Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Samedi 13 Février 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara27 partages

Débat politique :  Des têtes refont surface

La tension politique monte et certains politiciens, alors en perte de vitesse depuis des années, refont surface. Alors qu’ils ont, depuis des années, quitté l’arène pour se consacrer à d’autres préoccupations. Mais depuis que le débat se réchauffe et certains pronostiquent une crise, ces têtes qui ont marqué une autre époque de la vie politique réapparaissent. Comme les Fetison Rakoto Andrianirina ou Yves-Aimé Rakotoarison, qui tentent un come-back depuis un certain temps. Ce dernier annonce alors son retour sur la scène politique, lors d’une émission dans une chaîne de télévision privée. Membre du parti TIM et de la mouvance Ravalomanana, durant les débuts de la crise de 2009, Yves Aimé Rakotoarison est reconnu pour avoir voulu approcher tous les régimes qui se sont passés depuis le mouvement de 1991. Actuellement, il participe au débat politique et se positionne sur l’échiquier comme un partisan du « dialogue entre les deux protagonistes » actuels. Il veut alors que l’opposition et le régime engagent une discussion sur une table ronde pour «  éviter une nouvelle crise ». Les idées de Yves-Aimé Rakotoarison se rapprochent avec celles de Fetison Rakoto Andrianirina, qui, lui aussi, a appelé pour un apaisement. Cet autre ancien membre de la mouvance Ravalomanana, qui fait sa réapparition sur la scène politique, depuis la crise du coronavirus en 2020, veut également « un dialogue entre tous les acteurs, sans distinction » de la vie publique. Le président du parti RDS s’est déjà retiré de la vie politique après son échec cuisant, avec un score catastrophique, lors de la présidentielle de 2013. Mais il tente de nouveau de revenir dans l’arène depuis le début de la crise sanitaire.

Rija R.

Midi Madagasikara23 partages

Reboisement : Un suivi nécessaire

Les membres de Clair de Lune durant leur action de reboisement à Ampangabe.

Les actions de reboisement battent leur plein. Tout le monde, secteur public ou secteur privé, met la main à la pâte. Et c’est tant mieux pour l’environnement en général et la lutte contre le changement climatique en particulier.

En ligne avec la politique nationale de reforestation de Madagascar, le reboisement ne consiste plus seulement à planter des arbres mais aussi et surtout à assurer le suivi allant de l’entretien à l’aménagement de pare-feu pour lutter contre la propagation des feux de forêt.

C’est dans cette visée que l’association Clair de Lune Madagascar, à travers ses membres bénévoles a mis en terre 1000 jeunes plants d’essence variée du côté d’Ampangabe RN7 .

Très enthousiaste, le responsable de l’association, Vony Randrianonenana déclare que 75 % des arbres plantés l’année dernière ont survécu grâce aux actions de suivi engagées en collaboration avec les locaux. Elle espère un résultat encore meilleur pour l’avenir.

L’association Clair de Lune est persuadée qu’ensemble, nous pourrons inverser la situation et faire de notre pays une île à nouveau verte.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara6 partages

FEC : Accord de principe du FMI pour un financement d’environ 300 millions USD

Mission de négociation accomplie pour le Grand Argentier.

Les bailleurs de fonds continuent de faire confiance aux autorités malgaches et acceptent de financer les programmes de développement.

Une grande victoire. Le gouvernement malgache, à travers le ministère de l’Economie et des Finances et ses démembrements, a bataillé fort pour décrocher le financement d’un nouveau programme avec le FMI.

Apres discussions

De source proche du dossier, l’on apprend que les discussions entre les autorités malgaches et les techniciens du Fonds Monétaire International ont abouti sur un accord de principe sur le soutien d’un nouveau programme de réforme économique pour Madagascar sur les trois années à venir. Selon nos informations, le montant de la nouvelle Facilité Elargie de Crédit (FEC) tourne autour de 300 millions de dollars. Une victoire obtenue après d’âpres discussions, dirigées côté malgache par le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandranto. On rappelle, en effet, que les réunions ont commencé le 18 janvier dernier pour ne se terminer que le 12 février. Près de 25 jours durant lesquels pratiquement tous les aspects de l’économie malgache, marquée cette fois-ci par les conséquences désastreuses de la pandémie de Covid-19, ont été passés au peigne fin afin d’établir un programme de redressement à court et moyen terme.

Portail

Normalement, la FEC qui sera probablement avalisée par le Conseil d’Administration du FMI se fera sous forme d’aide à la balance de paiement destinée également aux réformes des finances publiques. Mais les économistes s’accordent à dire que, le plus important c’est que le programme avec le FMI constitue un portail grand ouvert pour le financement des autres bailleurs de fonds. « Les partenaires techniques et financiers viennent en masse, une fois que le pays signe un accord avec le Fonds Monétaire International », précise un économiste. Ce qui sera bien évidemment une aubaine pour le Plan Emergence de Madagascar (PEM) qui a plus que jamais besoin des financements intérieurs et extérieurs pour la réalisation des projets d’infrastructures structurants. Par ailleurs, les investisseurs privés  font confiance à un pays qui signe un programme avec le FMI. Avec ce que cela suppose d’affluence d’investissements directs étrangers. Notons que les discussions marathons avec la mission du FMI conduite par Charalambos Tsangarides, chef de mission pour Madagascar se sont déroulées en vidéoconférence. La délégation du FMI a également rencontré le Premier ministre Christian Ntsay.

R.Edmond.

Midi Madagasikara5 partages

Face-à-face étudiants-forces de l’ordre : Pluie de gaz lacrymogènes contre jets de pierres hier

Les  manifestants ont été dispersés à coups des gazs lacrymogènes mais ont riposté en retour par des jets de pierres.

La manifestation estudiantine de la Faculté de Médecine tourne à l’affrontement. Il n’a été fait état d’aucun blessé ni d’aucune arrestation mais jets de pierres et tirs de lacrymogènes ont été échangés entre les étudiants et les forces de l’ordre

Le compte-rendu que l’Association des étudiants en Médecine humaine d’Antananarivo (AEMHA) avait prévu, prend une autre tournure. Le bureau de l’AEMHA avait prévu de faire le compte-rendu de leurs  revendications à leurs  camarades à la salle demi-tonneau Médecine mais certains étudiants les attendaient déjà devant le barrage, c’est-à-dire à l’entrée de l’Université. La situation n’a pas été maîtrisée car en deux temps trois mouvements, des étudiants vêtus de blouses blanches sont descendus au terminus de la ligne « 119 » pour brûler des pneus en guise de barrage. Ils ont également érigé des banderoles comportant leurs revendications. Après avoir reçu l’alerte, les forces de l’ordre se sont dépêchées sur place pour fluidifier la circulation. Cependant les manifestants n’ont pas cédé facilement et les ont provoqués par des jets de pierres. Pour les disperser, les forces de l’ordre ont dû recourir aux gaz lacrymogènes. Vers 10 heures 30, les taxi-be ainsi que les taxis qui se trouvaient au terminus de la ligne 119 ont quitté les lieux par peur d’être saccagés. Certains gargotiers et épiciers ont aussi préféré  fermer leurs portes pendant un certain moment en attendant que la situation se calme.  « Nous sommes contraints de prendre les mesures nécessaires car cette manifestation perturbe l’ordre public », explique le commandant du groupement de la gendarmerie Analamanga, le colonel Anicet Randrianarivelo. Malgré tout, les forces de l’ordre ont tenu à respecter la franchise universitaire et se sont abstenues de courir après les manifestants qui se sont réfugiés au campus universitaire.

