Les actualités à Madagascar du Mercredi 13 Mai 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara15 partages

Madagascar : 13 mai 1972 : Les jeunes malagasy dans la marche du monde

Dans la foulée des mouvements profonds de la société dans le monde  comme le mouvement hippy, mai 68 en France … Les jeunes de Madagasikara encore pétris de la culture française (devenue plus frondeuse) de cette époque néocoloniale ne voulaient pas être en reste de la marche de l’histoire. Ils avaient vingt ans et ont revendiqué aussi leur révolution. Sur le plan sociétal, ils ont voulu déstabilisé la structure familiale sclérosée  dans le carcan traditionnel d’avant et pendant la période coloniale, où l’autorité parentale et  la morale « ancestro- religieuse »  ont généré des jeunes embrigadés et cloisonnés dans des préjugés qui leur étaient devenues de plus en plus  étouffantes. Sur le plan politique, l’omniprésence de l’ancienne « métropole » dans tous  les pans de l’administration leur est devenue de plus en plus insupportable, inutile et humiliante, pourtant, ils se sentaient aptes à participer à la relève. Sur le plan culturel, le « Nos ancêtres, les Gaulois !» n’avait plus place dans leur formation en général clamaient-ils et prônaient pour une éducation « plus malgache »…

Ils ont marché, ils ont osé franchir le mur de l’obéissance et défié l’obscurantisme du moment. Ont-ils gagné ? Peut-être oui, peut être non ! Mais comme dans toute révolution, les gagnants ne sont pas toujours ceux qui se sont battus.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara13 partages

Coronavirus : L’Union des Comores va soigner ses malades avec le Covid-Organics

« Ce lot de matériels précieux sera remis aux bénéficiaires dans les jours qui viennent. Il renforcera la capacité de prise en charge des personnes vulnérables, notamment le personnel soignant des hôpitaux comoriens mobilisés, les personnes vulnérables et celles touchées par le virus ». C’est ce qu’affirme le Gouvernement comorien dans un communiqué officiel publié hier après la cérémonie de réception officielle des dons de Covid-Organics à Moroni. En effet, suite à l’entretien entre le président Andry Rajoelina et son homologue comorien, Azali Assoumani, l’Union des Comores a choisi de faire confiance au remède traditionnel amélioré Tambavy CVO de l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (IMRA) pour soigner ses malades de coronavirus. Une cérémonie officielle a été organisée à l’aéroport de la BANI Ivato pour la remise officielle de ces dons. L’Union des Comores a reçu 1 050 traitements préventifs et 600 traitements curatifs de Covid-Organics, ainsi que des doses de chloroquine et des masques chirurgicaux pour le personnel soignant. Par ailleurs, le Gouvernement Malagasy a aussi envoyé 3 000 traitements préventifs pour les membres de la diaspora Malagasy aux Comores. Connaissant et reconnaissant la richesse et l’efficacité de la pharmacopée Malagasy, le Gouvernement comorien félicite le Gouvernement et le peuple Malagasy pour la découverte de ce remède, et se dit « très sensible à l’élan de solidarité de Madagascar envers son peuple ». Il convient de noter que l’envoi de ces dons de Covid-Organics au profit de l’Union des Comores a été pris en charge par le Groupe TELMA qui est présent dans ce pays depuis 2016.

Davis R

Midi Madagasikara7 partages

Extorsion de fonds : Un policier et un gendarme placés sous mandat de dépôt

Deux éléments des forces de l’ordre (un policier et un gendarme) et un civile se trouvent actuellement en prison après avoir déféré au parquet du tribunal de première instance de Fianarantsoa cette semaine. Ils sont poursuivis pour extorsion de fonds et de séquestration de leurs victimes, une femme et un commerçant de la localité. Impliqué dans une affaire de faux billets de banque, la première aurait été profitée par ces deux éléments des forces de l’ordre pour soutirer de l’argent. Dans cette manœuvre, ils ont réclamé 5 millions d’ariary à l’intéressée en menaçant cette dernière qu’elle risque d’un emprisonnement à vie. Pendant ce temps, ils auraient pris en otage leur victime. Heureusement que leur manigance a échoué suite à l’intervention d’un membre de la famille de la victime. Affilié à la société civile Justice et Paix qui lutte contre l’injustice social et la corruption, celui-là a réagi à temps dès qu’il était tenu au courant des faits. Persistant dans leur méfait, Ces malfrats ont de nouveau tenté de prendre comme cible un commerçant tenant boutique dans le quartier d’Ankofafa. De connivence avec un civile, ils étaient sur le point d’enlever le commerçant chez lui quand des habitants de ce quartier se rendaient sur le lieu après avoir été alertés de cette mauvaise intention. Pris de panique, ils ont pris la fuite. La course poursuite a été lancée. Appréhendé par le fokonolona, le policier a failli subir la vindicte populaire avant d’être livré au commissariat central de la Sécurité publique d’Ampasambazaha-Fianarantsoa. Depuis, l’affaire a été reprise par la gendarmerie nationale qui a mené l’enquête. Ce qui a permis d’arrêter ses deux complices.T.M.

Midi Madagasikara5 partages

Covid-Organics : Défendu par des sénateurs

Les sénateurs n’ont pas hésité à boire le Covid-organics. (Photo Princy)

Des sénateurs sont montés au créneau à leur tour pour démontrer l’importance du Covid-Organics. A cet effet, ils ont tenu un point de presse, hier, au Motel de Tanà. Les Kolo Roger, Honoré Rakotomanana, Pierrot Rajaonarivelo, Randrianandrasana Auguste, Day Rabenony et Berthin Andriamihaingo, pour ne citer qu’eux, étaient présents, lors de cette rencontre avec la presse. D’une même voix, ils ont défendu le Covid-organics. Ils ont tenu, d’ailleurs, à souligner qu’«en tant que sénateurs, il est de notre devoir, surtout dans une situation exceptionnelle d’aider le Président de la République ». Et, ils invitent tout un chacun à faire pareil. Ils n’ont pas manqué également de féliciter les chercheurs de l’Institut Malgache de Recherches Appliquées (IMRA) pour le fruit de leurs recherches, en l’occurrence, le Covid-organics.

Polémiques. Ces élus ont ainsi exhorté les populations à l’utiliser pour faire face à cet ennemi invisible. Toujours est-il que la plupart des Malgaches ont l’habitude de prendre du « Tambavy ». Face aux polémiques sur ce remède à base de plantes médicinales malgaches, les sénateurs de souligner que « le problème c’est que cela vient d’un pays pauvre. Si ce n’est pas le cas, cela s’est passé autrement ». Malgré ces critiques, nous ne devrions pas baisser les bras, ont-ils indiqué. En outre, ces membres de la Chambre haute estiment qu’il ne faudrait pas politiser la situation.  Dans tous les cas, cette pharmacopée traditionnelle pour prévenir le coronavirus commence à gagner du terrain, notamment sur le continent africain. Le sénateur Kolo Roger est même allé plus loin en annonçant que « ce remède est en train de venir un médicament accepté sur le plan mondial ».    

Dominique R. 

Midi Madagasikara4 partages

Dernière heure : Kidnapping

Anil Karim a été libéré hier vers 20 heures et retrouvé du côté de By Pass. Détenu par ses ravisseurs depuis le 27 avril dernier, l’opérateur dans le domaine pharmaceutique a été retrouvé sain et sauf hier. Et aucune information n’est disponible sur la question de la rançon.

Midi Madagasikara2 partages

Musique urbaine : K-Sad, vingt ans de carrière, un album

D’Ambohipo à Ambohitrimanjaka, la voix de ce “Terroritsoka” résonne dans tous les quartiers.

Il est connu pour ses textes engagés socialement et politiquement qui prônent la connaissance de soi et l’éducation. Sa voix rauque résonne  dans tous les quartiers  défavorisés de la capitale. Il est aussi  ce grand frère qui a tendu la main à plusieurs  « zandrikely » voulant  exposer leur rage derrière le microphone.  Lui c’est “K-Sad Revolisionera”, le rappeur engagé et antisystème.

Il y a quelque  temps, cet artiste a fait connaître sur les réseaux sociaux qu’il réalisera un grand projet. Un projet qu’il a déjà évoqué cela depuis 2009 et qui a failli être abandonné suite à des difficultés. Après vingt ans,  K-Sad dépoussière son atelier et décide de se relancer. « Il est temps » a-t-il confirmé.  Le jeune homme  est  désormais  prêt  à sortir sa première jaquette.  « Hip-noise », tel est le titre. « Cet opus  parle  d’un mouvement culturel qui servira à réveiller une société hypnotisée par les politiciens. Cela  part tout d’abord de cet album mais pourra s’étendre sur d’autres disciplines hip-hop » a-t-il expliqué.

Dans “Hip-Noise”,  les adeptes du rap malgache  auront droit à près d’une vingtaine de titres dont des clips pour une bonne partie. « Ils auront des chansons de motivation, des textes engagés, des messages poignants,  des artistes qui se présenteront comme des lanceurs d’alerte ou des mpisintona lakolosy ».  Hip-Noise sera aussi une  occasion pour l’auteur  d’inviter des artistes qui sont peu connus du public comme Jesnatyk, Placid, ou encore des membres du “label Architeck”.  « Mes choix portaient surtout sur les talents de ces rappeurs et leurs réputations mais également sur ma relation avec eux. Certains d’entre eux avaient eu un certain différend avec moi. Je les ai invités en considération de ce qu’ils apportent au mouvement  comme Xtah, Takodah sy Ngah B ».  Le rap est avant tout les mélodies et l’instrumental. Ainsi, à part les paroliers, le leader du “Label Architeck” a  invité  des “beatmakers” qui ont son estime et qu’il juge capables de produire des mélodies correspondant à son style, qu’est le “Boom-bap”.

Il a commencé sa carrière musicale  en  2001. Il est passé par plusieurs groupes qu’il a fondés lui-même.  Poète incontesté,  K-Sad est également  “beatmaker” et producteur.  Littéraire dévoué, il effectue  des recherches auprès du département de Langue et Lettres malgaches sur le rap et la littérature.

Père de deux enfants, K-Sad ne compte pas abdiquer et a une veste irréversible.  L’auteur de « Tsy raharahan’ ny any amiko » n’a jamais baissé son poing !

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara1 partages

MMRS – opérateurs miniers : La levée du gel de l’octroi des permis miniers évoquée

Lors de la réunion de concertation entre le ministre chargé des Mines, Fidiniavo Ravokatra et les opérateurs miniers

Une volonté politique s’impose pour que les opérateurs miniers puissent reprendre leurs activités tout en contribuant à la relance économique pendant et après la crise sanitaire.  

Les opérateurs issus de la Grande Mine ainsi que les opérateurs nationaux travaillant dans le secteur de la petite mine ont rencontré respectivement le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques, Fidiniavo Ravokatra, lundi et mardi dernier à son siège à Ampandrianomby. L’objectif de cette réunion de concertation entre ces parties prenantes du secteur minier consiste à identifier ensemble les contributions de tout un chacun  pour assurer la relance des activités de ce secteur qualifié de stratégique, pendant et après cette crise sanitaire qui sévit dans le pays. Parmi les points saillants soulevés, les deux groupes d’opérateurs miniers ont tout simplement besoin d’avoir les différentes autorisations pour qu’ils puissent travailler. L’Etat doit également laisser les compagnies minières à reprendre leurs activités comme c’est le cas de la “Base Toliara” qui, reconnaît-on , a contribué au soutien des communautés impactées par le projet à travers ses investissements sociaux, sans oublier son appui à la région Atsimo Andrefana dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

Stratégie de relance. Toujours dans le cadre de cette réunion de concertation, les deux groupes d’opérateurs miniers ont évoqué la nécessité de la levée du gel de l’octroi de permis miniers. Toutes les parties prenantes reconnaissent ainsi qu’une grande volonté politique de l’Etat s’impose pour relancer le secteur minier tout en sortant de cette impasse socio-économique suite à la pandémie de Covid-19 dans le pays. En fait, aucun pays et aucun secteur n’ont pas été épargnés par cette crise sanitaire. L’avancée de chaque pays dans cette lutte contre la Covid-19 se mesure à sa capacité de mobiliser ses propres ressources internes, comme la décoction Covid organics (Cvo) trouvée récemment grâce à l’intelligence et l’ingéniosité des scientifiques malgaches. Mais elle se mesure également à sa manière d’établir une stratégie efficace de relance de l’économie. Mais parlant du secteur minier, en particulier, il a sa spécificité par rapport aux autres secteurs. Il a, entre autres, les moyens financiers adéquats pour gérer la reprise de ses activités pendant et surtout après la crise sanitaire.

Volonté politique. Toutefois, le secteur a besoin d’un coup de pouce pour son envol. Un soutien qui dépend surtout d’une décision et d’une volonté politique des dirigeants en vue de permettre aux acteurs de mener à bien leur mission tout en contribuant activement à l’épanouissement du secteur, et partant, à l’émergence du pays. Par ailleurs, il n’est plus à démontrer que le secteur minier est l’un des piliers incontournables de l’économie nationale grâce aux retombées économiques positives pour les communautés impactées directement par les projets miniers et pour la caisse de l’Etat en général. En bref, toutes les parties prenantes reconnaissent que le pays pourrait espérer la relance de l’économie nationale à travers la reprise des activités du secteur minier.

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Madagascar reçoit un don de la part de la da Fondation Coca-Cola et de la Star

Madagascar, comme tout autres pays du monde, traverse actuellement une crise au niveau sanitaire. Cela fait moins de deux moi déjà que l'épidémie du Coronavirus est arrivée à Madagascar et le pays compte actuellement 192 cas confirmé, dont 107 guéris.
Mais le Coronavirus, étant bien un problème important qu'il soit, n'est pas le seul engagement avec lequel le milieu sanitaire a à faire. De ce fait, le ministère de la santé publique a signé un partenariat, avec la Star et la Fondation Coca-Cola. Ces derniers ont apporté leur contribution en offrant des matériaux, pour le secteur de la santé mère et enfant, d'une valeur de 300 000 USD.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le kidnappeur Lama succombe à ses blessures

Lama ou Baina, de son vrai nom Ramandiamanana Norbert, homme de 52 ans à la tête de plusieurs séries d’enlèvement à Tamatave et Antananarivo a été finalement capturé. Après un échange de tires entre sa bande et les force de l’ordre en début de cette journée du 13 mai aux alentours d’Analamahitsy , il a été touché, il a pu partager des informations aux fores de l’ordre avant d’avaler sa carte d’identité. Cela fait plus d’une vingtaine d’années que les forces de l’ordre sont à la trousse de Lama.
Une récompense de deux cent millions d’Ariary a été prévue pour celui qui pourrait fournir des informations, sur lui, afin d’accélérer son arrestation après l’enlèvement de sa dernière victime, Anil Karim. Ce dernier a été récemment libéré sain et sauf, mais les recherches ont toute de même été poursuivies.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Deux cent douze cas confirmés actuellement

Madagascar a aujourd’hui atteint la barre des deux cent cas confirmés de Coronavirus. Beaucoup d’efforts ont déjà été déployés et continuent à être déployés, ainsi que beaucoup de mesures ont été déjà prises et ont été dernièrement renforcées. Néanmoins, les nombres quotidiens de cas positif semblent dernièrement être assez élevés par rapport à ce des semaines passées.
Vingt cas ont été enregistrés ce 13 mai 2020, dont 15 à Toamasina, 2 à Antananarivo et 3 à Moramanga. Toamasina est actuellement la ville la plus touchée, sachant qu’elle compte 70 cas actifs sur 105. Les cent sept autres sont, par contre, déjà guéris. Aucun décès n’est encore survenu.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le service d’Oncologie de la HJRA est fermé jusqu’à nouvel ordre

Le service d’oncologie de l’Hôpital HJRA Ampefiloha Antananarivo suspend ses activités pour un délai non déterminé. Une note a été affichée ce 11 mai dernier pour confirmer cette suspension. La raison est qu’une patiente de Toamasina y a été récemment hospitalisée. Cette patiente est décédée deux jours après son hospitalisation.
Un prélèvement pour effectuer une analyse a déjà été fait et pour précaution. Aucun nouveau patient ne pourra être pris en charge et les patients qui y sont déjà hospitalisés ne pourront, pour le moment, pas sortir. Les médecins et les autres personnels sont également mis en quarantaine.
Tia Tanindranaza0 partages

Tapitra ny fizarana vatsy tsinjoMponina 295 000 no nisitraka izany

Tapitra tanteraka ny fizarana vatsy tsinjo, araka ny fanambarana nataon’ny Ministeran’ny mponina. 295 000 ireo mponina nisitraka izany, ka 225 000

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendahana sy fifohana rongonyMpianatra tsy ampy taona ny roa tamin'ireo jiolahy

Olona miisa 08 no voasambotry ny polisim-pirenena avy ao amin’ny CSP1 Analakely nandritra ny hetsika manokana natao hiadiana amin’ny tsy fandriam-pahalemana eny amin’ny faritra Analakely sy ny manodidina iny ny fiandohan’ny volana mey teo.

