Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Mercredi 13 Janvier 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara43 partages

Affaire 73,5 kg d’or : La provenance malienne écartée par la douane

La douane malgache apporte des éléments supplémentaires sur cette affaire d’or

L’administration douanière est compétente en matière d’ infractions douanières dans cette affaire des 73,5 kg d’or exportés en Afrique du Sud.

La douane a été la première entité à déposer une plainte dans cette affaire. Par ailleurs l’administration douanière a transporté les personnes impliquées vers le Pôle anticorruption. La précision est du Directeur Général des Douanes, Lainkana Zafivanona Ernest, lors d’une conférence de presse tenue hier à Antaninarenina.

Faux documents. Une manière de dire que la douane a mis tout son pouvoir et tous les moyens à sa disposition pour accélérer les enquêtes sur cette affaire dont les impacts politiques et économiques sont extrêmement préjudiciables pour le pays. Et les enquêtes diligentées ont dépassé le territoire national puisque la douane malgache a contacté la douane malienne pour que cette dernière fasse ses propres investigations sur la prétendue origine malienne de cette importante cargaison d’or. Les enquêtes maliennes ont permis de constater que les documents présentés par l’entreprise sud-africaine se déclarant être le propriétaire de l’or sont des faux. Une communication de la douane malienne fait état de cet usage de faux. D’autres documents liés à cette affaire et présentés par une autre société minière malienne parlent d’une cargaison de roues dentées. Pour la douane malgache en tout cas, la provenance malienne de ces 73,5 kilos d’or est totalement écartée. Dans cette affaire, et conformément à ses domaines de compétence, la douane a constaté un délit de contrebande par voie d’aéronef de marchandises prohibées. Il s’agit d’une infraction de troisième classe, c’est-à-dire, la plus grave en la matière. Les personnes impliquées sont également passibles d’infractions au code des changes, en matière de rapatriement des devises.

Caméra coupée. Concernant les formalités aux frontières qui doivent se faire à l’aéroport d’embarquement, la douane a réitéré qu’elle n’a pas été informée au préalable de ce vol à destination d’Afrique du Sud en passant par Toliara pour approvisionnement en carburant. Par ailleurs, la caméra de surveillance de la compagnie aérienne privée qui a transporté l’or a été coupée momentanément. Une copie de la vidéo de surveillance est d’ailleurs jointe aux dossiers d’enquêtes. En tout cas, les faits et les omissions confirment qu’il s’agit bien d’un coup monté. Et la douane met tout en œuvre pour que la vérité éclate sur cette affaire. A cet effet, elle va continuer à coopérer avec les autres entités. L’objectif étant, non seulement de condamner les personnes responsables mais également de parvenir à rapatrier les 73,5 kilos d’or au pays. Et ce, pour le bien de l’économie malgache.

R.Edmond.

Midi Madagasikara33 partages

Concert : Ny Jinja poursuit son périple Au Lieu Dit

Ny Jinja, dans la tradition des groupes Indie Pop, a débuté sa carrière dans une chambre qu’ils ont baptisée « Trano Kely ». (photo : Fetra Ny Jinja)

C’est durant une garden-party Au Lieu Dit Ampandrianomby que le jeune duo d’indie pop malgache va se produire ce samedi 16 janvier 2020 à partir de 14 h. Un concert assez particulier puisque le groupe partagera la scène avec le conteur Be Us qui pour sa part, amusera les enfants. Selon les explications de Fetra Raharijinja, auteur-compositeur et chanteur de Ny Jinja, ils joueront neuf titres lors de cette prestation publique. Rappelons qu’il s’agit d’un groupe assez récent, créé au mois de mars 2020 durant la période de confinement. Jusqu’à présent, il a à son compte deux concerts. Le premier s’est tenu à la médiathèque de l’Institut Français de Madagascar (IFM) le 17 octobre 2020 et le second au Kaly Bar à Jus Ankadifotsy le 11 novembre de la même année. L’apparition publique de ce samedi est donc le troisième spectacle de la carrière du duo.

Indie Pop. Le terme est très en vogue chez les jeunes malgaches en ce moment. Il s’agit d’un genre musical résultant du contact entre l’esprit indépendant du mouvement punk et la délicatesse des compositions pop des années 60. Un style qui selon sa définition ne peut prétendre devenir un genre musical grand public, du fait de son attachement à cette valeur indépendante et underground de la culture, mais aussi en raison d’un son souvent très minimaliste. C’est ce style de musique que pratique Ny Jinja à en juger leur titre « Tomany » où les sons qui se distinguent le plus sont la voix réverbérée du chanteur et la guitare sèche de Tsito. Toutefois, ce serait se limiter à des terminologies que de dire que l’Indie Pop ne peut être apprécié du grand public ; car le public lui-même est en perpétuelle évolution. D’ailleurs, les chansons issues des mouvements indépendants sont de plus en plus appréciées à Madagascar comme ailleurs et les artistes de chambre commencent à décrocher des contrats avec de grands labels après avoir été repérés sur des vidéos diffusées sur Youtube.

Ny Jinja compte sortir un album EP au mois de juin 2021. Mais en attendant, on peut les écouter un peu partout dans les salles de concert de la capitale, à commencer par celui de ce samedi où la famille au grand complet est attendue dans une ambiance résolument indie et un cadre verdoyant.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara25 partages

Danse contemporaine : « Danse pour tous » sur un semestre

Julier Arisoa, initiatrice de « Danse pour tous », allie parfois chorégraphie et performance.

Du 15 janvier au 15 juin, « Danse pour tous » sera une série de différents évènements et activités autour de la danse. La majorité des activités se dérouleront au Studio de danse Maray à Androndra mais il y aura également des performances dans certains lieux d’accueil de spectacles de la capitale et des lieux publics ainsi que des ateliers dans quelques établissements scolaires d’Antananarivo. La série commencera vendredi avec la formation « Danse pour tous pro », pour niveau avancé et intermédiaire et une formation « Danse pour tous ». La formation consiste en des cours réguliers approfondis qui se dérouleront tout au long de ce premier semestre. Il y aura des chorégraphes et professeurs de danse renommés qui y partageront et transmettront leurs connaissances. Le but est de donner une base solide aux participants en termes de danse pour qu’ils puissent renforcer leurs acquis et évoluer à leur tour en tant que danseurs et/ou chorégraphe. Ce premier mois de la formation se fera avec Rs Razaf, un professeur de danse reconnu dans la capitale pour enseigner la danse « afro house ». A part les cours, les ateliers et les performances, il y aura également une rencontre artistique bimestrielle : « Tafa sy kanto ». « Durant laquelle on invite un artiste de la danse à partager une courte performance et à échanger avec son public. Pour la première qui se déroulera au Studio Maray Androndra début février, on a invité ‘’Labibliotekroz.cie’’. Tous ces évènements autour de la danse qu’on organise cette année à part leur objectif de rendre l’art accessible à tous, sont également dans la démarche de donner du travail à ceux qui sont déjà professionnels dans le milieu de la danse, vu que ce secteur est l’un de ceux qu’on a tendance à oublier durant cette période particulière de la pandémie qui a bouleversé le monde. Nous sommes également convaincus que la société a actuellement plus que jamais besoin d’accès à l’art », souligne Julie Arisoa, dans l’équipe d’organisation de « Danse pour tous ». Pour cette année, ce projet est possible grâce au précieux soutien financier du « Fond africain pour la culture » qui permettra de donner les cachets aux artistes, de rendre gratuits tous les accès aux activités et de payer une partie des autres charges autour du projet. « Danse pour tous » existe depuis 2015 à l’initiative de Julie Iarisoa et de la Cie de danse Anjorombala, pour ses précédentes éditions, il était sous forme de cours de danse hebdomadaires gratuits pour tous qui se déroulaient majoritairement au Studio de danse Maray.

Recueillis par Maminirina Rado

Midi Madagasikara8 partages

Basket – Championnats N1A : Des primes et une qualification africaine à la clé

Les sponsors mettent le paquet pour soutenir le basket malgache.

J-4 avant le coup d’envoi des sommets nationaux N1A hommes et dames 2020. Tous les feux sont au vert pour la Fédération malagasy de basket-ball pour l’organisation des Championnats de Madagascar première division version 2020. Tout est fin prêt pour cette reprise très attendue par les férus du ballon orange après une année 2020 sabbatique. Les matchs se joueront à la salle du Petit Palais et Palais des Sports de Mahamasina du 16 au 24 janvier 2021. 22 équipes vont se partager les joutes pendant huit jours. Les douze équipes qualifiées chez les hommes, dont neuf anciennes équipes N1A plus les trois équipes nouvellement qualifiées lors du championnat national N1B 2019 sont réparties en deux poules. Chez les dames, sept anciennes équipes N1A et   trois équipes nouvellement qualifiées lors du sommet national N1B 2019 en découdront pour succéder à SBBC Boeny. Les quatre premières équipes des deux poules accèdent aux quarts de finale. Pour les hommes, l’équipe championne sera le représentant officiel de Madagascar pour les éliminatoires du « Road to Basket Africa League (BAL) » prévus entre le mois de mars et octobre 2021. Et pour motiver les équipes, Telma par le biais de MVola, partenaire officiel de l’événement, offrira  2 500 000 ariary de prime aux équipes championnes et 1 500 000 pour les vice-champions en plus des 100 000 ariary par joueur contre ariary. Un concours de shoot sera également primé à 1 000 000 d’ariary.

