Les actualités à Madagascar du Mardi 13 Octobre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara27 partages

Festival international de Harlem : Prix du meilleur film pour Haingosoa

Haingosoa, le personnage principal du film

Haingosoa, le long-métrage d’Edouard Joubeaud, vient de recevoir le prix du Meilleur Film au Festival international de Harlem. Le film s’est en effet démarqué au sein d’une sélection composée de plus de 100 films venant de plus de 30 pays. Déjà diffusé en avant-première lors de la dernière édition des RFC, le film sera à l’affiche de Cinepax à partir du 6 novembre 2020 et sera diffusé dans le réseau des Alliances françaises de Madagascar.

L’histoire raconte celle de Haingo, jeune mère célibataire du sud de Madagascar qui ne parvient pas à payer la scolarité de sa fille. Une compagnie de danse de la capitale lui propose un contrat à l’essai. Haingo saisit cette chance, quitte sa famille et va à Tananarive. Elle n’a que quelques jours pour apprendre une danse qui lui est totalement étrangère.

Depuis sa sortie en 2019, le film a été sélectionné à plusieurs festivals internationaux dont le Rhodes Island International Film Festival 2019 (USA), RFC (Madagascar), présentation en avant-première en 2019), Cinévoyageurs (France), Festival Lumières d’Afrique (Besançon, France), Festival du cinéma Plein les oreilles (Montmellian, France), AFrica’CIFF 2020 (Guadeloupe, France).

Sa genèse, 1999, Édouard Joubeaud, se rend pour la première fois à Madagascar. C’est le début d’une longue relation avec cette île-continent, devenue, au fil du temps, un pays de cœur. Il apprend le malgache, étudie l’histoire du pays, y rencontre un vivier d’artistes et y mène des initiatives pour les Nations Unies. En 2010, en mission dans le Sud de l’île, il fait la rencontre de Remanindry, musicien-danseur de renommée internationale. De la fascination à l’amitié, les deux hommes lient au fil des ans une relation de confiance jusque dans les sphères familiales devenues alors le berceau d’inspiration du film. Haingosoa se profile en 2016 : Édouard voit en Haingo, une fille cadette de Remanindry, le rôle principal de son long-métrage. De sa complicité avec cette jeune mère malgache se dessinent les contours d’une histoire où le réel invite l’imaginaire à panser un quotidien parfois éprouvant et rendre possible ce désir, si personnel à Haingo en l’occurrence, de vie meilleure.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara4 partages

Ils ont fait le buzz… : Mahajanga et Antananarivo à travers leurs tabous

Le dernier examen de l’année, le « sésame d’une autre vie », le baccalauréat se profile à l’horizon. Comme la planète « Facebook » malgache adore chevaucher le timing, certains posts et publications à succès de cette dernière semaine sentent déjà les vacances. Quelques-uns le rappellent avec humour. Mahajanga, le temps des grandes vacances, devient la capitale de Madagascar. Et c’est de bon augure qu’un internaute a publié les « Mille et un tabous » de la ville. Ceci, sans doute, pour que les séjours se passent dans la plus grande sérénité et que la Cité des Fleurs ne soit pas maculé par des arrivants, si jamais imprudents, emmenant avec eux leurs certitudes et leurs manières d’inhabitués.

Des centaines de remerciements des « facebookeurs » et « facebookeuses » ont suivi ce post. Bien utile, pour savoir où mettre les pieds dans une ville appartenant à un groupe humain séculaire d’une forte tradition et une histoire à le rendre extrêmement fier. Du coup, un autre internaute s’est permis de répondre à ce premier post. Cette fois, ce dernier a avancé les tabous d’Antananarivo. Dans le genre folklorique, aucune cité urbaine ne peut faire mieux à Madagascar, et peut-être dans le top 30 mondial actuellement.

Un petit aperçu s’impose. « Il est tabou de jouer avec son téléphone dans le bus dans le tunnel d’Ambohidahy, surtout lors des embouteillages ». « Pour un conducteur roulant seul, il est tabou de conduire sa voiture aux portes non verrouillées (sans baisser les poussoirs des secrets) à Behoririka et Analakely, des femmes y entrent et n’y ressortent sans avoir chipé le téléphone ou de l’argent. Sinon, elles vont crier au viol ». « Il est tabou d’aller à moto à Vasakôsy et Andavamamba puisque la chaussée est glissante à cause des flaques d’hui et des gens qui viennent taper et détrousser dès qu’on tombe ». « Il est interdit de passer en voiture la nuit au Boulevard de l’Europe à la sortie d’Ankorondrano, des gens lancent des pierres. Entre Ambodimita et Ambohimanarina, ils lancent des excréments par contre…»

Au vu de ces recommandations, Antananarivo donne l’impression d’être une jungle. Comme s’il y avait deux capitales, celle pour les imposables, les actifs et les moutons. Et celle pour les monstres, les loups et les rapaces. Rappelant sur les bords, le film « Legend » avec Will Smith. Heureusement, que c’est seulement sur « Facebook », impossible de vraiment calquer la réalité sur quelques lignes numériques.

Mais les réactions des internautes sont assez cocasses. « Si c’est cela, je préfère rester chez moi », tonne une commentatrice. « Arrêtez de faire peur aux gens », invective une autre. Quoi qu’il en soit, les vacances arrivent, Mahajanga et Antananarivo ont l’air d’être diamétralement opposés sur les réseaux sociaux.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara3 partages

Andry Rajoelina: Suspension de l’exploitation aurifère à Vohilava Mananjary

Dernièrement, le ministre des Mines et des Ressources stratégiques, Fidiniavo Ravokatra, avait fait savoir que l’exploitation était en infraction environnementale et n’était pas acceptée par la population locale.

C’est désormais officiel. L’exploitation d’or par les opérateurs en question dans la commune de Vohilava, district de Mananjary est suspendue. Le président Andry Rajoelina l’a annoncé dimanche dernier lors de sa rencontre avec la population locale.  » Illicite « , estime-t-il.  » J’annonce la suspension de toutes les exploitations aurifères illicites dans cette commune « , a-t-il déclaré. Une annonce reçue avec ferveur par la population de Mananjary qui a exprimé sa satisfaction face à cette initiative présidentielle. A entendre l’intervention du chef de l’Etat, cette exploitation n’a aucune retombée positive sur la vie socio-économique de la population locale, ni sur les collectivités locales. Il semblerait que le président de la République ait décidé d’écouter les requêtes du député Mamihaja Charlot, élu à Mananjary, qui a longtemps lutté pour la fermeture de ce site.

Permis d’exploitation de 40 ans. Il convient de rappeler que cette société a obtenu, en 2017, sous le régime Rajaonarimampianina, un permis d’exploitation d’une durée de 40 ans. Son permis serait donc valable jusqu’en 2056. Dernièrement, le ministre des Mines, Fidiniavo Ravokatra, a reconnu l’existence de ce permis d’exploitation. La question est donc de savoir comment cette société a pu s’installer sur le site pendant plus de trois ans malgré le fait qu’elle ait utilisé d’imposantes machines pour ses activités d’exploitation, et qu’elle n’ait pas respecté les procédures d’acquisition du permis environnemental.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Infrastructures de demain : 5 000 dollars à gagner au concours organisé par la BAD et l’AEF

Inspirer la formation d’équipes et d’idées novatrices en vue de transformer les services publics actuels en un réseau électrique africain public de pointe, futuriste, Smart, vif et renouvelable. Tel est l’objectif du concours « Infrastructures africaines de demain » (African Utility of the Future), lancé par la BAD (Banque africaine de développement) et l’AEF (Forum africain de l’énergie).

5 piliers. Selon les organisateurs, le principe général du concours est de créer une plateforme permettant aux propriétaires d’actifs actuels de proposer des idées innovantes, réalistes, pratiques et réalisables afin de pouvoir, à l’avenir, remplacer un à un les services publics existants. Sa conception s’appuiera sur les cinq piliers du programme de transformation des services publics renouvelables (SUT), notamment la meilleure gouvernance du secteur, la planification intégrée des ressources à moindre coût, le développement du capital humain, les Réformes sectorielles et la viabilité financière, et enfin les Partenariats intelligents et le suivi des performances. Selon les informations, le concours a démarré le 8 octobre et la date limite de soumission est fixée au 6 novembre 2020. « Les candidatures des équipes resteront anonymes, et le recours à un nom d’équipe est vivement conseillé. L’objectif étant de solliciter des idées réalistes et pratiques concernant les services publics africains actuels, seules les équipes représentant les propriétaires actuels d’actifs de distribution seront autorisées à soumettre leur candidature », ont indiqué les organisateurs.

Proclamation. D’après la communication faite par la BAD, seule l’équipe gagnante sera nommée à l’issue de la finale, à moins que les membres du jury n’estiment que les propositions des équipes en deuxième et troisième position méritent d’être mentionnées, pour la qualité de leurs projets. A noter que les finalistes seront dévoilés le 11 novembre, tandis que l’équipe gagnante sera proclamée le 13 novembre, date de clôture de l’AEF (Forum africain de l’énergie) 2020. Cette équipe lauréate recevra un prix de 5 000 dollars US.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Fahavetavetàna naseho Facebook : Nadoboka eny Tsiafahy i « Lee Stuven L. C. »

Voasambotra ny zoma hariva teo rehefa nifampitadiavana ny marainan’io. Omaly efa somary hariva no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ilay tovolahy fantatra amin’ny anarany anaty FB hoe « Lee Stuven Landot Craya». Tsy nisalasalan’ireo mpitsara mpanao famotorana ny nandray fanapahan-kevitra nampidoboka azy am-ponja eny … Tsiafahy, mandra-piandry ny fotoam-pitsaràna azy.

Tsiahivina fa nisy ny fandraisana andraikitra avy hatrany nataon’ireo mpitandro filaminana nanoloana ny sary sy ny horonantsary nalefan’ity tovolahy ity tao anaty tambajotra sosialy. Naparitaka teo no ho eo avy hatrany ny filazàna fampikarohana azy ary tsy niandry ela dia voasambotra ny lehilahy rehefa nampiseho ny fahakingany ireo sampan-draharaha isanisany eo anivon’ny zandary. Notanana natao andrimaso ny harivan’ny zoma teo ihany mba hatao famotorana, ary io izy natolotra ny Fampanoavana io omaly. Nandritra ny fakàna am-bavany azy no niaikeny tsara ny zavatra nataony. Nanambara ireo mpanao famotorana fa vesatra telo no nanenjehana azy : fanolanana sy fanararaotana ara-nofo zaza tsy ampy taona, famoronana sy fanaparitahana sary mamoafady maneho zaza tsy ampy taona, fanaovana fihetsika mamoafady imasom-bahoaka. Voalaza ihany koa aza fa mpiray vondrona amin’ireo olona mpizara horonan-tsary mamoafady ny tovolahy. Marihana moa, araka ny fampitam-baovao hatrany, fa tsy manana rohim-pihavanana aminy ilay zaza nasehoany an-tsary fa mpifanolo-bodirindrina fotsiny ihany. Ity zaza ity dia efa naverina eny anivon’ny ray aman-dreniny ary efa manaraka fitsaboana sahaza azy.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

14 octobre, une date charnière de l’histoire de Madagascar

Ce n’est pas tout à fait « a minima » mais de manière parcimonieuse que la célébration du 14 octobre va se faire. Les circonstances, cependant, l’exigent car nous sommes encore en plein état d’urgence. Néanmoins, on peut exprimer des regrets en pensant à la signification de cette date historique. La proclamation de la République, il y a 62 ans, a fait entrer Madagascar dans une ère nouvelle. C’est à raison que durant la première République, on célébrait le 14 octobre avec faste.

14 octobre, une date charnière de l’histoire de Madagascar

Tous ceux qui ont dépassé la soixantaine aujourd’hui se souviennent de la solennité et de l’émotion dont étaient empreintes les cérémonies se déroulant à Analakely et à Mahamasina. Il y avait alors une véritable ferveur populaire. L’épidémie de Covid-19 n’avait pas permis de célébrer avec faste les soixante ans de l’indépendance de Madagascar. Le chef de l’Etat avait alors décidé de reporter les festivités au 14 octobre, date de la proclamation de la République. Mais l’urgence sanitaire étant toujours présente, il est impossible d’organiser une fête fastueuse. La journée ne sera ni chômée ni fériée, ce sera donc un mercredi tout à fait ordinaire. Le chef de l’Etat se rendra à Antsohihy, la ville dont est originaire le président Philibert Tsiranana. Plusieurs commémorations auront lieu. Cependant, on se sent plutôt embarrassé d’apprendre qu’il en profitera pour inaugurer des « zava-bita » et qu’il lancera des travaux. Pour le citoyen lambda, cette date du 14 octobre 2020 n’éveillera donc aucun souvenir. Aucune émission n’est programmée dans les médias officiels pour souligner l’importance de l’événement. Les plus jeunes ne pourront pas mesurer l’importance de la proclamation de la République, le 14 octobre 1958. Aujourd’hui dans les livres d’histoire, on n’en parle pas avec emphase alors que la Grande île avait recouvré sa dignité.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Démolition des bâtiments de Tiko à Toamasina : Le clan Ravalomanana dénonce un dessous politique

Les bâtiments de la société Tiko S.A. dans le domaine du port de Toamasina ont été démolis. Une histoire d’arriérés de de loyers s’élevant à plus de 10 milliards ariary est au centre de cette affaire qui fait polémique. Une fois de plus, le camp politique de l’ancien président Marc Ravalomanana a décidé de monter au créneau pour dénoncer un « dessous politique » visant ce leader de l’opposition et ses partisans. Dans une émission spéciale diffusée sur plusieurs chaînes privées de la capitale depuis Toamasina, les députés Fidèle Razara Piera et Hanitra Razafimanantsoa ont vilipendé le régime après cette mesure qui a ruiné un « investissement de plusieurs millions de dollars ». Le directeur général de la société du port autonome de Toamasina, Christian Avellin, quant à lui, a soutenu que la démolition fait suite à une décision de justice qui a donné gain de cause au SPAT dans cette affaire qui l’oppose à la société Tiko S.A. Pourtant, dans une telle affaire, selon l’avocate Hanitra Razafimanantsoa, le centre d’arbitrage et de médiation de Madagascar est l’organe compétent pour définir l’issue du litige.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Football-Match amical : Défaite des Barea face aux Etalons burkinabés

Les Barea se sont inclinés face aux Etalons du Burkina Faso.

Les Barea étaient humiliés par 2 buts à 1 devant les Etalons du Burkina Faso hier, lors de leur deuxième match de préparation avant la CAN. C’est ainsi que se termine le stage pour la sélection malgache.

Les Etalons du Burkina Faso ont surpris les Barea en match amical hier, à El Jadida au Maroc, dans le cadre de la préparation pour les prochaines éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2022. Après une large victoire (4-1) face au FC Swift Heperange, ce vendredi, les protégés de Nicolas Dupuis ont perdu leur deuxième match en s’inclinant face à un adversaire d’un tout autre niveau, sur le score de 2 buts à 1. Pourtant, la bande à Lalaina Nomenjanahary a réalisé un bon match et a bien profité de cette journée de la FIFA. Puisque qu’on a constaté  qu’il y avait une bonne cohésion entre les joueurs après cette longue période de séparation. Ainsi, les nouvelles recrues sont bien intégrées dans le groupe. Une victoire en deux matches, ce résultat est presque parfait et donne un grand espoir avant la double confrontation face à la Côte d’Ivoire en novembre.

Pour le match d’hier soir, Nicolas Dupuis a opté pour un 4-3-3 avec un trio Zotsara-Marco-Hery au milieu. Hakim Abdallah était toujours retenu parmi les onze de départ et retrouve sa place aux côtés de Paulin et Bôlida en attaque. Derrière, il y avait Rayan, Thomas, Morel et Sylvio. Sans tarder, ils ont affiché leur domination, dès l’entame du jeu. Les Barea ont dominé en termes de possession de  balle mais cela n’a rien donné de concret. Par contre, Bertrand Traoré a trouvé le chemin du filet à la 32e  minute, lors d’un cafouillage dans la surface de réparation et qui a trompé Melvin Adrien, le portier Malgache. Loin d’être intimidé face à l’impact physique imposé par les Burkinabés, les Barea ont continué à se projeter vers l’avant. La bande à Hery Bastien a été récompensée à la 43e  minute. En effet, Hakim s’est écroulé dans la surface en récupérant la passe de Voavy Paulin. L’arbitre a sifflé penalty en faveur des Malgaches, qui cherchaient l’égalisation depuis un bon moment. Ce penalty a été transformé par Marco Ilaimaharitra à la 43e  minute. Les deux parties sont rentrées aux vestiaires sur ce score de parité. Si le premier acte s’est montré équilibré en possession et dans les intentions, les Etalons ont dominé dès leur retour au jeu. Ils ont pu creuser l’écart, grâce à un but marqué par Eric Traoré, sur un corner à la 64e  minute. Trois changements ont été opérés pendant cette deuxième période. Le sélectionneur national a d’abord fait entrer Debakely à la place de Hery Bastien. Peu après, Alexandre et William Gros ont fait leur apparition. Mais les remplacements n’ont pas donné les effets escomptés. Même si les attaquants du Burkina Faso se sont procuré quelques actions intéressantes, ils ne les ont jamais conclues. Les Barea non plus n’ont pas réussi à ajouter un deuxième pion pour se mettre à l’abri. Et c’était sur ce score que les deux équipes se sont séparées.

« Je tiens tout d’abord à remercier la Présidence et le Ministère qui nous ont permis d’effectuer ce stage. Je tiens à féliciter nos joueurs pour ce stage qui était très important. Ils sont tombés ce jour contre une belle équipe du Burkina Faso, et ils ont montré qu’on pouvait maintenant compter sur un groupe beaucoup plus large et homogène qu’à la CAN.

Ils ont prouvé que même avec de nombreux absents, l’équipe des Barea est très compétitive. Bravo à eux », a annoncé Nicolas Dupuis sur sa page Facebook.

