au sein de la communauté internationale, la France ne semble pas prête de céder quoi que ce soit, résolution de l’ONU ou non.

Reste à savoir si cette fois ci les autorités malagasy vont vraiment se battre pour revendiquer la restitution des îles éparses.

Madagascar Tribune0 partages

La pression monte autour de la CENI

« Si pour des raisons majeures, les résultats d’un ou de plusieurs bureaux de vote n’ont pas pu être acheminés dans un délai de cinq (5) jours suivant la date du scrutin à la section de recensement matériel des votes (SRMV), celle-ci dresse un procès-verbal de carence  ». Cet article 57 de la loi organique 2018-009 relative à l’élection du président de la République signifie que si les résultats du scrutin du 7 novembre dernier ne sont pas encore arrivés au niveau des Sections de recensement matériel des votes (SRMV) hier, ils ne pourront plus être comptés.

Toutefois, seuls 48,99% des résultats dans les 24 852 bureaux de vote à travers le pays sont encore traités au niveau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) jusqu’à hier en début de soirée. Lors d’une visite des représentants du candidat Marc Ravalomanana au bureau de cet organe à Alarobia, les commissaires électoraux auraient confirmé que les résultats sont déjà en route et seront acheminés dans les temps au niveau des SRMV.

L’article 58 de la loi organique relative à l’élection présidentielle indique qu’ « A compter de la réception du dernier pli émanant du bureau électoral ou de la date du procès-verbal de carence, la Section de recensement matériel des votes (SRMV) doit transmettre sous pli fermé, dans un délai de vingt-quatre (24) heures, à la CENI tous les documents ayant servi aux opérations électorales accompagnés du procès-verbal de ses travaux ainsi que le bordereau récapitulatif  ». La Commission électorale dispose par la suite de 7 jours, après la réception du dernier pli fermé pour arrêter et publier les résultats provisoires.

Ainsi, les yeux se tourneront-ils plus que jamais vers le siège de la Commission électorale à Alarobia et la pression sera de plus en plus forte pour les membres de cet organe. La moindre erreur dans le traitement ou encore de geste irréfléchi des membres de celle-ci seront scrutés à la loupe par les candidats et leurs partisans. D’autant plus que ces derniers ont manifestement affiché leur manque de confiance envers cette instance ces derniers jours. Des candidats accusent déjà à demi-mot les membres de cette commission de corruption et de détournement de voix en faveur d’un candidat en particulier.

Un membre du comité de soutien du candidat Marc Ravalomanana a par exemple insisté que l’erreur ne peut être attribuée qu’à la CENI si les résultats du scrutin ne seront pas acheminés à temps vers les SRMV.

Le maintien d’un climat d’apaisement quoique tendu dans le cadre de ce scrutin dépendra ainsi des SRMV, de la CENI et par ricochet, de la Haute cour constitutionnelle (HCC), la juridiction compétente en matière de contentieux électoraux qui proclamera les résultats officiels de l’élection.

La prudence sera ainsi de mise car chaque candidat, notamment les trois favoris de cette présidentielle, prétendent déjà avoir leur résultat respectif, grâce aux copies de procès-verbaux électoraux transmis par leur délégués dans les bureaux de vote. Le comité de soutien de l’ancien président Marc Ravalomanana disposerait actuellement les résultats de près de 25 000 bureaux de vote.

Une annulation des voix obtenues dans des bureaux de vote à cause d’un retard d’acheminement des résultats dans les SRMV pourrait alors être à l’origine de mouvements de contestation de la part des candidats et de leurs partisans. D’autant plus que les candidats estiment qu’avec les moyens déployés par la CENI et le gouvernement notamment les hélicoptères envoyés dans les zones les plus enclavées dans les chefs-lieux des provinces, il n’y a plus lieu d’avoir du retard dans l’acheminement des procès-verbaux dans les SRMV.

Madagate0 partages

Etienne Ralitera. Inhumation à la Nécropole d’Ambohimalazabe 1

A personnalité exceptionnelle, reportage photographique tout aussi exceptionnel -comme si vous y aviez vraiment assisté- et aussi grand que ce Chancelier dont l’un des fils, Val, a révélé que son père était considéré par de nombreuses personnalités -politiques ou non- comme «l’homme de toutes les républiques» de Madagascar. Place à la première série de photos sans plus de commentaires, prises à la Nécropole d'Ambohimalazabe, le dimanche 05 Novembre 2017. Pour l'Histoire et la Postérité.

Jeannot Ramambazafy

 

L'express de Madagascar0 partages

Projet de loi sur le code électoral – Le groupement des partis politiques s’insurge

Un regroupement ad hoc de partis politiques s’est formé pour veiller sur les lois électorales. Ils vont s’exprimer ce jour. Le Gouvernement nie verrouiller le processus.