 

 Fanendahana sy fividianana entana halatra ary fivarotana rongony no antony nisamborana azy ireo izay misy vehivavy. Manoloana ny fitarainana mifanesy azo avy amin’ireo olona mandeha maraina sy ireo mponina eny amin’ny faritra Antaninarenina sy ny manodidina izay voaendaka sy tratry ny sinto-mahery ataona andian’olona dia nanao ny fanadihadiana manokana ny polisy. Nahitam-bokany izany ny sabotsy faha 09 may teo. Tokony ho tamin’ny 05 ora maraina mantsy no nifanehatra tamin’ny polisy ireo olon-dratsy raha mbola teo am-panendahana olona mpihazakazaka vao maraina ireo tsy mataho-tody. Nosamborina avy hatrany izy ireo ka ny 01 no tratra raha tafaporitsaka kosa ny 02 hafa. Nandritra ny fisavàna azy ireo dia nahitana zava-maranitra tany aminy. Niaiky ity voasambotra ity fa ireo mpanao fanatanjahantena vao maraina no tena hendahiny sy ambanany amin’ny basy na antsy rehefa manendaka izy ireo. Izy ihany koa no nanondro ny toerana misy ny namany iray teo Ambodirano Ampefiloha. Voasambotra ihany koa ity farany ny alatsinainy 11 mey teo. Nandritra ny fanadihadiana azy dia nanondro ny mpividy ny entana halatra ihany koa ity lehilahy ity ka dia olona iray no voasambotra teo « La reunion kely ». Niaiky ihany koa ireo voasambotra ireo fa mifoka rongony izy ireo alohan’ny hanaovany ny asa ratsiny ka eny Anosibe no mpamatsy azy ireo. Nidina tao amin’ilay toerana avy hatrany ny polisy ka olona 5 no voasambotra tao niaraka tamina rongony tamina fonosana maromaro. Ny 2 tamin’ireo voasambotra dia mpianatra mbola tsy ampy taona tonga hividy rongony. Mbola karohina kosa ilay mpanendaka mitondra basy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadinam-panjakanaHisy vaomiera manokana handinika ny daty

Hisy ny "commission spéciale" handinika ny daty mety tokony hanatanterahana ny fanadinam-panjakana CEPE sy BEPC araka ny fanazavan'ny Ministry ny fanambeazam-pirenena, Rijasoa Andriamanana.

Arakaraka ny fivoaran'ny fihanakin'ny resaka ara-pahasalamana eto amintsika no mety hiovan'ny daty efa voatondro hanaovana ireo fanadinana ireo. Hatreto dia mbola voafaritra ho amin`ny 07 Jolay ny fanadinana CEPE ary ny 20 - 23 Jolay ny BEPC. Ny zoma 15 mey izao kosa no mifarana ny fisoratana anarana. Ho an` ireo ray aman-dreny dia ny ain` ny zanany no laharampahamena azy ireo ka maro no mitaky taona fotsy amin` ity taom-pampianarana ity taorian` ny filazana fa misy ankizy mpianatra miisa 9 manodidina ny 9 hatramin`ny 12 taona voan'ny Covid 19. Etsy ankilany indray dia manahy indray ny lentan` ny dpilaoma ny mpanabe sasany satria hisy ny atao “obligation de résultat zero redoublement”.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Aretina Dengue- MahajangaTafiakatra 1 212 ireo tranga voamarina

Mandripaka tanteraka ny aretina Dengue amin` izao fotoana izao. Miha-mavesatra ny tarehimarika teo anelanelan` ny 04 may hatramin` ny 10 may lasa teo satria tafiakatra 1 212 trangan'aretina Dengue voamarina.

 

 

 An-jatony no mararin` ny aretina isan-andro. Tamin`ny zoma lasa teo dia nahatratra 101 ny tarehimarika ho an` ny tontolo andro ary miakatra hatrany. Raha atambatra dia mahatratrata 2000 mahery no voan` ny aretina dengue. Nisy fanadiovana faobe ny talata lasa teo tao Mahajanga mba hahafahana misoroka ny aretina. Raha ny nambaran` ny tomponandraikitra ara-pahasalamana any an-toerana dia tsy ampy ny fanafody iadiana amin` izany aretina izay ary miandry paikady apetrakin` ny fitondram-panjakana kosa ny rehetra.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitatitra ao Fianarantsoa Manome 72 ora ny fanjakana hikaroham-bahaolana

Efa ho roa volana izao no tsy afaka niasa intsony ireo mpitatitra amin’ny zotra rezionaly sy nasionaly ao Fianarantsoa.

Saika mamelom-bady aman-janaka avokoa anefa izy ireo saingy na ny anjara fanampiana tokony ho any am-pelatananany aza dia mbola misy tsy tonga ihany koa. Mitaky ny hitadiavan’ny Fitondram-panjakana vahaolana ao anatin’ny 72 ora araka izany izy ireo. Teboka efatra lehibe no hangatahan’izy ireo amin’izany toy ny fahazoan-dalana hiasa araka ny fandaminana sy ny fepetra ara-pahasalamana rehetra. Eo ihany koa ny fitadiavana vahaolana fohy ezaka toy fanampiana ny mpitatitra amin’ny lafiny ara-bola. Fahatelo ny fitadiavana vahaolana maharitra ary lavitr’ezaka noho ny fihibohana. Fahaefatra sady farany izay tsy kely akory dia ny fandaminana ny rafitra misy rehetra toy ny koperativa, ny tobim-piantsonana ary ny mpandraharaha). Vonona moa izy ireo ny hifampiresaka mivantana amin’ny mpitondra sy ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny hahafahana mamaha izao olana goavana izao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

FJKM Merimanjaka FideranaMikorontana nidiran’ny « viriosy » ny fiainam-piangonana

Mikorontana ary anaty savorovoro tanteraka ny fiainam-piangonana ao amin’ny FJKM Merimanjaka Fiderana, Synaodam-paritany Antananarivo Atsimo amin’izao fotoana izao.

 

Fototry ny olana ny tsy fanarahan’ny Biraon’ny Synaodam-paritany Antananarivo Atsimo ny fandraisan’andraikitry ny Foibe FJKM, izay nametraka mivantana ny Mpitandrina Rafanomezantsoa Pascal, hitondra io fitandremana io, tamin’ny 15 sy 16 febroary 2019. Araka ny angom-baovao dia misy andian’olona vitsivitsy te hanao ampihimamba sy hanao izay tiany atao ao amin’ity Fjkm Merimanjaka Fiderana ity, ka mikiry hametraka Mpitandrina izay tian’izy ireo hitondra ny fiangonana, mitsipaka ny fanapahan-kevitry ny foibe FJKM. Hita ho nirona amin’ireo andian’olona vitsivitsy ireto ny Synaodam-paritany Antananarivo Atsimo, ka niniana nasiana savorovoro. Efa nahatsinjo an’izany ny foibe FJKM ka niditra an-tsehatra tamin’ny fametrahana ny Mpitandrina Rafanomezantsoa Pascal, izay nambaran’ny biraon’ny Synaodam-paritany fa tsy mifanaraka amin’ny foto-dalàna. Antony manokana noho ny finiavan’ny sasantsany ao amin’ity fiangonana ity hanakorontana sy hampanjaka ny heviny miaraka amin’ny biraon’ny Synaodam-paritany Antananarivo Atsimo no mahatonga ny foibe nandray ny andraikiny. Araka ny fifampitondrana ao amin’ny Fjkm, rehefa feno herintaona ny nitondran’ny Mpitandrina ny fiangonana dia miditra amin’ny fandraisan-tanana ho mpitandrina raikitra. Tsy manana olana na tamin’ny fitondram-piangonana na ny ara-panahy ny Mpitandrina. Niseho lany indray anefa tato anatin’ny andro Alahady vitsivitsy ny fisakanana sy fanoherana ny fandraisan-tanana ny Mpitandrina Rafanomezantsoa Pascal, tompomarika amin’izany iro andian’olona vitsivitsy sy ny Biraon’ny Synaodam-paritany Antananarivo Atsimo. Niditra tamin’ny karazana fitsapan-kevi-bahoaka mihitsy ny Mpihevi-draharaha ny fiangonana tamin’ny sabotsy 14 martsa 2020 teo. Teboka telo no nidian-kevitra sy nanontaniana tao : tsy nanaraka fitsipika sy foto-dalàna ve i pastera ? Nisy fitantanana tsy mangarahara ve sanatria, na nanodinkodim-bola ? Tsy nanao ny asany ve izy sa sanatria nisy fitondran-tena tsy mendrika na tsy maontina nataony ? Tsy voakasik’ireo ny Mpitandrina Rafanomezantsoa Pascal, ka tsy nisy antony mazava, sy araka ny fitsipika sy ny foto-dalàna, tsy hametrahana azy ho mpitandrina raikitra ao amin’ny Fjkm Merimanjaka Fiderana Synaodam-paritany Antananarivo Atsimo. Nandresy mazava ireo manaiky sy mankato fa ny Mpitandrina Rafanomezantsoa Pascal no hitondra sy hitandrina raikitra ao amin’ny Fjkm Merimanjaka Fiderana ary horaisin-tanana. Na neken’ny Mpihevi-draharaha ao amin’ny Fjkm Merimanjaka Fiderana aza anefa fa ny Mpitandrina Rafanomezantsoa Pascal no hitandrina ao, dia ny hanala azy ihany no nimasoan’ny Synaodam-paritany Antananarivo Atsimo sy notanterahany, miaraka amin’ireo andian’olona ireo. Etsy andaniny, fantatra izao fa mpitandry sivy mianadahy no mifanisika te hitandrina ity Fjkm Merimanjaka Fiderana ity. Manao amboletra hametraka Mpitandrina ao ny Synaodam-paritany Antananarivo Atsimo amin’ny alahady izao, nefa ny fandraisan-tanana ny Mpitandrina Rafanomezantsoa Pascal efa ao anatin’ny fandaharanasan’ny fiangonana ary tapaky ny Mpihevi-draharaha. Tafiditry ny kolikoly ve ny raharaham-piangonana ka lasibatra amin’izany ny Fjkm Merimanjaka Fiderana ? Hitohy ve ny fandraisan’andraikitry ny Foibe FJKM sa hialangalana ?

Jean D

Tia Tanindranaza0 partages

Fanolanana sy fibodoabana fananana teny IvatoHiakatra fitsarana anio ny raharaha

Hiakatra fitsarana anio eny amin’ny tribonaly etsy Anosy amin’ity anio ity ilay raharaha fibodoana fananan’olona nitohy tamin’ny fanolanan-jaza nitranga teny Mandrosoa Ivato ka nampitaraina ny renim-pianakaviana isan’ny lasibatra tao anatin’izany ny 8 martsa teo

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tafiakatra 192 ny voan’ny Covid-19 Mampivarahontsana ny any Toamasina

Olona miisa 213 no natao fitiliana ny 11 mey teo, ka 193 ny teto Antananarivo izay tsy nisy olona voa. Ny 20 kosa tany Toamasina, ka nahitana tranga vaovao 6 be izao, nampiakatra ny isa manontolo ho 192.

 

Ny 11 tamin’ireo 15 afakomaly anefa efa tany avokoa. 4 tamin’ireo 6 no efa fantatra ny mombamomba azy izay 13, 14, 18, ary 40 taona. Niampy 2 ny sitrana ka ny 107 ny fitambarany, 85 mbola tsaboina. Nanamafy hatrany ny tokony hitandremana ny Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle, indrindra fa ny tokony tsy hivoahana ny trano sy ny fanajana ireo fepetra rehetra ara-pahasalamana. Miisa 5670 moa ny fitiliana rehetra nanomboka ny 19 martsa. Mampatahotra ny isa any Toamasina. Nahatratra 24 ireo tranga vaovao tao Toamasina ny 7 mey nandalovan’ny Filoham-pirenena tany an-toerana hatramin’ny 11 mey hariva. Any no mandray marary betsaka indrindra eto Madagasikara, ary aorian’izay ny eny amin’ny Hopitaly Befelatanana eto Antananarivo. Nandritra io fotoana io no nampiaka-peo noho ny tsy fitandremana ny Filoha, indrindra fa ilay tsy tokony hivoahan’ny olona avy ao amin’ny orinasa Ambatovy, saingy mbola nisy nivoaka sy mafy loha, hoy izy. Mpiasan’Ambatovy iray tonga tany Brickaville no voamarina fa voa. Mbola avy tany Toamasina ihany, raha tsiahivina no nihavian’ilay tranga tany Ambohimena Antsirabe nisiana vehivavy bevohoka 4 volana, izay efa nalefa nanaraka fitsaboana aty Antananarivo. Olona 7 manodidina an’izy ireo no efa nanaovana fanaraha-maso ara-pahasalamana, ary mbola karohina kosa ny mpamily 2 nanatitra azy ireo tany Antsirabe izay ahiana ho nifindran’ny valanaretina, raha ny loharanom-baovao.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Jacques Ratsietison Atsaharo ny fihibohana raha tena mahomby ny CVO

Rehefa maraina eto Madagasikara dia miaina ohatran’ny andavanandro, mifanitsa-kitro, mifampitakosona, ka miparitaka io izany rehefa maraina ka tsy misy dikany ny fihibohana, hoy ny mpahay toekarena Jean Jacques Ratsietison.

 

Tsy manao fitiliana be dia be ny fanjakana no mahatonga an’io hoe tsy betsaka no voa, fa raha manao fitiliana tahaka ny any ivelany izy. Izany dia tsy tokony hatao an’arivony fa an’aliny. Aza ampitahorina ihany koa ny Malagasy fa rehefa voan’io tsy hoe maty. Ny any ivelany 3 isaky ny 1000 ny maty, ny eto ny tena mahafaty olona dia ny tazomoka any Atsimo, hoy izy. Miaina isan’andro aza tsy mahita ny hohaniny isan’andro, mainka fa tapak’andro. Ny Filoha mihitsy no milaza fa efa misy fanefitra io dia ny CVO, ary raha marary mbola misy fitsaboana ihany koa ka maninona no asiana ny fihibohana fa tsy ravana any? CVO aparitaka fa atao milamina tsara satria efa manome antoka izany izy fa manasitrana io, fa tsy ohatran’ny tamin’ny voalohany hoe rehefa avy misotro vao mitantara ny nahazo. Ny fanafody rehefa mivoaka dia tokony ho fantatra mialoha ny fiantraikany fa tsy ny Malagasy no atao “cobaye”, hoy i Jean Jacques Ratsietison. Raha tena manana antoka izy fa sady fanefitra io no manasitrana, dia tsy tokony nisy intsony fihibohana fa tapitra niaraka tamin’ny vava ny fihibohana, fa matoa mbola mihiboka, dia tsy mahatoky ilay CVO izany ianao, hoy ity mpahay toakerana ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly FJKMMaro ireo nampiato ny fampianarana

Mitombo isa hatrany ireo olona mitondra ny tsimok’aretina coronavirus eto amintsika.

Ankoatra ny olon-dehibe dia maro ireo ankizy voa, antony nanosika ny sekolim-pinoana FJKM hampiato ny mpianany aloha. Nanakatona ny sekoly mihitsy izy , fanapahan-kevitra noraisin-dRamatoa Rakotondranaivo Domoina, Tonian’ny Foibem-pitondrana ny sekolin’ny FJKM ho hiarovana ny ain’ny mpianatra sy ho fisorohana ity valan’aretina ity. Anisan’ny efa nampiharana ny fepetra ary vokasik’izany fanakatonana izany ny lisea Sedera Alarobia Amboniloha, Isoavimasoandro, Ambodimita, Antanety Fitahiana, Anosivavaka, Ambohimanarina, Anosizato, Ambohitrarahaba, Ambohipo, Andraisoro, Andriamanarefa, Ziona Salazamay, David Johns, Thomas Bevan ary Analankininina any Toamasina. Mbola tsy fantatra moa ny fotoana hiverenan’ireo sekoly ireo misokatra na dia hiatrika ny fanadinam-panjakana aza ireo mpianatra sasany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Covid-19 any ToamasinaMpiasan’ny fahasalamana 4 lasibatra

Mpiasan’ny fahasalamana miisa 4 no tratry ny coronavirus ao Toamasina. Teo amin’ny sakana ara-pahasalamana no nahavoa ny iray.

 

 

 

Mpampivelona sy mpitsabo mpanampy ny 3 ary mpianatra ho mpitsabo ny iray. Tsy ampy ny fiarovana ho azy ireo, hoy ireo mpitsabo mpanampy. Isaorana ny fanjakana nitondra karazana fandrisihana na “prime” ho an’ireo mpiasan’ny fahasalamana, saingy mbola misy ny tsy nahazo, hoy izy ireo. Nitondra fanampiana ho an’ireo namany 4 tsaboina ao amin’ny Hopitaly Morafeno moa ireo Fikambanan’ny mpitsabo mpanampy any Toamasina omaly, izay tafiditra tao anatin’ny fankalazana ny andro iraisam-pirenena ho azy ireo rahateo. Tsy vao izao fa teto Antananarivo ihany kosa dia efa nisy mpiasan’ny fahasalamana voa.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana ny volabe hiatrehana ny Covid-19 Nanakiana mafy ny fitondrana ireo firaisamonim-pirenena

Nampiaka-peo ireo fikambanana mivondrona ao anaty firaisamonim-pirenena manoloana ny fitantanana tsy mangarahara eto amin’ny firenena amin’izao krizy ara-pahasalamana izao.

 

Toky R sy Marigny A

Tia Tanindranaza0 partages

Loholona manohana ny fitondrana Mampirisika mafy amin’ny fisotroana CVO

Areti-mandoza eran-tany ny COVID 19 ary vao isika malagasy no nahita fanefitra mahomby aminy satria mbola tsy nisy teto hatreto namoy ny ainy, hoy ireo loholona manohana ny fitondrana, omaly, nampirisika mafy amin’ny fisotroana CVO tetsy amin’ny Motel Anosy omaly.