Pour leur prochain match, les Barea de Madagascar affronteront les Eléphants de Côte d’Ivoire en mi-novembre pour les troisièmes et quatrièmes journées des éliminatoires de la CAN 2022.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Africa’s Business Heroes : La grande finale en novembre, 1,5 million USD pour les gagnants

Les finalistes du concours Africa’s Business Heroes 2020, avec les organisateurs.

Sur 22 000 candidats issus des 54 pays d’Afrique, il ne reste plus que 10 dans la course. 50% des finalistes sont des femmes, selon les organisateurs. Malheureusement, aucun Malgache n’a pu accéder à cette grande finale du concours Africa’s Business Heroes.

Dix finalistes – dont 50% sont des femmes – originaires de huit pays africains, se préparent pour la grande finale de novembre prochain. Les membres du jury annoncés incluent Jack Ma, Ibukun Awosika, Strive Masiyiwa et Joe Tsai, des figures qui ont toutes réussi des prouesses dans le business mondial. « Le prix 2020 Africa’s Business Heroes (ABH), un programme philanthropique phare créé par la Jack Ma Foundation Africa Netpreneur Prize Initiative (ANPI), a sélectionné les 10 meilleurs finalistes, qui participeront à la grande finale du concours en novembre 2020. Des prix d’un total de 1,5 million de dollars américain seront attribués aux meilleurs », ont indiqué les organisateurs du concours. En effet, seulement 10 entrepreneurs exceptionnels ont été sélectionnés parmi plus de 22 000 candidatures dans les 54 pays africains, après plusieurs cycles d’évaluation rigoureuse. Avec un âge moyen de 34 ans, les dix premiers représentent huit pays africains: le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Kenya, le Nigéria, le Sénégal, l’Ouganda et le Zimbabwe; et leurs entreprises couvrent des secteurs clés tels que l’agriculture, la mode, l’éducation, les soins de santé, les énergies renouvelables et les services financiers. « Je continue d’être émerveillé par la passion, la résilience et la vision des entrepreneurs africains, et j’ai hâte de rencontrer ces dix femmes d’affaires et hommes d’affaires extraordinaires lors de la finale. Je suis ravi d’en savoir plus sur la façon dont ils conduisent des changements positifs et des progrès à travers le continent », a déclaré Jack Ma, fondateur de la Fondation Jack Ma et du groupe Alibaba.

100 millions USD sur 10 ans. La passion, l’excellence et la diversité des finalistes reflètent l’ADN du concours. Le programme ABH récompensera 100 entrepreneurs africains et allouera 100 millions de dollars américains, sur une période de dix ans, sous forme de subventions, d’initiatives de formation, de mentorat et d’apprentissage, d’accès à des réseaux clés et de développement d’une communauté d’entrepreneurs dynamique pour soutenir les futurs chefs d’entreprise africains. Selon son fondateur, cela témoigne de l’engagement à long terme de la Fondation Jack Ma à soutenir l’écosystème entrepreneurial de l’Afrique. « Le concours des héros d’affaires africains 2020 a été incroyable. La qualité des entrepreneurs et de leurs idées a été exceptionnelle et cela témoigne du talent qui existe à travers le continent. Je suis extrêmement heureux de suivre le reste de la compétition et de voir qui sera le héros des affaires africaines 2020 », a déclaré Bethlehem Tilahun Alemu, membre du jury de la demi-finale de l’ABH et fondateur de soleRebels, Garden of Coffee et Tefftastic. Certes, le concour de ce genre est un moyen de briller à l’international. Les entrepreneurs malgaches auront l’occasion de briller aux prochaines éditions.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Trafics : Une centaine de tortues saisies à Zanzibar

La collaboration entre Madagascar et ses îles voisines ainsi qu’avec des pays d’Afrique a porté ses fruits. « En effet, une centaine de tortues en provenance de la Grande île ont été saisies à Zanzibar. Nous procédons actuellement à leur rapatriement », a déclaré la ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Baomiavotse Raharinirina, en marge du lancement du concours photos sur les tortues radiées. Entre-temps, « nous avons mené une campagne de tolérance zéro depuis sept mois pour lutter contre les trafics de nos ressources naturelles. A titre d’illustration, 42 tortues ont été saisies sur la RN7. Des contrevenants ont été arrêtés. En fait, nous ne ménageons pas nos efforts pour appliquer l’Etat de droit en collaboration avec le ministère de la Justice. La preuve, un ressortissant Italien qui est multirécidiviste, est emprisonné à Mahajanga, depuis un an et demie déjà. Ses complices sont actuellement sous-contrôle judiciaire », a-t-elle ajouté.

Interdit par la loi. Il faut noter que les pays africains constituent une destination de transit des tortues exportées illicitement depuis Madagascar. « Les pays asiatiques sont leur destination finale. Une tortue vivante y est vendue entre 300 et 2000 USD. Cette espèce est destinée principalement à la consommation car les Asiatiques ont une certaine croyance que cela leur assure plus de longévité », a-t-elle soulevé. En dépit de tout cela, la ministre de tutelle a évoqué que l’exportation illicite de cette espèce endémique connaît une baisse en ce moment. Elle a également rappelé que la chasse, l’exploitation et l’exportation ainsi que l’élevage domestique des tortues et lémuriens sont interdits par la loi.

Menace. Par ailleurs, Madagascar National Parks veille à la conservation des tortues au niveau des aires protégées sous sa gérance. En fait, « ces parcs constituent une banque de la biodiversité du pays. Nous y effectuons des recherches scientifiques et des suivis écologiques des espèces faunistiques et floristiques », selon les explications du directeur général de MNP. Force est également de reconnaître que les pressions exercées par l’homme sur les ressources naturelles telles que la déforestation et les feux de brousse constituent une autre menace pour les tortues, outre leur exploitation illicite.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Carte professionnelle des journalistes : Désaccord total entre l’Ordre des journalistes et le ministèr...

Le torchon brûle entre l’Ordre des journalistes de Madagascar et le ministère de la Communication et de la Culture. La détermination du responsable de l’octroi de la nouvelle carte professionnelle des journalistes divise les deux organisations. L’ordre des journalistes clame le fait que cette compétence doive relever de son autorité. Selon le bureau de l’Ordre, dorénavant, la responsabilité de l’élaboration et de la distribution relève du ministère de la Communication et de la Culture. Ce n’est pas un bon signe pour la presse malgache qui est déjà « en danger », a soutenu l’Ordre dans un communiqué publié hier. « Cette situation démontre le retour vers la dictature », a dénoncé ainsi le bureau. En effet, ce dernier a décidé de se retirer définitivement de l’organisation de l’élaboration de la nouvelle carte professionnelle des journalistes.

Recueillis par Rija R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : La journée du 14 Octobre sera une journée comme toutes les autres

Le 14 octobre, soixante-deuxième anniversaire de la première république de Madagascar, approche. Cette date était prévue pour la célébration de la fête de l’indépendance, selon le Président de la République, il y a quelques mois de cela pendant la journée de l’indépendance, 26 juin, qui s’est passée dans le silence pour Madagascar. En effet, le pays était plongé dans l’épidémie, et seul le défilé annuel a pu être réalisé à Analakely, en présence de, seulement, les autorités.
Beaucoup s’attendait à recevoir le programme pour la journée du 14 Octobre. Mais selon les dernières nouvelles, annoncées par le ministère du travail, de l’emploi, de la fonction publique et des lois sociales, cette journée se déroulera comme tous les autres jours de la semaine. Elle ne sera ni fériée, ni chômée. Aucun programme en lien avec la célébration de l’indépendance n’a été annoncé.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Epidémie de coronavirus – Aucun cas enregistré pour la région d’Analamanga Lundi

Bien que la vie ait presque totalement repris son cours normal pour Madagascar, l’épidémie de coronavirus continue à faire des victimes dans le pays. Ces victimes sont, certes, moins nombreuses qu’auparavant mais le pays est toujours en état d’urgence sanitaire.
Pour ce lundi 12 octobre 2020, le nombre de cas enregistrés, annoncé par le professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle lors de l’émission consacré au coronavirus sur la chaine nationale, est de 8 cas confirmés, contre 16 ce dimanche et 26 ce samedi. Aucun cas pour la région d’Analamanga pour la première fois depuis six mois, Analamanga qui était une zone rouge de l’épidémie. De même, le taux de guérison au niveau nationale est considérablement élevé, équivalent à plus de 90%. Malgré ces progrès, les responsables incitent la population à rester vigilent et à continuer à se protéger, en respectant les mesures imposées.
Madagate0 partages

Anahidrano, une localité hors du temps présent en photos sans légende

Concernant la naissance de Philibert Tsiranana, il existe deux versions. La première dit qu’il est né le 18 octobre 1910 à Ambarikorano, dans le district de Mandritsara ; la seconde version veut qu’il soit né à Anahidrano, le 28 octobre 1912. Quoi qu’il en soit, la date de son décès à Antananarivo reste le 16 avril 1978.

En tout cas, c’est à Anahidrano qu’il possède une résidence où sa famille se réunit tous les 14 octobre et il existe deux bustes en pierre de Dadabe Tsiranana dans cette localité hors du temps présent… où le développement n’est toujours pas au rendez-vous, 42 ans après le décès du premier Président de la 1ère République de Madagascar connu pour être le Père de l’Indépendance.Ci-après des photos -pêle-mêle- sans légende d’Anahidrano prises en ce mois d’octobre 2020, 62 ans après la proclamation comme quoi le pays Madagascar est devenu une république, le 14 octobre 1958 donc.

Jeannot Ramambazafy

Photos : Harilala Randrianarison

Madagate0 partages

Andrianahy Johnson na Lendria. Iza moa izy ?

Very olomanga ny Faritra Atsimo Atsinanana, indrindra fa i Vangaindrano. Satria nodimandry ny 11 Oktobra 2020 tao Manakara Andriamatoa Johnson Andrianahy dit Lendria.

Anarana : ANDRIANAHY

Fanampinarana : Johnson (Lendria)

Teraka tamin’ny 12 Desambra 1959 tao Antsirabe

Zanak’i Johnson Rachel avy (Nagnasa)

Sy Ravoniarisoa Honorine (Vohilava)

Nianatra tao amin’ny EPP Nagnasa, nanohy tao amin’ny Collège Saint Vincent de Paul Farafangana

- Nahazo BEPC sy BACC tao amin’ny Lycée Sileny Paul tao Manakara

- Nanohy fianara tao amin’ny Université Antananarivo-Ankatso, nianatra Sociologie ary nahazo ny Diplôme DEA

- Nasondrotra ho Chevalier de l’Ordre National tamin’ny taona 2016

Manambady an’i Ramatoa RASOANJANAHARY Jacqueline, Dokotera.

Manana zanaka efatra :

- ANDRIANAHY Stella

- ANDRIANAHY Mahery

- ANDRIANAHY Onivolatiana

- ANDRIANAHY Tovohery

Manana Zafy iray :

- ANDRIANAHY Nathan

Ny asa nandraiketany :

- Directeur du Collège Luthérien Farafangana

- Niasa tamin’ny ODASE : 1989 - 1994

- Niasa tao amin’ny FID Fianarantsoa: 1995 - 2000,

- Niasa tao amin’ny FID Tamatave : 2000 - 2004

- Niasa tao amin’ny FID Toliara : 2004 - 2007

- Chef de Région Antsimo-Atsinanana : 2007 - 2009

- Directeur Régional PNUD : 2009 - 2010

- Niasa tao amin’ny FID Toliara 2010 - 2017

- Niasa tao amin’ny FID Manakara : 2018 - hatramin'izy nodimandry izao.

I ANDRIANAHY Johnson na i Lendria na iaban’ny Stella dia lehilahy nijoro tamin’ny fahamarinana, olon’ny fo, ankaiky ny olon’aby, fa indrindra ny fianakaviany.

Niasa tamina orinasa maro, misahana ny fampandrosoana ny tontolo ambanivohitra.

Ny andro-piainany sy ny fahaizany dia natolony ho an’io Fampandrosoana io.

Tsy nataony ambanin-javatra ny Tanindrazany fa dia maro ny asa soa nataony ary dia very olo-manga isika, very azy.

Fa izy dia olo nampianatra zanaka ka ireo koa ny hanohy ny zava-bitany mba ho fampandrosoana ny Tanindrazana.

Zanak’i Vangaindrano i Lendria ka dia miara ory amin’ny Fianakaviana ny Faritra Atsimo Antsinana aby sy izahay ato aminy madagate.org

Mandria am-piadanana Papa,

Mandria am-piadanana Zoky.

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus373 sisa tsaboina

Miisa 8 ny trangana coronavirus vaovao omaly hita tamin’ny fitiliana 385, manome taham-pahavoazana 2,07% ny taham-pahavoazana, araka ny tatitry ny Pr Vololontiana Hanta.

 01 tany Vakinankaratra (Mandoto), 01 Anosy (Betroka), 01 Menabe (Miandrivazo), 05 Melaky. Sambany tsy nisy tranga vaovao teto amin’ny Faritra Analamanga hatramin’ny nahatafidiran’ny valanaretina coronavirus teto Madagasikara. 83 843 ny fitiliana hatramin’izay, ary 16 726 ny tranga izay manome taham-pahavoazana 19,94%. Tsy nisy ny namoy ny ainy tao anatin’ny telo andro, ka mijanona ho 237 ny lavo hatrizay, manome taham-pahafatesana 1,41%.

373 SISA TSABOINA

Miisa 39 kosa ny sitrana vaovao, 17 Analamanga, 04 Ihorombe, 01 Atsimo Andrefana, 01 Anosy (Taolagnaro), 01 Menabe, 15 DIANA (Antsiranana I). 16081 no sitrana rehetra, ka mahatratra 96,14% ny taham-pahavoazana hatramin’izay. 373 mbola manaraka fitsaboana, izay manome taha 2,23%. Tsy mbola afaka ny hisioka anefa isika, fa ilaina hatrany ny mailo sy mitandrina. Ny 19 amin’ireo marary no "forme grave" izay niampy anankiray mitaha amin’ny afak’omaly. Ny 10 eto Analamanga, 01 Vakinankaratra, 04 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), 04 Atsimo Andrefana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mpilalaon’ny Barea tsy tonga Hita ihany ilay fahabangana

Na dia azo lazaina ho azo hitarafana ny mety hoavin’ny ekipam-pirenena malagasin’ny baolina kitra aza ireo lalao fitsapana miisa 2 vita hatreto dia hita ihany ny fahabangan’ireo mpilalao tsy tonga niatrika ireo fampivondronana in-droa miantoana tany Luxembourg ny 9 oktobra teo sy omaly 12 oktobra tatsy Maraoka.

 

 Saika nanamarina izany ny ankamaroan’ireo mpankafy ary azo lazaina ho lojika ihany satria saika toerana tsy misy mahasolo hatreto ny ankamaroany. Mpanafika sy mpandrindra lalao i Carolus Andrea na Carolus Andriamahitsinoro. Sady irakiraka mpiaro eo afovoan’ny kianja I Ibrahim Amada no mpanavotra baolina ihany koa na hoe “milieu défensif et Récupérateur”. Manampy azy ao amin’izay fifehezana ny toeran’ny “milieu défensif" izay moa i Rakapy, Abel Anicet. Aty amin’ny elatra havia sy havanan’ny kianja kosa no misy an’i Jerome Mombris sy Romain Metanire ary ity vodilaharana amin’ny elatra havanana voalaza farany teo ity no tena niharihary ny tsy fisiany tao afara tao omaly. Ankoatry ny fametrahan-drizareo amerikanina ny maha “The machine” azy noho ny angovo sy hazakazany mampitolagaga dia tsy nahitana tolo-davitra na “centrage” fanaony mihitsy koa ny lalao nifanandrinan’ny Barea tamin’ny Burkinabe omaly.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiaro ny zon’ny mpanjifaMikaroka vahaolana momba ny faktioran’ny JIRAMA

Misy tokantrano efa nahazo sahady ilay faktioran’ny JIRAMA nandritra ny fihibohana tsy voaloa eto an-drenivohitra.

 Raha araka ny fantatra dia tena midangana tokoa izany faktioran-jiro izany na dia mbola amin’ny taona vaovao 2021 aza ny tokony handoavana azy. Manoloana izany dia fantatra fa hifampiresaka mivantana amin’ny JIRAMA ny fikambanana miaro ny zon’ny mpanjifa na dia efa manana solontena ao anatin’izany aza izy ireo. Hangataka hiditra eny anivon’ny Ministera tsirairay avy ihany koa ny fikambanana mpiaro ny zon’ny mpanjifa hanitsiana ny tsy mety sy hialana amin’ny gaboraraka manomboka izao. Anisan’izany ny Ministeran’ny varotra sy fanjifana izay misahana manokana ny fiakaran’ny vidin’entana eto amintsika. Tena miaka-bidy tokoa mantsy ireo kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro eto amintsika hoy izy ireo na dia mbola ao anatin’ny fahamehana ara-pahasalamana aza isika ka mila tsy ho zakan’ny vahoaka intsony. Nasian’izy ireo resaka ihany koa ny mikasika ny fitanteram-bahoaka izay nahafatesan’olona maromaro tato ho ato. Tokony handray fepetra hentitra ny mpitandro ny filaminana sy ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety hoy Atoa Henrie Lenou, mpitarika ny Garduc Madagascar. Aiza ny fampiharana ny lalana mifehy ny fifamoivoizana ho an’ny rehetra hoy hatrany izy, fa toa manao izay tiany hatao avokoa ny rehetra ? Hihaona mivantana amin’ny praiministra moa izy ireo hanolotra izany soso-keviny ho fanajana ny zon’ny mpanjifa eto amintsika izany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny tsy fanjariantsakafo any Atsimo Niampy 30 mianadahy indray ireo dokotera sy paramed

Raha miisa 50 ireo ekipa efa nalefan’ny Ministeran’ny Fahasalamam-bahoaka hiasa sy handray an-tanana ireo olona tratran’ny tsy fanjariantsakafo any amin’ny faritra Atsimo vokatry ny kere 10 andro lasa izay dia nampiana 30 mianadahy vaovao indray izany.

