Les actualités Malgaches du Mardi 13 Février 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara742 partages

PAESFA : Mialy Rajoelina élue présidente

Mialy Rajoelina est la première femme élue à la tête du PAESFA.

L’ancienne Première Dame est la première femme élue à la tête de cette structure.

2018 s’annonce de bon augure pour le clan Rajoelina. Le 26 janvier dernier, l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina a présenté à Paris son projet « Initiative pour l’Emergence de Madagascar » (IEM). Une semaine après cet évènement, ce fut au tour de son épouse d’être sous le feu des projecteurs. En effet, Mialy Rajoelina vient d’être élue présidente du « Pan African Ethanol Stoves and Fuel Alliance » (PAESFA) pour un mandat de trois ans. L’élection s’est déroulée durant le Forum africain qui s’est tenu les 5-6 février derniers à Accra, dans la capitale du Ghana. Un évènement historique pour le Continent africain, car l’ancienne Première Dame malgache est la première femme élue à la tête de cette alliance. Cette élection constitue la suite logique des actions menées par Mialy Rajoelina et son Association FITIA depuis plusieurs années.

Energie verte. Lors du Forum mondial de « Global Alliance pour les réchauds et combustibles propres » qui s’est tenu en Inde les 27, 28, 29 et 30 octobre 2017, l’Association FITIA a présenté un projet de mise en place d’une plate-forme africaine qui a pour objectif d’unir les forces et les moyens pour le développement de l’éthanol comme énergie verte en substitution du charbon de bois. Un projet initié dans le souci de préserver la santé des femmes, des mères et des enfants, de protéger l’environnement, de promouvoir l’entrepreneuriat féminin et de soutenir le leadership des jeunes. L’initiative a fait l’unanimité durant le Forum et a bénéficié du soutien notamment de 12 pays africains, à savoir, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, Madagascar, Burkina Faso, Kenya, Ethiopie, Tanzanie, Mozambique, Rwanda, Nigeria et le Ghana. « Osons exprimer que nous avons une SEULE VISION, et parlons d’une SEULE VOIX pour l’avenir de l’Afrique », a déclaré Mialy Rajoelina lors du Forum de Ghana.

Retombées socioéconomiques. L’objectif de PAESFA étant d’asseoir une économie durable au profit de l’Afrique par les Africains, par l’utilisation de l’éthanol combustible comme substitut du charbon de bois. D’après les statistiques, des millions de femmes et d’enfants périssent chaque année de l’infection respiratoire due à la pollution à l’intérieur des ménages dans le monde. PAESFA et « GLOBAL ALLIANCE » visent surtout à mettre en service des millions de réchauds supplémentaires au profit des ménages africains, de produire les besoins en éthanol y afférent, mais aussi de créer de nouveaux emplois à travers le Continent en favorisant l’entrepreneuriat féminin, le leadership des jeunes et la protection sociale. Mialy Rajoelina cherche ainsi à ce que ce programme continental soit bénéfique pour Madagascar et apporte des retombées socioéconomiques auprès des ménages malgaches. Discrète durant ces quatre dernières années, l’ancienne Première Dame continue de songer aux intérêts des femmes et des enfants malgaches. Son association FITIA a toujours continué les actions sociales au profit des plus démunis.

Davis R

Midi Madagasikara348 partages

Nos prisons sont des passoires, 132 détenus évadés en un trimestre

Les fonctionnaires de l’administration pénitentiaire ne vont pas aimer certainement le qualificatif que nous avons donné à nos maisons carcérales, mais ils ne peuvent pas non plus déformer les réalités. Oui, nos prisons sont de véritables passoires. Et le monde entier en parle depuis l’évasion du tristement célèbre Arfa Houcine. Ce n’est pas que lui, puisqu’à Antanimora, pas plus tard que le week-end dernier, une personne condamnée à perpétuité a pris la clé des champs. Lui et ses deux compères, un violeur et un criminel ont escaladé le mur pour retrouver la liberté. Hier aussi, dans la même maison centrale, deux prisonniers ont tenté le même coup, mais ils n’ont pas réussi. Deux versions sur ce fait. Ils ont essayé de gagner le quartier des femmes détenues, certainement dictés par leurs pulsions. Deuxième version, ils ont pris cette option pour s’évader par la suite. Dans les deux cas, ils ont échoué. Ajouter à ces quelques cas, l’évasion massive d’Ikongo en décembre dernier, celle d’Ambatondrazaka, en passant par Ankazobe, ou encore celle de Vatomandry. En tout, notre rétrospective assortie d’un petit calcul indique 132 détenus évadés en un trimestre. Sans parler de celles que nous ne connaissons pas, puisque nombreux sont les détenus retrouvant leur « liberté » sous la formule classique de la MOP (Main d’Œuvre Pénale). Focus et rétrospective sur les évasions depuis l’année dernière.

En réalité, des questions fusent quant à la manière dont notre administration pénitentiaire gère les prisons de ce pays quand on pense aux circonstances de la plupart de ces actes d’évasion. La dernière en date est celle commise par trois détenus à la Maison centrale d’Antanimora, dans la nuit du samedi 10 au dimanche 11 février. Ces prisonniers reconnus dangereux ont pu s’échapper en se servant peut-être selon les dires des gardiens leurs draps pour escalader le mur de leur cellule. Pour ceux qui ont déjà visité ce lieu qui est fortement protégé, une telle astuce ne devrait être efficace pour éviter le système de sécurité de ce centre de détention. On admet que ces infrastructures sont vétustes et ne sont pas équipées des outils de surveillance ultra moderne comme les prisons des pays développés. Mais l’effectif des agents qui s’occupent de la sécurisation de cet endroit serait assez suffisant pour empêcher une évasion de ce genre. C’est pourquoi, beaucoup soupçonnent la possibilité d’une complicité bien organisée dans cette affaire. D’autant plus que, selon les informations, les responsables de cet établissement n’auraient pas informé les forces de l’ordre de l’existence de cette évasion que le dimanche après-midi si l’on entend les informations recueillies auprès des forces de l’ordre. Ces dernières qui devront être les premières alertées dans ce cas.

120 évadés à Ankazobe. Mais le pire dans les conditions de détention dans les prisons de ce pays est d’entendre dire qu’il y a des prisonniers qui bénéficieraient d’une faveur par rapport à leurs pairs. Ce n’est pas la première fois qu’on entend dire qu’un individu censé être enfermé dans une prison quelconque se trouve en liberté. On ne sait pas pourquoi, ce fait existe, mais le problème est de voir que ce traitement qui fait régner l’impunité a déjà un impact négatif à l’administration de nos prisons. Ce qui s’est passé à Ankazobe le 13 décembre en était la preuve. Un groupe de personnes ont attaqué la maison d’arrêt d’Ankazobe après avoir vu que deux prisonniers censés croupir dans cette prison courent toujours. En effet, ce groupe de personnes s’y est rendu pour vérifier si ces prisonniers étaient bel et bien sur les lieux tout en réclamant qu’ils leur soient livrés pour subir la vindicte populaire. Malheureusement, ces gens furieux sont allés jusqu’à envahir la prison et faire sortir tous les prisonniers. Depuis, la plupart des évadés ne sont jamais repris jusqu’ici.

112 évadés à Ikongo. Le cas d’Ankazobe n’était pas isolé. Toujours au mois de décembre 2017, le même phénomène a eu lieu dans le district d’Ikongo. Le 13 décembre, 600 villageois en colère, voulant la mort de dix individus incarcérés dans la prison de la localité se sont rendus sur place afin de faire justice eux-mêmes. Ils font évader 112 détenus. Ces villageois ont parcouru 50 kilomètres depuis leur village. Munis de haches, de sagaies et de couteaux de boucher, ils voulaient sortir du pénitencier dix détenus incarcérés pour meurtre depuis le mois de mai et les exécuter eux-mêmes, pour venger les familles des victimes originaires du village. Mais les détenus en question n’étaient plus dans la prison quand les villageois ont forcé la porte. Hasard du calendrier, ces prisonniers avaient été transférés la veille par les autorités dans une prison plus sûre, au sud de Madagascar. Les autorités savaient bien que ces incarcérations étaient contestées au sein de la communauté, mais ne s’attendaient pas à une telle déferlante. Les agents pénitentiaires, débordés, n’ont rien pu faire. On raconte cette scène pour montrer que ce serait le système judiciaire du pays en général qui est remis en cause dans ce problème de sécurité dans nos prisons.

Tsiafahy. Mais ce qui s’est passé à Tsiafahy la nuit du samedi 7 au dimanche 8 octobre 2017 s’avère incroyable. Qualifiée de  maison de force, ce centre de détention devrait être le plus sécurisé du pays. Mais, cette dénomination ne serait qu’une façade. Cette nuit-là, cinq détenus de la Maison de force de Tsiafahy ont réussi à s’échapper de ce lieu d’incarcération réservé aux grands criminels. Selon les informations, les fugitifs auraient troué le mur de leur cellule pour sortir de ce lieu. Reste à savoir, comment ils ont procédé pour éviter les gardiens qui sont censés être très prudents. Ce qui a étonné dans ce cas d’évasion est entendre que 24 heures après cet acte, aucun avis officiel n’ait été publié par l’administration pénitentiaire. Une polémique similaire a été suscitée par l’évasion spectaculaire du ressortissant français Arfa Houcine, qui fait encore couler beaucoup d’encre. Expliquant la manière dont ce détenu de Tsiafahy a pu s’enfuir de la prison, la Ministre de la Justice a précisé qu’elle n’était informée de cette évasion que vers 17 heures alors que celle-ci a eu lieu dans la matinée. Ce qui signifierait qu’il y avait anguille sous roche. Nous savons tous la suite.

11 évadés à Ambatondrazaka. Un autre cas qui devrait attirer l’attention des autorités :le cas d’une évasion massive à Ambatondrazaka dans la nuit de samedi 22 à dimanche 23 septembre. Onze détenus ont pu s’échapper de la maison d’arrêt de ce district. Les  prisonniers ont pris la poudre d’escampette , samedi, aux alentours de 23h 30. Les gardes semblent n’y avoir vu que du feu. Aucun coup de feu n’a été de surcroît signalé au moment des faits, laissant ainsi croire que les  fuyards n’ont rencontré aucune résistance. On cite ce dernier cas pour conclure que l’insécurité est galopante dans les prisons de ce pays.

News Mada231 partages

Diana : préparatifs autour du « Andrakaka 2020 »

La deuxième Conférence internationale sur les investissements stratégiques dans le Nord de Madagasikara (C2ISNM) se prépare.

Le président du comité d’organisation de l’événement, Freddie Mahazoasy, appelle les opérateurs à se concerter sur les multiples opportunités d’investissements dans la zone nord de Madagascar, en l’occurrence, les régions Diana et Sava. Une reconnaissance sur site est prévue, les 24 et 25 février, après la tenue de la table- ronde dans la capitale, du 20 au 23 février.

La mise en place d’une Zone économique spéciale (ZES), d’une superficie de 2.000 hectares, sur le plateau d’Andrakaka conforte les organisateurs dans leur succès, sans compter sur les différentes contestations relatives au projet. La C2ISNM prévoit le développement des échanges internationaux par la création de hub aéroportuaire, en plus des investissements dans le secteur business, axé sur la formation et l’agriculture.

Manou

Midi Madagasikara191 partages

Lalao Ravalomanana : Reconnaissance du Lions Club International

Lalao Ravalomanana recevant hier le signe de reconnaissance offert par le Lions Club International.

Les efforts déployés par Lalao Ravalomanana à la tête de la Commune urbaine d’Antananarivo sont reconnus au niveau international. C’est le cas de le dire quand une délégation du Lions Club International conduite par sa vice-présidente, l’Islandaise Gudrun Yngvadottir et composée de ses dirigeants locaux, s’est rendue hier à l’Hôtel de Ville à Analakely pour remettre directement un signe de reconnaissance à la première magistrate de la ville. A travers son geste, le Lions Club International veut encourager le maire Lalao Ravalomanana à poursuivre ses actions pour le développement de la Capitale. La rencontre d’hier a également permis aux deux parties de renforcer leur partenariat, un partenariat fructueux qui existe depuis longtemps.

Coup bas ? Si les reconnaissances internationales se multiplient à l’endroit de la CUA, la réalité est toute autre au niveau local. Pour ne citer que le problème de contrôle de légalité exercé par le préfet de Police d’Antananarivo sur le budget primitif 2018 de la Commune. Jusqu’à présent, un mois et demi après l’adoption de ce budget primitif par le Conseil municipal, le Préfet de Police d’Antananarivo ne s’est pas encore prononcé. Pour le Syndicat des employés de la CUA, il y a une manœuvre visant à saboter le fonctionnement de la machine administrative à l’Hôtel de Ville à Analakely. Et si ce « sabotage » persiste, les employés craignent qu’ils ne puissent pas percevoir leur salaire du mois de février. En tout cas, tout est encore possible.

R. Eugène

Midi Madagasikara185 partages

Plaies diabétiques : Enfin un pansement efficace

Les lésions au pied, d’origine diabétique, peuvent parfois être très graves et sont à l’origine d’amputations.

C’est une première mondiale : un nouveau pansement actif vient d’être mis au point, permettant de réduire de moitié le temps de cicatrisation.

Le pansement se présente sous la forme d’un feuillet translucide. Il permet de cicatriser plus rapidement les plaies diabétiques, grâce à un agent actif, le nano oligosaccharide Factor (NOSF), permettant de gagner deux mois sur le temps de cicatrisation. Amenant à l’amputation chez nombre de diabétiques dans les pays en développement comme Madagascar, les plaies diabétiques qui amènent à l’amputation, notamment au niveau des orteils, du pied, voire de la jambe, concernent 5 à 10% des diabétiques dans les pays développés.

Démonstration. Développé par le laboratoire Urgo, ce nouveau pansement baptisé UrgoStart R a été comparé à un pansement neutre. Le laboratoire a mené un vaste essai européen, tandis qu’une autre étude a été menée en double aveugle : ni le médecin ni le patient ne savait quel pansement était utilisé. Cette deuxième étude, conduite dans 43 hôpitaux européens sis dans cinq pays, à savoir l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Italie et le Royaume Uni, a permis de suivre 240 patients présentant des plaies d’origine diabétique au niveau du pied. L’issue est sans appel : le temps de cicatrisation a été réduit de moitié, voire davantage, (180 à 60 jours), pour les patients du groupe du traitement actif. Il s’agit alors de la première démonstration d’efficacité dans le traitement du pied diabétique. Ce type de lésions, on le sait, sont longues à cicatriser. Cette avancée dans le traitement permettra d’améliorer la qualité de vie des patients.

La technique. Cette réussite trouve son origine dans la matrice souple et active du pansement, issue de la technologie dite lipido colloïde (TLC), une innovation exclusive des laboratoires Urgo qui permet un retrait indolore et sans traumatisme, sans arracher les parties en cours de cicatrisation. « La TLC a été en plus imprégnée d’un composé, le NOSF et c’est cette combinaison qui, au contact même de la plaie, permet d’en modifier le micro environnement », a-t-il été expliqué. En réalité, le NOSF est capable d’inhiber les métalloprotéases matricielles, lesquelles sont des substances présentes en grande quantité dans ces plaies et qui s’opposent au phénomène de cicatrisation et la retardent. C’est cette action que vient contrer le pansement actif qui, en même temps, rebooste la microvascularisation locale.

Recueillis par Hanitra R.

News Mada117 partages

Voafidy ho filohan’ny Paesfa Rajoelina Mialy

 Nanolotra tetikasa ho fametrahana vovonana afrikana ny fikambanana Fitia tamin’ilay fivoriana tany Inde, ny oktobra 2017. Tanjona ny hahafahana mamondrona hery sy fitaovana mba ho fampandrosoana ny sehatry ny « éthanol » ho angovo maitso hasolo ny arina avy amin’ny hazo. Tafiditra tanteraka ao anatin’ny faharesen-dahatry ny fikambanana Fitia rahateo io tetikasa natolony io. Nankasitrahana sy notohanan’ireo firenena afrikana 12 ny tetikasa natolotry ny fikambanana. Nitohy amin’ny fikaonan-doha ny 5 sy 6 febroary teo,  tany Ghana  izany amin’ny alalan’ny « Pan african ethanol stoves and fuel alliance (Paesfa) ». Nisolontena an’i Madagasikara tamin’io fihaonana io Rajoelina Mialy ary voafidy ho filohan’io vovonana io. Haharitra telo taona ny fotoam-piasany. « Ho sahy hampitovy fomba fijery sy hiresaka amin’ny feo iray mba ho an’ny hoavin’i Afrika », hoy izy tamin’ny lahateniny. Nanteriny fa  anisan’ny tokony hisitraka ny tombontsoa azo avy amin’ny fametrahana ity programa ity isika.

Andraikitra sahanin’ny Paesfa ny fametrahana miaraka ny toekarena maharitra ho amin’ny tombontsoan’i Afrika, entina hametrahana izany ny fampiasana ny « éthanol » ho angovo ampiasaina amin’ny fandrahoana. Tsiahivina fa anisan’ny tanjon’ny Fitia ny fiahiana ny fahasalaman’ny vehivavy, ny renim-pianakaviana sy ny ankizy, ny fiarovana ny tontolo iainana, ny fampiroboroboana ny fandraharahan’ny vehivavy ary ny fanohanana ny fahaiza-mitantana eo amin’ny tanora.

Randria

Midi Madagasikara107 partages

Anosy : Délégation de « Mercy Ships » chez le MAE

Poignée de main entre le chef de délégation de « Mercy Ships » Donovan Palmer et le ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka.

Une délégation du bateau hôpital « Mercy Ships », conduite par Donovan Palmer, a été reçue, hier, par le ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka à son bureau à Anosy. A l’invitation du Président de la République et du gouvernement, ce bateau hôpital a travaillé pour la population malgache. Pour la continuation de ses interventions sociales, une discussion s’opère actuellement entre ses représentants et les autorités. Les responsables du « Mercy Ships » se sont dits satisfaits des opérations déjà faites grâce aux supports des autorités politiques malgaches, de la société civile, du corps médical et des autorités religieuses.

Domaine. Vu qu’il y a énormément à faire dans le domaine de la santé à Madagascar, les responsables de Mercy Ships se disent prêts à revenir dans deux ou trois ans, à l’issue des discussions avec les autorités à Madagascar. «Nous représentons Mercy Ships, qui a été au port de Toamasina pendant deux ans, à l’invitation du Président de la République. Et à l’invitation de nouveau du gouvernement, nous sommes ici pour discuter du futur du bateau. Nous sommes très reconnaissants envers le ministre des Affaires étrangères d’avoir clairement indiqué l’invitation renouvelée du gouvernement pour que nous revenions donc nous sommes en train de discuter de voir quand est-ce que le bateau reviendra (…) », a déclaré un membre de la délégation face à la presse. Et lui d’ajouter, « Nous sommes satisfaits non seulement du support des autorités politiques, mais aussi de la société civile, du corps médical, des autorités religieuses (…). Nous avons pu aider ce pays même s’il y a encore énormément à faire. C’est notre devoir, en tant que bon chrétien de venir aider nos frères et sœurs malgaches».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara89 partages

Morondava : Voaroba ny fiangonana, lasa ny kaominio

Efa tsy mifaditrovana intsony ireo dahalo any amin’iny faritra Morondava iny. Ny alahady alina lasa teo dia norobain’ny andian-dahalo maromaro ny fiangonana katôlika iray tao amin’ny kaominina Bemanonga ao amin’ny distrikan’i Morondava. Tsy nisy niangana ireo fitaovana sy entana sarobidy tao amin’ity tranon’Andriamanitra ity, raha ny fampitam-baovao azo avy any an-toerana. Tao anatin’izany ny zava-maneno, ny fanamafisam-peo, ny kalisy sy ireo fitaovana masina rehetra. Eny fa na hatramin’ny Eokaristia na ny kaominio aza dia nataon’ireo dahalo najifa avokoa. Ireo entana sisa tsy zakan’izy ireo dia nasavoritany sy nakorontan’ireo andian’olon-dratsy avokoa. Hatreto raha ny fantatra dia tsy nisy nahita ny nidiran’ireo olon-dratsy tao amin’ity fiangonana ity. Relijiozy iray handeha hamoha ny fiangonana vao maraina no nahatsikaritra fa efa misokatra ny varavarana. Rehefa nojerena akaiky dia ireo zavatra mikorotana ireo no nitsena ilay masera. Tsy sahy niditra ity farany fa nampandrenesina avy hatrany ny mômpera tompon’andraikitra. Tamin’io fotoana io no fantatra fa nisy nanampitsoka ny varavaram-ben’ilay fiangonana ary tamin’ny alalan’izay no nidiran’ireo olon-dratsy tao an-toerana. Efa nampilaza momba ity famakiana fiangonana ity moa ireo tompon’andraikitry ny filaminana tany an-toerana. Raha nangingina tokoa ny halatra lakolosy izay nampiraviravy tanana ireo fiangonana maro teo amintsika dia any amin’ny fandrobana ny ao anatiny indray no ataon’ireo olon-dratsy. Toy ny nitranga tao Analaiva, saingy nisy nahatsikaritra izany ka dia tsy tontosa ny asa ratsin’ireo dahalo.

m.L

Midi Madagasikara69 partages

Transport aérien : Corsair maintient ses vols Réunion-Madagascar

La compagnie aérienne française, Corsair, est toujours opérationnelle sur la ligne Tana-Réunion. On rappelle que pour préserver les intérêts de la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar actuellement en pleine phase de redressement, le ministère des Transports et de la Météorologie, par le biais de l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) envisage de suspendre les vols Corsair sur la destination Réunion. D’après les explications de Corsair, elle opère sur la ligne Réunion-Tana depuis le 9 avril 2017. « Corsair opère les vols régionaux en vertu d’un accord bilatéral entre la France et Madagascar qui est toujours en vigueur. L’Aviation Civile malgache souhaite remettre en cause ces droits et suite à sa demande, des consultations bilatérales avec l’Aviation civile française vont avoir lieu rapidement. Corsair est confiante quant au maintien de ses droits à l’issue de ces consultations »précise la compagnie.

Plus compétitifs. Corsair défend sa position en expliquant notamment qu’elle souhaite « poursuivre le développement du trafic régional afin de maintenir une situation de concurrence saine et loyale dans l’intérêt de ses clients ». Et de préciser que depuis l’ouverture de la ligne Réunion-Tana, le trafic sur cette ligne a augmenté de 27% et 17.000 personnes ont voyagé sur la ligne grâce à Corsair. La compagnie française se défend également en arguant que « les tarifs Corsair sont plus compétitifs que ceux de la concurrence permettant ainsi à plus de personnes de voyager, Corsair facilite les échanges pour des besoins professionnels, mais également personnels et touristiques.l« L’augmentation de l’offre en vols régionaux permet la mise en œuvre du concept des îles Vanille, qui ne peut pas se concrétiser sans un trafic régional avec plus de flexibilité, de fréquence et à des prix plus compétitifs ».

Recueillis par R.Edmond

Tia Tanindranaza65 partages

Kandida atahoran’ny fanjakana Tsy avela hampiditra angidim-by…

Miala any indray ny tetika maloto hafa hanomezana tombondahiny hatrany ny kandidam-panjakana amin’ny fifidianana filoham-pirenena. Re mantsy izao fa mety hatao lalàna ny tsy fahafahana mampiditra angidim-by na fiaramanidina kely avy any ivelany hampiasaina amin’ny propagandy.

Tanjona hatrany ny hamotehana sy higafiana ny kandida atahorana sy manana herijika handresy ny kandidam-panjakana. Etsy an-kilany anefa dia azo antoka fa efa miomana fatratra ny amin’io resaka ara-pitaovana io ny mpitondra am-perinasa, fa ny hafa ihany no hanaovana antsojay. Ny rafitra hatrany amin’ny fokontany rahateo efa fehezina mafy sy tadiavina hatao fitaovana hampandresena ny kandidam-panjakana, ary efa tena mametrapetraka izany ny HVM ankehitriny. Ezahina sakanana amin’ny fomba rehetra kosa ny fahalalahan’ny kandida hafa hanao propagandy hatreny ifotony, raha tanteraka eo io resaka fandrarana ny fampidirana angidim-by avy any ivelany io, izay mety hampihena ny herijikan’ireo kandida matanjaka sy azo antoka fa handavo ny kandidam-panjakana. Tsy afa-po amin’ny famotehana andro aman’alina, raha tsy hilaza afa tsy io atao amin’i Marc Ravalomanana io ny HVM. Handefasana mpitandro ny filaminana mirongo fiadiana rehefa mihaino ny feon’ny vahoaka, akatona ny orinasa, harodana ny tranony, hamoronana dosie maloto,… ary miakatra ihany ny lentan’ny fomba mamohehitra mariky ny hakanosana. I Marc Ravalomanana hatreto no kandida atahorana indrindra, ka na ny orinasan-tseraserany hahafahany mitafa amin’ny vahoaka aza tsy avela hisokatra, raha toa ka atao izay hampiroborobo ny an’ny mpitondra. Ny fidinany mivantana eny ifotony hilana kisa sy sakanana, ary mbola hetraketraka hafa indray raha tanteraka io fanakanana ny fampidirana angidim-by io amin’ny fifidianana. Tsy hay indray izay atao amin’i Andry Rajoelina izay efa tena miverina an-kianja amin’ny sehatra politika ankehitriny. Ho avy ihany koa ve ny antsojay sa hosokajiana ho tsy mbola atahorana aloha ? Sa kosa hiandry izay ambarany amin’ny alahady 18 janoary ho avy izao, ka raha milaza fa ho kandida filoham-pirenena, dia hampitoviana kilasy amin’i Marc Ravalomanana, ary ho avy ihany koa ny HVM amin’ny angady sy ny harona handoto sy hamotika ?

Toky R

Tia Tanindranaza49 partages

Marc RavalomananaHampiadiana amin`ny Foloalindahy

Mitohy sy miha avo lenta hatrany ny teti-dratsy hanimbana ny ho avy politikan’i Marc Ravalomanana. Atao avokoa ny fanapotehana sy fanagiazana ny fananany, fanosoram-potaka,… satria efa manakaiky ny fifidianana. Kotrehina indray ankehitriny ny fanamafisana ny fampiadiana azy amin`ny Foloalindahy, izay efa natomboka tamin’ny fanonganam-panjakana tamlin’ny 2009.

Ekena fa mety nisy ny tsy nety tamin`ny fitantanana tamin`ny fotoan’andron`ny filoha Ravalomanana, ka anisan`izany ny tsy dia fiandaniana tamin’ny Foloalindahy. Efa nitsotra i Marc Marc Ravalomanana tao anatin’ny horonantsary fanadihadiana “Return of a president”, fa tsy dia nametraka ho laharam-pahamehana be loatra ny tafika ny tenany, ary tsy dia mitombina loatra ny hoe haompana amin’izany ny 30 hatramin’ny 40% amin’ny tetibolam-panjakana, hoy izy. Nosy I Madagasikara, ka tsy manana fahavalo avy any ivelany na hoe handeha hiady, raha ny nambarany. Io no isan’ny nohararaotina natao fitaovana nenti-nampahomby ny fanonganam-panjakana, ka nambara fa tsy miraharaha ny tafika i Marc Ravalomanana. Tsy hoe nanangan’ady anefa, fa laharam-pahamehana kokoa ho azy tamin’izany ny fananganana fotodrafitrasa, ny fampianarana, ny  fampandrosoana ny eny Ambanivohitra. Tiana ny mbola hivohy io fampiadiana io hatramin’izao, ary amporisihina mafy hiady amin’i Marc Ravalomanana sy terena hankahala azy ny mpitandro filaminana na taiza na taiza nalehany: Mahamasina, Toamasina, Tolagnaro,… Nanomboka ny taona 2009 no toa nopotehina sy nozarina ho mpandray baiko ho mpiaro fanjakana be fahatany ny tafika. Nalaza ny fandehanan’ny Filohan’ny tetezamita matetika tamina toby iray teto an-drenivohitra satria hoe: ireo no tena nampiakatra azy teo amin’ny fitondrana. Zary manome endrika ratsy ny fianakaviamben`ny mpitandro ny filaminana ny filazana azy hoe: “herim-pamoretana” noho izay endri-pamotehana sy foto-pisainana noterena hiainany izay, dia ny ho mpiaro fanjakana be fahatany nanomboka tamin’ny tetezamita. Hatramin`ny rahoaviana no hanaiky hosorana fotaka sy hosoketaina ho mpiharo ny mpitondra tsy mahomby izy ireo?   

Marigny A sy Toky R

 

Midi Madagasikara47 partages

Environnement : 1.500 arbres plantés par le MPTDN et ses organismes rattachés

Le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy, lors du reboisement à Tsimahabehomby.

Trois- quarts des arbres plantés en 2017 ont poussé. C’est le bilan annoncé par le ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN), lors de la journée de reboisement qu’il a organisé la semaine dernière, avec ses organismes rattachés. Cette fois, 1500 jeunes plants d’arbres, dont 1.000 eucalyptus citriodora et 500 eucalyptus robusta, ont été plantés. « En 2017, le ministère avait mis en terre plus de 2.000 plants d’arbres, près de 75% des plants ont bien poussé. Pour s’assurer de la bonne pousse des arbres plantés, nous avons effectué des descentes régulières sur les lieux de reboisement durant l’année 2017. Ces descentes se poursuivront tout au long de cette année pour la pérennité des plantations faites », a souligné le ministre Neypatraiky André Rakotomamonjy. Celui-ci a soutenu l’importance de ces résultats, en se référant aux propos du président Hery Rajaonarimampianina affirmant que « Le reboisement revêt une importance particulière dans la lutte contre le changement climatique et pour la protection de l’environnement ».

Terrains. A noter que cette journée de reboisement est organisée tous les ans par le MPTDN, à Tsimahabehomby Imerintsiatosika. Pour l’ARTEC (Autorité de Régulation des Technologies de Communication), organisme rattaché au MPTDN, les travaux de reboisement consistaient à aménager un espace vert, composé d’arbres fruitiers dans l’enceinte du ministère des Postes à Antanetibe Ivato. Durant cette journée dédiée à l’environnement, le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy a réitéré que le MPTDN n’a jamais procédé et ne procède à aucune vente totale ou partielle des terrains qui lui sont affectés et aucun mandat ni procuration n’a été émis dans ce sens sur tout le territoire malgache. « Ainsi le ministère fait opposition à toute désaffectation de ces terrains », d’après ses précisions. « Le MPTDN se réserve le droit de poursuivre en justice toute personne mal intentionnée qui agira en ce sens », a déclaré le ministre. Une mise en garde sérieuse, aussi bien pour les escrocs que pour les acheteurs téméraires.

Antsa R.

Midi Madagasikara41 partages

Ikopa : Faty efatra natsingevan’ny rano omaly

Nihorohoro tanteraka ny olona nahita, omaly. Ny razana roa dia hita tao ambany tetezan’Ampasika, lehilahy avokoa izy ireo ary efa simba ny vatany. Ny roa hafa indray dia tetsy amin’ny mifanandrify amin’ny reniranon’Ikopa izay mifanandrify amin’Ambohitrimanjaka. Ireo indray dia lehilahy sy vehivavy ary heverina hatreto fa mpivady. Inona ny zava-nitranga ? Ireo razana roa voalohany, na dia efa manomboka simba aza, dia samy mbola nisy dian-dratra ary koa nivonto ny lohany. Raha tombanana araka izany dia mety ho novonoina tany amin’ny toeran-kafa ireo vao nariana tao ny fatiny avy eo. Efa nitranga im-betsaka rahateo izany fanao ratsy izany, hany ka mby tao an-tsain’ny mponina eo an-toerana avy hatrany izay kisary izay raha vao nahita ireo razana izy ireo. Ny zava-nisy faharoa indray, tetsy Andranovaky-Ambohitrimanjaka, dia mbola tena baraingo tanteraka. Indrindra koa raha mbola samy tsy nisy hita ny fianakavian’ny maty. Iraisan’ireo razana efatra rahateo omaly ny mbola tsy nahafantarana ny fianakaviany. Ny zandary no nidina an-tsehatra teny amin’ireo toerana roa ary nanao ny fijerena ifotony mba hahafahan’izy ireo manao tatitra an-taratasy ary koa ny fanokafana fanadihadiana. Mbola eo amin’ny tombana avokoa aloha izany hatreto ny amin’ny antony nitarika ny fahafatesan’ireo olona ireo. Maty an-drano nandritra ny fiakaran’ny rano ve ? Maty nandritra ny fiampitàna rano tao anatin’ny rotsak’orana nisesy tao anatin’iny faran’ny herinandro iny ve ? Nisy namono dia natsipy tao ve ? Namono tena ve ? Ireo rehetra ireo rahateo dia efa nisy avokoa tamin’ny tantaran’ny reniranon’Ikopa. Na izany aza dia nampivarahotsana ny olona ny fahitàna faty tsiroaroa omaly ary na nifanalavitra aza ny toerana roa dia vetivety dia samy nahafantatra ny zava-nisy ny olona noho ny fielezan’ny resaka. Faty efatra amin’ny renirano iray, amin’ny toerana samihafa saingy hita tamin’ny ora mitovitovy. Mila valim-panadihadiana ny olona mba hampitony ny sainy…

D.R

Midi Madagasikara34 partages

Institut Confucius : La Fête du Printemps 2018 célébrée hier, à Ankatso

La nouvelle directrice Tang Xiong Ying avec la directrice malgache Zo Rasendra et une boursière de l’Institut Confucius.

Le Nouvel An chinois a été célébré hier à l’Institut Confucius à Ankatso. L’occasion également de dire « veloma » à la directrice sortante, Chen Lijuan qui est arrivée au terme de son mandat de trois ans ; et d’accueillir la directrice entrante, Tang Xiong Ying qui s’inscrit dans la continuité des 10 ans de l’Institut Confucius créé à Ankatso en 2008.

Le président de l’Université d’Antananarivo, Panja Ramanoelina a exprimé toute sa gratitude à l’ancienne directrice qui a œuvré au renforcement des échanges marqués notamment par l’octroi de bourses aux étudiants de l’Institut Confucius et la formation des enseignants, mais aussi les séminaires à l’endroit du personnel administratif. Il n’a pas manqué non plus de souhaiter la bienvenue à la nouvelle directrice qui a fait part de sa joie d’être à Madagascar dont elle connaît la réputation, tout particulièrement l’engouement des jeunes Malgaches pour l’apprentissage de la langue chinoise.

Démonstrations. Les étudiants et étudiantes de l’Institut Confucius ont rivalisé de prouesses en participant activement hier à la Fête du Printemps 2018 à travers des performances culturelles et artistiques variées. De la danse du dragon à l’opéra, en passant par d’autres genres de danse comme le « Souhait pour le Nouvel An », « L’Ame du paon », le « Fil de glace », le « Clair de lune au printemps ». Les enseignants se sont joints aux étudiants pour la démonstration d’instruments de musique traditionnels chinois et malgaches. Sans oublier la chorale de l’Institut Confucius avec son pot-pourri de chants malgaches, mais aussi chinois avec les « Ailes invisibles ». Des élèves de la maternelle E.A.I et du Lycée J.J. Rabearivelo ainsi que l’école Le Petit Nid étaient également de la fête hier au Grand Amphi de l’ESSDEGS à Ankatso où une vingtaine de casquettes et une trentaine de T.shirts à l’effigie de l’Institut Confucius ont été tirées au sort. Les plus chanceux ont même obtenu les trois téléphones mobiles Hua Wei offerts par l’entreprise chinoise de fabrication de smartphones qui fait partie des sponsors de l’Institut Confucius dont l’objectif est le rayonnement de la langue chinoise dans le monde dont Madagascar.

R. O

Midi Madagasikara32 partages

Anjozorobe : Lefitry ny Ben’ny tanana maty nisy namono

Matory tsy lavo amin’izao fotoana izao ireo mponina any amin’iny faritra Anjozorobe sy ny manodidina iny. Manjaka izay tsy izy ny dahalo. Ary misy ireo mahavita mamono fotsiny tsotr’izao. Toy ity nitranga tany amin’ny kaominina Antanetibe Anativolo ity, izay ny lefitry ny Ben’ny tanana tao an-toerana mihitsy no lasibatra : maty novonoin’ireo tsy mataho-tody. Ny nahagaga ny maro anefa dia tsy nisy voakitika ireo omby tao am-bala tamin’io fotoana io. Antony izay nilazan’ny maro fa mety efa vono olona niniana noketrehana izy ireo. Ny alahady alina teo no niseho ity tranga ity araka ny fampitam-baovao azo. Toy ny fanaony isan’alina dia nivoaka nandeha nisafo ny ombiny tao am-bala ity Ben’ny tanana lefitra ity. Maizina tanteraka ny alina tamin’io fotoana io, ary tsy nampoiziny akory ny fisiana olona efa niandry kendry tohana hamelezana azy. Tsindron’antsy avy hatrany no niantefa teny amin’iny tratrany tamin’io fotoana io. Ary raha nitsoaka nandositra avy hatrany ity na ireo olon-dratsy vao vita nitolefika ilay rangahy. Tsy nisy zavatra nalain’izy ireo akory. Na teo aza ny ratra nahazo azy dia niezaka namonjy ny tranony ilay raim-pianakaviana, manodidina ny 45 taona ity. Samy taitra avokoa ny tao an-trano ary niezaka namonjy ity naratra, saingy tsy nisy azo natao intsony noho ny halalin’ny ratra nahazo azy. Teo moa no nampandrenesina avy hatrany ireo zandary tany an-toerana. Nisy ny fidinana tany an-toerana sy ny fikarohana avy hatrany ireo nahavanon-doza.

m.L

Tia Tanindranaza29 partages

Fahadisoan’ny tarehimarika sy tsipelinaFanombohana ny halatra amin’ny fifidianana !

Niteraka resabe ny fivoahan’ny sorabola midangana mikasika ny tsenam-panjakana tamin’ny taona 2016 nivoaka tao amin’ny tranonkalan’ny Sampandraharaha misahana izany dia ny ARMP. Voasoratra fa 158 261 323 819,40Ar ny filan’ny Hopitaly CHU ao Tambohobe Fianarantsoa, 7 186 000 000Ar vidina piesy sy saran’ny fikojakojana ny fiaran’ny DPSP ao amin’ny minisiteran’ny filaminam-bahoaka …

Notsotsorina tamin’ny fahadisoana momba ny firaketana an-tsoratra na “saisie”. Boriboriana eo ny resaka hoe hojerena ny mety nahatonga an’io. Iza no nanao ilay fandikana an-tsoratra tamin’ny solosaina ? Iza no nampiditra ny zavatra ambara fa tsy voamarina tany anaty tranonkala ofisialy ? Iza no lehibe nanome alalana ? Tsy vao izao fa efa nanomboka tany amin’ny fahatapahan’ny karaman’ny mpiasam-panjakana maro be ny toy izao. Fanazavana tsy maharesy lahatra no betsaka ataon’ny manampahefana, izay toa manaporofo ny lainga marivo tototra. Hatrany amin’ny seraseran’ny filoha sy ny tatitra momba ny fampitam-baovaon’ny fiadidian’ny repoblika, filankevitry ny minisitra sy governemanta no feno diso isan-karazany raha tsy hilaza afa tsy ny tsipelina, izay manaporofo ny petatoko efa ho lava. Omaly izao dia nisy karazany telo ny fampitam-baovao momba ny filankevitry ny minisitra, izay nalefa mailaka (e-mail) tamin’ny 3 ora tolakandro sy 23 minitra, tamin’ny 3 ora sy 32 minitra, ary tamin’ny 4 ora sy 16 minitra ny ambara fa tatitra tena izy. Tsy mbola nisy teto angamba ny toy izany hatramin’izay, eny fa tamin’ny andron’ny tetezamita nosokajiana ho fitondrana tsizarizary aza. Inona no hitranga eto amin’ny fifidianana raha hilaza koa ny CENI hoe nisy nifamadika kely ny tarehimarika na diso ny tsipelina momba ny voka-pifidianana ? Ho vitavita ho azy tahaka ny miseho ankehitriny ve raha hiampy 000 ny isam-baton’ny kandida iray any amin’ny firaketana an-tsoratra na koa hifamadika ho lasa 21000 ny 12000 ohatra. Vitavita ho azy ny hadisoana mihoapampana. Mety ho efa fanahy iniana hanomanana ny sain’ny olona hanaiky fahadisoana sy ny halatra bevava tian-katao amin’ny fifidianana ihany koa anefa.

Toky R

News Mada27 partages

Iantsoana fanampiana ireo zaza kamban- telo

Teraka ny alin’ny 5 febroary teo, tao amin’ny Hopitalibe Toamasina, i Baofotoa Nafissa, renim-pianakaviana 33 taona. Efa manan-janaka mianadahy, 10 taona sy efa-taona, izy. Zaza fanintelony naterany ireto kambana telo mianandahy ireto, i Beanjara Dorlis sy I Beanjara Donatien, izay samy lahy ary samy milanja iray kilao mahery kely avy. Salama tsara avokoa izy telo mianadahy.

Nambaran’ny mpitsabo kosa fa noho ny mbola tsy fahampian’ny lanja no tsy ahafahana mandefa azy ireo mody. Nandritra ny fakana sary sy fanadihadina natao tao amin’ny Hopitalibe nilaza ny ray aman-drenin’ izy telo mianadahy fa dimy izao ny zanak’ izy ireo.

Fahasovana izany, saingy mangataka amin’ny tsara sitrapo izy mivady ho an ‘izay afaka manao tolo-tanana fa sahirana amin’ny fivelomana izy ireo. Monina ao amin’ny fokontany Tanambao Varreri parisela 21/73 lot 452 izy ireo.

