Les actualités Malgaches du Mercredi 13 Septembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara2763 partages

Rakoto Frah, le grand maître de la « sodina » qui vola la vedette à Gilberto Gil

Il possédait, selon Ornette Coleman, l’un des plus beaux phrasés du monde. Ian Anderson, flûtiste et leader de Jethro Tull, le citait comme sa référence majeure. En 1997, la réalisatrice Camille Marchand lui avait même consacré un documentaire. Ce maître incontesté de la «sodina»  a fait souffler sur le monde un sacré vent de malice. Son phrasé aérien, élégant, très dépouillé et d’une extrême pureté s’imposera dans tous les styles de la Grande Ile et lui vaudra de nombreuses sollicitations internationales. Il jouera notamment avec Manu Dibango, le groupe sud-africain Ladysmith Black Mambazo qu’il a rencontré lors de son spectacle en Inde, les jazzmen David Lindley et Henry Keiser qui déclaraient à son sujet, qu’il est « l’un des musiciens et des individus les plus incroyables que nous ayons jamais rencontrés. Sa maîtrise de la « sodina » est à un niveau que vous ne pouvez comparer qu’aux grands maîtres instrumentaux occidentaux comme John Coltrane , Ornette Coleman, Billy Pigg ou Miles Davis ». Rakoto Frah, une étoile, une virtuose dont le portrait a été imprimé sur les billets de banque de 1 000 francs malgaches (200 ariary) de 1983. Seize ans après sa disparition, le monde, ses amis, ceux qui ont collaboré avec lui, se souviennent encore de la personne et de l’immense artiste qu’il était.

Festival des nuits atypiques de LangonCe jour où Rakoto Frah vola la vedette à Gilberto Gil« C’était le dernier jour du festival des nuits atypiques de Langon. Il avait été programmé que Gilberto Gil (plus tard devenu Ministre de la Culture au Brésil) clôture l’évènement. 20 000 personnes avaient été présentes. Le Directeur du festival nous a invités (Feo Gasy) à jouer quatre titres avant l’entrée de la grande star. On hésitait un peu. Avouons que c’est quand même intimidant de se produire devant tant de monde qui attendent impatiemment de retrouver leur idole. Nous avons cependant accepté de monter sur scène et avons donc mis nos « malabary ». Nous nous sommes installés. Personne n’avait applaudi. Aux premières notes, le silence s’était installé. C’était comme s’il n’y avait plus personne. Les spectateurs, après la première chanson, avaient cependant été enchantés et nous ont accueillis avec un tonnerre d’applaudissements. On s’est dit ‘ ouf, le message est passé’. D’ailleurs, le public a insisté pour qu’on joue trois morceaux en plus. Après notre prestation, j’ai présenté les membres du groupe, depuis le benjamin à… Rakoto Frah. A l’annonce de son nom, le public s’est mis à l’acclamer de plus bel. Ce même public qui, 30 minutes auparavant n’avait encore jamais entendu parler de lui. Nous avons donc quitté la scène avec une petite note de satisfaction. Vint enfin le tour de la grande star Gilberto Gil de monter sur scène. Il s’apprêta à faire danser tous ceux qui étaient là. Ces derniers ne voulaient rien savoir. Ils n’avaient qu’un nom à la bouche : ‘Rakoto Frah’. Ils réclamaient son retour. Gilberto Gil était stupéfié, ne comprenant pas ce qui se passe. Il ne s’attendait aucunement à se faire voler la vedette par un « illustre inconnu ». Le Directeur du festival est donc parti à la recherche de Rakoto le sollicitant de revenir sur scène. Je me souviens, il m’a demandé si Rakoto pouvait, savait jouer de la musique brésilienne, de la samba. Je lui ai répondu que oui, il pouvait jouer sur n’importe quel rythme. Gilberto Gil commença à jouer. On chercha la «sodina»  avec laquelle il allait accompagner cet artiste brésilien. Vint enfin le moment ! Le mélange du « latsi-tanana » de Rakoto et la samba de Gilberto Gil fut explosif. Le public, totalement sous le charme, émet des cris d’applaudissement. En coulisse, on était tous ému à en avoir les larmes aux yeux. Sacré Rakoto Frah ! » (Récit d’Erick Manana)

Anecdotes : Rakoto et les jus de tomateIl n’aimait pas les jus de tomate. Dans l’avion, quand les hôtesses lui demandaient s’il voulait boire quelque chose, il demandait toujours à prendre la même chose que son voisin et répliquait souvent par « c’est pareil ». Une fois, celui assis à côté de lui a commandé un « jus de tomate » et lui a servi la même chose. Il m’a sorti « Samoela, ce que cette hôtesse m’a donné, n’est-ce pas ces choses qu’on met sur les frites ? » (Samoela)« Tortue ninja ? »« Notre premier album (feo gasy) a été vendu en France, au Fnac. Tous les jours, il nous fallait nous faire connaître à travers un concert. Le Fnac sur lequel on se rendait était un peu étroit. Il y avait des enfants qui se sont attroupés sur les lieux. Parmi ses enfants, un qui m’a profondément marqué par sa remarque : maman, maman, c’est tortue ninja, disait-il à sa mère ». (Benny)

Le billet de 1000 francs (200 ariary ) à l’effigie de Rakoto Frah.

Rue Rakoto Frah, billets de banque à son effigieAu cours de sa vie, Rakoto Frah a été commémoré par d’autres artistes et par le gouvernement de Madagascar, qui lui a délivré de nombreux prix et félicitations tout au long de sa carrière. La conception du billet de 1 000 francs malgaches (200 ariary ) imprimée pour la première fois par la Banque centrale en 1983 représentait Rakoto Frah vêtu d’un chapeau de paille traditionnel et de lamba et jouait de la «sodina» . Il est le seul artiste à avoir été présenté sur un billet de banque malgache. Selon un représentant de la Banque centrale, l’artiste a été sélectionné parce qu’il était le plus représentatif de l’identité malgache. Le 28 octobre 2011, le ministère de la Culture a attribué son nom à une rue de son quartier, celui d’Anatihazo Isotry.

 

Les artistes qui vont participer à « Itondray tsikitsiky », le concert-hommage à Rakoto Frah, organisé par Gasy Events, qui va se tenir au Carlton le 1er octobre.

« Tsiaro an-dRakoto » par Gasy events au Carlton le 1er octobreDepuis ce jour où il a été choisi par le Président Philibert Tsiranana pour se produire pour le Président français Charles de Gaulle en 1958, jusqu’à la date du 29 septembre 2001, où il décède suite à une infection pulmonaire, Rakoto Frah n’a cessé de porter haut le flambeau malgache. Il a brillé, non seulement par son talent mais surtout par son humilité et sa simplicité. En hommage à ce grand homme qu’il était, Gasy events a décidé d’organiser une soirée pendant laquelle on se rappellera « l’enchanteur de flûte ». Intitulé « Itondray tsikitsiky », l’évènement mettra en scène quelques-uns des artistes qui ont collaboré avec Rakoto Frah. Ils viennent de divers horizons musicaux mais s’accordent à dire que « Rakoto Frah est non seulement un musicien mais également une personne exceptionnelle dont la bonne humeur était contagieuse ». Pour ce concert qui se tiendra au Carlton le 1er octobre prochain, nous retrouverons Dama, Samoela, Jaojoby, Lôlô sy ny tariny, Telofangady, Feo Gasy, Lilie et bien entendu Rakoto Frah junior. Parallèlement, une exposition relatant l’histoire et le parcours artistique de Dadakoto se tiendra également dans le hall du Carlton.(1171 signes – 4 modules)

 

Dossier réalisé par MahetsakaPhotos : Kelly/Archives Midi Madagasikara

L'express de Madagascar590 partages

Épidémie – La peste crée une panique à Toamasina

Des cas suspects de peste pulmonaire ont été notifiés dans quelques villes côtières, dont Toamasina. La population est terrifiée.

Panique à bord. Les médicaments de prévention de la peste pulmonaire seraient en rupture de stock dans les pharmacies de la ville de Toamasina, depuis hier. Ils seraient très recherchés depuis que la direction régionale de la Santé publique (DRSP) à Atsinanana a affirmé l’existence de suspicion de peste pulmonaire dans cette ville. Certaines personnes en profitent pour en faire du business. Une plaquette est vendue à 5 000 ariary. D’autres, plus prudents, portent des cache-bouches pour éviter sa transmission. La peste pulmonaire se transmet à travers la salive.Il y aurait un réel danger. Les cas survenus à Toamasina se seraient répandus dans d’autres régions. Un communiqué, envoyé par le ministère de la Santé publique, hier, dans le cadre de la saison pesteuse, a affirmé l’existence de cas suspects de peste pulmonaire dans le Vakinankaratra, à Analamanga, à Alaotra-Mangoro, et même à Atsi­nanana, à Boeny et à Sava qui ne sont pas du tout des zones pesteuses.

Quatre victimesUne autre source a informé qu’une personne habitant à Bongolava aurait été admise à l’hôpital, hier, pour suspicion de peste pulmonaire. Elle rentrait d’un voyage à Toamasina, à bord d’un taxi-brousse, au début de cette semaine. Une recherche active de tous les passagers de ce taxi-brousse serait en cours, pour éviter la propagation de la maladie.Le DRSP à Atsinanana, le Dr Raymond Rakotoari­manana, a informé, par ailleurs, l’existence de quatre victimes, soignées au sein du centre hospitalier universitaire de Toamasina, actuellement. Une cinquième personne venait d’être admise à l’hôpital, hier soir. Elle aurait présenté des symptômes suspects mais n’a pas encore passé de test. Ces malades ont été en contact avec les personnes qui ont succombé à la suspicion de peste à Toamasina, dont un membre du personnel de santé, deux étudiants et un autre qui a manipulé le corps d’un défunt.Officiellement, deux hommes ont succombé à une suspicion de peste pulmonaire à Toamasina, les 2 et 3 septembre. Ce seraient des étudiants locataires du campus universitaire de Barikadimy à Toamasina. Ils ont contracté la maladie sur un taxi-brousse reliant Antananarivo à Toamasina. Selon la précision de la DRSP Atsinanana, la personne qui les a contaminés, travaillait à Ankazobe et allait rejoindre sa famille à Toamasina, suite à une maladie. Ce dernier a succombé à Mora­manga.La femme et la sœur de l’une de ces victimes auraient également perdu la vie.Et la femme décédée dans un hôpital à Antana­narivo et enterrée dans la fosse commune d’Anja­nahary a également été conta­minée par la maladie à Toamasina.La situation ne serait pas aussi terrifiante qu’elle en a l’air, à entendre le Dr Mahery Ratsitorahina, directeur de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique (DVSSE). « Tout ce qu’on peut dire, pour le moment, c’est que la peste est passée à Toamasina. Autour de deux cent cinquante personnes ont déjà reçu des doses de médicaments de prévention, dont les personnes en contact avec les victimes », rassure-t-il. Il évite, pour le moment, d’évoquer le nombre exact des personnes, qui ont succombé à cette maladie.« Nous allons encore mener des enquêtes à Moramanga et dans d’autres villes et nous vous communiquerons, très prochainement, les résultats », rassure-t-il.Mais l’épidémie est en train de sévir et de se propager dans plusieurs villes, la population a besoin de connaître la vérité pour prendre les mesures adéquates.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara436 partages

Peste : Les cas suspects confirmés, déjà une dizaine de morts

« Des cas suspects de peste pulmonaire ont été notifiés dans les régions suivantes : Vakinankaratra, Analamanga, Alaotra-Mangoro, Atsinanana, Sava et Boeny ». Des propos que l’on peut lire dans un communiqué de presse confirmant l’existence de la maladie à Madagascar. Le même communiqué de faire savoir que « nous sommes actuellement dans la saison pesteuse ». Par ailleurs, la direction régionale de la santé d’Atsinanana via le Dr Raymond Rakotoarimanana a également communiqué hier que « des cas de peste pulmonaire ont été observés suite à l’apparition d’une infection chez un patient mort à Moramanga». « Ce malade, venu d’Ankazobe est le patient zéro de cette épidémie » a ajouté le directeur régional de la santé publique d’Atsinanana. Avant de faire savoir qu’environ « 18 autres personnes ont été infectées par ledit patient ». Ce sont donc les personnes infectées qui ont contaminé les populations de Toamasina selon toujours les explications du docteur Raymond Rakotoarimanana. La situation actuelle fait état d’une dizaine de décès enregistrés et d’environ deux cents patients suspectés de porter le virus soignés auprès de l’Hôpital Be de Toamasina. La Capitale malgache figure également parmi les lieux où l’on aurait enregistré des cas de décès dus à la peste.

Mesures. Confirmant le cas suspect de peste, le ministère de la Santé publique s’est pourtant voulu être rassurant en citant quelques mesures. Lesdites mesures auraient été prises par les autorités sanitaires locales, en collaboration avec la communauté, dont le comité de santé local, le chef de « fokontany », les agents communautaires et la population locale. Et consistent en une prise en charge des malades et une chimiorpophylaxie des contacts. Elles concerneraient également la recherche  active des cas et la désinfection des lieux d’habitation des malades. Quoi qu’il en soit, la situation risque de créer des psychoses auprès des populations des régions concernées.

Recueillis par José Belalahy

Madagascar Tribune384 partages

La peste pulmonaire crée la psychose à Toamasina

La direction régionale de la santé à Toamasina confirme l’existence de la peste pulmonaire à Toamasina. La première victime était une personne qui venait d’Ankazobe selon le médecin responsable. Mais le plus grand danger vient du fait qu’il s’agit d’une peste pulmonaire, une forme de peste extrêmement contagieuse et dangereuse. La peste pulmonaire se transmet par des gouttes de salive et les victimes non traitées décèdent dans les 12 heures qui suivent. 200 personnes qui étaient en contact avec les victimes sont déjà soit traitées soit en cours de traitement précise la direction régionale de la santé. Cette dernière évite de préciser le nombre exact des victimes de la peste pulmonaire à Toamasina. N’empêche, cette information crée une psychose des habitants de Toamasina surtout qu’il s’agit de peste pulmonaire. Raison pour laquelle sûrement les autorités sanitaires évitent de préciser le nombre des victimes.

Les autorités informent que le traitement et les médicaments sont entièrement gratuits et invitent toutes les personnes qui présentent des symptômes inquiétants à se rendre dans les meilleurs délais dans les centres sanitaires les plus proches. Notons que la peste bubonique est la forme de peste qui sévit toujours à Madagascar considérée comme « moins dangereuse » que la peste pulmonaire dans la mesure où cette dernière tue très vite.

Midi Madagasikara284 partages

Toamasina renivohitra : Voaporofo ny fisian’ny pesta, efa am-polony ireo maty

Miteraka ahiahy sy fikoropahana ho an’ny fianakaviana maro ny filazana nataon’ny teo anivon’ny talem-paritry ny fahasalamana Atsinanana sy ny talen’ny fanaraha-maso ara-pahasalamana sy fitiliana  otrik’aretina eo anivon’ny minisiteran’ny Fahasalamana, nilazan’izy ireo fa misy pestan’ny tratra (Pestes Pulmonaires) ao Toamasina renivohitra, amin’izao fotoana izao. Raha ny fanazavan’ny Pr Ratsitorahina Maherisoa, dia efa an-jatony taona no tsy nahitana ity karazana pesta ity ao Toamasina, ankehitriny anefa dia misy ilay aretina. Ny fanazavany hatrany no nahalalana, fa ny 28 aogositra teo dia nisy olona avy any Ankazobe tratran’ity aretina pesta ity nikasa ny hihazo an’i Toamasina, tsy tonga tao Moramanga akory izy dia maty tao anatin’ny fiaram-pitateran’ny UTA ka voatery navela tao ny fatiny. Nandritra izany anefa raha ny fanazavan’ny Dr Rakotoarimanana Raymond, dia efa namindra tamin’ireo mpandeha 18 niaraka taminy izy ka izao miparitaka eto Toamasina izao izany, noho ny tsy fahalalan’izy ireo. Vokatr’izany dia manao antso avo ireo olona rehetra tao anatin’ity fiaran’ny UTA ity ny mpitsabo, mba hanatonan’izy ireo toeram-pitsaboana mba tsy hiparitahan’ny viriosy amin’ny hafa. Aretina mora mifindra ny pestan’ny tratra noho izy viriosy afaka mifindra amin’ny alalan’ny piti-drora. Raha ny fanazavan’ireo mpitsabo, dia ao anatin’ny 12 ora monja dia mety hahafaty ireo voan’ity pesta ny tratra ity. Araka ny angom-baovao natao dia efa am-polony izao ireo maty, nisy teo anivon’ny hopitaly, nisy kosa tany an-tranony noho ny tsy fahalalana; ka ny faritra : Barikadimy – Mangarano, Ambohijafy – Antseranampasika, ary Tanambao V – Tanamakoa 12/14 no tena misy ny soritr’aretina amin’izao fotoana izao. Nanomboka ny alatsinainy hariva teo, dia efa  250 ireo olona ahiana hitondra ny viriosy no tsaboina amin’ny hopitaly be. Ireo olona efatra maty tao Antananarivo ihany koa araka ny vaovao dia mpianakavy avy niala sasatra tao Antseranampasika teto Toamasina, mbola mitsabo tena kosa ireo zanak’izy ireo telo. Vao niparitaka teto Toamasina omaly ny fisian’ity aretina pesta ity, sy ny fahalalan’ny olona fa ny fanafody “Cotrim” no fomba iray entina hanalefaka ny fitrangany ho an’ireo mbola tsy misy ny soritr’aretina, dia omaly talata ihany dia efa tafakatra 2 000 hatramin’ny 3 000 ariary ny fonosana iray amin’ireo toeram-pivarotana tsotra, raha 1 000 ariary izany amin’ny andavanandro. Ny eny amin’ireo mpivaro-panafody indray dia tsy naharaka ny tahiry ka voatery tsy manome afa-tsy fonosana iray (1 100 – 1 200 ariary) isan’olona izy ireo mba samy hahazo ny rehetra sy ho fisorohana amin’ny bizina be ataon’ny sasany ihany koa. Ho an’ny talem-paritra Atsinanan’ny fahasalamana kosa, dia nambaran’izy ireo fa ampy tsara ny fanafody eo amin’izy ireo, na efa nanao komandy fa lany tahiry tamin’ireo mpivaro-panafody ny hopitaly be. Ankoatra izay, dia ny loton’ny tanana amin’ny tsy fandraisana andraikitry ny kaominina ihany koa no tena olana eto Toamasina renivohitra izao. Raha resy tosika ity pesta  ity, dia hahiana mbola ho avy koa ny valan’aretina manaraka satria efa manomboka mafana eto Toamasina izao, ao anatin’ny fifandimbiasan’ny orana izay mahatonga ireto toerana sy tanàna iva ho dobo-drano.

Malala Didier

Midi Madagasikara273 partages

Energie solaire : Une centrale photovoltaïque à Ankorondrano

Madagascar commence à produire de l’énergie solaire à grande échelle.

L’énergie renouvelable gagne du terrain. Une nouvelle centrale photovoltaïque en autoconsommation a été inaugurée hier, au Zoom à Ankorondrano. Une autre centrale de 20MW, en cours de construction à Ambatolampy, sera également opérationnelle en 2018.

Une nouvelle vitrine de production électrique compétitive ! C’est la description faite par le PDG de Green Yellow, Hajji Otmane, concernant la nouvelle centrale photovoltaïque que sa société a mis en place à Ankorondrano. « Nous utilisons les meilleures technologies des systèmes climatiques et d’éclairage pour réduire les consommations. Avec 450 panneaux solaires pour 130KW de puissance, on a plus de 250MW/heure par an pour 500 foyers », a-t-il indiqué lors de l’inauguration, qui s’est tenue hier. Présent à la cérémonie, le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison, a soutenu que le secteur de l’Energie est en bonne voie avec ce grand pas et que ce projet d’utilisation de source solaire est une première initiative d’envergure à Antananarivo. A noter que c’est la société Zoom qui a choisi GreenYellow pour la réalisation de ses premiers projets d’efficacité énergétique de grande ampleur. Le site de cette société à Ankorondrano bénéficie d’un montage inédit ; un contrat de performance Energétique (CPE) couplé avec la mise en place d’une centrale photovoltaïque en autoconsommation. D’après les explications, le projet développé par GreenYellow optimise les consommations électriques du site tout en lui donnant accès aux meilleures technologies en matière de systèmes actifs. De ce fait, la consommation du centre commercial sera réduite d’environ un tiers. Ces économies sont assurées dans la durée par GreenYellow grâce à son système Smart Building Monitoring ou pilotage à distance et suivi quotidien des consommations.

Facilités d’investissements. Selon le ministre de tutelle, le Gouvernement va accorder des exonérations sur les projets de ce genre, sur les droits de douanes concernant les matériels importés, afin de favoriser les investissements. En effet, un autre projet est en cours de mise en œuvre à Ihazolava Ambatolampy. Il s’agit d’un projet présidentiel, toujours réalisé par GreenYellow, et offrira au pays, la plus grande centrale photovoltaïque de l’Océan Indien. Présent à la cérémonie d’inauguration d’hier, le président Hery Rajaonarimampianina a mis en avant l’efficacité du partenariat public-privé, dans le secteur énergétique à Madagascar. « Avec cette centrale photovoltaïque, ici à Ankorondrano et celle qui a déjà commencé à Ambatolampy, cela va réduire les subventions versées à la Jirama, mais surtout encourager les autres investisseurs à travailler dans ce secteur, qui est un modèle économique innovant. Ce système une nouvelle technologie innovante et durable. Madagascar est riche en soleil ou d’autres sources d’énergies renouvelables comme l’eau et l’air. Dans ces nouvelles infrastructures, nous allons gagner en temps et en argent pour le bien être de la population et du pays tout entier. Je réitère encore mon appel aux investisseurs de travailler dans ce domaine porteur» », a noté le président, dans son discours. Bref, toutes les facilités seront offertes aux investisseurs, pour l’exploitation des énergies renouvelables, dans la Grande-île.

Antsa R.

Midi Madagasikara178 partages

Commission épiscopale Justice et Paix : L’Eglise catholique dénonce le règne de l’insécurité

Le père Germain Rajoelison, SG de la Commission épiscopale Justice et Paix avait exprimé l’inquiétude de l’Eglise catholique face à l’insécurité qui n’épargne pas les prêtres et les religieuses.

A la demande du Conseil Permanent de la Conférence des Evêques de Madagascar, 52 Prêtres et Laïcs, représentants de Justice et Paix, ont tenu du 6 au 8 septembre 2017 à Ampatsakana By Pass, une réunion extraordinaire sur les problèmes liés à l’insécurité sur toute l’étendue du pays. Juste avant le lancement hier au CCI Ivato de la mise en œuvre de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) à Madagascar.

La réunion était l’occasion pour les participants de s’échanger des informations et d’analyser le vécu quotidien des Malgaches. Et de dresser aussi un état des lieux alarmant caractérisé par « les vols de bœufs, les coups et blessures volontaires, la justice populaire, les vols avec effraction, les vols de cloche d’église, les coupeurs de route, les vols de culture sur pied, les larcins, les violations de sépulture et vols d’ossements humains, les viols, la traite de personnes, les rapts d’enfants, la prolifération des substances psychotropes, les attaques à main armée, la corruption de haut vol, la destruction de biens et l’accaparement de terrains appartenant à autrui, les vols à la tire, les incendies de villages comme à Antsakabary, les attaques assorties d’actes odieux contre des religieuses tel que c’était le cas à Antsirabe, le meurtre de prêtres etc. ». Rappelons que le secrétaire général de la Commission épiscopale Justice et Paix à Madagascar, le père Germain Rajoelison avait déjà fait part de l’inquiétude de l’Eglise catholique après les actes de violence contre des prêtres et des religieuses.

« Le peuple n’a plus confiance aux dirigeants ». D’après les résolutions de la Commission Episcopale pour la Justice et Paix, « ces atteintes à la sécurité des biens et des personnes ont des impacts négatifs dans tous les domaines. Sur le plan économique, ils diminuent la propension de la population à produire. Sur le plan politique, le peuple n’a plus confiance aux dirigeants. Sur le plan social, c’est la rupture du « fihavanana ». Bon nombre d’écoles sont fermés en milieu rural ; les CSB manquent de personnel soignant ; les gens meurent de faim et sont vulnérables aux maladies. Enfin, sur le plan culturel, l’esprit et les valeurs malgaches sont bafoués ».

« Des malfrats à la solde de dahalo ambony latabatra ». Tout en reconnaissant qu’« il y a des mesures prises par les dirigeants comme la collaboration entre les forces de l’ordre et le fokonolona pour suivre les traces des zébus volés ; ou encore la protection des passagers sur les routes nationales ; et l’aide aux villageois qui ont vu leurs cases incendiées, Justice et Paix de souligner que « malgré tout cela, la situation ne cesse d’empirer. La population ne dort plus sur ses deux oreilles de jour comme de nuit. Des armes très puissantes circulent. Les drogues et les jeux de hasard se multiplient ». D’après les résolutions d’Ampantsakana, « les responsables ne maîtrisent pas du tout la sécurité des biens et des personnes. Il y a des réseaux de malfrats professionnels à la solde de « dahalo ambony latabatra » c’est-à-dire en col blanc et/ou de certaines grosses fortunes sur place ou venues de l’extérieur. La vie humaine n’est plus respectée face à la culture de la violence. Les vindictes populaires ont droit de cité. La confiance n’est plus de mise. La méfiance règne et c’est le chacun pour soi ». Aux yeux de la Commission Episcopale Justice et Paix, le peuple ne sait plus à quel saint se vouer.

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara142 partages

Lutte contre l’insécurité : Des actions concrètes attendues en 2018

Une vue partielle des participants au lancement officiel de la mise en œuvre de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS). ( Photo Yvon RAM)

Les bandits de grand chemin et les « Dahalo » font parler d’eux, laissant tristesse et désolation derrière eux. Allant même jusqu’à défier les forces de l’ordre.

L’insécurité ne cesse de gagner du terrain dans le pays que ce soit en milieu urbain qu’en milieu rural. A cet effet, le lancement officiel de la mise en œuvre de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) s’est tenu, hier, au CCI-Ivato. Mais le budget y afférent ne passera à l’Assemblée nationale qu’au mois d’octobre, dénommée session budgétaire, cette seconde réunion annuelle du Parlement, d’après la Constitution, est consacrée principalement à l’adoption de la loi de finances, plus précisément celle de 2018. Dans tous les cas, les gens s’attendent à des actions concrètes en 2018. On dit qu’un an ce n’est rien, mais à l’allure où vont les choses, les gens ne savent plus à quel saint se vouer.

Complexité. Lors de son allocution, le président Hery Rajaonarimampianina a reconnu la complexité du domaine de la sécurité. Et d’enchaîner qu’il a fallu recourir aux consultations régionales et à l’expertise internationale tout en soulignant au passage que les lois afférentes à la Réforme du Secteur de la Sécurité ont été déjà élaborées par le Haut Conseil de la Défense Nationale et que sa planification a été confiée au Premier ministre. En un mot, le chef suprême des forces armées a fait savoir que l’effectif des forces de l’ordre sera revu à la hausse.

Réforme. De son côté, la représentante spéciale de l’Union Africaine à Madagascar a déclaré que « la réforme du secteur de la sécurité requiert un engagement continu, et une volonté ferme de perfectionnement, afin de prendre des mesures politiques parfois dures mais nécessaires pour le bien être de la population ». Elle a terminé son discours en soulignant que « l’Union africaine ne manquera pas d’accompagner toutes les initiatives visant à consolider les acquis démocratiques, l’Etat de droit et la stabilité du pays, en vue des prochaines élections présidentielles et législatives que nous espérons de tous nos vœux, paisibles, transparentes et inclusives ». Une phrase qui en dit long.

Dominique R.

Midi Madagasikara85 partages

Rocade Andohatampenaka : V8 nidona tamin’ny « talus », tafiakatra roa ireo namoy ny ainy

Fanindroany izay. Raha mbola vao andro vitsivitsy izay no nisian’ilay lozam-pifamoivoizana nahafatesana olona tetsy amin’ny sampanana mihazo ny “rocade” Andohatampenaka, eo akaikin’ny sampanana Ambohitrimanjaka iny, dia namono olona indray izany lalana izany ny alin’ny alatsinainy lasa teo. Fiara tsy mataho-dalana iray, Toyota V8 no nidona tamin’ny sisin-dalana. Potika tanteraka ny lohan’ny fiara. Olona telo no tao anatiny raha ny angom-baovao azo, izay samy naratra mafy avokoa. Nentina avy hatrany tao amin’ny hôpitaly tetsy Andohatampenaka iray tamin’ireo naratra saingy vao tonga tao dia namoy ny ainy. Ireo roa hafa kosa dia nezahina nentina haingana teny amin’ny hôpitaly Hjra tetsy Ampefiloha. Indrisy anefa fa namoy ny ainy ihany koa ny iray tamin’izy ireo nony tonga teny. Ilay olona fanintelony kosa dia mbola tsy mahatsiaro tena araka ny angom-baovao hatrany. Raha ny fanazavana azo avy amin’ireo mpitandro filaminana tonga nizaha ifotony ny zava-nisy teny an-toerana dia fantatra fa nandeha mafy dia mafy ity fiara tsy mataho-dalana ity. Nanaporofo izany ny tabilao manondro ny hafainganam-pandehan’izy ireo izay mbola nijanona teo amin’ny 140 km/h. Tsy voafehin’ny mpamily intsony angamba ny familiana ary dia nihanika ny dongona mpanara-dalana izy ireo ary dia nifatratra tany amin’ny rari-vato sisin-dalana nony avy eo. Raha ny fantatra dia tafapitika teny ivelan’ny fiara mihitsy ny olona iray teo aloha. Nifampisokirana kosa ireo roa ambiny tavela tao anaty fiara.

Ora maromaro taorian’ity loza nitranga teny an-toerana dia tonga teny an-toerana avokoa ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy. Omaly io ihany mantsy dia tonga nidina teny an-toerana ny avy ao amin’ny sampan-draharaha miandraikitra ny fifamoivoizana, nanisy marim-pamatarana amin’ny tany sy ireny karazana dongona fanalefahana hafainam-pandeha ireny. Tsy ampy iray volana tokoa mantsy izay dia efa aina efatra sahady no lasan’ireo sampanana mivoaka eo amin’ny « rocade » io, ary saika tamin’ny toerana mitovy avokoa ny nahavoa an’ireo fiara ireo. Efa nisy foana ny fitarainana nataon’ireo mpampiasa lalana saingy toa nandrasana hisy aina nafoy maromaro vao nisy ny fandraisan’andraikitra. Tsy eo amin’io toerana io ihany anefa fa maro ireo lalana vao nasim-panamboarana no mampimenomenona ireo mpampiasa satria mety hitera-doza. Toa izany ohatra ilay « rond point » eo amin’ny Bypass mihazo, sampanana Alasora, izay sady maizina no tsy misy famantarana. Efa nitera-doza matetika io « rond point » io saingy mbola hatreto mbola tsy nisy aina nafoy.

m.L

Midi Madagasikara78 partages

Bongolava : Trano 20 nodorana, vehivavy iray takalonaina

Mihoatra ny loha tanteraka ny ataon’ny dahalo ankehitriny. Nalaina ny omby, nodorana ny trano ary nentina natao takalonaina ny vehivavy iray. Tao amin’ny fokontany Talata Miarinarivo, eo anivon’ny kaominina ambanivohitra Tsiroanomandidy, no nitrangan’izany ny andron’ny zoma teo.Niezaka nanao fanarahan-dia ny zandary sy ny fokonolona, kanefa very ny dian’omby rehefa teo amin’ny fizaran-tanin’ny faritra roa, dia Menabe sy Bongolava izany. Niveri-maina ireo olona maro mba niezaka ny nanatratra ireo dahalo. Na izany aza, dia nisy anarana maromaro  efa azon’ny zandary momba ireo andian-dahalo ireo ary efa naparitaka eran’ny biraon’ny mpitandro ny filaminana . Miova tanteraka ny fisehon’ny asan-dahalo ankehitriny. Ara-tantara dia tsy mba nisy herisetra izany, satria ny omby fotsiny no nalaina. Noraisina ho toa  kolontsaina aza izany ary toa nekena ny fisiany teo amin’ny fiarahamonina samihafa. Nisy koa ny fomban-tany izay tsy mandray ny tanora ho lehilahy raha tsy nandalo tamin’ny halatr’omby. Saingy tsy izany intsony no mitranga ankehitriny : lasa vono olona, takalonaina ary heloka bevava no isehoan’ny asan-dahalo. Raha ny fijery azy, dia nanomboka tamin’ny fisian’ny fanondranana omby an-tsokosoko no nirongatra ny asan-dahalo ary lasa feno herisetra. Isan’ny olana lehibe sedrain’ny firenena izany, satria tsy voafehy intsony ny fanafihana tanàna any ambanivolo any noho ny halatr’omby. Miteraka fifankahalana sy horohoro ary tsy misy andro iray intsony tsy hisian’io karazana heloka bevava io.

D.R

Madaplus.info60 partages

Tourisme à Madagascar : promotion de la destination île rouge par des acteurs chinois

Des prestataires touristiques chinois ont commencé à commercialiser la destination Madagascar depuis quelques années. Parmi ces opérateurs figurent l’Agence Touristique GZL, le N°1 de l’organisateur de voyage domicilié dans le Province de Guangdong, qui propose désormais des circuits touristiques dans l’ensemble de la Grande île.
GZL organise des visites à destination de Madagascar, pour des séances de photographe et d’autres circuits pour une tranche d’âge de 5 à 60 ans de touristes chinois. Ces produits touristiques visent principalement les touristes amateurs de la nature, Madagascar est reconnu par sa biodiversité. Une délégation malgache composée d’opérateur malgache, des responsables issus du Ministère du Tutelle ainsi que des journalistes a effectué pour un voyage de reconnaissance, ceux que les professionnelles désignent un « EducTour», à Guangdong afin d’approfondir les échanges entre les deux pays. Cette promotion de tourisme contribuera positivement au développent du tourisme du pays. Des améliorations au niveau des infrastructures et le domaine de transport sont en cours d’expertise actuellement afin de recevoir dignement ces touristes en provenance de Chine, selon le Ministre du Tourisme Malgache Rolland Ratsiraka. Des opérateurs malagasy ont également participé à l’exposition du Tourisme Internationale 2017 à Canton. Le stand malagasy constitue les plus visités pendant cet évènement. A part la vente de la destination malgache, les opérateurs ont également fait connaître aux délégations malagasy tous les patrimoines culturels et infrastructurels de Chine.
L'express de Madagascar60 partages

Coopération – Le commerce avec la Chine avance

La Chine devient un partenaire privilégié de Madagascar. Le commerce entre les deux pays a connu une forte progression.

Les échanges commerciaux entre l’empire du Milieu et la Grande île prennent leur envol. Les exportations tout comme les importations ont connu une montée en flèche, avec une hausse de 10%. Ils ont atteint les 610 millions de dollars, d’après les données fournies par l’ambassade de Chine à Madagascar. « La Chine a importé 102 millions de dollars de produits malgaches, soit un gain important de 24 points », a souligné, hier Shaomin Liang, conseiller économique auprès de l’ambassade de Chine.Parallèlement, les exportations de la Chine vers la Grande île sont aussi en hausse. Elles ont atteint 505 millions de dollars durant le premier semestre. C’est une hausse de 7,84%. La présence des produits chinois sur le marché malgache témoigne bien de cette situation. À Behoririka, Soarano, Anala­kely, les « made in China » s’arrachent comme des petits pains.Le commerce avec la Chine n’a jamais connu de forte progression. En 2016, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays est évalué à 1,1 milliards de dollars, dont 159 millions en importation et 943 millions en exportation vers Mada­gascar. En termes d’investissement, la Chine a injecté près de 7 millions de dollars.

