Les actualités Malgaches du Mardi 13 Août 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara39 partages

Riz hybride : Prévision de production de 5 000 tonnes en 2020

Le PDG de la STOI, Tovonanahary Rabetsitonta, a effectué une visite en Chine concernant le développement du riz hybride.

Yuan Longping, l’Académicien chinois âgé de 90 ans, est un expert en riz hybride qui est maintenant développé dans de nombreux pays comme au Vietnam, en Inde, en Europe et aux Etats-Unis.

Madagascar n’est pas en reste. En effet, la STOI (Société Trading de l’Océan Indien) lance la campagne de culture de riz hybride dans le pays dans le cadre de l’agriculture contractuelle. « Les essais menés dans des localités des régions d’Itasy, de Bongolava, de Vakinankaratra et du Menabe ont été concluants puisqu’on a enregistré un rendement de productivité atteignant entre 8 à 12 tonnes à l’hectare si le rendement moyen est de 2 à 3 tonnes/ha pour les semences de riz locales. En travaillant avec des paysans dans ces localités, nous prévoyons une production de riz hybride d’environ 5.000 tonnes lors de la campagne de récolte en février à avril 2020. Plus de 2.000 paysans s’y mettent en ce moment », a annoncé Rabetsitonta Tovonanahary, le président directeur général de la STOI lors d’une conférence de presse la semaine dernière.

Revenus quintuplés. « Nous sommes convaincus que la vulgarisation de l’utilisation de semences de riz hybride contribue à l’atteinte de l’objectif du ministère de tutelle à l’autosuffisance alimentaire. Cela permet entre temps à  lutter contre la pauvreté étant donné que les revenus des paysans pratiquants vont quintupler en raison de la hausse de leur production rizicole », a-t-il poursuivi. Dans le cadre de cette agriculture contractuelle, la STOI se charge du financement de leur campagne de production en leur dotant des intrants agricoles et des petits matériels agricoles sans oublier leurs fonds de démarrage. « A la récolte, nous achèterons leur production au même prix affiché sur le marché. Et les paysans concernés effectuent le remboursement. Cela fait sept ans que nous avons lancé cette agriculture contractuelle au niveau de la filière lingot blanc. Nous promouvons maintenant la chaîne de valeur dans la filière riz hybride. Nous faisons appel à l’Etat à soutenir toutes les entreprises qui veulent se lancer dans cette filière, au niveau de la lutte contre l’insécurité ou la mise en place des infrastructures de stockage de production des paysans et leur encadrement technique, entre autres », a-t-il enchaîné.

Position. Notons qu’une délégation de la STOI a effectué une visite en Chine tout en rencontrant cet Académicien chinois sur le riz hybride. Une production de semences de riz hybride sur une superficie de 50 ha est également en vue cette année à Madagascar. « Notre objectif est que Madagascar retrouve sa position en tant qu’exportateur de riz, qui est perdue depuis 1965 », a conclu Tovonanahary Rabetsitonta.

Navalona R.

Midi Madagasikara29 partages

CEG d’Ambalamahaso Ambositra : Don de 2500 manuels scolaires et de livres de lecture

Dans un contexte difficile et précaire et encore flou au niveau du  calendrier   scolaire,   tous  les moyens sont bons  , afin  d’ améliorer   la qualité de l’éducation dans ce  pays. .  Les livres sont à la base de l’éducation et si tous les « vato nasondrotry ny tany » de ce pays font un petit geste de ce genre  envers  nos progénitures, nous pourrons dire avec sérénité que nos enfants sont réellement  l’avenir de ce pays. C’est ainsi  qu’Emeric  Rakotovao, un « zanak’Ambositra » a apporté sa pierre à l’édifice de l’éducation des enfants de son village. Son  parcours l’aurait poussé   à rester loin des  rives de la Mania, mais son amour de la patrie et sa prise de conscience face au désarroi de ces enfants de  Vohidahy et d’Ambalamahasoa  en ont décidé autrement.

Ce 8 août 2019,  plus  de 2500 manuels  scolaires et livres de lecture ont été offerts par ce fils du pays au collège d’Ambalamahasoa, son village d’origine. Des livres récupérés auprès du collège Victor Hugo de Cachan.   Par ce geste, cet ancien DRH  de Telma et ex-  cadre d’Ambatovy  revient sur ses terres  natales et a fait sienne  la citation de Mandela « l’éducation est l’arme  la plus puissante pour lutter  contre la pauvreté ».

En effet,  touché par l’écart flagrant  de niveau entre les élèves de son village et celui  d’autres collèges  et  lycées d’ailleurs (sa fille est au lycée Henri IV à Paris), il était pour Emeric  Rakotovao, inconcevable d’ignorer cette situation qui  hypothéquerait  l’avenir des enfants du village. Le manque de moyen à la disposition de la direction du CEG d’Ambalamahasoa, comme l’a mentionné la  première responsable, s’ajoute à celui des parents d’élèves, rendant difficiles les conditions  d’enseignement et d’études. Les salles de classes sont vétustes pour contenir les 400 élèves,  même les craies  se raréfient   , les enseignants ne disposent d’aucun livre scolaire.  Ces manuels  scolaires   sont donc  les bienvenus, ont salué tour à tour, le directeur  régional de l’enseignement, le  chef de la circonscription scolaire, la directrice du CEG et les parents d’élèves, car ils pourront aider les enseignants  dans la  transmission du savoir et  revaloriser le goût de la lecture aux élèves. Aussi a conclu Emeric Rakotovao    , cette action s’inscrit  dans le cadre des activités  de l’association FISABA ( Fikambanan’ny Satrok’i Baba) créée par Rakotovao Désiré en 1997 et qui n’est autre que le père d’Emeric et  non moins inspecteur de l’enseignement à la retraite et dont la mission consiste à améliorer les conditions d’enseignement des enfants de la colline de  Vohidahy et d’Ambalamahasoa.

Anastase

Midi Madagasikara16 partages

Risques de catastrophe : Les communautés scientifiques de plus en plus impliquées 

Madagascar est fortement représenté au sein des organisations œuvrant contre les risques de catastrophe.

Un Groupe Consultatif Africain sur la Science et la Technologie (GCAST) est mis en palce par la Commission de l’Union africaine, pour renforcer le capital humain qualifié dans les domaines des risques de catastrophe et de résilience.

Les scientifiques se penchent de plus en plus sur les questions liées à la résilience et aux risques de catastrophes, pour favoriser la réduction de la pauvreté en Afrique. 18 représentants nationaux et des experts individuels sélectionnés se regrouperont au sein du GCAST mis en place en mai 2019, selon la Commission de l’Union africaine. D’après les explications, ce Groupe incluera des représentants des instituts techniques et des disciplines nécessaires à la réduction des risques de catastrophe, ainsi que l’équilibre géographique. Dans ce Groupe consultatif, Madagascar est représenté par Holimalala Randriamanampisoa, Maître de Conférences au département Economie de l’Université d’Antananarivo et chercheure auprès du CERED (Centre d’Etudes et de Recherches Economiques pour le Développement), un centre de recherche qui se focalise sur le domaine de RRC/GRC, la résilience et le développement. « Elle travaillera en étroite collaboration avec les institutions travaillant dans les thèmes de Gestion de risque au niveau régional et national afin de promouvoir la recherche scientifique sur les schémas de risque de catastrophe en Afrique, leurs causes et leurs effets ; diffuser des informations sur les risques en utilisant au mieux les technologies ; fournir des orientations sur les méthodologies et les normes d’évaluation des risques, de modélisation des risques de catastrophe et d’utilisation des données », ont indiqué les représentants du GCAST.

Inclusif. Pour les jeunes de moins de 30 ans, un Conseil Consultatif de la Jeunesse Africaine sur la Réduction des Risques de Catastrophe (CCJA – RRC) ou Africa Youth Advisory Board on Disaster Risk Reduction (AfYAB – DRR) a également été créé. La population africaine étant jeune, avec 60% moins de 35%,  ce conseil est mis  en place dans le cadre de la mise en oeuvre du cadre de Sendai 2015-2030, un programme adopté par les chefs d’Etat, pour la réduction des risques de catastrophe en l’Afrique. « Ce nouveau conseil de l’Union africaine est composé de 15 jeunes experts en DRR, âgés de moins de 35 ans, dont 7 femmes et 8 hommes. L’AfAYB-RRC a pour responsabilité particulière de faciliter un engagement significatif des jeunes dans la RRC en représentant et en associant activement les jeunes aux forums locaux, nationaux et internationaux », a affirmé la Commission de l’Union  africaine. Les 10 membres de l’AfYAB-DRR sont sélectionnés pour être des « représentants régionaux »dont l’étendue des travaux couvre géographiquement les activités de RRC en Afrique de l’Est, de l’Ouest, du Sud, Centrale et du Nord. Pour l’Afrique  australe, la représentante régionale est issue de Madagascar. Il s’agit d’Aina Sylvania Andrianjakatina, sortante du DMGRC ou Département Multidisciplinaire en Gestion de Risque de Catastrophe et chercheure auprès du CERED. En tant que membre de l’AfAYAB-RRC, Aina Sylvania était invitée par l’Union  africaine pour assister au « Regional Workshop on Data collection for the Development of Africabiennial Report – SADC Region » qui se tenait la semaine dernière à Johannesburg Afrique du Sud. « Les membres d’AfYAB DRR sont très motivés et déterminés à travailler avec et pour les jeunes pour la RRC (Réduction des risques et catastrophes) afin d’avoir un continent résilient face aux risques de catastrophe. . Mais, AfYAB RRC ne peut devenir un agent de changement que lorsqu’il est habilité, de sorte que toutes les parties prenantes, surtout au niveau national sont chaleureusement invitées à participer au succès de AfYAB RRC », ont soutenu les représentants de Madagascar au niveau de ces organisations internationales.

Antsa R.

Midi Madagasikara4 partages

Musée de la photo : «L’histoire d’un cacao d’exception: à la découverte des plantations de Brick...

Christophe Berthelot-Sampic un grand chocolatier passionné.  (Crédit photo: Christophe Berthelot-Sampic)

Un « Café-histoire » sera organisé demain mercredi 14 août 2019 à 15 heures au Musée de la Photographie. Causerie conviviale et décontractée, clôturée par une passionnante séance de partages et de questions seront au menu du public.

Une fois de plus, le Musée de Photographie veut confirmer sa place comme étant la plaque tournante des activités culturelles et éducatives du pays. Après l’intervention de Rintsamahefa Rabemanantsoa sur «  Les Roambinifololahy, les premières élites malgaches », le Maître chocolatier de l’atelier Christophe Berthelot-Sampic partagera sa passion en intervenant sur «L’histoire d’un cacao d’exception: à la découverte des plantations de Brickaville» cette fois-ci.

Grand passionné de chocolaterie, Christophe Berthelot-Sampic est sélectionneur de fèves de cacao pour la Chocolaterie Robert, il est également Ambassadeur du chocolat de l’État de Tabasco, Mexique.

Culture de rente. Aujourd’hui, l’Île produit chaque année plus de 6.000 tonnes de cacao. Le fait qu’on n’utilise pas d’engrais dans la plantation permet d’obtenir du cacao de très haute qualité. La toute première variété de cacao introduite à Madagascar est le Criollo qui est fortement aromatique. Cette variété est aujourd’hui reconnue comme étant la meilleure en qualité. Cependant, elle est fragile. Le Forastero qu’on appelle aussi « Tamatave », qui est une variété beaucoup plus robuste est introduit une décennie plus tard. Le croisement de ces deux types de cacaoyers a donné le Trinitario. C’est aujourd’hui cette nouvelle variété qui fait la réputation du cacao de Madagascar.

Clin d’œil. La première chocolaterie à Madagascar est née en 1940, à Tamatave, à l’initiative d’un couple réunionnais, les Robert. Le couple donnera son nom à la fameuse Chocolaterie Robert. Dans les années 1970, la gestion de la Chocolaterie Robert devient malgache. En presque 80 ans d’existence, la Chocolaterie n’exploite que le cacao de Madagascar et notamment du crû de Sambirano Ambanja.

D’autres informations tout aussi enrichissantes vont être livrées par Christophe Berthelot-Sampic sur le sujet. Une séance de dégustation offerte par la Chocolaterie Robert clôturera son intervention.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara4 partages

CFM : Us et coutumes malgaches face à la mondialisation

Le président du CFM Maka Alphonse a parlé des us et coutumes malgaches face à la mondialisation. (Photo d’archives)

Le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » (CFM) continue de sillonner le pays. Il a tenu ainsi, un atelier, hier à Nosy-Be, en collaboration avec l’office régionale du tourisme du Diana, portant notamment sur les us et coutumes malgaches, face à la mondialisation et le tourisme. Ce fut également une occasion pour son président Maka Alphonse de faire connaître le rôle et les attributions du CFM. Faut-il rappeler que le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » (CFM) a pour rôle de garantir une stabilité durable à travers la réconciliation nationale. Ses actions portent notamment sur le concept «Vérité, Justice, Pardon, Amnistie et Réconciliation», en vue d’établir une atmosphère politique sereine et un environnement favorable à un fonctionnement apaisé des institutions. Cet organe a également pour attributions principales d’établir la vérité sur les violences et les allégations de violation des droits de l’Homme en relation avec des faits liés aux événements politiques de 2002 jusqu’à la fin de la Transition. Elle assure la lutte contre la culture de l’impunité et des pratiques de la Justice des vainqueurs, dans le respect de la légalité. Le CFM se charge aussi de la prévention et de la résolution des conflits pouvant porter atteinte à l’unité nationale et à la paix sociale.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara3 partages

Statut de l’opposition : Vers un bras de fer entre l’Assemblée nationale et le Sénat

Les députés TIM ont dénoncé la velléité de faire adopter un projet de texte taillé sur mesure.

La proposition de loi présentée par un député de l’IRD exclut l’éventualité pour une personnalité non parlementaire d’être désignée chef de l’opposition officiel.

Rentrée hier pour les 151 députés et les 63 sénateurs. Les parlementaires vont surtout se pencher pendent 12 jours sur la proposition de loi n°01-2019 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2011-013 du 09 septembre 2011 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition, présentée par le député Razafitsiandraofa Brunelle. A l’Assemblée nationale, sa présidente Christine Razanamahasoa a réitéré dans son discours d’ouverture officielle de la session extraordinaire du Parlement que des textes de loi doivent être adaptés au contexte actuel. Au Sénat, le président Rivo Rakotovao a laissé entendre que cette deuxième Institution de l’Etat va consulter les partis politiques sur le projet de texte relatif au statut de l’opposition. Il a par ailleurs précisé dans son discours que l’existence d’une opposition est nécessaire si l’on veut instaurer une véritable démocratie. A l’allure où vont les choses, la proposition de loi présentée par l’élu de l’IRD va être passée comme une lettre à la poste à la Chambre basse où le parti au pouvoir détient la majorité absolue. Tandis qu’au Sénat où les sénateurs du parti HVM qui a été représenté au Carlton samedi dernier lors du grand rassemblement de l’opposition restent majoritaires, ladite proposition de la loi sera passée à la loupe. Avec le système de navette parlementaire consacré par l’article 96 de la Constitution, on peut s’attendre à un bras de fer entre l’Assemblée nationale et le Sénat.

Opposition parlementaire. Quoi qu’il en soit, les débats s’annoncent tendus à Tsimbazaza. La proposition de loi présentée par le député Razafitsiandraofa Brunelle ne prévoit qu’une opposition parlementaire. Elle exclut ainsi l’existence d’une opposition extraparlementaire. La proposition de loi écarte également toute possibilité pour une personnalité non parlementaire d’être désignée chef de l’opposition officiel, alors que la loi n°2011-013 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition n’exclut pas cette éventualité lorsqu’il dispose à l’alinéa 3 de son article 6 que « si le chef de l’opposition officiel n’est pas un parlementaire, il bénéficie d’office du statut de député et siège de droit au sein de l’Assemblée nationale ». Les dispositions de la proposition de loi n°01-2019/PL prévoient que l’opposition parlementaire est dirigée par un Chef de l’opposition officiel, que les députés membres de cette opposition parlementaire désignent parmi eux par voie consensuelle le chef de l’opposition officiel et qu’à défaut d’accord, le chef du groupe parlementaire formé par le parti politique d’opposition légalement constitué avant les élections législatives et ayant obtenu le plus grand nombre de députés lors du vote au titre desdites élections est considéré comme chef de l’opposition. Sans attendre, les députés TIM n’ont pas caché leur réticence face à la proposition de loi en question. Ils ont déclaré hier même qu’ils vont se référer à la position du bureau politique de leur parti avant de décider.

Opposition unique, légitime et légale. Le processus de mise en place d’une opposition extraparlementaire a été déclenché samedi dernier au Carlton Anosy. Le rendez-vous a réuni une trentaine de partis politiques d’opposition dont entre autres le TIM de Marc Ravalomanana, le HVM, le Leader Fanilo et le HFI (Hetsika ho Fanorenana Ifotony) qui regroupe une dizaine d’entités politiques. « Notre objectif consiste à mettre en place une opposition unique, légitime et légale. », a expliqué Marc Ravalomanana. Avant de réitérer : « Je demande au président de la République de tenir sa parole. Lors de notre débat diffusé en direct sur la TVM et la RNM, il a promis qu’il allait me laisser librement diriger l’opposition officielle à Madagascar. » Le président national du TIM a par ailleurs rappelé que la loi portant statut de l’opposition et des partis d’opposition adoptée et promulguée en 2011 n’a jamais été appliquée. « On n’a point besoin de faire adopter une autre nouvelle loi. Il suffit de prendre les textes règlementaires pour l’application de cette loi n°2011-013. », a-t-il martelé.

R. Eugène

Midi Madagasikara2 partages

Commune rurale de Sarobaratra : 642 ménages ont accès aux énergies renouvelables

Lors de l’inauguration de la centrale hydro-électrique de Sarobaratra.

A peu près 300 millions d’ariary. Tel est le coût de la construction de la micro-centrale hydro-électrique fournissant une puissance de 100kw, installée dans le fokontany de Fialofa, commune rurale de Sarobaratra dans le district de Miarinarivo Itasy. C’est le fruit du partenariat entre le CEAS (Centre Ecologique Albert Schweitzer Suisse), l’association PATMAD (Partenariat Technique à Madagascar), l’Association des Ingénieurs pour le Développement des Energies Renouvelables avec l’appui de l’ADER (Agence de Développement de l’Electrification Rurale). Ce projet est réalisé par la société WeLight, la joint-venture entre le groupe Axian et Sagemcom, sur financement de l’Union  européenne via le programme de développement des énergies renouvelables de la Commission de l’Océan Indien. Ainsi, 642 ménages dans la commune rurale de Sarobaratra ont maintenant accès à ces énergies renouvelables.

Turbines « Vita malagasy ». En outre, d’autres activités professionnelles locales telles que l’artisanat, l’industrie et la transformation agricole seront raccordées, sans oublier les établissements scolaires et les centres de santé de base. Ce qui permettra d’assurer un développement économique local. « Nous souhaitons faire de ce projet un modèle de réussite de l’inclusion énergétique mais également numérique et financière. En effet, nous facilitons l’accès à l’énergie abordable, fiable et respectueuse de l’environnement des populations vivant dans les zones reculées », a expliqué Véronique Perdigon, Administrateur général de WeLight, lors de l’inauguration de cette centrale hydro-électrique à Sarobaratra la semaine dernière. Notons que les turbines hydro-électriques servant à faire fonctionner cette centrale, ont été fabriqués par des artisans malgaches  issus de l’atelier Tsiky appartenant à l’association PATMAD, qui a été représentée par l’artiste Dama, lors de cet événement. Ces turbines « Vita  malagasy » sont une grande première à Madagascar.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Conservation de la biodiversité : L’engagement du PRM toujours attendu

La Grande Île ne disposerait plus que de cinq ans pour sauver ses richesses naturelles.