 

 

 

 Ny CVO na Covid organics no tiana ho lazaina, hoy izy ireo. Tsaroantsika fa 1 andro taorian’ny nanambarana ahamehana voalohany teto Madagasikara dia nifandrombahana ny kininim-potsy sy ravintsara fa ankehitriny dia efa io ny CVO fa voamarin’ireo siantifika malagasy ka aza mikitika zavatra hafa intsony. Hajao ny toromarika amin’ny fomba fikarakarana sy fisotroana ity CVO ity mba tsy hifanomezan-tsiny indray hoe ilay izy no nahafaty sanatria. Efa voalaza fa herinandro ihany no tokony hahavitan’ny fitsaboana aminy fa tsy mihoatra na latsaka. Aoka tsy hidirana resaka politika, hoy izy ireo ny resaka fahasalamana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Holafitry ny mpanao gazety Nanamafy fa malalaka ny fivezivezen’ny mpanao gazety

Taorian’ny fepetra vaovao nivoaka momba ny fifamoivoizana ampiharina nanomboka ny 11 mey 2020 teo dia nanamafy omaly ny avy eo anivon’ny olafitry ny mpanao gazety, tarihin’ny filohany,

 

 

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Dr Kolo Roger“Misy kasinga feno otrikaina ny CVO”

Nanao antso miantefa amin’izao tontolo izao omaly ny loholona sady mpitsabo, ny Dr Kolo Roger, fa misy amin’ireo fanafody hafa izay nisy fiantraikany

 

 

 nanahirana tamin’ny fahasalamana nifamoivoy maneran-tany aza no nekena iraisam-pirenena. Ny Covid Organics na CVO izay an’ny malagasy dia manana taha ambonina Artemesinine eo amin’ny 62 ka hatramin’ny 70% eo. Ankoatr’izay dia misy kasinga feno otrikaina sy fanampin-tsakafo ao. Efa vita fanandramana izany ary efa hita ny fahombiazany. Miaina anatina tontolo mihetsika sy sarotra isika ka noho izany mila mailo mba tsy hinana am-bolony ireo fanehoan-kevitra mifamoivoy. Izaho dia isan’ny miaiky ny fahombiazan’izany Arthemesinine izany, hoy izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basket FIBA AfriqueHanolotra fiofanana ho an’ny mpanazatra sy mpitsara

Ankoatra ny fiofanana hampitain-davitra andiany faharoa nomena an’ireo « officiels techniques de table » nanomboka ny 27 aprily ka hatramin’ny 27 mey

 

2020 ho avy izao dia manana vinavina hampiofana an’ireo kandidà ho mpanazatra sy mpitsara basikety niveau 1 koa ao anatin’ny fiatoan’ny fifaninanana rehetra noho ny ady atao amin’ny covid-19 izao ny FIBA Afrique. Anjaran’ny federasiona isan’isany aty Afrika no manome anarana mpiofana 20 ka hatramin’ny 20 hanaraka izany fampiofanana « pratique » mivantana amin’ny alalan’ny aterineto alefa amin’n y « vidéo conférence ». Olona manana solosaina na “tablette” ary fifandraisana amin’n yaterineto, araka izany no azo fidiana hanaraka ny fiofanana izay hotarihan’ny FIBA Afrika manodidina ny « module » 4 ao anatin’ny adin’ny iray isan’andro mandritra ny 5 andro (alatsinainy, talata, alarobia, alakamisy ary zoma). Ny fampiofanana fampiharana kosa dia ho tanterahina rehefa misokatra indray ny fifaninanana rehetra. Fanampiny ho an’ny fampiofanana an’ireo mpitsara dia tsy maintsy efa manana traikefa fitsarana basikety nandritra ny 5 taona izy ireo ary eo anelanelan’ny 21 ka hatramin’ny 31 taona. Ho an’i Madagasikara manokana dia fantatra fa mpanazatra miisa 20 (12 lahy, 8 vavy) ary mpitsara basikety 25 (lahy 21, vavy 4) no hanaraka an’ireo fiofananana ireo. Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Miantso vonjy Amboasary Atsimo Lafo ny vary, lasa mora ny omby

Tafiakatra 700 Ar ny kapoakan’ny vary any Amboasary Atsimo amin’izao fotoana izao, raha 500 Ar teo aloha.

 

Voatery mamonjy ny renivohitry ny distrika ny mponina mba hividy sakafo. Mivarotra ireo fiompiana kely mba miangana mba hahafahana mividy vary, mangahazo, menaka. Raha midangana ny vidin’ny entana ilaina amin’ny andavanandro dia mijotso kosa ny vidin’ny entana ilaina amin’ny fiainana andavanandro na ny PPN. Ankoatra ny vary, dia vidiana 1000 Ar ny kilaon’ny mangahazo izay 400 Ar teo aloha, lasa 6000 Ar ny litatry ny menaka izay 4800Ar telo aloha. Ny omby izay amidy 1 000 000Ar teo aloha anefa lasa 600 000 Ar, ny osy 600 000 lasa 250 000 sisa. Mila jeren’ny fanjakana akaiky ny toe-javatra tahaka izany satria tena mijaly fadiranovana ny vahoaka.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa Star sy ny fondation Coca Cola Nanampy ireo hopitalim-panjakana

Nanolotra fanampiana ho an’ireo hopitalim-panjakana telo eto amintsika ny orinasa Star ny fondation Coca Cola amin’ny fiatrehana ny tsimok’aretina Coronavirus. Fitaovam-pitsaboana mitentina 300.000 dolara no natolony ho an’ny ministeran’ny fahasalamam-bahoaka, omaly.

Tanjona amin’izany ny hanampiana manokana amin’ny fandraisana an-tanana ny fahasalaman’ny reny sy ny zaza. Ny CHU ao Toliara, ny CHR any Maintirano, ary ny CR an’ny distrikan’Ikamavony no notolorana izany izay noraisin’ny ministeran’ny fahasalamana an-tanana ny fitsinjarana azy. Ao anatin’ny 60 andro no hahatongavan’ny sambo sy kaontenera mitondra ireo fitaovana ireo eto amintsika hoy ny avy amin’ny orinasa Star. Tao anatin’ny hafaliana no nandraisan’ny Ministera izany vaovao izany ary nampantena izy ireo fa hampiasa ny fitaovana araka ny tokony ho izy ho tombontsoan’ny reny sy ny zaza tokoa. Tafiditra ao anatin’ny asa sosialy tanterahin’ny orinasa Star entina hanampiana ny mpiara-belona moa ity fanolorana fanampiana izao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kidnapping Votsotra i Anil Karim

Votsotra omaly takariva ilay karana Anil Karim izay nisy naka an-keriny teny Ambatobe ny 28 aprily, raha ny loharanom-baovao avy amin'ny mpitandro filaminana.

 

 

Salama tsara izy, ary mbola tsy misy kosa ny andinindiny feno mahakasika ny fahafahany. Nilaza moa ny zandarimariam-pirenena raha tsiahivina, fa ilay jiolahy raindahiny antsoina hoe Lama no atidoha, ary efa nisy olona 24 misy ifandraisana aminy nanaovana fanadihadiana. 200 tapitrisa ariary ny tambiny nampanantenain'ny fanjakana ho an'izay manome lohanarom-baovao hahafaha-misambotra azy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

67 HATratra ilay lehilahy mpanendaka vehivavy

Lehilahy 19 taona indray no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny kaomisaria boriborintany fahafito etsy 67 Ha ny alatsinainy,

 

 

 11 may teo tokony tamin’ny 5 ora sasany maraina rehefa avy nanendaka tovovavy iray avy niala tamin’ny bus avy any ambohitrimanjaka teo amin’ny tobim-piantsonan’ny taxibe 172 akaikin’ny HAVANA. Maromaro ireo mpanendaka tamin’izany ka lasan-dry zareo ny poketran’ilay tovovavy izay nisy vola mitentina 1.500.000Ariary sy finday iray ary fanalahidy maromaro. Polisy nanao ny asany teny an-toerana no nitarainan’ity niharam-boina ka nanampy azy nisambotra ity mpanendaka ity. Tsy tratra teny amin’ity farany intsony moa ireo entana azony ireo. Tamin’ny fanadihadiana dia nilaza ilay tovovavy fa ity lehilahy ity mihitsy no nanendaka azy. Natolotra ny fampanoavana omaly ny lehilahy.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatra harena an-kibon’ny tanyAzo ianteherana aorian’ny krizy

Nanamafy ny Minisitry ny harena an-kibon’ny tany sy ny loharanon-karena stratejika, Fidiniavo Ravokatra nandritra ny fihaonana tamin’ireo orinasa lehibe sy ireo mpandraharaha Malagasy

 

 

 mivelona amin’ny fitrandrahana fa isan’ny andraindraina amin’ny fampandrosoana indray ny firenena ny sehatra harena an-kibon’ny tany. Hahatrarana ny tanjona dia ilaina hoy izy ny finiavana avy amin’ny alalan’ny fanapahan-kevitra politika sy ny finiavana avy amin’ireo mpisehatra hanaraka hatrany ny lalàna sy lamina apetraka amin’io sehatra io. Antenaina mbola hampiharin-doha ny toekarena mandritra sy aorian’izao krizy ara-pahasalamana mantsy ny harena an-kibon’ny tany betsaka mbola ananan’i Madagasikara. Nandritra ny fihaonana naharitra 2 andro tamin’ny Minisitra sy ireo mpisehatra amin’ny harena an-kibon’ny tany dia nisy ny fifampihainoana sy ny soso-kevitra natolotra ary ny soridalana avy amin’ny Fanjakana. Efa nisy hatrany ny fihaonana nialohan’ny valanaretina ary mbola hitohy hatrany izany ho amin’ireo mpitrandraka lehibe avy amin’ny tranoben’ny harena an-kibon’ny tany. Omaly kosa dia ny mpitrandraka avy eto an-toerana no nifampidinika mba ho fikarohana ny lalana hizorana hampivoarana ny toekarena izay nikorontana noho ny toe-draharaha misy maneran-tany. Nanambara ihany koa ny Minisitra fa ilaina ny fifanomezan-tanana sy ny firaisan-kina mba hahatongavana amin’ny fahombiazana. Noresahina omaly ihany koa ny mahakasika ireo lalàna mifehy ny harena an-kibon’ny tany, ny fomba ahafahana mamerina ny fahazoan-dalana mitrandraka harena an-kibon’ny tany na ny “permis minier” ary ny anjara biriky azon’ireo mpisehatra entina amin’ny fiherenan-doha eo amin’ny lafiny toekarena.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Fambolena ara-biolojikaFamporisihana ireo tantsaha hiditra amin’ny sehatra matihanina

Notanterahan’ny solombavambahoaka omaly ny fandinihana sy fandaniana ny Volavolan-dalana laharana 010/2019 tamin’ny 28 novambra 2019 mikasika ny famokarana ara-biolojika (agriculture biologique) eto Madagasikara.

 

 

Natao izany lalàna izany noho ny fahatsapana fa mbola marefo ny seham-pihariana misahana ny fambolena sy ny fiompiana. Raha ny fanazavana nentin’ny Ministry ny Fambolena sy ny Fiompiana, Ranarivelo Lucien dia maro ny tombontsoa azontsika malagasy amin’izao Lalàna izao. Anisan’izany ny famporisihana ireo tantsaha hiditra amin’ny sehatra matihanina, ny fanatsarana ny kalitaon’ny vokatra sy ny vidiny, ny fiarovana ny tontolo iainana sns... Hita ao anatin’izany lalàna izany ny famaritana ny atao hoe fambolena biolojika, ny fampiasana izany, ny toerana ahafahana manao izany, ny fahefam-panjakana miandraikitra ary ny sazy ho an’ireo tsy manaraka ny fenitra. Eo ihany koa ny fananganana ny Komity mamaritra ny fambolena sy ny vokatra ara-biolojika.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tia fihetsiketsehana

Fahatsiarovana ny antsoina hoe tolom-panafahana 1972 moa ity anio ity. Azo lazaina ho niatomboka tamin’izany fotoana izany ny noheverina fa tena

 

 

hetsik’ireo tia tanindrazana marina izay taty aoriana moa dia mbola nipetrahan’ny ady hevitra indray fa nisy dian-tanan’ny frantsay toy izay mbola mampiteraka adihevitra ny momban’ny tolon’ny 29 martsa 1947 ihany koa. Fihetsiketsehana no nitranga tamin’ireny fotoana ireny. Izay kosa aloha dia tsy azo lavina. Tsikaritra tamin’izany no nankaty fa niha nihena hatrany izay fotoana nampirongatra fihetsiketseham-bahoaka teto amin’ny firenena izay. Nielanelana 25 taona ny tolon’ny 1947 sy 1972. 19 taona no elanelan’ny 1972 sy 1991. 11 taona sisa ny elanelana teo amin’ny 1991 sy 2002. 7 taona ny 2002 sy 2009. Ireo moa no tena nalaza amin’ilay antsoina hoe fihetsiketsehana nipoaka fa ny teny anelanelan’izay sy ny taoriany dia ireny niaraha-nahita ireny fa na nisy faniratsirana mpitondra toy ny filanjana vatapaty aza dia efa niova angamba ny stratejia sy ny rivo-panjanahana vaovao izay mbola te hangeja ny afrikanina hatramin’izao ka hafa indray ny paikady tadiavin’ny firenen-dehibe hangejana azy. Ho antsika malagasy manokana kosa dia tsikaritra fa mbola tsy mety tafala izay fitiavana fihetsiketsehana izay saingy raha fihetsiketsehana mitondra fanovana ho any amin’ny tsaratsara kokoa sy manan-tanjona ho soa tokoa toy ireny tolona nitranga rehetra ireny moa nefa maninona? Fihetsiketsehana tsy voafaritra mazava no tena tanjona hita aminy no mitranga ankehitriny ary na ahoana na ahoana aloha lazaina fa fandokafan’ny olona dia tsy misy afaka handiso foana hatreto fa samihafa ny ambaran’ny mpitondra sy ny ataony ary tsy maharesy lahatra hoe tena mifanaraka tokoa amin’izao ahamehana ara-pahasalamana izao. Averina indray! Sarotra ve ilay misarika ny olona tena tsy hivoaka ny tranony sy hitangorona na hifampikasoka sy hifamindra aretina? Ekena tokoa fa efa io ny fanafody saingy tsy mila miaro tena araka ny tokony ho izy intsony ve?

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lionnel MessiNanolotra 500 000 euros ho an’ny fondation Garrahan

Manoloana ny fihanaky ny coronavirus maneran-tany ary taorianan’ny nanolorany 1 tapitrisa euros ho an’ny hopitaly

 

 

“Hopital Clinique de Barelone" sy hopitaly iray hafa tany Argentine dia nanolotra lelavola mitentina 500 000 euros ho an’ny Fondation Garrahan indray ilay kintan’ny kitra argentin in-6 voahosotra ho “Ballon d’Or” tao amin’ny ekipan’i Barcelone hilalaovany, Lionnel Messi.Hiadiana amin’ny tsimokaretina Covid-19 any amin’ny tany nahaterahany no anton'izao fanomeazana izao.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra -Matsisatra AmbonyNamoy mpiara-miasa zokiolona indrindra

Tamin’ny harivan’ny alakamisy 7 mey 2020 teo no nidaosin’ny fahafatesana i Ralaivao Timothe antsoin'ny rehetra hoe Doyen ,CE “Mpikambana ao amin’ny komity mpanatanteraky ny baolina kitra teo anivon'ny ligim-paritry ny Baolina kitra Matsiatra Ambony”.

 

 

Izy dia anisan’ireo maintimolaly eo amin’ny tontolon’ny baolina kitra tao Matsiatra Ambony ka tsy zoviana amin’ny rehetra ao Fianarantsoa. Efa filohan'ny Seksion'ny Baolina kitra izy Fianarantsoa I tamin’ny fotoanandrony,efa mpikambana teo anivon'ny LFB HM teo aloha sy izay mijoro amin'izao fotoana izao. Namela mamy ho an'ny Baolina kitra eto Fianarantsoa ny tenany tamin'ireo andraikitra nosahaniny ka hisaoran’ny ekipa rehetra ao amin'ny Ligim-paritry Baolina kitra Matsiatra Ambony izay tarihin'ny Filoha Ramatoa Myriame Raby izay asa rehetra vitany. Misaona , araka izany ny baolina kitra ao Matsiatra Ambony sy ny tontolon’ny baolina kitra amin’ny ankapobeny. Izahy eo amin’ny Tia Tanindrazana dia mirary fampiononana feno ary mankahery ihany ny fianakaviany.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Tonga eto Iarivo ry Zoto 5 mianaka 12 000km natao herintaona…

Nigadona teto Antananarivo omaly 12 mey, ry Zoto 5 mianaka, rehefa avy namakivaky tanàna maro niainga tany Vangaindrano. Randrianarison Maurice na « Zoto » mivady, dia avy any Vangaindrano fa monina any Antsiranana.