Attendu. Le groupement des partis politiques sur le code électoral va s’exprimer ce jour. Le délai d’une semaine qu’il a posé est épuisé. Il a réclamé un droit de regard sur l’avant-projet du cadre juridique des élections, lors d’une réunion à l’hôtel Colbert le 3 novembre.Cette organisation ad hoc a vu le jour suite à l’atelier de restitution et de validation du rapport du comité interministériel chargé de la rédaction de nouveaux textes électoraux le 26 octobre.Éparpillés, ambivalents et obsolètes, les textes régissant les opérations électorales nécessitent une révision. Dans cette optique, et depuis un peu plus d’une année, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a entrepris un long processus de consultation. D’où la mise en place de la commission consultative et de réflexion sur l’amélioration du cadre juridique des élections.Cette commission a consolidé et analysé les avis recueillis pendant les ateliers régionaux et nationaux vers la fin de l’année 2016. Remis au gouvernement en fin juin, les travaux de la commission consultative ont été traduits en projet de loi par un comité interministériel. Après des semaines de cogitation, le comité interministériel a effectué un rapport public, avec la partici­pation des partis politiques et de la société civile avant la soumission du texte en conseil du gouvernement.Un climat de méfiance s’est installé après l’atelier de restitution, car une partie de l’assistance a qualifié le rapport du comité interministériel de sommaire. Ainsi, une alliance spontanée, voire contre nature s’est constituée à l’hôtel Colbert Antani­narenina, à l’issue de la réunion du 3 novembre.

Nouveau cadre juridiqueL’appréhension de la reproduction du scénario de l’adoption controversée du code de communication en 2016 a rapproché les Lalatiana Rakotondrazafy de Marc Ravalomanana, en l’occurrence. Ils exigent une copie de l’avant-projet de loi en vue de le comparer avec les recommandations de la commission consultative, avant son adoption en conseil des ministres.Ils ont par ailleurs donné une semaine au gouvernement pour répondre à leur doléance, sinon ils vont procéder à l’élaboration de propositions de lois électorales à soumettre directement au Parlement.En marge de la cérémonie de remise de matériel pour l’opération guichet unique de jugement supplétif et de carte d’identité nationale vendredi, le Premier ministre Olivier Solonan­drasana Mahafaly s’est exprimé sur la question. « Le gouvernement a fait montre d’ouverture par respect du principe démocratique. Nous avons pris en compte toutes les remarques et observations émises pendant l’atelier de restitution. (…) et il est de notre devoir de proposer un texte qui garantit l’apaisement et la stabilité », a-t-il soutenu.Après la validation de ces textes en conseil du gouvernement et le conseil des ministres, le projet de loi va être soumis au Parlement pour adoption. Si l’on veut respecter les normes internationales, les règles du jeu doivent être connues de tous, au moins six mois avant les élections. Ainsi, il est impératif que le nouveau cadre juridique des élections soit adopté pendant cette deuxiè­me session du Parlement.« Après sa validation en conseil des ministres, ces textes vont être diffusés sur internet. Il est encore possible de discuter sur certains points lors des débats à l’Assemblée nationale, si certains points ne satisfont pas les partis politiques », conclut le Premier ministre.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Affaire 2009 – Une pile de dossiers disparue au tribunal

Des dossiers concernant les événements de 2009 sont signalés disparus. Un avocat et un fils de politicien sont placés en garde-à-vue. 

L’affaire 2009 remise sur le tapis. Les faits parlent en tout cas d’eux-mêmes. «Deux personnes, dont un avocat et un fils de politicien, sont placés en garde-à-vue à la brigade criminelle pour disparition de dossiers concernant des événements survenus en 2009», lance une source auprès du ministère de la Sécurité Publique. Les dossiers brûlants en question auraient été subtilisés au palais du tribunal à Anosy. L’avocat mouillé dans cette affaire est soupçonné d’avoir approché des personnes susceptibles d’y avoir accès, de quoi s’attirer lafoudre des poursuites.Des informations filtrées au compte-gouttes révèlent que les deux suspects sont, depuis vendredi, soumis au feu roulant des questions des enquêteurs de la police criminelle.Plusieurs dossiers du registre sont manquants, selon la police. Prudente face à cette affaire épineuse, elle n’en révèle, pour autant, ni la nature, ni le contenu des documents en question. Plus perçant sur le sujet, un journal en ligne pro-régime, a pour sa part, donné le la en crevant l’abcès par une publication sur sa page facebook, selon laquelle les dossiers dérobés incrimineraientl’ancien président Marc Ravalomanana.

MystèreAvec les subterfuges préélectoraux qui s’opèrent en coulisses dans les rangs des candidats potentiels aux présidentielles de 2018, cette histoire, qui fait le buzz depuis hier soir dans les média sociaux, titille l’opinion publique. Elle n’est pas, de ce fait, exempte d’interprétations frisant des dénonciations de manipulation.En déplacement en Allemagne dans le cadre de la conférence des nations unies pour les changements climatiques (COP 23), l’ancien président, cloué au pilori, reste pour sa part, injoignable. Au téléphone, hier soir, ses proches collaborateurs étaient eux aussi inaccessibles.Pour ce qui est des affaires dont il a fait l’objet de poursuite, le Président évincé a été, entre  autres, condamné sous la Transition pour détournement de deniers publics concernant le terrain à Andohatapenaka.La police ne révèle ni la date précise de l’infraction, ni le mode opératoire des éventuels auteurs. D’autres sources confirment à demi-mot que l’ouverture de l’enquête par la brigade criminelle ne serait pas fortuite.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Mise à jour de la stratégie nationale d’alphabétisation