Sajo

Midi Madagasikara23 partages

Code électoral : Rentrée politique ce jour pour la Coalition d’opposition

Ces dirigeants politiques et de la société civile sont prêts à aller jusqu’au bout de leur engagement pour des élections libres, démocratiques, inclusives et transparentes.

Une trentaine de partis politiques regroupés au sein d’une coalition d’obédience d’opposition vont faire leur rentrée politique cet après-midi.

Fin de la trêve pour le Comité de Vigilance Démocratique pour les Elections ou CVDE. En effet, les partis politiques et les entités de la société civile membres de ce comité vont se retrouver cet après-midi au Carlton à Anosy pour une présentation de vœux du Nouvel An 2018. Il s’agit pour le TIM, le Mapar, le MMM, le Teza, l’AVI, le PSD… de marquer leur rentrée politique pour cette année électorale 2018. Le 26 novembre 2017, une trentaine de partis politiques et d’entités de la société civile ont signé un accord dans lequel ils s’entendent et s’engagent à lutter contre toute manipulation politique dans le processus d’élaboration des nouvelles lois électorales. Dans cet accord, ces formations politiques d’opposition et ces entités de la société civile qui ont été consultées par la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) au début du processus, revendiquent la transparence et un dialogue franc entre les parties prenantes aux élections. Ils exigent que leurs propositions soient prises en compte dans l’élaboration des projets de loi organique qui vont régir les futures élections.

Deux sessions extraordinaires. Force est de constater que les projets de loi organique sur le régime général des élections et le référendum, l’élection du président de la République ainsi que l’élection des députés à l’Assemblée nationale se trouvent actuellement bloqués au niveau du gouvernement. Et ce après avoir fait l’objet des consultations auprès des différentes entités concernées. On n’attend en ce moment que leur adoption au Parlement. La tenue d’une session extraordinaire a été déjà évoquée, mais rien n’est déterminé jusqu’ici. Or, d’après des explications recueillies à l’Assemblée nationale, une seule session extraordinaire ne suffira pas pour le vote de ces projets de loi organique. D’après la Constitution, un projet de loi organique ne peut être examiné qu’au-delà du délai de 15 jours à partir de son dépôt à l’Assemblée nationale. Et puisqu’une session extraordinaire ne peut excéder 12 jours, il faudra donc deux sessions extraordinaires pour l’adoption de ces projets de loi organique sur les élections.

R. Eugène

Midi Madagasikara22 partages

Hôtel Panorama : Rencontre DGI – Experts- Comptables hier

Le DGI, Razafindrakoto Iouri Garisse et le Président de l’OECFM, Rajerinalina Jaona Ely lors de la rencontre entre les deux entités hier, à l’Hôtel Panorama.

Après la rencontre avec les opérateurs et celle avec les simples contribuables à la Chambre de Commerce et d’Industrie fin janvier 2018, c’était au tour de l’Ordre des Experts- Comptables de Madagascar (OECFM) de se réunir avec la Direction Générale des Impôts hier à l’Hôtel Panorama.

La DGI poursuit sa campagne d’information et de formation suite aux récentes modifications fiscales contenues dans la Loi de Finances 2018. Lors de l’ouverture de la séance, le Président de l’OECFM, Rajearinalina Jaona Ely, a rappelé l’attribution principale des experts comptables qui est d’appliquer la loi et de sensibiliser les contribuables à faire de même. Il s’est inscrit en faux contre le prétendu conflit permanent entre experts comptables et agents du fisc dans l’interprétation de la loi fiscale. D’ailleurs, a-t-il ajouté, les premiers ne pourraient exercer leurs fonctions sans l’aide des seconds et vice versa.

Deux options. Avec le nouveau régime fiscal, les experts- comptables ainsi que les inspecteurs des impôts trouvent leur compte dans le sens où une société a deux options : la première, c’est d’être soumise à l’Impôt Synthétique (IS), donc avec un chiffre d’affaires inférieur à Ar 100 millions, ce qui implique une modification du seuil d’assujettissement à la TVA. La seconde option est d’être assujettie à l’impôt sur les revenus, donc avec le seuil supérieur à Ar 100 millions. C’est en résumé l’une des principales modifications en matière d’impôts dans la LFI 2018, selon le Directeur Général des Impôts Razafindrakoto Iouri Garisse. Lequel a précisé dans la foulée que les textes d’application y afférents seront disponibles incessamment afin d’atteindre les prévisions fiscales pour cette année qui est de 2735 milliards d’Ariary.

Fonctions régaliennes. Répondant aux questions des journalistes sur la suspension des vérifications fiscales, le Directeur général des Impôts a tenu à préciser que les procédures ont repris et que des résultats probants seront attendus d’ici peu. En ce qui  concerne  l’affaire AMETIS, il a tenu à souligner que les fonctions régaliennes relèvent de l’Etat. Non sans ajouter que le fait de prendre une société prestataire entre dans le cadre des 3P ou Partenariat-Public-Privé. « Les droits de visa sont reversés en totalité à la DGI », a-t-il assuré, en marge de cette rencontre avec les experts comptables qui témoigne de l’esprit de dialogue de l’administration fiscale.

R.S

News Mada21 partages

Team building : le régime en quête de boucs émissaires

La rencontre des membres du gouvernement, aujourd’hui et demain, à Mantasoa est censée servir d’excuse  au Chef de l’Etat pour pointer du doigt des ministres défaillants. En réalité, l’incapacité du régime se situe du haut en bas de l’échelle étatique.

Si à l’origine, un «team building» est censé être un moyen de renforcer la cohésion d’une équipe ou de créer un environnement favorable au travail, cette fois, cela pourrait bien être différent. Qui sont les ministres défaillants ? Telle est, en effet, la question à laquelle les pro-régime entendent bien trouver des réponses à partir d’aujourd’hui lors du «team building» qui se déroulera à Mantasoa. Une rencontre qui durera deux jours.

Réaction tardive

D’après le chef du gouvernement, ce sera l’occasion de faire le point sur les réalisations de chaque département ministériel. «Nous allons étudier les projets qui pourraient avoir un impact direct sur la population», a-t-il fait savoir. Il indique aussi que «En même temps, nous allons voir quelle stratégie entreprendre». 

On pourrait ainsi s’interroger sur les activités menées par le gouvernement, durant ces quatre années, si ces questions ne seront discutées que maintenant.

L’initiative est d’ailleurs un peu tardive car à moins d’un an de la fin de mandat du régime, il n’y a pas beaucoup à attendre et à espérer. Ce qui intrigue dans cette initiative, c’est aussi la propension du régime à faire de ce rendez-vous un moyen de trouver un bouc émissaire face à l’incapacité qui se trouve, toutefois, au plus haut sommet de l’Etat.

En effet, dans l’une des publications du «Rendez-vous  du Président» récemment, il a été indiqué que «Les ministres en feront le diagnostic et diront pourquoi les choses ne bougent pas et proposeront des solutions appropriées. Le Président jugera sur actes». Pourquoi il ne l’a pas fait auparavant ?

Par «les choses» qui ne bougent pas, les communicateurs de la présidence évoquent, d’ ailleurs, les difficultés liées à la maîtrise de l’inflation, notamment la gestion des prix du riz ou encore le cas de l’insécurité qui ne cesse de prendre de l’ampleur. C’est le cas notamment des kidnappings.

Problèmes de fond

Sur ce point d’ailleurs, les initiatives au plus haut sommet de l’Etat ne correspondent nullement à la réalité. Car au lieu de s’attaquer aux problèmes de fond, en prenant les taureaux par les cornes, les pro-régime tentent de renvoyer la balle aux victimes elles-mêmes, en choisissant une ligne qui frôle le racisme. En effet, des journaux pro-régime ont affirmé que le kidnapping une affaire Karana contre Karana. Alors que la réalité est tout autre. Il faut préciser que ce ne sont pas uniquement les «karana» qui ont été victimes de kidnapping dans le pays. A titre d’ illustration, l’affaire Arnaud et Annie dans la capitale économique à Toamasina qui a défrayé la chronique alors que les victimes ne sont nullement des «karana». Sans compter les enlèvements perpétrés par les «dahalo». Qu’a fait l’Etat par rapport à tout ça?

C’est que, encore une fois, même si le régime tente de trouver des  boucs émissaires, la protection des personnes et de leurs biens demeurent jusqu’ici une responsabilité régalienne de l’Etat. A ce titre, le «team building» de dernière heure du gouvernement ne servira pas à grand-chose, car la responsabilité de l’échec de ces dernières années  est partagé entre tous les ténors du régime, à commencer par le Chef de l’ Exécutif.

 Rakoto

Midi Madagasikara20 partages

Maevatanana : Taolam-paty iray gony htia tao anaty kirihitr’ala

Taolam-paty iray gony no hitan’ny lehilahy iray nandeha nivoaka, tao antsinana’ny pylone, ao amin’ny fokontany Ambalabongo, Kaominina Berivotra 5X5, Disitrikan’i Maevatanàna, ny Alarobia lasa teo, tokony ho tamin’ny 05 ora sy sasany hariva. Araka ny fanazavana azo avy tamin’ Atoa Parany Rodin Stanisilasy mpampianatra ao amin’ny CEG Berivotra 5X5, dia tao anaty kirihitr’ala no nanafenana izany. Nisaina teo imason’ny sefom-pokontany sy teo anatrehan’ny fokonolona sy ny mpitandro ny filaminana ary ny manampahefana tany an-toerana ireo taolana ireo. Hita tamin’izany ny taolan-dava miisa 75 miaraka tamin’ny taolana madinidinika maromaro. Araka ny nambaran’ny Atoa Parany Rodin Stanisilasy taminay ihany, dia razana manodidina ny folo eo no nakana ireo taolana ireo. Ny teny amin’ny manodidina anefa dia tsy naharenesana vaky fasana hatreto. Heverina, araka izany, fa tany an-toeran-kafa no nakana ireto taolana ireto ary mety notadiavana mpividy, dia izao hitan’ny fokonolona. Nalevina avy hatran y ireo taolana taorian’ny fanadihadiana natao.

Ratantely

Midi Madagasikara19 partages

L’exemple de Richard Ratsimandrava a peu de chances d’être suivi

Il est tombé dans un traquenard, le 11 février 1975 et 43 ans après, son testament politique est un legs pour la postérité. Richard Ratsimandrava laisse le souvenir d’un grand homme d’Etat qui avait un sens aigu du devoir. En ce début du XXIe siècle, la génération d’hommes politiques qui ambitionne de diriger le pays semble avoir dévié de la voie qu’il avait tracée.

L’exemple de Richard Ratsimandrava a peu de chances d’être suivi

Autre époque, autres pratiques politiques, serait-on tenté de dire en parlant du milieu de la deuxième décennie des années 2000. Le pays est aujourd’hui gangréné par la corruption et sa population vit très mal cette dégradation des mœurs qui se transforme parfois en barbarie. Le colonel Richard Ratsimandrava avait voulu instaurer une société malgache où les valeurs d’entraide et de respect devraient régenter les relations. Il voulait que soit institué le « fokonolona ». Ses idées auraient permis de mettre en place un système politique original, mais elles ont contrarié des intérêts qui ne pouvaient pas être remis en cause. La population, alors, avait adhéré à la philosophie de l’homme d’Etat, mais son assassinat a mis un coup de frein brutal au processus qu’il avait initié. La période troublée qui suivit a totalement chamboulé l’équilibre déjà installé. Le régime socialiste instauré durant la deuxième République a perverti la philosophie du « fokonolona » de Richard Ratsimandrava. On sait ce qu’est devenu le socialisme démocratique, rejeté par la population et le revirement idéologique à la fin des années 80. Les manifestations de 1991 ont eu raison du régime du président Ratsiraka. Ceux qui lui ont succédé ont dérapé et laissé s’installer les combines politiques et la mauvaise gouvernance. Le président Marc Ravalomanana s’est engagé dans la voie d’une sorte de despotisme éclairé, mais son autoritarisme et les abus qu’il a faits ont entraîné ce soulèvement populaire suivi de ce coup d’Etat d’Andry Rajoelina. Le régime de la Transition n’a pas permis de restaurer les libertés démocratiques que la population appelait de ses vœux. L’accession d’Hery Rajaonarimampianina à la magistrature suprême n’a fait qu’empirer une situation déjà dramatique. Aujourd’hui, les Malgaches sont totalement désabusés et pour le moment, ils ne voient poindre aucun espoir de changement. L’exemple laissé par Richard Ratsimandrava n’inspire aucun des hommes politiques actuels.

Patrice RABE

News Mada17 partages

Protection du parc Nosy Hara : C3 appuie les parents d’élèves de l’EPP Antsako

Toute action de conservation de l’environnement devrait être accompagnée d’un appui socio-économique des riverains pour pouvoir réduire les pressions sur les ressources naturelles. L’ONG Conservation centrée sur la communauté (C3) Madagascar, l’un des acteurs de la protection du Parc marin de Nosy Hara, en est convaincu de cette logique réalité et agit en conséquence dans le dessein de gagner l’engagement de la population locale dans la gestion durable de leurs ressources.

Toutefois, les appuis menés n’ont rien à avoir avec le mécénat, qui favorise la dépendance des bénéficiaires, mais plutôt des actions à impacts pérennes qui vont tendre à leur autonomie, une fois le projet terminé. Mis à part la création d’activités génératrices (AGR) en faveur des personnes actives, l’ONG C3 s’engage également dans le futur des enfants locaux, en appuyant leur éducation. Dans cette optique,  l’organisme a fait au début de l’année une dotation de fournitures et d’équipements scolaires en faveur des élèves de l’EPP Antsako, dans la commune d’Andranovondroina-Atsiranana II, un petit village très enclavé et inaccessible durant la saison  des pluies.

Cette initiative entre dans le cadre du projet «Conservation de Dugongs et herbiers marins dans le Parc Nosy Hara», mis en œuvre en partenariat avec Madagascar national parks (MNP). L’objectif étant de réduire les charges parentales et aussi d’améliorer la qualité de l’éducation dans le village, tout en renforçant la conservation de la biodiversité marine et de ses habitats. Ces dons comportent une cinquantaine de livres pour  les différentes classes, qui correspondent aux programmes du ministère de l’Education nationale, et une armoire métallique pour assurer leur conservation. Notons que cet établissement compte 65 élèves qui proviennent de quatre villages du fokontany Vohilava, à savoir Antsako, Vohilava, Lalandakana et Ambalavy.

Fahranarison

 

Midi Madagasikara14 partages

Antanetibe Anjorobe : L’adjoint au maire assassiné

L’adjoint au maire de la commune d’Antanetibe-Anativolo du district d’Anjozorobe a été tué par des hommes malintentionnés avant-hier soir. Ce jour-là, il était sorti pour donner à manger à son bétail, c’était vers 22h. Profitant de l’obscurité, des individus l’ont poignardé, au niveau du coeur. Malgré ses blessures, l’adjoint au maire a pu regagner son domicile, mais à peine arrivé chez lui, il a perdu la vie. Sa blessure a été profonde ce qui a entraîné sa mort. Au vu de cet acte abominable, ses agresseurs devraient bien connaître les habitudes de cet adjoint au maire.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara13 partages

Moramanga : Notokanana ny tsangambaton’ny 11 febroary

Notsofin-drano tamin’ny fomba nentom-paharazana ny tsangambaton’ny 11 febroary no sady fahatsiarovana ireo zandary maty amperin’asa. Ny asabotsy 10 febroary 2018 no nanaovana izany. Tangalamena avy any ambanovohitry ny kaominina Ambohibary ato anatin’ny distrikan’iMoramanga no tonga nanao izany. Kabary telo nifamaliana ary hialohavan’ny zokiny indrindra ary faranan’ny zandriny indrindra no natao teo. Manana haavo 3,20m ity tsangambato ity ary velerana 2 metatra amin’ny 1,90m ny velarany ambany. Ahitàna ny sarin’ny kolonely RATSIMANDRAVA RICHARD eo amin’ny andaniny sy ny ankilany ary ny sary famantarana ny zandarmariam-pirenena sy ny ozinina miaramila sahafitahana. Ny saritanin’ny Madagasikara no en ambony indrindra . Nankasitraka ny sekoly ambonin’ny zandarmariam-pirenena amin’ny fanomena ny hasiny ny foko BEZANOZANO ary ny  fanomezan-danja azy ireo ny vondron’ny tangalamena eto Moramanga. Amin’ireo ray aman-dreny dia raha nahay nandray lesona sy nanovo ny foto-kevitr’ity olomangan’i Madagasikara ity ireo mpitondra nifandimby dia nilamina hatrany ny rafi-piaraha-monina Malagasy satria hainy ny nametraka ny anjara toeran’ny fokonolona.

Cathy

Midi Madagasikara13 partages

Tournoi Rugby Academy : Les joueuses de Satrokala triomphent à Toliara

Les joueuses de Satrokala avec leur uniforme offert par Tozzi Green.

L’équipe féminine de la Rugby Academy Ihorombe de Satrokala a remporté le tournoi de rugby Academy du Sud de Madagascar dimanche à Toliara.

Elles ont gagné ! Sous une pluie battante, les jeunes joueuses de rugby entament la danse de la victoire. Leurs visages sont rayonnants. Leurs corps sont fourbus de fatigue, mais le moral est au beau fixe. Encore une belle page qui est écrite dans leur histoire. L’équipe féminine de la « Rugby Academy » Ihorombe de Satrokala a remporté le tournoi de rugby Academy du Sud de Madagascar dimanche à Toliara.

Quatre équipes ont partagé leurs joutes dimanche à Toliara au tournoi de « Rugby Academy » du Sud de Madagascar organisé par l’association « Terres en Mêlées ». Il s’agit du « Rugby Academy » d’Ihorombe de Satrokala, d’Andranovory, de Toliara et de Salary Bay. Lors du premier match, l’équipe de Satrokala a perdu face à Toliara avant de prendre le dessus sur les filles de Salary Bay. En demi-finales, les jeunes joueuses de Satrokala ont remporté la victoire par 15 à 0 devant celles de Salary Bay. Les filles ont marqué trois essais. En finale, elles ont battu les joueuses d’Andranovory sur le score de 5 à 0. Une victoire qui récompense les efforts fournis par les joueuses et l’encadrement des techniciens. Elles ont un bel avenir qui se trace devant elles.

Rugby solidaire. En tant qu’entreprise citoyenne, Tozzi Green soutient l’éducation solidaire et inclusive par le rugby. Signalons que depuis 2015, l’entreprise Tozzi Green a noué un partenariat avec l’association « Terres en Mêlées » pour initier un projet d’éducation et d’insertion par le rugby pour les jeunes des villages de l’Ihorombe où elle est implantée. Semer les graines de l’éducation en utilisant le rugby, voilà le défi que Tozzi Green s’est lancé pour encourager les jeunes à se rencontrer et à explorer de nouveaux horizons en participant à des tournois de jeunes au niveau local, régional et national. L’objectif est d’assurer aux enfants et aux jeunes, plusieurs entraînements dans la semaine au sein des écoles et collèges de Satrokala et de mettre en place des équipes de rugby féminines et masculines qui participeraient à des compétitions à Tuléar et à Tana. Tozzi Green donne ainsi la possibilité à des centaines d’enfants et de jeunes filles et garçons de grandir avec les valeurs du rugby. À travers ces actions, l’entreprise peut contribuer à l’épanouissement et à l’émancipation de cette jeunesse malgache qui ne demande qu’à s’engager et à réussir.

 T.H

Tia Tanindranaza11 partages

Fifindran’ny taksibrosy eny Andohatapenaka Tsy mitovy hevitra ny ATT sy ny mpitatitra

Tsy mitovy hevitra ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety ATT sy ireo mpitatitra mivondrona ao anatin’ny ASTRAM hafindra toerana etsy amin’ny toby fiantsonana vaovao etsy Andohatapenaka.

Raha ny fantatra dia efa namoaka naoty ny amin’ny tsy hahafahan’ny mpandeha mihazo ny lalam-pirenena fahefatra sy fahenina mividy tapakila eny an-toerana Ambodivona  intsony ny ATT manomboka rahampitso alarobia 14 febroary. Ireo mpitatitra mivondrona eo anivon’ny ASTRAM anefa eo an-daniny tsy mbola mahalala na inona na inona akory. Raha ny fanazavan-dRakotondrafara Fredinard, filohan’izy ireo omaly dia mbola eo am-piandrasana ireo fepetra takiany izy ireo amin’izao izay vao hanapa-kevitra ny hifindra. Anisan’izany ny famenoana ny fitaovana eny Andohatapenaka, ny fametrahana izay olona hitantana ny tobim-piantsonana mba tsy hiverenan’ny gaborakaka toy ny hiainan’izy ireo eny Ambodivona amin’izao, ny resaka fiarovana ny ain’ny mpandeha, ny fanadiovana…Tsy vita mora anefa izany. Hifindra moramora izahay raha vitany mialoha ny 14 febroary ireo rehetra ireo.

Pati

Midi Madagasikara10 partages

Congrès national et déclaration d’existence : Les partis politiques attendus de pied ferme !

A-t-on appris que le parti Leader Fanilo entend organiser un congrès national en mars prochain. Une initiative louable de la part d’un parti politique surtout que c’est une initiative encadrée par les textes en vigueur. Effectivement, la tenue d’un congrès national par un parti peut être assimilée à une preuve d’existence de sa part. D’ailleurs, les articles 18 et 23 de la loi n°2011-012 relative aux partis politiques imposent fermement et respectivement à ces derniers – sous peine de radiation du Registre National des Partis Politiques – de procéder à la tenue d’un congrès national « tous les cinq ans au moins » et de « faire avant le mois d’avril de chaque année une déclaration d’existence comprenant le siège du parti politique et les nom et adresse des membres du Bureau Exécutif ».

Achoppement. Par rapport, justement, à cette question de radiation, une source auprès du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID) a indiqué que « le MID ne peut recourir à cette pratique, car c’est un texte qui n’est pas approprié aux réalités. Nombreux partis politiques ne procèdent à une déclaration d’existence que très tardivement ». Et pourtant, radier les micro partis – qui ne participent guère aux élections ou qui se réveillent, seulement, lors des périodes électorales comme cette année, ou encore ceux qui n’ont point effectué un congrès national comme le prévoit la loi en question – peut être une option pour commencer à donner de la qualité, de la valeur à la politique malgache. Le MID affirme donc un achoppement au niveau des textes et on ignore, jusqu’à maintenant, si la loi sur les partis politiques fait partie des textes à réviser et à soumettre au Parlement lors de la session extraordinaire en gestation. On espère en tout cas que les autres partis qui n’ont pas encore effectué le congrès national et la déclaration d’existence le feront dans les semaines qui viennent.

Aina Bovel

L'express de Madagascar9 partages

Maevatanàna – Saisie de palissandre et de raphia

Double saisie de produits  forestiers sur la RN 4. Quarante planches de palissandre ainsi qu’une tonne et demie de fibres de raphia, ont été interceptés par les éléments de la Brigade de police routière (BSR) de la gendarmerie nationale à Maevatanàna. La BSR Maevatanàna indique qu’aucune autorisation n’est, jusqu’à nouvel ordre, délivrée pour l’exploitation et le transport de bois précieux comme le palissandre. Pour la marchandise saisie, il n’y avait de surcroît ni facture ni document permettant de tracer l’origine. Pour le raphia, la saison d’exploitation est fermée depuis le 1er novembre et ne reprendra qu’au deuxième semestre. Son transport est, de surcroît, interdit la nuit.Les planches en question sont tombées dans les mailles des filets tendus par les hommes du BSR dans la nuit de vendredi à samedi vers 23 heures. Elles ont été découvertes lorsque le taxi-brousse qui les transportait a été fouillé au niveau d’un point de contrôle routier à la hauteur de Maevatanàna.En inspectant le dessous d’une bâche couvrant les bagages des passagers, les gendarmes ont mis la main sur des planches de palissandre, trônant sur le toit de la Mercedes Sprinter.

FourrièreAprès cette trouvaille, les gendarmes ont poursuivi leur recherche dans la soute à bagages, c’est alors qu’ils ont trouvé les planches restantes. Le propriétaire du bois précieux intercepté n’était pas à bord. D’après la gendarmerie, le palissandre aurait été chargé à la gare-routière  de Mahajanga et le destinataire devait ensuite le récupérer au stationnement d’Ambodivona avant que le trafic ne tourne court.Les balles de raphia ont été, en revanche, interceptées tôt hier matin dans un barrage à Ambalanjana­komby, situé à une soixantaine de kilomètres du chef lieu de district de Maeva­tanàna.Elles ont  été découvertes dans la remorque d’un camion. Une fois de plus, le propriétaire n’accompagnait pas la marchandise mais quelqu’un devait la récupérer à l’arrivée.Après ce coup de filet, la Mercedes ainsi que le camion ont été mis en fourrière. Les produits forestiers saisis ont été, en revanche, laissés aux bons soins de la direction régionale de l’Environnement forêt de Betsiboka.

Andry Manase

News Mada8 partages

GS2WA : «ny Ahy» représente Madagascar

Rideau sur la Global startup weekend women Antananarivo (GS2WA). L’équipe du projet «Ny Ahy» a remporté le premier prix et défendra les couleurs de Madagascar à la finale mondiale qui se tiendra à Paris au début du mois prochain. «Ny Ahy» est un projet de création d’une gamme de produits de maquillage, spécifiquement formulée pour les peaux métissées et noires, portée par les startupeuses Yaoudah Tiandragnahary, Hoby Olive Rakotosoa et Hoby Ravelomanantsoa.

Parmi les projets qui ont concouru  figure «Vohitsara», une société de collecte et de distribution de légumes et de fruits frais, placé au numéro 2 ; «Yumicious», un projet de production de brownies – minutes fait maison, s’est placé en 3e position. Et le coup de cœur du jury : «Zarizen», le projet de potagers d’intérieur intelligents et écologiques.

En quelques chiffres, la première GS2WA a été organisée en quatre semaines par une équipe de choc, entièrement bénévole, menée par Carole Rakotondrainibe. Au total, ce sont 24 participants effectifs (23 femmes et 1 homme) répartis en sept équipes de projets, qui ont travaillé avec acharnement et sérieux pendant 54 heures non stop, comme dans 20 autres villes dans le monde. Aussi, c’est la première fois que les participants à un concours de Startup sont à 90% des femmes.

Pour les organisateurs de la GS2WA, cette première a été couronnée de succès. Déjà, ils se préparent pour la deuxième édition.

Arh.

 

Midi Madagasikara8 partages

Forum de l’Orientation professionnelle : J-3 pour la deuxième édition

Pour mieux orienter les jeunes quant à l’orientation de leurs études et leur carrière et de leur avenir professionnel, la 2e édition du Forum de l’Orientation professionnelle va se tenir les 16 et 17 février à la Chambre de Commercer et d’Industrie d’Antananarivo  (CCIA).

Réseautage et six conférences. La programmation promet d’être diversifiée et riche en contenu. Comme lors de la première édition en 2016, les jeunes seront mis en contact avec des DRH (directeurs des ressources humaines). Une mise en réseau qui les permettra non seulement d’acquérir des astuces pratiques concernant la recherche d’emplois, mais également d’entreprendre des démarches plus approfondies comme celles afférentes au développement personnel ; car la connaissance de soi constitue effectivement une étape cruciale dans toute orientation professionnelle. En appui à ces DRH, des conseillers d’orientation viendront également appuyer les étudiants, car une insertion professionnelle réussie se prépare largement en amont de l’entrée dans la vie active. En outre, six conférences sur les secteurs considérés porteurs seront programmées durant les deux jours du salon, à savoir : celui sur les métiers des Travaux publics et des Mines, les métiers de la Banque et tout ce qui a trait aux finances, les métiers du Pétrole et de l’Energie, les métiers de l’Agro-alimentaire, ainsi que celui des Télécommunications. Par ailleurs, autre fait intéressant à signaler, la considération des métiers de la Recherche scientifique et des métiers de l’Humanitaire comme présentant des débouchés et de réelles opportunités de carrière. Pour ceux qui veulent réussir leur insertion professionnelle, rendez-vous est donné les 16 et 17 février prochain à la CCIA Antaninarenina !

Luz Razafimbelo

News Mada7 partages

Pétanque : vazaha, Hery et Pà, au rendez-vous thaïlandais

Le « Star masters de Pattaya 2018 », du 22 au 25 février, en Thaïlande, attend de pied ferme l’équipe malgache. Le tournoi de sélection, qui s’est tenu au boulodrome Les As d’Ambohimangakely, le week-end dernier, a vu la consécration de la triplette formée par Vazaha, Hery et Pà du CBT Mahamasina.

Madagascar est à la recherche de sa gloire perdue ! Unique pays étranger à avoir brisé la mainmise des Thaïlandais au «Star Masters de Pattaya», en remportant deux titres, respectivement en 2014 et en 2016, Madagascar sera l’un des grands favoris en compagnie du pays hôte.

Pour mettre la chance de son côté, la Fédération malgache de pétanque a organisé des tournois de sélection en trois étapes. Une formule qui a souri à l’une des triplettes du CBT Mahamasina, en l’occurrence Hery, Vazaha et Pà.

Lors de la grande finale, le trio a pris le dessus sur l’équipe formée par Fakr, Ram’s et Taratra, sur le score de 13 à 7. Tombeurs des grands favoris que sont Toutoune, Radoko e Hery, ils n’ont pas pu récidiver en finale en laissant le champ libre à leurs adversaires.

L’équipe malgache prendra la direction de la Thaïlande, le 19 février, avec dans l’esprit de faire mieux que l’année dernière où Madagascar est sorti en quarts de finale. Mais comme tout compétiteur qui se respecte, l’ambition est tout autre pour les boulistes malgaches, celle de ramener un troisième titre.

Au vu des préparatifs, force est de constater que Vazaha, Hery et Pà ont de quoi rivaliser avec les meilleurs du monde sur le plateau de Pattaya. Domptés par trois compétitions de qualification, qui se sont tenues respectivement  les 27 et 28 février, puis les 3 et 4 février, et enfin, la grande finale du week-end dernier, les joueurs malgaches se présentent sous leur meilleur jour actuellement.

Naisa

 

Midi Madagasikara7 partages

CONAMEPT : Pour la révision des grilles indiciaires des enseignants

« Il est temps de penser aux grilles indiciaires des enseignants malgaches ». Ce sont là les propos d’Huguette Rakotoarivony, coordonnateur de la Coalition Nationale de l’Education pour Tous vendredi dernier à l’hôtel le Pavé. Huguette Rakotoarivony de faire savoir également que le CONAMEPT a proposé des pistes de réformes à inclure dans le PSE ou Plan Sectoriel de l’Education initié par le Ministère de tutelle. « Nous sommes reconnaissants envers le MEN pour les propositions que le ministère a tenu en compte et a inclus dans le PSE » a avancé la coordonnatrice nationale de la CONAMEPT. Avant de noter que « la coalition invite le ministère à se pencher significativement sur la révision des grilles indiciaires des enseignants ». Une initiative qui devrait résoudre le premier problème du corps. Ce dernier est, en effet, connu pour son « maigre salaire et les mauvaises conditions de travail dans lesquelles il est placé depuis des années ». Il convient également de noter que les grilles indiciaires des enseignants n’ont pas été révisées depuis l’ère de la première République. Ce qu’une enseignante près de la retraite et qui a préféré taire son nom a confirmé. « Aussi longtemps que je me souvienne et aussi longtemps que j’ai exercé dans l’enseignement, je ne me souviens pas de l’existence d’une révision des grilles indiciaires des enseignants » a fait savoir l’enseignante. Avant de préciser « cela va faire bientôt 30 ans que j’enseigne ». Noble par essence, le métier d’enseignant a longtemps été pris comme un dernier recours, un bouche-trou. Du coup, on a toujours dit du métier en question « petit salaire…petit travail ». Le niveau scolaire des enfants malgaches ainsi que le système scolaire actuel en est une conséquence.

José Belalahy

Midi Madagasikara7 partages

Natation : La relève en action ce samedi

La compétition des relèves aura lieu ce samedi au « Lomano Centre » d’Avarabohitra Itaosy. Elle concerne les benjamins et moins pour toute la ligue d’Analamanga. « Nous avons spécifié ces catégories afin qu’elles aient vraiment du temps pour elles. Pour le sommet d’Analamanga et le sommet de Madagascar, il y a des qualifications et beaucoup n’ont pas la chance d’y participer. Donc, nous leur offrons l’opportunité de monter sur le podium et de participer à une compétition » a déclaré la présidente de la ligue d’Analamanga de natation Tojohanitra Andriamanjatoarimanana. De plus, comme les sommets d’Analamanga et de Madagascar se jouent en open, ces petits-là sont tout le temps dépassés d’une tête. Ce qui douche leur enthousiasme. La ligue d’Analamanga l’organise avec Star Cristalline et Ostie. Les épreuves débutent à 08h avec les officiels techniques de la ligue. Après ce sommet des jeunes, Analamanga s’attellera au championnat d’Analamanga open dans un mois.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara7 partages

Informatique : Nexthope démocratise l’Office 365

Démocratiser l’Office 365. Tel est l’objectif de Nexthope en organisant une séance de formation sur l’utilisation de cette dernière version du système bureautique le plus utilisé au monde. La formation qui s’est déroulée jeudi dernier à l’Ibis Hôtel Ankorondrano a vu la présence de nombreux clients utilisateurs de l’Office 365. Une formation réalisée en collaboration avec le canal de distribution officielle de Microsoft que Elytis et Clinic Info Distribution. L’organisation de cette séance de formation confirme en tout cas la place de leader qu’occupe Nexthope dans ce domaine. Faut-il en effet rappeler que Nexthope, une entreprise spécialisée dans le domaine de l’intégration d’infrastructures informatiques, réseau et Telecom a été élue récemment meilleur revendeur de solutions Microsoft à Madagascar pendant deux années de suite.

R.Edmond

Midi Madagasikara6 partages

LU POUR VOUS : « Bakhita » de Véronique Olmi

« Bakhita » est sorti en 2017 aux éditions Albin Michel.

Une petite fille, une petite africaine qui aurait pu être heureuse dans son village, entourée de ceux qu’elle aime. Seulement voilà, la vie en a décidé autrement, mais la vie est parfois d’une cruauté sans borne et espérer être heureux au Soudan en 1865, c’était compter sans ces négriers cupides qui faisaient commerce de leurs frères humains. Bakhita est née dans ce Soudan où l’on prostitue les filles, où on les vend comme esclaves, où on pratique à grande échelle la castration des garçons, ou l’on sépare les familles,… Bakhita, à qui on a volé l’identité ( elle ne se souviendra plus de son vrai nom), à qui on a volé la joie de vivre, à qui on a interdit de penser, d’espérer, Bakhita, traitée plus bas qu’un chien comme tous ces gens expédiés en caravanes vers d’autres souffrances.Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l’esclavage. Rachetée à l’adolescence par le consul d’Italie, elle découvre un pays d’inégalités, de pauvreté et d’exclusion. Affranchie à la suite d’un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres. Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d’évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d’âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu’elle soit razziée.

Une pépite. On remarquera que Bakhita, qui n’a pas été éduquée, si ce n’est à force de coups de fouets, a perdu la mémoire de son enfance, n’a pas reçu d’instruction, ne saura jamais lire et aura bien des difficultés à maîtriser une langue. Il semble d’ailleurs que son langage soit fait d’emprunts à plusieurs langues qu’elle a dû pratiquer durant son parcours. On notera également que quelques années après son installation en Italie, Bakhita informe une religieuse de sa situation d ‘esclave, et la religieuse lui répond qu’elle sait, sans autre commentaire. Autrement dit, à cette époque dans un pays où on a déjà proclamé l’abolition de l’esclavage, on continue à considérer les gens enlevés par des négriers comme esclaves et que leur affranchissement doit faire l’objet d’un procès. La bonne société serait donc restée longtemps complice de ces pratiques… ? Le récit est merveilleusement bien écrit.On vous laisse donc à la possibilité de lire cette pépite, de cheminer à votre tour avec une femme qui termine sa vie comme elle le mérite mille fois puisqu’étant devenue croyante et pieuse, et qu’aujourd’hui encore, elle existe par les témoignages que l’on a conservés.

Midi Madagasikara6 partages

Développement inclusif : L’implication du secteur privé, sollicitée au FAR

Faute de services publics, des milliards de personnes, en particulier dans les pays en développement, n’arrivent pas encore à satisfaire leurs besoins fondamentaux tels que l’énergie, l’éducation, les soins de santé, l’approvisionnement en eau et l’assainissement. Malgré l’évolution positive globale de l’éradication de la pauvreté et de la faim, ainsi que l’accès à des services de base dans le cadre des OMD, cette amélioration reste faible pour les plus pauvres. Lors de la deuxième édition du Forum Africain pour la Résilience (FAR 2018), plusieurs intervenants issus d’organisations internationales ont évoqué le rôle important que jouent le secteur privé et la société civile dans les partenariats collaboratifs, afin que les interventions pour le développement bénéficient à toutes les catégories de communautés. En effet, les intervenants du forum ont évoqué la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), qui pourrait être complémentaire et opérée en synergie avec les actions des partenaires pour le développement, entre autres les bailleurs de fonds. Cela afin que la qualité des services sociaux de base promeuve le progrès social, économique et environnemental rapide, tout en réduisant la pauvreté.

Antsa R.

Midi Madagasikara6 partages

Ambatovy : Plus de 10 millions USD de ristournes pour les CTD

Ambatovy a commencé à exploiter du nickel et du cobalt en vue d’une exportation depuis 2012. Selon les lois régissant le secteur minier, notamment les Grands Investissements Miniers, cette compagnie minière est tenue de verser des ristournes à l’endroit des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) à part les paiements des impôts et taxes ainsi que des redevances minières auprès de l’Etat. Ces ristournes qui sont étalées sur une période de 2012 à 2017 sont évaluées à plus de 10 millions USD, d’après une source auprès d’Ambatovy. Et à peu près une vingtaine de communes touchant son exploitation minière, soit au niveau du site d’extraction proprement dit, en passant par les zones servant à transporter les minerais via des pipelines jusqu’au site d’implantation de l’usine de raffinage, en seront bénéficiaires.

Communes pilotes. Et sur ces 10 millions USD, la répartition se fait comme suit 60% seront alloués aux communes, 30% pour les régions et 10% pour les ex-provinces. Parlant des communes bénéficiaires, elles ont été subdivisées en quatre catégories, à savoir la catégorie A qui concerne le site d’extraction minière, la catégorie B où se trouve l’usine d’exploitation, la catégorie C qui touche les zones d’acheminement des minéraux via des pipelines et enfin la catégorie D qui subit les impacts indirects de l’exploitation. « La répartition des ristournes ne sera pas ainsi à part égale, mais se fera suivant cette catégorisation des communes bénéficiaires.Il faut également tenir compte de la quantité des réserves et de la quantité exploitée par la compagnie minière dans chaque commune. Mais ce qui est sûr, il y aura des communes pilotes qui vont connaître une certaine prospérité, car le déblocage de ces ristournes aura lieu dans deux ou trois mois », a annoncé le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, dans le cadre de la présentation de vœux de son département qui s’est tenue la semaine dernière à l’espace Le Krypton.

Mesures d’accompagnement. Par ailleurs, « les trois départements ministériels, à savoir les Mines, la Décentralisation et les Finances travaillent en étroite collaboration pour instaurer des mesures d’accompagnement concernant l’utilisation de ces ristournes à l’endroit de ces communes bénéficiaires. En effet, les mines constituent des ressources non renouvelables. Les montants des ristournes versés aux communes ne devront pas être ainsi alloués en grande partie à leur budget de fonctionnement. Il faut plutôt investir davantage dans les infrastructures en vue d’asseoir un développement local durable. L’objectif étant d’éviter les risques inflationnistes et les actes de banditisme », a-t-il enchaîné. En outre, une Trésorerie Principale Intercommunale sera mise en place.

Navalona R.

News Mada5 partages

Nouvelles dispositions fiscales : rencontre avec les experts comptables

Les nouvelles dispositions fiscales annoncées dans la Loi de finances 2018 ont fait l’objet d’une discussion entre l’Ordre des experts- comptables et financiers de Madagascar (OECFM) et la Direction générale des impôts (DGI), hier. Pour les experts comptables, la fixation du seuil d’assujettissement à 100 millions d’ariary permet d’alléger les procédures que doivent suivre les opérateurs et les entreprises dans le cadre de la fiscalité.

Pour rappel, les régimes fiscaux à Madagascar ont été reconfigurés de façon  à atteindre la prévision de recettes assignée à l’administration fiscale de l’ordre de 2 735 milliards d’ariary cette année. Ainsi, le régime réel simplifié a été supprimé. «Cette réforme permettra aux contribuables de choisir entre deux régimes fiscaux au lieu de trois auparavant. C’est-à-dire, le régime d’impôt synthétique ou le régime du réel avec un unique seuil de 100 millions d’ariary. Le processus est donc beaucoup plus simplifié», a soutenu Jaona Ely Rajeriarinalina, président de l’Ordre des experts comptables.

En effet, le statut régissant l’Ordre des experts comptables stipule que ces derniers doivent suivre un renforcement de capacités sur leurs acquis tous les ans. Cette rencontre organisée autour de la fiscalité en fait partie.

L’Ordre des experts comptables sollicite également le renforcement de la  sensibilisation des opérateurs sur les règlementations fiscales.  «L’ ignorance des dispositions existantes favorise la prolifération des activités informelles», a poursuivi le président de cette entité.

191 experts comptables sont membres l’OECFM à Madagascar, selon les chiffres de 2016. 124 d’entre eux travaillent à leur compte, 147 exercent dans une entreprise ou une entité publique et 44 sont stagiaires. D’après le président de l’Ordre, le nombre des experts comptables travaillant dans le pays ne couvre pas encore toutes les régions de l’île.

