Les actualités à Madagascar du Lundi 13 Février 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara837 partages

Palais de Sports : Njakatiana fait le plein !

Njakatiana, lancé dans un duo.

Il n’a pas encore fini de nous étonner ! Hier, Njakatiana, s’est tout simplement surpassé. D’ailleurs, son concert s’est tenu à guichets fermés.

Pas d’entrée en hélico et encore moins de tenues sur mesure, rappelant celles de Radama, comme il le fit autrefois. Juste une chemise et un pantalon, même pas de veste, ou encore de cravate. Avec le temps, Njakatiana s’est assagi. Adieu l’extravagance et les entrées extraordinaires et palpitantes qui faisaient son originalité ! Le chanteur, cet après-midi-là au Palais des Sports, a joué la carte de la simplicité, sans oublier cependant de se faire un joli brushing. Mais qu’on se détrompe, manque d’extravagance côté vestimentaire ne signifie aucunement relâchement. Le concert qu’il a offert ce dimanche après-midi-là était effectivement magistral !Accompagné de jeunes musiciens : des violonistes et des saxophonistes, outre son habituelle bande, Njakatiana a superbement repris tous ces titres qui ont marqué ces vingt-cinq ans de scène. D’invités en invités. Njakatiana vient du milieu de la variété et s’est imposé comme une grosse pointure, mais mélomane avant tout, le chanteur a, tout au long de sa carrière, partagé la scène avec plusieurs artistes venus de différents horizons musicaux. C’est tout naturellement que l’interprète de « Tsy misy vaovao » a donc convié ceux qui ont, à un moment ou à un autre, collaboré avec lui. Pas tous mais quelques-uns. Et quelques-uns pour Njakatiana, c’est déjà une vingtaine de chanteurs connus dans le milieu du rock, bien entendu de la variété, du jazz mais également évangélique. Choriste du crooner à l’époque, Mialy Rakotomamonjy, bien qu’elle se soit déjà faite un nom et tracé son propre chemin, a tenu à être présente. « Si je suis ce que je suis aujourd’hui, c’est grandement grâce à Njakatiana qui m’a beaucoup soutenue », a-t-elle témoigné. Des amis de longue date comme Arison Vonjy ou Luk ont ainsi, le temps d’une ou deux chansons, eux aussi retrouvé leur complicité d’antan avec leur compère. Nini du groupe Kiaka, Dô Rajohnson, Solo Andrianasolo, Lôla, Parson Jacques, Ariane et Lilie… ont également pris part à ce concert qui restera longtemps dans les mémoires.Mahetsaka

L'express de Madagascar630 partages

Restauration – Le Complexe Restaurant surprend

Un festival de délices est proposé aux fins gourmets  dans une épopée gastro­nomique unique. Cela se déroule en un seul lieu, en plein centre ville.

Trois restaurants pour le compte d’un seul. C’est ainsi que se découvre Le Complexe Restaurant qui égaye, désormais, les papilles des citadins de la ville des Mille. Située au deuxième étage de la Villa Pradon à Antani­mena, il invite les fins gourmets et amateurs de bonne cuisine de la capitale à s’y retrouver pour se délecter de ses délicieux plats. Apportant ce qui s’affirme comme « un nouveau concept de la restauration à la conquête d’Antananarivo », l’établissement a officiellement ouvert ses portes fin 2016 et vient d’être inauguré ce week-end.Il s’illustre par un concept inédit, proposer trois cartes de choix dans un cadre privilégié, idyllique et, néanmoins, accessible à une clientèle férue de bonne gastronomie. Trois restaurants aux identités propres se découvrent en son sein, la « Bistronomie » et sa carte qui laisse la part belle à la cuisine européenne, le « Jap » qui s’illustre avec un menu fusion asiatique et « l’An-K » qui accorde une grande place à la saladerie, ainsi qu’au snacking. Sous la houlette de Chef Marco Rajaofera fort de ses 20 ans d’expérience encuisine, les succulents plats du Complexe Restau­rant resplendissent de fraicheur et de couleurs. Le prix variant de 12 000 à 25 000 ariary, le menu est bien garni et se savoure sur les lieux.

Festif« Notre principal leitmotiv est de satisfaire notre clientèle avec un large choix de mets riches en saveurs et à la portée de tous. Tout en proposant également un service de qualité à nos clients », affirme Régis Guillet coactionnaire de ce projet de restauration inédit. Avec des produits locaux exceptionnels et de saison, pour trois menus authentiques et très gourmandes, Le Complexe Restaurant offre une brillante conjugaison de « Food-court » et de haute gastronomie.« Nous affichons une cuisine du monde raffinée et haute en couleurs, concoctée par une brigade d’une douzaine de cuisiniers expérimentés qui promettent de surprendre une clientèle malgache gastronome », souligne chef Marco Rajaofera.Outre l’aspect restauration, l’établissement est également un espace de détente et de divertissement. Il propose, chaque mercredi, des instants « Afterworks et Happy Hour », ainsi que des concerts et animations musicales les samedis. Le projet de ce restaurant est porté par le restaurateur Jean Marc Bouchet, gérant également du restaurant « Le B » à Isoraka, et Régis Guillet avec qui il collabore étroitement. Privilégiant l’accueil et la convivialité, le nouveau restaurant promet d’enc­hanter les papilles de ses visiteurs.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Midi Madagasikara255 partages

Andry Rajoelina : « Rien ni personne ne m’empêchera d’être candidat »

Andry Rajoelina a rassemblé à l’Arena Center Ivandry hier ses fidèles partisans.

550 fidèles compagnons de lutte de l’ancien président de la Transition ont été présents à l’Arena Center Ivandry hier.

La cérémonie de présentation de vœux du parti « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » s’est déroulée hier à l’Arena Center Ivandry. De passage au pays, l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina a assisté à cet évènement qui a ressemblé à des retrouvailles avec ses fidèles partisans venant des six Provinces. D’ailleurs, d’après les informations, cette cérémonie a pu se tenir suite à de nombreuses demandes des partisans du MAPAR venant des régions. Il convient toutefois de noter que cette présentation de vœux du MAPAR a été organisée en catimini, ou enfin presque. De sources proches d’Ambodivona, 550 responsables du MAPAR venant d’Antananarivo, de Mahajanga, de Toliara, d’Antsiranana, de Fianarantsoa et de Toamasina ont reçu le carton d’invitation pour assister à cette fête. Dans son discours, l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina a confirmé devant ses fidèles compagnons de lutte, sa candidature pour l’élection présidentielle de 2018. « Je serai candidat et rien ni personne ne pourra m’empêcher de participer à cette échéance », a déclaré l’ancien leader de la Révolution orange de 2009. D’ailleurs, une consigne a été donnée à tous les responsables du parti venant de tous les coins de la Grande Ile, afin de commencer les préparatifs en vue de l’élection de 2018. En effet, le MAPAR prévoit de ne pas se laisser faire face au projet du régime HVM d’écarter Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. « Si c’est le cas, l’on passera à l’action », martèle-t-on dans les rangs des partisans du « TGV ». Un « 2009 bis » n’est donc pas à exclure.

« Mpamadika palitao ». Jouant la politique de la discrétion depuis un certain temps, l’ancien président de la Transition a tenu à rassurer ses partisans hier. Il sera bel et bien présent en 2018. D’ailleurs, les artistes qui ont animé cette cérémonie de présentation de vœux, en l’occurrence de Sareraka, de Jaojoby et de Rah Ckiky, n’ont pas hésité à lancer une pique à l’encontre des membres du « MAPAR II », « MAPAR III », ainsi que des autres formations politiques qui ont trahi le « Tolona ». Du côté des fidèles partisans d’Andry Rajoelina, la Présidentielle de l’année prochaine est considérée comme l’occasion pour la revanche contre les « Mpamadika palitao ». Les discours qui ont été tenus durant cette cérémonie à l’Arena Center se présentent comme une véritable mise en garde contre le régime « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». La candidature d’Andry Rajoelina et de Marc Ravalomanana provoquent des polémiques actuellement. En marge de la descente du président Hery Rajaonarimampianina à Alakamisy Itenina à Fianarantsoa, le président national du parti au pouvoir et non moins ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao a déclaré que « la loi doit être respectée que ce soit les textes nationaux ou internationaux ». « La loi interdit aux putschistes et à ceux qui ont des charges judiciaires de se présenter aux élections », a-t-il annoncé. Une allusion certainement à Andry Rajoelina et à Marc Ravalomanana. Une manière également de répondre au Chef de Délégation de l’Union européenne, Antonio Benedito Sanchez qui a déclaré la semaine dernière qu’il faut que tous les leaders politiques du pays puissent participer à l’élection de 2018. En effet, l’Union européenne opte pour une élection libre, inclusive et démocratique.

Exclusion. En tout cas, à travers cette déclaration de Rivo Rakotovao, l’on peut constater que le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » ne fait plus confiance à sa « Force ». Ses propos confirment le projet machiavélique du parti au pouvoir d’écarter tous les candidats potentiels pour avoir plus de chance de gagner un deuxième mandat. En perte de vitesse sur toute l’étendue du territoire et avec une cote de popularité au plus bas dans les sondages, le HVM prévoit de faire une exclusion. Traitant Andry Rajoelina de putschiste, Rivo Rakotovao oublie peut-être que Hery Rajaonarimampianina qui était ministre des Finances et du Budget durant la période transitoire, a figuré parmi les 109 personnalités de la Transition qui ont été sanctionnées par l’Union africaine. L’actuel locataire d’Iavoloha s’est d’ailleurs targué d’avoir installé son bureau sur la place du 13 mai pour être plus près des partisans de la Révolution orange en 2009. Faut-il rappeler que durant la période transitoire, Rivo Rakotovao a été membre du Cabinet de Hery Rajaonarimampianina au ministère des Finances. Reste à savoir également si l’actuel ministre de l’Agriculture et de l’Elevage a peur du retour de manivelle. Nul n’ignore en effet qu’il a été membre du Cabinet de Harison Randriarimanana au ministère de l’Agriculture du temps du régime Marc Ravalomanana. En tout cas, à l’allure où vont les choses actuellement, la Présidentielle de 2018 risque de se dérouler dans un climat politique très tendu.

Davis R

L'express de Madagascar204 partages

Mahajanga – Naufrage meurtrier d’un touriste français

Une embarcation avec à son bord dix personnes, a chaviré entre Katsepy et Mahajanga. Un touriste français n’a pas survécu.

Dramatique accident maritime à Maha­janga. Un touriste français a trouvé la mort. Ses huit compagnons d’infortune ont été en revanche secourus in extremis. Le drame est survenu vendredi après-midi lors de la traversée de la baie entre Katsepy et l’embarcadère de Maha­janga. D’après les informations communiquées par la gendarmerie locale, une  vedette rapide à bord de laquelle avaient embarqué les naufragés, a quitté les côtes d’Ankiririka à Katsepy vendredi aux alentours de 16 heures, pour rallier Mahajanga, avant que le drame ne se produise.L’embarcation avait  pris la mer par un temps calme selon les informations recueillies auprès des autorités. Au bout d’une vingtaine de minutes de traversée, elle a été surprise par de fortes houles nourries par un vent violent, qui l’ont fait chavirer.Le gardien d’une propriété sise sur la plage d’Ankiririka était parmi les premiers témoins de cet accident maritime. D’emblée, il a donné l’alerte. En un éclair, le fokonolona s’est mobilisé dans les sauvetages.

Risques et périlsLes embarcations se trouvant à proximité se sont précipitées vers le lieu du naufrage pour repêcher les dix victimes. Parmi elles se trouvaient trois touristes français, dont celui qui s’est noyé, ainsi que six passagers malgaches, et le skipper.Répondant au nom de Jean Raymond Henri Autexier, le défunt était âgé de 68 ans. Il allait regagner la ville de Mahajanga avec ses compatriotes après une randonnée de l’autre côté de la baie, lorsque cette mort brutale l’a happé.Le naufrage s’est produit alors que le niveau de la mer s’est élevé avec la marée haute. Une source auprès de l’Agence Portuaire Maritime et Fluviale  (APMF), indique pour sa part que l’après-midi ne serait pas le moment le plus propice pour faire cette traversée, à cause du temps parfois imprévisible. Elle fait dans la foulée remarquer que la plupart des accidents survenus dans la baie se sont produits pendant l’après-midi.Sitôt alertés du drame, deux gendarmes du poste avancé de Katsepy se sont dépêchés sur place avec le médecin inspecteur.Deux bacs, plus sûrs, pouvant même embarquer des véhicules, effectuent également des liaisons commerciales entre ces deux points. Dès l’aube, aux alentours de 4 heures du matin, le premier lève l’ancre à Mahajanga pour atteindre Katsepy deux heures au plus tard. Dans l’après-midi, ils effectuent  leurs derniers voyages en faisant cap sur Mahajanga. Les passagers qui ratent les dernières liaisons de l’après-midi doivent emprunter, à leurs risques et périls, les vedettes qui font concurrence aux bacs.

Andry Manase

L'express de Madagascar193 partages

Institut Français de Madagascar – Mada Underground sort de terre

Une projection festive et enjouée, qui s’affirme comme un événement unique en son genre pour les férus d’art de la capitale. C’est ainsi que s’est présenté au public de la ville des Mille, le film-documentaire « Mada Underground », à l’Institut français de Madagascar, ce week-end. Ode à la créativité, à la débrouillardise, à la passion, à la patience et par dessus tout aux talents des artistes malgaches, le film retrace le portrait de trois artistes atypique de la Grande île, ainsi que de trois skateurs passionnés. « À Madagascar, le plasticien Temandrota, le rappeur Nathy Kaly, la slameuse Caylah et les skateurs Toté, Enderika et Tolotra, compensent le manque de moyens par leur inventivité, leur créativité et leur enthousiasme débordants », ainsi se résume, en quelques mots, le synopsis de cette œuvre quasi-cinématographique de Philippe Chevallier et Denis Sneguirev, tout deux à la réalisation. Sur près d’une heure, le public est ainsi invité à découvrir les péripéties de ces artistes urbains et contemporains, à travers leur quotidien, tout en s’imprégnant de leur univers.Les téléspectateurs francophones ont d’ores et déjà eu le plaisir d’apprécier ce film-documentaire à l’occasion d’une programmation spéciale sur TV5 Monde, à l’occasion du XVIe Sommet de la Francophonie, au mois de novembre. Samedi dernier, ce fut au tour du public tananarivien de l’apprécier au sein de l’IFM.Visant à éveiller la conscience collective sur les déboires de la société en général, à travers les regards de Caylah, Naty Kaly, Temandrota et les jeunes skateurs, « Mada Underground » a surpris le public. « Où en est-on avec cette culture malgache, dont l’essence-même est de nous fraterniser et de nous unifier   Désormais, nous nous éparpillons, allant chacun de notre côté et accordant plus de place à l’égoïsme dans notre société », scande d’entrée la slammeuse Caylah dès les premières minutes du film-documentaire pour donner le ton. Ce à quoi répliquera plus tard le rappeur Naty Kaly « La cause, c’est quoi   La cause, c’est qu’il faut changer tout ça, ces embouteillages, ces gens qui font la queue, cette pollution et ces ordures. Ce n’est pas moi qui vais changer tout ça, c’est tout le monde, moi j’espère juste être l’étincelle qui changera tout ça ». En fin d’après-midi, un concert s’est tenu sous les arcades de l’IFM avec le groupe « Caylah and MEN » qui a exclusivement présenté au public son single « Malala adala » sur la violence contre les femmes et avec le groupe Olo Blaky emmené par Naty Kaly.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar157 partages

Football -Ligue des champions – Première réussie pour la CNaPS Sport

Pour son premier match international sur son nouveau terrain, la CNaPS Sport a signé une victoire, face au Township Rollers FC (2-1). Les deux équipes se retrouveront samedi au Botswana, pour le match retour.

L’Histoire retiendra que la CNaPS Sport l’a emporté lors de sa toute première apparition sur la scène internationale dans son nouveau stade de Vontovorona. Samedi, le club quadruple champion de Madagascar a disposé du Township Rollers FC (2-1), en tour préliminaire aller de la Ligue des Champions de la CAF. Vu l’absence de l’avant-centre Lucien, alias Foroche, tout le monde scrutait de près le choix de Tipeh. Le coach de la CNaPS Sport a placé Francis en pointe, avec Fanja en soutien. Et c’est Francis qui a ouvert la marque juste avant la pause (45è+2, 1-0). Jusque-là, les Caissiers ne comptaient aucun tir cadré. Il s’agissait de leur première véritable occasion. En contrant favorablement un dégagement d’un défenseur botswanais, l’ancien attaquant du COSPN s’est retrouvé seul face à Masule, le gardien adverse, qu’il a battu d’un tir croisé à ras de terre du pied droit.Au retour des vestiaires, l’entraîneur du Township Rollers, Mpote, a joué son va-tout. Il a effectué ses trois remplacements prématurément, en lançant trois joueurs à vocation offensive, notamment, le géant Noan qui culmine aux environs des deux mètres. Et il a été récompensé avec le but de l’égalisation de l’un de ces trois remplaçants, à savoir Boy (68è, 1-1). Ce dernier a profité d’un moment de flottement de l’arrière-garde de la CNaPS Sport combiné à une sortie tardive du gardien Leda.

Njiva de retourMalgré ce but égalisateur, les Caissiers n’ont jamais abdiqué. Dans la foulée, Njiva tenait la balle du 2-1 dans ses pieds, mais il a complètement raté sa reprise au point de penalty. Fort heureusement, il s’est racheté quelques instants plus tard (74è, 2-1), sur un centre lointain venu de la gauche. Sa reprise de la tête a été repoussée, mais il a bien suivi du pied droit pour redonner l’avantage aux siens. Comme quoi, Njiva est bel et bien de retour et ça fait du bien à son équipe. Outre son but décisif, ses incursions et ses raids solitaires ont mis à mal la défense adverse à plusieurs reprises.À partir de là, le score n’a plus bougé. Les Botswanais auraient pu revenir une seconde fois à quatre minutes de la fin du temps règlementaire. Mais Toby a réussi un sauvetage inespéré sur la ligne de but, pour permettre à la CNaPS Sport de terminer devant. Suite à cette première confrontation, les deux formations se tournent maintenant vers le match retour. Celui-ci est fixé pour ce samedi 18 février au Botswana.

Ils ont dit :

Patrick Randriambololona alias Tipeh, entraÎneur de la CNaPS Sport : « Les joueurs avaient besoin d’un peu de temps pour bien rentrer dans le match. Au fur et à mesure que la rencontre avançait, ils prenaient peu à peu confiance. J’ai déjà joué face aux Botswanais en 2012 et ils ont bien progressé depuis. Ils ont une bonne occupation du terrain. Et aussi, nous leur avons donné un cadeau. »

Mogomotsy Mpote, entraîneur du Township Rollers FC : « L’entrée en jeu de ces trois joueurs étaient programmée à l’avance et faisait partie de notre stratégie dès le début. Maintenant, on se tourne vers le match retour. On va préparer cette rencontre de la même manière que la première. »

Mika Rabeson, capitaine de la CNaPS Sport : « On savait déjà que nos adversaires auraient un avantage de taille. On a essayé de garder le ballon au sol, la plupart du temps, surtout en deuxième mi-temps. Pour le match retour au Botswana, je pense que le terrain sera aussi de bonne qualité comme ici et nous pourrons pratiquer un bon jeu au sol également. »

Maano Ditshupo, capitaine du Township Rollers FC : « Je suis déjà venu à Madagascar en 2012, avec l’Extention Gunners, quand on a affronté Tana Formation. Tout ce que je peux dire, c’est que les Malgaches ont beaucoup progressé »

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar130 partages

Scandale foncier – Un projet de ville nouvelle tombe à l’eau

Des héritiers ont été lésés au profit d’opérateurs indiens et chinois.

Un parfum de scandale. C’est ce qui ressort de l’épilogue d’un projet de ville nouvelle à Ambohidratrimo en 2012, à proximité de l’aéroport d’Ivato. D’un montant de 200 millions de dollars, le projet devait se construire sur la propriété dite Anosilava d’une superficie de 350 ha, appartenant à Thomas Rakotondrasoa et Jean Claude Rakotomanga, héritiers légaux de Rafali­manana, de Ratelo et de Ravelomanana. « L’État avait réquisitionné une partie de ce terrain pour un projet qui n’avait pas abouti. Les héritiers ont signé, à cet effet, un acte de vente sous seing privé avec un tiers, mais n’ont rien perçu. Ils croyaient donc que l’acte n’a pas été validé », indique un collège de trois avocats qui assure leur défense. « C’est en tentant de demander à l’État de restituer leur terrain qu’ils ont eu la grosse surprise de savoir que celui-ci a été inscrit aux noms de plusieurs personnes », révèle toujours leur conseil.Selon un partenaire local du projet, des dizaines de milliards d’ariary ont été investis pour la conception du projet de ville nouvelle ainsi que pour l’acquisition d’une centaine d’hectares de terrain. Le projet a bien avancé et des contrats de paiement ont été signés. Juridiquement, les centaines d’hectares de terrain appartiennent à des paysans héritiers. Mais au fur et à mesure que le projet avance, des blocages administratifs se sont fait sentir.

Célérité douteuseLes héritiers ont ainsi porté plainte contre cinq personnes, dont les nouveaux propriétaires et ceux qui ont servi de prête-noms dans les transactions, pour faux et usage de faux, abus de confiance, abus de faiblesse, escroquerie et associationde malfaiteurs. « Le terrain, morcelé en plusieurs lots, a été inscrit, dans un premier temps, à des intermédiaires malgaches qui les ont revendus en 2016, à des opérateurs indiens et chinois bien connus de la place.  Chose exceptionnelle, le traitement de certains dossiers a été fait dans une célérité douteuse. Deux titres, deux mutations en deux mois entre juin et août 2014 », révèle un des avocats des plaignants. « Il va sans dire que les fonds de dossiers dans les archives des services des domaines, que ce soit à Anosy ou à Ambohidratrimo, ont disparu comme par enchantement. Les responsables ont reçu l’ordre de ne rien donner », poursuit-il.Voilà donc une affaire qui risque de ternir davantage l’image du pays et de repousser les vrais investisseurs, deux mois après la conférence de Paris et ses résultats soi-disant prometteurs. Les investisseurs étrangers ont décidé de ne pas lâcher le morceau en engageant des experts fonciers et un pool d’avocats, pour défendre leurs intérêts et tenter de rétablir la vérité dans cet imbroglio. Une nouvelle épreuve pour l’État qui doit prouver sa réelle volonté de lutter contre la corruption et d’instaurer la bonne gouvernance.

Herisetra

Midi Madagasikara100 partages

Commémoration du 29 Mars 1947 : La diaspora appelle à la fraternité et à la coopération

« Il est temps de renouer les relations fraternelles et d’envisager une coopération franche et mutuelle ». C’est le message transmis par des historiens et chercheurs Malgaches et Français en marge de la commémoration du 70e anniversaire du 29 mars 1947 : l’insurrection malgache.

Colonisation. Un colloque sera organisé ce 31 mars à l’Université Paris-Sorbonne durant lequel « Economie et insurrection malgache de mars 1947 » seront discutées. Economie ? Exactement car pour ces chercheurs, il ne faut pas se focaliser uniquement sur l’angle politique de la chose. «Très souvent les chercheurs parlent de cet évènement tragique suivant l’angle politique. (…) Mais la diversification de l’approche ne fait qu’enrichir l’historiographie de Madagascar. Elle ouvre d’autres champs de recherche », lit-on dans leur communiqué. Ils vont même loin en avançant que « désigner la colonisation comme source principale de notre problème ne tient plus la route ». Mais reste à savoir si cela va convaincre les Malgaches nationalistes, surtout que, le vent du nationalisme souffle d’ores et déjà très fort dans le monde.

Culture de la paix. « La colonisation, en général, et l’insurrection de mars 1947, en particulier, ne sont qu’un point d’ancrage dans notre histoire, un repère historique sur lequel les Malgaches doivent bâtir le présent et le futur », poursuivent-ils. Cette initiative a été esquissée, car les chercheurs constatent un « sentiment anti-français », pour reprendre leurs termes quand il s’agit d‘aborder le sujet. Ils appellent, de ce fait, à ce que la commémoration s’effectue « dans la dignité et dans la culture de la paix ».  De surcroît, les chercheurs attirent l’attention des Malgaches sur l’exemple franco-allemand après la Seconde Guerre Mondiale. Notons que, d’après les statistiques officielles, 140 000 Malgaches constituent la diaspora malgache de France.

Aina Bovel

Midi Madagasikara95 partages

Qui sont nos hommes politiques ? Narson Rafidimanana : Un homme discret aux multiples facettes

Le numéro 2 du gouvernement, Narson Rafidimanana.

Qui est Narson Rafidimanana ? Une question « normale » de la part des « observateurs » de la vie politique malgache, notamment après avoir su, lu ou vu que le CV de Monsieur le ministre fait partie de ceux qui n’ont pas été publiés par le gouvernement. Depuis avril 2016, il occupe le portefeuille du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement (M2PATE).

Discrétion. Narson Rafidimanana, ou « Coco » pour les intimes, est un grand fan de basketball. Mais c’est surtout un homme qui préfère agir dans la discrétion. Originaire de Toamasina, il y a consacré sa vie avant de se lancer dans la politique stricto sensu. En effet, il fut un temps où il faisait partie du Conseil Municipal de la Commune Urbaine de Toamasina. Par ailleurs, il a d’ores et déjà été à la tête de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Toamasina (CCIT) en 2013. Mais il n’y a pas que cela, Narson Rafidimanana était également le président du GEL ou Groupement des Exportateurs de Litchis.

Expériences politiques. Après l’arrivée au pouvoir de Hery Rajaonarimampianina en 2014, Narson Rafidimanana était obligé de quitter la présidence de la Chambre du Commerce pour devenir ministre. Dans le gouvernement de Kolo Roger, l’ancien président de la CCIT était ministre du Commerce et de la Consommation. Après le remaniement qui a porté Jean Ravelonarivo à la tête de la Primature, l’ancien président du GEL devient ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé. Depuis avril 2016, avec le gouvernement de Mahafaly Solonandrasana Olivier, Coco détient le M2PATE l’érigeant au rang de « Numéro 2 du gouvernement ».

Dirty affairs. A Madagascar, le nom du ministre a été cité dans plusieurs « dirty affairs » comme le bois de rose. En effet, d’après la liste de l’ancien Premier ministre, Jean Omer Beriziky, Narson Rafidimanana ferait partie des trafiquants de ce bois précieux. Par ailleurs, il est taxé d’être l’auteur des prétendues « ventes » de terrains aux étrangers. Jusqu’à maintenant, l’on attend l’éclairage de la Justice sur ces affaires.

Ambitieux. Bien que Narson Rafidimanana soit jeune, il bouillonne d’ambitions et adore les défis. Maintenant au M2PATE, après le Sommet de la Francophonie, il veut à tout prix réaliser le projet présidentiel des 3 000 logements sociaux répartis à Antananarivo, à Antsirabe, à Toamasina et à Mahajanga. En 2016, plusieurs titres fonciers ont été distribués suivant la vision du chef de l’Etat étant de « réconcilier les Malgaches avec leurs terres ». Pour y parvenir, plusieurs défis restent à relever d’autant plus qu’il a déclaré de « redoubler d’efforts ». 

Aina Bovel

L'express de Madagascar73 partages

Parlement – Lylison déclare son patrimoine

Le sénateur Lylison veut affirmer son statut au Sénat malgré son absence à toutes les sessions de l’année dernière.

Du tac-au-tac. Honoré Rakotoma-nana, président du Sénat, a déposé à la Haute cour constitutionnelle (HCC), le 31 janvier, une demande d’avis sur le cas du sénateur Lylison René de Roland. Et ce,  en application de l’article 8 du règlement intérieur de la Chambre basse. Au regard des publications sur le site web de la Cour d’Ambohidahy, la réaction de l’élu de la province de Mahajanga, n’a pas tardé.Le site internet de la HCC étant de nouveau opérationnel après plus d’une semaine de bug, sur la liste des sénateurs qui ont fait leur déclaration de patrimoine, se trouve le nom du sénateur Lylison. Il y est affiché qu’il s’est plié à cette obligation, « le 1er février 2017 ». Bien qu’une déclaration de patrimoine nécessite des préparatifs préalables, la proximité entre les deux démarches devant l’institution d’Ambo­hidahy, par le président de la Chambre haute et le sénateur « en cavale », laisse penser à une réplique de la part de ce dernier.Une déclaration de patrimoine qui pourrait avoir été faite par un mandataire. Au regard des listes des déclarants auprès de la HCC, il est probable que ce soit sa sœur Lylyette René deRol­and, députée de Befandriana-Nord, qui ait servi de manda­taire au sénateur de Mahajanga. Elle-même ayant fait sa déclaration de patrimoine, le 1er février.

PoursuiteL’article 8 du règlement intérieur du l’institution d’Anosy prévoit, en effet, que lorsqu’un de ses membres manque, au cours de son mandat, à la totalité des séances de l’une des deux sessions ordinaires « sans excuse valable admise [par le Sénat] il est déclaré démissionnaire d’office ».Faire une déclaration de patrimoine auprès de la HCC comme le prévoit la Consti­tution, pourrait être alors, une manière pour l’ancien commandant de la Force d’intervention spéciale (FIS), d’affirmer qu’il tient toujours à son titre de sénateur. À la suite d’un appel à la tenue d’« une ville morte », le 23 mai 2016, Lylison René de Roland est sous le coup d’un « mandat d’arrêt ».Un acte qui a motivé une tentative d’arrestation par les autorités de Mahajanga, au lendemain de son appel considéré comme « séditieux », suivie d’une autre en décembre. Depuis cette « initiative » qui l’a placé au cœur d’une tourmente judiciaire, le sénateur de Mahajanga est obligé de se cacher des autorités. C’est pourquoi il a manqué à la majorité des séances de la 1re session ordinaire du Sénat et la totalité de celles de la deuxième.Pour motiver l’application immédiate du mandat d’arrêt contre le sénateur Lylison, sans tenir compte de son immunité parlementaire, la justice met en avant le principe du « flagrant délit ». Un motif quelque peu discutable aux yeux de l’opinion publique étant donné les écarts entre les faits et les dispositions de l’article 206 du code de procédure pénale. Sauf si « l’appel à une ville morte » est assimilé à un flagrant délit d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État, charge imputée à l’ancien commandant du FIS.Restant dans la logique du flagrant délit, les autorités n’ont, jusqu’ici, pas engagé une demande de levée de l’immunité parlementaire du sénateur Lylison. Une déclaration démissionnaire d’office pour cause d’absence sans motif, pourrait mettre fin au débat et accélérer les poursuites. Reste à savoir l’avis de la HCC sur la question.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar68 partages

Secteur privé – Une hausse de 8 % dès février

Le patronat et les représentants des travailleurs se sont mis d’accord. Une baisse du taux d’augmentation a été constaté par rapport à celui de l’année dernière.

8%. Ce sera le taux d’augmentation du salaire pour les em­ployés du secteur privé, cette année. Le patronat et les représentants des travailleurs sont arrivés à ce point d’entente après deux rencontres, les 3 et 10 février. Cette hausse sera appliquée dès février et les deux parties se mobiliseront pour que le décret d’application sorte le plus tôt possible. « La signature du protocole d’accord devra avoir lieu la semaine prochaine (ndlr : cette semaine). Nous le remettrons tout de suite après cette convention, auprès du ministère de la Fonction publique, de la réforme de l’administration, du travail et des lois sociales. Il faut accélérer la procédure car, la population est déjà en situation de crise, mais encore, le taux d’augmentation est infime », affirme Rémi Henri Botoudi, secrétaire général de la Confédération chrétienne des syndicats malgaches (Sekrima).

