Les actualités Malgaches du Vendredi 13 Octobre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara508 partages

Fermeture de Tiko-AAA. : Des grenades lacrymogènes pour mettre fin à la résistance

Les employés et les voisins ont contesté la fermeture des usines de Tiko-AAA à Andranomanelatra.

Le régime en place a réussi son coup en scellant manu militari les usines d’Andranomanelatra.

L’Etat a eu recours hier à l’usage de force pour l’exécution de l’arrêté interministériel n°24392/2017 du 4 octobre 2017 ordonnant la fermeture des usines de Tiko-AAA à Andranomanelatra Antsirabe. L’opération a commencé  au début de la soirée et l’exécution a été confiée à la préfète d’Antsirabe, qui a été accompagnée à l’occasion par le chef de région de Vakinankaratra. L’exécution a été confrontée à la résistance des employés et des voisins des usines de Tiko-AAA Andranomanelatra, mais l’ordre a été donné aux forces de l’ordre de tirer des grenades lacrymogènes pour les disperser. La dispersion ayant réussi, les éléments de l’Emmo-Reg ont escaladé les murs pour pouvoir pénétrer dans les locaux des usines. Ils ont immédiatement coupé le courant et l’eau, et ont également procédé au scellage des portes pour bloquer les circulations à l’intérieur. Normalement, les employés de Tiko-AAA ne sont plus autorisés à y accéder, mais nos sources indiquent qu’ils sont prêts à mener jusqu’au bout leur combat pour faire vivre leurs familles.

Première tentative. Le 5 octobre dernier, le nouveau ministre de l’Industrie Tazafy Armand a invité la presse pour annoncer que Tiko-AAA allait être fermé faute de permis environnemental et de certificat de consommabilité. Et soudainement, des responsables étatiques ont affirmé que Tiko-AAA doit plusieurs milliards d’arriérés à la JIRAMA. Tout cela a éclaté au moment où la tension atteignait un certain degré entre le gouvernement central et la commune urbaine d’Antananarivo sur la propagation de l’épidémie de peste dans la Capitale. Sans avoir attendu l’aboutissement de la procédure contradictoire devant précéder la prise d’un acte administratif à caractère de sanction, l’Etat a procédé le 9 octobre à la première tentative de fermeture des usines d’Andranomanelatra, mais l’opération n’a pas été menée jusqu’au bout suite à la résistance des employés. La deuxième tentative a réussi hier et elle a augmenté le nombre des chômeurs dans un pays où le gouvernement ne cesse d’inciter à la création d’emplois. La mesure prise par l’Administration n’est-elle pas disproportionnée dans cette affaire qui ne serait pas loin d’un règlement de compte politique à l’approche de 2018 ?

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada440 partages

Madagascar-Australie : coopération entre pays riverains

Jenny Dee, l’ambassadeur de l’Australie à Madagascar effectue ces temps-ci des visites auprès des personnalités étatiques du pays pour consolider la coopération entre les deux pays. «En tant qu’îles, membres de l’association des pays riverains de l’océan Indien (IORA), nous partageons les mêmes défis, comme la sécurité maritime, l’autonomisation économique ou encore l’économie bleue», a déclaré la diplomate australienne hier, à l’issue de la rencontre avec le ministre des Affaires étrangères.

Au niveau de la coopération, un navire de la marine royale australienne a fait escale dans le nord du pays cette semaine, «une première depuis la seconde guerre mondiale». Par ailleurs, «des unités de la marine australienne participent activement dans les efforts internationaux, pour assurer la sécurité maritime et la stabilité dans la région de l’océan Indien», a rappelé Jenny Dee.

« Australie Award »

Ces derniers temps, l’Australie participe activement au renforcement des capacités et de leadership à travers le programme de bourse dénommé «Australie Award» qui, depuis 2002, a formé plus de 100 professionnels malgaches dans le domaine des politiques publiques, de l’industrie extractive et de l’agriculture.

«Le renforcement des capacités est primordial pour le développement socioéconomique en Afrique. A travers son programme Australia Awards, le gouvernement australien cible les secteurs clés de l’économie offrant ainsi l’opportunité à des professionnels africains d’accéder à une formation de qualité internationale»,  a signalé l’ambassadeur d’Australie.

A noter que ce pays appuie aussi les initiatives visant l’autonomisation économique de la femme, les droits humains, l’amélioration de la santé, ou encore la préservation de l’environnement.

Rakoto

 

Tia Tanindranaza381 partages

Voahangy RajaorimampianinaTsy hita popoka fa mitsoaka ny pesta

Ny 17 aogositra 2017 no hita niseho vahoaka farany teny Andralanitra ary niparitaka tamin’ny fampahalalam-baovao Ramatoa Voahangy Rajaonarimampianina. Ny fotoan-tsarotra mahazo ny Malagasy, toy ny vanim-potoanan’ny aretin-doza pesta ankehitriny no tena hilana ny vadin’ny filoham-pirenena amin’ny maha reny voalohan’ny Malagasy azy kanefa dia tsy re sy tsy tazana izy.

Tsy hita popoka kosa i Voahangy Rajaonarimampianina, ary toa tsy mba taitra amin’izany kanefa efa ho 2 volana izao no nisian’ny pesta ary marobe ny maty sy ny marary. Ilain’ny Malagasy izany reny voalohany izany amin’ny fampaherezana azy na dia fitsidihana fotsiny aza, saingy tsy mendrika amin’ny toeran’ny vadin’ny filohantsika angamba ny mifanerasera amin’ny olona mararin’ny pesta. Omaly vao nisy ny iraka nalefa teny amin’ny hopitalin’i Befelatanana sy Ambohimiandra nanolotra fitaovana toy ny fanindronana, fanafody “cotrimoxazole”, fanakonana loha ... Afa-baraka tanteraka anefa ny vadin’ny Filoha nanaovan’ny olona azy ao anaty tambajotra sosialy omaly. Voalaza fa  hay fanafody sy fitaovan’ny OMS izay vao nomena ny fanjakana Malagasy ilay natolotr’i Voahangy Rajaonarimampianina tamin’ny anarany. Izy izay hoe nanolotra kosa tsy mba niseho masoandro fa olona no nirahina. Matahotra ny hitakosona amin’ny olona mararin’ny pesta angamba ? Nireharahan’ny fanjakana mihitsy anefa ny nanangana teo anivon’ny Fiadidian’ny Repoblika ny sampandraharaha momba ny asa sosialy na ny “Direction des Affaires Sociales”, izay voalaza fa ny vadin’ny filoha mihitsy no antony nananganana azy io mba hahafahany manao asa sosialy sy manampy ny vahoaka. Mazava ho azy fa misy ny vola hatontona ao amin’io departemanta nantsangana io, ary mety hifanitsaka amin’ny asa tokony hataon’ny minisitera sy ny sampandraharaham-panjakana hafa mihitsy, tahaka ny minisiteran’ny mponina, ohatra. Tsy misy anefa ny zava-bita ary raha misy, dia matetika propagandy no atao fa tsy asa sosialy. Ary ny tena mampiahiahy aza dia sao lahy ka ireo fanampiana azon’ny firenena Malagasy avy amin’ireo mpiara-miasa avy any ivelany no hararaotina ka lazaina fa asa soa ataon’ny vadin’ny filoham-pirenena sy ny mpiara-miasa aminy etsy sy eroa?                                                

Toky R

Tia Tanindranaza343 partages

Ny Pesta tsy voafehy, TIKO no akatona

Na ny olona mpomba ny fitondrana HVM aza omaly hariva dia sanganehana hoe fa inona ity fanakatonana ny Tiko Andranomanelatra nandefasana miaramila mirongo basy ity. Eto Antananarivo anefa , efa lasa savorovoro isan’andro ny fifandroritana amin’ny razana voalaza fa matin’ny pesta, tahaka ny teny amin’ny hopitaly Befelatanana afak’omaly sy teny Mandrangombato I Anosibe omaly

Na ny olona mpomba ny fitondrana HVM aza omaly hariva dia sanganehana hoe fa inona ity fanakatonana ny Tiko Andranomanelatra nandefasana miaramila mirongo basy ity. Eto Antananarivo anefa , efa lasa savorovoro isan’andro ny fifandroritana amin’ny razana voalaza fa matin’ny pesta, tahaka ny teny amin’ny hopitaly Befelatanana afak’omaly sy teny Mandrangombato I Anosibe omaly, kanefa dia toa milefitra ny mpitandro filaminana.Loza amin’atambo anefa ny fiparitahan’ny pesta aretin-tratra rehefa tsy voafehy ara-potoana ny toe-draharaha amina toerana misy razana voaporofo fa matin’ny pesta tahaka ireny.Tena manararao-pesta ny fitondram-panjakana hoy ny fanehoan-kevitry ny olona maro omaly hariva ka ao anatin’ny fotoana manahiran-tsaina ny olona no natao ny be midina nanakatonana ny Tiko Andranomanelatra.Noravana tamin’ny larkimozenina ireo mpiasan’ny Tiko sy tantsaha ary olona niaro ny orinasa teny Andranomanelatra, Notapahana ny jiro, namaky vavahady, nihanika tamboho ny mpitandro filaminana ary nanakatona tsy misy indra-fo ny ozinin’ny Tiko izay mamokara ny yaourt, laglasy, olympiko sy classico.

Baiko avy eny Mahazoarivo

Omaly tokony ho tamin'ny 5 ora sy sasany tolakandro dia nanomboka ny fifampiresahana ka ny Prefen'Antsirabe sy ny lehiben'ny faritra no nitondra ny taratasy mampiato ny asan'ity orinasa ity araka ny baiko avy amin'ny minisitry ny Indostria sy ny ONE na ofisim-pirenena misahana ny tontolo iainana raha ny fanazavana. Nilaza moa ny mpisolovavan'ny TIKO  fa tsy ara-dalàna ny zavatra ataon'ny minisitera satria efa niroso tamin'ny dingana maro ny orinasa tamin'ny fenitra notakiana taminy araka ny taratasy teo am-pelatantanany tamin'ny andron'ny minisitra teo aloha ka tokony ho fampitandremana na fampandrenesana aloha no atao fa tsy fanakatonana avy hatrany. somary niravona ny dinika teo ary nanambara ny vadin-tany nentin'i prefe fa efa alina ny andro ka tsy mety intsony. Niangavy ny olona ho tony ihany koa ny ben'ny tanàna ary nampanantena fa tsy hatao ny fanakatonana aloha ka nihoraka ny vahoaka naneho ny hafaliana ; saingy toy ny sosoa voatapo-drano ihany izany satria dia nilaza ireo tompon'adraikitra fa tsy maintsy tontosaina ny fanakatonana fa baiko avy any Mahazoarivo izany ary dia niroso tamin'ny fanapariahana avy hatrany ireo vahoaka sy mpiasa ireo zandary sy miaramila ary ny polisy. nirefotra ny lakrimozeina am-polony , izay nandrakotra ny arabe. Rehefa nisitaka ny olona dia niroso tamin'ny fihanihana ireo fefy ny mpitandro filaminana sy ny vadin-tany ka nanidy ny varavarana tany anatiny  sy ny vavahady lehibe fidirana.

RTT sy Caius R

L'express de Madagascar242 partages

Antsirabe – Interception de cinquante kilos de cannabis 

Ils ont passé au travers de nombreux barrages et points de contrôle installés par la police de la route, mais finalement, les cinquante kilos de cannabis ont été interceptés à leur arrivée à Antsirabe. Deux hommes avaient convoyé la marchandise prohibée répartie dans trois sacs et une valise. En fait, ils ont voyagé en taxi-brousse reliant Vangaindrano à Morondava. Le cannabis était destiné à être distribué et vendu dans la Ville d’Eaux et ses environs.Heureusement, la police a été informée par une personne de bonne volonté. Un piège a été alors tendu aux trafiquants, avant-hier dès 7h du matin à Andrano­mandevy, un endroit très fréquenté et où diverses affaires plus ou moins louches se négocient. Deux individus ont été repérés comme étant les réceptionnaires des cinquante kilos de cannabis. Il ne restait plus qu’à arrêter les quatre lascars au moment où ils se passaient entre eux la marchandise.Lors d’une enquête préliminaire, ils ont avoué être des habitués à ce trafic, il existe même un réseau bien rôdé dont les membres ont des liens familiaux. Ainsi, outre les quatre personnes arrêtées, leur père, des beaux-frères et des cousins purgent déjà des peines de prison à Antsirabe pour trafic ou vente de cannabis.

Angola Ny Avo

Midi Madagasikara190 partages

Miss Africa Netherlands : Une malgache en course !

Soely Mandrone est en course pour le titre de Miss Africa Netherlands.

Son père est italien, sa mère malgache. Bien qu’elle n’habite pas la Grande Ile, Soely Mandrone parle couramment le malgache, contrairement à la plupart des métisses vivant à l’étranger. D’ailleurs, elle n’aurait pu représenter Madagascar au concours Miss Africa Netherlands si ce n’était pas le cas. L’un des critères principaux pour pouvoir prétendre au titre est effectivement de garder le contact et de parler la langue du pays d’Afrique dont les candidats sont originaires. Il y a quelques semaines, la jeune femme a donc tenté sa chance. Elles étaient 275 à s’être inscrites. 80 ont été sélectionnées pour le casting mais seulement 12 candidates ont été retenues pour continuer l’aventure. Parmi celles qui se sont démarquées : Soely Mandrone. Le 2 décembre, elle défendra donc nos couleurs. L’un  des objectifs de la jeune femme de 21 ans est de porter haut le flambeau malgache et de faire découvrir la Grande Ile, autrement qu’à travers la politique ou encore la peste.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara185 partages

Zafy Albert : Evacué, hier, à l’île de la Réunion

Le professeur Zafy Albert a été évacué, hier, à l’île de la Réunion.

A la suite d’un accident vasculaire cérébral, le professeur Zafy Albert a été admis, dans la matinée d’avant-hier, à la Polyclinique d’Ilafy. De source bien informée, dans la soirée même, il aurait dû être admis au bloc opératoire mais en raison de la gravité de son état, l’opération n’a pas eu lieu. En outre, d’après Tabera Randriamanantsoa, le professeur a été évacué à bord d’un jet privé, hier vers 16h, à l’île de la Réunion. Il était accompagné, à cette occasion, par son fils, un garde du corps ainsi que trois médecins. Toujours d’après l’ancien ministre du Travail et des Lois Sociales, une autre délégation partira ce jour pour rallier l’île sœur. Son épouse pourrait faire partie de cette deuxième vague.

Statut. Par ailleurs, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana avec quelques membres du gouvernement ont rendu visite à l’ancien président, avant-hier, au domicile de ce dernier, à Ivandry. Et hier matin, Marc Ravalomanana accompagné de Guy Rivo Randrianarisoa se sont également rendus à la Villa « La Franchise » et dans l’après-midi (vers 14h), ce fut au tour de l’ancien Premier ministre Omer Beriziky. Faut-il rappeler que de par son statut d’ancien président de la République, les frais d’hospitalisation du professeur sont pris en charge par l’Etat malgache, y compris l’évacuation sanitaire.

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune180 partages

Madagascar de plus en plus isolé

La Grande Ile est évitée comme la peste actuellement. Au sens propre comme au sens figuré. Le voyage vers Madagascar n’est pas recommandé actuellement. Dans la région Océan Indien, c’est carrément interdit. Déjà isolé naturellement en tant qu’île, Madagascar est isolé techniquement à cause de la peste. La première sanction vient des autorités seychelloises qui ont peu apprécié que leur coach de leur équipe de basket-ball soit décédé de la peste contractée à Madagascar. D’autant que d’autres malades sont encore en traitement aujourd’hui.

Questionné sur cet isolement progressif de la Grande Ile, le Premier ministre Olivier Mahafaly précise que « Nous ne sommes qu’au niveau 2 actuellement, c’est seulement au niveau 3 que la fermeture totale des frontières est effective ».

Sur terrain, les propositions fusent pour venir à bout à cette maladie de la misère. Certains proposent des villes mortes pour 3 jours au moins, de vendredi à lundi par exemple. Les demi-mesures ne seront jamais efficaces. Les rassemblements sont interdits déclarent les autorités mais elles n’osent pas interdire les messes et autres réunions dans les temples. Les fanatiques religieux et autres dirigeants décrètent que la peste reste à l’extérieur des églises et temples. Les autorités politiques n’osent pas leur interdire ce genre de rassemblement. Entre ceux qui déterrent les cadavres de leurs proches pour les enterrer dans le caveau familial coûte que coûte, ceux en conflit avec les forces de l’ordre car n’acceptent pas le verdict de la peste de leurs proches décédés, les malades de la peste qui s’enfuient, ceux qui s’enfuient avec le corps de leur proches de peur que les autorités les prennent, ceux qui rassemblent la foule toute religion confondue pour prier, les tas d’ordures amoncelés ici et là, les caniveaux débordés….. La peste a de beaux jours devant elle !

Midi Madagasikara176 partages

Antsirabe : Dadabe nanolana zazavavikely 13 taona

Antitra vao mivoatra gaigy ity rangahy be, zazavavikely vao 13 taona monja no nanaovany ny filan-dratsiny.Tao an-tsena Sabotsy no nisehoan’ity tranga ity, ny Talata lasa teo. Raha ny fantatra dia fanindroany izao no nanolanany io zaza io. Tsy nisy  nanam-po ny zavatra nataony ny manodidina rehetra, izy rahateo efa antitra. Efa mifankazatra amin’ilay zaza rahateo io lahiantitra io kanjo efa miharo tetidratsy ny hamorany. Voalaza fa tambatambazany amin’ny fanomezana kely hatrany io zaza io, io Talata maraina io nentiny tao ambany latabatra fivarotana iray ilay zaza ka tao no nanaovany ny filan-dratsiny. Tsikaritry ny mpivarotra sasany tao an-tsena ihany anefa ny nataony, saingy vetivety ilay io dia nanjavona tsy hitan’ny olona. Rehefa natao ny fikarohana, dia tratran’ny olona tao an-tsena ilay rangahy. Efa maro ny niaka- pofona ary saika niharan’ny hatezeram-bahoaka ilay rangahy, saingy tonga aloha ny mpitandro filaminana. Ny tena nahatsikaiky ny maro ny fandrenesana ilay vadiny nilaza, fa hay ve ka mbola mahavita manao izany indray ilay rangahy.

Andry N.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara138 partages

Maevatanana : Zandary iray maty voatifitry ny dahalo

Zandary iray indray no lavo teo an-tanim-piadiany, raha nikasa ny handeha hanavotra olona voatafika, tao amin’ny kaominina Berivotra 5×5, ao amin’iny distrikan’i Maevatanana, ny harivan’ny alarobia lasa teo. Raha ny fampitam-baovao azo avy tany an-toerana, dia nisehoana fanafihan-dahalo mahery vaika tao amin’io tanana io, tokony ho tamin’ny fito ora hariva tany ho any. Fivarotana,  an’ny  mpandraharaha iray tany an-toerana tamin’io fotoana io no lasibatry ny dahalo, izay tsy mbola fantatra isa hatreto ary mirongo basim-borona. Vola an-tapitrisany maro no lasa tamin’izay. Raha nandre an’io ny zandary tany an-toerana dia niolomay, handeha hanavotra ity voatafika ity. Tamin’ny fotoana nahatongavan’ireo zandary teo an-toerana anefa no teo an-dalam-pitsoahana mihitsy ireto olon-dratsy ireto. Raikitra teo ny fifampitifirana ka lavo tamin’izany ny zandary iray, mitondra ny gradina « adjudant ». Tsy nisy voa kosa ny tamin’ireo olon-dratsy, izay afa-nitsoaka tetsy andanin’izay. Taorian’io ihany, dia nisy ny nanara-dia ireto olon-dratsy ireto, ary tao kosa ny nitondra ity zandary mahery fo ity, tany amin’iny toeram-pitsaboana, saingy indrisy fa tsy tana intsony ny ainy. Mbola mitohy araka izany ny hazalambo any an-toerana, araka ny fampitam-baovao azo. Ilay zandary namoy ny ainy kosa dia fantatra, fa rehefa nomena voninahitra farany tao amin’iny tobin’ny vondron-tobim-pileovana tao Maevatana, dia naterina any an-tanindrazany, any Mandritsara.

m.L / Ratantely

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza110 partages

Tsy nomen’ny fianakaviany ilay razanaSakoroka mandrak’alina teny Anosibe

Savorovoro tanteraka ny teny Anosibe Mandrangobato I nanomboka omaly tolakandro hatramin’ny alina. Anton’izany ny fisian’ny olona maty, izay nambaran’ny fianakaviany sy ny mpiara-monina fa maty vokatry ny fiakaran’ny tosidra, ary efa nandrasana roa andro tao an-tanàna ny razana.

Naheno kosa anefa ny avy amin’ny fanjakana fa pesta no nahafaty azy io, ka nidina teny an-toerana haka ny razana avy hatrany ny avy amin’ny BMH. Tsy azo atao ny mandevina am-pasan-drazana ny olona matin’ny pesta, ary tsy azon’ny fianakaviana kitihina. Nanomboka teo ny gidragidra satria tsy nanaiky ny hanomezana ny razana ny fianakaviana sy ny vahoaka, ary niziriziry fa tsy matin’ny pesta io olona io. Raikitra noho izany ny sakana amin’ny tsy famelana ny hakana ny razana, ary nirarakopana ny toera-bato nahazo ireo mpiasan’ny BMH. voatery niditra an-tsehatra ny mpitandro filaminana. Tsy nanaiky lembenana kosa ny andaniny, ka raikitra ny tora-bato sy ny sakoroka ary nitohy ny alina mihitsy. Halina manodidina ny tamin’ny 8 ora teo dia mbola nisy fiara tsy mataho-dàlana miisa 4 feno mpitandro ny filaminana nihazo an’Anosibe nanampy ireo efa teny an-toerana mba handamina ity raharaha ity.

Toky R

Midi Madagasikara101 partages

Alarobia Amboniloha : Mpanampy nangalatra sy nitsoaka niaraka tamin’ny basy

Voasambotra ihany  rehefa ela nifanjehana tamin’ny pôlisin’ny boriborintany fahavalo etsy Analamahitsy sy ny tompon-trano ny lehilahy, mpiasa tao amina tokantrano iray tetsy Alarobia Amboniloha. Ity farany dia voarohirohy ho nangalatra tao amin’io tokantrano io ny volana febroary lasa teo. Izy sy namany maromaro no voalaza fa nahavanon-doza. Lasa tamin’io fotoana io moa ny vola sy ny entana tao an-trano, izay tombanana ho any amin’ny 50 tapitrisa ariary tany ho any, niaraka tamin’ny basy poletan’ny tompon-trano. Nanomboka tamin’izay fotoana izay ny fikarohana ity mpiasa ity sy ny namany. Araka ny fanazavàna azo dia efa nisy voasambotra ny sasany tamin’ireo namany ary efa nalefa eny Antanimora. Ilay ati-doha kosa tamin’io fotoana io mbola nifampitadiavana eran’ny faritra. Tany amin’iny faritra Antsirabe iny no fantatra fa nandehanan’ity farany, raha ny fanazavàna azo hatrany. Nidina avy hatrany tany an-toerana ireo tompon’andraikitry ny filaminana ary dia tratra tany tokoa ity tovolahy ity. Izy, izay niantrano tao amin’ny rainy. Niara-nosamborina moa ireto farany ary nentina taty an-drenivohitra natao famotorana, ny sabotsy lasa teo. Marihana fa mbola tratra tany aminy ilay basy poleta nangalariny tao amin’ilay tokantrano, izay efa naverina tamin’ny tompony moa. Omaly no nentina teny anivon’ny Fampanoavana izy mianaka ireto : ny rainy izay noraisina ho mpiray tsikombakomba taminy, raha ny fanazavàna azo.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune100 partages

Fermeture de l’usine sous tension hier

L’annonce avait été faite dans le courant de la semaine dernière quant à la possible fermeture de l’usine de la société Tiko AAA à Andranomanelatra Antsirabe. Les autorités étatiques sont bel et bien passées à l’acte dans la journée d’hier 12 octobre 2017, car les portes de l’usine ont été fermées. Selon les informations, l’ordre viendrait conjointement du ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, Tazafy Armand et du ministre de l’Environnement Ndahimananjara Johanita. Les raisons évoquées pour cette fermeture sont entre autres le non paiement d’arriérés fiscaux et douaniers de la société ainsi que des irrégularités vis-à-vis de ses factures dues à la Jirama, un défaut de permis environnemental, l’absence de certificat de conformité et d’autorisation de mise sur le marché de ses produits. Aussi, pour ces raisons, la décision a donc été prise par le régime de fermer l’usine de la société de Marc Ravalomanana, ancien président de la République. La société Jirama elle aussi avait hier coupé l’électricité alimentant l’usine.

D’une manière ou d’une autre, l’on s’attendait également à une réponse de la part du camp Ravalomanana. Jusqu’alors, aucun des proches de l’ancien président ne s’est prononcé sur le sujet. Toutefois, à Andranomanelatra, les employés de l’usine ainsi que d’autres manifestants ont voulu empêcher la fermeture de l’usine. Selon la plupart d’entre eux, un bon nombre de familles dépendent du fonctionnement de cette usine. Cette résistance a donné lieu à des affrontements entre la population et les éléments des forces de l’ordre qui ont du user de grenade lacrymogène afin de disperser les personnes qui voulaient s’opposer à cette fermeture.

Politique

Pour les observateurs, le fond de ce problème n’est autre que politique. Même si, le groupe Tiko ou Tiko AAA a des irrégularités et des arriérés fiscaux et douaniers, il s’agirait surtout de calculs du régime actuel qui souhaite affaiblir au maximum le camp Ravalomanana en vue des élections. En effet, l’ancien président et numéro un de la société Tiko n’a jamais caché sa volonté de revenir à la magistrature suprême. Ainsi, il représente un adversaire de taille pour le régime actuel et surtout pour Hery Rajaonarimampianina qui sera aussi, sauf retournement de situation, candidat à sa propre succession. L’adage dit que l’argent est le nerf de la guerre. En coupant les activités de Tiko AAA, le régime actuel coupe également dans les sources de financement du parti Tiako i Madagasikara. Car l’usine ne pourra rouvrir ses portes qu’une fois en règle vis-à-vis de la loi et de l’Etat. Toutefois, il a été annoncé qu’une délégation composée de membres du gouvernement et de l’administration se rendront sur place ce jour afin de constater et discuter de la situation qui prévaut à Antsirabe.

Midi Madagasikara95 partages

Festival Jerijery : Shyn, Lianah, Farah Jones… en vedette

Lianah, parmi les artistes qui vont participer au festival Jerijery.

La 16e édition du festival Jerijery se tiendra du 1er au 5 novembre prochain, à Vavatenina. Un grand événement culturel qui réunit la crème des artistes tropicaux du pays.

Comme chaque année, le festival Jerijery programme plusieurs activités culturelles pour animer toute la ville de Vavatenina. En 16 éditions, c’est un rendez-vous incontournable qui dynamise toute la région. Cette année encore, pas question de rater cette occasion, car même si la maladie de la peste paralyse tout le secteur musical, les organisateurs font confiance aux mesures prises pour maîtriser la propagation de la maladie, et annoncent la tenue du festival. Ainsi, la 16e édition du festival Jerijery se tiendra bel et bien du 1er au 5 novembre prochain, et les concerts se succèderont au Kianjan’i Jerijery. Plusieurs artistes seront de la partie, dont les plus connus de la scène tropicale. L’on retrouvera Shyn, Joyce Mena, Taa Tence, Farah Jones, Florida, Mijah, Elidiot, Lien Bouessa, Lianah, Stany, Willy et Comed. En somme, pas mal d’artistes de la partie Est de l’île, et des pointures nationales qui sont connus dans tout le pays. Outre les grands spectacles qui verront donc ces artistes défiler tout le long de la semaine, deux soirées cabarets seront programmées : le samedi 4 novembre pour un grand bal animé par Lien Bouessa et le dimanche 5 novembre pour le cabaret faradoboka avec Shyn.

Richesse. Le festival Jerijery est un grand événement annuel qui met en valeur la région Analanjirofo. Une région réputée pour ses produits tels que les letchis, la banane, le café, la vanille, mais aussi la culture du riz grâce à la plaine de Iazafo. Côté découverte, Analanjirofo et Vavatenina est un haut lieu de rencontre avec la nature grâce à ses réserves naturelles dont Zahamena. Chaque année, ce festival est un moment opportun pour la région d’attirer à la fois des touristes étrangers et locaux. Ces derniers pouvant ainsi apprécier la beauté de la ville et la richesse de toute la région. En tout cas, comme chaque année, carnaval, concerts, spectacles et cabarets seront au programme, avec les plus grosses pointures de la musique tropicale malgache, pour faire de ce festival Jerijery l’événement de l’année.

Anjara Rasoanaivo

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara91 partages

BNI Madagascar : Trois gagnants pour la Tombola Salon de l’Auto

La BNI Madagascar fait toujours des heureux gagnants.

Banque officielle partenaire du Salon de l’Auto 2017, la BNI Madagascar a organisé une tombola qui a bien évidemment, fait des heureux. Lesquels ont reçu hier leurs lots. Il s’agit, en l’occurrence de Niaina Rakotoarison qui a gagné un bon d’achat de 500 000 ariary chez Quick Lane, d’Oriane Rananja  qui a décroché un bon d’achat de 200 000 ariary chez Telma et enfin de Mahery Ratsiferana qui a eu droit à une somme de 100 000 ariary pour une ouverture de compte épargne à la BNI Madagascar. .

Ndrina Ralaimanisa, Directeur de la Communication Institutionnelle et des Relations Publiques de BNI Madagascar a tenu à  féliciter les trois participants les plus chanceux de cette tombola  sur 2 540 personnes qui ont mis leur coupon dans l’urne. Cette présence active de BNI Madagascar au Salon de l’Auto témoigne la volonté de la banque de faciliter l’acquisition de voitures ou motos par les Particuliers avec le crédit Vaika. Le salon a permis de mettre en avant le leasing comme solution de financement à court ou moyen terme pour les Professionnels, les Entreprises et les Particuliers. D’ailleurs, la promotion commerciale sur le leasing continue jusqu’à la fin du mois d’octobre.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara85 partages

Lutte contre la peste : Soutien de la Chine

Antibiotiques et équipements de protection individuelle (EPI) d’une valeur de 220 000 dollars, soit 660 millions d’ariary, ont été remis, hier, par l’ambassade de Chine à Madagascar, au ministère de la Santé publique à Ambohidahy, en appui à la lutte contre la peste qui fait rage actuellement. Un soutien qui n’a pas tardé à venir, de la part de la Chine, une semaine après l’entrevue entre le ministre de la Santé, le Pr Mamy Lalatiana Andriamanarivo et l’ambassadeur de Chine à Madagascar, SEMme Yang Xiaorong, au cours de laquelle le ministre a sollicité un appui dans cette lutte contre la peste.

Il a été appris lors de la remise des dons de médicaments et d’équipements, hier, que les malades de la peste commencent à venir dans les hôpitaux et les centres de santé, si auparavant, la peur l’emportait sur la nécessité de guérison. Rappelons que la peste, notamment, la forme pulmonaire nécessite une prise en charge extrêmement rapide, mais se guérit parfaitement.

Une série d’appuis venant des partenaires techniques et financiers et pays amis de Madagascar, a été reçue depuis le début de cette épidémie de peste concentrée dans les villes de Toamasina et d’Antananarivo. Ces appuis se concrétisent essentiellement sous forme d’équipements et de médicaments. C’est ainsi que l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) a appuyé la lutte contre la peste à Madagascar en remettant une aide en équipements et médicaments d’une valeur de un million de dollars.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara84 partages

Ivato Seranana : Fatin-jazakely efa lo, navelan-dray aman-dreniny tao an-trano

Habibiana, tsy firarahiana sa dia inona loatra no nahazo ny ray aman-drenin’ity zaza tsy manan-tsiny ity. Vatana mangatsiakana zazakely iray, izay efa lo sy potika tanteraka mantsy no hitan’ny fokonolona tao amin’ny tokantrano iray nihidy tetsy Ivato Seranana tao amin’ny kartie antsoina hoe K2, omaly antoandro.  Ny fofona efa niely sy nanenika ny tanàna no nanaitra ireo manodidina. Nantsoina avy hatrany ny tompon’andraikitra ary natao ny famoahana ny trano. Akory ny hatarain’ireo nanokatra raha nahita ny tao an-trano efa mikorontana ary ny vatana mangatsiakan’ity tsy manan-tsiny nitsirara teo am-povoan-trano. Efa somary andro maromaro ihany no tsy nivoha intsony io trano io, raha ny angom-baovao azo. Ny tompon-trano aza tsy nahafantatra akory fa efa tsy nisy olona intsony tao an-toerana. Araka izany, azo heverina fa navelan’ireto ray aman-dreniny sy ny havany tao izany ity zaza namoy ny ainy ity. Raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitry ny zandary misahana iny faritra iny dia efa nisy tantara teny an-toerana ny ray aman-drenin’ity zaza ity, izay saika niafara tamin’ny fitsaram-bahoaka mihitsy. Raha ny zava-nitranga mantsy, andro vitsivitsy, taorian’ny fahateran’ilay ramatoa, ny faramparan’ny volana septambara  dia toa hoe narary ilay zaza. Ny rainy ihany anefa no niezaka nitsabo azy ary nony hitany fa nisy fiombony ilay aretina dia nentina tany amin’ny mpitsabo saingy nolazain’ireto farany fa efa maty ilay zaza. Tezitra tamin’izay ilay rainy ka nikasin-tanana ireo mpitsabo. Raikitra tamin’izay ny savorovoro, izay nidiran’ny fokonolona. Nitsoaka sy niala teo amin’ilay tanàna mihitsy izy sy ny fianakaviany taorian’izay ary io namela an’io zaza maty io tao an-trano. Efa noraisin’ny tompon’andraikitra teny an-toerana moa ny raharaha tamin’ny fandevenana ity tsy manan-tsiny ity. Nanokatra ny fanadihadiana kosa tetsy an-danin’izay ireo mpitandro filaminana ary mikaroka ireto ray aman-dreny adala ireto.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara82 partages

Un meurtre qui nous interpelle tous

L’horrible meurtre d’ Ambohitrarahaba interpelle tous les citoyens qui n’arrivent pas à comprendre ce drame. Comment une telle barbarie a pu avoir lieu dans une société malgache qui prône la tolérance et le « fihavanana » ? On se rend compte que l’environnement a changé et que l’échelle des valeurs n’est plus le même en ce début du XXe siècle à Madagascar.