1 000 personnes. Compte tenu des recommandations sanitaires dans l’objectif de prévenir la propagation de la Covid-19, l’accès au public à Mahamasina reste très limité. « Nous avons demandé une dérogation spéciale auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports pour la venue de plus de 200 personnes et la jauge légale étant de 1000 personnes. C’est peu par rapport à une salle d’une capacité de 5200 places », a expliqué Jean Michel Ramaroson, président de la FMBB.  Plusieurs mesures ont été prises, entre autres la désinfection quotidienne du Palais des Sports et de tous matériels utilisés, le contrôle individuel de la température à l’entrée du Palais et aux vestiaires pour les participants (contrôle régulier effectué par la Commission Médicale aux joueurs et entraîneurs), l’utilisation du gel désinfectant, le respect de la distanciation d’au moins un mètre dans la salle tant pour le public que pour tous les participants (mise en pratique par la condamnation d’un siège entre deux sièges) et le port de masque obligatoire.

T.H

Midi Madagasikara5 partages

Catastrophe humanitaire dans l’Androy : Des centaines de migrants bloqués à Fianarantsoa

Des images des migrants d’Androy qui circulent sur Facebook

La population de l’Androy fuit le Kere qui y sévit actuellement. Avant-hier, plus de cinq cent personnes (hommes, femmes et enfants) en partance d’Androy pour Antananarivo ont été bloquées à Fianarantsoa.

« Il ne reste plus personne dans notre village. Tout le monde est parti pour une vie meilleure car là-bas, l’on meurt de faim. Il n’y a rien à espérer, pas d’eau, pas d’aliment, rien ». Ce sont là les propos d’un père de famille originaire de la commune rurale d’Andatanosy, District d’Amboasary, qui a décidé de fuir le Kere qui sévit actuellement dans la région d’Androy. Enregistré dans une vidéo partagée par une source à Fianarantsoa, cet homme n’est pas le seul puisque d’autres, environ cinq cent personnes (hommes, femmes et enfants) selon des sources sûres à Fianarantsoa, sont dans la même situation que lui. « Avec ma femme et nos enfants, on a décidé de quitter Antanimora, là où je vis pour aller à Antananarivo. Ici, je pourrais peut-être trouver mieux », ajoute un autre père de famille. Ce dernier d’ajouter « il y a beaucoup de gens venant de nombreuses communes de la région d’Androy ici. La plupart viennent du district d’Amboasary. Il y en a qui viennent de Bekily, d’Ambovombe ou encore de Beloha ». En effet, les propos des migrants pourraient corroborer les résultats du dernier rapport du Cadre intégré de la classification de la sécurité alimentaire ou IPC, publiés au mois de décembre 2020 et portant sur l’analyse de l’insécurité alimentaire aigüe et de la malnutrition aigüe de l’IPC Octobre 2020 à avril 2021. Ledit document fait savoir que « 1,06 millions de personnes du Grand Sud et du Grand Sud-Est ont été en situation d’insécurité alimentaire aiguë élevée (phase 3 et plus de l’IPC) entre les mois d’octobre et décembre de l’année dernière ». Et que « sur les 1,06 millions, 89 % sont dans les régions du Sud». Ainsi, le rapport note que « sur la période courante, sur les treize districts analysés, Amboasary Atsimo connaît une situation d’insécurité alimentaire très inquiétante avec 20% de sa population en Urgence (Phase 4 de l’IPC) et 45% en Crise (Phase 3 de l’IPC) ». Le district serait suivi de « Bekily, Ambovombe et Beloha classifiés en Crise (Phase 3 de l’IPC) avec une proportion importante de population en Urgence (Phase 4 de l’IPC), avec 10% pour Ambovombe et Beloha et 15% pour Bekily ».

Politique. Si la migration de la population de l’Androy vers les autres régions du pays constituait une politique économique durant l’ère coloniale, elle serait actuellement une nécessité pour la population concernée. Récemment, « l’absence de politique de développement pour cette région durant quarante ans » a été avancée par un haut responsable du gouvernement comme l’une des causes ayant favorisé les vagues de migration depuis l’Androy. Il conviendrait de noter que le problème ne date pas d’hier. Des boîtes de presses locales ou nationales, les internautes sur les réseaux sociaux, ont à maintes reprises alerté sur les vagues de migrations observées du côté d’Ankarafantsika il y a de cela quelques années par exemple. « Des vagues durant lesquelles deux karandalana, les camions aménagés en taxi-brousse de 87 places, transportaient chaque semaine des gens venant de l’Androy pour les zones aux alentours du parc national d’Ankarafantsika ». Pour en revenir aux migrants bloqués à Fianarantsoa, quelques entretiens avec eux ont fait savoir que nombreux ont adopté « une stratégie de survie axée sur la nécessité de quitter leurs villages, communes, districts ». « J’ai dû vendre mes terrains agricoles pour juste 50 000 ariary», déplore un migrant. Et beaucoup comme lui auraient dû vendre leurs bétails, leurs ustensiles de cuisine tels les marmites, les cuillères ou encore les assiettes. Une décision qui n’aurait toutefois pas permis à ces familles d’avoir beaucoup d’argent étant donné la volatilité des prix causée par la crise et la limitation des sources de revenus qui affectent les régions du Sud. À l’heure où nous mettons ces informations sur colonnes, la ministre de la Population serait actuellement à Fianarantsoa pour constater de visu ce qui se passe là-bas. Bien que des solutions ponctuelles soient nécessaires pour résoudre l’urgence, il serait peut-être temps de penser à mettre en place et mettre en œuvre une vraie politique de développement pour le Grand Sud de Madagascar.

José Belalahy

Midi Madagasikara4 partages

La plupart des matchs sur Startimes

Startimes gâte les abonnés.

Du régal pour les téléspectateurs, notamment les abonnés de Startimes Madagascar. Au moins 80 des matchs des championnats nationaux N1A de basket-ball seront diffusés dans les bouquets Startimes à partir du 16 janvier. Dépositaire du droit exclusif de diffusion des matchs, Startimes permettra donc à ses abonnés de suivre au moins quatre matchs par jour. Tous les matchs de la phase finale seront également diffusés. « C’est la première fois qu’une société de média rachète les droits de diffusion d’un championnat national. Startimes a décidé d’investir dans le sport local afin de donner à chacun une chance de suivre cette prestigieuse compétition tout en restant sur leur canapé », a expliqué, hier, l’équipe de Startimes Madagascar, lors de la conférence de presse organisée par la Fédération Malgache de Basket-ball. Startimes a également décidé de faire une promotion pour aider les fans de basket à acquérir les bouquets Startimes. En effet, le coût d’acquisition de ces bouquets a été considérablement réduit, aussi bien pour le terrestre que pour le satellite. On rappelle, par ailleurs, qu’avec l’application Startimes, on permet aux clients de découvrir et de commander des produits et services en toute sécurité. La livraison Startimes Go est également disponible et permet aux abonnés d’acquérir les produits et services sans sortir de chez eux.

R.Edmond

Midi Madagasikara2 partages

Pertes d’emplois : Difficile reconversion pour les chômeurs de la crise

Les employés de la zone franche et ceux du secteur tourisme se trouvaient, au plus fort de la crise sanitaire, en première ligne, exposés aux risques de licenciement ou de baisse de salaire.(Photo d’archives)

Difficile pour les salariés qui ont perdu leur emploi durant la crise sanitaire de retrouver du travail du même niveau et avec le même salaire. Il en est de même pour les auto-entrepreneurs qui ont dû mettre les clefs sous la porte, faute d’activités viables durant la crise. La grande majorité des ménages ont vu leurs revenus baisser considérablement au plus fort de l’épidémie de Covid-19 à Madagascar. En août 2020, alors que le déconfinement n’était que partiel, plus de 65% des ménages se trouvaient encore dans cette situation.

Le déconfinement total n’a pas permis aux salariés victimes des dommages collatéraux de la pandémie de combler le trou laissé par cette crise sanitaire dans les budgets familiaux. La piste de la reconversion est forcément explorée face à la baisse brutale de revenus, en raison des pertes d’emplois, des baisses de salaire et des fermetures momentanées ou définitives des entreprises, faute de clientèle. Cependant, en l’absence de réouverture totale de l’ensemble des secteurs d’activité, notamment le tourisme, et faute de réouverture de l’espace aérien, les possibilités sont fortement limitées pour retrouver du travail décent ou pour en recréer. Les chômeurs de la crise sanitaire basculent alors massivement dans l’informel, seule option qui reste pour faire bouillir la marmite. Pour espérer un léger mieux, la redynamisation de l’emploi devrait se trouver au cœur des priorités dans la période post-covid.