 

Nandeha bisikileta sy tongotra naka ny zanany 3 tany Vangaindrano hody noho ny fahafatesan'ny raibeny nitaiza azy ireo. Nanaraka ny morontsiraka antsinanana mandra-pahatonga tany vangaindrano. Mbola nihodidina ny Atsimo manontolon'ny Nosy nandeha an-tongotra ary nanosika bisikileta feno entana kosa rehefa niverina fa tsy nandeha tamin’ny làlany nandroso. Niala tao Vangaindrano - Tolagnaro- Amboasary - Ambovombe - Tsihombe - Tranoroa - Ampanihy - Ejeda - Betioky - Andranovory - Toliara - Andranovory - Sakaraha - Ihosy - Ambalavao - Fianarantsoa - Ambohimahasoa - Ambositra - Antsirabe - Antanifotsy – Ambatolampy, ary omaly izy ireo no tafiditra teto Antananarivo. Notsenaina tamin’ny fomba makotroka teny Bongatsara, Andoharanofotsy Tanjombato, hatreny Andranomena. Hatao fitiliana coronavirus izy ireo, raha ny vaovao azo omaly hariva. 12 000 km natao herintaona teo no voalaza fa efa vitan-dry zareo. Mandeha 50 hatramin’ny 100 km vao mahita tanàna, ary misy fotoana matory anaty ala.

LOUIS MICHEL RAMORASATA DIT ZOTO (1949-2013)

 Raha ny tantara, dia Ratompokolahy Louis Michel Ramorasata no nitondra ny anarana « Zoto » voalohany. In-telo izy no nihodidina an’I Madagasikara, ka 21.600 km no totalin'ny lalana vitany: 9 mey 1976 ka hatramin’ny28 janoary 1977; 3 aprily 1983 ka hatramin’ny 6 novovambra 1983; 1 aogositra 1988 ka hatramin’ny 25 janoary 1989. Mpampianatra, mpanao gazety, coursier, “agent de maitrise de lubrification”... no asa nataony fahavelony. Nanoratra ny boky «Trois tours de madagasikara a pied», «Aller vers l'autre» no hafatra nampitainy tamin'izany hikatsahana ny fihavanana na dia ao anatin'ny sarotra aza. Nodimandry teo amin’ny faha-69 taonany ny 22 martsa 2013 tao amin’ny hopitaly Befelatanana izy vokatry ny takaitran’ny lozam-pifamoivoizana nihatra taminy ny 9 desambra 2012.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra SAVAKamiao iray tratra nitondra hazo tsy ara-dalàna

Tratran’ireo tompon’andraikitra Mitohy hatrany ny ezaka hataon’ny Ministeran’ny tontolo iainana sy ireo miparitaka eny ifotony amin’ny fanaraha-maso ny

 

fitrandrahana tsy ara-dalàna ireo hazo sarobidy eto amintsika. Anisan’ny manatanteraka izany ny ekipan’ny Direction Regionale de l’Environnement et du Développement Durable any amin’ny Faritra SAVA. Kamiao Cossovo iray no tra-tehak’izy ireo tao Ankijabe Ampanefena ny zoma lasa teo. Nitondra hazo Madrier 59 isa, demi-madrier 60 isa, 4 face miisa 9 ary plateaux miisa 11 ity kamiao ity. Najanona avy hatrany moa ity kamiao ity am-panatanterahana ny fanadihadiana ireo tompon’andraikitra ao amin’ny DREDD alohan’ny hanolorana ity raharaha ity eny anivon’ny fitsarana any Antalaha.

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha "Iles Eparses"Namaly bontana avy hatrany ny Frantsay

Efa nampoizin'ny mpanara-baovao fa tsy maintsy hamaly bontana ilay fanambaran'ny filoha Rajoelina tao amin'ny France 24 sy ny RFI ny fanjakana

Frantsay,momba ny Iles Eparses na ireo nosy manodidina ary dia tonga tokoa ny valin-kafatra.Hanao fakan-kevitra faobe amin'ny vahoaka Frantsay ny amin'ny hanaovana ho valanjavaboahary nasionaly ny Iles Glorieuses ny fanjakana Frantsay; araka ny antontan-kevitra navoakany ny alatsinainy 11 mey.Nanomboka tamin'io daty io ka hatramin'ny 01 jona izany fakan-kevitra izany.Tanjona amin'izy ity ny hoe fiarovana ny tontolo iainana sy ny harena voajanahary misy ao amin'ny Iles Glorieuses; fanokanana teti-bola manokana sy fametrahana tompon'andraikitra any an-toerana hitantana izany."Réserve Naturelle Nationale" moa no anarana heverina omena izany.Toa mampatsiahy ilay tenin'ny filoha Frantsay Emmanuel Macron tany amin'ity ampahana nosy mandrafitra ny Iles Eparses ity nanao hoe "ici c'est la France" izao fihetsika izao.Ary mampiseho fa tsy hanaiky mora foana ny hanome an'i Madagasikara ireto nosy manodidina ireto ny fanjakana Frantsay.Ireo toerana ireo, izay voalaza fa manana tahirina entona fandrehatra an'izany goavana, ary afaka mifaninana tsara mihitsy amin'ireo firenena Arabo.Tahaka ny efa milaza an-kolaka ihany koa amin'izao zava-mitranga izao ry zareo Frantsay fa tsy misy zavatra azon'i Madagasikara antenaina firy amin'ny fifampidinihana manarana, tokony ho tanterahana any Frantsa...raha hisy ihany izany.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieran-doholonaTapitra amin`ny volana jona izao ny tetibola…

Mitaraina amin`ny tsy fananam-bola ny Antenimierandoholona amin` izao fotoana iza araka ny fanazavan` ny filohany , Rivo Rakotovao.

 

 

Amin` ny volana jona izao no tapitra ny karaman` ny loholona voarakitra ao amin`ny sorabola na dia efa nankatoavina izany raha ny fanazavana hatrany. Misy amin`ireo mpiasa sasany no mbola tsy nandray karama nanomboka ny volana aprily hatramin` izao. Azo ataon` ny fitondrana no mandray an` ireo mpiasa eto anivon` ny Antenimierandoholona satria mpiasam-panjakana izy ireo ka manaparitaka azy ireo any amin`ny ministera hafa, hoy ihany izy. Tsy mbola ao anatin` ny volavolan-dalàna mifehy ny tetibolam-panjakana io tetibola atokana an` io andrimpanjakna io satria hifantoka amin` ny fanarenana amin`izao ahamehana ara-pahasalamana izao ny lahadinika hoy ihany I Rivo Rakotovao. Anio moa dia hisy fivoriana handinihana ny drafitram-panarenana ny toekarena, izay iarahana amin`ireo mpahay toekarena eo anivon`ny CREM. Ankoatra ireo amin`ny lahadinika maika hanarenana ny firenena dia ao anatin` ny fandaharam-potoana eo anivon`ny Antenimierandoholona koa ny lalàna mifehy ny mpanohitra sy ny serasera eto Madagasikara.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

RMDM Toliara“Omeo fahefana feno ny Fokonolona”

Be loatra ny tsy fandriampahalemana ao atsimo ao amin’izao fotoana izao, raha ny nambaran’ny rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia na RMDM Toliara tetsy Bel’air omaly.

 

 

Iaraha-mahalala, ohatra, ny mikasika ny tany mirefy 60.000ha ny halatr’omby miharo vono olona any Ambovombe Androy. Mamono olona toy izany koa ny tazomoka, hoy ny filoha lefitra, Tsarahame Edouard. 21 ny distrika any Toliara ary samy hitrangana fandrobana sy fanafihana ary misy fakana an-keriny ihany koa. Omby miisa 6000 no nalain’ireo tao amin’ny distrikan’Ambovombe ary na niha lefilefy aza izay tsy fandriampahalemana izay dia niverina nirongatra indray taorian’io. Tao Ampanihy. Tao Bekily vao ny 6 mey teo, olona miantsena no voatafika. Toy ny mamono akoho ny mamono olona any Atsimo. Efa voaroba no mbola voadoro ny tafon-trano miisa 100 tao Ambovobe, hoy hatrany ny RMDM Toliara. Ny tianay hamafisina, hoy izy ireo, dia tsy misy olona afaka hahavita tena samirery fa ny mpitondra antsika dia miheritreritra ny hahavita io fandriampahalemana io samirery. Manoso-kevitra, noho izany, ny RMDM Toliara ny amin’ny tokony hanamafisana ny dina. Raha tsy ny fahefam-pokonolona no omena feno dia tsy hisy zavatra hanjary. Tokony hanampy ny mpitandro filaminana ny fokonolona, hoy hatrany ny fanazavan’ireo, sa ve misy zavatra miafina ambadik’izay?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ankerana Avaratra - BongolavaTsy eken'ny vahoaka ny fanagadrana ny ben'ny tanàna

Naiditra am-ponja vonjimaika ny sabotsy 09 mey lasa teo ao amin’ny fonjaben’i Tsiroanomandidy Atoa Rabearisoa Ben'ny tanàna voafidy ao amin'ny kaominina ambanivohitra Ankerana Avaratra, Faritra Bongolava.

 

Raha tsiahivina dia resaka halatr'omby efa tapa-bolana lasa izay no antony hitazomana ity Ben'ny tanàna ity. Nisy omby iray very tany an-toerana ka rehefa nandeha nanao fanarahan-dia izany ny Ben'ny tanàna sy ny vahoaka ary ny mpitandro filaminana tao an-toerana dia nisy namatotra tao amin’ny valan'ombin' ny Ben'ny tanàna ilay omby, antony nahavoasaringotra ity farany. Araka ny voalazan'ny vahoaka sy ny Ben'ny tanàna manodidina ny kaominina misy azy nefa dia tsy meloka izy fa noho ny fialonana sy tsy fitiavana fotsiny tsotr'izao izay efa tafiditra tao anaty tetika efa maty paika. Anisan’ny olona niady mafy tamin'ny fametrahana ny fandriampahalemana any an-toerana sy ny ady amin'ny kolikoly mantsy ity Ben’ny tanana ity ka misy ny olona very tombontsoa noho izay ady nataony entina hitantanana ny tanànan' Ankerana Avaratra izay. Nohamafisin'ny vahoaka fa dia tena nilamina ny tanàna nandritra ny fotoana nitantanany tao an-toerana raha mifanohitra amin'izay teo aloha. Mangataka ny hamotsorana ity ben’ny tanàna ity tsy misy hatak'andro araka izany ireo vahoaka any an-toerana. Etsy an-kilany ihany koa ny fivondronan'ny Ben'ny tanàna sy ny solombavam-bahoaka voafidy any amin'ny Faritra Bongolava dia mampiaka-peo noho izao tsindry hazo lena mihatra amin'ny olom-boafidy izao ary mangataka ny hamoahana tsy misy fepetra an'Andriamatoa Rabearisoa izay Ben'ny Tanàna naman'izy ireo. Manome 24 ora ny fitondram-panjakana mba hijery akaiky ny zava-misy any an-toerana izy ireo. Raha sanatria ka tsy tafavoaka moa ity namany ity dia hanapa-kevitra ny hampiato ny asany rehetra any Bongolava ireto olom-boafidy ireto.

Pati

 

La Vérité0 partages

Suspension des marchés hebdomadaires - La tension monte à Andravoahangy

Un grand rassemblement à Andravoahangy. Très tôt dans la matinée d’hier, les Forces de l’ordre ont occupé la place du marché à Andravoahangy. D’après la déclaration du coordonateur général du Centre de commandement opérationnel - Covid-19, depuis le début de cette semaine, tous les marchés hebdomadaires dans la Capitale sont de nouveau suspendus, notamment celui de Mahamasina à chaque jeudi, le marché du mercredi à Andravoahangy et celui du samedi à Isotry. Hier, des marchands de tissus de confection sont encore venus au marché pour étaler leurs marchandises. 

Cependant, les Forces de l’ordre sont strictes quant à l’application de la loi et n’ont laissé aucun commerçant opérer sur les lieux. Seuls, les restaurateurs et les gargotiers sont autorisés à ouvrir leurs portes jusqu’à 13h. Une distinction qui a provoqué la colère de commerçants puisque d’après ces derniers, la même mesure devrait être appliquée à tous, sans exception. D’ailleurs, ils ont avancé de ne pas être au courant de cette suspension du marché hebdomadaire qu’hier.

En rappel, depuis l’augmentation du nombre de cas contacts du Covid-19 dans la Capitale, de nouvelles dispositions ont été mises en place, entre autres la limitation des déplacements, la suspension des marchés hebdomadaires, tout cela afin de lutter contre la propagation de cette pandémie. Concernant les marchés publics, leur cas est délicat dans la mesure où l’on y remarque le non-respect des barrières sanitaires. En effet, ni les commerçants, ni les clients ne portent de masque et n’utilisent de gel hydro-alcoolique. Après le confinement règlementé, les commerçants ont commencé à reprendre peu à peu leurs activités, mais la négligence de certains d’entre eux a failli mettre en danger des millions de citoyens.

Anatra R.

La Vérité0 partages

HJRA - Suspension des activités de l'unité d'oncologie

Après les rumeurs sur l'arrêt provisoire des activités au sein de l'unité d'oncologie du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA), une note de service vient d'être publiée. « Suite à la mise en quarantaine du personnel de l'unité d'oncologie du  CHU JRA et des patients en cours de traitement, toutes les activités sont suspendues momentanément à partir du lundi 11 mai. Il s'agit des activités hospitalières, la chimiothérapie ambulatoire et les consultations externes. La reprise des activités au sein de cette unité se fera à l'issue de la mise en quarantaine ».

C'est à ces mots que se résume la note de service signée par le directeur de cet établissement sanitaire, le Professeur Aimée Olivat Rakoto Alson et qui a été adressée au personnel dudit service et tous les chefs de service technique du CHUJRA. « J'ai appris par mes subordonnés que le service oncologie est actuellement indisponible. Et que les employés sont mis en quarantaine et restent enfermés. Il parait qu'un cas positif au coronavirus y a été déclaré, d'où cette prise de décision », avance un des personnels médicaux opérant à l'HJRA.

Un homme atteint d'un cancer de prostate s'inquiète actuellement de son état de santé face  aux rumeurs de suspicion d'un cas confirmé au coronavirus détecté au sein du service d'oncologie où il suit un traitement. « Les traitements du cancer, en particulier la chimiothérapie, affaiblissent nos défenses immunitaires et accroissent ainsi le risque de contracter le Covid-19. D'autant plus que notre immunité demeure très faible après 7 jours de chimio (…)  Ma  prochaine chimiothérapie est programmée pour aujourd'hui (ndlr : hier). Pourtant, l'hôpital m'a téléphoné pour m'informer qu'en raison de cette contamination au Covid-19, mon traitement est reporté pour la semaine prochaine », explique ce patient.

Une personne en provenance de Toamasina  qui aurait contracté le Covid-19 aurait été admise au sein du service d'oncologie du CHU JRA, jeudi dernier. Cette personne aurait trouvé la mort deux jours après son entrée à l'hôpital. Toutefois, un test PCR post-mortem avec un résultat positif aurait été effectué la veille de son décès. Cependant, aucune déclaration confirmant ou encore contestant cette information n'a été donnée officiellement. Joint au téléphone hier soir, le directeur de cabinet auprès du ministère de la Santé publique, Dr Lamina Arthur Rakotonjanabelo, a avancé de ne pas être en mesure de donner des détails s'y rapportant.  Néanmoins, il a tenu à préciser que de tel service ne peut être fermé. D'ailleurs, les patients craignent une relâche avec un traitement en suspens. Il faut savoir que le service d'oncologie effectue en moyenne une dizaine de chimiothérapies et de consultations par jour. 

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Enlèvement - Fin tragique pour Lama et son frère

Une page est tournée dans l'histoire de l'industrie du kidnapping au pays! L'enlèvement d'Anil Karim de Sophasu le 27 avril dernier, a tout déclenché. Après 20 ans de recherche sur de nombreux faits d'enlèvement   dans le pays, l'étau s'est inexorablement resserré autour de Norbert Ramandiamanana, alias Lama ou encore Baina. Hier matin, les éléments du groupement de gendarmerie d'Analamanga ont finalement mis la main sur lui, mais aussi son frère. Tous les deux ont été éliminés au cours de leurs arrestations, respectivement à Analamahitsy pour Lama, et à Ambohimahitsy pour le second. 

 

Les Forces de l'ordre ont dû ouvrir le feu sur Lama car il a essayé de riposter. Touché par un projectile à la cuisse, il fallait être évacué d'urgence dans un centre de soins. Cependant, il a finalement succombé des suites de ses blessures, non sans qu'il n'était passé à l'aveu », explique le commandant de la Circonscription régionale de gendarmerie d'Analamanga, le général Andry Rakotondrazaka, lors d'une conférence de presse à Ankadilalana, hier soir. 

Tout a commencé vers 7h 30 du matin, hier. Lama fut donc tombé dans le piège que la Gendarmerie lui a réservé à Analamahitsy. Les gendarmes ont servi du bras-droit du premier comme un appât pour y attirer la cible. Arrêté depuis mercredi dernier, cet homme de confiance de Lama   a été poussé à attirer ce dernier dans son repaire à Analamahitsy.   Le commandant de la CIRGN Analamanga a ainsi parlé d'une opération commando afin de neutraliser les deux membres de la fratrie.   «Son bras-droit l'a invité à y venir. Effectivement, c'était un plan de la Gendarmerie. Loin de se douter de quelque chose, il s'agit d'un proche collaborateur, Lama s'y débarquait en toute confiance. Les gendarmes ont dû employeur les grands moyens pour l'arrêter », explique encore le Général Andry Rakotondrazaka. 

