Les actualités à Madagascar du Jeudi 13 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara36 partages

Palais de justice à Anosy : Recrudescence des rabatteurs

Le Palais de Justice à Anosy, lieu privilégié des rabatteurs. (Photo d’archives)

Face aux agissements de gens malintentionnés, en particulier des rabatteurs, le ministère de la Justice a pris de nouvelles dispositions pour identifier ces derniers, notamment, en installant des caméras de surveillance mais cela ne les ont pas empêchés de s’adonner à leur basse besogne.     

Avec la récente reprise des activités des juridictions, et ce, après quatre mois de confinement, les rabatteurs ont profité de la situation. Pour amadouer leurs « clients », ils disent qu’ils connaissent des personnes bien placées pour s’occuper de leurs affaires. On assiste ainsi à une recrudescence de ces rabatteurs, ces derniers temps. Une responsable au sein du Palais de justice a mis ainsi en garde les gens qui devront se déplacer à Anosy pour régler leurs affaires en général. Le problème en est que les gens n’osent pas entrer dans le bâtiment du Palais de Justice, et c’est une occasion en or pour ces rabatteurs de les contacter. Toutefois, elle a tenu à souligner que des personnes ont été arrêtées pour usurpation de fonction et escroquerie.

Pratiques douteuses. Faut-il  rappeler que des caméras de surveillance ont été installées au niveau de différentes juridictions pour combattre la corruption en général et les rabatteurs en particulier mais cela n’a pas empêché ces gens malintentionnés de s’adonner à ces pratiques douteuses. L’installation des caméras de surveillance et la clôture du palais de Justice n’ont pas su bloquer ces individus à accomplir leurs forfaits. Le problème c’est qu’ils sont en connaissance de cause des procédures judiciaires ainsi que les noms des magistrats. De ce fait, il est facile pour eux de convaincre les gens qui ont un problème à régler au tribunal d’Anosy. La lutte contre les rabatteurs ne date pas d’hier, il y aurait ainsi urgence sur le mode opératoire à prendre.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara28 partages

8e dialogue politique : L’Union européenne consulte la société civile et le secteur privé

L’ambassadeur Giovanni Di Girolamo dirigera la délégation de l’Union européenne.

La 8e session de dialogue politique entre l’Etat malgache et l’Union européenne va aborder la crise sanitaire dans le pays. L’Union européenne a bouclé les consultations des acteurs du secteur privé et de la société civile.

Sauf changement de la dernière minute, la 8e session de dialogue politique entre l’Etat malgache et l’Union européenne devrait se tenir demain. Un rendez-vous multilatéral durant lequel les contours de la coopération de Madagascar entre Bruxelles et ses pays membres seront abordés sous l’égide du président de la République. Les ambassadeurs des pays membres de l’Union européenne, quant à eux, composeront la délégation européenne qui sera dirigée, en revanche, par Giovanni Di Girolamo.

Crise. Il est de coutume qu’une telle réunion va élucider les tenants et aboutissants des thématiques « habituelles » dans le cadre des domaines de partenariat qui ont lié les deux pays depuis des années.  Mais ce nouveau round traitera, et « avec une attention particulière » selon l’Union européenne, la crise sanitaire provoquée par la lutte contre l’épidémie du coronavirus dans le pays. En effet, et ce depuis la semaine dernière, la délégation de l’Union européenne a déjà préparé le terrain et ont tenu des réunions préalables avec les acteurs de la société civile et du secteur privé. Hier, la délégation permanente de Bruxelles a tenu  une réunion de consultation des acteurs du secteur privé.

Avis. Une quarantaine de participants, issus des différents groupements du secteur privé, notamment du secteur agricole, textile, tourisme, TIC, industries, banques, services, ainsi que les représentants des organisations œuvrant dans le maintien du capital humain, de l’appui au développement des entreprises, de la promotion de l’entreprenariat, de l’industrialisation, de l’exportation et l’amélioration de l’environnement des affaires, ont participé à cette réunion, a-t-on indiqué. L’objectif principal de cette consultation consiste, par ailleurs, selon toujours l’Union européenne, à connaître l’avis des représentants du secteur privé sur l’impact de la crise actuelle et les besoins immédiats du secteur privé, ainsi que les conditions d’une reprise économique durable.

Frustration. La séance qui s’est tenue par visioconférence, selon le communiqué de la délégation, à laquelle Giovanni Di Girolamo, ambassadeur de l’Union européenne, Michael Derus ambassadeur allemand et Christophe Bouchard, ambassadeur de la France, ont été présents, précise-t-on. Ces derniers ont été « attentifs aux souhaits des entreprises malgaches et resteront ouverts pour la mobilisation de financement et la mise en œuvre de projets et programmes adaptés à la relance de leurs activités » soutient un communiqué de la délégation. Le secteur privé, d’ailleurs, a maintes fois tiré la sonnette d’alarme concernant leurs besoins d’aides pour soutenir l’impact de la crise sur les activités économiques et l’emploi. Mais la réaction de l’Etat semble avoir frustré les opérateurs.

Transparence. Les 6 et 7 août derniers, la délégation de l’Union européenne a aussi tenu une séance de travail avec les acteurs de la société civile. Le rendez-vous qui a réuni 82 organisations réparties dans 6 régions, par le biais d’une visioconférence, a été focalisé, selon un communiqué de la délégation, sur la riposte à la pandémie de coronavirus, la transparence dans la gestion des fonds Covid-19, l’impact sur les populations vulnérables encore plus fragilisées par la crise, la bonne gouvernance des ressources naturelles, la liberté d’expression et accès à l’information, l’éducation et sécurité alimentaire. Plusieurs ambassadeurs des pays membres de l’Union européenne ont été présents à cette rencontre virtuelle.

Rija R.

Midi Madagasikara10 partages

Immigration clandestine vers La Réunion : Cinq personnes arrêtées et placées sous mandat de dépôt à...

Malgré les mesures strictes imposées par le gouvernement pour régulariser les déplacements et les transports des personnes pour sortir du territoire national notamment par voie maritime suite à la propagation de la pandémie de Covid-19, cinq individus reconnus et poursuivis avoir enfreint ces dispositions viennent d’être arrêtés et placés sous mandat de dépôt à Nosy-Be, le 09 août dernier. Ces personnes sont impliquées dans une tentative de transport clandestin de personnes vers La Réunion à partir de Nosy-Be. Selon les informations, cette affaire durait depuis des jours. Propriétaire d’un bateau de plaisance, un couple affirme avoir la possibilité de faire le voyage entre Nosy-Be et La Réunion. C’est pourquoi, ils ont réussi à rassembler quatorze passagers pour embarquer dans leur bateau. Une tromperie plutôt qu’un voyage. A peine les voiles larguées et Nosy-Be à l’horizon, voilà qu’un membre de l’équipage a signalé qu’un passager a raté l’embarquement. Et le bateau a dû revenir à son point de départ, le 09 août dernier. Ce fait a alors inquiété les éléments de la PAF qui étaient déjà informés sur l’existence de cette traversée suspecte. Ainsi, ils ont décidé de procéder à la fouille de l’embarcation. L’enquête a révélé que ce bateau est illégal. Il transporte des passagers illégaux. Ainsi, le couple, propriétaire et un autre individu reconnu comme étant la personne qui se chargeait du remplissage du bateau en tant que racoleur, ont été arrêtés. Déférés au parquet, le 11 août, ils sont placés sous mandat de dépôt en attendant leur procès.

T.M.

Midi Madagasikara5 partages

Affaire MBS : Réplique du maire Naina Andriantsitohaina

Le maire Naina Andriantsitohaina a donné sa réplique concernant l’affaire MBS. (Photo d’archives)

Face à la déclaration de l’ancien président Marc Ravalomanana sur la décision de la commune urbaine d’Antananarivo de mettre un terme au contrat de bail emphytéotique avec la chaîne « Malagasy Broadcasting System » (MBS), le maire d’Antananarivo Naina Andriantsitohaina réagit. D’entrée de jeu, il a fait savoir qu’« on peut résilier un contrat de bail ». Et d’enchaîner que «la commune veut sa propriété et qu’il n’y ait point de dessous politique. D’ailleurs, il n’y a aucune idée quant à la fermeture du MBS, étant donné qu’il dispose encore de six mois pour quitter le lieu ». Et  le Premier Magistrat de la Ville d’enfoncer le clou que « MBS n’est pas un bon payeur concernant ses loyers. D’abord le montant des loyers est insignifiant vu que cela ne représente que 2 millions d’ariary par an pour un terrain qui est d’une superficie de 2500m2 ».

Dossier brûlant. Il estime ainsi que sur ces 20 ans d’occupation de terrain, cette station aurait dû payer 40 millions d’ariary, or ce n’est pas le cas, car elle ne s’est acquittée que de 8 millions d’ariary. Au vu de ces déclarations, la Chaîne MBS devrait ainsi quitter Anosipatrana, avant fin janvier 2021, si l’on se réfère à la lettre du 30 janvier 2020 du maire de la Capitale. Avec ce dossier brûlant, décidément rien ne va plus entre le clan Ravalomanana et le maire de la Ville des Mille.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara3 partages

Covid-19 : Une vingtaine de nouveaux cas en 24h à Analamanga

4 décès ont été rapportés par le CCO, ainsi que 80 nouveaux cas dont 23 à Analamanga, et 253 guérisons dont 200 à Analamanga.

4 décès liés à la pandémie de Covid-19 ont été signalés, hier, 12 août 2020 par le Pr Vololontiana Hanta, porte-parole du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19. Ces décès, survenus dans la région Boeny (2 décès à Mahajanga), dans la région DIANA (1 décès) et dans l’Atsimo Andrefana (1 décès à Toliara), portent à 156 le nombre de décès à Madagascar. 80 nouveaux cas ont, par ailleurs, été signalés, à l’issue de 400 tests dont 215 tests PCR et 185 tests geneXpert. Ces 80 nouveaux cas d’hier sont localisés dans 10 régions de Madagascar : Analamanga 27 ; Atsinanana 1 ; Alaotra Mangoro 24 (tous à Ambatondrazaka) ; Haute Matsiatra 7 ; Boeny 6 ; Sofia 2 (1 Antsohihy et 1 à Port Bergé) ; SAVA 2 (tous à Sambava) ; DIANA 8 (2 ambanja et 6 à Antsiranana) ; Atsimo Andrefana 1 ; Androy 2 (1 à Bekily et 1 à Ambovombe).

Formes graves et guérisons. 103 patients présentent, au jour d’hier, une forme grave de Covid-19, dont 69 dans la région Analamanga. Ils sont pris en charge dans les hôpitaux et centres de traitement d’Antananarivo et des environs (HJRB 34 ; HJRA 18 ; Anosiala 10 ; Andohatapenaka 1 ; CTC Mahamasina 4 ; hôpital de Fenoarivo 1 ;  hôpital militaire Soavinandriana 1). Le reste des formes graves est localisé dans d’autres régions : Vakinankaratra (Antsirabe) 7 ; Haute Matsiatra (Fianarantsoa) 16 ; Atsimo Andrefana (Toliara) 3 et Boeny 8.

Quant aux guérisons, elles sont au nombre de 253, hier, et localisées dans 10 régions : Analamanga 200 ; Bongolava 7 ; Alaotra Mangoro 7 (1 à  Amparafaravola et 6 à Moramanga) ; Ihorombe 7 ; Boeny 7 ; Sofia 5 ; Betsiboka 19 ; Atsimo Andrefana 1 ; Androy 1 et Anosy 2.

A ce jour, le cumul des cas confirmés de la pandémie de Covid-19 est de 13.397, dont 1.712 actuellement en cours de traitement, tandis que 11.529 sont déjà guéris.

Hanitra R.

Midi Madagasikara2 partages

Rapatriement des Malgaches : La diaspora malgache félicite la décision du président Rajoelina

Enfin, le souhait des Malgaches bloqués à l’étranger de rentrer au pays est en train de se concrétiser. Rapportant leur satisfaction après l’annonce faite par le président de la République sur le processus, de rapatriement de ces nationaux, processus à mettre en œuvre d’ici peu, l’Association Zanak’i Gasikara, a manifesté ses vives reconnaissances envers l’Etat malgache. « L’Etat met tous les citoyens sur le même piédestal en s’efforçant de répondre dans la mesure du possible à leurs aspirations respectives où qu’ils soient », a déclaré le bureau de cette association de la diaspora malgache lors de la rencontre avec la presse, lundi. Zanak’i Gasikara n’a cessé de plaider en faveur de ces expatriés quand ces derniers étaient dans le désespoir total. La décision du président de la République a soulagé nos compatriotes bloqués à l’étranger qui s’inquiètaient de la progression vertigineuse de la contamination au Covid-19 dans leur pays d’accueil en étant conscient de la maîtrise de la situation à Madagascar, explique la présidente de l’association, Carrozza Heliarisoa.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Economie verte : Trois huiles essentielles très convoitées dans le monde

Les huiles essentielles de Madagascar sont très convoitées par des industries pharmaceutiques dans le monde.

Près de 95% de la production d’huiles essentielles du pays sont destinés à l’exportation.

Il y a toujours des opportunités qui s’offrent dans une période de crise comme cette crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19. La preuve, de nombreuses autorisations d’exploitation des plantes médicinales et aromatiques ont été délivrées par le ministère de tutelle au profit des acteurs oeuvrant dans la filière huile essentielle durant le confinement. En effet, la demande de ces essences ne cesse d’augmenter aussi bien sur le marché national qu’international pour faire face à cette pandémie. Et comme avantage comparatif, Madagascar regorge environ 12.000 espèces de plantes dont 83% d’entre elles sont endémiques. En outre, sur les 71 espèces de plantes aromatiques qui sont connues dans le pays, 30 espèces sont endémiques. Leur valorisation contribue ainsi au développement de l’économie verte tout en attirant tant des investisseurs locaux qu’étrangers alors que cette filière reste encore sous-exploitée.

Camphrier unique au monde. Force est également de reconnaître que près de 95% de la production d’huiles essentielles du pays sont destinés à l’exportation. Mais d’après les études menées par l’EDBM (Economic Development Board of Madagascar), une agence de promotion des investissements dans le pays, trois huiles essentielles à base de plantes de Madagascar sont très convoitées dans le monde. La première constitue l’huile essentielle de Ravintsara qui est qualifiée d’un camphrier unique au monde. Cette plante originaire d’Asie s’est adaptée au sol malgache et a acquis des propriétés uniques au monde. Pour un camphrier, il possède en effet plus de 50% de 1.8 cinéol, le principal principe actif contenu dans la plante et quasiment pas de camphre.  L’huile essentielle de Ravintsara s’extrait à partir de la collecte des feuilles de l’arbre. Les récoltes peuvent se faire toute l’année. Cette essence est très utilisée en homéopathie et en médecine traditionnelle. Grâce à ses propriétés antifongiques, antibactériennes et antivirales, elle est recherchée par des laboratoires pharmaceutiques internationaux. Elle est notamment exportée en Europe et aux Etats-Unis.

Une opportunité pour les investissements. Ensuite,  la deuxième huile essentielle est celle de Mandravasarotra ou Saro obtenue à partir de la distillation de ses feuilles. Endémique de Madagascar, l’arbuste tient son pouvoir curatif de la même molécule que celle présente dans le Ravintsara : le 1,8 cinéol. L’huile essentielle de Mandravasarotra lutte efficacement contre les infections virales, bactériennes et fongiques. De ce fait, elle est très prisée par des industries pharmaceutiques dans le monde et est très utilisée dans l’homéopathie. Des sociétés oeuvrant dans le domaine de la médecine traditionnelle et naturelle dans le pays en exploitent également. Tout comme le Ravintsara, les produits à base de Mandravasarotra envahissent actuellement le marché local. Cette plante médicinale pousse sur toute la côte Ouest de Madagascar. Et sur le marché international, un flacon de 10 ml de Mandravasarotra coûte entre 5,95 euros et 10,15 euros. Quant à la troisième huile essentielle très convoitée dans le monde, qu’est l’huile essentielle d’Ylang-ylang, c’est très utilisée dans la parfumerie, la cosmétologie et en homéopathie. Ses notes florales et jasminées attirent les plus grands noms de l’industrie de parfum tels que la maison Dior ou Chanel grâce à son légendaire Chanel n°5. Elle possède également des propriétés anti-inflammatoires,  une opportunité pour les investissements dans l’industrie pharmaceutique, a-t-on conclu.

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Réouverture progressive des églises

Après que le président de la République ait annoncé l'amélioration de la situation sanitaire du pays, tenant compte de la stabilisation des nombres de nouveaux cas enregistrés du Covid-19, la population commence à retrouver la vie normale.
L'église FJKM a annoncé, le lendemain du discours du président, la possibilité de réaliser les cultes du dimanche, tout en respectant les mesures sanitaire pour les chrétiens de la FJKM. Ce 12 août, l'église Luthérienne a elle aussi annoncé sa réouverture, pour les cultes pour Bongolava, Analamanga et Itasy. Le respect des mesures sanitaires iront également de pair avec cette réouverture.
Madagate0 partages

Madagasikara. Ady amin’ny herisetra amin’ny endriny rehetra: antsoy ny 813!