MinimumComme l’a confirmé ce syndicaliste, ce taux d’augmentation est loin d’être satisfaisant, les représentants des travailleurs ont proposé une hausse de 24 %, au tout début de la discussion. Mais cette proposition a été vite rejetée par le patronat. Ce taux d’augmentation a été même revu à la baisse, par rapport à celui de 2016 où la hausse enregistrée était de 8,27 %. « Ils ont évoqué plusieurs problèmes, à savoir, l’impact du délestage et l’instabilité en général », explique José Randria­nasolo, coordonateur général de la Confé­rence des travailleurs à Madagascar (CTM).Erick Rajaonary, président National du Groupement du Patronat Malagasy (FIVMPAMA) de souligner « C’est impossible. À cause du délestage, nous effectuons un surcoût. Nous sommes obligés de faire des heures supplémentaires, car nous ne pouvons nous mettre à pied d’œuvre qu’à partir de 18 heures. En même temps, nous enregistrons une baisse de production ». José Randria­nasolo, précise, toutefois, que ce taux de 8 % est le taux minimum d’augmentation. « Après, chaque entreprise, chaque branche pourront se mettre d’accord sur le taux qui leur conviendra », explique-t-il.Henri Rémi Botoudi positive sur ce faible taux d’augmentation. « Cette année, la hausse est plus convenable que celle de 2016, si on se base sur le taux d’inflation. En 2016, le taux était de 7,9 %, alors que, cette année il a été de 8,27 %. Nous nous sommes basés sur le taux d’inflation de 6,94 % », dit-il. Il est pourtant étonnant que ce taux d’inflation reflète encore la réalité, vu la hausse généralisée des prix des produits de première nécessité, ces derniers temps.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar66 partages

Le site de la HCC opérationnel

Suite à ce qui s’apparente à un piratage informatique, au début du mois, le site de la Haute cour constitutionnelle (HCC) est de nouveau opérationnel. Un communiqué concernant la participation de Jean Eric Rakotoarisoa, président de la HCC, à la 7e session du Bureau exécutif de la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines, à Abidjan en Côte d’Ivoire, les 19 et 20 janvier, est la dernière publication affichée.

Tia Tanindranaza57 partages

Fandriana, Ambositra…Manantena an’i Dada ny vahoaka

Na tany Fandriana na tany Ambositra na tamin’ireo kaominina sy fokontany nolalovany tamin’ny RN7 sy tao anatin’ny faritanin’i Fianarantsoa dia nihaona sy niresaka mivantana tamin’ny vahoaka hatrany i Marc Ravalomanana ny faran’ny herinandro teo.

  Resaky ny samy olom-pirenena sady resaky ny zanaka sy ny ray aman-dreny ihany koa anefa. Mbola tena mandray an’i Dada ho mpiaro azy sy ho filoham-pirenena ny ankamaroan’ireo olona nitafa taminy. Izy no nitantaran’ny olona sy nitarainan’izy ireo ny fidangan’ny vidim-piainana sy ny fahasahiranan’ny isan-tokantrano. Tena nahita mivantana i Marc Ravalomanana ary nahatsapa ny fahoriana mianjady amin’ny malagasy, izay rahateo no anton’ny fitsidiham-paritra ataony, tsy sanatria hampandry adrisa sy hanapi-maso amin’ny fizarana fanomezana fa hanadihady ny zava-misy marina mba hahafahana manolotra vahaolana haingana, mahomby sy mahasoa ny Malagasy. Mbola mamy hoditra amin’ny Malagasy ity filoham-pirenena teo aloha ity izay tsy mila kortezy na mpiambina am-polony amin’izay alehany n’aiza n’aiza eto Madagasikara fa tena mifangaro amin’ny olon-drehetra ary mahay mihaino sy mifanakalo hevitra mivantana amin’izy ireo. Mbola tena manam-pitokisana amin’i Dada ny Malagasy maro, izy rahateo efa nilaza fa kandida amin’ny 2018 koa dia datim-pifidianana sisa andrasana.

RTT

News Mada34 partages

Njakatiana : 25 ans de musique et d’amitié avec son public

Un spectacle qui sort du lot, c’est de cette façon que le public du palais des Sports et de la culture à Mahamasina a noté le concert  des 25 ans de scène de Njakatiana, hier.

Njakatiana et sa voix bien caractéristique chargée d’émotion ont marqué plus qu’une génération, en solo ou avec ses amis artistes. Effectivement, entre le crooner et son public, c’est une belle histoire d’amour qui dure depuis plus de deux décennies maintenant et cela n’est pas près de s’arrêter.

Après une fructueuse tournée en France, le chanteur a donc inauguré ses 25 ans de carrière musicale dans la capitale. Avec aisance et professionnalisme, il a donné le premier ton vers 15 heures, entouré d’un véritable orchestre et de musiciens. «C’est toujours un plaisir renouvelé d’être avec vous», a-t-il lancé dans un palais des Sports noir de monde. Sans attendre plus longtemps, il a enchaîné les titres : «Tsisy vaovao», «Vetson’ny selibatera», «Mbola ianao», sans oublier les incontournables «Tsara ny fitiavana» et «Toy ny vao omaly». Il a également livré une véritable messe de patriotisme avec ses titres «Mifalia fa malagasy» ou encore «Tsara».

Comme un anniversaire ne se fête pas tout seul, il s’est bien entouré de ses amis de longue date pour l’occasion. On notera entre autres, Lilie, Ariane et même Mialy Rakotomamonjy qui n’a pas tari d’éloges  pour l’artiste.  «Musicalement parlant, je ne serais certainement pas ce que je suis maintenant, sans lui», a-t-elle avancé. Ce concert a été accompagné de la sortie du nouvel opus de Njakatiana, fraîchement intitulé «Vavaka».

Joachin Michaël

 

Tananews25 partages

Allez, c’est parti la distribution de riz, de t-shirts et de bananes

Après n’avoir rien foutu pendant plus de 3 ans, le Président et sa famille politique se reveillent soudainement, élections approchant sans doute.

Il reste à savoir si ça convaincra les babakoto.

Pour notre part, nous sommes loin d’être convaincus. Pas du tout même devant tant d’incompétence, de nullité, de gabegie et on en passe.

Tia Tanindranaza24 partages

Trafikana boaderozyMisy minisitra voarohirohy ?

Araka ny efa notaterina teto taorian’ny fampitam-baovao ofisialy avy amin’ny fitondram-panjakana, dia nisy ny sambo iray antsoina hoe « Lumina » tra-tehaka tany Cap Masoala saika hanondrana an-tsokosoko boaderozy.

 Nanaitra ny maro ny bemidina nataon’ny praiminisitra sy ny minisitra maromaro tany Toamasina ny zoma lasa teo. Fa inona no nahamaika ? Fa angaha tsy maintsy praiminisitra miampy minisitra 5 vao afaka manamarina ny fisian’ireo hazo sarobidy efa nentina tao Toamasina ? Ny faran’ny herinandro teo dia nivoaka ny resaka fa hay misy manampahefana voasaringotra ao anatin’ity afera maizina ity. Re fa misy minisitra vitsivitsy tafiditra mivantana na an-kolaka ao anatin’io trafikana andramena tsy ara-dalàna io. Efa mandeha moa ny fanadihadiana ataon’ny manampahefana sy ny mpanao gazety koa dia heverina fa hivoaka tsy ho ela ny anaran’ireo atidoha nikotrika ity trafikana boaderozy 340 bolabola ity. Tsy olon-tsotra na mpandraharaha tsotra tokoa mantsy no ho sahy hanondrana harem-pirenena efa voararan’ny lalàna fa tsy maintsy olona manana ny maha izy azy sy manam-pahefana ary lava tanana sy afaka manindry bokotra. Ankoatra ireo minisitra ireo dia voalaza ihany koa, araka ny loharanom-baovao iray fa misy olona akaikin’ny filoham-pirenena tafiditra ao anatin’ity trafikana boaderozy ity. 

Efa very an-javony tsy nisy tohiny intsony ilay trafikana bolabolana boaderozy 30 000 tratra tany Singapour volana vitsy taorian’ny naha filoha an’i Hery Rajaonarimampianina ny taona 2014. Ny fandrobana harem-pirenena taorian’iny efa tsy hay intsony, koa ho hita eo indray ny momba ity boaderozy tratra tany Cap Masoala ity. Ho fantara ve ny tena marina sa sanatria ho lasa misitery tahaka ny raharaha Ratsimandrava sy ny fahamaizan’ny Rovan’i Manjakamiadana ? Ny azo antoka 100% aloha dia vao miha mampitombo ny ahiahin’ny mpiara-miasa sy ny mpamatsy vola ity afera maizina ity, ary manaratsy endrika tanteraka ny fitondrana HVM sady hampitarazoka ny famoahana ny famatsiam-bola isan-karazany izay hireharehan’ny fanjakana ankehitriny.

 

Toky R

 

Madagascar Tribune24 partages

Des bilans à faire et à défendre

L’équipe gouvernementale menée par Olivier Solonandrasana Mahafaly partira en session de team building à partir de ce jour à Mantasoa, comme annoncé lors du dernier conseil de gouvernement. Selon les informations reçues de Mahazoarivo, la tenue de ce team building a été décidée pour de nombreuses raisons. Tout d’abord à cause du constat selon lequel les efforts du régime et les résultats des actions du gouvernement ne se ressentent toujours pas dans la vie quotidienne de la population. En effet, malgré un bilan élogieux du président de la République selon lequel le taux de pauvreté serait descendu à 70%, ou encore que le taux de croissance de 4,1% qui se perd pourtant dans l’inflation et la perte de valeur de la monnaie nationale, la population semble vivre tout à fait autre chose. A quelques mois de la fin du mandat du régime Hery Rajaonarimampianina, le gouvernement va donc plancher sur la façon de rendre palpable ses efforts. Les membres du gouvernement Mahafaly devront aussi défendre leurs bilans. Chaque ministre devra donc s’expliquer sur ses performances jusqu’ici. Pour ce faire, les ministres seront accompagnés de deux techniciens chacun afin de pouvoir donner toutes les explications possibles sur les résultats de leur ministère jusqu’ici.

Bien évidemment, l’on s’attend à une suite concrète après ce team building qui durera deux jours. Les principaux axes à évoquer seront la sécurité et la hausse du coût de la vie. Le premier ministre aurait insisté sur le fait qu’après le team building, les actions gouvernementales devront se ressentir dans le quotidien. La question des sanctions pour ceux qui ont failli à leur mission, ou ceux qui n’auront pas réussi à défendre leur bilan se pose alors. Et bien qu’il ne reste que quelques 10 mois tout au plus avant les prochaines élections, la question d’un remaniement revient toujours. D’autre part, les parlementaires attendent toujours la convocation en session extraordinaire de la part de l’Exécutif.

Midi Madagasikara17 partages

Football / CAF Total Champion’s League : CNaPS Sport assure son match-aller !

Les aires sportives de la CNaPS Sport à Vontovorona ont vu un grand match international ce samedi et surtout ont vu leur première victoire sur place avec la CNaPS sport qui a battu Township Roller par 2 à 1.

Le match aller du tour préliminaire de la CAF Total Champion’s League 2017 opposant la CNaPS Sport au Township Rollers FC a tenu ses promesses pour les fans de la CNaPS sport. Comment ne pas être heureux d’une victoire pareille face aux Botswanais ?

Après 45 minutes de stress, voici le premier but tout juste dans les arrêts de jeu de la première période avec Francis Rafaralahy (N9). Leda, Feno, Lanto, Toby, Ronald, Mika, Rija, Njiva, Boura, Francis étaient tous là, en forme et surtout bien lancés après ce but malgache à la première mi-temps. Mais entré en jeu à la 54e minute, le Botswanais Segolame Boy (N11) a égalisé 15 minutes plus tard, suite à un passage brouillon des défenseurs et du gardien de but de CNaPS sport. Cela n’a rien changé à la prestation de l’équipe, car Niasexe qui venait d’entrer fit une belle passe à Njiva qui rate de peu les filets, un peu trop haut en dessus de la barre traversale. Juste quelques minutes après, Mika récidive et sert Njiva. S’il a failli la rater, il a amélioré son tir jusque dans les filets de Masule Mwampule pour mettre un 2 à 1 pour CNaPS sport. «Ce ne fut pas un match facile » a dit Tipeh, coach de CNaPS. Mais il faudra se surpasser en terrain botswanais pour le match retour de ce samedi 18 février 2017 au Gaborone-National Stadium, Botswana à 16h locales.

Arbitre : Zefanias CHIJAMELA Mozambique

1er Assistant : Olivio SAIMONE Mozambique

2e Assistant : Osvaldo DE JESUS Mozambique

Réserve : Celso ALVACAO Mozambique

Commissaire au match : Soilihi MSAHAZI Comores

Anny Andrianaivonirina

Madagascar Tribune17 partages

Près de 60% des femmes d’Antananarivo accouchent à domicile

Même dans la capitale, la ville voire le Grand-Tanà, agglomération la mieux équipée en infrastructures de santé par rapport au reste du pays, la majorité des femmes accouchent encore à domicile. D’après les chiffres de l’INSTAT Madagascar (Institut national de la statistique) plus de 58,6% des femmes enceintes dans la Commune Urbaine d’Antananarivo accouchent encore à domicile. Information recueillie à partir de la déclaration de naissances faite auprès des mairies d’arrondissement. Ces femmes qui accouchent à domicile sont conscientes des risques encourues mais faute de moyens, elles préfèrent cette solution. Tout ou au moins une grande partie des actes et des médicaments sont payants à l’hôpital selon ces femmes : du coton jusqu’aux médicaments en passant par les pansements et l’ambulance. La précarité de la vie sociale et économique de la majorité pousse beaucoup des femmes enceintes à ne fréquenter les structures de santé qu’en cas d’extrême nécessité.

Dans la capitale, à peine le quart des femmes enceintes accouchent dans des centres de formation sanitaire publique et le reste, une minorité de moins de 15% dans les cliniques privées. Celles qui accouchent dans les structures de santé dans la plupart des cas, bénéficient d’une assurance santé de la part de leurs employeurs ou de ceux de leurs conjoints. Si dans la capitale, la grande majorité des femmes accouchent encore à domicile, qu’en est-il du reste du pays alors ? Ceci explique aisément qu’il y ait 10 femmes malgaches qui meurent par jour en accouchant.

Madagascar Tribune15 partages

Crainte d’un non-paiement des salaires

Le syndicat des employés de la Commune Urbaine d’Antananarivo (SMKAR) tire la sonnette d’alarme à l’endroit des autorités déconcentrées à Antananarivo. Ces derniers craignent en effet le non-paiement des salaires des employés de la CUA prochainement. Le budget de la CUA n’a pas encore été validé par le Préfet de police qui exerce le contrôle de légalité sur les actes de la CUA. Ceci alors que le budget a été ficelé au mois de décembre dernier et envoyé au mois de janvier après délibération du Conseil municipal.

Les employés et les dirigeants de la Commune se demandent donc où se trouve le blocage et pourquoi ce retard de retour de la part de la préfecture d’Antananarivo. Le SMKAR craint une manipulation à visée politique étant donné les divergences qui existent entre l’Etat central et les dirigeants de la CUA. Le syndicat en appelle à la prise de responsabilité de la Préfecture. Selon le SMKAR, les employés de la CUA effectuent une mission de service public et ne devraient en aucun cas être les victimes d’une guéguerre politique qui oppose le régime et la CUA. Ces derniers demandent donc à ce que la réponse de la préfecture se fasse le plus vite possible.

News Mada14 partages

Savorovoro tao amin’ny FJKM Ambohijatovo fitiavana : nesorina ny mpitandrina, tsy nanaiky ny mpivavaka

 Nilanja sora-baventy ireo mpino, mangataka ny hijanonan’ny mpitandrina sy ny fanalana ireo biraom-piangonana. Raikitra ny savorovoro tao amin’ny FJKM Ambohijatovo Fitiavana, ny asabotsy teo. Voalaza fa noho ny tsy fitoviam-pitantanana eo amin’ ny biraom-piangonana sasany sy ny mpitandrina no antony, ka niafara tamin’ny fanalana ito farany.

Ny asabotsy hariva lasa teo, nidina teny Ambohijatovo ny solontena avy ao amin’ny synodam-paritany Antananarivo Andrefana (SPAA10), nitondra ny fanapahan-kevitra fa hosoloina ny mpitandrina amin’izao fotoana izao ary « délégué » ny hitazona ny andraikitra manomboka eto. Tsy mankasitraka izany, ka nitondra sora-baventy mba hitazomana ny mpitandrina ny mpino ary nangataka ny hanatrika ny fihaonana teo amin’ny biraom-piangonana sy ny synoda.Siotsioka, tabataba no heno nameno ny fiangonana rehefa tsy nanaiky fa nisisika hiditra ny trano fiangonana ny rehetra. Nambaran’ny nanatri-maso fa nahatsiaro tsy salama ny mpitandrina ka safotra ary nentina nijery mpitsabo vokatry ny savorovoro niseho. Efa tsy nitarika ny fotoam-bavaka ny maraina sy antoandro intsony ny mpitandrina fa ny « délégué » no novantanin’ny mpino rehetra, omaly. Nisy ny rakitra avy amin’ny mpino nanatrika ny fotoana izay natolotra ny mpitandrina taorian’ny fidirana voalohany.

Ny 14 febroary 2016 no noraisin-tanana ny mpitandrina eo amin’ny FJKM Ambohijatovo Fitiavana. Herintaona aty aoriana, nosoloina izy vokatry ny disadisa teo aminy sy ny mpikambana sasany eo amin’ny biraom-piangonana.

Tao anatin’ny herintaona mahery, nitrangana disadisa ao amin’ny FJKM Ambohijatovo Fitiavana. Zavatra roa no ambaran’ny mpikambana ao amin’ny biraom-piangonana fa fototry ny olana ka nitarika ireto farany tsy nanaiky hiara-hiasa intsony amin’ny mpitandrina. Voalaza fa anisany ny tsy fitoviam-pitantanana teo aminy sy ny birao. « Mahitsy fiteny ny mpitandrina eto aminay ka mety manelingelina ny mpino sasany izany », hoy  ny fanazavan’ny mpandray fanasan’ny Tompo iray ao amin’ny fiangonana. Nahavita betsaka ho an’ny fiangonana anefa izy raha tsy hiteny fotsiny ny fanitarana ny trano fiangonana sy fametrahana carreaux. Mbola misy ny asa hafa kasainy atao, nefa izao miseho izao ny savorovoro, araka ny nambarany ihany.

 

Hangataka fihaonana amin’ny tomponandraikitry ny synoda

Manoloana izay rehetra izay, sahiran-tsaina ireo mahatsiaro fa tokony tsy mbola noesorina amin’ny toerana ny mpitandrina satria tsy nisy ny hadisoana nataony. Ny vaovao ofisialy omena ny mpiara-mivavaka rehetra, nametra-pialana ny mpitandrina vokatry ny disadisa eo aminy sy ny mpikambana sasany eo amin’ny biraom-piangonana.

Tsy hijanona amin’izao fa hanao taratasy fangatahana fihaonana amin’ny tomponandraikitry ny synoda ny mpandray fanasan’ny Tompo hamosaka ny alahelon’izy ireo sy hijerena vahaolana hafa ankoatra ny fampiatoana ny mpitandrina.

Niezaka nanatona teny an-toerana ny mpanao gazety, omaly, nanangom-baovao fa sahirana tanteraka, satria voahidy vavahady raha vantany vao nikasa ny hitafa amin’ny mpitandrina.

Randria

Tia Tanindranaza14 partages

Jean Max RakotomamonjyMiketrika ny 2018 ihany koa

Mivoaka ny resaka amin’ny haha kandida filoham-pirenena an’i Jean Max Rakotomamonjy, filohan’ny Antenimieram-pirenena amin’ny taona 2018.

 Olona 3 izy ireo no voalaza fa miketrika sy maka ny fon’ny olona any amin’ny faritra avaratry ny nosy, aisan’izany ny tenany, saingy mbola ratsiratsy toerana mitaha amin’ireo 2 hafa raha ny vaovao azo. Manomboka manambitamby ireo solombavambahoaka anefa ity filohan’ny antenimieram-pirenena ity amin’izao fotoana izao, raha ny vaovao azo. Paikady fampiasan’ireo mpanao politika mikendry ny toeran’ny filoham-pirenena ny fitadiavana firenena na mpanohana vahiny, ka efa mba niketrika koa i Jean Max Rakotomamonjy, izay tany Ukraine tamin’ny herinandro ambony, raha ny resaka heno. Ekena fa tokony halalaka ny fifidianana ary tokony tsy hisy kandida hosakanana izany. Na ny vondrona iraisam-pirenena aza efa mivoy izany indray ankehitriny, raha toa ka izy ireo no tompon’antoka tamin’ny « ni…ni… » tamin’ny taona 2013, ka tsy fantatra intsony izay tanjony. Tokony hohajaina anefa ny lalàna hoe mila mametra-pialana, fa tsy hampiasa ny fahefam-panjakana sy ny volam-panjakana ho an’ny tombontsoa politikan’ny tena manokana. Tsy misy asa mandeha amin’ny laoniny intsony fa variana amin’ny kajikajy isan-karazany ka tavela sy miahaka eo ny anjara adidy nankinina amin’ny tena. Raha tena mahatoky tena dia mila mametra-pialana, toy ny miseho any ivelany fa tsy manao boloky lahy homam-boantseva, ka mamy ny atsy fy ny aroa. Raha raisina ho ohatra ny zava-nisy tany Frantsa, dia nametra-pialana ny praiminisitra Manuel Valls kanefa vao fifidianana savaranonando no natrehina, saingy tsy lany. Maro ireo olom-panjakana efa tokony hametra-pialana dieny izao raha tena manana fahatokisan-tena, saingy tsy misy manao satria miantehitra amin’ny fahefam-panjakana sy volam-panjakana ny ankamaroany. Mikasika manokana an’i Jean Max Rakotomamonjy dia maro no miteny fa ny tohatra aza tsy afaka ny rindrina no hianihana satria ny asa aman’andraikitra sy ireo solombavambahoaka ary ny antoko Leader Fanilo aza tsy voafehy, kanefa any amin’ny toeran’ny filoham-pirenena indray izao no kotrehina. Tsy hay anefa na mba mitifitra lanitra hahavoazana tendrombohitra ny tenany na efa manana ny paikadiny manokana hoenti-mandrombaka ny toeran’ny filoha tokoa.

Toky R

 

Midi Madagasikara13 partages

Judo /TIMIN TICAD : L’or pour Herizo Mickaël

Le tournoi international cadets et minimes de la Réunion a bien porté ses fruits pour la ligue d’Analamanga avec 4 médailles pour 5 combattants sur place.

Bon sang ne saurait mentir. Un papa et une maman champions de judo et de jiujitsu avec Manitra Herizo Razafimanantsoa et Vola Elena Raoelison et voici le fiston qui ramènera, ce jeudi, l’or de la Réunion à Madagascar en judo. Herizo Michaël qui tire normalement chez les benjamins vient de se parer de l’or des minimes au Tournoi International de judo de La Réunion. Coaché par Me Lita Rambeloson et Théo Pitaval, dans une poule de  3, il n’a fait ni une ni deux de ses adversaires et est allé directement décrocher sa médaille d’or suite à un parcours sans faute. La délégation composée de 5 combattants venant des clubs de l’ESCA et de Hakudokan a gagné en tout 1 médaille d’or à l’actif de Herizo Michaël, deux médailles d’argent pour Fetra et Joanno, une médaille de bronze pour Ryan, le fils de Me Jean Yves de l’ESCA et une 5e place pour Harena, le fils de Me Mamy Ndongoza. A partir de ce jour, ils seront en stage, toujours à la Réunion, et rentreront ce jeudi. Vola Elena Raoelison présidente de la ligue profite de ce beau résultat de sa ligue pour remercier tous ceux qui ont participé à cette réussite. « La ligue est fière de ce résultat et souhaite que cela continue. On fera tout pour aider nos jeunes à aller le plus loin possible ».

Les résultats

Médaille d’or :

Herizo Michaël, minime -46kg, Hakudokan

Médailles d’argent :

Fetra, cadet, -73kg, Esca

Joanno, cadet -46kg, Esca

Médaille de bronze

Ryan, cadet, -66kg, Esca

5e place

Harena, -50kg, cadet Hakudokan

Anny Andrianaivonirina

News Mada11 partages

Antanimena : «Le complexe» ouvre ses portes

Un nouveau concept arrive dans le secteur de la restauration à Madagascar. Le restaurant «Le complexe», sis à Antanimena, a été inauguré officiellement, le 11 février dernier, quoiqu’il ait déjà démarré il y a un mois. Le restaurant propose trois cartes de choix à ses clients, notamment une carte asiatique, une carte pour la cuisine française et une autre pour ceux qui veulent manger rapidement.

Deux acteurs expérimentés dans la restauration et l’événementiel à Madagascar se sont associés dans ce projet ambitieux. Il s’agit des deux Français Jean-Marc Bouchet et Régis Guillet. «Le concept du complexe marche très bien en Europe depuis maintenant quelques années. On estime que cela peut très bien marcher à Madagascar également. Le but n’est pas d’ouvrir un simple restaurant mais d’y apporter une ambiance en plus», a avancé Régis Guillet. Celui-ci de poursuivre que «La fréquentation a été satisfaisante durant le premier mois d’ouverture du restaurant».

Par ailleurs, une équipe de douze cuisiniers s’occupe des plats proposés dans les trois cartes. Ces derniers ont suivi une formation de deux semaines avant l’ouverture du restaurant. A ce propos, le chef Marco Rajaofera a avancé que «Seulement trois à quatre cuisiniers ont  été formés sur la base. Le reste de l’équipe est constitué de professionnels expérimentés dans ce domaine».

Riana R.

 

News Mada9 partages

Pattaya : le billet pour Taratra, Trema et Cobra

Les échéances internationales continuent et ne se ressemblent pas pour l’une des plus grandes nations de la pétanque. Madagascar sera encore représenté à la 7e édition des Masters de Pattaya, Thaïlande du 22 au 26 février prochain. Trema Rafetrarinanja, Taratra Rakotoninosy et Hasintsoa alias cobra ont corrigé en finale du tournoi de sélection, hier, au gymnase couvert de Mahamasina Dolys, Bonde et Tselonina  sur le score de 13 à 5. Ils auront comme mission de défendre le titre remporté en 2014 et l’année dernière.

La ligue d’Analamanga et la Fédération malgache de pétanque (FMP) ont déployé leurs efforts pour aménager le gymnase couvert aux normes des boulodromes internationaux pour permettre aux boulistes malgaches d’être sur le même pied d’égalité que leurs prochains adversaires. «Nous avons toutes les chances de remporter cette édition  et ce tournoi de qualification a été une bonne préparation pour l’équipe», a déclaré Trema.

Rojo N.

 

Tananews8 partages

“Je dénonce la spéculation sur le riz”

Si si elle parle la Première dame, vu qu’il y a le feu, euh, à la casbah. Elle signe donc la petite phrase du jour.

“Je dénonce la spéculation sur le riz”

Et nous, les misérables babakoto mécréants que nous sommes, nous aussi nous pouvons dénoncer nos petits désagréments quotidiens ?

La liste risque d’être longue, comme les commentaires ci-dessous vont en témoigner.

Tia Tanindranaza7 partages

Alakamisy Itenina-FianarantsoaAvy aiza marina ireo fitaovana nozaraina ?

Nipoapoaka ny kabary “propagandy” nataon’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina tany Alakamisy Itenina, distrikan’i Vohibato, ny zoma 10 febroary teo, nanolorana fampitaovana mahasahana fampandrosoana eny ambanivohitra.

 

 Teo ny fizaràna tohotra tantely miisa 500 ho an’ireo tantsaha mpiompy nahazo fiofanana. Notolorana akoho gasy fakàna taranaka an-jatony ireo fikambanam-behivavy 13 ao an-toerana. Nisy ny fampitaovana momba ny fandrafetana sy jono an’ireo tanora 74 mianadahy mivondrona ao anaty fikambanana miisa 18 tohanan’ny tetikasa PROSPERER. Nanome zanakazo sy zezika hiarovana ny tohadrano sy sahandriaka kosa ny tetikasa PURSAPS. Tsy diso anjara tamin’ireo ny mpiompy ombivavy be ronono ao Alakamisy Itenina izay notolorana fitaovana fanodinana ny vokatra, nampiana motocylette fanomezana avy amin’ny mpitondra, izay nahazendana ny maro. Raha ny loharanom-baovao mantsy dia fitaovam-pitaterana novidiana avy amin’ny herimpon’ireo tantsaha mpikambana ao amin’ny ROFAMA (ROnono FAritra Matsiatra Ambony), izy io, ka mahatonga azy ireo mametra-panontaniana hoe avy aiza marina ireo fitaovana nambara nipoapoaka fa fanomezana tao Alakamisy Itenina ? Mbola ny loharanom- baovao hatrany no milaza fa tetikasa efatra misehatra ao Matsitra Ambony no loharano ipoiran’ireo fanomezana ireo, fa resaka fampandriana adrisa ny ankoatra izay, toy ny fampanantenana hanamboarana ny lalana Andrainjato-Mahasoabe sy Talata Ampano Alakamisy Itenina. Fa nanamarika io fotoana io ihany koa ny tsy nanasana ny solombavambahoakan’i Madagasikara voafidy tao amin’ny distrikan’i Vohibato, Randrianatoavina Jean Martin hanatrika io fotoana io.

Jean D.

News Mada5 partages

Hitety ny boriborintany enina : olona 250 nomena sakafo

Nitsinjo ireo sahirana ara-pivelomana ny minisiteran’ny Mponina amin’ny fizarana sakafo masaka isan-kerinandro.

Isaky ny alahady, mizara sakafo mafana ho an’ny olona tsy manan-kialofana eto Antananarivo ny tomponandraikitry ny minisiteran’ny Mponina sy ny fiahiana ara-tsosialy. Olona 250 nahitana ankizy sy olon-dehibe izay raisina an-tanana ao amin’ny foibe Seba sy Madcap ao Isotry (nisokatra ny 26 novambra) no notolorana izany, omaly. Nikarakara sy nitsinjara ny sakafo ny mpiasan’ny minisiteran’ny Mponina.

Efa misy ny tetikasa hitadiavam-bola hampaharitra ny fanampiana tahaka izao eo anivon’ny minisitera. Ety am-piandohana, hihodina eny amin’ny boriborintany enina eto an-dRenivohitra ny fizarana isaky ny faran’ny herinandro, arakaraka ny vola eo am-pelatanan’ny minisitera, araka ny fanazavana azo.

Nanambara koa ny minisitry ny Mponina fa homarihina eto Antananarivo eny Mahamasina ny Andron’ny vehivavy amin’ity taona ity. Hetsika maro no homanina mandritra ny fankalazana.

Vonjy  

News Mada5 partages

Hira roa tao anatin’ny roa volana : tsy ho ela ny rakikira faharoan’i Stéphanie

Vao tsy ela akory izay no nivoaka ny “Mila fitiavana”. Avy hatrany dia voarain’ny mpankafy an’i Stéphanie io hira io, ka nampiaka-daza azy indray. Taoriana kelin’izay, nivoaka koa ny “Resaka tsaho” niarahany tamin’i Désiré Volcan, izay vao vita rakitsary tsy ela akory izay. “Manakina ireo mpanely tsaho indrindra anatin’ny Facebook io hira io, fa tsy hoe mikendry olona manokana akory”, hoy ny nambaran’ny mpikarakara ny tarika Stéphanie.Mazava loatra fa horaketina ao anatin’ny rakikira vaovaon’i Stéphanie ireo hira roa ireo. “Hivoaka tsy ho ela, amin’io volana marsa io ny rakikira faharoa”, hoy hatrany ny filazan’ny mpikarakara. Hira 10 no horaketina ao, hahenoana karazan-gadona maro toa ny slow, kizumba, afro beats, salegy, sns.Mikasika ny fampisehoana kosa, fantatra izao fa efa fenofeno ihany ny fandaharam-potoan’i Stéphanie amin’ity taom-pampisehoana ity. “Hisy zava-baovao saingy aoriana kely vao ambara izany”, hoy hatrany ny fanazavana. Ankoatra izay, fantatra fa anisan’ireo mifaninana ho “mpanakanton’ny taona 2016”, mandritra ny “RDJ Mozika” i Stéphanie. Tafiditra mifaninana ao amin’ny sokajy “Mozika milamina” ihany koa ny hira “Mila fitiavana”.