Et surtout, Lama, avant qu'il meure, a   indiqué l'endroit où se trouve la maison sise du côté de Makoline à Ambohimahitsy, et où ses hommes de main ont séquestré tous leurs otages. C'est là qu'ils ont séquestré la toute récente victime qu'est Anil Karim pendant ces 16 jours. «Lorsque nous avons pénétré à l'intérieur de cette maison, nous avons surpris le frère de Lama. Ce dernier nous a tirés dessus. Il y a un échange de coups de feu qui ont été fatals pour le bandit », commente le commandant de la CIRGN Analamanga.   Dans cette maison, les gendarmes ont trouvé des liquidités, soit un montant de 80 millions d'ariary, soit une somme provenant de la rançon payée pour la liberté   d'Anil Karim. 

Mais revenons sur le fond des derniers aveux de Lama. Quelques moments avant qu'il succombe, Lama a avoué avoir commandité l'enlèvement du pharmacien Anil Karim à Ambohibe Ilafy, le 27 avril dernier. Et surtout, il a dévoilé plusieurs noms, ses complices. Parmi ces derniers, Rajim et Herman, alias Man. Actuellement, ces derniers sont recherchés. Mais un gendarme de première classe en service figure aussi dans cette liste macabre. Dilavarhoussen Raza est cet indien qui est également le co-cerveau des implications avec Lama. Des démarches judiciaires sont en cours pour l'extrader car le fugitif s'est exilé aux Comores. 

Pour revenir dans la genèse de ces coups de filet de la gendarmerie, 23 personnes ont été arrêtées depuis le début de l'enquête à proposer le kidnapping d'Anil Karim. Hier, trois d'entre elles ont été placées sous mandat de dépôt. Deux le sont à Tsiafahy, et la troisième, il s'agit d'une femme, l'est à Antanimora. 

Franck R.

La Vérité0 partages

Production d’artemisia - Renforcer les sources de revenus des paysans

Une production complémentaire avec la riziculture. Jusqu’à aujourd’hui, Bionexx reste la seule usine de transformation d’artemisia à Madagascar. Basée à Fianarantsoa, elle exploite notamment cette plante pour des entreprises pharmaceutiques et cosmétiques. Ainsi, l’artemisia ne renforce pas seulement le système immunitaire mais aussi les sources de revenus des paysans dans les différentes zones d’implantation.

Effectivement, la culture de cette plante est particulièrement complémentaire avec la riziculture. « La culture de l’artemisia dure seulement cinq mois. Elle peut alors être réalisée sans pour autant interrompre les activités déjà en place par les agriculteurs. D’ailleurs, elle peut parfaitement être alternée avec la culture du riz. Une fois la moisson terminée, les riziculteurs peuvent notamment s’atteler à la culture de l’artemisia », ont précisé les responsables au niveau de Bionexx. L’entreprise travaille avec plus de 7 000 paysans pour cultiver l’artemisia dont elle a besoin pour sa production. La création de seulement deux usines de transformation d’artemisia permettra ainsi de renforcer les activités de plus de 21 000 planteurs et leur offrir des revenus plus stables, entre les récoltes de riz et la vente de l’artemisia.

Economie circulaire

En plus de contribuer à l’amélioration des revenus des paysans, la production d’artemisia pourra également se faire dans le respect de l’environnement. A l’exemple de Bionexx notamment, les industries de transformation de cette plante pourront développer une économie circulaire vu que les feuilles sont utilisées pour l’extraction de l’artémisinine. Après cette opération d’extraction, les déchets peuvent être recyclés en briquettes pour servir de combustible à la chaudière. Cette boucle de transformation n’utilise donc pas du bois de chauffe ou du charbon. Les cendres sont ensuite utilisées pour la culture après le processus. 

Tout est alors utilisé à bon escient pour limiter au maximum l’exploitation des ressources naturelles. Ainsi, la culture d’artemisia, à elle seule, crée une chaîne de production durable en promouvant l’économie verte et le développement inclusif. 

Rova Randria

La Vérité0 partages

Impôt sur le revenu - La déclaration reportée, un acompte prévisionnel exigé

La moitié de l’impôt sur le revenu prévisionnel. Tel sera le montant exigé par la Direction générale de l’impôt (DGI), demain. A deux jours de la déclaration, ce département rattaché au ministère de l’économie et des Finances a publié une nouvelle disposition concernant le paiement d’impôt. Ce département rattaché au ministère de l’Economie et des Finances exige un acompte prévisionnel alors que les contribuables ont déjà planifié leur déclaration fiscale à la fin du mois de juin. « Pour ceux qui sont en mesure d’effectuer un dépôt définitif de la déclaration d’impôt sur le revenu le 15 mai, une possibilité de payer sur deux échéances est accordée : le premier pour le 15 mai et le second pour le 15 juin. Dans le cas contraire, ils doivent payer un acompte exceptionnel équivalent à la moitié de l’impôt sur le revenu prévisionnel ainsi que leurs états financiers, au plus tard le 30 juin », annonce Germain, directeur général des impôts. 

Pourtant, cette décision a créé une vraie polémique auprès des contribuables. « Nous sommes vraiment perdus. Le Gouvernement a décidé de reporter les échéances fiscales et maintenant nous devons payer un acompte prévisionnel. Notre entreprise s’est déjà préparée pour le mois de juin. A l’heure actuelle, nous élaborons encore notre état financier. Etant donné que la comptabilité n’est pas clôturée, nous ignorons la somme à déclarer. On risquerait un crédit d’impôt », déplore une dame. 

Toutefois, Hasina Rakotondrainibe, directeur technique au sein de la DGI, affirme que les entreprises peuvent déclarer une perte dans cet acompte prévisionnel. « Il s’agit d’une prévision. Vu le contexte économique actuel, il se peut que les entreprises accusent une perte. Les entrepreneurs doivent ainsi déclarer cette situation auprès de leur centre fiscal. Pour le secteur du tourisme, spécifiquement pour l’hôtellerie, les agences de voyages, le transport aérien ainsi que les entreprises de zones franches industrielles, la suspension du paiement de l’acompte ainsi que les obligations de déclaration et de paiement de l’impôt sur le revenu à la fin du mois de juin restent effectives » souligne-t-il. Le contribuable estimant que le montant de l’acompte payé est égal ou supérieur aux cotisations dont il sera finalement redevable, pourra se dispenser de tout autre versement d’acompte pour l’année en cours. 

Quoi qu’il en soit, le mois de mai représente le moment propice pour renflouer les caisses de l’Etat grâce au recouvrement fiscal. 

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Un élu… dépité !

Déjanté, Roland Ratsiraka a le vague à l'âme. Député élu de la Circonscription de Toamasina I, déconnecté des réalités, le neveu de Deba parle pour ne rien dire. Sorti de sa léthargie, il lance des propos dénués d'esprit sain. Au moment où la capitale des pays Betsimisaraka enregistre le pic du Covid-19, il juge opportun de mettre un terme au confinement. S'il ne s'agit pas là d'une volonté délibérée de pousser son propre peuple qui l'a fait roi à l'abattoir, vers la boucherie, cela lui ressemble trop ! Un geste de mépris et de dépit qui ne mérite pas  d'un élu. Un acte de crime de haute trahison qu'on ne doit à jamais commettre à l'endroit de son pays.

Le décryptage, si rapide soit-il, du parcours politique de Roland Ratsiraka nous permet de nous rendre facilement à l'évidence que la courbe du trajet fait signe d'un schéma sinueux tel le tracé d'un serpent. Sans scrupule, le politicien vogue d'une vague à l'autre. Il navigue à vue et cela en eau trouble. Il a un plaisir particulier de ne pas rater de manger à tous les râteliers. 

A l'époque où son oncle de Président de la RDM, Didier Ratsiraka Ignace, régnait en maître et sans partage dans le pays, le jeune Roland se gardait de fourrer le nez dans la politique. D'ailleurs, il n'avait pas à se soucier. La grande famille Ratsiraka qui dominait, du Nord au Sud, l'ancienne Province de Toamasina, vivait dans l'opulence. Les grands secteurs d'activité du riche Faritany leur appartenaient sinon sous leur contrôle. Il a été facile pour Roland de se faire une part assez conséquente du paquet. 

Mais, quand l'emprise politique de Deba déclinait suite aux mouvements populaires des 90 jusqu'au début de 2000, la donne changea. Il fallait que chacun se débrouille. Roland Ratsiraka tentait d'émerger du lot et essayait de capitaliser le patrimoine de sympathie de la famille à Toamasina. Il a fondé son propre parti le Malagasy Tonga Saina (MTS). Dans un premier temps, il a su à se faire élire Maire de Toamasina-Ville. Seulement suite au raz-de-marée de nouvelles formations politiques des années 90/2000 telles le TIM, le TGV ou le HVM, le MTS s'éclipse peu à peu. D'autant que le Chef de l'Etat Ravalomanana lui infligeait  un mauvais coup. Soupçonné de malversations à la Mairie de Toamasina, le jeune maire Roland finit par « atterrir » à Ambalatavoahangy. Ce fut le début de la série noire électorale. Il fallait attendre l'arrivée au pouvoir d'un Rajoelina pour le tirer de là et intégra ensuite le Conseil supérieur de la Transition (CST) pour y jouir tous les avantages avec.

Les deux tentatives pour la magistrature suprême de 2013 et de 2018 se soldèrent toutes par un échec même dans son propre fief. Mais en soutenant, au deuxième tour, le candidat HVM/MAPAR Hery Rajaonarimampianina, le MTS de Roland Ratsiraka réussit à décrocher deux portefeuilles au Gouvernement. Au fait, personne n'est dupe pour ne pas saisir le faux jeu de Roland. Au deuxième tour de 2018, comme à l'accoutumée, il afficha son « soutien » à Zandry Kely mais le candidat n°13 n'a pas donné suite à l'appel du pied. 

De désillusion en dépit, le député élu de Toamasina enchaîne écarts et bévues.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Essai clinique aux normes internationales - La moitié des patients sciemment sacrifiée

Par la force des choses, les profanes ont été amenés à se pencher sur des notions scientifiques et médicales pour mieux comprendre certains aspects de cette pandémie du Covid-19. C’est ainsi que bon nombre de simples citoyens se sont mis à se demander en quoi consiste exactement les fameux essais cliniques  que certaines autorités sanitaires, dont l’OMS,  brandissent comme étant le sésame pour la reconnaissance de l’efficacité d’un produit face à une maladie donnée. Beaucoup ont été alors surpris de découvrir le caractère plutôt cynique des normes établies dans ce cadre. En effet, la méthode dite de l’ « essai comparatif » ou « essai thérapeutique » fait qu’une bonne moitié des sujets soumis à un essai clinique est purement sacrifiée le plus officiellement du monde. Est-ce bien conforme à l’éthique médicale ?

Décrite brièvement, cette méthode consiste à tester deux produits sur deux groupes de patients. L'un reçoit le véritable candidat-médicament à tester, l'autre une substance inerte ou « placebo ». Les deux produits sont rigoureusement identiques. Ils ont la même forme, la même couleur, le même goût et la même odeur. L’administration se fait en « double aveugle » ou « double-insu », c’est-à-dire que, ni le patient ni le médecin ne savent qui prend quel produit. Comme résultat attendu, en de termes simples, cette méthode permettrait d’isoler les effets du candidat-médicament et ceux à attribuer à une évolution normale de la maladie.

La question de l’éthique médicale se pose notamment lorsque ceux qui sont soumis à l’essai clinique sont des sujets déjà malades dont l’état de santé peut se dégrader faute de traitement. Car bien que les patients participant à de tels essais le fassent en toute connaissance de cause, force est de constater que la moitié d’entre eux - celle qui prend le faux médicament - en n’étant pas soignée, est donc sciemment  sacrifiée à l’autel de l’expérimentation. La démarche est, on l’aura constaté, des plus choquantes mais elle répond, paraît-il, à la rigueur scientifique et de ce fait, est universellement reconnue.

Il faut savoir cependant que certaines personnalités scientifiques fustigent cette méthode d’expérimentation  ainsi que les procédures strictes qui l’encadrent, surtout lorsqu’on est confronté à une épidémie mondiale et mortelle comme celle du nouveau coronavirus. A l’instar du célèbre Pr Didier Raoult pour qui il s’agirait en fait d’ « habitudes prises en grande partie par l’industrie pharmaceutique et tout le monde a fini par prendre cette méthode pour de la science ». Pour cet éminent infectiologue, non seulement ces lourds protocoles ne sont que des exigences de la pharmaco-business, mais elles ne répondent pas non plus à une situation d’urgence. « Le premier devoir du médecin est le soin et non l’expérimentation », a-t-il martelé dans une tribune publiée dans la revue « Quotidien du médecin ».

Ces propos du scientifique marseillais justifient amplement la distribution immédiate du Covid-Organics (CVO), le remède traditionnel mis au point par l’Institut malgache de recherches appliquées (IMRA) en guise de réponse au Covid-19. Si l’on s’en tient en effet aux exigences de ceux qui ne jurent que par la soumission au préalable du CVO à un essai clinique aux normes internationales, il faudra attendre plusieurs mois avant de pouvoir mettre cette tisane à la disposition du grand public. D’ici là, l’on doit donc se contenter de compter les malades et les morts par centaines, voire par milliers.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Nosy malagasy - La restitution gêne la France

La déclaration du Président Andry Rajoelina à l'antenne de France 24 et RFI, le 10 mai dernier, gêne la France. Concours de circonstances ou réponse, le gouvernement français effectue une consultation publique pour faire des îles Glorieuses une réserve naturelle nationale.

Le gouvernement français effectue une consultation publique sur un projet de décret relatif à la création de la réserve naturelle nationale de l'archipel des Glorieuses. Cette consultation se fait en ligne depuis le 11 mai 2020. L'on y trouve notamment le projet de décret et un rapport de présentation. Cette consultation publique prendra fin le 1er juin 2020. Les publics concernés par cette consultation sont les particuliers, les collectivités, les associations, et les professionnels. Tout le monde peut donc laisser en ligne ses commentaires. Et à l'heure où nous mettons sous presse, nous avons pu constater que 22 commentaires ont été déposés par les intéressés. 

Concours de circonstances ou réponse du loup à la bergère, cette consultation publique pour la création de la réserve naturelle nationale a été mise en ligne le lendemain de la déclaration du Président Andry Rajoelina sur France 24 et RFI à propos de la restitution des Nosy malagasy. Lors de son intervention, le Président malagasy réclamait la souveraineté des Nosy malagasy, donc la restitution. A travers cette déclaration, le Chef de l'Etat malagasy campe sur sa position d'origine. Lors de sa rencontre avec le Président français à l'Elysée ou à  la première réunion de la commission mixte à Andafiavaratra et  à la conférence nationale sur les Nosy malagasy au Centre de conférence international d'Ivato, la position des autorités malagasy était toujours la même : « les Nosy malagasy appartiennent à Madagascar, la France a le devoir de les restituer.» 

Ce n'est pas la première fois que la France joue cette manœuvre de sourds pour refuser la rétrocession de ces îles à Madagascar. Malgré les recommandations des Nations unies, la France fait le dos rond et continue de provoquer la partie malagasy et l'opinion internationale. Après le fameux « ici c'est la France », lancé par le Président Macron, voilà qu'elle nargue le monde entier à travers ce projet de décret sur un territoire dont elle ne devra pas juridiquement et historiquement avoir de l'autorité. « Aleo hanao fa mbola hitsako tsy misy eo »….

La Rédaction

Madagate0 partages

Mediator, l’affaire donnant raison au Président Andry Rajoelina

Le Président Rajoelina montrant le Madécassol, produit par les laboratoires Bayer à Leverkusen en Allemagne

Le 11 mai 2020, lors de l’entretien en duplex, organisé conjointement par France 24 et Radio France internationale, le Président Andry Rajoelina avait parlé du Mediator. Replaçons-nous d’abord dans le contexte.

Christophe Boisbouvier, Rfi : « (…) Monsieur le Président, tout le monde n’est pas convaincu par ces preuves dont vous parlez (Ndlr : France plus de 26.000 morts ; Madagascar zéro décès en ce 11 mai 2020), et ce n’est pas n’importe qui: l’UNION AFRICAINE, la CEDEAO, et surtout l’OMS, le bureau Afrique de l’OMS, ont multiplié les mises en garde, ces derniers jours, contre l’illusion d’un remède miracle. Non seulement, l’OMS doute de l’efficacité du Covid-Organics mais elle craint des effets secondaires pour les gens qui consomment cette tisane ».

Andry Rajoelina : « Oui, vous me citez, bien évidemment, la mise en garde du docteur Moeti (Ndrl : Matshidiso Rebecca Moeti du Botswana, première femme à occuper le poste de Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique) qui met en garde l’utilisation du Covid-Organics. J’aimerai juste poser la question : est-ce que le Mediator avait reçu et obtenu les autorisations ? Et ce que je demande comme question, aujourd’hui : combien de personnes sont mortes, en fait du médicament Mediator ? (…) ».

Cela mis noir sur blanc, je suis persuadé que la majorité des auditeurs malagasy ignore totalement ce qu’est le Mediator et même comment cela s’écrit. Voici sa triste histoire où l’OMS (Organisation mondiale de la Santé créée le 7 avril 1948) a brillé par une totale absence.

Durant 33 ans, de 1976 à 2009, le Mediator a bénéficié d'une autorisation de mise sur le marché en France et a été commercialisé par le groupe pharmaceutique Servier créé en 1954. Servier est présent dans 149 pays est son chiffre d’affaires pour 2019 est de 4, 615 milliards d’euros… Le Mediator fut autorisé chez les personnes en surcharge pondérale, atteintes de diabète de type 2 où l'organisme ne produit pas suffisamment d'insuline, soit il résiste à l'insuline. Toutefois, ce traitement aux propriétés anorexigènes (diminuant l'appétit) a surtout été détourné et prescrit comme coupe-faim. Il est à l’origine du décès de 1.520 à 2.100 personnes en France, selon une expertise judiciaire (France Culture), à cause de son risque augmenté de valvulopathies cardiaques (Wikipedia).