China ExhibitionEn Afrique, c’est presque la même courbe. Pour le premier semestre de cette année, le commerce entre la Chine et l’Afrique a atteint 85,3 mil­liards de dollars. Il s’agit, cette fois, d’un gain important de 19 points. C’est encore loin des montants escomptés pour l’année 2020, où le pays de Xi Jinping table sur un montant de 400 milliards de dollars de volume d’échanges commerciaux avec le continent noir.D’après Shaomin Liang, rien que de janvier à juin, « la Chine a importé 38,4 mil­liards de dollars de produits africains ». Et les importations de produits chinois ont atteint 46,96 milliards de dollars, soit une hausse de 3%.  Parmi les produits africains les plus convoités par la Chine figurent les minéraux, les produits agricoles et les fruits. En ce qui concerne les produits malgaches, « il est encore très tôt pour faire un bilan », a fait savoir le diplomate.Même si le commerce entre Pékin et la Grande île a connu une forte progression, le marché malgache ne représente que 0.7% des échanges commerciaux réalisés entre Pékin et l’Afrique. Mais à l’allure où vont les choses, cette situation risque de connaître une nette amélioration, avec les différentes offensives chinoises à Madagascar. D’ici quelques semaines, une centaine d’investisseurs chinois sont attendus à Antananarivo pour la China Exhibition Mada­gascar. À cela s’ajoutent les différents projets de construction avec Pékin, comme l’autoroute reliant la capitale à Toamasina.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara60 partages

Ruée des élèves vers les séries littéraires : Le projet AQEM pour la réorientation scientifique

La réorientation des élèves vers les séries scientifiques est une problématique pour le MEN.

La ruée des élèves malgaches vers les séries littéraires figure parmi les manifestations de la baisse du niveau scolaire.

Le niveau des élèves malgaches a considérablement diminué. Les résultats des récents examens officiels sont les preuves irréfutables de cette baisse de niveau. Cette dernière s’est manifestée par une orientation des élèves vers les séries littéraires plutôt que scientifiques. En effet, seulement 3% des candidats inscrits lors des récents examens ont opté pour les séries scientifiques contre 75% dans les séries littéraires. De nombreux observateurs expliquent cette affluence par la solution de facilité. « Les jeunes d’aujourd’hui recherchent les solutions de facilité. Ils se contentent juste d’avoir le baccalauréat car selon eux, baccalauréat scientifique ou littéraire, ils pourront gagner leurs vies » a affirmé avec regret Heriniaina Andrianaivo. La tenue de l’atelier portant sur le lancement du projet AQEM ou Amélioration de la Qualité de l’Education à Madagascar hier à l’INFP voudrait renverser la vapeur. Ce que Lalaharontsoa Rakotoarijaona, directeur de l’enseignement secondaire et de la formation de masse auprès du ministère de l’Education nationale a voulu réaffirmer. « Le projet d’amélioration de la qualité de l’enseignement auprès du ministère de l’Education nationale voudrait ramener les élèves malgaches vers les séries scientifiques qu’ils fuient actuellement » a-t-il enchéri.

Proviseurs et directeurs d’établissements. L’atelier de lancement du projet AQEM était également l’occasion pour les responsables auprès du Men « de booster» les compétences des proviseurs et chefs d’établissements de huit régions de l’Ile. Ces dernières sont les lieux d’intervention dudit projet. Cent proviseurs et chefs d’établissements vont bénéficier de formation en leadership, en gestion et montage de projet scientifique durant quatre jours. Lalaharontsoa Rakotoarijaona de faire savoir que « la formation de ces responsables de lycées et de CEG vise à leur donner les compétences nécessaires afin de mettre en place une meilleure gestion et gouvernance des établissements ». Avant de renchérir que « la bonne gestion des établissements scolaires a de bonnes conséquences sur les résultats scolaires des élèves. Et par ricochet, une réorientation de ces derniers vers les séries scientifiques ». La dernière hypothèse devrait se faire grâce à un module de ladite formation « qui consiste, pour les cent chefs d’établissements et proviseurs, à monter des projets scientifiques qui respectent les normes» selon toujours le directeur de l’enseignement secondaire et de la formation de masse auprès du MEN. De nombreux ateliers ont été effectués dans le cadre de l’amélioration du système éducatif malgache. Pour ce qui est des résultats, on attend… les bilans des examens officiels de l’année prochaine peut-être ?

José Belalahy

Midi Madagasikara54 partages

Henri Ratsimbazafy et Voahirana : Deux concerts de retrouvailles au CCesca

Voahirana et Henri Ratsimbazafy, en souvenir de ces beaux moments de complicité qu’ils ont autrefois partagés sur scène, vont reformer leur duo au CCesca.

On ne change pas une équipe qui gagne. En souvenir du bon vieux temps et de ces beaux moments de complicité qu’ils ont partagés sur scène, Henri Ratsimbazafy et Voahirana vont reformer, les 29 septembre et 1er octobre le fameux duo, tant apprécié de leurs inconditionnels.

Des petits moments de rire, des plaisanteries ici et là, des chuchotements comme s’ils avaient l’air de comploter… Quand ils se retrouvent, comme ce fut le cas hier lors de la conférence de presse au « Gasy’tronomia Ampandrana », Henri Ratsimbazafy et Voahirana ont l’air de petits adolescents, de meilleurs amis qui se côtoient depuis l’enfance. Ils se connaissent effectivement depuis des années et s’est installée entre eux deux, une complicité que le temps n’a fait que renforcer. Une complicité qu’ils confirmeront au CCesca les 29 septembre et 1er octobre, sur scène. « Nous nous sommes autrefois produits sur toutes les scènes, que ce soient celles de la Capitale ou d’ailleurs, en duo. Ces dernières années, ces moments étaient devenus assez rares. On se retrouvait mais seulement le temps d’une ou deux chansons », déplore Dear Henri. Cette fois, ils vont donc donner entière satisfaction à leurs inconditionnels et leur feront vivre de beaux moments… comme au bon vieux temps.Le duo prépare une trentaine de titres. « Il y aura ces chansons très connues et des titres qui le sont un peu moins », souligne Henri. R. Le duo, pour ces retrouvailles avec le public sera accompagné de musiciens connus et non moins talentueux : Solofo Bota, Anja Ratsimbazafy. Gérard Ratsimiseta, Andry Andriamaniraka et bien évidemment Poon qui se trouve également être le fils de Voahirana et parmi les organisateurs de l’évènement.Mahetsaka

Midi Madagasikara49 partages

Mahabo : Taoka gasy 600 litatra sarona tao Mandabe

Dahalo no nokarohina ka toaka gasy no saron’ireo zandary tao Manadabe distrikan’i Mahabo. Nidina tany amin’io toerana io ny zandary izay notarihin’ny komanda kompanian’i Manja, ny lietna Andrianantenaina Michelson Bejamin ny Alatsinainy teo rehefa nahazo vaovao fa misy dahalo miafina ao  an-toerana. Raha vao nahatsikaritra fa karohin’ireo zandary ireto dahalo dia nandositra avy hatrany. Heno fa ny iray tamin’izy ireo dia tsy lasa lavitra fa miafina ao amin’ny Reniny.  Namonjy ity trano ity avy hatrany ireo mpitandro filaminana. Tsy tao intsony anefa ity farany fa ny reniny eo am-pivarotana toaka gasy no tratra novantanin’ireo zandary. Natao avy hatrany ny fisavana ny trano ka toaka gasy 600 litatra no sarona tao. Nogiazana avy hatrany ireo entana ireo ary netina namonjy ny kaompanian’ny zandarimaria ao Manja. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo dahalo izay tafaporitsaka.

T.M.

Midi Madagasikara42 partages

Syndicats et politique : Un projet de société en gestation !

Non, les syndicats ne vont pas conquérir le pouvoir et encore moins fomenter des coups d’Etat. En somme, c’est le message transmis par les quelques 56 syndicats regroupés dans la CTM/SSM à l’issue de l’atelier de réflexions organisé pendant deux jours (lundi et mardi derniers) à l’Hôtel Le Pavé Antaninarenina par la fondation Friedrich Ebert Stiftung. Longtemps taxés d’être des instigateurs, les syndicats veulent redorer leur blason en décidant de mettre le cap sur autre chose : la politique.

Structure et idéologie. A priori, des indignations et des accusations vont sans doute pleuvoir, mais en réalité, la politique mise en relief à partir de maintenant est loin d’être l’habituelle politique politicienne à la malgache. Il s’agit plutôt de la stratégie à adopter pour conduire à bon escient les affaires de la Cité, pour reprendre les termes initiaux. Fanahimana Tiaray, vice-président du SMM (Syndicat des Magistrats de Madagascar) lequel fait partie en outre de la SSM, en explique davantage : « La politique est polysémique. Elle peut être une structure  comme une idéologie. A part cela, elle peut signifier conquête du pouvoir. Les syndicats sont beaucoup plus impliqués dans les deux premiers sens ». En d’autres termes plus simples, la politique suivant le concept syndical n’est autre que la protection des droits des travailleurs. Dans cette optique, Fanahimanana Tiaray précise : « En ce qui concerne la structure, par exemple, les syndicats lancent le débat autour de la structure adéquate qui assurera cette protection des travailleurs. Pour ce qui est de l’idéologie, nous  nous penchons sur celle qui est favorable à notre positionnement. Par exemple, le libéralisme ou la démocratie sociale ».

Projet de société. Il n’y a aucun politicien derrière les syndicats. C’est l’autre message qu’ils ont fait part hier. « Il est bien clair que nous sommes tous des travailleurs et non des politiciens », renforce Barson Rakotomanga, SG de la CTM/SSM. Propos appuyés par Clément Jaona, un autre vice-président du SMM. « Nous ne sommes pas là pour fustiger des personnes car quand on parle de politique, on fait allusion aux présidents Zafy Albert, Didier Ratsiraka, Ravalomanana. Mais à partir de maintenant, les syndicats vont suivre de près les idéologies des partis politiques et l’idéologie qui guide vers le développement du pays », a-t-il soutenu. Désormais, les syndicats vont « élaborer un projet  de société » qu’ils vont soumettre aux différentes structures, conformément à ce qui est prévu dans la résolution d’hier. « Nous allons créer des débats autour du taux de croissance économique, de la politique de la création d’emplois, de la réduction du chômage, du niveau de vie des travailleurs, du salaire minimum des travailleurs, etc. », poursuit Clément Jaona. Notons que la CTM/SSM organisera une journée porte ouverte  le 7 octobre prochain à Ankorondrano pour célébrer la journée mondiale des syndicats.

Aina Bovel

News Mada40 partages

Kendo : trois pratiquants élevés au grade de 2e dan

Bien qu’ils soient pleins d’humilité à propos de leur programme d’activité, les inconditionnels de Kendo et de Iaido ne cessent de gravir des échelons pour développer la discipline. Pour preuve, la Fédération malgache de Kendo et disciplines associéees (FMKDA) ont tenu un grand rassemblement incontournable depuis vendredi jusqu’à dimanche dernier dans la salle du petit palais à Mahamasina. Un rendez-vous organisé conjointement par la fédération, le comité régional de Kendo Réunion (CRK Réunion), le Kendo club Saint-Denis et Tana Kendo club. Cinq hauts gradés dans le domaine ont assuré le passage de grade de trois candidats qui ont été élevés au grade de 2e dan Kendo. Et ce, sous l’homologation de l’European kendo federation.

Le Kihon (mouvement de base), le Waza (technique) et le Nihon Kendo Kata (formes codifiées) ont été décortiqués de long en large par les cinq experts, notamment Patrick Vigneau (Club Lillois, France, 6e dan Kendo, 6e dan Iaido), François Lanoue (Kendo Club Saint-Denis, 5e dan Kendo, 1er dan Iaido), Michel Timmers (Kendo Club Saint-Denis, 5e dan Kendo), Fred Fontaine (Kendo Club du 14e Km 4e dan Kendo, 5e dan Iaido) et Michael Aubert (ASCAC section Kendo, 4e dan Kendo). Pour le stage d’Iaido, les formateurs ont procédé à la révision intégrale de l’école moderne Seitei iaido de la Zen Nippon Kendo Renmei (ZNKR iaido) et l’étude de trois katas de l’école ancienne Muso Shinden Ryu (MSR).

Rojo N.

 

Midi Madagasikara38 partages

Mines et Pétrole : Une première conférence ministérielle du COMESA à Madagascar

Le SG du COMESA, Sindiso Ngwenya, rencontrant le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah.

Des échanges d’expériences entre les pays membres de ce bloc régional seront en vue à part le partage des expertises australiennes pour développer ces secteurs stratégiques.

Madagascar sera le pays hôte pour l’organisation d’une première conférence ministérielle sur les mines et le pétrole au niveau du COMESA (Marché Commun de l’Afrique orientale et australe). « Ce grand événement se tiendra dans le courant du mois de novembre prochain », a annoncé le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, lors de sa rencontre avec le Secrétaire Général du COMESA, Sindiso Ngwenya dans ses locaux à Ampandrianomby.

Echanges d’expériences. En fait, « la Grande Ile aura une grande opportunité d’accueillir cette première conférence ministérielle. D’autant plus, nous avons le Mining Business Center, une infrastructure construite aux normes internationales, qui a été inauguré tout récemment, pour organiser un événement d’une telle envergure. Les retombées économiques positives pour la population et le pays en général, ne sont pas en reste », a-t-il poursuivi. Notons que plus de 500 000 petits exploitants miniers sont recensés à Madagascar. A travers cette première conférence ministérielle sur les mines et le pétrole, il y aura des échanges d’expériences dans ces domaines entre les 19 pays membres du COMESA. En effet, la plupart d’entre eux sont des pays qui effectuent des exploitations minières. En outre, « Madagascar préside actuellement la commission de développement du secteur minier au niveau de ce bloc régional », a-t-il enchaîné.

Pays modèle. Par ailleurs, il y aura des formations de haut niveau dans les domaines minier et pétrolier organisées en collaboration avec la Banque Mondiale au profit des pays membres du COMESA dans le cadre de cette conférence ministérielle. « Les expériences réussies de l’Australie en la matière et son partenariat avec Madagascar pour le développement du secteur minier y seront également exposées. Il faut reconnaître que l’Australie est un pays modèle quand on parle du développement du secteur extractif », a conclu le ministre de tutelle.

Navalona R.

Midi Madagasikara37 partages

Football : Deux blessés par balles chez Fosa Juniors

Non qualifié pour la deuxième phase de la Ligue des champions, la malchance continue de s’acharner sur le club de Fosa Juniors désormais confié aux bons soins de Hiddink qui en assure maintenant l’entière responsabilité. Au retour de Mahajanga, plus précisément à Ambondromamy, le fusil du garde corps du Néerlandais est tombé par terre puis à lâché une rafale blessant ainsi gravement deux joueurs en l’occurrence Philippe et Clemenceau touché au dos. Un fâcheux incident qui fait suite à la déroute majungaise d’une équipe qui jouait sur ses terres et devant son public. Enfin presque car la vérité est que ce Fosa Juniors n’est pas le champion de Mahajanga mais plutôt celui qui venait de monter en Ligue 1 à Analamanga car l’équipe première est partie en tournée aux Pays-Bas. La question est de savoir par quelle magie Hiddink a pu avoir cet accord, car il s’agit d’un, avec la Fédération Malgache de Football puisque logiquement être Fosa à Tana ne permet pas de disputer une ligue des champions sous les couleurs majungaises. A moins d’un transfert légal. Affaire à suivre

Clément RABARY

Madagascar Tribune36 partages

Une mutation vers les énergies renouvelables à envisager

C’est lors de l’inauguration de la centrale solaire photovoltaïque à la galerie Zoom Ankorondrano dans la journée d’hier 12 septembre que le président de la République ainsi que le ministre de l’Energie ont fait fleurir l’idée d’une mutation vers les énergies renouvelables envisageable pour tous les Malgaches. La centrale qui affranchira désormais la galerie Zoom et le supermarché Jumbo de la société Jirama résulte en effet d’une collaboration entre la société Green Yellow et l’Etat malagasy. Un projet qui a été inauguré après trois mois de travaux. Un autre projet du genre serait également en cours du côté d’Ambatolampy et fournira 20 Mégawatts qui serviront à étoffer les besoins de la capitale et des alentours. Selon les responsables du projet, l’intérêt du projet Zoom réside dans le fait que l’énergie utilisée par la galerie pourra désormais servir pour d’autres usagers de la Jirama. Les charges en carburant pourront également être réduites du côté de la société d’Etat a fait savoir le président de la République. A titre de rappel, la Jirama avec sa production actuelle se trouve toujours en situation de perte et nécessite énormément de subvention de la part de l’Etat. Ainsi, les projets de ce genre permettront de réduire cette perte mais également d’améliorer la gestion financière au sein de la Jirama.

Loi sur l’électricité

Le ministre de l’Energie Rasoloelison Lantoniaina a pour sa part déclaré qu’une nouvelle loi sur l’électricité sera déposée au Parlement pour la prochaine session en octobre. Cette nouvelle loi permettrait selon ce dernier la production d’électricité par les particuliers pour leurs besoins mais également en cas d’excédent pour vente à la société Jirama. Aussi, le ministre a invité et encouragé toute initiative auprès des particuliers visant à la production d’électricité, ne serait-ce que pour diminuer les dépenses de la société d’Etat en carburant. D’autant que des efforts ont été fournis dans ce sens via l’utilisation de fuel lourd et non plus exclusivement de Gas-oil. Outre cela, avec les réformes entreprises et les mesures appliquées par la Jirama actuellement, selon toujours le ministre de l’Energie, notamment en ce qui concerne les vols de courants électriques, un équilibre opérationnel devrait être atteint par la Jirama en 2020. Etant donné que les vols de courants et de fils électriques contribuent lourdement à l’endettement de la Jirama et au délestage.

Midi Madagasikara35 partages

Lutte contre l’insécurité : obligation de résultats

C’est l’urgence et même l’extrême urgence du moment. La lutte contre l’insécurité est le devoir impératif du régime s’il veut retrouver son crédit auprès de la population. La présentation du plan national de la réforme du secteur de la sécurité est une étape importante de cette volonté de retour à la quiétude tant espérée par la population. Il doit être suivi d’effets dans les plus brefs délais pour une véritable confiance de tous les citoyens.

Lutte contre l’insécurité : obligation de résultats

Les annonces du président de la République et du chef du Gouvernement qui se sont multipliées ces derniers mois n’ont pas eu l’effet escompté auprès de la population. Leur volonté de prioriser la lutte contre l’insécurité semblait s’apparenter à ces nombreuses déclarations d’intention qui se sont multipliées durant le quinquennat. On ne peut pas douter de leur désir d’en finir avec cette véritable plaie qui gangrène la société malgache. Mais en dépit des paroles de compassion prononcées, le constat d’une certaine impuissance des autorités devant ces attaques à main armée et ces braquages à répétition a fini par ruiner le crédit du régime. Le mal est si profond qu’il nécessite une refonte totale du système sécuritaire. Aujourd’hui, un véritable projet a donc été élaboré. Il suit une stratégie faite avec méthode et a bénéficié des conseils d’experts internationaux. La cérémonie de remise du document y afférent au chef de l’Etat s’est faite en grandes pompes au CCI Ivato en présence des représentants de la communauté internationale. Elle marque donc le coup d’envoi de cette véritable guerre menée par les forces de l’ordre contre les malfaiteurs. Dorénavant, on peut espérer voir un retour à la normale dans les quartiers des grandes agglomérations. Les citoyens vont cependant être dans l’expectative car l’attente a été très longue. Ils verront à l’œuvre les responsables et les jugeront sur les actes qu’ils accompliront. A présent, il y a une obligation de résultat.

Patrice RABE

Midi Madagasikara32 partages

Toliara : Jiolahy roa maty voatifitra

Jiolahy roa efa ikoizana amin’ny fanafihana mitam-piadiana ary efa karohin’ny polisy hatry ny ela no maty voatifitra ny Alatsinainy 11 septambre lasa teo. Araka ny vaovao, saika hanafika tao amin’ny fokontany Ankiembe, ao antampon-tananan’i Toliara izy ireo izao lavon’ny balan’ny polisy izao. Io Alatsinainy io, Nidina teny an-toerana ny polisy rehefa nahazo antso fa misy andian-jiolahy miomana ny hanafika ka manapoaka basy ao an-tanàna. Vao nahita ireo polisy anefa ireo jiolahy dia nitsoaka, ka raikitra ny fifanenjehana sy ny fifampitifirana ka nahalavo ireto jiolahy roa ireto. Tratra teny amin’izy ireo ny basy poleta iray, antsy lava iray, saron-tava, ary vy fanapitsohana trano sy fanalahidy maro isan-karazany. Mbola karohina kosa ny naman’izy ireo tafaporitsaka.

T.M.

News Mada29 partages

« Dago festival » andiany voalohany : hodinihina ny politika momba ny kolontsaina

Kolontsaina, Faralahinjaza. Kolontsaina, amponga mihantona. Kolontsaina, tsy ilaina loatra. Kolontsaina… Anisan’ny antony lehibe mahatonga ireo fomba fijery sy fomba fisainana ireo ny tsy fananan’i Madagasikara paikady na politika momba ny kolontsaina mazava hoentina hampanan-danja azy io. Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoan’ny « Dago festival » andiany voalohany ny hanatanterahana velakevitra arahina adihevitra, eny amin’ny Is’Art Galerie Ampasanimalo, anio tolakandro.

Hitondra ny velakavitra amin’izany ireo tompon’andraikitra sy mpikirakira kolontsaina eo amin’ny sehatra misy azy. Anisan’ireny Razafindrazaka Désiré, filohan’ny festival Madajazzcar sady talen’ny Coef Ressources. I Serge Henri Rodin, mpampianatra mpikaroka eny amin’ny oniversiten’Antananarivo ary i Vahömbey Rabearison (senior consultant – ingénierie culturelle). Handrindra ny fifanakalozan-kevitra kosa i Andry Patrick Rakotondrazaka, mpanao gazety mikirakira ny kolontsaina.

Miandrandra fehin-kevitra avy amin’ity hetsika ity ny tontolon’ny kolontsaina malagasy.

HaRy Razafindrakoto

Tia Tanindranaza27 partages

Mirongatra ny pestaTandrevaky ny Fanjakana

Efa nanomboka ny 28 aogositra 2017 no nahafantatra ny teo anivon’ny sehatry ny fahasalamana fa nanomboka tao Toamasina ny valan’aretina pesta amin’ny tratra (peste pulmonaire),

 

Rakoutou

L'express de Madagascar26 partages

Accidents – Des mesures de prévention d’urgence

Face aux récurrents accidents meurtriers sur la route digue Andohatapenaka, qui a encore fait deux victimes, avant-hier, des mesures d’urgence sont prises par le ministère des Transports et de la météorologie. Des panneaux signalétiques supplémentaires et de nouveaux marquages au sol de 150 mètres, équipés de microbilles garantissant une meilleure visibilité nocturne, y seront installés. Un casseur de vitesse à caractère exceptionnel a été posé, hier même, pour réduire radicalement la vitesse d’approche des véhicules à cet endroit de la digue d’Ando­ha­tapenaka. Une équipe technique, conduite par le ministre Beboarimisa Ralava, est venue analyser les causes de l’accident.Ces mesures exceptionnelles ne sont que le commencement de toute une série d’autres mesures qui seront prises prochainement pour faire face à la recrudescence d’accidents récemment survenus sur cet axe. Cette voie, très pratiquée par les usagers, est, en effet, considérée comme une voie rapide. Toutefois, les carrefours et les virages surprennent souvent les conducteurs imprudents de cet axe menant à l’aéroport d’Ivato.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara26 partages

COMESA : Les exportations malgaches en hausse de 33%

Le ministre Chabani Nourdine a dirigé la cérémonie d’ouverture du 33e atelier du COMESA sur le commerce et la douane.

Le développement de Madagascar passe aussi par la diversification des partenaires économiques. Le ministre du Commerce et de la Consommation, Chabani Nourdine en est conscient et engage des actions pour y parvenir.

« Il faut produire avant de pouvoir commercialiser ». La déclaration est du ministre du Commerce et de la Communication, Chabani Nourdine, lors de l’ouverture, hier au Carlton, d’un atelier régional du COMESA sur le commerce et la douane.

Relance. Une manière, pour l’ancien ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé de dire que la production industrielle est aussi l’élément clé du développement économique et que l’exportation des produits manufacturés est essentielle pour que le pays puisse retrouver sa relance. Et c’est pour cette raison, d’ailleurs que des efforts ont été entrepris pour augmenter les exportations. « Ces dernières années, on a enregistré une augmentation de 33% des exportations de Madagascar vers les pays membres du COMESA » selon toujours le ministre Chabani Nourdine qui a profité de cet atelier du COMESA pour rappeler que le pays doit tirer avantage de la mise en place de la zone de libre échange.

Consommation. Bref, sur le plan du commerce, Chabani Nourdine mise sur la capacité du pays à exporter massivement vers les pays du COMESA. « Nous espérons obtenir des résultats positifs au cours de cet atelier afin que la coopération entre les pays du COMESA puisse avoir des impacts positifs sur leur économie respective » selon toujours le ministre. Et comme la consommation est aussi l’élément important de son département, Chabani Nourdine n’a pas pu s’empêcher d’y toucher mot, hier. « Nous avons mené des actions en province en vue de stabiliser les prix des PPN et d’autres missions sont prévues dans la Capitale ». A noter que dans les actions de lutte contre la hausse des prix, le ministère privilégie le dialogue avec les parties prenantes.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza25 partages

Tahotra ny fianakavian-dRajaonarimampianinaMihorohoro hatramin’ny Fitsarana…

Miverina ny resaka fanjakazakana ataon’ny fianakavian’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina.

 Malaza indray ny fibodoana kariera fitrandrahana vato any Mananoro Tritriva-Antsirabe, ataon’ny fianakaviany. Nitondrana mpitandro ny filaminana nirongo basy tany an-toerana, ary noroahina tao ny tompony, ka ity fianakavian’ny filoham-pirenena ity no mampiasa olona ao amin’izao fotoana, raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana. Nisy mihitsy ny fifandonana. Nisy ny fiara sy moto may ny faran’ny herinandro iny. Nitory teny amin’ny fitsarana sy ny manampahefana ireo lasibatra, saingy tsy mahita rirany. Voalaza mantsy fa samy mamitsaka, tsy sahy misoka-bava ny rehetra. Mihorohoro aza ny sasany vao mandre fa fianakavian’ny filoha io. Mandraiky manavy hatramin’ny tompon’ilay kariera noho io zava-manjo azy io. Ny taona 2014 dia efa voatonontonona io fianakaviana io tamin’ilay raharaha “Quartz fumé” milanja 6 taonina hita tany Tsiroanomandidy, ary nentina teny Ampandrianomby Antananarivo misy ny sampandraharaha momba ny harena ankibon’ny tany avy eo nanjavona. Teo koa ny gidragidra momba ny ady kariera tany Anjozorobe ny volana febroary 2016, nisian’ny fitifirana nahafatesana olona, izay nahavoatonona ny fianakavian’ny filoha. Tranga toa manaporofo ilay rahom-bava miharo fireharehana nataon’ilay mpandraharaha mpanefoefo Razaimamonjy Claudine voarakitra tamin’ny horonam-peo hoe: “izahay izao no eto amin’ny fahefana”. Miandry ny filoha Hery Rajaonarimampianina tsy ho eo amin’ny fitondrana intsony tokoa angamba vao hitsimbadika ny tantara.

Toky R

 

Midi Madagasikara24 partages

Pétanque : Des journées de défi pour les vétérans

L’association des vétérans boulistes regroupés au sein du VESPA et dirigée par le colonel Vololonjatovo Randrianarivony, a de la suite dans les idées pour entretenir et développer cette discipline.

Elle a, en effet, organisé des journées de défi pour tous les membres du VESPA avec des tournois en tête à tête dans les trois postes avant de tenir la grande finale pour les 16 premiers de chaque catégorie pour le 23 octobre prochain.

Il s’agit de donner plus de temps de jeu à tous les membres avec une ambiance conviviale, confie le colonel Vololona comme tout le monde l’appelle.

C’est ainsi que le tournoi des tireurs s’est tenu, samedi dernier au clos du CBT avec la victoire du colonel Nestor Rajaobarielina devant Dadatoa de son vrai nom Célestin Razafimahatratra sur le score de 13 à 12.

Dans la guerre des milieux, Christian Razafinakanga à été impérial en corrigeant Tati Malala Andriatsivohy au cours de la finale bouclée en une heure et sur le score de 13 à 6.

Le rendez-vous des pointeurs dont le nombre dépasse 80, est fixé à samedi pour se poursuivre le dimanche.

Un week-end très prometteur en fait car chez les vétérans, les meilleurs boulistes évoluent en pointe. L’âge sans doute…

Clément RABARY

Midi Madagasikara22 partages

Stage Kendo et Iaido : 3 nouveaux gradés 2e dan

Les participants au stage avec les experts français.

Trois malgaches détiennent actuellement le grade de 2e dan Kendo à l’issue du stage organisé le week-end dernier à Mahamasina sous l’égide de l’expert français, Patrick Vigneau.

Beaucoup ignorent encore l’existence des disciplines kendo et de iaido, mais, les férus de cet art martial sont très actifs au pays. La salle du petit Palais des Sports à Mahamasina a accueilli pendant trois jours du 8 au 10 septembre dernier, les amateurs des disciplines kendo et iaido pour un stage organisé par la fédération malgache de Kendo et disciplines associées (FMKDA) et le Comité régional de Kendo de la Réunion. Des experts internationaux au nombre de cinq ont fait le déplacement au pays pour partager leurs expériences aux Malgaches. Le stage de kendo était sous l’égide du Français Patrick Vigneau. Cet expert 6e Dan Kendo et iaido a été assisté par les François Lanoue, Michel Timmers, Fred Fontaine et Michael Aubert. Les stagiaires ont été formés sur le mouvement de base (kihon) le vendredi, le waza ou technique dans la journée du samedi et le dimanche a été consacré au nihon kendo kata ou formes codifiées. Trois malgaches sont actuellement détenteurs du grade de 2e Dan Kendo à l’issue du stage. Un résultat homologué par l’European kendo fédération. Outre le stage de kendo, ceux du iaido n’était pas en reste. Les séances ont été axées sur la révision intégrale de l’école moderne Seitei Iai de la zen nippon Kendo Renmei (ZNKR) et étude de trois katas de l’école ancienne Muso Shinden Ryu. Il est à signaler que la fédération malgache de kendo est affiliée à la fédération européenne de Kendo et conforme au règlement de la fédération internationale de kendo à Tokyo, Japon.

T.H

Midi Madagasikara20 partages

Sortie littéraire : Herisoa Andrianaina Rakotojaona signe « Kabary isan’andro »

Herisoa Andrianaina Rakotojaona a présenté « Kabary isan’andro » à l’IKm Antsahavola hier (photo : Kelly)

L’ancien président du Fimpima signe son septième ouvrage. « Kabary isan’andro », livre de près de 400 pages, sorti aux éditions Trano printy FJKM a été présenté hier à l’IKM Antsahavola. La réalisation de cet ouvrage a pris une année à son auteur. « Chaque jour, pendant 366 jours, j’écrivais quelques lignes ». « Kabary isan’andro » est tout indiqué pour les débutants et ceux qui désirent maîtriser cet art. « Il comporte proverbes, « kapotandroka », « dontany », poèmes et « hainteny ». Célébrant cette année son soixantième anniversaire, Herisoa Andrianaina Rakotojaona a voulu marquer l’évènement d’une pierre blanche avec la sortie de cet ouvrage. Aban’i Haral de son nom d’artiste, a également déjà signé « Haingon-kabary », « Kabary tsotra », « Kabary fito », « Abidian’ny kabary » et « Kabary sariaka » auparavant.Mahetsaka

Tia Tanindranaza18 partages

Hery RajaonarimampianinaHotazonina amin’ny teniny

Natolotra ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina omaly talata 12 septambra teny amin’ny CCI ny drafitra momba ny fampandriana fahalemana PN-RSS novolavolaina tao anatin’ny 3 taona.

Toky R

Tia Tanindranaza16 partages

Fampihavanam-pirenenaHianiana izy 33 mianaka

Hotontosaina eny amin’ny lapan’ny Fitsarana an-tampony Anosy anio alarobia 13 septambra amin’ny 11 ora antoandro ny fianianan’ireo mpikambana 33 vaovao mandrafitra ny CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy).

Ramano F.

L'express de Madagascar16 partages

Énergie – Le Gouvernement annonce des exonérations

Jumbo Score a donné l’exemple. Le ministre Lantoniaina Rasoloelison a annoncé qu’une aide serait octroyée à ceux qui lui emboîteront le pas.

Une centrale solaire photovoltaïque a été inaugurée hier, au Jumbo Score Akorondrano, par le président de la République Hery Rajaonarimampianina. Lors d’un entretien avec la presse, le ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison a expliqué que la Jirama était déchargée d’un poids grâce à cette installation inédite.« Le gouvernement incite les entreprises privées à prendre exemple sur Jumbo Score, et est prêt à accorder des exonérations  sur les projets de ce genre sur les droits de douanes concernant le matériel importé, afin de faciliter les investissements », a-t-il déclaré. Lors de son allocution, le Président Hery Rajaonari­mampianina a expliqué le bénéfice qu’apporterait cet investissement de l’entreprise privée à la Jirama. « Cette entreprise consommera moins d’énergie qu’avant, ce qui implique que la Jirama obtient un gain d’énergie qu’elle pourra redistribuer à la population », a-t-il déclaré.

EconomiesL’investissement de Jumbo Score dans le solaire soulage également le portefeuille de l’État. Toujours selon le Président, « l’État aaidé la Jirama par l’octroi de subvention. Cet investissement du secteur privé lui permettra de faire des économies ».Le site a bénéficié d’un montage inédit. L’entreprise privée GreenYellow a installé quatre cent vingt panneaux solaires, cumulant en tout cent trente kilowatts sur le toit de la galerie Zoom, pour une surface totale de sept cents mètres carrés. La consommation du centre commercial sera réduite d’environ un tiers, grâce à un système Smart Building Monitoring (pilotage à distance et suivi quotidien des consommations). L’instal­lation solaire a de quoi alléger, un tant soit peu, la production de la Jirama.

Loïc Raveloson

Midi Madagasikara16 partages

CFM : Prestation de serment pour les 33 membres ce jour

Ils vont prêter serment ce jour à Anosy.

Si la mise en place de la Haute Cour de Justice et du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit accuse un retard incompréhensible, celle du Conseil du Fampihavanana Malagasy semble s’accélérer. En effet, moins d’un mois après la nomination en Conseil des Ministres de ses 33 membres dont 11 désignés par le président de la République et 22 sélectionnés par le comité de sélection nationale, ces derniers vont prêter serment ce jour à la Cour Suprême à Anosy. Après cette prestation de serment, les conseillers du Fampihavanana Malagasy vont tenir leur première Assemblée générale qui sera présidée par le doyen et le benjamin des membres. Ce sera au cours de cette première Assemblée générale que seront élus les membres du bureau permanent de cet organe en charge de la mise en œuvre de la Réconciliation nationale.

Tendance. A propos de ces élections, on a appris depuis hier que l’ancien Premier ministre Charles Rabemananjara semble être favori dans la course à la présidence du Conseil du Fampihavanana Malagasy. Ce dernier PM de Marc Ravalomanana fait partie des 11 membres désignés par le chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina. Est-ce un signe d’ouverture à l’endroit de l’ancien président qui va être l’adversaire potentiel du président en exercice à la prochaine élection présidentielle ? A rappeler que Hery Rajaonarimampianina a placé à la tête du Sénat un sénateur qu’il a désigné, en la personne de Honoré Rakotomanana. Ce dernier n’a pas été membre du HVM. Honoré Rakotomanana a été toujours considéré comme un proche de l’ancien président Didier Ratsiraka. Ce qui a créé à un moment la jalousie des militants HVM des premières heures à la Chambre Haute.

R. Eugène

Midi Madagasikara14 partages

Salon de la gastronomie : L’art culinaire en fête à l’AFT

Les produits artisanaux, locaux, seront à l’honneur lors de ce salon de la gastronomie.