Le ministère de l’Éduca­tion nationale (MEN) lance la mise à jour de la stratégie nationale d’alphabétisation (SNA), en collaboration avec l’Organisation des Nations-Unies pour l’Édu­cation, la science et la culture (UNESCO). Le but est de réduire le taux d’analphabétisme. Malgré la nette évolution dans la lutte contre ce fléau national, permettant à Madagascar de remporter le Prix International d’Alphabétisation 2015, décerné par l’Unesco, il y a encore un long chemin à faire. Le taux de personnes ne sachant ni lire ni écrire serait encore au dessus de 50% pour certaines régions. « Une mise à jour de la SNA s’impose pour relever le défi  de réduire à 25% le taux d’analphabétisme à Madagascar à l’horizon de 2030, dans le cadre des Objectifs de Dévelop­pement Durable (ODD). Le système d’alphabétisation doit être actualisé de telle sorte qu’il soit  plus performant et à la hauteur des attentes », souligne Ravelonjanahary Mananjaon Arthur, directeur de l’Éducation Présco­laire et de l’Alphabétisation au sein du MEN, en cette fin de semaine.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Concours Sunny Master Cook de la Rta – Un plateau exceptionnel de finalistes

Une plateforme qui tient à éveiller le talent et la créativité, le groupe RTA ne cache pas sa fierté quant à son nouveau télé-crochet « Sunny Master Cook ».

Un événement inédit, exclusif et incontournable du petit écran. L’émission de télé-crochet « Sunny Master Cook » promet d’émerveiller les sens de tous les téléspectateurs de la Radio télévision Analamanga (RTA) à partir du 18 novembre. Prenant l’aspect d’une compétition de cuisine, il met principalement en valeur la grande gastronomie du terroir malgache.Une compétition qui a, d’ores et déjà, entamé son périple et ses éliminatoires dans diverses régions du pays pour imprégner les talentueux cuisiniers sélectionnés, de ces saveurs particulières de la Grande île. Fraîchement de retour de l’île aux parfums, Nosy Be donc, ils sont, désormais, six demi-finalistes à avoir fait étalage de leur savoir-faire, ainsi que de leur créativité à travers leurs plats au restaurant La Plantation Ankorondrano dans la soirée du samedi et ce aux côtés de prestigieux chefs. À leurs côtés, on retrouvait ainsi Richard Rabenja, chef étoilé résidant à Vieilles Maisons sur Joudry en France, ainsi que deux chefs, membres du jury de la compétition. Le tout s’est déroulé sous la bienveillance de Edgard Razafindravahy, président directeur général du groupe RTA et de son épouse, qui ont honoré de leur présence la soirée, tout en saluant l’initiative du « Sunny Master Cook », «en tant que dirigeant d’entreprise qui a une vision du développemnt et de l’entrepreneuriat».

Une fiertéCette émission de télé-crochet unique en son genre, dans le pays qui, grâce aux concours du groupe RTA, composé, entre autres, de l’Express de Madagascar, Ao Raha, l’Hebdo de Madagascar, ainsi que de la radio Ny Antsiva, contribue ainsi activement à l’émergence de nombreux cuisiniers de talents sur une plateforme d’exception. Edgard Razafindravahy a rajouté que : « C’est grâce à de telles initiatives que l’on peut faire valoir ces professionnels dont les compétences n’ont rien à envier à ceux de la scène internationale dans ce domaine. Pour ma part, en tant que citoyen engagé qui concrétise sa vision en acte et actions, Sunny Master Cook illustre un concours en art culinaire d’envergure ».Le président directeur général du groupe RTA a profité de l’occasion pour remercier les partenaires et sponsors de l’émission. À savoir, Sunny, Elle et Vire, ainsi que la Charcuterie Lewis, tous des références en gastronomie. À travers « Sunny Master Cook », c’est donc la première pierre dans le développement du tourisme gastronomique, un atout formidable pour Madagascar avec l’existence des matières premières naturelles et bio.Prenant ainsi l’aspect d’une soirée de présentation culinaire et gastronomique éveillant les sens, la soirée chez La Plantation Ankoron-drano s’est poursuivie par une série de dégustations de plats, tous aussi sensationnels les uns que les autres, selon un menu composé d’une entrée, d’un plat et d’un dessert concocté avec soins par les cuisiniers. Pour la suite de l’aventure, rendez-vous est ainsi donnésur la chaine RTA dès le 18 novembre pour découvrir le grand gagnant  de ce concours prestigieux.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Rallye International de Madagascar – Classement final terni par un litige

La publication du résultat final du RIM est reportée pour une date ultérieure. La pénalité infligée à Yves et Nitro, rétrogradés de la première à la quatrième place, crée un litige.

Nous ne cautionnons pas ce résultat, ont parlé d’une seule et même voix les membres du club TMF, hier soir à Mahamasina.Le fameux résultat, officieux, mentionne qu’Yves Rabarijoely (TMF) et Lanja Nitro Ralambo (Asacm), premiers du classement général à l’issue de la 17e et der­niè­re épreuve spéciale avec leur Subaru Impreza N4, sont rétrogradés à la quatrième position, en raison d’une pénalité de cinq minutes.La première place revenait ainsi à Ndrianja et Fanja Rajemison, également sur Impreza N4. Le collège des commissaires sportifs a pénalisé le duo Yves-Nitro pour non-respect du parcours obligatoire. Cette décision a fait l’objet d’un long débat, qui a duré plusieurs heures. Vu le litige autour de celle-ci, aucun classement officiel n’a été publié, hier soir.Les faits remontent à la Section 8 d’hier matin. Le parcours obligatoire mentionne un passage auprès d’une zone de refueling, entre l’ES11 et l’ES12. « Durant la réunion d’information, il a été souligné que les équipages qui ne souhaitaient pas faire du refueling pouvaient éviter de passer par cette zone, et poursuivre vers l’épreuve spéciale suivante », a martelé Yves. Cette information a été confirmée par la Fédération du Sport Automobile de Mada­gascar. « Cependant, il n’y eu aucune notification écrite à ce propos, après la réunion d’information », a-t-on précisé auprès de la FSAM.