Un meurtre qui nous interpelle tous

L’émotion ressentie par les citoyens après cette tragédie a été immense. La consternation a fait place à une rage froide car les victimes étaient deux jeunes enfants et elle s’est muée en un sentiment d’horreur quand on a su que les auteurs de cette tragédie étaient des adolescents. Les attaques à mains armées suivies de mort d’hommes font régulièrement la une des journaux, mais ce drame sort véritablement de l’ordinaire des faits divers habituels. Il s’agit d’un véritable phénomène de société et on se dit qu’on assiste à une perversion des règles régissant la société malgache. On cherche cependant à comprendre la raison de cette barbarie. Et même si elle est inexcusable, on considère que les conditions de vie actuelle ont durci le caractère d’une catégorie de la population. Sur les réseaux sociaux, certains ont commencé à relancer le débat sur l’utilité de la peine de mort. Il n’est peut-être pas opportun de réagir à chaud sur cette question. Le fond du problème est celui de l’éradication de l’insécurité qui règne en ce moment. On en revient toujours à la manière dont les pouvoirs publics vont solutionner le problème. C’est une question de fond qui se pose. La dégradation de la morale est liée aux difficultés rencontrées par les Malgaches  dans leur vie quotidienne. Les liens qui soudaient la société malgache traditionnelle sont en train de se défaire. Les services de gendarmerie ont fait preuve d’une grande efficacité et ont très vite arrêté les coupables. Ces derniers vont être traduits en justice et recevoir une peine exemplaire. Mais ce drame devrait interpeller la conscience de tout le monde et en premier lieu celle de nos dirigeants.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar75 partages

Andranomanelatra – L’usine AAA Tiko mise sous scellés

Les installations de Tiko à Andranomanelatra, ont été scellées. Elle est donc la première victime de l’assainissement industriel prôné par le ministère.

Le gouvernement joint l’acte à la parole. Une semaine après la déclaration de Armand Tazafy, ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, d’assainir le milieu industriel, les installations de Tiko à Andrano­manelatra exploitées par la société AAA ont été scellées, hier, en début de soirée par les autorités de la région de Vakinankaratra. D’après le préfet de région, il s’agit de l’exécution d’un arrêté interministériel signé par deux membres du gouvernement le 4 octobre.« Selon cet arrêté, la société n’est pas conforme à la législation en vigueur », a déclaré Voahangiharimino Andrian­tomponera. La société AAA n’aurait pas en sa possession un permis environnemental et un certificat de consommabilité.« Nous avons déjà déposé des dossiers pour régularisation, il y a trois mois. Nous avons en notre possession un accusé du ministère. Les dossiers restent sans suite.  Maintenant, c’est la suspension de l’exploitation et le scellage de l’usine qu’on obtient en retour », réagit Maître Norosoa Raharimalala, l’avocat de la société AAA.

Tension ?Devant cette décision gouvernementale, les employés, soutenus par la population d’Andranoma­nelatra, ont tenté tant bien que mal de s’opposer à la fermeture de ces usines produisant les produits Tiko. Le site était ainsi le théâtre d’une surchauffe, hier, en fin d’après midi. Il a fallu  l’intervention des forces de l’ordre pour disperser à coups de grenades lacrymogènes ces « manifestants ».Vers 18 Heures, les autorités de la région, accompagnées par les forces de l’ordre et d’un huissier de justice, étaient venues sur le site d’Andranomanelatra. Les employés de la société AAA  et la population environnante les attendaient déjà sur le lieu. « Nous sommes tous des natifs de cette région. Il faut laisser de côté les intérêts politiques et voir en face les intérêts de la population, Madame le Préfet », intervient  le député élu à Antsirabe I, Michel Jean François.L’électricité a été coupée sur le site et dans tous les quartiers d’Andranomane­latra pour ne revenir qu’après le scellage du lieu.Les employés ont compliqué les tâches de ces autorités en bloquant l’accès. Les forces de l’ordre ont lancé le premier jet de grenade lacrymogène suivis d’autres pour disperser les employés de la société AAA.À Madagascar, une bonne partie des industries du pays ne sont pas en règle vis-à-vis de la législation environnementale. « 60% d’entre elles ne disposent pas de permis environnemental », a fait savoir Jean Chrysostome Rakotoary, directeur général de l’Office national de l’environnement (ONE), l’organe en charge de la délivrance de ce document. Connaitront-elles le même sort que les installations de Tiko ?

Lova Rafidiarisoa et Angola Ny Avo

Madaplus.info60 partages

L’instigateur du meurtre et du Kidnapping d’Ambohitrarahaba arrêté

Outre, les deux jeunes garçons qui ont été arrêtés avant hier, l’instigateur de l’assassinat et de l’enlèvement, avec 3 autres personnes ont été arrêtés par les forces de l’ordre hier.
Le responsable de l’affaire d’Ambohitrarahaba n’est entre autres qu’un ancien employé de la famille qui a été débauché. Mais, la personne connait ce qui se passe au sein de la famille, comme la vente récente d’une voiture qui l’a poussé à faire ce cambriolage qui a mal tourné. C’est une forme de vengeance si on se réfère aux différentes informations qui circulent dans les médias sociaux. Le jeune garçon sera inhumé aujourd’hui.
Midi Madagasikara59 partages

Portrait – Ralantoarison Sam dit MC Jay Sam : « Chaque événement doit être un nouveau commencement »

Il s’appelle Ralantoarison Germain Sam, a pris l’alias MC JAY SAM depuis qu’il est dans l’animation. Et depuis, ce prénom lui est resté.

Mc Jay Sam n’est plus un nouveau venu à présenter dans le monde du « showbiz » malgache. Loin de là, il a déjà fait ses armes voilà plus de vingt ans à Tana et depuis, il s’est fait encore plus connaître outre-mer. Malgache, mais de père d’origine asiatique, il évolue actuellement à Paris toujours en tant que créateur d’événement mais d’emblée, il a tenu à souligner «toutes mes passions, l’organisation événementielle, la photographie et le sens des affaires, je les tiens de mon père d’Origine Asiatique ». Il a commencé ses études primaires à l’école primaire des bonnes soeurs Fahendrena à Fandriana ensuite il les a continuées au Collège de France à Antananarivo. Assez sportif, le jeune homme fait de la musculation, de la natation, du jogging, du trecking « donc assez de temps pour méditer à tout ». Il voyage lorsque le temps le lui permet « ce domaine est très prenant ». Depuis ses 16 ans, c’est un faiseur d’ambiance, que ce soit aux mariages, aux bals de jeunes ou encore dans des événements organisés avec d’autres animateurs. Il a fait aussi de l’audiovisuel chez TV Plus « j’étais également présentateur chez TV Plus Madagascar dans une émission pour jeunes. Je peux affirmer qu’à cette époque, tout me souriait, j’avais de la confiance et de bonnes relations avec tout le monde : les medias , les artistes, les Partenaires. ».Humble, il l’est « Je n’en suis pas devenu riche comme on le pense, puisque l’événementiel sera toujours une passion. Après, s’il y a quand même des bénéfices à se faire, je ne dirai pas non pour augmenter mes chiffres d’affaires. J’avoue que depuis toujours, je n’aime pas trop parler de chiffres ». Si l’événementiel ne l’a pas rendu  millionnaire, cela a fait mieux « nous avons apporté pas mal de changement dans le paysage des événements Malagasy en France. Il y a 10 ans , avant qu’on n’arrive, les soirées Malagasy se contentaient d’une image décorée sur Word’art comme Flyers, du monopole d’un seul organisateur par grande Ville, d’un seul Dj Connu par la Diaspora. On nous imposait les mêmes artistes et danseuses en herbe à chaque début de soirée. Donc, on se disait, il faut que ça évolue ». Il y a 8 ans, c’était un grand saut dans le vide ! Inconnu, sorti de nulle part, il décide de monter un concept avec des amis. « Une soirée avec des Djs méconnus du public parisien, lorsque je mixais encore dans mes soirées à l’époque. C’était un risque fou. On a choisi un des quartiers le plus connu à Paris : Châtelet ». Et cela a marché pour eux.

C’est aussi un jeune adepte de l’entraide entre amis, entre Malgaches. « Une de mes appréciations et fierté, c’est qu’on arrive à communiquer, à s’entendre et même à s’entraider avec nos « concurrents » animateurs. Oui je peux les appeler «mes amis », les quelques organisateurs sur Paris. « L’honnêteté est indispensable dans ce milieu, surtout s’en tenir à ce qu’on propose, prendre du temps pour écouter les critiques des gens, ne pas être sur la défensive , et savoir prendre du recul à tout moment ».

Dans ses meilleurs souvenirs d’animation quand il était à Madagascar ? « Après une longue préparation d’un grand spectacle avec une dizaine d’artistes à Antsahamanitra, c’est lorsque tu rentres sur scène et qu’on t’applaudit ! ». Et l’une de ses déceptions « c’est lorsque tu te donnes à fond de ton coté puis on ne te paie pas. Je sais ce que c’est de ne pas être payé. C’est pourquoi, histoire de dettes, je n’en ai jamais eu et j’espère ne jamais en avoir ».

Une autre de ses déceptions en France, à ses débuts « quand tu es au centre d’une grande polémique sur la toile, dans les réseaux de la communauté malagasy. Vous savez comment ça inonde les réseaux à une vitesse de l’éclair. J’avais droit à tout : insultes, intox, menaces, ironie…. C’était à quelques semaines de la première édition de l’Election Miss Mister. Comme je les comprends : un jeune sorti de nulle part décide de l’organiser à la Salle de Nanterre dont la capacité est de 1 000 personnes. Mon seul objectif était de me taire et de réussir pour les faire taire : chose faite ! ».

Mais il y eut aussi de beaux  souvenirs en France comme lorsque un client qu’il ne connait pas s’approche de lui et dit « merci pour ce que tu apportes à  notre communauté « . « C’est l’une des raisons qui me pousse à continuer et à donner encore plus, et me fait oublier que beaucoup attendent que je tombe ». J’ai choisi un chemin, pour ma passion, pour mon pays, donc rien ne m’arrêtera, je suis plus patient et plus tenace. Donc je ne tomberai pas.

Avec ses années d’expériences, il peut conclure en disant  « Rien n’est acquis d’avance, chaque événement doit être un nouveau commencement ».

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara58 partages

Aéroport de Fascene : Le calendrier des travaux de rénovation respecté

Travaux de bitumage de la piste de l’aéroport de Nosy Be.

D’ici fin août 2018, l’aéroport de Nosy Be sera complètement remis à neuf et renforcera ainsi son statut d’outil pour le développement du tourisme

Le consortium CMBI, regroupant Colas Madagascar et Bouygues Bâtiment International ne lésine pas sur les moyens et sur les compétences pour mener à bien les travaux de rénovation de l’aéroport international de Nosy Be. Deux mois et demi après le lancement du chantier, les travaux avancent conformément au calendrier établi.

15 millions d’euros. « Le calendrier est respecté » précise-t-on du côté de Ravinala Airports qui, rappelons-le, est chargé de l’exploitation, de la maintenance, du développement et du financement des aéroports internationaux d’Ivato et de Fascene, pour une durée de 28 ans.Après une phase préparatoire, l’application des enrobés bitumineux est quasiment terminée afin de remettre à neuf et renforcer la couche de roulement auparavant fissurée. Ravinala Airports procède également à la rénovation des ouvrages hydrauliques de Nosy Be.  Au total, les travaux de réhabilitation de la piste auront nécessité un investissement de 15 millions d’euros, notamment pour la pose de  1 350 tonnes de bitume et 20 000 tonnes d’enrobés.  Ravinala Airports procède également à  la construction de la station de traitement des eaux qui sera achevée au mois de novembre prochain. Le parking de l’aéroport est également en chantier et aura une capacité de 149 places. Les prochaines étapes du chantier porteront sur la réhabilitation du terminal existant, afin de le rendre plus accueillant et plus flexible. La fin des travaux sur l’aéroport de Fascene Nosy Be est prévue au mois d’août 2018.

Normes internationales. Une fois les travaux finis, le Terminal de Fascene aura une plus grande capacité et sera doté d’infrastructures modernes. Des zones commerciales seront aménagées et les façades refaites à neuf. A noter que pour ne pas perturber les vols, une équipe de 170 personnes est mobilisée pour des travaux de nuit, durant 11 heures. Les travaux sont réalisés conformément aux normes sécuritaires en vigueur, par des techniciens préalablement formés par Ravinala Airports. Il s’agit en somme de  doter Nosy Be – un site touristique de renommée internationale – de nouvelles infrastructures aéroportuaires conformes aux normes internationales. Une belle option pour le tourisme malgache car cela permettra  une meilleure accessibilité de la Grande Ile,  et l’ouverture de nouveaux marchés aériens ainsi que la croissance du trafic.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara55 partages

Ambohijanaka : Mpanao kidnapping nitifitra nahafaty olona

Tao anaty kirihitr’ala iray, tetsy Ambohijanaka, no nitifitra ireo olona izay nanatona azy ireo jiolahy nitam-basy izay saika hiafina tao. Iray tamin’ireo fokonolona no maty vokatr’izany. Nandritry ny fitsoahan’ireo olon-dratsy dia mbola nanao tifitra variraraka ihany izy ireo. Nisy nahavita nampandre ny zandary anefa ary fotoana fohy taorian’izay dia raikitra ny fanarahan-dia. Nisy ny voasambotra tany anaty fiara fitaterana rehefa natsangana ny barazy teo amin’ny manodidina. Nisy koa ny voasambotra an-tongotra rehefa nisy ny fifanampiana tamin’ny olona izay nanoro ny làlan’ireo jiolahy. Miisa efatra ankehitriny no efa eo am-pelan-tanan’ny zandary ary nanokafana fanadihadiana noho ny vonoan’olona sy fikamban-jiolahy ary fampiasana fitaovam-piadiana tsy nahazoana alàlana. Mbola nisy naman’izy ireo roa hafa karohina ary ireo no tafatsoaka niaraka tamin’ny basy kalachnikov. Rehefa nandeha ny fanadihadiana azy ireo dia nivoaka fa nanao fakàna an-keriny olona izy ireo ary tao amin’ilay ala no toerana nanafenana voalohany izany. Rehefa tsikaritry ny olona anefa izany dia nivadika ny kajy rehetra ary voatery nanavo-tena ireo mpaka an-keriny noho ny tahotra fitsaram-bahoaka. Nanapoaka basy ary ilay olona (teratany malagasy) izay nalaina an-keriny dia votsotra koa. Mitohy ny fikarohana ny basy raha ny momba ity raharaha ity. Ny mahatalanjona ny zandary kosa dia ny tsy nametrahan’ilay olona izay voalaza fa nalaina an-keriny fitoriana hatramin’izao kanefa izy no anton’ny rehetra, raha tena zohiana ny zava-misy.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara55 partages

Région Menabe : Prévenir la peste avec les moyens du bord

Deux cas suspects de peste ont été traités dans la région Menabe.

La région est encore loin de l’épidémie mais prend toutes les précautions face à la non maitrise des flux de déplacements nationaux. Alors que la situation est encore non contrôlée dans la capitale malgache et que le branle-bas de combat continue, la région de Menabe, plus particulièrement la ville de Morondava multiplie les mesures pour limiter autant que possible la prolifération de la maladie. Ce que le directeur régional de la santé publique (DRS) Menabe a tenu à noter. “Nous prenons la situation très sérieusement. Nous voulons éviter une situation de psychose et de propagation incontrôlée de la maladie” a affirmé Fanjambololoniaina Rasamoelina, la numéro une de la santé publique de Menabe. Avant d’ajouter que des mesures ont été prises bien avant l’épidémie de la peste. Notamment dans la sensibilisation des responsables des gargotes et des restaurants (gasy) sur le respect de l’hygiène. Fanjambololoniaina Rasamoelina de souligner toutefois que “sur soixante quinze invitations envoyés, trente cinq ont eu des réponses”. Avant d’ajouter que la “ DRS Menabe va effectuer une descente sur terrain demain pour évaluer les responsables des gargotes et petits restaurants de la ville.” Côté traitement d’éventuels pestiférés, Fanjambololoniaina Rasamoelina a fait savoir que la direction régionale a pu stocker des médicaments par ses propres moyens. Lesdits médicaments attendant d’éventuels pestiférés a souligné la DRS Menabe.

Difficultés. Interviewée dans son bureau, la DRS de Menabe a tenu à parler des difficultés relatives à la maitrise de la situation. “Les rumeurs sont difficiles à maitriser. Et elles contribuent à la situation de psychose qui règne actuellement”, a-t-elle fait savoir. Avant d’enchérir que “ des personnes mal intentionnées font sembler d’appeler le numéro vert pour diffuser de fausses informations”. “Ce qui rend difficile notre tâche”, s’est-elle plainte. Une mesure a toutefois été mise en place par le ministère de tutelle. Elle consiste en la centralisation des appels téléphoniques sur les numéros verts. La direction centrale redirige les appels vers les régions concernées tout en donnant le numéro de la personne qui appelle. “Nous pouvons pister les appels pour prendre les dispositions nécessaires en cas de rumeur.” Le système a prouvé sa fonctionnalité car un homme qui a diffusé des rumeurs de cas de peste aurait été arrêté dans le district de Mahabo selon toujours les dires de la DRS Menabe.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada51 partages

Peste – Fosse commune : les familles des défunts s’insurgent contre le BMH

L’apparition de cas de peste chez les sujets hospitalisés pour d’autre maladie dans les établissements de soins devient de plus en plus fréquente. Cela crée des litiges entre le personnel de santé et les familles des victimes, surtout en cas de décès.

La situation inquiète plus d’un. Des malades qui fréquentent les centres hospitaliers où des pesteux sont soignés sont testés positifs au Test de diagnostic rapide (TDR) alors qu’ils y étaient admis pour d’autre maladie. Pas plus tard qu’ avant-hier, au Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU-JRB), deux patients victimes respectivement de maladie cardiovasculaire et de paludisme ont succombé après avoir suivi des soins, mais également été testés positifs à la peste pulmonaire.

Le test sur un autre décès, survenu hier dans ce même hôpital, a également  été positif.  Des cas qui n’ont pas manqué de créer la confusion chez les familles des victimes, qui deviennent de plus en plus réticentes lorsqu’on leur annonce la mauvaise nouvelle, en réagissant violemment, comme c’était le cas hier à Anosibe.

Face à une telle situation, les responsables essaient de tempérer l’angoisse de la population, notamment les usagers, qui craignent qu’il y ait des risques de contamination dans les hôpitaux. A ce propos, le directeur adjoint technique du CHU-JRB, le Pr. Luc Rakotovao, a souligné dans une interview qu’ « aucun risque en milieu hospitalier n’est possible dans cet établissement dans la mesure où des consignes de prise en charge spécifiques y sont respectées. Les malades, qui doivent porter des masques à l’entrée de l’hôpital, passent d’abord par le pré-triage pour savoir s’ils présentent les signes cliniques de peste. Dans ce cas, les concernés sont tout de suite admis au Centre d’isolement pour leur traitement pour éviter tout risque de propagation de l’épidémie ».

Les visites réglementées

Dans le même but de protéger l’ensemble des patients et de limiter la propagation de l’épidémie, le CHU-JRB a pris des dispositions visant à limiter le contact de tous les malades avec le monde extérieur. « Ainsi, les visites des patients, quel que soit leur service d’admission seront désormais interdites, et ce depuis hier », a fait savoir notre source.

Avant de continuer que « seuls  un  garde malade et une personne chargée de les ravitailler en nourriture peuvent avoir accès dans les salles de soins, jusqu’à nouvel ordre ». Sachant que les personnes qui ne se portent pas bien, à plus forte raison les malades, attrapent facilement la bactérie de peste en raison de la diminution de leur défense immunitaire. Le Pr. Luc Rakotovao a souligné qu’il s’avère nécessaire d’aménager une infrastructure à part pour prendre en charge les pesteux. Une telle proposition a déjà été soumise aux responsables compétents.

Fahranarison

 

Midi Madagasikara43 partages

Lemur trophy : Un raid touristique en voiture 4×4

Le Lemur trophy est un événement annuel qui sillonnera dans tout Madagascar. Il s’agit d’un raid touristique de l’année en véhicules tout terrain. C’est dédié notamment à la découverte de la Grande île dans le cadre d’un raid par équipe en véhicule 4 x4, buggys ou quads. Ce sera prévu du 02 au 11 novembre 2017. L’objectif étant de promouvoir la destination Madagascar. En outre, ce raid d’envergure qui est décomposé en onze étapes, mettra en scène  l’authenticité malgache via un parcours unique au départ d‘Antananarivo, la Ville des Mille, pour rejoindre le pays Vezo et enfin terminer dans sa capitale régionale Tuléar, selon les explications des organisateurs.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara42 partages

Présidentielle de 2018 : Les préparatifs surveillés par la communauté internationale

A un an de sa tenue, la prochaine présidentielle attire déjà l’attention des organisations internationales spécialisées dans l’organisation et l’observation des élections. Les Nations Unies sont particulièrement préoccupées par ce qui se passe actuellement à Madagascar. Ce qui explique la récente visite de travail de Haile Menkerios, du 2 au 5 octobre dernier. Ayant prévu une conférence de presse avant son départ, cet émissaire du secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, l’a annulée au dernier moment. Haile Menkerios aurait fait savoir ses constats sur les préparatifs de la présidentielle de 2018. L’émissaire de l’ONU connaît bien Madagascar et ses acteurs politiques. Il avait figuré parmi les médiateurs internationaux dans la crise malgache de 2009 qui avait opposé à l’époque le président de la République Marc Ravalomanana au maire d’Antananarivo Andry Rajoelina.

Report. Après le départ de Haile Menkerios, une délégation de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) conduite par le Général Siaka Sangaré, se trouve actuellement dans nos murs. L’objet de cette mission est d’effectuer un audit sur le fichier électoral élaboré par la CENI. Cet audit devrait permettre de vérifier si ce fichier est fiable ou non. L’audit en question fait suite aux différentes étapes franchies dans le cadre de la révision de la liste électorale qui suscitait des interrogations, voire des inquiétudes, dans la classe politique. La délégation de l’OIF présente ce jour le résultat de son audit. En tout cas, force est de constater que le report de la prochaine élection présidentielle ne fait pas partie des éventualités jusqu’ici envisagées par la communauté internationale qui attend de pied ferme le projet de révision constitutionnelle annoncé par le régime HVM.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar34 partages

Fibre végétal – Le sisal peine à satisfaire la demande

La matière est très appréciée par les pays étrangers. Mais l’offre malgache n’arrive toujours pas à satisfaire ce besoin en quantité.

Insuffisante. La production nationale de sisal peine à atteindre les 15 000 tonnes. Madagascar se trouve loin derrière le Brésil, avec120 000tonnes, la Tanzanie, qui produit 30 000 tonnes, ou encore le Kenya, avec 25 000 tonnes.  La Chine en est le principal acheteur, à presque 50%, suivie par le Maroc (21 %), l’Espagne (17 %) et l’Inde (4,5 %). Six sociétés sont connues produire et exporter de la fibre de sisal dans le pays en exploitant au total 17000 ha de champs de sisal. « La production actuelle d’une société  varie de 500 à 2000 tonnes en moyenne alors qu’elle a atteint 4000 à 5000 tonnes il y a encore quinze ans », indique une source, opérant dans le domaine.« La qualité du sisal malgache est l’une des meilleures au monde. Le type sisal hybride est très demandé mais on n’en produit pas assez pour pouvoir satisfaire la forte demande », indique l’interlocuteur. Le changement climatique a, notamment, affecté les plantations car la sècheresse prolongée et le manque de pluviométrie ne favorisent pas une nette rentabilité, bien que ce soit une plante qui ne pousse que dans le sud de l’île, avec le climat adéquat. Le fleuve de Mandrare, situé dans la région Anosy, est également indiqué contenir trop de sédiments, et l’eau est ainsi non favorable au défibrage.  Ce qui constitue un coût supplémentaire pour les sociétés.

Nouveaux usagesOutre les cordes, ficelles, tapis, nattes et produits artisanaux, la fibre de sisal est exploitée pour d’autres usages. « Le sisal est de plus en plus utilisé dans les matériaux composites pour l’industrie automobile, l’ameublement et la construction. On le retrouve également dans les plastiques et dans les produits de papier. Il sert à fabriquer des composites à base de plastique et de caoutchouc », indique un site spécialisé. La demande locale ne constitue qu’une infime partie. La fibre fait, notamment, l’objet de transformation en cordes pour produits artisanaux.« Deux coopératives, que nous appuyons, s’activent dans l’artisanat à base de sisal dans la région Anosy », explique l’ONG Cara. Des appuis techniques et des formations en gestion de coopératives leur sont octroyés pour garder une certaine qualité de produits déjà appréciés.Toujours est-il qu’il n’existe plus de sociétés malgaches spécialisées dans la transformation de la fibre en sacs comme du temps de la deuxième république. Les produits étaient de bonne qualité et très utilisés, par les collecteurs de riz en particulier. Actuellement, le pays est contraint d’importer des sacs en polyéthylène, un type qui n’a rien à voir avec celui fabriqué avec du sisal.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara33 partages

Eusébia : Au festival de Rabat et au Visa for Music

Eusébia est très appréciée au Maroc. Après avoir participé au festival Africano, la voici de nouveau à l’affiche du festival Rabat.

La fille de Jaojoby ne chôme pas. Après avoir participé au festival Africano au mois de mars, la voici à nouveau au Maroc pour le festival Rabat et au « Visa for music ».Tel père, telle fille ! Elle a fait ses débuts aux côtés de son père. A l’époque, on parlait d’elle, uniquement, comme étant la fille du roi du « salegy ». Aujourd’hui, on ne parle que de celle qui a su se frayer un chemin dans le milieu musical par sa propre voie. Depuis quelques années, la fille de Jaojoby multiplie les participations à des évènements et festivals internationaux. Cette année, elle continue dans ce sens. Après avoir participé au festival Africano, la voici à nouveau sous les feux des projecteurs. Eusébia sera même présente à deux grands évènements culturels au Maroc. Elle participe au  festival de quartier Rabat Africa qui se tient jusqu’au 18 octobre, au centre interculturel de la Fondation Orient-Occident à Rabat. Mot d’ordre: célébrer la diversité et le métissage des populations marocaines et subsahariennes autour des valeurs de la tolérance et de la fraternité. Ce festival qui a pour objectif principal de sensibiliser au sort des populations migrantes de l’Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient qui font face quotidiennement au racisme, à l’exclusion et à l’indifférence attend chaque année plus de 5 000 visiteurs. Et comme il n’y a pas de repos pour les braves, Eusébia continuera de représenter la Grande Ile, toujours au Maroc. Elle participera cette fois au « Visa for Music » qui se déroule cette fois du  22 au 25 novembre, toujours à Rabat. Cette fois, elle ne sera pas le seul représentant malgache puisque Rajery, le prince de la valiha sera également du rendez-vous. Outre les Malgaches, VFM recevra 40 artistes et 4 DJs venus des quatre coins du monde.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara27 partages

Rome : 49 opérateurs inscrits à la Conférence Economique

Deux responsables de l’EDBM ont organisé hier une réunion de briefing à la CCIA.

Jour J-5 pour la Conférence Economique de Rome qui se tiendra les 17 et 18 octobre prochains. Dans cette optique, une réunion de briefing a été organisée hier après-midi à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo (CCIA).

C’était l’occasion pour l’EDBM représentée par le Directeur des Services aux Investisseurs, Johary Rajosefa – accompagné d’un autre cadre – de faire savoir qu’à la date d’hier, 49 opérateurs privés se sont inscrits à la conférence abritée par la ville éternelle. Des participants pour lesquels l’EDBM a sollicité, par le biais d’une note verbale, une facilitation de visas auprès de l’Ambassade de France via TLS qui leur a ouvert un couloir spécial. Y compris pour les journalistes qui vont couvrir l’événement.

Rencontres B2B. Il était également question hier de l’itinéraire de vol, de l’hébergement, de l’accueil, des transferts et des transports sur place. Sans oublier évidemment le programme (en cours de finalisation) des deux jours de conférence avec des visites et rencontres avec des entreprises italiennes et les membres de la diaspora malagasy le 17 octobre. Une visite à l’Ambassade de Madagascar sise Via Riccardo Zandonai se trouve aussi dans l’agenda notamment du président de la République qui honorera de sa présence la conférence, après avoir assisté la veille à la célébration de la Journée mondiale de l’Alimentation. Il rencontrera évidemment le chef de l’Etat italien durant sa visite qui coïncide ou qu’on a fait coïncider (le résultat est le même) avec la Conférence Economique de Rome dont la deuxième journée du 18 octobre sera marquée par une conférence suivie de rencontres B2B à l’Hôtel Parco Dei Principi à Rome pour les 49 opérateurs dans les domaines qui les intéressent : financier, commercial, technologique.

Continuité. Figurent aussi au programme de la deuxième journée, des séances de présentation de l’EDBM ainsi que les ministères parties prenantes à la conférence (Commerce, Industrie et Développement Secteur Privé, Agriculture…). Les jours suivants, il y aura d’autres opportunités de contacts et de rencontres avec des entrepreneurs italiens pour leurs homologues venus participer à la Conférence Economique de Rome qui s’inscrit dans la continuité de la CBI à Paris ainsi que de la réunion de Londres. Et qu’on envisage par la suite d’étendre à d’autres pays comme le Canada, la Chine, le Japon…  En somme (au propre comme au figuré), des opérations de prospection aux quatre coins du monde.

R. S

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara27 partages

France – Madagascar : 161 projets pour la coopération décentralisée en 2016

450 représentants des collectivités malagasy et françaises se réuniront au Carlton Anosy du 24 au 26 octobre 2017.

La coopération entre les Collectivités territoriales décentralisées (CTD) Malagasy et Françaises s’intensifie davantage. L’année dernière, 161 projets ont  été réalisés pour un montant total de près de 4,28 millions d’Euros, soit environ 15,4 milliards d’Ariary. En effet, Madagascar figure parmi les principales destinations de coopération décentralisée des collectivités françaises. Certes, les opportunités de coopération sont énormes, alors que beaucoup de Communes à Madagascar n’en bénéficient pas, à cause des problèmes liés à la gouvernance, à la capacité, au savoir-faire, etc. C’est pour écarter tous ces freins qu’une grande rencontre sera organisée à Antananarivo du 24 au 26 octobre prochain, selon le Ministère des Affaires Etrangères. Il s’agit des Deuxièmes Assises de la coopération internationale des collectivités malagasy et françaises, qui aura lieu au Carlton Anosy. 450 participants, dont 200 issus de Madagascar, 200 issus de la France et le reste des pays africains francophones, seront au rendez-vous. Sept secteurs d’intervention seront abordés de près, notamment, l’eau, l’assainissement et la gestion de déchets ; la gouvernance et le renforcement institutionnel ; l’agriculture et la coopération agricole ; la jeunesse, la formation professionnelle et l’éducation ; la santé et la sécurité alimentaire ; le développement économique ; ainsi que la gestion des risques, catastrophes et aide à la reconstruction.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara27 partages

Vendredi 13 !

Vendredi 13, symbole de malchance pour les uns, de chance pour les autres ! En tout cas, ce jour est un vendredi 13 octobre, le second de l’année, l’autre étant le vendredi 13 janvier 2017.  A chaque vendredi 13, les grands adeptes de jeux de hasard jouent en nombre. De leur côté, les superstitieux plus pessimistes voient en ce vendredi 13 une multitude de « malheurs » ! Mais pour les chrétiens qui vivent leur foi, il n’y a pas de jours « bons » ni de « mauvais jours ». Pour ceux qui attendent quand sera le prochain vendredi 13, sachez qu’en 2018, le 13 avril et le 13 juillet tombent un vendredi !

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara23 partages

Coopération : Appui de l’Australie dans la lutte contre la pêche illégale

L’Ambassadeur de l’Australie à Madagascar, SEMme Jenny Dee a rencontré le ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, Gilbert François hier.

Cette île continent veut également développer des partenariats avec la Grande île dans le domaine de l’économie bleue.

La coopération entre Madagascar et l’Australie est au beau fixe. « Cette île continent veut renforcer son partenariat avec la Grande île, notamment dans le domaine de la sécurité maritime. Elle veut appuyer le pays dans la lutte contre la pêche illégale et non déclarée ainsi que dans la lutte contre le trafic de drogue et la piraterie », a déclaré le ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, Gilbert François, lors d’une visite de courtoisie de l’Ambassadeur de l’Australie à Madagascar, SEMme Jenny Dee, hier dans ses locaux.

Economie bleue. Notons que cette Représentante diplomatique était déjà venue dans le pays dans le cadre de la visite inaugurale du navire militaire australien qui a débarqué en avril dernier à Diégo Suarez.  « Ce qui a montré l’intérêt de l’Australie dans le domaine du secteur maritime », a fait savoir l’Ambassadeur Jenny Dee. Dans la même foulée, « l’Australie veut également développer des partenariats avec Madagascar dans le domaine de l’économie bleue, et ce, en tant qu’île continent disposant plus d’expertises au niveau du secteur maritime », a poursuivi le ministre de tutelle.