Intrus. Quelques heures après les affrontements entre les deux parties , le bureau de l’AEMHA a rencontré la presse pour mettre les points sur les « î ». Des  intrus que l’association qualifie de « mercenaires » se sont incrustés dans leur rang et ont tout fait pour créer des foyers de tensions, d’après cette déclaration. « Même s’ils sont vêtus de blouses  blanches, ils ne sont pas des étudiants en Médecine. Tout le monde peut acheter ou coudre ces blouses », précise Hasina Rabe Andriamanarivo. L’AEMHA a donc pris comme responsable de ces débordements les « mercenaires » qui se sont incrustés parmi eux.

A moitié satisfaites. Pour la suite de leur manifestation, l’AEMHA invite ses camarades à suivre les consignes. A titre de rappel , les étudiants en Médecine revendiquent le paiement de leur allocation de stage de l’année universitaire 2018-2019 ainsi que leurs bourses de l’année 2019-2020. « Les dossiers y afférents sont déjà signés par le président de la République et le Premier ministre et il ne reste plus qu’à attendre la sortie du calendrier. Nous sollicitons maintenant les responsables concernés à accélérer les procédures», souligne Hasina Rabe Andriamanarivo.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara4 partages

Football – Eliminatoires CAN 2021 : Pas de regroupement pour les Barea

Nicolas Dupuis dévoilera la liste le 1er ou le 2 mars.

C’est la dernière ligne droite pour les Barea de Madagascar dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 qui aura lieu au Cameroun. Le 22 mars, les Barea affronteront les Ethiopiens à Addis-Abeba pour le compte du match retour. À Mahamasina, Madagascar s’est imposé sur le score d’un but à zéro en novembre 2019. Le 30 mars, lors de la 6ème et dernière journée, Madagascar recevra le Niger. Ces deux matchs sont décisifs pour la sélection nationale car les quatre équipes ont toutes des chances de se qualifier. La liste des joueurs pour ces deux matchs sera connue le 1er ou le 2 mars. « Les journées FIFA se situent entre le 20 et le 30 mars. On n’aura pas le temps pour le regroupement et la préparation de l’équipe. On aura juste le temps de s’installer puis le lendemain c’est le match. C’est un peu fait exprès. J’ai déjà demandé à la fédération de demander le report du match pour le 23 mars », nous a expliqué le coach de la sélection nationale, Nicolas Dupuis.

T.H

Midi Madagasikara3 partages

Prévision Météo : Vigilance forte pluie lancée

La pluie est au rendez-vous pour les trois prochains jours.

Les prochains jours seront pluvieux si l’on se fie aux prévisions de la direction générale de la météorologie du pays.

L’on observerait actuellement une «dégradation généralisée des conditions météorologiques sur l’ensemble de la zone du canal de Mozambique et la partie Ouest du pays». Une situation causée par la présence du flux de mousson sur le canal de Mozambique selon un bulletin sur la Vigilance forte pluie publiée par la direction générale de la météorologie (DGM) du pays hier. Une situation qui entraînerait également des activités pluvio-orageuses. Celles-ci devraient perdurer en apportant des pluies généralisées sur tout le pays, annonce toujours la direction générale de la météorologie. Avant de prévenir que «le risque de cumul est globalement significatif». Montée des eaux, glissement de terrains et  ou de boues resteraient d’actualité et pourraient perturber le quotidien de la population, avertit la DGM. Celle-ci de lancer une vigilance pour la région Melaky, les districts de Belo Tsiribihina, Morondava, Manja, Soalala, Mitsinjo, Morombe et Toliara.

Mer. La direction générale de la météorologie  annonce également que des vents forts et orages actifs sont en cours (rafales de 50 à 70 km/h) sur les eaux côtières Ouest et Sud de Madagascar,  entre Besalampy et Taolagnaro. La sortie en mer est déconseillée. Les populations habitant ces régions concernées sont appelées à être vigilantes et que «les activités maritimes, utilisant des petits navires ou de types traditionnels, seront perturbées jusqu’à dimanche prochain». Pour en revenir aux prévisions du temps qu’il fera dans les prochains jours, la température maximale devrait connaître une hausse progressive pour les hautes terres centrales et le Sud du pays dans les trois prochains jours. La situation ne changerait pas pour les autres régions si l’on se base toujours sur lesdites prévisions. De la chaleur et des fortes pluies se pointeraient à l’horizon des hautes terres centrales. Le risque de montée des eaux ainsi que de glissement de terrain étant accru, la population des villes comme Antananarivo devrait s’armer de vigilance.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara3 partages

Société civile : « Mettre fin aux harcèlements des citoyens qui expriment leurs opinions »

La société civile n’a pas manqué de remercier ceux qui ont soutenu directement ou indirectement Herman Rakotomalala.

Suite à ce qui est arrivé au vice-président national du Kmf/Cnoe-Education des citoyens, Herman Rakotomalala, survenu à Toliara, « nous, société civile, tenons à remercier tous ceux, individus et organisations qui ont fait preuve de solidarité pendant cette période. Aujourd’hui, il a été libéré et les charges contre lui ont été levées, cela signifie que c’est la victoire de la solidarité manifestée. Face à cet incident et à d’autres incidents similaires, la société civile constate que le droit fondamental des citoyens de s’exprimer est totalement violé. La Constitution de la quatrième République dans son article 10 et la déclaration universelle des droits de l’homme, dans son article 19, donnent cependant droit à tout citoyen de s’exprimer librement.