Irène Frachon est son ouvrage

En 2010, les éditions « Dialogue » publie le livre intitulé : « Mediator 150 mg : combien de morts ? ». L’auteur est Irène Frachon, pneumologue du CHU de Brest. De quoi retourne-t-il ? « Il s’agit de ma lutte, commencé en 2007, pour révéler, retracer au grand jour et dénoncer l’indication fallacieuse, le nature amphétaminique cachée et les risques pourtant déjà connus de ce médicament commercialisé par les laboratoires Servier, et dénoncés en vain par la Revue Prescrire depuis 1997 ».

Mais qu’est-ce que le Mediator exactement ?

Commercialisé sur le marché français, sans une quelconque autorisation ni demande d’essais cliniques de la part l’OMS, en 1976, le Mediator a été fabriqué en usine par les laboratoires Servier.Il s’agit d’un médicament composé de benfluorex, une molécule active visant d'abord à diminuer les lipides (triglycérides et/ou cholestérol) circulant dans le sang. Il a ensuite été indiqué pour les patients en surpoids, atteints de diabète de type 2, selon son autorisation de mise sur le marché. Le benfluorex est une molécule hypoglycémiante, c'est-à-dire qu'elle favorise la synthèse du glycogène par le foie. Il a donc le pouvoir de diminuer le taux de glucose (sucre) dans le sang. Trois spécialités pharmaceutiques à base de benfluorex étaient alors commercialisées en France : le Médiator (de 1976 à 2009) ; le Benfluorex Mylan 150 mg (médicament générique sorti en octobre 2009 et retiré le mois suivant du marché) et le Benfluorex Qualimed 150 mg (médicament générique sorti en octobre 2009 et retiré également le mois suivant du marché. Le Mediator a été retiré du marché français, italien et espagnol à partir de 2009, en raison d'un sur-risque de valvulopathies cardiaques.

Le scandale qui s’en est suivi est donc révélé dans le livre d’Irène Frachon, cité haut. En résumé de nos propres recherches, le Mediator a été détourné de l’usage initial et prescrit à d'autres patients (non diabétiques) en guise de coupe-faim pour les aider à maigrir. Pourtant, le benfluorex entraîne la production de norfenfluramine dans le corps, une substance anorexigène (d'où les effets sur la perte de poids) faisant partie des amphétamines. Une substance que l'on retrouve dans deux autres médicaments des mêmes laboratoires Servier : l’Isoméride et le Pondéral. Ces coupe-faim ont été retirés de la vente en 1997 car ils présentaient des effets secondaires graves (hypertension artérielle pulmonaire responsable d'insuffisance cardiaque). Ces effets graves pour la santé avaient déjà été démontrés lors d'une étude menée, déjà, en 1995 par le Pr Lucien Abenhaim et l'équipe de pneumologues de l'hôpital Béclère à Clamart, une commune au Sud-ouest de Paris.

Ce scandale a même fait l’objet d’un film intitulé « La fille de Brest », réalisé par Emmanuelle Bercot, et sorti en 2016, avec l’actrice danoise Sidse Babett Knudsen et l’acteur français Benoît Magimel. Synopsis : Dans un hôpital de Brest, une pneumologue découvre un lien direct entre des morts suspectes et la prise d'un médicament commercialisé depuis 30 ans, le Mediator. De l'isolement des débuts à l'explosion médiatique de l'affaire, l'histoire, inspirée de la vie d'Irène Frachon, est une bataille de David contre Goliath pour voir enfin triompher la vérité. Le procès du Mediator s'est ouvert le 23 septembre 2019 au Tribunal de Grande Instance de Paris, 10 ans après son retrait du marché français. Quatorze prévenus et onze personnes morales avaient été renvoyés en correctionnelle en septembre 2017. Parmi les personnes morales, les laboratoires Servier sont accusés de tromperie aggravée, escroquerie, blessures et homicides involontaires par violation délibérée et trafic d’influence. L’ANSM (Agence nationale française de sécurité du médicament), quant à elle, est accusée de blessures et homicides involontaires par négligence.

Le 18 avril 2019, une audience fixe le procès du 23 septembre 2019 à avril 2020. Les plaidoiries auraient dû débuter en mars 2020, mais le coronavirus apportant le terrible covid-19 arriva, stoppant net le processus de cette triste et mortelle affaire. Dans toute cette histoire, pas un moindre geste de la part de l’OMS. Tiens donc. Mais cette affaire du Mediator a donné raison au Président Andry Rajoelina qui a pointé du doigt cette branche de l’ONU, financée à hauteur de 80% par le lobby pharmaceutique communément appelé « Big pharma » dont le but n’est pas de nous guérir mais de faire un maximum de profits avec notre santé, quitte à la mettre en danger. Vous pensez peut-être que j’exagère ? Dans ce cas, lisez bien ce qui va suivre,selon Richard John Roberts, biochimiste britannique, prix Nobel de médecine en 1993 : « Les compagnies pharmaceutiques sont plus intéressées par votre porte-monnaie que par votre guérison, c’est pourquoi les recherches sont soudainement détournées vers la découverte de médicaments qui ne guérissent pas, mais qui rendent les maladies chroniques, ce qui apporte une amélioration aux malades mais qui disparaît lorsqu’ils arrêtent de prendre le médicament ».

A partir d’aujourd’hui 13 mai 2020, un autre scandale pointe à l’horizon. Le lundi de Pâques 2020, Emmanuel Macron, Président de la république française a annoncé que « le confinement le plus strict doit se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai ». Ce délai, selon lui, devrait permettre de « ralentir encore » la propagation de l’épidémie (qui avait pourtant fait plus de 15.700 morts le mardi 14 avril 2020), « trouver des places disponibles en réanimation » et donner la possibilité aux soignants « de reconstituer leurs forces ». Et le déconfinement a bien eu lieu en France, le 11 mai 2020. Cependant, en matière de traitement(s), c’est l’opacité totale de la part des dirigeants français actuels.

Pour rappel, le 12 avril 2020, Emmanuel Macron avait reconnu « un manque de préparation de la France pour affronter le Covid-19 ». Cependant, il a mis en exergue « des motifs d’espoir avec la diminution des entrées en réanimation ». Il a même précisé les modalités de dépistage, une fois le confinement levé : « Nous serons en capacité de tester toute personne présentant des symptômes pour pouvoir mettre les malades en quarantaine ». Jusque-là, toujours rien en ce qui concerne le traitement des personnes testées et atteintes du coronavirus. Beaucoup de Français, dans l’euphorie de ce déconfinement qui, cependant, apporte plus de craintes de que soulagement, semblent avoir oublié les dispositions suivantes : les personnes âgées et les patients chroniques sont, quant à elles, invitées à prolonger le confinement pour ne prendre aucun risque. Or, les plus de 65 ans représentent la très grande majorité des décès enregistrés (près de 5.600 en Ehpad et établissements médico-sociaux, ce lundi de Pâques 2020).

Et Emmanuel Macron a poursuivi ainsi : «Une très faible minorité de Français ont contracté le Covid-19, nous sommes loin de l’immunité collective. Mais je mise surle vaccin pour sortir de l’épidémie, sans doute la solution la plus sûre». Mais, avec le fiasco total de tous les essais cliniques, dont Discovery à l’échelle de l’Europe, il faudra bien attendre encore plusieurs mois pour avoir un vaccin fiable. Alors ? Il se pourrait fort bien que l’Etat français utilise en catimini le protocole du Pr Didier Raoult (association azithromycine-hydroxychloroquine et anticoagulants). Et pourquoi pas le Tambavy CVO de l’IMRA de Madagascar ? Hélas, le but de « Big pharma », encore une fois, n’est pas de sauver des vies. Comme je l’avais expliqué en langue malagasy, dans une émission sur Viva Télévision, le 9 mai 2020 (voir sur Youtube), les fameux essais cliniques ou essais thérapeutiques sont financés et réalisés très majoritairement par ces industriels, parfois à la demande des agences règlementaires.

C’est dans cette mouvance politico-industrielle que s’est fixée la fameuse « Evidence Base Medicine » ou Médecine basée sur des preuves et la célèbre méthode statistique de randomisation (tirage au sort). L’idée fondamentale est de substituer le calcul statistique à l’expérience clinique qui est celle du médecin ; la démonstration mathématique à la pratique médicale. En effet, pour les dirigeants français actuels donc, plus de 26.000 morts sur plus de 67 millions d’habitants, c’est une quantité négligeable. (Source : Florian Philippot, collectif « Les Patriotes »). Et pour reprendre les propos d’Emmanuel Macron donc : une «  très faible minorité de Français ont contracté le Covid-19 ». Mais chez nous, à Madagascar, la vie est sacrée et même si elle ne vaut rien, rien ne vaut la vie. Et c’est en tant que citoyen malagasy, avant d’être journaliste, que je rejoins ce qu’a déclaré le Président Andry Rajoelina, dans cet entretien du 11 mai 2020 :

« Moi, je pense que le problème c’est que çà vient d’Afrique. On (Ndlr : l’OMS et la mafia des laboratoires, la“Big Pharma”) ne peut pas admettre, on ne peut pas accepter qu’un pays comme Madagascar, qui est le 63è pays le plus pauvre du monde, ait mis en place cette formule, ce Tambavy pour sauver le monde. Mais, en fait, il s’agit là d’une guerre sans la force militaire ou, également la puissance économique qui jouent, actuellement. Mais Dieu le Seigneur, nous a donné les plantes médicinales pour aider les autres pays et le monde entier pour lutter contre cette maladie ».

Et je clos ce dossier par des extraits de l’article de notre ami Max Randriantefy, paru hier dans nos colonnes, intitulé: «Pour une révision de la vision de l’OMS» :

« (…) La leçon à tirer de cette situation, est que la gestion du mode opératoire, doit donner priorité à la méthode quelle qu’elle soit qui prolonge dans l’IMMEDIAT la vie du plus grand nombre de patients, et cette attitude est non négociable. Elle donne donc tort à l’OMS et ses sbires pour non-assistance à des personnes en danger. C’est un homicide avec ou sans l’intention de le faire, et ceci n’enlève en rien la  responsabilité inhérente à ce crime contre l’humanité. Des suites juridiques à donner à cette affaire du coronavirus seront les bienvenues, tout d’abord  dans le but de séparer les bons grains de l’ivraie, pour ensuite aboutir à un réajustement concernant la priorisation des objectifs et les actions y correspondant selon l’urgence sociétale. Les institutions nationales et internationales sont souvent des refuges à l’irresponsabilité agissante. On est à l’orée d’une destructuration administrative progressive, pour remettre  les organes de décision plus près des administrés. La réalité de leur condition ne se décrit plus par des théories bureaucratiques burlesques qui finissent toujours à l’avantage des nantis de ce monde, en l’occurrence les lobbies des multinationales pharmaceutiques dans ce cas de figure ».

Bon, qui vivra verra et prenez soin de vous, en suivant les directives officielles. Et vous savez quoi? Non, on ne vit pas qu’une fois. On meurt une fois mais on vit plusieurs jours et demain en sera un autre pour vous, destiné à vous repentir avant qu’il ne soit vraiment trop tard. D’où «ny nenina handatsa any afara…»: les regrets ne viennent jamais qu’après pour vous blâmer.

Dossier de Jeannot Ramambazafy également publié dans "La Gazette de la Grande île" du mercredi 13 mai 2020

CLIQUEZ ICI

Madagate0 partages

Loholon’i Madagasikara. Nidera ny fasahian’ny Filoha Andry Rajoelina

Solimotel Anosy, 12 May 2020. Naneho ny heviny mahakasika ny fitsaboana amin'ny alàlan'ny tambavy CVO ireo Loholon'i Madagasikara. Navoitran'izy ireo tamin'izany fa dingana lehibe izay lazan'i Madagasikara no nafahan'ireo manampahaizana mpikaroka malagasy sy ny IMRA namokatra ity Tambavy CVO ity. Porofo fa mahomby ny fitsaboana aminy, dia maro ireo firenena afrikana izay tonga nidododo naka ny anjara fanampiana nomen'ny firenena malagasy ho azy ireo. Teo ihany koa ny fanambarana izay nataon'ireo mpikaroka Senegaly izay nilaza fa azo atao tsara ny mampiasa ity Tambavy CVO ity.

"Maneho firaisankina amin'ny vahoaka malagasy rehetra, manoloana ny ady atao amin'ny Corona Viriosy", hoy indrindra ny mpitondra-ten’ny Loholona nandray fitenena, dia ny Loholona isany : Day Rabeniony, Kolo Roger ary Randriananadrazana Auguste. “Efa ela isika no niady mba hanomezana lanja ireo mpikaroka malagasy. Tamin'ity fitondrana ity dia tsy vitan’ny resaka sy fampanantenana fa dia tonga amin'ny tanjona isika ka nahitana ny tambavy izay vokarin'ny IMRA”, hoy ihany izy ireo. “Deraina manokana”, hoy ireto Loholona ireto ihany, “ny fasahian'ny Filoha Andry Rajoelina manoloana ireo fanaratsiana sy tsindry ary sakatsakana maro samihafa momba ny ezaka ataon'ny mpitondra ankehitriny”.

“Noho ny tombontsoan'ny Malagasy dia tsy nilavo lefona fa nanao ezaka rehetra nafahana nanao ezaka rehetra nahitana ny fanafody”, hoy ry zareo nanohy. Nanentana ny vahoaka malagasy ireo Loholona tsy hisalasa amin'ny fisotroana ity tambavy ity. “Lahy tokana ny aina ka tsy tokony hisangisagy isika”. Nirary ny vahoaka malagasy tsy vaky volo ho samy salama ireo Loholona ireto.

Andry Rakotonirainy

Madagate0 partages

BOA-Madagascar et MENETP ensemble pour lutter contre le Covid-19

Le lundi 11 mai 2020, le Président du Conseil d'Administration, le Directeur Général et les membres de la Direction de BOA-Madagascar, ainsi que la Présidence de la Fondation BOA à Madagascar, ont remis au Ministère de l’Éducation Nationale et de l'Enseignement Technique et Professionnel (MENETP) 100.000 masques, 2.000 bouteilles d'eau de javel et 2.000 bouteilles de gel hydro alcoolique destinés aux élèves des Écoles Primaires (EPP) des régions les plus touchées par le Covid-19.

Cette cérémonie s'est déroulée au sein du MENETP a Anosy. Boa-Madagascar, en tant que Banque citoyenne et responsable, conjointement avec la Fondation BOA, s'engage aux cotés des Autorités dans le lutte contre le Covid-19.

Cette action confirme à la fois la pérennité du partenariat scellé entre le Ministère de l’Education Nationale et de l'Enseignement Technique et Professionnel et BOA-Madagascar, ainsi que l'appui apporté par BOA-Madagascar et la Fondation BOA aux populations les plus vulnérables.

Andry Rakotonirainy – Photos : Harilala Randrianarison

Madagate0 partages

MADAGASCAR TAMBAVY COVID-ORGANICS, 12 MAI 2020. L'UNION DES COMORES EST VENU RECUPERER SA PART DE DON A L...

 

Midi Madagasikara0 partages

Rallye – Championnat de Madagascar : La première manche prévue les 19, 20 et 21 juin

Aucune confirmation officielle n’a été évoquée par la fédération du sport automobile de Madagascar (FSAM). Pour l’heure, la fédération est en attente de la levée des interdictions d’organisation pour pouvoir lancer la saison 2020.  Initialement prévue se disputer les 15, 16 et 17, la première manche du championnat national pourrait se dérouler du 19 au 21 juin. Cette manche inaugurale organisée par la FMMSAM totalisera treize épreuves spéciales distantes de 101 km. Le vendredi 19 juin, 2 épreuves spéciales de 4 km attendent les équipages, 7 ES distantes de 64 km sont prévues pour le samedi 20 juin et 4 ES d’une distance de 33 km dont un “powerstage” de 13 km pour le dimanche 21 juin. Au programme de ce rallye, 52 km de liaison. La fédération effectue actuellement le tracée du rallye. « L’organisation de ce rallye est conditionnée par les mesures de déconfinement » a publié, Jimmy Rakotofiringa, président de la FSAM sur les réseaux sociaux. Les frères Randrianarivony devront encore patienter pour pouvoir remettre leur titre en jeu. Cette année, ils rouleront avec leur même Subaru N16 qui leur a offert le sacre l’année dernière.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

FIRST IMMO : 230 ampoules pour l’éclairage des rues de Tanjombato

Les ampoules offertes par First Immo ont été immédiatement installées.