Riana R.

L'express de Madagascar5 partages

Infrastructure de transport – Le déménagement à Andohatapenaka divise

Le ministère du Transport et de la météorologie annonce l’ouverture de la gare routière  à Andohatapenaka. Les transporteurs contestent.

Embrouillé. L’ouverture de la nouvelle gare routière à Andoha­tapenaka reliant Antananarivo et les régions Moyen-Ouest, Ouest et Nord, pour cette semaine, est incertaine. Les transporteurs des coopératives desservant ces zones refusent d’y déménager. « Nous ne pouvons pas y travailler, tant que tout ne soit fin prêt. Nous voulons à tout prix éviter que le bordel des stationnements actuels y revienne », explique Fredinard Rakotondrafara, président de l’Association des transporteurs de Madagascar (ASTRAM), hier.Le ministère du Transport et de la météorologie à travers l’Agence des transporteurs terrestres (ATT) a pourtant, déjà informé les usagers qu’elle sera ouverte, demain. « Les coopératives de transport aménageront leur box à Andohatapenaka, du 9 au 13 février. Le 14 février, la vente des tickets et l’embarquement des passagers dans les lieux habituels seront annulées », précise le communiqué.Les passagers sont confus. Beaucoup s’interrogent s’ils devront aller à Andohata­penaka ou à Ambodivona, à partir de mercredi. Les transporteurs n’ont pas encore préparé leurs clients sur ce déménagement.

Caisse uniqueTout laisse croire que les stationnements des coopératives axes RN4 et RN6 resteront encore à Ambo­divona et ceux des coopératives axes RN1 à Anosizato, pour un certain temps. L’organisation pour le déménagement des transporteurs à Andohatapenaka n’a pas encore débuté, jusqu’à hier. Les box restent vides, bien qu’ils aient été déjà partagés. Les marquages des aires d’embarquement et de débarquement, mais aussi des zonages par coopératives n’ont pas encore été effectués. Il n’y aurait pas encore d’agents qui vont s’occuper de la caisse unique, de la sécurité, de l’assainissement, du contrôle au départ. En outre, l’appel d’offre pour la gestion de cette infrastructure ne sera clôturé que le 22 février. Les transporteurs exigent pourtant, que l’ouverture de la gare routière n’ait lieu que lorsque le gestionnaire sera annoncé officiellement. Et selon des indiscrétions, les transporteurs auraient exigé au ministère de tutelle qu’elle soit gérée par un des leurs.« Entre transporteurs, on se comprend », confie une source. Une requête que le ministère aurait refusée.La mise en place d’une caisse unique départage également, les transporteurs entre eux. Certains l’acceptent. « Cela va permettre de maintenir un tarif unique pour éviter les clandestins. Cela évitera aussi parfois les accidents, les transporteurs compensent la baisse du tarif par un excédent de bagages », indique Fredinard Rakoton­drafara. D’autres refusent. « Mais il s’agit d’une concurrence !». Le directeur général de l’ATT, le général Andry Rakoton­drazaka a, par ailleurs, souligné que cette nouvelle gare routière sera ouverte mercredi. Cette infrastructure risquerait de créer une nouvelle tension entre l’État et les transporteurs.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara5 partages

Art du spectacle : L’hypnose au menu dans « Mentalement Vôtre »

Mih’art a plus d’un tour dans son sac.

En à peine deux ans, Mih’art est devenu le magicien préféré des Malgaches. Star du petit écran et un héros du « magic street », il enchaîne dorénavant les rencontres avec le public. Pour cette saison 2018, le jeune homme donne déjà rendez-vous aux inconditionnels le 3 mars au Cercle germano-malagasy.

Combinant deux de ses passions, le magicien jonglera entre sa musique et l’hypnose. Ajoutant toujours une corde à son arc, son domaine de prédilection ne cesse de s’agrandir. Baptisé « Mentalement vôtre », ce spectacle hypnose se fera sur fond acoustique. « L’idée est d’axer le tout sur la musique » relate le magicien « le répertoire se fera surtout avec du jazz et de la variété, ce choix s’est fait, car une majeure partie du spectacle consiste à plonger le sujet hypnotisé dans des cérémonies de mariage, ou encore les immerger dans les années 20. Voilà pourquoi, la musique jouée rappellera celles de la belle époque en Nouvelle-Orléans » continue-t-il. Sans en dire plus le magicien partagera la scène avec le groupe Dim-la et Tojo, un joueur de cartes à découvrir par la même occasion.

Illusionniste. A rappeler qu’il y a trois ans encore, Mih’art était connu pour ses coups de baguette. Pas sa baguette magique, mais plutôt son talent de batteur. Jazzman à ses heures perdues et animateur entre deux spectacles, il a fait de la prestidigitation son gagne-pain. Mihaja Rakotoarisoa, à l’état civil, a fait ses premiers pas en 2012. Continuant sur cette voie, Mih’art anime une émission télévisée depuis 2016, le début du succès pour le jeune homme. Allant des jeux de cartes à l’hypnose, il joue des tours et surprend plus d’un. Si rares sont les prestidigitateurs malgaches, Mih’art véhicule l’image du magicien contemporain brisant définitivement l’étiquette de clown et de sorcier souvent accolé aux illusionnistes dans la Grande Ile.

Zo Toniaina

L'express de Madagascar4 partages

Entrepreneuriat – Le Global Startup week-end s’achève sur une note positive

Concluante, la première édition du Global Startup week-end Women Antana­narivo (GSWWA) a présenté, dimanche dernier, ses représentantes à la finale internationale du concours qui se déroulera le mois prochain à Paris. L’évènement, d’envergure mondiale réunira les porteuses de projets lauréates de toutes les villes participantes. Soit des milliers de femmes provenant de vingt trois villes et cinq continents. La Grande île, pour sa part, sera représentée par la startup NyAhy. Le projet ambitionne de créer une gamme de maquillage ciblant particulièrement le marché local. « Les demandes affluent sans pour autant que les offres conviennent. Le marché de la cosmétique est en plein boom à Madagascar alors que les produits proposés par les grandes enseignes ne sont pas particulièrement adaptés à la clientèle malgache en général. L’atout principal du projet réside dans le produit qu’il propose, en l’occurrence une gamme complète de cosmétique pour peaux métissées », soutient Hoby Lalaina Ravelomanatsoa, fondatrice de NyAhy.

Concrétisation Développer en seulement cinquante-quatre heures non-stop pour passer de l’idéation à la création d’une startup. En effet, Le Global Startup Weekend Women est une initiative internationale menée par Paris pour encourager des actions entrepreneuriales et technologiques plus diversifiées, inclusives et impactantes. Ces évènements d’un weekend sont centrés sur l’action, l’innovation et l’éducation. Commençant par les pitchs du vendredi soir et continuant par l’expérimentation, le développement du business model et la création d’un prototype simple, les Startup Weekends finissent le dimanche soir par des démonstrations devant un panel d’investisseurs potentiels et d’entrepreneurs locaux.Les participants sont invités à créer des startups viables pendant l’évènement et sont amenés à collaboreravec des individus ayant les mêmes aspirations qu’eux à l’extérieur de leurs cercles habituels. « On a mis un écosystème de professionnel en entreprenariat pour ces jeunes. Et ils ont su profiter du coaching et du networking afin de concrétiser ce projet gagnant qui représentera notre ville à Paris », conclut Carole Rakotondrainibe, Lead Organisatrice du GSWWA.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar3 partages

Jirama – Facture salée de l’électricité

La hausse est de taille pour certains abonnés. Elle atteint jusqu’à 80% contrairement au 8,5% annoncée. Ce qui provoque la colère.

La déception. L’arrivée des factures d’électricité a réservé une mauvaise surprise aux abonnés de la Jirama. Si ces derniers ont cru qu’ils ne seraient pas touchés par la hausse annoncée, comme l’a véhiculé le gouvernement au mois de décembre, ce n’était pas le cas. La plupart d’entre eux ont affiché leur colère en voyant la note presque doublée. « Nous avons entendu de la part des responsables que la hausse ne concernerait que les entreprises et serait de 8,5%. Nous avons observé une augmentation de 80% sur notre facture », se lamente Lantosoa, un abonné à la sortie de la caisse de la Jirama d’Amba­tona­kanga.La compagnie de distribution d’eau et d’électricité vient de mettre en place un nouveau plan tarifaire pour l’électricité depuis le 1er janvier. « Les entreprises et industriels sont les plus touchés par cette nouvelle mesure. Les particuliers, quant à eux, seront épargnés », rassuraient les dirigeants de la Jirama à l’annonce de cette hausse de tarif. « Les couches sociales consommant moins de 25 kilowatts par mois ne sont pas concernées. La Jirama et l’État arrivent à maintenir leur prix à 141 ariary le kilowatt heure pour plus de 50% de ses clients », affirmait Lanto­niaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures lors d’une rencontre avec la presse au mois de décembre.

Vente à perteLa surprise est de taille pour les abonnés à la réception de la facture. Ceux au tarif 16 semblent avoir subi le coup dur. Leurs factures ont presque doublé.  La Jirama a supprimé en fait la tarification en deux tranches pour la zone tarifaire 1,c’est-à-dire, les villes alimentées par les réseaux interconnectés d’Antananarivo, ou de Fianarantsoa ou de Toa­masina. La société d’État a appliqué un tarif unique du prix de l’énergie à 370 ariary au lieu de 205 ariary pour la première tranche de consommation de 130 kilowattheures et de 370 ariary au-delà de cette consommation. C’est une hausse de 165 ariary pour les 130 premiers kilowattheures consommés.« La hausse serait conséquente si la consommation du client était faible. En moyenne, nos abonnés, pour ce plan tarifaire, consommaient autour de 300 kilowattheures, dans ce cas, la hausse est aux environs de 20 000 ariary », a expliqué Olivier Jaomiary, directeur général de la Jirama. Pour la révision entamée depuis le 1er janvier, la hausse ne concernait pas uniquement le prix de l’énergie mais a aussi touché la prime fixe et la redevance.Pour justifier cette révision de tarif, les dirigeants de la Jirama ont expliqué que la société d’Etat avait fait desventes à perte jusqu’ici. La mesure lui permettrait d’atteindre l’équilibre annoncé pour 2020. La politique de redressement soutient une réduction progressive du coût de production et l’accroissement de recettes par des relèvements graduels des tarifs, si nécessaire, pour assurer un recouvrement total des coûts opérationnels.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar3 partages

« Dieu a béni la forêt pour la gloire du pays »

Dès la première moitié du XVIIe siècle et bien avant sa fondation, la ville d’Antananarivo comporte des maisons en bois, laisse à penser Christian G. Mantaux, dans son article sur Tananarive d’autrefois, Antananarivo fahizay, en 1970. Ce sont des cases dont les murs sont faits de planches ou de madriers.« Déjà avec Andrianjaka (mort vers 1665), les premières fortifications s’étaient édifiées. Le Rova s’était clos de palissades et de fossés… Un habitat de bois à toit de herana s’était bâti entre les limites très étroites des à-pics et des fossés de protection (…) Sous Andriamasinavalona (1680-1730 ?), les maisons de bois s’étaient faites plus nombreuses autour du Rova et même immédiatement hors des murs. L’architecture était la même, maisons de madriers et toits très pentus couverts de chaume. »Christian Mantaux poursuit : « Le mode de construction jusqu’en 1820, reste identique tant par la forme que par le matériau sur un modèle à peu près semblable. Mais la conséquence du resserrement de cet habitat et de son composant qui est le bois, est de fréquents incendies comme celui de 1816 qui détruisit une grande partie de la ville haute, lors de l’arrivée de Lesage. » Ce dernier étant l’envoyé du gouverneur de Maurice, Robert Farquhar, auprès de Radama Ier.Un autre incendie réduit en cendres, en 1826, le palais en bois déjà presque achevé que le Français Gros était en train de construire à Soanierana pour Radama avec quinze maisons du voisinage. Christian Mantaux assure qu’il ne fait aucun doute qu’Antananarivo avait la plupart de ses maisons en bois.Et de préciser : « Avec l’avènement de Ranavalona II (1868), une très importante décision royale va libérer la ville de son obligation datant d’Andrianampoinimerina, de construire des maisons uniquement en bois. Cette reine, en même temps qu’elle devient chrétienne, décide de faire construire un temple dans l’enceinte du Rova, mais pour cela il faut lever l’interdit sur l’habitat. La pierre et la brique vont transformer radicalement l’aspect de la ville en quelques décennies. L’habitat traditionnel disparait rapidement au profit des nouveaux venus, la pierre et la brique. Mais quel genre d’habitat va remplacer celui en bois construit depuis plus de quatre cents ans ? »Pourtant, dans les Notes prises par d’Unienville sous la dictée du traitant La salle, ce dernier fait remarquer que « la case du roi est faite en planches. C’est la seule. » Ce qui est fort probable, estime Jean Claude Hébert, car dès avant 1800, l’Imerina est entièrement dépourvu de forêt. Il repose à nouveau la question :« Où donc la population qui était très nombreuse- tous les auteurs s’accordent à le dire- aurait-elle pu s’approvisionner en bois pour ses constructions ? » La réponse vient de La Salle : « Le roi des Hova a fait une case en planches faites à la hache et tirées de la forêt que l’on traverse pour se rendre chez lui, en partant de la côte Est. »Pour J.-C. Hébert, avant 1800, aucune maison d’Antananarivo n’est construite en planches. Seuls sans doute les trois poteaux corniers de la charpente le sont. En effet, au début du règne d’Andrianampoinimerina, la scie et le passe-partout sont inconnus en Imerina. Comme le souligne La Salle, il faut dégrossir les troncs à la hache pour en faire des planches, ce qui n’est pas un mince travail! « On conçoit que seul le roi ait pu se permettre cette fantaisie », commente J.-C. Hébert.Les traditions merina semblent confirmer son privilège régalien à utiliser seul le bois de construction. Les Tantara ny Andriana eto Madagascar du R.P.Callet, sont formels en ce qui concerne Ambohimanga, la Ville Sacrée. Le roi défend de couper les arbres de la forêt et même ce qui est presque impensable, de ramasser le bois mort.« Je vous charge (vous les gens d’Ambohi­manga) de veiller sur la forêt : ce n’est pas seulement le désir d’avoir une montagne couverte de forêt qui m’y pousse, mais Dieu a béni la forêt pour qu’elle soit la gloire du pays. Que celui qui coupe les arbres de ma forêt soit coupé par Dieu. Il est défendu de ramasser du bois à brûler dans la forêt, de couper les arbres de la forêt, seul le souverain peut le faire ; dans le cas où les serviteurs du palais ne peuvent pas trouver de bois à brûler, alors je fais ramasser le bois mort… N’oubliez jamais cette recommandation. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnels

Midi Madagasikara3 partages

Sport au baccalauréat : Parents, écoles, enseignants et candidats sont tous responsables !

Nous avons pensé faire cet article  quatre  mois au moins avant les épreuves de sport afin de conscientiser les candidats au baccalauréat de cette année !

Normalement les dossiers doivent être fins prêts et les choix faits concernant les examens du baccalauréat. Les séries sont définies, les choix de disciplines de sport établis. Il ne reste qu’à se préparer pour cette ultime épreuve de sport ainsi qu’à attendre les convocations.

Quel que soit le choix des épreuves, chaque candidat aura à courir 800m pour les filles ou deux tours du terrain de Mahamasina et 1500m pour les garçons. Il s’agit de l’épreuve qui fait faire des cauchemars à nos jeunes. « Finirai-je la course ? » « Est-ce que je ne vais pas m’évanouir ? » Car chaque année, l’on déplore les jeunes qui s’évanouissent en cours du 800m ou à l’issue des tours de terrain.

Les enseignants d’EPS devront conscientiser ces jeunes sur le côté préparation de cette discipline. Cela se gère dès maintenant. Des petites distances de 2km tous les matins pour apprivoiser le corps et perdre le gras qui freine ? Cela s’apprend. Les enseignants d’EPS aussi sont responsables des choix de leurs étudiants. Quand ils ont des lycéens qui choisissent le marteau ou la natation aux épreuves individuelles, ils doivent leur apprendre à lancer le marteau ou à nager. Car il n’y a rien de plus honteux, de triste et d’aberrant que de voir des  jeunes qui ne savent même pas servir au volley, ou qui marchent carrément au basket. Ces enseignants de sport sont aussi tributaires de réussite de leurs élèves à ces disciplines- là ! Ils doivent les accompagner tout au long de l’année, les former. Leur inculquer le minimum en sport, du genre mettre des chaussures de sport, ou encore des tenues de sport adéquates. Ils sont en contact permanent avec eux.

Le fait de voir une élève courir en tenant son short, car l’élastique ne tient pas, ou de mettre des sandales et non des chaussures de sport en courant, cela relève de l’éducation en sport qu’on leur inculque. De même, se maquiller comme pour aller au bal, avoir des cheveux pleins la tête et non lestenir par un ruban… autant de petites choses qui démontrent le manque de maturité de l’école, de l’enseignant, des parents et des jeunes. Enfin pour conclure, sachez que le coefficient est de 2 ce qui sauve beaucoup de choses aux examens et qu’une note de 0 est éliminatoire. A bon entendeur…

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara3 partages

Saint-Valentin

Plusieurs lots à gagner au Jumbo Score!Une semaine sous le signe de l’amour et des offres promotionnelles ! En couple ou non, tout le monde peut bénéficier de la tombola qu’organise le Jumbo Score. Du 9 au 18 février, la grande surface organise une grande tombola pour ses fidèles clients et tous ceux qui y feront un saut. Plusieurs lots sont à gagner : six mois de courses 300 000Ar/mois, cinq bons d’achat de 100 000Ar et 10 coffrets- beauté.

Dîner romantique et nuitée 5 étoiles au Carlton !Puisque Saint-Valentin rime avec romantisme et gourmandise, offrez-lui une nuit de rêve au Carlton pour lui faire oublier tous ses soucis et lui rappeler qu’elle est au centre de votre monde. Un cadeau d’autant plus indiqué si elle n’a encore jamais séjourné dans cet hôtel 5 étoiles. Le pack prestige vous donnera accès à une superbe chambre avec dîner romantique et une animation musicale au restaurant Charly. Et pour que le tout soit parfait, vous aurez également accès à un petit déjeuner buffet. Pour ceux qui voudraient passer le reste de leur soirée chez eux, ils pourront simplement choisir le dîner en amoureux au restaurant Charly. Les amateurs de bonne cuisine seront particulièrement gâtés parce que le chef va leur préparer des plats tout aussi savoureux les uns que les autres. Ils pourront apprécier la verrine de saumon et saint- jacques en tartare tomates séchées, duo de foie gras, chutney d’oignon et pok pok, tatin de pomme, risotto carnaroli au vert, cuisses de grenouilles et escargots, crème d’ail doux, la fontaine fraîcheur, tendresse de magret laqué, gambas mariné aux fines herbes aromatiques, fusions de légumes confits, jus réduit sucré salé aux fruits secs, meringue de pomme basilic et citron vert, coulis de fruit rouge.

« Love in the air » avec Air MauritiusEnvie de lui faire une merveilleuse surprise ? Faites-lui découvrir l’île Maurice. Dans le cadre de la Saint-Valentin, Air Mauritius fait une offre inédite et propose un tarif exceptionnel de 175 USD, pour la destination Maurice. Cette offre est valable depuis hier jusqu’au 11 mars.

Mahetsaka

Midi Madagasikara3 partages

Rock : Le metal de “Behind the mask” à l’Is’art

Du Rock, du lourd, qui n’a rien à envier aux autres, « Behind the mask » brise les stéréotypes de tout genre. Ces dernières années, le rock malgache est en pleine ébullition. Avec le retour massif des groupes des années 80, l’émergence des plus jeunes ne laisse pas les passionnés indifférents. Entre les « Angaroa » et « The Dizzy Brains », « Behind the Mask » est un autre groupe à suivre de près. Derrière leurs masques, ces cinq jeunes démontent et se déchaînent. Bien connu par les inconditionnels du rock, le groupe enflammera les planches de l’Is’art Galerie ce vendredi.

Souvent comparé à « Slipknot » à cause de leurs masques, leur style nous rappelle plus Lordi, ces métal-eux finlandais. Cependant, c’est une formation 100% malgache dont le message est clair. Sans langue de bois et avec insistance, le groupe n’hésite pas à dénoncer l’injustice, inégalité, corruption et toute forme d’absolutisme dans la société dans laquelle nous vivons. Bref, tous ces thèmes que les rockeurs se font « devoir de conscience ». Certes moins supporté par le public lambda, cette bande décalée sort pour autant du lot.

Metalcore. Trouvant sa genèse dans le berceau de la Rnb qu’est Toamasina, « Behind the mask » s’engage dans le metalcore sans pour autant en faire un rock des tropiques. Sty à la guitare, Lolo Vokatra à la basse, avec Tromba à la batterie, le tout se mélange savamment avec les riffs de Lambo Sis, mais c’est surtout le « death growls » de Lambo Ala qui provoque cette prouesse vocale à la fois captivante et impressionnante.

En trois ans, les titres du groupe comme « The revolution », « Me », ou encore « The message » atteignent les millions de vues sur le net. Signe que l’image véhiculé semble plaire. Si certains les accusent de se cacher derrière leurs masques, la bande à Lambo Ala y répond du tac au tac que le plus important est que la reconnaissance aille pour sa musique ainsi que de savoir que le message est passé. Par ailleurs, cette touche de mystère cultive l’intérêt que portent les passionnés à leur travail.

Zo Toniaina

Madonline2 partages

Un engouement inattendu au Chinois à Tanà

De plus en plus de jeunes Malgaches s’intéressent à la langue chinoise actuellement. Un intérêt auquel peu de gens s’attendaient il y a encore une dizaine d’années. L’attrait d’une frange non négligeable des jeunes de la capitale à l’apprentissage de la langue chinoise a ainsi coïncidé avec la création de l’Institut Confucius à l’Université d’Antananarivo.

L’Institut a été fondé en 2008 à l’université grâce à l’appui de la coopération chinoise. Il continue d’attirer chaque année des centaines d’étudiants. L’Institut Confucius compte déjà aujourd’hui une cinquantaine de sites d’enseignement à travers tout Madagascar en raison de la demande sans cesse croissante de jeunes du pays qui désirent apprendre le chinois.

Après dix ans d’activité, l’Institut Confucius continue de susciter l’engouement. Les sortants de l’Institut ne chôment pas. « Il y a de plus en plus de Chinois qui viennent à Madagascar pour le tourisme, et de plus en plus d’hommes d’affaires Chinois créent leur entreprise et s’installent à Madagascar. La plupart d’entre eux ont toujours besoin d’interprètes pour leur travail et les jeunes de notre pays en sont conscients », a affirmé Zo Rasendra, la Directrice malgache de l’Institut Confucius, en marge de la célébration du dixième anniversaire de l’Institut et de la célébration du nouvel an chinois à l’université d’Antananarivo.

Les festivités qui se sont tenues à l’université de la capitale étaient ainsi une occasion pour les jeunes de l’Institut Confucius de démontrer leur aptitude à s’adapter à la culture chinoise, en présence des représentants de l’ambassade de Chine à Madagascar quelque peu surpris du talent des étudiants Malgaches. L’événement a été ponctué de démonstration de Kung Fu, de danses traditionnelles chinoises et d’art oratoire en mandarin.

« La Chine est actuellement la deuxième puissance économique mondiale, et les Chinois sont de plus en plus nombreux à circuler dans le monde entier et à Madagascar, donc nous avons intérêt à maîtriser la langue chinoise », a témoigné Ando, étudiante de l’Institut Confucius. Elle n’est pas la seule à être consciente de l’importance de l’enjeu.

Midi Madagasikara2 partages

Tourisme et business : Dubaï, nouvelle destination phare

Dubaï, la ville de tous les superlatifs.

Après le succès des voyages de groupe organisés sur la destination Chine, « Sourc’In Voyage » met le cap sur Dubaï.

Le tourisme, ce n’est pas uniquement les étrangers qui viennent. L’inverse est aussi vrai, puisque actuellement, il y a de plus en plus de Malgaches qui ont cette chance de voyager à l’extérieur pour découvrir les destinations touristiques de renommée internationale. Avec la seule différence que pour les voyageurs malgaches, tourisme et business font bon ménage et le déplacement est aussi mis à profit pour faire le shopping d’affaires. C’est-à-dire acheter des marchandises dans les pays visités pour les revendre à Madagascar.

Bilan satisfaisant. C’est ce concept tourisme – business qui inspire certains voyagistes. A l’instar de « Sourc’In Voyage » qui a déjà, à son actif des voyages organisés réussis sur la destination Chine. « Nous avons enregistré un engouement des Malgaches lors des voyages groupés que nous avons organisés, en Chine, plus particulièrement à Guangzhou, Beijing et Hong Kong » explique un responsable de « Sourc’In Voyage ». Des voyages au bilan satisfaisant puisque, non seulement, les passagers ont eu droit à des découvertes touristiques, mais ils ont également pu trouver des opportunités d’affaires. D’ailleurs, plusieurs clients attendent déjà avec impatience, les prochaines éditions. Mais en attendant, « Sourc’In Voyage » a opté pour une autre destination encore intéressante. Il s’agit, en l’occurrence de Dubaï qui sera offerte sous forme de package. Soit la même formule que pour la destination Chine, mais avec des options plus attrayantes et à un prix qui défie toute concurrence.

Emirates. En effet, pour un prix de 7.700.000 ariary le passager aura pratiquement droit à tout. « Ce prix inclut le billet d’avion, le visa, l’hébergement dans un hôtel 4 étoiles, le transfert, le petit déjeuner et le dîner en formule buffet, visite guidée et transfert. Le luxe à petit prix, en somme. Comme c’est un package tout compris, le voyageur n’aura pas beaucoup de chose à faire car nous prenons pratiquement tout en charge du début jusqu’à la fin du voyage » selon toujours le responsable de « Sourc’In Voyage » qui pour la réussite de cette expédition pas comme les autres a décidé de s’associer avec Emirates qui occupe actuellement la plus grande compagnie aérienne du monde en termes de normes, de sécurité, de qualité des services et de confort. Ce sera, en tout cas, une grande première pour les passagers, puisqu’ils seront à bord d’un Airbus A 380 – 800 l’avion le plus confortable au monde et qui peut transporter jusqu’à 800 passagers. Avec un équipage de 12 nationalités différentes, ce joyau de l’avionneur européen dispose d’une connectivité Wifi à bord en plein vol, de sièges d’une bonne inclinaison, de divertissements en vol inégalés et d’une cuisine régionale de renommée mondiale avec des menus variés. Un voyage de luxe, en somme.

Destination inégalée. Quant à la destination elle-même, Dubaï est actuellement l’une des meilleures au monde. Une destination inégalée où les passagers iront de surprise en surprise. Et ce, avec une grande facilité, puisque durant les sept jours du voyage, tout est organisé de manière à ce que les voyageurs profitent au maximum de leur séjour. En effet, le package comprend des visites touristiques exceptionnelles, comme le safari, show de dauphins, aquarium, visite de Burj Khalifa, la plus haute tour du monde avec ses 830 mètres de hauteur et ses 148 étages, ou encore une croisière sur la Marina de Dubaï suivi d’un cocktail et d’un dîner buffet avec des menus internationaux très variés. Côté business, Dubaï est aussi connue pour être un lieu du shopping de qualité internationale avec marchandises très variées à un prix très compétitif. La ville offre, par ailleurs de grandes opportunités en matière de commerce de voiture d’occasion. La première vague de la destination Dubaï est prévue pour le 2 avril et la deuxième vague pour le 8 avril et la place est limitée à 40 personnes par voyage. La fiche d’inscription est téléchargeable sur la page facebook de « Sourc’In Voyage » et les informations disponibles en appelant le 034 44 222 22 ou le 0202222199 (voir encart publicitaire, par ailleurs).

R.Edmond.

News Mada1 partages

Témoignage sur le cancer : «s’il est détecté à temps, la guérison est possible»

Miha Nantenaina Elodie, une interne en médecine de 24 ans, est actuellement totalement guérie du cancer. Selon ses témoignages, la détection à temps de la maladie l’a sauvée. Interview en marge de la célébration de la journée mondiale de la lutte contre le cancer à l’HJRA.

. Les Nouvelles : Vous aviez quel âge quand on a découvert que vous êtes atteinte du cancer ?

– Miha Nantenaina Elodie : A l’âge de 14 ans. Cela a commencé par ma découverte d’un ganglion à l’aisselle, un dimanche après la messe.  Je l’ai tout de suite montré à ma mère. Puis elle a décidé de consulter un médecin dès le lendemain.

. Que s’est-il passé ensuite ?

– Après les différentes séances d’analyse, suivies d’une opération chirurgicale pour l’enlever,  le médecin a découvert que je suis atteinte par la maladie de Hodgkin, une forme de cancer du système lymphatique. En apprenant cette nouvelle, le choc a été terrible. Mais avec l’obstination et le courage de ma mère, ainsi que le soutien de la famille, on a décidé ensemble de se battre jusqu’au bout contre ce fléau.

. Quelles sont les différentes étapes que vous avez suivies après ?

– Notre médecin nous a conseillé d’aller à l’HJRA Ampefiloha, qui à son tour, nous a orientés vers le CHU Joseph Raseta de Befelatanana, au sein du service du Pr Honoré Raobijaona et du Dr Mbola Rakotomahefa. C’est à partir de là qu’a commencé mon traitement.

. On parle toujours de la difficulté du traitement du cancer, notamment côté pécuniaire. Comment avez-vous surmonté cette épreuve ?

– Il va sans dire en effet que le traitement nécessite à la fois du temps et de l’argent. Mais on a eu la chance d’être accompagnés par le Groupe franco-africain d’oncologie pédiatrique (GFAOP), une association qui apporte son soutien aux enfants atteints de cancer. Elle a pris à sa charge gratuitement tous les médicaments nécessaires à mon traitement. Toutefois, les frais d’hôpital et les différents accessoires nécessaires au traitement, à l’instar du sérum, sont à notre frais. Comme mon traitement proprement dit a duré environ 9 mois, de septembre 2008 au mois de mai 2009, cela représente tout de même une certaine somme.

. Comment vous vous sentez actuellement ?

– Grâce à Dieu, je me sens actuellement en pleine forme. Le dernier contrôle que j’ai effectué l’année dernière n’a signalé aucune anomalie.

. Pour conclure, quel est votre message ?

– Qu’à la moindre anomalie constatée sur son corps, il est toujours important de se faire consulter par un médecin.  Dépister à temps, il y a une forte chance de guérir si c’est un cancer, comme c’était mon cas.

Propos recueillis par Sera R.

 

News Mada1 partages

Analamanga : tensions accrues à Mahitsy

La situation empire dans la Commune rurale de Mahitsy après une intervention du maire et de ses collaborateurs dans les médias. Les opposants aux nouveaux morcellements, sur un terrain dans la zone du marché, durcissent leur position tandis que le chef division de ce marché communal a démenti ses supérieurs hiérarchiques.

La décision communale sur l’attribution d’une partie du terrain compris dans la zone du marché à des tierces personnes est vivement rejetée par la population locale. Une manifestation a déjà été organisée pour s’opposer à la pose de première pierre, le 23 janvier dernier. Les marchands auxquels la commune a toujours refusé la construction de nouveaux pavillons de vente n’acceptent pas l’attribution de ces privilèges à des nouveaux venus sur les lieux. Aggravant la situation, une famille a déclaré publiquement que les parcelles concernées n’ont jamais appartenu  à la commune car elles n’ont été offertes que pour servir de servitude de passage pour ce marché. Les concernés ont requis les services d’un huissier pour constater les faits qu’ils qualifient d’abus de pouvoir.

Une accusation de diffamation dans l’air

Le chef de division du marché communal, Maminiaina Johnny Rakotondranaly,  a aussi démenti les accusations par voie de presse portées par le maire contre sa personne, samedi. Il a affirmé occuper son poste contrairement aux déclarations du maire qui ne l’a jamais notifié d’une telle décision. Il a révélé à l’occasion que l’arrivée des conseillers communaux escortés de gendarmes a provoqué l’attroupement qui s’est dégénéré en manifestation au marché. Il a été traîné sur les lieux pour donner des explications aux manifestants  mais il leur a avoué n’être au courant de rien. Accusé de connivence avec les bandits qui écument le secteur, le chef de division du marché a révélé n’avoir jamais  été convoqué ni auditionné ni suspecté de quoi que ce soit dans ces affaires. Victime de diffamation par voie de presse, il menace de porter l’affaire en justice actuellement pour rétablir ses droits.

Sauf intervention du pouvoir central pour protéger son maire donc, la commune de Mahitsy est en train  créer de nouveaux problèmes au régime actuellement.

Manou

Tia Tanindranaza1 partages

Andrakaka sy Cap DiegoHandroso noho ny ZES, hoy i Freddy Mahazoasy

Hisy ny vela-kevitra faharoa mikasika ny fampiasam-bola stratejika mifandraika amin`ity ZES ao amin`ny faritra DIANA sy SAVA ny 20 ka hatramin`ny 23 febroary eto Antananarivo ary ny 24 sy ny 25 febroary any Antsiranana. Hanasana ireo mpamatsy sy mpampiasa vola eto an-toerana sy avy any ivelany.

Hofaritana sy hodinihana mandritra ny fivoriana eto Antananarivo ny asa sy ireo sehatrasa izay mety hiforona ao anatin`ity tetikasa ary any Antsiranana kosa ny asa fanaovana tombana ara-bola sy ara-teknika eo amin`ny fanatanterahana ny ZES (Zones économiques spéciales) na faritra ara-toekarena manokana. Hiteraka fampandrosoana goavana ho an`ny faritra Avaratry ny nosy ary maro ny fotodrafitrasa fototra hatao ka hiteraka sehatr`asa ho an`ny indostria izany, hoy Atoa Mahazoasy Freddie, filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena sady filohan`ny NBSI. Sehatra hatao laharam-pahamehana ao Andrakaka sy Cap Diego ny lalam-pihariana toy ny fambolena, ny fiompiana, ny fanodinana herinaratra amin`ny alalan`ny angovo azo havaozina. Hotrandrahana ihany koa ny fizahantany satria hisy ny fametrahana  seranam-piaramanidina sy seranan-tsambo, hoy hatrany ity solombavambahoaka ity. Na mbola marefo aza ny fametrahana ny tetikasa Faritra ara-toekarena manokana na ZES eto Madagasikara dia hiroso hatrany ny fitondrana hanatanterahana azy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza1 partages

TRANGAM-PIARAHAMONINA

Nitrangana toe-javatra mampalahelo tany Kasoandray Sambava, ny sabotsy teo. Renim-pianakaviana iray mpivarotra trondro ao an-tampon-tanàna no nisy nanolana ary novonoina avy eo.

  Tany amin’ny fokontany Andranomoty no nitrangan’izany, tokony ho tamin’ny 10 ora maraina. Olona sendra nandalo no nahita ny trangan-javatra, ka nitondra azy nanatona tobim-pitsaboana. Niala nenina ny mpitsabo taorian’izay. Tokony ho tamin’ny 5 ora hariva anefa dia tsy tana intsony ny ainy.

ZON’NY VOAFONJA

Mbola betsaka amin’ireo zon’ny voafonja eto amintsika no tsy voahaja araka ny tokony ho izy.  Anisan’izany ny fitsaboan-tena eny ivelany, ho an’ireo tsy salama ; ny momba ny sakafo izay voatery mihanona amin’ny  mangahazo misy sira, ho an’ireo tsy manan-kavana mpanati-kanina… Mba hahafahana miroso miandalana mankany amin’izay fanajana ny zon’ny voafonja izay ary dia tompon’andraikitra miisa 36 antsoina hoe : « éducateurs spécialisés »  no niatrika fiofanana mifandraika amin’izany, ny faran’ny herinandro teo. Niarahana tamin’ny UNICEF  sy ny minisiteran’ny fitsarana ny fiofanana.

PARKING 67Ha AVARATRA ATSINANANA

Misedra olana tanteraka ireo tompona fiara mametraka ny fiarany etsy amin’ny toby fiantsonan’ny fiarakodia etsy  67 ha Avaratra Atsinanana, efa ho herinandro izay. Difotry ny rano maloto tanteraka mantsy ity toby fiantsonana iray ity, rano maloto izay mivoaka avy any anaty tata-drano avy any amin’ireo tokantrano maro isan-tsokajiny eny an-toerana. Tsy vitsy amin’ireo mpampiasa fiara no velon-taraina.

La Vérité1 partages

Epidémie de grippe - La Capitale malgache touchée de plein fouet

Des files d’attente auprès des dispensaires et des pharmacies. Madagascar vit actuellement dans une saison plus pénible que les années précédentes. En effet, beaucoup de cas de grippe se sont déclarés et le nombre des personnes affectées ne cesse de s’accroître. Et même les personnes qui ont adopté préalablement des mesures de prévention ne sont pas épargnées.  « 80 à 90 % des patients qui consultent mon cabinet médical montrent tous des symptômes de grippe, à savoir les frissons, les douleurs diffuses, la fatigue. Ils présentent également des maux de tête et de gorge avec une toux sèche et des éternuements.

Des sueurs et de la fièvre s’y accompagnent.  Et ce sont notamment des enfants de moins de 5 ans et des femmes dont des mères de famille qui en sont les véritables victimes », explique un médecin généraliste opérant à Itaosy. D’après ses propos, la condition météorologique à Madagascar favorise la propagation des virus. A cela s’ajoute la dégradation de l’environnement qui se manifeste par une importante pollution de l’air. La présence des foins en cette période de moisson au niveau des zones rurales et les périphéries de la Capitale constitue aussi l’une des raisons. Les séquences climatiques n’ont pas permis à un séchage optimal. Elles causent des maladies respiratoires qui se répandent et se transforment en une grippe. Quant aux pharmacies localisées dans la Capitale, elles rencontrent des problèmes au niveau de la distribution des médicaments. « On est à court de stock de médicaments antigrippes et de la vitamine C, ainsi que de calcium », affirme un pharmacien.  La provision prévue pour les deux mois à venir ne même peut plus assurer jusqu’à la fin de ce mois, poursuit-il. Face à cette situation, les pharmacies de garde reçoivent constamment des clients le week-end et même la nuit.Les remèdes de grand-mère s’imposent Le pouvoir d’achat des ménages malagasy n’assure plus les dépenses imprévues. « L’on ne dispose plus de moyens financiers pour acheter les médicaments auprès des dépôts de médicaments du village. Depuis le début du mois de février, pour les deux consultations médicales de mes deux garçons, au moins une somme de 30 000 ariary a été dépensée. Pourtant, la totalité de notre rentrée d’argent à la fin du mois ne dépasse même pas les 400 000 ariary », indique un parent. A cela se résume la difficulté vécue dans certains ménages, mais il y a encore pire. « Aucune rentrée d’argent n’est possible. Etant donné qu’on développe une société familiale, la productivité diminue considérablement », explique une autre personne. Pour toutes ces raisons, beaucoup de gens optent pour des médicaments traditionnels. Ils se soignent ainsi par des infusions préparées à partir de reines des prés, miel, citron et tant d’autres produits naturels.  Des médecins les incitent également à réaliser des bains de vapeur à base de plantes médicinales. Cela élimine les impuretés de la peau tout en se débarrassant des virus et des bactéries. Il est à noter que Madagascar est actuellement au milieu de la saison grippale. Jusqu’au mois d’avril, cette épidémie va faire des effets. Cela implique le fait que le nombre de malades va nécessairement augmenter. K.R.

L'express de Madagascar1 partages

Catastrophe naturelle – Défi pour la capacité de résilience

Les défis face au passage de cyclone restent énormes selon les informations véhiculées lors du lancement officiel du rapport post Enawo, hier au Palais de Maha­zoarivo. « Le système d’alerte aux inondations ne couvre pas encore toutes les villes à fort risques d’inondation. La présence des services de secours et de sauvetage n’atteint pas encore tous les districts. La plupart des régions ne disposent pas de centre de gestion de crise », selon le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonan­drasana, dans ce rapport. Ce dernier consiste à évaluer les choses dues et celles non achevées. « La mise en place de structure nous a permis d’apporter des réponses et surtout un système de prévention, pour qu’on ne soit plus surpris. Ce rapport vise à mesurer la qualité du partenariat. Nous avons aussi pu voir les leçons acquises, c’est-à-dire, à être plus vigilants et acquérir des expériences », affirme le Premier ministre.

ChallengeLa plateforme humanitaire du secteur privé a octroyé plus de 700 000 dollars dans la résilience, lors du passage de l’Enawo. « Il faut reconnaître et respecter ce que Madagascar a fait et appuyer ce leadership », affirme John Ging, directeur des opérations des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA). Il reste encore trois mois avant la fin de la saison cyclonique. Les défis consistent en un réapprovisionnement immédiat des stocks d’urgence, au rétablissement des voies d’accès dans les régions. Le Bureau de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) a envoyé ses agents dans les régions touchées actuellement pour recueillir les données sur les sinistrés du cyclone Ava.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar1 partages

Motocross – Enduro Sherco – Rock et deux-roues vont de pair

Funbike et Iarivo Moto Club promettent un événement unique pour l’ouverture du championnat de Madagascar de moto tout terrain, le samedi 24 février. Le Café d’Ampasimbe, sur la route nationale n°2, accueillera l’Enduro Sherco, à cette occasion.Pour ce qui est de l’aspect sportif, les motards s’affronteront sur deux épreuves spéciales. Ils auront deux boucles au programme, dans la matinée, puis une troisième et dernière, en début d’après-midi. Concernant le côté événementiel, la course sera suivie d’un concert du groupe Iraimbilanja. Comme on le sait, le monde des deux-roues a toujours été associé à la musique rock.Le Café d’Ampasimbe propose également diverses activités pour tous âges. Ainsi, cette édition 2018 de l’Enduro Sherco sera placée sous le signe de la détente. « Nous invitons les passionnés de moto à venir en famille, où chacun trouvera son compte avec une piscine et diverses autres attractions. Bien évidemment, la restauration sera assurée sur place. Il y aura également plusieurs stands de nos sponsors et partenaires. On précise que l’accès au site est entièrement gratuit », confie-t-on auprès de Funbike.