L'express de Madagascar5 partages

L’internet de Telma rétabli

La société Telma annonce le retour de la connexion internet. Samedi, les abonnés de l’opérateur télécom se sont réjouis de la bonne nouvelle. Depuis le 25 janvier après-midi, la connexion internet à Madagascar a connu une grande perturbation après l’endommagement du câble optique sous-marin au large de Toliara. La société de télécom­munication a annoncé des travaux de quinze jours, dont une bonne partie a consisté en des interven­tions en haute mer avec le navire câblier Léon Thevenin.

Midi Madagasikara4 partages

Développement numérique : Deux experts en mission à Madagascar

Les deux experts internationaux, avec des responsables de i RENALA.

Deux experts internationaux sont actuellement à Madagascar, dans le cadre d’un projet d’amélioration de la connectivité à Internet. Il s’agit de Laurent Gidé, directeur technique du NREN (National Research and Education Network) RENATER, le réseau français de l’éducation et de la recherche pour un audit du NREN malgache « i RENALA » ; et Joe Kaibili, consultant du RREN régional UbuntuNet Alliance, pour l’étude de la faisabilité technique du raccordement de « i RENALA » à UbuntuNet, par fibre optique à très haut débit. Ce projet a eu l’aval du ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique, Neypatraiky Rakotomamonjy.

Antsa R.

News Mada4 partages

Athlétisme : le verdict est tombé

Journée cruciale pour certains athlètes, samedi dernier, au stade d’Alarobia pour les premiers tours de piste de la saison. Comme il a été annoncé par la Fédération malgache d’athlétisme (FMA), ceux qui visent une participation aux compétitions hors de la Grande île devront passer par des tests pratiques.

A ce jeu, Mampitroatsa (COSPN) et Nanie Madeleine Razafindrafara (3FANS) ont tiré leur épingle du jeu lors de la sélection des deux athlètes qui iront représenter Madagascar aux 10 km de Mamoudzou, le 19 mars prochain. Si le coureur de la Police nationale est à sa première participation, côté féminin, Nanie Madeleine Razafindrafara a une revanche à prendre après avoir échoué au pied du podium l’ année dernière.

Les autres courses de la journée ont fait également place à la confirmation à l’image de Nicolas Rakotoniaina (Cnaps), Aimé Gregoire (Aspnato Toliara) et Clément Rahamavitasoa (Ihorombe) qui ont survolé le test de qualification pour le meeting de Saint-Pierre de la Réunion qui aura lieu ce 25 mars. Eux qui sont habitués au relais de Saint-Benoît. Ils seront accompagnés d’Ernest Rakotonirina de COSPN lors de cette aventure.

Chez les jeunes, trois des sélectionnés pour le meeting d’Etang Salé de la Réunion sont également des habitués du podium, à savoir Koloina Raherinaivo, Nantenaina Rakotonirina, Bienvenu Rakotozafy. Déjà brillants lors des Jeux de la Commission de la jeunesse et des sports de l’océan Indien (CJSOI), ils ont confirmé, samedi dernier. Maria Raharimbolatiana complète la liste.

Naisa

Les sélectionnés par compétition

10km de Mamoudzou du 19 mars : Mampitroatsa (Cospn Boeny) et Nanie Madeleine Razafindrafara (3FANS)

Meeting d’Etang Salé de La Réunion du 8 avril :

-200 m – cadette : Koloina Raherinaivo (3FB )

– 200 m – junior garçon: Nantenaina Rakotonirina (3FB)

-1500 m – junior fille: Maria Raharimbolatiana (3FANS)

-1500m – junior garçon : Bienvenu Rakotozafy (Bongolava)

Meeting de Saint-Pierre de La Réunion du 25 mars (4X1500 m) :

Nicolas Rakotoniaina (Cnaps), Aimé Gregoire (Aspnato Toliara), Clément Rahamavitasoa (Ihorombe), Ernest Rakotonirina (Cospn)

 

News Mada4 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fideraderana ny kely vita

Vavavava anie izao. Fananganam-peo mitory fieboeboana mikasika ny fanondranana an-tsokosoko ny harenam-pirenena. Bolabola an-jatony no tratra dia Praiministra sy minisitra maromaro no niara-nirongatra tany Toamasina nideradera ny fahaiza-manao ao ambany fitarihan’ny filoham-pirenena. Mainka fa parasily fa ravin-katsaka aza ity dia mikasaotsaoka, hoy ilay tonon-kira iray. Bitika dia bitika ireto entana voasakana ireto raha ampitahaina amin’ireo  harena tafaporitsaka. Ranom-potaka aza manonja, mainka fa ranomasina, hoy ny Ntaolo. Toy ny fanaovana tabataba amin’izao fotoana izao ny fahanginana tamin’ilay raharaha tany Singapour izay nikasika bolabola 30.000. Maivana ny 200 raha ampitahaina amin’ny 30.000. Izany no fetra na fatra azo andajana ny vesatry ny asa tanteraky ny fitondrana. Dia entina andihindihizana sy iravoravoana ve raha akoho iray sisa afaka nosamborina tao amin’ny fiompiana akoho efa miisa arivo isa izay nataon’ny mpangalatra lany tamingana. Famitapitahana sa tsy fahatsapana ny tena lanjan-javatra no maniraka hidehadehaka toy izao?

Diso fiheverana izay mbola mino fa bado sy jamba ny vahoaka. Tsy misy tsy mahatsapa fa bitika dia bitika ny zava-bita amin’ireo tokony natao. Samy mahafantatra ny fivangongon’ny asa mbola miandry izay takian’ny fanarenana alohan’ny ahafahana hiatrika izany atao hoe fampandrosoana vetsovetsoina izany. Tonga ity ny orana, araky ny faniriana. Efa ela izay niandrasana azy izay noho ny fahalasanany aoriana raha dinihina amin’izay tokony ho izy araky ny fisarahan-taona. Izany firotsahan’ny orana izany anefa dia mampiseho ny karazana aretina toy ny lavadavaka mameno ny arabe maro. Lavaka izay nototorona tsy araky ny fenitra fanao, fa natao vonjy maika sy natao takon-kenatra. Tsy tena mangarahara moa ny teti-bola fandaniana nentina nanaovana izany. Ny hany fantatra dia ny tsy mahalavorary ny fitsaboana ka raha tena mazava ny fitantanana dia tonga izao ny fotoana ampitahaina ny lesoka teo amin’ny fanatanterahana raha mifanandrify amin’ny volam-panjakana natokana tamin’ny fanatanterahana anisan’ny asa tsy mahafatra-po araky ny tazana ankehitriny.

Léo Raz

 

News Mada4 partages

Université d’Antananarivo : les secrets du département « Droit »

La régularité de son calendrier universitaire est une des particularités remarquées à la Faculté de droit de l’université d’ Antananarivo. La réussite de l’exploit repose sur une symbiose entre les étudiants et les enseignants, selon le chef du département.

La prolifération des établissements d’enseignement supérieur privés doit inciter les enseignants fonctionnaires à mettre en valeur l’université publique qui reste l’unique chance d’ascension sociale pour les étudiants issus de la masse populaire, d’après les explications du chef du département de la Faculté de droit de l’université d’ Antananarivo, Faratiana Esoavelomandroso. Les étudiants louent les efforts fournis par leur mentor afin qu’ils puissent participer aux différents concours administratifs au bout de leur cursus. « Un retard dans le calendrier universitaire nous fera rater un ou plusieurs concours auxquels nous aspirons et prolonger notre vie estudiantine, synonyme de dépenses agrémentées de sacrifices », a avoué un groupe d’étudiants de cette faculté. Ils souhaitent d’ailleurs une dissociation des problèmes administratifs des enseignants à l’avenir des étudiants qui n’ont rien à y voir pour éviter d’être les éternels otages des affaires dont la résolution ne les concerne pas.

Réussite et dévouement.

Des enseignants de cette filière ont révélé leur soutien aux revendications de leurs pairs sans oublier leurs étudiants. Les résultats sont d’ailleurs éloquents sur l’efficacité de la méthode puisque les 90 à 95% des admissions aux différents concours sont ravies par les étudiants de ce département de l’université publique d’Antananarivo. «On est là pour servir, pour aider nos étudiants et qu’on est dans un sacerdoce», a affirmé Faratiana Esoavelomandroso, dévoilant le secret de son département.

Manou 

L'express de Madagascar4 partages

Le parti TGV fête ses dix ans

Le parti « Tanora Malagasy vonona » (TGV), fondé par Andry Rajoelina, ancien président de la Transition, a fêté sa 10e année d’existence, hier. Un événement célébré lors d’une réception à « l’Arena », à Ankoron­drano, en présence du leader de la révolution Orange. Ce dernier a pourtant brillé par son absence mardi, durant la commémoration des victimes du 7 février 2009. Depuis quelques années, le parti TGV est phagocyté par le Groupe des partisans d’Andry Rajoelina (Mapar).

News Mada3 partages

Judo – Paris : Royal Rakotoarivony satisfait

Du chemin à faire pour le judoka malgache Royal Rakotoarivony sur la scène internationale. Après deux participations au Grand Slam de Paris, en 2016 et cette année, il est rentré sans le moindre succès.

Samedi, dans sa catégorie de prédilection des -73 kg hommes, le porte-fanion malgache du rendez-vous parisien s’est incliné dès son premier combat dans la poule D face à un grand champion ouzbèke en la personne de Mirzahid Farmonov. Ce dernier l’a remporté par deux waza ari à rien pour Royal Rakotoarivony.

Pour autant, le champion malgache a été plus détendu que l’année dernière dans pareille situation. « Je suis satisfait de mon combat de samedi par rapport à celui de l’année dernière malgré la défaite. J’ai pu combattre jusqu’au bout du temps réglementaire bien que j’aie été en face d’un grand judoka, un vrai champion », a souligné le judoka malgache pour expliquer son aise. « Même la Fédération malgache de judo s’est réjouie de l’évolution dans ma manière de combattre », a-t-il renchéri.

Cela est-il suffisant pour convaincre la Fédération malgache de judo (FMJ) de l’intégrer dans la sélection nationale pour le Championnat d’ Afrique ?

Les jeunes à l’affut

Autre issue pour les judokas malgaches dans un autre tournoi qu’est le tournoi international de judo de la ville de Saint-Denis à La Réunion. La délégation malgache composée de minimes et cadets termine à la 5e place comme l’a été le rang de Harena chez les cadets des -50 kg. Mais grâce à l’Or de Herizo Mickael chez les minimes garçons des -46 kg, à Fetra et Johanno en argent respectivement dans la catégorie des cadets des -73 kg et minimes garçons des -46 kg ainsi que Ryan en bronze, la Grande île ne rentre pas les mains vides.

Naisa

 

L'express de Madagascar3 partages

Justice – Ramanoelison Rabendrainy n’est plus

Tragique. Le monde de la justice est orphelin de l’un de ses grands noms. Rama­noelson Rabendrainy, ancien ministre de la Justice sous la première moitié de la IIIe République dirigée par Albert Zafy, a rendu l’âme samedi, tôt le matin. Un décès survenu au lendemain de celui de son épouse qui s’est éteinte, vendredi.« Il n’était même pas au courant de la mort de sa femme », se désole un de ses proches. L’état de santé de l’ancien garde des Sceaux qui était en petite forme depuis plusieurs mois, se serait brusquement dégradé lorsqu’il a appris que sa femme, également affaiblie par une maladie, n’avait plus aucune chance de guérir. « Il a commencé à perdre l’appétit, ce qui l’a sensiblement diminué au point qu’il a fallu l’hospitaliser », ajoute la source. Alors que son épouse poussait son dernier soupir,  Ramanoelison Rabendrainy, souffrant de « coma intermittent », était en soins intensifs à Antananarivo.La dernière fonction officielle occupée par Rama­noelison Rabendrainy avait été celui de haut conseiller au sein de la Haute cour constitutionnelle (HCC). Institution qu’il avait rejoint au titre du quota de l’Assem­blée nationale en 2002, et qu’il avait quitté au début de cetteIVe République, au profit de la nouvelle équipe conduite par Jean Eric Rakotoarisoa, président de la HCC.Celui qui, un temps, avait été le doyen des hauts conseil­lers de la Cour d’Ambohidahy eut, par ailleurs, un parcours politique fourni. Député d’Ambalavao Tsienimparihy dans les années 80, le magistrat avait été membre de la Haute autorité de l’État (HAE) de 1991 à 1993, avant d’être réélu à l’Assemblée nationale au début des années 2000, pour le compte du district de Fianarantsoa.

G.F.R.

L'express de Madagascar3 partages

Soavimbahoaka – Écroulement d’un mur de soutènement

Alerte. Les sapeurs pompiers de Tsaralalàna ont été prévenus de l’écroulement d’un mur de soutènement du côté de Soavimbahoaka, dans la nuit de samedi à dimanche, suite aux fortes précipitations. Les habitants des environs ont été évacués du lieu, selon le rapport du chef de corps, le lieutenant-colonel Michel Rabema­nantsoa, joint au téléphone, hier. « Il n’y avait pas de dégâts majeurs, les débris ne se sont pas effondrés sur les maisons voisines, mais il se peut que cette batterie continue à s’écrouler, c’est pourquoi, l’évacuation de ces personnes est primordiale », explique-t-il.Le propriétaire de ce mur de soutènement aurait déjà été enjoint à le réparer, pour mettre hors de danger les habitants environnants. En 2015, un écroulement de ce genre d’infrastructure a déjà coûté la vie à quelques personnes à Antananarivo, à l’instar de l’artiste en herbe, le jeune Félicien Rakoto­malala qui avait interprété Théo Rakoto­vao dans une télé réalité.Jusqu’à hier, en fin d’après-midi, c’était le seul dégât causé par les fortes précipitations de samedi, pour lequel les sapeurs pompiers de Tsaralalàna sont intervenus.

M.R.

News Mada2 partages

Kitra – Afrikanina : nandresy ny Cnaps Sport – nanao sahala ny Elgeco Plus

 Tsara fanombohana ny Cnaps Sport teo amin’ny lalao mandroso amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, taranja baolina kitra. Nandresy ny Township Rollers avy atsy Botsoanà, izy ireo tamin’izany. Nirava sahala kosa ny fihaonana teo amin’ny Elgeco Plus sy ny Supersport United avy atsy Afrika Atsimo. Samy mbola ho henjana ny miandry ny ekipa roa tonta amin’ny lalao miverina.

 

Fandresena ambivitra, 2 noho 1 nandresen’ny Cnaps Sport ny Township Rollers, avy any Botsoanà, nandritra ny lalao mandroso amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika. Fihaonana natao teo amin’ny kianja Complexe sportif Vontovorona, ny asabotsy lasa teo. Vokatra, tsy mbola ampy hiakarana amin’ny dingana manaraka satria mbola hiatrika ny lalao miverina any Gaborone, ny ekipa tompondakan’i Madagasikara afaka herinandro. Ilay baolina tokana tafiditry ry zareo teto, no mety hahasarotra ny fihaonana.

Na izany aza, azo atao tsara ny manantena hanohizana ny lalana satria mila mampiditra baolina iray fotsiny ny Cnaps amin’ity lalao miverina ity, na mitady ady sahala dia tafita. Ry zareo Botsoane, rahateo klioba azo resena tsara fa tsy dia hoe maozatra akory, raha ny fomba filalao nasehony no jerena.

Raha hiverenana kosa ny endri-dalao, natao ny asabotsy lasa teo,  nanjakan’ny Malagasy ny 90 mn. Betsaka ireo baolina tokony ho tafiditra saingy be loatra ny fikoropahana sy ny fahamehan’ny lohalaharana ka tsy maty ireo baolina. Ny Cnaps Sport no nanokatra ny isa voalohany, tamin’ny alalan’i Francis, teo amin’ny fanampim-potoana mialoha ny fialan-tsasatra (45 + 2 mn).

Fitavozavozana

Io tombon’isa tokana io koa no nentin’ny roa tonta niala sasatra. Nanolo mpilalao ry zareo Botsoane. Niditra i Segolame Boy naka ny toeran’i Thato Bolweng. Nahitam-bokany izany fanoloana mpilalao nataon’ny mpanazatra izany, satria i Segolame Boy no nanasahala ny isa ho 1 sy 1 teo amin’ny minitra faha-69 rehefa nisy fitavozavozana teo amin’ny vodilaharana sy ny mpiandry tsatobin’ny Cnaps Sport.

Tsy nahakivy ny mpilalaon’i Typeh izany fa niezaka nanindry sy nifehy ny lalao hatrany izy ireo. Nampitombo ny isa i Njiva, teo amin’ny minitra faha-76, taorian’ny tolotra tsara nataon’i Mika. Nitarika tamin’ny isa 2 no ho 1 ny Malagasy teo izay mbola niezaka nitady hirika hamonoana baolina fanintelony, saingy tsy nanao afa-tsy ny nanidy trano sisa ry zareo Botsoane.

Synèse

 

News Mada2 partages

Taekwondo WTF : le club Sonrang fait son nid

Malgré la mauvaise gestion de la discipline par la fédération, des personnes de bonne volonté continuent de promouvoir le taekwondo WTF. C’est le cas de Deborah Rasolofo, une femme engagée aux côtés des anciennes gloires de la discipline.

Cette collaboration entre des gens convaincus de la nécessité de promouvoir cet art martial a permis de mettre en place un nouveau club dont la principale mission est de former les élites de Madagascar en taekwondo.

Le samedi 11 février, qui a été marqué d’une pierre blanche, le Sonrang taekwondo club a été officiellement installé du côté d’Andavamamba. Une officialisation en bonne et due forme après deux ans d’existence.

Mais comme le dit l’adage, mieux vaut tard que jamais, petit à petit le club a fait son nid. «Le club a vu le jour le 27 mai 2015. A l’époque, nous n’avons pas encore disposé d’une infrastructure propre à nous. Ainsi, dès le premier entrainement daté du 2 juin de la même année, nous avons utilisé la salle de l’Ekar Mangasoavina», a narré la présidente de Sonrang taekwondo club. «Trois mois après la création du club, nous avons obtenu le certificat de conformité, plus exactement le 27 juillet 2015, suivi de l’affiliation officielle à la fédération le 21 septembre», a-t-elle poursuivi.

L’année 2016 a marqué un tournant dans la vie du club, suite à la construction du nouveau dojang à Andavamamba. «Nous avons déménagé à Andavamamba le mois de mai 2016, mais ce n’est que samedi dernier que nous avons décidé d’inaugurer officiellement le nouveau dojang», a fait savoir Deborah Rasolofo.

Naisa

 

News Mada2 partages

ACD : le secteur privé paierait le prix fort

La tentative de relance du système «Advance cargo declaration» (ACD) au niveau des ports internationaux de Madagascar, ainsi que le lobbying opéré à cette fin, se poursuit en catimini. Ce, en dépit des fortes réticences, depuis l’année dernière, du secteur privé. Car non seulement les questionnements et incertitudes autour de ce dossier n’ont jamais trouvé de réponses mais en plus, une mise en œuvre de l’ACD alourdirait encore plus les charges des opérateurs économiques.

Et pour cause, lors d’une rencontre avec le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, la semaine dernière, les membres du secteur privé ont notamment déjà tiré la sonnette d’alarme sur  les difficultés énormes auxquelles ils doivent faire face à cause des problèmes récurrents du délestage qui a considérablement empiré ces derniers mois. Une nouvelle redevance à payer par les opérateurs, que le secteur privé a d’ailleurs qualifiée de « surcharge additionnelle », ne ferait qu’aggraver les choses. Et dire que l’État est censé instaurer un environnement favorable aux investissements…

D’autre part, la mise en place de l’ACD avait, la première fois, déjà fait l’objet de sévères critiques de toute part, car de nombreuses zones d’ombres ont entouré la question, suscitant une méfiance quasi-générale. Et si les instigateurs avaient, entre autres, maintes fois insisté en arguant que la mise en place de l’ACD était impérative pour des questions de sûreté et de sécurité maritime, les membres du secteur privé avaient indiqué qu’après vérification auprès de l’Organisation maritime internationale (OMI), que «Le système ACD ne figure ni dans la partie A des règles obligatoires du code ISPS (Normes de Protection des Navires et des Installations Portuaires), ni dans sa partie B relative aux recommandations laissées au choix des Etats signataires».

Alors, quel argument va-t-on encore avancé pour cette tentative de relance ?

Haja R.

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien2 partages

Pour une meilleure gestion du secteur pétrolier

La Facilité africaine de soutien juridique (ALSF), en partenariat avec le gouvernement de Madagascar, organisera du 13 au 24 février 2017, à Antananarivo – Madagascar ; un atelier de renforcement des capacités afin d’améliorer la gouvernance pour une meilleure gestion du secteur pétrolier du pays.

Participeront à cet atelier des représentants des acteurs impliqués dans les étapes de mise en œuvre des contrats de partage de production, notamment les ministères, les organismes rattachés et des représentants du secteur privé.

La formation se focalisera sur la mise en œuvre effective des projets pétroliers et les enjeux liés aux obligations de chaque partie. Les problématiques et les enjeux majeurs spécifiques aux contrats pétroliers seront également abordés.

L’ALSF est une institution publique internationale hébergée par le Groupe de la Banque africaine de développement. Son objectif est d’accompagner les États africains en leur fournissant des services de conseil juridique en cas de contentieux avec des fonds vautours et dans le cadre de négociation de transactions commerciales complexes.

L’ALSF a notamment été créée dans le but de réduire l’asymétrie existant entre les compétences des États africains et celles des investisseurs internationaux en matière de négociation de transactions commerciales complexes se rapportant aux ressources naturelles et aux industries extractives.

Cet atelier de formation fait partie des nombreuses interventions menées par l’ALSF relevant de son pilier relatif au renforcement des capacités, dont l’objectif est d’améliorer les capacités des cadres des gouvernements africains en matière de négociation de contrats et de contentieux.

Le secteur pétrolier est un marché à fort potentiel pour la République de Madagascar. C’est pourquoi le Gouvernement espère renforcer les capacités de ses cadres dans ce domaine pour accélérer le développement socio-économique et humain du pays.

L'express de Madagascar2 partages

Jirama – Réactivation des centrales hydrau­liques

L’abondance de pluies de ces derniers jours aurait eu des impacts positifs surl’alimentation en électricité dans la capitale. C’est du moins ce que laisse entendre le communiqué de la Jirama.« Le réseau interconnecté d’Anta­na­narivo (RIA) est alimenté en électricité suivant un régime essentiellement hydraulique. Les centrales thermiques seront utilisées en backup, le temps destabiliser et de mieux coordonner l’ensemble de la chaîne », indique le communiqué.Le délestage s’est effectivement réduit durant le week-end surtout dans la capitale. « Le niveau des eaux au niveau des barrages a pu remonter, permettant aux turbines hydrauliques de fonctionner de manière optimale. Par conséquent, cette pluviométrie aura des résultats très encourageants au niveau de la réduction considérable des délestages », poursuit le communiqué.La compagnie a procédé, jeudi, à sa 14e opération de pluies provoquées depuis le mois de décembre. À l’entendre, cette opération combinée à plusieurs paramètres climatiques a produit, ces deux derniers jours, des effets positifs sur le système d’approvisionnement en électricité et en eau de la Jirama.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar2 partages

Mutation – La profession judiciaire au service des paysans

Des conseils gratuits. C’est ce que la profession judiciaire, notamment la Chambre des notaires de Madagascar, l’Ordre des avocats de Madagascar et l’Ordre des huissiers de Madagascar, s’est engagée à offrir aux habitants des 24 communes du district d’Ambohi­dra­trimo. Ils vont travailler ensemble afin de faciliter la mutation des terrains.« Dans le domaine foncier, la question juridique est un handicap pour la population locale, surtout les procédures de succession ou de mutation. La plupart des terrains sont inscrits au nom des arrière-grands-parents et ne sont pas titrés », explique Clovis Arthur Rajaonasolo, maire de la commune urbaine d’Ambohidratrimo et président de l’association des maires du district d’Ambo­hidratrimo. C’était samedi au cours d’une rencontre avec les hommes de droit.Ainsi, pour résoudre ce problème, toutes les parties prenantes vont organiser des séances de consultations publiques sur les procédures de mutation par décès, au niveau de ces 24 communes d’Ambohidratrimo. « Les maires assureront la collecte des dossiers et nous donneront des conseils gratuits après étude de ces documents », indique Rija Razanadrakoto, président de la Chambre des notaires de Madagascar.Le régime en place a étendu jusqu’en juin la gratuité de la mutation par décès. Mais d’après les explications des élus locaux, de nombreux obstacles ont été identifiés et ne permettent pas de faciliter la procédure de succession. « Sept sur dix doléances reçues dans ma circonscription concernent les litiges fonciers. La plupart des paysans occupent des parcelles héritées de leurs grands-parents et ne disposent pas de papiers légaux alors qu’ils sont propriétaires légitimes », déplore le député Luc Ratsimbazafy.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar2 partages

Le nombre des véhi­cules immatriculés en hausse

Le nombre de véhicules immatriculés au cours de l’année 2016 a enregistré une augmentation par rapport à l’année précé­dente. Soit 18 398 véhi­cules, l’année dernière contre 14 652 en 2015 d’après l’Institut national de la statistique Celui-ci précise que les véhicules à quatre roues arrivent en tête du classement avec 8 946 véhicules immatri­culés. Par contre, 4 353 véhi­cules d’occasion ont été enregistrés en 2016.

L'express de Madagascar2 partages

Trouvez mieux

Du riz et de l’huile pour 6 000 personnes des six arrondis­sements d’Antananarivo, gracieu­sement distribués par la Première Dame, tandis que le gouvernement se dépatouille comme il peut – et il ne peut pas grand-chose, apparemment – face aux colères bien légitimes de la population. Une petite couleuvre de bienfaisance pour faire passer la pilule de l’impuissance… Oui, mais non. Cette petite tentative de récupérer la sympathie de l’opinion publique par quelques bonnes œuvres ne marche pas. Pas quand la situation périclite à tel point que le chaos menace à tout instant, pas quand les entreprises avancent sur les rotules, pas quand l’insécurité est à un niveau aussi inquiétant, pas quand on a attendu tellement longtemps avant de réagir. Non, les conditions du succès ne sont pas réunies, n’en déplaise au président de la République.Ces colmatages ne marchent pas. Lorsque l’on vit avec cinq heures de délestage par jour, que les activités tournent au ralenti voire pas du tout, que la précarité s’incruste jusque dans les pores, on fait partie d’une population stressée et lasse. On n’a pas envie d’être aidé par une main ponctuellement secourable, on n’a plus envie d’être le pauvre type lambda à qui on fait charité, on en a assez d’être celui pour qui on se cotise parce qu’il ne s’en sort plus. On veut des solutions pérennes et la certitude que cette traversée du désert, on ne la fait pas seul. On veut que nos nuits blanches, nos peurs quotidiennes de ne pas joindre les deux bouts, de perdre le peu que l’on a pu construire, trouvent leurs dénouements.Pour l’instant, on se sent bien seul et on a bien envie de manifester sa colère – bien que des musellements musclés aient été les réponses officielles de certaines des manifes­tations. L’on se pose la question de savoir s’il faille finalement prendre l’exemple d’Itaosy ou de Soamahamanina pour se faire comprendre   Faut-il qu’on s’affronte en adversaires pour avoir la chance d’être entendu   Plusieurs cas de violences ont été décelés de part et d’autre de l’île et comme toujours, le feu a été l’élément d’expression toute trouvée – si ce n’est la vindicte populaire pour certains. Des exemples d’exaspération, sans doute exagérés par des rancœurs enfouis, mais qui témoignent des dimensions inquiétantes d’une lassitude qui n’en finit pas. Des musellements par la force.Résoudre le délestage en trois mois était l’un des bons mots du chef de l’État durant sa campagne électorale, entre autres promesses lancées en veux-tu, en voilà. Une promesse impossible à réaliser, que tout analyste avait compris, mais pas une population déjà usée par des années de difficulté et en quête d’une sortie de crise. La situation s’est envenimée et c’est le moment de rattraper la bourde, avec des actions, des décisions et des paroles à la mesure de l’indignation générale. Non, du riz et de l’huile n’apaiseront pas les esprits. Trouvez mieux.

Par Mialisoa Randriamampianina

Midi Madagasikara1 partages

Sécurité maritime internationale : Le code ISPS fortifie le port de Tanga

La sécurité des opérations maritimes fait partie des facteurs de développement.

La Communauté de l’Afrique de l’Est est peut-être le bloc d’États le plus prometteur sur le plan économique de tout le continent africain.

Ce groupe, composé notamment du Kenya, de l’Ouganda, du Rwanda, du Burundi et de la Tanzanie, prend son envol économique. Envol qui pourrait emporter le Mozambique et Madagascar si les coopérations économiques et les mises aux normes des échanges commerciaux maritimes se développaient.

Le cas de la Tanzanie. Le port de Tanga a effectué des exercices ces derniers mois mettant en lumière la nécessité d’une approche unifiée de la mise en œuvre des mesures de sûreté maritime, notamment en ce qui concerne le chapitre XI-2 de la Convention SOLAS de l’OMI et le Code ISPS. Au cours de l’exercice, les participants de divers organismes gouvernementaux, y compris le secteur portuaire, sont confrontés à diverses menaces et défis à la sécurité maritime. Notamment des décisions politiques, la gestion des crises et des situations d’urgence. L’amélioration de son cadre réglementaire portuaire n’a pas tardé à payer pour la Tanzanie. Une croissance en moyenne de 7% sur les dernières années qui va atteindre les 8% en 2018. Et une industrie qui se restructure grâce à un regain de confiance de la communauté internationale et de grands opérateurs économiques.  Preuve de la confiance de ses voisins dans sa sécurité maritime tanzanienne, l’Ouganda a choisi la Tanzanie pour exporter désormais son pétrole.

Le code ISPS. Parmi les outils favorisant le développement économique de la Tanzanie, on trouve donc l’ISPS. En français Code International pour la Sûreté des Navires et des Installations Portuaires. Ce code, entré en vigueur en 2004, se retrouve dans de nombreux pays à travers le monde. Les Etats-Unis, l’Union européenne, le Japon, le Nigéria, la Guinée Conakry, La Sierra Léone, Le Bénin, le Libéria, l’Afrique du Sud, la Tanzanie, le Mozambique ou la Côte d’Ivoire. L’ISPS est devenu une norme incontournable pour tout port à vocation internationale. Le code ISPS nécessite une mise aux normes importantes des infrastructures portuaires et un travail de coopération économique permettant de financer ces grands changements. A Madagascar, les principaux acteurs sont déjà sur le pied de guerre, et un travail en collaboration entre les différents ports et l’APMF a commencé. Sous l’égide de l’OMI et des instances internationales qui voient d’un bon œil cette évolution qui donnera aux ports malgaches une image économique plus solide. Les opérateurs économiques malgaches vont pouvoir ainsi sécuriser leurs échanges maritimes avec leurs partenaires. Et surtout dresser un tableau de bord de leurs activités internationales en disposant de statistiques fiables sur les échanges maritimes. Ils pourront ainsi avoir une vision plus claire du développement du trafic, des capacités d’accueil et donc de l’attractivité de Madagascar.

Recueillis par Antsa.R

Midi Madagasikara1 partages

Telma-Internet : La connexion bien rétablie

Telma a déployé les gros moyens pour rétablir rapidement la connexion.

Telma a fait preuve de savoir-faire et de rapidité dans les opérations de réparation bouclées en l’espace des 15 jours prévus malgré l’ampleur des dégâts et la complexité des travaux.

Un ouf de soulagement pour les usagers d’Internet. La connexion a bel et bien été rétablie depuis ce week-end. Les cybercafés qui ont travaillé samedi et dimanche ont retrouvé une vitesse normale de connexion à laquelle Telma les avait habitués  avant la panne survenue, rappelons-le, il y a quinze jours, suite à la coupure du câble Eassy au large de Toliara.