Les documents relatifs à l’éventuelle déclaration d’Ivato, suite à la 56eme réunion annuelle de l’association internationale pour la conservation de la biodiversité tropicale (ATBC) est actuellement en attente d’officialisation. Ce sont les propos du professeur Jonah Ratsimbazafy joint au téléphone hier. Le scientifique de noter la portée du document : “ la déclaration va permettre la prise de mesures adéquates pour faire face à la situation actuelle”. Profitant de l’occasion, le Pr Jonah Ratsimbazafy déplore une crainte des politiques malgaches à affirmer leur engagement dans la lutte environnementale. “ On a tendance à penser à une certaine méfiance de la part du PRM vis-à-vis de la pétition. Il se sent peut-être lié par le document. C’est pourquoi il ne l’a pas encore signé” lance le professeur. Avant de renchérir : « sa position en faveur de la conservation de l’environnement est pourtant importante aussi bien sur le plan international que national ». L’interview téléphonique avec le professeur Jonah Ratsimbazafy a également permis de savoir que des documents de pétition ont été remis au ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ainsi qu’au ministère de l’Environnement pour transmission au président Andry Rajoelina. La lutte pour la conservation de l’Environnement nécessitant la participation de tous les acteurs, il serait temps que tous les Malgaches prennent conscience de l’importance de ces enjeux.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Ambohidratrimo : Tambajotra mpangalatra « sprinter » ravan’ny zandary

Fito mianadahy izy ireo no voarohirohy tamin’ity halatra « sprinter » ity.

Enina mianadahy izy ireo no nosamborina teny amin’iny faritra Ambohidratrimo iny. Tao ireo « mecanicien » mpandrava fotsiny ny pitsopitsony rehetra tamin’ny fiara, tao ireo saika nividy izany ary tao ireo olona tompon’ny tanana nanafenana ilay fiara. Tany amin’iny faritra Ankazobe iny kosa no voasambotra ny atidoha nikotrika ilay fangalarana fiara, izay nitranga tetsy Ambohimangakely ny voalohandohan’ny volana teo.

Fiara « sprinter » nipetraka tao anaty « garage » tetsy Ikianja Ambohimangakely no mbola nahitan’ireto mpangalatra hirika ny hitondrana azy. Araka ny fampitam-baovao azo dia nalain’izy ireo am-pitaka ilay fiara ary nofitahin’izy ireo ny mpiambina izany garazy izany fa hoe hitondràna marary maika dia maika ilay fiara. Raha ny fantatra dia efa nisy olona hafa noahiahiana tamin’ity resaka halatra fiara ity efa voasambotra talohan’ireto fito mianadahy ireto. Efa nadoboka avy hatrany tany Tsiafahy ity farany. Nanome didy ny mba hikarohana ireo namany hafa sy hanohizana ny fanadihadiana kosa ny tribonaly taorian’izay. Ny faran’ny herinandro lasa teo dia nahazo vaovao ny zandary fa toa hoe mipetraka sy nisy nahita teny Ambohidratrimo ilay fiara very. Nidina avy hatrany tany an-toerana ireto mpitandro filaminana ka tratra tao anaty tanan’olona tokoa ity fiara halatra ity. Efa teo am-pamiravirana tanteraka izany fiara izany ireo olona tao anatiny. Noeritretin’izy ireo hovahana tsikelikely sy amidy amin’ny pitsopitsony mantsy ilay fiara ary efa nisy vonona hividy mihitsy ny « carrosserie ». Avy hatrany dia nosamborina ireto farany ary nentina natao famotorana. Tamin’izany no nahalalàna fa any Ankazobe ny tena tompon’antoka tamin’ilay halatra. Nidina tany ny zandary ary nosamborina ihany koa ilehio. Omaly no natolotra ny Fampanoavana ity tambajotra mpangalatra fiara ity ka nahazo fahafahana vonjimaika ny vehivavy, isan’ny voarohirohy tamin’izy ireo raha nadoboka avy hatrany any am-ponja kosa ireo namany hafa.

m.L

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra fiara teny AmbohimangakelyOlona 6 nidoboka eny Tsiafahy sy Antanimora

Natolotra ny fitsarana teny Anosy omaly ireo 7 mianadahy voasaringotra tamin’ilay halatra fiara teny Ikianja noravana teny Ambohidratrimo.

 

 

Nofonjaina vonjimaika eny Tsiafahy ny roa, eny Antanimora ny 4 ary nahazo fahafahana vonjimaika ny iray mandra-piandry ny fitsarana azy ireo. Raha tsiahivina, nahazo fampandrenesana ny zandarin’ny tobin-janaparitra ao Soamanandrariny fa nisy fiara “Sprinter” tao anaty garazy Ikianja Ambohimangakely, nisy nangalatra. Nalaina am-pitaka tamin’ny mpiambina izy io ka nolazaina fa hitondrana marary. Nisy ny nahiahiana taorin’izay ka nosamborina sy natolotra ny fitsarana ireo olona ireo ka efa naiditra am-ponja vonjimaika teny Tsiafahy ny iray, nahazo fahafahana vonjimaika kosa ny roa. Namoaka didy fampisamborana na  “delegation judiciaire” ny Fitsarana tamin’ny mpiray ombon’antoka.

Ny 9 aogositra lasa teo, nahazo vaovao ny zandary fa eny amin’ny faritra Ambohidratrimo ilay fiara ka nizaha ifotony izany izy ireo. Tratra tao anaty tanànan’olona ilay fiara very ka olona maromaro no voasambotra. Lehilahy iray anisan’ny atidoha nikotrika izao asa ratsy izao no nosamborina tany Ankazobe. Olona miisa 7 mianadahy ary no voasambotra tamin’ity raharaha ity ka teo ny nandray anjara mivantana, nisy ihany koa ny nikasa hividy ny “carrosserie” an’ilay fiara, tao koa ireo olona nametrahana ny fiara ary ireo nanao ny “demontage”.

 

Haja Nirina

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kidnapping teny AmpefilohaOlona 2 no voasambotra hatreto

Mbola ao anatin’ny fanadihadiana lalina ny mpitandro filaminana, roa tamin’ireo mpaka an-keriny no efa tra-tehaka.

Nitrangana fakana an-keriny sy fandrahonana mantsy teo Ampefiloha ny herinandro lasa teo. Manoloana ny Lisea moderna Ampefiloha na LMA no tonga nanery ny raim-pianakaviana iray hanaraka azy ny tovolahy telo, sahabo ho tamin’ny 6 ora sy sasany ny harivan’ny 6 aogositra teo.

Nisaron-tava avokoa ireo olon-dratsy ka tsy fantatry ny manodidina. Norahonan’izy ireo ho faty ilay lehilahy, araka ny fampitam-baovaon’ity farany, raha tsy manao sonia antontantaratasy. Fikasana fakana an-keriny ny taniny sy ny fananany maro no votoatin’izao fanerena hanatanteraka rangopohy izao.

Fanararaotam-pahefana

Ankoatra ny anaran’ireo mpanery hanao sonia, misy anarana hafa ihany izay olona mitana andraikitra ambony eto amin’ny firenena koa tao anaty taratasy, raha ny fampitam-baovaon’ny lasibatra sy ny fanadihadian’ny mpitandro filaminana. Nentin’ireo jiolahy nihiboka teny Ankorondrano izy ary ny ampitso maraina tamin’ny 7 ora vao navotsony.

Voasambotry ny mpitandro filaminana ny roa tamin’ireo mpaka an-keriny, taorian’ny fikarohana sy ny asa fitsikilovana notanterahin’ny zandary. Mbola karohina ireo mpiray tsikombakomba amin’izy ireo, indrindra ny atidoha nikotrika ny kidnapping. Ao anatin’ny fanadihadiana sy ny famotorana tanteraka ny mpitandro filaminana, raha ny resaka nifanaovana tamina tompon’andraikitra iray.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’i BetrokaDahalo 3 maty notifirin’ny fokonolona

Dahalo telo maty voatifitry ny fokonolona tao Amberomena, fokontany Irotsoka, Kaominina Ambalasoa, Betroka, ny zoma 9 aogositra tamin’ny 3 ora tolakandro.

 

Omby 20 no nokasain’ny dahalo halaina fa tsy azony noho ny fiarovan-tenam-pokonolona. Ny harivan'ny alarobia 7 aogositra lasa teo no raikitra ny fifanjevoana, tamin'ny 10 ora alina. Dahalo iray no maty voatifitry ny tompon'omby teo am-panokafana valan'omby. Dimy hafa tafaporitsaka. Io no vokatry ny fanoheran’ny mponina tany an-toerana ny fanafihan-dahalo tao Besakoa, fokontany Analasoa, kaominina Tsaraitso, Betroka”, hoy ny mpanao gazety avy any Betroka. Nanao tari-dositra avokoa ireo jiolahy manoloana ny be no ho ny vitsy sy ny fifandanjan’ny fitaovam-piadiana. Nomena fiofanana nitam-basy mantsy ireo tompon’omby amin’iny faritra mena amin’ny asan-dahalo iny.

Efa niomana tamin'izao fanafihana izao moa ireo fokonolona, mba hampiharany ny fampianaran'ny zandarimariam-pirenena mikasika ny fiarovan-tenany. Nambaran'ny Lietnà Zaheraly Ameraly, lehiben’ny brigady  ao Betroka fa anjara birikin'ny fokonolona ho fanampiana ny mpitandro ny filaminana ny toy izao , anisan'izany ity fanafihan-dahalo nandamoka ity. Nilaza ireo fokonolona fa tsy hilefitra amin'ny fanafihan-dahalo.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadinana CEPENy taranja kajy no mbola tena atahoran’ny mpiadina

Hotanterahina ny 27 aogositra ho avy izao ny fanadinana CEPE manerana ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara.

 

 Hatreto dia ny taranja kajy no mbola tena atahoran’ireo mpiadina ankoatra ny taranja frantsay. Ho an’ny EPP etsy Antanimbarinandriana manokana ao anatin’ny fari-piadidiam-pampianaran’Antananarivo Renivohitra dia misy ny fijerena manokana ireo kilonga madinika ao amin’ny taona fahadimy, hiatrika ny fanadinam-panjakana. Anisan’ireny ny fanomezana “cours” maimaimpoana ho azy ireo, 30 minitra isan’andro raha kely momba ireo taranja tena manahirana ireo mpianatra mba hahazoana vokatra mahomby. Nomarihin-dRatrema William, lehiben’ny vondro-panabeazana Accem moa fa manana anjara toerana lehibe ihany koa ny Ray aman-dreny amin’ny fikarakarana ny menaky ny ainy amin’izao ankatoky ny fanadinam-panjakana izao fa tsy ny mpanabe irery ihany. Tafiditra ao anatin’izany ny fametrahana tontolo milamina ho azy ireny, lavitry ny korontana sy ny disadisa. Mety sy tsara ihany koa, hoy ity mpampianatra matihanina ity ny mamerin-desona milamina sisa fa tsy miharitra be toy ny teo aloha intsony. Ho an’ny EPP Antanimbarinandriana manokana dia tsara ny mampahatsiahy fa miisa 187 ireo kilonga madinika hiatrika ny fanadinana CEPE. Tamin’ny 08 aogositra lasa teo izy ireo no niatrika ny fanadinana CEPE andrana faharoa.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loza teny amin’ny fasan’ny karanaNitolo-batana ilay mpamily nahafaty mpiambina sarety

Lehilahy iray sahabo 27 taona no notanan’ny polisy misahana manokana ny lozam-pifamoivoizana na (BAC) ny zoma lasa teo rehefa avy nandona sarety maromaro teny amin’ny fasan’ny karana ka nahafaty olona iray.

 Ny alarobia 07 aogositra  tokony ho tamin’ny 12 ora sasany alina no nitrangan’ity lozam-pifamoivoizana ity raha tsiahivina. Kamiao iray avy any Vontovorona nentina  mpamily haterina any amin’ny orinasa hiasany eny amin’ny By-Pass no nifanena tampoka tamina fiara hafa. Tsy nahatana ny familiana ilay mpamily kamiao ka nifatratra tany amina sarety miisa 06 nipetraka teo amoron-dalana. Lasa nandositra avy hatrany ilay mpamily sy ny fiara nentiny rehefa avy nandona ireo sarety. Fotoana fohy taty aorina dia tonga teny an-toerana ny polisy nizaha ny zava-nitranga. Tamin’izany no nahitana ny vatana mangatsiakana lehilahy iray tao anatin’ny iray tamin’ireo sarety ireo. Fantatra fa mpiambina sy mpitarika sarety eny an-toerana ity tovolahy hita faty ity. Fantatra ihany koa fa natory tao anatin’ilay sarety izy tamin’ny fotoana nitrangan’ny loza ka dia maty voapotsitra tao. Nokarohina ilay kamiao nahavanon-doza ka ny zoma teo no nitolo-batana teo anivon’ny BAC ilay mpamily. Niaiky ho nandona ireo sarety ireo izy nandritra ny fanadihadiana natao azy. Efa natolotra ny fampanoavana omaly alatsinainy ny lehilahy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AmpitatafikaHampiasa ny teknolojia avo lenta amin’ny fitakian-ketra

Tsy mbola niova mihitsy ny fitakian-ketra teto amintsika tato anatin’ny 40 taona izao, hoy ny orinasa “Digital Afrique telecom” manana ny foiben-toerany any Côte d’Ivoire.

 

 

 Ny olona anefa mitombo isa hatrany. Mahazo vahana ihany koa ireo tsy  ara-dalàna, indrindra fa ireo mpivarotra, antony nanosika azy ireo hanatona ny kaominina Ampitatafika Atsimondrano izay mpiara-miasa aminy voalohany eto Madagasikara. Nampiofana ireo mpiasa tao amin’ity kaominina ity izy ireo amin’ny fampiasana ny teknolojia avo lenta amin’ny fitakian-ketra na ny TPE ( Terminal de paiement electronique) omaly. Tanjon’ny roa tonta ny hahafahana mamantatra ny rehetra ao anatin’ny kaominina Ampitatafika tokony handoa hetra sy ny hampitomboana ny tahan’ny fampidiran-ketra araka ny tokony ho izy. Fitaovana manara-penitra no hampiasan’ireo percepteur sy regisseur  miisa 12 amin’izany. Hatreto mantsy,  raha ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna Rado Ramparaoelina dia mbola manodidina ny 40 % hatrany ny tahan’ny fampidiran-ketra eo anivon’ny kaominina Ampitatafika raha mba niakatra 50 % tamin’ny taona 2007. Tena hanampy betsaka ny kaominina Ampitatafika raha ny nambarany ny fiaraha-miasa amin’ity orinasa iray ity satria sady hanara-maso ny asan’ireo tompon’andraikitra voakasika no hampitombo ny tahan’ny fampidiran-ketra ihany koa. Tsiahivina fa i Japon sy i Sina ary i Israel no efa mampiasa ny  TPE amin’ny fitakian-ketra ankehitriny.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiroboroboana ny tontolo ambanivohitraMiainga amin’ny fanohanana ny tantsaha

Vondron’ny tantsaha rejionaly miisa 10 no nahazo famatsiam-bola 8 hetsy dolara na 2 933 552 000 Ariary (1dolara=3666,94 Ar) avy amin’ny fandaharanasam-panjakana DEFIS. Faritra 3 dia ny faritra Amoron’i Mania,

 

Matsiatra Ambony ary Ihorombe  no hitsinjarana ity famatsiam-bola ity. Tanimbary mitotaly 7000 ha sy tanimboly volena katsaka 2000 ha no hisitraka famokarana matihanina vokatr’izao fanohanana izao. Tafiditra anatin’izao ihany koa ny fampitaovana ireo tantsaha hiatrehana ny taom-pambolena lehibe araka ny nambaran’ny mpandrindra nasionalin’ny fandraharahan’asam-panjakana DEFIS Randrianaritiana Pierrot Serge. Tantsaha maherin’ny 5000 ao amin’ireo faritra 3 ireo no hiroso amin’ny famokarana matihanina sy mitodika amin’ny tsena anatiny vokatry ny famatsiam-bola. Hisy ihany koa ny fampiofanana ireo tantsaha ireo mba ho lasa mpandraharaha misehatra amin’ny famokarana. Amin’ity fifanekem-piaraha-miasa eo amin’ireo vondron’ny tantsaha sy ny fandaharan’asa DEFIS ity dia hisy ny fanaraha-maso isam-bolana amin’ny fanatanterahana ny asa. Tanjona ny hampiakarana ny taham-bokatra sy ny fampandrosoana ny tontolo ambanivohitra.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny aretina lefakozatraZaza 2.542.712 no kendrena ho vita vaksiny

Notanterahina nanomboka omaly alatsinainy 12 aogositra manerana ireo distrika 55 ao anatin’ny faritra folo eto Madagasikara ilay hetsika fanaovam-baksiny iadiana amin’ny aretina lefakozatra andiany faha-15.

 

Ho an’ny teto an-drenivohitra,  manokana dia tetsy Amparibe no nisantarana izany, hetsika niarahana tamin’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka izay mpikarakara. Tanjona ny hahafahana mamita vaksiny ireo zaza latsaky ny dimy taona  miisa 2.542.712 ao anatin’ireo distrika miisa 55 ireo. Mpiasan’ny fahasalamana miisa 1.695 no indray  nahetsika nanomboka omaly miampy mpanentana ara-pahasalamana 32.830. Hampiavaka ity andiany faha-15 ity raha tsiahivina  ny fisian’ny ekipa manokana hitety ireo sekoly, toeram-piantsonan’ny  fiarakodia, ny tsena ary ny isan-tokantrano. Nilamina ny fizotry ny fanaovam-baksiny omaly andro voalohany tamin’ny ankapobeny.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AnosyNivadika vato ny telefaonina novidiana

Voan’ny maso be tsy mahita ve sa tratry ny hafainganan-tanana ? Loza no nahazo ity tovolahy iray fa nijerijery ary tapa-kevitra fa hividy telefaonina na finday ny alahady hariva teo.

Teny Anosy no nitranga ny raharaha, natao ny resaka tamin’ilay mpivarotra na mpisera finday no marina kokoa izay mamelatra ny entany eny amin’ny sisin-dalana. Narantirantin’ilay mpivarotra ny finday tsara sady manintona tokoa marika Sony Xperia Z3, entana efa niasa mazava ho azy. Natao teo ny adivarotra ary raikitra fa 80 000 ariary no handraisan’ilay tovolahy ny entana. Nomena ny vola, natolotr’ilay mpivarotra ny entana dia samy lasa. Efa dify lavidavitra ilay tovolahy namoaka ity finday avy ao am-paosiny, akory ny hatairany fa vato mifono taratasy misy sachet sy nofehezina tamin’ny scotch no tao am-paosiny. Niverina nikaroka ilay mpivarotra saingy efa nadio ny rano nitany ka tsy hita tao intsony ilay mpisera telefaonina. Ny vola very, ny telefaonina novidiana nivadika vato mifono sachet. Re fa maro no efa voa toy izany teny Analakely, Petite Vitesse, Behoririka, Anjanahary. Aleo eny amin’ny mpivarotra ara-dalàna ihany no mividy entana, misy taratasy mazava sy “garanti” fa tsy sodokan’ny mora eny amoron-dalana.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Jirofo MalagasyMbola mila ezaka ny fanatsarana ny kalitao

Misokatra nanomboka omaly alatsinainy 12 aogositra 2019 ary mifarana ny zoma 20 septambra ho avy izao ny fandraisana ireo antontan-taratasy fangatahana fankatoavana ho an’ny taom-piotazana 2019-2020 ny amin’ny fanondranana jirofo.