Tsy fisian’ny fandeferana eo andaniny sy ankilany, tsy fanomezana fanapa-kevitra ny vehivavy amin’ny sehatra iray ny tsy fihainoana ny lahy sy vavy.Ireo dia anisany mamparefo ny Malagasy raha ny miralenta no resahina. Vokany, dia mivadika ho herisetra amin’ny lafiny maro izany eny anivon’ny fiarahamonina eny.

Ny lalàna laharana 008-2009 no natao indrindra ho fenitra iray hizorana any amin’ny fiadiana ny herisetra mifototra amin’ny maha-lahy sy maha-vavy. Tsy nijanona fotsiny ho lalàna anefa fa misy asa sy fanentanana, ary fanabeazana atao amin’izany. Manana anjara andraikitra lehibe amin’izany ny Minisiteran’ny Mponina sy ny Fiahiana ara-tsosialy ary fampivoarana ny vehivavy. Asa sahanina amin’izany, amin’ny alalan’ireo mpiandraikitra ara-tsosialy na ny « assistant social », dia ny mandray sy mihaino fitarainan’ireo izay hianjadian’ny herisetra, na lahy io na vavy. Manoro hevitra sy ny tokony atao ihany koa izy ireo, ary mandefa ireny olona tratry ny herisetra ireny any amin’ny sampandraharaha izay tokony iandraikitra izany, arakaraka ny fitrangan’ilay herisetra.

Tsara ho fantatra anefa fa tsy ny vono ihany no heverina fa herisetra, fa misy lafiny maro : ao ny herisetra ara-pivelomana na ekonomika, herisetra ara-nofo, herisetra ara-tsaina na ara-psikolojika (« violence psychologique et émotionnelle ») ary ny herisetra ara-batana izay matetika mitranga. Ity farany ity dia eo tokantrano no fitrangany matetika.

Ny fanadihadihana Fadaharan’asa MICS 2018 (« Multiple Indicator Cluster Surveys »), izay notanterahin’ny INSTAT, UNICEF, BANQUE MONDIALE sy ny USAID ny taona 2018 dia nanaporofo fa mia-mahazo vahana ity herisetra amin’ny tokantrano ity, izay ny vehivavy no tena iharany.

Araka io fanadihadihana io, fitrangana herisetra 12 volana mialoha ny fanadihadihana dia manambara fa antony maro no mahatonga ny fikorotanan’ny tokantrano iray ka miafara aminy fisarahana noho ny herisetra ataon’ny iray amin’izy roa.

·Ny herisetra vokatry ny teny tsy voahevitra dia nahatratra 34%. Nahitana tranga be indrindra amin’izany ny faritra Sofia sy Betsiboka (45 %) ary ny Faritra Analamanga (43%).

·Herisetra ara-batana : 23%. Ny Faritra Analamanga no nahitana tranga be indrindra : 39% ; Faritra Alaotra Mangoro : 34%/ ; Faritra Vakinankaratra sy Bongolava 30%

·Fanolanana : 11%. Ny Fatria nahitana tranga be indrindra : Faritra Anosy 21% ; Faritra Analamanga 18%.

Io fanadihadihana io ihany no milaza fa na dia ny laoka may ao an-trano aza dia efa hitrangana herisetra eo amin’iray amin’izy roa ; eo koa ny fivoahana an-trano ataon’i ilay vehivavy ka tsy miera amin’ny vadiny.

Noho ireo tatitra ireo dia maro ny ezaka tokony atao hisoroana ny herisetra amin’ny hendriny rehetra. Efa nisy tetik’asa izay napetraky ny eo anivon’ny Ministeran’My mponina (MPPSPF) dia ny Ivo-toerana ho fihainoanan’ireo izay tratra ny herisetra manerana ny Faritra 22 (« Centres d’écoute et de conseil juridique). Izy ireo dia natao hamahana sy hanoroan-kevitra ireo iharan’ny herisetra.

Tsy nijanona hatreo anefa fa nanomboka nisian’ny fihiboana noho ny fisian’ny COVID-19 dia maro ihany koa ny herisetra nitranga, na ara-batana io na ara-tsaina na ara-psikolojika, na ara-nofo, na ara-pivelomana, na ara ekonomika. Ho fampihenana izany dia natsangana ihany koa ny Antso manokana maimaimpoana (ligne verte 813) nanomboka niasa ny volana Aprily 2020.

Fiaraha-miasan’ny MPPSPF sy ny mpitandro filaminana, ny UNFPA ary ireo fikambanana samihafa. Io lahara-tariby 813 maimaimpoana io dia natao hiainoana ny fitarain’ireo izay tratry ny herisetra manerana ny Nosy, ka ireo mpandray ny antso no manoro hevitra sy ny tokony ataon’ilay olona tratry ny herisetra. Mandray ny fitarainana sy fampafantarana ataon’olona ihany koa ry zareo raha toa mahatsikaritra herisetra any anivon’ny fiaramonina any ilay olona.

Tsy herisetra ihany anefa fa eo koa ny toro-hevitra ara-pahasalamana, indrindra ireo tratran’ny herisetra ara-nofo sy ara-pananahana.

Andraikitra raisin’ity laharana 813 ity ihany koa ny tranga herisetra ara-batana, herisetra ara-tsaina na ara-psikolojika.

Ny tanjona dia ny hamongorona tanteraka ny herisetra mianjady amin’ny tsirairay. Noho izany : raha misy iharana herisetra dia afaka manatona ny biraom-pokontany, na zandary na polisy na ihany koa ny CEJI Trano Aro Zo. Na miantso mivantana ny 813.

Andry Rakotonirainy

Tia Tanindranaza0 partages

Nosy beTratra ilay sambo mpanondrana vehivavy

Mpivady mpisoloky misera sy mitondra olona an-tsokosoko amin’ny sambo mpitondra olona mitsangatsangana no tratran’ ny Polisy miasa eny amin’ny seranana (PAF) ao Nosy be ny 09 Aogositra lasa teo.

Nentina avy hatrany natao fanadihadiana izy ireo raha araka ny loharanom-baovao azo. Rehefa nosavaina tao anatin’ilay sambo nampiasain’izy ireo dia nahitana olona miisa 14 izay saika hiondrana atsy amin’ny Nosy rahavavy La Réunion. Natolotra ny fitsarana ny 11 Aogositra teo izy mivady ka notanana vonjimaika any am-ponja. Tsiahivina moa fa avy amin’ny olona tsara sitra-po tao Nosy Be no nahafantarana namantatra ity asa fanondranana olona an-tsokosoko sy fisolokiana nataon’izy mivady ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpikarakara lanonana sy artista Avelao izahay hiasa

Raha atontaly dia efa 9 volana izao ireo mpikarakara lanonana eto amintsika no tsy nampidi-bola intsony. Raha 5 volana mantsy hoy izy ireo no nisian’ny fihibohana dia efa efa-bolana talohan’io izy ireo no efa niaina ilay hatao hoe vanim-potoana maty vokatry ny ranon’orana…

 

Mahatsiaro ho tototry ny fahasahiranana tanteraka izy ireo araka izany. Mangataka amin’ny fanjakana izy ireo noho izany ny mba hahafahany mihindram-bola toy ny mpiasa tsy miankina ihany koa hanarenany ny fiainany. Tafiditra ao anatin’izany ny fanomezana fanampiana azy ankoatra ny fanamaivanana ny fepetra takiana amin’izy ireo. Ho an’ireo trano fandraisana lanonana ohatra dia anisan’ny tena hetahetan’izy ireo ny hahafahany mandray ny mpilanonana na dia ny an-tsasaky ny zakan’ny tranony ihany aza mba hahafahany manarina tsikelikely ny asa fivelomana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ravalomanana sy AndriantsitohainaMiha mafy ny fifandonana

Tsy misy resaka politika mihitsy io, ary marina angamba ny tenin’i Filoha Ravalomanana hoe tsy mahay politika aho,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Amboasary AtsimoTsy mila OPJ, tsy mila Fitsarana ?

Manefa izay tratra ! Jiolahy efatra no maty omaly, sady tsy nandalo mpanao famotorana na OPJ (Officier de Police Judiciaire) no tsy niakatra Fitsarana. Tratra ambodiomby tamin’ny halatra samihafa ireo.

 Nangalatra bisky, « couche » an-jazakely tao anatina tranombarotra iray tao an-tampon-tanàna ny iray, resaka halatr’omby avy any amin’ny Fokontany hafa ivelan’Amboasary no nahasamborana ny telo. Naseho velona ny vahoaka, avy eo nentina tamin’ny toerana misintaka ny tanàna, dia najedaka. Fampiharana ny kabary tao andrenivohitry ny Kaominina ambonivohitra Amboasary Atsimo ny 11 aogositra 2020 io. Tamin’io no nifaneken’ny fikambanan'ny tanora MIRAY (Behara, Amboasary Atsimo) fa hiaro, hiara-hiasa, hampandriana fahalemana indray ny tanàna. Tamin’io fotoana io koa no nanolorana sy nampahafantarana ampahibemaso ny vahoaka an’ny Kapiteny Dédé na « Tsy mitsitsy », izay komandy vaovao ny Kaompania 519 an’ny miaramila ao Amboasary Atsimo. Nanafatrafatra ireo izay mbola hikasa ny hanao ratsy i Kapiteny « Tsy mitsitsy », mba hampijanona avy hatrany an’izany fa tsy hisy indrafo na fialantsiny ho an’izy tratra fa tonga dia vitainy. Nampitandrina ireo olobe sy mpanao politika mikasa hanao « intervention » hanafahana ny mpanao ratsy koa ny tenany fa hovitany miaraka amin’ireo jiolahy ihany koa. Sivifolo andro moa no nomen’i Kapiteny « Tsy mitsitsy » handaminany an’ity distrika malaza ratsy amin’ny tsy fandriampahalemana ity.

Nangonin’i Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miakatra ny maripana

Adinodino ny raharaha valanaretina coronavirus, fa toe-draharaha hafa indray no mahazo vahana ankehitriny.

 Mafampana ny toe-draharaha politika ny fifanolanana eo amin’ny mpitondra teo aloha sy ny ankehitriny. Nihena rahateo ny antontan’isa taorian’ny valan-dresaky ny Filoham-pirenena naneho fa nahomby ny ady natao. Etsy ankilany, dia ireny niaraha-nahita ireny ny famotsopotsoran’ny mpanohitra ny zavatra tsy mandeha amin’ny laoniny, ny fitantanana, ny tsy fangaraharahana, ny hamehana ara-pahasalamana mivadika fanararaotam-pahefana,… Tonga hatrany amin’ny hoe hiantso sy hanao hetsika lehibe aorian’ny fihibohana. Ny mpitondra etsy ankilany mampidera hery sy fahefana. Azo antoka izany fa hihamafana hatrany ny toe-draharaha. Io efa tsy takona hafenina io ny adin’ny samy ngeza dia ny Filoha teo aloha sy ny ben’ny tanànan’Antananarivo eo anatrehan’ny fanesorana amin’ny tany ampiasainy ny haino aman-jery iray. Samy manana ny heveriny fa rariny sy hitsiny. Mifanenjana ary tonga hatrany amin’ny fitsarana ny raharaha. Samy manabaribary ny fahefana eo am-pelantanany sy ny tanjany. Samy mampidera ny fahaizany,… fa ny tsy azo hiadian-kevitra aloha dia isan’ny manafana ny toe-draharaha politika ireny. Asa na fifandrifian-javatra na ahoana, fa toa miditra amin’ilay krizy isaky ny folo taona indray ny firenena io. Mifampila kisa, mifamingana, mifampila vaniny,… izay toa fomba fiady matetika miseho eto, indrindra fa ho an’ny eo amin’ny fitondrana dia ny hoe: rehefa manohintohina amin’ny atsy, dia kitihina ny aroa. Matetika ny toe-javatra tahaka izao miseho ankehitriny izao anefa no mandrehitra tsikelikely ny afo politika mety hiteraka fipoahana, ankoatra ny efa fahatezeram-bahoaka leo ronono an-tavy. Ny mahery tsy maody tsy ela velona ka sao ny fahatokisan-tena be loatra no hampirehitra ny afo ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Andodabe – Toamasina IITratra ilay biby hafahafa nandripaka alika

Nahafaty alika 5 sy zanak'alika 1 ny biby anankiray antsoina hoe “Katraboana” raha ny fampitam-baovao momba ny zava-niseho tao amin’ny amin'ny Fokontany Antanambao Kaominina Andodabe,

 

 any Toamasina II. Nisahotaka ny iray tanàna nahita ireo alika nitsipatsipaka. Raikitra noho izany ny velam-pandrika, ka tratra ary novoina ilay biby. Mitovitovy amin'ny alika ihany izy io fa lava nify be ary, tsy mitovy halava ny tongony sy ny tanany. Asa na ity Katraboana ity ihany ilay antsoin’ny eto afovoan-tany hoe kelibetratra na hafa mihitsy ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus Mitombo isa ny maty ivelan’Analamanga

Olona 4 indray no lavon’ny Covid-19 raha ny tatitry ny Pr Vololontiana Hanta omaly, ka nampiakatra ny isan’ny lavo hatramin’izay ho 156. Ny 02 tany amin’ny Faritra Boeny, 01 DIANA;

 01 Atsimo Andrefana, izany hoe tany ivelan’ny Faritra Analamanga sokajiana ho ivon’ny valanaretina avokoa. 80 ny tranga vaovao hita tamin’ny fitiliana miisa 400, izay manome taham-pahavoazana 20%. Nihena ny tranga vaovao, kanefa nihena ihany koa ny olona notiliana raha io isa io no jerana. 27 tamin’ireo tranga 80 vaovao dia teto Analamanga avokoa. 25 Toamasina (01 Faritra Atsinanana, 24 Ambatondrazaka); 07 Fianarantsoa; 08 Mahajanga; (06 Faritra Boeny, 01 Antsohihy ary 01 Port Berger izay samy ao anatin’ny Faritra SOFIA); 10 Antsiranana (02 tao Sambara Faritra SAVA, 08 Faritra DIANA ka ny 06 tao Antsiranana, ary ny tany 02 Ambanja); 03 Toliara (01 Toliara Faritra Atsimo Andrefana, 02 Faritra Androy ka 01 tao Ambovombe, ary 01 Bekily). Mitotaly 13397 ireo voa hatrizay hita tamin’ny fitiliana 49 957 vita, ka 26,81% ny taham-pahavoazana ankapobeny.

TAFIAKATRA 103 IREO MARARY MAFY

253 ny nambara fa sitrana omaly, ka 207 teto Antananarivo, 07 Toamasina, 07 Fianarantsoa, 31 Mahanjaga, 04 Toliara. 11529 ny sitrana hatramin’izay ka tafiakatra 86,05% ny taham-pahasitranana. 1712 na 12,77% ny mbola manaraka fitsaboana. Niampy 5 kosa ny "forme grave" ka tafiakatra 103. Ny 69 eto Analamanga, 07 Faritra Vakinankaratra (Antsirabe), 16 Faritra Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), 03 Faritra Atsimo Andrefana (Toliara), 08 Faritra Boeny. Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

La Réunion kelyRaikitra ny fanadiovana, an-jatony no very fihinanana

Olona an-jatony no very asa tanteraka nanomboka ny Alatsinainy teo vokatry ny fikatonan’ny lalana ampitan’ny La Réunion kely ambadiky ny Ministeran’ny Atitany iny. Anisan’izany ireo mpivarotra vy, kapoaka, finday, kojakojan-tokantrano tonta, lamba, sakafo masaka….

Raha araka ny fanazavan’izy ireo dia hatramin’ny nisian’ny fihibohana tanteraka no nanakatonan’ny tompon’andraikitra ity lalana ity noho ny antony tsy fantatra. Rehefa navelan’ny Filoham-pirenena mba hiasa anefa ireo mivelona eny an-toerana dia mbola mikatona ihany ilay lalana. Nisy ny fanatonan’izy ireo ny Ministeran’ny Atitany araka izany saingy tsy hitan’ireo olona an-jatony ireo ihany koa izay tena tompon’andraikitra. Manao antso avo amin’ny Fitondram-panjakana sy ny Ministeran’ny Atitany izy ireo araka izany ny mba hanokafana ity lalana ity hahafahany mivelona toy ny teo aloha. Tsiahivina moa fa misy mpivaro-boninkazo ihany koa tapaka fivelomana noho ny fikatonan’ity lalana ity.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Kojakoan-tokantranoMamerina tsikelikely ny asany ireo tranom-barotra

Taorian' izay fiatoana naharitra, noho ny fihanaky ny valan' aretina coronavirus izay, dia efa miverina tsikelikely ny eo amin' ny sehatra ara toe-karena eto Madagasikara.