L’AFT organise la 4e édition du salon de la Gastronomie, qui s’y tiendra du 22 au 24 septembre prochain. Des stands d’exposition, des ventes de produits, locaux et artisanaux, des ateliers gratuits avec des chefs cuisiniers et des expositions à thème. Place à la fête de l’art culinaire.

Pour la enième édition, le salon de la Gastronomie organisé par l’AFT tous les ans prend des airs de grand atelier où cuisiner peut être à la portée de tous. Du 22 au 24 septembre prochain, plusieurs animations et activités seront au programme pour permettre au maximum de personnes, passionnées de cuisine ou non, de se familiariser avec l’art culinaire. Les 23 et 24 septembre, des Chefs cuisiniers seront là pour partager leur savoir-faire gratuitement. Au programme, on y cuisinera des pâtes feuilletées, du macaron, de la cuisine européenne, des desserts, des recettes végétariennes, un atelier sur « Ma table, Mon Art »… et tout cela sans frais de participation. Car pour y participer, il faut seulement s’inscrire au préalable à l’AFT. Outre les ateliers, il y aura également une exposition qui ouvrira ses portes dès le 19 septembre et jusqu’au 29 septembre, sur plusieurs thèmes : « Recettes de chef » pour cuisiner des spécialités malgaches et françaises à moindre coût, « Le riz qui nourrit le monde » avec le Cirad, présentant les diverses variétés et les origines du riz, et « Du labo à l’assiette » pour valoriser la gastronomie des produits de la pêche aux Seychelles.

Produits locaux. Cette fête de la Gastronomie est désormais devenue un rendez-vous annuel pour ceux qui sont à l’affût de bonnes affaires. Car à part les stands d’exposition, il y aura aussi une cinquantaine de participants qui vont vendre leurs spécialités, dont des produits locaux : « koba », » mofomamy », produits laitiers et artisanaux, des ustensiles de cuisine, des fruits séchés, de la glace… Et pour donner du peps à l’événement, des jeux concours seront organisés pour faire gagner divers lots.

Anjara Rasoanaivo

Madagate12 partages

Antananarivo. Nisy tokoa ny kolikoly, hoy ny DGSR, ny Jeneraly Ratelo André

NOPOROFOIN'NY DGSR  (DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE), NY JENERALY DE BRIGADE RATELO ANDRE TAO ALAROBIA, FA NISY NY  KOLIKOLY EO ANIVON'NY NY ITY SAMPANA MISAHANA NY FITSARANA FIARAKODIA ITY

Misy amin'ireo olona tompon'ny fiara no tsy mitondra ny fiarany rehefa atao ny fitsarana ny fiara eny Alarobia, fa dia vita amina resaka taratasy fotsiny ihany izany. Eo ihany koa ny fisian'ireo fiara izay hoentina hotsaraina eny an-toerana saingy  kojakojam-piarakodia nofaina no apetak'izireo amin'ny fiarany. Tsikaritra fa ny taxi sy ny taxibe no tena mpanao an'io fomba io.

Hentitra araka izany ny Jeneraly de Brigade RATELO André, Tale jeneraly ny fitsarana fiara eny Alarobia, fa tsy ho hisy intsony izany manomboka izao. Fomba mamoehitra izay naharatsy hendrika an'ity sampana ity ireny ka dia izay mpiasa tratra manao izany dia voaroka avy hatrany. Nohamafisiny ihany koa fa tena misy ny mpanera manao an'io asa io ary mifandray amina mpiasa mpitsara fiara. Izahay tsy manakarama mpanera ary tsy tokony ho hisy izany, hoy ihany  ny Tale jeneraly.

MILA MANAO « VISITE TECHNIQUE SPÉCIALE » NY FIARA TAXI BE RAHA VAO MITONDRA OLONA HANDEHA MIHOATRA NY 40 KM

Anisan’ny tena nitana ny sain'ny maro teto amin’ny firenena ny lozam-piarakodia izay nitranga tany Anjozorobe farany teo ka namoizana ainan'olona maro tokoa. Eo koa ny fisian'ny loza roa nifanesy izay nitranga teny amin'ny « rocade » sy ireo hafa tsy voatanisa. Ireny dia tokony andraisana fepetra, ka manomboka  izao dia tsy maintsy manao fitiliana ireo fiara rehetra izay nahazo « SPÉCIAL » hitondra olona mihoatra ny 40  km. Izany dia roa andro mialoha ny  handehanana, ary hoentina ny fiara tsaraina fa tsy misy intsony ny resaka taratasy fiara fotsiny no hoentina eny. Misy avy eo ny taratasy izay omen'ny sampana misahana ny fitsarana fiara, ka iny taratasy iny no hoentina eny amin'ny minisiteran'ny Fitaterana ahafana mahazo ny fahazoan-dàlana mitondra « SPÉCIAL ».

Tsy ho hisy ihany koa, manomboka izao,  ny taratasy omena ny tompon'ny fiara  hanaovana ny « visite technique » ho an'ireo fiara avy any ivelany, fa dia amin'ny alàlan'ny « voie administrative » no atao. Izany hoe rehefa « apte » ny fiara  ho tsaraina iray dia avy hatrany dia mivantana eny amin'ny CIM na ny « Centre de immatriculation » eny Ambohidahy  ny tompony fiara, fa ny sampana mpitsara fiara no mandefa taratasy eny amin'ny CIM.

Manoloana ireo gaboraraka dia nitatitra ny Tale jeneraly ny fitsara fiara fa teo aloha dia maro no manao fomba samihafa  ahafahana mahazo ny taratasy eny anivon'ity sampana ity, izay tsy mifanaraka amin'ny fizotrin'ny asa. Ary hita fa miendrika kolikoly tanteraka. Efa nisy mpiasa nigadra vokatr'izany, ary raha toa mbola misy tratra dia voaroaka avy hatrany  na mety hiafara amin'ny figadrana. Voaporofo araka izany teto fa dia  nisy tokoa ny kolikoly eo anivon'ity sampandraharaha iray ity, ary manomboka manadio izany ny Tale Jeneraly vaovao.

Andry Rakotonirainy, sary sy soratra – 13 Septambra 2017

Midi Madagasikara9 partages

Ambassade de Chine : Place à la troisième édition du salon des médias

Cette année, Madagascar et la Chine célèbrent le 45e anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques. Cet événement sera marqué par toute une série de manifestations artistiques et culturelles au mois de novembre. Le salon des médias qui en est à sa troisième édition a été l’occasion hier matin à l’ambassade de Chine de montrer la solidité de ces liens qui ont été noués tout au long de ces dernières décennies. Le monde des médias malgaches en bénéficie largement et la coopération avec leurs homologues chinois est exemplaire. 2017 est à marquer d’une pierre blanche car, après les patrons de presse, ce sont une vingtaine de rédacteurs en chef, de directeurs de rédaction de quotidiens, de radios et de chaînes de télévision qui ont été invités en Chine pour un séminaire. Ce fut un séjour de découverte qui leur a permis de se rendre compte de la vitalité de cet immense pays. Leur visite des grands médias fut particulièrement enrichissante et ils ont pu mesurer leur puissance et le rôle qu’ils jouent dans le rayonnement et le développement de la Chine. Deux représentants de cette délégation ont pu exposer hier à l’assistance présente leur ressenti au cours de ce séjour effectué du 20 juillet au 4 août. Ils ont, à travers des présentations et un film, montré cette richesse culturelle et ce foisonnement des médias.

La célébration du 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques, cette année, se déroulera au mois de novembre. Mais dans ce cadre auront lieu plusieurs événements culturels. Des journées du cinéma chinois auront lieu du 19 au 22 septembre à l’IKM Antsahavola et à l’université d’Ankatso. Les cinéphiles malgaches pourront y voir des films classés au box office. Le 26 septembre, se tiendra au Carlton un colloque sur les relations « sino-malgaches ». Une conférence sur la Chine en développement et les relations bilatérales en progression se déroulera le 18 octobre. Les festivités se termineront par le concours de chansons chinoises.

Patrice RABE

Midi Madagasikara9 partages

FEJA : Plus de 50 000 amateurs de jeux vidéo attendus à Abidjan

Le « mobile gaming » est très prisé par les amateurs de jeux vidéo en Afrique.

Dans un peu moins d’un mois se tiendra dans la capitale ivoirienne le Festival de l’Electronique et du Jeu vidéo d’Abidjan (FEJA) au cours duquel des tournois permettront aux meilleurs « gamers » de remporter des gains s’élevant au total à plus de 10 000 euros.

Plus de 50 000 amateurs de jeux vidéo seront attendus dans un mois à Abidjan, Côte d’Ivoire, pour le plus grand événement de « gaming » en Afrique, le festival de l’électronique et du jeu vidéo d’Abidjan (FEJA). Les 11 et 12 novembre prochains se tiendra, en effet, dans la capitale ivoirienne, ce festival qui sera marquée, pour son édition 2017 par des tournois d’eSport. Dès le 23 septembre 2017, les participants passeront les présélections à l’issue desquelles 256 « gamers » venant de plusieurs pays d’Afrique s’affronteront au FEJA. Ces tournois promettent au total, plus de 10 000 euros de gains.

Démocratiser le jeu vidéo. Selon Sidick Bakayoko, directeur général de Paradise Game, producteur de l’événement, ce rendez-vous des amateurs de jeux vidéo et d’électronique veut réunir dans un même lieu tous les acteurs de ce secteur encore peu développé en Afrique. « Du concepteur à l’utilisateur en passant par les fabricants et distributeurs, le FEJA est un véritable cadre d’échange et de partage qui vise à démocratiser le jeu vidéo en Afrique », a-t-il déclaré dans un communiqué transmis aux médias avant-hier. Le festival qui s’étendra sur plus de 5 000m² consacrés au « gaming » et à l’innovation technologique, est prêt à accueillir les férus de jeux vidéo et d’électronique en Afrique, lesquels se trouveront alors dans leur élément ! Le festival abritera également des expositions et diverses démonstrations ainsi que des ateliers et conférences.

Opportunités. Générant des revenus de près de 100 milliards de dollars, dont 27% provenant du « mobile gaming » (jeux vidéo sur téléphone mobile), l’industrie du jeu vidéo est un secteur en perpétuelle évolution. Encore à la traîne par rapport à d’autres régions du globe, l’Afrique ne représente qu’une petite fraction de cette industrie. Cependant, le continent représente un important potentiel dans la mesure où 400 millions d’Africains jouent à partir de leur téléphone mobile. En effet, l’industrie du jeu vidéo offre des possibilités d’emploi et de métiers divers que les amateurs de ce secteur peuvent exercer. Scénariste, game designer, programmeur, pro-gamer, etc. sont autant de spécialités encore peu développés en Afrique, et vers lesquelles les jeunes pourraient explorer, et faire ainsi de leur passion, leur métier.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara8 partages

Basketball-CCCOI 2017 : Quinze équipes en quête de deux tickets africains

Les membres du comité d’organisation de la CCCOI et ses partenaires hier à Soanierana. ( Photo Yvon RAM).

La liste est bouclée. 15 équipes de 5 pays ont confirmé leur engagement à participer à la Coupe des clubs champions de l’Océan Indien (CCCOI) du 23 septembre au 1er octobre au Palais des Sports de Mahamasina.

A dix jours du coup d’envoi de l’édition 2017 de la Coupe des clubs champions de l’Océan Indien (CCCOI) qualificative de la Coupe d’Afrique des Clubs Champions (CACC) pour la zone 7, le comité d’organisation est à pied d’œuvre. Evoluant à domicile pour la troisième fois consécutive, les équipes malgaches tenteront de garder une fois de plus les titres à domicile

Deux tickets. A l’exception de la Réunion, les pays de la zone Océan Indien seront présents à savoir Maurice, Seychelles, Comores, Mayotte et Madagascar, pays hôte. Cette édition 2017 verra une participation massive des équipes de la sous région en quête du ticket pour la Coupe d’Afrique des clubs champions (CACC) prévue pour la fin de l’année. Deux tickets seront à pourvoir à Mahamasina pour la joute continentale. « Hôte de la compétition, la Grande Ile alignera trois équipes respectivement chez les hommes et les dames. Comme le manque de compétitions internationales constitue un des problèmes du basket-ball malgache, la participation à la CCCOI est une opportunité pour les joueurs et joueuses. A la veille des échéances internationales majeures de 2019 à savoir les Jeux des îles de l’Océan Indien et l’Afro-Cup en 2019, le staff technique au sein de la fédération publiera une première liste des présélectionnés après le sommet N1A», a expliqué Jean Michel Ramaroson, président de la Fédération malgache de basketball (FMBB), hier au cours d’une conférence de presse au Cercle Mess Soanierana.

Cinq pays. En 2015 et 2016, les équipes malgaches ont réalisé un très beau doublé. L’Association sportive de la commune urbaine de Toamasina (ASCUT) tenante du titre est prête pour cette échéance. « L’ASCUT est habituée à cette compétition et possède à son palmarès plusieurs titres. Nous ne faisons pas appel à des renforts, on va miser sur nos jeunes joueurs qui vont attaquer une semaine après la 2e phase du Championnat national N1A » a déclaré, Herilanto Randriamanalina dit Bomba. La GNBC, championne de Madagascar et le COSPN complèteront la liste des trois équipes masculines. Pour les hommes, les Seychelles engageront deux équipes Beauvallon Heat de Danz Kely et Premium Cobras de Danz Be et Ronald, tout comme Mayotte avec le Basketball club de M’Tsapéré et le Tonic Club Omnisport de Mamoudzou, les Comores seront représentés par l’Usoni Basket, l’Ile Maurice par le Real Basket le Ball Club. Du côté des dames, la championne en titre MB2All sera de la partie aux côtés de Fandrefiala et TAMIFA. Elles en découdront avec le basketball club de M’Tsapéré et le Golden Force Chiconi de Mayotte et le B. Challenge des Seychelles.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Syndicat des Magistrats de Madagascar : Pour la suite à donner aux travaux de la commission tripartite

Dans l’attente. Dans l’attente d’être reçu par la ministre de la Justice et dans l’attente que les travaux de la commission tripartite mise en place en Juillet dernier puissent produire leurs fruits. Il s’agit du SMM (Syndicat des Magistrats de Madagascar) dont la demande d’audience n’a toujours pas été approuvée par Alexandrine Élise Rasolo, la Garde des Sceaux. « Hier, nous avons déposé une nouvelle lettre de demande d’audience auprès de la ministre de la Justice à qui nous accordons un délai d’une semaine pour nous recevoir. Mais le 22 septembre prochain, nous allons tenir une assemblée générale avec le syndicat des greffiers », a affirmé Fanahimanana Tiaray, vice-président du SMM, hier à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina. Et lui de poursuivre qu’ « il ne devrait plus y avoir de palabres. Nous ne devrons pas attendre le chef de l’Etat, le Premier ministre et les autres autorités étatiques pour agir. Toutes les parties prenantes doivent se focaliser sur la suite à donner aux travaux de la commission tripartite, sur ce que doit faire le gouvernement avant et après la rencontre ».

Recueillis par Aina Bovel

L'express de Madagascar7 partages

Ne pas perdre le Sud

«Nous vivons dans un monde où les problèmes sont globaux, changement climatique, terrorisme, inégalité et il n’y a aucun moyen de résoudre ces problèmes sur une base individuelle, pays par pays. Nous voyons de plus en plus que seules des solutions mondiales peuvent résoudre les problèmes globaux ». Cette déclaration est du Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, sur le rôle de cette organisation à la veille de la nouvelle session de l’Assemblée Générale. Une déclaration qui tombe à pic car, hier, le 12 septembre, a été célébré la journée mondiale de la coopération Sud-Sud. Un terme très en vogue durant un moment de l’Histoire mais qui ne s’est jamais réellement concrétisé. Car finalement, qu’est le Sud pour le Sud ? et qu’est le Sud pour le Nord ?Dans les théories, la coopération Sud-Sud est le fruit d’une large collaboration entre pays du Sud dans les domaines politiques, économiques, sociaux, culturels, environ­nemen­taux et techni­ques. Elle implique au moins deux pays en développement, en intervenant sur une base bilatérale, régionale, intrarégionale ou interrégionale. Les pays en développement peuvent aussi partager leurs connaissances, compétences, expertises ainsi que leurs ressources.Sauf que la réalité est tout autre. D’abord la majorité des pays du Sud n’ont pas réussi à décoller, que ce soit à travers le renforcement de la coopération avec ses pairs du Sud ou avec le Nord. D’autant que, souvent, les réalités politiques ont souvent rattrapé les autres secteurs de la vie du pays. Mada­gascar, en dépit de la participation à diverses conférences et ateliers internationaux, fait partie de ces pays qui n’ont pas su trouver les moyens de raffermir ces coopérations. Certes, diplomatiquement parlant, la Grande ile, est en bons termes, avec les pays du Sud mais lorsqu’il s’agit de trouver les moyens de les mettre à profit, nous faisons pâle figure. Il suffit, d’ailleurs, de voir les relations économiques ou commerciales que nous entretenons avec nos voisins pour le comprendre.Il est des pays qui ont réussi à mobiliser leurs ressources internes pour mener à terme cette coopération Sud-Sud, et ce ne sont pas les exemples qui manquent. C’est le cas, notam­ment, du Brésil, du Vietnam, de l’Indo­nésie, de l’Ethiopie, du Rwanda, ou encore plus proche de nous, de l’île Maurice. Sans oublier la Chine, le géant asiatique qui fait peur et envie à la fois, mais qui fait encore partie de ce Sud. Tout comme le Maroc qui, ces temps-ci, a fait les yeux doux aux autorités étatiques. Certes, pour des raisons historiques, peut-être, mais c’est plus vraisemblablement géostratégique. Madagascar a plus à gagner en valorisant ses relations, et par extension ses réseaux, avec ces pays.À partir de 2003, les Nations Unies ont décidé d’adopter cette journée internationale. Il semblerait que la coopération entre les pays en voie de développement serait un potentiel formidable à mettre à profit dans les pays du Sud pour réaliser les Objectifs du développement durable. Madagascar fait partie de ces pays qui ont adopté ces objectifs et continue de bénéficier de l’appui des Nations Unies pour cela. Espérons seulement que, en dépit des aléas de la vie politique, le pays ne rate plus le coche.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara7 partages

Sports Paralympiques : Des matériels du CBM pour les Championnats nationaux

A partir de demain et ce jusqu’à dimanche 17 septembre se déroulera au Gymnase de Mahamasina, les Championnats de Madagascar 2017. 160 para-sportifs issus de 12 ligues régionales sont attendus à Mahamasina pendant ces quatre jours. Il s’agit d’Amoron’i Mania, Analamanga, Androy, Atsimo-Andrefana, Atsinanana, Betsiboka, Boeny, Diana, Haute-Matsiatra, Menabe, Sofia et Vakinankaratra. En étant la ligue hôte de la compétition nationale, la ligue d’Analamanga a bénéficié du soutien de Christoffel Blinden Mission (CBM). Cet organisme a doté la ligue de plusieurs matériels dont deux ballons de basket-ball, un ballon de football, deux raquettes de lawn-tennis et de tennis, deux tenues de compétitions et 59 survêtements. La remise de ces matériels s’est déroulée hier à l’Académie Nationales des Sports à Ampefiloha en présence de la présidente de la ligue paralympique Analamanga, Fabienne Ranoromihaja, du président du Comité Paralympique Monja Dinard et de la représentante résidente du CBM, Lila Ratsifandrihamanana. Quatre disciplines ont été retenues pour ce sommet national à savoir le basket-ball sur fauteuil hommes et dames, la pétanque en doublette hommes et dames, le tennis sur fauteuil et le tennis de table et le boccia (sport de boule apparenté à la pétanque réservé aux athlètes en situation de handicap). L’enjeu de ce championnat national est la qualification des équipes championnes pour la Coupe des Clubs Champions de l’Océan Indien prévue se dérouler aux Comores.

T.H

Midi Madagasikara7 partages

TOLIARA : WWH réhabilite la décharge de Tsongobory

Ayant obtenu une rallonge de quelques mois, le projet Passat (qui s’occupe de la propreté de la ville de Toliara) de l’Ong Welthungerhilfe (WHH) de la Coopération Allemande, s’attaque à la réhabilitation de l’ancienne décharge de Tsongobory après une soixantaine d’années d’exploitation sauvage.

Ayant accumulé plus de 20 000 tonnes de déchets durant ces années, ce site a été délaissé depuis mars 2017, suite à la construction par la WHH d’un nouveau Centre de Stockage et de Valorisation des Déchets (CSVD), un peu plus loin à Belalanda, RN9. C’était ce lundi 11 septembre, qu’ont démarré les travaux de réhabilitation de cette décharge avec une grande action sociale sous forme d’HIMO, en présence du maire Behaja et l’équipe complète de Passat. Environ 200 personnes, issues des « fokontany » de Tsongobory et d’Anketraka, ont travaillé et vont continuer dans les prochaines semaines pour débarrasser une première partie des déchets, avant de laisser la place aux gros engins qui termineront définitivement les travaux.

C’est la première fois à Madagascar qu’un ancien site de décharge sera fermé selon les règles environnementales requises et rendu à ses ayants droit, soit la population riveraine et la Commune Urbaine de Toliara. En voilà une action qui améliorera les conditions de santé et d’hygiène, mais également le développement économique et touristique de la région. Il est ainsi rappelé qu’il sera désormais interdit de jeter ses ordures à Tsongobory sous peine de sanctions.

Charles RAZA, correspondant à Toliara

Midi Madagasikara7 partages

Airtel Madagascar : Soutien continu aux enfants autistes

Le DG d’Airtel Maixent Bekangba a inauguré le centre Sammy O.

Les enfants autistes du centre SAMMY O ont maintenant un lieu éducatif adapté à leurs besoins spécifiques. Airtel Madagascar a contribué aux travaux de réhabilitation et d’extension des infrastructures éducatives du centre. L’inauguration du centre « SAMMY O » a eu lieu le 8 septembre dernier en présence du D.G d’Airtel Madagascar Maixent Bekangba.

Un appui d’une importance particulière quand on sait qu’à Madagascar, la prise en charge de cette maladie ainsi que les médecins spécialistes sont encore rares. « Grâce au partenariat et à l’aide qu’Airtel Madagascar nous apporte, nous essayons de relever le défi d’une intégration socio-éducative optimale pour ces jeunes ». A déclaré, sur ce point Hanta Raobelina Raveloson, Présidente Fondatrice, de l’Association-amis des autistes à Madagascar. Le DG d’Airtel a, pour sa part souhaité que « ces jeunes puissent quitter le centre un jour lorsqu’ils seront plus autonomes et mettre leurs capacités intellectuelles au service de la société et des entreprises… »

La lutte menée par le 3e opérateur mobile mondial dans la prise en charge d’enfants atteints d’autisme ne date pas d’hier. En tant qu’entreprise citoyenne et défenseur des droits des enfants, l’implication d’Airtel à travers ce geste de solidarité vise à attirer l’attention de l’opinion publique sur l’autisme qui reste encore méconnu à Madagascar. Il s’agit donc pour l’opérateur et le centre Sammy’o de briser les barrières de la différence et aider les enfants autistes à s’épanouir et se développer comme les autres enfants.

R.Edmond.

Madaplus.info6 partages

Tamatave et ses alentours : l’épidémie de peste pulmonaire serait présente

Une épidémie d’une peste pulmonaire serait en pleine prolifération dans la ville de Tamatave et ses alentours depuis le début ce mois de septembre.
Une personne portant l’épidémie venant d’Ankazobe pour joindre Tamatave serait la première personne atteinte de la peste et aurait été à l’origine de la prolifération selon la Direction Régionale de la Santé locale (DRS). Jusqu’à présent, 200 personnes sont confirmées atteintes de la peste pulmonaire et suivent des soins adéquats selon toujours les précisions. La statistique révèlerait le décès de 5 patients atteinte de l’épidémie. Les amas des ordures qui entassent la ville sont la source considérable de la prolifération de l’épidémie. Des mesures de contrôles strictes ont été mise en place dans tous les centres hospitaliers de la ville afin de prendre en charge à temps les patients et le suivi des malades est renforcé afin de pouvoir détecter la provenance des malades. Face cette situation, des mesures préventives par la sensibilisation et l’imprégnation de DDT ont été effectuées presque dans toute la ville.
Orange Madagascar4 partages

RSS, pour une stratégie efficace liée au développement

IVATO- 12/09/2017 - Initiée avec l’appui de la Communauté internationale, la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) à Madagascar entrera incessamment dans sa phase de mise en oeuvre à travers celle du Plan National de la RSS. En effet, après l’adoption du document y afférant, les piliers de la réforme tels qu’ils ont été définis dans la Lettre de Politique Générale de la RSS se chargeront, chacun en ce qui le concerne, de la conduite de la réforme du secteur de la sécurité au sein de leurs domaines respectifs.

Au niveau national, la réforme se fera sous la responsabilité de la nouvelle structure de coordination de la RSS qui prendra le relais du Comité Technique de Coordination (CTO-RSS). Dans cette perspective, le Président de la République a procédé au lancement officiel de la mise en oeuvre de la RSS lors d’une cérémonie au CCI Ivato cet après-midi, en présence des membres du Gouvernement, des membres du Corps diplomatique, des partenaires techniques et financiers, des organisations internationales et institutions spécialisées (Nations Unies, Union Africaine, Union Européenne, OIF, SADC), ainsi que toutes les parties prenantes au processus : CTO-RSS ; institutions, ministères et entités en charge des piliers.

Dans son discours, le Président de la République a affirmé que l’insécurité a existé depuis toujours et maintenant, il est partout. « L’Etat devrait mettre en place son autorité, avoir une justice forte acceptée par la population pour aboutir à une paix sociale afin de ne pas empêcher le développement » Pour ce faire, le Président fait appel à tout le monde, sans exception, à lutter contre la corruption, à trouver les voies et moyens pour parvenir à la paix sociale. « Tout vient de nous, les malgaches, et nous devrions mener cette lutte ensemble pour le changement, pour une meilleure santé, un meilleur enseignement et une meilleure productivité agricole » a-t-il lancé.

Ainsi, les forces de l’ordre seront dotées de matériels selon le budget de l’Etat et dans quelques mois, il y aura des résultats, avec l’aide des institutions internationales et des organismes concernés qui oeuvrent pour la paix à Madagascar. Un nouveau concept de sécurité sera mis en place pour aider la population car le Haut Conseil de la Défense Nationale sera mis en place sous la responsabilité du Président de la République et un Coordonnateur a été nommé.

Un document des plans stratégiques a été remis au Président de la République par le Premier ministre, Olivier Mahafaly, dont le contenu présente les réformes et le cadre constitutionnel sur la Sécurité, en parallèle avec la politique de développement. Tout se base sur les 8 piliers, dont, l’Armée, la Police, la Gendarmerie, la Justice, l’Administration territoriale, les services de renseignements et la société civile.

Devant la presse, le Président a expliqué la mise en place d’une police républicaine pour protéger la population et ses biens. Il sera alloué un fonds public dans le budget de l’Etat, certes, insuffisant, a-t-il reconnu, mais qu’il faut augmenter car il est nécessaire d’investir dans la paix et la sécurité, les partenaires financiers et les institutions internationales nous soutenant aussi pour l’achat des matériels, en l’occurrence, le Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix qui consacre 16 millions de dollars dans plusieurs secteurs. Le Chef de l’Etat a conclu par un appel aux compatriotes « c’est à nous citoyens de dénoncer la corruption sous toutes ses formes ».

La Vérité3 partages

Malagasy miara-miainga - Non à une révision constitutionnelle, oui à une élection en 2018 !

Au moment où le débat s'amplifie autour d'un projet de révision de la Constitution, le Malagasy miara-miainga  s'est également lancé dans l'arène.  Le parti présidé par Hajo Andrianainarivelo a affiché son opposition à tout projet de retouche de la Constitution et martelé l'importance d'une élection présidentielle en 2018

Dans une déclaration rendue publique hier dans le début de l'après- midi à son quartier général à Ankerana, à l'issue d'une réunion marquant sa rentrée politique, la formation politique du Malagasy miara-miainga a rejeté « fermement » toute idée de révision de la loi fondamentale devant régir la vie publique à Madagascar avant le scrutin présidentiel de 2018. Ce parti d'opposition émet notamment des réserves sur la nécessité et l'opportunité de procéder à de telles retouches à l'heure actuelle.Pour le Mmm,  la révision de la Constitution dans le contexte actuel « n'est pas une urgence ». En effet, « malgré les imperfections dans cette loi fondamentale, une retouche n'apportera aucune solution aux difficultés dans le pays, n'apportera aucune amélioration à la vie quotidienne de la population et n'apaisera pas les maux actuels », indique la déclaration du Mmm. Pour  le leader du Mmm et ancien vice-Premier ministre durant la Transition Hajo Andrianainarivelo , aucune raison valable n'expliquerait un amendement de la Constitution, notamment pour supprimer l'article 46 de la loi fondamentale qui dispose du seuil de l'âge de tout candidat pouvant se présenter au scrutin présidentiel, fixé à trente-cinq ans dans l'actuel texte, et l'obligation pour le Président-candidat de présenter sa démission 60 jours avant la tenue du scrutin. Une disposition constitutionnelle qui indispose visiblement le régime Hvm lequel serait enclin à le supprimer, à entendre les propos du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier au cours d'une de ses inaugurations récentes. Tripatouillage Répondant aux zélateurs du régime Hvm qui soutiennent que la Constitution actuelle serait mal élaborée, pour motiver la nécessité de cette révision constitutionnelle et d'un référendum, Hajo Andrianainarivelo s'interroge sur les raisons pour lesquelles le pouvoir n'a pas eu l'idée de procéder à ce tripatouillage jusqu'à maintenant.  Certains fidèles du parti au pouvoir arguent aussi que la Constitution n'a pas été consensuelle pour évoquer l'importance d'une retouche. Hajo Andriainainarivelo donne la réplique en soutenant que le Président de la République n'a également pas été élu de manière consensuelle, cependant étant donné qu'il a été élu par la majorité, et il importe de respecter le choix de la majorité au même titre que la loi fondamentale.En outre, ce dernier de rappeler que le référendum ayant abouti à l'adoption de l'actuelle Constitution a été voté par la première version de la Commission électorale nationale indépendante pour la Transition (Cenit) dont plusieurs membres sont au sein de l'actuelle Commission électorale nationale indépendante (Ceni). « Cela veut-il donc dire que l'actuel Ceni n'est pas digne de confiance ? », s'indigne-t-il. On évoque également les failles du texte fondamental notamment en ce qui concerne la nomination d'un Premier ministre pour expliquer une révision. « Le problème n'est pas la nomination du Premier ministre mais le fait que le Président actuel n'avait aucun élu. Si la Constitution avait été appliquée stricto-sensu il n'y aurait eu aucun problème.  En fait, si le Président a eu du mal à choisir un Premier ministre c'est parce qu'il n'a tout simplement pas été préparé à prendre le pouvoir », réplique Hajo Andriainainarivelo.Manœuvre dilatoireLancé à quelques encablures de la fin du mandat de Hery Rajaonarimampianina, ce projet de révision de la Constitution n'est donc ni plus ni moins qu'une manœuvre dilatoire, une façon pour le « pouvoir de perdurer au pouvoir », selon Hajo Andrianainarivelo, qui soutient que si le pouvoir Hvm avait pensé à apporter ses retouches « il aurait dû le faire en début de mandat ». En tout cas, pour le Mmm le pouvoir actuel ne mérite plus de continuer son travail après le 25 janvier 2019 date à laquelle prend fin officiellement le mandat de Hery Rajaonarimampianina. Et le parti d'opposition a rejeté de la sorte toute idée de reporter l'élection du Président de la République consécutivement à un référendum constitutionnel ou non. « Ces élections sont les garants d'une stabilité à long terme de Madagascar », soutient l'ancien numéro deux du Gouvernement de Transition.  Et de rajouter par la même que : « Pour que l'espoir persiste pour le pays, l'élection présidentielle doit avoir lieu en 2018. Les lois régissant cette élection et le calendrier électoral doivent être en raccord avec la Constitution et doivent garantir l'égalité de tous les candidats ».  Le Mmm appelle « le peuple malagasy à préparer les élections du 26 janvier 2019 le plus sereinement pour que le Président et un autre régime voient le jour à Madagascar, dans le cas contraire nous n'accepterons jamais que ce mandat se poursuive ad vitae aeternam ».  Lalaina Andriamampionona

News Mada2 partages

Gastronomie : le 4e salon, haut en couleur

Chaque année, depuis quatre ans, l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) célèbre la Fête de la gastronomie. Cette année, elle organise carrément un salon qui se déroulera durant trois jours d’affilée, du 22 au 24 septembre. Par rapport aux précédentes éditions, cette fois-ci, elle propose davantage d’activités.

«Pour cette quatrième édition, le nombre de participants a augmenté. Plus d’une cinquantaine de stands dévoileront leurs produits. Et ce sera aussi une bonne opportunité d’apprendre et de découvrir d’autres recettes», a déclaré l’AFT. En effet, l’objectif est de faire découvrir au public les mille goûts et saveurs qui existent dans notre pays et aussi de le divertir à travers trois expositions, des concours, des animations et des ateliers.

Trois expositions et plusieurs ateliers

«Cette année, nous allons proposer trois expositions différentes. La première s’intitulera «Les recettes de chef», qui coûtent moins cher mais qui ont pourtant des goûts exquis. Les cuisines française et malgache seront donc mises en avant. La seconde, baptisée «Le riz qui nourrit le monde», est une exposition de photographie en collaboration avec la Cirad. Elle démontrera les différentes variétés et les origines du riz. Et enfin, la troisième concerne  les produits de la pêche aux Seychelles.

Concernant les ateliers, plusieurs chefs partageront  leurs savoir-faire durant le salon. Certains dévoileront la cuisine européenne ainsi que leurs desserts. D’autres se focaliseront seulement sur les pâtes feuilletées ou encore la pâtisserie spéciale Macaron. Des recettes végétariennes seront aussi présentées… «Cette année, l’inscription à ces ateliers sera gratuite et se fera uniquement à l’AFT, jusqu’à la limite des places disponibles», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

News Mada2 partages

Kidnapping d’Annie et d’Arnaud : 75 suspects dont deux policiers sur le banc des accusés

Tant attendu, le procès sur l’affaire de kidnapping d’Annie et d’Arnaud se tiendra finalement. Dans quelques jours, 75 suspects comparaîtront devant la Cour criminelle ordinaire d’Antananarivo.

Près de deux ans après les faits, l’audience aura finalement lieu. L’on sait que le procès se tiendra durant la prochaine session de la Cour criminelle qui débutera incessamment.

Sauf imprévu, 75 suspects dont deux policiers (un brigadier-chef de police et un inspecteur de police), des opérateurs économiques, ainsi que trois agents pénitentiaires devront répondre d’association de malfaiteurs, enlèvement, séquestration, détention illégale d’armes, meurtre, évasion, complicité de kidnapping et complicité d’évasion.

Parmi les prévenus figure également la tristement célèbre Stéphanie Roger Lala. Elle est suspectée d’être l’une des têtes pensantes de l’enlèvement. Certains des suspects n’ont pas été auditionnés durant l’enquête préliminaire sachant qu’ils sont toujours en cavale.

Les faits

Tout a commencé dans la matinée du 23 novembre 2015. Vers 7 h, alors qu’ils étaient sur le chemin de l’école, Andréa Annie K.R (14 ans) et Jean Arnaud R. (17 ans) ont été enlevés par des individus armés et encagoulés à l’entrée du pont Verrerie, Toamasina. Les bandits ont barré la chaussée avec leur camionnette, une Peugeot 404, empêchant ainsi la Mitsubishi Sportero à bord de laquelle se trouvaient les deux enfants de passer. Sans crier gare, les malfaiteurs sont passés à l’action.

Le lendemain du kidnapping, les ravisseurs se sont manifestés et ont réclamé 4 millions d’euros en échange de la libération des deux otages. Les investigations menées par les forces de l’ordre ont permis de mettre la main sur 27 suspects dans un premier temps et de retrouver la Mitsubishi, à l’intérieur d’une propriété sise à Andranomadio. Malgré le paiement d’une partie de la rançon, les kidnappeurs n’ont pas libéré les deux enfants.