Afak’omaly alahady izy ireo no niala teto an-tanindrazana ahitana dokotera 15 sy paramedy 15, handondona isam-baravarana hijery ny fahasalaman’ny mponina. Faritra dimy no fantatra fa hiasan’izy ireo dia ny distrikan’ Ampanihy , Tsihombe, Beloha, Ambovombe ary Amboasary Atsimo. Haharitra 21 andro ny dian’izy ireo any an-toerana, eo ambany fanaraha-mason’ireo tale miisa 5. Tonga nitso-drano sy nametrapetraka ny asa hotanterahin’izy 30 mianadahy ireto teny amin’ny HJRA Ampefiloha toerana niaingany moa ny Minisitry ny Fahasalamam-bahoaka Rakotovao Jean Louis ny faran’ny herinandro teo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AmbohidrapetoNampiana 2 ireo sinibe mpamatsy rano

Betsaka ireo faritra sahirana ara-drano amin’izao fiandohan’ny vanim-potoanan’ny lohataona izao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vola fisotroan-drononoEfa nanomboka ny fizarana

Somary lasa aloha ny fandoavana ny fisotroan-dronona tamin’ity volana oktobra ity. Nanomboka omaly alatsinainy 12 oktobra 2020 ny andro voalohan'ny fizarana amin'ity volana oktobra ity.

 

 Natomboka tamin’ny laharana miafara amin’ny 0-1-2 ny omaly, ary ho an’ireo miafara amin’ny 3-4-5 kosa ny anio; ho an’ireo 6-7-8 rahampitso alarobia 14 oktobra. Ny alakamisy 15 oktobra kosa ho an’ireo miafara amin’ny 9-A-B-C. Ireo mitondra “procuration” sy ireo taraiky kosa dia hanomboka ny zoma 16 oktobra. Nomarihin’ny tahirimbolam-panjakana kosa fa fandaminana ho amin’ny dimy andro voalohany andoavana ny “pension” ihany io lamina io, misokatra foana ity sampan-draharaham-panjakana ity, ary afaka alaina ao anatin’ny telo volana amin’izay fotoana mahamety azy ny fisotroan-dronono aorian’ireo daty ireo. Ho an’ny faritra hafa rehetra ny nosy (TG, TP, PP) dia manaraka ny fitsinjarana fa ny daty andoavana azy kosa dia miankina amin’ny fahatongavan’ny “Titre de paiement des pensions” any amin’ny toerana tsirairay.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirabeMamaky trano hatramin’ny zaza tsy ampy taona

Zazalahy miisa efatra, eo anelanelan’ny 16 ka hatramin’ny 20 taona no tra-tehaky ny polisy avy namaky trano tao amin’ny fokontanin’ Ivory Antsirabe.

 Ny 08 oktobra lasa teo no nahatrarana azy ireo tokony ho tamin’ny 02 ora sy sasany maraina nandritra ny fisafoana nataon’ireo polisy miasa any Vakinankaratra. Tsy afa-nitsoaka intsony izy ireo vokatr’izany. Fitaovan-dakozia, entam-barotra, rano fisotro amin’ny tavoahangy sy tavoahangy-na toaka ary akoho maromaro no tratra teny amin’izy ireo. Tsy niandry ela izy telo lahy ireto fa teo noho eo ihany dia nitsotra ny marina ka fantatra fa « épicerie » sy tranon’olon-tsotra no nanaovan’izy ireo izao asa fandrobana izao. Noraisin’ny sampan-draharaha misahana ny zaza tsy ampy taona ao Antsirabe araka izany ny fanadihadiana ireto jiolahy ireto. Nandritra ny fanadihadiana natao tamin’izy ireo no nahafantarana fa misy mpividy entana halatra mampaniraka azy ireo hanao izao asa ratsy izao. Nokarohina ihany koa ity farany ka tratra. Natolotra ny fitsarana ny 09 oktobra teo ka naiditra am-ponja voanjimaika ireo tovolahy ampy taona miisa roa sy ilay mpividy entana halatra. Ilay ankizy roa lahy tsy ampy taona kosa nalefa any amin’ny toerana fanarenana ireo zaza tsy ampy taona nania any an-toerana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tafika an-dranomasinaMiaramila 11 niofana tany ivelany

Nisy ny fiofananana izay nandraisan'ny Tafika an-dRanomasina Malagasy anjara teny anivon'ny sekolin'ny tatsambo miaramila manana ny maha izy azy any ivelany.

 

 Hampiakarana ny fahaizan'izy ireo amin'ny fiatrehana ny ambana maro misy amin'ny vanim-potoana iainanana ankehitriny ary indrindra ny amin'ny fiambenana ny fari-dranomasina Malagasy tanjona tamin'izany, hoy ny eo anivon’ny Fiarovam-pirenena. Manamboninahitra 11 mianadahy izy ireo no nandranto izany fiofanana izany ary efa nigadona eto an-tanindrazana ka nizara izany tamin'ireo tompon'andraikitra eto an-toerana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaTratra ireo mpanafika Cash Point

Lehilahy miisa roa isan’ny tompon’antoka amin’ny resaka fanafihana matetika miseho tao Toamasina no tratra ny 09 oktobra teo.

 

Nandritra ny fisafoana teny amin’ny faritra Tanambao akaikin’ ny tobim-piantsonana no nahatsikaretan’ny mpitandro ny filaminana azy ireo nipetraka teo ambony moto. Vao nahita ireo polisy nanakaiky anefa izy roalahy dia nandositra ka raikitra ihany koa ny fanenjehana ary tsy lavitra teo dia tratra izy ireo. Rehefa nosavaina ireto olon-dratsy ireto dia nahitana basy poleta iray teny amin’izy ireo ka nentina natao fanadihadiana tany amin’ny birao avy hatrany. Fantatra nandritra izany fa anisan’ny tompon’antoka tamin’ny fanafihana « cash point » iray vao tsy ela akory tao Toamasina izy roalahy ireto.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Soavina AtsimondranoRongony 20 gony no nodorana

Rongony miisa 10 gony lehibe, notsinjaraina tanaty gony kely miisa 20 no tra-tehaky ny polisim-pirenena avy ao amin’ny PPA Soavina teny an-toerana omaly Alatsinainy.

 

Ny alahady 04 oktobra teo tokony ho tamin’ny 12 ora alina no nahitan’ny andrimasom-pokonolona manao fisafoana ireo andian’olona nilanja gony miisa roa teny amin’ny vahalava manodidina ny kaominina Soavina hivoaka ho any Anosizato sy ampitatafika iny. Vao nahita ireto andrimasom-pokonolona ireto anefa mpilanja gony dia nanary ny entana nentiny ka lasa nandositra avy hatrany. Nosavaina ireo gony ka fantatra fa rongony no tao anatiny. Niantso polisy avy hatrany ireto farany ka nogiazana tao amin’ny PPA Soavina ireo rongony tratra ireo. Ny talata 06 oktobra tokony ho tamin’ny 04 ora sasany hariva ihany koa dia rongony miisa 08 gony lehibe indray no tra-tehaky ny sefom-pokontany eny Soavina sy ny andrimasom-pokonolona teny amin’ny manodidina ny toerana nahatrarana ireo roa gony ihany koa. Nogiazana avy hatrany koa ireo rongony ireo. Rehefa nozahana ny gony lehibe tsirairay dia nahitana gony kely 02 avy tao anatiny. Rehefa hatontaly izany dia rongony miisa 20 gony kely no tra-tehaka teny Soavina. Mbola mitohy hatrany ny fikarohana ny tompon’ireo rongony ireo. Omaly Alatsinainy no notanterahina teo amin’ny tany malalaka manodidina ny PPA Soavina ny fandorana ireo rongony ireo. Teo anatrehan’ny tompon’andraikitra avy ao amin’ny Fitsarana, sy ny solontenan’ireo olom-boafidy teny an-toerana no nanatanterahana izany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olona sitrana tao amin’ny FITRAMANankasitraka an’i Jean Nirina R

Sitrana avokoa ny ankamaroan’ireo marary nandalo sy nitsabo tena tao amin’ny orinasa Mpitsabo Malagasy FI.TRA.MA raha araka ny fanazavan-dRafanomezantsoa Jean Nirina omaly, tale jeneralin’ny orinasa.

 

Tera-tany Malagasy iray monina any ivelany tratry ny aretina diabeta, voan’ny coronavirus no sady niakatra tosi-dra tonga nitsabo tena teto Madagasikara ary nahazo fahasoavana tamin’ny orinasa no tonga nanolotra fanomezana ho azy omaly maraina. Nisy havan’io olona io voan’ny coronavirus ihany koa tany La Frantsa raha araka ny fantatra mbola notsaboin’ny FI.TRA.MA tamin’ny alalan’ny elanelan-tany ary dia sitrana soamantsara ihany koa. Nanova ny fomba fijerin’ny mpiara-belona ny fitsaboana Malagasy ireny rehetra ireny hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina, indrindra taorian’ny antso avo nataon’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina. Na izany aza anefa hoy izy dia misy zavatra tokony hahitsy. Tokony alana ihany koa hoy izy ireo karazana sakana tsy hahafahana manandratra sy mampahafantatra ny vita Malagasy amin’ny alalan’ny serasera. Tsiahivina moa fa ankoatra ireo faritra marobe izay efa ahitana ny orinasa Mpitsabo Malagasy FI.TRA.MA dia hahazo tombontsoa manokana amin’izany ihany koa ny any amin’ny distrikan’i Sambava, Antsohihy, Mananjary, Manakara…Tantara iray tsy azo kosehina eto amin’ny firenena ny fanomezan-danja ny vita Malagasy sy ny famerenana izany ao am-pon’ny mpiray Tanindrazana hoy hatrany Rafanomezantsoa Jean Nirina.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa sekoly nomerikaSekoly 20 vatsiana tablettes, vidéoprojecteurs,…

Sekoly 20 indray no hisitraka ny tetikasa “Ecole numérique” iarahan’ny Ministeran’ny Fanabeazana amin’ny Orange solidarité amin’ity taom-pianarana 2020-2021 ity.

 

 Hahazo « kits numériques » izay ahitana « tablettes » 50, « casques » 50 , « serveurs Raspberry » miisa 2, « vidéoprojecteur » iray miaraka amin’ny « écran », « Powerbank » ary ny kojakoja mifandraika amin’ireo fitaovana ireo ny sekoly tsirairay voakasiky ny tetikasa manerana ny Nosy. Efa misy boky 2500 miaty lesona hampidirina ao anatin’ireo « tablettes » ireo mba hahafahana manatsara ny fari-pahaizan’ireo mpianatra amin’ny ambaratonga fototra sy faharoa. Tanjona ny hampiakarana ny fari-pahaizan’ny zaza malagasy amin’ny fampiasana ny teknolojia vaovao, amin’ny famakiana boky betsaka indrindra mba hahafahan’izy ireo mampivelatra kokoa ny fomba fisainana hoy ny Minisitry ny Fanabeazam-Pirenena, hoy ny fampitam-baovao. Efa nanomboka tamin’ny taona 2014 ny tetikasa « école numérique » teto Madagasikara ary mahatratra 136 ireo sekoly efa nisitraka izany raha 6000 ireo « tablettes » efa nozaraina. Vita omaly teto Anosy ny fifanaovan-tsoniam-piarahamiasa teo amin’ny roa tonta ho fanohizana ny tetikasa, izay nataon-dRamatoa Josie Randriambelo filohan’ny Orange Solidarité Madagascar tena sy ny Minisitra Sahondrarimalala Marie Michelle.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Taxi be - Zotra 154Misy amin’ny 4 sasany hariva dia efa mijanona

Mikaikaika fatratra ireo mpanjifa ny zotram-pitaterana 154 izay miainga etsy Amboditsiry satria dia manodidina ny amin’ny 4 ora sasany hariva eo dia efa mijanona tsy mitondra mpandeha intsony ity zotra maro lalana ity.

 

Misy amin’izy ireo moa ny mihazo an’Avaradoha, Ankadimbahoaka hatrany Tanjombato. Ny sasany mizotra any Analakely sy Fasan’ny Karana any, arakaraky ny takelaka eo aloha eo na 154 B na C. Raha samy fiara fitateram-bahoaka eny amin’ity faritra ity dia ity zotra ity no saika ahenoana fitarainana efa ho isan’andro avy amin’ireo mpanjifa, indrindra, tao anatin’izao ahamehana izao noho io fanaovany izay saim-patany io. Ny tsy fampiasana ireo akora fanasan-tanana tokony hisitrahan’ny mpanjifa noho ny toe-draharaha misy moa efa tsy hita intsony izay ilazana azy fa na ianao mangataka vao mahazo na tena tsy ahitana mihitsy ao.

Tia Tanindranaza0 partages

Misy fetra

Misy fetra ary tsy misy natao haharitra avokoa ny zava-drehetra hary eto amin’ity tany fandalovana ity.

 

 Na ny tany aza mety ho rava, hoy ny finoana maro. Ny mahery tsy maody tsy ela velona, hoy ny fahendrena Malagasy, ary tsy fomba fijery tongatonga ho azy akory ireny rehetra ireny fa vokatry ny traikefan’ireo Ntaolon-drazantsika. Vazivazy fandre tato anatin’ny 10 taona moa ary heno matetika indray izy tato ho ato hoe maninona ny fiantsoana ny filoham-pirenena Malagasy raha avadika ho amperora satria ny fiantsoana ireo lehiben’ny faritra efa nosoloina ho governora? Maninona ihany koa ity fifidianana loholona izay hita ho manana endrika mandeha ila ity raha hajanona avy hatrany fa tonga dia tendrena ireo tian’izao fitondrana izao hiakatra ao amin’ny lapa maitson’Anosikely ao? Vazivazy zaritenany mety mifono zavatra maro, araky ny fanahian’ireo mpamakafaka sasany hivadika ho fitraorana faobe izany. Tsy kolontsaina Malagasy rahateo, raha ny fahitan’ireo mpandinika azy ilay hoe manaiky matoa tsy miteny. Ny toetrany dia tena mifanohitra amin’izany ary izay mpitondra tsy nahay namindra teto dia niaraha-natsiaro fa niharan’ny atao hoe “tsy maintsy mipoaka ny sarom-bilany”. Na eo amin’ny tantaran’izao tontolo izao koa aza dia mahalala tsara ireo maharaka ny tantara fa mpanjaka no niongana voalohany teto amin’ity tany ity ka nahafahan’ny tandrefana nanaparitaka manerana izao tontolo izao ny atao hoe demokrasia. Efa nisy izany hoe filoham-pirenena izany mihitsy aza tany Zaira tany no niofo ho amperora saingy nalaza ho vitan-dry “renimalala” ihany no nanala azy tamin’ny toerana rehefa niakatra teo amin’ny fitondrana frantsay, ny filoham-pirenena, François Mitterrand. Entina ilazana izany rehetra izany fa tsy nisy soa nentin’ireny rehetra ireny saingy raha ny zava-misy eto amin’ny firenena manomboka any amin’ny tontolo politika ka hatrany amin’ny serasera ankehitriny anefa dia mampanahy ihany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Lalaom-pirahalahianaMadagascar 1 – 2 Burkina Faso

Toy ny efa hita tany amin’ny lalao fitsapana nialohan’ny niatrehana ny CAN 2019 izay matetika nizakan’ny ekipam-pirenena Malagasin’ny baolina kitra

 

faharesena nanoloana ireo ekipam-pirenena hafa nifampitsapa taminy dia niondrika tamin’isa 2 noho 1 nanoloana ny Etalon’i Burkina faso omaly ny Barean’i Madagasikara. Baolina tafiditr’i Bertrand Traoré teo amin’ny minitra faha 33 no nanokatra ny isa ho an-dry zareo Burkina be. Nanasahala ny isa kosa isika Malagasy taty amin’ny minitra faha 44 tamin’ny alalan’ny penalty notsarain’I Marco Ilaimaharitra nanoloana ilay mpiandry tsatokazo iray klioba aminy ao amin’ny Royal Charleroi, Kofi. Nanampy ny isa ho 2 ho an-drizareo Burkinabe avy eo taty amin’ny minitra faha 66 I Éric Traoré. Amin’ny ankapobeny dia hita ho manomboka miseho ny mety ho endrikendriky ny 11 voalohany hiatrika ny elefantan’i Cote d’Ivoire ny 9 sy 17 novambra izao. Hita ho efa miha mipetraka ihany koa ny fahaiza-miarak’ireo mpilalao tahaka ny fiaraha-miasan’i Hakim Abdallah sy Voavy Paulin nahazoantsika ilay Penalty, ohatra. Hita ho mahay miaraka tsara ihany koa ao amin’ny elatra havia sy afovoan’ny kianja ao ireo Barea vaovao toa an’i Hery Bastien sy Silvio Oassiero. Raha ny tombatombana, araka izany, dia fanomezana sehatra misimisy kokoa ireo mpilalao vaovao no mety ho lojikan’izao ekipam-pirenentsika izao.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Alan’i Mikea ao ToliaraMisy mandoro sy mitrandraka tsy miato

Misy mitrandraka tsy miato ny alan’i Mikea ao amin’ny kaominina ambanivohitra Manombo Atsimo, distrikan’i Toliara II mba hanaovana harina fandrehitra na saribao.

 

 Isaky ny 20 metatra raha araka ny loharanom-baovao azo dia misy lafaoro na toerana fanamboarana saribao amin’ny alalan’ireo ala arovana ao an-toerana. Handray fepetra hentitra araka izany ny ireo tompon’andraikitra misahana ny fiarovana ny tontolo iainana any an-toerana sy ny kaominina Manombo ary ny mpitandro ny filaminana. Ankoatra ny fikarohana ireo mpitandraka tsy ara-dalana manao ny hataony isan’andro dia mbola tadiavina ihany koa ny tompon’ireo saribao 147 gony avy namboarina tratra tao amin’ity ala arovana ity niaraka tamin’ny vatan-kazo maromaro. Raha araka ny fantatra moa dia misy mandoro ihany koa ny tanety ao amin’ny alan’i Mikea ka ahiana handripaka ireo karazan-kazo maro isan-tsokajiny ao an-toerana izany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Herinaratra tsy ampy lavaVahaolana ny fitrandrahana solila mavesatra

Tao anaty herinandro maromaro dia niaina fahoriana ny mpanjifan’ny Jirama. Efa saika isan’ora dia tapaka hatrany ny herinaratra ary maharitra vao miverina, indrindra aza 24ora ny fahatapahana.