 Ao anatin' izany indrindra dia manavao ny tolotra omeny ny Tranombarotra « Baolai ». Maro be ny entana lohalaharana amin' ny kalitao vao tonga ao izay mifanandrify hatrany amin' ny filana sy ny fahefa-mividin’ny daholobe. Mbola misy hatrany ny « service de livraison ». Maro ny karazana ohatra  ny Smart Tv sy Tv Led izay misy 19" hatramin' ny 75" ( misy antoka 1 taona). Ao koa ny réfrigérateur, Smartphone, panneaux solaires mono sy polychristalline, subwoofer, fer à lisser ( volo ) … Ny antsipirihan' izany rehetra izany dia ho hita ao amin' ny pejy facebook Baolai. Ary noho ny zava-misy eto amin’ny firenena amin' izao fotoana izao, ny fisokafan' ny magazay rehetra ao Bazar be Toamasina, Soarano ary Analakely, dia ao anatin' ny fanajana tanteraka ny fihetsika fiarovana amin'ny valan' aretina Covid 19 toy ny fanaovana ny arotava, ny fanajana ny elanelana 1 metatra , araka nyfanazavan’ ny tompon ' andraikitra.

Nangonin’i RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Serge Zafimahova“Hevitra hafa tadiavina fa tsy fampitrosana”

Sao dia tokony hevitra hafa no tadiavina fa ho sahirana ny mpiasa hamerina izany na dia 0% azany zana-bola, hoy ny Fanehoan-kevitr’Atoa Serge Zafimahova eo anatrehan’ny vinan’ny fanjakana hampindrana vola ho an’ny mpiasa mpikambana ara-dalàna ao amin’ny CNaPS.

 

 Marina fa misy hamehana, fa misy hevitra hafa azo hanampiana ny vahoaka, hoy izy. Ny Amerikanina, ohatra, nanao vatsy, izay mitovitovy amin’ny vatsy tsinjo, misy vola omena mivantana. Ny any Ghana dia tsy mandoa jiro sy rano ny vahoaka,…. Ny antsika kosa fampitrosana, izay tsy eken’ireo sendika sy ny mpiasa nandoa latsakemboka tao amin’ny CNaPS hatreto. Manoloana ny fihetsiky ny Filoha Rajoelina kosa, dia politika ankampobeny no tantanin’ny Filoha, kanefa lasa miditra pitsopitsony amin’ny tsy anjarany, ka lasa “vulnerable” na marefo izy, raha ny fanehoan-kevitr’i Serge Zafimahova. Tokony ny Praiminisitra, ny mpikamban’ny governemanta, teknisianina no mandray ny andraikiny, hoy ity mpitarika ny vovonana Dinike ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ankazotoho Anosimahavelona Potiky ny tondra-drano ny karinem-pokontanin’ny olona

Fokontany iray mandrafitra ny kaominina Anosizato Andrefana, distrikan’Antananarivo Atsimondrano Ankazotoho Anosimahavelona. Betsaka ireo olana sedrain’ity fokontany ity rehefa fotoam-pahavaratra toy ny haratsian’ny lalana, ny tondra-drano ...

 Tamin’ny fotoam-pahavaratra farany teo dia tena namela takaitra maharary ho an’ity Fokontany ity ny tondra-drano. Ankoatra ireo fitaovam-pianaran’ny mpianatra sy ny kojakojan-tokantrano mantsy dia lasan’ny rano ihany koa ny karnem-pokontanin’ireo ankohonana maro. Nitaraina mafy tamin-dRasolofonoroniaina Julia Mickaelle ( Rtoa Misha) solontenan’ny governoran’ny Faritra Analamanga sy ny solombavambahoaka araka izany izy ireo omaly. Manahy ny tsy hahazo ilay sosialim-bahoaka mantsy izy ireo nefa tena fianakaviana sahirana avokoa ny ankamaroany. Nambaran’ity solontenam-panjakana ity nandritra izany fa hohamarinina eny anivon’ny Fokontany ny anaran’izy ireo ary tsy maintsy hahazo sy hisitraka izany ireo tena marefo. Na izany aza hoy hatrany Rtoa Misha dia tsy tokony hikorontana fa milamina tsar any rehetra miandry ny anjara fanampiana ho tonga eny am-pelatanany.Notsindriany ihany fa izay nahazo Tosika Fameno dia tsy mahazo ilay sosialim-bahoaka intsony.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AmbatondrazakaRatsy ny voka-bary 2020

Noho ny tondra-drano nisy tany an-toerana dia ratsy ny voka-bary niakatra tamin’ity taona 2020 ity, hoy ireo mpamboly any an-toerana fa zary nanakofa be aok’izany ireo vokatra.

Niaka-bidy noho izany ny vary akotry any amin’ity sompitr’i Madagasikara ity. Mbola tena mampitaraina ny mponina any an-toerana ihany koa ny firongatry ny tsy fahandriam-pahalemana na dia teo aza ny fahasamborana an’ireo mpampanofa basy nentin’ireo jiolahy nanafika Tanàna.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

AndapaLehilahy iray tratra saika hanondrana rongony

Lehilahy iray nitondra rongony no saron’ny polisy teo amin’ny sakana Ambahinkarabo Andapa , Faritra SAVA ny 11 aogositra teo tokony ho tamin’ny 04 ora folakandro.

 

Saika hanondrana ireo rongony ireo ity lehilahy ity no izao tra-tehaky ny polisy izao.Mbola eo am-panaovana ny fanadihadihana ireo polisy ao an-toerana momba hatramin’ ny fotoana nahazoana ny vaovao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana teny AnosipatranaVehivavy vao tera-bao no tompon’antoka

Taorian'ilay fandrobàna ilay vola be, 36 tapitrisa Ar ana mpamatsy kisoa iray nitranga teny Anosipatrana, ny 05 aogositra teo dia olona telo no naiditra am-ponja vonjimaika rehefa avy niatrika ny fampanoavana .

 

Vehivavy, 36 taona, vao tera-bao ny iray amin’izy ireo izay nalefa eny Antanimora. Polisy efa tsy am-perin’asa intsony sy ny namany ireo roa hafa izay samy notazonina eny Tsiafahy avokoa, miandry ny fotoam-pitsarana azy. Iretsy roa farany moa raha tsiahivina dia voasambotra ny andron'ny fanafihana ihany, niaraka tamin'ny fiara Peugeot 309. Vola tamin'ny kitapo niampy basy poleta mifahana bala enina no niaraka taminy tamin’izany rehefa nosavaina. Nandrasan'ny polisy tao an-tranony, teny Itaosy kosa ilay renim-pianakaviana izay voalaza fa mpamatsy fitaovam-piadiana. Mbola tsy tao mantsy ity farany fa nitondra ny zanany vao teraka, natao vaksiny ka noraisim-potsiny tamin'ny fotoana niverenany tao an-tokantranony. Efa migadra noho ny famatsiana basy ireo jiolahy ihany koa moa ny vadin'ity vehivavy ity hoy hatrany ny vaovao.

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetibolam-panjakana 20214,1% no heverina ho fitombon’ny harin-karena

Taona hiatrehana ny fanarenana ara-toekarena sy fanatrarana ny tanjona hampandrosoana ny firenena ny taona 2021, hoy ny mpitondra. Nampahafantarina omaly 12 aogositra nandritra ny filankevitry ny minisitra ny drafitra hoenti-mametraka ny volavolan-tetibola taona 2021 natao hanarenina ny vokatry ny coronavirus.

4,1% ny heverina ho fitomboan’ny harin-karena faobe miainga amin’ny fampiasam-bola ankapobeny heverina ho 22,6%. Nambara fa ilaina ny fanohizana ireo tetikasa tamin’ity taona ity mifototra amin’ny fananganana fotodrafitrasa manerana ny Nosy ambara fa mitondra fanorenan’asa sy fampandrosoana isam-paritra. Heverina ho 0,8% ny tahatombon’ny harinkarena faobe amin’ity taona ity satria nihena hatramin’ny 439,8 miliara ariary ny vola niditra tamin’ny alalan’ny hetra . Tsy nisy afa-tsy 8,9% ny taha ny fampidiran-ketra, ary 6,3% ny “déficit budgetaire”, saingy heverina fa hitombo ny taona 2021, hoy ny fanjakana. Ny sehatry ny fihariana eo amin’ny fambolena, fiompiana, jono, famokarana zaitra, asa fanorenana, trano fandraisam-bahiny, fitaterana ary ny indostria mpitrandraka no hitarika amin’izany fanarenana ara-toekarena izany, kanefa miankina amin’ny fivoaran’ny valanaretina ny ahatanterahan’izany, hoy ny fanjakana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

« Miarina by Fihariana » 10.970.300.000 Ariary ny vola navoaka

Sivy herinandro eo izao no nametrahan’ny Filohan’ny Repoblika Andry Rajoelina ny tolotra «Miarina by Fihariana » , izay miendrika fampindramam-bola amin’ny tahan-janabola 8%.

Nitentina 10.970.300.000 Ariary ny fanohanana ara-bola navoaka tao anatin’izay fe-potoana izay. Orinasa miisa 228 no nisitraka izany, izay saika miompana amin’ny raharaham-barotra ny ankamaroany. Mielimpatrana amin’ny Faritra miisa 18 ny tetikasa nisitraka io tohana ara-bola io, ka ato amin’ny Faritra Analamanga ny 49,12% arahin’ny Faritra Atsinanana, Boeny ary Vakinankaratra ny ankamaroany. Faritra miisa efatra dia Anosy, Androy, Bongolava ary Ihorombe kosa hatreto no tsy mbola tongan’ity tolotra Miarina by Fihariana ity. Natao hamaliana ny fangatahan'ny sehatra tsy miankina fa indrindra hialana amin’ny fandefasana mpiasa maro be amin’ny fiatonana ara-teknika vokatry ny Covid 19 eo amin'ny toe-karena ity tetikasa ity. Marihina fa ireo orinasa madinika sy salantsalany na PMI, orinasa mitsangana ara-dalàna ary ireo mampidi-bola latsaky ny 5 miliara Ariary no afaka misitraka ny tolotra Miarina by Fihariana.

 Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Hugues Rajaonson“Ndao hanjifa ny vita eto an-toerana isika”

4537,8 euros ny sandan’ny ariary omaly, ka isan’ny anton’io ny fanafarantsika entana avy any ivelany, toy ny vary zarain’ny fanjakana, raha ny fanehoan-kevitry ny mpahaiary Hugues Rajaonson.

Matetika ny olana politika, dia ireo olona aty an-drenivohitra afaka manongam-panjakana no manjifa ilay zavatra izay hafarana. Sarotra be ilay ka sahy ve ny fanjakana hiteny hoe tsy matahotra ireo olona izay manongana ireo ka tsy hanafatra sy tsy manaiky ny hanafarana ilay entana intsony? Hoy izy. Fahasahiana politika izany. 75% amin’ny entana jifaina eto an-dRenivohitra dia entana nafarana avy any ivelany daholo tahaka ireny amin’ny “Grande surface” ireny izay betsaka ny olona manjifa izany. Voatery tsy maintsy manafatra noho izany. Tsy ho ela dia ho tafiakatra 5000Ar ny sandan’ny ariary, ary ireo vola vahiny fanampiana tonga eto, dia lasa miverina any aminy avokoa. Misy lafiny tsara ny fitotongan’ny ariary mba hamporisika ny olona hanjifa ny ato anatiny. Atao ihany koa ny hahatonga ny orinasa hanondrana, izany hoe ireo orinasa no tokony homena vola hahafahany mamokatra sy manondrana hahafahana mampiakatra ny sandan’ny ariary. Raha hiandry ny mpamatsy vola dia eto isika no horaisina eto. Amin’ny lafiny iray, voatery tsy maintsy manjifa ny eto an-toerana rehefa miakatra be ny sandan’ny euro sy ny dolara, ka tsy mampaninona na miakatra 2 hetsy aza ny dolara iray, ka havela any mba tsy hamelomana intsony ny indostria any ivelany, fa ny eto Madagasikara  no hampiroboroboana ary jifaina sy haondrana, hoy i Hugues Rajaonson.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanohizana fianarana any ivelany Ilaharana ny fakana fahazoan-dalana ao amin’ny tribonaly

Efa manomboka misokatra tsikelikely ireo sampandraharaha isan-tsokajiny eo anivon’ny Fitsarana ambaratonga voalohany etsy Anosy amin’izao taorian’ny fihibohana.

Efa maro ihany koa ireo olona mila raharaha tonga eny an-toerana toy ireo Ray aman-dReny manan-janaka tsy ampy taona handeha hanohy fianarana any ivelany…. Maka taratasy fahazoan-dalana no alehan’izy ireo eny amin’ny tribonaly izay tsy miova ny sarany hoy ireo tompon’andraikitra fa 5.000 Ar ihany. Efa betsaka izy ireo no tonga hatramin’ny alatsinainy teo raha araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitra ihany. Miantso ireo mila raharaha tsy ho voarebirebin’ny mpijirika araka izany ny tompon’andraikitra. Mitondra badge hahafantarana azy ireo rahateo hoy hatrany ny fanazavana ireo mpiasan’ny tribonaly ka miavaka amin’ireo milaza ho mahalala olona sy mpanera.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ankify – Nosy be Efa niverina ny fifamoivoizana an-dranomasina

Nisokatra nanomboka omaly alarobia 12 aogositra ny seranan-tsambo ao Nosy Be. Na izany anefa dia tsy maintsy manaraka ny fepetra rehetra napetraky ny Fitondram-panjakana ny rehetra

mba hiarovana amin'ny fihanaky ny valan'aretina coronavirus amin’ny mpandeha. Alaina maripana avokoa ireo miditra sy mivoaka. Toraka izany koa ny mombamomba ilay olona mba tsy hanahirana ny fitadiavana azy raha sanatria ka misy zava-mitranga. Vao nisokatra moa ny làlana an-dranomasina mampitohy an'Ankify sy Nosy-be dia efa marobe sahady ireo mpandeha tonga omaly.

Nangonin’ i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Atletisma iraisam-pirenenaNofoanana ny « semi-marathon et le marathon de Paris 2020 »

Rehefa nampisalasala be ihany nandritra ny fotoana maro dia fantatra tamin’ny fanambarana navoakan’ny ASO tamin’ny fomba ofisialy omaly alarobia fa nofoanana noho ny mbola fihanaky ny Covid 19 ny

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Jimmy SimouriMbola maniry handrafitra ny Barea

Azo lazaina ho mamiratra ao anatin’ny fifaninanana reunioney eo amin’ny taranja baolina kitra, divizionina voalohany, ankehitriny ny lohalaharana Malagasy, Jimmy

 

Simouri, izay milalao ao amin’ny SDFC na Saint Denis Football Club. 31 taona ny lehilahy ankehitriny ary azo lazaina ho mifanatsahana ihany ny haben’ny vatana sy ny halavana satria mirefy 1,69 metatra ary milanja 60 kilao. Isan’ireo novolavolain’ny Akademia Ny Antsika ary mpilalaon’ny CNaPS sport moa izy farany teo nialohan’ny nilany ravinahitra atsy amin’ity nosy rahavavy ity. Mampiavaka azy ny fahaizany mandrindra tolotra no sady mamono baolina, hoy ireo mpanao gazety Renioney, ary tsy nanafina ny hetahetany mbola handrafitra ny ekipam-pirenena Malagasy na ny Barea moa ny lehilahy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

FinoanaHisokatra ihany koa ny Fiangonana FLM

Namoaka toromaika ho an’ny Pastora sy ny Fiangonana ary ny Kristianina FLM rehetra ao anatin’ny Synodam-paritany Antananarivo (SPAnta) ny eo anivon’ny Fiangonana FLM.

 

Araka ny tsodrano nomen’ny Filohan’ny Fiangonana sy araka ny Fanambaran’ny Filohan’ny Repoblika ny 09 aogositra, milaza fa fiverina tsikelikely amin’ny fiainana andavanandro ny faritra Analamanga, miverina miasa hatramin’ny 5ora hariva ny rehetra, dia nanambara ny Biraon’ny Synodam-paritany taorian’ny fifampidinihana fa: miasa avokoa ny Pastora rehetra ao anatin’ny SPAnta mba ho fampaherezana ny kristianina izay efa reraky ny krizy ara-pahasalamana. Raha tsy misy olana eo amin’ny ambaratongam-piotondrana, dia misokatra ny Fiangonana FLM manerana ny Synodam-paritany Antananarivo, izay misahandrahaka amina faritra telo ara-panjakana (Analamanga, Itasy, Bongolava). Nohamafisina kosa ny toromarika amin’ny hanajana ny fepetra ara-pahasalamana satria mbola ao anatin’ny ady amin’ny valanaretina Covid 19 ny firenena. Taorian’ny Fiangonana FJKM izany dia hiverina hisokatra ihany koa ny FLM ato anatin’ny Synodam-paritany Antananarivo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Andro iraisam-pirenena ho an’ny tanora Omaly no nanamarihana azy

Ankalazaina isan-taona ny 12 aogositra ny andro iraisam-pirenena ho an'ny tanora. Natao izany mba hisarihana ny sain'ny fiaraha-monina iraisam-pirenena amin'ny olana mety mianjady amin'ny tanora.