Aucun avantageLe collège des commissaires sportifs a ainsi suivi ce qui était écrit dans le règlement, et a décidé de cette pénalité.« Cela fait mal. Après tous les efforts qu’on a fournis voilà ce qu’on nous inflige. Nous ferons appel de cette décision », a poursuivi Yves. « Certes, nous n’avons pas suivi le parcours obligatoire. Mais nous n’en avons tiré aucun avantage », a renchéri Nitro, son copilote.Du côté de Ndrianja et Fanja, aucun commentaire. Il faudra attendre plusieurs jours, voire des semaines pour la publication du classement officiel de cette 38e édition du RIM.Cette année, quatre épreuves spéciales ont été programmées à Mahamasina, sur la piste autour du terrain de football. L’équipage auteur du meilleur chrono a été récompensé du trophée de King of Mahamasina par la FSAM.Ce trophée surprise est revenu à Hery Rasoama­romaka, alias Hery Be, et Fabrice Rasata, alias Fafah, sur Mitsubishi Lancer Evolution X. Membre du club TMF, Hery Be a exprimé son mécontentement après avoir reçu sa récompense. « J’offre ma coupe aux commissaires sportifs », a-t-il lancé, en signe de contestation.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Sambava – Saisie de neuf armes à feu

Belle prise à Sambava. Neuf armes à feu ont été saisies, avec une quinzaine de munitions et trois présumés trafiquants d’armes arrêtés. Traduits devant le Parquet, vendredi, deux des suspects ont été placés en détention préventive. Le troisième a, pour sa part, bénéficié d’une mise en liberté provisoire. Ce coup de filet remonte au 4 novembre.«C’est un informateur qui nous a mis sur la piste des fabricants et trafiquants d’armes arrêtés. Les renseignements qui nous ont été révélés ont permis d’arrêter un premier démarcheur. Appréhendé, celui-ci a dénoncé un autre intermédiaire plus en amont. Nous avons ensuite réussi à remonter de fil en aiguille jusqu’à un réparateur d’armes endommagées », explique le commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Sambava. « Lors d’une perquisition effectuée à son domicile, à Sambava ville, nous avons mis la main sur trois fusils de chasse et six armes de poing, dont un pistolet d’alarme», continue-t-il.Saisi de l’enquête, le groupe d’appui judiciaire auprès de la gendarmerie de la région Sava indique que des armes en cours de fabrication ont été, dans la foulée, retrouvées.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Hommage – The Jackson Boys fait revivre le roi de la pop

Le temps d’un samedi après midi,  The Jackson Boys, a fait revivre le King of Pop Michael Jackson en l’espace de quelques heures de scène. Même démarche, les jeunes ont dansé sur les tubes de Michael Jackson avec les mêmes accoutrements que le «Roi de la Pop». Les fans du célèbre chanteur se sont laissé prendre au jeu. « Nous allons véhiculer les messages que MJ voulait partager au monde entier, à travers ses chansons et ses chorégraphies. S’il était venu à Madagascar de son vivant, ce serait le genre de prestation que la formation offrirait sur scène », lance Mandresy, l’un des membres du groupe Sur scène, les six danseurs ont réussi à entrer dans la peau de Michael Jackson pour donner un spectacle incroyable.Ces danseurs talentueux ont fait vibrer le public en réalisant sur scène les plus beaux pas de danse de la star regrettée. Dans la peau du roi de la pop, ils ont a rendu un bel hommage à l’artiste disparu.Pendant que les clips défilaient sur un écran, ces danseurs ont a réussi à redonner vie aux plus grands tubes de la star en reprenant les pas de danse les plus célèbres de Michael Jackson. Le fameux « moonwalk » fait, bien sûr, partie des éléments indispensables dans une chorégraphie en hommage au chanteur. Les gens ont hurlé son nom, ont chanté en chœur et non pas manqué de saluer la performance des danseurs. On finira presque par oublier que The Jackson Boys  n’est que des admirateurs de Michael Jackson. « Billy Jean», « Smooth criminal », « Beat it» ou encore « Black or white» ont mis le public présent en transe. Le sextuor danse en sus de cela, tout aussi bien que l’original. Cerise sur le gâteau, les fans du King of Pop ont pu l’approcher, avoir des autographes et prendre la pose avec leur idole.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Football - Poule des As – Cinquième titre consécutif pour la CNaPS Sport