Maivana ny famatsiana herinaratra eto Madagasikara, eo amin` ny 16% izao ny mponina mahazo izany manerana ny nosy. Tsy ampy betsaka ny herinaratra vokarin` ny JIRAMA, 570 MW ka ny 60% amin`izany mandeha amin` ny solika, 40% kosa avy amin` ny rano. Araka ny tatitra “Doing Business 2018” efa nataon` ny Banky iraisam-pirenena dia laharana faha- 184 I Madagasikara amina firenena 190 eo amin`ny fahazoan` ny mponina herinaratra. Ny fitondram-panjakana moa dia miroso amin`ny fitrandrahana ny herin` ny masoandro. Madagasikara rahateo dia tsara toerana amin`ny masoandro. Tanjona dia ahafahana mamatsy herinaratra ny tokantrano Malagasy 70% mialoha ny taona 2030. Mandrapahatonga an`izany anefa dia hibaby ny fahatapahana herinaratra sy ny fahalafosany ve ny Malagasy? Nandritra ny fihaonana teo amin` i Akinwu Adesina, Filohan'ny Banky Afrikana ho an`ny Fampandrosoana (BAD) sy ny filoha Rajoelina, ny taona 2019, dia nanambara ity farany fa hanafatra menaka mavesatra avy any ivelany satria mitombo efatra avo heny ny vidin`ny herinaratra eto Madagasikara mihaotra an`i Eoropa. “Izany no hampihena 30% ny saram-pamokarana satria 240 000 litatra isan` andro na kamion 10 noho ilaina hampiodinana ny tobim-pamokarana herinaratra eny Ambohimanambola”. Ny any amin` ny faritra maro moa dia vokarina amin` ny solika ny herinaratra ka miteraka olana ahafa noho ny fahalafosan` ny vidin-tsolika ny fahanteran` ny milina tsy ampy fikojakojana. Na dia izany anefa, isika manana ny orinasa Mada Oil any Tsimororo. Efa nisy ny andrana natao araka izany niarahana tamin`ny orinasa Symbion Power izay mpiara-miombon’antoka amin’ny Jirama amin’ny famokarana ao Mandroseza. Ny JIRAMA dia mila 2 000 barila an`izany ``fuel`` izany kanefa Madagascar Oil dia efa manana tahirin-tsolika mavesatra izay mahatratra 160 000 barila afaka manodina ny milina mamokatra 40MW eny Mandroseza ao anatin’ny 6 volana. Ankoatra ny vahaolana ho an`ny herinaratra dia hampitombo ny sehatrasa samihafa izany fitrandrahana izany. Manankarena tokoa i Madagasikara ka mba rahoviana ny Malagasy vao mba afaka hioty ny harena maro eto amin`ny taniny?

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra AndroyHahazo rotsak’orana ampy

Hahazo rotsak’orana ampy ary mety ho betsaka mihoatra ny mahazatra isam-bolana aza iny faritra Androy iny hatramin’ny volana desambra,

 

 izany hoe mamarana ny taona, raha ny fampitam-baovao avy amin’ny sampana mpamantatra ny toetr’andro. Na dia somary hihena indray aza izany amin’io novambra io dia tsy misy atahorana, hoy ny fanazavana. Hatreto aloha dia mbola mamely any amin’iny faritra atsimo iny ny haintany izay miteraka kere any an-toerana. Isan’ny andraindrain’ireo mponina any an-toerana ankoatry ny fanampiana avy amin’ireo malalatanana sy ny mpitondra, araka izany, izay fihavian’ny rotsak’orana ampy izay.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny kolikolyNahazo mpitsara roa vaovao i Mahajanga

Tontonsa omalyy tetsy amin’ny Fitsarana an-tampony ny lanonam-pitsarana manetriketrika nanaovana ny fianianan’ny lehiben’ny Tendro iraisan’ny sampan-draharaha miady amin’ny kolikoly (PAC) ao Mahajanga.

 

 Araka ny didim-panjakana laharana faha 2020/647 dia Ramatoa Rakotomahazo Patricia no voatendry ho lehiben’ny mpitsara mpamoaka didy eo anivon’ny Fitsarana ambaratonga faharoa miady amin’ny kolikoly ao Mahajanga. Araka ny didim-panjakana laharana faha 2020/648 dia Ramatoa Ranorine no lehiben’ny mpitsara mpampanoa lalàna eo anivon’ny Fitsarana ambaratonga faharoa miady amin’ny kolikoly ao Mahajanga. Manana traikefa ary mpitsara efa nitazona andraikitra maro eo anivon’ny tontolon’ny fitsarana eto Madagasikara izy roa vavy ireto. Samy nianiana teo imason’ny olo-manan-kaja sy tompon’andraikim-panjakana maro tonga nanotrona izy ireo fa hitsara amin’ny hitsiny sy ny rariny, hitandro ny fahamarinana sy ny tsiambaratelon’ny diniky ny fitsarana. Nandritra ity lanonam-pitsarana manetriketrika ity dia nomarihin’ny Filoha voalohan’ny fitsarana an-tampony (PPCS) sy ny Tonia mpampanoa ambony eo anivon’ny Fitsarana an-tampony (PGCS) fa efa mizotra ny ezaka sy ady atao amin’ny kolikoly eo anivon’ny fitsarana. Marihina moa fa araka ny lalàna, dia hotontosaina afaka andro vitsivitsy ny fametrahana amin’ny fomba ofisialy an’ireto lehiben’ny PAC Mahajanga any amin’ny toeram-piasany amin’izao andraikitra vaovao ho sahaniny izao. solotenam-panjakana isan-tsokajiny no nanatrika ny lanonana, ka anisan’ny nanome voninahitra izany fotoana izany ny Filohan’ny Antenimierandoholona Rivo Rakotovao, ny Filohan’ny CFM Maka Alphonse,…

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin`ny kolikoly Mila finiavana ara-politika goavana

Ny taona 2010, laharana faha-123, salanisa 29,9/100, iMadagasikara amin` ny firenena 178 amin` ny ady amin` ny kolikoly. Ankehitriny, lah.

 

 faha- 158 amin`ny firenena 180, salanisa 24/100, i Madagasikara araka ny maridrefon`ny kolikoly (indice de perception de la corruption) taona 2019. Saika ny ankamaroan` ireo sehatra dia saika hitrangan` ny kolikoly: Tsena-barom-panjakana, harena an-kibon` ny tany, fananan-tany, fitsarana. Ahitana endrika kolikoly maro koa ny raharaham-panjakana.: fampianarana, fangatahana taratasim-panjakana, fitsaboana. Ny taona 2017 dia napetraka ny vaomiera mpanara-maso ny fitantanana. Ny BIANCO moa moa dia nametraka paikadim-pirenena (SNLCC) hiadiana amin` ity aretina iray ity manerana ny nosy. Efa nisy ny fakan-kevitra tamin` ireo fiarahamonim-pirenena, ny sehatra tsy miankina, ny ministera sy ny andrim-panjakana isan-karazany ary ireo mpiara-miombon`antoka mpamatsy vola. Araka izany, tsy tokony ho amin` izao toerana izao isika satria ny rafitra iadiana amin` ny kolikoly efa misy. Aiza izany no tena olana? Anisan`ny mahasarotra ny ady amin`ny kolikoly ny tsy fananana finiavana politika hanao azy fa toy ny mbola mihazohazo hanao, tsy hanao… kanefa mila fahavononana politika hita mivaingana. Maro tsy tambo isaina ny zava-dratsy matetim-pitranga eto amin’ny firenena nefa azo sorohina tsara raha misy ny fandraisana andraikitra. Tena marary ny firenena ary mila fitsaboana maika satria maro ireo karazana loza tafiditra sy mitady handripaka ny vahoaka Malagasy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ministeran’ny serasera sy ny OJMMiitatra ny disadisa sy ny fifandirana

Mitohy sy mihalalina ny lonilony eo amin’ny Minisiteran’ny Serasera sy ny Kolontsaina (MSK) andaniny, ary ny Holafitry ny Mpanao Gazety (OJM) ankilany.

 

 Nilaza ny OJM omaly, fa tandindomin-doza ny fahalalahan’ny asa fanaovan-gazety, tsy takona afenina intsony ny fikasàn’ny fanjakana, avy amin’ny alàlan’ny MSK ny hanao fahirano ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety eto Madagasikara,... Voakasik’izany ny fanomezana karatra maha-matihanina. Raha toa ka mbola nitory teny anivon’ny Filan-kevim-panjakana ny OJM satria tsy nanaja ny didim-pitondrana lah. 24-931 tamin’ny 04 novambra 2019, izay nosoniavin-dRtoa Minisitra ny fametrahana ny vaomiera iraisana mpanome karatra ny mpanao gazety matihanina dia nivoaka hanan-kery ny lalana 2020-006 nanova ny andininy sasany tamin’ny lalana teo aloha 2016-029 ankehitriny, ary dia nataon’ny MSK izay nanovàna avy hatrany ny andinin-dalàna mahakasika ny OJM. Tsy nifanarahana tany amin’ny fakan-kevitra natao isam-paritany nanomboka ny 18 martsa 2019 hatramin’ny aogositra 2019 anefa io fanovana « nasisiky ny minisitera tao anaty lalàna io », hoy ny OJM. Araka ny nifanarahana hatrizay sy tao amin’ny lalàna teo aloha kosa, dia ny OJM no tompon’antoka amin’ny fametrahana ny Kaomisiona manome karatra izay hahafahana miroso amin’ny fifidianana sy handaniana ny birao vaovao, saingy tsy ho afa-mikitika. Milaza fa firenena demokratika sy mandàla ny fahalalahana maneho hevitra, ary koa ny fahalalahan’ny asa fanaovan-gazety sy ny mpanao gazety isika kanefa ny Fanjakana no manome karatra ho an’ny mpanao gazety,…. koa nisafidy am-pahendrena ny hisintaka tanteraka amin’io fanamboarana karatra io ny mpikamban’ny OJM, ary dia avela malalaka ny Fanjakana avy amin’ny MSK ny hanatontosa izany, arak’izay faniriany hatramin’ny nahazoan’ny minisitra ankehitriny ny toerana, hoy ny OJM. Andrasana kosa izay mety ho setriny avy amin’ny MSK.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fandraisana ireo Malagasy nampodianaHotely manodidina ny 50 isa no voaomana

Mbola ao anatin’ny fahamehana ara-pasalamana hatreto isika eto Madagasikara ary toy izany ihany koa amin’ny ankapobeny ireo firenen-kafa maneran-tany.

 

Mikasika ny tohin’ny fandraisana ireo Malagasy nampodiana noho ny fisian’ny fepetra tsy maintsy raisina amin’ny mety hiverenan’ny fipariahan’ny aretina Covid 19 eto Madagasikara indray, noho izany, dia nampita vaovao ny avy eo anivon’ny orinasam-pitaterana ana habakabaka Air Madagascar fa manodidina ny 50 isa eo ireo hotely efa voaomana handraisana ireo mpiray tanindrazana nampodiana ireo mandra-piandrin’ny valim-pitiliana vaovao natao tamina na “contre-test”. Miantso ireo izay voakasik’izay fampodiana izay araka izany ity orinasa ity mba hamandrika mialoha izay hotely safidiany hiandrasany izay valim-pitiliana izay. Eo ihany ny fangatahana amin’ilay hotely ny hikarakarana ny fifindran’izy ireo miainga avy eo amin’ny seranam-piaramanidina hihazo izay trano fandraisam-bahiny izay. Isan’ny fanontaniana lehibe mipetraka kosa ny hoe aiza ho aiza ny fipetraky ny fanampian’ny fitondram-panjakana ao anatin’izany rehetra izany ?

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaovana fihetsika mamoafady Nadoboka any Tsiafahy ilay tovolahy

Any Tsiafahy no niafaran’ilay tovolahy tratra nanolana, nanao fanararaotana ara-nofo sy ara-tsaina ary nanaparitaka izany tao amin'ny tambajotran-tserasera Facebook,

 

kaonty Lee Stuvene Landot Craya’, taorian’ny fanadihadiana nataon'ny sampana miady amin'ny fandikan-dalàna ana habaka na « cybercriminalité » an'ny Zandarimaria, ka natolotra ny fampanoavana eto Antananarivo omaly, hoy ny fampitam-baovaon’ity sampana ity. Niaiky izy fa nanao ireny fihetsika ireny ary nanaparitaka izany tamin'ny Facebook saingy noheveriny fa tsy nisy ny fanolanana. Fantatra fa efa mpifanerasera amin’irony vondrona mpizara horonantsary mamoafady irony izy. Anisan'ny vesatra anenjehana azy, izay voafaritry ny fehezan-dalàna famaizana sy ny lalàna mikasika ny fandikan-dalàna ana habaka ny fanolanana sy fanararaotana ara-nofo zaza tsy ampy taona, famoronana sy fanaparitahana sary mamoafady maneho zaza tsy ampy taona, fanaovana fihetsika mamoafady imasom-bahoaka. Tsy manana rohim-pihavanana amin'ilay zaza ity tovolahy 26 taona ity fa mpifanolo-bodirindrina aminy. Manaraka fitsaboana sahaza azy ilay zaza, araka ny toromariky ny mpitsabo. Raha tsiahivina dia ny 9 oktobra 2020 izy no voasambotra noho ny fiaraha-mientan'ireo sampan'asa maro eo anivon'ny Zandarimaria sy ny fanomezam-baovao avy tamin'olona tsara sitrapo, hoy hatrany ny fanampim-panazavana. Raha ny fandikan-dalàna ana habaka fotsiny dia 2 hatramin’ny 5 taona an-tranomaizina miampy lamandy 2.000.000 Ariary hatramin’ny 10.000.000 Ariary no sazy miandry ny mpandika lalàna toa azy. Ny sazy amin’ny fanolanana sy fanararaotana ara-nofo zaza tsy ampy taona dia mety hiafara hatramin’ny asa an-terivozona mandra-pahafaty, hoy hatrany ny fanamarihana. Niantso ireo ray aman-dreny mba hanara-maso ny zaza tsy ho tra-doza toa ireny moa ny zandarimaria.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fisolokiana sy hosokaKarohina ny mpitantana ny Vaniala Export

Namoahan’ny Polisim-pirenena didy fampisamborana I Tilahy Fabio Marie Grazia lehilahy Mpitantana ny orinasa VANIALA EXPORT sy Mpanondrana lavanila. Fisolokiana, fampiasana hosoka (Abus de confiance, escroquerie, et faux et usage de faux)

 

 no antony hanenjeana azy. Nanome toromarika Service Central des Investigations Economiques et Financières Anosy mba hiantsoana ny 034 14 522 18 na ny 033 12 125 87 na ny 033 24 054 15 ho an’izay manana vaovao momba io olona io, izay teny LOT G III 28 Ter Soamanandrariny no voalaza fa toeram-ponenany farany. Nanome toky ny Polisim-pirenena fa tànana ho Tsiambaratelo ny mombamomba ny mpanome vaovao. Nampahafantarina ny rehetra fa izay mampiantrano na mitahiry na manafina olon-dratsy dia naman’ny mpiray tsikombakomba aminy ka tsy maintsy hohenjehana amin’ny lalàna.

VERY NY FITOKISAN’NY OLONA AN’I MADAGASIKARA

Efa lasa anton’asa iray eto Madagasikara ny fisolokiana, fisandohana, fivadiham-pitokisana. Be loatra ireo te hanan-karena tampoka ve sa ahoana ? Tsy mahatanty ny mena miraviravy mihitsy ve sa inona fa maro ny olona natokisana nomena andraikitra lehibe avy eo mivadika? Ny maharatsy ny zavatra tahaka izao dia lasa tsy atokisan'ny mpampiasa vola isika satria saika ahitana toe-javatra tahaka izao, afera maloto, kolikoly avo lenta, fanodinam-bola,… na ny sehatra miankina na ny tsy miankina amin’ny fanjakana. Izay ihany koa angamba no ts mampisy tetikasa goavana na “Projets de grands investissements” eto. kapotsaka loatra ny Malagasy dia mionona amin’ny resaka 500, 300 tapitrisa dolara. Tsy mba misy mihitsy hoe io orinasa goavana hampiasa 5 miliara mandritra ny 5 taona ohatra, tsy atokisan’olona na ny mpitondra na ny mpiasa.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Rodoben’ny mpanohitra “Namafy izahay fa ny vahoaka mety hijinja”

Naka ny toerana maha mpanohitra azy no anton-dian’ny rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia eto Madagasikara tany amina faritra maro tamin’ny herinandro, hoy ny tatitra fohy nataon’ny talen’ny seraseran’ity vovonana politika ity, Gaby Vakiniadiana, omaly.