 

 Nihatsara hatrany ny fanondranana ny vokatry ny jirofo tanatin’ny 3 taona farany teto Madagasikara. Ny taona 2003 hatramin’ny 2009 dia ny vokatra mahakasika ny lamba sy ny akanjo no nitàna anjara toerana lehibe teo amin’ny fanondranan’entana. Manaraka azy teo ny vokatra jirofo sy ny lavanila ary ny hazan-dranomasina izay nampian’ny harena ankibon’ny tany ny taona 2012. Amin’izao fotoana izao dia ny vokatra lavanila sy jirofo mihitsy indray no mitana ny laharana voalohany amin’ny vokatra aondrana. Raha ny tsena iraisam-pirenena dia nanome 7,8% amin’ny fanondranana ankapobeny ny jirofo ary nanome 35,8% amin’ny tsena maneran-tany tamin’ny taona 2016. Tao ho ao anefa dia tsikaritra fa niharatsy ny kalitaon’ny vokatr’i Madagasikara izay tena mahasarotiny ny tsena iraisam-pirenena. Faritra Analanjirofo, Atsinanana, Vatovavy Fitovinany, Atsimo Atsinanana no mpamokatra jirofo saingy efa antitra loatra ny fototra ka ilaina ny fanavaozana ny voly. Mahatratra hatramin’ny 20 000 taonina isan-taona ny jirofo aondrana ary Indonezia no tena mandray betsaka izany satria ny 40%-n’ny vokatra dia mankany avokoa. Ankoatra izay, tsy ampy ny fiofanana ho an’ny tantsaha mpamboly sy ireo mpandraharaha izay tsy manaraka ny fepetra takiana momba ny kalitao eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Ao anatin’ny fifanakalozana ara-barotra hatao dia tokony hanararaotan’i Madagasikara ny fananana ity vokatra mampidi-bola be ity amin’ny maha- mpikambana azy amin’ireo vondrom-paritra ara-toekarena izay misy tsena lehibe tahaka ny SADC sy COI ary ny COMESA. Tsy maintsy milofo amin’ny fanatsarana ny vokatra ny mpisehatra rehetra.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mandrehitra afo hatrany!

Demokrasia tahaka ny ahoana no tiana hapetraka eto amin’ny tany sy ny fanjakana ity ?

Toa lasa resa-jaza ilay lalàna mifehy ny fanoherana novolavolain’ny mpitondra ankehitriny 8 taona lasa izay. Izy ireo no hotoherina ara-poto-kevitra, saingy izy izany izao no mametraka ny fitsipi-dalao arakaraka izay mety aminy. Toa tonga hatramin’ny sarin’ady politika amin’ny fanirahana ny olona hanohitra ireo tokony hitarika ny fanoherana, araka ny lojika politika mazava sy ny lalàna ezahina hovaina. Midika fa tsy misy ny fahamatorana ara-politika raha zavatra nataony izao no toheriny sy tsy mety aminy, ary mazava ho azy fa tahaka izany ihany koa ny fomba fiasa amin’ny zava-drehetra. Tsy in-dray tsy in-droa rahateo ny tsy fitazonana ilay teny nomena, ka raha nolazaina sy nesoina ho mpampiesona ny fanjakana teo aloha, dia ity angamba mety voambolana ambonimbonin’io no azo hanasokajiana azy. Tsy fanenjehana na tsy fitiavana fa kosa tena tsy mitana ny teny nomena fa mandainga sy mamahan-dalitra lava izao. Toa miezaka mandrehitra afo ara-politika sy mihantsy ady eto, izay heverina fanodinkodinana saim-bahoaka ihany koa io. Manomboka mitroatra noho ny tsy fisian’ny rano ny vahoaka eto an-drenivohitra, saika isan’andro ny fahatapahan-jiro mihamafy izay sady manimba zavatra no manimba ny asa fihariana, mikolay amin’ny vidin’ny arina fandrehitra ny rehetra, midangana ny vidim-piainana, tsy mandry fahalemana ny tany,… saingy kajikajy sy ny fandranitana ady ara-politika no laharam-pahamehana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy avela hilatsaka an-davaka

Antananarivo , an'ny Malagasy tsy an-kanavakaRenivohitr'i Gasikara, ka tsy azo avela hilatsaka an-davakaMahasaropiaro antsika ka mila olona mahay mitantanaBen'ny tanàna tanora sady tia tanindrazana.

 

 

 

 

Fitaratry ny firenena ny renivohitra ao aminy

Hiraiketan'ny tantara rehetra ka tena mila alamina

Aoka re izay tena vonona sy manana finiavana

No hirotsaka sy hofidiana satria masina ny tanindrazana.

 

Ny fanjakana foibe, aoka mba hahay hiara-miasa

Fa ny fitantanana tanàna tsy azo atao kinanga

Ny firaisankina no hany bala tokana ahafahana

Mampivoatra ny tanàna, ho an'ny Tanindrazana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahombiazan’ny firenenaMila tanora mianatra

Nankalazaina omaly alatsinainy 12 aogositra ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny Tanora. Hadino tanteraka ny tanora hatramizay, hoy ny minisitry ny tanora sy fanatanjahantena Tinoka Roberto kanefa manome 60% amin’ny vahoaka Malagasy.

 

 Araka izany dia tsy maintsy hatao izay hianaran’ny tanora rehetra mba ho tena lasa lavitra ka afaka manana ho avy mamiratra, hoy hatrany izy. Tsy maintsy miara-misalahy anefa ny rehetra ary tompon’andraikitra amin’izany ny ray aman-dreny, ny mpanabe, ny fiarahamonina ary ny fitondram-panjakana. Tsy maintsy hojerena haingana ny olan’ny sehatra fanabeazana ary tsy ekena intsony ny havitsian’ny tanora manampahaizana eto amin’ny firenena. Raha 100 mantsy no ankizy miditra eny amin’ny ambaratonga fototra dia zara raha misy 6 monja no tonga eny amin’ny anjerimanontolo. Olana ihany koa ny tsy fahitana asa ary na ireo manana ny mari-pahaizana ambony aza dia hita ho sahirana amin’ny fitadiavana asa. Maro, araka izany, ireo ezaka tsy maintsy hatao ary tompon’andraikitra ny rehetra.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetika hanilihana an-dRavaloTezitra sy mampiaka-peo ny TIM

Mifanohitra tanteraka amin’ilay lalàna tena misy ilay volavolan-dalàna nataon’ny depiote Brunelle Razafitsiandraofa momba ny sata mifehy ny mpanohitra, hoy ny fanambaran’ireo depiote avy amin’ny Antoko TIM omaly teny Tsimbazaza.

 

 Mbola hivory sy hifandinika miaraka amin’ny birao politikan’ny antoko izy ireo noho izany. Nambaran’ny sekretera Jeneralin’ny TIM Rtoa Olga Ramalason ihany koa, fa efa iny ny lalàna natao ho an’ny mpanohitra, ka tokony ho nampiharina. Nambarany fa ny mampiahiahy ny TIM dia ny tsy hahafahan’ny mpanohitra mihetsika manoloana ny hoe misy ny lalàna, dia ny mpitondra no hanao azy ho teritery. Manamafy hatrany izy fa ny lehiben’ny mpanohitra dia tokony ho avy amin’ireo nifandanja tao anatin’ny fifidianana, toy ny tamin’ny fifidianana filoha, ary indrindra indrindra misy ny depiote sy ny loholona avy amin’ireo. Tsy maintsy avy amin’ireo rahateo no hisian’ny adihevitra eny amin’ny parlemantera, fa tsy hoe eny an-dalambe no hanohitra. Mahakasika ny hoe mety hiainga avy ao amin’ny Parlemantera ny Lehiben’ny mpanohitra, dia misy tetika entina hanakanana an’i Marc Ravalomanana tsy ho filohan’ny mpanohitra ka hanaovana io kajikajy politika io hanovana ny lalàna. Tsy mety aminay sy toherinay izany, hoy izy. Misy ireo antoko sasany toa te hanakana ny TIM sy i Marc Ravalomanana. Raha ohatra izy tena mieritreritra ny hitondra ny anjara biriky eto anivon’ny firenena, dia niady mafy mba hanana depiote eny anivon’ny antenimiera, ary hanana loholona satria eo anivon’ireo lapa ireo no hisian’ny adihevitra demokratika, hoy ny valin-kafatra avy amin’ny Sekretera Jeneralin’ny TIM. Aminay, dia ara-drariny sy ara-dalàna ny tokony hitarihan’ny filoha Marc Ravalomanana io fanoherana io, hoy izy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo Rakotovao“Aza atao bontolo ny fandaniana lalàna …”

Nomen’ny filohan’ny antenimierandoholona Rivo Rakotovao ny hafatra mavesatra ny governemanta sy ny fitondram-panjakana tamin’ny ankapobeny omaly nandritra ny lanonam-panokafana ny fivoriana tsy ara-potoana faharoa an’ity andrim-panjakana ity.

 

 

 Aoka tsy ho fanapahan-kevitry ny fitondrana irery ilay lalàna mifehy ny mpanohitra, hoy izy, fa hifampidinihana sy iadian-kevitra tsara. Fototra iorenan’ny demokrasia ao amin’ny firenena iray ny fisian’ny mpanohitra izay tsy hidina an-dalambe lava na hanongam-panjakana fa kosa arofanina ho an’ny mpitondra. Amin’ny tany demokratika, dia anisan’ny fototra ijoroan’ny demokrasia raha tena mandala azy fa tsy sarintsariny fotsiny  (Démocratie de façade) ny fanekena fa misy ny mpanohitra eto amin’ny firenena. “Hatraiza ny fahasahiantsika fanjakana manokatra izany amin’ny adihevitra lehibe ?”, hoy izy. Raha tsy hiady hevitra amin’ny mpanao politika mantsy fa ny fanjakana irery sy ny antenimiera no handidy sy hanapaka ny lalàna momba ny fanoherana dia mety handeha ila ihany. Manentana ny rehetra hanana fahalalahan-tsaina sy hanana faharetana i Rivo Rakotovao. Anisan’ny tandindon’ny demokrasia ny hoe androany ianao mety ho mpitondra fa rahampitso mety ho mpanohitra, hoy izy. Afaka miresaka isika na tsy mitovy hevitra aza. Ny tombontsoan’ny firenena no ambony indrindra. Farafahakeliny in’efatra niantso manokana ny praiminisitra Ntsay Christian izy mba hampita amin’ny fahefana mpanatanteraka ny maha zava-dehibe ny fiaraha-midinika momba ny lalàna mifehy ny mpanohitra fa tsy sanatria atao bontolo ny fikitihana sy fandaniana azy. Tsy sanatria atao fitaovana politika io lalàna io na hampanjakana ny hevitry ny fironana tokana na antoko tokana na olon-tokana fa tena zavatra mipetraka hahasoa ny firenena. Aiza ilay olona no haneho ny heviny kanefa izay kianjan’ny demokrasia izay efa antsika, miroso anatin’ny tsy fitovian-kevitra, kanefa afaka miara-miaina ? Mandeha ila ihany mantsy ny demokrasia raha tsy tafapetraka amin’ny tokony hoy izy ny fanoherana eto. Tena mila maharitra isika mandinika azy io, hoy i Rivo Rakotovao ary vonona ny antenimierandoholona hiresaka amin’ny solombavambahoaka sy ny antoko politika mba handaminana ny lalàna mifehy ny mpanohitra. Ankoatra ny lalàna mifehy ny fanoherana, dia fandaharam-potoana ihany koa ny hanoloran’ny praiminisitra ny programa ankapoben’ny fanjakana.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Profesora Joseph Ramiandrisoa“Tsy sahy miatrika fifidianana ny fitondrana”

“Tsy sahy miatrika fifidianana ny fitondram-panjakana”, hoy ny minisitra teo aloha, ny dokotera Joseph Ramiandrisoa.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Roland Ravatomanga“Fiarovana ny demokrasia ny antom-piasan`ny mpanohitra”

“Zava-dehibe ny nahitana an`ireo mpiantsehatra satria mitovy hevitra ary miara-mihetsika ny antoko mpanohitra sy fikambanana rehetra vonona hijoro amin`izany”, hoy i Roland Ravatomanga, mpanao politika sady minisitra teo aloha.

 

 Na mbola hisy fanitsiana ny lalàna momba ny fanoherana, hoy izy, mamaritra kosa ny lalàna fa izay nahazo vato be indrindra tamin`ny fifidianana depiote aorian`izay mahazo fitondrana no mpanohitra. Tsy milaza kosa anefa izany fa ny antoko TIM no handidy sy hanapaka. Mila miara-manapaka ny rehetra ho mpanohitra amin`ny firaisankina, fitoviam-pijery amin`ny fandrosoana ny fanoherana tena izy. Ny fanoherana tena izy, hoy Roland Ravatomanga, dia tsy mpanohitra hanongana fitondrana fa hanao aro fenitra entina miaro ny demokrasia raha sanatria misy tsy mety ny nataon`ny fitondrana. Anjaran`ny mpanohitra no miaro ny lalan-kizorana sao mandeha amin`ny jadona ny fitantanana. Raha mijoro ny rafitra ho an`ny fanoherana dia midika fa tsy maintsy hiaraha-midinika ny vinam-piarahamonina entin`ity fivondronan’ny mpanohitra ity. Tsy midika fa hahitsy ny vinan`ny antoko TIM (MAP2), hoy i Roland Ravatomanga, saingy afaka maneho ny heviny ny antoko hafa. Izay no vina hoentin`ny fivondronan`ny mpanohitra ka tsy maintsy misy ny fenoin`ny rehetra. Tonga hatrany amin`ny fampihavanam-pirenena rehefa miray hina ny rehetra, hoy hatrany izy. Misy vina apetraka ka izay mitovy fijery amin`iny dia mandroso ao amin`ny fanoherana. Notsipihiny manokana fa rehefa miara-mientana ny mpanohitra dia mazava fa izany no fiarovana ny vahoaka ary fiarovana ny demokrasia.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Politika ankapoben’ny fitondrana«Aoka tsy hosafosafoina fotsiny !»

Mafonja ny lahadinika mikasika ny fitsipika anatin’ny antenimieram-pirenena mandritra ity fivoriana ety Tsimbazaza nosokafana androany ity (TTF : Omaly), hoy ny depioten’Ambositra, Monique Rasoazananera.

 Eo ny fanovana ho amin’ny tsaratsara kokoa ary manaraka izay ny mikasika ny sata mifehy ny mpanohitra. Goavana sy mila fandinihana tsara izany mba tena hipetrahan’ny demokrasia. Teo ny fampahafantaran’ny praiminisitra ny politika ankapoben’ny fanjakana izay ilain’ny depiote mba hanaraha-maso ny fanatanterahana azy. Zava-dehibe ny fametrahana maridrefy mikasika an’io mba hidirana lalina ao anatiny fa tsy hosafosafoina fotsiny. Niangaviana sy notsipihin’ny filohan’ny antenimieram-pirenena moa ny fahavitrihan’ny solombavambahoaka ao anatin’ireo 15 andro takiana aminy hijery ireo lahadinika miisa 3. Arakaraky ny fahavitrihana no ahafahana miteny sy mandinika ny tolo-dalàna atolotra, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanovana ny lalàna momba ny fanoheranaTsy misy idiran’ny governemanta, hoy ny praiminisitra

Hanolotra ny programa ankapoben’ny fanjakana na ny PGE eny amin’ny antenimieram-pirenena ny praiminisitra lehiben’ny governemanta,

 

 ka nilazan’ny filohan’io andrim-panjakana io Rtoa Christine Razanamahasoa nandritra ny fotoam-panonkafana ny fivoriana tsy ara-potoana omaly, fa tsara raha miditra kokoa amin'ny antsipirihany indrindra ireo tetikasa ny PGE, hahafaha-mandrefy ny zava-bitan'ny governemanta. Marihina fa miisa 3 ny lahadinika, dia ny fitsipika anatin’ny antenimiera, lalàna mifehy ny fanoherana izay ao anatin’ny fandinihina ny fitsipika anatiny no isan’ny hamerenana ny hasin'ny antenimieram-pirenena amin’ny alalan’ny mangarahara amin'ny asa, fitsinjovana ny tamberin'andraikitra, raha ny nambaran’ny filohany Rtoa Christine Razanamahasoa.  Momba ny fanolorana ny PGE, dia dia efa miomana amin’izany ny tenako, ary tsy misy olana satria izay no andrasan’ny rehetra, hoy ny praiminisitra Ntsay Christian. Tsy maintsy mitandrina kely ihany satria mety ho ora 5 na ora 6 no lany. Nambarany kosa tetsy an-daniny fa tolo-dalàna ny mahakasika ny sata momba ny mpanohitra, ka ry zareo ao anatin’ny antenimieram-pirenena ihany no nitondra izany tolo-dalàna izany hodinihin’izy ireo fa ny governemanta, dia ny alarobia lasa teo no efa nanome ny heviny. Izy ireo ihany no mahita ny fanovana tiany hapetraka. Mila mailo sy mitandrina amin'io lalàna 2011-013 tamin'ny 11 septambra 2011, hoy kosa ny filohan’ny antenimiera Rtoa Christine Razanamahasoa. Mikasika ny fifidianana kosa, dia tapitra alohan’ny faran’ny taona ny fotoam-piasana. Eo am-pandinihana ny fitondrana, kanefa tsy maintsy mahay mifampihaino isika Malagasy. Betsaka ny vondrona politika miteny fa misy zavatra mila hatsaraina, toy ny lisitra. Nambarany fa mijery sy mandanjalanja ny fitondrana. Ny fanavaozana ny lisitra moa dia ny manomboka ny 1 desambra. Ho fantatra tsy ho ela araka ny tenin’ny filoha, izay fanapahan-kevitra, raha ny nambaran’ny lehiben’ny governemanta.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanotofana ny lemak’AmbohitrimanjakaAza potehina ny fiainam-bahoaka, hoy ny Depiote Rodin

Efa tamin’ny andron’ny Itompokolahy Pr Zafy Albert no niketrehan-dRaboanarijaona Holijaona an’io IEM io, hoy ny fanehoan-kevitry ny depiote voafidy tany Arivonimimamo Rakotomanjato Rodin.