Cinq sur cinq. La CNaPS Sport Itasy a décroché une cinquième couronne nationale d’affilée, hier à Fiana­rantsoa. Et ce, grâce à un court succès sur Elgeco Plus Analamanga, lors de la troisième et dernière journée de la phase retour en Poule des As, un but à zéro. La CNaPS Sport termine ainsi le cham­pionnat de Madagascar invaincue. Elle affiche un bilan de quinze victoires et un nul.Avant cette rencontre, le champion de l’Itasy comptait quinze points, tandis que le champion d’Anala­manga était crédité de douze unités. Elgeco Plus se devait donc de l’emporter pour espérer remporter le titre. Sauf que les hommes de Careca n’ont jamais réussi à prendre l’avantage.Au contraire, ce sont les Caissiers qui ont marqué l’uni­que but de la rencontre. Ils ont obtenu un penalty à la demi-heure de jeu. Et celui-ci a été transformé par Njiva (32e, 1-0).À l’approche de la fin du temps règlementaire, un joueur d’Elgeco Plus s’est plaint d’un manque de visibilité, vu que l’on approchait de la fin de la journée. Ce qui s’est soldé par un refus de jouer de son équipe.Le match s’est ainsi conclu sur ce score d’un but à zéro en faveur de la CNaPS Sport. « Le gardien d’Elgeco Plus a évoqué un manque de luminosité. Cependant, c’est à l’arbitre d’évaluer la situation dans ce genre de cas. C’est à l’arbitre et à lui seul de décider si le match doit se poursuivre ou non », a expliqué un représentant fédéral, face à cette situation.Avant cette confrontation entre les deux derniers protagonistes pour le titre, Cosfa Analamanga et HZAM Alaotra Mangoro avaient ouvert le bal au stade Moder­ne d’Ampasambazaha. Les militaires l’ont emporté sur le score de deux buts à zéro. De quoi reprendre confiance, avant de disputer la finale de la coupe nationale, le 26 novembre à Antananarivo, contre Fosa Juniors Boeny.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Mondial dames – Madagascar échoue au port

La sélection féminine malgache a pris la place de vice-championne du monde, samedi à Kaihua, en Chine. Le quatuor Mirana-Hasina-Cicine-Tita s’est incliné en finale face à la formation française, composée de Maillard-Bourriaud-Darodes-Colombet (6-13).La Grande île a bouclé le sommet planétaire avec sept victoires et trois défaites à son compteur. En phase à élimination directe, notamment, elle a enchaîné quatre succès de rang, contre le Canada en match de cadrage (13-6), contre la Chine 1 en huitièmes de finale (13-7), contre la Thaïlande en quarts (13-12) et contre l’Italie en demies (13-4). Et ce, avant de perdre devant la France lors de l’ultime rencontre.Du côté du concours de tir de précision, Cicine a été éliminée en quarts de finale. Elle a été sortie par la Cambod­gienne Leng (26-47).Le bilan est nettement positif, au terme de ce déplacement en Asie. Mardi dernier, les jeunes Tendry- Newton-Zigla-Miandritiana ont remporté la couronne mondiale. Samedi, les dames Mirana-Hasina-Cicine-Tita ont décroché l’argent. Ce qui vient confirmer une fois de plus la domination actuelle de la Grande île sur la scène internationale, sachant qu’elle détient également le titre mondial en catégorie sénior hommes, après la victoire à domicile en décembre 2016.Les sélections jeunes et dames rentreront aux pays ce lundi. Elles seront accueil­lies avec tous les honneurs qu’elles méritent, comme ce fut pour le cas des cham­pions d’Afrique Toutoune-Glou-Donga-Ny Havana, au mois de septembre dernier.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Analamanga – 3FB premier qualifié en demi-finales

3FB termine premier au classement final des éliminatoires du TOP 9 d’Analamanga Rugby. Ce club disputera la finale de poule contre TAM. 

Après plus d’un mois de pause dûe à l’épidémie de peste, Analamanga Rugby reprend son championnat dénommé cette saison Top 9. Quatre matches ont marqué la dernière journée des éliminatoires, ce dimanche au stade de Malacam à Antanimena, plein à craquer. Après sa victoire face au Stade Olympique de l’Emyrne sur un score net de 36 à 13, 3FB conserve sa position de leader au terme de la phase éliminatoire. La bande à Rija a fait la différence en marquant, en tout, six essais durant le match, contre un seul du SOE.Au classement final, l’équipe du ministère de la Santé publique a devancé de très peu, par goal  average  le TAM Anosibe. Ce dernier occupe la deuxième place avec 28 points, les mêmes que ceux des Ngahindriana. Lors de la dernière journée de ce dimanche, la formation d’Anosibe a écarté les XV Family par 28 à 23. Le leader au classement final, 3FB, est donc le premier club qualifié en demi-finales. Les deuxième au septième, pour leur part, joueront encore des matches de barrage pour sortir les trois autres demi-finalistes.

Un zébu à gagner «La formule sera comme suit: le deuxième affrontera le septième, le troisième contre le sixième et le quatrième face au cinquième,» a expliqué le président d’Analamanga Rugby, Andry «La Pie» Ravelojaona quant au déroulement des matches de barrage.Les deux premiers au classement à l’issue de la phase de poule unique, en l’occurrence 3FB et TAM, disputeront la finale de poule. Le dernier match restant des éliminatoires entre Iarivo RC et Matadore Anosipatrana bouclera définitivement les éliminatoires, dimanche prochain. Le même jour se tiendra la finale de poule entre les deux premiers au classement. «Un zébu est en jeu dans cette finale de poule, afin de récompenser les deux meilleurs à l’issue de la phase éliminatoire», a mentionné Andry «La Pie» Ravelojaona.Quant aux quatre résultats de la dernière journée, TFMA Ankasina a défait Matadore A par 18 à 13, et TFA Anatihazo a battu l’UAS Cheminots par 41 à 35. Les lanternes rouges qui seront reléguées pour la prochaine saison sont le SOE, huitième, et Matadore neuvième.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Sortie – Vendredi « Chic et choc » au Terrace