Hanitra R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : l'Afrique du Sud rejette la demande d'extradition des inculpés vers Madagascar

Les enquêtes suite au trafic de 73 kilos d’or vers l’Afrique du Sud, en provenance de Madagascar continuent auprès des responsables. Dix-huit personnes sont actuellement impliquées, dont 8 ont été arrêtées à Madagascar, trois à Johannesburg, tandis que sept sont recherchées.
Le pole anti-corruption poursuit les enquêtes et demande le retour des 73 kilos d’or à Madagascar, ainsi que les personnes responsables. Les responsables de la douane, quant à eux, affirment qu’il s’agit d’un coup monté à l’avance. Les bagages contenant les 73 kilos d’or n’ont pas pu être vérifié et ont dû avoir été déposés à l’avance dans l’avion. selon toujours les informations reçues, le pays arc-en-ciel a refusé la demande de l'Etat malgache pour l'extradition des personnes arrêtées en Afriques du Sud vers Madagascar
La Vérité0 partages

Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité

Il y a l’urgent et l’important. C’est aux décideurs de jongler entre les deux. En parlant du Sud en particulier, la question de l’eau se met au-dessus de toutes les solutions durables au problème de la sècheresse chronique frappant cette partie de l’île. Plus d’un million et demi d’habitants y sont sujets à la malnutrition. La situation ne promet pas de s’améliorer compte tenu de la détérioration des conditions climatiques marquées par des vagues de chaleur avoisinant parfois les 40°C.Les pluies dont bénéficiait le Sud mardi étaient un grand soulagement pour les communautés meurtries par des mois de sècheresse prolongée. Les précipitations étaient telles que leur peine s’apaisa. Mais l’allégresse n’a duré qu’un temps. La brièveté de la jouissance interpelle une fois de plus les décideurs et les politiciens sur la priorisation des actions à entreprendre. Les ruissellements occasionnés par les pluies qui tombaient ne faisaient que passer.Les quantités d’eau gracieusement envoyées par le ciel sont perdues pour de bon faute de dispositifs de stockage. Si chaque village est doté d’infrastructures à même de collecter une des quantités d’eau de pluie, cela résoudrait de façon significative le problème durant des moments. Compte tenu des conditions changeantes, le temps devient de plus en plus capricieux. Les mauvaises réparations des pluies sur le territoire et au cours de l’année en sont un signe évident.En désuétudeLes impluviums conseillés par Marcel Decary dans un temps ont séduit. Ces types de stockage à usage familial enfouis sous le sable sont efficaces. Le coût élevé de leur construction est toutefois prohibitif pour les familles sans revenu stable. Un budget de 50 millions d’ariary est requis pour une unité capable de stocker 100 mètres cubes d’eau. La précarité quotidiennement vécue dans le Sud ne donne lieu à tous les ménages de se permettre le luxe d’en disposer.Pour le Sud, la construction d’un grand nombre possible d’infrastructures destinées à stocker de l’eau doit être le top des priorités. Il fut un temps où leur création retenait l’attention des partenaires. Par exemple, sous l’impulsion de la FAO, des bassins étaient construits à Beraketa (Bekily) et à Manombo – entre Anosy et Androy – dans les années 70. Ils sont aujourd’hui tombés en désuétude. Leur réhabilitation sauvera à coup sûr des vies.Des observateurs jugent incongrue l’attitude des politiciens face à la situation. Lors des face-à-face avec le Gouvernement, les députés sont prompts à implorer la construction des infrastructures de base. Il leur est légitime de le faire. Les dirigeants territoriaux sont aussi tentés de mettre en avant la construction des mêmes infrastructures. Mais, pour le Sud, la mise en place des dispositifs pour conserver l’eau s’avère incontournable afin de mieux faire face à la volatilité des pluies.Héritage colonialLe stress hydrique n’est plus un problème exclusif du Sud. Un tel désagrément a tendance à se nationaliser. D’autres régions en souffrent mais à des degrés variés. Le secteur agricole en particulier en pâtit. Les agriculteurs des grands bassins agricoles appellent au secours face à la rareté de l’eau. Mais les perturbations observées ici et là ne sont que les prémices des complications qui vont en s’accentuant à l’avenir, selon les prévisions.La construction des barrages ou micro-barrages hydrauliques doit faire l’objet d’un programme d’envergure à intégrer dans le Plan d’émergence de Madagascar. En réalité, la construction des grandes infrastructures de ce genre date de l’ère coloniale pour ne citer que les barrages de Tsiazompaniry et de Mantasoa sur les Hautes Terres.Lorsque la rivière d’Ikopa cessait de couler en 2016-2017, la ville d’Antananarivo et ses environs auraient été complètement à sec sans la réserve de Tsiazompaniry qui était drainée pour alimenter le lac de Mandroseza. L’héritage colonial sauvait donc les habitants de la Capitale et ceux de sa banlieue. C’est une belle leçon à retenir et à enseigner là où besoin est. L’accès à l’eau sera une vraie problématique d’ici quelques années.M.R.

La Vérité0 partages

Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza

La HCC a proclamé la vacance de poste du député Neypatraiky André Rakotomamonjy, élu à Ihosy. Il a été élu sénateur de Madagascar lors des dernières élections sénatoriales. Son suppléant, Bismark Mong Man le remplace à Tsimbazaza.La Haute Cour constitutionnelle a pris son troisième arrêt hier. Il s’agit de l’arrêt n° 03-HCC/AR du 12 janvier 2021 portant constatation de vacance d’un siège. Elle a été en effet saisie par la présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa aux fins de constatation de vacance de siège du député élu à Ihosy, Région Ihorombe, Neypatraiky André Rakotomamonjy.Selon la Cour d’Ambohidahy, « Neypatraiky André Rakotomamonjy a été élu sénateur de Madagascar, membre du Sénat suivant Arrêt n°01-HCC/AR du 7 janvier 2021 de la Haute Cour constitutionnelle ; qu’il y a donc lieu de constater la vacance d’un siège de député et de proclamer élu député de Madagascar le suppléant de la liste « Indépendant Patraiky Managnandro » de la circonscription électorale d’Ihosy, Région Ihorombe ».Par la force des choses, Bismark Mong Man, suppléant de la liste « Indépendant Patraiky Managnandro » de la circonscription électorale d’Ihosy, Région Ihorombe « est proclamé élu député de Madagascar ». Il siègera ainsi à l’Hémicycle de Tsimbazaza jusqu’à la fin de la législature et prendra ses fonctions de député.DécèsOutre le remplacement du député Neypatraiky pour cause d’élection, la HCC a également pris hier un autre arrêt. Cet arrêt porte également sur la constatation de vacance de siège de député, mais cette fois pour cause de décès. Le député IRMAR élu à Ankazobe, Région Analamanga est décédé, et qu’il y a lieu de procéder à son remplacement conformément aux prescrits constitutionnels.La Haute cour a proclamé la vacance de siège et a proclamé député élu à Ankazobe, Région Analamanga, le suppléant sur la liste IRMAR, Rija Jean Rasoava Rakotoarisoa. Il remplace donc le député décédé et prendra également ses fonctions de député à l’Assemblée. Tout comme la nature, la politique a horreur du vide. Aucun poste ne doit rester longtemps sans remplaçant.

La Vérité0 partages

Honte à l’Amérique !

Les Etats-Unis d’Amérique, le symbole incontesté de la super-puissance et l’icône vivante de la réussite économique, l’incarnation de la démocratie font honte.Rarissime cas, la course à la Maison Blanche, crée des vagues dont les ondes de choc secouent les esprits à travers le monde. Il est très rare qu’un vote pour la magistrature suprême des Etats-Unis soit contesté de cette manière. Le locataire sortant de la Maison Blanche, Donald Trump, candidat à sa propre succession, refuse catégoriquement de reconnaître les résultats du vote notifiant sa défaite. Le républicain battu, Donald Trump, rejette de passer le flambeau au démocrate vainqueur, Joe Biden. Du jamais vu, dans le pays d’Abraham Lincoln. Un fait rarissime qui fait honte au Gendarme du monde. L’Amérique, le grand moralisateur du monde des pauvres notamment l’Afrique, fait faux bond. Et voilà, la « sagesse ancestrale » ou plutôt la pratique honteuse des africains, du moins pour certains, s’exporte ailleurs, dans le pays de l’Oncle Sam.Elu dans la transparence, le futur 46ème Président des Etats-Unis Joe Biden aura connu toutes les difficultés du monde pour accéder à l’investiture du 20 janvier, entrer royalement à la Maison Blanche et jouir enfin l’honneur d’être président des Etats-Unis, le pays le plus puissant du monde.Mais avant d’y arriver, dans sept jours francs, il va falloir affronter la rage d’un mauvais perdant et la furie de sa « meute ». Quand le Capitole, le siège historique du Congrès américain, le sanctuaire de la démocratie, se fait envahir par des ultras conservateurs, sympathisants du président sortant, le monde entier fut témoin de la chute libre des valeurs démocratiques dont les Américains en sont fiers depuis plus de 200 ans. Littéralement pris d’assaut, les membres du Congrès, en pleine session, ne savent plus à quel saint vouer ! Aux Etats-Unis, les citoyens jaloux de leur héritage, légué par les Pères fondateurs de l’Union, ont honte de ces comportements effrontés. En fait, les trumpistes radicalisés n’admettent, en aucune façon, que les démocrates avec leur cortège de concepts nouveaux pour ne pas dire révolutionnaires, gouvernent le pays. Effectivement, Joe Biden et la nouvelle administration qu’il va diriger vont remettre en cause toutes les décisions souvent contestées sinon controversées prises ou engagées par Donald Trump et son équipe.L’Europe se sent libérée d’un semblant de dictateur qui n’a rien peur aux yeux et ose aller à contre-courant desprincipes chers au vieux Continent. Des fois, des dirigeants européens sont gênés par les prises de position pour le moins ridicules de Donald Trump. Il ignorait les Accords sur le nucléaire avec l’Iran ou celui contre le réchauffement climatique. Mais il fallait reconnaître que le 45ème Président des Etats-Unis a réussi là où les autres ont échoué. Donald Trump et son administration parvenaient à rapprocher certains Etats arabes à l’Etat d’Israël. Des pays traditionnellement hostiles à l’Etat hébreu. Une personnalité norvégienne, convaincue des efforts entrepris par Trump, le proposait au tableau du Nobel de la Paix.  Une proposition qui a été vite retirée suite au scandale. En Afrique, les dirigeants se frottent les mains. Le virus de la contestation des résultats du vote qui contamine presque tout le Continent survole et traverse les océans pour atterrir au pays d’Obama. C’est la honte !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Nouveau DG d’Air Madagascar - Enfin un avis de recrutement !