H.L.R.

Midi Madagasikara1 partages

Secteur bancaire : Microcred devient Baobab Banque

Arnaud Ventura, le PDG du groupe Microcred, lors de la cérémonie de changement du nom de la banque en Baobab.

Des personnalités du monde bancaire et financier ont répondu présentes à la cérémonie qui a marqué officiellement le changement de nom de Microcred Banque Madagascar.

A ses débuts, il y a un peu plus de dix ans, Microcred Banque Madagascar se limitait au crédit et à l’épargne aux micro-entrepreneurs. Aujourd’hui, c’est une banque à part entière qui offre une gamme plus étendue de services s’adressant à un éventail plus large de clients.

Leader. Des clients qui s’adresseront désormais à Baobab, le nouveau nom que la banque a choisi. Un changement dans la continuité et pour encore plus de performance. « Nous avons construit une base incroyable avec laquelle nous allons devenir l’un des groupes de services financiers multicanaux les plus excitants d’Afrique. Notre décision de faire évoluer notre marque vers Baobab, une marque simple et reconnaissable pour tous nos clients, n’est que le début. Nous avons une relation incroyable et une compréhension profonde de nos clients et nous visons à continuer à aider nos clients à libérer leur véritable potentiel, où qu’ils se trouvent et quelle que soit leur situation financière » a déclaré Arnaud Ventura, le Président Directeur Général du groupe Microcred, lors de la cérémonie qui a eu lieu vendredi dernier au « Côté Jardin » à Anosivavaka. Une manière de rappeler que celle qui s’appelle désormais Baobab est un leader dans le domaine de l’inclusion financière. D’ailleurs, ce rafraîchissement de marque et d’identité visuelle reflète le développement de sa gamme de produits de ce groupe qui touche aujourd’hui plus de 650.000 clients répartis sur dix marchés.

Progressive. Le lancement de la nouvelle marque Baobab intervient à un moment où l’entreprise a développé une stratégie ambitieuse de digitalisation de l’activité. La marque Baobab, introduite à Madagascar début 2015 par le biais du réseau d’agents, devient aujourd’hui la marque principale de la banque. La transition de Microcred vers Baobab se fera d’une manière progressive pour les clients et pour les employés. A cet effet, la banque va mettre en place un programme de communication conçu pour introduire la marque et sensibiliser les clients, les partenaires et le grand public dans chaque marché. En choisissant Baobab, l’entreprise a opté pour un nom simple et reconnaissable. Ainsi la marque est inspirée par le Baobab, originaire de Madagascar et qui a non seulement une grande signification culturelle, mais aussi de nombreux usages pratiques, surtout thérapeutiques. La force du Baobab, sa quasi omni-présence à travers l’Afrique et Madagascar et sa place au cœur de nombreuses communautés locales sont autant d’attributs qui correspondent aux valeurs du Groupe. Tout en adoptant un nouveau nom de marque, la couleur emblématique, « Rubine Red » est conservée, immédiatement reconnaissable et qui correspond bien à l’approche moderne de la banque et à l’offre de produits. En tout cas Baobab Banque a sa place actuellement dans le secteur bancaire malgache. Une entreprise qui compte désormais 38 agences, trois agences mobiles, 300 points Baobab, plus de 600 salariés et, chiffre le plus important, plus de 164.000 clients, sur les 650.000 que compte le groupe.

En guise de cadeau de bienvenue dans la nouvelle marque ; Baobab offre à ses clients une rémunération de 8% pour tout compte épargne ouvert en février pendant toute l’année 2018. Pour tout compte courant ouvert au mois de février, tous les frais sont gratuits pendant toute l’année 2018 tandis que les cartes de retrait et les chéquiers sont offerts.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Transport aérien : Air Madagascar souhaite des conditions de concurrence équilibrées

Le ministre des Transports et de la Météorologie a pris une décision courageuse de ne pas renouveler à la compagnie Corsair l’autorisation d’exercer des droits de trafic entre Madagascar et La Réunion.

La compagnie aérienne française se croit-elle, en pays conquis ? C’est la question que se sont posés les observateurs en lisant l’article paru samedi dernier dans le Quotidien de la Réunion, reprochant notamment au gouvernement malgache de vouloir retirer ses droits de trafic sur la ligne Réunion – Tana. Cette compagnie n’a pas le droit de donner des ordres et de passer outre à une décision gouvernementale soutiennent ces observateurs.

Concurrence équilibrée. Pour sa part la compagnie aérienne nationale Air Madagascar n’a pas tardé à réagir. Air Madagascar rappelle dans un communiqué que la mission du ministère des Transports est de veiller au développement du trafic aérien dans des conditions de concurrence équilibrées. « Précisément, il y a un peu plus de six mois, l’ACM avait accordé à Corsair une autorisation provisoire d’exploiter cette ligne, avec comme condition, l’apport de 17.000 touristes supplémentaires. En effet, la liaison entre Antananarivo et St-Denis est, depuis quelques années déjà largement excédentaires en termes de capacité en sièges et ne justifiait nullement un apport supplémentaire. Or, après une saison d’exploitation, l’apport en touristes supplémentaires de la Réunion est très en deçà de l’objectif fixé. Ce trafic est opportunément complété par du trafic provenant du marché malgache, détourné essentiellement d’Air Madagascar. Le coefficient de remplissage d’Air Madagascar est ainsi tombé à 29% en six mois, contre 53% auparavant ».

Tarifs de prédation

Pour la compagnie malgache, en pleine phase de redressement, il s’agit d’une expérience qui n’a pas réussi. « Face à cette expérience peu concluante, aux impacts sur Air Madagascar de ces tarifs de prédation et au regard des efforts considérables faits par le gouvernement malgache pour redresser la Compagnie nationale avec un investissement direct de plus de 100 millions de dollars, le ministre des Transports et de la Météorologie, suivant l’avis d’Air Madagascar, a pris la décision de ne pas renouveler cette autorisation temporaire. Air Madagascar qui démarre tout juste son plan de transformation se félicite de cette prise de position ferme et courageuse du ministre des Transports et de la Météorologie de Madagascar, qui rappelle que tout le pays, à l’instar du gouvernement, est mobilisé pour le redressement de sa compagnie nationale ».

Dumping. S’il est un principe qui régit les règles de concurrence loyale prônées par l’OACI et les accords internationaux bilatéraux, c’est bien celui d’éviter les pratiques anticoncurrentielles de prédation. La compagnie Corsair, qui a restructuré sa desserte de Madagascar en faisant passer ces vols par St-Denis de la Réunion, confrontée à des sièges vides après le débarquement des passagers à destination de St-Denis, peut pratiquer des prix de dumping, dans l’espoir de gagner des parts de marché et prend le risque de céder à des pratiques concurrentielles déloyales, en contradiction avec les accords bilatéraux en vigueur. Bref, pour Air Madagascar, Corsair fait preuve de manque de respect vis-à-vis des autorités malgaches. « En continuant à vendre des billets sur la ligne Saint-Denis – Antananarivo alors que la décision de refus du ministre des Transports et de la Météorologie de Madagascar lui a déjà été notifiée, et ceci sans même préciser la mention classique « sous réserve d’autorisation gouvernementale », la compagnie Corsair montre la considération dont elle fait preuve, tant vis-à-vis des autorités que de la compagnie nationale malgache. La libéralisation des airs est indispensable. Mais elle doit par essence se faire en fonction de règles de jeu équitables, au bénéfice des passagers et des compagnies en présence ».

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Financements extérieurs : Madagascar doit sortir de la situation de fragilité, selon les PTF

Les partenaires techniques et financiers incitent les dirigeants à mener une stratégie adéquate pour sortir le pays de la situation de fragilité.

Aucun pays ne devrait dépendre éternellement des aides extérieures pour subvenir aux besoins vitaux de sa population, selon les représentants des PTF (Partenaires techniques et financiers) réunis la semaine dernière à Abidjan.

300 milliards de dollars US ! C’est le montant déjà injecté par la BAD (Banque Africaine de Développement) pour soutenir les pays africains, d’après l’annonce faite par Charles Boamah, vice-président principal de cette institution, le 8 février dernier lors de l’ouverture du Forum Africain pour la Résilience (FAR), qui s’est tenu à Abidjan, Côte d’Ivoire. « Les pays fragiles bénéficient d’appuis, mais il faut qu’ils sortent de cette situation de fragilité, car on ne peut pas avoir la main tendue pendant 50 ans », a affirmé le vice-président principal de la BAD. En effet, Madagascar figure parmi ces pays fragiles qui dépendent davantage des aides extérieures. Khaled Shérif, vice-président pour le Complexe du Développement régional, Intégration et prestation de services, au sein de la BAD l’a précisé : « Un pays est fragile quand ses dirigeants ne sont pas capables d’assurer à leurs populations, un service minimum ». Ce service représente, en fait, la fonction régalienne de l’Etat qui devrait assurer pour la population la sécurité publique, les services de santé, l’éducation, etc. bref, des secteurs qui affichent de mauvais indicateurs, pour Madagascar.

Résilience. Quatre ans après le lancement de la stratégie de lutte contre la fragilité et le renforcement de la résilience en Afrique, qui couvre la période 2014-2019, des efforts restent à faire. Le Forum FAR vise d’ailleurs à accélérer l’évolution des résultats de la mise en œuvre des High 5 ou « les cinq priorités de la BAD », qui consistent à nourrir l’Afrique, l’intégrer, l’électrifier, l’industrialiser et améliorer le niveau de vie des Africains. Pour la deuxième édition du FAR, la première session avait pour thème « Construire la résilience au bas de la pyramide ». Selon Khaled Shérif, la résilience se définit par la capacité des populations à se sortir des situations. Sur les dix pays les plus résilients au monde, huit se trouvent en Afrique, d’après les participants du FAR. Présent à la rencontre, Amara Konneh, manager-groupe sur la Fragilité, les confits et la violence, du Groupe de la Banque mondiale a évoqué que 389 millions d’habitants africains sont maintenant dans une situation d’extrême pauvreté. Cette situation risque d’empirer, si des actions ne sont pas entreprises. A noter que le Continent ne satisfait que 2% de ses 10 à 12 millions de demandeurs d’emploi sur le marché du travail. C’est pour cela que les dirigeants doivent impérativement mener des politiques qui vont sortir leurs pays de la situation de fragilité, sans quoi, plus de 25 millions d’Africains seront sans emploi, d’ici à l’année 2025, d’après Aliou Dia, chef d’équipe régional auprès du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement).

 

Antsa R.

Madaplus.info0 partages

Maison de détention Antanimora : évasion de 3 détenus dans la prison

Trois prisonniers se sont évadés d'Antanimora dans la nuit de samedi d'après les rapports du responsable au sein de l'administration pénitentiaire.
Un avis de recherche à l'encontre des trois fugitifs a été lancé depuis samedi. L'évasion est estimée dans la nuit du samedi entre 1 h et 5 h du matin. C'est le commandant de la brigade de la gendarmerie qui a informé le responsable de l'administration pénitentiaire de l'existence d'une évasion dans la prison d'Antanimora. C'est lors de la fouille que les pénitenciers ont remarqué l'absence des trois prisonniers. Les fugitifs auraient escaladé le mur de la prison d'après les explications du responsable du service pénitencier. Ils restent introuvables 48 heures après l’évasion malgré l'avis de recherche lancé par la gendarmerie. Il s'agit de Rakotoarisoa Henintsoa condamné à 15 ans de prison ferme et de Rafalimanana Nirina Jean, ayant écopé de la prison à vie pour des faux billets ainsi que de Raharijaona Solofo Nirina placé sous mandat de dépôt pour vol et viol. C’est la troisième évasion après celle d’Ambatondrazaka et de Tsiafahy
Madaplus.info0 partages

Météo : une saison orageuse et pluvieuse se poursuit à Madagascar

La saison pluvieuse et des pluies orageuses se poursuit dans la totalité des Hautes Terres centrales et dans les parties nord de la grande île selon le service de la météorologie. La Saint Valentin sera marquée par de fortes pluies.
La température augmentera également et atteindra les 30 degrés Celsius pour certains jours selon un technicien de la météo. L'orage qui s'est abattu sur la capitale et périphérie dimanche dernier est en avance d'après le service de la météorologie. La saison sera marquée par des fortes tombées de pluie. La situation sera favorable pour l'agriculture et l'élevage dans certaine partie du pays, mais la pluie dans le Sud enregistre une pause depuis hier selon toujours les prévisions de la météo. Le service de la météo de préciser que la fin du mois d'avril marque la fin de la saison pluvieuse.
Madaplus.info0 partages

Rhône : un médecin malgache accusé d'agression sexuelle dans un foyer d'handicapés

Un médecin malgache, employé comme aide-soignant dans un foyer pour adultes handicapés de Limas (Rhône), a été mis en examen pour agression sexuelle sur personne vulnérable. Il aurait abusé d'une résidente de trente ans, déficiente mentale. Il est en détention provisoire depuis décembre 2017.
Le veilleur de nuit d'un foyer médicalisé de la Claire aurait abusé d'une handicapée mentale cet automne à Limas (Rhône) .Il travaillait ponctuellement dans cet établissement de l'association "AGIVR" Beaujolais- Val-de-Sône Handicap, qui accueille une cinquantaine de personnes.
Très précisément, les faits remontent au 21 septembre 2017. Le matin, à sa prise de poste, une éducatrice spécialisée trouve particulièrement étrange le comportement d'une résidente qu'elle connaît particulièrement bien. Atteinte d'un déficit mental, Natacha, 34 ans explique avec ses mots à elle ce qui lui est arrivé cette nuit là. Elle désigne clairement le veilleur de nuit. La famille, qui exerce la tutelle, est aussitôt prévenue et porte plainte immédiatement.
L' homme, d'une quarantaine d'années, est en fait un médecin-gériatre ayant fait ses études à Madagascar, dont le diplôme n'a été reconnu par les instances médicales françaises que tardivement, en juillet 2017. Il travaillait ce jour là en interim comme simple gardien de nuit avec une compétence d' aide-soignant.
Des examens complémentaires pratiqués sur Natacha à Villefranche et à Lyon vont permettre de caractériser les faits. L'homme est mis en examen pour "agression sexuelle sur personne vulnérable par personne ayant abusé de l'autorité de sa fonction". Il est placé en détention préventive depuis le 14 décembre 2017.
Des zones d'ombre subsistent sur les conditions d'emploi de ce médecin diplômé, avec un statut subalterne, dans cet établissement géré par les familles de malades.
C'est la police judiciaire de Lyon qui est chargée de l'enquête.
Source France3 Franceinfo
Madagate0 partages

Madagascar. Microsoft Office 365 est enfin arrivé

 

News Mada0 partages

Faritra Alaotra : hamokatra zezika 200 t isan’andro ny orinasa vaovao

Zahana akaiky izao ny momba ny fambolena any amin’ny faritra Alaotra. Misy ny fiaraha-miasan’ny fanjakana indianina sy malagasy amin’izany. Koa atsangana amin’izao fotoana izao any Morarano Kraoma, distrikan’Amparafavola, ny orinasa iray mpanamboatra zezika NPK ho an’ny fambolena.

Natomboka ny volana oktobra 2017 izany asa fananganana orinasa mamokatra zezika izany ary heverina ho vita amin’ny volana marsa ho avy izao. Miantoka ny fanorenana ny trano ny fanjakana malagasy ary miandraikitra ny fampitaovana ny orinasa ry zareo Indianina.  Zezika 200 t isan’andro no andrasana hivoaka amin’izany, hanampy betsaka ireo tantsaha, miampy ny masomboly efa misy ao amin’ny sampandraharahan’ny minisiteran’ny Fambolena sy fambolena any an-toerana.

Manana ny tantarany ny farira Alaotra amin’izay fambolena izay, saingy nanomboka ny fiandohan’ny taona 2000, tsy nitsaha-nitotongana ny voka-bary nampalaza azy. Eo ny antony fahasimban’ireo fotodrafitrasa samihafa, indrindra ny lakandrano ; fa antony iray lehibe koa ny fiovan’ny toetr’andro, manamaina ny velaran-tany maro. Ankoatra izany ny lafiny teknika samihafa, toy ny tsy fahampian’ny zezika sy ny tena teknisianina manampy ireo tantsaha. 3,5 t /ha ny voka-bary raha ny salanisa.

Any amin’ny kaominina sasany aza, tsy ampy 2t/ha akory. Koa tanjona amin’izao orinasa mpanamboatra zezika ny hampitomboana ny voka-bary any amin’iny faritra iny, hanatrarana ny fahavitan-tena amin’izany vokatra izany amin’ny taona 2020, araka ny namaritan’ny minisiteran’ny Fambolena sy ny fiompiana azy.

Efa ampy aloha ny rano ho an’izao taom-pambolena izao, ary efa ho vita koa izao ny fanamboarana lakandrano mampifandray tanimbary maro ataon’ny BVPI (Bassins Versants-Périmètres Irrigués). Ny Banky iraisam-pirenena indray manohana izany tetikasan’ny BVPI izany. Hita any an-toerana koa ireo mpamatsy vola madinika, azon’ny tantsaha hindramam-bola ho an’ny fitaovam-pambolena sy ny masomboly. Azo antoka fa hitombo ny vokatra amin’ity taona ity raha ny fahitana ny zava-misy amin’ireo distrika maro any Alaotra. Ampy rahateo koa ny rano. Entanina hatrany ireo tantsaha hifantoka amin’ny fambolena matihanina.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Ho fanatsarana ny hetra : nisy ny fihaonana tamin’ireo “experts comptables”

Nisy ny fihaonana teo amin’ny holafitry ny “expert comptable” sy ny tale jeneralin’ny hetra, Razafindrakoto, omaly tao amin’ny hotely Panorama, Andrainarivo. Fampahafantarana ny fiovana nisy mahakasika ny hetra ao anatin’ny lalàna momba ny tetibola 2018 ny anton’io fihaonana io.

« Efa manery anay tsy maintsy mianatra sy manavao ny traikefanay isan-taona ny lalàna mifehy ny expert comptable”, hoy Rajeriarinalina Jaona Ely, filohan’ny holafitra.  Koa mahita izy ireo fa manamora kokoa ny fandoavan-ketra ny fanapahan-kevitra noraisina momba ny hetra teo amin’ny fihaonan’ny roa tonta, araka ny lalàna ao amin’ny tetibola 2018. “Tohin’ny fanentanana efa natao tamin’ny fiandohan’ny taona izao, ary hidina any amin’ny faritra izahay hijery ny zava-misy sy hampahafantatra izao fepetra vaovao noraisina izao”, hoy kosa ny tale jeneralin’ny hetra.

Nanamarika koa ny filohan’ny holafitry ny “expert comptable” fa mbola tsy mandrakotra ny faritra rehetra izy ireo izao. Nefa manamora ny fampiroboroboan’ny mpandraharaha ny asany ny fiaraha-miasa amin’ny “expert comptable”. Mbola olana anefa, ho an’ny sasany, ny tsy fahafantarana ny lalàna mifehy azy ireo amin’izao. Eto Antananarivo Renivohitra no tena betsaka mahafehy ny lalàna misy fa tsy maharaka izany tsara ny any amin’ny faritra. Ary izany no mahatonga ireo milaza azy ho mpandraharaha ireo, tsy vitsy ny miasa ao anaty sehatra tsy ara-dalàna.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Alaotra, Bongolava, Sofia : mandalo fotoan-tsarotra ireo mpiompy kisoa

Mandalo fotoan-tsarotra, ankehitriny, ny sehatry ny fiompiana kisoa any amin’ny faritra maro, indrindra ny any Alaotra, Bongolava ary Sofia. Tsy ahitana tombony izany fiompiana kisoa izany amin’izao fotoana izao noho ny olana ara-pahasalamana mianjady amin’ireo karazana kisoa mahazatra ny maro. Tsy mahatratra ny  lanja tokony ho izy ny kisoa iray, rehefa feno enim-bolana. Raha tokony ho 120 kg, eo anelanelan’ny 60 kg sy 80 kg monja izany.

Tsy ampy na tsy misy mihitsy aza ny fitaovana ilaina ho an’izany fiompiana izany any ambanivohitra, toy ny fizahana momba ny sakafon’ireo biby ireo, fanaovana vaksiny, fanaraha-maso ny fahasalamany. Etsy andaniny anefa, mitombo hatrany ny vola lanin’ireo mpiompy amin-javatra maro, ankoatra ny sakafo, handaniam-bola hatramin’ny fiambenana ho an’ny sasany, noho ny asan’ny mpangalatra. Mbola manampy izany masonkarena izany koa ny fitaterana.  Izany hoe, tsy mahaleo ny sarany ny vidiny, matiantoka ny mpiompy azy.

Tolokevitra avy amin’ny teknisianina ny fanavaozana tanteraka ny fiompiana. Ilaina ny iraisan’ireo mpiompy ao anaty fikambanana, mangataka fampiofanana ho azy ireo. Andrasana ihany koa ny fiaraha-miasan’ny fanjakana, fanaraha-maso ataon’ireo veterinera, tsy ho an’ny kisoa ihany fa ho an’ny karazana fiompiana manontolo.  Ary rehefa hita ny fahatsaran’ny biby fiompy, jerena ny lalam-barotra hifanarahana tsara amin’ireo mpamongady mpividy hena, mba tsy hamono antoka ireo mpiompy.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Mpanimba voly : efa tonga any Bongolava ilay lolokely

Tandindomin-doza ny fambolena eto amintsika. Voalaza fa tany amin’ny faritra atsimo, indrindra tany Toliara ny nahitana voalohany ilay bibikely mpanimba voly indrindra ny katsaka, karazana olitra, antsoina hoe “chenille legionnaire”, volana vitsy lasa izay. Fantatra ankehitriny fa efa ahitana azy ity koa any amin’ny faritra Bongolava sy Vakinankaratra ary mitohy hatrany ny fiitarany.

Nambaran’ny minisitry ny Fambolena sy ny fiompiana fa tsy fantatra mazava ny niavian’ity lolokely ity, fa azo heverina ho mety tamin’ny alalan’ny kaontenera nentin’ny sambo. Tsy misy ny vahaolana fanafany hatreto, fa misy ihany ny hitan’ny tantsaha, toy ny fampiasana sakay afangaro amin’ny lavenona.

Araka ny fikarohan’ny manampahaizana, tsy ny katsaka ihany fa manodidina ny 80 ny karazana ny voly potehin’ity lolokely ity. Tany amin’ny faritra mafana tany Amerika ny nahitana azy sy fiaviany, saingy miparitaka any amin’ny tany mafana rehetra. Nahitana azy voalohany taty Afrika tany amin’ny faritra afovoany, ny taona 2016, ary izao tonga aty Madagasikara izao.

Njaka A.

News Mada0 partages

Fifidianana : hanilika ny fitondrana… tsy mahomby ny vahoaka

Efa manomboka fantatra ny sasany amin’ireo kandidà hirotsaka  hofidiana ho f iloham-pirenena. Efa miketrika amin’ny fomba rehetra hahazoany fandresena ny mpitondra. Ho tompon’ny teny  farany  anefa  ny vahoaka.  

 Azo antoka fa hirotsa-kofidina ho filohan’ny Repoblika ny filoha teo aloha, Ravalomanana. Toy izany koa ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina Andry. Tsy atao mahagaga ny filoha am-perinasa, Rajaonarimampianina, fa mbola hanohy ny fitondrana: na efa hita fa tsy mahomby sy mahatofoka vahoaka izao aza, manonofinofy am-pitoerana ny taona 2030.

Hanao ahoana ny fifidianana, raha tsy hiresaka afa-tsy ireo « kandidà », ohatra? Efa tsinjo sy miseholany ny fanenjanana sy fanenjehan’ny mpitondra ireo « kandidà » ireo, izay atahorany mafy. Ho tonga hatraiza? Mitohy, ohatra, ny antsojay mahazo an-dRavalomanana momba ny hetra, ny amin’ny raharaham-pitsarana momba azy…

Ho toy izany koa ny amin-dRajoelina? Itadiavana hirika hatrany izay fomba hanakanana azy fa hoe mpanongam-panjakana… Izany rehetra izany, efa mampanahy ny maro sahady ny amin’ny mety hisian’ny korontana na krizy politika; eny, na mialoha ny fifidianana ihany aza. Hanao izay fomba rehetra handresena ny mpitondra?

 Ahina hangala-bato hatrany ny mpitondra

 Saika efa tarazo ratsy hatramin’izay ny hoe: tsy maintsy mandresy amin’ny fifidianana izay eo amin’ny fitondrana, amin’ny alalan’ny fihetseham-bahoaka hatrany no mahaova fitondrana fa tsy ny fifidianana… Saika manao hosoka sy hala-bato tsinona ny mpitondra. Izay no nananganana rafitra manokana toy ny Ceni mikarakara ny fifidianana.

Ho hafa no ho ny fitondrana nifandimby ve ny amin’izao? Efa nampiteny ny moana sy nampitampim-bava ny hosoka sy hala-bato maharikoriko vitan’ny fitondrana tamin’ny fifidianana kaominaly sy ny fifidianana senatorialy, taona 2015. Hanaiky lembenana ny toy izany ve ny rehetra? Izay no mety ho fototry ny korontana sy krizy.

Azo itarafana izay tsy fanekena lembenana izay ny tsy fivoahan’ny lalàm-pifidianana hatramin’izao, fa tsy mahomby ny amboletra sy ny kipaipaika afitsoky ny mpitondra. Raha miezaka manilika ny « kandidà » atahorany mafy ny mpitondra, ny vahoaka no hanilika ny mpitondra… tsy mahomby sy mampahory azy. Izay io tsy fihetsehana sy fanginan’ny vahoaka io hatramin’izay ?

R. Nd.

News Mada0 partages

Fitantanana tanàna : misavorovoro ny ao Mahitsy

Niitatra ny olan’ny vahoaka sy ny kaominina ao Mahitsy noho ny fikasan’ny mpitantana hizara ny ampahany amin’ny tany amin’ny sisin’ny tsenan’ny kaominina ao an-toerana. Nisy fihetsiketsehana nanoherana ny fananganana trano saika hatao tamin’io toerana io,  ny 23 janoary teo, ka nahafantarana fa tsy an’ny kaominina ny tany. An’olon-tsotra, natolony hatao làlana miditra ao an-tsena. Efa nampiantsoin’ny lehiben’ny distrika momba ny raharaha ity ny solontenam-pokonolona, ny 26 janoary teo ary nampanantenainy ny hahatongavany eny, hikaroka vahaolana. Nanery ny vahoaka handray fanapahan-kevitra ny tsy fahatongavany nandritra ny herinandro ka nakan’izy ireo vadintany.  Nohamarinina ny momba io tany io sy ny tanim-panjakana hafa lasan’olona amin’ny fomba tsy mazava. Mety hitondra ny raharaha eny anivon’ny Bianco ny vahoaka satria miahiahy fanararaotam-pahefana sy kolikoly. Nihetsika ihany koa ny lehiben’ny tsena, Rakotondranaly Maminiaina Johnny, nampangain’ny ben’ny Tanàna ho fototry ny tsy fahatanterahan’ny tetikasa ao anivon’ny kaominina. « Tsy marina ny filazana ahy ho lehibe teo aloha ny tsena satria tsy mbola nandray taratasy manala ahy izany  aho. Efa an-taony ny karamako tsy voaloa noho ny lazaina ho fahasahiranan’ny kaominina  ka nifandaminana tamiko ny hanesorana azy tsikelikely amin’ny hofan’ny tsenan’ny kaominina. Tsy fifaninanana amin’ny ben’ny Tanàna ny fanampiako vahoaka fa finiavana hanasoa ny tanànako fotsiny », hoy ihany  izy. Ankoatra izany,  nambarany  fa  tsy mbola tafiditra tamin’ny raharaha maloto ny tenany.

Randria

News Mada0 partages

Fiaraha-miasa amin’ny ONU : nanaovana tatitra ny vokatry ny nandalovan’ny rivodoza

Anisan’ny nisongadina amin’ny fandalovan’ny iraky ny Firenena mikambana misahana  ny fiahiana ny maha olona (Unocha), John Ging, ny resaka  rivodoza. Voaresaka  teny Mahazoarivo ny  ezaka rehetra niatrehana an’i Enawo sy Ava farany teo. Ny fandraisana anjaran’ny mpiara-miombona  antoka iraisam-pirenena tao anatin’izany.  Nidera manokana ny fitondrana ny  vahiny. “Voafaritra sy voarindra ny asa natao  ary haingana ny niatrehana izany”, hoy ny avy amin ‘ny Unocha. Nanambara kosa ny avy amin’ny Pnud amin’ny alalan’ny solontenany eto amintsika, Violet Kakyomya fa  ohatra velona ho an’ny maneran-tany i Madagasikara. “ Tsy nisy ny fanilihana ny sehatra tsy miankina misahana ny maha olona tamin’ireny loza voajanahary ireny”, hoy izy.

Nankasitraka ny fanohanan’ireo iraisam-pirenena  kosa ny praiminisitra. Nambarany koa fa niezaka ny hampihenana ny voka-dratsin’ny rivodoza  ny fitondrana. Taorian’izany,  nitsidika ny trano fitehirizana entan’ny B NGRC, an-dalam-panamboarana ny rehetra.

Tsiahivina fa anisan’ny  rivodoza mafy indrindra tato anatin’ny 10 taona nandalo teto amintsika  i  Enawo.

Synèse R.    

News Mada0 partages

Lasa hatramin’ny komonio… : norobain’ny dahalo ny fiangonana Katolika

 Miala amin’ny halatra omby dia miditra amin’ny famakiana fiangonana indray ireo dahalo. Norobobain’ny malaso ny fiangonana Ekar ao Bemanonga Morondava. Lasan-dry zalahy hatramin’ny komonio tao am-piangonana…

 Tsy matahotra an’Andriamanitra ! Novakin’ny andian-dahalo ny Ekar ao amin’ny kaominina Bemanonga, distrikan’i Morondava, ny alahady alina teo. Lasan’ireo malaso daholo ny entana rehetra fampiasa ao am-piangonana. Isan’izany, ny fanamafisam-peo rehetra, ny zavamaneno, hatramin’ny kalisy nisy komonio rehetra tao amin’ny toerana fametrahana azy. Tsy vitan’izay fa mbola nasavoritak’ireo dahalo koa ny entana rehetra tao am-piangonana mialoha ny nialan’izy ireo. Voalazan’ny fampitam-baovao avy any an-toerana, masera hanokatra fiangonana vao maraina no nahatsikaritra fa nisokatra ny varavaram-piangonana. Niditra izy ka teo vao taitra raha nahita ny fisavoritahana tao am-piangonana. Tsy hitany teo amin’ny toerany intsony koa ny fitaovana fampiasa ao am-piangonana. Nampandre haingana ny mompera ao an-toerana ilay masera taorian’ity fahavakisan’ny fiangonana ity. Araka ny fampitam-baovao hatrany, nopitsohin’ireo malaso ny varavaran’ny fiangonana ka tamin’izany no nahafahan’izy ireo nitsofoka tao anatiny. Nilaza ho tsy nahare na inona na inona rahateo ireo olona eo amin’ny manodidina nandritra ny fanafihan’ireo jiolahy.

Ankoatra ny halatra omby, mirongatra indray koa ny famakiana fiangonana amin’izao fotoana izao. Ireo fitaovana fampiasa ao am-piangonana, toy ny kalisy no tena tadiavin’ireo malaso. Raha somary nangingina ny halatra lakolosy, any amin’ny fitaovana hafa indray no manao ny ataony ireo malaso. Vao roa herinandro lasa izay, nisy nikasa hamaky koa ny fiangonana katolika ao amin’ny kaominina Analaiva, saingy tsy tontosa izany satria tsikaritry ny olona ao an-tanàna ny fahatongavan’ireo olon-dratsy.

J.C

News Mada0 partages

Kitra any Eorôpa : hidona ny Manchester City sy ny Bale

Hanomboka anio, ny lalao ampahavalon-dalana mandroso, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions”, taranja baolina kitra. Fihaonana roa no voalahatra amin’izao andro voalohany izao. Anisan’izany ny fifandonan’ny FC Bale sy ny Manchester City. Ekipa tsy mbola nifandona mihitsy ny roa tonta, saingy matetika mihintsana eo amin’ny dingan’ny ampahavalon-dalana toy izao.

Hampiantrano ny ekipa anglisy ao amin’ny kianja St Jacques, amin’ity, ry zareo Soisa. Raha tsiahivina, fanintelony amin’izao ny FC Bale, no tafita amin’ny ampahavalon-dalana. Resy hatrany izy ireo, teo amin’ny andiany roa efa vita : ny tamin’ny taona 2012 sy ny tamin’ny 2015. Na izany aza, tsy mbola resy teo amin’ny taniny ry zareo Soisa.

Tsy mifanalavitra amin’izany ihany koa ny an’ny Manchester City satria intelo resy ihany koa izy ireo, nandritra ny ampahavalon-dalana natrehiny. Ankoatra io lalao io, hifampitana ihany koa ny Juventus sy ny Tottenham. Handray ny lalao voalohany ny Italianina. Raha ny antontanisa aloha, manantombo teo amin’ny fandresena ny Juventus, izay tombanan’ny maro fa mety hivoaka ho mpandresy amin’ity.

Tompondaka

News Mada0 partages

Tsipy kanetibe : ho any Thaillande i Vazaha sy i Hery ary i Pà

 Tontosa, ny faran’ny herinandro lasa teo, ny famaranana lehibe niadiana ny tapakila hiatrehana “Star masters de Pattaya 2018”, taranja tsipy kanetibe. Lasan’ny ekipan’ny CBT  ny fandresena tamin’izany.

 Handeha ho any Thaillande, hiatrika ny andiany fahavalo amin’ny “Star masters de Pattaya 2018”, taranja tsipy kanetibe,  i Vazaha sy i Hery ary i Pà, mpilalaon’ny CBT Mahamasina. Fihaonana, hotanterahina ny 22 ka hatramin’ny 25 febroary ho avy izao. Resin’izy telo mirahalahy, teo amin’ny famaranana lehibe, natao ny alahady lasa teo tany amin’ny kianja Les As Ambohimangakely, tamin’ny isa 13 no ho 7, i Rija (Fakr) sy Ram’s ary i Taratra. Nanantombo teo amin’ny fahaiza-miaraka ry Pà satria nety avokoa izay nataon’izy telo mirahalahy. Anisan’ny tombony ho azy ireo koa ny fahaizan’i Hery naka isa, tamin’ny “pointe”.

Marihina fa resin-dry Pà sy ry Vazaha teo amin’ny manasa-dalana ny ekipan’ny Dakar sy i Lesakely, raha ry Toutoune sy Radoko ary i Hery, izay noheverina fa anisan’ny “favori”, no lavon-dry Taratra. Raha tsy misy ny fiovana, hanainga ny alatsinainy 19 febroary ho avy izao izy telo mirahalahy.

Tsiahivina fa toy ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany kely mihitsy ity “Star masters de Pattaya” ity, satria hivondronan’ireo mpilalao kalaza eran-tany, toa an-dry zareo Frantsay, ny Italianina, ny Thaillande, mpampiantrano.

Hatreto, i Madagasikara irery ny hany ekipa vahiny nandrombaka ity fifaninanana ity. Indroa nahazo izany ny mpilalao tsipy kanetibe Malagasy : ny tamin’ny taona 2013 sy ny tamin’ny 2015. Nanjakan-dry zareo mpampiantrano hatrany mantsy ireo andiany hafa. Amin’ity, mihevitra ny hamerina izany anaram-boninahitra izany eto Madagasikara indray ireto ekipan’ny CBT, misy an’i Vazaha sy i Hery ary i Pà, ireto.

Dingana manaraka ho an’ny federasiona, ny dingana voalohany amin’ny fifanintsanana hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, ho an’olon-droa. Fihaonana, hatao etsy amin’ny kianja CBT,  ny 17 sy ny 18 febroary ho avy izao.

Tompondaka

News Mada0 partages

Anjanahary : andian-jiolahy saron’ny polisy

 Saron’ny polisy nandritra ny fisafoana teny amin’ny faritra Anjahanary sy ny manodidina, ny alakamisy teo ireo andian-jiolahy nampitondra faisana ireo mponina amin’iny toerana iny. Nandritra nisy jiolahy roa mampiahiahy ny fihetsiny teo Ambohitrakely ka niroso tamin’ny fisamborana azy ireo ny polisy tamin’io fotoana io. Voalaza fa mody mitampify amina toerana maizimaizina ry zalahy. Rehefa nosavaina izy ireo, hita tany anaty kitapon’ny iray amin’ireo ny fitaovana toy ny fanalahidy maro anaka namboarina manokana entina hamakiana fiara. Nosamborina avy hatrany izy roa lahy ka nentina nanaovana famotorana ao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahatelo Antaninandro. Nilaza izy roa lahy fa saika hanapitsoka fiara mipetraka amin’ny sisin-dalana ireny kanjo izao tratra tampoka izao. Tratra niaraka tamin’izy ireo koa ny jiolahy roa sy vehivavy iray malaza ratsy amin’ny fanendahana sy harom-paosy eny Andravoahangy. Nandritra ny hetsika nataon’ny polisy noho ny fitarainan’ny mpiantsena eny Andravoahangy no nahatrarana azy ireo.

Tratra teny Andravoahangy sy Ankadifotsy, ny alarobia teo koa ny jiolahy roa hafa nampitondra faisana iny faritra iny.

J.C

News Mada0 partages

Belobaka – Tsiroanomandidy : dahalo roa maty voatifitry ny zandary, basy sy bala tratra

 Dahalo roa indray voafehy mandrakizay tsy afa-manohy ny asa ratsiny intsony raha roa hafa azo sambo-belona, basim-borona efatra miampy bala miisa 13 ary odigasy (mohara) marobe no tratra tany amin’izy ireo. Izany ny vokatry  ny fifandonana nisy teo amin’ny dahalo maromaro nirongo fitaovam-piadiana tao Ambohibo, fokontany Fenoarivo, kaominina ambanivohitra Belobaka, ny herinandro teo. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, nisy zandary miisa telo naratran’ny dahalo, ny volana janoary nandritra ny fifandonana tamin’ny dahalo nangalatra omby miisa 30 tao Andranomangatsiaka, fokontany Ambatobe Belobaka. Tafaporitsaka ireo dahalo taorian’ny fifandonana na nisy aza ireo lavo tamin’io fotoana io. Nanohy ny fanarahan-dia hatrany anefa ny zandary ka nisy niakatra tao an-tsenan’i Belobaka ny iray amin’ireo dahalo nanao ny fanafihana tamin’io fotoana io. Nosamborina avy hatrany izy ka nitantara ny fanafihana nataon’izy ireo ary nanoro ny toerana fieran’ireo namany hafa ao Ambohibo. Namonjy io toerana voalaza io ny zandary avy ao amin’ny borigadin’i Belobaka sy ny kaompania Tsiroanomandidy ka raikitra ny fifampitirana satria tsy nanaiky lembenana ireo malaso ary niafara tamin’ny fahafatesan’ireo dahalo roa lahy. Nisy vitsivitsy tafaporitsaka niaraka tamin’ny basy ankoatra ireo efa azon’ny zandary.

J.C

News Mada0 partages

Vonoan’olona, namono tena ? : razana efatra be izao natsingevan’Ikopa

Fandre matetika ihany ny fahitana olona maty an-drano, eny amin’ny reniran’Ikopa. Tsy fahita firy kosa izay niseho, omaly. Razana efatra be izao no indray hita. Ny roa lahy nakarina teny Ampasika, ny roa hafa kosa, tany akaikin’Ambohitrimanjaka.

Faty efatra no indray natsinkafon’ny ranon’Ikopa, omaly maraina. Ny roa tsy lavitra ny tetezan’Ampasika, nahitan’ny olona tovolahy roa manodidina ny 30 taona eo, tokony ho tamin’ny 5 ora sy sasany maraina. Nampiakarin’ny olona teo amoron-drano ireo razana ireo, izay mbola teny aminy avokoa ny fitafiany rehetra. Voalaza fa naratra ny lohan’izy ireo, nahitana diana mangana ny tenany. Nilaza ny avy amin’ny polisy fa nisy ratra tokoa ireo razana ireo ary efa nalefa any amin’ny HJRA hanaovana fitiliana.

Teny Andranovaky Ambohitrimanjaka kosa no nahitan’ny olona faty roa, lehilahy sy vehivavy. Nambaran’ny olona fa mpivady ireo hita faty ireo, saingy tsy fantatra kosa izay antony nahafaty azy. Ireto farany izay nambaran’ny polisy fa tsy fantatr’izy ireo ny fisiany. Tsy tany amin’ny tranom-paty HJRA ihany koa ny razana roa farany.