Abus de pouvoir. A cet effet, la société civile lance un appel aux autorités de mettre fin aux abus de pouvoir à tous les niveaux, en particulier dans le domaine de l’application des lois. Mettre fin aux harcèlements des citoyens qui expriment leurs opinions tout en respectant les lois en vigueur. Mettre fin à la fermeture des plateformes où les citoyens peuvent s’exprimer librement dans le plein respect des lois en vigueur telles que les pages sur les réseaux sociaux. C’est une plateforme qui permet aux citoyens de s’exprimer sans avoir à descendre dans la rue.  Faut-il rappeler que l’arrestation du vice-président du Kmf-Cnoe est due à une publication sur la page « JTM » qu’il cogère sur les réseaux sociaux. Les organisations de la société civile signataires de cette déclaration sont composées notamment de CEDII, KMF/CNOE-Education des Citoyens, Liberty 32, Mouvement ROHY, MSIS-Tatao, Observatoire de la Jeunesse, ONG HITSY, PFNOSCM et de Transparency International- Initiative Madagascar.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Procès MBS : Verdict ce lundi

La chaîne MBS a toujours son siège à Anosipatrana, dans la propriété de la Commune urbaine d’Antananarivo.

La chaîne MBS n’émet plus sur satellites depuis le 05 février dernier suite à une décision de justice. Selon le ministre de la Justice, lors de sa dernière conférence de presse, lundi dernier, la décision a été motivée lorsque « l’incitation à la haine et à l’insurrection est avérée ». Mais, la chaîne a décidé de contre-attaquer et engage une procédure judiciaire afin de décrocher la reprise de la diffusion. MBS veut alors suspendre l’ordonnance du tribunal qui a signifié aux sociétés de diffusion d’arrêter toute émission de MBS sur satellite.  En effet, une audience a été tenue, hier matin, au tribunal d’Anosy pour juger la requête de la chaîne. Le verdict du tribunal est attendu ce lundi pour trancher sur ce sujet.

La station audiovisuelle de Marc Ravalomanana a servi de base pour la diffusion de l’émission « Miara-manonja » de l’opposition où leurs leaders passent le relai quotidiennement, depuis janvier, pour critiquer avec virulence le régime. Pourtant, ils sont accusés d’ « incitation à la désobéissance civile et à l’insurrection de l’armée » par les tenants du pouvoir. Ils sont également pointés du doigt lorsque l’émission a véhiculé une hypothétique démission du Premier ministre Christian Ntsay. Ce dernier a quitté, la semaine dernière, pour moins de 48 heures, le pays pour un contrôle médical à l’île de La Réunion. Mais ce déplacement du chef du gouvernement a été analysé, par l’opposition, comme un « départ définitif ».

Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Rasolo André : « Arrêtons l’escalade de toute forme de violence »

Madagascar se trouve dans une situation critique. La crise sanitaire depuis mars 2020 a provoqué une crise sociale profonde et une crise économique considérable. Voilà depuis un mois qu’une crise politique se dessine. Arrêtons l’escalade de toute forme de violence. Stabilisons les Institutions de la République déjà fragiles. Réglons tout conflit autour d’une table dans le cadre constitutionnel. Allons vers la relance économique de notre pays que nous aimons tous.

André Rasolo

Midi Madagasikara0 partages

Une atmosphère politique tendue et  un équilibre fragile

Entre le pouvoir  et l’opposition, la tension est toujours aussi vive. Le ton est monté d’un cran chez les adversaires du pouvoir . C’est cependant sur les ondes de la radio « tambatra » qu’il essaie de répliquer, mais la réponse apportée par les animateurs présents à l’antenne ne semble pas arriver à convaincre les auditeurs. L’offensive faite cette semaine par les opposants n’a certes pas ébranlé le régime, mais elle donne à réfléchir  aux dirigeants actuels. Le MFM s’est  reformé et a placé ses banderilles, Roland Ratsiraka est sorti de son silence et  a éreinté le pouvoir avec ses critiques. Les députés présents à l’antenne de  miara-manonja continuent leur analyse sur le mode de fonctionnement du pouvoir en place.  Ce dernier est fort de l’assurance  que lui ont apporté les forces de sécurité  réitérant  leur   volonté  d’empêcher  toute tentative de déstabilisation. C’est sur le plan social  qu’il entend porter ses efforts. Il a annoncé une baisse des prix des produits de première nécessité et il met déjà à la  disposition des consommateurs du « vary tsinjo »  dont le prix varie entre 1.200 et 1.500 ariary le kilo ; et de l’huile  vendu à 4.000  ariary le litre. Il s’agit d’une bouffée d’oxygène pour les couches vulnérables de la société.  L’atmosphère devrait donc se détendre  si cela se ressent dans le panier des ménages. Le changement du climat sur la Grande  île a certainement  influé sur l’humeur de la population qui a ressenti les effets bénéfiques de « ilay fito » et de ses pluies bienfaisantes. Ce temps pluvieux devrait durer jusqu’à demain. L’affaire des 73,5 kilos d’or n’a pas encore livré tous ses secrets. L’opinion suit  avec intérêt ses péripéties. L’État malgache compte faire valoir ses droits, mais le dernier mot reviendra à la justice sud-africaine.

Sur le plan international, c’est toujours la Covid-19 qui retient l’attention des  médias. Néanmoins, la pression de l’épidémie est moins forte qu’avant.  Les Etats-Unis, le Brésil et l’Inde sont toujours dans le peloton de tête des pays les  plus contaminés, mais  les campagnes de vaccination commencent à faire leur effet.  La vigilance des autorités sanitaires s’est accrue et la prise de mesure est immédiate quand  le nombre de cas positifs augmente. Le reconfinement  est tout ordonné quand une alerte aux clusters est lancée. C’est le cas, notamment en Australie, au Royaume Uni ou en Allemagne. Israël a réussi à vacciner presque toute sa population. En France, la situation semble sous contrôle. La campagne de vaccination se déroule normalement.

Le procès en destitution  de Donald Trump a commencé mardi dernier. Les procureurs  démocrates ont dressé leur acte d’accusation. Ils ont  tenté de démontrer  aux sénateurs qu’il  fallait condamner l’ancien  président pour « incitation à l’insurrection », cela  pour éviter qu’il récidive ». L’exposé fut implacable  avec une projection de vidéos de l’assaut de l’assaut du  Capitole. Hier ce fut  au  tour des avocats  de la défense de faire leur plaidoirie. L’ issue  du procès ne fait cependant  aucun doute car l’ex-président  est  encore très populaire à droite. Il faut, en effet, que  dix-sept sénateurs  républicains acceptent de voter avec leurs pairs démocrates pour  qu’il soit condamné.

L’atmosphère politique est toujours à l’orage, mais malgré les critiques adressées par les opposants, le climat est au beau fixe. Chaque camp  essaie de  ne pas dépasser une certaine limite . L’opposition  dresse un bilan implacable  des actions du régime, mais n’a pas jusqu’à présent appelé à descendre dans la rue. Le régime, quant à lui, manifeste son assurance , tout en essayant d’amoindrir les difficultés  de la population. Pour le moment, la situation est calme, mais l’équilibre est fragile. Tout dépendra de  l’esprit de responsabilité dont fera preuve chacun.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Volleyball-Championnat d’Afrique : Madagascar se désiste de l’organisation

Madagascar renonce à l’organisation du championnat d’Afrique U19 garçons.