Depuis hier, un appel à candidatures pour le poste du futur directeur général de la compagnie aérienne malagasy apparaît dans les pages des différentes presses locales. Contrairement aux démarches entreprises du temps d’Air Austral, ce ne sera donc pas le nouveau partenaire d’Air Madagascar, à savoir la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS), qui nommera le nouveau DG de la compagnie aérienne. Le Conseil d’administration a choisi cette fois-ci d’emprunter un autre chemin : le recrutement. Dans tous les cas, l’appel à candidatures reflète parfaitement les dires du ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie comme quoi : « le nouveau directeur général sera en charge de l’exécution du nouveau plan de redressement d’Air Madagascar. C’est pour cette raison que la recherche d’un directeur général passe après l’élaboration du nouveau "business plan" de la compagnie. Ainsi, le nouveau dirigeant d’Air Madagascar sera choisi en fonction de son aptitude à concrétiser tous les points énoncés dans ce plan stratégique ». Plus ou moins terminé ?Les quelques détails du plan de redressement d’Air Madagascar, présentés au mois de novembre 2020 par le président du Conseil d’administration de la compagnie, Mamy Rakotondrainibe, figurent même dans les principales attributions et responsabilités du nouveau DG d’Air Madagascar énoncées dans l’appel à candidatures, à savoir : « l’optimisation de la gestion organisationnelle de la compagnie, la réalisation de la transformation digitale selon les règles de l’industrie ou encore le fait d’instaurer une culture centrée sur le client et l’excellence opérationnelle, sans oublier la réalisation des investissements nécessaires pour assurer cette excellence opérationnelle ».   En se basant sur les déclarations faites par les différentes autorités concernées de près par ce sujet, si la compagnie procède aujourd’hui au recrutement de son DG, c’est que le « business plan » est déjà finalisé et adopté par toutes les entités concernées. Questionnés sur le sujet, les responsables au niveau de la compagnie préfèrent réserver leurs déclarations. Ce plan de redressement aurait notamment dû être présenté au mois de décembre dernier, mais jusque-là il n’y avait aucune information sur le sujet. Les responsables n’ont dévoilé aucune date de présentation ou autres. Ils n’ont pas non plus mentionné ce qui reste encore à compléter pour le finaliser. Il faudra donc rester patient pour voir les initiatives entreprises pour remettre Air Madagascar sur les rails. En attendant, les intéressés au poste de DG de la compagnie auront jusqu’au 28 janvier prochain pour soumettre leur candidature.     Rova Randria

La Vérité0 partages

Banque européenne d’investissement - Un financement axé sur la reconstruction des infrastructures routi...

Des actions en vue de la reconstruction des liaisons ferroviaires et des infrastructures routières dans la Grande île. Le Banque européenne d’investissement (BEI), à travers la délégation de l’Union européenne à Madagascar, a dressé un bilan de ses activités, hier. L’institution financière débloqué 386,5 millions d’euros de prêt pour soutenir les infrastructures à Madagascar, principalement dans le secteur des transports. Cette somme a surtout permis la réhabilitation des routes suite aux aléas climatiques subis par le pays au cours de l’année dernière. On peut citer entre autres la remise en état des liaisons de transport à Antananarivo, la modernisation des routes nationales comme la RN 6 et la RN 13, l’accès à deux ports majeurs sur le plan économique et celui industriel, respectivement au nord et au sud de Madagascar, ainsi que le projet Rocade. Les travaux de réparation visent à mieux protéger les infrastructures stratégiques contre de futures inondations et à favoriser l’adaptation à l’évolution du climat. « Ces nouveaux investissements, issus d’un partenariat solide entre Madagascar et l’Union européenne, renforceront la capacité du pays à lutter contre les aléas et le changement climatiques grâce à des infrastructures plus résistantes et une hausse de production d’énergies renouvelables. Le soutien de la Banque européenne d’investissement et de l’Union européenne a pour objectif d’améliorer les conditions de vie de la population malgache par une reprise économique plus rapide après les récentes catastrophes climatiques », a déclaré Giovanni Di Girolamo, ambassadeur et chef de la délégation de l’Union européenne à Madagascar.Il faut savoir que les travaux de reconstruction sont assurés par l’Agence routière (AR), pour le compte du ministère des Travaux publics. Des tronçons routiers ont été remis en état et réparés afin de raccourcir la durée des trajets et d’assurer la durabilité des infrastructures. Ces travaux ont commencé à la fin de l’année 2018 et seront achevés ce mois-ci. Outre la réfection des routes, la rénovation des digues de protection contre les inondations est également en bonne voie.Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Non-port du masque - Des camions transportent des citoyens indisciplinés pour effectuer les TIG

Strictes pour protéger la population. Les forces rassemblant la Police nationale, la Police municipale et la Gendarmerie nationale ont procédé depuis le début de cette semaine à la sanction des citoyens indisciplinés. Dès le début de la matinée, les Forces de l’ordre ont envahi les rues et ruelles de la Capitale pour poursuivre toutes les personnes qui ne portent pas de masque, qu’ils soient des commerçants, enseignants, bureaucrates, étudiants, riverains ou sans-abri. Du côté d’Ampasampito par exemple, les Forces de l’ordre les ont fait monter dans un camion pour aller dans un autre endroit afin d’y effectuer des travaux d’intérêt général (TIG). Si auparavant, cette sanction concerne seulement le nettoyage des rues et des jardins publics, actuellement, elle pourrait aller jusqu’au curage des canaux d’évacuation d’eaux usées et des dalles pendant une trentaine de minutes. « Nous n’avons plus le choix que de sanctionner les gens indisciplinés. Nous devons agir pour protéger la population. Une fois qu’ils ont mis les pieds dans ces dalles, nous sommes sûrs qu’ils n’oublient plus de porter un masque partout où ils vont », soutient un agent de la Police municipale, travaillant à Analakely. Il faut tout de même reconnaître que les impacts de la première vague de la Covid-19 dans le pays ont été largement plus légers, en comparaison à ce qui se passe dans d’autres pays étrangers qui recensent des milliers de décès par jour. En conséquence, bon nombre de citoyens pensent que la pandémie n’existe plus à Madagascar, et que la population est actuellement hors de danger. Ce qui n’est pas encore le cas chez nous, et qu’il faudra encore redoubler de vigilance.En rappel, depuis l’augmentation du nombre des personnes atteintes du coronavirus, la semaine dernière, les contrôles portant sur le respect des mesures barrières, plus précisément le port du masque de protection, ont été renforcés. Des milliers de personnes ont déjà été sanctionnées. Pour les « taxis-be », tous ceux qui ne respectent pas ces mesures sont aussi sanctionnés dont les chauffeurs et leurs aides. « Tous les compatriotes doivent s’entraider pour vaincre totalement cette maladie. Ce n’est pas l’affaire de quelques groupes de personnes, mais celle d’une Nation toute entière », conclut cet agent de police.Anatra R.

La Vérité0 partages

Mesures préventives contre la Covid-19 - Rassemblement de plus de 50 personnes interdit