Programme de formation. Par ailleurs, l’Ambassadeur de l’Australie de Madagascar  a soulevé que son gouvernement continue à renforcer les capacités des techniciens au niveau des secteurs clés dont la pêche à travers le programme de formation, l’Australia Awards, dans le but de soutenir le développement socio-économique du pays. « Des techniciens du ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche viennent d’avoir des bourses d’études leur permettant d’effectuer un doctorat en Australie. Tout cela marque la confiance des pays partenaires à l’Etat », a conclu le ministre Gilbert François.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara22 partages

André Rasolo : « Des personnalités indépendantes écartées du CFM »

L’ancien membre du comité des experts André Rasolo a apporté son point de vue sur le « Conseil du Fampihavanana malagasy ». Si le processus de la réconciliation est complexe en lui-même, la façon dont le pouvoir a mis en place le nouveau CFM (Conseil du Fampihavanana malagasy), risque de le compliquer davantage. Des personnalités indépendantes ont été délibérément écartées du CFM. On ne peut pas d’un côté chercher à exclure et  de l’autre vouloir une réconciliation. Une telle exclusion ne permet ni de soutenir un processus de guérison nationale ni de consolider le fihavanana. Au contraire, elle ne peut qu’engendrer des rapports de méfiance, incapables de fédérer, au seuil de l’élection présidentielle 2018 qui doit être ouverte et crédible. »

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara18 partages

MJS : Anselme Rabibisoa nouveau DGS

Un nom qui n’est plus nouveau dans le monde du sport malgache. Anselme Rabibisoa a été nommé directeur général des Sports au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) lors du conseil des ministres, mercredi dernier. Rabibisoa a déjà occupé le poste de directeur du sport fédéral, secrétaire général de la Fédération Malgache de Football (FMF) et membre du comité  national d’organisation des 10es Jeux de la CJSOI en 2016.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune17 partages

La Plan sectoriel pour l’éducation opérationnel d’ici 2022

La mise en œuvre du Plan sectoriel de l’éducation (PSE) débutera pour cette année scolaire selon le ministère de l’Education. A titre de rappel, le Plan sectoriel de l’éducation (PSE) est un plan établi et coordonné par les ministères de l’Éducation nationale (MEN), de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESUPRES), et de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle (METFP). L’objectif est de créer un profil de sortie pour tous ceux qui fréquentent les établissements d’enseignement afin de répondre aux attentes des parents qui scolarisent leurs enfants, mais aussi afin de donner un sens à l’éducation à Madagascar. Il s’agit également de conjuguer les efforts depuis la base même de l’enseignement jusqu’à la sortie des universités.

Plusieurs changements seront opérés notamment dans le calendrier et dans les méthodes d’enseignements utilisés actuellement. Selon les explications, la rentrée scolaire sera décalée chaque année pour qu’en 2022, elle se situe au mois de mars. Plusieurs raisons ont été avancées pour ce choix. Dont le souci de la période cyclonique qui tombe chaque année dans le deuxième trimestre de l’enseignement et qui détruit les infrastructures scolaires dans de nombreuses localités de la Grande ile, ou encore pour éviter l’abandon scolaire dans les campagnes du fait que la rentrée se situe en période culturale - période de plantation et besoin de main d’œuvre dans les champs – ou encore la disponibilité du budget au niveau des ministères chargés de la mise en œuvre au mois de mars plutôt qu’au mois de septembre et bien d’autre encore.

La fin de l’année scolaire en 2022 se fera donc au mois de novembre, coïncidant avec la rentrée des universités, pour éviter une perte de temps des nouveaux bacheliers. D’autre part, une approche plus pratique sera adoptée dans l’éducation et l’enseignement. Ceci afin qu’au moins à la sortie du cycle primaire qui durera bien 9 ans, les apprenants aient assez de connaissances pour pouvoir s’orienter dans la vie.

Midi Madagasikara14 partages

Football : Mahajanga et Fianarantsoa ont la côte

Les compétitions de la Fédération Malgache de Football sont pour le moment liées à la peste avec en toile de fond la disponibilité du stade de Mahamasina qui reste la priorité mais dont l’ouverture reste un point d’interrogation. Il y a toutefois cette obligation de donner les noms des vainqueurs avant fin novembre.

Les matches retour de la Poule des As et la finale de la Telma Coupe de Madagascar sont initialement prévus se tenir au stade de Mahamasina respectivement du 12 au 19 novembre et le 26 novembre.

Un choix lié à la …peste. Un calendrier qui risque de changer non pas pour les dates mais pour le choix du stade. Pour l’instant et sans une nette amélioration de la situation de la peste à Tana, la Fédération Malgache de Football va choisir Fianarantsoa et Mahajanga, les deux sites qui ont aujourd’hui la côte grâce à leur pelouse synthétique.

Pour la Telma Coupe de Madagascar, les quarts de finale auront lieu à Mahajanga et à Fianarantsoa. Au stade Rabemananjara, on aura deux affiches inédites avec Fosa Juniors contre TAM Port Bergé d’une part et JET Mada face à OTIV Ambatondrazaka. Deux favoris contre deux challengers en fait mais Fosa aura intérêt à se méfier du TAM Port Bergé qui n’est autre que le tombeur de la CNaPS Sport. Il en est de même de JET Mada qui va croiser le fer avec OTIV Ambatondrazaka qui a humilié l’USCAFoot dans son jardin.

A Ampasambazaha, c’est la grande explication entre trois formations tananariviennes et un sudiste.

Belle bagarre. Si le COSFA aura le FC Ilakaka au menu à 15h, on verra auparavant un duel au sommet entre AS Adema et Elgeco Plus.

Et si les vainqueurs resteront au même endroit pour les demi-finales, la finale est prévue se tenir à Tana le 26 novembre. Enfin sous réserve de la levée de l’interdiction du ministère des Sports.

Une mesure également valable pour les matches retour de la Poule des As du 12 au 19 novembre puisque les matches aller auront lieu à Fianarantsoa du 18 au 22 octobre.

Là aussi la bagarre promet d’être très chaude entre CNaPS Sport qui n’a plus que cette ligue des champions pour se refaire une santé, Elgeco Plus qui n’a jamais été aussi performant qu’en ce moment ou encore le COSFA qui est très à l’aise devant les grandes formations. Reste le HZAM Amparafa pour qui, c’est déjà un sacré exploit d’être à ce stade de la compétition et qui va aborder cette Poule des As sans le moindre complexe et loin de la pression. Mais attention car Besona et ses amis se garderont d’être à l’écart de cette nouvelle guerre de …trois.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar11 partages

Gasy «génération taxibe»

Gasy : tetezana efa hita fa tsy mahazaka lanja ankoatra izay voasoratra mivandravandra fa dia mbola misy ihany mpamily minia mampandroso ny camion entiny eo amboniny. Tsy mahagaga raha miletsy na tapaka tanteraka ny tetezana (Manakarabe, Vohiposa, Ambohimambola, etsetra). Dia mbola misy Gasy malahelo ilay saofera : fa ny Fanjakana ve no tokony hamoaka volam-bahoaka an-kitapo sa ny mpamily sy ny tompon’ny fiara no tokony hanefa sy hanarina ny hadalany. Fa angaha moa izany saofera izany dia hoe mahay manitsaka accélérateur sy frein ary embrayage, fotsiny. Tokony hisy atidoha, indrindra fa am-pelatanany ny fiarabe, na mavesatra entana io, na hipoka mpandeha. Ka raha tsy misy saina ilay saofera dia na hanimba zavatra (tetezana tapaka, tara mitsonika noho ny vesatra tsy voahaja) na hahafaty olona (Ankazobe, Anjozorobe, impiry impiry akory ihany koa amin’ny RN2 Antananarivo-Toamasina be mpifamezivezy).Gasy. Polisy sa miaramila azo sary, telo ambony scooter kely iray sady tsy misy manao casque. Izany «uniforme» izany fahiny, aiza ny fanajana azy : na izy misalotra ilay fanamiana na ianao vonton’anatra hanaja lalàna. Hanina aladina an-tany, fafazan’ny vovoka, solitiky ny fotaka, dikain’ny ranondolana : ilay mpivarotra moa efa taizan’ny voretra, fa inona no atidohan’ny mpividy mandrorona miaraka aminy eo : aiza izany fahiny, ny elobe fotsy teo Anjoma miaro ny tongolo, voatabia, ovy, anana, voankazo, «mitabe» mirindra tsara ambony latabatra. «Cinéma» (Rex, Ritz, Roxy, Ako, Soa : no tratrako) fahiny, mba nivelaran-tsaina, lasa «fiangonana zandriny» mitampi-maso amin’ny toriteny tokana…Gasy. Mbetika aho eto miresaka ilay antsoiko hoe «génération taxibe». Inona ary moa izany ? Olona niaina tanteraka ny fikoroson’ny fitateram-bahoaka teto Madagasikara. Tsy vitan’ny frein tapaka isa-minitra, tsy hoe seza mifanitsa-kitro, tsy loton’ny fiara sy ny akanjon’ny «receveur» fotsiny. Tany am-boalohany tany, dia Peugeot 404 na 504 «familiale» no nanao taxibe : raha ny «carte grise» dia voafetra ho olona fito, miaraka amin’ny mpamily, no tokony ho entiny. Saingy fanao tamin’izany ny mamatra olona 4 anoloana (roa ankavanan’ny mpamily, iray misisika ankavia), olona 5 afovoany (mifanao «mandroso mihemotra»), olona 3 afara. Olona 12 anatin’ny fiara ho an’ny mpandeha 7 !!! Tsy mahazo maika fa miandry feno tsara vao atosika moramora dia mandeha «point mort» raha akaiky fidinana dia mbola haka lasantsy aloha. Eny am-pandehanana eny, mila mailo tsara fa indraindray mivily lalana tsotra izao fotsiny ny mpamily fatra-pitsitsy lasantsy. Taty aoriana vao itony minibus itony : nampifanakaikeziny ny seza dia nampiana laharana iray amboniny : raha 12 ohatra no misoratra amin’ny «carte grise» dia mety ho tafakatra 20 ny olona : 3 anoloana, 4 «manatrika», 4 isaky ny banquette telo… Ny polisy moa minia mijery any an-kafa ; ny assurances «Mama» efa fantatra koa ny lazany…Ilay Gasy «génération taxibe» izany, raha tsy niova mihitsy fa niainga «404», nitohy «Mazda», dia izao tonga «Sprinter» izao, dia mety hihevitra fa taingimbe no manara-penitra ; fomban-javatra ny mihosina amin’ny «receveur» na mpandeha sasany sady maimbo helika no voretra akanjo ; rariny raha manao izay danin’ny kibony ny taxibe eny an-dalana : mijanona etsy sy eroa, mibahana fifamoivoizana, misisitsisika…Io fahazarana amin’ny kitoatoa sy ny «zara aza» io dia niitatra amin’ny zavatra maro. Simba ny maso : trano gasy tsara tarehy, nanome endrika fahizay an’Antananarivo (Fianarantsoa, Ambatondrazaka, etsetra), tovanana efitra taingitaingina ; fefifefena ny lavarangana sitrany ahay efitra tsy hisaraha-mianakavy ; dombodomboina ny ambany tafo hisitrihin’ny «fito lahy fito vavy»… Simba ny sofina : ilay hiram-piangonana mihajahaja milantolanto iny lasa kermesy katolika, dihy, tehaka, hogahoga… ; «sectes» mivazavaza tontolo andro manala devoly sa miantso tody ; karaoke maniry ohatran’ny anana ; «sono» mitatatata eraky ny arabe… Izany «kalon’ny fahiny» izany moa dia fahatsiarovana sisa fa «hira» (hira ?) mampitsinjaka sy handihizan’ny vody no malaza… Simba ny fomba : iza no nanampo fa endrik’ilay fiaraha-monina nahafinatritra fahizany ny hoe «toerana voatokana» (ho an’ny bevohoka, be antitra, mitaiza kely) : tsy fantatry ny «génération taxibe» izany…Fifanitsahan-kitro sy fivangongoana, horakoraka sy tabataba, loto sy korontandrontana : izany no lasa manara-penitra ho an’io «génération taxibe» io. Raha teraka tamin’ny 1985, tsy dia nandia fianarana fa maika hiteraka (mitomboa isa e, mamenoa ny tany e), izy dia efa mety mananjanaka «zafikely taxibe» sahady ny sasany… Ireo «zafikely taxibe» ireo , atsy ho atsy, efa ho mpifidy amin’ilay demokrasia fanjakan’ny madinika maro an’isa : miteraka indroa isan-taona, hoy ilay renibeko efa maty izay. Soa izy fa lasa talohan’izao fahalovana ankehitriny izao : fiaraha-monina inona moa izao, fiarahana monina amin’iza sy amin’inona, samy monina fa tsy afa-miaraka intsony…

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

News Mada10 partages

Toamasina : potika ny fihariana sy ny fizahantany noho ny…pesta

 Miantraika mivantana amin’ny vidim-piainana ankapobeny, sy ny fanondranana entana any ivelany ary ny fizahantany ny firongatry ny pesta eto Toamasina. Tsy manana vina hamahana izany ny fitondrana.

Mazava ankehitriny fa tsy voafehy ny pesta ary mipoitra tsikelikely ny fiantraikany amin’ny lafin-javatra maro, indrindra ny toekarena sy ny sosialy. Miraviravy tanana ny vahoaka sy ny mpandraharaha amin’ny lafiny fihariana. Nanazava ny mpandraharaha iray eto Toamasina, fa hitotongana tanteraka ny toekaren’ny Malagasy amin’ ity taona ity, raha tsy voafehy haingana ity valan’ aretina pesta ity. Efa nisy tranga toy izao nandritra ny valan’aretina « Dengue” (1998) sy ny Chikunginia » (2010), nandripaka ain’ olona maro. Vokatr’ ireo, averin’ny mpandraharaha vahiny mpanafatra entana ny vokatra avy aty Madagasikara, toy ny letisia, ny makamba, ny lavanila, satria natahoran’izy ireo sao mitondra ny valan’aretina any aminy.

Eo koa ny fahatapahan-jiro mateti-pitranga eto Toamasina, mahatonga ny tsy

fandriampahalemana eto an-tanana. Tsy mandeha ny fihariany, simba ny fitaovana, sorena amin’ny fandoavana ny faktioran’ny Jirama ny mpanjifa satria tsy mifanaraka amin’ny fampiasany herinaratra ny tolotra omena azy. Mitarika ny fahamaizan-trano matetika ny  haratsian’ny fotondrafitrasan’ny Jirama. Manginy fotsiny ny fiakaran’ny vidim-bary, foto-tsakafon’ny Malagasy.  Raha mitohy izao, ahina ny hisian’ny fipoahana ara-tsosialy.

Mandositra ny mpizahatany

Hanapotika ny toekarena koa ny fitotongan’ny fizahantany. Ho an’ i Toamasina, maro ireo mpizahatany nanafoana ny famandrihany any amin’ireo trano fandraisam-bahiny lehibe. Nody alohan’ny fotoana koa ireo vahiny efa eto an-toerana na tsy tapitra aza ny fetr’andro tokony nijanonany, noho ny tahotra amin’ny pesta.

Nivily lalana koa na nanemotra ny fotoana handalovany aty Toamasina ny sambo vaventy mpitondra mpizahatany, fa aleon’ izy ireo nihazo ny Nosy Maorisy sy Seisela.

Tsy vitsy ihany koa ireo trano fandraisam-bahiny efa nampiato kely ny mpiasany.

Sajo sy Njaka A.

Midi Madagasikara10 partages

Kick-boxing – Défi du Sud : Six combattants à l’assaut des Réunionnais

La délégation malgache avant leur départ à Ivato, hier.

Le champion du monde junior, Lavakely sera opposé à Alexis Armand chez les moins de 57 kg au gala international « Défi du Sud » au Gymnase Casabona de Saint-Pierre de la Réunion ce samedi 14 octobre.

Acte II. Après la phase aller au Gymnase d’Ambatomena au mois de juin dernier où les combattants malgaches ont triomphé, ils vont défier les Réunionnais chez eux pour la joute retour. Les kick-boxeurs de la zone Sud vont affuter leurs armes ce samedi 14 octobre au Gymnase Casabona de Saint-Pierre à l’occasion du gala international « Défi du Sud ». La délégation malgache conduite par Tahiry Tsimitsitsy s’est envolée hier en fin d’après-midi pour la Réunion avec le président du Zanakala Mamy Be Rasolotafika et du président de la zone Sud, Arina Botomanirisoa. Six combattants de la zone Sud ont fait le déplacement. Il s’agit du jeune prodigue malgache Rojolalaina Ranaivoson chez les moins de 60 kg. Habitué des compétitions majeures, Rojo (Fandriana) vainqueur de la phase aller veut confirmer sa suprématie. Il sera opposé à Brice Vallant. En – 60 kg,  Vladis Randriamadiniaina sera opposé à Grondin Jason. Un autre combattant qui a triomphé à domicile sera de nouveau engagé sur le ring chez les moins de 63,5 kg en classe A en kick-boxing. Tafita Randriamanampisoa (Fianarantsoa) sera aux prises d’Emmanuel Perrault du KBB de La Réunion. Toujours dans cette catégorie, Joël Randrianjafy défiera Kevan Sala du club ASCE Vincendo. Un autre combattant junior tentera pour la première fois une aventure internationale. Séverin Razafimandimby dans la catégorie des moins de 57 kg aura comme adversaire William Bedan du club ASCE Vincendo. Parmi les vedettes des combattants malgaches. En K1, dans la catégorie des moins de 57 kg le Tuléarois Justin Zafy Mariamo alias Lavakely sera très attendu durant cette soirée. Le champion du monde junior affrontera Alexis Armand du club BDN. Ces combattants sont sous l’égide de Morasoa Flonardin dit Maitre Black Jim, un grand faiseur de champion à ne citer que les champions du monde Lavakely et Séverin Mamonjisoa.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

Groupe Star : Au chevet de l’association « Les enfants du Noma »

L’équipe de l’association des « Enfants du Noma » à Antsirabe.

Créée en 2001 par le Dr Bellety et le Dr Costini, l’association « Les enfants du Noma » prend en charge les enfants atteints de la maladie du Noma. Très peu connue, cette maladie cause pourtant le décès de 80 000 à 90 000 enfants chaque année dans le monde. Caractérisée par une déformation faciale chez les prématurés et les enfants en bas âge malnutris, le manque d’hygiène, la malnutrition et les maladies infectieuses sont souvent à l’origine de la maladie. Et malheureusement, des enfants malgaches en souffrent. Depuis le mois d’avril, et jusqu’au mois de mai 2018, une mission humanitaire de l’association « Les enfants du Noma » œuvrent pour soigner et opérer les enfants malgaches. Une première mission s’est déjà tenue du 1er au 14 avril à Vatomandry, soutenue par le Groupe Star qui a appuyé financièrement l’association. Pour cette deuxième mission qui va se dérouler à Antsirabe du 9 au 18 octobre, il réitère son engagement, en prenant en charge le corps médical et les frais médicaux liés aux opérations. Lors du premier jour, 120 consultations ont été faites et 60 patients ont pu être opérés. 2 d’entre eux ont été atteints de la maladie du Noma.

Anjara Rasoanaivo

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

Vendredi joli

# Jazz MMC au Glacier. On l’aime ! Pas tellement pour sa qualité de chanteur ou d’interprète, mais surtout parce qu’il fait danser. D’ailleurs, lui aussi est un très bon danseur qui émerveille à chacune de ses apparitions. Avant de monter son propre groupe de chanteur, Jazz MMC,  Mohamed Ibrahim de son vrai nom, a été chorégraphe. C’est en tant que tel qu’il sort de l’anonymat et construit sa réputation. C’est seulement après son sacre que l’idée lui est venue de percer dans le milieu musical. Depuis deux ans maintenant, il figure parmi les stars de la musique urbaine. En attendant de le retrouver sur la grande scène, les inconditionnels de Jazz MMC pourront le retrouver ce soir au Glacier. Le chanteur fera danser tous  ceux qui seront là au rythme de ses plus grands tubes. Il sera bien évidemment entouré de ses danseurs.

# Njila, Lilie et Mahery au twenty six Analakely. Actuellement de passage au pays, Njila ne pouvait se résoudre à rester loin de la scène. Ce soir, il s’entourera de Lilie et de Mahery, un artiste qui l’a maintes fois accompagné sur scène. Une soirée inédite avec Lilie, Mahery et Njila.

# Ifanihy à l’Amitié Fandian 67 ha Sud. Il fait partie de ces artistes qui ne se produisent que très rarement ! Quand comme ce soir, l’occasion se présente, elle est à saisir et à ne rater sous aucun prétexte. Ce soir, Ifanihy va en effet investir le cabaret du « à l’Amitié Fandian » 67 ha Sud. Le chanteur reprendra toutes ces chansons avec lesquelles le public l’a découvert mais également des titres moins connus. Les titres comme « Izakakely », « Ambatobikina », « Indreto » ou encore « Ty vava » pourraient donc figurer dans son répertoire. Une occasion pour tous les inconditionnels de redécouvrir Ifanihy.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info9 partages

La Réunion: Décès de l’ancien président malgache Zafy Albert

L’information émane de la communication de la Présidence de la République de Madagascar. L’ancien président de la Grande Ile Zafy Albert est décédé ce vendredi 13 octobre à La Réunion.


L’ancien chef de l’Etat malgache Zafy Albert s’est éteint ce vendredi 13 octobre à l’âge de 90 ans à l’hôpital de Saint-Pierre à La Réunion. L’information communiquée par le fils du défunt a été confirmée par la Présidence de la République de Madagascar sur ses comptes de réseaux sociaux, rapporte le site orange.mg. Victime d’un accident vasculaire cérébral mercredi, il a été hospitalisé d’urgence dans une polyclinique d’Antananarivo, avant son évacuation sanitaire à La Réunion, jeudi.

Surnommé "l’homme au chapeau de paille", Zafy Albert était à la tête de Madagascar de 1993 à 1996, succédant à Didier Ratsiraka. Ce cardiologue a toujours défendu la mise en place d’une véritable réconciliation nationale du pays. Son mandat présidentiel a pris fin à la suite d’une motion d’empêchement adoptée par l’Assemblée nationale.
L'Equipe Madaplus présente ses sincères condoléances à sa famille.
Source Info.re
La Vérité8 partages

Riposte face à l’épidémie de peste - Des ambulances mobilisées en ville

Changement de stratégie. « Si quelqu’un est malade de  la peste chez vous, il faut le garder à la maison et appeler immédiatement la ligne verte 910 pour prévenir les agents de santé ». Ce Sms émanant du ministère de la Santé publique (Msp), envoyé depuis hier, a surpris les citadins. Une semaine avant pourtant, le message du ministère a encouragé les habitants, ayant des symptômes comme de la fièvre, des toux avec des crachats tachés de sang, etc., de consulter immédiatement les centres de santé.

Depuis, la queue s’est formée notamment dans les centres de prise en charge de la peste, comme à Befelatanana ou à Ambohimiandra. Les consultations et équipements pour les tests de diagnostic rapide (Tdr) traînent. Une des raisons pour lesquelles le ministère et ses partenaires ont opté pour une autre de stratégie en matière de riposte face à la peste. La mobilisation de 2 à 3 ambulances par arrondissements fait partie des nouveautés. «  La consultation des centres de santé est encore recommandée pour les patients présentant des cas suspects qui habitent en périphérie ou dans les zones reculées. Par contre, ceux dans les villes sont priés de rester chez eux afin que les équipes de riposte puissent s’y rendre pour faire le Tdr et dispenser des premiers soins si le test s’avère positif. C’est seulement après que le malade est transporté à bord de l’ambulance auprès des centres de traitement », explique le Dr Herizo Mamisoa Lala, chef de service communication auprès du Msp. les ambulances mobilisées proviennent à la fois des centres hospitaliers publics, des cliniques privées et de divers partenaires.Une centaine d’appels par jour au 910Depuis l’opérationnalisation du « 910 » depuis cette semaine, cette ligne verte dédiée comme riposte à la peste reçoit une centaine d’appels par jour. « 80% des appels font des signalements de cas suspects de peste pulmonaire ou bubonique. Les 20% restants ne sont que des appels indésirables, comme dans toutes lignes vertes », affirme le chef de service Com du Msp. Quotidiennement, une douzaine d’agents sont dépêchés pour prendre les appels, orienter les appelants  ou encore alerter les autorités compétentes dans les quartiers cités. Ceci grâce à aux cartes disponibles au centre d’appels. « Une fois sur place, les équipes constatent que les cas rapportés par ceux qui appellent diffèrent de la réalité. Néanmoins, la population semble consciente de la nécessité d’un signalement pour mieux se protéger », ajoute notre source.Pour information, la mise en place de sites d’appui auprès des Fokontany ou encore dans certains lieux les plus fréquentés, dont les gares routières, constitue un moyen de prévention adopté. Viennent ensuite les centres de tri et de premiers soins composés par 12 centres de santé de base (Csb) de la ville d’Antananarivo et de 2 autres dans l’Atsimondrano. Les 5 grands hôpitaux de la Capitale restent les 5 centres de traitement, quoique les hôpitaux d’Itaosy, de Fenoarivo et d’Andohatapenaka ainsi que tous les Csb peuvent aussi assurer le désengorgement si besoin est.Patricia Ramavonirina

Midi Madagasikara7 partages

CTD : Organisation du contrôle de la légalité

Une vue partielle des bénéficiaires du manuel pratique de contrôle de légalité des actes des CTD.

L’atelier d’officialisation du manuel pratique de contrôle de légalité des actes des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) à l’usage des représentants de l’Etat s’est tenu, hier, à l’hôtel Carlton. Cette cérémonie a vu la présence du Président Hery Rajaonarimampianina, du Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana et de l’ambassadeur de l’Union européenne Antonio Sanchez-Benedito. L’objet de l’atelier est de présenter à l’ensemble des Préfets, des chefs de district, des présidents des tribunaux administratifs et des tribunaux financiers, le manuel sur l’organisation du contrôle de la légalité des actes des CTD et un recueil des textes juridiques applicables aux collectivités territoriales.

Déontologie. Lors de son intervention, l’ambassadeur de l’Union européenne a souligné que le but de cet atelier est de renforcer l’efficacité et l’intégrité de l’administration publique tout en soulignant au passage l’importance du changement de mentalité et du changement de comportement des acteurs. De son côté, le Président Hery Rajaonarimampianina a mis en exergue que le concept de la décentralisation constitue le socle du développement social et économique. Il a notamment déclaré qu’il est logique que les collectivités territoriales décentralisées bénéficient d’un appui à la hauteur de leur mission et de leurs attentes en matière de bonne gouvernance et de développement local. Le chef de l’Etat a aussi souligné l’importance de l’éthique et de la déontologie, ainsi que de la bonne conduite devant régir les actions, et mises en pratique par les administrateurs civils auxquels ce manuel est notamment destiné. Par ailleurs, les manuels de procédure seront institutionnalisés, normalisés et seront uniques, pour tous les représentants de l’Etat au niveau national.

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada6 partages

Coupures d’électricité : problèmes d’ordre technique

Les coupures intempestives et mini-coupures d’électricité sont devenues courantes ces derniers jours dans plusieurs quartiers de la capitale. Pannes techniques ou insuffisance dans la production d’électricité ? Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, a soutenu devant la presse, hier, que ces coupures sont d’ordre technique. Il a pointé du doigt les vols d’électricité, les branchements parallèles et illicites.

«La demande en production d’électricité  est quasi-croissante et le matériel de la Jirama supporte mal les pressions qu’engendre cette situation», a-t-il indiqué. A cela s’ajoutent les problèmes relatifs aux vols de câbles électriques, tant à Antananarivo que dans les autres régions.

En tout cas, les opérations de ratissage pour détecter les fraudeurs continuent. Le ministre met ainsi en garde tous ceux qui s’adonnent encore à ces pratiques.

Arh.

 

Ino Vaovao5 partages

AMBALAVOLA SECTEUR 3 : Ireo zaza tsy ampy taona mifoka rongony no manendaka

Avy eo mitily izay hoendahiny. Lasibatra ireo mponina ao amin’ity fokontany ity sy ny ao Fiofio noho ny afitsok’ireo zaza tsy ampy taona ireo. Ankehitriny dia ny zaza tsy ampy taona indray no mahavita asan-jiolahy eto Mahajanga. Misy dia mbola 11 taona monja izy ireo. Miha mahazo vahana ny tranga ‘foroches’ toy ny any Antsiranana.

Miantso ny mpitandro filaminana handray ny andraikiny haingana ny vahoaka ary tsy hitondra fiara raha hanenjika azy ireo fa mandeha an-tongotra sy manao fanamiana sivily. Efa mampitandrina azy ireo matetika ny sefo fokontany fa tsy raharahain’izy ireo. Efa fantatra izany ny tompon’antoka amin’ny tsy fandriam-pahalemana eny an-toerana fa ny fandraisana andraikitra sisa.

Vanessa

Tia Tanindranaza5 partages

Savorovoro tao MahajangaNakatona vonjimaika ny oniversite

Mpianatra 5 naiditra hopitaly ary 5 voasambotra omaly noho ny gidragidra tao amin’ny oniversiten’i Mahajanga. Nifandona sy samy mpianatra avy amin’ny BDUM (Bureau des étudiant de l' Université de Mahajanga) sy ny CCE (Conseil Consultatif des Etudiants).

Orange Madagascar3 partages

Orange certifié Top Employer Madagascar pour la quatrième année consécutive

Pour la quatrième année consécutive, Orange est certifié Top Employer Madagascar, et pour la cinquième année consécutive Top Employer Africa. Orange est ainsi parmi les 3 premiers Top Employers du continent.

La remise des trophées Top Employer 2018 s’est déroulé le 12 octobre à Johannesburg en présence du Directeur des Ressources Humaines d’Orange Madagascar, Zo Andriatsilavo.

Cette certification reconnait les « best practices RH » et la démarche d’amélioration continue d’Orange à Madagascar. Grâce à ses politiques RH, Orange crée les conditions pour que les salariés offrent une expérience client incomparable, en leur donnant accès à un environnement de travail favorable ainsi que des possibilités d’évolutions professionnelles, une politique de gestion de carrière, de formation et de développement de compétences.

La certification met surtout en avant l’attention donné aux femmes et aux hommes d’Orange Madagascar qui sont les maillons de la réussite de l’entreprise et qui constituent la force d’Orange.

Le processus de certification Top Employer c’est avant tout un processus d'évaluation très rigoureux. Il inclut une analyse critique des réponses et documents fournis par les entreprises souhaitant la certification, un audit indépendant des processus et des données et le calcul des scores de performance des participants en fonction d'une norme internationale.

« Derrière les succès d'Orange Madagascar, il y a des femmes et des hommes dont les talents et les compétences se conjuguent au quotidien. La politique RH d’Orange embarque tous les salariés dans la transformation digitale et qui les emporte dans une dynamique de reconstruction, garantissant les compétences utiles pour demain » explique Michel Degland, Directeur Général d’Orange Madagascar.

L’obtention de cette 4ème certification renforce encore une fois la volonté et l’ambition d’Orange Madagascar d’être un « Employeur digital et humain de référence ».

News Mada3 partages

Sécurité alimentaire : l’investissement agricole à prioriser

La célébration nationale de la Journée mondiale de l’alimentation sera organisée le 16 octobre dans la commune de Mahatsinjo (district de Maevatanana, région Betsiboka). «Changeons l’avenir de la migration. Investissons dans la sécurité alimentaire et le développement rural», est le thème choisi par le Fonds des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

L’objectif est d’atteindre zéro faim d’ici l’année 2030”, telle a été la déclaration du représentant résident de la FAO à Madagascar, Patrice Talla, lors d’une rencontre avec la presse organisée, hier à Anosy.  Pour le cas de Madagascar, le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage a annoncé le lancement de plusieurs projets et programmes dans le secteur agricole pour assurer la sécurité alimentaire dans le pays. «L’approche d’une agriculture intelligente à travers le renforcement des investissements et des projets dans le secteur agricole,  telles sont les stratégies mises en place actuellement», a fait savoir Rivo Rakotovao.

Un long chemin reste à faire pour la lutte contre l’insécurité alimentaire à Madagascar. Les chiffres publiés par les Nations unies affirment que, près de 1,9 million de personnes, soit 46% de la population de huit régions de Madagascar, souffrent actuellement d’insécurité alimentaire, dont 450.000 sont sévèrement touchées.

Riana R.

 

Tia Tanindranaza2 partages

Fanotofana tany eny AmpitatafikaHo fanitarana ny tanàn-dehibe

Anisan’ny raharaha iray mitana ny sain’ny maro hatreto ny asa fanotofana tany eny amin’ny tanimenabe ao anatin’ny kaominina Ampitatafika.

Anisan’ny raharaha iray  mitana ny sain’ny maro hatreto ny asa fanotofana tany eny amin’ny tanimenabe ao anatin’ny kaominina Ampitatafika. Nitondra fanazavana mahakasika izany Rakotomavo Albert, lefitra faharoan’ny Ben’ny tanana omaly ka nambarany tamin’izany fa ho fanitarana ny tanan-dehibe  izay efa tototra tanteraka no antony nanotofana io tany io ao amin’ny faritra iadidian’izy ireo io no sady hanomezana asa ny tanora ao Ampitatafika ihany koa. Tany efa tsy niasa nandritra ny 40 taona ireo tany ireo hoy izy ka  nanaovan’ny tompony lava-biriky fotsiny. Tian’ny Ben’ny tanàna Rado Ramparaoelina loatra anefa ny kaominina Ampitatafika hoy hatrany  izy ka novidiany amin’ny anaran’ny tenany sy ireo mpiara-miombon’antoka aminy, amin’ireo tena  tompony ny tany ny tany izay misy taratasy fifampivarotana ara-dalana sy mazava tsara. Fito hatramin’ny valo ha eo ho eo ny refin’ny tany raha kely indrindra izay fantatra fa mbola hiitatra hianatsimo. Foto-drafitrasa maro no kasaina hatsangana eny an-toerana raha araka ny fantatra hatrany toy ny trano fivarotana lehibe,  ny tobim-pivarotan-tsolika…Natao hanomezana asa avy hatrany ny tanora ao Ampitatafika ny fananganana izany raha toraka izay ihany koa rehefa vita ny asa mba hahafahan’ny tsirairay mivelona araka ny tokony ho izy. Tsiahivina moa fa anisan’ny manohana akaiky izao fanitarana ny tanan-dehibe eny Ampitatafika izao ny Ministeran’ny Fanajariana ny tany.