Tsy nisy nahafantatra ireo razana voalaza ireo ny olona teny Ampasika. Maro ny nihevitra fa mety lasan’ny rano nandritra ny orambe nikija tato ho ato izy ireo. Tao koa anefa ny nilaza momba ireo razana roa lahy fa mety nisy namono ireo vao natsipy tany anaty rano. “Ny ratra teny amin’ny tenan’izy ireo mety iheverana fa nisy namono tokoa zareo”, hoy ny filazan’ny nahita maso. Ny polisy tonga teny an-toerana koa nametraka ahiahy momba izany, saingy ny tohin’ny fanadihadiana ahafantarana ny tena marina. Efa mandray an-tanana ny raharaha rahateo ny polisy rehefa misy razana hita tahaka izao.

Nimenomenona ny olona

Nampimenomenona ny olona ny fahelan’ny fakana ny razana teny an-toerana. Voalaza fa efa ny hariva vao tonga ny naka izany BMH, raha efa tamin’ny 5 ora sy sasany maraina ny nahitana izany. Nosaronana teo fotsiny ka nitangoronan’ny olona teo. Izay nandalo, nidina teny an-toerana nijery sao mahafantatra ireo maty.

Nisy ny nanome tsiny ny mpitandro filaminana ny amin’ny fahelan’ny fanalana ny razana teny an-toerana. Toe-javatra efa mpiseho ihany izany, izay nambaran’ny mpitandro filaminana fa manao ny fizahana ifotony izy ireo, ary anjaran’ny dokotera avy amin’ny BMH kosa ny manala ny razana eny an-toerana. Manana andraikitra ihany koa ny fokontany amin’ny fandaminana sy ny fiantsoana ny BMH faran’izay haingana. Ireto farany voalaza fa na taraiky ny antso tonga eny amin’izy ireo na noho ny olana eo amin’ny fiara itondrana ny razana. Tsy amin’ny BMH ihany ny olan’ny fahatarana toy izao no mitranga fa amin’ny asam-panjakana amin’ny ankapobeny. Fahataran’ny famonjena amin’ny fanafihana, famonoana afo, sns. Voalaza fa noho ny olana ara-pitaovana sy ny fifandraisana foana izany. Asa hoe rahoviana vao voavaha.

Yves S.

News Mada0 partages

Tsy mijery ny sosialim-bahoaka ny mpitondra : leo amin’ny findangan’ny vidim-piainana ny vahoaka

Ho tonga amin’ny fipoahana sosialy ihany ny raharaha ? “Tena reraka amin’ny fidangan’ny vidim-piainana ny vahoaka. Tsy misy filaminana  sy fandriampahalemana. Tafakatra  avo roa na telo  heny ny vidin-jiro. Tokony  hitady  vahaolana maika ny fanjakana”, hoy ny mpitarika ny tanora Tim, R. Lalaina, etsy amin’ny  boriborintany  fahefatra, omaly. Nambarany fa tena miain a ambanin’ny  fahantrana ny vahoaka amin’izao fotoana izao. Nohitsiny fa tokony hojerena ny momba io vidin-jiro io satria efa tena  sahirana amin’ny andavanandro ny  vahoaka nefa mbola  vesarana izany ihany. “Maro ny tsy anasa ety aminay.  Mpanasa lamba  sy  asa an-tselika ny an’ny sasany. Mety hitroatra ireo amin’ny farany”, hoy ihany izy.  Efa miketrika hetsika kosa ny Fikambanan’ny olon-tsotra (Fot). “100 izahay tany am-boalohany ary mahatratra 200  izahay izao ny mpikambana. Tena leo izao fiakaran’ny vidim-piainana  izao”, hoy ny mpitarika, R. Victorine, tao amin’ny onjam-peo  iray.

 Nahazo ny anjarany ny minisitry ny Mponina

Nambarany  fa tsy misy idiran’ny resaka politika ny fikambanan’izy ireo saingy hihetsika manoloana izao fidangan’ny vidim-piainana izao. Miantso fifanomeazan-tanana izy ireo hanohana sy hanampy azy ireo, ho fanohanana ireo sahirana sy mahantra.  Notsikerainy manokana ny minisitry ny Mponina, Onitiana Realy, amin’ ny tsy fihetsehany manoloana izao sosialim-bahoaka izao.

 Tahaka izany koa ny hetsika anio, atao  etsy Ankasina 67ha. Iarahana amin’ny  Vondron’olon-tsotra. Haneho ny tsy fahafaliana manoloana izao fahasahiranan’ny vahoaka izao,  indrindra fa ny fiakaran’ny vidim-piainana. Tsy ireo ihany anefa ny mahatsapa  izany fa ampahany ihany ireo sahy naneho  hevitra ireo.

Vahaolana petatoko sy vonjitavanandro…

Anisan’ny tsy levon’ny vavon’ny vahoaka ny fiakaran’ny vidin-jiro  avo roa na telo  heny ity izao. Tsy te hahalala ny fatiantoky ny Jirama any ny  vahoaka manoloana ny tolotra omena  ny mpanjifa. Mizaka ny tsy eran’ny aina amin’ny fanarenana ity  orinasa ity  ny maro. Tokony hanome fahafaha-po ny Jirama  raha nampiakatra ny vidin-jiro  ihany.  Misondrotra ny vidiny nefa ny kalitao tsy  araka izany.  Tapaka matetika ny   faritra maro raha ny  eto an-dRenivohitra fotsiny ohatra.   Tsy mazava  intsony na  delestazy  na inona fa matetika tapaka  hatrany izany. Tsy misy ny fanazavana. Ny vola  takina ihany  ary tsy azo  ivalozana aza raha mba miangavy fa tara ny fandoavana ny faktiora. Tapaka avy hatrany, miaraka amin’ny vava. Tsy misy fijerena hatramin’ny fitaovana simba na may aza rehefa miaka-midina ny tanjaky ny  herinaratra. Afoy izany… Ampahany amin’ireo olana sedrain’ny vahoaka ireo.

Araka izany, andrasana indray ny ho vokatry ny fikatonan-tranon’ny governemanta any Mantasoa, manomboka anio. Tara  lava hatrany amin’ ny  fanapahan-kevitra raisina ary matetika  aza, mitondra vahaolana ihany saingy petatoko sy vonjitavanandro  na kitoatoa.

Randria  

News Mada0 partages

Fifaninanana horonantsary : vita ny sary famantarana ny RFC faha-13

Miroso ny fikarakarana ny andiany faha-13 amin’ny “Rencontres du film court” (RFC), “festival” miompana tanteraka amin’ny horonantsary fohy malagasy. Tsiahivina fa hotanterahina ny 13 hatramin’ny 21 avrily izao izany. Tapitra ny fahazoana mandefa ny antontan-taratasy amin’ny fifaninanana, hatao mandritra io hetsika io.

Araka izany, eo an-dalam-pisafidianana ireo sanganasa na “film” mendrika hiakatra amin’ny dingan’ny fifaninanana ny mpikarakara, ny fikambanana Rencontres du film court. Mialoha ny fampahafantarana ireo notsongaina isaky ny sokajy anefa, nambaran’ny mpikarakara fa efa voafidy ihany koa ny sary famantarana ity andiany faha-13 amin’ny RFC ity.

Lohahevitra momba ny aloalo

Marobe ireo nanome sosokevitra, saingy nambabo ny fon’ny mpikarakara ny zava-bitan-dRandrianalimanana a.k.a Nambinina na i Nah Randria. Mbola tanora dia tanora ny tovolahy, saingy efa mahafehy tsara ny tontolon’ny fanaovan-tsary na “graphisme”, satria nandranto fianarana manokana mikasika izany ankoatra ny fitiavana manokana ity karazana asa kanto ity.

Nosafidiny manokana ny lohahevitra maneho ny aloalo, izay mifamatotra amin’ny kolontsaina mahafaly sy antandroy. Tsy hadino ny sarina lohan’omby, nahafantarana hatramin’izay ny RFC. “Zébu”, io rahateo ny anaran’ny loka hatolotra ireo mendrika indrindra amin’ity fifaninanana ity.

Landy R.

News Mada0 partages

Bodo sy Njakatiana : fanatanterahana nofy ny “Mifampitantana”

Tsy hijanona ho nofy intsony… Hotanterahina araka ny tratra ny hetahetan’ny rehetra, mandritra ilay fampisehoana “Mifampitantanana”, hotontosain’i Njakatiana sy i Bodo, ny alahady 18 febroary ho avy izao.“Sehatra ho an’ny nofy, izay iarahana manatontosa izy ity. Misy ny soritra napetrak’i Jack Thierry ka samy nitondra ny hetaheta ao anatin’izany izahay sy ny mpikarakara”, hoy ny nambaran’i Bodo, nandritra ny fihaonana tamin’ny mpanao gazety, omaly.“Haka endrika fampivadiana mozika ny seho. Samy eo an-tsehatra avokoa ny tarika roa tonta hatramin’ny farany. Ny sehatra kosa no hiavaka amin’ny efa fahita, satria toy ny mizara telo izany, ka ny andaniny avy ho an’ny tarika tsirairay ary ny eo afovoany kosa hisy anay mianadahy. Eo afovoan’ny lapa ireo sehatra ireo, mba samy hahita avokoa ny rehetra”, hoy kosa ny fanazavana nomen’i Njakatiana.“Ny hetahetan’ny mpankafy no ezahin’ny Live Prod hotanterahina. Efa nisy ny “Mifampitantana” voalohany, niarahan’i Bodo sy i Poopy, ka ity indray ny andiany faharoa. Efa amam-bolana izahay no tsy miato anaty fanomanana”, hoy kosa ny fanazavana nomen’i Tantely, avy ao amin’ny Live Prod.Tsiahivina fa tamin’ny taona 2000 no nisy ity fiarahana an-tsehatr’i Njakatiana sy i Bodo ity. Haverina amin’ny endriny miavaka izany, anatin’ny ora efatra tsy ankiato. Nisy  ny sombiny tanaty famerenana, nahenoana an’i Njakatiana manao ny hiran’i Bodo, sy ny mifamadika amin’izay…

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Fanatsarana ny fampianarana : hanara-maso ny sekoly tsy miankina ny Cisco

 “Hitohy ny fanaraha-maso ny sekoly tsy miankina isaky ny Cisco mikasika ny antontan-taratasy fahazoana misokatra sy miasa ary ny kalitaon’ny fampianarana omena”, araka ny fanazavan’ny talen’ny ofisim-pirenena misahana ireo sekoly tsy miankina eo anivon’ny minisiteran’ny Fanabeazana, Randrianantoandro Fara Hanitra. 9 696 ny isan’ny sekoly tsy miankina manerana ny Nosy, 121 ireo voatily fa tsy nanana antontan-taratasy mazava hisokatra ka nentanina hamita izany hatramin’ny fiafaran’ny taom-pianarana lasa teo. Taorian’ny fidinana ifotony, 69 ny ivontoeram-pampianarana tsy miankina voatery nakatona tanteraka noho ny tsy fanarahan-dalàna. Tany amin’ny faritanin’Antsiranana sy teto amin’ny faritra Analamanga ny ankamaroan’ny sekoly niharan’izany.

Ho an’ny fidinana ifotony manaraka, hijery ny kalitaon’ny sekoly sy ny fampianarana ny teknisianina avy ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazana. Hozahana ny toerana iorenan’ny sekoly raha manaraka ny fenitra amin’ny fahasalamana sy ny fandriampahalemana (tsy manakaiky toeram-pisotroana). Tsy ny fotodrafitrsa ihany fa tomorina akaiky koa momba ny talen-tsekoly. Tale iray misahana sekoly iray tsy tokony hiandraikitra toeram-pampianarana amin’ny faritra roa samy hafa izy. Mila mazava ny antontan-taratasy ahazoany miandraikitra ny sekoly sy ny ambaratonga sahaniny.

Vonjy A.  

News Mada0 partages

Attomany Alily : martiora voalohany amin’ny fiarovana ny tontolo iainana

Natolotra ny 5 febroary teo tany Antsahampano, kaominina sy distrika Ambanja, faritra Diana, ny mari-pankasitrahana loka “Gasy mahasaky Awards 2017” ho an’ny fianakavian’Tompokolahy Attomany Alily. Mpikambana ao anatin’ny Vondrona olona ifotony (VOI) Fizamiti miaro ny tontolo iainana any Antsahampano i Attomany Alily, ary azo sokajina ho maritiora voalohany eo amin’ny lafiny fiarovana ny tontolo iainana. Avy amin’ny vondron’ny fiarahamonim-pirenena maro, toy ny Alliance voahary gasy (AVG), ny fiombonambe Rohy, ny Wake up Madagasikara, ny Liberty 32, ny Crades, ny tambajotra Mihari, ny fikambanan’ny Malagasy any La Réunion, sns. Notolorana lelavola koa ny zanak’i Tompokalahy sy ny VOI Fizamiti.

Raha tsiahivina ny zava-misy, anisan’ny niaraka tamin’’ireo mpisafo ny ala izy ny 20 jolay 2016 izy, nahita ireo mpanao saribao tsy ara-dalàna tao anaty ala honko. Noenjehin’ireo olon-dratsy izy ireo, ary maty novonoina tamin’ny zava-maranitra i Attomany Alily. Nandray andraikitra ny mpitandro filaminana ary niisa sivy ny olona voasambotra, ary nitory ny fianakavian’i Tompokolahy sy ny VOI.

Navotsotra ireo voarohirohy

Taorian’ny fanadihadiana, navotsotra ny olona efatra, namoahana didy fisamborana ny olona roa, ary dimy nampiakarina tany amin’ny fampanoavana, naiditra am-ponja vonjimaika tany Ambanja. Ankehitriny, navotsotry ny fitsarana avokoa ireo voarohirohy, afa-tsy ny olona iray. Mangataka ny handravana ny didy ny fianakaviana sy ny VOI Fizamiti, fa mitarazoka. Mitaky ny hanafainganana izany izy ireo sady ampiharana ny lalàna faran’izay henjana.

Fanirian’ny fikambanana Fizamiti ny hanorenana tsangambaton’i Attomany Alily, apetraka eo an-ampon-tanànan’Antsahampano, hahatsiarovana ny asa vitany sy herim-po nananany, nanao sorona ny ainy ho an’ny fiarovana ny tontolo iainana.

Marihina fa nomena ity loka “Gasy mahasaky Awards 2017” ity koa Razafimalala Clovis sy Marozafy Armand, mpikambana ao amin’ny tambajotra Lampogno, miaro ny tontolo iainana any Maroantsetra, ny mponina any Soamahamanina, nanohitra ny fitrandrahana volamena nataon’ny Sinoa.

Njaka A.

News Mada0 partages

Tohodranon’i Dabara Morondava : tsy nahavaha ny olan’ny tantsaha

 Efa tamin’ny taona 2007 ny tetikasa nanamboarana ny tohodrano any Dabara Morondava. Niato ny asa vokatry ny krizy 2009 ary nitohy ny taona 2014. Tsy nahavaha ny olana anefa fa vao mainka tsy afaka mamboly ny tantsaha any amin’ny faritra iva, toy ny any Morondava.

Tsy hita ny vahaolana akaiky! Lemaka maherin’ny 10.000 ha ny novinavinaina fa ho voajary aorian’ny fanajariana ny lemak’i Dabara any amin’ny manodidina an’i Morondava, faritra Menabe. Nomena toky fa afaka mamboly vary intelo isan-taona mihitsy aza ny tantsaha aorian’ny fahavitany.

Tsy tanteraka izany fa vao mainka aza ny mifanohitra amin’izany ny zava-misy satria mihena ny habetsahan’ny rano. Tsy nahazo rano intsony koa ny any amin’ny faritra iva, toa ny any Morondava sy ny manodidina, fa voatazona any amin’ny distrikan’i Mahabo sy ny manodidina, toerana ambony avokoa ny rano. Noheverina fa ho 16m3/s ny hadirin’ny habetsahan’ny rano, nefa tsy misy afa-tsy 7m3/s izany, ankehitriny.

Hikaroka famatsiam-bola vaovao hafa

Hatreto, nilaza ny minisitry ny Fambolena sy ny fiompiana, Randriarimanana Harison, fa mahatonga ny olana ny hakelin’ny habetsahan’ny rano amin’ny lakandrano, mirefy 52 km. Tany am-boalohany, noheverina fa hanondraka ny tanimbary any amin’ny avo toerana sy ny any amin’ny iva ity lakandrano ity. Tsy tao anatin’ny vinavina ny faritra antenantenany toy ny any Mahabo. Mitombo izaitsizy anefa ny tantsaha mamboly amin’iny faritra iny, ka tsy ampy intsony ny rano. Tsy misy vahaolana afa-tsy ny mampitombo ny halavan’ny lakandrano, izay mbola eo am-pikarohana ny mpamatsy vola hanaovana ny asa.

Nitarika fitokonana ho an’ny tantsaha any Morondava ity tranga ity, volana septambra 2017 teo. Najoro ny vaomiera iombonana handinika ny raharaha. Hany vahaolana vonjimaika hita ny fitsinjarana ny andro hitaritana rano. Omena 10 andro ny any amin’ny faritr’i Mahabo ary ampifandimbiasina, omena 10 andro koa avy eo ny any Morondava.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

CNRIT : 30 ans au service de la recherche industrielle

Le Centre national de recherche industrielle et technologique (CNRIT) célèbre cette année ses 30 ans de service en faveur de la recherche industrielle. «Ce jubilé constitue une occasion pour ce Centre de présenter les résultats de ses recherches focalisées notamment sur le développement de l’agriculture, des industries, de l’énergie et sur l’amélioration de l’environnement», a informé le directeur du CNRIT, le Pr. Roger Marie Rafanomezantsoa, lors d’une interview.

A ce propos, cette entité dispose d’une vingtaine de brevets, déposés à l’Office malgache de la propriété industrielle (Omapi), dont leur concrétisation a déjà apporté d’impact sur le développement du pays. Parmi lesquels figurent le traitement des eaux usées des usines avant leur déversement dans la nature,  la valorisation du Jatropha en savon de ménage ou encore le traitement des déchets…Autant de richesses à valoriser pour améliorer l’économie nationale.

47 nouveaux thèmes de recherches

Le chemin du CNRIT ne reste évidemment pas là. De nouvelles recherches sont sur les rails pour bientôt. Dans ce cadre, le démarrage des 47 thèmes de recherche qui ont été déjà validés par le Conseil scientifique de l’orientation (CSO), n’attendent plus que leur budgétisation. «La question de financement constitue souvent un obstacle dans la concrétisation des travaux de recherche dans le pays», a fait remarquer le directeur du CNRIT.

«Le défi que le pays doit se fixer doit ainsi se concentrer sur la mise en place  des trois piliers de la recherche, notamment les chercheurs, les entreprises qui utilisent les résultats des recherches et les banques qui sont prêts à s’y investir», a-t-il ajouté. Pour le CNRIT, la collaboration avec des opérateurs économiques nationaux lui a permis de réaliser ces défis si on ne cite que le récent partenariat signé avec le Groupement des opérateurs économiques de Madagascar. Le Centre vise à promouvoir des partenariats à l’international pour ces trente prochaines années. Parmi les projets en gestation allant dans ce sens figure la collaboration avec des opérateurs sud africains dans la filière litchis…

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Préscolaire – zones enclavées : des espaces d’éveil communautaires en gestation

L’accès au préscolaire n’est désormais plus réservé aux enfants qui vivent en ville ou du moins  dans des chefs-lieux de communes. Ce niveau d’éducation sera développé dans des zones enclavées où aucun Centre d’activités préscolaires n’existe.

Un grand changement sur les rails. Les enfants en bas âge, de 3 à 5 ans, dans des petits villages  reculés ont droit à des activités d’éveil et de stimulation pour développer les domaines cognitifs, socio affectifs, physique et psycho moteur à compter de cette année. La Direction de l’éducation préscolaire et de l’alphabétisation (Depa), une structure rattachée au ministère de l’Education nationale (Men) est en train de concocter ce défi de l’année, soutenu financièrement par la Banque mondiale (BM) à hauteur de 10 millions de dollars dans le cadre d’un projet de cinq ans.

«Les démarches de préparation de la mise en place et de l’opérationnalisation de ces Espaces d’éveil communautaires (EEC) ont été déjà enclenchées», a informé le directeur de la Depa, Arthur Mananjaona Ravelonjanahary, lors d’une interview. «Grâce à une avance sur ce fonds, une soixantaine de sites pilotes d’EEC ont été déjà mis en place dans certaines régions cibles depuis le début de ce mois», a précisé le chef de service du Préscolaire au sein de la Depa, Volaharimanana Andriambelotiana.  Pour cette première année de mise en œuvre, ce projet vise l’implantation de 200 EEC dans six régions, à savoir Analamanga, Vakinankaratra, Atsinanana, Matsiatra Ambony, Anosy et Androy. Les autres régions seront touchées en deuxième et troisième année jusqu’à atteindre 1.000 EEC.

Éducation préscolaire de qualité

Cette initiative ne sort pas des objectifs définis par le Men dans le Plan sectoriel de l’éducation (PSE), en visant notamment d’augmenter l’accès à une éducation préscolaire de qualité pour les enfants de 3 à 5 ans vivant particulièrement en milieu rural et enclavé, et établir les bases d’un système de prestation de services de l’éducation de la Petite enfance à base communautaire. «En vue d’atteindre ces objectifs, sa mission consiste à améliorer la préparation scolaire des jeunes enfants afin de réduire le taux de redoublement et d’abandon en primaire et d’augmenter la probabilité que les enfants aussi bien les filles que les garçons s’inscrivent à la 1ère année du primaire à l’âge de six ans», a soulevé le numéro un de la Depa.

Pour assurer la synergie des activités en faveur des enfants de 3 à 5 ans, et le développement holistique de l’enfant, les villages cibles pourront être des sites d’intervention du ministère de la

Santé, des projets protections sociales, d’intervention de l’Office nationale de nutrition (ONN), ou encore des sites d’intervention des églises ou autres organismes.  Les séances d’éveil, qui se tiennent au moins 5 fois par semaine à raison de 3 heures par séance, seront assurées par des éducateurs communautaires. Bien sûr, ces derniers  doivent suivre des formations jusqu’à la fin du projet, tout en bénéficiant d’encadrement  par les encadreurs locaux de proximité du Men.

Fahranarison

News Mada0 partages

Sècheresse : 4,3 millions USD des Etats-Unis

Les Etats-Unis, via l’Agence américaine pour le développement international ou «Usaid» alloue un appui financier de l’ordre de 4,3 millions de dollars pour soutenir les familles touchées par la sécheresse dans le Sud et Sud-est du pays. L’annonce a été faite par l’ambassadeur des Etats-Unis, Robert T. Yamate, vendredi dernier lorsqu’il s’est rendu sur les lieux pour participer à la remise symbolique d’une partie des 1.870 tonnes de sorgho aux bénéficiaires. Un envoi qui fait partie d’un engagement antérieur en secours alimentaire d’urgence fait par le gouvernement américain, dont Catholic relief services (CRS) assurera la distribution.

«Ces dons en nourriture est une manifestation visible de la détermination du gouvernement américain à se tenir aux côtés de la population du sud de Madagascar en ces moments difficiles, » a-t-il déclaré tout en annonçant une aide supplémentaire du gouvernement américain d’une valeur de 4,3 millions de dollars pour assurer la santé et le bien-être de la population. Cette contribution supplémentaire permettra au Programme alimentaire mondial (Pam) d’apporter une aide alimentaire et un appui nutritionnel à 263.000 personnes dans cinq régions du Sud les plus touchées par la sécheresse. Selon les informations, le Pam collaborera aussi avec l’Office national de nutrition (ONN) et des partenaires locaux pour le suivi et le traitement de la malnutrition. Notons au passage que le gouvernement américain est le plus grand donateur d’aide alimentaire à Madagascar, ayant fourni plus de 39 millions de dollars d’aide aux familles victimes de la sécheresse depuis 2015.

Recueillis par Fahranarison

 

News Mada0 partages

Lions club international : Gudrun Yngvadottir dans nos murs

La première vice-présidente du Lions Clubs International, Gudrun Yngvadottir, est actuellement dans nos murs. Accompagnée par des représentants des Lions Clubs locaux, elle a effectué une visite de courtoisie hier à la première magistrate de la ville d’Antananarivo, Lalao Ravalomanana, selon un communiqué de la CUA. Au cours de cette rencontre, une collaboration pour la promotion du genre, comme garant du développement durable, a été particulièrement discutée. Un partenariat entre Lions Clubs International et la CUA pour le développement des entreprises privées de la capitale et celui des micro-finances a été également soulevé. A l’issue de cette rencontre, la maire d’Antananarivo s’est vue remettre un certificat d’appréciation de la part des visiteurs.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Électricité : hausse de tarifs effective pour un grand nombre

La hausse de tarifs de l’électricité est applicable depuis le mois de janvier, pour les factures du mois de décembre 2017. Cette hausse est en moyenne de 8,5% pour les grands consommateurs, dont les industriels. Aussi, certains ménages sont touchés par cette révision de tarifs, notamment ceux qui consomment plus de 25 KWh par mois.

La dernière révision de tarifs pour les abonnés de la Jirama remonte au mois de juillet 2017. Une hausse de l’ordre de 5,5%. Et depuis le début de l’année, la compagnie nationale d’eau et d’électricité a commencé à appliquer de nouveaux tarifs, des révisions qui demeurent incompréhensibles pour les usagers qui voient tout simplement leurs factures «gonflées» alors que le service est bien loin d’être satisfaisant avec les coupures fréquentes.

Les explications sont plus techniques. Pour les usagers qui consomment moins de 25 KWh par mois, le tarif reste inchangé : 141 ariary le KWh. Ce tarif est subventionné. Pour la classe moyenne qui consomme plus de 25 KWh, la Jirama a supprimé cette subvention et le tarif de l’ancienne deuxième tranche s’applique à l’ensemble de la consommation, soit un tarif unique 370 ariary/KWh, explique-t-on au niveau de la Jirama.

Jusqu’à l’heure actuelle, la Jirama déclare toujours vendre à perte avec une différence moyenne de 500 ariary/KWh. Avec son plan de redressement, la société procède petit à petit à l’ajustement des tarifs et surtout, à la réduction des coûts de production d’électricité.

Quid des coupures ?

D’après le bilan présenté hier, la production hydroélectrique de 110 MW et la production des centrales thermiques utilisant le fuel lourd, atteignant 165 MW, suffisent largement à répondre à la demande d’ Antananarivo qui est de 230 MW en heure de pointe. Néanmoins, la Jirama a encore gardé ses unités de production fonctionnant au gas-oil, en cas d’extrême nécessité. « Il n’y a plus de délestage pour le RIA mais les coupures sont d’ordre technique », a expliqué une nouvelle fois à la presse le ministre Lantoniaina Rasoloelison, en charge de l’Energie, vendredi dernier.

Concernant les coupures fréquentes dans l’ensemble du réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA), la Jirama a souligné que cela résulte du système de déclenchement automatique pour la protection du réseau à Andekaleka, en temps d’orage. Si ledit déclenchement est instantané, le rétablissement du courant peut prendre du temps, a-t-on expliqué.

Par ailleurs, outre les saturations dans l’ensemble du réseau de distribution, dues notamment à la vétusté des infrastructures, les branchements illicites sont maintes fois pointés du doigt comme cause de saturation du réseau. Le ministre a même évoqué le fait que près de 20% des constructions illicites sont branchées au réseau de la Jirama.

Bref, pour la Jirama, c’est tout un domaine qui reste à assainir aux fins d’atteindre un équilibre financier d’ici deux ans.

Arh.

 

News Mada0 partages

Litige foncier : le MPTDN monte au créneau

La campagne de reboisement 2017-2018 a débuté officiellement le 9 décembre dernier. Plusieurs entités publiques et privées s’y sont lancées depuis. C’était au tour du personnel  du  ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique de s’y mettre, le 10 février, à Tsimahabeomby Imerintsiatosika.

Le ministre Neypatraiky André Rakotomamonjy a saisi l’occasion pour aborder les cas de litige foncier entre ce département ministériel et d’autres acteurs. D’après ses explications, « Le ministère n’a  procédé à aucune vente totale ou partielle des terrains qui lui sont affectés, et aucun mandat ni procuration n’ont été émis dans ce sens sur tout le territoire malgache. Ainsi, le ministère s’oppose à toute désaffectation de ces terrains». Avant d’ajouter que «le ministère se réserve ainsi le droit de poursuivre en justice toute personne qui agira dans ce sens».

1000 eucalyptus Citriodora et 500 eucalyptus Robusta ont été mis en terre à cette occasion. Pour rappel, ce département a planté 2000 plants d’arbres durant la précédente campagne de reboisement.

R.R.

News Mada0 partages

Golf-BNI Ringer Score : un deuxième tour record

Le tournoi de golf BNI Ringer Score monte en puissance! Lors du deuxième tour qui s’est tenu sur le green du Golf Rova d’Andakana, les 10 et 11 février, le record de participations a été battu. Selon les informations émanant des organisateurs, 134 golfeurs ont répondu à l’appel, dont 91 hommes et 43 dames.

Une affluence qui a amené les organisateurs à rallonger de deux jours la compétition prévue se tenir en une journée, celle de dimanche.

Au niveau des résultats après les deux manches, chez les dames d’abord, Nyvoara Raveloarison caracole en tête avec 74 points dans la première série tandis que Christianne Ravon domine la deuxième série. Eugénie Rabeninary, quant à elle, impose sa loi dans la troisième série.

Chez les hommes, les deux tours ont permis à Ki Hyeok de mener la danse dans la première série, tout comme Tahiana Rabenja en deuxième série. Fréderic Facchini, lui, reste leader de la troisième série.

Naisa

News Mada0 partages

Volley : la CCZ7 2018 prend date

Une saison exceptionnelle pour la Zone 7 Afrique! Jamais dans les annales de la Coupe des clubs de la Zone 7 (CCZ7), deux éditions se sont tenues dans la même année comme ce qui se déroulera cette saison.

En effet, l’épidémie de peste à Madagascar en 2017 a chamboulé le calendrier, ce qui a conduit au report de la CCZ7 de l’année dernière pour cette année. Ainsi, l’édition 2017 se tiendra aux Seychelles, tandis que celle de 2018 aura lieu à Madagascar.

Et d’après les informations émanant de la Fédération malgache de volley-ball (FMVB), la CCZ7 version 2018 se tiendra à Antananarivo du 8 au 16 décembre.

A part les vainqueurs de l’édition précédente, les deux finalistes du Championnat national des pays membres de la zone 7 composeront la liste des participants.

Toutefois, le flou règne quant à la suite à donner aux futurs vainqueurs hommes et dames de 2017. Si les gagnants de la Coupe 2018 se qualifient pour la Coupe d’Afrique des clubs, qu’en sera-t-il de ceux de l’année précédente?

Naisa

 

News Mada0 partages

JO-SKI ALPIN : changement de programme pour Mia

Tout un pays retient son souffle! Prévue se tenir hier, la première épreuve qui verra la participation de Mialitiana Clerc, unique représentante de Madagascar aux Jeux olympiques (JO) d’hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud,  a été reportée pour demain.

A cause du vent violent qui s’abat sur la ville hôte, les organisateurs ont décidé de programmer le slalom géant pour ce jeudi. Ainsi, Mialitiana Clerc débutera ses premiers JO par le slalom de demain.

Un premier pas très attendu pour la jeune Mia qui sera par la même occasion la première skieuse malgache à participer aux JO d’hiver.

Mais plus attractive sera la journée de jeudi qui s’annonce très spéciale de par la programmation des grands rendez-vous en ski alpin dont le slalom géant qui sera également l’épreuve inaugurale de cette journée chargée.

Et si l’exploit vient à se réaliser, la skieuse malgache s’alignera sur le départ de la deuxième manche en clôture.

Naisa

News Mada0 partages

Palais des sports : mifampitantana s’annonce enchanteresse

« Mifampitantana », c’est à travers ce leitmotiv que Bodo et Njakatiana vont offrir un beau bouquet musical au public du palais des Sports et de la Culture Mahamasina, ce 18 février.

Pourquoi changer une formule qui fait tilt? «Mifampitantana» a laissé la part belle à deux divas de la musique malgache l’année dernière. C’est avec le même concept que Bodo retrouve la scène de Mahamasina mais cette fois- ci, avec le crooner à la voix d’or qu’est Njakatiana.

«Ensemble, nous chanterons l’amour dans toute sa splendeur, le temps d’une après-midi dominicale teintée d’émotions», a promis Njakatiana, en marge d’une séance de répétition, hier, au Trass Tsiadana. «Ce sera une épopée musicale particulièrement  fantastique tout à l’image du clip Lay toera-mamy, réarrangé par les soins de Jack Thierry», a renchéri Bodo.

Répertoire éclectique 

Cela fait bientôt deux décennies que Bodo et Njakatiana n’ont pas partagé la même scène. Tous les voyants sont au vert pour faire de cet événement un succès puisque Airtel Madagascar et Live Prod se donnent la main pour faire revivre ce duo.  «Fidèle partenaire des artistes, nous valorisons leurs talents afin que leurs œuvres puissent continuellement se faire connaître et être appréciées au fil du temps. Nous offrons notre indéfectible soutien à ce duo d’exception pour un come-back des plus réussis», a fait savoir Maixent Bekangba, directeur général d’Airtel Madagascar.

Attendus de pied ferme par les inconditionnels admirateurs, les deux artistes vont revisiter un répertoire éclectique  qui fera sans doute chavirer le cœur du public, à l’instar de «Ny fahitako anao» et «Resinao».  Trois scènes seront toutes érigées au centre du palais des Sports pour l’occasion.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Expo : les « Ouvertures » vues par TangalaMamy

Faisant partie des dix finalistes de la deuxième édition du concours artistique Paritana, le photographe Mamy Nirina Razafindrakoto, connu sous le pseudo TangalaMamy, donnera une exposition baptisée «Ouvertures», à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely. Le vernissage s’est tenu, hier.

Pour l’artiste, les «ouvertures», dont les portes et les fenêtres, sont des éléments de construction utilisés non seulement pour entrer dans un bâtiment ou l’illuminer mais aussi pour favoriser la communication en améliorant la vie quotidienne, ou encore pour permettre de se préserver des évènements de l’extérieur. A travers cette exposition, TangalaMamy  partage ainsi cette vision, ce point de vue qu’il transforme en cliché artistique. «Cette fenêtre représente d’une manière imagée, la relation entre l’humain et le divin», a-t-il expliqué dans son communiqué de presse.

TangalaMamy est au fait membre de l’association Team Rianasoa depuis 2015. Agé de 43 ans, il a toujours été passionné de la photographie et ce, dès l’âge de 9 ans. Après avoir décroché son bac, il a choisi de travailler dans une aire protégée où il a pu assouvir sa soif de photographier. Actuellement, il travaille sur un projet dans la zone des Zafimaniry. «J’aimerai exposer ce peuple dont la grande partie de sa vie dépend de la forêt», a-t-il affirmé. Par ailleurs, malgré les difficultés de nos jours, avec le prix exorbitant des appareils photos argentiques, sa passion était toujours présente.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Hevitra mandalo,Resaky ny mpitsompona akotry : Fandevenana ny tantara

Tsy ampy no sady mitory tsy fahamendrehana ny hetsika ho fahatsiarovana ny andro nahalavo an’Itompokolahy Richard Ratsimandrava izay nisy namono tao anatin’ny fotoana nanefany ny andraikitra maha Filoham-pirenena ny tenany. Antony roa no tokony anaovana hetsika ho fahatsiarovana izany tranga izany. Voalohany dia ho fanomezam-boninahitra an’iny olomanga namoy ny ainy noho ny fanatanterahana adidy araky ny heviny mikasika ny fanompoana ny fireneny. Faharoa dia ny tsy hiverenan’ny ratsy toy ny fifofoana ain’olombelona noho ny fankahalana azy na noho ny hevitra tsy mitovy.Rehefa dinihina dia hany tavela tamin’iny tranga iny, dia ny fitandreman’ny manam-pahefana isan-karazany izay samy hodidinina mpiaro azy. Fahamalinana diso tafahoatra indraindray raha ampitahaina amin’ny loza mananontanona na tsy misy na tsy mendrika asiana sira toy ny firongoana fitaovam-piadiana izay diso arangaranga indraindray.Marina fa efa mankaleo ity resaka vono olona ity. Na manara-baovao ao amin’ny haino aman-jery na mamadibadika gazety dia indraindray ihany no tsy sendra ny fitantarana asa ratsy feno habibiana nitarika famonoana olona. Tranga tany aloha indray ve no andeha hofohazina ?Tsy ny aina sanatria no samy manana ny hasiny arakaraky ny maha olona ny tsirairay. Tsy manam-bidy ny aina noho izany mitovy lanja ary samy mendrika fitahiana daholo. Loza sahala ho an’izay mandatsa-drà. Na eo aza izany, mpitondra firenena Itompokaly Ratsimandrava ary ny fitsarana ny tompon’andraikitry ny famonona azy tsy nandresy lahatra mikasika ny tena marina eo amin’ny antony namonoana azy. Tsy eto akory ny sehatra ahafahana mamerina ny fiadiadiana izany. Ny hevitra entina ho fampiononana dia tsy ho very ny tadidy ary tsy havalona iny tranga teo amin’ny tantara iny raha tsy mbola milamina ny tànana izay anjakazakan’izao karazana tsy rariny rehetra izao, no sady tsy itoeran’ny fandriampahalemana.Hitsidika ato ho ato ny fifidianana. Efa ela nizakana ny vokatry ny fahadisoana fitantanana ny vahoaka. Heverina fa samy hamadibadika ao an-tsainy ireo fomba tsy nety teo amin’ny fitondrana nifandimbidimby ny mpifidy tsirairay.

Léo Raz

News Mada0 partages

Chronique : l’automne de la solidarité

L’heure de vérité approche, une échéance que ceux qui la craignent souhaiteraient reculer tout en appréhendant qu’une initiative à cet effet ne leur cause plus de tort que d’avantage, sans ne se rendre compte que le flou qu’ils entretiennent à ce sujet érode chaque jour la crédibilité déjà si ténue concernant leur compétence et leur honnêteté.Aux abois le parti premier soutien du Chef de l’Etat sonne le rassemblement des partis alliés, à l’instar des forces politiques opposées au pouvoir qui elles ont disposé plusieurs plates-formes actives pour encercler l’adversaire. Une fois encore les circonstances risquent de mettre à jour le mal des activités politiques qui ne reposent sur aucune « idéologie » claire sinon sur des poncifs. Pour cette raison les clivages sont changeants, les petits calculs qui répondent à la recherche de profits particuliers circonstanciels, ont vite fait de noyer les clichés ânonnés concernant l’idéal patriotique voué à la défense des intérêts supérieurs de la nation.Il faudrait faire preuve d’une grande dose de candeurpour croire que le paysage est figé, demain une redistribution des cartes (enveloppes bourrées de billets) viendra le modifier temporairement, alors que les donnes du surlendemain promettent de le bouleverser à nouveau.Ce contexte donne une lecture des contradictoires manifestations de fébrilité au sein même de l’équipe au pouvoir. Tous partagent sans doute le même sentiment que le bateau prend dangereusement de la gite, et si les rats ne quittent pas encore le navire, les passagers se déchirent pour profiter des derniers moments afin de s’emparer des derniers restes. Il n’y a plus scrupule à faire mentir le proverbe « l’union fait la force » ni honte à révéler publiquement que la solidarité gouvernementale a fini d’être. Le remaniement du gouvernement se présente comme une nécessité pour espérer sauver les meubles, cependant les membres actuels semblent oublier cette obligation d’avoir à tenter une dernière chance et se font comme unique obsession la rivalité, pour profiterà qui mieux mieux des derniers beaux jours.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

 Une réunion importante du commerce Majungais (1)

Dans les derniers jours de l’année qui vient de finir, le commerce majungais a tenu une très importante réunion à laquelle assistaient des directeurs, agents ou représentants des maisons des régions de l’Ouest. De très intéressantes questions y ont été développées et des résolutions excellentes adoptées.

On y a d’abord exposé la question monétaire, afin de remédier le plus possible à la crise qui ne fait qu’empirer. Les commerçants de régions de l’Ouest ont suggéré que tout l’or extrait du sol de la Grande Île soit réquisitionné et expédié sur la France qui le rembourserait en argent et en billon. Les commerçants de la colonie ne peuvent admettre que cet or soit employé encore à la fabrication de bijoux massifs qui sont aussitôt exportés sur l’étranger parce qu’invendables dans la colonie.

À cet égard, voici la production aurifère de la Grande Île depuis cinq ans : 1 804 kg. 48458 en 1913 ; 1 624 kg. 48387 en 1914 ; 2 092 kg. 99150 en 1915 ; et 1 515 kg. 36722 cent. en 1916, soit une moyenne de 1 500 kg. par an d’une valeur d’environ 4 millions qui pourraient être échangés avec la France pour la même somme en monnaies divisionnaires.

Il n’est pas besoin d’être un grand économiste pour reconnaître qu’une telle mesure améliorerait immédiatement le commerce de la colonie, que l’État y gagnerait et qu’enfin la Défense nationale récupérerait ainsi un notable contingent de l’or qui prend la route de l’étranger.

L’assemblée a examiné aussi la question des billets de banque qui rencontrent d’énormes difficultés pour s’écouler en dépit des lois et décrets promulgués dans la colonie.

Au lieu de faciliter le commerce, ces billets sont devenus l’objet de spéculations. C’est ainsi que des indigènes vendent leurs pois du Cap 400 francs la tonne si on les paie en numéraire, et ne les cèdent qu’à 600 francs si on les paye en billets de banque, soit un agio effectif de 50 %.

L’assemblée des commerçants de Majunga a déclaré cette situation intolérable et engagé énergiquement le gouvernement général à agir vite et à faire respecter la loi.

(À suivre.)