Vers le durcissement des mesures de restriction dans les endroits publics. Depuis la période des fêtes de fin d’année, le nombre de personnes contaminées par la pandémie de la Covid-19 ne cesse d’augmenter dans le pays. Le relâchement constaté, notamment dans la Région d’Analamanga, pourrait être à l’origine de cette hausse. Face à cette situation, le préfet de police d’Antananarivo, le Général Angelot Ravelonarivo, a annoncé hier sur une chaîne de radio privée qu’à partir de la semaine prochaine, toutes les institutions qui voudraient effectuer un rassemblement pour plus de 50 personnes, devront faire une demande d’autorisation auprès de la Préfecture de police. Cette mesure signifie que tout rassemblement de plus de 50 personnes dans certains endroits serait donc de nouveau interdit. En plus, toute l’assistance devra respecter les barrières sanitaires comme le port de masque, la distanciation sociale d’un mètre, l’utilisation du gel désinfectant,… D’après ce responsable, cette décision a été prise après la déclaration du ministre de la Santé publique concernant la restriction du rassemblement dans quelques lieux situés au sein des 4 Régions concernées par l’augmentation du nombre de nouveaux cas positifs.D’autres mesures pourraient être également prises dans le secteur du transport public, entre autres la réduction du nombre de passagers dans les véhicules afin de respecter la distanciation sociale. Toutefois, l’application de ces décisions attend encore les instructions venant du ministère de la Santé publique et le Conseil du Gouvernement, d’après toujours le préfet de police d’Antananarivo.Recueillis par Anatra R.Dépistage gratuit pour les cas suspects !  L’annonce a été faite très tard dans la soirée du mardi dernier par le Professeur Hanitrala Jean Louis Rakotovao, n° 1 du ministère de la Santé publique : le Centre de traitement Covid-19 (CTC-19) situé au Village Voara Andohatapenaka ouvrira de nouveau ses portes. Les dépistages gratuits des cas suspects de coronavirus reprennent, en particulier dans la Région d’Analamanga, a-t-il précisé durant son intervention. Joint au téléphone, son directeur de la communication, Andry Raharison, a par la suite confirmé que toute personne présentant des symptômes suspects du coronavirus, ainsi que celles qui ne montrent aucun signe clinique banal mais ayant été en contact avec un individu porteur du virus, peuvent se présenter auprès de ce centre pour des prélèvements. Les résultats des analyses en laboratoire seront obtenus dans les 24 ou 48 heures, ou au plus tard 72 heures. « Les personnes testées positives au coronavirus et ayant des symptômes de la maladie seront traitées au niveau du CTC-19 Andohatapenaka, tandis que celles qui développent entre autres des problèmes respiratoires seront accueillies au niveau des hôpitaux. En ce qui concerne les cas asymptomatiques, ils sont libres de suivre un traitement à domicile. Cependant, ces individus devront s’engager à respecter un auto-confinement durant leur traitement, tout en signant une lettre d’engagement », a souligné le ministre de la Santé publique. Hier, ledit centre n’a pas encore reçu de visiteurs mais selon les autorités sanitaires, la décision du ministère s’applique dès son annonce à travers les médias.  En outre, le Professeur Hanitrala Jean Louis Rakotovao a aussi précisé que 14 Régions sont de nouveau infectées par la Covid-19 à Madagascar. Et plus particulièrement, 4 Régions, à savoir Analamanga, Boeny, Haute-Matsiatra et Vatovavy-Fitovinany présentent une forte contamination. Par conséquent, les Centres de santé de base (CSB II) au niveau des Régions d’Analamanga, Vatovavy-Fitovinany et Haute-Matsiatra seront de nouveau habilités à prescrire des médicaments pour les patients infectés par le coronavirus. Rappelons que du 2 au 8 janvier dernier, Madagascar a recensé 234 personnes testées positives à la Covid-19 sur 1 607 tests PCR réalisés. La Région d’Analamanga a recensé le plus de cas positifs avec 93 nouvelles contaminations dont 11 formes graves. Elle est suivie par Boeny, qui a découvert 48 porteurs du virus. La Région de Haute-Matsiatra a également identifié 25 nouveaux individus infectés. Dans cet intervalle de temps, 5 patients ont également perdu la vie à Analamanga, Haute-Matsiatra et Melaky. Et au cours de ces 7 derniers jours, le pays a comptabilisé 149 patients ayant rempli les critères de guérison dont 131 personnes rétablies pour la Région d’Analamanga. K.R.

La Vérité0 partages

Escroquerie et abus de confiance - Un couple recherché par la Police

Actuellement, un couple reste introuvable après qu’il a fait l’objet de plaintes pour escroquerie et abus de confiance lors d’affaires de transactions de véhicules. Il s’agit d’un certain Eric Théophile Rakotondralala (39 ans) et de sa compagne répondant au nom de Nirina Fenohasina Nomenjanaharisoa (27 ans). Selon un communiqué de la Police, et relayé par les réseaux sociaux, les suspects auraient été vus pour la dernière fois à Andoharanofotsy. Depuis, ils n’ont plus donné aucun signe de vie. 
 Selon une source auprès d’un service de Police à Anosy, les personnes en cause ont l’habitude d’acheter des voitures auprès des particuliers. En réalité, il vaut mieux parler de leurs mauvaises habitudes car le mode opératoire est connu. Car ils effectuent une série d’au moins deux achats auprès de différents revendeurs. Dans la première transaction, le couple se montre souvent parfaitement réglo vis-à-vis du propriétaire, en le payant. Après cela, il cherche de nouveau une autre voiture à acheter. C’est là où le bât blesse, du moins pour le propriétaire victime. Confiant en l’honnêteté apparente du couple d’acheteurs lors de la réussite de la première transaction, grâce au renseignement à propos d’eux, le deuxième propriétaire verra rapidement, et à son grand regret, qu’il se trompe lourdement sur le compte de ses pseudos-acheteurs. La raison, ces derniers, loin de se conformer au contrat de transaction initiale, refusent simplement de payer. « Le couple en cause invite d’abord sa victime à lui céder la voiture et de payer après. Avec sa confiance envers le couple, le propriétaire accepte donc et tombe rapidement dans le piège.»  Non seulement, il s’aperçoit que les escrocs n’ont nullement l’intention de payer mais il y a pire. Ces derniers ont disparu totalement du circuit, la voiture avec. Devant cette situation, la Police a émis un avis de recherche pour retrouver les fugitifs, et prévient sérieusement sur les peines ou les sanctions encourues par tous ceux qui sont tentés de cacher sinon d’héberger les suspects, ou en être les complices.Franck R.
 

Ino Vaovao0 partages

FAHADISOANA TOMBANTOMBANA : Tantsambo nitsabo tena nasaina nandohalika avy eo notifirina

Ny alin’ny talata 5 janoary, tokantrano iray tao amin’ny fokontany Ambatalonga Rn2, section Ambodiampaly no nisy nanafika. Trano izay voalaza fa an’i Marley. Ity farany izay mpandraharaha sady mpanao politika. Tsy tao an-trano ilay Marley tamin’ny fotoana nidiran’ireo jiolahy tao an-trano fa efa teny am-pitsoahana ireo olon-dratsy vao tonga izy. Nifanenjehana teny amin’ny lalam-pirenena faharoa iny ireo jiolahy, ka ny roa no voasambotra avy hatrany. Tafaporitsaka kosa ny efatra. Nitohy noho izany ny fanenjehana. Nilaza ilay Marley fa lehilahy iray lava mainty no anisan’ireo jiolahy nanafika ny tranony.

“Mpibaiko lava ireo zandary”

Vokany, sendra teo am-pihinanana sakafo hariva tao Brickaville an-tampon-tanàna i Massou Erneste, tantsambo 52 taona no nisy zandary niditra tao amin’ilay hotely, ka namoaka azy avy hatrany ary nampandohalika azy sy nampanao tanana ambony. Tsy nisy fitaovam-piadiana teny amin’i Massou Erneste saingy tifitra avy hatrany no nataon’ilay zandary iray ao Brickaville antsoina hoe Poignard. Mbola nendahina taminy ihany koa ny “passeport”, finday ary firavaka izay teny aminy. Nanamafy ny mponina ao Brickaville sy ny fianakavian’ny maty fa tsy misy idiran’io Massou io velively izany fanafihana tao amin’ny tranon’i Marley izany. 

Ity Marley ity izay lazain’izy ireo ihany koa fa mpandraharaha sy mpanao politika akaiky ny solombavambahoakan’i Brickaville teo aloha ka efa “mpibaiko lava ireo zandary ao an-toerana”. Diso famaritana tanteraka anefa i Marley sy ireo zandary nanatanteraka ny iraka izay nampanaoviny, ka tany amin’ny olona tsy jiolahy no niantefan’ny vokatry ny tombantombana tsotra izao, hoy hatrany ny fijoroana vavolombelona. Namela mananotena iray sy kamboty telo mianadahy ity tantsambo namoy ny ainy ity. Ny volana oktobra lasa teo izy no tonga teto Madagasikara ary efa nikasa ny hiverina hiasa indray. 

Hikarakara ny fahasalamany amin’ny alalan’ny fanorana no anton-diany tao Brickaville no izao tatry ny hetraketraky ny zandary iray izao. Ho an’ny kolonely kaomandin’ny vondron-tobim-pileovan’ny Zandarimarim-pirenena Atsinanana, Ranaivoarison Theodule dia tsy fialokalofan’ny jiolahy ny zandary, ka tsy maintsy hosokafana ny fanadihadiana ary hampiharina ny lalàna raha vao hita fa nisy tokoa ny fahadisoana teo amin’ ilay zandary. Zandary mahafehy ny fitaovana eo am-pelatanany no ilaina, hoy izy.

Nilaza tsy hanaiky mora ny fahafatesan’i Massou Erneste ny zanak’i Sainte-Marie

Tontosa ny alatsinainy 11 janoary lasa teo tao amin’ny Nosy Sainte-Marie ny fandevenana ny vantana mangatsiakan’ i Massou Erneste, 52 taona. Ity farany izay tantsambo miasa ao amin’ny orinasa Msc Madagasikara, maty noho ny tifitra nataona zandary iray teny amin’ny lalam-pirenena faharoa. Raha ny fanazavana voaray, dia nampandohalihana sy nampanaovina tanana ambony teo amin’ny sisin-dalan’ny lalam-pirenena faharoa iny ity lehilahy ity mialoha ny nitifirana azy. 

Ny alakamisy 7 janoay lasa teo tamin’ny 8 ora alina no nisehoan’ izany tao Brickaville. Tranga izay natao teo imason’ny olona maro tao an-toerana. Ny tolakandron’ny alatsinainy 11 janoary io taorian’ny fandevenana, dia namory mpanao gazety teo anoloan’ny CRJS tao Toamasina ny fikambanan’ny terak’ i Sainte Marie, monina sy mipetraka ao Toamasina. Nampiaka-peo ireto zanaky ny distrikan’i Sainte-Marie ireto fa tsy jiolahy ny havan’ izy ireo fa olona manana asa ara-dalàna, ka tsy hanaiky ny fanaovan’ ilay zandary amboletra tsy nisy fanadihadiana fa avy hatrany dia famonoana no natao. 