Pati

L'express de Madagascar2 partages

Luc Rakotovao – « La visite de tous les malades est suspendue momentanément »

Le Pr Luc Rakotovao, directeur adjoint technique du centre hospitalier univer­sitaire Joseph Raseta.

• Combien de malades de la peste sont hospitalisés dans votre établissement, en ce moment ?- Nous sommes un peu débordés. La capacité d’accueil est limitée à quarante-deux et nous en sommes à une cinquantaine, maintenant. Le traitement est presque fini pour les uns et il est en cours pour les autres.

• N’y a-t-il pas de risque de contamination pour les autres malades hospitalisés dans cet établissement?– Le risque de contamination ne devrait pas exister. Toutefois, l’hôpital a décidé de suspendre momentanément la visite des malades au niveau de tous les services, peste ou pas. Il n’y aura qu’un garde pour chaque malade. Mais les proches du malade peuvent toujours continuer à fournir le repas du malade. Et ils doivent impérativement porter un masque, en franchissant l’hôpital et le jeter, en sortant. Ce que nous craignons, c’est que des malades de l’extérieur viennent contaminer les malades non pestiférés. En outre, il est difficile de maîtriser certains pestiférés hospitalisés. Certains continuent à errer dans l’enceinte de l’hôpital, malgré nos recommandations.

• Les familles des personnes décédées dans votre hôpital, pour suspicion de peste ont pourtant affirmé que leurs proches n’ont pas été admis à l’hôpital pour raison de peste ?– C’est pour cela que nous avons renforcé la mesure. Peut-être qu’ils ont déjà été contaminés par la maladie, mais ont reçu des traitements chez eux et leur état s’est stabilisé. Au fil du temps, leur état se dégrade. Mais je confirme que ces cas ont été positifs à la peste.

• Quels sont les risques si la famille insiste pour enterrer un pestiféré dans le tombeau familial ?– C’est prohibé. C’est vrai que c’est une tradition. Mais le problème avec la peste, c’est que sa bactérie est très résistante sur un cadavre, particulièrement, lorsqu’il est inhumé. Elle peut y vivre jusqu’à 7 ans. Si vous êtes en contact avec un cadavre de pestiféré, vous pouvez contracter la bactérie. C’est pour cela qu’on interdit la veillée funèbre et l’enterrement d’un pestiféré dans le caveau familial.

• Le ministre de la Santé publique vient d’annoncer une épidémie de grippe. Comment pourrait-on différencier les symptômes de la peste de ceux de la grippe ?- C’est pour cela que nous avons vu une hausse des personnes qui sont venues faire un dépistage de la peste à l’hôpital. Les enfants souffrent de bronchiolite, tandis que les adultes souffrent d’une forte grippe. Nous avons ainsi mis en place un pré-triage, depuis l’apparition de cette épidémie. En cas de fièvre, de toux, de ganglions, ils sont envoyés au triage de la peste. L’enquête y sera plus approfondie. Si les médecins soupçonnent la peste, le malade est tout de suite envoyé à l’isolement. Si ce n’est pas le cas, il suit le circuit normal.

Propos recueilli parMiangaly Ralitera

Madagate1 partages

Albert Zafy. Une vie bien remplie par R. Andriantsoa, J. Ravaloson et S. Zafimahova

Né le 1er mai 1927 à Betsiaka, à proximité d’Ambilobe (province d’Antsiranana), le Professeur Zafy Albert est décédé à l'hôpital Saint Pierre sur l’île de La Réunion, ce 13 octobre 2017, des suites d’un AVC. Il existe beaucoup d’écrits sur lui sur Internet. Certes, j’en ai écrit aussi plusieurs sur le professeur et j’ai également réalisé des vidéos sur lui. Cependant, à mon sens, le texte de Robert Andriantsoa, Jaona Ravaloson et Serge Zafimahova,est le plus complet. Le reste n’est que vues d’esprit selon la position (politique) où l’on se trouve. Quoi qu’il en soit, le régime Hvm/Rajaonarimampianina a décidé un deuil national à compter de ce samedi 14 octobre 2017, date marquant le 59ème anniversaire de la naissance de la République de Madagascar. Enfin, la première. La dépouille mortelle du premier président de la IIIème république de Madagascar arrivera l'après-midi de ce 14 octobre 2017.

L’équipe de madagate.org présente ses sincères condoléances à l'épouse et à toute la famille du Professeur Zafy Albert.

Jeannot Ramambazafy – vendredi 13 octobre 2017

*************************

ZAFY, FONDATEUR DE LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE

Qui est le Professeur Albert ZAFY?

Ce fils de famille paysanne catholique et conservatrice, est né le 1er mai 1927 à Betsiaka (Ambilobe) dans la province de Diego-Suarez.

Il fit ses études secondaires à l’école Le Myre de Villers et à l’établissement protestant Paul Minault, à Antananarivo.

Arrivé pour la première fois en France en 1951, Albert Zafy s'installe à Montpellier où il suit et termine ses études de médecine générale option chirurgie. Il obtient son diplôme de spécialité en chirurgie thoracique. Il a connu à cette période le Docteur Vigouroux. Accessoirement, il décroche des licences de mathématiques et de physique.

Durant son séjour, ce francophone ne manquait pas de célébrer chaque année en France le 21 février, la journée de la lutte anti-colonialiste (ou contre le néo-colonialisme). L’histoire dit que cela lui a valu un coup de matraque sur la tête.

A la fin de ses études en 1964, il rentre à Madagascar pour travailler au service chirurgie de l’Hôpital public d’Antananarivo.

Il aura aussi, durant ces mêmes années, fondé une famille en épousant, Thérèse Auguste ZAFIMAHOVA, fille de Antoine ZAFIMAHOVA et de Marie Anne KEMBA, jeune fille Antesaka selon le rite traditionnel Antakarana.

Albert et Thérèse ont trois enfants :

1. Aimé ZAFY marié avec Jackie RANAIVO (Patou, Kevin, David),

2. Sylvie ZAFY mariée avec Sylvain Christophe (Michael et Stephan), séparés et remariée avec Georges KAMAMY (Hatea).

3. Richard "Titus" ZAFY marié avec Hadjee Mirella (Johanna et Antonio).

Catholique, il fit ses études secondaires à l’école le Myre de Villers et à l’établissement protestant Paul Minault, à Antananarivo.

De 1966 à 1970, il revient à Paris pour obtenir son agrégation de chirurgie où il était l’assistant du Professeur Cabrol. Ce patriote, malgré les propositions avantageuses à l’étranger -en France particulièrement-, n’a jamais hésité à vivre à Madagascar pour servir son pays.

De retour au pays, il devient le chef du service chirurgie à l’Hôpital général d’Antananarivo tout en enseignant la sémiologie et la pathologie chirurgicale à la faculté de médecine de l’Université de Madagascar devenu plus tard l’Université d’Antananarivo.

A l’appel du nouveau chef de gouvernement le Général Gabriel Ramanantsoa qui a reçu !es pleins pouvoirs du Président Philibert Tsiranana il occupe le poste de ministre de la Santé de 1972 à 1975. Il faut rappeler qu’au sein de ce gouvernement de techniciens, il y avait un certain ministre des Affaires Étrangères, le Capitaine de corvette Didier Ratsiraka, et le ministre de l’intérieur, le Colonel de la gendarmerie Richard Ratsimandrava. En dehors de sa charge ministérielle, cet humaniste continue à exercer en qualité de chirurgien et d’enseignant. il lui fut reproché de passer en priorité les opérations chirurgicales dont il était le seul spécialiste pour sauver des vies humaines, aux réunions des conseils de ministres.

Il fonde le KMZ (Komity Miaro ny Zon'olombelona - Comité de Défense des Droits de l'Homme) avec, entre autres, les professeurs Justin Manambelona (énergie nucléaire) et Randriamampandry (cardiologue). Il a toujours exigé la libération du Commandant Richard Andriamaholison qui fût libéré le 26 juin 1990 par le Président français François Mitterrand.

En 1982, une large majorité du parti Vonjy lray Tsy Mivaky avait présenté sa candidature aux élections présidentielles mais la Haute Cour Constitutionnelle n'a pas validé celle-ci du fait de l'apartheid politique.

Le Professeur Albert Zafy n'était pas membre d'un des partis du Front National pour la Défense de la Révolution (FNDR AREMA, MONIMA, MFM, VSM, VONJY, AKFM, UDECMA) le seul cadre politique légal.

Il a contribué à la réalisation de la Clinique des frères franciscains à Ambanja qu'il dirige depuis sa création en 1987, cela tout en travaillant à Antananarivo.

En 1990, à la suite de la loi sur le multipartisme du mois de mars, il crée l'UNDD -Union Nationale pour la Démocratie et le Développement- qu'il préside.

A la suite des deux Concertations Nationales organisées en août et décembre 1990 par le FFKM - Conseil Chrétien des Églises de Madagascar- à Antananarivo, Albert Zafy est projeté au-devant de la scène politique en devenant le président du Comité Permanent des Forces Vives qui est l'organe dirigeant du Conseil National des Forces Vives regroupant 80 organisations partis politiques, syndicats des travailleurs et patronaux, organisations socioprofessionnelles, associations, etc.

Le 16 juillet 1991, les Forces Vives l'ont élu pour être le chef du gouvernement transitoire pour gérer l'après Amiral Ratsiraka. Il est devenu le leader de la contestation du peuple malgache pour recouvrer la dignité et faire avancer les acquis de la démocratie.

Fin de présentation par ses mandataires.

Après la signature de la convention du 31 Octobre 1991, Zafy Albert deviendra Président de la Haute Autorité de l’État (HAE) pendant la période transitoire.

Il accédera à la magistrature suprême en 1993, en battant au second tour, l'Amiral Ratsiraka, avec 66% des voix exprimées. Il sera l'un des partisans des fameux financements parallèles que les opposants dénonceront dans un petit livret intitulé "Madagascar, Naufragé volontaire", en janvier 1995.

Il dénoncera son Premier ministre, Me Francisque RAVONY, dans une conférence de presse radiodiffusée en direct et qui a duré presque 5 heures. On se sera cru en pleine IIème République.

Il demandera aux Forces Vives Rasalama de sanctionner RAVONY par une motion de censure qui échouera. Pour virer son Premier Ministre, Zafy revient vers le peuple souverain pour demander par voie référendaire de désigner son propre Premier Ministre (chose qui a encore coûté cher aux pauvres malgaches) –«un grand homme d'état occidental avait dit que la démocratie est un luxe pour les pays en développement». Mais c'était déjà le début de la fin pour Zafy.

Zafy désignera bien son Premier Ministre en la personne de Mr Emmanuel RAKOTOVAHINY, qui sera, à son tour, censuré par l'Assemblée Nationale. Au final, Mr Zafy sera empêché par l'Assemblée nationale, le 5 septembre 1996...

Ino Vaovao1 partages

ONIVERSITEN’I MAHAJANGA : Nifandona ny samy mpianatra, iray naiditra hopitaly

Taorian’ny fanambarana samy nataon’ireo mpianatra mitokona tarihin’ny Bdeum sy ny tsy mitokona ao amin’ny Cce dia nisy ny savorovoro. Misy ny fifampihantsiana eo amin’ireo mpianatra izay mitokona sy ny sasany te hamita ny fianarana. Fotoanan’ny fanadinana rahateo izao.

Nifandramatra ireo mpianatra ka nisy ny naratra. Mpianatra iray no voatery nentina eny amin’ny vonjy aina eny Androva noho ny ratra nahazo azy, ny alakamisy maraina. Hadino tanteraka ny soatoavina sy ny fahaizana miara-miaina noho ny hevitra tsy mitovy. Voalaza moa fa na teny Ambondrona aza ny mpitandro filaminana dia tsy tafiditra tao amin’ny campus. Manao sakana eo amin’ny vavahady ireo mpianatra mpitokona ary mandoro kodiarana.

Manjaka ny herisetra eo amin’ny samy mpianatra noho ny tsy fitovian-kevitra. Mbola mitazana fotsiny ny fandehan’ny raharaha ireo raiamandreny ara-drazana miahy ireo fikambanana ara-poko isankarazany hatramin’izao.

Vanessa

News Mada1 partages

Rabenarivo Sahondra : « Tsy mila ovaina ny lalàmpanorenana »

« Ao anatin’ny lalàm-pifidianana ny tsy fahazoana manao fifidianana volana desambra. Ao anatin’ny lalàm-pifidianana ny fe-potoana fampiakarana ny voka-pifidianana. Tsy ao anatin’ny lalàmpanorenana izany. Tsy mila ovaina io lalàmpanorenana io, fa ny lalàm-pifidianana no mila jerena akaiky. »

Izay ny fanazavan’ny mpahay lalàna, Rabenarivo Sahondra, teny Anosy, afakomaly, taoa anatin’ny vela-kevitra narahina adihevitra momba ny fanitsiana lalàmpanorenana, nokarakarain’ny FES sy ny KMF/Cnoe. Efa hatramin’ny lalàmpanorenana rehetra teto Madagasikara, hatramin’ny Fahaleovantena, no 30 andro farafakeliny ary 60 andro farafahabeny alohan’ny fiafaran’ny fe-potoam-piasan’ny filoha am-perinasa ny fifidianana filoham-pirenena.

Ny Repoblika I aza, 20 ka hatramin’ny 50 andro  ny fe-potoana tamin’izany, fa nanomboka tamin’ny  Repoblika II ny 30 ka hatramin’ny 60 andro. Marina fa tamin’ny fifidianana nivoahana tamin’ny krizy, taona 2013, angamba, tsy nisy nijery ny lalàmpanorenana hoe: ahoana no hanaovantsika an’izany?

Tsy mitady vahaolana ny fitondrana

Araka ny fantatsika, tapitra ny 25 janoary 2019 ny fe-potoam-piasan’ny filoha amin’izao fotoana izao. Ny 30 andro alohan’izay, ny 25 desambra 2018. Ny 60 andro alohan’izay, ny 25 novambra 2018. Mety hisy fiavahana izany amin’io, satria ao anatin’ny andro Krismasy, raha tsy hoe hifidy andro Krismasy isika.

Ny famakian’ny HVM ny lalàna, na ny lalàmpanorenana na ny lalàm-pifidianana: alainy ny fe-potoana farafahabeny ary anaovany ny kajy hoe 30 andro, fa tsy mitady vahaolana izy hoe: ahoana ny hanaovana azy mba hahazoana manatanteraka fifidianana, araka ny voalazan’ny lalàmpanorenana?

Mitady fialana vonkina hafa ny mpitondra

Tsy any amin’ny tokony hanomezana fahefana ny fokontany, hamadihana azy ho anisan’ny vondrombahoaka itsinjaram-pahefana, indray ve izao no miala vonkina ny fitondrana? Mikiry hanao amboletra ny fanitsiana ny lalàmpanorenana alohan’ny fifidianana filohan’ny Repoblika…

R. Nd.

 

News Mada1 partages

Kick Boxing : Madagascar à l’assaut de La Réunion

Le prochain Gala international de kick boxing et de boxe pieds-poings se tiendra sur un air de revanche entre les tireurs malgaches et réunionnais. Et ce, après la rencontre organisée à Fianarantsoa opposant les combattants de la Zone sud de Madagascar aux Réunionnais.

Nombreux sont ceux qui estiment que la discpline sera au point mort après le départ de l’ancien président de la Fédération malgache de kick boxing et disciplines associées (FMKBDA), Briand Andrianirina, qui s’est investi corps et âme pour le développement de ce sport de combat. Pour les techniciens à pied d’oeuvre, la caravane passe. Politique de la continuité oblige…

Un autre rendez-vous est effectivement inscrit au programme de la fédération dont le fameux Gala international de kick boxing prévu se dérouler demain à Saint-Pierre, La Réunion. Ce sera l’occasion pour les tireurs réunionnais de répondre coup pour coup après les trois défaites encaissées lors du Gala international au gymnase d’Ambatomena à Fianarantsoa.

Pour rappel, le représentant de la capitale du Betsileo, François, a eu raison d’Eddy Demery chez les -71 kg. Chez les -67 kg, Fabrice Moinache a été battu à plate couture par Tafita Randriamanampisoa. Ce dernier sera encore sur les fronts face à Emmanuel Perrault chez les 63,5 kg. Quant à Rojolalaina, il a fait mordre la poussière à Thiery Ruiz tandis que le combattant de Manakara, Tolotra, a créé la surprise en battant William Bedan chez les -54 kg. « En première partie, il y aura des assauts, puis après une courte pause, on continue avec les combats régionaux et internationaux. Le spectacle sera au rendez-vous », ont déclaré les organisateurs.

Rojo N.

 

News Mada1 partages

Inktober : le concept de plus en plus prisé à Madagascar

Des dessins réalisés par des illustrateurs professionnels ou amateurs circulent quotidiennement sur les réseaux sociaux, depuis le début du mois d’octobre. Au fait, ils participent à un concept international dénommé « Inktober », initié par l’illustrateur américain Jake Parker. Des Malgaches y prennent part.

Dessins uniques et faits main

Depuis 2010, Jake Parker a lancé le projet « Inktober » sur les réseaux sociaux. Il s’agit de dessiner chaque jour, et durant le mois d’octobre, puis de présenter son œuvre sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, il propose chaque année une liste de thèmes imposés, durant les 31 jours. Un défi qui passionne des milliers de dessinateurs dans le monde.

« Le concept est exceptionnel. Il n’est pas lucratif, par contre, il est passionnant. J’y participe depuis trois ans déjà. Et je suis toujours curieux de voir ce que les autres proposent en restant fidèles au thème imposé », a annoncé l’un des participants malgaches.

Au fait, chaque œuvre doit être exécutée à la main et à l’encre sans crayonner ni retoucher, le dessin numérique ne sera pas pris en compte. Une fois que le dessinateur finit son travail, il doit le scanner ou le photographier et le poster sur les réseaux sociaux en ajoutant comme commentaire #inktober. A la fin du mois, Jake Parker sélectionnera les meilleurs dessins.

Réunir sur une plateforme tous les illustrateurs du monde

L’objectif est de réunir tous les dessinateurs et amateurs de dessin du monde entier. Le point fort de ce projet est non seulement de découvrir les nouveaux talents, d’observer les traits des autres, mais surtout de voir le niveau de chacun mondialement. « Je ne suis pas un dessinateur professionnel mais lorsque je regarde les œuvres des malgaches par rapport aux autres pays, nous avons un bon niveau, que ce soit dans le domaine technique ou création », a-t-il ajouté.

Plusieurs Malgaches lancent le défi

En effet, plusieurs Malgaches y participent. Certains sont déjà des illustrateurs professionnels, tels que Shinato, Sleeping Pop, Rindra Razafindrabe,  Catmouse James, Eddie Lachromate ou encore Andry Patrick Rakotondrazaka… D’autres sont encore de simples passionnés de dessin mais qui ont envie d’adhérer à ce concept. Ils sont actuellement une soixantaine de Malgaches à être membres du groupe Inktober gasy de Madagascar. Aujourd’hui, le thème est « Teeming » ou « Grouillant » en français.

Page réalisée par Holy Danielle

La Vérité1 partages

Air Madagascar - Besoa Razafimaharo, nouveau Dg

Come-back. 17 ans après avoir quitté le poste de directeur général d'Air Madagascar, Besoa Razafimaharo retrouve de nouveau son ancienne fonction. Sa nomination à la tête de la direction générale vient d'être officialisée par le Conseil d'administration jeudi dernier. Avec plus de 40 années d'expérience dans l'aviation, sa candidature a été proposée par le partenaire stratégique de la compagnie, Air Austral. Par conséquent, cette nomination cadre parfaitement avec l'accord de partenariat entre les deux compagnies aériennes.

Rolland Besoa s'est différencié des 10 autres candidats grâce à son cursus professionnel exemplaire, son expertise, son professionnalisme, sans oublier sa connaissance de la structure ainsi que son goût du challenge et de l'innovation. En effet, au cours de ses 40 ans d'expérience, il n'a pas cessé d'occuper des postes clés autant dans le pays qu'à l'étranger. Ingénieur diplômé de l'Enac de Toulouse (France) et détenteur d'un Mba de la « Pace University » de New York (Etats-Unis), il débutait sa carrière au sein de la compagnie aérienne nationale en 1976. Et 20 ans après, en gravitant les échellons, il était devenu le Dg de la compagnie de 1996 à 2000. Ensuite, il a enchaîné des postes importants au Canada en tant qu'ambassadeur de Madagascar et représentant auprès de l'Oaci (Organisation de l'aviation civile internationale), puis en Côte d'Ivoire en tant que chef de l'aviation, responsable d'une flotte de 15 appareils. Mis à part cela, il est aussi reconnu pour son savoir-faire dans la gestion financière et globale de l'entreprise et ses qualités avérées en matière de négociation. Il prendra alors ses fonctions à partir de lundi, où il sera investi avec l'appui d'Air Austral mais également de tout le personnel pour le redressement d'Air Madagascar, tout en veillant à la bonne mise en œuvre du business plan. Il a déclaré, lors de sa nomination, que « c'est avec le sens des responsabilités, la conscience de l'importance des défis à relever, mais aussi et surtout avec passion, mobilisation, rigueur et engagement que je travaillerai aux côtés de mes collaborateurs (…) afin de faire en sorte qu'Air Madagascar retrouve toute sa splendeur d'antan ». Propos recueillis par Rova R.

L'express de Madagascar1 partages

Sabotsy Namehana – Le marché communal bientôt rénové

Un marché moderne de 2700 m2 est en cours de construction. L’actuel marché de Sabotsy Namehana, un des plus anciens de la région Analamanga, sera rénové. « Ce marché fait la renommée de notre commune », a fait savoir le maire, Mary Thomasson Avotraina Andriamosa. Le nom Sabotsy Namehana vient en effet du marché hebdomadaire qui se tient tous les samedis, ainsi que de Namehana, une des douze collines sacrées de l’Imerina.Le maire et le conseil municipal ont réuni les marchands et usagers de l’actuel marché mardi dernier afin de leur faire part du démarrage prochain des travaux. « Un grand hangar abritera les marchands de fruits et légumes, de poulets gasy et des marchands dits bekorontana, incluant les vendeurs d’objets à recycler, des boulons et autres », a expliqué le maire. Les nouvelles installations privilégieront les vendeurs de fruits et légumes et poulets gasy car le fonds nécessaire à la réalisation de ce projet a été octroyé par le sous- programme Profapan (Professionnalisation des filières agricoles péri-urbaines d’Antananarivo Nord) du programme ASA de l’Agrisud International.L’ASA ou Agro Sylvicul­ture autour d’Antana­narivo vulgarise la pratique et la commercialisation des fruits et légumes agro-écologiques. Sabotsy Namehana fait partie des trois communes sélectionnées et dotées de 25 000 euros pour avoir proposé un projet d’amélioration de la commercialisation des produits agro- écologiques. Les deux cent cinquante occupants actuels seront provisoirement placés dans trois endroits différents. Et ce, pendant huit mois.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Oelison Rafanomezantsoa, dit Careca – « Contre l’AS Adema, ce sera un match couperet »

Le coach d’Elgeco Plus parle de la course au triplé cham­pionnat régional, championnat national et coupe nationale. Il évoque également le calendrier très chargé des semaines à venir.

Pour la première fois, Elgeco Plus est en lice pour un triplé championnat d’Analamanga, THB Cham­pions League et Telma Coupe. Ressentez-vous une certaine pression, ou bien est-ce une source de motivation ? Depuis le début, les dirigeants d’Elgeco Plus ont établi comme objectif de rafler le maximum de titres. Ce n’est en aucun cas une source de pression. Cette saison, c’est notre meilleure occasion pour atteindre cet objectif. Cepen­dant, le rythme est très soutenu avec l’enchainement de trois, voire quatre matches par semaine. D’autant plus qu’on était dans le groupe de la mort en deuxième phase de la Champions League. Et aussi, la pelouse synthétique du stade moderne d’Ampa­sam­bazaha est plus lourde que celle de Mahajanga, et même bouillante. Les impacts sur l’organisme des joueurs sont palpables.

Votre avis sur votre prochain adversaire, AS Adema Analamanga, ce dimanche à Fianarantsoa, en quarts de finale de la coupe ?Ce sera un véritable match couperet, où l’on ne sait jamais ce qui pourrait se passer. On ne sait pas si ce sera un match de 90 minutes, ou si ça va se poursuivre jusqu’à 120 minutes. On a gagné la coupe à deux reprises, après deux finales contre l’AS Adema, il y a quelques années. Cette fois-ci, les deux équipes s’affrontent dès les quarts de finale. En saison régulière à Analamanga, nous sommes à égalité avec une victoire chacun.

On a remarqué l’éclosion de nouveaux talents chez Elgeco Plus cette année, comme le gardien Ando et le milieu offensif Bila. Quels sont leurs apports pour l’équipe ?C’est grâce notamment aux performances de ces jeunes que nous sommes ici aujourd’hui (Ndlr : qualifié pour la Poule des As et quarts de finaliste de la coupe). Vous avez parlé de Ando et Bila, mais les attaquants comme Nesta et Safidy, deux nouvelles recrues de cette année, ont aussi beaucoup apporté au club. Ces nouveaux éléments se complètent bien avec les valeurs sûres déjà en place.

En Poule des As, vous rencontrerez notamment HZAM Alaotra Mangoro. Que pensez-vous de ce nouveau venu ?Cette région de Mada­gascar a toujours fourni de bons joueurs. Ce serait une erreur de considérer HZAM comme un novice que l’on peut battre facilement. Si l’on regarde le résultat du club depuis le début de cette Champions League, on voit qu’il a réalisé un bon parcours et fait quelques cartons au passage. Il faudra faire attention face à HZAM et son potentiel offensif.

Propos recueillis par Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Motocross – Le X Country Acerbis reporté

C’est au tour du Cross Country Acerbis de faire l’objet d’un report. Et ce, suite à l’interdiction de tenue de toute manifestation, publiée par le ministère de la Jeunesse et des Sports il y a une semaine, en raison de l’épidémie de peste qui sévit actuellement.« Le Bira Moto Club, en collaboration avec MotoStore, vous informe que suite à la suspension de toutes compétitions par le ministère du Sport, le XCountry Acerbis du 22 octobre est reporté. Malgré cela, nous continuons la préparation de l’évènement, et nous vous tenons informé de la date dès la levée de la suspension », a annoncé hier BMC.Ce XCountry Acerbis devait se tenir sur le circuit d’Iavoloha ce 22 octobre. Il s’agit de la sixième manche du championnat de Mada­gascar de moto tout-terrain.

H.L.R. 

L'express de Madagascar1 partages

Contrôle strict de la collecte des ordures.

La collecte des ordures ménagères dans la ville d’Antananarivo sera fortement surveillée. Le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison a annoncé, hier, que les camions seront dotés de GPS, des caméras de surveillance et une station de pesage seront installés au dépôt d’Andralanitra. Ces mesures seraient prises en vue d’une bonne gestion des dépenses allouées à l’enlèvement des ordures.

Madaplus.info0 partages

La société AAA de Ravalomanana fermée en force hier

Nous l’avons rapporté samedi dernier, que la société AAA de l’ancien président Marc Ravalomanana allait être fermée par le ministère de l’Industrie.
Ce dernier de dire que cette société n’aurait pas de permis environnemental et c’est une des raisons qui poussent le gouvernement à procéder à cette fermeture. L’exécution de l’ordre de fermeture de l’usine sise à Andranomanelatra a été effectuée hier en présence du préfet d’Antsirabe et les Emmoreg. Ces derniers ont dû faire intervenir 4 fois de suite les bombes lacrymogènes pour disperser les employés de cette usine qui ont essayé de résister.
On ne va pas vous expliquer les calculs politiques derrière ce genre d’événement, mais, il appert que le nombre de personnes qui vont rejoindre la classe des chômeurs va encore gonfler. En faisant un tour sur la toile avant d’écrire cet article, on a pu voir certains commentaires des internautes, comme ceux qui affirment qu’à son époque Ravalomanana avait fait la même chose à des sociétés malgaches. Mais est-ce qu’on est toujours resté dans cette mentalité qui consiste à détruire l’autre? Qui signifie détruire ses milliers d’employés. On idolâtre la société malgache pour le Fihavanana, mais, azafady, cette époque serait révolue il y a des lustres.
Ino Vaovao0 partages

MAROANTSETRA - HABIBIANA : Nosandaina 3 tapitrisa Ariary ny ain’ilay tovovavy vao 21 taona

Raha tsiahivina, ny alarobia 6 septambra tamin’ny 10 ora antoandro, dia tovovavy 21 taona mbola mpianatra no hita faty teo amin’ny kianja Capji Maroantsetra tampon-tanàna.

Araka ny fizahana nataon’ny mpitsabo, dia niharan’ny fanolanana ilay tovovavy mialoha ny namonoana azy.Tamin’ny fotoana nahatraran’ny polisy ao Maroantsetra ireo mpanendaka telolahy tao amin’ny tsena Maroantsetra ny zoma 6 oktobra io, dia nanondro ireo namany mpiara-manendaka aminy izy ireo. Nokarohina ireo namany ireo. Voasambotra ny iray izay ankizilahy vao 14 taona monja.

Ity farany izay efa nananan’ny polisy ahiahy tamin’ny raharaha famonoana an’ilay tovovavy mpianatra. Tsy diso ny eritreritry ny polisy. Nandritra ny fanadihadiana natao azy, dia niaiky izy fa nandray anjara mivantana tamin’ny famonoana an’ilay tovovavy. Nanondro ny namany izy avy eo.

Olona roa hafa no voasambotra. Ny iray izay ankizilahy vao 14 taona ihany koa. Ny iray kosa efa olon-dehibe. Ity farany izay fantatra fa nirahina nanatitra vola tamin’ireo mpanao « mission » namono nahafaty an’ilay tovovavy. Vola 3 tapitrisa ariary no nifampizaran’ny mpamono.

Fialonana

Araka ny fanazavana nentin’ny Kaomisera Ravelomamanjara Renaud, lehiben’ny polisy ao Maroantsetra, nandritra ny famotorana natao no nahalalana fa fialonana tsotra izao no tao ambadik’ilay vono olona. Olona iray izay havan’ilay tovovavy ihany no fantatra fa nampaniraka sy nanome ilay vola 3 tapitrisa ariary. Nibaradaka ireo tompon’antoka tamin’ny famonoana ary nilaza fa « nialona an’io tovovavy io ilay mpaniraka anay. Matahotra hono izy sao ho lasa lavitra amin’ny fiainana noho izy ilay tovovavy ka mila taperina ny ainy ».

Samy efa natolotra ny Fampanoavana tao Maroantsetra avokoa izy telolahy ka samy voatazona vonjimaika any am-ponja miandry ny fitsarana. Karohina kosa ilay havan’itompokovavy atidoha tamin’izao vono olona feno habibiana izao.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FARITRA MATSIATRA AMBONY : Mihorohoro amin’ny pesta ny mponina, nandray fepetra ireo mpitatitra

Araka ny tatitra voaray avy any an-toerana izao dia tafakatra 27 ny isan’ny olona marary ahiahiana ho voan’ny pesta atoditarimo, 19 ny voan’ny pesta aretin-tratra, 3 no isan’ny matin’io aretina io raha ny isa farany voaray ka ny iray tao Ambohimahasoa ary roa tao Ambalavao. Vokatr’izay dia notanterahina omaly maraina ny fivoriana nataon’ny mpitatitra sy ny zotra nasionaly tao an-tampon-tanànan’i Fianarantsoa momba ny ady amin’ny valan’aretina pesta.

Tapaka araka izany ny fametrahana “barrage sanitaire” izay efa napetraka ao Camp Robin lalam-pirenena fahafito. Misy ihany koa ny torolalana sy ny fandraisana andraikitra natao ho an’ireo mpivezivezy. Marihana fa samy nandeha fitateram-bahoaka daholo ireo olona voatily sy voamarina ho mararin’ny pesta raha natao ny tombatombana ka noho izany dia ho hentitra ny tompon’andraikitra eo amin’ny sehatr’asa fitaterana.

Eo ambanin’ny fitantanan’ny Faritra no anatanterahana ny fivoriana. Manatanteraka mivantana ny solontenan’ny Oms manao iraka eto Matsiatra Ambony ankehitriny.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MAHAVOKY AVARATRA : Vehivavy roa ahiana ho voan’ny pesta no noraisina an-tanana

Rehefa nanontany teny amin’ny fokontany Mahavoky avaratra kosa ny mpanao gazety dia nilaza ny tao fa tsy mahafantatra ny fisian’ny olona voan’ny pesta ao amin’ny fokontany misy azy. Nilaza mihitsy ny sefo fokontany fa tsy marim-pototra ny vaovao. Nanontany teny amin’ny hopitaly manara-penitra ihany anefa izy ireo ary voamarina fa misy tokoa ireo olona ahiahiana ho voan’ny pesta ireo.

Hatreto dia mbola ahiahiana aloha izy ireo fa rehefa azo ny valin’ny fitiliana nalefa any amin’ny institut Pasteur vao ho fantatra na voa marina na tsia. Tsy miandry ny valin’ny fitiliana anefa fa misy ny fandraisana an-tanana avy hatrany mba tsy hampihanaka ny aretina. Na izany aza dia tokony hisy bebe kokoa ny fiaraha-miasa eo amin’ny fokontany sy ny tompon’andraikitry ny fahasalamana hiadiana amin’ny fihanaky ny pesta.

Vanessa

News Mada0 partages

Fidiram-bola ato anatiny : mitaky fampiasana fitaovana arifomba ny fampidiran-ketra

Ny 4 hatramin’ny 6 septambra lasa teo, nandray fikaonandoha iraisam-pirenena momba ny hetra i Madagasikara. Nahitana firenena afrikanina sy eoropeanina nandray anjara tamin’izany. « Fampiakarana ny fampidiran-ketra amin’ny alalan’ny fampiasana teknolojia » ny lohahevitra. Tsapa mantsy fa mihena tsikelikely ny fanampiana avy any ivelany, avy amin’ny Banky iraisam-pirenena sy ny FMI, ka tsy tokony hiantehitra loatra amin’izany ny firenena, toa an’i Madagasikara.