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutumes : Une veine de coucou

On ne peut pas dire que la saison des pluies constitue le meilleur moment pour procéder à des chantiers d’entretien routier, encore que l’état scandaleux du réseau routier dans la ville d’Antananarivo en faisait peut-être une obligation. En tous cas contre mauvaise fortune le pouvoir en a fait une aubaine, y trouvant  l’opportunité de faire de chaque chantier un support de propagande : « l’Etat travaille pour vous ». Le ciel leur a été de plus favorable : il pleut chaque jour mais après les heures de fermeture des chantiers. Heureux au jeu, malheureux en amour : au peuple de donner raison à l’adage ou à l’inverse de prouver le contraire.

News Mada0 partages

Noyade dans l’ikopa : deux corps repêchés

Deux corps sans vie ont été retrouvés et repêchés par les riverains dans le fleuve de l’Ikopa hier matin. Par ailleurs, les bruits ont couru selon lesquels deux autres corps ont également été découverts à Andranovaky Ambohitrimanjaka.

L’Ikopa a été le théâtre d’une découverte macabre hier à l’aube, aux environs de 5 heures 30. Les corps sans vie de deux jeunes hommes âgés d’une vingtaine d’années ont été retrouvés par les riverains au bord de la ramification de l’Ikopa, située au niveau du pont d’Ampasika. Un fait qui a bouleversé les gens car, même si ce fleuve est souvent le lieu d’une découverte comme celle-ci, cette fois-ci ce sont deux corps qui ont été retrouvés par les villageois, en train de flotter à la surface de l’eau qui a complètement changé leur apparence d’autant plus que des traces d’agression ont été retrouvées au niveau de la tête de l’un des deux corps. Par contre, on n’a relevé aucune trace d’agression sur l’autre, retrouvé à peu près à 200 m du premier. «À première vue, l’autre corps ne montrait pas des blessures. Peut-être bien qu’il a été noyé par ses agresseurs avant que le corps des deux n’ont été abandonnés dans l’Ikopa», a déclaré un des villageois. Les corps ont été conduits à la morgue de l’hôpital HJRA par les agents du Bureau municipal d’hygiène (BMH) hier vers l’après-midi. Selon les informations recueillies au niveau de la police, il s’agit de deux amis demeurant à Andohatapenaka.

Deux autres corps découverts?

Les bruits ont couru hier encore à Andranovaky Ambohitrimanjaka que les villageois ont également découvert dans la matinée deux corps sans vie d’un couple au bord de l’Ikopa. Pourtant la police n’a pas confirmé les faits. D’ailleurs, après des heures de vérification, elle n’a rien constaté d’anormal.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Fleuve Tsiribihina : des bandits attaquent une barque

Les bandits ont procédé à une autre forme d’attaque en fin de semaine sur le fleuve Tsiribihina dans  la région Menabe. A bord de leur embarcation en bois, plusieurs individus munis de fusils de chasse et d’armes blanches ont pris au dépourvu les villageois circulant en barque au retour de leur course dans le chef-lieu de la région. Selon les victimes, afin d’échapper aux bandits, ils ont dû quitter leur embarcation à la nage pour regagner le bord du fleuve en abandonnant leurs marchandises. Sans coup férir, les bandits ont pu ensuite s’approprier des objets abandonnés dans l’embarcation attaquée avant de repartir en toute tranquillité. D’après les explications, ce n’est pas la première fois depuis le début de l’année que les bandits opèrent de cette façon dans la localité. Les villageois font appel aux autorités pour voir de près leur situation.

ATs.

 

Ino Vaovao0 partages

ADY TANY AO SALAZAMAY ATSIMO 14/22 : « Tsy voahaja ny didim-pitsarana », hoy ny fokonolona

Izay no nambaran’ireto olona an-jatony ireto mitaraina amin’ny didin’ny be sandry atao azy ireo. Mazava ny voalazan’ilay “certificat juridique” nivoaka ny 12 oktobra 2017 teo raha ny angom-baovao, fa “Lazaret” manana ny titra 907-BA ity tany mirefy 04ha iadiana ity  ; saingy ao anatin’izay dia misy ampahany mirefy 79A sy 14Sa izay nofain’ity orinasam-pifandraisan-davitra ity tamin’ny orinasa Paositra tompony ary efa nahazoany titra vaovao 9641-BA noho ny fifanarahana teo amin’izy ireo. 

Noho izao olana izao dia tonga teny amin’ny fitsarana ny raharaha, ka nahazoan’ireto olona ireto ny “Ordonnance” laharana 1541-AG/17 ny 23 septambra 2017 nahafahan’izy ireo namefy ny tanin’izy ireo avy izay efa voatsiriky ny sampan-draharahan’ny fananan-tany izany sy efa nahazoan’izy ireo laharana ireo antontan-taratasin’ny taniny avy  nefa mbola niteraka olana hatrany ny raharaha. 

Ny volana desambra 2017 dia nitondran’ity orinasa ity mpiasan’ny fananan-tany sy mpiasan’ny fandrefesan-tany ary “expert geomètre” tsy miankina ilay tany, ka raha avy nandrefy izany izy ireo dia nametraka “borne”, ka nahatonga ireto olona ireto nampiditra fanindroany indray ny raharaha teny amin’ny fitsarana, izay nivoahan’ny “ordonnance” laharana 2301-AG/17 ny 20 desambra 2017 nanakana ny fametrahana ireto “borne”. 

Tsy nisy niraharaha anefa ireo didim-pitsarana ireo fa ny didin’ny be sandry no miasa ka voatery nisy indray ny fampidirana ny raharaha teny amin’ny fitsarana indray. Milaza ny tsy hanaiky hatramin’ny farany anefa ireto vahoaka, ka ahiana ny hisian’ny sakorona tsy ho ela satria hiaro ny fananany “ara-dalàna” ireto fokonolona.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

MORONDAVA : Raim-pianakaviana maty notifirin’ny dahalo teo amin’ny kibony

Tsy mangalatra omby indray no ataon’izy ireo ankehitriny fa mamono ny tompon’omby mihitsy. Mirongatra noho izany ny famonoana olona any an-toerana amin’izao fotoana. Ny herinandro lasa teo dia raim-pianakaviana sady tompon’omby roa no maty notifirin’ny malaso tao amin’ny Kaominina ambanivohitr’i Analaiva.

Afak’omaly hariva tokony ho tamin’ny 7ora sy sasany dia raim-pianakaviana iray antsoina hoe Naina no maty noho ny tifitra variraraka nataon’ny andian-jiolahy azy teo amin’ny kibony. Voalaza fa teo am-pisakafoanana ilay lehilahy sy ny vadiny ary ny zanany kely telo no niharan’ny famonoana nahazo azy ity. Niditra avy hatrany ireo jiolahy nirongo fitaovam-piadiana ireto ka notifiriny teo amin’ny kibony ilay tompon-trano. Nandositra ny vadiny fa ireo zanany kosa tsy nisy sahy nihetsika teo am-pitoerana. Tsy nataon’ireo jiolahy na inona na inona ireo ankizy fa rehefa maty i Naina dia lasa nandositra izy ireo, raha ny fampitam-baovao azo. 

Tsy nisy entana norobain’ireo olon-dratsy tao amin’ity tokantrano ity fa ny hamono io raim-pianakaviana io ihany no anton-dian’izy ireo tao an-toerana. Voalaza fa miompy omby i Naina ary teo an-tokotaniny ireo omby fa tsy nisy lasa na iray aza. Mihorohoro amin’ny firongatry ny halatr’omby ny mponina tany an-toerana teo aloha fa ankehitriny matahotra ny ainy izy ireo satria ny tompon’omby mihitsy no lasibatr’ireo dahalo amin’izao fotoana.

Mitovy amin’ny tranga nahazo an’i Naina ity ihany koa no nihatra tamin’i Makay tao amin’ny Fokontany Andronganomby, kaominina ambanivohitr’i Analaiva. Nidiran’ny andian-dahalo nirongo basy tao an-tranony ny raim-pianakaviana iray ary notifirin’izy ireo ity farany ka maty tsy tra-drano. Tsy nisy norobain’ireo olon-dratsy ny entana tao an-trano sy ny omby fa ny hamono azy io ihany koa no anton-dian’izy ireo tamin’izany. Hatreto tsy fantatra ny tena antony mahatonga izany rehetra izany fa efa eo am-pikarohana ireo nahavanon-doza ny mpitandro filaminana any an-toerana.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

LISEA ANTSIRANANA : Nifanafika ny samy mpianatra ao amin’ny kilasy famaranana

Araka ny fantatra dia tovolahy iray  mpianatra ao amin’ny lisea ao amin’ny kilasy famaranana sokajy D no nitarika ny namany telo hafa, tonga nanafika tovolahy iray, iray kilasy aminy.

 Araka ny voalaza dia ny folakandron’ny zoma lasa teo dia nilatsahan’ny tapaka hazo ny tongotr’ity mpianatra nanafika ity, izay nihevitra fa ny namany avy tao aoriany no nandatsaka izany. Araka ny voalaza anefa latsaka ho azy io hazo io. Tao an-dakilasy no nitrangan’izany ny zoma teo ary misy vavolombelona.

Tsy nanaiky izany ilay zalahy ka niafara tamin’ny ady totohondry iny rehefa nirava ny sekoly iny. Mbola tsy nahavaly ny namany izy ka ompa razana no setriny nataony tamin’ny namany. Araka ny fantatra hatrany  dia  tsy tonga nianatra ilay zalahy nilatsahan’ny hazo tao an-dakilasy ny zoma lasa iny. Ny zava-misy dia tsy maty voalavo an-kibo ilay zalahy ka tonga namaly faty ary nitondra namana hafa ihany koa.Tsy tahotra ny an’ity farany satria sahiny ny nanafika ny namany tao an-dakilasy fampianarana amin’ izany.Teo anatrehan’ny mpianatra rehetra sy mpampianatra no nidiran’ireto andian-jatovo ireto tao amin’ny lisea. Tsy nanampo ilay zalahy lasibatra ka voatora-bato teo amin’ny laharany ka vaky loha. 

Ankoatr’izany dia zatovovavy iray tsy manan-tsiny ihany koa no voatora-bato. Samy nentina haingana tao amin’ny hopitaly manarapenitra. Mbola naneho ny hatezerany ireo zatovo nanafika ireo ka tora-bato variraraka no nampihiakiaka ny mpandalo sy ireo mpianatra madinika akaiky teo. Nisy niantso polisy fa efa tafaporitsaka nilefa ireo marofelana ireo. Araka ny voalaza dia avy ao Ambalavola ireo zatovo ireo. Marihina fa fantatra ny mombamomba ilay zalahy sahy tonga namaly faty nanafika ny samy mpianatra tao amin’ny toeram-pianarana ity.

Efa mandeha ny fikarohana ataon’ny polisy mahakasika azy ireo. Raha ny zava-misy no asian-teny dia azo ambara fa tsy misy tahotra ity mpianatra efa amin’ny kilasy famaranana ity, ka nahavita nitarika namana nanafika tao amin’ny sekoly fianarany. Ny fantatra dia tahaka ity fihetsika niseho ity no fomba ratsy ataon’ireo foroches mpampihorohoro ireny. Ho fantatra eo izay mety ho tohiny.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FANOMANANA NY FIFIDIANANA : Efa hadiva hifarana ny fandrafetana ny lalàm-pifidianana

Na ireo antoko politika na ny fiarahamonim-pirenena, eny fa hatramin’ny vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana aza dia samy nanindry mafy ary nangataka ny tokony hamoahana faran’izay haingana an’io lalàna io. 

Afak’omaly, nilaza indray ny praiminisitra lehiben’ny governemanta, Mahafaly Solonandrasana fa efa eo am-pamaranana tanteraka ny fandrafetana sy ny fandinihana ireo andininy sasantsasany ao anatin’ity lalàm-pifidianana ity izy ireo amin’izao fotoana izao ary aorian’izay dia hisy avy hatrany ny fampiantsoana fivoriana tsy ara-potoana eny anivon’ireo antenimiera mpanao lalàna. Ambetin-teniny hatrany fa tsy matory andro, tsy matory alina ireo mpikambana ao anatin’ny governemanta tarihany amin’ny fandinihana izany.

Nambarany  fa noezahina notazomina avokoa ny soson-kevitra naroson’ireo antoko politika sy ny fiarahamonim-pirenena nandritra ireny fakan-kevitra ireny. Samy miandrandra mafy sy te ahafahantatra izay voarakitra ao anatin’ity lalàna ity avokoa ny rehetra amin’izao fotoana izao, ary indrindra miandry ny fotoana hivoahan’izany amin’ny fomba ofisialy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

JIRAMA TOAMASINA : Tokantrano 2 500 no hisitraka fampidirana jiro tsy ho ela

Nisy ny fampahafantarana ofisialy nataon’ny mpitantana ny Jirama eto Toamasina momba izany afak’omaly. Fampahafantarana notarihin’ny Tale iraisam-paritry ny Jirama Toamasina, Toto Jean de Dieu. Nanotrona azy ny lehiben’ny sampana Fanjiro eo anivon’ny Jirama Toamasina, Razatovo Haja ary ny tompon’andraikitry ny serasera eo anivon’ny Jirama Toamasina, Chadly Wander Assany.  

Nambara ofisialy nandritra izany fa miisa 2 500 ireo fangatahana fampidiran-jiro voarain’ny Jirama Toamasina sy efa nahavoaloa ny vola amin’ny famidirana jiro. Fangatahana nanomboka ny taona 2013 ka hatramin’ny andron’ny alatsinainy 12 febroary 2018 io resahina io. Ny voalohandohan’ny volana marsa io, dia hivoaka ny lisitr’ireo nangataka jiro. Hatao peta-drindrina ao amin’ny biraon’ny Jirama Toamasina sy ho hita ao anaty pejy facebook «   Jirama officiel  » ny anarana sy ny daty anaovan’ny Jirama ny fampidirana jiro any amin’ireo tokantrano. 

Manomboka ny volana marsa ka hatramin’ny volana jolay 2018 no hanatanterahana ny fampidirana jiro ho an’ireo fangatahana 2 500 voaray. Nomarihin’ny Tale iraisam-paritry ny Jirama Toamasina fa tsy i Toamasina renivohitra ihany no hahazo tombontsoa amin’ny fampidirana jiro io fa mahazo ny anjarany koa ireo nanao fangatahana tany amin’ny Jirama Fenoarivo-Atsinanana sy Vatomandry izay mbola rantsa-mangaikan’ny Jirama Toamasina.

Nanambara ny lehiben’ny fitsinjarana jiro eo anivon’ny Jirama Toamasina fa nohatsaraina ny fomba fampidirana jiro manomboka izao. Tsy hilona intsony. Telo herinandro eo ho eo taorian’ny fanaovana fangatahana sy fandoavana vola, dia efa tafiditra ny jiro.

Nandritra izao valan-dresaka ho an’ny mpanao gazety izao no nilazan’ny mpitantana ny Jirama Toamasina fa ampy tsara ho an’i Toamasina ny herinaratra vokarina ankehitriny. Manana 32 Mw ny Jirama Toamasina raha 27,7 Mw dia efa ampy. Izany hoe mbola manana ambim-bava.  Momba ny fahatapatapahan-jiro niseho andro vitsy lasa, dia mbola farasisa navelan’ny rivodoza Ava hatrany no nahatonga izany. Efa tonga ao Toamasina ny mpiasan’ny Enelec sy ny Jirama foibe manao fanarenana ka efa miverina amin’ny laoniny izany amin’izao fotoana izao.

Kamy

Tia Tanindranaza0 partages

Nidangana tampoka ny vidin-jiroVelon-taraina sady tezitra ny vahoaka

Saika tonga manao fanamarihana sy mangata-panazavana manoloana ny fidangan’ny vidin-jiro tampoka tafakatra hatrany amin’ny 80% eny amin’ny masoivohon’ny Jirama ny vahoaka amin’izao, raha tsy hilaza afa-tsy ny teny 67Ha omaly.

Toa niakatra avokoa na latsaky ny 25kwh aza ny fandaniana. Raha 50 000Ar isam-bolana eo ho eo ny vidin-jironay, dia lasa 90 000Ar mihoatra amin’izao fotoana izao, hoy ny renim-pianakaviavana iray. Maro ny mpanjifa mihevitra fa halatra bevava na mety ho fahadisoana goavana teo amin’ny fomba fikajiana izao, ka tezitra sy mampiaka-peo. Toa tsotra ny an’ny Jirama eo anatrehan’ny zava-misy hoe izay voasoratra dia voasoratra. Nirehareha fatratra ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina, fa efa 182Mwh izao no vokarin'ireo milina 3 eny Ambohimanambola, ampy tsara amin’ny famatsiana ka ny fahanteran'ny "transformateurs" na ny tambajotra tariby no mety hiteraka fahatapahana. Ny orinasam-bahiny mpibizina sy tsy mitady afa-tsy izay tombony amin’ny fivarotana angovo amin’ny Jirama no hireharehan’ny filoha, dia ny orinasa Amerikanina ny Symbion Power, ny Noor 1 sy Noor an’ny orinasa Jovena. Ny Jirama kosa tsy hita izay tena fanarenana, ka ny vahoaka no terena hameno ny fatiantoka satria tanjona ny hisian’ny fahaleovantena ara-bola mba hanafoanana tsikelikely ny fanampiana na ny “subvention” avy amin’ny fanjakana. Miandry vahoaka hitroatra sy hidina an-dalambe manoloana izao zioga hampitondraina azy izao ve vao hikorapaka ?

Tsy iharan’io fisondrotana io ny mpanjifa manana fandaniana latsaky ny 25kWh. Mizara roa ny vidin-jiro ho an'ny “tarif 14”: ny “tranche” voalohany hatramin'ny 25kWh dia 141 Ariary ny 1kWh. Raha mihoatra an'io 25kWh io kosa, dia anatin'ny ampahany na “tranche” faharoa indray izany, io dia nisy fiakarany kely. Ny ny “tarif 16”, dia nisy fizarana ho ampahany 2 ihany koa ka hatramin'ny 130kWh ny voalohany ary ny ambin'ny fandaniana no “tranche 2” dia 370Ar/kWh ary ny “tranche 1” dia 205Ar/kWh. Manomboka ny faktiora janoary 2018 dia lasa vidiny tokana 370Ar/Kwh na firy na firy ny fandaniana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanotorana tany etsy sy eroaNy vahiny no tena mahazo tombony

Mampametra-panontaniana ny maro ny fanotorana tany maro misy eto Madagasikara amin’izao, indrindra eny amin’ireny lalam-baovao toy ny eny amin’ny faritra Ankazomanga, Ankorondrano, Ankasina (Boulevard de l’Europe), na ny eny amin’ny Marais Masay hatrany amin’ny lalambe vao vita tsy ela dia ny eny Andohatapenaka mankany Ivato iny.

Mijoalajoala avokoa ny trano izay miorina ary mazava ho azy fa teratany vahiny tahaka ny mahazatra no misitraka ny toerana. Raha ny eny Ankasina sy ny manodidina iny izao dia teratany sinoa sy karana no maro manangana trano eny ary matetika trano lehibe atao tsena (centre commercial) toy ireny hita etsy Behoririka ireny no ataon’izy ireo. Ny Malagasy anefa no tokony ho voalohan-daharana amin’ny fanorenana atao ary ireo mpandraharahantsika no tokony hampiasa vola haingana amin’ireny toerana misy lalam-baovao ireny saingy noho ny fahasahiranana dia ny vahiny no tonga aloha sy manana ny fahefana amin’izany. Manaitra ny maro ihany koa ny fahatongavan’ny jiro sy rano amin’ny fomba haingana eny amin’ireny trano atsangan’ireo vahiny ireo. Iaraha-malala mantsy ny fijalian’ny Malagasy rehefa mampiditra rano na jiro, indrindra rehefa mandeha amin’ny fomba ara-dalàna (voie normale) fa an-taonany maro vao tafiditra. Na amin’ny lafiny fahafahana manorina aza dia hita fa mahavita mamoaka haingana ny fahazoan-dalana manorina (permis de construire) ny tompon’andraikitra mikarakara izany rehefa ho an’ireo vahiny kanefa dia fijaliana ho an’ny sarababem-bahoaka  ny miandry taratasy. Zary lasa tompony mangataka atiny ny Malagasy ka tokony hojeren’ny mpitondra izay ho lany manaraka eo ny fanamorana ny fahafahany manorina sy mampiasa vola amin’ireny lalam-baovao ireny satria efa lesoka tamin’ity fitondrana ity izany.

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

FanabeazanaMivadibadika ny minisitra ?

Anisan’ny nampalaza ny minisitry ny fampianarana ambaratonga faharoa sy fanabeazana fototra Rabary Paul ny fahasahiany. Lasa nitombo ny mpiasam-panjakana mpampianatra (10.000 isan-taona), maimaimpoana ny fiatrehana ny fanadinam-panjakana Cepe sy Bepc.

Amin’ity taom-pianarana 2017-18 ity anefa  lasa handoavam-bola indray izy io, miovaova isaky ny CISCO. Misy ny nampandoavina 1000 ariary ho an`ny CEPE, nisy ny nampandoavina 3 000 ariary ho an`ny BEPC. Hatramin’izay dia nisy ny solon’ny vovoka lakre (Subvention) fanome ireo mpampianatra. Amin’izao anefa vitsy sisa no nahazo, indrindra ny tsy miankina. Nisy ireo sekoly izay tsy nahazo mihitsy ny mpampianatra ambaratonga faharoa tao aminy. Nasaina namerina nameno fiche de vacation ireo mpitsara BEPC 2017 tao amin`ny lycee teto an-drenivohitra. Novana daholo ny fiche teo aloha.  Ireo niasa 5 na 4 andro dia novana ho 3 andro daholo. Marihina fa 30 000Ar isan’andro izy io. Ny minisitry ny fanabeazana koa no mbola nahasahy nanova ny tetiandrom-pampianarana in-droa ao anatin’ny taona iray vokatry ny pesta. Hitondra vokany tsara ve io fivadibadihana io sa handentika ny fampianarana ka hampihena ny salam-pahavitrihana eo amin’ny ray aman-dreny sy ny mpianatra ?

Nangonin-dRabeso

Tia Tanindranaza0 partages

Manompo sa manopa vahoaka

Any Mantasoa indray no hifamotoana ny mpikamban’ny governemanta anio sy rahampitso. Ny raharaham-pirenena sy ny fampandrosoana hatrany aloha no ambara fa hodinihina sy hifampiresahana. Tsy vita etsy Iavoloha sy Ambohitsorohitra intsony ve ny fandinihana ny raharaham-pirenena, ka tsy maintsy handaniam-bola sy hivoahana lavitry ny renivohitra ?

Raha ny volabe nolaniana sy nilibana tamin’ny filankevitry ny governemanta nitety faritra saika nanerana ny renivohi-paritany izay sy ity hetsika hafa atao any Mantasoa ity efa nahavitan-javatra maro. Ny fampanantenana poak’aty hatrany anefa no mitosaka isak’izay miloa-bava, fa izay fandraisan’andraikitra hoenti-mamaha ny fahasahiranam-bahoaka dia mbola lavitry ny kitay ny afo. Tsy manompo vahoaka fa manompa ankitsirano na tsy mivantana aza, fa amin’ny alalan’ny fihetsika. Aiza ho aiza izao ilay fampanantenana ny mpatory an-dalana nataon-dRajaonarimampianina fa hitadiavana vahaolana maharitra nandritra ilay fizarana hanin-kely indray alina iny ? Sa kosa mbola hiandry propangandy, ka hatsofoka ao amin’ilay vina fisandratana 2030 indray ny hoe: hofoanako ao anatin’ny telo volana ny “4mi”, telo volana dia hahazo asa ny tanora maro be … Toa efa toy ny rano mandeha fotsiny ny balarora mila ho isan’andro. Mbola sahy manompa vahoaka ao anatin’ny fahasahiranana amin’ny fandanilaniam-poana tsy mitondra vokatra. Ara-bakiteny ny hoe miliba sy mihinana alahelon’ny Malagasy amin’ny firobarobana amin’ny volam-panjakana. Misy fetrany sy misy tsininy io !

Tia Tanindranaza0 partages

Reniranon’IkopaNahitana razana 4 tao anatin’ny iray andro

Fatin-dehilahy roa omaly maraina no indray hita natsingevan’ny ranon’Ikopa teny Ampasika. Ireo fokonolona teny an-toerana no nahita ny razana niparitaka sy efa nohanin’ny masoandro vao maraina teny an-toerana ka nampandre avy hatrany ny tompon’andraikitra.

Tonga avy hatrany teny amin’ny ranon’Ikopa ny sampana mpamonjy voina nampiakatra ny razana.  Raha ny vinavina sy ny tombana natao dia nisy namono izy roalahy ireto ary natsipy tany anaty rano avy eo.   Nahitana dian-dratra sy fivontosan’ny loha mantsy ireo lehilahy roa efa maty izay natsingevan’ny rano ireo.Feno ratra sy mangana mantsy ny vatan’izy ireo. Nandeha ihany koa ny resaka fa mety ho anisan’ireo olona nitondra môtô nandalo teny amin’iny faritra Andohatapenaka iny izy roalahy ireto ny alahady alina teo kinanjo sendra ireo mpanendaka eny an-toerana ka sady namoy ny ainy no lasan’ireo mpanao ratsy ihany koa ny fananany. Misy andian’olona efa mpanao ity karazana asa ratsy ity mantsy eny an-toerana, raha ny fanazavan’ny mponina hatrany. Omaly tolakandro tokony ho tamin’ny 2 ora sy sasany no nentina sarety nihazo ny tranom-paty etsy amin’ny hopitaly HJRA ny nofo mangatsiakan’izy roalahy. Ankoatra azy ireo dia razana miisa roa ihany koa no hita teny Andranovaky-Ambohitrimanjaka omaly ihany.  Mponina eny amin’ny manodidina ihany izy ireo, izay tsy fantatra mazava ny antony nahafaty azy. Mandeha ny fanadihadian’ny mpitandro filaminana. 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fandrobana sy famotehana fotodrafitrasaMandrava efa toy ny voalavo ny Malagasy !

Mandrava efa toy ny voalavo no ataon’ny Malagasy sasany ankehitriny. Tsy mba manana toe-tsaina tia sy miaro ny fananana iombonana fa dia ny hangalatra sy ny hanimba no masaka an-tsaina.

Mitohy hatrany mantsy ny fangalarana ireo jiro mandeha amin’ny herin’ny masoandro amin’iny lalana mihazo an’i Fenoarivo iny, ka vitan’ireo tsy mataho-tody mihitsy ny mihady ireo vatoaratra milevina ao ambanin’ny tany ankoatra fakana ny takelaka mihantona eny ambony amin’ny andrin-jiro. Ny eny amin’ny lalan’ny Frankofonia Andohatapenaka moa, dia tena efa bangabanga be ireo jiro noho ny fangalarana. Tsy ny resaka jiro ihany fa rehefa fotodrafitrasa sy fananam-bahoaka eto amintsika dia zary lasa tsizarizary sy tsy hajaina mihitsy. Ny hopitaly manara-penitra tamin’ny andron’ny tetezamita any Manakara amin’izao efa robaka tanteraka satria voalaza fa misy maka sy mitaona amin’ny fiara mihitsy ny tafo. Tsy idirana ny nanao sy nanamboatra azy fa mila kajiana sy tandrovina hatrany kosa izy ireny. Lany andro manakiana ny mpitondra fanjakana isika amin’ny hoe tsy mahavita na inona na inona, mangataka fotodrafitrasa izao sy izatsy, saingy ny eo aza toa tsy misy mpiraharaha sy potehina. Toa zary fomba fanao eto ny manilika ny rihitra rehetra sy ny tsy fahombiazana any amin’ny mpitondra na dia ny toe-tsain’ny vahoaka izao aza indraindray no fositra. Raha mbola ny vahoaka no manao izay saim-patany sy tsy mijery lavitra fa mandrava efa toy ny voalavo hatrany, dia azo antoka fa tsy handroso sy tsy hivoatra isika na mbola afaka arivo taona aza. Mila mpitondra maharesy lahatra ny rehetra sy mahatarika azy ary inoany teny sy atokisany ihany koa anefa satria tsy hisy zava-banona amin’ny fifanakianana sy fifanenjanana lava eto.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Johnny HallydayIfandroritan’ireo zanany ny fananany

Niseho masoandro ny fizarazarana eo amin’ny fianakavian’i Johnny Hallyday mahakasika ny didy miafina nataon’ity mpanakanto ity izay nodimandry ny 6 desambra teo momba ny fizarana ny fananany.

 

 Tsy manaiky ity didy miafina ity moa ny zanaka vavin’ity mpanakanto ity Laura Smet, raha ny nambaran’ny mpisolovavany ny alatsinainy teo. Ity didy miafina ity moa izay milaza fa ny fananan’i Johnny Hallyday sy ireo zo amin’ny maha artista azy rehetra dia an’ilay vadiny farany Laeticia ary raha misy ny fahafatesan’ity vady navelany ity dia ny zanany vavy 2 dia i Jade sy Joy no mandova ary zara mitovy. Ity didy miafina ity moa dia manaraka ny lalàn’ny fanjakan’i kalifornia (Etaazonia) izay mifanohitra tanteraka amin’ny lalàna Frantsay. Teraka noho izany ny disadisa amin’ireto fianakaviana ireto ka hisy ny fampiakarana ny raharaha eny amin’ny fitsarana.

 

Nivory omaly ireo mpitarika ny antoko ANC ao Afrika atsimo ka lahadinika lehibe tamin’izany ny mety ho fanilihana ny filoha Jacob Zuma; voaresaka any an-toerana ihany koa ny hanatanterahana fifidianana solombavambahoaka mialoha ny fotoana.Malaza ratsy amina raharahana kolikoly i Jacob Zuma ary vesatra tsy latsaky ny 18 no miandry azy eny amin’ny fitsarana.Mahatezitra ny afrikanina tatsimo ihany koa ny filibany miaraka amin’ireo vadiny 4 sy ny zanany efa ho 21; mandany volam-panjakana fotsiny hoy ny olona.Miezaka mafy mifampiraharaha amin’ny ANC ny filoha Zuma mba hahazo ilay zo miaro azy amin’ny fanenjehana ara-pitsarana.Mbola tantara mitohy.

Nanambara ny minisitry ny raharaham-bahiny Tiorka Mevlüt Cavusoglu ny alatsinainy teo nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety tany Istanbul mialoha ny hahatongavan’ny sekreteram-panjakana Amerikanina  Rex Tillerson any Ankara amin’ity herinandro ity,fa manoloana ireo kiana mahakasika ny fifandraisan’i Tiorka sy Etazonia dia na ho hamafisina ny fifandraisana na ho rava tanteraka. Nanomboka ny volana jolay 2016 no efa nisy ny fihenjanana teo amin’i Ankara sy Washington noho ny fanohanan’ireto farany ireo milisy Kiorda Sirianina izay noheverin’ny Tiorka fa mpampihorohoro ka notafihan’ny tafika Tiorka. Niantso ny tafika amerikanina moa ny filoha Tiorka Recep Tayyip Erdogan ny mba hialany ny tanànan’i Minjeb hialana amin’ny fifandonana mivantana eo amin’ny tafika Amerikanina sy Tiorka izay mpiara-dia ao amin’ny tafiky ny Otan

Tia Tanindranaza0 partages

Reniranon’IkopaNahitana razana 4 tao anatin’ny iray andro

Fatin-dehilahy roa omaly maraina no indray hita natsingevan’ny ranon’Ikopa teny Ampasika. Ireo fokonolona teny an-toerana no nahita ny razana niparitaka sy efa nohanin’ny masoandro vao maraina teny an-toerana ka nampandre avy hatrany ny tompon’andraikitra.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Airtel MadagascarManohana akaiky ny fampisehoan’i Njakatiana sy Bodo

Hiara-kankalaza ny fetin’ny mpifankatia i Njakatiana sy Bodo ny alahady 18 febroary ho avy izao.

 

Pati

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andrakaka sy Cap DiegoHandroso noho ny ZES, hoy i Freddy Mahazoasy

Hisy ny vela-kevitra faharoa mikasika ny fampiasam-bola stratejika mifandraika amin`ity ZES ao amin`ny faritra DIANA sy SAVA ny 20 ka hatramin`ny 23 febroary eto Antananarivo ary ny 24 sy ny 25 febroary any Antsiranana.

 

 Hanasana ireo mpamatsy sy mpampiasa vola eto an-toerana sy avy any ivelany. Hofaritana sy hodinihana mandritra ny fivoriana eto Antananarivo ny asa sy ireo sehatrasa izay mety hiforona ao anatin`ity tetikasa ary any Antsiranana kosa ny asa fanaovana tombana ara-bola sy ara-teknika eo amin`ny fanatanterahana ny ZES (Zones économiques spéciales) na faritra ara-toekarena manokana. Hiteraka fampandrosoana goavana ho an`ny faritra Avaratry ny nosy ary maro ny fotodrafitrasa fototra hatao ka hiteraka sehatr`asa ho an`ny indostria izany, hoy Atoa Mahazoasy Freddie, filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena sady filohan`ny NBSI. Sehatra hatao laharam-pahamehana ao Andrakaka sy Cap Diego ny lalam-pihariana toy ny fambolena, ny fiompiana, ny fanodinana herinaratra amin`ny alalan`ny angovo azo havaozina. Hotrandrahana ihany koa ny fizahantany satria hisy ny fametrahana  seranam-piaramanidina sy seranan-tsambo, hoy hatrany ity solombavambahoaka ity. Na mbola marefo aza ny fametrahana ny tetikasa Faritra ara-toekarena manokana na ZES eto Madagasikara dia hiroso hatrany ny fitondrana hanatanterahana azy.

Marigny A.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basket Coupe du PrésidentNy Cosmos (DIANA) no tompondakan’ny Faritra Avaratra

Ny ekipan’ny Cosmos (DIANA) no tompondakan’ny Faritra Avaratra teo amin’ny fifanintsanana « Coupe du Président » eo amin’ny taranja basikety.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanampiana ara-tsosialy eny ambany tanànaMitohy ny ezaka ataon’ny fikambanana Fitahina

Mitohy hatrany ny ezaka fanampiana ara-tsosialy fanaon’ny fikambanana Fitahina tarihan-dRtoa Rajaonatahina Bako ho an’ireo mpilalao rugby eny ambany tanàna.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsipy kanetibe “Star Master Thaillande”Lasan’i Jacky(Vazà) sy Pa ary Hery ny tapakila mankany Bangkok

Tontosa teny Ambohimangakely tamin’ny sabotsy 10 sy alahady 11 febroary teo ny hetsika “Grande Finale” tamin’ny ilay fifaninanana tsipy kanetibe “Qualification 8è Star Master Thaillande de Pétanque”

Tia Tanindranaza0 partages

Klioban’ny USCAFOOT sy ny IRCNotoloran’ny CUA fitaovana

Tontosa omaly alatsinainy 12 febroary maraina teny amin’ny Lapan’ny tanàna Analakely ny fanoloran’ny Kaominina Antananarivo fitaovana ara-panatanjahantena ho an’ny Klioban’ny Uscafoot sy ny IRC (Iarivo Rugby Club), izay samy eo ambany fiahian’ny Kaominina Antananarivo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsenan’i Sabotsy MahitsyTsy manaiky lembenana ireo vahoaka

Manoloana ny trangan-javatra misy eny amin’ny tsenan’i Sabotsy Mahitsy RN 4 ka ketrehan’ny filankevitra kaominaly miaraka amin’ny ben’ny tanàna ny hananganana pavillon maromaro eo amin’ny lalana miditra ao amin’ity tsena ity dia tsy manaiky lembenana amin’ny antsojay mahazo azy izy ireo sy ny lehiben’ny tsena am-perinasa intsony ireo vahoaka mpividy sy mpivarotra ao amin’ny tsenan’i Mahitsy.

Tia Tanindranaza0 partages

Fahadisoan’ny tarehimarika sy tsipelinaFanombohana ny halatra amin’ny fifidianana !

Niteraka resabe ny fivoahan’ny sorabola midangana mikasika ny tsenam-panjakana tamin’ny taona 2016 nivoaka tao amin’ny tranonkalan’ny Sampandraharaha misahana izany dia ny ARMP.

  Voasoratra fa 158 261 323 819,40Ar ny filan’ny Hopitaly CHU ao Tambohobe Fianarantsoa, 7 186 000 000Ar vidina piesy sy saran’ny fikojakojana ny fiaran’ny DPSP ao amin’ny minisiteran’ny filaminam-bahoaka … Notsotsorina tamin’ny fahadisoana momba ny firaketana an-tsoratra na “saisie”. Boriboriana eo ny resaka hoe hojerena ny mety nahatonga an’io. Iza no nanao ilay fandikana an-tsoratra tamin’ny solosaina ? Iza no nampiditra ny zavatra ambara fa tsy voamarina tany anaty tranonkala ofisialy ? Iza no lehibe nanome alalana ? Tsy vao izao fa efa nanomboka tany amin’ny fahatapahan’ny karaman’ny mpiasam-panjakana maro be ny toy izao. Fanazavana tsy maharesy lahatra no betsaka ataon’ny manampahefana, izay toa manaporofo ny lainga marivo tototra. Hatrany amin’ny seraseran’ny filoha sy ny tatitra momba ny fampitam-baovaon’ny fiadidian’ny repoblika, filankevitry ny minisitra sy governemanta no feno diso isan-karazany raha tsy hilaza afa tsy ny tsipelina, izay manaporofo ny petatoko efa ho lava. Omaly izao dia nisy karazany telo ny fampitam-baovao momba ny filankevitry ny minisitra, izay nalefa mailaka (e-mail) tamin’ny 3 ora tolakandro sy 23 minitra, tamin’ny 3 ora sy 32 minitra, ary tamin’ny 4 ora sy 16 minitra ny ambara fa tatitra tena izy. Tsy mbola nisy teto angamba ny toy izany hatramin’izay, eny fa tamin’ny andron’ny tetezamita nosokajiana ho fitondrana tsizarizary aza. Inona no hitranga eto amin’ny fifidianana raha hilaza koa ny CENI hoe nisy nifamadika kely ny tarehimarika na diso ny tsipelina momba ny voka-pifidianana ? Ho vitavita ho azy tahaka ny miseho ankehitriny ve raha hiampy 000 ny isam-baton’ny kandida iray any amin’ny firaketana an-tsoratra na koa hifamadika ho lasa 21000 ny 12000 ohatra. Vitavita ho azy ny hadisoana mihoapampana. Mety ho efa fanahy iniana hanomanana ny sain’ny olona hanaiky fahadisoana sy ny halatra bevava tian-katao amin’ny fifidianana ihany koa anefa.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kely sisa

Miarahaba ry Jean ! Ela lesy izany le ! Oay, azafady, elaela tompoko tsy tafaresaka an-tsoratra isika.

Marco

La Vérité0 partages

Air Madagascar - Corsair - Le duel persiste

Deux versions différentes. Jusqu’à maintenant, l’interdiction de trafic de la compagnie Corsair est un sujet à polémique. Effectivement, il est expliqué dans le dernier communiqué de presse de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar de lundi dernier qu’ « il y a un peu plus de six mois, l’Aviation civile de Madagascar (Acm) avait accordé à Corsair une autorisation provisoire d’exploiter cette ligne, avec comme condition, l’apport de 17 000 touristes supplémentaires. (…) Or, après une saison d’exploitation, l’apport en touristes supplémentaires de La Réunion est très en deçà de l’objectif fixé ». Après ce constat, le ministre des Transports et de la Météorologie a alors décidé de ne pas renouveler cette autorisation temporaire pour la compagnie.

Les termes de « tarifs de prédation » ont également été utilisés pour justifier cette décision étant donné que Corsair offre des tarifs moins chers par rapport à Air Madagascar ou encore Air Austral, son partenaire stratégique, engendrant une chute du coefficient de remplissage de la compagnie nationale allant de 53 % à seulement 29 %. Pourtant, Corsair se défend en affirmant qu’« elle essaie toujours de maintenir une situation de concurrence saine et loyale tout en préservant l’intérêt de ses clients ». D’après un quotidien local, grâce à sa ligne La Réunion-Antananarivo, le trafic a même augmenté de 27 %. Plus de 17 000 personnes ont voyagé sur la ligne grâce à Corsair. Avec cette divergence de points de vue entre les parties concernées, le duel persiste encore jusqu’à ce jour. 

Une confrontation qui ne risque pas de se terminer d’ici peu étant donné que, toujours d’après un quotidien local, la compagnie aérienne française maintiendra quand même ses vols et ce, malgré les interdictions. Son argument repose en effet sur l’accord bilatéral entre la France et Madagascar qui est toujours en vigueur, sans oublier les consultations bilatérales entre l’Aviation civile des deux pays. 

Avec cette situation, la politique de l’« Open sky » a été remise en cause. Toutefois, Air Madagascar affirme que « la libéralisation des airs est indispensable. Mais elle doit se faire avec des règles de jeu équitables, au bénéfice des passagers et des compagnies en présence ». Vu ses conditions, la situation risque encore d’être plus tendue.

Recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Rugby - Section Vakiniadiana - L’usurpation d’identité de l’ancien président

La guerre des dirigeants se propage vers les sections. Après la déclaration  de José Rakotonirina, ancien président de la section du rugby Vakiniadiana, que c’est lui qui est à la tête de cette section, les dirigeants actuels montent au créneau. L’actuel dirigeant de cette instance, dirigée par son président, Patrick Rakotoniaina n’a pas attendu longtemps pour prouver sa légalité au pouvoir. Ce dernier dénonce une usurpation d’identité perpétrée par le président sortant. Ils ont organisé une rencontre avec la presse sportive, hier, munis de leur certificat de conformité émanant du ministère de la Jeunesse et des Sports. Les dirigeants ont aussi confirmé que José Rakotoniriana a été destitué de son poste en tant que membre le 23 juin 2017. Le même jour, une élection d’un nouveau président et une nouvelle équipe, a été organisée sous la présence d’un représentant du Mjs, garant du texte et légalité  du processus du suffrage à Manjakandriana.  Le ministère lui-même a validé l’assemblée extraordinaire suivie d’une élection.