Pire encore, ils ont assassiné la petite Annie. Le corps sans vie de la fillette a été retrouvé le 20 décembre 2015. Après 50 jours de séquestration, le 11 janvier 2016, Arnaud a été libéré après une intervention de la police. Une grenade offensive, des armes à feu et des munitions ont été découvertes à l’intérieur de la maison où il a été séquestré.

L’enquête, la collecte de renseignements, la géolocalisation des appels et une série de réquisitions téléphoniques ont permis d’élucider l’affaire, toujours est-il que d’autres suspects, bénéficiant d’une certaine protection, courent toujours sans être inquiétés.

Mparany

 

Tia Tanindranaza2 partages

Mpanao politika ao VakinankaratraMitaky ny hidirana amin’ny Repoblika faha-5

Namoaka fanambarana ny vondron’ny mpanao politika mpisehatra amin’ny raharaham-pirenena avy ao Antsirabe omaly talata 12 septambra. Nifantoka manontolo amin’ny raharaham-pirenena ny votoatiny.

Caius R.

L'express de Madagascar2 partages

Exploitation – DNI Metals progresse malgré les intimidations

Accusée. La société minière canadienne DNI Metals, actuellement en activités de recherche de minerais de graphite à Vohitsara, dans la commune d’Ambi­nani­niony Brickaville, dans la région Est, est indiquée par une plateforme de la société civile, intervenant dans le foncier, comme en violation de droit. « Le 2 septembre, des éléments de la gendarmerie ont assisté la société DNI pour son forcing de faire subir l’excavation des parcelles de terres des membres de la population des villages, sans leur consentement, et au profit des activités d’exploration de minerais », reproche Haingoarison Randrianomen­janahary, président de la SIF (Solidarité des Intervenants sur le foncier).Les habitants, qui ont dû céder une partie de leurs terrains pour les recherches ou pour la construction d’infrastructures routières, n’ont obtenu qu’une infime compensation de l’ordre de 30 000 ariary. Le permis de recherche est indiqué appartenir à une exploi­tante en petites mines, propriétaire du permis depuis 2010.La société est, par ailleurs, blâmée de ne pas avoir effectué des études d’impact environnemental. Elle ne détient pas de programme d’engagement environnemental. La SIF fait savoir que, d’après son constat, DNI Metals utilise de gros engins, prouvant que la société est déjà en phase d’exploitation.

PrécisionsUn responsable de DNI Metals, joint au téléphone, hier, explique point par point et avance d’emblée que ce ne sont que des coups perpétrés pour ralentir et intimider le projet. »Si le ministère des Mines et du pétrole ainsi que le BCMM ont délivré le permis et ont autorisé les recherches de DNI Metals jusqu’ici, nos activités ne sont pas en violation de droit », réfute le responsable des opérations de DNI Metals. « Nous sommes une société de droit malgache, en joint venture avec la dame titulaire du permis de Recherche. La présence de gendarmes est logique dans ce genre d’activités, nul n’est à l’abri des débordements qui pourraient surgir en cas d’insatisfaction des habitants. Les gendarmes ne sont pas du tout des moyens de dissuasion », ajoute-t-il.Le nombre total d’habitants de Vohitsara ne dépasse pas les cent. Une trentaine travaille pour DNI Metals sous forme Himo, en plus des cinquante ouvriers de DNI Metals. « D’autres habitants, encouragés par un ancien maire qui tente de noyer le projet d’exploration, exigent des millions de compensation pour un diamètre de trou utilisé. Toutefois, des représentants du ministère de l’Agriculture sont venus évaluer les compensations exactes pour tout terrain utilisé pour les besoins de l’exploration », poursuit le DNI Metals. « La zone d’exploration n’est pas une zone sensible, donc un permis de recherche environnementale n’est pas nécessaire, une autorisation émanant de la direction interrégionale suffit », précise Amable Benjamin, directeur interrégional des Mines pour Toamasina. On apprend, enfin, que DNI Metals utilise des compresseurs de sondage de minerais et non de gros matériel d’exploitation. « La phase d’exploitation proprement dite est prévue vers la fin de l’année, si tout va bien », finit le responsable de DNI Metals.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar2 partages

Rapt d’Arnaud et Annie – Soixante-douze personnes au banc des accusés

Procès imminent pour le  rapt meurtrier d’Arnaud Ramiliarison et sa sœur Annie. L’audience est prévue  se tenir incessamment au palais du tribunal à Anosy. Soixante-douze personnes dont deux policiers, trois agents pénitentiaires et un magistrat seront au banc des accusés. La date exacte du procès n’est pas encore fixée. Parmi ces prévenus, certains ont bénéficié de mise en liberté provisoire si d’autres sont encore placés en détention  préventive dans quatre lieux de détention de la province d’Antana­narivo.Le double rapt a été commis le 21 novembre 2015 lorsque les enfants allaient rejoindre leur établissement scolaire. Les ravisseurs leur ont tendu un guet-apens  à la sortie du pont à Antanam­bao Verrerie, en bloquant la voie avec une camionnette de marque Peugeot 404.

Armes saisiesD’emblée, les assaillants se sont rués sur le pick-up 4×4 de marque Mitsubishi Sportero à bord duquel se trouvaient Arnaud et sa sœur pour  les emmener avec le véhicule. Peu de temps après, les ravisseurs ont revendiqué  l’enlèvement et réclamé au passage une rançon colossale  s’élevant à quatre millions d’euros.Au bout d’un mois de guerre de nerfs avec la famille des captifs sans réussir à arracher  un versement de rançon, le gang a souillé puis exécuté Annie, pour ensuite balancer sa dépouille mortelle aux abords de la cité Valpinson. Cette collégienne était âgée de quatorze ans lorsqu’elle a été assassinée. En intensifiant les recherches, les forces de police ont réussi à coincer vingt-sept personnes à Moramanga et Toama­sina.Puis, elle a réussi à localiser l’endroit où Arnaud, a été séquestré. Un assaut du repaire des ravisseurs a permis la libération de l’otage, sain et sauf. Des Kalachnikov ont été dans la foulée saisis avec une centaine de munitions ainsi que des grenades offensives, huit autres personnes ont été appréhendées. Les arrestations ont fait tache d’huile jusqu’au corps de la police,  de l’administration pénitentiaire et de la magistrature lorsque la brigade criminelle a creusé d’autres pistes. Au final, soixante- douze personnes, des présumés auteurs, complices et commanditaires se sont retrouvées mouillées dans l’affaire.

A.M.

News Mada1 partages

Coopération Chinoise : 3,54 millions de dollars investis à Madagascar

Les investissements chinois à Madagascar s’élèvent à 3,54 millions de dollars cette année. Cela témoigne de l’excellence des relations entre les deux pays  dans plusieurs secteurs d’ activités.

La Chine participe activement au développement de Madagascar. Actuellement, les investissements chinois dans le commerce, la transformation, les infrastructures, le secteur minier et l’aquaculture s’élèvent à 3,54 millions de dollars. Plusieurs projets sont également en cours dans le cadre de la coopération  bilatérale entre les deux pays dont la construction et la réhabilitation routière.

A ce sujet, le conseiller économique auprès de l’Ambassade de Chine à Madagascar, Shaomin Liang, a abordé, hier, lors d’une rencontre avec la presse à Nanisana, la construction de la «Route des œufs» à Mahitsy, reliant les villages d’Ampanotokana et de Mahazaza, financée par le gouvernement chinois et dont les travaux débuteront au premier trimestre 2018. La construction de la route Ambilobe-Vohémar est également en discussion actuellement. Shaomin Liang de préciser à ce propos que «Des études de faisabilité technique et financière sont menées à ce propos en ce moment».

610 millions de dollars d’échanges commerciaux

Concernant les échanges commerciaux entre les deux pays, la valeur du volume commercial entre l’Empire du milieu et Madagascar s’élève à 610 millions de dollars US pour le premier semestre de l’année, sur un fonds de 80 milliards de dollars US entre la Chine et l’Afrique. Les échanges commerciaux entre les deux pays représentent ainsi 0,7% de la balance commerciale globale entre la Chine et le continent africain. Pour rappel, les échanges commerciaux entre la Grande île et la Chine ont atteint 1,1 milliard de dollars durant l’année 2016.

En effet, la présence chinoise sur le continent africain se singularise un peu plus chaque année. Les investissements de la Chine dans les pays d’Afrique atteignent actuellement 1, 59 milliard de dollars. Et les échanges commerciaux entre l’Empire du milieu et le continent africain s’élèvent à 85 milliards de dollars.

Riana R.

 

News Mada1 partages

Kendo : Malagasy telo nahazo 2è Dan

Haiady, efa manomboka mahazo vahana eto Madagasikara, ny kendo sy ny iaido, na vao telo taona aza  ny nisiany. Fantatra àry izao fa Malagasy telo no nahazo ny «grade 2 è Dan», eo amin’ny kendo, taorian’ny fiofanana nampanaovin’ireo manampahaizana avy any Eoropa, notarihin’i Patrick Vigneau, avy amin’ny klioba Lillois, Frantsa, 6 è dan kendo sy iaido, notanterahina, tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny 8 – 10 septambra lasa teo.

Anisan’ny nanadinana  ireo mpiofana, nandritra ny hateloana, ny «kihon» na ny fihetsika fototra. Teo koa ny “waza” na ireo teknika ary ny «nihon kendo kata» na ny endrika nasiana fanovana. Marihina fa nankatoavin’ny European Kendo Federation  ny fanadinana nampanaovina ireo mpiofana, izay notsarain’ireo manampahaizana avy any Eoropa : i François Lanoue, avy amin’ny Kendo Club Saint-Denis, 5e Dan kendo, 1er Dan iaido, Michel Timmers, avy amin’ny Kendo Club Saint-Denis, 5e Dan kendo, Fred Fontaine, avy amin’ny Kendo Club du 14e Km, 4e Dan kendo ary 5e Dan iaido, Michael Aubert, avy amin’ny ASCAC, section Kendo, 4e Dan kendo.

Fiofanana tsotra ny iaido

Teo koa ny an’ny iaido, nanaovana famerenana, ny Seitei Iai, n’ny Zen Nippon Kendo Renmei (ZNKR Iai) avy amin’ny sekoly maoderina sy ny fianarana ireo “katas” anankitelo avy amin’ny sekoly fahiny, Muso shinden ryu (MSR).

Tsiahivina fa nikarakara izao fiofanana izao  ny federasiona malagasin’ny kendo sy ireo taranja iraisana (FMKDA) niaraka tamin’ny « Comité régional de kendo reunion”, izay notohanan’ny Kendo club saint-denis, Saint-Denis, La Réunion,  sy ny Tana kendo club. Dingana manaraka ho an’ny federasiona  ny hanitatra ireo ligy, amin’ity haiady ity, ary koa hitety ireo faritra hafa, eto Madagasikara.

Marihina fa mikasa ny hamonjy ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa, hatao any Turin, Italia,  ny Malagasy, saingy tsy afaka handeha noho ny olana eo amin’ny taratasy ara-panjakana sy ny “visa”. Mpikambana feno ao amin’ny European kendo federation, manana ny foiben- toerany ao Bruxelle, ny federasiona malagasy.

Torcelin

Tia Tanindranaza1 partages

Sekoly tsy manara-dalànaMiisa 40 indray ireo nahazo fampitandremana

Mitohy hatrany ny ezaky ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena amin’ny fampanarahan-dalàna ireo sekoly tsy miankina eto amintsika amin’izao fotoana.

Tapa-bolana tokoa mantsy sisa dia hiverina an-tsekoly indray ireo ankizy madinika manovo fahalalana eny anivon’ny sekolim-panjakana raha efa nanomboka tamin’ity herinandro ity kosa ny an’ireo sekoly tsy miankina amin’ny fanjakana sasany. Ny olana dia mbola betsaka amin’izy ireny no tsy nahavita nikarakara ny antontan-taratasy notakian’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena taminy, indrindra fa ireo tsy nanara-dalàna hatramin’izay. Miisa 40 izy ireo no voakasika ary nahazo fampitandremana fanindroany indray, hisorohana ny fanasaziana izay mety hiafara amin’ny fanakatonana mihitsy ho an’ireo minia manampin-tsofina, raha ny fantatra hatrany. Tsiahivina fa nahatratra 100 latsaka izy ireo teo aloha no nahazo fampitandremana.

Pati

Tia Tanindranaza1 partages

Mpilatsaka an-tsitrapoJaponey 4 mirahavavy handao an’i Madagasikara

Nanao ny tatitry ny asa nanirahana azy ireo tao Vakinankaratra nandritra ny 2 taona ireo mpilatsaka an-tsitrapo Japoney niisa 4 mirahavavy niasa teto Madagasikara.

Caius R.

 

L'express de Madagascar1 partages

Football féminin – Cosafa Cup – Madagascar en quête d’expérience

La Grande île se présente comme le néophyte de la Cosafa Cup 2017, en football féminin, qui débute ce mercredi, au Zimbabwe.Il s’agit de la cinquième édition du tournoi. Une première expérience à la compétition de la zone Afrique australe donc pour la sélection malgache, qui sera dirigée par Johary Rakotomalala. Ce dernier et son staff ont misé sur un mélange de jeunes et de joueuses plus chevronnées, pour la campagne zimbabwéenne.À dix-huit ans, Andoniaina, qui joue au milieu, est la plus jeune du groupe de vingt éléments retenus. La plus âgée se nomme Henintsoa, qui évolue au poste d’attaquante. Sarah, qui a brillé lors des deux premières phases du championnat de Madagascar avec l’Askam Itasy, n’est pas du voyage en raison d’une blessure.Madagascar n’a pas été garni par le tirage au sort. Il s’est retrouvé dans le groupe A avec le Zimbabwe, la Zambie et le Malawi. Certains observateurs ont notamment parlé de groupe de la mort, avec la présence du Zim­babwe, vainqueur de la précédente édition en 2011, et de la Zambie, une de ses principales rivales.Dans la poule B, l’on retrouvera Maurice, le Mozam­bique, le Swaziland et le Kenya, invité de la zone Afrique de l’Est.Dans la poule C s’affronteront l’Afrique du Sud, triple-vainqueur de la com- pé­tition, la Namibie, le Lesotho et le Botswana. Les trois premiers de chaque groupe ainsi que le meilleur deuxième seront qualifiés pour les demi-finales, à l’issue de cette phase de poule.Pour son premier match de ce mercredi, la Grande île affrontera le pays hôte. Un test plus que sérieux face au champion sortant. Pour le sélectionneur, Johary Rakotomalala, le premier objectif sera de « sortir de cette poule pour atteindre la phase à élimination directe ».Au-delà des expectations à l’entame du tournoi, une chose est sûre, les joueuses malgaches gagneront en expérience à l’issue de cette première apparition en Cosafa Cup. Elles y affronteront de nouvelles adversaires, plus coriaces par rapport aux habituelles équipes de l’océan Indien.Et elles y découvriront une nouvelle compétition de plus haut niveau, par rapport aux Jeux des îles de l’océan Indien, le dernier événement international auquel elles ont participé en 2015.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Madagate1 partages

Antananarivo Seces. Diso fanantenana nohon’ny afitsok’ireo mpitondra sasantsasany

FANAMBARANA

Ny SECES (Sendikan’ny Mpampianatra-Mpikaroka sy Mpikaroka-Mpampianatra) Sampana Antananarivo, manoloana ny toe-draharaha miseho eto amin’ny tanindrazana iombonana izao dia:

- Mahatsapa fa voahitsakitsaka matetika ny Lalàm-panorenana, tsy voahaja ny tany tan-dalàna; tsy matoky ny mpitandro filaminana intsony ny vahoaka satria mihorohoro ny tambanivohitra noho ny afitsoky ny asan-dahalo, mandry andriran’antsy ny mponina andrenivohitra manoloana ny asa fandrobana, vono olona, fanendahana ary vaky trano ataon’ireo andian-jiolahy mitam-piadiana mahery vaika; mihatafiditra any anaty kizon’ny fahantrana ny vahoaka maro an’isa ary zary lasa ankila-bao ny tera-tany malagasy raha mitaha amin’ireo vahiny ; tsy misy ny mangarahara eo amin’ny fitantanana ny raharaham-panjakana;manjaka tanteraka ny gaboraraka ary minia mikipy maso sy manao be marenina ny mpitondra isan’ambaratongany manoloana ny fitrandrahana tsy ara-dalàna ireo harem-pirenena, ny fakàna an-keriny sy amin’ny fomba tsy mazava ny tanin’ireo valalabemandryataon’ireo tera-tany vahiny mpila ravinahitra.

Koa amin’ny maha Vato nasondrotry ny tany ny SECES diamanao antso avo izahay ho tombontsoam-pirenena sy ho an’ny ny taranaka fara aman-dimby:

- Andraikitry ny mpitondra isan’ambaratongany ny miantoka ny zo fototra ananan’ny tsirairay, ny fahalalahana maneho hevitra am-pilaminana, ny fahafahana mivezivezy manerana ny tanin’ny Repôblikan’i Madagasikara, ny fiantohana ny fandriam-pahalemana, na an-tsaha izany na an-tanàna ary ny fampiharana tsy mitanila ny lalàna velona amin’ireo rehetra mandika izany;

- Takianay ny fampodiana an-tanindrazana an’ireo rehetra nandositra ny raharaham-pitsarana sy voarohirohy amina fanodinkodinam- bolam-bahoaka, ny fanenjehana araka ny lalàna ireo mpanondrana tsy ara-dalàna ny harem-pirenena avy eto Madagasikara;

- Mila havaozina sy ampahafantarina ny besinimaro ireo didy aman-dalàna mikasika ny fananan-tany, ny fitrandrahana ireo harena, na ambanin’ny tany izany na ambonin’ny tany mba hisorohana ny fanaovana tantely afa-drakotra ireo harem-pirenena, ny famelana ireo tera-tany vahiny hanao rapa-dango ka haka an-keriny ny tany voajary efa an-taonany maro, hitrandraka amin’ny fomba tsy ara-dalàna ireo harena ankibon’ny tany sy an-dranomasina eto Madagasikara, toy ny ao Ambatolampy kaominina Ambinaninony Brickaville, Marolambo, Soamahamanina, Fandriana, Bealanana ny sy faritra maro manerana ny Nosy.

- Foin’ny Mpahary ho nosy i Madagasikara sy ireo nosy manodidina, koa masimandidy eto amin’ny tanindrazany, izay tsy azo amidy na sandaina vola amin’ireo vahinyny vahoaka malagasy. Tsy azo ekena noho izany ny mety hisiana fifindra-monina faobe ataon’ireo teratany vahiny aty amintsika, na avy aiza na avy aiza fiaviany. Miantso sy manentana hatrany kosa an’ireo mpandraharaha vahiny mba hampiasa ny volany araka ny lalàna velona mba ho fanoitry ny lafiny toekarena sy ho fampananan’asa an’ireo malagasy tandrify izany.

- Na inona na inona fananganana na fanitarana fotodrafitrasa goavana eto amin’ny tany sy ny firenena dia tsy azo hatao tompon-trano mihono ny vahoaka eny ifotony. Tsy misy asa azo tanterahina raha manohintohina ny tombontsoan’izy ireo, ohatra : ny tetikasa fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina ;

- Manantitrantitra etoana ny tokony hanaovana fikaonandoham-pirenena handinihana ny fanovana ny Lalampanorenana sy ireo lalana mifehy ny fifidianana mba hialana @ olana na fikatsoana aorian’ny fifidianana.

Mankahery sy miray fo tanteraka amin’ny malagasy tsy vaky volo mba samy hisikim-ponitra ary hampanjaka ny fahamarinana, hitandro hatrany ny firaisan-kinam-pirenena ary hahay hisintona lesona eo anatrehan’ny fahadisoam-panantenana nohon’ ny afitsok’ireo mpitondra sasantsasany.

Ny mita be tsy lanin’ny mamba

Ny Biraon’ny SECES, Sampana Antananarivo

Natao teto Antananarivo androany, faha 11 septambra 2017

Madaplus.info0 partages

Réforme du secteur de la sécurité : un appui financier du Gouvernement

L’insécurité est une réelle menace au sein de la société malgache. Ainsi, l’Etat va fournir tous les efforts possibles en matériel, en effectif et notamment en appui budgétaire pour y remédier.
D’après le discours du Président de la République, Hery Rajaonarimampianina hier, l’Etat va se montrer capable de répondre au besoin des peuples malagasy en sécurité et la réforme sécuritaire figure parmi ses priorités. Le budget alloué au financement des éléments de la Force de l’Ordre sera donc renforcé pour combattre l’insécurité de toutes ses formes. Ce financement fait partie intégrante des accords obtenus par les partenaires techniques et financiers selon toujours les explications du Chef d’Etat. Un document stratégique renfermant la réforme de la sécurité intérieure a été donc remis à Hery Rajaonarimampianina hier, par le Premier Ministre, Solonandrasana Olivier.
Madaplus.info0 partages

The Voice Kids France: les petits malgaches font vibrer le public, le jury et nous aussi...

Samedi soir dans l'émission The Voice Kids alors qu'on ne s'y attendait pas, même si on espérait tout de même voir des petites têtes de nos chérubins compatriotes voilà qu'apparaissent d'abord Nathan puis Valentin.
Nathan 14 ans vient de Bretagne. Il interprête Catch & relaese de Matt Simons. Ce soir là, la famille est présente dans la petite loge, on y croit Nathan met l'ambiance sur scène, le jury n'aurait pas dû rater une telle prestation se dit-on avec nos coeurs de maman puis c'est un des nôtres tout de même on aurait aimé tant qu'il passe hélas ça ne s'est pas fait ni M.Pokora, ni Jenifer ni Patrick Fiori ne se retournent. Nathan ne sera pas de la suite de l'aventure mais il nous a fait bien vibrer et nous espérons le retrouver sur d'autres scènes aussi importantes que celle-ci. Comme a dit Patrick Fiori: "dans quelques années moi j'aimerai te revoir" et bien de même pour nous!
Voir le lien ci-dessous pour sa prestation.
Puis vient Valentin, toute la famille trépigne dans la loge, on apprend que sa mère est malgache et qu'il est de Suisse. Sur scène il interprête "Believe" de Cher avec douceur, M.Pokora succombe et nous aussi derrière nos petits écrans. Les deux autres jurys ne se retournent pas mais c'est fait, Valentin poursuivra son aventure de The Voice Kids et sûr, la diaspora malgache sera derrière lui!
Voir la prestation de Valentin en cliquant le lien ci-dessous.
News Mada0 partages

Referendum ou présidentielle ? : la Ceni s’en tient à son chronogramme

En charge d’organiser les élections, la Ceni n’écarte pas l’éventualité d’un référendum constitutionnel.

Annoncé récemment par le Premier ministre et véhiculé par certains politiciens, l’eventualité d’un changement de la Constitution est devenu un sujet d’actualité. L’avis de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) est crucial, en tant que responsable de l’organisation des élections à Madagascar.  «L’organisation d’un référendum constitutionnel exige une autre capacité organisationnelle. Pour le moment, la Ceni n’est pas au courant de ce référendum et l’on se tient à notre chronogramme qui est la préparation du premier tour de la  présidentielle de 2018 », a expliqué le vice-président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo, joint au téléphone hier.

Pour autant, les commissaires électoraux  se préparent à toute eventualité, notamment un probable référendum. «Cependant, nous ne pouvons pas exclure l’éventualité d’un référendum constitutionnel. Sur le plan technique, l’organisation de ce référendum ne chamboulera en rien le programme de la Ceni d’autant plus qu’il n’y aura pas de second tour. La Ceni n’aura aucun problème sur le plan temporel et organisationnel», a-t-il ajouté.

Réserve

Le vice-président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo, a tout de même émis des réserves. «Le problème de ce référendum pourrait résider sur le plan politique. Une crise post référendum serait à craindre si les politiciens n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la question concernant la tenue de ce référendum. Et cette crise post référendum pourrait affecter l’organisation de l’élection présidentielle », a-t-il souligné. Ces derniers temps, l’éventualité de la tenue d’un référendum est au centre des discussions depuis que l’Executif a évoqué le sujet. Lors de son déplacement à Londres, le Chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina a seulement indiqué que le sujet est «en discussion». «Le changement de la Constitution ne dépend pas du président de la République uniquement. Je pense que les discussions sur ce sujet sont en cours. Donc, on attendra l’évolution de ces discussions », avait-il soutenu.

En tout cas, la Ceni n’ aspire qu’à une chose, c’est d’instaurer un climat d’apaisement, avant, pendant et après les élections que ce soit un référendum ou la présidentielle. Une présidentielle dont le premier tour est budgétisé à 40 milliards d’ariary.

Rakoto

Le Seces s’y met aussi

 Contrairement aux acteurs politiques qui se positionnent déjà chacun dans leur camp, le Syndicat des enseignants chercheurs estiment qu’il faut plus de concertation par rapport aux débats sur la Constitution. Le groupe estime en effet qu’une concertation nationale sur la révision de la Constitution et le Code électoral devrait être de mise en vue d’élections crédibles, fiables et acceptées par tous.

 

Ino Vaovao0 partages

SAMPANAN’NY DIGY - LOZAM-PIFAMOIVOIZANA : Olona iray namoy ny ainy, roa hafa naratra mafy

Araka ny tatitra voalazan’ny nanatri-maso teny an-toerana dia teo amin’ny lalam-baovao sampanana “rocade” no niseho ny loza rehefa tsy nahita ilay fiviliana. Marihana fa fiara “Toyota V8” ity niharan-doza ity ary olona telo no tao anatiny. Potika tanteraka mihitsy ilay fiara ka tsy nisy noraisina intsony.

Raha ny vinavinan’ireo nanao ny fizahana manoloana ny zava-nitranga dia karazany nandeha mafy ny mpamily ka tsy nahita ny fiviliana intsony. Porofon’izany ny fahitana ny hafainganam-pandehan’izy ireo niraikitra teo amin’ny 120 km isan’ora. Raha tsiahivina kely anefa dia mbola vao tamin’ny 24 aogositra lasa teo no nisy lozam-piarakodia teo amin’io toerana io ihany ary namoizana ain’olona miisa roa. Izao sahady indray dia efa loza mahatsiravina no niseho.

Mametra-panontaniana araka izany ireo mpanara-baovao noho ny amin’ny fifanesen’ny loza eo amin’io toerana io satria dia misy ireo milaza na mitsaho fa mety ho misy lolo ny lalana ka izay no antony akany olona matetika. Tsy voatery ho izay ihany no mety ho antony fa ny tsy fitandreman’ny mpampiasa lalana sy ireo mpamily no ankabeazan’ny fototry ny loza eto an-drenivohitra na ny any amin’ny faritra.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMBATO-BOENY : Notetehin’ny dahalo ny filohan’ny dina sy ny vadiny

Ny alin’ny alatsinainy tamin’ny 9 ora alina dia nisy andian’olona tonga tao amin’i Tovondraoka, filohan’ny dina, mipetraka ao amin’ny fokontany Ambohimarina, kaominina Ambato-Boeny saingy eo amin’ny 20 km eo ho eo miala ny tampon,-tanàna.

Niantso vonjy ireo olona ireo nilaza fa lasan’ny dahalo ny ombiny. Vao nivoaka ny filohan’ny dina dia notsolivin’izy ireo ny masony ary jambena. Tifitra, daroka ary tetika no nahazo azy. Voamariny kosa fa enin-dahy ireo dahalo. Tafandositra ihany izy avy eo ary niafina tany anaty ala. Ny vadiny kosa no novantanin’ireo dahalo, tsy nananany antra fa dia nokapakapainy ary namoy ny ainy. Lasan’ireo dahalo ny vola 35 tapitrisa ariary sy ny basy.

Notsaboina tao amin’ny dokotera tsy miankina aloha io filohan’ny dina io, saingy tsy maintsy nentina aty Mahajanga hanaraka fitsaboana fa misy bala tsy afaka amin’ny vatany. Nanofa fiarakodia izy sy ny fianakaviany ho any Mahajanga.

Mbola nafenina azy kosa fa maty ny vadiny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ASAN-DAHALO TAO AMBATO BOENY : Tafaverina ireo takalon’aina miisa 6 sy ny omby 64

Nahomby ny tetika manoloana izany ka fantatra fa tafaverina ireo omby nangalarin’ny dahalo tao Andrafiambilobe Fokontanin’i Tsinjorano Kaominina Manerinerina Distrikan’ Ambato Boeny, ny alahady alina lasa teo, tokony ho tamin’ny 11ora alina tany ho any. Araka ny tatitra voaray mahakasika izay fanafihan-dahalo izay dia nilaza ireo zandary tao amin’ny tobim-paritra Manerinerina fa misy dahalo mirongo fitaovam-piadiana miisa enina niditra tao an-tanàna ka lasa tamin’izany ireo omby miisa 64 voalaza etsy ambony.

Tsy izany irery ihany anefa no nalain’ireo malaso fa niampy zaza amam-behivavy niisa enina, noentina nampihorohoroana ny iray tanàna. Tonga dia nanao ny fanarahan-dia ny mpitandro filaminana raha vao avy nandre ny zava-nisy.

Marihina fa mbola teo an-tanàna ihany ireto dahalo ka tratran’ny zandary tsy satry. Niezaka nandositra ireto farany saingy raikitra ny fifampitifirana ka vaky nandositra ihany. Tavela araka izany ireo omby ary avotra soa aman-tsara ihany koa ireo olona saika lasa takalon’aina. Ny iray tamin’ireto takalon’aina kosa dia voalaza fa naratra vokatry ny fifampitifirana saingy efa nahazo fitsaboana ara-dalana any amin’ny Hopitaliben’i Mahajanga. Hatreto aloha dia nilaza ny teo anivon’ny Tobim-paritra Manerinerina ny amin’ny tsy hipetraham-potsiny amin’izao fa mbola hitady hevitra hanatratrarana ireo malaso mihaodihaody ao amin’ny Faritra iadidian’izy ireo.

Manentana ny fiaraha-miasa amin’ny vahoaka ihany koa izy ireo mba hitohy hatrany izany satria dia manamora ny fomba fiasan’izy ireo izany ankehitriny. Ny Borigadin’i Manerinerina no nanamafy fa misahana izany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MIADY NY AMPANJAKABE DJAOFENO RICHARD SY RASOAMODY : Miezaka mandamina ny fanjakana

Voalaza mantsy fa mihizingizina hiverina amin’ny toerany ny ampanjakabe teo aloha Djaofeno Richard ary tsy manaiky izany ny ekipan’i Soamody sy Rasamimanana. Atahorana hifamono araka izany ny roa tonta ka tsy maintsy nandray andraikitra ny fanjakana na dia tsy miditra amin’ny fahefan’ny ampanjaka aza fa andraikiny tanteraka kosa ny filaminam-bahoaka, araka ny nambaran’ny Ben’ny tanànan’Ankijabe izay efa nanao dingana maromaro hamahana ny olana.

Nisy ny fampihaonana ny roa tonta nitadiavana marimaritra iraisana izay tsy mora, hoy hatrany izy nefa efa misy sori-bahaolana. Misy ny fepetra horaisin’ny fanjakana tsy ho ela izay hampahafantarina ny roa tonta voakasiky ny olana. Nanambara kosa ny fahatelo fa angovavin’i ampanjaka Djaofeno ny ampanjaka Soamody, izany hoe babany ka rariny raha izy no manjaka. Izy rahateo sady andriambavilanitra no mahay mitantana olona.

Nambaran’ity tompon’andraikitra ao amin’ny doany Miarinarivo ity hatrany fa nanao salanitra anatin’ny olona manompo an’Ambabolahy, nametraka varavaran’ny zombavinda I Djaofeno Richard nanday fokonolona maro, nihoalahoala teo Anjarafa, ka ampahafantarina ireo mpanompo rehetra izany. Didy efa napetraky ny tompon-tanàna Ambabolahy hoy hatrany izy ny hoe ataovy ny mety apetraho ny tsy mety. Tsy mety milamina ny fitondran’ny fahefam-panjakana ara-drazana eto Mahajanga. Ny ao amin’ny doany Miarinarivo ka mipaka hatrany amin’ny foibe any Betsioky. Ambato Boeny mantsy no mitahiry ireo fananan’ny fanjakan-drazana Sakalava ao amin’ny doany Miarinarivo ao. Any no misy ny tanimbary sy ny omby, raha ao Mahajanga faharoa kosa no hakana ny fandrama.

Toe-karena iray mihitsy no mihodina amin’io fahefam-panjaka sy fivavahan-drazana ka mahatonga disadisa eo amin’ireo mpitarika io. Taorian’ny nahalasanan’ny ampanjaka Dezy dia tsy nilamina intsony ny ao amin’ny doany Miarinarivo ao, ankoatra ny olana misy eo amin’izy ireo sy ny ao amin’ny doany avaratra. Na izany aza dia misy hatrany ny fanompoa isan-taona.

Tsindrian-daona kosa ireo mpanaraka ny fivavahan-drazana hahafantatra ny fepetra raisin’ny fanjakana mikasika ity raharaha ity hisorohana ny fifamonoana sy ny hitandroana ny filaminam-bahoaka.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FITAKIANA : “Tsy tokony hitsabaka amin’ny fitakiana sendikaly ny mpanao politika”

Maro amin’ireo hetsika no misy mampifangaro  amin’ny fitakiana politika, nisy olon’ny fitondram-panjakana mihitsy aza no nivaky fa nisy tamin’ireo fitakiana no voalaza ho mamofompofona sy mifangaro ao anatina fitakiana politika. Manoloana izany indrindra dia hentitra ny mpitarika sendikaly ivondronan’ny mpiasa malagasy na ny Fisemare izay nilaza fa “tsy azo tsabahan’ireo mpanao politika ny tolona sendikaly”. 

Hoentina hanamafisana izany dia manatanteraka atrikasa ireo mpikambana ao anatin’ny Fisemare nanomboka ny alatsinainy lasa teo. Anisany nivoitra tao anatin’izany ny fanasongadinana fa rafitra mahaleo tena natao hiarovana ny zon’ny mpiasa madiodio ny sendikaly ary tsy misy ifandraisany amin’ny raharaha politika velively. 

Nambaran-dRasoamananoro Lalao, tompon’andraikitra ao anatin’ny Fisemare fa “manana ny maha izy azy tanteraka ny sendikan’ny mpiasa malagasy eto Madagasikara ary mahaleo tena ihany koa”. Amin’ny ankapobeny dia natao hijery manokana ny tombotsoan’ny mpiasa ny sendika ary hiaro ny zony ao anatin’ny asa ihany koa. Raha ny salan’isa voaray avy amin’ny fikambanan’ny sendikan’ny mpiasa malagasy anefa dia ambany dia ambany ny tahan’ireo mpiasa miditra ao anaty sendika izay tsy misy afatsy 7%n’ny mpiasa eto an-toerana mitotaly manodidina ny 50 isa eo ho eo. 

Mbola olana ho an’ny mpiasa malagasy ny tsy fahafantarana ny fisian’ny sendika izay ahafahany misitraka ny zony. Araka ny vaovao voaray dia voalaza fa noho ny fanahiana hisian’ny teritery ao amin’ny toeram-piasana, ny hisian’ny tsindry hazo lena avy amin’ny mpampiasa, ny tahotra sy ny fampitahorana amin’ny tsy handraisan-karama no vato misakana ho an’ireo mpiasa tsy idirana ao anaty sendikaly.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO PLD : Mitsipaka marindrano ny hanovàna ny lalampanorenana

Anisany mitsipaka marindrano izany ny antoko PLD na Parti Libéral Democrate izay tarihan-dRamatoa Sarah Georget Rabearisoa. Aminy manokana dia misy kajikajy politika tiana ahatongavana ao anatin’izay fikasana hanova ny lalàmpanorenana izay. Ankoatra izay dia tsy miombon-kevitra amin’ny hisian’ny fitsapan-kevi-bahoaka entina hikitihana ny lalàmpanorenana ihany koa ny antoko tarihany.