Navoitry ny tale jeneralin’ny foiben-ketra, Razafindrakoto Iouri Garisse, fa «mitaky fanavaozana ny fomba enti-miasa amin’ny alalan’ny fampiasana fitaovana arifomba. Efa vonona amin’ny karazana fiovam-penitra amin’ny lafiny fitantanana i Madagasikara, saingy tsy mitovy ny habetsaky ny hetra miditra ». Nanazava ny tale jeneraly fa mbola tsy tafapaka amin’ny Malagasy mihitsy ny fahafaha-miditra amin’ilay teknolojia noho ny halafony sy ny tsy fahampian’ny fotodrafitrasa.

Ady amin’ny tsy fanarahan-dalàna

Raha momba an’i Madagasikara manokana, betsaka ny asa fitadiavam-bola tsy manara-dalàna (informel). Raha natao ny fanadihadiana eto Antananarivo sy ny manodidina, 67,25 % ny asa fitadiavam-bola tsy manara-dalàna. Tsy manana ny famantarana azy manokana momba ny hetra (Numéro d’identité fiscale-NIF) daholo ireo. Misy amin’ireo ny voasokajy ho orinasa  salantsalany sy madinika. Fantatra izany amin’ny fampiasana fitaovana moderina noho ny fanampian’ny GIZ, ao anatin’ny tetikasa fampandrosoana kaominaly.

Laharam-pahamehana amin’io tetikasa io ny fampitomboana ny fidiran-ketra any amin’ireny kaominina ireny. Koa tokony hihena 20 % izay tsy fanarahan-dalàna izay amin’ny taona 2018, raha ny vinavinan’ny foiben-ketra. Misy fiaraha-miasa amin’ireo Vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana ireo (CTD) sy ny foiben-ketra, natao sonia ny 8 septambra lasa teo.

Tsy ampy fitaovana hoenti-miasa ny sampandraharahan’ny hetra, na efa tokony hampiharina aza ny filazam-pananana sy fandoavam-bola, amin’ny alalan’ny internet. « Tsy afaka miandry famatsiam-bola avy any ivelany hatrany isika, ilaina ny fidiram-bola ato anatiny », hoy  Razafindrakoto Iouri Garisse.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Kitra – « Amboaran’i Madagasikara » : tsy mbola namaly ny «Codis », hiakatra kianja ny FC Rabaza

Hatreto, mbola mipetraka ny baraingo amin’ny fanatontosana ny lalao ampahefa-dalana, fiadiana ny Amboaran’i Madagasikara, taranja baolina kitra, hatao any Fianarantsoa. Samy miandry ny ho tohiny ny rehetra.

 

“Hatramin’ny androany (omaly alakamisy), tsy mbola naharay ny valiny tamin’ny fampakarana ny fitoriana nataonay  tany amin’ny komision’ny fitsipi-pifehezana (Codis), eo anivon’ny federasiona, izahay FC Rabaza. Noho izany, hidina any Fianarantsoa ny ekipa rehetra, ary hiakatra kianja hanatanteraka ny lalao ampahefa-dalana, amin’ny fiadiana ny amboara. Efa vonona rahateo ny mpilalao hiatrika an-dry zareo FC Ilakaka amin’ny alahady ho avy izao”, hoy Ramilison Guillaume, filohan’ny ekipa FC Rabaza.

Nanambara kosa ny tomponandraikitra eo anivon’ny federasiona fa mbola eo am-pandinihana io fampakarana io, ankehitriny, ny ekipa teknika rehetra ka hamoaka ny fehinkevitra farany momba izany.

 

Noresena “par forfait

Raha tsiahivina, nanome rariny ny Cosfa  ny Codis, tamin’ny fitoriana napetrany, mahakasika ireo mpilalao efatra mirahalahy manatevina ny FC Rabaza, izay voalazan’izy ireo fa tsy manana ny taratasy fifindran-toerana ara-dalàna. Vokatr’izay, natao “forfait” ka resy tamin’ny isa 3 no ho 0 ny FC Rabaza, tamin’ny lalao ampahavalon-dalana. Tetsy ankilany, nitondra ny porofo rehetra ny FC Rabaza fa fandikan-dalàna no nataon’ny Cosfa ary tsy nanaraka ny fepetra amin’ny lalàna mifehy ny federasiona.

Taorian’izay, namaly ny sazy navoakan’ny “Codis”, izy ireo ary nandefa taratasy fampakarana ny raharaha, tamin’ny alalan’ny mpisolo vavany saingy izao tsy mbola nahazoan’izy ireo, valiny izao.

Araka ny vaovao voaray, efa lasa nidina any Matsiatra Ambony ny ekipan’ny FC Rabaza, hanatanteraka ny fihaonana amin’ny alahady ho avy izao. Samy mametra-panontaniana avokoa ny rehetra ny amin’izay mety hitranga ao amin’ny kianjan’Ampasambazaha, raha toa ka ekipa telo no indray hiakatra kianja. Efa nanamarika Ramilison Guillaume fa tsy tompon’antoka, amin’ny tranga mety hiseho ny tenany sy ny ekipan’ny FC Rabaza.

Torcelin

News Mada0 partages

Tarika Lahatra : “Mitory fa tsy mitady vola na laza”

Tarika iray mitory ny Filazantsara an-kira ny Lahatra. Efa elaela ny niorenany ary rakikira roa no efa navoakany, hatreto. Tsy mbola nisy ny seho lehibe, amin’ny efitrano malalaka na ankalamanjana, toy ny etsy Antsahamanitra, nataon’ny tarika. Na izany aza, tsy zovina intsony, hatrany ambanivohitra lavitra any, ny hiran’izy ireo.

Ny anton’izany rehetra izany, “ny hampita ny Tenin’Andriamanitra any amin’ny tsirairay, ny hampahery sy hanohana am-bavaka no tena tanjon’ny tarika fa tsy hoe hitady vola na laza”, hoy Andrianjafindralahatra Léon, filohan’ny Lahatra. Miara-miasa amin’ny fiangonana rehetra, tsy ankanavaka, izy ireo amin’izany. Ao anatin’izany, raha voafetra ny eo am-pelatanan’ilay fiangonana na sampana amin’ny fikarakara ny seho, misy ampahany iantohan’ny tarika. Izany hoe, miala vola am-paosy izy ireo.

Nandritra iny fotoam-pialan-tsasatra iny, nahatontosa fampisehoana dimy ny Lahatra ary mbola hitohy any Betafo izany, amin’io fiandohan’ny volana novambra io. Mandra-piandry izany, eo am-panatanterahana ny fakana sary ny hira vaovao, miisa telo, ny mpikambana. “Sakaiza”, “Mahatsiaro sambatra” ary “Mamindra fo” ny lohatenin’izy ireo, izay heverina ho vita amin’io fiandohan’ny novambra io.

Anisan’ireo handrafitra ny rakikira fahatelo ireo vokatra vaovao ireo. Na eo aza mantsy ny afitsoky ny mpanao piraty, tsy kivy ny tarika. Paik’ady noraisin’izy ireo ny tsy hivarotana ny DVD afa-tsy any amin’ny toerana hanaovana fampisehoana sy mandritra izany.

Landy R.

News Mada0 partages

Tontolon’ny hira : hiverina i Nono Mananjara

« Voafitaka », hira anisan’ny nahafantarana an’i Nono Mananjara… Ankehitriny, « ireo hira vaovao no hoentiko hamerenana ny lazako »,  hoy ity mpanakanto ity. Fantatra tamin’ny tafa nifanaovana taminy fa hiverina tanteraka eo amin’ny sehatry ny hira izy. Eo am-panomanana ny laharana fahefatra amin’ny kapila mangirana mirakitra ny rakitsariny i Nono Mananjara sy ny ekipany. Anisan’ireo hira vaovao hivoaka ao anatin’izany rakitsary izany ny « Fisarahana tsy fidiny », « Fitia tsy voarara », « Adrisa vao hifandao », « Sidina angidina », sns. « Efa misy amin’izy ireo ny mandeha any amin’ny radio », hoy i Nono Mananjara.

Amin’izao fiverenany izao indray, « vonona ny hanatsara ny zava-bita teo aloha aho », hoy i Mananjara Jean Bruno. Nomarihiny fa ny faran’ny volana novambra no ho vita io rakitsary fahefatra io raha alohan’ny volana marsa 2018 kosa ny rakitsary fahadimy.

Ankoatra ny maha mpanakanto azy, nambarany fa mpampianatra infôrmatika any amina oniversite tsy miankina i Nono Mananjara.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Vavantenina : andiany faha-16 ny « Festival Jerijery »

Anisan’ny hetsika kolontsaina, fanatanjahantena ary toekarena manana ny lanjany any amin’ny faritra Analanjirofo ny « Festival Jerijery ». Fantatra fa ny 1 novambra ka hatramin’ny 5 novambra izao no hanatanterahana ny andiany faha-16, any Vavantenina. Ho an’ny lafiny kolontsaina, mpanakanto sy tarika maro no hanafana ny any an-toerana. Ao ireo efa manana ny lazany toa an-dry Shyn, Farah Johns, Mijah, Lianah, Taa Tence, Willy, Joyce Mena, sns. Hiaka-tsehatra ihany koa ireo mpanakanto tanora manana ny maha izy azy toa an’i Florida, Lien Bouessa, Comed, Elidiot, Stany, sns. Hisahana ny fanentanana i Elisé sy i Blaise ary i Bakoly.

Ny 1 novambra, hisy ny fanaterana voninkazo eo amin’ny fasan’i Tida Raphael, ilay mpamorona ny « Festival Jerijery » arahina fotoam-pivavahana ary « carnaval ». Ny 2 novambra kosa ny fanokafana amin’ny fomba ofisialy ity andiany faha-16 ity. Ny asabotsy 4 novambra, « Grand bal Jerijery » iarahana amin’i Lien Bouessa sy Taa Tence. Ny 5 novambra, « Cabaret Faradoboka » iarahana amin’i Shyn. Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoana hatrany ny vakodrazana sy ny fifaninanana fanatanjahantena.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Bà gasy sy folk : hiverina, hanolotra zava-baovao ny Zana-Rotsy

Tsy vitsy ny mahalala izany Charles-Kely izany, any ivelany any. Anisan’ireo manandratra ny mozika malagasy ity mpanakanto ity. Tsara anefa ny mampahatsiahy fa niainga tao amin’ny Zana-Rotsy izy. Ito farany indray, efa fahenon’ny maro, saingy tsy hita firy, tato anatin’ny taona maromaro. Ankehitriny, hiverina izy ireo ary hiverina « amin-kery », ao anatin’ny fanomanana zava-baovao, izay tsy miala amin’ny maha Zana-Rotsy azy. Dinidinika.

 

Gazety Taratra (*) : Oviana ny niorenan’ny tarika Zana-Rotsy ?

Andriatiana Zo Lalaina, mpikambana (-) : Razanakoto Emmanuel, dadanay, no nanorina ny tarika Zana-Rotsy, tamin’ny taona 1967. Rehefa nodimandry izy, ny taona 1972, nodimbiasanay zanany, izay misy sivy mianadahy. Ny taona 1982 anefa vao tena fantatry ny olona ny tarika, tamin’ny alalan’ny fandaharana iray, tao amin’ny onjampeo nasionaly. I Nirina sy i Charles Kely, izay any andafy, no nivahiny tao, tamin’izay ary ilay hira hoe « Jiro mirentin’Iarivo » no tena nahalalana ny tarika,  tamin’izany. Amin’izao fotoana  izao kosa, efa anisan’ny mpikambana hatramin’ny zafikely. Izany hoe, mihatanora hatrany ny tarika Zana-Rotsy. Miisa enina izahay no tena mpikambana mavitrika.

* Inona ny tena mampiavaka ny tarika ?

– Ny filalaovana gitara no tena nahafantarana anay. Raha ny gadona kosa, mifototra amin’ny bà gasy sy ny « folk classique populaire » ny Zana-Rotsy, hatrany am-piandohana. Noho ireo tanora ao anatin’ny tarika, ankehitriny, misokatra kokoa ny mozika lalaovina, saingy tsy miala amin’ny bà gasy. Izany hoe, bà gasy sy « folk open ».

* Azonao faritana ve ny lalana efa nodiavin’ny Zana-Rotsy ?

– Nisongadina indrindra ny nahazoan’ny tarika ny laharana fahatelo tamin’ny fifaninanana « Découvertes RFI », tamin’ny 1990. Anisan’ny sehatra nanoka-baravarana ny Zana-Rotsy ny fandaharana « Mbarakaly », tamin’izany fotoana izany. Raha ny sanganasa kosa, miisa 40 eo ho eo ny an’i Dada. Taty aoriana kosa, samy mamorona izahay ka raha atontaly ireo, manodidina ny 150 eo ary 60 no tena masaka sy azo entina an-tsehatra avy hatrany. Hatreto, mbola rakikira iray, mitondra ny lohateny hoe « Malalako tomany », no tafavoaka. Mbola olana goavana ny mpanao piraty ka aleo tsy mirotoroto amin’ny famokarana « album ».

* Raha izay ny taloha, aiza ho aiza kosa ny tarika ankehitriny ?

– Hifantoka amin’ny fanamafisana ny maha izy ny tarika Zana-Rotsy izahay. Misy anefa ny traikefa vaovao, entin’ireo tanora ao anatin’ny tarika. Hitondra rivo-baovao eo amin’ny mozika entin’ny Zana-Rotsy izany. Na izany aza, tsy miala amin’ny bà gasy ny fototra. Eo am-panomanana hira vaovao, miisa telo, izahay, ankehitriny. Heverina ny hivoahan’izany, amin’ny fiandohan’io taona 2018 io.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Fara West Faravohitra : hitondra ny blues, rock ary jazz ny Oxow

Tsy voafetran’ny karazan-gadona na mozika ny mpanakanto iray. Porofoin’ny Oxow hatrany izany, isaky ny misy fotoana iarahana izy ireo. Rock mandao ny blues ka hatrany amin’ny jazz, samy lalaovin’i Andry Ramamonjisoa sy ny namany avokoa izany. Ho an’ireo liana sy efa mpankafy, manome fotoana ny tia mozika izy ireo ny asabotsy hariva izao, etsy amin’ny Fara West Faravohitra.Samy manana ny tarika iarahany, ary samy manana ny manavanana azy, saingy rehefa tafaraka dia mbola manome kanto hafa koa ry zalahy ireto. Manampy an’i Andry Ramamonjioa (gitara) i Naly Rabarisoa (amponga maroanaka), Titi Razakamiadana (saxophone) ary Eric Rakotoary (gitara beso). Tsy ho mpitendry mpanaraka aorian’ny mpihira fotsiny intsony, fa hanana sehatra hanehoany ny talentany tsirairay sy miaraka izy ireo.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Oniversiten’i Mahajanga – Naato ny fampianarana : nifandona ny samy mpianatra, dimy naratra, dimy hafa ...

 Afakomaly, ny mpianatra sy ny mpitandro filaminana (Emmo/Reg) no nifandona, tao amin’ny oniversiten’i Mahajanga. Omaly kosa, ny samy mpianatra indray no nifandramatra. Nahery vaika ny fifandonana, satria nisy mpianatra dimy no naratra mafy, nisy ny vaky loha… Mpianatra dimy no vosambotra.

Nakatona ary natsahatra mihitsy ny fampianarana ao amin’ny oniversiten’Ambondrona any Mahajanga, nanomboka omaly. Tsy nakatona noho ny pesta anefa fa nakatona noho ny hetsiky ny mpianatra. Nitrangana fifandonana mahery vaika tany an-toerana, omaly, ka nitarika io fanapahan-kevitry ny tompon’andraikitry ny oniversite Mahajanga hanakatona azy io vonjimaika. Telo andro nanaovana hetsika ireo mpianatra, ary afakomaly nisy ny fifandonana teo amin’ny mpitandro filaminana sy ny mpianatra. Nitohy omaly ny hetsika ka ireo mpianatra indray no nifandona tao anatin’ny faritry ny oniversite. Nahery vaika ny fifandonana tamin’izany satria nisy ny tora-bato sy ny vely kobay nataon’ireo mpianatra. Naratra mafy ny dimy ka voatery naiditra hopitaly tamin’izany. Nisy tamin’ireo ny vaky loha, feno ratra ny tongotra sy ny tanana.

Voatery niditra an-tsehatra ny mpitandro filaminana ka nisambotra ireo mpanao fihetsiketsehana. Nisy dimy lahy voasambotra tamin’izany, ary notanana nanaovana famotorana avy hatrany ireo. Voalaza ihany koa fa nitazona basy ny filohan’ny mpianatra ary nampiasa izany, ka voatery nalan’ny mpitandro filaminana taminy. Hatramin’ny omaly hariva, mbola voatazona tany amin’ny mpitandro filaminana izy dimy lahy ireo, ary mbola any amin’ny hopitaly ihany koa ireo naratra.

Araka ny fanazavana azo, mpianatra avy any Androy sy avy any Atsimo Atsinanana ireo nifandona ireo. Tsy mbola fantatra mazava ny antony nitarika ny adin’ireo mpianatra. Ny olona any an-toerana nanambara fa tsy nitovy hevitra ireo mpianatra ny amin’ny fitokonana sy ny fanapahana ny fianarana. Na izany aza, nisy nilaza ihany koa fa ny fifandonana tamin’ny Emmo/Reg no namparatra ireo mpianatra sasany.

Vokatry ny ady anefa sy ny fanimban-javatra, niafara tamin’ny fikatonan’ny oniversite ihany ny raharaha. Hatramin’ny fotoana tsy voafetra ny fikatonana, raha ny vaovao avy any an-toerana.

Tsy mbola hilamina

Na eo aza ity filazana fa mikatona vonjimaika ity ny oniversite any Mahajanga, milaza fa mbola hanohy ny hetsika ny mpianatra mandra-pivaly ny fitakian’izy ireo. Eo ihany koa ireo namany voasambotra sy maratra. “Mivaly ny fitakiana, mivoaka ny namana vao mijanona ny hetsika. Ts misy mikatona izany eo”, hoy ny vaovao voaray.

Ity hetsika ity izay nitovy ny tany amin’ny oniversiten’i Barikadimy Toamasina. Zavatra iray ihany ny fangatahana ny amin’ny handoavana vatsim-pianarana sy ny momba ny trano fonenan’izy ireo, ary ny saram-pisoratana anarana niakatra. Raharaha izay efa miverimberina hatrany amin’ireo oniversitem-panjakana rehetra. Rehefa tsy manao ny eny Ankatso, manao ny any amin’ny faritra. Tsy misy vahaolana maharitra avy amin’ny tompon’andraikitra mihitsy, ka miafara amin’ny korontana sy ny fanimban-javatra. Andrasana ny tohin’ny raharaha.

Yves S.

News Mada0 partages

AAA Tiko : nirefodrefotra ny lakrimozenina

 Nifanjevo tanteraka, tao Andranomanelatra. Tafiditra tao amin’ny orinasa AAA Tiko ihany, omaly tokony ho tamin’ny 7 ora hariva, ny avy amin’ny Emmo/Reg sy ny lehiben’ny faritra sy ny distrika ary ny prefet any Antsirabe. Hanatanteraka amboletra ny fanapahan-kevitry ny fanjakana ny hanakatonana ity orinasan’ny filoha teo aloha, Ravalomanana ity izy ireo. Nirefodrefotra ny baomba mandatsa-dranomaso nahafahan’izy ireo niditra ny orinasa. Resy tosika ihany ny andrimasom-pokonolona sy ireo mpiasa niezaka niaro ny tsy haha tafiditra ny mpitandro filaminana. Notapahin’ny Emmo/Reg ny herinaratra avy eo. Anisan’ny anton’izao fanakatonana izao ny voalaza fa tsy nandoavan’ity orinasa ity ny  volan’ny Jirama. Tsy fantatra anefa na nogejaina ny orinasa na ny jiro sy ny rano ihany. Niainga amin’ny didim-panjakana noraisina ny herinandro teo izany fa tsy tamin’ny alalan’ny didim-pitsarana.

Tsiahivina fa anisan’ny mamatsy vokatra voahodina amin’ireo tsenan’ny Magro, toy ny etsy  Behoririka sy Tanjombato ary ny any Mahajanga sy ny hafa efa misokatra ny Tiko ao Andranomanelatra Antsirabe. Andrasana ny tohiny…

Randria

 

News Mada0 partages

Fisolokiana : saron’ny polisy i Céline

Saron’ny polisy ekonomika teny amin’ny faritany Ambohidahy, ny alatsinainy teo ny ramatoa iray antsoina hoe Céline, 49 taona, voarohirohy ho nanao fisolokiana avolenta. Araka ny fanazavan’ny polisy, misy mpampianatra amin’ny Epp any Fianarantsoa efa maty nefa ny karamany mitomboka foana any amin’ny banky izay efa nahatratra 30 tapitrisa Ar. Nanao taratasy sandoka ity mpisoloky ity sy rangahy iray mba hakana ilay vola any amin’ny banky, saingy fantatry ny banky hoe tsy mazava ireo antontan-taratasy nentin’izy ireo. Manao taratasy sandoka, toy ny taratasy manamarina fahafatesana, taratasy fanamarinam-ponenana ary kopia hosoka milaza fa zanak’ity mpampianatra maty ity ry zareo.

Nitory ilay banky tany amin’ny polisy anefa ireto mpisoloky ireto fa hoe tsy omen’ny banky ilay vola. Rehefa nanao fanadihadiana ny polisy ka elaela ny fanadihadiana dia nitory ny polisy teny amin’ny fitsarana indray ireto olon-dratsy fa hoe ahodinkodin’ny polisy ny dosieany. Nametraka fitarainana teny amin’ny polisin’ny Faritany eny Ambohidahy indray ireo mpisoloky ka noraisim-potsiny ilay ramatoa nisoloky.

Jean Claude

News Mada0 partages

Nitsoaka ny ray aman-dreniny… : navelany irery tao am-pandriana ny fatin-janany

 Fofona maimbo nivoaka tao an-trano no nanaitra ny mponina teny Ivato Aéroport, kartie faharoa, omaly ka niantso ny tompon’andraikitra nijery ny tao an-trano. Fatin-jazakely efa mihintsana nofo teo am-pandriana no hitan’ny olona rehefa avy nopitsohina ny trano nijerena ny zava-misy marina. Tsy hita kosa anefa ny ray aman-dreniny na ireo havany akaiky. Nandray ny andraikiny avy hatrany ny teo anivon’ny kaominina ka nandevina ny razana teny amin’ny fasam-bahiny eny Andraonjikely. Norarahana DDT kosa ilay trano nisy azy taorian’izay.

Araka ny angom-baovao voaray, narary ity zazakely ity, ny 24 septambra 2017 lasa teo, izany hoe telo andro taorian’ny nahaterahany. Nomen-drainy fanafody ilay zaza kanjo vao mainka nihombo ny aretiny. Nivoaka ra ny oriny sy ny vavany. Nentina teny amin’ny CSB II Ivato taorin’izay. Nilaza anefa ny dokotera tao amin’ny CSB II fa efa maty ilay zaza.

Tezitra noho izany ny rain’ilay zaza ka nidaroka ireo dokotera tao amin’ny CSB II. Tsy vitan’izay fa mbola niantso miaramila namany koa izy ka nanakorontana eraky ny tanàna ka nandratra olona maro. Ampolony ireo olona naratra vokatr’izany ary raikitra ny fifanjevoana teny Ivato tamin’io fotoana io. Nentin-katezerana ny olona ka saika niharan’ny fitsaram-bahoaka ny rain’ilay zaza. Misy amin’ireo olona niharan’ny daroka no miady amin’ny fahafatesana noho ny ratra nahazo azy ireo. Noho ny tahotra, navelan’ilay ray aman-dreniny ary ny fianakaviany irery tao an-tranony ny fatin-janany fa lasa nitsoaka avokoa izy rehetra. Tsy mbola hita ny toerana misy azy ireo hatramin’izao.

Mpanofa trano izy mivady ireto ka ny alina no nibatan’izy ireo ny entana mba tsy hisy hahatsikaritra. Navelany tao an-trano kosa ny fatin’ilay zazany ka izao hitan’ny fokonolona izao.

Jean Claude

News Mada0 partages

Nitory fa hoe voaolana… : nandainga tamin’ny polisy maorisianina ireo vehivavy gasy telo

Mivadika ny rasa. Notazomin’ny polisy indray ireo vehivavy malagasy telo nilaza fa naolana tany Maorisy. Nandainga izy ireo ka hotsaraina, araka izany.

Tsy nijanona teo amin’ny filazana fa naolana Maorisianina ireto vehivavy malagasy telo, ny 2 oktobra lasa teo, ny famotorana nataon’ny polisy maorisianina, fa nitohy ary fantatra izao fa nandainga izy telo vavy. Tamin’izany mantsy, nametraka fitoriana izy ireo fa ho naolana besandry tao amina hotely iray. Rehefa nanao fanadihadiana lalina ny polisy, nahita tamin’ny alalan’ny caméra fanaraha-maso fa mifanohitra tanteraka tamin’ny zavatra nambaran’izy telo vavy ny hita tao.

Izy telo lahy nambara fa nanolana, nanda hatrany ny fiampangana azy. Nilaza izy ireo fa tsy nisy izany fa nisy fifanarahana natao. Voatery nanao fanadihadiana tamin’ireo vehivavy malagasy indray ny polisy ka nilaza ireo fa valifaty ho an’ireo lehilahy ireo izay naka sary azy ireo nandritra ny firaisana ny anton’izao.

Notanana avy hatrany ireo vehivavy ireo, kanefa navotsotra ihany avy eo fa hiakatra fitsarana kosa anefa.

Nilaza ny polisy maorisianina fa mety ho voasazy herintaona an-tranomaizina miampy lamandy 10.000 Rs izy io. Momba ireo telo lahy indray, miandry izay fanapahan-kevitry ny fitsarana izy ireo.

Tany am-boalohany, nolazaina fa nandeha niala sasatra tany Maorisy izy telo vavy ireo, izay mpianaka, 21 sy 16 ary 41 taona. Avy eo, nolazainy fa naolana rehefa avy nifanaraka ny ho any amin’ny hotely. Ny trangan-javatra tahaka izao no ilazan’ny mpitandro filaminana maorisianina fa mandeha mivaro-tena ireo vehivavy malagasy mankany an-toerana. Miandry ny fitsarana azy izy ireo.

Yves S.

News Mada0 partages

Fifamoivoizana : 150 ireo taxi mitondra ny « lanterne » vaovao

Nitondra fanazavana, omaly ny tompon’andraikitry ny orinasa mamokatra ilay lanterne vaovao fa malalaka ny safidin’ireo mpitondra fiarakaretsaka amin’ny fitondrana ny « lanterne » vaovao na hijanona amin’ny « lanterne » teo aloha.

Manodidina ny 150 ireo taxi efa milanja ity « lanterne » vaovao ity amin’izao fotoana raha ny salanisa navoakan’ny publimotion. Manomboka resy lahatra ny mpitondra fiarakaretsaka ka tonga tsikelikely manatona etsy Ankorondrano maka ny « lanterne ».

Maimaimpoana rahateo ny fakana izany. Isaky ny efa-bolana ny fakana ny tambin’ny fitondrana izany izay mitentina 30.000 Ar. Tsy misy fakana vola amin’ny mpitatitra velively na very na samba izany fitaovana izany, hoy hatrany ny tsindrim-peo nentin’ny tompon’andraikitra.

Anisan’ny mandresy lahatra ny mpitondra taxi indrindra koa ny tsy fisian’ny ambadika politika amin’ity resaka ity sy ny mangarahara amin’ny fomba fiasa. Ankoatra izany ny tsy hifandraisany amin’ny resaka Omavet .

Ho an’ny kaominina Sabotsy Namehana, ny kaominina mihitsy no naka “lanterne” 50 ho an’ireo fiarakaretsaka miasa ao aminy. Sady fanovana endrika no tombontsoa ho an’ny mpitondra taxi ity ka izay no tsy nisalasalan’ny mpitantana ny tanàna eny an-toerana.

Marihina fa ireo fiarakaretsaka ara-dalàna ihany no mahazo “lanterne”. Hentitra ny fanaraha-maso ny antontan-taratasy momba izany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fanentanana ho fiarovana amin’ny loza… : mpianatra 10 isan’andro tratran’ny lozam-pifamoivoizana

Eto Madagasikara, ankizy 10 isan’andro no tratry ny lozam-pifamoivoizana rehefa miala ao an-trano handeha hianatra na koa hiverina any amin’ny fianakaviany aorian’ny fianarana, araka ny antontanisa navoakan’ny minisiteran’ny Fanabeazana, omaly teny Anosy. Tsy maintsy entanina ny mpianatra hiaro tena manoloana ny loza mety hateraky ny fiara mifamezivezy eny an-dalana. Miditra amin’ny taona fahefatra ny fiaraha-miasan’ny minisiteran’ny Fanabeazana sy ny orinasa mpaninjara solika Total ary ny ABCD manentana ny mpanabe sy ny mpianatra momba ny fiahiana ny ain’izy ireo rehefa mivoaka ny trano hianatra na hiasa, araka ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny fampianarana ambaratonga faharoa fototra, Rakotojaona Lalaharontsoa. Hiantefa amin’ny mpianatra 10 000 amin’ny EPP 23 sy sekoly tsy miankina telo ary ONG iray ny hetsika. Nosafidina manokana ny lalam-pirenena faharoa noho ny fahamaroan’ny lozam-pifamoivoizana miseho eo sady betsaka toeram-pianarana manamorona azy.

Haharitra roa volana ny fampiofanana ny mpampianatra sy ny fanentanana ny mpianatra. Mampiasa “cube sécurité” misy singa valo ny mpampiofana, ahitana boky ho an’ny mpanabe sy ny mpianatra miaraka amin’ny toromarika rehetra ampiasain’ny fifamoivoizana. “Tanjona ny hampihena ny isan’ny mpianatra tratry ny lozam-pifamoivoizana”, hoy ny tale jeneralin’ny Total Madagasikara, Biova Agbokou. Tao anatin’ny efa-taona, mpianatra 26 000 no efa voaentana azy tsapa fa nihena ny mpianatra tratry ny loza. Nankasitraka ny hetsika ny ben’ny Tanàna ao Sambaina Manjakandriana satria anisan’ny lalam-pirenena ahitana sekoly betsaka ny RN2.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Raharaham-panjakana : nomena fitaovana ny prefet sy ny sefo distrika…

Hatsaraina bebe kokoa. Nomena boky, torolalana ahitana ny rijan-tenin-dalàna ireo lehiben’ny distrika sy ny prefet manerana ny Nosy. “Hanamora kokoa ny asanay sy ny fiaraha-miasa amin’ny olom-boafidy eny anivon’ny kaominina, toy ny ben’ny Tanàna sy ny lehiben’ny Faritra izao fitaovana izao. Ahafahanay manara-maso ny asa rehetra sy hanavaozana ny fomba fiasa”, hoy ny sasany amin’ireo lehiben’ny distrika, niatrika izany tetsy Anosy, omaly. Anisan’ny nanohana sy nanampy izany ny eo anivon’ny Vondrona eoropeanina amin’ny alalan’ilay tetikasa “Fanjakana ho an’ny olon-drehetra”. Nambaran’ireo nandahan-teny fa ahafahan’izy ireo miasa malalaka izao fitaovana izao ary tsy tokony hijerena loko na fiaviana politika sady liana fifampitokisana. Manampy izany ny fahatongavan’ny fahefam-panjakana eny ifotony. Tsiahivina fa ahitana ireo rijan-tenin-dalàna samihafa izany boky izany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Tsy fahasalamana : nalefa hitsabo tena atsy La Réunion ny Pr Zafy

 Tsy azo nihodivirana fa tsy maintsy nalefa hotsaboina any ivelany, atsy amin’ny Nosy La Reunion, ny filoha teo aloha, Zafy Albert. Tsy mbola nahitana fivoarana ny toe-pahasalamany teto an-toerana.

 

Nanainga, omaly tolakandro nihazo ny Nosy La Réunion ny tenany rehefa nandalo notsaboina tetsy amin’ny hopitaly Befelatanana sy ny poliklinika teny Ilafy, afakomaly. Voalaza fa efa nihatsara ihany ny toe-pahasalamany, saingy ilana fanaraha-maso akaiky ka izao nandraisana fanapahan-kevitra nalefa any ivelany izao. Nialoha izany anefa, nokasaina hiandrasana ny zanany tokony ho tonga alina avy any Frantsa ny handefasana ny Pr Zafy atsy amin’ny Nosy La Réunion. Niova tampoka izany ny fanapahan-kevitra ka mety hivantana avy hatrany any amin’ity Nosy ity ny zanany izany. Hatreto aloha, manara-dia mijery ny toe-pahasalamany lasa any ivelany koa ny dokotera malagasy iray, ankoatra ny fianakaviana.

Mampita ny vaovao hatrany momba ny fivoaran’ny toe-pahasalaman’ny “Rain’ny demokrasia “ ity ny eo anivon’ny antokony, UNDD mba tsy ho tompon-trano mihono ny vahoaka malagasy, araka ny fanambarana.

Tsiahivina fa anisan’ny tonga namangy ny Pr Zafy Albert, teny amin’ny poliklinika Ilafy ny filoha teo aloha, Ravalomanana, omaly maraina.

Mandray an-tanana ny fitsaboana  rehetra ny filoha Zafy ny fitondrana. Manana ny sata maha filoha teo aloha azy rahateo ny tenany ka misitraka izany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fermeture de Tiko : dessous politique ou diversion ?

Le régime déclare la guerre à la société Tiko. Les autorités d’Antsirabe ont procédé hier à la fermeture de l’usine d’Andranomanelatra (Antsirabe) S’agit-il véritablement d’un non respect de la loi ou d’une simple diversion dans un contexte délétère ?