 Niditra indray ny filoha Rajaonarimampianina, ary tsy lany tato amin’ny antenimieram-pirenena izany, hoy izy omaly teny Tsimbazaza. Mitovy ny tany Antsiranana sy Toliara samy nanaiky ny tsy hivarotana ny tany. Efa tantara tany amin’ny taona 1991 tamin’ny andron’ny herivelona io nentin’io olona notononiko io, dia maninona no kotrehina eto sy mbola entina eto ihany ? Iza no hamatsy an’io, ary io tsy Ambohitrimanjaka irery no velomin’io fa hatraty Ambohimanarina no tompon’ireo tanimbary hototofana ? Maninona ny tanimbarin’olona no potehinao kanefa ianao angaha mahavatsy an’ireo ? Tsy tokony hohadinoina fa Ambohitrimanjaka sy io Betsimitatatra io manenjika ny maitso ahitra ka iza no hiahy ny fiainam-bahoaka ? Maninona no hoe tsy maintsy Ambohitrimanjaka ? Mba jereo ny any ivelany toa an’i Thailand fa ny tendrombohitra no potehina sy harenina, hoy ity solombavamvahoaka avy amin’ny TIM ity. Ireny no tsy misy olona ka ireny totofana ka na 20 000 hektara aza tsy maninona. Aza potehina ny fiainam-bahoaka, hoy izy. Momba ny fiasan’ny fanjakana sy programany dia nambaran’io depiote io ny herinandro teo nantsoina tany Miarinarivo izy ireo nahitana mpitantana ao anatin’ny 54 kaominina hanomanana ny IEM ka gaga aho, hoy izy. Fa maninona indray no izao vao atao fa angaha tsy efa nokotrehina tany andafy sy naseho tamin’ny propagandy ? Izao vao samy gaga ny rehetra satria nantsoina ny ben’ny tanàna hoe: inona ny avy aty aminareo hanaovana ny IEM kanefa lasa miitatra ohatra ny sima misioka, izay midika tsy fahamatorana, raha ny nambaran’ity depiote ity.

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

LALAM-PIRENENA FAHA-25 : Kafe 5 taonina sy Rafia 400kg tsy ara-dalàna saron’ny zandary

Ankoatra ny fahatrarana ireo  olona mpitondra  rongony  nisesisesy tato ho ato dia  fantatra tamin’ny loharanom-baovao voaray ihany koa fa ny 07 aogositra lasa teo dia saron’ny zandary avy ao amin’ny vondron-tobim-paritra avy ao Mananjary , teny amin’ny lalam-pirenena faha 25 iny ny kafe milanja dimy taonina tsy misy taratasy ara-dalàna noentina fiara anankiray.

Ankoatra io kafe io  dia nahatrarana rafia milanja 400kg  izay mbola tsy nisy taratasy ara-dalàna ihany  koa ny fiara iray hafa nandalo, tokony ho tamin’ny folo ora alina  tany ho any. Nomarihin’ireo  mpanao fanadihadiana hatrany fa tsy ara-dalàna ilay rafia satria dia efa ao anatin’ny fikatonan’ny  fikirakirana izany ny ao an-toerana amin’izao fotoana izao. Vokany,  nogiazana ilay kafe niampy  ireo fiara miisa telo nitondra izany, ilay rafia kosa naterina teny amin’ny CIREEF na ny (Circonsription Régionale de l’Environnement, des Eaux et Forets). 

Mampitandrina hatrany ireo mpampiasa lalana ny eo anivon’ny mpitandro filaminana misahana ny fifamoivoizana  ary nanantitratintra hatrany  fa  ho hentitra amin’ny fanaraha-maso akaiky ireo mpivezivezy.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIKASANA FAKANA AN-KERINY : Dahalo miisa telo lavon’ny fokonolona tany amin’ny Distrikan’i Betroka

Araka ny loharanom-baovao  voaray avy eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena dia tamin’ny zoma 09 aogositra tokony tamin’ny telo ora tolakandro no naka satrana hanamboarana tsihy i Godea, teo amin’ny toerana tsy dia mifanalavitra loatra amin’ny toerana misy azy. Raha ny  fanazavana voaray dia nifanena tamin’ireo andian-dahalo efa nanam-pikasana ny haka an-keriny olona maromaro tamin’ity toerana ity, ka nifanojo tamin-dry Godea sy ny namany hafa naka hazo hanaovan-trano tamin’ny toerana avaratra tsy mifanalavitra amin’ny Amberomena.

Akory ny hatairan’ireto farany fa dahalo fito lahy mitam-piadiana no tonga nanatona sy nandrahona azy ireo fa hatao “Bohiry” izy ireo. Tsy nanaiky izany i Godea sady izy rahateo mbola nanana fotoana ahafahany mandositra tsara, moa ny toerana ihany koa isany amin’ireo toerana manavanana azy satria toerana filalaovany hatramin’ny fahakeliny. 

Nandositra izy mbamin’ ireo namana ka niantso vonjy tamin’ireo zandary sy vatan-dehilahy namany tao Amberomena, ireto farany izay tsy nety nolembenana, ka raikitra ny fifandonana tamin’ireo malaso mpaka an-keriny ireo. Vokany telo tamin’ireo fito lavon’ny hokonolona izay mbola tanora erotrerony avokoa fa efatra hafa afaka nandositra. Sarona niaraka tamin’ireo dahalo maty ihany koa ny basy roa vava iray. Araka ny  angom-baovao voaray  avy any an-toerana  ihany moa dia mahazo  tombony ireo mponina  ao Betroka  noho ny  fampianaran’ireo andiana zandary  mikasika ny fiarovan-tenam-pokonolona indray mandeha isan-kerinandro  ho fiarovan-tena  sy  fiarovana ireo fananana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

KAMIAO NANDONA SARETY : Nitolo-batana ilay mpamily kamiao nahafaty olona

Raha tsiahivina dia ny alarobia 07 aogositra 2019 lasa teo  tokony ho tamin’ny 12 ora sasany alina no nitrangan’ity lozam-pifamoivoizana ity teo amin’ny Fasan’ny Karàna. Kamiao  iray   izay voalaza fa avy  avy any Vontovorona  nentin’ny mpamily haterina any amin’ny orinasa iasany eny By-Pass no nifanena tampoka tamina fiara hafa. Tsy nahatana ny familiana ilay mpamily kamiao ka nifatratra avy hatrany  tamina sarety miisa  enina  nipetraka teo amoron-dalana. 

Lasa nandositra avy hatrany moa ity kamiao ity rehefa avy nandona ireo sarety ireo. Fotoana fohy taty aoriana dia tonga teny an-toerana ny polisy nizaha ny zava-nitranga. Tamin’izany no nahitana ny vata-mangatsiakana lehilahy iray tao anatin’ny iray tamin’ireo sarety voadona  ireo. Fantatra fa mpiambina sy mpitarika sarety eny an-toerana ity tovolahy hita faty ity. 

Natory tao anatin’ilay sarety izy io tamin’ny fotoana nitrangan’ny loza  ary dia nindaosin’ny fahafatesana  satria voapotsitra tao.  Nizotra  hatrany ny fanadihadiana ka nokarohina ilay kamiao nahavanon-doza  izay, ny zoma 09 aogositra 2019 teo no nitolo-batana teo anivon’ny Polisy misahana manokana ny lozam-pifamoivoizana ilay mpamily. Niaiky ho nandona ireo sarety ireo izy nandritra ny fanadihadiana azy. Natolotra ny Fampanoavana, omaly alatsinainy 12 aogositra 2019 ny raharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FINOANA FIKRIFA : Nankalazaina ny faha-10 taona nitandreman’ny pasitora Herinaina

Nifanindran-dalana tamin’ny tsingerintaona fahaefapolo nahaterahan’ity pasitora ity koa io Jobily natao ny alahady 11 aogositra lasa teo tao amin’ny fiangonana Fikrifa Antanimalandy Rn4. 

Iray volana no faharetan’ireo hetsika maroloko nankalazana ny jobily, izay efa nosantarina hatraminy 04 aogositra. I pastora Clovis, avy ao Antanimasaja no nitarika ny fotoan-dehibe teto, raha i pastora Rabehasy Sylvain, izay filoha nasionalin’ny Fikrifa eto Madagasikara kosa no nitory ny tenin’Andriamanitra. Taorian’ny fotoam-pivavahana lehibe natao tamin’io alahady 11 aogositra io, dia nisy ny sakafo niraisan’ny rehetra tao amin’ny villa Faharetana, mifanila amin’ny toerana misy ny fiangoanana, ary nofaranana taminy fanapahana mofomamy. 

Notronin’ireo pasitora mpiara-miasa aminy ao amin’ity sahan’ ny fanompoana Fikrifa sy ny fiangonana hafa koa izao fotoan-dehibe izao, sy ireo fianakaviana akaiky ary ny mpiara-manompo avy any amin’ireo zanaka am-pielezan’ny Fikrifa Ambondromamy kely sy avy any Ambalika ity jobily ity.

Hosantarina amin’io taona 2020 io ny fametrahana ny vatofototra hananganana ny tranovatom-piangonana ao amin’ny fiangonana Fikrifa Antanimalandy, izay itandreman’i pastora Heriniaina Rakotomanga. Hisy ny antsam-panahy atao any amin’io fiangonana io mandritra ity volana aogositra ity, isaky ny tolakandron’ ny alahady ho tohin’ny fankalazana.

Marcos.

Ino Vaovao0 partages

FINOANA SILAMO ETO MADAGASIKARA : Niavaka ny fankalazana ny « AÏd El Kebir” na ny “AÏd Be”

Ho an’ny mpino silamo tetsy amin’ny 67 ha sy ny fikambanana zanak’Avaratra dia nisy ny fiaraha-mankalaza ny “AÏd Be”, tetsy amin’ny trano fonenan’i Papa Soulé.  Niavaka ny fankalazana satria nanatrika ity fotoana ity ny filohan’ny fikambanana FITEFA sy ny mpanolotsain’ny Filoha Andry Rajoelina notronin’ireo manam-boninahitra sy manampahefana maro eto amin’ny firenena. Tsiahivina fa ny «  Aïd Be  » na ny «  Aïd Kebir  » dia fetin’ny fanapahana ary ny mpino silamo rehetra maneran-tany dia samy mankalaza azy ity avokoa. 

Nankasitrahan’i Papa Soulé ny firaisankinan’ny Malagasy ary notsindriany manokana fa tsy afaka nankalaza ny «  Aïd Be  » na ny «  Aïd Kebir  » ny mpino silamo raha tsy teo ny fiombonan’ny Malagasy tsy ankanavaka. “Andriamanitra iray ihany no ivavahantsika ary harena ho antsika izany satria miara-mifety avokoa amin’izao ny mpino silamo sy ny Kristianina satria Malagasy iray ihany isika rehetra ary ra malagasy no mikoriana ao anatintsika”, hoy ny nambarany.

Ankoatra izay dia nambarany ihany koa fa ny fampandrosoana an’i Madagasikara no tanjona iombonan’ny rehetra, ka tsy tokony ho very amin’ny adilahy politika sy ny tsy fitoviam-pijery : “Tsy mila politika be isika fa ny fampandrosoana an’i Madagasikara no tanjona iraisana. Mila fifanomezan-tanana izany. Mila miasa miaraka ny rehetra. Tsy vitan’ny fitondram-panjakana irery izany ary tsy misy firenena mandroso raha miasa irery tsy miaraka amin’ny vahoaka ny fitondram-panjakana. Tsy apetratsika eto ny fahantrana satria samy tompon’andraikitra isika rehetra. Ny tanora no ho avin’ity firenena ity ka mila mijoro, mitsangana, miezaka mitady fomba hampandrosoana ny firenena ny ray aman-dreny sy ny tanora. Mila mifanohana” hoy hatrany ny fanambarany.

Handray anjara amin’ny fitsenana ny Papa François ny mpino silamoHandray anjara amin’ny fitsenana ny Papa amin’ny volana ambony ihany koa ny mpino Silamo, hoy Moussa Soilih. Ny antony, hoy izy, dia satria namonjy ny firenena silamo ny Papa nandritra ny fandalovany tany Aboudabi sy Maroc. “Mendrika ny nataony ka mba asehonay mpino silamo ihany koa fa miray hina amin’ny finoana hafa ny silamo eto Madagasikara satria samy Malagasy rahateo isika. Mila asehontsika amin’izao tontolo izao fa i Madagasikara sy ny vahoaka malagasy rehetra dia tsy mitovy amin’ny firenena hafa ka mora ampiadiana ny tsy mitovy finoana, modely ny vahoaka eto Madagasikara, afaka miara-monina na dia eo aza ny fahasamihafana.”, hoy hatrany ny nambaran’i Moussa Soilih.

Araka ny fanazavana dia misy fety roa ny “AÏd” ho an’ny mpino silamo : Ny voalohany dia ny AÏd el Fitr izay nankalazaina tamin’ny fomba manetriketrika eran-tany, volana vitsivitsy lasa izany fa ny faharoa dia ny  « AÏd El Kebir” na ny “AÏd Be”  nankalazaina afak’omaly. Ny “Aïd be” dia hahatsiarovana manokana ny fitsapana nataon’Andriamanitra tamin’ny mpaminany Abrahama fony ity farany nasain’Andriamanitra nanao sorona ny zanany,  izay nosoloina ondry avy eo rehefa hitan’Andriamanitra fa tsy nihemotra tamin’ny fanaovana sorona ny zanany noho ny fanompoana azy i Abraham. Misy ifandraisany amin’ny tantara sy ny fomba amam-panao Malagasy ny AÏd Be : “Raha iverenantsika ny tantara dia io ilay “alahamady” na “Allah Aïd Be” lazain’ny Malagasy, misy itoviany ireo na ara-tantara na ara-pomba”, hoy koa ny fanazavan’i Moussa Soilih.

A. Lepêcheur/Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FARITRA BOENY : Tafatsangana ny vaomieram-paritra miady amin’ny kolikoly

Sarangam-pahefana avy amin’ireo sehatr’asa voalaza tetsy ambony ireo no tonga namaly ny antso nataon’ny Birao mahaleo tena miady amin’ny kolikoly na ny Bianco sampana Mahajanga tamin’io fotoana io. Araka ny toromarika nomeny tale jeneraly vaovaon’ny Bianco eto Madagasikara, dia misy ny politikam-panjakana atao laharam-pahamehana amin’ny ezaka hiaraha-manana amin’ny kolikoly. Laharana faha-152 amin’ireo firenena miisa 180 i Madagasikara amin’izao fotoana izao eo amin’ny ezaka vita amin’ny ady amin’ny kolikoly nefa efa an-taonany maro no nijoroan’ny Bianco. 

« Mbola ezaka lehibe noho izany no miandry ny firenena malagasy, hoy ny talem-paritry ny Bianco, ka izany no antony nananganana ity CAC na ny Cellule Anti-corruption, na vaomieram-paritra handrafitra ny ady atao amin’ny kolikoly ity eto amintsika ». Voalohany amin’izany dia ny ady atao amin’ireo tsy matimanota, na ireo mpanararao-pahefana. Eo koa ny ady atao amin’ny fanodinkodinam-bolam-panjakana sy ny tsenam-barom-panjakana. Ary ady atao amin’ireo mpanao kolikoly eo amin’ny fampidirana ho mpiasam-panjakana, na eo amin’ny sehatr’asa ara-tsosialy io, na ara-pahasalamana, na eo amin’ny filaminana anatiny ary eo amin’ny sehatra ny fananantany, izay vaindohan-draharahan’ity tale jeneraly vaovaon’ ny Bianco ity. Mitaky andraikitra hoan’ny tsiraray anefa ny ady iombonana, fa tsy anjara andraikitry ny Bianco samirery intsony tsy toy ny efa nahazatra hatramin’izay. 

« Io indrindra no antony nananganana ity rafitra CAC ity »,  hoy ny talem-paritry ny Bianco Mahajanga. « Ireto vondron’ olona mandrafitra ny CAC ireto indray avy eo no hanentana sy hanara-maso ireo mpiara-miasa aminy na eo amin’ny sehatra tsy miankina na eo amin’ny sampandraharaham-panjakana, izay sady hampihenana  koa ny fitorohana ho tonga eny amin’ny Bianco izany », hoy hatrany ity tompon’andraikitra ity. Marihina fa velirano fahatelon’ ny Filoha Andry Rajoelina, ny ady atao amin’ny kolikoly, ka izany no niantsoan’ ny rehetra mba hifanome tanana hamongotra izany fanetriben’ ny firenena izany.

Tsy hitsitsy ny fanjakana

Nampahafantarina tamin’ireo mpizaika tonga maro tamin’ity fivoriana voalohan’ny Bianco ity ny anjara andraikitry ny Cac . Voafaritra ao anatin’ ny dimy taona mantsy ny politikam-panjakana vaovao sy ireo naoty vao nivoaka andro vitsy lasa izay amin’ity ady amin’ny kiolikoly ity. Ho fanohizana ny ezaka efa vitan’ ny teo aloha sy ny hahatrarana io politikan’ny fitondrana ankehitriny io, dia miara-mientana ny rehetra hampihena na tsy ho fongotra tanteraka aza ny kolikoly eto Boeny, hoy hatrany ireo nifandimby nandray fitenenana. 

Fantatra koa izao fa efa nivoaka ny didim-panjakana mahakasika ny lalàna fanagiazana ireo harena azo avy amin’ny fanodinkodinam-bolam-pajakana sy ny tsy rariny, araka ny filankevitry ny minisitra ny 25 jolay lasa teo, izay nankatoavin’ny Filoha Andry Rajoelina. Eo koa ny lalàna vaovao ho an’izay tratra mbola minina manao kolikoly, ka ankoatra ny sazy ara-bola tsy maintsy aloan’ilay olona mpanao izany. Dia misy ny fampidirana am-ponja an’ilay olona tratra manao kolikoly sy ny fanagiazana ireo fananany, fa indrindra dia mety hiafara aminy fanesorana azy tsy ho mpiasam-panjakana mihitsy, hoy hatrany io lalàna vao nivoaka ny 25 jolay lasa teo io. Asa avy hatrany no miandry ireto vaomieran’ ny Cac ireto ato anatin’ ny distrika enina mandrafitra ny Faritra Boeny, araka ny didim-pitondrana prefektoraly teto Mahajanga, izay ivondronan’ny sehatra miankina sy tsy mainkina amin’ny fanjakana. Koa ireo anjara andraikitr’izy ireo sy ny paik’ady hoentina miady amin’ity kolikoly ity no nifanakalozana nandritra izao fivoriana voalohany natao izao. Efa nisokatra koa ny tranonkalam-pifandraisan’ny Bianco eto Boeny, ka nampahafantarina tamin’ireto vondron’olona ao aminy Cac ireto, izay azo itorohana miafina. 

Marihina fa fehezan-dalàna laharana 2016/ 020, no mirakitra ny ady atao amin’ity kolikoly ity eto Madagasikara, ka ny fiaraha-mientan’ny rehetra amin’ilay fomba fijery ny Biaco ho " Tsika jiaby miaraka, mandresy ny kolikoly"  no tanjona. Ny fanjakana ankehitriny dia mbola nanamafy fa tsy hitsitsy amin’ireo olona milaza tsy matimanota, ka nampihatra ny politika ny tsy azo ivalozana ny lalàna mifehy ny kolikoly, amin’ilay antsoina hoe " tolérance zero". « Tsy ekena intsony izany manomboka izao, ny famerimberenan’olona mila raharaha any amin’ireo biraom-panjakana eto amintsika. Ary raha misy vola mihodina takina amin’ireo mila raharaha ao amin’ny biraom-panjakana iray, dia tsy maintsy misy taratasy fanamarinana na quittance »,  hoy hatrany ny talem-paritra ny Bianco Mahajanga raha nanokatra iny fivorian’ny Cac iny tamin’io zoma 09 aogositra teo iny. Hisy ny tomban’ezaka atao ho an’ireto vaomiera ny Cac ireto aorian’izao fivoriana voalohany natao izao, mba handrefesana ny dingana vita sy ny lavitr’ezaka mbola hiandry ireto vaomiera ireto.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE ANYAH - BORIBORINTANY FAHA-3 : Manome tohan’aina ho an’ireo mpianatra hanala Cepe

Marobe ny fitarainana voarainy mahakasika ny fihenan’ny taham-pahavitrihan’ireo mpianatra. Nihena ambany dia ambany ihany koa ny taham-pahaizan’ireo ankizy satria dia tsy misy afa-tsy 12%-n’ny mpianatra amin’ny kilasy faha-7 eo anivon’ireo Epp ireo no mba nahazo naoty tsara. Tsy tambo isaina ireo antony mahatonga izany raha tsy hilaza fotsiny ny tsy fanjariana ara-tsakafo mianjady amin’ireo ankizy mpianatra. Ny sakafo izay anisany miantoka betsaka amin’ny fahazotoana na ara-tsaina na ara-barana. Manoloana izany indrindra no nahatonga ny solombavambahoaka Anyah nanatanteraka ny tetikasa “tohan’aina”. 