 Andro iray ihany koa entina hankalazana ny fahaiza manaon'ireo tanora eo anivon'ny fiaraha-monina. Tsy latsa-danja amin'izany ireo tanora mpilalao baolina kitra eto Madagasikara izay manana ny maha izy azy avokoa, na ny lahy na ny vavy. Anisan'ny laharam-pahamehina ho an'ny Federasiona FMF ny fanohanana ireo tanora ireo amin'ny sehatry ny baolina kitra. Mankahery ireo tanora Malagasy hatrany hilofo amin'ny fanaovana fanatanjahantena ary hitondra avo ny voninahitr'i Madagasikara manerana izao tontolo izao.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanao gazety MalagasyMisy miezaka mampisara-bazana

Tsy dia misy maha samihafa ny mpanao gazety sy ny skoto, hoy ny vazivazy zaritanany iray izay.

 

Mipetraka foana ny sata maha mpanao gazety ny mpanao gazety iray rehefa in-dray mandeha tafiditra tao anatin’ity tontolo ity. Mbola mpanao gazety, ohatra, ireo minisitra sasany teo aloha saingy noho ny andraikitra hafa nilan’ny firenena azy dia voatery nampiato ny adidy maha mpanao gazety azy izy ireo tamin’ireny fotoana ireny. Toy izany koa ny minisitra sasany ankehitriny sy ireo tompon’andraikitra ambony sasany ao anaty fitondrana amin’izao fotoana izao. Efa nampanongo tena hatrany ny nahita ireo namana mpanao gazety sasany, izay sady mpitantana orinasan-tserasera rahateo, nifamaly an-gazety sy nifanala baraka an-gazety tao anatina andro maromaro teo aloha kely teo saingy efa hitam-poko hitam-pirenena moa ilay izy ka tsy hita intsony izay nanafenana azy. Hatairana indray koa iny omaly ny nahita lahatsoratra an-gazety izay toy ny maneho ny hafalian’ilay mpanao gazety nilaza fa tsy ho an’asa intsony ny namany atsy ho atsy. Dradraina sy entanina hatrany, indrindra, rehefa 3 mey ny mba tokony hanamafisana ny firaisankinan’ny mpanao gazety Malagasy saingy raha ny hita tao anatin’ny fitondrana nifandimby aloha dia tsapa ho misy miezaka mihitsy mampisara-bazana sy manao fitaovana ny mpanao gazety Malagasy mba hahatongavana hatrany amina tanjona politika.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote NinaVoaasa hanotrona tolo-tanana atsy La Réunion

Hikarakara fanangonana tolo-tanana hanampiana ny tanindrazana ao anatin’izao ahamehana ara-pahasalamana izao ireo Malagasy monina atsy La Réunion ny sabotsy izao manomboka amin’ny 10 ora maraina ka hatramin’ny 6 ora hariva, ora any an-toerana.

 Tsy voafaritra mazava ao anaty fanentanana moa hoe mankaiza ny tolo-tanana dia atao inona fa dia ny adidy vita ny fahafinaretana ho azo, hoy ny voasoratra. Misy araka izany ny fanentanana isan-karazany sy tranoheva ahitana ireo sakafo mampiavaka isaky ny faritany 6 eto Madagasikara ao anatin’izany rehetra izany. Voaasa manokana hanotrona ity hetsika tolo-tanana ity moa ny solombavambahoakan’i Mahajanga voalohany, Lalao Rahantanirina, fantatry ny maro amin’ny hoe depiote Nina. Ity farany izay nahoraka ny herinandro lasa iny fa nivoaka any amin’ity nosy rahavavy ity noho ny antony ara-pahasalamana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraAhiana ho lany tamingana ny 25% n’ny harena voajanahary

Na dia ho voafetra hiampy 2˚C aza ny hafanana maneran-tany manomboka eto ka hatramin’ny taona 2100 dia ahiana ho lany tamingana ny 25%n’ireo harena voajanahary eto Madagasikara, raha ny tatitra nataon’ny rafitra iraisampirenena momba ny tontolo iainana na WWF.

 

Ao anatin’izany ireo karazam-biby mivelona any anaty ala fa eo ihany koa anefa ireo karazan-java-maniry izay mampiavaka ity nosy ity. Tsiahivina hatrany fa ny 5%n’ireo zava-manan’aina misy eto ambonin’ny tany dia hita eto Madagasikara ary saika tsy misy afa-tsy eto Madagasikara, hoy hatrany ny fanazavana. Ilaina hamafisina, noho izany, ny fanentanana sy ny fepetra raisina mba hiarovana ny tontolo iainana sy hampihena be dia be ny fandoroana tanety sy ala.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hentitra ny ben’ny tanàna« Harodana ireo tsena, manangana avy eo »

Telo volana no nomen’ny Kaominina Antananarivo tarihin’ny Ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina hialan’ireo mpivarotra eny amin’ireo tsena vaovao eny amin’ny Pavillon Analakely, izay natsangana nandritra ny fitantanan’ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana.

 

Tsy fanarahana ny fifarahana na « convention » tapaka teo anivon’ny Filankevitra Monisipaly no manosika ny kaominina Antananarivo handray ny fepetra, hoy ny Ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina. Misy tetikasa goavana hapetraka eo. Mbola manjavozavo ny resaka satria “Pavillon” 16 no no nomen’ny kaominina, kanefa ny fitarainana mandeha any amin’ny fahitalavitra dia 46, ary izahay mahita eny ifotony efa ho 80, hoy i Naina Andriantsitohaina. Tokony ary azo hampidirana mpivarotra 1000 ny fotodrafitrasa hapetraka eo ka raha tena hijery ny soa ho an’Antananarivo isika dia aleo ireo. Tsena lehibe misy rihana roa no hapetraka eo. Olona maro no azo hampidirina ao ary hohajariana ihany koa ny “pavillon” Analakely, ny Zaimaika efa ho vita, hoy izy. Ho an’ireo mpivarotra kosa, raha tsiahivina dia naneho izy ireo fa 10 taona ny fifanarahana tamin’ny Kaominina, ary nampiakatra ny raharaha any amin’ny Fitsarana. Mihenjan-droa ny tady, izay miditra lalindalina kokoa amin’ny resaka politika hoe: satria ny ben’ny tanàna teo aloha ve no nanao azy dia tsy maintsy harodana? Tsy misy toerana azo hanangan-javatra ve fa tsy maintsy ny efa mijoro no harodana? Ao anatin’izao toe-draharaha manahirana sy sarotra izao ve no tsy maintsy handravana ny efa mijoro?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

MahajangaTsy naneno ny kiririoka

Nilamina ny tanànan’i Mahajanga. Nizotra toy ny isan’andro ny fiainan’ny mponina.

 Tsy naneno ny kiririoka nifampitaoman’ireo milaza fa manohitra ny fepetra amin’ny fihibohana noraisin’ny foibem-pibaikoana ny covid-19, Faritra Boeny. Nifanentana tamin’ny tambazotran-tserasera ireo manohitra ny fepetra amin’ny fihibohana, fa hitsoka kiririoka rehefa mipaika ny amin’ny 12ora sy sasany atoandro omaly alarobia ho fanehoana ampahibemaso izany. Araka ny fanazavan’i Achim Kely, isany nitarika ny fanentanana tamin’ny facebook, dia « amin’izao hetsika voalohany izao dia isaky ny tanàna no manao azy ka eo amin’ny varavara ihany no mitsoka kiririoka, ny sasany eny amin’ny tsena izay vao manomana fidinana an-dalambe amin’ny manaraka ». Tsy raikitra anefa izany, ary rehefa nanontaniana ny antony ity kandida Ben’ny tanàna tao Mahajanga ary kandida tamin’ny fifidianana depiote farany teo ihany koa ity, dia nilaza izy fa « maro miaramila de somary nanano sarotra ».

 Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha Anosipatrana Nitory eny amin’ny Filankevi-panjakana ny MBS

Nametraka fitoriana teny amin’ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny Fanjakana ny mpisolovava ny Vondron’orinasa MBS Maitre Eloi Ratefimahefamijoro eo anatrehan’ny fanomezan’ny Ben’ny tanànan’Antananarivo fe-potoana 6 volana hanesorana ny MBS eny Anosipatrana.

Nambarany fa fandikan-dalàna, fanapahan-kevitra samirery noraisin’ny ben’ny tanàna io satria tsy nampandalovina teo anivon’ny Filankevitra Monisipaly. Niainga tamin’ny fandaniana teo anivon’ny Filankevitra Monisipaly ny fifanarana, 50 taona ny faharetan’io “bail amphytéotique” na fampanofana tany. Na ny CUA na ny MBS dia tsy maintsy manaraka ny fifanarahana, hoy io mpisolovava io. Nambarany fa na ny teo aloha aza no nanao izay fifanarahana izay, dia tsy maintsy manaja izay ny mpitantana aty aoriana. Tsy najaina ny voaraikitry ny fifanarahana, ary tsy teo anivon’ny Filankevitra monisipaly no nandraisana ny fanapahan-kevitra hanala ny MBS, ka tsy manaja ilay “parallelisme de forme”, hoy ny fanazavana ara-teknika. Sarotra ho an’ny MB ny hiala, ary ny antony dia hoe famerenana, kanefa fantatsika tsara fa nisy ny fotodrafitrasa nananganana ny MBS, izay lasibatry ny fandorana sy fandrobana tamin'ny 2009. Vao manomboka miarina dia io indray fa mipoitra ny fanapahan-kevitry ny ben’ny tanànan’Antananarivo Naina Andriantsitohaina, hoy ny fanehoan-kevitr'io Mpisolovava io.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Dinika politika andiany faha-8 Ho raisina ny soso-kevitry ny sehatra tsy miankina

Ao anatin’ny fanomanana hatrany ny andiany fahavalo amin’ilay dinika politika eto Madagasikara izay tohanan’ny vondrona eoropeanina dia anjaran’ireo sehatra

tsy miankina indray no natonon’ity vondrona iraisampirenena ity omaly. Isan’ny nanotrona izany moa ny ambasadaoron’ny vondrona eoropeanina, Giovanni Di Girolamo, ny ambasadaoro Alemana, Michael Derus, ary ny ambasadaoro Frantsay, Christophe Bouchard. Toy ny mahazatra moa dia tamin’ny alalan’ny “visioconférence” no nifampidinihana. Manodidina ny 40 isa ireo nandray anjara ary nahitana avy amin’ny sehatra maro toy ny fambolena, rary, fizahantany, tekinolojia, banky, sy maro samihafa. Tanjona, raha ny fanazavana, ny hamantatra avy hatrany ny fiantraikan’izao krizy ara-pahasalamana izao ho an’ireo sehatra tsy miankina. Inona no ilaina maika hanarenana ny fahavoazana? Ahoana no hahafahana mametraka toekarena miarina sy maharitra eto amin’ity Madagasikara ity aorian’izao? Isan’ny fanontaniana lehibe napetraka ireo ary noraisin’ireto mpiara-miombon’antoka ireto, hoy hatrany ny fanazavana. Nilaza ny fahavononany koa ireo mpiara-miombon’antoka ny handray ireo sosokevitra ary hamatsy izany arakarak’izay hita fa tena filana maika tokoa ho an’ireo sehatra tsy miankina.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Natiora“Ny fitondrana mihitsy no mitady korontana”

Mampalahelo ny vahoaka Malagasy satria fanina tanteraka ary tsy mahita ho sarangotina, hoy ny avy eo anivon’ny antoko politika Natiora, tarihin’ny filohany Mihari-Ni-Rencho.

Ny mpanohitra ao amin’ny RMDM dia tsy miady an-trano fa mihezaka mampitovy sy mampiray hevitra ary tadin-dokanga. Porofo ireny tamin’ny alatsinainy 10 aogositra ireny. Hita izany fa mitady sehatra itenenana ny vahoaka. Araka ny voalazan’ny andininy faha 19,20,21,22,39, nanaja sy nampihatra ireo ve ny fitondrana ankehitriny ary zo koa ny fampiharana ny zon'ny mpanohitra izay voalazan'ny andininy faha 14 anaty lalampanorenana. Tsy mahagaga raha tonga amin’izao kihon-dalana izao ny mpitondra izay fanina sy mikorontana tanteraka eo anoloan'ny fihibohana satria handrakandrana sy lainga no vahaolana atao. Afaka miasa daholo na miverina miasa daholo ny rehetra. Dia ahoana ny fitaterana? Angaha tsy ny rehetra no miasa? Ny fitaterana angaha tsy anisan'ireo mpiasa? Sady tsy ho ampy sakafo no vizana ny Malagasy ka inona no asa ho vita? Aretina no ho azo dia aiza ny vola hitsaboana? Mikasika ny raharaha MBS moa dia taratra iray ahitana fa mankany amin’ny fianjeran'ny fitondrana io satria lesona fahita teto amin’ny firenena ny vokatry ny fikitikitihan'ny fitondrana haino aman-jery. Ary ny fitondrana mihitsy no mitady korontana, hoy hatrany ny Natiora.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Patrick Raharimanana“Mampalahelo ahy ilay Filoha mitsena entana”

Nandinika ny sarin'ny Filoham-pirenena nitsena ireo fitaovana nafarana avy any ivelany entina hitsaboana marary dia lasa ny saiko, hoy ny filohan’ny antoko politika Vitantsika io, Patrick Raharimanana ary tena nalahelo azy aho. Navoaka tao anaty fiaramanidina ny entana,

 nobataina notaterina tao amin'ny “Salon”, navoaka tanaty baoritra ny entana sasany, dia naranty nalahadahatra mifanongoa mihitsy, navoaka ireo fitaovana madinika, dia nalahadahatra mitovy isa. Dia nalaina ny polipitra sy fanamafisam-peo sy ny sainam-pirenena. Dia niandry ny filoha nikabary, naka sary miaraka amin'ireto fitaovana nafarana. Tsy misy maharatsy an'izany fa ny endrika hitako ary nalahelo azy aho hoe dia filoham-pirenena ve dia lasa mpitsena entana? Ny minisitra lasa mpanao fanisam-bahoaka sy mpizara arotava eny an-tsena. Asa ry Donald Trump sy Macron na ry Xi Jinping raha mitsena entana eny amin'ny seranam-piaramanidina. Angaha Filoham-pirenena avy any ivelany io ka ny Filoham-pirenena no tsy maintsy hitsena izany eny Ivato? Naninona raha avy dia nentina ny entana, dia tany amin'ny fizarana azy vao nandeha ny Filoha? Tsy ny entana amin'izay no tsenaina, fa ireo dokotera sy mpitsabo ary marary mila ilay fitaovana no hankaherezin'ny Filoham-pirenena mitondra entana. Aza lany andro amin'ny resaka “com” sy “image” fa ny asa tsara vita no mipetraka hatrany. Tsy mila ankalazaina be akory aza izany fa misongadina ho azy eny. Aleo mifantoka amin'ny tena andraikitry ny Filoham-pirenena, ny andraikitry ny minisitra sy ny Governemanta, omeo andraikitra ny sampana rehetra ao amin'ny ministera, eny amin'ny Faritra, Kaominina ary ny Fokontany, fa tsy sady hanao dokera no hizara vary. Mankahery ny filoha hatrany na dia izany ary aoka ianareo ao anatiny tsy be ketrika hanongana azy, hoy hatrany i Patrick Raharimanana. J. Mirija

 

La Vérité0 partages

Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité

La résiliation du bail emphytéotique conclu entre la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et la société Malagasy broadcasting system (MBS) a fait un remue-ménage. Or, en résiliant ce contrat abusif, le maire agit au profit de l’intérêt de la collectivité.Par une décision en date du 30 juillet 2020, le maire de la CUA Naina Andriantsitohaina a procédé à la résiliation du contrat de bail emphytéotique conclu entre la CUA et la MBS en 2000. Il s’agit d’une décision audacieuse prise par le maire. En effet, ce n’est que 20 ans après la conclusion du contrat qu’un maire résilie ce contrat conclu de manière abusive et présentant un réel conflit d’intérêt. Le maire de l’époque, Marc Ravalomanana, a signé le contrat au profit de l’une de ses sociétés, la MBS. Depuis la conclusion du contrat en l’an 2000, la MBS est mauvais payeur. Elle n’a jamais payé son loyer alors même que ce loyer a été fixé à une somme modique, à raison de 2 millions d’ariary par an. Le maire de la CUA a d’ailleurs révélé que ce n’est qu’au mois de novembre de l’année dernière que la MBS a daigné payer juste 8 millions d’ariary, alors qu’elle devait payer en totalité 40 millions d’ariary. Or, le contrat de bail lui-même, en son article 5 stipule que : « en cas de défaut de paiement d’un seul terme de la redevance à son échéance, d’inobservation de l’une quelconque des clauses du présent bail (…), le présent bail sera résilié, si bon semble au bailleur sans qu’il ne soit nécessaire de servir un congé ou de recourir à une décision de justice ». La MBS n’a pas respecté cette clause du contrat de bail.S’ajoute à cela le non- respect de l’article 4 sur la redevance. Cet article 4 stipule que : « le présent bail est consenti et accepté moyennant une redevance annuelle de 4 000 Fmg le mètre carré payable au début de chaque année à échoir ». Or, ce n’est qu’au mois de novembre de l’année dernière, soit 19 ans après la conclusion du contrat, que la MBS a procédé à un paiement partiel du loyer. Deux clauses du contrat n’ont pas été respectées par l’emphytéote.L’ancienne maire de la CUA, Lalao Ravalomanana aurait dû résilier le contrat si elle avait pensé, un tant soit peu, aux intérêts de la Commune et de sa population. Mais vu qu’il y a un conflit d’intérêt, elle a choisi de protéger sa société plutôt que de protéger les intérêts de la majorité. C’est pour cette raison que la notion de « conflit d’intérêt » a été introduite dans la législation. Actuellement, le maire Naina Andriantsitohaina pense à l’intérêt de la Commune et à la population de la Capitale en procédant à la résiliation du contrat, non seulement avec la MBS mais également la société ALMA. Il s’agit d’une réelle volonté d’aller de l’avant, en assainissant le patrimoine de la Commune. Pour rappel, le maire représente la Commune, il signe les contrats au nom de la Commune et il gère le patrimoine de la Commune. Le maire agit donc en toute légalité et conformément à la mission qui lui a été assignée. 