 “Tsy misy antony tokony hikitihana ny lalampanorenena ary tsy misy antony tokony hanemorana ny fifidianana”, hoy ny fanambarana nataony. Raha ny fanehoan-kevitra nentin’ity mpanao politika ity hatrany dia ahiana ho tahotra fa afaka miatrika fifidianana ao anatin’ny mangarahara tanteraka isika amin’izao ka misy ireo mitady hirika ny tsy hahatanteraka izany ka izay no mahatonga azy ireo hanova ny lalampanorenana. Nohamafisiny ihany koa fa tsy azo ekena ny hanemorana ny fifidianana izay ho filoham-pirenena ka hirosoana amin’ny fanaovana fitsapan-kevi-bahoaka hoenti-manova ny lalampanorenana. 

Tokony ho tanteraka soa aman-tsara ny fifidianana izay hatao satria raha ny eo anivon’ny vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana dia ampy tsara ny vola hoentina miatrika ny fifidianana ka tsy tokony hisy olana mihitsy ary tsy tokony horebirebena amin’ny zavatra hafa ny saim-bahoaka, hoy hatrany ny fanazavana. Ankoatra ny antoko PLD dia efa nitondra ny heviny ihany koa ny antoko hafa toa ny antoko Maitso sy ny fikambanana CRAM. Raha atao bango tokana dia tsy ny fanovàna ny lalampanorenana no tokony ho laharam-pahamehana amin’izao ary tsy misy antony velively hanovàna ny lalampanorenana fa mety misy ny mahazo tombotsoa manokana ho amin’izany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

HIVOAKA NY VOLA VAOVAO AMBINY : Nampahafantarina manokana ireo olona sembana

Nampahafantarina azy ireo ny bika sy endrik’ireo vola vaovao ireo. Nampahalalana ihany koa fa mbola mandeha ny vola taloha mandra-pilazan’ny fanjakana fa tsy miasa intsony. Nanamafy anefa izy fa na tsy miasa intsony aza ireo vola ireo, izany hoe tsy azo ividianan-javatra intsony dia mbola atakalon’ny banky foibe amin’ny sandany izany hoe, ny ariary 10 000 taloha atakalo ariary 10 000 vaovao, ny ariary 5 000 taloha atakalo ariary 5000 vaovao ary toy izany hatrany. Izany dia mba hialana amin’ny olona mamitaka.

Misy ireo olona manambaka ka vidiany vola vaovao amin’ny antsasa-bidiny ny vola taloha, indrindra any ambanivohitra any ka izany indrindra no ilàna ny fampahafantarana toy izao. Faly kosa ireo olonamanana fahasembanana amin’izao fijerena azy ireo manokana izao fa tsy natao natao ankilabao.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

CIRGN TOLIARA : Efa mandroso sy mihatsara ny ady amin’ ny kolikoly amin’izao fotoana izao

Hita sy tsapa ankehitriny fa efa saika resy lahatra amin’izany avokoa ireo sokajin’olona sy ambaratongam-pahefana samihafa misy manerana ny Nosy, saingy misy ihany ireo minia manao izany. Raha ny eto Madagasikara manokana dia anisany sehatra mahabe ahiahy ny vahoaka amin’ny resaka kolikoly ny eny anivon’ny fitsarana sy ny fitandroana ny filaminana.

 Manoloana izany indrindra dia tsy tokony hifampiandrasana ny ady atao amin’ny fanafoanana ny kolikoly, hoy ny lehiben’ny Cirgn ao Toliara. Raha ny ao amin’ny Cirgn Toliara manokana dia efa misy ny fepetra manokana raisina ary ifampifehezan’ny samy mpiara-miasa mba hiadiana amin’ny kolikoly araka ny fanazavana. Efa misy ihany koa ny torolalana na eo amin’ny samy mpiara-miasa ihany aza mba hanamafisana ny ady amin’ny kolikoly.

170 no fanambaràm-pananana natolotra ny bianco

Araka ny fanazavana dia efa maro ireo ezaka atao hitondrana ny ady amin’ny kolikoly raha ny ao amin’ny Cirgn Toliara manokana, na amin’ny fifandraisana anatiny izany na amin’ny any ivelany. 

Mahakasika ny ady amin’ny kolikoly amin’ny fifandraisana anatiny dia miseho izany amin’ny alalan’ny fandraisana ireo fepetra isan-karazany ho fanatsarana ny asa, amin’ny alalan’ny fanatsarana ny foto-pisainana, amin’ny alalan’ny fanaingana fomba fijery vaovao sy fomba fihetsika vaovao atao amin’ireo mpisehatra rehetra ao anivon’ny zandarimariam-pirenena mba ho tsapan’ny mpiara-belona fa natao hiaro ny olona sy ny fananany tokoa ny zandary. 

Manoloana ireo ezaka ireo dia fantatra ankehitriny fa efa mitana ny laharana fahaefatra ny zandarimaria ao Toliara, raha anisany voaresaka teo aloha fa voalohany, amin’ny resaka kolikoly. Raha ny fantatra nandritra ny fanambaram-pananana natao teny amin’ny biraon’ny Bianco tamin’ny 04 Septambra lasa teo dia 170 no fanambaràm-pananana natolotra azy ireo avy amin’ny Cirgn ao Toliara, ahitana ny avy ao Atsimo Andrefana ary Anosy sy Androy. Tsara ho fantatra fa efa misy ny lalàna ankehitriny manambara ny tsy maintsy hanaovana izany fanambaràm-pananana izany mba hisian’ny fangaraharana. 

Araka ny nambaran’ny avy eo anivon’ny Bianco Toliara dia nisy ny fandraisana naoty ny lisitr’ireo nanao fanambaràm-pananana voaray. Notsiahivina ihany koa fa isaky ny roa taona indray ny fanavaozana izany fanambaràm-pananana izany saingy afaka manao izany mialohan’ny fotoana kosa raha misy fiovana tokony hambara.

Lucien R.   

Ino Vaovao0 partages

BEMANONGA MORONDAVA : Nitokona ireo mpampiasa ny ranon’i Dabaraha

Tsy zaka intsony ny fahasahiranana ateraky ny fomba fitantanan’ny olona vitsivi-tsy ny tohodrano ka voatery mitroatra izy ireo. Araka ny loharanom-baovao mahakasika ity raharaha ity dia nitokona sy nanakan-dalana teo amin’ny tetezan’i Marofototra ireo tantsaha misedra olana momba izany nanomboka io talata io. Misy ireo olona sasany voalaza fa tsy miraharaha ny tokony hatao mikasika ny fanajana ny hidin-drano.

Niteraka ady amin’ny samy vahoaka ao an-toerana nandritra ny herinandro maromaro izay. Efa nisy anefa ny fampilazana ireo tompon’andraiki-panjakana ao amin’ny faritra saingy mbola tsy hita izay fandraisana andraikitra. Marihana àry fa manomboka vaky ny ady ka mitady hihenjana ny tady noho ny tsy fitovian-kevitra.

Ny tsy fahatongavan’ny rano any amin’ny velaran-tany maro no anisany mampalahelo ireo tantsaha, ka izany no tena mahatonga ny fitokonana.

Miandry ny vahaolana omen’ny fanjakana izy ireo hatreto ary tsy hijanona ny fitokonana raha tsy mivaly ny fitakiana sy ny vahaolana maharitra omena azy ireo.

Tatianà R.

News Mada0 partages

Fifanakalozana ara-barotra : 3,54 tapitrisa dolara ny fampiasam-bola ataon’ny Sinoa

 3,54 tapitrisa dolara ny fampiasam-bola ataon’ny Sinoa eto Madagasikara, amin’ity taona ity. Betsaka ireo sehatra hidiran’ny Sinoa ary mihatsara hatrany ny fifandraisana eo amin’ny tany roa tonta, hatramin’ny taona maromaro. Sehatra tena ahitana azy ireo ny  varotra, fanodinam-bokatra, fotodrafitrasa, harena an-kibon’ny tany ary ny jono. Mbola maro ireo tetikasa hafa volavolaina ao anatin’izany fiaraha-miasa izany.

610 tapitrisa dolara ny fifanakalozana ara-barotra eo amin’ny tany roa tonta, ny enim-bolana voalohany tamin’ity taona ity. 80 miliara dolara ny tetibola atokan’ny firenena sinoa ho an’ny varotra aty Afrika. Tamin’ny taona 2016, nahatratra 1,1 miliara dolara ny fifanakalozana nisy teo amin’i Chine sy i Madagasikara, ka ny afarana no be indrindra. Porofon’izany ny entana vita sinoa mameno ny tsena eto amintsika.

Nasian-teny manokana, omaly teny amin’ny masoivohon’i Chine, ny asa fanamboaran-dalana. Efa mandeha ankehitriny ny fifampiresahana ny lafiny teknika sy famatsiam-bola momba ny lalana Ambilobe–Vohémar, araka ny nambaran’ny mpanolotsaina, Shaomin Liang. Amin’izay lalana izay ihany, nasian-teny koa ny any Mahitsy, mampifandray an’i Mahazaza sy Ampanotokana, izay asa hatomboka amin’ny taona 2018.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Greengywatt : kojakoja mandeha amin’ny masoandro

Niorina ny taona 2008 ny orinasa Tanatech, mitsinjara sy mivarotra ny vokatra manana ny marika Greengywatt. Mifantoka amin’ny fitaovana sy kojakoja mandeha amin’ny masoandro samihafa ity orinasa ity, ka anisan’izany ny sinibe manafana rano, ny paompy fisintonan-drano, ny vata fampangatsiahana, ny jiro manazava, sns.

Tsara sy miavaka ny kalitaon’ny entana, manana ny mari-pamantarana manaraka ny fenitra eoropeanina (CE) sy ny ISO 9001.

Hita any amin’ny tranombarotra miparitaka manerana ny Nosy nahazo alalana tamin’ny Tanatech ireo vokatra manana ny marika Greengywatt ireo. Misy ny kit Green, tolotra manokana, ahitana karazan’entana maromaro, tsara kalitao, takatry ny fahefa-mividin’ny rehetra, ary mamaly ny filan’ny mpanjifa tsirairay. Nambaran-dRakotoarisoa A.B. Mparany, tale teknikan’ny Tanatech, fa tena ankafizin’ny mpanjifa malagasy ny marika Greengywatt. Maro azo isafidiana rahateo ny entana manana ity marika ity, amin’ny lafiny angovo azo havaozina, ho an’ny olon-tsotra sy ny mpandraharaha na orinasa.

Njaka A.

News Mada0 partages

Fanondranana entana : manohana ny PME ny AFD

Havondrona ao anatin’ny antokon-draharaha iray, ny sehatra sahanin’ny Cap export sy ny ITBM, rafitra manohana ny varotra ivelany indrindra ny fanondranana entana any ivelany ho an’ny orinasa madinika sy salantsalany, tohanan’ny AFD.

Tafiditra ao anatin’ny sehatra tohanan’ny Antokon-draharaha frantsay ho an’ny fampandrosoana (AFD) ny fampiroboroboana ny varotra ivelany. Anisan’izany ny fanofanana arakasa, ny fanamafisana ny fahaiza-manao eny amin’ny seranan-tsambo. Manampy ireo, vonona hanohana ny fanondranana entana any ivelany koa ny AFD, ka hamoraina ny fanatanterahana azy. Tohanana koa ny orinasa madinika sy salantsalany (PME), misehatra amin’ny varotra ivelany. Nihaona tamin’ny minisitry ny Varotra sy ny fanjifana, Nourdine Chabani, ny talen’ny AFD, Jérôme Bertrand-Hardy, ny 11 septambra teo, niresahana mikasika ireo.

Birao tokana

Fomba hanatanterahana io tohana io ny hananganana antokon-draharaha iray ahitana ny seha-pihariana samihafa, tohanan’ny AFD. Anisan’izany ny Cap export, tetikasa iarahana amin’ny Antenimieran’ny varotra sy ny indostria Frantsa-Madagasikara, manohana ny PME mpanondrana entana, sy ny sampandraharaha misahana ny fampiroboroboana ny varotra ivelany  eto Madagasikara (ITBM). Hofanina ny orinasa madinika sy salantsalany, entanina ny vondrona orinasa ahafahan’izy ireo ho fitaratra ho an’ny hafa. Hakambana ao anatin’ity antokon-draharaha iray vaovao ity ny asan’ny Cap export sy ny ITBM, ary manodidina ny 4 tapitrisa euros ny famatsiam-bola avy amin’ny AFD hampandehanana azy.

Tsiahivina fa anisan’ny tohanan’ny AFD koa ny sehatry ny fambolena biolojika, amin’ny alalan’ny Symabio sy ny hananganana ny antokon-draharaha Apex.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Coupures d’électricité : problèmes techniques

Les coupures intempestives et mini-coupures d’électricité sont monnaie courante ces derniers jours dans plusieurs quartiers de la capitale. Pannes techniques ou insuffisance dans la production d’électricité ?  De telles situations handicapent les activités  des industriels et peuvent endommager les appareils électriques des particuliers.

Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, se veut toutefois rassurant en déclarant une nouvelle fois, hier, qu’il n’y a plus de délestage dans l’ensemble du Réseau interconnecté d’Antananarivo (Ria). «Ce sont, notamment, les vols d’électricité, les branchements parallèles et illicites, qui sont les causes principales des coupures dans le Ria», a-t-il indiqué.

Par ailleurs, le ministre a également évoqué les problèmes relatifs aux vols de câbles électriques tant à Antananarivo que dans les autres régions. «Dans la capitale, plus d’une vingtaine de kilomètres de câbles électrique ont été volés», a-t-il fait savoir. Et en ce moment, la Jirama procède au remplacement de ces câbles.

Arh.

 

News Mada0 partages

Telma : offres spéciales rentrée

Telma propose pour la rentrée des offres exceptionnelles, prépayées et post payées, accessibles à toutes les bourses.

Pour une rentrée connectée à la maison, l’Internet Très haut débit est disponible avec la Fibre optique by Telma ayant un débit allant jusqu’à 100 méga. Pour les jeux en ligne, les téléchargements, les appels vidéo en Full HD, les streaming vidéo… la Fibre est en promotion à seulement 249.000 ariary TTC/mois, au lieu de 269.000 ariary TTC/mois).

Le Très haut débit est aussi disponible en mobile avec le Wingle 4G by Telma grâce au premier réseau 4G dans tout Madagascar. En promo pour 70.000 ariary via MVola, son forfait Telma Net vous fera vivre la meilleure expérience 4G. Branchée sur un port USB, la clé Wingle peut accueillir jusqu’à dix  utilisateurs Wifi.

Aussi, à seulement 280.000 ariary via MVola, la Power box, pratique et simple d’utilisation, peut assurer jusqu’à vingt utilisateurs Wifi.

Avec Telma, la rentrée, c’est aussi communiquer à petit prix ! Avec les forfaits Telma M’Ora, les appels sont les moins chers avec 1 ariary/sec pour tout appel vers Telma et 3 ariary/sec vers les autres opérateurs. L’offre First premium à 10.000 ariary incluant 3h d’appels, 100 sms vers Telma, 5 min d’appels internationaux vers les pays de la Zone first* et 150 Mo d’Internet, valables 30 jours. A cela s’ajoute l’offre First prestige pour 30 000 ariary ou l’offre First royal à 50 000 ariary.

Arh.

News Mada0 partages

Nanitrikitrika ny Seces : « Voahitsakitsaka ny lalàmpanorenana sy ny tany tan-dalàna…”

 Natsinkafon’ny eo anivon’ny Sendikàn’ny mpampianatra mpikaroka (Seces), Antananarivo, ny tsy fetezan-javatra eto amin’ny firenena. “Mahatsapa izahay fa voahitsakitsaka ny lalàmpanorenana. Tsy misy ny fanjakana tan-dalàna. Tsy matoky ny mpitandro filaminana ny vahoaka. Na an-tanàn-dehibe na ambanivohitra”, hoy izy ireo. Nohitsin’ny Seces fa anaty kizo sy fahantrana lalina ny vahoaka ary zary lasa ankilabao ny Malagasy. Tsy mandeha amin’ny laoniny ny fitantanam-pirenena. “Tsy misy ny mangarahara. Manjaka ny gaboraraka ary manao bemarenina amin’ny fahalovana sy ny tsy firaharahana ny harem-pirenena sy  fandrobana ny tanin’ny Malagasy ny mpitondra”, hoy ihany izy ireo. Manoloana izany, miantso ny rehetra ho amin’ny tombontsoam-pirenena sy ny taranaka ny Seces. “Andraikitry ny mpitondra ny manome fahalalahana maneho hevitra. Ampiharina ny lalàna velona, tsy mitanila. Takina ny fampodiana an-tanindrazana ireo voaporofo fa nanodinkodim-bolam-panjakana na koa nanondrana an-tsokosoko harem-pirenena. Havaozina ny didy aman-dalàna, toy ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany”, hoy ny fanambarana.

Miantso fihaonambem-pirenena ny Seces

Nohizingizinin’ny Seces koa fa tsy azo ekena ny fifindra-monina faoben’ireo vahiny eto amintsika, na iza na iza. Tahaka izany koa ny tsy tokony hanaovana tompon-trano mihono ny vahoaka amin’ny fananganana na fanavaozana fotodrafitrasa.

Ankoatra izany, miantso ny hirosoana amin’ny fihaonambem-pirenena ny Seces. “Handinihana ny lalàmpanorenana sy ny lalàm-pifidianana, ialana amin’ny fikatsoan’ny firenena aorian’ny fifidianana”, hoy izy ireo. Namintinin’ny Seces izany ny tokony hahaizan’ny rehetra maka lesona, tsy ho diso fanantenana intsony amin’ny manaraka.

Midika izany fa manao antso fanairana avokoa izany izao ny hery rehetra eto amin’ny firenena manoloana ny tsy fahaiza-mitantan’ny mpitondra…

Synèse R.  

News Mada0 partages

Tokony hiadiana hevitra fa tsy amboletra : mba tsy hisy ny fanovana lalàna ho amin’ny kajikajy maloto

 Miroso any amin’ny hanovana na hanitsiana lalàmpanorenana ny fitondrana. Efa nirahiny niteny sy hivoy izany tsikelikely ireo tompomenakely mpanompo mahafatra-po ny  fitondrana. Anisan’izany ny depiote Milavonjy Philobert. Mipetraka anefa ny ahiahin’ny maro…

 

Tsy azo ihodivirana ny hery velona rehetra eto amin’ny firenena sy ny vondrona politika raha hirosoana ihany izany. Tokony hapetraka mazava anefa fa fanovana ifanarahana sy teny ierana ary mifanaraka amin’ny tombontsoan’ny firenena sy ny vahoaka ny fanitsiana ny lalàmpanorenana tian-katao. Tsy fanovana mifono hevi-petsy politika sy kajikajy maloto mizotra mankany amin’ny fanomezana tombondahiny ny mpitondra sy ny HVM. Na koa hanomezana vahana ny filoha am-perinasa sy izao fitondrana izao ka hipetraka maharitra eo amin’ny fitondrana hatrany amin’ny 2023. Na koa miketrika ny hanemotra ny fifidianana tokony hatao amin’ny taona ho avy.

Fitaka bevava nahazo ny mpanao gazety

Etsy andaniny, tokony hazava sy hampahafantarina ny vahoaka amin’ny alalan’ny mangarahara izany fanovana izany sy ny antony ary ny tiana hahatongavana. Aoka tsy ho tompon-trano mihono ny rehetra. Tsy hovitaina any ambadika any fotsiny izany ary hatolotra amboletra, tian-kano sy tsy tian-kano, ny vahoaka avy eo. Tokony hohenoina avokoa ny hevitry ny rehetra amin’ny fandrafetana lalàmpanorenena vaovao na fanitsiana hatao ka tsy hiseho intsony ny efa nifanarahana, saingy lalàna hafa ny mivoaka eo. Tsy afa-bela tamin’izany fitaka bevava izany ny mpanao gazety momba ilay lalàna mifehy ny serasera sy ny fifandraisana. Niova an-dalana ilay lalàna nolanina sy niaraha-nanaiky tamin’ny Pnud.

Ankoatra izany, nahoana tokoa raha mandroso lalàmpanorenana maromaro mba hisafidianana rehefa hanova na hanitsy ihany ? Maromaro ireo mivoy ny federalisma amin’izao fotoana izao.

Lalàmpanorenana nolanina tamin’ny karnem-pokontany

Tsiahivina fa nohirahiraina sy nanaovana angoatenda ny nandaniana ny “eny” tamin’ity lalàmpanorenana ity, ny 17 novambra 2010. Nivoy izany ny maro anisa amin’ireo mpitondra amperinasa ireo ary nanitrikitrika fa tsy azo ovana ato anatin’ny 10 taona io. Mbola vao fito taona anefa ny lasa. Ny olana koa, nolaniana tamin’ny karnem-pokontany  io lalàmpanorenana natao antonony ny mpitondra Tetezamita : Afaka mirotsaka hofidina filoham-pirenena ireo mihoatra ny 35 taona. Tsy vitan’izany fa tsy nandraisan’ny ankolafy telo anjara : Zafy sy Ratsiraka ary Ravalomanana ny fitsapa-kevi-bahoaka. Notsipahin’ny sehatra iraisam-pirenena koa io lalàna fototra io. Hany nampanao tsia io lalàmpanorenana io ny MDM, Rajaonarivelo Pierrot, sy ny Otrikafo, Rajaonah Andrianjaka, tamin’izany.  Efa hifarana ny fe-potoam-piasana vao manetsi-keloka milaza mahita lesoka ny mpitondra. Andrasana ny ho tohiny.

Randria

News Mada0 partages

Raikitra ny ady amin’ny dahalo ambony latabatra

Fampiharana sisa fa raha ny fampanantenana sy ny fievotrevotry ny mpitondra tamin’ny lahateny, hihena tsy ho ela ity tsy fandriampahalemana sy tsy filaminana manerana ny Nosy ity. Hihatra amin’izay ny Rindra safatsiroa  ho an’ny fandriampahalemana (RSS), manomboka izao. Nampanantena ny hiady amin’ny dahalo ambony latabatra izy ireo, omaly teny amin’ny CCI Ivato tamin’ny lahateniny, ankoatra ny ady sasany, nambaran’izy ireo fa efa hirosoana. Anisan’izany  ny ady amin’ny kolikoly sy ny fahaleovantenan’ny fitsarana. “Marobe koa ireo dahalo ambony latabatra”, hoy ny filoha Rajaonarimampianina.

Tsiahivina fa ahitana fanovana maromaro ny rafitry ny fametrahana fandriampahalemana ao anatin’ity RSS ity. Handrindra sy hitantana izany ny komity teknika (CTO-RSS).

Mba tsy ho kabary sy an-taratasy na kobaka am-bava fotsiny ihany fa  hihatra izany ary handry fahalemana ny rehetra, manomboka izao…

Randria

 

News Mada0 partages

K3F : « Aoka tsy hanaovana bemarenina ny eveka ”

Tsy an-kiato ny fitakina. “Mazava ny taratasin’ny eveka, ny volana aogositra teo, sy ny hafatry ny FFKM, tamin’ny pantekoty teo, momba ny tsy filaminana sy tsy fandriampahalemana. Latsaka aina isan’andro ny vahoaka malagasy, saingy tsy misy mihaino. Ekena fa efa maro ireo mikatroka amin’izany saingy tsy ampy ny firaisankina”, hoy  ny Komitin’ny fahamarinana sy ny fandriampahalemana ary ny fiadanana (K3F), Ramananda. Nambarany fa sehatra iray hanehoana firaisankina sy hifanentanana hampiasana ny feon’ny fieritreretana ity komity nantsangan’izy ireo any Fianarantsoa ity ary ezahina haparitaka eny ifotony. “Tanjona ny fandraisana andraikitra tsy hiverenan’ny tranga tahaka izao miseho eto amin’ny firenena izao intsony. Karazana arofanina hametraka filaminana sy fandriampahalemana hiadanan’ny vahoaka ny K3F”, hoy ihany izy.

Tsahivina fa miray feo amin’ny Justice et Paix Fianarantsoa izy ireo ary mampahatsiahy hatrany ny hafatry ny raiamandreny am-panahy. “Antsoina isika rehetra haneho fiombonana araka ny hafatry ny eveka sy ny FFKM… Hampitsahatra izao fomba fitantanana tsy mahomby izao ny ezaka ataontsika miaraka”, hoy ny fanambaran’izy ireo miaraka, ny volana jona teo. Midika izany fa mbola mitohy ny fitakiana ny amin’ny hametrahana fandriampahalemana sy filaminana eto amin’ny firenena. Anisan’izany ity komity iray ity.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

CFM : prestation de serment ce jour

Les membres du Conseil pour le Fampihavanana malagasy (CFM) entreront officiellement en fonction à partir de ce jour. Et ce, à l’issue de la prestation de serment qui se déroulera à la Cour suprême à Anosy, en présence du président de la République et des chefs d’institution.

D’après la Loi n°2016 -037 relative à la réconciliation nationale, cet organe est chargé de procéder aux consultations de l’ensemble des acteurs publics du processus de  réconciliation nationale, de rédiger la loi sur la composition, les attributions et les modalités de fonctionnement du Conseil du Fampihavanana malagasy et de présenter à l’Exécutif les textes rédigés.

Pacifique

Selon l’article 3 de ladite loi, le CFM est chargé de conduire le processus de réconciliation nationale sur toute l’étendue du territoire national, la plénitude de compétence dans l’accomplissement de sa mission afin de soigner et guérir les blessures individuelles et collectives du passé en vue d’établir les saines fondations pour l’avenir de Madagascar.

Le CFM a également pour missions de conduire le processus de réconciliation nationale en mettant en oeuvre les dispositifs prévus à cette fin par la présente loi, de contribuer à instaurer une atmosphère politique sereine pour garantir la non-répétition des situations conflictuelles pouvant porter atteinte à l’unité nationale d’une part, et d’autre part un environnement favorable au respect de la Constitution. Ou encore de formuler des recommandations de nature à permettre la résolution pacifique de toutes les situations conflictuelles et de tout problème dont la gravité risque de constituer une atteinte à la cohésion nationale ou communautaire.

Selon les explications de Maka Alphonse, le CFM priorisera «l’appropriation de la loi sur la réconciliation nationale». Il est capital que le peuple puisse connaître les réelles missions de ce Conseil.  Ce dernier a par ailleurs touché un mot en ce qui concerne un éventuel changement de la constitution. «Le CFM est doté d’une commission refondation. Cette commission a pour mission de réfléchir sur la constitution. Le changement de constitution doit se faire à tête reposée», a-t-il conseillé.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Mine : bientôt une conférence du Comesa

Une conférence portant sur l’exploitation minière dans les pays membres du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa) se tiendra à Antananarivo en novembre, a-t-on annoncé lors d’une rencontre entre le secrétaire général du Comesa, Sindiso Ndema Ngwenya et du ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du pétrole, Ying Vah Zafilahy, le 11 septembre, à Ampandrianomby. La rencontre est prévue se tenir au Mining business center (MBC), inauguré récemment à Ivato.

Pour rappel, on recense près de 500.000 exploitants malgaches des petites mines actuellement. Et le secteur est encore fortement dominé par les exploitations illicites. Le sujet sera abordé à cette rencontre, d’autant que la majorité des membres sont des pays miniers.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Namono olona indray ny lalan’ny Frankofonia : potika ilay 4×4 V8, roa namoy ny ainy

Goavana ny fahapotehana tamin’ilay fiara vaovao be, 4X4 Toyota Land cruiser V8. Mpandeha roa tao anatiny no maty, naratra mafy kosa ny fahatelo. Teo amin’ny fihaonan-dalana, lalana digue sy ny lalan’ny frankofonia indray no nisehoan’ity lozam-pifamoivoizana nahatsiravina, omaly ity.

 20 andro taorian’ny lozam-piarakodia teny Ambodihady Digue nahafaty ilay kandidà isan’ireo nifaninana tamin’ny minisitra Maharante tamin’ny fifidianana ny filoha hitarika ny Fikambanan’ny zanaky ny faritanin’i Toliara (Fizafato), nidofotra teo amin’ity toerana nitrangan’ny loza farany teo ity koa, ny fiara 4×4 Toyota Land Cruiser V8 iray, omaly alina.

Araka ny fitantaran’ireo olona mipetraka eo amin’ny manodidina ny toerana nitrangan’ny loza, mitovy tanteraka tamin’ilay lozam-piarakodia nahazo an’i Berkley sy ireo namany ity loza nitranga omaly alina ity. Avy any amin’ny lalam-baovao “Rocade” mivoaka eny akaikin’ny sampanana mihazo an’Ambohitrimanjaka ity fiara 4×4 Toyota ity kanjo tra-doza tampoka vokatry fandehanana mafy. Nandeha mafy ilay fiara satria manaporofo izany ny fanjaitra manondro ny hafaingam-pandehany izay mbola nijanona teo akaikin’ny 200 km isan’ora, raha ny fahitana izany teny an-toerana. Tsy voafehin’ny mpamily intsony ilay fiara ka tafahanika ny dongona manasara-dalana (ilot) eo amin’ny lalana mihazo ny Digue mankany Andranomena ka nifatratra teo amin’ny rindrim-bato manamorona ny Digue satria tsy nahita ilay fiviliana ny mpamily. Rava mihitsy ireo rindrim-bato rehefa notrongisin’ilay fiara V8. Potipotika sady niforitra ny lohan’ny fiara. “Tafavoaka avy ao anaty fiara ilay olona nipetraka teo amin’ny seza akaikin’ny mpamily raha nifampisokirana tao anaty fiara kosa ny mpamily satria tery tao anaty motera”, hoy ny fitantaran’ny renim-pianakaviana iray mipetraka akaikin’ny lalana Digue.

Mitaraina noho ny tsy fetezan’ity lalana “Rocade” ity ny olona…

Nentina haingana teny amin’ny hopitaly manara-penitra sy HJRA ireo naratra, saingy tsy avotra intsony ny ain’ireo olona roa tao anatiny vokatry ny dona mafy nahazo ilay fiara. Mbola manaraka fitsaboana eny amin’ny hopitaly kosa ilay olona fahatelo isan’ireo naratra mafy, saingy atahorana ny ainy noho ny ratra mafy nahazo azy, araka ny fanazavana voaray farany.

Manoloana ny lozam-piarakodia nitranga tamin’iny lalana iny, maro ireo olona mitairana noho ny tsy fetezan’ny lafiny teknika tamin’ny fanamboarana ity lalana “Rocade” ity. Tokony hisy jiro eo amin’ny “ilot” satria maizina ny lalana ka tsy hitan’ny mpamily ny fisian’io “ilot” io ka tafahanika eo ambonin’izany ny ankamaroan’ireo fiara.

Ekena fa lalana tokony handehanana mafy iny lalana iny, saingy misy koa ireo mpamily sasany manararaotra mampiakatra ny hafainganam-pandeha, hany ka tsy mahafehy intsony ny lalana ka toy izao ny iafarany.

Olana goavana amin’ny ankamaroan’ireo lalana eto amintsika koa ny tsy fisian’ireo mari-pamantarana eny an-dalana. Santionany amin’ireo rond point tena mampidi-doza ny rond point By – Pass Alasora, ny sampanan-dalana By – Pass Androndrakely, ny rond point Kianja Maki Andohatapenaka, ny rond point Tsarasaotra Alarobia. Tsy misy mari-pamantarana anefa ny sasany amin’ireo lalana ireo fa samy manao izay tiany hatao ny mpamily. Tsy mandray ny andraikiny ny tompon’andraikitra fa isaky ny misy loza hatrany vao mody tonga haingana mametaka marika eny an-dalana. Fisehosehoana ny betsaka fa andrasana efa misy ra mandriaka hatrany vao mody hoe handray fepetra hentitra. Ny lalana rahateo ratsy nefa koa ny mpamily misetrasetra eo ambony familiana.

J.C

News Mada0 partages

Fihoaram-pefy tany Amparafaravola : nidaroka, nahafaty olona ny miaramilan’ny Das

 Namoy ny ainy, ny 11 septambra teo, tao Amparafaravola, ny lehilahy iray antsoina hoe Rakotondrazafy Séraphin Paul. Araka ny fitantaran’ny havan’ny maty, noho ny daroka sy vono nataon’ny miaramilan’ny Détachement autonome de sécurité (Das) ao Ampasikely, Amparafaravola, ny antony nahafaty azy io.

 

Manamafy koa ny fizahana ny razana nataon’ny dokotera any an-toerana ny fisian’ny daroka sy vono ary ny herisetra natao tamin-dRakotondrazafy Séraphin. Fantatra fa ankoatra ny ratra hafa, tapaka ny hazondamosiny. “Toa notontaina tamin’ny vodibasy…”, hoy ny fianakavian’ny maty. Marihina fa nanamafy ny fisian’ity tranga mampalahelo ity ny Vondron-tobin’ny zandarimariampirenena ao Ambatondrazaka tamin’ny fanamarinam-baovao, natao omaly.

Fa inona ny nitranga? Ny asabotsy 9 septambra lasa teo, araka ny fitantaran’ny havan’ny maty ihany, nosamborin’ireto miaramilan’ny Das ireto tao an-tsena Rakotondrazafy Séraphin Paul fa hoe nanao fanamiana miaramila, hono. Tsy te hahalala ireto miaramila nisambotra, na niezaka nanazava aza ity farany, fa “teny amin’ny mpivarotra akanjo tonta (fripérie) ny nahazoany io fanamiana io”.

Fandoto iray tandroka…

Nentin’ireo nisambotra azy, ary notanana tany izany Rakotondrazafy Séraphin Paul. Ny 11 septambra teo, nampandre ny havan’ity farany ireo miaramila mba haka ny fatin-dRakotondrazafy Séraphin. Tsy nisy fanazavana hoe inona na ahoana no nitranga.

Tranga iray amin’ny maro izao nihatra, niafara tamin’ny famoizana aina an-dRakotondrazafy Séraphin Paul, izao. Tranga manaratsy endrika, mandoto ny mpitandro filaminana amin’ny ankapobeny.

Marina tokoa fa misy ny lalàna mandrara ny fitondrana na fanaovan’ny olon-tsotra fanamiana mpitandro filaminana. Raha tena fanamiana miaramila tokoa ny nanaovan’ity olona ity, tokony ho natao ny famotorana sy fanolorana azy teo anatrehan’ny fitsarana. Tsy izany anefa ny nataon’ireto miaramilan’ny Das ireto, fa daroka, vono niafara tamin’ny vonoan’olona. Izany hoe, heloka bevava, voararan’ny lalàna. Mampahatsiahy ny “Raharahan’Antsakabary”, tany avaratra, izay efa nahazoan’ny fitondrana malagasy fanamarihana ratsy tamin’ny fikambanana iraisam-pirenena mpiaro ny zon’olombelona, Amnesty International. Nilaza tsy hipetra-potsiny fa hitory ireto miaramilan’ny Das ireto sy hampakatra ny raharaha eo anivon’ny fitsarana ny fianakavian’ny maty sy ny… fokonolona any an-toerana. Andrasan’ny maro, araka izany, ny tohin’ity raharaha ity.

M.R. sy Rarivo

News Mada0 partages

Basikety – CCCOI 2017 : ekipa 15 hiady ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina

 Hampiantrano ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina (CCCOI), taranja basikety indray i Madagasikara. Firenena 5 no hiatrika izany ary hifaninana izay ho tompondaka.

 

Fanintelony amin’izao i Madagasikara no handray ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina, ho an’ny ekipa tompondaka na ny (CCCOI), ho an’ny faritra fahafito. Hotanterahina, etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny 23 septambra ka hatramin’ny 3 oktobra, ho avy izao, izany fihaonana izany.

Nitombo ny isan’ny ekipa hifaninana amin’ity, satria hahatratra 15, avy amin’ny firenena dimy dia i Madagasikara mpampiantrano, i Maorisy, i Seychelles, i Kaomoro ary i Mayotte.  Tsy anisan’ireo ho avy i La Réunion sy i Djibouti.