Tetikasa natao hiantohana ny tohan’aina ho an’ireo ankizy indroa ao anatin’ny herinandro iray. Mbola ireo mpianatra amin’ny kilasy faha-7 hiatrika ny fanadinana Cepe ihany aloha hatreto no misitraka izany ary tsy hijanona ity tetikasa ity raha tsy tonga ny andro hanatanterahana ny fanadinam-panjakana Cepe. Tanjona apetraka ao anatin’ny tetikasa “tohan’aina” ny  hampiakatra ny taham-pahavitrihan’ireo mpianatra hianatra indrindra amin’izao fotoana ankatoky ny fotoam-panadinana izao, hampiakatra ihany koa ny tahan’ny mpianatra afa-panadinana. 

Ireo mpianatra ao amin’ny kilasy faha-7 hanala Cepe ihany aloha no misitraka an’ity tetikasa ity fa heverina ny hanaparitaka izany ho an’ny kilasy rehetra ary hiitatra hatrany amin’ny sekoly ambaratonga fototra faharoa (Ceg) ho an’ireo hanala ny fanadinana Bepc. “Velirano nataon’ny Filoha Andry Rajoelina rahateo ny hisakafoanan’ny vahoaka malagasy ara-dalàna”, hoy ny fanazavany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FENOARIVO-ATSINANANA : Nanadio ny moron-dranomasina ny fikambanana IMT

Ny andron’ny alahady 11 aogositra, nisy ny fanatanterahana Tagnamaro fanadiovana ny moron-dranomasina La Piscine Fenoarivo-Atsinanana, izay toeram-pitsangantsangana sy ranomasina filomanosana. Nifanome tanana tamin’izany ireo mpikambana IMT avy ao Toamasina sy ny mpikambana ao Fenoarivo-Atsinanana.Nanadio no sady nandefa hafatra ho an’ireo mpitsangantsangana sy ireo mpivarotra eny an-toerana mba tsy hanary fako eny amin’ny manodidina intsony. Nisy ihany koa ny fanesorana ireo kodiarana nisy nandoro sy nanary teny amoron-dranomasina. Anisany nandray anjara tamin’ny Tagnamaro ireo mpivarotra.

Tonga namaly ny antso ny sampandraharaham-paritry ny Serasera sy Kolontsaina Analanjirofo, 2e BLIG, ny DRENETP, ny teo anivon’ny sampandraharaham-paritry ny mponina Analanjirofo, ny sampandraharaham-paritry ny fizahantany, ny sampandraharaham-paritry ny varotra. Tsara ny manamarika fa ny talem-paritry ny Serasera sy Kolontsaina Analanjirofo Ndiamahazo Mickaelys no filoha mpanorina ny fikambanana IMT (Ino Maresaka à Tamatave). Fikambanana izay teraka avy tao anaty tambazotra sosialy facebook. Tonga nitarika ny delegasiona avy tany Toamasina ny filohan’ny fikambanana, Viviane Rahariniaina.

Nisy ny fiaraha-mikorana taorian’ny fahavitan’ny TagnamaroAnkoatra izay, ny andron’ny sabotsy 11 aogositra, nanao hetsika ara-tsosialy fanomezana fanafody ho an ’ny SEMI (Service de l’Equipe Mobile d’Intervention) eo anivon’ny sampandraharaham-paritry ny fahasalamam-bahoaka Analanjirofo (DRSP) ny IMT. Fanafody mitentmi-bidy manodidina 20 000 000 Ariary no natolotra tamin’izany.

Teny manainga ny IMT ilay hoe «   Tsy misy managna ny ampy fa sambatra izay mifanampy  », ka mahatsiaro manana adidy ireo mpikambana amin’ny fanasoavana ny mpiara-belona.

Nandritra ireo hetsika ireo no nanambaràna tamin’ny fomba ofisialy ny fijoroan’ny fikambanana IMT rantsana Fenoarivo-Atsinanana. Efa naharaisana fangatahana ho amin’ny fananganana ny IMT ihany koa ireo distrika 5 ambiny mandrafitra ny Faritra Analanjirofo : Sainte-Marie, Vavatenina, Maroantsetra, Mananara-Avaratra, Soanierana-Ivongo. Efa eo am-pandinihana ny amin’ny fametrahana izany ireo mpitarika ny fikambanana.

Tsy eto Madagasikara ihany no misy IMT fa efa mijoro any Eoropa ny IMT Diaspora. Ireto farany izay manamoy ny IMT eto Madagasikara amin’ny fanatanterahana ireo tetikasa maro anasoavana ny mpiara-belona.

TH

Tia Tanindranaza0 partages

Fitafiana tsy ara-dalànaMandeha ny tsenan’ny akanjo mitovy amin’ny an’ny mpitandro filaminana

Mahazo vahana ny varotra ireo akanjo mitovy amin’ny miaramila tato ato ary voalazan’ny mpivarotra fa tsara ny tsena.

Tia Tanindranaza0 partages

Omby miakatra eto Antananarivo“Tokony haraha-maso akaiky”

Any amin’ny fokontany, kaominina, indrindra, iny faritry ny Bara sy Toliara iny dia fantatra fa betsaka ny zavatra azo atao ifampifehezana,

 hoy ny depioten’i Beroroha, Nakany Charlie, raha nanontaniana ny laharam-pahamehana momba ny tsy fandriampahalemana eto Madagasikara, amin’ny maha tompon’andraikitra voalohany azy momba izany eo anivon’ny antenimieram-pirenena. Na ny mpitandro filaminana aza tsy ampy. Efa miova endrika ny asan-dahalo. Misy tambajotra matanjaka ao ary mpiasam-panjakana aza tafiditra ao anatiny. Betsaka ny tinady eto Antananarivo ary misy manondrana an-tsokosoko ireo omby, raha ny fanazavany, vokatr’izany. Tsy fomban’ny olona any ny mamarotra omby ary tsy mamono omby ny any raha tsy fifaliana na fahoriana. Mila fandraisana andraikitra io ary raha azo atao, hoy izy, dia ny omby vavy tsy tokony hovonoina. Tokony harahi-maso akaiky ny fiakaran’ny omby eto Antananarivo. Misy patron’omby mandray ireny amin’ny vidiny mora ary mahagaga fa madio ny taratasy rehefa tonga eto. Betsaka moa ireo efa voasambotra tao anatin’io tambajotra io amin’izao fotoana saingy ilaina ny dina ifampifehezana fa tsy maintsy amin’ny alalan’ny lalàna no hampiharana azy mba tsy hahatonga ireny fitsaram-bahoaka ireny, hoy hatrany ny tenany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikarohana jiolahy ikoizanaMampiasa kara-panondro hosoka maro i Del Kely

«Nanova anarana i Del kely izay jiolahy ikoizana ary manao kara-panondro hafa nony efa efa niha nalaza tamin’ny asa ratsy », hoy zandarin’i Betsiboka, nitafa manokana tamin’ny mpanao gazety.

 Adelson no tena anarany raha ny filazan’ireo namany akaiky izay efa tratra. Tena sarin’i Del kely izay nalaza tamin’ny kidnapping sy halatra omby io amin’ny kara-panondrony io, hoy hatrany ireo namany. Nahazo angom-baovao ny zandary ao Betsiboka fa io dahalo raindahiny io sy ireo namany dia mitoby ao Ambatofotsy, Mahatsinjo, sy Antsiafabositra, distrikan’i Maevatanana. Nidina ifotony avy hatrany ny zandary ny 7 aogositra farany teo .Voamarina fa tao izy ireo fa ny namany roa no tratra. Sarona tao koa ny fitaovany, ny omby valo tsy misy taratasy. Nanohy nankany Manalasala, Tsinjorano, Antsiafabositra ny zandary sy ireto tratra. Nony tonga dia notatazan’ny tifitry ny jiolahy. Raikitra ny fifanjevoana ka dahalo 3 no lavo ary tafaporitsaka i Del kely sy ny namany iray. Tratra tao ny kara-panondrom-pireneny  sy ny basy roa Mas36  ary ny  basim-borona miaraka amin’ny bala sy zava-maranitra 8, mohara. Nikasa hitsoaka ireo efa voasambotra ka voatery nitifitra ny zandary. Nanampy betsaka sy niaro ny zandary ny fisian'ilay fiara mifono vy.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kivy tanteraka ny mponin’AmbohimahasoaDahalo mamono olona, mpitandro filaminana mamono olona…

Tofoka sy leo ny tsy fandriampahalemana ny vahoaka any amin`ny distrika Ambohimahasoa ary tsy te hahalala zon’olombelona intsony.

Ny zava-misy any amin’ny faritra somary atsimon’ny Nosy iny, dia na matin’ny dahalo na mahafaty azy. Manomboka ritra ny omby, tsy mifidy zavatra halaina intsony ny dahalo. Efa lasibatra koa ny kisoa, ny akoho amam-borona, hatramin’ny entana ilaina amin’ny andavanandro na ny PPN. Misy toerana tokony hanaovana hetsika bebe kokoa toy ny any Ambalakindresy, hoy ny praiminisitra Ntsay Christian. Efa hatramin`izay no sarotra hidirana any amin`io toerana io tao anatin`ny taona maro saingy efa am-pelatanan`ny mpitandro filaminana izany. Nambarany fa tokony hitandrina ny olona fa betsaka ny mahita tombontsoa amin`ny halatra omby ary izy ireny no manely vaovao tsy marina. Nilaza ny lehiben`ny governemanta fa tokony hiara-kiaiky isika fa nihena ny tahan`ny tsy fandriampahalemana eto Madagasikara na an-tanàn-dehibe na ambanivohitra. Ny zava-misy any amin`ity distrika ity ihany koa dia mamono olona ny mpitandro filaminana. Na dia maro aza ireo zandary, polisy, miaramila maro any am-ponja noho ny fihoaram-pefy dia manahy ny mponina any an-toerana ka efa mivonona amin’ny fiarovan-tenany ny mponina. Ambalakindresy sy Morafeno, any Ambohimahasoa no tena faritra mena satria toa lasa tobin`ny jiolahy mihitsy. Tsiahivina fa tamin`ny taona 2017, namoy ny ainy ny ben’ny tanànan’ny kaominina Ambalakindresy sy ny rahalahiny, raha teny ambony môtô sy an-dalana handeha hamonjy fodiana iny. Nifamahofaho be ihany ny toe-draharaha mahakasika iny vono olona iny. Tao no nilaza fa hoe zandary nanara-dia dahalo tany an-toerana no nitifitra ity olom-boafidy ity sy ny olona niaraka taminy. Ao kosa ireo milaza fa jiolahy izay nanao vela-pandrika no nanao izany. Toa efa ho lava kosa eto ny resaka ambony latabatra momba fandraisan’andraikitry ny fanjakana manoloana ny tsy fandriampahalemana. Toa ambinambin-javatra ihany ity resaka ity, eny fa na dia manao ny ainy tsy ho zavatra aza ireo iraka vitsivitsy halefa hiady amin’ny dahalo.

 

Marigny A.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tournoi de vacances ASSCAB 2019 any MahajangaFaritra enina no efa manana solontena

Faritra enina izao no efa misy solontena handray anjara amin’ny « Tournoi de Vacances 2019 » karakarain’ny A.S.S.C.A.B « AMITIE SPORTIVE ET SOCIO-CULTURELLE ANALAMANGA-BOENY »

 izay hotanterahina any  amin’ny kianja Rabemananjara Mahajanga manomboka ny  alatsinainy 16 septambra ka hatramin’ny zoma 20 septambra 2019  ho avy izao, izany hoe aorian’ny fiatrehan’ny mpianatra ny fanadinam-panjakana BEPC. Fifaninanana natokana  ho an’ny sokajy zandriny  U 10, U 13, U 15, U 17 izy ity sy ho an’ny vehivavy ihany koa. Ireto avy ireo ekipa isaky ny Faritra efa fantatra : FARITRA BOENY: Fc Dandjy, Monjangay, Fcm, Fc Tsaramandroso , Bombarde, Aca, Fcjfa, Challenger, Som, Fcfa, Ajsm, Bloc city ;  FARITRA ANALAMANGA  : 3fa Avaradrano, Fc Viva Atehiroka, Boca Espoir Sab/Nam , Bayern Andrefanambohijanahary, St Michel Amparibe, Afc Ankadikely ; FARITRA SOFIA : Psg, 11 Rapides, AS Lyon, Asm Mampikony ;  FARITRA VAKINAKARATRA : Ffb, Lynx ; FARITRA BETSIBOKA : Avenir Andriba ; FARITRA ATSINANANA : Olive verte. Efa mamaramparana ny fandraisana ny anaran’ireo ekipa maniry ny handray anjara ny mpikarakara. Nomarihan-dry zareo anefa fa efa feno ny sokajy U 10 sy U 17 taona. Ho an’ny sokajy U 13 sy U 15 kosa dia ekipa efatra sisa  handrasana dia feno ny  toerana.

Tia Tanindranaza0 partages

Rallye du Boeny 2019Hahatratra 236,92 km no hodiavin’ireo mpifaninana

Hotontosaina any Mahajanga amin’ny 15,16 ary 17 aogositra izao ny “rallye vacances” na Ralllye du Boeny 2019 andiany faha-14 sady andiany faha-5 amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara 2019 karakarain’ny Club TMF RALLYE eo ambany fanotronan’ny FSAM.

Tia Tanindranaza0 partages

Kianja Rabemananjara MahajangaTena efa mila soloina ny bozaka Sentetika

Ankoatra ny fefy manasaraka ny kianja sy ny mpijery ilaina amin’ny lalao iraisam-pirenena sy ireo toerana fijerem-baolina (tribune sy gradin) izay tena mila fanavaozana goavana ao amin’ny kianja Rabemanjara Mahajanga

La Vérité0 partages

Développement de six aéroports de l'ADEMA - Un temps supplémentaire pour proposer un partenariat

Un mois et onze jours de plus. La société Aéroports de Madagascar (ADEMA) recherche actuellement des partenaires pour développer les six aéroports internationaux à savoir Toamasina, Sainte-Marie, Toliara, Taolagnaro, Mahajanga, Antsiranana ainsi que les quatre aéroports principaux notamment Sambava, Morondava, Mananjary et Fianarantsoa que l'Etat Malagasy lui a confié par le biais d'un décret de délégation de pouvoir. Si la date butoir est prévue le 20 août, elle est repoussée au 30 septembre 2019.  

 

« La date limite de réception des offres de manifestation d'intérêt à la recherche de partenariat pour le développement des 10 aéroports principaux de Madagascar prévue le vendredi 20 aout 2019 à 12 heures locales est reportée au lundi 30 septembre 2019 à 12 heures locales. Toutes les autres dispositions restent sans changement » annonce Andriamihafy Herison, directeur général de l'ADEMA dans un communiqué publié vendredi dernier.

Ouverture

Afin d'attirer les 500 000 touristes d'ici 2023, il  faut miser sur l'expansion aéroportuaire du pays. Et ce, grâce à travers la collaboration avec les partenaires privés nationaux et internationaux. « Il est unanimement soutenu que la mise aux normes des infrastructures pour s'arrimer aux impératifs recommandés en matière de sécurité, de sûreté et de qualité de l'exploitation est primordiale pour assurer le développement du transport aérien à Madagascar. C'est fort de ces constats que l'Etat malagasy accorde aujourd'hui la priorité à l'instauration d'un environnement propice au développement de la compétitivité du secteur du transport aérien, à travers notamment un saut qualitatif sur le plan infrastructurel. En aval, les efforts se reflètent par la mise en œuvre d'une politique d'ouverture vers le secteur privé dans la modernisation et l'exploitation des activités et patrimoines aéronautiques», souligne le directeur dans leur site web officiel.

Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Violence sexuelle - Une femme sur 8 en est victime

D’après une étude sur la violence sexuelle effectuée par l’association ECPAT France dans les villes d’Antananarivo, Mahajanga, Toliara, Fianarantsoa, Antsiranana et Nosy Be, une femme sur trois, âgée entre 15 et 49 ans est victime de violence. Pire encore, 12,6 % de la gent féminine -  soit une femme sur huit - supportent la violence sexuelle au quotidien dont 8,6 % l’ont subie depuis l’âge de 15 ans. Et cette violence sexuelle se présente sous différentes formes. Durant la  restitution des résultats de cette étude, il a été mentionné que les rapports sexuels forcés et non désirés en font partie. Les victimes cèdent à des supplications, un chantage, des menaces ou une ruse.

L’exploitation sexuelle résultant d’une vulnérabilité économique, à savoir la pauvreté en est l’une des illustrations. « A Antsiranana, quand une fille sort avec un "Vazaha", toute la communauté est fière d’elle, et encore plus ses parents. Cela veut dire qu’elle et sa famille ont eu la chance de sortir de la pauvreté », affirme un  groupe de femmes.

Des réalités préoccupantes

Au niveau des zones d’intervention de l’ECPAT, le viol conjugal et l’exploitation sexuelle des enfants sont monnaie courante. Les violences sexuelles perpétrées sur les mineures de moins de 14 ans ne sont pas considérées comme une situation alarmante. Dans la ville de Nosy Be entre autres, la prostitution n’est pas une forme de violence sexuelle. Les femmes concernées le font de leur propre gré, contrairement au viol où elles ne font que subir leur malheur.

Un focus group effectué à Antananarivo a permis de déterminer qu’à cause de la pauvreté, certaines familles décident toujours d’aller vendre voire sacrifier leurs filles, mais jamais les garçons. « J’ai eu mon premier rapport sexuel au cours d’une fête organisée dans mon village. Un de mes prétendants, un adulte, y était présent. Mon père m’a offerte à cet homme, la nuit tombée. J’ai d’abord refusé que ce dernier me touche. Mais comme il faisait tard et que c’était l’ordre et la volonté de mon père, je me suis laissé faire », déclare une victime à Tuléar. De plus, il existe des formes de traite des filles renforcées par certaines pratiques traditionnelles comme les « tsenan’ampela » à Fianarantsoa, le « Moletry » chez les Tsimihety, ou encore le « Valifofo » chez les Bara.

K.R.