 

Nihaino ny feon’ny vahoaka izy ary nijery ny fahoriany. Nampanantena ny RMDM, hoy izy, fa tsy hanaiky ary hilaza ny tsy mety rehetra eto amin’ny firenena. Tonga tany Toamasina izahay nilaza fa ny hanarina ny toekarena izao no tokony imasoana kanefa tany orinasana Malagasy indray no nopotehina. Vahoaka Malagasy no miasa sy mandray vola ao. Namory vahoaka tao amin’ny Magro Toamasina moa izahay ary izahay no namafy fa ny vahoaka no mety hijinja ka hiaraha-mahita eo ny vokany. Manantena izahay, hoy hatrany izy, fa voarain’ny vahoaka ny tianay nambara.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Valifaty politikaZary lasa fomba fanao mahazatra

Efa tandra vadikoditry ny mpitondra nifandimby teto ny fanenjehana ireo olona nitondra teo alohany na ireo tsy mitovy hevitra aminy, hoy ny sekretera jeneralin’ny antoko politika,

 

 Otrikafo, mahita ny fifanenjehana politika miseho lany ankehitriny. mipetra ihany anefa ny fanontaniana hoe tena manana porofo tokoa ve ny mpitondra ankehitriny mahatonga azy ireo manenjina ny tsy mitovy firehana aminy sa sanatria valifaty tsotra izao? Raha fanaovana zavatra tsy mety na fanodikodinana harem-pirenenana no anenjehana olona dia mipetraka ny fanontaniana hoe iza tamin’ny mpitondra nifandimby no tsy nanao izany, hoy izy ? Tena tsara toerana tokoa ve ny mpitondra ankehitriny hanenjika ireo mpitondra teo alohany ? Ny hevitray dia tsotra. Tsy misy firenena handroso raha ny valifaty no atao anton-draharaha fa ny zava-dehibe dia ny fahaizan’ny mpitondra manasongadina ny tsara vitany mihoatra ny vitan’ny teo alohany mba ahafahany manaporofo fa mahavita tsaratsara kokoa mihoatra ny teo alohany izy, hoy hatrany ny Otrikafo. Mpisoloky politika foana hatramin’izay no betsaka teto kosa, hoy ny mpamakafaka raharaham-pirenena, Dany Rakotoson. Matoa misy ny fanenjehana dia manana dosie izy izay. Tsy madio mangarahara fa nialokaloka tamin’ny andraikitra politika. Azo lazaina ny hoe valifaty politika, hoy izy, fa matoa ianao izay tafiditra anaty araton’ny PAC dia izay no zava-misy. Tadidio fa misy fetrany foana, hoy izy, ny fangalaram-bolam-bahoaka ary mbola ho avy koa ny anjaran’ity fitondrana ity ka tokony ho anatry ny aoriana ny zava-miseho. Efa zary stratejia politika ilay izy, hoy hatrany ny fanazavany. Tetsy ankilany moa ny avy eo anivon’ny komitin’ny fampihavanana Malagasy na CFM dia nilaza fa anjaran’ny fitsarana ny mijery ny mikasika ireny raharaha maha voasaringotra mpitondra teo aloha ireny.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

14 oktobra 2020Andro fiasana soamantsara

Nanamafy omaly ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny asa sy fampananan’asa ary asam-panjakana sy ny lalana sosialy fa andro fiasana soa aman-tsara rahampitso alarobia 14 oktobra 2020.

 

Rehefa nampifandraisina amin’ny zava-misy ny fanambaran’ny filoham-pirenena, Andry Rajoelina, izay milaza fa tsy ho manetriketrika indray ny fankalazana ity faha 62 taonan’ny repoblika voalohany ity dia notapahan’ity minisitera ity ihany koa fa andro fiasana ihany, araka izany, rahampitso. Tsy tanteraka indray ihany koa araka izany ny fampanantenana nataon’ny filoha ny amin’izay fankalazana amin’ny fomba miavaka ny 14 oktobra amin’ity taona ity izay. Raha tsiahivina moa dia noho ny tsy fahafahana nankalaza ny 26 jona toy ny isan-taona no anton’ny fikasana nankalazana tamin’ny fomba miavaka ny 14 oktobra, amin’io no hifety ny vahoaka Malagasy hoy ny filoha, saingy ….. Mbola tsy foana hatramin’izao anefa ny fahamehana ara-pahasalamana eto Madagasikara izay maro no mametraka fanontaniana ny amin’ny antony tsy hahasahian’ny fitondram-panjakana manala azy io ka manazatra ny olom-pirenena hiaina miaraka amin’izay toy ireo misy any amin’ny firenen-kafa.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana loholona Raharahan-tokantranon’ny samy mpitondra

Nifarana omaly 12 oktobra ny fandrotsahana ny dosie ho an’ireo kandida ho loholona.

Raharahan-tokantranon’ny samy mpitondra amin’ny ankampobeny. Misy ny faritra tsy misy mpilatsaka afatsy lisitra tokana dia ny vovonana TGV-MAPAR na IRMAR tsy hay intsony izay anarana iantsoana azy, raha ny tatitra vonjimaika. Isan’izany ny any Mahajanga, Fianarantsoa, Toliara, Antsiranana, raha tsy hoe nisy lisitra mpifaninana tonga tamin’ny ora farany, ka iandrasana ny tatitra ofisialy. Ny eto Antananarivo sy Toamasina kosa dia samy manana ny kandidany ny TGV-MAPAR na IRMAR ary manana ny azy ny Malagasy Miara-Miainga na ny MMM. Mitarika ny vovonana IRMAR eto Antananarivo ny Sekretera Jeneralin’ny Minisiteran’ny fanabeazana Herimanana Razafimahefa sy Sylvain Rabetsaroana, ampian-dry Pierre Houlder. Ho an’ny MMM kosa dia Mitarika ny lisitra i Andrianantenaina Michel Rakotondrainibe, Bernard Anselme Ravelonjato. Na endrika hanehoana fa misokatra sy tsy mandeha ila ny fifidianana, ka tsy maintsy manao sinema politika, na koa efa tandindon’ny fisaraham-bazana sy fisarahan-dia amin’ny 2023.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Filankevitra Monisipaly - AntananarivoNitsivalanan’ny Prefe ny fanonganana ny birao

Ny Mpanolotsaina Monisipaly TIM no nametraka sy nangataka ny hampidirana tao anatin’ny lahadinika ny fanalana ny mpikamban’ny Birao Maharitra

 

mandritra ny fivoriana tsy ara-potoana, hoy ny Jeneraly Ravelonarivo Angelo Christian Prefen’Antananarivo. Miisa 28 amin’ny 54 anefa raha ny tena marina no nanao io fangatahana io. Rehefa nodinihina dia tsy ara-dalàna, ka izay no tsy nampidiranay azy ho lahadinika. Ny andininy faha-77 tapany faharoa amin’ny fitsipika anatiny dia mazava, fa rehefa lany ny Filankevitra dia mandritra ny fe-potoana iasana izy no filoha. Ny fialany sy ny fanalana azy dia voafaritry ny andininy faha-107, ka na maty, mametra-pialana, na voamarina ny fahabangan-toerany, na fanonganana “déchéance”, hoy ity Prefe ity. Ny “déchéance” dia voafaritra ao amin’ny andininy faha-258, izay voalazan’ny andininy faha-69 ihany koa hoe hadisoana goavana sy fanamelohana raikitra ara-pitsarana, ary faharoa dia ny tsy fampitana ny fanapahan-kevitra “délibération” halefa hodinihina na mifanaraka amin’ny lalàna na tsia no hadisoana goavana hahafahana manala ny PCM. Rehefa nodinihinay dia tsy marina daholo no voalazan’ireo mpanolontsaina. Marina fa misy hadisoana nataon’ny PCM, fa kosa rah any lalàna dia tsy hadisoana goavana ilay izy, ka izay no tsy nanekenay ny lahadinika mikasika ny fanalana ny PCM sy ny Birao maharitra, hoy ny Prefe eto Antananarivo.

RESY HATRANY NY MARO AN’ISA

Ny 9 oktobra teo, dia efa noresen’ny Filankevi-panjakana ny Fitoriana nataon’ny Komba ahitana an’i Toavina Ralambomahy sy Hilda Hasinjo Ravelonahiana nangataka ny hanafoanana sy hampiatoana ny fivoriana tsy ara-potoana ny 9-13 oktobra noho ny tsy fampidirana ny lahadinika natolotra. Nambara fa ny PCM no manapaka ny lahadinika, ka afaka mifidy izy na hampiditra na tsia izay lahadinika hatolotra azy. Nilaza ny hampiakatra ny Komba. Ny Mpanolotsaina maro an’isa 28 no nangataka io lahadinika io, saingy resy toy ny tamin’ny sakoroka nandaniana ny tetibola. Hafakely ny eto amintsika!

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Marc Ravalomanana6 taona izay ilay fiverenana feno mistery

13 oktobra 2014-13 oktobra 2020, feno 6 taona katroka anio ny nipotran’i Marc Ravalomanana teny amin’ny trano fonenany teny Faravohitra nilazany fahatongavany indray an-tanindrazana, rehefa voatery nitsoaka an’i Madagasikara ny martsa 2009 nisian’ny fanonganam-panjakana notarihin’ny Filoha ankehitriny Andry Rajoelina izy.

 

 Mbola baraingo sy feno misitery mandrak’androany ny fomba nahafahany niala teto Madagasikara sy ny nahafahany ihany koa niditra teto.Ny fantatra fotsiny dia mbola tao Iavoloha izy ny 16 sy ny 17 martsa 2009, efa tsy nisy elikoptera intsony tao tamin’ireo daty ireo.Tany Swaziland sy Afrika atsimo no nialokaloka i Marc Ravalomanana sy ny fianakaviany, ary avy any Afrika Atsimo indray izy no nianga ka tonga teto Madagasikara.Efa eto aho izao fa aza anontaniana hoe ahoana no nahatongavako teto hoy i Marc Ravaloamana teny Farvohitra ny marainan’ny 13 oktobra 2014.Ny atoandron’io ihany mo aizy dia nosamborina sy nogadraina tany Antsiranana. Ny tsikaritra hatreto dia tsy mbola milamina ny fifandraisan’i Marc Ravalomanana sy Andry Rajoelina.

NY TAORIAN-DRAVALOMANANA

 Taham-piakaran’ny toekarena na “taux de croissance” 7,1% sy ny tahirim-bola vahiny manodidina ny 2 miliara dolara no tao amin’ny Banky Foiben’i Madagasikara nialohan’ny nionganan-dRavalomanana ny 2009. Laharana faha-123 amin’ny 188 isika tamin’ny resaka fahantrana ny taona 2008, ary faha-85 tamin’ny ady amin’ny kolikoly. Lasa faha-151 sy faha-133 kolikoly ny taona 2009-2014. Faha 185 amin’ny 188 mahantra indrindra ary 158 amin’ny resaka ady amin’ny kolikoly aty amin’ny 2019-2020. Marina fa mahatsapa ho miezaka sy tena manao angamba ny Filoha ankehitriny sy ny ekipany, fa raha refesina amin’ny lafiny sosialy sy toekarena, dia nitsotsorika foana ny fiainan-dRamalagasy taorian’ny fandraisan-dRajoelina ny fitantanana ny firenena in-droa nisesy dia ny 2009 sy 2018. Ny 2018, dia mbola Ravalomanana no mpifanandrina tamin’ny fifidianana, ary nilefitra. Niala teo Atoa Hery Rajaonarimampianina 5,2% ny fiakaran’ny toekarena, kanefa -1,2% kosa ankehitriny. Tsy afaka hialana bala ny coronavirus satria ity fitondrana ity dia nolazaina fa efa niomana 4 taona, efa naseho ny IEM sy ny mpamatsy vola. "Hatramin’izao 0 ariary, 1 miliara dolara ny hetra miditra aminao, kanefa ny tetikasa avoakanao 35 miliara miliara dolara, ka na zazakely T3 aza ve tsy mahatakatra hoe tsy “possible” izany? hoy ny mpanao politika iray nanohana ny Filoha Rajoelina teo aloha.

Toky R

La Vérité0 partages

14 octobre - La vraie fête nationale de Madagascar

D’emblée, l’article intitulé « La proclamation de la République malgache : transmission de l’Etat et malentendus fondateurs » de Galibert Didier, un chercheur à l’université de La Réunion, publié chez Persée en 2008 propose un éclairage intéressant. « Demain, vous serez à nouveau un Etat, comme vous l’étiez lorsque ce palais était habité [...]’ : lancée par le Général de Gaulle dans son discours du 22 août 1958 prononcé au pied du Palais de la reine, à Antananarivo, cette affirmation résume l’ambiguïté fondatrice de l’année 1958 à Madagascar », note l’auteur en guise de phrase introductive.

 

Dans sa note explicative, Didier rappelle que le 8 août 1958, le Général de Gaulle informe les membres du comité consultatif constitutionnel de son intention d’attribuer une finalité spécifique au référendum du 28 septembre dans les ex-colonies, devenues Territoires d’outre-mer : il s’agira d’opter pour une indépendance immédiate ou pour le maintien d’une formule d’association, dont le contenu reste à définir.

Le terme « communauté » est utilisé par le Chef de l’Etat dans le discours prononcé le 21 août 1958 lors de l’escale de Fort-Lamy, au début de la tournée-éclair effectuée du 20 au 26 août à Madagascar et en Afrique. Il est évoqué dans ses interventions publiques par Philibert Tsiranana depuis septembre 1957.

Didier dit que la Repoblika malagasy est proclamée par un congrès des assemblées provinciales issues de la loi-cadre tenu dans l’amphithéâtre du lycée Gallieni, à Antananarivo, trois semaines environ après la victoire du « oui » au référendum du 28 septembre 1958.

Lors de ce référendum, le « oui » obtient 77,6 % des votes à l’échelle de la Grande île, contre 50,5 % de « non » pour la province d’Antananarivo et 61,2 % de « non » dans la Commune urbaine du même nom.

Dès le 15 octobre, le haut-commissaire, représentant du Président de la République française, proclame la caducité de la loi d’annexion du 6 août 1896, dans l’esprit d’une application élargie de l’article 76 de la nouvelle Constitution française, lequel permet à un Territoire d’outre-mer de choisir le statut d’Etat membre par un vote de son assemblée territoriale.

Le même jour, ce congrès des députés provinciaux adopte une « loi constitutionnelle n° 1 », dont l’article 4 prévoit l’élection en son sein d’une « Assemblée nationale législative provisoire », dotée par l’article 5 de pouvoirs constituants. Le Conseil de gouvernement, conformément à l’article 6 de la loi constitutionnelle, adopte l’appellation de « Gouvernement provisoire de la République ».

Les institutions se mettent en place rapidement : adoption de la Constitution le 29 avril 1959 et élection présidentielle dès le 1er mai. Elle est assurée par les députés de l’Assemblée constituante. Philibert Tsiranana obtient 100 % des voix dès le premier tour de scrutin. Le premier gouvernement constitutionnel entre en fonction le 14 mai 1959 mais l’indépendance officielle, quant à elle, n’intervient que le 26 juin i960, après la négociation d’accords de coopération.

Selon le chercheur réunionnais, la République malagasy, telle qu’elle est proclamée le 14 octobre à l’issue de la victoire du « oui » au référendum sur la communauté, n’est pas l’héritière historique du royaume de Madagascar. Elle suscite l’hostilité durable des adversaires de « octroyée », regroupés dans un cartel politique dont la plupart des membres constituent dès le 19 octobre 1958 l’AKFM, principal parti d’opposition au pouvoir présidentiel de Philibert Tsiranana.

De fait, le débat sur la légitimité de l’Etat postcolonial n’a jamais cessé, au-delà même du renversement de la Première République, à l’issue des manifestations de mai 1972. Il se cristallise sur la genèse d’un Etat dont les règles sont importées par le colonisateur, mais qui relève les défis d’un élargissement au territoire insulaire et d’une nationalisation de l’autorité.

Le Président Philibert Tsiranana, vice-président du Conseil de gouvernement, élu le 27 mai 1957, puis premier Chef de l’Etat postcolonial, occupe désormais une place établie dans le panthéon des héros de l’Etat-nation.

Manou Razafy

La Vérité0 partages

Affaire de bois de rose - Lutte sans merci entre deux gros opérateurs !

L’enjeu financier de l’affaire est assez énorme. Il est de 1 600 millions d’ariary environ. L’autre fait frappant est que le Tribunal de première instance d’Antananarivo (TPI) traite le cas au lieu et à la place de son homologue d’Antalaha où résident officiellement les deux parties en litige. De fait, l’affaire oppose Christian Claude Bezokiny, un « Karana », et l’ancien député de Madagascar élu à Antalaha Jean-Pierre Laisoa dit Jaovato. La date prévue du verdict de l’audience en appel est pour ce jour, anniversaire du 62e anniversaire de la naissance de la République de Madagascar.

 

Suite à la requête déposée par Christian Claude Bezokiny le 7 août, le Tribunal d’Antananarivo a ordonné la saisie arrêt de tous les comptes bancaires au nom de l’ex- parlementaire jusqu’à concurrence de 1 585 408 000 ariary et la saisie conservatoire de tous les biens meubles et matériels roulants appartenant ou pouvant appartenir à l’intéressé pour avoir sûreté et garantie de sa créance évaluée à la somme citée précédemment.

Aucun droit

Le motif évoqué par le requérant indique des transactions liées aux bois de rose livrés en novembre 2012 et en avril 2013 avec un agrément d’exploitation de bois datant de 2007. Le 21 août, le Karana a été autorisé à pratiquer la saisie arrêt de tous les comptes bancaires et des biens de Jaovato à hauteur de la créance. Mais le requérant devrait faire la signification et en validité de la saisie dans un délai de deux mois.

En date du 17 septembre, dans le délai d’appel imparti Jaovato a eu gain de cause auprès du TPI. En effet, il a obtenu main levée de la saisie conservatoire rendue par l’ordonnance sur requête n° 5 910 du 21 août 2020. Le 30 septembre, le plaignant a interjeté appel en référé pour une audience le 7 octobre. Le verdict sera attendu une semaine plus tard. Entre-temps, Christian Claude Bezokiny n’a aucun droit de saisie des comptes en banque et des biens de Jean-Pierre Laisoa.

L’analyse de l’affaire montre que le créancier, un exportateur de bois, fait valoir ses droits sur la base de plusieurs livraisons des bois de rose en 2012 et en 2013. Jaovato nie ces faits et affirme qu’il n’a jamais fait affaire avec ledit Karana. « Pourquoi va-t-il vendre en local des produits qui coûtent plus chers en international ? » se demande-t-on.

Autorisation préalable

L’ordonnance 2011-001 du 8 août 2011 a formellement interdit la coupe, le transport et la vente des bois de rose quelle qu’en soit la forme. Le plaignant est donc pénalement en infraction. S’il maintient le fait qu’il a livré des bois de rose d’une valeur de 1 600 millions d’ariary, soit l’équivalent de plus de 1 000 rondins ou de plusieurs conteneurs, il doit présenter une facture exacte et non estimée, l’autorisation de transport, la redevance payée à l’Etat, les preuves de transport, les identités des chauffeurs et dockers, ce qui n’est pourtant pas le cas.