Figurant parmi les acteurs majeurs de la promotion immobilière à Madagascar, “First Immo” s’engage également dans l’amélioration des conditions de vie de la population. Elle l’a, une fois de plus, prouvé en faisant don, de 230 ampoules LED à la commune de Tanjombato où elle est implantée.  Une dotation qui va, bien évidemment, améliorer le système d’éclairage public de cette commune et permettant ainsi de mieux sécuriser les  villages.  Acteur majeur de la promotion immobilière à Madagascar présent depuis 1995, “First Immo” permet la construction à Madagascar de projet novateur aux normes internationales et respectueux de l’environnement. « A travers l’aménagement urbain et la création de lieux de vie sains et agréables, First Immo participe à l’amélioration des infrastructures de la Grande Île. Persuadée qu’une croissance pérenne s’appuie sur des activités qui ont un impact positif sur le quotidien des gens, l’entreprise immobilière du Groupe AXIAN permet à travers ses activités le développement économique et social des zones où elle est implantée », a notamment déclaré  Ando Razafindrainibe  Directrice Patrimoine  de “First Immo” lors de la cérémonie de remise de ces ampoules qui ont été immédiatement installées.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Talata Volonondry : Tambazotra mpanao fanafihana rava, 15 lahy voasambotra

Anisan’ireo tambazotra mpanao fanafihana nampitondra faisana iny faritra Talata Volonondry sy ny manodidina iny izy ireo, tamin’ny alàlan’ny fanafihana mitam-piadiana sy vono olona. Ny sabotsy lasa teo izy ireo no voasambotry ny zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Ambohimanga Rova. Tao an-tsenan’i Talata Volonondry izy ireo no tratry ny vela-pandrik’ireo zandary raha mbola teo am-pivoriana sy teo am-pitiliana indray izay olona hatao haza. Raha ny fanazavana azo mantsy, dia hoe mihaodihaody ao amin’ity tsena ity foana izy rehetra ireo, izay manodidina ny 30 lahy any ho any. Miezaka mitily izay olona nahazo volabe tamin’ny fivarotana entana ary mandeha manafika izany, rehefa any amin’ny làlana tsy dia misy mahita. Tsy vitan’io fanafihana mitam-piadiana io ihany anefa, fa mbola tafiditra ao anatin’ny resaka halatr’omby ihany koa ireto olona voasambotra ireto. Roa izy ireo tany am-boalohany, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary no tra-tehaka. Ireto farany indray avy eo no nanondro ny namany am-polony maro ireo, ary izao niafara tamin’ny fisamborana izao. Tratra tany amin-dry zalahy ireto ny fitaovam-piadiana, fentin’izy ireo manao ny asa ratsiny ary karazana odigasy maromaro : antsy roa izay mbola misy jaboran-kena sy volon’omby, tady famatoran’omby, fitaratra roa, ary odigasy iray tavoahangy. Ny alatsinainy teo no natolotra ny Fampanoavana izy ireo ary nadoboka am-ponja avy hatrany. Fantatra anefa, fa tsy mijanona hatreo ary mbola mitohy ny fikarohana ireo naman’izy ireo ambiny. « Ny zandarimaria dia mbola manentana hatrany ny vahoaka mba hanome vaovao marim-pototra mahakasika ireo mbola hotadiavina » hoy ny vaovao

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Performance : Les perles de facebook : “Zanakantitra” et Setra David

Une interprétation en a cappella de « Rotsirotsy » d’Henri Ratsimbazafy.

« Heureusement que cette pandémie arrive à point à l’époque des smartphones, imaginez si elle était arrivée du temps des portables Nokia 3310 (l’ancêtre du portable) ». Cette phrase d’un internaute malgache résume tout de la mainmise d’Internet dans de nombreux domaines pour faire face au confinement partiel « Covid–19 ». Surtout dans l’art où les plus talentueux démontrent une créativité ou des savoir–faire faisant oublier un instant cette maladie et tous les soucis dans son sillage.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs artistes, ceux qui ne boostent pas leur page, donnent envie de rester coincé devant son écran. Entre l’humour, la musique et les performances en tout genre, les internautes ont de quoi mettre sous la dent. De véritables pépites numériques valant le détour et de sacrifier quelques « mégaoctets ».

“Zanakantitra” – cover des titres anciens au spleen étourdissant

“Zanakantitra” est la page du membre fondateur du groupe AVM, Hiary Rapanoelina. D’un vibrant « Iarivo niandohana » d’Andrianary Ratianarivo, le monstre sacré du théâtre malgache, à un «Ô ry vahoaka manatrika », répertoire du patrimoine musical malgache rendu à la postérité par Bao Angèle. Il y a de quoi être nostalgique, surtout quand l’artiste ajoute un jeu d’accordéon adoucissant la sauce. Cependant, on est tenté de penser que Hiary Rapanoelina ouvre une piste pour la réappropriation des chants d’antan malgaches sous le sceau des nouvelles technologies. Etant donné que le montage de ses petits clips est aussi amusant avec des montages simplistes, d’une originalité facétieuse.

Setra David – le vaillant soldat de l’autodérision 

L’humour de Setra David fait mouche. Avec moins de cinq sketchs distribués sur « facebook », dont son compte est devenu sa vitrine artistique. Ce jeune homme de Morondava et son air de gros matou rigolard, se moque ouvertement des gars de son coin. Plutôt une autodérision. Et les réactions sont unanimes, Setra David décortique en rire son quotidien de jeune fils de cette perle balnéaire de l’ouest. « Voici un sketch dans lequel on raconte comment les gars de Morondava demandent de l’argent à leur père pour s’amuser avec les copains en comparaison avec ceux des gars d’Antananarivo », lance–t–il. La mise en scène est bluffante. Assis et s’accoudant au canapé, le père joué par l’humoriste, regarde la télé avec la télécommande à la main. En réponse à la demande du fils, il répond. « Il y a une brouette dans la cour, prends-la  et va travailler pour gagner de l’argent ». Le fils fond en larmes.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Société civile sur la lutte contre le Covid-19 : Pour la mise en place d’une plate-forme multi-acteurs

Le parlement est en pleine session et attire l’attention de la société civile dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Des organisations de la société civile appellent les parlementaires « à jouer leur rôle de contre-pouvoir, à réclamer la transparence et la redevabilité de l’exécutif » dans le cadre de la crise sanitaire. A cet effet, selon un communiqué conjoint de Transparency international, du mouvement Rohy, du CCOC, de MSIS Tatao, publié lundi dernier,  la loi de finances rectificatives qui devrait être votée pendant la session parlementaire devrait éclaircir, d’une part, l’utilisation des contributions des partenaires techniques et financiers et, d’autre part, la part de budget alloué en ressources propres internes par l’Etat dans la lutte contre la pandémie, leur utilisation et les détails sur les passations de marché, selon ces organisations. La loi de finances rectificatives devrait être aussi, selon toujours ces dernières, mise à disposition du public. « Une plate-forme multi-acteurs, incluant le secteur privé, la société civile et les partenaires techniques et financiers » devrait être mise en place, selon le communiqué, « pour avancer des solutions inclusives, réalistes et répondant effectivement aux besoins des citoyens » face à la crise. Par ailleurs, les organisations de la société civile plaident aussi pour l’accès pour tous au plan d’urgence social établi par le gouvernement pour lutter contre la pandémie et ses effets. 

Recueillis par Rija R. 

Midi Madagasikara0 partages

Coopération sino-malagasy : 10.000 masques de protection offerts à l’Université d’Antananarivo

Remise de 10.000 masques de la part de l’Université Normale de Jiangxi à l’Université d’Antananarivo.

L’Université d’Antananarivo renforce sa coopération avec les partenaires extérieurs, malgré l’état d’urgence sanitaire. Cette fois, c’est l’Université Normale de Jiangxi qui a fait don de 10.000 masques de protection par le biais de l’Institut Confucius d’Antananarivo.  Ce n’est pas la première fois que l’Université d’Antananarivo collabore avec l’Université Normale de Jiangxi. Les deux universités travaillent ensemble dans le domaine des travaux de recherche, à l’exemple de ceux menés le président actuel de l’Université d’Antananarivo Pr Mamy Raoul Ravelomanana, ou de son prédécesseur Pr Panja Ramanoelina, ou encore du directeur de l’Institut Confucius d’Antananarivo Zo Rasendra. « Cette coopération va dans le bon sens, grâce à ces travaux de recherche, et également à l’envoi des nombreux étudiants malgaches en Chine, pour poursuivre leurs études à l’Université de Jiangxi. Aujourd’hui, nous avons reçu ces 10.000 masques qui seront distribués aux étudiants, aux enseignants, ainsi qu’au personnel administratif. Nous remercions l’Ambassade de Chine d’avoir facilité la communication et fait en sorte que cette remise de don aboutisse », a déclaré le président de l’Université d’Antananarivo, Pr Mamy Ravelomanana, lors de la réception des 10.000 masques, à l’Université d’Ambohitsaina à Ankatso.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

 Dans l’attente du résultat des  analyses refaites 

C’est normalement aujourd’hui que l’on devrait savoir la vérité à propos du bilan de l’OMS ayant fait état, le 7 mai dernier,  de 67 cas de contamination  en totale contradiction de celui des autorités sanitaires malgaches  parlant de 36 cas de  contamination au Covid 19. Ce brusque saut quantitatif qui a ému l’opinion publique a provoqué l’irritation des autorités qui ont exprimé leur scepticisme sur la fiabilité de ces résultats . La décision de recommencer les tests  avec  un  plateau formé par l’Institut Pasteur et le laboratoire du centre Charles Mérieux a commencé à semer le doute dans l’esprit d’une partie de l’opinion. Les chiffres publiés dans les jours suivants ont montré que le virus  se propage effectivement, pourtant ils sont tempérés par le fait que des malades guérissent. Mais l’opinion qui avait été bercée par l’illusion d’une maîtrise parfaite de l’épidémie a un besoin de vérité et attend qu’on lui fournisse des explications plausibles.

 Dans l’attente du résultat des  analyses refaites 

 La cacophonie de la semaine dernière a laissé des traces et même si l’effort de transparence faite par les autorités sanitaires  est méritoire, c’est avec  un œil un peu plus inquisiteur que les chiffres annoncés tous les jours sont regardés.  Il est avéré que des cas de contamination sont détectés tous les jours et qu’il est nécessaire de continuer à suivre les recommandations faites et de respecter toutes les mesures prescrites. L’assurance donnée de nombreuses guérisons ne dissipe cependant pas le doute qui s’est insinué dans l’esprit de certains citoyens.   La mise en avant  du  Covid organics et le prestige qu’en tire le chef de l’Etat sur le plan international ne contrebalancent pas entièrement  le sentiment de frustration latent. On  peut tirer une légitime fierté du crédit  dont jouit le président de la République en Afrique et sur la scène internationale, mais cela est en partie gommé sur le plan intérieur par les problèmes économiques. Tout  cela constitue un obstacle à la bonne perception de l’action du chef de l’Etat. Les résultats des analyses qui ont été refaites après le cafouillage de jeudi dernier peuvent déjà dissiper en partie le malaise qui est né.

Patrice RABE.

Midi Madagasikara0 partages

Gal Jean Aimé Rakotoniaina : Chef d’Etat-Major de l’Armée de terre

Actuellement, le Ministère de la Défense nationale entre effectivement dans la restructuration de l’Armée Malagasy. Au programme de cette restructuration qui entre dans le cadre de la politique générale de l’Etat (PGE), figurent le changement de dénominations des entités composantes de l’Armée et la gestion de personnel pour qu’il y ait rapprochement entre l’Armée et les populations. Dans ce sens, l’installation de nouveaux bataillons et la mise en place des unités appelées « détachement spécial de sécurité » (DSS) à travers l’île devront être réalisées pour lutter contre l’insécurité. Et cela ira de pair avec la poursuite des actions civilo-militaire (ACM) déjà en cours depuis l’année dernière. Ces différents projets ont été soulevés durant la prise de service du nouveau chef d’Etat-Major de l’Armée de terre, le général de Brigade Jean Aimé Rakotoniaina qui a pris le commandement de tous les « corps autonomes » au sein de l’Armée de terre, lundi 11 mai à son siège à Andranoambo (ex-Corps des Forces de développement). Cette passation de commandement a alors eu lieu après celui du commandement des forces d’intervention de l’Armée (COMFIA) déjà effectuée il y a quelques semaines.  Ces corps autonomes sont : le CAPSAT, le 1°RTS, le Bataillon RECAMP, CPC, 1°RG, et le 2°RG. Dans son discours à cette cérémonie, le nouveau nommé était ferme sur sa détermination à respecter et à faire respecter la hiérarchie et la discipline au sein de l’Armée.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Canal de Pangalana : Un bac à moteur d’une capacité de 30t pour Ambila Lemaitso

Remise de bac à moteur à Ambila Lemaitso par le ministre Hajo Andrianainarivelo et son équipe.

L’amélioration des réseaux de circulation et de transport à travers la Grande Île est un défi à relever, selon le MATP (Ministère de l’Aménagement du Territoire et des Travaux Publics). En effet, les réseaux de transports marins et fluviaux sont inclus dans ce cadre. Sur le littoral Est, le Canal de Pangalana tient un rôle important, pour la desserte dans la région Atsinanana. Et pourtant, la plupart des bacs à moteur sont vieux et ne sont presque plus opérationnels, faute d’entretiens périodiques. Pour résoudre le problème et améliorer la sécurité dans le transport fluvial, le MATP, en tant que ministère de tutelle, s’est organisé pour réparer ces vieux bacs à moteur. La semaine dernière, le ministre de l’Aménagement et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo a remis un bac à moteur à la population d’Ambila Lemaitso, Commune Anivorano, District de Brickaville. Ce bac à moteur pouvant supporter des charges jusqu’à 30 tonnes permettra de relier Ambila Lemaitso à Andavakimena, selon les explications. Selon les élus locaux, présents lors de la remise, ce nouveau bac à moteur apportera des changements dans la zone, en facilitant les déplacements, ainsi que le transport de la production locale pour la commercialisation. Des créations d’emplois pour les jeunes sont donc escomptées, selon le député élu dans ce district. Pour sa part, le ministre Hajo Andrianainarivelo a souligné que de nombreuses autres régions de Madagascar bénéficieront également de ce genre de véhicule.

Antsa R. 

Midi Madagasikara0 partages

Point de situation Covid-19 : Six nouveaux cas à Toamasina et deux guérisons annoncées, hier

Six nouveaux cas confirmés de Covid-19 à Toamasina, hier. Le dernier point de situation fait lors du  rendez-vous quotidien avec le Pr Vololontiana Hanta, porte-parole du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19. Une demi-douzaine de nouveaux cas, amenant à un total de 192 cas confirmés de Covid-19 à Madagascar. La totalité des six nouveaux cas d’hier est ainsi localisée dans la ville du Grand Port, dessinant une courbe ascendante de la progression du coronavirus dans la capitale de la Région Atsinanana. Une ascension jugée inquiétante par l’opinion, car en six jours, du 7 au 12 mai 2020, Toamasina totalise 24 nouveaux cas confirmés. Sur les six derniers cas annoncés, hier, quatre sont âgés respectivement de 13, 14, 18 et 40 ans. Pour les deux restants, leur âge n’a pas été communiqué durant l’intervention télévisée de la porte-parole du CCO, qui n’a non plus révélé le quartier d’origine des nouveaux cas confirmés dans la ville de Toamasina. Un bon moyen pour les malades, mais également pour les habitants des mêmes localités qu’eux, d’être stigmatisés.

Au jour d’hier, et ce, depuis le 19 mars, 5 670 tests ont été réalisés à Madagascar, dont 213 durant les dernières 24 heures, soit le 11 mai jusqu’à 18h. Par ailleurs, deux nouvelles guérisons ont également été annoncées, hier, soit 107 guérisons au total. Actuellement, 85 personnes confirmées positives au coronavirus sont encore sous traitement dans divers établissements hospitaliers. Ceux de Toamasina sont en majorité pris en charge à l’hôpital public de la ville.

Promiscuité. Face à cette progression du coronavirus à Toamasina, la population de la ville est particulièrement incitée à respecter les mesures barrières mises en place depuis le début de la crise sanitaire. Si le port du masque semble être mieux respecté qu’auparavant, il n’est pas rare de croiser encore des personnes sans masques, ou portant les leurs sous le menton. Le respect de la distanciation sociale demeure, par ailleurs, peu suivi, comme à Antananarivo où les files d’attente dans les bureaux de poste pour percevoir les aides d’urgence destinées aux ménages vulnérables, se forment sans aucun respect du mètre de distanciation sociale, et ce, sous les yeux des policiers. Tandis que dans les quartiers, la promiscuité est une réalité encore difficile à éviter.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Education : Les « livrets d’apprentissage » remis aux élèves

Le lancement officiel du « livret d’apprentissage » a eu lieu au CEG Ambanitsena, le lundi 11 mai 2020.

Depuis le lundi 11 mai 2020, le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel (MENETP) a commencé à distribuer les « livrets d’apprentissage » aux élèves de la classe de 6ème, 5ème, 4ème et 3ème  des 22 régions. Ces manuels appelés aussi « livrets essentiels » ont été élaborés dans l’objectif de permettre aux élèves de continuer leur apprentissage chez eux, surtout en ces temps de crise sanitaire. Pour l’instant, le contenu de ces livrets porte sur les mathématiques, le malagasy et le français. Mais le ministère a déclaré que la préparation des livrets comprenant toutes les matières pour les élèves en classe d’examen est déjà en cours.  Quant aux livrets distribués jusqu’à présent, ils proposent des résumés de leçons, des exercices, des instructions et des corrigés. A noter que l’UNICEF a beaucoup contribué dans la réalisation de ce projet en apportant son appui financier que ce soit pour l’élaboration ou la distribution des livrets.

Par ailleurs, depuis que les enfants ne peuvent plus se rendre à l’école, le MENETP a déjà développé quelques émissions pédagogiques diffusées sur la chaîne nationale. Nous pouvons par exemple citer « Izaho koa mba te hahay », émission diffusée sur la Radio nationale et qui s’adresse aux élèves des classes préparatoires ; ou encore l’émission « Kilasy pour tous », diffusée sur la Télévision nationale et sur quelques chaînes privées. Cette dernière fait d’ailleurs beaucoup parler d’elle en ce moment,  critiquée sur les réseaux sociaux en raison de la prestation des animateurs qui est jugée parfois  « trop laxiste sur la forme ».