La Vérité0 partages

Société HTF Commodity Vohitsara - 55 tonnes de farine mise aux enchères

La Douane malagasy mettra aux ventes aux enchères, le 27 août prochain, 11 520 sacs de farine, soit plus de 55 tonnes, importés par la Société HTF Commodity Vohitsara au mois de mars dernier. En tout cas, ces produits seront vendus aux enchères sous conditions. En effet, dans son communiqué paru hier dans la presse locale, la Direction générale des douanes a annoncé que « la soumission d'offres sera uniquement réservée aux sociétés ou industries œuvrant dans le secteur de la provenderie ». Cette restriction est surtout prise par mesure de sécurité. Les emballages sont de mauvaise qualité, ce qui fait qu'une partie des marchandises a péri sur place.

Nous avons peur que cela s'étende sur tous les produits. Nous pensons que la date de péremption est imminente. Pour préserver les consommateurs, nous avons préféré l'envoyer à la provenderie et non à la consommabilité », explique une source auprès de la douane, hier, au cours d'une conversation téléphonique. La vente de ces sacs de farine se composera en tout de huit lots, soit six lots de trois conteneurs, un lot de deux conteneurs et un autre de quatre conteneurs. Un conteneur contient ainsi 480 sacs de farine.

Du retard

Pour rappel, les marchandises dont les frais de dédouanement n'ont pas été payés dans le délai imposé sont vendues aux enchères. Un processus nécessaire pour désencombrer les magasins de stockage de la Douane à Toamasina. Le délai de dédouanement ne doit pas dépasser 15 jours après l'arrivée des marchandises à destination. Passé ce délai, les marchandises passent au bureau de la Douane. Ainsi, le propriétaire est soumis à des frais de magasinage en plus du coût de dédouanement avant de pouvoir récupérer son produit. Toutefois, la douane ne procède aux ventes qu'au bout de deux mois. Outre la farine, 5 400 sacs de sucre blanc importés par Lisa Distribution seront également mis en vente lundi prochain.

En tout cas, les propriétaires peuvent encore procéder au dédouanement avant la date de mise en vente aux enchères.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Partenariat public-privé - « City Art » s'ouvre aux artistes et acteurs culturels

Implanté à « La City Ivandry ». Un espace dédié à l'art et à la culture baptisé « City Art » vient d'ouvrir ses portes au sein de ce centre commercial très fréquenté. Son ouverture résulte du partenariat public-privé, plus précisément entre le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) et la Société IDF du groupe SMTP. Il s'agit d'un lieu de rencontre entre les acteurs d'art et de la culture avec les consommateurs potentiels. D'ailleurs, l'espace peut accueillir divers évènements artistiques et culturels, dont la musique, la danse, le théâtre, la mode et le stylisme, les jeux vidéos, l'exposition des œuvres de peinture et sculpture, etc.

« Les Malagasy sont talentueux mais ils n'ont pas bénéficié d'espace pour exposer leurs œuvres et savoir-faire, et cela à cause de la négligence du ministère. Notre défi étant à la fois de promouvoir et de valoriser ce domaine, en jouant le rôle de facilitateur et de promoteur. Pour « City Art », l'Office national des arts et de la culture (OFNAC) se charge de la coordination du programme d'utilisation de l'espace », fait part Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, ministre de tutelle. C'était lors du l'ouverture de l'espace, hier à Ivandry.

Entrée gratuite

Les artistes et acteurs de la culture désirant utiliser la « City Art » peuvent le faire, en adressant une demande et en se fiant à l'organisation de l'OFNAC. L'entrée sera gratuite pour le public, d'autant plus que l'espace ambitionne de promouvoir les produits de l'art et de la culture. Toutefois, un pourcentage des profits et du prix de vente des œuvres ou des évènements organisés gratuitement sur cet espace sera versé dans le fonds pour la culture. C'est aussi le cas pour les autres espaces ouverts suite au 3P. Le fonds pour la culture sert, notons-le, à soutenir les projets d'art et de la culture, à l'exemple de la construction ou de la rénovation d'infrastructures.

Une exposition des œuvres des artistes membres de « Tanana Arts Gallery » marque l'ouverture de « City Art ». Une trentaine d'œuvres de peinture y sont exposées depuis hier jusqu'au 27 août prochain. Hobinjatovo Henintsoa fait partie des peintres dont les tableaux y sont érigés. « Les artistes, dont les peintres, font souvent face à un problème d'accès à de tels espaces. Je loue cette initiative du ministère de tutelle et de ses partenaires en nous dédiant ce lieu », s'exprime l'artiste. L'appui du MCC vise à ce que les artistes puissent vivre de leurs arts et de leur passion.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Rugby- Africa women's cup - Les Makis Dames dans le classement mondial

La sélection féminine malagasy de rugby à XV a perdu  son deuxième match (73-00) face au pays hôte à l'Africa women's cup, hier, mardi 13 août. Les Makis Dames  ont affronté la redoutable formation sud-africaine, qui évolue à domicile.  L'équipe malagasy était déjà menée 44-00 à la pause. Pour rappel, Madagascar s'était incliné devant le Kenya, vendredi dernier, lors de son premier match dans ce tournoi qui sert également de qualification pour les Jeux Olympiques 2020 et le Mondial 2021. A l'issue de son premier match international contre le Kenya, world rugby a intégré Madagascar dans le classement mondial du rugby féminin.

Une entrée fracassante pour le rugby à XV féminin malagasy pour son premier match test international.  Car, pour son premier classement, les Makis Dames figurent dans le top 50 mondial  en se plaçant à la 41ème position sur 55 pays , laissant derrière elle le Zimbabwe (42è) et l'Ouganda (45e). Le Kenya se trouve à la 28e place et l'Afrique du Sud à la 11e. Une place que les Makis Dames ont obtenue grâce à leurs prestations devant le Kenya.

Pour la journée d'hier, le Kenya s'impose 37-5 devant l'Ouganda et se qualifie ainsi pour le bouquet final contre l'Afrique du Sud. Le vainqueur sera qualifié pour la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande en 2020 tandis que la finaliste disputera le barrage contre l'équipe finaliste du championnat Sud-américaine. Les Makis de Madagascar et les « Cranes Women’s », quant à elles, s'affronteront pour la troisième place du podium. Les deux matchs auront lieu le samedi 17 août prochain.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Attaque à Behoririka - La Police à la recherche de la… victime

Lundi dernier vers midi, un riche chinois et son accompagnatrice malagasy furent attaqués par des bandits au moment où tous les deux allaient remettre une importante somme dans une banque située à Behoririka. Des coups de feu ont éclaté. Le Chinois a reçu une balle au niveau de sa jambe, tandis que les assaillants ont pu s’enfuir avec l’argent qui se trouvait dans un carton qu’avait transporté son employée.

 

Bien que les victimes n’aient pas porté plainte, la Police a ouvert une enquête. Mais c’est là où le bât blesse car, ni le Chinois, ni la Malagasy n’a laissé aucune trace, selon une source policière. « Justement, nous n’en sommes pas au bout de notre surprise. Nous avons beau cherché toute la soirée du lundi jusqu’à aujourd’hui partout dans les centres hospitaliers de la ville, mais en vain ! Aucun Chinois blessé à la suite de ces tirs supposés de bandits, lundi dernier, ne se trouve nulle part ! » déclare une information de la Brigade criminelle.

Un bref rappel des faits s’impose. Le Chinois allait placer ce fonds dans une banque qui se trouve à Behoririka. Il était venu en voiture avec son employée. A ce moment-là, deux assaillants équipés de revolver, les ont soudainement encerclés. D’un geste violent, un agresseur a jeté la femme à terre. Puis, ils s’étaient emparés du carton avant de s’enfuir à bord de leur moto.

En voyant cette scène, le Chinois a tenté de pourchasser les malfaiteurs. C’était dans ces circonstances que les agresseurs ont ouvert le feu dans sa direction, le touchant à une jambe.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Alerte !

Péril en la demeure. De par sa situation géographique, la Grande île s’expose au péril. Elle  tenait un rôle inquiétant de plaque tournante des trafics de stupéfiants dans l’Océan Indien et ravitaille les îles voisines (Ile Maurice, La Réunion). Le sordide « commerce » tisse ses relations et atteint l’Europe, l’Amérique du Nord,  l’Afrique continentale et l’Asie, plus précisément, le Sud-est asiatique. Etant donné que le pays se situe sur le chemin de grands commerces internationaux, des trafiquants de tout acabit notamment des narcotrafiquants et des dealers de toute taille pullulent la région. En fait, la drogue dure rode dans les parages.  Alerte au péril !

 

De source auprès des services publics autorisés, la Douane malagasy a saisi durant le premier semestre de cette année en cours (2019) 69 kg de drogue dure. Une saisie record ! Très impressionnant pour une telle quantité, trop menaçante pour un produit fortement dangereux et trop ahurissant pour l’avenir de nos jeunes. Traditionnellement, Madagascar ne figure pas encore sur la liste des pays à risque de trafic illicite de drogue dure comme ce sont les cas en Afrique tels le Maroc, le Congo Kinshasa (RDC), l’île Maurice, le Kenya, le Ghana, Burkina Faso ou de la Guinée ou bien des pays d’Amérique Latine (Colombie, Pérou, Bolivie) ou enfin du pays du « Croissant d’or », l’Afghanistan, ou du « Triangle d’or » Myanmar, Laos et Thaïlande. Cependant, vu la tendance à la hausse de ce trafic illicite et dangereux constatée  et observée ces derniers temps, le cas Madagascar commence à préoccuper sérieusement les observateurs qui, par le fait, actionnent la sonnette d’alarme en direction des autorités compétentes et des organisations à vocation éducative. Des inquiétudes légitimes et plus que normales dans la mesure où le péril frappe à nos portes.

D’après les enquêtes et les recherches minutieuses diligentées par les services de la Police de la lutte contre les stupéfiants (Police des Stup), la consommation de ces produits proscrits se constate auprès surtout de nos jeunes, lycéens ou des écoles privées ou confessionnelles de renom d’Antananarivo à titre d’exemple. Les responsables de ces établissements se plaignent de l’existence des petits dealers qui rodent autour de leurs écoles. Conséquence directe, la discipline accuse un sérieux coup ! Des mesures urgentes s’imposent donc !

L’IEM consacre une partie non négligeable de son programme en direction des jeunes. Un volet tout aussi important que d’autres secteurs auquel les nouveaux dirigeants ne minimisent point. Dans les Velirano, le Président Rajoelina privilégie et priorise le cas des jeunes dans tous ces états. Il sait pertinemment que l’avenir tout entier du pays est étroitement lié à la réussite ou non des jeunes. Le futur immédiat dépend au sort réservé à leur compte. A travers le « projet Fihariana », le Chef de l’Etat s’engage personnellement à donner un coup de pouce à démultiplier les potentialités des jeunes entrepreneurs.

Educateurs, hommes d’église, Société civile, centres éducatifs, gens de bonne volonté et parents d’élèves, en général, doivent impérativement se donner la main pour stopper net à toute avancée de ce  péril. Des mesures dissuasives fortes et très urgentes seront les bienvenues. Sous d’autres cieux (Indonésie ou d’autres pays musulmans), toute personne reconnue coupable de trafic illicite de drogue encourt la peine capitale.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !

Faire des jeunes et des femmes, des réels acteurs du développement. Tel est l’objectif principal du « Fihariana », un projet présidentiel qui s’est désormais mué en programme national touchant plusieurs secteurs comme l’agriculture, la pêche, l’élevage, les sciences et techniques, la production industrielle, etc. Les jeunes entrepreneurs qui désirent obtenir un financement doivent soumettre leurs projets à un processus de sélection rigoureuse. L’appui financier des projets retenus, suivant l’envergure et la pertinence, s’élève à 200 millions d’ariary. Les prêts accordés sont à un taux préférentiel varié entre 5% et 9,75%, grâce à une collaboration avec les banques BNI Madagascar et BOA Madagascar.

 

Le déplacement du Président de la République, Andry Rajoelina dans  la Région Vakinankaratra – à Manandona et Andranomanelatra en l’occurrence – où plusieurs projets y ont été retenus entre dans ce cadre. A Manandona, les membres de l’association Avotra recevront un appui financier pour accompagner leur projet d’optimisation de l’exploitation des 30 ha de terrain cultivable. Cette association œuvre dans la production de pomme de terre et de haricot vert, mais aussi dans la filière artisanale. Sur le long terme, le financement contribuera à élargir la capacité de production des membres de l’association.

Soutien technique et financier

Cinq autres bénéficiaires du même appui à Andranomanelatra ont également reçu la visite du Président. Le chef de l’Etat est venu constater de visu les activités de producteurs de lait qui, grâce au financement de Fihariana, pourront  s’approprier de nouvelles vaches laitières et normaliser leurs activités. Une assistance technique leur sera offerte durant la première année de leur projet, afin de s’assurer de la qualité de la production ; mais surtout pour garantir la pérennisation des acquis.

En effet, « Fihariana » ne se contentera pas d’accorder des prêts de financement, mais accompagnera aussi les bénéficiaires autant dans la formation et la professionnalisation  ainsi que la recherche de partenaires qui travailleront en étroite collaboration avec les bénéficiaires. Pour le cas de ces projets de vaches laitières par exemple, la société SOCOLAIT figurant parmi les partenaires du projet, assurera la collecte des productions à venir.

Durant sa rencontre avec les bénéficiaires, le Président de la République a rappelé l’importance des engagements des citoyens à travers le projet « Fihariana » à savoir entreprendre, créer des emplois, se professionnaliser et contribuer au développement local et national. Le Chef de l’Etat a réitéré sa volonté de soutenir ceux aspirant à un avenir meilleur. Il a rassuré quant à l’impartialité dans les sélections des projets à financer et a affirmé son engagement personnel dans le suivi des projets. Après cette première descente dans le Vakinankaratra, le Président continuera son périple dans d’autres régions toujours dans le cadre du programme « Fihariana ».

Recueillis par Sandra R.

La Vérité0 partages

Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va

Il est sans doute le parti le plus éphémère que le pays ait jamais connu. Il a disparu des écrans radar aussi subitement qu’il est apparu, comme s’il n’avait jamais existé. Il, c’est l’ex-parti présidentiel « Hery Vaovaon’i Madagasikara » (HVM), dont on se demande à l’heure actuelle où sont passés ceux qui, il y a peu encore, étaient fiers d’en arborer la fameuse cravate bleue en signe de puissance.

 

C’était peu avant l’élection présidentielle de 2013 que l’on a entendu parler pour la première fois du HVM. Beaucoup croyaient à l’époque qu’il ne s’agissait que d’une structure mise sur pied pour les besoins de la propagande électorale du candidat Hery Rajaonarimampianina. A ce moment en effet, nul n’ignorait que ce dernier était soutenu par le MAPAR, en étant le candidat de substitution de Andry Rajoelina qui était empêché de se présenter par le concept « ni…ni » imposé par la communauté internationale. C’était d’ailleurs grâce à la casaque Orange -  et nullement à la cravate bleue -  que le candidat N°3 d’alors a pu renverser la vapeur au second tour de cette élection, face à un Jean-Louis Robinson crédité de 21,10% au premier round (contre 15,93%).

Le HVM était également absent lors de ce qui étaient les premières  législatives de la Quatrième République, lesquelles se sont tenues  simultanément avec la présidentielle. Comme on l’a dit plus haut, créée au pied levé pour servir de structure de base à la campagne de Hery Rajaonarimampianina, cette entité n’a aligné aucun candidat lors de la course aux sièges de l’Assemblée nationale. C’était donc dans l’ordre normal des choses que, aux premières sessions de  la Chambre basse, le HVM soit un parfait inconnu dans les registres cette dernière. Ce qui n’était pas le cas du MAPAR qui, en sus d’avoir fait élire le candidat N°3, s’est retrouvé être la formation politique totalisant le plus  grand nombre d’élus à Tsimbazaza. C’est dans cette configuration qu’interviendra la nomination du 1er Premier ministre du mandat de Hery Rajaonarimampianina. Et c’est aussi à partir de là que la magie va s’opérer…

« Soavaly be lohalika »

Ne voulant pas se plier aux dispositions de l’article 54 de la Constitution qui octroie au MAPAR la prérogative de proposer le Premier ministre, le HVM œuvra pour créer au sein de l’Assemblée nationale la PMP ou Plateforme pour la Majorité Présidentielle, une coalition recrutant à coups de mallettes auprès des formations politiques représentées à Tsimbazaza, y compris au sein du…MAPAR. Parallèlement, le paysage politique extra-parlementaire se teinta petit à petit en bleu, au point qu’à un moment, le HVM se targua d’être le premier parti politique du pays. Ce qui n’a pas empêché cependant celui qui a prêté son prénom à l’acronyme d’être l’objet de deux sérieuses menaces de destitution parties de la Chambre basse, là-même où il était pourtant détenir une écrasante majorité. La seconde, menée par une coalition de 73 députés, allait sonner le glas pour le HVM. En effet, acculée au pied du mur, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) ordonna, entre autres, la tenue d’une élection présidentielle anticipée, laquelle se soldera par une défaite humiliante au premier tour du grand manitou du HVM.

C’était déjà bien avant, plus précisément dès que l’ombre de l’élection se profila à l’horizon, que le parti à la cravate bleue commença à donner les signes de son agonie. Bon nombre de ses ténors se sont en effet porté candidats à cette compétition où leur chef de file était pourtant en lice. C’était donc pratiquement en cavalier seul - dans le sens littéral du terme - et sur une monture aux pieds bots (« soavaly be lohalika ») que le Président sortant s’aligna au starting-block. Il n’était guère étonnant, dans ces conditions, s’il fut distancé dès le premier tour  de piste. L’élection législative, tenue 4 mois après le résultat de la présidentielle, confirma la disparition totale du HVM. Aucun candidat n’a en effet voulu présenter sous les couleurs de celui-ci, du jamais vu pour un parti censé être au pouvoir.

A l’heure actuelle, presque toutes les grandes figures de l’ex-parti présidentiel font tout pour disparaître de la mémoire collective. Si certains  ont tout bonnement pris la poudre d’escampette en s’envolant sous d’autres cieux, d’autres se font tout petit afin de ne pas attirer l’attention des allergiques à l’impunité. Comme un célèbre village gaulois cependant, un immeuble de verre situé à Anosikely, avec à sa tête un certain Rivo Rakotovao,  résiste encore et toujours pour essayer d’entretenir la flamme bleue, du moins ce qu’il en reste. Ce, jusqu’à ce que le tsunami d’une révision constitutionnelle ne le balaie pour de bon.

Hery Mampionona 

Midi Madagasikara0 partages

Elections communales : Vers une consultation des acteurs politiques 

Les acteurs politiques seront bientôt fixés concernant la tenue des élections communales. La décision du gouvernement sur le sujet sera connue incessamment à entendre les explications du Premier Ministre, Christian Ntsay hier en marge de la cérémonie d’ouverture de la session ordinaire du parlement à Tsimbazaza. D’emblée, il a rappelé que le mandat des maires expirera avant la fin de l’année. « Le président de la République a déjà déclaré que les élections communales sont déjà au centre des réflexions. En même temps, nous devons faire preuve d’écoute étant donné les nombreuses suggestions des formations politiques en vue de l’amélioration de ces prochaines élections », a affirmé le locataire de Mahazoarivo. Une concertation entre les acteurs concernés par ces scrutins communaux sera également organisée. Parlant toujours de processus électoral, Christian Ntsay a souligné que la loi prévoit une révision de la liste électorale pendant la période entre le mois de décembre jusqu’au mois de mai. Cet aspect sera donc pris en considération dans la prochaine décision du gouvernement.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Rallye Boeny : Tahina Razafinjoelina en favori logique !