Le conseil des ministres du mercredi n’a pas décidé si Madagascar pourrait finalement abriter les championnats d’Afrique de volleyball U19 garçons. Cela signifie notre désistement à l’organisation.

A dix jours du championnat d’Afrique de volleyball U19 garçons, la mauvaise nouvelle est tombée du côté de la Fédération malgache de volleyball. Madagascar n’est pas finalement prêt à accueillir ce sommet continental, qui est aussi une qualification à la Coupe du monde. La compétition est prévue se dérouler du 20 au 27 février dans la capitale avec la participation de Madagascar, de l’Afrique du Sud, de la République Démocratique du Congo, du Cameroun et de la Tunisie.

En effet, le feu vert de l’Etat a été attendu lors du conseil des ministres du mercredi 10 février mais il n’y a eu aucune trace de ce championnat sur le rapport, alors que la Confédération africaine de volleyball (CAVB) ne fait qu’attendre cette approbation du pays hôte. « On avait présenté le dossier auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports. Le président de la fédération a déjà reçu un accord verbal jusqu’à ce que le dossier n’ait plus de réponse officielle », a expliqué le directeur technique national (DTN), Jean Honoré Razafinjatovo. Pourtant, cette joute continentale serait une grande opportunité pour les joueurs malgaches. D’autant plus que la Fédération a décidé de ne pas faire une sortie à l’extérieur mais plutôt accueillir ici des rencontres internationales tant que possible. « Mais malheureusement, on ne peut rien faire que d’attendre une autre occasion qui se présente. L’autre problème c’est que le regroupement de l’équipe nationale est très court même si chaque ligue avait déjà fait d’efforts afin de détecter leurs meilleurs joueurs respectifs. Sans parler du problème financier puisque la Fédération n’a pas encore reçu sa subvention depuis 2019 », a-t-il ajouté.

Malgré cette annulation, le regroupement des joueurs continue dans les ligues régionales chaque fin de semaine. Ainsi, l’équipe technique de la Fédération poursuit sa décentralisation au niveau des ligues. De ce fait, une formation technique sera organisée à Analamanga en avril pour les U18 et à Atsinanana pour les U23 dans le cadre de la préparation des joueurs. La Fédération a reçu une invitation de la part de la fédération réunionnaise à l’occasion d’un tournoi international au mois d’août pour les catégories U21 masculines et féminines. Cela pourrait être la première sortie de l’équipe nationale.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Mode : Premier jour satisfaisant pour Mihamy Mada Fashion

L’événement national annuel dédié au stylisme et à la création, Mihamy Mada Fashion du Ministère de la Communication et de la Culture a débuté hier, 12 février 2020, au Palais des Sports. La première activité de cette deuxième édition est une conférence concentrée sur les moyens qui permettraient de développer le secteur de la coiffure malgache. Une première journée qui a suscité l’intérêt du public venu nombreux découvrir les talents des créateurs de mode locaux. L’accès aux différents événements de cette deuxième édition du Mihamy Mada Fashion est d’ailleurs gratuit. Pour ceux ou celles qui n’ont pas encore eu le temps de venir sur les lieux, ils peuvent encore se rattraper avec les nombreux programmes prévus jusqu’à dimanche, jour de clôture de ce portail de la mode et de la création.

Anja Randriamahefa

Midi Madagasikara0 partages

Afrobasket 2021 : Plus droit à l’erreur pour Madagascar !

L’étau se resserre sur le camp malgache qui participe à la fenêtre 2 de l’Afrobasket 2021. Pour tout dire et après les trois défaites des matches aller, les protégés de Mika Ramaroson ne font pas partie des favoris de ce groupe. Mais qui sait car ayant tiré les leçons de Kigali, le staff technique malgache a fait appel à du lourd.

Madagascar retrouve les Tunisiens le 19 février à Monastir. Un début difficile face aux champions d’Afrique de l’édition de 2017 et qui ont encore l’avantage d’évoluer devant leur public.

Un Pro A dans le lot. Mais qu’à cela ne tienne et comme les basketteurs malgaches n’ont plus rien à perdre et tout à gagner, Elly et ses camarades vont tout tenter. Vraiment tout. À l’instar des Barea, le basket est allé chercher des expatriés…malgaches voire des joueurs qui ont grandi au pays avant de vivre une aventure européenne au plus haut niveau.

C’est le cas de Sitraka Raharimanantoanina qui a fourbi ses armes au Dream Team SC avant de partir pour l’Elan Chalon, un club de Pro A. C’est le Jeremy Morel du basket.

Il lui a suffi d’une année chez les espoirs pour rejoindre l’élite de Chalon-Saône où il est sous contrat jusqu’à la fin de cette saison. C’est certain que ce pivot de 2m07 va surprendre ses adversaires.

Sitraka retrouvera toutefois ses anciens amis dont Lalason, l’ancien de l’ASCUT qui vit un nouveau challenge à Mayotte avec le BCM.

Brouiller les cartes. Les deux autres expatriés sont plutôt des revenants avec Kiady Razakamahenina de GET Chalon et qui était déjà dans l’équipe malgache de l’Afrobasket U18. L’arrière poste d’Aubenas, Rija Lahontan, fait aussi partie du groupe dans lequel figurent des cadres comme Elly Randriamampionona (GNBC), Faralahy Monja (SEBAM), Fabrice Mandimbison (GNBC) ainsi que le meilleur joueur du dernier championnat N1A, John Ravelomanantsoa de l’ASCUT, sans oublier le géant du COSPN de 1m 98, Arnol Solondrainy.

Bref, un groupe assez solide capable de brouiller les cartes pour peu qu’ils parviennent à détrôner les champions de l’Afro CAN 2019 en l’occurrence la RDC pour le second match du 20 février.

On parlerait alors d’un exploit même si pour espérer se qualifier à la phase finale, il faut encore au camp malgache battre la Centrafrique, une équipe très homogène, donc difficile à manœuvrer.

Comme on dit toujours qu’un match retour est celui de l’entraîneur, on espère que le nôtre a travaillé dans ce sens. Comme 9 des 12 joueurs culminent à plus de 1m90, on ne va pas encore se faire avoir tant dans les rebonds offensifs que défensifs. Et on y croit…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

La Lit Tanà : Focus sur l’écriture et l’édition

Devenu un rendez-vous incontournable à l’Ambassade de l’Inde, chaque troisième vendredi est consacré à la littérature. Hier, l’ambassadeur Abhay Kumar et Katia Novet Saint-Lôt l’épouse du Représentant de l’Unicef à Madagascar ont animé la conférence sur les défis dans le monde de l’édition. Hier plusieurs personnes ont répondu présent à l’Auditorium de l’ambassade de l’Inde à Tsaralalàna.