La Vérité0 partages

Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue

Les dates des examens officiels sont maintenues en référence aux déclarations du Président Andry Rajoelina. Le Chef de l’Etat l’a confirmé dimanche dernier lors de l’émission bihebdomadaire dont il est le principal intervenant depuis le début de l’état d’urgence sanitaire en mars. Les épreuves se dérouleront aux dates indiquées sauf cas de force majeure. Elles auront lieu à partir de septembre pour les écoliers et collégiens, enseignement général et enseignement technique confondus.Les détracteurs des dirigeants s’activent pour semer le doute à l’approche de ces échéances. Comme à l’accoutumée, ils se livrent à des campagnes de dénigrement au vitriol à l’endroit des hauts responsables gouvernementaux et des personnalités proches du pouvoir. C’est autour de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), Pr Elia Assoumacou Béatrice, et ministre par intérim de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (MENETP) d’essuyer des attaques virulentes en ligne cette semaine.Hier, une publication visiblement commanditée, a carrément demandé sa démission de sa double fonction ministérielle. L’auteur du post l’a même accusée de « gourmandise ». Elle se serait contentée de cueillir de ses avantages personnels tirés des deux fauteuils. Pire, la source semble vouloir monter le membre du Gouvernement contre un autre. Le publicateur a dit à Elia Assoumacou Béatrice de remettre le tablier à une de ses collègues la direction du MENETP.

Remise à niveau

La critique a en effet énuméré un certain nombre de points d’actualité touchant à la fois les trois niveaux d’enseignement à savoir le primaire, le secondaire et le supérieur. De façon pêle-mêle, le cas des classes intermédiaires, le problème d’arriérés du CNAPMAD, la question de 8 milliards d’ariary, la situation des étudiants à l’université, celle des futurs bacheliers, les programmes d’enseignement à l’université et la rentrée universitaire ont été cités.Contactée, une source bien informée, requérant l’anonymat, a rassuré que la ministre travaille dur et que les différents responsables sous son autorité directe font en sorte de mettre en œuvre des solutions pragmatiques face à la situation. « N’oublions, dit la source, que la ministre est le coach de la Région de Boeny où le nombre de contaminés à la Covid-19 a subitement augmenté. Elle y effectue de temps en temps des missions et non pour se balader comme insinuent les autres ».Quant aux classes intermédiaires, les mesures prises sont de les envoyer en vacances. Les élèves seront soumis à un régime de cours de remise à niveau à la rentrée. Ceci se fait partout et beaucoup d’établissements privés le mettent en pratique au début d’année scolaire. A l’université aussi, certains responsables de mention, notamment aux facultés des lettres, soumettent les étudiants à quelques semaines de remise à niveau avant d’entamer effectivement l’année universitaire.

Raisonnable

Au sujet des étudiants justement, les responsables ont déjà annoncé les calendriers des activités pédagogiques établis en tenant compte de l’évolution du contexte sanitaire au pays. Depuis le début du confinement, le ministère a quatre fois distribué des vivres aux occupants des cités universitaires. En tout, 40 tonnes de riz, 7 000 litres d’huile de table, 15 tonnes de sucre et 5 tonnes de graminacées leur sont dispatchés en une seule fois. Ils ont aussi reçu en dons des doses de Covid - Organics et des cache-bouches.Poursuivant son explication, la source contactée dit que 35 % des étudiants provenant des zones rurales sont rentrés chez leurs parents. Ils ne peuvent rejoindre leurs universités de rattachement qu’après la réouverture des routes et l’effectivité de la rentrée. Si tel sera le cas, ils auront besoin d’un délai de deux semaines à un mois, le temps jugé raisonnable pour qu’ils puissent préparer leurs provisions avant de quitter leurs villages.En outre, 80 % des enseignants-chercheurs sont âgés de 50 ans révolus et 35 % d’entre eux sont en situation de maintien, étant âgés de 60 ans et plus. Ce sont des personnes classées vulnérables de fait à la contamination au coronavirus. Le ministère n’a pas donc le droit de les exposer à des risques autant qu’il ne s’aventure pas à mettre en péril la population estudiantine en autorisant l’organisation des activités pédagogiques sur les campus. Par ailleurs, tout rassemblement de plus de 50 personnes reste interdit jusqu’à nouvel ordre.

Episodes complexes

L’enseignement à distance/en ligne est envisagé comme une solution idoine. Mais les universités sont inégalement équipées en infrastructures des télécommunications. Seule l’université de Fianarantsoa est la mieux nantie dans ce domaine. Celle d’Antananarivo en dispose aussi mais l’offre est loin de correspondre à la demande. Selon les estimations, les besoins sont énormes pour les quatre autres universités.Pour les nouveaux bacheliers, ils peuvent s’inscrire à l’université de leur choix, publique ou privée. Ils ont aussi la possibilité de s’inscrire aux programmes proposés par le CNTEMAD. Abordant le problème du CNAPMAD, l’informateur souligne qu’il s’agit d’un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC). En tant que tel, il a son autonomie financière. Le ministère est bien au courant du trou dans sa trésorerie et est en train de chercher les moyens de résoudre le problème. En réalité, des arriérés s’accumulant depuis 2017 sont imputés au ministère.Pour clore la réponse, l’informateur tient à remarquer que la ministre Elia Assoumacou Béatrice n’a jamais perçu le double salaire de MESUPRES et de MENETP. « Pour son travail à Anosy, elle s’oblige elle-même à y amener ses outils de travail de Fiadanana », souligne-t-il. « Tant d’épisodes complexes les uns les autres se sont produits depuis 2017 au sein du ministère dont elle assure l’intérim. Ce n’est pas en deux mois qu’elle puisse tout remettre à l’ordre même si elle fait de la magie », termine-t-il.M.R.

La Vérité0 partages

Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !

Depuis quelques jours, les signes s’accumulent montrant une baisse du taux de contamination au coronavirus, et une hausse des cas de guérison. La Sars-Cov-2 semble perdre du terrain. Pour ces raisons et d’autres, un allègement des mesures de confinement a été annoncé par les autorités, notamment à Antananarivo. Un moment qui a été attendu par bon nombre de Malagasy après plusieurs semaines de reconfinement. Une période qui n'a pas été facile pour la population locale. Depuis le début de la semaine, les Malagasy ont pu retourner vaquer à leurs occupations quotidiennes. Cette sortie de confinement ne doit toutefois pas être synonyme de relâchement, qui serait susceptible d’amener à une aggravation de l’épidémie de coronavirus. Les gestes barrières et les règles de distanciation physique doivent encore être appliquées, en tout lieu et en toute circonstance. Et ce, afin d’éviter que les autorités ne soient obligées de sévir à nouveau. Ces dernières seraient en effet obligées de prononcer des mesures plus strictes de limitation de contact, et éventuellement de reconfinement. C’est notamment ce qui s’est passé dans de nombreux pays où les autorités ont dû prendre ou se préparent à prendre des mesures telles que le reconfinement local pour stopper la propagation du virus. Faut-il d’ailleurs rappeler que l’Etat malagasy avait dû procéder à un reconfinement local de la Capitale, il y a de cela quelques semaines, après la première phase de confinement, suite à une hausse remarquable des cas de coronavirus. Un reconfinement qui a eu des impacts non négligeables au niveau économique et social. Tout cela pour dire que la mesure de sortie de confinement à Madagascar et dans la ville des Mille en particulier ne doit en aucun cas être assimilée à un retour à la normale, et ce d’autant plus que le virus continue à sévir. Depuis le 19 mars, 13 522 cas ont été comptabilisés à Madagascar. Selon la dernière mise à jour des statistiques par le Centre de commandement opérationnel – Covid-19, 125 porteurs nouveaux du coronavirus ont été identifiés dont la majeure partie est issue de la seule Région d’Analamanga. 6 décès ont été enregistrés hier, portant le total à 162 jusqu’ici. Aujourd’hui donc, la vigilance reste plus que jamais de mise. La guerre contre le coronavirus est loin d’être gagnée. La rédaction

La Vérité0 partages

Cette maudite maladie !

En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la  vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions  de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a qu’un pas à faire pour un détail près. Etant de forme grippale aigue et d’origine virale, ils ont tous les deux à peu près la même manifestation et se transmettent de la même manière : par simple contact, par voie respiratoire. Et il en faut les mêmes précautions : geste barrière, port de masque, etc. Seulement, il faut souligner que la Covid-19 se distingue particulièrement par le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ce qui lui a valu le constat d’un caractère dangereux.  Le monde entier fait face à cette maudite maladie. Certes, il n’y a pas de maladie … bénie ni généreuse, elle crée toujours, quelle que soit sa forme, des malaises ou des gênes voire de la douleur chez la victime. Seulement, avec cette pandémie du XXIème siècle, les hommes subissent âprement des épreuves physiques et morales souvent insupportables. Des préjudices provoquant des dégâts collatéraux dans tous les domaines de la vie nationale. D’après les derniers bilans (source OMS), on estime à 20 624 316 cas confirmés, 12 831 800 guéris et 749 421 décès dans le monde. Apparemment, ces données statistiques n’ont rien à voir à l’hécatombe de la grippe espagnole mais les chiffres évoluent vers la hausse donc il faut se méfier sérieusement.Parti de la Chine, dans la province de Wuhan en novembre-décembre 2019, le nouveau coronavirus se répand comme un éclair telle la grippe espagnole dans le reste du monde et fait des ravages énormes en vie humaine. Madagasikara ne peut pas, malgré les critiques insensées des détracteurs, échapper le mal. Apparue pour la première fois le 20 mars 2020 avec trois cas « importés », la Covid-19 continue sa course infernale à travers le pays pour franchir le cap des 13 397 dans le courant de juillet. Selon les analyses des experts, le pic de la pandémie aurait été déjà atteint le mois de juillet. La preuve, les bilans rapportés par le Professeur Hanta Marie Danielle de ces dernières 72 heures indiquent une courbe descendante sinon stable, en particulier concernant les nouveaux cas et ceux des décès à Analamanga. En effet, les données statistiques des cas testés positifs pour Analamanga baissent à moins de 50 et les formes graves et décès avoisinent autour de 5 cas. Le pays avance progressivement vers la maitrise de la pandémie. N’empêche que la malédiction de la Covid-19 pèse sur les épaules de la Nation. L’économie, entre autres, endure de graves préjudices.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Quartiers impactés par le délestage - 300 millions d’ariary investis par la JIRAMA chaque semaine

Une quarantaine de quartiers concernés. Tel est le nombre de quartiers dans la Capitale, encore touchés quotidiennement par les délestages. « La capacité de production d’électricité des transformateurs de la JIRAMA n’a pas suivi avec l’augmentation des besoins des abonnés. Au fil des années, aucun investissement n’a été fait dans l’augmentation des puissances des transformateurs. De ce fait, le soir, quand tout le monde allume leurs lumières et leurs appareils électriques, le transformateur n’arrive pas à suivre. Quand il a atteint sa limite, il saute causant ainsi ces délestages, causant un réel désagrément auprès des usagers de la JIRAMA » explique Vonjy Andriamanga, directeur général du fournisseur d’énergie, lors d’une de ses interventions. Pour pallier cette situation, l’entreprise a décidé d’investir dans de nouvelles infrastructures avec son programme « Une semaine, un quartier ». Ce programme consiste ainsi à injecter 100 millions d’ariary dans un quartier à problèmes. « Les autorités ont reconnu ces efforts déployés par la JIRAMA. Elles ont donc décidé de nous appuyer dans nos actions. L’objectif étant de réduire dans les plus brefs délais ces problèmes d’approvisionnement en électricité. Désormais, nous arrivons à prendre en charge entre trois à quatre quartiers en une semaine » se réjouit le DG de la JIRAMA. La somme a en effet triplé, offrant plus de possibilités. De ce fait, chaque semaine, la JIRAMA investit près de 300 millions d’ariary. Dans les détails, les actions de la JIRAMA avec ce programme se concentrent sur l’installation d’un nouveau transformateur ou le renforcement des transformateurs déjà en place. « Au passage, nos collaborateurs profitent également de cette occasion pour améliorer tout le réseau de distribution. En effet, cela ne sert à rien de remplacer un transformateur si les fils électriques sont dysfonctionnels. Nous remettons alors toutes nos infrastructures aux normes, afin d’offrir un service de qualité à nos clients », précise Vonjy Andriamanga. Les quartiers ayant bénéficié de ce programme sont déjà nombreux à savoir Ambohitrarahaba, Mahitsy Ambohimanambola, Anosibe Fima, Antikintanitsara Anosizato mais aussi Ambaniala Itaosy et bien d’autres En tout cas, la direction de la JIRAMA soutient qu’une fois que ces travaux terminés, l’approvisionnement en électricité se fera sans difficulté dans les prochaines années. Ce programme, pour rappel, entre dans le plan de redressement de cette société.  Rova Randria

La Vérité0 partages

Perspective économique pour 2021 - Un taux de croissance de 4,1 %

Une trajectoire montante. Le ministère de l’Economie et des Finances prépare en ce moment le projet de loi de Finances initiale 2021 (LFI). Le ministre de tutelle, Richard Randriamandrato a partagé, mercredi dernier, les perspectives économiques pour l’année prochaine durant le Conseil des ministres. Bien que le taux de croissance économique soit tablé à 0,8% cette année s’il était initialement prévu à 5%, le Gouvernement ambitionne une croissance encourageante de 4,1% l’année prochaine. Cette prévision est soutenue par le plan de relance anticipé par l’Etat, outre les mesures de riposte contre la pandémie. Le célèbre « Plan Marshall » apportera une bouffée d’oxygène et un effet d’entrainement sur les autres secteurs. Grâce aux projets d’infrastructure, la reprise se fait sentir avec une hausse de 6,5% soit de l’ordre de 22,6% du taux d’investissement public. La publication de ces objectifs encourage la population mais également les opérateurs économiques. « Notre activité dépend de la conjoncture économique dans le pays. Nous avons rencontré beaucoup de difficultés cette année. Le chiffre d’affaires est réduit à 50%. J’avais peur que l’économie de Madagascar ait du mal à redémarrer mais ces prévisions m’encouragent à investir davantage dans mon entreprise. Je commence d’ailleurs à réorganiser toutes mes activités étant donné qu’on se dirige vers la reprise. Je reprends contact avec mes clients et recherche des opportunités d’affaires », se réjouit un entrepreneur. Reprise dans tous les secteurs Tous les secteurs de l’économie notamment primaire, secondaire ou tertiaire contribueront à cette croissance. Le domaine de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche étant légèrement touché par les conséquences de la pandémie, les perspectives sont optimistes mais restent moindres. Le taux passera de 3,5% à 4%. Quant au secteur secondaire, représenté par les industries, qui était parmi le plus affaibli par les conséquences de la pandémie, la croissance estimée s’élève à 4,1% en 2021 si elle s’élevait à 1,3% cette année. Il faut dire que les industriels ont rencontré une grande perturbation des échanges internationaux que ce soit en matière d’exportation ou d’approvisionnement en matière première principalement en Chine. Toutefois, les pays importateurs procèdent petit à petit au déconfinement en ce moment. Les entreprises franches, par exemple, reçoivent de nouveau des commandes. Le Gouvernement aidera aussi le secteur à remonter la pente pour les années à venir à travers la promotion de la production locale. Enfin, le secteur tertiaire comme les branches  hôtel et restaurant, transport, commerce, Bâtiment et travaux publics (BTP) connaissent une reprise à hauteur de 3,9% si elle était révisée à -0,8%. La réouverture du tourisme à Nosy Be au mois d’octobre apporte déjà une lueur d’espoir aux opérateurs touristiques. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

« Vatsy Tsinjo II » - Distribution par Fokontany pour le 3è Arrondissement

2 000 foyers bénéficiaires pour Ankorondrano Andranomahery. Ce Fokontany du 3è Arrondissement d’Antananarivo a été priorisé dans la reprise de la distribution de l’aide « Vatsy Tsinjo II ». Toutefois, la remise des vivres se fera désormais par Fokontany pour éviter le désordre, selon les informations recueillies. « Le recensement et la saisie de la liste des ménages ont pu se faire à 100% pour le Fokontany d’Ankorondrano Andranomahery, lequel enregistre le plus d’habitants pour notre Arrondissement, avec 3 000 foyers. Il a ainsi été le premier servi pour la relance de la distribution des vivres, après les 4 à 5 jours de suspension avec la nouvelle organisation mise en place. Les responsables ont distribué les tickets y afférents depuis mercredi, avant de passer à la remise des vivres aujourd’hui », a informé hier la députée Anyah, lors de la distribution au gymnase couvert d’Ankorondrano. « La liste des bénéficiaires du Vatsy Tsinjo a été cette fois-ci jumelée avec celle du « Tosika Fameno » afin d’identifier ceux qui n’ont jamais touché d’aides sociales de l’Etat. Ces derniers en sont désormais les prioritaires », ajoute l’élue dudit Arrondissement. Présent lors de la reprise de la distribution au gymnase couvert d’Ankorondrano, le gouverneur de la Région d’Analamanga en la personne de Hery Rasoamaromaka a insisté sur le fait que « toutes les familles vulnérables bénéficieront des aides sociales de l’Etat, comme annoncé par le Président de la République Andry Rajoelina ». « Nous continuons à recevoir les plaintes et réclamations des familles qui se sentent exclues, même si la distribution est déjà achevée pour un Fokontany. Aujourd’hui, des personnes sont venues ici pour le faire », a-t-il souligné. Outre la consultation des listes, les responsables font les contrôles à partir des tampons dans les carnets de résidents. « Certains déchirent la feuille déjà tamponnée pour le « Tosika Fameno ». Pourtant, la liste y afférente dévoile leurs noms et leurs tricheries puisque tout est informatisé», se désole le gouverneur. Ce dernier n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance aux employés des ministères mobilisés pour le recensement et la saisie des listes ainsi que les députés, maires et chefs de District pour leur soutien dans la distribution et les contrôles.Recueillis par Patricia R.