Le rallye Boeny organisé par le TMF Rally aura lieu du 15 au 17 août à Mahajanga et ses environs immédiats. Une cinquième manche du championnat de Madagascar qui promet des étincelles avec des concurrents qui se trouvent dans un mouchoir de poche au classement général.

En forme comme l’atteste sa dernière victoire au Rallye Mangoro, Tahina Razafinjoelina fait encore partie des favoris logiques de cette rallye du Boeny avec sa Subaru d’autant plus qu’il avait gagné la dernière édition. Cette année encore, il a le potentiel pour ravir une autre victoire et se mettre au niveau de Rivo également sur Subaru.

Les deux hommes forment le quatuor de tête avec Boana et le jeune Fred Rabekoto.

Pour revenir au rallye Boeny, il comporte 15 épreuves spéciales longues de 124,51 km autour de quatre sites dont Antsanitia et son hôtel de renom, Belinta, Must et Ampitolova où se tiennent les slaloms.

Bref, il y aura du spectacle tout au long de ce parcours de 236,92 km.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

SESAM : Un grand succès pour la deuxième édition

Les férus des arts martiaux en tout genre se sont réjoui pendant trois jours lors de la deuxième édition de l’évènement Sports extrêmes et Salon des Arts Martiaux (SESAM), organisé par « Seho Event ». Environ cinquante stands ont été mis en place devant les parvis de l’hôtel de Ville Analakely depuis vendredi, jusqu’au dimanche dernier, pour une exposition des différents arts martiaux existants à Madagascar. Les jeunes ont été les plus séduits par SESAM ainsi l’objectif a été atteint pour l’équipe de Lalaina Razafindrabe.

« Mon petit frère et moi sommes venus à Tana et avons profité de regarder les talents de ces combattants ici, c’est vraiment intéressant ! », a expliqué Tojo, un visiteur venant d’Antsirabe. Quant aux responsables de chaque discipline, c’était l’occasion pour eux de faire connaissance avec le public, et de montrer leurs objectifs pour attirer l’attention du ministère de tutelle. Comme le pratiquant de Kempo et MMA de Parfait Rakotonirina, ce dirigeant a montré durant cet évènement qu’il les a bien maîtrisés et pour lui, il est temps que le mixed martial arts soit mis en place par la fédération. La commission est déjà un pas à la préparation des sommets nationaux pour cette saison. Des démonstrations, des concours et  différentes sortes d’animations sportives ont ravi les visiteurs.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Prévision météorologique : Retour des crachins sur les Hautes Terres

Décidément, cet hiver est imprévisible. Après une semaine où le temps sec et le froid se sont succédé, cette troisième semaine du mois d’août sera marquée par des brouillards et donc des crachins sur les Hautes Terres mais aussi sur la partie méridionale de l’île. Déjà hier après-midi, le vent a soufflé fort à Antananarivo, suivi de crachins qui ont incommodé plus d’un. Selon les prévisions du service de la météorologie de Madagascar, l’après-midi de mardi sera composé de nuages grisâtres et de pluies surtout sur les Hautes Terres, au Sud et à l’Est. Il vaut donc mieux bien se couvrir et se munir d’un parapluie avant de sortir de la maison. Pour les températures, la région de Vakinankaratra affichera 11°C tandis que la température maximale sera localisée comme d’habitude à Mahajanga, 33°C. A noter que le temps de la semaine est influencé par un faible alizé. Enfin, pour ceux qui sont grippés en ce moment, les vêtements chauds et les mouchoirs sont de bons alliés partout où l’on va en cette période hivernale.

Anja RANDRIAMAHEFA.

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Un atelier de fabrication d’armes artisanales découvert

Quel est le nombre  d’armes se trouvant actuellement entre les mains des bandits ?

Ce n’est pas étonnant si les forces de l’ordre ont eu du mal à lutter contre les actes de banditisme dans les régions réputées zones rouges comme le Sud du pays. L’insécurité règne parce que les malfaiteurs ne sont plus obligés de se procurer des armes ailleurs. La découverte effectuée par la police nationale dans la ville de Toliara a permis d’affirmer que des Malgaches sont désormais capables de fabriquer des armes comme celles utilisées par les Forces de l’ordre, pour ne pas dire  de même qualité que celles qui sont produites à l’extérieur.  Dimanche 11 août 2019, des personnes de bonne volonté ont informé la Force d’Intervention de la Police nationale sur l’existence d’un atelier de fabrication d’armes dans le quartier de Tsimenatse II, dans la commune urbaine de Toliara. Ainsi, des policiers ont débarqué sur les lieux après avoir obtenu un mandat de perquisition donné par le tribunal. Ils sont alors tombés sur le pot au rose. La fouille effectuée dans le domicile du suspect a permis de saisir quatre pistolets automatiques et 11 fusils de chasse de calibres différentes, tous de fabrication artisanale. Ce n’est pas tout, des outils et des pièces de toutes sortes (perceuses, scies à métaux) pour confectionner des armes ont été également dénichés sur place. 300 grammes de poudre explosive pour fabriquer de balles ont été également trouvés sur place. Ainsi, les policiers ont tout de suite arrêté le propriétaire de la maison qui n’a  dénoncé aucun complice. Actuellement, le suspect est gardé à vue auprès du service de la police judiciaire de Toliara pour la continuité de l’enquête. Il est à rappeler que la semaine dernière, une autre petite usine de fabrication d’armes artisanales a été également dénichée par la gendarmerie à Soanala, dans le district de Betroka.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Pénurie d’eau : Des camions-citernes prévus pour les quartiers victimes

Table-ronde pour la recherche de solutions aux problèmes d’approvisionnement d’eau dans la Capitale.

Une table-ronde s’est tenue, dimanche dernier, pour la recherche de solutions aux problèmes d’approvisionnement en eau potable dans certains quartiers de la Capitale. Sous la houlette de Vonjy Andriamanga, ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures (MEEH) cette séance de travail consistait à trouver une alternative pour apaiser la souffrance des abonnés de la Jirama. « A l’issue de cette table-ronde a été convenue l’implantation des camions-citernes « immobiles », d’une capacité de 5 à 10m3, dans les quartiers privés d’eau. Les responsables au niveau de la Jirama envisagent de discuter avec les mairies et les fokontany concernés afin d’engager une personne responsable de la distribution au public. Contrairement aux précédentes démarches de ravitaillement, les abonnés de la Jirama devront payer par litre d’eau issue des camions-citernes immobiles. Pour l’instant, le tarif n’est pas encore déterminé », a communiqué la Jirama. Comme solution pour le long terme, la Jirama et son ministère de tutelle prévoient de mener une étude en vue d’identifier des sources d’eau exploitables. Pour la zone Ouest d’Antananarivo, un projet de six forages à Ambohidrapeto a été évoqué durant la table-ronde. « Le test de débit d’eau est programmé pour cette semaine. En outre, des projets d’amélioration des réseaux de distribution d’eau à Antananarivo et de construction de nouvelles stations de pompage, sont déjà prévus pour début 2020. En attendant ces solutions à long terme, les travaux de construction d’une nouvelle station de pompage à Amoronankona, d’une capacité de 200m3 par heure, est déjà en cours. Cette nouvelle infrastructure sera opérationnelle, d’ici quelques semaines », a affirmé la Jirama.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Football-Cosafa : Trio arbitral malgache pour la finale

Même si l’équipe malgache a échoué en match du groupe lors du championnat féminin de la Cosafa, au moins on devrait être fier d’avoir nos trois arbitres qui avaient participé au déroulement de cette compétition.

Trois femmes malgaches ont assisté jusqu’au dernier jour la Cosafa Women’s Championship. Il s’agit de Rosalie, Herilalaina Razafintsalama et de Pauline Rasoanirina. Les matches s’étaient déroulés à Port Elizabeth en Afrique du Sud et elles sont entrées dans l’action depuis le 31 juillet jusqu’à la finale le week-end dernier. Pour Rosalie et Pauline, elles ont officié la finale senior entre la Zambie et l’Afrique du Sud. Quant à Herilalaina, elle a arbitré lors de la finale de l’U20 entre la Zambie et la Tanzanie. C’était sa première participation à la Cosafa, par contre elle a déjà obtenu beaucoup d’expériences au niveau des matches de la CAF et de la FIFA. « C’était très amusant mais fatigant aussi, puisqu’il y avait des matches presque chaque jour », a-t-elle expliqué. Herilalaina a assisté aux sept matches dont cinq en phases éliminatoires, en demi-finale et en finale.

Afrique du Sud imbattable. Elles étaient au début quatre en tant qu’arbitres malgaches à la Cosafa, mais Hanjavola Dominique Rosa, originaire de Vakinankaratra, était désignée pour les Jeux Africains au Maroc. Entre autres, l’Afrique du Sud a remporté le titre 2019, après sa victoire sur le score de 1 à 0 face au Zambie. C’est la sixième fois que les Banyana Banyana ont dominé sur leur territoire. Pour les Zambiennes, elles pouvaient être déçues, mais aussi fières, puisqu’elles ont réalisé le meilleur parcours dans l’épreuve après leurs trois médailles de bronze acquises dans les éditions précédentes. En plus, cette équipe a gagné le trophée de meilleure joueuse grâce à Hellen Mubanga. Rappelons que Madagascar était éliminé en phase de groupe avec deux défaites et une seule victoire.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Anosizato : Six charrettes fauchées par un camion fou, une personne tuée sur le coup

Déféré au parquet du tribunal Anosy hier, un chauffeur de camion est placé sous mandat de dépôt à Antanimora. Il est poursuivi pour avoir tué un homme dans un accident de circulation survenu à Anosizato, soit sur la route menant vers Fasan’ny Karana, mercredi 07 août dernier vers minuit 30. Cette nuit-là, l’accident s’est produit quand il conduisait son véhicule en provenance de Vontovorona pour rejoindre le siège de la société de son employeur au By-pass. Quand il passait à Anosizato, il aurait perdu le contrôle de son véhicule lorsqu’il a tenté d’esquiver une voiture qui venait en sens inverse. Ayant fait une sortie de route, son camion a fauché six charrettes à bras stationnées sur le bord de la rue. Après le coup, il a pris la fuite avec son camion. Alertés du drame, des policiers se sont dépêchés sur les lieux. Le constat a permis de découvrir un homme de 27 ans inanimé dans l’une de ces charrettes. L’enquête a révélé qu’il s’agissait d’un gardien et tireur de charrette de la localité. Il dormait dans cette charrette quand l’accident a eu lieu. Raison pour laquelle, il a été tué sur le coup. Depuis, la recherche du camion fou a été lancée. Le vendredi 09 août, le chauffeur fugitif s’est rendu à la brigade des accidents de la police nationale à Anosy pour avouer son forfait. Ainsi, la police a bouclé son enquête et a livré le suspect au tribunal, la même-journée.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

No comment Bar : Mariage entre humour et rap

YCLT promotion 3, initiateur de l’évènement TSIK’N RAP lors de la visite de la mosquée d’Ambatonakanga.

La troisième promotion de YCLT (Youth Cultural Leadership Training) organise demain à partir de 20 heures, un évènement au No comment Bar Isoraka le Tsik’n Rap. Ceci est une soirée de levée de fonds organisée par le YCLT, une formation en leadership culturel initié par l’ONG Saint Raphael Madagascar – SaiRA depuis 2015.

L’événement en est à sa troisième édition cette année. L’esprit Tsik’n rap comme son nom l’indique est justement le mélange de rap et d’humour. Selon Christiane Ramonjison, présidente fondatrice de l’ONG Saint Raphael Madagascar-SaiRA et l’initiatrice de la formation YCLT, « le YCLT étant une formation en leadership culturel et voyant la culture sous tous ses aspects, chaque promotion est invitée à créer des activités ou des évènements, pour que les autres promotions puissent reprendre plus tard… voilà comment Tsik’ N Rap a vu le jour en 2017». L’objectif est de stimuler l’esprit de créativité et mettre en pratique les théories acquises pendant la formation. Quant aux artistes, c’est une occasion pour eux de partager leurs expériences et leurs savoir-faire.

YCLT est une formation en Leadership culturel pour les jeunes de 18 à 30 ans qui a lieu dans des différents centres culturels. Durant les formations, les participants et les formateurs rendent visite à plusieurs lieux culturels comme le doany, la mosquée… Les initiateurs ont une grande ambition pour l’année prochaine.

Recueilli par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Betroka : Dahalo telo matin’ny fokonolona

Saika handehe hanafika sy haka an-keriny ireto andian-dahalo, teo amin’ny fito lahy teo no nifanehatra tamin’ny fokonolona, izay niaro tena. Raikitra ny fifandonana ka ny telo tamin’ireo dahalo no maty,  afa-nitsoaka kosa ireo namany efatra.

Ny faran’ny herinandro lasa teo no nitranga ity tao amin’ny Amberomena, fokontany Irotsoka, distrika Betroka. Ny zava-nitranga : olona vitsivitsy saika haka satrana hanamboarana tsihy no nifanehatra tamin’ny andian’olona mampiahiahy, nafenin’ireto bozaka lava. Raha vao nahita ireto olona ireto ireo andian-dahalo dia nitranga avy hatrany ary nandrahona ireto farany tamin’ny basy teny am-pelatanan’izy ireo tsirairay avy. Fantatra teo ihany koa fa nikasa hanafika tanana mihitsy izy ireo ary hisambotra izay olona sendra azy ataony takalon’aina. Mbola somary nifanalavitra ny toerana ka afa-nitsoaka sy niantso vonjy ireo olona saika hanamboatra tsihy. Vatan-dehilahy maromaro no nitsena ireto mpanafika. Nitifitra avy hatrany izy ireo ary tsy nanaiky lembenana ihany koa ireo fokonolona fa dia niaro tena hatramin’ny farany. Tsy vakin’ireto andian-dahalo izany fiarovan-tena izany, ary nisy mihitsy aza moa ny lavo tamin’ireo mpanafika. Hany herin’ireto farany nirifatra nitsoaka. Latsaka teny am-pelatanan’izy ireo ihany koa ny basy « double canon » nampiasan’ireto malaso ireto. Raha ny fantatra moa, araka ny vaovao azo hatrany dia manao ny fampianarana mikasika ny Fiarovan-tenam-pokonolona indray mandeha isan-kerinandro ho fampianarana ireo tambanivohitra hiaro tena sy ny fananany ny tompon’andraikitra. Nahay nampihatra lesona araka izany ireto fokonolona ka izao nahazoana vokatra izao. Anjaran’ireo mpitandro filaminana indray moa ny manao fanadihadiana sy mikaroka ireo efa-dahy tafatsoaka.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Des réformes dont la mise en place est difficile

C’est un pays en pleine mutation que l’on découvre aujourd’hui. Il est vrai qu’il est difficile de remettre en état de marche des structures qui sont sclérosées. La transition est difficile à assurer et les problèmes qui ne peuvent pas être tout de suite  résolus engendrent mécontentement et mouvements d’humeur. Le redressement prendra du temps, mais pour le moment, il faut savoir prendre son mal en patience

Des réformes dont la mise en place est difficile

La volonté d’aller de l’avant est réelle. Les réformes structurelles se multiplient, mais elles ne porteront leurs fruits que dans quelques temps. Le programme de gestion des finances publiques mise en place vise le moyen et le long terme.  La population,  prise par les problèmes du quotidien, n’a perçoit cependant pas les effets pour ’instant. La majorité vit au jour le jour, essayant de subvenir à ses besoins sans se préoccuper de questions qui la dépassent. Les responsables du ministère des finances parlent d’amélioration des rentrées fiscales et d’augmentation des recettes douanières. Les explications sont bien faites, mais elles paraissent trop savantes pour la plupart des citoyens, luttant pour leur survie. On sait que le Malgache est dur à la douleur, il prend son mal en patience. Il comprend que la situation qu’il vit actuellement est passagère, du moins on le lui suggère. Il sait que le travail de Titan qu’il va falloir déployer dans les mois voire les années à venir ne doit pas s’arrêter. Il faut continuer à porter ses efforts sur tous les secteurs. La justice, la santé, la gestion de l’insécurité , l’éducation, l’aménagement du territoire, les chantiers à ouvrir sont nombreux. On sent que des efforts sont déployés, mais on n’est pas encore tout à fait convaincu de leur efficacité. La campagne de communication n’est peut être pas suffisante, mais les citoyens veulent du concret. Tant qu’ils ne ressentent pas une amélioration même minime dans leur vie quotidienne, ils restent sceptiques.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Evaluation environnementale : L’ONE va intégrer la société civile dans le processus

C’est le nouveau Directeur général de l’ONE, Ampilahy Laurent.

La gouvernance et la transparence. Tels sont les leitmotive  du nouveau Directeur général de l’Office National pour l’Environnement (ONE), en la personne de Ampilahy Laurent depuis sa prise de fonction le 02 août 2019.

Ainsi, « nous allons dorénavant intégrer la société civile dans le processus d’évaluation environnementale notamment au niveau du secteur extractif », a-t-il déclaré lors d’une rencontre avec la presse à son siège à Antaninarenina. Pour commencer, « cette société civile sera impliquée directement dans la formation des collectivités territoriales décentralisées. En fait, nous misons sur une participation publique à cette évaluation environnementale dans le cadre d’une approche intégrée », a-t-il rajouté. L’ONE travaille notamment en collaboration avec l’Alliance Voahary Gasy, le ROHY et l’Organisation de la Société Civile sur les Industries Extractives.

Révision du Décret MECIE. Dans la foulée, cet Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC) est en cours d’élaboration d’un document de projet de révision du Décret MECIE (Mise en Compatibilité des Investissements avec l’Environnement) qui aura 25 ans en 2020. « Ce draft sera présenté au ministère de tutelle à la fin de ce mois-ci. Les consultations publiques se poursuivent également tout en tenant compte des recommandations émises lors de la célébration du 20e anniversaire de mise en application de ce Décret. En effet, celui-ci n’est plus adapté au contexte actuel. A titre d’illustration, une évaluation environnementale stratégique s’impose pour toute mise en œuvre d’un programme ou des actions de planification comme le Schéma Régional d’Aménagement du Territoire (SRAT) ou la mise en place d’une zone industrielle. Les Etudes d’Impact Environnemental portent entre autres sur les dispositifs à prendre sur le plan sanitaire, énergétique et d’évacuation d’eaux usées. Est-ce qu’il s’avère primordial de créer une unité de traitement des eaux usées ? Ou bien les droits des personnes vulnérables sont-ils respectés ? L’objectif consiste à ne pas bloquer le programme mais plutôt à identifier les dispositifs nécessaires en termes de planification », a fait savoir le Directeur général de l’ONE.

Subvention et PIP. Par ailleurs, « nous coordonnons nos actions avec celles du ministère de l’Environnement et du Développement Durable en participant à la réunion périodique du staff de ce département. Nous bénéficions désormais d’une subvention de l’Etat. En outre, il y a eu une reconsidération de l’ONE pour pouvoir bénéficier d’un programme d’investissement public (PIP) à compter de 2020. On peut dire que cet Office est une institution de souveraineté nationale fournissant un service public », a-t-il enchaîné. Et lui de rajouter que la collaboration de l’ONE avec ses partenaires se poursuit pour ne citer que la GIZ dans le cadre du projet d’adaptation au changement climatique.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Lu pour vous : « Peau noire, masques blancs » de Frantz Fanon sous l’actualité

Frantz Fanon, écrivain et impliqué dans l’affirmation moderne de la civilisation africaine.