Z.T

Midi Madagasikara0 partages

Agenda culturel

Karibotel Domaine Manerinerina Ambohibao Bekoto et Solo Andrianasolo en duo

Pour le jour de la Saint-Valentin, Bekoto et Solo Andrianasolo se partagent la scène. Le temps d’un déjeuner live au Karibotel Domaine Manerinerina Ambohibao, les deux grosses pointures donnent rendez-vous aux amoureux pour passer un moment agréable en toute tranquillité demain. Profitant pleinement du calme d’une journée dominicale, bercés aux grés des chansons d’amours. Entre le folk et le jazz, les mets succulents et la bonne ambiance, les chansons d’amour auront une ovation particulière. Les cœurs vogueront dans cet océan de tendresse sans pour autant verser dans le chichi

Arena IvandryD-Lain en grande première

Enfin, le rendez-vous tant attendu arrive. Pour les fans de D-Lain, demain sera une journée à marquer dans les annales. Le chanteur émérite trouvera ses inconditionnels de la Grande île pour son tout premier spectacle après une carrière de plusieurs années déjà. Un spectacle à l’Arena Ivandry qui comptera l’artiste et ses complices de scène. Une dizaine de musiciens, quelques invités surprises et une bonne vingtaine de morceaux assureront l’euphorie sur place.

CC ESCAInah, Bodo, Mahery et Rija chantent Bessa

Incontestablement, ils sont tous des voix d’or de la musique variété. Inah, Bodo, Mahery et Rija chantent Bessa. À l’occasion de la Saint-Valentin, ils reprendront les chansons d’amour du grand parolier pour le bonheur des amoureux. C’est pour demain au Ccesca Antanimena.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Evènement : Comme à Venise au Point d’Exclamation

Une soirée sous le signe de l’amour, « Spécial Venise », voilà en substance ce qui se tiendra ce soir à partir de 19 h au Point d’Exclamation Lounge Bar à Analakely. Comme d’habitude, place aux dîners en amoureux pour la circonstance. Manger ensemble pour débuter la soirée, avec une des meilleures cartes de la capitale, est idéal pour commencer cette nuit de romance. Spécialités européennes, asiatiques et les pizzas préparés pour l’occasion. Pour ce faire, il suffit de faire la réservation à la « Gondole vénitienne » et profiter des pizzas « Amor » et du cru Nero d’Avola. A partir de 21 h, ce sera les platines qui vont faire chauffer la piste. Ils et elles seront trois à proposer une ambiance d’amour et d’eau de rose aux noctambules et aux tourtereaux présents : Djette Mimie, UMC et Dj Nougat. A partir de 3 h du matin, les soirées ne sont pas de tout repos dans ce lieu, place à l’after.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Antsiarabe : Efatra mianadahy nilatsaham-potaka, iray maty  

Namono olona indray ny varatra teto Antsirabe, efatra mianadahy no indray nilatsahan’ny varatra, vavy kely iray no namoy ny ainy. Tao amin’ny fokontany Ambohitsarabe Antsirabe I no nisehoan’ny loza ny tolakatron’ny Talata 9 Febroary lasa teo. Nirava avy nianatra izy efatra mianadahy ary namonjy fodiana. Tokony ho tamin’ny 3 ora tany ho any samy efa tao an-trano avokoa izy efa mianadahy. Poa tahaka izay, nirefotra ny varatra toa ireny indray mipihi-maso ireny ny fisehony araky ny filazan’ny niharam-boina. Voalaza fa nitety efitrano mihitsy ilay varatra. Torana tsy nisy nahatsiaro tena izy efatra, ankizy iray koa no may vokatry ny fianjeran’ny vilany nisy tsaramaso nangotraka teo andavarangana. Zazavavy kely 11 taona iray tamin’izy efatra no tena voa mafy, nezahina noentina teny amin’ny toeram-pitsaboana saingy teny andalana dia tsy tana intsony ny ainy. Mbola manaraka fitsaboana ny iray raha toa ka efa nivoaka ny hopitaly kosa ny roa. Matetika no hilatsaham-baratra ity faritry ny fokontany ity, isan-taona misy hatrany ny varatra milatsaka.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Fandrobana mpandanja volamena tao anaty taksiborosy

Olona telo naiditra am-ponja vonjimaika. Taorian’ny fakana am-bavany nataon’ny Zandary ireo olona telolahy, mikasika ny raharaha nahavoarohirohy sy nitazonana azy ireo teny amin’ny borigadin’ny Zandary eto Maevatanàna nandritra ny herinandro dia niakatra fampanoavana tamin’ny Atalata hariva lasa teo ny raharaha. Vita ny famotorana nataon’ny tonia mpapanoalalana ka nisy ny fanapahan-kevitra taorian’izay ny hampidirana am-ponja vonjimaika eny Ambodimadiro an’ireo olona telo miamby ny fotoam-pitsarana. Araka ny fantatra dia resaka firaisana tsikombakomba sy fandrobana mpandanja volamena tao anaty taksiborosy izay niseho tao amin’ny tetezan’i Belamandy tamin’ny heriny Atalata lasa teo, izay nahalasa ny volamena mitentina iray kilao nalain’ny dahalo nandritra ny fandrobana no nahavoarohirohy ireto olona ireto no raharaha nahavoasarigotra azy telolahy. Fanatatra fa ilay vehivavy mipetraka ao Antanimbary voaroba no nitory rehefa nisy fantany ny iray tamin’ireo dahalo, ka anisan’izany ny iray tamin’ireo voasambotra ireo. Tsiahivina fa Alarobia heriny teo no nasamborana azy telolahy ireo. Marihina fa mbola tsy azo ny dahalo ambiny tena nandray anjara tamin’ity fanafihana niseho ity, ary tsy hita na tafaverina kosa ny volamena voaroba hatreto, fa lasan’ireo jiolahy ambiny. Mitohy hatrany ny fikarohana ataon’ny Zandary azy ireo.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Manantenasoa Ambohimahitsy : Lehilahy hita faty nihoson-drà tanaty « carrière »

Teto amin’ity toerana ity no nahitàna ny razana.