 

Après les altercations entre le Malagasy Rugby et la ligue Analamanga, ces nouveaux dirigeants se sont murés dans le silence. Il est temps pour eux de sortir de leur silence pour dévoiler la réalité au grand jour. C’est Marcellin Razafinandrasana qui a été élu lors de l’établissement de cette section, mais il a démissionné de son poste et les membres ont désigné José Rakotonirina pour prendre l’intérim mais suite aux infractions des règlements intérieurs, les membres l’ont convoqué dans un conseil de discipline mais il ne s’est pas présenté. Cela a résulté jusqu’ à sa déchéance. Dans la foulée, les 31 clubs qui évoluent au sein de cette section ont fait une déclaration pour se protéger de l’usurpation de l’ancien président de son identité, le 20 novembre 2017. 

E.F.

La Vérité0 partages

Mage 4 au Palais des sports - Concert électrique pour clôturer la célébration de ses 25 ans de scène

Ne s'affirmant pas comme un simple groupe de soft Rock, Mage 4 est plus que ça... Lita, membre fondateur de la formation la définit plutôt comme une institution qui se transmet de génération en génération. Effectivement, c'est la nouvelle génération du groupe qui compose actuellement Mage 4 avec deux nouveaux talentueux guitaristes qui viennent rejoindre le groupe. " L'amour du rock nous a réunis avec l'ambition de donner le meilleur dans la musique et dans tout ce qu'on fait pour promouvoir cet art.

La relève est déjà prête pour assurer la suite de l'aventure ", dixit ce membre fondateur durant le lancement officiel du nouveau clip intitulé " Lafatra " à l'American Center Tanjombato, dans la matinée d'hier. De ce fait, les fans ont été spécialement conviés pour assister au lancement de cette nouveauté mais également du programme de la clôture de la célébration des 25 ans de scène de Mage 4. En effet, la formation a annoncé officiellement la date de son prochain concert qui se tiendra au Palais des sports de la culture Mahamasina. Ce sera pour le 22 avril prochain. Le meilleur pour la fin, c'est une grande première dans l'histoire du rock malgache que cette formation investira les lieux. Un grand moment pour Ken et sa bande, raison pour laquelle ils donneront le meilleur d'eux-mêmes pour l'occasion. D'ailleurs, Ivenco, organisateur de l'événément, mature comme il l'a toujours été, a tout planifié pour que les retrouvailles avec le groupe soient mémorables.Retrouvailles" Ça fait quand même déjà lontemps que nous baignons dans le monde de la musique et nous tenons à remercier nos fans de ne nous avoir jamais lâché pendant tout ce temps. Nous avons mûri avec les groupies et nous espérons tous les voir durant ce concert. C'est en effet une grande date pour nous et nous essayeront de donner le meilleur de nous-mêmes sur scène et ce, sur tous les plans ", explique Lita. Le groupe actuellement en pleine répétition concocte un répértoire alléchant. Une quarantaine de chansons retraçant les grands succès de Mage 4 depuis le début jusqu'à maintenant seront au menu. Ce qui fait environ 4 heures de spectacle bien électrique. Selon l'explication de Ken, d'autres artistes seront invités au show mais pas pour chanter leurs propres morceaux mais pour interpréter à leur façon les chansons de Mage 4. Que des artistes connus entre autres, Rak Roots ou encore Nanie. Une chose est sûre, c'est que Lita et compagnie feront vibrer le Palais des sports avec des belles mélodies. Pour en revenir au clip " Lafatra ", la vidéo sera prochainement disponible sur le petit écran et sur Internet. La reprise de " Taratasy farany " interprétée par Ken sortira aussi avant le 22 avril.  Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Recettes fiscales - La nécessité d’augmenter le nombre de contribuables

De 16 à 23 % de pression fiscale. Pour cette année, la Direction générale des impôts (Dgi) se doit d’augmenter autant le nombre de contribuables que les recettes fiscales. Les secteurs cibles sont la pêche, l’exploitation des forêts ainsi que l’exploitation minière et les activités touchant les produits de rente comme la vanille ou encore le girofle. Ces secteurs ont été choisis pour leur grande potentialité en matière de revenus, et leur formalisation engendrera  également des meilleures recettes pour le Fisc. Pour y arriver, la Dgi va ainsi renforcer les suivis ainsi que les contrôles pour éviter toutes fraudes fiscales.

Pour rappel, dans son bilan de 2017, concernant les apports fiscaux, elle a constaté que ce sont les grandes entreprises qui y ont le plus contribué avec un taux de 82 %. A cet effet, les contribuables demeurent toujours les mêmes. Et c’est cette tendance que la Dgi souhaite changer en instaurant une meilleure campagne de sensibilisation afin de persuader chacun à payer ses impôts. Le problème du secteur informel« Déjà que j’ai des difficultés à gagner ma vie, je dois encore reverser un partie de mes gains au Fisc » se plaint Faly, un gargotier du centre-ville. Il continue en ajoutant qu’« en plus, la somme à verser est assez conséquente. Pourtant, je ne vois aucunement où vont mes impôts, à ne citer ce que je dois subir chaque jour avec les embouteillages engendrés par la détérioration des infrastructures routières de la Capitale ». Effectivement, mis à part les problèmes financiers, la réticence des contribuables à payer les impôts repose particulièrement sur le fait qu’ils ne savent pas où vont toutes leurs contributions. En effet, cela devrait former un cercle vertueux : les contribuables paient les impôts et en contrepartie, ils peuvent recevoir une meilleure qualité de service comme une amélioration de la sécurité, un accès à de meilleures infrastructures ou encore une obtention d’une meilleure couverture « santé ». Toutefois, ce n’est pas le cas. Par conséquent, les acteurs économiques préfèrent rester dans l’informel. Recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Pieds d'argile !

Rivo Rakotovao, président du « Hery vaovaon'ny Madagasikara » (Hvm), président du Sénat de son état, lors des assises régionales du parti à Toliary ou à Mahajanga, déclarait que le Hvm est le parti politique le plus grand et le plus puissant à Madagascar. Apparemment, il dit vrai ! Pour la simple raison qu'en étant un parti d'Etat, l'appareil étatique du sommet à la base fonctionne sous son emprise.

Les membres ou sympathisants du parti monopolisent les postes clés de l'Exécutif, présidence et gouvernement. Tous les nommés aux hauts emplois de l'Etat affichent, quelle que soit leur appartenance politique, leur allégeance.Au sein de l'Administration territoriale, la domination du parti au pouvoir n'est plus un secret pour personne. Tous les 22 chefs de région se sont fait enrôler au parti et deviennent des partisans zélés aux cravates bleues. Les 112 chefs de Districts, s'ils ne sont pas des membres directs, ne nient pas leur sympathie et sont prêts à exécuter les « ordres » au moment opportun. A chacun de nous de deviner de quels « ordres » s'agit-il et dans quelle opportunité ! Sur les 1 395 Communes, plus de la moitié ont été élus sous la bannière du Hvm et beaucoup parmi le reste ont changé de camp, sinon ils font avec. A la base, les 17 544 chefs « Fokontany » se trouvent sous l'autorité de l'Exécutif, sous tutelle directe du ministère de l'Intérieur. Ils échappent, de la sorte, de la supervision directe des Communes. Bref, tout le monde est mis au pas sous le « commandement » du parti d'Etat. Ainsi, au vu de cet enrôlement massif et systématique à l'intérieur du rouage de l'Etat, on peut dire que le parti Hvm est grand. Toutefois, qu'en est-il de la réelle puissance de la formation portant l'étiquette Hvm ?D'abord à la base, il est difficile de reconnaître que la population, en général, adhère en masse à la cause du parti aux cravates bleues. Etant dit la cote de popularité d'un niveau dérisoire des tenants du pouvoir, il est du domaine de la rêverie de faire croire que les citoyens s'emballeraient pour se procurer d'une carte d'adhésion à ce parti. C'est le dernier, sans doute, des soucis des gens dans les « Fokontany ». Bien sûr, le chef « Fokontany » jouerait le rôle important d'enrôleur surtout au moment fatidique des scrutins.Les principaux dirigeants du Hvm savent pertinemment que leur parti ne fait pas tellement de poids auprès de la population. Les différents regroupements régionaux effectués, soit à Toliary ou bien à Mahajanga ou à Toamasina, montraient à quel point la bannière bleue ne pouvait pas prétendre gagner l'assentiment du peuple. Le Hvm n'était pas parvenu à créer la ferveur ni l'enthousiasme de la masse populaire au moment voulu. Rivo Rakotovao et consorts ont dû faire appel à des racolages de gauche à droite pour garnir les gradins.La récente « convocation » à l'hôtel Carlton des dirigeants des particules de partis politiques, selon un confrère, pour étoffer l'effectif, démontrait la vulnérabilité du Hvm, ce « grand » parti… au pied d'argile. Et l'état-major aux cravates bleues sentit le pire à venir. Le débarquement au pays du jeune dirigeant de l'Initiative de l'émergence pour Madagascar (Iem) n'arrange point l'affaire. Alors, aux abois, on fait appel à des fantoches et à des traîtres.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Nulle part !

Tel un bateau ivre, le bâtiment battant pavillon « Madagascar » erre dans les vagues en pleine mer. Ayant perdu le cap, sans repère ni amer, le navire tourne en rond nulle part. Le capitaine, le commandant à bord, perd le contrôle. Ne maîtrisant plus la situation, il s’amuse plutôt à des divagations délirantes ou à des gesticulations insanes. Et les passagers à bord, notamment les jeunes, totalement désemparés et désabusés, surtout désorientés, se livrent à des actes irréfléchis voire barbares.

 

Madagascar, ce bateau ivre, à la dérive, vogue dans le vague, sans direction précise. L’« Emergence 2030 », le copier-coller de la vraie, Initiative pour l’émergence de Madagascar (Iem), prêche dans l’absurdité et l’inconsistance des objectifs étant donné que le contenu a été confectionné à la hâte, tout juste pour devancer celle (Iem) que l’ancien mentor de l’homme au pouvoir devait annoncer le jour suivant. Du « n’importe quoi » (« peta-toko ») ! Tout va dans le sens méli-mélo !

L’occasion nous a été donnée, et cela à plusieurs reprises, de dénoncer les incohérences manifestes à l’intérieur de ce régime. Des rappels à l’ordre que les tenants du pouvoir snobent au point de tout foutre en l’air.

A tout seigneur tout honneur, en premier lieu, donc, c’est au cœur même du poste de commandement du régime qu’on se désole de constater le désordre, sinon le désaccord. La vie de « couple » entre les deux têtes de l’Exécutif s’évanouit. L’entente entre Iavoloha et Mahazoarivo n’est plus que façade. Pour leur part, les rivalités entre « princes » s’éclatent sur la place publique. Le courant ne passe plus ! Les maladresses de communication viennent s’ajouter pour accentuer la mésentente. Et le pays piétine dans une boue vaseuse.

Le commun des mortels, au bas de l’échelle, tel un évadé des cachots, par des gestes insensés, court dans tous les sens, se précipite dans le vide. L’essentiel étant d’échapper aux griffes des bourreaux. La pauvreté et l’insécurité, principales détractrices, le coincent de façon atroce. Les citoyens complètement égarés, incapables de discerner les repères de la vie, cherchent désespérément le chemin à suivre. De cet imbroglio découlent des comportements indécents, inconscients, voire barbares. En effet, le barbarisme débarque et détruit tout ce qui se hasarde en travers de son passage. Par ces temps-ci, on ne se suffit plus d’abattre quelqu’un, tout simplement, pour une raison ou une autre. Le crime va plus loin ! On démembre le corps. On décapite la victime sans forcément avoir des mobiles apparents. Un plaisir plus que machiavélique, très troublant ! Bref, on foule aux pieds le droit à la vie. Dans l’article premier de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, promulgué par le soin des Nations unies en 1948, ce droit à la vie trône en priorité.

Dans les dédales de la vie sociale ou sociétale, on perd le sens de la moralité ainsi que celui de respect à autrui. On n’est plus capable de faire la différence entre le bon et le mauvais. Par les temps qui courent, existe-il d’ailleurs cette différence ?

Le régime dans tout ce cafouillage tire l’épingle du jeu. La situation chaotique arrange son jeu. Lui-même (le régime), dénué d’un programme préalablement établi, navigue à vue. Et la nation toute entière erre nulle part.

 Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Antananarivo - Les routes réduites en mille…morceaux !

En piteux état, en ruine, en état de délabrement avancé ! Ces expressions sont faibles pour qualifier la situation des routes à Antananarivo et ses périphéries, en ce moment. Les regards et les reproches se tournent directement vers la commune urbaine d'Antananarivo (Cua) qui restent les bras croisés devant une telle désolation. Pourtant, certaines voies trouées sont juste sous les yeux de l'équipe de la mairie puisque  se trouvent à proximité de l'hôtel de ville à Analakely.

L'on peut citer l'exemple du tronçon de route situé à Ambodifilao derrière le bureau du 1er arrondissement. Une voie située en pleine  centre - ville mais qui est pourtant en passe de devenir une vulgaire route secondaire menant vers une zone enclavée.  Tout ce qui reste de la partie goudronnée n'est qu'une voie boueuse truffée de nids- de-poule voire des nids d'Autruche. A cela s'ajoutent les flaques d'eau qui s'accumulent en cette saison de pluies. Du coup, traverser cette partie du centre - ville prend près d'une quinzaine voire une vingtaine au lieu de 5 petites minutes. La situation peut - être pire durant les heures de pointe car ces trous béants créent des embouteillages monstres mais pourtant évitables.Une autre voie située un peu plus loin fait également le malheur des usagers de la route. Il s'agit de l'axe du côté du marché de la petite vitesse. Délaissée depuis les travaux urgents d'avant Sommet de la Francophonie, cette route n'a toujours pas été réhabilitée. Les trous se sont même agrandis au grand dam des taxis - be qui accumulent les réparations chez le mécanicien. Rejet de responsabilité malsainLa réalité est loin de la vision « Tanà, Ville moderne et agréable », prônée par l'équipe de Lalao Ravalomanana. Dans une ville qui, de surcroît, est la Capitale de Madagascar, une telle vision est alors vidée de son sens. Par définition, une Capitale est une ville où siègent les pouvoirs d'un pays. Par extension, il s'agit d'une ville qui reflète l'image de tout un pays entier. Mais  les étrangers qui sont de passage dans la Capitale  ne retiendront qu'une image répugnante de la Métropole malagasy. De leur côté, les citoyens, lassés de voir la Cua et le régime se rejeter la responsabilté, se résignent et s'y adaptent.Par ailleurs, les observateurs notent une certaine mauvaise foi de la part de l'Etat central qui ne prend pas ses responsabilités devant l'inertie de la commune urbaine d'Antananarivo. Dernièrement, l'on ne peut s'empêcher de remarquer l'existence de travaux de réhabilitation dans certains axes « visibles » comme à Mahamasina, au rond point de Tsimbazaza, aux 67ha, à côté du Carlton Anosy, entre autres. Des ouvrages à côté desquels sont soigneusement placés des pancartes comportant la mention « Miasa ho anao ny fanjakana» (Ndlr : l'Etat à votre service). Un slogan qui laisse davantage penser à de la pure propagande qu'un véritable service public. En effet, force est de constater que les travaux sont uniquement effectués sur les axes les plus traversés par les cortèges officiels. Si la municipalité ne pouvait ou ne voulait pas réhabiliter les routes, l'Etat devrait au moins viser l'intérêt public (pour une fois) en réhabilitant tous les axes en ruine au lieu de procéder à des ouvrages sélectifs.S.R.

La Vérité0 partages

Salaires dérisoires - L’enseignement privé au même rang que les zones franches

Des métiers ingrats. A Madagascar, la recherche d’emploi constitue un véritable parcours du combattant. Les demandes sont largement supérieures aux offres. La difficulté des postulants ne se limite pas à cette étape. Une fois intégrés dans une société, les travailleurs doivent se soumettre à des conditions de travail souvent ardues. Ils doivent également accepter le salaire de base propre à l’entreprise. Dans le secteur de l’enseignement privé, par exemple, les instituteurs gagnent un salaire de misère en dépit des tâches journalières et de la grande responsabilité qui leur sont confiées. Ils dispensent 8 heures de cours par jour, et leur salaire varie de 80 000 à 150 000 ariary. Cela explique le faible pouvoir d’achat de ces enseignants malagasy.

« Le frais de scolarité doit être maintenu à 8 000 ariary tout en suivant le programme scolaire décidé par le ministère de l’Education nationale, sinon la déperdition scolaire s’accroît », argumente le directeur d’un établissement privé pour justifier le salaire des enseignants. « Après avoir suivi une formation, j’exerce le métier d’instituteur depuis l’année 2014. Au début, j’ai été payé mensuellement à  80 000 ariary en tant qu’aide-maîtresse. Au cours de deux années scolaires, j’ai bénéficié à chaque fois d’une augmentation de salaire, et actuellement je gagne 100 000 ariary. Avec cette somme, je dois pourtant régler diverses factures dont celle de la Jirama et le loyer de la maison », témoigne un instituteur travaillant au sein d’une école privée située dans la périphérie de la ville d’Antananarivo. Selon ses dires, les épargnes demeurent impossibles mais avec un environnement professionnel motivant, cela ne constitue pas un grand problème. Les conditions de travail des enseignants sont comparables à celles des employés des zones franches à Antananarivo. En effet, ces derniers perçoivent le salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig), défini à plus de 150 000 ariary. 

Des heures de travail sans relâche 

La majorité des employés à Madagascar ne sont pas considérés et ne sont jamais récompensés par rapport à leur valeur et leur productivité. Les travailleurs au niveau des zones franches s’activent dès 7 heures du matin et ne s’arrêtent que vers 17 heures, en bénéficiant juste d’une pause-déjeuner d’une heure. A la différence des enseignants qui exercent au niveau des écoles, ils doivent s’activer pour atteindre les objectifs de production de la société où ils travaillent. Dans leur lieu de travail, ils subissent également des pressions interminables. En outre, des propos déplaisants sont lancés à leur endroit en cas de retard. Parfois, il arrive qu’on leur soutire de l’argent à la fin du mois suite à un défaut de production. Pour ces diverses raisons, ils ne tirent même pas profit d’un métier devenu une routine. La motivation des travailleurs n’est perceptible qu’à la fin du mois où ils perçoivent leur rémunération.  « Les employés ne reçoivent jamais d’éloges ni de récompenses, encore moins de primes venant des chefs hiérarchiques même s’ils constituent des acteurs clés dans l’essor de l’entreprise. Ces premiers responsables sont inconscients des efforts déployés par les employés », affirme un employé dans une zone franche située à Antananarivo. 

K.R.

La Vérité0 partages

Evasions de prison - L’administration pénitentiaire dénigrée

La succession d’évasions de ces derniers temps soulève les inquiétudes auprès de la population. Une frange de cette dernière n’hésite pas à pointer du doigt l’administration pénitentiaire qu’elle accuse de laxiste. Certains cas d’évasion pourraient être qualifiés ainsi. D’autres pourtant témoignent les conditions de travail dans lequel les pénitenciers de la Grande île accomplissent leur mission. 

 

Lors de la triple évasion d’Antanimora, dont l’un a été arrêté hier, un responsable de l’administration pénitentiaire a crevé l’abcès. Il a parlé entre autres de la vétusté des prisons de Madagascar dont la plupart ont été construites au temps de la colonisation ou au début de la 1ère République. Ajoutés à cela, le manque d’entretien, la surpopulation carcérale, l’insuffisance des pénitenciers ainsi que le peu de moyen à leur disposition. Il n’est pas rare, par exemple, de voir des prisonniers ou prévenus trimbaler dans les transports publics avec leurs gardes pour rejoindre le Tribunal ou la prison. Faute de personnel dans l’administration pénitentiaire également, des condamnés sont employés pour effectuer des tâches quotidiennes aux alentours des prisons. Dès fois, certains prisonniers profitent de cette faveur, qui n’a rien à voir avec le Mop, pour prendre la poudre d’escampette au grand regret de ceux qui leur ont fait confiance. 

Par ailleurs, des tirs croisés contre  l’administration pénitentiaire se font entendre ces derniers jours. Il s’agit en fait d’une velléité de la dénigrer pour des motifs ignorés. La dernière en date concerne cet avis de recherche d’une évadée de la prison de Manajakandriana paru dans la presse. Plus d’un se demande la raison pour laquelle c’est seulement maintenant que les Forces de l’ordre font un tamtam autour de ce cas. Elles voulaient induire en erreur le public en tentant d’associer l’évasion d’Antanimora à celle de Manjakandriana. Selon des informations obtenues, l’évasion de la prison de Manjakandriana s’est produite en …2016, plus précisément le 4 juillet,  et un avis de recherche a été déjà lancé par l’administration pénitentiaire auprès de la Gendarmerie et de la Police nationale 48 heures après le constat des faits, soit le 7 juillet 2016. Il est étonnant ainsi que c’est seulement deux ans après que l’avis de recherche est fortement médiatisé comme si l’évasion vient de se produire. D’après une source, l’évadée en question a réalisé son coup à la gare routière où elle et son escorte  allaient prendre le taxi- brousse pour  les ramener à Manjakandriana après une consultation médicale à Antananarivo…. Preuve manifeste de cette insuffisance de moyens.

 Fr

La Vérité0 partages

Gares routières d’Andohatapenaka et de By Pass - Pas encore opérationnelles

 

Un désaccord entre les transporteurs et le ministère de tutelle. Les nouvelles gares routières d’Andohatapenaka et By Pass devraient être opérationnelles à partir de ce jour. Toutes les coopératives reliant la Capitale et la Rn2, Rn7, Rn1, Rn4 ainsi que Rn6 sont déjà averties de plier bagages et rejoindre leurs stationnements respectifs avant le 13 février, un délai accordé par le ministère de Transport et de la Météorologie. A partir de ce jour, l’embarquement des passagers ainsi que les ventes de tickets dans les stationnements d’Ambodivona et de « Fasan’ny Karàna » seront annulés. Jusqu’à hier, les transporteurs ont refusé de quitter leurs endroits habituels. Ils sont montés au créneau, notamment ceux du « Fasan’ny Karàna », pour contester cette décision.

D’après eux, ils ne sont pas encore informés de ce changement, de même que leurs clients. Ainsi, les infrastructures ne sont pas encore prêtes pour les accueillir, à savoir les kiosques, les marquages. Pourtant, le ministère a prôné une nouvelle gestion de gares routières telles que la mise en place d’un guichet unique pour chaque destination, une orientation depuis l’entrée… Depuis hier, aucun changement n’a été fait sur les lieux. Joint par téléphone hier, le président de l’association des transporteurs de Madagascar (Astram), Fredinard Rakotondrafara, a avancé que le déménagement n’est pas pour bientôt. « Nous sommes actuellement (ndlr : hier) en pleine rencontre avec le ministre du Transport. Pour que le déménagement ait lieu, il y a encore des détails à régler », avance t-il.

Appel d’offres en cours

La qualité de service du transport est le principal objectif de ce changement. L’appel d’offres pour choisir le gestionnaire des deux stationnements ne sera clôturé que le 22 février prochain.  Une des raisons qui pousse les transporteurs à refuser le déplacement. D’après eux, ils refusent de quitter les lieux, avant que le gestionnaire de ces gares routières soit présenté officiellement aux transporteurs. Ainsi, les coopératives veulent que le gestionnaire fasse partie des leurs. Ce sera le personnel le mieux placé pour connaître les maux des transporteurs. Le dessacord entre les deux parties a eu lieu depuis l’inauguration de la gare routière d’Andohatapenaka. Comme les transporteurs, les clients ne sont pas encore prêts à accepter ce changement. D’après les transporteurs d’une coopérative reliant Antananarivo et  Toamasina, les commerçants constituent leurs principaux clients. Avec ce changement, leur frais de transport sera doublé. « Actuellement, les "taxi-be" n’ont plus le droit de transporter des marchandises. Cependant, le coût d’un taxi reliant Andravoahangy et Ambohimanambola varie aux alentours de 15 000 à 20 000 ariary, équivalent au prix d’un ticket de taxi-brousse reliant Antananarivo et Toamasina », avance Nandrianina Rajaona, une commerçante.

 Anatra R.

 

La Vérité0 partages

Gouvernement - Un « team building » sous le signe de l’hypocrisie

C’est le rendez-vous phare de cette semaine pour l’Exécutif. Le Gouvernement se réunira à partir de ce jour pour un séminaire de 48 heures à Mantasoa, à quelques kilomètres à l’est de la Capitale. Deux journées bloquées qui seront payées de la poche du contribuable…

Cette mise au vert hors d’Antananarivo est destinée à faire un bilan et à préparer déjà l’année électorale, a indiqué hier le Premier ministre (Pm) Mahafaly Solonandrasana Olivier au cours d’une interview à Mahazoarivo. La question de l’insécurité, la hausse du carburant ou encore le prix du riz, seront également au programme des ministres et des secrétaires d’état attendus pour ce « team building » gouvernemental. Selon de nombreux observateurs, en tout cas, ce séminaire sera marqué du sceau de l’hypocrisie. Pour l’opinion publique, ce Gouvernement dit de combat fait en effet face à un combat entre ses membres. Une guerre des clans mine l’Exécutif de l’intérieur, entre les pro et les anti-Mahafaly Solonandrasana Olivier. La preuve, lors de son retour de La Réunion, le Pm n’avait été accueilli que par une poignée de ministres. Ce retour aurait pourtant dû servir aux ministres à réaffirmer aux yeux du monde la solidarité gouvernementale et leur soutien sans failles à leur supérieur hiérarchique.ImplosionL’ambiance qui règne actuellement chez les membres du régime Hvm, du moins d’après la perception du citoyen lambda, est celle d’un panier de crabes. Le risque d’une implosion qui pourrait éclater à tout moment pèse sur le régime actuel. La cohésion au sein du pouvoir ne semblait être donc qu’un feu de paille.  La polémique autour du décret présidentiel annonçant la nomination d’un intérimaire à la place du Pm Mahafaly Solonandrasana Olivier tend à corroborer la thèse que rien ne va plus au sein du cercle des dirigeants. Force est encore de se demander ici pour quelle raison d’ailleurs ce décret a été rendu public alors que lors des différents séjours à l’étrangers du Pm, aucun décret n’avait été publié. Ceci étant dit, ce décret avait créé la confusion particulièrement parce qu’il annonçait que le Pm était parti à l’étranger pour « une mission ». Une version réfutée par le numéro Un de la Primature qui était intervenu dare-dare depuis l’île sœur de La Réunion pour affirmer sur une radio privée de la Capitale qu’il y effectuait un contrôle médical et qu’il serait de retour le lendemain même.  Faut-il également rappeler les déclarations du locataire de Mahazoarivo qui avait indiqué devant la presse que les kidnappings sont l’œuvre de déstabilisateurs qui peuvent aussi bien être à l’intérieur qu’à l’extérieur du régime ?  Une déclaration interprétée par un certain nombre d’analystes comme un avertissement adressé à certains membres du régime qui pourraient être tentés de vouloir sa tête.En somme, tout amène à dire actuellement que la famille politique du Chef de l’Etat se révèle aujourd’hui être une maison bâtie sur du sable qui risque de s’écrouler à tout moment. Il ne pouvait en être autrement, selon des observateurs, avec une famille composée d’opportunistes que rien, à l’exception des intérêts égoïstes, ne permet de mettre ensemble. Rien ne dit que ce « team building » réussira à rapprocher les ministres.Recueillis par A.R.

La Vérité0 partages

Energie verte - Mialy Rajoelina, leader de l'Afrique

Alors que son mari s'attèle à la proposition de solutions pour l'Emergence de Madagascar, Mialy Rajoelina ne reste pas dans l'ombre. L'ancienne première Dame, en sa qualité de présidente de l'Association « Fitia », a fait une présence remarquée, à Accra, Capitale du Ghana, où s'est tenue un Forum africain intitulé « Pan African Ethanol Stoves and Fuel Alliance (Paesfa) » (Alliance panafricaine pour le fuel et les foyers à éthanol), les 5 et 6 février derniers. Madagascar, représenté par Mialy Rajoelina, a été élu Président de l'Alliance pour un mandat de 3 ans. Une grande première puisqu'il est rare qu'une femme et par excellence, une Malgache se voit attribuer une telle responsabilité.

Cette consécration résulte du Forum mondial de Global Alliance pour les réchauds et combustibles propres qui s'est tenu en Inde les 27, 28, 29 et 30 octobre 2017, et durant lequel l'Association Fitia a présenté un projet de mise en place d'une plate-forme africaine qui a pour objectif d'unir les forces et les moyens pour le développement de l'éthanol comme énergie verte en substitution des charbons de bois. Un projet qui s'inscrit dans les objectifs de l'association de préserver la santé des femmes, des mères et des enfants, de protéger l'environnement, de promouvoir l'entreprenariat féminin ainsi que de soutenir le leadership des jeunes. Le projet a été salué et soutenu par 12 pays africains dont le Mali, la Côte d'Ivoire, le Sénégal, Madagascar, le Burkina Faso, le Kenya, l'Ethiopie, la Tanzanie, le Mozambique, le Rwanda, Nigeria et le Ghana.  Une seule vision, une seule voix « Osons exprimer que nous avons une seule vision et parlons d'une seule voix pour l'avenir de l'Afrique », a souligné Mialy Rajoelina dans son allocution lors du forum de Ghana. La plateforme Paesfa aura de ce fait pour mission d'asseoir ensemble une économie durable au profit de l'Afrique par les africains au moyen de l'éthanol combustible comme substitut du charbon de bois. Il est sans conteste que des millions de femmes et d'enfants périssent chaque année de l'infection respiratoire due à la pollution intérieure de l’air chez les ménages dans le monde.   L'objectif de Paesfa, en application de celui de Global Alliance, est de mettre en service des millions de réchauds supplémentaires au profit des ménages africains ; de produire les besoins en éthanol y afférents ; de créer de nouveaux emplois à travers le Continent en favorisant l'entreprenariat féminin, le leadership des jeunes et la protection sociale. De par son engagement dans cette entreprise qui lui tient particulièrement à cœur, Mialy Rajoelina, Présidente de la Paesfa, vise à faire largement profiter Madagascar des retombées bénéfiques qui découleront de la mise en œuvre de ce programme continental.Recueillis par S.R.

La Vérité0 partages

Team building à Mantasoa - Au bord d’un lac artificiel entouré d’énigmes

Un lieu de villégiature privilégié, de réjouissances et d’évasion. La Région de Mantasoa, située à une soixantaine de  kilomètres à l’Est d’Antananarivo, l’est effectivement. Les promoteurs des activités écotouristiques, florissantes dans le coin, ne tarissent pas d’éloges pour vanter les qualités de la localité pour courtiser les visiteurs internationaux et nationaux. Une plaque servant de repère érigée sur un domaine privé affiche les distances des plus grandes villes du monde par rapport à ce point.

Le lac artificiel créé en 1931-1936, la cité industrielle bâtie par l’explorateur français Jean Laborde et son tombeau à l’ancien village d’Andrangoloaka constituent les trois principales attractions de l’endroit. La Première République a construit une résidence d’Etat à l’Est de l’actuelle ville de Mantasoa. De jolies villas et infrastructures suivant les standards internationaux aussi s’incrustent dans le paysage idyllique. La ruée vers les propriétés foncières locales continue de plus belle jusqu’à présent.

 

Bataille électorale

En effet, une tapée de personnalités et de hauts responsables étatiques ainsi que de partenaires, étrangers et nationaux, s’y réunissent hier et aujourd’hui à l’occasion du team building gouvernemental. C’est une sorte d’introspection collective sous la férule du Président Hery Rajaonarimampianina et du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana.

Ce, afin de mieux contrôler sûrement la bataille électorale à venir qui s’annonce rude pour le parti au pouvoir Hvm. Les stratégies à déployer se discutent à huis clos au bord du grand réservoir d’environ 2 000 ha aménagé pour réguler le cours de l’Ikopa et d’irriguer la plaine rizicole du Betsimitatatra. Sa construction en pleine période coloniale recèle toutefois des anecdotes rarement racontées. Des tombeaux familiaux et autres monuments funèbres appartenant aux autochtones peuplent le lac artificiel.

Engloutis

Les uns sont encore visibles sur les divers îlots à l’intérieur du plan d’eau. Certes, les autochtones continuent de s’y adonner 

à des cérémonies funèbres comme l’enterrement et le retournement des morts. Par contre, les autres, plusieurs dizaines, sont entièrement engloutis sous les eaux avec les cadavres dedans. Il en est de même des rizières dans les vallons d’où les anciens occupants ont tiré 

l’essentiel de leurs moyens de subsistance. D’une capacité de plus de 100 millions de mètres cubes, le barrage qui ferme le lac artificiel alimente de fait les centrales hydroélectriques d’Antelomita et de Mandraka. Au moment  de l’exécution du projet de construction du bassin, l’administration coloniale a intimé les locaux à évacuer les périmètres en ramenant avec eux leurs morts contre des compensations financières symboliques.

Abandonnés de force

Ne sachant pas quoi faire face aux injonctions étatiques, les uns s’y sont pliés de mauvais gré tandis que les autres ont organisé la résistance. Des mouvements centrifuges se sont alors mis en marche afin de s’éloigner de la montée des eaux. Des migrations de proximité se sont imposées. Des migrants ont même atteint la vallée du Mangoro à l’est, là où ils s’installent définitivement jusqu’à nos jours.

Certains, en prenant les directions de l’ouest et du sud, se sont fixés à Miadanandriana et dans les secteurs d’Andramasina. En arrivant aux nouvelles terres d’accueil, ils ont dû construire de nouveaux tombeaux pour y enterrer les restes mortels des proches récupérés aux points d’attache traditionnelle à Mantasoa mais abandonnés de force.

Vengeance des ancêtres

Les réfractaires au projet colonial ont refusé de prendre l’argent proposé en s’abstenant de toucher à leurs défunts dont les demeures disparaîtront à jamais sous ce beau et vaste plan d’eau propice à la baignade, aux divers sports nautiques de haut niveau et à la pêche même si cette dernière est pratiquée par un infime nombre de résidents. Ces derniers redoutent que la rancune des ancêtres maltraités, enfouis sous les eaux, puisse avoir des effets néfastes sur leur vie.

Selon la croyance locale, la récurrence des accidents mortels dans le lac artificiel trouve une explication plausible dans les origines enchantées du réservoir par-delà toute autre raison jugée rationnelle. Les péripéties du passé restent fortement ancrées dans les cadres sociaux de la mémoire des descendants. Selon les témoignages, des pirogues transportant des cadavres pour rejoindre les divers îlots, se renversent de façon mystérieuse en pleine traversée du lac.

Résidence surveillée

Sur le plan purement politique, la Région de Mantasoa est un terreau fertile aux faits négatifs. Les politiciens malpropres aux yeux des régimes y ont été envoyés en résidence surveillée. Manandafy Rakotonirina, qui évolue actuellement dans l’entourage immédiat de Hery Rajaonarimampianina, a été parmi les victimes potentielles durant les premiers mois de la transition en 2009. Par ailleurs, le nom du coin reste inséparable de l’histoire contemporaine de Madagascar. Le durcissement du mouvement de contestation du résultat électoral en 2002 sur la place du 13 mai à Antananarivo est inévitable après que le siège de la Haute Cour constitutionnelle a été secrètement transféré à l’hôtel L’Hermitage. Quelque temps plus tôt, ses membres ont prêté serment au Palais d’Etat d’Iavoloha en présence du Président sortant de l’époque, l’amiral Didier Ratsiraka. L’on sait ce qu’il en sera de la suite après.

Troubles électoraux

Derrière ce fameux team building, d’aucuns entrevoient déjà le spectre de 2002 surtout qu’il est organisé quatre jours après la prestation de serment du nouveau juge constitutionnel, en l’occurrence Tahiana Rabetokotany, à Ambohidahy Antananarivo vendredi dernier en présence, entre autres, du Président de la République et du Premier ministre. Hier, le locataire de Mahazoarivo a évoqué parmi les motifs du regroupement à Mantasoa la nécessité pour les membres de l’équipe gouvernementale de se parer à d’éventuels troubles électoraux. Sur un tout autre plan, Mantasoa est un haut lieu de la 

« socio-folie ». Il s’agit d’un concept inventé par l’actuel ministre de l’Education nationale Paul Rabary, à la fois membre de bureau du parti Hvm, durant l’époque où il était président de l’Association des étudiants en sociologie de Madagascar (Aesm) au département de sociologie à Ankatso. Il en était aussi le principal bailleur de la mise en œuvre sur les rives du lac artificiel. « American pie » De façon succincte, la  « socio-folie » est un moment de détente de quelques jours d’affilée entre étudiants en sociologie selon un style semblable à l’« American pie ». C’est ce qui a amené la conscience collective à s’opposer pour de bon à la perpétuation de ce mode d’action inventé par certains sociologues en herbe pour stopper son imitation par tous les autres. Sûrement, le séjour au bord du lac artificiel de Mantasoa rafraîchit la mémoire du ministre et de son équipe pour qu’ils se remémorent des détails de leurs exploits et folies 

d’antan. Le team building gouvernemental se penche également sur le social. A ce propos, le lac de Mantasoa fait vivre des centaines de ménages ruraux. L’existence de la forêt d’eucalyptus dans et autour du lac leur offre la possibilité de fabriquer du charbon de bois à longueur d’année. Le plan d’eau sert en même temps de voie navigable pour les bouilleurs de toaka gasy (du rhum de fabrication artisanale) en provenance de la vallée de Mangoro.

Le team building entend résoudre le problème d’insécurité sur l’île et en voilà une autre facette de l’endroit choisi pour ce faire !

La rédaction

L'express de Madagascar0 partages

Ampasika – Deux frères se noient dans l’Ikopa

Les corps sans vie de deux frères jetés dans l’Ikopa ont été remontés à la surface, hier matin vers 6h 30 en bas du pont d’Ampasika.

Découverte macabre. Deux frères d’une trentaine d’années auraient été assassinés et jetés dans le fleuve d’Ikopa, dans la nuit de dimanche à hier, selon les témoignages des riverains. À Ampasika, un passant a remarqué l’un des corps flottant dans l’eau et a alerté le fokonolona. Les cadavres ont été repêchés à l’aide d’une pirogue en bas du pont. Eveillés, la police, la gendarmerie d’Itaosy et un médecin se sont rendus sur les lieux pour les secours. L’examen médical effectué sur place a confirmé que les blessures que présentaient les victimes sur la tête étaient à l’origine des décès. « Ils ont la même trace de violence sur le haut du corps qui saigne encore», a précisé un policier. Leurs habits, un téléphone et un bracelet en argent, ont été encore retrouvés sur eux. Il ne leur manquait que les cartes d’identité nationale.Ces victimes étaient frères et vivaient dans le fokontany d’Ampasika. Les éléments des forces de l’ordre ont attendu les agents du bureau municipal d’hygiène (BMH) pour acheminer les corps à l’institut médico-légal afin d’ être autopsiés.

DépouillésEntre-temps, l’enquête a démarré après l’appel à témoins et la collecte de renseignements. Vers midi, les sapeurs-pompiers ont arrêté de chercher le long du fleuve. « On nous a également signalé deux autres individus morts noyés près de l’endroit de la découverte macabre, mais n’avons rien trouvé », a indiqué le capitaine Randrianari­soa, commandant de compagnie, officier de l’organisation de secours (orsec), joint par téléphone hier.Selon une source proche de l’enquête, les deux victimes auraient circulé à moto sur la route digue et seraient tombés dans le piège de détrousseurs. « Ces derniers les ont battus à mort et les ont balancés dans le fleuve avant de repartir avec leur scooter, ont raconté certains de nos interlocuteurs », a relaté un enquêteur de la police. Pour autant, les circonstances de cette supposition de vol suivi de meurtre restent floues, selon toujours les explications reçues.Deux cas de noyades et découvertes macabres ont été constatés dans l’Ikopa, au pont d’Ampasika en l’espace de deux semaines. Il s’est avéré à la suite de l’autopsie que la première victime avait été également assassinée, a rappelé un enquêteur de la brigade criminelle, hier lors d’un entretien à Anosy.

Hajatiana Léonard 

L'express de Madagascar0 partages

Justice – Houcine Arfa saisit le Parquet de Paris

Le Franco-algérien Houcine Arfa intente une action en justice à Paris. La plainte ne comporte pas de détails. La ministre de la Justice va également saisir la Justice française.

Contre offensive. Houcine Arfa, ancien conseiller du Président de la République,  condamné à trois ans de prison ferme, qui a profité d’une consultation médicale pour s’évader le 28 décembre 2017, a visiblement plus d’un tour dans son sac.Appelé à comparaître devant la barre, vendredi, il a déposé une plainte au Parquet du tribunal de grande instance de Paris contre huit personnes. Outre le ministre de la Justice, la procureure de la République du tribunal d’Antananarivo ainsi que les Randriama­romanana, de nouveaux noms figurent sur la liste des personnes contre lesquelles il intente une action en Justice.Il s’agit du juge d’instruction Haingo Ramian­drisoa, du conseiller spécial du président Hervé Rabeha­nitriniony ainsi que l’opérateur économique Willy Rakoto­malala. Il dépose également une plainte contre X « à tout auteur et complices ayant concouru aux infractions (…) ».La lettre recommandée avec accusée de réception parue dans un quotidien samedi, puis a fait le tour des réseaux sociaux, n’indique pourtant pas l’objet de la plainte.