Raisinay ho vonoan’ olona niniana natao sy fandikan-dalàna velona eto amin’ny Firenena iny trangan-javatra iny, ka anaovanay antso amin’ny Filohan’ny Repoblika sy tompon’ andraikitra mahefa ara-pitsarana sy ny eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena mba hanokafana ny fanadihadiana tsy mitanila amin’ izao raharaha izao ho fametrahana ny maha Firenena tandalàna an’ i Madagasikara, hoy hatrany izy ireo.

IVT

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA AMBONDROMAMY : Tsy maharaka ny filàn’ny mponina intsony ny jiro sy rano

Ny rano izay efa heriNtaona latsaka no tsy mandeha ara-dalàna. Tsy vitan’izany fa mbola lafo be ihany ny bidao vao tonga eny an-tranon’ ny tsirairay izay mahatratra hatrany amin’ny 300ariary. Ankoatra izay, hoy izy ireo, dia mbola mandany fotoana be ihany koa ny filaharana rano eny amin’ny paompy ka raha manomboka amin’ny 4 ora maraina ny mpaka rano milahatra eny dia amin’ny 8 ora maraina vao mahazo rano. Tsara homarihina moa fa nahitana fantsona miisa 22 tao an-toerana taloha fa saingy ny 12 tamin’ireo ihany no nandeha ara-dalàna. 

Toraka izay ihany koa ny jiro izay lasa nihena ny ora fandehanany. Raha nandeha tamin’ny 9 ora maraina ka hatramin’ny 3 ora antoandro izy taloha dia lasa maty amin’ny 1ora antoandro amin’izao. Ny hariva kosa nirehitra tamin’ny 5 ora sy sasany izy taloha ka hatramin’ny 3ora maraina dia lasa niova amin’ny enina ora hariva vao mirehitra ary maty amin’ny 11ora alina. Ny mahagaga, hoy ny vahoaka, dia lafo be foana ny vidin-jiro, eny na dia tsy mandeha amin’ny laoniny aza. 

Nitondra fanazavana mikasika ny fiovan’ny ora moa ny “chef d’exploitation” ao Ambondromamy, Randriampanjary Aina Anjarasoa fa nisy fahasimbana ny takaleka fakàna herinaratra na “panneaux solaire” ao an-toerana. Izay tsy miasa ara-dalàna intsony ankehitriny ka tsy mahatosika no sady lasa midangana be ny fandaniana. Raha taloha mandany 65l miaraka amin’ny maotera dia mandeha amin’ny 9ora ka hatramin’ny 3 ora. Ankehitriny kosa dia lasa mihinana hatrany amin’ny 85l ka voatery nahena ny ora. Anisan’ny olana ihany koa, hoy izy ireo, ny fahataran’ ny mpanjifa mandoa ny vidin-jirony. 

Efa misy fifampiresahana ny any Antananarivo amin’ny fanamboarana ilay “panneaux solaire” mba hahafahana mamerina ny jiro amin’ny laoniny. Nanome toky koa ny Ben’ny tanàna Ambondromamy, William Rakotoarivelo fa efa eo am-pitadiavana vahaolana amin’ny fampandehanana ny rano fisotro madio ara-dalàna any an-toerana ary hampitombona ireo fantsona efa nisy. Ny fanirian’ny vahoaka ao Ambondromamy kosa dia mba hanovana ny jiro sy rano hotantanin’ny Jirama ny any an-toerana.

Sergiah stagiaire

Ino Vaovao0 partages

FANONDRANANA VOLAMENA 73,5KG : Nilaza ho tsy tompon’antoka koa ny Fadintseranana

Raha ny fanazavana, tsy nahazo fampandrenesana koa izy ireo nialoha ny niaingan’ny sidina manokana tao Ivato sy nandritra ny fahatongavany tany Toliara. Raha ny tokony ho izy anefa, tsy maintsy mahazo fanambaràna mialoha ny fadintseranana 24 ora mialoha ny hahatongavan’ny fiaramanidina na sambo iray. Voalaza kosa fa ny 31 Desambra 2020, tamin’ny roa ora folakandro no efa niantso ny teo anivon’ny Fadintseranana ny manam-pahefana tatsy Afrika Atsimo.

Izany hoe efa tonga tany an-toerana ny fiaramanidina avy eto Madagasikara. Nilaza ireo manam-pahefana ireo tamin’ izay fa misy volamena hankany Adis Abeba ary hiondrana any Dobay. Ireo volamena ireo dia niainga avy eto Madagasikara, nandeha tamin’ny sidina manokana saingy ny antontan-taratasy nitondrana azy dia voalaza fa avy any Mali, an’ny orinasa iray natao hoe : SGM na (Sky Gold Mali). Niala teto Antananarivo tamin’ny dimy maraina, nandalo Toliara ary nihazo an’i Afrika Atsimo io fiaramanidina manokana io, raha ny fanazavana saingy tsy nisy fampahafantarana natao teto anivon’ny Fadintseranana. Nanamafy ny fiarovan-tenany, araka izany, ny teo anivon’ny Fadintseranana ary nilaza fa tsy tompon’ antoka tamin’ny fivoahan’ireo volamena teto Madagasikara. 

“Tsy nampandrenesin’ny sampana miandraikitra ny fanadihadiana mialoha izahay”, hoy ny Tale jeneralin’ny Fadintseranana, Lainkana Zafivanona Ernest. Nanantitra kosa ny Fadintseranana anefa fa ny fanadihadiana mahakasika ity raharaha ity dia tsy mijanona eto Madagasikara irery ihany. “Iarahana amin’ny manam-pahefana atsy Afrika Atsimo sy any Mali io raharaha io satria misy ifandraisana ireo rehetra ireo”, hoy ny fanazavana.

Fanadihadiana anatiny

Efa nisy kosa ny fanadihadiana anatiny nataon’ny Fadintseranana niaraka tamin’ny Minisiteran’ny Harena an-kibon’ny tany sy ny Zandarimariam-pirenena. Nanamafy ihany koa ny Fadintseranana fa tsy avy any Mali izany ireo volamena ireo fa avy eto Madagasikara, araka ny fanadihadiana natao. Ny taratasy hosoka nitondran’ireto mpanao trafika ireto ny entana dia nilaza fa ny seranam-piaramanidina ao Bamaco-Modibo-Sénou no nivoahan’ireto entana ireto ary ny SGM no tompon’entana nanondrana azy. Nosoratana tao anatin’io koa ny volamena 73,5kg. Io taratasy io dia notsorin’ny teo anivon’ny Fadintseranana malagasy avy hatrany fa hosoka ary tsy marina. 

Nanazava ny Talen’ny Fadintseranana malagasy fa ny fanambaràn’ny Fadintseranana dia iraisan’ny Fadintseranana rehetra eran’izao tontolo izao ho an’ny Firenena mifanerasera ka tsy mila adika amin’ny teny hafa intsony (ity fanambaràna hosoka ity dia nadika tamin’ny teny anglisy). Novan’ireo mpanao trafika koa ny fanambaràna tao anatin’ity taratasy hosoka nitondrana ny volamena ity. “Tokony hisy laharana ny fanambaràn’ny fadintseranana fa ny fanambaràna nataon’ireo mpanao trafika dia tsy nisy”, hoy ny fanazavana. Nanantitra koa ny Tale miandraikitra ny lafiny lalàna sy ny hosoka eo anivon’ny Fadintseranana, Volasoa Razafitrimo fa betsaka ny karazana fandikan-dalàna aterak’ity tranga ity.

Ho an’ny Fadintseranana manokana dia ny fandikana ny fitsipika mifehy ny Fadintseranana mihitsy no voahitsakitsaka, indrindra amin’ny trafika avo lenta tahaka izao. Ireto fisafotofotoana misy amin’ny samy tompon’andraikitra ireto no manambara fa “mafia” sy mpanao trafika avo lenta ny ao ambadik’ity raharaha ity. Tsy andraikitry ny Fitondram-panjakana irery intsony koa ity resaka ity fa satria efa misandrahaka maneran-tany ilay tambajotra. Na izany aza, nijoro hatrany ny Fitondrana ankehitriny ary manao ny ezaka rehetra hamerenana io harem-pirenena io eto an-toerana.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

LAPAM-PANJAKANA MAHAZOARIVO : Nankalaza ny andron’ny manam-boninahitra

Raha ny ara-tantara moa dia noho ny fitakiana nataon’ireo andiany voalohany tamin’ny mpianatra tao amin’ny sekoly ambonin’ny tafika Malagasy, ny Akademia miaramila ao Antsirabe, izay nangataka ny hanatsarana ny fiainan’izy ireo, no anton’izao fankalazana, isaky ny 12 janoary izao.

Araka ny fomba fanao eo anivon’ny Tafika amin’ny andron’ny manamboninahitra, dia natolotra ny zandriny indrindra ny fibaikoana sy fitarihana ny fotoana. Natomboka tamin’ny hazakazaka niarahan’ny Praiminisitra tamin’ireo manamboninahitra rehetra izany, ary narahin’ny fananganana ny sainam-pirenena malagasy. Taorian’izany no niarahabana ny raiamandreny Praiminisitra sy ireo manamboninahitra zokiny nahatratra ny taona vaovao, ka nanolorana gisa ho azy ireo tsirairay avy, araka ny fomba fanao hatrany.