On se croyait dans une soirée réservée aux grands de ce monde. Tapis rouge illuminé par des guirlandes « led » à l’entrée, une vieille voiture de collection éclairée par des projecteurs occupaient l’extérieur. Des photos de nu artistique, de Tolotra Ramboasolo, projetées sur quelques façades à l’intérieur de la salle, l’opéra du désir ont convié à une soirée sensuelle. « Symphonie», le tube du moment a mis fin au suspense avec l’apparition d’un bel homme élégamment vêtu suivi d’une belle créature forte au niveau de la poitrine et des hanches.L’homme se déshabillait au fur et à mesure pour finir en boxer. La nouvelle Eve, avec sa jupe à traîne l’accompagnait  dans toutes ses poses. Puis, à chaque changement de musique, des créatures font leur apparition.  Une silhouette féminine en tenue de cabaret avec des ballons blancs accrochés à la taille.À chaque pose, elle fait éclater un à un les ballons pour dévoiler ses dessous blancs. Une policière londonienne, une femme pirate, une altesse royale, une femme musulmane, entre autres, composent les treize personnages incarnés par les mannequins pour présenter, élégamment, les nouvelles collections de lingerie de la marque mauricienne Une histoire d’amour.Le chef Lalaina a crée trois pièces de bijou en chocolat pour accessoiriser les modèles. « Je trouve que l’idée d’associer chaque modèle à un personnage emblématique dénoue tout sens de vulgarité à un défilé de dessous. Les filles ont un corps de rêve, elles ont assumé pleinement leur rôle. Et les modèles de lingerie sont intéressants. Ça ne m’a pas du tout choqué ; au contraire ça a été glamour. En plus, j’ai gagné un bon d’achat. Je suis contente. Merci à toute l’organisation », a laissé entendre une femme dans le public.La forte affluence durant cette soirée a nécessité une certaine patience de la part des clients par rapport à leur commande. Et le responsable tient à s’en excuser. « On s’est basé sur le nombre de réservations qu’on a eues. On a même pris une grande marge au niveau des prévisions. Mais les gens sont tous arrivés presque au même moment, sans réserver ; et on s’est trouvé dans le rush. En tout cas, ce fut une très belle soirée. Un grand merci à toute l’équipe et à tous ceux qui ont répondu à l’appel », a précisé le patron de l’établissement.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Rallye International de Madagascar – Tentative de vol  sur une Citroën Saxo

Samedi, en fin de matinée, un individu a tenté de prendre le volant de la Citroën Saxo T4 d’Hugo Louvel, pilote de slalom, venu à Maha­masina pour participer au show case. La voiture était garée devant la tribune centrale du stade. L’individu s’est approché peu à peu de la machine et a réussi à s’y introduire. Une fois installé dans le baquet de la Saxo, il a essayé de la démarrer, sans succès.Immédiatement, les nombreux agents de sécurité sur le site ont encerclé la voiture. Ils ont essayé d’en extraire l’individu, mais celui-ci a réussi à s’y enfermer. Après quelques minutes, il en est finalement sorti et il a été immédiatement menotté. Quelques instants plus tard, il a été confirmé qu’il s’agissait d’une personne instable,  relâchée dans l’après-midi, puisqu’aucune plainte n’a été déposée.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Rumeur, Humeur, Tumeur

Non le temps des rumeurs n’est pas encore révolu. Pire, elles sont plus fortes que jamais au point d’ébranler toute une société. Jadis, les rumeurs faisaient croire l’existence des mpaka fo et des mpaka ra ( voleurs de cœur et de sang ) dans les campagnes où tout le monde était terrorisé. Des témoignages remplissaient les discussions avec forces détails tels la nationalité, le sexe, la voiture rouge du Dracula que la légende populaire appelait Marie Rose,ses yeux revolver, ses dents acérées, mais, à y voir plus clair, personne n’a jamais rencontré le monstre redouté qu’on ne souhaite pas croiser. À preuve, il n’y a jamais eu de victime déclarée ou découverte.On ignore quel était l’objectif socio-politique des manipulateurs de foule dans ce montage réussi en pleine période coloniale et post-coloniale. Le fait est que la mayonnaise prend et secoue toute la société comme si on était en pleine mythologie grecque.Les rumeurs ont, d’ailleurs, accompagné toutes les Républiques.Le centaure avait écumé la période socialiste révolutionnaire de Ratsiraka et tout le monde entendait, la nuit, le bruit d’un animal géant comme King Kong traînant de lourdes chaînes et arpentant les ruelles de la ville. Tout le monde affirme avoir entendu mais personne ne l’a vu que dans les hallucinations. On ignore si ceux qui ont propagé cette affabulation avait pour objectif d’associer l’image de Ratsiraka qualifié de dictateur, à ce monstre impitoyable. Il est vrai que l’absence totale de liberté d’expression avait contraint ceux qui n’étaient pas en phase avec la révolution de trouver d’autres voies plus ou moins farfelues pour diaboliser le dictateur.Les voleurs d’organes et d’enfants sont une litanie récurrente dont des auteurs ont été appréhendés par la population qui n’a pas hésité à appliquer la sentence suprême hors procès. Mais, là aussi, l’histoire est aussi invraisemblable que celle des mpaka fo et des biby olona. Tout compte fait, elle est montée pour terroriser la population, pour entretenir une insécurité sociale et psychologique dans le but de perturber tout le fonctionnement et l’harmonie sociale. À long terme, il s’agit de montrer à la population que le pouvoir en place ne maîtrise rien et ne se soucie guère de ce qui la préoccupe. À la veille d’une élection, c’est toujours une contre-propagande très efficace. Tout ce que l’État fait en matière d’infrastructure et de développement est totalement masqué par cette « indifférence ».Autant les déstabilisateurs ont misé sur des mythes sociaux jusque-là, autant, cette fois, ils ont profité de la terreur d’une maladie moyenâgeuse qu’est la peste pour en rajouter et ébranler une paix sociale déjà précaire, une crédulité à fleur de peau et amplifiée par une pauvreté chronique. Au point de redouter un vaccin contre la peste alors que tout le monde ingurgite toutes sortes d’antibiotique pour s’en préserver. Le vaccin contre la peste avait bel et bien existé et avait été découvert à Madagascar par deux médecins qui avaient donné leurs noms à l’hôpital Girard et Robic de Soavinandriana. S’il existait encore, on l’aurait payé à prix d’or pour s’immuniser contre la peste.Voilà qui complique la tâche des autorités dans cette lutte contre la peste. Faire croire que la peste existe est déjà une véritable gageure. Faire admettre que le vaccin n’existe pas est un pari fou. Souligner que l’État ne procède pas à une campagne de vaccination est mission impossible.C’est quand les rumeurs supplantent l’autorité de l’État, quand l’humeur fait office de gouvernance, quand la tumeur mentale gangrène toute la société. Le compte est bon. Il n’y a plus de mort de la peste depuis quelques jours.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