Suivant l’ordonnance citée plus haut, tous les opérateurs en bois sont tenus de déclarer les stocks et tout mouvement ou même déplacement d’une seule pièce de bois doit avoir une autorisation préalable de l’Etat. Selon un document officiel consulté, Christian Claude Bezokiny, à l’instar de 100 autres opérateurs, s’est plié à l’exigence de la déclaration le 7 septembre 2011 pour ses 11 971 rondins et 5 028 plaquettes de bois de rose. Jaovato a fait de même le 8 septembre 2011 pour ses 2 023 rondins et 3 282 plaquettes de bois de rose.

Frappés d’interdiction

Le Karana, dans sa requête auprès du 7 août, signe lui-même un aveu formel de trafic de bois de rose alors que tous les agréments de bois ont été renouvelés en 2009.

Son agrément n° 621-07MINENVEF/MI du 11 octobre 2007 est donc nul et non avenu. De ce fait, la vente et le transport de bois de rose en 2012 et en 2013 revendiqués sont passibles d’emprisonnement de 2 à 5 ans selon les dispositions de l’ordonnance de 2011.

Le mois suivant la publication de l’ordonnance, le Karana a fait une déclaration de stock. Mais il a aussi affirmé avoir livré en 2012 et en 2013 des quantités de bois de rose estimées à 1 585 408 000 ariary. Ceci sous-entend que le ministère concerné n’aurait pas eu l’opportunité de vérifier si les stocks appartenant à l’étranger étaient encore là à l’époque. Il est alors curieux de savoir où il a puisé les stocks qu’il prétendait avoir livré à Jaovato alors que la vente et le transport de ces produits étaient frappés d’interdiction.

Anguille sous roche

Il paraît illogique qu’une affaire pénale impliquant deux résidents permanents d’Antalaha soit traitée à Antananarivo. Christian Claude Bezokiny et Jean-Pierre Laisoa habitent sur une même rue dans la ville du Nord. « Pourquoi l’étranger attendait-il 7 ans pour revendiquer son soi-disant dû ? » s’interroge un proche du parlementaire.

L’on ne comprend pas non plus pourquoi une juridiction, qui n’est pas le Tribunal spécial bois de rose, se déclare compétente pour une soi-disant créance issue d’une affaire de trafic de bois de rose. L’agrément d’exploitation est caduc. La vente est formellement interdite et le Tribunal se déclare encore compétent pour juger l’affaire. Seulement un deuxième jugement a invalidé l’ordonnance de saisie en premier ressort. Il y a anguille sous roche. Les organes de lutte contre la corruption comme le BIANCO, le SAMIFIN et les PAC devraient y jeter un œil.

La rédaction

La Vérité0 partages

Développement dans la Région Sofia - L’Etat encourage les initiatives locales

Sitôt revenu de sa tournée dans la Région Vatovavy Fitovinany, le Président Andry Rajoelina est déjà à Antsohihy, capitale de la Région Sofia et terre natale du Président Philibert Tsiranana depuis hier pour la célébration du 62ème anniversaire de la Première République de Madagascar.  Le Chef de l’Etat a profité de ce déplacement pour visiter plusieurs sites qui contribuent à l’émergence de cette Région. Pour commencer, le Chef de l’Etat et les membres du Gouvernement ont effectué une visite au centre de préservation du canard sauvage Fotsimaso, canard plongeur et espèce endémique de Madagascar.

Ce centre contribue à la préservation de la biodiversité nationale en servant de vitrine écologique mais surtout en faisant office de centre d’éducation environnementale pour les jeunes tout en étant un site touristique. Le Président Andry Rajoelina a salué l’initiative des autorités locales pour l’implantation de cette importante infrastructure pour le développement durable et conservation environnementale à Madagascar.

Par la suite, la délégation a visité le site de Sahanala à Antsohihy ou Sahanala ADM Vanilla (SAVAN), en présence des membres du Conseil d’administration de cette coopérative et de nombreux paysans producteurs de vanille partenaires du site. Sahanala ADM Vanilla est spécialisée dans la production et la commercialisation de vanille givrée biologique, qui est dotée du taux de vanilline le plus élevé dans tout Madagascar selon les responsables du site. L’envergure de ce projet s’est exportée à l’étranger puisque que projet a procédé à un joint-venture avec une multinationale américaine qu’est ADM depuis 2015 afin de percer le marché international de la vanille. Cela a permis à Sahanala ADM Vanilla de se doter d’infrastructures aux normes internationales en matière d’hygiène, de santé, de sécurité et environnementales. La firme utilise des technologies avancées afin d’améliorer leur rendement et leur productivité pour être plus compétitive sur le marché de la vanille bio à l’international. L’utilisation des énergies renouvelables vient également renforcer le label d’entreprise écologique pour Sahanala ADM Vanilla. Fonctionnant sur le système de bénéfices partagés, Sahanala est présente actuellement dans 10 Régions de Madagascar, et compte 8 000 membres. Pour le site à Antsohihy, environ 150 à 250 personnes travaillent de près avec la coopérative en haute saison, et ce dernier achète directement de la vanille de très bonne qualité auprès des paysans.

Sahanala s’aligne déjà parmi les grands exportateurs de vanille bio malagasy sur le marché international, notamment aux Etats-Unis et en Europe avec environ 75 tonnes par saison vers le marché américain avec un coût d’environ 250 dollars par kilo. Pour le Président de la République, il a fait part du soutien de l’Etat aux coopératives locales telles que Sahanala qui sont des acteurs clés dans le développement durable. « Sahanala devrait servir de modèle pour les organisations paysannes qui veulent se hisser dans la maitrise et le respect des normes internationales », a souligné le Président.

La Rédaction 

La Vérité0 partages

14 octobre, jour ouvrable !

Le nouveau coronavirus balaie tout. Ayant déferlé une terrible pandémie à l’échelle planétaire, la Covid-19 fait des ravages partout où elle passe. Aucun pays (grands et petits) n’a été épargné. Madagasikara subit en pleine figure les effets dévastateurs de la pandémie. En huit mois de confinement, le pays souffre à terre.  De toute évidence, tous les pays touchés partagent la même galère. En France tout comme aux Etats-Unis, la pandémie de la Covid-19 affecte à mort l’économie. Le secteur du tourisme, en général, et celui du transport, en particulier, s’agenouillent. Des licenciements massifs s’imposent.  Des milliers d’emplois s’évanouissent. Air France et American Airways sont dans la tourmente. Les autres pays se trouvent dans la même galère.

 

Les grands évènements qui ont jalonné l’histoire de Madagasikara ont dû être célébrés en cercle fermé ou plutôt dans l’anonymat pour ne pas dire dans l’indifférence.

Les commémoratives du « Tabataba » du 29 mars 1947 se passaient inaperçues. C’est une date très importante dans le cheminement de la libération de la Grande île du joug du colonialisme. En vérité, les colons en place sous l’ordre de Paris matèrent de la façon la plus cruelle les tentatives de soulèvement. A Moramanga, le lieu historique ayant connu dans la chair et dans le sang la cruauté des méthodes coloniales garde toujours en mémoire la cruauté des vazaha. La tuerie dans le fameux « Wagon Moramanga » en témoigne. Certes, les vazaha ont réussi à mater les soulèvements populaires mais le sang versé portera toujours ses fruits. Il jettera les bases du futur aboutissement de la lutte. Le fait de ne pas pouvoir commémorer une date si importante pour les générations futures porte préjudice au devoir de mémoire d’un pays.

Les célébrations de la Fête nationale du 26 juin 1960, cette année 2020, ont connu le même sort que celles du 29 mars 1947 et pour cause la pandémie du Sars-Cov 2. Pour la première fois durant les soixante ans d’indépendance, le pays se trouve privé de fêter dans la liesse la célébration de retour à la souveraineté nationale. D’autant plus que cette année coïncide avec le soixantième anniversaire de cet évènement historique. Un programme faste et digne a dû être abandonné. Quel dommage ! Pas de grand défilé militaire ! Pas de lampions ! Pas de podium ! Pas de pétards ! Pas de feux d’artifice ! Horreur ! Le Gouvernement a voulu se rattraper en donnant rendez-vous pour le 14 octobre.

Seulement voilà, la pandémie perdure ! La crise sanitaire, bien que le Chef de l’Etat Rajoelina Andry ait bien voulu supprimer le confinement, reste toujours en vigueur sur le territoire national. En dépit de certain relâchement, le geste barrière maintient encore la pression. Par conséquent, il est interdit de faire un quelconque attroupement de plus de 200 personnes. Et voilà, les cérémonies de remplacement, elles aussi, programmées pour le 14 octobre sont compromises.

Finalement et par dépit, le Président l’a annoncé à Taolagnaro que la journée du 14 octobre sera … ouvrable c’est-à-dire non chômée ni fériée, un jour de travail. Le pays va avec la quatorzième quinzaine d’urgence sanitaire due à la Covid-19. Quel gâchis !

En tout et pour tout, l’année 2020 aura été une année « blanche-noire » ou « noire-blanche ».

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Changement climatique - Madagascar, troisième pays le plus vulnérable du monde

L’heure est grave! Dans le cadre de la semaine de la célébration de la Journée mondiale de l’alimentation axée sur le thème « Cultiver, nourrir, préserver, ensemble», il a été annoncé par le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) que Madagascar est désormais le troisième pays le plus vulnérable face au changement climatique du monde, impactant les différents secteurs d’activités, mais plus particulièrement le secteur agricole. Ce classement montre que la situation de l’environnement à Madagascar n’a pas cessé de se dégrader au cours des dernières années.

En 2013, la Grande île n’a même pas figuré dans la liste des dix pays les plus exposés au péril climatique. Il n’est entré dans cette liste qu’à partir de 2017. En cette période, le pays se trouvait à la 7ème position entre la Sierra Leone et le Vietnam. C’est à partir de 2014 que la dégradation des forêts de Madagascar s’est particulièrement intensifiée enregistrant une perte de 417 000 ha. Ces chiffres ont augmenté au fil des années. De ce fait, en 2017 notamment, d’après le Global Forest Watch, Madagascar s’est également classé au 4ème rang, dans le classement en termes de déforestation. En une année, près de 510 000 hectares de zones forestières ont été ravagées par les feux et la coupe abusive, soit près de 3,8% des forêts de Madagascar.

Malgré une légère baisse de cette dégradation, les ressources forestières du pays restent toujours menacées. La reforestation de Madagascar n’est alors pas suffisante pour faire face aux impacts du changement climatique. Toutes les habitudes, surtout au niveau de l’agriculture, doivent être modifiées pour s’adapter aux besoins ainsi qu’à la préservation de l’environnement. « Pour des raisons écologiques, économiques et humaines, l’agriculture intelligente face au climat est alors devenue plus qu’une nécessité, surtout dans le contexte malagasy », a annoncé le MAEP. Toutefois, la mise en oeuvre de ce type d’agriculture reste encore un défi de taille, mais pas impossible. En premier lieu, il faut que tous les citoyens, à tous les niveaux, prennent conscience du danger que l’environnement du pays encourt aujourd’hui.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Secteur minier - La reprise d'Ambatovy prévue vers le début de l'année prochaine

Aucune exportation de nickel et de cobalt depuis cinq mois. La grande compagnie minière d'Ambatovy a arrêté ses activités depuis le mois d'avril. Malgré la crise sanitaire liée à la Covid-19, la reprise de ses activités est prévue vers le début de l'année prochaine. « La société Ambatovy figure parmi les grands investisseurs dans le secteur minier. Le montant de la mise en place du projet arrive jusqu'à 8 milliards de dollars. Son arrêt impacte grandement la balance de paiement à Madagascar, et cela à cause de la baisse de l'exportation et l'absence de rapatriement des devises.

En effet, le secteur minier contribue à un taux compris entre 26 et 30 % des recettes d'exportation du pays, notamment en fonction du prix et de la quatité produite. Ce qui signifie qu'une crise dans ce secteur entraîne inévitablement la déprécition de l'ariary. Quant à la compagnie minière d'Ambatovy, sa reprise sera prévue vers le début de l'année prochaine si toutes les conditons sont réunies », rapporte Willy Ranjatoelina, secrétaire exécutif auprès du bureau de la Chambre des mines de Madaagscar, lors de son intervention dans une chaîne de télévision privée.

Du côté de la compagnie minière, aucun responsable n'a voulu confirmé cette affirmation. La société se trouve encore en plein chômage technique. Même les 850 travailleurs expatriés ne sont pas encore retournés dans le pays. Il faut également attendre l'ouverture des vols internationaux pour relancer les échanges.

Quoi qu'il en soit, les économistes ainsi que les membres de la société civile recommandent la mise en place d'une politique minière pour la relance du secteur avant d'entamer la refonte du Code minier. « Aucune disposition relative au secteur minier figure dans le plan mutlisectoriel d'urgence. Même la gouvernance et le cadre légal n'ont connu aucune modification. Et pourtant, les conséquences de la pandémie doivent être intégrées dans la stratégie du Gouvernement, notamment dans la réfonte du Code minier. Pour ce faire, une lettre de politique minière s'avère nécessaire. Cette lettre note toutes les projections à long terme, relatives à l'extraction émanant du Gouvernement. Cela donne également une visibilité aux investisseurs nationaux et internationaux », poursuit Willy Ranjatoelina. A noter que 40 % des investissements directs étrangers (IDE) concernant la Grande île proviennent du secteur minier.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Sauvetage d’une personne suspendue sur un pylône - Les 6 pompiers reçoivent un certificat d’honneur

Un acte de bravoure. Les 6 sapeurs-pompiers, dirigés par l’adjudant Yves Rakotomalala, qui ont sauvé une personne suspendue sur le pylône d’Ansosizato, le 16 septembre dernier, ont reçu un certificat d’honneur délivré par le maire de la ville d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina. D’après ce dernier, cette équipe mérite d’être honorée à cause de ses actes héroïques qui ont été fructueux. Le responsable des sapeurs-pompiers a mentionné qu’il est toujours prêt  à assumer ses responsabilités en matière de sauvetage des citoyens dans tous les domaines. La cérémonie de remise des certificats s’est tenue hier  à la caserne des sapeurs-pompiers sise  à Tsaralalàna.

 

En rappel, un homme souffrant de troubles mentaux s’est hissé jusqu’au sommet d’un pylône de haute tension de la JIRAMA, haut de plusieurs dizaines de mètres, près du grand carrefour d’Anosizato. Sitôt informée, et par souci pour la vie du concerné, la société de distribution d’eau et d’électricité a décidé de couper le courant, non seulement dans tout le quartier, mais aussi dans d’autres localités comme Ampitatafika, Itaosy, Ambohidrapeto, route Digue, Ambohibao ou encore Andraharo. Afin de sauver le déséquilibré mental, l’équipe de pompiers s’est donc dépêchée sur place. Durant l’opération qui a duré une trentaine de minutes, l’inconnu s’est farouchement opposé à ses sauveteurs. Ainsi, il a fallu pour ces derniers utiliser la force pour le maîtriser. La victime a eu quelques blessures lors de cette lutte au corps-à-corps avec les soldats du feu.

Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Informations sur la Covid-19 - Merci Professeur Vololontiana !

204. Tel est le nombre de jours durant lesquels le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole du Centre de commandement opérationnel (CCO) - Covid-19, a informé sur l’évolution de la situation sanitaire liée au coronavirus à Madagascar. Dévouée comme elle l’est dans l’accomplissement de cette mission, à chaque bonne nouvelle, elle ne se gêne pas pour exprimer sa joie et de partager ses sourires aux millions de téléspectateurs. Les larmes qu’elle a quelques fois versées lors de l’annonce des patients décédés suite aux complications médicales, témoignent son affection particulière à son travail.

Elle a été toujours présente, que ce soit en jour ouvrable, le week-end même lors des jours fériés. Le 12 avril dernier, quand tout le monde s’est réuni en famille autour du repas de Pâques, le Professeur a été encore vu à la télévision, d’un air joyeux, pour informer le public à propos du premier patient guéri du coronavirus.    

Or, combien de fois elle s’est fait traiter de tous les noms, notamment comme « manipulatrice engagéee par l’Etat » malgré son engagement dans la lutte contre cette maladie virale. Pire encore, des internautes prennent plaisir à partager des intox sur elle. Pourtant, elle n’a jamais cessé d’honorer ses responsabilités et devoirs envers la Nation et ses concitoyens en tant que médecin et technicienne dans le domaine sanitaire.

Collaborateurs des médias. La porte-parole du CCO a été aussi plus que coopérative vis-à-vis des journalistes. Elle n’hésite pas de répondre à toutes les questions qui touchent directement son domaine. Jointe au téléphone hier soir, madame le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle d’affirmer qu’elle a déjà repris ses activités au sein de la Faculté de médecine, à la fois en tant que doyenne et enseignant-chercheur. Malgré la fatigue, son quotidien reprend son cours à l’université d’Antananarivo. Désormais, elle assiste aux divers programmes académiques où elle est attendue.

La Vérité0 partages

Recrudescence des agressions en ville - 3 suspects jetés en prison, un quatrième devant le Parquet

Les vols avec agression refont de plus en plus surface dans certains quartiers de la Capitale. C’est le cas dans le secteur du « tetezan-dRamala » à Ambodin’Isotry. Ce qui a poussé le Commissariat de police du 4ème arrondissement à déclencher une action visant justement à freiner le phénomène, tout en mobilisant ses éléments en tenue civile. Dimanche après-midi dernier, la Police a ainsi procédé à un coup de filet au cours duquel trois suspects ont été surpris en plein forfait, c’est-à-dire en agressant une victime. Après leur arrestation, les trois larrons ont été soumis à un interrogatoire au bureau de la Police, puis finalement placés sous mandat de dépôt à Antanimora, hier.