Les affirmations selon lesquelles la société Tiko AAA va être fermée se sont confirmées. Dans l’après-midi d’hier, le préfet d’Antsirabe et le chef de la région Vakinankaratra, accompagnés par des éléments armés des forces de l’ordre,  sont descendus dans les locaux de l’usine d’Andranomanelatra pour appliquer le décret interministériel de fermeture de Tiko du 4 octobre 2017, signé par le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé (MIDSP) et le ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts (MEEF).

La menace de fermeture a finalement été exécutée après des multiples tentations effectuées la semaine dernière. Par des jets de bombes lacrymogènes, les force de l’ordre ont dispersé les employés, appuyés par la population, qui ont tenté de faire de la résistance devant le portail de l’usine. L’électricité de l’usine a également été coupée.

Intriguant

Ce qui intrigue dans cette situation, c’est le moment choisi par le gouvernement pour procéder à cette fermeture. Il faut reconnaître que ces temps-ci, le régime fait face à plusieurs défis auxquels il a du mal  à relever correctement. C’est le cas notamment de l’insécurité, tant en milieu urbain qu’en milieu rural, où le kidnapping et l’attaque des dahalo sont légion.

C’est aussi le cas de l’épidémie de peste où, en dépit des déclarations des ténors de l’Exécutif, la situation est loin d’être sous contrôle. A cela s’ajoute le débat sur un éventuel référendum constitutionnel où les proches du pouvoir ont du mal à défendre leur propre idée. Dans ce contexte, la fermeture de l’usine de Tiko AAA tombe ainsi à pic pour le régime pour faire diversion.

En tout cas, ce nouveau litige va semer davantage la zizanie entre les deus parties. Défenseur du régime depuis le début de la Quatrième république, le clan Ravalomanana malmené de partout est maintenant condamné à s’opposer et à faire face aux agissements du régime. Le temps de «je t’aime moi non plus» est révolu entre Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana. Et cette relation houleuse n’est qu’à son début vu que les deux hommes vont se bousculer au portillon.

Quoi qu’il en soit, la fermeture de cette usine risque de porter un sérieux coup aux employés de ce groupe au moment où le marché de l’emploi fait de plus en plus défaut.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

Rencontre OIF – Ceni, le processus électoral a été au menu.

Conférence-débat sur la révision de la Constitution, à l’hôtel Carlton mercredi dernier.

Un chien pisteur de la gendarmerie a été déployé pour retrouver les meurtriers d’Ambohitrarahaba.

Riposte contre la peste, les aides internationales affluent.

Remise de don du ministère de l’Eau, au Fokontany d’Iavoloha.

Lalatiana Rakotondrazafy et Honoré Rakotomanana ont enterré la hache de guerre.

Le prix du riz augmente de jour en jour.Photos : Mamiherison et Tina R.

News Mada0 partages

Athlétisme-Dakar : le DTN malgache excelle

L’athlétisme malgache a fait parler d’elle dans la capitale sénégalaise (Dakar), grâce à la performance du directeur technique national (DTN), Tsiry Manantena Rakotomalala. Ils étaient 13 participants venant de 11 pays (Bénin, Burkina-Faso, Centre Afrique, Congo Brazzaville, Cote d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Tchad, Togo et Madagascar), à suivre le stage sur le Système de formation et certification des entraineurs de niveau 2 (SFCE 2) pour les épreuves combinées.

Et après les examens oral et écrit passés cette semaine, le technicien malgache est sorti major de promotion après avoir obtenu avec brio la note maximum. « Pour obtenir le certificat, chaque stagiaire doit acquérir au moins la note de 2/4 dans les deux épreuves. Et sur les 13 participants, je suis le seul à avoir eu la note 4/4 », a-t-il souligné.

De retour en terre malgache, après deux semaines fructueuses, le DTN a du pain sur la planche pour concrétiser ses acquis. « Dorénavant, ma mission en tant que nouveau coach niveau 2 en épreuves combinées est d’améliorer la performance des athlètes. Quoique, à partir de maintenant, la détection de la relève s’avère prioritaire, d’autant que, en vue du stage pour le niveau 3, dans deux ou trois ans, le stagiaire doit amener un athlète, ce étant nécessaire à la pratique », a-t-il conclu.

Naisa

 

News Mada0 partages

Marche local : le prix du riz monte en flèche

Le prix du riz sur le marché local flambe à nouveau. Le kilo du riz local dépasse actuellement les 2 000 ariary auprès des détaillants d’Antananarivo. Toutes les mesures prises pour tenter de maîtriser le prix du riz sont restées jusque-là inefficaces.

Le prix du riz augmente de  jour en jour depuis février où la sècheresse a sévi dans plusieurs régions de l’île, y compris les zones de production rizicole. «Le prix du kilo du riz, notamment à Antananarivo, n’a jamais réellement baissé. Celui-ci n’a pas été bien loin des 2 000 ariary le kilo, en dépit des descentes effectuées par les autorités pour essayer de contrôler d’éventuelles spéculations ou de l’importation de riz à faible coût», déplore un détaillant du marché de Soamanatombo.

Depuis la semaine dernière, le prix du kilo du riz local a fortement augmenté auprès des détaillants. Le kilo du «Makalioka» se vend à 2 300 ariary contre 1 900 ariary, il y a encore quelques semaines. Le prix du kilo du «Vary gasy» est à 2 200 ariary alors que celui-ci était à 1 700 ariary. Au marché d’Anosibe, le sac du riz de luxe coûte actuellement 100 000 ariary si celui-ci était de 65 000 ariary au début du mois. Questionnés sur les raisons de cette forte hausse, les commerçants de la capitale n’ont pas vraiment les réponses.

Baisse de la production

Quoi qu’il en soit, une importante baisse de la production rizicole est enregistrée cette année en raison des mauvaises conditions climatiques dans les zones de production, affirment les producteurs. Le ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Rivo Rakotovao, a abordé le sujet à l’occasion d’une conférence donnée à la presse, hier. «Plusieurs zones n’ont pas pu atteindre la production rizicole prévue cette année. La production de riz a donc baissé», a-t- il avancé.

Le ministre n’a toutefois pas avancé de chiffres car selon ses dires, «aucune statistique agricole n’est encore disponible à Madagascar. Ce qui complique la planification des projets. La prévision d’importation est entre 150 000 à 200 000 tonnes de riz jusqu’en avril».

Riana R.

 

News Mada0 partages

Miss-Mister Malagasy Europe 2018 : les finalistes bientôt dévoilés

Le concours de beauté Miss – Mister Malagasy Europe a été lancé depuis le début de cette année. Les diverses sélections et les préparatifs battent leur plein actuellement. Ainsi, selon le communiqué relatif à l’évènement, les candidats finalistes seront présentés officiellement à partir de la semaine prochaine. Et la grande finale aura lieu le 18 novembre à Paris.

Durant huit semaines, les organisateurs enchaînent les préparations et les coachings des participants pour mieux les entrainer à la grande finale. Agés entre 17 à 25 ans, ils seront 28 à défiler, plus précisément, 15 hommes et 3 jeunes femmes. Certains d’entre eux viennent des grandes villes de l’Hexagone, d’autres sont issus d’autres pays, à savoir l’Italie, l’Allemagne, Suisse et même la Russie. Leur point commun est qu’ils ont tous des origines malgaches, soit via leur père ou leur mère ou les deux. «La plupart de ces jeunes ne parlent pas la langue malgache, ainsi, comme durant les précédentes éditions, nous leur donnerons l’envie de connaître les Malgaches et surtout de découvrir leur culture et bien sûr de leur initier le malgache».

Les deux gagnants emporteront donc les deux couronnes de Miss et Mister Malagasy Europe 2018 durant un an. Ils représenteront aussi notre pays en Europe, participeront à de nombreuses œuvres caritatives et des programmes de sensibilisations.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

La peste à Madagascar (1899) : situation sanitaire de Tamatave (3)

(Suite et fin.)

Un lazaret, installé à Ivondro, permet aux voyageurs à destination des différents points de la ligne d’étapes de faire la quarantaine de cinq jours nécessaire pour la sortie du cordon sanitaire.

Les personnes entrées à ce lazaret sont : MM. Purcell et Pritchard, prospecteurs ; Mlle Hirlimann, institutrice ; M. Prunet, instituteur ; Timoléon et Stéfano, commerçants grecs ; Baudin, Lesueur et Lapaeque ; M. Fontoynont, médecin et sa femme ; le capitaine Violand et son ordonnance ; Tonnelier, Jean-Louis, Seymour, Fernand et Joseph.

Le lazaret de l’Île aux Prunes, qui est réservé aux personnes quittant Tamatave par mer, est occupé par MM. Bourges, écrivain des affaires civiles et Cerceau, comptable, sa femme et un enfant qui purgent une quarantaine de 5 jours pour pouvoir prendre La Ville d’Alger, qui doit les transporter à Vohémar.

Il y a 9 jours que pas un seul cas de peste n’a été signalé ; il est donc à peu près certain que la quarantaine, n’ayant plus de raison d’être s’il n’y a plus de cas, sera levée incessamment.

En tous cas, les mesures à prendre pour éviter le retour de cette épidémie sont surtout des mesures de propreté individuelle, des cases et des cours.

Les tinettes devront être désinfectées avec une solution de sublimé au 1/1000 ou de chaux.

Les cas d’épidémie doivent être déclarés par les habitants au commissariat de police.

Les rats étant considérés comme le principal propagateur de la maladie, l’avis engageant les habitants à Tamatave à détruire ces animaux est toujours en vigueur. – Les rats pris au piège devront être tués par l’eau bouillante et envoyés de 7 heures à 9 heures du matin et de 3 heures à 5 heures du soir à l’agent chargé de les détruire par le feu, au lieu situé entre l’abattoir et la ligne de chemin de fer, au bord de la mer, derrière le village d’Ampassimazava.

Une somme de 0,25 franc sera remise pour chaque rat rapporté. Il est bien recommandé de ne pas toucher les rats.

L’administrateur en chef-maire prie instamment la population à faire tous ses efforts pour la destruction des rats.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

Supplément commercial (Tamatave et Côte Est)

Mercredi 20 septembre 1899.

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Chronique : Energie – le temps d’opérer un choix

L’expérience suffirait à convaincre les gouvernants que la politique à la petite semaine a fait son temps. Les prétentions exprimées dans des promesses sur ses capacités à produire des miracles se présentent rapidement tels des boomerangs pour vite se  retourner contre tout vaniteux.

A réfléchir de façon objective avec le sérieux que mérite entre autre le problème de l’énergie, à en envisager la solution à échéance de plusieurs années voire décennies, toute déclinaison de délai en jours, en semaine, en mois, relèverait d’une légère fatuité. En tout domaine, il est temps d’arrêter de procéder par de géniales improvisations avec de simples bouts de ficelle. Le problème demeure, voire s’aggrave, (cf. le phénomène dahalo), les opérations se succèdent les unes aussi budgétivores que les autres avec ici un coût humain dont on ignore le bilan.

Sur la question de l’énergie électrique, rien de brillant. La solution thermique dans laquelle on se distingue et s’entête, est hors de prix en rapport au niveau de vie, on a vite fait d’en atteindre le seuil de rupture, pas étonnant que la politique actuelle subisse un cuisant échec par manque de courage et par excès de prétention. On peut considérer population suffisamment adulte pour entendre dire la nécessité d’attendre, à condition que les responsables parviennent à persuader de leur sérieux pour avoir pensé la question en profondeur, bien en avoir étudié les possibilités de solution, afin de faire le bon choix.

Aux feux les centrales thermiques, dépassées eu égard au rapport gourmandise/productivité.

De moins en moins évident le mythe autour de l’énergie solaire et de l’énergie éolienne. Energies toutes deux renouvelables, mais dont le coût des accumulateurs est excessivement coûteux. La fabrique de ceux-ci, par une destruction de la nature et par un mode d’extraction humainement indigne, présente une facture au moins aussi lourde  que celle de l’exploitation des énergies fossiles.

Reste l’énergie hydraulique. Le pays compte d’énormes réserves dont on n’a exploité et n’a projeté d’exploiter que moins de dix pour cent.

Il y a de la marge si on arrive à surmonter l’inclination à recourir au plus facile uniquement pour monter des spectacles de gesticulations, il y a de l’espoir si décollant d’une mentalité de lucre égoïste l’on peut tabler sur une élévation de l’esprit tendant vers l’honnêteté.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : hafetsifetsena amin’ny fanaovana fihetsiketsehana

Rehefa lany lainga teo amin’ny fandanian’andro nanaovana fifanilihana andraikitra mikasika ny adidy tsy vita, na ny tompom-pahefana mitantana sampan-draharaha samihafa na ny mpitarika vondrona pôlitika dia nitovy tetika avokoa indray. Tsy nisy fanentanana ho amin’ny fiombonana adidy ahafahan’ny tsirairay manatanteraka adidy araky ny anjara tandrify azy, ao anaty lamina sy fitsinjarana apetraky ny fifehezana ikambanana. Fady angamba izany, fa samy mandeha samy manao an’izay saim-pantany. Samy te ho deraina avokoa ka ny tetika dia ny fanaovana izay mba mampiavaka ny tena ary ho tazan’ny mponina. Tsy miova ny toe-tsaina maniraka amin’ny fanaovana an’izany. Takalom-patsa vidim-pihinanana lalandava no manjaka. Fihetsiketsehana entina hanambatambazana ny vahoaka mba hahatsiarovan’izy ireny valim-pitiavana rahatrizay rehefa tonga ny fotoana hanaovana safidy ao amin’ny trano fieritreretana mialoha ny fandatsaham-bato ao anatin’ny vata.

Anisan’ireo nanaitra maso niavaka dia ireo andian’olona nanao satroka vaovao mitovy loko. Nisy nifandiso anefa ny mpitazana izay tsy nandinika tsara. Ao ny tonga dia nihevitra fa irak’Ingahy Andry Rajoelina ireny andian’olona ireny noho ny lokon’ny satroka mavomavo manompo vonivony. Saika very an-dàlana noho izany ny tompon’antoka Ramatoa Ravalomanana ben’ny tanàna nefa mivandravandra eny

amin’ilay satroka ny soratra C.U.A.

Inona moa anefa ny asa tanterahan’ireny iraka manokana ireny ? Moa ve tsy ny asa tokony fanao andavan’andro ? Moa ve tsy mitolo-tena mikasika ny tsy fahavitana adidy tsotra isan’andro ka miandry fitrangan-doza vao mikoropaka ny fanaovana hetsika toy izao.

Tsy latsak’izany koa ny fanadiovana nataon’ny miaramila teo amin’ny kisilasila sy tatatra manodidina ny toby etsy Ampahibe. Nokatsakatsahana toy izany ny ahitra lava-sanga, noravaravana avokoa ny lobolobo sy kiridrihitra. Inona ary no ataon’ireo foloalin-dahy mandritra ny taona rehefa tsy mananika an-tanàna ny fahavalo toy ny pesta ? Aleo angamba hanafika, hahitany izany atao hoe Tafika.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : nécessité d’informer le peuple

Pour mener à bien la lutte contre la peste le Chef de l’Etat a rappelé la nécessité d’informer le peuple afin que la population reste calme et ne panique pas, évitant ainsi tout risque de créer un désordre. S’il ne s’est pas privé d’émettre critiques et conseils, le Président a toutefois fait l’impasse (comme s’il n’en été pas informé) sur les informations souvent tardives parfois contradictoires des communications officielles. De plus, à moins qu’il ne sous-estime son rôle ou qu’il n’ait perdu confiance en sa crédibilité, il s’est abstenu de toute allusion quant aux raisons qui l’ont conduit à tant tarder à intervenir pour rassurer l’opinion publique.

 

News Mada0 partages

Collecte d’ordures : le Dg du Samva limogé

Il faut que quelqu’un de responsable paye les pots cassés. Face à la saleté croissante de la ville de Milles, propice à la propagation de la peste, la CUA s’est déjà dérobée en mettant les points sur les i que le Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo (Samva) est sous l’égide du ministère de l’Eau. Pour dire que le ramassage des ordures ne fait pas partie de son attribution directe. Du coup, le régime sur la mauvaise pente n’a pas vraiment le choix que de limoger le Dg du Samva qui d’ailleurs fait ces derniers temps l’objet des critiques virulents de la part des contribuables.

Le nouveau directeur du Service Autonome de maintenance de la Ville d’Antananarivo (Samva), le Colonel William Rakoarivony nommé hier en Conseil des ministres, fera-t-il l’affaire ? A entendre le ministre de l’Eau Lantoniaina Rasoloelison qui ne tarit pas d’éloge à son sujet, il y aura de changement dans l’air.

« Ayant occupé le poste de directeur au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), ce nouveau responsable n’est pas profane en la matière et connaît tous les rouages concernant l’assainissement et la collecte des ordures dans la capitale », se vante le ministre de tutelle.

Nouvelles mesures

Ainsi, de nouvelles mesures ont été prises pour optimiser la gestion de la collecte des ordures dans la capitale. “Une initiative entrant dans le cadre de la lutte contre la propagation de l’épidémie de peste et de l’insalubrité dans la ville des Mille”, a annoncé le ministre de l’Eau.

Ainsi, il a été prévu l’installation d’un GPS sur chacun des camions qui assurent la collecte des ordures, en vue d’assurer que ces  moyens de transport, loués à des prestataires, soient utilisés à bon escient. Toujours dans le même objectif, une station de pesage ainsi que des caméras de surveillance seront mises en place à l’entrée du site d’Andralanitra. En amont, les inspections d’hygiène seront instaurées au niveau des fokontany et des départements ministériels concernés.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Anosibe – décès de la peste : les familles s’insurgent contre le BMH

Décidément, la peste provoque un climat de panique et de révolte au sein de la population.

La tension monte d’un cran quand la cause du décès liée à cette épidémie est contestée par les familles des défunts. Alors que de son côté, les responsables, en l’occurrence le Bureau municipal d’Hygiène (BMH) d’Antananarivo, après confirmation, n’ont qu’un seul mot d’ordre, confisquer et embarquer les corps afin de les enterrer dans la fosse commune, selon les procédures strictes en vigueur.

Mais visiblement, les familles des victimes affichent catégoriquement leur refus et n’hésitent pas à s’opposer farouchement aux responsables. Après l’incident de Toamasina et de Befelatanana, la frénésie de la population d’Anosibe dans l’après-midi d’hier a atteint son paroxysme. Soutenue par la population, une famille a refusé de céder le corps d’un proche au BMH.

AVC

En fait, la famille a certifié que la victime en question a succombé suite à un accident vasculaire cérébral (AVC). «Ils ne veulent rien entendre mais nous aussi, nous insistons qu’il est mort d’un AVC. Ils sont venus comme ça pour réclamer le corps, alors que nous avons déjà organisé une veillée funèbre depuis deux nuits», a expliqué un proche du défunt. De leur côté, les autorités sanitaires ont confirmé qu’après un test qui s’est avéré positif, il s’agit bel et bien d’un décès provoqué par la peste.

A corps et à cri

Malgré les contestations de la population d’Anosibe qui n’a pas manqué de huer les représentants du BMH, accompagnés de quelques éléments de la police nationale, ces derniers ont été bien déterminés à emmener la dépouille afin de l’enterrer au cimetière d’Anjanahary. Ce qui était chose faite d’ailleurs.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Sabotsy Namehana : des lanternes à publicité pour les taxis-ville

La commune rurale de Sabotsy Namehana a réussi son projet d’amélioration du transport public. Les taxis-ville opérant dans la circonscription viennent de se doter de nouvelles lanternes, depuis mercredi, dans le cadre d’un partenariat dans la réalisation de ce programme.

La cinquantaine de taxis-ville, regroupés au sein de l’association Avotra, ont adopté à l’unanimité le projet de partenariat initié par la commune rurale de Sabotsy Namehana et une société de publicité. La signature du contrat, suivie de la pose des lanternes sur les véhicules, a été opérée dans la journée de mercredi, en présence des parties prenantes.

Le maire Thomasson Avotraina Andriamosa a expliqué que cette initiative n’est qu’une suite logique du programme d’amélioration du transport public enclenché, depuis 2007, dans sa circonscription, pour répondre au mieux aux besoins des usagers. «Sabotsy Namehana mérite d’ailleurs une telle innovation, étant le chef-lieu du district d’Avaradrano», a-t-il déclaré lors de la cérémonie.

Le maire de Sabotsy Namehana a ajouté que les paramètres pour  le reclassement de sa circonscription en commune  urbaine sont requis vu le nombre d’habitants, l’existence des infrastructures aux normes des grandes agglomérations et, maintenant, l’amélioration de la qualité de service du transport public qui a débuté avec les taxis-ville.

Du pain sur la planche

La population locale interpelle toutefois la commune sur la vétusté de certains axes routiers desservant les fokontany ou reliant la circonscription aux autres communes. Des mesures appropriées sont aussi souhaitées pour  assainir la ville puisque la plupart des caniveaux sont transformés en dépotoirs dans certains quartiers. Les usagers déplorent également les attitudes des chauffeurs des coopératives de transport reliant Sabotsy Namehana à la capitale qui violent impunément les cahiers de charges.

Un réaménagement total est prévu dans le projet d’amélioration envisagé par le maire Thomasson Avotraina Andriamosa pour le développement de cette commune rurale d’Avaradrano et les points soulevés figurent dans son nouveau carnet de bord. Un accord a déjà été passé avec les autres communes du district pour que les taxis-ville de Sabotsy Namehana puissent transiter dans leur circonscription dans l’exercice de leurs fonctions, selon ses révélations, mercredi.

Manou

 

News Mada0 partages

Epidémie de la peste : deux cas suspects dans le Menabe

Si aucun cas de peste n’a été signalé dans la ville de Morondava, la région Menabe n’a pas échappé à la règle de l’épidémie. En effet, il y a plus d’une semaine, deux cas suspects, l’un de peste pulmonaire et l’autre bubonique, ont été constatés respectivement à Mahabo et Belo-sur-Tsiribihina.

«L’enquête menée sur terrain a permis de conclure que les deux patients porteurs de cette maladie effectuent des va-et-vient entre Antananarivo et Antsirabe», a souligné la première  responsable de la Direction régionale de la santé (DRS), le Dr Fanjambololoniaina Rasamoelina, hier. Elle a ajouté que «les concernés ayant été pris en charge par la DRS ainsi que leurs familles respectives, on peut dire que le danger est écarté».

A titre de mesures d’accompagnement et de prévention, des cellules de veille  ont été érigées dans les cinq districts de la région, comme partout d’ailleurs. La DRS a déjà aménagé une salle d’isolement, si d’autres cas se présentent encore, afin de prendre en charge les malades. «Concernant les médicaments nécessaires, le stock de notre pharmacie reste suffisant, sauf en cas de grave épidémie», a noté le Dr Fanjambololoniaina Rasamoelina.

Assainissement

En collaboration avec la commune urbaine de Morondava, la DRS a procédé à l’assainissement de la ville, si des activités de sensibilisation se déroulent et se poursuivent dans les bureaux administratifs et au niveau des fokontany. Dans cette optique, les gargotes et les marchands de produits alimentaires prêts à être consommés le long des rues, comme les poissons frits, les pâtes et les grillades, ont été particulièrement ciblés.

A partir de ce jour, les sensibilisations étant faites, le suivi et le contrôle de ceux qui ne sont pas dans les normes seront effectués. «Ils seront obligés de fermer boutique de suite jusqu’à ce qu’ils soient dans les règles», a affirmé le directeur de la DRS du Menabe.

Sera R

Tia Tanindranaza0 partages

Vary 4300 taonina tamin’ny SinoaNanaovan’ny HVM bizina ?

Ny 19 jona no nandraisan’ny fanjakana Malagasy tamin’ny alalan’ny Filoha Hery Rajaonarimampianina ny vary an’arivony taonina avy amin’ny governemanta sinoa, ka ny Masoivohon’ity firenena ity Yang Xiaorong no nanolotra izany. Mahatratra 4300 taonina ny totalin’ireo azon’I Madagasikara.

La Vérité0 partages

Meurtre à Ambohitrarahaba - 4 personnes placées sous MD à Antanimora

Hier, au bout de longues heures d’audition des 6 personnes impliquées dans le meurtre atroce du jeune Hesny Razafindrazaka mardi à Ambohitrarahaba, auprès du juge d’instruction, le verdict était tombé.  4 d’entre elles furent placées en détention provisoire à la maison centrale d’Antanimora.  Il s’agit notamment des deux présumés auteurs directs de l’assassinat à savoir le jeune de 13 ans et  une jeune fille de 15 ans mais aussi le père de cette dernière. 

Les premiers sont des camarades de jeu  de la victime, arrêtés et ont passé à l’aveu le soir même du drame. La quatrième, placée en détention préventive, n’est autre que Nasolo, la bonniche de 16 ans, présumée commanditaire  du forfait. En revanche, deux autres suspects dont le couple censé avoir hébergé sinon caché ladite Nasolo chez lui, a obtenu une liberté provisoire.Selon le commandant de brigade de gendarmerie d’Ilafy, la servante a été arrêtée du côté de Namehana. Une coopération des riverains a permis à la gendarmerie de la localiser. Mais revivons l’ambiance qui a prévalu sur le parvis du tribunal d’Anosy, hier.  A midi tapant, un pick up de la gendarmerie a fait son entrée dans l’enceinte du palais de justice d’Anosy. Une grande agitation s’observait sur place et l’on craignait le pire. Pour beaucoup de personnes présentes, la tentation du lynchage fut grande. A leur descente du véhicule, les 6 personnes ont été huées par la foule. Vêtue d’une robe rouge moulante, ladite Nasolo, la bonne à tout faire et présumée commanditaire du meurtre, marchait en tête de la petite délégation de suspects, fortement escortés par des gendarmes, ne montrait guère ses sentiments. Dans son sillage, les deux présumés  auteurs de l’exécution du pauvre adolescent, semblaient avoir l’air de ces écoliers qui allaient entrer en classe sous une méchante surveillance.  Les quelques minutes, le temps que le petit groupe, presque au pas de course, a pu rejoindre le hall des pas perdus, l’ayant finalement conduit au parquet, semblaient une éternité. Finalement, rien de grave ne s’est produit et tous les suspects étaient sains et saufs. Heureusement, la raison l’a remporté sur l’impulsivité collective. La haine et colère étaient palpables mais les gens se retenaient de faire le moindre geste susceptible de mettre en danger la vie des suspects.  L’affaire ne va sûrement pas en rester là. Il est à savoir quand les incriminés seront  jugés. En tout cas, l’opinion ne veut qu’une chose : que justice soit faite !A la même heure, la famille d’Hesny se recueillait, dans la douleur, au temple Fitahiana Antoby à Anjozorobe avant  son inhumation au caveau familial dans la même localité…..Franck Roland

La Vérité0 partages

Que reste-t-il ?

Un père de famille, masseur-tradipraticien de son état, m’a pilonné d’un tas de questions dont entre autres que reste-t-il de Madagascar ? Les générations futures pourraient-elles jouir, un jour, de nos richesses ? La Grande Ile, à l’image d’une Société en situation de banqueroute, serait en liquidation ou en cessation. Tout devrait disparaître !

Air Madagascar, jadis, le fleuron de l’économie nationale s’écroule. Le régime n’ayant pas pu trouver d’autres issues honorables l’avait mise sur le marché. Eh oui, elle fut « à vendre » ! Maintenant, c’est chose faite. Air Austral (La Réunion, France) vient d’acquérir la part belle des actions de la, désormais, ex-Compagnie nationale en injectant des capitaux frais. De ce fait, Air Austral, le nouvel acquéreur, se taillera la part du lion. Ainsi, il nommera le Directeur Général et gérera le commercial de la société. A cela s’ajoute, avec l’effectivité de l’Open Sky, d’autres opérateurs du genre « Madagascar Air Ways » ou de «Turkish Air line», exploitent le même espace aérien. Que reste-t-il, donc, d’Air Madagascar ? Tout juste que de nom ! Un joli amas de ferraille cloué, à jamais, au sol !Jirama, Jiro sy Rano Malagasy, en état de déliquescence, s’était vu le sort abandonné par l’Etat qui se déclarait forfait faisait appel à une Société étrangère, l’américaine Symbion Power pour se l’approprier. En effet, l’exploitation des Centrales, la moelle épinière de la Société, échappait aux malagasy. Que reste-t-il à la Jirama, sinon une carcasse. Une coquille vide !Adema (Aéroport de Madagascar), parmi les rares Sociétés nationalisées de l’ère Ratsiraka en vie, se voyait « délester » de ses deux joyaux les plus prestigieux et les plus rentables, à savoir les aéroports internationaux d’Ivato et de Nosy-Be. « Ravinala Airports », de capitaux français, le nouveau « propriétaire », jouit de tous les droits et avantages. Que reste-t-il de l’Adema ? Une déesse de beauté au nez plat (tsara tarehy petak’orona…). Madagascar, en tant qu’île, dispose d’un important espace maritime, riche en ressources halieutiques. Seulement, les opérateurs nationaux du secteur, pour la plupart évoluant dans des activités artisanales, se plaignent de l’exploitation surdimensionnée des géants aux capitaux étrangers à l’instar des Chinois. A ce rythme, ils craignent que nos ressources soient à…sec d’ici, seulement, quelques années. Que reste-il des richesses nos fonds marins ? Un bel aquarium vidé de ses « abonnés » !La Grande Ile, riche en ressources minières, attire trop les convoitises des gros exploitants. Chinois, Malaisiens, Thaïlandais, que sais-je encore, se bousculent au portillon. Terres rares (tantale), pierres et métaux précieux, etc, que le pays regorge en quantité  font l’objet d’une surexploitation sans considération, parfois, des préceptes environnementaux ni du respect des conditions de vie des habitants locaux. Que reste-t-il de notre sous-sol ? A défaut des mesures draconiennes, nos « entrailles » seraient épuisées.   D’aucuns constataient que les étrangers, notamment chinois et indiens, font main basse de nos meilleurs terres et deviennent de grands propriétaires terriens en ne faisant aucun de détail, aussi, aux biens immobiliers. Des particuliers qui, séduits par les espèces sonnantes et trébuchantes, cèdent leurs patrimoines. D’énormes investissements immobiliers fascinent les esprits. A la vitesse où se précipite le phénomène, les Malagasy seraient des étrangers et des demandeurs d’asile dans les terres de leurs Ancêtres.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Cercle Germano Malagasy - Un vibrant hommage à Eckehart Olszowski

Le ciel était sombre du côté d’Analakely. Tout le monde était en noir pour marquer sa tristesse pour la disparition soudaine de leur bien aimé. Un grand homme de la Culture malgache mais également de l’enseignement s’est éteint, normal que les larmes et le chagrin ont envahi le visage des personnes venues rendre un dernier hommage à Eckehart Olszowski ou Ole pour les intimes. Hier, familles, artistes, proches, enseignants d’Allemand, personnels, journalistes et plusieurs acteurs dans la culture sont venus témoigner leur respect au défunt au Cercle Germano Malagasy (Cgm).

Un hommage digne, pour un homme qui a tant accompli dans la promotion de l’éducation et de la culture à Madagascar, lui a été accordé. Nombreux lui doivent leur réussite, que ce soit dans la musique, dans les différentes disciplines d’art ou encore dans l’éducation. Beaucoup lui ont déjà demandé du conseil, lui qui était gentil et passionné à la fois. Il avait toujours des idées pour résoudre les problèmes, il avait en lui un don pour détecter les talents. Mais surtout, il aimait donner une chance aux jeunes talents, leur donner une scène sur laquelle ils pouvaient démontrer leur capacité et leur ambition. Dans la grande salle de spectacle du Cgm, les artistes se sont succédé sur scène pour rendre un dernier hommage. Le groupe Tana Gospel Choir mené par Fidy Rabearisoa, le Chœur d’Hommes ou encore les jeunes protégés du Jazz Club Cgm ont lâché quelques notes de musique sombre. Des grands artistes qui ont été pris sous ses ailes pendant plusieurs années sont également  venus lui rendre un dernier hommage. On peut citer entre autres la jeune Minah, Rajery, les membres de Zanaray Percussions, Henri Randrianierenana ou encore les poètes du cercle Faribolana Sandratra. Bref, presque tous les acteurs culturels ayant collaboré avec lui étaient présents comme Hemerson, Haja Raveloson, Lalah Kazar, Tsilavina Ralaindimby. Etant donné qu’Eckehart Olszowski est Allemand même si son âme et son cœur sont pour Madagascar, l’Ambassadeur d’Allemagne ainsi que les représentants du Goethe Institut étaient aussi présents. En tout cas, la famille du défunt était honorée de la présence de ces personnalités. Sans lâcher prise« Depuis plus de 35 ans, il n’avait qu’une passion en tête, c’est d’aider et de soutenir ce pays, et surtout les artistes et la culture malgache. En somme, c’était un grand homme de la culture. La majorité d’entre vous l’ont côtoyé depuis le début de votre carrière. Il a même vu beaucoup certains d’entre vous s’épanouir petit à petit dans cet univers. Du travail acharné et de la passion ardente, il a ainsi pu s’imposer. Durant toutes les crises que Madagascar a traversées, il a toujours été présent, avec l’appui inconditionnel de Goethe Institut. Il n’a jamais lâché prise et a mis à votre disposition le centre pour continuer à promouvoir la culture malgache, touchée également par ces crises. Il a cru en vous, et j’aimerai que vous continuez à croire en lui et à ce centre », dixit sa femme durant un discours. Après les prestations en son honneur, le corps du défunt a été ensuite emmené sur l’escalier d’Antaninarenina, coupé à la circulation, durant un petit moment. Une fanfare de « Mpihira gasy » mais également celle de la police nationale malgache l’a attendu juste devant le Cgm. Ceci parce que le défunt a le titre de Chevalier de l’ordre des arts et de la culture. Malheureusement, et comme il fallait s’y attendre, le ministre de la Culture, de la promotion de l'artisanat et de la sauvegarde du patrimoine n’était pas présent sur les lieux, ne serait-ce que pour quelques minutes. Le pire, il n’a même pas envoyé un représentant pour le remplacer. Une absence encore une fois impardonnable et surtout remarquable car c’était quand même un homme qui a tant contribué à la promotion de la Culture malgache qui s’en est allé. Certains se sont demandés même où il était passé. A noter que la dépouille d’Eckehart Olszowski a été inhumée à Ambohimalaza. Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Madagascar en deuil - Le Père de la démocratie tire sa révérence

L’ancien président, Zafy Albert a tiré sa révérence à l’âge de 90 ans, hier vers midi. Malgré son évacuation à l’île de La Réunion avant – hier où il devait pourtant subir une opération chirurgicale, le Professeur a fini par succomber à sa maladie.