Secousses sismiques. Une coupure qui a  par ailleurs permis à Telma de démontrer son savoir-faire et sa réactivité dans la réparation des infrastructures. On rappelle, en effet, que seulement quelques heures après la coupure, un navire câblier a pris le départ à Capetown en direction de Toliara. Deux experts malgaches et un autre, ont fait le déplacement à Toliara pour superviser les travaux qui ont été réalisés selon les règles de l’art et dans les temps prévus, puisque Telma avait annoncé un délai de 15 jours pour boucler les travaux de rétablissement de la connexion. Des travaux qui n’étaient pas du tout faciles dans la mesure où le câble endommagé se trouvait à 2 600 mètres de profondeur. En tout cas, les opérations de remontée, de réparation et de jointage, puis de descente du câble ont été réalisées de façon à éviter tout risque d’une autre rupture. Quand bien même, les éléments naturels susceptibles d’endommager ce genre d’installation sont imprévisibles. Pour le moment, l’on ne sait  pas encore la cause exacte de cette coupure du câble Eassy.  Des secousses sismiques sous-marines figureraient parmi les éléments susceptibles de provoquer  la coupure d’un câble en fibre optique sous-marine.

Indispensable. Rappelons, par ailleurs, que parallèlement à la réparation du câble, les équipes techniques de Telma, notamment celles du Network Opération Center (NOC) à Andohan’Analakely ont travaillé jour et nuit pour offrir aux usagers une connexion de secours. Et même si ce n’était évidemment pas dans les conditions optimales, cette connexion de secours a quand même permis, surtout aux entreprises  de disposer d’un service Internet indispensable à leur fonctionnement.  Même certains cybercafés ont eu droit à un service minimum durant ces quinze jours de panne.  Une panne qui a démontré, à quel  point Internet est indispensable à la vie de tous les jours. C’est  ce caractère indispensable d’Internet qui incite d’ailleurs Telma à concocter d’autres projets qui feront de Madagascar, un des leaders de la région en la matière. Ces projets seront annoncés d’ici peu.

R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

Chronique de Mickey : Elle étonne, elle effraie, mais elle fascine cette Amérique !

Elle déroute cette Amérique, voilà qu’elle nous accouche d’un président atypique qui nous bombarde des propos contraires à ceux que nous nous habituons de sa part  comme les valeurs de liberté de culte et maintenant qu’est-ce qu’on voit ? Au lieu des affiches de l’oncle Sam avec le « I want you !» on lit maintenant « Muslim out ! ». Elle nous fait peur, elle, qui, nous a fait rêver avec la loterie pour  la carte verte, elle brandit maintenant la carte rouge pour les pionniers, même déjà sur place, à consonance non WASP  (traduire White Anglo-Saxon Protestant). Et ce n’est pas tout, dans son programme le nouveau locataire de la Maison Blanche nous fait frémir quand il ébranle les droits  comme celui de l’avortement pour les femmes, le mariage des individus de même sexe et bien d’autres…

Il est vrai que dans le passé cette Amérique puritaine a fait ingurgiter à ses sujets la prohibition, le Maccarthysme, mais on croyait que cela fait partie de l’histoire. Ce revirement, cette fébrilité, ce repli sur soi s’explique peut-être par le relatif « déclin » de l’hyper-puissance des Etats-Unis et que  le « rêve américain » vire au cauchemar pour beaucoup. Il est vrai qu’économiquement le Japon et puis la Chine sont venus chambouler le podium des trophées ; Il est vrai que politiquement, elle est une des principales cibles du terrorisme international, que les problèmes du Moyen–Orient plombent les décisions américaines, mais l’Amérique reste l’Amérique.

Même si en 1835 Alexis de Tocqueville, un analyste éclairé de la société américaine disait :  « La grossièreté des hommes du peuple, dans les pays policés, ne vient pas seulement de ce qu’ils sont ignorants et pauvres, mais de ce qu’étant tels, ils se trouvent journellement en contact avec des hommes éclairés et riches .La vue de leur infortune et de leur faiblesse, qui vient chaque jour contraster avec le bonheur et la puissance de quelques-uns de leurs semblables, excite en même temps dans leur cœur de la colère et de la crainte ; le sentiment de leur infériorité et de leur dépendance les irrite et les humilie. Cet état intérieur de l’âme se reproduit dans leurs mœurs, ainsi que dans leur langage, ils sont tout à la fois insolents et bas », propos qui sont les ferments du populisme qui fait le lit de Donald Trump et qui l’a fait président.

Mais il reste que  le même auteur voit en l’Américain «  Nul ne différant alors de ses semblables, personne ne pourra exercer un pouvoir tyrannique; les hommes seront parfaitement libres, parce qu’ils seront tous entièrement égaux; et ils seront tous parfaitement égaux parce qu’ils seront entièrement libres. C’est vers cet idéal que tendent les peuples démocratiques. » Et ce que nous donne l’image de l’Amérique.

« Personne n’est au-dessus de la loi, pas même le président ». Un juge fédéral dont l’injonction est de portée nationale bloque le décret anti-immigration du président élu et que ce  dernier rechigne, mais doit s’y soumettre. Voilà l’Amérique qui nous fascine.

 M .Ranarivao

Tananews1 partages

10 milliards de dollars : c’est Marco qui avait raison

Effectivement, c’est le trublion Marc Ravalomanana qui avait raison en laissant sous entendre que ce pognon n’était que de la poudre aux yeux.

Voici un autre avis éclairé sur la question qui tend vers la même position.

Lire : Madagascar – Conférence des bailleurs à Paris en 2016 : le piège de la dette ?

Après la Somalisation, en route donc vers le génocide de Babakoto Land.

Tananews1 partages

Vers un triplement de vos factures Jiramaty ?

Personne n’ose le dire franchement mais inutile d’être un grand devin pour savoir que cette augmentation sera inéluctable.

Donc si notre facture mensuelle s’élève aujourd’hui à 150 000 ar, à terme elle sera de .. 450 000 ar ?

Non sans façon merci. Nous préférons pour ce prix là acheter un gros panneau solaire tous les mois. Après 12 mois nous aurons 12 panneaux solaires et nous vous rendrons votre compteur qui ne nous servira plus à rien.

Par contre allez annoncer aux babakoto de base mutins d’Itaosy et de Vontovorona que vous allez multiplier leur facture par 3 : bonne chance.

En tous les cas, bravo le service public à Babakoto Land hein.

News Mada1 partages

Kaominina ambanivohitra : mivoatra sy mandroso ny ao Alakamisy Itenina

Nahazo tohana. Anisan’ireo kaominina ambanivohitra efa an-dalam-pivoarana ny ao Alakamisy Itenina, any amin’ny distrikan’ Ivohibato, Fianarantsoa. Ohatra amin’ny fampandrosoana efa tonga any an-toerana ny rano fisotro madio. « Miara-miasa amin’ny orinasa vahiny izahay amin’izany. Vidiana mora ny rano ary afaka mampiditra ny isan-tokantrano », hoy ny ben’ny Tanàna, Raharison Roger Fidèle, ny zoma teo tany an-toerana. Efa nahazo izany ireo fokontany dimy. Eo amin’ny herinaratra indray, efa nahazo izany an-taony koa izy ireo. Eo koa ny fanabeazana sy ny fampianarana ifanampian’ny ray aman-dreny sy ny kaominina ary ireo mpampianatra. Mivelona amin’ny fambolena sy ny fiompiana ny mponina maherin’ny 2 100. Miompana amin’ny famokarana vary sy ny fiompiana akoho sy tantely ny ankamaroan’ny olona ao an-toerana. Eo koa ny fananany tohodrano manondraka velaran-tany 120 ha mahery.

Manoloana izany, nahazo tohana avy amin’ny fitondrana ny kaominina Alakamisy Itenina, ka notoloran’ny fitondram-panjakana provandy na sakafom-biby milanja 12 t, tohon-tantely250 ary koa zanakazo fihinamboa. Tonga tany an-toerana nanolotra izany tany an-toerana ny filoha Rajaonarimampianina ny zoma teo.

Synèse R.

News Mada1 partages

Famindran- dova maimaimpoana : fiaraha-miasa amin’ny mpahay lalàna ho an’Ambohidratrimo

Noraisin’ny filohan’ny Holafitry ny mpisolovava, ny bâtonnier Me Raharison Hubert, sy ny filohan’ny Antenimieran’ny mpiraki-teny ho an-tsoratra (notaire), Razanadrakoto Rija, ny zoma lasa teo, tetsy amin’ny foibeny iraisana, Tranoben’ny lalàna etsy amin’ny fitsarana Anosy, ny tompon’andraikitra eny Ambohidratrimo. Anisan’izany ny solombavambahoaka voafidy teny Ambohidratrimo, Ratsimbazafy Luc, sy ny filohan’ny ben’ny Tanàna Ambohidratrimo, Rajaonasolo Clovis Arthur sy ny mpiara-miasa amin’izy ireo. Fototry ny fihaonana ny fangatahana fiaraha-miasa hanamorana ny fanatanterahana ilay famindran-dova maimaimpoana, araka ny baikon’ny filoham-pirenena, nohalavaina ho enim-bolana amin’ity taona ity.

Nanaiky ny fangatahana ireto mpahay lalàna ireto, ary anisan’izany ny fidinan’ny mpisolovava sy ny mpiraki-teny ho an-tsoratra eny Ambohidratrimo, hanazavana amin’ny vahoaka ny lalàna, ny dingana tokony hatao, hihainoana ny olana, sns. Ho maimaim-poana izany, toy ny efa anokanan’ireto sokajina mpahay lalàna roa ireto fotoana manokana isan –kerinandro hihaonana amin’ny manan-draharaha etsy amin’ny fitsarana Anosy.

Toy ny fahita manerana ny Nosy, nilaza ny depiote Ratsimbazafy Luc, fa « olana amin’ny firakarakana ny famindrana lova, indrindra ny tany na trano, ny tsy fananan’ireo ray aman-dreny taratasy na tsy ampy ara-dalàna, nefa nohajariana ampolon-taonany maro. Be loatra koa ny vola alaina amin’ny fikarakarana ».

Njaka A.

Sary: Fanou R.

News Mada1 partages

Mpiraki-teny ho an-tsoratra (notaires) : famindran-dova avokoa ny 40%-n’ny asa

Vitsy ny mahalala fa misy tokoa ny Tranoben’ny lalàna etsy amin’ny fitsarana Anosy, ho an’ny mpisolovava, ny mpiraki-teny ho an-tsoratra (notaires) ary ny vadintany (hussiers).

Manaraka fiofanana arak’asa tao amin’ny Tranoben’ny lalàna etsy amin’ny fitsarana Anosy ny mpiraki-teny an-tsoratra mianatra asa 20, ny zoma 10 febroary teo, misalotra ny anarana miara-mihira Itokiana. Nahatanterahana azy ny fiaraha-miasantsika amin’ny firaiketan-teny ho an-tsoratra atsy La Réunion sy ny Oniversiten’i La Réunion, atao intelo isan-taona.

Mifanindran-dalana amin’ity koa ny fiofanana omen’ny mpampianatra vahiny, mandritra ny roa andro ho an’ireo mpiraki-teny ho an-tsoratra ireo, mikasika ny fanambadiana, ny fandovana, ny fahalalahana sy ny zon’ny tsirairay. Marihina fa mikasika fandovana avokoa ny 40%-n’ny asan’ny mpiraki-teny ho an-tsoratra.

Tsy mahafantatra ny lalàna

Fantatra fa tena mahatonga ny disadisa sy fifanolanana eto Madagasikara ny famindran-dova noho ny fahafatesana, ny tsy fahalalana ny fisian’ny fifanarahana raiketin’ny fanambadiana, ny fananan’ny mpivady, sns. Mateti-pitranga koa ny fisolokiana ataon’ny havana, na olon-kafa amin’ny fananana, tany, trano, sns, amin’ny fampiasana taratasy, tombokase hosoka, sns.

Nosafidina manokana ireo lohahevitra ireo satria maro ny vahiny manambady teratany malagasy, ka ilain’ny mpiraki-teny ho an-tsoratra fehezina tsara ny rafitra sy ny lalàna mifehy ny tsirairay. Eo koa ny fahalalahana sy ny fandovana, toy ny fanatanterahana ny “tenin’ny maty” amin’ilay antsoina hoe “masi-mandidy”.

Njaka Andriantefiarinesy

Sary : Fanou R.

News Mada1 partages

Fahatsiarovana ny 11 febroary : « Mendrika alain-tahaka ny kolonely Ratsimandrava »

Hatramin’izao, tsy mazava ny momba ny « Raharaha Ratsimandrava ». Na izany aza, mendrika alain-tahaka izy amin’ny fitiavan-tanindrazana, fahasahiana nandray andraikitra…

« Lehilahy nijoro no niteny hoe: « Tsy hiamboho adidy aho, mon général ». Mendrika halain-tahaka ho antsika aty aoriana ny fahasahiana sy ny herimpo nasehon’ny kolonely Ratsimandrava Richard. Rariny sy hitsiny raha raisiny ho maodely izy. »

Io ny kabarin’ny sekreteram-panjakana eo anivon’ny minisiteran’ny Fiarovana miadidy ny Zandarimariam-pirenena, ny jeneraly Paza Didier Gérard, tamin’ny fametrahana ny fehezam-boninkazo teny amin’ny tsangambato Ambohijatovo Atsimo, afakomaly. Noho ny faha-42 taon’ny nahafatesan’ny filoham-panjakana, ny kolonely Ratsimandrava, izany. Nisy ny fanompoam-pivavahana iraisam-pinoana. Tonga nanatrika izany ny minisitry ny fiarovam-pirenena, ny fianakavian’ny kolonely Ratsimandrava…

Nasongadina manokana ny fitiavan-tanindrazana lehibe nananan’ny kolonely Ratsimandrava. Na efa fantany mialoha aza ny hasarotry ny andraikitra miandry noho ny olana politika goavana nisy teto amin’ny firenena, tsy nampihemotra azy. Tsy nolaviny ary tsy nangatahiny andro fa noraisiny tsy am-pihambahambana teo no ho eo ny fahefana feno natolotry ny jeneraly Ramanantsoa.

Mila mandray andraikitra ny ankehitriny

« Koa mivonona sy mitafia hery àry fa sarotra ihany koa ny adidy miandry antsika, ary iarahan’ny rehetra fa ady aman’aina tsy vitan’ny kanosa izany », hoy izy. Tsy hiala an-daharana, hanaja ny fibaiko izay tokana sy mahefa ary ny rantsa-mangaika eo anivon’ny zandary.

Tsy maka sy manatanteraka baiko,  raha tsy avy amin’ireo mahefa. Hamafisina hatrany ny fiaraha-miasa sy ny firahalahiana amin’ny Tafika malagasy sy ny Polisim-pirenena, satria tsy vitan’ny zandary irery ny hampandry fahalemana an’i Madagasikara.

Nisy ny fanomezana fanampiana ho an’ireo fianakavian’ny zanaky ny zandary miisa 17 maty am-perinasa, ny taona 2016.

Ny amin’izao fotoana izao, fakana toerana hampiasana ny fahefam-pnjakana hahazoana tombontsoa manokana ny hoe fandraisana andraikitra?

R. Nd.

Sary Fanou

 

News Mada1 partages

Coupe de la CAF : Elgeco Plus concède le nul

L’Elgeco Plus et le Supersport United Fc de l’Afrique du Sud se sont séparés sur un score nul et vierge, hier, à la grande déception du public venu en liesse au stade de Mahamasina. Pourtant, les attaquants d’Elgeco Plus ont donné le tout pour le tout pour se mettre à l’abri aussi bien à la première qu’à la seconde période.

Les Sud-Africains ont frappé les premiers grâce à un puissant tir de Furman qui a sollicité le talent de Ando pour protéger sa cage. Au tour d’Elgeco Plus de riposter avec trois tirs foudroyants de Blaise dans les 30 m qui ont été malheureusement stoppés net par le gardien de but adverse, Peters. Ce dernier et sa troupe auraient pu ouvrir la marque au début de la seconde période sans la brillante intervention de Ando.

Le coach d’Elgeco Plus, Menakely, a procédé à trois remplacements pour dénouer le problème en faisant entrer Ndranto, Zino et Kilany. La magie a manifestement opéré et les attaques ont multiplié du côté des Malgaches. L’un des meilleurs attaquants d’Elgeco Plus, Bela, n’a pas attendu longtemps mais le tir est passé au dessus de la barre transversale.

La série a continué avec Bela et Bila qui ont manqué l’immanquable juste avant le coup de sifflet final. Il serait difficile de décrocher le seul point gagnant à l’extérieur vu le niveau de la compétition. Quoi qu’il en soit, Ando a été  à la hauteur des attentes de son équipe. Notons que le gardien de but titulaire, Eddit Bastia, a écopé d’un carton rouge lors de son dernier match de CAF en 2015 et a donc été suspendu lors du match d’hier et rejoindra son équipe pendant le match retour, le 19 février, à Johannesburg.

Rojo N.

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : séance de l’Académie malgache (3)

(Suite.)

Les surfaces plates, témoins aujourd’hui fragmentés du principal niveau antérieur des eaux (1 225 mètres d’altitude), accusent cet ancien état de choses. Les eaux venant du S.-E. par l’Andranobe et ses affluents furent arrêtées là à des hauteurs progressivement décroissantes par les chaînons rocheux de l’ouest, avant de trouver une issue vers l’Ikopa.

En second lieu, remarquable est la disposition des reliefs montagneux qui forment comme le cadre de cette dépression. À l’ouest, c’est une série de chaînons orientés N.-N.-E. dont le premier et le plus saillant est l’Ambatomalaza (1 550 mètres d’altitude maximum). Le mont Angavo, à la silhouette si accidentée et si pittoresque, continue ces chaînons vers le nord et ferme par sa falaise abrupte la dépression de ce côté. À l’est au N.-E., s’étend, parallèlement au cours de l’Andranobe, dans une direction N.-N.-O., le long chaînon, appelé Tsiafabalala dans sa partie sud : moins haut dans son ensemble que les chaînons de l’ouest, mais remarquable par sa longueur (20 à 25 kilomètres) et par sa direction rectiligne, il a l’aspect d’un mur au-dessus de la vallée. Son prolongement, le mont Babay, est traversé par la route de Majunga eu kilomètre 108.

À l’arrière de ce chaînon de Tsiafabalala Babay, à l’E. et au N.-E. d’Ankazobe, une longue ligne très saillante (plus de 1 000 mètres d’altitude), quoique moins régulière, ferme complètement l’horizon : c’est le rebord abrupt du plateau froid et nu de Manankazo. La route de Majunga escalade péniblement ce plateau à force de détours et de circuits sur un parcours de 7 kilomètres.

Quant à la dépression elle-même d’Ankazobe, dominée par ces hauts reliefs, l’étude stratigraphique du terrain montre qu’elle résulte probablement de l’effondrement d’un anticlinal en pointe ou en angle. Ce serait en petit la reproduction du phénomène qui a créé la forêt d’Alsace entre les Vosges et la Forêt-Noire. L’effondrement de la clef de voûte de l’anticlinal a dû avoir lieu, au moins pour la partie occidentale, par fractures parallèles : de là vient que les sept ou huit sources que M. Pomiés a signalées dans son intéressante étude hydrographique d’Ankazobe sont orientées suivant trois directions parallèles entre elles et à la faille saillante du massif d’Ambatomalaza.

(À suivre.)

Bulletin de l’Académie

malgache

www.bibliothequemalgache.com

News Mada1 partages

Us et coutumes : heureuse Saint Valentin !

Avis à tous ceux qui l’oublieraient, le 14 février fait désormais partie des incontournables de l’agenda du consommateur moderne, vous, moi et tous les autres. Nous devons marquer la date de la Saint Valentin comme il se doit, c’est-à-dire en prouvant qu’il y a un lien indéfectible entre la force de l’amour que l’on témoigne à sa moitié et la valeur en numéraire du cadeau qu’on lui offrira. Il parait que c’est comme ça,  s’y dérober est malvenu. Si vous persistez à vouloir ignorer l’injonction consumériste, armez-vous de patience et préparez-vous à entendre les souhaits que vos collègues vous adresseront demain avec force sourires, parce que vous n’y échapperez pas.

News Mada1 partages

IFM Analakely : «Mada Underground» subjugue le public

C’est dans une ambiance de découverte et de partage que s’est tenue la projection du documentaire «Mada Underground», samedi dernier, à l’IFM Analakely.

Le parvis de l’IFM a été transformé en une scène de spectacle, pour l’occasion. D’entrée, Caylah men a tant séduit par sa bonne humeur communicative, ses proses et ses vers que les passants d’Analakely n’ont pas pu s’empêcher d’admirer le talent de ce groupe. «Laissons l’histoire juger du passé, juger du présent», scande la jeune slameuse sur scène. S’ensuivit la projection de «Mada Underground», un long- métrage réalisé par Philippe Chevallier et Denis Sneguirev, reflétant le dynamisme et l’aspiration de la nouvelle génération, qui veut apporter sa part de pierre à l’édifice pour redorer le blason du pays.

Un documentaire original et épuré

Durant ce long-métrage, l’assistance a pu découvrir et apprécier les participations de la nouvelle génération au redressement du pays.

Ainsi, toujours fidèle à son crédo, celui de «Soigner les maux par les mots», Caylah anime régulièrement une séance de slamothérapie dans un centre qui s’occupe des jeunes mères de famille, des mineurs incarcérés, des victimes de violences physiques, sexuelles et psychologiques.  «Rien ne se perd…, tout se transforme». Cette célèbre phrase d’Antoine Lavoisier prend tout son sens comparée aux créations de Temandrota qui, avec l’art du recyclage, donne une seconde vie aux produits que l’on jette à la poubelle. Compte tenu du prix très élevé du skate qui, selon les jeunes aficionados Toté, Enderika et Tolotra, coûte deux mois de salaire, ces derniers veulent monter leur propre entreprise de fabrication de skates.

Naty Kaly, quant à lui, donne souvent de concerts gratuits dans son quartier à Ampefiloha et par la même occasion, il a soumis une demande d’autorisation à la commune en vue de pouvoir peindre les murs de la ville. «Alors que les embouteillages et la pollution empirent dans la capitale, on ne peut pas s’apitoyer sur notre sort. Il faut faire quelque chose. Ce n’est pas seulement moi qui vais changer tout cela, tout le monde devrait s’impliquer», avance-t-il. Le spectacle de Naty Kaly a clôturé en apothéose l’événement.

Joachin Michaël

 

News Mada1 partages

Soarano : Big Jo party promeut l’action sociale

Le Café de la Gare a accueilli, vendredi dernier, une soirée aux couleurs des années 80, 90 et 2000.

A l’initiative des Rotary, Rotaract et Interact clubs Ivandry, la soirée a été animée par Big Jo aux platines. Pour les connaisseurs, les soirées qu’il organise est un «must» que les noctambules de la capitale ne peuvent pas se permettre de manquer. Celle de vendredi dernier a attiré du beau monde, d’autant que l’événement a été destiné à financer les différentes actions sociales des clubs.

«Le fonds récolté à l’issue de cet événement permettra de mener à bien nos actions caritatives pérennes, entres autres le ravitaillement de la cantine scolaire de l’EPP Ivandry, les restos du cœur, sans oublier le projet de santé à travers le centre Manasoa», confie un responsable.

Rakoto

 

News Mada1 partages

CAF – Ligue des champions : Cnaps Sport écarte les Township Rollers

Le premier match de la Ligue des champions de la Caf ayant opposé Cnaps Sport et les Township Rollers de Botswana s’est soldé sur le score serré de 2 buts à 1, samedi, sur la pelouse synthétique de Vontovorona. Et ce, au terme d’un match plein de rebondissements.

Un pas de franchi pour les Caissiers qui ont battu dans leur jardin les Botswanais de Township Rollers par 2 buts à 1. A la 40e minute, les Botswanais ont donné une petite frayeur aux Malgaches avec un coup de tête sauvé in-extremis par Leda. Plus dynamiques que le camp adverse, les éléments de Patrick Randriambololona ont finalement réussi à faire la différence à la 47e minute. La nouvelle recrue de la Cnaps Sport, Francis Rafaralahy, a ouvert la marque dans le temps additionnel, suite à une contre-offensive exploitée avec brio sur le flanc droit.

Les Botswanais, paraissant calmes à la surface, ont pris de court les Caissiers qui ont raté le coche à maintes reprises. Segolame Boy, étant entré sur le terrain à la 54e minute, a égalisé 15 minutes après en profitant d’une indécision des défenseurs et du portier malgache. Les Caissiers ont eu un sursaut d’orgueil et ont tant bien que mal réussi à trouver une solution au style de jeu botswanais. Force est de noter que ces derniers ont littéralement dominé le terrain avec leur grand gabarit.

Peu de temps après, le capitaine Michael Rabeson, en bon récupérateur, a adressé une passe téléphonée à Njiva Rakotoharimalala qui a fait la différence à la 76e minute (2-1). Le stade était en ébullition. Les Caissiers n’ont pas pour autant été tirés d’affaire car les Township Rollers ont enclenché la vitesse supérieure tout en montrant leur visage. Les attaques placées ont toujours été dangereuses et ils auraient même pu égaliser dans le temps additionnel s’il n’y avait pas eu faute sur le gardien malgache Leda. La Cnaps Sport doit ainsi se mettre sur ses gardes pendant le match retour le 18 février au Gaborone-National Stadium, Botswana.

Rojo N.

Ils ont dit :

Patrick Randriambololona, coach de Cnaps Sport : «On peut déduire à travers ce match que la combinaison s’instaure facilement si confiance entre les joueurs il y a. Personnellement, Madagascar a déjà rencontré en 2012 les Botswanais et le niveau de jeu a nettement augmenté. Cependant, le prochain match ne devra pas être pris à la légère et il faudra trouver la meilleure stratégie pour contrecarrer les offensives adverses si je ne cite que leur façon d’occuper le terrain».

Michael Rabeson, capitaine de Cnaps Sport : «Le match a été très difficile et on a eu du mal à imposer notre tempo au début de la partie. Ensuite, chaque joueur est entré dans le jeu en misant sur la bonne tactique qui est de faire circuler le ballon et ne pas se précipiter».

 

Tananews1 partages

Quel est le meilleur endroit pour les trafiquants pour stocker leur bois de rose ?

Réponse : chez les gendarmes.

On se fait saisir, les stocks sont conservés chez les gendarmes.

On attend quelques années le temps que les choses se tassent un peu.

Puis on vient les récupérer tranquillement.

Vu les volumes et les masses manipulées, il y a bien sûr quelques complicités dans les camps concernés mais cela nous étonne-t-il vraiment ?

Tananews1 partages

Il a beaucoup plu à Tana ces derniers jours

Ouf, on ne va pas s’en plaindre au contraire.

On attend avec impatience le prochain communiqué de la Jiramaty.

Dans le genre : “Suites aux fortes pluies, du sable s’est infiltré dans les turbines, nous devons les mettre à l’arrêt

Tananews1 partages

Presidentielles 2018 : Rivo Rakotovao devrait tourner sa langue 7 fois

En “riposte” aux propos de l’ambassadeur de l’UE réclamant des élections inclusives, M. Rivo Rakotovao a rétorqué qu’il y a des tribunaux et des décisions de justice à Madagascar, ainsi que les accords de Cotonou concernant les putschistes.

Pour viser Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina il ne pouvait pas faire mieux.

Sauf qu’il a oublié un petit point de détail : une certaine liste de 109 personnalités établie par l’Union Africaine.

Et parmi ces 109 on retrouve qui ? Oui monsieur, sa Seignhery en personne. Faisant donc partie intégrante des putschistes.

Donc avant de riposter, prière de tourner sa la langue 7 fois.

L'express de Madagascar1 partages

Marolambo – Incendie ravageur

Un incendie dévastateur s’est abattu sur Androranga­vola Marolambo mardi aux alentours de midi. Selon le bilan de la gendarmerie, 312 constructions sont calcinées dont les bâtiments abritant l’Église de Jésus Christ à Madagascar (FJKM) ainsi que le temple Témoin de Jehovah d’Androranga­vola. Neuf magasins de stockage sont également partis en fumée.De source auprès de la brigade territoriale de la  gendarmerie nationale à Marolambo, 2 243 personnes se retrouvent sans toits. La plupart des sinistrés sont des élèves du collège d’enseignement général et du lycée public de Marolambo.Certaines familles se retrouvent complètement démunies. Beaucoup d’entre elles ont vu la quasi-totalité de leurs biens détruits par le feu. Après cette tragédie, elles ont été provisoirement accueillies dans des salles de classe. Les préjudices s’élèveraient à plus de 319 millions d’ariary.Face à ce sinistre, le chef de district de Vatomandry ainsi que les maires des communes voisines d’Androran­gavola, se sont rendus sur les lieux du sinistre pour apporter les premières aides.

A.M.

L'express de Madagascar1 partages

Formation professionnelle – Des milliers de jeunes formés sur la filière agricole

Une formation de jeunes ruraux déscolarisés est mise en œuvre dans quatre régions, dont Antsinanana, Analan­jirofo, Amoron’i mania et Menabe, grâce à la collaboration entre l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) et le Formaprod, un programme du ministère auprès de la Présidence en charge de l’agriculture et de l’élevage. Depuis 2014, 2 500 jeunes ont bénéficié d’une formation qualifiante de courte durée dont l’objectif est l’insertion professionnelle des jeunes.Le projet comporte 22 filières de formation, basées principalement sur la filière agricole. Pour réaliser leur projet professionnel, ces jeunes sont également dotés de kits d’installation, et bénéficient d’un accompagnement professionnel. Les résultats sont plus ou moins satisfaisants. « Plus de 70 % de ces jeunes ont réussi leur projet. Pour les autres, il est probable qu’ils retombent dans une situation de précarité », a expliqué hier, Oméga Razanakolona, chargée du programme formation professionnelle au sein de l’Unesco.L’Unesco et le Formaprod comptent étendre ce projet dans d’autres régions, probablement dans le grand Sud qui est une zone d’intervention prioritaire des Nations Unies. « Une formation professionnelle promet plus de valeur ajoutée qu’une formation générale dont l’aboutissement est souvent incertain», affirme un technicien.

M.R.

L'express de Madagascar1 partages

Commémoration de la mort de Ratsimandrava

La journée du samedi 11 février a marqué le 42e anniversaire de l’assassinat du colonel Richard Ratsimandrava, ancien chef de l’État de la Transition des années 70. Comme chaque année, la grande famille de la gendarmerie nationale a commémoré ce tragique événement par une cérémonie militaire devant la stèle d’ Ambohijatovo-Ambony, érigée à la mémoire de celui qui a été le premier commandant malgache des bérets noirs. C’était là que l’ancien chef de l’État, ainsi que son chauffeur et ses deux gardes du corps, sont tombés sous les feux des tireurs embusqués.