La Vérité0 partages

Subventions de la CNaPS aux employés du secteur privé - Les demandes à déposer par les sociétés et le...

Les subventions remboursables de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS) s’officialisent. Après l’annonce du Président de la République Andry Rajoelina, dimanche dernier à la chaîne nationale, le décret relatif à la prestation spéciale de la Caisse destinée pour venir en aide aux employés du secteur privé, face aux impacts de la crise de la Covid-19, vient d’être adopté en Conseil des ministres, en date du 12 août dernier. «Les sociétés et leurs employés intéressés par ce prêt spécial sans intérêt doivent faire des demandes auprès de la CNaPS. Toutefois, les travailleurs œuvrant dans les secteurs les plus touchés par la crise seront prioritaires. C’est le cas pour ceux dans le secteur du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, y compris les guides touristiques, les chauffeurs et ceux des agences de voyage. Les enseignants des écoles privées et les employés des zones franches seront également privilégiés dans cet emprunt spécial », confirme Gisèle Ranampy, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Fonction publique et des Lois sociales (MTEFPLS), hier lors de son intervention durant le rendez-vous de 13h à la TVM. Comme annoncé auparavant, seuls les cotisants de la Caisse nationale pourront bénéficier de cette prestation spéciale. Les emprunteurs devraient être des employés issus de sociétés formelles.Des critères pour l’éligibilitéLe site web de la CNaPS comme portail. Le directeur général de la Caisse en la personne de Mamy Rakotondraibe l’a souligné hier, lors de son intervention après celle du MTEFPLS. « Les sociétés et leurs employés peuvent à partir de lundi prochain consulter le site web pour avoir des informations, s’inscrire et déposer leurs demandes pour l’obtention de la prestation spéciale », informe ce responsable. Comme critère, seules les sociétés en règle vis-à-vis de la Caisse seront éligibles. « Ces entreprises doivent être inscrites à la CNaPS depuis au moins janvier 2019. Elles auraient dû régler les 4 trimestres de cotisation, sans arriérés. Dans tous les cas, elles peuvent consulter leurs comptes dans le site web avant de lancer les demandes », explique le DG. Ces critères et processus sont également valables pour les travailleurs cotisants. La prestation exceptionnelle sera valable à partir de lundi prochain jusqu’au 30 septembre, en tenant compte les 7 à 10 jours de son déblocage à la banque. Quant à son remboursement, il se fera par mensualité à partir du premier trimestre de 2021. « Les emprunteurs toucheront 90% de leurs salaires tandis que les 10% restants seront retenus à la source et reversés à la banque. En tant que crédit responsable, il n’y aura aucun intérêt à tirer », avance le premier responsable.

Pour information, le budget destiné pour l’opérationnalisation de cette prestation spéciale de la CNaPS destinée aux travailleurs en détresse est tiré de la réserve de la Caisse. Celle-ci assure le paiement des pensions pour les retraités. Normalement, leurs années de cotisation n’arrivent à couvrir que 3 ans de pension au maximum. Pourtant, ils en perçoivent jusqu’à leur mort, d’où l’importance du remboursement des subventions spéciales.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Abus et exploitation sexuels des enfants en ligne - Lancement du portail de signalement

Devant les risques d'abus et d’exploitation sexuels liés à l'utilisation de l’Internet par les enfants à Madagascar, des actions  viennent d’être lancées afin d’éradiquer ce phénomène. A travers Internet Watch Foundation (IWF), le ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) et l’UNICEF entrent en collaboration  pour  ouvrir un nouvel portail où les images et vidéos  à l’encontre des enfants malagasy apparus sur l’Internet peuvent être dénoncées de façon sécurisée et anonyme.« Les contenus signalés seront analysés par des experts de l’IWF avec des technologies modernes et efficaces en vue de les supprimer et d’empêcher que ceux-ci apparaissent sur Internet, sans pour autant empêcher les poursuites pénales des auteurs, vu que ces images sont signalées aux autorités locales et mises à leurs dispositions pour engager les procédures judiciaires », explique l’UNICEF Madagascar.  Selon Nicolette Moodie, chef de la section protection de l’enfant au sein de cet organisme onusien, les abus et l’exploitation sexuels des enfants sont intolérables, que cela se fasse en ligne ou dans le monde réel. C’est la raison qui explique la mise en place de ce portail de signalement afin que les enfants, les enfants malagasy en particulier, victimes de ces atrocités puissent bénéficier de meilleure protection et au niveau international. « Le plus important est que ce support offre la possibilité de rayer définitivement du Net des images d’abus sexuels sur les enfants et de protéger ainsi ces derniers de la re-victimisation », intervient-elle.  Pour Naharimamy Lucien Irmah, ministre de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme, la collaboration avec l’Internet Watch Foundation à travers la mise en place du portail de signalement à Madagascar constitue une grande étape vers la réalisation de notre défi. Un propos soutenu par  Susie Hargreaves, directrice exécutive de l’IWF qui avance que  le Gouvernement de Madagascar démontre son engagement à faire un pays hostile pour les images et vidéos d’abus sexuels sur enfants en ligne. Il est à noter qu’à Madagascar, 63% des adolescents et enfants utilisent l’Internet pour chercher des partenaires. 75,3% de ces jeunes et enfants ont rencontré physiquement les personnes contactées. 87,7% d’entre eux ont  également envoyé leurs photos à leurs correspondants, dont 29,2% en sous-vêtement. Avec l’expansion de l’accès à l’Internet ces dernières années, ces chiffres auront tendance à augmenter. Ces statistiques résultent de l’étude effectuée par ECPAT France en 2015 à Antananarivo et Nosy Be sur la prostitution des mineurs en lien avec les nouvelles technologies.  A travers ce portail, Madagascar bénéficie d’un avantage technologique et d’un partenariat mondial qui vient renforcer les efforts consentis pour protéger les enfants des abus et exploitation sexuels des enfants en ligne. Actuellement, Madagascar est le 41ème pays  dans le monde  et 18ème en Afrique à avoir mis en place cette plateforme soutenue financièrement par End Violence Fund. Recueillis par K.R.   

Madagate0 partages

Mamiharilala Rasolojaona est décédé à Paris, le 11 août 2020 à 68 ans

Lorsqu’on rend hommage à une personne qui vient de nous quitter -quelle que soit la façon- ce sont les plus beaux souvenirs du passé qui surgissent sur l’écran de notre mémoire. Concernant M. Rasolojaona (c’est toujours ainsi que je l’ai appelé et que je l’appellerais encore), il est une des rares personnalités qui m’a frappé par sa simplicité, son écoute non feinte des autres, son humilité et sa foi en un monde meilleur à travers sa piété. Certains vont dire que j’en fais trop. Tant pis pour eux, ils parlent beaucoup trop de ce qu'ils ne maîtrisent même pas et se reconnaîtront.

Dans la salle de l'Assemblée générale de l'ONU, le 26 septembre 2012

De g. à dr.: Pierrot Rajaonarivelo, ministre des Affaires étrangères; Jeannot Ramambazafy, journaliste, le Président de la transition, Andry Rajoelina à l'ouverture de la 67ème AG de l'ONU à New York

M. Rasolojaona et moi, sur près de deux décennies, nous avons eu des occasions de discuter. Notre plus long entretien date de septembre 2012 et à New York. A l’époque, il était attaché à l’ambassade de Madagascar à Washington. Il était venu assister au discours, au siège de l’ONU, du président de la transition, Andry Rajoelina, dans le cadre de la 67ème Assemblée générale des Nations-Unies. Ce fut comme des retrouvailles de frères, étant donné que nous n’avons que deux ans de différence d’âge (lui 68 ans, moi 66 ans actuellement). De quoi avons-nous parlé ? De l’avenir des jeunes, de l’espoir d’un monde meilleur avec une foi inébranlable.

Retrouvailles, car nous nous étions déjà entretenu à Antananarivo auparavant, plus exactement à Antaninarenina, lui alors Secrétaire général du ministère des Postes et Télécommunications, mais également en tant que PCA de Telma -alors pas encore privatisé-, et moi journaliste qu’il disait admirer, plus exactement : il admirait mon "travail d’informations très recherchées". Pas adepte de la politique politicienne pour un sou, ce qui m’a frappé le plus chez M. Rasolojaona, c’est ce sourire indéfinissable dont il semblait ne jamais se déparer. Dormait-il aussi avec ?

M. Rasolojaona avec son père

Rares aussi sont les personnalités malagasy aussi polyvalentes que M. Rasolojaona. Mais le plus, avec lui, c’est cette âme d’artiste, cet esprit souple et novateur qui manque à bon nombre de dirigeants de la Grande île de l’océan Indien, toujours enfermés dans le carcan de la pratique d’une administration coloniale, attendant les ordres d’un chef qui a toujours raison même s’il a complètement tort.

Tahiana Rasolojaona et son père

Le 19 juillet 2003, c’est sous son impulsion que l’on entend pour la première fois RDJ (Radio des Jeunes), sur la fréquence 96.6 FM, dont l’actuel P-dg est son fils Tahiana Harifetra Rasolojaona alias Dj Jay’Tax. De 2005 à fin 2010, M. Rasolojaona est Président de la Fédération malagasy de tennis (FMT). En 2013, il sort de la prestigieuse Harvard Business School Executive Education avec un diplôme en gestion de la croissance économique « Leading Economy Growth ». Entre-temps, il est nommé Conseiller à l’ambassade de Madagascar à Washington DC (District o Columbia).

Fervent pratiquant de l’église protestante réformée Fjkm d’Anosipatrana, M. Rasolojaona est auteur-compositeur de cantiques, comme "Masina ato am-poko", par exemple. En mai 2019, M. Rasolojaona a créé l’entreprise Consortium d’Experts en Économie Numérique (C2EN) dont il est resté l’administrateur jusqu’à son décès. C2EN s’occupe des avancées du développement numérique telles que l'e-gouvernance, la conception et la mise en œuvre de Système d'Informations SI 2.0, l'inclusion financière (toute réalisation de grands systèmes numériques avec ses partenaires dont VTS (Vatsy Technology Services) dans le secteur de la gouvernance, l'éducation et la santé). Mais il avait d’autres activités à son actif...

CLIQUEZ ICI

Que reste-t-il d’une personnalité dont les qualités se font de plus en plus rares dans ce monde de "fake news" ou la haine et la jalousie dominent, virtuellement ou non ? Il reste des photos pour prouver que M. Rasolojaona a eu une vie plus que bien remplie. Et s’il est parti à 68 ans -ce qui est jeune par rapport à moi-, il faut que nous croyions qu’il a rejoint ce « monde  meilleur » auquel nous aspirons, les uns ouvertement, les autres secrètement.

L'image du bonheur du couple Rasolojaona

Je regrette de ne pas avoir de photo prise avec M. Rasolojaona, mais lorsque je lui avais demandé le secret d’une vie tranquille et sereine, il m’a répondu par une pensée de l’écrivain britannique, Aldous Huxley : « Aimer ce qu’on est obligé de faire est le secret du bonheur et de la vertu ».

Lors de l'inauguration officielle du Novotel sis à Alarobia Antananarivo, le 31 janvier 2020. De g. à dr. : Tahiana "Dj Jay'Tax"; M. Rasolojaona; le Président de la république, Andry Rajoelina, Lova, Directeur de Cabinet de la Présidence, fille unique de M. Rasolojaona

Une messe, à la gloire du Seigneur et pour le repose de l’âme de M. Rasolojaona, aura lieu le vendredi 14 août 2020, à 18h30, à l’Église réformée de la Rédemption, 16 rue Chauchat, dans le 9è arrondissement de Paris, France.

 

16, rue Chauchat, Paris IX. L’intérieur de l’Église réformée de la Rédemption, aujourd’hui membre de l’Église Luthérienne de France et accueillant la Communauté malagasy protestante de Paris

Concernant le retour de ses mortels, le culte d’hommage et l’enterrement dans le tombeau familial d’Ambofiafontsy Ampitatafika, ils auront lieu lorsque l’état d’urgence sanitaire, qui prévaut actuellement à Madagascar, sera levée.

Au nom de l’équipe de madagate et de mes collègues de « La Gazette de la Grande île », je présente mes sincères et profondes condoléances à toute la famille, sans exclusive, de M. Rasolojaona.

Psaume 134 : 1, choisi par la famille : « Voici, bénissez l’Éternel, vous tous, serviteurs de l’Éternel, Qui vous tenez dans la maison de l’Éternel pendant les nuits ! ».

Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara0 partages

RSE : Grande mobilisation à Ankorondrano

Au cœur d’une zone industrielle et commerciale, la plus importante à Madagascar. C’est ainsi que les membres du Rotary Club Antananarivo Avaradrano décrivent Ankorondrano et les bâtiments tout au long de la route des hydrocarbures. C’est dans cette optique qu’ils ont décidé de mener une grande mobilisation des entreprises, pour des actions RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). « Au nom de la présidente du Rotary Club Antananarivo Avaradrano Tiana Raharison Ramarijaona, le (RCAA) organise la Descente citoyenne sur terrain et la rencontre avec la presse, que le (RCAA) organise le vendredi 14 août 2020, de 9h à 10h à Ankorondrano. A l’occasion, les entreprises riveraines sont toutes invitées à mener des actions pour le bien de la société », a indiqué Frédéric Rakotovoavy, alias Rafredy, la communication du Rotary Club Antananarivo Avaradrano. Nous en reparlerons.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Appui aux travailleurs du secteur privé : d’autres syndicalistes pour l’avance remboursable de la CNaPS

D’autres syndicalistes veulent l’avance remboursable proposée par le gouvernement.

Les syndicalistes sont divisés en ce qui concerne le système d’avance sur salaire, via la CNaPS proposée pour aider les travailleurs du secteur privé

Si certains syndicalistes, du moins ceux qui se sont exprimé jusqu’ici par des sorties médiatiques, d’autres sont parfaitement d’accord sur l’initiative du pouvoir de mettre en place le système de subventions via la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNaPS) pour les salariés du secteur privé.

Avance subvention

Annoncée par le président de la République, Andry Rajoelina, lors de son intervention dimanche dernier, ce système consiste, rappelons-le à consacrer un budget de 50 milliards d’ariary destiné aux salariés du secteur privé inscrits à la CNaPS. Ils peuvent percevoir, via la CNaPS une subvention de 200.000 et 500.000 ariary, soit l’équivalent de leur salaire mensuel. Une avance subvention sans intérêt que ces salariés doivent rembourser à partir de janvier 2021 par portion mensuelle de 10% de leur salaire. Autrement dit si un salarié prend une subvention de 200 000 ariary, il doit rembourser tous les mois 20.000 ariary à partir de janvier 2021 et ce, sur une période de 10 mois. Les salariés du secteur tourisme et de l’enseignement seront priorisés pour cette avance remboursable dont la distribution se fera en principe à partir du 24 août prochain. Mais déjà une partie des organisations syndicales s’est opposée à ce projet d’avance remboursable par portion. En estimant que contracter ce genre d’avance créera davantage de problèmes pour eux, ce sera un endettement de plus.