Tao amin’ny “Bataillon de Sécurité de la Primature” (BSP) no nanaovana ny lanonana ka notsiahivin’ny Praiminisitra fa ny BSP no mibaiko ny fiarovana ireo lehiben’ny andrim-panjakana rehetra sy ireo mpikambana eo anivon’ny governemanta. Midika izany, hoy izy, fa olona nandalo fiofanana sy miaina amin’ny fitsipika maro isan-karazany, ary manana ny soatoavina malagasy, no manatanteraka ny fiarovana voalaza, satria andraikitra lehibe eto amin’ny tany sy ny fanjakana no iantsorohan’izy ireo.

Nampitondra teny fampiononana

Tsara ny manamarika fa omaly ihany noho ny fodiamandrin’ny Jeneraly Radona Ellis Ratiarivelo, Lehiben’ny Etamazaoron’ny Tafika an’Habakabaka, ny Praiminisitra, Lehiben’ny governemanta, Ntsay Christian, sy ireo tompon’andraikitra rehetra eo ambany fiadidiany, ary ny eo anivon’ny “Bataillon de Sécurité de la Primature”, dia miombona alahelo amin’ny fahalasana ary mampitondra ny teny fampiononana ho an’ny fianakavian’ Itompokolahy sy ny fianakaviamben’ny Tafika Malagasy.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

ANDRON’NY MANAMBONINAHITRA : Manohana hatrany ny Foloalindahy ny Filoha Rajoelina

Teo ny fisian’ny valanaretina “Covid-19” , tsy maintsy nampanarahana an’ireo fepetra ara-pahasalamana ny fankalazana rehetra. Ankilany, nodimandry ny 11 janoary lasa teo ny lehiben’ny Etamazaoron’ny Tafika an’habakabaka, ny Général de Brigade Aérienne Radona Ellis Ratiarivelo, ka notontosaina tao anatin’ny fahatsorana tanteraka ny lanonana rehetra. Ny Filoha Andry Rajoelina sady Filoha fara tampon’ny Foloalindahy no nitarika ny lanonana omaly, niaraka tamin’ny Minisitry ny Fiarovam-pirenena. Nambaran’ny Filoha ny fanohanany hatrany ny Tafika Malagasy. Ny Tafika Malagasy, hoy izy, no tandroka aron’ny vozona. Izany hoe, andry iankinan’ny Firenena eo amin’ny fiarovana amin’ny lafiny rehetra indrindra fa ny fiarovana ny vahoaka sy ny fananany manoloana ireo fahavalom-pirenena. Nohamafisiny ihany koa ny famerenana ny hasin’ny Foloalindahy Malagasy. 

Teo anivon’ny foiben’ny Vondrona Mpiaro ny Filoha no natao ny lanonana ho fanamarihana ny andron’ny manam-boninahitra. Toy ny isan-taona dia ny manam-boninahitra zandriny indrindra no nitondra ny fibaikoana nandritra ny lanonana fananganan-tsaina, narahin’ny fanolorana ny gisa ho an’ny Filoham-pirenena. Fanatanjahan-tena sy fiarahana misakafo ihany koa no nentina nanamarika io andron’ny manam-boninahitra io. Nanantitra ny fiarahabana ireo manam-boninahitra manerana ny Nosy ny Filoha Andry Rajoelina tamin’io fotoana io.

Ny fanoratana

Ino Vaovao0 partages

TAONA VAOVAO : « Tompon’andraikitra amin’ny hisian’ ny fitoniana ny mpanao politika rehetra »

Vao miandoha ny taona dia mampahatsiahy ny anjara andraikitra tokony hosahanin’ireo mpanao politika eto amin’ny Firenena ny Cfm amin’ny maha rafitra mpandala ny fihavanana malagasy azy. Re tato ho ato fa misy mikononkonona ny hanapoaka fanakorontanana amin’ireo mpanohitra. Ireto farany izay efa niketrika izany hatrany na tamin’ny taon-dasa iny aza saingy mbola nandamoka izany hatreto. Izy ireo anefa izay milaza ny tsy hanaiky lembenana fa tsy maintsy hanakorontana hatrany ary mikasa ny handrombaka an-keriny ny Fitondrana. Hentitra ny teo anivon’ny Kaomitin’ny Fampihavanana Malagasy raha nilaza fa  : «  tsy vahaolana ho an’ny Firenena intsony ny fanakorontanana  ». 

Ampy izay ny adilahy politika sy ny ady seza izay tsy hitondra soa na kely akory ho an’ny Firenena. Ny mpanao politika rehetra, hoy ny Cfm, no tompon’antoka amin’ny hisian’ny filaminana eto amin’ny Firenena. Ny eo amin’ny Fitondrana mitady izay hahasoa ny vahoaka ary ny mpanohitra kosa manitsy ity farany raha toa ka tsy tanteraka izany. «  Ny politika aza tokony hampihavana raha politika marina no atao. Tompon’andraikitra isika rehetra amin’ny fitondrana ny fitoniana sy filaminana ho an’ny isam-batan’olona. Ny mpanao politika dia tokony ho samy hitady izany na ny eo amin’ny Fitondrana dia mitady ny soa ho an’ny vahoaka, ny eo amin’ny fanoherana raha sendra ka mivily tsy mankany amin’izany ny Fitondrana dia manitsy sy mampatsiah », hoy ny voalaza. Nohamafisiny ihany koa fa ny politika dia tokony ho fikatsahana hatrany ny soa iombonana ary soa ho an’ny Firenena iray manontolo. «  Ny politika dia mandeha mitady ny soa, mifampirary soa ary soa iombonana mihitsy ho an’ny rehetra mba hisy fiadanana hahafahana miaina. Izay no soa iombonana ngeza indrindra eto amin’ity tany ity  », raha ny voalaza hatrany. 

Amin’izao fiandohan’ny taona izao dia tokony hanova famindra ny mpanao politika. Hafatra mafonja nomen’ny Cfm ny hoe, aok’izay ny fanararaotana amin’ny lafiny rehetra. «  Ny fanararaotana na ara-politika na ara-tsôsialy dia manimba foana satria ny fanararaotana dia midika foana hoe, fitiavan-tena indrindra fa rehefa ohatra hoe, mifantoka amin’ny tombontsoa anao manokana na ny tombontsoan’ny antokonao fa tsy mikatsaka ho an’ny tombontsoan’ny vahoaka Malagasy dia izany no tena olana be eto amin’ny Firenena. Manoloana ny fahasarotan-javatra, ny sotoavina Malagasy dia ny fifanomezan-tanana  », hoy hatrany ny Cfm.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITOMBOAN’IREO MARARIN’NY COVID-19 : Hihamafy ny fanaraha-maso ny aro vava sy orona

Omaly maraina, taorian’ny fivoahan’iny antontan’isa ôfisialy iny dia nanao tohIvakana ny fanentanana. Ny teo anivon’ny Prefektiora dia nanamafy fa manomboka izao dia hihamafy ny fanaraha-maso ny fitondran’ny olona aro vava sy orona. Hihatra amin’izay ary hisy ny sazy henjana ho an’izay olona minia tsy mitondra aro vava sy orona eny an-dalambe. Anisany mahatonga ny fihanaky ny valanaretina ny tandrevaka amin’ny tsy fanarahana araka ny tokony ho izy ireo fepetra ara-pahasalamana. 

Efa nisy ny fampiharana sazy ho an’izay tratra tsy manao aro vava sy orona amin’ny alalan’ny fanaovana asa soa iombonana. Somary nihalefy io fanasaziana io ankehitriny, ny teo anivon’ny polisim-pirenena izay nilaza fa haverina izany ary hohamafisina mba hahatonga ny olom-pirenena ho tompon’andraikitra. Ny teo anivon’ny Minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka ihany koa dia nanamafy ny amin’ny tokony hanarahana araka ny tokony ho izy an’ireo fihetsika fanakanana rehetra ireo. Naverin’ny teo anivon’ny Minisitera fa ilaina ny mitondra aro vava sy orona isan’andro sy ny manasa tanana matetika.

Tafiditra ao anatin’ny ady atrehin’ny Firenena ihany koa ny tsy hahatafiditra an’ilay valanaretina Covid-19 amin’ny endriny vaovao eto Madagasikara. Firenena vitsivitsy aty Afrika no voalaza fa efa ahitana ny soritr’aretina, ka manamafy araka izay tratra an’ireo fitandremana tsy hajaina ny Fitondram-panjakana Malagasy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

EPP MANARA-PENITRA : Nisesy ny fametrahana vatofotra aty amin’ny tapany avaratra ny Nosy

Araka izany dia kaominina maromaro aty an-toerana no efa nananganana ny sekoly manara-penitra, izay velirano napetraky ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina.Tsy vitsy ireo izay efa nametrahana vatofototra, fantatra ihany koa fa avy hatrany dia efa nanomboka ny asa fanorenana ny EPP manara-penitra aty Diana ireo, raha tsy hilaza ireo kaominina maromaro ao anatin’ireo distrika dimy mandrafitra ny Faritra .Raha ny aty Antsiranana manokana no resahina dia tsiahivina fa vao tsy ela teo dia efa tafapetraka ny vatofototra hanorenana izany sekoly izany tao amin’ny fokontany Mangarivotra aty an-toerana. Ankoatra ny EPP izany dia efa tafatsangana ary efa ianaran’ny mpianatra ny lisea manara-penitra aty Antsiranana.