Tsiahivina fa hiadiana  ny tapakila hiatrehana ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ity CCCOI, ity. «Zava-dehibe  ho an’ny Malagasy ny fampiantranoana ity fihaonana ity, ary fotoana hanararaotan’i Madagasikara, hanolorana ekipa betsaka hifaninana, amin’ny maha mpampiantrano azy, izay handahatra ekipa telo lahy sy telo vavy. Eo koa ny fanomanana  ny lalaon’ny Nosy sy ny Afro-Cup 2019, izay natokana ho an’ireo firenena tsy tafita amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany»,  hoy Ramaroson Jean Michel, filohan’ny federasiona malagasy, nihaona tamin’ny mpanao gazety, teny amin’ny Cercle Mess Soanierana, omaly.

Tanjon’ny Malagasy amin’ity ny hiaro ny anaram-boninahitra efa azony, tamin’ny taona 2016.

Torcelin

Toy izao ireo ekipa handray anjara :

Lehilahy

-Madagasikara : GNBC ;  Cospn ; Ascut

-Maorisy : Beauvallon Heat . Real Basket-ball Club

-Seychelles : Premium Cobra

-Kaomoro : Usoni Basket-ball

-Mayotte : Basket-ball Club de M’Tsapéré ; Tonic Club Omnisport de Mamoudzou

Vehivavy 

 

-Madagasikara : Fandrefiala ; MB2 All ; Tamifa

-Mayotte : Basket-ball Club de M’Tsapéré ; Golden Force Chiconi

-Seychelles : Basket-ball Challenge

 

News Mada0 partages

Minisiteran’ny Fanatanjahantena : nitaky ny tombontsoany ny mpiasan’ny Tafita

 Nanao fitokonana, omaly maraina, ireo mpiasan’ny Tafita (Tahiry Aina ho an’ny fanatanjahantena sy itsinjovana ny tanora), rafitra iray ao anatin’ny minisiteran’ny fanatanjahantena. Anton’izany  ny fitakian’izy ireo ny karama iray volana sy ny fiahiana ara-tsosialy, nandritra ny roa taona.

Nosakanan’izy ireo ny vavahady sy ny lalana rehetra miditra ao amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena, toerana misy ny birao fiasan’ireo mpiasa. Araka ny vaovao voaray, nidina teny an-toerana ny minisitra Andriamosarisoa Jean Anicet sy ireo mpiara-miasa aminy, nifampiresaka tamin’ireo mpiasa nitokona.

Taorian’izay, hita ny vahaolana ka efa an-dalam-pikarakarana ny hanomezana ireo trosa ireo, ny tomponandraikitra, izay efa mifampiresaka amin’ny minisiteran’ny Teti-bola. Taorian’izay, dia efa niverina namonjy ny asany ireo mpiasan’ny Tafita.

Tsiahivina fa  mitokana sy mahaleo tena ny teti-bola, mampihodina sy iasan’ny Tafita, izay alaina avy amin’ny haba amin’ny toaka sy ny sigara amidy eto Madagasikara.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

Tenisy – «Afrique U12» : hidona amin’i Maraoka ny ekipa lahy sy vavy rahampitso

Tsy misy lalao fa miala sasatra ny ekipam-pirenena malagasy, anio alarobia, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, isan-tarika, sokajy U12 lahy sy vavy, tanterahina any Casablanca, Maraoka. Hitohy rahampitso alakamisy kosa izany fihaonana izany, ka hidona amin’ny ekipan’i Maraoka, mpampiantrano, ny kilonga malagasy, eo amin’ny andro farany amin’ny fifanintsanana.

Henjakenjana ny miandry ny ekipa malagasy amin’izany, satria hilalao ao amin’ny kianja mahazatra azy, ry zareo Maraokanina, izay mitarika aloha hatreto, eo amin’ny filaharan’ireo firenena mpifaninana. Na izany na tsy izany, tsy maintsy hiady mafy ireo mpilalao malagasy enina mianadahy, miaro ny voninahi-pirenena, any amin’ity fihaonana ity. Marihina fa tafita miatrika ny dingana, ireo ekipa roa voalohany, manana isa be indrindra. Raha tsiahivina, i Miotisoa, i Maholy ary i Randy, no solotena malagasy eo amin’ny vehivavy ary i Johny, sy i  Ugo ary i Mahefa Anthony, ny eo amin’ny lehilahy, ny ao anaty ekipa malagasy.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Basket – CCCOI : Madagascar remet son titre en jeu

La Grande île prend très au sérieux l’accueil de la version 2017 car l’enjeu est de taille pour la fédération malgache (FMBB) qui fera de ce plateau indianocéanique un tremplin pour la Coupe d’Afrique des clubs champions (CACC) de la zone 7. Madagascar a deux honneurs à défendre en tant que pays hôte et champion de la version 2016.

La FMBB, les clubs participants, le comité d’organisation, partenaires et sponsors sont dans le bain des préparatifs de la CCCOI qui se tiendra du 23 septembre au 1er octobre au palais des Sports de Mahamasina. «Chez les hommes, GNBC, Cospn et Ascut croiseront le fer avec leurs protagonistes mahorais, mauriciens, comoriens et seychellois. Les Réunionnais seront les grands absents de ce rendez-vous régional, qualificatif à la joute continentale. Dans le tableau féminin, Fandrefiala, MB2All et Tamifa vont porter les couleurs nationales face à Seychelles et Mayotte», a déclaré le président de la FMBB, Jean Michel Ramaroson, au Cercle mess de Soanierana, hier.

Les expatriés seront de la partie

Le comité d’organisation a également annoncé que des joueurs évoluant dans des clubs des îles-sœurs à l’image de Danz Kely, Dage ou encore Ronald seront à l’assaut de leurs compatriotes. De chaudes retrouvailles seront donc au menu de cette version 2017 car les équipes hôtes ne seront pas là pour une promenade de santé. «Cette compétition fera également office de détection des potentiels aptes à intégrer la sélection nationale en vue des rendez-vous continentaux de 2019», a indiqué Jean Michel Ramaroson.

Rojo N.

Programme :

-23 septembre : début des matchs éliminatoires et de classement

-29 septembre : _ de finale (hommes)

-30 septembre : _ de finale (hommes et dames)

-1er octobre : finales

Pays et clubs participants :

-Mayotte :

Basket Club de M’tsapéré, BCM (Masculin)

Tonic Club Omnisport de Mamoudzou, TCO (Masculin)

Basket Club de M’tsapéré, BCM (Féminin)

Golden Force Chiconi (Féminin)

-Maurice :

Real Basket Ball Club (Masculin)

-Comores :

Usoni Basket (Masculin)

-Seychelles :

Beauvallon Heat (Masculin)

Premium Cobras (Masculin)

Challenge (Féminin)

-Equipes hôtes :

GNBC ; Cospn ; Ascut (Masculin)

Fandrefiala ; MB2All ; Tamifa (Féminin)

 

News Mada0 partages

Palais des sports : grève du personnel pour des salaires impayés

Les foyers de tension font tache d’huile actuellement et les mouvements sportifs ne sont pas épargnés par cette triste situation. En fait, le ras le bol du personnel du palais des Sports de Mahamasina n’est pas un cas isolé. Les employés de cette infrastructure sportive et culturelle ont tenu un sit-in hier à Mahamasina et sont allés jusqu’à fermer le portail, à la désagréable surprise des usagers.

Le non-paiement de leurs salaires et autres avantages sociaux sont à l’origine de ce mécontentement et des négociations sont déjà en cours (ndlr, entre le ministère de tutelle et les parties concernées) pour dénouer cette situation. A ce sujet, ni les responsables directs (ndlr, Tafita et le Trésor public), ni les hauts responsables auprès du ministère n’ont pipé mot sur les tenants et aboutissants de cette situation. Apparemment, les discussions se font en catimini car même la presse est devenue persona non grata, durant le sit-in.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Vintage Cup Fitia R. : «Un duo avec Benaivo par esprit de challenge»

Quatre fois titrée au Premium Challenge et sortie victorieuse de la Vintage Cup en 2016, Fitia Randriamifidimanana revient cette année pour viser un deuxième sacre consécutif au tournoi rétro du Country Club Ilafy, prévu les 30 septembre et 1er octobre. Elle reforme la paire gagnante de l’an dernier avec Nantenaina Rakotobe dit Benaivo.

«On reforme notre duo par esprit de challenge. On ne change pas une équipe qui gagne, mais je suis bien consciente que les adversaires sont tous aussi motivés et ont tout le potentiel pour gagner», a-t-elle lancé, à deux semaines de la compétition.

Outre son esprit rétro, l’Allianz Vintage Cup se démarque aussi par sa formule, puisqu’il s’agit d’une compétition en double mixte. De ce fait, l’entente entre les équipiers constitue un fer de lance pour tous les challengers. «Avec Benaivo, nous avons une relation amicale, voire fraternelle. On est complémentaires. Sur le terrain, il faut savoir faire preuve de compréhension mutuelle par rapport au jeu de son partenaire et savoir positiver à toute épreuve», a-t-elle souligné.

Nouvelle chance

Au mois de mai dernier, Fitia et sa coéquipière Murielle Rampanarivo ont perdu leur couronne au Premium Challenge. Sans aucun doute, elle va tenter de rebondir à la Vintage Cup. «Logiquement, j’étais déçue. J’étais frustrée d’avoir perdu et d’avoir été la raison de notre défaite. Mais je me dis qu’avec la Vintage Cup, j’aurai une nouvelle chance de me surpasser. On part du principe que ce n’est jamais gagné d’avance et c’est ce qui me motive aussi pour donner mon maximum», a conclu Fitia Randriamifidimanana.

Cette année, on devrait atteindre la barre des cinquante équipes inscrites. Et notons l’intégration du nouveau tableau «parent-enfant» (soit père-fille, soit mère-fils).

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Chronique : gourmander tout manquement à la loi Plutôt qu’amender la loi

Ce ne sont pas les lois qui font défaut, il en est même certaines qui désuètes servent encore à une bureaucratie qui y puise des moyens de pression pour faire régner un système davantage apparenté à la prévarication qu’à une pratique proprement dite de la corruption, même si

de puissants corrupteurs en tirent profit en même temps que leurs complices, les aristos-ripoux. De lois et de dispositions constitutionnelles il y en a en veux-tu en voilà. Des violations par des interprétations fantaisistes on en ramasse autant à la pelle. Ce n’est pas nécessairement que certaines dispositions sont mauvaises que se manifestent des intentions d’y apporter des retouches, souvent c’est parce qu’elles gênent et que l’on ne sait comment les contourner.

A l’approche de l’élection présidentielle, les partisans du Président en exercice malgré des déclarations quelque peu provocatrices manifestent à certains endroits une réelle fébrilité. L’obligation faite par la constitution à un président en exercice de se démettre 60 jours avant la date de l’élection pour pouvoir briguer un second mandat, déplait aux lieutenants de Hery Rajaonarimampianina. La détermination à entreprendre des manœuvres destinées à faire sauter cette disposition, d’elle-même parle des pensées cachées. On ne mènerait un tel combat si le schéma ne concernait pas une prétention du Président en poste de se succéder à lui-même : désormais ça devient le Secret de Polichinelle. Moins glorieux le fait de reconnaitre ainsi une efficacité de l’influence sur les résultats selon que l’on tienne ou non les rênes du pouvoir. Plus conscient de ne pas reposer une pleine confiance à des transfuges. Dans la majorité présidentielle les avis sont partagés concernant le Président du Sénat qui doit assurer l’intérim durant une période de vacance au poste de Président de la République. Des proches du Chef de l’Etat nombreux doutent de la fidélité du Président du Sénat. Quelle fidélité du reste ? Peut-on qualifier de fidélité l’obligation faite à un obligé d’utiliser le droit à pencher en la faveur du maitre ? L’infidélité serait plutôt caractérisée dans des manœuvres favorisant un mieux-disant, hypothèse que n’écarte et ne veut expérimenter la garde rapprochée.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : la mutualité à Madagascar

Sous la présidence du chef de la province de Tananarive et du chef du service de la Colonisation, les associations syndicales du Betsimitatatra et d’Alasora ont tenu leur assemblée générale annuelle sous les ombrages du jardin de Nanisana.

On y discuta la situation financière et administrative et on décida d’augmenter le taux de la redevance annuelle fixée à deux journées par hectare ou fraction d’hectare et de le porter à moitié de la valeur de l’impôt sur les rizières. Ainsi, cette redevance sera plus facile à répartir, les rôles plus faciles à établir et les redevances à réunir.

De son côté, la Société coopérative de Nanisana a tenu sa réunion dans laquelle il a été décidé de vendre, aux sociétaires, les semences au prix du jour ; les travaux des rizières seront effectués avec les instruments de la société, mais les bœufs devront être la propriété des sociétaires ou fournis par eux.

Une société du même genre a été créée à Ambatolampy et les statuts ont été élaborés par M. Letorey, chef du district, particulièrement compétent en cette matière.

Les routes à Madagascar

Bien que M. Merlin soit déjà arrivé à Madagascar, le souvenir de son prédécesseur n’est pas près de s’effacer de la mémoire des colons, ce qui est aussi honorable pour ceux-ci que pour celui-là.

Aussi bien, un de nos correspondants d’Ambodihara nous écrit pour nous marquer sa satisfaction de voir la route d’Ampasimazava à Mananjary presque achevée.

Il faut dire que cette route est un des derniers cadeaux faits par M. Garbit aux planteurs, les pionniers de la première heure de l’Antsaka. Grâce à l’activité du conducteur et du surveillant et aussi au bon vouloir des prestataires – rara avis – (encore qu’ils soient peu nombreux), la route touchera Mananjary dans un temps relativement peu éloigné.

Cette route avait été commencée dans les derniers jours d’avril. Aussi, les colons nous prient d’en exprimer tous leurs remerciements à l’ancien gouverneur général aujourd’hui sur le front de guerre.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fandrebirebena

Voatery hiverenana indray ity resaka mikasika ny fanavaozana lalàm-panorenana, lasa izay moa no raharaha miteraka resabe. Izany hoe efa nandaitra sahady ilay fandrika fonosin’ilay tetika teo amin’ny fanipazana an’io hevitra io. Tonga dia maro na nandrapaka an’ilay fintana amina firobohana amina fiadin-kevitra momban’izay lalàna fototra tsara anorenan’ny Repoblika manaraka. Toy ny olona iharan’ny fandraikirekena ka tsy mahatsapa akory fa izany fanavaozana lalàm-panorenana izany dia mitaky fotoana mateza ahafahana ifandinika lalina sy ifanakalozan-kevitra maro. Izany hoe raha ilaina atao alohan’ny fifidianana an’izay ho Filohan’ny Repoblika izany fanavaozana izany, dia manalava arak’izay ny fe-potoana ijanonan’i Hery Rajaonarimampianina eo amin’ny toerana misy azy sy ahafahan’ireo tandapany sady anjakazaka no tsy amokatra toy izay efa makaleo ny maro. Izay anefa angamba ny tena tanjona.

Ny hany azo antenaina ho vokatr’izany dia ny fivadik’ilay heverina ho fanavaozana hijanona ho antona adilahy pôlitika fotsiny eo amin’ny fikajikajina anaovan’azy ho fitaovam-pifidianana. Very anjavony amin’izany ady izany izay kely mety anjaran’ny fanatsarana ny Repoblika eo amin’izay fanavaozana izay. Mibaribary amin’izany fa eo amin’ny sehatra pôlitika toy izay misy ankehitriny dia tsy manan-danja izany hoe tombotsoa-pirenena izany, ady seza no hany mafotaka.

Misy aza efa mahatsikaritra sahady fa mety hifandray ny tadi-dokangan-dRavalomanana sy ny an-dRajoelina. Izany hoe ny antony niadina tany aloha mety hampitambatra rehefa mifanena amina fahavalo itambarana aty aoriana. Resaka sy lainga daholo no nafafy sy mbola tohizina afafy. Ny tambajotra eo amin’ny fitondrana moa dia araky ny fahazarany dia arakaraky ny fahatongavana aoriana no asahiany milaza fahamaikana. Telo taona mahery izao no nitantanany ny raharaha-pirenena, tsy atao resaka ny fiveriverenany tamin’izay mety ahiahiana ho fanitsakitsahany an’io lalàm-panorenana izay lazainy fa ilaina hanaovana fanavaozana maika dia maika. Ny Filohampirenena moa anefa an’isan’ilay ankolafin’ny Fitondrana namporisika ny fandaniana an’io lalàna fototra io. Maro no tsy afa-po noho izy io hatry ny ela, fa tsy resy lahatra mikasika ny fahamehana eo amin’ny fanavaozana azy tampotampoka eo, nohon’ny fahitan’ny ankolafy pôlitika tombony rehefa nisitraka ny ratsy sy ny tsara nateraky ny faharatsin’ilay lalam-panorenana fototry ny Repoblika faha-4.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : proverbe du pays « le mal dispose de multiples routes »

La route du Sud ne pouvait pas garder indéfiniment l’exclusivité de l’insécurité due aux bandits de grands chemins appelés « coupeurs de route ».

L’Etat incapable de mettre fin à la multiplication d’infractions par ce mode opératoire, le phénomène menace de se répandre. Les premiers symptômes de l’infection font leur apparition à l’Est. Du côté de Brickaville les caravanes de taxi-brousse roulent avec le risque de tomber sous des pluies de cailloux. Une propagation de cette épidémie finirait par avoir raison de paralyser toute circulation de nuit sur tout le territoire.

 

News Mada0 partages

« Prend ma main » : hiaraka an-tsehatra indray i Voahirana sy i Henri Ratsimbazafy

« Efa tsy tsaroanay intsony ny fampisehoana farany hoe Voahirana sy Henri Ratsimbazafy. Te hamerina kely ireny fotoana ireny izahay, izay fangatahan’ny mpankafy rahateo ». Fanambarana nataon’i Henri Ratsimbazafy, nandritra ny fihaonana tamin’ny mpanao gazety, omaly, io. Araka izany, hisy ny seho indroa mihantoana, izay hotontosain’izy ireo ato ho ato. Ny zoma 29 septambra ho avy izao ny voalohany, manomboka amin’ny 7 ora sy sasany ary ny alahady 1 oktobra kosa ny faharoa, manomboka amin’ny telo ora. Samy ao amin’ny CCEsca avokoa ireo seho roa ireo.“Tsy hitovy tanteraka akory ireo. Matetika arakaraka ny mpijery eo ny handaharanay ny hira. Ny azoko ambara, misy ireo hira tsy dia fahenontsika matetika no hataonay amin’io. Tsy azo hialana koa anefa ireo hira hain’ny mpankafy, satria ireny no handrasany”, hoy hatrany ny fanazavan’i Henri Ratsimbazafy”.“Te hanolotra seho mahafinaritra satria efa ela no tsy niaraka an-tsehatra izahay. Ho maromaro ireo fampiaraham-peo amin’io, na dia hisy ampaham-potoana aza hanao ny hirako ary ary hanao ny azy i Henri Ratsimbazafy”, hoy kosa ny fanazavan’i Voahirana.Araka ny vinavina, hira 36 eo ho eo isaky ny seho no halahatra. Anisan’ireny ireo tsy afaka ambavan’ny maro, toa ny “Veloma ry olona iray”, “Taiza?”, Kanefa ianao tsy tonga”, “Indro tazako”, “Sao ianao mihevitra”, sns.Marihina fa ny E-Rec Studio no mandray an-tanana ny fikarakarana sy ny lafiny teknika rehetra amin’ireo seho ireo.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Anivorano Avaratra : nomen-kasina ireo voay ao Antagnavo

Notontosaina, ny 8 hatramin’ny 11 septambra teo, ny andiany fahafito amin’ny « Festival Vagnono », any Anivorano Avaratra, any Antsiranana II. Anisan’ny misongadina, mandritra ity hetsika ity, isan-taona, ny fanomezan-kasina ireo voay ao amin’ny dobon’Antagnavo, tantanin’ny Ofisim-paritry ny fizahantany any Antsiranana (ORTDS).

Natao ny asabotsy teo ny joro fangataham-pitahiana amin’ny zanahary sy ireo razambe, izay lasa voay, monina ao amin’io dobo io, mandraka androany. Raha fintinina ny tantara, misy roa ny foko Antagnavo : ny Antagnavobe sy ny Antagnavokely. Nandalo tamin’ny tanànan’izy ireo ny lehilahy iray, amin’ny foko Zafitsimahito, ary nangataka rano hosotroina. Tsy nisy nanome azy afa-tsy fianakaviana iray avy amin’ny foko Antagnavokely anefa.

Nanoloana izany, nampiasa ny heriny ilay vahiny ka nandefa tondra-drano tamin’ny tanàna. Tsy  tratran’izany ilay fianakaviana nanome rano, satria efa niangaviany mialoha mba hiala ny tranony. Nanomboka teo, nivadika ho voay ireo mponina ka ny taranak’izy ireo, izay tsy tao an-tanàna ka velona soa aman-tsara, no manao joro ao amin’ity dobo ity.

Marihina fa mamono omby iray na roa rehefa manao joro, izay tsy azo tanterahina amin’ny andro talata, alarobia, alakamisy ary alahady. Homena ireo voay ny antsasaky ny hena, avy amin’ny faritra havanana ary zarain’ny mpianakavy ny ambiny. Mandrira ny joro, manao « salovana lambahoany » ny vehivavy raha « kitamby » ny entin’ny lehilahy.

Tafiditra ao anatin’ireo faritra tsidihin’ny mpizahatany ny dobon’Antagnavo. Amin’izao fotoana izao, entanin’ny ORTDS ny fahatongavan’ny mpiala sasatra any, ankoatra ny vahiny. Izay indrindra ny antony anatanterahana ny « Festival Vagnono ». Marobe ireo mpanakanto nanafana ny andiany fahafito teo, toa an-dry DJ Mourchidy sy Dadi Love.

Landy R.

News Mada0 partages

Musée de la photographie : plus de 5000 photos et bientôt un siège

Le musée de la photographie a déjà existé depuis plusieurs années. Actuellement, il possède plus de 5 000 photos mais malheureusement, n’a pas encore de siège physique.

«Pour qu’un musée joue véritablement son rôle, qui est d’éduquer et de transmettre l’identité et l’histoire aux générations futures, il doit avoir une collection, des pièces classées, annotées et inventoriées, une salle de réserve, un comité scientifique qui travaille sur la validation de ces objets… Cependant, aucun musée malgache ne peut encore remplir ces conditions», a annoncé Bako Rasoarifetra du Musée d’art et d’archéologie de l’université d’Antananarivo, hier, lors d’une conférence en la matière.

Plus que le siège pour être aux normes

En effet, pour argumenter sa cause, Tsiory Randriamanantena, du musée de la photographie, a affirmé qu’actuellement, il possède non seulement plus de 5 000 photos qui témoignent  l’histoire de notre pays, mais elles sont toutes classées en périodes, en thèmes pour faciliter les recherches.

«Les plus anciennes datent de 1850», a-t-il ajouté. Ainsi, pour compléter ces critères, le musée aura bientôt un espace pour pouvoir exposer, en y ajoutant quelques légendes qui expliquent ou racontent l’évènement ou la période dévoilés.

«Le musée de photographie se rapproche des particuliers qui ont des photos anciennes. Nous avons une convention commune pour l’usage de ces photos. Mais en général, elles sont utilisées pour appuyer des recherches scientifiques et historiques» a souligné Helihanta Rajaonarison, du Département d’Histoire, en appuyant sur l’importance de ces «archives». Et, parfois même, les photos en disent plus que les mots, ou encore les chiffres.

Le numérique, un atout à ne pas négliger

Notons qu’actuellement, les pays développés se lancent dans le numérique pour archiver leurs patrimoines, leurs objets d’art ou encore leurs photos. Comme le disait Paul Michael Taylor, chercheur anthropologue américain au musée national d’histoire naturelle du Smithsonian aux Etats-Unis, de passage au pays l’année dernière, «La numérisation et les musées doivent aller de pair».

 «Je me souviens d’un moment à Andohan’Analakely. A chaque fois que j’en parle à mes alentours, ils me disent que je confonds tout. En effet, Le souvenir nous joue parfois des tours. Il y ajoute de l’imagination et même des rêves. Seules les photos peuvent justifier un évènement et permettent aussi de raviver la mémoire enfouie. Au final, j’ai eu raison en voyant cette photo appartenant au musée de la photographie. Le monument a été totalement rasé », a conclu une participante à cette conférence.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

CCESCA : Voahirana et Henri, tout comme autrefois

«Prends ma main», c’est à travers ce titre phare que le duo Voahirana et Henri Ratsimbazafy signe son retour sur les feux de la rampe, le 29 septembre et le 1er octobre, au Centre culturel Esca Antanimena.

Le dernier concert, mettant à l’affiche ces deux artistes d’exception, remonte bien à longtemps. Voahirana et Henri reviennent en force et vont révéler une nouvelle fois leur voix unique, douce, élastique au grand bonheur des inconditionnels admirateurs. «Je me souviens comme si c’était hier. Etant jeune, Voahirana a fait ses premières armes aux côtés d’Abel Ratsimba. C’est alors que j’ai remarqué son talent particulier et sa voix d’orfèvre. Je lui ai proposé d’interpréter mes chansons et ce fut un succès», se remémore Henri, en parlant de la genèse de leur collaboration artistique.

Qu’ils soient seuls sur scène ou bien en duo, nos artistes vont proposer un répertoire étendu composé de 36 titres en moyenne, pendant quelques tours d’horloge.  Des musiciens bien aguerris de la scène locale vont compléter le décor, pour ne citer que Solofo à l’accordéon, Radada et Gerad aux guitares et Poum à la batterie.

Politesse des rois 

«C’est un concert qui va réserver son lot de surprises. De mémoire, la scène de CCEsca a vu notre carrière musicale évoluer au fil des ans. Ce sera un plaisir renouvelé de pouvoir revivre ces instants de souvenirs et de nostalgie», poursuit Voahirana.

Le duo nous fera l’honneur d’interpréter ses meilleurs tubes durant ce double concert. «La ponctualité est la politesse des rois», comme il se plaît à le répéter, le premier concert débutera à 19 heures 30 et vers 15 heures tapantes pour l’après-midi dominical.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Décès de Jeanot R. : l’artiste inhumé en France

La dépouille de Jeanot Rabeson ne sera pas rapatriée. Le maestro du piano sera inhumé à l’Hexagone, selon ses proches.

Durant son court séjour au pays, Jeanot Rabeson a dû être évacué d’urgence à La Réunion, suite à un accident vasculaire cardiaque (AVC). L’icône du jazz a rendu l’âme dimanche matin dans l’île sœur.

«Son corps sera acheminé vers Paris d’ici vendredi au plus tard. La famille Rabeson n’a pas encore fixé la date des funérailles», fait savoir Gégé Rasamoely.  Ceci étant, les artistes locaux s’apprêtent à lui rendre un vibrant hommage dans les prochains jours.

 Rappelons que depuis 1962, ce virtuose du piano a élu domicile en France en côtoyant les grands noms du jazz français. C’est à La Réunion qu’il a continué son aventure musicale en formant un trio avec le contrebassiste Pierre Sim et son fils, le batteur Tony Rabeson.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Ihosy : taksiborosy nahatrarana rongony

Saron’ny polisy teo amin’ny sakana tao Ihosy, omaly ny taksiborosy iray an’ny kaoperativa iray avy any atsimo. Tsy tany amin’ny fitoeran’entana tao ambony fiara no napetraka ireo rongony ireo fa tao ambany sezan’ny mpandeha. Nohidina tamin’ny visy mihitsy ny toerana nipetrahan’ireto zava-mahadomelina ireto. Nahazo loharanom-baovao momba ny fisian’ireto rongony ireto ny polisy ka noraisim-potsiny izany nony tonga teo Ihosy. Notazonina avy hatrany ny mpamily. Nogiazana ihany koa ireto zava-mahadomelina ireto. Isan’ny lalana iray ifamezivezin’ny zava-mahadomelina iny lalana RN 7 iny. Misy aza efa aty an-dRenivohitra vao tratran’ny mpitandro filaminana.

J.C

News Mada0 partages

Mampihombo ny aretina : tsy azo fatorana intsony ny marary saina

 Lalàna frantsay mbola nampiasaina ny taona 1838, momba ny fandraisana an-tanana ny olona mikorotan-tsaina no manan-kery sy ampiharina eto amintsika hatramin’izao.

Nilaza io lalàna io fa azo hidina amin’ny efitra manokana ny adala. Amin’izao fotoana izao, misy ny famolavolana volavolan-dalana mifandraika amin’ny zo sy fiarovana ny olona manana fikorotanana ara-tsaina sy aretin-tsaina iarahan’ny minisiteran’ny Fahasalamana, Fitsarana ary ny Filaminam-bahoaka. Fanavaozana voalohany izao ary vinavinaina hoentina eny anivon’ny solombavambahoaka ao anatin’ny fotoam-pivoriana faharoa, ny volana oktobra ho avy izao. “Lalàna miaro ny zon’ny marary saina sy fanerena ny olom-pirenena rehetra handray an-tanana ny fahasalaman’ny saina ny lalàna nohavaozina”, hoy ny lehiben’ny sampandraharahan’ny fahasalamana momba ny saina, Rajaonarison Bertille Hortense, teny Analakely. Fanatsarana nentina ao amin’ny lalàna vaovao ny tsy fahazoana mamatotra intsony ny adala, raha tsy mahazo fahazoan-dalana avy amin’ny mpitsabo manokana. Ny fitsarana sy ny polisy ihany no manana zo hamatotra olona iray eo am-panatanterahana ny asany. Tsy vitsy anefa ireo toby miankina amin’ny finoana mandray an-tanana olona mikorotan-tsaina na koa adala mamatotra ny marary sy manidy azy amin’ny efitra manokana. Mampihombo ny aretina ny famatorana ny marary, hoy ny fanazavan’ny mpitsabo manokana ihany.

Miantso fiaraha-miasa amin’ny mpitantana ny toby fitsaboana ny marary saina koa ny tenany mba hifandrimbona amin’ny fandraisana an-tanana. Ankoatra ny fikarakarana ny fanahy, ilaina koa ny fitsaboana ny saina amin’ny fihinanana fanafody. Maro ny dokotera tsotra efa nofanina amin’ny fandraisana an-tanana ny marary saina, afaka miasa eny anivon’ny toby samihafa miparitaka manerana ny Nosy. Ny mpitsabo manokana ny aretin-tsaina manodidina ny 20 eo ho eo, ary roa isan-taona ny mpianatra nivoaka avy eny amin’ny oniversite nahavita fiofanana momba ny fitsaboana ny aretin-tsaina.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Cisco Ste Marie : voalohany tamin’ny CEPE

Nitana ny laharana voalohany manerana ny Nosy ny Cisco Sainte Marie, tamin’ny fanadinana CEPE 2017, farany teo. Nisy ny paikady napetraka nahatomombana ny fanadinana araka ny nambaran’ny lehiben’ny fari-piadidiam-pampianarana ao an-toerana.

Eo amin’ny lafiny fampianarana, manatanteraka fanadinana andrana efatra ny mpianatra T5, mandritra ny taona, mba hahafahana mandanjalanja ny fampianarana voarain’ny ankizy isaky ny sekoly. Misy araka izany ny fanamafisana isaky ny sekoly tsirairay araka izay vokatra izay.Voatohana ara-tsakafo koa ny ankizy mandritra ny fotoam-pamerenana sy mandritra ny fanadinana vokatry ny fiaraha-miasa amin’ireo mpiara-miombon’antoka maromaro eo an-toerana.Ankoatra izay, manome lanja ny serasera ihany koa ny Cisco Sainte Marie ary mitondra voka-tsoa izany, satria misitraka efitranon-tsekoly vaovao avy amin’ireo mpiara-miombon’antoka ny mpianatra ao Sainte Marie, isan-taona,.

Ampy tsara, araka izany, ny fotodrafitrasa ary amin’ny antonony ny isan’ny mpianatra an-dakilasy.

Tatiana

News Mada0 partages

Soins psychiatriques : la contention physique des patients serait interdite

De nombreux points relatifs aux anciennes pratiques de soins psychiatriques sont sujets à changement. Des réformes  sont apportées à la loi régissant le secteur, datant de 1838, en vue de promouvoir les droits des patients et déterminer les responsabilités de toutes les instances concernées.

Certaines modalités de prise en charge sont prohibées comme le recours à l’isolement et à la contention physique des patients présentant des troubles mentaux et psychiques, durant leurs soins, que ce soit dans les hôpitaux ou dans les autres structures, en l’occurrence les centres de délivrance religieux.

 «Cette disposition en cours de finalisation  entre dans le cadre de la réforme de la loi régissant la santé mentale, vieille de 179 ans», a fait savoir le chef de service de Santé mentale auprès de l’Etablissement universitaire des soins et de santé publique d’Analakely (Eusspa), le Pr. Bertille Hortense Rajaonarison.

Avec le développement de nombreux médicaments, les accessoires destinés à immobiliser les patients ou à les attacher sur leur lit, devront être désormais rangés dans les armoires, estime cette responsable. Elle n’a pas manqué de faire appel à toutes les parties prenantes de toujours combiner le traitement des malades, quelles que soient les méthodes, religieuses ou traditionnelles, avec les médicaments.

Aucun système de prise en charge

La prise en charge des personnes souffrant de troubles mentaux à tous les niveaux est également définie dans ce projet de loi, qui sera soumis à la prochaine session ordinaire de l’Assemblée nationale, en vue de déterminer le niveau de compétence y afférent qui n’est suffisamment pas énoncé dans l’ancienne loi. Raison pour laquelle, aucun système de prise en charge des malades n’est mis en place.

Ce qui explique la présence de patients non traités qui traînent dans les rues et  sèment la panique au sein de la population. Dans de tels cas, la maîtrise de la situation incombe aux éléments des forces de l’ordre qui se chargent uniquement de les référer dans les centres de soins, mais faute de moyen de prise en charge, les médecins traitants n’ont d’autre choix que de les faire sortir sans qu’ils soient guéris.  Cette nouvelle loi prévoit de responsabiliser les concernés, en commençant par les membres de la famille, la communauté ou les collectivités territoriales.

Le Pr. Bertille Rajaonarison a évoqué la nécessité de supprimer le centre de soins psychiatriques d’Anjanamasina, qui ne garantit pas une prise en charge respectant les droits des malades dans la mesure où le fait d’être admis dans cet établissement entraîne déjà une exclusion sociale à cause du qualificatif d’antan qui caractérise cet endroit. Ce responsable de proposer la mise en place de service de santé mentale dans tous les autres centres hospitaliers à travers le pays.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Métier de facteur : comme une lettre à la poste

Face à l’avancée des technologies, à la dématérialisation du courrier ainsi qu’à la popularisation des réseaux sociaux, le métier du facteur à Madagascar fait de la résistance notamment dans le monde rural. A l’étranger, cette profession la plus symbolique de la Poste est en train de se réinventer en adoptant de nouvelles stratégies.

«Tant que les écrits restent, le métier de facteur persistera toujours. A l’exemple du cachet de la poste, à titre de traçabilité fait foi dans certaines procédures administratives», a souligné le directeur de l’exploitation postale malagasy, Rija Andrianasolo.

Actuellement, la majorité des courriers distribués par les facteurs sont constitués de relevés bancaires, de rappel d’impôts, de relance de factures, de convocation de toutes sortes et autres similaires.

Record dans les élections françaises

La distribution des courriers de Tana ville par les facteurs atteint son apogée durant les campagnes électorales présidentielles et législatives françaises. «A tel point qu’aucun congé n’est autorisé durant ces campagnes», a indiqué le chef service adjoint du tri de la poste de Tsaralalana.

Si, en temps normal, un facteur distribue en moyenne une cinquantaine de lettres par jour, courriers tous confondus, tout au long de cette période, cela grimpe jusqu’à 200 courriers au quotidien.

Après les courriers électoraux, arrivent en deuxième position les convocations des concours et des examens officiels. En troisième, les cartes de vœux à l’occasion des grands événements comme Noël, Nouvel an et Pâques.

Adresse mal écrite

Les adresses mal écrites ainsi que l’absence d’expéditeurs restent toujours les erreurs rencontrées dans l’envoi des courriers et des colis postaux. A défaut de ces deux indications, les lettres et les colis sont placés au centre de rebuts pour une durée de deux ans avant leur incinération, selon les textes en vigueur.