Salvatrice

Ce qui n’est pas l’avis d’autres syndicalistes qui roulent plutôt pour cette initiative présidentielle qui leur paraît salvatrice. Des représentants des syndicats Tolon’ny Mpiasa (TM) ; SEKRIMA, FISEMA et CSTM ont rencontré la presse, hier pour exposer leur point de vue pour cette option. « Nous remercions la CNaPS pour les avantages qu’elle nous a toujours octroyés et concernant cette nouvelle initiative pour faire face à la crise, elle nous convient car nous avons un besoin urgent d’argent pour survivre » a expliqué Randrianantenaina Toussaint un syndicaliste issu de TM. Il est même allé plus loin, en ajoutant que 200.000 ariary ne suffit pas et qu’il leur en faut plus avec des conditions de remboursement plus allégées. « Nous souhaiterions, cependant, que le pourcentage du remboursement mensuel soit revu à la baisse afin d’alléger les charges ». a-t-il ajouté. Pour sa part, Rémi Henri, qui a représenté la SEKRIMA d’expliquer qu’il faut plutôt accélérer les procédures afin de permettre aux travailleurs de résoudre leurs problèmes. Il a, notamment, cité la quasi-impossibilité pour les travailleurs de rejoindre leur lieu de travail faute de transports en commun. La CNaPS pourrait par exemple monter un partenariat avec les transporteurs pour trouver une solution. Une manière, en somme, de soutenir que cette intervention de la CNaPS est bien naturelle car elle est avant tout un organisme à caractère sociale dont le rôle est aussi de soutenir ses adhérents durant les moments difficiles. L’essentiel selon ces syndicalistes est de faire en sorte que les réglementations soient respectées.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Basket 3 x 3 – IBF Lion Camp : Le tournoi de qualification en sursis

Les Championnats d’Afrique 3×3 2020 à Kampala est annulé.

Il ne reste plus que deux mois pour désigner les deux équipes représentantes de la Grande Ile à l’IBF Lions Cup au Zimbabwe au mois de novembre. Le camp est encore maintenu par l’IBF et le pays hôte à quatre mois de la tenue de cet évènement réservé aux jeunes des moins de 17 ans du continent. Le tournoi de qualification des équipes représentantes de la Grande Ile pour cette aventure zimbabwéenne n’est pas encore fixé avec cette pandémie de coronavirus. « Nous devrons envoyer la liste des équipes au plus tard au mois d’octobre, mais, jusque-là rien n’a été décidé. Pour les Championnats d’Afrique 3 x 3 initialement prévus, du 19 au 22 novembre à Kampala, Ouganda,  les autorités du pays ont décidé de l’annuler. 2020 risque d’être une année blanche pour le basket 3×3 malgache après l’épopée de 2019 » nous a confié, Mihary Randriana, de la commission basket-ball de masse au sein de la fédération malgache de basket-ball. En 2019, les deux équipes du MB2All ont obtenu les deux tickets pour ce camp d’entraînement au Botswana. L’organisation du tournoi de qualification dépend entièrement de la décision de l’Etat de lever les interdictions d’organisation d’évènements sportifs. En ce qui concerne, le nom du Youth Leader qui devrait participer au camp d’entraînement IBF Youth Lions au Zimbabwe au mois de décembre n’a pas encore été dévoilé par la FIBA. La liste des candidats remplissant les critères a été déjà envoyée à la FIBA. L’organisation à domicile au mois de novembre de la suite des qualifications pour l’Afrobasket 2021 à Kigali, Rwanda est encore en sursis. Trois autres pays devront participer à ce tournoi à savoir la République Démocratique du Congo, la Tunisie et la République Centrafricaine.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Faritra atsinanana : Eo am-pandrafetana ny PRD 2020 hatramin’ny 2023

Ny zoma maraina teo tamin’ny 09ora no nanomboka ny fivoroana teo anivon’ny faritra atsinanana, amin’ny famolavolana ny drafitrasam-paritra ny taona 2020 hatramin’ny taona 2023. Ny kabinetra “Conforme” no voafidy ny faritra handrindra sy hanao ny fakan-kevitra amin’ny mpisehatra rehetra ao anatin’izany drafitrasam-paritra atsinanana izany. Nambaran’ny governoram-paritra atsinanana Atoa Rafidison Richard Théodore, fa zava-dehibe amin’ny faritra atsinanana ny manana ity drafitrasa ity, satria ilaina amin’ny fampandrosoa ireo kaominina 90 ankoatra ny kaominina ambonivohitry Toamasina, ary ireo distrika 07 misy ao anatin’ny faritra atsinanana. Nambaran’ny governora hatrany fa drafitrasam-paritra atsinanana 03 izao no fantany tato ho ato, saingy tsy hita loatra ny fampandrosoa nentiny ho an’ny faritra atsinanana; ka izay no anton’izao atrikasa fohy entina hanamboarana ny drafitrasam-paritra atsinanana izao. Ho an’ny kabinetra “Conforme” manao izao fanamboarana ny drafitrasa fampandrosoana ny faritra atsinanana izao, dia ilaina ny maka lesona amin’ireo drafitrasa efa nisy teo aloha, eo koa ny drafitrasam-panjakana, ny drafitrasan’ny filoham-pirenena, ary ireo drafitrasa iraisam-pirenena toy ny ODD. Nisy ny ady hevitra nifanaovan’ireo mpandray anjara tamin’izao atrikasa fohy tao amin’ny lapan’ny faritra izao, ka nandraisan’ireo talem-paritra samy hafa sy ireo olom-boafidy, ka nafana ny ady hevitra nandritra izany. Milaza ny mbola andalo amin’ireo talem-paritra samy hafa hamaritana marina ny fandaharan’asan’izy ireo ny kabinetra “conforme”, mba tena ho matotra ny drafitrasam-pampandrosoa ho an’ny faritra atsinanana ho volavolaina ankehitriny izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Se tourner vers un avenir meilleur

Les nouveaux cas de coronavirus suivent la tendance à la baisse. Avec 23 cas en 24 heures dans la région d’Analamanga, hier. Les cas de guérison pour leur part sont de plus en plus élevés. Dès lors, la situation devient de plus en plus rassurante.

Se tourner vers un avenir meilleur

Notamment pour une population qui retrouve peu à peu son rythme normal d’activité. Une fois les transports publics rétablis, ce sera de nouveau l’effervescence des activités économiques. Et si certains politiciens semblent encore vouloir une persistance, voire une aggravation de la crise, les autorités et les bailleurs de fonds se tournent déjà vers l’avenir qui ne sera pas forcément morose. La loi de finances rectificative qui anticipe déjà vers une relance économique post-Covid est la preuve de cette volonté étatique de remettre Madagascar sur la voie de l’émergence. Les partenaires techniques et financiers affichent pour leur part une ferme détermination à, non seulement, faire face à la crise, mais aussi à voir déjà comment améliorer les conditions d’existence des Malgaches. C’est le cas notamment du Système des Nations Unies qui vient de démarrer avec le gouvernement malgache la conception d’un nouveau cadre de coopération qui couvrira la période 2021-2023. Une période qui sera probablement celle de l’après-Covid. En effet, « ce nouveau cadre de coopération revêt une importance particulière dans ce moment de crise sanitaire relative à la Covid-19 qui appelle à réaliser la ferme aspiration d’un non-retour à la normale « d’hier », mais d’un nouveau départ dans la progression vers la réalisation de l’Agenda 2030 ». L’UNICEF qui confirme ainsi sa volonté de se tourner vers l’avenir. L’UNICEF, qui fait d’ailleurs partie du Système des Nations Unies anticipe aussi pour de meilleures conditions sociales en débloquant 2 millions de dollars pour assurer la continuité des services en santé maternelle et infantile. Bref, les initiatives actuelles ne sont plus concentrées à 100% sur la crise sanitaire. Preuve que l’ennemi invisible, même s’il est encore là et continue de faire du mal, devient peu à peu une espèce en voie de disparition. Et c’est tant mieux pour une population qui aspire à un avenir meilleur.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Riposte au Covid-19 : Plus de 4 milliards d’Ariary débloqués par le Japon, sur demande du ministère d...

Toujours dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, le ministère de la Santé publique avec ses partenaires a élaboré un plan national de riposte dans le but de renforcer les capacités du pays. Un plan appuyé par le Japon qui vient de débloquer la somme de 4 353 769 200 Ariary dans la réalisation de ce projet.

Cette donation fait suite à une demande du ministère de la Santé publique auprès du gouvernement du Japon. Le ministère de tutelle a souhaité un déblocage du fonds de contrevaleur créé par l’assistance publique au développement du Japon afin de financer la riposte contre le Covid-19. Requête accordée puisque le 11 août 2020, le gouvernement japonais a remis officiellement plus de quatre milliards d’Ariary. La gestion et l’exécution du projet seront assurées par un comité de pilotage gouvernemental.

Deux étapes, deux fonds. Le ministère de la Santé publique a fait savoir que ce projet se fera en deux étapes mais concernera les 22 régions et les 144 districts de la Grande île. La première étape coûtera 1.874.683.800 Ariary et la seconde 2.479.085.400 Ariary. Ces fonds permettront la mise en œuvre des activités liées à la prévention et au contrôle des infections, à la prise en charge des cas, à la surveillance épidémiologique, ainsi qu’au renforcement des capacités de laboratoire aux différents niveaux du système de santé. Mais ce n’est pas tout, le projet comprend également une provision de matériels de première nécessité comme les masques, les lunettes, les combinaisons pour le personnel engagé dans les opérations de riposte contre le Covid-19, les extracteurs d’oxygène, et les respirateurs de réanimation.

Santé de la reproduction et VBG. Par ailleurs, le Japon a également participé au lancement du projet TOLISABO II aux côtés de l’UNFPA. Ce programme concerne essentiellement les services vitaux de santé de la reproduction et la lutte contre les violences basées sur le genre. Il sera mis en œuvre par l’UNFPA et financé par le gouvernement japonais à hauteur de 510 millions d’Ariary. TOLISABO II cible la population du Grand Sud de Madagascar, principalement, les districts d’Ambovombe, de Tsihombe, de Beloha, de Bekily, d’Ampanihy, de Betioky et d’Amboasary. A noter que les trois régions du Sud où sont situés ces districts vivent toujours dans un environnement d’insécurité alimentaire et figurent parmi les plus vulnérables du pays.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Vatsy pour les étudiants : 160 tonnes de riz, 28 000 litres d’huile et 20 tonnes de légumineuses distr...

Distribution de Vatsy pour les étudiants à Toamasina.

Situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Quatre vagues de distribution de vivres ont jusqu’ici été initiées par le ministère en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique afin d’aider les étudiants malgaches à mieux faire face à la crise. Une mesure de protection sociale qui s’est manifestée par « quatre vague de distribution de vatsy pour les étudiants » a ainsi été menée depuis le début du confinement. Une vague de distribution correspondant à la remise de quarante (40) tonnes de riz, 7.000 litres d’huile, quinze tonnes de sucre et cinq (5) tonnes de légumineuses auprès de 15.000 étudiants malgaches répartis dans les campus universitaires du pays. Soit, 160 tonnes de riz, 28.000 litres d’huile et vingt (20) tonnes de légumineuses distribués en tout et pour tout jusqu’ici. « Des initiatives menées par le ministère en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans toutes les régions du pays sans qu’il n’était nécessaire de faire beaucoup de bruits afin d’attirer l’attention » note un responsable. Avant de spécifier « l’important pour l’équipe dirigeante actuelle n’étant pas d’être vue mais d’être efficace dans la gestion de la crise comme le voudrait la situation ». Par ailleurs, 35% des étudiants malgaches seraient actuellement rentrés auprès de leurs parents selon le ministère de tutelle. Le calendrier universitaire étant connue et publiée auprès des acteurs concernés, le retour des étudiants auprès des universités pour la prochaine année universitaire devrait se faire dans les deux semaines voire un mois après la réouverture des routes.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana  teny Anosipatrana : Vehivavy iray vao tera-bao no mpamatsy basy

Ny vadiny dia efa nigadra noho izay resaka fitazomana fitaovam-piadiana tsy ara-dalàna, firaisana tsikombakomba sy famatsiana basy ny jiolahy izay. Tsy nisalasala ihany koa ny anao vavy nanohy ny asa ratsin-drangahy taty aoriana. Voalaza moa fa isan’ireo namatsy basy ireo olon-dratsy, nanao fanafihana mitam-piadiana tetsy Anosipatrana ity renim-pianakaviana ity.

Taorian’ilay fanafihana nitranga teny an-toerana ka nahaverezana vola mitenina 36 tapitrisa ariary, ny herinandro teo iny tokoa dia haingana be ny fanadihadiana nataon’ny teo anivon’ny polisy misahana ny heloka bevava sakelika fahefatra etsy Anosy. Zandary iray, izay isan’ireo nandray anjara moa no maty voatifitra ny andron’ny fanafihana, raha an-dalana handeha hitsoaka teny amin’iny faritra Fasan’ny karana iny. Ora vitsy taorian’io dia azo sambo-belona ny naman’ity voatifitra ity, izay mpitandro filaminana ihany koa, polisy efa voaroaka tamin’ny asany, hoy ny fanazavàna azo teo anivon’ny polisim-pirenena ary lehilahy iray hafa. Marihana fa tratra tany amin’izy roa lahy ireto ny sakaosy iray mbola feno vola taratasy ary basy poleta iray niaraka tamin’ny bala. Nentina natao famotorana teny Anosy avy hatrany izy roa lahy ireto ka tamin’izay indray no nahafantarana ilay renim-pianakaviana, izay namatsy ny basin’izy ireo. Notongavana avy hatrany teny Itaosy ity farany, raha ny vaovao azo, saingy tsy tratra tao an-trano fa nitondra ny zanany kely natao vaksiny. Hay ka, mbola vao teraka sahabo ho andro vitsy lasa izay. Voasambotra ihany moa ity farany rehefa niverina avy any.

Marihana fa ny voalohan’ny herinandro teo no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ireto andian-jiolahy ireto ka fantatra fa nadoboka am-ponja vonjimaika avokoa, miandry ny fotoam-pitsaràna azy araka ny fanampahan-kevitr’ireo mpitsara mpanao famotorana. Ilay renim-pianakaviana moa nalefa eny Antanimora, raha navantana avy hatrany eny Tsiafahy kosa ireo roa lahy, ilay polisy voaroaka sy ilay namany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Mémoire : Le mois d’août dans l’histoire contemporaine de l’Afrique

David Dacko, né le 24 mars 1930 à Bouchia, près de Mbaïki et mort le 20 novembre 2003 à Yaoundé, est un homme politique centrafricain, qui fut président du gouvernement centrafricain de 1959 à 1960 puis président de la République centrafricaine à deux reprises, de 1960 à 1966 et de 1979 à 1981.

Août est le mois des grands évènements du continent noir. Proclamation d’indépendance, coup d’Etat, accession au pouvoir ou incarcération, Août est un mois de commémoration.

1er août 1960,   le Bénin retrouve son indépendance après avoir été colonisé par la France pendant six décennies. Hubert Maga fut le premier président. Depuis l’indépendance, le Bénin a connu une histoire politique mouvementée. Les douze premières années furent marquées par une instabilité chronique, les anciennes élites coloniales, pour la plupart originaires du Sud, se disputèrent le pouvoir. En six ans, on enregistra quatre coups d’1  état et régimes militaires, venant abréger d’éphémères périodes civiles qui voient se succéder Sourou Migan Apithy, Justin Ahomadegbé et Émile Derlin Zinsou au pouvoir.

3 août 1960, c’est au tour de Niger d’accéder à l’indépendance. La République du Niger, est un pays steppique d’Afrique de l’Ouest, situé entre l’Algérie au nord-nord-ouest, la Libye au nord-est, le Tchad à l’est, le Nigeria au sud, le Bénin au sud-sud-ouest, le Burkina Faso et le Mali à l’ouest-sud-ouest. La capitale est Niamey. Hamani Diori, fut le premier président. Cet enseignant et homme d’état nigérien est une figure de l’indépendance du pays. Premier président de la République en 1960, et l’un des artisans de la création de la Francophonie dont l’ACCT (Agence pour la coopération culturelle et technique) — actuelle Organisation internationale de la francophonie — son régime est renversé par le coup d’état du lieutenant-colonel Seyni Kountché le 15 avril 1974.

Les Comores. 3 août 1975, est marqué par la prise de pouvoir du tandem Saïd Mohamed Jaffar-Ali Soilih à la suite d’un coup d’état. Le 3 août 1997 marque l’histoire du pays  car ce jour-là, l’île d’Anjouan proclame son indépendance unilatérale à Mutsamudu en brandissant une photo de l’ancien président français Jacques Chirac avec la légende «La France pour tous», près de 7.000 manifestants ont marché jusqu’à l’ancien palais du gouverneur et hissé le drapeau tricolore. Abdallah Ibrahim, chef du mouvement séparatiste anjouanais, signe la déclaration d’indépendance qui demande à la France de « soutenir le projet sécessionniste afin d’éviter une nouvelle effusion de sang ». La déclaration d’indépendance évoque le rattachement à la France ou l’indépendance assortie d’un régime d’association. Elle demande à la France d’«entendre les cris de détresse du peuple d’Anjouan». Le 5 août 1997, les séparatistes élisent Abdallah Ibrahim « président » de l’Etat d’Anjouan.