Nilaza ny handeha hivoaka hivalan-drano no nivoahany ny trano ny alina, ny vatana mangatsiakany mihoson-drà no hitan’ny fianakaviany, omaly maraina tetsy amin’ny faritra « Ma colline » Manantenasoa Ambohimahitsy. Lehilahy iray manodidina ny 31 taona any no hita faty tetsy amin’ny toeram-pamakiana vato tetsy amin’ny Ma colline Ambohimahitsy, omaly maraina. Nahitàna ratra, toy ny dian-java-maranitra teo amin’ny lohany, izay no antony, raha ny fitsirihana nataon’ireo tomponandraikitra, nahafaty ity raim-pianakaviana ity. Marihana fa olona mipetraka eny amin’iny faritra iny ihany izy. Tsy lavitry ny toerana nahitàna ny vatana mangatsiakany. Talohan’io nahitàna azy efa tsy nisy aina io intsony, ny alina, tokony ho tamin’ny sivy ora tany ho any no nilaza fa hivoaka handeha hivalan-drano tany ivelan’ny trano izy, araka ny angom-baovao azo. Tany izy anefa dia tsy niverina intsony ! Tsy fantatra aloha hatreto izay antony nahatonga izay ratra nitarika ny fahafatesany izay. Heverin’ny rehetra fa mety ho nianjera avy any ambony ka notatazazan’ireo vato tao anaty « carrière ». Ny andro raha teo orana ka mety nampisolifatra azy. Etsy andanin’izay ihany koa anefa, tsy azo ihodiovirana ihany koa anefa ny petra-kevitry ny hoe nisy namono ary natsipin’izy ireo tao anatin’io toerana famakiana vato io ny razana. Raha ny angom-baovao azo teny an-toerana hatrany mantsy dia toa hoe, telo andro mialoha izao nahafatesany izao dia tsy mitsahatra milaza amin’ny vadiny izy fa hoe « misy zavatra manenjika ary mitetika ny hamono izany ». Tsy fantatra aloha. Saingy na izany na tsy izany, efa nandray an-tànana ny raharaha ireo tompon’andraikitry ny filaminana tonga teny an-toerana ary efa eo am-panaovana fanadihadiana izy ireo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Lalam-baovao Tsarasaotra : Olona roa indray no matin’ny lozam-pifamoivoizana

Namono olona indray ny lalam-baovao eny Tsarasaotra omaly. Olona roa no indray maty vokatry ny lozam-pifamoivoizana. Araka ny vaovao azo teny an-toerana, lehilahy sy vehivavy ireto voadonan’ny fiara ireto, tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany maraina. Fiara Starex iray no voalaza fa namoa-doza tamin’izany. Maty tsy tra-drano teo noho eo ilay ramatoa, raha tany amin’ny hôpitaly ilay rangahy. Raha ny fanazavan’ny olona teny an-toerana, nandeha an-tongotra ilay vehivavy voadonan’ny fiara io. Nandeha môtô kosa ilay lehilahy, raha ny fanazavana azo ihany. Nanambara ny polisy fa efa notanana hanaovana fanadihadiana ilay mpamily fiara, izay tokony ho 50 taona eo.

Ity lalam-baovao Tsarasaotra ity izay nisehoana lozam-pifamoivoizana matetika mihitsy, ary efa ho isan-kerinandro no ahitana faty olona vokatr’izany. Vao haingana nahafatesana olona roa, izay mpianatra mpanamory fiaramanidina, izao indray olona roa hafa. Tsy hain’ny olona ny mampiasa iny lalam-baovao iny ? Azo sokajiana anatin’ny antsoina hoe arabe migodana ahafahana mandeha mafy izy iny. Izany hoe nampiasana mba hanafaingana ny fifamoivoizana, kanefa izao mitera-doza izao. Ireo mpitondra môtô mandray iny lalana iny tena lasibatra matetika. Eo ihany koa ireo fiara mivadika noho ny fandehanana mafy, ny olona mandeha antsisin-dalana voafaoka sns. Misy ny mandefa soson-kevitra ny amin’ny fametrahana ny fampihenana ny hafainganam-pandeha, kanefa arabe natao handehanana mafy mihitsy ireny. Ny fampiasan’ny olona ny làlana no ilana fanentanana sy fampianarana mba hitandreman’ny rehetra. Eo ihany koa fahaizana mampiasa ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Un grossiste attaqué par trois bandits armés

Tentative de braquage à main armée mercredi soir chez un grossiste à Mahajanga. Trois bandits armés de pistolet automatique ont fait irruption et ont tenté de s’en prendre aux biens d’une cliente qui est en train d’acheter des marchandises. Cette dernière a pu appeler à l’aide, ce qui a dissuadé les brigands. De ce fait, ils n’ont rien pu emporter, mais ont tiré des coups de feu avant de partir. Les forces de l’ordre sont arrivées sur place et ont engagé la chasse aux bandits. Les actes de banditisme prennent de l’ampleur à Mahajanga. Les forces de l’ordre n’ont pas chômé.

Sur un autre sujet, dans le district de Maintirano, hier matin vers 7h30, une femme s’est rendue à la gendarmerie pour dénoncer le crime de son fils. Son fils, Zizy Ruphin, est accusé pour tentative de meurtre. Sitôt avisée, la patrouille a procédé à l’arrestation dudit malfaiteur réputé dangereux. Ce dernier a refusé l’injonction faite en lançant des propos insultants aux gendarmes. Ce dernier a tenté d’attaquer un gendarme stagiaire, qui était à sa portée, en saisissant son arme par le canon, malgré les sommations des gendarmes. Pour se protéger, mais aussi pour protéger ses coéquipiers, le gendarme a dû utiliser son arme. Le malfaiteur, perdant beaucoup de sang, a succombé à ses blessures. Une enquête a été ouverte et la Brigade territoriale de Tambohorano est saisie de l’affaire.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Rolly Mercia : Enième rejet de sa demande de libération provisoire

Un coup dur pour sa famille qui espérait retrouver le sien à la maison après l’aveu inattendu de Félicien Randriambolatiana durant le procès en appel de la semaine dernière. Pour rappel, le jeune Félicien s’est rétracté devant la Cour d’appel et avouait qu’il a été manipulé pour impliquer Rolly Mercia comme étant le cerveau de la manifestation d’Ambohipo. Hier, la famille de l’ancien ministre et non moins conseiller présidentiel a, encore une fois, rentré bredouille sans le chef de famille à ses côtés. Par ailleurs, Rolly Mercia a décidé d’engager la vitesse supérieure en recrutant deux avocats français aux côtés de son avocat malgache. A eux trois, ils forment une armada d’avocats internationaux.  Désormais, la défense de l’ancien ministre sera assurée conjointement par Me Eric Rafidison, Me William Bourdon et Me Amélie Lefèbre (les deux sont issus du cabinet Bourdon et associés Arpi).