Toutefois, avant de procéder à cette incinération, le chef de centre étant assermenté, est autorisé à ouvrir ces rebuts afin de déceler des indices qui permettent de trouver soit l’expéditeur, soit le destinataire.

Sera R

 

News Mada0 partages

Épidémie de peste : 5 autres victimes notifiées

Des cas suspects de peste pulmonaire, faisant cinq victimes,  ont été notifiés hier dans des endroits autres que la capitale et Toamasina. Le ministère de la Santé a fait savoir dans un communiqué que la suspicion affecte d’autres régions, telles qu’Alaotra Mangoro, Vakinankaratra, Sava et Boeny.

D’après les informations reçues, ces personnes ayant été en contact avec des ménages à Toamasina, où des décès suspects ont été enregistrés, ont transmis la maladie à d’autres gens en voyage dans ces endroits susmentionnés.

Des sources concordantes ont informé qu’un cas a été également enregistré hier dans la région Bongolava, où des passagers d’un  taxi-brousse venant de Toamasina  viennent de débarquer. Les autorités sanitaires dans les régions concernées appliquent déjà les mesures de prise en charge adéquates.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Atsimo Andrefana : assainissement de la décharge de Tsongobory

L’ancien site de décharge de la ville de Toliara à Tsongobory n’existera plus grâce à l’action commune de l’ONG Welthungerhilfe (WHH) et de la Commune urbaine de Toliara qui y a déposé 20.000 tonnes de déchets durant une soixantaine d’années.

La réhabilitation de l’ancien site de décharge de Tsongory a démarré sur l’initiative de l’ONG allemande WHH, le 11 septembre dernier, pour offrir une nouvelle vie  à la population de chiffonniers l’occupant malgré les risques d’infection dus aux ordures.

Devenue un lieu d’habitation depuis une dizaine d’années, cette zone basse et inondable présente un réel danger pour la santé à cause de la pollution résultant de l’odeur dégagée par les déchets et les déjections humaines qui y sont entassés. Placée à proximité de la belle plage de «La batterie», la décharge de la ville de Toliara engendre des impacts négatifs sur le tourisme dans la zone.

Plus de 200 personnes issues des fokontany de Tsongobory et d’Anketraka vont travailler dans les prochaines semaines pour débarrasser une première partie des déchets, avant de laisser la place aux gros engins qui continueront les travaux. Le site de Tsongobory situé sur la RN9, à la sortie au nord de la ville de Toliara, a été délaissé depuis le mois de mars 2017 après la construction d’un nouveau Centre de stockage et de valorisation des déchets (CSVD) par l’ONG Welthungerhilfe (WHH)

Une grande première

C’est la première fois à Madagascar qu’un ancien site de décharge sera fermé selon les règles environnementales requises et rendu à ses ayants-droit, soit la population riveraine et la commune urbaine. Cette action de l’ONG WHH améliorera les conditions de santé et d’hygiène mais également le développement économique et touristique de la région. Il est actuellement interdit de jeter des ordures à Tsongobory sous peine de sanctions.

Manou

 

News Mada0 partages

Rocade de la francophonie : trois morts dans un accident

Exactement 18 jours après l’accident mortel impliquant une Renault Mégane II sur la route Digue, un autre s’est produit dans la nuit du 11 septembre.  D’après le ministre des Transports, trois occupants d’une Toyota Land Cruiser V8 ont péri dans ce drame. Quant à la voiture, elle s’est disloquée. Sa partie avant a été complètement endommagée. L’accident est survenu vers 23 h. Selon les témoins, la voiture, en provenance des 67 Ha  a roulé à vive allure. Comme en témoigne le compteur qui a été bloqué à 140 km/h après l’impact. Le conducteur aurait perdu le contrôle du véhicule qui est venu s’écraser contre un muret après avoir roulé sur l’îlot placé à l’intersection de la rocade de la Francophonie et la route digue.

Prise d’initiative

Cette nouvelle a provoqué des discussions intermittentes de différents angles dans les réseaux sociaux. Les internautes lancent un appel à la prudence et interpellent les autorités pour qu’elles prennent les mesures qui s’imposent.

Face à la fréquence des accidents à cet endroit, le ministère des Transports, l’Agence des Transports Terrestres (ATT) et la Commune urbaine d’Antananarivo y ont placé dans l’après-midi d’hier des ralentisseurs et ont également tracé des marquages au sol.

Ando Tsiresy

Tia Tanindranaza0 partages

AndavamambaHanokafana biraon’ny polisy vaovao

Ankoatra ny faritra 67 ha dia anisan’ny tanàna iray malaza ratsy amin’ny asa fanendahana sy ny sinto-mahery ny eny Andavamamba eny, efa ho herintaona mahery izao.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

FOARA IRAISAM-PIRENENA MOMBA NY FAMBOLENAHotanterahina eny Tanjombato manomboka rahampitso

Hotanterahina manomboka rahampitso Alakamisy eny amin’ny Parc des expositions Forello Tanjombato, haharitra efatra andro ny foara iraisam-pirenena momba ny fambolena karakarain’ny agence de communication la premiere ligne sy ny Ministeran’ny Fambolena.

 Trano eva an-jatony no handray  anjara amin’izany ahitana ireo karazana orinasa Malagasy maro samihafa misehatra eo amin’ny resaka fiompiana sy ny fambolena manomboka any amin’ny famokarana ny vokatra ka hatrany amin’ny fanodinana ny akora hanjary ho sakafo na zava-pisotro hampiasain’ny Malagasy  isan’andro. Tanjon’ny  mpikarakara  raha araka ny fanadihadiana natao ny hanomezana vahana ireo tantsaha mpamboly sy mpiomby eto amintsika, indrindra fa ny mba hahafahan’izy ireo mitady lalam-barotra sy mpiara-miombon’antoka avy any ivelany. Hisy ihany koa mandritra izany ny fivarotana ireo karazana fitaovam-pambolena maro samihafa mifanaraka amin’ny fivoaran’ny toetr’andro raha tsy latsa-danja amin’izany ny fikarakarana kaonferansa iray lehibe hitadiavana vahaolana mikasika ny fiovaovan’ny toetr’andro eto amintsika hahafahana manatsara hatrany ny vokatra miakatra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Volan-kakafotra !

Telo volana dia mivaha ny delestazy, handray andraikitra ny fanjakana, efa mandeha ny fanadihadiana, afaka telo volana dia hahita vokatra azo tsapain-tanana isika …

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Zoom AnkorondranoHamokatra herinaratra manomboka izao

Notokanana omaly talata 12 septambra ny ivon-toerana famokarana herinaratra mandeha amin’ny herin’ny masoandro na «Centrale Solaire Photovoltaïque » teny amin’ny Zoom Ankorondrano.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana Tantsaha Valin-tanana“Hafa ihany i Marc Ravalomanana”

An-jatony ny antoko politika misy eto Madagasikara, saingy mitondra inona eto amin’ny firenena ny fisiany ?

 

 Io no fanontaniana apetraky ny Fikambanana Tantsaha Valin-tanana any amin’ny distrikan’i Manjakandriana. Nahazo vahana ny krizy politika sy ny fahantran’ny vahoaka tato anatin’ny folo taona, ary niorim-paka ny tsy fifampatokisana teo amin’ny vahoaka sy ny mpitondra, hoy izy ireo. Naongana ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana, izay nahay nihavana sy nitsinjo ny Malagasy, ary efa niarin-doha sy nizotra nankany amin’ny fampandrosoana ny firenena. Tsy nisy masoandro nihiratra ho an’ny Malagasy nanomboka teo fa fanjakana mpanao kolikoly sy mpangoron-karena no nisy. Vao misy maneho hevitra, dia miaramila mirongo fitaovam-piadiana no harantiranty. Manaitra ny mpiray tanindrazana mba ho mailo sy tsy hofitahana intsony ny fikambanana. Amin’izy ireo, misy sokajiny ny mpanao politika eto ka mila fantarina tsara. Voalohany, ny mpanao politika tia tanindrazana manana programanan’asa sy paik’ady hampandroso ny firenena, mahay misafidy izay mpiara-miombon’antoka aminy amin’ny fikatsahana ny tombontsoam-pirenena. Saro-piaro amin’ny fiandrianam-pirenena, ka tsy ny vahiny indray no hanjakazaka amin’ny tany sy ny harem-pirenena. Efa nisy teto izany olona izany saingy nopotehina, ary adidin’ny Malagasy ny mamerina azy. Misy kosa ny manao sarintsarina fitiavan-tanindrazana, ka mody mividy sy manambitamby ny Malagasy amina zavatra tsy manao ahoana, kanefa mpikarama an’adiny mpanjanatany, ka ny vahiny no homena vahana amin’ny filibana amin’ny harem-pirenena etsy sy eroa, toy ny misy ankehitriny.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana HVMMitohy ny fanampenan-tsofina

Anisan’ny nitsikerana matetika ny fitondrana Hery Rajaonarimampianina hatramin’izao fa miorina eo ambonin’ny fitantanan’ny antoko Hery Vaovao ho an’i Madagasikara

 

 ny tsy fahaizan’ny filoham-pirenena mihaino ireo soso-kevitra marolafy niantefa taminy. Vao ny sabotsy teo no nisy fanehoan-kevitra nataona mpanao politika sy mpitarika antoko politika ny amin’ny tsy tokony hikitihana ny andininy faha-47 amin’ny lalàmpanorenana izay mandidy ny filoham-pirenena hametra-pialana 60 andro mialoha ny hanambarany fa hilatsaka hofidiana indray satria tsy hiteraka fitoniana eto amin’ny firenena. Namaly ny depioten’Ambovombe Androy mpanohana ny fitondrana, Milavonjy Andriasy Philobert, ny ampitso, fa ny tsy fanovana io resaka 60 andro io indrindra no hiteraka tsy fitoniana eto. Tsy voatery ho vita fihodinana in-dray mandeha mantsy ny fifidianana filoham-pirenena. Dia gaga ireo valalabemandry tsy mba mpidongy fahefana sy hiharam-pahantrana mandrak’ankehitriny mahita miharihary ny fitiavan’ny mpitondrany nifandimby fahefana tafahoatra. Toy ny rano nararaka an-damosin’ny gana avokoa ny torohevitra natao ny amin’ny tokony hananganana faran’izay haingana ilay fitsarana avo afaka mitsara ny filoham-pirenena na ny HCJ sy ny hanomezana fahaleovantena marina ny fahefam-pitsarana amin’izay. Mitohy ny fanampenan-tsofina.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Atleta manana fahasembananaAnisan’ny sangany eto Afrika ny Malagasy

Nampahafantarina omaly talata 12 septambra tetsy amin’ny ANS Ampefiloha ny andinindininy mikasika ilay fifaninanam-pirenena eo amin’ny taranja ara-panatanjahantena ho an’ireo manana fahasembanana hotontosaina eto Antananarivo ny 14 ka hatramin’ny 17 septambra izao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mailo ihany

Miarahaba Jean a ! Tena tsara aloha ilay finiavana hanarina ny fandriampahalemana eto an-tanàna ary tena maha te hidera e !

Marco

Madonline0 partages

Quand la peste pulmonaire suscite la panique

Fil d'attente devant une pharmacie à Toamasina

Les autorités sanitaires de Toamasina ont confirmé des cas de décès liés à la peste pulmonaire dans cette ville portuaire de l’Est du pays.

Jusqu’au soir du 12 septembre au moins cinq décès ont été déclarés, dans différentes régions du pays. Ce qui suscite l’inquiétude est que les premières victimes ont pour la plupart voyagé en taxi-brousse reliant des régions lointaines. Ce qui rend possible une transmission assez rapide de la maladie.

C’est dans la ville de Toamasina que la situation a très vite engendré la panique, étant donné que la première victime a été placée à la morgue de l’hôpital local, avant l’enterrement.

Toutefois, l’épidémie pourrait concerner de nombreuses autres villes, après le voyage effectué par un certain nombre de présumé malade. « La peste pulmonaire se transmet par la salive notamment, d’où la nécessité de la prévention », explique un médecin de la Direction régionale de la santé publique de Toamasina.

Des habitants de Toamasina ont ainsi décidé de porter des caches-bouche en circulant dans les rues. D’autres se sont rués vers les pharmacies pour prendre d’assaut les médicaments de prévention, notamment l’antibiotique cotrimoxazole, plus connu sous le diminutif cotrim à Madagascar.

Des cas suspects de peste pulmonaire ont été aussi déjà annoncés à Antananarivo, la capitale, où la densité de la population est pourtant souvent très forte dans certains quartiers. Ce qui représente un énorme danger pour ce qui concerne ce genre d’épidémie. Il est donc normal que la panique soit très vite au rendez-vous.

A l’Institut d’hygiène et social d’Antananarivo, un médecin qui a déjà lutté contre la peste à plusieurs reprises explique : « La peste n’a jamais été éradiqué à Madagascar, et Antananarivo et sa périphérie n’ont jamais été épargnés par cette épidémie. Mais tout dépend de la saison et d’autres différentes circonstances. D’une manière générale, quand nous arrivons à agir assez vite, les dégâts sont plus ou moins limités ».

Depuis longtemps, la peste est une maladie associée à la pauvreté. Mais quand le risque d’épidémie est réel, la peste n’épargne personne. Un communiqué du ministère de la Santé affirme que des cas suspects ont été détectés dans les régions Vakinankaratra, Analamanga, Alaotra-Mangoro, Atsinanana, Sava et Boeny, soit au moins 6 régions sur les 22 que compte la Grande Ile.

La Vérité0 partages

Abba - Bientôt enfin la tournée ! Mais....

Benny Andersson, l'un des membres du groupe Abba, donne quelques informations sur une prochaine tournée 2019 du groupe... en réalité virtuelle. Abba, des dizaines de tubes, des millions de disques vendus et une séparation actée en 1982. Depuis 35 ans, les fans de Benny Andersson, Anni-Frid Lyngstad, Agnetha Fältskog et Björn Ulvaeus espèrent qu'Abba va se reformer.

Et remonter sur scène. La chose devrait se faire bientôt... mais d'une manière assez particulière. L'un des quatre d'Abba, Benny Andersson a confié à la mi-septembre 2017 au magazine suédois Expressen : « Nous nous voyons de temps en temps, on a tous fait des choses différentes de notre côté, mais maintenant nous avons un prochain projet pour nous tous». Ce projet est une tournée, calée pour 2019. Une tournée en réalité virtuelle. Benny Andersson poursuit : « Ça va prendre un bout de temps, il faut du temps pour digitaliser un visage. [...] c'est technologiquement très avancé. Ça sera intéressant ». Abba, qui s'apprête à publier le 27 octobre 2017 une édition spéciale 40e anniversaire de son tout premier album, publié en décembre 1977 en Suède, avait déjà touché un mot de ce fameux projet virtuel. Fin 2016, le groupe avait annoncé une « expérience originale d'entertainment ». Benny Anderson se félicitait du fait que lui et ses anciens camarades étaient en train de travailler à une « machine temporelle qui capture l'essence de ce que nous étions. Et de ce que nous sommes." A quoi Anni-Frid Lyngstad ajoutait : « Nos fans partout dans le monde sont toujours à nous demander de nous reformer. C'est pourquoi j'espère que cette nouvelle création Abba va les séduire autant qu'elle me plaît ».

La Vérité0 partages

Peste - Peur dans les villes !

L’état d’alerte se propage dans les autres villes.  Analamanga, Vakinankaratra, Alaotra Mangoro, Atsinanana, Sava et Boeny sont déclarés foyers pesteux par le ministère de la Santé publique (Msp), dans son communiqué de mardi dernier. L’affolement des habitants suite aux cas  « suspects » de peste pulmonaire s’intensifie non seulement à Toamasina mais aussi à Antananarivo, Moramanga, Sambava, Vohémar, entre autres. La preuve, la ruée vers les pharmacies et vendeurs de médicaments pour acheter du « Cotrim » s’enchaîne dans ces localités.

Du coup, le prix d’une plaquette contenant 10 comprimés de ce médicament générique a grimpé jusqu’à 10 000 ariary, hier dans la ville du Grand port. Tandis qu’à Sambava, ce médicament tant recherché a disparu des étagères des pharmacies locales.  Mais malgré cette hausse vertigineuse, certaines pharmacies ont eu une rupture du stock, comme quelques- unes à Antananarivo qui ont proposé la plaquette entre 1 600 à 2 000 ariary. « J’ai fait le tour des pharmacies depuis Ampasampito jusqu’à Analakely, en passant par Besarety et Antanimena, pour acheter des plaquettes de « Cotrim », ce matin (Ndlr hier), mais elles n’en avaient plus vers 10h. Par contre, les pharmaciens ont demandé aux clients, paniqués, de revenir dans l’après-midi tout en annonçant une hausse de prix », témoigne Perle, mère de famille habitant à Mahazo. Bref, l’automédication a pris le dessus, une des précautions adoptées par les habitants. Ces derniers ne se sentent pas rassurés alors que le Msp tente bien que mal d’apaiser l’inquiétude généralisée. Outre la prise de médicaments, les activités d’assainissement et  de dératisation se sont multipliées depuis hier. Forte mobilisation  des autorités locales Depuis l’annonce des cas suspects de peste pulmonaire dans diverses localités, les autorités et responsables sanitaires se sont dépêchés d’intervenir. A Toamasina, des agents de santé effectuent actuellement des  descentes auprès des Fokontany pour mener des sensibilisations et rassurer les habitants, dans l’angoisse. Les activités de prise en charge des patients suspectés se multiplient dans les centres de santé, tout comme la distribution de médicaments ou encore les désinsectisations, etc. A Vohémar, les 11 patients présentant des cas suspects sont actuellement hospitalisés dans le centre hospitalier local. Il en est de même pour le frère du défunt étudiant de Toamasina, originaire  de ce District et qui y est enterré depuis la semaine dernière. Outre les sensibilisations à travers le porte-à- porte, une barrière sanitaire a également été mise en place dans 3 localités, afin de surveiller de près les déplacements. En outre, le Directeur régional de la santé (Drs) d’Atsinanana, le Dr Raymond Rakotoarimanana, a finalement brisé le silence après les rumeurs sur le nombre de morts et de malades de la peste pulmonaire entrainant une panique généralisée à Toamasina. « Deux personnes sont décédées de la maladie. L’une était un étudiant en 3e année de l’université de Barikadimy qui habitait à Mangarano. L’autre était un père de famille résidant à Salazamay. Leurs décès étaient survenus respectivement les 2 et 3 septembre  derniers », a-t-il avoué lors d’une rencontre avec la presse locale, hier matin. Depuis, les 349 personnes qui étaient en contact avec les défunts ont tous fait l’objet de « chimioprophylaxie », axé sur un traitement médicamenteux. D’après les autorités sanitaires locales, la peste pulmonaire se serait propagée dans cette localité à cause de la mort subite d’un homme à Moramanga, dans un taxi-brousse reliant Toamasina et Antananarivo. Dans tous les cas, la vigilance reste de rigueur quoique les responsables aient avancé la maîtrise des risques de contamination.Recueillis par  Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Football-Telma Coupe de Madagascar - Gros chocs en huitièmes

Lors du tirage au sort des huitièmes de finale de la Telma Coupe de Madagascar effectué hier, toutes les rencontres sont programmées au 24 septembre prochain dans trois sites de compétitions à savoir  Antananarivo, Fianarantsoa et Mahajanga.

Ce tirage a accouché deux jolis chocs avec le Fosa Junior  vainqueur de la coupe provinciale, face  à Tana Formation, vice-champion de la ligue Analamanga et le Cosfa (Analamanga) face au Fc Rabaza (Atsimo Andrefana), tombeur de l’Ajesaia Bongolova en seizièmes de finale.  Le choc entre ces deux équipes promet donc une belle opposition de style. Les grands clubs la ligue Analamanga souhaitaient forcément de s’éviter en huitième. A Antananarivo, As Adema  affrontera la Cnaps Sport dans un derby Analamanga. La retrouvaille entre les deux principaux favoris de la compétition, Fosa Junior Boeny et Tana Formation s’avère être une grande  finale.     Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Alerte rouge (III)

Phase trois. Nous avions eu déjà l'occasion, à deux reprises, de lancer des appels de détresse. Effectivement, le 12 janvier et le 27 mai de cette année, le Journal avait émis des sons de cloche.   Malheureusement, des alertes dans le désert. Les hauts dirigeants du pays, principaux destinataires, font la sourde oreille. En vertu du devoir sacré envers le pays et les générations à venir,  nous revenons à la charge, et lançons une troisième phase d'alerte rouge.

Une tendance fâcheuse d'expropriation des terres apparait ces derniers temps. Les terrains déjà occupés et exploités par des paysans depuis des décennies sont les principaux visés.Le cas  d'Ambohibary Moramanga provoque l'indignation. Ambatomasina et Afaroratra, deux villages compris respectivement dans les Fokontany d'Ampitambe et de Befotsy  ont subi le drame d'expropriation par deux acquéreurs titulaires des titres fonciers. En effet, les occupants de 16 maisons de ces deux localités durent quitter, par la force, leurs habitations. L'huissier de justice, chargé de l'exécution suivant  un Arrêt du Tribunal et assisté de 5 éléments de la Gendarmerie de Moramanga,  scellait les portes. Ainsi, depuis le 1er septembre, date de l' « opération », les habitants désormais ex-propriétaires ont dormi à la belle étoile. En dépit de l'assistance de gens de bonne volonté,  de certains élus et les autorités locales, les pauvres paysans victimes vivent dans des conditions de précarité et de vulnérabilité extrêmes. A noter que les deux titres fonciers  portent, bel et bien, les noms de deux femmes malagasy. Mais, tout le monde n'est pas dupe ! Derrière ces « propriétaires » se cache un « vrai » titulaire, un étranger. On est en face des prête-noms. L'autre cas de Soanierana Ankadimbahoaka (Antananarivo) où des familles furent chassées de leurs maisons confirme la menace et préoccupe, sérieusement, le monde des défenseurs des droits humains. Si le phénomène continue, les Malagasy seront des indésirables sur leurs propres terres. Madagascar, la « terre des ancêtres », deviendrait, un jour, une vulgaire possession des autres.D'autres charges pèsent sur la tête des Malagasy. Ils doivent affronter, également, des soucis portant atteinte sur l'environnement et sur des activités économiques de premier plan telles le tourisme et l'agriculture. Le pillage des ressources minières par les grandes sociétés étrangères, dans presque tout le territoire national, cause de vrais dégâts collatéraux au pays.Aux environs immédiats de la presqu'ile d'Ampasindava, une zone protégée du Nord-ouest, dans le District d'Ambanja, un projet minier risque de générer de lourds tributs sur la biodiversité, en général, et sur l'écosystème marin, en particulier. Une société mauricienne, en collaboration avec les grands capitaux étrangers, se trouve sur un vaste projet d'exploitation minière des terres rares, tantales, dans cette partie de l'île. Les terres rares, matière première très utilisée dans le domaine de l'électronique, sont très sollicitées vu l'explosion de ce secteur d'activité. Un danger mortel pour toute la région environnante dont Nosy- Be qui se « nourrit » de l'équilibre de l'écosystème et de la richesse de la biodiversité de son espace naturel.Le cas d'Ampasindava est loin d'être isolé. Le pays est confronté à un véritable saccage organisé de ses richesses naturelles. Le régime, en place, certainement de mèche avec ces exploitants, sans foi ni loi, laisse la situation empirer. Au secours ! Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Affaire manufacture d’armes à Betroka - Une personnalité haut placée suspectée

La Gendarmerie nationale a mis récemment la main sur du « chlorate de sodium », agent chimique indispensable dans la fabrication de poudre à munition à Betroka. Pour le commandant de compagnie local de cette force, nul n’a donc la possibilité d’importer un tel produit sauf une ou des personnalités haut placées.  « Ce n’est jamais un gardien qui pourrait en importer.

C’est pour cela que je soupçonne une ou des personnalités  locales », déclare-t-il sans ambages. L’ambigüité du rôle de ces hautes personnalités de Betroka semble coïncider avec le moment où le torchon brûle entre un député pro-régime de cette ville et le commandant de gendarmerie en question.  « La population locale exige une enquête poussée sur cette affaire de poudre à munition », assure l’officier de gendarmerie. Il ne se cache plus  aux yeux du public la volonté du parlementaire pro-régime de Betroka à  exiger le départ de ce commandant de gendarmerie de la région.  Pour l’élu, ce dernier chercherait à déclencher un conflit entre les civils. « Il n’écoute plus, ni le chef district, ni cette cacophonie au sein même des autorités de Betroka  qui ne fait qu’amplifier le problème d’insécurité, et ce, malgré l’instauration du couvre-feu, en vigueur depuis le début de cette semaine ». Un autre raison bien connue expliquant  l’aggravation de la situation dans la région, c’est aussi ce refus inexpliqué de l’Etat pour opter pour  l’aviation dans ce combat contre les dahalo. Pourtant, ces derniers ont une peur bleue des opérations venant du ciel.  Des solutions jusque-là proposées comme la réforme de la sécurité récemment galvaudée par l’équipe au pouvoir, ne seraient donc qu’une mascarade car elles ne seraient plus vraiment  efficaces. Pour preuve, l’expérience a bien montré que la multiplication des opérations spéciales (Tandroka)  ou encore  l’accroissement du  nombre des gendarmes ou militaires stationnés dans l’Ihorombe, n’a vraiment permis d’obtenir le résultat escompté, c’est-à-dire la capitulation totale ou démantèlement des groupes de dahalo armés. Non seulement, les Forces de l’ordre refusent maintenant tout engagement avec les dahalo, mais ces derniers se transforment en de véritables forces rebelles armées, capables de mener des actions de guérilla face à l’Armée régulière ou à la Gendarmerie.Franck Roland

La Vérité0 partages

Foire internationale de l’agriculture, agrobusiness-agroalimentaire - Ouverture ce jour

Enfin, le jour J ! Celui de l’ouverture de la Foire internationale de l’agriculture, agrobusiness-agroalimentaire au parc des expositions « Forello Expo » Tanjombato. Cet événement tant attendu démarre ce jour pour durer jusqu’à dimanche prochain.  Le prestige de la première édition de la Foire internationale de l’agriculture, agribusiness- agroalimentaire (Fia), précède déjà l’événement. Le compte à rebours relatif à la date de la tenue de cette foire, affiché depuis des semaines sur les panneaux publicitaires, dans les journaux et à la télé, constitue un véritable outil de suspens pour le public qui a attendu impatiemment le jour J, c’est-à-dire ce jour.

Sans ambages, cette manifestation qui réunira les acteurs en tous genres du secteur de l’agriculture, allant du simple paysan agriculteur, aux agrobusinessmen, démarrera ce jour sous le signe de la promotion de l’agriculture, à tous les niveaux. Une grande première pour la filière agricole à  Madagascar  Tout en faisant office de véritables états généraux de l’agriculture à Madagascar, cette foire compte mobiliser les organisations paysannes de tout le pays et réussir à intéresser tous les différents intervenants ayant en partage l’ensemble de la chaîne opératoire de l’agriculture, cet évènement sera  sans doute le marqueur d’une volonté nationale de fabriquer de la croissance verte pour le plus grand bénéfice de la population et du développement de Madagascar. Les organisateurs de cet évènement ont comme ambition de se donner  des perspectives rémunératrices pour l’ensemble du monde rural et des agribusinessmen et agrobusinesswomen, opérant et œuvrant pour la perception d’un engagement formulé au plus haut niveau de l’Etat, et aider au référencement de Madagascar sur les marchés internationaux. Du côté des visiteurs, à travers cette foire, ils auront l’opportunité de découvrir le monde de l’élevage, les matériels agricoles, les disponibilités des financements, les outils permettant d’opérationnaliser les infrastructures rurales, l’univers de l’agriculture biologique et bien d’autres domaines encore, le tout à apprécier sous le prisme du capitalisme vert. D’aucuns savent que les grandes nations ont acquis leur niveau à partir de leur puissance agricole, et il est fort envisageable pour Madagascar de devenir une puissance intermédiaire. En effet, doté de terres arables, comme bien peu de pays pourrait s’en prévaloir, Madagascar va gagner à maîtriser les questions liées aux fonciers, probablement que les futures Fia seront, certes, une réponse partielle, mais très utile à la mise en valeur efficiente des terres cultivables. Il est un fait indéniable : ces terres resteront à jamais une propriété de Madagascar et ce, quels que soient ceux ou celles qui les exploiteront.Rivo S.

Ino Vaovao0 partages

BEMANONGA MORONDAVA : Nitokona ireo mpampiasa ny ranon’i Dabaraha

Tsy zaka intsony ny fahasahiranana ateraky ny fomba fitantanan’ny olona vitsivi-tsy ny tohodrano ka voatery mitroatra izy ireo. Araka ny loharanom-baovao mahakasika ity raharaha ity dia nitokona sy nanakan-dalana teo amin’ny tetezan’i Marofototra ireo tantsaha misedra olana momba izany nanomboka io talata io. Misy ireo olona sasany voalaza fa tsy miraharaha ny tokony hatao mikasika ny fanajana ny hidin-drano.

Niteraka ady amin’ny samy vahoaka ao an-toerana nandritra ny herinandro maromaro izay. Efa nisy anefa ny fampilazana ireo tompon’andraiki-panjakana ao amin’ny faritra saingy mbola tsy hita izay fandraisana andraikitra. Marihana àry fa manomboka vaky ny ady ka mitady hihenjana ny tady noho ny tsy fitovian-kevitra.

Ny tsy fahatongavan’ny rano any amin’ny velaran-tany maro no anisany mampalahelo ireo tantsaha, ka izany no tena mahatonga ny fitokonana.

Miandry ny vahaolana omen’ny fanjakana izy ireo hatreto ary tsy hijanona ny fitokonana raha tsy mivaly ny fitakiana sy ny vahaolana maharitra omena azy ireo.

Tatianà R.

L'express de Madagascar0 partages

Réforme du secteur sécurité – Un challenge immense à relever

La mise en œuvre de la RSS a été lancée officiellement, hier. Le chantier à abattre est toutefois monumental.

Le plus dur reste à faire. Le lancement officiel de la mise en œuvre de la politique générale de la Réforme du secteur sécurité (RSS) a été fait en grandes pompes, hier au Centre de conférence internationale (CCI) d’Ivato. Si l’évènement a été placé sous le signe de la réjouissance et de l’optimisme, le chantier à abattre est, cependant, immense.Comme l’a affirmé le général Fidy Mpanjato Rako­to­narivo, directeur du cabinet militaire de la Primature et point focal des travaux d’élaboration de la lettre de politique générale de la RSS: « Le vrai travail de réforme ne fait que commencer ». Dans son allocution, le président Hery Rajaonarimampianina a également lancé qu’« il faut que nous prenions conscience de la dimension du challenge dans lequel nous nous engageons ».Inscrit dans un chronogramme qui se poursuit jusqu’en 2021, l’objectif est que la RSS « améliore sensiblement et de manière rassurante » la capacité de l’État à lutter contre l’insécurité. Selon le chef de l’État, l’augmentation du budget à allouer aux Forces de défense et de sécurité (FDS) sera la première étape de l’application de la RSS. Ce qui devrait entraîner une augmentation de l’effectif et l’achat de nouveau matériel.Le budget nécessaire à la concrétisation de la RSS pourrait pourtant calmer l’euphorie d’hier. Pour renforcer ses moyens propres, la Grande île compte sur le fonds de consolidation de la paix des Nations Unies. À entendre ce qui s’est dit hier, cela pourrait ne pas suffire. Le Président a indiqué que la contribution d’entités privées et des partenaires de Madagascar serait sollicitée.

SynergieDes indiscrétions, en marge de l’évènement d’hier, indiquent qu’après l’adoption en conseil des ministres de la lettre de politique générale de la RSS, devrait se tenir une réunion des Partenaires techniques et financiers (PTF) de Mada­gascar, pour discuter du budget y afférent. Une contri­bution étrangère à une mission régalienne de l’État pourrait, toutefois, entamer sa souveraineté. Comme l’a affirmé le président de la République, par ailleurs, le concept de sécurité a changé.Celle-ci s’étend, désormais, jusqu’au champ de la défense nationale, mais aussi, « elle est l’affaire de tous », martèlent les décideurs étatiques. C’est ainsi qu’aux côtés de l’armée, de la gendarmerie et de la police, la RSS intègre la Justice, l’administration du territoire, les services de renseignements, le Parlement et la société civile parmi les piliers de la réforme. Au regard des faits actuels, trouver une synergie entre ces différentes entités ne semble pas aisé.Le chef de l’État soutient qu’une Justice « forte et impartiale » est nécessaire. Seulement, la situation actuelle est que des décisions de justice sont parfois remises en cause par les citoyens, mais aussi par les forces de l’ordre. Certaines ne sont pas appliquées par l’administration. Le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) déplore, cependant, que la non-application des décisions judiciaires torpille l’autorité et la crédibilité de la Justice.Le président de la Répu­blique a contourné la question sur cette non-application des décisions judiciaires, hier. Concernant la société civile, Hery Rajaonarimampianina a affirmé qu’ils auraient surtout le rôle d’éducateur des citoyens et de dénonciateur. Des faits indiquent, pourtant, que, lorsque les dénonciations des Organisations de la société civile (OSC) sont gênantes, elles sont étiquetées de « mauvaises langues », ou même, de « déstabilisatrices ».Certains activistes de la société civile essuient des représailles de la part de personnalités ayant le bras long. Parlant de la lutte contre la corruption, le président de la République a évoqué l’existence des « dahalo en col blanc », dont-il reconnaît l’importance des méfaits sur le développement du pays. Le grand banditisme urbain et rural est réputé être sous la houlette de réseaux de personnalités influentes. Bien que les responsables étatiques concèdent leur existence, personne ne semble oser passer à l’action pour les anéantir, car il s’agi­rait d’une intervention à haut risque.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Boulevard de la francophonie – Course meurtrière d’une Toyota V8

Roulant à tombeau ouvert, un 4×4 n’a pas pu freiner et a heurté de plein fouet  un talus de moellons. Deux de ses occupants ont pas survécu.

Lancé à grande vitesse, un tout-terrain a été pulvérisé par une maçonnerie de moellons au niveau de l’intersection du boulevard de la Francophonie avec la route digue, à la hauteur d’Ambodi­hady. Le bilan fait état de deux morts et d’un blessé grave. Les victimes sont deux frères agés respectivement de 40 et 37 ans. L’un était à la direction de la voiture, et l’autre était assis à sa droite. Le troisième passager a été grièvement blessé et se trouve dans un état critique.Venant du boulevard de l’Europe, la Toyota V8 a enchaîné sur la RN57A (NDLR: Boulevard de la Francophonie) roulant à tombeau ouvert en direction d’Ambodihady lorsque le pire s’est produit. Dans sa course effrénée, la grosse cylindrée roulait à plus de 140 km/h. Après l’impact, l’aiguille de l’accéléromètre était d’ailleurs coincée à cette vitesse.Des traces de frein étaient visibles en fin de tronçon, où la ligne droite de la RN57 À se termine dangereusement avec un virage à l’angle en rejoignant la route digue. Au bout, un talus dont la base est renforcée par une maçonnerie de moellons scellés avec du ciment compact guette dangereusement les automobilistes imprudents.