« Hira gasy makotrokotroka » – La troupe de Rafaralahy Raymond victorieuse

La grande finale tant attendue de la compétition populaire, 8è édition « Hira gasy makotrokotroka» a sublimé Ambohijatovo, hier. Faisant preuve de charisme, les finalistes ont ravi l’auditoire.

Un instant de convivialité festive qui a réellement manqué au public de la capitale. Les rendez-vous du dimanche à travers l’événement « Hira gasy makotrokotroka » initié par l’Office régional du tourisme d’Analamanga, de l’association Haigasy et de la Commune urbaine d’Antananarivo, se sont clos dans la joie et dans la bonne humeur sur la place d’Ambohi- jatovo hier. Une huitième édition qui confirme ainsi une renommée intarissable de ce genre artistique intemporel, qu’est le « Hira gasy » et ce, fort de ses aspects pédagogiques et folkloriques. Couronnant ainsi cette année une troupe, arborant une fois encore, un caractère bien trempé. À savoir, la troupe de Rafaralahy Raymond de Ambatoantrano qui a remporté cette année la coupe tant convoitée de la compétition. Elle a triomphé devant la troupe de Rakotoman-dimby Jean Pierre de Morarano Gara, qui n’a quand même pas démérité face à son adversaire. Une rencontre au sommet opposant deux troupes émérites, c’est ainsi que l’auditoire, majoritairement composé de passionnés et d’inconditionnels du genre, venu nombreux sur les lieux, a décrit cette finale. C’est la troupe de Morarano Gara qui ouvre le bal pour plus d’une heure de joute verbale rythmée et pittoresque, ornée de pédagogie.D’entrée, Morarano Gara a imposé sa voix, scandant avec vigueur ses atouts et son amour pour cet art qu’est le « Hira gasy ».

Modestie L’orateur de la troupe a introduit le titre de leur chanson, « On a tous des rêves, que nos ennemis nous envient ». Un intitulé, un brin pessimiste, mais que la troupe a su interpréter avec beaucoup d’ardeur, d’énergie et d’optimisme pour conquérir le public.« Les jours se suivent et se ressemblent, renforçant les inégalités au sein de notre société. Ceci dit, on survit, on tient bon, faisant preuve d’amour, de joie et de générosité » affirme-t-il dans leur « reninkira ». La troupe de Rakotomandimby Jean Pierre a aussi tenu à sensibiliser sur les dangers des modes de vie occidentaux. Cerise sur le gâteau, la participation du jeune « Dadazily », un petit bonhomme tout juste âgé de deux ans environ, que la troupe a présenté au public le temps d’une séance de danse improvisée de sa part, a enchanté grands et petits. La troupe de Rafaralahy Raymond d’Ambatoantrano était rentré, par la suite en scène, et ce qu’on peut dire, c’est que sa réputation le précédait d’ores et déjà, vu l’attente qu’elle suscitait. Au tout début, la troupe laissait la musique parler pour elle, le tout sublimé de quelques onomatopées qui ont amusé le public.« À cœur vaillant, rien d’impossible », c’est à travers ce thème universel que la troupe d’Ambatoantrano a fédéré le public. « Faites preuve de courage et de dévotion, soyez quelqu’un de bien, soyez un champion. Une personne courageuse et valeureuse en vaut des millions. Soyez béni et soyez fort, gardez en vous la sainte vérité et vous n’aurez jamais tort » scande la troupe. De là, Rafaralahy Raymond d’Ambatoantrano se distinguait par les quelques saynettes à travers lesquelles la troupe amuse le public. Elle s’est plu même à intégrer l’auditoire et à chanter, ainsi qu’à danser au-delà du périmètre de la scène.De plus, ses chorégraphies étaient brillamment coordonnées, de quoi exalter encore plus le public d’Ambohijatovo. C’est ainsi que le jury composé de Victor Razafima-hatratra et d’une journaliste culturelle, a voté pour eux, privilégiant aussi l’engouement du public pour la troupe d’Ambatoan-trano.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Amical – Nul entre Madagascar  et les Comores