 

Lundi dernier, c’était au tour d’un autre suspect de tomber dans le filet du service anti-gang ou SAG à Andohan’Analakely. Là, il a suivi au pas une jeune femme, qui allait faire un achat de fournitures scolaires. A un moment donné, le malfaiteur a arraché le sac à main de la dame. Cette dernière s’était accrochée vivement au sac à l’intérieur duquel il y avait des liquidités, un téléphone portable d’une valeur de 1,2 million ariary ainsi que sa carte d’identité. Mais le bandit était plus fort qu’elle.

De guerre lasse, la victime a dû déposer une plainte auprès du Commissariat d’Analakely. Le même jour, les éléments du SAG ont tendu un piège au suspect qui a croisé de nouveau sa victime. Il fut arrêté sur-le-champ et a été embarqué au Commissariat du 1er Arrondissement pour y être interrogé.

Durant son audition, les enquêteurs ont appris que l’homme est un récidiviste qui venait juste de purger sa peine, toujours pour affaire d’agression.

Franck R.

La Vérité0 partages

Football - Le courage des Barea et la bourde de la FMF

Au-delà de la satisfaction du résultat, le contenu du match a été très intéressant pour Nicolas Dupuis, coach de l’équipe nationale malagasy. Il nous a livré sa première réaction juste après le match amical contre les Etalons du Burkina Faso. Dans la foulée, il n’a pas manqué de remercier la Présidence et le ministère qui ont permis à l’équipe d’effectuer ce stage.

 

« Je tiens à féliciter nos joueurs pour ce stage qui était très important. Ils sont tombés ce jour contre une belle équipe du Burkina, et ils ont montré qu’on pouvait maintenant compter sur un groupe beaucoup plus large et homogène qu’à la CAN. Ils ont prouvé que même avec de nombreux absents, l’équipe des Barea est très compétitive. Bravo !», exalte le technicien français.

Durant cette rencontre amicale, le commentaire du journaliste burkinabè à l’encontre des Barea n’est pas passé inaperçu et a provoqué l’émoi des supporteurs sur les réseaux sociaux.

« Nous avons tous entendu le commentaire de Moussavou Billa, journaliste burkinabè qui fait acte que nos Barea sont arrivés sans ballon ni brassard de capitaine au Maroc. Ce n'est pas faux mais il est porté à la connaissance du public que tous les matériels ont été embarqués avec la délégation qui a quitté Tana samedi. Mais comme tout le voyageur le sait, le cas des bagages non arrivés à temps peut survenir, au débarquement. Et c'est exactement ce qui s'est passé», s’esquive un responsable de la fédération malagasy de football.

Et d’ajouter « C'est un grand journaliste, je le respecte beaucoup mais pendant tout le match il n’a jamais dit des choses positives à notre égard ».

Rappelons que, lors du regroupement de l’équipe pour la préparation du match contre l’Ethiopie comptant pour la première journée des éliminatoires à Mahamasina, c’est le club de Fosa Juniors qui a prêté les ballons d’entrainement aux Barea. En plus, les polos que les Barea portaient durant la préparation de cette fenêtre internationale provoquaient déjà la honte aux joueurs.

Yasminah Andriatsima elle-même est sortie de son silence pour dénoncer cette négligence intolérable de la fédération. « Cela m’a brisé le cœur et j’ai essayé de n’en pas parler mais il faut cesser cette aberration. A l’époque où mon mari était capitaine de cette équipe, c’était toujours nous qui avons assuré le brassard et le fanion à chaque match des Barea. Par exemple, durant la préparation de l’équipe à la CAN, nous avons donné 40 ballons Lotto aux Barea. Vraiment, c’est un crève-cœur de voir que c’est toujours aux autres de pallier l’incompétence des responsables», dénonce-t-elle.

Recueillis par Elias Fanomezantsoa

Midi Madagasikara0 partages

Afrobasket 2021 – Eliminatoires : Rija Lahontan rejoindra ses coéquipiers à Kigali

Evoluant en France, Rija fera partie des joueurs qui tenteront de remporter le ticket pour l’Afrobasket 2021 au Rwanda.

La préparation bat son plein pour l’équipe nationale de basket-ball en vue de la reprise des éliminatoires de l’Afrobasket 2021 au Rwanda. Logé dans le Groupe A aux côtés de la Tunisie, tenante du titre de la République Démocratique du Congo, vainqueur de l’Afrocan et de la République Centrafricaine, Madagascar aura du lourd à Kigali, Rwanda. Le groupe D comprendra le Nigéria, l’Algérie, le Mali et le Rwanda. Cependant, suite à la récente demande de l’instance dirigeante mondiale du basketball, le groupe B composé du Sénégal, de l’Angola, du Mozambique et du Kenya jouera également à Kigali, Rwanda. la capitale rwandaise sera le haut-lieu du ballon orange africain. « Les critères de sélection les plus importants dans le choix des hôtes sont les garanties de voyage et le respect du protocole sanitaire de la FIBA, y compris les tests et l’entrée contrôlée dans un environnement sécurisé », annonce la FIBA Afrique. « Avec cette situation, aucun match test international n’a été programmé. Si nous arrivons un peu tôt à Kigali, nous projetons de disputer des matchs de préparation car il y a 12 équipes qui joueront la qualification dans la capitale rwandaise. Sur le plan national, disputer un match avec une équipe locale s’avère compliqué, soit on va constituer une équipe nationale bis », a expliqué Tojohery Rasamoelina, directeur technique national et coach de l’équipe nationale. L’équipe nationale a entamé le regroupement depuis le 5 octobre dernier avec la GNBC qui prépare la saison régulière du Basket AfroLeague au Rwanda au mois de décembre. Ce regroupement concerne uniquement les joueurs locaux. « L’expatrié Rija Lahontan nous rejoindra directement à Kigali. Deux autres joueurs évoluant à l’étranger sont à l’étude, mais, rien n’a été décidé pour le moment », a conclu le directeur technique national. Pour l’heure, aucun nouveau calendrier n’a été publié par l’instance dirigeante africaine de basket-ball. Madagascar débute, face à la Tunisie, championne d’Afrique en titre le 27 novembre 2020. Ils affronteront les Centrafricains le 28 novembre 2020 et contre la République Démocratique du Congo, le 29 novembre. Un calendrier susceptible de modification compte tenu des évolutions de la situation de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

CSB II Namontana : Filatex et la CUA se tendent la main

L’entente est au beau fixe entre la Commune Urbaine d’Antananarivo et le Groupe Filatex. Un contrat de donation entre la CUA et le Groupe Filatex vient d’être signé. Ledit contrat consiste en un appui en faveur de la Commune pour l’aider à faire face et prévenir la propagation des maladies transmissibles et lutter contre toutes formes de maladies. Ce programme entre également dans le cadre du « Veliranon’Iarivo » du maire, Naina Andriantsitohaina et dans le programme RSE du Groupe Filatex qui vise l’accomplissement de l’ODD N°3 « santé et bien-être ». Le partenariat entre le groupe Filatex et la CUA va être axé sur l’amélioration de l’organisation, la gestion et l’efficacité des services de santé dans la CUA. Le programme a débuté avec le Centre de Santé de Base II de Namontana. Ce premier projet porte sur la rénovation du CSB II de Namontana dont les travaux de rénovation vont commencer incessamment. Hier, le groupe a remis des équipements médicaux, des consommables et des équipements de protection individuelle. « En tant qu’entreprise citoyenne, nous nous soucions de la santé de la population qui est aussi la base de la productivité. Le secteur de la santé est prioritaire pour le groupe car le développement durable du pays passe par le bien-être de ses citoyens, un être en bonne santé est largement plus productif ; d’ailleurs le dicton malgache le confirme « c’est dans un corps sain qu’il y a un esprit sain », a souligné Tanteraka Rakotoarisoa, directeur RSE du Groupe.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Bonara-Be : Une maison de production pour rehausser la musique traditionnelle malgache

Lors de son anniversaire, hier, Sayah a tenu une conférence de presse au Bonara-be aux 67 ha. Une occasion pour lui d’annoncer l’ouverture officielle de sa maison de production.

Bonara-Be 67 ha. Qui ne connaît pas ce coin où les artistes rencontrent leurs inconditionnels ? Un endroit où se retrouvent les admirateurs d’art culinaire nordique. Cabaret-restaurant, l’établissement de Sayah le “Blanc Makoalahy” est désormais une maison de production. Chanteur, le propriétaire décide de soutenir les artistes en herbe afin qu’ils puissent se lancer dans leur carrière. « Madagascar regorge de talents. Nous allons effectuer plusieurs castings pour pouvoir dénicher les artistes en brousse », a-t-il affirmé.

Le mot “Bonara-Be” a une signification. “Bonara” est un grand arbre qui pousse dans la région septentrionale de Madagascar. C’est sous ce résineux que les adultes transmettent leurs messages aux enfants. “Bonara-Be” abrite les réunions organisées par les Sojabe, un haut lieu de la culture. C’est d’ailleurs cette philosophie que Sayah veut mettre en avant.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Saison cyclonique 2020-2021 : De fortes activités orageuses en avant-goût

Depuis le 1er juillet 2020, la partie sud de l’Océan indien, plus précisément le sud-ouest, a entamé la saison cyclonique 2020-2021. Une saison qui s’annonce assez intense, d’après les prévisions.

La liste des noms des tempêtes de cette saison annonce, comme d’habitude, 26 noms suivant l’alphabet, allant d’Alicia à Zacarias. Rappelons qu’il s’agit d’une liste établie suivant les noms proposés par les pays de la zone du sud-ouest de l’océan Indien lors de la dernière réunion du comité des cyclones tropicaux dans cette zone. Celle-ci est un rendez-vous biennal réunissant les pays concernés par le risque cyclonique dans cette partie sud-ouest de l’océan Indien. Il s’agit notamment de Madagascar, Maurice, France (Réunion), Seychelles, Comores, Afrique du Sud, Mozambique, Kenya, Tanzanie, ainsi que plusieurs autres pays d’Afrique australe concernés par les risques cycloniques dans la zone.

Quelques noms remplacés. Pour la saison 2020-2021, on note quelques noms ayant déjà figuré sur la liste de la saison cyclonique 2017-2018 et dont il n’a pas été fait usage, et ont, de ce fait, été repris. En effet, depuis la saison 2016-2017, les listes de noms dans le sud-ouest de l’océan Indien font l’objet d’une rotation triennale. Les noms de systèmes sont utilisés une seule fois. Aussi, les noms utilisés cette saison (2020-2021) seront remplacés par de nouveaux noms tandis que ceux non utilisés seront repris dans la liste pour la saison 2023-2024. Ainsi, la liste actuelle a vu de nouveaux noms des lettres A à F faire leur entrée : Alicia, Bongoyo, Chalane, Danilo, Eloise et Faraji, qui remplacent Ava, Berguitta, Cébile, Dumazile et Fakir, déjà utilisés lors de la précédente saison. Les noms à partir de la lettre G jusqu’à Z, restent inchangés.

 Début de saison mouvementé. Si la saison cyclonique 2020-2021 s’annonce assez mouvementée avec une possible atteinte de Madagascar par environ deux ou trois cyclones, la saison pluvieuse commence déjà sur les chapeaux de roues avec les premiers orages accompagnés de grêles observés dimanche dernier dans la capitale et les régions alentours (il s’agit déjà du second épisode de grêle dans la partie centrale) ainsi que dans les parties nord-ouest et le sud-est du pays. Marquant le début de la saison pluvieuse, ces orages d’avant-hier ont déjà suffi pour inonder quelques rues de la capitale et perturber l’alimentation en électricité dans plusieurs quartiers. Actuellement, aucune tempête n’est en vue, mais nous ne sommes qu’au début de la saison !

Hanitra R.

 Liste des noms des tempêtes pour la saison cyclonique 2020-2021

Alicia ; Bongoyo ; Chalane ; Danilo ; Eloise ; Faraji ; Guambe ; Habana ; Iman ; Jobo ; Kanga ; Ludzi ; Melina ; Nathan ; Onias ; Pélagie ; Quamar ; Rita ; Solani ; Tarik ; Urilia ; Vuyane ; Wagner ; Xusa ; Yarona ; Zacarias.

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping : Une pratique devenue courante chez les « dahalo »

Quand on parle de kidnapping, on a tendance à penser que ce genre d’acte n’arrive que dans les zones urbaines. Malheureusement, ce type de crime risque de se généraliser et de s’étendre vers les milieux ruraux. Dans tous les cas, le mobile de ce crime est l’argent. Mais force est de constater que les malfaiteurs opèrent dans les régions qui les intéressent. Le 6 octobre 2020, dans la commune rurale d’Ilakaka, région Ihorombe, un enfant de 7 ans a été porté disparu. Ce dernier aurait été enlevé par un individu dans le fokontany de Mangatoka depuis le 3 octobre. Saisie de l’affaire, la gendarmerie a ouvert son enquête. Celle-ci a révélé que cet enfant était à Bezaha. Nantis de cet indice, des gendarmes se sont rendus sur place. En collaboration avec la brigade de la gendarmerie de Bezaha, ils ont réussi à retrouver l’enfant dans la commune de Manalobe, district de Betioky. Il a été retrouvé sain et sauf. Le ravisseur, quant à lui, n’a pas encore avoué la raison exacte de son acte. L’enquête est en cours.

Egalement, le 6 octobre 2020, vers 22 heures dans le fokontany d’Antetezanambo, commune Andranomisa, six individus armés ont enlevé un homme de 30 ans afin de réclamer une rançon. Un paiement de de 900 000 ariary aurait été conclu entre les auteurs de l’acte et la famille de la victime. La famille a effectué la transaction le 8 octobre. L’échange devait se faire au niveau de Telma Amboniakondro Nord, CR Ambohibary Vohilena, sans avoir alerté ni avisé les autorités. Par crainte de représailles, la victime et sa famille n’ont pas porté plainte. Cela n’a pas empêché la gendarmerie d’ouvrir son enquête et de mobiliser toutes les unités aux environs. Néanmoins, la gendarmerie n’a pas eu de résultats probants.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Sakoroka teny am-panaovana baolina : mpanazatra sy mpilalao iray naratra mafy voatora-bato

Efa matetika no andrenesana olana miafara amin’ny fandratrana ny eny ambony kianja filalaovana baolina kitra ny eto amin’ny renivohitry ny faritra Betsiboka. Ny fanatajahan-tena mantsy eto amin’ny tany sy ny firenena dia entina mitaiza vatana sy ny ara-panahy, ary ihany koa no ialana voly mihtsy. Ity zava-niseho teny amin’ny kianjan’ Ambatofotsy ity dia somary nahagaga sy nanaitra ny maro raha ny fitantarana etsy aloha hoe efa fanaon’ny mpilalao mihitsy ny mifamono sy mifandratra. Ny alahady teo izao dia nahitana mpilalao iray sy mpanazatra iray avy amin’ny andaniny sy ny ankilany ireo naratra ireo. Rehefa nitarika tamin’ny isa 2-1 ny ekipany « Ascuf » nanoloana an-dry zareo  » Antsakoabe », tany amin’ny fizaram-potoana faharoa dia nisy ny fahadisoam-pitsarana nataon’ny mpitsara afovoany, raha ny fahitan’ireo mpilalaon’Antsakoabe, ka nanomboka teo ny disadisa teny ambony kianja. Naharitra ora maro ny fiatoan’ny lalao tamin’io. Teo no raikitra ny sakoraka, ary izao niafara tamin’ny tora-bato izao, ka mpilalao iray avy ao amin’ny ekipan’Antsakoabe no naratra ary mpanazatra avy amin’ny Ascuf kosa naratra vaky loha nandritra izany. Maizina ny tany aman-danitra teo. Soa ihany fa nalaky tonga ny polisy avy eto an-toerana fa raha tsy izay dia nahitana fatin’olona angamba ny fifandona teo anatrehan’ireo mpilalao roa. Efa nahazo fitsaboana eny amin’ny hopitaly be moa ireo naratra ireo.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Un motard en état d’ivresse décède dans un accident

Il a refusé de s’arrêter au barrage des forces de l’ordre. Après ce refus d’obtempérer, il a roulé à bord de son deux-roues à tombeau ouvert, avec un passager. Ce dernier est tombé en cours de route. Le conducteur, lui, a fini sa course sous un camion. Il est décédé sur le coup. Après constatation, les forces de l’ordre ont fini par comprendre la raison qui a poussé l’homme à prendre la fuite. Il était en état d’ivresse et avait peur d’être sanctionné par les éléments en faction au barrage, cette nuit-là. Un choix qui a mal tourné et s’est révélé fatal pour lui. Un coup très dur pour sa femme, qui venait de mettre leur premier enfant au monde. Le conducteur qui a perdu tragiquement la vie travaillait auprès d’une société à Vinaninkarena, à dix kilomètres au sud de la ville d’eaux. Pour un cas pareil, le métier des forces de l’ordre, consistant à faire régner l’ordre et à protéger la population, est parfois mal interprété par certains citoyens. Si le conducteur avait accepté d’être contrôlé par les forces de l’ordre, bien que sous peine de sanction, ce tragique accident ne se serait probablement pas produit. Les forces de l’ordre l’auraient empêché de continuer sa route en état d’ébriété.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

PAC Mahajanga : Prestation de serment de deux chefs de juridiction

Prestation de serment des deux chefs de juridiction du PAC Mahajanga (les deux magistrates au centre sur la photo).