Si Aimé Césaire enflammait son « Discours sur le colonialisme » d’une forme de dénonciation d’un système aussi vieux que le colonialisme, aujourd’hui presque oublié ou poussé à être oublié. Frantz Fanon, dans son livre « Peau noire, masques blancs », un ouvrage de 239 pages édité en 1952 aux éditions Seuil, s’amuse à décortiquer les relents historiques et temporels de cette phase génocidaire sous les plumes d’une civilisation soi-disant civilisatrice. Cette œuvre de ce psychiatre et indépendantiste martiniquais a inspiré de nombreux auteurs : chercheurs, universitaires, philosophes… par la suite. Sans doute, à cause d’une vision plus intériorisée, sans aucune fausse accusation ni des pensées tardives sur « ce qui a été fait » pour l’histoire.

« Peau noire, masques blancs » a été écrit dans une phase précoloniale où l’indépendance des pays colonisés par la France sonnait déjà à la porte. L’Algérie, pays tellement cher à l’écrivain, se dirigeait vers un conflit majeur sur son territoire confisqué par les Français. La « Guerre d’Algérie » allait faire plus de 250.000 victimes algériennes. Comme si c’était encore hier, puisqu’entre 1954 et 1962 naissaient bon nombre de politiciens ou des femmes de politiciens français encore en activité actuellement. La révolution grondait et Frantz Fanon anticipait déjà l’après colonisation. Les cicatrices, également les « vestiges » civilisationnels laissés par la longue relation entre Algériens et Français. La citation d’Aimé Césaire placée en introduction en dit assez. « Je parle de millions d’hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d’infériorité, le tremblement, l’agenouillement, le désespoir, le larbinisme ».

Frantz Fanon pose la question ultime, celle qui va servir de boussole à son cheminement dans « Peau noire, masques blancs » : Que veut l’homme noir ? Il ne tente pas d’y répondre, il appelle plutôt la conscience du colonisé à prendre du recul. A regarder autour de lui, à ne pas ressasser le temps d’antan. Mais surtout à réaliser ce qui lui a été laissé. Il a ainsi réparti son livre en sept chapitres : le noir et le langage, la femme de couleur et le blanc, l’homme de couleur et la blanche, du prétendu complexe de dépendance du colonisé, l’expérience vécue du noir, le nègre et la psychopathologie, le nègre et la reconnaissance… Il faut dire qu’au fil de la lecture, trois ou quatre chapitres passent encore sans encombre au prisme des valeurs contemporaines. Les autres servent à comprendre, les bases du colonisé moderne. Puisque Frantz Fanon réussi à démontrer avec une plume assez plaisant, que la décolonisation a été avant tout matérielle (documents signés, drapeau, etc), mais personne n’a jamais affirmé qu’au fond de sa conscience le colonisé est vraiment libre.

A l’heure où le nationalisme s’aiguise activement en Occident, où des incidents racistes sont peu signalés à travers les médias occidentaux. A se demander si dans un pays comme Madagascar, un parti extrémiste, qui demanderait le départ de tous les étrangers au nom du « droit de sang » ou tout au moins les contraindraient à s’adapter aux mœurs et aux valeurs de la culture d’accueil, pourrait être légalisé ? Frantz Fanon a vu juste, « soyons gentils avec les nègres », écrit-il…

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Pénurie d’eau : Tanà hausse le ton, le calvaire est une habitude ailleurs

L’approvisionnement, une problématique purement malgache.(photo : José Belalahy)

La grogne de la population tananarivienne s’intensifie après quelques semaines de coupure de l’approvisionnement en eau dans plusieurs quartiers.

La colère des habitants d’Antsahameva-Ankatso a marqué la fin de la semaine dernière. Une manifestation sur la route était organisée par quelques personnes pour marquer leur ras-le-bol de la coupure d’approvisionnement d’eau depuis quelques semaines. Une situation qui s’est également fait ressentir dans plusieurs quartiers de la Capitale. Si pour certains, la situation était nouvelle, pour d’autres, c’était quasi habituelle. Le cas d’Itaosy en est une parfaite manifestation. Beaucoup de fokontany d’Itaosy n’ont l’eau que tard dans la nuit (encore faut-il que l’eau daigne venir). Jointe au téléphone, une responsable auprès de la Compagnie nationale d’eau et d’électricité note : “nous avançons actuellement vers la période d’étiage. Le tarissement des sources d’eau servant à approvisionner l’eau dans la capitale a fait que nous ne disposons plus d’assez d’eau pour satisfaire les besoins”. La responsable de renchérir : “la situation est d’autant plus complexe avec la hausse de la demande allant de paire avec la hausse du nombre des abonnés de la Jirama”. Ainsi, la Jirama a actuellement des difficultés pour assurer l’approvisionnement en eau de cinq zones. A savoir : la zone Est (Ambohimangakely, Ambohimanambola, Mahazo… , la zone Sud : Iavoloha, Andoharanofotsy, la zone Nord : Itaosy, Ampitatafika et Fenoarivo, la zone centre : Faravohitra, Ambondrona…

Mesures. Face à la situation, du moins pour Antananarivo, la Jirama avance quelques solutions à court, moyen et long termes. Pour les cinq zones, la Compagnie nationale d’eau et d’électricité compte désamorcer les choses par “la mise en place de citernes d’eau – immobiles – de cinq à dix mètres cube de volume”. Pour ce qu’il en est des distributions, la responsable auprès de la Jirama de faire savoir “on va procéder comme avec les bornes fontaines. La Jirama va négocier avec la commune et les fokontany afin de choisir des responsables pour gérer les fontaines”. L’eau ne sera donc pas distribuée gratuitement comme avant mais vendue à la population. La solution à moyen termes quant à elle consiste à l’opérationnalisation – d’ici quelques prochaines semaines selon la Jirama – de la station de pompage d’Amoronakona. Prévue pour desservir la zone Est et pour une capacité de distribution de 100m3/h, la mise en marche de la station en question devrait alléger les problèmes d’approvisionnement en eau de la capitale. Enfin, la solution à long terme avancée par la Jirama est la recherche d’autres sources d’approvisionnement en eau. Un projet de construction d’une nouvelle station serait également prévu. Devant débuter en 2020, le projet en question sera mis en œuvre en collaboration avec la BEI ou Banque Européenne d’Investissement.

Ailleurs. L’eau est ainsi devenue une denrée rare pour des milliers d’habitants de la capitale malgache, alors que la situation est quasi quotidienne dans plusieurs régions. Pour le cas de Diégo par exemple, des quartiers de la capitale Antakarana n’ont pas eu d’eau depuis quelques mois de cela. Si pour certains, la situation qui prévaut actuellement à Antananarivo est dramatique, l’on se demande comment pourrait-on qualifier ce qui se passe dans le Sud. Dans les communes éloignées du pipeline récemment inauguré par le Président de la République, femmes et enfants doivent parcourir des dizaines, vingtaines et trentaines de kilomètres pour avoir de l’eau pour la consommation. Et on est loin de la qualité de l’eau des grandes villes. La population desdites zones doit se contenter de puiser de l’eau stagnante et boueuse durant la saison des pluies. Sinon, elle peut compter sur l’eau des rares rivières non taries. La raréfaction de l’eau pourrait trouver sa cause dans la dégradation galopante de l’environnement, d’un côté. Mais surtout de la mauvaise gestion des ressources en eau, de l’autre. Si ailleurs, le manque d’eau est considéré comme normal, les quelques semaines de coupure d’approvisionnement dans la Capitale sont en train de devenir une affaire nationale.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Jeux des Iles : Une prime de 361 millions d’ariary pour les médaillés

Le président de la République, Andry Rajoelina avec quelques médaillés.

Athlètes et coaches médaillés des Jeux des Iles de l’Océan Indien à savoir l’haltérophilie, le tennis de table, la natation, le judo, l’athlétisme, le rugby, le basket-ball, le cyclisme, le handisport, le volley-ball, la boxe ont été primés hier, au Palais d’Etat Iavoloha.

C’est l’heure de la récompense. Chose promise, chose due. A l’Ile Maurice lors de la rencontre avec les athlètes, le président de la République, Andry Rajoelina leur a promis des primes en fonction de leur médaille. Et de retour au pays après leur belle moisson avec la seconde place, la délégation a été reçue à Iavoloha pour les récompenses.

Reconnaissances. Hier, les médaillés ont été reçus par le président de la République pour le réconfort. « Il y avait du travail, de la préparation et des éfforts pour parvenir à ces résultats. En cette journée internationale de la Jeunesse, je voulais vous rendre hommage d’avoir défendu dignement les honneurs de notre pays. Vous avez prouvé qu’avec la volonté, tout est possible. Après les efforts, il faut savoir récompenser » a déclaré, Andry Rajoelina. Contrairement à il y a quatre ans aux Jeux de la Réunion, le chef de l’Etat a décidé de quadriplé le montant des primes. La médaille d’or vaut deux millions d’ariary, un million d’ariary pour l’argent et 750.000 ariary pour le bronze. Une reconnaissance pour motiver ces jeunes athlètes à toujours exceller. Et les entraîneurs n’ont pas été oubliés en recevant également une prime en fonction des médailles de leur protégés.

Ils étaient 16 athlètes à réaliser au moins un doublé ou triplé à l’Ile Maurice. 13 d’entre-eux ont été fait chevalier de l’ordre national, hier, si les trois autres restants recevront leur part ultérieurement. Ce sont les haltérophiles qui ont remporté le plus de primes avec 24 médailles d’or, 19 argent et 4 bronze soit un total de 70 millions d’ariary. Eric Andriantsitohaina, triple médaillé d’or en haltérophilie, porte-drapeau et porte- parole des athlètes d’hier n’a pas manqué de remercier l’Etat pour ce geste qui les incite à travailler encore plus. « Nous remercions le président Andry Rajoelina et le ministre, Tinoka Roberto d’être toujours à nos côtés. Nous vous promettons de donner le meilleur de nous-mêmes pour porter haut les couleurs nationales » a –t-il souligné. 78 autres médaillés d’or ont reçu le commandeur de l’ordre du mérite sportif, l’officier de l’ordre du mérite sportif pour les 61 médaillés d’argent et le chevalier de l’ordre de mérite sportif pour les médaillés de bronze.

Sport-études. Ces derniers temps, le sport malgache était au devant de la scène. Et ce n’est pas le fruit du hasard. « Des améliorations devront encore être réalisées surtout par rapport aux problèmes lors des regroupements. Ces résultats sont le fruit d’un travail d’équipe et pour les Jeux Africains qui seront lancés dans une semaine, les athlètes s’entraînent dans de bonnes conditions. Je me suis déplacé personnellement pour voir dans quelles conditions les athlètes sont hébergés et qu’en est-il de leur préparation ? » a fait savoir, le numéro Un du sport malgache, Tinoka Roberto, dans son discours. Et toujours dans le cadre de la politique du ministère, l’organisation des jeux nationaux est en gestation qui verra la confrontation des athlètes de chaque région du pays. Le projet sera présenté au conseil des ministres. Comme plusieurs présidents de fédérations sportives étaient présents à Iavoloha, ils ont saisi l’occasion pour faire un « plaidoyer » au chef de l’Etat. « Pour un développement harmonieux du sport dans le pays, nous demandons la mise en place réelle du sport-études pour permettre aux athlètes de poursuivre leur études et de s’entraîner en mêmetemps, l’application du statut des athlètes de haut-niveau sans oublier l’octroi de médecins pour chaque discipline » a insisté, Siteny Randrianasoloniaiko, président du comité olympique malgache.

Budget en hausse. Le ministère de la Jeunesse et des Sports fait partie toujours du département avec un « petit budget » malgré ses nombreuses missions. Souvent, le ministère est confronté à des problèmes financiers lors de l’envoi des athlètes à l’étranger. Mais, hier, à Iavoloha, c’est le président de la République en personne qui a déclaré officiellement que le budget du ministère sera revu à la hausse. « Je suis au courant des difficultés rencontrées par nos athlètes que ce soit au niveau des moyens que des équipements, j’ai pris la décision d’augmenter le budget du ministère de la Jeunesse et des Sports afin que nos sportifs ne souffrent plus et puissent attaquer les compétitions dans la tranquillité. Nous allons construire des infrastructures modernes dans les 6 chefs-lieux de province et des dojo dans les 22 régions. Et par rapport à la vision numéro 13, les travaux de construction de l’Académie Nationale des sports de haut-niveau vont démarrer bientôt. Les futurs pensionnaires recevront une bourse et peuvent suivre en même-temps leurs études » a conclu le locataire d’Iavoloha. Dans une semaine, les yeux des Malgaches seront rivés à Rabat pour les Jeux Africains où le soutien de tout un peuple est attendu comme lors de la CAN et des Jeux des Iles…Alefa Madagasikara.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Fête d’Eid ul Adha : Distribution de sacs de viande à Andavamamba

12 août 2019, jour choisi par l’association musulmane Ahmadiyya de Madagascar pour distribuer de la viande aux plus démunis à Andavamamba. Cette action sociale entre dans le cadre de la célébration de la fête d’Eid ul Adha.

Une dame, invitation à la main s’est précipitée à nos côtés vers midi trente pour venir faire la queue parmi les 800 personnes qui attendaient déjà devant le lycée privé Ahmadiyya à Andavamamba. De la viande est à la clé pour les habitants de ce fokontany, donc hors de question de rater l’événement. Arrivée sur place, la cérémonie a tardé à commencer en raison des divers préparatifs qui n’ont pas encore été réglés par les organisateurs. Toutefois, les enfants et leurs parents ainsi que les enseignants au sein de l’établissement avaient déjà pris place sur la pelouse. C’est vers 13 heures 30 que le missionnaire de l’association musulmane Ahmadiyya de Madagascar, AHMED Mudassir et son équipe ont pris le micro pour annoncer l’ouverture de la cérémonie, notamment avec une cantillation coranique.

De la viande pour tous. Toutes les personnes présentes sur les lieux ont eu droit à de la viande de zébu. Et pas une infime quantité puisque l’organisation a dû placer la viande dans un grand sachet, ce qu’on trouve à 300 Ariary sur le marché. Environ 800 personnes ont quitté les lieux en affichant un air à la fois excité et satisfait. Pour les musulmans, « ce sacrifice d’animal et ce partage sont un moyen pour les croyants de suivre les bonnes actions d’Hadhrat Ibrahim et son fils Hadhrat Ismael » d’après les explications d’AHMED Mudassir. En effet, le père a reçu d’Allah l’ordre d’offrir son fils comme sacrifice et ces derniers, étant très croyants,ils n’ont pas hésité à exécuter les souhaits d’Allah. Or, au dernier moment, Allah ayant vu la preuve de leur foi, leur ont demandé d’offrir à la place du fils, un mouton en sacrifice. Et depuis, le sacrifice animal et le partage de la viande figurent parmi la célébration de la fête d’Eid ul Adha par les musulmans.

Quelques perturbations. Juste quelques minutes après le début de la distribution des sacs de viande, la pluie est venue jouer les trouble-fêtes à Andavamamba. Ce qui n’a pas empêché les personnes de rester dans la queue pour recevoir les viandes de zébu. Puis il faut noter également quelques débordements des bénéficiaires, surtout des enfants qui sortaient de la queue ou qui se bousculaient. Et pendant tout ce temps, des groupes de personnes attendaient t derrière le portail, par curiosité ou dans l’espoir d’obtenir eux aussi leurs parts. En tout cas, d’après le témoignage d’une femme présente lors de cette cérémonie de remise de dons, l’association effectue cette action sociale tous les ans.

L’image de l’Islam. Lors de cette cérémonie, le missionnaire de l’association musulmane Ahmadiyya en a profité pour parler de l’image actuel de l’Islam aux journalistes. « De nombreuses personnes pensent que l’islamisme est la religion du terrorisme en raison des mauvais actes perpétrés par les groupes extrémistes dans le monde et qui nuisent à l’image de notre belle religion ! » nous a-t-il dit. « Au contraire, l’Islam prône la paix et c’est ce que nous apprenons dans notre religion » a conclu AHMED Mudassir.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Rock : Mage 4 poursuit sa lancée sur Antsahamanitra

Mage 4 monte en puissance sur la scène rock nationale.

Rendez-vous des inconditionnels de Mage 4 pour ce 25 août au théâtre de verdure d’Antsahamanitra à partir de 15 h. Décidément, la bande à Ken est sur les chapeaux de roue ces derniers temps. Après un Palais des Sports au mois de mars, la voilà qui s’annonce sur une des scènes les plus réputées de la Capitale. D’ailleurs, cette année, cette dernière a été peu visitée par les artistes. Oublié le temps où durant la saison hivernale, les concerts se bousculaient dans l’agenda d’Antsahamanitra. A part quelques concerts évangéliques pour des œuvres sociales cette année, Mage 4 va donc ouvrir les hostilités. Le rock se lance et avec la manière.

Pour l’instant, le band surfe encore sur une domination de la scène rock depuis 2018. Le concert au  Palais des Sports a été la consécration, prouvant que Mage 4 se trouve dans la cour des grands. Antananarivo est maintenant son fief. D’autant que les tubes se sont alignés. « Ampy izay », « Aza hitserana », … ont émoustillé les inconditionnels du slow rock malgaches. Mage 4 possède aussi une capacité à soulever les riffs, pour ne pas énumérer ses titres comme « Come back again »… Ce concert du 25 août sera sans doute l’un des derniers dans des lieux majeurs de la capitale. A moins qu’un retour au Palais de Sports ne soit envisageable.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Christine Razanamahasoa : Pour l’évaluation des membres du gouvernement

La présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, a émis son souhait portant sur l’évaluation des membres du gouvernement.

La présidente de l’Assemblée nationale a déclaré qu’il faudrait redorer le blason de l’Assemblée nationale. Elle a parlé également de la culture parlementaire et du débat démocratique parlementaire.

Comme c’est déjà annoncé, la session extraordinaire a débuté, hier, et ce, pour une durée de 12 jours. A l’ordre du jour, le règlement intérieur, la Politique Générale de l’Etat (PGE) et la loi sur le statut de l’opposition. Cette séance a vu la présence du Premier ministre Christian Ntsay et des membres du gouvernement. Lors de son allocution, la présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, a émis son souhait concernant la Politique Générale de l’Etat. Elle estime que l’on devrait rentrer dans les détails pour les différents projets à réaliser par le gouvernement afin que l’on puisse évaluer les indicateurs objectivement vérifiables.

Certaines dispositions. Concernant le statut de l’opposition, il y avait eu une proposition de loi n°01-2019/PL modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2011-013 du 9 septembre 2011 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition présentée par le député Razafintsiandraofa Jean Brunelle, vice-président de l’Assemblée  nationale. Les dispositions des articles 2, 5, 6, 7, 8, 9, 15,16, 17, 19, 20 et 24 sont ainsi modifiées et complétées. Soit 12 sur les 26 articles de la loi n°2011-013 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition (lire article par ailleurs).

Nouveau SG. Par ailleurs, la présidente de l’Assemblée nationale a annoncé également le nom du nouveau Secrétaire Général de cette institution, en la personne de Calvin Randriamahafanjary. Ce dernier retrouve ainsi son poste car il a été déjà auparavant SG de la Chambre basse. Notons que pour aujourd’hui, le bureau permanent va se réunir à 10h, et à 15h, séance plénière pour l’adoption de l’ordre du jour.

Dominique R.