Homme d’affaires. Dans un communiqué daté du 10 février 2020, les avocats « dénoncent les conditions dans lesquelles est intervenue l’arrestation, le placement en détention ainsi que la poursuite de la procédure à l’encontre de leur client, en parfaite violation des règles élémentaires de la procédure pénale malgache, outre la violation des différentes conventions internationales, bilatérales et multilatérales auxquelles l’État malagasy ne s’est pas conformé (…) il ressort de la situation de Harry Laurent Rahajason que la distance prise avec un certain nombre d’acteurs politiques et de leurs soutiens par le passé ainsi que ses auditions en qualité de témoin dans les enquêtes visant un puissant homme d’affaires à Madagascar au moins avant 2019 et en France – révélées par la presse dès 2018 – sont à l’origine des sévères représailles à son encontre aujourd’hui. »

Soupçons financiers. Dans le même document, les avocats indiquent « avoir saisi le comité des droits de l’homme des Nations Unies aux fins d’obtenir une décision constatant les multiples violations des droits fondamentaux de leur client protégés par le pacte international relatif aux droits civils et politiques qui s’impose à l’État malagasy (…) ils entendent prendre toute initiative à l’échelon international aux fins de favoriser la mise en liberté de leur client et le respect de son droit à un procès équitable, à sa liberté d’opinion et d’expression , l’égale protection de la loi et le respect de sa dignité (…) une grave dégradation de l’Etat de droit à Madagascar, marquée par le poids de plus en plus lourd, en partie invisible d’un certain nombre de personnages à l’encontre duquel  existent de très graves soupçons financiers. » Après deux renvois,  la Cour d’appel siègera de nouveau sur l’affaire le 5 mars prochain. En saisissant l’instance internationale, cette saga judiciaire semble-t-elle prendre une autre allure…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Hommage : Cérémonie destinée à Richard Ratsimandrava à Antsiranana

La commémoration du 11 février 1975 s’est tenue mercredi dernier , au camp de la Gendarmerie Antranobozaka à partir de 8 heures 30. Une messe a été consacrée pour rendre hommage au colonel Richard Ratsimandrava à la Chapelle militaire de la Gendarmerie d’Antsiranana. Ensuite, des gerbes de fleurs ont été déposées sur la stèle du camp Antranobozaka à 10 heures. La cérémonie a vu la présence des hautes personnalités de la ville d’Antsiranana notamment le chef de la Circonscription Interrégionale de la Gendarmerie Nationale d’Antsiranana, le colonel Herilala Randriamaharivo et le gouverneur de la région Diana, Daodo Marisiky, ainsi que le Directeur Général de SECREN, Abel Ntsay. Lors de sa prise de parole, le colonel Randriamaharivo a fait savoir que « désormais, ce jour est consacré à tous les gendarmes morts en exercice. Ils ont donné leur vie à cette Nation. Alors il est de notre devoir de leur rendre hommage ». De son côté, le gouverneur de la région Diana a mentionné « qu’il faut avoir un cœur comme Ratsimandrava pour pouvoir développer Madagascar ». La cérémonie de commémoration a été clôturée par une projection de vidéo retraçant le parcours qu’a effectué le colonel Richard Ratsimandrava, à la salle OPS.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Pêche : Les pêcheurs de la zone BATAN se plaignent

Une conférence de presse a été organisée par l’équipe  des Unions des pêcheurs de la zone BATAN  (Baies d’Ambaro, Tsimipaika, Ampasindava et de Nosy –Be)  hier au restaurant Ankarana Annexe Antsiranana. Les conférenciers ont exposé les difficultés qu’ils  rencontrent.

Le secteur de la pêche illustre particulièrement les problématiques complexes entre l’entreprise LGA (les Gambas de l’Ankarana) et les petits pêcheurs de la Région.  La zone  Batan   revêt une importance centrale pour le développement socio-économique des riverains. Pourtant,  selon eux, la société  LGA ne respecte pas l’environnement maritime. En effet,  la  déforestation massive de mangrove et des forêts littorales provoquées par l’exploitation de cette entreprise provoquent  le phénomène d’érosion marine.  Sur le plan social, à part la faible contribution de la société LGA au développement, elle ne respecte pas  les us-et-Coutumes locales. Alors, ces petits pêcheurs exigent  «  une mise  en place de l’environnement harmonieux avec le LGA ».

Après  trois heures de conférence de presse, la  Fédération des Unions des pêcheurs des Baies d’Ambaro, Tsimipaika, Ampasindava et de Nosy-Be propose des solutions, «  il a été convenue que  l’engagement  de la Société LGA , dans  le cadre  du reboisement  des mangroves sera  augmenté à 10 ha par an au lieu de 3 ha par an. La société doit   informer la population locale sur le contenu du cahier de charge… Il est recommandé  l’interdiction de l’usage   de moustiquaire comme filet de pêche ». 

De son côté,  les personnels de la société LGA ont organisé à Nosy-Be une conférence  pour défendre leur cause.  La mésentente s’installe entre les deux entités. La région DIANA est en crise !

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Préservation de l’environnement : Le Président du Sénat privilégie la plantation d’arbres autochtones

Le Président du Sénat, Herimanana Razafimahefa, responsabilise les enfants à reboiser.

Outre les lourdes tâches qui incombent au Président du Sénat, Herimanana Razafimahefa, la préservation de l’environnement est également au cœur de ses préoccupations. Raison pour laquelle, il privilégie la plantation d’arbres autochtones sur un site de 7ha dans la colline d’Anosivola, commune rurale de Mahitsy. Le Président de la Chambre Haute est à la fois le président de l’association allemande DMG à Madagascar qui assure la scolarisation de plus de 150 enfants dans une école primaire dénommée DMG Schule ainsi que leur dotation en équipements pédagogiques et fournitures scolaires chaque année. Ces élèves bénéficient d’une cantine scolaire et les salaires de leurs enseignants sont pris en charge par l’association. En outre, le Président Herimanana Razafimahefa responsabilise les enfants et leurs parents à planter des arbres autochtones. Ils ont mis en terre près de 900 jeunes plants de « Kininim-potsy » et de « Ravintsara », hier. Des plantes utiles dans leur vie quotidienne. « La dégradation de l’environnement et les effets du changement climatique affectent déjà le secteur agricole. Le calendrier de repiquage du riz prévu en novembre dernier, est entre autres, retardé en février faute de pluies. Les sources d’eau se tarissent également en provoquant la sécheresse et le kere. À l’école, ces élèves apprennent l’importance du reboisement et sa contribution au développement durable. Tous les Sénateurs seront également mobilisés pour une sensibilisation nationale », a déclaré le Président du Sénat.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Prix du riz import : Pas d’accord entre l’Etat et les acteurs formels