Léon M’Ba le père de l’indépendance du Gabon. Ce pays accède à l’indépendance le 17 août 1960.

Les dates des 4 et 5 août (05 août 1960, 04 août 1983) répondent à 23 ans de distance dans la mémoire des Burkinabés, qui doivent s’interroger sur la signification, le sens profond et les enseignements qu’emportent ces deux dates historiques. Le 05 Août 1960 marque, en effet, le couronnement de la lutte du peuple paysan, ouvrier et travailleur, contre la domination et l’exploitation coloniales occidentales du territoire national : l’ancienne Haute Volta qui libérée de la tutelle française deviendra après le 04 août 1983 le « Burkina Faso », Pays des Hommes Intègres. Thomas Sankara monte au pouvoir.

Le 5 août 1962, Nelson Mandela entrait dans sa deuxième vie. Celle du captif. Le jeune avocat en lutte contre l’apartheid est alors, depuis deux ans, recherché par la police du régime. Surnommé « Black Pimpernel » (l’insaisissable), il multiplie pourtant les apparitions publiques depuis l’interdiction de son parti, le Congrès national africain (ANC), en 1960.

10 août 1991, « La grande marche du 10 août sur Iavoloha avait pourtant marqué les esprits au début des années 90 et précipité le départ du président Ratsiraka du pouvoir. Les victimes laissées sur le terrain sont aujourd’hui oubliées et apparemment, la page a été tournée par les hommes politiques actuels » écrit un journaliste témoin oculaire de l’événement tragique. La grande marche d’Iavoloha fait partie de l’histoire de Madagascar. Elle marque une étape essentielle du mouvement populaire de 1991.

Ces évènements ne sont que des échantillons de ce qui s’est passé dans le continent africain, bon nombre de pays ont vu un tournant dans leur histoire.

Recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Kianjan’ny Kanto : Le Syndicat Organisateur d’événement tire la sonnette

En mesure de précaution, tous les rassemblements de plus de 50 personnes dans des lieux confinés sont interdits dans la Grande Ile. De ce fait, événements de tous types ont dû être annulés. Certains lieux ferment également leurs portes. Ainsi, après les mises en veille des activités culturelles, les régisseurs événementiels ne cachent pas leur attitude. Ils témoignent de leurs incertitudes pour maintenir, dans les meilleures conditions sanitaires, leurs événements prévus dans les prochains mois. En effet, Les événements récréatifs, culturels sont suspendus depuis quatre mois. Alors, la filière de l’événementiel de la capitale malgache tente de faire entendre sa voix, hier au “Kianjan’ ny Kanto” Mahamasina à 10 heures. Le portefeuille des artistes et des organisateurs n’est pas en bonne santé à cause de cette crise sanitaire.

Les membres du syndicat Organisateur d’évènement lance un appel au gouvernement pour qu’il trouve une solution afin que les maîtres de cérémonies puissent retrouver leur fans.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Tennis : Le président Mamiharilala Rasolojaona n’est plus

Consternation dans le petit monde du tennis à l’annonce de la mort de l’ancien président de la Fédération de 2005 à 2011, Mamiharilala Rasolojaona. L’homme est surtout connu pour sa saine gestion de la fédération avec doigté et son sens du consensus qui fait de lui l’homme de toutes les situations aussi difficiles soient-elles. Le tout avec ce sourire qui ne le quitte presque jamais. Bref Mamiharilala Rasolojaona était un homme très apprécié par son entourage. A toute sa famille, Midi Madagasikara adresse ses sincères condoléances.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Education nationale : Toujours en attente de la nomination du ministre à trois semaines du CEPE

Les examens officiels sont imminents. Et comme l’a fait savoir le président de la République lors de ses interventions médiatiques, lesdits examens auront lieu cette année. Les préparatifs sont actuellement en place pour permettre une tenue sans encombre des sessions de cette année selon le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel. Ledit département assurant jusqu’ici les rôles et missions qui lui sont attribuées malgré la période intérimaire et les limitations de pouvoir qui en découlent. Il conviendrait, en effet, de noter que la nomination du ministre de l’Education nationale par intérim ne permet pas à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique d’avoir assez de marge de manoeuvre dans l’exercice de ses missions. D’où l’impératif pour le président de la République de nommer une ou un ministre de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel qui devrait avoir la charge de relever le système éducatif malgache malmené par la politique politicienne. Ce qui devrait entrer dans le cadre des ambitions présidentielles.

CRAN. Les dispositions relatives aux classes intermédiaires ont fait poser beaucoup de questions. La crainte pour les parents de voir leurs enfants ratés l’année scolaire, au détriment de leur progéniture est tout simplement légitime. Le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel affirme quant à lui que « des cours de remises à niveaux vont être initiés durant la prochaine rentrée scolaire. Les CRAN ou Cours de Remises à Niveaux ont toujours existé et ont déjà fait leurs preuves. Lesdits cours vont être initiés pour les élèves des classes intermédiaires à partir de la prochaine rentrée scolaire pour éviter qu’ils ne soient trop lésés par la conjoncture actuelle » note un responsable auprès du ministère de tutelle.

Intestine. Diverses tractations sont actuellement menées par les candidats de tout bord. Les stratagèmes varient d’un front à l’autre mais les plus connus sont communément l’utilisation de la presse et des réseaux sociaux afin de « vendre » les favoris. L’attrait du poste de ministre de l’Education nationale malgache n’aurait apparemment pas épargné certains membres du gouvernement. Les coups bas internes et les guerres d’influence seraient actuellement menées afin de persuader le président de la République sur les atouts de certains et les incompétences des autres. Ce, au risque de faire comprendre à l’opinion publique qu’il y aurait une rivalité malsaine et ambiante au niveau du gouvernement Ntsay Christian. Entre le portefeuille de l’éducation nationale ainsi que les avantages conférés par le poste et la solidarité gouvernementale, voire la force du pouvoir actuel, le choix serait vite fait pour certains ministres.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Tsingy rouge : Mpivarotra omby norarafana tamin’ny kalachnikov

Maty tsy tsa-drano ny renim-pianakaviana iray. Bala roa no nahazo azy ary voamarina fa basy kalachnikov no nampiasain’ireo jiolahy. Miisa efatra ireo olon-dratsy izay nanatontosa ny fanafihana tao amin’ny fokontany Ampamokiana, Tsingy rouge, ao amin’ny distrikan’Antsiranana. Raha araka ny tombana dia ny vola vidin’omby folo izay vao lafon’ity fianakaviana ity no lasan’ireo mpamono olona. Mbola hita teo an-toerana ny taim-bala izay nampiasain’ny jiolahy ary hita ihany koa ny laharan’ireo. Tokony hanampy betsaka ny zandary amin’ny fanadihadiana izany, indrindra amin’ny mety hamantarana ny niavian’ireo bala. Nisy ny fepetra noraisin’ny mpitandro ny filaminana avy hatrany ary isan’izany ny fametrahana sakana tamin’ny lalam-pirenena fahenina. Etsy andanin’izany dia nasiana koa ny fanarahan-dia ireo jiolahy, izany dia niarahana tamin’ny fokonolona. Ny fikaroham-baovao mahakasika an’ity raharaha heloka bevava ity no isan’ny imasoana ankoatra ny fanarahana mivantana ny olon-dratsy. Toerana izay isan’ny mivelona amin’ny fizahan-tany tanteraka ny fokontany manodidina ny Tsingy rouge. Mazava ho azy fa isan’ny misedra ny mafy koa ny mponina ao ankehitriny satria iaraha-mahalala ny fiantraikan’ny valanaretina coronavirus izay nitarika ny fikatonan’ny sisin-tany sy tsy nampihodina ny fizahan-tany. Miitatra araka izany ny sain’ny sasany ary mandroba ny samy mponina. Ny mahatalanjona fotsiny dia ny fisian’ny basy kalachnikov izay tsy tokony misy manana ankoatra ny mpitandro ny filaminana. Inoana fa ho fantatry ny mpanao fanadihadina ny niavian’ireo bala izay mbola nisy laharana ary izany no isan’ny manampy amin’ny famaliana ny fanontaniana ny amin’izay niavian’ny fitaovam-piadiana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

AFT : Rétrospective des quatre mois de confinement

En tant que promoteur de la culture, l’Alliance française d’Antananarivo a initié des événements culturels par le biais des plateformes de diffusion en ligne.

Comme la plupart des établissements privés en général, et ceux, plus particulièrement œuvrant dans le domaine de l’Enseignement, de la Lecture publique et de la promotion de la Culture, l’Alliance Française d’Antananarivo, une association de droit malgache reconnue d’utilité publique, a été fortement touchée sur le plan économique et social par la crise sanitaire de Covid 19, devant suspendre et reporter ses activités depuis le 21 mars 2020, début de la mesure d’état d’urgence décrétée par l’Etat malgache.

Comme la plupart des organisations privées, elle a été contrainte de procéder à la suspension du contrat d’une partie de ses ressources humaines.

Malgré tout cela, l’AFT continue, par tous les moyens, d’accomplir ses missions. L’AFT maintient le contact avec son public et ses adhérents et les rassure par les initiatives prises face aux restrictions relatives à la pandémie. Les apprenants dont les cours ont été suspendus continuent actuellement d’apprendre le français à distance, accompagnés par 30 enseignants qui participent activement à cette transition numérique. « Concernant les formations extra-muros, dans le respect des mesures sanitaires et d’un commun accord avec les entreprises, les stagiaires ont pu bénéficier de nos formations en présentiel autant qu’à distance. Par ailleurs, en télétravail, nous avons maintenu la communication auprès de nos entreprises partenaires et prospecter de nouveaux clients. Dans le but d’assurer une continuité pédagogique, nous avons publié régulièrement, sur les réseaux sociaux, des activités pédagogiques en ligne pour tous les niveaux à faire en autonomie » a certifié le responsable de l’établissement. Ces activités qui ont pour but de leur apporter une aide dans la préparation aux éventuels examens DELF et DALF ou pour ceux ayant suivi des cours réguliers au sein de l’établissement.

L’AFT, étant à l’heure du numérique, dispose d’une bibliothèque virtuelle appelée KoomBook permettant aux adhérents de se ressourcer à partir de leur téléphone portable. Le KoomBook crée un hotspot wifi sur lequel les utilisateurs peuvent se connecter à l’aide d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur pour accéder à des milliers de ressources éducatives, culturelles ou cognitives. Il peut aussi être connecté à un téléviseur ou un vidéoprojecteur pour des activités de groupe. Un système de prêt de livre sur rendez-vous a également été mis en place afin d’éviter le flux humain à la médiathèque. Les adhérents ont la possibilité de passer une commande en ligne sur la page Facebook de l’AFT, des publications des commandes sont effectuées systématiquement sur la page de la Médiathèque Christine de GunzbourgAft.

En tant que promoteur de la culture, l’Alliance française d’Antananarivo a initié des événements culturels par le biais des plateformes de diffusion en ligne. Par ailleurs, elle a aussi bénéficié d’une collaboration avec leurs médias partenaires qui a rendu possible la promotion à l’échelle nationale des œuvres et créations artistiques.

Plusieurs initiatives ont été organisées et rendues possible grâce au soutien des artistes, la collaboration avec plusieurs acteurs culturels actifs de Madagascar et surtout de Telma Madagascar qui a été le partenaire officiel de la Fête de la Musique.

Actuellement, l’AFT fait au mieux pour maintenir son fonctionnement malgré le contexte. Des perspectives ont été mises en œuvre pour faire face à toute situation. Entre autres, la digitalisation des activités de l’AFT . Une plateforme d’apprentissage en ligne est en cours de développement. Cette plateforme d’auto apprentissage permettrait aux enseignants de proposer différentes activités pédagogiques aux apprenants, en complément des cours en présentiel.

Recueillis par Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Football : Hervé Arsène apparaîtra de nouveau dans le monde du football malgache

L’ancien défenseur du Racing Club de Lens n’oublie pas ses racines.

L’ancien footballeur, Hervé Arsène Malabary et le coach Nicolas Dupuis ont un projet en commun pour la promotion du ballon rond malgache. Les deux grands hommes se sont rencontrés hier et ont eu une importante discussion pour l’avenir.

Après avoir rencontré ses joueurs membres des Barea, l’entraîneur national Nicolas Dupuis a continué sa tournée dans l’Hexagone. Le coach a rencontré, hier, Hervé Arsène Malabary, un ancien footballeur de la Sotema, qui est devenu actuellement entraîneur de l’UAS Harnes. D’après ce qu’il a publié sur sa page Facebook, Nicolas Dupuis était ravi d’avoir échangé avec lui. Suite à cette rencontre, les deux coaches ont un projet en commun pour le football malgache. « Notre préoccupation de travailler autour de la jeunesse du pays est commune et notre motivation d’œuvrer ensemble est évidente. Vous me voyez très heureux de pouvoir côtoyer une telle personne amoureuse du football », a avancé l’entraîneur des Barea dans sa publication.

En effet, Hervé Arsène Malabary est un visage à ne plus présenter dans le monde du ballon rond malgache. Il est né à Nosy-Be en 1963. Il possède également la nationalité française. Amateur quand il a joué avec la Sotema Mahajanga, il est devenu professionnel à Saint André de La Réunion (1985-1987). Hervé Arsène a rejoint le RC Lens en 1987. Il a remporté le championnat de France sous les couleurs sang et or lors de sa dernière saison en tant que joueur professionnel en 1998. Après sa carrière de joueur, il a entraîné les moins de 13 ans du RC Lens. Entre 2007 et 2008, il a dirigé la sélection malgache. Il a entraîné ensuite l’équipe des moins de 15 ans du RC Lens. Il a également été nommé directeur de la formation en 2015. En août 2018, il a été démis de ses fonctions. Cependant, il continue toujours d’œuvrer pour son pays d’origine. En 2016, il est venu en aide à la jeunesse malgache grâce à une collecte de fonds qu’il avait lancée dans sa région.

Cette année, le Franco-malgache a prolongé son contrat avec l’UAS Harnes qui découvrira, pour la première fois de son histoire, le niveau ligue. Malgré des sollicitations des centres de formations étrangers, Hervé Arsène a choisi de rester fidèle à Harnes et de travailler avec des dirigeants qui le font confiance. Hervé Arsène est parmi les sportifs impatients de retrouver le terrain, et n’est pas inquiet par la venue de nouveaux joueurs.

Recueillis par Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Infrastructures dans l’Alaotra Mangoro : Poursuite des travaux à Manaingazipo et Lohafasika

Infrastructures en cours de construction dans la région Alaotra Mangoro.

54% pour Lohafasika (Kafe) et 45% pour Manaingazipo. Ce sont les taux d’achèvement des travaux d’infrastructures au niveau du fleuve qui cause à chaque saison de pluies, l’inondation de la RN44 et de la RN3A. En effet, ces deux zones sont bien connues par les usagers, qui ont du mal à traverser en cas de montée des eaux. Selon le MATP (Ministère de l’Aménagement et des Travaux Publics), des coupures de la circulation routière sont fréquentes, sans les travaux qui sont actuellement en cours. « La première phase des travaux de bitumage de la RN44 commence au PK 155 vers le PK 161 et concerne la mise en place de Radier alvéolé au niveau du fleuve à Lohafasika PK 160, une zone appelée Kafe. 5,5Km de route et un radier alvéolé de 40m de long et 2,5m de hauteur  seront construits sur le site. La deuxième phase concerne la réhabilitation de la route et la construction de radier alvéolé à Manaingazipo, sur la RN3A, à partir du Pk0 jusqu’au PK2+650. 2,5km de bitume et un radier alvéolé de 80m de long et 2,5m de hauteur seront construits », a indiqué le MATP. D’après les informations, les travaux ont été lancés depuis février et mars dernier, sur les deux sites. Alors que la durée des travaux était au départ prévue pour 5 mois, des retards ont été enregistrés à cause de l’état d’urgence sanitaire, d’où les taux d’achèvement de 54% et 45%.

Antsa R. 

Midi Madagasikara0 partages

Agences de la Jirama : Retour à la normale des horaires d’ouverture

Les horaires d’ouverture des agences de la Jirama à Antananarivo et Toamasina reviennent à la normale. (Photo : Jirama)

La Jirama a décidé le retour à la normale des horaires d’ouverture de ses agences, suite à la déclaration du président Andry Rajoelina, sur le déconfinement total pour les Districts de Toamasina I et II et le déconfinement progressif pour la région Analamanga et le district de Moramanga. Cependant, la société exige l’application stricte des mesures adoptées pour la protection des agents et des clients, restent, notamment le respect de la distanciation physique d’un mètre, la prise de la température à chaque entrée des sites de la Jirama, le lavage des mains avec du savon et le port des masques. A noter que les montants des factures qui ont cumulé depuis la déclaration de l’état d’urgence sont nombreux, chez les usagers. Des paiements échelonnés dont les échéances ont été reportées à plusieurs reprises, et qui pèseront durant plusieurs mois sur la finance des ménages, notamment les plus vulnérables, qui n’avaient pas la capacité de s’acquitter de ces factures, durant la crise.

Antsa R.