Ankoatra izany ihany koa dia tsy vitsy ireo kaominina ambanivohitra ao anatin’ny distrikan’ Antsiranana faharoa no efa nisitraka izany EPP manara-penitra izany. Tato ho ato izay dia tsy takona afenina fa nisesy ny fametrahana vatofototra amin’ny toerana hananganana ireo EPP manara-penitra eo anivon’ny kaominina ambanivohitra ao Antsiranana  II.Taorian’ny tao Anivorano Avaratra izay efa mandeha ny asa fanorenana sekoly, dia fantatra fa ny faran’ny herinandro teo dia nahazo ny anjarany tao amin’ny kaominina ambanivohitra Sadjoavato. Nitohy ny alatsinainy 11 janoary teo ny fametrahana vatofototra hananganana ny Epp manara-penitra tao amin’ny kaominina ambanivohitra Andranovondronina Antsiranana faharoa ao anatin’ny faritra Baomby aty amin’ny tendron’i Madagasikara.

Tao amin’ny fokontany Andoazompona no nametrahana izany vatofototra izany. Samy nankasitraka ny Filoham-pirenena avokoa ireo mponina nisitraka izany fotodrafitrasa izany.

Raha ny tao Andranovondronina ity no resahina dia tonga tao an-toerana nametraka izany vatofototra izany ny solombavambahoaka voafidy tao anatin’ny distrikan’Antsiranana faharoa, izay nahitana ny talem-paritry ny fanabeazana Diana, lehiben’ny distrika II, ny sefo Cisco II ary ny lehiben’ny fram.Nandritra izao fametrahana vatofotora izao dia nanararaotra ihany koa ireo solontenam-panjakana voalaza eo ambony, nanolotra  "blouse" ho an’ireo mpianatra tao an-toerana.

Fantatra fa tanterahina ao anatin’ny 90 andro ny asa fanamboarana atao amin’ireo EPP manara-penitra izay efa nametrahana vatofototra ireo.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITE MAHAJANGA : Tsy misy fitandremana amin’ny covid-19 ny mpianatra

Araka ny fanazavana tamin’izany moa dia hametrahana ny fomba fiarovana amin’ny covid-19 eny amin’ny Campus universitaire sy ny tranon’ny mpianatra no nisian’ny fanajanonana. Satria betsaka ny tahan’ny mpianatra voamarina fa mitondra ny tsimokaretina covid-19. Ny zavatra tsikaritra anefa rehefa niverina ny fampianarana dia tsy misy manao arovava sy orona ireo mpianatra. 

Zara raha misy mampihatra ihany koa ny hetsika sakana na dia efa hentitra aza ny CRCO Boeny amin’ny tokony hisakanana ny fiparitahan’ny covid-19. Tsy fantatra na ny mpianatra no mafy loha na ny tompon’andraikitra no tsy nanao fampahafantarana sy mametraka ny sazy ho an’ireo tsy manaraka ny lalàna. Ilaina anefa izany satria loza mitatao ity tsimokaretina ity, ary tamin’ireo mpianatra dia misy mitondra ny soritr’aretina maro ary maro koa ny efa voamarina mihitsy. Ilaina ny fandraisana andraikitry ny tompon’andraikitra amin’ny fifehezana ity valanaretina ity.

Vanessa

Midi Madagasikara0 partages

Moramanga : Le corps d’une femme retrouvé dans un buisson

Le corps sans vie, en état de décomposition, d’une femme a été découvert lundi dernier dans la commune rurale de  Vodiriana dans le district de Moramanga. Très tôt, vers 6 heures du matin, le maire de la commune a avisé  par téléphone les gendarmes en tournée dans la commune sur la découverte d’un corps sans vie d’une femme. Les gendarmes se sont dépêchés sur les lieux indiqués. Le corps a été découvert dans un buisson à 200 mètres du village de Sarobaratra, fokontany Andreba, de ladite commune. Les limiers ont procédé à une constatation, la femme était en position décubitus ventral. Le corps était déjà en état de décomposition à tel point que le médecin légiste n’ait pas pu déterminer la cause exacte du décès. À l’heure qu’il est, il est impossible de dire s’il s’agit d’une mort naturelle ou si la victime a été tuée par une tierce personne. Le décès pourrait être lié à une agression ou encore un homicide. Selon les informations, il s’agirait d’une jeune femme âgée entre 28 et 30 ans. Le cadavre n’est pas identifié ni reconnu par le voisinage. Et d’ailleurs, pour l’heure, les autorités ne confirment pas l’identité de la victime. Le corps a été remis au fokonolona après toutes les procédures d’usage. Une enquête sur al cause de la mort a été ouverte par la brigade d’Anjiro. Une investigation a été effectuée pour trouver les coupables s’il s’agissait d’un homicide. La gendarmerie incite toujours la population à être sur ses gardes face à l’insécurité grandissante dans les villes et villages. La collaboration entre les citoyens fait partie des stratégies de lutte contre l’insécurité. Les gendarmes lancent un appel à la population pour les alerter et leur fournir des renseignements dès le moindre cas suspect.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Cinéma : « Haingosoa » en projection à l’Ifm

Les cinéastes lors de la dernière projection de Haingosoa.

Sorti en mars 2020, le film « Haingosoa » continue son périple dans le monde du cinéma. À Madagascar, elle sera diffusée une fois de plus pour le plus grand plaisir des cinéphiles. Le film d’Edouard Joubeau sera à l’affiche de l’Institut français à Analakely demain soir. Mélange entre réalité et fiction, l’œuvre raconte l’histoire de Haingosoa Vola, danseuse et fille cadette de Remanindry. « Haingo, jeune mère célibataire du sud de Madagascar ne parvient pas à payer la scolarité de sa fille. Une compagnie de danse de la capitale lui propose un contrat à l’essai. Haingo saisit cette chance, quitte sa famille et monte à Antananarivo. Elle n’a que quelques jours pour apprendre une danse qui lui est totalement étrangère ». Une mixité fictionnelle et documentaire. Le film réunit plusieurs générations de compositeurs et de musiciens malgaches. Remanidry, Haingosoa, Donné Randria Ernest, Dadagaby, Dimison et Voara campent leurs propres rôles dans le film.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Le danger du phénomène migratoire venant du sud

La catastrophe climatique dans le sud de Madagascar est bien réelle et il faut y faire face. Les efforts déployés pour venir en aide à la population de la région sont méritoires, mais insuffisants. Les rapports des  organisations internationales nous rappellent que le kéré est un problème récurrent et nous font prendre conscience de la nécessité de mettre en place une politique de développement sérieuse. Pour le moment, toute la volonté de ceux qui interviennent sur le terrain est dirigée vers le sauvetage des 1, 06 millions de personnes souffrant d’insécurité alimentaire.

Le danger du phénomène migratoire venant du sud

Les dirigeants actuels sont plus que jamais conscients de la gravité de la situation dans le sud de la Grande île, mais il leur faut parer au plus pressé. Plus d’un million de personnes doivent  recevoir des aides alimentaires. Des semences ont été distribuées pour permettre la reprise des cultures, mais c’est peine perdue, à cause de la sécheresse persistante. Devant la situation inextricable où ils se trouvent, certaines familles ont décidé de quitter leurs terres pour essayer de trouver des conditions plus favorables dans le nord. Ils sont des centaines voire des milliers à vendre leurs biens pour échapper à leur sort. Les autorités, qui ont commencé à prendre la mesure du phénomène migratoire qui se déclenche en ce moment, ont décidé de  stopper le mouvement. Le ministère de la Population a pris les choses en main. On ne sait pas quelles solutions seront trouvées, mais c’est un problème humanitaire qu’il va falloir résoudre très vite. Dans le contexte actuel, il est nécessaire de ne pas laisser les choses en l’état. La presse commence à s’intéresser à la situation. Ces migrants voudraient s’installer sur des terres en  marge d’aires protégées. Ce qui n’est évidemment pas souhaitable. Des camps de fortune seront peut-être aménagés pour les accueillir provisoirement, mais des décisions radicales devront être prises. Nous verrons bien ce qui sera fait dans les jours à venir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Football à 7 – «Dona mafy» : Trente-deux équipes attendues à Andohalo

L’Art Original Pro s’investit dans le domaine du sport.

L’Art Original Pro ne se limite pas à l’organisation événementielle et au domaine de l’immobilier, cette entreprise s’élargit désormais vers l’organisation d’évènements sportifs. Une branche dans ce sens a été constituée et baptisée Art Original Pro Sport. En effet, cette nouvelle initiative a été créée l’année dernière. Un tournoi de pétanque a déjà été organisé et avait rencontré un vif succès.

Le Rocker Roova et compagnies comptent encore lancer ce projet avec le grand tournoi de football à 7 « Dona Mafy ». La compétition se déroulera les 23 et 24 janvier sur le terrain synthétique d’Andohalo. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au lundi 18 janvier. Ce tournoi est destiné à tout le monde, que ce soit une équipe d’entreprise, d’association ou de famille. Pourtant, le nombre des participants est bouclé à 32 équipes. Selon les explications, la durée du match en phases éliminatoires sera de 15 min, tandis que la finale sera de 20 min. Une équipe pourrait aligner trois joueurs licenciés. A titre de rappel, l’équipe championne empochera une somme de 2 600 000 ariary, contre 500 000 ariary pour la vice-championne.

Pour un avant-goût, Art Original Pro Sport organisera un tournoi Open ce week-end sur le même terrain. 28 équipes y seront en lice. La championne sera primée de 200 000 ariary.

Manjato Razafy