La prestation de serment des deux chefs de juridiction du second degré du pôle anti-corruption Mahajanga s’est tenue, hier, à la salle d’audience de la Cour suprême à Anosy. Rakotomahazo Patricia, qui occupe désormais le poste de chef du second degré du PAC Mahajanga, et Ranorina, chef du ministère public auprès du second degré du PAC Mahajanga ont été adoubés. Étaient présents également le président du Sénat Rivo Rakotovao, le président du CFM, Maka Alphonse, et le ministre de la Justice, Johnny Richard Andriamahefarivo. Lors de son allocution, le procureur général auprès de la Cour suprême a mis l’accent sur une justice impartiale, équitable, respectable et respectée. Il a lancé un appel à la prise de responsabilité de tout un chacun pour lutter contre la corruption. Le Premier président de la Cour suprême a abondé également dans ce sens : « chacun doit s’y mettre dans la lutte contre la corruption ». Il a cité notamment la lutte contre la corruption au niveau judiciaire. L’objectif du PAC est de lutter contre la recrudescence de la corruption et les infractions assimilées, contre le blanchiment du produit de crime, contre le financement du terrorisme et contre les infractions économiques et financières complexes et graves.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

14 octobre Ni chômé ni férié

Le président Andry Rajoelina est attendu dans le district d’Antsohihy demain pour assister à la cérémonie de commémoration officielle de l’anniversaire de la proclamation de la Première République. Le régime a décidé d’organiser une célébration restreinte dans le fief du premier président Philibert Tsiranana. Face à l’état d’urgence sanitaire engendré par la pandémie de Coronavirus, les festivités seront réservées aux officiels et aux autorités. Le souhait du chef de l’Etat de célébrer en grande pompe cette journée ne sera donc pas possible. À noter toutefois la présence de tous les gouverneurs des régions et des membres du gouvernement à Antsohihy. Pour sa part, le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction publique et des Lois sociales, par l’intermédiaire de son directeur général, a publié un communiqué affirmant que la journée de demain 14 octobre ne sera ni fériée ni chômée. Ce sera donc une journée normale, pendant laquelle la population poursuivra ses activités quotidiennes. Le président Andry Rajoelina, quant à lui, prévoit de rester au moins deux jours à Antsohihy. Mise à part la célébration de l’anniversaire de la proclamation de la Première République, des actions sociales, des lancements de travaux et inaugurations  de « zava-bita » figureront aussi au menu de ce déplacement présidentiel dans la région Sofia.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Modern-trad : Le retour de Ry Kala Vazo

Mirana et Vanitsoa, aussi charmantes que talentueuses.

Fini le couvre-feu, presque plus de contrainte, et c’est le moment de décompresser. Dans cette emblée, Ry kala vazo retrouvent leurs inconditionnels ce vendredi au Serendipity Ankorondrano. Entre le kabosy de Mirana et la valiha de Vanitsoa, agrémentés de leurs voix et leur charme, le duo ne laissera rien au hasard. Au programme, les covers, les interprétations, mais surtout de la bonne musique moderne-trad, leur signature. Elles chanteront leurs propres compositions, mais également des chansons malgaches revisitées.

Jeunes femmes déterminées, interprètes et musiciennes, elles font des instruments traditionnels malgaches leurs armes de prédilection. Une particularité qui a définitivement séduit les mélomanes depuis l’apparition du groupe en 2015. Elles se démarquent par l’originalité de leur musique qui se repose sur un mélange de folklore et de musique du monde. Aujourd’hui encore, le duo, pétillant, ne cesse d’enchanter les noctambules.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Autonomisation des mères adolescentes : L’ONG C-For-C lance le projet « Opportunity Maker »

L’éducation et la formation professionnalisante seraient la meilleure façon d’arriver à une parfaite autonomisation des filles mères ou des mères adolescentes au pays.

La grossesse précoce touche beaucoup de jeunes filles à Madagascar. Madagascar est classé parmi les 13 pays au monde affichant le taux le plus élevé en matière de grossesse précoce : un tiers des jeunes filles en sont victimes. Les grossesses précoces les amènent souvent à abandonner leurs études, empêchant la réalisation de leurs projets et leur épanouissement professionnel et personnel. Une situation qui a poussé l’ONG C-For-C à lancer le projet « Opportunity Maker ». Celui-ci entend se lancer le défi de « rehausser le niveau d’éducation des jeunes mères adolescentes issues des quartiers défavorisés d’Antananarivo ». L’idée consisterait à « les maintenir le plus longtemps possible dans le système éducatif mais également à plaider la gratuité de l’enseignement; de l’éducation de base aux classes terminales ». Un des champs de bataille d’Opportunity Maker est également la lutte contre la discrimination des jeunes filles enceintes dans les établissements scolaires.

Concrets. Dans sa première année, le projet entend cibler dix jeunes mères adolescentes désirant poursuivre leurs études. Ainsi, chaque « mère adolescente concernée pourra choisir elle-même son établissement scolaire, sa filière d’études dans l’enseignement supérieur en fonction de son ambition propre et de sa vision ». Chaque bénéficiaire devra « s’engager à poursuivre ses études jusqu’à l’obtention du baccalauréat ou jusqu’à l’obtention de la licence ». Ce qui devrait se faire grâce à un système de parrainage comprenant les frais d’inscription, les frais d’études, les fournitures scolaires et enfin la contribution aux frais de garde mensuel des enfants de la filleule. A travers ce projet, l’ONG C-For-C se fixe pour objectif de donner une chance à dix jeunes filles mères dans la capitale en leur offrant un avenir meilleur. Une de ces initiatives qui changent petit à petit les choses à Madagascar et qui méritent l’attention de tous ceux qui aspirent à apporter un changement là où ils vivent.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

MEN – Orange : Vingt écoles numériques pour l’année scolaire 2020-2021

Pour la septième année consécutive, le programme « Écoles numériques », fruit de la collaboration entre le ministère de l’Education nationale (MEN) et Orange Madagascar, se poursuit. La signature de la convention de partenariat entre les deux entités a été signée hier à Anosy. Il a été convenu que durant cette année scolaire 2020-2021, vingt écoles numériques seront installées dans les établissements scolaires malgaches. Rappelons que ce programme a été mise en route depuis 2014, avec comme objectif principal de faciliter l’imprégnation au programme éducatif, en ajoutant des contenus numériques ludiques dans les classes primaires et secondaires, et en utilisant les nouvelles technologies de l’information. Ceci permettrait aux élèves d’obtenir de meilleurs résultats.

Pour cette année scolaire, le programme compte installer vingt écoles numériques dotées chacune de cinquante tablettes, cinquante casques, deux serveurs Raspberry, un vidéoprojecteur, un écran, des powerbanks, ainsi que des contenus enrichis. Depuis le début du lancement des écoles numériques, 132 écoles sur l’ensemble du territoire national ont déjà bénéficié de 6 000 tablettes.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Analakely : Nifampihantsy ny mpivarotra amoron-dalana sy ny mpitandro filaminana

Niverina indray omaly ny olana eo amin’ireo mpivarotra amoron-dalana sy ny mpitandro filaminana. Ireto farany izay nidina teny an-toerana mba hampihatra ny didy navoakan’ny kaominina amin’ny tsy maintsy hanohizana ny fanadiovana ny tsena sy ny tanànan’Antananarivo. Mpivarotra maro izay voarara tsy hivarotra eny amin’ireo toerana voafaritra fa tsy azo anaovana izany asa izany intsony, toy ny eo Soarano sy ny manodidina iny, no nilahatra sy nitondra sorabaventy teny amin’ireo toerana ireo. Tetsy an-kilany, niatrana nanamorona ny arabe ireo mpitandro ny filaminana, izay nahitana ny polisim-pirenena sy ny avy aoamin’ny kaominina Antananarivo renivohitra. Nisy ny horakoraka sy ny fihantsiana fanehoana tsy fankasitrahana izao didy izao avy any amiin’ireo mpanao fihetsiketsehana ka nanakorontanany ny fifamoivoizana teo Soarano. Na izany aza anefa, voafehy ihany ny toe-draraharaha. Tsy nisy ny fisamborana ary tsy nisy ihany koa fahasimban-javatra, raha araka ny loharanom-baovao avy eo anivon’ny polisim-pirenena. Tsy fantatra kosa anefa hatreto raha nisy ny fandraofana sy fanagiazana ny entan’ny mpivarotra nataon’ireo teo anivon’ny polisy monisipaly. Seho izay voalazan’ireo mpivarotra fa nitranga tamin’io fotona io. Andrasana ny mbola ho tohin’ity raharaha ity anio, satria milaza ireto mpanao fihetsiketsehana fa tsy hanaiky ary tsy maintsy hanohy hitaky izay heveriny fa zony hatrany.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Programme Turtle Survival Alliance : Lancement d’un concours photos sur les tortues radiées

C’est la plus grande tortue à Madagascar, âgée de plus de 70 ans et pesant 25kg, accompagnée de son petit qui n’a qu’un an.

La population malgache est sollicitée à s’impliquer dans la conservation de cette espèce endémique qui constitue un produit phare attirant les touristes.

Les tortues radiées constituent une des espèces emblématiques de Madagascar incitant les touristes, notamment étrangers, à choisir cette destination. Cependant, elles sont maintenant classées en danger critique d’extinction par l’Union Internationale de la Conservation de la Nature. « Leur conservation s’avère plus indispensable pour éviter leur disparition à tout jamais. C’est la principale mission du programme Turtle Survival Alliance (TSA). Mais, nous voulons entre-temps sensibiliser le grand public à l’importance de la protection de cette espèce endémique que l’on trouve uniquement dans le Sud de la Grande île, précisément, dans les régions Androy et Atsimo-Atsinanana. Raison pour laquelle, nous avons lancé le concours de photos sur les tortues radiées, qui est ouvert à tous les citoyens malgaches de plus de 15 ans », a annoncé Herilala Andriamahazo, le coordinateur national du programme TSA, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier au siège de Madagascar National Parks à Ambatobe.

Votes publics. Les participants pourront envoyer leurs photos via l’adresse mail « 2020concoursphoto@gmail.com » à compter du 19 octobre jusqu’au 9 novembre 2020. « Ils ne peuvent concourir qu’une seule fois. En outre, cette participation est gratuite », a-t-il précisé. Le thème est axé sur le joyau de l’extrême sud de Madagascar. « Chaque participant au concours va présenter une photo d’une tortue radiée vivante sur une vue de face. On peut visiter les Aires Protégées ou les centres agréés comme le parc de Tsimbazaza pour prendre les photos. Nous allons procéder au codage de chaque photo reçue. Ensuite, les membres du jury vont sélectionner trente meilleures photos, par dominance sombre ou claire. Les jurés sont composés de représentants du ministère de l’Environnement et du Développement Durable, de membres de l’association des photographes professionnels et de représentants de la Faculté des Sciences, mention science naturelle. Après cela, ces photos seront exposées au grand public qui, à son tour, procédera aux votes pour désigner les gagnants via la page Facebook de la FAPBM», a-t-il enchaîné.

25 000 tortues prises en charge. Il est à noter que le premier prix de ce concours constitue un séjour complet pour deux personnes à Berenty Lodge avec une visite de la réserve spéciale d’Andohahela, et ce, pendant trois jours. Quant au 2e prix, il s’agit d’un week-end en groupe à Andasibe. Et des surprises sont réservées aux autres participants sélectionnés. En fait, « l’objectif de ce concours est de faire connaître au grand public la valeur des tortues radiées ainsi que leur importance par rapport aux cultures et aux environnements sociaux des ethnies Androy et Mahafaly », d’après toujours Herilala Andriamahazo. Cet événement marquera également les dix années d’activités du programme TSA qui s’occupe de la prise en charge des 25 000 tortues victimes d’une exploitation et d’une exportation illicite avant leur remise à leur habitat naturel. Reconnaissant bien les efforts du TSA, la ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Baomiavotse Raharinirina, a soulevé que l’Etat de droit est réellement appliqué pour lutter contre les trafics de nos ressources naturelles.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

DG de la Communication et de la Culture : Passation de service entre Fetra Rakotondrasoava et Reyna Rabiaza

Passation de service entre le directeur général entrant, Reyna Rabiaza Marcelle, et le directeur général par intérim, Fetra Rakotondrasoava.

La passation de service entre le directeur général de la Communication par intérim, Fetra Rakotondrasoava, et le directeur général entrant, Reyna Rabiaza Marcelle, s’est déroulée, hier, au ministère de la Communication et de la Culture à Nanisana. Lors de son allocution, Reyna Rabiaza Marcelle, nouveau directeur général de la Communication au sein dudit ministère a notamment déclaré qu’elle était prête à collaborer avec tout le monde. Elle n’a également pas manqué de parler de la loi n°2020-006 portant sur la communication médiatisée qui a déjà été promulguée, ainsi que de l’élaboration de la loi sur l’accès à l’information publique.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Escroquerie : Un DG d’une société d’exportation de vanille recherché

Un directeur général d’une société opérant dans la filière vanille fait l’objet d’une recherche active par les policiers du Service des investigations économiques et financières (SIEF), à Anosy. Ces derniers ont émis un avis de recherche à l’endroit de cet individu comme quoi il est notamment indiqué que « quiconque possédant des informations concernant le dénommé Iarimananirina Tilahy Fabio Marie Grazia, âgé de 28 ans, directeur général de la société Vaniala Export, est prié d’aviser les forces de l’ordre ou d’appeler directement le SIEF aux numéros 0341452218 / 0332405415 afin de procéder à son arrestation ». Et de continuer que « la police tient à faire savoir que [la personne] qui l’aiderait au cours de sa cavale sera considérée comme son complice et pourrait être poursuivie, selon la loi en vigueur ». L’on a appris que l’individu est soupçonné d’être mouillé dans une affaire d’escroquerie, de faux et usage de faux. Pour le moment, aucune autre information, notamment concernant ses agissements précis, n’a filtré au niveau des enquêteurs. « Cela pourrait entraver les investigations en cours, a-t-on expliqué. Attendons le moment où il sera épinglé, et là, on vous communiquera tout ». Affaire à suivre.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Sénatoriales : Vers une razzia des pro-régime

La liste des candidats aux prochaines sénatoriales est bouclée. La course sera certainement dominée par les partis pro-régime face à des indépendants de moindre gabarit.

La course vers Anosikely est lancée. Le nom des challengers sont connus et la compétition se joue entre les formations politiques pro-pouvoir. La formation présidentielle, représentée par l’IRD, a présenté des candidats dans toutes les provinces. Cette plateforme, regroupant les partis politiques et les associations qui soutiennent le régime, ont bouclé hier toutes les formalités nécessaires en matière de candidature. Tous les candidats de la liste IRD ont déposé leurs dossiers au niveau des organes de vérification et d’enregistrement des candidatures (OVEC).

Influent. Hier, la liste IRD pour la province d’Antananarivo, conduite par Herimanana Razafimahefa, ancien cadre du parti Grad Iloafo et actuel secrétaire général du ministère de l’Education Nationale, a bouclé le dépôt des candidatures pour le compte de la majorité. Dans la même liste, celui-ci est secondé par Sylvain Rabetsaroana, membre influent du parti AVI de Norbert Ratsirahonana, et ancien sénateur. Des noms qui ne sont pas étrangers, notons-le, dans le microcosme. Quant aux candidats de la province d’Antsiranana, la liste de la plateforme IRD est conduite par Mino Seramila tandis qu’Eddie Fernand se trouve en seconde place de la liste.

Irrégularité. L’opposition a décidé de boycotter ces élections sénatoriales du 11 décembre prochain. Ils ont, à maintes reprises, dénoncé certaines « irrégularités » à propos de la tenue de ces consultations. Des plaintes ont été déposées auprès de la Haute cour constitutionnelle pour annuler la convocation des élections décrétée par le gouvernement. Mais la Cour d’Ambohidahy a botté en touche la requête de l’opposition et confirme la régularité des élections sénatoriales. De ce fait, aucun candidat des partis d’opposition ne se présente; ce qui laisse le champ libre aux autres.

Gabarit. La razzia des partisans du régime ne fera donc aucun doute à l’issue des sénatoriales du 11 décembre. Le rouleau compresseur de la plateforme IRD est déjà en marche pour prendre d’assaut le Sénat, actuellement sous la coupe de l’opposition. La prochaine configuration de la nouvelle mouture de la Chambre haute ne sera alors formée que par les partisans du régime. Le parti Malagasy Miara-Miainga de Hajo Andrianainarivelo, une autre formation qui soutient le régime, concurrencera la plateforme IRD à Toamasina et Antananarivo. A Antananarivo, ce parti alignera une liste composée, entre autres, de Bernard Ravelonjato, qui est un ancien membre du conseil supérieur de la Transition, originaire de la région Itasy où son parti dispose de plusieurs élus au niveau des communes. Face à ces grands gabarits alignés par les pro-régime, les indépendants, quant à eux, présents dans toutes les provinces sauf à Mahajanga, auront fort à faire pour affronter la majorité.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

14 octobre, une date charnière de l’histoire de Madagascar

Ce n’est pas tout à fait « a minima » mais de manière parcimonieuse que la célébration du 14 octobre va se faire. Les circonstances, cependant, l’exigent car nous sommes encore en plein état d’urgence. Néanmoins, on peut exprimer des regrets en pensant à la signification de cette date historique. La proclamation de la République, il y a 62 ans, a fait entrer Madagascar dans une ère nouvelle. C’est à raison que durant la première République, on célébrait le 14 octobre avec faste.

14 octobre, une date charnière de l’histoire de Madagascar

Tous ceux qui ont dépassé la soixantaine aujourd’hui se souviennent de la solennité et de l’émotion dont étaient empreintes les cérémonies se déroulant à Analakely et à Mahamasina. Il y avait alors une véritable ferveur populaire. L’épidémie de Covid-19 n’avait pas permis de célébrer avec faste les soixante ans de l’indépendance de Madagascar. Le chef de l’Etat avait alors décidé de reporter les festivités au 14 octobre, date de la proclamation de la République. Mais l’urgence sanitaire étant toujours présente, il est impossible d’organiser une fête fastueuse. La journée ne sera ni chômée ni fériée, ce sera donc un mercredi tout à fait ordinaire. Le chef de l’Etat se rendra à Antsohihy, la ville dont est originaire le président Philibert Tsiranana. Plusieurs commémorations auront lieu. Cependant, on se sent plutôt embarrassé d’apprendre qu’il en profitera pour inaugurer des « zava-bita » et qu’il lancera des travaux. Pour le citoyen lambda, cette date du 14 octobre 2020 n’éveillera donc aucun souvenir. Aucune émission n’est programmée dans les médias officiels pour souligner l’importance de l’événement. Les plus jeunes ne pourront pas mesurer l’importance de la proclamation de la République, le 14 octobre 1958. Aujourd’hui dans les livres d’histoire, on n’en parle pas avec emphase alors que la Grande île avait recouvré sa dignité.

Patrice RABE