Amas de ferrailleLe chauffeur a perdu le contrôle de son véhicule alors qu’il roulait à grande vitesse à l’approche de l’intersection. Dans sa course folle, le 4×4 s’est déporté sur l’ ilôt de séparation qui semble l’avoir propulsé dans les airs. Le sillage de gomme brûlée reprend quelques mètres plus loin, où le 4×4 a atterri après un vol plané. Après ces scènes de cascade, le véhicule fou a torpillé le talus.La Toyota Land-Cruiser a été réduit en amas de ferrailles inextricables. Le bloc avant était littéralement broyé et le moteur comprimé. Le choc a secoué tout le véhicule à tel point que la lunette arrière a volé en éclats. Des roues ont au passage éclaté. Le 4×4 de luxe impliqué dans cet accident était équipé d’airbags qui n’ont pas pu pour autant arracher à la mort l’une des victimes.C’est la deuxième fois en trois semaines qu’un accident aussi meurtrier se produit sur ce point  rouge dans de pareilles circonstances. C’est à ce même endroit et à une heure presque identique que Berkeley Andriamanarivo et son compagnon pilote d’aviation, ont trouvé une mort tragique lorsque leur Renault Megane II a heurté de plein fouet le même talus.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Le Pavé – Le rôle des syndicats au centre des débats

«La politique doit toujours exister  dans toutes formes de lutte dans tel ou tel domaine ». Telle est la déclaration évoquée par la Solidarité des syndicats de Mada­gas­car (SSM) et de la Conférence des travailleurs de Mada­gascar (CTM) en partena­riat avec Friedrich-Ebert Stiftung (FES), lors d’une conférence de presse, qui s’est déroulée, hier, à l’hôtel Le Pavé Antani­narenina, après deux jours de formation. Ceci a été fait dans le but de préciser le rôle des syndicats, rabaissé et accusé fréquemment d’œuvrer pour la lutte politique. « La lutte syndicale a toujours été accuseé de conspiration politique, même si l’histoire du syndicat dépendait des partis politiques. D’autres membres du syndicat se sont aussi déviés de leur mission. Ce qui a cassé la confiance de certains employés », selon la déclaration commune de la SSM et la CTM.

Devoir du meneurLes deux jours de formation ont éclairé le rôle des syndicats dans la politique. « Le rôle des syndicats est de discuter des structures à mettre en place pour l’intérêt des employés et de discuter des fondements à choisir si un parti politique se présente à une élection, la position prise par le syndicat. Les syndicats ont été égale­-ment accusés de lutte politique. Nous jouons seulementnotre rôle dans le débat sur la mise en place des structures et l’amélioration des fondements mais il n’est, en aucun cas, question de renverser le pouvoir car il y a avait des syndicats qui ont été accusés de semer le désordre dans le pays », explique Tiaray Fanahimanana, vice président du Syndicat des magistrats à Madagascar (SMM).La politique menée par ces syndicats a donc été  éclairée dans cette déclaration. « Ladite  politique existe toujours dans toutes les formes de lutte que ce soit dans tel domaine ou tel domaine mais il est de devoir du meneur du bien indiquer l’objectif à atteindre correspondant à l’intérêt et au souhait de tous les employés, et de discuter de la manière de l’exécuter et de mener la lutte », toujours selon la déclaration commune. Un projet de société sera mis prochainement en œuvre pour tous les secteurs.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Concert – Henri Ratsimbazafy et Voahirana comme jadis

Henri Ratsimbazafy et Voahirana reforment le duo du bon vieux temps pour deux concerts inédits. Un moment de nostalgie qui touchera toutes générations. 

Il n’y a que les plus de cinquante ans qui tiennent le coup ! Après R’imbosa, c’est à Henri Ratsimbazafy et Voahirana d’attirer les foules. Cela fait bien longtemps, plus de quinze ans, qu’on ne les a plus revus. Cette fois-ci, ils sont décidés, dear Henri et Voahirana, de reformer le duo de choc des années 60-80. Un come back en deux concerts, intitulé « Prends ma main », ils seront au CCESCA Antanimena le 29 septembre à 19 heures et demi  et le 1er octobre à partir de 15 heures. Une double occasion de revivre le bon vieux temps, à travers leurs tubes que le public n’a jamais oubliés.Après une longue éclipse, le duo compte bien offrir un peu plus de ferveur, de chaleur et de moments ardents pour ses fans qui ne l’ont plus vu depuis des lustres.

Encore làPour cela, les places seront très recherchées pour les plus nostalgiques. Pour ce grand retour, Henri et Voahirana offriront aux heureux privilégiés, des moments des plus chauds, en réinterprétant en duo ces tubes intemporels à l’instar de « Fitiavan’Ankizy », « Ianao », «Indro Tazako », «Bobongolo ilay fitia », ou encore le fameux « Taiza? », sans oublier les nombreux autres titres, exactement comme on les a vus et entendus il y a des décennies.C’est toute une surprise et une excellente nouvelle pour les fans du légendaire Henri Ratsimbazafy alors que le chanteur réputé, artiste solo, songerait à un retour. C’est du moins ce que les journalistes ont constaté lors de la conférence de presse qui s’est déroulée, hier. Henri affirmait pourtant, il y a dix ans, qu’il prenait sa retraite. Il semble maintenant qu’il a changé d’avis, et qu’il ne peut, tout simplement se résoudre à abandonner sa passion, puisque l’interprète de « Lamba blanc » semble résolu à reprendre le micro. Henri Ratsimbazafy, jubile à l’idée de retrouver ses fans. De quoi doper quelques centaines de personnes qui, durant ces deux concerts, ne manqueront pas de rendre hommage à celui qui, depuis quatre décennies, n’a cessé de donner du bonheur à son public.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – CCCOI – Deux tickets pour l’Afrique en jeu

La Grande île abritera en fin septembre la CCCOI version 2017. Cinq îles de la région seront représentées.

J-10. Après la version 2016 à Antsi­ranana, La Grande île abritera, encore cette année, la         coupe des clubs champions de l’océan Indien.Ce rendez-vous régional, qui est qualificatif à la 32e coupe d’Afrique des clubs champions (CACC) version 2017, se tiendra du 23 septembre au 1er octobre au palais des sports à Maha­masina. Ce sera la deuxième compétition internationale de la saison pour la fédération après l’Afrobasket U16 garçons à Maurice en juillet.Les membres du comité d’organisation présidé par Nina Ruffin, déjà désigné à plusieurs reprises à la tête du COCAN (comité désorganisation de la CAN) des précédents Afrobasket, ont également été présents lors de la conférence de presse d’hier au CEMES Soanierana. « À l’issue de cette compétition régionale, les équipes cham­pionnes masculine et féminine seront qualifiées et représenteront la zone 7 à la CACC » a annoncé Jean Michel Ramaroson, président de la fédération malgache.Ce sommet continental se tiendra en décembre mais le pays organisateur reste à confirmer. Quinze équipes, venant de cinq pays de la région, ont jusqu’ici confirmé leur engagement. Chez les hommes, neuf prétendants au titre sont en course dont trois équipes pour le pays hôte à savoir la Gendarmerie Nationale basketball, COSPN et ASCUT. Cette formation tamatavienne qui est la championne en titre a déjà ravi quatre titres régionaux (2009, 2013, 2015, 2016).

Présence de transfuges Quatre clubs des autres îles en lice aligneront cinq joueurs malgaches dans leur formation. Les Seychelles auront deux clubs représentants entre autres Beauvallon qui a recruté deux renforts malgaches en la personne de « Danz kely », de son vrai nom Ndranto Ramorasata, de GNBC et récemment Ronald du même club. Une autre star de la balle orange malgache Andry Rakotorisoa, alias « Danz be », évoluera, pour sa part, dans le club vice champion des Seychelles, Premium Cobras.Mayotte aura aussi deux porte-fanions à savoir le BC de M’Tsapéré, club où évolue Daguet, ancienne pièce maitresse de Sebam et Tonic Club Omnisport de Mamou­dzou. L’ancien joueur de St Michel et Fanatic, Hans, qui évolue depuis quelques années à Maurice sera sous le maillot de Real basketball Club. Les Comores seront aussi de la partie cette fois en alignant son unique porte fanion, l’Usoni Basketball.Quant aux dames, six équipes seront en lice dont trois pour le pays hôte entre autres Fandrefiala, MB2ALL champion en titre et TAMIFA. Mayotte présentera deux clubs à savoir BC de M’Tsapéré et Golden Force Chiconi, et Basket Challenge pour les Seychelles. La réunion technique est prévue le 22 septembre et la cérémonie d’ouverture le samedi 23 septembre.Cette joute régionale servira pour l’équipe technique de la fédération de détection des présélectionné pour la première édition de l’Afrocup en 2018 et les Jeux des îles en 2019.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Santé publique – Un dentiste pour quinze mille Malgaches

Malgré quarante ans d’existence de l’Institut odontostomatologie, l’effectif des dentistes reste faible. Alors que les problèmes dentaires concernent de nombreux Malgaches.

La célébration du 40è anniversaire de l’Institut odontostomatologie tropicale de Mahajanga (IOSTM) a été marquée par l’inauguration de deux nouvelles salles d’études, d’un laboratoire et d’une grande salle de conférence, jeudi dernier à Mahajanga be.On compte, actuellement, 1 358 dentistes pour plus de 22 millions d’habitants. Dans les coins reculés, un dentiste s’occupe de plus de 200 000 personnes, face à cette insuffisance d’effectif de dentistes à Madagascar.« C’est dans cette optique que nous avons ainsi décidé de procéder à une extension des salles d’études pour accueillir de nouveaux étudiants lors de la nouvelle année universitaire », a expliqué le Pr Jeanine Angelphine Rasoamananjara, directeur de l’IOSTM.Plusieurs activités ont illustré la célébration ce 40è anniversaire de l’Institut, dont la tenue d’un culte au temple FJKM d’Androva Famonjena vaovao, mercredi après-midi. En fait, la cérémonie officielle d’ouverture a eu lieu au campus de l’Université de Mahajanga, jeudi matin, en présence des autorités locales et du secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Minsupres).

Un luxeEn outre, des nouveaux équipements dentaires ont été aussi inaugurés et remis par d’anciens étudiants et le Minsupres, tels que des appareils radio, un compulseur ainsi qu’un fauteuil dentaire.L’accès aux soins dentaires reste encore très difficile pour la majorité de la population. C’est encore un luxe pour la plupart des gens. Le coût des soins varie de 15 000 ariary pour traiter une carie dentaire ou une extraction à 30 000 ariary pour un détartrage. La prothèse dentaire est encore plus onéreuse et varie selon la matière et le produit utilisés.Par ailleurs, les problèmes dentaires favorisent des maladies des poumons, cardiaques ou encore de la gorge s’ils ne sont pas soignés.L’entrée en Première année commune des études de santé, ou PACES, s’effectue sur examen des dossiers pour les bacheliers des séries C et D. La mention odontostomatologie accepte 75 étudiants, tandis que 40 places sont destinées à la mention assistanat-dentaire.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Garage – Trente ans de réussite pour le spécialiste de la 4L

Depuis sa création en 1987, le garage Farimbona est connu comme le grand spécialiste de la Renault 4L à Madagascar. Une longue aventure pour Élysée Rakotondrakolona, son propriétaire.

Qui n’a jamais remarqué le garage Farimbona, sur la rue pavée d’Antohomadinika Antaniavo ? Spécialiste de la Renault 4L, sa notoriété est reconnue dans toute l’Île et même à l’étranger. Pour preuve, nos confrères de la TV5 Monde lui ont déjà consacré un reportage. Nous avons rencontré, la semaine dernière, le fondateur, Élysée Rakotondrakolona, à l’occasion des trente ans d’existence du garage.« J’ai suivi une formation en mécanique et soudure. J’ai travaillé dans une entreprise de construction métallique. À l’époque, on montait les 4L (NDLR : La 4L a été produite dans plusieurs pays à travers le monde, dont Madagascar). Par la suite, j’ai travaillé au garage d’un oncle. C’est là qu’est née l’idée d’ouvrir le mien », raconte-t-il. « J’ai commencé par collecter des outils. Par ailleurs, j’avais déjà fidélisé plusieurs clients. C’est ainsi que le garage Farimbona a ouvert ses portes en 1987 », ajoute Élysée.

Le travail de dressage de la carrosseriefait par un des techniciens du garage Farimbona.

Depuis, la grande majorité des propriétaires de 4L d’Antananarivo, en particulier, et de tout Madagascar, en général, viennent chez lui pour entretenir ou rénover leurs voitures. Que ce soit des chauffeurs de taxi ou des particuliers.La 4L possède diverses particularités, d’après Élysée.« De l’extérieur, on peut se laisser dire que c’est un modèle simple, facile à entretenir. Il n’en est rien. Par exemple, pour réussir à former un châssis, il est impératif d’utiliser un banc. Cependant, Il faut avoir beaucoup d’expérience et connaître la voiture sur le bout des doigts pour pouvoir maîtriser cette technique », explique-t-il.Oui, le garage Farimbona fait tout, même jusqu’à créer des châssis de toutes pièces, soit avec de la tôle achetée en magasin ou bien avec des barriques récupérées, pour rénover une 4L.« Pour dresser et modeler la tôle, on travaille à la main, avec un marteau, entre autres, ainsi que des outils de soudure », souligne un employé du garage Farimbona.Il leur arrive également de créer l’équipement électrique complet, toujours d’après les explications d’Élysée. Après, on passe par les étapes classiques de la peinture et de la révision générale du moteur, pour boucler la rénovation.

Deux mois de travailL’atelier d’Antohomadinika Antaniavo compte aujourd’hui huit employés, en plus d’Élysée.« Deux techniciens s’occupent de former le châssis. Deux autres sont attelés à la carrosserie tandis que les deux derniers s’occupent de la peinture. Après, il y en a un qui travaillesur le moteur et un second sur l’équipement électrique.Si l’on part de zéro, il nous faut deux mois pour mener à terme le projet de rénovation d’une 4L », poursuit Élysée.Naturellement, nous nous sommes posé la question concernant les pièces détachées, la 4L étant un modèle très ancien que la firme Renault ne produit plus.« Dans la plupart des cas, on utilise des pièces de bonne occasion. À côté, on peut toujours en trouver des neuves. Cependant, les pièces se font de plus en plus rares. Et logiquement, leurs prix augmentent, à mesure que le temps passe », dévoile Élysée à ce propos.Avec le garage Farimbona, la 4L a encore de beaux jours devant elle à Madagascar. De bon augure pour les très nombreux propriétaires de ce modèle mythique, une voiture qui continue d’écrire son histoire dans la Grande île.

Le modelage du châssis s’effectue manuellement au marteau.

Une passion transmise de père en fils

Comme tout grand passionné d’automobile, Élysée Rakotondrakolona a transmis cet amour pour la Renault 4L à sa progéniture. Son benjamin, Mbolatiana, travaille, d’ailleurs, avec lui au garage Farimbona, les deux ainés ayant suivi des études de droit. « Il faut aussi préparer la relève », fait remarquer Élysée, à ce propos.« J’ai grandi dans ce milieu. Dès mon plus jeune âge, mon père m’amenait ici et m’a transmis sa passion pour la 4L. J’ai décidé, plus tard, de me joindre à lui, puisqu’avec l’âge, il ne pourait plus gérer tout seul le garage », précise Mbolatiana.À son tour, il prendra les rênes du garage dans le futur et perpétuera l’aventure lancée par son père, il y a trente ans.

Des clients dans toute l’île

En trente ans d’existence, le garage Farimbona s’est forgé une notoriété hors du commun. Sa clientèle ne se limite pas uniquement à celle d’Antananarivo. Elle s’étale sur tout Madagascar. Des chauffeurs de taxi ainsi que des particuliers, tous viennent à Antohomadinika pour entretenir leurs voitures. Quoi de mieux que le témoignage d’un des clients du garage, un policier propriétaire d’une 4L de passage à Antohomadinika lors de notre reportage : « Certains viennent de très loin pour réparer ou rénover leurs 4L ici, par exemple, des automobilistes de Sambava ou encore de Toliara. Ils font le déplacement à Antananarivo pour cette seule et unique raison ». Comme quoi, le garage est rénommé dans toute l’île pour sa qualité de service.Plus encore, « nous sommes parfois obligés de remettre à plus tard certaines commandes, en raison du nombre trop élevé de clients », souligne Élysée Rakotondrakolona. Difficile alors de compter le nombre de voitures qui sont passées par le garage Farimbona depuis son ouverture en 1987. Des milliers sûrement.

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Politique culturelle – Dago team Zara soulève  le sujet à l’Is’Art Galerie 

Le lieu accueillait plusieurs disciplines artistiques en tous genres pour mettre la culture en affinité avec le public. Pour cette fois, on y aborde un thème beaucoup plus sérieux, celui de la politique culturelle. Aujourd’hui,  à 15 heures, l’Is’Art Galerie d’Ampasanimalo invite les concernés à venir à une conférence-débat portant sur la politique culturelle à Madagascar. Des personnalités bien connues du monde culturel vont intervenir à ce sujet.L’enseignant chercheur à l’Université d’Antananarivo Serge Henri Rodin, le président du festival Madajazzcar et de l’Ami du Patrimoine de Madagascar Désiré Razafindrazaka ainsi que Vahömbey Rabearison, feront savoir les enjeux culturels de notre pays afin de pouvoir bien définir les failles et les dispositions à prendre pour un meilleur résultat.L’objectif sera de porter à la connaissance de tous, ce que c’est la politique culturelle, et de mettre en place une structure adéquate. Le journaliste culturel Andry Patrick Rakotondrazaka jouera le rôle de modérateur durant toute la conférence. D’après un constat des artistes, le volet culturel tâtonne à avancer par l’inexistence d’une politique culturelle adaptée à la réalité. Pourtant, le pays a un grand potentiel culturel. Une transmission en direct de l’événement sur la page facebook de Dago Team Zara permettra à tous ceux qui sont concernés de suivre de près, le déroulement et les différents contenus de cette conférence-débat.Une intervention directe, via le fil de discussion avec ce compte, est mise en place pour laisser les personnes qui ne peuvent pas faire le déplacement, à donner leur avis et contribuer à la mise en place de ladite structure. Cette conférence  rentre dans le cadre de Dago Festival, qui souhaite se produire dans une autre ville pour chaque édition à venir.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Transport en commun – Une cartographie numérisée des itinéraires

Résorber ces problèmes pour que tout un chacun arrive à temps à l’école, au bureau et à son rendez-vous. La communauté Moovit, initiée en 2013, tente d’atteindre cet objectif. Cette communauté a développé un moyen permettant aux usagers des transports en commun de se familiariser avec les lignes (coopératives) qu’ils doivent prendre pour relier deux points d’itinéraire. Ainsi, à travers la consultation d’une cartographie sur son Smartphone, un utilisateur aura le choix d’examiner le chemin le plus rapide qui le conduit vers sa destination. « Il lui est également possible d’étudier le trajet qui réduit son frais de transport en minimisant les correspondances ou bien de choisir l’itinéraire qu’il pourra emprunter à pied », explique Harivola Razakatandra, ambassadeur communautaire de Moovit Tana.Il souligne que Mada­gascar a rejoint la grande plateforme en 2016 et Moovit Tana ambitionne d’intégrer toutes les lignes de la Com­mune urbaine d’Antana­narivo dans la communauté en vue d’une meilleure coordination pour mieux servir le grand public.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Ouverture prochaine  d’un hôtel quatre étoiles

Petit à petit, l’ancien hôtel la Piscine, sis à la Corniche de Mahajanga, classé Trois étoiles et démoli depuis le mois de juin 2013, fait peau neuve. Des travaux de rénovation totale ont été apportés pendant quatre ans.Aujourd’hui, les travaux sont presque terminés à voir l’état du nouveau grand bâtiment. L’ancienne boîte de nuit « Jacaranda » a été aussi démolie ainsi que les deux salles de restaurant, mais elles subiront un lifting à l’ouverture du nouvel établissement hôtelier. Il sera classé Quatre étoiles avec son espace Balnéo forme et Spa.Certainement, ce sera le premier centre de remise en forme de Mahajanga et c’est ce qui manque encore dans la ville. De fait, les salles de sauna ou hammam sont encore inexistantes. Sauf, une seule qui est ouverte depuis trois ans à Mahajanga be. Mais l’accès est encore très difficile pour tout le monde.Une trentaine d’employés ont dû être licenciés en 2013 à cause de la fermeture de l’ancien hôtel la Piscine. Ils ont, par contre, reçu leurs indemnités et droits. En retour, une promesse priorité de recrutement a également été faite à ces anciens employés, à la réouverture de l’établissement, prévue à la fin de l’année.La piscine de 50 m sera sûrement aussi rénovée. Les travaux de finition sont abordés depuis plusieurs mois.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Afrique – Accueil triomphal de la sélection

L’équipe nationale de pétanque débarquera à l’aéroport d’Ivato, ce jeudi à 14h40, de retour de Tunisie. Yves Andrianomenjanahary, alias Donga, Tonitsihoarana Ulricha, alias Toutoune, et Maminirina Ramanantsoa­vina, alias Glou, et Haja Rafanomezantsoa, alias Ny Havana, ainsi que le coach Dolys Andriamarohaja seront accueillis en grandes pompes à leur sortie de l’enceinte de l’aéroport.Plusieurs dizaines de fans de pétanque se sont donnés déjà rendez-vous pour ce jeudi après-midi. À côté, les dirigeants fédéraux organiseront une caravane en partance de l’aéroport, qui passera par Talatamaty, la route digue, 67ha, pour rallier le Palais des sports et de la culture Mahamasina.Un cocktail y est prévu pour fêter la victoire de la Grande île au dernier cham­pionnat d’Afrique. Mada­gascar a remporté le titre en triplettes constituées, en battant la Tunisie en finale samedi soir, sur le score de 13 à 7. Sa troisième couronne continentale après celles de 2009 et 2011.Toutoune a permis au camp malgache de réaliser le doublé, en étant sacré au concours de tir de précision, suite à sa victoire en finale sur le Tunisien Bougriba, sur le score de 45 à 40.

H.L.R. 

L'express de Madagascar0 partages

BNI Madagascar s’installe à Ivato

Et de soixante deux. La banque BNI Madgascar vient d’étendre son réseau et compte, désormais, soixante deux agences et quatre vingt neuf guichets automatiques de billets après l’ouverture de son agence, à Ivato. Sa stratégie d’inclusion financière l’incite à développer rapidement son réseau pour avoir une réelle proxi­mité avec les particuliers, les professionnels et les entreprises. Autrement dit, elle travaille avec tous les acteurs du dévelop­pement, sur l’ensemble du territoire. La nouvelle agence d’Ivato est implantée non loin du futur terminal de l’aéroport international.

L'express de Madagascar0 partages

Les relations sociales entre les paysans merina

«Andriana, Hova, Mainty enin-dreny et encore moins les Andevo ne constituent pas des castes», explique Manassé Esoavelomandroso, en étudiant des groupes paysans en Imerina durant le règne d’Andrianam­poinimerina (1794-1810). Il se réfère à ce propos sur Dumont qui étudie les castes indiennes et Rivière qui s’intéresse aux castes africaines. De même, il n’existe pas encore de véritables classes sociales, mais on tend vers la constitution de classes antagonistes.La société merina, poursuit Manassé Esoavelomandroso, est « une société d’états » avec des distinctions légales de statuts.« Légales car par décision royale, quelqu’un peut passer d’un état à un autre. » Et ces distinctions légales et héréditaires, précise-t-il, déterminent les droits et les devoirs des groupes « statutaires » : Andriana, Hova, Mainty enin-dreny, Andevo. Et les six « catégories » d’Andriana se différencient surtout par leur position à l’égard de la superstructure étatique.« Pour les désigner, on peut garder le terme couche… l’état Andriana comportant six couches hiérarchisées: au sommet les Zazamarolahy, puis viennent les Andriamasinavalona et les Andrianteloray- les Andrian­tompokoindrindra, les Andrianam­boninolona et les Andriandranando      et enfin, les Zanadralambo. »Après ce préambule, l’auteur revient au règne du grand roi dont le pouvoir est très centralisé. Cependant, pour réaliser la pacification complète de l’Imerina « enin-toko » (six territoires), pour l’administrer et la contrôler, il délègue une partie de ce pouvoir à des « tompomenakely » ou des « tompom-bodivona ». Pour rappel, les premiers peuvent être des rois qui se soumettent à Andrianam­poinimerina et qui, en récompense, sont faits Andriamasinavalona en même temps que leurs anciens royaumes sont transformés en « menakely ». Pour la seconde expression, il s’agit d’Andriamasi­navalona et quelques Zazamaro­lahy qui reçoivent des « vodivona », mais leur charge est viagère.« Cette délégation de pouvoir en faveur des tompomenakely et tompom-bodivona est révocable. ». Les uns et les autres sont placés à la tête d’une seigneurie dans laquelle ils reçoivent des prestations (corvées pour l’entretien de leurs propres terres ou tanin-dapa, vodihena ou droit à une partie de la viande des animaux abattus, etc.), ils jugent au premier degré, et perçoivent, au nom du souverain, les redevances ou « hajia » dont ils gardent pour eux la moitié. Cependant, ils ne sont aucunement propriétaires du sol des « vodivona » ou « menakely » car la terre, propriété éminente du roi, appartient à chaque communauté qui la répartit entre ses membres, lesquels ont droit de propriétés usufruitières sur leurs lots.Dans les « menakely » ou « vodivona », les paysans n’ont pas le droit de quitter leurs terres et, en contrepartie, leurs seigneurs ne peuvent pas non plus les en détacher. « Ces mesures apportent aux paysans la certitude du lendemain et garantissent aux grands la main-d’œuvre nécessaire à la mise en valeur de leurs domaines. » Les Andriana établis dans les « menakely » ou « vodivona » partagent avec les Hova certaines obligations envers leurs seigneurs : paiement du « vodihena », « isampangady » (impôt foncier), taxe de « horompotsy » (paille à couvrir les toits). « Mais en fait, les seigneurs qui sont leurs parents, leur font remise gracieuse de ces obligations.» Par ailleurs, poursuit l’historien, sous Andrianam­poinimerina, les mêmes conditions de vie unifient ceux qui peuvent séparer leurs statuts personnels. Néanmoins, les distinctions n’ont pas perdu leur force : entre les divers « statuts » personnels (libres, non libres), les différenciations entre Andriana, Hova, Mainty à l’intérieur de l’ensemble des hommes libres ; la hiérarchisation des couches qui composent chacun des trois groupes d’hommes libres.Les Andevo, quant à eux, sont des travailleurs agricoles, mais restent dépendants car s’ils disposent d’un lopin de terre à cultiver pour leurs familles, ils doivent avant tout travailler les champs de leurs maitres. Les Hova ou Mainty qui n’ont pas assez de terre ou s’en sont dessaisis, ne sont pas mieux lotis qu’eux, car ils peuvent perdre leurs terres. Pourtant, le paysan pauvre tient à sa qualité d’homme libre et la perte de ses terres devient dramatique « moins au niveau économique qu’à celui des mentalités ». Car réduit à l’esclavage, il retrouve une terre- son maitre ayant intérêt à le voir produire et se reproduire, le dote souvent d’une parcelle-, mais perd sa dignité.Et Manassé Esoavelomandroso conclut : « Dans ces conditions, Andevo et paysans libres hova, dans le groupe des paysans sans terre ou des travailleurs agricoles, ne constituent pas pour autant la classe exploitée de la paysannerie merina. Comme les titulaires de nombreux lots andriana, hova et mainty ne forment pas non plus la classe exploiteuse. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Vacances Numériques – Le mini-hackaton révèle les talents des jeunes

L’évènement « Vacances numériques » a connu une grande affluence. La jeunesse malgache s’intéresse de plus en plus aux nouvelles technologies. 

Depuis le 15 août, des animations, découvertes, concours, ainsi que des sessions de formation se sont succédé à l’évènement « Vacances numériques ». Cette manifestation organisée par le ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique (MPTDN), en partenariat avec Orange Madagascar et Tech Zara, bat son plein actuellement. C’est une formidable opportunité pour vulgariser la culture numérique et informatique chez les jeunes à l’ère des avancées technologiques. C’est le cas, par exemple, avec le mini-hackaton.Ce challenge vise, en effet, à inciter les développeurs à concevoir, créer et développer des plateformes, applications autour du thème « partage », choisi par les organisateurs pour cette édition.

« C’est un concours pour les développeurs, un travail en groupe ou individuel. Le jury était composé de techniciens et d’experts dans le domaine du développement informatique et du numérique », explique-t-on du côté des organisateurs.Les trois premiers ont été primés dont une connexion internet de six mois pour le premier. Chaque participant a reçu un certificat.La remise des prix pour le mini-hackaton s’est déroulée le samedi 9 septembre dernier à l’Alliance française d’Andavamamba. Le  grand gagnant du concours de développement informatique est Tolotra Andriamiharintsoa avec son projet de logiciel multiplateforme.

Premier prix : Logiciel multiplateforme

Le projet de Tolotra Andriamiharintsoa consiste à créer un logiciel multiplateforme qui permet d’apprendre facilement, et de manière ludique, à lire et à écrire, en fonctionnant hors connexion.Ce programme est composé de plusieurs modules. Ce qui permet d’apprendre l’alphabet. Le logiciel énonce un mot associé à une image et l’utilisateur doit retrouver le mot en question. L’autre module permet d’apprendre à lire les phrases composées. Il énonce une phrase simple associée à une image et l’utilisateur doit évaluer simplement la phrase, déduire s’il comprend le sens ou non. Et le troisième module du logiciel permet d’apprendre à écrire correctement. Tout cela est régi par un algorithme d’intelligence artificiel de machine learning.

Deuxième prix : l’Application Seiya

Seiya est une application de collaboration de tableau blanc, dont l’objectif est de permettre ou de faciliter le partage en temps réel d’idées, sous la forme de composants, par exemple, textes, images, codes, etc. Ils peuvent être reconstitués et édités par plusieurs personnes lors d’une session en direct, et exportés à tout moment. Bref, c’est un tableau collaboratif numérique. Il inclut également un chat pour pouvoir débattre sur les idées exposées sur le tableau. Les initiateurs de ce projet sont, entre autres, Ny Hasinavalona Randriantsarafara, Mamy Ny Andrianina Razafintsialonina, Stéphan Josué Christian et Vanjasoa Andrianoro.

Troisième prix : YNC-Boost

C’est une application qui trouve toute son utilité dans les conférences. Elle consiste à connecter toutes les machines de l’assistance avec celle du conférencier. L’assistance peut alors visualiser en direct le contenu de l’écran du conférencier. Elle peut aussi chater en direct entre ses membres. L’application comprend aussi un module de partage de fichiers et un tableau blanc pour un meilleur partage d’idées. Avec ce projet, le troisième prix revient ainsi à Vahatriniaina Hery Fitiavana Ramanandafy, Haja Ny Aina Ramaromanana, Lorenzo Aro Mendrika Harivelomitantsoa, et  Safidinirina Razafiarison.

Textes : Lova Rafidiarisoa - Photos : FourniesPage réalisée en collaboration avec Orange Madagascar

L'express de Madagascar0 partages

Recette fiscale

D’après le ministère des Finances et du Budget, le montant total des recettes recouvrées durant le premier semestre de l’année 2017 enregistre une valeur de 2.039 mil­liards ariary, avec un taux de recouvrement de 50,89% par rapport à la prévision annuelle. Cette réalisation est plutôt marquée au niveau des recettes fiscales, avec un montant de 1.989 milliards ariary, soit 50,60% de la prévision annuelle.

L'express de Madagascar0 partages

Tournoi de basketball

Après le Bikers Show du mois d’avril, les clubs de motards de la capitale co-organiseront un tournoi de basketball, le samedi 23 septembre au domaine des Frères Capucins Imerikasinina, dans le cadre de la première édition des Olympiades des motards. Chaque club montera ainsi une équipe pour une compétition suivant la règlementation Fiba 3×3.

L'express de Madagascar0 partages

Handisport – Championnat nationaux – Quatre jours de compétition dans la capitale

Cent-soixante para-sportifs et accompagnateurs venant de onze ligues régionales seront réunis dans la capitale pendant les quatre jours de championnats de Madagascar de handisport. Après la précédente édition à Mahajanga, la XVIIe se déroulera sur trois sites du 14 au 17 septembre.Cinq disciplines seront au menu des participants entre autres le basketball sur fauteuil, la pétanque doublette, le lawn tennis sur fauteuil, le tennis de table sur fauteuil et le boccia. Les matches de tennis et boccia se joueront à l’ANS à Ampe­filoha, les compétitions de basketball au gymnase de Mahamasina et celles de pétanque au CBT Mahamasina.Un match de démonstration de football en salle est prévu avant les finales de chaque discipline ce dimanche. « Les champions de chaque discipline représenteront Madagascar à la prochaine coupe des clubs champions de handisport de l’océan Indien en décembre aux Comores », a souligné Monja Dinard, président de la fédération ou le Madagascar Paralympic Committee. La Grande île est depuis des années le favori dans l’océan Indien avec ses trois titres consécutifs en basketball sur fauteuil, deux titres en pétanque doublette hommes et un autre chez les dames.Déterminé, l’organisme international Christoffel Bliden Mission (CBM) accompagnera désormais la ligue d’Analamanga dans l’organisation de ses activités. Hier, l’équipe de CBM a doté les champions de cette ligue qui défendront ses couleurs aux sommets nationaux: de deux ballons de basketball et d’un de football, de deux raquettes de tennis et de deux autres de tennis de table, de cinquante neuf survêtements et de deux jeux de boules de compétition.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vakinankaratra – Fin de mission pour quatre volontaires japonaises

Quatre volontaires japonaises ont accompli leurs missions avec motivation. Ayant travaillé respectivement au sein de la Circonscription scolaire de Betafo, aux Centres de santé de base de niveau 2 de la commune rurale d’Andrano­manelatra et à Ambalavato Antsirabe, ainsi qu’à la Maison des jeunes à Ambatolampy, elles viennent de présenter aux autorités et aux responsables régionaux le rapport final de ces deux années de volontariat pour le développement des communautés où elles ont été installées.Leurs missions ont été axées sur les domaines de l’éducation, de la santé et du développement communautaire, notamment en faveur des jeunes et de la mère et de l’enfant.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

X Country Acerbis

Le X Country Acerbis est avancé pour le dimanche 22 octobre. Initialement, il devait se tenir le 29. Il s’agira de la sixième manche du championnat de Madagascar de moto tout terrain, qui est prévue du côté de Bevalala. A l’heure actuelle, Claudio Tida (Kawasaki KXF-250), champion sortant, mène toujours au classement général.

Midi Madagasikara0 partages

Halatra Sprinter : Olona efatra nadoboka eny Tsiafahy

Mba nisento kely, omaly, ireo Zandary izay nahavita nandrava ilay tambazotra mpangalatra fiara Sprinter ka nahasambotra ireo jiolahy mpikambana ao anatin’izany. Taorian’ny nampakarana Fampanoavana ireo olona enina voarohirohy tamin’ilay halatra Sprinter nitranga teny Ambohidratrimo tamin’ny 18 Jolay, fantatra izao fa olona 4 no nofonjaina vonjimaika eny amin’ny Fonjaben’i Tsiafahy, 2 kosa no nahazo fahafahana vonjimaika, omaly. Na izany aza anefa, mahatsiaro ho tsy afa-po ihany ireo mpitandro ny filaminana izay nanaraka akaiky sy nanao ny famontorana momba ity raharaha ity noho ny nisian’ireto olona roa nahazo fahafahana vonjimaika ireto. Olona roa izay efa fanindroany izao no niakatra fampanoavana tamin’ny raharaha toy izao nefa dia tsy nahiditra am-poja mihitsy hatreto.

Raha tsiahivina ny tantara, nipoitra ity raharaha nanenjehana ireto olona enina ireto ity tao aorian ‘ny nahitana ilay Fiara Sprinter miasa ao Kaoperativa Fifiabe mampitony an’Analakamisy-Ambohidratrimo sy Vasakaosy,  izay very tamin’ny faran’ny volana Aogositra, tany Ambato-Boeny ny herinandro lasa teo. Olona 7 no nosamborina tamin’izay ary nakarina fampanoavana tetsy Anosy ka nalefa any Tsiafahy ny iray izay nolazaina fa tena ati-diho. Nahazo fahafahana vonjimaika kosa ny sisa. Tsy nitsahatra hatreo anefa ireo zandary rehefa nandre sy nahita fa nisy fiara Sprinter iray hafa mampiahiahay ihany koa tany Mahajanga. Voalaza rahateo fa tao amin’ny toerana izay nadalovan’ilay Sprinter tratra tany Ambato-Boeny no nisy io fiara io. Noho izany, nanapa-kevitra ireo Zandary ny hanohy avy hatrany ny famontorana ka nahita fa andian-jiolahy iray ihany no nanao ireo heloka roa ireo. Voaporofo moa izany nandritra ny famontorana ka nanolorana ity andian-jiolahy ity ny Fampanoavana indray, omaly.

T.M.