Enfin, concernant les classes primaires, celles du second cycle de l’enseignement général et technique, le MENETP a annoncé que de nouvelles émissions devront voir le jour mi-mai. Toutes ces émissions sont accessibles en ligne sur le site Internet du ministère de l’Education nationale.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Bongolava : Le maire d’Ankerana Avaratra incarcéré

L’association des maires de Bongalava déplore l’incarcération du maire de la commune rurale Ankerana Avaratra dans ladite région, Rabearisoa, samedi dernier, à la prison de Tsiroanomandidy. A titre de rappel, ce dernier a été soupçonné de vol de bovidés. Une histoire qui s’est passée voilà 15 jours. Lorsque le maire, les habitants d’Ankerana et les forces de l’ordre sont partis à la poursuite des Dahalo, le bœuf recherché a été trouvé attaché dans l’enclos de cet élu. C’est ce qui a entraîné son emprisonnement. Cette association voit autrement la situation que c’est plutôt par jalousie que l’on a voulu mettre sur le dos du maire ce vol de bœuf. Ainsi, l’association des maires et les députés de Bongolava haussent le ton et revendiquent notamment sa libération. Ils donnent ainsi 24H au pouvoir central pour se pencher sur le cas du maire. Au cas, où l’on ne trouverait pas de compromis, les maires de cette région vont suspendre leurs activités.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Football- Faguet Herschel Rabemanantena : « L’arbitrage est devenu orphelin ! »

Faguet Herschel Rabemanantena, un très bon arbitre accepté par les joueurs.

 Très critique à l’endroit de l’arbitrage du football à Madagascar, l’ancien arbitre Faguet Herschel Rabemanantena, brise le silence pour pointer du doigt les responsables qui ne devraient plus être là. Explications. 

Midi : Ayant été un des rares médecins du corps arbitral malgache, en fait vous étiez deux avec le docteur Aina, vous avez même dirigé des finales dont celle du championnat U20 à Toamasina mais également le match entre l’USCAF et le Tout Puissant Mazembe ?

 F.H.R. : »De très bons souvenirs en fait. Mais il y a aussi mon passé de footballeur quand j’étais en défense droite du COSFAP puis plus tard du Domoina Soavina Atsimondrano ».

 Midi : Un passé glorieux en tant que joueur en fait. Comment se fait-il que vous n’aviez pas le macaron international alors que vous étiez à bonne école avec Isidore Rasolomalala, Roger Wilson et Bruno Raobijaona, tous des arbitres reconnus ? 

F.H.R.: « C’est difficile de revenir sur cette période difficile car il y avait du verrouillage. Une pratique qui revient aujourd’hui avec en plus du népotisme, puisque des proches des responsables ont réussi à devenir des internationaux sans pour autant être les meilleurs à ces postes. En marge, notre meilleur sifflet, Hamada Nampiandraza pour le nommer, a été lourdement sanctionné pour une faute en dehors du terrain mais on s’est gardé de le défendre. Hamada était pourtant à deux doigts d’intégrer le gratin mondial et c’est bien dommage car tous les autres qui restent ne lui arrivent pas à la cheville. Autant vous dire que l’arbitrage à Madagascar est devenu orphelin. Après l’ère des protégés de Gabriel Rasoloarivony, il y a eu une rupture au niveau de la formation des arbitres versant dans le copinage. »

Midi.: Quelle solution proposez-vous alors ?

 F.H.R. : « C’est simple bien. Il faut tout remettre à zéro en changeant les responsables de l’arbitrage. Je sais que la FMF en est capable. C’est même un passage obligé pour être en phase avec le projet du Président Andry Rajoelina de relancer le football à Madagascar. L’idée de développer le football est indissociable d’une vaste campagne de formation des arbitres ayant, c’est très important, un bon niveau intellectuel. Le succès du projet est à ce prix. »

Propos recueillis par Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Vie politique : Beaucoup de partis en situation « irrégulière »

La déclaration d’existence des partis politiques est une démarche à faire auprès du ministère de l’intérieur et de la décentralisation.

Les partis politiques, riches en effectif, sont invités à faire leur déclaration d’existence à chaque début d’année. Cette démarche administrative est exigée par la loi sur les partis politiques et devrait être faite du janvier au mois d’avril de l’année en cours. Durant ce délai, les partis politiques légalement constitués devraient déposer auprès du ministère de l’intérieur et de la décentralisation les dossiers justifiants son existence, entre autres le rapport d’activités et les membres du bureau en exercice. Toutefois, peu de partis politiques ont fini leur déclaration pour cette année. Seules les formations les plus dynamiques ont déjà déposé leur dossier suivant le délai légal. Le parti au pouvoir, notamment le Tanora Malagasy Vonona, a déjà régularisé sa déposition auprès du ministère responsable, nous confie un membre du parti. « C’est une obligation légale et nous avons juste respecté les dispositions des textes en vigueur »  s’est défendu pour sa part Mohamed Rachidy, secrétaire général du parti HVM. Ce parti de l’opposition a déposé son dossier en fin du mois d’avril, affirme ce dernier. Le parti Tiako i Madagasikara a déjà fait aussi la démarche, selon son secrétaire général, Riana Andriamasinoro.

Le dépôt de dossier auprès du ministère de l’intérieur et de la décentralisation devrait être clôturé le 30 avril de cette année. Mais la crise sanitaire actuelle a perturbé cette échéance et tout le mois d’avril correspondait à la période de confinement où les services de l’administration ont été réduits au minimum. L’état d’urgence sanitaire a aussi empêché toute réunion publique dépassant les 50 personnes et empêche, à cet effet, les partis à tenir un congrès « aux fins de compléter les dossiers exigés par les textes en vigueur ». En effet, l’Etat est sollicité à prendre une « mesure exceptionnelle » pour faciliter aux partis la finalisation de la démarche de déclaration d’existence. « Le contexte de la crise est exceptionnel, donc il serait préférable d’accorder une prorogation du délai comme mesure exceptionnelle » a avancé un élu issu de la majorité à l’assemblée nationale. Et « il faut reconnaître que, dans le pays, les partis politiques sont peu dynamiques dans un contexte normal » a-t-il souligné. De son côté, le parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara suggère que « l’occasion devrait être saisie par le ministère de l’intérieur pour assainir le registre des partis politiques » selon Mohamed Rachidy. Actuellement, le pays compte plus de 250 partis politiques légalement constitués.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Santé de la mère et de l’enfant : 300 000 dollars de matériels médicaux de la part de la STAR et de l...

(crédit photo : Princy)

Une convention de partenariat entre la STAR, la fondation Coca-Cola et le ministère de la Santé publique a été signée hier 12 mai 2020 à Ambohidahy. Il s’agit de faire un don de matériels médicaux d’une valeur de 300 000 dollars pour améliorer la prise en charge de la santé de la mère et de l’enfant dans les hôpitaux malgaches. Les équipements et consommables dédiés aux services de maternité et néonatale mentionnés dans la convention arriveront par bateau à Madagascar dans les 60 prochains jours selon les explications lors de la conférence d’hier.

3 hôpitaux publics. Les matériels médicaux offerts par la STAR et la fondation Coca-Cola se destinent à trois hôpitaux publics dont le centre hospitalier Universitaire de Toamasina, le service de maternité du centre hospitalier de référence régionale de Maintirano et le service de maternité du centre de référence du district d’Ikalamavony. Ces dons vont permettre d’alléger une lourde charge, à la fois aux établissements bénéficiaires et au ministère de la Santé publique tout en améliorant la qualité de la prise en charge des mères et enfants.

Pour la STAR, représentée à cette cérémonie de signature par son directeur général, Marc POZMENTIER, offrir ces dons constitue en engagement citoyen et apporter une contribution tangible dans l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant, constitue l’un des axes de la responsabilité sociétale prioritaires de la STAR et de la fondation Coca-Cola.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ambodiazinina Fenerivo atsinanana : Mpirahalahy am-panambadiana nifanafika

Raha mbola tsy milamina ilay raharaha fitsaram-bahoaka nahazo ireo polisy telo lahy maty tao Ambodihazinina Fenerivo atsinanana, dia nitrangana fanafihana nitam-piadiana indray tao amin’ity fokontany ao anatin’ny kaominina Ambatoharanana; izay fantan-daza amin’ny fivarotana sy fambolena lavanila sy ireo voly fanondrana hafa ihany koa.

Ny alin’ny talata 05 mey nifoha ny alarobia 06 mey teo, dia nisy nanafika ity mpandraharaha ara-toekarena momba ny voly fanondrana antsoina hoe Mahefa Constant ity. Voalazan’ny vaovao, fa olona 07 nirongo basy vahiny sy basy vita gasy no nanafika azy tamin’izany, ka voaroba tamin’izany ny vola mitentina 99.000.000 ariary sy ny zanaka ilay mpandraharaha vavikely 08 taona nalain’ireo jiolahy an-keriny saingy novotsoran’izy ireo ihany teny an-dalam-pandosirana avy any Ambodihazinina Ambatoharanana Fenerivo atsinanana. Taorian’ny antso vonjy nataon’ilay mpandraharaha izay fantan-daza , dia niray hina nanaraka ireto andian-jiolahy mpanafika ireto ny fokonolona ny alin’ny 05 mai io, ka iray tamin’ireo mpanfika sy naka an-keriny zazavavikely 08 taona no tratran’ireo mpanara-dia. Voalaza moa fa atidohan’ny fanafihana ity tratran’ny fokonolona ity, izay efa natolotra ny mpitandro ny filaminana. Tsy iza ity jiolahy tratran’ny fokonolona ity, fa mpirahalahy am-panambadiana, 63 taona amin’ilay mpandraharaha notafihana tao Ambodihazinina ihany sy efa ben’ny Tanàna tao amin’ny kaominina Ambatoharanana ny taona 1996 ary efa lehiben’ny ZAP tany an-toerana ihany koa, saingy efa misotro ronono amin’izao. Tratra ny 06 mey kosa ilay ramatoa niara-niketrika tamin’izy ireo tamin’izao fanafihana izao.

Ankoatra izay rehetra izay dia fantatra izao araka ny filazan’ilay rangahy 63 taona tratra ity, fa tao Fenerivo atsinanana ny 05 mey no niketrika ny fanafihana izy ireo, satria araka ity rangahy  mpirahalahy am-panambadiana amin’ity mpandraharaha ity, fa haka vola be hividianam-bokatra ilay mpandraharaha. Avy eto Toamasina no nakana ireo jiolahy mpikaraman’ady ireo izay mbola tadiavina izy 05 lahy sy basiny amin’izao fotoana izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

13 mai 72 : 48 ans déjà

13 mai 1972-13 mai 2020, 48 ans déjà. En général, le mois de mai est caractérisé par des soulèvements populaires, la première République en a fait les frais d’un mouvement estudiantin qui a débuté avec la grève des étudiants de l’école de médecine. Elle a pris de l’ampleur, avec notamment l’entrée des collégiens, des lycéens et des étudiants d’Ambohitsaina. Par la suite, ces derniers ont été arrêtés ainsi que des prêtres et des médecins pour être emmenés par la suite à Nosy-Lava.

Dominique R.     

Midi Madagasikara0 partages

Disitrikan’i Maevatanàna : Miverina mirongatra indray ny asan-dahalo

Am-polony ny omby lasan’ny dahalo isaky ny misy fanafihana ato amin’ity disitrika ity. Na dia eo aza ny ezaka ataon’ny fanjakana amin’izao fotoana, dia tsapa ho sahirana ireo mpitandro ny filaminana aty an-toerana noho ny tsy fahampian’ny olona sy fitaovana hentina hamongorana ny asan-dahalo. Anisan’ny tena olana ihany koa ny faharatsian’ny làlana izay misy any amin’ireo kaominina ambanivohitra, ka manjaka tokana ihany koa ireo malaso amin’ity resaka asan-dahalo sy fanafihana ity. Ny tapa-bolana lasa teo izao, dia omby  roapolo no lasan’ny dahalo tany amin’ny kaominina ambanivohitra Bemokotra sy ny tany ampitandrefan’Ikopa. Araka ny vaovao voarainay hatramin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra, dia mbola eo am-pelatanan’ireo jiolahy ny omby halatra. Marihina moa, fa tsy nisy naratra na namoy ny ainy nandritra ny fanafihana niseho tao amin’ireo toerana volaza etsy ambony ireo. Mitohy hatrany ny fanenjehana ataon’ny mpitandro ny filaminana sy ny fokonolona amin’izao fotoana izao.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Méthodes de Planning Familial : Baisse du nombre d’utilisateurs durant le confinement

L’absence de moyens de transport est la cause de la baisse du nombre d’utilisateurs de planning familial.

Les périodes de confinement ont eu des impacts négatifs sur le recours aux services de planning familial. Le Centre Hospitalier Universitaire Gynécologie-Obstétrique Befelatanana (CHU GOB) a enregistré une baisse de recours aux services en question. 

La crise sanitaire liée au Covid-19 a eu son lot de conséquences sur les services de planning familial. C’est ce qui a été avancé lors de la cérémonie de remise de matériels et d’équipements de travail et de protection pour les agents de santé organisée à la salle de conférence du ministère de la santé publique Ambohidahy,lundi dernier. L’on aurait remarqué une baisse considérable du taux de consultation et de recours aux méthodes de planification familiale du service de la planification familiale et de la consultation prénatale du CHU GOB durant la période de confinement. Comme l’a noté Andrilaina Razakarivony, sage-femme auprès du service en question : « peu d’utilisateurs réguliers sont venus recourir au service depuis la crise du Covid-19 ». L’entretien avec la responsable a également permis de savoir que « la baisse du taux de recours concerne les utilisateurs de méthode de planification familiale à courte durée ». « Nous avons enregistré beaucoup de cas de perdu de vue »,se désole Andrilaina Razakarivony. Interrogée sur les éventuelles causes de la situation, notre interlocutrice d’avancer « la peur de la maladie ». « Les utilisateurs ont préféré éviter les hôpitaux à cause de la  peur d’attraper le coronavirus et c’est tout à fait compréhensible compte tenu du danger que représente la maladie » explique la sage-femme. Avant de renchérir : « les problèmes de transport ont également joué un rôle important dans cette baisse du nombre de consultations. Ce n’était pas évident pour une utilisatrice habitant Itaosy ou encore Sabotsy Namehana de venir au CHU durant cette période ».

Aides. Des matériels et équipements de travail et de protection pour les agents de la santé ont été remis lundi dernier au ministère de la santé publique. S’inscrivant dans le cadre du partenariat de l’ONG Mershy Ships avec la facilitation de l’UNFPA, l’organisation onusienne pour la population, ces matériels sont ainsi destinés à équiper le bloc opératoire, la maternité et la réanimation des nouveau-nés de l’hôpital public d’Analakininina Toamasina. Les agents de santé  ont eux aussi bénéficié d’équipements de protection individuelle. S’inscrivant dans cet esprit de protection des agents de santé, l’UNFPA a également doté les sages-femmes de matériels et équipements de protection individuelle. Ce, dans l’objectif d’assurer la sécurité de ceux qui « travaillent aux fronts dans le cadre de la lutte contre le covid-19 ».

José Belalahy 

Midi Madagasikara0 partages

Contrôle de la constitutionnalité : Première saisine de la HCC par le HCDDED

« La situation d’exception est juste une parenthèse dans le débat démocratique », dixit Pierre Lenoble Narivony

Bonne gouvernance, redevabilité et transparence sont les maîtres mots de Pierre Lenoble Narivony qui défend la Démocratie et l’Etat de Droit.

« Un Chef d’Institution ou le quart des membres composant l’une des Assemblées parlementaires ou les organes des Collectivités Territoriales Décentralisées ou le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit peuvent déférer à la Haute Cour Constitutionnelle, pour contrôle de constitutionnalité, tout texte à valeur législative ou règlement intérieur ainsi que toutes matières relevant de sa compétence ». En vertu de ces dispositions de l’article 118 alinéa 1er de la Constitution, le président du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit (HCDDED) a saisi la HCC aux fins de contrôle de constitutionnalité des textes régissant les Etablissements publics et les Universités publiques par rapport à la loi relative à la Banque Centrale, par interprétation de l’article 95 de la Constitution.

Exercice du pouvoir. Depuis l’installation officielle du HCDDED le 20 mars 2018, c’est la première saisine du juge constitutionnel par Pierre Lenoble Narivony qui avait ses « maux » à dire dans le dernier numéro du magazine « Demokrasia » de février, mars et avril. « Confinement ne signifie pas que l’ont doit mettre au placard nos valeurs et nos principes républicains. La situation d’exception est juste une parenthèse dans le débat démocratique ». Et d’ajouter dans la foulée que « dans cette guerre sanitaire, ne nous trompons pas de cibles. Au lieu de renforcer le caractère monarchique de l’exercice du pouvoir, donnons les bons modèles et les bons repères à des citoyens politiquement mal éduqués par une classe politique qui, depuis des décennies, est dominée par les mêmes qui s’érigent en défenseurs de la démocratie tout en abusant des prérogatives de l’Etat pour le bénéfice de leur clan, qui n’aiment pas être contredits et agissent en conséquence pour s’assurer la servilité du peuple ». S’il a saisi la HCC, c’est justement pour que la Démocratie et l’Etat de Droit ne soient pas …confinés. Totalement ou partiellement.

R. O