L'express de Madagascar1 partages

Singulier pluie…riel

Comme d’autres entités, le parti Arema s’est mis au reboisement pendant le week-end. Lohalaharana (pionnier) comme son slogan l’indique, le parti de l’amiral Ratsiraka continue une tradition de l’époque socialiste que les régimes postérieurs ont repris. Mais il s’agit plutôt d’une opération de communication que d’un réel souci de sauvegarder l’environnement. À preuve, si les arbres plantés par l’Arema et les différents partis, organismes, entreprises, entités, institutions, associations depuis 1975 avaient grandi, les douze collines d’Antananarivo auraient dû être…noires de verdure. Ce qui n’est pas le cas. Elles restent comme elles étaient il y a quarante ans. Pire, on évoque que la déforestation est à l’origine de la récente sècheresse et par ricochet du déléstage. Le président de la République l’a encore réitéré vendredi à Alakamisy Itenina tout en incitant la population à préserver l’environnement. Une sollicitation du bout des lèvres, bien entendu, lancée au milieu d’une visite dont l’objet était tout autre. La conservation de l’environnement doit figurer dans le cadre d’une véritable politique cohérente et effective. Ravalomanana avait promis en 2003, à la conférence de Durban, le triplement des aires protégées. Rajaonarimampianina en avait fait autant. Le fait est qu’entre les discours et les réalisations, il y a loin de la coupe aux lèvres. Depuis quatre ans, la superficie des aires protégées diminue avec les trafics de bois de rose et les exploitations minières sous l’œil débonnaire de l’État. Et la destruction continue à une vitesse vertigineuse.Ce n’est pas quand le climat devient singulier pluie…rielle qu’on sent le besoin de rappeler à la population les fondamentaux de la protection environnementale. Pendant la première République, les écoles primaires publiques dans les campagnes avaient un espace de reboisement. Une manière d’inculquer aux élèves la préoccupation environnementale et de donner une précieuse ressource aux écoles. Une éducation citoyenne bien plus efficace que les spots rébarbatifs entendus à la radio et à la télé que personne n’écoute, d’ailleurs. Ventre affamé n’a point d’oreille. C’est plus que jamais vrai. Et Rossy renchérit «resa-babakoto raha tsy voky Rakoto» ( c’est du baratin si Rakoto n’a pas le ventre plein).En outre, un timbre-poste à l’effigie du reboisement était mis en vente pendant longtemps avec un message porteur «Tanora mamboly hazo manan-kialofana rahatr’izay» ( jeune tu plantes un arbre, vieux tu pourras te mettre à l’ombre). C’est moins menaçant que celui de la seconde République «Izay mandoro tanety, mandoro tanindrazana» (Celui qui fait un feu de brousse, brûle la nation) qui dissuade les gens de ne pas brûler la forêt mais ne les incite pas à reboiser. Cela n’a, d’ailleurs, eu aucun effet sur le comportement des pyromanes pour la simple raison que les politiciens vendent carrément la nation par île ou par lopin.À l’image du pays, le reboisement n’a rien apporté en un demi-siècle d’indépendance. Ni en quantité ni en qualité. Si on avait planté du bois de rose partout, il aurait peut-être poussé et on n’aurait pas eu besoin de procéder aux trafics. On aurait pu tout faire en bois de rose. Le cercueil, le charbon, les bidonvilles ,les cure-dents, les kalachnikov… Ce n’est pas encore trop tard.Pur hasard ou caprice du climat, il a suffi qu’on reboise pour que la pluie tombe drue. Pour les crétins, c’est la réponse aux prières mais pour ceux qui la déforestation fait vivre, c’est la preuve que leur acte n’y est pour rien. La sècheresse comme l’inondation est juste une alternance naturelle comme le jour et la nuit, la chaleur et le froid, le bonheur et le malheur, la mort et la naissance, le mariage et le divorce…L’un ne va jamais sans l’autre.

Par Sylvain Ranjalahy

Madaplus.info0 partages

Renforcement de la relation nippon-malgache

En ce mois de février, le Japon raffermit la relation économique entre Madagascar dans le secteur primaire et de l’industrie minière.
Le 9 février dernier, l’OCFC, la fondation japonaise pour la coopération internationale en matière de pêche a inauguré une installation rénovée dont une chambre froide et une machine à glaçons alimentées par l’énergie solaire. Des pêcheurs de Tazara à Toamasina bénéficieront des formations par des experts de l’OCFC sur l’utilisation et la maintenance de ces nouveaux équipements. Des consolidations de partenariat entre le Président de la République et le Vice-ministre parlementaire chargé de l’économie Takumi Ihara ont été également entamées lors de la visite de l’usine de raffinage de nickel à Ambatovy.
Madaplus.info0 partages

CNAPS sport offre un spectacle devant son public

Les caissiers démarrent bien la Ligue des Champions de la CAF sur leur nouveau Stade synthétique à Vontovorona. Ils sont sortis vainqueurs avec un score de 2 buts à 1 face au Club botswanais Township Rollers.
Les caissiers, quadruples champions de Madagascar, devront être sur le qui-vive, au match retour. En effet, les Botswanais ont trouvé les mailles du filet de Leda en inscrivant leur seul but qui sera un atout pour eux. En effet, il leur suffit de gagner à 1 but à 0 pour exclure la CNAPS de la course à cette ligue des Champions de la CAF.

De l’autre coté, l’Elgeco Plus est tenu en échec avec un score vierge par les sud africains, super sport United. Le match retour à Johannesburg sera difficile pour Elego plus.
Midi Madagasikara0 partages

Sabotsy Namehana : Fiara nandona nahafaty mpitondra môtô, saika niharan’ny fitsaram-bahoaka

Nisavorovoro ny teny Sabotsy Namehana, omaly hariva. Mpamilina fiara nandona nahafaty zazalahy kely, niaraka tamin’ny rainy nitondra môtô no saika niharan’ny fitsaram-bahoaka omaly, raha tsy tonga haingana ireo mpitandro filaminana, nitondra azy tany amin’ny kaomisaria. Mbola nimenomenona anefa ireo andian’olona …

Ny zava-nitranga : nandriaka ny rà teny Antsofinondry, Sabotsy Namehana, omaly tokony ho tamin’ny efatra ora sy sasany tany ho any. Fiara marika « Golf » no nifatratra teny amina « vulca » iray rehefa avy nandona « scooter » roa, nijanona teo. Tao anatin’izay, dia zazalahy kely iray nijoro teo akaikin’ireto môtô ireto no voafaoka mafy dia mafy tokoa. Raha ny fantatra dia niaraka tamin’ny rainy, nitondra ny iray tamin’ireo môtô voadona izy. Ity rainy izay mbola nanamboatra kodiarana tao amin’ity « vulca », tsy naninona. Mafy dia mafy ny dona nahazo ity zazalahy kely ity, izay voa teo amin’ny lohany. Ary namoy ny ainy avy hatrany. Nanomboka nitangorona avy koa ny olona izay nahita. Nanome tsiny avy hatrany ilay mpamily, ary nanomboka nimenomenona taminy. Ary izany dia toa hoe efa saika tonga hatrany amin’ny fandoroana ilay fiara mihitsy, araka ny fitantaran’ireo nanatri-maso.

Nanjavona. Nalaky tonga ny pôlisy teny an-toerana, niezaka nitondra ny mpamily sy olona iray hafa izay tao anatin’ilay fiara namoa-doza, tany amin’ny kaomisaria. Tao anatin’ny fotoana fohy izany, hoy ireo nahita, ary toa vetivety teo dia tsy hita izay tany nanjavonan’ireto olona nentin’ireo pôlisy. Nanomboka teo no niakatra ny hatezeran’ireo fokonolona. Nitanjozotra niakatra nankany amin’ny kaomisarian’ny pôlisy ao Sabotsy Namehana, ary nanomboka nitangorona teo anoloan’ny vavahady, sy nitaky ilay mpamily nahavanon-doza. Mba hisorohana ny  mety hitrangan’ny fikorontanana anefa dia nifanome tànana avy hatrany mpitandro filaminana tany an-toerana, pôlisy sy zandary, ary mbola nampian’ireo avy aty Andrenivohitra. Nanazava ny sain’ireo mponina sy niezaka nanaparitaka azy. Hatreto kosa dia tsy fantatra mazava izay antony nahatonga ny loza. Olana teknika teo amin’ny fiara sa fahadisoan’ny mpamily tokoa ? Ny loharanom-baovao manakaiky ireo mpitandro filaminana no nahafantarana fa hoe, teo ho no eo ihany dia nampakarina aty Andrenivohitra ary tazonina eny amin’ny kaomisaria foibe Tsaralalàna ilay mpamily sy ilay olona niaraka taminy, hatao fanadihadiana.

m.Lp

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Rangahy nikapa tamin’ny antsibe ny zanany telo, matin’ny fokonolona

Zazakely vao roa volana monja ny zandriny indrindra, telo taona ny iray ary fito taona ny zokiny, ireo no indray namoy ny ainy, novonoin’ilay rainy niteraka ihany tamin’ny fomba mahatsiravina tokoa. Tsy ela anefa dia nivaly taminy ny zavatra nataony, satria maty novonoin’ny fokonolona ity ray adala ity. Tany amin’ny fokontany Ambohibe, ao amin’ny kaominina Didy, Ambatondrazaka no nisehoan’ity tranga ity, ny alakamisy teo.

Izany tokoa angaha ny hoe izy mivady no miady ka ny ankizy no voatorotoro. Ara-bakiteny io tany Didy, saingy tsy voatorotoro fotsiny, fa dia tena voakapakapa tamin’ny antsibe tokoa. Izany ka tena habibiana tsy roa aman-tany  vitan’ity ray niteraka tamin’ireto ankizy. Araka ny filazam-baovao avy amin’ny zandary, dia nisy fifamaliana teo amina mpivady iray tao Ambohibe. Tsy fantatra mazava anefa izay niseho tao amin’io tokantrano io. Nikasi-tànana rangahy sa efa tsy lefitr’ilay ramatoa intsony ka dia nitsoaka nandositra ity farany. Tezitra tanteraka noho io fihetsika nasehon-dramatoa io ny lahy ka tany amin’iretsy zanany, tsy manan-tsiny no nifaharany. Noraisiny mantsy ny antsibe ary dia nokapakapainy tamin’ity zava-maranitra ity avokoa ireto sombin’ny ainy. Hiakiakam-pijalian’ireo zaza no nanaitra ny manodidina ka nitsofohan’izy ireo tao an-trano. Efa rà mandriaka ary zaza telo efa tsy nisy aina intsony anefa no novantanin’ireto fokonolona. Niezaka ny hifehy ity ray adala ity ireo olona manodidina. Vao mainka anefa nampiakatra ny hatezeran-dralehilahy izany ka ireto fokonolona indray no handeha hasiany amin’ilay antsibe teny an-tànany. Voatery nandray fepetra ireto olona ireto nifehy tanteraka azy, ary ny maty ihany no tsy afa-mamaly intsony. Teo ny fiarovan-tenan’ireo mponina, teo ihany koa anefa ny hatezerana tamin’ireto zaza tsy manan-tsiny namoy ny ainy, ka dia notaperin’izy ireo ny ain’ity raim-pianakaviana tsy mifaditrovana ity. Ity farany tokoa, raha ny feo re, araka ny tatitr’ireo zandary hatrany, dia hoe tsy  salama saina loatra. Raha olona salama saina tokoa ve moa hahavita handatsan-drà ireo menaky ny ainy, noho izay resaka ady nifanaovan’izy mivady ? Efa eny am-pelatanan’ireo zandary ao Didy moa ity raharaha ity, raha ny fantatra hatrany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Tapatapany

#-Ampefiloha Ambodirano. Fatin-dehilahy efa simba natsingevan’ny rano. Lehilahy manodidina ny 40 taona eo ho eo, no hita faty omaly tetsy Ampefiloha Ambodirano, tao anatin’ny rano. Efa simba tanteraka ny razana ary tsy misy namantarana azy intsony. Ny fizahana nataon’ireo tompon’andraikitra no nahalalana, fa tokony ho herinandro teo ho eo izay no nahafaty ity lehilahy ity. Nisy namono, maty an-drano ? Efa misokatra ny fanadihadiana ataon’ireo mpitandro filaminana.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Fandriana : Telo mianaka no maty nilatsaham-potaka

Vokatrin’ny orana nikija ny alakamisy  10 febroary lasa teo, tao amin’ny kaominin’I Alakamisy-Ambohijato, distrikan’i Fandriana, dia nisy trangan-javatra mampalahelo. Ramatoa iray, mpampianatra ao amin’ny EPP Vohimanira sy ny zanany vavy roa 16 taona sy 18 taona no maty nilatsahan’ny varatra. Tonga nitsapa ny alahelo sy nankahery ny fianakaviana tany an-toerana, ny lehiben’ny sampandraharam-paritra ny fampianarana eto Amoron’I Mania sy ireo mpiara-miasa aminy. Ny fandevenana, dia nataon’ny sabotsy lasa teo ihany.

Andrefana sy atsinanana. Marihina fa efa mahatra  20 mahery izao ireo olona nilatsaham-baratra teto amin’ny faritra Amoron’i Mania, hatramin’ny fanombohana ny fahavaratra, ka ny mponina amin’ ilany andrefana sy atsinanan’iny faritra iny no tena lasibatra matetika  amin’izany, toy ny tao Mangataboahangy, distrikan’ Ambatofinandrahana tamin’ny sekolin-dry masera izay nahafatesana mpianatra maromaro.

Ambohibary-Iajaka. Ny alakamisy io ihany, saingy tao Ambohibary- Iajaky-Ambositra, dia olona 60 no lasa traboina tsy fidiny, vokatrin’ny fianjerana ny trano fiangonana “Jesosy Mamonjy tao amin ‘ireo trano 12 manodidina akaiky. Soa ihany, fa tsy nisy ny aina nafohy, fa ny fahasimbana no betsaka.  Eo anolohan’izao toe-javatra izao, dia efa nisy ny fepetra noraisin’ny kaominina sy ny fiangonana “Jesosy Mamonjy” ho famonjena ireo traboina, toy ny fanomezana fanampiana  sy trano fialofana vonjimaika. Andrasana arak’izany ny fanampiana avy amin’ny fitondram-panjakana,toy ny BNGRC.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Sakaraha : Fatin-jaza menavava efa nihasimba, nisy nanary tao anaty tata-drano

Fatin-jaza menavava iray, tokony ho telo volana eo ho eo, no hitan’ny mpiandry omby tao anaty tata-drano amorona kirihitr’ala, ny asabotsy tolakandro teo, tany Sakaraha. Saika hisasa tarehy teo amin’io lakan-drano kely io ity mpiarak’andro no nahita harona plastika nifono ka nalaina. Akory anefa ny hatairany rehefa nosokafany ny “sachet” ,nahita ny razana kely tao, ka nampandre haingana ny olona teny an-tanàna ny zava-misy izy. Ny harivan’io ihany dia nalevin’ny fokonolona ny fatin’ilay zaza efa nanomboka ho simba, rehefa nampahafantarina ny tranga ny tompon’andraikitra, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Sakaraha : Dahalo nangalatra ny ombin’ny ben’ny tanàna, matin’ny fokonolona

Matin’ny fokonolona ny zoma lasa teo  Rebaly, lehiben-dahalo nampitondra faisana kaominina maro tany amin’ny distrikan’i Sakaraha. Avy nanafika tao Amboronabo ny andian-dahalo nirongo fitaovam-piadiana notarihan-dRebaly no nifanehatra tamin’ny fokonolona mpanara-dia ka raikitra ny fifadonana, ka teo no nahalavo an’ity dahalo raindahiny ikoizana amin’ny halatr’omby sy vono olona arahina fanolanana ity. Leom-boan’anana amin’ny fandrobana mahazo laka saika isan’andro amin’ny fananany sy famonoana ary fandratrana olona tsy manan-tsiny amin’ny firongatry ny asan-dahalo ny mponina. Manao vy very ny ainy ny fokonolona miaro ny fananany. Niray hina ny fokonolona, ary sahy nanao vy very ny ainy nifanehatra tamin’ireto malaso fahavalom-bahoaka mirongo basy sy ody gasy mahery. Raha ny tati-baovao dia naman’ireo dahalo miisa 12 maty voatifitra tao amin’ny ala kizon’ny Besomatsy, ny 3 febroary teo i Rebaly, ary anisan’ny tompon’antoka tamin’ny famonoana zandary sy zandrina ben’ny tanàna rehefa avy nandroba ny ombin’ny ben’ny tanànan’ny kaominina ambanivohitry Andranolava miisa 100. Raha ny fantatra dia fianakavian’ i Rebaly iray manontolo mihitsy no mivondrona ho ekipa iray amin’ny fangalaran’omby amina distrika maromaro any amin’ny faritra Atsimo Andrefana, hoy hatrany ny vaovao voaray.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Mitsinjo : Vedety rendrika, vazaha mpizahan-tany iray namoy ny ainy

Sambokely haingam-pandeha iray antsoina hoe « Force Two » no rendrika teo Ankiririka, Katsepy ny zoma vao mangiran-dratsy  teo. Olona sivy no nentin’ity vedety ity araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary ka ny telo amin’izany dia vazaha mpizahan-tany avokoa. Vokany terantany frantsay iray no namoy ny ainy, raha naratra saingy avotra soa aman-tsara avokoa ireo sisa ambiny. Tokony ho amin’ny efatra ora sy 20 minitra teo no nitranga ny loza. Ary raha iny ity sambokely ity niala an’i Katsepy hihazo ny renivohitr’i Boina iny no tojo andro ratsy tampoka. Ny tafio-drivotra teny am-povoan-dranomasina teny mantsy no nampivilavila ilay sambokely ka nahadobo azy tanteraka nony avy eo, araka ny tati-baovao hatrany. Nalefa avy hatrany ny antso vonjy. Nahery anefa ny rano tamin’io fotoana io ka ny valo ihany koa avotra soa aman-tsara. Namoy ny ainy rehefa natelin’ny ranomasina kosa ilay mpizahantany frantsay 68 taona. Efa ny vatana mangatsiakany sisa no natsingevan’ny rano, tonga teny amin’ny morona. Samy tonga tany an-toerana avokoa moa ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny, zandary roa, manampahefana ary mpitsabo, raha vao nahare ny fisian’ny loza, tamin’ny alalan’ny fampandrenesana nataon’ny mpiambina tao Ankiririka.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Association Tazara-Toamasina : De nouvelles installations inaugurées jeudi dernier

Bien exploitée, la pêche artisanale constitue un levier de développement partant de la base.

Fruit de la coopération entre l’OFCF (Fondation Japonaise pour la Coopération Internationale en matière de Pêche) et le gouvernement malgache via le ministère des Ressources halieutiques et de la Pêche, les nouvelles installations fraîchement inaugurées devront permettre un décollage du secteur de la pêche artisanale à Toamasina.      

Outre le côté économique, la pêche artisanale constitue un moyen de développement humain des habitants des zones côtières grâce aux activités connexes. Notamment par la création d’emplois, qui provoque à son tour l’élévation du pouvoir d’achat et du standing de vie des pêcheurs mais aussi des personnes qui pratiquent lesdites activités connexes (distribution, transformation…).  En effet, les statistiques démontrent qu’environ « 250 000 personnes dépendent du secteur, plus particulièrement des petites pêches ».  C’est dans cette optique de développement émanant de la base qu’a été initiée la rénovation des installations des pêcheurs de ladite association. Initiée grâce à la coopération entre l’OFCF (Fondation Japonaise pour la Coopération Internationale en matière de Pêche) et le ministère des Ressources halieutiques et de la Pêche, les équipements comprennent une chambre froide et une machine à glaçons alimentées par un système de panneau photovoltaïque. Ladite collaboration qui est une « continuité » des différentes actions entreprises dans le cadre des « relations amicales entre le Japon et Madagascar », notamment dans le développement et la promotion de la coopération dans le domaine de la pêche. 

Avancées. Les nouvelles installations permettraient donc des avancées majeures dans le développement humain et économique des petits pêcheurs de Toamasina. Ce qui se fera par « une modernisation de la pêche artisanale » d’après le ministre des Ressources halieutiques et de la Pêche Gilbert François.  Des propos partagés par Chan Soc Yee, présidente de l’association Tazara qui a affirmé que cette initiative « contribue dans l’éradication de la pauvreté par le biais du développement de la pêche artisanale ».  Outre ces points positifs, l’initiative a également comme conséquence, positive, « d’assurer un haut niveau d’hygiène et de fraîcheur des produits livrés dans toute l’île ». Ce qui aiderait « à améliorer la sécurité alimentaire » d’après l’ambassadeur du Japon à Madagascar, Ichiro Ogasawara.  Etant donné la portée du secteur de la pêche à Madagascar, ce modèle de l’association Tazara constitue un exemple à suivre pour les pêcheurs artisanaux. La vulgarisation serait plus que conseillée dans ce cas.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

« Fasan’ny Karana » : La gare routière est un véritable bourbier !

De la boue, de l’eau sale et peut-être des maladies… (Photo Kelly)

Les fortes pluies de ces deux derniers jours ont, en plus d’avoir inondé les rues et ruelles d’Antananarivo, également touché d’autres lieux dont les gares routières, comme celle communément dénommée « fasan’ny Karana ». En effet, eau sale et boueuse (parfois nauséabonde) font office de rues pour les usagers de ce stationnement. Ce qui, en plus d’être une gène pour la circulation constitue un danger pour la santé des personnes présentes sur les lieux. Il n’est pas besoin d’être très intelligent pour constater que la cause de la situation est purement d’ordre infrastructurel.  Une situation habituelle pourtant, mais qui paraît ne pas être remarquée par les responsables.

Insécurité. Outre les problèmes liés à l’assainissement de la station de « Fasan’ny Karana », l’insécurité y connaît actuellement une forte recrudescence. En effet, cette partie de la capitale est réputée pour faire partie des « zones rouges » ou il ne faut surtout pas s’aventurer la nuit, mais aussi de jour, à cause des racketeurs et pickpockets en tout genre. « Le nombre de personnes venant dans cet endroit  » attirerait les malfrats » selon Kolo, une habitante de la capitale malgache.  Face à ces deux situations qui plombent l’image d’Antananarivo, étant donné que la gare routière est le lieu de débarquement des voyageurs nationaux et internationaux, il serait grand temps pour les responsables de prendre des mesures.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme : Les dix athlètes pour La Réunion et Comores

La fédération malgache d’athlétisme veut faire les choses dans les normes. Et elle a ainsi instauré les derniers tests de sélection pour les partants aux prochaines compétitions de La Réunion et des Comores. Koloina Raherinaivo, Nantenaina Rakotonirina, Bienvenu Rakotozafy ont brillé à domicile durant les Jeux de la CJSOI et ont déjà assuré leurs tickets. Nicolas Rakotoniaina, Aimé Grégoire, Clément Rahamavitasoa sont des habitués du relais Saint-Benoît de la Réunion. Ils se sont tous distingués lors du test organisé par le staff technique de la FMA, samedi 11 février au stade d’Alarobia. Voici les partants  

« 10 km de Mamoudzou » 19 mars

Mampitroatsa (Cospn Boeny)

Nanie Madeleine Razafindrafara (3FANS)

Meeting d’Etang Salé de La Réunion, 8 avril

200 m – cadette : Koloina Raherinaivo (3FB )

200 m – junior garçon: Nantenaina Rakotonirina (3FB)

1500 m –junior fille : Maria Raharimbolatiana (3FANS)

1500m –junior garcon : Bienvenu Rakotozafy (Bongolava)

Meeting de Saint-Pierre de La Réunion, 25 mars.

(4X1 500 m) -Nicolas Rakotoniaina (Cnaps) -Aimé Grégoire (Aspnato Toliara) -Clément Rahamavitasoa (Ihorombe) -Ernest Rakotonirina (Cospn Tanà)

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

Pousser à la « roa »

Le maître de l’Elysée a décidé de ne pas briguer un second quinquennat. Même décision de la part du président de la Commission Européenne qui ne compte pas rempiler pour 5 ans après l’expiration de son mandat en 2019.

Pousser à la « roa »

Le renoncement de François Hollande au renouvellement de son mandat, constitue une grande première dans les annales de la Ve République française. « Le pouvoir, l’exercice du pouvoir, les lieux du pouvoir et les rites du pouvoir ne m’ont jamais fait perdre ma lucidité, ni sur moi-même, ni sur la situation », a-t-il déclaré. Rappelant dans la foulée, sa promesse de ne pas se présenter à sa propre succession, s’il ne parvenait pas à inverser la courbe du chômage. « Un engagement majeur » qu’il avait pris durant sa campagne électorale, mais qui ne devait s’amorcer très timidement que vers la fin de son mandat. Des résultats aussi tardifs que légers qui ont pesé lourd dans sa prise de décision. Laquelle a peu de chances de faire école en Afrique où les dirigeants sont plutôt en mode « tsy hiala aho ». A l’exception si c’en est une, du président angolais Eduardo Dos Santos qui ne se représentera pas cette année, après s’être toutefois accroché 37 ans au pouvoir. Seul son homologue de la Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang Nguema bat son record de longévité d’…un mois. A Madagascar, le HVM pousse à la roue pour ne pas dire à la « roa » mandat, l’actuel locataire d’Iavoloha qui n’a pourtant pas réalisé son engagement électoral de mettre fin au délestage en l’espace de 3 mois. En témoigne la récente série de manifestations en divers endroits du pays qui pourrait ne plus faire passer le courant entre le président et la majorité silencieuse qui commence aujourd’hui à élever la voix et qui pourrait demain lui priver de ses voix. La cote de popularité ou d’impopularité (c’est selon) du futur président candidat est ce qu’elle est, faute de sondages – pas toujours IFOPla – comme en France où la cote de François Hollande était au plus bas, avant de connaître un bond après sa décision inédite. Il n’est « pas un bon Président », selon la majorité des sondés qui trouve en revanche « bonne », sa décision de renoncement. Il, c’est évidemment le président français, même si cela devrait servir de leçon à d’autres présidents en exercice.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

DE-CI …. DE-LA

# Audition à l’AFT : un coup de pouce pour les étoiles montantes. La promotion de la culture, l’une des trois missions de l’Alliance française ! Cette année l’association organise donc une audition dédiée aux artistes en herbe pour leur donner l’opportunité de monter sur scène durant les évènements signés AfT. Les inscriptions sont gratuites et ouvertes jusqu’au 15 février. L’audition se déroulera à l’Alliance française le lendemain  même. Autrement dit, le 16 février.  Les sélectionnés monteront sur scène pendant le Café de l’Af.# L’Escale Open Art rouvre ses portes !Excellente nouvelle pour tous ceux qui ont aimé les soirées intimistes mais très musicales de l’Escale artistique Andohanimandroseza. L’espace vient effectivement de rouvrir officiellement ses portes. Vendredi dernier, une soirée avec  Solofo Bota, Jao et Elsie s’y est tenue pour marquer le coup. Un évènement signé Ivenco qui a fait le bonheur des mélomanes, mais surtout des habitués des lieux.Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli : Ode à la bonne musique

Tovo J’hay a donné une prestation à la hauteur des attentes.

Gâtés, les mélomanes l’étaient vendredi soir. Au Piment Café, ils avaient passé une excellente soirée avec Nanie. Ouvert officiellement vendredi dernier, le Skandal Buffet a mis à l’affiche Tovo J’hay.

Un concert, un seul pour Tana. C’est ce qui était officiellement prévu dans son programme. Ce concert au Carlton, beaucoup de ses inconditionnels à Tana n’ont cependant pas pu y être. Nanie ne pouvait donc se résoudre à quitter la Capitale sans avoir donné pleinement satisfaction à ses fans, ceux qui ont suivi avec attention l’évolution de sa carrière. Vendredi soir, elle a ainsi retrouvé les noctambules du Piment Café. Un rendez-vous qu’elle voulait inoubliable. Et il l’était. Ce soir-là, les mélomanes retrouvaient leur idole. Avec cette même voix rauque qui a séduit autrefois les amateurs de bonne musique, elle reprit tous ces titres qui ont fait sa notoriété. Accompagnée de ses complices de toujours Rado Rakotorahalahy et Samy Andriamanoro, entourée de Sanda Ranaivosoa  et Hents, avec au chœur Antsa, Andy et Navalona, Nanie a, une fois de plus époustouflé son public. « Ianao sy zah », « Mpivahiny », « Lay tanàna tiako »… ont été repris avec brio. Un exploit qui fut réédité le lendemain à l’espace Nambinintsoa.Quelques kilomètres plus loin, Tovo J’hay, lui aussi faisait le bonheur des noctambules. Ce soir-là, le chanteur ne retrouvait pas seulement la scène et ses fans. Il inaugurait également le Skandal Buffet qui venait d’ouvrir ses portes. Un endroit accueillant et idéal pour tous les amateurs de gastronomie. Armé de sa guitare, l’interprète de « Teny mamy » a fait voyager le public dans le temps en interprétant ses titres, des plus connus à ses compositions les plus récentes. Nanie au Piment Café, Tovo J’hay au Skandal Buffet, le vendredi, pour tous les fêtards, a vraiment été joli.Mahetsaka

News Mada0 partages

Ramaroson Laurent : « Fampitandremana ny fitondrana ny an’ny Vondrona eoropeanina »

« Toy ny mazava be izay amin’ny hoe fiombonambe iraisam-pirenena: hitany ny raharaha hoe tsy mandeha amin’izay laoniny. Mamelona lakolosy izy. Izay no eritreriny: fampitandremana ny fitondram-panjakana sy ny rehetra… « 

Io ny fanehoan-kevitry ny avy amin’ny Antoko MMM, Ramaroson Laurent, ny faran’ny herinandro teo, momba ny tenin’ny ambasadaoron’ny Vondrona eoropeanina (UE) fa tsy tokony hisy fanilihana kandidà amin’ny fifidianana filoham-pirenena.

« Ny fanontaniana: maninona izy no manao an’ireny? Anisan’ny tomponandraikitra nahatonga izao zavatra izao », hoy io mpanao politika io. Amin’ny fomba diplaomatika no nitenenan’ny UE. Fa ny dikan’ireo eo amin’ny politika: karazana felaka tehamanina ho an’ny fitondrana.

Voatery tsy maintsy manao an’ireny izy, satria mety hifotitra amin’ny koa ny alahelon’ny olona, araka ny nambarany. Mba te hampiseho koa ny solontenan’ny UE hoe tsy maintsy miteny, rehefa manao zavatra. Tsy fantatra be ihany koa ny fandehan-javatra… Tonga, angamba, ny fotoana tokony hahatonga saina azy lalindalina kokoa.

Tsy hisy hifidy eo, raha…

« Raha miteny izy hoe hisy fifidianana; izahay, miteny hoe alefaso mialoha ny fotoana ny fifidianana. Tsy ho tonga amin’izany, raha izao ny fandehan-javatra. Rehefa ho faty noana avokoa ny Malagasy, iza no hifidy eo? » hoy hatrany izy. Rehefa tsy tafavoaka intsony ny raharaha: iza no hifidy eo?

Any amin’ny Ceni sy ny HCC ny fanalahidin’ny fifidianana, rehefa mipetraka mazava tsara ny fangaraharana, voafehy tsara ny tsy fitongilanana… Hafa raha mbola misy ny tsimatimanota: aiza izao, ohatra, ny fitarainana tamin’ny fifidianana ben’ny Tanàna sy ny fifidianana loholona?

Hatsarao aloha ireny, porofoy amin’ny vahoaka fa hanao ny andraikitra amim-pahamarinana ny HCC manomboka izao. « Raha tsy izany, tsy misy hatoky izay fifidianana hatao eo », hoy izy.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Présidentielle : le HVM en pré-campagne

Le parti Hery vaovaon’i Madagasikara (HVM) ne cache plus son jeu. Depuis quelque temps, les dirigeants et les partisans multiplient les descentes en vue de préparer le terrain pour la prochaine élection présidentielle. Mais il n’y a pas que ce parti puisque d’autres formations politiques, en l’occurrence le Tim, occupent déjà le terrain… 

«Izy olo premier plan ». C’est avec cette chanson du groupe Onja Tinondia que Hery  Rajaonarimampianina a fait son entrée sur le terrain Alakamisy Itenina, district Vohibato, région Haute Matsiatra, vendredi dernier. Chanson qui a été maintes fois entonnée par le groupe le long de la cérémonie d’inauguration des projets pour le développement durable dans cette commune rurale avec les éloges, les fanions aux couleurs du HVM, et précédant même l’intervention du président de la République. Tout y était donc et à voir les différentes gesticulations chaque fois que le morceau passait, il semblerait que le HVM ait choisi son hymne de guerre.

Cela pour dire que le parti tombe les masques et est en pleine pré-campagne. D’ailleurs, les banderoles déroulées devant la tribune officielle sollicitent la candidature de l’actuel président pour sa propre succession en l’assurant de le soutenir une deuxième fois encore. Selon les différents orateurs, c’est dans cette commune que Rajaonarimapianina a obtenu le plus de voix en 2013 avec 87%.

D’ailleurs, les partisans venus à la rencontre de Hery Rajaonarimampianina lui ont promis jusqu’à… 100% des voix pour le prochain scrutin.

Le Tim aussi 

Et cette pré-campagne se déroule dans plusieurs parties de l’île mais sous différents aspects, parfois sous la forme d’un reboisement, d’un congrès régional ou encore d’une cérémonie de présentation de vœux du parti. Le dénominateur commun, c’est qu’à chaque manifestation, les orateurs et les participants réclament la candidature de Hery Rajaonarimampianina.