Une grande perte pour le monde politique malagasy. L’homme au chapeau de paille a tiré son dernier « pao – tsatroka ».  Le père de la démocratie s’en est allé après avoir lutté contre un Avc qui a obstrué un de ses vaisseaux sanguins cérébraux. Rappelons qu’il a été victime d’un accident vasculaire cérébral (Avc) systémique qui lui a valu une hospitalisation à la Polyclinique d’Ilafy. La maladie s’est par la suite compliquée d’un Avc hémorragique, nécessitant son évacuation à l’hôpital Saint – Pierre, à La Réunion.Sa dépouille mortelle arrivera au pays cet après – midi à entendre les explications du Premier Ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana au cours d’une conférence de presse hier à Mahazoarivo. Le chef du Gouvernement était entouré des proches et membres de la famille du défunt dont son neveu, Serge Zafimahova. Le corps sera par la suite amené à sa résidence sise à la villa La Franchise à Ivandry puis au Palais des sports et de la Culture à Mahamasina pour recevoir les hommages des citoyens, dimanche. Pour organiser les présentations de condoléances, des consignes seront conjointement données par l’Etat et la famille du défunt à titre de mesures préventives en cette saison pesteuse.Deuil nationalLe patron de la Primature a également annoncé que le drapeau Malagasy sera mis en berne à partir de ce jour tandis que le jour d’inhumation sera décrété jour de deuil national. Pour l’instant, la date précise n’est pas encore connue. « Tous les frais relatifs au rapatriement du corps jusqu’à l’inhumation seront pris en charge par l’Etat », a également déclaré le numéro deux de l’Exécutif. L’organisation d’une cérémonie d’hommage dont un culte œcuménique, prévu normalement lundi prochain, ainsi qu’une remise de médaille honorifique a aussi été annoncée.Né le 1er mai 1927 à Ambilobe (Antsiranana), Zafy Albert a fait un parcours brillant dans le monde de la médecine. Diplômé de l’Université de Montpellier, il a obtenu une spécialité en chirurgie thoracique mais décrocha aussi des licences de mathématique et de physique. Il fut parmi les pionniers de la chirurgie cardiaque à Madagascar. Dans son parcours politique, il a déjà occupé le poste de ministre de la Santé et des affaires sociales au sein du gouvernement de Gabriel Ramanantsoa. En 1975, il s’est effacé de la scène politique pour exercer la fonction d’enseignant avant de faire un grand retour pendant la manifestation populaire de 1991, la plus grande après celle de 1972.  C’est ainsi qu’il fut nommé premier ministre du gouvernement insurrectionnel. Il fut arrêté le 27 juillet 1991 et placé en détention à Manjakandriana avec feue Bao Andriamanjato pour être libéré 72 heures après. A la suite de la convention du Panorama, il est nommé président de la Haute autorité de l’Etat (Hae) le 21 novembre 1991 puis accèdera à la magistrature suprême du pays en 1993. Il porta alors le titre de Premier président de la 3ème République. Un mandat qui a été écourté en 1996 où il fut empêché par le parlement. Un véritable coup bas politique avalisé par la Haute Cour constitutionnelle. Malgré cette fin peu glorieuse, il fut quand même couronné du titre de Père de la démocratie.  Il laisse derrière lui son épouse, Thérèse Zafimahova, et ses trois enfants  ainsi que ses petits – enfants.Sandra R.

La Vérité0 partages

Riziculture - Face à un besoin d’importer

Le domaine de la riziculture est confronté à des difficultés. L’importation est nécessaire pour combler les besoins de la population. La production rizicole n’est pas suffisante pour tenir jusqu’à la prochaine moisson en 2018. La récolte s’est vu diminuer cette année avec des plants de riz, de l’année dernière, victimes du changement climatique.

« Nous devons augmenter les importations en riz pour subvenir aux besoins cet été », dixit le ministre Rivo Rakotovao. La quantité de riz qui va arriver au pays devra atteindre les 200 000 tonnes pour combler le manque jusqu’au mois d’avril de l’année qui viendra. L’importation de riz pour le premier semestre de cette année est de 247 207 tonnes contre 86 000 tonnes l’année dernière. La sècheresse et le retard de la saison des pluies jouent un grand rôle dans la culture du riz. Pour en revenir à l’importation, « il existe une plateforme entre l’Etat, les opérateurs et les agriculteurs qui s’occupe de la question d’importation », ajoute le ministre. La solution à ce problème est d’importer. Ce faisant, il est nécessaire d’élargir le domaine en ce qui concerne cette activité qui assure l’aliment principal des malgaches. Ce besoin entre dans la nécessité d’améliorer la nutrition de la population malgré la hausse des cours mondiaux du riz sur le marché international. Ces 200 000 tonnes de riz seront ajoutées à ceux qui sont déjà disponibles sur le marché.Propos recueillis par Andrea Razafi.

La Vérité0 partages

Exploitation minière - Un concours pour la promotion de tout le secteur

Pour la mise en valeur des ressources minières. L’Institut de gemmologie de Madagascar (Igm), en partenariat avec le Bureau du cadastre minier de Madagascar (Bcmm), organise un concours pour  les tailleurs de pierres précieuses de tout le pays. Un concours qui se déroulera du 17 au 19 octobre prochains. Les formulaires d’inscription sont déjà disponibles au siège de l’Igm à Ampandrianomby et la pierre à tailler doit être une pierre précieuse jaune.

Ce concours a été organisé afin de promotionner le secteur minier dans la Grande île, tout en faisant connaître le talent ainsi que le savoir-faire des tailleurs de pierres précieuses malgaches. Cette promotion apportera de vrais bénéfices pour l’économie locale. En effet, d’après le directeur général (Dg) de l’Igm, Andrinirina Rasolonjatovo, « le développement du secteur minier générera effectivement des emplois et avec l’augmentation de la quantité de pierres taillées exportées, la valeur ajoutée augmentera en même temps ». L’inscription à ce concours va se clôturer dans la matinée du 17 octobre, durant laquelle les règlements seront remis à tous les concurrents. Quant aux produits finis, ils seront à livrer le 19 octobre.Actuellement, les exploitants malgaches du secteur minier se contentent seulement d’exporter les pierres à l’état brut. En conséquence, les importateurs sont obligés de les envoyer dans la plupart des cas en Asie, et cela afin de les faire tailler. Pour un saphir bleu de 2g par exemple, à l’état brut, le prix du gramme peut revenir à un million d’ariary, donc elle vaudra 2 millions d’ariary en tout. Pourtant, si cette pierre est taillée à 35%, c’est-à-dire selon les normes requises au niveau international, on obtiendra 0,7 g. Pour une pierre taillée, la valeur varie selon le nombre de carats (1g = 5 carats). Une pierre de 0,7g fera ainsi plus de 3,5 carats. Et si un carat vaut au moins 2 millions d’ariary, le tout reviendra donc à plus de 7 millions d’ariary, soit plus du triple de la valeur de la pierre vendue à l’état brut. A ce prix-là, il ne faut pas du tout sous-estimer le travail d’un tailleur de pierres. C’est pour cette raison qu’il faut promotionner le secteur minier pour que les importateurs étrangers puissent investir dans le pays. Le Dg de l’Igm a même affirmé : « Pour la promotion du savoir-faire malgache, les 3 premières gemmes seront exposées à Londres lors de la conférence internationale des gemmologues et des professionnels de la filière bijouterie au mois de novembre ».Chaque gemme sera alors passée au crible par un jury professionnel, et la remise des prix se fera le 25 octobre au « Mining Business Center ». Rova R.

L'express de Madagascar0 partages

Intervention chirurgicale – Albert Zafy évacué à l’île de La Réunion

L’ancien Président a bénéficié d’une évacuation sanitaire, à l’île de la Réunion. Sauf changement, une intervention chirurgicale serait programmée.

Critique. Tabera Ran­driamanan­tsoa, ancien ministre, et un des proches collaborateurs d’Albert Zafy, ancien Président de la République, l’a reconnu hier. « L’état de santé du président Zafy est stable. Il est néanmoins critique », a-t-il déclaré lors d’un entretien téléphonique.Après l’avis des experts indiquant qu’il peut supporter le voyage, l’ancien chef d’État a été évacué à l’île de la Réunion hier, par un vol privé. L’aéronef a décollé vers 16 heures 20 minutes. Son fils, trois médecins et son garde du corps auraient été du voyage. « D’autres de ses proches prendront un vol régulier ce jour pour le rejoindre », ajoute l’ancien membre du gouvernement de la Transition. À en croire ses propos, le résident de la villa Elisabeth, Ivandry, « devrait subir une intervention chirurgicale ».L’ancien ministre parle d’« une obstruction d’un vaisseau sanguin dans la tête » du chirurgien cardiaque. Les résultats du scanner du professeur Albert Zafy, selon les dires de Tabera Randriamanantsoa, auraient convaincu les experts malga­ches sur la nécessité d’une intervention chirurgicale. L’opération de « la tête » ne pouvait pas se faire à Madagascar, faute de matériel adéquat.L’absence de matériel chirurgical approprié aurait également poussé les médecins à choisir l’île de La Réunion comme destination de l’évacuation sanitaire (EVASAN), au lieu de l’île Maurice, d’après toujours Tabera Randriamanantsoa. L’ancien président de la République a été admis à la Polyclinique d’Ilafy mer­credi, après avoir été préalablement transporté en urgence au Centre hospitalier universitaire (CHU) Joseph Rasseta, Befelatanana.

Prudence« Un malaise dû à la fatigue », comme l’ont indiqué ses proches, serait la raison de cette hospitalisation. Certaines thèses parlent cependant d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Un diagnostic que personne ne confirme jusqu’ici. L’obstruction d’une artère du cerveau peut causer un AVC.Durant son court séjour à la Polyclinique d’Ilafy, celui qui est aussi président d’honneur du parti de l’Union nationale pour le développement et la démocratie (UNDD) a été sous soins intensifs. Les visites ont été strictement restreintes, affirment ses proches. « Même les membres de sa famille qui souhaitaient le voir ont été triés sur le volet », affirme l’un d’entre eux. Des indiscrétions indiquent qu’outre ses proches et sa famille politique, des représentants du gouvernement se seraient portés au chevet du professeur Zafy, mercre­di en début de soirée.Marc Ravalomanana, ancien président de la Répu­blique, lui a également rendu visite, hier matin. Une rencontre entre ces deux anciens chef d’État, à la résidence du chirurgien cardiaque à Ivandry, le 18 septembre, est la dernière information concernant le premier président de la troisième Répu­blique, relayée par la presse.Agé de 90 ans, le natif de Betsiaka, Ambilobe, dont le mandat à la Présidence a été écourté par un empêchement par les députés, prononcé par la Haute cour constitutionnelle (HCC) le 4 septembre 1996, aurait été en petite forme depuis un temps relativement long. Il aurait toutefois repris des forces depuis un bon moment, avant ce brusque malaise. Se voulant rassurant sur l’état du professeur, ses proches concèdent, toutefois, que son âge avancé impose une grande prudence et fait que sa santé soit délicate.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Analamahitsy – Des voleurs d’arme à feu appréhendés

Deux hommes d’une vingtaine d’années seront traduits devant le parquet à Anosy, ce jour, pour le vol d’un pistolet automatique, en février. 

Fin de cavale. Le cerveau de l’opération de vol d’une arme à feu a été arrêté à Vatofotsy-Antsirabe, mardi. Son complice, déjà incarcéré à Antanimora pour attaque à main armée, et lui-même comparaîtront devant le parquet d’Anosy, ce matin. Ce dernier a longuement joué au chat et à la souris avec la police après avoir pu s’échapper en février. «Il a travaillé dans une villa et a fait main basse sur le pistolet automatique de son patron. Depuis ce temps-là, il est recherché. Il est allé se réfugier chez ses parents, à Antsirabe», a indiqué un inspecteur de police du commissariat d’Analamahitsy, saisi de l’affaire.Ce bandit a vendu l’arme pour neuf millions d’ariary à un complice, lequel s’est fait, après quelques jours, cueillir par la gendarmerie pour vol aggravé à Talata­maty. Celui-ci a été traduit au parquet et a été placé sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora. L’investigation policière menée n’aboutit que huit mois après le cambriolage. Un fin limier au commissariat central d’Antsirabe a alerté ses collègues d’Analamahitsy, que le jeune homme recherché se planque à Antsirabe.

ExtractionLe fuyard a allié la ruse à la prudence lors d’une première tentative de coup de filet. Des policiers d’Antana­narivo et d’Antsirabe se sont alors serré les coudes pour lui mettre la main dessus. Pris au piège, le voleur a été amené en ville pour enquête. «Il a reconnu avoir dérobé cette arme et a indiqué son coauteur qui en a déjà eu pour son grade», a signalé un enquêteur. Une source auprès du commissariat central d’Antsirabe précise que ce brigand s’est tenu tranquille dans leur cité.Le tribunal a, ensuite, établi un ordre d’extraction du complice détenu à Antani­mora pour être auditionné. «Tous les deux avouent leur crime. L’arme a été encore gardée et retrouvée au domicile du taulard», raconte un policier du huitième arrondissement. Les enquêteurs ont procédé, hier, à la restitution en bonne et due forme de ce pistolet après identification de son légitime propriétaire. Les voleurs seront renvoyés au parquet ce jour après 24 heures de garde à vue à la police.

Hajatiana Léonard 

L'express de Madagascar0 partages

Anosibe – Tension entre emmo et famille d’une pestiférée

Les proches et voisins d’une femme décédée suite à une suspicion  de peste  ont tenu tête à des éléments de forces de l’ordre.

Vive tension entre civils, agents de santé et forces de l’ordre, à Anosibe. Des habitants de ce quartier ont manifesté dans la rue, hier dans la fin de l’après-midi, pour contester l’inhumation d’un des leurs dans la fosse commune d’Anjanahary. Cette personne a été, pourtant, diagnostiquée en tant que victime de la peste pulmonaire par des médecins. Furieux, ces manifestants ont lancé des pierres à l’endroit des éléments de forces de l’ordre et des agents du Bureau municipal de l’hygiène (BMH), venus sur place pour récupérer le corps. « Ce n’est pas la peste qui a tué notre famille. Elle a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Nous refusons que l’État l’enterre hors de son caveau familial. Nous allons incendier le corps, au cas où il insisterait», criait un homme.La défunte, une femme, est décédée brusquement dans son foyer, mardi dans l’après-midi. Le cas a été signalé au BMH, un test de diagnostic rapide à la peste pulmonaire a été fait et s’annonçait positif.Ce serait la troisième fois que les équipes du BMH ont tenté de récupérer le corps, depuis. « Hier, (nldr : mardi), nous étions encore sur place jusqu’à 23 heures pour tenter de négocier avec la famille, mais c’était difficile. Ils ont ensuite fait appel à leurs voisins pour renforcer leur manifestation et nous empêcher d’entrer dans le secteur», a informé un responsable du BMH.

Appel à coopérationLe corps a été veillé en deux nuits. Le risque de propagation de l’épidémie sur toutes ces personnes qui sont entrées en contact avec le cadavre existerait, bien que le corps ait été déjà désinfecté et scellé dans un « body bag ». «Il y a toujours un risque. C’est justement pour éviter que d’autres personnes contractent la bactérie que nous sommes ici », souligne la source, sûrement fatiguée après les multiples refus des familles des pestiférées auxquelles ils ont du faire face depuis l’apparition de l’épidémie. A Amboditsiry, à Ambodihady Ambohimanarina, ou encore à l’hôpital Befelatanana, avant-hier, ils ont été face à des personnes irritées qui voulaient à tout prix enterrer leurs proches dans leur caveau familial.Les éléments des forces de l’ordre ont dû coopérer avec la partie de la famille de la défunte qui a accepté le diagnostic des médecins.

Baisse du taux de létalité

Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo, a affirmé la baisse du taux de létalité. «Le taux de mortalité a diminué par rapport au nombre de malades.  Il est passé de 27% à 10,2%, actuellement », souligne-t-il, hier, lors de la remise de dons du gouvernement chinois à Madagascar, dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de peste. Dans le même jour, pourtant, deux personnes ont encore succombé à la peste dans un hôpital d’Antananarivo. Par ailleurs, le nombre des malades admis et traités à l’hôpital a gonflé. Les dernières statistiques font état de cinq cent soixante et un cas, dont cinquante sept décès, dans tout Madagascar. Quatre cent quinze des cas sont de la peste pulmonaire.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Collectivités décentralisées – Un manuel pour améliorer la bonne gouvernance

Le « Manuel pratique de contrôle de légalité des actes des Collectivités Territoriales Décentralisées à l’usage des Représentants de l’État » a été officialisé hier, lors d’un atelier à l’Hôtel Carlton Anosy.L’élaboration et l’officialisation dudit manuel s’inscrit dans le cadre du Programme de Réformes pour l’Efficacité de l’Admi­nistration, une initiative du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, et soutenu par l’Union Européenne.Présent à la cérémonie, le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a déclaré qu’il est logique que les collectivités territoriales décentralisées bénéficient d’un appui à la hauteur de leur mission, et de leurs attentes en matière de bonne gouvernance et de développement local. « La réalisation de ce manuel pratique est l’aboutissement des efforts du Gouvernement dans ce sens, et constitue, d’une part un outil de travail apportant des précisions nécessaires sur le contrôle des actes des Collectivités Territoriales Décentralisées. D’autre part, il devient un encadrement visant la bonne gouvernance et la transparence dans la gestion des affaires locales », a-t-il soutenu.Avec le manuel, une base de données régissant les actes des CTD est fournie aux représentants de l’État. L’élaboration de ce manuel vise l’objectif de l’harmonisation du contrôle de légalité de ces actes.

Étique et déontologieLe rôle des chefs de districts se résume ainsi à contrôler et donner des observations aux actes communaux. Le manuel permet aussi la mise à la disposition des acteurs locaux d’un instrument adéquat pour une meilleure transparence de la gestion publique locale.Selon le chef de l’État, le contrôle de légalité doit permettre aux collectivités territoriales décentralisées de développer les initiatives locales, et de pouvoir atteindre l’autonomie administrative et financière. Toujours selon lui, l’importance de l’éthique et de la déontologie, ainsi que de la bonne conduite devant régir les actions, est mise en pratique par les administrateurs civils auxquels ce manuel est notamment destiné. « Il est question de redevabilité, de comportement, de respect des usagers, de diligence, du secret professionnel, de loyauté à l’autorité constituée, et de l’obéissance hiérarchique », a-t-il souligné.Pour Théodore Randria­maenina, directeur général de l’administration du Territoire, ce manuel est unique à tous les représentants de l’État. « Ce manuel englobe toutes les techniques de gestion d’un territoire pour tous les représentants de l’État », a-t-il expliqué.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Terrains synthétiques – Un complexe sportif à Andohalo

Les premiers terrains synthétiques de football et de basketball en plein centre ville seront bâtis à Andohalo. Les travaux prendront fin en novembre.

Des infrastructures sportives polyvalentes seront bientôt ouvertes au public. Il s’agit d’un complexe sportif bâti à Andohalo, comportant différents terrains syn­thétiques dont celui du football à sept, entouré d’une piste en tartan de quatre couloirs, un terrain de basketball synthétique et un boulo­drome de quatre terrains.Une scène couverte destinée aux diverses manifestations culturelles y est installée, juste au bord du terrain, et pas loin, une salle de gym et un écran géant.L’initiative vient d’un ancien président d’un grand club de football du pays, Hery Rasoamaromaka, alias Hery be, qui est aussi propriétaire du terrain synthétique de Talatamaty. « Un contrat qui va durer quinze ans et renouvelable a été signé entre la commune urbaine d’Antana­narivo et une société privée, dans le cadre de la construction et la gestion du site », a dévoilé l’initiateur du projet.Ce complexe sera l’annexe du terrain synthétique de Talatamaty, le premier du genre en plein centre ville où est construit le tout premier terrain de basketball synthétique à Madagascar. « Les pelouses qu’on a importées de Chine pour ce terrain d’Andohalo sont meilleures que celles du terrain synthétique de Talatamaty, et coûtent presque trois fois plus cher… C’est vraiment la dernière génération des pelouses artificielles », a confié le propriétaire de la société qui exécute les travaux.

Couvrir MadagascarLes travaux de construction ont débuté il y a deux mois. Le complexe sportif est en cours de finition, et les travaux prendront fin avant décembre. Il ne reste plus que la finition des installations de la piste en tartan, les clôtures et les gradins d’une capacité de deux cent personnes, avec des sièges de quatre couleurs différentes.Connu depuis longtemps en tant qu’acteur dynamique dans le monde du ballon rond, Hery Rasoamaromaka, qui a déjà beaucoup investi dans cette discipline promet de poursuivre dans ce sens, et donner encore plus pour la promotion de ce sport roi. « L’objectif est de construire des terrains de ce genre dans tout Madagascar. Ce terrain synthétique d’Andohalo n’est que le commencement, les travaux de construction de terrains synthétiques de football à sept de la ville Toamasina démarreront la semaine prochaine », a-t-il souligné.« Les tapis ont tous été déjà commandés et sont bien arrivés. Après l’installation de la pelouse synthétique de Toama­sina, qui sera bâtie tout près du port, ce sera au tour de Mahajanga d’en construire une », a-t-il conclu.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Événement – « Tana Games Week » entame sa deuxième édition

Fort d’une première édition satisfaisante pour toute la communauté des geeks et des gamers, « Tana Games Week » est de nouveau fin prêt pour une nouvelle partie au mois de novembre.

Un rendez-vous incon-tournable qui promet émerveillement, découverte, partage, mais affichant également une fraternité sans égale au sein d’une même communauté de passionnés. C’est ainsi que se redécouvre ce  salon consacré au monde des jeux vidéos, du E-sport et de la culture geek à Madagascar, qu’est « Tana Games Week ». Gagnant encore plus en envergure, fédérant de plus en plus la majorité du public, fort de sa première édition, le salon égayera de nouveau le Palais des Sports et de la Culture Mahamasina du 10 au 12 novembre, ouvrant ses portes aux inconditionnels de tous horizons et de toutes les générations, de ce que l’on considère comme étant le 10ème art. Une programmation bien garnie y attend ainsi les visiteurs qui, le temps d’un instant, se plairont à s’immerger dans tout un univers virtuel où ils sont les bienvenus. Diverses activités et animations y seront ainsi à découvrir, notamment la présentation de nouvelles exclusivités sur les récentes consoles de nouvelles générations, du « retrogaming » pour retrouver les sensations sur les consoles d’antan, ainsi qu’un incontournable tournoi E-Sport ou sport électronique. De même, des conférences et des ateliers inédits continueront à élargir les connaissances de tout un chacun sur le monde du jeu vidéo en général.

« Places aux jeunes! »Conjuguant divertissement et loisir numérique, des loisirs accessibles à tous sont à offrir, tout en développant l’univers numérique et la culture geek. « Tana Games Week» est initié par l’agence d’événementiels Project Alpha, regroupant des jeunes passionnés qui œuvrent principalement pour la promotion des jeux vidéos et de l’E-sport à Madagascar.Cette deuxième année réserve également son lot de nouveautés, notamment le développement des loisirs numériques, qui entrent totalement dans l’esprit « culture geek ». Ainsi se découvriront au Palais des Sports et de la Culture, les séances de « Game Jam », qui incluent le développement d’un jeu en un temps limité sur un thème imposé et qui peut être présenté sous plusieurs plateformes. En outre, l’univers des super héros s’invitera également dans toute sa splendeur au « Tana Games Week », un univers qui ne cesse de s’épanouir au cinéma depuis une bonne décennie maintenant et qui déchaine les passions chez le grand public. À travers ce grand salon se présente ainsi « Cosmic Activity», un événement complémentaire à ceux des férus de jeux vidéos, mais qui se destine surtout aux fans de personnages surhumains en collant. Des débats, des quizz, une conférence et diverses animations sont ainsi à retrouver du 10 au 12 novembre. Le salon « Tana Games Week » espère rassembler plus de dix mille visiteurs pour ses retrouvailles avec le public cette année.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Deux entrepreneures à un forum nigérian

Elles ont été sélectionnées par la fondation de l’homme d’affaires nigérian Tony Elumelu. Deux jeunes entrepreneures malgaches présentent leurs produits à Lagos.

Sans tambour ni  trompette, deux jeunes entrepreneures malgaches ont quitté le sol malgache,  avant-hier pour Lagos, Nigeria, où se tient le troisième forum de l’Entreprenariat de la  Fondation Tony Elumelu (TEF), du 12 au 14 octobre. Il s’agit d’Arlette Rahajari­jaona et d’Olivia Malalaniaina Rakotondrasoa, lauréates du  concours TEF 2017.Arlette Rahajarijaona, propriétaire de la société Arôme et Saveur, vient de lancer la gamme de produits alimentaires, dénommée M’Andasonia. Ils sont, entre autres, dérivés du fruit de baobab, tels que du nectar,  de la confiture, du miel, et du concentré de pulpe. Ces produits ont déjà été présentés lors du Salon de l’Industrie de Madagascar. Nouveaux sur le marché malgache, ils ont suscité l’intérêt et l’engouement des consommateurs qui ont découvert les vertus exceptionnelles du fruit de cet arbre emblématique de la Grand île.Quant à Olivia Malala­niaina Rakotondrasoa, c’est une jeune femme fraichement diplômée en communication et journalisme  reconvertie dans la recherche scientifique. Lauréate du concours organisé par le ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé en décembre 2016, elle a créé son entreprise individuelle Moringala en exploitant les résultats de ses recherches sur la transformation du « moringa », ou « ananambo », en huile, savon de massage, ou thé en infusion.

SésameElle a produit en particulier le savon de toilette dénommé « Saringa», parfumé aux huiles essentielles malgaches comme l’ylang-ylang, ainsi que l’huile jaune dorée, appelée « Otiniala», extraite des graines de moringa. En fait, le projet d’Olivia Rakotondrasoa consiste à transformer et à exploiter le « moringa », en premier lieu, en produits cosmétiques et thérapeutiques, puis dans le long terme, en d’autres produits comme les compléments alimentaires.« Ce forum est un précieux sésame capable de nous ouvrir les portes de l’excellence. Il nous aidera aussi à tisser des relations pour le financement de nos projets et à créer un nouveau climat d’affaires en Afrique », a affirmé la propriétaire de Moringala.Ces deux jeunes entrepreneures ont proposé leurs projets respectifs auprès de la Fondation du richissime homme d’affaires nigérian Tony Elumelu, pour le concours TEF 2017. Lors de la proclamation du résultat, en mars dernier, elles ont été les seuls Malgaches parmi les mille lauréats africains sélectionnés, sur les 93 000 dossiers provenant de 55 pays africains.« L’invitation à ce forum  générera des richesses considérables pour bâtir un continent africain florissant  et autonome », a ajouté Arlette RahajarijaonaLe gouvernement et le ministère de tutelle n’ont pas daigné s’occuper d’elles. Ces jeunes porte-fanions de la Grande île auraient raté l’occasion s’il n’y avait pas eu la contribution de l’Organisation internationale de la francophonie, de partenaires, d’amis et de la région Diana. Le gouvernement est encore, peut-être, préoccupé à juguler la flambée de peste.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Formation et travail – La rentrée de la première promotion débute

Une formation au sein d’une entreprise facilite l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. La rentrée de la première promotion Master en Management International et Dévelo-ppement des Affaires (MIDA), est lancée, hier à Antsirabe, par la signature de convention entre l’Institut Supérieur de la Communication, des Affaires et du Management (ISCAM).Les étudiants auront l’opportunité de réaliser leur rêve car il s’agit d’une formation dispensée sur site, du groupe Socota à Antsirabe, associée à un contrat d’embauche durant toute la période de formation.Les formateurs de l’Iscam, qui se déplaceront à Antsirabe, assureront les cours. Ainsi, les étudiants auront des interventions des professionnels de SOCOTA avec des activités pratiques et productives au sein de l’entreprise en question. Ils sont vingt-sept à bénéficier de cette formation exceptionnelle visant l’apprentissage des enjeux et des pratiques répondant aux exigences des marchés internationaux ainsi que la gestion des réalités locales. « Cette formation est le début d’un changement dans la manière de collaborer entre entreprises, les premiers bénéficiaires sont les diplômés, les établissements de formation et les premiers fournisseurs de compétences », mentionne Tinah Rajoeliarisoa, responsable Marketing au sein de l’ISCAM.

Julie Razakarinaivo

L'express de Madagascar0 partages

Ambohitrarahaba – Le cerveau arrêté

Deux jours de cavale après le cambriolage doublé d’assassinat à Andohavary-Ambohitrarahaba, mardi, la femme de ménage, le présumé cerveau, s’est fait arrêter avec un autre suspect, hier, aux environs de 19h 20. La gendarmerie d’Anka­dikely, de Sabotsy Namehana, la section de recherche criminelle et la police leur ont tendu un piège à Manan­driana, district d’Avaradrano. La quatrième suspecte impliquée dans cette affaire est considérée comme complice des meurtriers. «Elle est déjà majeure. Elle a hébergé la femme de ménage qui s’est enfuie au cours du braquage et de la décapitation du garçon de 12 ans», a signalé un gendarme d’Ankadikely.Quatre individus sontplacés en garde à vue dans la brigade saisie de l’enquête. Deux d’entre eux étaient les auteurs principaux de la décollation. «La femme de ménage, âgée de 16 ans, s’est planquée à Manandriana», a indiqué une source proche de la famille des victimes. .Pour l’heure, le mobile du crime pourrait résider dans une tentative d’une vol de grosse somme d’argent, ainsi qu’une «vengeance», selon une source proche de l’enquête. L’investigation déjà en cours le confirmera. Le pactole dérobé, les bijoux en or ainsi que le portable de l’enfant décapité ont été déjà restitués aux parents, dans la nuit de mardi à mercredi.