Tirs croisésD’une manière générale, une plainte doit décrire les faits avec des détails sur les circonstances, dommages causés, date et lieu. Contacté par les journalistes de la Radio France Interna­tionale (RFI), Houcine Arfa aurait mis en avant les secrets de l’instruction, mais a précisé que « les chefs d’inculpations sont lourds ». Il aurait également remis en cause la crédibilité du système judiciaire malgache.D’une manière générale, le tribunal de grande instance de Paris juge les litiges civils opposant des personnes privées. Dans le site web de présentation de cette juridiction, il est indiqué que « le tribunal de grande instance a compétence exclusive pour les litiges concernant, quel que soit le montant de la demande, la famille (mariage, filiation, adoption, déclaration d’absence), les rectifications d’actes d’état-civil, les successions, les actions civiles pour diffamation ou injures, la dissolution des associations… ». L’on ignore ainsi la teneur de la plainte d’Houcine Arfa contre ces huit personnes.Néanmoins, la nationalité française d’Houcine Arfa astreint la Justice française à ouvrir une instruction. En principe, « la personne qui décide d’intenter une action en justice doit saisir le tribunal du domicile de la personne à qui elle réclame quelque chose », stipule le site web du Tribunal de grande instance de Paris concernant sa compétence territoriale. Étant donné que les personnes qu’il accuse se trouvent à Madagascar, il est plausible que le Parquet de Paris ait besoin d’une commission rogatoire internationale aux fins d’accomplissement des actes d’enquêtes ou d’instruction d’une affaire dont elle est saisie. Dans ce cas, « l’autorité nationale agira en lieu et place et pour le compte de l’autorité requérante. Il se peut que des étrangers viennent à Madagascar pour poursuivre une enquête, mais ils doivent agir sous l’autorité de l’instance malgache », explique un juriste.On assiste à des tirs croisés entre Houcine Arfa et les personnes qu’il accuse d’autant que « le ministère ainsi que les personnes qu’il avait citées dans ses déclarations vont déposer plainte contre lui auprès du ministère de la Justice française » à entendre la ministre de la Justice malga­che dans ses propos parus dans le site de la RFI.En véritable saga, les sorties médiatiques de ce Franco-algérien fait toujours un buzz dans les réseaux sociaux. En attendant, la Justice malgache va se prononcer le 9 mars en exécution de sa décision de renvoi ferme.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Préparation aux élections – Le MAPAR consulte les mutants politiques

Andry Rajoelina est rentré à Madagascar dimanche. Une cellule spéciale est mise en place pour gérer ceux qui ont retourné leurs vestes.

Calculé. Les intentions de l’ancien président de la Transi­tion, Andry Nirina Rajoelina sont manifestes. Accueilli par les siens, dimanche, à l’aéroport international d’Ivato, il a annoncé mettre fin à son va-et-vient entre Madagascar et la France. Ainsi, dans le salon d’honneur et devant les journalistes, Andry Rajoelina a déclaré qu’il resterait, désormais, à Madagascar. Une décision alimentée par son intention de briguer un mandat présidentiel en fin d’année.« Tout cela entre dans les préparatifs aux élections. Cela englobe toute une démarche. La réanimation des réseaux, la multiplication des visites, les différentes organisations, l’écoute du peuple, ainsi que des séries de rencontres avec toutes les entités jugées utiles », explique le député Brunel Razafi­tsiandraofa, élu à Ikongo sous les couleurs du groupement Miaraka amin’i prezida Andry Rajoelina (Mapar).Les enfants prodiges d’Andry Rajoelina peuvent ainsi se repentir. Une cellule spéciale est mise en place pour rencontrer ses anciens compagnons pendant la Transition. « Des rencontres vont avoir lieu et cette cellule qui va s’en occuper. On ne connaît pas encore l’issue, mais il appartient à cette structure de gérer cela », poursuit notre interlocuteur, joint au téléphone. Durant son absence, l’unité de ses partisans a périclité. Au niveau de l’Assemblée nationale, le Mapar s’est scindé. D’autres compagnons de lutte lui ont également tourné le dos.

Travail de titanÀ travers son « Initiative émergence Madagascar » au Musée des beaux arts à Paris, il y a quinze jours, il n’a pas caché son intention de se présenter. « Chaque chose en son temps. Il y a des moments où il faut se taire et d’autres pour parler. Le temps est venu pour parler et surtout pour proposer des solutions au peuple malgache », affirme-t-il sous l’ovation de l’assistance, composée en grande partie des députés qui n’ont pas retourné leurs vestes durant son absence. Considéré par l’opinion publique comme l’un des favoris avec Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina, un travail de titan attend Andry Rajoelina pour rameuter sa troupe.Les candidats potentiels rivalisent d’initiative pour séduire les sympathisants. La semaine dernière, le Hery vaovaon’i Madagasikara a également prôné l’ouverture du parti à d’autres. Avec les centaines de partis politiques recensés au ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, les favoris auront à boire et à manger en termes de « comité de soutien ».

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Préscolaire – Deux cent espaces d’éveil communautaire

Épanouissement. L’accès à l’éducation des enfants de bas âge dans les zones enclavées et les milieux ruraux sera amélioré. Deux cent espaces d’éveil communautaire (EEC) sont prévus être implantés dans six régions, tout au long de cette année. Ils accueilleront des enfants de 3 à 5 ans. Ils ont pour mission d’« Améliorer la préparation scolaire des jeunes enfants afin de réduire le taux de redoublement et d’abandon en primaire et d’augmenter la probabilité que les enfants aussi bien les filles que les garçons s’inscrivent à la 1ère année du primaire à l’âge de 6 ans », selon la direction de l’Éducation préscolaire et de l’alphabétisation (DEPA), la semaine dernière.Ces espaces seront mis en place dans les localités où il n’y a pas de centre d’activités préscolaires, dans les régions d’Analamanga, Atsinanana, Vakinankaratra, Anosy, Androy et Haute Matsiatra. « Quatre cent éducateurs communautaires seront formés pour gérer ces espaces », explique Arthur Mananjaona Ravelonjanahary, directeur de la DEPA.L’enseignement se fera en langue maternelle. Il y aura des activités avec les enfants d’une part et avec les parents, d’autre part. Pour les enfants, elles contribueront au développement de leurs compétences dans le domaine cognitif du langage et de la communication, du comportement et de la vie sociale. Les activités avec les parents consisteront à les informer et les sensibiliser sur l’importance de la petite enfance, les accompagner dans le développement de cette dernière mais aussi de les impliquer dans les activités organisées dans les EEC.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque - Qualification Star Master – Le trio Hery-Pà-Vazaha ira à Pattaya

Les qualifications pour le Star Master de Pattaya se sont conclues sur la victoire finale de Pà-Vazaha-Hery, dimanche en fin d’après-midi, à Ambohimangakely.

La grande finale des qualifications pour le Star Master de Pattaya a tenu toutes ses promesses, le weekend dernier à Ambohimangakely.L’ultime rencontre opposait Hery Rasolonirina, Patrick Randrianiriantsoa, Jacky « Vazaha » Andriantenaina, d’un côté, et Rija « Facr » Rakotoson Hariliva « Rams » Andrianasolo, Taratra Rakotoninosy, de l’autre. Au terme de deux heures de bataille, elle s’est conclue sur le score de 13 à 8 en faveur du trio Hery-Pà-Vazaha. La cinquantaine de passionnés de pétanque, qui ont assisté à cette finale, ont pu apprécier une confrontation de haut vol, entre deux équipes talentueuses. Celle de Facr-Rams-Taratra a pris les devants en premier.À l’issue de la sixième mène, elle disposait d’un avantage de deux longueurs (4-6). Le tournant du match est alors survenu dans la huitième mène, quand Hery, Pà et Vazaha ont enregistré trois points d’un coup (7-6). Dans la foulée, ils ont pris le large en augmentant leur avance (11-6).Dos au mur, Rams et ses coéquipiers ont dû opter pour une stratégie ultra-agressive. L’ancien cham­pion de Madagascar tête-à-tête a dû tirer à plusieurs reprises sur le bouchon, à chaque mène mal embarquée, afin d’éviter la défaite des siens.

Vazaha constantToutefois, Rams a seulement repoussé l’inévitable. Et c’est à l’issue de la seizième mène, que Hery-Pà-Vazaha l’ont finalement emporté sur le score de 13 à 8, après trois tirs adverses ratés. Au passage, soulignons la performance remarquable de Vazaha. Toujours constant, ses nombreux carreaux ont grandement contribué à la victoire de sa formation.Les vainqueurs de ces qualifications représenteront Madagascar au Star Master de Pattaya, en Thaïlande, la semaine prochaine. L’habituel premier grand tournoi international de l’année s’étalera du mercredi 21 au dimanche 25 février. Le plateau comptera vingt-huit équipes, venant des plus grandes nations de la pétanque.Pour les porte-fanions malgaches, l’objectif sera de ramener le titre, comme ils l’ont clairement affiché après leur victoire de dimanche. Pour rappel, la Grande île a remporté le Star Master à deux reprises précédemment, à savoir en 2014 et en 2016.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Rossy – Palais des Sports – « Ilay hafatra » s’affirme comme fédérateur

Un grand moment d’extase et d’émerveillement ne sont que les prémices d’une année qui s’annonce festive en compagnie de Rossy. « Ilay hafatra » a gagné son pari.

Deux jours plus tard, on ne s’est toujours pas remis de cette euphorie ainsi que de cette ambiance transcendante que Rossy a partagées au palais des Sports et de la Culture à Mahamasina. Un grand concert fraternel, convivial et sensationnel qui a littéralement galvanisé le public, le temps d’un après-midi.« Ilay hafatra », comme il l’a intitulé, a aussi bien marqué les inconditionnels de l’artiste, que l’artiste lui-même. Outre son aspect festif, dont on a eu de cesse de vanter les mérites autant dans les médias que sur les réseaux sociaux, le concert a surtout brillé par son esprit fédérateur, tout au long du week-end.À l’image même de Rossy, Paul Bert Rahasimanana de son vrai nom, qui, sur scène brillait aussi bien par ce respect intemporel qu’il éprouve pour ses aînés que pour la jeune génération, ce fut un événement rassembleur et chaleureux « Ce concert était, pour moi, l’occasion de rendre un vibrant hommage à tous ceux sans qui je n’en serai pas là aujourd’hui. Ce fut un grand moment d’émotion que j’étais grandement ravi de partager avec le public. En outre, c’était aussi une belle prouesse que Pro Rossy est content d’avoir vécu aux côtés de Mi’Ritsoka Production » affirme-t-il.Rassembleur, généreux et solidaire, Rossy a tenu à revisiter trente ans de carrière durant lesquels il a surtout accordé une grande place à l’enseignement à travers la musique.

Passage de flambeauDes valeurs qui lui ont, d’ailleurs, valu d’être le président du Syndicat des artistes depuis trois ans. Autodidacte et débrouillard de nature, il a arboré sur scène ses diverses casquettes qui font de lui un artiste d’exception. Maîtrisant à la fois la musique et le chant, il excelle autant sur la mise en scène que sur le volet technique, sons et lumières. Ceci-étant, fort d’une humilité exemplaire, il vit son amour de la musique à travers les générations, ayant quand même beaucoup appris de ses aînés comme Ny Antsaly, Rakoto Frah, Dada Gaby de Voninavoko, Ramilison Besigara et de Tianjama.Rossy se plaît aussi à communier avec la nouvelle génération, entre autres, avec les « Benaponga », un groupe de percussionnistes sakalava qu’il forme actuellement au Kianjan’ny Kanto. De même que la jeune Voara, petite chanteuse du groupe Fangia kalo gasy et gagnante du concours « Karahakory, karaha ok » qu’il a organisé.Vibrant hommage à la lutte populaire, le concert a en somme, conquis par la seule force du charisme de Rossy sur scène. Fougueux et énergique, il est, désormais, dix fois gonflé à bloc pour conquérir de nouveau le Coliseum Antsonjombe pour le 1er mai, accompagné de sa camarade Joséphine et de la fine équipe de Pro Rossy et Mi’Ritsoka Production.

Toujours aussi proche de son public et de ses pairs, Rossy, a, enchanté le public par sa générosité.

Textes : Patrick Rakotondrazaka Photos : Claude Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Nosy Varika – Cinq bandits charcutent un père de famille

Cinq bandits armés de coupe-coupe se sont introduits au domicile d’une famille, à Sahavato, district de Nosy Varika, dimanche vers 23h. Les malfaiteurs sont directement entrés dans la cuisine où dormaient deux enfants. Leur mère aurait ensuite entendu de bruit et est allée voir ce qui se passait. Elle est tombée nez à nez avec la bande, mais a réussi à retourner dans sa chambre pour réveiller son mari. Ce dernier a été soudainement roué de coups à plusieurs reprises dès qu’il est sorti. À terre, il a été ensuite charcuté avec une machette. « Il est décédé sur le coup. Trois grandes estafilades ont été relevées sur son corps. Les bandits ont également coupé le pénis du garçon de 6 ans et ont tranché le ventre de sa sœur, lesquels se trouvent actuellement à l’hôpital de Nosy Varika », a relaté un gendarme. La mère de famille s’en est sortie saine et sauve. Les tueurs n’ont rien dérobé et se sont enfuis.Hier matin, des villageois se sont dépêchés à la gendarmerie pour donner l’alerte. Le mobile du crime demeure à définir. La gendarmerie suppose qu’il pourrait s’agir d’un règlement de compte.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Mangatokana – Fermeture provisoire de la décharge 

Le vidoir municipal risque le trop plein d’ici quelques mois. C’est pourquoi l’entreprise qui le gère, décide de réaliser des travaux d’extension.

La décharge municipale de Mangatokana sera fermée provisoirement pendant cinq mois. Le temps d’aménager un nouvel espace de normes pour collecter les ordures ménagères de Mahajanga.Le projet sera réalisé conjointement par la commune urbaine de Mahajanga et la société Madacompost. Tous les jours, vingt cinq tonnes de déchets ménagers sont collectés sur place soit cent mille tonnes par an. La superficie du vidoir est de 3ha. «La décharge ne pourra plus accueillir les ordures de Mahajanga dans trois ans. Mais si des travaux d’aménagement sont réalisés, il pourra tenir quinze ans», explique Emmanuel, le 1er adjoint au maire.D’après l’entreprise responsable de la décharge, Madacompost, qui se charge de la transformation des déchets ménagers en compost, dans six mois la capacité de réception de Mangatokana sera entièrement pleine et c’est dans cette optique qu’il faudra réaliser ces travaux d’extension.En premier lieu, installer une clôture autour de l’enceinte afin de sécuriser l’endroit et en limiter l’accès. Une partie de la clôture sera naturelle car des sisals seront plantés autour de la décharge de la commune urbaine de Mahajanga.

Deux fossesPar la suite, il faudra mettre en place quatre plateformes dont une fosse pour les déchets en verre, une décharge pour les ordures vertes et une autre fosse pour les déchets ménagers. Madacompost se charge de transformer les fractions grossières en bois de chauffe et les sachets en plastiques mélangés à d’autres matières sont convertis en pavés ou pots de fleurs depuis le début du projet de transformation de déchets«Des ruelles seront construites sur place en béton armé. De plus des caniveaux seront créés. Et comme le compostage a besoin d’eau, des travaux de forage seront réalisés et un château d’eau bâti», explique un responsable de la décharge.L’équipe de la commune urbaine de Mahajanga a rencontré la semaine passée, le chef du fokontany d’Ambohimandamina et les chefs de secteurs afin de mettre au point le projet. Pendant les travaux, un espace de 6 000 m2 sera aménagé provisoirement pour recevoir les ordures pendant ces cinq mois de chantier. Le projet entre dans le cadre de l’embellissement de la ville de Mahajanga.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Aide alimentaire – Le sorgho pour des familles du Sud

L’appui nutritionnel, mis en œuvre par l’USAID se poursuit à travers l’approvisionnement de 1 870 tonnes de sorgho dont la gestion est confiée à Catholic relief services (CRS). Cette quantité va garantir la santé de soixante mille personnes réparties dans douze mille familles de cinq districts touchés par la sécheresse. CRS se chargera de la fourniture en semences des marchés agricoles pour que les paysans puissent en acheter. Les ménages seront en mesure de cultiver, de récolter et de stocker les graines qu’ils vont utiliser durant le passage des cataclysmes naturels et pendant la période de soudure.De plus, le gouvernement américain a octroyé une aide alimentaire d’une valeur de 4,3 millions USD qui profiteront à deux cent soixante-trois mille personnes vulnérables de cinq régions du Sud et du Sud-Est. Robert Yamate, ambassadeur américain à Mada­gascar, explique que depuis 2015, la Grande île bénéficie de l’aide du gouvernement américain puisque les allocations en faveur des familles vulnérables atteingnent 39 millions USD. Le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Office national de Nutrition (ONN) se donneront la main dans le but de lutter contre la malnutrition et faire le suivi de toutes les opérations.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Coupe du président – COSMOS et SEBAM qualifiés au Play-off

Les deux clubs porte-fanions de la zone Nord connus. Les finalistes de la phase éliminatoire de cette zone, à savoir Cosmos de la ligue de Diana et Sebam de Boeny, viennent de valider leur ticket pour la prochaine étape de la quatrième édition de la Coupe du Président.Tard dans la soirée de ce dimanche au gymnase couvert d’Antsiranana, Cosmos s’est imposé sur le score de 91 à 71 en finale de la première étape qualificative pour la zone Nord. Le club local a bien maîtrisé la situation du début à la fin de ce duel final. Les Antsiranais ont dominé les débats depuis l’entame du match en menant 44 à 34 à la pause, puis 65 à 52 à la fin de la troisième période.La formation de Diana, Cosmos, qui évolue en catégorie N1A, et Sebam en N1B, sont donc les premiers qualifiés au Play-off, deuxième étape de la Coupe du Président. En match de classement pour la troisième place, les Majungais de l’AS Victoireont battu l’AS Chicago Diana par 72 à 64.En demi-finales, Sebam a écarté de justesse l’AS Victoire par 77 à 76 lors de la première qui était 100% Boeny. Et lors la deuxième demie entre équipes hôtes, Cosmos a éliminé AS Chicago par 82 à 64.

Premiers qualifiésSi les qualifiés de la zone Nord auront encore plus d’un mois pour se préparer au Play-off, trois autres zones n’ont même pas encore commencé leusr phases éliminatoires respectives. Celle du Sud a été lancée ce week-end à Ambovombe Androy.Huit équipes réparties en deux groupes y sont en lice, et sont en quête des deux tickets pour le play-off. Le tour prémiminaire de la ligue d’Analamanga ,afin de sortir ses porte-fanions pour la phase de zone centre, est aussi en cours et prendra fin ce week-end.Les éliminatoires de la zone centre se tiendront du 24 février au 4 mars à Toamasina. Les deux finalistes qualifiés de chaque zone, cinq en tout, ainsi que les deux clubs classés cinquième et sixième du dernier championnat national N1A joueront le Play-off à Toliara 17 au 25 mars.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Evasion à Antanimora

Les trois évadés de la maison centrale d’Antani­mora sont toujours en cavale et restent introuvables, selon la gendarmerie, hier. Un rapprochement de leurs familles a été déjà entamé à la suite d’une publication des avis de recherche. L’audition des geôliers chargés de permanence du weekend se déroule dans la confidentialité, de source proche de l’enquête.

L'express de Madagascar0 partages

Photographie – TangalaMamy propose des « Ouvertures »

Passionné de la culture Zafimaniry et fort de ses origines Betsileo, TangalaMamy est un photographe à découvrir lors de l’exposition Paritana à l’Institut français de Madagascar.

Comme tout artiste de sa génération, il est constamment animé par cette envie d’évasion et de découverte à la fois. Porté par une personnalité nomade et d’un esprit aventurier, Mamy Nirina Razafindrakoto alias TangalaMamy est un photographe d’expérience, qui jusqu’au 23 février, convie le public à entrevoir ses « Ouvertures » sur la société, le temps d’une exposition à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely. Membre du collectif des photographes Rianasoa depuis 2015, TangalaMamy, bien trempé dans la quarantaine, compte actuellement parmi les fiers sélectionnés du Prix d’art contemporain Paritana.Pour sa deuxième édition, cet événement qui vise à valoriser l’imaginaire et la créativité des artistes contemporains de la Grande île, conjugue un concentré de talents que les visiteurs se plairont à découvrir, le temps d’une exposition collective, durant deux semaines à l’IFM Analakely. Dans le lot, TangalaMamy se distingue par la sobriété de ses œuvres qui brillent également par la vivacité de son sujet. Une série de six photos en noir et blanc, « Ouvertures » par le photographe, convie le public à s’immerger dans la convivialité, l’humilité, la simplicité et la joie de vivre de quelques foyers malgaches. Le temps d’un voyage pictural, le public se plaira à esquisser un sourire à la vue de ces clichés.

Une ouverture« Les portes et les fenêtres sont les principales ouvertures des constructions architecturales. Elles sont, en ce sens, un élément de constructions conçues pour pénétrer dans l’intimité de chaque foyer, mais aussi pour illuminer, réchauffer l’intérieur de chaque construction. Il s’agit également d’éléments pour refléter les forces sociétales telles que l’échange, le partage et la communication » confie TangalaMamy en évoquant « Ouvertures ». Chaque photo revêt alors de multiples symboliques dont la plus commune est l’ouverture au monde et par conséquent aux divers savoirs.TangalaMamy s’affirmant de lui-même comme un inconditionnel de la culture Zafimaniry, ce travail sur les symboles cachés à travers l’art le passionne autant. À sa manière, il invite ainsi le public à entrevoir un message de solidarité et d’altruisme, par le biais des ouvertures qu’il affiche dans ses clichés. Il rajoute « Si la fenêtre résume la dialectique du visible et de l’invisible, et permet de gérer et de régler les rapports avec autrui et le monde environnant, la porte effectue la rupture entre l’univers familier et l’univers étranger. Symbole de protection, la porte limite l’accessibilité des autres. .

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Alaotra-Mangoro – Présentation de vœux  sous la pluie 

Pour la présentation de vœux, ce vendredi 9 février, les autorités régionales d’Alaotra-Mangoro ont accueilli leurs invités sur l’Esplanade qui se trouve dans son enceinte, à Antsahatanteraka-Ambatondrazaka. La cérémonie s’est déroulée à l’abri des chapiteaux de grande taille et a été animée par des artistes issus des groupes de renom natifs de l’Alaotra. La majeure partie de l’évènement a été retransmise en direct sur les ondes d’une radio privée locale.Après la série des discours de circonstance suivis par la remise de cadeaux au chef de la région et au Préfet, les sept cents invités et leurs hôtes ont enduré la pluie sous ces vastes tentes. Pourtant, c’était une belle journée de « vendredi joli » consacrée aux grandes retrouvailles annuelles des entités politiques et de tous les acteurs de développement de la région qui est l’un des greniers à riz du pays. Après une coupure de courant électrique suivie par une pluie plus ou moins de courte durée, il a fallu interrompre la troisième partie de la journée – une conférence-débat à thème socioéconomique – et changer d’endroit pour la reprendre dans la grande salle de réunion de la Chambre de commerce située dans le même quartier.La présence de Rivo Rakotovao, président du Sénat, accompagné de son épouse, a été remarquée. Il était entouré du préfet d’Ambatondrazaka, des sénateurs, des députés, des personnalités issues de la société civile, des autorités militaires et des responsables cultuels ainsi que des partenaires de développement.Dans son discours, Désiré Ranarisoa, chef de la région Alaotra-Mangoro, a soulevé les grandes lignes des réalisations en matière de développement tandis que le président du Sénat   a souligné qu’il est temps d’œuvrer au maintien de la solidarité contre tout sentiment d’hostilité.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Football – France – Première victoire  pour Faneva Ima

Faneva Andriatsima a remporté son premier match avec Le Havre Athletic Club, vendredi soir. Le club normand recevait le Stade Brestois à l’occasion de la 25e journée du championnat de France de deuxième division.La rencontre s’est conclue sur une courte victoire du HAC (1-0), grâce à un but de l’attaquant Mateta, à la 14ème minute. Sur le banc au coup d’envoi, Faneva Ima est rentré en lieu et place de l’unique buteur du match, à la 71ème minute. Le capitaine des Barea s’est créé quelques bonnes situations.Cependant, il n’a pas réussi à trouver le chemin des filets. Il faudra encore attendre pour sa première réalisation avec son nouveau club, avec lequel il vient de jouer sa deuxième rencontre depuis son transfert. Ce qui est sûr, c’est que ce ne sera pas pour la 26e journée de vendredi prochain.En effet, Faneva Ima avait annoncé, il y a quelques jours, qu’il ne serait pas sur le terrain lors du déplacement du Havre sur la pelouse du FC Sochaux, son ancienne équipe. Une absence découlant d’un commun accord entre les deux clubs.Le Paris FC de Lalaina Nomenjanahary s’est également imposé, vendredi, sur la pelouse du Tour FC, deux buts à un. Bôlida était titulaire avant d’être sorti à la 68ème minute, remplacé par Lopez. Au classement général de cette Ligue 2, le Stade de Reims est toujours en tête (57 pts).Le podium est complété par l’AC Ajaccio et le Paris FC (45 pts). Nîmes est quatrième (44 pts) et Le Havre AC clôt le top 5 (43 pts). Si la première position semble déjà acquise pour Reims, la lutte pour les places d’honneur sera intense jusqu’au bout.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Les travaux du PIC2 dérangent la population

La population d’Antsiranana n’a pas caché son mécontentement du fait des fréquentes coupures d’électricité et du dérangement causé par les travaux de réhabilitation. Aussi, les techniciens du Projet Pôle intégré de croissance et de corridors (PIC 2) et les chefs des fokontany concernés se sont-ils réunis dans la grande salle de la commune urbaine d’Antsiranana, pour apporter plus d’éclaircissements sur le projet de réhabilitation et de renforcement du réseau électrique dans la ville d’Antsiranana et les quatre districts de l’ancienne province.Les techniciens du PIC2 ont ainsi expliqué que  plus de vingt travaux sont prévus et la compréhension des habitants sur l’extension de ces travaux, est nécessaire afin d’atteindre les objectifs. « L’objectif de ce projet est la réhabilitation de tous les réseaux électriques de la ville d’Antsiranana », insiste l’un d’eux. Il y aura de nouvelles cellules de départ, le passage en 20 kVa, le remplacement des poteaux et des transformateurs, le tirage de lignes et tant d’autres.Tout cela dérangera certaines activités de la population. Néamoins, un budget d’indemnité de dérangement est déjà prévu dont 14 670 000 ariary soit 30 000 ariary par activité économique dérangée. Une somme de 1 420 000 ariary sera allouée aux paysans pour la suspension de leur riziculture et 11 301 000 ariary pour la compensation des parties en arbres fruitiers.En ce qui concerne  les plaintes et doléances concernant le projet, un cahier est déposé pour chaque fokontany concerné. La démarche à suivre va du fokontany au tribunal en passant obligatoirement par la commune, puis par le comité de règlement de litige CRL.Un technicien a ajouté que la production de l’énergie ne fait pas partie de ce projet. Cela  incombe  à la société Jirama. Il en est de même de l’éclairage de la ville qui est le fruit de la collaboration entre la commune et la   Jirama .Lors de la présentation du draft et du Plan d’actions de réhabilitation, mille trois cents poteaux en béton sont envisagés. Ce qui créera  de l’emploi et de la valeur ajoutée. Toutefois, il y a aussi des impacts et des mesures à prendre.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Un garçon écrasé succombe à l’hôpital

Un garçon de 8 ans fauché par une voiture de marque Mazda, dimanche à Andra­nomena n’a pas survécu à ses blessures en arrivant à l’hôpital. Il aurait échappé à la surveillance de ses parents, selon les témoigna­ges obtenus et a été heurté par le chauffard. La brigade des accidents de la circu­lation de Tsaralalàna a convoqué le conducteur.

L'express de Madagascar0 partages

Primaires des vertueux

Cette Chronique date du 1er février 2013. Mais, au vu des discussions que je vois nourries, ici, là et partout, quant à un «projet de société», qui d’une «vision», ou encore d’un «programme», ces écrits-là ne sont pas encore frappés de prescription quinquennale. Juste un rappel collectif à ne pas perdre de vue l’essentiel. Comme dirait un vieil ami qui s’est donné vocation d’éduquer : «Même au volant d’une Ferrari, celui qui ne sait où aller, tournera en rond à Mahamasina. Tandis que, même en rampant, il peut espérer atteindre Miarinarivo».

On me dit « projet de société », je réponds « charte des valeurs ». Les meilleurs projets échouent s’ils ne sont pas adossés aux meilleures intentions et aux sentiments les plus généreux. Un régime de verrouillage politique, une administration d’accaparement économique, un système de pillage des ressources du pays, une structure affranchie de tout souci de l’intérêt général, une organisation contre le développement de Madagascar et des Malgaches : voilà ce qu’on a vécu ces soixante dernières années. La « Charte des valeurs » devra spécifier l’engagement solennel à entreprendre exactement le contraire, désormais.Un Président de la République intègre, entouré des meilleurs techniciens. Garant, certes, de la Constitution, mais surtout rempart des valeurs dites républicaines, chantre du comportement citoyen, dépositaire du meilleur de la sagesse de notre société. Pourquoi le nom d’Andrianampoinimerina lui a survécu, en bien, dans la mémoire collective ? Personne n’est sans défaut, mais ses contemporains et ses successeurs ont magnifié son œuvre. Deux siècles après sa disparition, nous continuons à nous référer à ses discours, qu’il faudrait, d’ailleurs, compiler et rééditer à l’usage des écoliers.L’éducation justement, cet outil formidable pour changer le monde, doit être la priorité des priorités. Les pays dits émergents ont mis en place un système éducatif dont ils récoltent aujourd’hui les dividendes. L’éducation de qualité pour tous est fabrique de valeur ajoutée : levain de la démocratie, levier du développement humain, intrant de la croissance économique.Les hommes et les femmes de bonne volonté nourrissent, sans aucun doute, cette générosité pour le pays. Que les uns et les autres ambitionnent de mettre les valeurs et les principes au service d’un pouvoir qui ne soit plus le pouvoir pour le pouvoir, est plutôt rassurant. Même si le souci d’un éparpillement fatal est parfaitement légitime. Se tiendront inévitablement ce qu’on peut déjà appeler de « primaires des vertueux » : entre humilité et lucidité, partager ses idées, et ne pas craindre de les voir triompher, appropriées, récupérées, reprises, par tous les autres. La générosité d’une victoire par procuration.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Spectacle – Bodo et Njakatiana chanteront l’amour au Palais des sports

L’idée est née à partir d’un sondage mené par l’organisateur LiveProd auprès des consommateurs de bons spectacles. Réunir les deux chanteurs Bodo et Njakatiana sur une même scène figure en haut du résultat. Ces deux artistes ont chacun sa particularité. Mais ils présentent pas mal de points communs, ne serait-ce que le romantisme qu’évoquent la plupart de leurs chansons. Ce sera donc chose faite, le dimanche 18 février à 15 heures, au Palais des sports à Mahamasina. Bodo et Njakatiana chanteront l’amour main dans la main, selon le thème de ce spectacle dédié aux amoureux. Un spectacle qui mettra le romantisme au plus haut degré.Le concept ne se limite pas seulement à faire produire les deux vedettes de la chanson malgache sur scène, mais créer une véritable symbiose entre les deux artistes. « Il y aura des morceaux chantés séparément par Bodo ou par Njakatiana, chacun avec ses propres œuvres. Mais l’un(e) va aussi interpréter quelques morceaux de l’autre. A un moment donné, ils vont chanter ensemble, combiner, en créant des petites surprises qui vont certainement faire plaisir aux gens. Le but sera de faire vivre un spectacle de rêve aux amoureux cet après-midi-là. Les tenues, le décor, les côtés techniques  et tous les petits détails seront pris en considération pour optimiser le résultat. Attendez-vous à voir la scène du palais des sports disposée autrement», a expliqué Njakatiana.Bodo et Njakatiana ne sont plus à présenter. Ils ont marqué le paysage musical de la Grande île, depuis les années 90. Ils ont certainement déjà partagé la même scène plus d’une fois durant leur brillante carrière artistique. D’après leurs souvenirs, cela fait presque dix-huit ans que ça ne s’est plus produit.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Analamanga – MB2ALL, COSPN et TACBB démarrent bien

Parcours sans faille. Trois clubs, en l’occurrence COSPN, MB2ALL et TACBB, ont arraché chacun deux victoires en deux rencontres au tour préliminaire de la ligue d’Analamanga. Ce tournoi est qualificatif à la phase éliminatoire de la zone centre de la Coupe du président, quatrième édition.En démonstration, Cospn a remporté sa deuxième victoire hier face ABB sur le score fleuve de 101 à 41 après son premier succès face à AMBB, le score final était de 79 à 51. MB2ALL a pour sa part écrasé dimanche ASA sur un score large de 103 à 47, puis a défait hier ECBB par 66 à 44.Et de son côté, TACBB a battu ABB par 54 à 45 en deuxième journée avant de s’imposer contre le Basketball club de Saint Michel par 62 à 58 lors de la troisième journée. En position inconfortable, le club d’Amparibe ainsi que ABB ont tous les deux déjà encaissé trois défaites chacun. Deux autres formations suivent de près les leaders, entre autres ECBBA et DBC, qui ont gagné jusqu’à hier deux victoires et ont encaissé une défaite.Dix équipes sont en course pour se qualifier à la phase éliminatoire de la zone centre qui aura lieu à Toama­sina du 24 février au 4mars. Analamanga aura le droit de présenter quatre équipes à la prochaine étape dans la capitale Betsimisaraka. Celle-ci regroupera les représentants d’Analamanga, d’Atsi­na­nana, d’Alaotra angoro et d’Analanjirofo.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Quadruple arrestation

Quatre individus se sont fait arrêter par les policiers du commissariat central de Tanjombato pour vol et recel de matériaux de construction de la société Hazovato. Le coup de filet a commencé lundi 5 février. Les voleurs comp­taient vendre dix tôles, dont l’une à 30 000 ariary. La société victime a immé­diatement porté plainte.

L'express de Madagascar0 partages

Basketball dans la zone Nord – Parcours sans faille de Cosmos

Le vainqueur du tournoi de basketball dans le Nord a réussi un parcours sans faille. C’est le résultat du défi lancé par la société Secren. 

Le tournoi de basketball dans la zone Nord, organisé dans le cadre de la Coupe du Président s’est terminé dans la soirée de dimanche, lors de la finale qui a opposé le Cosmos Secren de la région Diana et Sebam de Boeny. Pendant une semaine, du 3 au 11 février, les fans du ballon orange se sont donné rendez-vous au gymnase couvert pour des rencontres de qualité et ont été ravis de revoir leurs joueurs sur le parquet.De fait, au terme d’un scénario hallucinant, le club antsiranais Cosmos Secren a frappé fort, en battant l’équipe de Boeny sur le score final de 91 à 71. Parcours sans faille pour ce club du chantier naval durant ce tournoi. Apres trois ans de projet, l’équipe a beaucoup évolué sur le plan technique et tactique.Le spectacle a été au rendez-vous jusqu’à la dernière minute du dernier quart-temps. Ce sont ainsi les deux meilleures formations de basketball dans le triangle Nord qui ont mérité de disputer la finale de ce tournoi. C’était un match de retour entre les deux équipes car, lors des éliminatoires, Cosmos a déjà battu Sebam sur le score de 105 à 73.Dès le premier quart-temps, Cosmos a essayé de dominer le match en sous-estimant l’équipe adverse car il a compté sur ses joueurs jeunes, longs et talentueux.  Ces derniers sont les fruits du projet, défi de la société Secren S.A qui en est actuellement à sa troisième année.

Un défiDe son côté, Sebam a eu le courage d’affronter ses adversaires jusqu’à la fin.  L’on a même remarqué que ses joueurs étaient habitués de mener des jeux individuels sans résultats. Lors du premier quart-temps et de la moitié du deuxième quart-temps, Cosmos a mené le jeu avec juste quatre points de différence. Durant les deux derniers quarts-temps, le score n’était qu’à un ou deux paniers de différence.Très palpitant, le troisième quart-temps a été bouclé sur le score de 44-34 en faveur du Cosmos, soit dix points d’écart. Depuis le début du troisième quart-temps jusqu’à la fin de la rencontre, Cosmos a su profiter de  ses avantages techniques et physiques en mettant à profit les talents de ses joueurs comme Fabrice, Nantenaina et Rija.Sebam a aussi essayé de corriger ses erreurs, lors du dernier quart-temps, mais la fatigue de ses joueurs  ne lui a plus permis d’atteindre les objectifs. Ces derniers, usés, n’ont plus eu d’énergie pour réagir. En conséquence, ils ont raté beaucoup d’occasions malgré le courage de Tantely et Odilon. Très maladroite sur les rebonds offensifs et défensifs, la bande à Herman n’est pas parvenue à réduire l’écart lors du dernier quart-temps.Accrochés pendant les trois quatre-temps, les Antsiranais ont fait la différence dans le quatrième grâce à leur supériorité athlétique et la profondeur de leur banc plus fourni que celui de leurs adversaires. De plus, des paniers à trois points réussis coup sur coup par Fabrice, Rija, Bruno se sont avérés décisifs. Cosmos Secren a remporté la victoire de cette finale de la Coupe du Président zone Nord et s’est qualifié pour le play off qui se déroulera dans la capitale en mars.Même si cette finale n’a pas pu remplir le gymnase couvert d’Antsiranana, elle a vu néanmoins la présence de spectateurs enthousiasmés et des autorités locales conduites par le chef de la région, Eddie Tongazara. Ces dernières ont remis des coupes aux gagnants.

Raheriniaina 

L'express de Madagascar0 partages

Problème de parking à Mahamasina

Trouver un parking dans les quartiers de Maha­masina se complique, depuis le début des travaux de réha­bilitation du parking exté­rieur du palais des Sports. Certains véhicules se mettent à deux files sur la chaussée. Ce qui provo­que un embou­teillage de Mahamasina à Ankadi­lalana.

L'express de Madagascar0 partages

Dotation pour la conser­vation marine

L’organisation non gouver­nementale Dotation pour la conservation marine (C3) a remis cinquante-quatre livres et une armoire à l’EPP Ankatso dans la commune rurale Andrano­vondronina Antsiranana II, en décembre. Cette dotation rentre dans le projet de conservation de Dugongs et herbiers marins dans le Parc Nosy Hara, mis en œuvre par l’ONG et Madagascar National Park.

Midi Madagasikara0 partages

Moramanga : Vonona amin’ny fandraisana ny fankalazana ny vehivavy

Handray ny fankalazana rezionaly ny andron’ny 8 mars 2018 ny distrikan’i Moramanga.Tafiditra ao anatin’ny fanomanana ny komity mpikarakara amin’izao fotoana izao. Tonga teto Moramanga ny talem-paritry ny ministeran’ny mponina sy ny fiahiana ara-tsosialy ary fampivoarana ny vehivavy Alaotra Mangoro Ramerijaona Parfait nanampy tamin’ireo torohevitra fanatsaràna ny lamina sy ny toromarika sasany ny andron’ny 12 febroary 2018.Feno tanteraka ny fandaharam-potoanan’ireo vehivavy izay ho tonga eto Moramanga  raha ao anatin’ny roa anadro ny fankalazana dia ny 7 sy ny 8 mars 2018 .Amin’ity taona ity dia hiakatra etoMoramanga avokoa ireo vehivavy rehetra avy any amin’ny kaominina manodidina rehetra raha fantatra fa 22 ireo kaomonina ivelan’ny kaominina ambonivohitr’i Moramanga ary distrika efatra ankoatry ny distrikan’ny Moramanga no ho tonga. Fanamarihana miavaka ny amin’ity taona ity.Raha toa ka efa teto ny fankalazana rezionaly ny 2017 izay tsy tontosa nohon’ny fandalovan’ny loza voajanahary ny andron’ny fankalazana .

Cathy

Midi Madagasikara0 partages

Tanjombato : La société Hazovato cambriolée par ses employés

Impliquées dans un vol des tôles commis dans l’entreprise de confection de meubles Hazovato à Tanjombato, quatre personnes devront être remises au Parquet du Tribunal de Première instance d’Antananarivo. Les suspects sont poursuivis pour avoir subtilisé dix feuilles de tôles dans un chantier de construction de la société le 1er février 2018. Les malfaiteurs ont profité de la fermeture de ce chantier qui a pris fin ce jour-là pour s’emparer des restants des matériaux inutilisés lors des travaux. Ainsi, un certain Mamy a caché dix feuilles de tôles qu’il a, par la suite, vendus à un particulier quelques jours plus tard, soit le matin du 5 février. Pourtant, dans l’après-midi du jour de la vente, il est revenu récupérer la marchandise en disant que ces tôles sont des objets volés et devaient être restitués au propriétaire. Lequel a déjà déposé une plainte auprès du Commissariat central de la Sécurité publique de Tanjombato. Ainsi, Mamy et le présumé receleur ont été arrêtés. Durant son interrogatoire, Mamy a dénoncé deux autres complices qui étaient, à leur tour, appréhendés. Ce qui a porté à quatre le nombre des personnes impliquées dans cette affaire. Selon toujours les informations, ces tôles devront être affectées à un autre chantier de construction de la société aux environs du fleuve Ikopa. Le présumé receleur affirme avoir acheté ces tôles à 30.000 ariary l’unité sans savoir qu’il avait affaire à un cambrioleur. Etant donné qu’il en avait besoin, car il est en train de construire une maison.

T.M.