Reste à voir ce que décidera ce dernier, étant donné l’état de pauvreté dans lequel se trouve la population actuellement, ainsi que les graves problèmes délestages, d’inflation, d’insécurité, de vindictes populaires… qui ont marqué son mandat. Cela étant, ce genre d’appel est déjà une pratique courante pour justifier, par la suite, la candidature de la personne concernée.

Outre les réunions et les déplacements, les observateurs estiment que l’épouse du président est également sur le terrain et, sous couvert justement de ces difficultés sociales auxquelles doit faire face la population, a entamé des actions de distribution de produits de première nécessité, comme cela a été le cas vendredi dernier dans la capitale.

Le HVM n’est pas le seul à faire campagne avant l’heure. Le Tiako i Madagasikara (Tim) et son président Marc Ravalomanana qui, lui, est déjà candidat déclaré pour le prochain scrutin présidentiel, ne ménagent pas non plus leurs efforts pour faire parler d’eux et revigorer le parti.

Actuellement, Marc Ravalomanana effectue une descente dans la région Haute Matsiatra tandis que les membres du parti se réunissent dans chaque localité. Tel le parti Tim qui essaie de ramener les « brebis égarées ». Il faut noter par exemple, le retour sur la scène politique de Mamy Rakotoarivelo lors de la cérémonie de présentation de vœux du troisième arrondissement samedi dernier.

Dans tous les cas, on attend ce que va dire (ou pas…) la Ceni à propos de ces diverses manœuvres…

Rakoto

 

News Mada0 partages

Riana Andriamandavy VII : «Oui pour le dina, non pour la vindicte populaire»

Pour lutter contre l’insécurité grandissante au pays, notamment dans la région Haute Matsiatra, le sénateur Riana Andriamandavy VII a avancé une solution lors d’une cérémonie d’inauguration dans la région Haute Matsiatra en fin de semaine. « La région a élaboré un « dina » jugé conforme avec notre législation. J’ exhorte par ailleurs l’application du dina car les « dahalo » ne sont autres que des  habitants de notre localité ».

Ce vice-président auprès de la Chambre Haute a appelé à une responsabilisation de tout un chacun, rappelant que l’éradication de ce fléau n’est pas seulement l’affaire de l’Etat.

Cependant, Riana Andriamandavy VII a manifesté son opinion sur la vindicte populaire. « Je suis contre cette pratique car c’est interdit par loi. Aussi, j’appelle les dirigeants, les responsables à ne pas encourager la vindicte populaire ».

Cet appel n’a pas été bien perçu pour certains maires qui ont assisté à la cérémonie à Alakamisy Itenina. Ces derniers ont fait savoir que le sénateur n’est pas en connaissance de la situation réelle dans les communes. En effet, les maires sont souvent pris au dépourvu lors des vindictes populaires. « Nous ne voulons pas appliquer la vindicte populaire mais nous n’avons pas le choix surtout lorsque c’est la population qui se dresse contre nous », ont-ils murmuré.  Selon eux, même les forces de l’ordre, dans la plupart des cas, sont impuissantes devant la colère des habitants.

Nadia

 

News Mada0 partages

Rugby : handray ny Can U20 i Madagasikara

Feno tanteraka ny fandaharam-potoana. Nohamafisin’ny eo anivon’ny Africa Rugby fa hampiantrano ny fiadiana ny amboaran’i Afrika sokajy 1A isika, ka handraisan’ny ekipa efatra anjara.

Anisan’izany ny avy atsy Namibia, Kenya, Zimbaboe ary isika mandray ny lalao. Hiatrika ny manasa-dalana avy hatrany ireo ekipa ireo ny 19 avrily izao. Hotanterahina ny 23 avrily kosa ny fiadian-toerana sy ny famaranana. Hisolo tena an’i Afrika hiatrika ny fiadiana ny amboara eran-tany ho an’ny sokajy U20 ny ho tompon-daka eo.

Ankoatra izany, ho avy koa ny fiadiana ny amboaran’i Afrika sokajy zokiny, sokajy B, hotanterahina any Maraoka. Manampy izany ny hiatrehantsika fifaninanana vaovao amin’ny fifanintsanan’ny kaontinantan’i Afrika hatao atsy Afrika Atsimo, ka hananan’i Afrika solontena amin’ny lalao olympika ho an’ny tanora.

Ho an’ny fandaharam-potoana eto an-toerana kosa, anisan’ny ezaka hataon’ny Malagasy Rugby ny fampiroboroboana ny sekolin’ny rugby, miainga amin’ny fiaraha-miasa amin’ny minisiteran’ny Tanora sy ny Fanatanjahantena,  ary ny minisiteran’ny Fanabezam-pirenena.

Nofoanana ny sokajy Elite…

Eo koa ny fanafoanana ny sokajy Elite 1 sy 2 ao amin’ny D1 fa natao tokana sisa. Hapetraka koa ny fiadiana ny tompon-daka isaky ny sokajy eny anivon’ny seksiona ka hifaninanan’ny ekipa 16 hiadiana toerana efatra hiakaran’izy ireo amin’ny fiadiana ny ho tompon-dakan’Analamanga. Na izany aza, mijanona ho « Top 8 » hatrany kosa ny fifaninanam-pirenena.

Manoloana ireo, nametraka fanamby ny Malagasy Rugby. « Tanjona amin’ity taona ity ny hahatafita ny zandriny « junior » amin’ny fiadiana ny amboara eran-tany. Eo koa ny hahatafakatra ny zokiny « senior » ho eo amin’ny vondrona A », hoy ny filoha Rakotomalala Marcel, ny herinandro teo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Amboaran’ny Caf : nirava sahala, tsy nisy nitoko ny Elgeco Plus sy ny Supersport United

Samy tsy nahakobana harato ny andaniny sy ny ankilany, tetsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, omaly amin’ny lalao savaranonando eo amin’ny amboaran’ny Caf. Nirava samy tsy nitoko, na samy nampiseho ny fahaiza-manaony aza tany amin’ny fizaram-potoana faharoa. Nanao ny ho afany ny mpanafiky ny Elgeco Plus na tsy tena nirindra tsara aza ny teo afovoan’ny kianja. Hita koa fa mbola nifampitsapa ny mpifanandrina teo amin’ny fizaram-potoana voalohany na nisy fotoana aza, saika nahatafidiran-dry Furman baolina nanoloana ny mpiandry haratontsika, i Ando. Tahaka izany koa ny mpanafiky ny Elgeco Plus, i Blaise, intelo nanao daka mafy sady tsara teny amin’ny 30m saingy azon’ny mpiandry harato, i Pieters hatrany. Samy nanova paikady ny andaniny sy ankilany teo amin’ny fizaram-potoana faharoa. Nampiditra an’i Ndranto sy Zino ary Kilany ny mpanazatran’ny Elgeco Plus, Menakely Ruphin teo amin’ny fizaram-potoana faharoa.

Tsy afaka hanao hadisoana

Nanova ny lalao tanteraka izany satria nanao totoafo ny fanafihana avy eo ary nampitaintaina ireo mpijery tonga tetsy Mahamasina. Tsy niaritra fotsiny koa anefa ny Afrikanina tatsimo fa nivonona ny hampidi-baolina koa. Nanaporofo izany ny baolina tokony ho tafiditr’izy ireo raha vao nanomboka kely ny fizaram-potoana faharoa, saingy navotan’ny tsatoby i Ando. Tsy niandry ela ny valin-kafatra tamin’ny alalan’i Bela saingy lasa ambony loatra ilay baolina nodakany. Tsy vitan’izany fa efa nampitsangana ny mpijery ny baolina tokony ho tafiditr’i Bela sy i Bila hatramin’ny minitra farany. Teo koa anefa ny baolina tokony ho tafiditry ny mpanafika Afrikanina tatsimo nanoloana an’i Ando, noho ny tsy nitsofan’ny mpitsara ny kiririoka satria tokony ho “hors-jeu”. Voatohana sy voalika izany…   “Tokony ho nandresy 6 no ho 2 mihitsy isika tamin’iny fihaonana iny”, hoy ny mpijery sasany.

Araka izany, samy mbola ho henjana ny hiandry ny Cnaps sport sy ny Elgevo Plus amin’ny lalao miverina amin’ny herinandro. Tsy afaka ny hanao hadisoana ny tompondakantsika na efa nitarika 2 no ho 1. Tahaka izany koa ny tompon’amboara. Tsy maintsy miezaka mampidi-baolina isika any an-tanin’olona. Farafaharatsiny, manao ady sahala 1 no ho 1. Mbola ho sarotra anefa izany raha ny fahitana ny lalaon’ny roa tonta.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Ambodiatafana : mpianatra iray maty natelin’ny ranomasina

Mpianatra iray no natelin’ny ranomasina any Ambinany Rangazaha Ambodiatafana lalam-pirenena fahadimy, ny asabotsy 11 febroary lasa teo, tokony ho tamin’ny 1 ora tolakandro. Maty natelin-dranomasina nohon’ny fanavotany ny namany nilomano i Giovannie, 17 taona, mpianatra taona fahatelo sampana eo amin’ny lalam-piofanana Comptabilité avy ao amin’ny Lisea tekinika Toamasina (LTP). Raha ny loharanom-baovao voaangona, nahatsiaro ho nafana loatra mihoatra ny namany ny mpianatra iray, ka tsy voasakan’ny rehetra sy ny mpanabe fa lasa nitsoraka nilomano an-dranomasina ihany. Voalaza fa tsy mbola zatra ranomasina izy ka navadibadiky ny onjan-dranomasina ilay tovolahy iray. Izay nahatonga an’ i Giovannie nilomano avy hatrany mba hanavotra ny namany, kinanjo izy indray no lasa natelin-dranomasina ka maty tsy tra-drano. Nanavotra ihany ny olona sasany saingy tsy tan any ain’ity tovolahy ity. Ilay saika avotana tany am-boalohany kosa no tsara vintana fa tsy naninona. Efa tafakatra an-tanety ny razan’i Giovannie. Tovolahy mahery fo hanavotra ny namany ity farany saingy nidiran-doza tampoka. Mampitandrina ny rehetra sy ny mpianatra mandeha an-dranomasina, mba samy hitandrina, ny mpitandro filaminana. Tsy ho sodokan’ny andro mafana hilomano kanefa misy ny ranomasina mahery be, ka mety hampidi-doza. Efa manomboka manao dia fiebazana koa ny mpianatra mamonjy morontsiraka, ka tokony hanaraka ny fepetra apetraky ny mpitarika.

Sajo 

 

News Mada0 partages

Chronique : les cadeaux de la République

Le 19 octobre 2016, Marie Eliana Bezaza, secrétaire général du PSD, adressait au Président de la République une proposition de son parti pour faire du 14 octobre une fête nationale.

Parmi ceux qui savent associer cette date à un événement national, combien veulent s’en souvenir ? Le 14 octobre 1958 est tombé dans les oubliettes des deuxième puis  troisième et enfin quatrième Républiques parce qu’il nous ramène à une période de notre histoire qui nous met tous mal à l’aise.

Au lendemain de l’indépendance, nous avions recouvré notre souveraineté, une souveraineté  qui n’a jamais réussi à s’affranchir de l’ancienne puissance coloniale.  Pourtant, près de quarante-cinq ans après le «mai malgache», englués dans une crise chronique, il nous arrive de plus en plus souvent de soupirer après la douceur de vivre des années soixante.

Dans la proposition du PSD, Marie Eliana Bezaza souligne que «si nous pouvons critiquer et même renier le 14 octobre, c’est bien parce que nous sommes en République. La liberté de penser, de critiquer, de refuser, de s’exprimer, c’est bien un cadeau que nous offre la République». Entre autres cadeaux, la République nous offre la possibilité de construire un pays qui ne soit plus seulement un agrégat de factions claniques et religieuses mais une nation qui rassemble des citoyens autour d’une appartenance commune.

L’actualité illustre avec une merveilleuse ironie cette belle idée rassembleuse : comment pourrions-nous envisager de fêter ensemble, qu’on vienne du Nord, du Sud, de l’Est, de l’Ouest, ou du Centre,  le taom-baovao malagasy si nous n’étions pas en république ?

Le 14 octobre mérite mieux qu’un astérisque sur les calendriers. Fêter  l’instauration de la République sera sans aucun doute un symbole plus fort plus qu’une hasardeuse réconciliation nationale.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Asan-jiolahy : mpanendaka tratran’ny polisy mpanao fisafoana

Lehilahy roa no voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahadimy, ny alakamisy 9 febroary  lasa teo, teny akaikin’ny Colas Anosibe, noho ny fanendahana. Tokony ho tamin’ny 4 ora sy sasany maraina no tratran’ireo polisy mpanao fisafoana amin’iny faritra Anosibe sy ny manodidina iny, ireo jiolahy. Manao andiany izy ireo amin’izany ka ny mpiantsena maraina eny an-toerana no tena lasibatra. Raha vao nahita ny polisy izy ireo dia nilefa. Nifanenjehana ka tratra ny roalahy tamin’izany. Mbola hita teny amin’izy ireo ny sabatra fampiasan’izy ireo. Isan’ireo mampihorohoro sy mpandravarava amin’iny faritra Anosibe iny ireto jiolahy voasambotra ireto.

Lehilahy iray antsoina hoe Carlos, 22 taona no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahavalo, teo am-panendahana finday iray, teny Nanisana ny Alakamisy teo, tokony tamin’ny 8 ora alina. Rehefa variana niantso ilay vehivavy iray izay efa narahin’ity olon-dratsy avy ao aoriana, ka nendahiny teny an-tanan’ilay olona ilay finday ary lasa izy nitsoaka. Nisy polisy nanao fisafoana teny an-toerana tamin’io fotoana io ka raikitra ny fisamborana. Nitsoaka teny an-tanimbary i Carlos, ka teny izy no tratra. Mbola tra-tehaka teny aminy ilay finday nangalariny. Tamin’ny fanadihadiana azy, niaiky ny heloka vitany izy. Noho ny tsy fananany asa no nanovany izao asa ratsy izao, raha ny filazany. Ary izao izy vao tratra.

Yves S.

News Mada0 partages

Haintrano goavana tany Marolambo : trano 312 may, kila forehitra ny fiangonana FJKM

Trano anjatony maro ,o may kila tany Marolambo. Tsy afa-bela tamin’izany ny fiangonana FJKM sy ny fitoeran’entana. Olona efa 2.243 no traboina tamin’izany ary anjatony tapitrisa ny zavatra may.

Nisehoana haintrano marobe tany Marolambo, tany amin’ny kaominina Androangavola, ny 7 febroary lasa teo, tamin’ny 12 ora atoandro. Araka ny filazan’ny zandary, afo avy tao amin’ny trano fivarotana iray no nahatonga ny loza ary niitatra tamin’ireo trano anjatony. Miisa 312 no isan’ny trano may, ka 78 trano no tafo fanitso, fiangonana FJKM ny iray, fiangonana Témoin de Jehovah ny iray hafa,  “magasins de stockage” an’ny FJKM ny sivy hafa, ny iray birao an’ny delege.

Olona 2.243 no traboina noho ity loza ity, ka napetraka any aminny EPP, CEG sy Lycée any an-toerana. Tombanana ho 319.563.000 Ar ny teti-bidin’ny zavatra may tamin’izao fahamaizana izao. Trano fianarana ny ankamaroan’ireo trano may ireo, raha ny vaovao avy any an-toerana ihany. Tonga tany an-toerana ny lehiben’ny distrika sy ireo ben’ny Tanàna manodidina nitondra fanampiana. Nanao famotorana momba ity haintrano ity ny borigady Marolambo.

Araka ny fanazavana voaray, anisan’ny nampiitatra afo haingana ny fahamaizan’ny andro tany an-toerana. Tsy misy koa ny mpamonjy voina, fa ny fokonolona no mifanolo-tanana amin’ny famonoana ny afo. Tsy misy hevitra rehefa mitranga ny haintrano tahaka izao any amin’ny faritra any, fa izay hampihena ny iharam-boina, na fisorohana ny tsy hahafaty olona no azon’ny fokonolona atao. Torak’izany ny niseho tany Vohitsara Amparafaravola, ny 8 febroary lasa teo. Trano 10 may kila forehitra izay nahatraboina olona 400. Niainga tamina trano hazo ny loza ary niitatra. Niezaka ny fokonolona namono afo fa niala maina.

Yves S.

News Mada0 partages

Mahajanga : un Français tué dans un naufrage

Jean Raymond Henri Autexier, un ressortissant français de 68 ans, a péri dans un naufrage survenu dans l’après-midi de vendredi à Ankirika, district de Mitsinjo.

D’après la gendarmerie, l’accident s’est produit aux environs de 16 h, lors de la traversée de la vedette «Force 2» d’une baie se trouvant entre Katsepy et Mahajanga. Outre le sexagénaire, deux autres Français et six Malgaches se trouvaient à bord de l’embarcation au moment de l’accident.

La vedette a quitté Katsepy sans encombre. Le problème est survenu après une vingtaine de minutes de traversée. Frappée par des vagues, l’embarcation a tangué avant de chavirer. Jean Raymond Henri Autexier s’est noyé tandis que les autres occupants de la vedette ont été secourus à temps. Sitôt alertés, des éléments du poste avancé de Katsepy et un médecin se sont dépêchés sur les lieux.

Mparany

(Photo d’archives)

 

News Mada0 partages

Secteur privé : hausse de 8% du salaire minimum d’embauche

Les négociations ont été longues. Mais le groupement des patronats et les syndicats des travailleurs ont trouvé un consensus sur le taux d’augmentation du salaire minimum d’embauche, après des discussions de près d’une semaine.

L’écart des taux proposés par les deux parties était conséquent. Les syndicats auraient notamment suggéré une augmentation de l’ordre de 24%, pour ramener le Salaire minimum d’embauche à plus de 200.000 ariary pour pouvoir faire face à la flambée des prix sur les marchés. Après des jours de négociations, les deux parties ont convenu une augmentation de 8%. Une fois cette hausse appliquée, le salaire minimum d’embauche passera ainsi de 144 000 ariary à 155.520 ariary.

Le protocole d’accord entre le groupement des employeurs et les syndicats des travailleurs sur cette augmentation de salaire sera signé cette semaine avant d’être envoyé au ministère de la Fonction publique qui se chargera de sortir le décret d’application y afférent. «Cette procédure pourrait se faire en une dizaine de jours», a souligné, hier, le SG du Sekrima, Remi Henri Botoudi, joint au téléphone.

Délestage

Appliquer une augmentation de l’ordre de 24% s’avère impossible avec le contexte actuel, selon les explications émanant du patronat, en raison en l’occurrence des délestages répétitifs qui diminuent considérablement les heures de travail normales et augmentent par ricochet les heures supplémentaires. Ce dernier de rassurer néanmoins que cette hausse de 8% est encore plus significative par rapport à celle de l’année dernière. «Certes, le Salaire minimum d’embauche a connu une augmentation de 8,25% en 2016 mais le taux d’inflation à ce moment-là était de 7,9% alors que celui-ci se situe actuellement à 6,94%», a-t-on fait savoir.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Météo : le temps sec de retour en force

Après la pluie, le beau temps. Le temps sec revient en force après les quelques jours de fortes précipitations enregistrées sur les Hautes terres centrales (HTC). Ainsi, la vigilance forte pluie lancée la semaine dernière est levée à partir de ce jour. «Selon les prévisions, Dame pluie ne sera pas au rendez-vous durant les trois prochains jours», a fait savoir Tody Solohery, prévisionniste au sein de la Direction générale de la Météorologie (DGM).

Une bonne nouvelle pour les bas quartiers d’Antananarivo, qui ont été submergés après les pluies intenses qui se sont abattues dans la capitale pendant trois jours successifs et qui ont entrainé une augmentation du niveau des rivières, Sisaony et Ikopa. Mais le revirement de la situation constitue un cauchemar pour les agriculteurs qui doivent patienter encore quelques semaines pour que le temps soit propice à l’agriculture. Selon les techniciens de la DGM, les précipitations seront inférieures à la normale durant ce mois en cours, contrairement à la situation du prochain mois où des pluies supérieures à la normale seront attendues. Pour l’heure, un amas nuageux, qui est en train de se former dans le Canal de Mozambique, pourrait changer la donne. Pourtant, ce système, suivi de près par

la DGM, ne risque pas d’évoluer en cyclone, rassure notre source.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

EPP Ambongamarina : retour au jardin scolaire

L’EPP d’Ambongamarina, de la Circonscription scolaire (Cisco) d’Anjozorobe, Direction régionale de l’éducation nationale (DREN) Analamanga, a décidé de restaurer par ses propres moyens sa cantine scolaire, un des moyens utilisés contre l’abandon scolaire, voire le redoublement de classe.

Pour cela, un jardin scolaire, où les élèves de cette école ont cultivé des légumineuses comme les brèdes, le haricot vert, la courgette et même des fruits à l’instar des ananas, a été  créé. Comme les produits du jardin ne sont que les accompagnements du repas, chaque élève participe aussi à un apport de paddy de 5 kg par mois. Et c’est aux parents de se relayer par jour pour la cuisson des aliments.

L’Association des parents envisage bientôt de bâtir un réfectoire et d’avoir en même temps les ustensiles de cuisine nécessaires ainsi que le couvert complet pour les élèves. Dans l’attente, ce sont les élèves eux-mêmes qui emmènent leur couvert de la maison.

L’EPP d’Ambongamarina compte actuellement 198 élèves et dix enseignants qui viennent tous d’être recrutés comme fonctionnaires.

Sera R

 

News Mada0 partages

Incendie à Marolambo : 312 maisons détruites, 320 millions d’ariary de préjudice

Le feu continue de dicter sa loi. Plusieurs localités de l’île ont été le théâtre d’incendies ravageurs ces derniers temps.

Pas plus tard que le 7 février, aux environs de midi à Androrangavola, un violent incendie, faisant 2.243 sans-abri, s’est produit.

Selon une source sécuritaire, le feu s’est déclaré dans une gargote avant de se répandre vers les autres maisons mitoyennes. En un rien de temps, les flammes ont consumé 312 maisons dont 78 constructions en tôle, des salles de classe, deux églises et 9 magasins de stockage de la FJKM ainsi que le bureau du délégué administratif. Le préjudice des victimes est estimé à plus de 320 millions d’ariary.

Les sinistrés sont actuellement placés provisoirement dans des écoles. Des éléments de la Brigade de gendarmerie de Marolambo se sont dépêchés sur les lieux pour les constats d’usage. Une enquête a été ouverte afin de déterminer l’origine exacte de ce sinistre. Toujours d’après la source, l’inexistence de service d’incendie et de secours dans cette localité a été fortement ressentie lors de cet accident.

Deux morts à Amparafaravola

Dans la région Alaotra Mangoro, plus précisément à Vohitsara, dans le district de Mahanoro, un incendie survenu le 9 février a fait deux morts. Les circonstances de ce drame restent indéterminées mais, d’après une source locale, 121 cases et maisons en dur ont été ravagées par les flammes. Afin de venir à bout de l’incendie, les victimes et les riverains ont essayé de combattre le feu avec les moyens du bord mais leurs efforts ont été vains.

Les autorités locales ont dénombré 427 sinistrés. Ayant tout perdu dans l’incendie, les victimes des deux localités lancent un appel d’aide d’urgence.

Mparany

(Photo d’archives)

 

News Mada0 partages

Analamanga : l’ONG Affami se met au vert

Vivant les impacts négatifs du changement climatique actuel, les membres de l’ONG Affami et ses sympathisants se sont consacrés à leur traditionnelle journée verte, samedi dernier.

Plus d’un millier de jeunes plants de pins ont ainsi été mis en terre dans la zone de reboisement de l’association dans le fokontany d’ Ambohidranomanga, dans la commune d’ Ambatomirahavavy. La présidente de l’ONG, Vololona Victorine Raherisoa, y a prodigué une séance de sensibilisation sur la nécessité de la protection de l’environnement aux membres présents. Elle a ajouté en outre que les séances de reboisement de l’ONG Affami sont effectuées en famille pour inculquer la culture environnementale à la jeune génération.

La journée du samedi a débuté par une inspection des plants de la dernière campagne avec l’association environnementale Lovasoa pour garantir la réussite du projet qualifié de patriotique.

Manou

 

News Mada0 partages

Faran’ny herinandro an-tsary

Taorian’ny tetsy amin’ny Carlton, nanafana indray ny Piment Café Behoririka i Nanie. Natao ho an’ireo tsy afaka tamin’ny seho voalohany rahateo izany.

 

Feno 5 taona katroka ny fikambanana Sorakanto, ivondronan’ireo mpanao gazety mpikirakira ny vaovaon-kolontsaina. Nomarihina ny asabotsy lasa teo izany, teny amin’ny Trass Tsiadana.

News Mada0 partages

Sehon’i Njakatiana : nosembanin’ny fahatapahan-jiro

Tokony ho raitra ny seho… Ny indro keliny, nosembanin’ny fahatapahan-jiro teny an-tsefatsefany teny ny fampisehoana goavana izay notontosain’i Njakatiana omaly, tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena. Soa fa tsy nampihena ny hafanana teo amin’ireo mpankafy izany, ka na somary sahirana aza ny teny an-tsehatra sy ny teknisianina, tsy nampaninona loatra ireo mpijery kosa.Toy ny fanaony hatramin’izay, miezaka hatrany i Njakatiana mitondra zava-baovao sy miavaka. Nisongadina indrindra tamin’ny seho omaly ny fifandimbiasana an-tsehatra nataon’ireo mpanakanto marobe nasainy manokana. Anisan’ireny ry Bako, Mialy Rakotomamonjy, Lilie, Do Rajhonson, Arison Vonjy, tarika Zandry Gasy, Ariane, sns. Hiran’i Njakatiana avokoa no niarahan’izy ireo tamin’izany.Anisan’ny nampiakatra ny hafanana ny fiakarana an-tsehatra nataon’i Christian Kely sy Sarobidy, izay nisongadina tamin’ilay fifaninanana “Pazzapa Kids”.  Nahatratra 18 teo ireo mpanakanto nasain’i Njakatiana, ka hira manodidina ny 60 no nalahany ho fanomezana fahafaham-po ireo mpankafy.

Randria.

Tia Tanindranaza0 partages

Rahoviana ihany ?

Tsy misy tokotaniny ny famahana ny olana ara-tsosialin’ny Malagasy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ekipa « fair play »Hampihavana amin’ny alalan’ny fanatanjahantena

Hampivondrona ny malagasy amin’ny alalan’ny baolina kitra izay mpanjakan’ny fanatanjahantena, hoy ry zareo avy eo anivon’ny ekipa “fair play”

, na ilay hoe ekipan’ny fampihavanam-pirenena eo amin’ny resaka baolina kitra ivondronan’ireo mpanao politika. Tsy niala fa tazana hatrany ato anatin’ity ekipa ity daholo ireo firehana rehetra toy ny Vahoaka miray, ny Tiako I Madagasikara, ny Arema, ny vondrona Mapar ary ny Hery vaovao ho an’i Madagasikara. Ny zoma teo moa no nifampiarahaba noho ny fahatrarana ny taona tetsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina ny ekipa ary nilaza izy fa mino sy manantena fa ny fanatanjahantena no anisan’ny fitaovana mahomby indrindra hamitrana ny fihavanana eto amin’ny firenena. Tao anatin’izay 6 taona nijoroany izay dia nilaza ho manam-pikasana ny hampivelatra ny hetsiky ny ekipa amin’ny fanohanana ny asa soa toy ny ataon’i Mompera Pedro ny ekipa “fair play”. Maitre Kira sy maitre Michel ary maitre Abdou moa no mpanazatra an-dry zalahy ireto.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Saran-dalana nihazo an’i VontovoronaTafakatra 1500 Ar ny sabotsy teo

Nisedra olana tanteraka ireo mponina nandeha namonjy raharaha sy namonjy fodiana tany amin’iny kaominina Fenoarivo sy Alakamisy Fenoarivo iny ny sabotsy teo.

 Tafakatra 1.500 Ar mantsy ny saran-dàlana ho an’ny olona iray, mandroso fotsiny,  tsy nisy tapa-dalana toy ny mahazatra intsony. Noho ny fisian’ilay lalao baolina kitra nifanandrinan’ny ekipan’ny Cnaps Sport sy Botswana no antony nahatonga ny fampiakarana izay tena nampitombo avo folo heny ny mpandeha. Maizina tanteraka eo Anosy misy ny toby fiantsonan’izy ireo vokatr’izany. Izay be sandry ihany no tafiditra niampy ny vavan’ny mpamily sy ny mpanampy azy fa mpijery baolina aloha no entina satria maika dia tsy maintsy mandoa ilay 1500 Ar notakian’izy ireo. Niahaka avokoa, araka izany, ny mpandeha tsotra. Nisy mihitsy ireo navoakany teny ivelany ho an’ireo tsy nanana afa-tsy 700 Ar saran-dalana mahazatra. Araka ny vaovao azo farany dia nisy tamin’ireo taksibe ao amin’ny zotra G no sahy nampiakatra ny saran-dalana 2.000Ar nandritra ny fodiana niravan’ny baolina nanomboka tamin’ny 5 ora hariva.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana Lions Club sy SoroptimistNanatanteraka fitiliana maimaimpoana …

Mitombo isa hatrany ireo tanora lasibatry ny aretina azo avy amin’ny firaisana ara-nofo eto amintsika.

 

Tsy latsa-danja amin’izany ireo tanora zazavavy mitondra vohoka aloha loatra mialoha ny fotoana ka zary misedra fiainana tsy ampoizina ny ankamaroany. Noho izay antony izay indrindra no nanosika ny fikambanana Soroptimist International Africa sy ny fikambanana Lions Club Antananarivo Manjakamiadana notronin’ny PSI Madagascar hanatanteraka ilay fanentanana sy fitiliana ny aretina azo avy amin’ny firaisana ara-nofo teny amin’ny zaridainan’Andohalo ny sabotsy teo. Ireo tanora 14 ka hatramin’ny 24 taona no nahazo tombontsoa. Tamin’ny alalan’ny kilalao no nanaovana ny fanentanana. Izay rehetra nahavaly fanontaniana mikasika ny resaka fananahana dia nahazo fanomezana avokoa. Tanjona ny hanampiana ny tanora amin’ny resaka fananahana ankapobeny mihitsy hisorohana ny mety ho fiparitahan’ireo karazan’aretina azo avy amin’ny firaisana ara-nofo sy ny vohoka tsy nirina. Araka ny fanadihadiana natao dia hotsaboina maimaimpoana avokoa ireo tanora hita fa lasibatr’ity aretina azo avy amin’ny firaisana ara-nofo ity arahin’ny tohana ara-moraly mba hahafahany miatrika ny fiainana indray.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsaram-bahoakaMiantso fitoniana ny minisitry ny polisy

Miantso ny fahatsiarovantenan’ny polisy am-perinasa ny minisitry ny filaminana anatiny ny controleur Générale Anandra Norbert raha nandray fitenenana nandritra ny famoahana ireo mpianatra ho polisy tao Antsirabe.

 

 Nahitsy ny teniny nilaza fa aoka hieritreritra isika satria mety avy amin’ny fitondrantenantsika no mahatonga ireny tranga fitsaram-bahoaka ireny. Ny polisim-pirenena dia natao hanompo ny vahoaka fa tsy hotompoin’ny vahoaka. Antso avo no nataony tamin’ny vahoaka mba hanana fitokisana amin’ny mpitandro ny filaminana sy ny fitsarana mba hanafoanana ny fitsaram-bahoaka. Mety ho fianakaviantsika ihany no ho tratran’ireny fihetsika tsy voahevitra ireny, ary mety ho marobe ny voarohirohy rehefa mandeha ny fanadihadiana, hoy izy. Efa misy moa ny fepetra raisin’ny eo anivon’ny polisim-pirenena manodidina ny fitondrantenan’ny polisy manokana. Nitombo ny isan’ny polisy vaovao vao noraisina tamin’ity satria 750 ireo vao niditra indray ary hiakatra 1050 indray amin’ity taona ity. Mpianatra ho polisy niisa 600 indray no hanatevina ireo polisy efa am-perinasa. Navoaka ny zoma 10 febroary lasa teo ireo polisy vaovao ireo, tao amin’ny sekolin’ny polisim-pirenena Antsirabe ka niisa 100 tamin’izy ireo no Inspecteur ary 498 no Agent de police satria nitsoaka an-daharana ny roa. Nisalotra ny anarana “Meva” ireto andiany faha-23 ireto izay midika ho “Maturité – Endurance – Volonté – Action”. Ny 53 tamin’izy ireo no vehivavy. Nandritra ity fivoahan’ireto mpianatra ho polisy ireto ihany koa no nahafantarana fa ny 76 tamin’izy ireo dia voafantina sahady ao anatin’ny sampana hery vonjy taitra ary efa nanaraka fiofanana manokana tamin’izany. Nambaran’ny talen’ny sekoly ny Kaomisera divizionera Andrianairinaharivelo Yves fa anisan’ny nampiavaka ireto andiany ireto ny fiofanana nomena azy ireo satria izy ireto no nisantatra ny fanavaozana tamin’ny fandaharam-pianarana tao amin’ny sekoly.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny fitsarana teo alohaNodimandry ny sabotsy teo

Nodimandry ny sabotsy teo Rabenindrainy Manohisoa, minisitry ny fitsarana tamin’ny andron’ny filoha teo aloha Ratsiraka Didier sady efa mpikambana teo anivon’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanNihaino firy taona ?