 

 

L'express de Madagascar0 partages

Campus Ambondrona – Affrontement entre étudiants

Le pire est à venir à l’Université de Mahajanga. La situation a dégénéré, hier matin, au campus d’Ambon­drona, Les étudiants s’y étaient affrontés entre eux.Ceux menés par le Bureau des étudiants de l’Université de Mahajanga (BEDUM), en grève, et ceux conduits par  le Conseil consultatif des étudiants (CCE), contre l’arrêt des cours, en sont venus aux mains. Résultat de l’affrontement : cinq étudiants blessés, dont le président d’une association estudiantine, admis au CHU d’Androva.En fait, les responsables universitaires ne reconnaissent plus le BEDUM après l’élection des membres du CCE, lequel figure dans l’organigramme de l’Université de Mahajanga. Le BEDUM, regroupant des étudiants originaires du Nord et de la région Atsinanana, s’était ligué contre ceux de Mahajanga, supportés par des originaires du Sud-Est et du Sud.L’assemblée générale qui devait se tenir au grand amphi n’a finalement pas eu lieu. Les deux camps se sont bagarrés à coups de pierres. C’était la débandade dans l’enceinte du campus d’Ambondrona.Les « pacifistes », opposés à la grève, se sont repliés face au grand nombre des frondeurs. Ils sont revenus quelques minutes plus tard avec du renfort composé d’habitants et de parents résidant à Mahajanga.Des logements des étudiants originaires du Sud ont été saccagés par les manifestants. Toute cette scène s’était déroulée sous les yeux des éléments de l’Emmo sécurité. Ces derniers ont assisté à la bagarre sans broncher, alors qu’ils possédaient des grenades lacrymogènes.Hier après-midi, les logements des grévistes à la Cité Tsaramandroso ont été attaqués et mis à sac par leurs adversaires, en représailles au saccage perpétré dans la matinée par les manifestants. Tous les commerçants de Tsaramandroso jusqu’à Mahabibo ont fermé leurs magasins, dès 16h.Face à la situation qui prévaut dans le campus d’Ambondrona, les membres du Conseil d’administration de l’Université de Mahajanga, dirigé par son président Olivier Zaza Anilha, et le Président de l’Université, le Pr Emmanuel Rakotoarivony Andrianony, s’étaient réunis hier. Ils ont décidé de suspendre toutes les activités pédagogiques au sein du campus jusqu’à nouvel ordre.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Kick – Gala international – Onze Malgaches à la Réunion

La Grande île sera représentée par onze combattants au Gala international de K1 à la Réunion. La soirée de Gala se tiendra dans la ville de Saint Pierre, la nuit du samedi 14 octobre.La délégation malgache s’est envolée hier après-midi. Trois des combattants en voyage à la Réunion sont pris en charge par la fédération malgache de kick-boxing et disciplines associées en tant que membres de l’équi­pe nationale.Ces tireurs membres de la sélection nationale sont des habitués à des compétitions continentales, régionales et même mondiales, entre autres Lava kely, de son vrai nom Justin Zafy Mariamo. Dans son palmarès, celui-ci a en haut de la liste le titre de champion du monde cadet en light contact en 2014, sans parler des ti­tres nationaux et régionaux. Il y combattra dans la catégorie -54kg.Les deux autres grands champions sont Rojo Lalaina chez les moins de 63kg et Voary Pierre, dans la catégorie -71kg. Ce denier a en poche sept titres de cham­pion de Madagascar, deux fois champion de l’océan Indien (2015-2016) et double champion d’Afrique, en 2012 à domicile et en 2014 en Cameroun.Les huit autres combattants venant des ligues de Haute Matsiatra et du Sud-Ouest seront quant à eux pris en charge par leur club d’origine respectif. L’un d’entre eux y disputera un combat Pro.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Slam – La slameuse Caylah invitée en Turquie

Caylah fait partie des neuf  invités internationaux de cette 17e édition de « Uluslararasi Sapanca şiir Akşamlari » ou International Sapanca Poetry Evenings qui se tient du 10 au 14 octobre à Sakarya en Turquie. C’est la première fois que Madagascar participe à un tel événement dans ce pays où la poésie et les livres tiennent une place importante. Caylah a fait sa première prestation mardi. « Je suis la plus jeune des participants qui sont des auteurs et des poètes ayant déjà publié dans des maisons d’édition. Ils ont publié dans un recueil de poésies les textes de tous les participants traduits en langue turque. Et mes œuvres Madagascar et Mère enfant y figurent. Ça m’a fait réellement plaisir. Je suis la seule slameuse de cette édition. Pour la plupart des gens, c’est une découverte pour ce nouveau style de poésie qui intrigue. Je suis ici pour faire connaître le slam et mon pays », a-t-elle souligné.International Sapanca Poetry Evenings est le plus grand festival de poésie en Turquie. Cette édition compte vingt-deux participants du monde entier. Échanges et partages culturels figurent dans leurs objectifs. Caylah a pu avoir cette belle opportunité grâce au buzz de son titre « Madagascar ». Elle a été recommandée par l’ambassade de Turquie à Madagascar. Le slam made in Madagascar est en phase d’avoir une portée internationale.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Ivato – Le corps d’un bébé retrouvé après dix-huit jours

Le corps sans vie d’un bébé d’un mois et demi a été  finalement découvert, hier, dans la commune d’Ivato-Aéroport, secteur II. La dépouille, en état de putréfaction totale, a été retrouvée sur le lit. «Les parents du nouveau-né et sa famille ont pris la fuite et ont laissé le corps enfermé dans la maison», affirme une source au niveau de la commune, lors de la découverte macabre. Personne ne sait encore où ils sont allés se réfugier. Une enquête est ouverte.Depuis quelques jours, les voisins ont senti une odeur pestilentielle et qui se dégageait de la maison, verrouillée. Ils se sont plaints finalement auprès du chef du quartier et à la commune. Il a fallu forcer la porte de la maison avec les éléments de la gendarmerie, la police municipale et le service social. L’on a su que le corps a été abandonné depuis dix-huit jours.Né le 21 septembre, cet enfant était vulnérable et a été ramené au centre hospitalier de base (CSB II) local, trois jours après sa naissance. «Son père lui a donné de l’aspegic qui lui a fait directement vomir du sang et il n’a pas survécu», a indiqué un médecin. Fou de colère, le père a appelé ses collègues militaires et se sont, ensuite, empoignés avec le personnel de l’hôpital en blessant quelques uns d’entre eux. Le corps du bébé a été enterré, hier, au cimetière public d’Andraonjikely.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Menabe – La maîtrise de la peste difficile à cause des rumeurs

Les fauteurs de troubles ne manquent pas. La gestion de la communication véhiculée par le numéro vert de signalement des cas de peste rend difficile les travaux des agents de santé au niveau régional.« Il est difficile de gérer les rumeurs qui sont propagées à travers le numéro vert. Car les gens nous contactent pour des cas suspects de peste comme dans le district de Manja qui se trouve loin de la ville. Les habitants nous ont signalé que deux personnes présentant les signes de la peste venaient d’être enterrées. Tout de suite, nos agents de santé se sont rendus dans cette localité et il a été constaté que l’opérateur de téléphonie mobile que la personne a utilisé ne couvre pas cette zone », explique Fanjambololoniaina Rasamoelina, directeurrégional de la Santé publique du Menabe.De ce fait, tous les appels ont été centralisés au niveau du ministère de la Santé publique avant d’être envoyés vers les responsables au niveau régional. Deux cas suspects ont été détectés cette semaine dans les districts de Mahabo et de Belo-sur-Tsiribihina. Celui de Mahabo est un cas de peste pulmonaire dans le district de Mahabo, l’autre étant un cas de peste bubonique. Ces deux personnes sont guéries et ont reçu un traitement ainsi que leurs familles respectives.Le Menabe est passé à la sensibilisation et à l’assainissement.« Il existe des cellules de crise dans les cinq districts. L’assainissement et la sensibilisation se déroulent dans les bureaux administratifs et dans chaque fokontany. Nous possédons une salle d’isolement où nous pouvons prendre en charge les malades, si un cas se présente. Nous avons utilisé les médicaments issus de notre pharmacie et quelques HTC restants », explique le directeur régional de la santé publique.Une sensibilisation a aussi été faite auprès des gargotes et des restaurants. Une équipe de la  région Menabe, en collaboration avec la commune urbaine de Morondava, effectuera une descente afin d’inspecter les gargotes qui n’ont pas de vitrines pour garder la nourriture.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Laza courra en France

Laza Randriamifidimanana, champion de Madagascar de rallye 2011 et dernièrement champion de slalom 2016, projette de disputer trois rallyes en France l’année prochaine. Trois courses comptant pour le championnat des rallyes terres dans l’Hexagone. Il sera au volant de sa Peugeot 106 DHL, avec laquelle il a gagné le championnat national de slalom l’année dernière.

L'express de Madagascar0 partages

France-Madagascar, des liens moins serrés qu’avant

Alors que les négociations en vue de nouveaux accords franco-malgaches tardent à débuter, l’opinion publique, les syndicats et autres organisations commencent à montrer leur impatience. Le 22 octobre 1972, l’hebdomadaire catholique Lumière signale les revendications du personnel d’Air Madagascar pour «une malgachisation rapide et massive de la société de transport aérien». Dans le numéro du 26 novembre, il  présente le point de vue du gouvernement, « réaliste » car favorable à un compromis, et celui du personnel, qualifié d’« intransigeant ». Et Alain Escaro constate : « La crise revêt une extrême gravité et Lumière parait lier cette évolution à la position du personnel. »Alain Escaro (« La politique extérieure du gouvernement Ramanantsoa vue par Lumière ») ajoute que le même numéro fait un tour d’horizon de la presse étrangère et de ses opinions relatives au référendum du 8 octobre. Ainsi, L’Aurore estime que « les liens avec la France ne seront plus aussi étroits que par le passé ». Le Monde croit que « tout en indiquant que les accords franco- malgaches devront être révisés, le général Gabriel Ramanantsoa n’a jamais remis en question une libre coopération avec l’ancienne puissance coloniale ». Les Marchés tropicaux, de leur côté, espèrent que les « Amis de Madagascar- et la France doit être de ceux-là (soutiendront) avec sympathie et compréhension les efforts de la nouvelle équipe ». D’après Alain Escaro, il semble que Lumière veuille signifier à ses lecteurs « qu’une partie de l’opinion française, et même le gouvernement français, sont favorables à la renégociation ».En novembre 1972, le journal catholique aborde à nouveau le problème du développement. Il analyse la pensée du gouvernement malgache : « Économie ouverte, alimentée par un effort de solidarité internationale, mais qui ne doit pas empêcher les Malgaches d’affirmer vigoureusement leur personnalité… Permanence d’un secteur privé et de sociétés étrangères, développement des relations internationales… » Le 13 novembre, Pierre Gérard qui se réfère à l’interview du général Ramanantsoa à Philippe Decraene, envoyé spécial du  Monde, en dégage les grandes lignes.Il fait alors part de sa constatation. D’abord, indépendance vis-à-vis de l’étranger : « Aucun pays étranger ne peut se flatter de relations privilégiées avec Madagascar. » Ensuite, indépendance à l’égard de toute forme d’aide étrangère, mais aussi dialogue avec les partenaires étrangers, ce qui signifie, par exemple, la révision des accords avec la France, et conclut : « Après six mois de cette politique, alors que le gros des troupes n’est pas encore engagé dans la bataille, on doit pouvoir lui concéder que jusqu’ici, il n’a pas trop mal manœuvré. »Alain Escaro en déduit que « Lumière soutient les efforts du gouvernement, du moins au cours de cette période initiale ». Le même numéro, précise-t-il, signale les premières mesures de contrôle des changes, mais aussi s’étend sur l’état d’esprit des élèves du secondaire à propos de l’enseignement du français et des coopérants étrangers, « utilisant un sondage effectué par un professeur malgache de français ». Le 19 novembre, Lumière cite M. Blanchard, chef de la Mission d’aide et de coopération qui révèle que « les aménagements nécessaires aux accords de coopération franco-malgache vont faire l’objet d’un calendrier en cours d’établissement ».Les deux parties sont enfin décidées à réviser les accords et « le plus rapidement possible ».Lumière prend nettement position en faveur « d’un nouveau dialogue » dans son éditorial du 26 novembre. Selon lui, « le gouvernement ne peut adopter les positions extrémistes qui avaient vu le jour au mois de mai, car elles pourraient conduire à une rupture ». Toutefois, si les accords militaires, économiques et financiers peuvent faire l’objet d’une discussion, « le gouvernement malgache peut agir de lui-même dans le domaine de l’enseignement ».Du côté français, le journal note bon nombre de déclarations d’intention, notamment du président Georges Pompidou, favorable à une révision. « Mais si la bonne volonté parait évidente, c’est en donnant des preuves (par exemple, changer les responsables de la politique de coopération) qu’elle sera crédible. Soutien au gouvernement, méfiance à l’égard des Français, telle se présente la position de Lumière à la veille du début des négociations», conclut Alain Escaro.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Hausse de la quantité d’or

Deux tonnes d’or ont  été déclarées à l’exportation depuis le début de cette année. Une nette avancée dans la gouvernance du secteur car, entre 1995 et 2008, seuls, 50kg en moyenne ont été enregistrés. Quelques grammes seulement les autres années. Une amélioration ressentie depuis la mise en place de l’Agence nationale de l’Or (ANOR) en 2015 et la plus grande quantité enregistrée depuis l’indépendance.

L'express de Madagascar0 partages

Partenariat avec la FAO

La branche onusienne pour l’Alimentation et l’agriculture a témoigné son appui au ministère du Commerce et de la consommation. La santé animale, la qualité des aliments et la protection des végétaux bénéficient d’un fonds de solidarité de la part de la FAO. Des domaines de poids dans le secteur de l’exportation de la Grande île.

L'express de Madagascar0 partages

Dame pluie gâte les paysans.

La pluie sera encore attendue, ce jour et demain, sur les hautes terres centrales, Alaotra Mangoro, Bongolava, en passant par Antananarivo, selon la prévision météorologique des techniciens à Ampan-drianomby, hier.

Midi Madagasikara0 partages

Football Amoron’i Mania : Le secret de la réussite collective !

Le football d’Amoron’i Mania a véritablement franchi un nouveau pallier depuis la présidence de Aina Rakotoson qui est arrivé en décembre 2013. Il a opéré une véritable métamorphose au sein de la ligue pour se muer aujourd’hui en un modèle de développement de la discipline.

N’en déplaise à sa modestie, Midi Madagasikara consacre aujourd’hui sa page Dossier à Aina Rakotoson et ses actions ô combien opportunes pour que tout le monde puisse s’inspirer de cette méthode qui fait honneur aux Betsileo qui peuvent aujourd’hui légitimement bomber le torse.

Pas de miracle. Le football d’Ambositra, de Fandriana, de Manandriana et d’Ambatofinandrahana, regroupé au sein de la ligue d’Amoron’i Mania, a pris une autre dimension depuis ces trois dernières années sous l’impulsion d’un président qui ne lésine pas sur les moyens pour parvenir à ses fins notamment de faire parler de ses équipes et de ses joueurs.

Il n’y a pas de miracle en football, reconnaît d’ailleurs Aina Rakotoson. Une raison suffisante pour qu’il implique toutes les sections de sa juridiction. C’est ainsi que pour pouvoir responsabiliser tout le monde mais également pour permettre à chacun de se faire connaître, il a décidé d’une organisation tournante du championnat avec Ambositra en 2015, à Ambatofinandrahana en 20126 et à Fandriana en 2017.

Cette pratique s’applique également dans la détection des joueurs pour former une sélection. Les techniciens de Manandriana et d’Ambatofinandrahana sont chargés de choisir les meilleurs joueurs au sein d’Ambositra et vice-versa. Il n’y a plus de changement possible sur la liste soumise à la Ligue sauf en cas de maladie.

Méthode maison. L’âge des joueurs n’est pas un problème pour la ligue d’Amoroni’i Mania car elle n’utilise que la copie d’acte d’Etat civil en n’hésitant pas à fouiller dans le dossier de la commune et même le dossier scolaire ou médical en cas de doute. « On reste dans la légalité et apprend à tous nos dirigeants à la respecter », précise le président Aina Rakotoson.

La méthode maison a permis à la ligue d’envoyer quatre garçons pour la présélection des Barea U17 en 2016 notamment René, Hasina, Franco et Dina. René et Hasina ont été retenus dans la sélection finale de l’équipe qui devait défendre nos couleurs à la CAN 2017 des moins de 17 ans

Mais bien avant, Amoron’i Mania a créé la surprise en se qualifiant en demi-finale du Critérium des moins de 14 ans en avril 2014 au centre technique de Carion et avec le titre de meilleure équipe du tournoi. Ce déplacement a dévoilé au grand public le talent naissant de Hasina élu meilleur défenseur du Critérium.

« Nous avons terminé à la quatrième place l’année d’après dans cette catégorie de la Génération 2000 », rajoute encore Aina Rakotoson avec une fierté non feinte puisque ses protégés ont donné du fil à retordre à Analamanga après avoir battu les Majungais.

La force de l’union. Des actions ont été aussi entreprises pour le football féminin avec la multiplication des tournois. C’est ainsi que les dames du SFF Fandriana se sont hissées jusqu’en demi-finale du championnat de Madagascar 2014.

Chez les seniors hommes, Amoron’i Mania est parvenu à deux reprises à se qualifier pour la seconde phase de la THB Ligue des champions. D’abord par le biais du FC Cousins de Soavina Ambatofindrahana en 2015 puis tout récemment par Top Dom qui a échoué de très peu au stade d’Ampasambazaha. Le Top Dom pris en main par l’ancien entraîneur de la CNaPS, Hery Be, a raté la qualification après sa défaite contre JET Mada alors qu’il a battu par 1 à 0 sur un but de Dôraka le COSFA.

L’union fait la force du football d’Amoron’i Mania, rappelle son président qui ne ménage pas ses efforts pour le voir un jour se hisser sur la plus haute marche et se parer de l’habit de la meilleure ligue. Mais en attendant, il y a encore du chemin à faire car le seul fait d’être juste et cette gestion transparente ne suffisent pas pour battre toutes les autres ligues. Eh oui !

Clément RABARY  

Eli Jean Aina Rakotoson : Entre foi, science et…technique !

Il ne peut pas réussir. Avec des compétences aussi fournies que ses prénoms, Eli Jean Aina Rakotoson est tout simplement la polyvalence personnifiée.

Autant dire que l’actuel président de la Ligue d’Amoron’i Mania de football depuis 2013, a plusieurs cordes à son arc avec des activités très variées et tellement intenses qu’on se demande s’il a encore un moment pour dormir.

Aina Rakotoson comme le monde du football l’appelle depuis qu’il fut arbitre assistant pendant 18 ans dont 13 ans en tant qu’arbitre international dans les compétitions de la FIFA, CAF et COSAFA, est en effet, un pasteur luthérien qui exerce au synode provincial de Fisakana depuis le 30 septembre 2003. Il a auparavant reçu une formation pastorale au centre d’Atsimoniavoko près de Betafo. La même année où il mettait la touche finale à sa thèse de médecine à l’Université d’Antananarivo.

Ce lien puissant entre la foi et la science a fait aujourd’hui de lui, le médecin chef de la SALFa Ambozontany Fandriana depuis le 5 août 2013 jusqu’au 26 septembre dernier.

Mais Aina Rakotoson en sus de sa fonction de président de la Ligue de football à Amoron’i Mania, a aussi un passé sportif fourni puisqu’il a fait partie de l’équipe de Saint Michel où il occupait le poste de milieu tournant de 1986 à 1992.

Cette passion pour le football lui servira par la suite à frapper la porte de l’arbitrage où il excelle comme l’atteste sa présence dans tous les matches difficiles de l’époque. La Fédération Malgache de Football a fait de lui l’indispensable assistant de pratiquement toutes les rencontres à risque tant il sait se faire respecter par les joueurs, aidé il est vrai par son grand gabarit même s’il n’a jamais levé la main lors des échauffourées. Le tout avec ce sourire car il a fait du fair-play son atout principal.

Arbitre assistant international reconnu, il n’a pas eu du mal à aller encore plus loin dans ce domaine puisqu’il est devenu après un stage à Kigali, au Rwanda, instructeur technique des arbitres de la FIFA, métier qu’il exerce encore malgré un calendrier très surchargé.

Mais un métier comme un autre qu’il parvient à marier avec sa fonction de pasteur, de médecin et de président de ligue. Son secret, il le livre en affirmant que l’essentiel est de pouvoir compter sur des hommes de confiance dans son entourage. Le sens du partage sans doute mais aussi cette foi inébranlable qui l’anime. Pour lui en effet, il n’y a pas de place au hasard citant dans la foulée le verset de la Bible de Néhémie 6.16.d « L’œuvre s’était accomplie par la volonté de Dieu».

Clément RABARY

 

Midi Madagasikara0 partages

Olona voan’ny pesta saika hitsoaka : Maty tao anaty fiara taxi-brousse

Isan’ny loza mitatao amin’ny fiparitahan’ny aretina pesta izay efa manomboka voafehy ankehitriny ny fandosirana hopitaly sy ireo marary tsy manantona toeram-pitsaboana izay mbola mitsoaka mamonjy tanindrazana ihany koa, hoy ireo komitin’ny pesta eto Toamasina. Taorian’ilay sakoroka teo amin’ny BMH sy ny fianakavian’ny matin’ny pesta tao Tanambao V izay nahatonga ny fampiasan-kerin’ny Emmo-Reg mihintsy vao voalevina ara-pahasalamana ilay tovolahy maty, dia tranga iray hafa no niseho teto Toamasina omaly alina. Nisy tovolahy mpitondra posy iray antsoina hoe Léonard 35 taona no voan’ny pesta tao Morarano P/elle 21/15 lot 41 CNM tamin’ity herinandro ity. Vao fantany anefa fa tratran’ity aretina ity ny tenany dia namporosihan’ny fianakaviany handositra hamonjy ny tanindrazany any Vangaindrano sao maty ka ho “very faty” izany eto Toamasina. Ny alarobia alina no nikasa ny hody any Vangaindrano ny tenany ka nitaingina ny kaoperativa “FIFIABE”, saingy tao Anjiro Moramanga dia maty ity tovolahy ity, nefa mpandeha am-polony no iray fiara taminy hiazo ny faritra atsimo Atsinanana iny ihany koa. Voatery nandray ny andraikiny ny komitin’ny fahasalamana tao Moramanga mikasika ny fatin’ity tovolahy ity, sy ireo mpandeha niaraka taminy. Ny nahagaga anefa raha tonga nizaha ny fianakaviany monina ao Morarano ny komity eto Toamasina dia tsy nisy na iray aza sahy nilaza ho havan’ity tovolahy matin’ny pesta tao Anjiron’i Moramanga ity, nefa loza mitatao amin’ny fiparitahan’ny aretina izy ireo izao. Vokatra izany dia mamerina ny antso avo nataony hatrany ny komity eto Toamasina fa aretina tsy mahamenatra ny pesta, aretina azo tsaboina tsara sy maimaim-poana ny fitsaboana azy ihany koa, ary raha maharaka hatramin’ny farany ny 08 andro ny fitsaboana dia tsy misy ny atahorana hamindra intsony ireo voany ary ampy ny fanafody misy. Ankoatra izay dia ho tonga eto Toamasina anio ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka sy ireo mpiara-miombona antoka anio zoma, hitondra fanampiana ara-pitaovana ihany koa sy hitondra mpitsabo hanampy amin’ny fifehezana ny valan’ertina pesta eto Toamasina, izay efa hita ihany ny fivoaran’ny hetsika natao hatramin’izay.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Soupçon de peste à Anosibe : La population s’oppose à l’enlèvement du corps par la BMH

Hier, les agents du Bureau municipal d’hygiène (BMH) et des éléments de l’Emmo-Reg qui sont venus récupérer la dépouille mortelle d’une femme de 54 ans déclarée morte de la peste à Mandrangobato II, à Anosibe depuis le mardi, ont été obligés d’évacuer le lieu. Ils ont dû renoncer à leur mission suite à la résistance faite par des membres du fokonolona. Ces derniers qui ont refusé de livrer le corps depuis mercredi en disant que la défunte n’est pas décédée de la peste mais d’un problème de tension artérielle. Malgré tout, les proches de la victime ont fini par obtempérer après des pourparlers avec les autorités de la  Santé. C’est pourquoi, une équipe de la BMH accompagnée des forces de l’ordre se sont rendus sur place pour effectuer la procédure hier vers 16 heures. L’échauffourée se produit quand les agents du BMH s’apprêtent à embarquer le corps dans leur voiture. Aussitôt, des membres du fokonolona qui s’attroupaient sur le lieu leur ont lancé des pierres pour montrer leur mécontentement. Pris au dépourvu, les agents du BMH et les quelques policiers ont dû s’enfuir in extremis tout en laissant derrière eux le corps. D’après les informations, une réunion d’urgence entre les autorités concernées a eu lieu en début de la soirée pour résoudre ce problème. La descente massive des éléments de l’Emmo-Rég sur place pour effectuer cette mission aurait été décidée lors de cette réunion.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Grevy tao amin’ny Oniversiten’i Mahajanga : Ireo mpianatra indray no nifamono

Nivadika ho zavatra hafa mihitsy indray ny fitokonan’ny mpianatra ao amin’ny Oniversiten’i Mahajanga omaly. Ireo mpianatra samy mpianatra indray mantsy no nifamono. Vokany maro ireo naratra sy voatery naiditra toeram-pitsaboana. Raha ny fampitam-baovao azo, dia efa nivaky roa ireo mpianatry ny oniversite ireto : ao mantsy ireo mankasitraka ilay fitokonana, ao kosa ireo te hianatra. Efa hatramin’ny afak’omaly hariva izy ireo, raha ny fantatra no efa niampihantsy ady ary dia izao niafara tamin’ny fifamonoana tamin’ny tora-bato omaly maraina izao. Voatery niditra an-tsehatra araka izany ireo mpitandro filaminana avy amin’ny Emmo/Reg, niezaka nandamina ireto adin’ny samy mpianatra ireto saingy toa tsy nety voafehy izany. Mbola miaina anaty tsy filaminana tanteraka ny rehetra, ka nanapahan’ireo tompon’andraikitra teo anivon’ny  oniversite ny hanafoanana ny fampianarana, ao anatin’ny fotoana tsy voafetra. Fa ankoatr’izay, dia miaina anaty tebiteby ihany koa ireo mpianatra mipetraka eny amin’ny trano fonenan’ny mpianatra eny Tsaramandroso. Nisy andian’olona mirongo fiadiana nanafika mantsy izy ireo, omaly hariva ary nandroba ireo entana tamin’izany, raha ny fampitam-baovao azo hatrany. Eto dia tsy fantatra intsony na fanararaotana na misy hifandraisany tamin’ilay sakoroka teo amin’ny samy mpianatra nitranga teny amin’iny oniversite.

Nangonin’i m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Meurtre à Ambohitrarahaba : Arrestation de l’employée de maison avec trois autres personnes

Considérée comme le principal suspect du cambriolage suivi du meurtre d’un enfant de 12 ans commis à Ambohitrarahaba, district d’Antananarivo-Avaradrano mercredi 11 octobre, l’employée de maison recherchée a été arrêtée, hier vers la fin de l’après-midi. Trois autres personnes ont été traquées avec elle. Il s’agit d’un couple qui a hébergé la fugitive et un homme qui est soupçonné d’être impliqué également dans cet acte. Selon nos sources, les limiers de la gendarmerie sont parvenus à ce stade après des filatures qui les ont amenés jusqu’à Manandriana-Avaradrano, lieu de l’arrestation. La suspicion est tombée sur cette employée de maison car les deux adolescents qui ont commis l’acte et surpris le jour-même du crime avec les butins du cambriolage l’ont déjà dénoncée.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate0 partages

Eckehart Olszowski. L’Ami de tous les Artistes Malagasy, s’est envolé vers le Firmament des étoiles ...

Ollé, Solo Norbert et Dany Be au CGM en septembre 2016

PRÉSENTATION DE CONDOLÉANCES A LA FAMILLE D'ECKEHART OLSZOWSKI, PAR DES MEMBRES DU CLUB DES JOURNALISTES DOYENS (CJD), CE JEUDI 12 OCTOBRE 2017, AU CGM ANALAKELY

HOMMAGE - SOUVENIRS

Ny mpiara-miasa aminy ao amin’ny CGM Analakely no nampandre tamin’ny alahelo lehibe ny tranga niseho ny Alahady 8 Okotobra 2017, tamin’ny 5 ora maraina: nodimandry ny Tale Eckehart Olszowski na « Ollé». Ny razana dia handrasana ao amin’ny CGM (Cercle germano-malagasy), manomboka androany, Alatsinainy 9 Oktobra 2017 hariva. Ny Zoma 13 Oktobra 2017 kosa no halevina any Ambohimalaza i Eckehart Olszowski.

Mit großer Bestürzung möchten wir Ihnen mitteilen, dass der Leiter des Goethe-Zentrums Antananarivo, Herr Eckehart Olszowski, heute verstorben ist. Er ist am Sonntag, dem 8. Oktober 2017 um 5 Uhr morgens gestorbenDie Totenwache findet ab morgen Abend im CGM Analakely. Er wird am Freitag, dem 13. Oktober 2017 Ambohimalaza bestattet sein.

C’est l’ensemble du personnel du CGM (Cercle germano-malagasy) qui a annoncé la nouvelle: c’est avec une grande tristesse que nous tenons à vous informer, que le directeur du Goethe -Zentrum Antananarivo, Eckehart Olszowski, est décédé le dimanche 8 octobre 2017 à 5h. La veillée funèbre aura lieu à partir de ce lundi 9 octobre 2017, au CGM Analakely.Eckehart « Ollé » sera inhumé le vendredi 13 Octobre 2017 à Ambohimalaza.

De son côté, la Fondation Friedrich Ebert s’est aussi immédiatement manifesté :

Mit tiefer Bestürzung nehmen wir zur Kenntnis, dass heute Nacht Eckehart Olszowski verstorben ist. Herr Olszowski leitete seit über 35 Jahren das Goethe Zentrum Antananarivo (Cercle germano-malagasy). Er hat sich in diesen Jahrzehnten um die deutsch-madagassische Freundschaft und insbesondere die Kulturbeziehungen zwischen unseren beiden Völkern verdient gemacht. Eckehart Olszowski war immer auch ein enger Freund der Friedrich-Ebert-Stiftung. Wir trauern mit seinen Angehörigen, Freunden und den Mitarbeitern des CGM.

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès d'Eckehart Olszowski. Il dirigeait depuis plus de 35 ans le Cercle Germano-Malagasy. Son travail en faveur du dialogue, de la cooperation et de l'échange entre Madagascar et l'Allemagne à travers l'enseignement de la langue et la culture est reconnu par tous au cours de ces décennies. Eckehart Olszowski a toujours été un ami proche de la Fondation Friedrich Ebert. Nous nous associons au deuil de sa famille, de ses amis et de ses collègues au Cgm Goethe Zentrum Antananarivo.

Mais qui est donc le Directeur du Cgm depuis 1980?

Eckehart Olszowski, «Ollé » pour les intimes, né en 1955 en Allemagne, est arrivé à Madagascar vers la fin des années 1970, après avoir fréquenté le lycée Kistner Nicolaus de Mosbach (Baden-Wurtemberg), de 1963 à 1974. Nous nous connaissons depuis cette époque, c’est-à-dire depuis près de 40 ans. Il s’était lié d’amitié avec mon beau-frère, le photographe journaliste de radio, feu Lucien Rajaonina. Il fut un temps où leurs maisons d’habitation respective étaient mitoyennes, du côté d’Ankadivato, à proximité de l’actuelle EPP.

Lucien Rajaonanina décédé au Canada

On se rencontrait souvent dans la maison de l’un ou l’autre pour des débats passionnés sur l’art en général, la photo plus particulièrement, à cette époque où Lucien demeure l’auteur des photos des pochettes de disques sortis chez Discomad (De Comarmond). Mais Ollé avait également tissé des liens avec Tsilavina Ralaindimby alias Tsitsi, à l’époque brillant journaliste de radio et grand découvreur de talents dont, entre autres, Rossy qui chantait dans la formation «Hazo midoroboka» d’Ampamarinana Mahamasina.

Or, au départ, rien ne l’avait prédestiné à devenir cet Ami de tous les Artistes Malagasy, toutes disciplines confondues, s’il vous plaît. En effet, il était venu dans la Grande île pour des démarches sur terrain entrant dans lapréparation d’une thèse de doctorat intitulée: «Histoire des religions, la réaction spirituelle des Malgaches sur l’influence pré-coloniale». Ses recherches effectuées, il retourna dans son Allemagne natale mais pas pour longtemps.

1980 sera l’année de sa « malgachitude » totale. En effet, après une requête qu’il avait effectuée et dont personne n’avait connaissance, il reçoit une lettre du lycée Jean Joseph Rabearivelo (Lycée Rabe) d’Antananarivo, le sollicitant pour y enseigner. Il revint donc dans la Capitale malgache et enseigna la langue de Goethe durant toute une année scolaire au Rabe. Parallèlement, il avait été décidé, quelque part, de rouvrir la société culturelle dénommée alors Goethe Institut, créée en 1976 dans la Grande île, mais fermée pour baisse de fréquentation.. La mission de ce centre culturel allemand était de:

- faire découvrir la langue allemande et donner une image actuelle de l’Allemagne, ainsi que promouvoir la coopération culturelle;

- apporter des contributions au processus de modernisation et de développement de la région;

- promouvoir les échanges interafricains.

Il faut se rappeler que les années 1980 ont été marquées par une vague néo-libérale qui portera le coup de grâce au communisme dans les pays de l'Est. Ainsi, le gouvernement de la RFA de l’époque voulait donner une image autre de l’Allemagne à Madagascar, avec une nouvelle formule et un dirigeant nouveau. Croyez-le ou pas mais Ollé était le seul Allemand disponible sur place à ce moment. Il fut engagé aussitôt. Il quitta alors le lycée Rabe et prit ses quartiers au Goethe Institut situé alors en face de l’actuel Rarihasina, avant de déménager définitivement, par la suite, au second étage de l’Immeuble Ifanomezantsoa Analakely.

Elie Rajaonarison qui nous a quitté le 27 novembre 2010 (ICI)

Ollé était donc Directeur du CGM (appellation qu’il a trouvé lui-même) depuis 37 ans. Un record déjà. En parlant de cercle, il est à l'origine, en 1990 -et avec le concours de l’irremplaçable Elie Rajaonarison-, de la création du «Faribolana Sandratra». Il s’agit d’un cercle poétique qui permet à de nombreux poètes de toutes les générations de s'épanouir artistiquement. Ce cercle a son siège social au CGM et y organise des rencontres mensuels.

Donné Andriambaliha et Ramim's

Pour ma part, Ollé avait fait appel à moi en 2003 pour rédiger des articles axés surles nouveaux programmes culturels du CGM. On se côtoyait tous les jours. Il y avait encore Michel Raharison alias Ramim’s, technicien en son. C’était l’année de l’arrivée d’un nouvel ambassadeur allemand, en la personne de Dieter Hubertus Ziesler. En avril 2016, avec l’appui personne d’Ollé, j’expose, au CGM, l’Histoire de l’Allemagne que j’ai traduite en malagasy. Oui. Un concours a été organisé à partir d’un questionnaire et le gagnant a bénéficié de cours gratuit de la langue de Goethe. Une des questions était: quel est le nom de la mascotte de la coupe du monde de football? Il faut en effet se rappeler qu’en 2006, c’est l’Allemagne qui a accueilli le Mundial.

L’ambassadeur Ziesler avait été si emballé par mon initiative à propos de l’histoire de son pays qu’il me donna rendez-vous à l’ambassade de la route circulaire, pour le matin du lundi 24 avril 2006. A l’heure, à la date et à l’endroit donnés, j’arrive et je suis un peu étonné de voir le drapeau allemand en berne. Allant aux nouvelles, j’apprends avec stupéfaction que l’ambassadeur est décédé le jour précédent, dimanche 23 avril 2006, en sa résidence villa Berlin à Ambatoroka. Aïe, aïe, aïe. L’objet du rendez-vous était de trouver un éditeur en Allemagne pour publier mon histoire de l’Allemagne en langue malagasy. Plus tard, une dame m’a bien convoqué à l’ambassade pour le même sujet mais il n’y a eu aucune suite jusqu’à aujourd’hui.

CGM, septembre 2016. « Un rocher dans le lac », avait dit Eckehart Olzsowski, à propos de Dany Be

Entre-temps, avec l’arrivée et l’utilisation effective d’Internet à Madagascar, chargé par le travail de journaliste sous un autre aspect (j’avais quitté le quotidien papier Madagascar Tribune), j’ai laissé ma place de rédacteur de programmes du CGM à la jeune génération. La dernière fois que j’ai vu Ollé, la dernière fois où l’on s’est parlé, c’était à l’occasion de la dernière exposition du photographe Dany Be, en septembre 2016. Ollé ? C’est l’ami, le frère qui a ouvert la porte de l’Allemagne à des artistes malgaches de tous les domaines artistiques, afin de mieux les faire connaître à ses compatriotes hors de Madagascar.

Ollé était très concerné par les problèmes auxquels est confronté l'environnement de Madagascar. Si bien qu'il a eu l'idée de la réalisation d'une série de films intitulée "Brigade verte - Brigady Maitso". Le premier épisode ICI

Inoubliable silhouette d'un... bon vivant

Ollé: Auf Wiedersehen und hat im Paradies der Künstler bald !

Jeannot Ramambazafy – Vendredi 13 octobre 2017