Des acteurs formels opérant dans la chaîne de valeur riz se sont réunis pour la première fois hier à Anosy. Il s’agit notamment des ministres en charge du Commerce et de l’Agriculture, du directeur général des Impôts, des représentants des grossistes et des commerçants détaillants de produits de première nécessité ainsi que ceux des associations défendant les droits des consommateurs. Des structures de prix présentées par le MICA indiquent que le prix du riz import aux consommateurs doit être révisé à la baisse à 1 750Ar/kg. Les marges des grossistes et des détaillants devront être fixées respectivement à 1 000 Ar/sac de 50kg et 5 000 Ar/sac. En outre, le prix du sac du riz importé devrait être à 77 500Ar arrivé au port de Toamasina. Il s’affichera respectivement à 82 500Ar au niveau des grossistes et 87 500Ar au niveau des détaillants, après simulation. Cependant, les importateurs déplorent qu’ils enregistrent des pertes s’ils ne vendent pas à plus de 80 000Ar/sac. Les commerçants évoquent également les charges fiscales et les coûts de transport qui pèsent lourdement sur le prix du riz tandis que les défenseurs des droits des consommateurs réclament encore une baisse de prix de riz compte tenu de l’effritement du pouvoir d’achat de la population. Il n’y a pas eu ainsi d’accord entre l’Etat et ces acteurs formels hier mais les négociations se poursuivent afin de parvenir à un consensus. Concernant le prix du riz local, il est estimé à 2400 Ar/kg auprès des consommateurs. Le nombre élevé d’intermédiaires et de spéculateurs dans cette chaîne de valeur est également dénoncé.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : La PDS a pris ses fonctions, hier

La passation de service entre le maire par intérim de la commune urbaine de Mahajanga, Emilson Ravelomanantsoa, et la présidente de la délégation spéciale de ladite commune a eu lieu, hier. Cette dernière a pris immédiatement ses fonctions avec ses deux collaborateurs, Jean-Joseph Randrianandrasana, 1er vice-président et Fabien Rabezafy, 2e vice-président. Une cérémonie qui a été dirigée notamment par le Préfet de Mahajanga.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : « Vary Tsinjo » et « Kaly Tsinjo » au menu

Le président Andry Rajoelina exige une réunion de tous les acteurs concernés par la hausse du prix du riz.  

« Répondre le mal par le travail ». Cette phrase prononcée par le président Andry Rajoelina lors de la commémoration de la tuerie du 7 février devient le mot d’ordre du régime face à l’offensive de l’opposition. Le social comme arme de riposte. En effet, le Chef de l’Etat décide de prioriser les actions sociales au profit des nécessiteux avec au menu, le « Vary Tsinjo », le « Menaka Tsinjo » et le « Kaly Tsinjo ». Hier, il a assisté au lancement officiel de la distribution du « Vary Tsinjo » et du « Kaly Tsinjo » dans le Fokontany Ankorondrano Andrefana, dans le troisième arrondissement. Il a été accompagné à l’occasion par le Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina, le Gouverneur d’Analamanga Hery Rasoamaromaka et la députée de Tana IV, Aina Rafenomanantsoa. Désormais, le riz importé par l’Etat, par l’intermédiaire de la société SPM sera vendu à 1200 ariary le kilo dans les « Tsena mora » au niveau des six arrondissements de la capitale. L’huile alimentaire sera aussi vendue à 4000 ariary le litre. Le « Tsena mora » sera ouvert trois fois par semaine, le lundi, le mercredi et le samedi. En ce qui concerne le troisième arrondissement, le « Vary Tsinjo » fera 2400 bénéficiaires par semaine.

Prix du riz. Face à la hausse du prix du riz, le président Andry Rajoelina a donné une consigne ferme à la ministre de l’Industrie et du Commerce, Lantosoa Rakotomalala, afin de convoquer une réunion de tous les acteurs concernés, à savoir les producteurs, les collecteurs, les grossistes et les détaillants, dans les plus brefs délais. Le Chef de l’Etat trouve que la hausse actuelle du prix du riz est anormale et inconcevable. Tout en dénonçant l’existence des spéculateurs, il encourage le Ministère de tutelle à renforcer le contrôle du prix. « On ne peut pas tolérer la hausse des prix d’une manière déraisonnable et malhonnête, qui ne prend pas compte du pouvoir d’achat de la population qui subit de plein fouet les effets néfastes de la pandémie de la COVID-19 », a-t-il soutenu.

Points de distribution. Le Chef de l’Etat a aussi donné le coup d’envoi du « Kaly Tsinjo » dans le Fokontany d’Ankorondrano Andrefana. Au total, 60 points de distribution de repas chauds gratuits pour les familles nécessiteuses, vont être mis en place à Antananarivo. Andry Rajoelina exige à ce que les repas respectent les normes en termes d’hygiène et de propreté et que le menu soit varié. Les sites de distribution de « Kaly Tsinjo » sont ouverts tous les jours, du lundi au vendredi. Pour ce qui est du Fokontany d’Ankorondrano Andrefana, 100 personnes par jour vont bénéficier du « Kaly Tsinjo ».

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Un procès en destitution pour tourner la page

Trois semaines après l’installation officielle de Joe Biden à la maison blanche, Donald Trump continue de troubler les esprits des Américains. Son procès en destitution qui a commencé mardi dernier est l’acte qui devrait permettre de l’écarter définitivement du monde politique. Mais l’on sait qu’il ne sera pas facile d’arriver à le condamner malgré les charges lourdes qui pèsent sur lui. Il reste le héraut d’une grande partie de l’électorat républicain et la majorité des élus républicains du sénat n’oseront pas joindre leurs voix à celles de leurs pairs démocrates, empêchant ainsi le nombre de votes nécessaires pour cette destitution. Il est loin pour le moment du passage du rêve à la réalité.

Un procès en destitution pour tourner la page

Ses incitations à l’assaut du Capitole, il y a presque un mois, ont horrifié la plupart des Américains, une partie de ses électeurs ayant condamné sans appel les exhortations qu’il avait faites. Les élus démocrates ont décidé à juste titre d’organiser un procès pour le juger malgré le fait qu’il ne soit plus président. Des membres républicains ont joint leur vote à celui de leurs pairs démocrates pour permettre la tenue de ce procès. La sénatrice Nancy Pelosi a été l’une des plus ferventes partisanes de ce passage en jugement de Donald Trump. C’est la deuxième fois qu’il est jugé par les sénateurs. «  Il est inadmissible de voir un président se comporter de la sorte. », est-il écrit dans l’acte d’accusation. Le réquisitoire des Démocrates est implacable et il est appuyé par les vidéos de cet assaut. Les avocats de l’ancien président soutiennent qu’il n’a jamais demandé à ses partisans d’envahir le Capitole. Les preuves, cependant, sont accablantes mais malgré cela on estime qu’il n’y aura pas dix-sept sénateurs républicains prêts à joindre leur voix à celles des démocrates pour obtenir une condamnation. Trump continue de faire peur car il garde un énorme capital de sympathie dans la base. Certains diront que c’est un procès pour rien, mais cela aura servi à déconsidérer encore plus l’ancien président et peut permettre l’émergence de nouvelles figures dans le parti pour tourner définitivement la page.

Patrice RABE