Miarahaba ry Jean a ! Mahita hatao koa anie ianareo ao ambony ao e ! Ny filazana fa hoe maheno sy mahafantatra ny fitarainan’ny vahoaka indray izany izao ry Jean no fihetsika mirindra amin’izao 2017 izao ?

Ampiana kely an’ilay hoe efa mandray fepetra dia aoka fotsiny e ! Hatramin’ny oviana tokoa moa ianareo no nihaino anay ? Firy taona sa firy volana sa firy andro na minitra akory aza no fanontaniana tokony hapetrako ? Raha efa an-taonany mantsy dia hoditr’akondro daholo izany ny vahaolana narosonareo anay hatramin’izay a ! Iaraha-mahita mantsy fa mirongatra isan-taona ny kolikoly sy ny tsy fandriampahalemana ary ny fahantram-bahoaka. Ilay namanao iny moa dia tsy menatra akory milaza fa efa tafavoaka ny krizy, hono, isika. Fa inona moa no nentin’ilay hain-tany teo ? Asa raha mba henon’i Jean indray izao fanontaniako izao !

Marco anaty krizy

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrosoana ny kaomininaHaka ny hevitry ny mponina ny eny Andoharanofotsy

Miroso tanteraka amin’ny fanatanterahana ireo karazana fepetra voalaza ao anatin’ny fakan-kevitra ifotony hisian’ny fampandrosoana ( Structure Locale de Concertation) amin’izao fotoana izao ny kaominina Andoharanofotsy.

 Nanatanteraka atrikasa nandritra ny roa andro mifandraika amin’izany izy ireo ny zoma sy ny sabotsy teo ka nivoitra ny hakana ny hevitr’ireo vondron’olona any amin’ny faritra tsirairay avy mandrafitra ny kaominina hahafahana manambatra ny hetahetan’izy ireo ho ao anatin’ny drafitrasan’ny kaominina, toy ny resaka fihariana, ny fotodrafitrasa … Hanao tantsoroka amin’ny fanatanterahana izany ny WSUP ary vonona hifanohana amin’ny kaominina ny fiadidian’ny Repoblika, ny fahefana mpanatanteraha, ny mpanolotsain’ny tanàna, ny fikambanana maro samihafa, ireo mpitondra fivavahana,  ny mpandraharaha, ny mpitandro ny filaminana, ny mpanao politika, ireo mpiasam-panjakana… Ny hahafahana mampandroso ny tanàna moa no tanjona rafitra izay fantatra fa tena nahaliana be ireo olona avy any ivelany tokoa ho an’ny kaominina Andoharanofotsy, fiaraha-miasa mbola hiitatra amina tetikasa hafa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Roland RatsirakaTsy ho kandida raha mbola eo i Deba ?

Mananontanona ny taona 2018 hanatanterahana ny fifidianana filoham-pirenena eto amintsika.

 Misy ireo mpanao politika efa nanao fanambarana amin'ny hirotsahany, ao ihany koa ireo efa re siosio fa ho anisan'ny mpifaninana toa an’i Roland Ratsiraka, izay  efa in-droa nirotsaka (2006 sy 2013). Misy mihitsy ny feo niely fa efa misy vondrona firenena vahiny maromaro manosika an'i Roland Ratsiraka, ary mivoy ny fisakanana ireo kandida atahorana amin'ny alalan'ny "ni...ni..." ireo vondrona ireo. Mandeha anefa ny resaka sy ny fanadihadiana politika fa tsy ho kandida ny tenany raha mbola eo ny filoham-pirenena teo aloha Didier Ratsiraka. Ekena fa samy manana ny antokony avy izy ireo dia ny AREMA sy ny MTS, saingy sarotra ho an'i Roland Ratsiraka ny handingana ity rahalahin-drainy, izay sokajiana ho olobe eto amin'ny firenena ity. Mikasika ny tamin'ny 2013 kosa dia tsy afaka nirotsaka i Didier Ratsiraka, ka izay no mbola nirotsahany, saingy voalaza fa tsy nahazo  tso-drano tamin'i Deba ity zana-drahalahiny ity tamin'ireny. Tsy fantatra rahateo ny fanapahan-kevitra ara-politikan'i Didier Ratsiraka amin'io fifidianana io. Voalaza mantsy fa efa manomana mpandimby ny tenany. Raha jerena tamin'ny fihetsiny nandritra ireny fankalazana ny faha-40 taona niorenan'ny AREMA isaky ny faritany ireny anefa, dia hita ho mbola vonona amin'ny firotsahan-kofidiana ny tenany na dia efa feno 81 taona aza. Mbola baraingo izay rehetra hiseho amin'ny fanapahan-kevitr'ity filoha teo aloha ity mikasika ny fiainany manokana sy ny fiainan'ny antokony. Ny hita aloha dia tsy azo dinganina ny tenany na ao anatin'ny fianakaviana Ratsiraka na eo anivon'ny antoko AREMA, eny hatramin'ny raharaham-pirenentsika mihitsy aza. Mbola manana ny lanjany i Didier Ratsiraka ary mahalala zavatra maro momba ny tantaran'ity firenena ity sy ny zava-miafina isan-karazany. Izy rahateo no filoha nitantana an'i Madagasikara tao anatin'ny fotoana naharitra indrindra. Tsy hay na mijery ny fitsokan’ny rivotra politika eto Madagasikara ny tenany vao handray fanapahan-kevitra na efa manana ny vinany sy ny kajiny manokana fa miandry fotoana sisa.

Toky R

Ino Vaovao0 partages

JEUNES CADRES FARITANY : Handray anjara mavitrika amin’ny fampandrosoana

Fotoana izay nanatanterahana fihaonambe niarahana tamin’ireo Cadres zokiny sy nanatanterahana fifampiarahabana nahatratra ny taona vaovao 2017 ary nandihihana ireo asa tokony hotanterahina ho fandraisana anjara amin’ny fampandrosoana ny faritanin’i Toamasina.

Nisy ihany koa ny dinika narahina adihevitra niompana tamin’ny lohahevitra « Ny fahaiza-miaina sy ny fiaraha-monina ary ny fitiavan-tanindrazana ». Lohahevitra nosafidian’ny Jeunes Cadres manokana manoloana ny fihenan’ny fahaiza-miaina sy fifanajana ao anatin’ny fiaraha-monina. I Zafitsara Maria Christine no nitarika ny famelabelarana.

Voalazan’ny fikarohana nataon’izy ireo mantsy fa ny 10% ny olombelona ihany no manana ireo toetra ireo eo am-pahaterahana, ny 90% dia azony noho ny fanabeazana sy ny fiainana andavanandrony. Nanome toky ireto tanora sy ny zokiny ireto fa hitarika ny famerenana izany eo anivon’ny fiarahamonina misy azy avy mba hisian’ny fiovana eo amin’ny zandrin’izy ireo amin’ny fanomezan-kasina ny soatoavina maha malagasy ao anatin’ny fanarahana ny fivoaran’ny teknolojia.

Kasaina hamoahana fehin-kevitra ity adihevitra natao tao Antetezambaro ity, ka hisy aorian’izany ny adihevitra misokatra ho an’olon-drehetra ahafahana mamoaka ny drafitra mahomby hamerenana izany amin’ny tsirairay.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ALAOTRA MANGORO : Mitaky ny hipetrahan’ny talem-paritry ny Asa vaventy aty Ambatondrazaka ny loholona

Isan’ny niantefan’ny resaka mivantana avy amin’ny Loholona ny Talem-paritry ny Asa vaventy aty Alaotra Mangoro, izay any Moramanga no mipetraka kanefa ny Talem-paritra rehetra ao Ambatondrazaka no miasa sy monina. Tsy azo ekena ny zavatra tahaka izany, hoy izy, ka mahatonga anay hitaky ny hipetrahany aty Ambatondrazaka.

Tsy hita mihitsy izay fomba hoentina mamaha olana raha toa ka ny olona izay tokony hahafantatra izany aza, hoy ity Loholona ity, tsy mipoitra amin’ny fivoriana. Misy ny fivoriana arahina dinik’asa ifanaovan’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy isam-bolana saingy tsy hita miatrika izany ny Talem-paritry ny Asa vaventy kanefa ao aminy no tena betsaka ny olana miseho raha ho an’ Alaotra Mangoro.

Isan’ireny ny lalam-pirenena faha-44 izay mampijaly ny mponina hatrany rehefa fahavaratra. Mitovy amin’izany ihany koa ny ao amin’ny R.N.3.A izay lalana vita tara kanefa efa mihapotika ary tsy misy mpijery satria ny olona tokony ho tompon’andraikitra voalohany tsy mipetraka aty Ambatondrazaka izay renivohitry ny Faritra Alaotra Mangoro, hoy ihany ny Loholona Rabenony Andrianiriana. Ireo no voalaza amin’ny olana goavana eo amin’ny lalana sy fifamoivoizana, hoy ity Loholona ity, fa mbola betsaka no olana mila famahana izay ilàna ny tompon’andraikitra misahana izany.

Nohamafisiny fa mitaky hatrany izy ireo ny hipetrahan’ny Talem-paritry ny asa vaventy aty Ambatondrazaka ahafahana mamaha ny olana rehetra ao anatin’ny fiaraha-midinika.

HARILIVA R.

Madagascar Tribune0 partages

Des bilans à faire et à défendre

L’équipe gouvernementale menée par Olivier Solonandrasana Mahafaly partira en session de team building à partir de ce jour à Mantasoa, comme annoncé lors du dernier conseil de gouvernement. Selon les informations reçues de Mahazoarivo, la tenue de ce team building a été décidée pour de nombreuses raisons. Tout d’abord à cause du constat selon lequel les efforts du régime et les résultats des actions du gouvernement ne se ressentent toujours pas dans la vie quotidienne de la population. En effet, malgré un bilan élogieux du président de la République selon lequel le taux de pauvreté serait descendu à 70%, ou encore que le taux de croissance de 4,1% qui se perd pourtant dans l’inflation et la perte de valeur de la monnaie nationale, la population semble vivre tout à fait autre chose. A quelques mois de la fin du mandat du régime Hery Rajaonarimampianina, le gouvernement va donc plancher sur la façon de rendre palpable ses efforts. Les membres du gouvernement Mahafaly devront aussi défendre leurs bilans. Chaque ministre devra donc s’expliquer sur ses performances jusqu’ici. Pour ce faire, les ministres seront accompagnés de deux techniciens chacun afin de pouvoir donner toutes les explications possibles sur les résultats de leur ministère jusqu’ici.

Bien évidemment, l’on s’attend à une suite concrète après ce team building qui durera deux jours. Les principaux axes à évoquer seront la sécurité et la hausse du coût de la vie. Le premier ministre aurait insisté sur le fait qu’après le team building, les actions gouvernementales devront se ressentir dans le quotidien. La question des sanctions pour ceux qui ont failli à leur mission, ou ceux qui n’auront pas réussi à défendre leur bilan se pose alors. Et bien qu’il ne reste que quelques 10 mois tout au plus avant les prochaines élections, la question d’un remaniement revient toujours. D’autre part, les parlementaires attendent toujours la convocation en session extraordinaire de la part de l’Exécutif.

Madagascar Tribune0 partages

Arrestation d’un trafiquant de bois de rose

Un homme d’affaires du nom d’Eddy Maminirina a été arrêté par les forces de l’ordre hier dans l’après-midi dans le centre commercial La City Ivandry. Il aurait été directement envoyé à la maison de force à Tsiafahy. Les motifs de cette arrestation : trafic de bois de rose ! Le sujet aurait d’ailleurs fait l’objet d’un mandat d’arrêt émis par le Pôle anti-corruption (PAC), une juridiction spéciale mise en place durant le régime Rajaonarimampianina pour mettre fin à toutes sortes de corruption et de trafic de tous genres dans le pays.

Très peu d’éléments sont connus sur le détail de cette affaire. Notre source confirme par ailleurs que c’est une brigade spéciale auprès de la Police nationale qui a effectué l’arrestation. Elle aurait suivi en filature cet homme d’affaires depuis quelques jours après avoir reçu l’ordre de l’arrêter, conformément à un mandat d’arrêt du PAC. L’arrestation a été assez spectaculaire vu que s’est passée sous les yeux de nombreux clients du centre commercial et a également été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux.

Plusieurs véhicules des forces de l’ordre avec des hommes cagoulés et armés jusqu’aux dents ont bloqué le passage à deux voitures 4x4 qui roulaient au pas dans l’enceinte du centre commercial. Les forces policières ont par la suite fait descendre les passagers, dont le Eddy Maminirina, les faisant coucher au sol sur le ventre, avant de fouiller les voitures. Des témoins estiment avoir vu les hommes en treillis saisir des armes dans les véhicules.

Eddy Maminirina serait connu en tant qu’homme d’affaires très influent qui aurait fait fortune dans l’exportation de bois de rose. Une activité toutefois interdite dans le pays. Le Bureau anti-corruption (Bianco) l’aurait déjà convoqué dans le passé. Après que le PAC aurait pris en main l’affaire, l’homme a déjà été jugé et un mandat d’arrêt lancé à son encontre. Les gendarmes auraient déjà reçu l’ordre de l’arrêter, mais il a pu les échapper.

De proches collaborateurs de cet homme d’affaires seraient également impliqués dans des affaires louches touchant particulièrement à la sécurité nationale. Certains d’entre eux se trouveraient actuellement sous les verrous, dans la maison de force de Tsiafahy.

Cette affaire d’Eddy Maminirina serait devenue une affaire d’État actuellement car des sources concordantes confirment que l’ordre de mobiliser les forces policières serait venu du Premier ministre, chef du gouvernement. Des hauts responsables auprès des forces de l’ordre, des dirigeants ou encore anciens dirigeants dans le pays pourraient également être impliqués dans cette histoire. Ainsi d’autres arrestations devraient avoir lieu dans les heures ou jours à venir.

Madagascar Tribune0 partages

Retour des marchands dans les rues de la capitale

Le répit n’aura été que de courte durée. Etalage de marchandises ici et là, les marchands illicites sont de retour dans la rue, depuis le début de cette semaine. Après les chasses énergiques faites par les agents de police et les gendarmes, au mois de janvier, les marchands envahissent de nouveau les trottoirs de la capitale pour comme à Analakely, Anosy, à la Petite Vitesse, à Behoririka, et en d’autres lieux. La Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) aurait décidé d’arrêter momentanément la chasse pour se vouer à l’édification d’infrastructures appropriées où ils seront transférés.

«  Nous n’avons pas encore de mesures d’accompagnement pour solutionner le problème de ces marchands. Donc, nous sommes obligés de les laisser exercer leurs activités mais sans gêner la circulation. Les trottoirs sont partagés en deux en réservant une large place aux piétons. Par contre, nous avons déjà enlevé tous les vendeurs devant les bâtiments ministériels comme à Anosy », selon Rija Randrianarisoa, directeur des marchés au sein de la CUA.

Plusieurs kiosques enlevés

« La CUA a concédé que nous vendions sur un côté du trottoir pour laisser de la place aux piétons. Mais selon les responsables, ce n’est juste qu’une solution provisoire », selon une marchande de légumes au bord du jardin d’Anosy.

Par ailleurs, le directeur des marchés a expliqué qu’avant d’ériger des infrastructures d’accueil pour ces marchands, la CUA a procédé à leur recensement. « Nous avons recensé 700 marchands des rues entre Mahamasina et Anosy, et 160 devant les bâtiments du Tribunal et du Service des Domaines à Anosy. Nous avons transféré ces derniers sur le trottoir devant les bâtiments de la Radio nationale Malagasy (RNM)  », selon toujours ses explications.

La commune poursuivra ce dénombrement notamment dans les endroits stratégiques comme Analakely ou La Petite vitesse.

La commune a par ailleurs continué d’enlever les kiosques de fer se trouvant le long des trottoirs dont une bonne dizaine enlevée pour défaut d’autorisation ou non-renouvellement d’autorisation de vendre. «  Nous avons enlevé 2 kiosques devant l’Hôpital des enfants à Tsaralalana, 2 autres devant le parvis de l’Hôtel de Ville à Analakely, 2 à Besarety et une respectivement à Andrefan’Ambohijanahary, Alarobia, Ivandry, et Ankorondrano », selon Rija Randianarisoa.

Madagascar Tribune0 partages

Vers la régularisation et le contrôle des lignes suburbaines

L’Agence des transports terrestres (ATT) et le ministère des Transports, du tourisme et de la Météorologie ont décidé d’améliorer le secteur du transport dans les lignes suburbaines. Hier s’est déroulée une réunion des transporteurs et des coopératives avec le ministère des Transports et l’ATT. Une commission mixte de contrôle (CMC) sera placée prochainement dans les différents itinéraires des axes suburbains pour contrôler les irrégularités et les infractions commises par les transporteurs. Les agents de police de la route assistés des contrôleurs désignés par les coopératives assureront ce contrôle.

« Après avoir piloté un test de régularité sur la ligne D (Tana-Ivato), nous avons décidé d’appliquer ce changement sur toutes les lignes suburbaines pour éviter les accidents liés à la mauvaise qualité des véhicules de transport en commun. Les lignes A, B, D, E, F, G, H, I, J sont toutes à surveiller », a expliqué le Général Jeannot Rerebaky, directeur général de l’ATT.

Ce dernier a déclaré qu’une formation des transporteurs et des coopératives sera effectuée la semaine prochaine pour faire connaître aux transporteurs et aux membres des coopératives leurs responsabilités dans le secteur du transport.

Des sanctions

« L’objectif est d’inciter les transporteurs à respecter les règlements et disciplines inscrits dans le cahier des charges. Beaucoup de transporteurs des lignes suburbaines ne respectent pas leur itinéraire en faisant des retours en chemin sans terminer leur trajet. En outre nombreux sont les véhicules en très mauvais états circulant sur les axes suburbaines et nous allons les contrôler avec l’ATT », selon Fidy Rakotoarimanana, président de l’Union des coopératives de transport suburbain (UCTS).

Après la formation des transporteurs de chaque ligne, les contrôleurs peuvent sanctionner ceux qui commettent encore des abus, selon toujours ce responsable.

« Tous dirigeants de coopératives et propriétaires de véhicules peuvent aussi être sanctionnés s’ils ne prennent pas des mesures concrètes face aux irrégularités des transporteurs. Nous avons déjà fourni à l’ATT tous les renseignements concernant les chauffeurs et les receveurs de taxis-be pour pouvoir les sanctionner en cas d’irrégularités comme les excès de vitesse, ou tous types de non-respect du cahier des charges. S’ils récidivent après avertissement, ils ne pourront pas s’affilier à d’autres coopératives », selon le président de l’UCTS.

Les types de sanction à l’encontre des transporteurs insubordonnés sont le retrait de permis de conduire ou de licence, le paiement d’amende, la mise en fourrière des véhicules, etc...

Madagascar Tribune0 partages

Nomination de deux nouveaux gouverneurs

La nomination de gouverneur de région arrive au compte-goutte. Quatre mois après la nomination des 11 premiers gouverneurs des régions en conseil des ministres, hier, deux autres ont été nommés. Sur proposition du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, Vy Vato Rakotomaditra Rakotovao, une figure politique à ne plus présenter est nommé gouverneur de la région Vakinankaratra. Le général Lucien Laurel Razafitsotra est nommé gouverneur de région de Vatovavy Fitovinany.

Lors d’une rencontre avec les députés à Iavoloha, au début de l’année, le président de la République les avait demandés de proposer des noms et de lui donner des CV des personnalités qui ont la capacité, entre autres, de diriger les régions. Quelques jours plus tard est lancé l’avis de recrutement des hauts responsables de l’Etat où plus de 800 candidatures ont été reçues parmi lesquelles postulaient des candidats pour le poste de ministres, gouverneurs et secrétaires généraux au sein des ministères.

A l’issue du dernier conseil des ministres tenu à Iavoloha, 31 autres hauts fonctionnaires de l’Etat viennent également d’être nommés. Parmi eux, la très jeune magistrate financière Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison nommée secrétaire général du ministère de l’Economie et des finances. L’administrateur civil Paolo Emilio Solonavalona Raholinarivo, est confirmé au poste de Directeur des études et de la gestion des risques au sein du Bureau national de gestions des risques et catastrophes (BNGRC).

Madagascar Tribune0 partages

Une vague de tension monte à l’Assemblée nationale

Le ton monte d’un cran au niveau de l’Assemblée nationale concernant la poursuite de la députée de Mahabo Yvonne Razafindrazalia qui devait être déférée au parquet hier, mais sa garde à vue au niveau de la gendarmerie aurait été prolongée. La présidente de la chambre basse, Christine Razanamahasoa, a déclaré hier ne pas avoir été informée, en tant que chef de cette institution, du cas de traitement de cette députée. « La moindre des choses est de nous informer de ce qui arrive à un membre de notre institution », a-t-elle indiqué.

La présidente de l’Assemblée nationale s’appuie en effet sur les textes et plus précisément l’article 73 de la Constitution de la République. Dans son alinéa 4 cet article précise que « Toute personne justifiant d’un intérêt peut saisir par écrit le Bureau permanent de l’Assemblée nationale pour mettre en cause un député ». Mais elle a affirmé que le parlement n’a pas été informé de cette situation.

Le député d’Ampanihy-Ouest, Keron Idealson, magistrat de profession, n’a pas non plus manqué de critiquer cette poursuite. « Je suis contre la garde à vue infligée à un parlementaire », a-t-il déclaré concernant le cas de la députée fraîchement nommée de Mahabo. Il a également manifesté sa déception par rapport à la suspension des magistrats en exercice à Toliara. Ces derniers auraient été sanctionnés après avoir décidé d’octroyer la liberté provisoire à Ludovic Raveloson, le mari d’Yvonne Razafindrazalia.

« Le pays va mal », regrette ce président de commission juridique au sein de l’Assemblée nationale, en citant, entre autres, l’article 73 de la Constitution. Les dispositions de cet article précisent les mesures à prendre dans le cas d’une poursuite d’un parlementaire, mais visiblement, elles ne seraient pas suis selon ce jeune parlementaire élu sous la bannière de la plateforme avec Andry Rajoelina à Ampanihy-Ouest.

Cet article indique qu’ « Aucun député ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions. Aucun député ne peut, pendant les sessions, être poursuivi et arrêté en matière criminelle ou correctionnelle, qu’avec l’autorisation de l’Assemblée, sauf en cas de flagrant délit. Aucun député ne peut, hors session, être arrêté qu’avec l’autorisation du Bureau de l’Assemblée, sauf en cas de flagrant délit de poursuites autorisées ou de condamnation définitive. »

Malgré tout, le secrétaire d’État auprès du ministère de la Défense, en charge de la gendarmerie nationale, le Général Richard Ravalomanana, a déclaré hier dans un quotidien de la place que les gendarmes qui mènent l’enquête sur Yvonne Razafindralia, n’ont pas besoin d’une autorisation de l’Assemblée nationale parce que la mise en cause de cette parlementaire se déroule hors session.

Tananews0 partages

François Fillon était à la Réunion le week-end dernier

Alors, même pas une petite visite à Madagascar ? Oui on sait, Madagascar c’est pauvre, ça pue, il n’y a pas d’électricité, les sauvageons locaux se font encore Justice eux même et cerise sur le gâteau, il n’y a pas beaucoup d’electeurs français non plus, comparé aux 500 000 voix à la Run.

En parlant d’élections, entre un Hamon plombé par le bilan catastrophique de François Hollande et justement un François Fillon empêtré dans ses emplois fictifs, il reste qui ?

La mère fouettarde ? Ceci étant chacun des deux candidats sus mentionnés rêve d’être l’adversaire de la Marine au second tour car ce sera pour lui synonyme de quasi-victoire pour remporter cette élection présidentielle. Un remake 1995 2002 en quelque sorte.

 

L'express de Madagascar0 partages

Remaniement du gouvernement – Le Président poursuit les consultations

Le chef de l’État affirme que le remaniement ne sera pas dans l’immédiat. Ce qui n’empêche pas les consultations de se poursuivre.

Réflexion . Un mot que Hery Rajao­narimampianina, prési- dent de la République, a utilisé, au sujet de l’éventualité d’un « remaniement » du gouvernement. C’était au cours d’une interview qu’il a accordée aux journalistes ayant fait partie de sa suite, à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 31 janvier.Dans le cadre de ses « réflexions », le chef de l’État, en coulisse, « multiplie les consultations de ministrables », confie une source avisée. Des « entretiens d’embauche » que le locataire d’Iavoloha aurait tenu avec plusieurs personnalités politiques, depuis plusieurs semaines. Une information qui n’a pas échappé aux membres du gouvernement. Ce qui ont amené la plupart d’entre eux à s’employer pour que le moindre de leur performance soit mis sous les projecteurs de la presse.Durant cet entretien avec la presse, en marge du sommet de l’Union africaine, le chef de l’État a écarté l’hypothèse d’une recomposition de l’équipe du Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly dans l’immédiat. Le président Rajaona­rimampianina n’a, cependant, pas fermé la porte à cette idée. Selon ses dires, une telle décision nécessite « réflexion » afin d’analyser la situation et l’opportunité de mettre en place « une structure performante pour gérer efficacement les fonds acquis lors de la Conférence des bailleurs et des investisseurs [en décembre 2016] ».Comme à son habitude, Hery Rajaonarimampianina semble vouloir prendre du temps dans sa prise de décision et se plait à entretenir le flou et une certaine incertitude. Et plus l’opinion publique se fait pressante, plus le chef de l’État semble repousser l’échéance. Toutefois, un remaniement sera nécessaire, ne serait-ce que pour combler les sièges vides au sein du gouvernement.

AlternanceQuestionné par les journalistes à ce sujet, le Premier ministre Mahafaly a répliqué qu’ils allaient trop vite en besogne. Lui non-plus n’écarte pourtant pas et fermement cette éventualité. « C’est une prérogative du président de la République. C’est à lui de voir l’opportunité ou non d’une telle décision. (…) Du reste, cela fait partie de l’alternance démocratique », a-t-il déclaré lors d’une interview à son bureau, à Anosy, mardi.Il n’est pas à écarter que le bruit d’un remaniement est aussi une manière de mettre la pression sur les ministres afin qu’ils se démènent pour être performants. Si l’on s’en tient aux propos du président Rajaonarimam­pianina, à Addis-Abeba, « efficacité et performance », sont les critères recherchés afin de produire des résultats rapides. La longue réfle­xion que semble s’accorder le chef de l’État pourrait, par ailleurs, toucher les paramètres politiques à considérer.Certains courants d’information parlent de plusieurs remplacements afin d’avoir un « gouvernement d’ouverture ». Une manière de ratisser large, surtout en vue de regrouper le plus de forces en vue des prochaines présidentielles. Le parti « Hery vaovao ho an’i Madaga­sikara » (HVM), revendique pourtant que tous les postes politiques soient attribués à leurs « fervents militants », à la rigueur qu’ils soient ouverts aux formations politiques ou personnalités qui ont prouvé leur soutien « indéfectible », au chef de l’État.L’idée que les ministères clés restent attribués à des techniciens fait toujours son chemin. Certains veulent pousser le Premier ministre vers la sortie. La tendance va, pour l’heure, vers un maintien de Solonan­drasana Olivier Mahafaly à son poste. D’autant plus que les bailleurs de fonds ne voient pas d’un bon œil les fréquents « changements de gouvernement ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Football – Coupe de la CAF – Nul entre Elgeco Plus et Supersport United

Elgeco Plus et le Supersport United se sont séparés sur un résultat de parité (0-0), hier à Mahamasina. Le match retour à Johannesburg s’annonce compliqué pour les Malgaches.

Nul et vierge entre Elgeco Plus et le Supersport United (0-0). Aucun but n’a été marqué durant le tour préliminaire aller de la Coupe de la CAF entre les deux équipes, hier, dans un stade de Mahamasina presque plein et doté d’une nouvelle pelouse flambant neuve.La deuxième confrontation, dimanche prochain à Johannesburg, s’annonce compliquée pour les hommes de Menahely. Ils seront dans l’obligation de marquer à l’extérieur pour espérer se qualifier pour la suite de la compétition. Tout en sachant qu’ils n’y sont pas arrivés une seule fois à domicile, notamment durant une première période sans relief.En face, les Sud-Africains ont bien occupé le terrain. Outre leur densité, ils se sont également démarqués par une bonne circulation de balle, ainsi qu’une défense centrale pratiquement imperméable, composée des deux tours de contrôle Boxall et Farmer. Toutefois, eux non plus ne sont jamais arrivés à trouver la faille dans l’arrière-garde d’Elgeco Plus, où Johnny a finalement répondu présent aux côtés de Milhor, alors qu’il était encore incertain quelques jours avant le match.

Nombreuses occasionsEn seconde période, cette défense sud-africaine s’est desserrée peu à peu et la fatigue a pesé sur les organismes. Elgeco Plus en a profité pour se procurer de très nombreuses occasions, sans pour autant marquer. La plus franche aura été une tête à bout portant de Bela à quelques minutes du coup de sifflet final, que le gardien du Supersport, Pieterse, a dévié du bout des doigts. Les occasions, les Sud-Africains en ont eu quelques-unes également, notamment un face-à-face manqué de Lakay avec Ando, le deuxième gardien d’Elgeco Plus qui remplaçait l’habituel portier Eddit, suspendu suite à un carton rouge reçu lors de la campagne africaine 2015.Les deux clubs se retrouveront dimanche prochain. Entre temps, le Supersport United jouera un match de championnat mercredi. Elgeco Plus n’aura pas d’autre choix que d’inscrire au moins un but, s’il veut poursuivre son aventure dans cette Coupe de la CAF.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret – Tovo J’hay a inauguré le Skandal Buffet

Entre Tovo J’Hay et son public, la magie a de nouveau opéré. Le Skandal Buffet a permis des retrouvailles tout en émotion.

On ne se lasse pas des retrouvailles avec le prince du rythme and blues malgache. Vendredi dernier, Tovo J’hay a encore donné rendez-vous à ses adeptes au Skandal Buffet, un nouvel endroit du côté d’Ankorondrano.Un début de soirée un peu frisquet arrosé d’une pluie fine, n’a pas empêché la salle garnie de ses 150 couverts de se remplir. Vers le coup des 21 heures, la salle était archicomble. Un cas de figure tout à fait logique d’ailleurs, puisque les affiches sur les réseaux sociaux annonçaient une nuit toute en musique avec l’homme, sa guitare et son charme. Entre le fait de rester chez soi ou celui de profiter d’une ambiance chaleureuse avec Tovo J’hay, pour finir la semaine en beauté, le choix n’a pas été très difficile pour les mélomanes de Tana.L’affluence était telle qu’il était difficile de trouver une place sur les lieux. À l’intérieur, les choses ne se sont guère améliorées. En effet, avancer dans cette foule était plus que compliqué et il a fallu se serrer comme des sardines. Pour les retardataires téméraires, espérer se mettre au premier rang pour apprécier pleinement le spectacle relevait tout simplement d’un miracle. Tout compte fait, le manque d’espace restera toujours l’unique handicap des lieux.