Pas de vainqueur entre les Barea et les Cœlacanthes, samedi soir au stade Saint-Leu La Forêt, à Paris. Les deux formations se sont séparées sur un résultat de parité (1-1), au terme de cette rencontre amicale comptant pour la préparation de la suite des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019.La sélection malgache a démarré la rencontre de la meilleure des manières. Alignés dans une formation en 4-3-3, soit Dabo, Mombris-Bapasy-Fontaine-Bôlida, Ilaimaharitra-Amada-Anicet, Carolus-Paulin-Faneva, les Barea ont dominé la première partie de la rencontre. Avec une possession de balle nettement supérieure, ils se sont rués sur le but adverse dès les premiers instants. À la 2e minute de jeu, Voavy Paulin a obtenu un bon coup franc à environ 25 mètres. Carolus s’y est attelé, mais sa frappe n’a pas abouti.L’ouverture du score est survenue à la 6e minute. Sur un corner venu de la gauche, Bapasy s’est bien élevé dans les airs pour marquer de la tête (6e, 1-0), régalant ainsi les très nombreux expatriés malgaches présents dans les tribunes.

Aux abonnés absentsSonnés par ce but prématuré, les Cœlacanthes ont tenté tant bien que mal de répliquer, mais sans succès. À part cette réalisation malga­che, la première période a également été marquée par deux altercations, en raison de l’engagement physique.En deuxième mi-temps, les Comoriens ont poursuivi leurs efforts pour recoller. Et ce fut chose faite à la 54e minute. Sur un centre venu de la droite, Youssouf M’Chan­gama s’est retrouvé tout seul devant Dabo, le portier des Barea. Il n’avait plus qu’à reprendre le ballon du plat du pied (54e, 1-1).La défense malgache était aux abonnés absents sur cette action. L’attaquant comorien a été libre de tout marquage dans la surface de réparation. Plus rien n’a été marqué après cette égalisation des Comores, malgré quelques occasions de part et d’autre.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

CCESCA Antanimena – « Go and Share » fédère les férus du gospel

Un après-midi de communion, de retrouvailles spirituelles et de louanges conviviaux. Ainsi se décrit le rendez-vous harmonieux qui a égayé le CCESCA Antanimena hier après-midi. Sobrement intitulé « Go and Share », autrement dit, « Va et partage » dans la langue de Molière, c’est un concert chaleureux et fraternel, réunissant trois chorales émérites du gospel national enchantant un public de tous âges au CCESCA Antanimena à l’occasion.À l’affiche, on retrouvait ainsi le Tana Gospel Choir (TGC), le God’s Messenger Mass Choir (GMMC) et le Singers of Jesus. À partir de 15h, c’est un concert festif en ode à la grandeur du Créateur qui a fait vibrer les lieux et ce aux rythmes de chaque chanson que le public, venu nombreux, a repris en chœur. Des fidèles qui ont joui le temps de cet après-midi gospel d’un éveil spirituel, parfaitement le bienvenu pour eux. Les trois chorales, quant à elles, ne sont quasiment plus à présenter pour les inconditionnels du genre. Ceci dit, chacune à sa manière, elles ont tenu à marquer le public de leur passage, le tout en jouant toutes à leur manière de la voix séraphique de leurs membres.

A. P.  R.

L'express de Madagascar0 partages

Festival – Tsiliva en tête d’affiche de « Sambaraha » 

Un jeune festival qui transcende depuis cinq ans maintenant la ville de Taolagnaro, ainsi que sa population festive. Le festival « Sambaraha » rempile pour une sixième édition qui promet de gagner en envergure du 20 au 23 décembre. Célébrant ainsi, dans un exotisme le plus total, les fêtes de fin d’année, le festival qui s’affirme comme un atout majeur dans la promotion du tourisme dans la région Anosy, se redécouvre pour cette fois sous le thème de la découverte. Ainsi, c’est tout un périple culturel qu’il réserve à tous ceux qui se joindront à lui pour découvrir une programmation riche en festivités.Un artiste dont la popularité n’est plus à discuter, de part et d’autre de la Grande île, et même au-delà de ses frontières, Tsiliva, celui qui s’affirme en tête d’affiche de ce festival. L’occasion pour le public de festoyer aux côtés de ce roi du kilalaky et de jouir de son énergie, ainsi que de son dynamisme sur scène. L’occasion aussi pour Tsiliva de présenter un avant-goût de son projet d’album qu’il prévoit de sortir au courant de cette fin d’année, notamment, à travers ses récents morceaux comme « Tsy maintsy rafozako » ou encore « 19/20 » et « C’est ça le kilalaky ».En outre, la scène du « Sambaraha » verra aussi la participation de nombreux artistes locaux, ainsi que de nouveaux talents qui s’y découvriront pour la première fois. Cette sixième édition du festival verra aussi l’ouverture officielle du village « Sambaraha », érigé exclusivement pour l’occasion en guise de nouveauté où les manifestations sportives et culturelles se conjugueront.

A. P. R.