EuphorieC’est dans cette ambiance monstre que le chanteur est monté sur scène. Rien qu’avec sa guitare, il soulève déjà la foule. Le public ne s’est pas fait désirer pour montrer son enthousiasme. Dès les premiers coups de guitare, certaines demoiselles n’ont pas tardé à réagir, pour ne pas dire qu’elles ont été complètement euphoriques face à l’artiste. D’autres s’improvisent une piste de danse sur les petits espaces entre les tables. Sur quelques morceaux comme « Raha toa ianao ka tia Mozika», « Ho anjarako » ou encore le fameux « Teny mamy », on s’est étonné d’entendre un public exclusivement féminin chanter à l’unisson. Enfin, sur un énergique « Romotra fitia », le chanteur aurait définitivement conquis la salle. « Malgré le froid et la pluie, limite hivernal, aucun regret de notre part de nous être déplacés pour jouir de cette ambiance », s’enthousiasme Marie Claude Sandrah, une inconditionnelle du chanteur.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Concert – Njakatiana égal à lui-même

Njakatiana a assuré le maximum pour ses retrouvailles avec ses inconditionnels au Palais des Sports et de la Culture.

Il aura eu le privilège et en même temps la lourde tâche d’inaugurer la mythique scène du Palais des Sports et de la Culture à Mahamasina, en ce début d’année. Njakatiana a tenu une prestation honorable face à son public hier après-midi, avec ce charisme intemporel qu’on lui reconnaît. Un quart de siècle de folklore musical, mais  surtout d’émotions en chansons, c’est ce que Njakatiana a tenu à célébrer, le temps de ce concert.« 25 ans de chansons et d’amour», c’est ainsi que s’est intitulé ce rendez-vous que le chanteur a donné à ses inconditionnels, venus répondre à son invitation.Fidèle à son image, ponctuel et soucieux des attentes de ses fans, les sons de cloche retentirent à 15 heures tapantes dans ce lieu emblématique de la culture de la ville des Mille, annonçant l’arrivée sur scène de l’artiste. Principalement venu en famille, le public a suffisamment rempli le Palais des Sports et de la Culture pour ce concert qui était festif mais symphonique également. « Merci pour ces retrouvailles, pour ces 25 ans de carrière que j’ai fièrement vécus à vos côtés. Ce n’est là que le début d’une toute autre aventure, car je serai toujours là pour vous, et ensemble nous allons continuellement célébrer l’amour et la musique », lance-t-il sur scène, en entamant le spectacle.En un quart de siècle, la popularité de Njakatiana est restée intact, avec ce charisme qu’il retranscrit à travers chacune de ses compo- sitions. D’entrée, Njakatiana donne le ton.

Artiste fédérateurSon premier grand concert de l’année sera placé sous le signe de l’amour et de la joie avec une touche de spiritualité. Il ouvre ainsi le bal avec sa chanson « Ray ô! », un cantique enchanteresse qui lui est cher. Njakatiana et sa voix grave et suave ne tardent pas à ravir le public, jonglant brillamment entre ses balades romantiques et ses compositions plus rythmées et enjouées. Njakatiana charme constamment le public, malgré quelques inconvénients techniques qui cassaient le rythme du concert, autant à la sonorisation qu’aux lumières. Il demande à ce que ces incidents de scène soient réglés illico.Ceci-étant, la fête s’élance crescendo au fur et à mesure que Njakatiana enchaîne les chansons de son répertoire. « Meteza hahatsiaro » émeut de suite le public ainsi que « Ravoravo », « Tiako hiova » et « Tsy voatery » qui font danser tout le palais.Pour ces 25 ans de scène, des artistes de renoms ont également répondu présent. Des amis avec qui il s’est longtemps plu à collaborer et à partager sa passion pour la musique. L’on retrouva entre autres en coulisses Solo Andrianasolo, Nini du groupe Kiaka, Luk, Arison Vonjy, la charmante Lilie, ou encore son fidèle ami Parson Jacques avec qui il partage la chanson « Olo mendrika ». Fort de ce folklore qui a également forgé sa réputation, c’est avec son fameux tube « Mifalia fa malagasy », devenu un hymne incontournable pour les festivités malgaches, que Njakatiana, accompagné de Bakomanga, crée une véritable liesse populaire. Njakatiana promet de retrouver bientôt le public.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Un calendrier bien garni cette saison

Le comité paralympique malgache présidé par Monja Dinard qui vient d’être réélu pour un deuxième mandat, a présenté son équipe ainsi que le calendrier pour la saison 2017 samedi à la Villa Pradon à Antanimena.Cette fédération compte actuellement douze ligues régionales. Trois formations marqueront le premier semestre. Un stage pour les encadreurs, axé sur l’initiation à la pratique et la vulgarisation du volley-assis et du boccia aura lieu à Toamasina du 17 au 21 avril.Ce stage sera suivi de la formation et du renforcement des savoir-faire des cadres, arbitres et officiels techniques en basketball sur fauteuil et en athlétisme à Antananarivo du 24 au 27 avril. La fédération procédera aussi cette année à la mise en place de nouvelles associations de parasports, suivi de dotation de matériels tels des ballons de basket et boules de pétanque a Taolagnaro du 17 au 28 mai.Une des priorités de la fédération cette année sera la participation de Madagascar aux jeux de la francophonie du 18 au 21 juillet à Abidjan, Côte de’Ivoiore.

DécorationsLe mois d’après auront lieu les championnats nationaux de torball, de basketball sur fauteuil, de pétanque et de tennis sur fauteuil, du 8 au 13 août et la ville hôte sera choisie entre Antananarivo ou Toamasina. Comme chaque année, au mois de décembre aura lieu la coupe des clubs cham­pions de handisport de l’océan Indien, cette fois à la Réunion.La conférence de presse du samedi a été aussi marquée par la remise de récompense au premier malgache ayant atteint la phase finale des jeux paralympiques de Rio, Revelinot Raherinan­drasana. Ainsi, six personnes ayant beaucoup fait pour la discipline ont été décorées, ce jour.Le président de la fédération a été élevé au grade de l’officier de mérite sportif. Trois dirigeants, en l’occurrence le past président Raoul Patrice, l’ancien directeur technique national José Ranaivo Rajaonah, l’entraîneur national Doris Razaiarisoa, ont reçu le grade de chevalier de mérite sportif. Tsimazava Zefrin et Roseline, deux athlètes qui ont défendu les couleurs nationales aux différentes compétitions internationales, ont  également reçu la prestigieuse distinction.« Recommandé par le CIO et l’International Paralympic Committee dans le cadre de la préparation aux JO de Tokyo en 2020, Madagascar devrait pratiquer désormais le judo et le taekwondo en collaboration avec les fédérations nationales concernées », a annoncé Monja Dinard. La Grande Ile ne pratique même pas la moitié des vingt deux disciplines paralympiques.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Des notaires stagiaires en formation

Vingt notaires stagiaires étaient en formation les 10 et 11 février. Les régimes matrimoniaux, les libéra­lités et la succession ont été les principaux thèmes de ce programme. La forma­tion a été organisée avec les notariats réunion­nais et l’Université de La Réunion. Madagascar compte 53  notaires à l’heure actuelle et les stagiaires agrandiront  bientôt leurs rangs.

L'express de Madagascar0 partages

Tué pour double infanticide

Crise de folie à Ambohibe Ambatondrazaka. Jeudi vers 9 heures du matin, un chef de famille a tué à coups de coutelas ses deux enfants, âgés respectivement de sept et trois ans. Violentée lors d’une dispute conjugale, la mère des deux enfants a pris la fuite. Furieux, son époux s’en était du coup pris à ces derniers. Le forcené a été battu à mort par une foule en furie.

L'express de Madagascar0 partages

Tué pour double infanticide

Crise de folie à Ambohibe Ambatondrazaka. Jeudi vers 9 heures du matin, un chef de famille a tué à coups de coutelas ses deux enfants, âgés respecti­vement de sept et trois ans. Violentée lors d’une dispute conjugale, la mère des deux enfants a pris la fuite. Furieux, son époux s’en était du coup pris à ces derniers. Le forcené a été battu à mort par une foule en furie.

L'express de Madagascar0 partages

Word Taekwondo Fédération – Sonrang veut être faiseur de champions

Le Sonrang taekwondo club a inauguré, samedi, son nouveau dojang ou salle d’entraînement situé à Andavamamba. Ce club qui ne comptait au début que quinze membres, a vu le jour en mai 2015 et a débuté ses entraînements dans une salle de l’Ecar Mangasoavina à Betongolo.Sonrang, présidé par Valérie Rasolofo enregistre actuellement cent vingt cinq  membres. Le club a obtenu son certificat de conformité en juillet 2015. Le premier responsable technique du club n’est autre que l’ancien directeur technique national de la fédération, Narinja Ramanantsoa, instructeur fédéral titulaire de la ceinture noire 4e dan national et 2e dan kukkiwon. Quatre fois par semaine, les dates d’entraînement sont le mardi, mercredi, jeudi et samedi.« Notre objectif est de former des élites et des champions au niveau national et international…, et avoir une ossature dans l’équipe nationale », a souligné l’instructeur Narinja Ramanantsoa.En attendant les compétitions officielles des instances fédérales, Sonrang envisage d’organiser  des inter clubs. Le club a toujours participé aux compétitions fédérales et a déjà été aussi représenté par Andy Rasolofo au championnat du Monde en Russie en 2015. Andy et son frère Bradley ont déjà brillé en reportant chacun une médaille d’or à l’Open de Rouen en 2013 quand ils étaient respectivement junior et cadet.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Athlétisme – Onze Malgaches porte-drapeaux

Les noms des onze athlètes qui représenteront Madagascar aux trois sorties internationales de ce premier trimestre sont connus.

La fédération malgache d’athlétisme aura trois sorties internationales ce premier trimestre. Il s’agit de la course de fond de 10 km de Mamoudzou à Mayotte prévue le 19 mars, le meeting de Saint Pierre à La Réunion le 25 mars et le meeting d’Étang Salé le 8 avril.Les meilleurs aux tests de l’épreuve des 10 km, en l’occurrence Mampitraotsy de Cospn Boeny chez les hommes, et Nanie Razafin­drafara 3FANS chez les dames, représenteront Madagascar à Mayotte. Mampitraotsy a bouclé cette distance en 28’15’’ qui est aussi sa meilleure performance personnelle. Le multiple champion de Mada­gascar en marathon et au marathon international de Tana, le militaire Hajanirina Andriamparany, se contente de la deuxième place.Tandis que l’Antsirabéen, Fulgence Rakotondrasoa du club Crown complète le podium. « J’ai suivi le rythme de Fulgence et de Haja jusqu’à mi-parcours. Ce dernier a ensuite essayé de quitter le groupe, je l’ai accosté puis je l’ai devancé au dernier tour », a expliqué Mampitraotsy sur sa victoire. Ce Majungais a commencé surtout à briller sur la scène internationale en 2014 en s’imposant au meeting de la Réunion en effectuant les 10 km en 29 minutes.Un an plus tard, il a remporté la médaille d’or de la distance aux jeux des îles de l’océan Indien à la Réunion et dernièrement, il est monté sur la plus haute marche du podium du dernier marathon relais de St Benoit à la Réunion en novembre 2016. Quant à Nanie, elle a déjà représenté le pays aux 10 km de Mamoudzou l’année dernière et a fini quatrième derrière les kenyanes.

Deux sorties à la RéunionLa deuxième sortie dans le calendrier sera la participation au meeting de Saint Pierre qui se tiendra le 25 mars à la Réunion. La Grande Ile y est invitée aux épreuves de 4×1500 m seniors hommes et au 100 m. Les quatre meilleurs coureurs de fond ayant validé leur ticket lors du test sont, entre autres, Nicolas de la CNaps, Grégoi­re de l’ASpenato du Sud Ouest, Clément de CHI Ihorombe et Ernest de COSPN Analamanga. Le capitaine de l’équipe nationale aux derniers jeux des iles, Heritiana a raté de peu sa qualification en terminant cinquième.L’unique place pour l’épreu­ve de 100 m a été ravie par Dadah Tommy de l’Ascut Atsinanana avec au chrono 10’’6. La liste des quatre jeunes athlètes qui défendront les couleurs malgaches au Meeting d’Étang Salé de la Réunion le 8 avril est aussi bouclée. Deux sprinters cadets du club 3FB Analamanga prendront les départs du 200 m. Il s’agit de Koloina Raharinaivo chez les filles  et Nantenaina Rakotonirina chez les garçons.Aux 1 500 m, la Grande île sera représentée par deux juniors, Marie Raharim­bolatiana (4’57’’4) de 3FANS Analamanga et Bienvenu Rakotozafy de CAB Bongo­lava (4’12’’). Le test de ce samedi a regroupé une centaine d’athlètes, les meilleurs des différentes ligues régionales.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Ampasanimalo – « Fet’Art » fascine les noctambules

Une belle grande fête dans les règles de l’art. C’est ce que l’équipe de l’Is’Art Galerie sise à Ampasanimalo a promis au public férus d’art contemporain et de bonne musique de la capitale, ce week-end. Chose promise, chose due. Rendez-vous était ainsi donné en son sein tout au long de la journée du 11 février pour ce qui a été un instant de partages et de festivités artistiques, en ce début d’année.Instant culturel atypique, « Fet’Art » comme il s’est fait intituler, a ainsi célébré les six ans de l’Is’Art Galerie, en invitant à l’occasion tout ce qui compte de fêtards dans la capitale. Les amateurs d’art ou les sommités du milieu artistique de la ville des Mille se sont en effet plu à se joindre à la fête, le temps de cette journée. Un atelier d’art visuel, se consacrant principalement à la photographie et à la peinture, a débuté la journée du samedi dès 11 heures. S’en est suivi, vers 17 heures, une prestation de la part de la compagnie Rary qui a tenu à afficher une fois de plus sa maîtrise de l’art de la scène dans toute sa splendeur. Accompagnée de ses artistes invités, la compagnie Rary a concocté une pièce chorégraphique particulière pour le public de l’Is’Art Galerie. En soirée, le duo Mika et Davis a pris le relais en assurant un concert nocturne tonitruant, enjoué et mélodieux. Fidèle à lui-même, le duo a créé l’euphorie avec son fameux « Tropique-hop ». L’ambiance était bouillonnante et le public a d’ores et déjà hâte d’être à la prochaine édition.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Saisie d’ossements

Un trafic d’ossements humains a été démantelé sur la RN4 à Antsakoa­mamy Maeva­tanana  vendredi vers 10 heures. Deux suspects  de 60 et 56 ans avaient embarqué dans un taxi-brousse trois sacs suspects. Alerté, le chauffeur a prévenu les gendarmes. Plus de 300 unités d’ossements ont été retrouvés lors du contrôle effectué par la brigade de sécurité routière.

L'express de Madagascar0 partages

Saisie d’ossements

Un trafic d’ossements humains a été démantelé sur la RN4 à Antsakoa­mamy Maeva­tanana  vendredi vers 10 heures. Deux suspects  de 60 et 56 ans avaient embarqué dans un taxi-brousse trois sacs suspects. Alerté, le chauffeur a prévenu les gendarmes. Plus de 300 unités d’ossements ont été retrouvés lors du contrôle effectué par la brigade de sécurité routière.

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Pattaya – L’équipe de Trema disputera le Star Master

Le tournoi de qualification pour le Star Master de Pattaya s’est conclu par une victoire du trio Trema-Taratra-Cobra. Compétition qui s’est tenue ce weekend au gymnase couvert de Mahamasina. L’équipe de Trema a disposé de la formation de Dolys en finale.La triplette Dolys-Tselo­nina-Bond s’est inclinée sur le score de treize à cinq. Auparavant, Trema et consorts ont éliminé treize à onze les vainqueurs du Star Master de l’année dernière, à savoir Naina et Jean, avec Dakar comme troisième joueur. Le trio Trema-Taratra-Cobra représentera donc Madagascar en Thaïlande, du 22 au 26 février. Il reste encore à déterminer le quatrième élément qui viendra avec eux.Celui-ci sera sélectionné d’ici peu. La Grande Ile est la tenante du titre de ce Star Master de Pattaya. En 2016, Carlos, Jean, Hamir et Naina l’avaient emporté, ajoutant un deuxième succès à une formation malgache après celui de 2014.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Détrousseurs incar­cérés

Deux présumés détrous­seurs ont été placés en détention préventive. Le duo s’est fait coincer par une patrouille  à Anosibe jeudi tôt le matin. Des sabres ont été retrouvés en leur possession.

L'express de Madagascar0 partages

Piment café – Des retrouvailles en toute intimité avec Nanie

Familial, c’est dans cet ordre que l’ambiance au Piment Café de Behoririka a été conduite vendredi. Envoutés par cette voix enchanteresse de la chanteuse de « Hir’Aina », ceux qui n’ont pu se permettre d’acheter le fameux ticket du Carlton dernièrement, se sont bien rattrapés au Piment Café vendredi. Certes moins clinquante, mais toute aussi chaleureuse, la soirée a été plus qu’un succès, tellement certains inconditionnels étaient impatients de se retrouver avec Nanie pour quelques heures de communion. C’est donc le temps d’un vendredi soir pluvieux qu’elle s’est redécouverte devant un public plus intime et plus proche, limite sa petite famille.Entamant le cabaret avec « Toy ilay voalohany foana » tout simplement vêtue, sans strass ni paillette, la chanteuse se plaît à surfer sur les rythmes acoustiques de ses compagnons musiciens. Sur des titres comme « Tanàna Tiako » ou encore « Mpivahiny », la diva ravit et enchante ses suiveurs. Sur ces morceaux intemporels, le public suit en chœur pour ne laisser presque aucune seconde à la chanteuse de reprendre le micro. « Cela m’enchante toujours d’être aussi proche de vous », clame la chanteuse entre deux morceaux tout en rassurant son public que la célébration de ce quart de siècle de scène continuera de plus belle dans les provinces à savoir Mahajanga, Toamasina et Antsirabe

H.R

L'express de Madagascar0 partages

Réveillez-vous donc madame le Maire

Au diable les propos de complaisance, réveillez-vous donc madame le Maire. Il est peu de dire que la ville est sens dessus-dessous. Une partie de ceux qui vous ont élu l’ont fait par conviction par rapport à vos propos, ou plutôt à ceux de votre mari, de pouvoir faire des miracles dans et pour la ville des mille. Une autre frange de ceux qui vous ont plébiscitée ont agi, soit par faute de candidat, soit par vote de pénalisation du pouvoir en place.Mais peu importe le pourquoi et comment, vous êtes là où vous êtes actuellement. L’essentiel, pour le citoyen lambda que nous sommes, est simple. En vous portant candidate au poste de maire de la ville, rien ni personne ne vous y ont forcée. Les mauvaises langues diront le contraire à en croire le foulard rouge que vous avez arboré durant vos campagnes.Être le premier magistrat de la ville suppose des compétences dans la chose urbaine, car ce n’est ni gérer une usine ni des employés. Le processus d’évolution d’une métropole urbaine est loin d’être similaire au processus de maturation du fromage ou du yaourt. Bah, mauvaise langue ! Mais voyez-vous, madame le Maire, personne ne peut tout connaître. Et si un jour, on a le malheur de tomber dans une affaire où l’on n’y connaît rien, à part le fait d’avoir été la femme du maire, on peut s’entourer de bonnes personnes pour faire le vrai travail à notre place.Voyez-vous madame le Maire, c’est ce à quoi les postes de conseillers sont utiles. C’est un portefeuille politique soutiendront les simplistes. Chose inconcevable car, pourquoi perdre des années d’études universitaires pour devenir urbaniste ou planificateur, si le poste à pourvoir peut être brigué par qui le souhaite. On compare souvent la ville à un organisme vivant, voire un être humain. Alors, pourquoi perdre des années à se spécialiser en chirurgie cérébrale si tout le monde peut opérer n’importe quel patient.Indiscipline générale des utilisateurs des routes : taxibe et les tireurs de charrette en tous genres font la loi, les marchands s’inventent des étals au beau milieu de la rue et sur le trottoir, les constructions sauvages, petites comme grandes, pullulent. En plein centre du marché d’Andravoahangy s’installe, comme si de rien n’était, le terminus de la ligne subur­baine F. Non loin de là, la ligne allant vers Sabotsy Namehana fout le bordel, depuis des années. Au niveau de l’immeuble Ny Havana aux 67Ha, un autre terminus d’une ligne suburbaine prend en otage tout le quartier. Ambohijatovo ambony, près du tunnel, le terminus de la ligne pour aller à Ambohi­manambola, empeste les selles et l’urine.La liste est longue comme les problèmes que cela entraîne pour la circulation et la salubrité de la ville. En passant par le Marais Masay, on ne peut pas rater que les balises de sécurité qui longent la route sont pillées, que les remblais illicites continuent de plus belle. De même, mis à part votre criant silence sur les impacts urbains des remblais sauvages perpétrés sur le Betsi­mitatatra pour construire cette pseudo route, on ne voit aucune mesure par rapport aux remblais et constructions sauvages dans la plaine.La liste est longue et être muet et amorphe ne résout rien. On vous demande le minimum : gérez ! Si vous et votre entourage ne pouvez développer et mettre en œuvre une vraie vision urbaine, au moins efforcez-vous de maintenir la ville comme elle était au moment de votre prise de pouvoir. Bon sang, réveillez-vous ou lâchez !

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret – Jerry Marcos explose le Bonara-be

L’ambiance attendait le public du Bonara-be. Malgré qu’il ait accusé un léger retard sur le planning, le prince du Salegy a littéralement mis le paquet dès lors qu’il est apparu sur scène, vendredi. Acclamé par son public, il monte sur la scène après avoir traversé toute la salle, tout en remerciant le Tout-Puissant, avant de commencer à chanter.Avec ce contre temps, il n’a fait qu’attiser l’impatience de toutes les personnes présentes sur les lieux. Il était plus que compliqué de poser pied sur la piste de danse du Bonara-be, tellement le rythme imposé par le chanteur était effréné.Comme à l’habitude des lieux, la chaleur tropicale se faisait ressentir à même la piste. La température ne cessant de monter, les sueurs commencent à couler sur le visage de certains après quelques minutes de chorégraphie des plus vigoureuses.

ÉnergiqueD’un côté, ces mêmes danses affriolantes exécutées par les quelques demoiselles au milieu de la piste ne pouvaient laisser indifférent le regard de certains de ces messieurs. Sur les vieux titres tels que « Laisse passer », « Kawitry » ou encore « Amboara sôsy », Jerry Marcos monte encore la température d’un cran.Il est impossible de ne pas se laisser séduire par le dynamisme inégalé du chanteur. Ajoutez à cela son aisance scénique plein d’humour. Malgré le fait que l’artiste ait pris un peu de poids depuis sa dernière apparition sur une scène de Tanà, cela n’enlève en rien ce punch légendaire qu’on lui reconnaît et qui n’a jamais déçu son public. D’ailleurs, ce dernier, à aucun moment, n’a boudé un seul des morceaux que le chanteur leur a servi durant toute la soirée.« Réellement, c’est une soirée tout en rythme, comme on les aime, qu’on a eu au Bonara-be », s’enthousiasme un habitué des lieux.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Quel dernier rempart pour Madagascar ?

Nous voyons, depuis un moment déjà, une population en mal de vivre un peu partout à Madagascar et qui donne des signes avant coureur de n’avoir rien à perdre. Nous sommes également les témoins, impuissants pour beaucoup d’entre nous, d’un pouvoir politique aux abois et qui arrive difficilement à cacher aussi son impuis­sance face à une situation qui peut changer très rapidement. Il n’est pas du tout déplacé de souligner que l’Adminis­tration publique de Mada­gascar et ses démembrements n’ont été, même dans les moments les plus douloureux de l’après 1972, aussi incontrôlables qu’ils le sont actuellement. Et ce, depuis plusieurs années maintenant.Il est évident, si on ne considère que ces pro­blèmes de délestages, que personne n’a encore pu réellement mettre le doigt sur les vraies solutions aux problèmes brûlants de l’heure dans le fond et dans la forme. Les institutions de la République semblent avoir perdu, ou donnent surtout cette impression, l’essence de leur existence de servir la population et le pays. Vrai ou faux, là n’est pas du tout la question, car l’opinion publique est difficile­ment gérable ou, je devrais dire, les tendances populaires ne sont plus ce qu’elles étaient, il n’y a pas si longtemps de cela. Il n’y a pas pire sourd qu’une population qui ne croit plus à ses dirigeants et aux institutions en place.Le citoyen que je suis encore à distance, bien malgré moi, ne peut s’empêcher de poser la question. Dans un moment aussi volatile et explosif que ce qui prévaut actuellement à Madagascar, de quel dernier rempart peut-on parler pour empêcher, à défaut de pouvoir prévenir, que le pays ne bascule dans un contexte que personne ayant toute sa tête, en tout cas, ne souhaite ?  Un contexte qui ne sera à l’avantage de qui que ce soit. Il me semble que la question est fort à propos comme elle l’a été en 1971, 1972, 1991, 2001-2002 et 2009 pour préserver le peu de «mieux vivre ensemble» possible qui reste. Les forces armées ?  Les législatifs ?  Le judiciaire ?  Le politique  ? Le public ?  Le traditionnel ?  Le cons­titu­tionnel ?  Le civil ? L’international ?  L’exécutif ?  Le spirituel ?  Le culturel ?  L’académique ?  L’éco­nomique ?  Le social  ?Je ne prétends surtout pas avoir la solution-miracle qui remédierait aux multiples problèmes dont souffre terriblement cette île de mes ancêtres. Tout au plus, je peux dire que cette solution ne se trouve pas, loin s’en faut, dans la répétition de ce qui n’a pas marché dans le passé et qui ne marchera pas non plus dans l’avenir. La folie, dit-on, c’est de répéter les mêmes choses et s’attendre à différents résultats. S’il y a une réalité qui saute aux yeux à Madagascar, c’est la situation d’ingouvernabilité partout au pays. Ce n’est surtout pas une majorité législative et présidentielle très fragile pour ne pas dire superficielle qui va donner la légalité et la légitimité aux actuels tenants du pouvoir, car fabriquée de toute pièce avant et après des élections dont la probité reste à prouver maintenant plus que jamais. Le plus rapidement, les politiciens, tant au pouvoir qu’en dehors ou en travers, comprendraient cela, le mieux cela irait pour ce pays dont la population est en mal de vivre depuis trop longtemps au point de se sentir n’avoir rien à perdre. Il n’est pas exagéré du tout de constater que Madagascar ne possède actuellement aucun dernier rempart, capable de gérer comme il faut une nouvelle situation de crise et d’empêcher le pays de sombrer dans le chaos.Je lance un défi aux sceptiques parmi ceux et celles qui détiennent les commandes du pays, actuellement, de mettre, pendant seulement deux jours, des bateaux aux ports et des avions aux aéroports du pays à destination du Continent africain, par exemple. Et dire une semaine à l’avance à la population que ceux et celles qui veulent partir peuvent le faire librement, moyennant des frais de transport. Je mets mes deux mains à couper, je vous le jure! Vous verrez de longues files de jeunes et des bousculades à n’en plus finir pour pouvoir embarquer et dans les bateaux et dans les avions afin de pouvoir quitter l’Île de Madagascar. Mais, sans jouer à l’oiseau de mauvais augure, cela arrivera, bien malgré vous, lorsque le chaos aura poigné sur l’île au train où vont les choses et que les organisations internationales interviendront à leurs façons pour résoudre le problème.C’est cela le dernier rempart que ces politiciens, tant au pouvoir qu’en dehors ou en travers, veulent ?

Par Jean Razafindambo

L'express de Madagascar0 partages

La révolution des colonies prévue dès le XVIIIe siècle

La couleur de peau est (toujours) regardée comme l’indication la plus visible de la race. En outre, le conquérant éprouve toujours, et en tout lieu, un sentiment inné de sa supériorité sur le conquis. « Et au cours des siècles, les nations blanches furent toujours des conquérants : lapratique de l’esclavage suivait alors, comme une conséquence inéluctable. » Pourtant, dès leXVIe siècle, Ronsard lance « un cri de pitié » en faveur de ces races non blanches. Mais ce sont surtout les philosophes du XVIIIe qui osent ouvrir la lutte contre ces idées toutes faites.Dans son « Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans  les deux Indes » (une dizaine d’éditions de 1774 à 1784), l’abbé Raynal contribue largement aux vues nouvelles. Il associe très étroitement les avantages d’ordre économique aux mobiles d’ordre moral. Il considère avant tout l’œuvre coloniale comme « une mise en commun des ressources de l’humanité ».« Il (ce grand évènement de la découverte des deux Indes) a procuré à quelques empires de vastes domaines qui ont donné aux États fondateurs de l’éclat, de la puissance et des richesses. Mais que n’en a-t-il pas couté pour mettre en valeur, pour gouverner ou pour défendre ces possessions lointaines ! Lorsque ces colonies seront arrivées au degré de culture, de lumière et de population qui leur convient, ne se détacheront-elles pas d’une patrie qui avait fondé sa splendeur sur leur prospérité   Quelle sera l’époque de cette révolution   On l’ignore, mais il faut qu’elle se fasse. »Parlant de Madagascar, l’abbé Raynal commence par la diversité de sa population qui prouve « qu’ils n’étaient pas tous sortis d’une souche commune ». Abordant son organisation politique, il souligne que la Grande ile est divisée en « plusieurs peuplades », très localisées, indépendantes les unes des autres et se gouvernant selon leurs coutumes.« Un chef tantôt électif, tantôt héréditaire, et quelquefois usurpateur, y jouit d’une assez grande autorité. Cependant, il ne peut entreprendre la guerre que de l’aveu des principaux membres de l’État, ni la soutenir qu’avec les contributions et les efforts volontaires de ses peuples… »L’abbé Raynal parle ensuite de leur tempérament. « Peu de nations supportent la douleur et les évènements fâcheux avec autant de patience que les Madécasses. La vue même de la mort, dont l’éducation ne les a pas accoutumés à redouter les suites, ne les trouble pas. »Et d’expliquer : « C’est peut-être une consolation pour eux d’avoir la certitude qu’ils ne seront pas oubliés lorsqu’ils auront cessé d’exister. Le respect pour les ancêtres est poussé plus loin… Il est ordinaire d’y voir des hommes de tous les âges aller pleurer sur le tombeau de leurs pères et leur demander des conseils dans les actions les plus intéressantes de la vie. »Il se fait également leur avocat car les Malgaches sont accusés (« calomniés ») d’être une « nation féroce », sur un petit nombre d’actes isolés « d’emportement et de rage ». Ce qui est faux car selon l’auteur, ils sont « naturellement» sociables, vifs et gais, accueillent bien les voyageurs « traités comme des frères » qui pénètrent à l’intérieur des terres, les secourent dans leurs besoins. Même sur les côtes où la défiance est généralement plus grande, les navigateurs ne subissent que rarement des agressions.« Vingt quatre familles arabes qui, très anciennement, avaient usurpé l’empire dans la province d’Anosy, en ont longtemps joui sans trouble et l’ont perdu en 1771, sans être chassés, ni massacrés, ni opprimés. Enfin, la langue de ces insulaires se prête aisément à l’expression des sentiments les plus tendres ; et c’est un préjugé très favorable de ladouceur de leurs mœurs, de leur sociabilité… »L’abbé Raynal envisage aussi les possibilités offertes par l’ile à la France et propose un programme qu’elle aura à réaliser. « C’est par la voie douce de la persuasion, par les avantages de notre police, par les jouissances de notre industrie, par la supériorité de notre génie, qu’il faut amener l’ile entière à un but également utile aux deux nations. »Et déjà, il parle d’une législation adaptée aux mœurs, au caractère et au climat, ainsi que d’un  changement progressif.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

Tananews0 partages

M. et Madame le President qui offrent des PPN, la Ministre de la Population des repas chauds

Mais oui, continuez donc à distribuer du poisson au lieu de filets et de cannes à pêche.

Ce populisme en devient franchement horripilant, avec un relent nauséabond de propagande avant l’heure.

Ah, des repas chauds alors qu’il fait .. 30° dehors ?

Offrez leur des glaces plutôt. Oui parfum ananas si vous voulez.